PRIVATE ITEM
Digitization of this item is currently in progress.
Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00466
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: 07-27-2011
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID: UF00098809:00466

Downloads

This item is only available as the following downloads:

( PDF )


Full Text

PAGE 1

Un Premier ministre, par piti ( VOIR / p. 4) (KAY PAM / p. 6) Kay Pa M au-del de leffet dannonce Revenus dexil pour clbrer leur anniversaire comme une fte nationale Le cercueil dAzor sur un pristyle dress au Champ de Mars repose entre deux puissants symboles vodou : la desse noire Erzulie Dantor et le chevalier Saint Jacques le Majeur ou Ogoun, dieu de la guerre (photo Robenson Eugne/HENM) PORT-AU-PRINCE, 21 Juillet Lactualit poli tique a t un peu bouscule cette semaine par lentre en scne de Kay Pa M. Kay Pa M cest le projet de crdit au logement lanc par lEtat hatien par le truchement de deux banques commerciales dont la majorit des actions est dtenue par lEtat : la BNC (Banque nationale de crdit) et la BPH ou Banque populaire hatienne. Lobjectif cest principalement daider les familles qui ont perdu leur logement lors du sisme du 12 janvier 2010 retrouver un toit. La proposition est extraordinaire : un taux de 8% et remboursable en 30 ans. Le taux habituellement pratiqu sur le march local cest au mieux 12% et payable en 15 ans. Aussi la foule tait grande ds le lendemain, le mercredi 20 juillet, dans toutes les succursales de la BNC. Premire constatation : les employs de la BNC ne semblaient pas prpars faire face lvnement. A part la publicit dans les mdias lectroniques les gens sont si avides dinformations, de renseignements plus solides, de connatre avec prcision et dans tous les ( VOIR / p. 7) PORT-AU-PRINCE, 23 Juillet Des funrailles nationales pour un samba, mort 46 ans, et qui rptait souvent : La vie est courte, la mort est longue ! Azor, trsor national, vivant ou mort Azor : Chanteur, tambourineur mais surtout un homme au grand cur, proccup de rassembler, plutt que de diviser. Le March Hyppolite ou March en Fer (rha bilit) redevenu comme autrefois un haut lieu dexposition de lartisa nat hatien (photo Elsie Ethart/HENM) Un hommage a t rendu le vendredi 22 Juillet, au March en fer rhabilit, 20 doyens de lartisanat et 3 institutions ayant oeuvr dans le domaine. Il sagissait de rcompenser en leur re mettant une plaque ceux qui ont contribu ainsi former des jeunes, donner du travail leurs compatriotes, bref dont le travail a t couronn de succs. Des sculpteurs Hommage aux doyens PORT-AU-PRINCE, 2 Juillet Une nouveaut dans notre histoire dHati dj tellement surprenante : des ex-prsidents clbrant leur anniversaire comme sil sagis sait dune fte nationale. Nous en avons compt deux durant le mme mois. Jean-Claude Duvalier a eu 60 ans le 3 juillet dernier, JeanLes deux anciens chefs dEtat ont voulu que cela ne se passe pas comme pour vous et moi le commun des mortels. Baby Doc a organis une grande party avec tous ses amis et collaborateurs, ainsi que ceux encore vivants de son dfunt pre, Franois Papa Doc Duvalier. Aristide a runi par le truchement de sa fondation un nombre important de ses anciens lieutenants. Un retour au bercail remarqu pour bon nombre de ces derniers qui avaient eu le temps de dmnager lexil du lider maximo a quand mme dur 7 longues annes pour suivre, la faveur des dernires lections gnrales, des voies pas forcment contraires ni dtournes mais, disons, parallles. Une fois de plus, il est prouv que lon nest nulle part si bien que chez soi Pour le leader comme pour ses lieutenants ou aspirants. Remarquez que cest la premire fois, disons, de puis nos prsidents phmres du 19 e sicle (Michel Oreste, Oreste Zamor, Davilmar Thodore merci J. C. Dorsainvil !) que le pays compte autant danciens prsidents vivants. Aussi bien dmocratiquement lus que par la voie de putschs militaires ou paramilitaro-civils. Mais avec comme signe particulier que aucun ne veut tre oubli, non seulement de la postrit, mais des lecteurs eux-mmes. Les deux anniversaires ont t aussi mdiatiss lun que lautre. Pourquoi faire, direz-vous,

PAGE 2

Page 2 Mercredi 27 Juillet 2011 EN BREF ... EN PLUS ... Ecoutez Mlodie Matin sur 103.3 fm avec Marcus Hati tourne les pages Cette aventure hors du commun fait de cette ville lune des plus culturelles dHati. Elle compte une socit de potes (Sopol), dveloppe un cinma en plein air et peut senorgueillir dtre la seule cit provinciale de lle tre dote dun muse, construit par un amricain en mme temps que lhpital du Bon Samaritain. Du docteur au dput, de ltudiant au responsable de la Croix Rouge local, tous frquentent assidment la BGCL, ai nsi quon nomme la bibliothque Limb. Elle tourne raison de huit collaborateurs pour la plupart privs et de gnreux dona teurs. Pour la clbration de cette dcennie glorieuse, Clment Benoit II a fait montre dune telle nergie que les invits en sont rests mduss. Il faudrait une dizaine de Clment Benoit pour le pays a dclar de son hte. A quelques jours de la fermeture de la manifestation bien connue des Hatiens Livres en folie, un jour de folie Port-auPrince o chacun vient sapprovisionner en livres vendus avec une rduction de 40%, nature (Edwige Danticat en tait linvite dhonneur cette anne), Hati a montr quen dehors de la capitale, la culture de meure bien debout dans cette le habite de potes et dartistes. Hati A couter les radios, lire les journaux, on est surpris de dcouvrir chaque jour la chronique de la vie littraire, quil sagisse du dernier recueil du pote James Nol Kanasutra ou des bourses Barbancourt (du nom du rhum bien connu) rcemment attribues Kettly Mars et Louis-Philippe Dalembert. Dans ce pays encore sous le coup des consquences du sisme du 12 janvier 2010, et qui cherche toujours son Premier ministre, la culture nest peut-tre pas la priorit mais elle vibre intensment au cur dun peuple qui compte tant de potes et dartistes. En quittant Limb, on garde longtemps dans les yeux limage de cette petite grand-mre, somnolant sur sa gal erie, un livre ouvert sur les genoux, tandis que quelques mtres plus loin, un enfant ouvre un album dans les salles fraches de la BGCL.Les pages se tournent dans tous les coins du monde, et jusque dans cette petite ville qui, par elles, ouvre ses fentres sur luniversel. Voir Limb et esprer dit Clment Benoit II, chef dorchestre de ces heures mmorables. Ce nest pas un vain mot! Valrie Marin La Mesle Au nord dHati, dans la bourgade de Limb, la bibliothque Georges Castera ftait le 8 juillet ses dix ans avec Dany Laferrire en invit dhonneur. Malgr les preuves, lle reste un vivier culturel. Cest un des miracles comme sait en produire Hati. Au nord de la capitale, dans la calme bourgade de Limb, une petite bibliothque ftait ses dix ans dexistence et les 4.322 livres mis disposition des 55.000 habitants dans de jolies salles baptises Yanick Lahens et Dany Laferrire. Ce dernier est venu de Montral tout spcialement, convaincu par la tnacit du fondateur de la bibliothque Georges Castera de Limb, qui rpond au nom de Clment Benoit II. Dans une des rues principales de sa ville natale, ce garon a transform la maison de ses parents en bib liothque, la premire et unique de la ville, inaugure le 8 juillet 2001. A louverture, elle comptait 57 livres, qui se sont multiplis chaque anne jusqu ce fonds copieux. Clment est un passionn de culture, un activiste des lettres, qui a fait de ce lieu un poumon culturel pour ses compatriotes. Ce 8 juillet 2011, les drapeaux furent hisss au son des hymnes jous par la fanfare locale, pour accueillir les invits de la fte sur un tapis rouge pos mme la rue. En compagnie de lauteur de Lnigme du retour (prix Mdicis 2009), son diteur hatien de Qubec et pote, Rodney Saint Eloi, le pote Georges Castera que Cl ment Benoit II chrit plus que tout autre, do son nom donn la bibliothque, mais encore Emmelie Prophte, romancire et pote, venue reprsenter la Direction na tionale du livre en Hati, quelle dirige avec autant de passion que de professionnalisme. Il fallait voir la cour de la bib liothque, ombrage sous un grand am andier, se peupler dune assistance nom breuse, tous ges confondus, venue clbrer lvnement. Lectures de textes, chants de troubadours, performances de slameurs et de diseurs, pas de danse Tout tait runi pour un de ces chers Dany Laferrire, et qui se prolongea tard le soir. Des livres en libert Toute lanne, le valeureux Cl ment Benoit II parvient faire venir les auteurs hatiens dans sa bibliothque. Et sils ne viennent pas jusqu lui, cest lui qui se dplace: son opration itinrante Livres en libert, parvient dans chaque ville du pays runir une foule demandeuse de rencontres, et de livres. Le fondateur regarde aussi tout ct de chez lui, et fait circuler les ouvrages dos dne pour alimenter en nourritures spirituelles les plus petits villages entourant Limb. J Dimanche, 24 Juillet 2011 HPN Des jets de pierres et des tessons de bouteille ont t lancs contre le cortge du prsident Martelly dimanche lentre de la ville du Cap-hatien o il tait en visite, a appris Haiti Press Network. Le prsident a march pied de laroport au centre-ville sous les applaudissements de milliers de ses partisans, mais lentre de la ville, des inconnus ont lanc des pierres en direction de son cortge, a indiqu HPN un journaliste sur place. On ignore sil y a eu des blesss, mais le chef de lEtat na pas t atteint. La police a procd plusieurs arrestations dans le quartier. M onnaire La ministre de la Culture et de la communication, Marie-Laurence Jocelyn Lassgue, a dcid vendredi darrter de liquider les affaires courantes au sein du gouvernement dmissionnaire de Jean-Max Bellerive. La ministre a crit au Premier ministre Jean Max Bellerive pour linformer de sa dci sion de ne plus liquider les affaires courantes, avons-nous appris. Aprs le dpart de Paul Denis, ministre de la Justice, qui a aussi dcid de tirer la reverence, cest au tour de la ministre de la Culture de quitter le gouvernement dmissionnaire. Vendredi, 22 Juillet 2011 HPN Lancien prsident amricain Bill Clinton a annonc que sa Fondation avait dcid daccorder un don de 1,25 million de dollars pour faciliter lentre lcole de plu sieurs milliers dcoliers hatiens. Lors dune crmonie au Palais national o il a t dcor par le prsident Michel Martelly de lordre Grand-Croix plaque or de lOrdre National Honneur et Mrite, M. Clinton a indiqu que cette somme, 1,25 million de dollars, sera verse au ministre de lEducation nationale. Largent devrait permettre 1O.000 enfants de plus de frquenter lcole primaire et davoir un plat chaud chaque jour, a-t-il dclar. Il a ajout que ce montant allait galement soutenir le programme de scolarisation gratuite du prsident Michel Martelly. Outre son support lducation des petits Hatiens, la Fondation de M. Clinton a gale Le prsident Martelly a salu lancien prsident amricain comme un grand ami dHati qui travaille la promotion du pays. Hati: le pays o il y a le moins de prisonniers (Haiti-Libre) Hati est le pays des Carabes o il y a le moins de prisonniers, cest ce que nous apprend la neuvime tude intitule Liste mondiale de la population des prisons portant sur 218 pays et territoire indpendants, publie le jeudi 21 Juillet par le Centre International dEtudes Pnitentiaires, un partenaire de lUniversit dEssex. Selon cette tude, la date du 31 dcembre 2010 la population carcrale en Hati tait de 5,331, soit 55 prisonniers pour 100,000 habitants, le taux le plus bas des Carabes. pour 100,000. La palme au niveau de la rgion caribenne est dtenue par les Iles vi erges (US) avec 539 prisonniers pour 100,000. Tandis quaux tats-Unis dAmrique, le chiffre slve 743 personnes pour 100,000 habitants, soit un total de 2,292,133 personnes enfermes. Toujours selon cette mme tude, en Hati, 67.7% de la population carcrale est en dtention provisoire [souvent depuis des annes], 8.6% sont des femmes, 3.9% sont des mineurs [souvent dtenus avec des adultes]. Il est aussi indiqu quil y a 18 prisons dans le pays et quen juin 2010, trois prisons taient inoprantes suite au sisme du 12 janvier 2010 et que la capacit carcrale est de 2,448 ( la date de mars 2009). Assistance : moins de la moiti des dons promis dbourse (AFP) Moins de la moiti des dons promis Hati lors dune confrence des Nations selon des chiffres publis vendredi par la Banque mondiale. Lors de cette confrence qui stait tenue New York, donateurs avaient promis et 2011 pour reconstruire Hati, a rappel la Banque mondiale dans un rapport sur le fonds quelle gre pour le pays. Sur cette somme, la date de juin 2011, les donateurs ont dbours 1,74 milliard de dollars, ce qui reprsente 38% du total des fonds promis Hati pour 2010 et 2011, a indiqu linstitution. M. Martelly a dit vouloir faire passer le message nos amis et donateurs potentiel nir aux objectifs dsirs. En retour, jespre que les engagements pris vis--vis du peuple hatien se matriali seront en participations concrtes, a-t-il ajout. La Banque mondiale faisait le bilan dun an de fonctionnement de son Fonds pour la reconstruction dHati, une structure quelle gre pour fdrer laide ce pays parmi les plus pauvres du monde, touch par un sisme dvastateur en janvier 2010. Au total, ce fonds a attir 19 pays donateurs, rcoltant au total 352 millions de dollars. Wyclef Jean : le prsident hatien Michel Martelly le dcore En 2010, la candidature aux lections de son pays avait t refuse Wyclef Jean. En mars dernier, il tait la cible dune fusillade Port-au-Prince. Belle claircie pour lartiste : il a t dcor par le prsident du pays. Mercredi dernier a t le jour de gloire de Wyclef Jean. Le prsident hatien, Mi National Honneur et Mrite. Un titre rallonge mais qui sonne plutt bien dans une biographie. grandes phrases qui ont ponctu lvnement. Son grade, Wyclef Jean ne la pas vol vu son dvouement envers son pays. Aide au dmunis et aux jeunes, soutien lors de la catastrophe du douze janvier 2010, lartiste a rgulirement prouv son attachement par des actes concrets de solidarit sociale pour reprendre le dires du prsident. Elogieux, le premier homme de lEtat la donc t avant de conclure par un : que vous accordez la communaut nationale ira se renforant parce que, pour se sortir SANTIAGO (AP) Une autop chilien Salvador Allende sest suicid dans le palais de la Moneda Santiago lors du coup dEtat de septembre 1973, a-t-on ap pris mardi de source judiciaire. Sa fille, Isabel Allende, a af dapprendre ces conclusions donnes par une quipe dexperts internationaux. Un expert en balistique britan nique, David Prayer, a prcis que Salvador Allende avait t tu par deux balles tires par un fusil dassaut, plac entre ses jambes et sous son menton, et conu pour tirer de manire automatique. Daprs lui, les balles ont travers le haut de sa tte et lont tu sur le coup. Selon David Prayer, deux balles ont t tires, deux douilles retrouves et rien ne montre quune autre personne soit intervenue dans la mort dAllende. Les rsultats de cette autopsie, rendus publics mardi, cartent les thories selon lesquelles Salvador Allende a t tu par des militaires, quand ils ont pris dassaut le palais de la Moneda lors du coup dEtat men par le gnral Augusto Pinochet. Prs de 38 ans aprs sa mort, la dpouille de Salvador Allende avait t ex si le prsident chilien sest suicid dans le palais de la Moneda ou sil a t abattu par larme lors du coup dEtat. AP

