Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS PDF VIEWER PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00461
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: 06-22-2011
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID: UF00098809:00461

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )


Full Text





*WA
ften


I.g g eSMrhe * io u 2 u28J in 01 olX V 02-


PM RATIFICATION

Les Deputes

emettent de fortes

Reserves
(E.inrdii dAi raipllorI dIe lhIt ( commission, Iihari tsLe
dL'tIfdier leh' siieL'r tiI PremieL'r minisutr'e dl's% iiL' D)lit/el
( l'ind Ro I. RESERVES
L C iiclii dc ,,i'.1 nci .s ipocc..s I| i I ullicl I 1 5"
RATIFICATION , p 11 t

WIKILEAKS-HAITI
Les coups fourres
de Preval centre
Michele Pierre-Louis
l IAMNI 15 .Inii - )On .il qlc Icn 1 dp.ii dul o_'011-
1\ l ll 11lllll1h 0 PI(II 1 \, IIllllt01 li M 1 Mi Kl II l P( c ll \ Lo II$
c1 nil1 q2l'""' iii. iiioij j\. I .ini _ Ic ' ilii I d i n i i 2' I'
IPIERRE-LOlIS | I 'i


/ < I-i ..... , / .,, . l, i \1,/, J, i / , . -i / .. ..

POLICE
Tortures et disparitions
dans certain commissariats
No\ i,../ /' Ii,, '1 il /// .
Lc Rc�,.iii niillonail dc dc . .l' ; dcs dillon Ilunit lini
IRNDDHI 1i dnoncci _iiuldi dl piliquikc_ d oic11111 ci d
iTORTUiRES'p 1i1


NilXN II Ix iN J111 oninioucniu~bli ic1 diciu-

coup d cut i i ci cpic nibic 1-11'


Lcc Iiitc�,idMonLc� cn c c Ic i h 1Lifoi cc
cii 1-11' ct cii 21"11!14 nontimp�, i cu Ic� iIi kC�Coliipic�,
Poiiict~ibhi Iic dic LilLuc diiiiblc il cqi icconi-
iDI(IATEL'R ,ip 51


Martelly risque gros avec ses amis
N IA XNII .iiin - Lc pi idcni l M llh l NIicicI N llic d icli\ ilcs ciill ni'llc
I cubli iii '-'iln c indc pIlnl P nicdll Ii i dclfc. n.h dc colLi- L oi'-',liil, on locidc bi o colnnuii RNDDH i Rc-
boialtllmlcII qLI o[it C c (IIiI : l llc III c :o p l sCOIlll )lcpIicc i | ARTELL , p 4


L � / " , '' ' I ' . " o III ' h i , 1 .i.. . .''1 '11 0.- 1.-'l- 1 - - - ' I, . , , ,, 1 11 , , , , i , , , ,, , I" 1 / I . ,, , . , .,,
./, / i - l1,10 ,i , M l.. 1, /,. %.1 , ,, 1 1 , i 6 1 . . I i 11. . *.', , 1 " . . , , . l' l.i. 1. I - 11,- ' ' " f1/ :., ,,


ASSASSINATE DE GUITEAU TOUSSAINT

Le crime etait signed !
MI II 1 li - I C cs i Ic : I J 1I
pi| nii- i ii cuilic dc I cic NimiiclI Lc
Il'lidcn l dl IB l'l dllll Cd I '1' i l ' ll\ L l i. i "i .....
dc LI B.iin c N.ion.llc dc ( icdit
iBN( i C mitiic i l TotlliC IJI i Iinsi .mll icic
INN. I 01 n.ll lc\\ Idcnc d .,nsicrl.1
ioi _I leCi dc i ic V\ NC C01 ch'l inIiliC ji\
Csi. d c I Ci , 11ili 1, IICll d iu d (11 .llic
1 llln
G litl aiI To lsllnt i1 dll,_ Il
BN(C cc.sd ell\ i llll ;lcd(h -
InIn, n lll l lunc In omIIplbl' Int "llc
('11 1m'N �, 11' m l J ,1 1 I ' 01 1 \ -l lt ' l 1l'
�l C I ._1 l l 1 'l pc l \coU � ' ll , I


! Lc no I dc Li BN(JC ic A ilui
d.b:: ll c LIl I ic cc 1 boutl polIIll
Onl IK JilI I L .i ilcllicii ' cllInicc O)n IK
p nt C ni|iIp ll)cl dc c. ICll l ii . i I .Is-
_ksiinll dui iolniii l.iI Jc.iin DoiiiiiqluiC
IC " 1\ I i ill iil <1' m ll s( ' I cc l l 1 1 n 1
IJl111Jlc cl � _o lllO lle .
Norin lljlcnilni c Cl Ic iiiiiic
Ssoil qI clidllnd I'l.nqi (l.l qil'on lnolls
dill lic Oil\% 1l il I'1S is 1is il d c N l
GLIIlcIJ ToiISSJIIl I
Li polio iiiiomin k ion Ic PmI-
qi l ti POl -Jll-I ,-PIn ic I COlllln Kil |c1p 1
Icl itdi qnclqyine-. iniloiiiijlions |?nd>ntidlj
l\c |?pl1nclc S Mcn. illlllclln j du ponlltlll
dc |p .s . l Ocbd nlll icllc Inf llllOlll
cASSASSINAT , p 61


Comment devenir

un dictateur !


,�36


.11.1110.1 , 01,


. 7 o, . , , , /. ,,, /.." ./, % .1, h l 'o, % , "i" I" %, % /1.11 /., / .






I EN PLUS...


EN BREF...


1 Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 22


CRISE ECONOMIQUE


Us n'en mourraient


pas tous mais tous


etaient frappes ...


MIAMI, 17 Juin - Comment trois
pays vivent leur crise 6conomique.
Aux Etats-Unis, l'effet disparition
du chef terrorist Oussama Ben Laden est
pass. Le president Barak Obama doit se
colleter a nouveau avec la crise 6cono-
mique. Avec un accent particulier sur le
deficit budg6taire. La plus grande puissance
6conomique du monde accumule un deficit
budg6taire record : 220 milliards de dollars.
Soit 14% de plus qu'il y a un an et plus que
jamais auparavant.
Avec quoi finance-t-on ce manque
a gagner ? Outre les recettes de l'Etat, c'est
avec la dette publique.
Lh aussi, les Etats-Unis ont atteint
la limited des 14 mille milliards de dollars
autorisds, selon
le Secr6taire au ~ U U
trdsor, Timothy
Geithner.
Deficit
et dette publique
sont le sujet qui i
revient actuelle- 3
ment le plus dans
les 'news' car la
politique 6videm- F
ment s'en male,
les prochaines
pr6sidentielles
ont lieu l'annde
prochaine, en no-
vembre 2012.
Les repu-
blicains refusent
toute augmenta-
tion de la dette si
le president d6mo-
crate Obama n'opbre pas en meme temps
des coupes sombres dans les d6penses
publiques. Mais sans toucher aux deductions
d'imp6ts pour les grandes fortunes.
Le public ne reste pas indifferent
puisqu'un recent sondage montre que si les
elections avaient lieu aujourd'hui, Barak
Obama serait battu par Mit Romney, l'ex-
gouverneur du Massachusetts et le candidate
r6publicain actuellement le plus en vue.
D 6 - li
clarer les
Etats-Unis
en faillite (!) --

L'aile
droite rdpubli-
caine, ceux-ci
6tant largement
majoritaires a
la Chambre des
repr6sentants, a
meme suggere
de d6clarer les
Etats-Unis en
faillite. Ainsi,
le pays ne se-
rait pas oblige de
payer sa dette. I1
ne pourrait pas A Athenes de violentes , ..
en emprunter 6 un re
non plus. Ce qui, selon eux, r6soudrait le
problkme.
Onvoit d'ici les grands titres : Ba-
rak Obama, le president qui aurait conduit
les Etats-Unis (officiellement) a la faillite.
Une sorte de PMA, toutes propor-
tions gard6es !
Or a part les m6dias d'informa-
tions, c'est le cadet des soucis pour la grande
majority. Les gens vivent comme si de rien
n'6tait. Dans les chaines de magasins, les
spaces vides ont trouv6 a nouveau des
locataires. Les plages de Miami Beach sont
noires de monde.
Quoique personnel ne manque de
souligner que la gasoline fr6le les 4 dollars
le gallon du super.
Rendez-vous donc a novembre
2012 ! Meme si jusqu'h present c'est plus
qa change, plus c'est la meme chose.


Les Goths et les Ostrogoths

Toute diff6rente est la faqon don't
les Grecs vivent leur crise. La semaine
dernire, des manifestations ont d6g6ndr6
terriblement. Pour un peu on se serait crfi
dans la Syrie de Bachar Al Assad. Le Pre-
mier ministry George Papandreou a proc6d6
a un remaniement de son gouvernement.
Rien n'y fait. La tension reste la meme. La
Grace est tout a fait en faillite. Le deficit
fr6le les 13% du PIB et la dette publique
113%. Membre de la Communaut6 euro-
p6enne, cette demiere a d6ji invest 101
milliards dans un plan de sauvetage. Sans
success. Mais un abandon de la Grece a



WYr~t i


US green backs


elle-meme cr6erait un ph6nombne boule de
neige dans la zone euro. L'argument a &td
plaid avec succes par le president franqais
Nicolas Sarkozy qui a r6ussi a faire licher
prise a la teutonne, la chancelibre allemande
Angela Merkel, une adepte de la politique
du bas de laine.
Normal, direz-vous. La France
n'oublie pas ses racines grdco-latines.
Tout comme Mme Merkel celles de ses
ancetres, les Goths et les Ostrogoths, don't


ii ,'. ., centre les measures d'austerite forcent
'maniement du gouvernement
nos professeurs nous ont appris a nous
moquer meme de leurs noms, qui ont pass
des siecles a harceler la 'belle civilisation
romaine' (n'est-ce pas), cassant tout comme
la semaine dernire les manifestants de la
principle place d'Athenes, brfilant, violent,
sodomisant, meme le pape qui y est passe,
puisque le r6sultat sera le Saint empire
remain germanique !

L'esprit Cedras ...
Le troisibme pays confront a la
pire cruise economique qui soit s'appelle
bien stir Haiti.
Vous avez dit crise !
Comme disait le g6ndral Raoul C&
dras au correspondent du New York Times
en pregnant une autre portion de caviar : vous


(BANQUEROUTE / p. 3)


Martelly se rend aux USA pour des examens m6dicaux
PORT-AU-PRINCE - Le president haitien Michel Martelly a quitt6 Port-au-Prince
lundi pour se rendre aux Etats-Unis oni il va passer une visit m6dicale de routine, a
annonc6 la pr6sidence dans un communique.
Le president a laiss6 le pays pour se rendre a Miami (Floride) dans le cadre de sa visit
m6dicale annuelle, est-il 6crit dans le communique.
Le bureau precise que le president est en parfaite sant6. II s'agit d'une simple visit
m6dicale de routine. Aucune rencontre officielle n'est pr6vue au course de ce voyage,
conclut le texte.
M. Martelly, un ex-chanteur populaire Ag6 de 50 ans, a largement remport6 la demiere
election pr6sidentielle et a pris ses functions en mai pour un mandate de cinq ans a la
tate du pays le plus pauvre du continent amdricain.
Il sera de retour au pays mardi alors que les d6put6s haitiens devraient se prononcer
lundi sur le choix de l'entrepreneur Daniel-G6rard Rouzier comme Premier ministry
pour diriger le prochain gouvemement d'Haiti.
L'issue du vote depend de la position des parlementaires du parti Inite, de l'ex-pr6sident
Rend Pr6val, qui d6tient une majority de d6put6s a la chambre alors que le president ne
compete que sur trois parlementaires de son parti.

S6curit6 : La Minustah prete A collaborer l1'enquete sur I'as-
sassinat du banquier Guiteau Toussaint
[AlterPresse] --- La Mission des Nations-Unies pour la Stabilisation d'Haiti (Minus-
tah) se dit << prete a collaborer > avec la Police Nationale d'Haiti en vu de mener a
term l'enquete relative a l'assassinat du president du conseil d'administration de la
Banque Nationale de Cr6dit, Guiteau Toussaint.
Guiteau Toussaint a &te assassin le dimanche 12 juin dernier a son domicile en ban-
lieue de P6tion-Ville (p6riph6rie est).
<< La mission est prete a collaborer avec la PNH (Police Nationale D'haiti) pour la
r6alisation et pour mener a bien cette enquete >>, declare Vicenzo Pugliese, lors d'une
conference tenue le 17 juin a la base logistique de la mission.
Plusieurs suspects sont d6ji interpell6s dans le cadre de l'investigation: en particulier,
Franck Cind, le PDG de la compagnie haitienne de telecommunications HAITEL S.A,
qui a &te lib6rd depuis, selon les m6dias.

Mort bien curieuse d'un prevenu
S'agit-il de l'un des deux individus qui avaient 6t6 appr6hend6s
apres 1'assassinat de Guiteau Toussaint?
Dimanche, 19 Juin 2011, HPN
La direction de la PNH a confirm la mort d'un homme le jour meme de son arrestation
par une patrouille de la police de P6tion-ville, les policies impliqu6s sont places en
isolement. Une enquete est ouverte.
Dans un communique diffuse dimanche soir, le directeur de la PNH announce que Serge
Demosthene, arrWt6 le 14 juin a Vivy Mitchel, est d&c6d& I l'H6pital G6ndral quelques
heures apres son arrestation suivi d'une stance d'interrogation au commissariat de
police de P6tion-ville.
Un communique de l'organisation de defense des droits de l'homme RNDDH, public
samedi, avait r6v&l1 que le pr6venu a &te sauvagement battu par des policies et serait
mort au bureau de la police.
"Demosthene est mort le soir meme de son arrestation dans des circonstances non
encore 6lucid6es", selon le rapport du commissaire de la police de P6tion-ville.
5 policies qui avaient particip6 A l'arrestation et A l'audition sont places en isolement
par l'Inspection g6ndrale de la PNH.

Ratification : Rouzier pourrait ne pas passer la premiere tape
Dimanche, 19 Juin 2011, HPN
Les d6put6s devraient se prononcer dans les prochaines heures sur la designation de
l'homme d'affaires Daniel-G6rard Rouzier d6sign6 par le president Michel Martelly
pour diriger le prochain gouvemement.
"Le rapport de la commission est favorable a la ratification, toutes les pieces exig6es
par la constitution sont conformes, il plaira a l'assembl6e de d6cider", a indiqu6 un
d6put6 a Haiti Press Network.
Le parlementaire qui n'a pas souhait6 s'identifier, a indiqu6 que "si les n6gociations
entire le Premier ministry d6sign6 et les forces repr6sent6es au parlement n'aboutissent
pas, l'assembl6e pourrait ne pas voter en faveur du rapport".
Jusqu'h present, le president Martelly n'a pas voulu ouvrir le gouvemement aux forces
politiques alors que certain parties souhaitaient 6tre presents au prochain gouveme-
ment. (EN BREF / p. 14)



Offres d'emploi - SOS Villages d'Enfants Haiti

SOS Villages d'Enfants International est une organisation non gouvemementale
qui, depuis 1949, oeuvre dans le domaine du d6veloppement des enfants. II les aide a grandir
sous la protection d'un environnement familial. Les enfants, priv6s de soins parentaux, ou
en situations familiales trls difficiles sont notre priority dans 133 pays du monde.
En Haiti, SOS Villages d'Enfants mbne des actions principalement a Santo et
a Cap-Haitien. Il y gbre d6ji 2 villages d'enfants, 2 programmes de enforcement des
families, 2 6coles fondamentales, et une cole de formation professionnelle pour plus de
7.000 enfants etjeunes. Il entend aussi mener des actions dans la region des Cayes oni il a
planifie de construire un nouveau village d'enfants SOS.
Actuellement l'AssociationNationale de SOS Villages d'Enfants Haiti est entrain
de renforcer la capacity de son personnel afin de mieux satisfaire les besoins des enfants,
des jeunes, et des communaut6s. En consequence, elle cherche a recruter des personnel
qualifies pour les postes suivants :
Directeur National adjoint
Conseiller des Op6rations
Assistant de D6veloppement Organisationnel
Coordonnateur Programme Plaidoirie
Coordonnateur des Communication et Mobilisation des resources
Coordonnateur Parrainage International

Envoyez les dossiers de candidature A:
info(sos-haiti.org ; volande.estinor()sos-haiti.org

N.B.: Veuillez mentionner s'il-vous-plait le titre du poste pour lequel vous postulez dans le
sujet du mail. La date limited de soumission des dossiers 30 juin 2011. Lieu d'affectation
des postes: Port-au-Prince.
Pour de plus amples informations sur les exigences,visitez notre site Web:
http://sosvillages-haiti.blogspot.com.


Page 2


-- . - - - - - - - -- . - - -- I xxlx Ix. --l- - 1-1 v - --





L'ACTUALITE EN MARCH


Franck Cine a e6t libere mais reste

a la disposition de la justice
Le President Directeur G6ndral de la compagnie de ' "
t6l6phone cellulaire Haitel, Franck Cind, ancien actionnaire
majoritaire de la Socabank, a &te libere 48 heures apres son
arrestation (garde a vue) jeudi dernier, dans le cadre de l'en-
qu6te sur l'assassinat du banquier Guiteau Toussaint, PDG de -
la Banque Nationale de Cr6dit (BNC), survenu le dimanche
12 juin 2011 h son domicile.
Wilson Estim6, 1'un des avocats de Mr Franck Cind, aA
confirm cette liberation. << Le Commissaire du Gouvemement, 1
Me Harrycidas Auguste, a ordonn6 l'dlargissement de M. Cind
vu qu'il avait &td retenu ill6galement >> ajoutant que son client
n'avait pas l'intention de quitter le pays et qu'il restait a la
disposition de la justice.
Une c6r6monie du souvenir se tiendra mardi soir, a
initiative de la famille de Guiteau Toussaint. Le lendemain,
une messe sera chant6e a l'6glise St-Pierre de P6tion-Ville.
La d6pouille devrait 6tre inhumee aux Etats-Unis oni reside la Le PDG de Haitel, Franck Cind (HPN)
famille de la victim. (Haiti-Libre)

L'arrestation de Zap Zap sans rapport

avec I'assassinat de Guiteau Toussaint ...


(Haiti-Libre) Deuxjours aprls l'assassinat de Guiteau
Toussaint, le Pr6sident du Conseil d'Administration de la Ban-
que Nationale de Cr6dit (BNC), victim d'une aggression en sa
residence a Vivy Mitchell, Me Haricidas Auguste, Commissaire
du Gouvemement de Port-au-Prince, en charge du dossier, a
fait le point sur l'avancement de l'enquete.
<< Dans le cadre de ce dossier, nous avons dejh pro-


y a plus d'une dizaine de mandates d'amener qui ont &te 6mis.
Parfois, une investigation peut aller vite, parfois elle peut 6tre
lente... [...] il y a plusieurs pistes que nous devons explorer,
un travail que nous devons effectuer en tant qu'autorit6 judi-
ciaire et policibre. Nous sommes au courant du communique
(YVON ZAP ZAP / p. 6)


Le militant Lavalas, Yvon Antoine, dit Zap Zap

c6d6 a l'arrestation de deux individus qui
ont &te interpell6s dans les parages [de la
residence du banquier] et qui ne pouvaient
pas justifier de leur presence dans la zone.
Il y a en a un qui est un d6port6 [des USA].
Jusqu'a present, nous les interrogeons.
Je dois 6galement sp6cifier que la police
scientifique 6tait 6galement pr6sente sur
les lieux, nous avons r6ussi a prdlever des
empreintes, et nous allons compare ces
empreintes avec celles des deux individus
que nous avons arrat6s.
Dans le cadre de ce dossier, il


CRISE

ECONOMIQUE
(BANQUEROUTE... suite de la page 2)
avez dit embargo !
C'6tait en 1992-1993. Le pays
6tait sous un embargo d6cr&te par la com-
munaut6 international pour forcer les
militaires a restituer le pouvoir au president
constitutionnellement Olu Aristide.

Entre natte et grabat ...
Eh bien, l'esprit C6dras s'est
g6ndralis6. Chacun finit par faire avec. Le
pays ne s'est-il pas r6sign6 a son insigne
honneur d'etre le seul PMA (pays moins
avanc6) du continent! On croit meme
y distinguer de nombreux avantages.
L'immense majority des d6munis avec la
mendicit6 international. Quant au reste,
on envoie lI-bas maman, les enfants, la
boniche et meme le chihuahua, mais on
garde au pays ses p6nates. Ou plut6t ses
nattes. La difference 6tant de plus en plus
entire natte et grabat.
Melodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


The convenience of Ha"Iiis
Lairge~t Brunch Network -


Yqe overr 9O.-'-1.000 c t orners
thrcu-:h 30 bcoe in Port au Prirce
and I � 'n the provincess


CIL US~NIBANK
"'FIL5is� route ensemble


TLI: i:J I ' ' -2 ID ' -x.:
Rix (091fQrtnhi


--.wwu m~ban kho 9-corn a


Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 22


Page 3


L'EVENEMENT SOMMAIRE N
Wikileaks : Les coups fourres de Pr6val centre Michele
Pierre-Louis p. 1
PM RATIFICATION
Les D6put6s emettent de fortes reserves p. 1
ANALYSE
Comment devenir un dictateur ! p.1
LES ASSASSINS SONT DANS LAVILLE
Guiteau Toussaint: Le crime 6tait sign ! p.1
ACTUALITES EN MARCH
Franck Cin6 libere mais ... p.3
La police fait des arrestations pp.3 & 6
NOUVEAU POUVOIR
Martelly risque gros avec ses amis p. 1
POLICE
Tortures et executions sommaires p. 1
Lettre du RNDDH au president Martelly p.4
CRISE ECONOMIOUE
Ils n'en mourraient pas tous ... p.2
RECONSTRUCTION
Martelly et Clinton lancent un important chantier pour les
families p.7
La surenchere de l'humanitaire p. 8
LETTRES
Dany Laferriere figure dans Le Larousse p.8
Haiti, la Rep. Dom. et Cuba (livre) p. 12
Mini Antoloji Ekriven Sosyete Koukouy p. 15
LIBRE PENSER
Indifference ! p.12


.x.xlx Ix. --l- - 1-1 v


s�f






UNE ANALYSE


1Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 22


Martelly risque gros avec ses amis

qui auraient a un certain moment figure dans une de ces listes nales existantes, celui-ci n'est pas plus prot6g6
IASPORA... suite de la lere page) (il est vrai jamais rendues publiques). quidam d&s qu'il s'agit de criminality intematic


seau national de defense des droits humanss, a mis le nouveau
president en garde contre la presence a ses c6t6s d'un group
d'anciens commissaires qui avaient &te renvoyds de la Police
national pour participation pr6sumee au traffic de la drogue.
Le president Martelly a mis le RNDDH en d6fi de
fournir les preuves de ses allegations.
Aussi jusqu'a preuve du contraire, il considere ces
anciens policies comme innocents. Et il af-
firme s'6tre assure de leur morality avant de
les avoir pris auprbs de lui.
Et Michel Martelly d'ajouter qu'il est
stir de leur morality autant que de la sienne. De
la part d'un president de la rdpublique, on peut
consid6rer que c'est s'avancer un peu loin.

Le dictat des responsables
internationaux ...
Toujours est-il que c'est notre pre-
mier chef d'Etat des 20 demibres anndes qui
ose affronter le dictat des responsables inter-
nationaux de la lutte anti-drogue (et autres)
qui se contententjusqu'ici de tendre une liste
aux dirigeants en exercise et executionn imm-
diate !' ... ainsi que des organizations locales
qui leur servent de relais.
Jean-Bertrand Aristide aussi bien que
Rend Prdval se sont toujours courb6s.
En remontant au g6ndral-pr6sident
Prosper Avril qui a &t6 le premier a vider
les rangs de l'arm6e d'Haiti des pr6sums
ripoux.
Pr6cisons : Aristide ne protest pas,
mais ne renvoya pas non plus. Mal lui en
prit. Lors du jugement du trafiquant reconnu Le prdsidet
Jacques K6tant, qui avait &td extrad6 par Aris- du March
tide, celui-ci accusa le president d'etre le rdel les rda


Mais supposons que le RNDDH arrive a se procurer Le SRnat s'6rige en haute cour de ju
des infonnations irr6futables. Cette organisation parait avoir l'impeachment avec perte immediate de l'imi


le bras long.
Toutefois le president a mis un b6mol : il attend de
voir les preuves. Mais tant que ce ne sera pas le cas, il garde
sa confiance dans les collaborateurs en question.
Mais une chose est de prendre la defense de son staff.


nt Martelly et I'ambassadeur des Etats-Unis Kenneth Merten lors de l'in
W de Savane Pistache (Carrefour Feuilles) inscrite par le nouveau preside
lisations de ces 30 premiers jours au pouvoir (photo Robenson Eugne /H


qu'un simple
onale.
stice. Et c'est
munit6 et tout


ce qui s'ensuit.
Des pr6c6dents existent en Am6rique du Sud. En
dehors de Manuel Norigea, tel autre president a &td oblige
de partir du pouvoir parce que des procureurs aux Etats-Unis
relayss par l'opposition locale) Font accuse d'avoir finance sa
champagne 6lectorale avec de l'argent sale.
Secundo, ne comptez pas sur vos
relations politiques aux Etats-Unis. Que vous
soyez branches sur les d6mocrates ou les
Srpublicains (ou encore l'ultra-droite, le Tea
Party), aucun secteur ne peut rien pour vous
en pareil cas (le Black Caucus n'a pu rien
fair pour Aristide) parce que la criminality
international (tout comme le terrorism) est
un dossier non partisan, c'est-a-dire considered
aux Etats-Unis come parties int6grante de la
s6curit6 national. Done hors de port6e de la
politique.

Le cas Guy Philippe ...
Enfin, encore une grande premiere :
voici le president Martelly qui se retrouve,
malgr6 lui, dans les memes sentiments que
Guy Philippe, un autre ancien commissaire
de police, de la meme promotion que ceux
d6fendus par le chef de l'Etat come 6tant des
proches collaborateurs, mais qui quant a lui a
vu deux fois d6barquer des h6licoptbres de la
DEA amdricaine lanc6s a ses trousses.
Guy Philippe a pris lui aussi la d&-
fense de ses anciens condisciples contre les
auguration assertions du RNDDH.
entparmi Il est vrai que le meme Guy Philippe
ENAM) a mend le movement paramilitaire qui a con-


'godfather'. Ce pr6texte aurait &te utilis6 par le commando Une autre est de s'identifier aussi totalement a ceux qui vous tribu6 a pousser Aristide hors du pouvoir en 2004.
amdricain qui a enlev6 Aristide et son spouse dans la nuit du servent car la function de chef de l'Etat est plus que la personnel Mais les Amdricains se sont aussit6t interposes pour
29 f6vrier 2004 pour les parachuter en exil jusqu'en Afrique. qui l'incame. Plurielle. l'empecher d'arriverjusqu'au siege de la pr6sidence.
Conclusion : la tolerance est possible. Mais elle a


La function de chef de l
'
Etat est plurielle


Pas plus prot6g6 qu'un simple quidam ses limits !


Par consequent, tout en 6tant president de la rdpubli- En effet, si les collaborateurs en question d6gringo-
que, Martelly n'en court pas moins un certain risque en pregnant lent, qu'en est-il du president de la rdpublique ?
publiquement parti pour ces anciens commissaires de police D'autant plus que envertu des l6gislations intematio-


Haiti en Marche, 17 Juin 2011


Security : Plusieurs ex-policiers a la morality douteuse,


se retrouvent aujourd'hui dans l'entourage de Martelly


IntigralitW de la lettre de mise en garde adressee par
le RANDDH au chef de I 'Etat
Dimanche 19juin 2011

Document post le 17 juin sur le site du
RNDDH [1]
Repris par AlterPresse
Le R6seau National de D6fense des Droits Humains
(RNDDH), une organisation engage dans la lutte pour l'6mer-
gence d'un Etat de droit en Haiti salue votre accession a la
Magistrature Supreme de l'Etat a un moment oni le pays se


Explore ynir option nn. Ha$n Ia rrue shipping
for Ihe holidays.
rM Mfi Oil *C-n. p Flm" pr p*rmw wiu-rAn 1. '.--t ,,^ ."' ""-""-"
Utt Carthoma. rApxlao. Saua ft OEral arnordMo


PO VoG 0 ni111 & OMWO1 &II
*Pl4okup oryk)- a ilkda arrrlbwoIn
Northi AmcrK~A
43 LUoAa, E*o44 Pay & TraAk CrAIn o
,p Ah uR a UYvk il~h rji: 1 kulark:Ikmi
,i "Up "ur bunt *. wvow.mrwrq"Lr~m


trouve au bord de l'effondrement total.
Le RNDDH vous rappelle que lors de votre champagne
6lectorale, vous avez promise au people Haitien d'accorder
une mention sp6ciale aux problkmes r6currents du pays en
travaillant F l'acces a une education de quality, a la creation
d'emploi, a la protection de l'environnement et a l'dtablisse-
ment d'un Etat de droit.
C'est pourquoi le RNDDH croit qu'il est de son devoir
d'attirer votre attention sur le fait que plusieurs ex-policiers
a la morality douteuse, se retrouvent aujourd'hui dans votre
entourage.


En effet, plusieurs
ex-policiers don't Noel GOD-
WORK, Jacky NAU, Gilbert
DRAGON, Carel ALEXAN-
DRE et Will DIMANCHE,
renvoyds de l'institution
policibre, ont int6gr6 votre
service de s6curit6 alors qu'il
pese sur eux de s6rieux dou-
tes quant a leur implication
pr6sumbe dans le traffic illici-
te de stupdfiants, la violation
des droits humans et autres
actes rdpr6hensibles.

Monsieur le Pr6si-
dent de la R6publique,
Le RNDDH tient a
partager avec vous les infor-
mations suivantes :
Le 9 septembre
1999, sur mandate de perqui-
sition du Commissaire du
Gouvernement prbs le Tri-
bunal de Premibre Instance
du Cap-Haitien , d'alors,
le Commissaire Municipal
Mercin PIERRE a perquisi-


Wh~wdt 2 wr6 -; wk hka-jA. m ~uimkm1.d arah Idm *Iuk m wt iw wu nw.Almy. u.d1WVl
ZWI444


tionn6 l'H6tel "Le Voyageur", situd a Plaine du Nord, d6par-
tement du Nord. Au course de cette operation, plusieurs cadres
de la PNH ainsi que des policies en provenance du d6parte-
ment de l'Ouest, des ressortissants strangers de nationalit6s
colombienne et dominicaine ainsi qu'un trafiquant de drogue
Haitien trls connu, Roger MOMPREVIL ont &te trouv6s sur
les lieux de perquisition. Les policies don't il s'agit rdpondent
aux noms de :
* Didier SEIDE, Commissaire Municipal, alors res-
ponsable de 1' Unit6 de Securit6 G6ndrale du Palais National
(USGPN);
* Godwork NOEL, Commissaire Municipal, respon-
sable alors du Commissariat de 1' Arcahaie ;
* Lewis BOURGOUIN, Commissaire Municipal,
responsible du Commissariat de PMtion-Ville ;
* Dragon GILBERT, Commissaire Municipal, respon-
sable du Commissariat de la Croix-des-Bouquets ;
* Patrick DORMEVIL, Commissaire Municipal, res-
ponsable du Commissariat de 1' A6roport de Port-au-Prince ;
* Jean Frislet FRANCOIS, Inspecteur Municipal,
affect au Commissariat de 1' A6roport de Port-au-Prince .
L'enquete policiere conduite par 1' Inspection G6nd-
rale de la Police Nationale d'Haiti (IGPNH) a rdv&l1 qu'une
reunion pr6paratoire avait &te organisde le 8 septembre 1999 a
la residence du Commissaire Principal Guy PHILIPPE, situde
a PMlerin 6 avec la participation des agents de la PNH susmen-
tionnis et du Commissaire Jacky NAU, aux fins de r6aliser
l'atterrissage d'un petit avion en provenance de la Colombie
avec a son bord une cargaison de quatre cent cinquante (450)
kilogrammes de cocaine. Cet atterrissage a eu lieu le 10 sep-
tembre 1999, dans la zone de Savane Carree , locality situde
entire les communes de Fort-Libert6 et de Ouanaminthe , dans
le d6partement du Nord-est. La drogue a &te transported de
Savane Carree au Cap-Haitien dans l'un des v6hicules des
policies et remise au narcotrafiquant Roger MOMPREVIL
pour 6tre acheminde a Port-au-Prince .
Ce dossier, qui a d6fray6 la chronique, a &te corrobord
par un rapport de la Drug Enforcement Administration (DEA)
(LETTRE /p. 5)


IPut6 Plus bakery, Inc.

NJATURtAL .J Li iaK


11638 ME 2tod Ava,
Mian-l. FL3180
Ta1 3O5-39L-O11 8


rqrzudi-rjF prlimniahi
CaakPaslnes. Hw-Icri cwetr.'
kw #01 ociaskxw


Page 4


(D


71114.:F3 ri1 dIfr * HLI d
n 'A .R


xxlx Ix. --l- - 1-1 v - --





Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 22


DE L'ACTUALITE


Comment devenir un dictateur !


(PRESSE... suite de la lere page)
mand6 de prendre au contraire le pouvoir de maniere 16gale.
Par des elections. Plus ou moins trafiquees. Papa
Doc en 1957, grice a la complicity de l'arm6e. Une armee
pr6alablement divis6e.
L'essentiel est que rien ne vaut la voie constitution-
nelle pour s'emparer durablement du pouvoir. Quelles que
soient ses v6ritables intentions.

Pr6ner d'abord la reconcilia-
tion national ...
Ensuite, attention pas trop vite !
Commencer par pr6ner la reconciliation natio-
nale. Accepter tous les secteurs constitution-
nellement constitutes dans son gouvemement.
Du moins, essayer. Faire comme si. Mode-
ration et dialogue. Souriez, le petit oiseau va
sortir de sa cage !
Mais ce qui sort, c'est un coup de
tonnerre ! Cependant il faut savoir bien conce-
voir et programmer celui-ci, car de sa r6ussite �
dependra tout le reste.
Pour Hitler ce fut l'incendie du Par-
lement, le Reichstag.
Le pr6texte : unjeune communist
a la tate un peu f6ele.

Un climate de surtension ...
II faut done susciter, s'il n'existe
pas, un climate de surtension afin de pouvoir
1'exploiter a ses propres fins.
Papa Doc mit les 6tudiants en app6tit
avec certaines declarations a double sens, don't
un certain discours de Jacmel on il laissa sous-
entendre qu'Haiti peut regarder vers ailleurs. Frangois Duv
Les barbus de Fidel Castro venaient
d'entrer a La Havane.
Mais les duvalieristes avaient deji prouv6 pendant la
champagne electorale de 1957 qu'en cas de besoin, ils sont des
docteurs es fomentation de troubles.
Ceux-ci pour permettre le maintien de l'6tat de siege
permanent.

Le Parlement est suspend ...
Des s6nateurs se mirent a protester que ce n'est pas
constitutionnel et a d6noncer l'arbitraire. C'est l'occasion at-
tendue. Le Parlement est suspend. Une nouvelle constitution
est vite proclamee qui supprime le s6nat.
De nouvelles elections sont organisees par le regime
en place en meme temps que les membres les plus actifs de
l'opposition sont harceles, emprisonnes sous le moindre pre-
texte, assassins ou forces a l'exil.

Le regne du parti unique ...
Une nouvelle chambre des d6put6s (chambre unique,


done plus facilement contr6lable) est Olue don't tous les mem-
bres ont pr6alablement pret& all6geance au parti au pouvoir.
C'est le lrgne du parti unique.
La dictature est en place.
A present il faut la rendre viable. Inamovible. A vie.
L'ennemi politique ne suffit pas.
Aprls avoir vaincu ses ennemis les communists et
les anarchistes, et maitris6 la social d6mocratie chr6tienne,
Hitler sortit son atout majeur : le Juif. Si l'Allemagne a perdu
Al iw.


'alier apr s son election en 1957 entourd des militaires qui ontfavorise sc
don't le gneral Antonio Kebreau (a gauche) qu 'il ne tardera a carter

la Guerre de 1914-1918, c'est par la faute de l'ennemi inte-
rieur, le Juif. Le coup de poignard dans le dos ! Si l'Allemagne
traverse une grave crise 6conomique, le Juif. C'est lajuiverie
international qui avilit l'Allemagne et la conduit a sa perte.


juifs.


L'ennemi interieur ...
Resultat: l'Holocauste ou la mort de 5 millions de

Papa Doc avait aussi son ennemi int6rieur : ce sont


les mulitres.
On connait les V6pres de Jeremie.
Rien n'6tait trop horrible pour creer et maintenir
l'atmosphere de terreur (jusqu'au viol d'une dame de la
bourgeoisie, l'ecrivain et joumaliste Yvonne Hakim Rimpel,
feministe aussi avant l'heure, que ses agresseurs abandonment
dans les halliers puis vont ensuite se vanter de leur acte, tout
cela est fait a dessein).
Pour culminer dans l'exposition en pleine ville et pen-


dant plusieurs jours (avec une predilection pour le rond point
du bas de Delmas) des cadavres de jeunes hommes tuds lors
des nombreuses invasions qui ont marqu6 aussi cette p6riode.
Or au debut, la majority des participants a ces prises d'armes
appartenaient aux families mulitres. Outre que la bourgeoisie
claire avait vote Dejoie, l'ennemi jur6 de Duvalier.

Diviser la population ...
Cependant la repressionpoursuit unbut multiple. Elle
vise aussi a susciter lajalousie et la haine d'une
parties de la population centre une autre.
Massacre ethnique. Rwanda, 1994.
D'autre part la repression n'estjamais
aussi aveugle qu'elle parait. Que de crimes
commis sous le qualificatif de climatet d'inse-
curit6 g6enrale.' Du fait que la m6thode, c'est
du particulier au general. L'arbre dissimulant
la forget. Avec un objectif strat6gique : diviser
la population. La dresser cat6gorie centre
cat6gorie, noirs contre clairs, classes moyenne
contre elite, elite contre people, people contre
* intellectuals etc. Puis, le temps de r6aliser ce
qui s'est passe, ce sont au moins 60.000 morts
de toutes les categories sociales que laisse la
dictature Duvalier pere et ills.

28 novembre 1980 ...
Autre secteur susceptible d'etre
victim de ce jeu de division-manipulation,
c'est la press.
Il y a les pro, les contre et les neutres.
Et tous, a la moindre occasion, se d6chirant
les uns les autres a belles dents. A force d'im-
puissance, probablement. Mais la dictature ne
connait quant a elle qu'une seule cat6gorie.
on ascension, Celle de la soumission total. Et le jour dit,
tout le monde est balance manu military dans
le meme sac. C'est le 28 novembre 1980.

Trop 'lunatiques' ...
Comment devenir un dictateur ? Elementaire, mon
cher Watson. Car la formule existe. Et tous les dictateurs le
savent bien puisqu'ils ont presque toujours annonc6e l'avance
leurs futurs m6faits. Hitler dans son 'Mein Kampf >> (Mon
combat) et Franqois Duvalier dans ses 6crits parus dans la
revue << Les Griots > on il defend l'idee d'une lutte des classes
caract6ris6e par l'opposition entire les noirs et les mulitres et
on les premiers sont appeals a diriger le pays au detriment des
seconds (Google.fr).
Comment devenir un dictateur ? Ce sont les peuples
qui soit, ont la m6moire court, soit sont trop 'lunatiques' (mot
utilis6 par Wikileaks pour caract6riser l'electeur haitien) pour
6viter de tomber dans le piege.

Haiti en Marche, 18 Juin 2011


Security : La lettre du RNDDH

au president Martelly


(LETTRE... suite de la lere page)
adress6 au Directeur General de la Police Nationale d'Haiti
(DGPNH) d'alors, Pierre DENIZE, l'informant qu'un petit
avion avait survole Fort-Libert6 dans la soiree du 10 septembre
1999. De plus, apres enquete menee par 1' Inspection G6enrale
de la PNH , plusieurs policies ont ete revoques don't :
* Didier SEIDE, Commissaire Municipal, renvoye de
la PNH le 2 mai 2000, pour affaire de stupefiants ;
* Godwork NOEL, Commissaire Municipal, identified
par son num6ro d'immatriculation 11-BC-2705, r6voqu6 le 2
mai 2000 pour affaire de stup6fiants ;
* Feu Jean Lewis BOURGOUIN, Commissaire
Municipal, identified par son num6ro d'immatriculation 11-
PP-039, renvoye de la PNH le 2 mai 2000 pour affaire de
stupdfiants ;
* Patrick DORMEVIL, Commissaire Municipal,
revoqu6 le 21 mars 2000 pour affaire de stupefiants.
En 2003, le GouvernementAm6ricain a annule visa
d'entree aux Etats-Unis d'Amerique de plusieurs personalities
du pays don't des agents de la PNH, des Parlementaires de la
Quarante-septieme Legislature et d'autres citoyens Haitiens en
raison de leur implication dans le traffic illicite de stupefiants.
Le Commissaire Carel ALEXANDRE alors Directeur Central
de la Police Administrative a aussi ete l'objet de cette decision.
La liste de onze (11) des personnel concerns par cette d6ci-
sion est apparue dans l'6dition du quotidien Le Nouvelliste du
week-end du 31 janvier au 2 f6vrier 2003, # 36617. De plus,


en 2004, le Commissaire Carel ALEXANDRE a ete renvoye
de la PNH pour abandon de poste.
Le Commissaire Principal Will DIMANCHE, iden-
tifi par son num6ro d'immatriculation 11-BC-147, alors
Inspecteur Municipal, a ete revoque le 30 septembre 1997
pour abandon de poste et utilisation de v6hicules de la PNH
a des fins personnelles. Il est r6int6gr6 au sein de l'institution
policiere pour 6tre r6voqu6 une second fois le 15 avril 2004
pour promotion irreguliere, abandon de poste et irrespect du
Code de Deontologie Policiere. Depuis 2006, il a ete r6int6gre
une nouvelle fois, au sein de la PNH.
Aujourd'hui, le Commissaire Principal Will DIMAN-
CHE fait l'objet d'une enquete policiere pour son implication
pr6sumee dans l'assassinat de la dame Manoucheka LOUIS
JEAN BRICE, spouse de l'ex-directeur D6partemental de
I'Ouest, Ralph Stanley JEAN BRICE, assassinee le 10 sep-
tembre 2010 par un commando au moment on elle rentrait
chez elle.
Tous ces ex-policiers toument autour de vous et font
parties de votre service de s6curite. Aujourd'hui, ils entrepren-
nent des d6marches en vue de r6int6grer la PNH.
Monsieur le President de la Republique,
Le Manuel du Personnel de la Police Nationale d'Haiti
adopt le 6 f6vrier 1996, dans son chapitre VI portant sur la
reintegration des agents de la PNH, dispose en son article 17,
que :
(LETTRE / p. 13)


J3~


TOL L F REE. I -Bi35- 83 -285 E


F.AX .3'D 5 2 i -8 3 3 -
C EL L. 3 D 5 -9,, -, a


Page 5


FICHE 9B, D'AIIONNEMENT A HAITI EN MARILCHE
Nom Done lecowsduin mbommeue.nt

Vr11we do apicKlor mal voLu tas

ou all a'suft d'uin renmouv.Ilcmant

Mat Jns U5S40.00_ US If 79.00Nouveaiu RainoiveIlwwin.nt
___ ___ __ ___ ___ __ ___ _ S 9L42.00 u sk0
E.iruapm ,wesICJ(J ...... ...... OU68is 1;36.00 L L
Arricrluc LamO ____________U'sS 1 0.00 Os$1:9.5ioO






I LES ASSASSINS SONT DANS LA VILLE


Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 22


Le
(ASSASSINAT... suite de la lere page)
impossible a contr6ler. Puis on oubliera. L'assassinat de Gui-
teau Toussaint sortira de l'actualit6. Un autre 6v6nement aussi
horrible sera venu le remplacer.
Ainsi va la vie. Tout comme dans le cas de Jean Do-
minique, on offre ses talents, son courage, sa vie a un pays.
Pour toute recompense, vous 6tes assassin&. 'Wasted', pour
employer une expression americaine. Une vie gaspill6e.
Puis oublid dans les tiroirs de la jus-
tice p6nale. C'est-a-dire assassin une second *P'
fois. Banni de la communaut6 des nations
civilis6es ou la recherche de la justice est la
principal garantie aux vivants et la principal
arme de dissuasion contre les criminals. Ceux- .
ci ont done beau jeu de continue leurs m6faits
puisque stirs de l'impunite.
D'apres les maigres details rappor-
t6s par le commissaire de police accouru sur
les lieux, le dimanche 12 juin, les assassins
de Guiteau Toussaint sont entr6s dans sa
residence par effraction. Ils auraient ligot6 le
personnel de maison. La famille du patron de
la BNC, spouse et enfants, vit a l'6tmnger.,, ,
Puis, on apprend seulement que Mr
Guiteau Toussaint a ete tue d'une balle a la tete
et, parait-il, tire a bout portant.
Selon le commissaire, les meurtriers
(d'apres les informations rapporteesjusqu'ici,
il ne s'agirait pas d'un seul individu, mais on
ne nous dit pas non plus combien ils 6taient)
ont emport6 des objets de valeur.
Quels sont ces objets de valeur ? Leur Guit
nature ? Leur description ? Leur valeur reelle

Sont-ce des objets ? Ou plut6t des documents ? Des
documents de valeur ?
Nous parlons du PDG de l'une des trois plus grandes
banques du pays. Et pas seulement une institution d'6pargne et
de credit. Mais une banque impliqude dans de tres importantes
operations. Deuxjours apres sa disparition, Guiteau Toussaint
allait lancer un programme de construction de logements (de
cr6dit-logement) pour les sans abris du s6isme dejanvier 2010.
Un project de plusieurs millions de dollars. Done susceptible
aussi de cr6er des emplois. Et aussi de g6enrer de nombreux
contracts de construction et autres. Nous sommes dans le do-
maine de la haute finance, des 'big bucks', des millions, faut-il
le rappeler.


crime etait sigi
Tout come l'op6ration de fusion BNC-Socabank,
cette demiere, un etablissement priv6, s'6tant retrouvee dans
une situation de faillite, s'est vu confier par l'Etat haitien a la
BNC pour sauver les int6rets de ses 6pargnants.
L'op6ration a ete rondement menee par la BNC sous le
leadership de Guiteau Toussaint. Et sansjamais aucune plainte
de la part des anciens clients de la Socabank.
Rappelons que celle-ci avait pour actionnaire prin-


teau Toussaint assassin le 12juin kcoulk : le dossier semble Otre deja cli

cipal le patron de la fire de t6elphonie Haitel, Mr Franck
Cine, et que celui-ci a 6te emprisonne pendant plus d'une
annee a cause de cette affaire. Done affaire qui a laiss6 aussi
des traces !
Revenons sur les lieux du crime du dimanche 12juin
dernier. Les meurtriers ont abattu Guiteau Toussaint envisant a
la tete. Et, dit-on, about portant. Partant, il s'agit d'un meurtre
cibl6. Le crime est presque sign. Ils ont emport6 des objets
de valeur (jusqu'ici non identifies). L'ont-ils fait pour camou-
fler leur mission qui 6tait d'aller abattre le patron de la BNC,
purement et simplement ? Tout cela semble tenir. D'ailleurs,
s'ils 6taient venus simplement pour voler, objets de valeur ou
autres, ils avaient pleine latitude puisqu'a leur arrive le maitre
de maison 6tait absent et qu'ils ont pu maitriser facilement le


ne
personnel.
Leur mission 6tait done probablement de tuer. De tuer
Guiteau Toussaint. C'est en tout cas l'hypoth6se qui semble
la plus probable.
Qui a int6ert a tuer le dirigeant de l'une des banques
les plus performances de la place ? Et qui r6ussit les operations
qui lui sont confides a tous les coups.
La justice va-t-elle rester au niveau banal du gendarme
et du voleur ou osera-t-elle remonter toutes
les filibres sur lesquelles peut 6ventuellement
deboucher une pareille investigation ?
Probablement non. Et voilh pourquoi
on peut dire que c'est le premier meurtre de
I'Fre Martelly. C'est-a-dire qui place ce dernier
devant ses vraies responsabilit6s de chef de
l'Etat, protecteur devant la Constitution des
vies et des biens.
Outre que Michel Martelly s'est fait
aussi l1ire sous le theme du r6tablissement de
l'Etat de droit, indispensable pour redonner
6' confiance aux investisseurs. C'est done au
coeur meme de l'dlection de Michel Martelly
* la pr6sidence que cet assassinate s'adresse.
C'est un 'wake up call', un cri d'alarme !
Le president l'a-t-il saisi ? On n'a pas telle-
ment l'impression en 6coutant ses premiers
commentaires sur les ondes d'une radio de
la capital.
Rappelons enfin que le Conseil d'ad-
ministration de la BNC, avec Guiteau Tous-
saint a sa tete, a &ee reconduit par le president
ass7 Rend Prdval avant son depart du pouvoir.
Le S6nat n'a pas encore confirm.
Attendant peut-6tre de connaitre le sentiment du nouveau
president de la republique a ce sujet.
Sauf coup de theatre, l'assassinat de Guiteau Tous-
saint passera comme celui de Jean Dominique. Et les meur-
triers (et leurs 6ventuels commanditaires) n'auront jamais a
s'inqui6ter.
La meme chaine sanglante continuera, avec 6ventuel-
lement des moments d'acc6l6ration. Comme c'est peut-6tre le
cas aujourd'hui. Changement de pouvoir, changement de tout!
Du bon comme du mauvais.

Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Dossier Guiteau Toussaint : la police fait part de deux arrestations


Port-au-Prince, le 14juin 2011 - (AHP) - Le directeur
general de la Police Nationale d'Haiti (PNH), Mario Andresol,
a indiqu6 mardi que deux suspects ont ete appr6hend6s dans
le cadre de l'enquete sur l'assassinat du president du conseil
d'administration de la Banque Nationale de Credit (BNC),
Guiteau Toussaint.
M. Toussaint a ete assassin dimanche par des indi-
vidus non encore identifies en sa residence a Vivy Mitchell.
Le Directeur general de la PNH a fait savoir que
deux personnel ont ete appr6hend6es. II a 6galement soulign6
que les autorit6s policieres et judiciaires exploreront toutes
les pistes possibles.
"En tant que responsible de banque, il d6tenait pro-
bablement d'importants dossiers, a estim6 Mario Andresol
qui pr6sente Guito Toussaint comme un homme s6rieux et
laborieux.
II promet de s'investir aux c6t6s de la DCPJ (Direc-
tion Centrale de la Police Judiciaire) afin que les auteurs du
crime puissent 6tre retrouv6s dans le plus bref delai
Le chef de la police a soulign6 que la proliferation
des bidonvilles contribute 6normement a augmenter les actes
de banditisme. II d6plore que des dispositions d6ej prises pour
enrayer le ph6nomene n'aient pas about en raison, a-t-il dit,


de probl6mes conjoncturels.
Le president de la commission finances et budget du
Senat, Jocelerme Privert, s'est dit constemrn en apprenant la
nouvelle de la mort de M. Guiteau Toussaint.
Le parlementaire pr6sente le banquier come un rude
travailleur, un innovateur qui a beaucoup apporte a la BNC et
avec qui il avait de trbs bonnes habitudes de travail.
Il a confirm que ses colleagues parlementaires 6taient
a deux doigts de renouveler le mandate de M. Toussaint come
president du conseil d'administration de la BNC.
Le pr6decesseur de M. Privert a la commission fi-
nances du Senat, Nenel Cassy, a lui aussi salu6 le travail qu'a
fourni M. Toussaint a la tete de la BNC et a aussi d6plore son
assassinate.
II a 6galement rappele que la BNC 6tait au bord de
la faillite quand Guiteau Toussaint 6tait arrive aux commander
pour la propulser au rang de 3e banque haitienne.
Le parquet de Port-au-Prince a indiqu6 mardi que l'ac-
tiviste bien connu, Yvon Antoine dit Yvon Zapzap, responsible
de la bande a pied Zapzap, a &te arrete mardi.
Yvon Antoine est en effet accuse d'avoir pris part,


en pleine contestation des r6sultats preliminaires de la pr6-
sidentielle, en d6cembre dernier, au Champ-de-Mars, a de
violent incidents qui firent au moins 3 blesses dans le camp
du candidate Martelly donn6 lors perdant.
Toutefois, selon la source du Parquet, cette arrestation
n'aurait aucune relation directed avec l'assassinat de Guiteau
Toussaint. "L'activiste est plut6t accuse d'association de mal-
faiteurs et on veut le questionner autour de rumeurs selon les-
quelles, des reunions se seraient tenues autour de la preparation
d'eventuels actes visant a perturber l'ordre public".
D'aucuns craignent que certain fonctionnaires ou
partisans z6els ne profitent de l'assassinat du president du con-
seil d'administration de la BNC pour chercher a pers6cuter de
supposes adversaires politiques et tenter de d6toumer l'attention
des v6ritables mobiles de l'assassinat du banquier.
Parall6lement, dans une lettre adress6s au president
Michel Martelly, le R6seau national de defense de droits hu-
mains (RNDDH) le met en garde centre la presence dans son
service de s6curit6 d'un group d'individus a morality douteuse,
don't certain chercheraient a r6int6grer la police national.


L'arrestation de Zap Zap

sans rapport avec l'assassinat

de Guiteau Toussaint ...
(YVON ZAP ZAP... d6jh appr6hend6es, que nous allons interroger, il y a des pr&-
suite de la page 3) 16vements d'empreintes que nous allons compare et puis nous
de lapr6sidence [...] pour que allons explorer les autres pistes... >>
l'enquete advance le plus vite Une source policiere de la Police National d'Haiti
possible, done c'est dans cette (PNH) a fait savoir que l'arrestation du militant Lavalas Yvon
phase que nous sommes. Il y Antoine ditYvonZapzap n'a aucun rapport avec l'assassinat de
a des gens qui sont arret6s, Mr. Guiteau Toussaint, mettant fin aux rumeurs qui circulaient
il y a des personnel qui sont dans certain m6dias locaux et sur internet.


ADOMI PURCHASING AGENCY

Tel. : 786-457-8830 * Fax: 305-756-0979
c-m M il : vdvlnipllthRsinia'lol.con
Pour tou.. my. achatx :
FLjLiprmenIiT pISuIJr Co)nsIrulion / Pi-L2Ec i] \'V 4iDLiJen / Carrnicin /
Fqiui eriiilril. ITI AhC I
Par avion nu par hateau.


Page 6


POS VID NAN

KONSEY AJANS AKSYON KOMINOTE

KONTE MIAMI-DADE

r~~~~I-1 7 _,y: ' A. j



L U C I .-4 c 1r i i,!: L.., , F*r I'A '




pLA 9-1 OL J. m FY'
�.z 7,7.i.~ O1 ~~n~n~ *


. - - - -- -- -- --- , - - - - , - - - -- , - -- - . ---- I xxlx Ix. --l- - 1-1 v - --





Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 22


SECRETS D ETAT


Les coups fourres de Preval centre Michele Pierre-Louis


(PIERRE-LOUIS... suite de la lere page)
s'est pass dans des circonstances regrettables. La cheffe du
gouvernement a &te pouss6e brutalement hors du pouvoir par
un veritable complot entire le president Rend Prdval et les sd-
nateurs membres du parti Lespwa (pr6d6cesseur de l'actuelle
plateforme INITE).
On sait aussi que l'ex-Premier ministry Pierre-Louis
en a beaucoup souffert dans sa personnalit6.
Cependant Wikileaks, le site qui
dit tout sur la politique 6trangere amdricaine
grice aux cAbles diplomatiques intercepts
clandestinement, nous apporte d'int6ressantes
indications sur cet episode de notre histoire
r6cente. Et surtout sur les manieres de proc6der
de ceux qui nous gouvement. En l'occurrence
le president Rend Prdval et sa majority parle-
mentaire (de 1'6poque).
D'abord pourquoi Michele Pierre-
Louis avait-elle accept de devenir Premier
ministry ?
Sans aucune experience politique.
Sans aucune base politique. Sans aucun sup-
port au Parlement. C'est du genre qu'on ap-
pelle chez nous un 'job cercueil', c'est-a-dire
on vous n'avez aucune chance de votre c6t.
Une operation 'kamikaze' ?
Non, car elle avait un atout majeur.
Du moins, le croyait-elle. Son amiti6 avec
Rend Prdval, vieille de trente ans.
Mais, a en croire les correspondan-
ces mises au jour par le site Wikileaks entire
l'Ambassade amdricaine a Port-au-Prince et
le D6partement d'Etat a Washington, Michele
Pierre-Louis va tres vite d6chanter. Le PMMme A
Et au moment on elle laissait la Pri-
mature, le 30 octobre 2009, apres environ une
annde et deux mois (elle avait requ la ratification parlementaire
le e1r aofit 2008), Mme Pierre-Louis avait d6ji pens6 a d6mis-
sionner au moins deux fois.
En effet, raconte-t-elle, le president Prdval l'a tenu
totalement a distance.
Oyez plut6t. II refuse qu'elle accepted des invitations
officielles a l'6tranger pour rencontrer des bailleurs de fonds
important ; il essaie meme de limiter ses d6placements a tra-
vers le pays. Le Premier ministry Mme Michele Pierre-Louis
n'est pas admise non plus aux rencontres du chef de l'Etat avec
les ministres, ni a celles on sont prises les decisions 6conomi-
ques importantes. Par example, elle a &te tenue en dehors des
negociations sur le salaire minimum.
Mais les avanies s'6tendent aussi au niveau personnel.
Prdval ne reqoit plus ses appeals t6l6phoniques. Il vajusqu'a se
moquer d'elle devant ses conseillers. Par example a propos d'un
plan sugg6r6 par la cheffe du gouvemement pour d6velopper la
region du Nord-ouest d'Haiti qui a toujours &te ignore. Prdval
aurait rdpondu sechement : nous n'avons qu'un plan, c'est la


construction de routes !
Et quand des 6tudiants contestataires s'en prirent a
la FOKAL, la foundation culturelle fondue par Michble Pierre-
Louis et qui lui est si chere, Prdval y trouva seulement matibre
a riit6rer ses mauvaises plaisanteries.
Reaction de Michble Pierre-Louis : elle ne reconnait
plus l'homme qu'elle avait connu. Et, poursuit-elle, si Prdval
a une vision pour Haiti, eh bien, il ne veut pas la partager.


M4ich le Pierre-Louis au moment de sa prise de function : entouree du pro
(a gauche) et de son predicesseur Jacques Edouard Alexis
En tout cas, pas avec celle qui dit le connaitre depuis
trente ans. Associds en affaires avant d'entrer en politique. Ils
avaient cree ensemble une boulangerie qui marchait trbs bien.
Mais qui sera d6truite au moment du coup d'6tat militaire de
septembre 1991 par la soldatesque en furie et leurs allies pa-
ramilitaires. Prdval 6tait a l'6poque Premier ministry dans le
gouvemement du president renvers6 Jean-Bertrand Aristide.
Selon Wikileaks, c'est Michble Pierre-Louis qui
introduisit Prdval dans le giron Lavalas.
Cependant ce que Wikileaks ne dit pas, et don't Mi-
chble Pierre-Louis ne se plaint pas non plus (en tout cas pas
ouvertement), c'est que sa principal opposition venait de
l'int6rieur meme du palais national.
On se souvient que, lors de sa ratification comme
Premier ministry d6signd, des tas de rumeurs d6sobligeantes
avaient circuld au sujet de sa vie priv6e. Une expertise 6lectro-
nique semble en avoir conclu que ces insinuations avaient ete
'leaked' dans l'entourage meme du president Prdval.
Michble Pierre-Louis n'a pas voulu s'abaisser sans


doute a de tels arguments. Question de dignity !
En tout cas a aucun moment, dit un des cables, elle
n'a voulu utiliser le mot de 'jalousie.'
Par example, Prdval ne voulait pas qu'elle participe a
la Conference des Donateurs a Washington. Il voulait y envoyer
d'autres membres de son staff.
La Conference fut un succ&s. Prdval lui en a tenu
rigueur.
Mais le plus choquant a &te le moyen
� choisi par Rend Prdval et son 'gang' (au sens
S^qu6b6cois du mot, bien sfir, qui veut dire tout
. = simplement group) pour forcer son Premier
ministry au depart. Mais en ne lui laissant
aucune chance de sauver la face.
Alors que Michble Pierre-Louis avait
d6cid6 elle-meme de partir, elle le r6p6tait
h qui veut l'entendre, elle avait dit qu'elle
n'allait pas rester a moisir jusqu'a se faire
mettre a la porte comme un 'Jacques Edouard
Alexis', eh bien c'est le dernier coup qui lui
6tait r6serv6.
Selon Wikileaks, tout le monde sa-
vait que le Premier ministry accomplissait sa
dernibre mission a l'6tranger, en l'occurrence
devant la Commission europ6enne ...
En son absence, le complot fut mont6
pour la convoquer au Parlement d&s son retour
et lui flanquer un vote de non confiance.
S ' Prdval l'avait lich6e aux chiens.
Certes, disent encore les cables,
le Premier ministry Michele Pierre-Louis
p6chait par manque un peu de tout: pas un
staff suffisamment organism, peu d'exp6rience
'sidentPreval dans administration publique, aucun support
politique a elle etc.
De notre c6te, nous ajouterions :
surtout aucun sens politique comme on le conqoit en Haiti.
Done c'6tait un vrai 'job cercueil.'
En effet, les reactions (ou du moins les r6flexions) de
l'ex-Premier ministry, tel que rapportees dans ces correspon-
dances, sont d'ordre plus sentimental que politique. Mais la
politique a ses raisons qu'une amiti6 (meme vieille de trente
ans) ne connait pas !
Toutefois tout le monde en convient qu'il s'agit 1i
d'une personnel bien pr6parde, intbgre et qui aime son pays.
Et qui surtout possede encore un certain sens de la
dignity.
Le public a su le comprendre qui lui a fait une sortie
de scene au bord de l'affection. Choqu6 par la brutality du
num6ro mont6 de toutes pieces par ces 'com6diens' a la Gra-
ham Greene.
On n'a pas l'impression que l'acteur Prdval a r6colt6
un baisser de rideau aussi sympathique le 14 mai dernier.

Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Martelly lance un important chantier pour les families
Agence France-PressePort-au-Prince, 15juin 2011 la Commission de reconstruction d'Haiti, ont pris part a la la Banque interam6ricaine de d6veloppement (BID) h haute
Le president haitienMichel Martelly a lanc6 mercredi c6r6monie. de 30 millions de dollars.
a Port-au-Prince un chantier finance par la Banque interam- < ricaine de d6veloppement de 400 logements pour des families l'espoir de reconstruire Haiti>>, a lanc6 le president Martelly dans le pays afin de loger 2000 families.
jet6es a la rue par le s6isme qui a ravag6 le pays en 2010, a en posant la premiere pierre de ces logements. Ce chantier est constat6 l'AFP. Les maisons de 36 metres carr6s chacune devraient de nouvelles communaut6s durables>>. a d6clard le nouvea


L'ancienprisident am6ricain Bill Clinton et le premier
ministry sortant d'Haiti Jean-Max Bellerive, co-pr6sidents de


6tre livrdes dans 100 jours et seront drig6es sur un terrain de
prls de sept hectares dans le nord de la capital.
Ce premier chantier
baptis <<400 maisons en 100
jours>> a &t6 lanc6 dans le
................ | cadre d'un project finance par


ur

te

re
au


president. < pacit6 a remettre les gens au travail et que les entreprises locales
pourront s'impliquer davantage dans la reconstruction>.
Le violent s6isme de janvier 2010 a fait plus d'un
million de sans-abris: la plupart vit aujourd'hui dans des camps
de fortune.


Martelly et Clinton : pose de la premiere pierre d'un project de logements finance par la BID
(photo HPN)


Page 7


NOTICE OF VACANCIES
CITY OF MIAMI CIVILIAN INVESTIGATIVE PANEL (CIP)

Gwoup Envestigate Sivil (CIP), yon ajans nan City Miyami, pou
founi enfomasyon endepandan sou Depatman Polis Miyami, ap chache
moun ki vie fe pati Panel la ki gen 13 manm. Fo moun lan rezidan pemanan
nan peyi a, gen yon propryete, ap travay oswa gen biznes nan City Miyami
ak repitasyon yon moun ki enteg et ki nan sevis kominote a. Manm Panel
la pa dwe gen rekod kondanasyon pou move zak men li pa dwe se yon
ofisye Polis City Miyami tou.

Yo ka wetire aplikasyon nan www.miamigov.com/cip, oswa nan
CIP office ki nan 970 SW 1 St., Suite 305, Miami, Fl. 33130 oswa rele
305-960-4950/fax 305-400-5399. Pou konplete aplikasyon an net, ajoute
yon rezime oswa yon byografi sou nou.
Enpi voye tout bagay pa la pos oswa pote-1 nan adres nou sot ba
nou an ak non Carol Abia sou anvlop la. Nap kenbe rekritman an louvri
toutotan nou poko jwenn tout moun nou bezwen yo.
Adv. # 002655





MEDIAS & CULTURE


Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 22


Litterature :

Dany Laferriere

entire dans le Larousse


Vendredi, 17 Juin 2011, GF/HPN
L'6crivain hamtien de renomm&e in-
ternationale Dany Laferribe est immortalis6
dans le dictionnaire 2012 de Larousse.
Laferribre (Windsor Kl6bert, dit


Dany Laferrimre


Dany, Port-au-Prince 1953). La suite est A lire
dans le dictionnaire Larousse qui fait place
dans sa nouvelle parution A une soixantaine
de personnalit6s parmi les plus c6lbres de
la plandte.


L'6crivain haitien devenu canadien
fait son apparition tout comme les acteurs
Ldonardo Di Caprio et Charlotte Gainsbourg,
les chanteurs et auteurs compositeurs Louis et
Matthieu Chedid (pbre et fils), mais aussi Henri
Des et Nana Mouskouri.
La litt6rature est
notamment repr6sent6e par
Marie NDiaye, Dany La-
ferribre et Russell Banks.
Laferribe rejoint ainsi dans
le dictionnaire de la langue
franqaise (Larousse France)
les 6crivains haitiens Jacques
Stephen Alexis, Rend Depes-
tre et Jacques Roumain.
Des c6l6brit6s com-
me Steve Jobs, fondateur de
Apple, et St6phane Hessel,
auteur de l'essai A succes <<
Indignez-vous >>, sont 6gale-
ment au nombre de ceux qui
figurent d6sormais dans Le
Petit Larousse.
Les politicians sont
aussi presents, notamment
la pr6sidente brdsilienne
Dilma Rousseff et le premier
ministry britannique David
Cameron, tout comme les
sportifs, don't les joueurs de
tennis Rafael Nadal et les
soeurs Williams.
Le Petit Larousse
illustr6 r6unit 62 000 noms
communs, 28 000 noms pro-
pres, 150 000 definitions,
5000 illustrations, plus de
350 cartes, une chronologic universelle de plus
de 1200 &v6nements, des centaines de sch6mas
et 128 planches encyclop6diques illustries.


La surenchere

des cadavres dans I'humanitaire


(Slate.fr) Un nouveau rapport sur le
tremblement de terre d'Haiti rappelle que pour
les organizations humanitaires, plus il y a de
victims, plus les dons sont genereux.
Haiti: l'aide humanitaire et ses defis
Le r6le humanitaire des medias
Silence autour des ONG qui ont de-
toumrne de l'argent
J'ai un jour rencontre un juge de la


Evidemmentje ne peux pas dire ga. Mais parfois,
trouver l'hyperbole appropriee pour definir a quel
point l'affaire qui m'est presented est unique dans
son atrocity peut s'averer un tantinet difficile.>>
Les employes des organizations hu-
manitaires doivent souvent avoir le mdme
sentiment. Du moins on peut l'esperer. Voici ce
qu'Elisabeth Byrs, porte-parole du bureau de
coordination des affaires humanitaires de l'Onu
(OCHA), a declare just apres le tremblement


Haute Cour de Londres qui se plaignait d'eprou-
ver de plus en plus de difficulties a exprimer
son indignation au moment de prononcer une
sentence, tant il semblait que la brutality des
actes commis par les criminals qui lui etaient
presents etait de plus en plus impressionnante.
Il s'interrogeait:
( lais dtre honnmte, je devrais dire quelque chose
du genre: "C'est le delit le plus epouvantable
que j'aie vu depuis, eh bien... Mardi dernier".


de terre qui a ravage Port-au-Prince, a Haiti, le
12 janvier 2010:
< Depuis que l'Onu existe, nous n'avons jamais
ete confronted a une telle catastrophe. Elle nest
comparable a aucune autre.>>
Exagerer les calamities pour dtre plus
visible
Le problem avec une rhetorique a ce
(AIDE / p. 11)


-'LI :.,'1I


Page 8


Le sdisme a detruit la quasi totality du centre ville de Port-au-Prince


Genyen asirans pou tretman




dan a bon mache... pou




mwens ke 1 dola pa jou.






Telefone reprezantan Humana

w lan jodiya menrn!


Mike Bully

561-389-0813

8 a.m. - 5 p.m.

4t HUMANA.


- . -- - -- - - - - - - - - - - - I xxlx Ix. --l- - 1-1 v - --


mmi




Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 22


I BANOUE NATIONAL DE CREDIT I


EDUCATION










J INFRASTRUCTURES










J CONSTRUCTION










J TECHNOLOGIES


BN:Ue sld Isiuto innir

a tav4 -e tmp


Page 9


.x.xlx Ix. --l- - 1-1 v - -- - - -- , - - - , - - - - - - , - --- - - - - -- - - I






PM RATIFICATION


Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 22


Les Deputes 6mettent de fortes Reserves


(... suite de la lre page)
de la Constitution concemant la designation du Premier Mi-
nistre, rdvdle que le dossier du Premier Ministre d6sign6 est
recevable.
Toutefois, la Commission parlementaire sp6ciale 6met
des reserves ; les declarations sur le fait que Mr Rouzier devrait
6tre ratifi6 sans aucun doute par les deux Chambres reposent
sur le sentiment que l'analyse des pies fournies serait la seule
mission des membres de la commission. Bien qu'a un niveau
6galement certaines explications devraient 6tre fournmies : (par
example pourquoi le montant des imp6ts payer par Mr Rouzier
est si bas au vu de ses revenues supposes dans le pays, absence
de CFPB pour les anndes 2007, 2008, 2009, comme il dit qu'il
6tait propri6taire d'une maison d6truite en 2010 par le s6isme du
12 janvier, absence de la traduction de la lettre de nomination
comme consulate honoraire de la Jamaique, absence de contract
de vente d'6nergie de E-Power a l'6tat Haitien, absence de
preuve de revenue annuelle ?), il est done clair que le processus
de ratification va au-delA d'une simple verification de pies. En
lisant le Curriculum Vitae de monsieur Daniel G6rard Rouzier,
Premier Ministre d6sign6 par son Excellence le Pr6sident de
la R6publique, Monsieur Joseph Michel Martelly, plusieurs
616ments ont conduit les membres de la commission A 6voquer
la possibility d'insurmontables conflicts d'intr&&t aussi bien au
niveau politique, social qu'6conomique.
Conflit d'intr&ts au niveau politique
II apparait que Monsieur Daniel G6rard Rouzier, en
r6f6rence de la lettre du Premier Ministre et ministry des affai-
res stranger et d'6change l'Honorable Dr Kenneth 0. Baugh
de la Jamaique en date du 14 May 2010 RUf. 202/801/65 a
stipul que "We look forward to working with you in the years
ahead, and we are confident that during your tenure, you will
defend and promote to the best of your ability, the interests
of Jamaica in Haiti ". Quelles sont les relations entretenues
avec la Jamaique ou les Jamaicains quijustifieraient ce choix.
En r6f6rence A l'article 13.2 de la Constitution. Il est acquis
que les pies soumises, notamment l'acte de naissance, les
diff6rents livrets de passport, les cartes d'immatriculation
fiscal et d'identification national attestent de la nationality
d'origine du sieur G6rard Daniel Rouzier. Elles ne permettent
pas, en revanche, d'6tablir s'il n'a jamais 6t6 en situation de
perte de sa nationality.
Conflits d'intr&ts au niveau social
Monsieur Daniel G6rard Rouzier repr6sente l'arch&-
type de la bourgeoisie 61itiste. Au-delA de son engagement
pour les plus pauvres (Food for the poor), pense-t-il pouvoir
repr6senter cette classes moyenne qui a &6t la pricipale victim
des d6sastres qui ont frapp6 Haiti depuis plus de 3 ans et certai-
nement la meilleure opportunity de reliance de notre 6conomie.
Certains voient la classes social qu'il repr6sente comme 6tant


le principal obstacle au d6veloppement d'une classes moyenne
forte car elle contr6le tous les leviers 6conomiques et finan-
ciers. D'ailleurs, durant lesvingt dernires anndes, cette classes
social a 6t6 intimement associde aux diff6rents reversements
de l'ordre d6mocratique. Comment se situe Monsieur Daniel
G6rard Rouzier face A ce positionnement iddologique << le
pouvoir aux plus capable >> ?
Conflits d'intr&ts au niveau &conomique
Monsieur Daniel G6rard Rouzier est l'un des prin-
cipaux actionnaires d'une compagnie qui announce vouloir
investor plus de 59.3 millions de dollars am6ricain en Haiti. II
se trouve que pour l'instant, l'Etat haitien est le seul et unique
client de cette compagnie d'6nergie 61ectrique. Monsieur
Daniel G6rard Rouzier announce qu'il aurait d6missionne du
conseil d'Administration de E-Power. Nous prenons acte de
la lettre, mais peut-il nous prouver qu'il a vendu la totality
de ses actions (A qui dans l'6ventualit6 positive) ? Enfin, il
serait important que nous connaissions les noms des autres
actionnaires de cette compagnie afin de nous assurer qu'il n'y
aura pas de conflicts d'int6r&ts dans les marches publics. Par
ailleurs, il est bruit que de nombreux entrepreneurs ont int6gre
l'6quipe 6conomique de Mr Rouzier, quelle garantie que le
Premier Ministre d6sign6 peut nous donner afin d'dviter qu'il
n'y aura pas de favoritisme ou d'6changes d'informations
confidentielles pour les futurs appeals d'offres ?
Sous ce rapport, des zones d'ombre subsistent quant a
la function de consul honoraire de la Jamaique auprbs de l'Etat
haftien exerc6e parM. Pierre G6rard Daniel Rouzier, poste pour
lequel il a remis sa d6mission au Vice-ministre des affaires
6trangeresjamaicain. En effet, les dispositions de la Convention
de Vienne sp6cifiques au r6le du Consul honoraire, notamment
les articles 1er al. 3, 67, 68 et 71, font 6tat tant d'immunit6


(TORTURES... suite de la l1re page)
disparition de pr6venus dans certain commissariats de police
de Port-au-Prince.
L'organisation a notamment d6nonc6 l'arrestation le
15 juin de deux personnel Serge Demsothene et Kestel impli-
qudes dans une affaire de conflict terrien avec un policies.
Sauvagement battu au course de son interrogatoire,
Serge Demosthene serait d6c6d6 au commissariat. Son corps
a &6t d6pos6 A la morgue de l'H6pital general. L'autre prevenu
dans cette affaire, est port disparu.
Le RNDDH revele que les noms de ces personnel
n'ont pas &6t enregistr6s dans les registres du commissariat
de P6tion-ville.
L'organisation a relev6 d'autres arrestations effectu&es


de jurisdiction que d'inviolabilit6 personnelle en relation avec
cette position officielle. L'exercice de la function consulaire
honoraire demeure ainsi sujet A interpretations diverse quant
A son caract&re administratif ou politique.
Face au doute qui peut donc 6tre entretenu sur la
nature du poste occupy par M. Rouzier, la Commission estime
qu'il y aurait lieu d'appr6cier si dans l'exercice effectif de
ses functions, le Premier Ministre d6sign6 a pos6 des actes
ayant une port6e politique pour le compete du Gouvemement
Jamaicain, et de nature A porter atteinte aux int6r&ts sup6rieurs
de la nation haitienne
Il reste que la sanction de d6ch6ance de nationality
relevant, selon le d6cret du 6 novembre 1984 sur la nationality,
de la competence du Pr6sident de la R6publique qui l'exerce
par arr&t6, la Commission n'a pas quality pour se prononcer,
par voie d'autorit6, en la matibre.
Recommendations
La nomination d'un Premier Ministre va done bien
au-delA d'une simple analyse de pieces et de l'expos6 de sa
politique g6ndrale. Il nous semble que les conflicts d'int6r&ts qui
existent A diff6rents niveaux ne nous permettent pas de recom-
mander A l'assembl6e de ratifier le choix de Mr Daniel G6rard
Rouzier pour le poste de chef du gouvemement, a moins de
consid6rer que l'61ection du Pr6sident Joseph Michel Martelly
l'a exon6rd de l'obligation de choisir un Premier Ministre qui
soit libre de redevances envers des particuliers, des institutions,
des entreprises ou de pays strangers. Nous demandons donc
au President Joseph Michel Martelly de soumettre le plus
rapidement possible aux Pr6sidents des deux Chambres le
nom d'une autre personnel qui puisse, sans conflicts d'int6r&ts
majeurs, occuper cette function. Comprenant l'urgence de la
mise en place d'un nouveau gouvemement.


par la police A Cit6 Soleil et A Martissant, onu deuxjeunes sont
d6c6d6s dans les commissariats de la PNH.
Andre Mackenson et Jeffony Michel arr&t6s d6but
avril pour association de malfaiteurs ont &6t retrouv6s morts
peu de temps apres leur arrestation.
Des cas de disparition, de torture et d'interrogatoire
muscle sont 6galement d6nonc6s par le RNDDH, qui a rappel6
le cas des 3 poseurs d'affiches interpell6s par des policies du
commissariat de Port-au-Prince pendant la r6cente champagne
61lectorale et don't les corps de deux d'entre eux ont &6t retrouv6s
A la morgue de l'H6pital g6ndral.
L'organisation demand A l'Inspection g6ndrale de
la PNH de livrer A la justice les policies impliqu6s dans ces
pratiques. Quatre avaient 6te places en isolement.


FOR FURTHER INFORMATION VISIT OUR WESSITE: www.womeninproduction.fedorg.ht


rY f voLnn

IN PRODUCTION


2011



FEATURING HAITI'S TOP WOMEN
ENTREPRENEURS AND ARTISANS

SHOPPERS WELCOME!


wSA RZIinnMIW


SATURDAY, JUNE 25th 2011
1:00 pm - 8:00 pm


SUNDAY, JUNE 26th 2011
10:30 am - 6:30 pm


MIAMI BEACH
CONVENTION CENTER
1901 CONVENTION CENTER DRIVE
MIAMI BEACH, FL 33139


e rh mmes
-V
AMERICAN
* C(AMURof
COMMERCE

-WL)MFN N PI'N'. : IU0N"
IS A FEMMES EN DEMOCRATIC
IN TIATIVE IN COLAlOftA'IODN ' jH
THE HAITIAN AMERICAN CHAMBER
OF COMMERCE OF FLORIDA


m arsgramaism


ING \
. 01=v f m


M I N I T RE
D4JCOMQIMI

VV T L V a.E
I F S GLD0BAL PAtItL HftMIP



'bINN I:IDB
--- f-


I
I.


SOGEBAJK


'p


Mc'gd nStui lL'y
SmilhBarney


*oa


FOODMAN
..... .........

HAinAN USinS ds
HANES Bmandsirc r


Al DAP
CARI HIU & OVERSEAS
TRADING, INC.
BONJOTI AYIT
1D LOZAMA 5KSW
GAol THF OU.
(4UVN NETWOMK
KOZIE-ANM
byUVI Jr
SOCIIT I IT MIDEC.INI
MIAMI DADt (LcOUNI T
MIAMI DADE COUNTY
ECDONMIC DEVIELOPMEMI
& IcHTENATIIONAL TRAVEL
PCLEAN TALK SHOW
RADIO AME5:IQUE
INTERNATIONAL
RADIO R.C.H.INC
RADIO PIMAAN BOUK
TROPIC TV
VCOE X 01 LAMERIQUE
VWa EANM
WAV3 13 0Aw


Page 10


POLICE : tortures et disparitions

dans certain commissariats


lammmuffmm -





Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 22




* Centre de*ggmati



10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Projet
* Economic et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouvernance

Dipl6me en :
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance



Seminaire en
Planification et gestion deprojets
+ Microsoft Projet et SPSS
Contactez nous:
Angle Delmas 75 et Impasse Htrard # 3,
Port-au-Prince, Hauti, WI.

Par courriel: c.f d.e. delmas@gmail.com
Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575 3444-2001


LES PETITES ANNONCES


Have your Federal & State

Income Tax
(Personal & Business)


Prepared by
J.C. Cantave!


Call 305-623-1979
for Appointment


Page 11


Le Manolo Inn -
DANSLESNIPPES a_ L I
W^�.~~ *^I


* TIEs Giin&trtI Ill pluIE
* ChHJILItk 4 tLlI cuJforl iivr'
air cumduiLwm etL -saU deil

par un -m Crond Chef .
Lt I S l. du Iurril
* L. Palabi de S-ud
IhArlierlte iA AUrv 1

p Ta PCtlc Relixc de Parit
T 4iiildatnr de du I "
. ii elc...


Numeros d'URGENCE Direction

Protection Civile (DPC), par Departement


Ouest : 3631-5095 Centre : 3605-1747

Artibonite : 3731-7830 Nord : 3701-0666

Nord Est: 3605-1749 Nord Ouest: 3605-8453

Grande Anse : 3777-3970 Nippes : 3751-7390

Sud : 3719-5049 Sud Est: 3615-3991



. . ... ..


La surenchere des cadavres dans l'humanitaire


(AIDE... suite de la page 8)
point excessive est qu'elle requiert une suspension volontaire de
l'incr6dulit6 et un degr6 non n6gligeable d'amn6sie historique. Le
seisme haitien a-t-il r6ellement represented un d6fi plus grand et une
trag6die plus profonde que l'urgence des soins a prodiguer aux
refugi6s a la suite du genocide rwandais de 1994 ou des famines
des annees 1990 en Cor6e du Nord, qui avaient tous deux suscit6
l'intervention du bras humanitaire des Nations unies?
Peut-dtre un moraliste pourrait-il se prononcer sur la
hierarchies de ces horreurs, mais sfirement, cela d6passe de loin
les capacit6s d'une fonctionnaire international telle que Byrs ou,
d'ailleurs, d'un 6crivain comme moi.
Prises individuellement, ce genre d'assertions sont deja
assez n6fastes. Mais le pire est que lors de pratiquement toutes
les catastrophes naturelles, famines, urgences humanitaires ou
lors de d6placements forces de populations, il y ait toujours un
membre d'ONG, un joumaliste, un repr6sentant de l'Onu ou un
quelconque personnage politique pour dire que ce qui est en train
de se passer dans le pays A, B ou C est le pire example de cette
sorte don't le monde ait jamais ete t6moin.
En general, la mention du mot <> est un signe qui
ne trompe pas (en tout cas quand il est employee metaphoriquement
plut6t que dans le sens littoral de la concr6tisation de la colere
de Dieu, ce qui peut arriver aux fondamentalistes chr6tiens). Il
fut utilis6 par le joumaliste britannique Michael Buerk lors d'un
reportage sur la famine en Ethiopie en 1984, et par la secr6taire
d'Etat americaine Hillary Clinton pour d6crire Port-au-Prince en
2010, ainsi qu'un certain nombre de fois entire les deux.
Mais mdme les hyperboles doivent dtre justifies d'une
fagon ou d'une autre. Dans le domaine de ce que l'on appelle par
convention, quoique de fagon quelque peu trompeuse, les urgences
humanitaires, c'est presque toujours a grand renfort du chiffre cru
des morts, des maisons d6truites, des services interrompus et des
moyens de subsistence disparus.
Ce fut sans aucun doute le cas pour Haiti, ou l'on estime
que le tremblement de terre a tue entire 200.000 (l'estimation la
plus basse des ONG) et 318.000 personnel (le chiffre official du
gouvemement haitien) et fait 1,5 million de sans-abris, parmi
lesquels au printemps 2011, quelque 680.000 vivraient encore
dans des camps de r6fugi6s.
Le rapport qui derange
C'est peut-dtre la raison pour laquelle la fuite, le mois
dernier, d'un rapport prepare par le cabinet de conseil et de
developpement LTL Strategies mettant en doute tous ces chif-
fres-estimant a la place un bilan situ6 quelque part entire 46.000
et 85.000 morts, le d6placement initial de 895.000 r6fugi6s et des
camps encore occup6s par 375.000 personnes-a provoqu6 une
si grande consternation dans les milieux officials de Washington,
sans parler des rangs de nombreuses grandes ONG humanitaires
qui travaillent a Haiti aujourd'hui, ainsi qu'au sein du gouveme-
ment haitien.
L'ironie est que ce rapport avait ete command par
l'agence americaine d'aide au d6veloppement international
(USAID), qui se garde bien de l'6bruiter, en tout cas pour le mo-
ment. Ce qui a incite Timothy T. Schwartz, principal auteur du
rapport, a evoquer sur son blog americain) de discr6diter une enqudte qu'il avait lui-mdme com-
mand6e, et don't il avait examine et approuv6 la m6thodologie.>>
Schwartz est un expert d'Haiti et un critique de longue
date des ONG-toutparticulierement des organizations caritatives
chr6tiennes, don't la majority viennent des Etats-Unis-qui g6rent
depuis longtemps un r6seau d'6coles et d'orphelinats dans le pays.
Etant done le caractere controversy du travail de Schwartz, il
faut mettre au credit de l'USAID sa volont6 de finance cette re-
cherche, mdme si finalement 1'agence fuit aujourd'hui ce rapport
comme la peste.
L'expert n'a eu de cesse de repeter, et il le dit de nouveau
sur son blog, que quels que soient les vrais chiffres, le tremblement


de terre a ete une immense trag6die. je ne me soucie pas de savoir combien de personnel ont trouv6 la
mort.... En terms de trag6die, moins il y en a, mieux c'est.>>
Voila qui semble incontestable. Et pourtant, le rapport
a suscit6 une consternation profonde a Washington et a Port-
au-Prince. Pour quelle raison? La peur. A une 6poque ou les
resources sont maigres, ou administration de Barack Obama
subit la pression intense d'un Congres extremement sceptique
quant au bien fonde de l'aide humanitaire, la d6couverte que les
resources consacrees a Haiti pourraient ne pas avoir ete insuffisan-
tes-contrairement a ce que clament de nombreux representants
d'ONG depuis au moins un an-mais en reality, excessive, est
un jeu dangereux.
Quiconque est familiar des d6bats qui font rage au Capi-
tole ces derniers temps savent que cette peur est plus quejustifi6e,
avant tout parce qu'elle joue avec le cliche du local corrompu
exploitant le genereuxAmericain, une image qui n'estjamais tries
loin de la surface dans les cercles officials de Washington.
Savoir si c'est une raison suffisante pour rejeter les con-
clusions de Schwartz est une toute autre question. Et en reality,
mdme si Schwartz est largement a c6t6 de la plaque, il y a peu
de chance que les estimations initiales des morts et des refugies
de Port-au-Prince soient en rien plus precises que les premieres
estimations de n'importe quelle autre grande catastrophe naturelle
des cinquante dernieres annees.
Difficile evaluation du nombre de victims
Mdme aujourd'hui, nous n'avons qu'une id6e tries ap-
proximative du nombre de victims qui ont perdu la vie lors du
tsunami de 2004 dans l'oc6an Indien, alors qu'il est quasiment
certain que les premieres estimations des victims du cyclone
Nargis au Myanmar en 2008 ont ete largement surevalu6es.
Dans ce cas precis, l'indiff6rence suppose de la dicta-
ture birmane devant la situation critique de son propre people et
l'urgente n6cessit6 d'y faire parvenir des provisions humanitaires
poussa Bernard Kouchner, alors ministry frangais des Affaires
6trangeres, a proposer que le Conseil de s6curit6 de l'Onu invo-
que sa toute nouvelle doctrine
de <>
pour autoriser la livraison de LAFE EL]
materiel humanitaire-que les E l ELI
autorit6s birmanes y consentent
ou non-ce qui revenait a dire
de force, s'il le fallait.
Dans la plupart des
cas, le nombre de morts reste
incertain non pas parce que la
verit6 est dissimul6e mais parce j dilm
qu'il est tries difficile d'obtenir s u pet ih
des chiffres precis dans des pays a *h
depourvus d'administrations V= ze_. nlB I
competentes (la Coree du Nord at & El-
est une exception flagrante: si hrdi f
nous ignorons le nombre de I
Cor6ens qui y sont morts de
faim, c'est uniquement parce
que Pyongyang ne veut pas que
cela se sache). ,
Comme le dit Rony
Brauman, ancien president de
Medecins Sans Frontieres, au " Jjl m in D ' t M4Ui
moins les premiers j ours suivant
une catastrophe, les estimations
des ONG et des agencies de G ufldI S
l'Onu sont presque touj ours plus ,|
ou moins des conjectures. 1
Le problem est que ' 15 Au
les agencies de l'Onu, I'USAID, Aubm
leurs homologues europeens . . -9921 I


(90% des financements de l'aide humanitaire vient encore des pays
de l'OCDE) et les ONG pensent presque tous que s'ils veulent
attirer l'attention sur une cruise, il leur faut utiliser un vocabulaire
apocalyptique et exag6rer le nombre de morts, les d6egts et les
refugi6s. Faute de quoi ils risquent de ne pas obtenir le minimum
d'aide don't ils ont besoin.
Appelez 9a deformation professionnelle, ou l'une des
nombreuses consequences malheureuses du cycle d'informations
ininterrompu dans lequel chaque evenement n'6merge a la surface
que pour dtre supplant par un autre, plus 6pouvantable encore. Si
la presentation publique des aides d'urgence 6tait une economic,
elle serait afflig6e d'une inflation galopante.
Naturellement, il est comprehensible que les ONG et les
agencies de l'Onu aient le sentiment qu'il leur faut exag6rer. Mais
a chaque fois, elles font monter les enjeux rhetoriques d'autant.
Que va-t-il se produire quand le prochain tremblement de terre
devastera une ville et que 1'OCHA sera sollicit6 pour agir et
mobiliser des fonds? Est-ce que Byrs ou 'un de ses successeurs
devra le qualifier de catastrophe encore plus historique, encore
plus inedite, pour chapter l'attention du monde?
Au nom de la mobilisation de la compassion, nous
sommes en train de placer la barre a des hauteurs inatteignables.
A ce rythme, le chiffre de 46.000 a 85.000 Haitiens que Schwartz
estime avoir p6ri lors du s6isme semblera trop modest pour
attirer vraiment l'attention des donateurs et du public du monde
developpe.
C'est peut-dtre deja le cas. Peut-dtre cela explique-t-il
pourquoi le rapport de Schwartz a semne une telle panique au
sein du gouvemement americain. Si c'est le cas, nous sommes
vraiment maudits.
David RieffAuteur du livre sur la m6moire politique in-
titule Against Remembrance, il termine actuellement son prochain
ouvrage sur la cruise alimentaire mondiale
Traduit par Bdrengbre Viennot



EGANTE SRlABIILE








6,
millul...]mizabinqjy ..








nias -meCCIIOSfmlT

aie ce- jerci

M, Ptian Vile, Hia
3 791 141I13 4 132


mr el


TMa'ph.e .: %6-5361
401-716r / 5 1.1-0304
lem.amilipi nrnmuc.cni

Inteniet dkipniihe
pour IL% cIenlt






LIBRE PENSER


1 Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 22


o Le pire des tats de l'dme est
1 'indifference >> F. de Lamennais

G&n6ralement, chers amis lecteurs, l'indiff6rence
d6crit l'6tat de la personnel qui ne manifeste aucune motion,
aucun 6tat d'ame, absolument rien, envers quelqu'un, dans
un context donnr. L'indiff6rence peut 6tre aussi caract6riser
l'6tat de l'individu qui ne semble 6prouver aucune sensation
face a une situation. Elle d6signe aussi parfois, la nonchalance
d'un individu, son << menfoubinisme >>, pour mieux s'adapter
a la situation haitienne. L'indiff6rence est, suivant le cas de
figure considered, apathie, d6sint6ret, froideur, insensibilit6,
insouciance, tiddeur ou meme 6goisme. On pourrait encore
d6nombrer d'autres faqons de s'y r6f6rer telles que << mpris >>,
<< 6goisme >>, ou tant d'autres appellations, mais mieux vaut
s'arreter ici. Pour certain, l'indiff6rence est une measure, une
<< measure d'int6rt >>, la measure z6ro de l'importance accord6e
a un fait, a un objet, a un individu, a un pays. Il n'y a pas de
<< gradation > dans l'indiff6rence. Le fait de n'6tre pas complk-
tement indifferent serait une figure de style voulant dire que
l'on accord un int6ret minime a une situation donnde. Par
consequent, il n'y aurait alors pas d'indiff6rence mais plut6t
un manque d'inter~t. Pour essayer d'apporter un certain int6ret
p6dagogique a cet article, je vous invite chers amis lecteurs a
r6aliser un exercise assez instructif qui consiste a d6celer les
traces de l'indiff6rence :
- Dans nos relations avec notre environnement
imm6diat: notre entourage professionnel, a la
maison, dans notre cadre social.
- Dans nos relations avec le pays (fiscalit6,
environnement, vie politique)
- Dans les relations d'Haiti avec ses pays amis (le
comportement de leurs ambassadeurs accr6dit6s
dans le pays vous permettra de mieux juger).


Indifference !

J'imagine chers amis lecteurs, que vous avez pu voir
que les tentacules de l'indiff6rence sont 6normes et puissants.
On tombe sous son emprise sans s'en rendre compete et on finit
par l'accepter avec naturalit6.
Cependant, chers amis lecteurs, quoique l'indiff&-
rence n'admette aucune gradation, sa typologie est rdellement
complex. On se retrouve parfois face a des Haitiens par exem-
ple, qui sous une apparence d'indiff6rence coriace, semblant
n'accorder aucun int6ret a ce qui se passe dans le pays, sont la
proie d'horribles souffrances. On ne peut qu'admettre, come
R. Natter, qu'en r6alitW, les gens qui deviennent inditmirevnt..
par la force des choses, ne sont pas insensibles. lbs , ,i,. 1,,
cruellement. Hdlas, faute de pouvoir manifester leur indi-
1 '1a1- *. ils se renferment aussit6t sur eux-memes. Combien
de ,1',1 ,,,.-,', ainsi abandonnis, se noient chaque jour dans
l'ocian de leur ui,ii ,i,,. ,ai ? Tels des moutons, exsangues et sans
conviction, les individus qui parviennent a ce stade sontprets
a tout, pour avoir la paix. Pourquoi les uns et pas les autres
? Celui-ci ou celui-la, qu'est-ce que 9a change? Puisque c'est
toujours le mnme refrain, la mnme incapacitW a retablir la
normality !
Indifference n'est done pas insensibilit6. On souffre,
meme dans l'indiff6rence. Observez par example ce qui se
passe actuellement avec cette remont6e de l'ins6curit6 que nous
semblons vivre de faqon angoissante. Comme d'habitude. Nous
avons peur car nous recommenqons a nous sentir vuln6rables.
La degradation de notre environnement, consequence de notre
indifference envers le pays, semble vouloir nous conduire vers
la disparition definitive. Comme a l'Ile de Paques. L'absence
de structures de protection juridique ne fait que favoriser la
d6linquance et la criminality. Voila ce qui 6tablit une conjonc-


ture favorable aux ennemis du pays. Voila ce
qui permet a des individus << sans foi ni loi >>
de gerer notre indifference. Nous perdons
des 616ments indispensables a la transformation du pays. La
disparition inattendue d'individus bien consid6rds dans la
soci6t6 haitienne, connus, surtout si elle se produit dans des
circonstances anormales, produit chez le reste, de ses proches,
de ses amis, de ses connaissances et de la society en g6ndral,
une certain angoisse difficile de maitriser. Elle semble meme
parfois nous d6pouiller a tous d'une parties de notre humanity.
Nous semblons ne plus 6tre les memes. Pour certain, s'inhiber,
garder le << profile bas >>, est la meilleure faqon de subsister dans
ce pays. On ne manifeste alors, ouvertement, aucune passion,
aucun int6ret envers quoi que ce soit. Et voila un << cercle
vicieux >> qui s'6tablit, voila un << cycle pervers > qui prend
naissance.
Enfin chores amies lectrices et chers amis lecteurs,
comme se plait a dire S. Hessel, la pire des attitudes est
l'iindittlrenc e. dire o je n 'y peux rien, je me ddbrouille >. En
vous comportant ainsi vous perdez I'une des composantes
essentielles qui fait I'humain. Une des composantes indis-
pensables : la facultW d', i.i, i.,,i'a et I'engagement qui en
est la consequence.
Cesser d'etre indiff6rents, s'indigner a cause de
ce qui se passe dans notre pays actuellement, s'engager dans
cette noble lutte centre la perversion de la society haitienne
et favoriser la recuperation d'une citoyennet6 active, est
peut-6tre la meilleure faqon de commencer a construire le pays,
notre pays, notre Haiti.

Oscar Germain
germanor20050i@yahoo.fr
Juin 2011


Haiti, la Republique Dominicaine et Cuba.


Etat, economic et
II faut le dire d'embl6e, le nouvel ouvrage du poli-
tologue Sauveur PIERRE ETIENNE est un colossal travail
comparatif sur l'histoire de la construction et de la formation
de l'Etat en Haiti, en R6publique Dominicaine et a Cuba.
Ces trois pays ont un point commun d'avoir &te des colonies.
Partant de ce fait historique majeur, le Dr. Etienne brosse par
petites touches successives un tableau historique oni chacun de
ces pays est d6crit avec un luxe de details a la fois qualitatifs
et quantitatifs tout a fait impressionnant et convaincant d'un
point de vue sociologique. C'est le fruit de quatre anndes
d'inlassables recherches et cela se voit a travers les 442 pages
de l'ouvrage qui possedent non seulement des notes de bas
pages mais aussi une multitude de r6f6rences bibliographiques,


soci6te (1492-2009),
qui prouvent que les arguments de l'auteur ne sont pas le fruit
des inventions hasardeuses, mais bel et bien celui de savantes
recherches. Mais c'est la parties 6conomique qui tiendra le
lecteur en haleine tant les informations sont imbriqudes dans
une demarche explicative donnant une dimension plus que
p6dagogique a l'ouvrage. Par ailleurs la preface du professeur
Jonathan Friedman est d6ji une mine d'informations, comme
souvent dans ces genres de travaux, elle est loin d'etre inutile
et permet au lecteur d'avoir un avant-gofit de ce qui l'attend.
L'objectif d'une preface c'est d'apporter un plus a l'ouvrage,
dans ce cas, c'est amplement r6ussie, car elle valide en mettant
en lumiere le travail de l'auteur tout en pricisant en quoi Haiti
dans ce tableau comparatif occupe une place original tant son
cas relbve d'un paradoxe his-
torique : << Ce livre remarqua-
, ble de Sauveur Pierre Etienne
* 4^ est une veritable oeuvre de la
S V B science politique et de la so-
VO ciologie historique, d'autant
que peu d'6tudes approfon-
dies sont publides sur le destin
IATIF ALTE NATIF tragique s le premier cha-
)ARKWAY ES RIVE pitre, le travail comparatif
consiste a poser des jalons
ANVIWONMANTAL explicatifs afin de donner au
lecteur des munitions his-
toriques pour comprendre
le cheminement de l'Etat
(.M[)X) p'e..re yon dans ces trois pays. Ainsi, le
P'.t.lik :n Gran wout premier chapitre vise a faire
I-:: komr pf.m- Pwoj l'historique de L'Etat en Eu-
rope, en fait c'est une plong6e
lye Pihlik pou cheche moyenigeuse en passant par
ral gen (:-p' l ', -111 pou le Royaume Franc a la nais-
sance du systeme fdodal en
ap kab Fpoze k.9,yon, Europe. L'auteur nous fait
( yo fa, a fa,. Nou p6n6trer un hun dans l'6mer-
va/ apre5ye s a npil, gence 6conomique, culturelle
des pays comme la France,
l'Angleterre, l'Espagne, les
Pays-Bas, bref l'Europe en
gestation jusqu'a la domi-
nation du monde. Le lecteur
apprendra non seulement tout
ip Hall au long du chapitre 1, le pro-
cessus de la construction de
l'Etat mais aussi l'articulation
entire politique et 6conomie
dans ces trois pays. S'agis-
sant d'Haiti, l'auteur met en
i,, ,aI ,:y, ip cd4' mr, k: i'c'v(n <.d vision de nos dirigeants dans
' 5 c ,vo ,r irmn . w 9.' la gestion du pays corroborde
.* rr'(;,:'i A . <.' " u i , par des analyses sociologi-
� 5 .7';o rD.o, ' I,. :,p,'c,, ques tres pertinentes sur la
,f; p:.n riun ,-,./*c.r w, gestion des presidents qui se
a. rft:w. kw f.r r r, .;. , s.:i... sont succ6d6 dans le pan-
? o;,9 "{viw .I, * .yi. thdon haitien. Ainsi, l'auteur
3 70. d6crit avec une precision
chirurgicale celle du Prsident
Lescot en particulier mais au-
dela c'est tout un systeme de


corruption que l'auteur met


Ed. L'Harmattan
a nu, qu'il consider come l'une des sources de nos retards
accumul6s dans tous les domaines : < Sous la pr6sidence de
Lescot, le ndpotisme atteint son acm6. Meme durant la p6riode
d'avant l'occupation, il n'avait jamais connu un tel degrd
dans la gestion de la chose publique en Haiti. Les privil6gi6s

SAUVEUR PIERRE T1ENNE



}jA





A--


bIat, Itonomie et socitt
(1492-2009)


PL'IM Mll.auI All



du regime se r6sument a un petit noyau de proches parents et
d'amis intimes du chef de l'Etat. De 1941 a 1946, le poste de
conseiller militaire, c'est-a-dire l'assistant direct du president,
habituellement r6serv6 a un haut grad6 de l'arm6e, est confide
a son fils Roger Lescot, jeune officer. G6rard Lescot, autre
fils du chef de l'Etat, est ministry des Affaires 6trangeres.
Henri Lescot, l'aind, consid6r6 comme le g6nie financier du
regime et de la famille s'approprie le monopole du commerce
int6rieur des products en pite. >> De telles descriptions clini-
ques de la corruption concernent presque la quasi-totalit6 de
ceux qui se sont succ6d6 a la magistrature supreme dans notre
pays. Le politologue en a fait l'inventaire avec minute et tient
une comptabilit6 exhaustive qui donne le vertige : << Sous la
pr6sidence de Lescot, la corruption devient parties int6grante
de la vision neopatrimoniale de la chose publique du chef de
l'Etat. Cette conception du bien public explique pourquoi les
resources financiires provenant des expropriations terriennes
de la Societd haitiano-amdricaine de d6veloppement agricole
(SHADA) et du s6questre des biens des Allemands, de meme
que celles du fonds de s6curit6 social tires de la taxe des
60% d6duites de la masse salariale et revenues a la source , ne
sont pas fiscalis6es >>
Cependant la corruption a la haitienne ob6it-elle a la
(VOIR / p. 13)


Page 12


ANONS AIELYE PlIBLIK POU CHiCHE ALTiN
POU EKSTANSYON WOUT 924/GRATIGNY F
SOU 11-95 PWOJE DEVLOPMAN ak EniD PD&EI



Repixjriab Gr.dn w()utyo. non fai[d�
hTfld~VOLJ poi c~hehe Alt~n.aiif nan yon atelye F




vin kconren tout F''Q1y apanli'ze yo.Rbi P I. Y

ankouraje %v vin pr~in pai nan rarikont so a, nout
fa-ir~rm in'rlnrtrkvnlre i-we nour

Jed i, 30 Jer,, 2 011
6 p~m. ji ka 8p.mr.
Bethiel Apostolic Temple FelIowshi
1855 NW 119 Street
Miami. FL 331,67



Iih A r 1� eyrI ,vr kTj Ai) ki fiIp , ,:







-N x 2 1 �r Sr. '1 331


I xxlx Ix. --l- - 1-1 v - --





Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 22


SANTE


Cholera : Un deuxieme pic de Pl'pidemie


P-au-P, 17 juin 2011[AlterPresse] --- Haiti fait face
a un deuxibme pic de l'6pid6mie de cholera qui a cause des
dizaines de morts ces dermibres semaines, au moment oni le
pays entire dans la saison des pluies et la p6riode cyclonique,
selon le Bureau de la coordination des affaires Humanitaires
(OCHA).
La flambe de cholera signalde dans l'ensemble du
pays et notamment a Port-au-Prince, dans les d6partements de
l'Ouest, du Sud-est, du Sud et de la Grand'Anse (sud-ouest),
du Centre et de l'Artibonite (nord) << laisse a penser que c'est
une 2e vague de l'6pid6mie, c'est-a-dire un 2e pic >>, explique
Emmanuelle Schneider, porte-parole de l'OCHA.
Celle-ci intervenait au course d'une conference de


press de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation
d'Haiti (MINUSTAH) le 17 juin dernier.
A date, 5 407 personnel sont d6ji mortes du cholera
et 333. 550 ont &te atteintes par la maladie.
Emmanuelle Schneider a redit la determination des
partenaires d'Haiti, don't l'Organisation Panamdricaine de la
Sante (OPS), a continue a apporter leur soutien en vue de
contrecarrer 1'6pid6mie.
<< L'ensemble des partenaires de sante, en appui au
Ministbre (haitien) de la sante publique, renforcent leurs activi-
t6s, notamment dans l'Artibonite ainsi que dans le d6partement
du Centre qui sont 2 d6partements qui ont &te le plus gravement
touches , a d6clard la porte-parole.


L'OPS a 6tabli un systeme d'alerte et dispose dans
son entrep6t de << suffisamment de m6dicaments pour traiter 5
000 patients atteints des forces les plus severes du cholera >>,
informed Emmanuelle Schneider qui announce une important
champagne de sensibilisation pour les localit6s de Carrefour et
de Martissant (secteur sud de Port-au-Prince).
D'autre part, plus de 400 mobilisateurs communautai-
res sont d6ployds pour diss6miner des messages de prevention
sur l'hygibne et la prevention des risques de contamination, sp6-
cialement a Maissade (d6partement du Centre, est d'Haiti).
La coordination a d6ji requ 92 millions de dollars,
soit 53 % des 175 millions qui sont l'objet d'un appel de fonds
qu'elle a effectu6 pour pouvoir faire face a l'6pid6mie.


5397 dices dus au cholera au 15 juin ; OCHA promet le enforcement


de sa capacity
Port-au-Prince, le 17 juin 2011 - (AHP) - La porte-
parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires en
Haiti (OCHA), Emmanuelle Schneider, a indiqu6 vendredi que
la communaut6 international en appui au Ministbre de la Sante
Publique et de la Population (MSPP) s'active a donner une
r6ponse a la nouvelle flambe de cholera qui a surgi suite aux
pluies qui se sont abattues sur le pays la semaine dernire.
Selon Emmanuelle Schneider, I'OPS dispose actuel-
lement dans ses entrep6ts d'un stock de m6dicaments pour
traiter 5000 personnel atteintes des forces les plus s6veres
de l'epid6mie.
Elle a aussi fait savoir que I'OMS a mis en place
un systeme d'alerte dans les camps durement touches par les
fortes pluies du 6 juin, ajoutant qu'une important champagne
de sensibilisation sera lance notamment a Carrefour et a
Martissant (sud de la capitale.
Mme Schneider a 6galement indiqu6 que l'OMS
a proc6d6 a une distribution de mat6riels m6dicaux et a la
construction de latrines. Cependant elle a fait remarquer que


de response a la remontee
seulement 53% du montant sollicit6 au d6but de l'annde pour
faire face a l'6pid6mie a &te fourni soit 92 millions des 175 mil-
lions de dollars US sollicit6s, une situation qui, dit-elle, risque
de mettre en p6ril la capacity de r6ponse de la communaut6
international en appui au MSPP.
Actuellement, le num6ro d'appel *300 pour le trans-
port des personnel atteintes de la maladie vers les centres de
traitement est r6activ6 et la capacity total des lits dans la zone
m6tropolitaine a augment, passant de 1400 a 2465 avec une
moyenne d'occupation de 1913 lits, ce qui signifie qu'il y a
r6gulibrement 300 lits disponibles a tout moment pour recevoir
et traiter les nouveaux patients.
Les statistiques du ministbre de la sante publique
faisaient 6tat au 12juin, de 5397 d6ces pour un total de 344.623
personnel touches. Le d6partement de l'Artibonite est le plus
affect avec 1007 d6ces. Suivent l'Ouest (948), la Grande-Anse
(825), le Nord (652) et le Centre (446).
De son c6td, le porte-parole de la Mission des Na-
tions Unies pour la Stabilisation d'Haiti (Minustah) a d6menti


de ' epidemie
les allegationss" selon lesquelles les casques bleus bass a
Port-Salut, d6verseraient leurs matibres f6cales dans une fosse
septique mal entretenue.
Le porte-parole adjoint de la MINUSTAH Vincenzo
Pugliesse, a fait savoir qu'une d6l6gation de la Minustah s'est
rendue le 31 mai dernier pour v6rifier ces informations et a
trouv6, a-t-il dit, que la fosse septique 6tait bien entretenue de
meme que le site de d6charge, autoris6 par la mairie.
(Les casques bleus ndpalais bass dans la region de
Mirebalais au moment de l'6clatement de la maladie en octobre
2010, sont accuses d'avoir introduits le virus en Haiti).
En R6publique Dominicaine, les autorit6s sanitaires
font 6tat de 46 d6ces don't 3 la semaine dernibre, pour un total
de 546 personnel affect6es, a la date du 15 juin.
Le ministbre dominicain de la sante publique affirmed
avoir renforc6 ses measures de prevention en collaboration avec
les autorit6s municipales et d'autres acteurs des secteurs public
et priv6 du pays.


Security


: La lettre du RNDDH au president Martelly


(LETTRE... suite de la page 5)
<< La demand de r6int6gration dans la Police Natio-
nale ne confere pas de droit a son auteur. Statutairement, elle
s'analyse comme une nouvelle candidature a l'engagement.
Pour demander sa r6int6gration, le policies qui a &te
ray6 des contr6les de la Police Nationale aprbs r6siliation d'un
contract ant6rieur ou admission du corps des policies de carribre
doit rdunir les conditions suivantes :
Etre ag6 de moins de 36 ans le jour de la signature
du nouvel acte d'engagement;
Ne pas avoir eu une interruption de service sup6rieure
a cinq ans ;
Avoir obtenu le certificate de bonne conduite a l'issue
des services qu'il a effectuds dans la Police Nationale >>.
Le Manuel susmentionn6 doit etre scrupuleusement
respect dans toutes vos prises de decision relatives a la r6in-
t6gration d'ex-policiers car, dans un pass pas trop lointain, la
PNH 6tait syst6matiquement impliqude dans de nombreux cas
de violations de droits humans, de traffic de stupdfiants, d'ex&-
cutions sommaires, etc. Des bandits arms ont int6grd l'insti-
tution policibre, des promotions ont &te octroydes de manibre
fantaisiste aux agents policies, des postes de responsabilit6
ont &t6 confids sans concours, a des personnel d6pourvues de
formation thdorique et pratique en matibre de s6curit6 au point
que la PNH 6tait consid6rde come un repair de bandits et
de trafiquants de drogue de grande envergure.
Aujourd'hui, la r6int6gration d'ex-policiers, en de-


(... suite de la page 12)
d6finitionjuridique que l'on donne en accident selon laquelle,
elle est le r6sultat d'une confusion entire la sphere profession-
nelle et priv6e, bref entire l'interet priv6 et professionnel. Cette
definition sous-tend que la corruption se d6roule dans un cadre
juridique et que des individus se sont arranges entire eux pour
violer les lois qui punissent s6vdrement les contrevenants.
Qu'en est-il de l'Etat organisateur de la corruption ? A lire le
politologue Sauveur Pierre Etienne, la corruption a l'haitienne
est sp6cifique dans la measure que les corrompus sont assures
de ne pas rendre compete de leurs forfaits devant les tribunaux,
et que les voleurs sont assures de pouvoirjouir de leurs butins
vol6s sous des cieux plus cl6ments, bref corruption et impunity
vont de pair. Ainsi, l'auteur a su bien articuld le facteur de
corruption et absence de progrbs 6conomique en Haiti, voire
meme de la regression.
De telles r6v6lations concemant administration
d'Elie LESCOT nous laissent sans voix et ce d'autant plus que
nous avons encore a l'esprit un autre ouvrage don't l'objet vise
a d6fendre le bilan de Lescot.<< Coup d'oeil sur une administra-
tion > de Marcel B. Auguste est un plaidoyer sans nuance sur


hors des rlgles pr66tablies, au sein de l'institution policiere,
repr6senterait un retour aux anciennes pratiques arbitraires, a
l'ere des promotions irr6gulieres, du favoritisme, de la poli-
tisation de la PNH et de la transformation de la PNH en une
milice priv6e, car, en d6pit des nombreux reproches pouvant
etre adress6s a l'institution policiere, force est de constater que
des efforts ont &te consentis dans le but de la structure et de
la professionnaliser tant soit peu.
Monsieur le Pr6sident de la R6publique,
En D6cembre 2006, un processus de certification
du personnel policies a d6but6 avec une 6quipe d'enquete
conjointe Police Nationale d'Haiti / United Nations Police
(PNH / UNPOL).
II a &t6 constat6 que plusieurs cadres de la PNH
ainsi que des policies n'ont pas &te certifies pour des raisons
diverse don't leur implication dans des cas de violations de
droits humans ou leur train de vie sup6rieur a leur salaire. Le
rapport final assorti de recommendations, a &te achemind aux
autorit6s comp6tentes d'alors pour les suites n6cessaires. Ce
rapport a &te purement class dans les tiroirs.
C'est le moment ou jamais de mettre en application
les conclusions du rapport de certification du personnel de la
PNH si vous voulez effectivement travailler au enforcement
et a la professionnalisation de cette institution.
Monsieur le Pr6sident de la R6publique,
L'Etat de droit, don't
vous voulez faire un des qua-


tre (4) axes de votre Gouver-


la gestion de administration
de Lescot. D6sormais, il faut
verser les recherches du Dr.
Etienne dans tout ce que l'on
savait sur le passage de Les-
cot au pouvoir, et ce d'autant
plus que l'auteur apporte par
des archives patiemment dd-
pouill6es, les preuves de ses
arguments. II faut done en
prendre notes non pour dres-
ser une ligne de demarcation
entire les deux chercheurs
mais pour comprendre les
raisons de cette 6paisse diff6-
rence entire le politologue et
l'historien.

MAL4GUET DELVA


nement suppose une rdelle volont6 politique envue de r6aliser
progressivement les droits sociaux, 6conomiques et culturels
et de respecter les droits civils et politiques du people Haitien.
Ceci passe n6cessairement par le lrgne de la Loi, une gestion
saine de l'Etat, la lutte contre le favoritisme, la corruption, le
traffic illicite de stupdfiants, les crimes financiers, le blanchi-
ment des avoirs et la criminality transnationale.
De plus, les postes de responsabilit6 doivent 6tre
confids a des hommes et des femmes de grande morality, au
dessus de tout soupqon car, les institutions 6tatiques ne doivent
pas constituer un lieu de refuge pour les individus en conflict
avec la Loi ou un repair de bandits.
En ce sens, le RNDDH vous encourage a vous lever
a la hauteur des nombreux d6fis qui vous attendent, a vous
armer de courage et a tout entreprendre en vue d'honorer
vos promesses et de concr6tiser l'espoir plac6 en vous par la
population Haitienne.
Le RNDDH vous prie de croire, Monsieur le Pr6sident
de la R6publique, a l'expression de sa haute consideration.

Lisez
"wl wnr


Page 13


Etat, economic et society

(1492-2009), Ed. L'Harmattan


" t- d I'vod qon -i
T61: 305 767 4015

FADK1CIKI.J VAx&RIETY STORE
LK MAGA SLY PUUR 1(JUTEIS LICS JCVA SK)NX.
- RkpfiD i. wlelwn~wfr Bll WIN. FP GA. C~ATV.
PELLMbODIIJIV te..ft
-confrrct4iam fi &euh&Nwich v ..



6 Jows





a





*IIhI p.in la.ui~ne a nVY1 ca Vm. irmc I, anp&4que
*(kn lj'iA. Fm rs.fl3owin i
*Miiocixaau * t V~kta&






LES JEUX


Allez de TORTUE a MANDES. en utilisanl des ots duI du
vocatl1aiire frai n ais l ., el n Ie : -i i.n qu'ui ne lItre Lr pa, iri:


FAL LOU JA
E G01ISTE 5
DE TE NU
ANA P A
YRT RARAA
I SLAMIISE
NSI TA I N
S E S TE RCIE


Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N' 22


T I

E 0 A

N J


S'n di en . wde se ame pissL
' M A X I L L E


inJn~r~1:nrirr1~rrr~rnnz itIiiI liii ~ iii.irr7u'~''iTr3


dI o die


10 # 3 . 3


f,,


F31) CM I Rdveile-n -1uciqni

(1I) All spirit crmntant
j.luLii.al .itl:1 av;- .� lin.ison T1eio iti
eLt Rombeimn Eagijn
(ID) MAlOadle Mailn avec M B TLnuS
Lii urimi-iunl , Lii .er.-itw, A:IL%:l.h.IL., IIuiiILLur.
Analy-i%
Iar Chrtlnli |icj =
LEdt-torin dcMeN.rc'..
AI .1u Ieidicu LFrcElaicE
Lat.'hi r.nique Litbxai re a-rcc Dr:ni .llnquI BaL-avll Ic
I e. p-S rls - ii-,ec Acv.-.Tr --tnel
r "e Invi1, l ch.3.jCnir
L -lhodicM.nti.clbnquc E.aicdi ct.r..n6me
I :a J-".\AIU.I . L u P.ai; iP-I I


Le disque da iAudftmur
afiaJnario, la Tf..l'-ii.PLiSiUl

Le Midi
UlcuJ.Jl1iLjLa a.J'L. A.i.C IicIx-LoukI
ec M rtIlw CA'rLNg
Lady Elraes ba.--1 L.---e
JaY_.'- IKIufl . :wnI IM..- Itu �L lnIl

c'pst si Bon en cfansons...
h1-4-r i 2.4 1:-1 i Lh L.iVan.inL i i J1iWui . -c-%

Le BOn vieux Temnpt
L.e Lrv-',.., n i ;
Da*I; Di.mi- Dmiel ni C"IpL:LI ill

LeouMarrll de 5 Iteures
ivawe Vi le tlI I lrIel nnii
re 4li Ika .Irln "naptli.el esi-

M Fodre & ComPany
f)irr*pprFr'J| e-ktj drnhdll!
Marf-li aivcec BcenatUd Ed iaeLE
Arom'ySabOVr ccinl Lucilani

Soir Informations

NMtre Grand Concert
L.tn. & �-,,e/ . L'R-:.! ch5L-asi.]uc-
Je.i & IiLa. - -=r nt T'ic
JuIl:I r'.:-T-il:'h: " T nelni <:r< i-.in i*
Ca vali1ers, prefer war damresf
( Siiu-etij - .1iiiin .de nlIIcei pa lTliL:Te; lT liVflhr:


12:01:- 12103(I


121ini-2 liIju

21-')- IhllO


7h Shpir.






3Li 3 I puu



7h KhI-)

1 0 -iL' ii L..

� r:A, lOh.1n



tOol ti deld


c C� � pt �*en Wtfeg,


Page 14


5HI1) fiF

fil'I) 7Th


?HIi)-gh


Sullh Midl


S
















*1


- - - - - - - - I xxlx Ix. --l- - 1-1 v - --


flr. .,. ,- L z


tf U ! i- ' ' �
' i + L

F^ r .; "; S""S



f SCRABBLE
I Arranez is sepi lietres l-desSOus
pour r'orie-r un mnM I0 d a nly


'74 hic Rii? Pnrl-mi-Prmr-.7. 1T-.;lr3
I IA: 1. � U I ., Z I 4S �4� 1 - S -141 S ., 2 Z' 1 - ti--',U F.q,7: 1. _N ti 9.1 _r!_ I I- I r�'?
"Hil lllbrl�lkl;cl 111.1 H.I.I.-Ill : I HI .1
I I)l Cl el :11 f- 4 L! 1 r% 11


E n B ref... (...suitedelapage2)
Le part INITE avait publiquement souhait6 occuper des postes alors qu'un s6nateur du
parti Alternative a sugg6r6 la formation d'un gouvernement de salut public.
L'ancien president Ren6 Pr6val invite par la Commission s6natoriale d'enqu6te sur le
dossier de l'amendement constitutionnel
La Commission s6natoriale charge d'enqu6ter sur les circonstances de la publication
d'un amendment constitutionnel different de celui vot6 par le parlement le 9 mai der-
nier, a lanc6 une invitation A l'ancien president Ren6 Pr6val le lundi 20 juin pour qu'il
apporte des pr6cisions au sujet du dossier.
La s6natrice du Centre, Edmonde Supplice Beauzile (Alternative), membre de la com-
mission, estime que cellle-cijouit de la capacity d'inviter quiconque est en measure de
l'6difier sur l'objet de sa mission.
Le president de la Chambre basse, Sorel Jacinthe (Moron-Chambellan, INITE), a
d6clin6 une invitation que lui avait lance la commission. La commission n'est pas
comp6tente pour inviter le president de la Chambre des d6put6s, 6crit-il dans une lettre
adress6e A celle-ci.
Le s6nateur Joseph Lambert (Sud-Est, INITE), rapporteur de la commission, a annonc6
jeudi que de nombreuses personnel seront auditionn6es, don't le president du S6nat,
Jean Rodolphe Joazile (Nord-Est, INITE) et son collkgue des Nippes, Jocelerme Privert
(INITE).
Lambert avait 6galement fait part du project de la commission de s'adresser A l'ancien
president Ren6 Pr6val pour qu'il lui propose les noms de fonctionnaires du Palais natio-
nal susceptibles d'6clairer sa lantern.
A rappeler qu'avant la fin de son premier mandate en 1996, l'ancien president Jean Ber-
trand Aristide avait promulgu6 une loi garantissant la protection et la s6curit6 des chefs
d'Etat 5 ans aprbs l'expiration de leur mandate.

Vingt six d6port6s renvoy6s en Ha'ti
26 ressortissants haitiens, condamn6s aux Etats-Unis pour leur implication dans des
activities criminelles diverse, ont 6t6 d6port6s mardi (14 juin) vers Port-au-Prince, a
annonc6 la Protectrice du citoyen et de la citoyenne, Florence Elie.
Quatorze d'entre eux ont 6t6 lib6r6s.
Les dossiers des douze autres sont entire les mains d'un comit6 de suivi charge des
d6port6s.
Mme Elie souligne que certain de ces individus ne parent pas creole ni n'ont de la
famille en Haiti.
Des prisonniers seraient tortures selon le RNDDH, et HPN public m6me une photo d'un
d6tenu portant des marques flagrantes de tortures ...
Le RNDDH (R6seau national de defense des droits humans) a notamment d6nonc6
l'arrestation le 15 juin de deux personnel, Serge Demosthene et Kestel (ainsi connu)
impliqu6es dans une affaire de conflict terrien avec un policies.
Sauvagement battu au course de son interrogatoire, Serge Demosthene serait d6c6d6 au
commissariat. Son corps a &6t d6pos6 A la morgue de l'Hopital g6n6ral. L'autre pr6venu
dans cette affaire est port disparu.
Le RNDDH r6vble que les noms de ces personnel n'ont pas &6t enregistr6s dans les
registres du commissariat de P6tion-ville.
L'organisation a relev6 d'autres arrestations effectu6es par la police A Cit6 Soleil et A
Martissant, ou deux jeunes sont d6c6d6s dans les commissariats de la PNH.
Andr6 Mackenson et Jeffony Michel, arr6t6s d6but avril pour association de malfai-
teurs, ont &6t retrouv6s morts peu de temps aprbs leur arrestation.
Des cas de disparition, de torture et d'interrogatoire muscle sont 6galement d6nonc6s
par le RNDDH qui a rappel6 le cas des 3 poseurs d'affiches interpell6s pendant la r6-
cente champagne 61ectorale par des policies du commissariat de Port-au-Prince.
Les cadavres de deux d'entre eux avaient 6t6 retrouv6s A la morgue de l'hopital g6n6ral.
L'organisation demand A l'Inspection g6n6rale de la PNH de livrer A la justice les poli-
ciers impliqu6s dans ces pratiques. 4 ont 6t6 places en isolement.

Politique: perquisition chez Ren6 Monplaisir
Jeudi, 16 Juin 2011, HPN
Le s6nateur Moise Jean-Charles considbre come de la persecution politique le fait
par la police, accompagn6e de la Minustah, d'avoir perquisitionn6 la maison de Ren6
Monplaisir, un ancien proche de l'ex-pr6sident Pr6val.
Selon les informations, la police serait A la recherche du president du CEP Gaillot Dor-
sinvil. Mais cette nouvelle n'a pas 6t6 confirmed.
Les faits se sont products dans la locality de Thiotte dans le sud-est, ott la residence de
Monplaisir a 6t6 fouill6e, a indiqu6 le parlementaire.
II a assimilk cette demarche de la police A une forme d'intimidation politique.


(EN BREF / p. 16)


� , s", -, e 1 is r:�., �- , .:<, - j r�s Ia r�, ti r-j -'e,


o+.+_+.





Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 22


Ti Gout na Ti Gout ak./c,/, \1Am,,


MINI ANTOLOJI EKRIVEN
SOSYETE KOUKOUY

Atik sa-a soti nan Paw6ol Krey6l #1 revi liter Sosyete Koukouy
N'ap jwenn Paw61l Krey61l #1 ak #2 nan liv anfoli -
Communications Plus osnon nan Libreri Mapou - Miami
Plis pase 45 ane nan devlopman Literati natif-natal peyi Ayiti
SOSYETE KOUKOUY AP sou WEBCAST LIBRARY OF CONGRESS
WACHINTONN NAN MWA JIvE 2011


HENRI-ROBERT DURANDISSE
Henri-Robert Durandisse se natif Leyogan, Ayiti. Se la li pase
tout jenes-li. Depi lane 1979 l'ape viv Monreyal (Kanada), kote li
patisipe nan anpil aktivite sosyal ak kiltirel.
Henri-Robert se manm Sosyete koukouy. Li manm fondate
<. De 6ganis sa yo travay nan domen literati. Li
realize plizye proja kiltirel ansanm ak groupman sa yo. Li patisipe
nan piblikasyon ki fet nan Monreyal (Kebek, Kanada) tankou nan
peyi Lafrans.
Pwezi sanba Henri-Robert se lomeyans lanmou pou lavi apre
lavi. Se sa ki mennen-li pibliye youn sidi pwezi ak mizik Amour, je
te tutoie (bileng franse, krey61l, 2004) ; ak youn rekey ki rele Langay
lanmou (2008).
Langay lanmou se youn rekey kote proz powetik taye banda ak
pwezi anba menm tonel. Li divize an plizye moman. Langay lanmou
se youn rekey san (100) paj anviwon ki degaje lode younjadenjasmen,
kote anmoure anmourez pral viv tout foli lanmou. Youn jaden kote
tout mounn ap trouve pa yo.
Pou powet Henri-Robert, << pwezi se lapawol ki rezonnen san
limit jouk nan jwisans lavi. Pwezi se ket pou bdlte lavi, se lanmou
chetout. Lanmou lamitye. Lanmou sakre >
Piblikasyon
Ev powet la:
CLangay lanmou>'. Editions SociOtd Paroles, 2008.
�Amour, je te tutoie>>. Editions Paroles, 2004.

Diskografi :
�Amour, je te tutoie', vwa Marie Michelle AmMdde Volcy,
Fayolle Jean et coll. Disk kompak, Editions Paroles, Monreyal,
2004.

MANNO EJEN
(EMMANUEL EUGENE)

Kreyolis, konferansye, Manno Ej en ekri selman an kreyol. Li se
manm fondate Sosyete Koukouy, seksyon Kanada, epi manm komite
redaksyon Revi Kreyol. K6donate selebrasyon Jounen Entenasyonal
Krey61l (Monreyal, 1988-1990). Manm Bannzil krey61l, seksyon
Amerikdin6 (Monreyal, 1987-1988). Manm asosyasyon kiltirel Mouv-
man kreyol (Ayiti, 1961-1967). Li pibliye plizye teks sou krey61o nan
journal, patisipe nan dives emisyon radyo anAyiti, tankou nan dyaspora
a. Li patisipe nan plizyee semine, epi prezante dives konferans sou
lanng ak pwezi krey61l nan Otawa, Boston, Monreyal, Ayiti.
Jounalis epi sendikalis lapres, Manno Ejen kolabore kom edito-
ryalis nan emisyon LeAyisyen (Radio Centre ville, Monreyal, 2003).
Kowoperan volonte << Oxfam-Qudbec / OCSD >, li travay kom rep6te
nan journal Libete (Ayiti, 1990-1996). Patisipe nan mete sou pye pre-
mye sendika lapres anAyiti, << (STPH) Syndicat des travailleurs de la
press haitienne >, epipatisipenan plizye semine << (FIP)Federacion
International de Periodistas >, (Costa Rica, 1995-1997). Li kolabore
kbm kwonike epi rep6te nan journal << Presence > (Monreyal, 1990),
<> (Monreyal, 1989).
Manno Ejen se envite 7em ak 9em Festival Litere Entenasyonal
<< Metropolis bleu >> (Monreyal, 2005 / 2007). Patisipe nan ekspozi-
syon liter pemanan << Lapodsieprend le metro>> (Monreyal, 2005).
Pote premye mayol << Prix Jacques Stephen-Alexis de la nouvelle >>
pou teks De ti tou pou deklete lalin (Lodyans, P6toprens, 1998).
Finalis konkou powem fet manman pou teks Pitit se baton veyes
(Pwezi, Choublak ak kamelya, MK. Koleksyon Koukouy,Ayiti, 1967).
Li patisipe nan plizye antoloji ak dives aktivite liter.
Powet, odyanse, dize, Manno Ejen pibliye Aganmafwezay
(Odyans, Ed. Pres Nasyonal, 2008), Vwa zandb / ( La voix des
myst&res > (Pwezi, Ed. Memoire d'encrier, 2007), Ekziltik (Pwezi,
Koleksyon koukouy, 1988). Youn pwezite sou lekzil k'ape bouske
kote idantite-li anchouke.
Manno Ejen se natif Gwanntanamo, nan peyi Kiba. Pitit de
vyewo ayisyen, li fet 2 jiye 1946.

Kbmante sou z&v Manno Ejen.

Aganmafwezay
Apre de rekey pwezi, Ekziltik (1988) ak � Vwa zando /Les
voix des mysteres (2007), youn rekey krey61l ak tradiksyon franse,
Manno Ejen plonje-nou nan youn lot f6m ekriti ak Aganmafwezay,
youn rekey istwakout Aganmafwezay, se youn mo lote a envante ak
de lot mo li kole ansanm (aganman epi mafwezi) pou pale de youn
transfomasyon konple.
Aganmafwezay se youn rekey ki rap6te youn seri senk istwa
tou kout sou transf6masyon lavi ak lanmo. Aganmafwezay se youn
liv touchan, sansib, youn eksperyans ekriti ki genyen plizye teks
kou : C Paj toumant >, ansanm ak � Pawoli angOj >, ki se youn ti vizit
akonpaye nan titks toumante ote-a.
Nan menm liv-la nou va jwenn � Deti tou pou deklete lalin >,
ak istwa sa-a Manno Ejen fe nou antre nan entimite youn ti fi k'ape
viv pery6d kwasans-li, epi ki goute pleziyis lanmou apre li fin travese
premye katye lalin-li. N'ape souliyen, teks sa-a te pran premye may61
Prix Jacques-Stephene Alexis de la nouvelle, 1998. Pou li fini, ote-a
feyte diferan vizay lanmo pran, ak teks kou � Youn kouch pousyf ...
avek laj >, � Peyi kote kOkmO chante > epi � Gayinge >.
Pierre Raymond Dumas, nan liv li-a ki rele Littkrature et
Oraliture Fragmentaires d'Haiti (2006) te fe youn pledwaye pou
rantre teks kout nan anseyman literati ayisyen-an. AkAganmafwezay,
Manno Ejen, manm Sosyete Koukouy, ajoute youn liv krey61l anplis
pou ogmante dives teks kout ki ap paweze nan literati Ayiti-a. Se
youn zouti anplis pou analiz ak kritik nan anseyman teks kout anndan
literati kreyol Ayiti-a.

EKZILTIK
� An konparezon ak powet ki devanse-li yo epi ki te vie reyini
lepase ayisyen an nan youn prezan ewo-etazinyen, Manno Eyjn
lang ki plonje nan fondet-li pou transfOme tt-li nan laviwonndede
mo-liyo, swa mo ki dja pase, swa mo ki lajodi, swa mo k 'ape vanse
kontre lavni '.
(Maximilien Laroche)
Vwa zandb /Les voix des mysteres
� On rejwenn menm gwo tem Mannoyo ... : lekzil, anchoukay,
zile, vulluiiid. sezisman ak lejann, pou sa esprime epi esplore en-
timite, pouvwa mo toulejou tankou non pwOp. Manno Ejen kontinye
sou menm amos li te ddja tanmen nan liv Ekziltik la '.


(Lyonel Trouillot)

...., genyenflerizmanyoun gran powt kreyol ayisyen ki deside
franchi limit pinga ak tradisyon gramatikal lang lan pou bay diferan
pratik lenguistikyo youn lot soufl>.
(Hugues St. Fort,
La presence creole au Quebec, Nouvelliste, 2007)

� Avek liv sa a, pwezi kreyol la ape rapousuiv chimen-li.
Emmanuel Eugene fe pati ekriven ayisyen youn sNl lang yo (tankou
Michel-Ange Hyppolite) ki fe bdlteyis tout fos ekriti-yo. ... Pwezi
esperyans tankou pwezi kreyol sa yo k 'ape pale youn langaj apa !
Siy lekriti ansanm ak mak vwa melanje. Powim nan vini mizikasyon.
Mizikasyon peyi a. Mizikasyon pou lafam epi mizikasyon lang lan
menm. Pwezi kreyol sayo ansanm ak tout tradisyon franse a seyoun
omaj yo pou lang kreyol la. >
(Alexandre Gefen,
Podsie role : Voix des mystores et language .... 2007)
*
(KAPTENN KOUKOUROUJ)
MICHEL-ANGE HYPPOLITE

Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukourouj) fetP6toprens
nan ane 1952. Lite etidye nan Jersey City State University, kote li soti
ak youn bakaloreya nan byoloji. Pi devan li te etidye nan Universite du
Quebec & Montrdal, kote li te soti ak youn setifika nan sikopedagoji.
Nan fen ane 1980-yo, li te etidye nan Universite d'Ottawa, kote li te
soti ak youn metriz nan branch edikasyon.
Michel-Ange Hyppolite se pwofese syans ak Byoloji nan lek61l
Gloucester High School Ottawa (Canada). Michel-Ange Hyppolite se
younn nan manm fondate Sosyete Koukouy Kanada, Bilten Koukouy
ak La Socidt0 Les Samedis Littkraires.
Kritik liter, Michel-Ange Hyppolite kolabore ak Haiti En Mar-
che nan seksyon Tigoutpa Tigout. Li se animate << Emisyon Rasin >>
nan Otawa, sou CHUO-FM 89,1. Li pibliye liv nan plizye kategori :
Literati, Edikasyon ak Lasyans epi li toujou eseye pote nouvote nan
lanng kreyolAyiti-a. Se konsa, li pibliye premye leksik sou k6 mounn
an krey6l (1989). Se limenm an premye ki part ak youn ese sou istwa
pwezi krey6l Ayiti (2000) epi nan ane (2006) li te part ak premye
liv nan kategori let anndan literati kreyol Ayiti a.
Lis liv Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukourouj) dej a
pibliye :
Let Ife ak Soul (2006), kategori let, Edisyon Productions
Koukourouj, Ottawa, p. 123.
Istwa Pwezi Kreybl Ayiti (2000), Ese, Edisyon Educa Vision,
Florida, p.265.
Li, konprann, ekri: Younjaden kreybl (1996), didaktik, Edi-
syon Educa Vision. Florida, p. 260.
Zile Nou ( 1995 ), pwezi, Edisyon Productions Koukourouj,
Ottawa, p. 104.
Atlas Leksik Zo Mounn ( 1989), Leksik, Edisyon Koukouy,
Monreyal, p.176.
Anba Lakay ( 1984 ) pwezi, Edisyon Neg Bosal, Monreyal,
p. 43.

Detay sou liv Kaptenn yo :
Let Ife ak soul se youn liv let kote nou va dekouvri youn tranch
nan lavi ote-a ak libete li bay imajinasyon-1 pou li tabli sou miste
ki genyen nan lanmou. Pandan nou ap li let sa yo, nou va dekouvri
kouman pwezi, pwoz-powetik, filozofi, lespwa ansanm ak lanmou ka
marye pou limen plezi nou, pasyon nou epitou pote youn lot diman-
syon nan travay bebel anndan lanng krey61o Ayiti-a.
Liv la ekri nan twa lanng : Krey61l, Angle epi Franse. Seksyon
nan liv-la ki rele "kite krey61o pale-a" ekri an krey61l sel grenn.

Istwa Pwezi kreybl Ayiti se istwa devlopman pwezi krey61l
Ayiti-a ki komanse sou tan endyen yo te sou te nou an pou rive nan
1999. Liv-la divize an plizye seksyon kote nou vajwenn youn rale sou
branch oralti peyiAyiti-a ansanm ak pwopozisyon klasifikasyon pou
devlopman pwezi kreyolAyiti ki ekri sou papye-a. Liv-la louvri literati
Ayiti-a ak Moriso-Lewa. S6ti ane 1950 pou rive nan ane 1999, liv-la
divize travay ekriven yo an tranch 10 lane epi li bay kek echantiyon
teks ki part nan chak tranch 10 an yo.

Li konprann ekri: Younjaden kreybl se youn liv lek61o ka itilize
pou aprann elev lanng kreyol-la, apati teks ote ayisyen yo ekri. Liv-la
divize an 5 pati ki pale sou 5 tern diferan; peyi, sosyete, lanmou, lanati
epi oralti. Nan chak seksyon nou va jwenn teks ekriven an, kesyon
sou teks-la, lis mo vokabile epi youn seksyon redaksyon.

Zile Nou se pwezi an twa lanng : krey61l, angle, franse. Men sa
D6k Mirville te di sou Zile Nou : < feyte. Nou li epi nou di : Zile Nou se youn babako imaj. Imaj lanmou,
imaj damou, imaj fratenite, imaj lasosyete, imaj batay, imaj lapolitik,
... Imajinay ap rete mak fabrik grasaki Zile Nou ap genyen pou li
tanpe pwezi krey61 lajis lan nannan.>> (Zile Nou p. 76)

Atlas Leksik Zo Mounn se youn leksik sou zo mounn. Nan
liv sa-a ote-a bay non tout zo ki nan k6 nou non an kreyol. Leksik la
genyen 4 lanng : krey61l, angle, pany61l, franse. Nan fen liv-la ou va
jwenn youn endeks pou chak lanng separeman. Endeks-la voye ou
anndan liv-la pou ou al gade foto zo ki koresponn ak non ou sot li-a.
Ak liv sa-aMichel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukourouj) leve youn
lot defi. Li montre krey61l pa gen limit. Se mounn ki pale lanng lan
ki limited. Krey61l ka sevi nan tout branch lakonesans. Li montre tou,
sou youn f6m konpare, fason mo angle, franse, pany61l, sanble younn
ak lot nan domen syantifik. Konparezon ant 4 lanng yo soti nan paj
103 pou rive nan paj 133.

Anba Lakay se premye liv pwezi Michel-Ange Hyppolite
(Kaptenn Koukourouj). Dapre Julio Jean-Pierre : << NanAnba Lakay
Kaptenn Koukourouj fe kek eksperyans ki bel, li voye mo-yo monte
pi wo pase jan yo ye nan reyalite-a... Kaptenn Koukourouj eseye
mare k6d lonbrit nou ak tout sa ki fe lavi-a di, ansanm ak tout sa ki
fe lavi-a dous nan peyi d'Ayiti. >> (Anba Lakay p. II - III)


JOZAFA LAJ
JOSAPHAT-ROBERT LARGE
Josaphat-RobertLarge fatnanavil Jeremie, 15 novanm 1942.
Li te fe klas prime li yo lakay Freres de l 'Instruction chretienne ak
nan Petit-Seminaire College Saint-Martial. Li te fe segonde li yo
nan Collkge Saint-Louis, nan Collkge Femand Prosper ak nan Ly-
cde Nord Alexis. Nan epok pesekisyon nan vil Jerdmie sou diktatae
Papa Doc Duvalier, Large te blije mare pakat li viteprese al an egzil
nan Etats-Unis d'Amrique. Nan vil New York, li etidye angle nan
Columbia University epitou, li swiv kou lanng ansyen (Grak ak
late) nan New York University. Li te etidye Fotografi nan New York
Institute of Photography. Nan menm epok sa-a, Large te antreprann


travay nan chan kiltirel ayisyen-an ak Syto Cave, Jacques Charlier,
Herve Denis, Georges Castera, Jean-Marie Roumer, Yanick Jean,
Cicile Corvington : dives ekriven ak atis ki t ap kenbe drapo kilti a
byen wo nan New York. Avek mesye-dam sa yo, Large fonde twoup
Teyat Kouidor ki te pral make youn etap enp6tan nan pwogresyon
teyat ayisyen-an. An menmtan, Large te travay ak youn gwoup jen
powet ak atis ameriken nan Greenwhich Village. Avek yo, li te manm
fondate Hynn ...o. ,.1. .,-, ofPoetry kote anpil powem li yo te tradui
an angle. Large te fe youn bout travay ak G�rard Campfort ansanm
ak kek lot manm powet nan gwoup Houghenikon (Jean-Max Calvin,
Jean-Claude ( I,.,, , , ki te abite New York. Se ep6k sa-a li te pibliye
premye liv li Nerfs du vent nan peyi laFrans
Large te kite New York an 1978 pou 1' ale viv an Florid, nan
vil Olando. Se le sa-a li te inisye li nan literati krey61-la, apre li te tra-
vay ak manm Sosyete Koukouy Miami yo, kote li te Sekrete Seksyon
Kiltirel-la pandan youn seten tan. Nan ep6k sa-a, li fe part premye liv
an lanng krey61o li: Pe Sat, kite soti nan Koleksyon Koukouy, Edisyon
Mapou. Large te kite Etazini pou youn bout tan, le li te eseye al viv an
Ayiti, apre pep-la te fini rive dechouke diktati Duvalier yo, an 1986.
Men, ote-a te oblije retounen nan peyi Etats-Unis kote li pran retreat
li nan mitan pitit-li ak pitit-pitit-li nan vil New York. Nan lane 2003,
woman li an ki rele Les terres entourdes de larmes, te genyen Prix
littkraire des Caraibes.
Piblikasyon :
An franse :
1-Nerfs du vent (1975)
2-Chute de mots (1989)
3-Les sentiers de l'enfer (1990)
4-Les r&coltes de lafolie (1996)
5-Les terres entourdes de larmes (2002)
6-Partir sur un coursier de nuages (2008)

Nan lanng angle :
7-Keep On Keepin 'On (2006)

Nan lanng kreyol Ayisyen:
8- Pe Sat (1994-1996)
9- Rete ! Kote Lambsi (2008)
10- Eko Dlo : LaGrandans debode, (Dis konpak, 2008)

Ti goute nan zev nan lanng krey6l Jozafa yo :

1-PM Set, Powem, Edisyon Mapou, Koleksyon Koukouy, Miami
1994, reed: 1996.
N'ap pibliye la-a, youn p6syon nan Tez Metriz Rodney
Saint-Eloi, kote li pale de liv Pe Set Josaphat Large la. Tradiksyon
an krey6l-la, se ote Josaphat Large ki realize li.
" [...] Kay Josaphat Large, powem nan 6ganize tankou
youn selebrasyoun langaj-la, ki ak pwop mouvman pa li, pral triyonfe
sou lannwit. Literarite powem nan ranje k6 li nan mistik ekriti-a ki
reprezante pwop tet li. Nan youn opozisyon ak pwezi oral osnon vo-
kal, teks la ki derefize eksprime youn pawol, prezante tet li ak youn
pakat elips. Plezi osnon jwisans teks la vin youn bagay entim, ki soti
nan rap6 fetichis ote-a ak zev-li [...] Gen anpil egzanp powem kote
ote-a itilize grafik. Seten powet kreyolofon anplwaye dimansyon
<< skriptiral > sa-a tou. Jan yo ranje powem yo sou paj la, tipografi tou
nefyo itilize a fe we kleman kontra lekti-a pa menm jan ak sa pwezi
ritmik yo, men depreferans li egziste nan youn apwoch silansye teks
krey6ol-la. Nan rekey Pe S&t li-a, JosaphatLarge ban nou youn egzanp
powam grafik kote mo yo sevi ak siy jewometrik sou paj la :
Lekriti
Pral
Leve
Pou di
Lannwit
Kouche (ant parantkz)
Nan tkks la. [...]" *

2- Rete ! Kote Lambsi, Woman, Pres nasyonal D'Ayiti, Port-
au-Prince, 2008.
Woman sa-a baze sou youn chante popile ki rele : Yo voye
Lamesi nan dlo, li pa tounen, yo voye Jozafa cheche-l, li pa tounen.
Tout woman-an, se youn gason k'ap cheche youn fanm ki disparet.
Li travese tout depatman nan peyi Dayiti depakanpak, san li pajanm
rive jwenn madanm nan. Nan wout l'ap travese yo, ote-a pwofite fe
youn eksplorasyon anpwofonde tout evennman istorik ki te pase nan
z6n nan, depi nan tan Anakawona rive nan Lokipasyon ameriken-an.
Ote-a baze-1 tou sou filozofi egzistansyalis ou jwenn lakay Albert
Camus akJean-Paul Sartre pou montre malgre toutj ef6 k'ap fet pou
rezoud youn pwoblem egzistansyel, anyen pajanm rezoud vremanvre.
Toujou gen youn absidite ki fe sikonstans lavi-a bloke pwogre nan
sans rezolisyoun pwoblem sila yo. Ote-a plonje travay ekriti a nan
fon kiltirel kont ayisyen, pou 1 koud pwoje liter odasye sila-a. Anpil
sen nan liv-la, se Tezan k'ap travese larivye nan youn kannot, pandan
narate prensipal istwa-a idantifye Tezan ak Lamesi. Jozafa pran kouri
deye Tezan nan youn lot kannot, jistan li disparet devan li. Li pajanm
rive jwenn li. Ote-a anplwaye youn estil imaje pou li fe youn teks ki
evoke lanng kreyol-la nan pwofonde estrikti li yo. Mize ak tribilasyon
pep ayisyen-an jwenn bonjan eko nan woman sa-a, sitou nan sen kote
Jozafa oblije travay pou l'sa jwenn lajan pou kontinye cheche Lamesi
nan tout depatman peyi-a.

3- Eko dlo, LaGrandans debbde. (Studio Toto Laraque, Mon-
treal. Akonpayman mizikal Eddy Prophete).
Dis konpak sa-a, se youn seri powem an krey61l ote-a ekri
sou twa Larivye ki ansekle vil Jeremie yo: LaGrandans, Lavoldr6g ak
Laginode. La-a ank6, Josaphat-RobertLarge fe remote, ak kouran
dlo yo, evennman enp6tan istwa Ayiti ki te pase nan Grandans yo.
Youn istwa vil Jeremie pase nan powem yo, ansanm ak mit mounn
Jeremie kreye pou etabli tankou youn miste ki mak6nen ak prezans
Larivye sa-a yo. Pyanis Eddy Prophete fe youn michan aranjman
mizikal ki akonpaye vwa ote-a, epi se nan estidyo Toto Laraque nan
Monreyal pwoje-a te realize.


Angelucci Manigat, Jr
Angelucci Manigat, Jr. se youn powet, jounalis, tradikte, sen-
dikalis. Li fet P6toprens nanjiye 1963. Li fe konesans ak mouvman
kreyol-la nan koumansman ane 80 yo sou enfliyans amitye-1 ak
Emile Cdlestin-Migie (Togiram). Ani983, li vin manm ASKONNA
(Asosiyasion Konbit Natif Natal) Dr. Ernest Mirville, Emmanuel





Chien d'd cdte (1995) ak youn koleksyon pwezi sou CD ak kolabo-
rasyon mizikal Marc Mathelier : << 20 ans de Poesie > (2004). Li se
fondata premye journal ayisyen nan Konektikat << Connecticut Haitian
Voice ki part chak mwa an kreyol1, franse ak angle.


Page 15


.x.xlx Ix. --l- - 1-1 v - -- - . - - - . &I - - I






BACK PAGE


Mercredi 22 Juin 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 22


S##/7A1 AIA D1R1 1%
.n--, O I ,CM


MEN YVtI
OWD SAY* K
AL roaK PTa TrU
MAvCHH6%'NWIX
ODU Tq*UWALTC4


*KIjvwIIrAJUMm
Is 60ou"t V4v
MJIHUWM PWU DJEK
Am&m anuwjLP
MARC GONAMEV3St
CVAPWEH^m
Li WYWrr LT K a2wiI'IF W.IM a, wwAJ
P~PE I4MYO' A^CHIEN UK-
U Yrw~A


R.I. ( 001 )OWW79POOow ( 001 UP03

Fax MSI MB.4-7SS2 or ( 661 )J842-9398

Irai flnew 1-677-""5-330 or 1-877-0415-7590


Se Sel


iw-nekayon gwuo bAto ou genyen nan Palm Be~ach la


D0lwutlouui 1- to Exit No. 74 j 45th Strwa ) Emat to Cwnrumm Aw to North -n Cwu-gwau Avrw top MrtIn Luthw
Kt g Jr BMvd go haEst on MILK Bld ( mnklng rtght hmMd turn ) this Rd takes you atra tot to �m Port cf Palm n1cb
A * eom as y o ov* Old Disl. Hwy , ffbere @qdr Sh ek Mehe Ieo Lflt hand tU*m ryou will -s ior guen


Under New Management


Nou gae you nouvo Bato MV MONARCH EXPRESS


En Bref...
(... suite de la page 14)
France-Haiti: cas d'adoption gel6s, des pa-
rents manifestent
Plusieurs dizaines de families ont manifesto samedi a Paris
devant une annexe des Affaires 6trangeres, r6clamant au
ministry Alain Jupp6 de "d6geler" une centaine de dossiers
d'adoption d'enfants haitiens.
"Jupp6 si t'es champion, d6gele les adoptions" ont chant
les manifestants de association Adoption Sans Frontieres
(ASF) devant les locaux du Service d'adoption international
d6pendant du Quai d'Orsay.
Les dossiers d'adoption des families qui manifestaient
n'avaient pas encore 6td d6pos6s devant un tribunal haitien
au moment du s6isme du 12 janvier 2010, contrairement a
ceux des families don't les enfants haitiens ont &te rapatrids
depuis. Ils ont &te gel6s par le ministere des Affaires 6trang&-
res, a l'6poque de Bernard Kouchner, selon ASF.
"S'il n'y avait pas eu le tremblement de terre, les choses
auraient suivi leur course normal comme pour les autres", a
affinrm a l'AFP Nadine Bihord, pr6sidente d'ASF.
"Ces enfants a adopter sont connus des families, certaines
de ces dernieres sont allies sur place, toutes ont des photos,
des nouvelles", a-t-elle poursuivi, estimant que M. Jupp6 a
le pouvoir de "d6geler" ces dossiers qu'elle a 6valu6s a "une
bonne centaine".
Mme Bihord a rappelk qu'aprls le tremblement de terre, M.
Jupp6, qui n'6tait alors que maire de Bordeaux, avait parti-
cip6 avec des families a une manifestation pour que soient
rapatrids au plus vite les enfants haitiens adopts par des
families franqaises.

Cholera : Grande inquietude dans les zones
rurales touches par des inondations
P-au-P, 14 juin 2011 [AlterPresse] --- L'organisation huma-
nitaire M6decins du monde (Mdm) fait part d'une grande
preoccupation dans les regions rurales affect6es par les rd-
centes inondations quant au regain de l'6pid6mie de cholera
dans ces regions.
Si la situation semble plut6t sous contr6le a Port-au-Prince,

'Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94th Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 /754-7543 * Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 - 3896

PrIntdbySu tesOfe:(


la capital du pays, le Mdm indique, dans un communique
que l'inqui6tude est grande pour les zones rurales touches
par les inondations.
L'Institution estime que << sans la mobilisation immediate de
moyens adapts (personnel formnn, materiel et m6dicaments,
moyens financiers) et une coordination efficace des acteurs
sanitaires presents en Haiti, la situation va s'aggraver >>.


Entre le 31 mai et le 08 juin
2011, un total cumuld de 77
nouveaux cas ont &te hospita-
lis6s dans le Centre de traite-
ment cholera (Ctc) de Moron
(Grand-anse/Sud-ouest), selon
le communique.
L'organisme humanitaire
s'apprete a intervenir au Ctc
de l'h6pital de Jkr6mie (prin-
cipale ville de la Grand-anse),
don't 60 des 90 lits sont d6ji
occup6s et oni trois d6ces sont
a d6plorer.
M6decins du Monde announce
6galement son soutien a 6
centres de sante, 2 centres
et 2 units de traitement du
cholera dans la Grande Anse
(Sud-ouest).
L'institution apporte un appui
en resources humaines dans
les 4 units de traitement
du cholera situdes dans la
zone rurale de Grand-Goive
(Ouest), qui connait depuis 3
semaines une augmentation
tres significative deq cas avec
un taux d'occupation proche
de la saturation.
Mdm s'alarme de la recru-
descence rapide de la maladie
dans ces regions.


17 450 cas de contamination de cholera dans les d6parte-
ments de la Grande Anse et Nippes, dans la zone m6tropoli-
taine de Port au Prince et dans les communes de Petit-Godve
et Grand-Godve, ont &te pris en charge par Mdm, d'octobre
2010 a nos jours, ajoute le communique.
Depuis son apparition en Haiti, le cholera d6ji fait plus de 5
400 morts et des milliers de cas de contamination.


.4 A/Icr plus loirn ct plas
. pivileavec meinjbi





PIEIJ!1 Dnjm . A-3- .1


"Iliu !S E 4.-

sid~ ~nisk ins.1

deotre noun e Is
POUR VOPS RESERVATIONS DE CARGQ~p APFELEZ -!krVit~gdft49


PICKUP


Hfcij,1t~n TX ScmerrMi~c. IL


4A4 il- GAD
404< .*tsi-3;il[.


Page 16


JHrMiCH. Uf Brooktow, MY "Angeles, C
7. 1149r4USA jfIA2Y4D4&1 313-63U-IU3ZJ
%Ymt Pm m OpinchrL mimmi, rL r,2rL Loudri Llul-, Fl.
!301-%SI-(bd3 EU-)20-53M




University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated May 24, 2011 - Version 3.0.0 - mvs