Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00414
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: July 28, 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00414
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00007-28-2010 ( PDF )


Full Text

Comment gagner les elections en Ha'iti!,


senices nt" ne-

menII iud dI Hiuilil ~
ol~llinueIiii qui Li cas-
ilure~ dei Illlii Illlill qu i.1 qudque
allcalis iol quedes

dofllcuments unsren llii

hei~ le rinclll ipl



io Iran len 11.11 .11. 111 /-


d:Ins i une itI .II dag
dull inallIEL L


e


la r n ...1, rte nn ar i t,, ,.; ,,n & ,,,,< ,,. ..,,i '<**

WyclefJean nrbsident ?

.uIn mondei \\\clel` leanI. ilt .I --qui dqiuies Ilon.llates-- nlot.llll. In 1il!intntq l~ i par icipen Ii.ii .lle i se tm .In modeste ii




Sweet Micky : le Prbsident Compas

fera-t-il aussi legrand saut ?

Al~ing~ Loungei dei Persion

111.1$1100(li Illi.L de501.1

non I Alichelll I Lmelii~lli HII

La pr Is 0 1.11 n
I!Inder-10nii nI nsl Just des il I\i

lui non\ickl\Ii, ne .Ideten


tiesit.,t, I<<,,.1,..,,<< ,,.1,..,<1......1,I<,re*,


ea *'e


Presidentielles: Wy~clef Jean s'apprgterait
g d~clarer sa candidature

LI spertildu llphop\\\ lellea qu .. to ! di it il o 2111-it n o ./ I m II~bu t i. / prs d nt H its olo de ilen ice quebeconses e0 1

Fni In I


ELECTIONS 2010


N ImpOfte (181 Deut


) R Eq-ndi es eaio
paol ielse iu Pleident dlli H.I m I
Constit~ula 1Eeito dCn m 0n.1 11Ineseone1.

clio nsllll iii Elcs d I ses~lil i D ialls H.11 III Il Polit~iqu. 0 110 I ll antii ts~cl



p~ublies
C ilt Iolnt '
IIIIIllill.ll ce Ilillcmle-Ilenl. H~l~ .lnen onpiqipa e tes



srcn nllenintl nnt Ionde sr pnpme

n mose iee plas d moyn .sseiiunentIn CIdda uI
Ei oidle I i ioioa .Iense ll I(Ei.liI i L ECT.l-li.iiio~ION 2n~in ii.4



scelliller-lI o nti DoI'v nr ou




PC)RT-Ai -PI NCE~ iolll .lclinale -Led i nc s uill es Dill~lll idncll


DisUnoII111lenisnbnnives puncip aletndLi
aua pit le dent s aita ecnl~lDne inole
Ei ;ld ~ ~I In leI ca iditd Iu bilii e llllte i t idat ilon lvl oI s lonome/
\o inusinl L \. Iouis De lore iiii\iI1IRIiIiIlili '1 'PII1 i






_ IIU VIIIILYVIIV IV1


fRen orcernent


des institutions : seule planche


de sa ut pour Haiti


Je ne suis pas candidate', dit Michble Montas
L'ex porte-parole du Secr~taire g~ndral de l'ONU, Michble Montas, ne se pr~sentera
pas aux prochaines competitions 61ectorales. La journalist a cat~goriquement d~menti
les informations circulant sur son Crentuelle candidature g la pr~sidence d'Haiti sous
la bannibre de la plateforme pro-gouvemnementale INITE.
"Je le dis tres fort, je ne suis pas candidate et je ne serai pas candidate", a d~clard
Michble Montas g Haiti Press Network (HPN). Actuellement conseillbre en
communications de M. Edmond Mulet (repr~sentant en Haiti du Secr~taire g~ndral Ban
Ki-moon, la veuve de Jean Dominique, 6ditorialiste haltien myst~rieusement assassins
en 2000, s'est dit outre de voir son nom cit6 dans la course g la pr~sidence alors que
personnel ne l'a contacted pour lui demander son aris.
"En 30 ans de carribre joumnalistique, je n'ai jamais 6t6 membre d'un parti. Actuellement
encore je ne suis membre d'aucun parti politique. A aucun moment personnel ne m'a
contacted pour me demander de representer un parti g l'61ection pr~sidentielle", a
indiquC Michble Montas g HPN.
La p~riode d'enregistrement des candidatures pour l'Clection pr~sidentielle sera
ouverte le ler aout pour s'acherer le 7 aout, selon le calendrier du CEP. La
pr~sidentielle est fix~e au 28 novembre.

Wyclef pourrait Stre candidate a la pr~sidence.
La candidature de la pop star haltienne g la prochaine 61ection pr~sidentielle pourrait
Ctre officialisde dans les prochains jours, a appris Haiti Press Network, d une source
proche de 1 entourage de Wyclef Jean.
Pour le moment, des avocats seraient en train de preparer les dossiers de M. Jean qui
pourrait rendre sa candidature officielle a l ouverture de l'inscription des candidates a la
pr~sidence g partir du ler aofit, selon le calendrier 61ectoral du CEP.

Sweet Micky n'est pas candidate
Le Jeudi 22 Juillet, la press avait rendez vous au Mango Lounge de P~tion Ville avec
le roi du Compas, alias Sweet Micky, de son vrai nom Michel Martelly.
La press 6tait au rendez-vous mais aussi des curieux, avides de savoir si oui ou non
Micky aspirait g devenir le pro chain president d'Haiti.
Trbs d~tendu, comme g son ordinaire, Michel Martelly a expliqu6 le pourquoi de
l'invitation: Il s'agissait non pas d'annoncer sa candidature g la pr~sidence, mais de
f~ter avec lui les vingt deux ans d'existence de son group Sweet Micky (nd un 22
juillet).
<< 22 ans faits de lutte mais aussi de victoires >>. a-t-il insist. Micky en a profit pour
annoncer sa decision d'investir davantage dans le social. De fait, pour les 22 ans
d'existence de son group, il a lanc6 sa Fondation baptise << Rose et Blanc >>.
Une cheville important de cette initiative, son spouse Sophia Marthelly a indiquC que
la Fondation Rose et Blanc a d~ji finance un project de cyber caf6 du cit6 de Gressier,
pour permettre g cette population tellement 6prouv~e de communiquer avec le monde
via internet.

Le parti de Mirlande Manigat choisit de faire cavalier seul
Le RDNP ou Rassemblement des D~mocrates Nationaux Progressistes a annonc6 qu'il
se retirait de la Plateforme des Patriotes Haitiens, PLAPH. En mime temps, le RDNP dit
avoir d~pos6 ses pieces au conseil 61ectoral pour sa participation aux prochaines
61ections.

L'inscription des nouveaux parties politiques se pursuit au CEP
Lundi 26 Juillet 6tait le demnier jour pour l'inscription des nouveaux parties d~sireux de
participer aux 61ections du 28 Novembre 2010.
Le Conseil Electoral Provisoire a recu une application pour six nouvelles formations
politiques: Reconstruire Haiti, PND (Parti National pour le Ddveloppement), FMR
(Forces Militantes Rdvolutionnaires ) MJFH (Mouvement Jeunesse pour Refonder
Haiti, RH (Renaissance Haiti) et Plateforme 16 D~cembre.

Au total 58 parties et regroupements pourraient participer aux
Elections presidentielles du 28 novembre
Aprbs I enregistrement des parties auprbs de la direction qdes operations, les dossiers
seront soumis g la direction juridique qui devra vdrifier I authenticity des pieces. Les
autorit~s 61ectorales envisagent de communiquer le 30 juillet prochain la liste des
parties agrees.
Des leaders de l'opposition critiquent l'attitude de certain chefs de parties qui
s'activent g remplir les formalit~s tandis qu'aucune garantie n'est donnde en ce qui a
trait g la cr~dibilit6 des 61ections. Le pbre Anick Frangois (OPL), candidate au s~nat
dans l'Artibonite, accuse des dirigeants de parties de vouloir se lancer dans le
processus afin d'encaisser les 3 millions de gourdes promise dans le cadre d'une
subvention aux formations politiques.
L'ambassadeur de France g Port-au-Prince, Didier Le Bret, a mis l'accent sur la
n~cessit6 de donner des garanties de cr~dibilit6 aux acteurs. Dans le mime temps il a
annonc6 une contribution de 40 millions de dollars du gouvemnement frangais g
I'organisation des 61ections.

Le FMI annule la dette ha'itienne de 209 millions d'euros
Le Fonds mon~taire international pretera par ailleurs au pays 46,8 millions d'euros
suppl~mentaire pour soutenir les projects de reconstruction apris le tremblement de
terre du 12 janvier demnier.
Le Fonds mon~taire international (FMI) a annuld jeudi 22 juillet la dette de Haiti, d'un
montant de 268 millions de dollars (environ 209 millions d'euros) et pretera au pays 60
millions de dollars (46,8 millions d'euros) suppl~mentaire pour soutenir les projects de
reconstruction aprbs le tremblement de terre ddvastateur du 12 janvier demnier.
Ce pret sur trois ans est assorti d'un taux g 0% jusqu'en 2011 qui ne d~passera pas
ensuite plus de 0,5%.
Le FMI a pr~cis6 que cette decision s'inscrivait dans le cadre d'une sorte de "plan
Marshall" pour la reconstruction g long terme apris le s~isme qui a fait prbs de 300.000
morts et 1,6 million de sans-abris.
Le directeur-g~ndral du FMI Dominique Strauss-Kahn a encourage mercredi dans un
communique les donateurs intemnationaux g tenir leurs engagements pour que la
reconstruction puisse s'acc616rer.

Sports : Deux m~dailles pour Ha'iti aux jeux centrambricains et
cara'ibes
P-au-P, 21Ijuil. 2010 [AlterPresse] Les athletes haltiennes Ange Mercie (57 kg) et
Desravine Linouse (48 kg) ont respectirement remport6 une m~daille d argent et une
autre de bronze en judo, A la 21e edition des jeux centramdricains et caraibes qui se
d~roulent g Mayaguez (Puerto Rico) du 18 au 31 juillet.



(ENBREF /p. 14)


HaitienM
rMercredi28Juillet2010
a


Page 2


Ces jours-ci les plans de
sauretage pleuvent sur Hai'ti : Plan du
Gouvemnement, Plan du Secteur Priv6, Plan
des ONG, Plan de la Diaspora, Plan de
certain Partis Politiques, PSSN et j'en
passe. Tous parent de reconstruction ou
de refondation du pays. Des centaines de
projects sont envisages, diverse strategies
proposes. Les budgets varient de
quelques dizaines de milliards g 100 milliards
pour la prochaine d~cennie.
Malheureusement le probl~me
fundamental a 6tC sous-estim6 : le
d61abrement de nos institutions, legs d une
longue histoire caract~ris~e par des cycles
dictatures-d~choukages g n'en plus finir.
N'ayant pas diagnostiqu6 la rdelle maladie,
les concepteurs de ces plans ont propose
soit des rembdes inad~quats, soit des doses
inapproprides.
En effet g quoi sert de construire
des centaines de kilometres de route, si
l'Etat n'aura pas la capacity de les entretenir
ou en faire de nouvelles ? A quoi bon
finance des ONG qui ne rendent compete A
personnel et dont les actions ne s'inscrivent
dans aucun plan d'ensemble et
susceptibles d'avoir un impact s~rieux sur
les zones d'interventions ? Une analyse
d~taill~e sera faite des faiblesses de nos
principles institutions et des solutions
envisages pour chacune d'entre elles.
Cette 6tude prendra en compete diverse
tapes historiques. Le present essai n'a pas
la pr~tention de rdpondre g toute la
probl~matique institutionnelle trbs
complex du pays. II a surtout l'intention
de ddvier le d~bat actuel se concentrant
sur les personnalitis pour le porter sur le
sujet fundamental, les institutions.

1- La situation post-coloniale
Comme expliqud aupamavant, toute
l'histoire d'Haiti a 6tC marqude par une
longue p~riode de pouroirs personnel
suirie de revolutions. Cette tongue bre
d'instabilit6 a empich6 l'6dification d'un
6tat moderne capable de prdlever les taxes
de ses citovens, de les utiliser g bon escient
et de crder un environnement propice A
I'6mergence d un secteur priv6 comp~titif
et dynamique, seul cr~ateur de richesse. Les
trop frequents dans 1 administration
publique ont eu pour r~sultats : la
destruction de dossiers important, aucun
suiri dans les interventions, le
gouvernement refusant d'ent~riner les
actes et decisions de ses pr~d~cesseurs. II
s'en est suiri une perte de m~moire
institutionnelle. En r~sumC le pays a done
connu une succession de gouvernements
mais pas d'Etat, g proprement parler. La
presence de ces gouvernements forts a
occult la faiblesse de l'6tat jusqu'g la chute
des Duvalier et cette transition qui n'en finit
pas. Les sp~cialistes qualifient, A just titre,
de failed states (Entitis Chaotiques
Ingouvernables) les pays comme les n~tres.
Cette instability au niveau du
personnel politique et administratif a cr66
une mentality de rapine chez les
fonctionnaires. Ne sachant pas pour
combien de temps ils 6taient en poste, ils
profitaient pour s'enrichir aux d~pens de
l'Etat. Degaj e pa peche. C'6tait un dritable
saure-qui-peut. Par ailleurs il est difficile
de demander g nos anciens dirigeants, la
plupart analphab~tes, de devenir du jour
au lendemain, de parfaits gestionnaires. Ils
n'6taient des guerriers, g l'exception de
Toussaint et de Christophe dont les
administrations peuvent servir d'exemple
aux nouvelles g~ndrations.
Enfin les dictatures, 6tant
totalitaires par definition, il 6tait difficile aux
organizations non-6tatiques de s'6panouir
partiess politiques, syndicats, cooperatives
etc.). Seul l'Eglise Catholique et plus
r~cemment les Cultes R~form~s ont pu
6voluer. II a fallu attendre la revolution de
46 pour assister A une veritable eclosion de
ces organizations. Mais c'est rdellement A
partir de 1986 que cette tendance allait se
confirmer, I'6pisode Duvalier avant donn6
un coup d'arrat au processus.


2- La situation actuelle
Le r~sultat de tout ce processus
historique est la persistence de cette
mentality de recherche du bon papa : un
bon president, un bon maire, etc. Nous
sommes toujours g la recherche d'un
saureur, d'un messie (Duvalier, Aristide
etc.) au lieu de travailler g la mise sur pied
de contre-pouroir, mdcanismes de contrble'
de procddures qui seuls peuvent aider g la
consolidation de nos institutions. Cette
mentality se refl~te dans toutes nos
organizations (6tatiques ou non-6tatiques)
et aucun effort s~rieux n est fait pour y
rem~dier.

2.1- Au niveau des parties politiques
Presque tous les parties politiques
sont dirig~s par des presidents g vie. On ne
reckle aucune vie d~mocratique, aucun
renouvellement des cadres dirigeants. Les
congrbs se font g la va-vite, A l'approche
des 61ections, pour choisir ou parrainer des
candidates. Ces parties, comme l'Etat, vivent
de la mendicit6 international g partir de
leurs ONG respective. Les membres ne
patient aucune cotisation. Comment
s'6tonner de l'attitude de ces parties, une
fois arrives au pouvoir ? Se lav~v fet pou w
konn si fet ap bbl.

2.2- Au niveau des syndicats,
cooperatives et autres associations
Comme pour les parties politiques,
la vie d~mocratique y est absente. Sans
mdcanismes de contrBle interne, les
scandals financiers se succ~dent,
affaiblissant le peu de cr~dibilit6 des
dirigeants auprbs de leurs membres. Le
probl~me est d'importance et m~rite toute
l'attention de la soci~td. Car ce sont ces
probl~mes de fonctionnement qui crdent
tous ces schismes au niveau de nos
organizations. Notre soci~t6 est malade. II
faut s'entendre sur le diagnostic si l'on veut
sauver le malade.

2.3- Autres ,
La situation des mairies n est pas
des plus enviables : 3 maires qui s entre-
d~chirent g longueur de joume~e, pulsque
les mdcanismes de prise de decision ne sont
pas clairs.
Les ministries sont affaibhis par
l'6rosion de leur cadres qui parent soit pour
l'6tranger, soit vers des les ONG soit des
structures para-6tatiques (hier UCG demain
CIRH).
Politisation de la function publique
et corruption g~ndralis~e au sein des
ministries. Il est bon ici de signaliser que
l'6tat n'a pas le monopole de la corruption,
ph~nombne qui traverse tous les pans de la
soci~td.
Pas de function publique
parlementaire ou municipal
Foisonnement d'ONG remplagant
et affaiblissant encore plus l'6tat.
Multiplication des sectes
religieuses avant chacune leur pape, ce qui
ajoute encore plus g la confusion.
Tel est le tableau institutionnel
pour le moins hideux de notre pays.

3- Des Cbauches de solutions
La refondation institutionnelle doit
done concerned l'6tat central, le parlement,
les collectivit~s aussi bien que les
organizations de la soci~tC civil partiess
politiques, syndicats, cooperatives et autres
organizations socio-professionnelles).
Cependant l'obj ectif primordial doit Ctre la
creation d'un 6tat fort, capable d'exercer ses
attributions r~galiennes.
3.1- Niveau 6tat central
Des propositions judicieuses
existent d~ji sur ce sujet, notamment celles
de la Commission Nationale de la R~forme
Administrative (CNRA), qui
malheureusement pourrissent dans les
tiroirs depuis prbs de 15 ans. Nous
insisterons sur un seul point : la separation
claire et nette des postes politiques
(ministres, secr~taires d'6tat et leur cabinet)
des functions technico-administratives
ENFORCEMENTN/ p. 10)


EN PLUS ...


