<%BANNER%>

DLOC



Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00527
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: 02-20-2013
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID: UF00098809:00547

Downloads

This item is only available as the following downloads:

( PDF )


Full Text

PAGE 1

Le prsident Michel Martelly et ses homologues de la Caricom, Hati assure la prsidence tournante de la communaut carabe pour 6 mois (photo de courtoisie) Aprs une absence totale longue de 2 mois, lundi matin le prsident regagnait le Venezuela pour y poursuivre son rtablissement (voir page 7) En effet, pas moins de 11 chefs dEtat et de gouvernement de la communaut Carabe ainsi que des dizaines de dlgus et dobservateurs se runissent les 18 et 19 fvrier Port-au-Prince pour la me runion Comment Danseuses au carnaval de Jacmel interprtant une danse inspire par les dieux de la mort ou Gede (photo Marcus/Hati en Marche) Le nouveau chef de la mission onusienne Nigel Fisher ( gauche) et son prdcesseur le chilien Mariano Fernandez La Deuxime Indpendance, chante avec ferveur la chute de Duvalier il y a vingt-sept ans, na gure connu de lendemain. On ne peut toujours pas dire Hati libre. Ce mois ( ( PORT-AU-PRINCE, 17 Fvrier Les Etats-Unis propose un accord de libre-change lUnion europenne. Quand deux costauds joignent leurs forces, les plus petits doivent trouver un lieu plus sr. PRESSE : Pour commencer cest la preuve dun dbut de reconnaissance de sa faiblesse chez celui qui a t considr jusqu tout rcemment comme premire puissance Port-au-Prince, le 15 fvrier 2013 (AHP) Le reprsentant intrimaire du Secrtaire gnral des Nations Unies en Hati, Nigel Fisher, FURCY, 16 Fvrier Quoi de plus quivoque que Hati prsidant en ce dbut de semaine un sommet de la Caricom (march commun cariben) alors que Hati est dj un march captif (prisonnier) de nos voisins : la Rpublique dominicaine qui nest pas membre de la Caricom. ayant ramen le souvenir de FURCY, 15 Fvrier Les photos du carnaval du CapHatien sont pauvres et rasoir. Des chars musicaux et quelques Mais pas de bf (bufs), ni dindiens de Caonabo, Cotubanama ou du Xaragua, pas de morts-vivants (vivi griyen dan), pas de monstres, ni de tte Lescot, pas de Choucoune, pas de loups-garous, pas de mt kalfou, pas de tresser rubans. Mme pas une la maillote. Etc. Bref, o est le patrimoine culturel, o est le pass historique joliment rendu avec humour qui est le propre du carnaval hatien ? PORT-AUPRINCE, 14 Fvrier Michel Martelly ou le torero. Ds quil agite le drapeau rouge, tous se prcipitent dans la direction indique. Ainsi nous a sembl le comportement du prsident hatien avant le carnaval clbr le week-end du 10 au 12 fvrier au Cap-Hatien, lancien royaume de Henri Christophe. Pas folle la gupe !, comme sintitulait un film. A juste titre. Le prsident multipliant les provocations, et dessein, histoire de prendre le contrle de lactualit, le lead, dtre le chef dorchestre, celui qui non seulement fait les grands titres mais qui les suggre

PAGE 2

Page 2 EN BREF ... EN PLUS ... lundi 18 Fvrier 2013 : Le Prsident Michel Martelly salue avec motion le dpart du Docteur Daniel Mathurin qui a succomb ses blessures suite un terrible accident de la circulation survenu le dimanche 17 Fvrier sur la route de Santiago en Rpublique Dominicaine. Je tiens saluer la mmoire de ce Mdecin, passionn dhistoire, de gophysique et dastronomie, intress la promotion dune Hati rgnre qui puise de lnergie de ses racines prcolombiennes et afro-caribennes. a fait savoir le chef de lEtat. A travers ses interventions et confrences-dbats, le couple Daniel et Ginette Mathurin a contribu veiller lesprit de nos compatriotes sur les ressources et la valeur intrinsque de notre pays. Les communications du Docteur Daniel Mathurin constituent pour la nouvelle gnration des sources dinspiration pour ltablissement Jexprime mes sincres condolances tous les membres de la famille et aux nombreux amis du regrett Docteur Daniel Mathurin. a dclar le Prsident de la Rpublique. Vendredi, le ministre de lducation nationale, Vanneur Pierre, a procd linauguration de lcole Prince Albert II de Monaco en prsence du Prince Albert lcole, ouverte depuis octobre 2012, comprend 10 salles de classe, une bibliothque, une salle pour les professeurs, une cantine self-service, une salle de soutien scolaire, trois bureaux pour la Direction, une aire de recration, des vestiaires et des toilettes. 160 enfants frquentent actuellement cet tablissement pour enfants dfavoriss, dont la capacit daccueil est de 400. Hati accueille le 24e Sommet de la Confrence des Chefs dtat et de Gouvernement de la Communaut de la Carabe (CARICOM), qui se tient Port-au-Prince les 18 et 19 Fvrier 2013. Le Gouvernement hatien a pris toutes les dispositions pour assurer le succs de cet vnement. 11 Chefs dtat et de Gouvernement et plus de 100 dlgus runis au Karibe Convention Center. Cest la premire fois que la Rpublique dHati a le privilge dexercer la Prsidence tournante de ce mcanisme dintgration rgionale Au cours du sommet de Port-au-Prince, des questions dune grande importance pour la rgion seront lordre du jour comme le renforcement de larchitecture rgionale de lassistance rgionale la stratgie commerciale et lintroduction du franais comme Le ministre amricain de la Justice participait la sance douverture lundi. Cest par ces propos que Nigel Fisher a ouvert vendredi sa toute premire confrence de presse en tant que Reprsentant spcial par intrim du secrtaire gnral et chef de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Hati (Minustah), fonctions quil occupe depuis le 3 fvrier en cours. Je comprends et soutiens totalement le dsir des Hatiens dtre pleinement en charge des affaires de leur pays. Le travail de la Minustah et des autres partenaires dHati est de laccompagner sur ce chemin. Mais quest-ce que la souverainet si elle ninclut pas tous les Hatiens ? Ces questions, M. Fisher les a poses au retour dun dplacement New York, o il a notamment rencontr les membres du Conseil de scurit et du groupe des Amis dHati, qui lui ont fait part de leurs proccupations et dune certaine frustration Le sentiment qui prdomine cest en effet celui dune impasse. Les progrs accomplis ont t beaucoup, beaucoup plus lents que ce auquel nous nous attendions au dbut 2012. Les investissements nont pas atteint le niveau espr. La croissance du PIB na t que de 2,5% lan dernier, bien loin des 8% prvus en dbut danne. dans le pays pour y garantir une comptition saine, a expliqu Nigel Fisher, qui sest fait galement lcho de doutes exprims quant lindpendance du pouvoir judiciaire hatien. Mais sil y a une question qui [...] cristallise la dception des amis dHati aujourdhui, cest celle de limpasse dans laquelle se trouve lorganisation des lections a indiqu le Reprsentant spcial par intrim. Alors que des snatoriales devaient avoir lieu au plus tard en janvier 2012, voil que, 13 mois plus tard, llite politique hatienne est toujours en train de tenter de trouver un compromis qui semble hors datteinte pour former la base dun accord permettant davancer vers ces lections a-t-il dplor, soulignant que cette impasse politique et constitutionnelle tait le signe le plus fort quHati ntait pas encore open for business Cest pourquoi le rapport du secrtaire gnral quil prsentera le mois prochain au Conseil de scurit nest pas optimiste a reconnu Nigel Fisher, qui a annonc son intention de travailler avec les dirigeants du pays [...] pour pouvoir tmoigner de 2013 -, la mise en place du Collge transitoire du Conseil lectoral permanent (CTCEP) et au moins un accord politique a minima sur les tapes suivre pour mettre ce processus dlections en mouvement Le Conseil de scurit et le secrtaire gnral ont galement charg le chef de la clairement les priorits de la Mission lheure o la rduction de ses effectifs est envisage. Les priorits centrales proposes par M. Fisher pour cette feuille de route sont au nombre de quatre : tout dabord, le renforcement de la scurit, et en particulier de la Police nationale dHati Ensuite, celui de lautorit du Conseil lectoral permanent pour quil assume la pleine responsabilit et lappropriation nationale de lorganisation et de la tenue des lections. Le diplomate canadien a aussi voqu la ncessit de renforcer la culture de lEtat de droit et des droits de lhomme en Hati en autonomisant des institutions comme le Conseil suprieur du pouvoir judiciaire ou la Cour suprieure des comptes et du contentieux administratif et en soutenant la rforme lgislative en cours, juge cruciale le renforcement des institutions de lEtat et les mcanismes dcentraliss et participatifs. Insistant de nouveau sur limportance de mettre en place un appareil lectoral de droit, le Reprsentant spcial par intrim a rappel que la tenue dlections est P-au-P, 14 fvr. 2013 [AlterPresse] --La note du dimanche 10 fvrier 2013 du ministre de la justice et de la scurit publique (Mjsp) voquant le dcret (anachronique) du 31 juillet 1986 sur la presse et des articles du code pnal, relatifs la diffamation ravive linquitude des acteurs de la presse hatienne quant un retour des pratiques duvaliristes. Cette note, qui menace la presse et dautres secteurs de sanctions, suscite beaucoup dinterrogations sur une tentation dun retour au pass, aux annes de plomb des Duvalier analyse lassociation des journalistes hatiens [et hatiennes / Ajh], tranchante sur la question. Ce dcret-loi, pris avant la 1987, rapporte celui du 31 mars 1980 sur la presse, adopt sous la prsidence vie du dictateur Jean Claude Duvalier. Il a t publi sous le conseil national de gouvernement (Cng) dirig par Henri aux Duvalier. Le prambule de ce dcret-loi de 1986 considre quil convient de rapporter le dcret du 31 mars 1980 sur la presse et de le remplacer par une lgislation plus conforme aux normes dmocratique en cours En son article 10, il prconise une carte didentit professionnelle pour les journalistes hatiens. Les journalistes devraient dposer au [ministre de linformation et de la coordination dans le texte du dcret] acte de naissance ; certificat e partie) ; diplme Universitaire ou quivalent ; carte didentification de journaliste, dlivre par un organe ou une entreprise de presse lgalement enregistrs ; rcpiss de la direction gnrale des impts pour la patente requise LAjh dcle, en filigrane, des relations entre la publication de la note du Mjsp et la bastonnade de deux (2) journalistes de la radio Rfm par des agents de lunit de la scurit gnrale du palais national (Usgpn), le mardi 12 fvrier 2013 ainsi que lexpulsion, le samedi 9 fvrier 2013, de lquipe de la radio-tlvision Carabes (Rtvc) au bal des reines, tenu sur les ruines du Palais Sans Souci Milot (Nord). Les journalistes de Rfm, Watson Phanord et Etzer Csar, ont t malmens consciemment et en toute pertinence par leurs bourreaux selon la note de protestation de lassociation. Hati en Marche Miami th ( ( ( une exigence constitutionnelle qui mane de la Constitution Note de protestation de lAssociation Nationale des Medias Haitiens (ANMH) Document transmis AlterPresse le 15 fvrier 2013 LAssociation Nationale des Mdias Hatiens (ANMH) proteste nergiquement contre le communiqu muscl du ministre de la justice, M e Jean Renel Sanon, qui, le dimanche 10 fvrier 2013, a menac de manire peine voile dimposer des restrictions lexercice de la libert de la presse en Hati. Dans une claire tentative dintimidation des professionnels des mdias, le ministre assimile toute diffusion dinformation non conforme aux vues de lExcutif de la diffamation ou de lincitation la violence. LANMH estime intolrable quun Martelly-Lamothe, qui se targuede respecter lEtat de droit dmocratique, se rfre des articles dun dcret-loi autoritaire et obsolte qui avait t pris, en juillet 1986, sous le gouvernement militaro-civil du Gnral Henry Namphy. Un acte antrieur la constitution de 1987 que le pouvoir a mis en avant comme dispositif de rpression lgale pour museler la presse. A ce propos, il faut rappeler que la libert de la presse est garantie par la constitution en ses articles 28-1, 28-2 et 28-3. En outre, lANMH dnonce lincident qui sest produit au bal des reines tenu au Palais du Roi Henry 1 er Sans-Souci, le samedi 9 fvrier, lorsque plusieurs quipes de tlvision invites par le comit du carnaval, dont Tl Carabes, Tl Mtropole et Tl Superstar, toutes trois membres de lassociation, ont d sous TNH. Lexclusivit de la couverture dun tel vnement rserve la tlvision dEtat est inadmissible compte tenu du caractre libre et national de cette soire. Au nom du droit linformation du public, aucun pouvoir ne peut prendre sur lui de censurer la presse

PAGE 3

Page 3 LACTUALITE EN MARCHE dans la feuille de route de la Minustah pour promouvoir la qui doivent tre runies pour que la force onusienne puisse poursuivre le processus de rduction de ses troupes prsentes dans le pays. Il sagit du renforcement de la scurit travers une augmentation en nombre et en qualit de leffectif de la Police Nationale dHati (PNH) et du renforcement de lautorit du lorganisation des lections. institutions tatiques, notamment le Conseil suprieur du pouvoir judiciaire CSPJ, la Cour suprieure des comptes, linspection gnrale de la Police nationale dHati (PNH) et tre prpare en collaboration avec le gouvernement hatien, Comme chaque anne pareille poque, la UNIBANK vient dposer aux pieds de ses clients en particulier et de tous les hatiens en gnral, ses vux de Bonheur, de Sant et de Prosprit. Nous venons aussi les remercier de la confiance quils nous ont donne depuis notre fondation il y a vingt ans et nous promettons que notre gestion sera toujours saine, prudente et transparente. A nos centaines de milliers de clients et ceux qui ne le sont pas encore, nous renouvelons notre invitation : FAISONS ROUTE ENSEMBLE www.unibankhaiti.com M eill e urs V ux2 0 1 3UB01_CRF_12121901_11239-11 elle doit tre prsente la mi-mars au Conseil de scurit de lONU. Le reprsentant du Secrtaire gnral des Nations Unies a par ailleurs attir lattention des autorits hatiennes sur la ncessit de crer les conditions pour permettre aux citoyens de vivre dans un pays o ils sont tous rellement gaux devant la loi. Il sagit l, dit-il, dune des conditions qui doivent tre runies pour attirer les investissements trangers en Hati, soulignant que la plupart des amis dHati et des investisseurs potentiels estiment que le pays nest pas encore ouvert aux investissements. Il a fait remarquer que le processus doffre et dattribution de marchs nest pas encore assez quitable pour garantir une saine comptition. Nigel Fisher regrette galement que les progrs escompts pour 2012 naient pas vraiment t accomplis, rappelant que la croissance du PIB na t que de 2.5% contre 8% attendu au dbut de lanne coule. Il y a eu certes des avances avec notamment la mise sur pied du CSPJ et la publication des amendements de la Constitution dans le Moniteur, mais aujourdhui, dit-il, au niveau du Conseil de scurit de lONU, on a limpression que les progrs sont raliss de manire plus lente que prvue. Les investissements nont pas atteint le niveau espr lan dernier, a indiqu Nigel Fisher qui reconnait toutefois que laide internationale a mis du temps arriver mais il ne sagit pas, dit-il, de la seule raison expliquant les retards constats. Il y a des proccupations concernant le pouvoir judiciaire qui narrive toujours pas faire son travail en toute indpendance, dit encore Nigel Fisher. Le Prince de Monaco en ( La Cour suprme de justice dominicaine a prononc un verdict favorable au snateur dominicain Felix Bautista souponn dans une affaire de candidats llection prsidentielle hatienne. Le parlementaire dominicain tait accus notamment davoir vers de gros pots de vins au candidat Michel Martelly. La juge Esther Ageln Casasnovas qui a rendu le jugement, sest appuye sur un rapport denqute de la Direction nationale des poursuites et de la corruption administrative (DPCA), qui avait sur laccusation de corruption contre le snateur dominicain Felix Bautista avec le prsident hatien Michel Joseph Martelly, ont conclu quaucun fonds illicite na t vers Michel Martelly. La journaliste dinvestigation Nuria Piera avait rvl dans un programme tlvis une srie de transactions entre le snateur Felix Baustista et le futur prsident Martelly qui auraient permis ce dernier de recevoir sur ses comptes bancaires dimportantes sommes dargent values plus de 2,5 millions de dollars. La juge Casasnovas a indiqu que les recherches de la DPCA ont prouv que les documents qui ont t publis dans les reportages de la journaliste dominicaine Nuria Piera, nont pas dmontr quil y a eu des transactions directes ou indirectes entre le snateur Bautista et le prsident Michel Martelly. La juge a fait savoir que les faits allgus par Nuria Piera ne correspondent pas au dlit prvu par la loi sur la corruption transnationale. HPN P-au-P, 14 fvr. 2013 [AlterPresse] --Aprs le prince Haakon, de la rpublique de la Norvge, en octobre 2012, cest le tour de Albert II de Monaco deffectuer une visite en Hati, le vendredi 15 fvrier Albert II de Monaco Plus dun million deuros auraient t le Monaco Collectif Hati Lcole qui fonctionne dj accueille plus dune centaine denfants de quartiers dfavoriss de la capitale hatienne. Elle comprend le prscolaire, les 1 er et 2 e cycles de lcole fondamentale, et se trouve au Bicentenaire (non loin du bord de mer de Port-auPrince). Dans lagenda de la visite dAlbert II, le 15 fvrier, se trouvaient des entretiens avec le prsident Michel Martelly, le Docteur Jean William Pape, responsable des centres Gheskio, et la reprsentante de lOrganisation internationale de la francophonie (Oif) en Hati, Chantal Moreno. Sommet de la Caricom Port-au-Prince p.1 Pour un march commun USA-UE p.1 Les Etats-Unis sont-ils en faillite ? p.5 PRESSE Martelly ou la stratgie de la provocation p.1 La presse dans le collimateur p.2 Comment le carnaval dcentralis tue le carnaval p.1 Pas assez de progrs, selon le reprsentant du Secrtaire gnral p.1 Hati libre ? p.1 K-Naval p.14 Chavez de retour au Venezuela p.7 Mort du Dr Daniel Mathurin dans un accident de la route en Rp. Dominicaine p.2 Le snateur Felix Bautista blanchi p.3 Lconomie verte p.13 Lengwistik istorik p.15

PAGE 4

Page 4 UNE ANALYSE march captif cent pour cent et qui vous fournit aussi une main duvre taillable et corvable ainsi que des capitaux dsesprment la recherche dune rentabilit impossible la maison. Et quoi encore ? une nouvelle classe daffaires avec des orientations nouvelles. Lgislation, mesures administratives, infrastructures, crdits Ensuite ct main duvre, on est bien 11 millions dmes, dont plus de la moiti dans le chmage. ( intersessionnelle de la Caricom. Hati est membre de la Caricom depuis 1997, dabord Ce sommet doit nous servir, comme aux autres, amliorer nos relations commerciales et conomiques, que conomiques. Mais surtout cupidit. Certainement lune et lautre parce que les moyens existent pour rquilibrer un tant soit peu cette situation. On y arrivera dans un instant. Dabord pouvons-nous obtenir un meilleur deal avec les voisins caribens ? Oyez le ministre hatien du commerce, le professeur Wilson Laleau (charg de vendre cette semaine si lon peut dire la marchandise, non la Caricom bien entendu, mais plutt au secteur priv hatien jusquici peu intress) : ces pays qui ont pour vocation principale le tourisme doivent tout importer. Alors que nous devrions tre les premiers y rpondre tant donn que notre vocation est par nature agricole. Mais cest mal compter avec notre, oui nhsitons pas devant le mot : stupidit. Comme toute activit conomique lagriculture suppose elle aussi une main duvre et des capitaux. Eh bien, nos voisins dominicains ont manuvr pour nous enlever lun comme lautre. La main duvre agricole. Toujours leurs annales commerciales qui relvent que 90% de la main duvre quils utilisent dans lagriculture et llevage est de provenance hatienne. avec des avantages comparatifs, disons, sans comparaison : un Bien dpass est aujourdhui le temps des petites diffrences de coutumes et de langue (des secteurs intellectuels hatiens luttent pour ladmission du crole comme seconde Mais le prsident dominicain la galement saisi qui voudrait nous englober davantage encore puisque cest ngocier pour toute lle. Elmentaire Comme dit notre proverbe : st ki bay, enbesil ki pa pran (traduisez : tant pis pour les crtins). Hati en Marche, 16 fvrier 2013 Eh oui, voici le nouveau prsident dominicain, Danilo Medina, qui propose dans lagenda de la visite quil rendra ce mois de fvrier au prsident hatien Michel Martelly que lon inclue des hommes daffaires dans la Commission mixte bilatrale devant procder une rvision des rapports entre nos deux pays. A ce quil semble, des hommes daffaires hatiens que le prsident Medina aura lui-mme choisis pour nous Le ministre Laleau (qui a rencontr le semaine dernire son homologue dominicain et qui dit lui avoir expliqu que lactuelle situation ne peut plus durer) ne considre cependant pas la situation perdue. A son avis, lEtat hatien doit commencer favoriser Le sommet de la Caricom lundi 18 fvrier au Karibe Convention Center (photo Hati en Marche) sur les perspectives socioconomiques de la rgion. LAmrique latine et les Carabes ont enregistr une croissance moyenne de 3,1 % en 2012, une bonne performance compare lUnion europenne (UE) ou aux Etats-Unis. Le pronostic de la Commisssion conomique pour lAmrique latine et les Carabes (Cepal) est de 3,8 % en 2013. Cependant, lconomiste bolivien Enrique Garcia Rodriguez, prsident de la CAF, estime quil faudrait une croissance de 6 % pendant vingt-cinq ans pour rattraper les pays industrialiss. Les principaux goulots dtranglement sont lducation, les infrastructures, mais aussi les institutions. Les conomies de la rgion restent trop dpendantes de lexportation de matires premires, y compris dans les pays qui ont une base industrielle. Enrique Garcia plaide pour lintgration rgionale, qui nest pas un luxe mais une ncessit Or, les institutions existantes, comme le Mercosur (lunion douanire sudamricaine) ou la Communaut andine des nations (CAN), traversent une mauvaise passe, comme le prouvent les tensions entre pays membres. Les changes lintrieur de lUE reprsentent 60 % du commerce europen, alors quils ne dpassent pas les 18 % au sein du Mercosur et 12 % la CAN. La CAF est une banque de dveloppement latinoamricaine. Avec un portefeuille de 26 milliards de dollars, concentr sur des projets dinfrastructure physique. Enrique Garcia a particip un colloque sur les relations entre lAmrique latine et lEurope, organis par Sciences Po et la CAF, Paris, le jeudi 14 fvrier. Le prsident dune des principales institutions Andina de Fomento (CAF), a srieusement tempr loptimisme cela avec des voisins et allis avec lesquels, ironiquement, nous nentretenons absolument aucun commerce. Nous avons mis tous nos ufs (quand, double ironie, ce nest mme pas nous qui ces ufs les produisons !) dans un mme panier. Nos voisins dominicains exportent pour pas moins de 2 milliards de dollars amricains lan de marchandises en Hati (statistiques manant des chambres de commerce de la rpublique voisine elle-mme) quand nous leur vendons pour pas plus de 100 millions. Tandis que le montant de nos changes avec nos allis de la Caricom est trop drisoire pour tre rapport. Plus que paradoxal, appelons-le par son nom : sotissimo Les facteurs ? Paresse de nos dcideurs. Aussi bien politiques Encore faut-il crer les moyens pour ce nouveau tournant. Que cela ne reste pas Aloral Car aujourdhui plus encore quavant nous ne pouvons nous condamner cet tat de dpendance nouvelle stratgie du front commun qui semble semparer de toute la plante. Voici en effet le prsident amricain Barak Obama qui dans son Discours sur lEtat de lUnion annonce que Washington est pratiquement en pourparlers avec lUnion europenne pour former une vaste zone intercontinentale de libre change. Les Etats de la Caricom semblent lavoir bien compris qui tiennent leur 24 e sommet en Hati. Plus grand est votre march, mieux a vaut. La population hatienne fait plus du double de celle de tous les pays de la communaut Carabe.

PAGE 5

Page 5 DE LACTUALITE ( Barak et Michele Obama conomique de la plante et capable dimposer partout sa loi. Souvenons-nous du mot de lancien viceprsident Dick Cheney : Vieille Europe En effet celle-ci a perdu beaucoup de plumes. Donc ne demande pas mieux. Pensez que ces deux entits, lune et lautre lchelle de tout un continent, se partagent dj la internationales, dnommes juste (ou injuste) titre les gendarmes conomiques de la plante Terre (avant les autres !) : le prsident de la Banque mondiale est toujours un Amricain et le patron du FMI (Fonds montaire international) un Europen. LOMC (Organisation mondiale du commerce) idem. Etc. Mais aujourdhui plus que tout, les grands mdias internationaux jouant le mme rle que les clergs catholique et protestant qui ont lgitim de leur bndiction la dcouverte du Nouveau Monde tout comme plus tard la conqute coloniale de lAfrique et de lAsie. Par consquent aujourdhui aussi bien chaque pays sparment, quelle quen soit la taille, que les deux fois. Dabord cest un message ceux-l quon a baptis pays mergents. Chine. Inde. Brsil etc. A savoir quon les considre dj trop puissants Cest aussi un message la Russie de Vladimir Poutine. Une sorte de retour la Guerre froide. Mais sans que Moscou puisse compter sur son ex-alli de ce temps-l, la Chine. Celle-ci fera tout en effet pour ne pas perdre le grand march amricain, le pour permettre la survie de la plus grande factory de la terre. Un tandem US UE sera automatiquement rejoint par le Canada, alli naturel, ainsi que le Japon, plac sous le parapluie nuclaire amricain. Tout comme lAustralie et la Nouvelle Zlande. Mais cest aussi un avertissement important pour les pays du Sud en gnral. Que ce soit lAmrique du Sud ou lAfrique. Une dernire estimation montre que mme la croissance sud-amricaine est relative car dpendant encore trop de lexportation de matires premires que de produits industrialiss (ptrole vnzulien, cuivre chilien etc). Or un tel mammouth USA-Europe renforc de leurs allis naturels et circonstanciels (on ne prte quaux riches mme si le mot commence peut-tre laisser dsirer) espre bien pouvoir compter aussi loi. Cest donc un vnement sans commune mesure qui sannonce. Un chamboulement plantaire. Tant au niveau des rles que des alliances. Et aussi bien entendu des tarifs. Car dfaut de possder toutes les matires premires et ressources naturelles de la plante, avoir un march aussi immense et sa disposition des moyens autres que ceux seulement de Toutefois cela peut tre un problme quand on a soi-mme conscience dtre affaibli. Habituellement les grands empires se fondent sur des vangiles ou des A lheure o les chefs dEtat et de gouvernement de la Caricom (communaut carabe) tiennent leur sommet Port-au-Prince, pas tonnant si certains dentre eux semblent avoir parfois lesprit ailleurs Hati en Marche, 17 Fvrier 2013 Quant la dette publique, dont les mdias anglosaxons nous rabattent les oreilles, les Etats-Unis sont, ici, en pleine dbcle. Quant la dette publique, dont les mdias anglosaxons nous rebattent les oreilles, les Etats-Unis sont, ici, en pleine dbcle. En faillite mme. Leur dette publique atteint, en effet, aujourdhui 16 000 milliards de dollars, soit 100 % du PIB. Les derniers calculs, effectus partir des chiffres 590 milliards en 2018, si toutes les conomies promises sont faites et si la croissance reste, ce qui est trs peu probable, ause promnera, chaque anne, entre 800 et 1 000 milliards de dollars. Seule la valeur que les autres pays lui accordent porte le dollar Autrement dit, dans la meilleure hypothse, la dette publique amricaine sera de 20 000 milliards de dollars en 2018 ; et, plus vraisemblablement, de 22 000 milliards. Une dette contrepartie. Et cest donc avec du papier sans valeur autre que celle que veulent bien leur accorder ceux qui ont besoin deux sant, leur administration. De plus, la balance des paiements an depuis plus de dix ans. La situation des Etats-Unis est donc bien pire que celle de lUnion europenne. Ils sont en faillite. Et le dollar ne tient que grce ceux qui veulent bien maintenir leurs rserves dans cette monnaie. Quun jour les Chinois, pris dune frnsie antijaponaise (donc antiamricaine), ou les pays du Golfe (basculant sous le contrle de fondamentalistes) dcident de placer leur argent dans une autre monnaie, ou de libeller autrement le ptrole, et la superpuissance seffondrera. Ou tentera de sortir de ses contradictions par la guerre. Cela nest dans lintrt de personne. Et nous, Europens, devons rendre aux Amricains le service quils nous ont rendu dernirement: Par 13/02/2013 ralit. Mais pour Jacques Attali, elles ne doivent pas occulter la situation conomique des pays anglo-saxons, et des EtatsUnis en particulier. Un jour, il faudra remercier les mdias et les hommes politiques anglo-saxons pour avoir, en ce dbut de la deuxime dcennie du XXIe sicle, tant parl de la crise de ainsi beaucoup aid les Europens en prendre conscience et faire ce quil fallait pour y rpondre. Et, de fait, depuis trois ans, lUnion europenne a profondment transform sa gouvernance: elle a mis en place des instruments (LTRO, OMT, MES) pour rpondre toute attaque contre leuro ; elle a cr des outils pour stabiliser son systme bancaire ; elle a entrepris un processus de convergence budgtaire et mme utiliser la capacit budgtaire de leurozone pour lancer de des chmeurs, doter leurozone dun Parlement. Tout cela viendra. Car les Europens commencent comprendre que laustrit nest pas la solution et que seule la croissance est une rponse dmocratique lendettement et au chmage. Les Amricains refusent de voir que, sur presque tous les points, leur situation est bien pire que celle des Europens. Pendant ce temps, le monde anglo-saxon ne voit pas que sa faillite approche grands pas: les Anglais, qui se budgtaire de plus de 8% du PIB et une dette publique hors de contrle. Les Amricains refusent de voir que, sur presque tous les points, leur situation est bien pire que celle des Europens: leurozone a une balance des paiements excdentaire, pas les Etats-Unis ; le chmage amricain (en prenant les bonnes statistiques) est trs suprieur celui de lUE ; les ingalits et la criminalit sont beaucoup plus fortes aux Etats-Unis quen Europe ; lesprance de vie augmente de ce ct-ci de lAtlantique, alors quelle diminue de lautre. leur annoncer leur faillite prochaine, pour quils en prennent lviter. Ils en ont les moyens. A condition de ne pas croire que cela viendra tout naturellement, parce que tout leur serait d. Cest toujours quand ils se sont crus immortels que les empires les plus puissants ont disparu.

PAGE 6

Page 6 LIBERTE DE LA PRESSE ( PRESSE et les distribue selon ses dsirs, selon ses fantaisies (mais pas si fantaisistes que cela parat), quen dites-vous Et toute la presse de sy prcipiter la tte la premire. De sy laisser prendre. Aussi bien les contemplateurs que les contempteurs. Non, vraiment pas bte du tout Pendant ce temps on oublie les vrais problmes, les questions qui doivent rellement nous interpeller. Le primum PRESSE : Mais le prsident Martelly laisse passer des airs absolument grivois, choquants, ouvertement machistes alors que son gouvernement proclame son engagement en faveur de la cause des femmes (44% des membres du gouvernement ; avant-projet de loi pour lutter contre la violence faite aux femmes), est-ce aussi Aloral ? Vu la totale libert accorde aux phallo ou incitateurs ces violences. Cest donc que ces derniers nont pas autant dimpact que les critiques auxquels le prsident se vante davoir Scandale, crie-t-on. Mais et si ctait une provocation calcule De quoi donner du grain moudre une presse manquant de sens de la perspective et fonctionnant trop vue de nez. Aussitt disparait des grands titres tout ce qui folle la gupe Y a qu ne pas tomber dans le gupier. Tout comme le communiqu du ministre de la justice menaant les prsums diffamateurs des rigueurs du code pnal, est probablement de la mme professionnel du droit invoque le dcret de 1986 rprimant les dlits de presse alors que la Constitution en vigueur date de 1987 (amende en 2011) et que la Constitution efface toute loi, tout dcret, arrt, dcret-loi et disposition de loi qui lui est contraire, la provocation est porte son comble. Du moins cest une interprtation. Il sagit certes de parer toute ventualit. Mais pas sans regarder aussi en arrire do peut venir un coup encore Car pas folle la gupe Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince vivere. Le chmage. Le banditisme nouveau en hausse. Et surtout les lections bloques galement dessein. Le carnaval, oui, mais cela dpend de qui lon fait danser Ou pour rpter Gabin : le jour o lon fera danser les cons, toi tu ne seras pas lorchestre Provocations, disons-nous, et comment Le prsident qui dclare sur les ondes dune radio complice que cest lui personnellement qui a ray Brothers Possee ou Don Kato de la liste des groupes La mringue de Kato est la plus populaire du carnaval 2013. Sur toutes les antennes, Aloral. Crations demplois, Aloral. Open for business, Aloral. Elections dmocratiques, Aloral. Traduisez, des mots que tout cela Mais des mots gentils, innocents ct de ce quun certain Sweet Micky avait pour habitude de nous jeter la tte et qui a fait sa clbrit jusqu le conduire au palais national. ( ( La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haiti (MINUSTAH) recherche des qui sera lance sur une courte priode Logbase MINUSTAH, Port-au-Prince, Haiti. LOffre est un Contract de Services de Restauration pour plus de 200 personnes de la MINUSTAH LogBase., Port-au-Prince, Haiti. Le Service de Restauration rpondra aux besoins nutritionnels des Nations Unies (ONU) nonobstant le personnel, la Scurit alimentaire et la gestion de la Qualit de lensemble de lopration devrait rpondre de Bonnes Pratiques Agricoles (BPA) et de Bonnes Pratiques dHygine (BPH) comme pr-requis de la mthode HACCP (Codex acceptable salubrit des Aliments/qualit des practiques). LEntrepreneur est tenu de prparer un plan de menu dtaill pour servir des repas quotidiens varis et frais, sans se limiter des boissons chaudes et froides, des boissons non alcoolises, sandwitches, gteaux, puddings, soupes, salades et desserts sans repas rptitifs pendant une priode diversit ethnique de la mission, la plupart du temps Halal et Occidentale. Lentrepreneur doit disposer des capacits institutionnelles et trois (3) ans dexprience services sont pries de soumettre leur dclaration dintret (DI) au plus tard ce 5 Marsr 2013 10:00 a.m. (heure dHaiti) par tlcopieur ou par courrier lectronique ladresse indique ci-dessus. La dclaration dintrt doit contenir les informations suivantes Nom de la Compagnie Adresse Postale et Physique Tlphone et numro de fax Courriel Nom et titre de la personne contractuelle Brve explication du contexte et de lexprience de lentreprise, y compris des rfrences de clients. Lentrepreneur retenu signera une premire (1) anne de contrat avec une extension possible de deux annes supplmentaires (2) ans (1 +1 +1) en fonction des besoins oprationnels, contrat sera attribu lentrepreneur qui peut dmontrer, par une proposition crite, avoir un niveau Aucun engagement futur nest donn sur la taille et la rpartition de la prsence de la des exigences de service, que ce soit en totalit ou en partie, en fonction de la mission et des besoins oprationnels pendant toute la dure du contrat. La MINUSTAH a lintention de suivre le processus dappel doffres formel. Sil vous plat noter que cet avis ne constitue pas une sollicitation. Il convient galement de noter que la MINUSTAH moment dans lEOI et / ou processus de sollicitation. Les premiers lments dinformation laissent croire que les journalistes de la Rtvc ont t contraints dteindre leur camera et, du coup, vider les lieux sur demande dun conseiller du prsident Michel Joseph Martelly, propritaire dun mdia et membre de lAssociation nationale des mdias hatiens (Anmh) selon le mme document transmis AlterPresse. Il y a dlit de Presse lorsquun texte imprim, ou une mission de radio ou de tlvision, porte atteinte aux bonnes murs et lordre indique, en tout cas, larticle 18 du dcret-loi de 1986 qui semble ouvrir une porte certaines drives se basant sur le secret dtat et la discrtion pure et simple des autorits. Comme le relve lAjh des nuages semblent poindre lhorizon Mais, nous ne devons absolument pas revenir une civilisation de bouche cousue, de mutisme, de silence. En Hati, pour aujourdhui et demain, il faut que les bouches et les antennes restent ouvertes signale le journaliste et diteur de lagence en ligne AlterPresse, Gotson Pierre, loccasion de la journe mondiale de la radio, le mercredi 13 fvrier 2013. Aussi, faut-il non seulement viter de tourner le bouton mais aussi garder les yeux sur lcran ou sur la page, et ne pas jeter la souris. loccasion de la couverture des activits carnavalesques. Par ailleurs, lANMH condamne les agressions tant verbales que physiques exerces par des policiers de lUnit de scurit gnrale du Palais National (USGPN) lencontre de deux journalistes, Watson Phanor et Edzer Csar de Radio RFM, dans lexercice de leur profession au CapHatien o ils assuraient la couverture des festivits pour le compte de ladite station, galement membre de lAssociation Nationale des Mdias Haitiens. Vivement proccupe face ces multiples atteintes la libert de la presse et tentatives de mettre au pas les mdias, lANMH en appelle la vigilance patriotique des diffrents secteurs de la vie nationale et souligne lattention du gouvernement Martelly-Lamothe que le peuple hatien reste profondment attach aux valeurs dmocratiques et aux conqutes de lEtat de droit depuis le rejet, en 1986, de la dictature et du rgne de la pense unique. Liliane Pierre-Paul Journaliste Prsidente de lANMH

