Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00421
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: September 15, 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00421
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Full Text













H at e n M a rc e, dit o n d 1 apo l


HAITI : La guerre
(le mots continue entire
Wyclef Jean et Sean Penn
( l>elql.s sc.iumili.s a i \oi i a es iu l l icici dl Ciiidildl.ii i la I piicIci d Hil i H iii \\\ lcIi J.,iii i ilc iilIdc dl
c .ii p iiiilcll ai I cil'i i Scii P ini. qli \ii a ilii dc a coiclic eii
I cI $iii tle d Ici pI \' oi ie i i' i i |eiii pc' idlii ls i oii quii ouii
siil\ i lc qu i qi u lLii i lilppcl HIII lc I ii\ 12 I I ilc' d iiiic i
Loiilqui ill a iiii cipii'' Il Icic'e fi, ,, ,,. ./. 1 p'i' -
S\\ C('LEF SE.AN 1 i1. 3i


RECONSTRUCTION PORT-AU-PRINCE

Le Centre commercial


en plein remue
,, ......... ......... ....... .. .iiii ii ....


j. Us. SlH.~d~jj j~,. s s.,~j i.,, ,,j~,jjd/tjii,. I. s//Us .....s


\,. ,,i i ,,, 1 ,,1,1i. I ,


Wyclef: "Sean Penn a trop
le nez dans la coke pour
nm'imaginer Prsident"
L',iiiioiicce Li c ,la[ciiidilii cciii le \\\ clcl Jc.ljii ldcs
Fiiu~'' a la picidc.ciicii dc.l Haiiia i ei soii loi dcl.i o iii u is
ci.'l cii.i le ildc dcic LlUii (C uLi\ li li lcpioclaiini dlc nc pi ccIii
ia _/ picii._ni i Hln poUii pici[c.iiili i dii iliii iiild i li Piciild .iicc.
P, iii .ci\ eau.iii Peiiii qllii aI p sis bcilco llp lc p lipl \ ai' c lcs
iiiini c ildiu Iii ciiibli cl.iii li c-i le. ilc dc bul 211111 ci i i I'\ Fwicc..
Pi'.i% M icheil NJlaiiniiiii qu'ili ila liiiii\ i.iic n li c ie c lcc iil I poui
le_ cl loiicc li iiina inIIc i \ o0 l I 'i IIo \\ l I l i i cl l'J'.ii n i dc idcI
dl I|?ublhbiquiceiiiiii iicl' i ss i coiiipc_ Lois d'iiu oi c ii diloiiiic a
iuelquicllic iiie. dles I lolc_ Il a ainii i hlia.iii |.daiii l c lI iici. "If
I \\,1s P i 1sii l iii" i, . ,.i,-,. -. i i ,. ,n i ,. iii /.,. h -,. h ,.
, c/,, 1 ii ,,i 11 ; , / ,,,'iib ,,i ,ii , p, l ,ii,- ii, i-, /-i i,, ,/,, i ,
1,1 ,' '/,',. [II, i c lll I I IcrI'.' l /",'I i I pc ,.l // 111.. 1ll,. M III II, l ,I Il'
1,h Ic . lii, l ', ll. /m,. a i.l I, _/ II , "


CANDIDATES A \'OS POSTES !
La Reconstruction, dj

tout un programme !
P(O)RT-.lIi-PRIN(CE 12 Sc.ipiiibic- (l O) piillc ildc
Ilio'_-'i iiiiiie il d c iilil i~s o i iI i i c \ il n eilIi pIs il|, uniii
TouiI Iiio iioiic iiicoir-iii bl ibIc ii c sui\ ii i IC i1 la pic iiiii c
o1 Iiai co iiiii clll qu il c \iie Liii| io'-,iiiiiiiiuc1 ToiI Liii pio1iiiiiiic
Il s pilp Illc lc PDNA qui i 'l a ic iiiis i |Ioill iiti liidciil iiiii ilu
i RECONTRUC('TION 1 .4i


I .s1.,.s,,/.,,isI,.~,,l.iI. ,,,,,,,,/.:,/.,,,,,,,,~,,,,, I


mnage
PORT-AII-
.^ 'r PRINC(E Il SIcp)in-
bric DcpUiS quhliili
I jouis Ics ii\Lju\ dl
dilcbi ci.eiii iii oiu Ii Sil
^*^AJ A J iiLi' cii[icllc iniiiciciai
l l idun nouxi.ll Liilll%'
ly'rj~i 'Il[ '%^jj% J l iiiie e liiii l
j I J andu icilc11i ni-c
,ldl. 5li wli i1 l ii il jiii.-

i, Po -iii-Piiii i k iiioi-
.'i- '^ Uli inj .niii i iisi ne-.


"lu I. JII C I ilIciiii1i
dcs I cllcs ii I. c lniiiui._
.'', -p sont ,i, nlin dl I d i '-
o i l ci\ dcls qukllliics du
S bloc coiiiiicicill ipio-
i p niciien diitc c I1-
Iil, i niii e l ilil e _l-,l-
".-. C.,,. ('ENTRE
(COMMERCIAL


Retour en Hati

du Snateur Roudolphe Boulos
_".-


y 5 '5+ Ifn ^ ,, S / ,. / j I" Si 'l / h. ,i., /, ,. i ,, ,, '


Le 'Cash for work' n'est pas

une invention hatienne !
P( )RT-A IT -
PRIN(C E Scipiic. ibich
- L piioi,_1iiiiiie, b lmp-
_oui i l O \ l Icni _
Son obiclif
csi double is c ci
eimplois poLii iiiu iioiii- H r .


Slii -l FOR
a \\l ORK al_ d i i iU l i i
i,:.aiiic< dc1: .oiiiic : .c
cilaI l i (Iii _<_ Ii cc
" "" i 'iic' i






I EN PLUS ...


EN BREF ...


Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 34


PORT-AU-PRINCE, 11 Septem-
bre A l'occasion du 11 septembre 2010,
9e anniversaire des attentats du mme nom
contre le territoire des Etats-Unis, le prsi-
dent Barak Omaba a eu des mots courageux
et d'un vrai homme d'Etat : Je ferai tout
mon possible tant que je serai president des
Etats-Unis d'Amrique pour rappeler aux
-


Le President Barak Obama lors de son message d

Amricains que nous formons UNE nation
sous le regard de Dieu, et que nous appelons
peut-tre Dieu par des noms diffrents, mais
nous demeurons UNE nation.
Quoi de plus courageux de la part
du chef d'Etat que, selon certain sondages,
un Amricain sur quatre considre comme
un 'musulman' (et non un chrtien).
Ce qui est to-
talement faux, se trouve
oblige de rpondre la
Maison Blanche.
D'ailleurs ces
attaques manent des
mmes secteurs qui, lors
de la champagne lecto-
rale, accusaient le future
premier Afro-amricain
president des Etats-Unis
de ses liens 'chrtiens' JI
avec un pasteur noir
qui aurait commis des
dclarations qualifies
de racistes.


annuel entire 2,8 et 3%) et le chmage est en
constant augmentation, pas loin de 10%
(9,9% en avril 2010).
L'opposition Rpublicaine veut en
profiter lors des lections de mi-mandat le 2
novembre prochain (devant renouveler tous
les 435 siges de la Chambre des reprsen-
tants et le tiers du Snat, soit 34 siges sur
100).
Mais les D-
mocrates ont aussi
beau jeu de rappeler,
comme le fait rgu-
lirement le president
Obama, que ce sont
les Rpublicains qui
ont favoris la cruise
pendant les 8 annes
de l'administration de
George W. Bush.

Le Tea
Party ...
Cependant
il n'y a pas que les
Dmocrates avoir
du il Septembre 2010
bonne mmoire.
C'est aussi l'opinion d'une nou-
velle aile droite conservatrice rassemble
sous l'appellation de Tea Party (du nom des
premiers coloniaux qui s'taient soulevs
contre la monarchie anglaise au XVIIIe
sicle).
Le Tea Party est un movement
populaire (si ce n'est populiste, bien que


Les attentats du 11 Septembre 2001 contre le World Trade Center


Le pasteur
de Gainesville ...
Mais on sait que cette polmique
est encore monte d'un cran la semaine
dernire avec les dclarations d'un pasteur
d'une petite glise conservatrice de Gaines-
ville (Floride) annonant son intention de
brler un exemplaire du Coran (le livre sacr
de la religion musulmane) le 11 septembre
de cette anne, pour signifier la resolution
du people amricain de ne plus permettre
la violation de son sanctuaire national en
l'occurrence par l'islamisme qui veut do-
miner le monde, selon ce pasteur nomm
Terry Jones.
Le president Obama n'est pas le
seul avoir pris ses responsabilits en la
matire. C'est de partout dans le monde que
des voix de personnalits et d'institutions
respectable (y compris d'minentes asso-
ciations chrtiennes, juives et autres) se sont
leves avec indignation pour condamner
l'initiative du pasteur de Gainesville.
Celui-ci finira par se laisser con-
vaincre d'y renoncer. Ouf !
Ce dernier pisode prouve (si be-
soin tait) que nous ne vivons pas dans un
monde aussi fou et abandonn lui-mme
qu'il peut nous sembler.

La crise conomique ...
Cependant l'affaire ne finit pas
l. Aujourd'hui toutes les conditions sont
runies aux Etats-Unis pour dboucher sur
une situation conflictuelle de plus ou moins
grande ampleur.
En tte, la cruise conomique. Les
measures pourtant vigoureuses et mme
hardies de l'administration Obama n'ont
pas produit les rsultats escompts. La crois-
sance conomique a t revue la baisse
au premier trimestre de 2010 (un rythme


les Amricains n'aiment pas ce mot) n au
dbut de la prsidence Obama ...
Reaction racial ? En tout cas,
pas ouvertement. Le Tea Party dit en vou-
loir surtout l'Etat fdral accus d'avoir
transform le citoyen en une sorte de pantin
taillable et corvable souhait. Cela contrai-
rement au voeu de la constitution qui entend
rechercher le 'bonheur' du citoyen.

Timothy McVeigh ...
Mais c'est un movement couvant
sous la paille depuis longtemps. De temps
autre surgissent dans l'actualit ces grou-
puscules qui se rclament de la doctrine des
pres fondateurs : un pays o le citoyen est
totalement libre en pense comme en actes,
sans aucune autorit que celle ngocie de
citoyen citoyen, bref qui prend la lettre
la formule 'One nation under God' (Dieu
comme seule autorit sur la terre comme
au Ciel).
Avec quelques coups de semonce,
bien que toujours survenant sous une admi-
nistration Dmocrate comme celle de Bill
Clinton djjuge trop fdraliste (entendez
aussi par l trop universaliste ou ouverte sur
l'extrieur, ex. operation retour d'Aristide
en 1994 etc).
On se souvient de l'attentat de
Oklahoma City, le 19 avril 1995, qui pro-
voqua la mort de 168 personnel. Aprs
avoir souponn la mouvance islamiste,
le responsible va se rvler tre un jeune
Amricain, Timothy McVeigh, un ancien
de la guerre du Golfe, et membre d'une de
ces cellules isoles.

La rvlation Sarah Palin

(11 SEPTEMBRE / p. 10)


11 Septembre :


quand l'Amrique se bat


avec ses propres dmons


Page 2


La Campagne dbute le 27 septembre, mais les candidates ont
commence a bouger
La champagne lectorale commencera le 27 Septembre pour se terminer le 26 Novem-
bre, soit environ 60 Jours. Mais en attendant le lancement official de la champagne,
les candidates bougent. Garaudy Laguerre est parti pour Boston pour expliquer son
programme. C'est une initiative de la diaspora qui bien que n'ayant pas la possibility
de participer au vote, veut s'enqurir du programme de chaque candidate.
Jacques Edouard Alexis se trouvait en Rpublique dominicaine pour rpondre une
invitation du president Leonel Fernandez. Charles Henry Baker a commenc le recrute-
ment de nouveaux membres. Le snateur Jean Hector Anacacis a choisi une formule de
cotisation populaire.
Toutefois Gaillot Dorsainvil, le president du CEP (conseil lectoral provisoire), a mis
en garde contre toute violation de la loi lectorale. La champagne lectorale se drou-
lera sur une priode de deux mois partir du 27 septembre, ont annonc les autorits
lectorales hatiennes. Le non respect de la loi lectorale sera sanctionn, a averti M.
Dorsainvil, faisant valoir que les posters ou banderoles ne pourront pas tre affichs
pendant la premire moiti de la champagne. Cependant des graffiti appelant voter
en faveur de certain candidates sont apparus sur les murs dans plusieurs communes de
l'Ouest, y compris pour le candidate de la plateforme prsidentielle.
Les candidates sont habilits faire des interventions dans les mdias au course de la
premire parties de la champagne lectorale. Toutefois les contours de cette loi sont flous
puisque certain chefs de parties politiques interviennent rgulirement dans des jour-
naux autour de sujets d'actualit. La prorogation de la priode de champagne (2 mois et
non un seul comme prcdemment annonc) rpond une revendication de certain
dirigeants politiques qui avaient qualifi d'insuffisants les 30 jours accords pour la
champagne.
Plusieurs candidates s'activent aussi en vue d'obtenir des fonds pour la champagne. Le
snateur Anacacis (Modejha) a opt pour la formule de cotisation populaire. Certains
leaders s'appliquent d'autres tches : le chef de file de Resp, l'industriel Charles
Henry Baker, intensified sa champagne de recrutement de nouveaux membres, tandis que
l'ex Premier Ministre Jacques Edouard Alexis (MPH) pursuit une tourne dans les ca-
pitales trangres. Au course de son sjour Santo Domingo la semaine prcdente, M.
Alexis a eu des entretiens avec le president Fernandez et d'autres officials dominicains
du pouvoir et de l'opposition.

Les membres du camp du refus ne rencontreront pas le prsi-
dent Prval
La candidate la prsidence Josette Bijou (indpendante), ex-ministre de la sant
publique et de la population du gouvernement de transition de Grard Latortue _i -" '4-
2006), n'a pas rpondu une invitation qui lui a t transmise par tlphone pour
une rencontre le 7 septembre avec le chef de l'Etat, Ren Prval.
A l'instar de M. Eric M. Charles du Parti de l'Evolution Nationale d'Hati (PENH),
Mme Bijou a estim dans une interview accorde jeudi Radio Kiskeya que la forme
ne sied pas une dmarche de cette importance. J'ai reu samedi soir un appel
de quelqu'un me demandant de rencontrer le president de la Rpublique le mardi 7
septembre. Ce n'est sans doute pas la manire indique pour un chef de l'Etat d'inviter
quelqu'un le rencontrer , a dclar Mme Bijou.
Elle rejoint ainsi son comptiteur de Renmen Ayiti , Me Jean Henry Cant, qui a
souhait que le chef de l'Etat rencontre les candidates la prsidence non pas un un,
mais collectivement.
Dans le cadre de son initiative de rencontrer les 19 candidates la prsidence, M. Ren
Prval s'est dj entretenu avec Myrlande Manigat (RDNP), Axan Abellard (KNDA),
Grard Blot (Plateforme 16 dcembre) et Charles Henri Baker.

Lionel Jospin est arriv dimanche en Hati
L'ancien premier ministry franais Lionel Jospin est arriv Port-au-Prince le di-
manche 12 septembre. Il est la tte d'une mission venue appuyer le rtablissement
institutionnel en Hati. La mission s'inscrit dans le cadre du project intitul Lea-
dership Global pour la Reconstruction d'Hati mis en uvre par le Club de Madrid et
financ par la Commission Europenne. Selon un communiqu distribu aux medias,
il s'agit d'assister les dirigeants hatiens et la structure institutionnelle d'Hati dans une
meilleure rflexion sur leur rle dans la reconstruction et le rtablissement du pays.
D'autre part, Leadership Global veut contribuer la reprise du processus de r-
forme institutionnelle interrompu par le sisme dvastateur, ajoute le communiqu. Le
project a t lanc lors d'une prcdente mission conduite, en Juillet 2010, en Hati, par
l'ancien president du Chili, Ricardo Lagos. Au programme de la mission, une rencon-
tre avec le Prsident Ren Prval et le Premier ministry Jean Max Bellerive est prvue.
La mission rencontrera aussi certain candidates la prsidence

Inscurit: Nouvelle attaque contre une famille habitant Tho-
massin
Des individus arms ont fait irruption dans une residence Thomassin 38 dans la nuit
du 4 au 5 septembre 2010. Encore une fois, la mthode d'opration est sans nul doute
celle qui caractrise la bande Bobo. Il n'est pas certain que Bobo est encore aux com-
mandes, mais depuis son vasion de la prison le 12 janvier dernier, les actions enre-
gistres dans les quarters de Plerin, Laboule, Thomassin et Fermathe, situs dans les
hauteurs de Ption Ville, semblent porter l'empreinte de son group. Il s'agit d'opra-
tions criminelles menes en pleine nuit, caractrises par l'utilisation d'une pierre pour
faire sauter la serrure, choisissant pour cibles femmes et enfants, cambriolant la maison
avant de partir avec un ou des otages.
Selon des informations recueillies, les individus qui ont fait irruption dans la nuit du
4 septembre dans cette rsidence Thomassin 38 avaient pour objectif d'enlever la
fille du couple. Les informations qu'ils avaient reues semblaient indiquer qu'elle tait
rentre en vacances des Etats Unis. Alors que la mre tentait d'utiliser une bouteille
pour se dfendre, l'un des assailants lui tira une balle en plein visage bout portant, la
laissant pour morte. Transporte l'hpital par une patrouille de police arrive sur les
lieux aprs le dpart des malfrats, sa vie ne serait pas en danger. inconnu a t retrouv
mort non loin de la rsidence o l'attaque a t mene. Selon des tmoins, il se trouvait
sur le passage des suspects qui prenaient la fuite pied quand il a t froidement
abattu.
Selon le responsible du sous commissariat de Thomassin, il s'agit d'un coup dur pour
son unit qui depuis plusieurs semaines est mobilise pour empcher des actions de ce
genre. Le manque de moyens continue d'tre le principal obstacle la bonne march
du service. Cependant la police qui n'a pas voulu rvler trop de dtails dit avoir de
trs bonnes pistes pour retrouver les auteurs de cet acte crapuleux. (Alertehaiti.ht)

La PNH marque des points
Les forces de l'ordre ont apprhend en dbut de semaine deux chefs de gangs impli-
qus dans de nombreux cas d'enlvement. Les arrestations ont t ralises au course de
deux operations distinctes, explique le porte parole de la PNH, Frantz Lerebours.
Le chef de gang Willy Etienne, vad du Pnitencier National, a t interpell le lundi
6 septembre alors qu'il se trouvait pour rgler certain papers dans une annexe du
ministre des Finances Port-au-Prince par des agents du Service Dpartemental de la
(EN BREF / p. 14)


--j I.. 1-1. v -





Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 34


L'ACTUALITE EN MARCH


HATI : La guerre de mots continue


entire Wyclef Jean et Sean Penn


(WYCLEF & SEAN... suite de la lre page)
dant un concert qui s'est droul vendredi dernier New York,
Wyclef Jean a chang quelques paroles de sa chanson. J'ai un
message pour Sean Penn : peut-tre ne m'a-t-il pas vu en Hati
parce qu'il tait trop occup renifler de la cocane.
Sean Penn, qui est trs engag dans l'aide humani-
taire depuis le sisme, avait aussi accus Wyclef Jean d'avoir
dtourn 400 000 $ de dons dans le cadre de collectes pour sa
foundation Yele Hati, remettant ainsi en question les motiva-
tions du musicien entrer dans la course la succession du
president Ren Prval.
Un reprsentant de Sean Penn a ripost au com-


mentaire de Wyclef Jean en dfendant son client dans un
communiqu de press.
M. Jean n'est clairement pas familiar avec les exi-
gences physiques imposes aux volontaires en Hati. L'ide
que ces volontaires affaiblissent leur systme immunitaire
en utilisant des drogues illicites est absurde. De manire plus
spcifique, l'organisation JPHRO a une tolrance zro la
drogue et en tant que chef de cette organisation, Sean Penn
a non seulement mis en place cette rgle, mais il s'y soumet
galement. Que M. Jean fasse une telle accusation mensongre
est la fois irresponsible et triste, mais pas surprenant.
(Agence QMI)


InfoHaiti.net (Port-au-Prince), le 11 Septembre 2010
- Dans une interview accorde au Journal Le Monde, TV5 et
RFI, le president Ren Prval a expliqu que la candidature
la prsidence de la star international du HIP HOP, Wyclef Jean,
a t rejete par le Conseil Electoral Provisoire (CEP) parce
que "la Constitution exige que les prtendants doivent avoir
vcu en Hati les cinq annes" prcdant les lections. Il sait,
comme tout le monde, sur quels critres le CEP, pas moi, l'a
rejet , a dit le chef de l'Etat qui a confirm que Jude Clestin
est bien le candidate de la plateforme prsidentielle.
Cependant Ren Prval a prdit que ce sera
peut-tre la premire fois, depuis 1986, une lection
deux tours. Interrog sur la participation populaire
qui risque d'tre un test srieux pour son pouvoir, Ren
Prval a dclar que le nombre (lev) de candidates
la dputation et au snat inscrits est un bon signe
mais, que c'est l'enjeu qui va faire sortir le people.
Si celui-ci estime qu'il n'y a pas d'enjeu, il n'ira pas
voter, a t-il dit.
Le chef de l'Etat a rejet les critiques de
l'opposition estimant que le conseil lectoral n'est pas
impartial, arguant qu'il ne l'a pas mis en place tout seul
et que ce CEP est le fruit d'un large consensus entire
tous les acteurs de la classes politique.
Les journalists franais ont fait part au
president Prval de leur doute quant l'organisation
d'une lection fiable et transparent avec les nombreux
dplacs et les personnel qui ont perdu leur carte lec-
torale. Le chef de l'Etat a rpliqu que des experts
internationaux lui ont donn la garantie que tout serait
en place et qu'il doit respecter le 28 Novembre qui est
une date constitutionnelle.
Sur le dossier de la Reconstruction, le president
Prval qui l'on a demand s'il n'a pas l'impression
que la communaut international oublie petit petit
Hati, a inform que seuls 9% des promesses de la
communaut international sont dposs sur la table
(985 millions) alors que les attentes (en conformit
avec les engagements du 31 Mars) sont de l'ordre de
11 milliards.
Le chef de ] E \,CCiuIlfs'est cependant rjoui de
l'aide international dans les premiers moments aprs
la catastrophe (le sisme du 12 Janvier).
Pendant les cinq ou six premiers mois, la
phase d'urgence, l'aide international a t extraor-
dinairement efficace et bnfique. On nous a apport
de l'eau, de la nourriture, les tentes don't nous avions
besoin. Il n'ya pas eu d'pidmies, il n'y a pas eu de
dsordre, tout cela grce l'aide international et aux
organizationss non gouvernementales' .
Le president a-t-il un mot pour les 1.3 mil-
lions de personnel qui vivent sous des tentes, dans des
conditions prcaires, demandent les journalists franais
Ren Prval.
"Il faut maintenant construire en hauteur, sui-
vant les normes antisismiques", a rpondu Prval. "Je
viens de lancer un project de 3300 appartements dans
des immeubles de quatre tages, d'un cot d'environ


Mlodie Matin

Sur




raioeaiti. come




www.radiomelodiehaiti. com


100 millions de dollars, ce qui permettra de reloger plus de
15.000 personnel , a indiqu le president, en prcisant que
le pa1, s ne peut plus avoir ces bidonvilles o les camions de
pompiers et les ambulances ne peuvent pas passer, o il n'y a
pas d'coles. Il faut refaire entirement les quarters. On ne
peut pas nonplus envoyer la population hors de Port-au-Prince.
Les gens veulent vivre l o ils ont leurs families, leurs amis
et leurs activits. Ce qu'on est en train de faire pour le mo-
ment, c'est poursuivre le dblaiement des quarterss, a conclu
le chef de l'Etat.


'":


ri b~li(
1.

iir
f


A la UNIBANK. ce oie n CioiwJdrcun
cormne rfke pk>% grand rAslIe
c'% 1c2 Conrianc que vousnous
O=ctd Iez le 19 juFf 993.

A Ioi del1on I n;e. Ami1erfsaire.
U QWBANK ok oes g miu Mncres
remercia. nwrs i sm Bs.sooe Clilsu
e? tenouveUe= en ogemenq
f oLurs lwf uinTnrr Le Sevieg
5 toies qu'"i s rewt f


Page 3


Ren Prval/Interview : Je n'ai pas rejet

la candidature de Wyclef Jean, c'est la constitution


L'FVFNFMENT SOMMAIRE
Le (C i l coiiiiii iu ,i en plein remue mnage p. 1
DERNIERE HERE
R.iotir .ii HiiiiL du S.iilateur Roudolphe Boulos p.7
ANALYSE
Li Ricoii-iiticiioii tout un programme pour les candi-

ECONONIIE
LU (.lih foi \\ oik ici et ailleurs p.1
INSOLITE
L -Icii in' d,' mots entire Wyclef et Sean Penn p. l
EDITORIAL
Pcil[-il \ .ioii LIII candidatet official' ? p.5
POLITIOLiE
Poliiiiqti ,itiltour d'un changement de dlgus et
\ icc-dcI'ii-'itl p 6
.ACTUl.LITES
L ionil Jo|i iiii mission en Hati p.2
Inkn.l ic\\ du Pic.ident Prval 3 mdias franais p.3
Dc\ oiicmcni i a (,>ubec d'une statue de Toussaint Lou-

Il SEPTEMBRE : 9ANS
Quand I'Amrque se bat avec ses propres dmons p.2
12 JANVIER
_in Quibccoil. qui a survcu raconte son calvaire p.8
Potii iii iiiciiioi iOl Titanyen p. 12
(INEMA
Mort de Claude Chabrol p.8
LIBRE PENSER
(-)kcillliioii< | 1 -
Li ii.iilioiin ,itioritaire p.12
PRODUCTION
LUc pIOMic[l agricoles p. 13
LETTRES
Chante politik : Nous allons dodo (1) p.15
4. --.


rL UNUBANK
r7iwn mise un5bi


I.. 1-1. -






UNE ANALYSE


Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 34


(RECONSTRUCTION... suite de la lre page)
sisme du 12janvier. Une valuation des besoins post dsastre
dresss, chiffrs, revus et corrigs. Cot total : 11 milliards de
dollars. Avec des promesses de financement de l'ordre de 10
milliards sur les prochaines annes.
Mais don't seulement 2 pour cent ont t jusqu'
prsent rendus disponibles.
Premire question aux candidates : quel est votre plan
pour obtenir les 10 milliards qui nous ont t promise par la
communaut international ?


Qui dit mieux !

Tous les candidates ont accs au pro-
gramme ...
Mieux que a. Le gouvernement a annonc que tous
les candidates auront accs au programme.
Le president Ren Prval se charge de le leur dire
dans le cadre de son trs mdiatis programme de visits aux
candidates et candidates.
Toutes les commissions qui ont planch sur la recons-


t
e


Dieu merci il y a aussi des notaires parmi les can-


didats !


Egars sous les dcombres ...
Puis il y a le plus gros morceau : la population, dans
son ensemble, n'est pas motive par la reconstruction. Le pri-
mumvivere domine. Onvit tous dans les camps, physiquement
ou mentalement. Egars sous les dcombres !
Ne reprochez pas au gouvernement de ne l'avoir pas
fait, la conscientisation. Il fallait faire vite. Que proposez-


Le notaire candidate la prsidence Jean Henry Cant ( gauche)
accompagn de son avocat Me Camille Leblanc (photo Georges Dup/HENM)


L architecte candidate Leslie Voltaire (au tlphone) qui a travaill sur le programme
de Reconstruction (photo Hati en Marche)


Pas de fuite en avant. Vous n'tiez pas d'accord,
votre secteur n'avait pas t consult. Avez-vous les moyens
de faire mieux ? Evidemment, non. Alors ne nous ternisons
pas. Au suivant !

Pas moyen de contourner ce programme-
l ...
Ecoutons l'un des membres internationaux de la
CIRH (Commission intrimaire pour la reconstruction d'Hati)
compose de 30 personnalits, moiti d'hatiens, moiti
d'trangers. Notre garantie, dit-il, c'est notre forte presence
dans cette commission. Aucun gouvernement ne pourra faire
capoter le processus. A bon entendeur !
Donc pas moyen de contourner ce programme-l qui
est dj sur la table. Ou comme disait De Gaule Skou Toure,
le seul president de l'Afrique noire nouvellement indpendante
qui avait refus les conditions de la dcolonisation: 'vous
n'aurez pas un kopek !'.
Faut-il souligner que le PDNA (Post Disaster Needs
Assessment ou valuation des dommages, pertes et besoins
provoqus par le sisme) ne concern pas seulement la
rehabilitation du centre-ville de Port-au-Prince qui fait l'ac-
tualit en ce moment. Mais le pays tout entier. Et dans tous
les domaines : bassins versants, ports et aroports, campus
universitaires. Etc.


traction dans tous les domaines (conomique, comptitivit,
justice, ducation, agriculture, sant, nouvelles technologies
etc) ont t rameutes.
Tous les ministres se tiennent prts dresser un tat
des lieux complete aux 19 prtendants au fauteuil bourr.
Bref, jamais on n'avait encore vu candidates aussi
soigns sur le plan programme.
Mais on continue parler de programme comme s'il
n'en existait pas un, comme s'il n'y avait pas un 'programme
commun' (c'est bien le cas de dire), comme si de rien n'tait

C'est croire que la majority des candidates se fiche
de leur programme (pour une fois qu'ils en ont un) comme de
l'an quarante.

Candidat la suprme magistrature ...
Pour l'instant le PDNA reste bloqu. Mme l'ex-pr-
sident Clinton, son principal animateur, qui vous le dirait.
D'abord le financement ne vient pas. Ou pas assez
vite.
Que proposez-vous, vous le candidate la suprme
magistrature, pour active le processus ?
N'ayez peur de parler. On ne vous volera pas vos
ides. Nous sommes l comme juges.
Ensuite, le foncier, le principal blocage, plus encore
aue le trop lent dblocage des


fonds.
Que proposez-vous
pour librer les vastes domai-
nes rests vacants et don't on a
besoin pour relocaliser, cons-
truire des spaces industries,
agrandir ports et aroports ?
La nationalisation.
Nationaliser tout le pays ? La
mthode dessalinienne. Aux
grands maux, les grands re-
mdes. Soyez hardis C'est ce
qui nous manque le plus.
Ou racheter aux pro-
pritaires qui sont en rgle ? A
quel taux ?


vous vous-mmes comme candidate (c'est votre tche, c'est
votre tour maintenant) pour crer l'esprit de reconstruction ?
L'esprit-reconstruction, sans quoi c'est peine perdue. Sinon
c'est Duvalier-ville, Cit Simone, toutes ces ralisations fort
onreuses et sans lendemain.
Donc voil, vous avez un programme, et un de for-
midable accomplir.
Par o allez-vous l'attaquer ? Allez y On vous
coute. Ben oui, c'est a. Comme ils disent, on ne se bouscule
pas au portillon. On n'est pas press, hein.
Eh bien, mesdames et messieurs les candidates et
candidates, mille excuses, mais vous n'y couperez pas. Le micro
est prt, le public aussi.

L'esprit-reconstruction ...
Comment dbloquer les milliards de la reconstruc-
tion ?
Comment garantir la primaut de l'intrt de la
Nation ?
Comment faire pour que toutes les categories se re-
troussent les manches sans que l'intrt d'aucune d'elles soit
nglig, voire oubli, remis aux calendes grecques ?
Comment mettre tous les Hatiens la main la pte
sans que ce soit le mme blabla de reconciliation national
comme on l'entend dj faute d'avoir quelque chose d'int-
ressant dire ?
Comment crer l'esprit-reconstruction pas pour les
milliards mais pour refaire Hati pour les Hatiens et par les
Hatiens !
Sans quoi l'Allemagne et le Japon, les vaincus de
la Deuxime guerre mondiale, seraient encore des pays sous
occupation trangre ?
Justement pour finir, comment sortir notre pays de
cette occupation qui n'ose pas dire son nom ? Cette occupation
sale, oui ou non !
En comprenant que la solution 'koupe tt, boule kay'
(coupez les ttes, brlez les villas) c'est d'une autre poque et
que seule solution c'est reconstruction partout.
Voici le challenge. Sinon, messieurs les candidates,
passez votre chemin.


Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


y,i"c.<


N,&UK&L JuiC

16 t PlusIE P.k

T1d 301F394-51 1


Casung Specd"
aUam. Ptmrlum. HOmm d10.uwv
kt aisocin


TeL 786.4578S30 a Fxz 305-7564397W

Pour ous mme*ab~.-'
l3qulpomun pouur contruuiuin 1 PItccm dc vcatiure 1rnwiun 0
Bqulpemrim unddRkm
Pr avionr o. par bmIteau


Page 4


CANDIDATES A VOS POSTES !


La Reconstruction, dj tout un programme


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.

Fort Lauderdale, FL,
5 Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entnt pi enteresan www.
amerijet.com. Nouvo sit la founi zak)W -
yon baz kominikasyon ki pmt ]r7> i2LL ll c --
klyan anjwenn tout enfmasyon li 9 1 e It
bezwen sou transp pa avyon, sou
liiIii i il,a l [ i( /\ i \ o 1 poil
liiniipo iiihcliaili/ aiIk liin fi \ i \ on kinii c l'foiiks\ oin .idininiii il'f k koi;abilhlie
NOl\o o il i Lbi,\ kl an an phis cn1foma on SIlOti pi lipid sotu iKiachaiid/l h
a.i so iaccotiii| h iia I olll.) i aln S, I la kaLikilk a k dcA lopc p|ou le loii bait i. pi ifasil pou
kl\ln an kil l| m'achandi/ lap \o\c kil 'c c. pc.oiicl' dapic Painm Rolhniii. i--prc/id.il
Bi/inS Dc\ lopiiin
\i\i ,v'*. olil on |io dc ii|np c illk.a p|oi kaiili/c lo c lo liioin.s oii o c pou
floinii c'iloiiiaS oln al Ipi \ il poil cdc kl an an lckoiioini/c |au l li|iin NoLI \ Ic ofn khl in
an, on \ iol l dc)On-SIlop-SlhoIp sa \ 1 di IIOLI \ I oll hII plih/ i ol\ c \ oui o clh\ j a\ \ on
balo os\illi kI,,im o.i |ii i miacl,.iidi/ |PoLi kl-l,|.oi.i oi Ii po Ioupi oii|oi.\ oui
Nil \a ,. l kap \ ili la c iiii plil iiiiiodlii loi a\ liilIIi Oi 'o \\ bjc Ih a P inda
Rohblinsa joii[ j li';I a ki iiicii(s( iilc uu iiknoloji ip cdc iiOi bi\ konaiill\ ii plis

.iiiii 'I-I i li| i iilot1l n'Il ll -ii, onl koii\ C s)OI loli 1011i
pp al\ N oi. bp bl o la k i|c 1
KoIli\ i ,in bi/, nilii Foi-litdcii l iFloiilnd) h cc Il rii oli~ oi lotiti ci ai
slniii \ onu iiaii i Noilli Soiilit ik Ciciiiil .iil-lk NIc l\ilCO K a \ iub Lciop. Li/I ak

A i lc ic'i li/i| c alafl\\ a Boc i -ii "i Ik Boc'ilii2 i "'-?1I ii dcpui piiiiC pal ba/ I
ki s Nhliiiii Jiiiicirl ioiil Aiilpoil
PoIl |li 'ciifoiii.i\ oII \ i/l[' ic Ailcl'I I o I 'i [ii 'cic 'c Ii \\ \\ \\ i' nIciil [i coil
Koiiilk N Idl Iiih s nii Riclhid .Aiil cl-iM IiciiU ionual '54-i '5-5 54


I.. 1-1. v -





Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 34


I DE L'ACTUALITE I


Peut-il y avoir un candidatet official' ?


P(O)RT-AIi-PRINC(E l' Scpiil'bic Qiu c1,-cl
qu'un candidate official ? Le mot en lui-mme est un non sens.
Il ne peut y avoir de candidate officiall' en dmocratie.
Il ne saurait tre permis un candidate de se servir
des fonds publics pour payer sa champagne au dtriment des
autres candidates.
Mme quand le president en exercise est candidate
sa propre succession qu'il ne peut tre le candidatet offi-
ciel'.
Et c'est ce que le constituent hatien de 1987 a tent
aussi d'viter en interdisant deux mandates conscutifs.
Est-ce que cet aspect est suffisamment pris en
compete par ceux-l auxquels on entend dire que la formule
de deux mandates qui se succdent permettrait au contraire
l'lu de mener son programme jusqu'au bout des fois bien
sr qu'il en aurait un.
Ensuite nos murs politiques sont-elles suffisam-
ment purifies pour viter que ce soit le trsor public qui
fasse les frais de la champagne lectorale de celui qui a dj
le contrle de la caisse !

Le contrle institutionnel ...
Bien sr, direz-vous, le president amricain ou
franais n'est-il pas candidate sa propre succession ?
En France, jusque dans les annes 1990, il pouvait
mme se succder lui-mme autant qu'il le pouvait.
Ensuite vient le tour du vice-prsident amricain
d'tre candidate son tour.
Mais le mot de candidate official ne saurait tre
utilis parce que le contrle institutionnel ne permet aucune
faille cet gard.
Mme un Richard Nixon qui s'est permis beaucoup
de liberts et mme de licence (l'homme du Watergate) n'a


cicl J.l. Ci ls. de h ic gd c l ,i d cinlllll
Un centime mal utilis et ce serait l'impeachment
(procdure par laquelle un president amricain peut tre bru-
talement destitu, comme ce le fut pour Nixon dans l'affaire
du Watergate).

Parti au pouvoir ne signifie pas pouvoir
en place ...
Mais revenons nos moutons. Pourquoi utilise-t-on
le mot de candidate official l'occasion des lections du 28
Novembre prochain ?
D'abord une trouvaille de l'opposition pour tenter
d'acculer le pouvoir ? Cette opposition qui refuse d'aller aux
lections sous le mandate de Monsieur Ren Prval, dclarant
que ni le president, ni le CEP (Conseil lectoral provisoire) ne
lui inspire confiance, le second tant trop peru comme infod
au premier.
Mais le pouvoir peut tout aussi bien rpondre que le
terme de candidate official n'a pas t invent par lui, qu'il ne
sait pas de quoi l'on parle. Et cela s'arrterait l.
Oui, tel aurait t le cas si cela fonctionnait en Hati
comme en France ou aux Etats-Unis ou ailleurs en pays d-
mocratiques.
Par contre, comment viter l'pithte de candidatet of-
ficiel' si le pouvoir d'abord ne fait pas assez la difference entire
lui-mme et le candidate prsent par le parti au pouvoir.
On appelle parti au pouvoir le parti politique don't
mane le president en exercise. Et dans certain cas aussi la
majority parlementaire.
Mais parti au pouvoir ne signifie pas pouvoir en place,
le pouvoir, ses pompes et ses uvres. Voire la libre disposition
des fonds publics.


O a commence et o a finit (?) ...
Donc la seule faon d'viter le qualificatif de
candidatet official' ce n'est pas seulement de dire que c'est
pas vrai. Mais c'est de mettre une total distance entire la
champagne pour le candidate du parti au pouvoir et les fonds
et organismes de l'Etat.
Et une distance qui soit contrlable ad-mi-nis-tra-
ti-ve-ment (nous pesons bien nos mots).
Il nous faudrait pour cela une sorte d'quivalent du
General Accounting Office amricain. Un Grand conseil de
la moralit publique. L'indpendance total mais aussi le
pouvoir d'appliquer des sanctions.
C'est cette seule condition que l'on peut accepter
le qualificatif de candidate official comme un simple jeu de
mot de journalist, ne pas prendre au mot.
Or tout ce qu'on entend, du sommet labase (dcla-
rations, interviews dans la press locale ou trangre), nous
invite cette interrogation : o a commence et o a finit
? O commence le lien entire la plateforme prsidentielle et
la personnel prsidentielle et o finit-il ... tant donn, par
example, que c'est le president qui a son bureau au palais
national ... suivez mon regard !
Ce sont l des questions pourtant essentielles
(comme l'on voit) mais auxquelles personnel ne semble
accorder assez d'attention.
Alors attention l'impeachment Mme virtuel.
Car rcapitulons : il n'y a pas de candidatet official' en d-
mocratie.
Et ne sommes-nous pas aujourd'hui en dmocra-
tie !

Hati en Marche, 10 Septembre 2010


Le Centre commercial en plein remue mnage

Les propritaires doivent se prsenter avant 15 jours avec leurs titres lgaux la DGI...


(CENTRE COMMERCIAL... suite de la lre page)
dire la zone de part et d'autre du Boulevard Jean-Jacques
Dessalines, l'avenue marchande par excellence de la capital
hatienne.


'Patrimoine historique, l 'Imprimerie Henry Deschamps
(photo Marcus/HENM)

Les travaux sont raliss par un group hatien-amri-
cain (le HRG ou Haiti Recovery Group), don't la parties hatienne
est le GB Group, traduisez Groupe Bigio.
Les dmolisseurs procdent bloc par bloc parce que
prcds par les experts de l'ISPAN (Institut de sauvegarde
du patrimoine national).
Ces derniers procdent eux aussi quarter par quarter
l'identification puis la description des btiments conser-
ver parce que faisant parties du patrimoine historique de la
capital.
Bon nombre aussi ayant t totalement dtruits.
C'est un travail qui procde tambour battant tant
donn que la compagnie et le gouvernement son lis par
contract.
Et aussi que le tout doit tre accompli dans les limits
du Plan d'urgence de 18 mois, don't au moins 4 se sont dj
couls.
Comme l'on sait, le plan global couvre tout un pri-
mtre allant du Champ de Mars jusqu'au bord de mer ou Cit
de l'Exposition (Bicentenaire).
Un Arrt prsidentiel, donn au Palais national
le 2 Septembre dernier, dlimite le primtre en question:


Article 1 : Est dclare d'utilit publique, Port-au-Prince,
la surface dlimite au Nord par la rue des Csars, au Sud par
la rue St Honor, l'Est par la rue Capois et l'Ouest par le
rivage de la mer.
Les territoires retenus dans le cadre de cet Arrt
serviront l'amnagement du nouveau centre-ville de Port-au-
Prince et la relocalisation des Institutions Publiques.
Sur ce, partir de la publication de cet Arrt, toute
transaction ou alination immobilire est interdite dans l'aire
sus-mentionne.
D'autre part les propritaires fonciers et les dtenteurs
de bail touchs par la question, ont un dlai de quinze jours,
partir de la publication du prsent Arrt pour se prsenter,
munis de leurs pices, au local provisoire de la DGI (Direction
Gnrale des Impts), No. 62, Avenue Christophe.
Sur la mme lance, il est cr un Comit de facili-
tation de la reconstruction, dans le but entire autres de mieux
coordonner les efforts des secteurs public et priv en vue de
la rehabilitation et de l'amnagement du centre-ville de la
capital.
On trouve parmi les membres de ce Comit de fa-
cilitation le Ministre de l'Economie, le Ministre des Travaux
publics, le Ministre du tourism, le Maire de Port-au-Prince,
le Gouverneur de la banque central, l'ISPAN, les Directions
des organismes de services publics (lectricit, eau, voirie,
Police national, CNE etc).


y^^r~C~L -y^^sy^ --a -d'

Les ruines de l 'Eglise Sainte Anne, au bas de la Rue St Honor
qui dlimite au Sud le primtre du nouveau Centre-ville
en construction (photo Robenson Eugne/HEN4)


J 111 k.: T-..........









Le Boulevard Jean Jacques Dessalines, la principal artre
commercial, disparat sous les dblais (photo Hati en Marche)


TC- ~ REEr"-. 1 8- 3a3-8
"i-1 FR 5 I -5 S -2 in

'F.X 3 5 -323- 3324
-LL = L ci 5 i


FICHE D'ABONNEMENT HAITI EN MARCH
a


1 otp urU r


kmeu
Etstm Unids
Camda

AmTriqaIue Lulki


Gdes 260-C
U $ 40-W
-us s 2aoo.
us $ 71.)0
_us .0oo0,


Gd. 52Ge M9
US5 $s78.i
US s W-00
,US> 135-09
-us s 135.00


uuis W -c d'un .bonrunnt
.v uvrowuoa le com t o.te. dwabt4
PtirW d de spneJU1 v ous C
Un MOU~V&I abimn
ou W l v'veF crtuw inouMiement


Nouveua

w


RienouveIknmnt

LII


Page 5


Nom
Adrf_


I.. 1-1. v 1


1 cout Pour Six Moisr






CREATION D'EMPLOIS


Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 34


Le 'Cash for work' n'est pas une invention hatienne !


(CASH FOR WORK.. suite de la lre page)
Mais le 'Cash for work' est diffremment apprci.
Il y a ceux qui le considrent dvalorisant comme
emploi. Une grande parties de ceux et celles qui font ce travail
sont des tudiants.
Il y a ceux qui le considrent comme un pige in-
vent pour maintenir ternellement la main d'uvre hatienne
au niveau du salaire minimum dj le plus bas de toute la


rgion: 200 gourdes par jour, soit environ 5
taux du jour.
Seulement voil, beaucoup d'en-
droits on a vu la population menacer de se
soulever pour obtenir ou pour maintenir
le programme 'Cash for work' qui semble
aujourd'hui s'tendre tout le pays. En tout
cas, les trois dpartements qui ont t le plus
frapps par le sisme : l'Ouest, le Sud-est et
les Nippes.
Echec donc pour certaines organi-
sations, surtout dans le secteur dit de gauche,
qui combattent ce programme. Echec puisque
c'est le people lui-mme qui s'en fait le prin-
cipal dfenseur.
Force est de toujours revenir la
phrase de Staline : Et si le secrtaire gnral
n'est pas content du people, alors qu'il change
de people.
Aujourd'hui encore, plein de jeunes
leaders qui parent avec le mme aplomb que
des secrtaires gnraux ... mais secrtaires
gnraux apparemment sans people !
De vrais Don Quichote sans mme
un Rossinante pour les applaudir.
Prennent-ils au moins le temps d'y
rflchir ? Avant de trouver la conclusion
inevitable : c'est le people qui n'est pas en-
core prt.


dollars US au


Alors, comme dit Staline : qu'ils u,
changent de people !
Mais tel n'est pas le fond de notre propos
aujourd'hui.
Le 'Cash for work' n'est peut-tre pas valorisant
comme emploi. Mais il n'est pas une affaire uniquement


&I U %.nnMpwA NLAI rMC i I NrI riVirI
POU EtGIEMJI> PfESM PLANtFIIASYOX4 KIONSDLIOE
I PnIDPOZE POU AF 211

Ed;s>i 10 me 21O n Hei le apbile aarun Ys Rr
P d.14L> li I.:i'im D i..:r'i Ilu4 4
<14c E~ AyIgoi ~R~ ~- Asarlb~e t~~w iKan a pJ kr t. "Il"
fIi j i a f 3 1iurv a. Rn E rtA y K r i'asyIo
-Dik -nu' RiJirp.! FI L A A F 2C-11 NM
ereyrr D Db"& jFi U MOn 1 '; 3 Fi-e H a rr'3 Ij rP.3-..'i rpI
ron JP t rnai re1jin P.. 2 : la -r. rn pviw iliktm1
pv wiii Idr . 1B. 2t~O ni I A Na & i tE I C ~ ;biIi' 3Iui



Criql SfoptD f F~ CIa
X 210 uyp 31: roe 30 a 9, !kial jrjrru i- lei
P qij W *k'rr t.iy w iirr. D lit D Kirmtr
Dcwaim'n Diyh'ruwilc.roe-aiir 4 E)HCD' Marr, Ox1ie
701 MW lO C Cot 14- m, Fr 33 Yci' Lkrr4
Pre'flBfln svLcs P13rifa5r'yi l ACFL< 2 1F ?la al EdWtnb Smu


M o 1 aF *pc.M"Oe at asnref e &ff l wii y iCi pe
b L~U'Il.ldi"ir

y wa ftv tf-,.al la pceI e

O ;i"M pa r 81 '4 m .a&ilh L Ada r a', e u r.

~ ~ e !r$ rp J5&'8I al~ T ~ eziT ~ n il )B G 1nCb~BL~
IF 5w j a & 'i N >V j41J wt

'a.




KING SER CES
3420 NW 135 ST
OPA-LOCKA, FL 33054
786-487-0918
305-953-9884


Cement truck 1976
Diesel ,
mechanic transmission,
run and drive.
Excellent condition.

$ 7,000.00


hatienne. C'est ce qu'on offre aux Amricains depuis plus de
deux dcennies, depuis Reagan. Et aux Anglais depuis Marga-
reth Thatcher. Egalement aux Dominicains. Et un peu partout
ailleurs dans le monde. Mais partout ailleurs on s'organise pour
que le 'Cash for work' ne soit pas la fin dernire mais dbouche
sur une tape suprieure. Et c'est ce que nos 'secrtaires gn-
raux' font semblant d'ignorer. Comme quoi ils acceptent que
les Hatiens aillent faire du 'Cash for work' chez nos voisins
dominicains. Mais chez nous, c'est tout et tout de suite Cela
s'appelle de la masturbation politique ou autre.


Une quipe de Cash for Work au travail dans la capital hatienne
' ce sont seulement les bras qui devraient manquer (photo Hati en March
En tout cas, personnel qui aux Etats-Unis ait protest
jusqu' prsent parce que le president Obama vient de propo-
ser de sortir 50 milliards du budget fdral pour organiser des
grands travaux d'infrastructures crateurs d'emplois.
Le taux de chmage actuel aux Etats-Unis est sans
prcdent depuis 1980, anne o le president Jimmy Carter
perdit les lections face au candidate Ronald Reagan.
Mai 2010 : 9, 7%. Le double qu'en 2008.
Or, au course des dernires dcennies, aucun parti n'a
jamais gagn les lections avec un chmage aussi lev.
Des lections dites de mi-mandat auront lieu le 2
novembre prochain, qui risquent de faire basculer la majority
au Congrs aux mains des Rpublicains. Plus probablement
la Chambre des reprsentants.
Mais restons en au programme annonc par le prsi-
dent Obama. De gros investissements dans les infrastructures
afin de crer aux quatre coins du pays des centaines de milliers
d'emplois et faire baisser le chmage.
Or que pensez-vous que ce soit sinon du 'Cash for
work' !
Des contracts pour de grosses companies de cons-
truction certes, mais aussi des jobs, jobs, jobs jusque pour de
simples casseurs de pierres.
A la difference cependant que la construction aux
Etats-Unis est un secteur bien organis, l'un des secteurs les
plus syndiqus du pays. Et o le plus petit ouvrier n'est pas


abandonn lui-mme. Comme en Hati ...
D'o la question : quoi servent tous nos 'secrtaires
gnraux' ? A faire seulement des discours.
Mais ce n'est pas tout. Tout ce blabla pourrait donner
des complexes au pauvre travailleur hatien qui lui n'a pas le
choix, c'est a ou c'est rien.
Mais il n'est pas seul au monde dans son cas. Que
fait le salari amricain depuis la fameuse 'Reagan revolution'
qui a chang les rgles du systme, dlocalisant les emplois
industries vers des pays aux salaires plus bas (comme la
Chine, l'Inde, la Rpublique dominicaine
... et ventuellement aussi Hati, qui sait, un
jour) ? Le salari amricain, surtout le jeune
homme non encore diplm qui arrive sur le
march du travail, que fait-il lui aussi sinon
du 'Cash for work'.
C'est dire un travail qui paie peu.
Le peu. Au rez-de-chausse de l'entreprise.
Avec l'espoir mais espoir qui s'loigne de
plus en plus avec la persistence de la cruise
conomique de parvenir unjour aux tages
suprieurs.
D'autre part ce rve celui de leurs
grands parents lorsque les usines Ford, Gillet,
General Dynamics, General Aviation et autres
fabriquaient toutes leurs pices aux Etats-Unis
mmes n'existe pratiquement plus avec la
dlocalisation des emplois vers des salaires
jl ^ plus bas ailleurs, n'importe o.
r _D'o le vrai fond de la cruise cono-
mique actuelle. Le nouveau systme n'a pas
encore mordu, la mayonnaise n'a pas pris,
comme on l'a cru trop vite.
Pourquoi d'ailleurs le nouveau pro-
Sgramme Obama n'est pas certain non plus
d'apporter une solution.
Voire les Rpublicains qui, quant
eux, proposent simplement de tout effacer et
de recommencer zro ... la mme chose.
La politique a surestim l'conomie !
Chez nous, c'est plutt le contraire. La politique
sous-estime l'conomie. Nos candidates en nombre plthorique
la prsidence certainement. Mais pas moins aussi nos chers
'secrtaires gnraux'. Mme chacun sa faon.
Or si on coutait davantage la voix du people sou-
verain (au sens crole du mot). En effet, le premier pays qui
ait montr que le systme a foir, c'est l'Hati des meutes de
la faim 2008.
En un mot, c'est partout qu'on fait aujourd'hui du
'Cash for work.'
Mais comme ailleurs, faisons en sorte que ce ne soit
pas une fin, mais un dbut. Un moyen. Et donc pourquoi aller
le faire chez nos voisins et en avoir honte chez nous !
Il serait certainement plus productif de commencer
par le commencement mais dans notre propre pays. Et petit
petit changer les choses chez nous aussi. Comme ils le font
ailleurs.
Refusons le dfaitisme des 'secrtaires gnraux'.
Malgr leurs bonnes intentions, que nous ne mettons pas en
cause. Mais on sait depuis longtemps que 'les bonnes inten-
tions ne font pas de la bonne littrature.' Ou la rigueur que
de la littrature !

