<%BANNER%>

Haïti en marche ( May 29, 2013 )

Digital Library of the Caribbean
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00527

Material Information

Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Creation Date: May 29, 2013
Publication Date: 06-26-2013

Subjects

Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID: UF00098809:00565

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00527

Material Information

Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Creation Date: May 29, 2013
Publication Date: 06-26-2013

Subjects

Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID: UF00098809:00565


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Michel Martelly face au dilemme des lections LAmbassadeur amricain, Pamela White et le Prsident Martelly lancent le projet AVANSE Feed the Future North au Cap-Hatien Lombre de Papa Doc jamais trop loin ( / p. 6) ( US-UE / p. 7) Soldats dominicains bloquent aux Hatiens lentre au march binational en guise de protestation contre lembargo hatien sur les oeufs dominicains Obama propose lUnion europenne de devenir un 51e Etat des Etats-Unis dAmrique Quand la force dominicaine fait sa faiblesse March commun US-UE versus Exception Pourquoi pas des Elections ( / p. 5) PORT-AU-PRINCE, 22 Juin Premire constatation : cest la premire fois depuis que nous sommes en terre dmocratique (au moins depuis 1990) que lon accorde autant dimportance des lections lgislatives et municipales. Dordinaire cela passe comme une lettre la poste. ( / p. 4) Ou presque. Aujourdhui le prsident Michel Martelly est quotidiennement par monts et par vaux. A vous donner le tournis. PORT-AU-PRINCE, 18 Juin Cest la force mme du march dominicain par rapport celui dHati qui fait la faiblesse de la partie dominicaine dans une crise comme celle actuellement vcue. ( / p. 5) Washington encourage la tenue des lections en 2013 Lors dun entretien par tlconfrence entre le prsident hatien Michel Martelly et le vice-prsident amricain Jo Biden, la Maison Blanche a encourag les autorits hatiennes organiser des lections snatoriales partielles et locales cette anne 2013, a appris Hati Press Network. PORT-AU-PRINCE, 22 Juin Beaucoup de manuvres autour des prochaines lections mais qui ne disent rien qui vaille. Le chef du gouvernement Laurent Lamothe visite deux fois en moins de quinze jours le conseil lectoral (CTCEP ou Conseil transitoire du conseil lectoral permanent) mais dans les communiqus de presse y relatifs, il est presquuniquement question des problmes de cette institution : A quoi le prsident du conseil lectoral ajoute : nombre de nos entits rsident encore sous les tentes (rfrence au sisme du 12 janvier 2010). La conclusion en tirer : nous navons pas encore les moyens techniques pour organiser les lections Toutes ces visites et points de presse rptition du conseil lectoral semblent plutt destins faire passer le temps. Gagner du temps. Avant une issue fatale. Pas tant fatale que prfabrique. De main de matre. Jusqu arriver nous convaincre que ce nest pas quon ne veuille organiser les lections mais cest la logistique qui ne suit pas encore. Nou paka f san sot nan rch. On ne peut pas faire de miracles. Parce que les lections, voyez-vous, PORT-AU-PRINCE, 19 Juin Lors du G8, lundi et mardi 17 et 18 juin, en Irlande du Nord, il ntait pas seulement question de la guerre civile en Syrie. Les 8 grandes puissances conomiques (une formule qui fait sourire quand on sait que mme la Chine, seconde puissance conomique de la plante, ne fait pas partie de ce club trs ferm et pour cause) devaient galement commencer explorer linitiative amricaine de

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... et Entreprise en Hati: Hati en Marche Port-au-Prince Miami th Printed by Southeast Offset ( / p. 16) ( / p. 12) (Premire Partie) A lheure o les forums et salons technologiques se multiplient ; lheure, o suivre en temps rel les activits de leurs entreprises, tous les PDG, Managers et Directeurs sont munis de lindispensable Ipad, et souvent, simultanment d une armada de Smartphones (Iphone, Samsung, etc..) ; lheure o sintensifient les initiatives de rapprocher les services bancaires de la population par le biais des rseaux de tlcommunications, quen est-il vraiment de lutilisation de linformatique dans les entreprises en Haiti ? En dautres termes, linvestissement Informatique des entreprises (Publiques et Prives) hatiennes est-il rentable ? Rend-il les entreprises synonyme de puissance informatique ? certitudes et doutes Cest une quasi-certitude qu quelque secteur de service (ducation, industrie, commerce, scurit publique, justice) que se rattache une entreprise, son est support par un systme dinformation pertinent, adapt aux processus de lentreprise et par un systme informatique capable de supporter les services. Au vrai adapter des politiques, mesurer les carts des rsultats des processus davec les prdictions initiales, ncessitent de recourir manifestement aux Outils des Technologies de lInformation et de la Communication (TIC). Cependant, si, grce au bon sens commun, tout le monde accepte lhypothse de cette maturation technologique, qui force les entreprises recourir aux TIC, rien nest plus malais que de mesurer la contribution que linformatique, dans ses outils et systmes, a apporte la performance et que prives. divise en deux parties, nous allons tenter de mesurer dune part, la valorisation des investissements effectus pour soutenir les processus dinformatisation dans ces entreprises. et dautre part, limpact de linformatique sur la performance des entreprises hatiennes investissements informatiques dans les entreprises hatiennes Le secteur des Services Informatiques en Haiti est un march en pleine expansion, et prsente de ce fait un potentiel de croissance et de dveloppement norme. Selon une tude, publie en 2009 par lATHIC (Association Hatienne pour le Dveloppement des Technologies de lInformation et de la Communication), un nombre de plus en plus lev dinstitutions hatiennes, que ce soit dans le secteur de ladministration publique, dans les coles, dans le secteur des organisations non gouvernementales, ont fait le choix de linformatisation en intgrant les TIC dans leurs oprations quotidiennes Cest un constat indniable. En effet, ces dernires annes, il y a eu un recours accru aux immobilisations de matriels et consommables informatiques. Tant et si vrai que le march de lquipement occupe la plus grande part, soit 47.2%, du march des services informatiques en haiti. Aucune dpense na t mnage pour soutenir leffort de modernisation par les TIC. Mais quest ce qui a vraiment chang dans la vie de ces entreprises ? Les processus qui supportent les activits et la stratgie de ces entreprises se sont-ils optimiss ? Les acteurs, qui sont au cur des activits de lentreprise (acteurs-mtiers), sont-ils devenus plus performants ? Les services fournis salignent-ils sur les stratgies de comptitivit et de service de rigueur dans le secteur ? Les clients sont-ils mieux satisfaits ? Voil des questions pour lesquelles chacun peut, dans son vcu, trouver les rponses. Car que ce soit pour les banques, les coles, les universits, le commerce, les services publics, les hpitaux, les centres de sant, les services fournis nous affectent tous. Et ce ne sont pas les managers, les PDG et les directeurs de ces entreprises et institutions, ou leurs publicistes, qui viendront nous conter fleurette en nous faisant croire que la performance est l. a-) A la banque avec ou sans Il n est qu se demander quel est le temps moyen quun client devrait passer transaction classique courante (ne dpassant pas un certain seuil de complexit)? En regard des normes de service performant; cest dire, si la banque respecte ses clients et si les processus obissent aux fondamentaux de la gestion des files dattente : nombre de serveurs adquats, discipline de service de rigueur (premier dans la ligne, premier servi), adquation entre la capacit du systme (espace d attente) et la taille de la population cliente, performance des serveurs..Oui si tous ces paramtres taient maitriss par les banques, selon une simulation de ce processus stochastique (programm sous python), un client ne devrait pas passer la banque. Vous navez qu comparer ce temps la dure de votre dernier ou prochain passage dans une des banques hatiennes et vous mesurerez la performance du service bancaire en cours en Haiti ? cest comme dans lauberge espagnole : Demandez-vous Combien de temps faut-il pour distribuer les cartes et des donnes biomtriques, le tout support par des ordinateurs, des camras et des lecteurs dempreintes digitales ? Le 21 juillet 2005, je me suis soumis au processus denregistrement pour lobtention de ma carte lectorale), elle na t disponible quen aout 2009. Soit 4 ans aprs Au Cette visite, la toute premire en Hati du Prsident Nicols Maduro depuis sa prise de vue de lorganisation des prochaines lections snatoriales et locales Le Premier ministre a rencontr les Conseillers lectoraux et les partenaires lectorale. LAMOTHE, a prsid, ce lundi 24 juin, la Primature, une importante rencontre, laquelle ont pris part, entre autres, le Prsident du Collge Transitoire du Conseil Electoral Permanent (CTCEP), M. Emmanuel Mnard; la Directrice principale en Hati, du Programme des Nations-Unies pour le Dveloppement (PNUD) Madame Sophie DE CAEN; le reprsentant spcial adjoint du Secrtaire gnral des Nations-Unies en Hati, M. Carl ALEXANDRE; le ministre de la Justice, Me. Jean Renel SANON et le ministre de lintrieur et des collectivits M. David BAZILE. Lobjectif de cette rencontre tait de discuter des dispositions adopter pour faciliter lorganisation des prochaines lections snatoriales et locales dans le pays. Dans un contexte o le CTCEP sactive raliser les lections pour le renouvellement du tiers du Snat et des collectivits territoriales, le Premier ministre continue de sinvestir dans toutes les dmarches aptes encadrer et permettre au CTCEP de mettre en marche la machine lectorale. cet gard, le Chef du Gouvernement a cr un groupe de travail compos des partenaires internationaux, des reprsentants de la Primature et du CTCEP dans le but de faciliter la concrtisation immdiate des dcisions et projets relatifs au droulement des oprations lectorales. Le Premier ministre LAMOTHE qui ritre son engagement en faveur des lections crdibles dans le pays, travaille ce que tous les partenaires impliqus dans le processus Bureau de communication de la Primature Joseph Biden souhaite lorganisation des lections hatiennes en 2013 [AlterPresse] --Le vice-prsident des Etats-Unis, Joseph Biden, encourage le dun entretien par tlconfrence avec le chef dEtat hatien, Joseph Michel Martelly, Washington. Les lections sont importantes dans la consolidation des fondements dmocratiques, dHati. Lors dune visite au local du Collge transitoire du conseil lectoral permanent (Ctcep), donner tout le support de son gouvernement dans la ralisation des lections lgislatives Nanmoins, des doutes fusent de toutes parts quant la volont politique relle du De plus, des inquitudes refont surface quant une ventuelle tentative du pouvoir en place de dissoudre le parlement en faveur dune assemble constituante, aprs le dpart en janvier 2014 dun nouveau tiers du Snat. Le prochain scrutin, en retard denviron 2 ans, concerne le renouvellement dun tiers dadministration de sections communales (Casec). Lors de lentretien tlphonique, Joseph Biden dit, par ailleurs, souhaiter un approfondissement de la coopration avec Hati en vue de laider construire un pays plus prospre et sr pour ses habitantes et habitants. communes du Nord et du Nord-Est dHati. II sagit du projet Avanse du programme Feed the Future North qui a t Le gouvernement amricain veut travailler de concert avec le Ministre de lAgriculture augmenter la production agricole et amliorer les conditions de vie des paysans. Lobjectif du gouvernement amricain et celui du Prsident Obama, est daider les puissent aider tout le pays Avanse, a soulign lAmbassadeur White, ajoutant travers le projet Avanse, je veux voir des changements positifs dans cette rgion. Avec les agriculteurs locaux qui utilisent aujourdhui des techniques modernes, nous allons constater une croissance, ce qui va permettre aux rsidents de la rgion de nourrir leurs familles et denvoyer leurs enfants lcole. Si le Nord se dveloppe, cest tout Hati qui se dveloppera galement. De concert avec le Prsident Martelly, Pamela White a pris part la pose de la premire pierre des travaux de rhabilitation dun systme dirrigation et dune route agricole pour ses productions de cacao, de riz, de banane et de mas. Par la suite, la diplomate amricaine a procd linauguration dun nouveau march Bas Limb. Les rsidents et les marchands de Bas-Limb rclamaient la construction communaut, un march bien gr prouve que la communaut est bien organise, et quelle est prte aller de lavant a dclar Mme White qui a demand aux habitants de Bas-Limb, de bien entretenir leur march en vue du dveloppement de leur communaut. Vendredi 21 juin, lAmbassadeur White a inaugur la place publique de Limonade. Pour moi, cette place est synonyme de vie, de renaissance, de scurit et de beaut. Mon crmonie, Pamela White a procd la signature dun protocole daccord dans le cadre du projet LOKAL+ qui vise amliorer les conditions de vie des Hatiens en renforant la capacit des gouvernements municipaux offrir les services publics.

PAGE 3

LACTUALITE EN MARCHE Ressources publiques 20 millions de la Banque mondiale pour llectricit dHati Pas de nouvelles ngociations en cours, selon lambassade dominicaine interdiction: ( / p. 4) --Le gouvernement dominicain nenvisage pas denvoyer, pour le moment, aucun fonctionnaire entreprendre des ngociations () a annonc lAmbassade dominicaine Port-au-Prince dans une note date du 19 juin achemine aux mdias. La Rpublique dominicaine ne semble pas vouloir revenir sur sa position, raffirmant la non-existence de la grippe aviaire sur son territoire. Elle soutient que les autorits hatiennes et les organismes internationaux le reconnaissent. La leve de linterdiction hatienne sur les produits avicoles dominicains est la position arrte des dirigeants dominicains. Mais de leur ct, les responsables hatiens continuent de rclamer des preuves dmontrant quil nexiste pas rellement trace de la grippe aviaire dans les poulaillers dominicains. La ralisation dun travail technique conjoint et llaboration dun protocole pour mettre plus dordre dans la circulation des produits sous interdiction, est une autre Synthse des recommandations des services vtrinaires hatien et dominicain sur les modalits sanitaires adopter pour le commerce des produits avicoles entre les deux pays Les Services vtrinaires de la Rpublique Dominicaine et de la Rpublique juin dernier au cours de laquelle ils se sont entendus sur les points suivants: Pour que les produits avicoles de la Rpublique dominicaine (RD) puissent nouveau tre commercialiss en Hati, un comit technique compos dexperts des deux pays et assist de reprsentants dorganisations demande des Dominicains. Le ministre des affaires trangres hatien Pierre-Richard Casimir parle de diffrend pour prvaut actuellement dans les changes entre les deux pays. Il soutient que les relations sont cordiales avec les voisins Dominicains. Pourtant, dans sa note, lambassade dominicaine fait rfrence une crise Rcemment, le prsident dominicain Danilo Mdina avait annonc que son pays entend adopter des mesures drastiques pour interdire aussi, par exemple, larrive de produits hatiens sur le sol dominicain. internationales sera mis sur pied brve chance. Ce comit laborera un protocole pour lapplication des rgles dictes par lOrganisation mondiale de la Sant animale (OIE) en matire d aviaire. Ce processus prvoit que les services vtrinaires de la RD soumettront aux services vtrinaires hatiens une liste dentreprises avicoles libres du virus de dollars amricains (US $ 1.00 = 44.00 gourdes ; 1 euro = 60.00 gourdes aujourdhui), approuv par la Banque mondiale (Bm), viserait aider le gouvernement hatien augmenter publiques du pays, indique un communiqu de linstitution. Cest le troisime don, approuv en un mois par le conseil dadministration de la Bm, aprs le projet damlioration de la sant maternelle et infantile (70 millions de dollars) et le projet de dveloppement des affaires et des investissements en Hati (20 millions de dollars). Financ par lAssociation internationale de dveloppement (Ida) de la Bm, le don de 20 millions de dollars amricains devrait permettre damliorer, dune part, le fonctionnement des institutions publiques cls en Hati et, dautre part, la qualit des services la population. Pour la priode 2012-2014, Ida a allou Hati un montant de 500 millions de dollars, dont 405 millions ont t engags, ce jour, sous forme de projets dinvestissement et de dons au titre des politiques de dveloppement, selon la Banque mondiale. Ce nouveau financement traduit la rorientation de laction des pouvoirs publics, qui passent dune rponse durgence la mise en place dinstitutions solides et un meilleur contrle des dpenses publiques, dans la perspective de soutenir une reconstruction conomique durable, considre linstitution internationale. Les fonds, octroys en don, entend appuyer des mesures essentielles dans les domaines de la gestion des que du fonctionnement du secteur de llectricit. Ils devraient aussi contribuer la mise en uvre et lapplication du nouveau code des marchs publics encourageant des institutions publiques plus transparentes et plus responsables. Un systme, capable dtablir efficacement comment les fonds publics sont dpenss et quels sont les rsultats obtenus, rendra le fonctionnement de ladministration plus transparent et plus responsable, tout en permettant une Cette enveloppe est accorde par la Banque mondiale, lactuelle administration politique est remise en cause. premier ministre Laurent Lamothe na pas russi convaincre le snat. Par ailleurs, le don de 20 millions de dollars amricains de la Banque mondiale concerne aussi la gestion de lapprovisionnement en lectricit publique et amliorer les Cet objectif sera atteint grce une comptabilisation exacte de lapport des producteurs indpendants et pour ne payer que la production effectivement mesure Egalement librer des fonds pour investir dans une meilleure infrastructure de distribution et de comptage, assurer le service de nouveaux clients, espre la Banque mondiale. p.1 Visite du prsident vnzulien Nicolas Maduro p.2 Quand la force dominicaine fait sa faiblesse p.1 Martelly face au dilemme des lections p.1 March commun US-UE contre Exception Franaise p.1 Informatique et Entreprise en Hati p.2 Jesi Chancy Manigat p.6 South Florida relatives fueling Haitian Migrant Smuggling p.10 Senteur p.12 Les assises de la scurit alimentaire et nutritionnelle Metye F Lekl p.15

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE Michel Martelly face au dilemme des lections hatien Cependant le communiqu de presse publi par les services du vice-prsident Joe Biden nest pas totalement identique, ne serait-ce que parce que la note du Palais national voyages et sminaires pour lopposition en veux tu en voil. Serait-ce que le pouvoir Martelly soit celui que les Etats-Unis ont toujours appel de leurs vux ? Ce qui donnerait un enjeu de loin encore plus important aux prochaines lections snatoriales partielles et ( ... suite de la 1re page) Inaugurant par-ci, posant une premire pierre parl. Aux quatre coins de la rpublique. Les expressions trs techniques de bassin versant, maillage routier nont plus de secret pour lhatien moyen. Seconde constatation : la plupart des projets LUnion europenne, Japon, Tawan se font moins prsents. Est-ce pour marquer le coup, le Palais National mentionne de plus en plus le vice-prsident Joseph Biden dans des notes de presse. Dabord aprs sa rencontre avec le prsident Martelly lors dun rcent sommet de la Caricom Trinidad and Tobago. La semaine dernire les deux dignitaires se sont nouveau entretenus. Par tlconfrence. Selon le communiqu de la prsidence dHati, le vice-prsident amricain na pas t avare de compliments pour le locataire du Palais national de Port-au-Prince : progrs constants () dans les domaines de la dmocratie, des droits humains et de la lutte contre la corruption. Jusqu fliciter le prsident Martelly pour son thique. L on est un peu perdu. Car se peut-il que le viceprsident amricain ait dout de lthique du chef de lEtat municipales. Des lections destines stabiliser un terrain dj conquis ? Un enjeu que lopposition elle-mme na peut-tre point tout fait saisi. Do son approche en franc tireur. Dans le dsordre. Martelly semble mener un combat une vritable mtamorphose de lui-mme, le prsident joue son va-tout : il accepte pour la premire fois depuis son lection quon lappelle Sweet Micky ; lui, le vindicatif, visite ses adversaires les plus retors du temps de la campagne des ressources publiques, en mme temps que faute par le gouvernement de payer la facture dlectricit, la capitale est depuis plusieurs jours plonge dans le noir), bref il est infatigable. Comme sil menait un combat dsespr. Reste une dernire constatation : comment faire (1) malgr les rticences du Palais national ; (2) pour que le prsident Martelly puisse tre rcompens de tant defforts. sera encore plus solidement acquis. aucune opposition ? Hati en Marche, 23 Juin 2013 Le Vice-Prsident Biden et le Prsident Martelly rcemment lors dun sommet Caricom au Trinidad Michel Martelly quotidiennement par monts et par vaux ne mentionne pas cette phrase somme toute importante : le Vice-prsident Biden a encourag le Prsident Martelly tenir des lections snatoriales et locales cette anne. Il a soulign limportance des lections pour consolider les fondements de la dmocratie en Hati. Washington est aux cts du pouvoir hatien actuel. Il le montre ouvertement par la prsence physique de son ambassadeur, Mme Pamela White, auprs du chef de lEtat hatien et dans des entreprises ouvertement caractre lectoraliste. Biden montrerait que ladministration amricaine garde une Le prsident Martelly na pas totalement le feu vert, comme il voudrait le laisser croire. Quoi quil en soit (troisime observation) : sauf en rgime de dictature, ladministration amricaine peutelle sengager totalement derrire un gouvernement hatien sans sattirer laccusation dingrence ? Contrairement aux temps passs, on ne voit aucune approche envers le camp den face. Les autres partis politiques. Comme dit le proverbe hatien : Apre yon tan, che yon lt. Les temps de aviaire et aptes remplir toutes les conditions prvues dans le Code sanitaire pour les animaux terrestres de lOrganisation Mondiale de la Sant animale. services vtrinaires de la Rpublique dHati du respect de ces normes, seules les entreprises habilites exporter des produits avicoles vers Hati et devront se conformer continuellement aux rglements prvus en la matire. Les services vtrinaires des deux pays ont galement manifest leur intention dapporter leur contribution en termes dappui technique aux investisseurs des deux pays qui sont intresss au dveloppement de laviculture en Hati. Ainsi, les exportations de produits avicoles de la RD pourront tre compte du plan de dveloppement de la production avicole en Hati. Ces recommandations ont t soumises pour approbation aux plus hautes autorits des deux pays. dirigeait la dlgation des experts dHati annonce dj avoir obtenu ladhsion de son Gouvernement aux recommandations des experts. De plus, le Gouvernement hatien prendra toute une srie de mesures pour que les importateurs hatiens se conforment aux rglements en vigueur. Ainsi, toute personne ou entreprise dsireuse de se constituer en importateur de produits agro-alimentaires doit au pralable fournir la preuve de sa capacit transporter et stocker les produits en question dans les conditions requises. En outre, elle devra obtenir un permis sanitaire dimportation pour chaque lot importer, dlivr par le gouvernement hatien. Michel Chancy Secrtaire dEtat La Production Animale ( ... suite de la page 3)

PAGE 5

Page 5 DE LACTUALITE ( ... suite de la 1re page) ( ... suite de la 1re page) cest une affaire srieuse Parlons-en. Oui, cest hyper srieux. Surtout lorsque les lections sont en retard de deux annes et quentre-temps On va donc vers la disparition du Snat hatien, faute dlections pour le renouvellement des snateurs. Deux tiers, out Le tiers restant (10 snateurs) ne reprsentant plus rien. Faute de quorum. Alors laissez nous vous rappeler que ce ne serait pas la premire exprience du genre et que voil comment cela se passa jadis. Quand Franois Duvalier arriva au pouvoir en 1957, il y avait comme aujourdhui un lgislatif deux volets. Comme aujourdhui il ne pouvait exercer son contrle sur le Snat. Par contre il se sentait plus laise avec la chambre des dputs part quelques exceptions comme un dput Franck J. Sraphin. Eh bien organisons ces foutues lections. Avec les moyens du bord. Entre nous. Au lieu de la formule : chacun cultivons nous mmes notre jardin. Le pouvoir en place na encore commis aucun crime majeur pour vouloir en changer avant lheure. Mais il semble, par intrt ou sous pression (ou les deux), vouloir nous engager sur une pente qui mne tout violation constitutionnelle absolue. Alors quelle solution ? Visite du Prsident du Surinam Dsir Delano Bouterse posant avec le Prsident Martelly, le PM Lamothe, le Prsident du Snat, Simon Dieuseul Desras et le chancelier P.R. Casimir Et lorsque ce serait, comme on le dit avec de plus en plus dinsistance, une politique dlibre du pouvoir en place (et de ses allis internationaux), alors casse-cou bonhomme Nous le disons sans mcher les mots : cest inacceptable Les lections ou rien, Les lections doivent avoir lieu. Quil pleuve, quil tonne. Mais quand, comme aujourdhui, il sagit de la survie mme des institutions fondamentales de lHati dmocratique, alors cest la nation tout entire qui doit les exiger. Dune seule voix. Il est des cas o cest : les lections ou rien Comme aujourdhui. les gagner. L nest pas la question. De toutes faons, ce serait trop facile si les lections devaient tre faites seulement lorsquon est absolument sr de pouvoir les gagner. Cependant on peut comprendre pouvoir actuellement en place, malgr les critiques et malgr ses carences, on ne voit pas clairement dalternative. Ne Comme aujourdhui il sarrangea pour se dbarrasser du Snat. Contrairement aujourdhui, ce ne fut pas en attendant que le mandat des snateurs fut caduc, non mais Assassinat ou exil Alors avec une chambre unique, il lui fut plus facile de dompter cette dernire. Cest le rgne du fameux : pour assis, contre debout Plus rien ne bouge. Duvalier pour un nouveau Mais il y a mieux. Aux prochaines lections (avril 1961) pour le renouvellement de la chambre des dputs et puisque ces derniers taient dsormais tous des cratures du nouveau pouvoir, on inscrivit au revers du bulletin lgislatif, incroyable mais vrai : Voter Franois Duvalier pour un nouveau mandat de 6 ans. Rsultats : Duvalier est rlu pour six nouvelles annes avant mme Mais puisque cest si facile, deux ans plus tard, au diable toutes ces serait-ce qu cause de limmensit de la tche. On ne souhaite donc pas des lections qui viendraient tout effacer de ce qui est en train (tout fanatisme mis part) mais il nest absolument pas question de nourrir un pouvoir non dmocratique dans son sein. du Snat sont donc absolument incontournables. Les lections ou rien. Sinon rien ne va plus. Si des allis internationaux sy opposent, alors ils nont qu abattre leurs cartes. Et mettre Hati en tutelle. Troisime occupation Or justement il nous faut lviter cette honte. Nous qui sommes si forts dans les serments sur la Patrie. La solution cest ou une nouvelle fois le grand soir. Tout foutre en lair. Cest dire aussi : prolonger loccupation vie Ou une paix des braves. Les forces politiques ngociant un nouveau Contrat de socit. Couper la poire en deux. Ngocier le pouvoir. Ceux qui lont ne savent souvent pas trop quoi en faire. Ceux qui ne lont pas peuvent toujours prter leur exprience on apprend aussi de ses erreurs passes. Evidemment il est fort possible que nous prchions plutt dans le dsert. Et quon va nouveau droit vers le dsastre. Pour rpter Ti Paris (troubadour des annes 1970), nous sommes incorrige-ables simagres : Papa Doc se proclame prsident vie. Voil peu de chose prs quoi nous nous exposons encore aujourdhui. Car en mangeant lapptit vient. Quitte ceux qui se sont engags dans cette nouvelle aventure de ne Si on peut forcer le pays oublier des lections dues depuis dj deux annes, si on peut arriver dtourner les citoyens de cette issue plus que probable : la disparition du Snat sinon sa totale neutralisation, si on peut assassiner le rgime dmocratique avec tant de facilit, alors pourquoi ne pas estimer quon peut aller toujours plus loin jusqu pouvoir dominer entirement le jeu. Cest aux Hatiens de savoir. Sil en reste Hati en Marche, 22 Juin 2013 Selon une transcription de la conversation prpare par le service de presse de la Maison Blanche et obtenue par HPN, on lit : Le vice-prsident Biden a encourag le prsident Martelly tenir des lections snatoriales et locales cette anne. Il a soulign limportance des lections pour consolider les fondements de la dmocratique en Hati. M. Biden a galement flicit Hati pour llection paisible et russie qui avait permis laccession de M. Martelly la prsidence. Les secteurs dintrts mutuels, comme le dveloppement des infrastructures, la police et les problmes de scurit. Le vice-prsident amricain qui a flicit le prsident Martelly pour les efforts dploys par son administration, a encourag la poursuite des efforts pour le dveloppement conomique et social, selon une approche hatienne favorisant la transparence et partenaire dHati tout en envisageant dapprofondir la coopration pour aider construire une Hati plus prospre et plus sre pour ses habitants. Selon la Maison Blanche, cette conversation faisait suite au dialogue initi lors de la rencontre rcente des chefs des Carabes Trinit-et-Tobago et sur cet entretien Fructueux entretien entre le Palais National et la Prsident de la Rpublique, S.E.M. Michel Joseph Martelly, avec le Vice-prsident des Etats-Unis dAmrique, M. Joseph du renforcement des relations hatiano-amricaines en gnral, de laide amricaine Hati, du renforcement institutionnel, du Parc Industriel de Caracol et des avertissements de voyage (travel warnings), en particulier. Le Vice-prsident Biden a non seulement ritr le soutien du Gouvernement amricain lAdministration Martelly, mais aussi son soutien personnel lavancement du processus dmocratique et la dans lesquelles lquipe gouvernementale actuelle a hrit du pouvoir, le numro 2 des Etats-Unis a fait savoir que les progrs raliss en Hati sont visibles et constants. Il a pleinement conscients. M. Biden a, par ailleurs, salu lengagement, lnergie et lthique du Prsident Martelly dont il reconnait les efforts de lAdministration dans les domaines de la dmocratie, des droits humains et de la lutte contre la le Vice-prsident amricain a exprim la volont dapprofondir la coopration existante en vue de la construction dun Etat hatien prospre. Cet entretien est le dbut de toute une srie prvue entre le Palais National et la Maison Blanche. Washington encourage la tenue des lections en 2013

PAGE 6

Page 6 ECONOMIE & DESEQUILIBRE ( ... suite de la 1re page) Comment peut-on totaliser des exportations de lordre de prs de 2 milliards lan dans un pays qui ralise chez vous peine une centaine de millions sans veiller des jaloux ? Aprs lchec de la tentative dominicaine de persuader le gouvernement hatien de lever la mesure dinterdiction des ufs et poulets, le prsident Danilo Medina laisse planer la Quand la force dominicaine fait sa faiblesse La raction dominicaine pche par excs daveuglement. Sinon darrogance. Pour un peu, si Hati continue refuser nos ufs et poulets, eh bien on va les laisser crever Alors que Hati est seulement 45 minutes de la Floride Alors que aujourdhui tout pays qui se respecte na que lembarras du choix. Peut-tre que cest le moment de reposer ci, au dtriment du plus fort. Le plus fort devient le plus faible la table des ngociations parce que celui ayant le plus perdre. Point. Il faut donc la partie dominicaine (car nous ne recommandons surtout pas la rupture entre les deux marchs, loin de l, puisque tout un petit peuple, par ailleurs inoccup, en dpend) mais plutt que de jouer les arrogants (comme servi (en qualit et en prix) et non desservi. Penser aux importateurs privs hatiens de riz depuis faire baisser les prix au dtail. Hati nest li par aucun trait binational ou international aux ufs et poulets dominicains, cest une simple question de convenance. Achat, transport, stockage, manutention, intrts sur capital investi = meilleur prix larrive. le problme avec nos voisins de faon un peu plus rationnelle. De leur rappeler quil sagit de commerce et non dhumanitaire. Pourquoi nous disions plus haut que cest la force mme du march dominicain par rapport au ntre qui fait aujourdhui sa faiblesse, qui fait perdre aux secteurs conomiques du pays voisin le sens de la ralit. marchs qui peut jouer dans un moment de crise comme celuimauvaises langues disent mme de trs bas de gamme et inexportables vers aucun autre march) cest peut-tre loccasion de mettre en place des rapports plus quilibrs. Bien entendu tant que les dirigeants hatiens ne pensent pas uniquement, comme les en accuse le prsident Medina : intrts particuliers. Sans aucun souci de lintrt national Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince March binational sous le strict contrle des militaires dominicains possibilit dinterdire aussi le passage des produits hatiens vers son pays mme. Kif kif Or qui a le plus perdre lorsquon voit la leve de boucliers provoque par le seul embargo sur les ufs et poulets Ces derniers eux seuls rapporteraient lconomie dominicaine environ 40 millions de dollars lan. Le prsident Medina souponne la prsence dintrts particuliers derrire lembargo hatien. Mais le prsident dominicain ne dfend-il pas lui aussi des intrts particuliers : les producteurs dufs et de poulets. Et comment ny aurait-il pas dautres marchs intresss un pactole aussi juteux : 40 millions de dollars lan. Pour le moins. A lre de la globalisation, il nexiste plus de marchs captifs. Mais si ctait vrai, les dirigeants hatiens ont nanmoins pour devoir de sassurer dabord que leur peuple soit mieux le laissent entrevoir certains ditoriaux) nos voisins ont intrt aborder la question avec un esprit plus ouvert. Plus global. Oui globalisation, quand tu nous tiens. Nest-ce pas. Dautant quil ny a aucun trait commercial entre nos deux pays. Auquel cas lun ne pourrait bouffer autant lautre. Travailleurs clandestins taillables et corvables, dizaines de millions pays pour les tudes dtudiants hatiens, capitaux hatiens dlocaliss, cadres hatiens dans la construction et le tourisme Etc. Rien ne se perd, rien ne se Tout se tient. Oui, tout se tient. Rien ne se perd, rien ne se cre. En conomie globale. Or le but dun trait cest dtablir un certain quilibre entre deux (ou plusieurs) conomies. La partie dominicaine a t habitue jusquici se comporter plutt en pays conquis. Cette crise somme toute lgre (la crise des ufs et des poulets que certaines Un ultime hommage a t rendu le Samedi 22 Juin Jesi Chancy Manigat, dcde 10 jours auparavant, le 12 Juin Runis FOKAL, ses parents, pre et mre, le Pr. Leslie Manigat et Marie Lucy Chancy, ses surs, ses cousinscousines, neveux et nices et une multitude damies-amis surtout des militantes fministes et des militants tout court. Crmonie de grande ampleur et salle comble. Cet hommage comprenait plusieurs parties : Retrouvailles ; Hommage la vie de Jesi avec des pomes de sa mre Marie Lucie Chancy, de son pre adoptif Henri Armand, de ses surs, textes (Wooly Saint Louis Jean et Syto Cav). Des films aussi, des squences de photos, des entrevues de la dfunte, comme celle sur la fminisation de la Les reprsentantes de plusieurs organisations ont tenu porter tmoignage. La CONAP (Coordination Nationale de Plaidoyer pour les Droits des Femmes), le lUnion des Femmes de la Martinique, ITEKA, Dveloppement et paix et Cresfed (Suzy Castor). Pour cette dernire, Jesi tait une femme totale qui sest ralise dans des espaces diffrents : Paris, Montral, Mexique, Hati. Elle construisait des ponts, tablissait des passerelles entre organisations La soire a t trs sereine. Un moment consacr faire revivre ce petit bout de femme que certains appelaient Perfecto et qui pour dautres a t ma nice-camarade On a eu une pense pour des militantes fministes disparues dans le tremblement de terre du 12 janvier 2010 : Myriam Merlet, Magalie Marcelin, Anne-Marie Coriolan Elsie Ethart Jesi Chancy Manigat

PAGE 7

Page 7 HYPERGLOBALISATION ( US-UE ... suite de la 1re page) Ecoutez sur le 103.3 fm ou www.radiomelodiehaiti.com Mlodie Matin avec Marcus Mission in Hati pour la Stabilisation en Hati minustah-procurement@un.org Residential Provision of Residential Housekeeping and Executive Chef Services to MINUSTAH in Haiti. 91000000 Description ; Residential and Domestic Services www.minustah.org www. ungm.org required to provide complete housekeeping and executive chef services at the MINUSTAH residence including associated facilities with a total built-up area of over 540 square meters. The extent of site visit. Overall cleaning of interior and exterior of building, Take responsibility for the total upkeep and maintenance of the residence and to provide safe, pleasant and pollution free environment, Laundry: Cleaning, washing, pressing and related activities to be conducted daily. Only neutral liquid disinfectant antibacterial detergent should be used for cleaning of furnishing cream but abrasive powder is not allowed. In addition, all surface need to be disinfected Gardening: Maintenance of the total landscaping and all other horticultural activities to be conducted daily, Swimming Pool: Maintenance and periodic cleaning of swimming pool. Waste management: Collection and disposing of organic and non-organic wastes at designated places, Monitor and maintain a high level of safe and sanitary living conditions. Provision of chef, labor, cleaning materials and all other items necessary to fully manage and operate executive chef services, Provision of meal planning, food preparation, purchasing, inventory, food sanitation activities, general sanitation of the kitchen facility, cleanliness and organization of housekeeping and supervision of staff. Arrange special catering functions setup as and when requested by the MISSION or by of work and perform any necessary administrative duties associated with this contract (further details will be provided). ; The Contract is required for a period of one year with option to renew for two additional one-year periods (i.e. 1 + 1 + 1 years) at the sole discretion of MINUSTAH Companies interested to participate in the tender are requested to submit their information: Postal and physical address Phone number E-mail address clients references. crer un immense march commun avec les allis europens. Une zone de libre-change amricano ou nord-amricanoeuropenne puisque le Canada du Premier ministre Stephen Harper en fera probablement partie. Bref un club de pays tous membres de la mme civilisation europenne ou euro-centriste. Dont lamricain Barak Obama, bien sr Donc un front commun (occidental) face aux conomies dites mergentes : Chine, Inde, Brsil, Afrique du Sud etc. Mais ce nest pas ce qui a ralenti les conversations au G8, quune dernire rticence ou condition franaise. La France est pour, mais une exception prs : elle veut garder tonnant que les meilleurs dfenseurs de lexception franaise ne soient pas les Franais eux-mmes mais quelques petits groupes trs slects, du genre voyager chaque anne Paris aussi une sorte de luxe. Or en priode de crise conomique, on pense dabord au primum. Et lorsquil faudra choisir la langue principale pour le nouveau systme de libre-change Amrique du Nord Union Europenne ce ne sera probablement pas le latin Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince sa totale autonomie en matire culturelle et audiovisuelle. Pas question de mondialiser Goncourt et Renaudot, voire lAcadmie franaise. Cela fait sourire certains, dont Jos Manuel Barroso, le prsident de la Commission europenne, qui accuse la France dtre trop ractionnaire. Dans un monde domin par des entits qui ont pour noms Google, Facebook, Twitter, MacIntosh, dont aucun nest franais, cela peut paratre farfelu. Mais quest-ce que la France en effet sans sa culture, sans sa langue. Sans ses chteaux et ses muses. Hier encore les marques Citron, Renault, Peugeot pouvaient rivaliser avec leurs concurrentes trangres mais on ne les voit plus nulle part. Mme en France. combat Mirage. On a envie de chanter avec Sardou pleurant la disparition du plus grand paquebot du monde en son temps, Le France : La France ma laiss tomber ! Mais reste les grands prix littraires, il nen existe en effet aucun quivalent dans le monde. Mme quand la France de la crise conomique ne peut tenir ses promesses envers lHati post-sisme du 12 janvier 2010, elle tient la cote auprs de la gent intellectuelle hatienne avec ses promesses de prix littraire, la Lgion dhonneur etc. Reste le festival de Cannes qui fait courir cinastes et stars du monde entier tandis que les Oscars amricains eux narrivent pas se dfaire de la maldiction de Oussama ben Laden Quoi quil en soit, des marques portant bien haut des noms bien franais ne le sont pas pour autant depuis longtemps : Loral, Dior, Chanel et tant dautres dont la majorit des actionnaires sont probablement trangers. Par contre le Chteau de Versailles est plus visit que Disneyland, dans les environs de Paris. (lEspagne tant dans une situation conomique dsespre) de ne pas comprendre la position franaise. Ou comment un pays ces derniers envahissent par dizaines de milliers le parvis de Notre Dame ou la Pyramide du Louvre. La France est numro 1 en nombre de touristes reus lan. Cependant aujourdhui elle ne bat conomiquement pas tellement plus fort que ses voisins (surtout lItalie et lEspagne). La France aux dernires nouvelles est en rcession. Do la question (on voit dici le sourire moqueur dun Jos Barroso) : la France a-t-elle aujourdhui les moyens de sa politique ? Lexception franaise fait-elle toujours autant recette ? Comme si la France elle-mme sapprte suivre le mme chemin que certaines de ses ex-colonies qui aujourdhui ne parlent plus un mot de franais pour lui prfrer langlais. Tel le Rwanda, le pays du gnocide de 1994, dont le prsident, le gnral Paul Kagame, a dcid que langlais reprsente davantage lavenir pour un peuple avide de dveloppement. Ce que le Vietnam a fait galement. Oui, lexIndochine de Marguerite Duras (LAmant). Eh bien, pas un seul des cadres vietnamiens de la Natcom (compagnie de tlphonie Port-au-Prince) qui comprenne le franais. Dailleurs cest la France qui donne lexemple. Cest aprs le passage des auteurs et artistes franais Santo Domingo quils viennent se produire en Hati. On attend de voir les rsultats des sondages dopinion en France mme sur ce carrefour peuttre moins dlicat pour le Britannique, ni mme pour lAllemagne (on ne connat aucun autre pays des films trangers afin de protger sa propre production cinmatographique et audiovisuelle), mais il parat vident plus dun que limage de la France (mme surfaite tant donn son poids vritable aujourdhui dans les affaires du monde) ne sortirait pas indemne dun traitement aussi brutal que placer Astrix directement en comptition avec Batman Mais il ne serait pas Le Pont Alexandre Paris (photo Hati en Marche) Les critiques ne manquent pas. Pour commencer, du ct des supposs plus proches culturellement : la Francophonie. A la dernire rencontre, juillet 2012, Qubec, il est clairement apparu que la France nest plus le moteur voire mme le berceau de la Francophonie, bien plus servie par la passion qubcoise pour la langue franaise. Langue identitaire qui fait sa personnalit face au Canada anglophone. Et le Qubec parat bien plus avoir les moyens de sa politique Dailleurs actuellement un dbat qui fait rage dans les mdias Paris cest faut-il enseigner langlais comme un cours obligatoire luniversit ?

PAGE 8

Page 8 NATCOM

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 WHATS UP LITTLE HAITI ? with Pascale E. Taddeo Dominican poultry products (From EL PAIS) Tensions on the border separating Haiti and Dominican in recent weeks over preventive measures taken to curb an On June 6, the Haitian government banned Dominican poultry products from entering the country in an effort devastating blow to Dominican farmers, whose losses have President Biden urged President Martelly to hold senatorial and local elections this year. He stressed the importance of elections to strengthen the foundation of democracy in Haiti. Biden also commanded Haiti for its peaceful and successful elections which allowed the rise of Martelly to the presidency. Both men discussed the progress and the challenges in areas of mutual interest, such as the infrastructure development, police and security problems. The US Vice-President, who praised Martelly for the efforts undertaken by his administration, encouraged further actions for economic and social development, in a manner that would favor transparency States as a friend and partner of Haiti, while anticipating a deeper sense of cooperation to build a more prosperous Haiti, safer for its inhabitants. According to the White House, this conversation was a continuation of a dialogue initiated during a recent meeting of Caribbean Heads of States in Trinidad and Tobago and promoted a lasting relationship between the United Sates and Haiti. Egg Crisis, 10,000 Haitians may lose their jobs Manuel Escao, President of Asohuevos, an association of egg producers in the Dominican Republic, said in the newspaper Dominican Today, that if the crisis in the sector continues, more than 10,000 Haitian workers may be laid off. Unfortunately, Haitians are the most affected by this situation, because while the crisis lasts, the layoffs also increase highlighting the importance of Haitian labor in this sector. expertise to help select the Dominican to sell their products in Haiti The Haitian Minister of Agriculture, Jacques products. Haitian authorities have maintained the prohibition measures adopted since 2008, insists Thomas, an agronomist, highlighting that the ban on meat products has been lifted. These measures are part of a framework of protection and prevention, insists the agriculture minister admitting that the H1N1 virus. However, the Haitian government maintains that the ban is necessary, to protect people and livestock from the A H5N2 virus. Haitian authorities have no guarantee that the Dominican Republic is free of the H5N2 a variant of avian The government intends to continue the dialogue poultry products. Minister Thomas revealed that the Haitian government has requested the assistance of international to export their products in Haiti. fueling Haitian migrant smuggling Family members in South Florida are possibly behind a dangerous new trend in the Caribbean: the smuggling of undocumented Haitian immigrants from the Dominican relatives probably, almost assuredly up here in South Florida, said Rear Adm. William D. Baumgartner, commander of the Seventh U.S. Coast Guard District in Miami. In February they started smuggling Haitians and the [migrant smugglers] are charging $1,500 to $2,000 a person, again probably being paid for by relatives up here. to receive a scholarship from Mexico The contest for the selection of these 125 recipients was launched Friday, June 21, according The Ministry of Education. The 125 scholarship recipients will use their prize This is an initiative of the Mexican cooperation. A competition launched within the Ashden Awards [created in 2001], aims to promote concrete and local energy solutions, especially those that help reduce emissions of carbon dioxide, while protecting the environment. The Haitian company D & E Green Enterprises, competing in this event, was awarded the First Prize in the environmental category of Small Island Developing States worth 20,000 pounds ( the support of the World Bank and Assistance Management (ESMAP) through program support SIDS DOCK program. The second prize was awarded to Cabelica (Cape Verde). The Power (Vanuatu) and the National Development Bank (Palau). The awards ceremony was held at the Royal Geographical Society in London. of removals of migrants Quebec is asking the Government of Canada to maintain the suspension of deportations to Haiti and is requesting the establishment of a long-term solution. The Minister of Immigration and Cultural Communities and Minister of the Charter of the French language, Diane De Courcy, and the Minister of International Relations, Francophonie and Outside Trade and Minister responsible for the Montreal region, Jean-Franois Lise have asked the Canadian government to maintain the suspension of deportation of immigrants in the case of Haiti, given the situation that is still prevailing in their country. The Quebec ministers also asked the Minister of Citizenship, Immigration and Multiculturalism Minister Jason Kenney, to establish a public policy regarding failed asylum seekers whose cases have been dismissed for at least three years but, due to the temporary suspension of deportation to their country of origin are still in Quebec. De Courcy and Lise participated in a meeting with nationals settled in Quebec, who are from countries under a temporary suspension of deportation, consisting primarily of Haiti and the Democratic Republic of Congo. According to the official school calendar of the National Ministry of Education and Vocational Training of Education and Vocational Training, Winnower Pierre. We have taken all of the necessary measures at the ministry, that this date will be respected and followed as scheduled, says the head of MENFP. According to Minister Winnower Pierre, the new academic year will have 195 days of class, 5 days less compared to the international average of 200 days. REYINYON PIBLIK LA RANVWAYEAnons sa a se pou f w konnen reyinyon piblik ki te planifye pou pwoj ki mansyone pi wo la a, ki tapral ft jedi 27 jen 2013 la, li ranvwaye pou yon lt dat. Nan mwa ki pral vini la a, w ap resevwa yon anons fml ki va f w konnen dat nouvo reyinyon piblik la. Si w gen kesyon sou pwoj a oubyen sou reyinyon ki ranvwaye a, Ou te mt kontakte Mesye Dat Huynh; svi ak enfmasyon sa a pou w kontakte li.Enfmasyon moun pou n kontakte : Mr. Dat Huynh, P.E., Manadj Pwoj Florida Department of Transportation District Six 1000 NW 111 Avenue, Room 6251, Miami, Florida 33172 Telefn: (305) 470-5217 Faks: (305) 640-7558 Imel: dat.huynh@dot.state..us GOLDEN GLADES INTERCHANGE Etid Pwoj devlopman ak anviwnman (PD&E)Soti State Road (SR) 826/Palmetto Expressway Direksyon ls rive I-95 direksyon n Miami-Dade County, FloridaNimewo nans pwoj a: 428358-1-22-01 Nimewo sou fason yo pran desizyon pou bon jan sistm transp, an Angle (Ecient Transportation Decision Making No.: 11300) In retaliation, Dominican authorities have carried out massive deportations of Haitians, operations that have been severely criticized by human rights organizations. Foreign ministers from both nations met in Santo Domingo on Monday (June 17th) but were unable to agree on a solution to ending the crisis, which is expected to cause more Between Monday and Tuesday (June 17, 18) border four most important crossings. Under a treaty, bi-national without any restrictions. No one or anything is coming through here, said Freddy Morillo, president of the businessmens association in the Dominican town Dajabn located just northeast of the border. Morillo organized a general strike on Monday to protest the blockade. that work on our farms His counterparts on the Haitian side announced their own plans on holding a strike on Friday in Ouanaminthe. encourages Haitian authorities elections this year (2013) A tele-conference took place between the American Vice President, Joe Biden and the Haitian President, Michel Martelly. According to a transcript of the conversation prepared Republic to Puerto Rico, a senior Coast Guard official said Wednesday. The new thing thats happening is in the Mona Passage between the Dominican Republic and Puerto Rico and its being fueled, we think, by money from Tension on haitian-dominican border

PAGE 11

Page 11 ANNONCES DIVERSES Mail : mailto:adias678@yahoo.fr adias678@yahoo.fr mailto:pierrezachary2000@yahoo.fr pierrezachary2000@yahoo.fr AVIS DE DIVORCE Au nom de la Rpublique Il est port la connaissance de tout un chacun que sur la demande de Monsieur Wilfrid CHER-FILS ayant pour Avocat constitu Me Zachary PIERRE du Barreau de Hinche, le Tribunal de Premire instance de Hinche en ses attributions civiles a rendu contre la dame Wilfrid Cher-Fils ne Esther PHABE le jugement au dispositif suivant : Par ces motifs, le Tribunal, aprs en avoir dlibr conformment la loi et sur les conclusions conformes du Ministre public, maintient le dfaut octroy laudience prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre le demandeur Wilfrid CHER-FILS davec sa femme Esther PHABE aux torts exclusifs de lpouse pour injures, transcrire ce prsent jugement dans le registre ce destin et de dlivrer aux parties lacte de divorce. Compense les dpens Ainsi jug et prononc en audience civile et publiques du Tribunal de Premire de Me Fritz AUBOURG, Avocat, Substitut Commissaire du gouvernement, reprsentant Il est ordonn tous Huissier sur ce requis de mettre la prsente ordonnance en seront lgalement requis.susdits.Ainsi signs : Me Vernet SIMON, Avocat, Doyen du TPI de Hinche, Wilfrid En vertu dun jugement en date du Onze Avril deux mille Treize Admetant le divorce des poux Jean Willer JANVIER davec son pouse ne Dieula GERCELIN et prononant la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre eux. la diligence de lpoux demandeur et tous les avantages de droits. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen et aprs en avoir dlibr au vu de la loi, le Ministre Public entendu dans ses conclusions crites en la forme et au fond, favorable laction du requrant, accueille laction intente en divorce par le sieur Ermance ALCEMA contre son pouse ne Imernise NOEL, en la forme maintient le dfaut octroy contre la dfenderesse laudience du mardi dix-neuf (19) Juin deux mille douze (2012) du code de procdure civile Luc D. Hector. Admettre le divorce du sieur Ermance ALCEMA et la femme ne Imernise NOEL pour incompatibilit de caractre selon les vux de larticle 217 du code Civil Haitien. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers et de rdiger lacte de divorce des poux pr-cits ; commet lhuissier tout en compensant les dpens en raison de la qualit des parties. Instance de Miragone en audience publique et en ses attributions civiles de divorce du Mardi dix-neuf (19) Juin deux mille douze (2012) ; An 209 me de lIndpendance, en prsence en prsence du Ministre Public reprsent par Me. Nestac Franois, Substitut seront lgalement requis. susdits. Magnol Franois, Av. PAR CES MOTIFS, Le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, fonde la dite action. Admet en consquence le divorce de la dame ne Romelle CASTING davec son poux Sylv Jeannot MAURICE pour incompatibilit de caractres, injures graves et publiques aux torts de lpoux. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux Port-au-Prince, de transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Jean Marc AUGUSTIN RENDU DE NOUS, Me. Jacques Hermon CONSTANT, Juge en audience civile ordinaire et publique du mercredi huit Mai deux mille Treize, en prsence de Me. Jean Claude DABREZIL, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec en seront lgalement requis. susdits. fait le dpt de leur statut en nom collectif au Ministre du Commerce de de lIndustrie collectif dnomme ROVAWI sous la raison sociale LIMAGE &CO le sige social est aux Gonaves, Dubedou localit du haut 4 me section Poteaux Gonaves. Son Capital social est CINQUANTE MILLE GOURDES (50,000 Gdes) reparti entre les associs, Madame Limage Roseline, propritaire, demeurant et domicilie aux Gonaves, Rue Vernet #112, (suite p 14) Mission in Hati pour la Stabilisation en Hati JOB OPENING NUMBER: POSITION TITLE AND CATEGORY: ORGANIZATIONAL UNIT: Procurement Section LOCATION: Port au Prince DATE OF ISSUANCE: 12 June 2013 DEADLINE FOR SUBMISSION: (Personal History Form P11) as well as their latest performance report i.e. special report) to Recruitment Unit/Personnel Section by e-mail to minustah-recruitment@un.org Please make sure you include the job opening number of the above position in your e-mail application Acknowledgment will be sent to short-listed candidates only. Please note that applications received after the deadline will not be accepted. Within the limits of delegated authority and under the general supervision of the incumbent will be responsible for the following duties: Responsibilities complexity related to worldwide procurement of diverse services and commodities (e.g. conservancy services, sale of written-off items, catering and cafeteria services, lease of properties, rental of various equipment, purchase of various building materials, situation, market conditions etc.; Advise requisitioning units and recipient entities on the full range of procurement issues, providing support and guidance at all stages of the procurement cycle; complex procurement projects. Establish and maintain work program and schedule for ongoing contracts and newly-planned ones; Participate in negotiations with senior buyers; Within the limits of procurement delegated authority sign purchase orders, and, in cases where the amount exceeds authorized signature authority review and clear purchase Conduct market research to keep abreast of market developments, research and analyze statistical data and market reports on the world commodity situation in general and Haiti and the neighbouring countries in particular, production patterns and availability of good and services; Oversee adherence to contractual agreements including contract dispute resolution, recommends amendments and extensions of contracts, and advise concerned parties on contractual rights and obligations; Prepare a variety of procurement-related documents, contracts, communications, guidelines, instructions, etc. Team Leader. Competencies Professionalism Strong theoretical background and substantive experience in all phases of procurement operations and in contracting for a diverse range of goods and services; good working knowledge of contract law and expertise in handling complex contract issues and in the context of international policies and standards; strong analytical skills and working knowledge of quantitative methods to measure supplier capacity systems; good knowledge of agreements with requisitioning units and vendors; sound judgment in applying technical junior staff; commitment to implementing the goal of gender equality by ensuring the equal participation and full involvement of women and men in all aspects of peace operations. Planning and Organizing Ability to plan work assignments, juggle competing demands and work under pressure of frequent and tight deadlines. Communications Very good communication (spoken and written) skills, including the ability to communicate effectively with diverse audiences on procurement-related matters and prepare a variety of written documents, contracts, reports, etc. in a clear, concise style. Technological awareness Good computer skills, including proficiency in procurement computer systems, word processing, spreadsheet and Internet applications; familiarity with database management desirable. Teamwork Very good interpersonal skills and ability to establish and maintain effective working relations with people in a multi-cultural, multi-ethnic environment with sensitivity and respect for diversity. Education : Advanced University degree (Master) in Business Administration, Public may be accepted in lieu of the Advanced University Degree. Additional study or training in Work Experience : At least 2 years of progressively professional responsible government or international organizations are desirable. Languages : Fluency in spoken and written English and French.

PAGE 12

Page 12 LIBRE PENSER Senteur Lodorat a mille fois plus de mmoire que tout autre sens, et chacun de nous, pour peu quil retrouve la rplique exacte dune senteur du pass, revivra, fulgurant, un moment dexception. T. Benacquista Chres amies lectrices et chers amis lecteurs, on entend par senteur, une odeur, le plus souvent agrable, exhale par un corps. Le monde de laromathrapie, la mode du Spa partout des Bains dhuile du massage corporel pour combattre le stress lagressivit de la vie moderne, senteur (acidule, agreste, amre, aigre, douce, exquise, pice, exotique, pntrante, sauvage, merveilleuse...) pour chanter les transports de lesprit et des sens Chez nous, elle peut aussi tre forte, pestilentielle. La senteur forte ( santi fo ), dans ce cas, est synonyme de fortement pestilentielle Au pluriel, les senteurs servent a dcrire limpact olfactif dun phnomne naturel (les senteurs du jardin, les senteurs de la nuit, de lautomne, etc.). Le lien entre le phnomne naturel quest la senteur et ltre humain, seffectue travers lodorat, que les spcialistes dcrivent comme un sens chimique qui dtecte les molcules vhicules par lair. Les molcules odorantes sont alors transmises sous forme dinformations olfactives, du nez jusquau cerveau qui les dcode et les interprte comme une odeur. Les odeurs, on le sait, on le sent, et sexuel notamment) et sur les sensations internes (tat de calme, dnervement, dapaisement, de colre, de dtente, de nervosit, ..) qui peuvent perturber ou du moins moduler les rapports interpersonnels. Chres amies lectrices et chers amis lecteurs, lunivers odorifrant dHati est dune complexit incroyable. Enivrant parfois, surtout la campagne (lorsque lon arrive dbusquer ces zones dense couverture vgtale et riche ou richissime biodiversit), agressif, proximit de nos zones priurbaines (l o les marchs parfois poussent comme des champignons) rpulsif, lintrieur de nos villes, surtout dans notre chre capitale dans laquelle la dsinvolture citoyenne et labsence dencadrement structurant ont permis de se consolider la plus grande confusion urbanistique de la rgion. Voil pourquoi, lodorat, ce sens qui nous lie au monde extrieur travers les odeurs, tant surexpos une si forte varit de senteurs diffrentes, sen est ressenti au point de prcis. Vous comprenez pourquoi le carnaval de senteurs provoqu par lincinration sauvage de nos ordures peut faire un tort norme notre odorat, nos sens, notre personne. Jimagine que les responsables de notre performant systme de collecte de rsidus, qui pensent maintenant mettre en route la campagne citoyenne de balayage des devantures des maisons, en tiendront compte. Sauront-ils conseiller darroser lgrement le sol pour ne pas soulever trop de poussire ? Ou dy rpandre du marc de caf vous vous souvenez ? Pourront-ils faire comprendre que les dchets, ni se ramassent seuls ni disparaissent, et qu chaque fois quun individu croit que le sac dordures quil vient de balancer au ravin ou quil vient de livrer aux eaux furieuses de la dernire pluie, il ne fait que provoquer, chez son ami qui rete sou anba dnormes problmes. chroniques de cette semaine, jespre quun lapsus visuel ne va pas vous faire lire Snateur au lieu de Senteur Je naurais pas voulu que les patres conscripti puissent penser, ni pour une seule seconde, que jaie voulu tablir un lien entre senteur et snateur ou que je veuille faire des insinuations. Vu leur susceptibilit, ils pourraient mme croire, chose possible, que je veux faire croire que lodeur de largent, trs peu noble, imprgne les murs de ce si digne enceinte, ou que je veux faire allusion labsence dodeur de saintet au sein du Parlement. Je ne saurais quel Saint me vouer dans ce cas. Il y a ensuite une si grande diversit au sein de ce Parlement quil serait peu judicieux de ma part de gnraliser. Il y en a qui nont rien de sain ni ne se ressemble aucunement un saint Il y en a dautres, qui, la vue dun sein sont capables de tout donner, mme un blanc-seing une signature en bas dun document sans avoir pris connaissance de la teneur, pourvu quil y ait compensation. pour parler de prfrence des dernires dclarations du Commissaire du Gouvernement Ce poste semble dangereuse chez celui qui loccupe, le poussant laisser de ct le bon sens, lanalyse judicieuse des lments conjoncturels dune socit pour venir se heurter violemment contre la ralit dynamique. Je ne comprends rien. Voil quil se lance dans une croisade contre les senteurs non agrables des ambabra des chaussettes pourries, des Je me demande si par la suite on ne va pas penser rcuprer les chalan pou mete chalan deye tout moun ki santi fo, ki gen gwo zotey, ki gen tet grenn, tet pwav, pie mayass, Le temps pass est toujours meilleur Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Juin 2013 ( ... suite de la page 2) minutes pour produire un ID digitalis (enregistrement, prise de photo, impression). Enfonons encore le clou : combien faut-il de temps pour publier les rsultats dune srie de consultations lectorales avec les moyens technologiques existants ? Ailleurs, que ce soit en France, en Allemagne, aux USA, au Venezuela, en Iranetc), les premiers rsultats sont connus au plus tard deux heures aprs la fermeture des bureaux de scrutin. Chez nous, malgr ou cause de la logistique et des batteries dexperts qui nous assistent, il faut au moins deux mois!...Et tout le reste avec Et dire quon nous promet encore plus de performance avec le vote lectronique Mais on semble oublier que les systmes lectroniques fonctionnent comme les auberges espagnoles : si on met des donnes truques lentre, on aura des rsultats truqus la sortie. Navez-vous jamais souhait obtenir un relev de notes, une attestation de service ? Avez-vous mesur le temps que cela vous a cot pour lobtenir ? Et le baccalaurat haitien ? Avec toute linformatique disponible et embarque au Ministre de lEducation Nationale, pensez-vous quil faille vraiment un mois et demi pour publier les rsultats aprs les examens? Et pourquoi dans le systme Franais rseaux. Oui de nombreuses entreprises publiques et prives hatiennes ont fait le pari de la modernit en misant sur lintgration des TIC dans leurs activits quotidiennes. Mais de grandes lacunes subsistent. Dans certains cas, labsence vidente de processus et de mthodes de travail tranche avec le manque dimplication des responsables. Dans dautres, lignorance accrue des besoins et processus mtiers de lentreprise rivalise avec la culture dominante du chef qui empche une bonne gouvernance du systme informatique et des systmes dinformation. Dune manire gnrale, labsence de stratgie de performance, labsence de normes et de vision fonctionnelles des besoins de lentreprise, crent un environnement dfavorable la cration de la valeur. Il faut oser le dire, les TIC ne sont pas une panace. Sil est admis quelles peuvent contribuer faire voluer lactivit des entreprises et les rendre plus performantes, il faut sempresser dajouter que cette mutation ne se produira que si lenvironnement est favorable et si les investissements informatiques saccompagnent de changements si la gestion de lentreprise est avise. tous les services de lentreprise dordinateurs et dy installer des connexions haut dbit pour provoquer le grand boom performance ne se trouve pas dans loutil lui-mme, mais dans lutilisation qui en est faite. Investir dans les TIC ne compense pas une mauvaise gestion, un manque de comptences, une La performance sera d autant aux abonns absents que certaines entreprises et institutions confondent linformatique de matriels et linformatique de gestion. De mme que le chiffre daffaires ne mesure pas la leur architecture et leur capacit de stockage ne mesurent pas la performance informatique dune entreprise. Ce sont les stratgies, les processus dentreprise et la mise en uvre technologique qui crent la richesse, la valeur ajoute, lExcdent Brut de Services (EBS). Objectifs, Donnes, Mthodes, Mission, Mandats, Responsabilit, Manuel de procdures et de qualit voil les ingrdients quil faut adroitement combins aux motivations et comptences du personnel pour garantir de la rentabilit partir des investissements matriels. Mais combien de nos institutions et entreprises savent une gestion de linformation extrmement performante ? Et au-del, cest la qualit de la structure et celle du mode de fonctionnement de l entreprise qui reste le facteur cl de la performance La culture managriale, dominante dans la majorit des entreprises et institutions hatiennes, qui se rfre uniquement lorganigramme hirarchique, empche lexercice dun management thique et participatif, lequel est garant de la bonne gouvernance des systmes d information. Car sans une vision stratgique de la performance, sans une maitrise des processus, sans une mobilisation des comptences, sans un respect rciproque des domaines de comptences de chacun des acteurs-mtiers, sans une responsabilisation des fonctions, sans une motivation du personnel, linformatisation peut dstabiliser une entreprisecar lutilisation des outils peut devenir trs vite un vrai chaos. ( suivre) Erno Renoncourt juin 2013 Erno.renoncourt@yahoo.fr par exemple, les rsultats sont publis exactement une semaine aprs ? Par exemple, Le bac Franais a lieu du 17 planification les rsultats On verra ce qu il en sera pour le ntre dans un mois. Savez-vous compter le nombre de fois o vous tes alls payer votre facture dlectricit, votre feuille dimpts ou votre bordereau de douane et que lon vous a demand de patienter ou de revenir car : Il ny a pas de systme ? panne du systme : Pas de systme Il doit forcment y avoir quelque part un bug dans le logiciel haitien pour justifier ces rcurrentes pannes de systme. Au vrai, toutes ces institutions sont informatises Elles fonctionnent en mode real on time .Elles sont quipes de serveurs architecturs multi curs et dordinateurs derniers Ghz, avec des slots de mmoire pouvant atteindre jusqu 64 Go. Leur connectivit est la hauteur de ce qui se fait de mieux dans la technologie : Wi-Fi, Bluetooth, LAN, WAN. Les managers, directeurs et PDG sont tous branchs et quips dIPAD, dIPHONE et dAssistants personnels. Pourtant la performance nest toujours pas au rendez-vous ; car quelque part, toutes les applications de gestion de lentreprise attendent dtre de la puissance de calcul des ordinateurs et de la vitesse des

PAGE 13

HAITI, QUEL ENVIRONNEMENT ? Les assises centrales de la scurit alimentaire et nutritionnelle (2) La semaine dernire, jai formul quelques critiques sur lorientation de notre politique agricole (voir Les assises centrales de la scurit alimentaire et nutritionnelle, HEM me dois de revenir sur le sujet pour parler de la prsentation du prsident de la Commission de Stabilisation des prix, en loccurrence le Ministre de lAgriculture, lagronome Thomas Jacques. les contraintes auxquelles le secteur dont il a la charge doit faire face. Il en a cit quatre : 1. La faiblesse des investissements publics ; en effet, au cours des dernires dcennies, ils nont jamais dpasse 5,5 % du budget national, quand on sait que les % des prvisions, on peut se faire une ide des montants attribus au secteur agricole. 2. Un environnement prcaire ; le Ministre a bien sur parl des pertes occasionnes par les cyclones, mais il a aussi mentionn linscurit foncire, que lon oublie souvent. Le cadre macro-conomique et commercial dfavorable ; il sagit l, bien sr, de la politique tarifaire qui nous a t impose par nos bons amis au nom de la sacro-sainte loi du libre change et qui a eu un effet dvastateur pour une agriculture non prpare ce choc. 4. La faiblesse institutionnelle du Ministre responsable du secteur. Pour ceux que cela intresse, je peux signaler que le MARNDR a labor un Programme Triennal de Relance Agricole 2013-2016 dont le premier chapitre ( ) dveloppe les donnes exposes brivement par le Ministre. Il en est de mme pour le second chapitre (JUSTIFICATION) qui traite des opportunits numres savoir : 1. ressources disponibles : diversit agro-cologique potentiel dirrigation potentiel de pche production organique 2. les marchs : le march national, les marchs niches Partant de ces donnes, le PTRA doit relever ce qui agricole est confront, savoir : parvenir satisfaire la demande alimentaire sans cesse croissante de la population, partir de la production nationale, en sappuyant sur quatre sous-programmes : un Sous Programme de Renforcement Institutionnel et de la gouvernance du secteur agricole (PRIGSA); un Sous Programme dAppui aux Petits Agriculteurs (PAAF); un Sous Programme de Renforcement de lAgriculture et un Sous Programme de Dveloppement des Infrastructures Rurales et Amnagement des Bassins Versants (DIRAB). Chaque sous-programme est labor de la faon suivante : Les rsultats attendus ; Les interventions ou actions entreprendre pour atteindre ces rsultats ; La localisation zones cibles et envergure et, lestimation des cots ncessaires cots estimatifs Bien entendu il est impossible de rentrer dans le dtail de ces sous-programmes dans le cadre de ce papier, mais je peux penser que nous aurons loccasion de prendre sous la loupe lun ou lautre aspect pendant le cours de leur mise en uvre. Il y a cependant un point sur lequel je voudrais mattarder. Dans son expos, le Ministre a parl de microparcs agro-industriels et cela ma tout de suite interpel. On se souvient peut-tre que dans le troisime papier consacr lconomie verte, jai parl de structures de stockage, de centres de tri et dempaquetage de centres de transformation (voir Lconomie verte (3) La dcentralisation, HEM Vol. Tout cela tait dans lesprit de la dcentralisation, prne par le Plaidoyer de la FONHDILAC, par la cration de ples de croissance-dveloppement. Lide de micro-parcs agro-industriels va, mon avis dans le mme sens. Je nai malheureusement pas encore trouv, dans le PTRA, le passage qui donnerait plus de dtails l-dessus. Dans le mme ordre dide, jai entendu rcemment le directeur de cabinet du Ministre du Commerce et de lIndustrie, mon ancien collaborateur Hugues Joseph, parler lui aussi de micro-parcs. Je lui ai demand de me faire avoir des dtails sur ce concept, mais je nai encore rien reu ; il va falloir que je le relance car, encore une fois, je crois quil y a l quelque chose quil faut encourager. scnario optimiste bas sur lhypothse que nous ne soyons pas touchs par des cyclones trop dvastateurs, dans ce cas l, il prvoit une croissance intressante pour le secteur ; b) un scnario 2, moins optimiste, dans ce cas les prvisions doivent tre revues la baisse. Cela ma fait penser cette agriculture rsiliente dont on parle beaucoup depuis quelque temps ; il faudra aller voir de ce ct. Bernard Ethart Avi Sou Odyans Piblik Palaprezant, yo enfme piblik la pral genyen yon odyans piblik sou Komite sou Transptasyon ak Avyasyon, e se Asanble Komis Konte Miami-Dade ki pral ganize li nan Chanm Komisyon an, nan dezym etaj, 111 NW First Street, Miami, Eta Florid, pandan yon reyinyon ki pral kmanse apepr a 2:00 P.M. jou 10 jiy 2013, pou analize Plan Devlopman sou Senk An ki nan kad Plan Transp Pp (PTP) la. Plan sou Senk An an esplike nan yon grenn dokiman tout amelyorasyon transp Konte a ki nan PTP a pou pwochen sik senk lane Fon Sirtaks Rezve pou Transp Konte a sipoze nanse. Li gen ladann yon lis travo detaye ak yon bidj pou chak pwoj yo pral f e ki nanse grasa fon sirtaks la pandan peryd senk lane sa a. Rap a reprezante dzym mizajou anyl Plan sou Senk An an. Li endike sitiyasyon ak pwogresyon aktyl nan mizanplas pwoj sirtaks la ap nanse yo e li konpare avansman an pa rap ak liy de baz ki svi km referans yo te montre nan premye plan lane dny a. Pwochen mizajou anyl Plan an ap kontinye siveye pwogr yo f nan kontinyasyon pwoj yo, e l ap analize si yo respekte bidj ak del yo, ansanm ak klkeswa chanjman yo f nan Plan an, ikonpri tout sa yo ajoute, retire oswa ranvwaye pou pita. Pandan odyans lan, Komite sou Transptasyon ak Avyasyon an pral bay moun oswa ajans ki enterese yo chans pou yo pale osij asp sosyal, ekonomik ak anviwnmantal pwoj sa yo. Tout moun ki gen yon enter y ap defann gen dwa soumt prv aloral oswa alekri ansanm ak rekmandasyon konsnan pwoj sila yo. Yon moun ki deside f apl kont klkeswa desizyon nenpt ki konsy, ajans oswa komisyon te pran konsnan yon zaf yo te diskite nan reyinyon oswa odyans ki koresponn ak zaf sa a ap bezwen yon dosye ki gen tout pwosedi a ladann. Moun sa a ta dwe asire yo f yon dosye ki anrejistre tout bagay ki te diskite motamo, ikonpri temwayaj ak prv ki svi km baz pou apl la. Yo envite tout moun k ap defann yon enter pou yo patisipe. Pou kapab jwenn kopi Plan PTP a e/oswa pou kapab jwenn plis enfmasyon, tanpri kontakte Ofce of the Citizens Transportation Trust, Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, Miami, Florida 33128, telefn: 305-375-1357; iml : citt@miamidade.gov; sit Wb : www.miamidade.gov/citt. Konte Miami-Dade bay tout moun aks menmjan ak menm optinite nan anplwa e li pa f diskriminasyon kont moun ki andikape nan kad pwogram oswa svis li yo. Asistans ak svis oksily pou kominike disponib sou demann yo voye alavans. Pou kapab jwenn materyo ki nan yon lt fma, pou kapab jwenn yon entprt langaj siy pou malantandan oswa nenpt ki lt akomodasyon, tanpri kontakte Nya Lake nan (305) 375-1357. Le porte-parole de la prsidence dominicaine a prcis mercredi que les mesures drastiques annonces mardi par le prsident Danilo Medina ne sont pas contre Hati, mais plutt pour chercher rsoudre le problme cr par linterdiction de lexportation de poulets et dufs de la Rpublique Dominicaine. Selon Roberto Rodriguez Marchena, le peuple hatien est souverain, il peut dcider sil veut acheter ou non les produits de la Rpublique Dominicaine. Il a indiqu que le La RD na rien contre Hati commerce entre la Rpublique Dominicaine et Hati reprsente des milliards de pesos par an. Il concerne la vente de poulets, des ufs et de beaucoup dautres produits. Le prsident Medina avait annonc mardi que le situation cre par linterdiction du gouvernement hatien pour limportation de poulets et dufs dominicains sur le territoire hatien. Il explique que le gouvernement dominicain na aucune hostilit envers le peuple hatien, et appelle veiller ce que les dclarations ne peuvent tre mal interprtes. Entre la Rpublique Dominicaine et Hati, il y a une fraternit, comme cest le cas avec tous les peuples du monde, a-t-il dit. HPN Une tude sur une vingtaine de personnes touches par le coronavirus MERS en Arabie saoudite rvle que plusieurs patients auraient t contamins lhpital. Alors que plus dune soixantaine de personnes dans le monde a t touche par le nouveau coronavirus MERS, pour la plupart au Moyen-Orient, une quipe de chercheurs internationaux sest rendue en Arabie saoudite pour enquter sur Les hpitaux, vecteurs de propagation du coronavirus laccroissement important du nombre de nouveaux cas qui a eu lieu en mai dans les hpitaux du pays. Leurs observations suggrent que le MERS se transmettrait aisment dans les tablissements de sant. Les mdecins ont examin les dossiers mdicaux patients atteintes par le virus, sur quatre sites mdicaux. Ils ont dtermin que la transmission du virus stait faite entre de savoir si elle sest faite via des gouttelettes respiratoires (toux, ternuements) ou par un contact indirect (par exemple, une blouse qui servirait de vecteur). Il semblerait que dans certains cas, un patient ait contamin dautres personnes qui se trouvaient dans des chambres diffrentes, mais dans le mme service, expliquent les auteurs de ltude dans leur rapport publi mercredi dans le New England Journal of Medicine Les hpitaux devraient donc assurer un suivi des personnes qui taient dans le mme service quun patient infect par le coronavirus MERS. Ce sont des lieux risques pour la propagation des infections car les personnes malades, avec un systme immunitaire affaibli, sont plus vulnrables aux microbes qui peuvent tre propags par mgarde par les soignants.

PAGE 14

Page 14 LES JEUX HORIZONTAL 1. Presidente dun pays en proie de vastes manifestations 3. Pays organisant cette semaine un sommet contre le piratage maritime 4. Douze mois 5. Chapeau dAmrique Latine 6. Enlever 7. Aluminium 8. Desse guerriere de la mythologie scandinave. VERTICAL 1. Mode de transport est trs utilis dans lAsie du Sud-Est 2. Article 3. Note 4. Transpire Oprateur britannique de tlcommunications 5. Peu commun 6. Exempter 8. Pantin. ROUSSEFF I##U#X#A CAMEROUN K#E#AN#T SOMBRERO H#OTER#C AL###E#H WALKYRIE Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeCALLEUX B O J A E A U Solutions de la semaine passe:Solutions de la semaine passe: LES JEUX DE BERNARD Allez de MESTRE ROTULE en utilisant des mots du vocabulaire franais, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Crois sSan Pedro Sula Acapulco Caracas Tegucigalpa Turret Maceio Cali Nuevo Laredo Barquisimeto Joao Pessoa Manaus Guatemala Fortress Salvador Culiacan Vitoria New Orleans Cuernavaca Juarez Ciudad Guayana Detroit Cucuta Sao Lus Medellin KingstonPAGINE SAGINE SALINE SALIVE SOLIVE SOLIDE BOLIDEMESTRE ROTULE P Q C G A T V P Q M I J Q U N P O X B A U E C V G R E N Z T U S I V I O W L L U A D C D W X E E M Q G T S T U U I P P I E B V G L L F H S U A E K S A C U L O E U V N W R J A R L M G O C D L A U C F Z Z Z N N L R A I S R A I C C I O E Z T K A A V E M S R D N H O G R J S T Y M C C A T E I G E J G A T U Q W J M A Q K D P T U Y P U L R G S V O M V C O V O I A Q J N P E D A A C E A C Q I A R Y U R S A S E C H K I N G S T O N A G G A G S T A I D C R L R O J I N T N N B K R R J B N E W O R L E A N S U L O A S K W U D P I G R Z W F Q B Z I C T C U C U T A G M F W Y I Q C T R A Madame Limage Yvanette, propritaire demeurant et domicilie Port-au-Prince, Madame Limage Yvonette, propritaire, demeurant et domicilie Port-au-Prince, Monsieur Limage Wisgline, propritaire demeurant et domicili aux Gonaves, Roseline. Ils appotent en numraires la somme de VINGT MILLE GOURDES (20,000 GDES) Reprsente 40% du Capital social. Lobjectif de la socit est dentreprendre : lexploitation des ufs, par le processus des couveuses, des poissons par la mthode de bassin deau ou mare, par la pche elle sinvestit aussi dans tous ceux qui ont rapport aux ufs, volailles, poisson de diffrente formes et qualits. La dure de la socit est de dix (10) annes a compter de son enregistrement sus Le prsent avis est publi conformment la loi. Me. Romelus Johnny, Avocat. Johnny.romelus@yahoo.fr fait le dpt de leur statut en nom collectif au Ministre du Commerce et de lIndustrie collectif dnomme MILMIWI sous la raison sociale MICHEL &CO le sige social est aux Gonaves, rue galit prolong #66 bis. Son Capital sociale est CINQUANTE MILLE GOURDES (50,000 Gdes) reparti entre les associs, Monsieur Michel Luckson, au nif : 004-859-584-2 Et Monsieur, Michel Wisner, demeurant et domicili aux Gonaves, Michel Luckson. Ils apportent en numraires la somme de VINGT MILLE GOURDES (20,000 Gdes) Reprsente 40% du Capital social. Lobjectif de la socit est dentreprendre : lexploitation des ufs, par le processus des couveuses, des poissons par la mthode des bassins deau ou mare, par la pche elle sinvestit aussi dans tous ceux qui ont rapport aux ufs, volailles, poisson de diffrente formes et qualits. La dure de la socit est de dix (10) annes compter de son enregistrement est publi conformment la loi. Me. Romelus Johnny, Avocat. Johnny.romelus@yahoo.fr Le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince, comptemment runi au Palais de Justice de cette ville, a rendu en audience publique et en ses attributions civiles de divorce le jugement suivant : ENTRE : La dame Ernseau JOSEP, ne Marie Carmelle JEAN, propritaire, demeurant et ET : PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions, conformes du Ministre Public, accueille laction du requrant pour tre juste et fonde ; Maintient le dfaut octroy contre la partie dfenderesse laudience susdite ; pour le divorce de la dame ne Marie Carmelle JEAN davec son poux Ernseau JOSEPH pour incompatibilit de caractre, injures graves et publiques, Prononce la dissolution des liens matrimoniaux Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Canal GABRIEL de ce RENDU DE NOUS, Me. Jacques Hermon CONSTANT, juge en audience civile ordinaire et publique du mercredi dix-sept Avril deux mille Treize en prsence de Me Jean Claude DABREZIL, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec Pour Expdition Conforme Homre RAYMOND. Je, soussign, Jean Ruphne, propritaire, demeurant et domicili Duclos, le public et le commerce en particulier, que je ne suis pas responsable daucun acte de son pouse, Madame Ruphne JEAN, ne Danie SAINT FLEUR propritaire, demeurant et domicilie Duclos, Commune de Cabaret, en attendant une action en Justice soit intente contre elle pour injures graves et publiques. Ruphne JEAN. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et aprs en avoir dlibr au vu de la loi, le Ministre Public entendu dans ses conclusions crites en la forme et au fond, favorable laction de la requrante, accueille laction introduite par la dame Jean Denis SAINT CYR ne Marie Michelle TOUSSAINT contre son poux Jean Denis SAINT CYR, en la forme, maintient le dfaut octroy contre le dfendeur laudience du mardi pour navoir pas t rabattu aux termes de larticle 287 du code de procdure civile Luc D. Hector, Admettre le divorce entre la dame Jean Denis SAINT CYR ne Marie Michelle TOUSSAINT et Jean Denis SAINT CYR pour abandon du toit conjugal envers sa femme au vu de larticle 217 du code civil Hatien. PRONONCE la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre lesdits poux ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers et de rdiger lacte de divorce des poux prcits ; commet lhuissier Mikerlange PIERRE de les dpens en raison de la qualit des parties. Instance de Miragone en audience publique et en ses attributions civiles de divorce du mardi 5 Fvrier deux mille Treize, An 210 me de lIndpendance, en prsence du Ministre Public reprsent par Me. Nestac Franois, Av. Substitut du Commissaire du Gouvernement Il est ordonn, etc .. En foi de quoi, etc Pour copie conforme. Me. Magnol Franois, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen, le Ministre Public entendu 2012 Ministre de lhuissier Nesly BLANCHARD, maintient le dfaut faute de comparatre Marianne PRINVIL pour injures graves et publiques ; Prononce la dissolution des liens de lEtat Civil de la section Sud de Port-au-Prince pour le surplus des formalits lgales ; compense les dpens vu la qualit des parties ; commet lhuissier Clerbrun FAURE pour RENDU DE NOUS, Gerty ALEXIS juge en audience Civile publique et ordinaire du vendredi 10 Mai deux mille Treize An 210 me de lIndpendance, en prsence de Me. Tribunal de Premire Instance de ce ressort avec lassistance de GEORGES CHERESTAL Il est ordonn, etc En foi de quoi, etc .. Pour copie conforme : Me. Magnol Franois, Av.

PAGE 15

Page 15 TI GOUT PA TI GOUT ak Jan Mapou 2m pati F lekl mande bon ganizasyon anvan pou bon ansyman ak bon aprantisay vin debake. Teknik ansyman ki pi madre ki ka ekziste a pa p janm ka bay rannman si pa gen bon ld ak disiplin nan salklas la. Kifla, anseyan an dwe devlope regleman kap pmt salklas li fonksyone kmsadwa, djakout pedagojik li. Anseyan an dwe tabli yon seri pratik-woutin pou mouvman ak jesyon gwoup-elv andedan salklas la, pou kolk ak distribisyon materyl, pou pfmans responsablite non-akademik, pou sipvizyon tout volont ak asistan-anseyan. Konsa, tout elv ap konnen kisa yo dwe f, ki kote yo dwe Yon salklas ki mal ganize fasil pou rekont: anpil tan gaspiye nan koze ki pa koze ansyman; elv yo blije rete tann anseyan an pou yo travay; group-travay yo pa p f travay yo; materyl yo pa regleman ak tranzisyon ft likid-likid, epitou elv yo pran responsablite pou yo f tout bagay mache litlit. Group-travay ap f travay yo, epi chak grenn elv ki manm group sa-yo ap fonksyone nmalman. Menmsi anseyan an pa dirkteman ap voye je sou aktivite kap ft yo, elv ki nan gwoup-travay sa-yo kontinye ap travay, epi yo slman mande d l yo bezwen. Anseyan ki gen eksperyans lan toujou pwouve kapasite li posede nan f tranzisyon likid likid: l lap f tranzisyon ki soti nan yon pati yon leson pou lale nan yon lt. Tout materyl ki neses pou ansyman an gentan pare, yo la soulamen; regleman pou distribye ak kolekte materyl gentan byen tabli pou elv yo suiv. Elv yo pran responsablite pou yo pran swen epi konnen plas chak materyl. travay ki pa travay ansyman an dirkteman, men ki chita sou responsablite li; konsa, li ekonomize plis aktivite tankou esp, teyat ets. Volont ak asistan-anseyan ka bay anseyan an anpil konkou nan salklas la, men fk anseyan an konnen ki fason pou li itilize yo epi sipvize yo, anvan pou li jwenn bon rannman nan men yo. Anseyan ki eksperimante a pase bonkou tan ap oryante asistan li yo. Nan obsve salklas byen obseve, nap rive jwenn tout prv sou fason anseyan an jere epi ganize travay li. Gen anpil anseyan ki ka founi eksplikasyon yo yomenm sou fason yo aplike regleman ak pwotokl nan salklas yo, si nou mande yo sa. Zengredyan: Zengredyan Mi Jesyon Ansyman Depi anseyan an pa kanpe la ap travay ak elv yo, elv yo pa ka ni bay rannman ni konsantre nan aprantisaj la Aktivite pou gwoup-travay yo ganize, konsa depi anseyan an okipe ap ede yon gwoup, elv nan lt gwoup yo ap pdi tan nan f aktivite ki pa aktivite yo ta dwe ap f. ganizasyon ak jesyon Aktivite pou gwoup-travay yo byen ft, konsa majorite elv yo rete konsantre nan travay yo Gwoup-travay yo ap travay poukont yo, tout elv rete konsantre ntalkole, epi chak grenn elv ap pran responsablite pou li bay rannman. Anpil tan pdi nan tranzisyon nan mitan yon yon lt anseyan ak elv yo pral kmanse Yon l tranzisyon yo byen ft, yon lt l yo mal ft; konsa, anseyan an konn pdi yon voum tan li ta ka itilize pou li anseye Transition yo ft byen dous, byen fasil epi se ti kras tan tou piti anseyan an pdi sou tan ansyman an. Tranzisyon yo pase san ft ak san traka, epi tout elv yo ap pran responsablite f li pase kmsadwa. Jesyon Materyl Distribisyon materyl ak founiti klasik yo ft mal; konsa, anpil tan ki ta dwe svi gaspiye Woutin pou jere distribisyon materyl ak founiti klasik yo aplike plizoumwen kmsadwa. Woutin pou jere distribisyon materyl ak founiti klasik yo aplike kmsadwa, san twp tan gaspiye. Woutin pou jere distribisyon materyl ak foutini klasik yo aplike san traka, epi elv yo ap pran responsablite pou f woutin yo dewoule vit epi anfm. Ansyman Bonkou tan konsiderab nan ekzekite lt devwa ki pa nesesman devwa ansyman anseyan an gen km premye responsablite li a. Sistm oswa metd pou ekzekite devwa ki pa devwa bonkou tan gaspiye initilman nan ekzekisyon yo. Anseyan an tabli yon metd solid pou li ekzekite devwa ki pa devwa ansyman an; konsa, se yon ti kras tan minim ki pedi. Sistm pou ekzekite devwa ki pa devwa ansyman an byen tabli, epi tout elv ap pran responsablite nan ekzekisyon yo. Wl ak responsablite anseyan-benevl ak asistananseyan yo pa konsa, pi souvan moun sa-yo konn pa gen anyen pou yo f nan klas la. Anseyan-benevl ak asistan-anseyan yo ap f travay yo nmalman pandan slman yon psyon tan, epi yo bezwen sipzvizyon anseyan an san rete. Anseyanbenevl ak asistan-anseyan yo ap f travay yo poukont yo, epi yo patisipe kmsadwa non tout travay kap ft nan klas la. Anseyan-benevl ak asistananseyan yo bay patisipasyon ak kontribisyon total yo nan kreyasyon anbyans andedan salklas la. Pys aprann pa kapab ft nan yon anbyans kote konptman elv yo san kontwl. Si elv ap monte-desann nan salklas la, f rd ak anseyan an, oswa yap goumen antre yo, yo pa p kapab ni konsantre ni rive plonje benyen byen fon nan aprann nan. Okontr, l elv yo benyen byen fon nan aprann nan, yo pa p gen tan pou ni goumen, ni f rd ak anseyan an, ni kouri monte-desann nan salklas la. Pif salklas se kote ki ankonbre ak elv kap pataje espas ak materyl. Rapwchman sa-a nan mitan elv yo, l li maknen ak lt problm, kapab lakz elv yo konpte yo mal, f yo deranje fonksynman salklas la. Anseyan ki eksperimante a rekont pif ajisman ki f elv yo part tankou se malkonpte yap malkonpte yo, se pito rezilta lt kalite koze. Men yon ti lis tou kout: nan lt bagay ki enterese yo pito. Parekzanp, elv ki nan klas segond renmen ap ekri epi pase ti biye yonn bay lt; elv nan klas preparatwa ap woule kreyon sou biwo yo pou yo f jwt machin, epi yap gwonde tankou yon mot machin. Jounen jodi, selil ak jwt elektwonik pa p sispann pran nanm yo nt nan klas. yo, pou yo ka deranje fonksyonnman nmal klas la. regleman ak kd-conduit ansanm ak konsekans pou elv ki ta vyole yo. Regleman yo ka kouvri langaj respektab (pwenn jouman), abiman (pwenn kaskt ak chapo). Nou kapab ajoute divs lt pwotokl tankou: fason pou elv mande lapawl pandan yon diskisyon (leve men oswa f anseyan an siy); fason pou yo kite klas la (soti nan ran oswa pa ranje); fason pou yal f pwent kreyon, pou yal pran materyl, oswa pou yo mande pmisyon. Klkeswa ti detay ki ka ekziste nan diferan regleman ak kd-konduit, jeneralman yo tout pataje menm karakteristik la. An nou voye je sou detwa grenn karakteristik sa-yo: -Tout regleman kl pou tout moun, epi yo ekri yon kote pou tout moun kapab w yo nan klas la san pwoblm. -Kd regleman ak konduit la mache daplon ak gwoup elv menm laj, epitou li respekte ms ak -koutim ki nan tradisyon kilti elv yo. -Pwenn paspouki, pwenn mounpa, tout regleman ekziste pou tout elv alawonnbad. -Anseyan an eseye rete okouran sa kap pase nan klas li. Pawl la di, anseyan gen je nan do ak dy tt yo. Menm l lap ekri sou tablo, anseyan an dwe ap f ti kout je pa dy tanzantan. Pafwa anseyan an kapab menm site non yon elv pou redirije atansyon elv la, oswa li kapab al kanpe tou pre elv la pou remete li sou bal aprann nan. -Anseyan an dwe evite pdi sanfwa li nan f kl, nan frape liv byen f sou biwo li, oswa nan f tout lt -Tout pinisyon dwe santre sou move konptman elv yo; pys pinisyon pa dwe atake psonalite pys elv. Tout pinisyon dwe aplike nan fason pou yo pa deranje fonksyonnman klas la, ni tou yo pa dwe pilonnen diyite elv yo. Ale pou vini, anseyan an dwe kontinye ap ankouraje elv yo siveye pwp ajisman ak konptman yo. DOKIMANTASYON Se andedan salklas anseyan an menm nou dwe obsve fason li jere konptman elv yo; se la nap jwenn ekzanp ak prv si li gen yon kd-konduit ki tabli pou klas li. Mzalo, regleman ak kd-konduit yo konn pa fasilman obsvab nan yon klas kap mache solidman byen. Natirlman, se konptman elv yo ki konn endike si anseyan an te gentan tabli kd sa-a depi nan kmansman ane a, epitou si li te kenbe li rd rd pandan tout ane a. Menmsi chak anseyan kapab fasilman dekri ak eksplike pwp regleman ak kd-konduit pa li, aplike kd sa-a toujou rete vrman esansyl. Zengredyan: Zengredyan Mi Antisipasyon Sanble pa gen pys kdkonduit ki tabli, oubyen konnen si gen yonn Sanble gen yon kd-konduit ki tabli pou ede anseyan an boule ak pif sitiyasyon, epi pif elv yo sanble yo konprann kdkonduit la Kd-konduit la kle pou tout elev nan klas la. Nonselman kodkonduit la kle pou tout elv yo alawonnbade, mentou sanble tout elev yo te patisipe nan kreyasyon li. sou Move Anseyan an inyore move konduit elv yo, oswa reyaksyon li ouvtman mirezen oswa anseyan an pa respekte diyite elv yo karebare. Anseyan an chache koresponn ak move konduit elv yo, men li pa toujou jwenn bon rezilta oswa elv yo pa komt pys enfraksyon grav. Anseyan an koresponn ak move Konduit elv yo kmsadwa, nan resp diyite ak psonalite yo oswa konduit elv yo jeneralman suiv regleman epi san repwch. Anseyan an chache boule ak move konptman elv yo nan fason ki koresponn ak bezwen oubyen psonalite chak grenn elv yo oswa konptman elv yo san ft, san blam, san repwch. Epitou itilizasyon espas andedan yon klas varye selon kontks la, selon mwayen yo. Gen anseyan kap anseye nan milye lavil; gen lt kap anseye nan milye riral; chak milye gen pwp reyalite pa li. Anseyan klas elemant ranje chz, ban ak biwo nan klas yo nan fason apropriye pou pmt yo f resitasyon, lekti, ak ekzsis gram. Fason mb nan klas la ranje gentan bay elv yo siyal pou pwennvi ak pozisyon anseyan an sou kozman aprann. Anseyan an konn itilize kwen ak rakwen klas la pou ekspozisyon ak eksplorasyon, ban ak biwo yonn dy lt pou prezantasyon, chz nan fm demi-sk pou diskisyon, mitan klas la vid pou tout aktivite kolektif. pou moun pase pa dwe gen bagay ki bouche yo, ni pwent grenn klou. Tout elv yo, san bliye menm sa ki kokobe yo, ft pou yo gen aks ak tablo a, anseyan an, ansanm ak tout lt resous ki nan klas la. Espas nan klas la dwe pmt anseyan an ak elv yo deplase epi sikile lib, san pys ankonbreman. Parekzanp, Yon dezym eleman ki enptan ank, se aranjman mb ki nan klas la. Jounen Jodi a, pif ban ak biwo pa kloure nan planche klas la, menmsi bonkou anseyan kontinye ranje yo kmsi yo te vise at nan planche a. Chak aranjman mb nan klas la mache ak bi-vize epi kalite aktivite elv yo gen pou yo f. Tout aranjman gen avantaj ak dezavantaj yo. Pou group-travay, ranje tab ak biwo yo, f yo sanble Pou diskisyon, ban ak biwo yo dwe ranje sou fm won ak sk. ansyman tankou lakre, kreyonfet, tablo-papye, apary-retroprojekt, apary-kast, apary-videyo, elatriye. yo, yo deranje atmosf aprann nan. Nmalman, l apary yo pa ka travay, anyen pa ka projte, epi klas L yon salklas tounen yon vr kominote aprenan (moun-kap-aprann ansanm), elv yo rive Elv yo kapab, parekzanp, planifye yon ekzibisyon, deplase mb yo pou aktivite group-travay yo. Yo kapab louvri fent pou van antre, fmen yo pou twp soly pa anvayi; yo ka fmen pt pou anpeche bri antre oswa soti nan klas la. Salklas la se saklas elv yo li ye, epitou se yo kap f li fonksyone byen. Natirlman, sl jan pou patisipasyon elv yo atenn gwos degre sa-a, fk anseyan an ankouraje ak motive yo nan menm sans sa-a tou. dwe f, men se aplikasyon eksplikasyon sa-a ki esansyl.

PAGE 16

Page 16 VIVE LES VACANCES En Bref... (... suite de la page 2) Reconstruction: Comits de Quartiers pour grer les investissements Comits de gestion, constitus de personnes vivant dans les communauts et qui ont su faire preuve de leadership et dintgrit, ont t mis sur pied dans chacun des 8 quartiers cibls par le projet. La mission de ces Comits est de faciliter la communaut laccs aux services de base et de travailler de concert avec les membres des diffrentes plateformes communautaires, en vue de rendre les activits de gestion deau, des dchets solides et de llectricit, plus rentables et plus durables dans ces quartiers. de formation a t conu sur : le renforcement des capacits de gestion, le diagnostic social et conomique de la communaut, la dontologie et sur tous les aspects qui feront des membres de ces Comits, des leaders responsables et accomplis. LAmbassadeur du Canada en Hati rend visite un centre professionnel hatien, accompagn dentrepreneurs hatiens Le but de cette visite tait de senqurir des besoins du Centre Canado-technique spcialis dans la formation en lectromcanique, tlcommunications, mcanique dentretien industriel, techniques de rseaux informatiques. Linitiative de la visite a t prise par lAmbassadeur du Canada en Hati Mr Henry Paul Normandin, la demande du directeur du Centre, le frre Pierre Isaac Valmus. Il existe dj un partenariat entre le gouvernement canadien et lcole qui a permis la ralisation de plusieurs projets tels celui du ramnagement des anciens btiments, et des quipements tout fait modernes fournis au centre pour ne citer que ces deux projets. Lambassadeur Paul Normandin a dit esprer que la dmarche au sein du CanadoTechnique soit rplique dans le pays. Bateau de pche la drive Vendredi, la Garde ctire a lanc une recherche pour retrouver 9 pcheurs bord du bateau Aisha originaire des les Turks et Caicos, en panne et la drive dans les eaux au large de Labadie (Nord dHati). Un quipage en hlicoptre dploy dans les Bahamas, sest joint la Garde ctire dans la recherche des pcheurs.