<%BANNER%>

Haïti en marche ( 07-03-2013 )

Digital Library of the Caribbean
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00527

Material Information

Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: 07-03-2013
Frequency: weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID: UF00098809:00566

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00527

Material Information

Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: 07-03-2013
Frequency: weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID: UF00098809:00566


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Lestablishment dominicain se considre trahi par le pouvoir hatien Martelly et Lamothe demandent une rencontre Medina Rencontre samedi Managua : Martelly, Lamothe (au bout droite) et le dominicain Danilo Medina Visite en Hati du prsident du Venezuela, Nicolas Maduro, promettant que la coopration avec Hati demeurera inchange ( / p. 7) et sa totale ngation Maduro, Chavez, Bolivar, ( MIAMI, 30 Juin Entre Hati et sa voisine, la Rpublique dominicaine, comme disait une expression du temps de la Guerre du Vietnam, le cessez le feu fait rage. Aprs la tension provoque par la dcision hatienne dinterdire limportation des ufs et poulets, pour cause de grippe aviaire (fonde ou pas) dans les poulaillers dominicains, les relations semblent tre revenir la normale Et pourtant Ct hatien on assure que les dlgations techniques des deux pays se rencontrent, en qute dune solution pour protger les intrts des deux peuples : la sant du consommateur hatien et les investissements du producteur dominicain. Santo Domingo garantirait, par la dlivrance dun ( / p. 5) PORT-AU-PRINCE, 25 Juin Nicolas Maduro nous visite ce mardi 25 juin. Le nouveau prsident vnzulien a mis les pieds dans les pas de son illustre prdcesseur Hugo Chavez qui a tmoign une grande reconnaissance envers laide apporte par lHati fraichement indpendante (1804) au librateur du Venezuela, Simon Bolivar. Le chef de la Rvolution Bolivarienne, philosophie politique qui a constitu la trame du rgime de Chavez, ne sest pas content dapporter toute lassistance possible Hati mais il a prsent celle-ci non comme un cadeau mais une reconnaissance. Une dette. Nous autres pouvons le prendre pour une simple formule de politesse. Dautant plus que tant dautres nous ont appris que la reconnaissance est une lchet Cependant le Commandante Chavez sait mieux de quoi il parle ayant lu probablement mieux que nous permis au producteur concern, que la marchandise arrivant en Hati est propre. Les importateurs hatiens doivent aussi solliciter une autorisation du gouvernement hatien. Dans le public, on appelle le gouvernement hatien production avicole locale. Cependant la partie dominicaine se tait. Et pratiquement depuis lchec des ngociations pour arracher au gouvernement hatien la leve (sans conditions) de lembargo sur les ufs et poulets. Ces derniers rapportent la rpublique voisine la bagatelle de 40 millions de dollars chaque ( / p. 3) MIAMI, 1 er Juillet Hati peut-elle sen sortir ? Si lon va au fond des choses, la rponse est Non. Trop tard. Pour la bonne raison que le problme a dbord le cadre dans lequel il pourrait tre apprhend, la contradiction est dans les termes mmes de lquation pose. Comme un malade qui est si affaibli que le meilleur remde du monde ne peut contribuer qu laffaiblir davantage. Trop tard dans un monde trop vieux Et les exemples ne manquent pas. Rencontre Martelly Medina Managua Managua, 29 Juin Les prsidents dominicain Danilo Medina et hatien Michel Martelly se sont rencontrs Managua, capitale du Nicaragua, en marge dun sommet de lorganisation PetroCaribe. ( / p. 6) MIAMI, 29 Juin Le prsident amricain accomplit un priple en Afrique (Sngal, Afrique du Sud, Tanzanie) que la le prsident sud-africain ( Patrick Gaspard nomm Ambassadeur des Etats-Unis en Afrique du Sud

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... Hati en Marche Miami th ( / p. 16) ( / p. 12) La Ministre du Tourisme, Stphanie Balmir Villedrouin, institutions et entreprises Il ressort de nos premires considrations que les Technologies de lInformation et de la Communication sont des outils de gestion de complexit croissante, et quen consquence, elles peuvent devenir des vecteurs de performance, si elles sont utilises dans des contextes damlioration des processus et dans un environnement organis ayant responsabilits assumes. Mais que peut bien recouvrir le vocable utilisation ? Quelle est la part relle dutilisation de linformatique dans les processus mtiers de lentreprise ? Au-del de l des sommes investies qui confrent une puissance informatique en termes dimmobilisation de matriels, les responsables sintressent-ils vraiment linformatique de leur entreprise ? Savent-ils tablir les dlimitations en termes de fonctions et de processus entre le Systme Informatique et le Systme d Information ? Sont-ils capable de mesurer la pertinence du Systme dinformation duquel ils dpendent pour continuer Ces questions ncessitent quon sy attarde largement, et tous les responsables dentreprise (Managers, PDG, Chefs de projet, Directeurs) devraient sy intresser, car les politiques quils mettent en uvre dpendent essentiellement de la qualit de leur Systme dInformation. Pour apporter un lment de rponse ces questions et soutenir notre postulat, il nous faut axer notre analyse sur des simulations qui nous aideront modliser leffet rel de linformatique dans les activits mtiers de lentreprise ? Pour ce faire nous allons considrer deux dimensions fondamentales dans la recherche des leviers de performance induits par linformatique. La premire est une dimension informationnelle qui vise la maitrise de la gestion du patrimoine informatique ; et la seconde, une dimension fonctionnelle qui vise lusage qui est fait de ce patrimoine par linstitution. de la gestion patrimoniale de Il ne fait aucun doute que la mission premire dun systme dinformation (SI) est dinformer. Linformation apporte lentreprise lintelligence (renseignement) qui permet de modliser diffrents scnarios devant aboutir des choix. Dans ce contexte, toute entreprise qui possde un patrimoine informatique, aussi modeste soit-il, doit tre en mesure de connaitre en temps rel Lhistorique des incidents qui ont affect son patrimoine informatique ces 2 derniers mois. Le taux de rcurrence des trois incidents majeurs sur les 3 dernires semaines. La probabilit que lun de ces incidents conduise brve ou longue chance un arrt des services (application de la loi des grands nombres) La gestion statistique des interventions pour diagnostiquer, prvenir et/ou solutionner ces incidents. Le tableau damortissement de son patrimoine informatique. La prvision des besoins en matriels, logiciels et en formation. Lannuaire ordonn des fournisseurs et prestataires de services selon des indicateurs Qualit / Prix, Dlai / Prix. A travers ces informations, il sagit pour un responsable de matriser les dlais, les cots, la qualit, la disponibilit du capital informatique, des facteurs de risque et de la logistique du systme. Toute entreprise ou institution qui se trouve dans limpossibilit dobtenir, en moins de 3 minutes, les rponses chiffres et documentes ces questions ne peut aucunement optimiser ses performances en misant sur la dimension technologique. Car les questions poses ici sont dordre stratgique, ce nest pas coup dinvestissements technologiques que lon va y trouver les rponses. LInformatique ne peut faire du bien quaux institutions qui maitrisent leur organisation : Vision, Donnes, Mthodes, Processus, Responsabilit, Contrle de Qualit. Ce sont les ingrdients de base de la performance et de la rentabilit. Rappelons qu On ne peut amliorer que ce que lon sait mesurer. Il est temps de nous plonger au cur des activits mtiers de lentreprise de lutilisation des nouvelles technologies. Quelle est la pertinence des applications et des outils utiliss ? Quelle est la connaissance accumule par lentreprise du fait de cette utilisation ? La valeur dusage du patrimoine informatique est par essence troitement lie la stratgie et aux priorits mtiers de lentreprise. Elle ne peut sapprcier qu au travers dindicateurs associs aux leviers de utile de savoir si les entreprises supervisent les applications et les logiciels que leurs employs utilisent. Ou mme si elles savent mesurer le temps de travail rserv aux services essentiels de lentreprise en regard des multiples dtournements dactivits possibles. Lesquelles peuvent sapparenter des distractions personnelles et souvent abtissantes car napportant que des failles dans? En effet, pour certaines entreprises et institutions, lutilisation de linformatique se rsume la messagerie internet, lincontournable traitement de texte, et quelques rudiments dExcel. Quon se le dise, il ne sagit pas de faire ici lapologie des logiciels coteux et souvent rservs un usage professionnel. Les choix des utilisations doivent saligner sur la stratgie de lentreprise. Encore faut-il sempresser de dire que quand Excel dvoile toute sa puissance dutilisation, la gestion des donnes (ne ncessitant pas le recours un systme de gestion de bases de donnes relationnelles) et des tableaux de bord de lentreprise sont optimiss. On peut faire presque tout faire avec Excel en matire de tableaux de bord, de statistiques et de gestion de donnes. Il ny a pas de mal en soi se limiter lutilisation des applications de septembre 2013 Martelly et Lamothe au 8e sommet Petrocaribe AlterPresse Les 28 et 29 juin, le chef de lEtat, Michel Martelly et son premier Ministre, Laurent Lamothe, ont particip au 8e sommet PetroCaribe au Nicaragua. Les discussions ont port sur ltablissement dune zone conomique intgre. Les 21 pays de lAmrique latine et de la Carabe pourront changer des denres avec le Venezuela contre du ptrole. Un comit ad hoc a t form en la circonstance. Hati coordonne la sous-structure traitant des questions sociales et culturelles. Les pays ont aussi accept que ce soit Hati qui organise le prochain conseil des ministres Petrocaribe au dbut de septembre 2013, a annonc Lamothe. Lancement dun plan national dradication du cholera P-au-P, 1er juillet 2013 [AlterPresse] --Le Ministre de la sant publique et de la population (Mspp) et ses partenaires ont lanc le 28 juin la premire phase dun plan dradication de lpidmie du cholra, qui svit en Haiti depuis octobre 2010. La ministre de la sant, Florence Duperval Guillaume, y voit un passage la la phase concrte de la lutte contre le cholra mercredi 27 fvrier dernier. Le plan doit stendre sur 10 ans, soit jusqu 2022. pluvieuse et pendant la prochaine saison sche, a expliqu le reprsentant du fonds des Nations-unies pour lenfance (Unicef) en Hati, Edouard Beigbeder. Le renforcement de la surveillance, lenqute systmatique dans les localits atteintes, la distribution dintrants pour le traitement des eaux, la vaccination et la sensibilisation sont au nombre des actions qui seront entreprises dans le cadre de ce plan. (6 ambulances et 6 voitures de style pick-up) et de 2 yachts au Mspp. Ce sont des quipements destins desservir 6 dpartements gographiques (sur 10 que comprend le pays), dont le Sud, le Sud-est, le Centre, et lArtibonite. Ces vhicules sont censs contribuer au renforcement de la surveillance pidmiologique et au transport des victimes. date le cholra a dj tu plus de 8.000 compatriotes; 661. 392 patients ont t reus dans les centres de sant. Des recherches ont dmontr que la souche de cholra prsente dans le pays provient dune base dun contingent de militaires npalais attach la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Hati (Minustah), mais lONU rejette ces conclusions. Un Casque Bleu des Nations-Unies (UNPOL) a t bless par balle vendredi prs de dassurance maladies) a t svrement frapp par des jeunes protestataires lors de manifestations qui se sont droules le mme jour dans la localit de lAcul. Au cours des incidents, la route nationale # 2 a t bloque pendant plusieurs heures et de nombreux conducteurs ont t agresss par des manifestants. Les agents de scurit qui accompagnaient le directeur gnral de lOFATMA ont t dsarms par des manifestants qui ont frapp le directeur de linstitution. Des centaines de personnes ont manifest dans plusieurs localits de la rgion pour exiger le rtablissement de llectricit. La police hatienne et des dtachements de la Minustah sont intervenus pour ramener le calme et permettre la reprise des activits. Le gouvernement a fait jeudi au parlement le dpt de la loi budgtaire de la Rpublique pour lexercice 2013-2014, slevant un peu plus de 126 milliards de gourdes La loi a t dpose dans le dlai prvu par loi, nous lavons communiqu au prsident de dput Tolbert Alexis. Le budget de 126 milliards de gourdes environ est en baisse par rapport au budget de lanne dernire qui tait de 131 milliards, a fait remarquer un parlementaire. Nous avons reu le document, nous allons ltudier et nous rechercherons lavis de membres de la socit civile et de professionnels, a dclar le dput Arodon Bien-Aim, le paiement de la dette publique. Le dput Bien-Aim a promis de demander des explications au gouvernement sur la diminution apparue dans le nouveau budget. Le prsident de la chambre des dputs, Tholbert Alexis, annonce que la loi sur le blanchiment des capitaux a t une nouvelle fois carte. Le document a soulev de vives discussions lors de la sance en assemble plnire du mardi 25 juin 2013. Pendant plus de trois heures les dbats ont port sur larticle 4 Le prsident de la chambre basse fait tat derrements dans le document qui ferait selon le prsident de la chambre des dputs. loi. La semaine coule plusieurs lgislateurs avaient prconis une lgislation spare Interrog sur les consquences dun retard dans le vote de cette loi, le prsident de la chambre des dputs a assur que le document sera vot dans les prochaines semaines. La Fdration des barreaux dHati avait mis en garde contre certains articles de la clients. Lexcutif presse les dputs de voter ce projet de loi pour viter des sanctions le blanchiment des capitaux. Vendredi au Palais National, le Prsident Michel Martelly a reu les lettres de crance de trois nouveaux Ambassadeurs accrdits en Hati. Il sagit de Patrick Nicoloso, Ambassadeur de la France, Michael Moussa-Adamo, Ambassadeur du Gabon, avec rsidence Washington et Alejandro Jose Bruiton Porras, Ambassadeur du Guatemala, avec rsidence en Rpublique Dominicaine. Le nouvel Ambassadeur de France, Patrick Nicoloso (arriv en Hati le 23 juin 2013), et qui remplace Didier Le Bret, tait auparavant Ambassadeur de France au Soudan. Il a galement rempli ce poste en Mauritanie (2003-2008). Il a aussi t inspecteur des affaires trangres (1999-2003) et premier conseiller lambassade de France Brasilia (1995-1999).

