<%BANNER%>

DLOC



Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS PDF VIEWER PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00438
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Creation Date: January 12, 2011
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869
System ID: UF00098809:00438

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )


Full Text











.g g nMaceS to d 2 u18Jn ier21 -VlI V N05




12 a ie ,.*u a re


Marcus etJosseline avec leurpetitfils Charles
(photo prise le 31 decembre 2009)


Le blanco

notre pere qui

etes aux cieux !
MIAMI, 5 Janvier - Tout notre system repose sur
une assertion : les Haitiens sont tous des tricheurs. Le blanc
lui est s6rieux.
C'est le seul point d'entente entire tous les camps,
m6me les plus a couteaux tir6s.
On s'entred6chire pour ne s'arr6ter que lorsque
le blanc dira holh, qa suffit, voici la solution ! Comme
aujourd'hui. Des lors, tout le monde se courbera.
Mais pourquoi le blanc ne prendrait-il pas davantage
goft a la chose jusqu'a d6placer quelques pions sur l'dchiquier
just pour prolonger son plaisir, ou pour tirer quelque advantage
de la situation ?
(LE BLANC ' p. ')

Renovation
du March H~yppolite


Une renovation marquante, celle du populaire Marche Hyppolite
(ou Marche enfer), aux bons soins de la compagnie de tel�phonie
Digicel (photo Haiti en Marche)


Une ONU

avec tous

les pouvoirs
PORT-AU-PRINCE, 6 Janvier
- Les Mvdnements en C6te d'Ivoire
6clairent sur un nouveau tournant que
semblent en train de prendre les rapports
Nord - Sud.
Et sur notre future h nous en
Haiti par la mime occasion.
Premiere remarque : le r6le
central joud par l'ONU dans la crise
ivoirienne.
Les Etats-Unis proposent d'en-
voyer des troupes pour seconder la
mission de maintien de la paix. Alors Les rues de Port-au-Prince don't l 'stat n 'a pas beaucoup change
(ONU . 6une annie plus tard (photo Haiti en Marche)


Memoire


de seisme !
Par Marcus
PORT-AU-PRINCE, 10 Janvier- 12 Janvier 2010.
Je reviens a Mdlodie FM aux environs de 11 heures 30 pm,
apres l'exp6rience la plus 6prouvante qui se puisse imaginer.
Miraculeusement la radio est en ondes. Et l'intemet march.
Je me mets imm6diatement en devoir de communiquer la
terrible nouvelle aux enfants enFloride. Il n'y a pas a h6siter.
D'ailleurs ils doivent d6jh savoir. Michel m'a 6crit: 'Dis


12 Janvier ou le grand


cirque mediatique
PORT- -
AU-PRINCE, 8
Janvier - Ils sont '
venus, ils sont tous
1I. Et meme du fond
de l'Oklahoma. En
effet l'un des plus
grands noms de
1'6glise fondamen- o .
taliste am6ricaine
dressera son cha-
piteau avec sons '
et lumiere au beau
milieu de Port-au-
Prince. Et le reste .
idem.
N'6tait
certain gros bi-
timents publics et
priv6s sous lesquels
des corps n'onttou- '. -
jours pas t tirds -
des d6combres, on
pourrait dire que
pourrait dire que Moins de 24 heures apr s le sdisme la panique generale (photo Haiti en Marche)
c'est un vrai cirque
ce 12 janvier 2011.
Cir q u e
politico-religio-on-
geo-m6diatique ...
Puis les
commemorations
termindes, rideau ! -
Rendez-vous 1'an
prochain.
Notre 12
janvier est entr.
dans ce rituel des
commemorations ----
dont notre monde - .
est aujourd'hui si V A
friend. ""
On comp- - -
te on ne sait plus
combien de jour-
ndes nationals et
internationales de
l'enfance, joumres
112 JANVIER/
). 41 Des cadavres 6 mOme la chaussee pendant plusieurs jours (photo Robenson Eugene/HENM


)


I

.uZj





Page 2


Oxfam denonce

la lenteur

de la reconstruction


5 janvier 2011 - Seulement 42%
des 2,1 milliards de dollars promise par les
gouvernements strangers pour la recon-
struction ont &te donn6s a la fin de l'annde.
L'organisation humanitaire Oxfam
s'en est prise mercredi au gouvernement hai-
tien, aux pays donateurs et a la Commission
pour la reconstruction d'Haiti, un an aprbs
le s6isme du 12 janvier, soulignant qu'un
million de personnel n'avaient toujours pas
de logement.
< d6combres ont etd d6gag6s (...) la con-
struction des maisons a grande 6chelle ne
peut pas commencer avant que la quantity
6norme de debris ait &td d6gag6e>, deplore
dans un communique Oxfam.
Elle rappelle par ailleurs que
seulement 42% des 2,1 milliards de dollars
promise par les gouvernements en 2010 ont
&te donn6s a la fin de l'annde, selon le bureau
de l'envoyd special de 1'ONU en Haiti.
L'association impute le manque de
progrbs dans la reconstruction du pays < une combinaison handicapante d'ind6cision


F

.. c


-,<


L 'envoys special Bill Clinton a sa premiere
visit au lendemain du seisme (photo HENM)


..... ......
Les premiers sinistres commencent s 'installer devant le palais presidentiel egalement detruit,
ils y sont toujours (photo Robenson Eugene/HENM)


de la part du gouvernement d'Haiti, de pour-
suite trop fr6quente de leurs propres priorit6s
d'aide par les pays donateurs riches et du
manque d'6nergie de la Commission int6ri-
maire pour la reconstruction d'Hati>>.
Celle-ci, co-pr6sid6e par l'ancien
president amdricain Bill Clinton et le Pre-
mier ministry haitien Jean-Max Bellerive,
est charge de g6rer les 10 milliards de
dollars promise a Haiti par la communaut6
international.
<

ne savent toujours pas quand ils pourront
rentrer chez eux>, declare Roland Van Hau-
wermeiren, directeur d'Oxfam en Haiti.
< d'atermoiements qui a mis la reconstruc-
tion d'Haiti en suspens>, juge-t-il dans le
communique.
se fera pas dujour au lendemain, mais il y a
des decisions cruciales apropos de l'emploi,
du d6blaiement des d6combres, de la r6pa-
ration des logements et de l'allocation des


n'a pas &t ga la hauteur de son mandate ,
estime l'organisation.
< vivent encore dans des tentes ou sous des
biches et les centaines de milliers d'autres
qui vivent dans les d6combres de la ville


terres pour les personnel qui ne seront pas
en measure de retourner dans leurs foyers qui
peuvent et doivent 6tre prises d'urgence>>,
ajoute-t-il, soulignant que a long terme de la catastrophe a tout just
commenc>>.


H e Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche - Vol XXIV * N' 51

L'OEA recommanderait un second tour avec Mirlande
Manigat et Michel Martelly
Lundi l0janvier,
Selon une d6peche de l'agence Associated Press, les observateurs internationaux de
l'OEA (Organisation des Etats amdricains) recommanderaient l'exclusion de Jude Cd-
lestin, candidate gouvernemental, du second tour a venir de la pr6sidentielle contested.
Dans son project de rapport qu'elle doit presenter au president Rend Prdval, 1'OEA fait
6tat de preuves d'irr6gularit6s dans le d6roulement des operations 6lectorales. Elle
recommande done que le candidate arrive troisibme, Michel Martelly, se retrouve au
second tour centre l'ancienne Premibre dame Mirlande Manigat.
L'Associated Press a obtenu copie de ce rapport, qui n'a pas encore &td rendu public.
Un responsible stranger proche des activities de la mission de 1'OEA a confirm ces
conclusions, lui aussi sous le covert de l'anonymat.
La Commission 6lectorale haitienne devra d6cider de la r6ponse a apporter a ces
recommendations. Le second tour, qui 6tait prdvu pour dimanche, n'aura quoi qu'il en
soit pas lieu jusqu'a au moins le mois prochain.
Les r6sultats du premier tour contest, le 28 novembre, donnaient Mme Manigat
en tate, devant le candidate gouvernemental Jude CWlestin, excluant de la course le
chanteur populaire Michel Martelly. Le candidate soutenu par le president Prdval ne
devancait son rival que d'un trbs faible nombre de voix. Ces r6sultats ont &te vivement
contests par les partisans de Martelly, qui ont manifesto dans les rues, provoquant la
fermeture de la capital et des violence.
Devant les contestations des r6sultats, le president Prdval a fait appel a une mission de
l'Organisation des Etats americains pour un recomptage des votes.

12 janvier "jour national du souvenir"
07/01/2011
Le gouvernement haitien a d6cr&te aujourd'hui la date du 12 janvier "jour national du
souvenir et du recueillement", en hommage aux victims de la catastrophe humanitaire
provoqude par le tremblement de terre qui a ddvastd le pays le 12 janvier 2010.
Beaucoup d'activit6s sont prdvues a Port-au-Prince a l'occasion de cette date, oi un
memorial sera drig6 tout prbs du palais pr6sidentiel d6truit en souvenir des plus de
200.000 victims du s6isme.
Selon un arrWt6 pr6sidentiel, durant lajournme du 12 janvier, "le drapeau national sera
mis en berne devant tous les edifices publics, les stations de radiodiffusion et de t6l1vi-
sion diffuseront des missions et de la musique de circonstance; les diffirents cultes et
religions sont invites a organiser des c6r6monies religieuses approprides", lit-on dans
l'arr6td. Selon cette disposition, administration publique, les 6coles, le commerce et
l'industrie ch6meront le 12 janvier.

L'envol6e actuelle des prix alimentaires pr6sente des ris-
ques
Le niveau record des prix des denrdes alimentaires frappera surtout les plus pauvres sur
la planete, augmentant ainsi les risques d'6meutes, de limits aux exportations, d'ex-
propriations de terres agricoles aux mains d'6trangers et ainsi que de nouvelles hausses
dues a la speculation a court terme d'investisseurs.

(Reuters) L'Organisation des Nations unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) a
fait 6tat d'un niveau record des prix agricoles en d6cembre risquant de s'aggraver selon
les tendances climatiques erratiques dans le monde.
Pour la premiere fois, ces course ont d6pass6 les niveaux atteints d6but 2008 lorsque
la valse des 6tiquettes avait provoqu6 des "emeutes de lafaim" dans des pays comme
Haiti, 1'Egypte et le Cameroun et fait naitre des demands de plus grande regulation
des marches des matibres premieres.
L'impact potential dans les domaines humanitaire, politique et 6conomique - tout
particulibrement dans des Etats d6sh6rit6s oi les prix des denrdes alimentaires de base
constituent le principal 616ment de l'inflation - inquiete d6ji les d6cisionnaires et les
hauts responsables.

Cholera: un nouveau bilan, 3481 morts
Mardi, 04 Janvier 2011 JPF/HPN
Le nouveau bilan public par le ministbre de la sante publique et de la population
(MSPP) fait 6tat de 3481 personnel d6c6d6es dans l'6pid6mie de cholera qui sdvit dans
le pays depuis prbs de trois mois.
La maladie qui frappe le pays depuis mi-octobre a d6ji atteint 157. 321 personnel sur
tout le territoire national, don't 27 991 a Port-au-Prince et 51 701 a Artibonite, le d6par-
tement oi cette 6pid6mie est apparue pour la premiere fois.

Saint-Domingue expulse des centaines d'immigrants ha'i-
tiens illegaux
6 Janvier 2011 - La R6publique dominicaine a lanc6 sa premiere grande mile centre les
immigrants haitiens ill6gaux depuis le s6isme ddvastateur de l'an dernier, ont annonc6
des responsables jeudi. Des centaines de personnel ont &te arr6t6es et d6portees au
course des derniers jours.
Haiti et la R6publique dominicaine partagent l'ile d'Hispaniola et ont une longue
histoire de tension frontalibre, mais les relations se sont amdliordes dans la foul6e du
s6isme du 12 janvier. Le gouvernement dominicain a offert son aide et le pays sert de
plateforme a l'effort international de secours en Haiti. Des d6fenseurs des droits de la
personnel affirment toutefois que les Haftiens sont sujets a une profonde discrimination
en R6publique dominicaine.
Le gouvernement dominicain, qui a suspend les deportations d'Haitiens aprbs le trem-
blement de terre, a r6activ6 ses measures centre l'immigration ill6gale cette semaine en
arretant des personnel a des points de contr6le a travers le pays.
Plus de 700 Haitiens ont &t6 d6port6s depuis lundi et d'autres le seront au course des
prochains jours, a d6clard Ambiorix Rosario, porte-parole du d6partement de l'Immi-
gration.
Les responsables dominicains affirment que ces measures sont n6cessaires pour conte-
nir l'immigration ill6gale depuis le s6isme, de meme que pour limiter la propagation
du cholera, qui a fait plus de 3000 morts en Haiti depuis le d6but de l'6pid6mie, en
octobre.

Plus de 800.000 personnel vivent encore sous les tentes
Plus de 800.000 personnel vivent toujours dans des camps en Haiti prbs d'un an apres
le seisme qui a ddvastd une parties du pays le 12 janvier 2010, a indique dimanche l'Or-
ganisation international pour les migrations (OIM).
"Il y a actuellement 810.000 personnel qui vivent sur 1.150 sites (de camps
precaires) a Port-au-Prince et en province", selon l'organisation.
Environ un million et demi de personnel ont perdu leur maison dans le
tremblement de terre et elles 6taient encore 1,35 million a etre refugiees
dans des camps en septembre dernier, a encore precise 1'OIM.
Au course des derniers mois, les personnel deplacees ont commence a quitter
(EN BREF / p. 14)


Par peur des repliques incessantes pendant plusieurs semaines, le people prend refuge
sur les places publiques qui sont des spaces ouverts (photo Haiti en Marche)


I





Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 51


La mission technique de I'OEA aurait remis

son rapport aux autorites haitiennes


Port-au-Prince, le 8janvier 2011


(AHP)


La mission technique de 1'OEA venue supervisor a
la demand du president Rend Prdval, le recomptage des pro-


cds-verbaux du scrutiny pr6sidentiel controversy du 28
novembre, aurait d6ji remis son rapport aux autorit6s
haitiennes.
Aucune date n'a encore 6td annonc6e pour
la publication des r6sultats d6finitifs du premier tour
don't les prdliminaires avaient provoqu6 de graves
violence.
Des sources g6ndralement bien informees ont
fait savoir que le rapport, entire autres observations et
recommendation, sugg6rerait que les r6sultats ne sont
pas acceptable et qu'il y aurait lieu d'organiser de
nouvelles elections, malgr6 les d6penses d6ji consenties
pour le processus en course, don't le cofit total devrait se
monter a 30 millions de dollars.
Toutefois, les autorit6s haitiennes par la voix
du president Rend Preval se sont d6clardes prates pour
le second tour initialement pr6vu pour le 16 janvier.
La plupart des candidates a la pr6sidence don't
plus de 12 sur 18 avaient appelk pour leur part a l'an-
nulation des elections d&s le 28 novembre, en raison de
fraudes massive qui les auraient marques.
Deux des candidates donnis premiere et 3eme,
selon les r6sultats prdliminaires, Mirlande H. Manigat
et Michel Joseph Martelly, avaient 6galement r6clam6
l'annulation du scrutiny, mais ont desist6 apres avoir 6te
informs "qu'ils 6taient en bonne position"
Cependant, comme pour confirmer la these
de l'annulation, le gouvernement am6ricain a affirm
vendredi qu'il 6tait pret a analyser quelles que soient
les conclusions du rapport de la mission d'experts
de 1'OEA venue verifier le recomptage des votes de
novembre 2010.


Elections : pas

encore de date
AFP - *0 " 1/2011 - Le Conseil electoral
haftien n'a pas encore fix6 de nouvelle date pour le
second tour des elections pr6sidentielle en Haiti, don't
les premiers r6sultats contests avaient provoqu6
debut d6cembre des violence dans le pays, a indiqu6
aujourd'hui son president.
"Toute decision du Conseil d6pendra du
rapport d'dvaluation que produiront les experts de
l'Organisation des Etats amdricains (OEA)", a d6clard
a 1'AFP le president du Conseil electoral provisoire
(CEP), Gaillot Dorsainvil.
Le deuxieme tour des scrutins pr6sidentiel
et 16gislatif est prdvu le 16 janvier, mais devant la
contestation soulev6e par les r6sultats du premier tour,
le president Rend Prdval a demand a une mission
d'experts de l'OEA de faire une evaluation du proces-
sus electoral.
"I1 faut attendre les r6sultats de la mission
de l'OEA pour avoir une nouvelle date. On bitira le
calendrier electoral a partir de la publication des r6sul-
tats d6finitifs du premier tour", a d6clard le directeur
general du CEP, Pierre-Louis Opont.
Les dix experts de 1'OEA arrives en Haiti fin
d6cembre devraient remettre sous peu un rapport avec
des recommendations au gouvernement haitien.
"Avant ce rapport, l'organisation du second
tour des elections n'est pas de mise", a d6clard M.
Opont a 1'AFP.
Selon les r6sultats du premier tour des 6lec-
IELECTIONS 1 p. 131


<< Si les r6sultats des travaux de la mission recom-
mandent d'annuler ou de refaire les elections, nous serons
6videmment int6ress6s a comprendre comment elle a pu


parvenir a cette conclusion", a
fait savoir Cherryl Mills, chef
du cabinet de la secr6taire d'Etat
amdricaine Hillary Clinton.
Elle a soulign6 que l'ad-
ministration Obama attend la
remise du rapport de la mission.
Le conseil electoral
provisoire d6crid d6s le d6but
du processes pour "manque
de cr6dibilit6", avait 6td 6cart6
du processus de recomptage et
avait dfi, de ce fait, surseoir a
toutes ses activities en attendant
les recommendations du group
d'experts de l'organisation hd-
misph6rique, afin de savoir dans
quel sens avancer. Et le 16janvier
retenu pour le second tour de la
pr6sidentielle, a &te pratiquement
6cart6.
C'est aujourd'hui la
grande expectative a travers le
pays. La population dans l'attente
des r6sultats, redoute de nouvel-
les violence.


h


'V


Meilleurs





Vceux

En celle soison de f6leb, nos pens6es se bournert
pciolerFnnt verS nos clients a qui nous disons Merci 1
Merd de votre confionce Mercl de votre soutien !
Merci de vote idelite I


C'esi de lout c.cei que nous vous souhoilcris
un Joyeux Noel 2010 et une Melleute Annee 2011.


I' it -UNIBANK t

"flsons route ensemble"
i..Hw no a.lfl<��-t" �: 9 I 0


Page 3


SORNINIXIRE
L'EVENEMENTSO AIRE
12 J.ll\ el Oil c lInllId Clique IelIdJl Iillc p l 1

TEMOIGN.AGE
NlciImoii de sccisin p;i MNaicusp 1

POLITIOUE
ine ONIL a\cc ltouss Ipou\onLous I

EDITORIAL
Lc blanc lnoire poIC(, qui cl-es jllN\ cI cIi p I

DERNIERE HERE
L'OEA lecoIniundcIrai utin secondI loit Il IIInll-
MNikdllI. s.cloI uni bulloin de AP p 2

RECONSTRUCTION
O\\lfIn delloncI lenicut p 2
HKll penc a sc I'relcir p I,)
Lin pjas asplih im p I,,

SPECIAL LETTRES
Le itrenblelien'l des motl p. N
Edc m\enll Inc p 15

INSECURITY
Hansse des \ ols dnlllS Ic-s . cnips p 11
Les fllinile pl iilll Ic pIni\ ifor p

LIBRE PENSER
SirnFi1imTiicl p 1 2
Le ticpied p 12
1%. ^


zz;_-j


i . , i I..,, . . . ,, 11 , / , . ,l . ./ ,, I * I l / . , , , .' , . .1 . . ,ii ,r . .. . I ',





Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N' 51


12 Janvier ou le grand cirque mediatique


(12 JANVIER... suite de la lre page)
de l'environnement, de lutte contre la faim, au moins trois sont
d6dides A la liberty de la press, et tutti quanti.
Mais rien d'accompli durablement dans aucun de
ces domaines. Autant d'inventions des grandes institutions
internationales, en majority onusiennes, qui aident peut-6tre
A soulager la mauvaise conscience des nantis. A chaque fois
les grands ambassadeurs promettent la main sur le cceur des
milliards de leur pays dans la lutte pour dradiquer ces maux,










i I






it "
_ -- i l ,,- .--


Puisque nous voici plusieurs annres aprts dans une situation
exactement similaire : Comment embarquer un president don't
on craint qu'il commence A s'encrofiter, cela afin de favoriser
des elections au denouement toujours incertain ?

Instrumentalisation du 12 janvier ...
Penser A ce que penseront de nous dans 50 ans les
futurs citoyens de ce pays (ou de ce qu'il en reste) lorsqu'ils
s'interrogeront sur l'absence de c6l6bration dubicentenaire de
pfg


de la capital.
Car il ne sert A rien de retourner le couteau dans la
souffrance des gens si c'est du pur cinema, ni just de faire
pleurer une fois de plus les victims si ce n'est pour que 'jamais
plus, jamais !'
Le pire qui puisse nous arriver, c'est cette instrumen-
talisation du 12janvier (A des fins soit de propaganda politique,
soit de renouvellement de dons, soit de pur sensationnalisme
pour un public occidental qui a besoin d'etre rassur6 sur son


b^i-- 'f^:

A '^.dllW


La basilique Notre Dame dans le meme stat malgrd lesfonds recueillis
des communautes catholiques dans le monde enter (photo Haiti en MAarche)


Un camp transform aussit6t en marched public (photo Haiti en Marche)


mais nenni.
Notre 12 janvier est done aujourd'hui une de ces
dates-symbole, un de ces lieux de m6moire.
Mais symbol de quoi ? De la catastrophe naturelle
A avoir provoqu6 depuis longtemps le plus grand nombre de
morts. Plus de 250.000.

Ce pays reste si beau ...
Mais pour nous Haitiens qui l'avons subi et restons
exposes A des sinistres peut-6tre encore plus terrible, cette
commemoration a-t-elle v6ritablement un sens ?
Sinon une journey fride don't beaucoup (et non des
moindres) profiteront pour aller A la plage ... Ce pays reste si
beau. Trop beau pour nous !
Une commemoration du 12 janvier n'aurait de sens
que si elle venait coiffer toute une s6rie de resolutions qui
auraient &t6 prises d&s le lendemain du 12 janvier 2010 afin
de garantir qu'aucun autre s6isme ou catastrophe naturelle ne
pourraitjamais provoquer autant de victims et de d6gits !
Or rien de cela. Une annte apris, on n'est pas plus
avanc6 qu'avant le terrifiant cataclysme.
D'ailleurs une telle commemoration a encore moins
de sens dans un pays qui, faut-il le rappeler, n'a pas h6sit6 A
fouler aux pieds le bicentenaire de sa foundation pour satisfaire
des int6rets politiques ... don't on sait ce qu'il en adviendra.


notre ind6pendance le lr janvier 2004 ?
Et que peut-on attendre d'un pays qui prend si peu au
s6rieux meme les dates qui lui sont les plus chores ?
Aux Etats-Unis, oserait-on tenir une manifestation qui
viendrait entraver la c6l6bration du 4juillet sur le National Mall
A Washington. Ou la parade
Thanksgiving du Macy's !
Mais depuis le 1"
janvier 2004, chez nous c'est
le tout est permis. Les fR-
tes patriotiques deviennent d u M
pr6texte aux pires exactions
(incendies de voitures, cases
de vitrines et de pare-brises,
hold-up en plein jour, vols
et meme viols etc) puisque
c'est fort souvent ainsi que
se terminent les memes mani-
festations qui se r6clament de
causes parmi les plus nobles


propre devenir) mais sans que rien n'aura &te fait pour nous
S viter d'autres 12 janvier.
Ou alors c'est prendre l'Haitien pour un animal de
cirque !
Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Senovation

archer Hyppolite


Etnul ne sait sile 12
janvier 2011 ne finira pas en
de multiples foyers de pneus
enflammns aux quatre coins


,i/ h., . , 1 .. ... � ,, , //I/ \1'


Explore your oplions. Hassle free shipping
MoM 1tt n 2 AlI-C uo Flightr pa w.afl. connmollng thm U S,,
th1 Carbben. Mgzhk. Sounh & Cenlral Ame ------
*Pronalnr 4ommercil jwae.K i Blrroot, NW LosAnges UCA
* Pikup sewtc vawab btemanwhm n r 165 718-42 213629~9033
North Arica wnPoa p*"APZ0wWm -i ti, T LaL*Ut FL
* Quoue. Bo00. Pay a tack lt OnliAr S1 87 7E 65S3.55W00 9S54-3201-i
* Air Cwrg Srvic wilt No Rstriction Aa. GA Hws. TX Bne-l.Ie t
*Smup yourt CCounOt S www.onmlw.om. , 1W..350 2I4trk01100 T 10471
*.., ruTq r 1 f -:n &j Auiln A. i- I% re J 4 i: *NA-r. Cq4n -1u ~W Lt n A-r E. d N Amnrtc n ri tcMS Of
� udt iQ r , mP-us r- a � ,'-W Q flv nt WfhAu hAtmdwt4 i*, nu e i ptf*Sw *mod s 4r~4 y� If6
W WE-m ^^^^^^ ^^ ^^^fl^^ ^^ ^I^5* ' ^^ ^^ ^ismrn^^ ^ ^^ ^
giaB�phag� M Bim


Pat Plus Bakery, Inc.1
NATURAL JUIce


11638 NE 2nd Ave.
Miam. FL 33160
Tel. 305-394-6118


Page 4


Cstering Specialists
Cakes. Pastries. Hors dOeuvres
for all occasions





Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 51


Memoire de seisme !


(MEMOIRE... suite de la lere page)
mois quelque chose, dis moi n'importe quoi.' Voici ce que je
leur dis :
'Elle est parties en me regardant une dernire fois
et sans doute avec un dernier message pour vous : qu'elle vous
aime plus qu'aucune maman au monde. Elle ne pouvait 6tre
sauv6e, c'est une grave h6morragie interne. Quandje l'ai sortie
de la cour de l'h6pital pour l'amener chez Elsie oi elle repose
en ce moment, j'6tais covert de sang partout, et pourtant elle


ne peut pas y avoir de coup d'etat. Les blancs sont 1i et Prdval
est en bons terms avec eux.
Je la renvoie ainsi a son mystere qui ne saurait 6tre
qu'une chimbre carjusqu'au 12 janvier, le mystbre n'existait
pas pour nous.
Mais ce n'est pas tout. Le lerjanvier, ona 6te a Jacmel
faire visiter aux enfants en vacances de fin d'annde la piaule
que nous sommes en train de construire pour notre retraite car
celle-ci finira bien par arriver unjour. Dans la pensde que nous


Page 5


de l'accident qui tua son copain. Ou de tant d'autres apres le
12 janvier (un petit tour au cimetibre si vous avez la curiosity
de jeter un coup d'ceil sur les pierres tombales), un pere, une
mbre, une spouse, n'ayant pu survive a un cher disparu quand
ce ne sont plusieurs, toute une famille. Toute une cole, come
le professeur Vemet a la tate de sa faculty, ou Gina Porc6na
de son bureau d'6tudes gdo-spatiales, tout un d6partement (la
DGI) ou un ministbre, Nicole Gr6goire a la chancellerie, Mi-
cha au ministbre de lajustice. Ou notre ddvoud Anabi, chef de


i< *F1 ;1 -' - - -- -


/\ I ,it, 11 .1 /I I, I. A ' s' , / i I�/1 , I7I I II \iM


ne pr6sente aucune trace de contusion au visage ni au corps,
elle n'avait jamais &t6 aussi belle. Mes enfants je ne sais
pas ce que je vais devenir tout seul dans un pays totalement
d6cim6. I1 faut que vous veniez au plus t6t. Je voudrais faire
des fundrailles trbs simples et incindrer le corps. Et si vous
voulez, vous pourriez partir avec les cendres a Miami pour les
garder a la maison ou chez l'un de vous. Je vous attends d6s
que les avions recommenceront a voler. Je suis ddvastd. Je ne
peux pas aller dormir. Je vais recommencer a travailler tout de
suite pour ne pas sombrer dans la depression.'
L'incindration ne sera pas indispensable grice a Gla,
notre ange garden.
Un an plus tard, j'en suis toujours au meme point!
Lundi 12janvier 2010. I1 6tait 4 heures 53 quand tout
a chavird. Trente seconds qui ont change notre existence en
Haiti, que dis-je, notre essence, qui 'nous' ont chang jusqu'au
tr6fonds de nous memes et pour la vie. Ou ce qu'il nous en
reste.
A l'6cole on s'6chinait sur ces notions qu'on nous
done pour essentielles depuis Saint Augustin, Descartes,
Pascal: est-ce que l'Ame existe avec autant d'dvidence que
le corps ?
Un an plus tard, nous vivons nous Haitiens ce total
d6doublement, les psychiatres l'appellent depression. Une
parties de nous veut aller dans un sens, l'autre parties refuse de
bouger. Nous faisons tout, et meme plus que d'habitude, comme
si de rien n'6tait, car il le faut bien, mais notre moi intime se
recroqueville, se cabre, faut-il vivre, a quoi bon vivre, vivre
pour vivre, faut-il mourir ou vivre, oui mourir. Est-ce bien
sorcier, depuis le 12 janvier ?
On n'a pas pu pr6voir le 12 janvier. Et pourtant il
6tait l1 depuis longtemps parmi nous, en nous. Mystbre ! J'y
reviendrai. Chacun en effet a pu constater plus tard combien
de signes pr6monitoires s'accumulaient autour de soi.
Je revai ainsi qu'un 6v6nement terrible frappait Haiti.
Qu'est-ce qui pouvait encore arriver de plus terrible a ce pays ?
Eh bien, devinez, c'est l'arm6e dominicaine qui avait traverse
la frontibre. Dans mon rave, je march au milieu d'un group
qui se dirige hardiment vers la frontibre, les mains nues. Oui,
totalement d6sarm6s ! Premier signe.
Mais il y a plus. Une amie, Miche, m'appelle le di-
manche pr6c6dent. Me d6rangeant, comme elle semble aimer
le faire, parce que c'est l'heure oi j'6cris mon editorial du
lendemain. Et de me dire : je sens qu'il va se passer quelque
chose de terrible. Je le sens profond6ment, je n'arrive pas a
chasser cette id6e, je ne saurai dire quoi, je suis totalement
impuissante. Deuxibme indication !
Et moi de lui r6pondre tout b6tement : Ah ma ch6re, il


Nom
Adrm


vieillirons ensemble, n'est-ce pas. Hl6as !
Le 3 janvier, on s'apprete a les reconduire a l'a6roport
quand Josseline s'approche et me dit le plus simplement du
monde : Ch6ri, tu crois que je verrai l'achbvement de notre
maison avant de mourir ?
Cette fois, n'y tenant plus, je lui criai : Qu'est-ce que
tu racontes, tu es folle ?
Elle partit d'un grand 6clat de rire, ne comprenant
sans doute pas ce qui lui 6tait arrive.
Mais alors quand j'y pense, et j'y reviens tout le
temps : pourquoi n'y aurait-il pas une vie aprbs la mort ?
Toute foi religieuse mise a part. Si autant de signes de votre
prochaine disparition se puissent exister, si l'existence et l'es-
sence peuvent tant s'interp6n6trer, bref si tout est dans tout,
pourquoi alors ne continuerait-on done pas a exister au-dela
de l'au-dela, par-dela ?
Et pourtant. Et pourtant on attend vainement la r6-
ponse. On l'attendra, je le presume, toute l'6ternit6. C'est le
mystbre de l'incamation-d6sincaration-rdincamation. C'est
le d6doublement parfait (ou imparfait !). La douleur que rien
ne peut chasser. Les amis, les copains, tous ceux (et toutes
cells aussi) qui vous aiment ne savent plus quoi faire. Vous
attendrez toute la vie cette rdponse. Sesame, ouvre toi. Mais
c'est plut6t le type du rocher qui r6pond. Sisyphe. A chaque
fois qu'il arrive a le pousser jusqu'au haut de la colline (son
rocher) que patatras. Le s6isme frappe par traitrise et on par-
donne difficilement a un traitre.
Mais il faut toujours une raison d'esp6rer comme on
s'obstine a le croire chez nous. Le blanc appelle qa notre r6si-
lience. Comme le fait que 'son' corps soit sorti de la morgue
sans une 6gratignure, sans une odeur que son sang coagul6
(la) prot6geant comme une armure, et quand partout dans la
chambre soi-disant froide mais oi le climatiseur avait depuis
longtemps lui aussi rendu l'ame ('Marcus, vas chercher toi-
m6me ta femme a l'int6rieur !'), ce n'6tait que tetes coupes,
membres arrach6s, corps 6ventr6s et en 6tat de putr6faction.
Eh bien, je ne l'ai encore dit a personnel avant vous, mais il
m'arrive de penser que c'est une sainte. Et que sa recherche
de la compagnie des gens les plus humbles, qui commenqait
m6me a me peser parce que m'enlevant le repos jusqu'aux
coins les plus intimes du foyer onije pouvais me r6fugier, cela
aurait dfi d6ji m'ouvrir les yeux.
Oui, on gamberge, beaucoup, on d6raisonne, comme
vous voyez je d6bloque en bloc, qu'est-ce qu'on ne va pas
chercher dans ces situations-l ! Et pourtant, faut pas jouer
avec la depression. Beaucoup y sont rests. Beaucoup. Juliette
et Romeo. Tristan et Iseult. Je ne plaisante plus au sujet de la
fille de Barikad Crew qui s'est donnde la mort au lendemain


-S"


Ham ______
Elals Unis
Canada
Europe
Am6riaue Latine


Gdes 260.00
SUS $ 40.00
_US $ 42.00
_US $ 70.00
US S 70.00


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
US S 135.00
US S 135.00


la Minustah. Ou Geraldo, que nous avions sumomm6 'Deep
throat' ou Monsieur Watergate. Ou toute une cathdrale (le bon
archev6que Serge Miot).
Et ce petit neveu rest troisjours dans lavoiture sous
le corps de sa mbre ('Papy, papy je suis 1l !').
Et tous les autres. Plus de 250.000 officiellement.
Probablement plus.
Et cette dame qui, selon un amijoumaliste, continue
a envoyer des 'sms' h sa fille depuis le 12janvier. Celle-ci pri-
sonniere sous l'effondrement d'une cole d'ofi elle a continue
correspondre avec sa mere. Jusqu'a la fin. Mais que la maman
refuse a ce jour d'admettre. Comme nous tous. On rejoue le
12janvier constamment, nuit etjour, en s'imaginant a chaque
fois un denouement qui serait different.
C'est Camus qui dit en introduction a son livre
MEMOIRR/ p. 7)












0 , IN T CIUZ
I. I













CcNT.CT LUS
TOLL FREE -88 6 3- &5
OR. 305- 2 0- 30C'
FAIX .3 05-2 0 - 33
CELL. 3 05 - - i i


Dans tl cas d'un abonnaemnt
avec lvralson, |I co6t est Ie double.
Prire de p6cffler sl vous 6tea
un nouvel abonn6
ou s'il saglt d'un renouvellement


Nouveau

II


Renouvel ement

0


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


I C06t, POW Six Mois i


Co~it pou Ur- An






Page 6


Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N' 51


Une ONU avec tous les pouvoirs


ION L ... suile de li 16re p.aets
que George W. Bush 6tait parti en guerre centre l'Irak sans
l'aval de l'ONU.
Le president reconnu par la communaut6 intematio-
nale, Alassane Ouattara, est r6fugid dans un h6tel d'Abidjan
sous la protection des soldats onusiens.
Meme la France, parties prenante (la C6te d'Ivoire,
premier producteur mondial de cacao, 6tant
un maillon important de son assiette 6conomi-
que), qui maintient une certain reserve. Paris
r6pete que c'est aux pays d'Afrique de d6cider
d'une 6ventuelle intervention militaire pour
arracher Laurent Gbagbo du pouvoir.
Aux Nations Unies (New York),
on announce qu'il va falloir envoyer 1.000 a
2000 casques bleus suppl6mentaires en C6te
d'Ivoire.
En comparison, lorsque la mis-
sion de l'ONU pour la stabilisation en Haiti
(Minustah) a d6barqu6 en juin 2004, elle ne
semblait pas avoir autant de latitude.

Un gouvernement planetaire

Cependant chez nous aussi les choses
semblent en train de changer et, mine de rien,
peut-6tre avons-nous prced6 la C6te d'Ivoire,
vu le r6le de cobaye qui semble nous etre at-
tribu6 depuis que nous sommes entr6s dans ce
cercle vicieux qui se nomme la crise. La crise
toujours recommencee.
Par example, pourquoi l'ex-pr6si-
dent Bill Clinton n'est-il pas le repr6sentant
de Washington plut6t que 'l'envoyd special
de l'ONU pour Haiti'? Aujourd'hui on comprend mieux la
nuance.
La nouvelle strat6gie des grades puissances con-
siste-t-elle en un contr6le encore plus pouss6 des pays en
difficult mais par ONU interpose ?
Est-ce que l'ONU doit devenir une sorte de gouver-
nement plan6taire, comme elle 6tait destinde d'ailleurs a etre
au moment de sa creation au lendemain de la Seconde guerre
mondiale (1945) ?
Avec une difference notable : un supra-gouvemement
aux ordres des grandes puissances, de manibre a exercer un
contr6le unique, plus coordonnd, et done moins cofiteux sur
les petits pays, A commencer par ceux qui ne savent pas se


tenir tranquilles ?
Cela pourrait etre le cas.

Tous les pouvoirs aux mains d'un seul

Trop de crises de par le monde. Les grandes puissan-
ces ne peuvent etre directement pr6sentes partout a la fois.
Aussi prennent-elles en charge ceux de ces pays-l qui


Le president Rend Preval, la secretaire d'Etat americaine Hillary Clinton
et le secretaire general de 'ONU, Ban Ki-moon

repr6sentent une menace directed a leur endroit. L'Afghanistan,
l'Irak, la Corde du Nord. Eventuellement, I'Iran.
Mais des pays comme la C6te d'Ivoire et Haiti an-
noncent peut-6tre un nouveau toumant dans la gestion des
crises.
D6sormais les Nations Unies ne joueront plus un
r6le d'appoint, de transition, de b6quille ou encore de stabili-
sation comme c'est dit dans le mandate de la mission actuelle
en Haiti.
D6sormais ce sont elles qui assureront le comman-
dement. Et prendront les decisions. Et 6ventuellement sans
avertissement. Sans explication, tant que c'est pour assurer
'le respect de la volont6 du people' !


nements qui se seraient d6roulds en Haiti a la faveur de cette
cruise.
Une rumeur veut que des 616ments de l'intemational
avaient pris des dispositions pour embarquer le president
Rend Pr6val pour l'exil. Un avion avait meme &te sollicit6. Et
le premier ministry Jean Max Bellerive contact. Celui-ci a
pouss6 les hauts cris.
Tout cela a l'insu des citoyens de ce pays. Evidem-
ment, le motif est tout trouv6 : 'le respect de
St la volonte du people !'
Selon les memes rumeurs, c'est le
repr6sentant special du secr6taire g6ndral en
Haiti qui serait le maitre d'ceuvre de toute cette
activity f6brile qui regne depuis les elections
contest6es du 28 novembre.
Le gouvemement haitien ne dit mot.
Trbs peu dans la classes politique semble saisir
tous les tours et detours de ce chaos don't le
denouement est toujours remis aux calendes
grecques. Les r6sultats (revus et corrig6s) du
premier tour ne seront pas connus avant f6vrier
et le second tour qui devait avoir lieu le 16
janvier, report&.
Jusques a quand ? Allez savoir. Oui,
allez savoir comment tout cela peut finir
quand vous-memes n'avez aucun poids dans
la balance. Quand vous n'avez meme pas &t6
convi6s come spectateur et que les decisions
les plus vitales sont prises dans le secret de
quelque officine diplomatique et mises en
application illico. Sans explications. Sinon'le
respect de la volont6 du people !'

Le pot de fer et le pot de
terre ...
Pendant ce temps la crise se d6place vers un autre
angle de ce thditre de marionnettes aux mains invisibles qui
tirent les ficelles. Le mandate constitutionnel de Rend Pr6val
s'acheve le 7 f6vrier. Peut-il rester jusqu'au 14 mai qui mar-
quera la fin effective de son mandate ?
C'est le nouveau sujet de guerre. Pour ou centre le
depart de Pr6val le 7 f6vrier ou le 14 mai ?
Un seul acteur que cela ne d6range. Et c'est aujourd'hui
le plus actif. Sinon le seul sur le terrain: l'intemational.
Chaque rebondissement de la crise, chaque faux pas,
dans un camp ou dans l'autre, le enforce dans ce context
d'6preuve de force mais plus proche du pot de fer et du pot
de terre.


General Espesyal I mas 2011


AI ' ,rvc Gou'.ee Ela : ' - onreman aE Seisyo " :3.l' ak "'00.'41, Lwa FbI:-)r: a0. Se A3lk 3 ran Konslibsyon" ... iJ la. dapre pou'vwa envesl- ,an h. made pcou yon ::I: .,.:n Espesyal [et pou
rarpli pos ,id Lachanm Rep'eza~lan Eta DislI '03, ep lou I rnande o i Elfeksycn Espesyal le: paj ceziyen
kanodda l politik rekcni yr epi
ALOSKE, da! ye poj Eleksyon PnnE E. :, . '' -.i E!eksyon Jene'aE Espesyal sila a le etat pa Gouvene a
jal sa ekri pi ha la a


Prime Espesyal B fevnye 20"1


ALOSKE, Seksyon "'OC141 Lwa lonrd yo, mele an plas pou ke Sekrete De'a a elabll dal y: pou anrdida yo
* -. I,.- poj Elesyon Pnrirne Espesyn al4 Eleksycn Jenerai sila o3 epi mij etrabh' dat yo pau kardica yo depoze
raoi kanpay yo ep!
AL :;"- :onIcnmeman ar Seksyon 10' 657, -wa - . l' ole pi bhane ia fc: de 31 anMye a 6 Ile':ye 2011
ep de 2' *fe-lye a 2' fevriyi 2,11 ep:
ALOSKE, kandida yo ki vie kailye pa malcd peisyon anP 'I 1 pFlu iwenn 19 s yat valid, epi
ALOSKE. pelsyon pou kandda k ka' lye pa telod petsyon an f6: pio sou-el bay sipfvize eleksyon ian
konlte' kaie s ye te 'asanb' an pa pla Ke 5e p m 21 desanm 2:f0 *a onsa s;pe'-Ze a'esyor an ,a
kacah ., ' y siyal' yo ak seifyt relta yo ep S.iO'I- y, bIay Div.izyyn Eiks/o5r- oa p ta ke 5 8 p 7 28
desaIrn . i' F'e kai I *asyon yu pou uka'd ia ki pap ka i ye 6a :neiei ,eivsyo- an se


Fr. - ! _,'j. riwfn.. DA,',N K : -' ".-r',, Sekmer . De:a PwvA vwa c oridi, i-sai fiksfi ak ridkiaw Kl dIal poul
* 1. :.i - y 1 ' . 1ka ciiye pou E:eksyonr EspesyaI a .- i, -.. ain -a i e 8e a n -r 29 Cesarm 2:10. rve
Midl 30 desanm 2010, e0i dal pou ka-diva yo depoze rapn kanpay yo se


O1j iimil
21 Jan.ye 2011
4 tevnve 2011
25 4evye 2011
31 me 2311


Yon rapo fina let pou depoze 9C0 ou ap'e ;e yon kandica la lete san alpozisyn, 'e e mne. oswa eli


ENSKRI :)a fre" mwen aik Gran So E:a FIc-d nar
Tali haiSet. Kapi'a la.a 'ISe;o5 8 inwad desarn' 20'-U



SEKRETE DETA P'OViTZWA


Pou pibisi sou yo, alei - I I aap idad


U-


. 1 i


Pat Rqh anKKogvri
3at dezlyasyon anr:e sourriei - 14 janvye 2C'1
'5 ja'vie 2C1" '3..i,,.: 2011
4 feriye 2011 - 24 feriye 201'
25 f '.ve 20'1 ii- e 2":11


Par example, dans
le dossier C6te d'Ivoire,
l'ONU n'assure pas seule-
ment la protection du pr6si-
dent reconnu par la commu-
naut6 international, Alas-
sane Ouattara. C'est aussi
elle qui fait la gestion des
victims (plus de 200 morts),
et d6signe le coupable : le
president Laurent Gbagbo
comee si les autres restaient
les bras crois6s). En meme
temps menacant ce dernier
de le trainer devant la Cour
p6nale international, autre
creation de la meme ONU.
Bref tous les pouvoirs aux
mains d'un seul.

Tous les tours
et detours de ce chaos

Or ceci nous 6claire
6galement sur certain Mv&-


Plus la crise nous affaiblit. Plus l'intemational se
enforce. Dans cette recherche, cette mise en place, lentement
mais sfirement, d'un supra-gouvemement pour les pays em-
merdants (!).
D'autant plus Haiti qui n'a d'autre importance que sa
function de cobaye. La C6te d'Ivoire, elle, a son cacao. Voilh
pourquoi d'ailleurs la greve g6ndrale lance le mois dernier par
le tandem Ouattara-Nations Unies a &te un 6chec.
Par centre la question de l'origine du cholera en Haiti
n'aura aucune rdponse puisque 'on' ne peut etre a la fois juge
et parties.

Coup de th6etre majeur ...
En un mot, chaque jour qui passe peut etre en train
de nous rapprocher d'un coup de thditre majeur, autrement dit
une sorte de denouement sans aucun lien avec la situation que
nous vivons en ce moment, ni m6me avec les protagonistes
actuels de la crise, ne leur en d6plaise.
Mais le constater est une chose.
Continuer a enfoncer sa tate dans le sac toujours aussi
betement, c'en est une autre.
Comportement de la cobaye parfaite !

MIlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


i.~~ .�~~~~~~~~~~. �~~ ~~~i, ~ ~~~~.~~~. I�. �~I~ 1, ~ ~....~~i~~l, i~. �~~ ~lii.~~i~ ,~ iiii~


Patia-, yon Pal Poil S: 1 - I ; 2


San Pa:i Politik 5. 187 88





Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 51


Le blanc notre pere qui etes aux cieux !


ILE BLANC ... siii tce li r I a ;ie e
Ca, aucun de nous ne semble y penser.
Pourtant rien ne lui serait plus facile. En effet on
retrouve l'international en amount (d6livrance de la carte
d'identification national ou carte de vote, pouvant permettre
d'influencer l'importance du corps electoral done la partici-
pation) aussi bien qu'en aval. C'est la mission onusienne de


Mais cela ne va pas sans conditions. D'abord mettre
les conseillers 6lectoraux haitiens a la porte. Puis qu'on est
venu ni pour computer ou recompter des bulletins, mais pour
proc6der a une evaluation des procedures qui ont &te utilis6es
lors du vote du 28 novembre dernier.
Puis finalement que pas grand chose n'a pu 6tre fait,
bref au diable ces 'maudits' Haitiens !
Alors que nous avions l'habitude de le croire infailli-


rieur cette crise politique.
Que veut dire en effet pour un canadien ou un ame-
ricain moyen l'envoi d'un statisticien et d'un comptable pour
recompter des votes en Haiti ?
Outre que les Haitiens en g6n6ral ne sont pas dignes
de confiance, mais qu'on n'est m6me pas foutu d'avoir un
comptable dans le pays !


Le bdtiment de la Direction generale des imp6ts (DGI)
oih tout le corps directorial a perdu la vie (photo Haiti en Mlarche)


Les vestiges du Palais des ministries (photo Marcus/HENM)


Or;&il "i' r 3


Une ambulance revue en don par la mairie de Carrefour
(photo Robenson Eugene/HENM)

stabilisation (Minustah) qui assure le transport des proces
verbaux a la cloture des bureaux de vote.
Dans un sens comme dans l'autre : neutrality absolue
garantie !
Puis ce sont encore des strangers qui siegent au cen-
tre de tabulation, 1i ou s'opbre le comptage et le recomptage
etc.
Et que des contestations 6clatent, chez nous c'est
inevitable, c'est encore vers le blanc que l'on se tourne come
seul et unique recours.
Le president de la R6publique sollicite alors l'envoi
d'experts de 1'OEA pour venir 6pauler le Conseil electoral
haitien.
Haiti y a droit comme membre de l'Organisation des
Etats amnricains.

Au diable ces 'maudits' Haitiens ! ...


ble, le blanc !
Mais la press haitienne n'a pas
davantage droit au chapitre. Tous logs a la m6me
enseigne : Au bonnet d'ane ! Et pour se renseigner,
on doit se reposer sur des confrbres strangers qui
comee disent les Haitiens, 'le sang appelle le sang')
ont eux aces au secret des dieux.

'Ce fatras electoral'...
Sinon comment aurait-on appris avec autant
de precision que '100.000 bulletins de vote ont du
etre 6cartes' ? Sur
une participation
d'a peine 22%,
dent seulement 6% MIA11 WZ
dans les coins les II
plus recul6s.
Et que -. n,,n lrid


1'OEA s'est dd-
tourne de l'op6ra-
tion de recomptage
parce que 'il est impossible
de transformer ce fatras 6lec-
toral en des r6sultats reprd-
sentatifs'.
II doit y avoir des
pays oi l'on exige (devant
la loi) plus de respect pour
ce qui est some toute une
representation de la souve-
rainet6 national. 'Fatras
electoral!'
On comprend l'indi-
gnation de notre chauffeur de
'shuttle' autobuss) h Miami
racontant les conditions hu-
miliantes dans lesquelles ils
sont forces de subir a l'ext6-


Memoire de seisme


(MEMOIRE... suite de la page 5)
'L'Homme rdvoltd' qu'il existe un seul problkme philosophi-
que, c'est le suicide.
Eh bien, mille regrets, le suicide n'existe pas car je
l'ai rencontr6 ! Et si nous avons 250.000 victims, mettons au
moins deux 6plords par victim, alors nous sommes 1 demi mil-
lion au moins a le savoir aujourd'hui dans leur propre chair. Et
les 9, 5 millions d'autres en total communion ce mercredi.
En effet depuis le 12janvier 2010, nous sommes tous
en Haiti, a un degr6 ou un autre, comme on dit au cinema,
passes de l'autre c6t6 de la camera. Ce qui n'6tait que maux
d'autrui (qa n'arrive qu'aux autres !) est devenu notre quotidien
a vous comme a moi. Nous marchons tous sur le fil du rasoir.
Et pas seulement mon amie Dolo derriere son rire plus 6clatant
que nature mais qui ne peut dissimuler l'indissimulable.
DMs lors Juliette et Romeo, Tristan et Iseult sont des
gens come nous. Shakespeare et Wagner ont menti. En un
mot, nous avons tous depuis le 12 janvier une relation autre
avec la mort, et partant aussi avec la vie, et done une vie autre,
negation du suicide ou son d6passement et qui fait pilir la
reflexion de Camus.


Oui, je me disais
comment parlerais-je du 12
janvier un an aprbs ? De la
ville qui en est rested au m6me
point. Des politiques qui ont
trahi leur parole d'honneur la
second d'apr&s.
Des 11 milliards de
l'aide qui continent a nous
tirer la langue.
Alors que, quand
je vous parle de moi, je vous
parle de vous. Et vice versa.
Je porte le deuil de monpays,
et le pays porte notre deuil a
chacun.
Tout un people en-
fin uni. Dans une m6me
souffrance.

Marcus,
10 Janvier 2011


Mettre les plaideurs d'accord ...
Bref, voici comment de fil en aiguille tout un pays
s'enferme de lui-m6me dans un sac puis en confie la clef au
voisin avec la garantie que celui-ci va la garder dans son cof-
fre-fort bien a l'abri des voleurs.
Qu'est-ce qui emp6che que, fatigues de cejeu on ne
peut plus stupid, ce dernier ne decide unjour de mettre les
plaideurs d'accord en croquant l'un ... et l'autre ?
La suite au plus prochain num6ro.

Haiti en Marche, 5 Janvier 2011





, .- . ,-,-, .. k r.SO.n '' l 11 aI . f . -,- 3


151d; A3ll; 3 nar t i :, rin Flond a dapre p~C;va ki e-v1cs1 nan li, made pou yon Eleksyon Espesyal Ve
: .1 ranpl pos vd Sera Eta Distnk 33, epdou Il mar de Do E eksycr Espesya fet o;. dez yep � -*,',,I. ; Ri
",..'i'. re.on vyo. eai

ALOSKE. dat yoc FJ E -:, Prime E. .:. aK Eleksyon Jenera Es.esya' s!la a le -' 1 I Ca Gcvere a
jan s ekr p1 P- a a a


Jenera: Espesyal- " mas 2011


ALbSKE Seksyon 'OC 1.', Lwa Flnrd yo. mete an plans pou ke ::', C1" ' De:a a etabti dat yo pou kandid yo
; il, : i E1leksyon FII-: Esp.syal ak Ele'syon severall slla a ep> e tabli dal y pou raoh kanpay y ep.
ALOSKE kcnfonmeman a; Seksyron '01.657, Lwa F a:d vc:e pi btre va fei de 31 ;arye a 6 fevriye 2011
epide 21 fevrye a 27 f. .;..- 2C11 epl
A.l- :' E kandida yo ki Ale (ali'ye pa3n meld pets yr an fit pou |Ivenr. 521 s:yab valid, epi
ALOSKE :e.isyon poiJ kandida ki kalifye pa Te:dJ peisyon an fel pai. scjmet bay sipevize eleksycn ran
konle vote syati yo ce ra-antle -an pa plra ke 54 n.. 2' dssanm 27C1 la k.c5s sip'vize c eksyon an ya
Kapab ver'tye sqyali yo a-: setfye re,:lta yo epi some yo bay Divizyon Eleksyon aa pika .ee e p m. 28
desanm 2010 -re kakasfkasacn p dd pu a ki . - i',, pa me:cd pebtsyon an se


San Pajt Pcl l S ,187 88


Pabzar ton Pat P .r'+ $1 7S1.22


E'-Ji l ti . rmwen, [.:'."'. K ROBERTS, Sekrel Deta Pw.zw3a ;3anId isiba rfkse ak deklare ke daP pcu
kandida yc Rapaht kaiile pau Eleksyorn E:.--. :- an keslyon an va 'E: de ',i am. jo 29 desann 21 C, nre
Miidi, 33 desarm ' I'. epi dat PCJ kandda ye dep.aze rapo kanpa yo se


Dal Limil
21 ., 2011
Sfeviye 2011
25 '-..,.: 2011
31 me 23'1


Yon rap6 f la el pou depuze "c lou apre ;e yan kandida le re'e san ouzisyon le eliirlpe oswa ehl

. -. ENSKR pa mer, mwen ak Gran So Ela Florid, nan
. " ij-^ ' T lahassee Kapra a i.5erm ou mwad desanm 2010




S. SEKETE DET[A : , ,'-. A
"1u ;-ls soVD sou h e .m ia g
' F, '' ,Ji I , -^ .


Oat Ro an Kouvri
Dal deziyasyon an te s3;jme, - 14 a"-ye 2011
15 !arvye 2011 - 3 fer 'e 2011
4 evyri 2011 - 24 fei.lny -:"'
25 fevnve 23"1 - 31 rre 201


Page 7


Primtt'�;�i-~il atE�vn�IEM11





Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N' 51


Le tremblement des mots


ROM4N, Vendredi7janvier 2011
Le romancier Dany Laferrire, qui
vit aujourd'hui au Quebec, sejournait en Haiti,
son pays natal.
Le 12 janvier 2010, Port-au-Prince
subissait un puissant s6isme. Des 6crivains
comme Dany Laferri&re 6taient 1a. Leur
r6ponse au malheur: une 6criture nourrie par
1'6nergie des Haitiens
Dany Laferrire est grand. Affable
mais pas expansif. Pudique, cultiv6. I se
cale dans un fauteuil d'h6tel, dans la grisaille
d'une fin d'ann&e parisienne. Il vous emmbne
pourtant avec ses mots precis, ses images
claires, son approche tranquille, sous le soleil
de ce mois de janvier, il y a presque un an,
avancant, dans la poussibre de cette terre qui
vient de trembler, parmi les mines et la peine,
mais aussi parmi les maisons encore debout, A
la rencontre des morts et surtout des vivants.
de present. J'6vite tous les d6bats sur la recon-
struction, sur l'aide, sur la politique. Ily a plein


a s a a -


Les enfants et les personnel dgdes la plus grande preoccupation dans les heures apre
(photo Haiti en Marche)


� de gens pour qa. Ce sont les petites choses de
la vie quotidienne qui m'int6ressent...>>
Ainsi, cette marchante de mangues,
qui d6roule son 6tal, dans la re, quelques heu-
res apres que Port-au-Prince a &te frapp6e. Des
mangues comme un signe. Dany Laferrire en
raffole. I1 les d6guste jalousement. < avec mes fillesje ne les partage pas.>> Pourtant,
A Port-au-Prince, durant ces quelquesjours on
la ville a tangu6, il a partag6 ses mangues.
II livre aujourd'hui, aprbs son beau
roman L'Enigme du retour (Grasset), qui lui
a valu en 2009 le Prix MNdicis, un r6cit: Tout
<' bouge autour de moi (Grasset, 180 p.). Formes
-' braves, 6clat6es comme le temps du s6isme,
S- impressions, reflexions notes alors qu'il
Sse trouvait A Port-au-Prince en compagnie
d'autres 6crivains puisque devait s'y tenir
ces jours-l une session du festival Etonnants
Voyageurs - et ensuite, de retour A Montreal
on il vit, alors que lui parvenaient de plus loin
des 6chos d'Haiti.
�s le seisme Comme dans L'Enigme du retour,
Dany Laferrire dit beaucoup avec l'air de ne
pas y toucher. Dans l'6criture aussi, une pudeur. Une profond-
eur 6galement, qui s'impose comme malgri elle. Car l'6crivain
est trop fin pour peser, pour s'appesantir, pour vouloir vous tirer
des larmes oujouer de la muse. I1 est sobre, 616gant, direct. Prit
A rire des choses, sans esquiver leur gravity pour autant.
Au s6isme, les 6crivains haitiens ont commence
r6pondre avec des mots. Pas de grand roman encore, meme
si Yanick Lahens, qui public Failles (Sabine Wespieser), tout
comme Dany Laferrire ont l'intuition qu'il viendra, ce grand
r6cit du tremblement de terre. Un possible roman est d6ej en
gestation dans Failles. Mais Dany Laferrire, lui, ne se voit pas
l'6crivant, ce roman-l: < pas dans mes cordes. Je suis plut6t dans les petites formes qui
s'accumulent. Il y aura quelqu'un d'autre pour 6crire a.>>


Hommage

aux victims,

aux survivants,

aux heros, a nous

tous ...
L'Etat haitien, A travers le Minist&re de la Culture, la
Direction Nationale du Livre et 17 ecrivains haitiens, rendent
hommage aux victims, aux survivants, aux heros A chacun
de nous au course d'une lecture- spectacle le 11 janvier 2011,
de 6 heures A 8 heures, sur la cour de la Thlkvision Nationale
d'Haiti.
Des extraits de textes products par 17 ecrivains hai-
tiens et strangers - tous presents lors du tremblement de terre
- specialement A l'occasion du 12 janvier seront lus par des
comediens entrecoupes de chants interprets par Wooly Saint-
Louis Jean, Renette Desir et Nadtge Dugravil.
L'tthate, rvesl initbr elaClur;l


Banque de la Rdpubllque d'HaflI
L Gouvemrour



APPEL A MANIFESTATION D'INTIRET POUR LA SELECTION D'UNE FIRE POUR LA
VERIFICATION DES ETATS FINANCIERS

La Banque de la Republique d'HaU (BRH-). organism public joulssanl do i personnalitd
jurdlque et de I'autonomle financibre, ayant son sijge principal & Porl-au-Prince. desire
recruter une fmin d'auHll pour la vrinfcation de ses etats financiers (bilan, iat des rovenus
et ddpenses, dtat des mouvements de fonds. dtal ds revolution du capital t des compte doe
reserve. notes aux tats financiers) et I'dmission d'une lettre de geslion aur le contrOle
Inteme, en Vue d'avoir une opinion sur sa situation financire et sur ses rsultats en
conformlle avec les princpes comptables gdrdralomen reconnus avec le normes
internalonales d'audit

A cot effect, la Banque de la R6publique d'HW Invtte les Inlress6s A s ournttre lu
expressions d'int6rt oonformdmenl lIn loi du 10 juin 2009 (article 35) fIxant le regles
genrrales relatives aux march publics at aux cnventlons de concession d'ouvrage de
service public. L.o Firmes nationals et Intlematonals dolvent foumtr routes les
informations qu'elles jugent duties I6tablissement de laur qualification pour I'oxdcutlon de
Ces prestatkins, notamrent :

* Leur presentation ;
* La cope de leurs status at de l cte conatullf
I Les rtftrences de leur(s) repdsentant(s) tgal (aux) accompagnd(s) des
documents 6tablissant ce fail;
* Les trols demrers late financiers ;
* Leurs re4frences sur des isdone stnmlaires r~ales durant les cinq (5)
demreros anndes ;
* Au moina dix (10) annres d'exp6rience continue en audit financier;
* De Iexpdrience dana e secteur bancaire ;
* Curriculum Vilae des principaux Intervenant (Niveau de formation des
principaux Intervenarfs : cinq (5) ans d'experience en audit financier, licence,
minimum de 4 annes d'tudes unversitalres complb4es avnc succs. Lee
licences en Sciences-Comptables sont un atout majeur)

Les irmes nationals devront fournir en plus:

* Lar dossier fiscal & jour (quitus fiscal de type C four, carte d'identit
professionnelle, carte d'immatriculalion scale, certifica de palente).

La firms sera engage pour un mandate d'une (1) annde. renouvelable deux tots afln de
couvwr les trots (3) exrcices (exer ces fiscaux 2010-201 , 2011-2012, 2012-2013)

Toute fire ayant excuti six (6) mandate cons6cutifs n'eas pas habilitee & participer a cet
appel A manifestation cd'ntir6t.
LeA firmes interessdes sont invitees a faire parvenir ou & deposer leur dossier de
candidature sous envelope termee et scellde portanl la mention . Appel a manlfe tation
dd'irriet pour la verification d d ats financiers -, au plus &ard. t1 31 janvier 2011, 10h
am. & I'adresse suivante :
Banque de a Rtputblique d'HaFti
CQo Commission Sp4caalised des Marches Pubflcs
Angle des rues Pav6e el du Oual,
Port-au-Prince. Hai
Taphone (509) 22 99 1210. (509) 22 99 1171, Fax (509) 22 99 1045
E-mail: csmp@t& rh.nel
Les resultals de la pr-qualfication serorn public dans un d6lat no dpassant pas las vingi
(20) jours ouvrables ulvant la sance d'ouveriure des polls. Les dossiers incomplete seront
reields. Seutes les fnrmes don't le candidalures auront dt6 retenues seront invirt6s "
soumettra de offres.


Georges Castera, Yanick Lahens, Dany Laferrire,
Franketienne, James Noel, Louis-Philippe Dalembert, Syto
Cave, Emmelie Prophdte, Avin, Gary Victor, Jean-Euphble
Milc6, Lyonel Trouillot, Claude Pierre, Rodney Saint-Eloi,
Evelyne Trouillot, Kettly Mars, Michel Lebris, Thomas
Spear...
(...) ont repris la parole - la plume - pour rendre
hommage, parler de ce que nous avons v6cu pendant l'ann&e
2010. Les musicians et chanteurs se sont laiss6s traverser par
la souffrance, les questionnements, l'espoir et partagerons,
avec chacun de vous, leurs notes et leurs chants.
Vous 6tes les bienvenus. Le spectacle sera en direct
sur la Tl66vision Nationale d'Haiti et les textes int6graux des
6crivains paraitront dans l'6dition de Le Nouvelliste du 12
janvier.


Emmelie Prophete-Milce


Page 8


'Les camps paraissaient d 'abord come devant Otre
purement temporaires (photo Haiti en Marche) '


Port-au-Prince, te 17 decembre 2010.




Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 51


& n .
" 6 '


Fei


Oe0


. . I


I~~*C- .r


'i


/i ( e
.0. P


.j~0iV �q


)'0


Page 9


- V II I


�E7-


^p


. A,
10 �.&


E


ql


Polo.





Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N' 51


Un an apres le seisme, Haiti peine a se reliever


Les rares infrastructures d'aqueduc et d'6gout ont en
&td d6truites, par le s6isme, tout come les routes, les edifices,
les infrastructures portuaires et a6roportuaires. Les travailleurs
humanitaires ne cachent d'ailleurs pas une certain exasp6ra-
tion face a la lenteur du gouvemement central a organiser la


humanitaire d'urgence, don't les Canadiens qui ont vers6 200
millions $. Ces fonds sont distincts de ceux qui seront destin6s
a la reconstruction et sont utilis6s a bon escient depuis le d6but
des operations, assure Sophie Chavanel.
<

reconstruction. Ils en ont 6galement centre la communaut6 tous lesjours dans la vie des gens. Les 200 millions $ des Ca-


Le palais national bien que dhtruit reste le trophee a conqunrir,
ils etaient 19 candidates aux dernieres presidentielles


naissent que la lutte centre le cholera viendra au sommet des
priorit6s en 2011.
< qait vraiment a passer au prochain stade de notre r6ponse au
tremblement de terre et, tout a coup, on a eu une autre dimen-
sion, une autre crise humanitaire que l'on devait g6rer et que


Plusieurs dizaines de policies ontperdu la vie dans le seisme (photo Robenson Eugene/HENM)


international qui a promise plus de 2 milliards $ pour la re- nadiens ont contribu6d sauver des vies et contribuent encore.
construction du pays, mais qui tarde a mettre en oeuvre un C'est ce qui nous permetjustement d'intervenir pour traiter les
veritable effort, patients du cholera>>, a-t-elle dit.
En contrepartie, les organismes se montrent trbs Bien qu'ils souhaitent contribuer plus rapidement a
reconnaissants envers les donateurs qui ont permis l'effort l'effort de reconstruction, tous les organismes interrog6s recon-


l'on gbre toujours>, a dit Emmanuel Isch.
Dans ce context, l'amdlioration des conditions
d'hygibne de base et l'am6nagement d'abris avant la prochaine
saison des ouragans demeurent 6galement trbs hauts sur la liste
des priorit6s.


Haiti, un pays asphyxia


Malgrd le formidable Olan de solidarity suscitW par
la catastrophe, la reconstruction tarde en raison des carences
de l'Etat hattien.
Crddit: Elodie Perriot/Secours Catholique
La Commission int6rimaire de re-
construction en Haiti ne s'est rdunie que
quatre fois.
Rien d'6tonnant a ce qu'un pays
comme Haiti - avec un indice de ddveloppe-
ment human le classant 145e sur 169 et
80% de sa population vivant sous le seuil de
pauvret6 - n'ait pas les resources n6cessaires
pour se reliever, malgr6 l'importance de l'aide
intemationale. Le gouvemement haitien s'est
rapidement montr6 dans l'incapacit6 de faire .
face. Puis la perspective 6lectorale l'a priv6 de
toute action pendant de long mois.
Le 16 janvier prochain, le second
tour de l' election devrait d6partager Mirlande
Manigat (31% des voix) et Jude Celestin
(22%), le candidate du pouvoir. C'est ensuite
que la situation, peut-6tre, se ddbloquera enfin.
De son c6t6, la Commission int6rimaire de
Reconstruction en Haiti (CIRH) - instance
charge de prendre la direction des operations
de reconstruction pendant dix-huit mois et
dirig6e conjointement par Max Bellerive, le
Premier ministry haitien et l'ancien president 'Les circonsta
amdricain Bill Clinton - peine a s'imposer.
Malgr6 l'ampleur de la tAche, elle ne s'est
r6unie que quatre fois depuis sa creation. En outre, sa composi-
tion pose problkme : seulement 3 voix sur 13 parent au nom de
Haiti, 10 voix 6tant r6serv6es aux pays donateurs. Quoi qu'il
en soit, seule une poignde de projects ont requ l'agr6ment de la
CIRH, et la plupart n'ont toujours pas d6marr6. Par ailleurs,
sur les 11 milliards de dollars (8,3 milliards d'euros) promise
par la communaut6 international, seul le tiers a &t6 vers6 sur
le compete de la CIRH. Est-ce en raison du manque de transpar-


ence dans la gestion des fonds de reconstruction, don't beaucoup
soupqonnent qu'une parties significative a pu ne pas arriver a
destination? L'histoire contemporaine de Haiti est marque
par des d6cennies de mauvaise gouvemance, de corruption et


rnces ont donnW naissance a un nouveau programme de lutte centre le ch6
ishfor Workfournissant un emploi temporaire aplusieurs milliers dejeuw
dans les villesfrappees par le seisme (photo Haiti en Marche)'
autres pillages institutionnalis6s.
o Les politiques ne sont interesses que par ce qu 'ils
peuvent accaparer, et ilsfont la sourde oreille au reste. L 'interet
general a peu de poidsface a l'intir&t personnel, en Haiti >,
comment le pbre Jean Hanssen, directeur de la commission
Justice et paix. Lucide, il rappelle d'oi vient le pays : o Soyons
rationnels, on ne va pas inventer aujourd'hui ce qui n 'ajamais
existW. On a beau vouloir rebdtir des reseaux routiers, com-


mentfaire si le service concerns n 'existe pas ? Les suites du
sdisme ne sont que la manifestation de 1 'irresponsabilitW des
dirigeants qui se sont succidd a la tote d'Haiti.
Une manibre d'expliquer la lenteur de la r6ponse
humanitaire et la difficult 6 vidente de pl-
anification auxquelles sont confronts les
diffirents acteurs de la reconstruction, en
mal d'interlocuteurs v6ritables. Une manibre
de dire, aussi, que la misbre du people haitien
ne date pas du s6isme. Dans un tel context,
il n'y a rien d'6tonnant a ce qu'il soit si dif-
ficile de reloger toute une population sinistrde,
don't la majority vivait d6ji dans le plus grand
d6nuement bien avant le 12 janvier 2010. La
plupart des habitants des camps provisoires
sont incapables de finance la reconstruction
d'une maison et meme de supporter le cofit
d'un loyer.
Comment affronter le problkme ?
Pour l'heure, la communaut6 international pa-
tine, et cela ne surprend personnel en Haiti, vu
Sla m6connaissance du terrain don't font preuve
les organizations en presence. o Le monde
entier est arrived avec des solutions importees,
completement inadapties a I 'environnement.
Et a aucun moment les instances haitiennes
compptentes n 'ont etd consultees. Le point de
3mage baptis vue des ,, ,a', r,. ,,, locales n 'interesse pas
grand-monde >, deplore le directeur de Justice
et paix. Du c6t6 des ONG, meme constat. Si
le r6seau Caritas est trbs bien implantW en Haiti, il fait figure
d'exception. En effet, la majority des quelque 10 000 organisa-
tions humanitaires pr6sentes en Haiti depuis le tremblement
de terre ont un ancrage historique et local limit. De surcroit,
la virulence de l'6pid6mie de cholera accapare l'attention et
les moyens de tous, avec plus de 2 000 morts en trois mois,
diffirant encore l'urgence de la reconstruction.
Mathilde Magnier


En 72 heures, plus de 400 haitiens ont e6t rapatries en Haiti


(HaitiLibre) Douze chauffeurs de nationality domini-
caine ont &te arret6s par des membres des forces arm6e pour
traffic de clandestins. Les v6hicules qui transportaient des hai-
tiens ont &te saisis et les chauffeurs envoys devant lajustice
pour application des sanctions pr6vues par la loi.
Le G6ndral Jos6 Francisco Gil Ramirez, chefdu Com-
mandement du Nord, des Forces armies, base Santiago, a in-
diqu6 que 135 haitiens avaient &te arret6s et remis aux services
de l'immigration pour 6tre rapatris dans leur pays d'origine.
Lors de cette intervention, une source militaire rapporte que
des armes introduites ill6galement avaient &te saisies.
Gil Ramirez a dit que ces operations sont mendes
conjointement avec les services de sante qui sont en measure
de verifier s'il y a des personnel infect6es par le cholera. Pr6-
cisant que ces interventions n'ont pas &td r6alis6es a Santiago
ou dans les quarters Sud de la ville, mais sur les autoroutes
et les routes du Nord-Ouest, comprenant le corridor sanitaire


mis en place le long de la frontibre par le Ministbre de la sante
publique pour prdvenir la propagation du cholera. Rappelant
que les patrouilles militaires traquent aussi les trafiquants de
clandestins et les ill6gaux dans ce corridor.
Ces arrestations s'ajoutent a celles d'au moins 200
autres ressortissants haitiens dans la region du Cibao [qui
s'6tend de la ville de Monte Cristi, a l'Ouest, jusqu'a la baie
de Samana, a l'Est]. Ils ont &t6 envoys a la Direction de
l'Immigration pour rapatriement.
D'autres arrestations sont intervenes dans le Sud,
principalement dans les regions de San Juan de la Maguana
et Azua, oi les immigrants ill6gaux haitiens sont nombreux.
Ce qui portrait a plus de 400, le nombre de nos compatriotes
arret6s en R6publique Dominicaine et rapatri6s en Haiti ces
dernire 72 heures.
Pour sa part, le Vice Amiral Sigfrido Pared P6rez,
Directeur G6ndral de l'immigration, rapporte le rapatriement


de plus de 150 immigr6s clandestins provenant de la region
de Santiago et du district national.
En ce qui concede les revendications de certain rd-
sidents des quarters Sud de Santiago, qui menacent d'expulser
des haitiens en situation irr6gulibre, le G6ndral Jos6 Francisco
Gil Ramirez a prdvenu la population dominicaine d'agir dans
le cadre de la loi, leur rappelant que seules les autorit6s comp6-
tentes, i.e. les forces armies et l'immigration, peuvent proc6der
a de telles expulsions. De plus, il a averti les agriculteurs et
les entrepreneurs en construction de s'abstenir d'employer des
haitiens ill6gaux et mis en garde les chauffeurs qui transport-
ent des clandestins qu'< ils seront arret6s et traduits enjustice
>. Le G6ndral a fait savoir que dans les prochains jours, les
rapatriements des haitiens vivant ill6galement dans le pays,
vont s'intensifier, saufpour les 6tudiants et les travailleurs qui
pourront montrer aux autorit6s des titres de sdjour en regle.


Page 10





Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 51


Le Manolo Inn
DANSLESNIPPES
* Des kilomtres de pluge
* Chrmbrs lout coanbrn ta
air conditionnti c Salle do
rt = r�fumx . -!
Spar s a * Grand Cher
* Le Ssut du Barrl
* Le Palai de Sudre
DIrtIpenave 6 Amu A
Veau
* Lu Pellr Eglls dr Prfil
Tnmd datul de du 1 6"
sele...


Ti6pbones: 566.5361
401-7108 514-0304
lemnlollnnu@ma.cor m
Internt disponible
pour es clients


Page 11


Ecoutez

M6lodie Matin
Avec Marcus




1 0 3 . 3 f mn



www. radiomelodieh aiti. corn


VIOLENCE

Alarmante hausse des viols dans les camps haitiens


AFP - Amnesty international a d6nonc6 mercredi majority des hommes arms qui rodent dans les camps aprbs
les > don't la tomb6e de la nuit>>.
les Haitiennes font l'objet dans les camps de
refugies, un an aprbs le s6isme du 12 janvier
2010 qui ajet6 A la rue des centaines de mil-
liers d'Haitiens.
Plus d'un million de personnel vivent
toujours dans des <>
dans ces camps installs A Port-au-Prince et
dans le sud du pays, note l'organisation de
defense des droits de l'homme dans un rapport
dat6 du 6janvier. i , J
Les femmes y sont d'autant plus vul-
n6rables qu'il n'existe < assurer la s6curit&>, relbve Gerardo Ducos, un / ' ,
des auteurs du rapport.
Selon le document, <<250 affairs de
viols dans plusieurs camps ont &te signal6es' .
dans les 150 jours ayant suivi le s6isme.>>
< de viols continent A arriver au bureau d'un
group d'aide aux femmes de facon quasi-quo- . .
tidienne>�, expliquent les auteurs du document
intitulk R6pliques: des femmes d6noncent les .
violence sexuelles dans les camps d'Haiti.
Les auteurs de ces violence sont <

Pour 6crire ce rapport, Amnesty international a inter-
rog6 50 victims d'aggressions sexuelles.
L'une d'entre elles, Machou, vit dans
un camp A Carrefour Feuilles, au sud-ouest de
la capital haitienne. < les toilettes>�, racontent les auteurs. Machou
explique que < ouvert la porte. I1 m'a mis la main sur la bouche
et fait ce qu'il voulait, il m'a frapp6e>.
Amnesty international deplore un
S - < alentours des camps>>.
Le s6isme, explique Gerardo Ducos,
S I, , et policies d'Haiti>>.
' En s'adressant aux dirigeants qui
, I doivent 6tre Olus A la faveur des elections
pr6sidentielle et lCgislatives en course dans le
pays, 1'ONG demand que des measures soient
prises < violence centre les femmes>>

1- 1 [ . ... ,111 ,,, , .i ,1 ..,,1 , ,,..,,,I ,, , ,I , ,,,
,ri,h ,,,,//,,,i ,....,, \ i. , ,,


Les femmes patient le prix de l'ins6curite


Elles ont souvent perdu un mari, un
enfant, un parent dans le s6isme du 12janvier
dernier. Elles sont souvent seules et sans res-
sources, vivant dans des conditions d'hygibne
difficiles. Et elles sont une proie facile pour
les gangs arms. En Haiti, les femmes sont de
plus en plus victims d'agressions sexuelles
selon Amnesty International. L'organisation
de defense des Droits de l'homme public
aujourd'hui un rapport qui d6nonce la re-
crudescence des viols dans les camps de
r6fugi6s.
'"Comme le montre le rapport, les
cas de violence sexuelle sont trbs r6pandus.
Les femmes et les jeunes filles sont attaquees
A l'int6rieur meme de leur abri dans les camps,
et trainees par des hommes A un autre endroit,
dans une autre tente, pour y 6tre violkes" ex-
plique Gerardo Ducos, auteur du texte.
Le rapport pointe du doigt la vul-
n6rabilit6 des femmes et desjeunes filles dans
des camps non s6curis6s, priv6s de lumi&re la
nuit et de surveillance. Certains viols concern-
ent des petites filles de 4 ou 5 ans. La fille de


Femmes, filles, i ll, ii, exposees davantage aux prdateurs sexuels (photo Haiti en Marche)


Jeanne Louis, 10 ans est l'une de ces victims.
Sa mbre n'a rien pu faire pour empecher le
crime.
< raconte-t-elle. Mon voisin m'a vue et m'a dit:
"Je viens de voir des hommes violer ta fille".
Quand je suis arrive sur place, j'ai parl au
type, il m'a dit de me taire, que sinon, il me
violerait A mon tour et me battrait. Et puis ils
ont commence A nous frapper, ils ont pris nos
portables et ce qu'on avait dans la tente. "
250 cas ont &te recens6s dans les 6
premiers mois aprbs le s6isme. Un an plus
tard, chaque jour, de nouvelles plaintes sont
enregistries. Amnesty en appelle au prochain
gouvernement pour que des measures concretes
soient prises.
Mais la thche s'av&re difficile dans
un pays ou les violence faites aux femmes
ne sont pas nouvelles et ou elles disposent de
tris peu de droits et de protection.

Copyright � 2011 euronews


I-ineldcaiici


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Projet
* Economic et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouvernance

Dipl6me en:
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance

Seminaire en
Planification et gestion deprojets
+ Microsoft Projet et SPSS
Contactez nous:
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, WI.

Par courriel: c.fdd.e.delmas@tgmail.com
Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575 \3444-2001


ADOMI PURCHASING AGENCY

Tel.: 786-457-8830 * Fax: 305-756-0979

e-mail: adomipurchasing@aolcom

Pour tos vos achas :

Equipements pour construction / Pikces de voiture / Camion /

Equipment medical

Par avion ou par bateau.





Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N' 51


o Lafatalite veut que 1 'on prenne toujours les bonnes
resolutions trop tard. > (Oscar Wilde)

Chers amis lecteurs, on parle de sumum6raire pour
caract6riser ce qui est en sumombre. Est done attribu6 le ca-
ractbre de sumum6raire A ce qui se trouve en sus du nombre
fix6. Entrop. Ontrouve des cas de < muscle surnum6raire > ou
de << membre sumum6raire >. Dans certaines institutions il y
a une cat6gorie sp6ciale de membres qui ont la < condition >>
de < surnum6raire>>. Particularit6 A la port6e de trbs peu d'in-
dividus. En ce qui me conceme,je me souviens d'un ami de la
famille qui avait un doigt surnum6raire. Point n'est besoin de
vous dire que mon universe de fantaisie d'un enfant de 7 ans,
enferm6 dans sa r6alit6 haitienne de l'6poque, lui associait un
cadre myst6rieux de pouvoirs occultes. Je m'en souviens en-
core. La pr6gnance des ph6nombnes anormaux ou peu frequents
sur le caractbre de l'enfant peut modifier sa conduite et provo-
quer des troubles de la personnalit6. Ce sont des dysfonctions
qui apparaissent A l'Age adulte. Pr6jug6s. Phobies. Inadaptation
social. Je me demand comment seront les enfants haitiens
qui ont surv6cu au 12 janvier. Je me demand comment sera
le jeune Haitien de l'an 2020. J'avoue que cela me fait peur
car la reconstruction n'en tient pas compete.
Enfin chers amis lecteurs, pour 6tre sincere, je dois
dire que j'ai pens6 A parler de la notion de sumum6raire en
lisant une declaration A l'Agence Efe de l'un des patrons de
1'OEA. << Insulza >. Lui, il s'arrange toujours pour dire ce qui
est << politiquement correct >>. Pas un mot de plus ou de moins.
Un peu fade meme. << Trop d'acteurs en Haiti et trop peu de


Qui sait quand Homo sapiens sapiens a d6couvert
les propri6t6s quasi-magiques du tr6pied ? A mon avis, A
l'Nchelle de l'dvolution de notre espece, cette invention doit
6tre contemporaine de la maitrise du feu et du d6veloppement
du language.
Le tr6pied est en effet, la construction stable la plus
simple qui se puisse imaginer et il doit 6tre a l'origine du
caract&re mystique et universal du chiffre 3. Quel mat6riau
a-t-il servi A construire le tout premier trdpied ? Est-il nd du
triangle, ou son 6vidente utility a-t-elle logiquement trace
sur le sol cette figure gdomdtrique condamnde, elle, A deux
dimensions ?
Difficile et sans doute inutile de chercher la r6ponse
A ces questions. Mais il demeure, que nous n'avons pas
fini de creuser toutes les lemons que nous enseignent cette
construction humaine d'une troublante simplicity et d'une
fragility encore plus p6dagogique.
Le trdpied a dfi enseigner A nos ancetres l'importance
de l'Ngalit6 des partenaires dans un project common. Qu'il
s'agisse en effet du plus sommaire foyer r6unissant une famille
pour le partage d'un repas, du plus modeme 6quipement
permettant de soutenir et de d6placer les cameras de t6l6vision,
d'616ments constituds d'alliages complexes, ou de simples
pierres collect6es A l'instinct, le trdpied ne fonctionne plus
si ses trois constituents sont par trop in6gaux. Le bel edifice
menace alors, par son 6quilibre instable son propre avenir et
celui de ce qu'il support.
De meme, la notion de solidarity est inh6rente au
tr6pied. Il ne fonctionne que quand les trois pierres sont
pr6sentes. Il suffit qu'une soit enlev6e pour que la magie cesse
imm6diatement de fonctionner et que le project bascule dans
la catastrophe.
J'avoue que je 1l, je pousse un peu, mais j'ose
pr6tendre que le tr6pied nous enseigne 6galement la liberty, car
il permet de vaincre la tyrannie de la gravity, en domestiquant
les forces de cette loi naturelle.
Cette longue r6flexion pseudo-philosophique m'est
inspire par le 207ibme anniversaire d'une nation bitie sur un
tr6pied, et qui 6tait done promise A un avenir radieux mais qui
penche dangereusement aujourd'hui vers un andantissement
tragique, mais pis encore, dans l'indignit6.
Liberty, Egalit6, Fraternit6 , c'6tait bien parti, qa
avait de la gueule !
Alors, comment se fait-il que nous en soyons li,
volontairement soumis aux puissances 6trangires que nous


Surnumraire !
coordination> a-t-il dit. Incroyable mais vrai. Cela pose de
s6rieux problkmes A la reconstruction d'Haiti d'aprls lui. J'ima-
gine qu'il veut dire que dans ce < foutu pays >>, chacun fait ce
qu'ilveut, l1 of il veut et travaille avec qui ilveut. D'aprts lui,
cela peut tre une faqon de fonctionner dans des cas d'urgence
humanitaire mais cela ne peut pas 6tre le mode de fonctionne-
ment dans un cadre de reconstruction du pays. II a certainement
raison maisje crois que son raisonnement ob6it Aune logique
trop cynique car il fait parties du group des coupables. Lui
aussi, en parties, est responsible de cette situation. Je me sens
beaucoup plus comfortable avec la visc6ralit6 de Seitenfus. Je
dois avouer que la < crise 6motionnelle > de Seitenfus qui l'a
pouss6 A admettre les erreurs des siens chez nous, a renforc6
chez moi l'obligation d'explorer de nouvelles voices de lutte
pour la r6cup6ration de la << Souverainet >> d'Haiti. Politique.
Economique. Emotionnelle.
Chers amis lecteurs, < L'ONU est un miroir grossis-
sant de l'opinion international. S'y reflttent, jusqu'A l'exces,
les espoirs et les angoisses des Etats et des peuples >>, disait
Boutros-Gali. Vous n'6tes pas sans savoir que la presence des
troupes de l'ONU sur un territoire, provoque des reactions de
mdfiance A l'4gard du pays r6cepteur. Un ami me disait unjour,
Oscar, comment peut-on faire confiance A ton pays si vous 6tes
sous la tutelle des Nations Unies ? Je compris le tort que leur
seule presence sur le sol haftien 6tait en train de nous causer.
Nous sommes sfirement en train de nous entre-tuer, de nous
entre-6gorger, doit penser l'opinion publique international. Et,
la press, en quete de vilenies, recherchant les coins les plus


Le Trepied

avions pourtant vaincues, pr6tendant sans vergogne au titre de
Soci&td la plus indgalitaire au monde , tdtanisds, impuissants
devant une polarisation qui menace A tout instant d'6voluer
vers un affrontement fratricide et improductif ?
A laquelle des branches du trdpied nous sommes-
nous d'abord attaqu6 ou les avons-nous balaydes toutes
ensemble ?
J'ai proclam6 plus haut que les composants du
trdpied se devaient d'etre d'6gale taille, maisje me permets de
nuancer cette affirmation. A bien y r6fl6chir, 1'6galit6 emerge
comme le principle fondateur de l'6difice, celui qui permet aux
deux autres de contribuer A la stabilisation de l'ensemble. Et
comme de just, c'est l'6galit6 que nos elites se sont ligu6es
pour la saper en tout premier lieu. La fratemit6 n'a pas tard6 A
suivre, puis la perte de notre libert6-souverainet6.
Comment expliquer en effet, qu'une nation qui avait
litt6ralement modified l'ordre mondial par la seule force de sa
cohesion et de son people en armes, se retrouve si peu de
temps apres, asservie et humilide. Peu d'intellectuels ont os6
affirm que l'acceptation de la Dette de l'Ind6pendance car
nos dirigeants politiques, 6quivalait de fait sinon de droit,
A remettre notre paysannerie sous le joug de la bourgeoisie
esclavagiste francaise. Ont suivi les capitulations honteuses,
devant quelques cannonibres ou frigates venant d'aussi loin
que l'Allemagne et incapables de nous soumettre, encore moins
de nous occuper. L'occupation amdricaine de 1915 A 1934, et
qui en vrit6 s'est simplement m6tamorphos6e depuis, a &td la
consequence logique de nos errances originelles. Aprbs tout,
pourquoi nos leaders politiques, les notables de nos quelques
villes-comptoirs, nos intellectuals 6duqu6s en France, en
auraient-ils perdu le sommeil ? Chaque fois, le prix de nos
d6faites et de leurs forfaitures, a &te presque exclusivement
payd, en sueur, en larmes et en sang par les descendants des
sublimes va-nus-pieds transforms en betes de some par
leurs propres frbres.
Aujourd'hui, un nouveau discours montre le bout
de son vilain et dangereux nez. Il est celui des nostalgiques
du bon vieux temps, of Port-au-Prince ne comptait que
200.000 habitants, on nous 6tions entire nous , francophones
de hautes futaies, ne consentant A parler le vemaculaire, le
patois, que pour nous faire comprendre de nos domestiques
parfaitement conscients de leur place. Nos villes 6taient
alors des forteresses, aux murs A peine visible, mais qui


pervers de la vie des pays moins favorisds, a trouv6 chez nous
et en nous, de quoi entretenir ses bas instincts.
A y penser, je me demandais pourquoi on s'achame
A vouloir maintenir autant de membres de la MINUSTAH en
Haiti. Ils sont sumum6raires et leur mission doit enfin prendre
fin. Le plus t6t possible. Aujourd'hui meme si faire se peut.
Et, nous devons avoir suffisamment de courage pour assume
nos responsabilit6s.
Enfin, chers amis lecteurs, je reve toujours que nous
aurons enfin le future que nous aurons choisi, ensemble. Et, nous
pouvons bien faire. Le mois prochain, ou le suivant ou l'autre
d'apres, lorsque l'on aura, en tant que < Premier Responsable
> ou de < Premibre Responsable > du pays, celui ou celle que
le people aura voulu choisir, nous lui dirons tous, d'une seule
voix, comme dans cette petite ville de Chilca dans la region
de Huancayo du P6rou :
Tu ne voleras pas.
- Tu ne seras pas paresseux.
- Tu ne mentiras point.
Auquel je voudrais ajouter :
- Tu aimeras ton pays par-dessus tout.
- Tu t'en montreras orgueilleux et tu nous rendras
orgueilleux d'etre Haitiens.
Ch&res amies lectrices, chers amis lecteurs, il n'est
pas encore trop tard pour prendre les bonnes resolutions et, la
fatality, dans notre cas, doit enfinjouer un r6le secondaire.
Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Janvier 2011


ne s'ouvraient que le temps pour les paysans de venir nous
livrer le fruit de leur travail. II fallait vite qu'ils repartent ces
py6 ate sous peine de se faire rafler par le cdlbre chaland
p6nitentiaire. II faut dire, que quelques membres de l'l6ite
osaient parfois franchir le mur dans l'autre sens, r6volt6s par
cette 6pouvantable 6tat de choses et convaincu qu'il plombait
inexorablement la survive de la Nation. Mais qui les 6coutait;
ni leurs cong6n&res qui les voyaient comme des d6sax6s
ou des traitres, ni les masses paysannes vers lesquelles les
conduisait leur humanisme, mais qui n'avaient en commun
avec eux ni la langue, ni la culture. Ant6nor Firmin, Jacques
Roumain, Jacques Stephen Alexis, pour ne citer que ceux-
1l, m6ritent notre admiration et notre profound respect, pour
leurs courageuses tentatives, paydes par la prison, l'exil ou le
martyre. Mais combien de fils de paysans ont-ils pu se nourrir
de se l'6galit6 des races humaines, de gouvemeurs de la rose
ou de compbre-G6ndral Soleil ?
En cette annde 2011, malgr6 nos d6risoires
incantations, nos vieux fantasmes ne pourront resister A une
r6alit6 qu'il va falloir subir ou fuir, A moins de la g6rer. Le
temps est venu de s'en rendre compete, de nous rdveiller sous
peine d'habiter le cauchemar. Les anciennes digues ont c6d6,
les briques gdographiques, culturelles ou r6pressives qui les
constituaient se sont effritdes. Aujourd'hui, le pays en dehors
a percut6 le pays du dedans, les villes cossues sont cernes par
les mis6rables bidonvilles, la pauvret6 la plus abjecte cotoie
au quotidien l'opulence la plus arrogante, la jauge, la juge
et envisage l'affrontement. La misbre progress et prospbre,
mais surtout elle ose s'afficher en plein coeur de la ville, sur
nos places publiques, en face de nos hotels et restaurants
de luxe. Rever de la faire rentrer dans sa cage par le tout
r6pressif, en doublant ou en triplant le nombre de policies,
en remilitarisant la vie politique, en construisant plus de
prisons et done moins d'6coles, relive de la plus dangereuse
des illusions et du combat d'arribre-garde.
Nous avons trop tendance A l'oublier, 1'6tre human
est un animal certes, mais un animal social. Et dans les
socid6ts animals, come dans les soci6t6s humaines, au-
delA d'un certain niveau d'in6galit6, les individus comme la
communaut6 d6veloppent des pathologies. On constate une
augmentation des affections cardio-vasculaires, des maladies
mentales, allant de l'anxidte A la paranoia, de l'usage des
drogues et des comportements deviants, y compris les plus
violent.
L'in6galitW divise, elle mine la confiance social et
la vie communautaire et a un effet corrosif sur l'ensemble de
la Cit6. Cette constatation se v6rifie aussi bien dans les pays
dits riches que dans les pays d6favoris6s. Le recent ouvrage
de Richard Wilkinson et Kate Pickett: The Spirit Level: Why
Greater Equality Makes Societies Stronger, le d6montre avec
brio.
EnHaiti, nous avons d6jj d6pass6 le seuil d'in6galit6,
A partir duquel une nation cesse d'etre viable. Et A moins
que l'Etat ne place la reduction des in6galit6s au coeur de
ses priorit6s et que la minority nantie consent A troquer ses
privileges centre des droits garantis par le sentiment de tous
apartenir A une seule communaute et de partager un meme
destin, notre pays sera plac6 sur la liste des soci6t6s en voie
de disparition.
Patrick Elie





imdo die

103.3 f
j|^B B~j__AiI


Page 12


Vil Miyami APLIKASYON POU Commu .n
SDepatman Deviopman PROGRAM ED MIKWO
.. ' Kominole ANTREPRIZ LA NAN DISTRI 5


Deparmarni Vii Miyami rnlli D-'.lnlrran Koniirnite a pral rlp cti"--: ii ki Madi, 4 Janvye 2011 ian. a midl,.
apliky)yoLri pou PScograf Ed PihAkwo Antrpr "pl pOu alilik:isyV,.'i I bDieiz nanL, Diiri 5 Vi Miyami poiu kry' * ; i
LUleII Mnail Bu4riA Vli.tal W,nw.rxC Mof lcel Cit,. Overto.-n ak Litier:y Cil, Paou l ha '*.4 kal D-istri . lan I.anprnu .7iiP
www.miarnigovcoiinvolslricI5/pages/iislricrtmap/defaull.asp Men kol Il rpr't i. twerll i t)WO ll>orl y,)
* C.y olf Mami Dept oi Ccimmnurn y De,,eiopmen 44J- SW 2rn Avenue. 2nd Floor
* C'ly ol Mnami Lillle Haii, NET Office- 6-301 NE 2ni Avenu-:-
* Cilv o! Miam. Moael City NET Office 1000 NW 62na Strelt
* Crl, of Miami Ovenoi,.n NET Office 1490 NW 3rd Avenue Uni1 112-B
C* Giy o Mian' i Vvn%.cod NET Office 190T NW 2411. .,Aenue
* Neighbors 3an NEriahbois Associaiorn. Inc iNANA): 180 NW 62nd Stree
*Tlei'Chtln-airrn SOu wa 1 Ia. uww mimirnigOv (-on-rnmunilycl-.vi3lODmenl
Pou ka j peBin i." tmjjl tegQl2,3r, !ar ,3Piekl. ki .asos.ve ak bagay .-a a. lanpr i I pa.ke apl.,ka. yon koriole i FPou lout
k'Syr' II kH oriis.'ln arplikasi anyori In -lipii r-le 30i 7S6-06t 0 5 Le.riJi it.e Vandrdo.-j, 10 a in 4 in n Aplika-.iYori
Fou Ed Mikrv.a-Anlre-pi yo aw(' ale pa laps (U.S. mail) y. n kojoD' nan anro.- Micro-Enleipr-,. Prrogram. C-iy
c.I Miami., 4.a SW nrid Ave , Second Floor Mi.lrl. FL 331.30 Rk scO i.rpas la nan cdl ki Madi 18 janvye 2011 Yo
rjac akseprer 3DhiIasyor n n, n3n rn-n moun ni Da ak,





Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 51


Faisons un reve !


A la suite de ma critique de ce project qui veut trans-
former Port-au-Prince en une sorte de Dubai a la petite semaine
(voir HEM, Vol. 24, # 50, du 05-11/01/2011) la r6daction du
journal a recu la reaction d'une Odile, que je ne connais pas.
Je cite : < Je viens de lire l'article de Bernard, cela m'afait
sourire, &videmment. Si l'on ne r&ve pas nous n'irons nulle
part. Nous avons un pays a rdinventer, pas a pldtrer, avec
de nouvelles structures, une nouvelle mentalitW, de nouvelles
former d'organisations spatiales, sociales,
kconomiques. >.
Je voudrais rassurer cette correspon-
dante. Je suis tout a fait d'accord avec elle;
si nous ne revons pas nous n'arriverons nulle
part, car ce sont les raves qui doivent orienter
notre action, mais il s'agit de savoir de quoi
on rive. Et pour lui prouver queje reve,je vais
lui citer un passage de l'Article 1 des status
de la Fondation Haitienne pour le D6veloppe-
ment Int6gral Latino-Amdricain et Caraib6en
(FONHDILAC).
Sa mission (de la FONHDILAC) est
de mettre en place un system visant un citoyen
responsabilisd dans une socidtd economique-
mentriche, socialement equitable etpolitique-
ment responsible en vue de ddboucher sur
un contract social entire les HaTtiens autour /
de cette vision d'Haiti servant d'exemple a
suivre dans le cadre d'une mondialisation a
visage human.
Si ce n'est pas du rave ... Mon
problkme avec ce project que j'ai critique est
que, une fois de plus, c'est qu'on y retrouve
cette tendance a importer des modules qui ne
sont pas adapts a notre pays. Et l1 encore
je reviens a la FONHDILAC qui a sorti, un
debut de f6vrier 2010, un Plaidoyer pour
la refondation de 1'Etat d'Haiti selon une
vision haitienne.
Je ne vais pas rentrer dans le detail du Plaidoyer,
mais je peux vous garantir que nous nous sommes 6vertuds
de d6crire, brievement, je vous l'accorde, notre vision de
la nouvelle Haiti. Partant des conditions qui ont permis au
tremblement de terre d'etre aussi d6vastateur qu'il l'a &td,
nous sommes arrives a la conclusion que c'est un autre pays
qu'il faut concevoir et bitir. Et un des 616ments les plus
important de cette nouvelle conception est la n6cessit6 d'en


Le pape a

une "pensee special"

pour Haiti, un an apres

le seisme
CITE DU VATICAN, 9jan 2011 (AFP)
Le pape a r6serv6 une "pensde sp6ciale" a la popula-
tion haitienne a l'occasion du premier anniversaire du s6isme
qui a tu6 au moins 220.000 personnel dans cette ile oi Benoit
XVI a annonc6 dimanche l'envoi d'un repr6sentant special.
"Je souhaite r6server une pens6e sp6ciale a la popula-
tion de Haiti, a un an du terrible tremblement de terre qui a &te
malheureusement suivi par une grave 6pid6mie de cholera", a
dit le pape a l'issue de la priere dominicale de l'Ang6lus.
Benoit XVI a annonc6 le depart ce dimanche pour
Haiti du cardinal Robert Sarah, president du Conseil pontifical
Cor Unum qui s'occupe des oeuvres de charity du pape, "afin
d'exprimer sa constant proximity et celle de toute l'Eglise" a
la population locale.


finir avec cette stupid concentration de population dans la
zone m6tropolitaine.
I1 s'agit done de faire le choix d'une politique de
decentralisation en d6veloppant des p6les de croissance, dis-
tribuds sur tout le pays, de maniere a arriver a une repartition
6quilibr6e de la population sur l'ensemble du territoire. Or
ce que j'ai vu, sur le croquis que j'ai requ, ce sont des inves-
tissements massifs dans l'aire de Port-au-Prince, qui n'auront


Un hameau vupar unpeintre piitit ha
Un hameau vu par un peintre 1pirliirit li aririet


d'autre r6sultat que d'accroitre l'attraction de la capital sur
la population du reste du pays, acc6l1rant l'exode vers Port-
au-Prince, qui deviendra encore plus invivable qu'il ne l'est
actuellement.
Si done on veut parler de nouvelles former
d' *,ii, ,�.r,. ,, spatiales, sociales, kconomiques, ilfautparler
d'une decentralisation veritable, d'un plan d'amenagement du
territoire qui vise une r6partition equilibr6e des investissements
a travers le pays, d'une mise en valeur des resources et des


12 janvier "jour

national"
AFP, 07/01/2011 - Le gouvemement haitiena d6cr&te
aujourd'hui la date du 12 janvier "jour national du souvenir et
du recueillement", en hommage aux victims de la catastro-
phe humanitaire provoqude par le tremblement de terre qui a
d6vast6 le pays le 12 janvier 2010.
Beaucoup d'activit6s sont prdvues a Port-au-Prince a
l'occasion de cette date, oi un memorial sera drig6 tout pres
du palais pr6sidentiel dtruit en souvenir des plus de 200.000
victims du s6isme.
Selon un arrat6 pr6sidentiel, durant la journme du 12
janvier, "le drapeau national sera mis en berne devant tous les
edifices publics, les stations de radiodiffusion et de t6l6vision
diffuseront des missions et de la musique de circonstance;
les diff6rents cultes et religions sont invites a organiser des
c6drmonies religieuses approprides", lit-on dans l'arrtd. Selon
cette disposition, l'administrationpublique, les 6coles, le com-
merce et l'industrie ch6meront le 12 janvier.


Elections : pas encore de date


(ELECTIONS... suite de la page 3)
tions, tenu le 28 novembre, l'ex-premiere dame Mirlande
Manigat 6tait arrive en premiere position avec 31% des voix,
devant le candidate soutenu par le pouvoir, Jude Celestin, qui
a obtenu 22% des suffrages. Le chanteur populaire Michel
Martelly, qui contest ces r6sultats, 6tait arrive de justesse en
troisieme position avec 21% des voix et n'a done pas qualifiU
pour le second tour, au grand dam de ses partisans qui ont
manifesto violemment dans l'ensemble du pays.
Un group de 12 des 18 candidates au premier tour
de la pr6sidentielle ont d6nonc6 des fraudes en faveur de M.
Celestin, considered comme tres proche du president sortant
Rend Pr6val.
Ces candidates et plusieurs associations ont r6clam6
l'organisation de nouvelles elections avec un gouvernement
provisoire qui viendrait remplacer le president Pr6val a la fin
de son mandate le 7 f6vrier.
Cependant, le chef de 'Etat haitien a laiss6 entendre
qu'il pourrait rester au pouvoir jusqu'au 14 mai, en se bas-


ant sur une loi vote
par le parlement, si
le processus electoral
n'aboutissait pas h
l'6lection d'un pr6si-
dent et d'un parlement
avant le 7 f6vrier.
"Seuls un
president 16gitime et
un parlement l1gitime
doivent remplacer
le president don't le
mandate arrive a son
terme", a rdp&t6 M.
Pr6val le ler janvier,
pregnant position con-
tre la mise en place
d'un gouvernement
provisoire.


potentialit6s de toutes les zones du pays et d'une amelioration
de la quality de vie de l'ensemble de la population.
Autant pour l'orientation spatiale des investissements
que nous aurons a r6aliser, si nous voulons rdellement refonder
le pays. Mais je voudrais dire aussi un mot sur le choix des
structures que nous voulons mettre en place. Ma premiere rac-
tion, quandj'ai vu ce fameux croquis, a &te de penser a Dubai;
mais tous ceux a quije l'ai montr6 ont eu la meme reaction.
Je regrette, mais nous ne sommes
pas un de ces 6mirats qui utilisent la manne
p6troliere pour construire des gratte-ciel sur
des iles artificielles, tout simplement parce
que les conditions de vie dans leur desert ne
sont pas idWales. Nous sommes une ile de la
Caraibe, une des plus belles regions de la terre.
SSi vous ne la connaissez pas, je vous encour-
'I age a allervisiter des iles come la Jamaique,
.'l Sainte Lucie, la Dominique, pour ne citer que
celles que j'ai eu le bonheur de visitor.
A chacune de ces visits je me suis
mis a rever, oui a rever, d'une Haiti don't les
montagnes auraient retrouv6 leur couverture
I . .. veg6tale, permettant la r6g6ndration et la r6gu-
larisation de nos rivieres et course d'eau, ce qui
faciliterait l'arrosage de nos cultures, d'une
Haiti don't les habitants sauraient appr6cier ses
richesses naturelles plut6t que d'aller passer
. leur vacances a Miami, un endroit pour lequel
S j'ai envie d'utiliser l'6pithte de < plat >, aussi
, i dans le sens francais classique que dans le
sens qu6b6cois.
Je ne suis pas le seul a river d'une
Haiti verte. Allez faire un tour dans nos galer-
. ies de peinture en plein air, et si vous faites
un peu attention vous ne manquerez pas de
voir le nombre de tableaux qui repr6sentent
des paysages qui sont en train de disparaitre
sous l'effet d'une exploitation don't le moins qu'on puisse dire
est qu'elle n'est pas < durable >, au point que souvent je me
demand si les artistes onvoulu exprimerune sorte de nostalgia
en peignant ces tableaux.
J'en ai un, accroch6 sur ma galerie, dontje ne connais
pas l'auteur car il nous a &te offert par un ami de la famille,
mais qui, chaque fois queje le vois, m'encourage a poursuivre
mes efforts pour contribuer a la r6alisation de ce rave.
Bernard Etheart


Haiti: une ceremonie

commemorative

celebree a Montreal

Pour souligner le premier anniversaire du s6isme
d6vastateur du 12 janvier 2010 en Haiti, une c6drmonie en
hommage aux victims de la catastrophe aura lieu dimanche
apres-midi a l'Oratoire Saint-Joseph, a Montreal.
Le premier ministry Jean Charest assistera a
l'Mvenement, de meme que le maire de Montr6al, G6rald Trem-
blay, et le consul g6ndral d'Haiti a Montreal, Pierre-Richard
Casimir.
La c6r6monie vise a d6montrer la solidarity des
Qu6b6cois envers les Haitiens. Elle veut galement mettre en
evidence le courage de tout le people haitien.
Le tremblement de terre a fait des dizaines de mil-
liers de victims et de sans-abri, notamment a Port-au-Prince,
la capital.


8772 fl4E 2 mdne Avenue
T61: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOTES LES OCCASIONS.
Rdkeption de paiemenr pour Bell South. -FPL. GAZ. CABLE T
REIJ. MfOBILrTY tlc...c#t.
Connection lMphonique Chez vou,...


Ouvert
6 Jours
par

senaine:
8h30 am


Th30 pm



- Nbetv il vi
Su iap- lne lcm(1)" i.so'rarip. RxaLmc. I .,mw0ilqKic.
- C l/u'I A .'mL. -n rA.n Armre ni
* O rm *=lV, '. I -ll .I blii nAIs I A k nn. I ahnliu wrnci. I1"
* MtfIwvpx II � ok te


V.


Page 13


i iim enMariHe.


Ml
-


I111





Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N' 51


Bl 1*Ii 11 il


Allez de CAMAIL a LISSES. en utilisarnt des mat du vocabulaire
francais, et ne :han]geant qu'une lettri: par ligne.


Soliorns de la
seta-ine passed.

MET RES
MEUI T E S
ME U T S


. UL A
- " ' L A '


S.; 1 , .' . - k . r . ,'..I . .-,
-/ 0 E ; " E . C U e r 5 .' ;. i c A
N./, 4'i r; I R ,. A 4 f ; * d N
S, ': - P , A H T .f q Ti '. , : J
Ri , , , - , 14 n .r,. a n r r,
9 r ' n , i" ,, ",.1- ;'. L (.* k u F'
ST n s , >.-. . 1 t v . E"





" -,,-, 1 n Berm' des ,Bosnie - Bres
Costa Rica Croatie - Finlande - Islande
Kyrgyzslan- L berla - Lilhuanr - - a., Bas
Sainl-Marlin Slovaqie - Trinidad el Tbago


HORIZONTAL
1 Desi nation tourislique affected par la violence
du traffic de drogue - 2 Safisfasses -
3 Corbeau - Scandium - 4. Ingurgites
5. Appel au secours - C' j,'je rr -l - -
6 RP-. :if r - 7 Etatfondeen I' - -1-
8 General vaincu a la r..i ,,rII de G ".tt. .r.'frg -
Individu

VERTICAL
1 Parasile exteneur des volailles el des
mammiferes Pronom - 2 BBere -
3 Distance rnaxilmale d'une planet a son etoile -
4 " i.ar-,l.i.l - Exaampere - 5 Deteriore - rP -i. -. -
6 Lesotho - Colorant bleu - 7 Pronom - Article -
8 Esturgeon qui done un caviar dune couleur dorbe.


- SCRABBLE
Ari :n'.jI. les sept lettres c,-de ,-:,ti
pour former r un mot ir,lrn., , .

M R

M F E
MFE

U I


sI:.,luicn- de la semaine passcc
CUL N E
^^


Bon R6vell enmusiqut

Au Pipirit chantant
journal Cr~ole avc ve Loini Fontal


00 M lodle Matin avec Marcus
Informations. Interview. Anecdobts, Humour,
Analyses
NasChrunlquu :
L'Ed i toria I d Marcus
AuQuoIthLihn avec Elsic
La Chronique Lkttirae avcc Dominiquc Barrevillc
ILcs Spurts avec Mario ureanuu
Les Invites du Jour
M61odic Matin chaquc samcdi cstl nimi
par FHquicre Raphael


Le disque de IAuditeur
animation James Pirdvil

LeMidi
inform actions avec Laury Fustin

Lady Blues avec Fisic
Jaz2. Blues. Swing, Ragtime

C'est sI Bon en chansons...
Enission de chansons francaissc

Le Bon Vieux Temps
Rctru-Compas
avec D)oc Daniel et Captain Bill

LeJournal de 5 heures
avec Villeke Icrielnu

Melodle & Company
Ddveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheaur

AmerySabor con Luciani

Soir Informations

Notre Grand Concert
Lun. & Mar.: L'heure lassique
Jeu.& Dim.: Jars a Ten
Judy Carmichael revolt scs inviit6
Cavallers, prenez vos dames
(Samedi) 50 uns de succ&s pupulnires haitlieni

'7fiee ,


c I c i -1 1 z


Page 14


5hW0- 6h30

6h3D-7hDO


7h00-9h


lOh-Midi


12:00- 12h30


12h30-2b00


2h0WA3h00


3h-5h pm



5h00
ShoO


5h 30 pm



7h-Hh3(I

8h30- 9hon

9h(I - 11u del



9h0et au delA


AIRnT=l.:F


,rmarr anar al TITM rim iTaTl 51L


I I I L-1 I I 'M I - I ME I ANIL AIL'I�_�ll . N.A. r.11'


I


E n B ref... (...suitedelapage2)
massivement les camps et cela "pour beaucoup de raisons", a dit Luca
Dall'Oglio, le responsible de l'OIM en Haiti.
Les intemp6ries, une 6pid6mie de cholera, des expulsions ou la crainte
d'etre expuls6es de leurs camps ont contribu6 a cette baisse, mais des
families ont aussi r6ussi a trouver des refuges moins pr6caires.
L'aide international a la reconstruction de maisons a b&n6fici6 a plus de
200.000 victims du s6isme, a ainsi relev6 M. Luca Dall'Oglio.
L'OIM a constat6 une "tendance a la baisse d'environ 100.000 personnel par
mois dans les camps, notamment dans les regions du sud". En outre, le nombre
des camps oi sont refugiees un miller de families est pass de 39 a 26 et la
taille des families qui y restent est 6galement en diminution, a ajout6
l'organisation dans un communique.
Le s6isme de magnitude 7, qui a frapp6 le 12 janvier Port-au-Prince et sa
region, a fait plus de 250.000 morts tandis qu'environ 1,9 million d'Haitiens,
soit 15% de la population total du pays, ont &td d6plac6s.

Les organizations humanitaires sur la sellette un an apres le
seisme du 12 Janvier
Plus d'un milliers d'associations humanitaires arrives en Haiti au lendemain du s6isme
du 12 janvier 2010 jouent un r6le essential auprbs de la population, mais certain dou-
tent de leur efficacit6 et leur reprochent d'avoir mis le pays sous tutelle, ce don't elles se
d6fendent.
"Haiti est devenu un Etat ONG. Personne ne connait avec precision le nombre d'asso-
ciations qui s'y trouvent, ni ce qu'elles font, ni les sommes qu'elles d6pensent", regretted
Karl Jean-Louis, responsible de l'Observatoire citoyen des actions des pouvoirs publics
(OCAPH). Son organisation, qui surveille l'impact de l'aide international en Haiti,
plaide ainsi pour leur depart progressif.
"Le pays est contrl6k par les ONG, c'est une situation intolerable", juge un fonction-
naire haitien sous covert d'anonymat, tandis que la Croix-Rouge haitienne 6voque des
"resultats mitig6s".
"Les ONG ont-elles 6t6 efficaces? L'aide humanitaire 6tait n6cessaire apris le 12 jan-
vier, mais le r6sultat est mitig6", estime ainsi Michaelle Am6d6e G6d6on, pr6sidente de
association.
Cependant, Ognol, jeune pare de famille qui a v6cu pendant pros d'un an dans un camp
de sinistr6s, assure que les associations ontjou6 un r6le clk apres le s6isme qui a fait
plus de 220.000 morts et 1,2 million de sans-abri.
"I n'y a pas de doute, les ONG ont 6t6 d'un immense secours pour nous. Elles ont 6t6
plus actives que le gouvemement", juge-t-il. "Elles sont dans la sante, 1'6ducation, le
logement, c'est grace a elles que les Haitiens ont surv6cu face a l'absence d'Etat".
"Force est de constater qu'on est toujours dans l'urgence", se defend Pierre Salignon,
de M6decins du Monde (MDM). "Les ONG, a Port-au-Prince en particulier, sont la
condition de la survive , estime-t-il. "La catastrophe n'a fait qu'intensifier la d6pendance
envers l'aide international".
Aux critiques fustigeant "I'Etat ONG", M. Salignon r6torque que cette presence mas-
sive, et parfois d6sordonnie, n'est que la r6ponse "aux manquements des institutions
financibres internationals et aux d6faillances de l'Etat".
"Si les ONG mettaient fin a leur mission, il y aurait beaucoup de souffrance. Notre
action est encore indispensable", assure Pierre Tripon, chef de mission d'Action centre
la faim (ACF).
Il regretted cependant que les associations soient encore dans l'urgence. "Quand est-ce
qu'on va passer a autre chose?" se demande-t-il, d6plorant que "les promesses d'aide
pour la reconstruction ne se soient pas concr6tis6es" dans leur totality. Un constat fait
6galement par MDM.

Le Pape envoie un 6missaire special en Haiti
Le pape a r6serv6 une "pens6e sp6ciale" a la population haitienne a l'occasion du
premier anniversaire du s6isme qui a tu6 au moins 220.000 personnel dans cette ile ou
Benoit XVI a annonc6 dimanche l'envoi d'un repr6sentant special.
"Je souhaite r6server une pens6e sp6ciale a la population de Haiti, a un an
du terrible tremblement de terre qui a &te malheureusement suivi par une grave
6pid6mie de cholera", a dit le pape a l'issue de la pribre dominicale de l'Ang6lus.
Benoit XVI a annonc6 le depart ce dimanche pour Haiti du cardinal Robert
Sarah, president du Conseil pontifical Cor Unum qui s'occupe des oeuvres de
charity du pape, "afin d'exprimer sa constant proximity et celle de toute
l'Eglise" a la population locale.
Le s6isme du 12 janvier 2010 a fait plus de 220.000 morts et 1,2 million de
sans-abri dans le pays le plus pauvre des Ameriques.
(EN BREF/ p. 16)





Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N� 51


KITE LAVI GATE-W
Ak Michel-Ange Hyppolite

Cheri, nan ki pwen k6 a ye apre tray fatig f&t la?
Mwen konnen apre dans tanbou fatige. Se piti piti pou ou re-
pran eneji ou pase plizye jou ap depanse yo. Men, eseye bay
lespri ou youn kanpo anvan ou reponn prezan devan katafal
aktivite ki kontinye kanpe sou liy ap tann ou yo?
Anfkt, sa mwen swete ou, se : Plis detant ! Mwens
kU sere. Sa made aprantisay. Poutan se yofn nan mwayen
efikas pou lavi plezire avok ou pandan li ap koule myd1 li, pa
16t b6 hanch ou, jouk li rive limen gous plezi ou.
Nou genyoun s61 grenn lavi sou late, men se tanzan-
tan reyalite yo bouskile li, baskile nou, dedouble lespri nou nan
tout kalite chemen zatrap, ki kab deranje k6 nou. Se reyalite sa
yo tou, ki lak6z lespri nou kontinye ap fe laviwonn san li pa
janm vriman jwenn kanpo li merite, pou k6 nou respire, epi
poujuisans pase men sou rev nou, frisonnen rel chini do nou
jouk nan basen k6 nou.
Lavi fleri tout kalite mister, men pi b1 mister ki pan-
dye sou branch li, se plezi nou kreye ak plan detant pou k6 nou.
Lavi a kout. Konsa, nou dwe aprann ba li fil m6l nan mitan
dives lakobat, kote nou ap debate, pou liminen longer tan li pote
pou nou an. Mezi plezi nou, se longer lavi nou.
Chak vwayaj nan sib&-espas se youn fado prepara-
syon mental, men se anmenm tan youn fason pou nou plonje
n&t ale nanbra lavi, epi file vtij toumant nou nan douydt maji
plezi viv.
Cheri, maten an, se lespri ou ki ap dewoule, fe bras
ale-vini, nan lespri mwen, tankou nou nan mitan ekla kU kon-
tan, ki ap tire felatifis plezi pou nou de. Ou ka pa santi sa, men
mwen sonje wi. Maten an, mwen pa kab fe tankou mwen te
rakonte li nan mwajanvye a, men sa pa tante mwen. San mwen
ap mache toupatou nan k6 mwen, manm mwen fe lakobat, men
mwen kenbe kU, paske dimanch pa lendi.
Limajinasyon ! Ha !! Limajinasyon. Se pet&t fasonpa
mwen, pou mwen kite lavi gate mwen. Se nan simenvaleyrann
avok ou nan lespri mwen, mwenjwenn plezi mwen pa kab tou-
che, manyen, tate che pou che. Konsa, mwenbay paw6l mwen
ralonj, abiye yo ak soufou, sant k6 ou, yanvalou zep6l ou, pou
mwen kontinye pataje lanmou mwen avek ou sou f&l keseyan,
ki tounen papiyon pou pote ba ou, nouvOl tout dimansyon ak
sansasyon ki ap fe zanmi ou reveye tou dousman, paske se
lespri ou ki apjwe ak li, se rimay k6 ou ki ap ansanse f6s li, se
1v ou ki ap f li filalanng, pandan li ap krab k6 li, pou li pran
souf nan mitan sous ou........ Se konsa! Se ak mak6n mo
mwen yo, mwen ap travese tout kalite fontye, franchi dives
limit,nou panse ki genyen yo, pou mwen vin kontre avok ou
sou chemen pasyon nan plamen pasyans.
Se konsa wi cheri, mwen rive mete lagete nanjounen
mwen 1l mwen pa wo ou. Ak lagete nan lespri mwen, k6 mwen
vajwenn lagete pa li, pou li kontinye pyange nan mitan tout
kalite boulvari, epi pou mwen kontinye di ou : cheri mwen
renmen ou.

Kenbe fem !!! Maten an mwen sonje ou anpil.
Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukourouj)
Manm Sosyete Koukouy KanadA



YOUN SWARE REFLEKSYON
POU PWOFESE PARNELL MARC
NAN SANT KILTIREL MAPOU
NAN MIYAMI

TEMWAYAJ < : MET VICTOR BENOIT

Sou envitasyon Pwofese Jean-Claude Exulien,
Claude Charles ak Gerard Campfort youn 50dm el&v ansyen
elk pwofese Pamell Marc te sanble nan Sant Kiltir61 Mapou
dimanch 9 Janvye 2011 depi 5e nan apremidi rive jouk 8K
kapote. Pwofese Pamell Marc mouri Kanada 21 desanm pase.
Li te gen 92 lane.
Majorite moin ki te nan sal la se te gwo pwofesyonl.
Te gen doktW enjenye, report journal jounalis, pwofes. Pami
pwofese yo te gen Ti Benn ( Victor Benoit) ki de pasaj nan
Miyami pou konsiltasyon medical pou zye li.
Apre youn ti prezantasyon tou kout, nou made asis-
tans lan pou yo bese tt yo pou youn minit rekeyman pou fre ak
se nou yo ki tonbe nan lat&-tranble 12 janvye-a. Nou made tou
youn ti lapriyy pou Gerard Campfort ki tonbe malad, transp6te
lopital. Li pate kapab patisipe ak nou. Apre sa, nou limenyoun
balenn pou Pamell Marc ki prepare tout younjenerasyon nan
ane 60 yo. Ladn yo M&t Exulien, Pwopfese Claude Charles,,
Kiki Waiwright, Pwofese Benoit ak tan d6t ank6.
M&t JC Exulien pale de esperyans li ak M&t Pamell
ki te pwofes&-1. Li di li te toleran, li te toujou chaje chache
konprann etidyan yo. Li rakonte piblik la youn ti istwa nan
epok eleksyon 57 yo kote majority etidyan yo te admire Fiyole
1e l'ap pale. Younjou pandan M&t Pamell bay do tout el&v yo
leve tipa tipa yo glise soti nan klas la pou y'al koute FIYOLE.
LU li vire t&t li, pa t' gen chat nan klas la. M&t Pamell made
de dnnye ki te rete yo < e noumenm sa n'ap fe la-a ? >. M&t
Exulien ak 16t el&v la made pye sa m'manje m'pa ba-w paske
yo tou yo te bezwen al koute pwofes&-a.
Youn neg senp. LU ou poze -1 youn kesyon s'oun
plezi pou li reponn ou.
Kanta pou Claude Charles, Pamell Marc se youn
savan., gran pwofese matematik e fizik. Li te pwofese estatis-
tik mwen. Pamell youn neg konpetan e ki < tres genereux �
dapre pwofese Leslie Manigat. Li te konn ede , sip6te plizye
family anAyiti, zanmi ki gen pwoblkm lojman ak manje. Kbm
bon militan sosyalis nan ane 60 yo, Claude fe nou konprann
Pamell te gen youn sd1 zanmi ki se liv li. Kozman politik pa
te enterese-1. Se rezon ki fe Duvalier te lage-1 apre yo te fin
arete youn bann pwofes&. Pamell se youn moniman ki f6me


plizye jenerasyon.
DoktW Poliard ajoute pou l'di, li li nan < les 50 jours
de Frank Sylvain > Gouvennman-an te fe apel a Pamell Marc
pou li te vin Ministre des Finances. Li refize.
M&t Victor Benoit de pasaj nan Miyami tou pwofite
onore memwa Pamell Marc pou l'di:
Se youn neg de byen, youn neg konpetan, youn
neg kapab men tou youn neg ki gen kU. Youn neg gran n4g..
An krey6l 1I nou di youn n4g se youn granmeg tout mofin
konprann sa nou vie di. Mwen te el&v pwofese Pamell nan
pwomosyon filo 62-63. Sa fe deja 48 lane.. pou mwen Pamell
se youn gran pedagbg. Youn mofin ki te konn anseye byen.
Sa ki frape-m plis kay M&t Pamell se senplisite-1. Li te gen
youn mas konesans li anseye san fe chlb&. LU l'ap anseye
li vwayaje nan literati, nan istwa, nan kilt,i nan matematik,
anfen li rantre nan tout disiplinyo pou li anseye pou li fe el ;&v
yo konprann fen e byen tenik matematik yo. Kidonk se mas
konesans sa-a li te konn pataje ak el&v li.
M&t Benn rapbte youn anekd6t ki te pase ant M&t
la ak youn el&v. LU Met Pamell soti aletranje apre youn
tretman medical, Li te pwomet 135 etidyan nan klas la foto-
kopi leson pou trimss la. La li retounen nan klas la li te pote
youn s61 fotokopi. Gen youn elev mande-1 pourezon li pa fe
youn fotokopi pou chak el&v yo, li reponn pou l'di mwen sot
aletranje, mwen sot pran swen medical. Lopital la f--m kon-
fyans, yo kite-m ale san mwen pa peye men akondisyon pou
m'pran angajman pou mwen voye peye $3,000 an twa tranch
de $1,000.00 chak.
Elv- la reponn pou l'di : < Ou fin retounen nan peyi-
w ki foute ak blan yo, pa okipe blan-yo >> Pamell di elkv-la :
Non mwen se Pamell Marc. << Mwen respekte non mwen, non
fanmiy mwen ak non peyi mwen. Youn mofin ki pa respekte
non -1 li pa respekte t&t li, se youn delenkan. Pour l'honneur
de ma famille, la reputation de mon pays et de ma race, gende
bagay mwen pa kab fe. Se n4g ayisyen mwen ye si mwen pa
onore mo mwen, se t&t mwen ak peyi-m m' ap avili. Youn neg
f&t pou respekte t&t li. >> Joukjounenjodi-a l'ap tande vwa M&t
Pamell k'ap fe el&v la lamoral.
Antan militan politik, li se youn mofin ki gen konvik-
syon politik. Yo pa kab bliye li te patisipasyon nan reyinyon
union du rassemblement des forces democratiques ki te f&t
nan peyi Kanada kont Diktati an Ayiti. Pamell Marc se youn
lejann nou pap janm bliye.
SR1 regra MMt Pamell dapre mmt Ben s&k li mouri, li
pa gentan we okenn chanjman an Ayiti.
Anpil mofin nan asistans lan te pran lapaw6l depann
nan ki lek6l ak nan ki ane ak ki kalite elev.Gen temwayaj
yofin kontredi b1t. Dapre Kiki Wainwright m&t Pamell s'on
bon pwofes. Li si tdlman gen b&t nan t&t li, li te gen anpil
pwoblkm pou li te sonje non el&v yo opwen li te konn rele yo
nenpbt ki non. Kiki menm rap6te t&t MIt la te sitdlman cho
nan kouri monte kouri desann al nan fe kou li pran efaswa
tablo-a li mete-1 nan valiz li. Men Carmelot Monestime nan
temwayaj pa li-a di Pamell te gen youn memwa elefan. Li
sonje tout bagay. Depi li fin fe apl premye jou-a li sonje tout
non el&v yo.
Apre sa, M&t Benoit fe youn ti koze ak nou sou politik
lakay. Dapre M&t la eleksyon tdtchaje 28 Novanm 2010 yo
dwe anile epi mete an aplikasyon atik 149 konstitisyon-an. N'a
pote plis detay senmenn pwochenn.


Victor Benoit (Met Benn) nan youn temwayaj
sou Parnell Marc
Nan Libreri Mapou 9janvye 2011


" AdA
Mrs. Edeline Latortue nan youn temwayaj sou Parnell Marc
Nan Libreri Mapou 9janvye 2011


The Haitian American Leadership O, . :,:i, ,,. -,

Requests the Honor ofyour presence at our

Sixth Annual Cultural ,.;it

"Haiti D'Antan"
Haiti The Good Old Days

Saturday January 15th from 7.00 PM

JW Marriott Ballroom

1109 BrickellAve, Miami, FL

formal attire

"EMPOWERING OUR YOUTH THROUGH EDUCATION
AND LEADERSHIP"

SilentAuction: Featuring RenownedArtist Claude Dambre-
ville and Others

Cultural \li.'i. Sosyete Koukouy and Dance Creations

Live Entertainment: Les Gypsies de Petionville

Other Renowned InvitedArtists:


Contribution: $150.00 per guest
www.halohaiti.org
1-888-759-0085
============================

EDE MWEN LITE
ak Levy Buisereth

Mezanmi, Gade youn traka pou mwen, depi lapli sa
a k6manse tonbe se youn pwoblem. Sa fe plizye jou mwen pa
ka d6mi. Se lan somdy mwen te kajwenn youn soulajman pou
pwoblm mwenyo; men lapli a anpeche mwen d6mi. Sa fe plis
pase twa jou mwen kanpe sou de pye mwen, pou mwen kab
retire dlo anba prela sa a. Bagay la pase, li touye mari mwen,
li touye se mwen, li touye marenn pitit mwen. Kounye a men
lapli sa a s6ti pou li touye mwen avek tout timofinyo. Adye wi!
Mwen pa ka sip6te ank6. Chay la tw6 lou pou mwen. Menmsi
pa gen mofn ki pou tande mwen. Menmsi pa gen moin ki vle
koute mwem. Mwen ap pleyen s6 mwen kanmemn.
Avan bagay la te pase a, mwen te byen. Mari mwen
se lan teleko li te ap travay, li te toujou ap brase. Pa te janm
make anyen lan kay la. Tanzantan sd mwen an te konn voye
youn ti bagay ban nou. Nou pa te lan bezwen. Nou pa te rich,
men nou pa te p6v. Goudougoudou a pase, li detui tout bagay.
Li detui kay mwen. Li detui vi mwen. Mari mwen mouri nan
lari, menm k6 li mwenpajwenn. Mwen pa menm konnen kijan
li mouri. S mwen an ki te konn ede mwen an mouri tou wi.
Li te rantre Ayiti pou li te batize youn maryaj, otW1 kote li te
desann lan kraze. Mwen pa gen chans ditou! Mwen pedi tout
sekou mwen te genyen.
Kay mwen kraze nan P6toprens, mwen pa ka tounen
andey6 nan peyi manman mwen, paske nou te vann tout ti te
nou te genyen yo pou nou te fe anteman papa nou. Mwen pa
gen py>s kote pou mwen ale. Mari mwen mouri, li kite mwen
avek de timofin, anplis mwen ansent.
Mwen oblije viv anba youn prela. Mwen bare li avek
youn moso katon epi twl1. Prela a chire, se tapi mwen mete
sou li. Li ka s6lman pwoteje mwen pou solky ak pousy. Men
1 lapli ap tonbe se k6msi se dey6 mwen te ye. Chak 1 lapli ap
tonbe se kanpe, nou oblije kanpe. Ata ti bebe a, ki gen dezan
se sou youn ch&z mwen mete li kouche. Lannuit, mwen paka
d6mi. Pou mwen benyen, se dey6 mwen oblije kanpe devan
tout mofin. Lajounen 1 lapli pa pe tonbe li fe cho. Si mwen te
gen youn tant, mwen ta santi mwen miyb.
LU yo ta pe bay tant yo, mwen pa te jwenn. Tiwowo,
ki se youn jen gason, jwenn uit tant pou kont li. Li made
mwen pou mwen kouche avek li pou li ka ban mwen youn
tant. Si li panse mwen ta va fe sa tou ansent lan pou youn tant,
li twonpe li. Mwen pa pe pedi nanm mwen pou youn tant. Se
gwo pony&t ki konte lan peyi sa a. Mwen ak de timofn sou
bra mwen, anplis mwen ansent, pesonn pa ka pran youn tant
pou mwen. Kiles ki ka ede mwen?
Depi sis mwa, mwen nan lanf. Lajounen, mwen ap
viv nan pousye ak chal. Lannuit lapli ap trakase mwen. Mwen
reziyen mwen pou mwen sip6te, reziyasyon se remWd pou
lamiz. Men chak 1 mwen gade ti pitit mwen yo, mwen anvi
kriye. Sa fe sis mwa, mwen nan touman, mwen pedi espwa.
Mwen ansent, pr&t pou akouche. Eske pitit mwen pral fe a ka
viv nan kondisyon sa yo? Tout moin bliye nou. Gouvenman,
ONG, dyaspora, menm Bondye bliye nou. Kilks ki pou ede
nou?
Mwen pedi lespwa, men mwen pa pe mete ajenou
pou sa. Mwen vle kontinye lite pou pitit mwen yo. Mwen ap
kontinye lite pou timofn mwen yo ka genyen youn lavi miy6.
F6k mwen kontinye lite pou mwen pa pedi t&t mwen. Mwen
se youn fanm vanyan. Mwen pa pe fout fou.
Demen, mwenap kite timofinyo akvwazinlan. Mwen
ap s6ti pou ale chache kote lari a fe kwen. Ou pajanm konnen,
mwen kajwenn youn travay. Nenp6t sa mwenjwenn, mwen ap
fe li. Mwen ap kontinye lite, malgre tristes, traka, miz. Se s61
mwenmenm ki ka lite pou mwen s6ti kote mwen ye a.
Tout mofin ki vie ede mwen, ede mwen goumen pou
mwen voye pitit mwen yo lekbl. Ede mwen goumen pou mwen
pa pedi tet mwen. Tout mofin ki vie ede mwen, ede mwen gou-
men pou mwen ka jwenn travay, pou mwen ka gen youn kay,
epi pou mwen ka di ak tout f6s mwen: lakay se lakay!!


Page 15





Mercredi 12 Janvier 2011
Haiti en Marche * Vol XXIV * N' 51


En Bref...
(... suite de la page 14)
L'aide promise n'a pas 6t6 d6caiss6e
La quasi-totalit6 des 5,3 milliards de dollars promise pour les
deux premieres ann6es a &td 16galement enregistr6e, mais
seulement une petite parties de ce montant (1,2 milliard) a 6td
jusqu'ici alloude.
Un effort juge insuffisant par les associations humanitaires
qui present les Etats de soutenir financibrement le pays,
structurellement faible, afin qu'il puisse remplir son r6le de
leader sur les projects de reconstruction.
"I1 faut que les efforts de reconstruction soient acc6lr6ds",
estime Elizabeth Byrs, porte-parole du bureau de la coor-
dination des affaires humanitaires (OCHA), ajoutant que
l'action humanitaire "ne irgle pas les problkmes structures
d'Haiti A long terme".

12 Janvier 2011: Bilan un an aprbs la catas-
trophe
La communaut6 international a promise prbs de 10 milliards
de dollars pour la reconstruction d'Haiti aprbs le violent
s6isme du 12 janvier 2010. Mais cette aide ne parvient
qu'au compte-gouttes. Les promesses n'ont pas &t6 tenues.
La quasi-totalit6 des 5,3 milliards de dollars promise pour
les deux premieres ann6es a 6td 16galement validde, mais
seulement une petite parties de ce montant (1,2 milliard) a
&td concrbtement alloude. Et les nouveaux engagements
se font rares. Sur les 2,1 milliards de dollars promise pour
2010, moins de la moitid, a effectivement &t6 utilis6e. Les
Etats-Unis, plus gros contributeur, ont report A 2011 le
versement de la quasi-totalit6 de leur aide (1,17 milliard de
dollars), d6boursant seulement jusqu'A present un dixiame
de celle-ci. Sur le terrain, seulement 5% des d6combres ont


(Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94" Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 /754-7543 * Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montr6al (514 337-1286)
email: melodiefm hotmail.com
haiti-en-marche hughes. net
URL: www.haitienmarche. com
Library of Congress # ISSN 1064 - 3896

Pine by outeat Ofst 6(30) 23-78


jusqu'A present &t6 d6gag6s
et un million de personnel ne
disposent toujours pas d'un
logement, selon l'association
humanitaire Oxfam.

Les riverains protes-
tent contre la cr6a-
tion de la d6charge
de Duvivier
Les protestations se poursui-
vent contre la d6chetterie de
Duvivier (p6riph6rie nord),
utilise come ddcharge
pourjeter des excriments
provenant des centres de trai-
tement de cholera (Ctc).
Le Comit6 de Relbvement
de Duvivier (KRD) juge que
les personnel vivant dans
les spaces habits proches
du d6potoir, ne sont pas
consid6rdes come des 6tres
humans.
Le comit6 precise que la
d6charge se situe A environ
300 mbtres des habitations.
L'odeur qui s'en d6gage est
particulibrement insupporta-
ble en soir6e.


A Ma Aller plus loin plus
vite avecAmenijet
np , - . Al Ubia ais 1 - !k:. / i 7 MJ

-- . *" ' : ,
N . --. n
-S1


Noas momps ...
spicldlshs dons...
carlo GonraI. ra, - ..
PrMduts prlSable. Eflets _
personnesb. Produls -
mxpl.fs. oNuosn dhnelons
Notre nouveau


PouR Vos RiSERVATIONS Do CAROD, APPLZ
JuI iMlY *lfor~n. li MY JLos Angl. CA
71$4s435 719S-O04 1421342 33s
Wet PAn M ct MaMI, FL Fat L M rt PL
Sirat i1. i I I 4 i .esorr I Sat-:12


A�lmai OA
404-6-3So


Page 16


Ks vwavAJE CHAK
15 JOU POU sWOYS
MaN yON MACHANDIZ OU DIRCK
.WOATO K .. .. AN Aym SOU WA? srT
A. .MARC . GONAIVES a
AP POT K TO"r ... .... . . ...
MACHANDIZ CAPE HAm
OU rOUPA C LI woTair KCONNrTENm, U AT
PEPE. KAMYON MACHINE EK*
SETERA
GONAIVES ST MARC
HAMTS HAMyg
CAPE H AITIEN MIRAGOANE
H AITI
AI f Role ( 561 ) 845-7590 or ( 561 )845-330

Fax( 56) 1 845-7592 or ( 561 ) 842-9398

Toll free 1-877-845-8330 or 1-877-845-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

Dvrectlon: 1-95 to Exit No. 74 ( 45lt Stret ) ast to Congress Ave, to Nortm n C congress Ave to Martin Later
King Jr Blvd go Bast an M Blvd ( making right lneul turn ) this Rd takes you straight to the Port of Paalm clm

As soon as you go over Ol Dixie Hwy, before Guard Shack Make 1 t Leat hand tuarn you will see our Sign


Under New Management


Non ema you aouvo Bate MV MONARCH EXPRESS


service de4
PICK UP
est disponible


)eeutlmI UX BamrneS. N.
*81470-1100O I 6O4l14