EN BREF ***





Mercledi8Juillet PXIV*o2 L'ACTUALITE EN MARCH Page 3



*\\ !c .ican .l .Ipl`el~clrait a lancer sa candidature a la


Echec de la gr~ve contre le CEP ,''silradutp.
ELECTIONS
P-au-P, 22 Juil 2010 [AlterPresse] -La grbve g~ndrale observes au ecntre-ville, selon ce qu'ont rapport des t~moins le pl. I`I. I!! g l'appel de la Coordination de la solidarity des syndicats de g AlterPresse. Des barricades de pneus enflamm~s ont 6tC 1`
transport et des travailleurs hailtiens (COSSATTRAH) a 6teintes par la police de trbs tit dans la p~riph~rie nord de la '''!!!!!'nican ,..,l'c !'l sections en HaIti ? p.1
I.l;cidcl 7.1 ..ul... n est pas candidate p.2
-y capital, selon les m~dias. EDITORIA~L
"'Trols orgamisations I i mp...lle I.!, I.'eut etre candidate p.1
,, ..syndicales dont la F~d~ration des C'ONC'OtiRS
.:transporteurs publics haitiens I .11 Ii!!!\ c! 2010 :Haiti aura une repr~sentante p.1
(FTPH) s'6taient prononc~es la REC~ONSTRUiCTION
.. veille contre la grbre, estimant que .~.LS:c!l. .uen!icl ..Ie institutions : seule planche de salut p.2
le movement ne refl~te pas les -' 1 ..pp'Ielce a .coop~rer p.4
~ .revendications du secteur du .. e. il..seaabrhtenoulnsrps
.transport en commun. `
3 -Le president de la FTPH, .a.l.LITE5
~~l~r R~ths R~joui, avait alors d~nonc6 <,I!< ..Ie laI ,ws\ e des transports p.3
.. une << position unilat~rale et ECONOMIIE
politique >> des dirigeants de la i eI 1.1..m I.li..!llc .1 .lcllic !c I.l!!te d'HaIti p.3
t-COSSATTRAH.L'objectif de la I il .1pelic al~ .I i .I.c i !!..I !ere pour lareconstruction
grbve g~ndrale de la COSSATTRAH ""' 0!!' '
an! .Inc~llc p..'.1 .I !!!\c I! ;ements strangers p.10
6tait de r~clamer entire autres le JiTECR!lNLT
renvoi des membres du conseil c I ~ pectoral provisoire(CEP). i 1.1 ,,lc .! I !c ps..,t c I.as p.5
-- .L'institution 61ectorale SPEC~TAC(LES
.. ~~~~charg~e de l'organisation des 1<. lin.uec.Il. haitienne en dedans p.8
61ections pr~sidentielles et LIBRE PEN5ER
.16gislatives du 28 novembre est ':\ I' '
~EN1 IRONNE!UENT
d~criee par les principaux parties et.
.. ...- regroupements de l'opposition LETS
ainsi que des organizations de la
L 'appel b la grave des transporteurs a dtd un dchec total (photo Harti en M2/arche) soci~tC civil. e .1.p
seulement provoqu6 unl1Cger ralentissement dans le secteur
des transports durant les prermires heures de la matinde, a
constat6 un reporter de AlterPresse. I IC
L'administration publique, le commerce et les
6coles ont fonctionn6 comme g l'ordinaire pendant toute la
journee.
D~taillants, marchands ambulants, 6talagistes et
automobilistes occupaient 6galement les principles artbres
de la capital occasionnant par moment des embouteillages.
Quelques movements de panique ont 6tC


Le FMI annule la dette

restante de Hai'ti

et lui accord

un nouveau pret
Le Fonds mon~taire international a annonc6
mercredi avoir annuld l'int~gralit6 des sommes qu'Haiti lui :
doit et avoir accord g ce pays une nouvelle facility de caisse
pour soutenir sa croissance et l'aider g se reconstruire. s.
Le conseil d'administration du FMI a accord une
annulation de dette total g Haiti, ce qui correspond g une
remise de dette de 268 millions de dollars, indique .e
I'organisation multinational dans un communique..
Dans le mime temps, I'instance de decision du.
Fonds a accord une nouvelle facility de credit au pays,
frapp6 en janvier par un terrible s~isme, indique le
commumique.
Cette facility 6tendue de credit (FEC), aide accorded
g des pays connaissant des difficulties prolonges de balance
des paiements, doit permettre g Haiti de b~ndficier d'une
facility de caisse d'une dur~e de trois ans. L'argent, qui sera
d~bloquC par trenches successives, permettra g Port-au-
Prince de tirer g terme jusqu'g 60 millions de dollars aupris -l
du Fonds, indique le FMI.
Le directeur g~ndral du Fonds, Dominique Strauss-
Kahn, a appelC les nations ayant promise d'aider Haiti de "g j
tenir promesse rapidement afin que la reconstruction puisse
s'acc616rer, et que la quality de vie des Haitiens s'amdliore ..
en mime temps que s'apaiseront les tensions sociales .
M. Strauss-Kahn faisait-lk r~f~rence g l'aide promise (
lors d'une conference organisde en mars pour aider Haiti g A
se reconstruire et au course de laquelle ont 6t promis 9,9
milliards de dollars, dont 5,3 doivent Ctre d~bours~s au course
des dix-huit mois Avenir. I
L'organisation de Washington a pr~cis6 que sa
nouvelle aide g Haiti avait 6tC finance grice au Fonds
fiduciaire du FMI pour l'all~gement de la dette apris une
catastrophe (ADAC), lanc6 en juin.
Dans un communiquC distinct, le Fonds precise les
modalit~s de fonctionnement de ce nouveau mdcanisme et
indique que celui-ci est destiny g "d~gager des resources A10a JNIBANK. ce que nous considerons
suppl~mentaires pour satisfaire aux besoins exceptionnels comme notrej plus grande rbussite, 5
de balance des paiements cr66s par la catastrophe puis par C'95f la Conflance qlue vous nous f
la reconstruction", en complement du financement des accoridez: depuis le 19 julllet 1993.UN B K
donateurs ~ ~A I'occasion de son 17eme Anniversaire, I NB K

10 UJNIBANK adresse ses plus sinclires "Falsns rout ensemble"
remerciements CI ses 850,000 clients
'I o d ie et renouvelle son engagement \nwww-unlbankholil.com
1 0 3 3 f m I toujours leur fournir le service
5 6toiles qu'ils mbritent I

WWW.I'r IOmlleO 10 Ritl.CO II









ELECTIONS 2010


AMERIJE T INTERNATIOP

Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entanbt pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi von baz kominikasyon ki M MT~Yl
pbmbt klyan an jwenn tout gf ict l
enf~masvonli bezwen sou transpb D H
pa avyon, sou lanmb ak ath, f6 ~
rez~vasyon pou transpb machandiz ak benefisye yon kantite for
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf~masyon e sitou pi ra
sou accounting nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou f~tout
an kit se machandiz lap voye, kit se ef6 pbsonbl" dapre Pam Rolli
Devlopman.
MvCarao ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize fl


en provenance d'Haiti r~vble
-


D


loIiioapllpnd khnnknn'cinkLlnNulorkynn
l~~~ ~~~ o p On-lo-hy s il le u a nni ole n 11 rII/ phi iol! syon o chwa avyon,

Nanll~\ lI.! II \ni k appina lo meiet pu.13l U Intodus. II. loalntl son wbjiit li a. Pamela


eksponsi1 onelp nkhin ii icultin~i oa 101 onple eso tout f~m
- pa avyon, pa baton ak ath.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Lerip, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf~masyon, vizite Amerijet sou sit entanbt la www. amerij et. com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet Intemnational 954-320-5354.


Haiti en M
r Mercredi 28 Juillet 2010
a


Page 4


(... suite de la 16re page)
Rien de plus d~mocratique, en some, dans un pays
oid le taux d'analphab~tisme frile les 80% !
Paraphrasant un slogan qui recouvre actuellement
les murs de la capital, pourquoi pas :'Analfab~t, kore
analfab~t. '
Participation massive assure le 28 novembre
prochain !

Triple pl~onasme ...
Rien ne vous empiche en effet de
prendre la Constitution au mot ... sinon le
respect human, le simple amour propre. Or
justement n'est-ce pas le seul amour de soi
qui pr~vaut actuellement, chacun son petit
quant-g-soi (excusez le triple pldonasme).
Autrefois il allait de soi que l'61ecteur
de lui-mime choisirait, comme dit l'expression,
le meilleur d'entre nous.
Eh bien, il se peut qu'aujourd'hui il
constate qu'il s'est trompe g chaque fois qu'il
pensait avoir fait le bon choix, et qu'au .>
demeurant 'ils' sont tous les mimes. Alors
pourquoi ne pas prendre soi-mime la question
en main!
Oui, Constitution en main, n'importe E~.~ .
qui peut se porter candidate g la pr~sidence r .
d'Haiti. Il suffit au moins d'Ctre nd dans ce ;.; ..
pays (quoique beaucoup disent aujourd'hui .*-
qu'ils auraient choisi une autre adresse s'ils ~~
avaient pu), d'avoir l'Age 35 ans accomplish :
(et comment le prouver si votre acte de
Des f
naissance ainsi que les registres d'6tat civil par le Pr
ont disparu dans le seisme), de n'avoir commise


aucun crime (en tout cas de ne pas s'Ctre laiss6 prendre jusqu'd
present) et d'avoir un bout de terrain (ce qui n'est pas le plus
difficile car avec le casse-tate du droit foncier, impossible de
dire qui a quoi ...).

Le roi est nu ...
VoilB. C'est tout On Deut done continue g river en


mime temps du d~veloppement extraordinaire de la R~publique
dominicaine voisine dont les dirigeants ont fait les plus grandes
universities dans le nouveau comme dans l'ancien continent.
H61as, il est vrai que chez nous nos plus grands
universitaires r~servent leur succ~s pour des cieux plus
cl~ments selon le proverbe : Nul n'est proph~te en son pays !
Et quand bien mime un Ant~nor Firmin n'a pas 6tC
port au pouvoir, cependant son adversaire plus
chanceux avait une longue experience des
choses et gens de ce pays, le G~ndral Tonton
Nord (Alexis).
Aujourd'hui mime pas. Le roi est nu.
En l'an post-Goudougoudou*, n'importe qui
peut se presenter g la Pr~sidence de la
rdpublique.
Et il semble qu'on n'ait pas l'intention
de s'en priver.
Conclusion : il ne faut pas croire qu'on
peut 6terniser dans l'extra urgence post-
sismique oid nous nous sommes installs et se
laisser montrer sur tous les 6crans grands et
petits du monde entier comme un people en
.:.=d~tresse attendant la manne du ciel, bref un
pays de 9 millions et demi de sinistr~s ... et
esp~rer en mime temps avoir un president
comme les autres.
Les prochaines 61ections semblent
devoir nous r~server des surprises litt~ralement
sans pr~c~dent.

Surnom donnd en Hai'ti au sdisme
du 12 janvier 2010.
ly Smart
Hai~ti en Marche, 24 Juillet 2010


,. .
figures de 1 'opposition aux elections organisdes par le consell electoral a
dsident Rend Prival : de l 'avant a l 'arridre, Victor Benoit (Fusion), Rosn
t la sdnatrice Edmonde Supplice Bauzile/OPL (photo Robenson Eugdne)


P-au-P, 23 juillet 2010 [AlterPresse] Jean Max
Bellerive et Bill Clinton appellent les organizations non
gouvemnementales (Ong) g collaborer avec la Commission
int~rimaire pour la reconstruction d'Hai'ti (Cirh) afin de
structure l'aide international en faveur du pays suite au
s~isme ddvastateur du 12 janvier.
Les deux co-pr~sidents de la Cirh se sont rencontr~s
le 23 juillet g New York alors que la reunion de la commission
prdvue g Port-au-Prince a 6tC reported au 17 ao~t. A cette
occasion une rencontre aeu lieu avec une cinquantaine d'Ong
haltiennes et internationales.
Ces organizations dont le travail depuis le s~isme a
6t6 saluC par le premier ministry haltien et l'ancien chef d'Etat
am~ricain, ont 6tC invites g coop~rer avec la Cirh en vue de
structure les projects touchant aux besoins de la population.
Les discours ont surtout port sur les moyens
pouvant faciliter cette cooperation et la capacity de la structure
international de reconstruction g faire avancer les efforts sur
le terrain.
Par ailleurs, Bellerive et Clinton ont eu des
conferences tC16phoniques avec les principaux donateurs


bilat~raux d'Haiti. Ces demniers ont 6tC incites g d~caisser les
fonds promise et g soumettre un calendrier pour ces
d~caissements.
De plus, Gabriel Verret, ancien fonctionnaire de
l'agence amdricaine de d~veloppement Usaid et conseiller du
president Rend pr~val, a 6tC retenu pour le poste de directeur
ex~cutif de la Cirh.


Des secteurs sociaux critiquent l'inaction de la Cirh,
dont lamise en place a CtCinitide aulendemain de laconf~rence
international du 31 mars g New-York, oid les bailleurs ont
annoncC une aide de 10milliards de dollars gHaiti.
Jusqu'ici, seulement environ 2% de cette some ont
6tC effectivement verses.


Le chaos haltien sert le traffic de drogue
21 Juillet 2010 Le Canada craint une augmentation que les contrebandiers tirent parti des vols et des activities
la contrebande de drogue en provenance d'Haiti depuis le humanitaires>>, peut-on lire dans le document en partie caviard6.
sme qui a ravage la capital de ce petit pays des Antilles en Les analysts de l'Agence donnent l'exemple de cette
vier dernier. Canadienne de retour d'Haiti via l'adroport international
L'Agence des services frontaliers du Canada a saisi Montrial-Trudeau arrat~e avec 2 kg de cocaine fix~s g son
provenance d'Haiti autant de cocaine dans les trois premiers corps avec du ruban adh~sif le 14 f~vrier demnier, moins d'un
is de l'annde que pour toute l'annde demnibre. Les agents mois apris le tremblement de terre.
ntaliers ont saisi 5,7 kg de cocaine de janvier g mars 2010 La Presse avait r~vC16 les details de cette histoire au
ntre 5,5 kg pour toute l'annde 2009, selon un rapport de lendemain de l'arrestation de cette mbre defamille de Montr~al-
.gence obtenu envertu de laLoi sur l'accds gl'information. Nord. Carmdlite Massenat, 52 ans, est soupponnde d'avoir
< NTAL, INC. sais sande epmduit sade dalluors de s omparution, le juge Pie~rre Labell lmi avait
d'Hai'ti indiquent que le imaginer>. Cette pr~sumbe trafiquante a pu b~ndficier du
tremblement de terre transport gratuitement, comme tous les autres ressortissants
d~vastateur de janvier canadiens 6vacu~s par Ottawa.
pourrait mener g une L'Agence des services frontaliers du Canada estime
~Et~-augmentation de la que cette hausse de saisies n'est pas encore alarmante. < contrebande de drogue en lisat nn otpsueagetto infctvmi
emitL 91 provenance de ce pays>>, on reste g l'affat de la situation>, a expliqu6 g La Presse son
rr.~~ 6crit la Division de l'analyse porte-parole, Dominique McNeely.
we.1TT 9du renseignement et du Le Canada n'est pas le seul g s'inqui~ter du
ciblage de l'Agence dans son ph~nombne. Avant le seisme, Hai'ti 6tait d~ji une plaque
rapport trimestriel sur les tournante du traffic de drogue provenant de l'Amdrique latine
nksyon .dnunIstraIII.I1 .l' drogues. a destination des Etats-Unis en rai~son de la faiblesse de ses
Les contrebandiers institutions, selon le d~partement de la Justice am~ricain. Or,
pid on ac Iandt IIal' profitent du chaos qui r~gne un mois aprbs le tremblement de terre, les contrebandiers se
baga pilasI po k1aat dans ce pays. < ins, vis-prezidan Biznes quantities saisies ne sont pas c~tibre amdricaine interviewC par le USA Today en f~vrier
extraordinairement 61ev~es, la demnier. Le chaos, I'absence d'emplois et l'6vasion de milliers
lo enf~masyon yo e pou nature de la saisie de cocaine de prisonniers facilitent la tiche aux criminals.


de
s~ic
jan

en
mo
fro
coI
l'A


Cratrering Sp~c~iasts
Caes Pastries. HorrS douve
for all cocaine


UN E AN ALY SE


N'importe qui peut Stre candidate !


Les Ong appelbes g coopbrer


Ha'iti-Cirh


Pekl Plus IBekery, m
NIILuLent duena 5~(


11638 NE 2ind Ave.
Miami~. FL 33160
'"' Tel. 305-394-6118


-, t










Les prochaines elections scelleront P'avenir


L. UN I.iZ. I C

ZI- 3 - -G f -a -~ II

CELL 3 [ 5 -9 8 C3 -8 8 1 1


FICHE B'ABO)NNEMENT A HAI'TI EN MAR~CHE


Nom
Adnrsse


Mercledi 28Juillet 21
F~aiti n h/arr p ~~XXIV~ No 27


Page 5


(CLASSE MOYENNE... suite de la lbr~
au-Prince qui donnait le ton. Et qui d~cidait po

Ni le people. Ni la bourgeoisie
Ainsi Duvalier est le seul qui n'avait p
raiment palpable derriere lui. Ni le people. Ni
Il inventa alors la classese moyenne.


nat etc. Son premier obj ectif c est evidemment
-e g 200 gourdes le salaire quotidien.

croisbe des chemins ...
usion : seulement en ayant un point d'appui
Administration publique, autrement dit dans l'Etat,
moyenne peut aujourd'hui encore esp~rer


.4utres opposants au syst me electoral en place, le sinateur Touri Latortue (ia gauche)
et l 'ex-ddputd et candidate an sinat Steven Benoit (photos Robenson Eng ne)


FannziLavalas, deartie des pricidentes Idgislatives, lors d 'une reunion de ses ddliguds
venus de tous les coins du pays en vue de rdclanter leur participation au prochain scrutiny
ainsi que le retour d 'exil du chefdu parti, I 'ex-prisident,4ristide
au bout a droite la reptisentante attire M2/arvse Marcisse


C'est le cas de dire 'inventa', car g ce jour la classes
moyenne en Haiti est consid~rde comme un instrument du
Durali~risme.
Au point que apris la chute du regime trentenaire
(1957-1986), personnel n'osa depuis s'en r~clamer.
Sinon quelques rescap~s du durali~risme dissimul~s
sous d'autres oripeaux.
Surrient la d~mocratie. On ne jure plus que par le
people. Qui que l'on soit.
Quant g l'insurrection qui aboutit au renversement
de Jean-Bertrand Aristide le 29 f6Yrier 2004, elle fut attribute
au grand capital national ou 'GNB'.

Massification de la pauvretC ...
La classes moyenne peut g la limited fournir des
suppl~tifs, mais jamais depuis 1986 elle n'a recherche un rble
majeur.
C'est un nom qu'on ahonte de porter officiellement.
Une s~quelle des Duvalier.
Et mime un Baby Doc qui aurait mauraise grice A
venir s'en envelopper auj ourd'hui quand c'est son flirt pouss6
avec l'61ite qui a acc616rd sa chute.
D'aucuns disent aujourd'hui que la classes moyenne
est morte. Victime de la misbre g~ndralis~e. La massification de
la pauvret6 a 6tC telle, y compris sous les gouvernements
Lavalas qui au lieu d'amiliorer le sort des masses, les ont
enfonc~es davantage dans la misbre, non par d~termination
ou cvnisme mais g cause d une absence total du moindre
bon sens 6conomique.

Le s~isme a crC6 une nouvelle balance des
forces ...


Or en 1957 Duvalier et Co. avaient pens6 que la
politique est la dernibre arme qui restait g la classes moyenne
pour affirmer son existence. Et qu'elle se doit d'avoir une forte
presence dans la function publique comme seul moyen de
survie.
A supposed que les masses ont leur poids 61ectoral et
le capitalism local son poids 6conomique. Evidemment nous
simplifions beaucoup.
Toujours est-il que bizarrement le calcul des
compagnons de Papa Doc semble se ref16ter dans la situation
que nous vivons aujourd'hui.
Le s~isme a cr66 une nouvelle balance des forces A
cause mime de l'effondrement total des conditions
6conomiques pour toutes les categories, y compris ceux
g~ndralement appel~s les poss~dants.