PAGE 3

Mercredi 27 Juillet 2011 Page 3 SOMMAIRE SOMMAIRE LACTUALITE EN MARCHE Mercredi, 20 Juillet 2011 20:16 JJ/HPN Palais national par le prsident Michel Martelly pour, entre autres, sa promotion dHati travers le monde. de lOrdre national Honneur et Mrite lors dune sobre crmo nie droule au Palais national en prsence de parlementaires, de reprsentants du secteur priv et de membres de la famille du chanteur, notamment son oncle Raymond Joseph, ancien ambassadeur dHati Washington. Le natif de la Croix-des-Bouquets a t distingu pour ses uvres sociales en Hati, en reconnaissance de son dvouement pour la promotion du pays dans le monde. Malgr toute la gloire que tu as reue travers le monde, tu continues porter Hati dans ton cur et aider le peuple hatien a dclar Michel Martelly qui a prsent Wyclef comme un modle la diaspora. Hati a besoin de Pour sa part, Wyclef Jean sest dit trs honor dune telle distinction, quil trouvait son blason cool et quil laimait bien (en anglais). Bien avant la crmonie, il avait dclar que de tous les prix quil a reus, il se sentait le plus honor par celui reu de la part du peuple hatien. Le rappeur a ensuite tenu faire taire une rumeur faisant croire quaprs les lections les choses se seraient gtes entre lui et Martelly. La star se dit toujours engag aux cts de lactuel prsident pour laccompagner notamment dans le domaine de lducation. lanc linterprte de 911 Plus loin, dans une dclaration en anglais, Wyclef Jean, a demand aux tats-Unis denlever sur le Net lavertissement ses ressortissants de ne se rendre en Hati que si cest ncessaire. Il faut enlever cet avertissement si lon de lOrdre national Honneur et Mrite veut attirer des investisseur dans le pays a exhort Wyclef. Notons que cette distinction a aussi t dcerne lartiste pour sa contribution la campagne de Michel Martelly. Il a galement t nomm ambassadeur itinrant pour Hati. du premier ministre dsign: travailler avec tout le monde Port-au-Prince, le 21 juillet 2011 (AHP)Le pre jeudi le dpt de ses pices au snat aprs avoir report en deux fois cette formalit constitutionnelle. Lancien ministre de la justice trs controvers au parlement a dit considrer sa dmarche comme un pas sur le chemin qui devrait lui permettre de se mettre au service dune cas, il travaillerait dun commun accord avec le chef de ltat et des diffrents groupes reprsents dans les deux chambres. Aucun bras nest trop faible ni assez puissant pour sest dit prt travailler avec tout le monde pour le bonheur du pays. La commission charge de lanalyse du dossier con Nippes, Jean William Jeanty, avoir reu 14 pices correspon dant aux critres tablis par larticle 157 de la Constitution. Le snateur assure que la commission fera un travail et de lauthenticit des pices dposes par le premier ministre dsign. Pour ce faire nous prendrons le temps quil faudra a-t-il prvenu. Alors que les ngociations se poursuivent entre les du premier ministre dsign, le prsident de cette chambre, t renverse. Selon le prsident de lassemble nationale, le travail de lanalyse des pices sera purement technique contrairement Il indique avoir expliqu au candidat la primature donn quaucun dsistement na t enregistr au sein du groupe des 16. Le premier snateur du centre, Francisco Delacruz, tion du premier ministre dsign dont le dossier est sur une bonne voie a-t-il estim, se rfrant aux dclarations de ses collgues du groupe des 16 aprs la runion de mercredi soir avec le chef de ltat. Le parlementaire dit esprer que les ngociations en cours dboucheront sur des conclusions heureuses. (Haiti Libre) Le Premier Ministre dsign, Bernard sera examin par une commission forme des Snateurs : Lucas Franois Sainvil, Nnel Cassy, Yvon Buissereth, Wencesclass Lambert, Edwin Zenny, Francisco Dalacruz, Jean-Baptiste ( PM DEPOT / 6) La star hatienne du hip hop international fait Grand Chevalier par le prsident Martelly (HPN) Les funrailles de Azor p.1 Un Premier ministre, par piti p.4 Hommage aux doyens p.1 Nos ex-chefs dEtat et leur anniversaire p.1 Kay Pa M au del de leffet dannonce p.1 Martelly veut lancer la petite entreprise p.7 Bernard Gousse fait le dpt de ses pices p.3 Marie Laurence Lassgue tire sa rvrence p.2 Moins de la moiti des dons promis dbourss p.2 MURS Les Algriennes se refont une virginit p.11 Inesthticit p.12 Importantes amliorations dans les prisons p.12 Hati pays o il y a le moins de prisonniers p.2 Le fort Drouet et lhabitation Dion p.13

PAGE 4

Page 4 Mercredi 27 Juillet 2011 UNE ANALYSE MIAMI, 23 Juillet De plus en plus de pressions sexercent sur les forces politiques pour donner au pays un premier ministre dans les prochains jours. prsident Michel Martelly, celui-ci dit tre parvenu une en tente avec le groupe des 16 snateurs opposs la nomination de lex-ministre de la justice Bernard Gousse pour cause de violations des droits humains perptres (ou tolres) sous le rgime intrimaire qui avait succd au brutal renversement de Jean-Bertrand Aristide en fvrier 2004. Un Premier ministre, par piti vcue comme une cause nationale), il nous faut par cons quent un premier ministre qui ne soit embrigad dans aucune appartenance politique ni socio-conomique, encore moins idologique. Ce dont nous avons besoin ce nest pas un premier ministre politique mais un esprit constructif. En un mot, un btisseur. Dans tous les sens du terme. Pour commencer le premier ministre doit pouvoir un esprit organisateur. Parle-t-on de reconstruction ou non ? Cest le seul sujet avec lequel on ne peut pas bluffer. Bien que la plupart nont que a pour tout programme Bref, il nous faut, vous devinez, une sorte de Colbert. Et pour rester chez nous, un Inginac (Joseph Balthasar Inginac, un multre, eh oui), le secrtaire vie de Dessalines dabord, puis de Ption et de Boyer. On doit tre deux pour ngocier Mais du ct du Parlement, il y a aussi des engage Le prsident Martelly et le ministre allemand des affaires trangres Guido Westerwelle (photo Thony Blizaire) Le secrtaire gnral de lOEA, Jose Miguel Insulza, souhaite que les parties hatiennes trouvent un accord pour le plus grand bien du pays Le Premier ministre dsign Bernard Gousse aprs le dpt de ses pices au Parlement le jeudi 21 juillet (photo Robenson Eugne/HENM) Bernard Gousse, ministre de la justice sous un rgime intrimaire qui a laiss un lourd bilan en violations des droits humains (photo darchives) ments srieux prendre et sur lesquels il doit tre impossible de revenir pendant les 5 prochaines annes. La reconstruction se donne au moins un dlai de dix annes, selon ce quon a entendu lors du lancement symbolique du processus le lundi 18 juillet coul. On doit tre deux pour ngocier. Deux et deux. Le prsident Martelly a dj dsign deux candidats au poste de premier ministre. Sans succs. Il poursuit les ngociations avec les factions du parlement hostiles ses deux premiers choix. Il a dj mis beaucoup deau dans son vin quil semble avoir cependant lhabitude de boire sec. Mais qua fait jusquici le parlement sinon son NIET ? Refus total chaque fois. On doit donc exiger aussi du parlement lengagement (et que cela soit par crit) laisser le premier ministre qui sera suppler aux limitations du prsident Martelly qui en a comme tout un chacun, quelque phnomnal quon puisse tre. Il fallut Mozart pour clore dabord son pre Lo pold puis son pouse Constance. Le Gnral de Gaule choisit un agrg de littrature comme chef de gouvernement, qui deviendra son tour le prsident Georges Pompidou. Sweet Micky, dit-on, serait un autre Ti Roro sans sa femme, Sophia. Aprs deux mois dexercice du pouvoir, le prsident Martelly a beaucoup appris. Il a rabaiss son caquet de jeune premier. Il a appris ngocier, transiger. Ce qui est lessence mme de la politique. Il a appris que la politique cest savoir, comme disait lautre, jusquo lon peut aller trop loin. Il est all trop loin les premiers jours. On la peru arrogant, radical. Menaant. Mais il sest rattrap, on la vu, lors de ses dernires rencontres avec les snateurs opposs au choix de Gousse. serait pour saccorder un dlai de pas plus dune semaine ou autre. En effet le temps se fait long et la patience de tout un chacun est mise rude preuve. Aprs tre partis de deux ples opposs, le prsident et le parlement se retrouvent la mme enseigne. Il faut un premier ministre cote que cote. En mme temps, cest quand les deux camps sont ainsi galit dans le rapport des forces que le pays devrait avoir la chance de faire le bon choix. Un rel rassembleur Il faudrait une personnalit (homme ou femme) qui ait ses entres dans toutes les catgories sociales et tous les milieux ainsi que auprs de tous les ges. Sans gne, ni pr jug. Sans ide prconue, ni esprit d priori. Ni un chrtien fanatique, prt partir en croisade, alors que la nation entire pleure un sommet de la musique vodou, notre bien aim Azor. Ni quelquun qui, force de campagne de presse, pourrait se retrouver (mme tort) dans la liste dinfamie du Canada pour crimes de guerre ou contre lhumanit. Bref, on recherche un rel rassembleur. Puisque lobjectif cest de reconstruire le pays (et cest lun des rares moments de notre histoire de peuple o un mme besoin nous unit, o la reconstruction est ressentie si ce nest encore de faire son travail (des fois quil se rvle la hauteur) sans devoir tre soumis en permanence et pour un oui ou un non aux tracasseries et pratiquement au bon plaisir de toutes les com missions snatoriales (plus particulirement) ne pensant quaux intrts politiciens de leurs membres ou du prsident de ladite commission, comme on ne la que trop vu ces derniers jours. Ngociations est un mot pluriel, oui ce sont les deux parties qui doivent cder quelque chose. Sinon cest du chantage. Et aujourdhui, vu notre dsespoir tous, cest plus Hati en Marche, 23 Juillet 2001 Car il y a aussi le Martelly charmeur. Les deux visages de Janus. Comme au thtre. One man show Et on y arrive. Mi chel Martelly cest un acteur. Et comme la prsidence en elle-mme est un mtier soli taire, un acteur qui joue une sorte de perptuel one man show. Il faut donc un pre mier ministre qui lui fasse pendant. Comme Constance Mozart. Sophia Micky. On na pas besoin de deux dclamateurs de sentences po Une cacophonie. Bien de chez nous dailleurs. Il nous faut

PAGE 5

Mercredi 27 Juillet 2011 Page 5 DE LACTUALITE puisque la Constitution en vigueur ne permet que deux mandats prsidentiels Seul le style qui fait la diffrence. Baby Doc reste perdue dans la montagne, Le Petit Rocher. En compagnie des de lactualit. Ne pas sombrer dans loubli. Maintenir la petite Mme stratgie aussi par rapport lactuel pouvoir. lances publiquement par le candidat Martelly au rgime Du valier (1957-1986) sous prtexte que lordre rgnait dans le pays et que des investissements sy faisaient ; puis le prsident Do la prsence aux cts de lex-plus jeune dictateur du monde (Baby Doc est arriv au pouvoir 19 ans en 1971 la mort de celui quil appelle tout simplement Papy voir LHritier, nouveau tome de Bernard Diederich sur lhistoire de cette poque sanglante) de tout ce qui reste encore vivant de la vieille garde. Mais pour une raison ou une autre, lvnement PUN navait jamais t aussi grand. Il est vrai que pour les Duvalier, particulirement le 2 e du nom, le peuple na toujours t que la cinquime roue du carrosse. Le fond du dcor. Le spectateur muet des grandsmesses ultranationalistes du rgime. avant sa brutale chute le 29 fvrier 2004, il ne circulait plus quen hlicoptre avec sa scurit compose dex-Marines pendant que ses dizaines de milliers de partisans fourbissaient leurs armes. Hlas. Silence hautain Cependant la dmarche reste la mme. Ne pas sortir candidats tous les postes lectifs. Dailleurs le seul fait que les anciens cadres po litiques du parti soient tous ( quelques rares exceptions) accourus le 15 juillet dernier pour lanniversaire du coordon nateur national revenu de son lointain exil en Afrique du Sud, est rvlateur. Fanmi Lavalas is back (entend-on partout). Il se disait que les Duvaliristes de leur ct allaient larne lex-parti de Papa Doc, le PUN (Parti de lUnit Na tionale). Revenus dexil pour clbrer leur anniversaire comme une fte nationale Jean Claude Duvalier suivi de sa compagne Vronique Roy salue des admirateurs (photo Thony Blizaire) Des partisans du rgime Duvalier protestent contre la convocation au Parquet de lex-prsident vie (photo Hati en Marche) Une grande clbration la Fondation Aristide loccasion de lanniversaire de ce dernier mais lex-prsident a brill par son absence (photo Georges Dup/HENM) a t remis. Cependant alors que toutes ces manoeuvres se d roulent, quoique sans excs de tambours ni trompettes, il ne faudrait tout de mme pas oublier que le pays a un nouveau chef de lEtat qui sappelle Joseph Michel Martelly. Comment celui-ci vit-il cette situation peu commune dans un pays o les pouvoirs sont traditionnellement soupon neux et prompts rappeler comme le vieux prsident Nissage Saget (1874) : chaque bourrique braie dans son pturage Rcemment il a t rapport que le pouvoir Martelly avait fait enlever une voiture blinde mise la disposition dAristide par ladministration Prval comme pour tous les autres anciens prsidents (dont Mr. Lesly Manigat). Puis le palais ralisant peut-tre son erreur, le vhi cule fut ramen la rsidence de Tabarre. Mais les partisans dAristide auraient refus de le reprendre. Snobissimo. Non, je ne regrette rien. Faire comme si on vivait loin au-dessus du volcan. Et que les vingt cinq dernires annes nont jamais exist. Sauf sur les visages dont on narrive plus mettre un nom sur bon nombre Alors que Aristide, quant lui, en prend le contrepied. Son anniversaire est au contraire loccasion douvrir les portes de sa fondation (la Fondation Aristide pour la Dmo cratie) tous les handicaps et laisss pour compte du sisme du 12 janvier 2010, bref aux plus misrables dont le nombre Martelly promettant lamnistie, sil venait tre condamn, celui qui est supposment poursuivi par le Parquet de Portau-Prince pour dtournement de fonds et plusieurs dossiers de crimes contre lhumanit, rien ny fait, lex-prsident vie, rentr inopinment au pays aprs 25 ans dexil en France, reste enferm dans son silence hautain. Martelly sest-il fait snober ? Heureusement quil a dsormais dautres chats fouetter. Quant Aristide, il fait encore mieux. Il a disparu to talement de lactualit. Il est revenu pour aider lducation de son peuple, avait-il annonc. Toutefois lun comme lautre ne peut sem pcher dentreprendre des politiques. Il aura fallu plus dun rappel lordre du Par quet pour faire comprendre Mr. Duvalier quil est assign rsidence et qu ce titre il ne peut laisser la capitale pour aller se faire applaudir par des partisans aux quatre coins du pays. Quant la Fonda tion Aristide, tout en tant effectivement une institution importante dassistance la population (et la seule du genre dans le monde politique quelle nest pas avant tout un tremplin pour les futurs

PAGE 6

Page 6 Mercredi 27 Juillet 2011 RECONSTRUCTION ( KAY PAM ( PM DEPOT ... suite de la page 3) du commun. Mais la plupart sont rentrs bredouille. Donc primo, la BNC doit ouvrir un comptoir spcial massive peut handicaper les autres activits de la banque. cialement aux fonctionnaires publics et aux personnes ayant investissement. Dans le cas o le client deviendrait insolvable. Ou quil meure. Et en dehors du salaire (ou plutt des revenus de lemprunteur), les autres instruments de garantie utiliss sont le plus souvent la proprit o la maison va tre construite Une autre personne peut aussi vous servir de garantie ou de collatral en engageant ses propres biens. Mais dans le cas prsent, on pense que cest la pro prit qui va primer. Or il existe un problme courant (pardon, chronique) en Hati. Et qui est devenu encore plus complexe depuis le transaction nest possible sans les titres. On peut penser que dores et dj cela va tre le han dicap principal dans laccomplissement du projet Kay Pa M. Il faudrait donc que les concepteurs du projet (cest dire lEtat et les banques en question) apportent leur concours en mettant en place un bureau spcial pour aider les propri taires, prcisons les propritaires authentiques rtablir leur titre ou droit de proprit. dieux, cotant beaucoup de temps et dargent, et impliquant au tant la justice (une justice soit rbarbative, soit qui exige quon Kay Pa M au-del de leffet dannonce Le prsident Michel Martelly assiste la clture de la formation dune quipe de jeunes dans la prvention des dsastres (photo Hati en Marche) qui nont plus de maison ? En effet Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince sible et imaginable ? Probablement, non. Il y a aussi la proprit sur laquelle vous comptez lever cette maison. Si tant est quelle vous appartient. de rsidence. Et non destine des activits commerciales. Loffre concerne de manire prcise les familles qui ont perdu leur rsidence dans le sisme. Faut-il tre un fonctionnaire de lEtat ou avoir un pensons pas. On peut ne pas entrer dans ces deux catgories, avoir perdu sa rsidence dans le sisme et tre capable de rembour sement ce tarif-l : 8% et payable en 30 ans. Ce qui devrait intresser la BNC (et la BPH) cest comment elle va recouvrer son prt. Un point cest tout. Le client peut tre solvable tout en tant quelquun qui travaille son propre compte. Un artisan, un artiste, un consultant. Il Ensuite, quelle que soit la banque, quelle soit com merciale ou semi-tatique, quel que soit le taux pratiqu, mme aussi bas que 8%, le prt quelle vous fait constitue pour la banque un investissement. Donc elle cherche le meilleur moyen de garantir son sisme, cest la question des titres de proprit. Jamais il ny avait eu autant de btiments dtruits la capitale. Donc reconstruire. Or aucun engagement, aucune Bien-Aim, Jean William Jeanty (Prsident de la Commission) et Jean Willy Jean-Baptiste). William Jeanty, le prsident de la commission, promet une analyse technique et objective du dossier du Premier Ministre dsign. Si le dossier passe la premire tape, il devra affronter le vote des snateurs, dont 16 dentre eux se sont dclars pub liquement opposs la candidature de Me Gousse. Dimanche dernier, le Prsident Martelly estimait publiquement, avoir le soutien de 50% du Snat. Toutefois, le Snateur Mlius Hyp sont que 13 au Snat. Aujourdhui avec le dpt de mes pices au Snat, je commence prendre le chemin qui va me permettre de mettre mon corps et mon esprit au service du pays, au service de la population. Si le parlement me donne le passage a sera un grand honneur pour moi de pouvoir servir une population qui le Prsident Michel Martelly et je vais le faire ensemble avec toutes les parties, je dis bien tous les partis qui sont reprsents au parlement, ces partis, dans leurs diffrences ils reprsentent diverse richesses, diverses expriences, diverses qualits qui font la richesse de notre pays [...]. Jcoute tout le monde, je vais travailler avec tout le monde pour pouvoir servir tout le monde a dclar Me Gousse. mme endroit depuis au moins trois annes. Limportant pour la banque cest de pouvoir rcuprer son argent si jamais lem prunteur devenait insolvable Car mme si le taux dintrt est rvolutionnairement bas (8%), de plus restant nen reste pas moins quil sagit de business et que la banque doit sassurer que le client est capable de respecter ses engagements. Il lui faut ce quon appelle dans le langage du crdit bancaire : une garantie. Ou un collatral. fonctionnaires de lEtat. La Banque nationale de crdit peut ce titre oprer son prlvement directement sur le salaire du fonctionnaire en question. Sil sagit dun employ du secteur priv (ayant au moins trois annes au mme job, cest obligatoire), un arrangement peut srement tre trouv aussi avec les patrons de lentreprise pour faciliter aussi le rem boursement. Mais est-ce l la seule garantie pos lui graisse la patte) que les Contributions. LEtat seul est capable dactiver le processus. Quitte en ajouter le cot sur le montant du prt. Ce pourrait tre aussi une bonne occasion de moderniser une fois pour toutes lenregistrement et la conservation des titres de proprit. Un problme aussi vieux que lindpendance dHati le 1 er janvier 1804. Et un casse tte qui a t dcouvert aussi par les organisations trangres engages dans lassistance aux dplacs du sisme. Et surtout qui fait peur aux investis seurs trangers. Un pays o lon ne sait qui possde vraiment quoi ? En un mot, les responsables de Kay Pa M ont un gros effort (et dabord en termes de communication) faire sils veulent que le projet russisse. Car pour le moment les premires donnes livres au public semblent avoir cr aussi une grande confusion. Comme cette dame qui nous appelle pour dire : puisque les gens gs de plus de 65 ans ne peuvent pas y souscrire, quest-ce quon va faire de ceux-l Manhattan, le 19 juillet 2011 (AHP)Un juge fdral amricain a condamn lundi un ex-volontaire hatien des Nations-Unies passer entre 5 10 ans en prison pour avoir subtilis des milliers de dollars au moins 11 de ses compatriotes, leur promettant dobtenir des cartes de rsi dence amricaine. Marc Payen, g de 30 ans, se faisait passer pour un employ du service de limmigration de lONU, un service qui nexiste pas en ralit. Il assurait ses victimes quil pouvait leur faire obtenir des documents qui leur per mettraient de sjourner aux USA, en change dargent. Outre sa peine in flige par le juge Thomas Farber de la cour suprme de Manhattan, Marc Payen devra rembourser entre 30 a 40 mille dollars ses victimes. En plus des 10 annes quil devrait passer en prison, Payen doit verser aussi au tribunal un montant de 17 mille dollars. laquelle se trouvaient des compatriotes hatiens aux USA aprs le tremblement de terre du 12 janvier 2010 pour se faire passer pour un employ des Nations-Unies, leur promettant des documents dimmigration, indique un communiqu du bureau Marc Payen conseillait des employs de lONU et autres agences internationales sur des thmes ayant voir avec le logement. Cependant, entre septembre 2009 et 2010, il sest transform en escroc se runissant avec des Hatiens la salle de rception de lONU, New-York, leur faisant savoir que Aprs le tremblement de terre du 12 janvier 2010, Marc Payen racontait ses victimes quil pouvait leur faire obtenir des cartes de rsidence aux USA (Green card) ou le statut de protection temporaire (TPS). Quand les victimes exigeaient des reus pour leur versement, Payen leur remettait des formulaires des services de citoyennet et dimmigration avec de fausses signatures. 8 hatiens ont port plainte contre Marc Payen qui a