PAGE 3

Page 3 LACTUALITE EN MARCHE La police retourne ( ... suite de la 1re page) Port-au-Prince, le 27 juin 2013(AHP)Le Ministre de lEconomie et des Finances, Wilson Laleau, devrait dposer ce jeudi au Parlement le projet de budget pour lexercice milliards de gourdes, soit 5 milliards de moins que lanne en cours. Le budget du prcdent exercice tait de 131 milliards de gourdes. Cette rduction nest pas sans rapport avec une baisse Port-au-Prince, le Samedi 29 juin 2013.Le Gouvernement de la Rpublique, au nom du peuple hatien, exprime sa solidarit lex-prsident sud-africain, M. Nelson MANDELA, hospitalis depuis le 8 juin dernier des suites dune infection pulmonaire. Lex-prsident MANDELA, icne de la lutte contre lapartheid et fervent dfenseur de la dmocratie multiraciale en Afrique du Sud, a inspir beaucoup dhommes et de femmes travers le monde qui se battent quotidiennement contre la tyrannie et loppression en vue dun lendemain meilleur. Ainsi, le Gouvernement hatien lui tmoigne son respect et sa profonde gratitude pour sa milliards de gourdes. Toutefois au 31 mars, seulement 17 milliards de gourdes avaient t collectes par les principaux organismes de perception que sont la douane et la DGI. Ce qui avait amen a une revue la baisse des rentres ce manque collecter des recettes internes pour lexercice 2012/2013. contribution inestimable la longue marche de lhumanit vers un monde plus juste et solidaire. Le Gouvernement de la Rpublique qui souhaite prompt rtablissement M. MANDELA, exprime son plein soutien sa famille ainsi quau courageux peuple sudafricain. Bureau de communication de la Primature P-au-P, 26 juin 2013 [AlterPresse] --Une quipe de la police judiciaire est retourne ce mercredi 26 juin sur les lieux de laccident davion survenue mardi non loin de Jrmie (Sud-ouest), apprend AlterPresse. Lenqute lance pour dterminer les causes et circonstances du crash se poursuit, aussi aucune conclusion nest-elle encore disponible. Lavion, un Piper 31 Navajo immatricul HI892, aurait percut la montagne dans une localit proche de Prvil. Il sagit dun modle de bimoteur conu notamment pour de petits transports de marchandises. Deux corps terriblement calcins ont t trouvs, mais de lavion font encore mystre galement. Les informations dont nous disposons signalent que laccident est arriv tt dans la matine de mardi. Les est que sur ce type de petit avion il ny a pas de boite noire. (Ofnac) a survol le site quelques heures aprs la chute de lappareil. Lautre dfi est que lendroit est difficilement accessible et assez loign de la plus grande agglomration de la GrandAnse, savoir le chef-lieu Jrmie. Selon la presse dominicaine, cest le prsident hatien, et le premier ministre Laurent Lamothe, qui ont sollicit cette rencontre pour dbattre de linterdiction par Hati de limportation des ufs et poulets venant de la Rpublique dominicaine voisine. Apparemment aucune dcision nest sortie de cette rencontre qui, selon la Prsidence dominicaine, sest droule dans une atmosphre cordiale pendant que le prsident dominicain a cout avec attention les explications des deux dirigeants hatiens. Le gouvernement hatien a repris une interdiction datant de 2008 pour prohiber limportation et la vente de produits avicoles dominicains aprs lapparition dans ce pays dune pidmie de grippe aviaire. Cependant grippe aviaire a t radique depuis. LOPS (Organisation Panamricaine de la Sant) Lambassadeur dominicain en Hati, Ruben Sili, trouve trange que Hati ait bas sa dcision partir de sources secondaires et sans avoir consult les institutions comptentes. Aprs la rencontre de samedi Managua, le prsident Medina a dclar que les autorits hatiennes ont reconnu la qualit des ufs et poulets dominicains mais que dautres proccupations ont apparu. Entre autres, la perte par Hati de 300 millions de dollars en vasion fiscale dans le commerce avec la rpublique voisine, dont une bonne partie se fait de manire informelle. Le gouvernement hatien sefforce de voir quels moyens mettre en place pour contraindre les commerants hatiens oprant depuis la frontire payer leurs taxes. On ne sait pas encore quelle suite sera donne la rencontre de samedi entre les prsidents Martelly et Medina. Rencontre Martelly Medina Managua Lestablishment dominicain se considre trahi par le pouvoir hatien p.1 Martelly et Lamothe sollicitent une rencontre avec Medina Managua p.1 Hati entre la dmocratie et sa totale ngation p.1 Maduro, Chavez, Bolivar, Ption et les autres p.1 Obama en Afrique mais where is the beef ? p.1 Hati renouvelle sa solidarit Nelson Mandela p.3 Patrick Gaspard nomm ambassadeur des Etats-Unis en Afrique du Sud p.1 Nouveau Budget dpos au parlement p.2 Contrebande dufs la frontire p.5 La drogue nen a peut-tre plus pour bien longtemps p.6 Jasmin, Desmarets to go on trial p.10 Les droits humains mis toutes les sauces p.12 Centre de Conditionnement Kenscoff p.13 LImposture Technologique p.2 Gary Victor Collier de Dbris p.13 Chapo Ba pou Nelson Mandela p.15

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE puissances esclavagistes et elles ltaient toutes en ce temps-l que les chefs militaires dHati de rpondre sa sollicitation. Bolivar et ses compagnons taient eux aussi possesseurs desclaves. (1806) linscrivit ternellement dans lhistoire de lAmrique du Sud lorsquil dcida dutiliser les couleurs bleu et rouge du drapeau hatien pour crer celui de la Grande Colombie. Ainsi cest Jacmel que fut cr le drapeau du Venezuela. ( ... suite de la 1re page) lhistoire de cette priode bien entendu historique. Nous avons lhabitude de rabcher (rfrence : manuel scolaire Petit Dorsainvil) : Bolivar ayant essuy une Le prsident Nicolas Maduro et son pouse reus par Michel et Sophia Martelly Simon Bolivar, Alexandre Ption et Francisco de Miranda dfaite, vint demander de laide aux dirigeants hatiens. Nayant qu traverser de lautre ct de la mer Carabe. Il obtint armes, argent et mme des troupes hatiennes. Parti de Jacmel, il dbarqua dans ce quon appelait en ce temps-l, la Grande Colombie. Et cette fois il remporta la victoire. Cependant on ne nous a jamais appris davantage. Comme si cela allait de soi. Bolivar (et avant lui Miranda) vinrent chercher laide des grands hommes qui venaient de librer un demi million dtres humains de lesclavage. Jurant de vivre libres ou de mourir Or nos anctres auraient pu craindre que fournir cette aide aux rvolutionnaires sud-amricains ne fche davantage les puissances esclavagistes. Faut-il rappeler que lindpendance dHati, par la dfaite de larme la plus puissante de lpoque (larme napolonienne) avait jet une vritable panique dans tout le monde occidental. Le nouvel Etat indpendant fut plac automatiquement dans un cordon sanitaire. Autrement dit, en rsidence troitement surveille. Laide fournie Miranda et Bolivar tait une provocation supplmentaire et Par consquent, le Petit Dorsainvil ne nous apprend mme pas le centime du contenu vritable de ce que le dfunt prsident Hugo Chavez entend par la reconnaissance, mieux la dette du Venezuela envers Hati. Dautant plus que la suite on la connat. Le prsident Simon Bolivar devait se laisser pousser par les puissances esclavagistes se dmarquer dHati. La reconnaissance nest pas une lchet mais enfantant la trahison. Hati ne fut pas invite au premier congrs des nations libres du continent (Congrs du Panama, 1826). Cela sous la pression des Etats-Unis qui ne devaient mettre (1865). Dans les colonies franaises, labolition de lesclavage fut proclame en 1848. Hati proclama son indpendance le 1 er janvier 1804. De ses seuls moyens. Bien sr elle devait le payer fort cher. Comme on sait. Mais laide de Ption ne fut pas, comme on serait tent de le croire vu lindigence de nos manuels dHistoire, une un motif de plus pour vouloir punir la premire nation ngre. Alors que partout le noir tait encore dans les chaines. Secundo, des archives plus rcentes rvlent que Hati na pas t le premier pays visit par Simon Bolivar en qute de conseils et assistance. Lire ce sujet le dernier ouvrage de Glodel Metzilas : Haiti mas alla del espejo). Bolivar et ses camarades se sont dabord rendus en Europe (rappelant un simple fantaisie ou un jeu denfant mais au contraire un trs grand risque, mais o le courage et lidal de lindpendance : vivre libres ou mourir et le faire partager tous ceux qui dans le monde taient privs de leur libert, quils soient noirs dautres colonies (Martinique, Guadeloupe ou la Louisiane), ou indiens autochtones (amrindiens) comme dans les colonies sudamricaines, ou encore acadiens (anciens franais) au Canada peu la dmarche des Affranchis de Saint Domingue, Og et Chavannes, allant dabord plaider leur cause en France, hlas !), oui mais pour tre eux aussi conduits. Aucun pays ne voulut les couter. Peut-tre que cest Bolivar qui avait le plus peur de laide dHati une nation tenue lindex par toutes les sous domination anglaise Hugo Chavez prfrait parler de dette, non seulement pour le geste sympathique et courageux de lHati de 1815 mais, qui sait, pensant aussi la trahison plus tard de Bolivar. bien de mieux apprendre notre Histoire. Cela permet dviter certains complexes dinfriorit infonds mais toujours tendus sous notre pied Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince nous ne vous demandons rien en change si ce nest de remettre en libert tout homme que vous trouverez dans les chaines Bien que vivant sous la menace constante des plus grandes puissances de lpoque et de leur marine de guerre, Hati na pas trahi son serment : vivre libres ou mourir Et porter le mme tendard partout sur la terre. Francisco Miranda Patrick Gaspard, de parents hatiens, est n en Rpublique Dmocratique du Congo o ses parents enseignaient. De l ces derniers sont venus stablir aux Etats-Unis. Patrick Gaspard est un stratge politique et il a fait campagne, avant le candidat Barak Obama, pour lex-maire de New York David Dinkins. Il est aussi un proche de Jesse Jackson.

PAGE 5

Page 5 DE LACTUALITE Lestablishment dominicain se considre trahi par le pouvoir hatien ( ... suite de la 1re page) anne. On estime le total des exportations dominicaines vers Hati prs de 2 milliards de dollars lan. Hati peine vendre nos voisins pour plus de 100 millions. Outre de nombreux autres millions laissant encore Hati t attribus sans beaucoup de discernement avant larrive un certain snateur Bautista membre du parti au pouvoir. La presse dominicaine devait rapporter par la suite que le futur chanteur-prsident Martelly Sweet Micky aurait reu une ne tint pas, parat-il, toutes ses promesses. Lex-chef dEtat major hatien et ennemi dclar de Lescot, le colonel Calixte, faisait retentir ses diatribes en intervenant directement sur la Dix ans plus tard, Franois Duvalier coupa court aux manuvres du mme Trujillo en renvoyant immdiatement son Martelly et Lamothe auraient sollicit la rencontre avec le prsident dominicain Danilo Medina (2 e droite) durant le sommet Petrocaribe Managua, Venezuela pour le pays voisin: investissements dans limmobilier, tudes universitaires (plus de 20.000 tudiants hatiens), etc. Selon des rumeurs, lestablishment dominicain est trs mcontent vis vis du prsident Michel Martelly et de son premier ministre Laurent Lamothe. Linterdiction des ufs et poulets est vcue comme une trahison. Dautant que les deux chefs dEtat se trouvaient ensemble quelques heures avant lannonce de la dcision du gouvernement hatien, inaugurant un projet de reforestation binational Ouanaminthe (NE). Selon un observateur, la grogne contre les dirigeants hatiens nest pas loin de celle connue en 1991 aprs un discours du prsident (lors) Jean-Bertrand Aristide o il fustigea le traitement fait aux coupeurs de canne hatiens dans lindustrie sucrire dominicaine. Jamais plus on boira le la campagne prsidentielle hatienne (2010-2011). Ce qui a t dmenti par le nouveau prsident hatien. Le gouvernement hatien aurait rcemment procd une rvaluation pour dcider lesquels de ces contrats mritent dtre poursuivis. Que pense la partie dominicaine de cette rvision ? On ne sait. Quand les dcideurs du pays voisin ne peuvent renverser le prsident dHati (ventuellement cause du support international dont peut jouir ce dernier), ils ont encore la possibilit de miner le gouvernement en y provoquant des changements leur avantage. Dernire heure : ce samedi (29 juin), selon la presse dominicaine, une rencontre avait lieu entre les prsidents dominicain Danilo Medina et hatien son chef du gouvernement, Laurent sang hatien scria en substance Aristide. Il fut renvers moins dune semaine plus tard. 30 septembre 1991. Et le coup de semonce provint de Santo Domingo. Le prsident Joaquin Balaguer se vengea en faisant aussitt expulser par milliers des sans papiers hatiens que lon dbarquera jusque devant le palais national de Port-au-Prince. Mais cette tradition remonte bien plus loin. Le dictateur dominicain Rafael Trujillo, ds que le pouvoir hatien nagissait pas selon son bon vouloir, lanait une entreprise de dstabilisation du gouvernement de lEtat voisin. Il essaya de renverser le prsident Elie Lescot (19401946) qui aurait reu son support pour arriver au pouvoir mais chef dEtat major et celui-l mme qui avait facilit sa victoire aux prsidentielles de 1957, le colonel Antonio Th. Kbreau, auquel le dictateur dominicain faisait dj les yeux doux. Santo Domingo participera aussi aux deux renversements dAristide, en 1991 et en 2004, la seconde fois en abritant la formation des forces paramilitaires qui traverseront la frontire pour participer au soulvement sous lgide dune partie de llite socio-conomique. Outre la querelle des ufs et poulets, il semble exister auraient suspendu leurs oprations en Hati. Et lon revient au dossier des contrats qui auraient Lamothe. Les deux mandataires se sont runis Managua, capitale du Nicaragua (o se tenait un sommet de Petrocaribe) pour voquer la crise des ufs et poulets. Selon Hoy, cest Martelly et Lamothe qui auraient sollicit la rencontre. A lissue de laquelle, Danilo Medina a dclar que Martelly et Lamothe reconnaissent la qualit des ufs et poulets dominicains mais quils ont une autre proccupation : le commerce informel par la frontire fait perdre Hati 300 Si la grogne dominicaine peut tre entendue mille lieues la ronde, par contre les intrts en jeu sont pour eux si importants (prs de deux milliards lan) et si utiles : les passant de 13 milliards 21 milliards de dollars. tre : ne nous fchons pas On na pas intrt. Ni lun ni lautre. Hati en Marche, 30 Juin 2013 Hatien arrt en possession Fonds Parisien, 28 juin 2013 [AlterPresse] --Depuis la dcision, dbut juin 2013, dinterdiction dimportation de produits avicoles en provenance de la Rpublique Dominicaine, des cargaisons dufs passent de manire illicite la frontire de Malpasse, selon plusieurs tmoignages recueillis par AlterPresse. Jai pu constater plusieurs fois, durant la nuit, des individus qui traversent le lac Azuei avec des ufs. Cest, dj, un trs grand risque de franchir cette tendue deau sur un petit canot de pche mal construit. Tout peut arriver sinquite un habitant de Fonds Parisien. Ce risque est le prix du dsespoir de certains qui nont pas trouv dautres activits que le commerce dufs La police dominicaine a apprhend mardi un de dclarer la douane, a rapport la direction nationale Selon le journal dominicain Listindiario, lhatien a il traversait la passerelle la frontire hatienne-dominicaine Dajbon. dominicains, avance un autre habitant. Le commerce est au ralenti actuellement sur la frontire Malpasse / Malpaso. Je mne mes activits grce un prt. Les intrts montent tous les jours. Jai des enfants nourrir, je suis oblig dassumer des risques ... dclare un petit commerant qui veut, lui aussi, garder lanonymat. Linterdiction des produits avicoles dominicains a t salue, Fonds Parisien, par de nombreuses habitantes et de nombreux habitants. Cependant les problmes conomiques, aggravs par le passage des cyclones Sandy et Isaac en 2012, tendraient faire pencher la balance vers la contrebande ou le commerce illgal. Larrestation a t opre par les membres des services de renseignement de ladministration des douanes, dans la province de Dajbon. Le dtenu avait en sa possession 23.000. 711 dollars amricain, et 43.000. 150 pesos quivalant prs de 1000 dollars amricains, a indiqu la DNCD. La loi dominicaine prvoit que pour entrer ou sortir du pays, le voyageur doit dclarer toute somme suprieure 10 000 dollars amricains.

PAGE 6

Page 6 MONDIALISATION ( ... suite de la 1re page) Jacob Zuma, Barak Obama et Nelson Mandela ont en commun, entre autres particularits, quils sont le premier prsident noir de leur pays respectif. Le voyage du prsident amricain se veut particulirement sentimental. Visite aux deux plus hauts lieux symboliques du continent africain. Au Sngal, lle de Gore permettant quun court passage au Ghana, en juillet 2009) dans un continent qui a dj t arpent de fond en comble par le concurrent chinois. La diffrence entre les deux approches est sensible. promotion de la dmocratie et des investissements amricains en Afrique. Apre yon tan, che yon lt (traduisez : les temps ont bien chang). La Chine a depuis longtemps dbarqu en Afrique, dployant la ronde des milliards, mettant en valeur les ressources naturelles du continent qui a t jusque-l le plus nglig par les maitres du monde, signant de juteux contrats mme des plus inattendus comme la location de rgions aussi et la Porte du Voyage sans Retour do les vaisseaux ngriers embarquaient les esclaves pour le Nouveau Monde. Et la prison de Robben Island, au large du Cap, o Nelson Mandela a t dtenu durant 18 ans sous le rgime de lApartheid sur un total de 27 ans de dtention. Thme principal : la dmocratie. Jusqu louer aux cts du prsident du Sngal, Macky Sall, une dernire dcision par la Cour suprme des Etats-Unis en faveur du mariage gay en Californie. LAfrique est un continent o les emprisonnements (ou pire encore, lynchages) pour cause dhomosexualit se pratiquent encore. Le chef de lEtat sngalais ne sest pas laiss dmonter. Mme en dmocratie, dit-il, il ne saurait y avoir un modle unique applicable toutes les socits. Au nom de ce quil dnomme des valeurs culturelles de base, nous ne sommes pas prts dpnaliser lhomosexualit. Obama a peut-tre eu plus de succs en Afrique du t galement reu par une manifestation endiable dnonant lusage des drones (avions de combat sans pilote) dans la guerre contre le terrorisme islamiste. Excellente preuve de dmocratie agissante Cependant Barak Obama arrive bien tardivement (il a boud lAfrique pendant son premier mandat, ne se niveau dambassadeur) quavec Pkin. Le prsident chinois ne connat aucun autre langage. Choquant ? Comme on le dit des touristes chinois (400 millions qui vont envahir le monde ces 5 prochaines annes, toujours selon leur prsident) mais dont le comportement ferait trop nouveau riche et sur les cinq continents, ne sembarrassent pas de tant de dlicatesses. La politesse nest plus ce quelle tait. Comme disait cette pub amricaine : where is the beef ? Les beaux discours doivent tre accompagns de propositions concrtes. Et non pas rester : Aloral. Il faut atterrir, comme disent encore aujourdhui les Hatiens mes frres Toutefois quelle ironie, que de chemin parcouru en si peu de temps, alors que hier encore cest lAmricain qui tait reu partout sur la terre comme le Pre Nol. Aprs la visite du vice-prsident Rockefeller Papa Doc (1 er juillet 1969), les touristes amricains recommencrent descendre sur Port-au-Prince. Aujourdhui on peut rencontrer un ancien prsident amricain dans un tap tap (Mr. Clinton en loccurrence) que cela ne vous fait ni chaud ni froid. vastes quun pays pour pas moins dun sicle, btissant de toutes pices de nouvelles villes. Pendant ce temps lAmrique dObama investit des ressources comparables mais dans des guerres sans lendemain (Irak, Afghanistan etc). Cest le fardeau pour rester la superpuissance militaire de la plante. Et le gendarme du monde. Mais dont les leons ne passent plus avec la mme aisance. Au risque de sentendre lancer par des manifestants (de manire tout fait dmocratique) : monsieur le prsident, tout ce que vous dites est parfait, toutefois where is the beef ? La leon na pas tard tre entendue, lAmricain nayant pas perdu son caractre pratique. Obama vient dannoncer un projet de 7 milliards pour la production dnergie dans toute lAfrique. Hati en Marche, 29 Juin 2013 Obama reoit le prsident chinois Xi Jinping la Maison blanche Barack Obama rend un hommage appuy au Prix Nobel de la Paix et hros de la lutte anti-Apartheid, Nelson Mandela, hospitalis et que le prsident amricain na pu rencontrer Le carnet Le Chinois ne sembarrasse pas de ce genre de considrations politicosentimentales. Son arme de choc : le carnet milliards qui, comme la Carte American Express, laccompagne partout. Rcemment dans la Carabe o il a sorti le grand jeu : crdits de lordre de 3 milliards, nouveaux ports et aroports, centrales hydrolectriques, prospection minire, tourisme etc. Annonant encore que la Chine investira dans le monde au cours des 5 prochaines annes pas moins de 500 milliards de dollars. Qui dit mieux ? Seule condition : il faut renoncer Tawan et navoir de relations diplomatiques (du moins au PORT-AU-PRINCE, 26 Juin Un petit avion tombe dans la nuit du lundi 24 au mardi 25 juin non loin de Jrmie, dpartement de la Grande Anse, lautre bout du pays. Les investigateurs ne se sont pas encore prononcs Un petit avion priv qui se met errer en pleine nuit dans quelque coin perdu du pays, que voulez-vous que cela soit ? Laronef a pris feu. Les corps de deux occupants de lavion ont t retrouvs calcins. Autre signe particulier. Identification zro. Et personne pour rclamer les cadavres. Y avait-il de la drogue bord ? Motus et bouche cousue. En Hati cest business as usual. Et depuis de trs nombreuses dcennies. Habituellement ces avions-l ne se perdent pas vraiment. Mais les complices chargs de leur clairer la piste ne sont pas au rendez-vous. Le deal na pas t satisfaisant. Patatras. Pourtant on aurait cru que ce trafic a beaucoup diminu. La drogue ne fait pas les grands titres de la presse locale depuis un bout de temps. Par exemple, cette fois encore mme les autorits qui hsitent lvoquer. Cependant de bonne source, la Haitian connection existe toujours bel et bien. A preuve. des raisons tout fait diffrentes. de la drogue est en train lentement mais srement de voir le jour. Il sagit de ce quon appelle la dpnalisation de la drogue elle-mme. Dcriminalisation. Enlever linterdiction dacheter de la drogue. Et raccrochent. Cest la loi de loffre et de la demande. Pas de demande, pas de raret. Loffre aussi est condamne disparaitre. Tout le monde connat cette poque de lHistoire des Etats-Unis appele la Prohibition. Le Chicago des annes trente. Al Capone. Des cadavres partout. Hollywood en fera Elliot Ness. lalcool, enlever linterdiction de faire le commerce du whisky, Et cest ce quaujourdhui on envisage pratiquement de faire aussi de la drogue. Il y a dj beaucoup dendroits (mme aux Etats-Unis, comme dans certains coins de Californie) o la culture de la marijuana nest pas interdite. Le mouvement vient des nations sud-amricaines o est cultive la feuille de coca, lorigine de la cocane. Bolivie, Colombie, Prou, Mexique qui partage une frontire commune avec les Etats-Unis et o la guerre contre la drogue a fait ces dernires annes des montagnes de cadavres. Autrement dit, plus de mal que de rsultat positif. Au dernier sommet de lOrganisation des Etats Amricains (OEA), ces nations-l se sont prononces en un seul chur pour une nouvelle approche. La dpnalisation. Du temps de la Prohibition on pensait aussi que la leve de linterdiction transformerait tout le peuple amricain en saoulards bons rien. Ce ne fut pas le cas. Evidemment on ne pourra pas acheter de la cocane librement tous les coins de rue. Il y aura des rglements et dapplication stricte. Mais est-ce quun alcoolique peut se mettre au volant au risque de tuer des gens ? Il y a des lois. Les appliquer ici galement. Or la lutte contre la drogue, telle quelle a t mene jusquici, na contribu qu augmenter le nombre de cams. Oui ou non. Malgr tout le seul pays du continent refuser encore de changer sa politique cet gard ce sont les Etats-Unis. Mais la pression des voisins du Sud est forte. Lassistant Secrtaire dEtat amricain pour les affaires de stupfiants a voqu la question cette semaine. Cest un premier pas. Car la politique de combattre le trafic avec des moyens militaires, et qui cause tant de massacres (les cartels de leur ct oprant des reprsailles nombreuses et horribles), est dinspiration washingtonienne. Mais ce sont les autres qui trinquent. Outre que ces pays se voient transforms en champs de guerre au quotidien. Rsultat : linstabilit, le mal suprme En Hati, quel changement peut-on en attendre ? Pas tant. Rien. Hati nest quun pays de transit. Et contrairement dautres endroits, y compris la Floride, largent de la drogue laisse peu de traces chez nous. Transparency International na rien redire. On retrouvera seulement la paix de nos oreilles. Pour qui sont ces petits avions qui bourdonnent sur nos ttes ? Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince

PAGE 7

Page 7 POLITIQUE & SOCIETE ( ... suite de la 1re page) Rcemment le premier ministre Laurent Lamothe sest transport au nord de Port-au-Prince dans un nouveau et immense bidonville baptis Canaan. Comment est n Canaan ? Le sisme du 12 janvier 2010 a jet la rue pas moins de 1,5 million de personnes qui envahissent les places publiques transformes en lieu de torture de personnes enleves, par des kidnappeurs qui ne relchent plus leur proie aprs paiement de la ranon mais les excutent et les enterrent sur les lieux mmes. Mme au temps les plus terribles du Macoutisme duvaliriste quon navait jamais vu a. et nombre de proprits prives dans et autour de la capitale. Que faire ? Sous forte pression internationale, le gouvernement Prval-Bellerive prend un dcret dclarant dutilit publique un vaste territoire au nord de la capitale. Une organisation dirige par lacteur amricain Sean Penn cre un village humanitaire lendroit dnomm Corail Ceslesse, au pied du Morne Cabrits (Chaine des Matheux). Le camp Corail est dabord un arrangement rgulier de tentes comme larme. De fait cest le contingent de Marines amricains dpch aprs le sisme qui a procd son installation. Population : 9.000 personnes. Mais au mme moment quelques bicoques isoles staient mises apparatre de lautre ct de la colline dbouchant sur la route Nationale. Cest le versant anarchique de Corail. Ainsi est n le nouveau bidonville nomm Canaan et qui fait tellement peur aujourdhui aux dirigeants parce que une verrue, une plaie immonde aux portes de la capitale. arriver une vritable caricature delle-mme. Passe encore les querelles vides et striles entre les pouvoirs excutif et parlementaire Mais comment encourager un peuple qui na plus que la peau et les os rclamer toujours plus fort ses droits ? Y a l comme un dfaut, dirait un humoriste franais. Y a un pige ? On ne peut pas rclamer ce qui nexiste pas. Ni de la nourriture, ni des emplois ni rien dans un pays qui est embray Cest (bien malgr soi) inviter les gens ou foutre tout en lair, ou au crime. Et cest ce qui arrive. Comment empcher un petit gars de 12 ans, qui est livr la rue avant mme dtre n, de devenir un gangster quand cest la seule alternative quon lui laisse ? En mme temps que le discours dmocratique ne rate pas une occasion de lui rappeler ses droits (la Constitution stipule que lEtat a pour devoir envers le citoyen de le nourrir, de linstruire et de le loger convenablement, etc) La contradiction est dans les termes, le mal est la racine. Pendant ce temps tout le monde fait le gros dos. Esprant que cela va passer tout seul. Bon Dieu Bon. Les crimes les plus abominables ne font plus les grands titres, prfrant chanter les beauts des places publiques rnoves de Ptionville (banlieue huppe de la capitale). Pendant que le principal responsable de lordre public (le commissaire du gouvernement) se spcialise dans la police vestimentaire, poursuivant les garons aux pantalons au bas mari en sortant de la banque, personne ne vient leur secours. Mais ce nest encore rien : des rsidences prives sont Le bidonville baptis Canaan lentre nord de la capitale hatienne Visite en Hati du Sec. Gn. de lONU, Ban Ki-moon, au lendemain du sisme du 12 janvier 2010 La police hatienne effectuant une fouille des liberts dmocratiques et du respect des droits humains bonne raison que le malade est dans un tat trop avanc pour les remdes quon lui prescrit. La dmocratie a t tordue dans tous les sens pour Ce sont l aussi les rsultats, quon le veuille ou non, de trois dcennies de dmocratie et de rgne des droits de lhomme. Comme dit la chanson de Dutronc : on nous dit tout, on nous dit rien La police nen fait point tat lors de ses points de presse. Trop cest trop. Il faut le cacher au public. Mais pendant ce temps les dirigeants et tous nos dcideurs, nationaux et internationaux, circulent quant eux bien labri dans des vhicules super blinds. Tournant le dos lordre public alors que cest eux qui devaient se trouver en premire ligne. Lordre public tant le socle de la stabilit. Cest lordre public qui empche les uns dempiter sur la libert des autres. Voire en dmocratie. Conclusion : on ne peut faire la dmocratie avec toutes les liberts qui en dcoulent, dans un systme qui est en mme temps sa ngation. A tous les niveaux : scurit alimentaire, cration demplois, etc. Bref un systme qui au contraire ne gnre que toujours plus de misre, de frustration ainsi que dinvitation lacte criminel (corruption, tentations, permissivit et plus que disparition Et surtout un immense rservoir de criminalit. Une bombe atomique capable ventuellement de tenir tout le systme en respect. On a vu galement comment sont apparus les premiers rsidents de Canaan. Ceux-ci nont rien voir avec les victimes vritables du sisme du 12 janvier 2010. Mais aprs le dcret dclarant dutilit publique cette large bande de terre, les gens ont et une feuille de palmiste en guise de toit. Rapidement lutilit publique tait squattrise, privatise, cocoratise. LEtat (cest dire le gouvernement hatien) na pas boug. Prisonnier de sa propre impuissance. Qui est victime du sisme et qui ne lest pas ? Comment savoir puisque lEtat na pas t capable de dresser le moindre recensement. Les organisations humanitaires noseraient se prononcer, sous peine daccusation dingrence, sur un sujet aussi dlicat relevant du domaine strictement national. Dautre part, tout le monde a cr bien faire : le gouvernement en prenant le dcret dutilit publique, linternational qui ly a encourag devant le besoin criant de relogement Et aussi les organisations de dfense des droits humains brandissant la Constitution qui, selon elles, stipule que lEtat a pour devoir de fournir chaque citoyen un logement convenable. Ds lors cest parti. Cest donc bon droit quune zone comme Canaan se remplit en un clin dil de compatriotes arrivant de lautre bout du pays. De 3 millions, la population de la capitale passe en un clin dil plus de 4 millions. Dont plus de la moiti vivant dans dimmenses bidonvilles. Une constante bombe retardement. Tout cela le plus Constitutionnellement du monde. Oui, osons le dire : cest au nom de la Constitution, de lordre public, celle aussi de toute moralit civique). Tant que lon ne se dcidera voir le malade tout nu, cest un cadavre qui continuera pourrir sous nos yeux. Amen Hati en Marche, 1 er Juillet 2013

PAGE 8

Page 8 NATCOM

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 03 Juillet 2013 WHATS UP LITTLE HAITI ? with Pascale E. Taddeo expected plan to nominate Patrick Gaspard, who cut his political teeth during Jesse Jacksons failed 1988 White House bid and the successful mayoral campaign of David Dinkins the following year. Gaspard, the son of Haitian parents, was born in the Democratic Republic of Congo. His family moved to the U.S. when he was 3 and settled in New York City. He became a force as a political strategist and organizer during his years as a leader of New York-based 1199/ SEIU, the nations biggest healthcare workers union. Gaspards successes there led to inner-circle roles with Obamas presidential campaign and as a top White House adviser before his 2011 move to the executive directors job at the Democratic National Committee. In announcing news of the nomination to reporters traveling with Obama in Senegal, Deputy National Security Advisor Ben Rhodes praised Gaspard as somebody who is close to the President (and) somebody who cares deeply about South Africa. Rockland County, New York Lawyers for Spring Valley Mayor Noramie Jasmin and Deputy Mayor Joseph Desmaret are sifting through hundreds of pages of prosecution documents and hours of audio and video tapes in preparation for a defending their clients from federal corruption charges. Plains, the attorneys for both politicians said. Desmaret and Jasmin are both under indictment on charges of wire fraud and Hobbs Act Extortion. They were charged as part of an undercover investigation that snared political leaders in New York City. The indictment accused them of selling their vote to steer a contract for construction of a kosher catering hall on village property to Monsey-based investor Moses Mark Stern and his associates, played by FBI agents. in Jacmel Popular Arts from July 19 th to 24th. Dance groups, musical groups and singing acts from six countries including Poland, the USA, Brazil, Venezuela, Cuba and Mexico will perform during the event, which will be held under the theme Ann kore Kilti Lakay . The International Festival of Folk Arts is part of Villsaint. The main objective of this event was to take a trip to Haiti through books, art, music and culinary arts, where the Haitian community had the opportunity to enjoy delicious culinary dishes prepared by lAlliance Culinaire Haitienne, an What is Capoeira? Its an Afro-Brazilian martial art that has its origins rooted in the methods of warfare and dances of African peoples during the period of slavery in Brazil. From July 1 st to the 7 th July 2013, Haiti will host the First Caribbean meeting of Capoeira, an event which will bring the participation of young people practicing this martial art through the Caribbean, Latin America, the United States, but also Europe. The event is an initiative of the Gingando Pela Paz Project of the Brazilian NGO Viva Rio, which has been in Haiti since 2004 in Bel Air. Project activities started in 2008 Among the objectives of the meeting to be held early in July, is the creation of a Caribbean Network of Capoeira, in order to promote a culture of peace throughout the Caribbean. This network will insist on the use of sport as a tool to develop citizenship and reduce violence, while promoting exchanges between young educators from disadvantaged backgrounds. It took place on June 28 th and 29 th and included the participation of a large Haitian delegation. The delegation included Prime Minister Laurent Lamothe, Wenceslas Lambert, Chairman of the Foreign Affairs Committee of the Senate, Marie Carmelle Rose Anne Auguste, Minister Delegate to the Prime Minister for Human Director General of Electricity of Haiti, Gregory Mayard Paul, Presidential Adviser, Michael Lecorps, Director General of the for Public Works and Transport. On June 29 th the delegation was joined in Managua, the Nicaraguan capital, by President Michel Martelly. On the agenda of this eighth summit: How to pay for the petroleum products Haiti receives from Venezuela with food products from Haiti. Included on the list of the products Haiti will exchange with Venezuela for oil will be rice, red beans, corn, honey and sugar. Guyana, which exchanged rice for Venezuelan oil under the Petro Caribe program. destination Conclusive results were reported in the partnership with Air Transat Canada. The package with Air Transat allowed 120 tourists to visit Haiti in the last 5 months. Because of the travelers satisfactory reports, the company decided to add copies are printed. Ms. Villedrouin believes that this success will allow Haiti to host a large number of Canadian tourist at the end of this year. Given these positive results in Canada, the Ministry of Tourism will soon begin a partnership with Air Transat in the United States. The package will be implemented with several airlines and will encourage the arrival of American tourists. The tourism minister also announced the signing of an agreement with Air France in September 2013. The agreement will aim to encourage French tourists to choose packages including tourist destinations in Haiti. Ms. Villedrouin reiterated the commitment of her ministry to promote destinations and to support operators. The Haitian government wants to engage in dialogues to renegotiate prices with electricity suppliers. Electricite DHaitis Executive Director Andresse Apollo, said earlier this week that the Ministries of Finance and Public Works launched a process to create an inter-ministerial commission to renegotiate contracts with three suppliers Haytrac, Sogener and E Power. The Haitian authorities have denounced the excessively high rates of the Haitian suppliers that are contributing to EDHs increasing debt. The public company is carrying a debt of 60 million dollars says Ms. Apollon, who Ms. Apollon explained that EDH can devote only million, bringing the total to 6 million. However, the bill from the three suppliers is 12 million dollars monthly. The Director of EDH noted that the debt of 60 million dollars spread over the last 10 months. Because of the outstanding debt, the E Power company decided on June 19, 2013 to turn off the engines connected to the EDH network. Negotiations are more than sole customer. Ms. Apollo reveals that her administration has made efforts to repay part of the debt. She argues that the company from banks. A renegotiation of the terms of contracts with suppliers will reduce the companys bill, which has increased While defense lawyers were meeting with prosecutors for preliminary plea discussions is common, no agreements are on the table for either Jasmin or Desmaret as their next court date approaches on July 19 at the federal courthouse in White The president of the Tourism Association of the South-East (ATSEH) Michel Ghy, stated that this a commitment between the government and the association to make Jacmel a more inviting city. to learn a bit more Haitian Culture Her name is Tanisha Ade, and the writer Dominique Batraville met her during his recent stay in Florida. She created CARNAFAM in order to promote Haitian culture. Currently CARNAFAMs activities are concentrated in Florida (Miami, Broward and West Palm Beach). CARNAFAM is working closely with the HaitianAmerican Chamber of Commerce HAAMCC chaired by Jean Pierre Thurgot to promote the products of the island of Haiti such as coffee, peanut butter (Mamba), canned goods, mangoes, rum, cocktails, liqueurs, chocolate etc... We want to expand our horizons to be helpful to our community. On March 16th CARNAVAM organized its month of March is International Womens Month. We wanted to highlight the Haitian woman, through books for the year 2013. That is why we had the participation of a dozen authors who are Haitian or of Haitian descent living in South Florida. The other six authors were men because you know that behind great women there is always great men. This was in collaboration with Editions Perles des Antilles by Bito David and the publishing house Educa-vision by Fquire Joseph Desmarets Jacmel SVIS EDIKASYON ANVIWONMANTAL FINANSMAN GANIZASYON DEBAZ KOMINOT APL DF NIM. 1013Konte Miami-Dade ap solisite pwopozisyon nan men ganizasyon 501(c)3 ki pa pou pwo yo, pou bay svis edikasyon anviwonnmantal pou rezidan Konte MiamiDade yo. Elijibilite pou aplike pou fon lajan sa a limite a ganizasyon 501(c)3 ki pa pou pwo yo ki gen km misyon santral pou f edikasyon anviwonnmantal. Pati enterese yo ka jwenn kopi Apl Df yo [Nim. 1013], k ap disponib apre 12:00 P.M., lendi 8 jiye 2013 l yo rele oswa vizite Biwo Jesyon ak Bidj Konte MiamiDade Kowdinat Sibvansyon (GC), 111 NW 1st Street, 19m Etaj, Miami, Florid 33128, (305) 375-4742 oswa telechaje tout dosye yo sou sitwb Kowdinat Sibvansyon Konte Miami-Dade la apre ke w n enskri km pwopozit potansyl nan http://www.miamidade.gov/managementandbudget/rfpNo1013emailLogin.asp. Dat limit pou soumt pwopozisyon yo se 4:00 P.M. (l lokal), lendi 5 out 2013 nan Miami-Dade County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 N.W. 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. Anvan yo asepte okenn apl df, gen yon konferans kap ft nan dat ak l swivan an: Stephen P. Clark Center 111 NW 1st Street, Miami, Florid 33128 Conference Room, 19m Etaj lendi 15 jiy 2013; 2:00 pm. 4:00 pm. Yo mande pou tout moun asiste Konferans sa-a. Pou nou kapab asire nou pwosesis konpetisyon sa-a ft san pati pri, Konte-a ap kapab reponn slman kestyon ki poze nan konferans ki ap ft anvan apl df la epitou, Konte a ft pou li evite tout kominikasyon an prive ak kandida ki ap f f yo pandan peryd preparasyon ak evalyasyon an. Konte Miami-Dade pa responsab okenn depans fr ke moun f an rap a reponn RFP sa-a, epitou li rezve dwa pou li modifye ak pou li f amannman sou or del-a si li ta panse li neses e si li ta nan enter Konte Miami-Dade. Konte-a egalman gendwa swa asepte oubyen reze klkeswa f, pase sou nenpt ki ti teknikalite oubyen iregilarite epi bay kontra yo dapre sa ki nan pi bon enter Konte Miami-Dade. Moun pou kontakte pou RFP sa-a se Ms. Theresa Fiao, Biwo Jesyon ak Bidj Kowdinasyon Sibvansyon, nan (305) 375-4742. Apl Df the international calendar of the International Council of Folklore Festivals (CIOFF). Its goal is to enhance the depth this international cultural event will be take place in the city of Alcibiades Pommyarac to show the world the tourist and cultural capabilities of this Southeastern city. It will also be an opportunity, says Darguste, to give greater visibility to the beauty and charm of Haiti by drawing the spotlight on cultural and tourist attractions. The event will be launched on Barranquilla Avenue in Jacmel with exhibitions of traditional art products. Several other cultural activities will take place between July 19 and 23 in several parts of the city. The activities will conclude in Port-au-Prince with guided visits to sites and a great closing show at Sugar Cane Historic Park.

PAGE 11

Page 11 ANNONCES DIVERSES Le Tribunal de Paix de la Commune de Carrefour, comptemment runi au local rgulier de ses audiences a rendu en audience publique et en ses attributions civiles des loyers le jugement suivant : ENTRE ; le sieur Jean No FAVIL et la dame Joachim CELERME dont le dispositif du dit jugement est ainsi libell : PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr et au vu de la loi ; statuant publiquement et par dfaut au Nom de Rpublique et charge dappel. Maintient le dfaut requis et octroy laudience du jeudi 24 Janvier 2013 pour faute de comparatre, conformment larticle 49 du code de Procdure Civile Luc D. Hector. Accueille laction du requrant pour tre juste et fonde tant en la forme quau fond. Dit que la dame Joachim CELERME est en faute pour navoir pas honor ses redevances de fermage chu depuis lanne 2006. Rsilie le bail ferme liant les parties conformment larticle 84 du dcret du 22 Aot 1995 sur lorganisation judiciaire, alina 3. Ordonne en consquence le dguerpissement de la dame Joachim CELERME de la proprit du requrant situe Carrefour, Impasse Jean Thomas pour non paiement de ses redevances locatives, conformment larticle 84 du dcret du 22 Aot 1995 sur lorganisation judiciaire, alina 3. Condamne la dame Joachim CELERME Vingt mille gourdes de dommages-intrts Condamne galement la dame Joachim CELERME aux frais et dpens de la procdure. ceci avec commandement vu quil est par dfaut. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Wilfrid MARCENAT juge en audience civile, publique, ordinaire du jeudi vingtquatre Janvier deux mille Treize (2013) au Tribunal de Paix de la Commune de Carrefour, avec lassistance du sieur Anousse IL EST ORDONN .. ETC EN FOI DE QUOI ETC Pour expdition conforme collationne. Me. Yves LOUISOR, Avocat Le Tribunal de Paix de la Commune de Carrefour, comptemment runi au local rgulier de ses audiences a rendu en audience publique et en ses attributions civiles des loyers le jugement suivant : ENTRE ; le sieur Jean No FAVIL et le sieur Benoit MDUS dont le dispositif du dit jugement est ainsi libell : PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr conformment et au vu de la loi ; statuant publiquement et par dfaut au nom de la Rpublique et charge dappel. Maintient le dfaut requis et octroy laudience du jeudi 24 Janvier 2013 pour faute de comparatre, conformment larticle 49 du code de Procdure Civile Luc D. Hector. Accueille laction du requrant pour tre juste et fonde tant en la forme quau fond. Dit que le sieur Benoit MDUS est en faute pour navoir pas honor ses redevances de fermage chu depuis lanne 2006. Rsilie le bail ferme liant les parties conformment larticle 84 du dcret du 22 Aot 1995 sur lorganisation judiciaire, alina 3. Ordonne en consquence le dguerpissement du sieur Benoit MDUS de la proprit du requrant situe Carrefour, Impasse Jean Thomas pour non paiement de ses redevances locatives, conformment larticle 84 du dcret du 22 Aot 1995 sur lorganisation judiciaire, alina 3. Condamne le sieur Benoit MDUS aux frais et dpens de la procdure. Commet commandement vu quil est par dfaut. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Wilfrid MARCENAT juge en audience civile, publique, ordinaire du jeudi Vingt-quatre Janvier deux mille Treize (2013) au Tribunal de Paix de la Commune de Carrefour, avec lassistance du sieur Anousse IL EST ORDONN .. ETC EN FOI DE QUOI .. ETC Pour expdition conforme collationne. Me. Yves LOUISOR, Avocat PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions du Ministre Public, maintient le dfaut octroy contre la dfenderesse la susdite audience, pour le Nixon MARDY davec son pouse Ednise PIERRE pour injures graves et publiques, Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre lesdits poux, Ordonne ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil jugement, compense les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, juge en audience civile, ordinaire et publique du vendredi seize Mars deux mille douze, en PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen sur les conclusions du Ministre public, entendu maintient le dfaut octroy contre la dfenderesse laudience prcite Willy DUTERVIL davec son pouse ne Marie Uraldia BELANCE pour injures graves et publiques. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre les dits registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers compense les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Raymond JEAN MICHEL, juge en audience civile et publique en date du sept Novembre deux mille huit en prsence de Me. Jean Claude DABREZIL, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort Il est ordonn etc En foi de quoi etc Sign : Max Hinder H. K. BAZILE, du Barreau de Port-au-Prince. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen sur les conclusions du Ministre Public, le Tribunal accueille laction du sieur Jean Guyteau LALOI pour tre rgulire introduite en la forme ; Maintient le dfaut faute de comparatre sollicit laudience du Vendredi seize (16) Novembre deux mille douze Jean Guyteau LALOI davec son pouse ne Adeline PIERRE LOUIS pour injures graves et publiques ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre les dits poux pour cette cause et ce, aux torts au-Prince, de Transcrire dans les registres ce destin le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Clerbrun FAURE pour RENDU DE NOUS, Widner THANO, juge en audience civile, et publique et ordinaire ce vendredi Onze (11) Janvier deux mille Treize, en prsence de Me. Saint-Aneau NORZ, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec lassistance du IL EST ORDONN tous huissiers, sur ce requis, de mettre le prsent jugement lorsquils en seront lgalement requis. susdits. Pour expdition conforme Collationne. Me. Marco BRICE, Av. Me. Osner RICHARD, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen sur les conclusions du Ministre Public, entendu, la dite action, Admet en consquence le divorce du sieur Roberne CHARLES davec son pouse ne Marie Alberte LAGUERRE, pour injures graves et publiques aux torts de lpouse, Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant au-Prince, de transcrire dans les registres ce destin le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant dans la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Canal GABRIEL AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile, et publique en date du Vingt-huit Avril deux mille Onze, en prsence de Me. Joseph Elyse JEAN LOUIS, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce IL EST ORDONN, tous huissiers, sur ce requis, de mettre le prsent jugement lorsquils en seront lgalement requis. susdits. Pour expdition conforme collationne. Me. Marco BRICE, Av. Me. Osner RICHARD, Av. Il est port la connaissance des intresss qu la date du quatorze Mars deux mille Treize (14 Mars 2013), le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince a rendu une dcisions entre les poux Yves Michel AMRIS, la femme ne Marie Wideleine PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, le Ministre Public entendu, fonde ladite action. Admet en consquence le divorce du sieur Yves Michel AMRIS, de lpouse. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits poux ; sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers de ce jugement ; compense les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile ordinaire et publique du jeudi quatorze Mars deux mille Treize, en prsence de Me. Joseph Elyse JEAN LOUIS, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce Il est ordonn Etc. En foi de quoi Etc. Pour ordre de publication : Me. Jol TURENNE Pour le Cabinet Dispositif du jugement du Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince rendu en date du 12 Juin 2013. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs dlibration sur les conclusions du Ministre Public, accueille laction du sieur Mathieu THODORE, en la forme ; maintient le dfaut faute de comparatre octroy laudience du Vendredi 5 Juin 2013 contre la dame Mathieu THODORE ne Enita LONGOR ; Admet le divorce du demandeur davec son pouse pour incompatibilits de caractres prvues larticle 217 du Code Civil Hatien ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre eux, aux torts de lpouse ; sur les registres ce destin le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la Capitale, sous peine de dommages-intrts envers les tiers ; compense les dpens vu la qualit des parties ; commet lhuissier Canal GABRIEL RENDU DE NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, au Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince, ce mercredi 12 Juin 2013, en prsence de Me. Grecia NORZUS, Substitut Commissaire du Gouvernement avec lassistance de Me. Homre IL EST ORDONN, tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement en seront lgalement requis.EN FOI DE QUOI, la minute du prsent jugement est signe du Doyen et de la Jean Rmy DAVID, Av. Extrait des minutes du greffe du Tribunal de Premire Instance de PetitGove : le Tribunal de Premire Instance de Petit-Gove, comptemment runi au Palais de Justice de cette ville, a rendu, en audience publique et en ses attributions Civiles de divorce, le jugement suivant en les parties. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public le Tribunal au vu de la loi maintient le dfaut requis et octroy de la demanderesse la dame Lesly GUIRAND ne Nelcie LUC aux torts exclusifs de

PAGE 12

Page 12 LIBRE PENSER PORT-AU-PRINCE, 21 Juin Une appellation qui est mise depuis quelque temps toutes les sauces cest celle de dfenseur des droits humains. Jusque-l ctait quelquun qui se dvoue la dfense des sans-dfense. Et militant dans une organisation similaire. Le dfenseur des droits humains peut tre le personnelle pour se consacrer une cause qui lui tient cur. Aujourdhui la dfense des droits humains mne tout. Jusqu entrer dans un cabinet ministriel. Puis ds quon est dpos, on redevient dfenseur des droits humains. Et ainsi de suite. Tout comme la confusion savamment entretenue entre ONG et organisation de dfense des droits humains. Ce qui garantit une reconnaissance supplmentaire. Le titre le plus important dans le CV de tout homme (ou femme) politique aujourdhui cest quil (ou elle) a t dfenseur des droits humains. La dfense des droits humains est devenue un paravent, voire un cache-sexe, qui peut ds lors prter toutes dfenseur des droits humains apparu probablement dans les annes 1960-1970. Ctait le temps des Soljenitsyne, Sakharov et autres dissidents rescaps du Goulag sovitique. En mme temps, les droits humains navaient aucune prise sur nos dictatures dites tropicales : Trujillo, Duvalier, Somoza. Et cest tout rcemment que le Cuba socialiste a accept de le prendre en compte. Evidemment mieux vaut tre un dfenseur des droits humains, de plus internationalement reconnu, quun opposant dclar du rgime. Rcemment des dirigeants trangers dONG ont t jugs et expulss dEgypte par le nouveau pouvoir issu des Frres musulmans. Etait-ce comme ONG ou comme dfenseurs des droits humains ? Jusque-l combattant les gouvernements mais voici que aujourdhui ce sont ces derniers qui crent des ministres ou des vice-ministres dlgus aux droits humains. Donc la rcupration parat presque totale. Et les pays dits amis nont aucun mal fliciter tel pouvoir pour ses performances en matire de droits humains. Fort souvent thoriques. Aloral Mais peut-tre faudrait-il commencer par le humains ? Ce quest aujourdhui les droits humains ? dit rcemment : les gens sont abattus dans les rues de Port-auPrince mais les dfenseurs des droits humains ne sintressent quau sort de leurs bourreaux Cette observation est peut-tre passablement caricaturale mais cela peut vouloir dire aussi que les organisations des droits humains ne sintressent aujourdhui quaux cas les plus emblmatiques, ou plutt mdiatisables (genre ex-ministre Josu Pierre-Louis versus une ex-compagne laccusant de viol, Marie Danielle Bernadin). Ce dbut de banalisation peut provenir aussi du fait quil existe trop dorganisations. a pullule. Toutes dnominations confondues. Baby Doc doit avoir aussi son organisation des droits humains. En sous-main. De toutes faons, les droits humains et la politique autrefois ne faisaient pas bon mnage. Et il ny a aucune raison de croire que cela a vraiment chang. Sauf les droits humains comme marchepied. Soit pour arriver soi-mme au pouvoir (lavenir nous le dira !). Soit pour jouer, comme dans Shakespeare, le pouvoir derrire le trne. En tout cas, tout ceci cest bien dommage aux yeux dune gnration (celle des annes 1970) qui avaient fait de la dfense des droits humains un vritable vangile. Malraux dirait : comme on entre en religion Comme une dernire alternative entre le communisme fossoyeur des liberts individuelles et le capitalisme soutenant nos horribles dictatures. Jallais dire tropicales. Non, Tropical aujourdhui cest le nom dun jus trs apprci. Pour faire mieux passer la pilule amre. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince ( ... suite de la page 2) base de la suite Microsoft. Au vrai, tant que cela rpond aux exigences dadaptabilit et de praticabilit du personnel tout en correspondant la stratgie de lentreprise, cest pour le mieux. Mais ce que nous indexons, cest lindigence et la mdiocrit qui entourent cette utilisation rductrice. Il y a mme des institutions (et pas des moindres) qui vont jusqu traiter leurs statistiques sur des applications de traitement de texte. Innovant Pour le personnel de certaines entreprises et institutions, si les ordinateurs sallument et que chacun peut Facebook ne rame pas en raison dune surcharge rseau, directeurs et employs sont les maitres du monde. Mais, dans de tels environnements, trs vite le poste de travail devient lordinateur personnel de lemploy : tlchargements dcran estampill avec la photo de ltre cher ou la photo du petit dernier, quand ce nest pas la photo de famille. Les ordinateurs, les Assistants Personnels, les IPAD deviennent trs vite des gadgets plutt que des outils damlioration de performance et de cration de connaissance. Les imprimantes narrtent pas de tourner ..On se proccupe peu de savoir si la mise en forme correspond une sortie de papier adapte au format disponible. Un clic et une centaine de feuille vau leau Et oui Grce lordinateur, on peut faire plus rapidement des choses, et notamment des erreurs, quon naurait pas eues besoin de faire sans ordinateur Faut-il encore ajouter quau-del de ce chaos rpartis sur divers supports non protgs parpills sur les multiples postes et enfouis dans la masse des documents personnels. Rechercher un document dans les labyrinthes de ces ordinateurs, cest voquer le thorme du lampadaire (celui de livrogne qui ne sait plus sil a perdu ses cls Martissant ou Logne, mais qui vient les chercher au Champ de Mars, sous prtexte que cest l quil y a de la lumire). Pas de stratgie de nommage pour sauvegarder les de Balzac. Si vous demandez quelquun venant de ces quici. Et cest sans doute cette tendance qui a pouss le prix Nobel dconomie de 1987, Robert Solow, a dire que dans les entreprises : les ordinateurs sont partout sauf dans les statistiques de productivit .. et de performance. A quel cot ? Flatts par le prestige de possder un appareil haut de gamme, Obnubils par le ct gadget des technologies, les acteurs mtiers de lentreprise oublient que la mission de linformatique est daccrotre la performance de lentreprise responsablement approprie. Il est essentiel de se rappeler que linformatique nest quun outil doptimisation des processus Elle nest pas en soi garante de performance et de rentabilit. Au mieux, elle ne russit que l o il y a une bonne organisation, l o rgles de gestion adaptes, des contrles de qualit et des responsabilits assumes. Il ne peut y avoir de rentabilit du systme informatique et de performance dans une entreprise coiffe par une hirarchie qui ne maitrise pas son outil informatique et qui ne comprend pas les fonctions des mtiers quelle est cense superviser. projets dintroduction de nouvelles technologies dans les entreprises sont des checs. Et les motifs sont toujours les mmes: Absence de stratgie, trop faible implication du management, maitrise douvrage incomptente, absence de changement, absence dindicateurs de performance pertinents, absence de manuel de qualit. Pourtant, dans un environnement de plus en plus incertain et complexe, la mise au point dune stratgie pour des carts avec la prdiction initiale, adapter incessamment des politiques ne peuvent objectivement se concevoir sans le recours aux nouvelles technologies de linformation pour aider les gestionnaires Mais, en amont il y a les dimensions organisationnelle et informationnelle qui peuvent entraver les processus dinnovation technologiques. Cest quand la responsabilits ont t assumes et quand les processus ont t mis sous contrle que lentreprise sinscrira dans la dmarche doptimisation qui permet de crer de la valeur et de doper ses investissements technologiques. Il est vident que linvestissement dans les TIC peut contribuer lamlioration des performances, mais seulement lorsquil saccompagne dautres investissements et dautres actions au niveau de lentreprise, comme par exemple des changements organisationnels et une volution des comptences du personnel. Je termine en rappelant la justesse de cette loi de Murphy sur linformatique Si on fait passer des btises dans un ordinateur, il nen sortira que des btises. Mais ces btises, ayant t traites par une machine coteuse, sont en quelque sorte anoblies et personne nose les critiquer. Cest manifestement ce quon appelle limposture technologique Erno Renoncourt juin 2013 Erno.renoncourt@yahoo.fr Bibliographie : AFAI Rentabilit des projets informatiques : mthode, outils, cas pratiques. Paris, 2004. Collection Pratiques Professionnelles Ghenassia Bruno, Fustec Alan : Votre informatique est-elle rentable ? Paris, dition dOrganisation, 2004 Informatique Dcisonnelle et management de la performance, Cahier de Recherche des Laboratoires Orlanais de Gestion, 2008-1, Chaker Haouet. Les TIC et la Croissance conomique, Panorama des industries, des entreprises et des pays. Publication de lOCDE, 2003 milieux de vous parler de linformatique de son entreprise, ne soyez pas tonn de nentendre que des vertus. Car labsence de stratgie et les manques dambition de ces entreprises et de ces institutions, en ce qui concerne loutil informatique, permettent tout le monde de se sentir laise dans son mtier. Chacun remplit parfaitement Faire tout pour que rien ne marche, en faisant semblant que tout marche Cest en quelque sorte lapplication de lune des lois de Murphy sur linformatique : La technologie en place tend se maintenir malgr les nouvelles technologies Une enqute, mene dans 15 entreprises et institutions (publiques et prives de taille moyenne :10 50 employs), a montr que sur une priode de 10 jours ouvrables, lordinateur est activits personnelles. Dans ces mondesl, amlioration de processus, standardisation, contrle de qualit, tableaux de bord, rgles de gestion sont pour ceux qui veulent communiquer avec les Extras Terrestres Dans de telles conditions, impossible de parler de rentabilit de linvestissement informatique ? On pourra toujours se consoler en sachant que cela ne se passe pas mieux ailleurs. Car mme si le chaos est moins effrayant en termes dutilisation, nanmoins linformatique, si elle ne nest pas plus rentable ailleurs

PAGE 13

Page 13 HAITI, QUEL ENVIRONNEMENT ? de lconomie verte jai parl de centres de tri et dempaquetage qui devaient permettre de rduire les pertes durant le transport des fruits et lgumes du lieu de production vers le march (voir Lconomie verte (3) La dcentralisation HEM Vol. 27 # 5 du 20-26/02/2013). A lpoque jtais centr sur lide de dvelopper des ples Vous pensez si je me suis prcipit pour aller voir Jai fait le plaidoyer en faveur de ce genre de centre, mais je nai aucune ide de ce quoi il devrait ressembler. Ce que jai vu ma sembl simple mais en mme temps capable de remplir les principales fonctions : premier tri des produits apports, lavage, schage, empaquetage, pesage. Les techniciens que jai rencontrs mont expliqu Ceci dit, il y a une srie de points que je nai pas voulu aborder lors de cette premire visite, mais quil faudra bien claircir. Visiblement, le centre sera gr par des techniciens, mais au nom de ODAI-L (Organisation pour le Dveloppement Agricole Intgr Local), une organisation paysanne qui compte 2.000 membres dans la commune de Kenscoff, mais il serait Collier de dbris de croissance-dveloppement dans le cadre dune politique de dcentralisation et dune meilleure rpartition des infrastructures sur le territoire national. Je suis revenu sur le thme mais, cette fois-ci en me centrant sur la rduction des pertes comme un des lments de cette fameuse quation dun haut cadre du MARNDR selon laquelle le volume de la production est fonction de productivit x superficie + rduction des pertes (voir Lconomie verte (11) La rduction des pertes, HEM Vol. 27 # 18 du 22-28/05/2013. Et voil que par le plus grand des hasards, japprends quun Centre de Conditionnement de Produits Frais a t inaugur la semaine dernire, Kenscoff, en prsence du Secrtaire dEtat la Production Vgtale, lagronome Fresnel Dorcin, et de la Ministre Dlgue la Promotion Paysanne. Financ par lUSAID travers le projet WINNER, ce centre serait le premier du genre dans le pays. que le centre allait acheter la production des paysans de la zone (environ 700 sont intresss) et la revendre aux super-marchs. Et dnumrer les avantages de cette entreprise : Gain de temps pour les femmes qui nauront plus aller jusqu Ptionville ou Port-au-Prince pour vendre les produits ; Les marchs ne seront plus encombrs par les dchets et les invendus. le cycle de Sama Guiteau du nom dun de mes invits Mlodie and company Son ide tait que les dchets et les invendus qui encombrent les marchs une fois la journe termine devraient retourner dans le milieu rural pour tre utiliss dans bientt ils seraient en mesure de mettre du compost sur le march. intressant de savoir quel type de contrle lODAI-L pourra exercer sur la gestion du centre. En particulier, puisque le centre achte et revend, on peut prvoir que ces oprations La question est dimportance, car le conditionnement des produits est une tape dans la chaine de valeurs ; or on sait que lune des causes de la misre des agriculteurs hatiens le producteur est-il prvu ? Bon, on ladit au dpart, ce centre vient dtre inaugur et na pas encore commenc fonctionner. Il va donc falloir attendre quelques semaines de fonctionnement pour voir comment cela marche. Mais il va aussi falloir le suivre de prs car cest une premire exprience et il faut absolument quelle russisse pour pouvoir tre reproduite sur lensemble du territoire. Bernard Ethart Port-au-Prince, le 26 juin 2013 Lcrivain Gary Victor, en collaboration avec les Nations Unies, a prsent son dernier livre Collier de dbris ce mardi 25 juin 2013 lhtel Oloffson. Lvnement a dbut par une marche mmoire au sein de Carrefour Feuilles, quartier en partie rhabilit grce au recyclage des dbris et lieu de rsidence de lauteur. Touch par le sisme, Gary Victor avait accept en 2012 la proposition du Programme des Nations Unies pour le dveloppement (PNUD) de recueillir les tmoignages de Accompagn de la Directrice principale du PNUD en Hati, Sophie de Caen, lauteur du roman A langle des rues parallles a parcouru les sentiers longtemps escarps et aujourdhui pavs de Carrefour Feuilles, pour montrer comment les dbris ont t dgags des rues par les communauts puis transforms pour amliorer leurs conditions de vie. De son ct, Sophie de Caen sest rjoui de constater que la communaut ait accueilli avec enthousiasme le projet et que les rsultats de cette initiative conjointe des Nations Hati. Lanc en dcembre 2010, le projet conjoint des Nations Unies pour la gestion des dbris Port-au-Prince visait supporter le retour en toute scurit des familles dplaces dans leurs quartiers dorigine. A date, le projet a pu contribuer au dblayage de prs dun million de mtres cubes de dbris, raliser 2500 mtres de corridors pavs dadoquins produits partir de dbris recycls. Unies aient contribu amliorer la vie dans le quartier de Carrefour Feuilles. Par rapport aux rsultats obtenus, Sophie de Caen y voit un modle qui pourrait tre repris dans dautres pays. La rdaction de Collier de dbris a ncessit six mois de travail sur le terrain pour lcrivain, en particulier pour rencontrer les habitants des communauts concernes. Pour avoir perdu plusieurs dizaines damis, Gary Victor considre ce livre comme une thrapie personnelle. Collier de dbris ma permis de renatre, de me dgager des miasmes motionnels du sisme. Lespoir qui ne meurt jamais dans le cur des oublis a rallum le mien tmoigne lauteur. Collier de dbris retrace lhistoire de ces milliers de personnes qui ont contribu redessiner limage de Port-au-Prince. Louvrage expose sans complexe comment la dtermination et lenvie de se relever guident le quotidien sem dembches des familles hatiennes. Edit par Mmoire dEncrier et paru dans la collection chronique, Collier de dbris est distribu par Communication Plus en ses voisins, des ouvriers chargs dvacuer les dbris, des contremaitres et des superviseurs de chantiers, des ingnieurs et des chauffeurs dengins lourds, des marchandes de manj-cuit prparant les repas auprs des chantiers, mais aussi les petits revendeurs de ferrailles tordues et rcupres dans les dalles et les btis des maisons effondres. doublier lhistoire de ces milliers de gens qui se sont acharns pour enlever les dbris. Ainsi, ce livre constitue dans une certaine mesure un travail de mmoire insiste-t-il. Jai dabord beaucoup hsit avant daccepter dcrire ce livre mais jai t convaincu par laspect humain et motionnel trs fort du projet et des gens que jai rencontrs poursuit Gary Victor. Centre de Conditionnement de Produits Frais, inaugur Kenscoff (photo B.E.) Gary Victor signant son nouvel ouvrage

PAGE 14

Page 14 Solutions de la semaine pass eROUSSEFF I##U#X#A CAMEROUN K#E#AN#T SOMBRERO H#OTER#C AL###E#H WALKYRIE Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com 18LES JEUX DE BERNARD MESTRE MESURE MASURE MATURE RATURE ROTURE ROTULE SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeABAJOUECALINS MIXITE I M A N T A ESolutions de la semaine passe: LES JEUX DE BERNARD Allez de CALINS, MIXITE en utilisant des mots du du vocabulaire franais, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Mls Z S H M D U C U H Q O U X X U S F C W N O B M A T R J Z C T L F U L U S I S N O M B D B U M A K E B A D P I Z M Q P J T S R I F L P N R Z D P H C F O O E S E X W A L E S U Z M A N B N R I S B H C N H F M D S H U I K E B M G U K N A L E S I K I D A M O J R S B I K O I C W N Q V K U R A M P H E L E D E O G F C L E G G W G Z E N L R G U V R K O U Y U L U S I S Y X F T E V D R A G U F Y V R NTrouvez 22 grands noms de la lutte contre lapartheid dans le carr ci dessus. lpoux ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre eux ; Ordonne du prsent jugement dont un extrait sera publi dans les colonnes de lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet ; du prsent jugement ; compense les dpens vu la qualit des parties.RENDU DE NOUS, Me. Emmanuel TATAILLE, Doyen du Tribunal de Premire Instance de Petit-Gove, en audience publique civile de divorce de ce jour Vingt-huit Dcembre deux mille douze, en prsence de Me. Erick PIERRE-PAUL Substitut du IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement lorsquils en seront lgalement requis. susdits. Fait Port-au-Prince, le 26 Juin 2013. Me. Hrold JOINVILLE, Avocat Extrait des minutes du greffe du Tribunal du tribunal de Premire Instance de Petit-Gove : Le Tribunal de Premire Instance de Petit-Goave, comptemment runi au Palais de Justice de cette Ville, a rendu, en audience publique et en ses attributions Civiles de divorce, le jugement suivant entre les parties. PAR CES MOTIFS, Le Tribunal aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public le Tribunal au vu de la loi maintien le dfaut requis et octroy de la demanderesse la dame Jean Murat ALERTE ne Manita LAPORTE aux torts exclusifs de lpoux ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre eux ; Ordonne du prsent jugement dont un extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet ; commet lhuissier jugement ; compense les dpens vu la qualit des parties.RENDU DE NOUS, Me. Emmanuel TATAILLE, Doyen du Tribunal de Premire Instance de Petit-Gove, en audience publique civile de divorce de ce jour Vingt-huit Dcembre deux mille douze, en prsence de Me. Erick PIERRE-PAUL, Substitut du IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement en seront lgalement requis. EN FOI DE QUOI, la minute du prsent jugement est signe du juge et du Fait Port-au-Prince, le 26 Juin 2013. Me. Hrold JOINVILLE, Avocat Extrait des minutes du greffe du Tribunal de Premire Instance de Petit-Gove : Le Tribunal de Premire Instance de Petit-Gove, comptemment runi au Palais de Justice de cette Ville, a rendu, en audience publique et en ses attributions civiles de divorce, le jugement suivant entre les parties. PAR CES MOTIFS, Le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public le Tribunal au vu de la loi maintien le dfaut requis et octroy laction du demandeur le sieur Fito POULARD vu que cette demande est juste et fonde ; Admet le divorce des poux Fito POULARD ne Elienne CARENAN aux torts exclusifs de lpoux ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre eux ; Ordonne du prsent jugement dont un extrait sera publi dans les colonnes de lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet ; du prsent jugement ; compense les dpens vu la qualit des parties.RENDU DE NOUS, Me Emmanuel TATAILLE, Doyen du Tribunal de Premire Instance de Petit-Gove, en audience publique civile de divorce de ce jour Vingt-huit Dcembre deux mille douze, en prsence de Me. Erick PIERRE-PAUL, Substitut du IL EST ORDONN, tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement lorsquils en seront lgalement requis. susdits. Fait Port-au-Prince, le 26 Juin 2013. Me. Hrold JOINVILLE, Avocat Dispositif dun jugement rendu par dfaut par le Tribunal de Premire Instance de les sieurs et dame Telusma Maxo, Sephyr Zette et Lin Jean. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr conformment au vu de la loi, accueille du requrant pour tre rgulire en la forme et juste au fond ; Maintient le dfaut octroy laudience prcite ; Ordonne, en consquence, le dguerpissement des assignes, les sieurs et dame Tlusma Maxo, Sephyr Zette et Lin Jean et consorts de la proprit litigeux et la dmolition de toutes constructions qui y sont riges par ces derniers ; accorde lexcution provisoire sans caution du jugement, nonobstant appel ou pourvoi en Cassation ; Condamne les assigns Cinq Cent Mille Gourdes (500,000.00) titre de dommages-intrts ; les condamnes aux frais et dpens de linstance ; commet Il est ordonn etc En foi de quoi .. etc Pour expdition conforme Collationne Me. Osner RICHARD, Av. Me. Marco BRICE, Av. DISPOSITIF DU JUGEMENT Rendu par le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince, le Vingt Juin deux mille Treize. ENTRE : 1) Le sieur Ronald GAY, demandeur dune part ; ET : 2) La dame Ronald GAY ne Sonia MUS, dfenderesse dautre part ; PAR CES MOTIFS, Le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, dclare fonde ladite action. Admet en consquence le divorce du sieur Ronald GAY, davec son pouse ne Sonia MUS pour injures graves et publiques. Prononce la dissolution de la Commune de Delmas, de transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Vilneret AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile, ordinaire et publique du jeudi Vingt Juin deux mille Treize, en prsence de Me. Kendy JOSEPH, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec Me. Gilbert MYRTHIL, Av. DISPOSITIF DU JUGEMENT Rendu par le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince, le Vingt Juin deux mille Treize. Entre : 1) Le sieur Guyvens LAURUS, demandeur dune part ; Et : 2) La dame Guyvens LAURUS ne Rgine RGIS, dfenderesse dautre part. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, fonde ladite action. Admet en consquence le divorce du sieur Guyvens LAURUS, davec son pouse ne Rgine RGIS pour injures graves et publiques aux torts de lEpouse. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits poux ; Ordonne du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile ordinaire et publique du jeudi vingt Juin deux mille Treize, en prsence de Me. Kendy JOSEPH, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec Me. Marcel DSIR, Avocat.

PAGE 15

Page 15 TI GOUT PA TI GOUT ak Jan Mapou Tout mon konnen yon nan pi gwo oloks nan istwa limanite espesyalman nan Lamerik-la ak nan Karayib-la se lesklavaj. Pou vin bourike pou yo, yo te trete ng kon bann zanmimo. Apre Amerik la tankou Ng nan peyi Lafrik Disid pase youn bann tan san dwa sivik ak politik. Yo trete Ng yo kon dezym klas mon, youn dezym kategori sitwayen ki pa tka ni chita kote blan, ni voye pitit yo nan menm lekl ak blan, ni manje nan menm restoran ak blan. Blan yo boule kay yo, ensandye legliz yo, pann yo pou dan ri. Men zany Tousen Breda toujou la ap veye. Apre asasinay Tousen nan fredi laglas Fdejou nan peyi Lafrans, youn bann lt Tousen pse. Toupatou nan lemond, san bliye manman Lafrik kote yo te soti e kote nanm yo te retounen apre lanm yo. Lespri Tousen-an ban nou Martin Luther King nan peyi Etazini . Li ban nou tou youn gason eksepsyonl, youn lid, youn mastbrenn ki rele Nelson Rolihlahla Mandela. Jounen jodi-a depi ane 2008, nou gen youn barak ki pse: Barak Obama. f, men se aplikasyon eksplikasyon sa-a ki esansyl. Zengredyan Mi La Salklas la chaje ak danje ladan li, oswa ban biwo, tablo yo pa ranje nan fason ki matche ak aktivite ki akonpaye leson an. Salklas la pwoteje, epi mb yo ranje nan fason ki matche ak fma leson an, oswa si se neses, fma leson an koresponn ak aranjman mb yo, men anseyan an pap ka prezante leson an byen. Salklas la bay elv yo sekirite, epi aranjman mb yo svi km resous pou fasilite aprantisaj la. Salklas la sekirize, epi elv yo yomenm ranje mb yo nan fason pou ede yo aprann pi byen. Resous Anseyan an tlman mal itilize resous oswa espas salklas la, li lakz kk elv yo pa ka f travay aprantisaj yo vin f lekl la. Anseyan an itilize andedan salklas la plizoumwen byen, epi elv yo kapab f aprantisaj ki enpotan yo. Anseyan an itilize resous ak espas salklas la kmsadwa, epi tout elv gen chan f tout aprantisaj yo ntalkoke. Anseyan an ak elv yo itilize resous krekteman epi tout elv konnen tout aprantisaj yo disponib pou tout elv nan klas la san pys distenksyon. Zengredyan ki andedan chak moso gen 4 nivo rannman ak pfmans: wwt, rk, mi, epi wz. Nan sans sa-a, se konpare nap konpare nivo rannman anseyan an ak etap matirite yon fri tankou mango parekzanp. Nivo pfmans yo kmanse ak anseyan novis la kap rale pou li metrize yon ti pwlym pedagoji ( ak maty li anseye a ( ), tonbe sou anseyan byen fme kap remt ansyman solid la ( mi ), jouk rive sou anseyan pwofesyonl bolid, ki gen konesans, prestij ak pozisyon pou li pataje eksptiz li a ( ). Nivo rannman yo ka itil anpil, espesyalman si nou itilize yo pou sipvize ak evalye anseyan yo. Mzalo, kit anseyan an itilize yo pou li evalye pwp pedagoji li, kit se pou kore yon pwogram anseyan-gid ki gentan deja ap opere, oswa pou doze yon nouvo pwogram antrnman ak fmasyon anseyan, nivo pfomans yo toujou bay enfmasyon valab pou boukantaylide ak diskisyon ant pwofesyonl yo. Anplis ank, nivo pfmans yo ka endike ki modl devlpman ak metd chanjman ki neses nan etablisman lekl yo, nan domn ansyman, jeneralman. L anseyan an nan nivo pfmans wwt la, li pa sanble li konprann konsp ki nan zantray moso lap prezante a. Si anseyan an al chache etidye moso a, metrize epi f plis pratik ak zengredyan ki fme moso a, lap ka vin ogmante konesans ak kapasite li, epi lap ka vin devlope estil anseye ak bon dz pedagoji li. Anseyan an sanble li konprann konsp ki andedan zantray moso lap prezante a, epi lap eseye aplike zengredyan yo. Mzalo, aplikasyon an gen fay, mankman, ak twou vid pasipala. Nan sans sa-a, anseyan an mal kanpe sou konpa aplikasyon zengredyan yo. Plis lekti sou koze a, plis diskisyon, plis semin, plis obsvasyon klas lt anseyan, epi plis eksperyans (sitou ak anseyan-gid sipvizyon ak evalyasyon anseyan an. Se nan mare digdal eksperyans anseyan an ap rive amelyore pedagoji li. Sa ki pi bl nan nivo pfmans rk la, se f anseyan an pa ka f elv yo pys t oswa domaj akademik. Anseyan an nmalman byen konprann tout konsp ki nan zantray moso lap prezante a, epi li aplike konsp la kmsadwa. Anseyan kap remt rannman nan nivo mi an, se yon anseyan ki posede maty lap anseye a, epi li gen bon metd ak materyl pou pase konesans lan bay elv yo. Pif anseyan ki gen eksperyans ak kapasite ap mete pwp tt yo, oswa lt edikat ki konnen rannman travay yo byen, ap mete yo nan nivo pfmans mi sa-a. Anseyan ki rive nan nivo konpetans wz la se yon anseyan-mt ki gentan bay kontribisyon pa li nan domn edikasyon, nonslman nan lekl kote li anseye, mentou nan plizy lt lekl. Nan salklas anseyan ki atenn nivo pfomans wz la, elv yo tounen yon kominote aprenan ki gen anpil motivasyon, ki konn konsantre, ki renmen benyen nan aprann, epi ki dak pran responsablite pou yo aprann poukont yo. Reylman vre, l elv ap sonje ansyen souvni ban-lekl yo, pi souvan se kapasite anseyan an te demontre nan Domn 2 a elv yo konn rememore. Elv renmen sonje konpasyon, chal, ak val anseyan an te konn ba yo, degre rannman akademik li te atann nan men yo, epi devouman li te konn montre pou tout elv li yo. Anseyan ki maton toutbon nan Domn 2 a vre rann elv yo alz ak li; epi, chak fwa yo nan nesesite, elv yo santi yo ka konte sou konsyans pwofesyonl ak konpasyon li. Bon anseyan ki maton nan Domn 2 a toujou konsidere tout elv km moun toutbon, ki gen pwp enter psonl yo, preyokipasyon yo, ak puisans entlktyl yo. W pa w, elv yo ap konsidere li km yon granmoun ki renmen yo, ki vle w byen pou yo---yon moun yo ka konfye avni yo nan men li. Nan sans sa-a, anseyan an pa dwe janm bliye ni wl li, ni k li km pi-gran, km modl; kidonk, li pa pral chache antre nan f kannay ak klday ak elv yo. Anseyan konsa konnen tou, olyede wl anseyan lap jwe a, se sitou konesans ak eksptiz li ki baz ak fondman otorite natirl li genyen sou elv yo. San diskisyon ni pale anpil, tout elv konnen se li kap dirije salklas la, men kanmenm elv yo konsidere li km yon zanmi espesyal, yon pwotekt, yon pi-gran kap satouyt svo yo anba gabl entlktyl, yon moun ki pap kite pys mal rive yo. Karebare, yon anseyan konsa tout elv li ap kontinye f lwanj ak gam pandan lontan pou bonte li, epi yo pap janm fatige nonmen non li toupatou, jenerasyon apre jenerasyon. Se entraksyon kap ft andedan salklas la kap bay prv, si wi oswa non, anseyan an vrman maton nan kapasite ki fme Domn 2 a. Dokimantasyon tout entraksyon sa-yo kapab ft atrav entvyou, ankt, ak sondaj kap f klk epi antipile opinyon ak reyaksyon elv yo. Nou kapab itilize yon apary-videyotep oswa f yon vizit anchreranns nan klas la pou nou obsve kapasite sa-yo nan pedagoji anseyan an. BIBLIYOGRAFI Danielson, Charlotte (1996). Enhancing Professional Practice, A Framework for Teaching Lamour, Yvon. (1997, 2013). Divs Moso Nan Metye F Lekl, SDKA, Cambridge, MA Lamour, Yvon. (1999). Pwogram d Pou Anseyan-Debitan (PPAND), SDKA, Cambrigde, MA Frederik De Klerk ak Nelson Rolihlahla Mandela nan youn lanmen rekonsilyasyon pou sove peyi Afrik Disid apre Apatheid kaba nan peyi-a (foto Wikipedia) ti vil an Afrid Disid ki rele Qunu toupre Umtata nan youn zn ki rele Transkei. Li ft 18 Jiye 1918. Kidonk 18 Jiye 2013 ki pral vin la-a pral f msye 95 ane byen plen. Papa-l Henri Mandela se te chf youn tribi ki rele Thembuland.. Nelson te gen chans ranmase youn bl edikasyon segond nan youn lekl Wesleyn, apre sa, lap kontinye nan youn kolj Fort Hare kote li mare youn degree : bachelor of Arts Pandan li nan kolj sa-a, yo voye-l al chita lakay li paske li te patisipe nan youn grv etidyan. Li kontinye etid li yo pa korespondans nan vil Johanesbourg. Witwatersrand. Li diplome avoka an 1942. An 1944, li rantre nan ganizasyon politik ANC ki vle di African National Congress Jenn avoka ki pa manje anyen kfrt ; Li pran pozisyon kont jan blan Sid Afriken yo tap trete ng yo, li lage de gidon nan dengwenn pati National la ki tap dirije peyi-a. Afriki Disid ki se menm bagay ak Repiblik Afrik Disid son peyi ki chita sou pwent tt Lafrik. Li gen 9 pwovens. Tou kole Afrik Disid nou jwenn Namibi, Zimbabwe ak Botsswana On. Als gen Mozanbik ak Zwaziland. l, ak dyaman. E se sl peyi nan kontinanm ou jwenn tout gwoup etik sa yo. Blan yo se desandan alofa ewopeyen yo ki te debake nan ane 1650, an majorite Franse, Angle, Alman elatriye. Kapital Afrik Disisd rele Pretorya. Vil ki pi gran e pi bl la rele Johanesbourg. Ak politik Apatheid -la ki youn fm diskriminasyon brital ki deklare peyi-a se pou blan, ng pa ladann. Mo-a limenm ki Ayiti. Mandela ak ekip aktivis ANC-yo deklare gouvennman-an lag. sikolojik. Youn lag ki pou demanbre, demantibile moral yo. Nan pwp peyi yo pa dwe gen kote yo pa ka ni rantre, ni voye pitit yo lekl nan nenptki leklAk sist rasis sa-a ng la ladann ni nan politik, ni nan devlopman ekonomik. Ak sistm Apartheid-la ki derape legalman nana ne 1948, gen ID pou yo rantre. Yo fouye yo kon vol klkilanswa mon ou ye depi ou se ng. Viv an Afrik Disid pou ng yo te prske enposib. Mandela ak ekip ANC-a f pwotestasyon sou pwotestasyon, leve lavwa byen wo, frape beton-an byen f e menm deklannche vyolans kont blan rasis yo. Nelson Se pa milye jennjan al enskri nan pati ANC -a. Otorite blan yo kraponnen. Gouvennman-an pase ld pou yo kraze Mandela. Yo menm te mande Lakou Siprm pou li retire diplm avoka-a nan men-l. Se grasa youn jij nan lakou Siprm-nan ki rele Ramsbottom gouvennman-an. Li di dokiman sa-a Mandela travay di pou l te dekwoche-l. Li etidye ak volonte pou l svi fr ak s li yo e li pa f anyen ilegal ki montre li pa merite-l.. Mandela jwe youn wl enptan nan kenbe rezistans-lan pou retire kilti blan yo, kilti lws-la nan san Sid Afriken yo. Li mande pou yo mete kilti Bantua ak lanng Sid-Afriken-yo nan kourikoulm edikasyon timon yo. Li ankouraje tout manifestasyon kap ft kont gouvennmanan. Yo arte-l an 1962 apre li te sot pran youn antrennman milit an Aljeri. Nan youn vye similak jijman tankou lakay, yo kondane-l pou l pase 5 ane travo-fse.. Epi, apre kondanasyon sa-a otorite yo f youn balewouze. Yo fouke prske tout manm poto-mitan ANC yo. Epi yo f youn lt similak jijman. Malgre Mandela te deja kondane pou 5-ane prizon, fwa sa-a ak lt kanmarad yo, yo akize-l dske li tap konplote kont <>ki se gwo peche mtl nan tout peyi sou lat. Ekspresyon konplo kont Leta sa-a, soun ekspresyon ki gen gou san anba bouch tout diktat, tou Blan yo f prizon Robben Island b Cape town kado Nelson Mandela. Yo kondane-l pou l pran prizon avi. Se te an 1964. Se pandan li nan prizon-an repitasyon Mandela koumanse f chemen-l. Aktivis leve kon konpwomt libte fr ak s li yo. Sl kondisyon li mande se eliminen Apartheid-la eliminen fm diskriminasyon ki divize peyi-a. Bay tout ng dwa pou yo sikile lib-e-lib nan peyi yo ak tout avantaj sivik e politik blan yo genyen. Men sa nou rele youn ng ki gen konviksyon. Li pito mouri pase pou l trayi pp-li. Apre anpil presyon entnasyonal ak gwo manifestasyon nan tout Lafrik Disid gendel menm ki tr vyolan, gouvennman pati nasyonal Nelson Mandela 11 fevriye 1990, apre 27 ane prizon. Jou sa-a Haa se lemond antye ki te mobilize pou gade evennman Apatheid youn kokennchenn diskou pou premye konferans ANC ki te ft an Afrik Disid, yo nonmen-l Prezidan pati ANC-a. Youn bon zanmi-l aktivis tankou li ki rele Olivier Tambo vin chmann ganizasyon-an. 10 me 1994 Mandela kandida nan eleksyon prezidansyl yo. Ng yo soti an mas pou vote Mandela. Se konsa, Li vin premye prezidan ng eli demokratikman nan peyi Lafrik Disid. Depi kk ane, li pase mayt la bay nouvo jenerasyon-an. Li tap repoze vye k-a nan vil Qunu nan Transkei, vil kote yo antere lonbrit li. 95 an pita, li kouche sou youn kabann lopital. Malad. Byen grav. Li entne nan youn lopital nan kapital Pretorya. Se jou yo di lap konte. E se tout Lafrik Disid, tout gran lid nan lemond kap lapriy pou li. Prezidan Barak Obama, deplase psonlman pou la salye Mandela anvan li kite t-a. Men sanble li pa nan kondisyon pou li ni w ni rekont mon. Prezidan Obama te rankontre ak lafanmiy nan nouvo sant yap bati pou Mandela-a nan Johanesbourg ki rele Mandela Center of Memory Nap bat bravo pou Barak la ki tal rankontre youn lt Barak ki transfme limanite nou ta kontan w si youn jou lal an Ayiti depoze youn bouke Louverture ki bay vi-l nan batay pou liberasyon ng nan Lamerik la, youn liberasyon ki repondonng toupatou sou lat paske rasin yo te byen djanm nan peyi Ayiti. Jan Mapou (edt : 7-1-2013) mapoujanbellsouth.net ========================================================= Tousen mouri. Martin Luther Mouri. Barak Hussein Obama ak Nelson Mandela toujou la. Apre youn kary politik san pary nan listwa limanite, Nelson Mandela klase km dezym pi gran lid politik apre Toussaint Louverture. Kiys ki Nelson Mandela? Kite-m prezante-n gason vanyan sila-a. Bl gason soun towo byen kanpe sila-a ak youn souri sou vizaj li ki pa janm efase malgre 27 ane prizon ak tout youn vi soufrans nan batay pou ranvse ld sosyal peyi li: Lafrik Disid. Nelson Manndela ft nan youn

PAGE 16

Page 16 VIVE LES VACANCES (... suite de la page 2) dencourager les touristes franais choisir la destination Hati. La Banque interamricaine de dveloppement (IDB) a approuv une subvention de dans la rgion mtropolitaine de Port-au-Prince. Le programme sera excut par la Direction Nationale dEau Potable et de lAssainissement (DINEPA) et le CTE-RMPP. Outre la BID, le Fonds espagnol de coopration pour leau et lassainissement en ralisation du projet qui vise augmenter laccs leau potable dans la capitale hatienne. Actuellement, loprateur public CTE-RMPP approvisionne en eau environ 70 pour cent des 3 millions dhabitants de la rgion mtropolitaine de Port-au-Prince. Dans le cadre de ce programme, une quipe dexperts dentreprises internationales spcialises dans la gestion de leau a t galement engage. fuites, aux connexions clandestines et aux factures impayes, mais aussi amliorer la Pendant la premire phase du programme, le CTE-RMPP a russi doubler les heures de distribution deau, en passant dune moyenne de 13 heures 26 heures par semaine. Lassociation hatienne de dfense des droits des homosexuels, Kouraj (Courage en crole) a dplor vendredi les rcentes dclarations dun groupe de leaders religieux qui se sont prononcs contre la lgalisation de lhomosexualit en Hati. Le prsident de linitiative des organisations dites religieuses et morales, le pasteur Grald Forges, avait lanc mardi (25 juin) une mise en garde contre toute tendance favorable ce quil appelle lacceptation des dviances sexuelles dans la socit hatienne, soulignant que la culture hatienne rprime l`homosexualit. Le pasteur Forges s`tait galement prononc contre toute intention des parlementaires de voter une loi autorisant le mariage gay en Hati. Le prsident de lassociation Kouraj, de son ct, fait savoir que le message biblique est un message de tolrance. Lvangile de la bible est contre la discrimination, la stigmatisation mais prne lamour, la solidarit et la paix, a dclar Charlot Jeudy. Tout en dclarant reconnaitre les droits des leaders religieux de se regrouper en association et de s`exprimer en toute libert, il leur demande eux aussi de respecter les droits des homosexuels de sassocier pour dfendre leurs propres intrts. La constitution hatienne reconnait que tous les citoyens sont gaux en droits et en titres et que lEtat a lobligation de garantir la protection de tous, sans distinction aucune a dit M. Jeudy.