Une propaganda (trop) massive ...
Or de plus nous n'arrivons pas g sortir de notre
situation d'extra urgence post-s~isme. Selon tous les bilans,
six mois aprbs nous sommes presque au mime point.
Une propaganda massive mende aux quatre coins de
la planate en faveur de nos sinistr~s fait alors apparairtre Haiti
comme un pays de 9 millions et demi de crbre-la-faim. Et une
toute petite frange de poss~dants.
Ce n'est peut-Ctre pas tout g fait just pour ces
derniers. Mais cela l'est encore moins pour la cat~gorie qui a
le plus subi du s~isme et qui n'apparairt pas dans ce nouveau
tableau.
Par ailleurs une Crentuelle irruption du grand capital
international, comme tout le monde le souhaite, n'aura pas
pour premiere consequence, voire mime comme occupation.
de nous aider g reconstruire nos 6coles, centres de sant6,


pouvoir faire entendre ses dol~ances.
Plus qu'en 1957, de cela depend sa survie ou sa
disparition.
Parce que Haiti est g la croisde des chemins, et le
prochain pouvoir (mine de rien, malgr6 tout le cit6 burlesque
qui entoure jusqu'g present les prochaines 61ections) va
l'engager, probablement et cote que cote, dans une nouvelle
direction.
Si la classes moyenne reste encore une fois sur la
touche (comme en 1990 ou en 2006), si elle ne s'affirme pas
dans un movement d'ensemble mais continue de demeurer
cache honteusement sous les d~combres du durali~risme
decadent, alors adios On n'a plus qu'g rechercher un visa
pour Miami. Et qui sait, c'est peut-6tre lb le pi~ge !
Ceci ne se veut pas un texte iddologique, voire un
manifeste politique, mais le r~sultat d'une simple observation
de la r~alit6 qui se d~gage du s~isme du 12 janvier.
Ha'ti en darche, 23 Juillet 2010


population tellement 6prouv~e par le s~isme de communiquer
avec le monde via internet. Le Cyber Caf6 de Gressier est dirig6
par le Pbre Max.
Michel Martelly pense qu'il faut d~finitirement faire
quelque chose pour le pays, c'est ce qui explique sa decision
d'investir d~sormais dans le social.
<< Haiti est trop riche pour Ctre pauvre >> a mentionn6
Michel Martelly, << aussi chaque citoyen, dans la measure de
sa sphere d'action, se doit de faire quelque chose. >>
L'assistance a pass un agr~able moment avec le
chanteur.
Ruth Occean


(... suite de la 16re page)
de lutte mais aussi de victoire >> a-t-il faith ressortir.
Micky en a profit pour annoncer sa decision
d'investir encore plus dans le social et pour les 22 ans
d'existence de son group, il a lanc6 sa Fondation baptise
<< Rose et Blanc >>.
Une cheville important de cette foundation, son
spouse Sophia Martelly, 6tait pr~sente aussi g cette conference
de press.
La Fondation Rose et Blanc a d~ji finance un project
de cyber caf6 du cit6 de Gressier, pour permettre g cette


DE L' ACTUALITE


pour notre classes moyenne
e page) Enfin le s~isme a fait le reste. C'est le centre-ville (et centres d'artisa
ur tout le pays. vital) de la capital, lb ou~ resident en majority les citoyens qui la main d'ceuvr
composent cette cat~gorie social qu'on appelle dans le monde
:... entier la classes moyenne et oil ils font aussi fructifier leurs A la
,as un 61ectorat industries (petits commerce, Ccoles, professions lib~rales, Concl
la bourgeoisie. ateliers, communications etc), qui a 6td principalement d~truite solide dans l'ad
par le s~isme du 12 janvier 2010. que la classes


-- --


Le President Compas fera-t-il aussi le grand saut ?


Dans le cas d'un abonnerment
avoc I~vralson, le coat elst le double.
PBrltr do spbierie at vous Btes
un nouvel abornn6
ou all1 s'agit d'un renouvellemenrt


Gd~les 260S.00_
_ US $ 40.00 _
SUS $ 42.00
SU S 70.00
SUS $ 70.00


Gdes ~520.00
_s US 78.00
SUS $ 80.00
_US $ 135.00
SUS $ 135.00


Ham T
Etats Unis _
Canada
Euroe (3
Amnltique Lane


Nouvgeu


Renouvellemaent










Comment gagner les elections en Ha'iti!i


Haiti en M
r Mercredi 28 Juillet 2010
a


Page 6


PORT-AU-PRINCE, 25 Juillet Le malheur pour les
politicians qui affrontent le Pr~sident Rend Pr~val c'est qu'eux-
mimes n'ont jamais encore gagn6 les 61ections depuis le
renversement du regime Duvalier en 1986 ouvrant la voie A
l'bre d~mocratique en Haiti ... si tant est que celle-ci se
caract~rise par des 61ections libres.
Aujourd'hui ils pensent que leur seule chance de
gagner aux prochaines pr~sidentielles c'est le renvoi du conseil
61ectoral maintenu en function par le Pr~sident, si ce n'est le
depart de celui-ci lui-mime avant la fin de son mandate le 7
f~vrier 2011i.
Or personnel n'a gagn6 le pouvoir pendant les deux
d~cennies 6coul~es si ce n'est en l'arrachant
(d~mocratiquement soit) g ceux-lk mimes qui avaient la
responsabilit6 d'organiser lesdites 61ections, entendez soit le
conseil 61ectoral provisoire (CEP), soit le pouvoir sous lequel
elles avaient lieu, soit les int~rets internationaux qui les
financent g pas moins de 80% ; soit les trois g la fois.

Un raz de marie populaire ...
Les deux cas les plus m~morables sont les 61ections
de 1990 qui virent un raz de mare populaire inattendu porter
Jean-Bertrand Aristide g la pr~sidence.
L'autre ce fut l'61ection de Rend Pr~val en f~vrier 2006
qui grice au support pratiquement de la mime force populaire,
arriva g enlever la victoire aux candidates qui avaient l'appui de
tout le syst~me mis en place aprbs le brutal renversement
d'Aristide, c'est-g-dire g la fois l'institution 61ectorale, le


gouvernement de facto du Premier ministry G~rard Latortue
ainsi que les grandes ambassades qui avaient patronnC ce
renversement.
Ce sont les mimes partisans Lavalas, pers~cut~s par
le regime issu du putsch plus ou moins d~guis6 de 2004, qui
permirent la perc~e du 7 f~vrier 2006 en faveur de Rend Pr~val.
Ce qui arriva par la suite c'est une autre histoire, A
savoir si les 61us, dans un cas comme dans l'autre, ont tenu
vdritablement leurs promesses.

Beaucoup de dollars ou d'Euros pour rien

Donc seule une force Clectorale bien organisde permet
jusqu'g present d'enlever le pouvoir en HaIti.
D~mocratiquement s'entend.
Le reste c'est du blabla improductif. Et beaucoup de
dollars ou d'Euros dans les poches de pseudo magiciens (en
creole, grandss diseurs') mais qui au jour dit se sont toujours
montr~s dans l'impossibilit6 de rassembler deux aveugles et
un tondu (pardon g nos amis handicaps !).
Autrement dit les h~ritiers des coups de force de 1991
ou de 2004 n'ont pu reporter aucune 61ection qui soit
normalement organisde et celles tenues sous le pouvoir des
bai'onnettes comme au lendemain du massacre 61ectoral de
d~cembre 1987 ou sous le regime putschiste de 1991-1994 ont
toutes fini en queue de poisson. Dans la discorde aux cent
actes divers.


Par Amilie Baron
La situation humanitaire reste prdoccupante plus de
six mois aprbs le s~isme mais les institutions internationals
ne veulent pas renoncer aux travaux de r~forme lances avant
le 12 janvier. L'6cole de la magistrature a ainsi pu inaugurer
grice g l'appui des Nations unies un cycle de formation
continue. L'appareil judiciaire reste n~anmoins paralys6, Rend
Pr~val n' ayant touj ours pas nommd lepr~sident de laCour de
cassation.(

de notre correspondante g Port-au-Prince
R~viser les procedures p~nales, se familiariser avec
les notions d'enquate de police judiciaire : une dizaine de
magistrats en function confrontent leurs pratiques, 6changent
leurs experiences avec toujours le code p~nal A port~e de main.
A Port-au-Prince, I'6cole de la magistrature, 6pargnde par le
tremblement de terre, inaugure pour la premiere fois de son
histoire un cycle de formation continue. Dans un pays ou~ les
applications de la loi variant parfois d'un d~partement g l'autre,
d'un tribunal g l'autre, I'utilit6 d'un tel s~minaire est plus que
justified.
Maitre Emmannusella Saint-Pierre (G) est venue des
Gonalves pour suivre une formation continue g l'6cole de la
magistrature.
< triche >>, explique Maitre Emmanuella Saint-Pierre. < regions, certain textes de lois sont soumis 6 interpretation,
en s'appuyant sur la coutume locale. Ici, nous travaillons
ensemble sur les applications des textes selon le vceu du
Idgislateur. Cela ne peut &tre que bindfique pour le systime
judiciaire hai'tien. >>

Un corps de magistrats faiblement form
A 36 ans, I'unique femme pr~sente g ce s~minaire est
devenue substitute du commissaire du gouvernement au


WyclefJean s'appr~terait
a declarer sa candidature

(WVYCLEF JEAN... suite de la 16re page)
avait d'ailleurs 6t6 critiquC par curtains observateurs, en lien
avec les frais de gestion de l'organisme, g la suite du
tremblement de terre qui avait ravage le pays en janvier 2010.

Wyclef nie tout
En entrevue sur Fox Business vendredi, M. Jean a
affirm qu'il strait pret g retoumesr en Haiti pour aider A
reconstruire le pays, mais a r~pondu avec ambiguit6 quelques
seconds plus tard g la question s'il briguerait la pr~sidence
du pays. <>.


tribunal civil des Gonalves apris un cursus en droit A
l'universit6. Une formation classique que ne partagent pas
tous ses colleagues. Le corps judiciaire haltien est constituC de
personnel aux comp~tences variables. << Certains magistrats
sont nommds sur des bases qui ne sont pas Idgales, certain
sont nommds sur des bases de clientilisme, nous le savons
tous >> explique le directeur de l'6cole de la magistrature Lionel
Bourgouin. << D 'autres encore sont issues de la formation
initial de l'dcole de la magistrature, enfin certain ont itd
recrutis sur la base de leurs experiences professionnelles. >>
Une mosarque au niveau de la magistrature qui confirm g
Lionel Bourgouin l'utilit6 de cette formation continue : << Si les
magistrats ne sont pas bien forms nous ne pourrons pas
atteindre un niveau de sdcuriti juridique suffisant et le pays
ne pourra pas connaltre son plein ddveloppement. >>

Lenteur des riformes
La communaut6 international partage cette envie de
progrbs et travaille avec l'Etat haltien g l'instauration d'un
pouvoir judiciaire fort et ind~pendant. Depuis 2005, la Mission
des Nations Unies pour la stabilisation en Haiti (Minustah) a
mis sur pied une section justice pour conseiller les autorit~s.
En 2007, une tape majeure vers l'ind~pendance de la justice
est franchise avec le vote de trois lois majeures (d~finissant le
statut de la magistrature, les functions de l'6cole de la
magistrature et du Conseil sup~rieur du pouvoir judiciaire).
Mais leurs applications concretes, telles que la reprise des
formations g l'6cole de la magistrature, ne commencent que
timidement g voir le jour. << C'est une des caractdristiques
hai'tiennes >> selon Danielle Saada, aujourd'hui g la tite de la
section justice de la Minustah. << Les choses avancent et puis
on attend. Vent ensuite un rebondissement. II faut le temps
que les esprits se fassent a la rtiforme R.
L' instability gouvernementale en Haiti ne favorite pas
non plus une evolution rapide. Depuis 2005, trois ministres se


sont succ~d6 g la justice ce qui ne discourage pas les 6quipes
onusiennes. Le Programme des Nations unies pour le
D~veloppement (PNUD) appuie les efforts de l'6cole de la
Magistrature, grice g une aide budg~taire de 375 000 dollars
pour les anndes 2010-2011. << Il ne faut pas perdre espoir :
nous, PNUD et MINUSTAH, explique Danielle Saada, nous
essayons de faire avancer les choses mdme si ce sont que des
tous petits pas. Je pense que c 'est ga notre philosophie:
avancer oft nous pouvons. M~ais nous ne pouvons pas nous
mettre a la place des autres.~

Dans P'attente de decision prisidentielle
Car si la communaut6 international soutient les
autorit~s dans leurs efforts pour r~duire la corruption (le plus
grand obstacle g l'instauration d'un rdel 6tat de droit) et pour
amdliorer la formation des magistrats, elle ne peut, ne veut se
substituer A l'Etat haltien. Et Danielle Saada sait que l'appareil
judiciaire du pays ne pourra pleinement fonctionner que
lorsque le president de la Cour de cassation sera nomm6.
Depuis plus de trois ans, la plus haute instance
juridique du pays attend que Rend Pr~val prenne sa d~cision.
La chef de la section justice de la Minustah avoue li son
impuissance : << Ce n 'est pas du resort de la M~inustah, nous
avons fait tout ce qui dtait en notre pouvoir: C'est aujourd 'hui
un probldme qui concern le president de la Rtpublique.
Au fil de ses missions, Michel Forst, I'expert ind~pendant
pour les droits de l'Homme en Haiti, n'a cess6 aussi de
souligner l'importance de cette nomination, << cld de vozitte de
l'ddifice qui permet de faire ddmarrer la micanique. > Mais
ses rapports et recommendations se suivent, s'ajoutent aux
interrogations de la soci~tC civil sans que le premier citoyen
haltien ne prenne sa d~cision.

TA GS: HALITI JUSTICE


(... suite de la 16re page)
fameux group rasin Boukman Eksperyans.
Je me demand bien ce qu'en pensent les Haitiens
qui vivent 18-bas de gr6 ou de force. Entre autres ceux qui ont
vot6, fin des anndes 90, pour Manno Charlemagne g la mairie
de Port-au-Prince. Manno Charlemagne est un grand auteur-
compo siteur-interpr~te, son r~pe rtoire s'inscrit parmi le s
classiques de la chanson d'auteur en Haiti. Lorsqu'il fut maire,
il fut loin de faire l'unanimit6 pour Ctre polio.
Je me demand bien ce qu'en pensent les Haitiens de
l'lle Magique qui savent l'urgence d'une governance
efficace... et qui se faith attendre depuis des lustres.


Je me demance bien ce qu'en pensent les fans de
Wyclef don't je suis. De cette mise en candidature imminent
d'une star du hip hop et de la pop culture amdricaine, qu'en
pensent tous ceux et celles qui se d~solent de la trop lente
reconstruction post-sdi'sme ?
Ce qu'en pense Michaelle Jean qui d~clarait cette
semaine qu'Hai'ti ne se relive pas, six mois aprbs le tremblement
de terre ayant frapp6 Port-au-Prince et tuC plus de 300 000
personnel.
Je me demand bien ce que VOUS, qui etes sensibles
g l'avenir d'Haiti, pensez de cette possible mise en candidature.


Ily a six mois, un tremblement de terre a d~vast6 ma
terre natale : Haiti.
Depuis l'6poque ou j'6tais membre du group The
Fugees, et bien avant que je co-fonde Y61e Haiti, une ONG
cr6e ily acinq ans visant clutter contre la pauvretC et trouver
des solutions aux probl~mes d'6ducation, de sant6, d'aide A
l'enfance, de secours et d'environnement dans mon pays natal,
je me suis fait la promesse de toujours attirer l'attention sur
Haiti. Aujourd'hui, je me dois de veiller g ce que l'int~ret mondial
port gHaiti ne s'essouffle pas. Je souhaite seulement arrater
le processus de destruction.


Un an avant le tremblement de terre, je d~clarais sur
mon blog : "Si nous n 'agissons pas main tenant, le navire
continuera de couler". Haiti a encore besoin de notre aide,
aujourd'hui plus que jamais. Beaucoup de promesses ont 6t6
faites apris la catastrophe du 12 janvier, et nous voulons
qu'elles soient tenues. Au sein de Y61e, nous faisons tout ce
qui est en notre pouvoir.
La reconstruction d'Haiti nous tient g coeur g mon
spouse Claudinette et g moi-mime. Depuis le tremblement de
terre, nous avons effectuC de nombreux voyages 18-bas. J'y
6tais le 13 janvier et plus r~cemment, fin juin. Nous avons


observe la situation de nos propres yeux, nous avons 6cout6
les gens sur place y compris le personnel permanent de Y61e et
ses volontaires.
Conclusion : nous ressentons de la frustration. Les
ruines et bitiments effondr~s n'ont pas disparu. Je pensais
qu'en allant 18-bas, j'allais voir des milliers de tracteurs sur
chenille d~blayant le sol mais je m'6tais trompe.
J'en ai discut6 avec Enrique Silva, professeur g
l'universit6 de Boston. Il m'a dit et je le cite : "La reconstruction
d 'Hai'ti va bien au-deld de l'effondrement spectaculaire des
(UN TALENT/ p. 7)


SUSPENSE PRE SIDENTIABLE S


Bousculer tous les petits calculs d'Cpicier

De mime tous ceux qui ont fond leurs calculs sur le
contrile du CEP et de l'administration en place (comme
actuellement son opposition le reproche au Pr~sident Pr~val
et comme cette opposition de son c~tC rive de pouvoir le
faire) l'ont 6t6 pour leurs frais. Enfin aux frais de ceux qui
continent de leur bourrer les poches.
La seule solution a 6t6 jusqu'g present : organiser
une force 61ectorale assez puissante pour bousculer tous les
petits calculs d'6picier des organisateurs du scrutiny.
C'est la seule alternative qui ait rdussi jusqu'g pr~sent.
Le reste, comme dit le po~te : gmir, pleurer, prier est Cgalement
liche !

Au travail ...
Alors qu'on soit du pouvoir ou de l'opposition, la
seule solution c'est : au travail La force est IA. Reste g la
mobiliser. La faire sortir des d~combres. Et ga faut le faire.
Le reste c'est du cinema gratis 'ti ch~ri'. Or toute
61ection qui s'est voulue du cinema, depuis 1986, s'est terminde
en eau de boudin. Au sens creole du mot.
Cet avertissement vaut aussi pour l'intemnational qui
semblerait y miser gros lui aussi. Aussi gros sinon plus, dit-
on, que les acteurs locaux. Done qui ferait bien lui aussi
d'apprendre g connaitre aussi bien les r~gles du jeu ... que les
risques du m~tier.
Milodie 103.3 FM, Port-au-Prince


En Ha'iti, P'Etat de droit ne progress qu'd petits pas


WyrlefJegg nYASident ?


WVyclef declare et se declare










La Reconstruction sera d'abord ha'itienne ou elle ne sera pas


AVI ELEKSYON
Asanble Setifikasyon Vdt Konte Miami-Dade lan pral reyini nan Biwo Sipevize Eleksyon an ki
chita nan 2700 N.W. 87th Avenue, Miami, Florida. Asanble Setifikasyon Vot lan ap reyini nan dat
kpswiv yo an preparasyon pot dirile Eleksyon Prime a ki pral fet 24 dawout 2010.
DAT/LE AKTIVITE
Mekredl 4 dawout 2010 1. Tes Lollk ak Presizyon system eskane optlk ak system manyen
10:00 a.m. ekran kI pral sevl pou bilten vot pa korespondans, vote pl
bnak bilten vot blwo vot y
Madl 17 dawout 2010 1. Enspeksyon an Plblik Bllten Vot Pa Korespondans yo
8:00 10:00 a.m. 2. Tes Lollk ak Presizyon system eskane optlk anvan depouyman
kI sevl pou bilten vot sou ppey
Mekredl 18 dawout 2010 1. Ouvetl ak pwosesis bilten vot pa korespondans yo ap
8:00 a.m. ]lska komanse epl ap kontinye Jan sa nesese
lendl 23 dawout 2010 2. Diplikata bilten vot yo (depl II nesese)
8:00 a.m. Ilska finisyon 3. Setiflkasyon bilten vot pa korespondans kI slpozeman pa
Stfkso: 10:00 a.m. valid yo komanse epl ap kontinye lan sa nesese
Madl 24 dawout 2010 1. Kontinye ouvetl ak pwosesis bilten vot pa korespondans yo
(depl II nesese)
2. Kontinye fe diplikata bilten vot yo (depl II nesese)
Setiflkasyon: 3. Kontinye fe setlflkasyon bilten vot pa korespondans kI
6:00 p.m. Ilska finisyon slpozeman pa valid yo
4. Pwosesis bilten vot pwovizwa yo
5. Etale rezllta yo sou tablo
6. Plbllye rezllta prellmine yo apre 7 p.m.
]edl 26 dawout 2010 1. Kontinye pwosesis bilten vot pwovizwa yo, st sa nesese
Setiflkasyon: 2. Setfl~kasyon Rezllta Ose yo kI enkhl bilten vot pwovizwa
4:00 p.m. Ilska finisyon yo
3. Tes Lollk ak Presizyon sou system eskane optlk apre
depouyman kI te sevl pou bilten vot pa korespondans yo ak
bilten votpwvzao
Madl 31 dawout 2010 1. Setfl~kasyon Rezllta Q~sigy o pou remet bay Eta a
Mekredl le septanm 2010 1. Pwosesis odit deklanche Seleksyon Konkou/Kestyon ak Blwo
Stfkso: 10:00 a.m. Vot pou Odit Eta a
]edl 2 septanm 2010 Ilska 1 Kontlnyasyon pwosesis odit ]lska finisyon
mad I sep am 2010nde

Tout reyinyon sa yo ap ouve a piblik la. Pou yon entepret ki pale an siy pou moun soud oswa ankenn
lot aranjman tanpri rele 305-499-8405 omwens senk jou davans. Dapre Seksyon 286.0105, Lwa
Florid yo, yon moun ki ale an apel pou nenpot desizyon Asanble Setifikasyon an te pran sou yon sije
diskite nan yon reyinyon, pral bezwen yon anrejistreman pwosedi an, ki vle di se pou moun sa a asire
li ke anrejistreman pwosedi yo fat motamo.LetrSl
MIA~igSipevise Eleksyon
E Konte Miami-Dade


Mercledi 28Juillet 21
F~a'tipn /lrrh 110AlXXIV* ~No217


Page 7


PARIS-MIAMI, 18 Juillet Qu'est-ce que Haiti attend
pour recevoir le message ? Pourtant il s' tale en couverture de
tous les joumnaux : 'L'Europe r~duit ses d~penses et ses
ambitions. Les institutions europ~ennes vivent au-dessus de
leurs moyens ; lb aussi l'heure de la rigueur a sonn6' (Le Figaro,
17 juillet).
Etats-Unis :'Les inqui~tudes sur la croissance
amdricaine font chuter les bourses' (Le Monde, 18 Juillet).
'P~nalis6 par le chimage, le president (Obama)
sillonne le pays pour vanter ses r~formes' (Le Figaro).
Ou encore : 'La lutte contre le Sida est menaces par
la crise (...). Rigueur budg~taire oblige, la plupart des pays
d~velopp~s r~duisent leurs budgets d'aide au d~veloppement'
(Le Monde, 18-19 Juillet).
VoilA.

Du moins pas tout ce qui a CtC promise ...
Que faut-il de plus pour nous convaincre de
retrousser nos manches et cesser de river aux milliards promise
par nos grands donateurs ?
Lors de deux sommets (New York, 30 mars et Punta
Cana, 2 juin 2010), ces demniers ont fait des promesses de
l'ordre de 10 milliards de dollars pour les 5 prochaines anndes
pour la reconstruction de notre pays ravage par un tremblement
de terre le 12 janvier demnier.
Au mieux, les pays en question ne pourront pas
donner tout ce qui a 6tC promise.
Dans un pareil cas, que fait-on ?
Supposons que vous devez reconstruire votre maison
mais que vos parents et amis en diaspora r~alisent qu'ils ne
peuvent pas vous foumnir toute l'aide promise, eh bien, vous
revoyez vos plans.
Vous r~duisez le nombre de chambres ou leur
dimension. Ou vous utilisez des fenitres fabriqudes localement
au lieu d'en importer.

Un esprit plus pragmatique...


Or g ce jour on semble continue g planifier sur les 10
milliards alors que ceux qui nous les ont promise sont en train
d'6taler leurs misbres aux premieres pages des magazines.
De la mime fagon que notre malheureux sans logis de
tout g l'heure qui doit adapter son impatience d'avoir un
nouveau home g la measure de ses possibilities, I'Etat haltien
doit lui aussi r~viser ses plans dans un esprit plus pragmatique.
Autrement dit, prendre aussi mieux en main son
destin. Ne pas se laisser bercer d'illusions dans un monde od
mime les plus fortunes sont en train de perdre les leurs.

S'adresser aux Ha'itiens eux-m~mes ...
Or non seulement il est impossible de distinguer ce
qui est le programme propre g Haiti de ce qui a 6tC envisage
par nos ex-riches amis, mais l'Etat haltien n'a pas pris la peine
jusqu'ici de s'adresser aux Haitiens eux-mimes.
Ni g ceux de l'int~rieur qui se plaignent (g tort ou A
raison) de n'avoir pas 6tC consults sur le plan de
Reconstruction, ni g nos compatriotes en diaspora dont
certain auraient souhait6 apporter leur concours, aussi
modest soit-il.
Bref, I'Etat haltien a manqu6 de sensibiliser le pays
dans ce qui devrait Ctre (et qui doit I'Ctre maintenant cote
que coilte 6tant donn6 que c'est la seule alternative qui nous
reste pour sortir des d~combres) un grand 'coumbite' national
(un effort commun maj eur).
Nous devons nous r~approprier la Reconstruction,
sinon nous nous condamnons g nous enterer vivants sous
les ruines du s~isme.

Un thbme pour les Clections ...
Mais surtout ne pas c~der au pessimisme. Ni g la
critique facile. 'Mwen te wk sa.' Trop souvent teint~e de calcul
politique. Surtout g l'approche d'61ections ...
Mais justement n'est-ce pas lb un th~me pour ces
demnibres (les 61ections). Et le seul qui vaille. Alors que sonne
la fin des illusions, ces 61ections, qui n'ont jusqu'g present


aucun sens, devraient Ctre comme un immense appel d'offres
oih seules les propositions les plus imaginatives mais aussi
r~alistes seraient revenues.
Rappelons-nous ce que faisait le president EstimC
face au refus des Am~ricains de nous conc~der un pret pour
acherer de payer la dette de l'Ind~pendance et lib~rer notre
pays qu'il puisse se consacrer enfin g son d~veloppement. Le
chef de l'Etat g cette 6poque langait un emprunt interne. Et
incroyable mais Trai, nos compatriotes relevdrent le d~fi. La
fameuse dette fut enfin payde nous d~barrassant d'une
hypothbque qui pesa sur le pays pendant un siacle et demi.
Les Haitiens des anndes 50 l'avaient compris comme
une menace g notre souverainet6 national.

Abandon de people en danger ...
Mais nos leaders s'6taient montrds aussi capable
de toute la cr~dibilit6 n~cessaire g une telle operation. Celle-ci
r~ussit si bien que la prochaine tape fut la grandiose
c616bration du Bicentenaire de la foundation de la ville de Port-
au-Prince (en l950).
Et Estim6 fut renvers6 par l'arm~e avec le support de
Washington ... pour lui faire payer son impertinence. Pour
nous, son patriotism.
Or aujourd'hui il ne s'agit pas seulement de menace g
la souverainetC. Mais d'abandon de people en danger. Et
d'abord, incroyable mais Trai, par ce people lui-mime. Ou du
moins ses 61ites. Incapables de comprendre. Et de se
comprendre. Oui, ces prochaines 61ections seront celles de
I'incompr~hension r~ciproque. Si l on refuse done de
reconnaitre les choses comme elles sont dans ce pibge appelC
Reconstruction car ce sont ceux-lk mimes qui f'ont mis au
point qui ne cessent de nous r~p~ter maintenant (comme disent
les Haitiens, 'en bon frangais') qu'elle n'est pas r~alisable
(cette Reconstruction), alors de telles 61ections, pour quoi
faire?

Mlodie 103.3P , Port-au-Prince


24/07/2010 Prbs de six mois aprbs le s~isme qui a
ravage l'ile d'Haiti en janvier demnier, Bibliothbques sans
frontibres monte un programme de dons de livres aux victims
du s~isme.
Le project ? < coins de lecture dans les camps de rtifugids et dans les
quarters ainsi que dans les dcoles et les universitys> explique
le president de Bibliothbques Sans Frontibres (BSF), Patrick
Weil. En effet, le s~isme, qui a faith plus de 25 000 morts, a
d~truit de nombreuses Ccoles et bibliothbques.


BSF n'en est pas g son premier geste envers Haiti.
D~s le mois de f6Yrier dernier, I'ONG qui ceuvre pour l'accds au
savoir de tous dans le monde avait lanc6 un programme baptism
"1 livre + 1 euro pour que vive la culture haltienne" et destiny
g r~colter des fonds et des livres. "Nous avions enanend plus
de 30 000 livres en Hai'ti avant le 12 janvier et nous
travaillions avec les responsables de la bibliothdque
national d'Hai'ti. Aaintenant il faut reconunencer" r~vble
Patrick Weil.
Aujourd'hui BSF espbre lancer la premiere
bibliothbque numdrique d'Haiti et donner 500 livres g chaque


university hai'tienne, en attendant de reconstruire la
bibliothbque central de l'universitC. L'organisation a obtenu
une bourse de 750 000 euros de l'Acad~mie frangaise, destined
g l'achat de materiel pour les bibliothbques du pays.
Bibliothbques sans frontibres n' est pas la premiere g
se mobiliser envers les victims du tremblement de terre. Une
semaine apris la catastrophe, I'auteur anglais Greg McQueen
langait l'op~ration <<100 stories for Haiti>>, un recueil
d'histoires courts co~crit par plusieurs auteurs et dont les
b~ndfices ont 6tC entibrement reverses g des associations
caritatirles.


(... suite de la page 6)
bcitiments et infrastructures. Il est d galeinent question ici de
structures politiques, sociales et dconoiniques qui ont
certaineinent aggravd l 'impact du tremblenient de terre".
La reconstruction du pays a 6td retard~e par des litiges
fonciers, des barrages bureaucratiques, des probl~mes de
douanes, des divergences d'opinion quant g la strat~gie A
adopter et y compris des retards dans la reception des
promesses de dons faites g Haiti. Selon Associated Press,
seulement 2 % des 5,3 milliards de dollars de promesses de
dons faites g moyen terme ont 6t6 recus.


de resources limited notre champ d'action. R~sultat : plus d'un
million de mes frbres et sceurs les plus vulndrables n'ont toujours
pas d'abris d~cents.

NOUS DEVONS TOUS RENFORCER NOS
EFFORTS POUR REDONNER ESPOIR
Je me suis 6galement entretenu avec Jayne Fleming,
advocate sp~cialis~e dans les droits de l'homme, travaillant pour
un prestigieux cabinet d'avocats qui lui permet de faire du
b~n~volat pour aider Haiti. Les histoires qu'elle m'a racont~es
m'ont horrifiC et m'ont fait l'effet d'une second douche froide.


respectant les norines constitute non seuleinent une violation
des droits de 1'honune, inais de noinbreux probldines en
dicoulent igaleinent. La population est exposde a un plus
grand risque de blessures et de maladies parce qu 'elle vit
dans des conditions dlirric He~.\ et insalubres. Les fenunes, plus
particulidrement, sont exposdes a un risque plus dlevd de
violence et de viols dtant donnd qu 'elles n 'ont pas de liaison
oit s 'enferiner la nuit. Quant aux enfants, ils sont souinis 6 un
risque plus important d 'enliveinents, de traffic et prostitution
parce qu 'ils vivent dans la rue ".
(UN TALENT/ p. 8)


Lors du retour d 'une de ses demidres visits en Harti, le chanteur et ambassadeur de bonne volontd, Ri'clefJean,
fond en lamnes
A cela s'ajoute maintenant la saison des ouragans C'est alors qu'une 6Yidence s'est impose g moi :
qui commence dans un mois sans oublier que Port-au-Prince je devais continue g me battre pour Haiti. Jayne
est balav6 chaque j our par des temp~tes tropicales. Y61e Haiti m'a expliqu6 que et je la cite "les gens vivent
s'efforce de transf~rer les gens vivant dans des tentes vers toujours dans des tentes inonties a partir de
des petites maisons temporaires, mais le manque de terrains et chiffons, cartons et plastique. Le manque d'abris


I RA PATRI ER LA RECON STRUCTION


Bibliothbques sans frontibres se mobilise en Haiti


WVyclef declare et se declare










Allemande en dehors, ha'itienne en dedans...


~~ ~1Reach Further And Faster withAmenjiet
p~

MRgMTIN C


ADOMI PUlKHRJllNG AGENCY

Tel. : 786-457-8830 Fax: 305-7516-0979
e-mlail : adomipurchasing~aol .com
Pear tonss c1s achats :
Equipements pour construction / Pikces de voiture / Casmion /
Equipment medical
Par avion ou par bateau.


Haiti en M
r Mercredi 28 Juillet 2010
a


Page 8


La Presse, 22 Juillet 2010 -<>. elle n'a jamais
comme allemande ou haltienne? Pour moi, ce n'est pas une voulu se compromettre et tomber dans le pibge du konpa
question. Mon Ame et mon art sont haltiens. C'est simplement commercial. Pas son truck.
que je n'ai pas le bon emballage!>>
Cornelia Shtitt, alias TiCorn, est
d~cid~ment un drile d'oiseau. N~e en Haiti de
parents allemands, cette chanteuse haltienne
100% blanche se ddvoue corps et coeur g la
defense du patrimoine haltien depuis l'Age de
12 ans. Elle chante en creole (surtout) et en .
anglais (parfois) des classiques du folk local~ -
et compose ses propres chansons en -
s'inspirant des rvthmes kongo et janvalou, F
comme si le sang vaudou coulait dans ses ... :
vemnes. .


r~alis6 qu' on ne l'avait pas oubli~e. Non seulement lui rendait-
on hommage sur YouTube, mais des artistes pas folk du tout
s'6taient mis g 6chantillonner ses chansons! Ca lui a donn6
envie de s'y remettre plus s~rieusement: en
2009, elle a enregistr6 un nouvel album (Cap
Hai'tien), r66dit6 tous ses vieux microsillons
en format numbrique et mis la totality de son
oeuvre sur iT~unes.
Depuis le tremblement de terre en
Haiti, TiComn a encore plus de travail. Ne lui
reste plus qu'g retourner au pays de sa
jeunesse, oid elle n'a pas mis les pieds depuis
15 ans... Et g Montrial, oih elle n'a pas jouC
depuis deux d~cennies.


Les Haitiens l'ont adopt~e tout de '
suite. Son premier disque, paru en 1978, a joud
r~gulibrement g la radio. Et certaines de ses
compositions, comme Colibri, sont revenues =
des incontoumnables du folk haltien.
Visiblement, sa couleur de peau ne
fut jamais un obstacle. Au contraire. < mon album est sorti et que j'ai donn6 mes
premiers concerts, les gens 6taient 6tonnis
de voir que j'6tais blanche, dit celle qui se
produira dimanche au Thditre T61us, dans le
cadre du festival Haiti en folie. Mais ga ne les
a jamais d~rang~s. Dans un sens, ils 6taient
contents et fiers que je chante leur culture.>>
En 30 ans, cette Joan Baez haltienne aura 6crit une
cinquantaine de chansons, r~parties sur une demi-douzaine
de microsillons. Mais sa carribre, plutbt discrete, ne fut jamais
celle d'une redette pop. Si, de son propre aveu, la musique


Pour l'Ekspervans
Organism par l'6quipe du festival du
film black de Montrial, le quatribme festival
Hai'ti en folie <> de ce soir g
dimanche entire le ThCitre Telus (pour les
spectacles payants) et le parc LaFontaine
(pour les films, la bouffe et les spectacles
gratuits) .


e


Avec les Week-ends du monde qui
sont finis, et en l'absence du d~funt festival
de musique haltienne du parc Jean-Drapeau,
Haiti en folie est votre meilleur ticket pour la
Perle des Antilles.
Hai'ti en folie, du 21 au 25 juillet. In fos:
www. haitienfolie. com. TiCorn en concert avec le podte Jean-
Claude Martineau, au Thicitre Telus, dinianche 19h.
www. TiCorn. coni


La chanteuse haftienne d 'onigine allemande, Ti Com
TiComn s'est 61oignde du m~tier au milieu des anndes
90, ne donnant pratiquement plus de spectacles. Vivant avec
son mari entire l'Espagne et l'Allemagne, elle s'6tait mime
recycle dans la distribution d'encens japonais.
Revenue g la chanson depuis 2007, la folkeuse a


(UN TALENT... suite de la page 7)
"J'ai interview plus de trente victims de viol &
Hai'ti, continue Jayne. 4ucune de ces fenunes ne pense que le
gouvernement les protigera, jugera les crintinels ou assurera
leur sdcuritd. Par exeniple, une fenane a port plainte pour
tentative de viol a la police qui lui a conseilld d 'en parler au
president car ils avalent ddja entendu des dizaines d I,, .. ,. a
conune la sienne. Conunent voulez-vous que
les gens garden espoir dans un
environneinent aussi hostile ? "
Beaucoup de promesses ont 6t6 faites
g Haiti au course des six demniers mois. Les
Hai'tiens se sentent abandonnis et
commencent g penser que ces promesses ne
seront pas tenues.
Avec Y61e Haiti, nous nous efforgons
de tenir notre part de promesses. Au course des
six demniers mois, nous avons distribu6 84 000
repas chauds, environs 7,5 millions litres d'eau,
700 plateaux-repas et 14 000 boites de conserve
de nourriture. Nous avons 6galement soutenu
Airline Ambassadors dans le cadre de la
distribution d'6quipements m~dicaux et de
medicaments aux victims. Nous faisons venir
des Etats-Unis des containers de nourriture,
v~tements, lampes torches et du materiel
m~dical. Nous avons fourni plus de 1 500 tentes
et 870 biches pour 34 tentes communautaires.
Nous plantons des arbres, crdons des
emplois et nous allons cr~er une communaut6
agricole durable et permanent pour 5 000
personnel prbs de Croix-des-Bouquets. Nous
Inlare cal


avons 6galement l'intention de construire une grande cuisine
au sibge de Y61e Haiti g La Plaine oid nous recruterons des
femmes de la region et leur apprendrons g lire et faire du
business tout en distribuant 15 000 repas par jour pour nourrir
les gens qui meurent de faim.
Toutefois, nous devons tous renforcer nos efforts
au course des six prochains mois pour redonner espoir aux


AMOYEN TERME,VOICI SELON MOI CE DON'T
IIAITIIABESOIN :
Au course des trois prochains mois :
La Commission int~rimaire pour la reconstruction
d'Haiti doit d~bloquer 150 millions de dollars de promesses de
dons pour assurer une s~curit6 publique coh~rente et un plan
de s~curit6 qui rdponde aux probl~mes de violence,
d'enl6Yement, de viol et d'abus sexuel qui
r~gnent g travers le pays, particulibrement
parmi les communaut~s les plus vulndrables.
La Commission doit 6galement d~bloquer 150
millions de dollars de promesses de dons pour
mettre en place un programme s~rieux destiny
g nettoyer les ruines tout en permettant de
crder des emplois pour les jeunes, les aider g
se nourrir ainsi que leur famille. Ce programme
doit 6galement constituer le Trai
commencement du processus de
reconstruction et donner g tout le monde de
l'espoir pour le future.
Au course des quatre prochains mois

Les dirigeants de la Commission, les
Nations unies, les anciens presidents
am~ricains George Bush et Bill Clinton
devraient Ctre appel~s g s'engager eux-mimes
g collector les milliards de dons faits par la
communaut6 international pour secourir Haiti
et assurer que ces dons soient Traiment
reverses.
Une fois que ces objectifs seront
atteints, que les Haitiens seront Traiment en
du monde s~curit6 et auront retrouv6 leur fiertC, que les
infrastructures seront de nouveau sur pied et que le pays sera
lanc6 Yers une nouvelle destine, pourquoi ne pas se fixer des
objectifs plus 16gers ? Pourquoi ne pas organiser une coupe
du Monde de football g Port-au-Prince ?
Je souhaiterais terminer sur ces quelques mots du
grand sage Gandhi : "La rupture d'une proinesse laisse la
porte ouverte au inensonge ".
Je suis un guerrier, je ne peux rester sans rien faire
quand des promesses ne sont pas tenues. Je n'abandonnerai
jamais. T'espbre que vous non plus.


femmes, enfants et g toute la
population et leur montrer que
nous pourons surmonter ce
d~sastre. Il ne suffit pas de
tenir ses promesses. II faut
aller au-del8 et faire du
Suiri.(Heather Paul, PDG de
SIS Children's Villages USA,
m'a r~cemment dit : LZesgens
ont besoin de voir des signes
de progrds".


alons


Nous rommes
sp~cialiade dans...
Cargo 06n~ra, Berlls
Prodults prtssables, E
personnels, Prodult.
exploarlf, Touesr dimenw
de rmatkdel


STARS NATIF NAT~AL


WVyclef declare et se declare


** .


abre de fliclefJean s'entourant du drapeau hardien sur toutes les scenes


.

Wets I


Door to Door Servic


s i available


1-800-927-6059




Mercredi 28 Juillet 20 10
Haiti en Marche Vol XXIV No 27


Page 9


%"
I~~


CX *..


~IIL~


1


;~ c'u


CP~?'"~~


er
r,
'3r


:~c\'CI


~os


c~-~ ~LT


Ir~J~
rlL ~I


6''~ rI t;

IL,






Hait enMar

Enforcement des institutions : seule planche de salut pour Ha'iti


L'Organisation international de la Francophonie
(OIF) a lanc6 un appel aux dons pour la refondation d'Haiti, a-
t-on appris mardi d'un communiquC de f organisation.((Selon
le texte, I'OIF a lanc6 un appel aux dons pour le cofinancement
de trois projects en Haiti, g savoir la construction d'un Centre
de lecture et d'animation culturelle, la mise en place de classes
p~dagogiques pour la petite enfance et la reconstruction de
l'Institut francophone pour la gestion des Caraibes.
Suite au s~isme sans pr~c~dent qui a frapp6 le 12


Advertsumant al Overal ACDaBE Tese-Year Gal For Car Rertal and Nan-Ca fAental
IDepr~astmentorreanoneson 4e cFRe Part 23




The: ~aim-Dade Avisirm Drepar smnt .MDIAll) a piaegmrng 1e~stalsr, ar conse.1111qual
Ibr pasrrpetn tq Awpot Con~cesson Osada-.amgrs Bessn s E arpe~rs la.(1 I
ODI ecaugh $pml 0. ~ M AD crrnhmh eH F Mml r
asb wo.. bur... e..... conles v.,wp co-auny o wsnlate .**
7.a .lr Or orInle .kr m? .u kb s .conarngIh nr ....
on orppolrtunss o ACIDBEs. and whil at gHt cnstitute ha lel playgg imal lo'
prtericapht f ACXDBEs iR MOAD aerport coe*8 conntrcis Avela ptlying ield
at de~. ne Ias 1heamontd glofkgerlof ACDBE klma wouts haveso MDA anpt s
ararars a mn *rs n was decmmateD~rs.9***'""'"
MDADI m proposing psan oeHACDBE 1hrse-year goal of 30e to cr mainl
2b ams~d 20s e ..e.I n ~a sllcamai ... c..e!"..0sl ff ^""
areclnses so rrecaursr 201( I~re assage 200 w Bse klmoatolin evensul vanlers
TheI rabonate Lor Io Eloal and toptarIn kratrmaton well be avadabl lo pubic
Ispclagdan Sf JO das fmre the pubbeanlon eI the nodes at MOADB 5 Mirey Alhi,
a.=, a.-.n .r 4200 r P wB yer 811ne.CP, Fl r*~ Ynnxrd ... nt. =1
Monday ~ In~ Mirup Faa rrUr toD nma [I ** M


Mercredi 28 Juillet 2010
i~~ ,\,~~ ~ VT~hO1


Page 10


(... suite de lapage 2) institutionnel de ces collectivit~s. De plus ces collectivit~s
(Directeurs g~ndraux, Directeurs de Division et l'appui n~cessaire pour 61aborer avec l'aide des acteurs
D~partementaux, personnel des ministries). Il s'agit d'Cviter presents dans leur zone respective, un Plan de d~veloppement
la confusion de rbles qu'on retrouve g tous les niveaux de oid toutes les interventions de tous les acteurs
l'administration (Pr~sident vs Premier Ministre, Ministre vs s'interconnecteront une symbiose parfaite.
Directeur G~ndral etc.). II doit Ctre clair que le ministbre est 3.3- Niveau des parties politiques, syndicats ou autres
dirige par le directeur g~ndral, 1e vdritable patron ;le ministry associations socio -professionnelles
et son cabinet donnant les grandes orientations, veillant g Les recommendations sont les suivantes :
l'application des grandes orientations d~finies par le Libre expression des tendances
gouvemnement et en en faisant le suiri r~gulier. En fait le Respect des status etr~glements oidles mdcanismes
directeur g~ndral conduit le vdhicule mais le ministry s'assure de prises de decisions sont clairement explicit~s. Il est
que les destinations sont respect~es, effectudes dans des indispensable d appliquer les sanctions contre les membres
d61ais raisonnables et g moindre coat. L'outil
pr~f~rC du ministry est le tableau de bord,
tableau synoptique de toutes les interventions CIll'
du ministbre, ou il peut en un cout d'ceil, voir ou ..
l'on en est, identifier les points de blocage et .' = .
ainsi lui permettre de redresser la barre. .i .1 r d
Le directeur g~ndral est done le garant 1
de la stability du ministbre. Il en est de meme I)
des secretaires g~ndraux du parlement, des -. ...m@ S
mairies ou du CEP. Lorsque des parties politiques mes~.14=*T .1
n~gocient des postes de directeurs g~ndraux, 5 o '
ils contribuent g affaiblir encore l'Etat. Dans les L: .-
pays anglo-saxons, le poste est d~fimi comme I
Permanent Secretary, pour montrer l'importance *
de la function. Il va de soi que le choix du DG j ,
doit se porter sur l'un des directeurs les plus L
exp~riment~s de l'administration et avant
prouve une experience in~:gal~e. . '*~


Cotisation r~gulibre et obligatoire pour tous les
membres, si minime soit-elle. M~me sil'Etat peut finance les
parties, la cotisation rd gulibre enforce le sentiment
d'appartenance et responsabilise le membre. A noter que les
61us des parties (s~nateurs, d~put~s, mires ou autres) doivent
verser un pourcentage de leurs salaires pour le fonctionnement
du parti. C'est ce systbme qui a faith la force du PLD en
R~publique Dominicaine. Ce parti n'a jamais accept de
financement extemne.
Presence rdelle dans les provinces (Les efforts
actuels de Charles Henry Baker qui parcourt le pays de fonds
en comble pour structurer son parti sont g encourager).
Effort r~el deregroupement au niveau
des parties g iddologie semblable.
Pour conclure il est clair que les milliards

6conomique en multipliant les infrastructures
(routes, t616phones, 61ectricit6, ports adroports,
etc.). Malheureusement cela ne suffira pas pour
'4 d~velopper le pays. En effet le d~veloppement
j L ~Idurable requiert plus que du b~ton. Seul le
I enforcement de nos institutions peut sortir notre
S pays de ce bourbier dans lequel il patauge depuis
2 si~cles. La tiche est colossale et n~cessite un
investissement human important, car, comme
nous f'avons vu, routes nos institutions sont
en lambeau. Cette tiche est haltienne et requiert
Sla collaboration de tous les secteurs
(gouvernement, parlement, collectivit~s
territoriales, parties politiques, syndicats,
associations de la soci~t6 civil etc.). Il imported
de s'v atteler d~s maintenant, car les r~sultats
ne se manifesteront que sur le long terme.
II faut surtout en finir avec le
manich~isme ambiant, cette tendance g diaboliser
l'autre, g rechercher des boucs-6missaires. Kou
tout gen yon grenn zanno kay ofev. Nous
sommes tous responsables des dkboires du pays
par la corruption g~ndralis~e (dans l'6tat, les
ONG, le secteur prive), par notre refus de pays
nos taxes, par l'image que nous donnons de notre pays g
l'6tranger, par notre refus de nous assoir ensemble pour
discuter pays etc. Cessons done de poser de faux probl~mes
et attelons d~s aujourd'hui g la reconstitution de notre social.

Edouard' Demetrius
Ingenieur 4gronome
Ex-Directeur General d'u A 4RADR
Ex-Chefd'e Cabinet au A RADR


3.2- Niveau Parlement et Collectivitds .
Le mime raisonnement vaut pour le a
parlement et les Collectivit~s territoriales. Les
secretaires g~ndraux doivent avoir la latitude I
de faire la coordination des diff~rents services
ou d~partements, aprbs l'institution bien sur
d'une function publique parlementaire et
municipal. De mime que les DG des ministries
doivent survive aux diff~rents changements
de ministres, de mime les mandates des secretaires g~ndraux
du Parlement et des collectivit~s ne doivent pas, pour la stability
de ces institutions, coi'ncider avec ceux des 61us.
Les conseils communaux et les bureaux des chambres
joueront le rble de conseil d'administration avec leur tableau
de bord comme outil de pilotage. De plus l'6tat central doit
veiller g ne pas ex~cuter directement des projects dans les
collectivit~s mais plutBt donner les moyens g ces collectivit~s
pour r~aliser elles-mimes ces projects. D'oid un enforcement


Six nmois aprds le sdisnze, et tonjours sons les diconibres (Reuters)


fautifs et surtout appliquer un code de ddontologie, sans quoi
l'organisation s'expose g fonctionner comme une association
de malfaiteurs.
Elections r~gulibre pour renouveler les cadres
dirigeants, pas unbouilli-vide g l'approche de chaque 61ection
national
Formation des membres(Documents de formationA
61aborer)


a suscit6 un immense 61an de solidarity dans le monde, pr~sente
ainsi une reine de beauty g ce grand concours international,
une premiere depuis 1989 !
Mais la jolie Sarodj jouit non seulement d'un phy-
sique irr~prochable (24 ans, 1,75m) mais aussi d'une histoire
trbs particulibre et dramatique. En effet, la june femme a perdu
sa maman le 28 mars 1994. Avocate opposante au regime en
place, Mireille Durocher Bertin a Ct6lavictime d'un assassinate
politique dont on soupponne fortement le pouvoir d'alors d'en
Ctre gf origine.


Sur les traces de sa mbre, Sarodj devrait devenir
advocate en R~publique Dominicaine oid elle suit des etudes en
droit international des affaires. Quinze ans apris cet attentat,
elle va done representer son pays g l'Clection de Miss Univers.
Son profile atypique dans le monde des miss devrait la propulser
sur le devant de la sc~ne lors de la c~r~monie qui se d~roule le
23 ao~t prochain.
Miss Univers 2010 est diffuse en direct sur Paris
Premiere avec les commentaires de Christophe Roux et Sylvie
Tellier.


janvier Hai'ti, I'OIF se mobilise pour Haiti, rappelle le New York, I'OIF a pr~sent6 ses propositions d'actions pour la
communiquC, en pr~cisant que le secretaire g~ndral de l'OIF, refondation d'Haiti. De plus, en mission g Port-au-Prince du
Abdou Diouf a lanc6 d~s le 13 janvier un appel g la solidarity 19 au 21 mai, l'Administrateur de l'OIF a engage plusieurs
de la communaut6 francophone. measures concr~tes pour des r~sultats imm~diats, selon la mime
Le 31 mars, invite A la Conf~rence des donateurs de source. Source: xinhua



Hai'ti USA : Sans rbformes il n'y aura pas

1 d'investisseurs Ctrangers


Le S~nateur rdpublicain Richard Lugar qui si~ge g la
Commission des relations 6trang~res du S~nat am~ricain, a
exhort dans un rapport public mercredi demnier, le president
haltien Rend Prdval, d'agir rapidement et de lancer une r~forme
afin d'attirer les investissements strangers pour aider A
reconstruire le pays.
Le S~nateur constate que les obstacles politiques et
6conomiques menacent les efforts de reconstruction et
entravent les opportunities d'affaires, rendant encore moins
attrayants les investissements strangers en Haiti.
Dans ce rapport, il est mentionn6 que le gouvemnement
de Port-au-Prince doit reformer en particulier le systbme des
titres fonciers afin qu'il y ait plus de clart6 sur la question des
valeurs mobilibres, tant pour les Haitiens que pour les nouveaux
illveStisseurs. II demand 6galement la modernisation et la
Simplification des procddures, des d61ais et des cots requis
pour ouvrir une entreprise en Haiti, recommandant que toutes
lCS procedures soient centralisdes en un seul endroit pour
faciliter les investissements.
Le S~nateur amdricain precise que dans la rdponse
du gouvernement am~ricain, ce dernier doit << acc616rer
assistance 6conomique et technique >> afin de soutenir ces
r~formes.


Le rapport r~clame 6galement la modernisation du
syst~me d'exploitation des entreprises en Haiti, notamment
les lois r~gissant le secteur des affaires et aussi la mise en
ceuvre de nouvelles lois pour faciliter le commerce et la
governance par le biais d'Internet.
Le document recommande aussi que l'dvaluation des
propositions d'investissement soit realise dans un d61ai
maximum de six mois. Selon le bureau du S~nateur Lugar, <<
certaines propositions dans le pass ont 6te retard~es pendant
des anndes >>. au point que les investisseurs les ont retires.
Selon les 6conomistes de la Banque mondiale, le
secteur priv6 a subi 70% de pertes et de dommages suite au
s~isme du 12 janvier demnier, ce qui a eu comme consequence
une perte suppl~mentaire d'emplois en Haiti d'environ 8,5%
pour un pays qui comptait d~ji plus de 70% de chimeurs.
Le document indique qu'il y a un consensus entire
les hommes et les femmes propri~taires d'entreprises en Haiti,
et que l'environnement actuel est une occasion unique pour
les autorit~s hai'tiennes pour entreprendre les r~formes
n~cessaires et pour les Etats-Unis de mener une champagne
international plus efficace pour atteindre un d~veloppement
6conomique durable en Haiti.
HL Har'tiLibre


UN GRAND COUMBITE


Ha'iti aura une repr~sentante


(MIISS UNIVERS 2010 ... suite de la 16re page)

85 candidates : Malika M~nard pour la France et Sarodj Bertin
pour Haiti qui aura une repr~sentante. Une premiere depuis
1989.
Si toute la France sera derriere sa miss, Malika
M~nard, pour la pousser g devenir Miss Univers 2010, les
projecteurs devraient aussi Ctre braqu~s sur la candidate
haltienne, Sarodj Bertin. Haiti qui se remet d'un terrible
tremblement de terre qui reste dans toutes les m~moires et qui


L'OIF appelle 21 l'aide financibre pour la reconstruction d'Hai'ti






LILYCIVII IILYVIIV IVIIY-II i. II


KJ ADVERTISING



P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673
Publicitis: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.
IHEO (954) 559-7729
Evens Hilaire
Consultant


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant

12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


Ecouter


Mb~lodie Mlatin

aveC MaTCMS


10 d~partements d'Ctudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Proj et
* Economic et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouvernance


Iformatqnue de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Hirard # 3,
Port-au-Prince, Hai'ti, WI.

www. cfdehzaiti. com
Par courriel: Administration@i~CDFEHaiti. com


Santb : Pourquoiles adeptes des talons hauts souflfrent a plat


Mercledi 28 Juillet 21
F~a'tipn /lrrh 110AlXXIV* ~No217


Pagell1


Le RI511101 11111
DA-NS LES NIPPES
* 1)c Ll~llulsoeei de pI'lace
* ( I.Illllitler 11,ll COIlIantI .11 00
.Ill Cflllillnalllic ft \1.llC (10




Dartiguenave a Anse a
yeau
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17"me
siecle...


Telephones : 566-5361
401-7108 / 514-0304
...lemanoloinn~mac.com

IniterHet (liiSponible
p~ourl les clients


i'lodie
S0 3 .3 fm


www. radiomuelodieh aiti. comu


On savait d~ji que porter des talons pouvait abimer
les pied et causer des probl~mes de dos, on apprend d~sormais
que les talons changent litt~ralement le corps des femmes!
Certaines le savent depuis longtemps, mais des
scientifiques viennent de le confirmer: les adeptes des talons
hauts ne peuvent plus porter de chaussures plates sans en
souffrir. Le Journal of Experimental Biology explique ainsi que
des scientifiques ont cherch6 g savoir si les talons hauts
affectaient d'une quelconque manibre les muscles des mollets.
L'6quipe de l'universit6 de Manchester a alors recrut6
des femmes de 20 g 50 ans qui avaient port r~gulibrement des



Hati Energie :
La Banque interamdricaine de d~veloppement (BID)
vient d'accorder une subvention de 14 millions de dollars pour
acc616rer le r~tablissement des services d'61ectricit6 g Port-au-
Prince, gravement endommag~es par le s~isme.
Cette subvention vient compl~ter un pr~c~dent proj et
de enforcement du r~seau 61ectrique finance par la Banque
mondiale. Ces resources suppl~mentaires permettront, entire
autres, les reparations sur des circuits g haute, moyenne et


talons de cinq centimetres pendant deux ans ou plus, puis a
form un second group de femmes qui ne portent pas de
talons et s'est mis g observer leurs mollets.
Les chercheurs ont relate leurs trouvailles dans un
rapport intitulC Des muscles, tendons, et talons hauts (payint 1'
ils s'attendaient g des muscles plus courts chez les femmes
qui pr~f~rent les talons hauts, parce qu'ils pensaient que < le muscle est dans une position oix il s'6tend moins, on le
charge moins et done le volume musculaire devrait Ctre r~duit>>.
Mais une premiere observation par IRM n'a pas montr6 de
difference.


En revanche, les scientifiques en ont d~cel~e une
dans la longueur des fibres musculaires des muscles du mollet:
les porteuses de talons ont des fibres musculaires 13% plus
courts que les porteuses de chaussures plates. Ils se sont
ensuite apercus que les tendons d'Achille du premier group
6taient plus large et plus solides que ceux du second,
compensant ainsi ces fibres moins longues. R~sultat, ces
femmes marchent sans probl~me sur talons hauts, mais sont
g~ndes quand elles repassent au plat, puisque leur tendon
d'Achille ne peut plus s'6tirer suffisamment.


17 millions pour PEDH et le solaire
basse tension ainsi que la construction d'une nouvelle sous- et le Global Environment Fund consacrent une some de 3
station dans le quarter industrial de Tabarre. millions de dollars en subventions pour la furniture de
Cette subvention servira 6galement g finance g~ndrateurs solaires et de r~frig~rateurs pour les h~pitaux et
I'acquisition de materiel informatique et de logiciels et g la autres 6tablissements de sant6.
formation du personnel pour renforcer la gestion technique et La BID finance 6galement un programme visant g la
commercial de l'Electricit6 d'Haiti (EDH) et att~nuer le deficit organisation de l'usine hydrodlectrique de P61igre, principal
commercial de la compagnie d' 61ectricit6. source d'6nergie renouvelable d'Haiti. Ce dernier programme
Parallblement ices efforts la BID,la Banque mondiale est 6galement soutenu par le Fonds de l'OPEP pour le
d~veloppement international et la KFW allemande.


Selon le Ministbre de l'Agriculture des Ressources
Naturelles et du D~veloppement Rural (MARNDR) et la
Coordination Nationale de la S~curit6 Alimentaire (CNSA), pour
la plupart des products alimentaire de base, la tendance est g la
baisse au course du mois de juin en comparison au mois de
mai.
En effet, le prix moyen (Fi\ Nil} du mai's connait une
important baisse, sauf A Port-au-Prince (+2.4%), par rapport
au mois pr~c~dent. La baisse est beaucoup plus significative
sur les marches des Cayes (-16%) et de J~r~mie (-15.3%). Pour


sa part, le prix du riz imports affiche aussi une tendance g la
baisse sur les diff~rents marches du pays, notamment g Port-
au-Prince (-6.3%), Cayes (-4.3%) et Ouanaminthe (-6.7%) et
surtout g Jacmel (-20%), tandis que le prix moyen du mai's
imports reste stable.
Toutefois, le prix du haricot rouge (pois rouge) a
augment consid~rablement, notamment g Port-au-Prince
(fig.5), J~r~mie et g Ouanaminthe, soit respectivement de
+20.3% (passant de 31.2 A plus de 37.5 gourdes en moyenne),
+12.6% et +3.4%. En revanche, au Centre, particulibrement A


Hinche, ce produit a enregistr6 une baisse remarquable de -
6.3% en moyenne.
Deux raisons semblent expliquer la tendance g la
baisse des prix au course du mois de juin. D'une part, la p~riode
de jonction, s'6tendant d'avril g juin, tend g diminuer avec
l'apparition des premieres r~coltes de printemps qui alimentent
l'offre alimentaire locale. D'autre part, la stabilisation du taux
de change depuis prbs de six mois et surtout la chute des prix
des c~rdales sur le march mondial, d'apris un rapport public
(PRIX ET SECURTITE/ p.16)


PETITES ANN~ONCES


m PID evies1 eeI per bCtea


ADDMII PURCHASING AGENCY
Tel.:f 86-45741830 Fax: 305-756-970 e-mail: ademip urchasing~aol.col


Ha'iti Social : Variations des prix et s~curit6 alimentaire






_ IIU VIIIILYVIIV IV1


REUTERS Alors que f'ile est toujours en
reconstruction, les associations haltiennes bases en France
s'activent. Et tentent de pallier les promesses non tenues par
les autorit~s et les ONG
Malgr6 le rapide d~sint~rit des m~dias pour le destin
de la petite rdpublique carib~enne apris le tremblement de
terre dul12janvier,la communaut~ hatienne de France pursuit
sa mobilisation, cotite que coilte.
Jean-Claude Charles se sourient. "Le 12 janvier au
soir, vers 23h, mon frbre m'a appelC mais la ligne s'est coup~e.
C'est plus tard, quand j'ai allum6 la t616vision et que mes amis
m'ont tC16phond, que j'ai compris". Comme beaucoup de ses
compatriotes, ce franco-haltien de 57 ans, cuisinier dans le
XIXe arrondissement de Paris, ne peut oublier. Les mots
viennent g manquer pour qualifier le martyre endure par la
premiere nation g s'Ctre affranchie de l'esclavage. Ses habitants








BIITAULIWWMeWIT OYF nE ALL nTHR~EE EArr E~ 0LFR MUAD


TheI MelmCDade Avehon Depamrmel (MIDAIDI e pesatg 10 *amb~les n overlnl
** >***a goasl kor prgttspebo by Disadvantg d Bease Enterprise to MDAD

coatmncb gnrup. commulily olis"nnon, ana olhrse ontl or 0,,..=.<.,**
rkich may have inkwato~hn concerning 194 avakba ofdadvnae a ndic nn-
ulrt mPH P'*use DIIa nr r or wocpnmn or DE n ulon pa *
MDAD propot rrrs a isew e nodslisnmmallea agemstthem ,
MDAD m proposmg an overal goal at IG 51 br partagatin by Deadvanalg" u
Buenss Enterree m MDALD propls krm facl ea 2011 to 2013. based on
aic as nW u-, am...me I msp~tl t 0CC NW ~ IrER tmi pBllang Af Ihl Mor r
Mmi ID fl ] lnr I32r MOhtall illdu cfIa fr (1013 AM Itaccl srn E. F" M hr
MDAD and the US~. Department of Transportatn wd accpi conmns~ on Ith DBE
gool kw( 45 days (rom 1hebr~ dat oi4 The a~dhefteeme The DBE Program Plan (Ma
re swee a won H All use men Qnbe orI see Omo rbove rad colpy as .,
Clnrui VP RI3ss P bl Obona CICIII (s 905L1 ce9nemo wezi


YeS tent moninises
en ont pourtant trouv6 un: "goudou-goudou", onomatop~e
cens~e reproduire le son du vrombissement du sol ce jour-li

Les moyens de communication hors-service, les
nouvelles se font rares. "J'ai mis une semaine avant de pouroir
joindre ma famille" se rappelle, g son tour, Marie-Lourdgbre
L~ger. Une semaine pendant laquelle cette jeune femme d'une
vingtaine d'anndes, venue g Paris en 2007 pour ses etudes,
va toumner en rond, priant pour recevoir le coup de fil salvateur.
La maison s'est-elle 6croulde? Y'a-t-il des morts? Et surtout,
que faire?
Plusieurs centaines d'associations dans l'Hexagone
Trbs vite, la communaut6 s'organise, autour du vivier
f associations haltiennes pr~sentes dans l'hexagone: on en
d~nombre plusieurs centaines. < comprendre>>. admet, un brin fataliste, Rend Pierre, president
de Bamboch Lakay ("faire la f~te" en creole). Cette modest
association socio-culturelle de la banlieue parisienne ne
dispose pas de la logistique d'une grande organisation non
gouvemnementale (ONG) comme M~decins du Monde ou la
Croix-Rouge. Reste qu'a plus de 7000 mde Paris, des parents
et des amis proches luttent pour leur survie. "M~me si nous
n'avions r~coltC que 500 euros, nous serions parties affirme


MAISON A LOUER

Maison a louer situde a Vertie~res,
au Cap Haitien
3 chambres, 2 toilettes, cour spacieuse.
Endroit id~al

Un grand bureau, Maison bien 6quip~e,
T616phone et Intemet 24 h par jour


Appelez le 305 305-4779


HaitienM
rMercredi28Juillet2010
a


Page 12


<< Para crecer hqv que tener grandes sueiios y para
avanzar, hqv que tener proyectos a largo plazo. >
Ortega y Gasset

Chers amis lecteurs, je ne peux me permettre de
commencer cette chronique sans proposer une traduction g la
citation de la semaine, choisie pour illustrer mon point de vue
sur les diff~rents 6v~nements qui ont fait de la semaine ce
qu'elle est. Dure. Coriace. Comme celles d'avant. Comme
d'habitude. Je mesuis doncpermis d'effectuer une traduction
libre, laquelle, j'espbre, ne provoquera pas trop la col~re des
<< grands connoisseurs de la langue de Cervantes >>. << Situation
oblige >> << Reconstruction recommande >>. Je vous propose
donc, chers amis lecteurs, la traduction suivante : << La
croissance oblige g avoir de grands reves et la transformation,
des projects g long terme >>. Vous voyez done pourquoi elle a
6tC choisie, pour nous inciter g r~fl~chir sur notre avenir, que
certain dirigeants pr~tendent << CIRHconscrire >> gl'aide d'une
<< commission >>, qui n'est qu'<< int~rimaire >>. avec de s~rieux
probl~mes d'efficacit6 et de s~rieuses difficulties pour
<< piloter >> rdellement la << reconstruction >> d'Haiti.
Chers amis, avant de continue notre article de la
semaine, que je vous offre depuis tantit cing ans (un << bel
rald >>), j'ai voulu commencer par r~aliser moi-mime un effort
de r~flexion, sur les axes suivants contenus dans la citation :
<> << suefios / rives >> << avanzar /
transformation >> << proyectos / projects >> << largo plazo / long
terme >>. En effectuant cet effort d'analyse, je me suis rendu
compete, malheureusement, que :


pais >> (nous sommes un pays). Derribre cet exploit, il y a eu
non seulement le rive mais aussi le project g long terme. Un
parcours impressionnant qui a conduit cette selection, d'abord
vers la Coupe d'Europe des nations et ensuite vers la Coupe
du Monde. L'effort. La volontC. Et surtout le rive.
Chores amies lectrices et chers amis lecteurs, g chaque
fois que je re garde notre << zone z~ro >>, g chaque fois que je
pense g ce 12 janvier, je sens l'angoisse s'emparer de moi. Le
lendemain m'inqui~te. J'ai peur de ne former parties que d'un
group r~siduel, d'un simple petit nombre d'individus qui
pensent que cela peut Ctre encore pire. Pire qu'aujourd'hui.
Avons-nous conscience que cela peut encore s'aggraver ?
Voulons-nous rdellement transformer ce << present indecent >>
que nous vivons ? T'essaie d'analyser les messages qui nous
parviennent de la part de ceux qui, thdoriquement, sont
sens~ment Ctre les << constructeurs de soci~tC >> hommess
politiques, intellectuals, entrepreneurs, acteurs syndicaux,
acteurs divers) et les r~sultats sont inqui~tants. Les << bribes
de r~flexion > qui nous parviennent ne contiennent comme
message que : depart, 61ections, manifestations, grbre,
nouveaux parties, d~combres, CIRH, tutelle, sans aucune
connexion, sans aucune << positivity >>. Le << Futur >> semble ne
pas exister. Le << Futur >> semble ne pas Ctre quelque chose g
construire. Ensemble. Le << Futur >> semble ne pas faire parties
de l'histoire de ce people. La grande majority vivote. Certains
vdg~tent. D'autres cravent. Au pr~sent.
Oscar Germain
gernianor2005fdivahoo~fr
Juillet 2010


(AFP) MONTREAL Le group Af lorigine d'un
faux site internet du Quai d'Orsay annongant que la France
allait rembourser g Haiti la some astronomique verse par
l'Etat carib~en pour son ind~pendance a jug6 "ridicules" jeudi
les menaces de poursuite prof~rdes par Paris.
Le "Comit6 pour le remboursement imm~diat des
milliards envol~s d'Haiti" (Crime) a mis en ligne le 14 juillet une
r~plique du site web du ministbre frangais des Affaires
6trang~res (www. diplomatiegov.info) sur lequel une pr~tendue
porte-parole de Bemnard Kouchner indique que la France va
rembourser la "dette originelle" d'Haiti.
Rapidement, le gouvemnement frangais a d~nonc6 la
supercherie et menace de poursuites ce group de pirates bas6
g Montrial mais qui revendique aussi des membres aux Etats-
Unis et en France.
"Ce site Internet, cr66 A une adresse proche de celle
France Diplomatie, diffuse de fausses informations et copie
frauduleusement le site du ministbre des Affaires 6trang~res
et europ~ennes. Nous 6tudions les suites judiciaires g donner
A cette situation", avait d~clarj jeudi demnier le porte-parole du


Quai d'Orsay, Bemnard Valdro, cit6 par Lib~ration.
"C'est quoi le plus grand crime? C'est quoi l'enjeu?
L'enjeu ce sont les 90 millions de francs-or exig~s comme prix
de f ind~pendance. Quand on voit maintenant les probl~mes
en Haiti, on peut tracer leur origine g cette dette", a affirm une
repr~sentante du Crime lors d'une conference de press A
Montrial.
"Ca serait un peu ridicule pour eux (les Frangais) de
nous poursuirre pour un site web. En mime temps, on continue
g dire au gouvemnement frangais qu'il faut rembourser ce qui a
6tC pay6 pour l'ind~pendance", a-t-elle ajout6 le visage
masquC, pr~cisant que la Justice ne les avait pas encore
approch~s.
Portant un masque noir g la Zorro, comme les autres
activists l'accompagnant, cette porte-parole se pr~sentant
sous le faux nom de "Laurence Fabre" a expliqu6 que la
dissimulation de l'identit6 des membres du group leur a 6td
conseill~e par un avocat.
Sans ddvoiler les autres proj ets de ce rassemblement
jusque lb inconnu, la jeune femme, qui s'exprimait avec un


accent anglais, a indiquC qu'il ne fallait pas exclure "d'autres
coups" similaires.
Aprbs avoir arrach6 de haute lutte son ind~pendance
face aux armies napoldoniennes, en 1804, Haiti avait 6tC mis
au banc des Nations, I'Europe attendant que la France
reconnaisse le premier Etat noir de la planate.
Ce n'est qu'en 1825 que la "Perle des Antilles" fit
son entrde sur la sc~ne international, en s'engageant g verser
ce qui est d~sormais sumnomm6 la "dette originelle".
Exig~e par le roi Charles X en guise de
d~dommagement pour l'ind~pendance, cette some, d'abord
fix~e g 150 millions de francs-or puis ramende g 90 millions (au
moins 17 millions d'euros), a d'Ctre remboursde en 1883. Les
emprunts consentis par Haiti pour le paiement auprbs des
banques frangaises et amdricaines ont quant g eux 616 sold~s
en 1952.
Pour beaucoup d'historiens, le paiement de cette dette
est g l'origine d'une grande partie de la faiblesse et de la
pauvret6 de l'ancienne colonie frangaise.


le franco-haltien.
L'apport des membres de Bamboch Lakay aux
habitants du quarter de Grenier-Fessard, g Port-au-Prince, peut
paraitre maigre: 40 sacs de riz, 4 sacs de pois noirs, quelques
litres d'huile de toumnesol et plusieurs boites de medicaments.
Aprbs tout, les pays bailleurs de fonds n'ont-ils pas promise de
consacrer prbs de 8 milliards d'euros sur cing ans g la
reconstruction de Aviti, la Terre des hautes montagnes? Peut-
Ctre, mais pour la grande majority de la population, rien n'a
change. "Je ne connais personnel qui a recu de l'aide de la part
des ONG", concede, ambre, Marie-Lourdgbre.

citizenside.com
Le 10 arril 2010, les Haitiens de France protestaient
contre les expulsions g Paris.
Un ressentiment partag6 par Frangois-Frantz Cadet,
secretaire du collectif Haiti France. "Les ONG sur place ont
tendance g p~renniser leur presence sans assurer leur
durabilitC", souligne cet ex-enseignant agricole, chasse du
pays au d~but des anndes 1980 par le pr~sident-dictateur Jean-
Claude Duvalier... aujourd'hui exilC en France. Pour le jeune
retrait6, I'aide international est n~cessaire, mais elle doit Ctre
accompagnde et permettre g la population de retrouver du
travail. La fuite des cerveaux, elle, doit Ctre enrarde.
Un dispositif d'urgence qui n'a pas tenu ses
promesses
MaiS le collectif ne peut refuser son aide aux
personnel qui souhaitent faire venir en France leurs proches
en difficulty. Et ce, malgr6 les obstacles pos~s par
l'administration. Au lendemain du cataclysme pourtant, le
ministry de l'immigration, Eric Besson, avait annonc6 la mise
en place d'un dispositif d'urgence pour accueillir les victims.
Selon le ministbre, 423 visas auraient 6tC attribuds entire fin
f~vrier et d~but juin au seul titre du regroupement familial.
Louis-Jacques Romel, secretaire de la Plate-forme des
associations franco-haltiennes (PAFHA) note cependant que
ces titres concernment surtout des demands effectudes avant
le 12 janvier.
Dans la communautC, c'est l'incompr~hension qui
domine. "Beaucoup de promesses ont 6tC faites, confie Jean-


LIBRE PENSER


R~ves
Nos rives, dans ce pays, quand ils existent, ne sont
que cauchemars.
Le long terme chez nous n'est que leurre. Dans notre
soci~tC qui s'enlise, tout se conjugue au pr~sent. Le pass ne
sert mime pas g alimenter l'exp~rience, le moyen terme tend A
prendre un temps infini g se r~aliser et le long terme,
simplement, ne figure jamais dans nos analyses.
Ceux qui parent de projects avec le plus de
vdh~mence ne sont que ceux auxquels les projects servent de
pr~texte, pour leur permettre ainsi, g ces << intelligent >>.
d'inventer les << terms de r~f~rence >> qui leur conviennent,
leur offrant ainsi les possibilities de se remplir les poches.

Enfin chers amis, je dois arouer que je n ai pu
m' empicher de penser A l'Espagne. Le choix de la citation en
est la consequence claire. L'Espagne est g la mode. Qu'on le
veuille ou non, leur 6quipe de football qui rient de s'6riger en
<< maitre et seigneur du sport du ballon rond >>. a donn6 une
s~vdre legon aux << grands seigneurs traditionnels >> de ce
sport. Je m'en r~jouis. Je peux mime dire que je me sens fier
d'eux. Les << Bleus >> ont perdu la face. L'Argentine. Le Br~sil.
Les grandes deceptions de ce mondial. Cette 6quipe, les
nouveaux champions du Monde, ont eu un rive. Le pays entier
ravait de cet exploit. << !Podemos! >> (We, nou Kapab!i) disait-il
(un << yes, we can, >> l'espagnole). Ce pays, durant tout le
championnat, << battait la measure >> autour du mime compas :
<< Somos un equipo >> (nous sommes une 6quipe) << Somos un


Trucage du site du Quai d'Orsay: les pirates



persistent et signent


Six mois aprbs le s~isme, les Ha'itiens de France




























































































Le HOS 8 CH SI


de Firance restent mob1h ses


La disparity rural-urbain


Mercledi 28Juillet 21
F~aiti n hlarrp 110lXXIV~ No 27


Page 13


DEPLACEES sorti en janvier 2010, le Ministbre de l'Agriculture
note : Par ailleurs, I'une des consdquences de la catastrophe
du 12 janvier est une forte ;,,e .;uat. ? vers les provinces, done
un retour de milliers de gens dans le milieu rural. Il income
de valoriser de fagon optimale cette inain d'ceuvre devenue
disponible.
Les responsables du Ministere pensaient qu'avec
une politique active de creation d'emplois, il serait possible de
fixer ces migrants dans les zones oid ils s'6taient r~fugids.
C'6tait lb une illusion, car le temps de rdunir les moyens
n~cessaires g la mise en ceuvre de cette politique, les gens
commengaient g revenir vers Port-au-Prince.
Il n'en reste pas moins Trai que le raisonnement 6tait
correct mais que la mise en application doit Ctre envisage sur
le long terme. Il n'est pas possible de << vider >> d'un seul coup
la zone m~tropolitaine de son<< surplus >> de population ; mais
des measures approprides peuvent permettre de ralentir l'exode
et, g la longue, il n'est pas interdit de river, de renverser le
movement.
Ces measures on les connait d~jA. Tout d'abord la
creation d'emplois. Mais pas seulement en utilisant la formule
qui a faith ses preuves dans d'autres circonstances : ouvrir de
grands chantiers de construction de routes ou autres
infrastructures : il faut aussi cr~er des emplois stables et
structurants, et la grande entreprise est la revitalisation du
secteur agricole.<> dirait Charles de Gaulle,
mais programme r~alisable : nous aurons f occasion d'y revenir.
Et puis il y a tous ces services dont le Rapport 2010
sur les OMD a signalC combien ils faisaient d~faut dans les
zones rurales. A ce niveau, ily a lieu d'6tablir un plan d'action
qui tienne compete de tout ce qui a d~ji 6tC dit et 6crit sur la
decentralisation et la d~concentration, sans qu'on ait Traiment
pris la peine de passer de la parole g l'acte. Sur ce point, nous
avons, dans le Plaidoyer pour la refondation de l'6tat d'Haiti
selon une vision hai'tienne de la FONHDILAC, faith des
propositions que je me ferai un plaisir de d~velopper pour
ceux que cela int~resse.
Bernard Ethdart


Je voudrais cl~turer ce s~rie sur les Objectifs du
Mill~naire pour le Ddveloppement (OMD) avec ce qui devrait
Ctre, pour moi, un objectif majeur, g savoir la reduction de la
disparity entire le monde rural et le monde urbain (voir HEM #
23, 24, 25, 26). En effet, quelque soit l'objectif considered, le
Rapport 2010 sur les OMD indique que la situation dans le
monde rural est toujours plus critique que dans le monde
urb~ain.
Obj ectifl1: 6radiquer l'extrime pauvret~ et lafaim :
Dans toutes les regions en ddveloppement, les
enfants des zones rurales risquent plus souvent de souffrir
d 'inr.xurlri.\ance pondirale que les enfants des zones urbaines.
Objectif 2 : assurerl1'6ducation primaire pour tous :
Les donndes sur les manages en provenance de 42
pays montrent que les enfants des zones rurales ont deux fois
plus de chances de ne pas &tre scolarisis que ceux qui vivent
dans les zones urbaines.
Objectif 3 : promouroir l'6galit6 des sexes et
l'autonomisation des femmes.
Les donndes tires des enqudtes auprds des manages
rdvilent que les filles des zones rurales font face a des
obstacles suppldmentaires en terms d'dducation et que
l 'dcart entire les sexes est bien plus important pour les filles
en cie d'dcole secondaire.
Objectif 4 : rduire la mortality~ infantile.
D 'aprds les donndes de 178 enqudtes
ddmographiques et sanitaires, I 'accds 6 la vaccination anti-
rougeoleuse varie selon les groups dconomiques et sociaux,
avec une couverture moindre pour les enfants de manages
pauvres ou situds dans des zones rurales ...
Objectif 5 : amdliorer la sant6 matemnelle.
Il existe aussi de large disparitis selon que les
fenanes vivent en milieu rural ou urbain, mdme si l 'dcart s 'est
rdtrici entire 1990 et 2008.
Dans les zones rurales, le taux de naissances chez
les adolescents est presque deux fois plus dlevd qu 'en milieu
urb ain.
Objectif 6 : combattre le VIH/sida, le paludisme et


d'autres maladies.
Pour les holmnes coimnepour les fenmies, I utilisationn
du prdservatif augmente de fagon spectaculaire en function
de la richesse et parmi ceux qui vivent en zone urbaine.
Les enfants des zones rurales ont moins de chances
de recevoir des antipaludiques que ceux qui vivent dans les
zones urbaines.
Objectif 7 : assurer un environnement durable
En dipit de progrds globaux pour la couverture
d'eau potable, et bien que l 'dcart urbain-rural diminue, les
zones rurales restent disavantagdes dans toutes les rd gions
en ddveloppement.
L 'dcart rural-urbain est bien plus important
lorsqu 'on ne tient compete que des foyers connects a des
canalisations d'eau.
Les disparitis entire zones urbaines et rurales restent
inquid tantes en ce qui concern la couverture de
l'assainissement.
Vous me direz que nous savons tout cela d~ji mais je
crois important de le rappeler en utilisant ce que j'appellerais
une << voix autoris~e >>. et de la rappeler dans notre contexte
post-s~isme. Car on ne le r~p~tera jamais assez, si le
tremblement de terre du 12 janvier a 6t6 si meurtrier, c'est parce
que la zone m~tropolitaine se caract~risait par une density
insupportable d'une population vivant des conditions
infrahumaines.
Ceci est le r~sultat de ce mdcanisme connu sous le
nom d'exode rural qui n'est autre que le d~placement de
populations fuyant des zones oid la vie est devenue
insupportable, vers des zones oid elles espbrent trouver tout
ce qui leur manque, non seulement des possibilities d'emploi
mais aussi les services et commodities de base : education,
sant6, 6nergie, eau potable, assainissement etc. Ily aurait done
lieu de prendre des measures visant g freiner cet exode.
Dans sonPROGRAMME SPECIAL D'URGENCE ET
D'APPUIALAPRODUCTIONALIMENTAIRE ENHAITIEN
REPONSE AU TREMBLEMENT DE TERRE DU 12 JANVIER
2010 ET A L'INTEGRATION DES POPULATIONS


Dans le cadre de l'Assistance Internationale
d'urgence demanded par Haiti aprbs le tremblement de terre
du 12 janvier 2010, le Centre du patrimoine mondial Unit6
pour l'Am~rique Latine et les Caraib~es (WHC/LAC) a organism
une mission technique, du 11 au 18 juillet 2010, en 6troite
cooperation avec l'Institut de sauregarde du patrimoine na-
tional (ISPAN) et leBureau del1'UNESCO en Hati. Les objectifs
de la Mission comprenaient deux volets :
1. Evaluer l'6tat de conservation apris le
tremblement de terre du Parc national historique Citadelle,
Sans Souci, Ramiers,
1. Visiter le centre historique de Jacmel, soumis
g la Liste indicative (Haiti) en 2004 conform~ment aux critbres
: (ii) (iv), et identifier avec l'Etat parties l'assistance 16gale
n~cessaire pour la protection du patrimoine architectural de la
ville.


La Mission a eu lieu entire le 11 et le 18 juillet 2010
sous la direction de WHC/LAC accompagnC d'experts
intemnationaux en g~nie civil, en techniques de construction
pour le patrimoine militaire fortifide et la restauration de sites
archdologiques majeurs, ainsi qu'en biodegradation.
La mission a identifiC des actions pour les court et
moyen terms, se concentrant sur des procedures
institutionnelles pour 6tablir un cadre normatif national relatif
au patrimoine mondial afin de renforcer la cooperation
minist~rielle en Haiti, tout en foumnissant des directives pour
renforcer la structure 16gale de protection du patrimoine
cultural architectural national, comprenant le patrimoine
mondial.
La mission a eu l'opportunit6 de rencontrer le
repr~sentant du Ministere de la culture et de la communica-
tion Mme Magali Comeau Denis le Directeur de l'ISPAN -


M. Daniel Elie et son Cquipe qui ont accompagn6 l'6quipe de
mission au long de ses visits. L' 6quipe de mission a 6galement
eu f occasion de rencontrer des communaut~s locales et des
associations civiles des villes de Dondon et Milot, ainsi que le
Ministre du Tourisme et son Cquipe, le repr~sentant de la Com-
mission Interminist~rielle pour l'am~nagement du Territoire
(CIAT) et le Directeur de l'Ecole de formation de l'Agence
espagnole pour le Ddveloppement Intemnational (AECID) de
Jacmel.
L'6tat de conservation du Parc national historique -
Citadelle, Sans Souci, Ramiers, sera discut6 par le Comit6 du
patrimoine mondial g sa 346me Session qui aura lieu g Brasilia
du 25 juillet au 3 aofit 2010, en presence des autorit~s
haltiennes.
Un rapport de Mission est en course de prdparationb
et sera exp~did aux Membres du Comit6 du patrimoine mondial.


annonc6 avoir 6YaluC 200 000 bitiments en 91 jours.
300 ing~nieurs haltiens forms par f organisation et
accompagn~s par des experts strangers ont 6tC mobilis~s.
Suivant les r~sultats de l'dvaluation, 25% des struc-
tures inspect~es devront Ctre rasdes et un peu plus d'un quart


son
seir
gra
clu

uni


u vert les bitiments qui


sur la m~thode utilis~e.
Il s'agissait de marquer a~
peuvent Ctre occup~s sans
danger. La couleur jaune a
servi g identifier ceux qui r


8i~772 NE 2 dbrclrY~ AveygT .e
TBI: 305 757 4915

FADKIKJL VARIETY STORE
LE MAGA SIN POUR'I TOUTES LErS OCCASIONS.
- Rdeepsion de padense ptrer Bell SorsthC. FFLb, GAZ, CABPLUE TV,
n, a .O n, e, e r ....~.,..
- Connect~ ionIdidponiquer Gcher Vose...

Ouvert
d J~ur5

par


8h30 amn


Th30 pm



Soutiersat scandals
IndjUns poulr lr CULane **ll'r malnl R Itan .1.angelrr gn.
Tableaux Vidro', I.It unenr rundrn-um DouCmemakes.e Dans:
Mancygran uithak etrrautC


(... suite de la page 12)
Claude Charles. Maintenant que ma fille est majeure, on me dit
que c'est g elle de faire les demarches A Port-au-Prince". Plus
grave, les arrat~s de reconduite g la frontibre continent d'Ctre
envoys aux personnel dont le titre de sdjour arrive A
expiration, alors que l'Etat a, en thdorie, suspend les
expulsions. Le probl~me toucherait prbs de la moitiC des 80
000 Haitiens qui vivent sur le territoire.
Le probl~mes des expulsions
"Je comprends qu'il existe une politique migratoire
en France, mais ces probl~mes sont aberrants", confie un
directeur d'une petite ONG. Surtout, cet Haitien deplore "que
le co-d~veloppement, autrefois une attribution du ministbre
des Affaires 6trang~res, soit pass g celui de l'Immigration".
Aprbs avoir 6t6 accept une premiere fois par l'Ambassade de
France, bien avant le s~isme, le project de ce responsible
associatif avait 6tC rejet6 par le ministbre d'Eric Besson. Sans
motif.
La raison officleuse? Le refus d'Haiti, pour 1 instant,
de signer des accords dits "de readmission", aujourd'hui


presents dans la plupart des
accords d'aide au
d~veloppement. Pour les
autorit~s hai'tiennes, les
exigences de Paris sont
surtout synom mes de traque
aux ressortissants en
situation irr~gulibre. En 2009
d~ji la Cimade, association
qui milite pour le droit des
migrants, d~nongait ces
clauses qui n'offrent que des
possibilitiess de migration
16gale (...) limit~es tout en
facilitant les expulsions". Et
Frangois-Frantz Cadet de
pr~venir: "On n'arratera pas
les pays qui ont faim .


EN V I RONN E M EN T


UNESCO : Mission du Centre du patrimoine mondial en Ha'iti


Ha'iti-Selisme : 50.000 bitiments g dbmolir et 50.000 autres g r~parer
P-au-P, 24 juil. 2010 [AlterPresse] 50.000 bitiments pourront Ctre r~pardes. Le reste a 6tC d~clard s~curitaire. doivent Ctre rdpar~s et le rouge ceux qu'il faut raser.
It g d~molir et 50.000 autres pourront Ctre rdpards, suite au Les ing~nieurs accompagn~s de travailleurs sociaux Certaines structures marques au rouge auraient pu
sme du 12 janvier demnier qui a d~truit la capital g 70% et ont visit les bitiments dans les zones touches en priorisant Ctre r~pardes tout bonnement, soutiennent des critiques de
vement affect d'autres regions du pays, suivant les con- les 6coles et les foyers situds au voisinage des camps les plus l'op~ration.
sions d'une evaluation de l'ONU. surcharges. Le proj et de l'Unops a b~ndficid du financement de la
L' operation a 6tC conduite par le Bureau des Nations Le principle utilis6 a cependant 6tC critiquC dans la Banque mondiale et du soutien du ministbre hai'tien des
es pour les services d'appui aux projects (Unops), qui a press par certain ing~nieurs qui se posent des questions Travaux publics.






_ IIU VIIIILYVIIV IV1


MORTEL


souin e ladae

GIAIRNIIE
GIAIRNIIS
GIAIRAIIS
MIAIRAIIS
MIRIAIIS
MIMIAIIS
AIMIAIIS


LUISES





Solutions de la semaine passe

MIC CAC CA
TRAHISON
HIO O EN
EIQU INOIXIE
TUR REI IE
HIO A VS
WII S I G OT H
A S ~S A L E E


I


Trbor Inense23 joue~urs Iel selection
Z'W15H ~ b~slinn FTalmnR THT11 Emmr FTIWI"PTUUTM TE


En presence du ministry haltien de la jeunesse et des sports, Evans Lescouflair, la
d616gation haltienne a donn6 le coup d'envoi de cette 21e edition d~dide au people
haltien en signe de solidarity, suite au tremblement de terre du 12 janvier 2010.
Une dizaine d'athl~tes repr~sentent le pays dans des disciplines comme le judo et
l'halt~rophilie, selon des informations parrenues g AlterPresse.
Par ailleurs, les athletes Joseph Norline, Marcelin Karl Steven en judo, Or61us B61izaire
et Anoune Amaral en halt~rophilie ont d~ji 6t6 61iminds.

Bibliothbques sans frontibres donne des livres aux victims du s~isme
Bibliothbques sans frontibres (BSF) a annonc6 qu'elle allait apporter des centaines de
milliers de livres aux sinistr~s du s~isme qui a ravage Haiti le 12 janvier, faisant plus de
250.000 morts et d~truisant de nombreuses Ccoles et bibliothbques. "Nous allons
monter des mini-bibliothbques et des coins de lecture dans les camps de r~fugi~s et
dans les quarters ainsi que dans les 6coles et les universities a pr~cis6 Patrick Weil
president de BSF. Bibliothbques sans Frontibres compete lancer la premiere grande
bibliothbque numdrique d'Haiti et remettre des lots de 500 livres g chacune des facult~s
de l'Universit6 d'Etat d'Haiti. L'organisation, qui a obtenu une bourse de 750.000 euros
de l'Acad~mie frangaise, va consacrer ce prix g l'achat d'6quipements pour les
bibliothbques d'Haiti en mime temps qu'elle continue de collector des livres en Europe
et ailleurs dans le monde pour le pays, a indiquC le president de f organisation.

Un Master en Journalisme est lancC par I'UniversitC Quiskeya
L'Universit6 Quisqueya, en collaboration avec le Centre de Formation et de
Perfectionnement des Joumnalistes (CFPJ de France), a inaugur6 un master
professionnel en journalism.
Des formateurs haltiens et frangais venus du CFPJ dispenseront les course qui se
porteront sur les aspects fondamentaux du journalism, journalism de radio,
journalism de tC16vision et le j oumnalisme du web.
La responsible du service international g CFPJ, V~ronique Gard, a indiquC que le
programme va durer un an et 15 6tudiants seront retenus aprbs le concours.
La press haltienne fait face actuellement g un probl~me de formation. Ce qui constitute
un vdritable handicap pour cette corporation.

Evaluation des maisons au Cap Ha'itien
La ville du Cap Haitien, d~truite par un tremblement de terre en 1851, serait de nouveau
trbs menace si la Faille Septentrionale se mettait g bouger.
Aussi le gouvemnement a d~cid6 de mettre sur pied un programme d'dvaluation des
maisons de la 2e ville d'Haiti pour voir dans quelle measure elle est capable de resister g
un 6ventuel tremblement de terre.
Cette evaluation des maisons du Cap Haitien devrait commencer au mois de septembre.
Pour le moment, le ministbre des Travaux Publics effectue des 6Yaluations g Ldogine et
Jacmel.
Au Cap, il s agira de mesurer la resistance sismique des maisons du chef lieu du
d~partement du Nord.
Le Ministbre des Travaux Public a 6galement rendu public un num~ro de tC16phone
pour appeler en vue de reporter une maison repr~sentant un danger pour le voisinage.
C'est le 3946-6609.

Police :Arrestation de deux dangereux pridateurs
Deux operations conjointes, impliquant le group d'intervention tactique de la police
des Nations Unies (UNPOL) et la Police Nationale Haitienne (PNH) Police des Nations
Unies (UNPOL), ont permis l'arrestation de deux 6Yad~s de prison.
Jean Batiste William, aussi connu comme Ti Blanc, a 6tC arrat6 dans le camp de Sainte-
Bemnadette, suite g un appel sur le num~ro d'urgence de la police, signalant sa
presence dans le camp. Ti Blanc est soupponn6 d'implication dans plusieurs cas de
viols dans les camps de personnel d~plac~es depuis son Crasion de prison le 12
jammier dernier.
Dans la deuxibme operation, un autre 6vad6, apris la fouille de son appartement, a 6tC
arrit6 dans le quarter de la Croix Deprez. Ce suspect est 6galement accuse de plusieurs

sa MN STAH declare dans un communique que ses services de police continueront
d appuyer la PNH dans des operations telles que celles mendes cette semaine. Andrd
Leclerc, agent de communication g l'UNPOL, exhorte les gens g continue g appeler le
num~ro d'urgence public, afin de permettre g la police de localiser et d'arriter les
criminals.
Plusieurs milliers d'dvadds de prisons, suite au s~isme du 12 Janvier, sont toujours en
cavale.


Mercredi28 Juillet 2010
Haiti en Marche Vol XXIV No 27


Page 14


Allez de MORTEL a LUISES, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


KGM
GXP


JHU
Q H

RIL
EWU
LJF
AON
NHR
OGR
SIG
ERB


SCRABBl.E
Arngez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais






T E


Solutions de la semaine passed
NANZ OUK


r/l


(... suite de lapage 2)


e' odse
1 03 .3 fm



Bon R~veil en musique

AM Pipirit Chantant
journal creole avec Louini Fontal


5h00- 6h30

6h30-7h00


7h00-9hl


00 M~lodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques :
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt~raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit~s duJour
M610die Matin chaque samedi est anim6
par Fbquibre Raphabl

ii Le disque de l'Auditeur
animation James Pr~dvil

2h30 Le Midi
informations avec Laury Faustin

h00 Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

00o C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons franchises

m Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas .
avec Doc Daniel et Captamn Bill

Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou

m IV~lodie & Company
Ddveloppement durable
Mardi avec Bernard Ethear

Amor y Sabor con Luciani

too Soir Informations

)h30 NOtre Grand Concert
Lun. & Mer. : L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael regoit ses invites
udelA Cavaliers, prenez vos dames
( Samedi) 50 ans de succes populaires ha'itiens


10h-Mid


12:00- 1


12h30-2:


2h00- 3h


3h-5h p



5hoo


5h 30 pr



7h-8h30

8h30-9h

9h00 10




9h00 et a


0






. ~P


~i~P~~i~nr/~;

c 'et i~cc ~L eac 5~Zc~i7~*/


LES JEUX


En Bref...






LILYCIVII IILYVIIV IVIIY-II i. II


's Patn~ onaj: Mialain-Dade Department ofeultural Affairs


Mercredi28 Juillet2010
Haitien Marche *VolXXIV No27


Page 15


siklbn sa-a ki ka okazyonen youn 16t dezas natir61 se pa bagay
nou ka ankouraje. Meyb fason pou nou rezoud sitiyasyon sa
yo se aktivis kominote-a, kandida yo, eli ofisy61 yo zanmi
ayisyen yo, defans6 dwa moidn yo, pou yo f6 presyon sou
gouvennman lokal ak nasyonal la pou ede moidn sa yo, ba yo
youn ti opbtinite pou yo travay pou kab sipote tbt yo ak pitit
yo, ba yo youn kote pou yo abite pou youn ti bout tan
anatandan yo kab pran kap yo pou kont yo. Akby la te bon se
yre men lage yo debra balanse-a pabon. Pwobl~m gendwa f6
tet moidn sa yo pati. Se kouri pou lapli tonbe nan basen.
Mwen konnen youn fanmi kote youn sbmete youn
frb deyb ak 2 timoidn 6-an, 9-an, ki oblije al nan sheltd. Kay la
piti, timoidn mangouyan, papa pa ka jwenn travay, Mari dlam
nan pbdi entimite-1 leve koken, made pou yo bay kay la
Mwen konnen lot mounn ki bay iltimatbm, ki made
pou moidn yo degepi apre 2-3 mwa. Gen menm ki di e se vre ,
asosyasyon katye-a di gen twbp moidn nan kay la, f~k yo
deplase.... Gen menm yo pral sezi kay yo paske yo pa ka peye
lwaye osnon mortgage....Gen lanfanmi kole lwe youn ti bout
chanm pouyo apre 3 mwa yo mete yo deyb... Nan pwen travay.
Yo pa ka travay!i Gen ki kouri brid sou kou rantre Kanada ak
espwa gouvennman Kanadyen-an va ba yo plis
konsiderasyon.
Nou pa di se pa vre non men sa nou pa ka konprann
si nou lage mounn sa yo ki kote yo prale? Se fanmi nou. Se ras
nou. Se san nou. Eske nou ka kite pwop fanmi nou ak domi
kay Kamilus... osnon anba pon lavil Miyami?
Nou gen youn kominote san lid6. Nou dwe jere
sitiyasyon sa-a kbmsadwa anvan li degrengole nan men nou.
Pa gen anpil sant kominoth nan Miyami men si nou ta made
reskape 12 janvye yo, si yo nan sitiyasyon difisil, yo ta bezwen
gid, konsby, youn ti soutni anvan sbv61yo eklate, al chita ak
youn moidn, pale, degaje konsyans nou, nou mbt rele Sant la
nan 305-576-4871 osnon FANM 305-756-8050 osnon Sant
Catholic Pierre Toussaint ki nan Miami Shores 996m Street ak
NE 2nd Av. Yo gen espesyalis ki ka ede-n ki ka gide-n... Si nou
katolik al chita ak kire nan Pawas la, made pou n'pale ak
Monseyb Weinski nan Acheche-a...Pale ak past nou... Fbme
ti komnoterefleksyon... ansanm ansanm chache solisyon.

Jan Mapou
m apo ujan~b ellsouth. net



FE T SODO
Se te nan tan lontan
Lath pa t' twb modi
Manman Marie te part nan dlo
Kote sa-a yo te rele li "Sodo


Lb sa-a je-1 te klere kon dyaman
K'ap f6 lanmou ak solby
Li te part pi b61 pase lakansy61
Trenn ni pandye sbti nan syk1
Jis li rive ath pou l'al kontre ak lasir~n
Lb sa-a lath tranble
Tout kretyen ap priye
Paske kreyati sa-a se te manman Bondye.

Depi 16 sa-a se f~t chanp~t
Chak ane nan Sodo
Depi sbz jiyd p~se
Se gwo solokoto
Pbtoprens pbdi lavi
Ti tap tap ki konn ch~che lavi
Sou gran ri, tout moidn ap kouri
Kite lavil pou al Sodo.
Moidn soti toupatou
Se tankou youn nich foumi
K'ap f6 parad nan siwo kann.
Gwo kamyon ,bisikl~t, vye bour~t
Pyeton menm se papale
Yo mache lan nuit kon lejou
Yo pa pb move zb
Yo di yo gen pwen kapten"Charony".
Se konsa kamyon~t ap f6 zigzag
Anba vant mbn kabrit
Pou y'al f6 pelerinaj.

Lb yo rive Sodo
Ath miyb f6 vbvb bb dlo
Kanta kouche dous se pa pale
Chak moimnvin made
Daprk bezwen yo
Fanm kotri ap rele milt
Vin made pitit
Vakabon ki te ba fanm koutba
Se mete chapoba
T61man yo pran madichon.
Madichon konn menm f6 yo fou
Avan yo desann mbn kabrit.
Depi ou pa antb
Devan Vyb~j Mirak, sa ou made
Se sa 1' ba ou. Li pi f6 pase bbkb.
Satan p'ap janm ka gen pari
Devan Manman Marie.
Li se Vybj Mirak
L'ap toujou gen pouvwa
Pou 1' f6 satan kraze rak.


Erzulie Freda
18 Jiyd 2010


J scoq





*lp ;rC


Teks: Jan Mapon ak
P81118 Clerm0Hi-Pe8H

Mete-an-SER. JaR $&])oB
Chanie- OR])ozisyon akr MYelodi:

liksi Wainwright

Oregrafl Il8RS: Nancy St. Leger
aB lan b~l0 erisier

W88 Miami-Dade 8011Rty

Illditorllm

Dimanch 22 Qut 2010

2001 West Flager St.
Kat anvant nan

Libreri M~apo~u
59 19 NE 2nd Av einue

~lami, FL 33137
Ou TicketT~i aster*

Antre Jenleral: $23.00

Piba paseo: 12-an: $12.00
I"RKN RTIS
Nou nan facehook oubyen www .so~s!erehoukouu.org
Pou enfibmaslvon rele: 305-757-9922/30)5-726-5159
Lojt patwonaj :H.A.LO-AEDAP- Libreti Mapou-FAZNM


Ti Ciout pa Ti Gout LIk./anl .\/l/apuH


RE SKAPE 12 JANV YE

AN DIFIKILTE ALE TRANJE
Gen de sitiyasyon youn moidn tonbe nan lavi-a se
tankou youn chat ki tonbe nan youn dwounm siwo. Nan
tranblemannth 12 janvye-a, anAyiti-a, plis pase 250.000 modn
mouri, oun milyon sinistre, sanzabri. Anpil moidn pbdi fanmi
osnon zanmi yo. Milye moidn ap viv anba flanm solby midi
osnon alabbletwal. Pou koubyen tan? Nan pwen moidn ki
konnen. Lekb1, legliz, leta, iniv~site, toujou anba tant. Gen
malere ki malad: bra kase, pye koupe ki toujou ap soufri. Depi
tan-an monstre, tout moin jenouth ap made gras lamizerikbd.
Pwobl~m manje, pwobl~m dlo, pwobl~m sanitasyon, pwobl~m
maladi, pwobl~m tibebe k' ap kontaminen ak mikwbb, anfen-
anfen s'oun sitiyasyon kb senyen ki lakbz dlo ap degoute nan
je nou jouk jounen jodi-a.
Men pwobl~m ki pi gray se kisa k'ap f~t pou diminye
osnon eliminen pwobl~m sa yo...Kisa ofisy61 responsab yo
ap f6 pou ede pbp-la soti nan kondisyon sa-a? Ki plan kominote
ent~nasyonal la devan kalamite sa-a ki klase kbm pi gwo
kalamite nan 216m sybk-la?
Laboujwazi ki gen ti mwayen ap kole pyese pou yo
repare kay yo pou yo soti nan bangbang ki nan lari-a, anba
tant yo. Mas pbp-la limenm ki p'ap leve ni lou ni lej6 kondane
pou l'viv pou youn bon ti tan ankb nan kondisyon malouk sa-
a. Gen ki pran chans al made viza. Konsilyo trive yo kite kbk
nan yo vwayaje. Men se pa tout. Moihn sa yo ki kite peyi-a ki
kote yo ale? Kisa yo pral fb? Ak kiyds yo pral viv? Eske yo ka
travay? Eske yo gen asirans 16 maladi tonbe sou yo? Pitit yo ki
kote y'ap kite yo? Eske yo ka al nan iniv~site 16 yo fin gradye?
Goudougoudou 12 Janvye sila-a gen youn retonbe
dirbk-dirbk sou kominote ayisyen-an nan dyaspora-a. Bonkou
nan reskape sa yo te chape poulyo, rantre vinjwenn fanmi yo
nan dyaspora-a. Mohn natiralize yo vwayaje, yo rantre swa
Ozetazini, Kanada, osnon an Frans.
Kidonk anpil Ayisyen travise pa bb risit. Nanh~iami
International Airport, yo te louvri youn paviyon espesyal
pou reseywa yo. Kwa Wouj Ent~nasyonal ak ofisy61
gouvennman Miyami-an lajounen kou lannuit reseywa frb ak
sb nou yo, yo rantre ak 3 -4 timoidn, moimnblese ki pral lopital,
momnki pa kajwenn fanmi yo, yo mete nan chanm otal. Ayisyen
volonth ki aliyen pou ede yo, tradui pou yo, asire yo manje
epi gide yo anndan ayewopb-a pou yo f6 koneksyon ak 16t
f~m transpbtasyon si yo pral nan 16t vil. Nan Florid la
Gouvennman-an rayi chen di-1 dan blan nons61man te byen
reseywa reskape sa yo men sa ki Ameriken yo Kwa Wouj ba
yo lajan ak manje epi nan pita louvri pbt lekbl1pou timodn yo.
Yo menm ba yo asirans sante (Medicaid). Isit sist~m nan pa
tolere moidn sot. Nan kozman lekb1, lalwa pa tolere timodn
chita lakay ap kalew~s.
Konbyen Ayisyen-Ameriken ki rantre? Konbyen
Ayisyen ki te jwenn chans rantre ak timoidn meriken yo epi tou
chapepoul yo? Nou poko konnen. Men sa nou konnen te gen
anpil fanmiy ki te oblije reseywa fanmiy yo osnon zanmi yo ki
soti anAyiti. Gen fanmi ki gen 3-4- emenm 5-6 moin ki debake
lakay yo. Nan sitiyasyon malouk sa-a nan pwen moidn ki te ka
refize aksepte reskape sa yo. Dyaspora-a te louvri de bra pou
te akeyi yo. Dayb youn moidn ki te soti vivan nan katastwbf
sa-a se te benediksyon Granmat la. Se youn devwa familial
osnon amikal. Se te responsablite noutout kbm Ayisyen pou
kominote-a te ede frb ak sb yo. Se sa k'f6 16 moidn ap plede
repete Ayisyen pa ede Ayisyen nou reponn pou n'di Ayisyen
ede nan jan pa nou. Nan mal6 nou toujou solid. E si Ayiyen
pa te ede Ayisyen moralman finansybman Peyi Ayiti ta dispar~t
dej a. Se yoidn ki kore 16t...ki f6 ti souf nou la touj ou.
Men gen youn 16t fenombn nou pa ka blive ki vin
dyake sipb natir61 sa-a moidn dyaspora yo ap bay reskape 12
Janvye yo. Sitiyasyon ekonomik peyi Etazini ap anvlimen
chak jou. Kominote ayisyen-an se yoidn nan premye viktim
yo. Anvan tranblemannth-a, gen fanmiy ki pbdi travay yo.
Gen ki pbdi kay yo se nan lwaye yo ye. Gen ki nan lwaye, yo
sbvi ak eviksyon, gen se sou ti lajan sosyal sekirite y'ap viv
os non ti pousyb lajan leta bay moidn ki p'ap travay. Gen menm
k'ap monte desann kon dezevre ki pa konn ki sen pou yo rele
paske yo pa gen papye, yo pa gen lisans se nan mawonaj y'ap
viv... Se sou mannight y'ap fonksyone. Pran kout ponya pasi-
pala, dekouvri St Pyd pou kouvri St Pbl... Adye!.. Vwalatilpa
toudenkou 2 fanmi, 3 fanmi, 4-5 debake nan kay la, yo vin
double osnon triple fanmiy lan. Sa vle di tout bagay triple,
makat triple, gaz nan machine monte, telef~n, elektrisite monte,
dlo monte... paske gen plis konsomasyon anndan kay la. Si
moidn sa-a ki bay ladesant lan pa jwenn mwayen ogmante sal6
li, anvanlontanl'alkrake konpyebwakifingranmounn k'ap
tonbe anba van siklbn mwa dawou. E swen lasante pou reskape
yo? Leta pa menm penmat yo travay alew6 pou yo te jwenn
asirans sante. Leta bay moidn ki te la "TPS" kidonk youn
estati tanpord ki penmat yo rete nan peyi-a travay si yo ka
jwenn travay men se tout. Moihn ki rantre apre 12 janvye pa
ladann. Si yo ta malad, k61keswa lagoum ki sou lestomak yo,
se degaje yo ak rembd fby osnon achte ti siwo nan fanmasi.
Se pa fezb m'ap f6 non. Nitou se pa dybl1al616. S'oun
konstatasyon. S'oun reyalite m'ap blayi devan je nou la-a. Li
tris se vre, li anmb kon asowosi men anndan konsyans nou,
nou konn se estrbs ap manje gawbt nou. Youn sitiyasyon
mare-ren bal ofon, k'ap devlope nan tout fanmi dyaspora yo
6 mwa apre 12 Janvye. E li pral eklate kon bonm lakrimoj bn si
nou pa made sekou vit-e-prese.
Gen moidn ki plenyen sb yo an katimini. Dayb se
lafanmi, se zanmi danfans... se pitit pitit yo blije kontwole
bouch yo pou yo pa ni di, ni f6 refleksyon ki ka anbarase
osnon f6 envite-a vekse. Nou anfas de kilti. Kilti meriken-an ki
made youn patisipasyon dirk pou youn fanmi mache ak kilti
lakay ki se Bondye bon jan l'pase l'pase. Si nou kite yo f6
kolizyon ka gen etensbl... Tout etens61 gendwa limen dife ... Se
pa tout flanm dife ou ka kontwole.
Nan Ayisyen ki rantre ap viv ak fanmiy yo nan
dyaspora-a, yo pa konnen pou konbyen tan ak poukil6 yo la.
Retounen lakay pa posib. Retounen nan fatra anba tant nan
pwomiskuite lakou yo, se swa jamb. Retounen lakay nan epbk


GRANDE PREMIERE



Gouverneurs de la Ros~e de Jacques Roumain en Crrdole
Youn Pybsteyat









~//////MAIA Drl h\R WH111


CAPE ll"IE


IFaxr ( 981 ) 845-792 or ( SO< ) 842-9398
Tell frrS~~t4ee -7848330 or ~1-877-457590

Se Sel koneksyon gwo baton on genyen nan. Pakn Beach la
Directiosu 1.98 to iexit No. 74 ( 46th Street ) Emme to ~Cong~ress Ave, ~to Nortl on Congress Ave o M0Iartin LutherZZZ~~~Z22
Mhgag Jr Blai go East see MLK Blvd ( seakleag rigle based tear ) 9151*~~tttt~~~ttt~~~ Rd takes yees s-ra~ilat to time Pert of Paine Bala
As seee asa yoga go ever Old D~Ixi Hwy 1 klafre Guard aShack Mlakel lert Left hand tearn yees will see eagr 88~gg


Under New Manage~ment


Now pa ea~ neaove Bate MV MONARCH EXPRESS


Haiti Social : Variations des prixr et s~curitC alimentaire


(... suite de la page 11)
en juin par la FAO, tout cela semble induire la chute et la
stability des products alimentaires locaux et import~s.
Par ailleurs, les activities de << cash for work >>. initides
dans les diff~rentes zones apris le s~isme, repr~sentent une
source de revenues pour une large frange de la population
sinistrde. Caract~ris~es par des travaux de d~blayage, de
drainage des canaux et de ramassage des d~chets, ces activities
se poursuivent un peu partout, bien que le nombre d'emplois
crC6 demeure relativement stable par rapport aux mois
pr~c~dents. Le processus de reconstruction, en passe d'Ctre


Ecouter

Mblodie Matin
avec Marcus



BIOd10
S0 3 .3 f a



www.radiomelodieh aiti. com


Ha'iti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinie~re (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94th Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 /754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefmrdhotmail. com
haiti-en-marcherdhughes. net
UTRL: www.haitienmarche. com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


Mercredi28 Juillet 2010
Haiti en Marche Vol XXIV No 27


BACK PAGE


Page 16


1 KI VWYAVAJE CHAK
MAcHANDE~z~ OU DIREK





PEPE.I KAMY~ON MACHEEIN I#K-


MEN~r vol




Ou TouP~ATIou


lanc6, pourrait d~boucher g moyen terme sur une augmentation
d'emplois relativement durables et mieux r~mundr~s.
De plus, tout porte g croire qu'on aura cette annde
encore une saison agricole de printemps r~ussie dans la plupart
des zones agro-6cologiques du pays. Ce qui amdliorera la
disponibilit6 alimentaire et done l'accds aux aliments au course


du mois de juillet. En un mot, les conditions de s~curit6
alimentaires se stabilisent, tout en reconnaissant la pr~carit6
de la situation socio-6conomique des personnel h~berg~es
dans les diff~rents camps provisoires. Une situation qui
pourrait s'aggraver avec la menace imminent de la p~riode
cyclonique de cette ann~e.


Rele ( 561 ) 845-7590 or (t 564 ) 845-8330




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs