<%BANNER%>

DLOC



Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PDF VIEWER PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00442
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Creation Date: February 9, 2011
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID: UF00098809:00442

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )


Full Text

















Honduras : Le fils de Michel Francois tue de 2 balles

L'ex-colonel est inconsolable


SAN PEDRO SIILA 4 FE iici - Lc fils dc
I C\-Cdiefl Id L polccC dI Pon-jLI-Piniicc BciunId MilOlc
F nIIIcoi .Ii cic i l d d Lil\ b ll lc. ~L in.i Li .OIc i lldu ii l ''
l \ci i Sn Pclio S II I HonldLluj i
L; \ icinic cult nl ciiiuliinl I hLi cullC dc DIOII
dc I in\ ci�l.lcl Nlloi A.l ton . nlillOIm . \ lk dci l ll l
II CLll 'lS " hII t" idu el l ( qlanilI i..C LIi liom1011nlC
,1 Ic Cl o (ui d II iun i C ll ilC I.I li h dlic l (Ic Co i ll 'li iillc

|pC IC linLl nliicls Ic ilc, " i- l c Lll I n\ C I inI C | Iil Clipl|c dul
quLltllcl MNI lidil
DcS i�ltOinSi So� SCn0111 CimpiC ll i clhi LI po-
IIC1
Lini ii illo llIi i 1 iil poi olllc lc blc c . i I hlopl il
Ilal_ l'_c�~ lcd mclnI',i 1 n 1on piu q(Inc Coonlrii Icl di.\.ccc,
li1n poilc.-piol c dc Li DiicClion NjiIi0ilocl dc
I Iin i l.,,'iilolln iC 1111111 I in Cll ai dC li iiu on 'oiic poinl I
moments .cI fill milsI un I Ic l ImoblC dLl CIncICn
NoiJl pcnl0on, lC Li c ICII IhCC inic i Cici
* mlkcl�N OI cl I�,I llw k I 0m\111p ,1 i i 1ic [tic (I o il lk
JIIClll 'LI C'lLliC' II$ I 0lU Iln SIpOlICC ilin$ Ce11C IIIC d OLI II$
I o0111 I ' I Lln \c CI Ihicilk i dli I poliC-pliolC
S lonll dCl._ _0ou 1�c. _ non fllCIC.llI._ IC ICuLllIC BCI.lnIld
MiClil, Flinco01. tllJNll C'C i I0 t 11 11011n Lic li'c h iuC C 1 dcini
pnLs 101 o1 bold d niln luiikculc co i lli1ni dIC couiilcin \ i


/ , , ,., ,,/ 1 ,1 i ,l l , in . . ,, r, , , .' /'.,11 .. / ..,, , \ ,, , . . ,, ., l ,ii. ,,,, ,.,


TERMINUS

Preval le debonnaire

victim de sa propre

image
P()RT-Ali-PRIN(C E 4 FEi\ iIL - LoIiIqL ic IcCCIIIIIClI
pIo)01lilIn d Ilnii iClIICionliiC 1%cc I I pIlCss o nOlLS ,1 OnI_ po,. ILln
picrdlnd l R nIC Pl , ci l iI qukSltion I% Ic/-\ Onl , [ il 'A ' pOll
HIlil II .1 iOLll nOLS I Ipoidl c CSt uIII quLlcSlion iIop
IIlpoiLinli on pO onl de ll ii ll d Ci ' IC lll' loiS. I
AlIono ld III I [conl iIII i 2111 qi l1 iill I II Iccii lC pLlo \ o11
j . Iln-BCill .Inil . n Siil pOLllo n SIlccolnd ni ii llnll nlIonl \ ons
I III liI 'csIOln i li c ct i iC' li .o illc i c d icII & i . , licC\ d i liin
IIIOIIClInl d ICpl)l
Elin cllffc on illll ld ClC lc I Plc'\al dI ilc lim IIc c
IlICll i d IC-.Ill C11 l-flOLlli 11i II . 1i.i %ll \ . 0i 1 CI llll Clli.ll
lll Ci 1 l I lC IC pIoCIIC pI li \ 1lCncI 1 ll I plc.l(l ' lc1iOlS l.s ClIcl,
d E1.1 Ikllllns I~c I 111 i d ' \' ICIC
(C C l (I IIIC llIt c c ii InI I' pcllll ( d � 1Cllll 111 Ll ponl-
\011 CIi 2io'oll Il CCOIi dE l Illln d i Lm C 2OLl\ I nClllllcnC ln pIl\ I-
SO nll Ctll ii ilI\L'I .C cil lll k . llldc I p iC. l s lC bitll, i. Il C 'I Il nin
id .Xn 1l~ i I In 2'"'i 4 on-i " i | II C l lio l coiiI l'-'n i ll I IIn \ mo IIInC'l
|IIJIllll lilllK Cl (il Ilel'I ce lH l i 5,I IKl lIO l$ll illI kllIOIkll s \ J1%,Ill
ITERMINUiS ,. 1.4


POLITIQUE

Un pacte contre

les derives futures
PO)RT-AIi-PRIN( E -'1 FEc\ IICI - i C (ni DLI-
\ lIIC _Si dc I OLIIon AnlIdc \nIll I C 1111 JI SS
TouI $, lilble 11ini|pll TIop 11inipll Lc :s tlc icliSlpoSe'nt
dc flOic S ll Cm IC l ti in AuLI I blIni I LIn cllC- I ILItit (>LI cQ SI Ccc
(tll IIOLi, '_ 1i-' ilill clC in C iIs C IIC'l calll c $ p' 0111 coliIIdll kI I ll
(ik\i)n, lc i>niiom d\cl oli I unli loi-. continii oiil( din Chu llou
qLu II_, "C1onI1 Icolnibc' sLIm Ictll_ d L\ pl _ck
l in. "ClI lc Ol l lloll IIO n II, pCilC tll l el s i ns cl OIIlllC IC
Jill S ,I I 1 |CSpI)CC l IC s p|I nci | s lip lOp c IOllCnl lll [i IC ll d l1loCIJlillC, I
Ci d( IC lc pct dcs dIolII lndllc i Lint lI\
l 1in iC),iCl Cc Li p llicipi lOllo dC lOLIC_ ICs cLiss"Cs Ci
C�iiokCl " $OCIjulleC El dolnl IC ltClC pO nllllIl IIcn'tII C llC' O0lC
pll Ii plochClu nn; ll"iLil
lin. _COlhC dC llU\ cl n ill C OlntitllIOl D JlllC'lsL dilln
nil pi s COnIIIIInC l I E L ii$-Ii cIII 0111 C sont cI c iiit l l\C" ICCeS
obil'.,lilOlI SCC" C C\l.I.C 1- cc IIlOll qll C�l i q1 I I ICll llIll COIlSIllllc I
lo tI In Ionl,' d I HisiOll cc qIl u oil ippdcIllc IC ,ilcindci'ii nt'l
i PACTE ,p. '"i


CI1 COlllpXi'IlC dl IIIC (ilIlK Ci l d lI JlllI ' ICLIIIn
\ lVsibIclllnc COInstliI I ic\-Colonil Jlosc. il
NMlClcI FlIKic0ls. \pllkIIe' lql On I i JppeI s lsel.entl
poulin Ih dll dC \nC l inicupCiIc1 kI cops de son0 Ills
I MICHEL FRANCOIS p. 3


Passeport diplomatique remis pour Aristide

LE RETOUR SERAIT IMMINENT
P()RT-.Ai-PRIN( E 5 FEc\ I I-I - in pijlCi poil a lm\ \ lildi(l .I PoIl-. -PInll I poliCnl iC loIli Ic s dlou-
dliplol| 111 11Jl ll lIC \ c ll c I'll CI1111cc '\lCCk-lnd po lll I dC\- IlIC IiC\111 CCCi"i� pOlll poll\ IIC CCOlII lll mI lll,1lOIll
pIlcidc Int Jln-BC llliind AXln ild Nodi j oni . O Il ppln ide bomiiC omniccll tluc 12 Ii111-
L n\oc l , Iiic lin i lt I d \cIC ll \ l Id E i El \Cill niC lticIC dc. .,i ll( Ic lII l2 S I coIIl i',ldc l iqi( lOtln CSi
dcpLlI$ 2'111"4 CnII Aliii iln Sul MINIC1 llI K nI l /b ,l I C IARISTIDE ,' p. 2i


- �&�!


7 Fevrier : Les forces en presence
P()RT- AIi-PRINC E " FE\ I1'I - LC_ Ci�lIc i iiS (CLI coii lnd ILll m C bli n I.s pilllS 1Ci 0ll _ i.Ili" OIn illl
lll o110111 iLl CCoIId lOlI 1 2' 1C 11 1 ploCI IO lln Ill (011 olIC \llll IC i plolI I b \c Oll illC . C Ic IlOlln ill 2' IO\ CilllblbC
NIilLildl, c N1i,111.t1 \-p illlc iiiC ' (Li 'iiC "i Ins 'l MiN ll'l IFORCES "1p. 6


d1cLI 1k Icplc-ClI-
toll 1110111", (C
(IeC IIll dn-1 Ili a ,


(Il1C c C_ IC Lii\ dC(
I, illcipllll lOl tl i I
CuICii il i i L ll P I I
IlC . i" t _clk I ( )l-

eln.L, lCondC _ EILI IC
,I L ll plC ii 1 ICE I * . i..


Li _'iiindI


Oppos C i II' L , . po - .,, ,, I.' i Id /l . . ,~ ' . ,I ,,
o -iit I Li o ,,, p /, / . ,, , /.. ,,,,, , I , , ,,,,. , ,, ,I.. ,,,, ./ ,, , ,, ,, ,, ,,, . ,,,, i.. ,


&,,,,-1<,<...,,.1 b est,./






I EN PLUS...


EN BREF...


Mercredi 09 F6vrier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 03


(ARISTIDE... suite de la lere page)
en rigle, a donn6 son accord au minister
de l'Int6rieur qui d6livre effectivement les
passports, qu'ils soient simples, officials
ou diplomatiques.
Me Kurzban doit done avoir laiss6
Haiti avec le passport diplomatique bien
en main. Il rest d6sormais a l'ex-pr6sident
Aristide de d6cider de la date et des condi-
tions de son retour en Haiti.
Le president Jean-Bertrand Aris-
tide a &te renvers6 le 29 f6vrier 2004 par une
combinaison d'insurrection arm6e mende
par des anciens policies et des paramilitai-
res arms de l'autre c6t6 de la frontiere avec
la R6publique dominicaine et de pressions
internationales intense.


Quelques semaines apres Jean-
Claude Duvalier, un autre ancien president
pourrait prochainement faire son retour a
Port-au-Prince : lundi 31 janvier, le gou-
vernement haitien s'est dit pret a accorder
un passport a Jean-Bertrand Aristide pour
lui permettre de rentrer au pays. I1 en avait
&te chass6 par une insurrection arm6e et des
pressions internationals en 2004
Pourquoi ce retour envisage en
Haiti?
Depuis son exil sud-africain, l'an-
cien chef de l'Etat a toujours exprim6 la
volontW de rentrer en Haiti.
Le retour surprise de Jean-Claude
Duvalier, le 16 janvier, a renforc6 cette
determination et Jean-Bertrand Aristide a,
depuis, multiplied les declarations, assurant
vouloir rentrer au pays < pour des raisons
m6dicales >, mais 6galement < pour con-
tribuer a servir mes freres et sceurs haitiens
en tant que simple citoyen dans le domaine
de 1'6ducation >.
Lundi 31 janvier, Port-au-Prince a
donnd le feu vert : le minister de l'int6rieur
et des collectivit6s territoriales a indique
qu'il 6tait pret a donner un passport a
l'ex-pr6sident, si la demand en 6tait faite.
<< Le gouvemement de la R6publique done
l'assurance qu'aussit6t produite, une telle
demand sera honoree avec c6l1rit 6 , in-
dique le texte.
Peu aprbs, une lettre adress6e a la
ministry haitienne des affaires 6trangeres,
Marie-Michble Rey, et au ministry de l'in-
t6rieur, Paul-Antoine Bien-Aim6, 6tait com-
muniqude par les avocats de Jean-Bertrand
Aristide, demandant la remise immediate
d'un passport diplomatique, ainsi que des
measures pour assurer sa security en Haiti.


L'ex-chef de l'Etat deux fois lu
et deux fois renvers6, qui compete encore de
nombreux partisans en Haiti, a &te embarqu6
le 29 f6vrier 2004 dans un avion am6ricain
sans matricule pour 6tre d6barqu6 en R6pu-
blique centre africaine.
Il trouvera finalement asile en
Afrique du Sud.
Il expliquait r6cemment dans une
lettre ouverte que ses raisons pour revenir
en Haiti sont 6galement m6dicales. Sinon il
risque de perdre un ceil qui a &te plusieurs
fois op6rd et qui support tres mal les con-
ditions climatiques enAfrique du Sud, pays
de l'hiver austral.

Haiti en Marche


Quelles pourraient 6tre les cons6-
quences d'un retour d'Aristide ?
Espoir des militants des droits de
l'homme et des classes les plus pauvres
sous la dictature de < Baby Doc >, elu en
1990 et 2000, l'ancienpretre compete encore
beaucoup de soutien parmi les classes les
plus d6favorisdes.
Depuis la reapparition de Jean-
Claude Duvalier - don't les avoirs en Suisse
ont &t confisqu6s le ler f6vrier, conform6-
ment a une nouvelle loi helvete - Jean-Ber-
trand Aristide est dans toutes les totes. Le
17janvier, lendemain de l'arriv6e de < Baby
Doc >, il n'6tait question a l'adroport Tous-
saint-Louverture que de l'ancien pretre, que
la rumeur annoncait d6ji dans la region, soit
a Cuba, soit au Venezuela.
A coup stir, ce retour compli-
querait encore un peu plus une situation
politique ddja trbs fragile : alors que le
president sortant Rend Pr6val doit quitter
le pouvoir le 7 f6vrier, aucun successeur
n'a encore t& 61lu.
Aprbs de multiples contestations,
le r6sultat official du premier tour, qui s'est
tenu le 28 novembre, ne sera connu que le 2
fevrier, et le second tour doit avoir lieu le 20
mars, si les conditions sont rdunies.
Fin d6cembre, la publication offi-
cielle de r6sultats provisoires, qui placaient
le candidate du pouvoir, Jude Celestin, en
deuxibme position, derriere Mirlande Ma-
nigat, avait provoqu6 la fureur des partisans
du chanteur Michel Martelly.
L'annonce des r6sultats pourrait
provoquer de nouveaux movements de
foule, tout comme le retour d6sormais
6ventuel de Jean-Bertrand Aristide.
Gilles BL4SSETTE


Les Duvalier auraient vole

120 millions $ a l'Etat haitien


La Presse Canadienne, Montreal
L'ex-dictateur haitien, Jean-Claude
Duvalier, et sa femme, Michele Bennet, ont
volk au moins 120 millions $ a l'Etat haitien,
selon un rapport d6voil6 lundi par Radio-Ca-
nada mais qui a &te r6dig6 il y a 25 ans.
La soci&te d'Etat a retrouv6 ce rapport
d'enquete 6crit un an aprbs le depart d'Haiti de
l'ex-dictateur haitien Jean-Claude Duvalier, en
f6vrier 1986.
L'ex-ministre haitien de la Justice,
Francois St-Fleur, en est l'auteur. En plus
de rdvdler que le couple a vol6 l'Etat, M. St-
Fleur d6crit les fraudes des Duvalier dans ses
moindres details.
Par example, l'ancien ministry dit que
ces derniers traitaient Haiti comee s'il s'agis-
sait de leur propri&te prive>>. Ils forcaient les
institutions g6ndratrices de revenues a 6mettre
des cheques a leur ordre ou h l'ordre d'entit6s
fictives creees par eux et maintenaient un
camet de cheques enblanc pour des virements
de fonds.
Toujours selon le rapport St-Fleur,
le couple aurait vol6 plus de 47 millions $ a
difffrents ministbres et soci6t6s d'Etat durant
les dernires anndes de leur dictature.
Le document indique aussi que Jean-
Claude Duvalier - sumomm6 < -, sa


-.m. mI. F.JM. -
MJlIFIN &A


-_-. -_


- OM -
HAMM git" ga=

-^ ;-- ~*--+
-



Jean Claude Duvalier est arrive le 16janvier
dernier en Haiti avec un passport expire
depuis decembre 2010
femme et leurs complices ont cree des comptes
extrabudg6taires ainsi que des oeuvres sociales
fictives. Les fonds 6taient par la suite d6toum6s
par le couple.
(120 MILLIONS / p. 13)


ARISTIDE: LE RETOUR

SERAIT IMMINENT


Par : Robert Paret
Adieu Jo
Un autre mousquetaire est parti.
En deux ans, la grande
faucheuse est passe et
nous a, encore, ravi un
des n6tres. De la meme
famille, elle n'a eu cure
de la peine non encore
dissip6e. Affreuse bles-
sure pour une mbre qui
a vu deux de ses fils
emport6s, en si peu de
temps, par" L'INELUC-
TABLE". Profonde af-
fliction pour des frb-
res et sceurs, enfants
et petits-enfants, qui
ont toujours fait de la
famille la raison de leur
existence. Dure r6a-
lit6 pour les parents et
amis qui connaissaient
l'homme et lui vouaient
une affection et un atta-
chement sans borne.
Pour moi, la disparition de Jo revet
une signification toute particulibre, parce
qu'elle me renvoie a toute une p6riode de
mon existence, et m'oblige a revenir sur des
cliches que la m6moire commence a estomper.
Heureux que, de ceux-l, j'en garde encore
d'ineffables souvenirs et le doux parfum
d'autrefois. Je n'ai qu'h former les yeux le
temps d'un 6clair pour voir d6filer tout le film
des relations qui nous touchaient. Comme je
le rappelais, lors du d6ces de R6gi (R6ginald
Vorbe), nous avons eu la chance d'avoir grand
au sein d'une communaut6 oin les relations


humaines avaient toute leur valeur, les rigles
de vie et de convenance, leur sens civique.
Ce qui faisait de notre quarter, la ruelle Roy,


Joel Vorbe


une grande famille oi il faisait bon vivre et
oi l'harmonie r6gnait entire voisins.
Jo et moi, avons &te petris de la meme
pite, avons subi les memes influences et avons
partag6 les memes aspirations. Certaines af-
finit6s nous rapprochaient davantage, comme
notre passion pour le sport. C'est ce qui oc-
cupait la plus grande parties de notre temps en
fin de semaine et durant les vacances, et nous
avait permis de trainer nos crampons sur tous
les terrains de la Capitale et meme des villes
de provinces. De surcroit, tous les copains et
(JOEL VORBE / p. 15)


Page 2


Un passport diplomatique remis pour Aristide
L'avocat am6ricain de l'ex-pr6sident Jean-Bertrand Aristide, Me Ira J. Kurzban, a lais-
s6 Haiti pendant le dernier week-end avec un passport diplomatique pour permettre
a l'ancien president de revenir en Haiti, comme il le souhaite, a une date qu'il pourra
lui-meme determiner.
Ira Kurzban 6tait arrive vendredi a Port-au-Prince avec tous les documents n6cessaires.
Avec l'agr6ment du ministbre des Affaires 6trangeres, le ministbre de l'Int6rieur, ayant
proc6dd a l'analyse des documents, a d6livrd un passport diplomatique pour l'ex-pr&-
sident exild depuis 7 ans en Afrique du Sud.

La rumeur d'un 6ventuel retour d'Aristide grandit d'heure en
heure
Une foule se pricipitait dimanche soir a l'adroport international Toussaint Louverture
pour accueillir l'ex-pr6sident Aristide don't on annonqait l'arriv6e depuis Cuba. Ce
n'6tait qu'une fausse alerte.

DWces de l'ancien Premier ministry ha'itien Martial Celestin du
RDNP
Le RDNP est en deuil avec la mort de Me Martial Celestin, premier ministry du Presi-
dent Leslie Manigat pendant les quatre mois qu'avait durd sa pr6sidence. N6 a Ganthier
(nord de la capitale, Me Martial Celestin 6tait ag6 de 98 ans.

Le fils de l'ex-colonel Michel Francois tu6 de deux balles
L'ex-chef de la police de Port-au-Prince est inconsolable. La victim, Bernard Michel
Franqois, a &te tude jeudi 3 f6vrier a San Pedro Sula (Honduras) oi l'ex-colonel vit en
exil avec sa famille depuis qu'il a fui Haiti apres la chute en 1994 de lajunte militaire
qui avait renvers6 le president Aristide en 1991. C'est une intervention americaine qui
mit fin au regime militaire.
Selon des t6moins, Bernard Michel Franqois a &te projet6 d'un vdhicule en march
en face du magasin de pieces 6lectroniques que possede son pbre dans cette ville. A
l'h6pital, les m6decins n'ont pu que constater le d6ces dujeune homme.
"Nous pensions que la victim a &te tude ailleurs puis le corps transport dans cette rue
", a dit un porte-parole de la police.
L'ex-colonel Joseph Michel Francois dit qu'on l'a appeal seulement pour venir r6cup-
rer la d6pouille de son fils.
Le corps de Bernard Michel Francois, un 6tudiant en droit, portait l'impact de deux
balles mais aussi des lacerations au front ainsi qu'une blessure ouverte a la l1vre sup6-
rieure.
L'ex-chef de la police de Port-au-Prince pense que son fils a &te peut-6tre victim d'un
kidnapping. I1 souhaite que la police pourra retrouver les assassins de son fils.

7 F6vrier 2011 : Rend Preval reste en poste, declare Edmond
Mulet
Le chef de la MINUSTAH a fait cette declaration dans une interview au Nouvelliste.
La communaut6 international n'a aucune objection pour que Rend Pr6val reste en
poste jusqu'au 14 mai. Le repr6sentant special du Secr6taire g6ndral des Nations Unies
estime qu'il est important que le president Rend Pr6val puisse compl6ter son mandate
jusqu'au 14 mai. I1 est important que le president Rend Pr6val soit present lors de la c6-
r6monie de passation de pouvoir d'un president Olu a un autre. Cela ne sert les int6rets
de personnel d'avoir un gouvernement provisoire pendant deux mois.
D'ailleurs les deux candidates a la pr6sidence sont d'accord pour que Pieval reste en
poste, declare le num6ro 1 de la mission onusienne.

Quatre conseillers 6lectoraux n'ont pas sign les r6sultats d6fi-
nitifs
Les r6sultats d6finitifs du 1"r tour des prisidentielles ont &te publiCs le jeudi 3 f6vrier
apres une saga de deux mois au course de laquelle de nombreux secteurs n'ont cess6 de
r6clamer l'annulation du scrutiny pour cause de fraudes g6ndralisdes.
L'on peut dire que le bras de fer a &te remport6 par la communaut6 international, les
recommendations de l'OEA ayant &te suivies a la lettre. Le candidate du pouvoir a &te
rejet6 et le second tour mettra face a face l'ex-premibre dame Mirlande Manigat et le
(EN BREF/ p. 14)
r *


En memoir

de mon grand ami Joel Vorbe


Haiti ouvre la voie au retour

de Jean-Bertrand Aristide


-. . ....- Ix xl I ... ... . ... . . . . . . . . .





L'ACTUALITE EN MARCH


Assassinat du fils de Michel Francois


(MICHEL FRANCOIS.. suite de la l1re page)
'Dieu est souverain. Parfois nous ne pouvons connai-
tre les motifs de ses decisions', a dit l'ex-chef de la police de
Port-au-Prince, expliquant que son fils dtait un garcon sain, un
leader A la faculty ainsi qu'A 1'6glise, come en tmoignent ses
nombreux amis accourus apres avoir appris la nouvelle.
L'ex-colonel Michel Francois vit en exil au Hondu-
ras depuis pres de 15 ans apres la chute du regime militaire
qui avait renvers6 le president dlu Jean-Bertrand Aristide en
septembre 1991.
Michel Francois est arrive au Honduras en 1994
apres avoir fui Haiti (suite A une intervention des troupes
amdricaines pour ddloger le regime militaire putschiste) pour
6tre ensuite expuls6 de la RWpublique dominicaine pour son
implication dans le coup d'Etat et les innombrables exactions


qui s'en suivirent.
En 1997, la Cour Supr6me du Honduras rejetait une
petition des Etats-Unis pour l'extrader sous une accusation de
traffic de drogue.
En 1998, un autre jugement a &te rendu en sa faveur
par cette cour, cette fois la petition avait &te introduite par le
gouvemement de Rend Pr6val pour les milliers de civils qui
ont perdu la vie sous le regime militaire (1991-1994).
Le corps de Bernard Michel Franois portait l'impact
de deux balles, mais aussi de multiples lacerations au front et
une blessure ouverte A la lvre sup6rieure.
L'ex-colonel et chef de la police y voit les indices
d'un kidnapping qui aurait mal tour. I1 dit avoir confiance
que la police fait un bon travail.


POLITIQUE: L'opposition present une proposition

a la veille de 1'echeance du 7 f6vrier
Port-au-Prince, le ler fivrier 2011- (AHP)- Le lation prenne les rennes du pays au lendemain du 7 f6vrier
comit6 de suivi de l'accord multipartite du 22 d6cembre 2010 a 2011.
prisente mardi une proposition de sortie crise pour "emp6cher Cependant, la communaut6 international ne semble
le pays de somber dans le chaos" A l'hch6ance le 7 f6vrier du pas pr6te pour ce scenario, en d6pit de raisons suffisantes pour
mandate du president Rend Pr6val, alors que le pays fait face A justifier l'annulation de ces joutes. La secr6taire d'Etat ameri-
une grave crise post-electorale. caine qui n'a ferm6 aucune porte, aurait requ des explications
Cette proposition rendue publique l'issue d'un forum valables en ce sens, lors de sa visit en Haiti le 30 janvier.
auquel ont particip6 de nombreux repr6sentants r6gionaux Les plateformes de l'opposition ont present leur
d'organisations de l'opposition, visit aussi A alimenter la proposition A la veille de la publication des risultats du scrutiny
mobilisation en course pour provoquer le depart du chef de du 28 nobembre qui seraient disponibles depuis samedi et remis
l'6tat Rend Pr6val le 7 f6vrier, parvenir a l'annulation "des aux plus hautes autorit6s.

Pi as qy 1 f l M I -'I


Etats gendraux de l'opposition (y compris le Groupe des 12)
au course desquels a dtd formule une proposition de sortie
de crise (photo Robenson Eugene/HENM)
elections frauduleuses" du 28 novembre et preparer la
gestion de l'apres/Pr6val.
La proposition de sortie de crise lue par la sd-
natrice du Centre, Edmonde Supplice Bauzile, pr6voit
l'installation un chef d'6tat provisoire issu de la cour
de cassation A d6faut d'une personnalit6 d6sign6e par
l'ensemble des candidates A la pr6sidence qui ont particip6
auxjoutes de novembre, un gouvemement de consensus
form de 18 ministres dirig6 par un premier ministry
choisi au sein de la classes politique sur une base consen-
suelle et d'un conseil d'6tat limit A 30 membres don't
des repr6sentants des 10 d6partements gdographiques
et de la diaspora.
(Un conseil d'Etat avait &t6 form en 1990
pour accompagner la pr6sidente provisoire Ertha Pascal
Trouillot (issue de la Cour de Cassation) apres le depart
du g6ndral Prosper Avril).
Les diff6rentes composantes de l'appareil
6tatique pr6sent6 aujourd'hui par l'oposition auraient
chacune des missions sp6cifiques relatives notamment A
la reconstruction, la mise en place d'un nouveau conseil
electoral, l'organisation d'une conference national.
Des figures connues de l'opposition haitienne
don't des membres des quatre plateformes politiques ay-
ant boud6 le dernier scrutiny se sont d6clar6s confiants de
pouvoir arriver A la concrdtisation de ce project politique.
A l'issue de la c6r6monie, le leader de la Fusion des So-
cio-d6mocrates Haitiens, Victor Benoit a expliqu6 que
la position des participants A cette activity est en parfait
accord avec leur coherence et leur conviction en faveur
de la d6mocratie.
< Le chef de l'6tat Rend Pr6val laisse miroiter
la menace qu'il reste A la t6te du pays, nous nous bat-
trons jusqu'au bout pour emp6cher que cela arrive et
le people doit aussi s'y mettre, a d6clard le professeur,
taxant d'inconstitutionnelle la loi vote par le parlement
qui reconnait au president le droit de rester dans son
fauteuil jusqu'au 14 mai.
Le leader de Konvansyon Inite Demokratik,
l'ancien maire de Port-au-Prince Evans Paul s'est r6joui
quant A lui du d6passement de soi A la base de la par-
ticipation de repr6sentants de divers groups politiques
A la rencontre. Selon lui, cela t6moigne de la volont6
du people haitien d'aller de l'avant. II1 a regrette que des
parties comme le RDNP et Repons Peyizan n'aient pas
pris part A cete rencontre.
Leurs candidates A la pr6sidence Mirlande
Manigat et Michel Martelly avaient 6te les premiers A
r6clamer l'annulation des elections pour cause de faude.
M. Martelly allait par la suite reconnaitre que des fraudes
avaient 6galement &te commises en sa faveur.
Evans Paul a formula le vceu qu'un gouveme-
ment de transition approuv6 par la majority de la popu-


OI
P'.


Meilleurs





V6eux

nr cetie 5sron de 0'tes '22 R ens ee S Isa-.rienI
soccialcmnlr. vc' no i = ,cr I, qui nou.L. di ns : Mrc- I
M.rLrc du . v cuill Cn'arI-e ! Muti ci de,,'u vlrI oulier. I
Dorci de -voIre 'idebll !

C'_,st d" t '<., cCt-,.'ir l ,u'Jtql vAl 0 J0' 1 SOL'Tluli'rj1
jn J.jvtuA, NWCO 2I10 e t i-'!e M.ll-Iul Anr-ti 2 1 I .


I UNIBANK


"Trt risM me n bembr"


as.~E tiln1 11a I lr


Mercredi 09 FRvrier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 03


Page 3


L'EVENEMENT SOMMAIRE
Le fils de l'ex-colonel Michel Frangois assassin
au Honduras p.1
DERNIERE HEURE
Passeport diplomatique remis pour Aristide p. 1
ANALYSE
Les forces politiques en presence p.1
EDITORIAL
Prdval le d6bonnaire victim de sa propre image
p.1
LIBERTIES
Un pacte contre les drives futures p.1
POLITIOUE
Proposition par l'opposition d'un plan de sortie de
crise p.3
Le candidate du pouvoir mis hors jeu p.6
SOLIDARITE
Declaration d'appui a la Justice Haitienne (UNA-
SUR) p.5
CORRUPTION
Les avoirs gelds ne sont pas a lui, dit Duvalier p.7
Peut-on confier le dossier Duvalier a 1'ONU ? p.12
LETTRES
Edouard Glissant est mort p.8
HAITI-MONDE
La r6volte populaire recupedre par les grades
puissances p.10
LIBRE PENSER
Honte p.12
RECONSTRUCTION
Marchds et assainissement p.13
^ ^


AV


.x~xx I . - l - 1 - 1v - -1 - - - - - - - - - - - . - - - - - -


==j-






UNE ANALYSE


Mercredi 09 F~vrier 2011
1Haiti en Marche * Vol XXV * No 03


TERMINUS


Preval le debonnaire victim de sa propre image


(TERMINUS... suite de la lere page)
tout de suite chavird dans les arrestations sans mandate et les
executions sommaires. Les accusateurs d'hier devenant les
bourreaux d'aujourd'hui. Comme c'est fort souvent le cas dans
notre pays. Et toume le manage.

Toutes les contorsions ...
Mais soudain Pr6val vient, et stop. La press est to-
talement libre. Haiti n'est plus une cible privil6gi6e dans les
rapports de Reporters sans frontieres. Depuis le s6isme, nos


centrales au Cap Haitien, aux Gonaives et a Carrefour (sud de
Port-au-Prince), don du Venezuela.
On vient d'inaugurer une central thermique dans la
p6riph6rie de la capital et une nouvelle usine hydrodlectrique
va 6tre construite dans le Centre (Mirebalais).
Un effort sans pr6c6dent a &t 6galement entrepris
dans l'espoir d'attirer des investissements de nature a crder
des emplois.
Am6nagement du port touristique de Labadie (nord)
ou le plus grand paquebot du monde, l'Oasis of the Seas,
m - ~iiiiiii i~ WIFI


Est-ce qu'on ferait aussi payer a Pr6val sa trop grande
modestie ? Son refus de toute propaganda. Alors qu'il preside
la c6drmonie de pose de la premiere pierre d'un monument
d6did aux 300.000 victims du s6isme sur les charniers du
Mome Saint Christophe, la t6l6vision gouvemementale relaye
une chaine international ou l'on entend pis que pendre a son
sujet.
Contrairement a ses pr6d6cesseurs, pas un monument,
ni une route, ni une central dlectrique, ni un adroport baptism
en son nom.


Mirlande Manigat rencontrant la secrdtaire d'Etat Hillary Clinton,
la candidate aurait donnd son accord pour que Privalpuisse rester
en poste jusqu 'au 14 mai afin de donner l'investiture a un successeur elu (AFP)


Le president du Conseil electoralprovisoire, GaillotDorsainvil
( 'un des 4 conseillers sur 8 qui ont signed les rdsultats conformdment aux recommendations de 'OEA),
photo Georges Dupt/HENM


confrbres strangers qui d6barquent nombreux, n'ont pas eu,
eux non plus, a se plaindre.
RWcemment on a suivi toutes les contorsions aux-
quelles doivent se liver les organizations locales des droits
humans pour d6livrer la merchandise. Plus question de bru-
talit6s policibres et de persecutions par des sbires du regime
en place. Mais une notion tris large, totalement l6astique ou
s'engouffrent pele-mele le ch6mage chronique, la carence de
structures m6dicales, la lenteur a reloger le plus du million
qui dorment a la belle 6toile depuis le 12 janvier 2010 ...
mais aussi les 6lecteurs don't le droit de vote a &te viold pour
n'avoir pu rep6rer leur bureau de vote le 28 novembre dernier.
Et tout y passe.
Et pourtant Rend Pr6val laisse la pr6sidence avec une
cote de popularity presque nulle.

DWsormais se concentrer sur 1'extreme
urgence ...
Ce n'est pas qu'il ait r6alise moins que ses pr6d6ces-
seurs. Pas un des dix d6partements gdographiques du pays qui
ne soit dot6 soit d'une nouvelle route, soit d'une en construc-
tion. La politique de d6senclavement n'avaitjamais &te aussi
prise a coeur. Comme en t6moignent les voices en construction
dans la Grande Anse et les Nippes.
Idem la distribution de l'6nergie 6lectrique. Nouvelles


Explore your Dpiloni. H-assl Ir. lhlppJng" rg
for thi halldays.
meii" Iim Ii, 4 i ri-i&. ~ f'. tin J 1 .
Ii-i mi im , ii 1 ilil *irw '_ _'- ~ _ "_'--_._ _


- PWKLp UwUw4 pmd&m amy aftmu 1
Na iL, AliK, W L
. I qn O ih. P- 7 I i 4ll*t- - O w
* AJi Cm. ^SkAW w0% No JIrcUa
* Ntmtih w Ac um rdm sia.wtjok fcMr.


inaugurait sa carribre international en 2009. Dans le meme
context, d6but des travaux de transformation de l'adroport du
Cap Haitien en adroport international.
Mais le s6isme du 12 janvier 2010 est venu porter
un coup d'arret a cet effort, obligeant a se
concentrer sur l'extirme urgence et ...


Les grandes puissances n'ont
pas d'amis ...
Et d&s lors, l'atmosphere change
du tout au tout. On se mit d6sormais a juger
la pr6sidence Pr6val sur le court terme. Que
fait le gouvemement pour enlever les sinistrds
de la rue ?
Une 6pid6mie de cholera se dd-
clare en octobre dernier. On pr6dit au moins
400.000 cas dans les premiers mois. La ma-
ladie a d6ji fait 4.000 morts mais elle com-
mence a se stabiliser, selon les experts.
L'indice de popularity du chef de
l'Etat ne s'amdliore pas pour autant. D'autant
que l'opposition fait fltche de tout bois, que le
marasme post-s6isme est tout trouv6 et qu'elle
fait aussi payer a Mr Pr6val de l'avoir snob6e
lors de sa lune de miel avec l'intemational, en


l'occurrence l'envc
de 1'ONU pour I
Clinton.
Mais, pc
phraser De Gaule, 1
puissances n'ont p
elles ont des int6re
Pr6val 1'
ses d6pens. Etats
tate, les grands pa
rejettent en bloc (
a choisi comme d
candidate du parti a
Jude Cl6estin.
C'est la c
sur le baudet. Le p
plus d6crid de ces
d6cennies. Et dans
meme.

Un sym
responsabilit
entire ...


*k A.


Pr6val ou Tonton relax. Pour un people longtemps as-
sujetti h l'autoritarisme, militaire ou militaro-civil, a la dictature
'kraze zo', ce devait 6tre une aubaine exceptionnelle. Une fete
quotidienne. Qu'est-ce done qui n'a pas fonctionn6 ?


Le ministry de l'Economie, Ronald Baudin,
regoit une delegation de l'Union des Nations Sud-Amdricaines (UNASUR)
conduite par I 'ambassadeur Alolfo Matarollo (photo Georges Dupd/HENM)
oye special Question d'6poque. Le meme Rend Pr6val don't on
Haiti, Bill admirait le c6t6 cavalier, sans facon, mais le c6t6 aussi main
a la pite, lors de son premier mandate (1996-2001), tout ce qui
our para- a facility sa r66lection en 2006 - ne pouvait esp6rer gouvemer
les grandes selon le meme module.
)as d'amis, A plus forte raison depuis le s6isme du 12 janvier
ts ! 2010. Le people a vu l'apocalypse de prbs, de ses yeux vus, il
apprend a a besoin d6sormais d'un protecteur, d'un leader au sens total
s-Unis en du mot, d'un symbol de responsabilit6 pleine et entire, pour
ays amiss' le conduire hors de danger. Vers la terre promise ou Recons-
celui qu'il truction. D'un chef et non d'un copain. C'est l'image meme
auphin, le de 'Ti-Rend' qui lui fait d6sormais du tort.
u pouvoir, Mais le malheur veut aussi qu'en Haiti ces 'leaders'-
1 nous ont toujours coftt fort cher. Trop cher pour pas assez
hute. Haro d'avancement.
resident le Et il est fort possible que la nostalgia du president
Sdernires qui au moins vous liche les baskets (vous laisse tranquille), du
Sle people chef d'Etat d6bonnaire, de Ti-Rend, vienne nous hanter avant
pas trop longtemps.
Un perp6tuel recommencement. Hl6as il n'est pas cer-
ibole de tain que l'un ou l'autre jusqu'ici fasse mieux notre affaire.
pleine et
Haiti en Marche, 4 Fivrier 2011


Pot Plus Bakey, Inc. "
NATURAL JUliC C J


Coaiw"o SocaPaM
CMa filcrr~rr


Page 4


rI I J11 , I J - Or = I I I LJ iS.'di 7.J!J %
Im. m I. A mII I ,I* II':"jr..l i i


CA L' *>r. :f' ' ' " n "" ," -n


I 'T f Y . L ' I. r-l f. -. L++II.a * r' . '-- "- j f i s - '1
L: ; / " ~^ ^ ^ ^ "J

* -i H )w) B4 R prU a


I :3$ NE 2n1 Z .A
htoM, FL 3310K
Thl. 3U539-'i 611


I





Mercredi 09 F vrier 2011 _____
Haitien Marche rVolXXV N003 UNION DES NATIONS SUD-AllERICAINES Page5

PROCESS DUVALIER : PWOSE DUVALIER :


Declaration d'appui Deklarasyon sip6 pou


a la Justice Haitienne Lajistis peyi Dayiti

Nous, soussignds, personnel et institutions de diff6rents lieux du monde, exprimons Nou tout ki siyen anba dokiman sa a, se moun ak enstitisyon ki s6ti nan diferan kwen
notre plus ferme appui aux efforts d6ployds par lajustice haitienne pour enqueter sur les graves nan lemonn, n'ap di nou bay tout sip6 nou pou jef6 lajistis nan peyi Dayiti ap fe pou mennen
violations des droits humans commises sous la dictature de Jean Claude Duvalier, les juger enk&t sou tout vyolasyon dwa moun ki te f&t pandan diktati Jean Claude Duvalier a, pou fe
et les sanctionner, et manifestons notre entire solidarity avec les victims de cette dictature jijman ak pran sanksyon kont yo, n'ap manifesto tout solidarite nou ak viktim dikati sa a ki
qui a toujours m6rit6 le rejet universal. Les violations commises sous ce regime constituent te toujou merite reje inivesel. Vyolasyon ki te f&t pandan rejim sa a se krim kont limanite,
des crimes centre l'humanit6, de par leur nature imprescriptibles. Le refus de l'impunit6 ak6z nati enpreskriptib yo. Reje enpinite nan ka sa yo se yon ekzijans klW dwa entenasyonal
dans ces cas est une exigence claire du droit international et de la conscience publique. C'est ak konsyans piblik. Se pou sa n' ap fe sonje memwa, verite, jistis ak reparasyon se kondisyon
pourquoi nous rappelons que la m6moire, la v6rite, lajustice et la reparation sont des conditions endispansab pou konstwi yon Leta anba rey lalwa, etabli yon demokrasi avanse ak rive sou
indispensables pour construire l'Etat de droit, 6tablir une d6mocratie avanc6e et arriver au chimen devlopman moun ak devlopmanki dirab e ki se objektif pp ayisyen an, ki tlmanpase
d6veloppement human et durable, objectifs auxquels aspire 16gitimement le people haitien tray.
tellement 6prouv6.
Premieres signatures:
Rodolfo Mattarollo, UNASUR/Haiti - Philippe Texier, Conseiller honoraire a la Cour de Cassation, membre du Comit6 des Droits Economiques Sociaux et Culturels de l'ONU, France - Mi-
chel Forst, Expert Ind6pendant des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme en Haiti - Juan E Mendez, UN Special Rapporteur for Torture and Other Cruel, Inhuman or Degra-
ding Treatment or Punishment, Visiting Professor, Washington College of Law, Etats-Unis. - Olivier de Frouville, Professeur a l'Universit6 Montpellier 1, Membre du Groupe de travail des
Nations Unies sur les disparitions forces ou involontaires Membre de la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme. France - Mario Luis Coriolano, Expert du Sub-comit6
International centre la Torture des Nations Unies, et D6fenseur de cassation de la Province de Buenos Aires, Argentine - Felix Hernmndez Gamundi, Comite 68 Prolibertades Democrdticas,
Mexique. -Asociaci6n de Tkcnicosy Profesionalespor la Naci6n, Mexique. - Raul Alavrez Garin. Mexique - Alejandro Alvarez B6jar, Universit6 Nationale Autonome du Mexique - Carolina
Verduzco Rios, Professeur de l'Institut Polytechnique National, Mexique - Humberto Campos. Professeur de l'Institut Polytechnique National, Mexique - Jorge Auat, Fiscal G6ndral, Unidad
de Coordinaci6n y Seguimiento de las causes por violaciones a los derechos humans cometidas durante el terrorism de Estado en, i, . ,-' ,111 - Marcelo Garcia Berro, Fiscal G6ndral, Argen-
tine - Vanessa Ramos, Pr6sident AAJ Continental, Association Amdricaine de Juristes (AAJ) - Javier Augusto De Luca, Docteur en Droit, Fiscal G6ndral, Tribunales Orales en lo Criminal de
la Repuiblica Argentina, Titular Asociado de Derecho Penal y Procesal Penal de la Facult6 de Droit de l'Universit6 de Buenos Aires, Pr6sident de la Association Argentine de Professeurs de
Droit P6nal, Argentine - Dr. Gabriella Citroni, Professeur Droit International des Droits Humains, Universit6 de Milano-Bicocca, Conseiller Juridique International de FEDEFAM (Federation
Latino-Amdricaine d'Associations de Families de Detenus-Disparus). Italie -Federico Lenzerini, Professor of International Law and EU Law University of Siena, Italie - Hebe de Bonafini
- Asociaci6n Madres de Plaza de Mayo, Argentine - Adolfo P6rez Esquivel, Prix Nobel de la Paix. - GRUPO TORTURA NUNCA MAIS/RJ - Br6sil - Hector Casanueva Ojeda, Pr6sident
de la Commission Internationale Politico-Technique du Parti D6mocratique Chr6tien du Chili - Gonzalo Arenas Valverde, Secr6taire International du Parti D6mocratique Chr6tien du Chili
- Asamblea Permanente por los Derechos Humanos (APDH), Argentine - Brian Concannon Jr., Directeur, Institute for Justice & Democracy in Haiti, Etats Unis - Asociaci6n Pro Derechos
Humanos de Espaha (APDHE), Espagne - Nora Cortifias - Madres de Playa de Mayo, Linea Fundadora. Argentine - Beverly Keene - Service de Paix et Justice en Amdrique Latine (SER-
PAJ), Argentine - Asociaci6n de Familiares de Detenidos Desaparecidos y Victimas de Violaciones a los Derechos Humanos en Mexico (AFADEM-FEDEFAM), Mexique - La Central de
Travailleurs d' i,.,- iii .. (CTA) - Luciano Fouillioux, Chile - "Colectivo 1i, .oiir,. por la memorial" Association franco-argentine de Droits de 1'Homme, France - Sophie Thonon-Wesfreid,
avocat au Barreau de Paris, France - Dra Paz Rojas, Corporaci6n de Defensa y Promoci6n de Derechos de los Pueblos (Codepu), Chili - Carlos Gabetta Director de Le Monde diplomatique
edition C6ne Sur (Argentine, Bolivie, Chili, Colombie, P6rou. Venezuela, Uruguay) - Marcel Young Debeuf, ancien ambassadeur du Chili en Haiti - Dr. Roberto Garret6n, avocat Droits Hu-
mains, Chili - Horacio Verbitsky, Journaliste, Argentine - Dr. Eduardo Tavani - Pr6sident Association d'Avocats de Buenos Aires. Argentine - Gabriela Cauduro, Cdtedra Cultura para la Paz
y Derechos Humanos, Facultad de Ciencias ...,/.. / UfBA, Argentine - Dr. Hugo Cafi6n. President de la Commission pour la Memoire de la province de Buenos Aires, Argentine - Eduardo
Alberto Hidalgo, Secr6taire G6ndral, Asamblea Permanente por los Derechos Humanos de Bahia Blanca. Argentine - Eduardo Kozanlian, Secr6taire, Consejo NacionalArmenio de Sudamd-
rica (CNA) - Dr. Alfonso Tabakian, Directeur, Consejo NacionalArmenio de Sudambrica (CNA) - Marta Rondoletto, president; Raquel Zurita, secretaria; Marta Ceridono de G6mez, teso-
rera; Marta Leticia P6rez, suplentes; Maria Beatriz Palomino, suplentes, Fundaci6n Memorias e Identidades del Tucuman, Argentina - Association Herman@s de Desaparecidospor la Verdad
y La Justicia, Argentine - Dr. Fortunate Mallimaci - Professeur, Pr6sidentAsociaci6n de Cientistas sociales du Mercosur - Judith Said, Coordinatrice Ex6cutive de lDArchive National de la
Memoire, Argentine Carlos Alberto L6pez De Belva, Avocat, Directeur de la Commission des Droit de I'Homme de la Federation - i , "i 0i..- des colleges d'Avocats, Argentine - Manuel Justo
Gaggero, avocat, membre de la Commission de Droits Humains de 'Association d'avocats de Buenos Aires. Argentine - Marta Felperin. Avocate. Faculty de Droit, Universit6 Nationale de
Rosario, Argentine -Tilsa Albani, advocate de Droits Humains, Argentine - Mario Goloboff. 6crivain. Professeur Extraordinaire Consultant. University Nationale de La Plata. Argentine - Dr
Claudio V Pandolfi, Secr6taire Droits Humains, Collkge des Avocats de Lomas de Zamora, Argentine - Sergio Simpson, Director del Centro de comunicaci6n y studios sociales (CESOS)
Managua y Matagalpa, Nicaragua - Ernerto Martin L6pez, membre H.I.J.O.S (enfants des disparus) C6rdoba, Argentine - Solana Grabriela L6pez, membre H.I.J.O.S (enfants des disparus)
C6rdoba, Argentine - Ricardo Lida Nirenberg, math6maticien, Etats-Unis - Alejandra Korstanje, Argentine - Hugo Montanaro, architect, France - Osvaldo Ballina, 6crivain. Argentine - Pedro
Brieguer, Journaliste, Argentine - M6nica Marisa C6rdoba, membre de Familles des Disparus et Detenus pour des Raisons Politiques (FADERAP), Argentine -Maria del Socorro Alonso,
membre FADERAP, Argentine - Marcelo Villar, FADERAP Santa Fe, Argentine - Elsa Elvira Ramos , FADERAP Santa Fe, Argentine - Dr. Pablo Gabriel Salinas, Professeur Universit6 Na-
tionale de Cuyo, Argentine - Alfredo Esteban Vera. Argentine - Mario Barrios, Comunidad Coya Calchaqui, membre des Droits Humains des Peuples Indigenes, Argentine - Ana Capdevielle
- UNASUR/Haiti - Miguel Schclarek, architect, Argentine - Guillermo L6pez, Secr6taire de la Cdtedra de Cultura Indigena, Argentine - Heriberto Macedo, Argentine - Licenciada Alicia
Susana Muzio, Argentine - Dr Roberto Pedro Lopresti, Argentine - Maria Rosa Capdevielle, Argentina - Ang6lica Amanda Calcagno, Argentine - Viviana Campos, Argentine - Adela Delfina
Ifligo Carrera, Professeur, Argentine - Analia Clara Orbe, Argentine - Silvia Loustau, 6crivain. Argentina - Ana De Maio, Sociologue. Argentine - Gustavo Torres Gonzalez, Science de la
communication. Argentine - Agustin Carestia, Argentine - Daniel Tononi, Argentine - Dr. Marcelo Isidori, Avocat, Argentine - Lic. Rosalia Schneider, Argentine - Pedro Galindez, Argentine
- Hugo Cimino, Argentine - Ciro Annicchiarico, Argentine - Lic. Eduardo Codianni, Argentine - Marga Pinto, Argentine -
Graciela Bertolotto, joumaliste, Argentine - Rub6n Sacchi Director Revista Lilith, Argentine - Carolina Ocar, Soci6loga. Ar-
gentine - Graciela Merani, UNASUR/Haiti - Roberto Piez Gonzalez, Argentine - Ana Mattarollo, UNASUR/Haiti - Lic. Ce-
cilia Corvalin. Argentine - Lic. Pablo Marin. Argentine - Ana Penette, Argentine - Macarena Gagliardi, Argentine - Liliana )
Lucia Bernard, Argentine - Delia Barrera y Ferrando, Argentine - Lorenzo Jos6 Rodriguez, Argentine - Soledad Francesio,
Argentine - Monica Scandizzo, Argentine - Odonel Pierre-Louis, psychologue, France - Juan Carlos Alarcon, 6crivain, France
Maria Alicia Milia, Argentine - Isabel Fernandez Blanco, Argentine - Maria Belen Orbe , Argentine - Jos6 Miguel Armaleo,
Argentine - Catalina Manno, Argentine - Mariana Armti, cindaste, Argentine - N6stor Gabetta, Argentine - Maria Martha Ac-
cinelli, Argentine - Laura Mattarollo, cindaste, Argentine - Irma Antognazzi, Directrice du Groupe de Travail Faire 1'Histoire.
Argentine - Anabella Zabala, Argentine - Rodrigo Gobato, Argentine - Elian Gallese, commercant, Argentine - Alejandro Ras-
kovan, Argentine - Cecilia Cort6s, Argentine - Carlos Patricio Gonzalez, Argentine - Jos6 Maria Cuesta, Argentine - Cristian -
Sucksdorf (CONICET/ Universit6 de Buenos Aires), Argentine - Virginia Ver6nica Viru6, Argentine - Le6n Rozitchner, Ecrivain, * '- i
Professeur Universit6 de Buenos Aires, Argentine - Hugo Alberto Ojeda, 6crivain, Argentine - Enrique Meler, Argentine - Ro-
berto Calle, Argentine - Susana Lafon, Argentine -Viviana Vicente, Argentine - Laura Capella, Argentine - Gustavo Caro,
Tucuman, Argentine - Marcelo Villalba, Argentine - Susana Aguad, advocate, Argentine - Luis Bassani, Argentine -Manuel B
Ortega, Argentine - Andrea Montenegro, Argentine - Diana Garcia Read, France - Dr. Sergio Ricardo Perelstein. M6decin,
Argentine - Pablo Llonto, avocat, Argentine - Jean Waddimir Gustinvil, France - Liliana Gonzalez, France - Gisble Huyge-
velde, France - Amaia Garcia Bosque, Espagne - Liliana Montanaro, Espagne - Giacomo Sferlazzo, Associazione cultural
ASKAVUSA, Italie - Valentina Ripa, Italie - Marcia Ferreira Mathias, Br6sil - Juan Gasparini, joumaliste, Suisse - Cristian
Delicia, Argentine - Nadine Dominique, Canada - Victor Rodriguez, Argentina - Laura Capacete, Argentine - Natalia D'Agne-
se, Argentine - Ana Maria Suppa, Argentine - Raquel Leal, Assitante Sociale, Argentine - Marta Dobry, docteur, Argentine -
Correjidor Mois6s Ram6n, Argentine - Prof Nora Schvartz, Danseuse, professeur et chor6graphe de tango, Argentine - Ma-
riana Fontenla, Argentine - Claudia Perugino, advocate, Argentine - Alicia Sala, Argentina - Pedro Ruz Castillo, Chili - Nelida N T
Maria Vinitsky, Argentine - Alejandro Szarazgat, Argentine - Maria Elena Ugalde Castillo, Chili - Stella Cueto, Argentine - ,
Cristina Riggio, psychologue, Argentine - Elsa Jofrd, Argentine - Raquel Kessler, Argentine - Silvia Montesano, docteur, TC L . F E I - - -r -5 8 .. '
Argentine - Roberto Diaz, Argentine - Fanny Edelman, Argentine - Beatriz Mufioz, Argentine - Zavan Claudio, Argentine - R . 3 ' 5 - " -0 ,
graciela pleimling, Argentine - Jorge Eduardo Brioso De Armas, Liga -1.i,,,r,,,, por los Derechos del Hombre, Filial San F. X 1 ~ - ' -t -"
Martin, Argentine - Ana Maria Pamrns, psychologue, Uruguay - Delia Pardo, Argentine -
Et les signatures suivent... . E L L . i-' 5 -D 5 a I I

FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH
On ___ ODm kn ram d'un hbonrnnmmt
Aduuse s____ Nvnrloon, ~Iont eat 1 doubkb.
Pri-br da mpdlflNmr lI vous 4*w
un nrwuvl abann
,, ~awlI wDgil d'wn nMIwyuwlemer
Hauj ____ ________ Gda 2fl0.0 ___________ Gdes 520.00
Etls UnIr ______________________US S 40,00_ US .0 au Rnuvlmrnt
C _......._.... ___ ____ US % 42.00 _________________USW 58 80-D
Euoape ______________________US 5 70,00 US S 15.00D
Awr t --------- ---US 70.00.. .. .. . US $ 1.O






RAPPORTS DE FORCES


Mercredi 09 F6vrier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 03


7 F6vrier : Les forces en presence

(FORCES... suite de la lere page) pour obtenir des ministries des Affaires 6trangeres et de l'In- d6finitifs du premier tour le 3 f6vrier could. L'accouchement
t6rieur un passport diplomatique pour son client, a &te trop difficile pour que le b6b6 ne s'en ressente. Le mal est
que le group des 12 candidates malheureux mais qui n'accep- Voici done au moins quatre forces en presence. Nous congenital. Reste a l'un comme a l'autre de savoir comment il
tent pas leur d6faite 6tant donn6 qu'il est reconnu par tous que ne dirons cependant pas quatre armies en ordre de bataille. (ou elle) prendra les contours. Tout le secret est l1.
ce scrutiny se distingue d'abord par ses fraudes et irr6gularit6s Etant donn6 qu'il existe une cinquieme force, et non des Quant a l'opposition, y compris aussi d6sormais le
massive. moindres, c'est la force militaire 6trangere de 10.000 hommes group des 12, elle peut b6ndficier d'une nouvelle jeunesse si
Pour compliquer davantage la situation, l'ex-dictateur intitul6e mission international de stabilisation, un mot qui fait elle sait s'y prendre.
Jean-Claude Duvalier, dit Baby Doc, est de retour apres 25 ans tiquer plus d'un ! Outre qu'elle est la seule qui soit autorisde Par example, ne pas 6puiser toutes ses cartouches en


Participation important aux itats-gMneraux de l'opposition dinongant I "ingdrence'
des acteurs intemationaux dans le processus electoral haftien (photo Robenson Eugene/HENM)


Fanatique du candidate chanteur Michel Martelly, dit SweetMicky, se rejouissantde sa q. I. , Ir,..,
au second tour de la presidentielle (photo Haiti en Marche)


d'exil en France.
Quoique sous le coup d'une inculpation pour cor-
ruption, vol et d6toumement de fonds publics, et malgr6 4
poursuites pour crimes centre l'humanit6, lui, ses anciens
barons et lieutenants sont partout, sonnant le rassemblement
des partisans, vieux etjeunes, riches et pauvres, de l'ancienne
dictature la plus meurtriere de toute l'histoire d'Haiti.

Une cinquieme force ...
D'un autre c6t6, l'ex-pr6sident Jean-Bertrand Aristide
peut se pointer lui aussi a n'importe quel moment. Ce dernier
week-end, l'avocat am6ricain du president renvers6 le 29 f6-
vrier 2004 par une combinaison machiavdlique de mercenaires
arms a l'int6rieur et de pressions internationals (Washington,
Paris, Ottawa), Me Ira J. Kurzban, a voyage Port-au-Prince


a porter des armes (il est bon de le rappeler), puisque notre
police national est encore a ses balbutiements. Et menace
de le rester pour toujours.
A present le d6cor 6tant plant, peut commencer la
distribution.

Un mal congenital ...
Quel que soit le gagnant du second tour, qu'il s'appelle
Mirlande Manigat ou Michel
Martelly, il est condamnd a L
subir les consequences des I
difficulties qui ont 6maill6
le processus, de la journde
6lectorale du 28 novembre a Uu
la proclamation des resultats ,, Fi. nn 0/ 11


Asanble Srli'iiasyur. Vt'l ,l.o:ap M rm'-DadI? Lan pral reyini ran Bwo S: ev. Eileksyon
an il chlda ran 27110 NW 871h Avenue, Miami, Florida ,';..;.l:? - :- '; i,H ,*.* :r . ,::
S. . : , " r : . -.- .. . ,a'l t:^ 1,y : * . e ' - 1 - '-; - i . r; !(*!


* :,' ::kl'l -: "G ! i vr , 2.1.


T. .: .k P I . ": L
L. -a


(


. . :X . .;: :i.. r : , �c r ;.



*;. :' !'. .. ', m , - -i." r . .v ' ." f " .-; r iI- -
, , � - .. 'I.- . . .
- -






. .. I I


*3A ' " 1ir I~'S-aY"


N, cj


SP .!:: * .' .' a',A ,.'

r; *: :* ,-.*: '2 .: ; "'* i' *_,.J.'t.*'I."


,1;#1 ;,X I , ' ' *:Y", ', ' ; Ii 1 " ;:. :, 1 Pl l

,, A.r , , .


- . l i" ,- ;. . PI. t


Jude Celestin invali-
dd, Mirlande Manigat et Mi-
chel Martelly s'affronteront
le 20 mars.
C'est - enfin - of-
ficiel: le chanteur Michel
Martelly affronteral'ancienne
premiere dame Mirlande
Manigat au second tour de
l'6lection pr6sidentielle hai-
tienne, prdvu le 20 mars pro-
chain. Le Conseil electoral
provisoire (CEP) a valid
jeudi une solution pr6nde
depuis plusieurs semaines par
les experts de l'Organisation
des Etats am6ricains (OEA)
et la communaut6 interna-
tionale. Cette decision a &te
accept6e par le parti au pou-
voir, qui a retire son candidate,
Jude Cl6estin, initialement
qualifi6 pour le second tour
de la pr6sidentielle. Le Con-
seil electoral a 6galement
rendu publique la liste des
candidates aux 16gislatives et
s6natoriales qui se tiendront
a la meme date.
L'horizon s'6claircit
done un peu en Haiti. Cela
faisait deux mois que le pays
6tait plong6 dans une impasse
constitutionnelle. Au debut du
mois de d6cembre, la publica-
tion des r6sultats du premier
tour de la pr6sidentielle avait
d6clench6 des 6meutes dans
les rues de la capital, Port-
au-Prince. Les soutiens de
Michel Martelly, surtout les
jeunes citadins a l'origine des
troubles, ne pouvaient ac-
cepter que leur candidate ait &td
Olimind pour moins de 7000
voix, a l'issue d'un scrutiny en-
tach6 par de tres nombreuses
fraudes. Apres une analyse
des votes conduite par l'OEA,
l'Etat haitien a finalement ac-
cept6 de revoir sa copie.
Un chanteur center
une premiere dame


ce 7 f6vrier, en essayant de ddloger le president Rend Prdval
don't aujourd'hui marque la fin constitutionnelle de son man-
dat. Mais qui avait manifesto l'intention de rester en function
jusqu'au 14 mai pour donner l'investiture a son successeur Olu
et 6pargner au pays de devoir repartir a z6ro avec un gouver-
nement de transition.
Or aujourd'hui on ne sait pas si Prdval a toujours la
(FORCES / p. 11)


,e candidate


voir mis hours jeu
Plus connu sous son nom de scene de Sweet Micky,
le chanteur Michel Martelly, qui s'autoproclame, a 49 ans,
president du compas, la musique populaire haitienne, a des
formules chocs et un bagout populiste qui ne manquent pas de
s6duire une population frapp6e par des d6cennies de malheurs.
--_ � -�r


Le candidate du pouvoir Jude Celestin dans une longue note
de press se consid&re victim d 'un vnritable coup d 'tat electoral
(photo HPN)

Assur6ment, Sweet Micky repr6sente la rupture radical avec
les elites, politiques et 6conomiques qui ont mend Haiti ces
dernires d6cennies.
A 70 ans, Mirlande Manigat fut brievement la pre-
miere dame d'Haiti, avant que son mari ne soit renvers6 par
l'arm6e en 2008. Dipl6mde de la Sorbonne et de Sciences Po
Paris, cettejuriste distingu6e, qui fut naguere s6natrice, incame
un changement plus raisonn6. Elle est soutenue par nombre de
d6cideurs et par la communaut6 international.
Le retour des ex-pr6sidents
De son c6te, le chef de l'Etat haftien, Rend Prdval,
qui vient d'accepter de retire son candidate de la pr6siden-
tielle, mene son propre combat. Sa premiere volont6 est de
poursuivre son mandate au-dela de son terme, normalement
fix6 au 7 f6vrier. II devrait obtenir gain de cause en demeurant
en place au moins jusqu'au 20 mars, et sans doute jusqu'a la
proclamation officielle des r6sultats. Son second souhait est de
demeurer en Haiti apres avoir quitt6 le pouvoir.
Il y a peu encore, ce vceu semblait difficile a exau-
cer. Mais, comme par magie, les anciens presidents haitiens
qui avaient fui, contraints et forces, leur pays, reviennent. Le
16janvier dernier, l'ex-dictateur Jean-Claude Duvalier est
r6apparu a Port-au-Prince. Et lundi, le gouvemement haitien
s'est dit pret a accorder un passport a l'ancien president Jean-
Bertrand Aristide.


Page 6


':' C'lr:- -wa; I- :rj *i;:i. 'r�:r -***:��-jr ^i ya *.. :..�-*?-:-:; niE3z-.Asrt- C'S:>;:-,-- "


I .; -
; :-. . --- L - ..
K:.ir JS;it ,, r,;,


4~;l;rF')rlii ::,l�r;r� t� i ~ r:~�.~� ~-�JIZ ::snil





Mercredi 09 Fevrier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 03


LIBERTIES CITOYENNES


POLITIQUE : Un pacte centre les derives futures

(PACTE... suite de la lere page) duvali6riste. Le jour oi Baby Doc a &te auditionn6 au Parquet nie de designation des gens a la vindicte publique fort souv
de la capital, ses partisans ont d6ployd le drapeau noir et injustement.
endements qui une fois vot6s et ratifies font parties int6grante rouge. Tout cela ne nous promet pas des lendemains p


de la Constitution americaine. Permettant done une evolution
plus souple du system a travers le temps.
En Haiti notre systeme n'a malheureusement pas cette
souplesse. D'ofi notre difficult a faire face chaque fois que
des circonstances nouvelles se pr6sentent.


Le drapeau noir et rouge de Papa Doc. Le noir et rouge
par lequel Francois Duvalier avait remplac6 le bicolore national
bleu et rouge comme symbol de la terreur qu'il a fait r6gner
sur le pays et sous laquelle terreur des dizaines de milliers de
compatriotes ont p6ri dans les ge6les de Fort Dimanche ou


vent

)lus


tranquilles que ceux qu'on a connus jusqu'ici. Comme dit
la formule, on prend les memes et on recommence. Lavalas,
GNB, duvali6ristes elatrye. Mais les memes causes produisent
toujours les memes effects.
(PACTE / p. 13)


Jean Claude Duvalier et ses amis jean-claudistes, autrement dit de la bourgeoisie d affairse,
apres le retour de 'ex-dictateur


En effet, qu'est-ce qui garantit que Jean Claude Du-
valier ou Jean Bertrand Aristide ne tenteront pas de reprendre
le pouvoir ?
Mais surtout qu'est-ce qui nous protege des memes
problmes qui ont force leur renversement si eux ou leur parti
ou leurs partisans reprenaient le pouvoir ?
Aucune garantie.
Qui plus est, personnel (ni organisme, ni institution)
qui ait pens6 a mettre en place des gardes fous.
On se content jusqu'ici de citer deux articles de la
Constitution don't l'un stipule qu'aucun Haitien ne peut 6tre
force vivre hors de son pays, et l'autre que tout citoyen doit
r6pondre de ses actes.
Or en m6me temps on sait que la justice haitienne
est totalement A r6inventer. Facile done d'y 6chapper. Encore
plus quand on a les moyens. Moyens financiers. Moyens po-
litiques.
Mais non seulement nos ex-pr6sidents ne sont pas
susceptibles d'6tre d6rang6s par la justice, le plus important
c'est le future.
Or il existe d6ji suffisamment de signaux que tout
peut redevenir comme avant.
Prenons le message retour de Jean Claude Duvalier
oi il parle de son d6barquement le 16 janvier a l"adroport
Francois Duvalier'.
I1 sait que l'adroport a &td d6baptis6 pour s'appeler
aujourd'hui 'adroport Toussaint Louverture.'
Que son pere l'ait construit, ce n'est pas le premier
a6roport qui change de nom. ANew York, l'adroport Kennedy
s'appelait a6roport Idlewild (du nom d'un ancien maire de la
ville). C'est done une provocation de la part de l'ancien dic-
tateur et de ses conseillers.
Mais il y a plus significatif de l'6tat d'esprit du clan


ont &te assassins des fois en
pleinjour.
MWme s'il n'existe
pas de dispositions juridi-
ques en Haiti sanctionnant ce
genre de drives, que dis-je
de scandals innommables,
cependant les duvali6ristes
eux-m6mes auraient dfi les
interdire si leurs intentions
n'6taient pas foncierement
malhonnetes.
Quant a l'ex-pre-
sident Aristide, son dernier
message de fin d'annde 2010
ressemblait en tout point a
celui qui avait suivi son depart
en fevrier 2004, mettant face a
face 'la minority' et 'la majo-
rite', un d6bat qu'on pourrait
mettre de c6te pour l'instant
6tant donn6 la complexity des
problmes actuels. Comme si
le chef du parti Lavalas croit
que celui-ci peut rester un
monde a part, son affaire a
lui tout seul, quand on devrait
esp6rer plus de tate-ensemble
dans l'ocande nos difficulties
actuelles.
Outre les porte-pa-
role Lavalas qui ne semblent
pouvoir divorcer de leur ma-


MIAMI, 1 FEV2011 L'ancien dictateur haitienJean-
Claude Duvalier, de retour dans son pays apres 25 ans d'exil, a
aifin,,ic mardi dans une interview que les avoirs hattiens gelds
sur des comptes en Suisse n'etaient pas a lui, ajoutant qu'ils
devraient &tre consacres a la reconstruction d'Ha'ti.
AFP 02.02.2011
L'ancien dictateur haitien Jean-Claude Duvalier, de
retour dans son pays apres 25 ans d'exil, a affirm mardi dans
une interview que les avoirs haitiens gel6s sur des comptes en
Suisse n'6taient pas a lui, ajoutant qu'ils devraient 6tre consacrds
a la reconstruction d'Haiti.
Dans une interview accord6e a la chaine hispano-
phone Univision, diffuse aux Etats-Unis, "Baby Doc" affirmed
que les fonds gel6s en Suisse ne lui appartiennent pas.
"En 25 ans (d'exil), je n'ai jamais eu aucun compete
geld, ni en Suisse ni ailleurs", dit-il dans cette interview r6alis6e
en francais et double en espagnol.
Jean-Claude Duvalier affirme que cette some ap-
partient a une foundation, et non a lui-m6me. "Des que ces
fonds seront lib6rds, la plupart d'entre eux seront utilis6s pour
reconstruire la ville de naissance de ma mere", dit-il encore
dans des extraits de cette interview qui devait 6tre diffuse dans
son int6gralit6 plus tard dans la soirde mardi.
La Suisse a bloqu6 mardi les avoirs de l'ancien
dictateur haitien, baptis6s les "fonds Duvalier", a la suite de
l'entrde envigueur le jour meme d'une loi qui devrait permettre
de les restituer a Haiti, a annonc6 le ministere des Affaires
6trangeres.
La loi a &te surommen "Lex Duvalier" car elle a


&t6 adopt6e pour pallier un
manque apparu dans la longue
bataille judiciaire sur la res-
titution au people haitien de
quelque 6 millions de francs
suisses (4,6 millions d'euros),
d6pos6s par la famille Duva-
lier sur des comptes suisses.
Les autorit6s haiti-
ennes affirment que les fonds
bloqu6s en Suisse font parties
des plus de 100 millions de
dollars d6tourns sous le cou-
vert d'oeuvres sociales avant
la chute du dictateur, qui
avait succ6d6 en 1971 a son
pare Francois, Olu president
en 1957.
Moins de 48 heures
apres son retour en Haiti en
janvier, Jean-Claude Duvalier
a &t6 inculp6 de corruption,
d6toumements de fonds pub-
lics et association de mal-
faiteurs et plusieurs plaintes
ont &t6 d6pos6es centre lui
pour violations des droits
de l'homme et crimes centre
l'humanit6.


PWOPOZISYON PLAN DAKSYON POU LANE FISCAL 2011 POU KONTE
MIAMI-OADE AVEK FINANSMAN POU SIBVANSYON JNERAL PDU
DEVLOPMAN KOMrINOTE COMMUNITYY DEVELOPMENT BLOCK GRANT
- CDBG, PATENARYA PIU ENVESTISMAN NAN LOJMAN (HOME
INVESTMENT PARTNERSHIPS - HOME), PWDGRAM ETA A KDNSENAN
INISYATIV ANFAVE LOJMAN (HOUSING INITIATIVES PARTNERSHIP
PROGRAM SHIP) ANSANM AK PWDGRAM S1BVANSYON PFOI ABRI
DUANS (ESGI

, . l *i . ; ' � l ." l . , " L i ; * .la -; At C A M

* -






v 4' :, "* ^CC -- H:"'.�%'' ". a:: 1' " j i- :" *i" "> + + ''- 'I I �'* - " '+'., - :-' r: i � I|i .

iji^� - ;+. - � �'rr " r' +| ' ]" a - .+, ;' ia�1. * * 'rj 1+' . . , - * .+ . - vI -*,�� ' + - �',< * ,+
*1;- * ** * ., v..* I ! *I *.:.---H -, . . - *. h . � ia ;




a- f -II \i d . J




* -i ' , '+ v- .*.. . s < .i' . ". +' '+ . . Lm [17; 1i0i:;, r


" .I "i I .L '1 i " l .i I I r II . " i, *'1 C 1=. i.-'"; *.i'i * +I� . " l . I * | ,"1^ l "* :'I> . %:L. :t'. ' . -?

v ,: "+k5. .< o ' . �.; ;k. :r . I. *o- . . ; , ;, r =I` ; v )I.. . ~:,i ; .-i . J
Pri on� vL'Fu I r ten I nlvv solxu idn. i -fI 'l I-' -ndp i -II O.
* - l +.' * + '.j I" , ' .i' ': : . :. ' .. ; ?. F 4i . .> .i
I -+4i"' +. i", I'" T"- " :i -Irt"< t< r.'�. +1*'i I. i, "'si- "1 i- 1 .--�' ." � i ; : rc,:-i-='i ?-,, ` � =' + .,.-*,;. r+

"* .. -! !. . I''l " + + I 'A lJ: * ,J'.J:.';" *+:� = r' ' � ! ; 4' *�. J:.l + + 4. " +I n "' .+E ; ll "xx. j A **' ?'l .a -;'-l" IP= l

- ' i : : "I r . i I ' '





l - .. .. . . , I V W .-


'.-'++� *o D -!'- '' * +f' + +' : ;. * - " ' ' 7 ,i ' I' r-c'a


-U .l Ta:r~ �


MIami-Uade H.-'- e;.s I T l ' I '* ii '.' * 1- F ..
Miami Dade Public lIlurr 'r ' ',--- I],-- -U.bw - A
Sk- ih Dade A,; ,u l Liulary 'k: . 1' ,7i; ;. ' i. 1 L ..
UiI Bade RPQl=nal Ltarity ,IA.' 'i,7,'i �+ .-I - ;. .IL,
CUIniui.IIr WAlr A;..li' C.- r"lLv A wstt C-nlert




n'. ; i . o V i , .i , ' .
I -W, - , � -r *


Am


Page 7


Duvalier dit que les avoirs

geles en Suisse ne sont pas a lui


.x.....Ix... ... . .. . . .. . . . . . . .m1






LES LETTRES EN DEUIL


Mercredi 09 F6vrier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 03


Edouard Glissant est mort


LEXPRESS.fr
L'6crivain
martiniquais Edouard
Glissant est mort lejeu-
di 3 f6vrier a Paris. II
6tait Ag6 de 82 ans. Ro-
mancier, il avait requ en
1958 le le prix Renaudot
pour La Lzarde. Essay-
iste, il 6tait l'auteur du
concept d'"antillanit6"
qu'il avait oppose
celui de "n6gritude"
forge parAim6 Cesaire,
pour rattacher l'identit6
antillaise au continent
am6ricain plut6t qu'h
l'Afrique. Sa r6flexion
l'ambne ensuite a penser
la "creolisation" come
un ph6nombne univer-
sel liW a la mondialisa-
tion des cultures.
II a influence


Edouard Glissant


S" Banqite do Ia Rpubilque d'HaTIlI




APPEL A MANIFESTATION Ir'ff NF POUR LA ISLECTION D6UNE FIRE PO" L LA
VtUFICATION DES ETATS FINANCIERS

LA Banqua do I F ,putblIqum tfHaIt (IBRH). OrDnrr public ~juteuWt 3 i pe aonnalil
juIOLdque do faIut onorm Ilnanlcrs. nyant ona sgo pandplJ JL Pon-au-Pdlnce. Mtor
wncruf une firm draudll pour o V iftWaljon do a s dalts rftncirs (mian, Mtai dea Welus
t (Mpmnw-a . daOl M miowjMMaiY t dw fond., 6iaL do rf6voLn4un du cgplal at de4 coinpc~s do
ri'rvo, notes w dAtla dlneucor ) at ramimion crurno tire slkn f ur is nt6e g a
Intw , On Vu cnotr urf pinrl on our i *teaiafn financro o1 ir m ro uat oin
cOannOiMt avBc tAs prindppes ccmptLe Un6ralomonw rcon rs et ave es iwn e
inltnalnfRlsft d'audlL

A cl onlt. ln DquWa B la ndpubkaqu C pVaurMina d'Intrt WftMIa'l a la I.s du 10 Jun 2009 {Afti 35) Ilxant Ias r*gl
g~rndrlas rolatIves aut rarLmhd putime et aux c1~ o rrVtiM o covcaea=in d'ouvrnup
service, public. Lo's Firmne nnlionarulk t I I smai ~a do~rI ournr s~Io R~u I
inlarmb ati qu'eie jougpr utilkam r4~abilimrmrl do quallficalian pour roK culln fd
ew� presatiaos, nooimenest :

* Lnur pIisanttllon;
a* LcCptdo ola turb. a1uhL at 1do acocnl *
* Los rf roncoa e lour(sa repr6rontani) k&gia (mux) iCnmonmpag-ind() dle
documrnts ari allaunt i rf.ail:
* Lo srl de mier te 61 linanaora ;
* Leust r'1r-nce ur does mris laots ai roauw rmaJl mo d~wt e cinq (5
domnlbmet H.mr m ;
* Au mroins O (10) arw6esa cfnsp6r no conliinue on aud il Afinaw~i
v* D rexpdrie danr oc aur ltat
* CuLriculurn Vift des pi~dmpaux inrvonrenin (Nlveau do formai n de
prinlpemux itervenn : q -d l(5) ,n1 d'oxpenx sEo audit finnaniera, l cai,
m rwnurm do 4 Ma[ Na d't uc1 lwWgflim 1rs'coripMt6e avMc ua c6B. L-m
lUncacnI ian Sciten-CornlaIa o unrl un ntout majn.rl

Losa Rmds rrM-lto a devro iurumr an pk

A Leur, dosl r fI tcw Jour (quiusia ial dce typ C A jur. csrte d'kldeni
prfoo5iannqli. carte d'mnairIculaion rialo, qurtla dd pnianto).

La irm w arM engagdog pour nra mandate d(une (1) anra. fenauvelabIe denx tas 1afir do
couwnr les IroI (3) exmfrdea {eiahmO fiscwrt 201 D-2011, 201 t-2012. 2012-2013$.

Toter lirmTne avaf exica sIx (a) nar co6dng euifs tM pa haLsNdbieo piaricipr plet
appIel marlpetalbI a 6rtt.
Lee lrnaia krn4 w46 ult tines * i & parvonir F It a posr khor dqW d
eandildu� z s* vtwop* f Tmno rK �cQll6b6 pIortanI Ia inntton �1 A41 i n1iLfntuiM( |
dIrw$r*i pour Wi vrtfcaUbnd ulad ta f4W anniMndra , mu plus Iar, ie 31 puanvir 2011, A 10Qh
am, A radroaw *L'uN*nhe :
ganque do la Rd6pTqu ai dl>li
o% oCrnmimion SpoClanA6o d.a MarLitF Public-b
Anglo ds rune Pav ma cnu Ou CIt.
Pg1-aw-Prnlr, Hialii
Tedphne (509)D) 22 99 1 0T, (509) 22 99 1171. Fox (5W 22F tow04.5
E.nwl * 'cmpO brh.nat.
Le� ro*silAt do a p- pp r*-qvCsa'o m dane ntII d4i m nw dapuasaeM pas We vingl
(20) Jo. t auabzi 4a *L*anI tao &nc crouvertui des pits. Ls don s et Iknwomplet wreot
ro14s 1r ? les Pa fIrmos don leas cndcidalUrge aUrOt M 6 wiws rMAt WMviMdoe a
.ourmonre dos lOrm.


Pat.au.Prineo, eW 17 dAoombtre 2010.




L ~


une g6n6ration d'auteurs an-
tillais, don't Raphael Confi-
ant et Patrick Chamoiseau.
Ancien militant
anticolonialiste, Edouard
Glissant avait r6cemment
pris position centre la poli-
tique de l'immigration du
gouvemement Sarkozy en
signant avec Patrick Cham-
oiseau un manifeste Quand
les murs tombent. L'identit6
national hors la loi ?.


En 2007, il a fond6 l'Institut du Tout-
monde, "site d'6tudes et de recherches d6di6
aux m6moires des peuples et des lieux du
monde", pour favoriser "la pratique culturelle
et social des cr6olisations". Toujours dans
l'esprit de promotion de la diversity, il avait
salu6 en 2009 l'l6ection de Barack Obama a
la pr6sidence des Etats-Unis en lui d6diant
L'intraitable Beaut6 du monde. Adresse a
Barack Obama. Fmnqois Bayrou, Dominique
de Villepin et Pierre Laurent (PCF), ainsi que
Marie-Luce Penchard, ministry de l'Outre-mer,
lui ont rendu hommage.


L'ecrivain martiniquais

laisse une oeuvre,

des idees
Edouard Glissant n'est plus de ce monde. Mais ce
monde est en lui puisque l'6crivain n'en finira pas d'6tre le fer-
ment d'une litt6rature, mieux, d'une faqon de penser a rebours,
qui inspirent les Antilles et bien au-dela...
La mort d'Edouard Glissant est l'occasion d'une
larme ou d'une d6couverte. Pour ceux qui connaissaient
l'euvre de l'6crivain martiniquais, qui aura port un regard et
une parole ac6r6s sur la cr6olit6, la perte est aussi immense que
l'aura 6t6 son ceuvre. Pour les autres, ce brilliant ethnologue,
philosophy, romancier, poete, essayiste, pol6miste est une
source ou puiser matibre a une r6flexion qui d6passe le seul
archipel qui l'a vu naitre.
Pour preuve, Edouard Glissant, qui a rendu son
dernier souffle cejeudi matin a Paris a l'age de 82 ans, 6tait un
sp6cialiste de William Faulkner. Et c'est notamment l'approche
de Glissant sur le fabuleux auteur am6ricain du Bruit Et la Fu-
reur ou de Tandis Que J'Agonise qui aura particip6 a son aura
es-qualit6s d'enseignant a la City University de New York.
Le "Distinguished University Professor" Edouard
Glissant qui a aussi port ses lumibres dans les amphith6dtres
de Baton Rouge (Louisiane) ne s'est pas arrWt6 a l'art difficile
de l'ex6gese. Ce natif de Sainte-Marie est aussi l'auteur d'une
oeuvre foisonnante don't on retiendra La L6zarde pour le Ren-
audot qui couronna ce premier roman en 1958.
Mais c'est par l'infect qu'il paiera aussi sa digne propa-
gande. Car apresavoir forg6 en 1961, avec 1'Fcrivain-militant de
Basse-Terre Paul Niger, le Front Antillo-Guyanais d'influence
ind6pendantiste puis autonomiste, Edouard Glissant a connu
l'exil. Chass6 des Antilles et assign a residence en m6tropole
pour avoir pens6, il a 6t6 interdit de s6jour dans son ile natale
pour "s6paratisme"de 1959 a 1965. Ce qui ne l'a pas emp6ch6
de signer le Manifeste des 121 (D6claration sur le droit a
l'insoumission dans la guerre d'Alg6rie) en 1960.
Un bel esprit fort qui s'exprime dans son c61lbre
manifeste anticolonialiste que fut le Discours Antillais qui
a sem6 la bonne graine don't Patrick Chamoiseau, cet autre
Martiniquais (auteur entire autres de Texaco, prix Goncourt en
1992), est l'une des plus belles 6closions de ces hommes qui
prennent la parole "en terrain domind".

Jean-Frddric Tronche
Jeudi 3fivrier 2011


Carnaval:

90 millions de gourdes
(HaitiLibre) Au niveau national, les cofits
d'organisation des diff6rents Camavals [du 6 au 8 mars] sont
estimes a 90 millions de gourdes (+ 2.2 millions de dollars).
Le Gouvemement devrait contribuer pour prbs de 45% de ce
montant (40 millions de gourdes), le reste 6tant a la charge
des commanditaires.
La r6partition de cette envelope budg6taire entire
les diff6rentes villes (Port-au-Prince, Jacmel, Cap-Haitien,
Cayes...) n'est pas encore connue. Toutefois, Edwin Zenny,
le maire de Jacmel (fraichement l6u s6nateur du Sud Est) a
fait savoir qu'une demand de 10 millions de gourdes avait
6t6 faite auprbs du gouvemement pour permettre d'organiser
cette festivity. Jean-Yves Jason, le Maire de Port-au-Prince,
a confirm avoir soumis un project a Marie Laurence Jocelyn
Lassegue, la Ministre de la Culture, qui s'est dite pr6te a col-
laborer a l'organisation du Camaval de Port-au-Prince. Dans
l'attente de pr6cisions, le maire de la capital espbre 6tre en
measure de fair le point sur l'organisation de cet 6venement
mardi prochain.
S'adressant en particulier aux movements qui
s'opposent a ces festivit6s, le maire leur de made de ne pas
faire de la politique en liant l'6v6nement cultural et le million
de sinistr6s qui vivent encore sous les tentes, ce qui serait faire
du << catastrophisme cultural >>. Le parcours camavalesque de
cette ann6e, 6vitera les camps de tentes au centre-ville...
Le maire de Port-au-Prince a aussi inidqu6 enfin,
que le Camaval est un space << conomique et th6rapeutique
>. Economique sans aucun doute. Toutefois, la dimension
th6rapeutique est loin d'6tre partag6e. Certains sp6cialistes
ont exprim6 leurs inqui6tudes face a un risque d'augmentation
du nombre de cas de cholera durant le Camaval si les gens ne
continent pas appliquer les principles d'hygibne pendant ces
moments de d6foulement.


Page 8




Mercredi 09 F vrier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 03


I BANOUE NATIONAL DE CREDIT I


1Z janvier ZU1i, la banque Nationale de credit IBNC) saie..

de toutes les victims du tremblement de terre, en generaLT ee 4 ie"

ses employes, clients, partenaires et amis, en particulier. :


La BNC en profit pour renouveler ses sentiments de profonde sympathie au

pays et aux families si durement dprouv6s par cette catastrophe.

Les soubresauts de l'ann&e 2010 n'affectent nullement 'ardeur de votre

banquet a vous accompagner dans le financement de vas projects et A par-

ticiper aux efforts de r6g6enration de la richesse national. Sa mission, apr.s . .

cette catastrophe, est de vous donner la main et de travailler ensemble & %.

la reconstruction de notre pays.
SV p*r o.- -r..
.. ... . ".... ., .. .,a

- ... BNC Votre partenaire pour la reconstruction d 'Halti.
.,... .-..=. ": .
..- ---- . ..... ..... _ .:: .


'---a-


*. -- ". _ ' . - ~r. ..........
.... .. .. ... ..... .I.... .. .::: ...........
* - ." -,<."- * *iu T-'*,.-" .....
....... . .... . .
C .. .. .. . ..... . , . . -.
*m " ^i.--- " n,, ... "- " .


S


Page 9


. .. .~lx I ... . -.... .v-... . . . . . . . . . . .- - - - - , - - - - - -1- -






HAITI MONDE


Mercredi 09 F6vrier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 03


La revolte populaire recuperee par les
PORT-AU-PRINCE, 5 Fevrier - Quand Washington Le jeudi 3 fevrier 6coule, les autorit6s electorales
se sert de la r6volte populaire pour renforcer son emprise, publient de nouveaux r6sultats ou Jude Celestin est remplac6
comme en Haiti, ou pour renvoyerunallie enfaiblesse comme par Michel Martelly done qui va au second tour le 20 mars
en Egypte ! prochain face a l'ex-premiere dame Mirlande Manigat.
C'est le monde renvers6. Alors que jusqu'ici les
Etats-Unis consolidaient les dictatures amies pour empecher C'est la violence qui paie ...
tout d6bordement populaire, cela du Zaire
la Colombie, de Teheran a Port-au-Prince,
aujourd'hui c'est cela meme qu'ils utilisent
comme menace (ou comme 6pouvantail) pour
frayer leur chemin a travers les soubresauts qui -.
agitent la planted.
Chez nous, pas difficile. Le candi-
dat-chanteur Michel Martelly, nom de scene
Sweet Micky, announce que si les r6sultats ne
lui sont pas favorables, le people protesters
une fois de plus, menacant le pays des memes
violence qui ont accompagn6 les manifes-
tations apres la proclamation, le 7 d6cembre
dernier, des r6sultats preliminaires ou figurait
en deuxieme position le candidate du pouvoir
Jude Celestin.H o k et B k
Hosmni Moubarak et Barak Obama


[I

REKET KONTE MIAMI-DADE POU YO VOYE KOMANTE PIBLIK
OSIJE AMANNMAN SIBSTANSYEL NAN PLAN KONSOLIOE
AK PLAN DAKSYON 2010 POU RESEVWA FINANSMAN
NAN KAD LWA 2010 SOU REFORM WALL STREET OODD-
FRANK AK PWOTEKSYON KDNSOMATE POU PWDGRAM
ESTABILIZASYON KATYE NIMEWO 3





,'T "









9. 4 I
-.-
-* *i - - i . * :. I * *- .- - . i . I ., rr : : , ,,
I- r l *l l ".- 1 . * * - 1 rt-- 1" f l


7 -A~:y :t~


I* .rJ. .



Bral 5a.03B.303





J.L

. . . . . . . . . . . .
Plan amB4" ladann t. PFYRcln 3 p., But b liraEyDof 1-:.y! ih'! r�i�rhODA Smbilirailiurin i.-4-amt
3l -*m .*.'. - : A%. * - -:.. i. - I . -














.. C. * .. a
A . - *
7., 1 - -h




1:4 ;A i: -:;-' ir i.; ' :.i . ;, ! L- -'.i * ': ;Y: !4 'prlu '.or l F dir oe 1 O if4 . ,.: KQ.'iS - X
?1 C'iclopman Eko'rDik.ai Sci Sos.il r, K ey K: -::-c (: 'r- a 9 1 i1i5 2011 9I:30I
mI Ib':rd1' !ieyin :- ;; a B ppDa bait|khoils.nn an pfnrb KV p� s.rTanineArmanmjnn Plan ;a
'a up pmwauz


V ] ' .. -X27

C. I'


* "�1- � .Ilif- """" iI - � � -*V ,.'" " ' .1 Y1"" r * ,,
; -�:*/.** .~-'~r- l,..�.~.'- .J


!, I" J AJ


Dans une note de
press, le candidate Jude C6les-
tin relive que c'est la violence
qui paie. Les memes mani-
festants qui au lendemain du
7 d6cembre ont d6valise des
magasins, incendie le siege
du parti pr6sidentiel et force
toutes les activities publiques
et priv6es a ch6mer pendant
pres de trois jours, eh bien
ce sont eux encore qui sont
recompens6s.
<< Des hordes agres-
sives qui saccagerent tout
sur leur passage, durant trois
journes don't le fait dominant
(fut) l'absence marquee - et
certainement deliberee - des
chars, soldats et policies de
la Minustah (forces onusien-
nes).
<< La violence vient
de recevoir la supreme re-
compense > dit la declaration
du candidate (ou plut6t de
l'ex-candidat du pouvoir)
car sur la meme lance, Jude
Celestin parle de trahison de
la part de certain dirigeants
de son clan : << Dans leur hate
de me livrer, ils ne se sont pas
donnis la peine de relire la loi
electorale qui ne reconnait pas
a un parti le droit de 'd6sister'
son candidate. >
Les puissances in-
ternationales en question
soupconnaient certes le pre-
sident Rend Preval d'etre lui
aussi pret a tout pour que son
dauphin puisse acc6der a la
finale des pr6sidentielles.

Quid du chef de
l'Etat ? ...
Washington n'a pas
lesine sur le choix des moyens.
Les visas de parlementaires
et politicians membres du
directoire de INITE ont ete
prestement revoqu6s.
Ceux-ci n'ont pas
demand leur reste pour se de-
solidariser de leur candidate.
La declaration de
Jude Celestin passe tout le
monde a la moulinette : les
opportunistes de INITE, la
gauche fatigue, la droite
ultra, la society civil trop
alignee, le conseil electoral
qui ne peut plus se pr6tendre
ind6pendant ...
Mais quid du chef
de l'Etat, Rend Preval, consi-
dere comme le fondateur de
la plateforme pr6sidentielle.
Est-ce a lui que s'adresse cette
reflexion entire les lignes:
<

grandes puissances
m6me un frere ou un pare nourricier peut aller trop loin dans
l'avilissement de l'oblig6. >

La theorie des dominos ...
Or en meme temps les Etats-Unis font un calcul un
peu semblable dans un pays qui leur est bigrement plus pr6cieux
sur le plan strat6gique : l'Egypte.
Depuis deux semaines des milliers
d'Egyptiens descendent chaque jour dans les
rues pour exiger le renvoi du president Hosni
Moubarak, apres 30 ans au pouvoir.
Le president americain Barak Obama
demand a celui-ci de r6gler rapidement la
mise en place d'un gouvernement de transi-
tion car Washington espere empecher que la
situation ne soit tout a fait hors control (de
son contr6le), voire qu'il tombe sous celui des
movements islamistes.
Encore une fois c'est la peur de
la r6volte populaire qui prime a la Maison
Blanche.
Ce fut le cas le mois dernier en Tuni-
sie, aujourd'hui en Egypte, demain peut-6tre
au Yemen et ailleurs dans un monde arabe ou les pouvoirs a
vie n'ontjusqu'icijamais ete remis en questionparle consom-
mateur occidental du p6trole coulant a flots de cette region de
la planted.
Crainte d'un retour de la theorie des dominos. Israel
en tate car ce sont les moderes du Proche Orient qui d6gringo-
lentjusqu'a present. Le president Obama n'est-il pas en train
de faire inconsciemment le jeu de l'Iran des ayatollahs et des
movements arabo-palestiniens les plus raiders tels le Hamas
et le Hezbollah.

Grace au tout-media ...
En Haiti, conscience ou inconsciente, la manoeuvre
est on ne peut plus 6vidente. Un: Michel Martelly menace
d'envoyer ses troupes de manifestants dans les rues s'il n'est
pas programme pour le second tour. Deux: jouant sur les
souvenirs encore tout chauds laiss6s par ces derniers, le chef
des operations de maintien de la paix de l'ONU lui-meme, le
francais Alain Leroy, previent de troubles incontr6lables si le
Conseil electoral provisoire (CEP) n'accepte pas d'appliquer
(sans discussion) les recommendations de l'OEA pour ejecter
le candidate du pouvoir et inclure le chanteur (dans ce cas precis,
6galement maitre chanteur) au second tour.
Et tout celajoue sur 6cran g6ant a l'6chelle de toute
la planete grace a la revolution du tout-media.
Enfin trois : toutes les grandes chancelleries se met-
tent a entonner.
Il n'y a qu'un pays oi cela n'a pas march, c'est la
C6te d'Ivoire du president Laurent Gbagbo, sous pression pour
se retire en faveur du president reconnu par la communaut6
international, Alassane Ouattara.
Cependant toutes les tentatives pour mettre les parti-
sans de ce dernier dans les rues d'Abidjan ont ete repouss6es
par une population civil plus acquise au president en exer-
cice.

La reaction peut etre plus tardive ...
En Haiti, le candidate Jude Celestin felicite ses par-
tisans pour leur moderation. << En d6pit de nos frustrations et
de vos impatiences, vous avez observe le came et la s6ernite
(...). Car pour 6viter de subir la loi du plus fort, nous avons
choisi de donner force a la loi. >
Jude Celestinveut dire clairement par la que les forces
internationales auraient eu un comportement different si c'etait
d'autres manifestants que ceux de son rival, Michel Martelly,
qui semaient la violence pour manifester leur disapprobation
des r6sultats communiques.
Done il y a violence populaire et violence popu-
laire.
Cela peut vouloir dire, par example, que l'armee
6gyptienne qui n'a pas encore tire sur la foule au Caire, peut
d'unjour a l'autre change son fusil d'6paule si le gouvemement
de transition souhait6 par les puissances occidentales venait a
6tre refuse par les manifestants.
En Haiti, la reaction peut tre plus tardive. Personne
n'a envie d'aller se faire massacrer. A plus forte raison apres
un s6isme qui a fait plus de 300.000 morts, selon les derniers
chiffres officials.
Michel Martelly ne d6tient 6videmment pas la totality
de la revolte populaire. Lui-meme a mis l'accent sur 1'Unit6
(sans ironies) lors de son premier message de candidate agr6e
au second tour.
Est-ce que Haiti sert comme d'habitude de laboratoi-
re a ce retour en force de la theorie des dominos ?
Est-ce que au contraire cette r6volte populaire en
mineur (si ce n'est en circuit ferm6, c'est a dire sous contr6le)
est destinee a mettre en place les conditions pour prevenir une
plus grave ?
That is the big question. C'est la grande inconnue.

Haiti en Marche, 5 Fevrier 2011


Lisez



IV RfIvaen Iartce


Page 10


x xIx. . x... ... . ... . .. . . . . . .


~"
c





Mercredi 09 F6vrier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 03


t -* wsau Marro
* taW Ofa soo

S (* L t � rl dw Mil
da"utiem A Aaut
Tesdmet 4*du rn


TVI-71- 8514M6 |
lammeafSelm Wncn
'i: M "lllBlBll|l~^~fl I


I 1 1111 11


LIBERTE EGALITE FRATERNITE LIBERATE
R6publique d'Haiti


EGALITE
R6publique d'Haiti


FRATERNITY


AVIS DE DIVORCE

Il est porter a la connaissance des int6ress6s qu'h la date du vendredi dix sept
Septembre deux mille dix (17 Septembre 2010) le Tribunal de Premibre Instance de Port-
au-Prince a rendu une decision entire les 6poux Wilbert PIERRE femme n6e Rolande
LOUIS don't le dispositif est ainsi libellk.
PAR CES MOTIFS : Le Tribunal, apres examen et sur les conclusions du Mi-
nistbre Public, maintient le d6faut octroyd centre la d6fenderesse a la susdite audience,
pour le profit du d6faut declare fondue la dite action, Admet en consequence le divorce
du sieur Wilbert PIERRE d'avec son spouse n6e Rolande LOUIS pour injures graves
et publiques aux torts de l'6pouse.
PRONONCE la dissolution des liens matrimoniaux existant entire les dits 6poux ;
ORDONNE a l'Officier de l'Etat Civil de la section Est de Port-au-Prince de transcrire
dans ses registres a ce destinds, le dispositif du pr6sentjugement don't un extrait sera ins6rd
dans l'un des quotidiens a la capital sous peine de dommages et int6rets envers les tiers
s'il y 6chet ; comment I'huissier Viln6ret GABRIEL de ce siege pour la signification de
ce jugement, compense les d6pens.


AVIS DE DIVORCE

Il est porter a la connaissance des int6ress6s qu'h la date du onze Mai deux mille
dix (11 Mai 2010) le Tribunal de Premibre Instance de Petit-Goive a rendu une decision
entire les 6poux Michelet CADET la femme nde Nancy CHARLESTIN don't le dispositlif
est ainsi libell6.
PAR CES MOTIFS: Le Tribunal apres et sur les conclusions du Ministbre
Public, maintient le d6faut octroyd centre le d6fendeur a la susdite audience, pour le
profit du d6faut declare fondue la dite action, Admet en consequence le divorce de la
dame Michelet CADET Femme nde Nancy CHARLESTIN d'avec son 6poux le sieur
Michelet CADET pour injures graves et publiques aux torts de l'6poux. PRONONCE la
dissolution des liens matrimoniaux existant entire les dits 6poux ; ORDONNE a l'Officier
de l'Etat Civil competent de Petit Goive de transcrire dans ses registres a ce destinds, le
dispositif du pr6sentjugement don't un extrait sera ins&r6 dans l'un des quotidiens s'6ditant
a la capital sous peine de dommages-int6rets envers les tiers s'il y 6chet ; comment l'huis-
sier le sieur Yves Marie LORRELIEN de ce siege pour la signification de ce jugement,
compense les d6pens.


Pour ordre de Publication
Chery Jean Mary Roger


Pour ordre de Publication
Yves Marie Lorrelien


7 Fevrier
(FORCES... suite de la page 6)
meme determination. Par centre l'international fera tout pour
6viter que le vide ne s'installe. Et s'il ne peut l'empecher,
prendre lui-m6me la question en main. Rappelons la force
6trangire de 10.000 hommes mentionnde plus haut.

Patience et longueur de temps ...
Par consequent ce n'est pas 1i que se trouve le vrai
champ de bataille pour l'opposition d6mocratique.
Sa force aujourd'hui est dans son existence meme
comme contrepoids l1gitime (si ce n'est populaire) a un pouvoir
qui d6marre avec un deficit de l1gitimit6.
Cette opposition-l1 devrait penser d6sormais unit et
rdorganisation en vue de formuler une alternative credible et
viable, plus participative, rdellement d6mocratique, c'est a dire
plus prbs des vrais besoins et revendications de la nation et du
pays r6el. Patience et longueur de temps font mieux que force
ni que rage, dit la fable. Et en meme temps rester prete a toute
6ventualit. Etant donn6 la precarit6 de la situation politique.
En effet, il y a les deux autres forces qui attendent dans
les cordes. Ce sont le duvalidrisme requinqu6 avec le retour
de son idole, Baby Doc. Et la grande connaissance psycho-
sociologique du milieu par un pouvoir qui a r6gnd en maitre
absolu pendant trente ans.

Se prot6ger aussi de ses amis ...
Et le lavalas d'Aristide. L'ancien pretre-pr6sident
revient, dit-il, pour se consacrer a l'6ducation de son pays.
Pour commencer, de ses ouailles 6videmment.
I1 comprend certainement l'interet qu'il a a se faire
tranquille dans un premier temps. II devra non seulement se
prot6ger de ses ennemis, mais aussi de ses amis don't beaucoup
ont 6migrd vers d'autres 6tiquettes a la faveur des elections.
I1 est possible que le terrain soit encore plus pi6g6 pour lui


POLITIQUE


:Les forces en
que pour Baby Doc, le duvalidrisme fonctionnant avec une
discipline de parti unique, tandis que le lavalas a une structure
plus 6clat6e ooi chaque petit chef se croit d6tenteur de la v&rit6
r&v616e, de l'onction sainte, distribuant des condamnations
sans appel ici et la.

Le divisez pour regner ...
Mais tout cela fait d'abord l'affaire de qui ? De l'in-
ternational. Que le jeu politique soit aussi subdivis6 en une
plus grande quantity d'acteurs que tout destine a ne jamais
pouvoir s'entendre, ni meme se rencontrer, puisque venant
d'horizons tellement opposes. Car seule une opposition quasi


presence
monolithique, en tout cas rdorganisde et forte, peut faire ef-
ficacement contrepoids a un pouvoir plac6 sous la protection
des puissantes capitals et puissances capitalistes et d'abord
celle de la force 6trangere de 10.000 hommes qui campe dans
nos murs et pour un temps ind6termind.
Nous n'en sommes pas 1. Partant le divisez pour
r6gner a de beaux jours devant lui. On ne sait d'ailleurs pas
si un tel calcul n'est pas compris dans ces retours inattendus
et en cascade !

Milodie, 103.3 FM, Port-au-Prince


Haitiens expuls6s


de Republique dominicaine


THE ASSOCIA TED PRESS
JIMANI, Republique dominicaine - La Republique
dominicaine s'attaque aux milliers d'immigrants clandestins
haitiens.
Des soldats et agents d'immigration ont mis en place
des points de contr6le et entrepris de patrouiller dans les
quarters dans le but d'arrlter et d'expulser les sans-papiers.
Des centaines de milliers d'Haitiens vivent au moins
a temps partiel en Republique dominicaine voisine, endurant
la discrimination et vivant dans la crainte d'etre expuls6s.
L'6pid6mie de cholera en Haiti, qui a tu6 au moins
4000 personnel et affect 200 000 autres, n'a fait qu'empirer
les choses.


Les autorit6s dominicaines avaient assoupli les con-
tr6les aux frontibres et cess6 les expulsions pour des raisons
humanitaires apres le s6isme du 12janvier 2010. Mais au pre-
mier anniversaire du tremblement de terre, les deportations ont
repris avec une vigueur qui n'avait pas &te vue depuis 2005.
Plus de 3000 personnel ont ainsi &t menott6es et con-
duites a la frontibre au course des trois dernibres semaines.
Les responsables dominicains soutiennent que la
repression de cette immigration est n6cessaire pour prevenir
la propagation du cholera en provenance d'Haiti. Mais certain
militants affirment que le cholera n'est qu'un pr6texte et que
les deportations massive sont motives par le racism et la
x6nophobie.


Page 11


Have your Federal & State

Income Tax
(Personal & Business)

Prepared by
J.C. Cantave!


Call 305-623-1979
for Appointment


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Projet
* Economic et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouvernance

Dipl6me en :
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance

Siminaire en
Planification et gestion deprojets
+ Microsoft Projet et SPSS
Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, HaTti, WI.

Par courriel: c.f d.e. delmas@gmail.com
Par telphones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575 \3444-2001






LIBRE PENSER


Mercredi 09 F~vrier 2011
1Haiti en Marche * Vol XXV * No 03


o II est honteux d'etre sans honte. > Saint Augus-
tin

Nous voila chers amis lecteurs, a nouveau, face a un
tournant d6cisif dans notre vie de people. En r6alit6, nous en
avons tellement eu depuis 1804 que nous les banalisons. Tant et
si bien que nous ne faisons qu'accumuler des 6checs sans avoir
su tirer un quelconque profit de nos erreurs. Nous avons rat6
les meilleures opportunities et perdu les plus belles options de
transformation du pays. Nous avons provoqu6 l'6chec de < si
belles totes > dans ce pays que je me demand si ce n'est pas
d'un< madichon > qu'il s'agit. Mais, malgrd cela, je crois que
nous aurons a present une nouvelle et merveilleuse opportunity
de faire de quiconque aura &t choisi par le people pour occuper
le fauteuil pr6sidentiel, l'un des meilleurs presidents que ce
pays aitjamais connu. Nous devons cependant savoir empecher
les possibles drives, extremes, a droite ou a gauche. Il va nous
falloir du courage. Mais, auvu de ce qui s'est pass en Tunisie,
de ce qui se passe en Egypte, je me demand si un quelconque
president, actuellement, voudra prendre la chance de < s'impo-
pulariser >, de s'opposer a l'opinion publique par des drives
autoritaires et autocratiques. De droite ou de gauche.
Enfin chers amis lecteurs, voila un nouveau 7 f6vrier,
different des 25 derniers < 7 f6vrier > vdcus par notre people.
Nous devons profiter de ce nouveau < 7 f6vrier >, avec la pr6-
sence de quasiment tous les acteurs d'alors, pour < dresser le
bilan de ce que nous avons fait de nous-memes > et de ce qu'ils
ont voulu faire de nous, en un quart de siecle. 25 longues et
lourdes anndes qui auraient pu nous servir pour nous d6faire,
non seulement des chaines de notre pass d'esclave, mais aussi
et surtout de celles forges par 29 ans de fonctionnement dicta-
torial. Des anndes d'6chec, des anndes perdues, qui ont fait de
nous des sempiternels assists tout en renforcant le cynisme et
l'iniquit6 dans notre society, la transformant en < une society
qui n'a meme plus honte alavue de ses propres miseres >. Rien
qu'a voir le degr6 de degradation du pays et la complaisance des
elites 6conomiques, on comprend les causes de la d6ch6ance
du pays. Nous nous sommes transforms, en 25 ans d'histoire,
en sinistr6s conomiques, entutells politiques, en n6cessiteux
permanents. Somme toute, des rats et des tards!
Chores amies lectrices, chers amis lecteurs, nous
voila quasiment a la case depart, apres 25 ans. C'est peut-6tre
une bonne idWe que de tout remettre a z6ro. De recommencer
et de letter centre ceux qui nous empechent d'avancer. Un
premier pas a ne pas ndgliger, qui peut nous aider a corriger
certaines dysfonctions, la < Lex Duvalier >, r6cemment mise en
application en Suisse et qui, fort heureusement, concement les
avoirs illicites obtenus par tous ceux qui, utilisant leur position
privil6gi6e ou un environnement corruptif, s'enrichissent de


Honte
facon frauduleuse. Cette loi cible done les avoirs :
1.Des personnel qui occupent ou ont occupy des functions
publiques importantes personnels politiquement exposess, soit
notamment: les chefs d'Etat ou de gouvernement, lespoliticiens
de haut rang, les hauts fonctionnaires de 'administration, de la
justice, de l'armie et des parts au niveau national, ainsi que
les membres des plus hauts organes des entreprises &tatiques
d'importance national,

2.Des personnel physiques ou morales qui sont proches de
personnel politiquement exposdespour des raisonsfamiliales
ou personnelles ou pour des raisons d'li /i,, ,. (entourage);

Et puisque ni la Suisse, ni non plus les Etats-Unis, ni
en g6ndral aucun des pays d6velopp6s sont d6sormais des ha-
vres de paix, pour les avoirs illicites de nos hommes politiques
et de leur entourage, mieux leur vaudra s'atteler a la tiche de
faire de ce pays un pays dans lequel il fait bon vivre et dans
lequel l'acces aux richesses soit beaucoup plus g6ndralis6. En
ce sens, chers amis, je commence avoir des 616ments positifs.
Devra-t-on commencer par r6agir face aux < abus > de l'in-
ternationale ? Devra-t-on mettre en place un vrai < marketing
institutionnel > afin de < casser > cette image de n6gativit6
perue a l'ext6rieur ? Vous avez tous vu ce que le marketing
peut donner. Sinon lisez les entrelignes des r6sultats de l'un
des candidates qui a su se faufiler 1 ou personnel ne l'attendait.
Cherchez le responsible de marketing et assesseur d'image du
candidate en question et vous saurez le pourquoi de sa < rdus-
site >. Et, parlant de reaction, je ne peux qu'utiliser ce texte de
notre trls appr6cid A. Phelps qui, comme d'habitude, a su trou-
ver les motsjustes non seulement pour d6crire cette < injustice
m6diatique international > qui nous matraque mais aussi pour
d6noncer le pillage des richesses de notre pauvret6 :
A mes ex consoeurs et confreres de Radio Canada.
Egalement a ces jeunes journalists de la salle des
nouvelles TVet Radio. Depuis un peu plus d'une annde
je me sens agresss, par ceux et celles qui furent des
confrdres, des consoeurs, a Radio Canada, egalement
par des nouveaux venus, qui, dans leurs nombreuses
interventions sur Haiti, ne ratent pas l'occasion de le
qualifier de ((pays le plus pauvre du monde. > Bien
s~ir il s'agit d'une rdalite dontje ne saurais contester
la viracit. L4AIS, dites-moi, pourquoi telle insistence
? Pourquoi, chaque fois nous lancer cette phrase au
visage ? Haiti, le pays le plus pauvre du monde. Si
moi je me mettais a claironner sur toutes les places
publiques, sije pouvais intervenir dans tous les bulletins


de nouvelles du monde, en soulignant que le Qudbec a
prouve qu'il est le seul pays au monde, oi les homes
n'ont m&me pas le courage, ne serait-ce que de voter
pour leur independance. Comment rdagiriez-vous ?
Comment vous sentiriez-vous devant telle vdrite systW-
matiquement assende ? Le Qudbec ce pays oi l'homme
a peur de voter pour son independance.

J'en ai ras le bol de vous entendre dire, avec conten-
tement, qu'Haiti est le pays le plus pauvre du monde,
alors que grace a ce pays le plus pauvre du monde, le
Qudbec apu :
1- mettre en place son nouveau system de soin de santO,
dans les anndes 70, avec l'arrivie de plusieurs dizaines
de mddecins et d'infirmieres venus d'Haiti.
2- rdaliser sa reforme de l'education, les cegep, grace
aux dizaines de professeurs et professeures, venus de
ce pays le plus pauvre du monde.
3- implanter sa deuxieme universitW de langue fran-
9aise, les UQA, grace auxprofesseurs haitiens.

N'avez-vouspas honte d'avoir accept ces intellectuals,
ces mddecins, infirmieres, professeurs, don't vous n'avez
pasfinancd laformation. Cesfemmes et ces homes, ve-
nus dupays leplus pauvre du monde, ontformd nombre
de vos enfants. Soignd tant de vos maladies ? Encadrd
combien d'universitaires ? S'il vous plait, auriez-vous
l'extreme reconnaissance, lorsque vous parlez d'Haiti,
de neplus lui coller cette etiquette meprisante: lepays
le plus pauvre du monde ?

Les reactions de Phelps que j'ai pris la liberty d'ap-
peler les < phelpsiades > traduisent ce sentiment de g6ne, de
honte, qui devrait nous envahir a chaque fois que l'on parle
ainsi de nous. Il n'y a que cette facon de r6agir face a cette
hypocrisie de faire semblant de nous aider, quand en r6alit6
ils brflent d'envie de nous < better le cul >. Nous prendre nos
professionnels forms en change de miettes d'une cooperation
aux effects beaucoup plus pervers et perturbateurs que b6ndfi-
ques pour notre pays est la meilleure facon de nous maintenir
enchainds a la misere.
Chores amies lectrices, chers amis lecteurs, peut-6tre
le moment est-il venu de r6agir car nous risquons de tout perdre,
meme la honte. Et cela est honteux !

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Fevrier 2011


Peut-on confier le dossier Duvalier a 1'ONU ?


PORT-AU-PRINCE, 3 F6vrier-L'ONU propose son
aide a Haiti pour poursuivre Jean Claude Duvalier pour les
crimes commis sous son regime.
'Haiti a l'obligation d'enqueter sur ces violations
graves des droits de l'homme commises pendant le regne de
M. Duvalier, et qui sont bien document6es. Haiti a 6galement
l'obligation de poursuivre ceux qui en sont responsables' a
dit Navi Pillay, haut-commissaire de l'ONU aux droits de
l'homme, le mardi 1"r f6vrier could.
'Les milliers d'Haitiens qui ont souffert sous ce rd-
gime m6ritent justice' a ajout6 Mme Pillay.
La Haut-Commissaire aux droits de l'homme a


propose aux autorit6s haitiennes une assistance technique de
l'ONU envue de la poursuite de ces crimes et de ceux qui les
ont perp6tre, pr6cisant qu'il n'y a pas de prescription en droit
international pour les violations graves des droits de l'homme,
come la torture, les executions extrajudiciaires, les dispari-
tions forces et les viols.
Ag6 de 59 ans, l'ex-dictateur Jean Claude Duvalier,
apres un exil de 25 anndes en France, a regagn6 Haiti le 16
janvier dernier. II a &te aussit6t inculp6 de corruption, vol, dd-
tournement de fonds publics et association de malfaiteurs. Et
aussi de crimes centre l'humanit6 commis sous son pouvoir.
Baby Doc avait succ6dd en 1971 a sonpere, Papa Doc,


arrive au pouvoir en 1957.
Le fiston a r6gn6 jusqu'au 7
f6vrier 1986.
Les avocats en Haiti
de l'ex-pr6sident a vie plai-
dent la prescription. Apres
un d6lai de 25 ans, toute
poursuite judiciaire qui n'a
pas &te jug6e, ou n'a pas &td
renouvelde, devient caduque
aux yeux de la loi haitienne.
Voire des plaintes
qui auraient &t6 introduites
seulement apres le retour de
Duvalier il n'y a pas encore
un mois.
Par centre le droit
international a beaucoup
6voluW ces dernires anndes
en matiere de crimes centre
l'humanit6.
Particulierement de-
puis la creation en 1993 du
Tribunal p6nal international.
Et lh encore il y a
des restrictions. La comp&-
tence de ce dernier n'est pas
retroactive. Il ne peut pas
connaitre des crimes commis
avant sa creation.
Sauf a crder une ju-
ridiction sp6ciale pour Haiti,
a l'exemple du Tribunal sp&-
cial international pour juger
les auteurs du genocide du
Rwanda (1994) et du Tri-
bunal special pour la Sierra
Leone.
Par consequent,


seule l'ONU a en effet les possibilities de poursuivre des cri-
mes qui ont &te commis en Haiti avant 1986.
La proposition de la Haute-Commissaire des droits de
l'homme part donc, comme on dit, d'un bon natural.
Mais primo, les autorit6s haitiennes doivent en avoir
la volont6. Elles n'en ont manifesto aucune depuis 25 ans. Et
le 16 janvier dernier, Baby Doc a &t6 pratiquement accueilli
sur le tapis rouge.
II a fallu que les haitiens expatrids commencent a
pousser des cris d'horreur, r6percut6s par la grande press
international, pour que le systeme judiciaire haitien fasse
mine de bouger.
Cependant lors de l'audition de l'ex-tyran au Parquet
de la capital, ses fiddles en ont profit pour faire une d6mons-
tration de force.
La proposition de Mme Navi Pillay en soi est donc
bienvenue.
Par centre, I'ONU est-elle aujourd'hui en position
pour nous proposer son assistance dans un domaine qui relieve
tant de notre ... dignity national ?
Depuis 7 ans qu'une mission onusienne de stabilisa-
tion se trouve en Hati, des griefs ont &te accumul6s qui rendent
aujourd'hui difficile de rdpondre a une telle question.
Trop d'eau a could sous les points.
Et la dernire goutte qui a fait d6border le vase c'est
naturellement l'6pid6mie de cholera qui a fait plus de 4.000
morts depuis octobre dernier.
Le cholera a &te jusque 1 une maladie ignore en
Haiti. Des experts intemationaux ont fait remonter son ap-
parition a la proximity d'un camp de casques bleus ndpalais
(Minustah) avec un affluent du fleuve Artibonite, presqu'h
l'endroit oni les premiers cas ont &t6 diagnostiqu6s.
Cependant les officials onusiens font un barrage
syst6matique a toute expertise, meme les plus scientifiques
(un sp6cialiste francais du cholera apres plusieurs jours sur
place, des 6quipes amdricano-haitiennes de l'universit6 Har-
vard etc).
De guerre lasse, le Secr6taire g6ndral Ban Ki-moon
announce la formation par l'ONU de sa propre commission
d'enquete.
Mais depuis l'actualit6 locale a basculd dans la crise
nde des elections pr6sidentielles du 28 novembre.
Et pas un mot de cette commission. II serait done
plus indiqu6 que les Nations Unies commencent par apurer ce
contentieux (tlrs important aux yeux des Haitiens car le cholera
ne disparaitra plus jamais du pays) avant d'attaquer cet autre
gros dossier que sont les crimes du regime Duvalier.
Outre qu'on retrouve aussi l'ONU impliqude dans
la crise politico-6lectorale. En effet les grades capitals du


(DUVALIER/ p. 13)


Page 12


CAHAOA COUwRUPkIEURn

PROVINCE 0De QUEBE; ML.E-LON JO.SAMNT
DHiMRICT DE MOrNTRTAL
NO: 5012.130.7021. 1M Orm Dariwu


PH"NISE CftAft






PA ORDfE IDU TAIOUN iAL.

Orwue t dam*e 6 P ir Cfr do mwI au* u gaufte de t6ef Coffr Li au 1, rue
Noire-Dafe tel cu locad 1 &20 it o "e pur de la pubidcalion dj pratscn M sw dann


5 la paite 4ederieae cewnpa1aIt. Ii ^wAth virtt~trve d'intruiu w�e oher
idvin 1* helt 3-1-T 2011.*n tI *M*7 17P d Pme* & 4icj* de lAi*..Vn 6


Lno ope de Lb reuit introduc-w daiaan ai crqu'utme Gcoo dao mwi ra e 41W (
refnr J Oad Iro l'A&at*O dt t*sid*Nd


MAl. rW l, t iw f2011



JLUGE 0 LA COURT SLUPERIUREE

A, : -r-" .NCer DEVLIN
., " - 2,?!


II . . . ... ... .. . . ... . . . . . . . . .





Mercredi 09 Fevrier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 03


REHABILITATION


Marches et assainissement


La semaine dernire, avec l'aide de Georges Michel,
nous avons pu faire une petite incursion historique autour de
ce monument, detruit par le tremblement de terre et don't la
restauration a ete rendue possible grace a un m6ecne stranger,
je veux parler du March6 Vallieres (voir HEM, Vol. 25, # 2,
du 02-08/02/2011).
Cette semaine, je voudrais revenir sur l'objet de la
semaine dernire, mais pour border un theme particulier, celui
de l'insalubrit6 des alentours des marches. Elsie et Georges
en avaient parle au course de cet interview que j'ai mentionn6
et Georges n'y est pas alley par quatre chemins
pour designer les responsables de cette insa-
lubrit : << Les marchands sont la premiere
source de malpropret6 >>.
J'avais abord6 ce problem dans
une emission de MIlodie and company du
mardi 18 mars 2008. Deux faits m'y avaient
pouss6 : d'abord le fait que l'annee 2008 avait
ete declare annee international de l'assai-
nissement, mais aussi parce que les marches
faisaient alors l'actualit6 :
* Le nouvelliste du 5 mars annoncait
l'inauguration d'une parties du march de
la Croix-des-Bossales,
* Le 11 mars, c'6tait la nouvelle de ."
l'inauguration du nouveau march de
Petionville, le March6 la Coupe,
* toujours le 11 mars on apprenait que
le MCFDF (Ministere A la Condition
Feminine et aux droits de la Femme)
avait installed un bloc sanitaire au Marche ",
Salomon.
Je terminals l'6mission avec une
note sur l'aspect sanitaire : < Enfin, annte de
S'assainissement oblige, on dolt signaler que -
les marches sont eux-mdmes producteurs de _
dtchets >, etje mentionnais une suggestion:
<< Je pense a cet ami, exportateur de mangue,
qui me disait que 'on pourrait tliminer tous
ces < bok bannann > quijonchent les marches, si le transport
de la banane &tait organism autrement; mtme chose pour les
mangues, qui sont transporttes dans des paniers empilds les
uns sur les autres dans les camions, et don't une bonne parties
est tcrasde durant le trajet et va a son tour joncher les rues
aux alentours des march >>.
Je suis revenue sur le sujet un an plus tard, le 17
fevrier 2009, dans une emission de MIlodie and company
avec un jeune ing6nieur, M. Sanma Guito, responsible de


projects au GRADE (Groupe de Reflexions et d'Actions sur
l'Environnement). I1 m'avait interess6 avec une theorie du
cycle des products dans le cadre de la commercialization des
products agricoles.
Pour r6sumer sa these, disons que ce cycle comprend
essentiellement deux movements. Le premier est le d6place-
ment des products agricoles de la zone de production vers le
march ; mais pour que le cycle soit ferm6, que la boucle soit
bouclee, il faut un movement de retour des dechets vers la
zone de production, sous forme de compost que le producteur


Le nouveau Marche de la Croix-des-Bossals dans un stat deplorable
apres seulement quelques annies d 'existence (photo B.E.)
utilisera en lieu et place d'engrais chimiques. Guito y voyait
un int6ert aussi pour les marchandes qui seraient charges de
collector et de trier les dechets et seraient r6munerees A partir
de produit de la vente du compost.
II avait demand audience aux conseils municipaux
de la zone m6tropolitaine de Port-au-Prince pour leur presenter
son project et c'est la copie de cette correspondence qu'il m'avait
remise qui m'a incite A venir exposer son project A la radio.
Cette presentation du cycle des products m'avait paru


original et je me suis dit qu'il faudrait travailler 1-dessus,
sauf que la mise en application dans la zone metropolitaine
me paraissait difficile, l'aire d'intervention 6tant trop vaste
et de ce fait difficilement gerable. Un autre point que j'avais
soulev6 au course de l'6mission est que les marches ne sont pas
les seuls producteurs de dechets. Il y a aussi les manages, et il
faudrait obtenir que les m6nageres elles-memes fassent le tri
des dechets bio-degradables qui seraient ensuite achemines
vers le centre de traitement.
A Port-au-Prince, on a connu une experience de
construction d'une usine pour la fabrication de
compost, mais cela a toumr court. On pouvait
encore recemment voir les restes de cette usine
sur Delmas 33, just avant le carrefour Gerald
Bataille. Depuis le tremblement de terre on ne
voit plus rien que des tentes.
Le Cap Haitien a connu egalement
une experience de traitement des ordures me-
nageres pour faire du compost. L'ing6nieur
Pierre Adam y a consacr6 un livre (Pour une
I A.�..ga t,,A conomique et rationnelle des dtchets
slides de la ville du C,.j-holi,,,. public en
2007. LA encore l'experience a tournm court, et
i " selon Adam, la raison en est que le Minist&re
de l'Agriculture n'a pas fait la promotion de
- M cet engrais aupres des agriculteurs.
Je crois cependant que le project de
Guito pourrait tres bien etre implants dans
des marches regionaux. Cela pr6sente d'abord
l'avantage que la distance entire le producteur
agricole et le producteur de dechets est plus
court ce qui facility le transport A chaque mo-
ment du cycle. Mais surtout, je reviens A mon
idee de decentralisation en cr6ant des p6les
- de d6veloppement au niveau des chefs-lieux
d'arrondissement etje vois tres bien de petits
centres de preparation de compost associes
A chaque march d'arrondissement, et, l'aire
6tant moins vaste, avec une bonne champagne
de sensibilisation on devrait pouvoir faire marcher la chose.
Je sais, il y a un gros problem, cela ne sert pas les
int6rets des importateurs et distributeurs d'engrais chimiques.
Mais il faudra bien qu'unjour ici aussi on commence A com-
prendre que ce n'est pas ce qu'il y a de mieux, ni pour notre
environnement, ni pour notre balance commercial.

Bernard Ethdart


POLITIQUE : Un pacte centre les drives futures


(PACTE... suite de la page 7)
La seule faqon d'eviter cet 6temel recommencement
ce serait un pacte, une convention national qui force tout
ce monde, quelles que soient ses options et orientations, A
s'engager A respecter les principles d6mocratiques et les droits
fondamentaux sous peine d'6tre radios de la communaut6 des
citoyens.
I1 n'est pas trop tard pour le fair si cette m6me com-
munaut6 des citoyens veut eviter A l'avenir les m6mes malheurs
qu'elle a pays si cher.


Y compris la presence d'une force militaire trangere,
pour un temps indetermine, au pays de Dessalines.
Cependant on ne pourra le reprocher au people cette
condemnation du pays A revive les memes cauchemars. Mais
aux elites, don't on ne sait oni elles ont la tete.
Vous me direz les memes peuvent y souscrire et violer
le meme pacte aussi allegrement le lendemain. Comme quoi
'konstitisyon se papye.' Mais cela permettra, qui sait, de les
rattraper le surlendemain.
Mtlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Les Duvalier auraient vole 120 millions $...


(120 MILLIONS... suite de la page 2)
Les Duvalier ont aussi transfer aux Etats-Unis, en
France et en Suisse, 86 millions $ au course des trois dermires
annees de leur regne.
Et rien ne semblait trop beau pour le couple qui s'est
offert des appartements de luxe A New York, Paris, ainsi qu'un
yacht valant 3 millions $.
Franqois St-Fleur ecrit que Jean-Claude Duvalier a
pille son pays jusqu'A la deriere minute. Le rapport mentionne


que dans la nuit du 6 f6vrier 1986, soit la veille de sa fuite, il a
6mis trois cheques d'un montant total de 169 000 $.
L'enquete visit A entamer un proces contre Duvalier
et ses complices qui n'aurajamais eu lieu.
La famille du dictateur a trouv6 refuge en France. Un
exil qui aura dure 25 ans puisque Jean-Claude Duvalier, age
de 59 ans, est revenue en Haiti
le 16janvier. F-77


Peut-on confier le dossier


Duvalier a I'ONU ?


(DUVALIER... suite de la page 12)
Nord (Washington, Paris, Ottawa, Bruxelles) font pression
sur la classes politique haitienne pour poursuivre un processus
electoral largement d6crie (un second tour est programme pour
le 20 mars alignant l'ex-premiere dame Mirlande Manigat et le
chanteur Michel Martelly) mais pour y arriver il a fallu tordre
des poignets et annuler les visas d'entrte aux Etats-Unis des
officials du parti au pouvoir qui a ete force de retire la candi-
dature de son poulain.
Or c'est A travers la representation special de 1'ONU
en Haiti que sont transmis les ordres sinon les dictats de l'in-
temational.
Pour finir il y a le budget gargantuesque de la mission
onusienne en Haiti. Pres d'un milliard de dollars annuellement.
Haiti n'en a pas requ le tiers, ou A peine, de la communaut6
international au lendemain du seisme qui a fait plus de 250.000
morts et d6truit la capital, Port-au-Prince, ainsi que 120%
du PIB.
Sans mettre en doute le bien fonde de la proposition


de la Haut-Commissaire des
droits de l'homme, il est pro-
bable (et c'est le moins qu'on
puisse dire) que aujourd'hui
les Haitiens ne lui accorde-
raient pas toute la confiance
necessaire pour mener A bien
une telle entreprise.
Tout au moins, dans
les circonstances pr6sentes.
Comme on dit, la
balle est dans le camp des
Nations Unies !

MIlodie 103.3 FM,
Port-au-Prince

[laWmMyI]


Page 13


mHn iom nr uS r b rars ...


t m gr ,
WN i

Il^


se 1-.


2 19E 2 darne Avertsgage


T0: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
Lit A O4SI N fl)(tft TgRTISo AtS!S O! SIOiV.$,
NELL MOBILIT ntfn...
* k-ffyti~r r paimfwa pCur MWca Swuml, pFair, hAn rARu, TV



Ouv.r
6 Jo ui n
par
SemHine:



tiCO am


*I'omn Ps mhn'
*fl.Un*e l rPini
* U..haa pup Ljr g p411u* ' qrmi. UCmrw Il. aqhY p
*'a" s r I.U8 R * ME
* W pvs I*ON#. Amla n-*N 4 tA
i ^ - i*____________ fn1^H hi ^ ^___________


*ask
I %ctw~fi�^

_? �7-~- � r,






LES JEUX


Mercredi 09 FHvrier 2011
SHaiti en Marche * Vol XXV * N� 03


Zi
AIhcZ (& ..F..VO._ a TF__ n.LJ _. ," i", i;.,.,' dO iOC 'Il ,''.'I'::( "i '"*- ..-7.1.


.4,
.4
N,
'1;
--r-


*j I I I i h J

S . I I I. i

* J -W .
I c' PH I I , Is


i. A . r i L. I
.I u' ,Lr ., T. T U h


S: , I . r . .I . i i � . i


Q c " ' ,. , B


H ORIZO 4 TAL





. - rJi: . o- i - - - I
-43 F - . 1a,-" - I1 ["-'" "" . . "




VIl-H ri.dA





7 0 . '- d ' 4u.rf-r" - Sa it


- lti I I I
-1


_2.


SCRABBLE
A'f.t *:* les . .-. s - . leti..e s
:. ...' ' IUrfii ' u l i 1ii'-L '' I .ji l.:

CT

SSE

RU



'.; S A I L L I R _3


Bon Rivell ci mflaquLw


Au PIplrtlC hamiant
ji mnial tri a c 1 av Lauii .I'm- I


7hiQO- MtM4 M61 e Mwtln Rwc Muis
IJfolimntude, Interview. Arntecdc , Ilumour,
Anmlymm
fosfLcuajguIHua-
L' Edforial do Mnrcus
AuQroiicin av'c Elsir
La Chrutique LiLtminravn: EDnnimique Buantmvlle
LIS Sprins V Mufgi'th -laB.aU
L-* InvilAdu Jour
M61odic Malm chnqua mrnmcdt ci ai imb
por FtqireI IlRaphael


lOh-Midi


12:O- I 12130


12h-3..2h1M)


2hOo- 3h00


Jh-,iL p1n



iI1LKM'


Sh 30 pmi



7h-8h30

Mh3D. Yboo

hO"U. l0a.-3m


9Shoct au diCl


Le disque de I'udmatWur
OnimjianI J ~nlhl Prdvil

L.MldI
in Frmnnatioans av: Lawy FuutLin

Lady BIUS avec I- ia
pJZ at I=*. Swiu3, Ragtiric

C'est sl ion en chiansons.f
.'miuondctmdha fnimframaica

Le Bn VieuxT Temps
Rcuo-Coinpek
awe Do Danicl ft CapuXim Bill

LeJourn deS heures
4JI)v Vmlkiqo0 Hueltu

Mefole & Comparuy
D5veltJoip% emt duArlwM
ManMi av' Bctnird 1lheant

Amioerylbuur Can ILuqiuni

Solrr ienforImaitt

Notre Grand Concert
Lun. & Mar.e: L'hmr c dlaniquc
IJ-. & Dim. : ua id Tet
Judm C'rmnichelrad pit inm, IB

CUvaIerr pr eneW WV drlsW
SSanedi) *,0 arnt do succS populairc& haTimib

~d'?iue.


eC-~ ei AId6~z ~ceua


Page 14


11117


S , I �

S'4A : '

* - I II

L " II
0 * - t
YWW b W


, * .!; i k t..i ii i F!r h .k - i.i !:.i;.ik



df die


Ft3.


5hoo- 6hr3

fhi 31-7h4lO


f-


.1 -Ifin l ",j lirT 'lif ,T.1I4i--


E n B ref... (...suitedelapage2)
chanteur Michel Martelly.
Concemant les conseillers 6lectoraux qui se sont abstenus de parapher le texte de
proclamation du 3 f6vrier, il s'agissait au depart de Jean Th6lve Pierre, Jacques Belzin
et Toussaint Ribel Pierre, mais la repr6sentante du secteur f6minin au CEP, Ginette
Ch6rubin, a confirm vendredi s'6tre 6galement abstenue de signer.
Les 4 conseillers ont expliqu6 leur decision par le fait qu'il 6tait vital pour eux que le
CEP fasse une contre-expertise des proces-verbaux consid6rde par la mission technique
de 1'OEA pour produire ses recommendations. Ce qui n'a pas &te fait, a-t-il d6plor6.
Un des 4 conseillers a ajout6 qu"'il n'dtait pas question pour lui de signer des r6sultats
imposes". L'AHP rappelle que : le CEP fonctionne depuis plusieurs mois avec 8 con-
seillers (sur 9). Le repr6sentant de l'Eglise catholique avait &te force a la d6mission suite
a une affaire de corruption pr6sum6e.

On nous a vol6 la victoire, declare Jude Celestin dans une lettre
rendue publique le vendredi 4 f6vrier
Jude C61estin, le candidate du parti INITE, rejetd par les barons de 1'organisation, est
sorti de son silence en publiant une lettre dans laquelle il confie ses 6tats d'Ame et ses
r6flexions sur l'aventure qu'il vient de vivre, a savoir sa candidature a la pr6sidence.
Jude Celestin qualified de r6sultats tronqu6s ceux communiques par le CEP a la popula-
tion : "Un comptage objectif et impartial a confirm notre victoire limpide annonc6e et
r6percut6e a travers le monde par l'une des plus grandes chaines de la press amdricaine
" a-t-il d6clard en se r6f6rant a CNN.
Jude Celestin, dans cette lettre de 5 pages, accuse aussi l'6tat major de son parti de
l'avoir en quelque sorte poignard6 dans le dos en annoncant le retrait de sa candidature
sans meme avoirjug6 n6cessaire de l'en avertir personnellement.

Le Carnaval aura lieu cette annie
Le maire de Port-au-Prince, Jean Yves Jason, a annonc6 que cette annde, le carnival
aura lieu. L'annde dernire, le carnival n'avait pu avoir lieu a cause du terrible trem-
blement de terre. Cette annde, a dit le maire, un budget de 90 millions de gourdes sera
accord mais aucune precision n'a &te donnde sur la facon don't cet argent sera r6parti
entire Port-au-Prince et les diverse villes de province.
Le maire a expliqu6 que les bandes a pied partiront de la Rue du Quai, devant la Mairie,
pour se rendre devant le Palais National. I1 n'est pas pr6vu de d6fil6 dans la zone du
Champ de Mars, pour ne pas d6ranger les camps de sinistr6s installs sur la plus grande
place publique de la capital. Mais la population a r6clam6 le carnival cette annde pour
l'aider a dvacuer son stress, a dit Jean Yves Jason.
Des 90 millions, il est prdvu que l'Etat accordera 40 millions et que le secteur priv6
contribuera pour le reste.

Les violence centre les immigrants haitiens en Republique
Dominicaine doivent cesser
Dans une note de press, le GARR se dit profond6ment prdoccupd par les violence a
r6p6tition exerc6es centre les migrants haitiens tout au long du mois de Janvier 2011
et 6numbre quelques uns de ces cas : 30 Janvier, incendie de 20 chambres occupies
par des ressortissants haitiens dans la communaut6 de Mao ; 25 Janvier, incendie de 6
chambres, mort d'un enfant de 3 ans calcind dans la residence de ses parents.
Le 21 Janvier 2011, des associations de quarters d6nommdes "Juntas de vecinos"
avaient averti qu'elles vont se constituer en brigades pour op6rer la chasse aux Haitiens
sans paper dans la zone Sud de Santiago a partir du 27 f6vrier prochain, jour de l'Ind6-
pendance Nationale dominicaine.
21 Janvier, des rafles d'Haitiens par les forces armies dominicaines ont touch 608
personnel.

Deux enfants haitiens meurent de cholera en Republique domi-
nicaine
La mort a suivi la tentative d'un Pasteur qui a voulu soigner ses enfants au lieu de lais-
ser les parents les conduire a l'h6pital. C'est ce qu'ont r6v&l1 les officials de la sante en
R6publique dominicaine.
Quatre autres enfants diagnostiqu6s eux aussi de cholera ont pu 6tre sauv6s, quoique
le Pasteur haitien de l'6glise Body of Christ avait voulu faire pareil avec eux. Depuis,
le Pasteur est en fuite. On le connait surtout sous le nom de Prophete. II avait persuade
les parents d'emmener les six enfants pour une c6r6monie curative apres qu'ils aient
pr6sentW les sympt6mes de cholera. Les autorit6s n'ont pas donn6 trop de details sur la
c6r6monie mais ont dit qu'elle n'impliquait pas de traitement medical.
Le Pasteur qui avait enfermn les enfants a l'int6rieur de son 6glise, a tent6 par la suite
de raviver les deux victims Ag6es de 3 et 9 ans, a travers un rituel. Voyant que cela ne
marchait pas et que les enfants 6taient morts, il s'est enfui de l'6glise, situde dans une
(EN BREF / p. 16)





Mercredi 09 F6Yrier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 03


Ti Gout pa Ti Gout aca.hn- m\,iii


LANGAY LANMOU
ak Michel-Ange Hyppolite
Nan entwodiksyon Etudes Crdoles Vol XIV, no 1-1991,
Pwofese Maximilien Laroche ekri: J[Les crivains croles] alors
mOme qu 'il leur reste tant a rdgler sur des plans pratiques : ortho-
graphe, grammaire ou lexique, deja ils songent... & une esthItique
nouvelle...pour le crdole...>> se travay renouvelman sa a menm ki
pouse ekriven kou Michel-Ange Hyppolite (Let Ife ak Soul, 2006)
Frantz Benjamin (Tan Lapli [sidi], 2007) epi tousuit apre, Henri Ro-
bertDurandisse rantre nan won ak Langay Lanmou (2008). Nou kab
di twa zev sa yo, menm le se pa menm ekriven an ki ekri yo, reprezante
young triloji nan domen let ki soti nan literati kreyol Ayiti a.
Kanta Langay Lanmou, li mennen nou sou wout lekriti
fragmante ak mesaj lanmou pou lavi apre lavi. Nou ensiste sou prezans
fragmantasyon teks yo nan Langay Lanmou, paske se premye fwa
nou kontre ak eksperyans sa a nan pwezi krey6l Ayiti a.
Nou dwe sonje Henri Robert Durandisse se youn powet
tre sansib pami ekriven nouvel jenerasyon an. Li se manm Sosyete
Koukouy Kanada epi manm fondate Societe Paroles. Li ekri ak de
men. Zev li nan lanng franse a se : Amour Je te tutoie, sidi (2004). Li
patisipe nan plizye piblikason kolektif nan Monreyal kou nan peyi
Lafrans. Si M-A. Hyppolite ak F Benjamin ekri let, li difisil pou nou
di Henri Robert Durandisse, limenm tou ekri let. Nannan teks yo
montre nou gen youn dyalog ant ekriven an ak lot moun.
Apwoch ki nan Langay Lanmou an rantre nou danble nan
youn nan fonkyson langay Roman Jakobson, lenguis ki fet nan peyi
Russie, dekri ak f6miljeneral emete - mesaj - resepte a.
Fonksyon langay ki domine Langay Lanmou sefonction
expressive la, kote moun ki ekri teks la ka bay opinyon pesonel li ak
santiman li plas anndan mesaj li vle transmit la. Fonksyon teyorisyen
langay yo relefonction expressive la valab pou travay kritik, journal
entim, let ale vini elat. Konsa, kesyon nou kab poze tet nou se : pami
kategori sila yo nou fenk site yo, se nan kiles nou kab mete Langay
Lanmou? Liv la pote anndan li referans ki ta kab f6se nou mete li nan
kategori let, men teks yo pa ekri sou fom let. Yo pa gen dat, yo pa gen
non okenn vil nan k6mansman yo, se youn sel fwa ote a mansyone
non youn vil, malgre sa, nou toujou santi moun ote a sanble ap adrese
lapawol la pa pe viv sou menm te ak li. Nou oze di sa, paske ote a
rive ban nou anpil referans pou siyale distans ki genyen ant limem
ak mounn ki destine pou resevwa mesaj li yo.
Anvan mwen te pran avyon an pou dispar t nan zye w,
mwen te vire gade w. Mwen t ap made eske se pou m di w m ale,
oubyen si se lanmou ki va pote nouvdl ban ou ? (p. 10)
Mwen pa konnen ki van foli w makonen nan 1d16j mwen.
Men, depi mfin kite w nan ayewopd a, absans kO w mete soufmwen
an boulves. Yon siklon emosyon makonen ak tristks sezi nanm, yon
lespwa, trese nan pasyans, gade mwen nan bra w tankou de marasa
damou. (p.16)
Nan Langay Lanmou, nou kab santi se avek let nou ap
boule, paske nou li: Lt nou yo tounen kod lonbrikpasyon nou. Se yo
ki mare nou tankou de marasa damou. (p.52) Nou li tou: Nan d nye
lt ou a, mwen jwenn soufkar s ou k'ap depoze mwen toudousman,
sou vag flv Senloran, nan yon vwayaj latoudlin san komansman,
sanfen. (p.84)
Tout segman teks sa yo chita sou prezans let. Konsa, menm
le, anndan Langay Lanmou, pa genyen dat, pa genyen non moun, pa
genyen fraz ki genyen finisman let, Langay Lanmou kite youn awom
teks let ale vini nan lespri nou.
Nan Langay Lanmou, Henri Robert Durandisse pa ekri
non okenn mounn nan teks yo, men k6m li ap palede kreyason, nou
kab devine se ak youn fanm li ap pale.
Mpran lib te klise ave wpou lavi toujou lavi. Kite soly k
w kondui swafmwen nan tet sous verite l pwofondn m va boujonnen
nan zantray ou. Le sa a, lavi va pran ralonj nan ou pou nou kontinye
jwe patisyon lanmou an domajf nan mist lakreyasyon. (p. 22)
Si pa te gen mo kreyasyon an ki part de fwa nan liv la,
ak kek mo pasi pala kou:
Mwen chante ochan pou tout grann tout manman, toutj n
fi, tout tifi (75);
bonfetpou toutfanm (79.
Mesaj lanmou an anndan Langay Lanmou ta kapab jwe
patisyon li nan tout sans. Se vre nou ensiste pi plis sou lanmou nan
fom relasyon k6 pou k6 ant de moun, paske se aspe ki pi prezan
nan liv la, men ladan genyen tou batay fanm yo pou change lavi ki
manifeste sou fom lanmou.
Jodi a, posesyonfanm anbeli lari Monreyal. Vwa yo ale
byen lwen pou made flk ak pen. Youn gwo kout vaksin remdsiman
pouyo... Ln mwen sonje litfanm mennen nan listwapeyi m : lanmou
0!, pouki w bayfanm tout kwa sa a pote? (p. 76)
Malgre tout pawol nou yo, anndan Langay Lanmou nou
pran fre youn lanmou iniseks, kote lanmou che pou che a ka ale nan
tout direksyon. Konsa, nou kab di anndan Langay Lanmou, Henri


Robert Durandisse pran pozisyon pou defann dwa fanm toupatou
sou late.

Nouvote nan Langay Lanmou
Henri-Robertban nou youn seri teks kout, ki fragmante sou
plizye paj epi ki pajanm gen repons. Prezantasyon sa a se deja youn
nouvote, paske teks yo sanble let, men ote a volonteman evite mete
ladan yo dives akseswa nou ta kab jwenn nan youn let liter. Nan li
liv la, ou santi ote a ap pale ak fanm li renmen an.
Lot nouvote nou remake anko anndan Langay Lanmou, se
fragmantasyon panse a. Chak paj se youn panse diferan. Kom anndan
rekey oujwenn pwoz ak powem sa vin kreye youn kadans marye ak
amoni toupatou anndan liv la.
Zye w se limyn lanmou
ke w rekon t mist I
bouch ouflerize lanmou
vwa w men w
envante kadans chimen 1. (p. 44)
Ou santi ote a ap rakonte anymore li, sa ki ap pase nan lavi
li pandan absans lan. Ou santi chay lanmou li genyen nan ke li pou
fanm espesyal sa a ki se zanmi li, epi ki se anmnmmtan konpayel li nan
pasaj li sou wout lavi. Men tout mesaj sa yo se mesaj fragmante.
Ochanpou oumenmfanm kife lamitye reyalitepou letknite.
Lamitye nouripasyon lanmou. Li pmdt nou marefache, rekonsilye.
Li anbeli relasyon tout anmoure ak anmournz. (p. 70)
Lamitye se bwat sekre lanmou. Silans life tout moihn ki
renmen devlope youn konplisite wddpdte. San lamitye yoin pa ka
renmen lot. Lamitye se resp&, se santiman, se egalite. L ap mache
bouske youn amoni espirityil ki pmdt nou viv sou woutpasyon san
operasyon. Poudi lamitye pa ta lanmou tou? (p. 71)

Anvan sa nou li:
Langay nou se pot lannuit ki louvri sou zetwal k ap nouri
latkbeni ak youn boukn pawoli. Se mo ki pa gen Ilt. Se langay ki
depase langay. Se langay k ap rakonte silans. Se pawoli ki miltipliye
dousn lanmou. Langay nou debouche sou youn dousn totalkapital
pou lavi rete sikre nan vivasyon nou. (p.54)
Tout pasyon nou plezire nan li Langay Lanmou, se mo
Henri-Robert Durandisse chwazi pou li bwode diskou li nan liv la
ki rale yo sou kod sansiblite nou. Kom nou poko gen chans li tout liv
pwezi ki soti nan lanng kreyl6 Ayiti a, nou ap di sou rezev, Henri-
Robert Durandisse sanble pote youn nouvote nan fason li prezante
teks li yo.
Dezyemman, anndan teks li yo, li chwazi sevi ak diskou lo-
meyans lan. Youn lomeyans nou kab dekouvri sou de nivo : Lomeyans
pou fanm li renmen-an, lomeyans pou lanmou anjenneral.
Jodi uit mas la, m sonje grann mwen. Li toujou di :fanm
sejfvrin lavi. Wi mwen chante ochan pou tout grann, tout manman,
tout jn fi, tout tifi. Ochan pou tout fanm ki fe lod bdlte tounen
reyalite. Ochan pou oufanm chans mwen. (p. 75)
Anndan Langay Lanmou, pa gen youn istwa ki ale tou
dwat, pa genyen dimil sije, sel grenn sije a se glorifye lanmou. Ote a
chwazi rann lanmou omaj. Nan Langay Lanmou, ote a aganmafweze
plim li pou li tounen potpawol ak defense lanmou. Konsa, li montre
lanmou li pote nan ke li pou lavi, pou fanm, pou moun san li pa fe
distenksyon.

Imajis nan Langay Lanmou
Pa gen lontan nou te di, se teknik imajis-la ki ap anvayi
pwezi moden nan literati kreyol Ayiti a, an n gade kouman Henri
Robert manyen teknik sa a nan Langay Lanmou. Nan imajis se imaj
ki ap pale. Konsa, chak moun kab konekte ak mesaj ki anndan teks
la suivan dives nivo eksperyans ak konesans li nan anviwonnman
imajine a. Sepandan, ote a pa toujou lage nou de bra pandye, paske
gen anpil fwa, li ban nou siyal ki pou pemet nou santi se lanmou
che pou che ki ap kadanse sou fey ki devan nou an. Nan ka sa yo se
eksperyans pesonel nou ki pral sevi nou referans.
Mwen li, nan lt ou yo, toutfreche ak douse sezonfanm ou
donnenpou mwen, tankouyon bl rev sanfinisman. Lode gangans ou
.. se kontpou layefedatifis nan egzistans mwen. (p.50)
Kite mwen pran gou w delatktopye. Fikse limye zye w nan
pa m. Kite zekla lawomans rantre toupatou nan nou. Fn mwen pran
gou tout koulk lavi donnen (p.40)
Gen lot kote anndan liv la ote a al cheche swa imaj ki nan
labib swa imaj ki nan eritay kiltirel nou, vodoun an, pou li trase veve
langay. La a nou kab di Henri Robert devlope young apwoch natifnatal
nan travay li ak manm Sosyete Koukouy Kanada yo.
Yonjou asire kou jodi a, mwen va kasefey nan pye w, jete
dlo nan basen w. (p.14)
Wi ! M anvi ekri listwa nou sou fly k seyan. M anvi
prepare youn beny avk fey twazdmfo. Badijonnen tout papdt lavni
akfey atiyayo, fey bazilik pou pwoteje devni nou kont medizans ak


En memoire de mon grand ami

(JOEL VORBE... suite de la page 2) de grands sportifs. On d6celait, d6ja, la finesse de jeu de Pipo
et sa touche technique qui, peu de temps aprbs, lui vaudront
copines du quarter firent de cette passion une pratique incon- d'etre considered comme l'une des plus grandes stars de l'6quipe
tournable, au point de lui attribuer une valeur essentielle, indis- national de football. Plus tard, jailliront de cette meme veine,
pensable aubon dveloppement du corps et de l'esprit. C'est la des joueurs aussi talentueux que Pompon, Edouard, Mino et
raisonpourlaquelle, nous organisions, r6gulibrement, A chaque Fabien Vorbe , de meme que les deux frbres Leys, Gilbert et
saison de vacances, des championnats de foot et de badminton Michel, pour ne citer que ceux-lA. C'est dire comment l'esprit
qui prenaient l'allure de v6ritables competitions sportives, tant sportif 6tait d6velopp6 et cultiv6 chez nous. C'est cet esprit et
l'engouement d6bordait. Ces activities se d6roulaient sur la cour cette franche canarderie, galvanis6s autour de principles h6ri-
arri&re d'une des residences du quarter, sur un terrain don't les t6s de nos ainds, qui forg&rent nos caract&re, modelkrent nos
dimensions 6quivalaient A celles d'un court de tennis. Ce qui personnalit6s et firent de nous des citoyens et citoyennes A part
convenait parfaitement A notre besoin de detente. Malgr6 la entire, au service de la society et de la nation.
pr6carit6 de nos moyens, nous arrivions A crder, malgr6 tout, Plus tard, lorsque vint le temps de s'engager vers de
l'ambiance propice A soulever l'enthousiasme des jeunes du nouveaux horizons, nous le fimes entoute confiance et s6renite,
quarter et des environs, comme dans unv6ritable tournoi. Les assures que nous nous 6tions forg6s des outils nous permettant
deux seuls clubs qui formaient le championnat de football et d'affronter tous les d6fis du monde. La vie suivait son course
se partageaient la ferveur du public se composaient chacun de et nous orientait vers la formation acad6mique. Chacun fit son
six joueurs. D'un c6t6 <>, ayant pour capitaine Pipo choix en esp6rant parvenir A une carribre qui lui permettrait de
(Philippe Vorbe) et de l'autre < (Joel Vorbe). Le public se rassemblait tout autour du stade (!) nous 6tions fiers de nous retrouver chacun avec une profession
ou au haut des murs de cloture pour encourager les joueurs. et d'etre prets pour la course. Surtout de se sentir utiles A notre
Au course de la parties, c'6tait la fr6ndsie, accompagnde de famille et A la soci6td. Dans notre rang, point de rats.
vivats d'applaudissements. A la fin du temps r6glementaire, C'6tait aussi le temps oiY l'on pensait d6ja A fonder
les fanatiques de l'6quipe gagnante portaient en triomphe leurs un foyer. Les couples se formaient et planifiaient leur avenir.
joueurs, et les perdants s'en allaient d'un air ddqu, sans toute- Je fus le premier de la second g6ndration des <>
fois ne manifester aucun movement de colkre. C'est A cette me lancer. Suivirent Pipo, Jo et les autres. Malgr6 les nouvelles
cole de tolerance que nous avons &te forms et qui nous a responsabilitds, on maintenait le contact et surtout les habitudes
enseign6 l'humilit6. Qui peut imaginer ambiance plus festive d'antan. Toujours le sport enpriorit6, de sorte que Pipo se lanca
et une plus saine detente entire amis? De cette foumde, sortirent dans une carribre de footballeur professionnel aprbs sa parti-


malfe:,a', (p.92)
Nan Langay Lanmou, gen kote ou kab santi ou nan young
chan semantik mistik ki soti nan fon nannan idantite kiltiral nou.
Nan ka sa yo, ote a sevi ak materyel li genyen nan anviwonnman
natifnatal li pou li pote nouvote nan travay liter li. Konsa, ou kab
ap li youn sekans nan Langay Lanmou epi sanzatann ou santi ou
konekte ak young evantay lide ki soti fon anndan ou san ou pa te
deside al cheche yo.
Yonjou asire koujodi a, mwen va kasefey nan pye w, jete
dlo nan basen ou. (pl4)
Koneksyon sa a fet apati youn k6d sansib ou genyen anndan
ou k6m Ayisyen ki rale ou epi mete ou an kontak ak pw6p tet ou nan
espas kiltirel natifnatal la.
Langay Lanmou ta pote non li pou granmesi, si ote a ta pran
chans eskive tout juisans ewotik ki konekte ak koze lanmou. Henri
Robert Durandisse konnen sekre mo pou li pwovoke juisans nan je
lekte ki chwazi pran plezi lanmou daso sou fey papye. Alaverite, pawl
lanmou che pou che koule alagouy toupatou nan liv la.
Douse nannuitpran che sou kabann. Bri k6 w ouv les-
perans kn mwen. Epi si w we kouman douvanjou pantan sou mwen,
li bare m san youn tifrany van sou po m. (p.84).
Lez fraz sa a se youn segman ewotik ki koule an douse san
deranje pyesmoun, paske entansyon ekriven an se pito andyoze lekte
li yo, fe yo ekzese lespri yo pou yo dekouvri dekou lanmou avek de
osnon twa modpas.
Mo mist tounen veb k ap dolote lanng nou. ... Nou bay nou
pran. Nou repale. Nou depale. Nou tande. Nou konprann. Nou reve.
Nou kriye. Nou rele anmwe. Nou peze epi souse plezi lavi. (p. 67)
Nan segman sa a, kote ote ap bay epi li ap pran pou li souse
anmenm tan, nou santi souf lanmou agogo anbaje nou. Men nou dwe
di koze mo mister a fe nou sispek. Ki mister ote a ap vle raple nou la
a ? Nan kondisyon lanmou wodp6te ki ap galope nan lez teks sa a,
sel mister ki vin fe ladesant nan lespri nou se Gede. Si nan sekans sa
a gen youn mister ki monte danse sou lanng ote a se kab Gede, paske
se young nan mister nan eritay vodoun a ki sevi ak mo tou kri pou li
di sa li bezwen.
Pi devan, se k6msi tout aksyon Gede fin fe yo pa ase. Ote
a rantre nan made jof:
Sepa ti kontan mwen ta kontan we gangans ou, san vwal ni
rad, k ap sige ale depi nan alfajous nan lomega m. (p.81)

Mo Nf nan Langay Lanmou
Nan Langay Lanmou, ote a pran woulib sou latitid lanng
kreyol la ba li pou li kreye tout kalite veb tankou: Fanm kata < valou> m, <> m. Pozisyon mo yanvalou a ak mo bolewo
a genyen nan fraz la pemet yo genyen fonksyon pilye fraz (veb)
anndan liypwezi sa yo. Apresa nou jwenn veb kou : >
(p.45), <> (p.44) epi nan paj 94 menm flerize a vin tounen
adveb <>. Henri Robert Durandisse part tou ak veb kou :
<, <> (p.44).
Gen young ka kote ote a pran young mo abstre kou sansiblite,
epi li four li nan young konstriksyon fraz, kote mo a vin gen youn
fom konkre. Sou zile desepsyon, life mwen mal nan tout gsansiblitey
m. (p.36). Le ote a di: Li fe mwen mal, nou ta kab atann doule a pral
part nan youn pati ki pi konkre nan k6 li, misye kabre nou, li chwazi
pou li pwojte doule a nan sansiblite li. Se tankou sansiblite li, se youn
pati li ta kab touche, bay lasweyay eksetera.
Konsa, nou kab di: nan Langay Lanmou Henri Robert
Durandisse pemet nou revizite kek aspe gramatikal nou ta kab gen
tandans kite nan loubli, men ki poutan kapab pote nouvote nan travay
ekri nou.
Langay Lanmou se pwoz, se pwezi, se anmenmtan young
teks fragmante kote chak pawol ki di nan chak paj, granmoun lakay
yo, men yo rive makonnen ansanm pou rakonte listwa lavi youn an-
moure depareye, ki pati kite trez6 li sou youn lot te, lwen tendres li
ak afeksyon li. Anndan Langay Lanmou, oralti a pran che apati eritay
zanset yo kite pou nou nan vivasyon voudoun an. Langay Lanmou se
youn eksperyans lekriti ekriven kreyol yo ta gen entered kontinye nan
pwodiksyon liter yo, liv la kondui nou nan modenite literati kreyol
Ayisyen an kote pi plis ekriven vin dekouvri plezi ki genyen nan marye
pwoz ak pwezi pou yo agremante estetik pwezi krey6l Ayiti a.

'Langay Lanmou (2006) se youn rekey pwoz ak pwezi
ki soti nan Editions Paroles anndan Societe Paroles. Li genyen 100
paj.
Michel-Ange Hyppolite M.Ed
Kaptenn Koukourouj
Enseignant Pwofes�
Manm Sosyete Koukouy Kanada
Ekriven, Kritik Litere
http://www. michelangehyppolite. com
Tel: 613-738-9202



Joil Vorbe
cipation A la coupe du monde de 1974. Jo pr6tait ses services
au Violette Athletic Club (V.A.C) comme president, durant de
nombreuses ann6es. Pompon et les plus jeunes suivirent, soit
commejoueur ou comme entraineur. Quant A moi, J'avais dfi
abandonner, quelques ann6es auparavant, ma participation
au Violette pour entamer mes 6tudes d'architecture. Avec le
dynamisme qu'on lui connaissait, Jo s'occupait, malgr6 tout,
des installations sportives du Petit S6minaire- Collkge St.
Martial, don't il 6tait un ancien &l1ve. Fils spiritual du p&re
Adrien, il ne manquaitjamais de lui apporter tout son concours
dans le domaine du sport. Ceci ne l'empechait pas d'avoir de
grandes responsabilit6s au sein de l'entreprise familiale de
construction, V&F.
Paralllement, il entreprenait avec sa comp6tente et
dynamique femme Sonia de transformer la petite entreprise
familiale de patisserie : <>, enune important in-
dustrie commercial don't la renomm6e n'est plus a fair dans le
milieu p6tionvillois. Mon admiration pour ce couple va au-delA
de mes relations amicales et me pousse A donner en example,
A la jeune g6ndration, cet example de courage, d'honnatet6
et de persdverance dans l'effort. Malgre les malheurs qui ont
frapp6 la famille, je suis stir que Sonia et ses enfants arriveront
A prendre le dessus et A maintenir le cap, et conserver l'image
de ce gand haitien que fut Joel Vorbe.
Mes sympathies vont A tous les membres de cette res-
pectueuse famille, aux parents et amis qui se trouvent affects
par ce deuil et au personnel de la patisserie Marie Bdliard.
Pelerin, le 30janvier 2011
Robert Paret


Page 15


..... . .. . . I-Iv"1I





BACK PAGE


Mercredi 09 F6vrier 201
Haiti en Marche * Vol XXV * No 0


En Bref...
(... suite de la page 14)
communaut6 rurale de Puerto Plata, pour aller se cacher plus
au nord de la R6publique dominicaine.
On ne sait pas quelle a &t6 la cause de la contamination des
enfants par le cholera. Les autorit6s de la sante ont ordonne
des tests de laboratoire dans des 6chantillons d'eau tire
d'une rivibre avoisinante ou le Pasteur fait souvent des
c6rmonies.
Ils sont environ 300 cas qui ont 6t6 diagnostiqu6s en Rd-
publique dominicaine partageant l'ile avec la R6publique
d'Haiti ou le nombre de morts a atteint d6sormais plus de
4.000. Avec une tendance A la stabilisation.

L'Onu offre son assistance A Haiti pour
poursuivre << Bb6 Doc >>
La Haut-Commissaire de l'Onu aux droits de l'homme, Navi
Pillay, a dit, ce mardi, avoir propose aux autorit6s haitiennes
une assistance technique, en vue de la poursuite des crimes
commis sous le gouvernement de Jean-Claude Duvalier.
Navi Pillay a soulign6 qu'il n'y avait pas de prescription en
droit international pour les violations graves des droits de
l'homme, come la torture, les executions extrajudiciaires,
les disparitions forces et les viols.
Ag6 de 59 ans, << Bb6 Doc >> qui vivait en exil en France
depuis f6vrier 1986 a regagn6 Haiti le 16 janvier. I1 y a &6t
inculp6 de corruption, vol, d6tournement de fonds et crimes
centre l'humanit6 commis lorsqu'il 6tait au pouvoir, de 1971
A 1986.
<< Haiti a l'obligation d'enqueter sur ces violations graves
des droits de l'homme commises pendant le regne de M.
Duvalier, et qui sont bien documents. Haiti a 6galement
l'obligation de poursuivre ceux qui sont responsables >, dit


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94h Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 /754-7543 * Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 - 3896

Pi by uIOfs6 :(0)237


Navi Pillay.
< De telles violations syst6matiques
des droits ne peuvent rester sans
r6ponse. Les milliers d'Haitiens qui
ont souffert sous ce regime mdri-
tent justice >, ajoute-t-elle dans un
communique.

Dr. Carole Berotte Joseph,
une haitienne doyenne du
CUNY
Une haitienne, Docteur Carole
Berotte Joseph, vient d'etre nom-
m6e rectrice d'une university
amdricaine, City University of New
York (CUNY)- Bronx Community
College.
Mme Carole B. Joseph compete plus
de 35 ans dans l'enseignement su-
p6rieur et a t6 president du Massa-
chusetts Community College depuis
2005.
Elle est aussi co-6diteur avec le pro-
fesseur Arthur Spears de l'ouvrage
: "La langue creole haitienne : his-
toire, structure, son utilisation et son
enseignement" public en 2010.
Le Dr Carole Joseph Berotte a
d6clard dans sa note de presentation
sur le site web du college qu'elle est
fire d'6tre la nouvelle rectrice de
cette university.


*'b- ysino s :Ai-)u. s nuaiJ taJifl �t

rw!/ M .LA ,..k; .: .J-ll. A i t dl I







irnak namie dimei w-
ibm^f lI
r^^ tt H areL


IChsr IDawmswca
FSlbDd4M -2asmgm


OWeMabaBeft I agML LtoBapw n,


4 gemUl


PICK UP
est disponible


- WCLrm n !.a=,mm, m


Page 16


ttt'M/f7AI DrA r ii

IKI VWAYAJ CHAK

1 5 Jou PoU EWOTE


Cwo m^nro K Ar-MITE SUAU
MARC, 0NA AWS &



PMOUe, nAMYbeO MACm N Sr

Goviawn ,I Ar

CAPE HAITIEN _____ MERAGOANE
HAITI
HAMr refS* ( S1 ) *84.75 0 nr ( 14 ) 845-330 A J

Fax ( 1 ) 84-Tab2 nr ( si ) 842-0B

Toll ft- 1-87~-84S-330o r 1-8T7-41-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

Dbhemdls I St to ilt N , 74 ( 4tLh b9fut ) ERat to Cconme AVn, s o Mortb b cm realm Ave rt Metl. Lutbre
K1 uJr aw d go as oI 4u maW Ivl ( Ilaft r flgAt l turno ) W Rd tes youa- lnrI-l to the Pert of Palrn sE o
As snOMas yua rr n Cpe DaOl Hde Nwy , Ipot v GuardIS WhaMk Mafl- slt LerN sar d Ina bfu "lu WINm w Saro IUP


Under New Management


Neo gea you nouvo Bato MV MONARCH EXPRESS