PAGE 7

Page 7 CHAVEZ DE RETOUR ( Le prsident vnzulien Hugo Chavez a annonc lundi sur Twitter quil tait rentr Caracas, prenant par surprise ses concitoyens aprs plus de deux mois dhospitalisation Cuba au cours desquels son silence a t accompagn de nombreuses rumeurs sur son tat de sant. Son gendre, le ministre des Sciences et technologies Jorge Arreaza, a immdiatement prcis sur le site de microblogs que le prsident, opr dun cancer le 11 dcembre Aprs plus de deux mois dabsence et de silence total, le prsident tait rapparu pour la premire fois vendredi sur des photos diffuses par le gouvernement le montrant souriant sur son lit dhpital de La Havane en compagnie de deux de Le ministre de la Communication Ernesto Villegas avait alors indiqu qu la suite de la grave infection pulmonaire dont il avait t victime aprs son opration, Hugo Chavez tait conscient et en pleine possession de ses moyens intellectuels. Jorge Arreaza avait cette occasion reconnu que la convalescence est lente et que Hugo Chavez doit subir un traitement trs dur qui peut provoquer des effets indsirables. Il reste encore un bon moment avant la gurison, avait-il prvenu. Les dernires images du prsident dataient de son Hugo Chavez aprs deux mois dabsence La Havane, avait t intern lhpital militaire Dr. Carlos Arvelo dans la capitale vnzulienne. Nous sommes rentrs dans la Patrie vnzulienne. Merci mon Dieu Merci mon peuple aim Nous allons continuer le traitement ici !, a crit Hugo Chavez sur son compte Twitter, suivi par prs de 4 millions dabonns. Merci Fidel, Raul (Castro) et tout Cuba!! Merci au Venezuela pour tant damour!!, a encore crit Hugo Chavez, g de 58 ans et au pouvoir depuis 1999. Je continue men remettre au premiers diffuss sur son compte depuis le 1er novembre. Dans une dclaration la tlvision nationale VTV, le vice-prsident Nicolas Maduro, a prcis que le chef de lEtat tait accompagn de toute lquip mdicale qui lavait suivi Cuba. Aucun de ces responsables na donn de prcisions sur ltat de sant du prsident, mais M. Maduro a indiqu que le gouvernement informerait les Vnzuliens dpart vers Cuba le 10 dcembre, lorsquau moment de prendre lavion il avait lanc ses compatriotes: Jusqu la vie, pour toujours !. Lundi, il a ponctu son deuxime tweet du mme message. Hugo Chavez avait t opr le 11 dcembre La Havane pour la quatrime fois depuis le diagnostic, en juin 2011 dun cancer dans la zone pelvienne dont la nature et lemplacement prcis nont jamais t dvoils. Depuis, il tait rest au secret et aucun des chefs dEtat ayant fait le dplacement Cuba navait pu le rencontrer, ce qui a nourri de nombreuses conjectures au Venezuela et ltranger sur son rel tat de sant. En labsence de bulletin mdical au compte-gouttes depuis deux mois de brefs communiqus sur lvolution de son tat. La semaine dernire, la principale figure de lopposition vnzulienne, le gouverneur Henrique Capriles, avait de nouveau accus le pouvoir de mentir sur la sant du prsident. Hugo Chavez a t rlu pour un mandat de six ans le 7 octobre, mais na pas la victoire populaire du 7 fvrier 1986, jai pens la grande mobilisation qui avait conduit cette date historique dans notre pays. Jai aussi pens tous ceux et toutes celles qui en avaient t tmoins, protagonistes ou militants de base. De ceux-ci, beaucoup ont pri. Mais pour les survivants, je me suis dit que nous tions sans doute nombreux avoir remarqu la diffrence entre lengagement dalors et ce qui ressemble aujourdhui une banalisation du sens de la responsabilit citoyenne ou de lesprit de lpoque. Il est impratif que nous fassions encore lHistoire au prsent, sans renier le pass ni trop nous y attarder au dtriment des urgences du moment. Nous avons toutes les dIndpendance, cause de leur vaillance et de lhritage de Libert quils nous ont laiss ainsi qu dautres peuples. Ces premiers Hatiens frmiraient pourtant de colre en constatant ce quest aujourdhui Hati. Ils nous diraient quils nont rien de commun avec ce quest devenu le patrimoine quils nous ont lgu. Puissent-ils nous inspirer et nous guider, mais que lHistoire quils ont faite ne reste pas pour nous le seul point 1804 est refaire, et cest nous de reprendre le le torse comme Premire Rpublique Noire, car maintenant nous occupons presque la dernire place parmi les nations du monde. Nous, Hatiens daujourdhui, sommes la plus rcente des nombreuses gnrations qui ont succd celle des valeureux anctres. Quavons-nous fait de tout ce temps ? Nous ressassons lenvi les gloires de nos aeux, mais la grandeur du pass contraste avec lindignit du prsent. Comme on le dit depuis des sicles, on ne se baigne pas deux fois dans la mme rivire, car leau coule et se renouvelle. 1804 est refaire, mais dans dautres circonstances quil nous appartient maintenant dassumer. Prenons pleinement conscience de notre unicit ; nous navons rien perdre que notre asservissement, notre le comportement de notre classe dirigeante laisse beaucoup dsirer, nous gagnerions aussi rviser certaines de nos attitudes et de nos conceptions, qui, mme dans un contexte politique meilleur, pourraient encore miner nos chances de russite et notre avancement en tant que peuple. Au niveau citoyen, nous pouvons envisager certains changements de nature nous rendre plus responsables, plus conscients de nous-mmes, plus srs de nos potentialits et plus matres de notre avenir. Assumons sans complexe nos deux langues tout en largissant notre horizon linguistique. La langue dun peuple passe travers son histoire et fait partie de son identit. Rien ne dit que nous devons tre plus isols par notre crole que les Japonais ne lont jamais t par leur langue, quils sont peu prs les seuls parler. Quant au franais, nous ne devons pas plus en avoir honte que les Brsiliens et les Amricains, qui ont conserv chez eux lancienne langue coloniale. Fich au coeur de lAmrique latine, entour dune dizaine de le portugais, sest rcemment hiss au rang de puissance mondiale. Rappelons, sil en est besoin, que le franais est la langue de notre Acte dIndpendance, celle dans laquelle a t profre la fameuse prophtie de Toussaint Louverture au moment de sa dportation, et que le crole tait la langue prfre de Dessalines. Avec les outils de communication modernes, les langues peuvent tre considres comme un facteur de diversit et denrichissement culturels beaucoup plus que disolement. Assumons galement notre pluralisme religieux, la responsabilit de notre survie et celle de rsoudre nos propres problmes. Utilisons nos richesses humaines, nos capacits dautres, qui viennent sy reposer ou se divertir aprs avoir travaill chez eux au progrs de leurs pays respectifs. Par la priorit accorde de nos jours la construction dhtels de luxe et lamnagement des plages alors quun grand nombre de citoyens vivent encore sous les tentes, on a de plus en plus limpression que notre pays se transforme en Rpublique Touristique dHati. Assumons firement notre culture et notre appartenance la race noire, comme lont dclar nos Constitutions. Au dpart des Blancs, les nouvelles oligarchies ont embrass un mode de vie calqu sur les valeurs et les se faire passer pour des gens duqus Jusqu une poque relativement rcente, il ntait pas rare quun de nos compatriotes pense recevoir un compliment en sentendant dire par une personne de race blanche quil ne ressemblait pas degr de mtissage, nous sommes presque tous descendants dau moins une anctre africaine, mais, pour mieux faire semblant, que dHatiens prfrent revendiquer laeul au teint clair, de prfrence europen. Il est vrai que, pour la plupart, nous navons plus le choix, laeule noire ayant t systmatiquement relgue aux oubliettes par les gnrations prcdentes. Cependant, si jamais ils sinstallent en terre trangre, nombreux sont ceux qui jouent fond le jeu, et font semblant de navoir que des liens distants avec les Hatiens. Sils rentrent au pays, souvent commandits par ltranger, cest encore au motif fallacieux que leurs diplmes amricains ou europens les rendent forcment les plus aptes grer les problmes hatiens. Rappelons que le diplme lui seul ne fait pas lexpert, car ce dernier a surtout besoin de lexprience tire de la pratique et de la connaissance du terrain. Arrtons les uns de souhaiter, les autres de redouter la reconduction dune arme comme autrefois. Nous avons dabord eu larme indigne, valeureuse en son temps, mais dont les gnraux ont gard les paulettes et larbitraire de larme franaise. Cette arme indigne fut plus tard remplace par une autre, organise et entrane selon le modle tats-unien. Aujourdhui, notre pays est occup par une arme onusienne ayant pris la succession des forces amricaines dbarques sur notre territoire sous prtexte de rtablir une prtendue dmocratie. chec sur tous les fronts. La nouvelle police, cre pour remplacer larme hatienne, est souvent dpasse et mme, selon certains, en proie une corruption sans prcdent. Sil nous faut de nouveau une arme nationale, quelle soit mieux adapte nos capacits et nos besoins ; quelle soit une arme proche du peuple, constitue par le peuple et engage dans lassistance aux tches de dveloppement national, en plus de sa mission de dfense territoriale. vitons linsouciance et le ramollissement de notre jeunesse par le got indiffrenci du plaisir (anything goes, just to have fun), la lgret des moeurs et le culte de la consommation. Cessons daccepter ce dni de notre dignit enfant capable de se contenter avec le sourire de son sort sous-humain, en ne demandant qu plaire et danser. Quand une classe dirigeante sapplique multiplier les occasions de rjouissance populaire sans donner du travail au peuple, cest apprendre celui-ci samuser sans avoir pris en charge les moyens essentiels de sa survie. Cest faire primer le principe de plaisir sur le principe de ralit. Cest encourager le peuple se complaire dans une situation denfant et dpendre dautres pays pour la satisfaction de ses besoins. Cest cultiver une mentalit de peuple assist, et mettre la corde au cou de la souverainet nationale. Comme au cours des annes quatre-vingt, les rassemblements populaires pourraient servir doccasions de sensibiliser le public et de mobiliser les foules sur des thmes constructifs dintrt national, et mme le carnaval pourrait sy prter plutt que dinviter aux dhanchements et aux dfoulements gratuits. Apprenons produire davantage pour importer moins, et faisons du patriotisme conomique un des piliers de lessor national, en accordant la priorit aux produits hatiens, avec la patience quil faudra pour atteindre lexcellence et devises. Les riches devront renoncer aux stratagmes qui dtriment de la caisse publique. Cest lheure de la reconstruction, cest lheure du renouveau : 1804 est refaire. Hati doit renatre dans tout son dynamisme et toute son exemplarit. La dmocratie ne nous a pas t enleve, car nous ne lavons vraiment jamais eue. Nous pouvons pourtant lacqurir par cette prise de conscience et ce sursaut dnergie capables de nous rendre la personnalit de Teddy Thomas Le 15 fvrier 2013 teddythomas@msn.com sur ce thme dans les prochains jours. Contrairement lhabitude, le canal VTV na pas diffus dimages du retour du prsident dans son pays. Selon le prsident de lAssemble nationale, Diosdado Cabello, lavion transportant Hugo Chavez a atterri laroport de Maiquetia, Caracas, vers 2H00 lundi matin (7H00 GMT). laide dun tube trachal, qui le gne temporairement pour sexprimer. Lquipe mdicale administre un solide traitement pour la maladie de base, qui nest pas exempte de complications, avait ajout le ministre en prcisant simplement que le prsident t en mesure de prter serment devant lAssemble nationale le 10 janvier, comme le prvoyait la Constitution. Avant son dpart vers Cuba, il avait dlgu une partie de ses pouvoirs Nicolas Maduro, quil a galement dsign comme son hritier politique en cas de dfection.

PAGE 8

Page 8 CARNAVAL VRAI OU FAUX ? Un couple damoureux en papier mch au dernier carnaval de Jacmel (photo Hati en Marche) ( Le carnaval dit dcentralis, sa deuxime dition, semble avoir dj vcu. Mme quand le public se dchaine, mme quand cest, comme on dit, succs plus foule, il nempche ce nest pas a le carnaval. Et avant peu de temps il nen restera rien qui ressemble de prs ni de loin un carnaval. Sauf prendre le mot dans son sens le plus pjoratif. Une affaire sans aucun sens. Un lby. par le pote Emile Roumer et la musique dOthello Bayard ; les ttes Lescot, rappelant le mouvement dabord socio-culturel qui renversa en 1946 le prsident Elie Lescot. Lhumour la O est tout cela ? Le carnaval dcentralis est peut-tre un vnement important, quil atteigne mme son but dattirer des touristes quil nest pas pour autant un carnaval. Pourquoi appeler carnaval ce qui ne lest pas ? Pire, qui dtruit le carnaval. Car en ngligeant, ou mprisant, tout le reste pour lui consacrer la presque totalit des ressources, on tue le vrai carnaval. Les masques de Jacmel prpars de longue main ; du carnaval de Port-au-Prince depuis longtemps dj en voie de Car partout le carnaval cest un hritage culturel accumul au cours des sicles. A Venise on ne saurait remplacer le masque de Casanova par celui de Superman. Ni la Nouvelle Orlans la trompette de Louis du Vieux quartier par la musique Nu Jazz de Berlin. A Rio, la danse samba est apprise trs tt aux petits enfants. A Jacmel ce sont les monstres en papier mch remontant aux temps les plus anciens. Tandis que le carnaval de Port-auPrince est un talage croustillant de nos travers politiques et sociaux : les chaloska arms dun nerf de buf ou rigouaze mettant tous en fuite (du Gnral Charles Oscar qui a fusill tous les prisonniers politiques dordre du prsident Vilbrun Guillaume Sam prcipitant loccupation amricaine du pays en 1915) ; Choucoune, notre brunette replte chante disparition mais ressuscit de temps autre (dernier en date le carnaval de 2005 avec des organisateurs avertis), sur tout cela il faut faire une croix. dcid en haut lieu, sans aucune relation avec limagination populaire, ni avec la culture nationale, mais quil est toujours possible de russir, soit. Sauf que, appelez-le comme vous voulez, mais ce nest pas le carnaval. Pourquoi pas : fte de la musique, festival Compas, tout ce quon veut ? Selon la ville qui labrite : les Jrmiades ou les Gonaviades comme autrefois les Olympiades etc. Mieux, pourquoi ne pas faire venir un Rosmaning (des romanichels) pour faire le tour du pays et amuser grands et petits. Ces derniers en garderont au moins le souvenir toute leur vie. Evidemment toutes ces considrations ne changeront rien. Il faut plus que a pour arrter la chute libre. Serait-ce culturellement parlant. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince LIBERTE EGALITE FRATERNITE REPUBLIQUE DHAITI Le Tribunal de Paix de la Commune de Carrefour comptemment runi au local ordinaire de ses audiences a rendu en audience civile et en ses attributions civiles des actions possessions le jugement suivant : Entre, le sieur Jean Ricot Naboya et les nomms francky Blonfort, Marie Lola, Hilaire Milord, Emilio ainsi connu et consorts dont le dispositif du dit jugement est ainsi libll : PAR CES MOTIFS, le Tribunal aprs en avoir dlibr conformment et au vu de la loi, statuant publiquement et par dfaut au nom de la Rpublique et charge dappel. Accueille laction du requrant pour tre juste et fonde. Maintient le dfaut requis et octroy laudience du Jeudi huit (08) Novembre deux mille douze contre les nomms Francky Blonfort, Marie Lola, Hilaire Milord et Emilio ainsi connu pour faute de comparaitre, conformment larticle 49 du Code de Procdure Civile Luc D. Hector. Ordonne lexpulsion des cits Francky Blonford, Marie Lola, Hilaire Milord et Emilio ainsi connu de la proprit du requrant sise Carrefour Cote-Plage 28, Rue Richard, conformment l article 84-4 du dcret du 22 Aot 1995 sur lorganisation judiciaire. Condamne les cits sus-mentionns dix mille gourdes de dommages intrts conformment aux articles 1168, 1169 du Code Civil. Condamne aussi les du prsent jugement vu quil est par dfaut avec commandement. Ainsi jug et prononc par nous, Wilfrid Marcnat juge en audience civile, publique, ordinaire du jeudi huit (08) Novembre deux mille douze (2012) au Tribunal de Paix de la Commune de Carrefour, Pour Expdition Conforme Collationne ATTENTION Pour tous ceux et celles qui aiment couter Mlodie. Nous avons une nouvelle adresse vous permettant de capter Mlodie partir de votre ordinateur

PAGE 9

Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 MIAMI DADE Penelope Townsley Sipviz Eleksyon, Konte Miami-DadeKontinye nan lt paj laAVI LEGALDapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize vot yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enfmasyon nou resevwa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap mande nou kontakte Sipviz Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab resevwa enfmasyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou w kouman pou nou rezoud pwoblm la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a lt sa-a, sa gen dwa mennen Sipviz Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistm enskripsyon vot Eta-a. Si w genyen ankenn kestyon sou koze sa-a, tanpri kontakte Sipviz Eleksyon yo nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363. Yap avize: Dnye adrs nan rejis: Yap avize: Dnye adrs nan rejis:Abner, Booker 3480 NW 212Th St Campagna, Rudolph A 6250 SW 31St St Abule, Jamih O 11629 SW 224Th St Campbell, Gregory L 2745 NW 208Th Ter Acao, Stevie L 13761 SW 270Th St Apt #-C Campos, Jose T 415 SW 6Th St APT 7 Adams SR, Marquis J 966 W Davis Pkwy APT 45 Cannady, Cornelius 555 NW 94Th St Adderly JR, Nathaniel 334 NW 37Th Ave Cannon JR, Phillip 1575 NE 154Th St Agosto, Carlos 251 NW 30Th St Castellano, Mariana E 935 SW 30Th AVE #65 Aguilar, Rey M 26711 SW 145Th Avenue Rd Castillo, Jorge I 15091 SW 71St St Ahmad, Omar S 1405 N Krome Ave APT #118 Centeno, Luis A 458 E 40Th St APT 3303 Albertie, Cherise L 2 NE 59Th Ter Chandler, Todd F 791 NW 46Th St Aldarondo, Edimson 2110 NW 35Th St Charbonneau, Robert G 11855 Quail Roost Dr #129 Alejandro, Abraham G 105 SE 12Th Ave APT 121 Christie, Ruth E 1371 NW 173Rd Ter Allen, Langdon R 7801 NW 37Th St Cisnero, Jesus 333 84Th St APT #5 Allen, Tammy D 5650 N Miami Ave 2 Clark, Darryl 2407 NW 135Th St 312 Alonso, Angela 104 SW 20Th Ave #22 Clark, Kenneth R 2065 NW 95Th St Alvarez, Ada M 91 NW 122Nd Ct Clements, Lavard 17140 NW 24Th Ct Alvarez, Ernestina H 2131 SW 4Th St Cleveland, Latrice M 15121 SW 105Th Ct Anderson III, James 395 NW 177Th St APT 218/219 Coakley, Ruthie M 26823 SW 128Th Ave Anderson, Joann A 10995 SW 217Th Ter Cochran JR, James 690 NW 60Th St APT 414 Andrews, Henry 745 NW 7Th Ct Cody, Calvin L 2960 NW 157Th St Arce JR, Victor 1330 Sesame St Coleman, Lessie E 13900 NE 3Rd Ct #105 Arencibia JR, Luis A 2700-D NW 87Th Ave Colio III, Michael 3724 NE 10Th Ct Arias, Kelvin S 1648 NW 114Th St Collins, Oneil 140 NW 59Th St Armstrong, Dudley J 1555 NW 7Th Ave 1108 Colston, Earl 5411 NW 193Rd Ln Avant, Evelyn C 21910 SW 108Th Ct Comas, Rafael E 3036 NW 23Rd Ave Badertscher, Jan E 8567 Coral Way APT 366 Connor, Errelen D 1537 NW 43Rd St Baker, Audrey D 6220 NW 14Th Ave Connor, Ralston S 920 NW 131St St Baker, Jerry 10821 W Old Cutler Rd Constanzo-Hornstein, Magda S 1 Alhambra Cir #604 Baker, Julia 34850 SW 187Th Ave Cooper, Margaret 1321 NW 81St Ter Barnes, Alycia E 12840 Green Ave Cordovi, Carlos A 1159 NW 48Th St Barron, Yancey 3015 NW 205Th St Corporan, Luis A 2152 NW 44Th ST Bauer, Gerald P 7801 NW 37Th St #N-2694 Cottle, Edwin L 55 NW 209Th St Baughman JR, Joseph H 8520 Dundee TER Cox, Cassie D 22021 SW 115Th Ct Beauchamp, Benny 726 NW 1St Ave Cremades, Anthony A 5700 NW 113Th Ter Beckwith, Roy 1526 NW 70Th St Cruz, Felix O 20765 NW 9Th Ct APT 203 Behm, Lois M 20301 W Country Club Dr #2526 Cubero, Francisco M 2452 SW 138Th CT Bell, Vincent L 208 SE 29Th AVE UNIT 9 Cummings, Lynn K 7801 NW 37Th St UNIT CRC732 Bell, Vincent T 481 NE 2Nd Ter Curry, Brent C 16400 NW 18Th PL Benton, Lemon C 17322 SW 99Th Ct Dalmau, Antonio D 15774 SW 82Nd St Bibby, Jerry 5551 NW 32Nd Ave APT B Daniel, Saintana 11110 NE 14Th Ave APT 4 Bivins, Tyrone V 6414 NW 2Nd Pl Darden, Maurice 776 NW 77Th St Bjorn, Krisjon K 8500 Harding Ave #A105 Davis, Demetrio T 2267 NW 65Th St Black, J C 3055 NW 81St Ter Davis, Donearl 1457 NW 58Th St Blake, Jovonte I 20427 NW 29Th Pl Davis, Gloria H 1302 NW 1St PL #1 Boggess, Charlie G 17270 SW 299Th St Davis, Joyce 76 NE 170Th St Boggess, Charlie G 17270 SW 299Th St Davis, Kamerone 2141 NE 37Th Ter Bonano, Julio 8401 SW 107Th Ave APT E-360 Davis, Lashon 1121 NW 40Th St APT A Bosch-Fernandez, Rosa 1538 NW 15Th Ave Davis, Melvin 3164 NW 53Rd St Bowleg, Lameko 3841 NW 196Th St Del Barrio, Alma JF 150 Alton Rd #202 Bracho, Roberto C 7326 NW 113Th Pl Del Pino, Lazaro J 9423 Fontainebleau BLVD #207 Brailsford, Levon 1928 NW 51St ST Delgado, Jeffery M 1885 SW 4Th St APT 3 Brandwayn, Regina 9801 Collins Ave #20I Delgado, Juan 5740 SW 96Th St Brosch, Clayton 11355 SW 84Th St #322 Derisma, Susan D 18048 NW 40Th Pl Brown, Andres S 2951 NW 49Th St Desir, Nic V 16912 NE 4Th Ct Brown, Barton Y 2655 S Bayshore Dr #504 Dezmal, Jacquline R 3413 NW 193Rd St Brown, Cedrick L 10400 SW 170Th Ter Diaz, Henry 6667 SW 56Th St 804 Brown, Shavar L 13144 Port Said Rd APT 2144 Diaz, Jeffrey A 9300 Fontainebleau Blvd APT 312 Brown, Sydney 1140 NW 1St Pl 6 Diaz, Jessica 7242 W 29Th Ln Bruson JR, Adony O 350 NE 82Nd St APT 4 Diggs, D'Andre 10475 SW 182Nd St Bryant, Shenika M 5538 NW 5Th Ave Dodson, Laurie 10740 SW 153Rd St Burns, Joseph 1214 NW 65Th Ter Dominguez, Dora E 1390 NW 24Th Ave APT 412 Bustamante, Francisco J 11545 SW 149Th CT Dorta, Luis 1218 SW 11Th Ave Butler, Tammie 1878 NW 41St St Dosson, Ronald 1895 Venice Park DR APT C12 Butler, Zelina L 1887 NW 44Th St Doyle, William T 15700 NW 17Th Ct Cain, Andtron D 29804 SW 168Th Ct Drummond, Ernie 240 NW 193Rd St APT 12 Camacho, Janet 18614 NW 45Th Ave Dtrinidad, Roger 13791 SW 66Th St APT E170

PAGE 11

Page 11 ELECTIONS Kontinyasyon paj presedan an Kontinye nan lt paj laPenelope Townsley Sipviz Eleksyon, Konte Miami-Dade Yap avize: Dnye adrs nan rejis: Yap avize: Dnye adrs nan rejis:Dulfo, Michael J 571 SE 2Nd St Howard, Darrell S 17576 SW 106Th Ave Eason, Tavelyn P 1060 NW 53Rd St Howard, Melvin M 3820 Oak Ave Egozi, Raquel 8565 NW 165Th St Hoyer, Shana J 638 E 29th St Elam, Walter 2915 NW 169th Ter Hunt, Eliese 136 NW 62Nd St Elvine, Shirley A 5302 NW 1St Ave Hunt, Gary 1742 NW 51St Ter Enamorado Brito, Conrado L 8181 NW South River Dr #E549 Ifrah, Aviv B 231 174Th ST APT 1215 Evans, Matchies N 4441 NW 178Th St Ingram JR, Council 16920 NW 40Th Ave Everett, Melzina L 2407 NW 21St Ave Ivery, D J 9820 NW 25Th Ave Ezell, Michael A 20647 NE 7Th CT Jackson JR, Sam 2927 SE 15Th Ter Falero, Milton 7801 NW 37Th St Jackson, Gloria M 12450 NW 17Th Ave Faya, Julia 5617 NW 7Th ST #801A Jackson, James L 988 NW 12th St Fernandez, Elba M 6655 NW 38Th Ter Jackson, Leon 2132 NW 68Th Ter Figueroa, Alberto 755 Jefferson Ave #4 Jackson, Schkena L 2155 NW 98Th St Finney, Corey J 16810 NW 25Th Ct Jackson, Sherry 4802 NW 195Th Ter Fleischman, Sara 3901 Indian Creek Dr #206 Jacob, George 11 Sidonia AVE APT 2 Fleming SR, Ahmad 20900 NW 29Th Ct Jason, Lucy S 250 174Th St #2015 Floyd, Vernon T 5184 NW 15Th Ave Jean JR, Joseph 520 NE 82Nd Ter APT 4 Fowler, Joel L 19000 NW 8Th Ave Jean, Richmond 18801 NE 3Rd Ct APT 729 Frasier, Anna M 1215 NW 103Rd Ln UNIT 300 Jefferson, Brandon A 2821 NW 151St Ter Gabrielsen, Roslyn 2801 NE 183Rd St #907 Jenkins, Thomas W 10539-` SW 216Th St APT #-F Gamero, Leonel E 7220 NW 114Th Ave APT 310 Johnson, Dan 20101 SW 110Th Ct APT 111 Gammon, Larry D 715 SW 3Rd Ter Johnson, Edward J 657 Ahmad St Gamon, Sergio 12935 SW 10Th St Johnson, Kevado K 10540 SW 170Th Ter Garcia JR, Carlos E 9810 SW 50Th St Johnson, Rita B 3150 Mundy St #413 Garcia, Miguel A 14814 SW 125Th PL Johnson, Roderick A 743 NW 63Rd St Garcia, Steven 11780 SW 18Th St APT 120 Jones, Jeremiah A 777 NW 155Th Ln Apt 622 Garcon, Harry 2440 NW 44Th St Jones, Patrice 1473 NE 148Th St Garib, Richard G 16600 SW 104Th Ave Jones, Rashad L 17600 NW 5Th Ave APT 406 George, Melvin 2040 NW 154Th St Jones, Terrance 2455 NW 55Th Ter Gilbert, Gregory B 1520 NW 61St St 12 Joseph, Stanley 417 NE 140Th St Gilmore, Doretha 728 NW 48Th St Kaltenekker, Frank J 1075 92Nd St #404 Goldberg, Jamie F 229 Ocean Blvd Kelly JR, Ronald D 11312 SW 164Th Ter Gonzalez, Alain 574 SW 2Nd ST Kemp JR, Joseph B 1305 NW 71St Ter Grace JR, David L 1870 NW 70Th St Kiley, Roger J 14816 SW 104Th St UNIT 85 Grant, Larry J 11050 SW 197Th St APT 116 King, Gloria J 17823 SW 106Th Ave Grasso, Hortensia M 7600 SW 8Th St #A222 Kirkland, Michael T 19211 NW 39Th Ct Green, Rebecca R 11355 SW 84Th ST RM 539 Kleiner, Randall J 237 NE 80Th Ter 15 Grham, Frank 4745 NW 16Th Ave Koren, Morris 10185 Collins Ave APT 1111 Grifn, Eddie J 19666 SW 130Th Avenue Rd Koven, Benjamin 9350 W Bay Harbor Dr #7B Grifth, Albert W 7801 NW 37Th ST APT 2159 Kuttler, Charlotte 16750 NE 10Th Ave #314 Grifth, Yilda 7801 NW 37Th ST APT 2159 Ladler, Tavares 12045 SW 220Th St Grimes, Teresa 4470 NW 203Rd Ter Landin, Moraima D 1700 NW 15Th Ave APT 10 Guelmes, Esperanza 411 NE 12Th Ave #214 Lark, Travaris J 1940 NW 32Nd St APT 2 Guillen, Arnaldo A 10000 SW 37Th St Lawton, Dwayne 17345 NW 12Th Ct Guzman SR, Jose L 17920 NW 82Nd Ct Leal, Teresita DJ 1161 SW 104Th CT Hall, Barbara 190 NE 191St St Lee, Alphonso 20281 SW 122Nd Ct E Hampton, Shantavia 19642 NE 18th AVE Lee, Maurice A 3552 NW 194Th Ter Hampton, Willie 222 NW 22Nd St 104 Leonard, Patrick E 2400 NW 159Th St Hankerson, Joel 535 SW 8Th Ave Letelier, Santiago A 4850 NW 190Th St Harris JR, Robert L 15293 SW 111Th St Levy, Woodrow J 1907 NW 2Nd Ct #34 Hart, Melvin 417 NE 140Th St Lewis, April M 2335 NW 84Th St Hassan, Enjolras 441 To To Lo Chee Dr Linares, Giancarlo 16490 SW 146Th Ct Henley, Jeremy 12390 SW 217Th St Lindemann, Henry R 1455 Ocean DR APT 406 Hepburn, Alexander 215 NW 79Th St APT 207 London, Mary B 17086 NW 55Th Ave Hepburn, Kyle A 15960 Bunche Park School Dr LopezZuniga, Martha R 750 NW 13Th Ave APT #1104 Hernandez, Alex 2125 Bay Dr APT C Lopez, Juan L 19611 Holiday Rd Hernandez, Charles 2375 NE 173Rd St APT B-217 Lorenzin, Michael 1640 Palm Ave Hernandez, Dalbert 3440 NW 99Th St Louis, Renand 1250 NE 130Th St Hernandez, Francisco J 22001 SW 127Th Ct Lumpkin, Keith 1945 NW 51St Ter Hernandez, Mariela H 1161 W 53Rd Ter Lundy JR, Freddie L 13441 SW 265Th Ter Hernandez, Roniel 20901 SW 238Th St Mac Kenzie, Eric J 570 Fernwood Rd Hernandez, Urbeil D 25720 SW 199Th Ave Malone, Dorth-Anne 10481 SW 176Th St Herrera, Eduardo 2993 W 80Th St APT 24 Mancia, Agustin 3601 NW 4Th St Herring, Maurice A 5023 NW 27Th Ave #A Marchena, Pedro M 9215 SW 42Nd St Hicks, Chanel L 2121 York St Marino, Tracy L 13301 NW 18Th Ct Hicks, Chantel D 14240 NW 22Nd Ct Marmolejos, Rafael 10 S Shore Dr APT 3 Hidalgo, Evangelina P 10221 SW 80Th St Marshall, Robert A 7801 NW 37Th ST #NP-9179 Hightower, Wayne W 27142 SW 135Th Ave Martin, Eusebia C 7710 SW 17Th Ter Hilton, Demetrius A 217 NW 48Th St #3 Martinez, Amaury R 1845 SW 104Th Ct Holcomb, Willie D 6105 NW 15Th Ave 103 Martinez, Carlos M 21360 SW 101St AVE Honeywood, Travor D 17401 NW 37Th Ave Martinez-Moran, Filomena A 5055 NW 7Th St #1008-A Horgan, Ruby E 2376 SW 26Th TER Mass, Eli 13900 NE 3Rd Ct #W106 Houston, Markis T 1116 NE 209Th Ter Mc Caffery, Elizabeth 13900 NE 3Rd Ct UNIT #D137

PAGE 12

Page 12 MIAMI DADE ELECTIONS Kontinyasyon paj presedan an Kontinye nan lt paj laPenelope Townsley Sipviz Eleksyon, Konte Miami-Dade Yap avize: Dnye adrs nan rejis: Yap avize: Dnye adrs nan rejis:Mc Gill, Germaine 7357 NW 10Th Ave Rauls SR, Eugene T 2501 NW 47Th St Mc Kenzie, Rudolph 1805 NW 2Nd Ct 202 Raymon, Xavier I 331 NW 49Th St McCloud, Debra M 16911 NW 33Rd Ct Reding, Malcolm E 7801 NW 37Th St McCray JR, Luther L 350 NW 4Th St 408 Reed, Jeremiah K 1475 Woodpecker St McDowell, Javen J 1260 NW 192Nd Ter Reed, Lernard D 3227 NW 48Th St McElroy, Linda G 22790 SW 112Th Ave Requeira, Armando 523 SW 7Th AVE #3 McInnis, James 11441 SW 203rd Ter Reyes, Carlos 7001 W 35Th Ave #268 McKyer, Edward 2404 NW 177Th Ter Reyes, Juan A 1413 Jay Ct Melton, Michael C 9045 NW 35Th Ct Rhodes, Susan J 7900 SW 210Th St APT 212 Messon, Anthony 6361 SW 39Th Ter Richardson, Eric T 1830 NW 51St St Michel, Barbara J 15610 NE 6Th Ave #C36 Riera, Ramon 1380 NW 24Th Ave #315 Mikell, Sandra L 2320 NW 208Th St Riggins, Pernell R 3165 NW 42Nd St Milindez, Travanti M 17645 NW 22Nd Ave Riggins, Travis 2830 NW 51St St Miller, Ancel D 14235 NW 22Nd Pl Riquelme, Ofelia G 10265 SW 144Th Ct Miller, Shekenia 301 NE 51St St #2 Riquelme, Rene 4211 SW 109Th CT Mills, John E 13261 SW 278Th Ter Roberts, Anthony E 7305 SW 133Rd Ct Minnis, Clinton 29110 SW 146Th Ave Robinson, Clarence L 2490 NW 131St St Minnis, Keyuina 3822 NW 165th St Robinson, John W 10285 SW 180Th St Minns, Quebell 145 NE 78Th St APT 706 Robinson, Kennesha C 18451 NW 37Th Ave #244 Molnar, Misael D 3041 SW 134Th Ct Rodriguez De Valdes, Antonia 3611 SW 12Th St Monestin, Blitz 3540 NW 207Th St Rodriguez JR, Vladimir 12600 SW 186Th St Montes De Oca, Zulema 2027 SW 3Rd St #5 Rodriguez, Abel 8924 SW 226Th Ter Moore JR, Jimmie L 1973 NW 103Rd St Rodriguez, Davids M 14366 SW 51St St Morant, Sharon A 1370 NE 119Th St APT # 18 Rodriguez, Dayna M 1511 NE 9Th St Morgan, Adolphus 7621 NE 1St Ave Rodriguez, Ernesto C 821 Tangier St Morgan, Ethel L 13900 NE 3Rd Ct Rodriguez, Gloria E 221 NW 9Th Ave APT 4 Morley, Anthony 920 NW 48Th St Rodriguez, Luis 11301 SW 24Th Ter Muniz, Alice 812 NW 31St Ave Rodriguez, William D 9100 SW 68Th ST Munoz, Christopher 9515 SW 140Th Ct Rogers, Chelsey A 3802 Day AVE Myers III, Donald O 385 NW 130th ST Russ, Nathaniel 10710 SW 221St St Nieto JR, Rodolfo 14753 SW 173Rd TER Safalow, Anna 300 Bayview Dr #204 Oats JR, Wayne E 11775 SW 214Th St Sage, Grayson E 25150 SW 147Th Ave Occi, Jonathan 541 NW 194Th St Samuel S, Jesus D 4955 NW 199Th St #66 Olano III, Gabriel E 13456 SW 102Nd LN Sanchez, Jose G 25410 SW 137Th Ave APT 102 Oller JR, Juan A 66 NW 74Th Ave Sanchez, Juan J 15272 SW 46Th Ln #E Ordaz, Ernest 7019 W 19Th Ct Sanford, Larry 30711 SW 156Th Ave Ordonez, Sharon M 13925 SW 160Th Ter Santamaria, Christian 6275 W 24Th Ave APT 104 Owens, Anthony 7332 NW 2Nd Ave APT 2 Santiago, Benito A 19825 NE 26th Ave Padilla, Ivan J 2267 W 69Th St #A Santiago, James 546 SW 4Th St Padilla, Karlo 60 E 38Th St Santimore J, Frank V 18300 SW 280Th St Padilla, Yudith 2267 W 69Th St #A Santimore, Frank V 18300 SW 280Th ST Paez, Daniel 9452 SW 38Th St Schaper, Eduardo M 1410 SW 8Th Ave Palacio, Cristobal A 10350 SW 216Th ST APT 202 Scott, Jeffrey L 5516 NW 6Th Ave Parks, Deatrick L 606 NW 4Th St Searcy, Penny 1629 NW 1St Pl APT #11 Patterson, Barrington 13480 NE 6Th Ave 306 Seifert, Esther E 2265 NE 42Nd Ave Paugh, Ellen M 290 174Th St APT 1815 Seymour, Keith D 3010 NW 161St St Pena SR, Ovidio 8005 NW 8Th St #225 Shaw, Alexiza D 1510 NW 66Th St Pena, Justina 9850 Hammocks Blvd UNIT U47#106 Shepard, Kenneth 2471 NW 63Rd St Perdomo, Librada G 750 NW 43Rd Ave #514 Shirley, Donnovan F 18853 NW 65Th Ct Perez, Alberto V 524 NW 19Th St Simkus, Algis S 9157 Carlyle Ave Perez, Daniel M 9215 SW 117Th Ct Simmons, Carol D 400 NW 3Rd Ct APT 706 Perez, Fernando 1920 SW 2Nd St #17 Simmons, Curtis 495 NW 71St St APT 308 Perez, Jacqueline 4051 W 9Th LN Singleton, Nicole C 1083 NW 85Th St Perez, Juan C 4140 SW 110Th Ave Slater, Keith L 1603 NW 7Th Ave Perry, Morris K 2420 NW 155Th ST Small, Jackie L 333 NW 4Th Ave APT 45 Pierce, Ravon M 1550 N Miami Ave Smalls, Wendi 1001 NW 54Th St APT 813 Pierre, Maxwell 19640 NE 10Th Ave Smith SR, Hal L 336 NW 5Th St Pierre, Samuel 800 NW 145Th Ter Smith, Aaron R 1477 NW 154Th St Pinkett, Kenneth 3300 NW 171St St Smith, Bonita Y 1692 NW 7Th Pl Plez, Eugene R 3099 NW 58Th St Smith, Kevin L 570 Harem Ave Pollarolo, Johnny 18317 SW 154Th Ct Smith, Mark AJ 1301 Sharar Ave Pons, Jose E 308 E 3Rd St #1 Smith, Trahvar E 301 NW 177Th St # 140 Portillo, Francisco 12725 SW 64th Ter Sneed, Keith B 1057 NW 55Th St Powell, Rudolph 1766 NW 84Th St Sorribes, Williams 7994 Grand Canal Dr Pratt, Julius 10820 SW 200Th Dr 2595 Souarin, Gerdeline 17940 NW 5Th Ave Prince, Christopher 1429 NE 118Th Ter Spivey, Clifton 15370 SW 284Th ST Pruitt, Natashia L 12972 SW 251St St Stephens, Isaac G 536 NW 49Th St Puentes, Fransisco 1120 E 8Th Ave Stevens, Larry 11021 SW 220Th St Rabell, Michael 1850 NW 22Nd Ct APT C Stokes, No Name 6174 SW 64Th Ter Ramirez, Jose L 451 SE 8Th St LOT 160 Straughter, Cortez A 20600 NW 7Th Ave APT 104 Ramos, Alberto 940 NE 170Th St 216 Streeter, Antron T 1817 NW 111Th St Ramos, Nicolas 1310 NW 16Th St APT 304 Suarez, Juan A 885 NE 126Th ST Randolph, Donald L 710 NE 131St St APT B Tai Loy, Karl A 17620 NW 44Th Rd

PAGE 13

Page 13 HAITI, QUEL DEVELOPPEMENT ? Comme annonc la semaine dernire (voir HEM Vol. 27 # 04 du 1319/02/2013), nous allons tenter de donner un contenu concret Sommet de la Plante Rio + 20, tenu Rio de Janeiro en juin de lanne dernire, en utilisant le cadre de rfrence labor par la FONHDILAC. Pour commencer, nous croisons les quatre axes humain Axe A, socioculturel (Axe B), environnemental (Axe C) et infrastructurel (Axe D), avec le palier conomique (Palier V). Comme on peut le voir au Tableau1, cela nous donne quatre casiers : Casier A-V : les droits conomiques ; Casier B-V : les structures de participation la vie conomique ; Casier C-V : exploitation durable des ressources naturelles ; Casier D-V : rpartition quitable des infrastructures. Pour labsence dinfrastructures adquates et de services commenant par les chefs lieux darrondissement. L, nous sommes en plein dans la dcentralisation Depuis des vraiment. les domaines : de lducation : coles, lyces voire universits de la sant : centres de soins durgence, de lapprovisionnement en services de base : administratifs dignes de ce nom, de manire au-Prince pour la moindre dmarche ou la faut renforcer la dconcentration des services. On aura cependant constat que dans ce texte il nest pas fait mention des investissements dans le secteur agricole ; or, si nous voulons accroitre notre production agricole, il st indispensable de la doter dun certain nombre dinfrastructures. Dune manire gnrale on pense immdiatement aux infrastructures visant laugmentation de la production : systmes dirrigation, et aux infrastructures visant faciliter laccs au march : routes rurales. Mais on ne doit pas oublier quune bonne partie de la production se perd dans ce quon a coutume dappeler les pertes aprs rcoltes dues aux ravages causs par les rats et autres vermines. Il est donc indispensable de penser des Kontinye nan lt paj la Yap avize: Dnye adrs nan rejis: Yap avize: Dnye adrs nan rejis:Taylor, John T 13945 Monroe St Weiner, Jean M 18081 Biscayne Blvd #701 Tejada, Francisco J 1500 Salzedo St APT C Wellons, Lula K 13201 NW 28Th Ave UNIT #134 Temponi, Paula V 7900 SW 210Th ST APT 610 Wells, Miriam L 1961 Rutland St Thomas JR, John W 140 NW 59Th St White, Alphonso 1165 NW 64Th St Thomas JR, Zelvion A 18140 SW 143Rd Ct White, Carneka D 2805 NW 96Th ST Thomas, Micheal A 2134 NW 60Th St White, Elizabeth D 3317 NW 50Th St Thompson, Anthony J 1918 NW 153Rd St Whymss, Johntrae J 1261 Sharar Ave Tice, Loretta D 1723 NW 40Th St Williams, Alfred 621 NW 64Th St #4 Tinsley, Patricia A 1500 NW 44Th St Williams, Cheryl D 1940 Washington Ave #18 Toledo, Heriberto 280 E 64Th ST Williams, Jerome 10875 SW 216Th St APT 602 Torres JR, Victor 18540 SW 356Th St Williams, Matthew S 13332 SW 108Th Street Cir Troutman, Troy W 4742 NW 25Th Ave Willis, Mitchell J 729 NW 47Th Ter Uboh, Ubong L 1700 NE 146Th St Wilson, Laverne 2000 NW 93Rd St Ursery, Geraldine 2323 NW 52Nd St Wilson, Lawrence H 3301 NW 176Th St Valdes, Mike 2463 SW 22Nd St #23 Wilson, Levan 3374 Florida Ave Valdes-Perdomo, Miguel 2463 SW 22Nd St #23 Wilson, Mark L 301 NW 22Nd St APT 304 Vaughn, Shirley 417 NE 140Th St Wimbley, Terence 11520 SW 138Th St Vazquez, Ricardo 15940 NE 19Th Pl #1 Winther, Dan D 1775 Calais Dr Apt 2 Vega, Onofri R 2015 SW 3Rd St #3 Witmer, Patsy S 1532 NE 174Th St Vickers, Matthew E 660 NW 29Th St APT 5 Witter, Andrew E 19430 NW 4Th Ave Vidal, Eduardo 601 NW 3Rd Ave #H4 Woodson, Edward 970 NE 92Nd St Vieux, Steve J 2340 NW 53Rd St Woodward, Todd A 1017 Washington Cir UNIT H Vila, Carmen 243 NW 57Th Ave Wright, Annie 5840 NW 19Th Ave Washington, Tracy K 1401 SE 17Th Ave Young, Richard H 3034 NW 46Th St Watson, Johnny J 19435 NW 22Nd Ave Youngblood, Russell 828 NW 64Th StPenelope Townsley Sipviz Eleksyon, Konte Miami-Dade Tableau 1 AXES A B C D E F PALIERS HUMAIN SOCIOCULTUREL ENVIRONNEMENTAL INFRASTRUCTUREL ECONOMIQUE ET FINANCIER POLITIQUE I HUMAIN DROITS INDIVIDUELS II SOCIAL ET CULTUREL SYSTME SOCIAL III ENVIRONNEMENTAL ENVIRONNEME NT NATUREL IV INFRASTRUCTUREL ENVIRONNEMEN T AMNAG V ECONOMIQUE ET FINANCIER Droits conomiques Structures de participation la vie conomique Exploitation durable des ressources naturelles Rpartition quitable des infrastructures SYSTME CONOMIQUE ET FINANCIER VI POLITIQUE GOUVERNANCE Tableau 2 AXES A B C D E F PALIERS HUMAIN SOCIOCULTUREL ENVIRONNEMENTAL INFRASTRUCTUREL ECONOMIQUE ET FINANCIER POLIT IQUE I HUMAIN DROITS INDIVIDUELS II SOCIAL ET CULTUREL SYSTME SOCIAL III ENVIRONNEMENTAL ENVIRONNEME NT NATUREL IV INFRASTRUCTUREL ENVIRONNEMEN T AMNAG Investissement dans les infrastructures V ECONOMIQUE ET FINANCIER Rpart ition quitable des infrastructures SYSTME CONOMIQUE ET FINANCIER VI POLITIQUE GOUVERNANCE Tableau 1 AXES A B C D E F PALIERS HUMAIN SOCIOCULTUREL ENVIRONNEMENTAL INFRASTRUCTUREL ECONOMIQUE ET FINANCIER POLITIQUE I HUMAIN DROITS INDIVIDUELS II SOCIAL ET CULTUREL SYSTME SOCIAL III ENVIRONNEMENTAL ENVIRONNEME NT NATUREL IV INFRASTRUCTUREL ENVIRONNEMEN T AMNAG V ECONOMIQUE ET FINANCIER Droits conomiques Structures de participation la vie conomique Exploitation durable des ressources naturelles Rpartition quitable des infrastructures SYSTME CONOMIQUE ET FINANCIER VI POLITIQUE GOUVERNANCE Tableau 2 AXES A B C D E F PALIERS HUMAIN SOCIOCULTUREL ENVIRONNEMENTAL INFRASTRUCTUREL ECONOMIQUE ET FINANCIER POLIT IQUE I HUMAIN DROITS INDIVIDUELS II SOCIAL ET CULTUREL SYSTME SOCIAL III ENVIRONNEMENTAL ENVIRONNEME NT NATUREL IV INFRASTRUCTUREL ENVIRONNEMEN T AMNAG Investissement dans les infrastructures V ECONOMIQUE ET FINANCIER Rpart ition quitable des infrastructures SYSTME CONOMIQUE ET FINANCIER VI POLITIQUE GOUVERNANCE Jai choisi de commencer notre analyse avec le casier D-V car il correspond la premire proposition prsente par structures de stockage (silos). Pour rduire les pertes durant le transport (pensez aux mangues qui sont transportes dans des paniers ou des sacs empils dans la boite dun camion et dont toutes celles qui se trouvent dans les couches infrieures arrivent au march dans un tat qui les rend invendables) on doit aussi penser des centres de tri et dempaquetage denvoyer la production brute sur le march et quon cre, dans les zones de production, des centres de transformation qui permettront de produire une valeur ajoute qui restera sur place. Avec ces investissements dans le secteur agricole, nous ne sommes plus dans le Casier D-V, mais dans le Casier E-IV, comme on peut le voir dans le Tableau 2. la FONHDILAC dans son Plaidoyer pour la hatienne publi en fvrier 2010. Je cite : Le tremblement de terre nous a concentration de population dans la zone le mouvement de migration vers la capitale, mais mme pour renverser le mouvement. Pour cela il faut agir sur les deux principaux facteurs lorigine de lexode vers Port-auPrince : Labsence dinfrastructures de base et de services, demplois (chmage).

PAGE 14

Page 14 LES JEUX HORIZONTAL 1. Entit qui a dclar son indpendance envers la Georgie en 1992 2. Impie Conjonction 3. Imprgnes 4. Brome Condiment 5. Travailla 6. Coutumes 7. Point cardinal Sillon cutan 8. Plantations de riz. VERTICAL 1. Attendrir 2. Ville de lIran Note 3. Cooprative agricole dIsrael 4. Espaces de temps 5. Equid Note 6. Connaitre 7. Cest dire Irridium Cube 8. Exposition de marchandises. ABKHAZIE PAIEN#ET IMBUES#A T#BR#AIL O#OEUVRA Y#US#O#G EST#RIDE RIZIERES Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com SCRABBLEArrangez les sept lettres ci-dessous pour former un mot franais Solutions de la semaine passeEGLOGUE L O L F E I O Solutions de la semaine passe:Solutions de la semaine passe: LES JEUX DE BERNARD Allez de RAVAGE VIDIMA en utilisant des mots du vocabulaire franais, et ne changeant quune lettre par ligne.Mots Crois sSoudan: Khartoum Turquie: Ankara Afghanistan: Kaboul Pakistan: Islamabad Mali: Bamako Nigeria: Abuja RDC: Kinshasa Kenya: Nairobi Syrie: Damas Liban: Beyrouth Ouzbkistan: Tachkent Tadjikistan: Douchanb Kirghizistan: Bichkek Kazakhstan: Astana Irak: BagdadBRADEE GRADEE GRAVEE GREVEE GREVES CREVES CREVASRAVAGE VIDIMA B A K E Z A K I K O O N A R A W I J U F I L P F I S J Q Y K D I K U Y E G I H S O N O T O M A N I M Q P D O V A Q A M I N O K A O J N E H A J D R Z A I Y X T D T K Q G M S N U L N Q P T C M U Y S D D B N H L N A X I K I A A Y H A E A Q I Q W I A S A M A L A E S D G N K R K I K K N C N F A O S K Z T I R A D I A K I O O U A H I A I A O U D G E A E O N I S A K O O R T N M T S N T M Q S J A A F N K N A W A T U N T O O I A O O O O A Y H I T T U O U U M A K O Y A I M M A R M T T M D O I W N I J U S B O R U Y A R H E O D U I O O I A O K A I H I E O I T A S I R A A N N O N N N M N T J O R K S W N T M O N T K U W K A O K O O A O O O I C A O O A O O O N O A O S I A K Y S T Y R N Y N H H N N N R K M N O N K N T J O O A O A O A O O U S I O O O A O O O M A A A O U N N K S I S W R R B I M T T T N R N N U R N R N F E A A E F H I I I I K I A O O O E A O N I O A I A B R M I U I J N T M P T K M M K N R K E H P W K B A I O Q W N U O O I Y S A A A A O A O Y I B I E L M A C Z N O F C M S C U M N N N R H M U R R J W D A T H Q W B I A O G W N I I I E I O A K A O U X F Y N I O G U L S R B R E T M M S G Y C I M U F A K A N O N A R A W I J U F S O Q U E I H A N A D A T U S T A O N A R A W I J U F O K V K I N P M C F U J I W A R A N O M O T O Z A N E R L P La 58 e dition de la ligue des champions se rvle de plus en plus passionnante. Aprs le premier tour disput sur fond de rebondissement et de suspense dans presque tous les groupes, on est certain de vivre un second tour plus chatoyant que jamais. vivre de trs bonnes parties de football, mais avec un tirage au sort aussi indit, certaines complications ponctuent cette dition de la comptition la plus lucrative au niveau des Madrid-Manchester Utd, 19/02 : Arsenal Bayern Munich, 20/02 : AC Milan-Barcelone. Ce ne sont que de grands matchs entre de grandes quipes, et aussi de grands enjeux qui ne vont pas tuer le jeu mais qui certainement vont tuer lespoir de grosses cylindres et qui verront se dissiper beaucoup dambitions. Car quon le veuille ou non, lAC Milan, sans des quipes trs populaires pour le moment comme le FC Barcelone, le Paris St Germain ou le Manchester United. Mais comme il na jamais eu de favoris dans des 8 e Mlodie 103.3 FM benitosinord@yahoo.fr LIBERTE EGALITE FRATERNITE REPUBLIQUE DHAITI PAR CES MOTIFS: Le Tribunal aprs examen, sur les conclusions du Ministre Public, maintient le dfaut octroy contre la dfenderesse laudience prcite ; pour Came-Suze NEPTUNE davec son poux Jean Gulnot FRANCIQUE pour injures graves et publiques. Prononce en consquence la dissolution des liens matrimoniaux ayant exist transcrire sur les registres ce destins, le dispositif du prsent jugement, dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y chet ; compense les dpens ; commet lhuissier Vilneret Gabriel, DONN DE NOUS, Jacques Hermon CONSTANT, juge en audience Publique et civile du huit Novembre deux mille douze, en prsence de Me Gaetjens BENJAMIN, Raymond HOMERE.Le pouvoir peut-il avoir peur de la drision ? un temps destin aux divertissements et qui se situe entre le jour des Rois et le mercredi des Cendres. On ne peut parler actuellement de la vie en Hati sans lui associer le carnaval. Certains commencent en faire un instrument de promotion dHati. Une Hati des loisirs, ouverte aux affaires. Une Hati en fte, qui soffre aux visiteurs et qui offre aux visiteurs la possibilit de jouir dHati travers leurs cinq sens. Unique Une Hati aux 6 jours gras mme si plus de 4 millions dHatiens vivent maigre les 365 jours de lanne. De toutes faons, chanter et danser a chasse les peines. Et le carnaval est fait pour cela, chasser les peines individuelles et collectives. On oublie tout. Pa gen Pwoblm Le carnaval de cette anne a dbut par un Bal des Reines au Palais Sans-Souci. Une parodie de la socit hatienne du nord au XIXme sicle. Comme tout carnaval, la parodie est signe de fonctionnement normal. Les exemples sont lgion. Cela fait longtemps que je ne vois plus de Chales Oscar (Chaloska), de Lamayot Lamayot mwen pa pe se moun ou ye Jai vu par contre un Gwo Dada qui occupait la moiti du boulevard du bord-de-mer du Cap-Hatien Beaucoup de militaires dguiss, occupaient diffrents espaces de la ville. Jai aussi vu, de mes propres yeux, larrogance stupide de certains policiers qui nont toujours pas saisi la nuance entre exercice de pouvoir, abus de pouvoir et maintien de lordre. Jimagine que certains dentre eux continuer de souffrir de ce complexe qui leur fait croire que leur gourdin est un symbole phallique dont lutilisation abusive dcuplerait leur virilit. Chres amies lectrices, chers amis lecteurs, le Carnaval quon le veuille ou non, est une manifestation populaire, et doit tre utilis par la population, pour se venger de leur incapacit daccder aux dtenteurs du pouvoir tournant en Drision certaines attitudes des dirigeants certaines dcisions des hommes politiques du pays La Drision utilise en priode carnavalesque permet de se situer au dessus du Protecteur du Citoyen auquel peu de citoyens arrivent rellement accder. Cest un instrument au service de cette norme masse dindividus qui constituons le peuple hatien un moyen dexpression populaire pour nous gurir de nos frustrations, sociales, politiques. Un moyen pour la grande masse anonyme de se faire entendre, de se faire comprendre. De sexprimer. Sinon, trop de provoquer les grands malheurs collectifs auxquels ce pays a eu trop de fois faire face. Il ny a que la dictature qui puisse avoir peur de la drision. Il ny a que la violence qui puisse avoir peur dtre la proie, la victime de la drision. Voil pourquoi cela ma paru trange quun carton rouge quune mringue carnavalesque revendicative puisse tre prise par un Gouvernement comme incitatrice la violence ou la dstabilisation. On semble oublier, comme disait Y. Chahine, que la drision est lun des meilleurs moyens dextirper la frustration. Chers amis lecteurs, bien que cela fait longtemps que je ne participe pas au carnaval (je ne le regarde mme pas la TV), jai voulu participer cette anne la premire journe du carnaval du Cap. Je voulais aussi revisiter Milot pour voir ce que font ce que disent les responsables politiques quils font rellement l-bas. Mes dernires participations, actives, au Carnaval en Hati, remontent 2002 et 2003. Il y avait tellement de mauvais got dans les textes des mringues de K-Naval cette poque que lon ne peut pas en faire mention sans vouloir lui ajouter un autre K lavant. Ctait surtout cela. Ctait aussi le Diri le Zandolit le HeliKopt le Sou Bouda Le pouvoir dalors gardait un Silence Copieux La foule se dfoulait tournait en drision toutes les actions politiques dalors. Je le voyais normal. Jignorais peut-tre les dessous de ces textes Jtais peut-tre naf ce point ? Peu importe maintenant, lessentiel est de dfendre lesprit du carnaval. Le carnaval est Dfoulement, Drision, Satire, Parodie. Jai trouv un document sur le Carnaval la Martinique, labor par la Mission Dveloppement duquel jai extrait un fragment : Tourner en drision cest t dans son expression culturelle fait appel ces trois concepts. La complexit du thme prend sa une ou plusieurs personnes, parfois pour vacuer la force ngative du fait, dcident de porter cette situation en drision. La drision .. Depuis son origine, le carnaval habitations, y virent rapidement loccasion de se dfouler et de tourner en drision les matres. Associer la notion de culture carnaval est aussi un pan de notre culture, un mode dexpression dune population pour sexprimer librement. Cela voudrait en elle une part de drision. Cest bien ce Partout, au-del du dfoulement et de la dcompression, lide est de susciter le rire rparateur de stress et dangoisse enfouis. Ce caractre drisoire ou de drision pas mettre en exergue des faits dactualit, notamment loccasion des mariages ostentatoires, certains organisateurs ont garder son pouvoir essentiel de transgression et de drision, sans sombrer dans labsurdit de la violence Voil donc chers amis lecteurs ce que pensent les Martiniquais de leur Carnaval, lcrit. Quen pensons-nous, nous Hatiens et Hatiennes, du ntre ? Devrons-nous faire comprendre nos dirigeants que la drision, la satire, la moquerie carnavalesque fait partie de nos acquis psychologiques auxquels nous ne devrions absolument pas renoncer ? Comment le ferons-nous ? loral ? lcrit ? Peu importe la faon de le faire pourvu quon le fasse. Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Fvrier 2013

PAGE 15

Page 15 TI GOUT PA TI GOUT ak Jan Mapou Depi 1978, Michelson Paul Hyppolite ki rele nou pa janm ka jwenn lt tks ank ki pale sou evolisyon ak chanjman fonetik nan lang kreyl ayisyen an. Yon domn rechch kon sa enptan paske, nan rasin lengwistik nou km pp, li ka pmt nou dekouvri eta sitiyasyon premye ansyen kreyl ayisyen an (proto-crole) epi debiske lang yo ki te patisipe an premye nan fmasyon lang kreyl la. Ositou, kreyl la, ki ta kapab ban nou limy sou etimoloji kk mo ki pa soti nan lang Lewp yo, nap prezante dezoutwa remak ak kmant sou kk chanjman fonetik nou obsve nan kreyl ayisyen an. Chanjman fonetik son [h] an son [r] oubyen an son [w], se yon fenomn lengwistik ki rive nan kreyl ayisyen an. Plizy lengwis deja demontre evolisyon fonetik sa yo, men slman apati mo franse yo ki transfme nan kreyl la. B kote pa nou, nap suiv metd apwch Hyppolite (1978) la, kote nap eseye, tan nou kapab, chche chanjman fonetik yo nan prensipal lang yo ki te nan baz fmasyon lang kreyl ayisyen an. Nan fason pou nou reyalize sa, nap konsidere lang peyi Ewp yo, patikilyman espayl ak franse, epi lang Lafrik Ginen yo, espesyalman lang fon. Annou w! ( consonne fricative glottale sourde ) Nan mo sa yo, son [h] aspire frans rete pwononse aspire, tankou nan depatman sid Ayiti a. Egzanp : pi ho (cf. Dominique Fattier, Atlas 2000, p. 16, carte # 45, locuteur 20). hler rete hele ( nan sid ) / rele ( nan lws) harde rete had ( nan sid ) / rad ( nan lws ) haut rete ho Men, nan lws peyi a, devan vwayl won yo, [h] > [w] stadi, son [h] la tounen son [w]. hauteur tounen wot houke tounen wouke tounen wkt Oubyen, devan vwayl ki pa won yo, [h] > [ ], stadi, son [h] la tounen son [ ]. hler tounen rele harde tounen rad haillier tounen raje haillon tounen ranyon hm (aimer ) tounen renmen hassable tounen rayisab Epitou, gen ka kote son [h] la anile zewo bare. hareng tounen aran hernie tounen ni huit tounen uit hassable tounen ayisab tounen kt ( consonne fricative vlaire sourde ) Nan espayl, son ki reprezante ak senbl [x] la ekri avk lt (j) epi li pwononse tankou [h] aspire. Nan mo sa yo ki travse nan kreyl ayisyen an, son espayl la rete pwononse tankou [ h ] aspire frans a. Se yon fason pwononse nou jwenn sitou nan pwovens Ayiti. jk tounen hk jojote tounen hht Son espayl la tounen son [w], devan vwayl won yo. Stadi, [x] > [ ], nan depatman lws Ayiti. Jonjoli tounen wowoli jojote tounen wwt vyejo tounen vyewo Oubyen, son espayl la tounen son [ ], devan vwayl ki pa won yo. Stadi, [x] > [ ], jk tounen rk Nan ka espayl la, mwen pa ko jwenn sitiyasyon kote son espayl la anile zewo bare. Dapr Segurola, (Dictionnaire Fon-Franais, 1963), nou jwenn son [h] la nan yon seri mo fon, nou panse ki kite tras yo nan kreyl la. Egzanp: mera ki soti nan : mhat ( associs p.225), wounouwounou ki soti nan: hlounhloun ( murmure p. 228, 249), hovi, hoxovi ( jumeaux p, 230), hount ki soti nan: houn ( tambour p. 232), Ayidawdo ki fme ak : hu ( soleil p. 238), houngan ki soti nan: houngan (p. 247), hounsi ki soti nan: hounsi (p. 249). Ng Ginen travse Ayiti avk son [h] fon an ki, dapr Michelson Hyppolite (1978, p. 117 ), pwononse tankou [h] aspire nan kreyl ayisyen an. Nou jwenn sa nan zn sid la, tankou b Leyogn. Sepandan, devan vwayl won yo, son [h] fon an tounen son [w]. Stadi, [h] > [ ], hunuhunu ( murmure ) nan wounouwounou hu ( soly ) nan Ayidawdo hue ( temps ) nan wenouho huen ( sentir ) nan santi wen Oubyen, devan lt vwayl ki pa won yo, son [h] la chanje tounen son [ ]. Stadi, [h] > [ ], ha kpo non tounen ranpono m ha tounen mera ha ta z t tounen ratazto, ( cf. se ra se ta ) Toutfwa, nou ka konstate yon tandans kote son [h] la anile zewo bare, sitou nan kreyl lws la. Son (h) aspire a rete plis nan langay povens. Pwononsyasyon sa a gen yon konotasyon pejoratif pale mon nan mn. Li dispart nan langay lws la pou yon rezon sosyolengwistik : paske mon Ptoprens pa vle pase pou mon mn. Segurola (1963, p. 577) di nou, son [x] nan lang Fon an pwononse tankou (j) espayl la, nou konnen ki pwononse tankou [h] aspire frans a. Nan mo kreyl ayisyen yo, son [x] fon an rete pwononse tankou [h] aspire. xo gan tounen hogan, ( cf. hogantye ) Devan vwayl won yo, nou jwenn mo kote son la tounen son [w]. Stadi, [x] > [ ]. dan xo me tounen danhome, danwome, dawome xo kl tounen wkl xu ( cf. x) tounen annou w (annou ale ) Epi, nou jwenn mo kote son la anile zewo bare. xbios tounen Ebyoso xvi su tounen ebyosou Li ta enteresan pou nou ta rapwoche chanjman sa a nan lang Lafrik la ak yon lt chanjman menm jan an nan lang Lewp yo. Paregzanp, son [h] ki tounen son [j] nan mo ki soti nan frans tankou : Dehors (frans) deh dh dw dey (kreyl) Nan domn son frikatif yo, son ki soti nan lang fon an ka tounen son nan kreyl ayisyen an. Egzanp : Xuda (fon) tounen fweda, freda Azili xuda tounen zili freda Gele xu tounen gelefwe, gelefre Houn xo tounen hounf Nt : Pett se tras lang pp ewe yo nan kreyl la, paske fon yo tounen lakay ewe yo. Dapr Segurola (1963, p. 451, 604), Peda se te non yon pp nan zn nan. Fon yo rele pp sa a paske yo pa gen mo nan lang fon an vrman ki kmanse ak son Epi, Ewe yo pwononse fweda paske son la pwononse kay ewe yo. (Cf. son ewe a ki tounen son lakay goun yo (Roberto Pazzi, 1979 p. 26). Ayisyen yo pwononse freda ou fweda. Epi genyen nan yo ki rele pitit yo Freda. Yon lt egzanp ank, se l son la ka tounen son Egzanp : Y xo tounen djevo ( cf. yhuexo, glise ) Nan dinamik evolisyon fonetik lang kreyl la, nou konstate yon altnans [ ] / [ ]. Dapre nou, sa depann selon lang gwoup etnik ki te an prezans yo. Pami yo nou jwenn : Fon yo, Ewe yo ak Nago yo. Plizy nan lang sa yo gen fenomn varyasyon lib ant son [ ] ak son [ ]. Patikilarite fonetik chak lang etnik sa yo ki sou teritwa Ayiti a ka esplike altnans ( r / l ) nan kreyl la. Chanjman fonetik sa a nap jwenn li nan : Egzanp nan lang fon : Alada tounen Rada Akla tounen akra Iroko tounen loko, loko atisou Egzanp nan lang frans: Carrefour tounen kalfou Charivari tounen chalbari Clystre tounen krist Ann f remake menm son la, apr chanjman fonetik, ka tounen [ ]. Egzanp : xo k (balanse tt) tounen loko (loko basiye tt an plas) so xo k t tounen slkt xo mlan tounen lomeyans (pwezi) 1Chanjman fonetik ak [k p], ( consonne occlusive labiale-vlaire sourde) Remak nou sot f la yo sou son frikatif yo, yo baze sou obsvasyon anpirik. Nou pa pretann kmant nou yo se pawl absoli. Yo gen limit yo, paske gen anpil detay ak lt chanjman fonetik ank nou w epi ki ta merite pale sou yo tou. Paregzanp, Hyppolite (1978, p. 113, 115) atire atansyon nou sou son [o] ki tounen son [a]. Egzanp : (do hu do ) ki tounen (ayida wdo). Men b kote pa nou, ak tout son [k p] ki nan lang fon an. LIBERTE EGALITE FRATERNITE REPUBLIQUE DHAITI PAR CES MOTIFS, Le Tribunal, aprs avoir dlibr au vu de la loi jugeant charge dappel et au nom de la Rpublique, accueille cette action intente par le sieur Ludestin Saintilus contre les sieurs et dame Anaxe Jean Frantz, Paul Pierre Antoine, Tiotio Cadet, Laude Myriam Augustin et consorts dit dclare que le demandeur a affectivement t troubl dans sa possession reconnue par le Tribunal ; ordonne la cessation de ce trouble rtablit le statu quo ante ; ordonne lexpulsion des cits des lieux et la rintgration du demandeur dans sa possession ; fait injection formelle aux cits de ne plus troubler lavenir la possession du requrant ; condamne les cits vingt cinq mille gourdes de dommages intrts et Ainsi jug et prononc par nous, Me Hermano Alexandre, juge sigeant au laudience physique du vendredi vingt et un Septembre deux mille douze, an 209me de lIndpendance. Il est ordonn tous huissiers sur ce requis de mettre le prsent jugement main lorsquils en seront lgalement requis. En foi de quoi, la minute du prsent jugement est signe du juge et du Pour Expdition Conforme Collationne Pour ordre de Publier Me Eddy Joseph Esprance Nelson xo gan tounen ogan (cf. ogantye ) Pakont, nou pa jwenn mo avk son la ki ta tounen [ ]. Sepandan, nou ka w, devan son [i], son [x] ka tounen [j]. Egzanp : Maxi tounen mayi (cf. dans mayi)

PAGE 16

Page 16 BACK PAGE hatienne et non pas dun diktat de la communaut internationale ment Amricain Ces prisons seront construites Petit Gove et Cabaret. La dcision de construire ces prisons en Hati a pour but de dsenclaver la prison central (ou Grande Prison) tellement encombre de dtenus qui vivent dans des conditions inhumaines. Carl Siebentritt, directeur des Narcotics Affairs lambassade des Etats-Unis de Port-au-Prince, a prcis pour Associated Press le lieu o seront construites ces prisons. En construisant ces nouvelles prisons qui seront conformes aux standards internationaux de respect des droits de la personne, le gouvernement amricain se propose non seulement de dgager les prisons mais aussi de rduire la violence carcrale et les risques dpidmies de toutes sortes. Il est estim que ce projet cotera entre 5 et 10 millions de dollars. rduire la surcharge existant dans la prison centrale et dans la prison de Ption Ville. La prison de Cabaret aura 200 lits et comportera aussi une usine textile qui permettra demployer jusqu 15 femmes et de leur assurer une formation vocationnelle (training program). Quant la prison de Petit Gove, elle aura 150 lits et remplacera une prison dtruite en 2004 lors du renversement du prsident Jean Bertrand Aristide. Les appels doffres pour la construction de ces deux prisons seront lancs au mois de Mars. Ces prisons surcharges le sont aussi cause du mauvais fonctionnement du systme judiciaire. La majorit des prisonniers tant dans un tat de dtention prventive croupissent en dtention prventive, attendant de comparaitre devant un juge. Le Dpartement dtat amricain estime quils pourraient tre entre 2 et 3 mille croupir dans cette situation. Le communiqu sur les sanctions pnales lies la diffamation publi par le ministre de la Justice, dimanche dernier, continue de faire des vagues. Le ministre de la Justice, Me Jean Renel Sanon, pour sexpliquer, a indiqu que le communiqu revt un aspect gnral et quil sagit dun rappel. Il ny a pas de vellit attaquer la presse, a dclar le ministre de la Justice. Les travailleurs de la presse sont des partenaires obligs que lon respecte. La libert de la presse est un acquis dmocratique, a soutenu Me Jean Renel Sanon. Selon lui, dans un Etat responsable, il nest pas normal quune radio accepte de donner la parole quelquun pour faire des dclarations diffamatoires, des menaces et des incitations la violence.