Mlodie 103. 3 FM, Port-au-Prince


Patrimoine : Les dmolitions d'immeubles au centre

de la capital, objet de controversy


P-au-P, 9 sept. 2010 [AlterPresse] --- Le Comit
d'Union et de Support aux Municipalits (CUSM) a exprim,
ce jeudi 9 septembre 2010, des inquitudes quant l'avenir
du patrimoine national bti Port-au-Prince, la capital ha-
tienne, o des engines de firmes de construction hatiennes et
trangres ont commenc, en dbut de semaine, une operation
de dmolition de plusieurs immeubles au centre ville.
Les travaux de dmolition raliss dans ce secteur
reprsentent un danger pour le patrimoine hatien , estime
Jeanine Millet, membre du CUSM, dans un entretien accord,
jeudi, AlterPresse.
Avec des difices vieux de plusieurs sicles, le centre


de Port-au-Prince est considr comme le centre historique de
la ville. Beaucoup de ces difices ont t trs affects par le
tremblement de terre du 12 janvier, mais certain ont rsist.
Selon Jeanine Millet, avant mme de penser dmolir,
il fallait faire une tude prliminaire dans la zone pour savoir
ce qui doit tre sauv, [...], tablir un project de construction et
avoir l'assentiment des propritaires .
Des conditions non respectes par les autorits qui
font preuve de lgret dans leurs decisions sur cette affaire,
s'indigne-t-elle.
Dans une note parue, dbut aot, le CUSM avait
dj dnonc la dmolition de tout un pt de maisons situ
en face du March en fer, au bas de la ville de Port-au-Prince.
La destruction de ces immeubles don't certain, selon Jean-
nine Millet, datent du 19e sicle, s'est faite sans l'accord des
propritaires.
L'Institut de Sauvegarde du Patrimoine National (IS-
PAN), organisme public cr en 1979, avait, pour sa part, point
du doigt des dmolitions aveugles [...] qui obligent rflchir
sur des questions liminaires telles [notamment] : doit-on ou
peut-on tout conserver ? A qui appartient le patrimoine ?
Dans le numro du mois d'aot de son bulletin,
l'ISPAN fait tat d'une tude en course et qui lui avait dj
permis d'identifier un certain nombre d'difices haute valeur
de patrimoine [dans le primtre du march en fer].
Parmi ceux-ci, des magasins structures en fer et
fonte, datant de la fin du 19e sicle, ainsi que de vaste halles
en maonnerie de briques d'argile parfaitement conserves ou
aisment rcuprables
L'Institut assure qu' il y existe de nombreux autres
spcimens du mme genre dans tout le centre ville de Port-
au-Prince .


Page 6


a


nil





Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 34


LEGAL MAIS CONTROVERSY


Elections


: Polmique autour d'un changement


de dlgus et vice-dlgus


PORT-AU-PRINCE, 7 Septembre Une nouvelle
polmique domine l'actualit politique. Le president Ren
Prval vient de renouveler des dlgus et vice-dlgus dans
plusieurs dpartements et communes du pays.
Les dlgus sont des reprsentants directs du pouvoir
excutif. Et en tant que tels, nomms directement par le chef
de l'Etat.
Le president Prval ne les avait pas encore changes
depuis son arrive au palais national voil prs de 5 ans (dure
aussi du mandate prsidentiel). Il n'a pas utilis
cette prrogative, prfrant laisser en poste ceux
qui avaient t nomms par ses prdcesseurs,
savoir le gouvernement intrimaire du prsi-
dent Boniface Alexandre et du premier ministry
Grard Latortue.
Les observateurs n'ont pas t sans
noter que ces nominations interviennent deux
mois des lections gnrales : prsidentielles et
lgislatives fixes au 28 novembre prochain.
De l penser que 1 E\cCItl'fl est en
train de resserrer son contrle sur les diverse
communes etjuridictions du pays (de nouveaux
juges auraient galement t nomms), il n'y a
qu'un pas.
Cela semble obj ectivement le cas, bien
entendu. La question, c'est pour quoi faire ?
Quel est le but recherch ?
Pour l'opposition (ainsi que pour cer-
tains candidates aux prochaines lections), il n'y
a pas de doute : Prval prpare un coup d'tat
lectoral !
Mais faut-il rappeler qu'il n'y a l
jusqu' prsent rien qui ne soit pas lgal. La
nomination des dlgus et vice-dlgus est
un privilge du chef de l'Etat.
Mais surtout un rapport de l'ONU | "
vient de signaler l'encre rouge qu'il y a i
menace que les prochaines lections basculent M
dans des violence cause des nombreuses II N 1
armes circulant dans le pays, outre l'argent de
la drogue.
Dans un tel cas, ce serait plutt le
contraire. C'est pour prserver l'intgrit des


lections que ces nominations sont faites l'heure actuelle.
L'Excutif met en place des fonctionnaires en qui il a davantage
confiance pour prvenir toute drive du processus lectoral.
Et sur qui le palais peut-il mieux computer que ses
propres dlgus plutt que ceux qui avaient t nomms par
les dirigeants d'avant ?
Cependant commentant ces nominations, l'ancien
Premier ministry et candidate la prsidence Jacques Edouard
Alexis lui aussi s'interroge sur leur opportunity, ajoutant que


Myrlande Manigat qui est avec l'ex-ministre Josette Bijou,
les deux seules candidates sur 19 prtendants audit fauteuil bourr
(photo Robenson Eugne)


le president Prval n'y avait manifest jusqu' prsent aucun
intrt.
Mais le candidate Alexis (information rapporte par
l'AHP, Agence hatienne de press) en convient aussi que c'est
la function lgitime du chef de l'Etat : s'assurer, surtout un
moment o les instances internationales dnoncent l'ventua-
lit que le prochain scrutiny soit perturb par des violence vu
que beaucoup d'armes circulent, que les gangs ont repris du ser-
vice profitant du chaos cr par le sisme du 12janvier dernier
et que le traffic de drogue est en augmentation,
normal pour 1 E\cCituuf de faire le ncessaire
pour exercer un contrle plus strict sur tout le
territoire. Et travers des fonctionnaires plus
dvous.
Mais l'ennui est qu'il existe un candi-
dat official aux prochaines prsidentielles et que
ds lors le pouvoir en place est lui aussi parties
prenante aux elections.
On ne peut tre la fois juge et parties,
dit le proverbe.
On ne peut viter en tout cas que cha-
que decision gouvernementale devient ds lors
suspect. Ce sont les rgles du jeu.
De plus d'un bout l'autre de notre
Histoire nous avons une reputation bien tablie
d"lections officielles'.
Rcapitulons : aprs maintes prip-
ties, la plateforme prsidentielle INITE, tradui-
sez le parti au pouvoir, s'est finalement donn un
candidate pour la reprsenter aux prsidentielle
du 28 novembre, cela aprs une lutte acharne
et impitoyable entire les barons du parti.
L'ex-Premier ministry Alexis lui-mme
avait t pressenti pour tre le candidate en ques-
tion. Pour tre renvers deuxj ours aprs que son
choix avait t annonc.
Il s'inscrira finalement sous une autre
tiquette, le MPH (Mouvement pour le progrs
d'Hati).
Sauf que tous ces remous auraient
laiss des consquences au niveau 'de la base'

(POLEMIQUE / p. 13)


Roudolphe Boulos de retour

officiellement en Hati

... aprs plus de deux ans d'absence
InfoHaiti'
net (p-au-P) Le
samedi Il septem-
bre, l'ancien snateur
Roudolphe Boulos a
t accueilli par ses
nombreux partisans
dans son fief de Oua-
naminthe, dans le
Nord'est, aprs une
absence de plus de
deux ans (depuis
mars 2008) au pays.
Ses premiers mots ont
t videmment pour
remercier la popula-
tion de ce dparte-
ment qui a rendu ce
retour possible par sa
tnacit et ses messa-
ges d'encouragement
l'exil.


Roudolphe
Boulos promet de
continue accom-


COLLEGE


LES OLIVIERS


Retour triomphal de Roudolphe Boulos Ouanaminthe


pagner la jeunesse de son dpartement
travers des bourses d'tudes qu'il va
octroyer et son engagement dans tous
les efforts pour sortir le Nord'est de son
isolement. L'ancien parlementaire qui
n'a pas expliqu, dans cette interview
InfoHaiti.net, les arrangements la base
de son retour au pays devrait rencontrer
sous peu le president Ren Prval, don't il
tait pourtant trs critique. Il est d'accord
pour les lections venir (28 Novembre
prochain) et compete aussi prendre une po-
sition publique en faveur d'un candidate la
prsidence de mme que pour les candidates
aux lgislatives du Nord'est, don't certain
dj affirment bnficier du soutien de M.
Roudolphe Boulos qui reste extrmement
populaire dans le Nord'est.
A noter qu'une enqute diligente
par le Snat avait conclu en mars 2008
que le snateur Boulos tait dtenteur


d'un passport tranger (amri-
cain) et qu'il n'tait plus apte
siger au grand corps. L'intress
avait effectivement pris naissance
aux Etats-Unis, cependant des
juristes avaient tent d'expliquer
qu'il tait un Hatien simplement n
sur un territoire tranger et qu'il ne
pouvait tre sanctionn pour ce fait
car il n'a jamais rejet sa nationalit
hatienne.
Se sentant en danger, Rou-
dolphe Boulos avait dcid de
renoncer au sige snatorial pour
gagner l'exil, mais il allait revenir
sur sa position et un tribunal du
Nord'est allait mme ordonner
qu'il regagne son poste de snateur.
Decision qui n'avait jamais pu tre
applique.


D)Uonu l'illlmc' I iiIn t it i Ii(i %L uile 14 rut iiltflinn i pon il dI|iiolft
'iriurtli'l'l riuHllIt'i mnlrr prupli' inis ff 1it' danui pllir.du
Itca ( fNauIle ,N'ct"glIJ rr.i, JuiiihianJu \irf'ic J ilitiIN
,mlIl J i.%i il'-i JnininPjm i d l-iii i i ium, Jm liai 'Ii r llJs,'nr'jN.i ,a fuil '
Je' ( iFJ'gc Is f- )lidr' .f.
r rs nMNd r ipinn p.IInIr lt u .jrir-i f iodial.niuuiIfu
l l(! J 20 I ddJioirrni j i .2.. a.INN 201(1(' I I t l '.f t1 hi s"
di- i'in 2lt'. Tr u 's na' Inn- fat iit i' iuj i ni raJ't
,i. ih I 1 d i rilrr u dil
%IN u ic ui I iim a f .c 7.1 rF gioteu tl


Page 7


I.. 1- v - - -- - -


L






I PRISONNIER SOUS LES DECOMBRES


Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 34


Un Qubcois qui a survcu au sisme


en Hati raconte son calvaire


Je m'appelle Marc Perreault, je
suis l'aube de la quarantaine... et je suis n f .,
deux fois.
L'entrevue se termine quand Marc
Perreault cite cette dernire phrase de son
rcit. Il est assis dans sa cuisine, dtendu, le
regard vif, le teint basan, le sourire franc. Il
resemble l'homme qui s'est envol pour
Port-au-Prince, le matin du 12 janvier, la
veille de sa deuxime naissance.
Il revient de loin. L'ingnieur s'tait ,"
rendu Port-au-Prince pour un contract en L .i
compagnie de son collgue Serge Marcil, an-
cien dput fdral. Sitt descendu de l'avion, ..- -
il a rencontr des confrres hatiens, travers "
le chaos de la capital, admir les maisons ..
cossues de Ptionville avant d'arriver son- -
htel, le Montana.
Au quatrime tage, o se trouvait .
sa chambre, Serge Marcil l'a salu avant de
remonter dans l'ascenseur. Marc Perreault a
eu peine le temps de poser sa valise que la
terre s'est mise trembler. Blotti contre le lit, i r
il s'est vanoui aprs avoir reu un morceau L 'Htel Montana au moment des fouilles menes peu aprs le sisme la recherche
de bton sur la tte. de dizaines de victims, des hatiens et des trangers (La Presse)






SANQLet D L LA EI.t. IILIQILI Dt' I[Tt


Il s'est rveill dans le noir, sous
les dcombres. Ses jambes taient coinces,
il n'tait protg que par un petit cocon qui
menaait de s'effondrer. Il est rest ainsi 18
heures avant qu'on ne le trouve.
Son calvaire, son sauvetage, son
sjour dans les camps en attendant dsespr-
ment d'tre vacu et sa longue radaptation, il
raconte tout dans un livre qui vient de paratre.
Une operation thrapeutique, dit-il, dans
laquelle il dcoche quelques flches. Notam-
ment lorsqu'il raconte que, dans le camp des
blesss, sur le tarmac de l'aroport, personnel
de l'ambassade du Canada n'est venu s'enqurir
de l'tat des ressortissants.
Depuis trop longtemps, crit-il, le
Canada me fait penser un majestueux vais-
seau qui possde tout ce qu'il faut pour susciter
la fiert chez ceux qui s'y embarquent. Seule-
ment, les capitaines et la majority des membres
d'quipage qui obtiennent l'autorisation de
manoeuvrer ce grand bateau sont gnralement
de bien mauvais marins.
Marc Perreault resemble physique-
ment l'homme qu'il tait avant de partir
Hati. Mais quelque chose est bel et bien rest
dans les dcombres du Montana. Vendue,
la grande maison qu'il habitat en banlieue.
Partis, le 4X4, le bateau et la moto. Il passe
dsormais plus de temps avec ses trois enfants.
Je suis spar,je les voyais une fin de semaine
sur deux et ils ne voulaient mme plus venir
me voir, parce que je travaillais tout le temps
pour me payer ces bbelles. Je ne veux plus
tre esclave de a.

Marc Perreault. Sous les dcombres
de l'htel Montana: Rcit d'un survivant du
sisme en Hati. editions Les Intouchables.

DECES
Claude Chabrol,
un monstre sacr
du cinma franais,
tire sa rvrence
Avec plus de 70 films en une cinquan-
taine d'annes, Claude Chabrol tait l'un des
ralisateurs les plus prolifiques du cinma
franais. Depuis "Le beau serge" (1957),
qui fit de lui une des figures de la "Nouvelle
vague", "Bellamy" (2008), ce bon vivant,
dcd dimanche matin l'ge de 80 ans, aura
aussi offert quelques-uns de leurs plus beaux

ir -


Claude Chabrol


rles Stphane Audran, Jean Yanne, Michel
Bouquet, ou encore Isabelle Huppert.
"Je crois qu'on retiendra son amour
des acteurs", a d'ailleurs confi sur France-Info
Thierry Frmaux, directeur du Festival de
Cannes, aprs l'annonce de son dcs.
"Ces plateaux taient trs drles, tout
le monde s'amusait, c'tait un vrai bonheur.
(...) C'est quelqu'un qui tait amoureux de la
vie", a confirm sur LCI le comdien Franois
Berland, qui avait jou dans "La fille coupe
en deux", sortie en 2007. "Claude tait la joie
de vivre mme, et on ne pouvait pas penser
qu'il puisse mourir", a renchri Grard De-
pardieu sur RTL.
N le 24 juin 1930 Paris, fils de
pharmaciens, Claude Chabrol passe une parties
de son enfance dans la Creuse. Il fait ensuite
des tudes de lettres et de droit, avant de db-
(CINEMA/ p. 11)


Page 8




Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 34


.5
v :s


r


pawm


o
4


Page 9


N"


\oe>


c- ... 1
C
Y~15LI


~E~E~~


~~... ~


--~-
L


cmwl


011)~S
ewe qd~


o


O>


rs~. -sIk






11 SEPTEMBRE


Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 34


Quand l'Amrique se bat avec ses propres dmons


(... suite de la page 2)
Du moins on le pensait jusque-l. Jusqu'aux dernires
prsidentielles et la rvlation d'une candidate Rpublicaine
la vice-prsidence, une ancienne reine de beaut nomme
Sarah Palin, don't les allures 'populistes' provoqueront la
rise de l'Amrique avance et librale mais vont donner au
movement un visage.
Et ouvrir la voie un dveloppement
de plus en plus frntique.
Les derniers sondages (ceux de
l'universit Quinnipiac) accordent 15% au Tea
Party, contre 44% aux Rpublicains et 39%
aux Dmocrates.
Force est donc de reconnatre une OjRP
formidable remonte de la droite extrme (car
l'extrme-droite ce n'est peut-tre pas tout J 1 LI
fait la mme chose) aux Etats-Unis.
Avec toutes les consquences que
cela entraine, et que cela va entrainer puisque
cela ne saurait tre sans consquences.
Mais tout cela ne saurait arriver non
plus par hasard. Nous avons mentionn la cruise
conomique. On ne peut ignorer non plus les
contre-coups de l'lection du premier noir
la tte de la nation toile et plus grande
puissance 'occidentale'.
Mais plus encore, les attentats du 11
septembre 2001 revendiqus par un group
islamiste, Al-Qada, et son chef Oussama Ben Laden.

World Trade Center ...
Le 11 septembre 2001, des avions de ligne conduits
par des kamikazes se jettent sur les deux tours du World Trade
Center, New York.
Bilan : 2.995 morts. En comptant aussi ceux survenus
au Pentagone et en Pennsylvanie o deux autres avions ont
galement frapp presque au mme moment.
En guise de reprsailles, les Etats-Unis lancent une
guerre en Irak pour dchouquer le president Saddam Hussein,
qui tait jusque-l l'ennemi public numro 1.
Deuxime cible : l'Afghanistan. Sus aux talibans,
le group arm au sein duquel se cachent les commandos qui
ont commis les attentats du 11 septembre sous la houlette
d'un certain Ben Laden, qui devient du coup le nom le plus
mentionn sur la plante.
Profession : terrorist. Religion : le djiadisme. L'int-
grisme. Un islamisme militant pur et dur. Le djiad est la guerre
sainte d'autrefois avec en face les fameuses Croisades tant van-
tes par la littrature classique et d'inspiration catholique.

Au pays de FDR et de JFK ...
Depuis 2001 que les forces armes des Etats-Unis le
recherchent, toujours aucune trace de Ben Laden.
Mais son influence au pays de l'oncle Sam n'en est
que plus forte. La mmoire des attentats du 11 septembre, jointe


une cruise conomique demeure insoluble (parce que nces-
sitant probablement des changements plus en profondeur), et
peut-tre un certain doute naissant sur la toute-puissance qu'il
incarne depuis la fin de la Seconde guerre mondiale (1945), trop
c'est trop et tout va trop vite, voici le pays de FDR (Franklin
Delano Roosevelt) et de JFK (John Fitzgerald Kennedy) qui
semble revenir aux jours mauvais o une prcdente ultra-


q A NORAN DAI

1080 PM.u9PMI
~L ,CN


Le pasteur Terry Jones de la petite glise de Gainesville (Floride)
qui menaait de brler publiquement le Coran ce 11 septembre

droite menaait srieusement de dsquilibrer la dmocratie
amricaine.
A l'extrieur l'ennemi s'appelait Joseph Staline. Et
la religion : le communism sovitique (et athe). Moscou ne
cache pas sa voracit. Construction du Mur de Berlin. Annexion
des pays de l'Est en profitant des operations qui avaient t
combines par l'Arme rouge pour vaincre Hitler.

Le maccarthisme ...
La reaction aux Etats-Unis fut l'apparition d'une ul-
tra-droite (le maccarthisme, du nom du snateur qui le dirigeait,
Joseph McCarthy). Ce movement runissait des particularits
qu'on retrouve dans la cruise actuelle.
D'abord l'esprit de chasse aux sorcires. Ce fut une
page sombre de l'Histoire des Etats-Unis. Le snateur McCar-
thy dirigea des sances du Congrs o quantit de personnel
perdirent leur reputation, leur travail et certain mme jusqu'
leur vie.
Le maccarthisme ne fait pas honneur l'Histoire des
Etats-Unis.
Heureusement que certain pays ont, contrairement au
ntre (Hati), la vertu de ne pas perdre la mmoire. Et voici un
premier point qui transparait dans la reaction quasi unanime de
ces minentes institutions, toutes croyances religieuses et poli-
tiques confondues, face l'invitation du pasteur de Gainesville
brler des exemplaires du Coran le 11 septembre 2010.


La tolrance ...
D'o aussi l'importance des dclarations faites
vendredi (la veille du 11 septembre) par le president Obama,
rappelant ses concitoyens que la trs grande majority des
musulmans dans le monde sont des gens pacifiques. Et que cela
inclut des millions de citoyens dans ce pays qui sont nos
amis, voisins et collgues, et vont l'cole avec nos enfants.
Plus loin, il est d'une importance
capital que les Amricains demeurent fid-
les ce qu'il y a de meilleur en nous : une
croyance en la tolrance religieuse. Et une ide
claire de l'identit de nos ennemis.
Et prcisant : les ennemis de
l'Amrique, ce sont Al-Qada et les extr-
mistes, et non l'Islam, ni la majority des
musulmans.
Il faut un sacr caractre pour parler
ainsi alors que l'adversaire pense avoir bien
dress son pige.
En ignorant aussi la fameuse barrire
des sondages qui constituent l'obsession des
chefs d'Etat aujourd'hui.
Il y a du 'gaullien' dans ce language.
Voici justement ce que veut dire le
President est le garden des institutions et
toujours le responsible en dernier recours du
devenir de la nation.
Ce n'est pas parce que le parti Dmo-
crate risque de perdre la majority aux lections du 2 novembre
prochain que le chef de l'Etat doit transiger avec ce qui menace
de mettre en pril l'intrt suprieur de la nation.
Or ce fut justement la mme chose dans les annes 50,
quand le maccarthisme faisait rage. C'est une mme attitude
de sang froid face aux vnements mme les plus dramatiques
qui sauva les Etats-Unis et l'empcha de capoter dans un quel-
conque pouvoir fascisant.
Coup sur coup les presidents Truman et Eisenhower
arrivrent grer le monstre.

Solidit des institutions ...
Mais d'abord grce la solidit des institutions.
Ce qui manqua aux nations europennes. Des circons-
tances plus ou moins analogues ont dgnr dans le nazisme
en Allemagne, le fascisme italien et la vile collaboration en
France.
Le president Obama montre le mme grand caractre.
Et l'pisode du pasteur de Gainesville fut l'occasion pour
les institutions de tmoigner qu'elles ont la tte bien sur les
paules.
Tout ce que quoi nous Hatiens ne pouvons encore
que rver.

Marcus, 11 Septembre 2010


Dvoilement Qubec d'une statue


de Toussaint Louverture


Des officials hatiens et qubcois, accompagns
de dirigeants communautaires, ont procd ce mercredi au
dvoilement de la premire statue rige en territoire ca-
nadien a la mmoire de Toussaint Louverture, prcurseur de
l'Indpendance d' Hati et figure historique universelle.
Sous un ciel pluvieux, ils taient plus d' une centaine
de personnel rpondre 1' invitation de 1' Association ha-
tienne du Qubec, initiateur du project, et de la Commission
National de la capital du Qubec, en vue d' tre tmoins de
la concrtisation d' un vu qui a dmarr il y a plus de 7 ans,
selon Adrien Chavannes, 1' un des principaux responsables.
La statue enbronze de 2m50, ralise par le sculpteur
hatien Aniocles Grgoire, est un don de l'Association la
Commission de la capital du Qubec, a soulign C lu\ iilll'S
dans ses propos d'introduction. Il a galement fait observer le
talent ainsi que la gnrosit de l'artiste ralisateur.
Cette crmonie qui a pris un caractre official, a
compt avec la presence d'un reprsentant du president hatien,


Mr Ren Prval, en la personnel du ministry de la diaspora,
Edwin Paraison.


Considrant Toussaint Louverture comme un com-
battant remarquable pour la libert et l'galit , le fonction-
naire a soulign son influence sur l'ordre international de son
poque.
Pour le ministry, le Qubec a aussi fait des droits de
la personnel et de l'intgration culturelle des lments fonda-
mentaux de gouvemance social, ce qui le porte croire que
les acteurs hatiens et qubcois impliqus dans ce project, se
sont naturellement identifies la trajectoire de Toussaint
Louverture, dans le but de promouvoir le enforcement des rap-
ports hatiano-qubcois autour des principles qui ont marqu
sa contribution la socit global.
Dans sa prise de parole, le dput de la circonscrip-
tion de Viau, le canado-hatien Emmanuel Dubourg, a dclar :
C'est un insigne honneur pour moi, titre de dput qubcois
d'origine hatienne, de rendre hommage ce hros, prcurseur
de l'indpendance d'Hati. Je suis heureux que sa mmoire soit
reconnue et sa statue accueillie dans la belle ville de Qubec,
sige official de nos institutions dmocratiques
La statue de Toussaint Louverture s'lve sur la place
des Amriques qui se trouve just ct du palais de justice
de la capital du Qubec. D'autres illustres personnages y sont
dj prsents. Entre autres, Simon Bolivar don't l'aide reue du
president hatienAlexandre Ption en 1816 a permits la libra-
tion de plusieurs peuples des Amriques du joug colonial.
A la crmonie, outre le dput qubcois Andr
Drolet, le consul gnral d'Hati Montral, M. Pierre-Richard
Casimir, le consul honoraire d'Hati Qubec, M.Jean-Jo-
seph Moisset, ainsi que le president et directeur gnral de la
Commission de la capital national du Qubec, M. Jacques
Langlois, ont pris part, des policies qubcois qui taient en
Hati au lendemain du sisme qui a frappe le pays cariben en
janvier dernier.
De mme, le public a applaudi la presence de Lor-
mius Petit Frre, probablement le doyen de la communaut
hatienne du Qubec, qui a prs de 101 ans, avec toute sa vi-
gueur mental et physique a exprim sa satisfaction d'assister
cet acte qui entrera dans les anales des relations entire Hati
et le Qubec.


Page 10


L'ECOLE INTERNATIONAL DE PETION-VILLE
PRIMAIRE ET SECONDAIRE
LES INSCRIPTIONS POUR L'ANNEE 2010-2011 SONT OUVERTES

- Effectif rduit des classes (Maximum 17 lves par classes) Informatique, Sport, Art
- L'Anglais et l'Espagnol ds la lre anne fondamentale Formation personnelle et social
- Les btiments de l'cole ont t inspects par des experts nationaux et internationaux et ont reu le Code vert
- Les professeurs sont tous des normaliens universitaires comptents et expriments, soucieux du dveloppement
quilibr de la personnalit de votre enfant.

L'ECOLE INTERNATIONALE DE PETION-VILLE cherche promouvoir chez les lves qui lui sont confis
la discipline intellectuelle, le sens critique, l'engagement envers la socit et la protection de l'environnement.

INSCRIPTION ET EXAMENS D'ADMISSION

36 Rue Goulard, Place Boyer, Ption Ville Tl.: 509 3 445-3677 ou 2 257-1942
Courriel : eiphaiti@hotmail.com





Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 34


LES PETITES ANNONCES


Le Nenuolu Inn
DANS IFS NIPP FS
* Oki*hu.#f ii dI phpi
Chmms ta in mmfori &,
gir
put w-r ud Cbar-
* La vMidu Irrll
Le* I. PWk igdeW

'La PiW. IEbw dr NeMNflT
'ut itol ol de djiu*


T~Cp~ii~~56~6-5~U


I ttiwrflet dbir m3ih4
IMiSi r hmtEslb


KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673
Publicits: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.

Info (954) 559-7729
Evens Hilaire
Consultant


VISION MORTGAGE BANK,
INC


EVENS HILAIRE
Loan Consultant

12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384



[ 8maItn Marje I


Lancement du Centre de sauvetage de biens culturels


Lundi, 06 Septembre 2010 20:39 CA/HPN
Le Centre de sauvetage des biens culturels a lanc,
dans la matine du lundi 6 septembre, des operations de sau-
vetage des uvres d'art enfouies sous les dcombres du Centre
d'art don't les locaux ont t dtruits dans le tremblement de
terre du 12 janvier.
Ces operations ont eu lieu en partenariat avec l'quipe
d'ingnieurs-militaires du contingent japonais de la Minustah
sous la supervision technique du Centre de sauvetage de biens
culturels.
Ces travaux de sauvetage s'inscrivent dans le cadre
de la session de formation sur la gestion de collection qui se
droule du 23 aot au 10 septembre prochain. Cette session de
formation est une initiative du Centre de sauvetage de biens
culturels, en partenariat avec l'ICCROM, la Smithsonian Insti-
tution, l'Institut canadien de conservation d'Ottawa, l'Institut
central de conservation de Belgrade en Serbie, l'intention
des cadres d'institutions uvrant dans la prservation des


biens culturels.
Les operations de sauvetage du Centre d'art constitu-
ent la phase pratique de la session de formation sur la gestion
de collection, axe sur l'importance et la valeur du patrimoine
cultural hatien, les matriaux et agents de dtrioration, de
l'intervention d'urgence, de la gestion des risques de catas-
trophes, de la mise en place d'espaces de stockage sains et de
solutions durables de conservation prventive.
Dans le cadre du Centre d'art, le Centre de sauvetage
prvoit de stocker les collections d'uvres endommages,
de les restaurer puis les conserver avant leur remise leur
propritaire.
Le Centre de sauvetage de biens culturels fait parties
du Projet de sauvetage du patrimoine cultural hatien .
Celui-ci a t mis en place, au course du mois de juin coul,
par le gouvernement hatien, par l'entremise du ministre
hatien de la Culture et de la Communication et la Smithson-


ian Institution, suite au sisme dvastateur du 12 janvier dans
lequel ont t dtruits ou endommags plusieurs centaines de
biens culturels.
Ce project consiste rcuprer, sauvegarder et restaurer
les biens culturels, endommags ou menacs de disparition. Ces
biens culturels sont constitus pour la plupart d'uvres d'art,
d'artefacts, d'archives historiques, de collections d'ouvrages
et d'lments architecturaux.
Dans le cadre du project de sauvetage du patrimoine
cultural hatien, des laboratoires de traitement, de restauration
ont t installs, avec l'aide d'un personnel de restaurateurs mis
la disposition du Centre de sauvetage de biens culturels par
la Smithsonian Institute, l'American Institute for conservation
et la Commission amricaine du bouclier bleu.
Le Centre de sauvetage de biens culturels est dirig
par l'architecte, spcialiste en conservation et prservation,
Olsen Jean-Julien, ex-ministre de la Culture et de la Commu-
nication sous le gouvernement de Pierre-Louis/Prval.


DECES : Claude Chabrol, un monstre sacr du cinma franais, tire sa rvrence


(CINEMA... suite de la page 8)
uter au dbut des annes 1950 comme critique aux "Cahiers
du cinma".
Avec Franois Truffaut, Jacques Rivette et Jean-Luc
Godard, il passe ensuite derrire la camra et lance la "Nou-
velle vague" la fin des annes 1950, avec son premier film
"Le beau Serge" (1957, Grand prix du Festival de Locarno)
incarn par Jean-Claude Brialy, puis "Les cousins" (Ours d'or
du Festival de Berlin) l'anne suivante. Ds lors, il enchane
les tournages, parfois au rythme de deux par an.
Onlui doit notamment "Landru" (1962), "Le boucher"
(1969), "Que la bte meure" (1969), "Violette Nozire" (1977),
"Le cri du hibou" (1987), "Madame Bovary" (1990), "La
crmonie" (1995), "Merci pour le chocolate" (2000), avec
Isabelle Huppert, une de ses actrices ftiches avec Stphane
Audran, qui fut sa deuxime pouse, ou encore "L'ivresse du
pouvoir" (2005).
Bon vivant, fumeur de pipe, amateur de bonnes tables,
de littrature -en particulier les romans policiers-, ce cinaste
prolifique a consacr une grande parties de sa carrire une
peinture froce de la bourgeoisie de province, montrant la
violence, la haine et les vices cachs derrire une faade de re-
spectabilit. Les bourgeois, don't il admettait faire parties, "sont
toujours amusants et en plus, ils peuvent tre trs mchants.
Alors c'est patant!", a-t-il expliqu un jour.
Il connat plusieurs checs au course de sa carrire,
notamment avec "Le cheval d'orgueil" (1980), qui voque la


Bretagne traditionnelle. Mais il parvient toujours rebondir,
par example avec "Poulet au vinaigre" (1984) et "Inspecteur
Lavardin" (1985), des polars provinciaux mettant en scne un
inspecteur anarchiste incarn par Jean Poiret. Dans "Une affaire
de femmes", il fait rfrence au rgime de Vichy et sa politique
de lutte contre l'avortement. Son dernier film, "Bellamy", avec
Grard Depardieu, est sorti en 2008.
Au total, il a ralis une cinquantaine de films pour le
cinma et une vingtaine pour la tlvision en 50 ans. Si Claude
Chabrol tait surtout connu comme ralisateur, il a aussi t
acteur, producteur, scnariste et dialoguiste. Il avait galement
crit plusieurs ouvrages, don't un sur Alfred Hitchcock avec
Eric Rohmer.
Il avait reu en 2004 le prix du cinma europen pour
l'ensemble de sa carrire. Evoquant un jour lors d'une de ses
nombreuses interviews ses personnages fminins, il se disait
"trs touch par la ncessit pour les femmes de survive encore
plus que les hommes. C'est encore plus difficile. C'est a qui
me plat quand je fais des films sur des femmes".
Claude Chabrol, a estim le directeur de la Cin-
mathque franaise Serge Toubiana, tait l'auteur d'une "oeuvre
d'une cohrence incroyable", "incroyablement forte". Il y "a
une priode dans le cinma franais, je pense la fin des an-
nes 1960, quand il fait "Le boucher", "Que la bte meure",
"La femme infidle", o il est mon avis le meilleur cinaste
franais", a-t-il soulign sur France Info. "C'est le cinaste
franais qui a fait le plus grand nombre de films depuis 1957-
58", a-t-il ajout.


"Analyste subtil, drle et froce de la socit et de
ses travers, dou d'un regard la fois malicieux et foudroyant,
il tait l'anticonformiste par excellence, un matre de l'ironie",
a confi pour sa part le ministry de la Culture Frdric Mit-
terrand.
Le maire de Paris Bertrand Delano a salu dans un
communiqu "l'inventeur d'un cinma inspir, foisonnant,
et profondment humann. Auteur d'une oeuvre "immense,
particulirement originale, il a aussi permis, "tout au long
de sa carrire (...) des talents aussi considrables que Michel
Bouquet, Jean Yanne, et bien sr Isabelle Huppert, de donner
toute leur measure, voire de se rvler", selon M. Delano.
Claude Chabrol a divorc deux fois, d'abord avec
Agns Goute, avec qui il a eu deux enfants, Jean-Yves et
Mathieu, puis avec la comdienne Stphane Audran, avec qui
il a eu un fils, Thomas. Il s'tait remari une troisime fois en
1983, avec Aurore Pajot. AP





o.3die
lI*.3 f.


Page 11


Ecoutez


Mlodie Matin
Avec Marcus


1iodie
3.. 3 fm


www. radiomelodiehaiti. com


I.. 1 v - - - - - -


10 dpartements d'tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Excution de Projet
* Economic et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouvernance

Diplme en :
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance

Sminaire en
Planification et gestion de projects
+ Microsoft Projet et SPSS
Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Hrard # 3,
Port-au-Prince, Hati, W.I

Par courriel: c.f d.e. delmas@gmail. com
Par tlphones: (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575 \3444-2001


i:~St'~L"r;r;iii~i~~;~






LIBRE PENSER


Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 34


La socit est, chaque moment de son histoire
oriente par une certain tendance; une tendance l'emporte
sur l'autre, mais lorsqu 'elle atteint une espce de paroxysme,
c 'est la tendance contraire qui, son tour va se dployer.
... Si en un certain sens, une oscillation autour d'une
position mdiane, une sorte de movement pendulaire existe,
le pendule, en ce qui concern la socit est dou de mmoire,
et le phnomne n 'est plus le mme au retour qu ' l'aller.
Bergson

Chers amis lecteurs, le mot oscillation intervient
dans plusieurs domaines. Quel qu'il soit en ralit le domaine
dans lequel il est utilis, il dcrit des phnomnes qui acqui-
rent des valeurs ou occupent des positions diffrentes au course
du temps. Il peut indiquer une pathologie. Il peut s'agir d'un
phnomne social. On peut aussi l'utiliser aussi bien dans le cas
de phnomnes conomiques que dans le cas de la physique.
J'imagine que vous ne serez pas nombreux partager mon
point de vue mais les soubresauts , les indcisions , les
turpitudes , les blocages qui ont lieu dans notre pays me
font voir la socit hatienne comme un systme soumis des
oscillations permanentes, autour d'une position d'quilibre.
Des forces, parfois occultes, d'autres fois visible entretiennent
ces oscillations. Des forces de resistance apparaissent parfois et
d'autres fois elles se transforment en allies des premires,
annulant ainsi tout type de resistance, tout amortissement.
Pour mieux me faire comprendre, disons que nous
parlons d'oscillations dans le cas du movement d'un corps
qui passe, de faon rgulire, par les mmes positions. Une
oscillation correspond donc au trajet effectu par le solide entire


Oscillations
deux passages conscutifs par la mme position, dans le mme
sens. Par example, le balancier d'un pendule oscille, de gauche
droite et de droite gauche autour de l'axe de l'horloge,
autour de la vertical. On peut aussi penser au movement
ralis par le pendule hypnotique que l'on a parfois vu
au cinma, constitu d'une petite masse suspendue une
extrmit d'un fil, inextensible et de masse ngligeable .
Le regard fix sur la masse oscillante de la boule permet
de mettre le sujet en tat hypnotique.
D'aprs les spcialistes, le temps d'oscillation d'une
masse suspendue un fil est indpendant de l'amplitude de
l'angle d'oscillation. De faon plus concrte, le carr de la
valeur de ce temps d'oscillation est proportionnel la longueur
du fil : T2=K.L. Cela veut dire que si l'on veut obtenir un
pendule don't le temps d'oscillation soit double de celui d'un
autre pendule, il convient de donner au premier une longueur
quadruple de celle du second. De la mme faon si un pendule
P a une longueur seize fois suprieure celle d'un autre
pendule Q , le premier effectuera quatre oscillations
pendant que le deuxime en accomplira une seule.
Voil ce quoije pensais l'autre jour, en contemplant
chez un horloger, un ensemble d'horloges pendule accroches
au mur. C'tait incroyablement beau d'assister cette "danse
arythmique" dans laquelle chaque partenaire semblait suivre
sa propre musique, laborant sa propre symphonie alors que la
vue d'ensemble produisait une sensation d'inconfort visuel et
psychologique qui finissait par produire de la fatigue. C'tait,
comme la Valse mille temps de Brel. A chaque longueur
correspondait une frquence dtermine. Indpendamment du
poids du balancier. La suite de battements conduisait toujours


la mme heure . Elles donnaient toutes l'heure exacte. Elles
taient toutes l'heure. Malgr leur cadran different. Malgr
les diffrentes formes que l'on pouvait observer. Malgr les
apparences.
Je n'ai pu m'empcher, chers amis lecteurs, de penser
la politique. Je pensais notre socit. Si on avait la chance de
se penser . Si on avait la chance d'avoir des hommes politi-
ques battements diffrents , de longueurs ingales , de
couleurs idologiques diffrentes , et pourtant, tous voyant
leur pays comme la finalit associe leurs actions. Et nos
acteurs locaux ? Tous diffrents mais, au fond, tous identiques.
Battements uniforms. Mais cependant chacun mesurant l'im-
portance du pays l'aune de leurs intrts personnel.
Qu'on le veuille ou non, chers amis, lecteurs, on ne
peut qu'admettre que notre socit est une socit qui ne se
pense pas. Et, une socit qui ne se pense pas ou une socit
dans laquelle, tout membre ne pense qu' ses intrts person-
nels, est une socit incapable de panser ses blessures ou de
crer des structures d'adquation collective. Une telle socit,
on n'en peut pas disconvenir, est condamne la disparition
sauf si elle arrive annuler les oscillations individuelles (nos
propres complexes, nos tares, nos frustrations, ...) aussi bien
que les oscillations collectives (les structures de la corruption
gnralise, notre incapacit grer le pays, la tutelle exerce
parlaC.IJ....).
Peut-tre ainsi, nous aurons la chance de survive.

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Septembre 2010


La tradition autoritaire


Le President d'Hati est traditionnellement vu comme
un personnage tout-puissant. Il est le dispensateur de toutes les
faveurs, nomme et rvoque aux emplois publics, peut faire la
fortune ou la ruine de n'importe qui, si tel est sonbon plaisir. Il
gouverne seul, assist du petit cercle de ses amis, de ses fidles.
Ceux-ci ne sont pas les hommes et les femmes les plus com-
ptents, les plus intelligent, ceux qui ont les meilleures ides
ou la plus grande puissance de travail. Ce sont ceux quifont ce
qu 'il leur dit defaire, et le font raisonnablement bien.
Ces fidles, leur tour, se choisissent leurs sous-
fidles, qui sont supposs excuter leurs pas obligatoirement
basses besognes. Et le reste l'avenant...
Un tel systme, s'il est raisonnablement efficace
pour ses propres buts, produit, du haut en bas de l'chelle,
deux effects don't l'un est le contraire dialectique de l'autre:
l'autoritarisme et la servilit. Pour survive et peut-tre gravir
les barreaux de l'chelle, vous devez tre servile vis--vis de
votre ou de vos suprieurs. Et votre tour, vous exigerez ou au
moins encouragerez la servilit de la part de vos subordonns.


DEMMAN POU JWNM KWIM*TE PBSNJK >U JIMiA
Puf MnJi PLAN ArYoHN mi t fMNAL 20D1
Ve pwcglw4 l rIn Wpinre pbfk Dvo D hvip L1nw man ft KoflIrio |o
I t I a m nmIi 3S1 Rpryon ALanbl. Krm1yo l Krirl. mi i Chlw fci dlri
111 hN 1e Stret NKhmi riond FPeir'r-ptJt leIrr-FP I'. I .:C!: N.
r.(i''W k ;K m rr r 1,-e Vc tC'J J I.n p ~ I. s ,l4, r- r,., '.M r H<.i '. ."u Ti i I. 1Sr S..-.- < i I S l .-.i w ncI .;<: I r A.rr:'fl i
.I:iE!I t- ri -C' r*q rTO.t79] 34 :.lm PJsiy.I F. .*n ,Fr .j ZrI Si:IH rPc
pvc. *beLp. r'ent.4! i L' *.f pyv -i 4l.i D ,ir .ci'"e r'A Y.itia
dl 1 daoLrlI I rne M] ,pbnm a1O rr,-_ a *".', n/t.,':, ,riO
..:Lr.vrr,i.'L-/, ,j,--.jI i'o.'_Iv-.- i';-ii i:r- iJ'':'[ i IOr hf' I+C+ 1
r..'a;.iS *:,'lpi.' r', ?"dte'n,' F f..'t ua;1 W"l II 4bF$, g Lr-Iy.'*
hnhul S tfltn 14d) m.3d -.J 'I *1'r rt "'mi N f-rtI >I.'.'iAeu Lisr
r'.. a's' ." la i , it' r 3.l- .uii r I tl i ., .?tla id P-,rli'.
C. '' .ro;. c-; i, r y ;iirct i:r' yi'. .i'2tp br' i'_rr." "r fC.f r.. l.,ri -
w ~nirC:P ul b | 01 FW1P Moer, Frrfl,p .1TN.i s p'.P- :sixe '
Ar..vrrnn' C*wJ'r .'n i vf1j4W Qi s: rn d .. cl r ph i ssn.i'uaw ii


Corollaires obligs: les basses flatteries, ce que les Franais,
qui s'y connaissent, appellent le lche-cul.
Un tel systme rduit, du haut en bas de l'chelle,
les subordonns n'tre que des excutants, et leur te toute
initiative. Il touffe leur crativit. Il les opprime. Et parce
qu'il les opprime, la seule faon par laquelle on peut le faire
fonctionner, c'est par la corruption.
Si quelqu'un me force faire ce qu'il veut que je fasse,
et souvent m'interdit de faire ce que je veux, cette personnel
attente ma libert. Pour que j'accepte cet attentat, il va falloir
que je sois rmunr. Donc, cette personnel devra me payer. De
plus, elle devra former les yeux lorsque je comments de petites
indlicatesses, comme par example monnayer mon influence,
four men lan ks leta, voler quelques centaines de milliers de
dollars, et autres pchs vniels. Sinon, je refuserai de faire ce
qu'elle me demand de faire, ou le ferai mal.
La corruption est donc la consquence fatale de
l'autoritarisme, l'autoritarisme hatien en particulier. Elle a
videmment d'autres causes, par example l'amour de l'argent,
le dsir d'avoir de nombreu-
H ses femmes d'tre ce que
l'on appelle fanbre en Hati
et j'en passe. Toutes les
LA passions peuvent conduire
-iIn* i i Mn POm, ID, la corruption, parce qu'elles
rom ui t$% P Cflc k Crnir nous dominant et nous font
r,I.'On L.J! ,J .Mn i.rW.-nl y- 6
l a.r J4.., PC-, te. Fl., 10 perdre le sens de la measure.
,.n;.* : i .l.- .a Am-ra, Car dans la vie, comme dit
:, .f.'\, .-.c-&-a n, ) la sagesse populaire, il faut


S. i t7 .ir.'Dw ne *Srs
I P. la 9rltr yrr tzZcF'

ri, r pr.- n r. lr. p '. JI. i," %n :i
Il' r ip.i: a l n :


ECltar-r !tri.v sm F -r d.L.1."'%a LL1< Cl~~ 'I s~rb! ;iir

D.er F Iii >.rirc2 rirLe P!rs.a F.rL, c. L -Io L
Lw..
Ir 1 - aTral?, r Iu J


Id F '. E y lp 1.23119










luil
B/.t%.i:n l fl'I F.CC;rn il*.tiu I --ir
9r. IL E-ii P&~r"~;rrIiSLecb If~8 k-E-u 3. 4, i.
v *- _____ __ ____





S.rI~~~ ~ ';i sIPI2n Zen i
-1---'-*-'-
.L~~~~~~~~i - nP r-iKfl e.iri ev'1i >i.t Srui EL- nv>f I ~

.p.:Jjr ~r"' r F S*1U4h f pV
Ec.,.~a ~7r r'It P~i.:.it hw*trlL*aa + *' 33! .1.1
Ei~rrr Lc<-'.u il
E'e-.kor. rmrc's &t*!s'ak .* *AJP.k
i**n ; __ __ __ __ _
TIs ___ ___5 _____~


f enpe, kite enpe. Ou encore, "l'argent est un bon serviteur,
mais un mauvais matre".
Pour revenir notre propos, il me semble que la base,
le centre de ce systme autoritaire qui nous a fait tant de mal
depuis deux cents ans, c'est la function mme de Prsident
de la Rpublique, qui perptue et enforce la dictature d'un
homme, mme quand on l'afflube d'une tiquette dmocra-
tique, tiquette qui peut d'ailleurs tre partiellement vraie et
recouvrir un contenu concrete, par example la libert d'expres-
sion. Si nous voulons donc abandonner ce systme inefficace et
gaspilleur, et aussi tueur (je dois dire ici que l'une des qualits
que j'admire le plus chez notre actuel Chef d'Etat, Ren Prval,
c'est qu' ma connaissance, il n'a jamais fait tuer personnel ,
si nous voulons construire, non seulement une nouvelle ville,
mais encore un nouveau systme plus human, un socialisme
dmocratique, nous devons abolir cette function dpasse et,
en dernire analyse, nuisible. Les formes de cette abolition
restent dterminer, et je ne veux donner ici aucune recette,
car je ne me sens pas qualifi pour le faire.
Nos politicians ont leurs dfauts, que d'aucuns ont
critiqu. Par example, chacun d'entre eux veut devenir Prsi-
dent de la Rpublique, c'est leur pch mignon. Mais ce sont
- les hommes comme les femmes des gens extrmement
courageux, capable de prendre l'enfer d'assaut si ncessaire.
La lutte contre la dictature nous l'a prouv. Avec un matriel
human de cette qualit, nous pouvons construire une socit
nouvelle.
Andr Charlier
,,i. / l,.,. / 43 h,. i u 1 .... f


Comit de Solidarit pour Titanyen (CST)


Le Mmorial de Titanyen :


un effort collectif


(Auteur : CST-Montral,
propos en avril 2010, ap-
prouv enjuin 2010, date de
publication aot 2010)

La date fatidique du
12 janvier 2010 marquera
pour toujours ce troisime
millnaire, surtout pour cette
nation au cur des mers
carabes qui porte firement
le nom Tano de Hati. Avec
tous les yeux du monde rivs
sur elle, Hati a rappel ce que
la nature sismique de notre
plante est capable de faire
en catastrophe naturelle. En
effet, le deuil nous a frapps
indistinctement: trente-cinq
seconds, magnitude 7 sur
l'chelle de Richter et plus
d'un quart de millions de
victims, tel a t le pesant
statistique de cette fin d'aprs-
midi quasi-apocalyptique. Ce-
pendant, nous devons bon gr
mal gr, hommes et femmes
d'Hati porter le flambeau de
la reconstruction et du salut.
Toujours est-il
que dans l'esprit d'aider les
families hatiennes vivre


leur deuil dans la dignit et l'honneur, l'ide d'un mmorial
l'intention de toutes nos victims a travers et traverse encore
plusieurs esprits. Heureusement, elle s'est matrialise en
action pionnire par la formation du CST. En l'occurrence, le
Comit de Solidarit pour Titanyen (CST), un organisme sans
but lucratif a vu le jour au Canada, au sein d'une communaut
professionnelle forme de ressortissants hatiens. La prsidente
du comit, Christine Domond, disait dj durant la sance de
rflexion du 23 janvier 2010 que l'objectif du CST traduit la
volont plurielle de tous les Hatiens, d'origine ou de cur,
d'honorer la mmoire des victims d'une manire digne de la
premire rpublique anti-esclavagiste du monde.
La devise verbale Pa blyeyo! s'tait vite impose
en cho de ralliement ce samedi-l, avec une vision beaucoup
plus large, allant au-del de la date prvue d'inauguration du
12 janvier 2011, celle d'un project de dveloppement durable
pour la zone de Titanyen.
Peu de temps aprs, des coups de fil et courriers
lectroniques se multiplirent contagieusement. Washington,
Miami, Ottawa, Paris, Dakar, Santo Domingo, Jacmel et Cara-
cas, partout sur le globe o les filles et fils d'Hati portent leur
contribution citoyenne, l'aspiration ce mmorial faisait boule
de neige. Et encore date, force est de constater qu'elle ne le
cessera qu'aprs s'tre matrialise. Dj le CST s'est structure
lgalement au Canada, il a attir de faon objective et collective
des professionnels et sympathisants cette noble cause.
Parmi les plus motivs on retrouve des ingnieurs, ar-
chitectes, urbanistes, psychologues, informaticiens, infirmires,
mdecins, peintres, chauffeurs de taxi et commerants aux ta-
lents multiples. galement des associations telles que la HAES
(TITANYEN / p. 13)


Page 12


m I.. 1-1. v -


Ir





Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 34


PRODUCTION


Les projects agricoles


Dans l'analyse de la premire liste de projects ap-
prouvs par la CIRH (Commission Intrimaire pour la Re-
construction d'Hati), nous avons commenc par les projects
routiers (voir HEM, Vol. 24, # 32, du 1er au 7 septembre 2010)
car, avec un budget de US$ 531,6 millions, non seulement ce
domaine reprsente 33 % du budget de l'ensemble des projects
approuvs, mais surtout, avec US$ 439 millions, 46 % du
financement acquis.
Mais le secteur qui m'intressait particulirement
est l'agriculture, non seulement cause de son poids dans
l'conomie du pays, mais aussi pour le rle qu'elle aura jouer
dans la refondation aprs le sisme du 12 janvier.
En ce qui concern le poids de l'agriculture, on rap-
pellera
qu'avec 25 % du PIB, elle est la premire branch de
l'conomie national ;
qu'en employant 66 % de la population active, elle
est la principal source de revenues ;
qu'elle reprsente 50 % de la disponibilit alimen-
taire.
Pour ce qui est du rle qu'elle est appele jouer dans
la refondation, il faut d'abord rappeler, et il faudra toujours
garder l'esprit, que, si le tremblement de terre a t telle-
ment meurtrier, c'est cause de l'inacceptable concentration
d'une population vivant dans sa majority en dessous du seuil
de pauvret dans la zone mtropolitaine.
D'o la conclusion logique qu'il y a urgence lancer
un programme intensif de cration d'emplois en dehors de
cette zone mtropolitaine. Or il est actuellement gnrale-
ment admis que l'agriculture offre la possibility de cration
massive d'emplois, et un cot infrieur celui des emplois
dans l'industrie ; et puisque nous parlons d'agriculture, il y a
de fortes chances que ces emplois seront en dehors de la zone
mtropolitaine.
Il tait donc vident que nous allions devoir nous
pencher sur les projects touchant l'agriculture dans la premire
liste de 29 projects approuvs par la CIRH (voir HEM, Vol. 24,
# 31, du 25-31/08/2010). Ils sont au nombre de trois :
1. Augmentation du revenue agricole dans les zones cibles
par l'amlioration des chanes de valeur agricoles,


l'intensification de l'agriculture, l'adoption de technologies
par les petits agriculteurs, et la rgularisation foncire
budget : US$ 200 millions sur 5 annes, financ 100
%;
2. Dvelopper et prserver la production alimentaire en se
concentrant essentiellement sur les zones irrigues bud-
get : US$ 11,3 millions sur 22 mois, financ 100 % ;
3. Enforcement de la capacity de production dans les m-
nages ruraux et preparation de la saison des ouragans :
1) Soutien la production de cultures vivrires,
2) Soutien la production locale de semences,
3) soutien l'agriculture urbaine et suburbaine,
4) la cration d'emplois dans le secteur de l'levage,
5) une aide d'urgence de la pche et
6) Amliorer la capacity de rponse locale des oura-
gans.
Le budget prvu pour ce troisime project est de US$
29 millions sur 18 mois, mais aucun financement n'est encore
disponible.
Nous avons donc 3 projects sur 29, don't le budget
s'lve US$ 269,3 millions, soit 16,8 % du budget total, avec
un financement disponible de US$ 240,3 millions soit 25,5 %
du montant total disponible actuellement.
Compte tenu de l'importance de l'agriculture cela
peut paraitre bien maigre, mais les dmarches du Ministre
de l'Agriculture auront peut-tre le don de nous rassurer. En
effet, le MARNDR a publi un PLAN D'INVESTISSEMENT
POUR LA CROISSANCE DU SECTEUR AGRICOLE, dat
de Mars 2010, articul autour de trois piliers savoir :
Infrastructures rurales budget environ US$ 360 mil-
lions,
Production et dveloppement des filires budget environ
US$ 330 millions,
Services agricoles et appuis institutionnels budget en-
viron US$ 60 millions,
ce qui reprsenterait un total d'un peu plus de US$ 750 mil-
lions.
Selon le document, ces trois piliers principaux
contiennent l'ensemble des activits susceptibles de relancer
le secteur agricole aprs le sisme du 12janvier 2010 .


Vu l'importance du document, nous allons nous
arrter deux lments indispensables pour la comprhension
de son orientation. D'abord, les objectifs : Les objectifs
stratgiques assigns au secteur sont :
(i) assurer une offre.\iulti, rt de products agricoles et assurer
la scurit alimentaire des populations ;
(ii) accrotre les revenues des exploitants agricoles;
(iii) accrotre les rentres de devises dans le pays ;
(iv) amliorer l'tat de sant et de nutrition de la population
hatienne, particulirement les groups vulnrables ;
(v) rduire la vulnrabilit despopulations face aux dsastres
naturels .
En second lieu les approaches : La politique de
dveloppement agricole privilgie :
une approche territorial visant favoriser un dve-
loppement durable quilibr entire les dpartements ; la
localisation des interventions concern tout le territoire
hatien mais des zones de concentration seront dfinies en
function des potentialits agricoles et des recherches de
cohrence et de complmentarit entire les actions ;
une approche bassins versants, allant du sommetjusqu '
l'aval et prnant l'interaction entire l'aval et l'amont;
une approche filire recherchant la concertation entire
les acteurs dans le cadre de dispositifs interprofessionnels
rassemblant autour d'une mme table Etat, secteur priv
et OPA (O,,,Ii ... ,'i de Producteurs), quel que soit le
produit considr (march intrieur ou exportation) .
En conclusion, il semblerait que ce plan
d'investissement aille dans le sens des measures d'urgence
voques en dbut de ce paper ; on peut penser, par example,
que la combinaison de l'approche territorial et de l'approche
filire pourrait bien conduire la creation de ples de croissance
capable de faire baisser l'attraction qu'exerce la zone
mtropolitaine sur les populations la recherche d'emplois et
de meilleures conditions de vie.
Mais, pour nous en convaincre, il nous faudrait la
liste des projects concrets envisags et de leur localisation,
informations don't nous ne disposons pas, ou tout au moins pas
encore, car nous allons certainement revenir sur le sujet.
Bernard Ethart


Elections : Polmique autour du changement


des dlgus et vice-dlgus


(POLEMIQUE... suite de la page 7)
(dpartements, communes et sections communales).
En dehors des prsidentielles, c'est un tiers du Snat,
mais surtout toute la Chambre des dputs qui doivent tre
renouvels au scrutiny du 28 novembre.
On dit que toutes ces preuves de forces entire les
barons du parti au pouvoir auraient eu pour consquence de
crer des divisions, des dchirements au niveau des autres
instances du parti. Bref que ladite plateforme prsidentielle
aurait clat en diffrentes branches, en autant de courants
qu'il y a de candidates prsidentiels sortis de ses rangs. Et on
en compete au moins quatre.


Ds lors toutes les decisions comme celle de changer
au dernier moment les dlgus et vice-dlgus sont sujettes
non seulement aux critiques de l'opposition en gnral qui
peroivent une tentative du chef de l'Etat de prparer des
lections mme semi-officielles (en tout cas la mode de chez
nous !), mais entrainent aussi les soupons des candidates non
officials du parti au pouvoir qui y voient un coup de pouce en
faveur du candidate official de la plateforme prsidentielle.
Bien entendu, une decision comme le renouvellement
des dlgus et vice-dlgus est tout fait lgale et lgitime.
Et constitutionnelle.
Mais il ne faut pas non plus trop tirer sur la corde. A


force de se trouver la limited de la lgalit (et partant aussi de
l'illgalit), on peut finir par y capoter, de ce dernier ct.
Dans une situation aussi complex et quivoque o
le pouvoir s'est lui-mme mis, aussi lourde aussi de menaces
de troubles (quand de plus ces troubles seraient le fait aussi du
pouvoir), le mieux serait d'viter ce genre d'improvisations.
Sinon bonjour les dgts !
Et comment aussi faire croire en mme temps qu'on
veut des lections libres et honntes !

Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Le Mmorial de Titanyen : un effort collectif


(... suite de la page 12)

(Haitian-American Association of Engineers and Scientists),
l'ADIHA (Association des ingnieurs hatiens l'tranger), la
HDF (Haitian Diaspora Federation), CECI (Centre d'tudes et
de cooperation internationale, pour ne citer que celles-l, sont
au nombre des collaborateurs consquents. Le CST souhaite
que d'autres acteurs du secteur priv, public et international
se joignent lui pour assumer le leadership collectif impos
par une telle ralisation.
En guise de travaux cumulatifs, le CST a multipli
des efforts en sensibilisation et relations publiques. Le consulate
d'Hati Montral a t la premire instance aborde pour
tablir le contact initial avec le Prsident Prval, par le biais du
Ministre des affaires trangres ainsi que la Primature et le Mi-
nistre de l'conomie et des finances d'Hati pour l'obtention du
terrain. La foundation Jean-Marie Vincent de Titanyen, l'glise
Notre-Dame d'Hati de Little Haiti (Floride), la HAPC (Haitian
American Professional Coalition) ont t contacts pour une
collaboration stratgique. Le CST a reu la confirmation de la
FOLOBED (Fondation Louis Bernard pour le dveloppement)
pour un don foncier Titanyen ; un plan tri-phas est l'tude
pour servir de schma directeur sur une priode de trois ans.
La premire phase vise la preparation d'une esplanade et la
construction d'une structure pyramidale. La deuxime phase
cible la construction d'un muse, d'un mur aux pitaphes et
d'un jardin cologique adapt. La troisime phase envisage
la promotion d'un amnagement villageois devant accueillir
une communaut artistique, touristique et rsidentielle. Cons-
cient des implications diverse d'une telle entreprise, le CST
est ouvert la participation du collectif hatien, sans lequel


la russite de ce project
ne peut tre garantie.
Et encore, loin d'tre
une option exclusive,
cette participation s'im-
pose comme condition
prrequise. La gestion
des fonds destins ce
project sera chapeaute
par CECI.

Le CST est
un organisme sans
but lucratif (OSBL)
enregistr dans la Pro-
vince de Qubec (Ca-
nada) au numro NEQ
1166542614.
Pour contacter
le CST veuillez utiliser la
rfrence fournie au bas
de la page. Saisissons
l'occasion de russir ce
project collectivement!

Courriel : co-
m ite _;, o,,ii\,., h l, ...-
ca
Ctous droits
rservs, CST-Mon-
tral, aot 2010.


![[


Page 13


0772!I "R '2 doerii.io
Td ,305 757 4915

FADCKIKJ VARIETY STORE
LE MMArlHN I T P ik ve>tTES LE.h (KTrSIONS
- Mdipic so-q wp# NdF Sjuabo. b7L. .Z GAZ. ADU L TV
BELL <'odI0rLn MOch.. vuu



Ouvert
6 JoursJ

par
semridine:
1h30 arn


7b3O pm




MImbmoh ii rlaw a L.iqw i '&'osi a.w. I:4URi. % i'#u

ai* *r bul'kll' Ybii AW4.rlunb
[A 4gggali~ili L~rr





Page 14 LES JEUX Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N' 34



Allez de SIEGE S . y RE en utilisant des mois du du SA Ol0 R t- '
vocabulaire franais. et no chanqeant qu'une lettre par line. a N E
St 0I lD E

a NRAMG E

rF Y F F A CV C 1
.. *' SCRABBLE
-. 5 L .- ,- P 1E 3 F Arrangez lessept lettres ci- aessous
Solutons de la semaine pass e L. v Z : i F poir frm r un ro Iranais
A E A T V 1 J r E
S AT i G H EL 1 1 E L C A E
li R Sr r ti


sONAR A R
OU ?S O I.TU r .- I- A N C



--I .TOI l rL I i 0 i Eq il 1 I l ,'; C J l i '. [' 1 ,1i li? : 1l l _



E n B ref... (... suite de la page 2)
i I o d i e Police Judiciaire (SDPJ). Ce prsum auteur de plusieurs kidnapping dans les dparte-
fJI30 3 ments du Nord et du Nord-Est, avait t impliqu dans l'enlvement du dput Hugues
Clestin. Selon la police, chef de gang redoutable, il avait t condamn la rclusion
pour des rapts commis entire 2006 et 2008. Le porte-parole de la PNH, Frantz Lere-
s bours, declare que Willy Pierre s'apprtait solliciter de nouveaux documents afin sans
doute de raliser d'autres transactions sous une nouvelle identit.
N5IOO- 6h3a 0 Botm RvCI en musique Par ailleurs, les policies de Cit Soleil ont apprhend mercredi dernier le chef de
gang, Zacharie Occnat, alias Barthold, au course d'une vaste operation ralise conjoin-
11h3[l,7r1h AIu Plplrlt chantant tement avec les casques bleus de la Minustah. Cet individu avait t emprisonn pour
jimurnnl crt olr avec 1tjulni m tivnnl son implication dans l'assassinat du journalist Jacques Roche en juillet 2005.
L'arrestation de ces chefs de gangs prouverait que les vads de prison lors du sisme
7hOb.gM9htJ Meo dIf Majtin vc M n;m, du 12 janvier dernier seraient les principaux responsables de la recrudescence des actes
l] n Irnaticn, interview, oAnuodoies, Humnour de banditisme travers le pays. Selon le porte-parole, plus d'un miller d'vads ont t
Anmin captures par les forces de l'ordre.
Nci r.unrlqL Plus de 3 000 dtenus avaient pu s'enfuir de plusieurs centres carcraux lors du sisme.
i.'hdicxwio dc Martui
Au Qu iidiL-n vY c-Eluc Guerre de gangs
I C(lwtoni>qw LtkUl in avec )niimur-lr Jq i Ralnl cLk Wilkens Pierre, un prsum chef de gang, est pass de vie trpas aprs avoir t atteint
Les Sp mn irvcc MoNio BUurcu de cinq (5) projectiles le jeudi 9 septembre. Ceci s'est pass Grand Ravine Mar-
Les- Invit&i du Juur tissant, lors d'affrontements entire deux groups arms qui sment de temps autre la
M[tdic Matin chaqur uanicul ei n im terreur dans cette localit.
par FtquiPr p Rphlal] Michael Gdon, commissaire de Police de Port-au-Prince, a prcis que la victim
est un puissant chef de gang qui serait impliqu dans plusieurs actes de banditisme. Le
1Oh-Midi Le dlsque de I'Auditeur responsible du commissariat de la capital a annonc l'ouverture d'une enqute.
mnimiMin i Lamr prr'ilv i La Police national d'Hati (PNH), qui est intervene pour calmer la fureur des adver-
saires, a pu procder l'arrestation de trois d'entre eux et la saisie de trois armes
12 .r I- t12h313 tlMId feu, selon ce qu'a indiqu M. Gdon.
i2 Au-924 Fuu.iirin Martissant, l'instar de Cit Soleil, a toujours t considr comme l'une des zones
avec r inchaudes de la region mtropolitaine. Mme si ces derniers mois, beaucoup de cas
2hu30-2hno olaidy MI : 1a veld'enlvement et d'assassinat ont t enregistrs plutt dans les hauteurs de Ption-Ville
I .h.itU-lJIO Uld y Wl Uosf ovc Eism (Thomassin, Plerin, Laboule et Fermathe), une commune qui devient de plus en plus
Ja:r. Il lu.r Swlnlg, RstunLme concentre en terme dmographique.

ho-3hO C'est I Bone fln cham ... Don de la Fondation Renaut Hati
mhlwkui de chan.Inii itncuioc La Fondation de la compagnie de construction automobile Renault a remis jeudi 10
vhicules 3 institutions hatiennes. Ces vhicules sont un don des employs et de la
3h-.h ptn Lc BaOu Vf ux TIklip direction de la compagnie mobiliss pour venir en aide aux victims du sisme.
Rctzuma1psmi .La Croix Rouge Hatienne, principal bnficiaire de cette operation, a reu sept vhi-
cic IDc: fIurIncl et CupiainLti ll cules don't 3 ambulances. Les quatre autres vhicules, des minibus, serviront trans-
porter les volontaires de la Croix-rouge lors des operations dans les camps de dplacs.
5h00 La Joiu'maIda 5 eIturu Le Ministre de la Jeunesse, des Sports et de l'Action Civique qui a reu deux minibus
an v VIlBemm FlrrtxcIui compete utiliser ces vhicules dans les activits d'Action civique des jeunes.
Le dixime vhicule a t remis la Fondation Espoir pour les Enfants d'Hati oeuvrant
Sh 3 1tn MPlodie & Complany pour les enfants au travers de trois coles, un orphelinat et un hpital.
D rlopprfmrnt dttrMe "Cette action de solidarit a t rendue possible par la mobilisation des salaris de
Murdi sn B'mtr m S Elhiiiil Renault travers le monde aprs le sisme du 12 janvier. Ils se sont mobiliss avec leur
direction pour agir en faveur des sinistrs.
Th-8h30 Amory1Sa bor con Lucni
Arrt dclarant le primtre du centre-ville, qui a t dtruit par le sisme
r3D- Qhoo rflir Ir htfi Hrin n du 12 janvier, d'utilit publique en attendant sa reconstruction
Un arrt prsidentiel en date du 2 septembre fixe les measures suivantes:
'Considrant la ncessit d'un nouvel amnagement du centre-ville de Port-au-Prince
li[ml uIc91111 NOas' Grand C ncidert suite au sisme du 12 janvier 2010 ; Considrant la ncessit de rorganiser spatiale-
L & M.s Lh: wee daqu ment la rgion mtropolitaine de Port-au-Prince ; Considrant que l'Etat a pour obliga-
J., & Llim. :Jaw Ten tion de relocaliser les Institution Publiques ; Considrant la ncessit pour l'Etat de dis-
Jd Cnjachati rcoi'i sl im its poser de terrains suffisants pour raliser cette relocalisation et ce nouvel amnagement
; qu'il y a lieu de dclarer d'Utilit Publique certaines surfaces localises au centre-ville
9hOc i mau del CWvmIRn, prenez vos damaS de Port-au-Prince ; Sur le rapport des Ministres de l'Intrieur et des Collectivits Ter-
( Sau idi 50 Ans de -unmmtpopulairc huitien,, ritoriales, de la Justice et de la Scurit Publique, de l'Economie et des Finances, des
Travaux Publics, Transports et Communications, de la Planification et de la Coopra-
^^^j!^ tion Externe, de la Culture et de la Communication, de l'Environnement, du Tourisme ;
et aprs dlibration en Conseil des Ministres.
e C f /ttc< 6C Ce 'ttccccc t ARRT
Article 1.- Est dclar d'Utilit Publique, Port-au-Prince, la surface dlimite au
Nord par la mue des Csars, au Sud par la mue St Honor, l'Est par la mue Capois et
B lBaB rl'Ouest par le rivage de la mer. Les terrains retenus dans le cadre de cet Arrt serviront
B ~ l'amnagement du nouveau centre-ville de Port-au-Prince et la relocalisation des
Institutions Publiques. Article 2.- Ds la publication du present Arrt, tous travaux de
construction, de percement de route, de lotissement ou autre exploitation du sol, ainsi
(EN BREF / p. 16)





Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 34


Ti Gout pa Ti Gout .ik.hln /-p/,/iip


Chante politik II : Nous allons dodo[l]
AK MAKS MANIGA/Al4XA14NIGAT*
maxmanigat@aol.com

Lan dny atik mwen an mwen te f nou f konesans ak
Awold Koulannd/Harold Courlander[2] (1908-1996) youn ant-
wopolg ameriken ki te realize gwo travay sou koutim, lizay, relijyon
ak mizik pp ayisyen tout bon vre a. (w : Chante politik Prezidan
Rivy Era je vewon).

An n' gade kouman istoryen J. N. Lger nan liv li a : Hati,
son histoire et ses dtracteurs (1907) te rakonte lanmo Prezidan Flovil

"Depi kk tan Prezidan an, ki te ganyen 69-an, pa te ansante
; li pa te tande bon prenga sa yo ki te enterese lan lavi li, li te refize
sispann travay di pou li te pran repo li te sitlman bezwen. Malgre
konsy dokt li, li te deside f youn vwayayj long jis Jakml. Li te
konmanse li 24 mas 1896, a twa z dimaten, men avan li te gan tan
kite Potoprens, li tonbe mouri ak youn konjesyon lan svo, pa two
lwen pale nasyonal la." (tradiksyon)

Lanmo Prezidan Ipolit, yo te konn rele Mabyal, pase lan chante.
Li te sou wout pou ale twoke kon ak Merizye Janis/MrisierJeannis,
youn gwo chef lopozisyon nan Jakml.
Lezondi te di [N] prezidan an te f sman pou li te boule Jakml
rapyet, pou se sann li ki rete epi li t'ap estminen tout popilasyon li
a sof youn grenn gason ak youn grenn fanm pou repeple t-a.
"Bouch manje tout manje men li pa pale tout pawol." Sa pa te
pase konsa!
Sa kil
Le m t' ap ekri "Mots croles du Nord'Hati..." mwen te
made atis Rene Miwo/Rene Mirault pou li te chante pou mwen
chante sou lanmo Prezidan Flovil Ipolit/Florvil Hyppolite la. Jan
atis la te sonje chante-a pa menm ak jan Awol Koulannd/Harold
Courlander te transkri li :
Li leve madi bon maten[3]
Li f sele cheval a li.
An montan sa [sou] cheval [a] li,
Panama li soti tonbe.

Lerison[4] rele "Papa,"
Li di 1, "Papa a mwen,
Panama w soti tonbe,
Se deja youn move signal[5]"

Li reponn ni, "Pitit a [an] mwen,
Mwen deja met lame deyo,
Lame mwen deja nan potay.
I fodra ke mwen pati. "[6]

Arive sou Pon Janti,
Li tonbe san konnesans.
Yo voye rele Dokt Jil[7],
"Vin sove Flovil Jelen! [8]"

Dokt Jil tonbe ajenou.
Li rele Manman Sent An,
Li rele Sen Ogisten,
"Vin sove Flovil Jelen! [8]"

Sent n di, Ifo mouri."
Sen Ogisten di, Ifo mouri."
Li rele Sen Jak Maj
"Vin sove Flovil Jelen! [8]"

Merizye rete Jakml,
Li souke baksor[9] a li.
Li konnen sa ki genyen.
Tout ti twou deja bouche!

[Badagri monte Viktwa
Li di li : "Mwen te pale 1"][10]

Viktwa di konsa,
Kan Flovil ta va mouri
Li t ap f youn bel sware
Avk tout ti jan la yo.

REFREN[1]
Ann ale dodo!
Ann ale dodo!
Ann ale dodo!
Kay Label Viktwa!

Kankou m te f pou pawol chante "Prezidan Era je vewon" an
m' ap bay tradiksyon angle Awol Koulannd a epi m' ap korije kote
ki pa kodyom yo pou sa k' ap aprann kreyol kapab konprann sans
pawol yo san pwoblm.
He arose early on Tuesday moving,
He saddled his horse.

As he climbed on his horse,
His hat[ ll] came offandfell.

L'Hrison [ 12] called out, "Papa!"
He said to him, "Father

Your hat[11] has corne off andfallen.
That is already a bad omen. [5]"

He replied to him, "My child,
I have already sent the army ahead,
My army is already at the city gate[ 13],
I have to go."

Arrived at Pont Gentil,
Hefell unconscious.
They sentfor Dr. Jules[14],
"Corne to save Florvil Gelin. [8]"

Dr. Jules[14]fell on his knees.
He called Mother St. Anne,
He called St. Augustin,
"Corne to save Florvil Gelin! [8]"


St. Anne said, "He has to die. [15]"
St. Augustin said, "He has to die.[15]"
He called St. Jacques Majeur
"Corne to save Florvil Gelin. [8]"

Mrisier waited at Jacme!.
He shook his sacred rattle[16].
He knew what was going on.
All the small holes werefilled*. [17]"

Victoire said
When Florvil dies
She will hold a beautiful party
With all the young people.

CHORUS
We are going to dance!t[l8]
We are going to dance!
We are going this evening
To the house ofibeautilil Victoire! % [19] "HC : 151-152

Granmesi Awold Koulannd, nou jwenn anpil chante politik lan tan
lontan. Nou gan rekonesans pou bel travay ot-a te f lan peyi nou an.
Nou konprann li pa fasil pou youn etranje transkri son youn lanng li
pa konnen. Konsa, anpil bagay antwopolog la te tande li te transkri
yo ak tout bon volonte li men, tanzantan, li teflaye tou.

Max Manigat se youn folkloris ayisyen ki deja ekri plizy liv sou
koutim ak lizay pp nou an.
[1] Ni istoryen Jan Foucha/Jean Fouchard ak Mak Peyan/larc Pan,
ni atis Rene Miwo/Rene Miraut bay refren an konsa :
"Nous allons dodo
Nous allons dodo
Nous allons dodo ce soir
Chez la belle Victoire."
[2] Harold Courlander : The Drum and the Hoe. The Life and Lore
ofthe Haitian People. 1960, 371p., ill. (HC)
[3] Men kijan atis Rene Miwo te sonje premye koupl chante a :
Li leve youn lendi maten
Li lev yon lendi maten
Li sele cheval a li
An montan cheval a li
Panama 1 soti tonbe.
[4] Lhrisson Hyppolite/Lerison Ipolit, pitit gason Prezidan Flovil.
[5] Youn move prezaj ; mo "sinas" la ta pi bon pase "siyal" men se
li Rene Miwo te konnen tou.
[6] Men jan Rene Miwo te sonje koupl sila :
Li di li : Pitit an mwen
Mwen konnen sa ki ganyen
Mwen deja met lame m deyo
Ifo kanmenm mwen pati.
[7] Dokt JilVGilles sete dokt ak zanmi Prezidan Flovil.
[8] Papa Prezidan Flovil Ipolit te rele Jak Silven Ipolit/Jacques Sylvain
Hyppolite dit Jelen/Gelin. Yo te abitye rele li Jelen Ipolit. Se konsa
non Jelen an vin pase pou Flovil.
[9] baksor se youn mo mwen pa jwenn lan diksyonn. Eske se li
Koulannd te tande? Eske li dispart?
[10] Atis Rene Miwo te chante de v sa yo pou kont yo. Koulannd
pa ganyen yo.
[11] Chapo panama.
[12] Koulannd ekri "L 'Hrison" men se "Lhrisson" ki otograffranse
non pitit gason Flovil la.
[13] Mwen kw le chante a di : lan potay" se "Potay Leyogn" 1
ap pale.
[14] Se paDr. Jules, seDr. Gilles (w not [5]).
[15] Si sa Koulannd tande a se : "Ifo mouri" tradiksyon : "He has
to die" la pa kork. Pawol la ta vle di pito : "Tout mon ft pou
mouri."
[16] Koulannd tradui "baksor" : "sacred rattle" ki ta f li sinonim
"ason".
[17] Koulannd eksplike nan youn not "That is, the affair was
finished." [Ki vle di, af a fin [regle.]
[18] t Koulannd eksplike nan youn lot not : "Ale dodo" vle di "aie
domi," men te ganyen youn dans ki te rele "ale dodo".
[19] % Lan youn twazym not Koulannd te rele Viktwa "Hippolyte 's
[se konsa ot a te ekri tit Prezidan Flovil, men se "Hyppolite" ki
kork] young wife" kidonk '"jenn madanm Ipolit". Label Viktwa]/
Victoire Jean-Baptiste (1861-1923) te metrs Prezidan Flovil ; yo
pa te marye.


VANT SIYATI WOMAN
"THE CALVARY OF MARGUERITE"
Ot: Pierre-Antoine Jules

Dimanch 5 Septanm nan Harmony Club nan Miami Beach,
m'te gen privilj pou m'te prezante younAyisyen konsekan, youn
natif-natal, younAyisyen entegral; youn powt, youn mizisyen, youn
ekriven. Non li se Pierre-Antoine Jules. M'gen plis pase 1/ syk
depi mwen konnen li. Li ak mwen, nou toujou mache men nan men
sou chemen lamitye. San pditan, m'ap di nou Pierre Antoine Jules
s'oun powt, youn bon wi, ki manyen lanng kreyol la ak youn fasilite,
youn gangans ki byen chita nan jenerasyon li. Sou youn premye
plan, Pwezi Pierre-Antoine Jules s'oun pwezi angaje, angaje nan lit
pou lavi, angaje nan lit pou transfome mantalite pp ayisyen, angaje
nan batay liberasyon pp la.
Sou dezym plan-an, Pwezi Pierre Antoine Jules kite di-
mansyon litani tradisyonl la kote "tout vounm se do" pou l'tonbe
nan youn lot dimansyon ki se lachanson folklorik angaje. Sa vle di
melodi-mizikal k'ap kadanse fraz pwetik li yo ranmase mesaj yo sou
youn kadans ki chita sou rit eritaj afriken nou yo tankou ibo, yanvalou,
parigol, mayi, afro, kontredans, kongo etsetera....
Pierre-Antoine ft nan mwa jiye. Li se mon Gwo Mon,
nan depatman Latibonit. Lonton lontan yo te rele Gwo Mon "Site
Poltron" poukisa? Nou pa konnen men ak letan non an change pou
Gwo Mon. Li gen 415 kilomt kare.. Depi Py Antwn te gen 11-12
an l'ap chante nan koral lekol li. An 1968, li pran batm mizikal li
nan gwoup mizikal Melomane de GrosMorne. Yo f-1 kado youn gita
an 1974. Li aprannjwe-1 pou kont li. An 1978, li rantre Ozetazini epi
enstale li nan Miyami. Miyami tounen Ayiti aletranje.
Kidonk Pierre Antoine Jules pa Slman youn powt, youn
gitaris, li tonbe nan kategori sanba k'ap delivre mesaj yo ak chante


wololoy byen prize nan galata flklo peyi nou. Premye albm li te
patisipe ladann se te avk Grenn Banbou, youn gwoup mizikal nan
Miyami ki t'ap f repondonng ak atis endepandan nan Nouyk nan
momanjens peyi-a t'ap monte youn masuife represyon diktat an
Ayiti yo. Grenn Banbou ki te gen ladann dokt Bobo, (JB Aubas),
Pierre-Antoine Jules, Didi Creve-Coeur, defen Janjan Morisset... Pita
nou vin jwenn Kiki Wainwright...
Nan Miami, li fonde twa gwoup mizikal enpotan; twa
gwoup angaje nan lit liberasyon pp-la. An 1979, li fonde ak kk zanmi
youn gwou twoubadou ki rele Konbit Revolisyon. Li fonde Sanba
Lele an 1989. Gwoup mizikal sa-a fome youn bannjenn atis militant
nan kominote-a ak youn seri chante revolisyon tankou "JISTIS" ki
te tounen boulpik koukouy Marleine Bastien nan moman ti solda yo
t'ap masakre pp-la opwen kochon te konn ap manje kadav sou pil
fatra nan Potoprens. Marie Yves Ingrid IIera ki jounen Jodi-a gen
pwop albom mizikal pa-1. An 1995 li mete sou pye gwoup mizikal
Baget Mayango youn non folklorik, senbol detminasyon ak rezistans
ki soti nan vokabil kanaval abitan Gros Mornes.
Apre youn silans kpopoz ki lage anpil enkyetid sou
chantye atistik-la nan dyaspora-a, Pierre-Antoine Jules repart fre
kon ze kalanderik sou plato mizikal-la. Fwa sa-a tankou Magrit, li
pote bon siwo. Ak youn presizyon enstrimantal byen kalkile, youn
teknik original nan youn vwa bariton san konpetisyon, Pierre-Antoine
marye son, amoni ak pwezi pou ofri nou 7 chanson folklorik pou
f-n sonje peyi lakay nan tan lontan. Jan sa te bel. Jan k tout moun
te kontan, se te bel ribanbl.
Nan youn melodi ki koule tankou luil Py Antwn rive
elimine tout ekipman mizikal tradisyonl yo, marye vwa-1 ak
gital-1 pou ofri nou 7 bel teks, 7 tranch pwezi chaje ak gangans ki
f n'reve je louvri, ki lage nou nan youn toubouyon souvni dantan
ak youn Ayiti cheri nou te batize La Perle des Antilles
Pierre-Antoine nan Haiti Nan Tan Lontan plake es-
tanp militans li sou CD sila-a. Powm tankou Chante Pou Yo
s'oun lomeyans pou malere-oprime k'ap pouse bourt lavi-a; malere
y'ap maspinen, pilonnen, malmennen, bastonnen, toufonnen... Tout
lasent jounen.
Jodi-a, powt-la defounen tou cho youn lot estil, youn lot
jan, youn lot fom. Li ofri nou youn woman ki rele anAngle : The
calvary of Marguerite. Le calvaire de Marguerite. Kalv Magrit....
The Calvary ofMargerite s'oun Masuife Magrit monte, youn maryaj
pwezi ak mizik ki svi kom soupap pou yon bel ti istwa ki chita sou
morality ak motivasyon.
S'oun istwa toutbon. Ki te pase ki tr emosyonl e tr
trajik nan youn kwen nan peyi Ayiti nan ane 90 yo. Se istwa youn
dam ki malgre tout kalamite lavi-a, malgre tout soufrans li andire
rete tifas, pou l'goumenjouk nan dnye moman-1. Malgre tou, li pa
janm ni blasfeme, ni trayi konsyans relijye li epi li toujou rete kw
nan pisans ak konpasyon Granmt la.. Magrit mouri men non li ak
nanm li rete youn modl pou pitit li yo ak tout limanite.
N'apjwenn the Calvary of Marguerite youn ti woman 101
paj. Fasil-fasil pou li nan Libreri Mapou Miami osnon sou entnt
pou $10.-- slman (305-757-9922)

Jan Mapou (mapoujan@bellsouth.net)


KOUT FLACH SOU MT LAWOUZE
Jan Mapou/Paula Clermont Pean
Nan Miami-Dade County Auditorium
Dimanch 22 Dawou pase


AN MFTf


Edeline Clermont-Mondestin
Nan w6l: Matant


Jacques Medard-Yolande Thomas
Kiki Wainwright nan wl Byeneme


Page 15


a asaa TOIS VOS MfRMATR Equtpem arst pour constmclton
IauwwM PURUC A InuAD cn oIs dc vourec CoLmtrLC /C nEqlpcmcntm6dc
TeL.: 786457-68930 Fa 305-7ff-097 e-mai;: adomtpurchasing@ao.com lr aiami pIIr hbutr


I.. 1-1. -





BACK PAGE


Mercredi 15 Septembre 2010
Hati en Marche Vol XXIV N 34


| .....P....... ru .


Mtum VON
Owo UX"l m
Ar roiar iw
MACHAC"Nb
ouir ToUATOU


Ki VWAYAJK COMAIK
15 JoL POU oppovWo
NMC"Ab"twzbi ou DIRM~
rkN~irrr.ou W.'V uT
i*Ii MAC IK OQINUIMV~ a
Cure HARn
Li WvoT KOI1wNKNTE .WAT
rPap NA.MYON IdAituqiN EK-
SmfA


offe ( sI ) 8945-750 or ( 5I1 > 1 dam3

Fam ( I1 ) BdS-732 br (I MI ) 82-9


TOUe 1-977O434m-8330 1r 1977045-700

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

DIu'g.tIos 1- t. Exite N. 74N 4 C M Street > Emute Ccnmrues A* 0 t. Wo t CMO eSJ Av t. e iatin Luhru
iKI hm J aU" unmtm M *LX & lvNd ( mald.me vfh* kidw h) te" lu i.d yl m t s wralg a mm t.ot Pnom BaC

A&OsC M p. 0 avoier OM fDIwy 9 W er, bf m @.od Uhao Mae &t" LotL Mhmii Ouffl yeu wlIl 4 ur Siog


Under New Management


Nom gem yu meuve Date MV MONRCE EXPRESS


I


Hati en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinire (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94' Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 /754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montral (514 337-1286)
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896

S byu tffet:(35)63-7
,-- *' I i I0,


En Bref...
(... suite de la page 14)


que toute transaction ou alination immobilire sont et demeurent
interdits sur toute l'tendue de l'aire dfinie en son article ler. Arti-
cle 3.- Pour toute proprit retenue dans le cadre du project, objet du
prsent Arrt, l'expropriation des propritaires dtenteurs de titres
lgaux justifiant leur droit lgitime d'occupation ou la reprise des


~ieichi~FwWY ~Ftl Ane


%


?W Nou -
op6chdie dm&-..

M cu qur*: M=N6.
-sai DHWrb*c


de quioki


a, - w- -
ktI


Paun vSe meiYie.CAMOI, AM.

1400-9274059
CiL -aqr r un aai ~oemufhJILoeoe


NEW4
r ILI D'-or Se IvC
'h 4vMir.ibb


biens donns bail par l'tat
ou occups indment se fera
conformment aux disposi-
tions des Lois du 5 septem-
bre 1979 sur l'expropriation
pour cause d'Utilit Publique
et du 28 juillet 1927 sur les
reprises des biens donns
bail ou indment occups par
les particuliers. Article 4.- La
commission d'expertise pr-
vue par les dispositions de la
Loi du 5 septembre 1979 sur
l'expropriation pour cause
d'Utilit Publique sera imm-
diatement active l'effet de
recueillir les informations et
valuation ncessaires pour
une indemnisation just et
quitable dans le strict res-
pect des droits des propri-
taires exproprier. Article 5.-
Dans un dlai de quinze (15)
jours, computer de la date
de la publication du prsent
Arrt, les propritaires fon-
ciers et les dtenteurs de bail
dans l'aire susmentionne
dposeront, pour les suites
ncessaires, au local provi-
soire de la Direction Gnra-
le des Impts au numro 62
de l'Avenue Christophe, leurs
titres de proprit et tous do-
cuments justifiant leurs droits
d'occupation. Article 6.- Le
prsent Arrt, qui entire im-
mdiatement en vigueur, sera
imprim, publi et excut
la diligence des Ministres de
l'Intrieur et des Collectivits
Territoriales, de la Justice et
de la Scurit Publique, de
l'conomie et des Finances,
des Travaux Publics, Trans-
ports et Communications,
de la Planification et de la
Cooperation Externe, de la
Culture et de la Communica-
tion, de l'Environnement, du
Tourisme ; chacun en ce qui
le concern.
Donn au Palais National
Port-au-Prince, le 2 septem-
bre 2010, An 207e de l'Ind-
pendance, Par Le Prsident
Ren PREVAIL


Page 16


i ij*


. Wwm


1


003




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs