<%BANNER%>

DLOC



Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PDF VIEWER PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00440
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Creation Date: January 26, 2011
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID: UF00098809:00440

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )


Full Text















I.g g nSace, S o u 6Jave a erFv ier211-Vl X -N*1 -


POLITIQUE

P()RT-.\AU-PRINCE 'I J"' - :!:-
\ IC - Onl I IcoliiLlll d d Ic In- d lll#lll,1-
'-2lllll li. I I TI lidlllo on P.IpI Doc
d ,Itlll bhniiboChiill a Ih Sonio/a c I
Blli., d. llll c dci. liiilc di.i c I o0-
dli, I L FIIIncO 111111 i dc Cllllli C ,
iin 1ciic .I Ij Hitli
N Ih il I I%\ ,jjil1 e1 l ic ijll, l ll ia L
Ipjnlind ,i ILI B.ib\ Doc
O(11 nI Ic liconlt L 1 I uC i L d is .
LI ll.rn i lc dc's 1nipcIintlI dc ILI ROIIK .
di i i Iidc Li C I I C.3 i l-e\ 1. IC I C Linillu l
I N lot C L dc I1 IIle
Oul CIColC I 101 C Ioi#t IX I
dul Ni,,icu IC I dc I S lit-Bmllili cll\


Dunliiis Ill Lj Rcicn NLil.oti I

Ic| ( iCCoIu\ IIi d iull l IcI-l l ih,1111lliC -ll
l u le i onIih ulllic id lU pi ocL i ii h -hl ln Ul \
Beilll.dl Dl l l cilcd Inlllll#C L Hcrl-

AII III I#Uit dll cc qlu Oil Ippc-
m II ,lll d1 fiun it I lll i 1111nln


Le pantin a vie !

,,- 4 . . ill ilnlnues IlI Ic s#s dil\ Io1.'1 El i.,
_. ...li. 19Icm L#I dc fcI n # It\ iC EtlC llOn1 i
le dc Cllln#C lcs phIn IlOlllbl#C poll#C
iii l lii COIiiIC InIi e P IIlu II C idi
pa' il CII IIIcIIont i L c ni c ll ,lnilllc nt
I alIllc .tu q IllC u (1 .c hlc l Clic k,\(l1% i1ll Ic
(rblnl dc Ntl#mb#1i-,
Qtl'# t-cc tl BA)bN Doc #st


donlu N iC II tl Inql#-ln#
POm l Il IOtllnll ll.II l nniilqu
T[ic (Gtl ldIJnld . I '\I -C llld tl I C tll LI
pailC .l# i Cllllll n ItllllCl Lc - ilo dc Li
OI1IIc lO llecc dc l## L# cIn, % 1 public#uc
IldIl# liliC CI C1# _iplllllic LIc I u fiCc Lll
[I Ri\ IC1 l Il liqic lc in# l iC el Id palllI a

- Bennlcii aplw, Cl I dlCic Sclon Ic
Cant cll l cn I#l [ #11e pochi#l p, ll I# fl�


El pill II C. IiCn OIC cc'
qulqu#cI -4 1 4, 5 million, bloqtlc# ,Liln
lc blnqtcl#, t1 # c l Cil K HIlil im1,ull
Itllctle#i #IC poenoll I tlClp)CI11
... . .. . . ,p /B ....... Ii'....i,../ ..... i ...... i BA B D OC . 5


,1. I


CRISE ELECTORAL / EVENEMENTS EN CASCADE

Washington lance une frappe preventive; premiers visas suspendus
P(O)RT-.IAUI-PRINC E 4 JIn\ K ii - Lc- L poclhIlln I0oil pic lni(l#c11I ( C 1C I IniLnillIOinl qill picld ddilC l . | i n\ 1%
c#lOIl #c IcciikclCU c( (I ,lqic dill #icc l iII' c bombc ' I Ji\ ii - Lc uL 1pc#nI '-. i',- nK Clhlqukc IOLII Cl l ,illnlplc l L s coupl Lc Ipl1|dc lntl RcnI PiRc A ll #c�t o[1 ,I Ii OI IInI I\I-
FE\ iii cl incic lli ic l li ll c cl i i IIllllll nA!l 1 . i lllll OII II ICCI cll 1 l iLL I ll iI p l C 1 icL Cllil I l l llKll c ,III "c
I Liin\ icl ul i ilI lllldlk dlu plillc 111 itlo i dto llprli idc I lincicll dlici lill B. B \ Doc IDc lllldni cicl IELECTIONS / I. 4)
-10--?1* -1 - - I m U.M A -: - A -r. AM A


-....
: I,,


Duvalier, Aristide,

Preval :


les '3 dangers'
P()RT-.lIi-PRIN(C E 22 1,j \ IlC - Lc ic\ c dc cct\
I llll Ip nl ,C 1 I I mll1C i ll IC ln 11CII 1le . I Ci n1 1 JCllC ll I \ l NIC
polilliliic ocllc iCllinc III l n Iliclhil NLl0 ll conl intl iC dc Ic
Cnil Cll lln, l ll i, s i n loll pj1 Im pllc,. I i# ll Ic iC ll
NOII ci1 \O\no%0 ,11 mIOll l � 1101 1 IIO I Cl kllu ninc#1 I
I c'nt\ i# Cl 0nl1 J in-( lIiul i Du\,iniA 1 di piii ,oni l. ll0 on ll. n
Iu1), . IC In n -llrl l ,ll in l I C lldli l lL, lli \ 1i C1 I I ic olll
Ic pcll lldiintl .OIi tll Rcn Plc ' ,l Cl I c\ll l ld ll. IclI ll Sll I
Jin-B#111, nidl . 11 idl
ToL llllio i nl C lll ii n dc II I tllll . lli plicL t Ihcll lic l -
iip-# pollliCCl C hlul dc# I C\-plC 1d C ,I C l# # fi ll iCif liitn
loulId pi icipnllil1nl Sill I nic p il d dIod l kll ihl lnl/,dllil
dc li1c l jd ,133,13iii, pIoliiCi n l Ic 1#2 2l1iiC donil n II polic
Ic non110111 nei i ',iio dcl lOn ic l Ih IIb ci#1# pom tln II linC In oil
Ip.1 lIlic ll d .llbitionll l l I, Ifll#licl 1 pLice p|Oll Ihll-nlienIl
MILES 3 DANGERS p. ")'


Duvalierisme et Lavalas et rien d'autre
P()RT- _i'-PRIN- W
CE 'llKim ici- Lc- 0' L l ,i-


,l CiloCill3 d'.u d # IC I tll C IC .:i"
dillff#1#1Uii lU Ic I du\ ,l# n #-
c-i Ic- Li' i Li
#1 I#
Lc dtill#n 1n 11# #1
un sII iC ltc Ici( lc LiIdLis
I ici cll# l 1d llll c ii Illl l ,

I cpl#U # In du 1ps
Lc Itlill#111m1 si
%C1it IUl# NOWl ( d ,III Ioc ,IlI
I I oI 10 mo 111011% Ic Ic 101
BAib Doc Il inipclliqul oni
pIC c 1 ,iII0L IId hIIIll0L lOcs
3Li#k 3(' IC IOLiIU lii dLIIOLII dc
cc dcinici L Hcniici Iinul-
! -' # U n ll c\ ll d # 2 5 i , i t1 # [ c L.l, .' - . . .. .... ,, , , , ,


IPOLITIQUE ,: . 51


<'<*****
I"'***** *** **i"a *** -il 7- **"a r


/ .,,1 , ,,I ' , ,l 1 ,l


,/ i .h.o./ . , .. . 1 ., /, J ,






I EN PLUS...


EN BREF...


Mercredi 26 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 01


Haiti, le pays independent

le plus dependant du monde


Un an apres le sdisme, les Haitiens
se demandent si l'aide international n'est
pas responsible de la pauvrett du pays.

REUTERS/Ivan Alvarado

Plus de 150 pays et groups de
donateurs se sont rencontrds A New York le
31 mars 2010 afin d'examiner les meilleures
m6thodes pour reconstruire Haiti apres le
tremblement de terre du 12 janvier de la
meme annde. Un total de onze milliards de
dollars don'tt 1,15 milliards en provenance
des Etats-Unis) a &t6 rduni. Entre les
reunions et les sessions de lev6e de fonds
auxquelles assistaient des chefs d'Etats, des
6conomistes et des d6cideurs, a &te diffuse
une petite presentation intitul6e the Voiceless>>: la voix des sans-voix.
Durant les six semaines pr6c6dant
la conference, des groups issues de la soci&te
civil haitienne avaient visit les environs de
Port-au-Prince et des villages A travers tout
le pays, demandant Aplus de 1.700 citoyens
quelles 6taient leurs aspirations et leurs
espoirs pour le d6veloppement du pays.
Les personnel interrog6es ont A maintes
reprises exprim6 leur soif d'ind6pendance,
d'autod6termination et de participation
directed A l'effort de reconstruction de leur
pays apres le tremblement de terre. L'un des
interviews confie:
oNous avons vu le Palais National
detruit. Je voudrais voir des ingenieurs hai-
tiens le rebdtir, etpas des ingenieurs dtrang-
ers, afin que nous puissions le contempler
fibrement dans le future en nous disant que
ce sont des Haitiens qui ont construit le
Palais National.
Bon nombre de personnel inter-
rog6es considirent le tremblement de terre
comme l'opportunit6 d'un renouveau et le
d6but d'une p6riode de mutation qui verrait
les Haitiens, riches et pauvres, participer au
d6veloppement 6conomique du pays. L'aide
ext6rieure devrait done servir A renforcer
la souverainet6 national. Les pecheurs,
enseignants, m&res au foyer, ch6meurs,
fermiers et 6tudiant interviews d6clarent
bien souvent vouloir recevoir une aide dans
le domaine agricole, 6ducatif, ou dans celui
du logement, mais ne souhaitent pas etre les
r6cipiendaires passifs de l'aide mon6taire
de la communaut6 international. Le mot
qu'ils utilisent le plus souvent, selon le
rapport public une fois toutes les interviews
r6alis6es, est le mot respd: respect.

Les Haitiens pas 6coutes
Mais A New York, ces opinions
furent noydes par la mdcanique meme de la
conference r6unissant les donateurs. Mich6le
Montas,joumaliste de radio haitienne recon-
nue et ancienne porte-parole du Secr6taire
g6ndral Ban Ki-Moon, qui fut un des fers
de lance du project <>
(Farmer est un m6decin et anthropologue qui
travaille en Haiti depuis les anndes 1980 et
a lance le programme de sante international
Partners in Health), declare:
�Paul Farmer a insisted pour que
nous soit accord un space de sept minutes
afin de dtlivrer ce rapport. Mais a part les
rares personnel qui s 'inttressaient a 1 'avis
des personnel interrogdes, personnel n 'y a
pr&tt attention. Pas plus les membres de la
communaute internationale- ces pays qui
se rdunissent aux Nations Unies- que les
ONG prdsentes. >
D6but janvier 2010, Montas a
quitt6 son poste aux Nations Unies et a
rejoint sa famille A P6tionville, quarter de
Port-au-Prince. Lorsque le tremblement
de terre a frapp6, il lui a &te demand de
rejoindre les Nations Unies comme conseil-
lire sp6ciale de la Mission de stabilisation
des Nations Unies en Hati, la MINUSTAH.
Ce poste lui donnait l'opportunit6 d'influer
sur la participation des Nations Unies dans
son pays, mais a &te source d'une grande
frustration, dit-elle:
�Je travaille avec des gens trks
sophistiquts, mais qui n 'ontjuste aucune
idte des rdalitts de ce pays. Je travaille a
S'ONU et, chaquejour, je dois me rendre a
des reunions. Je suis la seule Haitienne, et
je dois leur dire, 'votre perception est er-


ronde. 'Maisj 'ai le sentiment que c 'est une


bataille perdue.
Les Haitiens ont leurs propres
syst6mes de survive, dit-elle, mais au lieu de
tenter de s'appuyer dessus, les groups qui
leurviennent en aide traitent le pays comme
une sorte de �terre vierge>.

Une vision ext6rieure de
l'histoire
Cette attitude A l'6gard d'Haiti,
selon Colin Dayan, professeur d'anglais A
l'universit6 Vanderbilt, remote A des cen-
taines d'anndes. Les strangers ont toujours
considered que la culture haitienne est la
premiere responsible du sous-d6veloppe-
ment du pays, quand ils ne consid6rent pas
qu'Haiti est d6pourvu de culture et n'est
qu'un �objet passif de dtsastren, dit-elle.
Le livre de Dayan, paru en 1998, Haiti,
History, and the Gods (qu'elle a r6dig6
sous le pseudonyme de Joan Dayan) est une
tentative de mettre en avant la conscience
culturelle du pays et d'6tablir une version
plus < de l'histoire 'ile en se
fondant sur des sources jusqu'ici ignores,
comme le vaudou. Dayan explique:
�Les Haitiens des anntes 1960
et 1970 subvenaient a leurs besoins, ils
n 'avaient pas besoin qu 'on leur fasse la
charitW. Je considered que le language crtd
l'histoire et que si les gens continent de
se reprtsenter les Haitiens come 'impuis-
sants', 'dans le besoin' et vivant dans des
conditions 'abjectes, ' il devient natural de
les aiderr' a se sauver par tous les moyens
possibles. >
Le sentiment que la communaut6
international et les organizations non-
gouvernementales sont en conflict avec leurs
int6rets est de plus en plus present chez les
Haitiens. Georges Sassine, homme d'affaire
et president de l'Association Haitienne des
Industriels, explique:
Ill existe un paradigme vicieux:
si toutva bien, I'ONG n 'a rien faire. Ceci
devrait soulever quelques questions. Nous
devons produire davantage pour nous-
mtmes. Plus nous en ferons, moins nous
aurons besoin des ONG. >
Une composante critique sera
naturellement 1'6mergence du nouveau
pouvoir politique en Haiti. �Ces types
d 'vdnements (le tremblement de terre) sont
comme des creusets depuis lesquelspeuvent
merger des chefs politiques� estime Sas-
sine, tout en d6plorant que ce nouvel homme
se fasse attendre: �Je continue d'esptrer,
maisje suis trks deu>>.

Paradoxe
Cesjours-ci, les Haitiens semblent
vivre dans une r6alit6 insoutenable. Ils sont
les citoyens du premier pays A avoir brise
avec succ6s les chaines de l'esclavage et
6tabli la premiere r6publique noire, en 1804.
L'h6ritage et l'id6al de l'ind6pendance
sont au cceur de l'identit6 national. Mais
les ev6nements de 2010 - le tremblement
de terre, le cholera et des elections tru-
qudes - ont vu le ch6mage, la mis&re et la
d6pendance de l'aide ext6rieure atteindre
des sommets. �Mtme les chiens vivent
mieux que nous!b disait un homme, don't
la voix tremblait de col6re et d'6motion
lors d'un d6bat spontand dans une rue de
Port-au-Prince. Les Haitiens ont conscience
d'avoir besoin d'aide, mais comme Montas
le d6crit fort bien, ils se considerent comme
priv6s de leurs droits par cette (aide" qu'ils
recoivent.
RWcemment, une amie m'a narr6
une anecdote qui semblait A elle seule
r6sumer la situation d'Haiti depuis que le
pays tente de se remettre des catastrophes
de 2010. Elle marchait le long d'une rue de
Port-au-Prince, faisant attention, comme
toujours, A 6viter les nids-de-poule, les
gravats et les piles de detritus quijonchent
la ville. Un homme qui la regardait faire lui
cria, en creole: �Relkve la t&te!b Troubl6e,
elle cessa alors de marcher, se demandant
comment elle pourrait continue de circuler
dans la rue en gardant la tete haute.

Maura R. O'Connor
Traduit par Antoine Bourguilleau


Pr6val veut que Duvalier r6ponde de ses actes
(AFP) - PORT-AU-PRINCE - L'ancien dictateur Jean-Claude Duvalier doit rdpon-
dre de ses actes devant la justice, a affirm le president haitien Rend Pr6val lors d'une
visit surprise en R6publique dominicaine voisine, au moment ou Haiti est plong6 dans
une grave crise politique.
"La constitution (haitienne) dit que toute personnel doit rdpondre de ses actes devant
lajustice. Le gouvernement a d6ej fait ce qu'il devait faire, maintenant nous attendons
que la justice fasse son travail", a d6clard le president haitien, cens6 quitter le pouvoir
le 7 f6vrier.
Un des avocats de M. Duvalier, Me Reynold Georges, a r6agi en assurant que M.
Duvalier avait bien l'intention de "rdpondre aux questions de la justice". Mais "cela ne
veut pas dire qu'il est coupable", a-t-il ajout6 lors d'une conversation t6l1phonique avec
l'AFP.
M. Duvalier, 59 ans, chass6 apres quinze ans de pouvoir dictatorial par un soulkvement
populaire en 1986, a d6barqu6 inopindment en Haiti le 16 janvier.
Six plaintes individuelles pour violation des droits de l'homme ont &td d6pos6es centre
lui. Par ailleurs, il est poursuivi par la justice haitienne pour corruption, d6tournement
de fonds publics et association de malfaiteurs.
Me Georges a assure que M. Pr6val 6tait derrieree (le) complot qui vis(ait) A traumati-
ser" son client. Selon des experts et des associations de defense des droits de l'homme,
M. Duvalier, alias "Baby Doc", serait revenue en Haiti dans le cadre d'une manoeuvre
qui lui permettrait de retrouver les quelques 5,7 millions de dollars d6pos6s par sa
famille sur des comptes en Suisse.
Mais, lajustice haitienne lui a interdit cette semaine de quitter le pays.
"Ce n'est pas mon r6le de dire sije suis d'accord (avec le retour de Duvalier)", a encore
dit M. Pr6val, rappelant que la constitution "interdit l'exil et 6tablit que tout Haitien a le
droit de revenir dans son pays".
M. Pr6val s'est rendu samedi avec son Premier ministry Jean-Max Bellerive A Saint-
Domingue, oui il a rencontr6 son homologue dominicain Leonel Fernandez pour parler
de la crise politique en Haiti.
Le tribunal electoral haitien enregistre depuis vendredi les contestations ndes du pre-
mier tour de la pr6sidentielle du 28 novembre.
Une mission d'enquete de l'Organisation des Etats amdricains (OEA) a conclu que des
fraudes avaient fauss6 les r6sultats et recommand6 d'exclure du second tour le candidate
du pouvoir Jude Cdlestin et de qualifier le chanteur Michel Martelly pour un duel avec
l'ex-Premi&re dame Mirlande Manigat arrive en tete.
Le Conseil electoral haitien devrait annoncer les r6sultats d6finitifs du premier tour le
31 janvier.
Dimanche, une manifestation A l'appel d'une douzaine de candidates malheureux A la
pr6sidentielle demandait l'annulation pure et simple du premier tour.
"Nous voulons des elections sans fraude!", "A bas la corruption, nous sommes fati-
gu6s! ", pouvait-on lire sur les pancartes brandies par une grosse centaine de manifes-
tants d6filant dans les rues de la capital Port-au-Prince.

Grave crise politique en Haiti: lepr6sident Ren6 Pr6val A la
recherche de la mediation dominicaine
Santo Domingo, 23 janvier 2011 (AHP) Les presidents haitien et dominicain, Rend
Pr6val et Ldonel Fernndez, se sont rdunis samedi A Santo-Domingo pour d6battre de
la grave crise post-6lectorale qui s6vit en Haiti.
Les themes A l'ordre dujour 6taient supposes etre 1'6pid6mie de cholera, la situation
post-electorale et le retour des exiles politiques.
En r6alit6, selon la press dominicaine, le but de la visit de Rend Pr6val en Republi-
que dominicaine 6tait d'obtenir la mediation de Ldonel Femrndez dans la crise qui l'op-
pose A une bonne parties de la communaut6 international sur le dossier des elections
l1gislatives et pr6sidentielle don't les r6sultats d6finitifs du premier tour n'ont toujours
pas &te publiCs pres de deux mois apres leur tenue le 28 novembre 2010.
<< Nous avons converse sur la situation 6lectorale d'Haiti et sur les 6ch6ances qui doi-
vent etre accomplies en vue d'une passation de pouvoir en Haiti, telle qu'elle est pr&-
vue le 7 f6vrier de la pr6sente annde >, a dit Fernmndez lors d'une conference de press
A l'issue d'un tete-A-t&te avec le president Pr6val qui 6tait accompagnd entire autres du
premier ministry Jean-Max Bellerive.
II a aussi remercid Rend Pr6val d'avoir eu la courtoisie de venir partager avec lui les
difficulties lies A la conjoncture politique et A la passation des pouvoirs.
Le Listin Diario dans son edition de dimanche a relev6 que les 2 hommes n'ont fait
aucune allusion au cholera lors de la rencontre avec la press.
Le journal a 6galement soulign6 l'absence des ministres de la sante des deux pays et
du chancelier dominicain, une facon de laisser voir que le cholera 6tait loin d'etre le
theme principal.
La d6l1gation haitienne n'a pas non plus abord6 le dossier des vagues de rapatriements
de sans papers haitiens en course acuellement et la menace de civils dominicains de
passer A l'action si les autorit6s ne manifestent pas plus de s6verit6 vis-a-vis des Hai-
(EN BREF/ p. 14)


MORT DE JOEL VORBE
Nous avons &te constern6s d'apprendre la mort d'un grand ami de notre journal,
Joel Vorbe, qui suit de pres son aind R6ginald, d&c6dd il y a deux ans A peine, tous deux
d'une affection cardiaque cong6nitale.
Joel, un ancienjoueur du Violette, g6rait avec son spouse Sonia et son second
fils Pacha, la tres c6lbre Pitisserie Bdliard, A P6tionville.
Le quatrieme des fr&res Vorbe a succomb6 A une delicate intervention cardiaque
au Mount Sinai A Miami. Sa disparition laisse dans une immense douleur sa mere Madame
Marguerite Vorbe n6e Roy ; son spouse Sonia nde Gabriel et leurs quatre enfants: Dimitri,
Pacha, S6bastien et Naike ; ses fr&res et soeurs Jean Marie, Philippe, Charles, Dominique,
Edouard, Yamileh, Yacinthe, Marie Marguerite, Edwige.
Les fundrailles de Joel Vorbe ont &te chant6es le lundi 24 Janvier en l'Eglise
St Pierre de P6tion Ville, en presence d'une grande foule de parents et d'amis, et aussi
de tous les employs de la Pitisserie Bdliard, de SOGED, Vorbe et Fils et de toutes les
entreprises fond6es par cette famille industrieuse.
La F6d6ration Haitienne de Football a tenu A presenter un hommage special
au d6funt. Ancien joueur du Violette Athl6tique Club, p&re de l'ancien International
S6bastien Vorbe et surtout fr&re de la 16gende du football national, Philippe Vorbe, de
l'ex-international Charles 'Ponpon' Vorbe, de l'ex-international Edouard "Pepe" Vorbe,
oncle de l'international Fabien Vorbe, fils de feu l'Ing6nieur Jean Vorbe, Pr6sident de la
FHF, qui a conduit la selection Nationale lors de l'historique qualification d'Haiti A la
coupe du Monde 1974.
C'est surtout pour le Violette Athlktique CLUB un coup terrible car Joel et
son frere Philippe Vorbe ont ete parmi les plus grands philanthropes du Vieux Tigre et
de nombreuses institutions engages dans les activities du football, don't les selections
nationals.
Joel etait bon pour les pauvres, les sportifs, les gens de toutes conditions, un
"bon Haitien, un grand Haitien", un homme au grand cceur" qui va laisser dans l'affliction
des centaines de families.


Page 2


--. . . ... I xl I ... ... . ... . . . . . . . .




Mercredi 26 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 01


L'ACTUALITE EN MARCH


Les Etats-Unis revoquent

les visas de personnalites haitiennes
Le d6partement d'Etat americainvient de rvoquer les Philipp Crowley, a amend le gouverement haitien a suivre
visas de plusieurs personnalit6s haitiennes soupqonnees d'etre les recommendations de l'Organisation des Etats americains,
assocides aux irr6gularit6s commises pendant les elections de en autorisant Michel Martelly, et non pas Jude CWlestin a se
novembre dernier. presenter au second tour face a Mirlande Manigat.
La Section Consulaire de 1'Ambassade des Etats-Unis en Ha'iti
a revoque les visas des personnel suivantes:
Jean Joseph Andre MOLIERE Gerald GERMAIN
Dimitri Albert VORBE Jean Francois CHAMBLAIN
John Joel JOSEPH Fred JOSEPH
Rene MONPLAISIR PLEASE DO NOT BOARD THESE INDIVIDUALS
Lionel CALIXTE FOR TRAVEL TO THE UNITED STATES.
Volcy ASSAD


Philip J. Crowley, le porte-parole du d6partement
d'Etat a confirm que les Etats-Unis avaient rdvoqud les visas
d'un certain nombre de Haitiens, don't plusieurs officials qu'il
s'est refuse identifier. Toutefois, l'agence Reuters, citant des
stations de radio haitiennes, mentionne les noms du ministry des
Affaires sociales de Rend Pr6val, Gerald Germain, le directeur
de champagne de Jude C61estin, Jean-Franqois Chamblain, et
le responsible de la communication de la pr6sidence, Assad
Volcy.
La decision am6ricaine vise, comme l'a expliqu6,


L'objectif des Etats-Unis est d'assurer un processus
electoral libre, just et credible en Haiti, a dit le porte-parole,
ajoutant qu'ils n'h6siterient pas a prendre les measures ap-
proprides centre tout individu qui serait associd a des actes
de violence et de corruption. << Nous voulons voir la scuritW
et la stabilitW maintenues. Nous voulons voir les rdsultats des
Elections refleter la volonte du people haitien >.
Washington avec 1'ONU et l'Europe ne cesse de
mettre en garde Rend Pr6val sur les risques d'un second tour
frauduleux.


Aristide se dit pret i revenir lui aussi en Haiti
L'ancien president haitien Jean-Bertrand Aristide haitiennes. 'Aristide a le droit de retoumer en Haiti, mais on 1
s'est ditpret a retourner dans son pays, troisjours apres que lui interdit', a dit Brian Concannon.
Jean-Claude Duvalier, alias 'Baby Doc', a mis fin a son
exil, en retournant a Port-au-Prince.
Aristide, un ancien pretre exil6 en Afrique du
Sud depuis 2004, a longtemps affirm avoir &te chass6
du pouvoir sous la pression des Etats-Unis et de la
France. 'Depuis mon arrive force sur le continent
africain il y a six ans et demi, le people haitien n'a cess6
de demander mon retour en Haiti', 6crit M. Aristide
dans un communique. 'En ce qui me concern, je suis
pret. Encore une fois, je suis pret a partir aujourd'hui,
demain, a n'importe quel moment', poursuit-il.
Cette declaration survient au moment oni le
porte-parole de Jean-Claude Duvalier, Henri-Robert
Sterlin, a expliqu6 que l'ancien dictateur aspirait a
retrouver le pouvoir. M. Duvalier a d6menti ces d6clara-
tions, rappelant qu'il n'avait pas intention d'intervenir
dans le processus electoral en course en Haiti.
Haiti est embourb6 dans une grave crise poli-
tique nde du premier tour contest de l'6lection pr6si-
dentielle du 28 novembre. Aristide avait t& le premier
president haitien a etre Clu de faqon d6mocratique. II
avait &t chass6 par un soulkvement.
'SERVIR MES FRERES ET SOEURS HAI-
TIENS'
L'objectif de son retour, assure-t-il, 'est clair:
contribuer a servir mes frbres et soeurs haitiens en tant
que simple citoyen dans le domaine de l'Nducation'. 'Ce
retour est 6galement indispensable pour des raisons
m6dicales : il m'a &te fortement d6conseill6 de passer
le prochain hiver [austral] en Afrique du Sud, car en
six ans j'ai &te op6rd des yeux six fois', indique encore
Jean-Bertrand Aristide, 57 ans.
Le passport haitien d'Aristide a expire, dit
son entourage, mais l'ancien pretre espbre un accord
entire les autorit6s haitiennes et sud-africaines qui
permettrait son retour. Mardi, un avocat bas6 aux Etats-
Unis en contact avec lui a indiqu6 que l'ex-pr6sident
avait demand a renouveler son passport haitien, mais
que cette demand lui avait &te refuse par les autorit6s


le


4 ,
� FF;


SE('URITE
A vend re

"Chiens de race"
Appeler le


3457-9997


Ecoutez

Melodie Matin
Avec Marcus


d I o die



www.radiomelodiehaiti. corn


Meilleurs




Vceux

En ceite season de fe6te nos pense se townent
sp6cialement ves nos clens c a ~ i nous disons: Meci !
Merci de vote cwon~once ! Merc de votre soulien I
Merci de votre fidel toI


C'&ft e l ouOl ceur que nous vous soguhoaO.rn
un Joyeux Noe 2010 eT une Me eure Annee 2011.


1 UNIBANK

"fsons route ememb"
Wfff- . AC I P
or Irl...........o....


Page 3


L'EVENEMENT SOMMAIRE
Le pantin a vie ! p.1
CRISE ELECTORAL
Washington lance une frappe preventive : visas
suspendus p.1
LA POLITIOUE DE DEMAIN
Duvalidrisme et Lavalas et rien d'autre p.1
Les '3 dangers' p.1
ECONOMIC
Haiti, pays ind6pendant le plus d6pendant p.2
ACTUALITES
USA rdvoque visas p.3
Washington fait monter la tension sur le president
d'Haiti p.4
Aristide pr6t a revenir aussi p.3
JUSTICE
Duvalier doit r6pondre de ses actes p.5
HOLLYWOOD-HAITI
Sean Penn n'est pas un simple figurant p.8
LIBRE PENSER
'16 Janvier' p.12
AMENAGEMENT DU TERRITOIRE
Le pont de Thomonde p. 13
LANGUES
Mizb anba tant p.13


. . ....~xl Ix... ... . . ... . . . . . . . . . . .






UNE ANALYSE


Mercredi 26 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 01


CRISE ELECTORAL / EVENEMENTS EN CASCADE


Washington lance une frappe preventive;


premiers visas suspendus


(ELECTIONS... suite de la lere page)
d6cembre dernier et que son poulain, Jude CUlestin (48 ans),
cede laplace au chanteur Michel Martelly (49 ans) pour aller au
second tour face a l'ancienne premiere dame, la septuag6naire


avec un autre Mvenement majeur. En effet, nouveau coup de
thditre, on apprend jeudi que les visas am6ricains des princi-
paux dirigeants du parti pr6sidentiel (INITE) sont supprim6s.
D'ordre du consulate amdricain en Haiti, aucune ligne adrienne
ne doit les transporter aux Etats-Unis. Curieusement, le coor-


donnateur g6ndral du parti, le s6nateur Joseph Lambert, ne
figure pas dans la liste. Divisez pour r6gner ( ?), se demande-
t-on.
Done pour Washington, c'est la guerre. En effet, en
(ELECTIONS / p. 6)


Un porte-parole qui a trop parlM, I'ex-ambassadeur a Paris, Henri Robert Sterlin ;
il a etd dimenti par un communique signW de Jean Claude Duvalierpour avoir dit
que celui-ci souhaitait I 'chec des elections actuelles pourfaire main basse sur le pouvoir

Mirlande Manigat. Cette dernire accomplit un myst6rieux
voyage a Washington (source AFP, 20 janvier) don't ni le D- E le
partement d'Etat, ni I'OEA ne peut rendre compete.
Les autorit6s haitiennes semblent avoir choisi de re-
sister. Au lieu d'adopter tel quel, come l'exigel'international, la p r
les conclusions du rapport r6alis6 par une mission technique l
de l'Organisation des Etats amdricains (OEA), vendredi (21 De Edouard GU
janvier) le Conseil electoral provisoire (CEP) recevait les PORT-AU-PRI
contestations des candidates au bureau du contentieux electoral pressionjeudi sur le pr6si
d6partemental, apparemment d6cid6 a tenir compete (aussi) le retrait de son candidate
des chiffres sortis des bureaux de vote le jour des elections, le oi le retour de l'ex-dictal
28 novembre dernier. Et non uniquement des conclusions de tique.
l'OEA. Pres de deux mo
Le candidate Michel Martelly protest. D'abord la tion pr6sidentielle don't i
veille a l'occasion d'une conference de press oui il accuse le &te proclam6, l'ambassad
president Pr6val de manigancer pour l'6carter d6finitivement Rice, a exig6 des autorit
du second tour (au profit de son dauphin Jude CWlestin). qui repr6sente la volontc
Puis vendredi ses avocats se pr6sentent au CEP mais Mme Rice, qui s
pour contester le droit de l'institution 6lectorale Apoursuivre un rit6, a appelk le Conseil 6
processus don't elle a d6merit6 pour avoir accept de 'trafiquer les recommendations de
les r6sultats' au profit du candidate du pouvoir. amdricains, qui a constant


C'est la guerre ! ...
Les protestations de Michel Martelly coincidaient


L'OEA, saisie p
cessus electoral, a pr6nc
Jude CUlestin, arrive selo


Eiplor your aplionsr. HNule. from shipping
for thi holiday.
OCkte itru2 A-C&rW FbgOhl P O r. eift on* Wr U.B.
Ih. CarlEamn, Muticn, Saul. & inihr& l Kraum -__ _
" PiruFoI ACcorp�iGngI I h Ii u Ir 1 2-.


* *'c!UL WmDKO Wtbl4 anywhere 4
HNonh A ikc
* OtIci., ARok. Puy I Irmu Anilim
* AJr rlvW Sw~vc m wlh IhoI i ticbuNl
m 8:Up Volur Aoawu n Im WmwApm*NwI.Com


.-W I.5


�aB. M l ] II i fl .1 1 .n . i I
-Aw.! ;'Ai L- Lk h I L l fl r ." I a. w,,.
k, &I4I; 'L: .Lb...j.M 9'.dK" 51T:'.'?
h 'I 'k'-i-., 15 ".,, -.-.,,*l Ii


�-O r-" Ahryi * ' I ^ m .r -,T� IF


m-w A M"=


--gr
L 'ancien dirigeant du FRAPH sous le regime militaire de 1991-1994, Louis Jodel Chamblain,
faitpartie du corps de skcuritW de 'ex-dictateur (photos Haiti en Marche)



tions: les USA font monter


ssion sur le
IHAIRE (AFP) - Ily a 7 heures
NCE - Les Etats-Unis ont accru la
dent haitien Rend Pr6val en exigeant
du processus electoral, au moment
teur Duvalier accentue la crise poli-

ois apres le premier tour d'une 6lec-
le r6sultat d6finitif n'a toujours pas
[rice des Etats-Unis a l'ONU, Susan
6s haitiennes "un processus credible
du people haitien".
'exprimait devant le Conseil de s6cu-
Slectoral haitien a "mettre en oeuvre
e l'OEA", l'Organisation des Etats
6 des fraudes.
ar M. Pr6val comme arbitre du pro-
Sle retrait du candidate du pouvoir,
n elle en troisieme position a l'issue
- du premier tour, alors que
le Conseil electoral l'avait
class deuxieme.
Un chanteur popu-
laire, Michel Martelly, arrive
en troisieme place selon les
r6sultats prdliminaires, se
retrouverait ainsi deuxieme
et en position d'affronter dans
un second tour une ancienne
Premiere dame, Mirlande
Manigat, arrive largement
en tate.
"Nous exhortons
les autorit6s haitiennes a
d6finir une voie tres claire
qui menera rapidement a
l'investiture d'un gouver-
nement d6mocratiquement
Olu et 16gitime", a d6clard
Mme Rice, r6clamant la mise
en place d'un "calendrier
credible".


president sortant
L'annonce des r6sultats du premier tour d6but d6cem-
bre avait provoqud des violence de la part des partisans de
M. Martelly.
Alain Le Roy, chef des forces de maintien de la paix
de l'ONU, a d6clard devant le Conseil de s6curit6 que les r6sul-
tats definitifs du ler tour seraient probablement annonc6s le 31
janvier, "de maniere a organiser le second tour a la mi-f6vrier".
M. Pr6val achieve thdoriquement son mandate le 7 f6vrier.
En attendant, le retour dimanche de Jean-Claude
Duvalier apres 25 ans d'exil en France inquiete la communaut6
international.
"Les Etats-Unis sont inquiets de l'impact imprdvis-
ible du retour de Duvalier sur la situation politique en Haiti.
Mon gouvemement sait quel est le bilan notoire de Duvalier
en matiere de droits de l'homme et de corruption", a martel6
Mme. Rice a l'ONU.
Mercredi, unancienambassadeurd'Haiti en France, se
pr6sentant comme porte-parole de "Baby Doc", a annonc6 que
ce dernier comptait redevenir president. Ces propos ont ensuite
dt6 dementis par M. Duvalier dans un communique.
M. Martelly a en tout cas approuv6 le retour de
l'ancien dictateur, se disant meme pret a le prendre come
conseiller s'il remporte le scrutiny. "Duvalier est Haitien. Qu'il
revienne, c'est la d6mocratie", a-t-il d6clar6.
Du c6t6 duvalidriste, un petit group qui a rendu visit
dans la matinee a l'ancien chef d'Etat a 6voqu6 une alliance
avec les partisans du chanteur. "Oui. Nous sommes ensemble
avec Martelly", a d6clard a l'AFP Noel Nod, qui s'est pr6sentW
comme membre du parti duvalidriste.
M. Duvalier a &te inculp6 mardi de corruption, de
d6toumements de fonds publics et d'association de malfait-
eurs, commis sous sa pr6sidence (1971-86), selon l'accusation.
Quatre plaintes pour crimes centre l'humanit6 ont en outre &t6
d6pos6es mercredi.
Selon un de ses avocats, l'ancien presidentt a vie",
qui a quitt6 son h6tel en milieu de journme pour gagner une
residence priv6e, entend rester dans le pays, meme si rien ne
lui interdit d'en partir.
"Nous voulons r6pondre a toutes les requisitions de
lajustice. Parce que nous voulons 6tre blanchis", a d6clard Me
Reynold Georges.


-Pa Plus Bakory, Inc.4
NATURAL JUICE %.i J


11838 NE 2rn Avn.
Milam, FL 33160
Tel, 305-394-6118


Ca"nog Specilit
Cait, Paslies, Hrs dOluveM
thr amomCll


Page 4





Mercredi 26 Jam ier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 01


DE LACTUALITE


POLITIQUE: Le pantin a vie !


(BABY DOC... suite de la lere page)
La nouvelle 16gislation helv6tique impose la charge
de la preuve au pr6sum6 d6tenteur des fonds. Par consequent
aujourd'hui c'est Baby Doc qui est suppose prouver que l'ar-
gent d6pos6 (et qu'il pretend avoir hMrite de sa mere d6funte
Simone Ovide) lui appartient.
Et selon certaines sources, cette visit impromptue en
Haiti pourrait avoir &te organisde dans le but de prouver que,
loin d'etre poursuivi, Jean-Claude Duvalier est au contraire


The Guardian, le journal britannique, affirme que
l'ex-pr6sident vie a subi une 'operation chirurgicale majeure
fin 2009'.
II aurait eu aussi un stroke ou congestion c6rebrale.
II a aujourd'hui une demarche plut6t claudicante, un
peu comme un robot, et qui pourrait confirmer cette dernibre
hypothese.
Mais a-t-iljamais ete autrement ? Jean-Claude Duva-
lier, surnomme Baby Doc par la press occidentale en r6efrence
a son pbre Papa Doc (et du fait qu'il ait succede a ce dernier






91


D'abord aux mains de son pre, l'affreux tyrannosau-
rus, qui apres l'avoir trait a coups de pieds pour ses mauvaises
performances scolaires, l'installera president a vie la veille de
sa mort en 1971.
Puis aux mains de sa mere, Simone Ovide, mere
abusive qui en profitera pour regagner tout le pouvoir auquel
elle n'avait pas eu droit sous le regne de son maria.
Mere castratrice, qui l'empechera d'6pouser la fille
de ses reves (celle-ci apres un exil force New York, revien-
dra au pays pour 6tre assassinde (brfile vive) sur la route de


4I


Michele Bennett et ses deuxfils nes d un premier marriage avec Alix Pasquet,
don't le pere a ete tue lors d'une tentative de renversement de Frangois Papa Doc Duvalier en 1958


Sl i


Baby Doc et sa premndre spouse MAichdle Bennett a la naissance de Frangois Nicholas Duvalier


come president avie a l'age
de 19 ans), a-t-il jamais 6te
autre chose qu'un robot ?
Ou plus exactement,
come le soutient le nouveau
livre de Bernard Diederich,
L'Hrritier : un pantin.


Boutiliers.
Un Godfather avec les pleins pouvoirs mais sans
pouvoir sans ses longs couteaux, qu'ils s'appellent Luckner
Cambronne ou Roger Lafontant, et sans ses criminals en liberty,
les colonels Ti Boule, ou Lionel Willy, l'assassin de Gasner
Raymond, 6touffi enpleinjour a Braches (Ldogane) pour tenter
(BABY DOC / p. 7)


Duvalier doit repondre de ses actes


.11/ 1.. 2.;q I 0 _'' / - Lc picSidcln Ih llicll Roei PICAil i ,i lIl qlc I'wllcili dic-
Itil ll Jcii-( LiLudc DLu\I lil iC\'iCulli I iip iuprsc iclliIal ill H Illll , ipilC 25 ilIS d'C\ll dlc\il
Icpolidic: dc: ss icIs dc dlli I LIJustice
"LI cOIi ioLIIO 1 II Ill ille II i d Ill q lk IOLI pn IsonlIc doII ll cpolldli dc: sc: I ts d '\ lan
Li I Illsic Le ' n1\u n111cn111111 IJ deki fInll ql'llI d \ inll e f ll IInte 1 n111 11111 IioLs Jllelldoils
que L lJisticc liS soil I.i \ ll" ,i de lc cll picsid llt l ,Iti lII ll Si lli'dl lo is d'lIK \ 11 Site cll
Reptiblique i doillllllcili \1 OIIIcn "NOIs alllclldoilns LI deCisioIl dc I justice" .I-1-IjI .lOll
IappcLiIt qtu pOli l I IIIomeII n I'.Jillci IIlOIIni foI Id l 'HIIi I 1 ~" -I ' lI "f llS.I lllliqu nllKIll
l'oblc d'tiinK C IqiLclC"
"C II'csl s 111011 in ole dc duell si e sils d' iccod ii 1cc I IOcLII d DLIl\ ,jld " I-i-Il


percu comme un sauveur. Ses
premiers mots en touchant le
sol haitien dimanche n'ont-ils
pas Wt : 'je suis venu pour
aider mon people.'
La Suisse menace de
remettre les 4 a 5 millions pour
des projects d'int6ret public
en Haiti. L'op6ration-retour,
conduite de main de maitre
par la nouvelle compagne de
l'ex-dictateur, la francaise
VWronique Roy, veut d6mon-
trer que Duvalier n'entend pas
faire autre chose si c'est a lui
que l'argent est remis.
Pour d'autres, Jean-
Claude Duvalier souffre d'une
maladie incurable. Ils vont
meme jusqu'h diagnostiquer
un cancer du pancreas. Et il
serait rentr6 en Haiti pour
de bon. Autrement dit, dans
l'intention d'y passer le reste
de ses jours. Baby Doc a
aujourd'hui 59 ans. Mais il
parait au moins dix anndes de
plus.


soulil'nii i.lppcLilil quli Ii cOiiisllltOllI IIiiillciii "nlllidil I'i\ll ci cuiblitl quli ItoI H.lltiii i
Ic dIoil dc: icc:\ i:ll dil.s soil pi.12 s" NI Pic\ s'st . i . dll S.i llkdlii lu\c .soil Pieclli Illillllitli
IJcill-N Ii\ Be lln\ ic i Sintllll-DoIlllll-iIuI o L II i c ilicOlIlnic Sol I ollOlJloIO'-'l"c doIIIIlllicll L oIK' I
Fcillid lpOUil illkl dc Li Ciisc polliqiue ci Hjiill Il d IJ COIntclSii.lOl du pc!li iKl toLII
dc Li picSidck lllcIc dull 2 no' ni\ blc
Li listicc Il.llcintlc cliSt Si.lic d'lli' SCIki de pillici I iidl\ idliclls OIlclic J. klll-
C Iuidcd DLI\ ici 5' 1 iis ,ipica s soil icio l Hcll HiIii : ic il\ 11i'1 i I Li SiLick de 25 nIlS d'c\il
cii Flliccl NI D llin'll Ii pissc. qllll/ l/c nsl I. Li ckl d'llll IcI'-' II llOiolinincniII cll 01IOtlI i
\ Iolcii folidc Ipil soi pcic Flioil ii 1 '5"


C iK TA.CT US
TCLL R r E E. I -6 8 -38 3 -2 8 5
OR. 3 05 - 20- 30
FA.X .30 5- 20 -5 332
2CELL. 305-95-81 6 I


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCIHE .


s0.


U e t pur Six M


Gdes 280.00
US S 40.00
US S 42.00
SUS$ 70.00
_ US $ 70..00


GdeC 520.00
SUS $ 78.00
Sus $ sa800
SUS $ 136.00
-US $135.00


Etate Unir
Canada
Europe
Arndauo Latine


Dens I* es d'un abonnement
avae Ilwrlison, Ie coOt et o double.
Priic d~e p6Cifler sI vous 8t
uiI nouvel .honnn
ou a'll W'.git d'un renouvellnmrnt


Nouvieau
Ko3


Renouvellemnt


Page 5


NAn
Adrn


.x. ....Ix... ... . .... . . . . . . . . . . . l


FII 'BNEET ~t NMRH


--


-- ------,~--


CoDK.t ~ Upour Un An^^^


r-�~ ~c"
'�I

rrIL� IC~rZ






LA POLITIQUE DE DEMAIN


Mercredi 26 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 01


Duvalierisme et Lavalas et rien d'autre


(POLITIQUE... suite de la lere page)
aristocratic qui s'octroie la mission de gouverner ce pays a sa
facon et sa seule facon.
Le dirigeant lavalas doit au contraire ressembler
autant que possible a sa base pour 6tre credible. Le regime
lavalas se veut thdoriquement de type prol6tarien. Et participatif
('justice, transparence et participation'). Et d&s que Aristide
avait commence s'en carter (c'est-a-dire depuis son retour
d'exil pendant trois anndes a Washington - 1991-1994) pour
tomber dans l'exercice du pouvoir personnel, qu'il n'avait


le duvali6risme a &td le r6sultat d'un long et patient travail (en
doctrine et en actions) concoct pendant des anndes de luttes
clandestines et par des politicians chevronnes qui avaient fait
leurs premieres armes dans de pr6c6dents gouvernements :
celui de Dumarsais Estim6 (1946-1950) et dans la clandestinite
sous Paul Magloire (1950-1956).

Surtout dans le mal ...
La oi lavalas c'est essentiellement le nombre et rien
de plus, le duvali6risme c'est l'organisation. De la m6thode.
Nous ajouterions, surtout dans le mal. Pas la moindre hesitation


Lavalas livrd a lui-meme, comme depuis le second
renversement d'Aristide (f6vrier 2004), sombre dans la confu-
sion. Alors que pour le duvali6risme rien de tel que la confusion
pour faciliter son accession ou son maintien au pouvoir. Ou
encore aujourd'hui son come back. La confusion r6gnant ac-
tuellement 6tant pire que celle de 1957. Ceux qui pensent que
le retour de Jean-Claude Duvalier n'est pas un effet du hasard,
ne se trompent sfrement pas.
Le porte-parole Henry Robert Sterlin a vendu la
mache, meme s'il a &te aussit6t d6menti par son ancien patron
qui a trouv6 l1 l'occasion de signer son premier communique


L 'ex-president Jean-Bertrand Aristide


plus le meme pouvoir de conviction ni de
convocation.


Comme un poison ... b. _
Le duvali6risme c'est un chef, un -
pouvoir et un systeme. Papa Doc meurt, le
pouvoir a surv6cu avec Baby Doc pendant
15 ans, celui-ci est renvers6 en 1986, mais le
systbme survit comme un poison en chaque
Haitien (!) jusqu'au retour inopindment au
pays de l'ex-pr6sident a vie, le dimanche 16
janvier 6coul.
Tandis que le fondateur du lavalas,
Jean-Bertrand Aristide, force l'exil en Afri-
que du sud, en f6vrier 2004, le movement
apparait aussit6t sans une 6chine dorsale, les
dirigeants finissent par s'6parpiller aux quatre
vents. On les retrouve dans diffirents camps a
la faveur des dernires elections.
D'autre part le duvali6risme est nd de
la violence et la terreur (cagoulards des pre-
mibres anndes 1957-1960 qui sont les anc6tres
des tontons macoutes), tandis que le lavalas
6mane d'un concept de repr6sentativit6 des Journalistes et observateurs nombreux devant le Parquet de la capital pendant
masses dans un context d'l6ections a prior de Baby Doc le mardi 18janvier (photo Robenson Eugene/HENM)
d6mocratiques. Mais pas sans drives, celles-ci
menaqant rapidement de devenir la rlgle. devant la violence et la terreur. Pourquoi meme les adversai-
De plus ayant &te une creation spontande, le lavalas res font la difference quand ils qualifient Aristide d"apprenti
ne s'est jamais rdellement structure, esp6rant compenser le dictateur'. Car on sait ce que signifie la dictature quand on a
manque d'organisation par son immense popularity ; alors que v6cu sous le regime Duvalier.


Duvalier dans son message-retour oil, relkve la press, il s 'excuse mais sans regretter
(photo Reuters)


de press.
Un Sterlin, litt6ralement aux anges,
aurait lanc6 dans les micros que la strat6gie
c'est de pousser a l'annulation des elections
-actuelles, puis de sauter dans le nouveau train
electoral, et bingo ! vive Duvalier a vie.

Des commandos sp6cialis6s

C'6tait pareil en 1957. Le future Papa
Doc 6tait le moins populaire et le moins relui-
sant des trois favors don'tt le mulitre Louis
Dejoie et le leader populiste Daniel Fignold).
Mais Duvalier avait pour lui des commandos
sp6cialis6s dans 'action directed certains des
pbres fondateurs du movement 6taient des
marxistes convaincus alors que les communis-
tes en seront les premieres victimss.
Lavalas pour sa part n'a rien appris
dans ce domaine. Et lorsqu'il aurait pu faire ses
armes, comme apres le premier renversement
d'Aristide, le 30 septembre 1991, l'arm6e de
Raoul C6dras-Michel Francois (avec l'aide
'audition des services de renseignements amdricains)
n'a pas fait de quarter.
Bien entendu on devrait commencer
par rappeler que le duvali6risme a monopolist le pouvoir pen-
dant 29 ans en refusant les elections et en baillonnant toutes

(POLITIQUE / p. 12)


Washington lance une frappe preventive...


(ELECTIONS... suite de la lere page)
language militaire cela s'appelle un 'preventive strike'. Une
frappe preventive (ou par anticipation) pour avertir la parties
adverse que c'est pas dujeu et qu'elle n'a pas le choix.

Le rapport de 1'OEA ou rien ! ...
Le memejeudi 20 janvier could, le conseil de s6curite
de 1'ONU tient une stance sur la crise 6lectorale haitienne oni
la repr6sentante des Etats-Unis, Susan Rice, va droit au but,
placant les autorit6s haitiennes devant le fait accompli: c'est
le rapport de 1'OEA ou rien !
Rien, cela veut dire, pursuit Susan Rice, pas de
cooperation de la part des Etats-Unis ni de la communaut6
international. Haiti attend plusieurs milliards promise pour la
reconstruction aprbs le s6isme du 12 janvier 2010 qui a enlev6
316.000 vies et d6truit la capital, Port-au-Prince, ainsi que
120% du PIB.
De plus le pays souffre depuis octobre dernier d'une
6pid6mie de cholera qui a d6ji fait environ 4.000 morts.

Rene Preval va consulter son homologue
dominicain ...
Ce lundi 24 janvier, selon un communique du Conseil
electoral, les contestations reques vendredi au niveau d6parte-
mental seront achemindes au niveau national.
Mais on n'attendra sfirement pas jusqu'au 31 janvier
pour assister a d'autres rebondissements, et de plus en plus
haletants.


Ce dimanche les journaux dominicains ont signal
l'arriv&e samedi par h6licoptbre du president Rend Prdval et
du premier ministry Jean-Max Bellerive, accompagn6s de
l'ambassadeur dominicain en Haiti, Ruben Silid.
Santo-Domingo est la plaque tournante des n6go-
ciations et les deux presidents de l'ile, Rend Prdval et Leonel
Fernandez, ont toujours eu d'excellents rapports.
Oui, n6gociations, Washington ne saurait former tota-
lement la porte. En effet, la declaration de Susan Rice souligne
que le president Prdval doit 'thdoriquement' laisser le pouvoir
le 7 f6vrier prochain.
Et nous arrivons au second point majeur de ce ca-
lendrier a suspense : le 7 f6vrier. Date magique. A lire entire
les lignes, le mot 'thdoriquement' pourrait 6tre le pivot, le
levier pour d'dventuelles n6gociations entire Port-au-Prince et
Washington.

Couper la poire en deux ...
Le president Prdval a avanc6 en effet la possibility
qu'il reste a son poste jusqu'au 14 mai prochain (date qui
marquera effectivement la fin de son quinquennat), afin de
pouvoir installer un successeur l6u. II a mis en garde centre
la nomination d'un gouvernement provisoire. Historiquement
ceux-ci ont toujours eu pour consequence de compliquer da-
vantage la crise.
Cependant ils sont nombreux candidatess malheureux
aux dernires elections, parties politiques et organizations de
la soci&te civil) qui r6clament un gouvernement provisoire


comme la seule issue equitable pour sortir de la cruise politico-
6lectorale par l'organisation de nouvelles elections avec un
autre conseil electoral.
Washington et Port-au-Prince peuvent d6cider d'un
commun accord de couper la poire en deux (ou plus encore).
Vous laissez tomber votre dauphin et je vous laisse en paix
jusqu'au 14 mai. Et vice versa.
On devrait meme l6argir le cadre de telles n6gociations
poury inclure les 12 autres candidates qui r6clament l'annulation
de ces elections qui causent tant de problkmes.

Un dernier pied de nez ...
Mais il y a aussi le corollaire. Et si Prdval d6cidait
de partir de lui-meme le 7 f6vrier, comme ses opposants le
r6clament a cors et a cris. Et comme un dernier pied de nez a
la post6rit6 !
Que se passe-t-il d&s lors. Gouvernement provisoire ?
Washington qui, assez curieusement, s'estjet6 dans cette ba-
taille de toutes ses forces (et sans qu'on percoive trop bien ses
tenants et ses aboutissants), est-il vraiment pret a faire face a
cette 6ventualit6 ? A toute 6ventualit6 !
Affaire a suivre.
Voilh qui nous promet des jours par trop mouvemen-
t6s en ces temps oi depuis le s6isme tous souffrent de tension
haute. Aussi arretons-nous l1 pour l'instant.
Une seule certitude : 2011, attachez encore plus vos
ceintures !
Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Page 6


S/
tl


.c~l~ �I~kY I k





Mercredi 26 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 01


RAPPORT DE FORCES


Duvalier, Aristide, Preval


les '3 dangers'


(LES 3 DANGERS... suite de la lere page)
Qu'h cela ne tienne, le parti duvali6riste, PUN
(Parti Unit6 Nationale), le propre parti de Franqois Duvalier,
a aujourd'hui pignon sur rue. II a pr6sentW des candidates aux
16gislatives de 2008 et sa participation aux dernires elections
a &t6 agr66e 6galement, alors que le parti Fanmi Lavalas est
disqualified de toutes les elections accomplies sous le mandate
du president Rend Pr6val.
Beaucoup de ceux qui protestent centre le retour de
Baby Doc avaient tol6rd sans rien dire l'acceptation par les


solides.
En Allemagne, on veille que les nostalgiques d'Hitler
ou nho-nazis restent constamment sous contr6le.
En Haiti, les disciples de Papa Doc ont manceuvr6
ouvertement depuis plusieurs anndes pour faire revenir Baby
Doc d'exil. Et ils competent bien continue a profiter du laxisme
politique et administratif et de notre esprit de complaisance
illimit6 pour reprendre 6ventuellement, mais t6t ou tard, le
contr6le de la situation.

Un veritable duel avec international ...


Le deuxibme baron impliqu6 dans la mise en place de
son heritage, c'est bien entendu le president Pr6val.
Celui-ci est tout entier actuellement dans unv6ritable
duel avec l'intemational (Etats-Unis, France, Canada) pour
imposer la candidature de son dauphin au second tour (renvoyd
sine die) des pr6sidentielles. La Constitution l'empeche de
rechercher un troisibme mandate pr6sidentiel.
Ces trois puissances capitalistes pr6ferent un second
tour entire l'ex-premibre dame Mirlande Manigat et le chanteur
Michel Martelly. Et elles entendent avoir le dernier mot. Les
visas d'admission aux Etats-Unis des principaux dirigeants du


Duvalier conduit par sa nouvelle compagne Veronique Roy (photo Robenson Eugene/HENM)

autorit6s 6lectorales etjudiciaires haitiennes (a
commencer par le president de la rdpublique
Rend Pr6val) que le parti duvalidriste puisse
prendre part pleinement a la vie politique du
pays. Et le parti meme de Papa Doc. Le PUN
(Parti Unit6 Nationale).

Notre esprit de complaisance
illimit6 ...
Outre que les duvali6ristes n'ont
jamais fait leur autocritique. Cinqjours aprs
son retour et sous le feu des dossiers pour
crimes contre l'humanit6 qui s'accumulent
au Parquet de Port-au-Prince, l'ex-pr6sident a
vie a prononc6 vendredi un court message on
il regrette les crimes commis sous sa dictature
- mais aussi les vengeances exerc6es contre ses
partisans apres son renversement le 7 f6vrier
1986. Les fameux d6choucages.
D'ailleurs le d6cor style palais na-
tional don't on a entourd sa prestation suffilt a
montrer les limits de cette sincrit&.
En Italie la petite fille de Mussolini Partisans de Baby Doc b
est d6put6e, mais le pays dispose d'institutions ar ,lu,,p, Franni nDuvalipr avait r r,


'randissa
lnr cl hie


Le president Rene Preval decorant son homologue dominicain Leonel Fernandez
qui a volk au secours d'Harti 48 heures aprds le sdisme du 12janvier 2010 (photo Thony BNlizaire)
parti pr6sidentiel INITE (Unitd) ont &tC sus-
pendus. En attendant probablement d'autres
forces de reprdsailles.
L'international maintient que c'est
cette formule qui respect 'la volont6 du
people.' Mais sans le d6montrer au-delh des
mots (des menaces et des sanctions). En effet,
les candidates 6tant invites h presenter leurs
documents (procds verbaux obtenus le jour du
vote) devant le bureau du contentieux 6lecto-
ral, Michel Martelly s'y abstient. La veille il
tient une conference de press oni il accuse le
. president Prval de manigancer pour l'dloigner
du second tour. Et il demand h ses partisans
de mobiliser 'pacifiquement' pour exiger 'le
bon r6sultat.'

Les 'unites' r6sistent mal ...
Mais outre la pr6sidence, Pr6val
nourrit aussi l'ambition de maintenir le con-
tr6le de la majority parlementaire, autant que
possible dans les deux chambres. Au s6nat,
nt le drapeau noir et rouge c'est pratiquement chose faite. La coalition
icolore national bleu et rouge (photo HEM4) (LES 3 DANGERS / p. 12)


POLITIQUE: Le pantin a vie !


(BABY DOC... suite de la page 5)

de stopper le movement de la press ind6pendante.
Et qui pour dchapper 1l'6touffante emprise de sa mere
et ses sceurs, n'ira pas come Caligulajusqu'h faire assassiner
sa mbre, mais a la remplacer par une spouse qui soit plus forte
de caractbre.
Celle-ci, Michble Bennett, fit tant et si mal qu'elle
pr6cipita la chute de la dynasties plus que toute rdvolte populaire
n'aurait su.
Et une fois en exil elle se d6barrassa de son lourdaud
de mari en important presque tout le magot.
Et le voici qui nous revient aujourd'hui sous la cra-
vache d'une autre amazone nomm6e VWronique Roy.
Trop heureux !
En effet, nous dirions en un mot que ce qui lui arrive
l1 aujourd'hui est peut-6tre ce qu'il peut arriver de plus heureux
de toute sa vie a cet enfant bouffi de sucreries et de flatteries
(y compris celles d'une elite qui ne connait d'autre dchelle que
celle du pouvoir) devenu trop vite dictateur a vie avec droit
de vie et de mort sur plusieurs millions d'6tres et d6jh au bord
de la tombe quand d'autres commencent a peine une carribre
normal.
Comprenez ! Hier Jean-Claude Duvalier 6tait prati-
quement un clochard dans la solitude froide rasant les murs
de Paris.
D'un jour a l'autre, le voici propuls6 a la premiere
page des joumaux et magazines du monde entier.
Conduit mardi au Parquet ou il est accuse de vol et
de d6toumement de fonds, tandis que s'accumulent aussi des
dossiers de crimes contre l'humanit&.
Ses avocats ne plaident pas la non v6racit6 des faits,
mais que les plaintes n'ont pas &te introduites avant l'entr6e
en application de la prescription.


Depuis son retour, il doit donner une conference de
press mais jusqu'h present rien.
Quels sont les sentiments de Jean-Claude 'Baby Doc'
Duvalier ? Comprend-il qu'il n'est plus un 'bCeb' ? Que le
moment est enfin venu pour lui de se comporter en homme ?
II a aujourd'hui la chance de sa vie. Qu'il s'asseye au milieu
du Champ de Mars, s'il le faut, et confesse les p6ch6s de son
regime sanguinaire ... qui
rencontrent aussi, il est vrai,
beaucoup de nos p6ch6s ori-


ginels de nation nde dans le
feu et le sang sans qu'on nous
ait jamais donn6 la chance
d'apprendre n transformer
ce feu original en 6nergie
cr6atrice.
Mais Jean-Claude
Duvalier peut-il avoir des
sentiments ? Sait-il au moins
ce que c'est? Comme cet
ouvrage des anndes 60 in-
titul6 : 'Un tonton macoute
peut-il 6tre un poete ?'
Baby Doc a une
chance de sortir de la solitude
6temelle a laquelle l'a con-
damnd la malchance d'etre n6
d'un affreuxjojo comme son
pbre qu'il appelait lui-meme
avec ses proches : le tyran.
Ou maintiendra-t-il
aujourd'hui encore que 'pitit
tig se tig' ?
Un tigre qui a tou-


jours emprunt6 les griffes des autres.
D'apres The Guardian, plus que de ses anciennes
victims, il doit en Haiti se garder de ceux avec qui il avait
invest et qui refusentjusqu'h present de lui verser sa part des
revenues.
Milodie 103.3 FM, Port-au-Prince



Avi Pib1 k


I.I~ruI1 -


Yo avize piblik lan de chanjman sa a ki fet nan adres

biw.o vot sa a ki ekri pi ba la a. Sipevize Eleksyon an fe

chanjman sa a dapre Seksyon 101.71 Lwa Florid,

CHANJMAN AN PEMANANS

NAN BIWO VOT SA A

S I S'll OV KA


Star Lakes Association. Inc.
301 NE 191st Street


Lester Sola. Sipevise Eleksyon

Konte Miami-Dade


212


Page 7


. . .... ... ... . . ... . . . . . . . . . . .-I


pur iuquui i-r i ut3 �uvuitvr uvutt rumpiucc iv u






HOLLYWOOD - HAITI


Mercredi 26 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 01


Sean Penn n'est pas un simple figurant en Haiti


(Port-au-Prince, 22 janvier) Sean
Penn est arrive en Haiti six jours aprbs le
s6isme avec une 6quipe de m6decins et de
sp6cialistes de l'aide humanitaire qu'il venait
de mettre sur pied. L'acteur am6ricain devait
rester deux semaines. Il y a pass plusieurs
mois et fait encore aujourd'hui des allers-re-
tours r6guliers Los Angeles-Port-au-Prince.
Ici, au camp du PNtionville Club,
le <> ne signe
pas d'autographes. Presque personnel, parmi
les 55 000 rdfugids, ne le connaissait avant
qu'il d6barque 1l ooi l'arm6e amdricaine venait
d'l6ire sa base.
Un an plus tard, l'arm6e amdricaine
est rdpartie depuis longtemps. Les 55 000
rdfugids, eux, n'ont pas boug6. Et l'Nquipe
de Sean Penn, compose de quelque 200
employs haitiens et d'une poignde de jeunes
Nord-Am6ricains, est toujours 1a.
Renette Maurice, qui vit avec ses
six enfants dans un abri minuscule a travers
une fort de biches de plastique, n'a jamais
entendu parler de l'acteur de Mystic River.


L 'acteur Sean Penn apporte son aide a des deplaces du seisme


Banque c de Rtpublque dl'Ht
La Gouvernur




APPEL A MANIFESTATION D'lNTIRT POUR LA SELECTION D-UNE FIRME POUR LA
VERIFICATION DES CTATS FINANCIERS


La Banque do la6pi bqge d~Ha ATU (BRH). organlfnI pubfMI joutlsamn de I personnallil
jundrque et da rautonomife nianclre. yant s -i siAgo principal A Port-au-Pdrice. desLre
recnuer uno t itr daudil pour la vrtfication de o 6tal rl nancers {bi1an. 6tat des lrevnu
et dpano , t des mouvwrmets de Iord, 4 at de r1'voution du capital t ds cornp4eos do
serve, nooros aux dtas financiers) i I'6misslon dW'une letre de gestion u 1w corntrf
terne, on vue davoir urne opilnon sur ma slluBtlon finarnIMre atur *" rtiualntn en
conformt avece pripeas ~optableas gnror lemnf eo connune a eveO rorm0es
Inltomationals d'audciL

A cel ellot, i Banque de la I16pubBquo d"Hall Invite Bles ire 60 s oubrntre leurs
expressio dit lntrit oocm4lom tment la Iold du 10 juin 2009 (arlild& 35) WIatl s rgles
generals relatives aux mar1chi publics at aux conventions Od concession d'ouvrage de
swvic pub. l Lea Firnms rwionaw el iontuai dTone ~ bov rt p r toutes lee
inftrwtnons qu'elle jugenl tiles A I'6tabflBsanwl do eur quafication pour I'exdcullon d
0o prestationsL . nretment

* Laur prdsentation
* La couple de eurs tast~ t d Idoct conaltuttf ;
* Ls r,'frorxeS do leur(s) reprnscntcuw(s) lial (aux) acconxpagn6(a) dos
docimentg 6ta nl ce faith:
* Lee troa dermifta 6tab inaci:era
L Lours rfrencesa dew m issons m4Ilalres r~alk6es duwa1t ls inq (5)
domnnres annea ;
* U Ai t1oi dix 10) an wa d'expricnoC contlrnue en audll financier ;
SDe rexpdrienro ~cfn toe sactur bancaire ;
* Curriculumn Vilae d pri c cpaux Intervornmi (Nsveau d ormontioni des
prflcipaux Inrve~ant* : n (5) aana dKexp rlence n audit Jinancier, lioence,
rrinrnMurm do 4 4annea d'4tudee unersalaires carmpl6tdes avec uccBs. Las
IIcences en Scierccs-Comptables aont un alou1 majour).

LeB Iirm namitnales devront foumrr an phs :

* LI.r p tosser fiscal I jour (quitvs tsal de type C jour. carte di-kentibh
profesUsinnelle. cart d'hnmnatricukjalio fiscaLe, certlflcal de paetew).

La fimre snea onrgage po~x unmakdat d'une (1) anrnee, renouvelabe dek fte aft de
couvrir Ls Itoe (3) exercoes (exercsick ftaux 201-20. -2011. 1-012. 2012-2013).

TOuW firme ayant soxcut b ~x (6) mandate conas6cutis n\Wt pas t abilt i partciper a cut
appol Ia manIfeIlatron dt"lnfr6t.
Leo flames Inltas6ea sont invijdos a taioe pae r ou ddpotsr tour dossale de
cnndidlature ou, ernveoppe terry tO et sceuBe portort In mnton - Appel & manlifteatlon
d'int6rdt pour la vddrflcaUo* dD 6 tat lFnanelers -. au pkus ard, Jo 31 jarwier 2011, a 1Q01
am, a rA0div e suivanle :
Banque de ra R6lpubllque d'Hlai
Cio Comrnssilon Sp4iialisde des Matchts Publics
Angle des rus Pavee et du Oual,
Pod-au-Prince. Ha7U
Thlephonm (500) 22 99 1210, O509) 22 99 1171. Fax (00) 22 99 1045
E-mail : csmpO@brh.n l.
Les raultats dI la pr-qualliication sartM publas dans unf d6tal ne ddp5siunt pas o vei
(20) Joiursouvrabtw a uat la 6amne d'ouvedwu des pla. Las doliers incompleot WOent
rejoeli. $sulos les firnnes donrt les cCidalurf s fuont rnet"nues ser"ont invils A
sournelre des tofres,


Pot-au.Prince. e 17 ddoombre 2010.


L'une de ses filles vient a sa rescousse: < oui, il est avec J/P. Je ne savais pas qu'iljouait
dans des films.>>

J/P HRO, c'est 1'ONG fondue par
Penn apres avoir r6ussi a convaincre la philan-
thrope Diana Jenkins d'y investor de l'argent.
Beaucoup d'argent. J/P HRO comme dans
Jenkins-Penn Human Relief Organization.
Au fil des semaines, l'artiste a rdussi a gagner
le respect de l'arm6e amdricaine et des nom-
breuses autres ONG a l'oeuvre dans le camp,
si bien que sa direction lui a officiellement
.t confide.
Dans les heures suivant le tremble-
ment de terre, des dizaines d'Haitiens ont
envahi les pelouses du parcours de neuf trous
situd dans les hauteurs de Port-au-Prince.
Comme le terrain est en pente, les militaires
americains ont construit des rigoles a l'aide de
S sacs de sable pour dvacuer l'eau.
Le camp est devenu l'un des plus
gros et les mieux organisms de la capital. Il y
a des douches, des toilettes, de l'eau potable,
une cole et m6me un centre de traitement du
cholera. Des sinistr6s sont embauch6s come joumaliers pour
ramasser les d6chets. < au moins, on a un peu d'argent>, lance Claudy Valm6, 19 ans,
sur un ton amer. Ils sont pays 300 gourdes par jour (7,50$
CAN), mais il n'y a 6videmment pas de travail pour tous ceux
qui ont perdu le leur.
Lejeune Haitien a souvent crois6 le < du camp.
>,
poursuit-il. Un ami de Claudy a une opinion plus tranch6e.
< nous, on mange de la poussire>>, dit-il.

Retombees
Si la popularity de Penn aide a rdcolter des fonds
auprls des donateurs priv6s, elle apporte aussi des retomb6es
insoupqonndes. L'artiste Yves Claud6 Georges Fils a install le
> devant sa tente. Il peint des scenes post-tremble-
ment de terre dans un style naif. d'acheter vos toiles>>, lui fait-on remarquer. < qui visitent le camp comme vous que je les vends>>, rdpond-il
avec un sourire.
Vrai: le camp de la vedette amdricaine attire plus
attention que les autres. Ici les rlgles 6tablies a l'6gard des
m6dias sont trbs strictes. Toute demand d'entrevue avec ne
serait-ce qu'un employed de J/P HRO doit 6tre approuv6e... a Los
Angeles. < en Haiti>>, indique une porte-parole de 1'ONG, Lauren Rajczak,
qui nous a refuse une entrevue avec l'acteur amdricain.

Un bras droit qu6becois
Le bras droit de Sean Penn sur le terrain, c'est un
Qu6b6cois. Il s'appelle Felix-Antoine VWronneau. II a a peine
30 ans et porte le titre de grant des operations. Il travaillait
auparavant pour la foundation de l'ex-pr6sident amdricain Bill
Clinton. Trop de discussions, pas assez d'actions. II pr6fere
travailler pour Penn.
D'autres ONG critiquent celle de Penn pour vouloir
trop en faire et 6tre disperse. < les Haitiens. Je te done un example. On s'est rapidement
rendu compete que personnel ne faisait du d6blaiement de debris,
explique le jeune Qu6b6cois. On n'y connaissait rien, mais on
a fonc6. On a fait venir de la machinerie lourde, puis au fil
des mois, on s'est rendu compete qu'on 6tait parmi ceux qui en
avaient le plus ramass.>> M6me chose lorsque MWdecins sans
frontibres a quitt6 le centre medical qu'il avait mis sur pied
au camp pour r6pondre a d'autres urgences. < obliges de reprendre le flambeau.>>
Bien que le nombre de r6sidants du camp n'ait pas
baiss6 d'un iota en un an, 1'ONG de Sean Penn ne se d6cour-
age pas. La majority des gens proviennent de Delmas, la zone
voisine. Les rues ont &td d6blay6es, mais les maisons d6truites
sont toujours a. < reloger. Si d6blayer cofite cher, d6molir c'est encore plus cher.
On est a la recherche de fonds en ce moment pour le faire>>,
souligne son bras droit.
L'acteur amdricain a r6cemment d6clard qu'il ne lais-
seraitjamais tomber Haiti. serai chaque fois queje ne travaillerai pas aux Etats-Unis, pour
le reste de ma vie>>, a-t-il dit au Hollywood Reporter.
Si l'acteur a essuy6 quelques critiques, il a aussi en-
voyd quelques salves aux experts de l'humanitaire. < faqon de faire avancer les choses, c'est de travailler come
une pieuvre, avec plusieurs bras qui interviennent sur plusieurs
fronts en m6me temps. Certaines ONG se prdoccupent plus
de preserver leurs propres int6r6ts que de travailler pour les
Haitiens>>, a r6cemment dit dans une entrevue a un quotidien
franqais cet acteur associd a la gauche militant amdricaine.
Parmi toutes les vedettes am6ricaines qui ont visit
Haiti durant la dernire annde, de John Travolta a Brad Pitt en
passant par Sarah Palin, Sean Penn est le seul a 6tre rest.

Lise:


\e I 3enMardiel1


Page 8




Mercredi 26 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 01


I BANOUE NATIONAL DE CREDIT I


," ...
I-- '** �-* .. . .:
r- *-



~;CCaC
aEI


12 janvier 2010, la Banque Nationale de Cr6dit (BNC) sal. .

de toutes les victims du tremblement de terre, en g4ndralt celle de

ses employes, clients, partenaires et amis, en particulier.



La BNC en profit pour renouveler ses sentiments de profonde sympathie au

pays et aux families si durement eprouv6s par cette catastrophe.


Les soubresauts de l'ann&e 2010 n'affectent nullement I'ardeur de votre

banque a vous accompagner dans le financement de vos projects et A par-:

ticiper aux efforts de regeneration de ]a richesse national. Sa mission, apres

cette catastrophe, est de vous donner la main et de travailler ensemble &: . -

la reconstruction de notre pays.-.


........ ".. p.'.
i,- > BNC: Votre partenaire pour la reconstruction d 'Halti. .

� .w.



tt. C L. .. . " .. I� �";,=,":-,
m ', L � i' i mi i ---..a


Page 9


. .. .~lx I ... . -.... .v -... . . . . . . . . . . .- - - - - - - - - - - -1- -






MIAMI DADE COUNTY


Mercredi 26 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 01


x xlx .. ... .. . .. .. . . . .


MIAMI-ADE
-w&


AVI LEGAL
D:Pi Lmu Flui d FS9.8 .7 up ,,-e 1 7 r fuki wu ii b, phu l - h.z I . :K : e. fr.u er: .nir~:~ul u -nr~ e Il mIln Eli Fl.d ru; d. 9 . libtpu-. it'e Tu., Iiur~. :uu Lu 1i l; . Il~, i [L-fl Kir M ~u ii * D-:de.
F 3r d pc pi e? K'tt V11cpti f m -p:y1n te 0C a u i Ic k aIb rmFne !nli- vfl:n , u Ikr .B boW i: f la * : %, :a rfll| ^r. pi P ill u u. i.- nn -lui MI td?.ond F-,mll[: : wi p' r 3 ioli !pi f po rpr - :- a I r: a *,, e- dw:
mnr n Spyvtr E Clesln efl d$cr i :t ( : 0 i do v: rtirr np 1I - ";n FIl~ CitL-iptym rt. "r3.) [ Si n g y.n s, inksrn kneiun ;, kI:� tl r lrni;i ic al;kl'l�IpC i El(' ibin oSp1 nEn ZIQ H(I El'h AI\oAle. M;nri. 'i . i - �:
(e. 3B-649H-833.
Top orlie: Dentor adre. non leil: Yop uize. DeIITe odres mrin el s:
Srcoa. J:;'- V 4954 (1i '31Tl AnniH :mi F. 31ii (v-mn;nam'i PFiIliipW 415 ? I, l"hA r-.--ni FL R3142
Arn i'are m S467 NWW1h Akir n IA lnrcl F1 31 i Cm-nin;a m tl:hrlir . I B R I:nrn- Blvd hin- FI 3-137
, n kline F77 i 1991i I M ~ r: nF 331 9 Do�k n;. -r- A 4"d?5 .:~i*r 5 Wia- F1 3. 76
Auiln li.--*..-i '* IE IlW741h rt rn FI .p D SR ); In( - .5 7hIF 5 t 10 Miami m l I 11 i.4
A ""-. JR J:yf 13950 I ~i, K r lal ir IN 3.m mi ]i 05 O. : . J L .415 rA' I~Th "er' : -' FL33Lr l4
A' 'f.: JR S a; . *1 ' 7' 1h B, V :n FL :141 L -:; - JP EiM tua S . '; D ;i A Mirr FL IJ ` .
A"'ar , J~ r r9$,.Y 4 5 1py T am L33144 O'_:- Laior 3SD '. * ' . ' M1,:mi F. 33131
A' rdie Alua J E 91 F'o.a:e Art 0318 S.r iso 4L 13154 1.4b-. *i B!a S . IS4 SDN N 52Nd O' am. FL 33193
A * o. Enl dI iN' f ;I iWi a-ft ; L I ' Diu iSR J-Tge A W& 5151 5& ,q 112 -1 ul.ch -'. 13D':4
A- _-, JI -P' ;Ji- ,' S3 1 :-- FL ]' . S : JF! 0 .U::; h :-: ([ V . J I,,'
,*-,,: i .,.l -.'. J. '("' l' I ! i . . : - ' /1r:,1 LI: .- :,' ".-ta 3lH , L, :,;i U :-ar J : . h ].: U l .c:, " . I. : U;.1 D,:r S '.:'-: 1.I,'. - . Y :- ; .;a:- I ..: ,
AL'l. u IE H1 IH 1E ls 13 1i ,l No'i .am i t La 311S I D 'cldicn (hnri'-.;hl - D 316 NW ! 1 ' 1I # 6 I n M FI F t 3SO
S M -N i Y ?4Y NW rRd s : -I FI 31lS D; lm i. I KdnK Jj f9 1 NF $1 01 Q 101 li.nE d %l FL 03J
A. v-n;n .i 4' 2405 NW 54T111 `I.:-. FL 3231&1 JDoulum, Mor',l 'ta f 54 1'. 51 Pcm#lerad fI �3 M-0
K ly. rif 17031 h [ 6T CI 4 Kam k4;h L311 .:... .- - F N[ v.; TII I4 a ; 1TAvi FL 3113"
kr rJilTrid 290 m Sn id - G 0 M iF FL 213PO Di--. Yt. arT T 101W E ICcl PI: n -L 33L157
I L-i i771 W I l i.Moarr FL 33'5D Ed-arcs. k rer bJ rt L E10 (E 18lThAte 9 u..r ' -':..: !; 3.311}3 El. I i' A,;",i ' 7s'h 51 M:m, Fi 31147
i- i .lesiF B5S 5 I d Art d F l ar FL 33 77 - ii K C- TrT� K 7. C 9, a n FI ]31.3
e '. Art ' # B :Ii FL flIIlj F ; Jul ,, J Nl 5"h S .i l : f. 31 1I
:. ln? H $'PXO ('I 6f1 MI Yii ] .3?A I ei- L3;if:v N 18/ hri'8 L I II I ur k '.rli . i )L 3)(
. u:, J:-"; ci",l - ' I rJ .d '. : . - . 1.' . -., *. ' 1 ' ":'J ,h " ' l,- " ..m. '.'
S;nlo- AsierW 12310 w I.'IS i I M:mii 33 F.c:Kr H.-:7b"lA 2241 NM ilh S' '.mi iL13JlI
k- 11: Brin J ,".Ji Ho!dini Avt W5 :cmi Bime fFL 331141 F-.c:Nc Mci l M i 7 hA 197h Ae 7M1i mol IL UI 5LM
SI.:.'.ii. :hn'l D 11511 SP lTr h l r Y :-i, F j 1$5 F:. s GaIry 117 'F : t Sl 51 M;r FI 3361
i nKi, Lre 20 1 -.1:n; .:O:L-, oFL:o~10O FO n ;-,r G 1: -'4T A. .i:-,FL 31K
Sn'*,h-. Ar ';n T 131 NW651h 1 u,r:- FL 33147 F'~-h Wilq "-; r'415t 51 :E M;in. Fl 33 14
i'oar L. R 10275 MClIhn Ae s5'2t d0 am FL 3'5"4 G c. Alc '. SA. : Si i,om FL3:'65
o'a. V':'T o 2'.'- S 23Rd Tei A.mi 13145 Co'dve. Jo-r 1 755 ',1W 1" Wh 51 Si i F. 311 S
SLdpt Bjldojfb 1441 NW '9Th 51 1Y7 WUia FL 33125 CSil , T.._ N 47'i, 51 iiF.- I 3314?
-.* l, j i i ? . ?S P i h . -illi v F .':.. B.- .:. E To!. 'i F.3i-: :11. ;. F. . '
$'-uin SR, j 1301 NW51S l .SI um;i LL33142 Gi M. Adin ,3B IW '02Hd 5' itii F. 331 ~
- . : . f ; 'L 3: 1L- R iO ..N :ii' L j i : ' ".. -:1- "-. �. r i / 1 ll ,I a :..1 . :.JI4;
SE-n'on Ra, , ll C 1971 NW 'if- SI it-i i Fl 31142 Gi;. Sly ile iA 21 i i' 17"1h' Atr # l i:mrri F. 331l3
i 'An I V.-l'n 11 I NW 93.'! ~l n0- iGo-dn,, l 33169 Gl:rwr 15 Yi fhi8 S D NW H '' 3Rd t #,ami Fl 331
..lfxr.hhailriI ( W7 I 'Th 5'HK:" F FIB:D Gon3lr i Cibfl O0W 1 t 1"i 3'3 In- Fl 3113.
. " i. Hlhnr N iF7 " Y:9- . 1 -::i thir-I FI G' r;nI Fr. I 17 r d"1h 0 H E7ln ; . i n ' .~i:
Cn -, f': kI;ct P 41 i '."- eMA , I FL GMW F-oreIfi I-::..- : T 5 70'1W 2Ni ,-- FL 13'7)
n: :" Ph pG 128 59 141htIlv V 1l .:'-K31I15 Cirr lre: I.'r F:.*F 6*45 W -ii1:-FL3412
(ool0 ,tmo 19,25, &iilll Ae ",-l. ai- : L3312C 9G rire. z e!o 0 PO G.':3 Li';I : f ::: C.- FL 33034
(oCarr. i|o:ih B E941 Sw61Stl( I #61'4 L 'S F[1331l3 GLrotct, Frs L ,( C S D ':Ina Ln Cidrotde 4C(I : '
(oaro L7n:-dJ "J '2.:7 ]' 2 51.. : F1 5 WI- FL33'42 H l I 1 s r D '3910 3 NWI 1ThA~ .llarm FL33'67
Chi-:p Rli236 3 NW 63Rd 5! 'MiiT :L j 1l-1' Ha" n'iRd ui.;yA ' 2t2 NW l7Wh 51 ;i6 e -.i-: FL 33.! 0.
(Ic'k (eiwn 2165NW~ d3dS' i W:irI ;L ]l- Ha11-1-df Dant:E~ 3 5997 S6'6 h .'-:.. V :iI FL33143
\:-. * L.m :*:'. *l ' .r' '' 'H.-:-' ' ll J.-.i . r'J- :r L : LO * Yy I'-11-'Ii 9:-i. $ i;
*: l:ll:-.lr:-,ln ". "iS:.-'j fm ;':-1i- ',l d . *l:.-e*-". :il J."J: .:;'h- III.: "it:; 9'Il .:IW .l' ." :l." ^ ;* 'Ir/ ]r -.;.::h i. ]' JlL
(o:tn . Arw W n6 H 15 Ar V. :-, 1 31l? Hol ir:i . 1ri OD 'n ll w ?w4 h 5I tomrn FI, 3165
:!1:. ,-, A-i;nio T 9T3 NKA Ii5 d ' AN; . Lmi rien FL 3J35 -Iv* * r -.n.i R h5 5 501i ?rh 5r' Titd 3i54
(o-aC Iloi C 17OT6 S'A' Drh Lin gWil FL 373_ H__ Mley rkkiA 290D5W 14h S! 5 o[do I( 7i FI 333A
(o-trc Aniit:hi? C 2?N CW '92iNd f Ni:nA i E&fjY:i! FL 320A,5 r"'** r Ii iN 143 NE '- 2PAi La ro roj L33
(CoA< h ....-;. 'I 12~1 INE 4Th Ae Ui- FL3 ,'3i MeHr:-d akrl:n A 1 51' 51 9 A.:-i FL 33 -35
(orrl JR. J~rrt iL 21 3II ~:oe : U Op L4ll FL ~1304 HM'n:-df a.1 ', SA' 14Th S', -m:i FL 3145
(rm Orit A:':wr . LiS3NWl 24Teh Ci -I i FL ].:311l-: I-.-.0. : '] n ! i42 . -I . D i ': '. F. .:*I.!?


Lesser Solo, Sip-'ize Eleksyon Koai e Miorni-Dnde





Kl'nrifi.l-t' iti allf fhi

F or.egl IadsIIIot Iegaads liia mida v li I


Page 10





Mercredi 26 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N� 01


MIAMI DADE COUNTY


Page 11


Kfntinhvus \ �'ft pu] pr,,.sedatln n

Yop avice: Denye odre4 rarm reils; Yap a ile: Denye padres nan ie|s:
"t,.i . -.,- ' :,. '." l ; I \ . ", r ," d. :i F. .]J"'..J F-.'.e ,., :-,,:'- . :Ft. iA." ., - ill -"L 3JL.1
*i.;' 9 3d J F.ide U'! Fhd i CrF. _ F: C _ ki N.:4ru _445W Ii4 S5ThC e iC dl 0 430lM li FL 33193
1,; *'.*A. TILI.. .r 'iY .?ETISIA . .i i. . .'j ,S-:l S _I , Iu.'. 1 *, * 'iA'IN 4"'i ''., F. 3 '42?
SII Wd-n." E I 'W _io ' . 'U13. :l'- FL 1: .. .'J.' jS ( i]I t N ' i9TE SI a 4 [35J
Vi B['EkKJX.J I 54wTh 2 99 5 L #I . 4F4 FLiln JR toJ, rtrr ;L #135T5 * Mr- FL :3:*7V
ir--n .-. ,- l I .h l.'l- - n- [1: ;..1,I 7 -1 -. : .-h: .1r, ' I IT' w : . - :I .'!..'
i 1n rd f Rlni P PDBiO iS. Mi'3 r F- 1.1197 Full. In rrroO '75 .NF i T74RT- i AU Hnrt li Mi:-i1 FL 13A
11 -,'i-.~ 1 i N t F NiS3i 4N h IE lnmir B L 1 BOi.M . Is R:-,i M ':9511 Bi . D 1i flk- :. F. .I11I
i-R 1 Kolvirr: G E6 IPN 713h Lr eit 'iardaid sl FL J319I W Q n irt: ' Waiia 5 0 15A KIlh S* I;' BHI I I ri-IU H L 31ri F
J ork'l F

ior .'ti- '.qeL 2 hW '~. t'I i 4 ,0o FL *..14'' h W Ir.'' t I ' lh '4' .' i..' 0- FL i 114

fn -I : 4E :j 1 Th All? 4 9 .I.r- F. i ! __.., -; te l!1 4 ("Thire F.L1?7
JI'. Ale'd: I *. H'5 71hAc It.w o F. D 4 :.i..r K :y ,B e id AKA ' 1 ThIr'1 hiA:eN 1M n e Fl :F I ';I
SJrvot n .it k nil 1I 0 W 77Th FP Kari Edarrrs Fi 33(l C ni. [hrT:- ii1 N 3 NN h Ln I.i:m 1 3] 171
1 Jo! ST' gi Leae - 19145W IBZhd 1# Alm. FL �3. 51 r35a Kn!- -kIO SW li.h -i l icri F1-3145
:-::- - .n ln;.-:n 3i V arr ' -g* 0 l r - M.g.: i I1 H- i L l J . F. L ::
.uL-,:1.1 . r.:L ' l 4 ?.it ,. . 2.-. I, : ,-- LJ;.:; L.'; r:.o- ELII: . *wi ,' J i 3r- . ]"1' r
Joi.Mm- n 4W24fF lh IA A i *drncm FL k It3s Aubinrn gceg-k .I 2M n;HE 1 ThSiSlicmiL3lb' 1
Jo -' 21 w2 .P -1. -'..'Ju :L 311 :,. .;, *: J.:JAR S I N 791h Sr m I V.; I :L3314?
jo.f:!. u',Y ' 'N ' I .j'I ~1i i S oide iiFL 33054 *..; : Tior M,./-iM4 .. SW lS'S PIN .a FL 31 15
Joldi Ar-rrJ ' F' ~ iw? -N FL .j1 '.i. .; * W( -I.L '521 ITh Ti mi TL331
Joldv' k tr% L F.1 'I iVA:- Atr V?211 - 3 4 I. - ,I 5r . FrM * n i 3 i 850 fjLII I.,r,' i3.1.A_
IJ h VE9HE 159 hE T vhT 'I vr1- n 1 F1: L 316? Ir . fL A DI, h[i ?? S 151 Alrt 1I Wia F.313
i rnd ll EI b 1 131i htarei! CEp Ii FL Ft 3� E4 drmu. R:OIr 1dll i? 171i i ANtarr Fl 1 11 7 536
. : r dc J [ip? t nl 11? 7M%7 iW I6Th1I UI'.l'h FL 33. Flrarue k. I pai i E'5 l SI #1 Ni an Ertik F I 1 11
Sla-ii15 LOr 155.:iii .rDe Dr # I kW Min-hi L 14ia Fute- ila:i B 4,:11, SA1 461h S H:m.nr5to FL 133a3
.:::' ,..: . . 'i :[I. ) .-, Yvjr Fl :.B F, R... ' L.. ' '; .W '.. D: :w- n l. i d'3
.W' l:.- .;nI. ) ?h. r-r5 -- u \. i L - . l Y iN lC - S' ; - i: L - 17. I
. i - : 'I' -1 :4'I Pr Fp C i: N iC m FL i.Il.i fole Whodid u.4 a 'ITl.C' U n :: J I'(
. irw inn A 1?ll he 5;I%- Te 1M 'niR hr 1 3i Subh Srirl ;'r.'H A'-:p '-rSi C ]C 7a i1?I
,(lnrI t l k': * 1 T i 51 :*- . n - 5 r14 11 Jr i alkn i '6.0 4r A 1 Si % .l IF :'l h fl 3012Ti
rmn AlbWit.: 418 ardrn; A.r 3 r:a r .ir hFI 11141 luir Ir. I 4T k.ir4y PnRt I f * 13li A rr fI ?311Il
SWr rd. 1i I W1r 1' Irr Al r. FI a 311Im. :F.i.: 16 !\l'i hi lfrlhlP Mian I: Bl1A?
- IV W.WTr41A h'I hW 4 l h 5 1'.2-m L 1l 4p2'.- ErEg:h J X63SW i h Ir, 5 Li -i l 141
I; w.Entrr 1WY 4W 1il3d U(rl I ntri .Li3 :L - --*-:' I 4.'11 l IC3V.! I0 lt ia L 311 i6
..v.a *...er .,'.',i," > l . . ' t h. .:-'r)-u'-" ILL J. 1 :l .: .r'k rr '" hA It" I ' " .k. : .- It J:
.. tiIt,.' V ..' *l :�'. j s '- .'..i l-a -. :Fi. i:, .*.1,j'.: ':i . I' I r. *'i'" .- :,".'*u':: "L L :..1
aP: l lSa. dC rPC '[' iS6 n5 Fl ':4: ;; ,_ i.' F.D Sw :!Dc :P .a. h K . am ,Be F. 13160
Iitilt. NoL 4E8 V ' 7Th 51 Va.: FL illi 371 rl; i A rA i: i A Th C do�rni Y FL 33156
!0i'.10J,.iti linr D i:'r IlTh Si Fvie Cry FL _iA WI.. I . 7?6 'iormd [r #r 0I isn BwXh fL 331 a
ir,;n D 'r~el 1445 hvi iil' T-urM FL .;l 1? S :.-, . I C D ~8 h iloh~hcl Fl ..l fl
*:&rn h-'.:r ,; 5N ;5Th~ Pmo, F1 3175 5mral j~s;ph 47' hR :R1 M5 Ap ' Sar. F l. )1
.Dhcar J;Iein F 7SDNE -II:51l;i .:rl 361 . 1lh62 .i dIad A 7 WRI SRAlamMrr FL DI177
,.-i Amk -Ir 1oJ15'WBFh~1 ' 2IMI.an F L ti i l l 6 5 cncnJl Dcmi:nd 'Y:NIL 2'?1rh~l ianmi Drde-ncL31i;
S arad:. Llli:m :5W InSW911 Ln IN ni I'L94 SI9d In;. Martin L 23310 W I 151 lhr ..-:Tnl-Adunin Fl 1'JDA
v:Ih.-. l 1 : - e .. ' & ' 44, Y'. v.u- 11 1.. '.':'1 : -l '-l-. ;U:U"*.' IS N ,- .N I -1'J 4r
9.i.> ,. , -'itt. .I,' �l.. ,?":..; ,,,.'.1. * .;:? !' iS . i. l ,, : ll." l^. � / : .:, ? ": il , i:." ',h . ' "
I ..-', .''*.', . " h:.l'.!i . 1 f GI ' .|I S u ,. ,, . i,,J:..:r. , "*.: ." ,I :.. IK '.,,. - : '? ', "i* , "..* N - � -. "- 14;.

Y.:V . 5,d. an l; 3 f5it' P. ; -r ' . r FL t33176 TT iaJ. W4J..J '850STi i [: ' '4 :.., , ...j F F : .) :1, I
Sya P ,[ '.* 1.'iv:n ri FL: :!' T :m; .'inmlhr 'c335 Illtii a4M aM FIL331 42
f" rn - 5 1EuJ W 151h 5? ii.o Fl a31I5 TB ln Vni'. - T '.1j7 51 ' 1510 Tnt 1 a mi fL 3 1 76
Muar ynWi . i?S NNAr T17h 1' o??K irc-i FL 33 07jn T .rer ll.TI C 44l0 NF i AktMe .am 311 a
hbkf C L-r. i C 17iDC1 iE 9T A e Nir-i FL 33167 Trc4tr . i .', " R HDX 4T ~176 Wi i i FL 3J347
'tntll . .i;linr- 20.1 hW 715r Ai Rmi� L 3314 Tium;-�i Wf-lr~ 1 6 HnW Sh ~Wt oo F. -3150
11 15i l %A 7. 4f A Al ar. 1 1 FLI 33i1 I lp.ni :i.;u:- l 24' HW ?t7 ( *i VI :iii FLR 3SiKC
V .I:'.- r .* r." ; ' i ,V 1..- 1 :'1 1. 1. : . .. .. , , P'.'? . .1 - - .:, .-.' '
JV44i *� U-11'r E I 5 NA J id q Rionr IL 3S3(0 I::*I -: II S -, 4
1 1*.5 I4e 1 t5 l t 1hlfh r rL*'4 '*tih V :Ii fLa3]I Plf. jI'r ; Jo&inni H A 51 ha S 5 l' nI' FL N F . I
).,O h d l A 2/2ii h 1 '? 1*rN n R Cr F L \ '.'-I W'l* JOr i L 2501 ',P .'!' af tf Xi-i FL fl'
qi e-i U ln� JI;row 11� SF !I' T1 vr g4.~T Vl rr.l 1 13]1I, WgllEr, (oilJ 5' ha I l?7h t =a II r1 :- !l 316'
'ir-: o N's;h: i E J?7Hd P #1 Hlc6n'1r FLI 3.13 WIalk rrr. i 0 'BOr . :BA5 NW 3S T Ar, 2t5i Mi:-i L 2335-
wori Ila y A ]I- ' "53idA t a i cniL33I1B W L K:tv-iner P Di6 t:rk S' O!pa Lda F LI IlrlS
Ithi ia.Lu L 1EM. 54 , .l 1 rl 2a3DOccl FL 3W I nW., A iiinA r L 453WW lauii hF p ' in-ii i FL 23181
.'r :: I.- - .1 i- ': ': ^ ; - "' ; - L i J . 'A c- . ji'- r M ' .. - 'hA'~ ' " A- i a- F; ..'il'.U


Y L - l'I 'I'] I -. i Tn14 1--I PIA
*3 - C.r. I*:. |i l.C", VS ;:i -I-_________* FLi * i, : . :. l___


t;' sr.Athe ^L 8Th i " " s 4 ;) ,r F� - . F* V.' I v'; T': I.?,',Sr 1.lh oii r. :*!,',,I L

fYet S*fk * s: 15t 4 W Sid i 5 IWH;dith IL33(1 WI__nueere SolO 1ip iz El n 5 iKTo 'n :L-_ 3317iod

Lesrer Solo, Sipevie Elebyon, Konte Mianii-Dode






LIBRE PENSER


Mercredi 26 Janvier 2011
1Haiti en Marche * Vol XXV * No 01


o La memoire est la sentinelle de 1 'esprit. L W.
Shakespeare

Chers amis lecteurs, il vous sera peut-6tre difficile
cette semaine de partager mon opinion concernant la m6moire.
De toute facon, il est peut-6tre sain qu'il en soit ainsi. La diver-
sit6 d'opinions et la possibility de s'exprimer, dans le respect
de l'autre et sans crainte de se voir poursuivi, sont des valeurs
stores d'une soci&td, celles qui permettent de construire une
citoyennet6 responsible. Malheureusement, parfois, chez nous,
nous faisons un usage abusif de << cette liberty d'expression >
au point de croire que la m6disance est aussi exercise libre de
l'opinion personnelle. Nous semblons ne pas comprendre que
les << coups de langue >, le < voyd mont >>, l'absence de rigueur
dans le traitement de l'information, peuvent 6tre poursuivis
comme < crimes de l'esprit >. On oublie que tout individu doit
pouvoirjouir de la < pr6somption d'innocence > et qu'il n'y a
que la structure judiciaire capable de la lui faire perdre.
Laissons de c6t6 ces digressions, chers amis lecteurs,
pour revenir a la m6moire. La m6moire, cette sentinelle de
l'esprit qui nous peut faire perdre la raison en nous jouant des
tours difficiles a comprendre, nous plonge parfois dans une mer
de souvenirs amers puis nous rambne a la surface de tendres
moments, pour ensuite nous faire souffrir d'une faqon encore
plus cruelle. Certaines fois, la m6moire nous tyrannise avec la
persistence et la prgnance des moments les plus tristes de notre
vie. D'autres fois elle nous fait vivre d'interminables moments
de douleur, nous submergeant dans l'angoisse la plus profonde
pour ensuite nous ressusciter en nous administrant de petites
doses de bons moments qui peuvent nous sembler les instants
les plus merveilleux de notre vie. Le pire, cette m6moire, elle
est capricieuse, incontr6lable, aggressive, volubile.
Enfin, chores amies lectrices et chers amis lecteurs,
je ne peux m'empecher de parler de la m6moire cette semaine


< 16 Janvier >
puisque depuis le dimanche 16 janvier dernier, je suis soumis
a son caractbre capricieux qui me tourmente en m'infligeant
les plus grandes peines. Elle ne cesse de me torturer depuis lors
avec la resurgence des pages d'un pass queje croyais enfoui
dans le plus profound des tiroirs obscurs de mes souvenirs. Cela
a commence le 16 janvier et il dure encore. Et pourtant, ce
dimanche 16 janvier avait pris l'allure d'un dimanche normal.
De fait, il allait meme terminer comme un dimanche normal,
sauf que, en l'espace de 15 minutes nous ffimes projects, tous,
grice a un artifice don't seule la m6moire a le secret, 25 ans en
arribre. Pour 6tre pr6cis, il faut dire que nous fimes projects
24 ans 11 mois 9 jours en arribre. Ce qui pis est, je fus amend
a consid6rer des cas qui en r6alit6 n'avaient rien a voir avec
notre pays. Le passage de Pinochet au Royaume-Uni oni il fut
amend h y rester des mois. Sonjugement post6rieur a Santiago.
Les peines affligeantes centre les militaires en Argentine. Les
6meutes qui ont fini par provoquer l'exil du Pr6sident tuni-
sien. La chute de Somoza et sa disparition post6rieure. Les
Mvenements de l'Iran provoquant la chute du Shah. Etje revis
alors, comme si c'6tait hier, des moments de grande cruaut6
provoqu6s par des individus d'une bassesse humaine indescrip-
tible. Chez nous. D'un c6t6 et de l'autre aussi. Nous avions
la possibility de choisir le chemin du progrbs pour le pays, la
voie qui aurait pu faire de nous le < Monstre dconomique de la
Caraibe ,> mais, sans le vouloir peut-6tre, nous nous sommes
transforms en une < monstruosit 6 . Un nouvel ajustement
s'impose done jusqu'a obtention de 1'6quilibre.
Enfinchers amis lecteurs, nous n'allonsjamais oublier
la date du 16 janvier. Encore une autre a ajouter a notre md-
moire collective. 7 f6vrier. 29 f6vrier. 14 avril. 22 avril. 22
mai. 22 septembre. 29 septembre. Le problkme c'est que de
moins en moins d'Haitiens se souviennent de ces dates qui
ont marqu6 le pays et ont modified le course de notre histoire


de people. Nous sommes un people avec une population de
jeunes, trop jeunes et trop peu instruits dans la tradition. Plus
de 60% ayant moins de 20 ans et la deconstruction de ces 25
dernibres anndes font de la conservation de la m6moire col-
lective une tiche impossible. Ils sont trop nombreux a ne pas
savoir ce qu'6tait l'Haiti du dernier quart du 20~me siecle. Dans
les pays riches, ils sont nombreux a tre suffisamment vieux
pour montrer aux plus jeunes que le maintien de la tradition
est ce qui a toujours apportd la richesse aux pays. Sur les 10
millions d'Haitiens qui vivent actuellement en Haiti, plus de
la moiti6 a moins de 20 ans. Ce qui veut dire qu'une bonne
parties d'entre eux n'ajamais eu avivre une experience politique
autre que celle que nous leur avons offerte ces 25 dernibres
anndes. De la meme facon qu'au lendemain du 7 f6vrier 1986
on se rdveillait face a une experience nouvelle, le 16 janvier
2011 nous replonge dans l'une des parties caches de notre
r6alit6. Une r6alit6 que nous croyons inexistante, que nous,
les moins jeunes ou les plus agds, avions voulu occulter sans
pour autant mieux faire qu'ils ne le firent < le pbre et le fils ,>
le << papa > et le < baby >.
Enfin chers amis lecteurs, il s'en fut un 7 f6vrier
pour revenir un 16 janvier. Un 22 janvier aurait pu 6tre plus
int6ressant car aucun des deux nombres n'6tait inscrit dans la
< magie des nombres > don't faisait usage le < regime >. Si nous
avons rat6 l'occasion qu'un 7 f6vrier nous offrait de construire
une socite << libre > faisant de < l'6quit 6 l'un des piliers de
sa transformation, profitons maintenant d'un 16 janvier pour
nous lancer dans la construction, en hommage aux victims du
12 janvier, d'une society faisant du < bien-6tre de l'Haitien >
l'expression de la < fraternity >> pour laquelle se sont battus
nos anc6tres.
Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Janvier 2011


Duvalierisme et Lavalas et rien d'autre


(POLITIQUE... suite de la page 6)
les libert6s : liberty d'expression, de rassemblement, syndicate,
intellectuelle, artistique etc.
Et surtout en assassinant plusieurs dizaines de milliers
de compatriotes. Laissant une blessure si profonde dans l'Ame
national que le moindre r6flexe d'autorit6 chez les futurs
dirigeants soulbve l'accusation de dictature. Bref laissant un
pays quasiment ingouvernable.

Un 6chec dans deux domaines cls ...
Or, coup de th6dtre, voici le duvali6risme de retour
apres 25 ans d'absence sur la scene officielle. Et le pays ne
parait pas mieux armn qu'en 1957 pour 6chapper aux memes
malheurs. Cela principalement parce que l'aprbs-duvalierisme
a &td un 6chec dans deux domaines cl6s : l'6conomie et la sd-
curit6. De l1 a consid6rer que c'est la d6mocratie elle-meme
qui a 6choud, il n'y a malheureusement qu'un pas.
Par consequent, est-ce que le duvali6risme est invin-
cible ? Et deux, est-ce que lavalas est mort ?
La seule facon de faire face au duvali6risme c'est en
lui opposant tout ce qu'il craint le plus : des elections vraiment
d6mocratiques, exemptes de toute manipulation, locale ou
6trangre ( !).
Secundo, le respect des libert6s citoyennes presss,
droits humans, syndicats, et plus que tout une justice ind6pen-
dante).
Bref, une society civil 6veill6e et aguerrie. Et non
partisan. Et non discriminate. Finie la rdpublique des petits
copains - petits coquins.
Or en dehors d'une certain liberty d'expression,
aucun de ces critbres ne parait vraiment r6uni aujourd'hui.


Respect (et defense) des liberties ...
Par consequent, est-ce que le duvali6risme est invin-
cible ? Non. Mais c'est come partout ailleurs, dans les pays
qui ont subi des regimes dictatoriaux, seul le respect (et la
defense) des liberties qui puisse 6tre un abri stir. L'6ducation
des nouvelles g6ndrations fera le reste.
Et deux, est-ce que lavalas est mort ? Le lavalas c'est
avant tout la foi qui soulbve des montagnes. Or cette foi-l est
morte, come nous le savons. Dans son 6tat actuel, divis6 en


une infinite de chapitres, lavalas se trompe s'il croit pouvoir
resister (comme enjanvier-f6vrier 1991 lors du retour du baron
macoute Dr Roger Lafontant) a l'assaut du duvali6risme.
II faudrait refonder le lavalas.
Du fait aussi que pour le moment il ne semble, hd-
las, n'y avoir que ces deux forces sur le terrain. L'ancienne
opposition est ad patres. N'ayant &te qu'une sorte de parasite
du lavalas.
Haiti en Marche, 21 Janvier 2011


Duvalier, Aristide, Preval


les '3 dangers'


(LES 3 DANGERS... suite de la page 7)
pr6sidentielle (INITE) d6tient d6ji la majority des deux tiers
des sieges s6natoriaux en exercise, et a gagn6 dss le premier
tour plusieurs autres sieges sur le tiers remis enjeu.
C'est le premier chef de l'Etat depuis nos premieres
elections d6mocratiques (anndes 1990-2000) a accorder une
telle importance aux scrutins l1gislatifs. II a reformat6 la coali-
tion qui l'avait port6e la pr6sidence en 2006 (LESPWA) pour
1'l6argir avec la participation d'autres barons locaux de tous
les coins du pays. C'est INITE (Unite) - qui se veut d'abord
une '6quipe' de gagnants.
Cependant la pratique parlementaire de ces dernibres
anndes montre que une fois dans l'h6micycle, les beaux ensem-
bles (ou units6s) r6sistent mal aux intl6rts partisans. Une telle
menace pese 6videmment sur le rave du president Prdval.


077T 2 T ME 2 ,irrn AvenRue
T61: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
L& MAGASIN PFOUL TOlfTES .LES OCC'ASIONS.
- RdeptfiA d poaUvMret Ipaur Hci SoutM, FPlZ GAZ, CABLE TV
BRlJ. MORII.TY aY .c.er.,.
- Correction t idphialnue chez vawous.


Ouvert
6 Jours


semaine:

830 am
A
7h30 pm


*Icliidm & lIkUrlhr



Mxar ean i


Non parce
qu'il ne sera plus
president car on peut
6tre un ancien prd-
sident et rester tou-
jours puissant. C'est le
cas de Jean-Bertrand
Aristide don't les par-
tisans 6taient nom-
breux aussi devant
le Parquet de Port-
au-Prince a observer
les protestations des
militants duvali6ristes
apres que Baby Doc
eut 6td amend pour
interrogatoire par les
autorit6s judiciaires.
L'ex-president a vie
a recouvr6 la liberty
mais doit rester a la


disposition de la justice.

Aristide sollicite un passeport...
Sur ce, c'est Aristide qui parune lettre ouverte adres-
s6e aux autorit6s d'Afrique du sud (pays oi il est force l'exil
depuis 6 ans et demi), sollicite que les autorit6s haitiennes lui
ddlivrent un passport pour qu'il puisse revenir en Haiti lui
aussi.
L'administration Prdval s'y serait refuse. Du moins
selon un avocat am6ricain d'Aristide, Me Brian Concanon.
D'un autre c6te, un porte-parole du D6partement
d'Etat (bulletin HPN) indique que Washington n'est pas en
faveur du retour en Haiti du c6lbre exild. 'Haiti doit regarder
vers l'avenir en ce moment, non vers le pass6.
Cela n'empechera le fondateur (et chef a vie) du
parti Fanmi lavalas de continue a veillerjalousement sur son
heritage.

L'Oncle Sam y perdrait le nord ...
Les dernibres pr6sidentielles ont provoqu6 un certain
movement de dispersion, la plupart des petits barons lavalas se
rangeant sous diffirentes 6tiquettes. Mais aucun des candidates
en question ne faisant parties des trois favors qui se battent
pour aller au second tour, il est possible que le grand lavalas
se reform a nouveau dans les prochains mois.
A plus forte raison sous la pression des deux autres
camps qui sont en train de se partager activement le march.
Essayez de vous imaginer un instant ces trois
'dangers' (comme dit la chanson de Nemours Jean Baptiste) :
Duvalier, Aristide et Prdval (je les cite par ordre chronologique)
r6gnant en meme temps sur le march politique haitien.
On comprend que l'Oncle Sam veuille tout faire pour
les garder a distance. Car c'est lui le premier qui y perdrait
son latin.

Haiti en Marche, 22 Janvier 2011


dIo die
103 3 fm


Page 12


S{T| 4CPI, B hR.-,w. I- ,n Ul-:.,
7* Juk. |l'rMain. Anuracai-i I
* Vhki'th I I LA a. Aseiuirmm. Ionoir. ta[mm
*l ntwaft dt t


I x x.. .. x... ... .... . . . . . . . .


I





Mercredi 26 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * N0 01


I r P s -1ur. [ c* i r Mf_
Le* sul dS a SrrU II
*L aP teirnbbeSie Tilpia.: 565S361
Dwatmv & AuI 41-718 / S14-43
a ;J sedge C e Pend Ptilt ... m
Tfei datde d . 17w Iter
pour les cfits


Have your Federal & State

Income Tax
(Personal & Business)


Prepared by
J.C. Cantave!


Call 305-623-1979
for Appointment


AMENAGEMENT DU TERRITOIRE


Le pont de Thomonde


Les travaux de la route Mirebalais - Hinche vont
bon train; il y a meme de bones sections qui sont asphalt6es
et c'est surtout le troncon qui va du pont sur l'Artibonite, au
Carrefour Lomond, jusqu'h l'h6pital de Cange qui pose des


retenus par la CIRH (Commission Int6rimaire pour la Recon-
struction d'Haiti), il y a le troncon Hinche - Cap Haitien ; il
n'est done plus que d'attendre, comme aurait dit feu Monsei-
gneur Constant. (voir : Les projects routiers in HEM, Vol. 24,


# 32, du 1er-7/09/2010)
Evidemment de tels travaux ne sont pas sans faire
des victims. En l'occurrence c'est le petit pont qui enjambe
la rivibre de Thomonde qui est condamnd. I faisait parties d'un


Le pont sur la rivibre d'Ennery

problkmes. II faut dire que cette monte vers Cange, avec
cette route rocailleuse, 6troite, avec le lac de PMligre en con-
trebas, 6tait un veritable calvaire. Mais de gros engines sont
al'ceuvre et il y a bon espoir que, d'ici quelques semaines,
aller a Hinche deviendra une veritable promenade.
En effet, la route Port-au-Prince - Mirebalais
6tait d6jh achev6e et, chaque fois que je la prends, je ne
peux m'empecher de penser aux misbres quej'ai endurees,
particulibrement dans la monte du Morne Blanc, entire
Mirebalais et le poste de Terre Rouge, pendant plus de dix
ans, lors mes voyages hebdomadaires vers Croix Fer.
Avec la route de Hinche, c'est un bon morceau
de la parties est de la boucle pr6vue dans le document HAITI
DEMAIN du CIAT (Comit6 Interminist6riel d'Am6nagement
du Territoire) qui sera achev6. Je rappelle que cette fameuse
boucle doit relier Mirebalais au Cap Haitien par deux
arteres : l'une, a l'ouest, rattrapant la Nationale No. 1 au
niveau du carrefour de Pont Sond6, l'autre, a l'est, qui
correspond a la Nationale No. 3. Parmi les projects routiers


Le pont sur la rivibre de Thomonde

ensemble d'ouvrages, pratiquement identiques, construits,
je crois, par la fameuse J.G. White, en tout cas durant la
pr6sidence d'Henri Borno, et qui sont en train de disparai-
tre. Je me souviens de ce malheureux pont, complktement
rouill6, qui enjambait la rivibre Solon, et que nous devions
emprunter pour aller aux Cayes. II a disparu avec la con-
struction de la route du Sud, dans les anndes 70.
Un autre a &te emport6 par les quatre cyclones qui
se sont abattus sur nous en 2008, c'est celui qui enjambait la
rivibre d'Ennery. On le voyait encore r6cemment accroch6
a une des berges, a c6t6 de la < cuvette a lunette > qui l'a
remplac6. I1 reste encore celui qui enjambe la rivibre Onde
Verte, sur la route de Belladere. Je ne l'ai pas vu depuis
deux ou trois ans, a l'6poque il semblait encore bien solide,
mais si le project du grand axe transversal Saint Marc - Santo
Domingo doit se r6aliser unjour, il disparaitre a son tour.

Bernard Ethdart


La boucle


Page 13


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Projet
* Economic et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouvernance

Dipl6me en :
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance

Siminaire en
Planification et gestion deprojets
+ Microsoft Projet et SPSS
Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, WI.

Par courriel: c.f d.e. delmas@gmail.com
Par telphones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575 \3444-2001






LES JEUX


Mercredi 26 Janvier 2011
1Haiti en Marche * Vol XXV * No 01


Ful


L MC I OLP Oe**
*"E"YM- - < A a




-l |A'I N C" D p; r.I. aLi
r C U~ a. . I. M A A , ' '





G 1..faldcv L ppurd YIiqL1
SEf PU 7�* *K I DA
4 r' * ' : ' " : . * * . V


AlIoz do ATELES a SHORTS, on utilisant des rnos du vocabulaire
frarir.ais. a.1 ne. ::hanr..a. nl rlu'Lin . Ii.lrH pir liirgni


HORIZONTAL
I C an-pO'_e se.te ce lenrs -
2 AH Padi - 3 Rny'Cii - Sison i'-ga se -
14 Nuve_ aN". V'xuiamn'a - rtlai -
5 Pa'adisac-e - 6 Passage - G ss -
7 A.-" in - Vclailie -
8 Triangles a deux cces ,eniiques


VERTICAL
I Cr 1nsl1,uirai -
2 Syslenes d'a rentalion en eau -E EI E
. Le~tre grecque - Sc-ie pour ball de golf -
4 HaBs:- sch - A-c enne lar-nue de Fra-'ze -
,5 Obscurci - G Espace en're dejx moriagnes - Adiectif in'errogaYf -
7 GPres d esquimaoii -
8 Pr-onom - 'Vrais


FA X C .I S
A AN c s
G A N S

CEIPJ^IIS_


SCRABBLE
Arrange les sept lewtres ci-dessaus
p'U!i 'urrnLr ur' rrIl 'r1 4r' s

ME

GSE

A N


Sn' iilrns de la se inm paPS.F u
H A R F AN G


______N__jI___I_______ ______l_ _ 1


7hoo.h000 IM Itle oMati ha Mrc M
Information, Interview. Ancodolcs, Humour.
Analyses
NosClaroniques.
L'EdiKahft d MArcus
A Quotidin vec EIric
La Chroniquo Litt6raire aivc Dominique Batraswil
Les Sports av Mario aare~u
Lsi Invitldu Jo~u
MWladic Matin chaque samedi es animbi
per F6quier Rapha

1Oh-Mli Le dlsque de rAwlteur
animation Jiames Prdvil

12:00-12h30 L Mdl
informations avcc Laury Faustin

12h30-200 Lady Blueavc Elsic
JazBlues, Swing. Ragtir

2ho0- 3ho C'e*s st Bon n chamnson*
Emision d chansoins Irncaise

3h.5h pm a Bn Vieux Temp
Rctro-Compas
avc Doc Danici t Cap4inn Bill

Sh00 LJourwaM ldeS heuriWS
avcc Vilkite Herttkou

Sh 30 F M6dModle & Company
D dvoppemrnt durawMe
Mardi avi~c Benard Etheari
7h-sh30 AnWryLSabo con Luciani

Sh30-9hoo SaIrt Informati

9h I- IW030 Nitre Grand Concrt
Lun. & MC , : L'hcu~m clique
Jew. & Dim. : JaI Ten
Judy Carmichael revolt ses invites
9h00 et asdel CavIers preneZ vOS da~m x
(SUartcdi) 50 ans dc sucd populaires haTliens



e. 'eat eeowe c ' ec f


E n B ref... (...suitedelapage2)
tiens dans cette situation.
Le Listin Diario a 6galement soulign6 les declarations du president Prlval selon lesquel-
les, il n'6tait venu n6gocier aucune dventuelle possibility d'exil pour lui en R6publique
Dominicaine. Pr6val a plut6t rappelk que depuis 1986, tous les presidents d'Haiti sont
parties pour l'exil, sauf lui.
<< Nous avons r6gulibrement des conversations t6l1phoniques, cette fois je lui ai deman-
d6 une rencontre et il a acc6d6 imm6diatement a ma requ6te >>, a soulign6 M. Pr6val.
Le journal HOY signal pour sa part que l'hl6icoptbre utilis6 par M. Pr6val 6tait escort
(probablement depuis Port-au-Prince) par un hl6icoptbre des Forces adriennes domini-
caines avec des agents lourdement arms.
Le directeur dujournal El Nacional (du meme group 6conomique que Hoy) qui s'est
d6plac6 en personnel pour couvrir la visit surprise du president haitien, a eu un bref
change avec ce dernier lorsque, ignorant probablement son penchant pour l'informel, il
lui a demand si les choses 6taient a ce point grave qu'il n'a m6me pas eu le temps de
mettre sa cravate.

Y aura t-il un retrait de la candidature de Jude Celestin?
On en parle apris une reunion qui a &t6 tenue par la plateforme officielle iNITE
samedi au course de laquelle la question du retrait 6ventuel du candida a la pr6sidence
Jude Celestin aurait et& 6voqu6e.
< I1 a &td d6cid6 que la loi 6lectorle soit applique et que la phase contentieuse
aboutisse au verdict du Tribunal electoral >>, a d6clar6 le S6nateur Joseph Lambert.
L'ancien ministry Jean Joseph Molibre et M. Lambert ont &t6 charges de presenter un
compte-rendu des discussions au president Rend Prlval qui fait office de leader de la
plateforme INITE. Le directoire de INITE n'a pas r6agi officiellement au rapport de
la mission de 1'OEA, mais son coordonateur Joseph Lambert a renouvelk la d6termi-
nation de la plateforme pr6sidentielle a respecter la loi 6lectorale et les decisions des
responsables du CEP.

Les Etats-Unis r6voquent les visas de personnalit6s ha'itiennes
Le d6partement d'Etat am6ricain vient de r6voquer les visas de plusieurs personnalit6s
haitiennes soupqonn6es d'6tre assocides aux irr6gularit6s commises pendant les 6lec-
tions de novembre dernier.
Philip J. Crowley, le porte-parole du d6partement d'Etat a confirm que les Etats-Unis
avaient r6voqu6 les visas d'un certain nombre de Haitiens.
La decision am6ricaine vise, come l'a expliqu6 Philipp Crowley, a amener le gou-
vernement haitien a suivre les recommendations de l'Organisation des Etats am6ric-
ains (OEA), en autorisant Michel Martelly, et non pas Jude CWlestin, a se presenter au
second tour face a Mirlande Manigat.
L'objectif des Etats-Unis est d'assurer un processus 6lectorl libre, just et credible
en Haiti, a dit le porte-parole, ajoutant qu'ils n'h6siteraient pas a prendre les measures
approprides contre tout individu qui serait associd a des actes de violence et de corrup-
tion. << Nous voulons voir la sdcurite et la stability maintenues. Nous voulons voir les
rdsultats des elections reflter la volonte du people haitien >>.

Voici les personnalit6s don't le visa am6ricain a 6t6 suspend
Les lignes adriennes desservant Haiti ont recu de la section consulaire de l'ambassade
des Etats unis une note leur demandant de ne pas embarquer vers les EU les personnel
suivantes:
Jean Joseph Andri Moliere
Dimitri Albert Vorbe
John Joel Joseph
(EN BREF / p. 16)

AVIS MATRIMONIAL

Le sieur Edwin Adrien, proprietaire, demeurant a Cit6 Militaire, ruelle
Duchard No D-12-B et domicili6 au Canada, identifi6 au no. 003864-645-5,
ayant pour avocat Me. Roosevelt Zamor du Barreau de Port-au-Prince, identifi6,
patented et impose aux nos. 003-158-42-3.530729-B.531-1 avec election de do-
micile au Cabinet sis a la rue Carbonne No 12, avise le public en g6n6ral et les
commercants en particulier qu'il n'est plus responsible des actes et actions de sa
femme madame Edwine Adrien n6e Estana Alt6nor en attendant une action en
divorce pour manque de responsabilite et d'incompr6hension.

Port-au-Prince, le 17 Janvier 2011.
Me Roosevelt Zamor, Av


Page 14


I - - --I x xxIx... ... . ... . .. . . . . .





Mercredi 26 Jam ier 2011
Haiti en Marche * Vol XXV * No 01


Ti Gout pa Ti Gout ck.ila .hn,\,i,i


MIZE ANBA TANT
akKiki Wainwright

Sou Channmas, P6toprens, nan plen lannuit, lapli ap bat
bravo sou do tant lan. Loraj menm, se laraj, li ap gwonde san rete.
Van sekwe tant lan detanzantan, men li pa fe li anyen. Se young move
tan, men se pa sikl6n. Sa ta red net! Apre tout sa moun yo fin pran
nan goudougoudou 12 janvye 2010 la, pouAgawou', Sogbo2, Bade3
ta rantre nan won! Non, se ta tw6p! Sanble se pase yo ape pase pou
yo di bonswa. Anba tant lan preske fe nwa. Gen de ti tet gridap ki ape
fe chich pou limye, ak young nonm ki limen young flach pou li rive li
journal. Tout lot tant yo se menmman pareyman. Ti limye isit. Ti limye
16tb6. Moun yo pa sa domi. Yo toumante. Tw6p pou yo.
Se nan anbyans sa a, Filo ak Sancho, de zanmi, chita anba
young tant, sou youn bokit yo chavire tetanba. Pye yo ape tranpe nan
youn ma labou anndan tant lan. Sancho, se ti non jwet yo te ba li,
paske li gen san cho, li louvri bwat konvesasyon an:
- Men mezanmi o! Ala salmanaza! Gade nan ki sitiyasyon
moun ye, Filo.
- Kisa ou vle? Ou pito al deyo-a?
- Kouman, se nan betiz ou ap pase mwen?
- Non Sancho, mwen pa kab ap pase ou nan betiz, se nan
menm sitiyasyon an nou tout ye.
- Se pa vre, ka pa mwen pi red pase ou, Sancho reponn byen
move. Kay mwen kraze sou fre mwen ak se mwen. Toulede mouri
kraze pakanpak anba kay la. Mwen te fak fin travay nan garaj la, ou
konnen, mekanisyen toujou gen young denye boulon pou yo sere, youn
denye pase men pou yo fe pou kliyan an. Se sa ki fe mwen te anreta
pou mwen rive lakay. Goudougoudou a pran mwen nan lari. Si se pa
te sa, mwenmenm tou, mwen ta ka mouri anba kay la, oubyen nan
garaj la, menmjan ak b6s mwen an. Le mwen pran ka Lelen fiyanse
mwen, li disparet depi twa mwa. Mwen chache, mwen chache, mwen
chache li tout kote. Mwen pajanm kontre ak li. Mwen made fanmi,
zanmi, moun nan travay li, nadmarinad. Pesonn moun pa gen nouvel
li. Gen le kamyon te ranmase li al jete li Titanyen, menmjan yo te fe
pou anpil kadav ki te blayi nan lari P6toprens. Lelen avek mwen, nou
te gen pou nou marye nan mwa fevriye a.
Mwen pa ka tounen nan peyi mwen, Aken. Manman mwen
ak papa mwen mouri depi lontan, se sa ki fe mwen te vin chache lavi
nan P6toprens. Mwen pa gen fanmi nan peyi mwen ank6. Kisa mwen
pral chache Aken? Al peche sirik, kribich, zuit? Mwen pa peche, se
mekanisyen mwen ye. Gen plis oto isit pase Aken. Antouka, kit se
P6toprens, kit se Aken, mwen san fanmi, epi Lelen mouri.
De ti sous dlo pete nanje Sancho. Filo pase men sou zep1l
li pou kalme li. Lapli, loraj ak van an, tout kalme. Men dlo toujou
kontinye ap ponpe nanje Sancho.

Filo di li:
- Ou pa we, tout bagay rantre nan 16d. Pa gen van, ni lapli,
ni loraj ank6. Tout priye gen amen. Se konsa younjou tout tribilasyon
nou gen pou yo kaba. Annatandan, se pou nou komanse change fason
nou panse, fason nou aji. F6 nou gen vizyon. Vizyon pou peyi nou.
Panse peyi anvan nou panse tet nou. Panse tankou sitwayen peyi
nou di nou renmen an. Aji an kolektivite, pa an grenn senk. Nou dwe
komanse f6me komite nan chak tant pou nou reflechi sou pwoblem
nou. Mwen pral pale ak moun nan tout tant yo, pou nou brase lide.
Adye, Sancho! Gen travay pou nou fe wi, se pa moman pou ou ap kriye
non, gason! Se le pou gason kou fanm twouse ponyet yo. Nanpwen
ni 6ganizasyon entenasyonal, ni leta, ni z6t ki pral fe anyen pou nou.
Gwo van ti lapli, bri sapat, anyen tonton. Se nou ki pou pran swen
tet nou ak f6s kouraj nou.
- Ou se youn filoz6f oumenm, Sancho di li, eske se sa ki
fe yo rele ou Filo?
- Non Sancho, men f6 ou chache bout lavi a. Li gen filozofi
li. Ou di ka pa ou pa menm ak ka lot moun ki la a. Eske ou konnen
istwa lot moun yo?
- Non.
- Enben Sancho, ou pa ka konpare sitiyason ou ak pa lot
moun yo. Mwenmenm tou, mwen gen gwo pwoblem, men mwen
oblije met gason sou mwen pou mwen goumen ak miwo-miba lavi a.
Nou pa ka pase tout vi nou anba tant lamize sa a. Ou se mekanisyen,
ou va jwenn youn lot travay oun lot kote kanmenm, pou rek6manse
viv menm jan ou te konn abitye fe li anvan goudougoudou a. Mwen-
menm tou, se toulejou mwen met dey6 al chache kote lari a ap bay
payet. Pwonmennen chache pajanm domi san soupe.
Peyi a fin pedi prestij ak diyite li. Li le, li tan pou nou tout
sekwe k6 nou, retire lasi soudevlopman ki ap bouche je nou, anfonse
nou ak tout peyi a nan tinel fe nwa. Li le pou nou pran destine nou
nan men nou, pou peyi a jwenn wout pwogre li ap chache depi ti
konkonm ape goumen ak berejenn lan. Pran pasyans Sancho! Youn
jou nou va s6ti anba tant mize sa a, anba kochma sa a, pou nou pran
wout liberasyon nou. Men, pa bliye, se pou nou pran responsablite
nou kom sitwayen peyi a. Youn dwe gen respe pou lot epi nou va
rive jwenn bon rezilta. Konsole ou vye fre mwen, pran kouraj. Youn
jou konsa ou va jwenn youn lot Lelen. Mwenmenm tou, mwen va
jwenn youn anmourez. Nou toulede, nou va jwenn bone nou, paske
nou merite youn demen miyo, Sancho.
- Wi, nou merite sa!
- Filo!...Filo!...Ou konnen, ou ban mwen anpil espwa
ak kouraj. Wi, ou ban mwen f6s. Mesi anpil pou bel pawl sa yo ak
konviksyon ou genyen nan lavni peyi nou an. Mesi anpil fre-mwen!
Mesi!
Youn k6k pran chante. Se sou not sa a lavi ta pral rek6manse
anchatpent. Lespwa limenm te tanmen boujonnen nan bajou kase anba
youn syel tou woz. Se tankou de mesye yo te bay dizon pou yo change
kondisyon lavi nan espas kote yo ap viv anndan P6toprens lan. Tale
lawouze pral sispann fe banda. Konpe Jeneral Soley sou wout.

(1) Agaou: Iwa tanpet nan relijyon vodoun
(2) Sogbo: Iwa loraj nan relijyon vodoun
(3) Bade: Iwa van ak loraj nan relijyon vodoun

Leksik Konpare:
KREYOL GINEN AK KREYOLAYISYEN
ak Jean-Robert Placide

Jean-Louis Rouge pibliye an 2004 youn diksyone tre ente-
resan, ki chaje kou legba ak enfomasyon sou vokabile kreyol1. Liv
sa a rele Dictionnaire itymologique des creoles portugais d 'Afrique
(CPA). Diksyone etimolojik konpare Rouge a fe youn gwo efe sou
mwen kom Ayisyen natif-natal kreyol. Anbyans kreyol1 ki ap layite
anndan liv la apati konparezon ak kreyol1 ginen yo, resanblans ant
kreyol1 ginen yo ak kreyol1 ayisyen an te pote mwen fe youn rechech
konpare ant vokabile kreyol1 ginen yo ak kreyol1 ayisyen an. Mwen


rele krey61 ginen, premye gwoup krey61 avek baz p6tige (CPA) ki
devlope nan golf Gine a. Rouge konte plizye kalite krey6l ki part na
peyi sa yo : Guine -bissau, Cap-vert, Casamance (kridl), Santome (
forro), Santome (angolar), Principe (lung 'ie). Se krey61 ginen sa yo
J.LRouge (2004) konsidere, epi li konpare leksik yo a. Mwen jwenn
anpil resanblans, touk6m mwenjwenn anpil diferans ant krey61 ginen
sa yo ak krey61 ayisyen an. Mwen panse, korespondans sa yo ta kapab
jwenn esplikasyon yo parap6 ak lanng ki te prezan sou teritwa yo a.
Setadi, lanng p6tige a ak kasteyann nan, ajoute ak lanng Lafrik yo
tankou lanng Kwa yo (fon, ewe, nago), plis lanng Bantou yo (kikongo,
dwala, lingala, kiswayeli ...)
Pou mwen alimante bouskay ak deba yo nan ka patikilye
krey61 ayisyen an, m'ap prezante de lis mo apati rechech J. L. Rouge
(2004) la. Toudab6, sou baz p6tige a, m'ap bay youn lis mo p6tige ki
nan diksyone Rouge a, pou mwen konpare krey61 ginen yo ak krey61
ayisyen an. Pi f6 nan mo p6tige sa yo, nou jwenn yo nan lanng kastey-
ann nan tou. Sa fe, ekip p6tige-kasteyann nan se young sous enp6tan
pou ansyen mo krey61 ayisyen an. Ekip lanng sa yo te la byen lontan
anvan franse a ak mak6n dyalek li yo. Ansuit, sou baz lanng ginen yo,
m'ap bay young lot lis mo ki nan menm diksyone a toujou, pou mwen
konpare krey61 ginen yo ak krey61 ayisyen an. Anpil nan mo sa yo
s6ti nan fanmi lanng Bantou yo ak fanmi lanng Kwa yo. Nou remake
youn diferans. Krey61 ayisyen an gen plis mo ki soti nan fanmi lanng
Kwa yo, akoz f6s popilasyon (dawome, togo, nago,...) ki pale lanng
sa yo, al6ske krey61 ginen yo gen f6s mo ki soti nan lanng bantou
yo, akoz istwa pa yo tou. (cf Roug2 2004, p. 18, 19). Sou baz fanmi
lanng Kwa yo (fon, nago, ewe), nou kwe mo krey61 ayisyen yo tre
pwoch ak krey61 lung'ie a (Principe). Tandiske, sou baz fanmi lanng
Bantou yo (kikongo, dwala, lingala, kiswayeli ...), mo ayisyen yo
sanble ak krey61 forro (Santome), angolar.

1.- Korespondans leksikal ant de krey6l yo, sou baz mo p6tige
yo
acabar, finir achever ( p. 42)
kaba (kreyl6 ginen)
kaba (krey6l ayisyen) Egzanp : akasan an kaba, al an fas la w'ajwenn.
(Tdk, p. 222)

adivinhador, devin, celui qui devine. (p. 45)
dibifiadur, dibifiador ( krey61 ginen )
divine (kreyl6 ayisyen) cf houngan, b6k6, manbo, hounb6n

arrufar, se gonfler, s 'emplir (p. 66)
rnfa (kreyl6 ginen)
aloufa : afre, saf (kreyl6 ayisyen). Egzanp : aloufa sa a manje twop.
(Valdman 2007, p. 20)

atacar : attacher ( p. 68 )
taka : former ( krey61 ginen)
take (kreyl6 ayisyen). Egzanp : take pot la. (Valdman 2007, p. 690)

barba , barbe (p. 76)
barba (krey6l ginen)
bab mayi, bab pany61 (kreyl6 ayisyen)

bofetada, gifle (p. 83)
bafatada, (krey6l ginen)
baf, (kreyl6 ayisyen), cf. sab6, souflet, pataswel
Not: bafre ki vle di bay kek baf, pa menm ak bafle ki vle di manje
ak vorasite.

boqueira, petite blessure aux commissures des lIvres. (p. 85)
bokera (kreyl6 ginen)
bokye (krey6l ayisyen)
Not : apati (boca ) nou vin genyen: bosal, babouket,

buscar, chercher (p. 89 ) cf esp.?
buska, buka (kreyl6 ginen)
bouske (krey6l ayisyen): cheche. Egzanp: ki sa w'ap bouske la?
(Valdman 2007, p. 99).
Not : bouskay = rechech; bouskad6 = cheche

caber, contenir (p. 90)
kebe, kibi, kebe (kreyl6 ginen)
kenbe (kreyl6 ayisyen) tyenbe, tchenbe, tchimbe.Egzanp : Mamit la
kenbe de galon dlo (Valdman 2007, p. 340). Boutey la kenbe on ka
(Tdk, p. 238).
Not: ng&b (lanng ejip).

cabegada, coup de tote (p. 90). Not: cabecear, dodeliner
kabesada (krey6l ginen)
kabicha (kreyl6 ayisyen) Egzanp : tout jounen, gramoun nan ap
kabicha sou dodin nan. (Valdman 2007, p. 314). Cf kabes ; de kabes
; kab6ch,

cacarejar, caqueter (p. 91)
karkija (kreyl6 ginen)
kakaye (kreyl6 ayisyen) Egzanp: poul la ap kakaye, li pral ponn
(Tdk, p. 224).
Not : kakaye pa menm ak kakade (fr.)

calgas, calgro, pantalon, culotte (p. 93)
kalsa ( krey61 ginen )
kanson ( krey6l ayisyen) Egzanp : pou travay sa a, f6k ou gen kanson
nan tay ou. ( Valdman 2007, p. 326 )

carapinha, cheveux crepus (p. 99 )
klapifie (krey6l ginen)
kaprina (kreyl6 ayisyen)

carango, pou (p. 99)
karanga (kreyl6 ginen)
karanng (kreyl6 ayisyen), Egzanp : Entel bab karanng

carrapato, tique (p. 101)
karapatu (krey6l ginen)
karapat (kreyl6 ayisyen). Ou tounen yon karapat nan k6 mwen, telman
ou nui mwen. (Valdman 2007, p. 329)

casa, maison (p. 102)
kasa, kai (krey61 ginen)
kay (krey61 ayisyen) Egzanp : Li pran kay vwazin nan pou li. (Valdman
2007, p. 337)
N6t : Pa konfonn li ak kay : zile. Cf Okay


caspa, pellicule (p. 102).
kaspa (kreyl6 ginen)
kap (kreyl6 ayisyen) Egzanp : tet ou plen kap (Tdk, p. 228)
Not : caspa, kasteyann,1490 (J. Corominas, 1987)

care, petit lit, lit de champagne, grabat (p. 103), cf sou lagraba
Katri (kreyl6 ginen)
Kad (kreyl6 ayisyen) Egzanp : baton pye ou tankou bwa kad.
kina, ta soti nan lanng kikongo, dapre YDejan 1977, p. 419.

coisa, chose (p. 112) cf lafonre (cousa) antrieure & (coisa).
kusa (kreyl6 ginen)

Kisikousi-kisikousa (kreyl6 ayisyen). Egzanp: Gen youn chanted
ayisyen, ki rele Koupekloure, ki k6manse youn chante devinet konsa
: kisikousi-kisikousa, vin tande youn bel koze, kou ayisyen pale laten,
yo di l'ap fe tenten, kou ayisyen pale kreyl6, yo li pa t'al lek1l...
Not : Quisicosa (1630), se kontraksyon fraz kasteyann sa a : que es
cosa y cosa? / u que es cosi u que es cosa? Se youn fraz yo itilize
an 1495 pou yo k6manse devinet popile yo. (J. Corominas, 1987, p.
488). Kisikousi-kisikousa : premye mo yo pwononse le yo k6manse
ap bay devinet. (cf cousa, ansyen pwononsyasyon p6tige pou coisa,
nan Roug2 2004, p. 112). Pa konfonn li ak (kousi-kousa) ki soti nan
franse (comme ci comme ca). Rasin : Lot varyant mo sa a, nan menm
sikonstans yo se : krik - krak. Se youn mo ki soti nan franse. Cf ye
misti krik ? ye misti krak ! (matinik...). Youn lot varyant ank6 se:
tim-tim. Kanta mo sa a, tim-tim nan, li soti nan lanng Fon (time), ki
vie di: esplike, tradui, bay sans, devine. (Segurola 1988, p. 512).

cobre, cuivre (p. 110)
kobli, kobri, kobi (kreyl6 ginen)
kob (kreyl6 ayisyen). Egzanp: Vwazin nou an fe k6b nan b61et.
(Valdman 2007, p. 350)

colher, cuiller (p. 113)
kudjer, kuye, kiyeri (kreyl6 ginen)
kouye, kiye (kreyl6 ayisyen). Egzanp : kiye a tonbe nan s6s pwa a.
(Tdk, p. 240)

cortesia : courtoisie (p. 121)
kortesia, kortsia (kreyl6 ginen)
san koutya, san koutcha (krey6l ayisyen). Egzanp : Neg san koutcha
sa a pa konn ki jan pou li pale ak moun. (Valdman 2007, p 384).
ASUIV
=======================================

Aprann ke nou renmen tout moin
Ak Denize Loti/Denizd Lauture*

Aprann
Aprann sevo nou
Fe rev moute eskalye
Pa aprann sevo nou fe rev
Desann eskalye.
Moun ki ap fe rev desann eskalye
Kabann yo pap janm kenbe
Yon ti zetwal.

Aprann
Aprannje nou
Weja lespwa
Pa aprann je nou we
Kannari dezespwa
Mon je kale sou dezespwa
Ap toujou pran nan twa wa.

Aprann
Aprann zorey nou tande
Chante ke kontan
Pa aprann zorey nou tande
Kantik vey lanmo
Zorey ki remen chante tris
Fe ke met yo
Toujou rete tris.

Aprann
Aprann bouch nou
Bay bon ti konsey
Pa aprann bouch nou
Krache pwazon
Bouch moun ki krache pwazon
Fe plis dega
Pase pi move sepan.

Aprann
Aprann men nou
Tenyen dife
Pa aprann men nou
Tenyeyn ke
Yon ke ki rete
Se tankou yon zetwal ki tonbe.

Aprann
Aprann pye nou bat
Larouze lavi
Pa aprann pye nou bat
Larouze lanmo
Moun pye mouye
Nan larouze lanm6
Pa janm rive gade
Soley deye m6n

Aprann
Aprann ke nou
Renmen tout moun
Pa aprann ke nou rayi moun
Yon ke ki rayi moun
Se yon ke
K ap toujou rete grenn
Se yon ke zwazo bap-piyank
Ap pran pou kayimit vyolet
Aprann ke nou renmen tout moun.

* Denize Lauture se youn powet ki pibliye plizye rekey. Li se ote
twa bel liv pou timoun gwo edisyon ameriken pibliye.


Page 15


..... . .. . . I-Iv"-I





BACK PAGE


Mercredi 26 Janvier 201
Haiti en Marche * Vol XXV * No 0


En Bref...
(... suite de la page 14)
Rend Momplaisir
Lionel Calixte
Volcy Assade
G6rald Germain
Jean Francois Chamblain

LcalI Scr icc o:fGrcatir Nliami. Inc is parut-
cipatin' in thi 21 11 EITC- A\\ ;ari.'nc' Da\ in an lff'ort
to inakc SiI'\.' that all hlo\\ Inco~m'i ta\pa\L,. 'r* special\
thol,.' that spl'ak Enhlish as a scoiind lan ,_a_'c. ki now
about tihe Earnll Incoim:L Ta\ Cd\ll (EIT)C . (thI
Ilia.i''St ;ant1i-pO\ c'lTi pio i;i ram in thI' Li S
2i11 1 is aI rint lc ar\ l 'O a icliinlldc i ,\ lii Ith'
poor LCOIOI'i\ Lc bcaus.I ( I manI\ fan ulls 1 hdil Io\\c'
incom1'1 anid inan\ nio\\ qualify fori (h EITC anid (2)
thi iinani fonnIcalourni man IaL clinnjid Ii in' ari-
iani,',.' ,'ni ,..nt . . i in ' Ii.n ' to n,.' quality, in' chilic'n.
iuch as. '-ranidchlhdik'ii and ii i.c'C and n.l phl,' s

A clop of Itlnis pir.'s r'las.' in Haitinan C ir.'ol . ll
follow Ilnidr n scalatcla co\L' c

Please call me at 305.438.2557


lt / \' l l ill t. ltI/i. I (. lll WL L / ,l' t. \% I . " 'tL l/ /\



Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94" Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 /754-7543 * Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 - 3896

PrIntdbySu tesOfe:(


Fred Joseph
Les r6sultats du premier
tour seront annonces le 31
Janvier prochain
C'est ce qu'a annonc6 un haut
responsible de 1'ONU en pr6cisant
que Jude C6lestin, le candidate du
pouvoir, ne fera pas parties du second
tour.
Ha'iti devient soudain un
pays tres dangereux pour
les Am6ricains...
Le gouvernement amnricain a
recommand6 jeudi a ses citoyens
d'6viter de voyager en Haiti pour
diverse raisons, entire autres la
d6linquance, 1'6pid6mie de cholera
et les troubles violent et frequents
enregistr6s dans la capital, Port-au-
Prince.
Dans une note cite par le journal
dominicain, La Republica, le D6par-
tement d'Etat exhorte les citoyens
am6ricains a 6viter tout voyage
non essential en Haiti a moins que
le voyage b6n6ficie du plein appui
d'organisations disposant d'infras-
tructures solides, de bons moyens
d'6vacuation et de systemes de soins
m6dicaux.


srp �I�-"MOM


^Ap Aer pl onh t plus
--- ifte amaAm"fa


w


F"


? pvt.~ fD&. &-ahi W.,i ftamflb U W I


... , . ]'. -O P

-._1 ( .-


Crc�^*nnlCt-�,q -__.. ^
Produlia phaseble. Efti t
rdalg - -
dgpkhqnW to -^^. _-�... �n


POUm VO erIMMon D OARD, A PBL
JIMMMv k S( IW. *Wf I I.AI4Q. I.A
n164M nahU $424 a 21SM0
Wi Pl"rEia ci,.lk.& M Fan Li, PL1
simow-fl .40 $00 s|iV


AImiW "
40WM43"


Notre nouveau
service de
PICK UP
est disporible


Ie~aenltm I Eumgkw.
PI4PMIN I 4T5


Page 16


-^ -- U h \ S
xxlx I 1 v

KS VW^YAJE CHIAK
Is J ou Pou woTEm
MACIHANDZ QU DIRWC
Tol f- ' 77.AN AYrT3 oOU WA77 ST
GWO ~'m ATO K :r ..

AP PO cr oTwr c
MAC34ANDIZ CAP HAmI
Ou TOUPATOU LI wo~'r oO' K NNIK WAT
PKPR. KAWTON MACIS N RK-
GONAIVES ST MARC
HAITI HAMtI
CAPE HArmKEN HAITI Al AGOAN
HAITI
HAm T Role ( 561 ) 845-7590 or (5 81 ) 845-6330

Fax (6 6 ) 84-7592 or ( o ) 842-9398

Toll free 1-677-445-8330 or 1-8771-845-750

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palhn Beach la
bnrmeaior&s 1 to Exl N. .74( 4?et 4 trort ) Eattos Con gres Av * to rNl on c Ave wAt Msndem Luthir
Ming Jr Blvde goEat on MILK Blvd ( making right hwd turn I lA Rd lla tka y straIght to th Po~rt or Palim eil

As as yu o or ld oIr Hwy. beIforl wuynv 0 lhrock W , 1 LMt hlnd taLm y" will sm our tn


Under New Management


Nou gn yoe nouvo Bato MV MONARCH EXPRESS


?