<%BANNER%>

Haïti en marche ( 06-19-2013 )

Digital Library of the Caribbean
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00527

Material Information

Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: 06-19-2013
Frequency: weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID: UF00098809:00564

Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00527

Material Information

Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: 06-19-2013
Frequency: weekly
regular

Subjects

Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti

Notes

Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).

Record Information

Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID: UF00098809:00564


This item is only available as the following downloads:


Full Text

PAGE 1

Santo-Domingo reproche Port-au-Prince de ne pas les avoir prvenus alors que les deux chefs dEtat (Medina et Martelly) taient ensemble 24 heures plus tt pour un projet de reforestation binational En mission pour relancer lintrt du Canada dans le tourisme hatien la ministre du Tourisme Stphanie Villedrouin ( droite) et lex-Gouverneure gnrale du Canada, la native dHati Michalle Jean ( ( PORT-AU-PRINCE, 12 Juin 2013 Le gouvernement hatien a commis une bourde. Traduisez : une grosse erreur. Tout cela a commenc le lundi 3 juin coul. Une MEYER, 14 Juin Juste retour des choses. Jusquici nous tions le principal propagateur de toutes les maladies et pidmies (malaria, kwashiorkor, etc), voici soudain que cest ( ( ( ( Le jeune informaticien Edward Snowden par qui le scandale arrive Jesi Manigat Droits Gouvernement Dmission dpche de Santo Domingo nous apprend que 5 personnes sont mortes en Rpublique dominicaine victimes de la grippe nous qui devons dresser un cordon sanitaire contre le reste de lunivers, et pour commencer notre plus proche voisin. P-au-P, 14 juin 2013 [AlterPresse] --Plusieurs reprsentantes dorganisations fministes sont endeuilles, aprs la mort de la militante fministe, Jesi Chancy-Manigat, survenue JACMEL, 13 Juin Un jeune analyste dun soustraitant de la NSA (National Security Agency), une branche de la CIA, disparat aprs avoir dvoil que ce sont tous les citoyens ( Recherches Newsday, Trinidad et Tobago, 13 Juin Une compagnie de Trinidad et Tobago autorise mener des recherches en Hati sur de potentielles rserves de ptrole et de gaz naturel. PORT-AU-PRINCE, 15 Juin Peut-tre que les problmes dHati viennent aussi dune mauvaise interprtation du concept de pouvoir. Quest-ce que le pouvoir ? Qui est le pouvoir ? Elu ou pas. Hati ou

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... et architectes Hatiens Hati en Marche Miami th ( ( en Hati et de celui dHati au Surinam. Une dlgation de techniciens hatiens devait partir lundi pour la Rpublique dominicaine pour valuer la situation sanitaire au niveau de la grippe aviaire et dominicaines. Auquel cas Hati envisagerait la leve de son interdiction dimportation dufs et de poulets venant du pays voisin. La dlgation hatienne devait tre conduite par les ministres des affaires trangres, Pierre-Richard Casimir et de lAgriculture, Thomas Jacques. Les exportations de produits avicoles vers Hati rapportent au pays voisin quelque 40 millions de dollars amricains lan. Cinq cas de grippe A(H1N1) ont t diagnostiqus dans 3 localits distinctes de la commune frontalire de Anse--Pitres (Sud-Est), a inform vendredi la ministre de la Sant publique et de la population, Florence Duperval Guillaume. laboratoire des scrtions nasales des personnes affectes. Elle na pas indiqu dans quel tat se trouvent ces personnes et, notamment, si leur vie est en danger. Deux adolescents La ministre de la sant publique informe toutefois que la leve des mesures dinterdiction de produits carns dominicains rclame par Santo-Domingo est ltude, aprs les informations apportes par une dlgation dominicaine de haut niveau selon lesquelles la grippe qui a dj fait 5 morts en territoire voisin na rien voir avec la grippe aviaire transmise par le virus H5N1. La leve des mesures est galement envisage par le ministre de lEconomie et des annonc lenvoi dune mission dexperts en territoire dominicain charge de dterminer avec les producteurs du pays voisin de nouvelles normes dexportation de ces produits Depuis ladoption des mesures, la Rpublique dominicaine dclench une vaste opration mdiatique et diplomatique en vue dobtenir leur leve, Hati tant le principal march de produits avicoles dominicains. Une vive tension rgne depuis vendredi dans la zone frontalire de Dajabn. Dabord vendredi au moment o les autorits hatiennes procdaient la saisie de plusieurs dizaines de caisses dufs, de poulets et de saucisses qui ont t achetes au march binational. Les commerants et acheteurs hatiens ont dplor lattitude des autorits, notamment la police, les inspecteurs du service dhygine et de sant animale, qui ont saisi les marchandises pour ensuite les dtruire, rapporte le journal Listindiario. Sur ce, la fdration des marchands unis de Dajabn, qui comprend environ 13 organisations, a dcid de paralyser lundi les activits au niveau de la frontire en vue de protester contre cette dcision. La Mission des Nations Unies en Hati Minustah est venue au secours de lHpital Gnral (Hpital de lUniversit dEtat dHati, Port-au-Prince) dont la morgue tait cruellement affecte depuis plusieurs jours par une carence de rfrigration forant transporter une grande partie des corps dans des fosses communes. La morgue dessert la rpublique entire. Les deux conteneurs de rfrigration installs appartenaient au contingent japonais de la mission onusienne, et qui a laiss le pays en dcembre dernier. Ils sont environ 745 000 candidats qui prendront part aux Les prsidents surinamien Dsir Bouterse et hatien Michel Martelly (photo Georges Dup/HENM) Dans le cadre de lenseignement universitaire en Hati, la faiblesse institutionnelle, en quipements techniques, lobsolescence des quelques laboratoires existants, la pnurie en outils informatiques modernes en dpit des avances dans le domaine au sein de certaines facults, les interruptions de cours dues des troubles sociaux ou politiques et autres alas, reprsentent un vritable handicap. Cest dire que lacquisition de connaissances dans de telles conditions est une vritable gageure. Aprs le cycle rgulier dtudes universitaires, le nouveau diplm, conscient de ces manquements aux normes acadmiques, na dautre choix que de parfaire ses connaissances et combler ses lacunes au cours dun stage dans le cabinet dun an. Suite cette priode dapprentissage il peut renforcer son savoir et poursuivre, sil le dsire, le cycle universitaire ou sorienter vers dautres rives, faute de mieux, pour travailler, se spcialiser dans un domaine de son choix ou obtenir un diplme suprieur. Cest le parcours laborieux que connait tout tudiant hatien qui veut soffrir des atouts favorables dans une carrire o rien nest donn davance. Heureusement que la dbrouillardise et lingniosit de lHatien forcent toutes les barrires et ouvrent les frontires les plus hermtiques. Ici, comme ailleurs, ltudiant ou le professionnel Hatien arrive se frayer un passage travers monts et valles, mme dans une langue qui lui est trangre, allant parfois jusqu damer le pion aux nationaux des pays qui laccueillent. Les voisins Dominicains peuvent en tmoigner. Les Canadiens ne diront pas le contraire. Ce savoirfaire accumul par nombre de nos professionnels de diverses disciplines acadmiques na jamais pu tre mis de soutien et daccompagnement de lEtat aux associations socioprofessionnelles a t une entrave leur bon fonctionnement et a caus leur affaiblissement, alors que celles-ci auraient d tre des lieux de dbats, dchange dexpriences et des cnacles fonction normative et rglementaire o devraient tre garanties la protection de la corporation et la dfense des droits des membres adhrents. Dans cette optique, ces associations pourraient constituer un rservoir inpuisable de connaissances au service de la nation, comme cest le cas dans la plupart des socits o le recherches et des pratiques cumules tait prise en considration et analyse lors de sances pouvant orienter les dcideurs politiques, le pays sen sortirait gagnant. Le tout nest pas de raliser des projets tout vent dune faon dogmatique, mais de chercher les adapter une ralit de terrain qui tienne compte des us et coutumes de la population. Aprs le passage du sisme du 12 janvier 2010, cette mise lcart des professionnels hatiens a t encore plus des associations Socioprofessionnelles. Ceux voluant dans le domaine du btiment dont le secteur a t le plus durement frapp par la catastrophe ont t les plus frustrs, car leur pleinement ces travaux denvergure nationale. Au lieu dun ralliement des valeurs en vue dune Kombite nationale, les ingnieurs, urbanistes et architectes hatiens ont t tout bonnement frapps danathme et leurs offres de participation dcline sans autre forme de procs. Cette sentence est dautant plus prjudiciable quelle jette le discrdit sur la comptence de tout un corps de professionnels dont plusieurs, forms dans les centres universitaires les plus prestigieux, sont rompus aux travaux de terrain. A ceux-l sajoutent ceux qui, ayant acquis une exprience ltranger, sont revenus mettre leur connaissance au service de leur pays. Autant datouts pour constituer un rpertoire de personnes ressources qui devraient tre les principaux consultants ou conseillers dans la planification de travaux prvus dans le cadre de la reconstruction. En regard de cette attitude dltre de lEtat hatien, on est en droit de se poser des questions sur le bien fond des investissements publics et privs dans lenseignement universitaire. Serons-nous toujours prposs former des cadres pour lextrieur ? urbaine, lurbanisme, le gnie civil, larchitecture et les sciences sociales sont les domaines de rfrence incontournable de toutes actions visant une organisation mthodique de dveloppement. Cependant cet axiome doit tre complt par une vrit non moins vidente avance par des spcialistes en science du dveloppement: Cest dire que la mise en valeur des ressources humaines et matrielles dun pays est essentielle son volution, car seule cette synergie peut enclencher la dynamique propre rveiller les consciences pour une projection vers lavenir. Les arguments avancs pour mettre lindexe les Entreprises Hatiennes dans dquipements et inexpriences dans certains types de travauxne tiennent pas la route. La premire considration savre exacte si on se rfre au parc restreint dquipements et dengins lourds dont disposent les compagnies de construction locales. Cependant il serait possible de remdier offrir ces compagnies, travers ses avec le fond de Petro-Caribe ou autres des programmes de crdits adapts. Du coup, de nouvelles opportunits se prsenteraient. Les Entreprises locales, ainsi renforces, pourraient efficacement souvrir des techniques modernes de construction auxquelles les conditions de sous-dveloppement, la faiblesse de la demande et les limites budgtaires ne leur avaient pas permis daccder jusqu comptitives par rapport aux concurrents trangers. Cette dmarche entrainerait aussi une rentabilit certaine, la fois pour lEtat et le secteur priv, qui faciliterait la cration dtre investi dans des projets sociaux et dinfrastructure. Ainsi le trsor public senrichirait de capitaux quune telle mesure viterait de dpenser. Cette politique de tape lil, actuellement en cours, consistant investir dans des projets non-rentables qui nont deffet que lattrait du moment, naura comme consquence que lpuisement des fonds provenant dun prt que devront rembourser les gnrations futures. Vritable mcompte pour nos enfants. Il conviendrait davoir une vision de linvestissement plus raliste dans des secteurs porteurs. Cest ce que devraient comprendre les promoteurs de ces projets, issus de dcisions intempestives. Lautre aspect de largument qui cause dun prtendu manque dexpriences Le virus de la grippe AH1N1 aurait dj fait un mort dimanche dans la localit de Nan victime aurait attrap le virus Anse--Pitres, une ville frontalire avec la Rpublique Dominicaine, nous apprend Hati Press Network. La victime est dcde lhpital du Sacr-Cur de Thiotte, a indiqu le maire. Pour sa part, la directrice gnrale du ministre de la sant publique et de la population (MSPP) Mme Guirlaine Raymond Charitte, a indiqu que bien que la victime ait prsent tous les symptmes dcrits, ce dcs nest pas attribu formellement la grippe AH1N1, parce quaucun diagnostic na t dress par le Ministre. Elle prcise que sur les 5 cas qui ont t dclars suspects la semaine dernire, 3 ont t Tous les cas de grippe ne sont pas de type AH1N1, seul un examen du spcimen peut On ne peut pas dire que ce soit une pidmie, mais on peut dire quon a des cas de grippe AH1N1 a dclar Mme Charitte. Dimanche, le prsident dominicain Danilo Medina a rencontr 3 dputs hatiens autour de la dcision prise par lEtat hatien dinterdire lentre des produits carns en provenance de la Rpublique Dominicaine. Une dlgation du gouvernement hatien conduite par le ministre des affaires trangres Pierre Richard Casimir et le ministre de lagriculture Thomas Jacques, devait se rendre lundi en Rpublique Dominicaine autour de la question. Le prsident du Surinam Dsir Delano Bouterse est arriv vendredi en Hati pour une visite de trois jours dans le cadre du renforcement des relations entre les deux pays. Au cours de sa visite, le prsident surinamien a procd avec son homologue hatien, Michel Martelly, la signature de plusieurs accords de coopration Le Prsident pour annoncer louverture le 1er juillet prochain du consulat surinamien

PAGE 3

Page 3 LACTUALITE EN MARCHE Gouvernement ( dans laprs midi du mercredi 12 juin 2013, suite un cancer, lge de 57 ans. Cest une grande perte. Ctait une militante trs utile la lutte des femmes et au pays dit Danile Magloire de lorganisation Kay Fanm Aprs la chute de la dictature des Duvalier en 1986, elle est rentre au pays pour venir encourager la lutte au sein de groupements et organisations de femmes, surtout en milieu rural, ct de la militante Magalie Marcelin (morte dans le tremblement de terre du 12 janvier 2010). Ce tremblement de terre avait emport plusieurs grandes militantes, fministes, comme Myriam Merlet, Magalie Marcelin, Anne Marie Coriolan... Cest loccasion de prsenter nos sympathies aux familles, enfants et tous les mouvements de femmes dans le pays, plus autre militante. Jesi Chancy-Manigat a milit dans plusieurs organisations fministes, notamment au sein de la Coordination nationale de plaidoyer pour les droits des femmes (Conap) ainsi que Enfofanm. Elle a aussi collabor avec le Centre de recherche et dinformation conomique et sociale pour le dveloppement (Cresfed) dans la publication de la revue Rencontre Elle tait aussi une membre active de lorganisation Technique, animation, gestion (Tag), o de nombreuses femmes apportaient un appui technique, sur demande, diffrentes institutions et associations. Elle a t lune des fondatrices de Conap, cre le 17 octobre 2002. Plusieurs organisations de femmes ont Jesi Chancy-Manigat comme Fanm yo la souligne, de son ct, lancienne ministre la condition fminine et aux droits des femmes, Marie Laurence Jocelyn Lassgue. Elle est partie comme une grande fministe quelle tait souligne Jocelyn Lassgue. En dpit des souffrances prouves, elle a tenu faire acte de prsence, cette anne, certaines manifestations publiques, comme les activits du souvenir (le vendredi 26 avril 2013) des massacres du 26 avril 1963 et du 26 avril 1986. La prsume hatiano-amricaine Bernice Fidlia Port-au-Prince, le Lundi 10 juin 2013.Le Bureau de communication de la Primature informe le public en gnral et la presse en particulier, que face la dmission de la Ministre des Hatiens Vivant ltranger Madame Bernice FIDELIA du Gouvernement, le Premier ministre S.E.M. Laurent Salvador LAMOTHE et le Prsident de la Rpublique S.E.M. Michel Joseph MARTELLY ont dcid ce qui suit: Le Ministre des Affaires trangres et des Cultes, M. Pierre Richard CASIMIR occupe jusqu nouvel ordre la Fonction de Ministre a.i. des Hatiens diaspora hatienne. Par ailleurs, le Bureau de communication de la Primature qui souligne les efforts dploys par le Premier ministre pour amliorer les conditions de du Chef de Ltat de combattre la pauvret extrme en Hati et de maintenir le pays sur la voie du changement. P-au-P, 14 juin 2013 [AlterPresse] --5 cas de grippe A(H1N1) ont t recenss Anse--Pitres (Sud-Est dHati, sur la la titulaire du ministre de la sant publique et de la population (Mspp), ce vendredi 14 juin 2013. Originaires de 3 localits diffrentes de Nan Bannann ces personnes (2 adolescents, 2 enfants et une femme) prsentaient des degrs centigrades), prcise Dr. Florence Duperval Guillaume. branche de la Communaut des Carabes, soccupant des questions de sant publique. Des chantillons, prlevs chez les personnes affectes, ont t achemins au laboratoire national de sant publique et une Recherches ptrolires en Hati p.1 Trinidad companies search for oil in Haiti p.1 US : Droits humains et lutte anti-terroriste p.1 Hati ou la discorde aux 11 millions de voix p.1 Une personne serait morte de la grippe AH1N1 en Hati p.2 Dlgation technique hatienne Santo Domingo p.2 RELATIONS GRIPPEES OU GRIPPALES ? Il y a grippe et grippe p.1 Jusquo doit-on se protger contre les maladies importes ? p.1 Dmission de la ministre des Hatiens vivant lEtranger p.3 Aucun remaniement ministriel court terme p.5 Les fministes pleurent la mort de Jesi Manigat p.1 Visite du Prsident du Surinam p.2 Perversit p.12 Les assises centrales de la scurit alimentaire p.13 Divs Mso nan Metye F Lekl p.15

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE dans lle (les deux pays partagent la deuxime plus grande le de la mer Carabe, que nos voisins appellent Hispaniola et nous, Kiskeya, son nom indien davant larrive de Christophe Colomb en 1492). Aprs que furent dtects, le vendredi coul, les 5 cas de grippe A H1N1 dans cette ville frontalire (Anse-1970. Or justement cette crise de grippe H1N1 versus grippe aviaire H5N1 nous fournit une occasion de faire le point ce sujet. Le voisin dominicain pousse les hauts cris en nous ( Vendredi on apprend que 5 cas de grippe A H1N1 ont t dcels Anse--Pitres (S.E.), une ville frontalire avec la Rpublique dominicaine voisine o svit cette maladie qui y a dj provoqu plusieurs morts. La grippe A H1N1 vient de trs loin. Apparue voici quelques semaines dans le Golfe arabique (Arabie Saoudite, Koweit etc), en peu de temps elle atteignait lEurope (France, Italie ) et pour dboucher en Rpublique dominicaine, un grand pays touristique recevant plusieurs millions de visiteurs lan. Il y a quelques annes, cest la grippe aviaire (H5N1) qui nous arrivait par le mme biais. Do confusion. Dabord les autorits hatiennes sempressent de raviver une ancienne mesure dinterdiction des produits avicoles (ufs, poulets vivants etc) que nous importons en grande quantit du pays voisin. Pas moins de 20 millions de dollars amricains lan. Santo Domingo proteste vigoureusement. La grippe aviaire a t radique depuis la dernire pidmie (2008). LOPS (Organisation Panamricaine de la sant) en fait foi. Premire constatation : Hati ne se tient pas voyant recourir la mme mesure dembargo sur ses ufs et poulets, mais plus encore cause de la mauvaise image que cela lui fait car cest justement pourquoi il a fait leffort depuis la dernire pidmie (2008) de se librer de la grippe aviaire, avec lappui lattestation des organisations internationales (dont lOPS/Organisation Panamricaine de la Sant). Pour Santo Domingo la grippe aviaire est une page tourne. Car il y aura encore, et toujours, dautres maux venir, auxquels il faut faire face. Dont cette mchante grippe H1N1. Cest le prix du progrs. Aussi question, Hati a-t-elle les moyens de ses ambitions ? Peut-on esprer une relance touristique avec le quasi dnuement qui caractrise nos conditions sanitaires ? La rponse, objectivement, cest non. Le Dpartement dEtat amricain publie tous les 6 mois ses fameux Conseils aux voyageurs (Travel warnings) recommandant la plus grande prudence dans le cas dHati. A chaque fois revient la mme observation : il nexiste pratiquement pas de secours durgence dans la plus grande partie du pays. Le moindre accident de la route ou autre peut tre fatal. Entre parenthses, inauguration dun nouveau centre Corail (Grande Anse) baptis Hpital Nestor Kirchner (du nom du dfunt prsident de lArgentine). Voire quant il sagit de la prvention de ces maladies tout fait inconnues dans nos contres. Plus dune anne aprs sa soudaine apparition, on croyait dans certaines parties dHati inconnu, mais tuant si instantanment. Alors que cest une simple question de propret la plus lmentaire. Or ces maladies modernes (SRAS, nouveau coronavirus, grippe A H1N1 etc) requirent encore plus de sophistication du fait que ce ne sont pas seulement les structures sanitaires (hpitaux, quipements ) qui comptent que lducation, une culture socio-sanitaire. Et un peuple qui en est attribuer le VIH-Sida ou le cholera des diableries quelconques, nest de toute vidence pas encore prt pouser (favorablement) cette nouvelle ralit. La relance touristique ne sera donc jamais effective si on naccorde pas cette nouvelle dimension tout lintrt quelle requiert. Hati en Marche, 14 Juin 2013 Le nouveau commissariat de police de Logane (sud de la capitale) construit avec la coopration du Canada Travaux de renforcement des berges Marigot, S-E (photo Hati en Marche) Pitres, voisine de la dominicaine Pedernales), nouveau il faut re-directionner la machine de propagande prventive pour alerter notre population de ce nouveau mal inconnu et encore plus mortel que la grippe aviaire (H5N1). Et qui nous vient elle aussi du dehors. En plus du cholera arriv en 2010 dans les bagages des forces de maintien de la paix onusiennes. Bien entendu sans faire part En effet, les Nations unies refusent jusqu prsent daccepter cette brutale intrusion, cette dlicate paternit. Repr en octobre 2010, le cholera a dj tu plus de 8.000 de nos compatriotes. Le monde est petit. Les Espagnols de Christophe Colomb ont import la syphilis qui a dcim plus daborignes que leurs fusils. Mais les avions vont encore plus vite que les caravelles. Nos voisins de la partie de lEst se vantent de leurs performances touristiques. Ils veulent cette anne passer la barre des 10 millions de visiteurs. Mais le prix payer ce sont toutes ces maladies jusquici inconnues dans la rgion. Et que nous ne pouvons viter nous non plus. Par contrecoup. A notre corps dfendant. Le progrs (conomique) que nous esprons atteindre nous aussi, que nous appelons nous aussi de nos vux a donc son cot. En effet, le gouvernement MartellyLamothe consacre beaucoup defforts particulirement la relance du tourisme hatien qui eut son heure de gloire dans les annes 1950 et

PAGE 5

Page 5 DE LACTUALITE ( A H1N1. Une pidmie de H1N1 a clat dans le monde arabe (Arabie Saoudite, Koweit, Rpubliques Arabes Unis) et fait route vers le reste du monde, atteignant lEurope o des cas pour protger la volaille. Or la grippe aviaire a t radique de la rgion depuis la dernire pidmie qui avait frapp la Pan-Amricaine de la Sant, branche rgionale de lOMS). Et trois, le gouvernement hatien admet quaucun cas ni de grippe aviaire, ni de grippe A H1N1 na t dtect dans notre pays. Normalement la grippe aviaire (H5N1) ne touche pas lhomme. Mais il y a eu des cas o des personnes en contact ( Test de Grippe A H1N1 De toute vidence cette pidmie grippale est facilite par les voyages. Notre voisine, la Rpublique Dominicaine, reoit plusieurs millions de voyageurs et touristes par an. Pas tonnant quelle ait dj t touche par le mal. Mais le mme jour o linformation tombe de Santo Domingo, le gouvernement hatien sonne un vritable branle-bas de combat. Tambour battant, on dcrte une interdiction de tout produit avicole (ufs, poulets etc) en provenance du pays voisin. Sauf que le gouvernement hatien se rfre une autre varit de grippe. La grippe aviaire. Linterdiction sous-entend que cest pour protger notre pays contre une rsurgence chez nos voisins de lpidmie de grippe H5N1 (nom scientifique) de la grippe aviaire. H5N1 et non H1N1 Ds lors rien ne va plus. Aussitt les dirigeants, les producteurs, la presse dominicaine de mobiliser galement, accusant le gouvernement hatien de vouloir favoriser des producteurs avicoles dautres horizons. Nous importons pour plus de 40 millions de dollars lan de ces produits du pays voisin. Cependant force est dadmettre que Hati na pas dargument pour maintenir son interdiction. Et dun. Secundo, on na pas pris les vraies dispositions ncessaires. Cest dire une campagne dducation de notre citoyennet, commencer par le personnel aux ports, aroports et aux postes frontaliers, pour distinguer les cas ventuels de grippe A H1N1. Celle-ci se caractrise par une difficult respiratoire aigue accompagne de toux et dternuements. Aussi la contamination de personne personne est une menace vidente. Et la maladie est mortelle. Cest la grippe A H1N1 la La grippe dont sont mortes 5 personnes Santo Domingo sappelle grippe A H1N1. Elle se transmet dune personne une autre et non par un quelconque vecteur animal. Comme la grippe aviaire ou la grippe porcine. Et dun. Deux, la grippe aviaire a t radique de la Rpublique dominicaine. LOPS (Organisation Pan-Amricaine de la Sant) en tmoigne. Refuser de ladmettre, ce serait de la part des autorits hatiennes, une insulte pour lorganisation internationale. Et une laquelle nous avons souvent recours (cholera, catastrophes naturelles etc). avec des volailles infectes aient pu dvelopper une maladie respiratoire grave. Quant la grippe A H1N1, cest le contraire. Elle se propage dune personne une autre mais naffecte pas les animaux. Par consquent, les autorits hatiennes, si lon peut dire, ont mis ct de la plaque. Au lieu de protger les personnes (car la grippe A H1N1 est dsormais dans lle, Santo Domingo na pas cach que 5 personnes en sont mortes), Port-au-Prince a utilis sa machine de propagande (soulignez propagande) menace actuelle. Pas la H5N1 ou grippe aviaire. Voil ce quoi il faut sensibiliser instamment notre population. Et en utilisant la mme machine de propagande. Mais pour paraphraser je ne sais plus qui : la propagande est trop importante pour tre laisse aux simples propagandistes. Ils peuvent faire beaucoup de mal. Souvent sans le vouloir Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince Port-au-Prince, le 14 juin 2013 (AHP) Le porteparole de la primature Kedlaire Augustin a indiqu lundi quaucun remaniement ministriel ntait envisag de manire Toutefois, dans le mme temps, il a estim quil fallait tenir compte de la position exprime par les parlementaires proches du pouvoir qui seraient insatisfaits de la performance de certains ministres. Le premier ministre, a-t-il dit, envisage de rencontrer ses allis au Parlement, sur cette question La question dun ventuel remaniement ministriel voqu depuis un certain temps, prend depuis le dbut de la semaine de plus en plus de place dans les conversations et les discussions politiques notamment dans les couloirs du parlement. A la chambre des dputs, le bloc pro-gouvernemental PSP (Parlementaires pour la Stabilit et le Progrs) exige de prendre part aux discussions dans le cadre des consultations devant prcder un ventuel repltrage. Lun des porte-parole dudit bloc, Abel Descollines, consultations et a dit souhaiter quil ne sagisse pas dun remaniement cosmtique mais dune action qui sinscrit dans la droite ligne de la vision du gouvernement en vue dune amlioration des conditions de vie de la population. Sil reconnait quil nest pas du ressort de ses collgues de pointer du doigt les ministres qui doivent tre dtre faites entre autres autour des titulaires des portefeuilles de lagriculture, de la communication et de lintrieur. Le ministre de l`agriculture dispose de beaucoup de moyens avec notamment 3 secrtaires d`Etat mais le problme de la faim est toujours crucial et la production agricole attendue n`est pas ralise, a-t-il dit. Le parlementaire a aussi plaid en faveur d`une nouvelle approche sur la gestion et le fonctionnement du ministre de l`intrieur pour permettre larrire pays de Si le PSP rclame de participer aux ngociations, ce nest cependant pas la priorit du dernier n des blocs parlementaires au niveau de la chambre basse, le PEP (Parlementaires pour lEquilibre Politique), si lon en croit lun de ses membres Jules Lionel Anilus. entend favoriser ladoption de la proposition de loi du dput Jean Danton Lger sur les questions relatives au remaniement ministriel. Il est anormal que quelquun qui entre dans le gouvernement suite un repltrage ne passe pas devant lAssemble et cest cette problmatique que nous abordons travers la proposition de loi du dput Lger, a-t-il dit. Il a d`ailleurs soulign que la question de lventuel repltrage du gouvernement conduira la dissolution du PSP, actuellement divis autour de la question. Certains membres du PSP veulent voir l`actuel

PAGE 6

Page 6 SECURITE VS. LIBERTE ( ( ( des Etats-Unis qui sont sur table dcoute. Cela depuis les attentats du 11 septembre 2001. Et la menace terroriste qui pend comme une pe de Damocls sur le pays le plus puissant de la plante. Gros scandale dans le monde entier. La prdiction de George Orwell. Big Brother is watching you. Les Grandes secrte de Staline. Or soudain on apprend ces (somme toute) terribles informations sur les Etats-Unis. Et cest silence radio En dehors des caricaturistes qui samusent redessiner le portrait du prsident Barak Obama en le faisant Par exemple, aux allis europens de lOtan en simpliquant plus directement dans lopration Rache Manyk (insurrection) contre le prsident syrien Bachar al Assad. Ou ne plus voquer la question des droits humains en Chine. Dailleurs le terrorisme international est ressenti comme une menace par toutes les puissances du jour. Cest Oreilles. Le Dictateur de Charlie Chaplin. Toute une littrature romanesque et cinmatographique autour dune sommes tous sous contrle Ennemis ou amis. Selon Edward Snowden, le jeune analyste en question, qui sest rfugi Hong Kong parce que devenu aussitt (bien sr) lennemi public numro 1 sur la liste de la police fdrale (le FBI), ce sont les grandes compagnies de tlphone ellesmmes qui doivent fournir la NSA la liste de leurs abonns, numros de tlphone, internet, adresse etc. Nom de code : PRISM. Nous avons donc aujourdhui accs aux rseaux entiers sans devoir perdre notre temps plucher numro aprs numro explique le jeune homme qui se dit rvolt par cette de tout principe constitutionnel. Cela au pays qui se targue dtre le parangon de la dmocratie, garantissant le plus grand respect des droits du citoyen. Et pourtant si laffaire fait grand bruit, cela ne dpasse pas le niveau des mdias. On ne voit aucune organisation de dfense des droits humains mettre la moindre protestation. Pourtant on continue de citer comme le comble de lhorreur la police de lex-Allemagne de lEst (la Stasi) pour Les archives policires de Berlin-Est constituent une mine dor pour dnoncer les crimes du communisme totalitaire. Avec le mme plaisir quon aime rappeler que le prsident Vladimir Poutine est un ancien du KGB, la police franais est souvent dnonc et poursuivi en justice pour le mme genre de procds, cette fois lencontre de journalistes considrs comme gnants. Voire quand cest Pkin ou Cuba. Ou le prsident syrien Al Assad Mais pas une seule organisation de dfense des droits humains, mme les plus cotes, qui mette le moindre commentaire public. Alors mme que le jeune Edward Snowden avance que le renseignement amricain ne se gne pas non plus pour mettre dautres pays dans le collimateur Il cite la Chine et Hong Kong (o il a cherch refuge). Ce dernier point est encore plus dlicat pour ladministration Obama. Si certains sondages montrent que la majorit des Amricains seraient prts accepter lutilisation de telles mthodes pourvu que ce soit pour mieux combattre le terrorisme international, la plus grande menace dans le monde aujourdhui, et qui de plus en plus npargne pas leur pays, par contre espionner des pays amis leur insu cest pas trs lgant. Somme toute guise de gage, concder quelques points dautres puissances. Moscou qui avait renseign les Etats-Unis sur les deux jeunes qui ont perptr les attentats du marathon de Boston. Finalement le plus embt dans laffaire cest le gouvernement amricain lui-mme. Le directeur gnral de la NSA, le gnral Keith Alexander, a assur que ces programmes ont permis de djouer des dizaines dactes terroristes et il a promis den donner les dtails dans les prochains jours. Y a-t-il une politique de deux poids et deux mesures ds que cela concerne les Etats-Unis ? A lexception de la ACLU (American Civil Liberty Union / Union amricaine pour les liberts civiles) qui a menac de trainer le gouvernement amricain devant les tribunaux. Il nempche que cela ne soit pas trs bon pour limage des Etats-Unis. Ni dun prsident amricain qui a t fait, dentre de jeu, Prix Nobel de la Paix (2009) Mais aussi et surtout nest-ce pas lun des buts avous du terrorisme international : dmontrer que la dmocratie nest quun mythe Hati en Marche, 13 Juin 2013 Ecoutez sur le 103.3 fm ou www.radiomelodiehaiti.com avec Marcus disparatre peu peu derrire les traits de son prdcesseur En effet cest sous ce dernier qua probablement t prise la dcision de mettre lectronique. Cela bien entendu dans le plus grand secret. Et cest l que le bt blesse. Murdoch Rcemment en Grande Bretagne le magnat de la presse, Rupert Murdoch, a perdu lun des fleurons de son empire, lhebdomadaire News of the que les reporters utilisaient le piratage lectronique pour se renseigner sur des personnalits faisant lobjet de leurs articles. Le gouvernement Le contrat a t sign entre le gouvernement hatien troits avec des compagnies de Trinidad et Tobago. Les six licences approuves par le gouvernement hatien couvrent les domaines suivants : Production de ptrole ; Vente en gros de produits ptroliers ; Autres activits commerciales au dtail ; Import et Export. La compagnie PGH est autorise explorer le soussol hatien pour voir sil renferme effectivement du ptrole en quantit exploitable. Pendant des dcades, lingnieur gologue Herbert Sukhu, expert dans cette branche pour la Carabe, a men des tudes approfondies dans le sous-sol hatien. Il a rcemment rvis les donnes sismiques, il a rexamin les puits creuss entre 1917 et 1984, ralis des analyses dchantillons prlevs dans le sous-sol, particulirement dans la pninsule du Sudouest Ce qui lamne croire lexistence de matires drives du ptrole dans la zone du massif de la Hotte, du Pic Macaya et de la zone Nan Pourcine. Ces tudes supplmentent dautres menes par des techniciens du Bureau (hatien) des Mines et de lEnergie. Tobago comme membre dune dlgation hatienne devant participer au second Annual Caribbean Gaz Trading and Supply Conference, les 25 et 26 Juin, au Hilton de Trinidad. Me Elusma va prsenter une tude sur The Gaz Potential in Haiti (le potentiel en gaz naturel en Hati). La compagnie, forme en 2007, est une corporation compose de professionnels et dhommes daffaires qui sont des citoyens hatiens trinidadiens et amricains et qui a reu une licence pour oprer en Hati. ministre charg des relations avec le parlement, Ralph Thano accder au portefeuille de l`intrieur alors que d`autres ne partagent pas du tout cet avis, croit savoir le parlementaire. Le ministre Thano qui ne va plus au parlement depuis quil a t chass de la chambre basse, se refuse toute dclaration sur cette question, se contentant de dire quil ne comprenait pas ce qui se passe. Ralph Theano est froid avec les parlementaires particulirement des dputs, depuis quil les a traits de monoparentaux. Manifestation de secteurs libraux en faveur de Edward Snowden qui a dvoil le programme fdral de mise de toute la nation sur table dcoute Le prsident Prix Nobel de la Paix 2009

PAGE 7

Page 7 NOTRE HISTOIRE ( Mission in Hati minustah-procurement@un.org Residential Provision of Residential Housekeeping and Executive Chef Services to MINUSTAH in Haiti. 91000000 ; Residential and Domestic Services www.minustah.org www. ungm.org required to provide complete housekeeping and executive chef services at the MINUSTAH residence including associated facilities with a total built-up area of over 540 square meters. The extent of site visit. Overall cleaning of interior and exterior of building, Take responsibility for the total upkeep and maintenance of the residence and to provide safe, pleasant and pollution free environment, Laundry: Cleaning, washing, pressing and related activities to be conducted daily. Only neutral liquid disinfectant antibacterial detergent should be used for cleaning of furnishing cream but abrasive powder is not allowed. In addition, all surface need to be disinfected Gardening: Maintenance of the total landscaping and all other horticultural activities to be conducted daily, Swimming Pool: Maintenance and periodic cleaning of swimming pool. Car washing: Daily cleaning and washing of three (3) vehicles, designated places, Monitor and maintain a high level of safe and sanitary living conditions. Provision of chef, labor, cleaning materials and all other items necessary to fully manage and operate executive chef services, Provision of meal planning, food preparation, purchasing, inventory, food sanitation activities, general sanitation of the kitchen facility, cleanliness and organization of housekeeping and supervision of staff. Arrange special catering functions setup as and when requested by the MISSION or by of work and perform any necessary administrative duties associated with this contract (further details will be provided). ; The Contract is required for a period of one year with option to renew for two additional one-year periods (i.e. 1 + 1 + 1 years) at the sole discretion of MINUSTAH Combien de pouvoirs dans le pays ? La Constitution Mais ce sont l des mots. Konstitisyon se papye. Est-ce que chacun de nous nest pas un pouvoir lui tout seul ? Jusqu paraphraser ce mot dun grand auteur : tous les pouvoirs sont gaux mais il y en a qui sont plus gaux que de toutes sortes, de tous les coins et recoins, de la basoche ou du micro, en soutane ou redingote ou bredyenn, mais tous sans que ce quil en reste ne soit plus mince quune feuille de papier, trop mince pour tre pris au srieux par quiconque. Cest la Comdie aux cent actes divers de La Fontaine. Ou pis, la Discorde aux cent voix, de lcrivain hatien Emile Ollivier. En tout cas qui, apparemment, a fait mieux jusqu prsent laffaire des supporters internationaux du Cacosme Et le cas chant pour nous remettre aux bons soins dune dictature autoritaire, voire totalitaire, comme seule voix Hati en Marche, 15 Juin 2013 dautres Oui, il existe en Hati des super-pouvoirs. Et mme plus que vous ne supposez. Par exemple, certains parlementaires dont le ramage ne ressemble en rien au plumage, cest--dire dont la faconde ne correspond en rien au lgislatif mais comme sils dtenaient aussi lexcutif. LEtat cest moi, quoi. Mieux encore : nous avons de ces personnalits locales que personne na jamais lu mais qui parlent dautorit. Dtenant leur pouvoir par la grce de Dieu. Comme autrefois dans le monde mdival o un noble rgional pouvait avoir plus dautorit que le roi parce que plus ONG aidant. Autrefois on devait au moins attendre den avoir lge pour jouer les patriarches. Mme nos intellectuels (crivains, potes ) qui nchappent pas la rgle. Il suffit davoir une parcelle de reconnaissance publique pour se croire au-dessus de tout. Et de tous. Le complexe de Victor Hugo Evidemment cest pour arriver au plus minent reprsentant actuel de cette marque de fabrique : le journaliste. Du haut de son micro ou de son stylo (quand il lui arrive den avoir un), le journaliste hatien est le roi de la terre. Cest bien connu. Que reste-t-il aux pouvoirs constitus ? Le lgislatif avait tt fait de lier prudemment son sort celui de la presse, celle qui tient le micro prfrablement et pour des raisons faciles comprendre. Dans notre jargon : le voye monte. Le pouvoir judiciaire en reoit pour son grade en silence. Quant lexcutif, il rpond par la gurilla quotidienne. Un jeu constant desquives qui ne laisse pas de place aux vritables affaires de lEtat. Des fois quil en existerait. Car comment peut-on diriger un pays o le pouvoir est tellement disput, tant disput entre tant de protagonistes du Roi Henri Christophe aussi son concurrent du NordOuest, le hros de la Bataille dcisive de Vertires (18 novembre 1803), Capois la Mort ; lOuest avec Ption dit le rpublicaniste et le Sud sous la direction de lancien chef multre conservateur, Andr Rigaud. Et ainsi de suite. Jusqu la Guerre des Cacos qui aboutira lOccupation amricaine (1915-1934), le pays sera couramment partag comme un gteau, chacun de ces cads rgionaux appuy par une puissance europenne diffrente (Allemagne, France, Angleterre). Autre cause de son occupation par les Etats-Unis : lAmrique aux Amricains Lire Le Cacosme Bourgeois contre Salnave (Sylvain Salnave), de lhistorien Roger Gaillard. Faut-il que ce soit donc dans nos gnes ? Comme disait lautre, cet du gouvernement putschiste du gnral Raoul Cdras (1991-1994) et qui estimait la profonde division (semblant exister) entre les Hatiens peut-tre une affaire de chromosomes constante, voire une prcieuse culture historique. Rappelonsnous que pour faire lindpendance, Christophe la mission secrte daller dans les montagnes zigouiller tous les chefs marrons. Tout comme avant lui Toussaint Louverture Deux ans aprs lindpendance de 1804, le fondateur est assassin Et le bal recommence. La nouvelle nation est divise en trois, trois pays diffrents : le Nord Et il semblerait que ce soit chez nous une Un symbole de mgalomanie, la couronne de Faustin 1 er empereur hatien (1847-1859), une pice du patrimoine national

PAGE 8

Page 8 NATCOM

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 19 Juin 2013 with Pascale E. Taddeo Newsday, Trinidad and Tobago, Thursday, June 13 2013 If things go the way they ought following recent happenings in a particular area of Haiti then Haiti could soon become the richest country in the Caribbean and Trinidad and Tobago energy companies would be in the forefront of the oil assault. Pushing ahead with that vision, the Haiti-based company Petrogaz-Haiti SA (PGH) which has major ties to several Trinidad and Tobago energy companies, was recently awarded six licences by the Haitian government for the exploration of oil and natural gas as well as associated enterprises. PGH has already entered into a joint venture gas projects in Haiti, as well as any other projects that may come on stream, in accordance with their mutual partnership agreement. The six licences approved by the Haitian Petrogaz-Haiti SA already has strong ties with Trinidad and Tobagos energy sector since it currently serves as the exclusive agent/distributor for Trinidad and Tobagos National Petroleum Marketing Company Limited (NPMC) in Haiti as well as its neighbour, the Dominican Republic and the entire state of Florida in the United States. Petrogaz is currently pursuing a traffic study to evaluate the feasibility and financial viability for the development of a Petrogaz-Haiti SA Branded Truck Stop and refuelling station in Haiti and is now seeking discussions with the Ministry of Energy and Energy Affairs in Trinidad and Tobago pertaining to the distributive fuel and gas trade, as well as the development of other petroleum-related investments. All this action did not come about by accident. For decades a Trinidadian petroleum and mining engineer and have studied Haitis oil and gas prospects. He recently reviewed seismic data, examined exploration wells drilled and sample analyses on the south-western peninsula where he confirms evidence of asphaltic impregnated organic rich limestone in basement rocks of the Massanga part of the steep hills of Massif de la Hotte, Pic Macaya and Nan Pourcine where light hydrocarbons are found, giving rise to the strong possibility of the existence of oil and natural gas deposits in those areas. His studies support the works of previous technologists at the Haitian Bureau of Mines and Energy. Haitian attorney Fred Elusma, president of PGH is expected in Trinidad and Tobago as part of a Haitian delegation to participate in the IBC Energys Second Annual Caribbean Gas Trading and Supply Conference from June 25 through 26 at the Hilton Trinidad. Elusma will deliver a paper on The Gas Potential in Haiti. Our correspondent in Oanaminthe Jacques Jean Charles informed us Friday morning of a tense situation that reigned Friday in the border area of Dajabon. According to information gathered on site, Haitian authorities wanted that ban from introducing on Haitian soil eggs, chicken, sausage coming from the Dominican Republic Let us recall that this ban was put in place by Haiti following the death of ten people in the Dominican Republic territory, and it was to avoid its spread in the western part of the island that Haiti had adopted this measure. In spite of this, Haitians merchants and buyers ignored the ban and went to restock their supply at the border marketplace of Dajabon with the intention of bringing to Haiti the forbidden products. The Haitian merchants and buyers deplored the and the hygiene and animal health inspectors, who seized merchandise to later destroy it, according to the Dominican newspaper Listindiario. The Haitian merchants and buyers have called the Haitian authorities decisions hypocritical, because they did not take into consideration the impact such measures would have on Haitian commerce. The united federations of merchants in Dajabon, which include about 13 organizations are considering blocking activities at the borders, on Monday, to protest against this decision. However, we since have learned on Friday that 5 cases of H1N1 have been detected in the Haitian border town of Anse-a-Pitres (S.E.) across from the Dominican town Los Perdarnales. The Dominican Minister of Agriculture Luis Ramon Rodriguez indicated Friday that he was informally advised that Haitian authorities had decided to lift the ban on importing meat products and eggs coming from the Dominican Republic. According to the Minister Rodriguez, a source responsible for following the negotiations started with Haiti had called this morning to give the information, and predicts the exportation of eggs and chickens would resume. The Minister of Commerce and Industry Jose Del Castillo had indicated last Thursday, that due to this measure, his country was searching other potential markets in order to dispose of their products. Haiti represents for the Dominican Republic a market estimated at 2 billion dollars. Futhermore, the Haitian Minister of Public Health and Population, Florence Duperval Guillaume, AH1N1 Flu in Anse-a-Pitre, a community in the Southeast of Haiti, according to the Nouveliste. John Robinson, the head of the American Embassys and Commercial Section in Port-au-Prince, while recognizing that there was a start in the process to reach the objective Haiti AVI LEGALDapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize vot yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enfmasyon nou resevwa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap mande nou kontakte Sipviz Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab resevwa enfmasyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou w kouman pou nou rezoud pwoblm la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a lt sa-a, sa gen dwa mennen Sipviz Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistm enskripsyon vot Eta-a. Si w genyen ankenn kestyon sou koze sa-a, tanpri kontakte Sipviz Eleksyon yo nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363. Yap avize: Dnye adrs nan rejis: Yap avize: Dnye adrs nan rejis:Ashie-Orllenson, Carl 726 NE 1St Ave Mestril, Hector R 10035 SW 141St Ct Barr III, Herbert W 12451 NW 23Rd Ave Muino, Marta 1020 SW 142Nd Ave Bell, Masheika L 1109 NW 34Th St Ordunez, Barbara M 3300 NW 51St TER Breijo, Milagros 2700 SW 119Th CT Palaez, Marisol C 1007 SW 6Th St Butler, Kathleen 26615 SW 137Th Ct Patterson, Stephen H 1250 NW 62Nd St #8 Capers, Leonard J 1550 N Miami Ave Pena, Hortencia 8475 SW 94Th ST #E-116 Capers, Samuel W 19231 NW 5Th Pl Perez, Erik 20500 SW 114Th Ct Chaple SR, Alberto M 721 Curtiss Pkwy #4 Peterson, Zina Y 961 NE 152Nd St Charles, Danby 5439 NW 5Th Ct Pita, Jamie L 921 SE 13Th Rd Ching, Gustavo J 11081 SW 58Th Ter Prater, Derrick L 726 NW 76Th ST Coley JR, Leslie C 28215 SW 143Rd Ct Rauls, Octavia M 7509 NW 174Th Ter Cortina, Digno J 1304 SW 136th Pl Roberts, Derrick E 13700 SW 108Th St Cuni, Vanessa 24075 SW 109Th Ct Rosa, Ines R 15035 SW 300th Ter Dixon JR, Sebastian E 3755 NW 203Rd St Rutherford JR, Micah L 2030 NW 24Th St Dopson, Charles 8371 NW 19Th Ave Rutledge, Anthony V 1399 NW 50Th St NORTH Exantus JR, Joseph D 12330 SW 283Rd St UNIT B Sakers, Johnathan 1801 NW 2nd CT Feliciano, Andres 1550 N Miami Ave Sands, Martin G 1815 NW 188Th Ter Gamble JR, Richard H 5600 NW 7Th Ct APT #17 Santos SR, Angel V 630 E 61St St Ghee, Clinton L 2371 NW 87Th St Silva, Giancarlo 7900 W 34Th Ln Hadley, Dwayne M 3001 NW 67Th St Silvain, Philomaine 157 NE 71St St Harper, Kathy A 1810 NW 69Th St Simon, Chrisnel 1340 NE 146Th ST Hart II, Elvis O 21420 SW 113Th Ave St Phard, Pierre O 1155 NE 137Th St #318A Iglesias, Raul V 400 SW 51St Ct Steed, Demetrice N 5328 NW 31St Ave Irvin, Virginia B 1011 NW 87Th St Tobler, Eliyah S 11880 SW 222Nd St Jean Louis, Ricardo 15624 NE 10Th Ct Tolentino, Manuel A 12385 SW 151St St APT B212 Joseph, Eric E 6825 NW 5Th Ct Truesdell, Patrick J 3564 William Ave Kellom, Keric A 19060 NW 27Th Ave #206 Turner, Trineca L 2334 NW 152Nd Ter Lee JR, Alllen 1558 NW 1St Ave APT 11 Villa, Efrain 3240 SW 95Th CT Lee, Octavia D 10930 SW 224Th St Washington, James E 27102 SW 138Th Ave APT A Martin, Michaelangelo 1384 NW 31St St Williams, Tony C 154 NW 166Th St Martinez, Edith 10315 NW 9Th Street Cir APT 206 Wilson, Antonio C 701 NW 214Th ST APT 319 Medina, Miguelangel 3330 NW 87Th Ter Penelope Townsley Sipviz Eleksyon, Konte Miami-Dade is open for business, estimated that the Haitian Government and Parliament need to double up their efforts regarding needed reforms to improve the business climate in Haiti. About 47 Haitian immigrants were arrested this past weekend by American border patrol. These clandestine travelers, who were traveling by boat, were intercepted after having landed on a beach west of the island of Puerto Rico. According to the border patrol spokesperson, some of the immigrants were dehydrated. Nevertheless, the majority are in good health. Earlier this month, American authorities arrested several hundred illegal Haitian immigrants, who were trying to enter the American territory. These immigrants, who leave from the Dominican Republic, pay about $1,500 for the trip, indicated American authorities. HPN The Haitian Prime Minister Laurent S. Lamothe sent out a call on Monday to the rostrum of the parliament, where he was invited to present an update on governmental actions, a call for unity of all the forces in the country. Laurent Lamothe didnt come to confront the members of parliament from the opposition, declared the head of government as he addressed the senators and representatives who had gathered for the second ordinary session of the legislature. The future of our mutual country is at stake. The future of future generations is at stake, he added hoping an open dialogue and conciliation will guide the important decisions that have a long-term effect on the country. Lamothe called upon the members of parliament and other forces in the country to collaborate with the government to the get the people out of misery and poverty. More than 50 percent of the Haitian population today suffers from extreme poverty. This must change today, said the Prime Minister who added that he is ready to work with everyone to build a new Haiti. I am sending out a call for dialogue, exchanges and harmony for a fresh start for a just, modern and more beautiful Haiti, he concluded.

PAGE 11

Page 11 ANNONCES DIVERSES Le Tribunal de Paix de la Commune de Carrefour comptemment runi en son local ordinaire a rendu en audience publique et en ses attributions civiles le jugement suivant : Entre : Le sieur Jean Jacques Klyton CSAR, propritaire, demeurant et domicili Carrefour plaidant 952-2, avec lection de domicile au Cabinet Joseph Rene Misre ses la Route de Carrefour en face Arcachon 34 # 88 ltage demandeur comparant dune part.Et : La dame Josette SAINT-AUDE demeurant et domicilie Carrefour entre Aigle Htel dfenderesse dfaillante dautre part PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr conformment au vu de la loi, maintient le dfaut requis et octroy contre la cite conformment larticle 49 du Code de Procdure Civile. Dit et dclare que la cite doit payer au requrant la somme de quatre mille dollars en monnaie Hatien, montant de dix annes daffermage de terrain. En cas de non paiement prononce son dguerpissement. Accorde lexcution provisoire sans caution du prsent jugement nonobstant appel ou pourvoi en cassation. Condamne la cite aux frais et dpens de la procdure. Commet lhuissier Jean Franois de ce commandement. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Frantz MERENTUS, supplant juge de Paix de la Commune de Carrefour, en audience publique et en ses attributions Civiles et publiques du Mardi vingt Trois Octobre deux mille douze. An 209 me de lIndpendance Il est ordonn tout huissier sur ce requis de Ministre Public prs les Tribunaux dy tenir la main, aux prter la main forte lorsquils en seront lgalement requis.En foi de quoi, la minute du prsent jugement COLLATIONNE Le Tribunal de Paix de la Commune de Carrefour comptemment runi au local rgulier de ses audiences a rendu en audience publique et en ses attributions civiles des loyers, le jugement suivant : demeurant et domicilie Carrefour, Avenu Christophe Chanel, reprsente par le sieur Justable Michelin, Jacques Ltang et Daniel Ltang du Barreau de Port-au003-892-580-7, 80952909 ; 8095213,00-557-958-5, TA -861972 ; 86721avec lection de domicile au Cabinet des dits Avocats sis Port-au-Prince, Avenu Jhon Brown, Lalue # 135, partie demanderesse dune part.Et : P le sieur Guy Auguste demeurant et domicili Carrefour, Avenue Christophe Channel Impasse Sejour # 70, dfenderesse dautre part. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr conformment et au vu de la loi, statuant publiquement et par dfaut au nom de la rpublique et charge dappel. Accueille laction de la requrante pour tre juste et fonde. Maintient le dfaut requis et octroy laudience du jeudi vingt quatre (24) Janvier 2013 contre le sieur Guy Auguste pour faute de comparaitre, conformment larticle 49 du code de procdure Civile Luc. D. Hector. Rsilie le bail liant les parties pour dfaut de paiement, conformment larticle 84 Alina 3 du dcret du 22 Aot 1995 sur lorganisation judiciaire. Ordonne en consquence le dguerpissement du cit Guy Auguste de la maison de la dame Erel Bazelais ne Melia Beljean situe Carrefour Avenue Christophe Chanel, impasse Sjour no : 70 conformment larticle 84 du dcret du 22 Aot 1995 Alina 3 sur lorganisation judiciaire. Condamne le Guy Auguste dix mille gourdes demanderesse, conformment aux arts. 1168-1169 du Code Civil. Le condamne galement aux frais et dpens de la procdure. Commet lhuissier Jean Franois de ce est par dfaut ceci avec commandement. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, ordinaire du jeudi vingt quatre (24)Janvier 2013 au Tribunal de Paix de Carrefour, avec lassistance du sieur IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis Ministre Public prs les Tribunal dy tenir la main, aux prter la main forte lorsquils en seront lgalement requis. EN FOI DE QUOI, la minute du prsent COLLATIONNE PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, sur les conclusions crites du Ministre Public, maintient le dfaut requis et octroy la barre contre Reine Mary ARCHER, Admet en consquence le divorce des parties. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant Mary ARCHER pour incompatibilits de caractres. Ordonne lOfficier de lEtat Civil de la Croix des Missions de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet. Commet de ce jugement compense les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marie Rosie Dgand NICOLAS juge en audience civile et publique en date du sept Juin deux mille douze en prsence de Me Pierre Luckner SANON Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort avec lassistance du Il est ordonn etc En foi de quoi .. etc Me. Jean Desilhomme DENIS PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen et aprs en avoir dlibr au vu de la loi, le Ministre Public entendu dans ses conclusions crites en la forme et au fond, favorable laction du requrant, accueille laction intente en divorce par le sieur Jeannot DALCY contre son pouse ne Philomne INTERVAL, en la forme maintient le dfaut octroy contre la dfenderesse laudience du Jeudi quatorze (14) Fvrier deux mille Treize (2013) deux (02) heures de laprs-midi ; ce pour navoir pas t rabattu aux termes de larticle 287 du code de procdure civile Luc D. Hector. Admettre le divorce du sieur Jeannot DALCY et la femme ne Philomne INTERVAL pour incompatibilit de caractre envers son Mari au vu de larticle 217 du Code Civil Hatien. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant de lEtat Civil de Miragone de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers et de rdiger lacte de divorce des poux prcits ; Commet lhuissier Mikerlange PIERRE de ce sige pour la compensant les dpens en raison de la qualit des parties. DONN DE NOUS, Me. Rubin SYLVESTRE, juge du Tribunal de Premire Instance de Miragone en audience publique et en ses attributions civiles de divorce du jeudi quatorze (14) Fvrier deux mille Treize (2013) ; An 210 me de lIndpendance, en prsence du Ministre Public reprsent par Me. Nestac FRANCOIS, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, avec Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de Ministre Public prs les tribaux civils dy tenir la main dy prter main forte lorsquils en seront lgalement requis. En foi de quoi la minute du prsent jugement est COLLATIONNE Pour ordre de Publication : Me. Magnol Franois, Av. PAR CES MOTIFS, Le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient le dfaut octroy dclare fonde la dite action. Admet en consquence le divorce de la dame Junior NARCISSE ne Patricia ANTOINE, davec son poux pour injures graves et publiques aux torts de lpoux. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits poux ; transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des Commet lhuissier Canal GABRIEL de ce sige pour la AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA Juge en audience civile ordinaire et publique du jeudi vingtcinq Octobre deux mille douze, en prsence de Me Joseph LYSE JEAN LOUIS, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec lassistance du sieur Joseph PIERREIL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis du Ministre Public prs les Tribunaux civils dy tenir force publique dy prter main forte lorsquils en seront lgalement requis. EN FOI DE QUOI la minute du prsent jugement AINSI SIGN : Marleine Bernard DELVA et Joseph PIERRE-LOUIS. COLLATIONNE PAR CES MOTIFS, Le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient le dfaut octroy dclare fonde la dite action. Admet en consquence le divorce du sieur Kenol VERTUS, davec son pouse ne Rose Laure DESROSE pour injures graves et publiques aux torts de lpouse. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits poux ; Ordonne sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommagesintrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier jugement ; compense les dpens. AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile ordinaire et publique du jeudi vingt-cinq Octobre deux mille douze, en prsence de Me. Joseph lyse JEAN LOUIS, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec lassistance du sieur Joseph PIERRE IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis du Ministre Public prs les Tribunaux civils dy tenir force publique dy prter main fort lorsquils en seront lgalement requis. EN FOI DE QUOI la minute du prsent jugement AINSI SIGN : Marleine Bernard DELVA et Joseph PIERRE LOUIS. COLLATIONNE Me. Canest CADET, Av. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen, le Ministre Public entendu, maintient le dfaut octroy dclare fonde ladite action. Admet en consquence le divorce du sieur Duckens NERETTE, davec son pouse ne Danielle SEIDE pour injures graves et publiques aux torts de lpouse. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits poux ; Ordonne Prince, de transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet. Commet lhuissier Vilneret GABRIEL de ce sige pour AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Marleine Bernard DELVA, juge en audience civile ordinaire et publique du jeudi seize Mai deux mille Treize, en prsence de Me Joseph Elyse JEAN LOUIS, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort et avec du sige. IL EST ORDONN tous huissiers sur ce requis du Ministre Public prs les Tribunaux civils dy tenir force publique dy prter main forte lorsquils en seront

PAGE 12

Page 12 LIBRE PENSER Le citoyen peut-il se rebeller contre ce que la cit ou il a accept de vivre considre comme lgal, ou bien contre celui que le peuple a plac sa tte? Un Etat expos la rbellion peut-il connatre la stabilit, une condition indispensable au bonheur des cits? Chers amis lecteurs, je pensais au cynisme limposture ou la perversit comme titre des chroniques de cette semaine. Effectivement, il y a eu du cynisme dans les attitudes, dans le langage et dans les actions des hommes politiques de ce pays durant ces deux dernires semaines. Il y a eu aussi de limposture, de la duperie, voire de lescroquerie mais, malgr tout, la perversit a eu le dessus. Il me semblait correspondre le mieux tout ce dont je voulais parler cette semaine dans cet article. La perversion est gnralement considre comme une sorte dinclination des conduites considres dviantes par rapport aux normes, aux valeurs, aux rgles et croyances morales dune socit. On y voit donc vices comportements immoraux et antisociaux ou encore, et cest ce sens qui mintresse, la transformation de sens subie par un discours ou par un message politique dans le but de manipuler lopinion. suppose que vous saurez maintenant comprendre et accepter le choix du titre. Maintenant, avant de continuer, je dois dabord mexcuser auprs de ceux et de celles dentre vous chroniques hebdomadaires, la semaine dernire (en le disant, jesquisse un lger sourire car je pressens que certains diront Mwen pa te men we sa celles-l et ceux-l, je leur donnerai le temps dapprendre se familiariser la lecture la lecture dun texte publi-reportage du genre Affaire Conatel-Haitel ). Sachant quaucune souche, quelle quelle soit sa virulence ou sa capacit dadaptation ou de mutation, narrive se transmettre par lcriture, je peux donc vous conter la vrit. Le fait est que javais attrap la grippe et, puisque je venais de passer quelques jours chez nos meilleurs voisins non pas pour faire du tourisme ni non plus pour acheter de comprendre comment des individus qui vivent sur une zone transfrontalire, se partageant aussi bien les bienfaits de rivires communes (Artibonite, Macasia, Guayamouc), que les misres, les carences, la vulnrabilit sociale, puissent vivre dans la plus grande incomprhension de leurs dirigeants, Dominicains ou Hatiens. Je suis donc revenu de ces visites peu recommandables avec un Ko Kraze une lgre augmentation de la temprature corporelle, la voix enroue, un peu de tous, pour apprendre le lendemain, que la grippe aviaire faisait rage en Rpublique Dominicaine. Personne napportant dautres prcisions, mon diagnostic fut svre : Grippe Aviaire, souche dominicaine. La visite de la dlgation dominicaine et Super Ministre, du Commerce, de lIndustrie, de lconomie et des Finances me permirent cependant de me gurir de la grippe aviaire en deux jours et de souffrir dun autre type de grippe durant les 5 jours restants, car pour se gurir de la grippe, comme dit la sagesse populaire, il vous faut soit 7 jours soit une semaine Donc, ce na t, au fond, quune mauvaise grippe laquelle je ne pourrai plus coller dtiquette (aviaire, porcine, bovine, aviaire souche transmissible entre humains, vulgaire transmission normale, ou je ne sais de quel type) qui ma maintenu hors-jeu durant ces derniers jours. Quelquun ou quelques-uns, ont fait de la perversit vertu et cela les a servi tandis que dautres se sont crus vertueux dans leur ingnuit. Qui sont-ils ? Cherchez et vous trouverez Cependant chers amis lecteurs, garder le lit, se doper de mdicaments (analgsiques, expectorant, facilitateurs de la respiration), permet de prendre son temps pour bien rigoler avec le ct ridiculement pervers de la politique : 1La confrontation dialectique sur fond de manipulation publicitaire qui oppose le Citoyen Cin lEtat hatien. Les dessous de cette affaire me rappellent un peu la situation du lac de Pligre : une sdimentation du fond tellement grave qui empche de raliser ni le travail de rhabilitation des turbines en subaquatique ni la vidange du bassin, un amas de dtritus la surface, sur une centaine de mtres de longueur et occupant toute la largeur du barrage de relchement deau. Un groupe dindividus (y inclus des avec des consultations inncessaires. Une entreprise qui aurait pu reprsenter la modernit dHati (si vous pensez que je parle de EDH, l aussi vous pourrez avoir raison, mais je voulais parler de Haitel), se retrouve en situation de faillite cause de la stupidit et de la convoitise dun amas dirresponsables Au fond, personne ne gagne avec ce genre de choses. LEtat aura toujours raison. Je me demande sil ny a pas un fond de perversit dans tout cela. Mais, de quel ct se situe le mal ? 2Le second point qui a normment attir mon attention a t la sance de convocation du Premier Ministre et de quelques-uns de ses Ministres. Je dois dire que jai t surpris par laisance argumentaire de certains de nos Snateurs auxquels je navais jamais pens attribuer une certaine capacit de raisonnement Jai toujours cru que dans leur cas, il sagissait de capacit de rsonnement ou, de Capacit de nuisance comme disait un ami. De toutes faons, je dois admettre que jai t surpris. Celui dont je parle, le Snateur a montr quil pouvait, sans attirer lattention, se doter des lments ncessaires pour assumer un rle de leader l ou il en reste de moins en moins. Il a montr sa capacit prdatrice. Cependant, je dois dire ce Snateur et le moyen choisi pour dstabiliser ses comptiteurs sicle, nous nous sommes rendus compte queffectivement nous sommes au 21me sicle, avec tout ce que cela comporte, une perversit ? Individuelle ou collective ? Ce qui pis est, la Diaspora hatienne se retrouve carrment au centre dun faux dbat, dune manipulation perverse de la ralit. Chres amies lectrices et chers amis lecteurs, quelle doit tre lattitude citoyenne promouvoir face cette perversit dont font montre nos hommes politiques ? La Rsignation ? LIndignation ? La Rvolte ? Moi, personnellement, je suis pour lIndignation et la Rvolte car cest la seule faon de lutter contre leur perversit et contre notre indolence, physique et mentale. Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Juin 2013 ( de la Cit du Bicentenaire, des btiments de ladministration publique, du palais national, du palais de justice, du palais des Ministres, de la cathdrale de Port-au-Prince, de laroport international de Port-au-Prince, de lrection du barrage de Pligre et bien dautres ouvrages, demeurent des tmoignages loquents de ce savoir-faire autochtone. De nos dans une modernit qui na rien envier larchitecture qui se remarque Santo-Domingo, Miami ou dans dautres grandes villes, et le cachet particulier quils y mettent ajoute la distinction des superbes rsidences, des allchantes villas et des luxueux htels qui ornent notre environnement. Seulement dans des cas dexception, relevant dune le prcisent les Associations dingnieurs, darchitectes et durbanistes : il est recommand que des professionnels locaux soient adjoints aux experts trangers en vue dassurer une harmonisation et un change de connaissance. Ce partenariat, librement consenti entre professionnels, est une exigence primaire de toute dontologie et est dict en Hati par les rglements corporatistes Hors ces considrations, il est tout fait inadmissible que ltude et la construction de nos btiments publics ou de nos immeubles caractre culturel, relevant de la comptence de techniciens Hatiens, soient confies des concurrence, sans consultation et surtout sans participation professionnelle hatienne. Loin de nous lide de vouloir frapper dostracisme des homologues venus de lextrieur. Nous nous garderions bien de le faire dautant plus que nous avions eu dvelopper avec certains collgues architectes et urbanistes Dominicains des relations professionnelles privilgies, au dbut des annes soixante dix, alors que nous tions employ au Service dUrbanisme du Ministre des TPTC. A cette poque, ils nous faisaient parvenir rgulirement travers la Revue du CODIA (Colegio Dominicano de Ingenios, Arquitectos y Agrimensores) des plans dextension de Santo-Domingo, tirs du Plan-Directeur de la ville. De ce fait, nous navons rien leur reprocher, si ce nest : la Manire Comme dit le dicton crole St ki bay, enbesil kip pa pran Sauf que dans les circonstances actuelles, le st peut tre pris dans le sens pjoratif de entelijan. Alors, peut se poser une lgitime suspicion quant la rgularit et la lgitimit des accords intervenus entre les contractuels et lthique morale qui les habite. Cest ce genre de travers qui, entre-autres, a toujours retard notre dveloppement et qui continue de miner notre socit. Le sisme du 12 janvier 2010 a mis nu cette vidence. Le peuple hatien traumatis par cette catastrophe sest renferm, depuis lors, dans une rsilience qui le paralyse et le soumet la merci dune communaut internationale qui ltreint dune affection paternaliste asphyxiante. Comme dit ladage trop damour nuit En consquence tout nous est donn par compassion, senorgueillissaient nos ans. Mme lEtat contribue cette dshonorante mansutude qui accule nos professionnels dans des retranchements inscuritaires et dans une expectative peu rassurante. Il est indniable que laide humanitaire aprs la catastrophe a t ncessaire et dun secours inestimable, cependant il est tout aussi incontestable que lintrusion dans les affaires internes du pays des O.N.G et dautres organismes trangers, nous a t prjudiciable. Le retour de lascendeur compromet toutes initiatives citoyennes visant revigorer la nation. Tel est le sens de la lettre ouverte adresse au Premier Ministre par les Associations dIngnieurs, dArchitectes et dUrbanistes en date du 10 juillet 2012. Correspondance qui, malheureusement, est reste sans rponse jusqu ce jour. Ci-aprs, la lettre en question. Plerin le 10 juin 2013 Robert Paret Architecte. paretrobert@yahoo.fr Port-au-Prince, le 10 juillet 2012 M. Laurent Salvador Lamothe Premier ministre Gouvernement de la Rpublique dHati En ses Bureaux Appel des ingnieurs, architectes, urbanistes & entrepreneurs de construction hatiens Monsieur le Premier ministre, Le Collge national des ingnieurs et architectes hatiens (CNIAH), lAssociation hatienne des architectes et des urbanistes (ASSHAU), et lAssociation hatienne des entreprises de construction (AHEC) sont alarms, interpells, et dnoncent un tat de fait qui sest install depuis la tragdie du 12 janvier 2010, et qui semble vouloir perdurer. Il sagit de lintrusion trangre injustifie dans les diffrentes branches professionnelles de lingnierie et de larchitecture dans notre pays. Votre toute dernire annonce, relative la convention signe le 13 juin 2012 entre le gouvernement de la Rpublique de Chine (Tawan) et le gouvernement hatien, illustre cette attitude qui ( est tout aussi drisoire que le premier quand on connait, comme il a t dj fait mention, lexpertise et le savoir-faire de plusieurs gnrations dingnieurs, architectes et techniciens Hatiens. Si la carence, en matire dquipements modernes et dappareillage, se fait sentir dans la structure de certaines compagnies hatiennes de construction professant dans le champ des infrastructures, tel nest pas le cas pour les Entreprises voluant dans le domaine des tudes et de la construction dimmeubles et de logements. A ce titre, mme dans les conditions actuelles, les Ingnieurs et Architectes Hatiens nont rien envier leurs homologues trangers et peuvent mme prtendre faire uvre doriginalit tout comme leurs devanciers qui ont eu leur actif des ralisations remarquables, telles les lgantes Gingerbreads du sicle pass. De plus, la construction

PAGE 13

Page 13 HAITI, QUEL ENVIRONNEMENT ? Cette semaine, plus exactement le vendredi 14 juin, se sont tenues les Assises Centrales de la Scurit Alimentaire et Nutritionnelle organises conjointement par la Commission Je ne pourrai videmment pas traiter chacune de ces mesures, mais je voudrais marrter lune delles sur laquelle on a beaucoup insist. Il sagit de lapprovisionnement du pays en 5 reprsentants de la communaut internationale et quelques techniciens hatiens ; mais de producteurs agricoles, pas trace. Il faut dire quils se seraient peut-tre sentis dpayss dans le cadre o on nous avait convis. Jaurais quand mme aim avoir la liste des participants aux deux assises rgionales, peut-tre y avait-il l des reprsentants du secteur agricole. Cela me ramne Dieuseul Simon Dera, Prsident du Snat, qui a annonc, dans son allocution, que le Parlement travaillait une loi sur la souverainet alimentaire. Voil une information qui devrait rjouir mon ami Chavannes JeanBaptiste et tous les copains du RENHASSA (Rseau National Hatien pour la Souverainet et la Scurit Alimentaire) ; cependant, quand on connait le niveau de productivit de nos parlementaires, on se dit que cette loi nest pas pour demain. Mais revenons des choses plus srieuses. Le Premier Ministre a parl de 15 mesures qui forment les contours de la politique du Gouvernement en matire de scurit alimentaire. voix slvent pour que nous mettions en pratique le principe de base de la souverainet alimentaire : mange ce que tu produits, produit ce que tu manges Autrement dit, puisque nationale Les cinq denres en question sont : le riz, le mas, les haricots, la farine de bl et lhuile vgtale. Et l je me pose quelques questions. Prenons le cas du riz. Je suppose que lachat de riz vietnamien vise nationale, mais pendant que Bichat nous rabache les oreilles de son diri dis sou dis la production de notre plus grande rizire est tout simplement bloque. Cela fait plusieurs semaines que jobserve que le drain Desdunes est compltement sdiment et totalement inoprant et, quand je demande un cadre de lODVA quelle est la raison de cette situation, la rponse est quil ny a pas dargent pour le curage Un autre cas est celui de la farine de bl. Mme si Louis Djoie est arriv produire du bl de manire exprimentale dans les hauteurs de Seguin, nous ne somme pas un pays producteur de bl, et, depuis longtemps, des pour le court-moyen terme ; sur le moyen-long terme on doit envisager des mesures visant nous approvisionner partir de notre propre production. Cest a, la souverainet alimentaire. ny ait aucun mal cela. Cest un raisonnement purement conomique. Quand on parle de politique agricole dans ce pays, on parle toujours de produire pour le march extrieur vieille habitude hrites de la colonie. Mais, en plus du fait quil y a aussi des Hatiens qui ont besoin de salimenter, il existe un autre moyen damliorer la balance commerciale, la substitution des importations ; autrement dire produire localement, quand cest possible, ce quon importe. Seulement voil, la bourgeoisie compradore qui contrle lconomie de ce pays depuis quil existe, ne sait faire que de lexportimport ; ne lui parlez donc pas dindustrie nationale. Bernard Ethart, Jacmel, 16 juin 2013 Le Drain Desdunes dans la plaine de lArtibonite ( nous ne produisons pas de bl, mangeons de la cassave. Cest Laurent Lamothe luimme qui la dit, mais cela ne fait pas partie des 15 mesures annonces, Nous devons changer nos habitudes de consommation. Eh bien voil Commenons par l. Mais on nest pas oblig dtre aussi radical. Je crois savoir que lon peut incorporer la farine de bl une proportion dune farine du fruit pain notre lam veritab Cest une piste explorer. Le troisime cas que jai retenu me ramne mon sujet de la semaine dernire (voir HEM Vol.27 # 21 du 12-18/06/2013). Vous avez devin que je vais parler de production dhuile vgtale partir de benzolive ; mais il ny a pas que le benzolive ; nous produisons du mas, de larachide, du coton, du palma christi ( maskriti ) qui sont tous des olagineux ; il ny a donc pas de raison que nous ne puissions produire de lhuile de table. En rsum, lide, d approvisionner le pays en 5 denres alimentaires pour compenser le dficit de la production nationale, et de constituer un stock stratgique de ces 5 produits (une autre des 15 mesures) est bonne en soi ; mais cest une mesure de Stabilisation des prix, dont le Prsident nest autre que le Ministre de lAgriculture, lagronome Thomas Jacques, et le Conseil de Dveloppement Economique et Social (CDES), prsid par M. Jerry Tardieu, ce qui nous a valu dtre reus dans ce haut lieu de notre industrie touristique renaissante, lHtel Royal Oasis. Tout de suite quelques prcisions. Assises centrales parce quelles ont t prcdes de deux Assises Rgionales qui se sont tenues les 16-17 mai, pour la rgion Grand Sud et les 30-31 mai pour la rgion Grand Nord Mais aussi quelques remarques. On parlait de scurit alimentaire, pourtant je nai pas remarqu la prsence du coordonnateur de la CNSA (Coordination Nationale de la Scurit Alimentaire), mme si le Prsident du Snat a annonc que cette Scurit Alimentaire et Nutritionnelle). Un autre grand absent tait celui qui, selon moi, aurait d tre au centre des dbats, le producteur daliments. En dehors de tous ceux qui sont, ou se croient obligs dtre partout o va le Premier Ministre, il y avait dans lassistance une belle brochette de va lencontre des lois rgissant lexercice de ces professions en Hati. Cet accord, portant sur un montant de USD 4,275,000.00, concerne la conception et les tudes de cinq (5) btiments publics : Cour de cassation, Ministre de lEconomie et des Finances, Direction gnrale des impts, Administration gnrale des douanes, Cour suprieure des comptes et du contentieux administratif. Il semble quil aurait t dcid arbitrairement que ces tudes seraient assures par un cabinet amricain dorigine tawanaise, lOECC. Il semble galement que dautres contrats dtudes, voire mme dexcution, auraient t attribus dautres socits trangres, dominicaines en particulier, sans appel concurrence, sans consultation, et surtout sans participation professionnelle hatienne. Nous citons : le Palais de Justice, le Ministre de lIntrieur, le Ministre du Commerce et le Parlement. Hati nest pas le seul pays au monde recevoir laide internationale pour mener des oprations de conception, dtudes et dexcution douvrages publics. Ces pays exigent que des professionnels locaux soient adjoints aux professionnels trangers en vue dassurer une harmonisation et un change de connaissances. Ce partenariat, librement consenti entre professionnels, est une exigence primaire de toute dontologie et est dict en Hati par nos rglements corporatistes. Cela aiderait la cration duvres dans lesquelles seraient incorpors les lments de notre riche culture et de notre architecture, qui ont tant fait la beaut et loriginalit de nos villes une poque donne. notre proccupation sur le fait que ces tudes seront menes sans ladoption pralable dun plan directeur ou mme dun schma damnagement de la rgion mtropolitaine. Limpact quauront et quipements urbains pralablement penss et localiss (drainage des eaux pluviales et traitement des eaux uses en particulier), sera probablement dsastreux pour notre environnement. Votre gouvernement prnant le respect de la loi, quil nous soit permis de rappeler les termes des articles 9 et 19, respectivement, du dcret du 25 mars 1974 ; et nous citons : ARTICLE 9.Les trangers munis de diplmes reconnus par ltat hatien ne sont autoriss exercer leur profession en Hati que pour les spcialits dans lesquelles les cadres professionnels dispositions de ce Dcret et aux autres Lois en vigueur. ARTICLE 19.Il est entendu que les Dpartements ministriels, les cours de justice, les Tribunaux, les Administrations Communales, les Organismes publics autonomes, etc.ne reconnatront comme valides que les plans, les tudes gnralement darchitecture, soumis, par un ou des membres du Collge des souligns et en gras sont de nous). Nous souhaiterions, Monsieur le Premier ministre, migrer en terre trangre, si rien nest fait en ce sens. Persuads que vous saurez tout mettre en uvre pour rparer linjustice faite nos professionnels, nous vous prions dagrer, Monsieur le Premier ministre, lassurance de notre haute considration. Pour le CNIAH : Pour le CNIAH : Grard Luc Jean-Baptiste, Ing. Prsident Grald Emile Brun, M. Arch., Vice-prsident Alix Multidor, Arch. Trsorier Ginette Baussan Bungener, Arch., Secrtaire Gnral Herv B. Djean, Ing-Arch. Conseiller Max Mtayer, Ing. Conseiller Olibrun Cang, Ing., Conseiller Pierre Andr Lorisca, Ing. Conseiller Patrick Apollon, Ing., Conseiller Raphal Izmry, Arch. Conseiller Lionel Allen, Arch. Conseiller Pour lAHEC : Serge Saint Louis, Ing., Viceprsident Jean-Robert Jacinthe, Ing., Secrtaire gnral Franck Romain Jr., Ing 2e trsorier Suivent quelques signatures de professionnels en appui : Jacques Antoine, Ing Dutne Dlisca, Ing. Gisela N. Brun, Arch. Martine Clerrobrun, Arch. Martin Luther Jules Georges Lescot, Arch. Karine J. Bouchereau, ArchUrba. Serge Desplantes, Ginette Chrubin, Arch. Ronald Laraque, Robert Paret, Arch Jeanine L. Millet, Arch Jean-Bernard Millet, Arch. Dominique Mathon, Arch-Urba. Patrick Vieux, Arch. Batrice Larghi Corbanese, Arch. Philip Magloire, Arch. Jhostia Fuentes, Ing. Marie Danile E. Dauphin, Arch. Grald Oriol, Ing. PE Et dautres que votre gouvernement reprenne le contrle de ces affaires en requrant systmatiquement ltablissement de partenariats entre professionnels hatiens et cabinets confrres trangers, comme le veulent nos lois. Il faut savoir que nos professionnels ne mesurent pas leur engagement (voire sendettent lourdement pour certains) comme lexigeaient les demandes de manifestations dintrt adresses par lUnit de Construction de Logements et de Btiments publics (UCLBP). Lintrusion professionnelle trangre et

PAGE 14

Page 14 Solutions de la semaine pass eCYCLISME ETOILEES NT#NO#UT ER##TORR #IRA##TA FAUBOURG I#ER##IO ACRIDIEN Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com 18LES JEUX DE BERNARD RUPINE RUPINS SUPINS SAPINS SALINS SALIES SALVES SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeDIAMIDEPAGINE BOLIDE E X C L U A LSolutions de la semaine passe: LES JEUX DE BERNARD Allez de PAGINE, BOLIDE en utilisant des mots du du vocabulaire franais, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Mls P Q C G A T V P Q M I J Q U N P O X B A U E C V G R E N Z T U S I V I O W L L U A D C D W X E E M Q G T S T U U I P P I E B V G L L F H S U A E K S A C U L O E U V N W R J A R L M G O C D L A U C F Z Z Z N N L R A I S R A I C C I O E Z T K A A V E M S R D N H O G R J S T Y M C C A T E I G E J G A T U Q W J M A Q K D P T U Y P U L R G S V O M V C O V O I A Q J N P E D A A C E A C Q I A R Y U R S A S E C H K I N G S T O N A G G A G S T A I D C R L R O J I N T N N B K R R J B N E W O R L E A N S U L O A S K W U D P I G R Z W F Q B Z I C T C U C U T A G M F W Y I Q C T R ATrouvez les 25 villes les plus dangeureuses au monde, classement de terra.com, dans le carr ci dessus. lgalement requis. susdits. AINSI SIGN : Marleine Bernard DELVA et Joseph PIERRE-LOUIS. Pour expdition conforme collationne. Le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince comptemment runi au local ordinaire de ses audiences a rendu en audience publique et en ses attributions civiles de divorce le jugement suivant : est ainsi libell : PAR CES MOTIFS, et sur les conclusions du Ministre Public, le Tribunal rgulirement introduite en la forme ; Maintient le dfaut faute de comparaitre sollicit et octroy laudience du vendredi trente Novembre deux mille douze contre le sieur Sonel davec son poux Sonel Clerg pour injures graves et publiques ; Prononce la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist entre les dits poux pour cette cause et ce, aux torts transcrire dans les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale, sous peine de dommages-intrts envers les tiers, sil y chet ; compense les dpens vu la qualit des parties ; commet et ordinaire ce vendredi vingt-cinq (25) Janvier deux mille Treize, An 210 me de Gouvernement au Parquet prs le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince de ce IL EST ORDONN .. ETC EN FOI DE QUOI .. ETC Pour expdition conforme collationne Me. Yves LOUISOR, Avocat. Le Tribunal de Premire Instance de Port-au-Prince comptemment runi au local ordinaire de ses audiences a rendu en audience publique et en ses attributions civiles de divorce le jugement suivant : entre les poux Rnaud MONDSIR la femme ne Eveline PAR CES MOTIFS, Le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public, maintient le dfaut octroy contre la partie dfenderesse laudience pour injures graves et publiques aux torts de lpouse ; Prononce la dissolution des liens SUD de Port-au-Prince de transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera publi dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet ; commet lhuissier Sony JEAN RENDU DE NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, juge en audience civile, ordinaire et publique du Mercredi cinq Dcembre deux mille douze, en prsence de Me. IL EST ORDONN .. etc EN FOI DE QUOI .. etc Pour expdition conforme Collationne Me. Yves LOUISOR, Avocat. PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs examen sur les conclusions crites du Ministre Public maintient le dfaut requis et octroy la barre contre la dame Marie Lourdes DUROCHER, Admet en consquence le divorce des parties. Prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre le sieur Marqus ROMULUS davec son pouse ne Marie Lourdes DUROCHER pour injures graves et publiques ; Ordonne destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens dditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet, commet AINSI JUGE ET PRONONC PAR NOUS, Rosie Dgand NICOLAS juge en audience civile et publique en date du jeudi dix-sept Janvier deux mille Treize, en prsence de Me. Pierre Luckner SANON Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort IL EST ORDONN ETC EN FOI DE QUOI .. ETC Me. Jean Desilhomme DENIS PAR CES MOTIFS: Le Tribunal aprs examen sur les conclusions du Ministre Public, maintient le dfaut octroy contre le dfendeur laudience prcite pour le PIERRE davec son poux Frantz DORVIL pour incompatibilits de caractres, Prononce la lEtat Civil de Pointe--Raquettes de transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet, commet lhuissier Simon AINSI JUG ET PRONONC PAR NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, juge en audience civile et publique en date du dix fvrier deux mille onze en prsence de Me. IL EST ORDONN ETC EN FOI DE QUOI ETC De Pointe--Raquettes. PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions du Ministre dite action, Admet en consquence le divorce de la dame Junior SAINT-JUSTE ne Ruth BOISROND aux torts de lpoux pour injures graves et publiques ; Prononce la dissolution Section SUD de Port-au-Prince de transcrire dans les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la Capitale sous peine de dommages-intrts envers les tiers sil y chet ; commet lhuissier audience civile ordinaire et publique du vendredi trois Avril deux mille Treize, en prsence de Me. Jean Berthol TOUSSAINT, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce Il est ordonn, etc En foi de quoi, etc Me. Jean Eugne ELASCO, Av.

PAGE 15

Page 15 TI GOUT PA TI GOUT ak Jan Mapou Atik sa a chita sou nan yon liv SDKASant Devlpman Kreyl Ayisyen svi ak li chak ane pou f fmasyon anseyan toupatou nan Repiblik Ayiti nou an. Tankou tit ak plan chapit la pral montre li pi devan an, chak anseyan fasad Kreye Yon Anbyans Kote Resp & Bon Rap Prime; fasad Tabli Yon Kilti Aprann; fasad Jere Regleman Konsnan Salklas; fasad Jere Konptman Elv Yo; fasad ganize Espas Fizik andedan Salklas la. Atik la ap enterese anpil anseyan, enspekt, direkt/direktris ak pwopriyet lekl, lid kominot, tout edikat ak tout moun ki nan koze edikasyon. Se latriye entraksyon kap ft andedan salklas la---ant anseyan an ak elv yo; ant elv yo yo-menm---ki fme Domn 2 a (gade Kadran 3.2). Menmsi yo neses pou rann ansyman an valab, entraksyon sa-yo pa f pati dirk kontni maty a, yo-menm. Latriye aktivite, mouvman, ak tach sa-yo f salklas la tounen yon lye sekirize kote elv yo alz, kote yo jwenn resp, kote kilti aprann plante epi leve, kote elv yo santi yo kapab tante chans entlktyl yo. Atmosf sa-a vin kreye yon anbyans pwofesyonl nan salklas la, kote tout woutin ak pwotokl ki non-akademik ap resevwa tretman krk; konptman elv yo ap kore bi-vize padagojik anseyan an ap rapousuiv yo. vivan ki diferan, ki yonn pa menm ak lt. Kit se ant anseyan a ak elv yo, kit se ant elv ak elv, tout relasyon sa-yo dwe chita sou baz bon rap ak resp mityl, resp yonn pou lt. Anseyan an rive kreye yon atmosf, yon anbyans kote resp ak bon rap prime nan fason li aji, reyaji, ak entraji nan mitan elv yo, epitou nan fason li ankouraje elv yo pou yo-menm yo entraji ant yo-menm nan. Nan anbyans kote resp prime, chak grenn elv santi li gen resp, chak grenn elv santi gen val, li gen sekirite. Tout elv konnen anseyan an ap pwoteje diyite yo, menm l yo pran risk entlktyl nan poze nenpt keksyon ki ka sanble pa f sans. Nan salklas kote resp ak bon rap plante epi leve, anseyan an toujou montre li ouv, li alz ak elv yo; li f elv yo ri, men li pa janm bliye ni k li, ni wl li antanke granmoun, km anseyan. Pafwa, anseyan an konn konpte tt li avk anpil pwotokl devan elv yo, senpman pou li demontre yo kijan li enterese nan yo. Men kanmenm, anba anba, li toujou ap nouri pou yo afeksyon ak tandrs yo chak bezwen nan salklas la pou yonn boule byen ak lt, epi pou yo vanse entlktylman. Gen yon digdal fason anseyan an konn montre mank resp ak bon rap nan salklas li. Anseyan an ka meprize oswa minimize patisipasyon kk elv nan salklas la. Li konn pran abitid ap pase elv yo nan betiz, f yo wont, desann yo, oswa imilye yo, oswa ank pmt, sitire kk elv anmde, ridikilize, farouche lt elv pary yo nan menm jan li-menm anseyan an li abitye f a. Anseyan an andwa menm favorize kk elv, f zanmi ak yo, devlope ralasyon ki pa apropriye ak yo, epi menm rive patisipe nan deblozay plezi epi jwisans seksyl ak yo. Anseyan an dwe veye k li, paske se yon pwofesyonl, yon responsab, yon svit piblik li ye. Pami fason ki apropriye pou montre resp ak bon rap ak elv yo nan salklas li, anseyan an andwa itilize lapawl, li andwa itilize js. Fason ki apwopriye pou elv klas Tradisyon kiltirl ak koutim yon zn, yon peyi konn endike ki kalite entraksyon anseyan an kapab genyen ak elv li yo. Parekzanp, jan moun montre resp nan yon zn kapab se yon ofans, yon afwon sa ye nan yon lt zn, nan tout yon peyi. (Nan peyi Etazini, parekzanp, elv yo dwe kale je yo nan je anseyan an l lap pale ak yo; isit Ayiti, timoun pa ft pou gade granmoun nan je.) Se nan mo kap soti anba bouch li ak nan ajisman li nan salklas la ke anseyan kapab demontre kapasite li posede pou li kreye yon anbyans resp ak bon rap nan mitan elv yo. Yon l konsa, anseyan an dwe bay esplikasyon sou rezon ki f li aji tl jan oswa tl lt jan ak yon elv. Si ta gen yon moun ki vin vizite salklas la, esplikasyon sa-a ta ka tounen yon bl sij anseye nt. Mi nan mitan Entraksyon anseyan an part negatif, imilyan, iwonizan ak omwen detwa grenn pami elv yo, oswa entraksyon an pa odyapazon ak laj oswa kilti elv yo. Elv yo pa gen pys resp pou anseyan an Entraksyon ant anseyan an ak elv yo gen bonkou ti fay, men li odyapazon jeneralman, epi li pote makfabrik nounpayis, oswa mankresp pou kilti ak diyite elv yo. Elv yo gen yon ti resp tou zuit pou anseyan an. Entreaksyon ant anseyan an ak elv yo part zamitral, li bati sou resp, byenseyans, ak byenveyans, epi li mache odyapazon ak degre matirite ak nm kilti elv yo. Elv yo gen resp pou anseyan an. Anseyan an montre resp ak byenveyans ki chita nan bafon k li pou chak grenn elv. Elv yo asontou respekte anseyan an nonslman paske anseyan se anseyan, mentou paske anseyan an se yon kretyen vivan pary yo. nan mitan Entraksyon nan mitan elv ak elv pote makfabrik nuizans, kont, dezagreman, ak ridikil --yonn ap iwonize lt, yonn ap pile psonalite lt anba pla pye. Elv yo gen konptman negatif yonn vizavi lt. Entraksyon nan mitan elv yo pote makfabrik polits, sajs, resp, ak byenseyans Elv yo montre byenseyans ak byenveyans total nonslman poutt yonn se kondisip lt, mentou poutt yo rekont se menm kretyen-vivan an yo tout ye. Nan salklas kote kilti aprantisaj tabli anseyan an ak tout elv yo rete plonje ap benyen totalkapitalman epi kinalaganach nan yon misyon valorizasyon; yap rapousuiv adpsyon gran prensip imanit. Ni anseyan an ni elv yo, yo tout chache jwenn anpil fyte nan travay lekl la, epitou yo mete anpil kouraj ak enji nan tout aktivite yap f. Gen plas pou tout bon lide ak bl panse nan salklas konsa, tout elv kontinye ap f jef pou yo vin f, vin pi f oswa pou yo rete f. Kilti aprantisaj la mande pou anseyan an ap tann rannman, akonplisman ak pfmans ki sipb nan men chak grenn elv nan salklas la, epitou li mete yo tout alz pou yo pran chans mande nenpt ki kalite keksyon. Elv yo konnen yo pa gen pou yo p pou moun pa ridikilize yo l yo avanse klkeswa lide a, epi yo konnen tou anseyan an ap bay lide yo avanse a bl resepsyon konsekan. Kipibl, elv yo konnen anseyan an gen gran admirasyon ak konsiderasyon pou abilite yo chak posede, epitou lap ede yo kiltive abilite sa-yo nan ba yo travay ki pou satouyt entlijans yo, pouse konesans yo ale nan fetay. Bout pou bout, tout bl konsiderasyon sa-yo elv yo jwenn nan men anseyan an vin donnen andedan k ak svo elv yo. Konsideratyon sa-yo se yo-menm menm ki fme nannan ak fondalnatal kilti aprantisaj la, epitou se yo-menm tou elv yo pral vin rann pi devan nan kontak yo ak rs sosyete a. Nan salklas kote kilti aprantisaj pa ekziste, nou jwenn yon atmosf, yon anbyans kote ni anseyan an, ni elv yo, yonn pa enterese nan kontni aprantisaj la. Anseyan an kapab menm ap lage blam, plenyen endirkteman sou liv li svi yo, sou direksyon lekl la, sou Minist Edikasyon Nasyonal, sou leta poutt lap itilize yon kourikoulm li konsidere ki san val. Elv yo santi tt yo ap pati, yo pdi, yo san eneji, san pys motivasyon epitou yo tounen patizan pwenn-aprann, pwenn-f-jef, pwenn-f-travay. Okontr menm menm, salklas ki nouri kilti aprantisaj se salklas ki tounen veritab zn kote tout moun okipe, tout moun ap patisipe, tout moun ap kontribye, tout moun ap aprann; se kote ni anseyan an, ni elv yo, yo tout ap valorize travay byen ft. Tout travay elev yo ekspoze pou lt moun w yo. Epitou, entraksyon ant anseyan an ak elv yo baze sou ensistans anseyan an ak akseptans elv yo yo-menm pou yo kontinye toujou ap f ef pou rannman travay yo rete sipb. Ni anseyan an, ni elv yo, yo tout rive apresye kontni maty yo, epitou elv yo santi yo fy nan f travay ak devwa yo. Elv yo tankou anseyan an dwe toujou ap chache montre prv ak enptans kilti aprantisaj ki ekziste nan salklas la. Kilti aprantisaj la depann anpil sou kk fakt ki pa nesesman andedan lekl la. Parekzanp, gen anpil fanmi ki bay lekl plis val pase lt. Menmsi sa, anseyan an kanmenm gen obligasyon ak responsablite pou li toujou kenbe atmosf kilti aprantisaj la vivan, epi kontinye byen manbre salklas la. Kilti aprantisaj dwe tabli andedan chak salklas nan lekl la. L tout yon lekl pran angajman pou li pouse kilti aprantisaj la, tout salklas yo vin gen plis fs, yo bay rannman ki pote mak-fabrik epi kore ak kilti aprantisaj: depi kmanse nan regleman lekl la, nan remiz diplm ak lt rasanbleman, pase nan rekonesans direkt a, jouk rive sou ekzibisyon travay elv yo sou mi likl la oswa lt kote. Lekl konsa, se lekl ki rive montre epi kiltive anpil enji ak gwo puisans entlkltyl ki depase yon senp kourkoulm tradisyonl. Lekl konsa se lekl ki kanpi kin. Se andedan salklas la menm pou nou rive jwenn prv ak ekzanp, si wi oswa non, kilti aprantisaj prime. Si vrman li prime ozwa ekziste vre, lap part nan aparans salklas la (kote travay elv yo ekspoze sou tablo, sou mi, sou pt klas la), nan fason anseyan an ak elv yo epi elv ak elv entraji yonn ak lt, nan js yap f yonn vizavi lt, nan ton vwa yo l yap f konvsasyon yonn ak lt. Ti konvsasyon obsevat a ak elv yo ka f obsevat a w si wi oswa non elv yo bay aprann enptans. Voye je sou Fomil Plan Pou Yon Sl Grenn Leson an (nan seksyon Potfy Anseyan An) ki montre bi-vize ak aktivite didaktik anseyan an ap rapousuiv yo. Mi Anseyan an oswa elv yo montre yon atitid negatif pou kontni maty a; kidonk, yo pa bay kontni an val, oswa yap suiv li senpman paske yo oblije. Anseyan an apresye enptans kontni an, men san pys konviksyon; epi elv yo tou tw enterese nan aprann kontni an. Anseyan an montre enptans maty ak tout k li, epi elv yo montre yo-menm tou yo enterese anpil nan maty a. Elv yo montre yo bay maty a val atrav patisipasyon total yo, degre kiryozite yo, epi nan fason yo enterese nan tout ti detay ak antresoti ki konsne maty a. Elv yo oubyen santi yon ti kal fyte tou zuit oubyen yo pa santi pys fyte ditou nan travay yo. Yo gen tandans rabache devwa yo pou yal f lt aktivite kinan yo, olye pou yo pran tan ak swen pou amelyore devwa a. Elv yo f ti ef minim pou yo f epi remt devwa yo, men yo pa sitlman enterese nan kalite devwa a. Anseyan an ensiste epi elv yo aksepte f epi remt devwa ki ft ak swen, epitou elv yo montre fyte nan travay yo. Elv yo montre anpil fyte nan travay yo epi yo chache amelyore devwa yo poukont yo; parekzanp, yo revize devwa yo poukont yo, yonn ede lt, epi yo remt travay bon kalite. Bi-vize ansyman an, aktivite yo, divs entraksyon ak anbyans nan nanpwen yonn ki ede elv yo bay pys rannman oswa akonplisman. Bi-vize ansyman an, aktivite yo, divs entraksyon ak anbyans nan salklas la, yo tout boure ak fay ak twou-vid ki anpeche elv yo bay rannman ak akonplisman. Bi-vize ansyman an, aktivite yo, divs entraksyon ak anbyans nan salklas la, yo tout ap ankouraje elv yo bay rannman ak akonplisman. Pou ede elv yo bay rannman epi f gran akonplisman, anseyan an ak elv yo tabli epi planifye bi-vize ansyman an, aktivite yo, epi divs entraksyon ak anbyans nan salklas la.

PAGE 16

Page 16 VIVE LES VACANCES pas t valids cause dirrgularits graves releves dans le dossier de leur cycle dtudes, a annonc. le vendredi 14 juin, le Ministre de lducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), M. Vanneur Pierre. Six mois aprs la visite en Hati, du Maire de Qubec, Rgis Labeaume, Stphanie Balmir Villedrouin, la Ministre du Tourisme accompagne de Michalle Jean, lEnvoye spciale de lUNESCO pour Hati, taient de passage Qubec pour concrtiser des ententes de collaboration et, surtout, vendre le potentiel touristique du pays dventuels investisseurs. quune nouvelle caserne de pompiers dun cot estim 2 millions de dollars (canadiens) sera construit Port-au-Prince, grce un investisseur de Qubec, dont le de linvestissement. Cest la Ville de Qubec, en collaboration avec les Hatiens, qui dessinerait la caserne, la construirait, dirigerait les travaux avec les travailleurs dHati et les matriaux locaux. Le Maire Labeaume avait invit une dizaine dhommes daffaires tris sur le volet en vue de leur prsenter les possibilits dinvestissements dans le secteur touristique en Hati. Nous voulons inciter les gens daffaires participer divers projets touristiques, dont ceux de Jacmel et de lle Vache, o on a lintention de construire des complexes hteliers. Jacmel, le projet slve 10 millions de dollars a prcis Stphanie Villedrouin qui, pour rassurer ces investisseurs potentiels, leur a fait savoir DAA. Par ailleurs, suite la rencontre du Maire de Qubec avec des artistes de fer dcoup faire dcouvrir au Qubec ces uvres dart et de permettre aux artistes hatiens de se civilisation exposera les uvres de ces artistes hatiens. Le Premier Ministre hatien Laurent Lamothe a dbut des visites dvaluation des principaux projets gouvernementaux dans les 10 dpartements du pays. La tourne du PM a dbut avec Jacmel. Si les Jacmliens trouvent que les travaux trainent en longueur, le PM se dclare lui satisfait. Il a visit les travaux de rhabilitation de lavenue Barranquilla, principale voie de communication de Jacmel et de sa rgion, du futur Centre de convention, au bord de mer, du March public et de lhtel La Jacmlienne qui doit tre totalement reconstruit. Dautres travaux dinfrastructures sont en cours de ralisation mais trop lentement. On sur toute la cte jusqu Marigot. Selon M. Lamothe, ces travaux dinfrastructures sont indispensables pour faire face an la situation sera diffrente, ajoute t-il. M. Lamothe se rjouit de limplication du secteur priv dans leffort visant embellir Jacmel. Signalant quun htel a dj ouvert ses portes, le Premier ministre annonce que dautres sont galement en construction. Aujourdhui le Sud est en chantier, a jug M. Lamothe qui fait tat galement de travaux dinfrastructures raliss dans les communes de Cote de fer, Marigot et Peredeau. Dans cette dernire localit, le chef du gouvernement a recueilli des informations sur le dbut des travaux de construction dun pont pour protger contre les inondations. 4.5 millions de dollars ont t mobiliss pour la construction du Pont de Peredeau. La 2014.