PAGE 7

Mercredi 27 Juillet 2011 Page 7 RECONSTRUCTION PORT-AU-PRINCE, 19 Juillet Le prsident Michel Martelly a annonc son intention dencourager la cration de petites entreprises. Cest une intention du chef de lEtat qui mrite dtre encourage. Michel Martelly prvoit la cration de 5.000 petites entreprises de 10 employs chacune au moins. Qui dit mieux, si vous pouvez prouver que vous avez un projet capable de gnrer au moins 10 jobs, vous tes habilit obtenir un prt pour le raliser. Cest lannonce qui a t faite lundi (18 juillet) par ( Mlodie Matin sur 103.3 fm avec Marcus le prsident Martelly lors du lancement de la semaine de la reconstruction, une succession dvnements qui ont marqu la semaine et tous sur le thme de la reconstruction de la capitale hatienne qui a t dtruite presque entirement par un sisme le 12 janvier 2010. Mardi cest le projet de relogement Kay Pa m qui a fait la une. Avec des prts un taux dintrt de 8% stable et payables pendant 30 ans, le projet Kay Pa m (en franais, ma maison) offre la possibilit aux petites bourses et aux classes moyennes jetes la rue par le sisme, de retrouver un toit. Dautre part, lors dune interview sur la radio Mlodie FM, le prsident Martelly a rvl son objectif de crer 5.000 petites entreprises raison de 10 emplois au moins cette der Le chef de lEtat travaille dj, dit-il, la ralisation de ce projet, indiquant quil entend pour cela transformer les deux banques commerciales dont lEtat hatien est actionnaire majoritaire, la BNC (Banque nationale de crdit) et la BPH (Banque populaire hatienne), en instruments de crdit pour les petites entreprises, urbaines et rurales. Cest une initiative que nous devons encourager parce que avec un taux de chmage de prs de 80% et une conomie qui, sauf un taux de croissance dau moins 7 9% (paroles du Gouverneur de la banque centrale, Charles Castel), ne pourra pas se rattraper, la meilleure solution cest dencourager les Hatiens eux-mmes (quelle que soit la catgorie sociale laquelle on appartient) crer des emplois et de la richesse, devenir des employeurs, leur propre patron. Pensez que aux Etats-Unis, ce ne sont pas les grandes entreprises comme General Motors qui crent le plus de jobs, qui font le plus tourner la machine conomique. Non, ce sont les entreprises petites ou moyennes. Parfois, des entreprises familiales. Cest un rve qui a t nourri un moment aussi par le prsident Nicolas Sarkozy pour ractiver lconomie franaise. Mais dj en Hati, selon un clbre sociologue latino amricain, Hernando de Soto, qui avait conduit une tude dans notre pays, 75% de la richesse conomique en Hati est gnr dans le secteur informel. Cest aussi celui-ci qui cre de loin le plus grand nombre demplois. Mme au-dessous du salaire minimum denviron 5 dollars amricains par jour. Lannonce faite lundi par le prsident Martelly est de nature soulever beaucoup dintrt. Dailleurs lHatien en diaspora prouve dj ses ca pacits dans ce domaine. Pas lintellectuel, ni le cadre, du fait que ce dernier peut esprer trouver plus facilement un emploi (mme si cest pas tout fait vrai). Non, mais cest limmigrant le moins avantag au dpart. Oyez plutt. Le paysan hatien qui dbarque Miami ne trouve faire que le gazon comme meilleur emploi. Or en Floride chaque maison a un gazon. Bientt il se fait accompagner dun autre compatriote fraichement arriv. Et ainsi de suite. Or aux Etats-Unis on ne garde pas largent chez soi. Trs rapidement notre bonhomme sest mis un pcule de ct en banque. crez-vous pas votre propre entreprise ? Une compagnie pour tailler le gazon. Embellir lenvi ronnement de la maison. Rapidement notre bonhomme, paysan de Milot ou de Bombardopolis ou de nimporte quel trou perdu dHati, est la tte dune dizaine demploys ou plus quil divise en escouades couvrant plusieurs quartiers la fois. Ce nest pas une illusion. De nombreux rfugis hatiens de Floride, arrivs avec pas un clou en poche, sont devenus ainsi leur propre boss. Donc yes we can ! LHatien peut y arriver. Cependant vous aurez remarqu dans tout ceci le rle primordial jou par la banque (la banque aux Etats-Unis). Cest la banque qui constitue le cur le nerf moteur de ce systme. Cest elle qui dcouvre le futur petit entrepreneur. Cest aussi la banque qui guide ses premiers pas. On entend par l que la BNC ou la BPH ne peut pas se contenter dvaluer les capacits du futur petit entrepreneur tel que envisag par le prsident Martelly comme une alternative limpasse conomique o nous sommes depuis longtemps enliss, mais cest la banque de fournir elle-mme lenca drement administratif et comptable, lexpertise ncessaire lclosion de cette nouvelle tentative puis sa progression au fur et mesure avec discipline, got du travail et de la russite. Pour la bonne raison que nous navons en Hati aucune prparation cela. Le crdit est une institution qui nexiste pratiquement pas en Hati. Et pour des raisons qui se rapportent autant linstitution bancaire, un systme cono mique totalement re-ferm sur lui-mme, quaux carences de lEtat (un tat civil soit inexistant, soit non crdible, une justice grand chose. Bref cest la banque de tout faire, commencer par lducation du pays cet gard. Sinon lexprience chouera. Un peu comme les paysans de lArtibonite qui ont annes 90 sous le gouvernement Prval puis qui sen sont alls en Rpublique dominicaine laissant les mmes terres inoccupes. Lexprience laquelle invite le prsident Martelly est passionnante. Pensez, crer un encadrement pour une insti tutionnalisation de la petite entreprise. Dailleurs si a marche, toutes les banques du pays sy joindront immdiatement. Mais cest une exprience pour une conomie qui a la volont de sortir de sa lthargie. Comme lavait peut-tre imagin le dfunt PDG de la BNC, Guiteau Toussaint, le pre du projet. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince Cependant Martelly tarde crer son propre parti. Comme on lui en donne linten tion ... Revenus dexil pour clbrer leur anniversaire comme une fte nationale Lanniversaire de lex-prsident Aristide donne lieu une foire de sant pour les abonns de la Fondation Aristide (photo Georges Dup/HENM) ce niveau des partis dsigns pendant ces vingt dernires annes comme tantt loppo sition, tantt lex-opposition. Et qui semble Car pour le moment lobjectif des uns et des autres ce sont les prochaines com tiers du Snat (10 siges). serr de linternational. Facilitant le diviser pour rgner Hati en Marche, 22 Juillet 2011 devoir dispa ratre comme le vieux Portau-Prince en glouti par le sisme. Encore une dernire re marque : cet clatement ou pire, cette balkanisation de lespace politique ha tien ne peut que favoriser le contrle toujours plus LIBERTE EGALITE FRATERNITE REPUBLIQUE DHAITI Dispositif du jugement rendu par le tribunal de Premire Instance de Port-auPrince en date vingt deux Juin deux mille onze. 1ere ) Entre la dame Jean Claude Paul ne Marie Madeleine Jean Louis deman deresse dune part. 2eme ) Le sieur Jean Claude Paul dfendeur dautre part. Par ces motifs, Le tribunal, aprs examen et sur les conclusions conforme du Ministre Publiques, maintient le dfaut octroy contre la partie dfendeur la susdite de la dame Jean Claude Paul ne Marie Madeleine Jean Louis davec son poux Jean Claude Paul, Pour injures graves et publics prononce la dissolution des liens matrimo de Delmas de transcrire sur les registres ce destin le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de AINSI JUGE ET PRONONCE par nous Jacques Hermon CONSTANT, juge en audience civile et publique du mercredi vingt deux Juin deux mille onze en prsence de Me Jean Claude DABREZIL, substitut du commissaire du Gouvernement de ce ressort Me Gilbert Myrtil avocat

PAGE 8

Page 8 Mercredi 27 Juillet 2011 ARTS & SPECTACLES Et cest une immense qualit chez nous. N dune famille modeste, Azor, malgr son succs toujours croissant, na pas eu la grosse tte et est rest dune simplicit Azor, trsor national, vivant ou mort Le miracle de ces voyages incessants au pays du soleil levant dune multitude de talents hatiens : crivains, journalistes, socio logues mais surtout musiciens pour lesquels Mr Duret a organis des tournes aux quatre coins du Japon. Et le Japon, traditionnellement dis cret et renferm sur lui-mme, sest ouvert ces rythmes venus de si loin, sest mme dcouvert des familiarits avec la musique vodou, Azor et son insparable gang se sont produits avec une chorale japonaise, un lien Cur battant du cinaste Carl Lafontant et que les tlspectateurs hatiens ont pu voir et admirable. Nombreux sont ceux venus samedi lui rendre un dernier hommage ces fun railles que le pays a voulu nationales. Ses amis, musiciens, potes et producteurs, qui lavaient accompagn au Japon, pays qui joua pour lui un rle de tremplin pour sa carrire bien sr lambassadeur Marcel Duret par qui le miracle est arriv. sur pierre, sur mtal, sur bois, des brodeuses, des spcialistes en tableaux paillettes, des artisans de papier mch (les divers genres Hommage aux doyens se trouvaient runis pour loccasion), slec tionns par un jury compos de spcialistes Azor et la chanteuse Sara Renelik lors dune tourne au Japon organise par lambassadeur Marcel Duret (photo de courtoisie) Le prsident Michel Martelly anime la soire Hommage aux Doyens de lartisanat avec un troubadour (photo Elsie Ethart/HENM)

PAGE 9

Mercredi 27 Juillet 2011 Page 9 BANQUE NATIONALE DE CREDIT

PAGE 10

Page 10 Mercredi 27 Juillet 2011 ARTS & SPECTACLES Azor, trsor national, vivant ou mort revoir ces derniers jours aprs la mort de notre barde national et international. Ce samedi 23 juillet, au Champ de Mars, la plus grande place publique du pays, un pristyle tait dress on a sorti de son instrument des sons inusits et dune telle harmo nie quaucun autre tambourineur naurait pu le concurrencer. Il faudra longtemps pour quapparaisse un artiste de sa trempe. Cela ne veut pas dire que son groupe Racine Mapou cessera dexister. Lhritage est entre les mains des danseuses, des membres du chur et surtout du frre du Samba, son ain, Ti Nonm, qui fait partie du groupe et qui a assur lors des funrailles que la relve tait assure et que Racine Mapou poussera encore de nombreuses racines. Ti Nonm a dailleurs donn une sorte dillustration que le groupe ne disparaitra pas. On a vu les danseuses, v tues de jaune et rouge, performer sous les directives de celui Hommage aux doyens en la matire. Quant aux prims, ils taient l pour la plupart, ou bien staient faits reprsenter par leur progniture, quand leur grand ge ne leur permettait pas dtre prsents la soire. Celle-ci a commenc par une prsen tation de notre confrre Clarens Renois, jouant le rle de MC (matre de crmonie) toujours imbattable et qui a invit lorganisatrice de lvnement, Pascale Thard, expliquer hommage place sous le patronage du Mi nistre des affaires sociales, avec le Ministre Grald Germain prsent en personne. Des remerciements ont t adresss aussi au maire de Port-au-Prince, Muscadet Jason, qui a mis lespace March Hyppolite la disposition des organisateurs. Ce fut une bonne ide de projeter le documentaire du cinaste amricain (jac qui fait tellement dfaut aujourdhui et qui runissait chaque anne dans la capitale du Sud Est des cinastes venus du monde entier. Il faut souhaiter que ce festival reprendra vie Un moment fort de la soire a t lhommage rendu notre artisanat et notre culture par la styliste amricaine de renom Donna Karan, dont la ligne de vtements DNKY fait le tour du monde et est trs prise par les vedettes, les ttes couronnes, le public en gnral. in Haiti, Donna Karan a racont comment, ds quelle arrivait, sous nimporte quels cieux, revtue de cette gamme de vtements dinspi ration hatienne, les loges ne tarissaient pas. Aussi bien en Inde, en Angleterre ou ailleurs. nos artisans et au public en gnral sur lori ginalit que continue de reprsenter la griffe Les chanteurs eux aussi de renomme internationale, Luc Mervil James Germain, ont su charmer le public, tandis que le Pr sident Michel Marthely, troquant le complet veston de prsident pour la casaque de Sweet Micky, a fait monter sur scne un troubadour pour chanter avec lui Cochon St. Antoine, tant ensemble, on devenait plus fort. Il a promis de kore (encourager) le secteur Artisanat car personne ne peut nous prendre notre culture qui fait toute notre force. Je suis un artisan moi-mme a sou lign Martelly, et il est normal que je veuille pousser ce secteur. du terrorisme et dassurer la pleine et effective mise en uvre des normes du Groupe dAction Financire Internationale (GAFI) en la matire, la Banque de la Rpublique dHati a organis les 20 et 21 juillet dernier, en son sige principal, deux (2) journes de sensibilisation sur la problmatique du blanchiment dargent lintention des respon sables du systme bancaire et des Parlementaires, Snateurs et Dputs, membres des Commissions Finance, Justice et Anti-corruption. Cette initiative de la Banque de la Rpublique dHati a t ralise en collabo ration avec le Dpartement du Trsor Amricain et du Groupe dAction Financire pour la Carabe (GAFIC), dont Hati est membre. A travers cette activit, la Banque de la Rpublique dHati entend crer un forum de discussions avec les acteurs concerns, les mise en uvre des normes du GAFI. Ces journes de sensibilisation ont t loccasion pour les experts de rappeler aux responsables du secteur bancaire leurs devoirs et responsabilits dans la prvention du blanchiment des avoirs et les mesures adopter pour tre en conformit avec les normes dictes par le GAFI. Ils ont galement fait ressortir limportance, pour les Parlementaires, dapporter les correctifs ncessaires au niveau de la lgislation en vigueur pour permettre Hati dtre conforme aux normes internationales. pnal en vue de pallier ces problmes. Les responsables du secteur bancaire et les Parlementaires ont salu cette initiative de la BRH et se sont engags contribuer une approche plus coordonne des questions duvrer en vue de renforcer les dispositifs lgislatifs et rglementaires. Le Conseil dAdministration de la Banque de la Rpublique dHati tient remer cier les responsables du systme bancaire, les Parlementaires et les experts internationaux travailler troitement avec tous les acteurs nationaux. jouait entre autres de la musique japonaise Jai pass douze ans au Japon et Azor y est venu 10 fois nous raconte lam bassadeur Marcel Duret, pour qui Azor est le plus grand musicien de notre poque. Par la puissance symbolique de sa musique et la force de conviction de son message. rve dAzor : crer une cole de Tambour en Hati. Le tambour est un instrument tellement important dans notre Histoire, dans notre mythologie nationale, la fois pour annoncer la rvolte et pour commmorer la victoire, quil faudrait quil y ait une cole consacre Azor qui pourtant ne connaissait pas le solfge et chez qui tout tait sentiment, bouleverse ment et traduction de ses motions, explique que souvent les gens entraient en transe en nous coutant. Et pas seulement des Hatiens. De la mme faon quil pensait aussi, de tambour auquel on convierait les tambou rineurs du monde entier. Lide lui est venue un jour quil ve nait de se produire au Japon. Un jury improvis a eu lide de faire chercher un tambourineur africain pour lui donner la rplique. Mais Azor que tout le monde considre dj comme le successeur dAzor, son frre ain, Ti Non m. Azor (de son vrai nom Lenor For na que 16 ans. Les enfants, Gigine et Sbastien, ont t galement lhonneur pendant la semaine. Cependant ils ont racont lors dune interview sur Canal 11 comment leur pre na jamais voulu leur laisser apprendre la musique parce que, disait-il, un musicien est et meurt pauvre Il voulait donc que ses enfants aient une autre profession que la sienne. O Hati Dailleurs aux funrailles, nous avons entendu un initi dclarer : Azor par ci, Azor par l et dans une semaine, on nen parlera plus. Et sa femme, ses enfants, tout le reste de sa famille sombrera dans la misre la plus noire. Cest le sort de beaucoup de musi ciens de chez nous en effet. Lavi mizisyen. Aduls du public, on les oublie aussi vite. Ce que Azor rsumait donc par cette diquant que notre sjour sur cette terre passe vite, mais une fois mort, on peut aussi parler de vous des sicles durant. Elsie Ethart, 23 Juillet 2011 Mlodie Matin sur 103.3 fm Pristyle dress en plein Champ de Mars pour les tmoignages sur Azor et une performance spciale de son groupe Rasin Mapou (photo Robenson Eugne/HENM) Soire hommage aux doyens de lartisanat hatien au March Hyppolite fraichement restaur grce aux bons soins du prsident de la Fondation Digicel, Denis OBrien (photo Hati en Marche) mlien par adoption) David Bell, principal organisateur du festival du Film de Jacmel, LIBERTE EGALITE FRATERNITE REPUBLIQUE DHAITI Dispositif du jugement rendu par le Tribunal de Premire Instance de Port-auPrince en date du vingt neuf Juin deux mille onze. Entre 1) Le sieur Fritzner DORCELY, demandeur dune part ; dautre part ; PAR CES MOTIFS : le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions conformes du Ministre Public, maintien le dfaut octroy contre la partie dfenderesse la susdite graves et publiques. PRONONCE la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les transcrire sur les registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens la Capitale sous peine de dommages-intrts envers du prsent jugement ; compense les dpens. AINSI JUGE ET PRONONCE par nous Jacques Hermon CONSTANT, juge en audience civile et publique du mercredi vingt neuf Juin deux mille onze en prsence de Me Jean Claude DABREZIL, Substitut du Commissaire de Gouvernement de ce ressort Me Jean Magelot Blizaire Avocat

PAGE 11

Mercredi 27 Juillet 2011 Page 11 LES PETITES ANNONCES Have your Federal & State Income Tax Prepared by for Appointment 10 dpartements dtudes Gestion dEntreprise Conception et Excution de Projet Economie et Finance Sciences de lEducation Sciences Comptables Relations Internationales Gouvernance Diplme en : Informatique de Gestion Relations Publiques Sminaire en Angle Delmas 75 et Impasse Hrard # 3, Port-au-Prince, Hati, W.I. Par courriel: c.f.d.e.delmas@gmail.com Par tlphones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575 2513-3726 \ 3767-1575 \ 3444-2001 Numros d'URGENCE Direction Protection Civile (DPC), par Dpartement Ouest : 3631-5095 Centre : 3605-1747 Artibonite : 3731-7830 Nord : 3701-0666 Nord Est : 3605-1749 Nord Ouest : 3605-8453 Grande Anse : 3777-3970 Nippes : 3751-7390 Sud : 3719-5049 Sud Est : 3615-3991 En Algrie, les futures jeunes maries sont de plus en plus nombreuses se faire recoudre lhymen, un business juteux pour les mdecins mais aussi les escrocs du secteur. Dans la voiture de tte, une femme, mue et paralyse par lmotion est voile de blanc et attend son sort; cest la jeune marie. Elle se dirige vers la salle des ftes, o le mariage aura lieu, trs mditerranen, avec foule dinvits, gteaux, mchouis et parades avec diverses tenues vestimentaires. La suite est connue: nuit de noces, puis rveil dans un nouveau statut, celui de femme marie. Tout est rgl jusquau moindre dtail, et pourtant, ce nest pas aussi simple. Depuis quelques annes, les hom mes sont de plus en plus nombreux exiger la virginit de leur pouse. Quand ils ne le font pas, ce sont leurs parents qui On est plus modernes explique en souriant un jeune mari, avant, on devait sortir les vtements tchs de sang de la femme sitt lacte accompli. Cette pratique a disparu mais les blocages restent tenaces. Heureusement, la mdecine est l, pour soulager la souffrance des femmes. Haute-couture ou prt--porter acte chirurgical qui consiste re coudre lhymen avec les muqueuses vaginales est une pratique secrte mais courante. Plusieurs forums sur Internet en parlent ouvertement et les nombreux cabinets de chirurgie plastique qui ont clos Alger le font souvent. Certains hpitaux pub de connatre un mdecin et de le convaincre que cest une question de vie ou de mort ce qui est dailleurs parfois rel lement le cas. Lopration, qui dure moins dune heure, cote entre 100 et 500 euros, et, selon la qualit de lintervention, la membrane reconstitue ne tient pas longtemps; quelques heures voire quelques jours avant la pntration. Le docteur Osmane*, lun des pionniers de la chirurgie plastique Alger avertit les femmes des risques et complications lis cette opration souvent faite par des amateurs ou des rebouteux dans la clandestinit. En gnral explique-t-il, lopration mal faite consiste faire des points de catgut sur les reliquats hymnaux pour recoudre lhymen la veille de la nuit de noces. Cette technique ne rpond pas aux principes de la chirurgie ajoute le plasticien, et elle est souvent voue lchec Mme son de cloche chez cet autre professionnel: Lhymnoplastie, ici comme dans le monde entier explique le docteur Sadji, chirurgien plastique qui reoit des dizaines de clientes dsespres chaque semaine en ce moment, est une vritable opration de chirurgie qui doit tre effectue dhygine et de scurit, dans un bloc chirurgical. En dehors du risque mdical pur (infection ou hmor ragie), les complications sont souvent lies la membrane qui se ne se rsorbent pas assez vite et qui sautent aux yeux du jeune mari trop regardant. La complication nest plus mdicale mais devient juridique. En gnral, laffaire se termine en divorce sur le dlit de tromperie sur la marchandise. Tout le monde ne connat pas de mdecin et chacune na pas forcment les moyens de se payer ce genre dopration. Souvent aussi, par pudeur, les femmes prfrent ne pas recourir cette manuvre humiliante, l o un faux acte de virginit aussi, il faut avoir affaire un homme inexpriment. Lhymen est-il sacr? Pas vraiment, mais il faut faire semblant, explique encore Sarah: REYINYON PIBLIK Sou Af BIDJET Enkli Taks ak Fr yo pou Ane Fiskal 2011-2012 Bidj Pwopoze anKonte Miami-Dade pral f d reyinyon piblik nan zn lakay w pou diskite ajisteman yo pwopoze f nan taks ak fr yo. Biwo Estratejik Jesyon Biznis la pral f d prezantasyon pou diskite Bidj Pwopoze pou Ane Fiskal 2011-2012 la nan chak dat ak lokal ki enimere pi ba la-a. Kendall Village Civic Pavilion 8625 SW 124th Avenue Miami, FL 33183 9705 East Hibiscus Street Miami, FL 33157 212-260 NE 59th Terrace Miami, FL 33137 1515 NW 167 Street Miami, FL 33169 251 East 47th Street Hialeah, FL 33013 101 West Flagler Street Miami, FL 33130 19200 West Country Club Drive Aventura, FL 33180 997 North Greenway Drive Coral Gables, FL 33134 Tout sesyon sa yo gratis epi ouv a piblik la. Pou plis enfmasyon, tanpri rele Anita Gibboney nan 305-375-5414. Pou svis yon entprt langaj an siy epi pou jwenn materyo an fma pi aksesib, rele 305-375-5143 omwens senk jou anvan reyinyon kote w prale a. Pour 50-100 euros, on peut sen procurer un auprs des nombreux faus saires installs dans le secteur ds lapproche de lt, ou directement chez certains gyncologues, tolrants et comprhensifs, ou simple ment attirs par lappt du gain facile. La pratique est devenue tellement couran te que daprs le quotidien Echorouk, une enqute vient dailleurs dtre ouverte par les services de scurit sur le sujet, lie aux cas de plus en plus nombreux de demandes de divorce sur constat de non Pour les plus pau vres des pauvres et celles qui nont aucunement lenvie de passer par un mdecin ou un faussaire, heureuse ment, la nature est bien faite et les hymens ne sont pas les mmes. Fins, solides, saignants ou bien cuits, il y a autant dhymens que de femmes et les hommes savent que tout nest pas standardis dans lanatomie fminine. On sentaille lanus avec une lame explique Sarah, une jeune femme qui a eu recours ce procd. Avec la pression de la pntration, a saigne et lhomme ny voit rien, il prfre dailleurs ne pas trop voir cette partie de notre corps. Marie depuis quelques mois, elle expli que que lon peut aussi se couper le doigt et se toucher au bon moment Les risques sont diffrents, il faut tre discrte et aimante, ou alors panique et incohrente Il y a bien sr dautres m thodes non chirurgicales et non bureaucratiques, la plus courante tant dattendre le moment de ses rgles pour convenir du premier rapport sur le mode non chri, je ne suis pas encore prte L

PAGE 12

Page 12 Mercredi 27 Juillet 2011 LIBRE PENSER Inesthticit dans les socits actuelles, des hommes et des femmes au re gard dairain pour empcher que la marche de lhumanit ne ressemble celle des pensionnaires dun asile dalins qui, sans aucun but, tournent en rond interminablement pendant leur heure de recration M. Horkheimer rousse qui sme toujours tout vent, est la thorie de la beaut en gnral et du sentiment quelle fait natre en nous. En tant quadjectif, dans le langage courant, il dsigne ce qui a rapport au sentiment du beau. Lesthtique est donc, selon les spcialistes, la thorie, non de la beaut elle-mme, mais du jugement qui prtend valuer avec justesse la beaut, par consquent, la laideur aussi. A vouloir sentendre sur la beaut ou sur la laideur, on peut se retrouver une ternit discuter amies lectrices et chers amis lecteurs, je me crois dans le devoir dexpliciter ma pense dans le cas, cette semaine, du le mal que vous direz de moi (pas vous tous heureusement) je vais essayer dexpliquer lusage qui a t fait de ce mot que certains jugeront sonorit creuse et que dautres, les puristes srement, nieront jusqu lexistence en tant que mot francofranais Pour dissiper tout malentendu, je tiens dire que jai choisi le mot inesthticit pour insister sur labsence de critres esthtiques aussi bien dans les actions que dans les produits de la pense, qui se donnent dans la socit hatienne daujourdhui. Pour encore mieux prciser, je le vois, dans son applicabilit locale, dans notre socit hatienne daujourdhui, dans deux domaines : Laspect de la forme. On dit ce quon veut sans absolument penser la rigueur qui doit ncessairement accompagner laction du langage, chez des individus consquents ou intelligents ou simplement ayant un certain sens du civisme (ou du respect de soi et des autres). Si, pis encore, vous avez une responsabilit sociale (politique, syndicale, patronale, dirigeante somme faite) vous vous devez lesthtique de la forme quand vous faites usage de la parole. Un respect pour les compatriotes, pour les contribuables pour ceux qui tont choisi pour grer leurs espaces de vie citoyenne Laspect du fond. Cela revient parler du manque dthique dans nos prises de dcision. Cela est vrai aussi bien dans la sphre prive que dans les actions publiques. On ne peut jamais laisser de ct la dimension thique de chacune de nos dcisions quand nous avons sur le dos une responsabilit. Dans notre socit hatienne daujourdhui, trop damputs du cur (comme dirait Brel) ont accs aux structures dcisionnelles du pays. Le grand problme est que nous ne voyons que les handicaps physiques ou sensoriels (lesquels sont de moins en moins pris en considration dans notre socit) et nous ne faisons aucun effort pour dmasquer ceux qui, sous une apparence dhonntet, cachent un sociopathie des plus dangereuses pour le pays. Si je ne vous ai toujours pas convaincu chers amis, faites un petit tour travers les dclarations, les agissements, les comportements (en public) de ces deux ou trois dernires semaines de la part de soi-disant responsables politiques ou de la part de certains grands acteurs de la socit civile hatienne. Observez leurs comportements. Analysez leurs dclarations. Pensez leurs actions. Jugez et jaugez, laune du civisme, ces comportements, ces actions, ces dclarations, et aprs, dites-moi (si vous ressentez encore le courage de le faire) si vous ne croyez pas que linesthticit est un srieux problme pour le pays. Analysez, et vous verrez que linesthticit envahit et lesprit et laction des doreurs dimages des faiseurs de rois qui vampirisent la socit hatienne la rendant de moins en augmenter, sans gne et sans reproches. tant, comme la dsinvolture avec laquelle nous traitons les problmes de notre socit. Ce qui est inesthtique est aussi affreux, comme la misre de chez nous. Ce qui est inesthtique est aussi rpugnant, comme la faon dont certains responsables des deniers publics sapproprient leffort dautrui. Ce qui est inesthtique est aussi hideux, comme la coexistence de ces maisons princires et de ces ajoupas lugubres sur un mme espace de vie citoyenne. Sil en est ainsi et si cela fait des annes que cela dure serons-nous capables de lutter contre cette inesthticit radicale de la vie qui semble simpo ser dans notre socit ? Saurons-nous vaincre cette tendance labandon, qui nous plonge dans le manfoubinisme le plus abject ? Pourrons-nous trouver, dans notre socit hatienne au re gard dairain pour empcher que la marche de notre pays ne ressemble celle des pensionnaires dun asile dalins qui, sans aucun but, tournent en rond interminablement pendant leur heure de recration ? Jimagine, chers amis lecteurs, quil nous faudra tel lement de courage (jaurais tellement prfr le dire en bon dans ce pays que je me demande si les morceaux pars de notre citoyennet vont pouvoir un jour sassembler, pour nous per mettre de vivre en paix et en harmonie dans notre Hati chrie. Oscar Germain germanor2005@yahoo.fr Juillet 2011 Contre cette inesthticit radicale de la vie qui nous est impose, contre la rationalit du rendement, il nous faudrait, moins apte tre autonome et faisant de sa dpendance outrancire la source de leur richesse insultante quils continuent les prisonniers. Alors que des dizaines de milliers de survivants du sisme vivent toujours dans des abris de fortune travers la tantes amliorations. Les tats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, les Nations unies et le Comit international de la Croix-Rouge (CICR) ont lanc des projets visant amliorer les conditions de vie dans les prisons hatiennes, dcrites comme parmi les pires du monde. Certains projets internationaux avaient dj t lancs avant le sisme. Mais les conditions dplorables des prisons et la faiblesse du systme judiciaire hatien ont t exacerbes par la catastrophe, lors de laquelle des dtenus du Pnitencier national ont mis le feu leurs units, permettant plus de 4200 prisonniers de senfuir. Quelque 70 pour cent des prisonniers en Hati nont jamais t formellement accuss, selon un rapport du dparte ment dtat amricain publi en 2010. cause de la corruption et de lengorgement du systme judiciaire, les dtenus sont et certains dentre eux passent plus de temps en prison quils ne lauraient fait sils avaient t condamns pour un crime. Les prisonniers qui attendent un procs et un verdict rats, o les maladies se propagent rapidement. Le cholra a tu des dizaines dhommes au Pnitencier national au cours de la dernire anne, selon le Dr John May, un mdecin de la Floride qui livre des fournitures mdicales la prison depuis une dizaine dannes. La surpopulation des prisons hatiennes est si grave que des dtenus couchent dans des hamacs sales suspendus au plafond, ou dorment sur le sol tour de rle. Les dtenus les plus forts dorment toute la nuit. Les plus faibles, non, explique Riccardo Conti, chef de la dlgation du CICR en Hati. De nombreux dtenus sont accuss de dlits mineurs ment pas mrit une peine de prison, selon Mario Leclerc, po licier canadien et conseiller pnitentiaire auprs du Programme des Nations unies pour le dveloppement. Tout le monde peut faire une erreur dans sa vie. Si vous tres emprisonn pendant cinq ans parce vous avez vol une chvre parce que vous aviez faim ou deviez nourrir votre famille, je ne crois pas que vous devriez rester en prison, estime M. Leclerc. En 2008, la Cour interamricaine des droits de lhomme avait ordonn Hati damliorer ses prisons inhu maines au niveau minimal des standards internationaux. Mais le sisme de janvier 2010 a suspendu les efforts en ce sens. Des organisations internationales se sont remises cette tche environ six mois aprs le sisme. Alors que la reconstruction des maisons a t freine par de nombreuses dis putes lies la proprit des terres, par les troubles lectoraux internationales ont connu un certain succs dans leurs projets de rnovation des prisons. Les rsultats sont perceptibles au Pnitencier national, dont la plus grande aile est baptise Titanic, un nom driv de son immense tour de ciment. Le CICR a investi 260 000 $ dans cette aile pour repeindre les murs crasseux, fournir des lits sommaires aux prisonniers et installer des toilettes qui fonc Importantes amliorations dans les prisons dHati TRENTON DANIEL, THE ASSOCIATED PRESS Publi: 21 juillet 2011 PORT-AU-PRINCE, Hati Dix-huit mois aprs le samliorer un peu pour au moins une catgorie dHatiens:

PAGE 13

Mercredi 27 Juillet 2011 Page 13 Cette semaine a t relativement charge dvnements qui ont fourni notre nouveau prsident loccasion de faire son show. Dabord il y a eu la prsentation de projet de la BRH pour le centre-ville de Port-au-Prince ; puis lexposition de modles de maisons pour le relogement de la population ; puis lHommage rendu aux doyens de lartisanat ; et je ninsiste pas La valle de lArtibonite stend vos pieds, cest une vraie leon de gographie pratique. Pour revenir, nous avions dcid de descendre jusqu la Chapelle et de l de regagner Port-au-Prince par Mirebalais, les deux tronons Port Sond Mirebalais et Mirebalais Portau-Prince tant asphalts. Lide tait surtout de ne pas refaire le avions le front de nous plaindre des cahots de la route tandis que ces malheureux remontaient stoquement le calvaire qui devait les amener chez eux. Cest eux que je pense en revoyant la tl les vnements de la semaine. On va reconstruire Port-au-Prince ; on va faire, et ce nest pas moi qui ai utilis le terme mais un des critiques enthousiastes, une belle vitrine Oui, une vitrine, et derrire cette vitrine, on continuera avoir une population oblige de vivre dans des conditions infra-humaines. Je ne lai pas mentionn, mais, parmi les personnes qui remontaient la montagne, il y avait cette femme, qui a probablement accouch la Chapelle et que lon ramenait sur un brancard improvis, pendant que quelquun dautre portait le nouveau-n. On clbre la culture populaire et le gnie de nos artisans, mais le peuple, porteur de cette culture et source de tous ces talents, est parqu derrire la vitrine, tenu en de prononcer de beaux discours, empocher de jolies commissions, sur son dos et en son nom. Quand, la FONHDILAC, nous parlions de refondation de lEtat dHati selon une vision hatienne ce nest pas ce modle que nous avions en tte. Bernard Ethart chemin que nous avions parcouru pour monter car la Chapelle nous paraissait bien plus proche que Cabaret. Nous ne nous tions pas tromps. Le chemin est bien plus court, mais aussi bien plus escarp, et surtout bien plus dgrad, et il est craindre que, si la saison cyclonique nous donne beaucoup de pluie, cette partie de la route ne soit coupe en plusieurs en droits. Au dbut de la descente, nous avons bien vu la pancarte de lISPAN annonant lhabitation Dion, mais nous navons rien vu de cette cafteraie coloniale dont parle le Bulletin de lISPAN, mais que Smxant Rouzier ne connait pas non plus. Autrement dit, nous sommes bons pour refaire le parcours Par contre, au cours de la descente, nous avons crois des gens qui remontaient du march de La Chapelle et nous avons eu un peu honte de nous-mmes. Confortablement installes dans lair conditionn de notre double-cabine, nous sur lhommage rendu Azor qui se place sur un autre registre. plan daller voir ce fameux fort dcouvert par la CNE loccasion de la perce de la route Cabaret La Chapelle. Jinsiste sur le dcouvert car, comme la dit je ne sais plus qui, il est honteux que lexistence dun tel monument soit totalement sortie de la mmoire collective. Mme Smxant Rouzier ne le mentionne pas dans son Dictionnaire. LISPAN a fait un effort pour rparer ce tort et lui consacre une bonne partie du numro 4 de son Bulletin dat du 1 er septembre 2009. Jai donc rempli ce devoir patriotique et je peux dire que ce ne fut pas une mince affaire. Le fort est situ au sommet de la chaine des Matheux, plus de 1.300 m daltitude, selon le Bulletin de lISPAN, et la dernire partie de la route, l o il sagit vraiment de gravir la montagne est particulirement dure. Une fois arrive l-haut, videmment, cest lmerveillement. Le fort Drouet au sommet de la chaine des Matheux La dernire monte avant de parvenir au sommet qui offre une vie imprenable La descente vers la Chapelle (photos B.E.) Importantes amliorations dans les prisons dHati tionnent. Le CICR tente maintenant dinstaller leau potable pour les dtenus dans les autres ailes de la prison. May. Dans le nord-est de la capitale hatienne, le gouver nement canadien et lOrganisation internationale pour les pnitentiaire qui permettra dabriter 750 dtenus. Les 96 nouvelles cellules de la prison, conues pour loger huit dtenus chacune, comportent deux fois plus despace que les cellules du Pnitencier national, qui sont conues pour 12 dtenus mais qui en logent parfois jusqu 80. Les tats-Unis ont promis plus de 30 millions $ pour former les agents correctionnels. Ils prvoient aussi construire une nouvelle prison pour femmes et rnover la prison pour femmes actuelle, situe dans le quartier Carrefour. Le Programme des Nations unies pour le dveloppe ment a contribu la formation des inspecteurs des prisons et a mis sur pied une base de donnes pour regrouper les infor mations importantes sur les dtenus. Le Royaume-Uni a quant lui rnov un centre de dtention pour mineurs et un autre tablissement pnitentiaire. Mais pour les organisations de dfense des droits de la personne, il reste encore beaucoup de travail faire. Selon Brian Concannon, avocat et directeur de lIns titut pour la justice et la dmocratie en Hati, les nouvelles prisons vont permettre de rduire la surpopulation carcrale, mais la vraie solution au problme exige de sattaquer judiciaire. Les taux de dten tion avant procs pourraient diminuer si les juges et les procureurs recevaient un salaire dcent, ce qui les rendrait moins sensibles aux tentatives de corruption, es time M. Concannon. Le nouveau prsi dent dHati, Michel Martelly, truire le systme judiciaire, mais il na pas beaucoup avanc depuis quil a pris ses fonctions, en mai. Les par lementaires nont mme pas encore approuv le premier ministre quil a dsign. Nanmoins, le Dr May voit des progrs. Il y a encore un long chemin faire, mais il y a beaucoup de choses pour lesquelles nous pouvons avoir de lespoir. 18 juillet 2011 | Publi dans la catgorie : La Une, Quoi de neuf ? A propos de la Police Nationale dHati (PNH), les critiques ont t nombreuses. Au sein de la population hatienne ou de linstitution elle-mme, celle-ci a souvent t accuse de manque de professionnalisme, de corruption et dabus des droits de lhomme. Do le ncessaire passage par le vet depuis 2006 par la PNH et la UNpol. En quoi consiste t-il ? Dans son dernier rapport, lexpert indpendant pour les droits de lHomme en Hati, Michel Forst, a soulign quil continue de recevoir des informations et des allgations selon lesquelles des policiers, parfois un rang lev au sein de la police, auraient un train de vie peu compatible avec leurs revenus, ou se livreraient des activits incompatibles avec leur fonction. De mme, le Secrtaire gnral de lONU, dans son dernier rapport sur Hati, a soulign que les liens entretenus enlvements et les vols main arme demeurent un sujet de proccupation Des lacunes qui ont pour consquence une perte de cense protger. Aussi, pour les nouvelles autorits hatiennes, la professionnalisation de la PNH est-elle inscrite au nombre des dossiers prioritaires. Et le chef de lEtat davoir annonc ds son lection que sont attendus des agents de la PNH un comportement exemplaire, le strict respect de la Constitution et des lois du pays et une soumission aveugle et totale la justice et ses principes et valeurs Engags en faveur dune police nationale jouissant dune bonne moralit, intgre et comptente le gouverne ment hatien et les Nations Unies ont mis en place, ds 2006 police, tel que prvu dans le plan des Nations Unies de r forme de la PNH. Dans ce cadre, les membres de la police ne rpondant pas aux exigences dune police dmocratique Le vetting consiste dabord valuer la moralit et lintgrit de chaque agent travers une srie denqutes menes conformment au droit hatien et au code de discipline plinaires et son comportement dans la vie sociale a explique le Commissaire de police Emideou Bossou, responsable du service de vetting au sein de la UNPol. Les enqutes sont diligentes par une quipe mixte PNH/UNPol. Lautre aspect du vetting porte sur lvaluation des comptences des agents. Il convient en effet de dter miner si une formation complmentaire est ncessaire pour renforcer les capacits professionnelles de base de lagent poursuit le Commissaire Bossou. Le policier qui, au terme du sance de recyclage lAcadmie de police, lagent reoit une nouvelle carte professionnelle. la Police Nationale (CSPN) prononce sa radiation. Il est alors renvoy de linstitution et son dossier, en principe, transmis la Commission Nationale de Dsarmement, Dmantlement, et Rinsertion (CNDDR) qui doit lui garantir une nouvelle criminalit

PAGE 14

Page 14 Mercredi 27 Juillet 2011 (... suite de la page 2) Jacmel, 23 juil. 2011 [AlterPresse] --Des habitants de Jacmel (sud-est) slvent contre le prix du kilowatt/heure dlectricit qui a plus que doubl depuis environ un an, alors que le nombre dheures dlectricit fourni dans cette ville a diminu. Plusieurs dizaines de jacmliens sont descendus dans les rues le vendredi 21 Juillet pour exiger la baisse du prix du Kw/h dlectricit. Les manifestants, accompagns dun groupe de musique rara et portant des pancartes, se sont montrs hostiles envers les responsables et employs du centre semi autonome de llectricit de Jacmel. Ils estiment que le cot mensuel de llectricit est trop disproportionn par rapport au service fourni par le centre. Il y a un an, le Kw/h dlectricit est pass de 6,00 G (0,15 USD) 15,00 G (0,35 USD) et la disponibilit de llectricit est passe de 24 heures 19 heures. Selon des manifestants, dans certaines communes comme Marigot et Cayes-Jacmel, lalimentation est seulement de seize ou de quatorze heures contre 19 heures aupara vant. Pas de don de logement, avertit Martelly Lundi, 18 Juillet 2011 HPN Il ny aura pas de don de logement, a averti Michel Martelly lors du lancement ce lundi de La semaine de la reconstruction. La semaine de la reconstruction est lance le 18 juillet par le prsident Martelly en prsence des membres du gouvernement dmissionnaire, de quelques parlementaires et de diplomates trangers. Cette crmonie annonce les activits pour la reconstruction du pays dvast par le sisme du 12 janvier 2010. Au cours de son allocution, le prsident a annonc que son gouvernement va retirer les personnes sous les tentes et leur construire des logements. Toutefois il ny aura pas de don de logement, a clairement prcis le locataire du Palais National. Ce programme de reconstruction tient sur trois axes : le dveloppement de nouveaux quartiers dans la lEtat voit dans cette reconstruction du pays une opportunit de reconstruire lhomme hatien et lespace physique de lhomme hatien. Il faut quitter la logique de lurgence et tourner le pays vers la reconstruction, a exhort M. Martelly. Le programme Kay Pam de la BNC (Banque Nationale de Crdit) sera lanc ce mardi au cours de la semaine de la reconstruction. Ce programme avait t initi par lex-directeur de la LIBERTE EGALITE FRATERNITE REPUBLIQUE DHAITI Par ces motifs : aprs examens et sur les conclusions conformes du Ministre Public, le Tribunal au vu de la loi, Maintient le dfaut requis et octroy a laudience demandeur, le sieur Grald Macan, vu que cette demande est juste et fonde : Admet le divorce des poux Grald Macan, la femme ne Guilne Coimin aux torts exclusifs de lpouse : prononce la dissolutuon des liens matrimoniaux existant entre eux ; ordonne dispositif du prsent jugement : Dit quun extrait sera publi dans les colonnes dun quotidien s+ditant la capitale sous peine de dommages intrts envers les tiers sil y dtenteur des registres ou se trouve inscrit lacte de mariage de ne dlivrer extrait ou copie sans faire mention du divorce. Rendu par Nous Emmanuel Tataille Doyen du Tribunal Civil de Petit Gove en audience publique et civile de ce jour onze Avril deux mille dix, enprsence de Me Erick Pierre Paul, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort assist du Il est ordonn etc En foi de quoi, etc Pour expdition conforme collationne Pour copie conforme : Me Magol Franois, Av

PAGE 15

Mercredi 27 Juillet 2011 Page 15 Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou SUITE JANBLAN : albins. (L&C p. 28) ; JF (p. 18) panse se mo franse : Jean blanc -yo ki bay BCF (p. 373) bay : pwal blon youn chwal ; youn gwo kribick ki sanble wonma Li pa pote sans albins-la pou : Nou konnen youn bouk nan depatman Nds, yo di ki pwononsyasyon kreyl gens de Nantes franse-a. Mwen pa sonje mwen te tande pou albins nan [N] ; se klrmy plis yo te rele koul sa-a. JKMA : youn mounn ki abiye ak gangans ; youn gason ki damou men ki p deklare-l. (L&C p. 20) JF pa tradui okenn nan mo franse sa-yo : affect, chic, coquet, dandy, distingu,lgant Mwen vle kw se youn mo Jeremi. Nou pa te konnen nan [N]. KABARAS : manje san pa rete kras. (L&C p. 10) RP pa bay plis. Se nan JF (p. 135) nou jwenn cabarace ou caba race [se konsa ot-a ekri yo] / osnon pou : manje tout kankou nan ekzanp sa-a : chini konsonmen (NOR) (ou kaba, tasyon tabak mwen an Se sans mo -an ganyen an mman (NOR) : youn dyalk yo te pale an Normandie ki dapre JF (p.316) se younn nan pilye fondasyon lanng kreyl ayisyen-an. Nou w sa-a se 2 mo : avk RP, suiv JF, li konprann vb kankou : konson men nan sans : avk. Pou BCF (p. 394) adj. : brizf. Mwen pa sonje mo -an nan sans sa-a l mte piti Okap. KAKAGLAS : kouch eten ki dy glas-yo. (L&C p. 28) Se JF (436) RP repete. FCF pa antre mo sa-a nan Haitian-English Dictio nary-l la. Nou pa te konn tande nan [N] l mte piti. KALABOUS : fwi pye kakawo [] yo di : kabs, gous kakawo tou. (L&C p. 26) JF (p. 94) bay kabs, gous kakawo men li pa ga nyen : pou fwi pye kakawo-a. BCF antre 2 tradiksyon pou : prizon ; grenn kakawo [ki anndan kalabous-la]. Nan [N] tou, vle di prizon (MCNH p. 162). KALAKIT Jeremi). (L &C p. 51) JF pa mete tradui : Arabe (F) osnon Syrien (F). FCF pa antre mo sa-a nan Haitian-English Dictio nary-l la. Nou pa te konnen-l Okap ; se : aritcha, nou te di. KAMOUN kote nan Plenn Kildesak-la (mo arab : samoun). (L&C p. 24) Mwen toujou pote kiryozite pou ta konnen kouman mo arab sa-a ta kapab vin bay -nan. Mo rejyonal sa-yo, nou mal pou twouve yo nan BCF; ni nan [N] tou. KARATA : pit.(L&C p. 34) JF pa tradui pite (F) osnon sisal (F) : pit-la. Nou konnen-l nan [N]. KILMIK : bizbiz, kabouya ; [ekzanp] kilmik ant 2 zanmi (L &C p. 37) JF pa tradui msentente (F) : kilmik BCF (p. 438) kilmik : goumen, joure, kont. Nou konnen-l nan [N]. KODAS : nan tan lontan, gwo soulye travay. (L&C p. 21) JF (p. 191 ak p. 423, ) te rakonte : se moso nan non Cordasko / Kdasko, youn komsan ki te f soulye pou vann. Ayisen-yo ki tap pati pou Kiba al koupe kann-yo, ki tap anbake nan p Okay, te achte soulye sa-yo. Anpil fwa pwenti-yo pa te pou pye-yo ; konsa malere-yo te mache kwochi. Pouttsa, malveyan te rele yo kodas. Non-an rete pou vyewo-yo/ Se menm istwa sa-a RP te rapte BCF (p. 449) plizy lt sans pou n. : apranti, novis ; vyewo ; bt ; adj. ki manke eksperyans ; wwt. Nan [N}, yo konnen mo -la ; men se pou travay ki fk vini ki poko vyewo. KOLOMI : chante ak danse nan veye pou m : [ekzanp] ay, te gen yon kay Msilm ; misye te pdi manman-li. (L&C p. 20) JF pa tradui veille mortuaire (F) : Pou BCF (p. 457) se youn lt jan pou di : ekonomi. Nou pa te konnen : veye pou m nan [N]. Sanble se youn mo nan zn Jreremi. KOUDOUG : tanbou. (L&C p. 28) JF (p. 436) tradui tambour (F) : tanbou ; ; bas. Se la RP pran mo-a. BCF pa antre : Mo sa-a pa konmen nan [N]si li egziste. KOUNOU : manti ; [ekzanp] : KNG a [Konsy Nasyonal Gouvnman : 7 fevriye 1986 7 fevriye 1988) touye pp la ak (L&C p. 20) JF (p. 297) pa tradui mensonge (F) : kounou. BCF pa antre : Sanble se kk mo b Jeremi. Li pa konmen nan [N] si li egziste KOUYAN : zanmi entim ; [ekzanp] respekte-m. Betize pito ak -ou. (L&C p. 18) JF (p. 23) pa ba nou pou ami intime (F) Li pito : konpan osnon konpany ; ass ; bon zanmi. BCF (p. 497) mete 2 sinonim pou : zanmi entim ; mounn kiap trennen sou youn janmm osnon bwete. JJG : soukouyan tou pa mo nan N. Nan [N] tou, nou ganyen mounn pye (MCNH p. 198). KRAB : kamnarad, mounn menm ran. (L&C p. 10) Se tradiksyon sa-yo JF (p. 97) bay pou mo camarade (F) -la. BCF (p. 500) radt ; zanmi, mounn menm ran ; adj. ki pa gan sans. Mwen pa ou : Mwen pa zanmi-w Ti : timounn rachetik ; mounn soulezl. JJG. : [ N] se menm ake : KRIDOUB : cartilage (F). Nan N yo di : zo kwonm kwonm. (L&C p. 34) JF (p. 103) tradui : cartilage (F) : griboub. Se la RP pran mo-a. BCF (p. 346) mete gridoub, n. pou twa pwononsyasyon menm mo ki vle di ni cartilage (angle) se 2 bagay diferan. Nan [N], se zo kwoumkwoum mwen te konn tande. KWABI : manje. (L&C p. 18) Se nan JF (p. 288) RP pran vb : -a. BCF (p. 508) mete kichy sou vb JF te bay-la : : manje avk vorasite Mwen pa sonje mwen te konn tande nan [N]. KWENS KWENS : palab. (L&C p. 10) JF (p. 328) tradui palabre : palab, pawl ; kozman ; ; Se la RP pran mo-sa-a. BCF (p. 510) n. chire pite, goumen, pwos, palab, diskisyon ; betiz, vye koze, pawl san sans. : di nenpt tenten ; betize, di pawl san sans. LAFWERAD : kolerin. (L&C p. 10) Se JF (p. 118) ki vini avk cholrine li rele : lerin , an kreyl. Men cholrine pa youn mo franse modn. BCF (p. 458) : : disantri. Men l nou chche lestonmak, latchouloulout. Mwen pa te janm tande nan [N] l mte piti. LAGOJANIS : kannif. (L&C p. 21) JF (p. 99) tradui canif an kreyl : kannif, janbt, Se la RP pran ni mo-a ni istwa-l ; men Philoc tte bay plis detay pase Faine sou komsan grk Lagojanis ki premye te vann youn gwo kanif ki pral pote non-l an kreyl. BCF (p. 522) repete JF : : kannif. AK MAX MANIGAT sable du processus de vetting est importante tant pour linstitution policire que pour la population hatienne. Car il a pour objectif de faire de la PNH une police moderne selon les normes internationalement reconnues, dbarrasse des agents corrompus, des criminels et autres malfaiteurs; une police constitue de cadres loyaux, intgres et professionnellement comptents. Cette police professionnalise compose dagents jouissant dune bonne moralit et qui ne terrorisent plus la population mais, au contraire, la protgent, deviendra beau de tous. Des conditions juges indispensables dans la lutte visant la rduction de la criminalit. Le processus de vetting a dbut en 2006. De cette date jusquau 12 janvier 2010, 7.177 dossiers ont t ouverts suite la perte dinformations vitales contenues dans la base linstitution. Les 3.593 dossiers qui avaient dj t instruits ont t perdus lors du sisme. A la date du tremblement de terre, aucun agent pour les droit de lHomme, Michel Forst que selon les in formations recueillies auprs de diverses sources hatiennes fonction, devraient passer par le processus de vetting dans de meilleures conditions. Lespoir est permis a soulign le Commissaire Bossou, et ce malgr la persistance de certaines qui concerne la relocalisation du service et la reconstitution des archives. LIBERTE EGALITE FRATERNITE REPUBLIQUE DHAITI Dispositif du jugement rendu par le tribunal de Premire Instance de Port-auPrince en date du huit Juin deux mille onze. Entre : le sieur Oriol DLIA, demandeurm dune part la dame Orio DLIA ne Michou DEPEIGNE, dfenderesse dautre part PAR CES MOTIFS, le Tribunal, aprs examen et sur les conclusions du Minis tre public, maintient le dfaut octroy contre la dfenderesse la susdit audience pour sieur Oriol DLIA, davec son pouse, ne Michou DEPEIGNE pour injures graves et publics, prononce la dissolution des liens matrimoniaux existant entre les dits poux, registres ce destins le dispositif du prsent jugement dont un extrait sera insr dans lun des quotidiens sditant la capitale sous peine de dommages-intrts envers les ce jugement, compense les dpens. AINSI JUGE ET PRONONCE, par nous Jacques Hermon CONSTANT, juge, en audience civile ordinaire et publique de ce jour huit Juin deux mille Onze, en prsence de Me. Jean Claude DABREZIL, Substitut du Commissaire du Gouvernement de ce ressort, Me Fritz Petit, Avocat et compromettent la russite dun processus pourtant fon damental pour la restauration de lEtat de droit en Hati Avec lentre de la 22e promotion lAcadmie de police, en septembre 2010, le vetting a t relanc, et sur les 917 postulants, dont 64 femmes, 877 dentre eux, dont 58 femmes, ont pu poursuivre leur formation, antcdents judiciaires. De plus, mainten ant que la quasi-totalit des dossiers dtruits ont t rcu prs, lensemble du person nel de police, aspirants ou en

PAGE 16

Page 16 Mercredi 27 Juillet 2011 BACK PAGE Hati en Marche Port-au-Prince Miami th email : melodiefm@hotmail.com haiti-en-marche@hughes.net Printed by Southeast Offset (... suite de la page 14) BNC, Guiteau Toussaint, assassin 3 jours avant son premier lancement en juin dernier. Cest ce lancement qui a t report pour ce mardi 19 juillet. Fin des oprations de dguerpissement des Port-au-Prince, 19 juillet 2011 (AHP)La mairie de Portment des sans abris du sisme du 12 janvier qui staient rfugis au stade national de football Sylvio Cator. Selon le directeur de communication de ladministration municipale, Fresnel Louis, plusieurs sites ont t amnags pour accueillir les 440 familles dnombres au dbut des oprations vendredi, dont un espace au Bicentenaire et un terrain Carroussel, dans la zone de Martissant (sud de la capitale). 125 dentre elles taient en attente dtre reloges ce mardi. Certaines familles ont toutefois choisi de retourner dans leurs quartiers dorigine, a-t-il fait savoir. Un modeste chque de 10 000 gourdes a toutefois t remis chaque famille. Suite la phase de dplacement des sinistrs, le stade fera lobjet dune grande campagne dassainissement, lespace ayant t occup par des infortuns qui vivaient dans des conditions infra-humaines caractrises par linsalubrit, a fait savoir le directeur de communication de ladministration municipale. national du pays qui a subi des dommages considrables lors de la catastrophe de janvier 2010. Les travaux concerneront notamment la pelouse, les installations lectriques, la tri bune, etc. Port-au-Prince, le 18 juillet 2011 (AHP) Les tudiants boursiers hatiens au Bnin sont en proie de graves dif de la circonscription Torbeck Chantal (sud), Guy Grard Georges. offertes par le Bnin seraient abandonns en terre trangre, a encore fait savoir Guy Grard Georges qui se prononait lundi sur la situation dinscurit qui affecte de manire gnrale les tudiants hatiens lextrieur. Ces jeunes hatiens vivent avec 65 000 francs CFA soit environ 130 dollars amricains, allocation mensuelle du crimes contre lhumanit qui se cacheraient sur le territoire canadien, appelant la population participer leur traque. Les 30 suspects dont les photos, noms et dates de naissance ont t publis sur internet proviennent dAfghanistan, dAlgrie, dAmrique centrale, dAngola, du Ghana, dHati, dIrak, du Nigeria, du Pakistan, de Rpublique dmocratique du Congo, de Somalie, du Sri Lanka ou dexYougoslavie. Ottawa na pas prcis les faits prcis qui leur sont reprochs. gouvernement bninois, les autorits hatiennes ne fournissant aucune as sistance ces jeunes, en qute dune formation universitaire en terre afric aine, a fait savoir le dput. Pour illustrer ses dires, le parlemen taire voque la situation du jeune hatien Lebrun Eltine qui a eu la jambe casse dans un accident de la circula tion au Bnin mais qui ne peut se faire Il lui faut seulement 300 000 francs CFA (800 dollars amricains) pour se faire oprer, sinon sa situation va se compliquer davantage a regrett M. Georges qui dclare avoir tent sans succs de prendre contact avec les ministres hatiens concerns sur cette grave situation qui ne fait pas honneur au pays. Haitiens parmi les suspects Le gouvernement de Stephen Harper a publi jeudi une liste de 30 hom mes accuss de crimes de guerre et de


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs