Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00393
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: March 3, 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00393
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00003-03-2010 ( PDF )


Full Text













Colipyrighted Materialt*I 22L
S( ili rtait pir Syndicated Content ItMi (M () dU l
.. Available from Commercial News Providers"


Ravages du sisme du 12 janvier a Port-au-Prince (Elsie/Haiti en Marche)


En Hommage

a Micha Gaillard
Ce matinj'ai &t a une messe du souvenir pour
monamiMicha. Cela s'estpass6 la chapelle de la Maison
(MICHA GAILLARD /p. 8)


Les partis politiques

ne pourraient-ils pas obtenir

aussi de l'aide pour les sinistres ?
PORT-AU-PRINCE, 28 Fdvrier-Bizarre. Aucune aide On ne sait trop comment expliquer cette absence.
ne semble avoir &t6 reque par les partis politiques pour la Les int6ress6s eux-memes n'en ont rien ditjusqu'a present.
population aprls le s6isme du 12janvier qui a fait entre 200.000 Pourtant les partis politiques haitiens sont affilids
a 300.000 morts et plus de 1 million de sans abri. (PARTIS POLITIQUES / p. 4)


Kene 1reval recevant lejeudai o evrier
son homologue bresilien Lula (photo J. J Augustin)


Le tren


Micha Gaillard (au milieu le corps sortant des dkcombres)


Emplois temporair


Manifestation enfaveur de I 'ex-presidentAristide le 17fivrier
lors de la visite du president Sarkozy (photo Robenson Eugene)


DEVOIR DE SOLIDARITE
nblement de terre n'a pas de klaxon
PORT-AU-PRINCE, 27 F6vrier 11 faut
allerjusqu'au SRnat de Washington pour entendre
deux 16gislateurs, dont l'ex-candidat d6mocrate h
la pr6sidence John Kerry, recommander aux
compagnies de transferts de diminuer les frais qui
taxent ceux envoys par les 6migr6s haitiens h leurs
proches en Haiti, cela sous forme de solidarity
envers les victimes de la plus terrible catastrophe
naturelle des dernibres d6cennies qu'est le s6isme
du 12 janvier 2010 qui a frapp6 entre autres la
capitale haitienne faisant pris de 300.000 morts (si
l'on compte aussi, note le president Ren6 Pr6val,
es 'cash for work 'pour les sinistres du sdisme (SOLIDARITE /p. 5)


(photo Haiti en Marche)


ONG : I'argent retourne a son point de depart
(voir/p. 13)





Page 2


Faux et vrais sinistres


et bidonvilles


PORT-AU-PRINCE, 26 Fvrier- Le
nombre de sinistrds a augment de maniere
significative.
Au Champ de Mars, les
campements d6bordent maintenant les
trottoirs chassant les marchandes de poulet
grille et bient6t les cahutes s'61everont
jusqu'au milieu de la chaussde, les voitures
ne pourront plus circuler.
A l'autre bout de la capitale, la route
de l'a6roport international est bord6e de
ces tentes de fabrication artisanale, c'est-a-
dire avec deux balais et un bout de chiffon.
On sent que c'est une initiative a peine
entamde. D'autre part que ces abris ne
-" ~b A


en ont bien besoin). Etc.
Voyez vous memes en regardant un
peu plus autour de vous, d6sormais c'est
toute la capitale qui est ceintur6e de
campements de sinistrds. Dans les vall6es,
les plaines, surle flanc des collines. Partout.
Il y a une explication presque
officielle. Les gens qui avaient fui la capitale
apres le s6isme sont revenus n'ayant trouv6
aucun support ailleurs. Done ce sont eux
qui viennent ainsi grossir le nombre de sans
abris.
Cependant les dernieres
informations communiques par 1'agence
humanitaire de 1'ONU (OCHA) font ressortir


peuvent en aucune faqon assurer la
protection de ceux qui s'y r6fugient.
On sent done que l'objectif n'est
pas de trouver un abri mais plut6t de collecter
ce qui vient avec : les secours (produits
alimentaires, eau etc).
II fallait s'y attendre. Aprbs un mois,
l'assistance est devenue une raison de vivre.
C'est la dernire faqon de gagner sa vie dans
un pays qui vient d'6tre frapp6 par la
catastrophe naturelle la plus meurtriere des
dernires d6cennies : 222.500 morts, 300.000
blesses, plusieurs milliers d'amput6s, 1
million et demi de sans abris. Et d6jh pays le
plus pauvre du continent.
Remarquer que cela ne concerme
pas seulement les plus d6sh6rit6s. D'autres
a un niveau sup6rieur peuvent pratiquer
aussi la m6me politique. Tout un pays livrd a
l'assistanat.
Mais ici nous parlons de corruption
plut6t que de l'assistance. Or la corruption
est punie par la loi.
Cependant jusqu'ofi iront les
campements de sans abris ?
Combien de vrais et de faux
sinistrds, ces derniers venant s'ajouter a la
liste non comme victimes directes du s6isme
du 12 janvier mais parce que n'ayant pas
d'autres moyens de vivre ?
Alors que les pouvoirs publics
devraient avoir les moyens de faire ce
distinguo. Car si cela continue, si le nombre
de sinistr6s ne fait chaque jour que
commencer, alors quand pourra-t-on dire
que l'op6ration d'urgence est terminde et
qu'on passe a la phase 2, la reconstruction.
Etant donn6 que l'assistance n'a pas d'autre
sens que porter assistance pendant quelque
temps, avant que les choses retoument a la
normale.
L'assistance actuelle menace de
s'installer a vie.
C'est une question importante. Car
en s'installant dans la situation actuelle, on
risque de tout perturber: la reprise
6conomique qui s'amorqait avant le
tremblement de terre (alors qu'on s'est
tellement battu pour que le pays puisse sortir
un jour de l'6pithete 'humanitaire' pour
commencer a etre considered comme capable
de d6veloppement), la production agricole
nationale qui risque d'etre sabot6e par la
poursuite de cet apport massif en aide
alimentaire comme c'est le cas actuellement
(parce que l'aide alimentaire peut tre aussi
un d6versoir pour un trop plein sur les
marches ext6rieurs, voire de pays qui doivent
subventionner leur production agricole,
done un d6bouch6 pour leurs fermiers qui


que le nombre d'habitants de Port-au-Prince
qui ont gagn6 les provinces a augment au
contraire ces dernires semaines, passant de
450.000 a pres de 490.000. OCHA tient ces
informations de la Direction de la protection
civile haitienne.
Conclusion de ces institutions : une
grande partie de ces nouveaux venus
peuvent 6tre des gens qui sont venus grossir
les rangs des sinistr6s parce que c'est la
seule faqon de trouver un repas chaud et si
possible aussi un emploi parce que c'est
aussi ce secteur qui est particulierement cibl6
par les programmes de creation d'emplois
temporaires d6jh entam6s par des agences
internationals.
Toutefois l'Etat peut-il rester les
bras crois6s a regarder comment la crise
humanitaire nde du s6isme du 12janvier est
en train de se transformer en de nombreuses
autres crises humanitaires en sdrie ?
Nous pensons que l'Etat qui est
charge de la protection des citoyens et de la
Nation doit agir pour commencer peu a peu
a r6tablir la situation et non laisser celle-ci
continuer a dd6gndrer.
La meme situation peut se produire
dans n'importe quel pays apres une
catastrophe de grande ampleur jetant les
gens dans la panique et le chaos.
Cependant dans tout pays qui se
respecte, les responsables publics
commencent imm6diatement a manceuvrer
pour reprendre la situation en main.
Des que les premiers rescap6s
avaient gagn6 le Champ de Mars, ils auraient
&t6 encadrds par des brigades de protection
civile et de s6curit6 suffisamment en nombre
et entraindes pour contr6ler le mouvement
et empecher tout d6bordement.
C'est le contraire qui s'est produit.
Aujourd'hui le flot nous d6passe. Et le
mouvement aspire a s'imposer aux
responsables publics.
Des bidonvilles commencent a
s'installer au beau milieu de la capitale et
jusque sur des propri6t6s priv6es.
Le gouvemement ne peut-il rien
faire ? I1 peut beaucoup parce que ce sont
les pouvoirs publics qui d6tiennent la
solution du probleme qui s'appelle les
distributions d'eau et de nourriture.
Car dans le meme temps, on a pu
constater une autre initiative en pleine
r6alisation. L'Etat est en train d'amenager
l'immense terrain de l'ancien a6roport,
anciennement Bowen Field, oni des engins
lourds (tracteurs, loadeurs etc) sont en train
d'aplanir le terrain en utilisant les d6blais
(SINISTRES/ p. 4)


___Mercredi 03 Mars 2010
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06

Chili-s6isme: Rene Preval pr6sente des sympathies au Chili frappe par
un seisme majeur
Le president haitien Rend Prdval a pr6sente ses sympathies a la pr6sidente du Chili
Michele Bachelet qui a r6cemment visit Haiti et au < peuple frere du Chili >> frapp6s par
un terrible tremblement de terre qui a fait plus de 800 morts.
"C'est avec stupeur et consternation que nous avons appris t6t ce matin la nouvelle du
tremblement de terre de magnitude 8,8 qui a frapp6 le Chili, particulierement la region de
Concepcion.
Nous sommes v6ritablement desolds que des citoyens chiliens aient perdu la vie dans
cette catastrophe et nous d6plorons les importants degits mat6riels enregistrds.
Au nom du peuple et du gouvemement haitiens, je tiens a vous exprimer toute notre
solidarity. Je vous saurais gr6 de transmettre nos condol6ances au peuple frere chilien
et aux familles des victimes.
Avec toute ma sympathie, je vous prie d'agr6er Madame la Pr6sidente l'assurance de ma
plus haute consideration."

Le Sud victime d'inondations
Apres deux jours de pluie dans le Sud du pays, les villes sont sous les eaux et les
populations aux abois. Les pluies ont cess6 dimanche matin sur la ville des Cayes et la
region mais le temps reste maussade. La population, quant a elle, reste sur le qui-vive
suite aux d6gits provoqu6s la veille par les tres fortes averses qui ont fait au moins 13
morts et inond6 une partie importante de la ville des Cayes.
2 personnes ont &te tudes et 2 autres port6es disparues aux Cayes, 4 morts et 2 disparus
a Cavaillon, 4 morts a Saint-Louis du Sud, 1 tu6 a Aquin et 1 disparu dans les Nippes,
selon la Protection Civile. D'autres informations faisaient 6tat de 5 morts dans le
renversement d'un v6hicule non loin de la plage publique de Gelde, alors que le d6put6
Guy G6rard Georges aurait affirm avoir recens6 3 morts a Torbeck (15kms des Cayes).
Aux Cayes, de nombreuses maisons et des bitiments publics dont le Commissariat de
police des Gabions et l'H6pital g6ndral, ont &te envahis par les eaux de pluie et des
rivieres ont laiss6 leur lit dont les rivieres L'Islet et Madame Samedi.
Les pertes sont 6normes au niveau de l'agriculture, du b6tail et autres biens emport6s
des habitations, dans les zones de La Savane, Quatre chemins, Charpentier et Bergeaud.
Un peu plus loin, la plupart des maisons sur la route du Sud entre Cavaillon et Saint-
Louis du Sud, particulierement a Solon et a Laporte, ont &te inond6es.
Les eaux de l'Etang de MiragoAne qui avaient envahi la route samedi ont a nouveau
baiss6 et la circulation a pu reprendre.
La population de la region se r6jouit que la Ravine du Sud ne soit pas entree en crue.


"Copyrighted Material I

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"
-


Des zones rurales en danger
En six semaines, 500 000 personnes se sont r6fugi6es dans les zones rurales, quittant les
villes ravages par le s6isme. Ces families ont besoin d'aide.
Ces d6placements de population au sein du pays present sur les ressources des zones
accueillant les sinistrds. Des zones dans lesquelles l'acces a toute une s6rie de services
essentiels est limit : soins de sante, education, nutrition, eau potable.(Avant le s6isme,
seulement 17% de la population avait ainsi aces a des sources sfires d'eau potable.
L'Unicef ceuvre pour la mise en place d'un systeme d'eau potable a travers le pays.
Dans ces zones rurales, la distribution d'eau potable reste un veritable d6fi. De
nombreuses routes sont infranchissables et dans de nombreux cas, les families arrivant
ou revenant dans les zones rurales installent des abris temporaires sur les coteaux. Avec
l'arriv6e des d6plac6s, les services existants qui 6taient d6ja fragiles, subissent encore
plus de pression.
Si les families d6plac6es dans les zones rurales ne sont pas aides rapidement, ces 500
000 personnes risquent d'essayer de retoumer chez elles. Mais a Port-au-Prince
s'entassent deja trop de sinistrds pour trop peu de ressources. II faut aujourd'hui aider
ces d6plac6s dans les zones rurales, prevenir la d6t6rioration des capacit6s locales et
r6duire les besoins humanitaires. Ils pourront ainsi retoumer chez eux sans precipitation


lorsque les services de base seront mis en place pour eux.


(EN BREF / p. 14)


Descente de lieux de la municipalitW de la capitale et de la police
pour dMloger des squatters sur une propridtd privde (photo Robenson Eugene)





Mercredi 03 Mars 2010
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06


IRc


ii ar a winw,


m~~~~~~~~~ ~ ^B^I^^FB ^^IB^^^Br^P ^^^^^B^ 3S"


ppyrighted M

Sy ndicated Cor

*om Commercial b


En Haiti, Lula da Silva reaffirme 1'engagement du Bresil


LE MONDE, le 26.02.10 Port-au-Prince A la tate de
la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haiti
(Minustah) et fort du plus gros contingent de casques bleus
(2 200 hommes), le Br6sil exerce dans ce pays depuis 2004, et a
la satisfaction g6ndrale, ses prerogatives de puissance
6mergente aspirant a un grand r6le international.
La catastrophe du 12 janvier l'a confort6 dans sa
volont6 de rester en Haiti le principal "faiseur de paix" dans
une soci&te trop longtemps politiquement d6chirde, mais aussi
de devenir un maitre d'oeuvre ambitieux et g6ndreux de la
reconstruction. Tel est le message qu'a transmis le president
Luiz Inacio Lula da Silva a son homologue Rend Prdval, jeudi
25 f6vrier, lors d'une visite officielle (la troisibme depuis
l'engagement brdsilien) de quelques heures, a Port-au-Prince.
Le president Lula a assure "le camarade Preval"
que le Br6sil ferait tout ce qui est en son pouvoir pour aider
Haiti "en accord avec le gouvernement lkgitime de ce pays
qu'il "faut renforcer". Et surtout qu'il modulerait son
assistance : "C'est a Haiti de dire ce qu 'on doitfaire, oi le
faire, et comment. "
II a 6galement exhort les cr6diteurs internationaux
d'Haiti, notamment la Banque mondiale et le Fonds mon6taire


international, a annuler leur dette, estimee a 1,3 milliard de
dollars (958 millions d'euros) : "Ce pardon de la dette ne
suffira pas a satisfaire tous les besoins d'Haiti, mais il lui
permettra de recevoir de nouvelles lignes de credit. "
En attendant, il y a les urgences, que M. Lula da Silva
a pu mesurer lors de la visite d'un quartier en mines et du
survol en h6licoptbre de la capitale : "La situation est bien


Les presidents Lula et Preval requs au camp bresilien
de la mission onusienne (photo J J Augustin)


plus grave que je ne l'imaginais. I1 faut d6blayer les
montagnes de d6combres, tAche qui 6quivaut, selon les
experts, a remplir un millier de camions pendant mille jours.

Centrale hydrodlectrique
II faut surtout trouver un abri pour les quelque 2
millions de personnes sans toit ou qui n'osent pas r6int6grer
un domicile jug6 peu stir. Pour l'instant, 1,2 million d'habitants
ont r6cup6rd un abri pr6caire, sous une tente ou des biches.
Pour les autres, le temps presse a l'approche de la saison des
pluies. Le gouvernement haitien, avec l'accord du Br6sil,
privil6gie, conform6ment auxvoeux de la population, la creation
de campements abritant de 50 a 100 families.
Aucun des deux presidents n'a 6voqu6
publiquement le diffirend qui se profile quant a l'avenir de la
Minustah. Le Br6sil souhaite que cette force, amende a durer
sous son autorit6 accrue, obtienne pour mission de
"reconstruire" le pays, et non plus seulement de le
"stabiliser", objectif un peu p6rim6 depuis le 12 janvier. Le
chef de la Minustah, le Guat6malteque Eduardo Mulet,
s'oppose a cette transformation.
(ENGAGEMENT/p.5)


Page 3


L'EVENEMENT SOMMAIRE
Le Chili tait pr6pard au s6isme, Haiti pas du tout p.1
DOSSIER CATASTROPHES
Au moins 13 morts dans des inondations dans
I'arrondissement des Cayes p. 6
ANALYSE
Les partis politiques ne pourraient-ils pas obtenir
aussi de aide pour la population ? p.1
EDITORIAL
Le tremblement de terre ne fait pas de discrimination
p.
POLITIOUEDE L'AIDE
Ong 1'argent retourne a son point de depart p. 13
Quand la France defend la souverainet6 d'Haiti p.6
NOS GRANDS DISPARUS
Hommage a Micha Gaillard p.1
Un couple fusionnel : Georges et Mireille Anglade p.8
Mort de Francine Murat, directrice du Centre d'art
p. 13
ACTUALITES
Faux et vrmis sinistr6s et bidonvilles p.2
COOPERATION
En Haiti Lula da Silva r6affirme l'engagement du Br6sil
p.3
LIBRE PENSER
Tolerance culturelle p.12
Historique des tremblements de terre p.12
^ ^





Mercredi 03 Mars 2010
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06


Les partis politiques ne pourraient-ils pas obtenir


aussi de I'aide pour les sinistres ?


(PARTIS POLITIQUES... suite de la lere page)
a de grands mouvements internationaux, dont les deux
principaux sont la D6mocratie Chr6tienne et l'Internationale
Socialiste.
Le correspondant local de la D6mocratie Chr6tienne
c'est le RDNP (Rassemblement des d6mocrates nationaux
progressistes) du couple Leslie et Myrlande Manigat.


s6isme oni il offre de revenir au pays pour se mettre au service
de son peuple.
Cette declaration (peut-6tre trop prematuree !) n'a
provoqu6 aucune reaction dans le reste de la classe politique.
Elle n'a eu aucune suite non plus, sinon la
manifestation pacifique qui a r6uni quelques centaines de
partisans de Fanmi Lavalas lors de lavisite en Haiti du prsident


Alors le dos au mur, on change chaquejour son fusil
d'6paule. Tant6t r6clamant la d6mission du pouvoir en place
accuse d'etre incapable de g6rer la situation, tant6t proposant
toutes sortes de formules (gouvernement de salut public, ou
de crise, ou l6argi ou autre), autrement dit de revenir au system
de gouvernement de coalition que M. Preval avait pratiqu6 au
debut de son mandat de 5 ans (2006-2011) ...


Ouvriers du programme 'cash for work' protestant a cause d'un retard dans la perception de leur salaire dimanche dans la commune de Carrefour (photos Robenson)


Tandis que deux partis se r6clament de l'Intemationale
Socialiste. Ce sont la Fusion des sociaux d6mocrates (de nos
amis Serge Gilles et Victor Benoit) et l'OPL (Organisation du
Peuple en Lutte) de l'ex-s6nateur Edgar Leblanc.

La guerre de Troie n'aura pas lieu ...
Ces derniers temps et dans la perspective des
prochaines elections (cependant les l6gislatives qui devaient
avoir lieu ce dimanche 28 f6vrier jour pour jour ont t6
renvoyees sine die a cause du s6isme), il y a eu un rebrassage
des 6tiquettes, les partis se disant de l'opposition se
regroupant sous une ou deux denominations pour ne pas
gaspiller leurs forces ...
Tandis que les proches du pouvoir en place cr6aient
une autre plateforme intitul6e < INITE > (en francais Unite).
Mais cette guerre de Troie n'aura pas lieu, le s6isme
prenant le pas sur le discours 6lectoraliste.
Il y a un troisieme homme, c'est le Lavalas de Jean-
Bertrand Aristide.

Declaration trop primaturee !...
Elimin6 de la course 6lectorale sans raison
suffisamment bien d6finie, son chef, l'ex-pr6sident exil6 en
Afrique du sud, a fait une declaration au lendemain meme du


francais Nicolas Sarkozy le 17 f6vrier 6coul6, la France ayant
particip6 a l'op6ration qui a conduit au brutal changement de
pouvoir du 29 f6vrier 2004.
Donc Lavalas, tout comme les autres partis politiques,
n'a eu jusqu'ici d'autre interpretation que politique du
tremblement de terre et de ses consequences : environ 300.000
morts et pres de la moiti6 de la faible 6conomie du pays
d6vast6e.
Aristide demandant de revenir de son exil forc6 ...
Les partis politiques qui furent hier ses adversaires
obliges quant a eux de rechercher actuellement dans leur
majority un dlargissement du gouvernement, faute de pouvoir
obtenir la tenue des elections.

La politique force de rester sous le
boisseau ...
Mais comme c'est l'assistance aux 2 millions de
sinistres qui est l'urgence de l'heure et que la politique est
force de demeurer sous le boisseau, alors toute la place reste
au president Rend Preval qui est le seul 1 gitim6 a solliciter
officiellement (et a obtenir) cette assistance de toutes les
nations du monde.
Par la meme occasion, nos partis politiques rdv6lant
une indigence totale au niveau international.


Avantage pour le president Pr6val ...
Mais a une annie de la fin de son quinquennat, il
faudrait que Preval se retrouve le couteau sur la gorge pour y
consentir.
Alors qu'aujourd'hui il semble avoir une equipe
gouvernementale plus a sa mesure tandis que les proches du
pouvoir disposent d'une majority au Senat et que la chambre
des d6put6s attend d'6tre renouvel6e lors d'l6ections pour
l'instant renvoydes de force aux calendes grecques, d'autre
part certains parlementaires comme le bouillant Steven Benoit
(d6put6 de P6tionville) ayant commis involontairement l'erreur
de d6missionner de leur poste de d6put6 pour rechercher un
siege de s6nateur ... quand le s6isme allait venir tout remettre
en question.
Le s6isme a done rvr616 un autre aspect de nos partis
politiques. Leur support international ne va pas bien loin.
En tout cas, jusqu'a preuve du contraire.
Y compris Fanmi Lavalas.
Preval essaie-t-il de tirer avantage de la situation ?
On ne sait pas. Pas encore.
Mais si rien ne se passe, ne risque-t-on pas un vide
politique ?

Mlodie, 103.3 FM, Port-au-Prince


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.

Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenet pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la hC i
founi yon baz kominikasyon ki
pem&t klyan an jwenn tout O -I S P, WC- GFI If TPR
enf6masyon li bezwen sou transp6
pa avyon, sou lanme ak ate, fe
rezevasyon pou transpb machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe tout bagay pi fasil pou klyan
an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesonel" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes
Devlopman.
MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon yo e pou
sy on an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an
yon p c Oe-Stop-Sh ., sa vle di nou vle ofri li plizyc solysyon o chwa avyon,
bato os quit se machandiz pou ekspbtasyon, kit se pou enptasyon.
a kapini yo, Amerijet pral introdui lo avantaj sou iwebsite li a. Pamela
Robbins UN y1o i\ enters nan oloC a cnbei i plis
ekspansyon e T p INae i lne Ooa... .a.ans
Amerijet International, I urni sevis entenasyonal konple e sou tout f6m
- pa avyon, pa bato ak atL.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout te a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenet la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


Faux et vrais sinistres


et bidonvilles


(SINISTRES... suite de la page 2)
enlev6s en ville sur les sites des bitiments
d6truits par le s6isme.
C'est un terrain id6al pouvant
recevoir plusieurs dizaines de milliers de
sinistr6s.
Est-ce que c'est destine a relogerune
partie des sans abris qui sont en train de faire
crouler la capitale sous leur nombre ?
Comment le gouvernement compte
faire ? Nous n'en avons aucune id6e.
Seulement nous pensons que
d6tenant la cl6 du problkme (c'est-a-dire l'aide
alimentaire, que celle-ci soit distribute par des
agences internationales importe peu, c'est a
l'Etat que revient ce genre de decisions), l'Etat
haitien qui n'avait pas les moyens de contr6ler
le ph6nomene d&s le depart a cause de
l'absence d'une fonction publique organisee


Melodie Matin
Sur






www. radiomelodiehaiti. corn


(tout ce que les 6v6nements actuels nous
invitent d'ailleurs a corriger), peut a present
se rattraper. Cela par la creation de nouveaux
campements bien organiss, ces << villages de
tentes > dont on parlait au debut, mais oni ne
seront admises que des familles qui ont &t6
des victimes directes du s6isme (apres
identification de ces dernieres).
Dans le m6me temps, les services
foumis dans ces < villages > seraient meilleurs
qu'ailleurs. C'est avec du miel qu'on attrape
les mouches, non.
Et il faut non pas un mais plusieurs
de ces villages, des espaces pour les installer
ne manquant pas a la sortie nord de la capitale
en direction de Cabaret.
VoilW done une alternative pour
r6guler autant que possible cette veritable
h6morragie de sans abris qui s'empare en ce
moment de la capitale parce que c'est le seul
moyen pour plusieurs milliers de trouver de
quoi se nourrir.
En reprenant le contr6le de la
situation, l'Etat se donnerait aussi les moyens
de commencer a 6duquer nos compatriotes a
apprendre a vivre sans continuer a reproduire
soi-meme la meme poubelle qu'est aujourd'hui
le Champ de Mars.


Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Page 4





Mercredi 03 Mars 2010
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06


DEVOIR DE SOLIDARITE


Le tremblement de terre n'a pas de klaxon


(SOLIDARITE... suite de la lere page)
les corps rests sous les d6combres) et d6truisant en une
trentaine de secondes prbs de la moiti6 du produit national
brut (PIB).
D'un autre c6td, le gouvemement passe commande
en Chine de 50.000 tentes pour 5 millions de dollars amdricains
(soit a 100 dollars la tente).
Alors que notre pays devrait 6tre au contraire en
quite de la moindre possibility pour renflouer ses caisses car


dans le meme bateau.
Le tremblement de terre du 12 janvier dernier avait
pour 6picentre (c'est-a-dire l'endroit oui il a surgi) une region
situde entre Carrefour et Ldogane.
Carrefour est un faubourg populeux, au sud de la
capitale. Et Ldogane une petite ville sans grande envergure.
La partie de Port-au-Prince qui a &t6 la plus touch6e
est done automatiquement celle qui est la plus proche de
l'6picentre, c'est-a-dire le centre-ville de la capitale.


suppose, y compris les guerres civiles, et meme les massacres
ethniques tant la haine serait forte etc) que nous nous
exposerions.
Car si une partie de notre soci6t6 refusait cette
solidarity, a quel titre pourrait-elle la souhaiter si elle 6tait
frapp6e a son tour. Or comme on dirait en creole, << le
tremblement de terre n'a pas de klaxon. > Autrement dit,
personne n'est 6pargnd.
Ce n'est pas une question pour des tetes l6geres


Un campement de tentes comme on en trouve partout a Port-au-Prince et dans les environs


L 'Hexagone, I'Empire State Building haitien, n 'a cependantpas kchappi
non plus aux morsures du sdisme (photo Elsie/HENM)


a tout prendre, fabriquer une tente, ce n'est pas quelque chose
de bien sorcier !

Des tentes a 6.000 dollars I'unite ...
Mais ce n'est pas fini. Dans le meme temps, des
feuilles publicitaires proposent des tentes a 6.000 dollars US,
grand confort, climatis6 et tout le tralala bien entendu.
Mais pis encore, il s'en trouvera des gens pour en
acheter par pur snobisme.
Qu'est-ce qui peut seul expliquer une telle difference
de traitement ? Transparency International peut se frotter les
mains : l'exploitation, la corruption. Comme une seconde nature

Nous revient comme d'habitude en m6moire l'histoire
du t6l1phone cellulaire. Aujourd'hui chaque compatriote ou
presque et meme dans les coins les plus recul6s du pays en
possede un. Mais aucune de ces compagnies n'est vraiment
nationale.
Le nouveau pactole qui est en train de nous filer sous
le nez, ce sont done les tentes.
Une telle situation n'arriverait pas chez nos voisins
les Dominicains.
Est-ce que le s6isme aux 300.000 morts qui frappe
sans distinction de cat6gorie sociale ou de fortune personnelle
- introduira un quelconque changement dans nos mceurs
locales ?

Solidarity ou rien !...
En tout cas on ne saurait formuler meilleur souhait.
Car le seul salut devant un cataclysme comme la menace
sismique annonc6e, c'est la solidarity.
Et une solidarity g6ndrale et agissante (et nous
pesons bien nos mots ... et nos maux). Car nous sommes tous


Or la faille gdologique (c'est-a-dire la deformation)
qui est responsable des s6ismes dans cette partie du pays
s'6tend de Tiburon (extreme pointe sud-ouest) a Petionville.
Le 12janvier c'est le segment se trouvant au dessous
de Carrefour-Ldogane qui a p6td. Magnitude 7.3.
Quelques jours plus tard, une autre r6plique de
magnitude 6.2 choisissait pour 6picentre Petit-Goave, un peu
plus loin, achevant de d6truire cette ville.

Crime contre la security nationale !...
A n'importe quel moment un autre segment de la
m6me faille peut entrer en activity.
Et cela peut 6tre n'importe ou, de Tiburon a Ptionville,
rappelons-nous. Nul n'est exempt.
Il serait bon que tout le monde tire la leqon de cette
r6alit6 qui est aujourd'hui la n6tre, indistinctement, pas
seulement celle de Guibert ou Gauthier, qa n'arrive pas qu'aux
autres, mais c'est notre destin a tous, qui que nous soyons.
Ceci est tellement important qu'au temps des vieux
bolch6viques on aurait envoy tout contrevenant au Goulag
pour crime contre la s6curit6 nationale.
Car il y va en effet de la s6curit6 nationale, c'est-a-
dire du pays tout entier. Le present et l'avenir.
Mais ce n'est pas tant tout le pays qui est menace de
destruction par le s6isme (comme dit le president Pr6val, les
trois quarts du pays n'ont pas &te touches mais le pays est
touch au cceur) que le devoir de solidarity qu'une telle r6alit6
impose.

Le tremblement de terre n'a pas de klaxon

Sinon c'est a la plus grande menace d'6clatement de
notre nation (avec toutes les s6quelles terribles que cela


En Haiti, Lula da Silva reaffirme


l'engagement du Bresil


(ENGAGEMENT... suite de la page 3)
Le Br6sil et Haiti ont sign jeudi plusieurs accords
concernant l'agriculture, 1'6ducation, la formation
professionnelle et la capture des eaux de pluie. Avant sa visite,
M. Lula avait confirm que des entreprises brdsiliennes
construiraient a Haiti une centrale hydrodlectrique dont l'6tude


est en cours, a 60 km de Port-au-Prince, et qui satisfera les
besoins en 6nergie de 600 000 personnes. Un projet durable,
typique de la reconstruction que le president brdsilien souhaite
pour ce pays meurtri.

Jean-Pierre Langellier


Comme ceux qui se pr6cipiteraient pour s'acheter des tentes a
6.000 dollars l'unit6.
Jusqu'ici notre pays a su g6rer tous ses malheurs car
bon an mal an, bon gr6 mal gre, nous avons r6ussi a vivre
ensemble malgr6 nos diff6rends et nos incompr6hensions
r6ciproques (malgr6 aussi l'exploitation et la corruption d6ji
mentionndes plus haut) ...

Un point de non retour ...
Mais le s6isme du 12janvier 2010 repr6sente un choc
sans pr6c6dent et un point de non retour dans notre existence
de peuple et de nation, nul ne saurait le contester ...
Si nous manquons cette courbe, alors nous n'avons
plus qu'h nous dire adios !
Haiti en Marche, 27 Fivrier 2010


CONTACT US
TOLL FREE: 1-888-383-2856
OR. 305-620-8300
FAX :305-620-8332
CELL. 305-986-8811


FICHE D'ABONNEMEN A HAITI EN MARCHE


I pIU fit pour Six M I


*aiti ______
Etats Unis _
Canada
Europe
Am6rique Latne


Gdes 260.00
_ US $ 40.00
_ US $ 42.00
_ US $ 70.00_
_ US $ 70.00o


I CoatpouriA


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
us $ 135.00
US $ 135.00


Dans l* cas d'un abonnement
avec Ilvralson, le coOt eat le double.
Prtre de specMier si voua etes
un nouvel abonn6
ou s'll s'agt d'un renouvellement


Nouveau


Renouvellement

EL5


Page 5


Nom
Adresse.





Mercredi 03 Mars 2010
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06


Quand la France defend la souverainete nationale d'Haiti


PORT-AU-PRINCE, 27 F6vrier La France essaie
depuis plusieurs anndes d'asseoir son influence en Haiti.
Pour la p6riode de l'aprbs Duvalier (renvers6 en 1986),
ce fut d'abord en soutenant des leaders politiques rentr6s
d'exil comme entre autres un Serge Gilles (ex-candidat a la
pr6sidence et aujourd'hui un responsable du parti Fusion)
lors allied de Marc Bazin, candidat malheureux aux pr6sidentielles
de 1990.
Cependant malgr6 les liens avec le PS (parti socialiste
franqais) de Mr. Gilles, onvit le president Franqois Mitterrand
(contrairement a Washington) accueillir a bras ouverts le
vainqueur des pr6sidentielles haitiennes de d6cembre 1990,
l'ex-cur6 de Saint Jean Bosco, le pbre Jean-Bertrand Aristide,
dont il 6tait difficile en effet de contester la victoire massive.
La premiere dame de France, Danielle Mitterrand,
assista a l'investiture d'Aristide au Palais national de Port-au-
Prince.
Et quand ce dernier fut renvers6 seulement 7 mois
plus tard, en septembre 1991, par un coup d'6tat militaire, il fut
requ a nouveau par le president Mitterrand avec tous les
honneurs dus a un chef d'Etat.

Demande pour la restitution de la Dette de
l'ind6pendance ...
Cependant d&s le retour du president Aristide de
son exil a Washington (ou il vdcut prbs de trois ans : 1991-
1994), les choses commencerent a mal toumer avec l'ancienne
m6tropole.
Pour culminer dans la demande par Haiti pour une
restitution de la Dette de l'ind6pendance : 90 millions de francs
or dont la France obligea le paiement par son ancienne colonie
pour agrder a sa proclamation d'ind6pendance nationale en
1804, quoique cette ind6pendance fut acquise au bout d'une
longue guerre qui fut gagnde contre la force exp6ditionnaire
d6phch6e par Napoldon Bonaparte par l'arm6e des anciens
esclaves unis aux affranchis ou sangs m6Cls.
Nous sommes en 2003. La France fut pique a vif par
la demande d'Aristide. Le gouvemement du president Jacques
Chirac entreprit de chitier le trublion.
Dans la nuit du 29 f6vrier 2004 (annde du 200e
anniversaire de l'Ind6pendance d'Haiti), Aristide fut embarqu6
(c'6tait la seconde fois de sa carribre de president d'Haiti)
pour l'exil. Victime d'un mouvement s6ditieux r6unissant a
l'int6rieur les milieux 6conomiques et quelques forces
paramilitaires et a l'ext6rieur trois grandes capitales:
Washington, Paris et Ottawa.

Rapidit6 d'action par les Americains ...
Cependant au moment du partage du gateau, la France


se fait damer le pion. Ses candidats aux pr6sidentielles de 2006
(l'ex-maitre de conferences en Sorbonne, Leslie Manigat et
l'homme d'affaires mulitre Charles Baker) sontbattus par Rend
Prdval, un ex-prot6g6 d'Aristide mais qui avait pris ses
distances.
Cependant on fait remonter cet 6chec de la France
d&s les Mvenements du 29 f6vrier 2004, a cause de la rapidity de
l'action amdricaine qui court-circuita tous les autres acteurs
aussi bien nationaux que intemationaux en installant un homme
totalement aux ordres a la tate de l'ex6cutif haitien : le Premier
ministre int6rimaire G6rard Latortue, un ex-fonctionnaire


Nouveau timbre poste dmis en France en solidaritW
avec les victimes du sdisme en Haiti
onusien.
Aujourd'hui le president Nicolas Sarkozy veut saisir
l'opportunit6 que pr6sente le monstrueux s6isme du 12janvier
dernier qui a fait plus de 220.000 morts et la compassion
internationale que cela soulbve l'endroit d'Haiti, pour relancer
la competition.
Dans son message prononc6 le 17 f6vrier demier dans
les jardins du palais pr6sidentiel haitien 6galement ddvastd
par le tremblement de terre, le president francais (le premier a
mettre le pied en Haiti depuis notre ind6pendance proclamde
le 1 janvier 1804) s'est fait le d6fenseur de la souverainet6
nationale d'Haiti.

L'Amerique auxAmericains, oui mais !...
L'assistance ne doit pas servir, a-t-il dit en substance,
pour essayer de mettre en cage la souverainet6 d'Haiti et sa
fiert6.
Petite phrase qui semble r6pondre a une autre reaction
americaine du m6me type que celle de la nuit du 29 f6vrier
2004. Devant les dommages rendant inop6rant f'a6roport
international de Port-au-Prince, celui-ci a &t6 confi6


temporairement aux militaires am6ricains arrives en force sur le
terrain (22.000 a un moment). Mais voici que d'autres pays, et
non des moindres, se plaignent de discrimination ou autre
traitement de faveur exerc6 par l'arm6e amdricaine. Ainsi un
avion franqais transportant un h6pital de campagne a Wtd
d6toumr sur la R6publique dominicaine voisine. Paris ne cacha
pas son m6contentement.
On rappela alors la formule de Monroe : l'Amdrique
est aux Amdricains.
A quoi done la France semble rdpondre (et par la voix
de son president lui-m6me) : mais Haiti est d'abord aux
Haitiens !
Autre manifestation du m6me type : au cours d'une
conference la semaine demiire a Paris, l'ambassadeur de France
en Haiti, Didier Lebret, n'y est pas all6 de main morte accusant
les Nations Unies de < deficience > dans la gestion de la crise
nde du s6isme et ajoutant que 1'ONU devrait se mettre sous la
juridiction d'Haiti pour 6viter un double commande.

Le plan americain ...
Quant aux organisations non gouvernementales
(ONG), elles sont invites par le diplomate francais a utiliser
les services d'institutions sociales haitiennes afin que l'aide
puisse irriguer le tissu 6conomique local et ne se vaporise aux
quatre coins de l'univers.
Rappelons que c'est l'ex-pr6sident amdricain Bill
Clinton qui a &td d6sign6 comme coordonnateur de assistance
international a Haiti par le Secr6taire g6ndral des Nations
Unies BanKi-Moon.
En meme temps que M. Clinton est pressenti a
Washington pour diriger l'organisme qui serait charge de la
reconstruction d'Haiti si c'est le plan amdricain qui venait a
6tre adopt lors d'un sommet qui aura lieu le 31 mars prochain
au siege des Nations Unies a New York.
Toujours est-il que les Etats-Unis se montrentjusqu'a
present peu affects par les petites fleches des dirigeants
gouvemementaux francais.
Peut-6tre parce que sfrs que leur force 6conomique
et gdo-politique les rend incontournables sur 1'echiquier
haitien.
Mais peut-6tre aussi trop sfrs d'eux-memes !
Le president Nicolas Sarkozy sera requ a la Maison
blanche le 30 mars. Notre pays sera done (une fois n'est pas
coutume) un des sujets a l'agenda de cette rencontre puisque
le lendemain aura lieu a New York le sommet sur la
< reconstruction d'Haiti >.
Nous Haitiens n'avons rien a perdre dans toute cette
dispute entre nos 'puissants amis'. Du moins pour le moment !

Haiti en Marche, 27 Fivrier 2010


REYINYON PIBLIK
Asanble Gouv6nan Oganizasyon Planifikasyon Pou Zbn Iben
Miami (sig Angle MPO) pral f6 yon reyinyon piblik jou jedi 18
mas 2010 la a 2:00 p.m. nan Sal Asanble Komisyon Konte
an, Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, Miami, Florid.
Asanble Gouv6nan an pral konsidere yon amannman nan
Pwogram Amelyorasyon Transp6tasyon AF 2010 la:
1. Pakin Miami-Dade Transit/Park and Ride -SW 168th
Street ak wout bis South Miami Dade Busway
Amannman sa-a va ajoute $700,000 nan finansman Pwogram
Pake pou Monte Distrik 6 Depatman Transp6tasyon Florid (sig
Angle FDOT) pou yon pakin Pake pou Monte sou SW 168th
Street lan akote wout bis South Miami-Dade Busway
la.
Tout moun ki enterese envite vin patisipe. Pou plis enf6masyon,
tanpri kontakte Sekretarya MPO an nan, Stephen P. Clark
Center, 111 NW First Street, Suite 920, Miami, Florid 33128,
telef6n: (305) 375-4507; imel: mpo@miamidade.gov; sit ent6ent:
www.miamidade.aov/mpo.
Se r6gleman Konte Miami Dade pou li konf6me li a tout egzijans
etabli pa Lwa Ameriken sou Enfimite yo. Pou jwenn s6vis ent6pret
nan langaj pa siy pou moun soud, apar6y pou ede tande yo, oswa
dokiman nan yon f6ma ki pi aksesib, tanpri rele 305-375-4507
omwens senk jou davans.

F6 w II I I "" I I 0II


ml- IM i 41


wfml ihtI IlB


gi Iil I


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 6


SOLICITATION INFORMATION

FOR RFQ/ RFP
Announcement: Pre-Construction Management Services required for the
new Miami Art Museum. Construction Documents are in progress. MAM is con-
ducting a search for a firm to assist the design team with Construction Manage-
ment Services.

Prior museum or cultural building experience is required. If you feel your
firm is qualified to build the next generation art museum, please visit MAM's
website for additional information & documentation at www.miamiartmuseum.orq
or contact Tina Comely at 305-375-2276. Please note that CBE & Miami based
firms are strongly encouraged to participate.


4 ta 1*% 4 k-%





Mercredi03 Mars 2010MIAMI-DADE COUNTY Page7
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06


The County Mayor, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the Miami-Dade County Code and Administrative Order
3-39 and Ordinance 08-92 (as amended), announces that design-build services are required for the Miami-Dade Transit Department, Existing Metrorail Stations Graphics and Signage
Retrofit. Miami-Dade County, on behalf of the Miami-Dade Transit Department (hereinafter "TRANSIT"), intends to enter into a design-build contract with a responsive, qualified
applicant to provide design and construction services of the Existing Metrorail Stations Graphics and Signage Retrofit.
Work under this Design Build project requires the selected contractor to design, furnish and install a complete Signage and Graphic Wayfinding System capable of providing
effective and reliable transit information. This signage system will interface with the twenty two (22) existing Metrorail stations, the Miami Intermodal Center (MIC) Station, and any
future Metrorail station.

The project location shall include the existing Metrorail Stations:
1.Dadeland South 9090 South Dixie Highway
2.Dadeland North 8300 South Dixie Highway
3.South Miami 5801 South Dixie Highway
4.University 5400 Ponce de Leon
5.Douglas Road 110 Ruiz Avenue
6.Coconut Grove 2880 S.W. 28th Lane
7.Vizcaya- 3205 S.W. stAvenue
8.Brickell- 785 S.W. stAvenue
9.Government Center 111 N.W. 1st Street
10.Overtown/Lyric Theatre 550 N.W. 1st Avenue
11.Civic Center- 1501N.W. 12thAvenue
12.Culmer- 701N.W. 11th Street
13.Santa Clara 2050 N.W. 12thAvenue
14.Allapatah-3501 N.W 12thAvenue
15.Earlington Heights 2100 N.W. 41st Street
16.Brownsville 5200 N.W. 27th Avenue
17.Dr. Martin Luther King 6205 N.W 27thAvenue
18.Northside 3150 N.W. 79th Street
19.TriRail 125 East 25th Street
20.Hialeah 115 East 21st Street
21.Okeechobee 2005 W Okeechobee Road
22.Palmetto 7701 N.W 79thAvenue

The estimated total cost of the project is five million nine hundred and thirty-four thousand two hundred and twenty-eighty dollars ($5,934,228). The Proposer(s) must
design, build and complete the Project within five hundred (500) calendar days after the Owner issues the Notice to Proceed to the Design-Builder
Please be advised that the Design Criteria Professional together with their sub consultants, or members that participated in the development of the design criteria package
for the Existing Metrorail Stations Graphics and Signage will not be considered for contract award.
Consultants participating in OCI Project No. E03-MDT-01 The Program Management Consulting (PMC) Services for the People's Transportation Plan will not be
considered for contract award.
Copies of the design-build criteria package may be purchased beginning on March 1, 2010 at 2:00 PM at Miami Dade Transit, located at Transit Overtown Village 701 N.W. 1t
Court 151 Floor, Miami, FL, 33136. The contact person is Mrs. Ivonne Andres, telephone number (786) 469-5242. The non-refundable fee for each design-build criteria package (hard
copy) is $50.00. CD copies of the design-build criteria package will also be available for a non-refundable fee of $20.00. Only checks or money orders are acceptable and shall be made
payable to Miami-Dade County Board of County Commissioners.


DESIGN-BUILD FIRM REQUIREMENTS

Pursuant to Florida State Statutes 287.055, a Design-Builder is defined as a partnership, corporation, or other legal entity that:
a. Is certified under Section 489.119, Florida Statutes, to engage in contracting through a certified or registered general contractor or a certified or registered
building contractor as the qualifying agent; or
b. Is certified under Section 471.023, Florida Statutes, to practice engineering; certified under Section 481.219 to practice architecture; or certified under Section
481.319 to practice landscape architecture.

ARCHITECT/ENGINEER TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS
11.00 General Structural Engineering (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)
14.00 -Architecture (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)
18.00 -Architectural Construction Management (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)


CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS
One (1) Agreement
13 % Disadvantage Business Enterprise (DBE) Goal (Design and/or Construction Portion)

APRE-SUBMITTAL PROJECT BRIEFING FOR INTERESTED FIRMS WILL BE HELD ON MARCH 16,2010 AT 9:30 A.M. AT 111 NW 1ST STREET, 10TH FLOOR,
CITIZENS INDEPENDENT TRANSPORTATION TRUST (CITT) MAIN CONFERENCE ROOM MIAMIFLORIDA,33128. FOLLOWINGTHE MEETINGASITE VISIT WILLBE
HELD AT THE CIVIC CENTER METRORAIL STATION LOCATED AT 1501 NW 12THAVENUE, MIAMI, FLORIDA 33136. WHILE ATTENDANCE IS NOT MANDATORY,
INTERESTED PARTIES ARE STRONGLYENCOURAGED TOATTEND THE PROJECTBRIEFINGAND SITE VISIT.

Deadline for submission of proposals is April 12, 2010 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received at Miami-Dade County, Clerk of
the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THATANYAND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES
OR CONTAINERS RECEIVEDAFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAYNOTBE CONSIDERED.

The Consultant Coordinator for this project is Mike Ramos who may be contacted via e-mail at ramosmi@miamidade.gov, fax: (305) 350-6265 or phone: (305) 375-5215.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11. (t) of the Miami-Dade County Code, as amended. Please review Miami-Dade
County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.

The County may, at its sole and absolute discretion, reject any and all, or parts of any and all proposals; re-advertise this solicitation; postpone or cancel, at any time, this
solicitation process; or waive any irregularities in this solicitation or in the proposals received as a result of this solicitation.


CARLOSALVAREZ
COUNTYMAYOR
MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
REQUEST FOR DESIGN-BUILD SERVICES (RDBS)
MIAMI-DADE TRANSIT DEPARTMENT
DESIGN BUILD SERVICES FOR EXISTING METRORAIL STATIONS
GRAPHICS AND SIGNAGE RETROFIT
AMERICAN RECOVERY REINVESTMENT ACT (ARRA)
OCI PROJECT NO. DB09-MDT-02 ARRA
TRANSIT CONTRACT NO. CIP031-CT1-TR09





Mercredi 03 Mars 2010
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06


Un couple fusionnel: Georges et Mireille Anglade


Plac6 devant cette obligation patriotique, ou bien
fraternelle, et de toute faqon didactique, de d6crire mes
rencontres avec Georges Anglade, je me sens a la fois
enthousiaste et abattu. Rencontres dans des salons ou des
lieux publics, ou rencontres fr6quentes chez lui, qu'importe.
Je me suis tire d'embl6e de mes r6flexions par la presentation
splendide d'un ouvrage scolaire perch sur la plus haute
branche de mon cceur d'6colier: L'Espace
haitienparu en 1974 a Montreal. A l'instant, le
manuel de gdographie de Georges Anglade fait
reparaitre a mes yeux le domaine indpuisable
de l'enseignement. C'est a cette 6poque la que
remontent mes premiers travaux litt6raires. Ce
fut ma premiere rencontre avec cet esprit hors
pair. Une rencontre fructueuse qui a durd
plusieurs ann6es. Une rencontre fructueuse
grice a des professeurs remarquables. Ses
lecteurs ( l6bves) ressentaient- et se
souviennent aujourd'hui- d'une rare quality
sa contribution au savoir.
Quelques anndes plus tard, par un
heureux hasard, j'allais r6aliser avec Georges
Anglade un long entretien que les lecteurs du
quotidien Le Nouvelliste pouvaient lire dans
les editions du mercredi 19 D6cembre, du Jeudi
20 D6cembre et du Vendredi 21 D6cembre 1984.
J'habitais la meme rue- Rebecca- a PNtion-Ville,
que les parents de Georges Anglade .Je ne l'ai
jamais oublid cette image resplendissante d'un
couple parfait, tres pieux. La mere, calme, Geor
discrete et attentionnde; le pere, elegant et
courtois. L'6pouse avait 1'habitude de me donner des petits
morceaux de gateau sec, le mari me s6duisait toujours avec
ses anecdotes historiques pertinentes. Tout ce que j'ai su en
tout premier lieu de l'amour et de la vie en famille tient d'eux.
Aujourd'hui encore, je m'6tonne du peu que je sais sur eux.
Ainsi, la fin de cette dictature personnelle et, en meme temps,
la victoire des exilds 6taient exprimdes et v6cues dans le langage
du passage rituel, de la r6g6ndration et de l'esp6rance a travers
la chute de l'H6ritier. C'est son pbre, Dessaix Anglade, qui
avait ainsi facility, coordonnd, sponsoris6 cet entretien parce
que son fils 6tait en exil au Qu6bec. Bati patiemment, mon
questionnaire lui a &te achemind par son entremise.
J'ai rencontr6 Georges et Mireille Anglade pour la
premiere fois en 1986 aprbs le depart de Jean-Claude Duvalier.
Extr6mement impatient, j'eus ainsi pour la premiere fois
l'occasion de me trouver devant cet homme trbs respect de
tous. Cela permettait de nouer des liens profonds de
connaissance mutuelle et d'amitid. A ce moment, j'ai laiss6


En
(MICHA GAILLARD..
Provinciale des Soeurs Sal6sien
Le bitiment est pratiqu
attenante a la chapelle on voit 1
reste. Le Palais national avec ces


Messe chantee dimanche en r


Par Pierre Raymond Dumas
derriere moi unjeunejouraliste et qui pouvait 6tre, apres tant
d'anndes, le prolongement d'une grande histoire entre le
fougueux thdoricien du Xeme d6partement ( la diaspora) et le
vulgarisateur alerte de la litt6rature haitienne de la diaspora
que j'ai repr6sentW aux yeux de tous grice a mes recensions
critiques publides a Port-au-Prince sous le regime macoute.


rges et Mireille Anglade disparus dans le seisme du 12janvier 2

Cette premiere rencontre est done rest6e pour moijusqu'a ce
jour sans commune mesure, etje puis dire que lavolont6 de la
cristalliser ici a beaucoup contribu6 a la resolution que j'ai
prise de faire en toute franchise le portrait envoutant de
Georges Anglade qui avait a 1'6poque 40 ans et moi, 24 ans.
Les diffirents changes au t6l1phone que j'ai eus
avec Georges Anglade avaient eux la vertu de resserer notre
amiti6 sous le haut patronage de son pbre dont la foi en
1'6ducation, la s6renit6 et le sens de l'autre 6taient contagieux.
Nos tout premieres conversations -t616phoniques- eurent lieu
chez son pbre, dans une ambiance extremement exaltante, dans
un milieu fermn, hostile a toute indiscretion, a cause de la
dictature.
C'6tait un grand orateur, non, un rh6teur admirable,
un professeur: une tenue simple, la tate 6lev6e, toujours
souriant. Un athlete de la pensde, oscillant entre l'analyse, le
present, 1'drudition et l'humour. On l'a d6ji dit ailleurs: c'est
l'id6e de la performance, mieux de perfection, qui commandait


Hommage a Mich
. suite de la lere page) surtout on voit ces espaces vides oi autrefois il y avait des
nes a 1'Avenue du Chili. reperes: 1'Ecole des Soeurs du Sacr6 Coeur de Turgeau, le
element intact et de la terrasse Canado, 1'Eglise St Louis Roi de France. Maintenant, I1 n'y a
a ville ou du moins ce qui en plus que des espaces vides.
s dmes maintenant inclines et A l'entr6e de la chapelle des soeurs, Tante Lucienne
et Soeur Nicole ont coll6 trois photos de Micha. Deux de lui
bien vivant et entre les deux, la photo prise ce jeudi matin, 14
Janvier, peu de temps aprbs qu'on 'efit tire des d6combres du
Ministere de lajustice. Et tous ceux qui entrent dans la chapelle,
apres avoir vu ces photos, ne peuvent s'empecher d'avoir les
t larmes auxyeux. C'est tellement poignant, ce Michabienenvie
expliquant, d6montrant quelque chose qui lui parait evident et
que son interlocuteur pourtant n'arrive pas a comprendre.
A l'int6rieur de la chapelle ses amis, ses camarades
politiques ont pris place et tout le monde attend. C'est comme
si Micha allait surgir et expliquer, tenter de reconcilier les uns et
les autres. On dirait qu'il avait un don special pour r6concilier,
calmer les uns et les autres et les faire s'asseoir autour de la
mime table.
nemoire de Micha Gaillard Je l'ai vu h l'oeuvre h Oslo, en Norvege, lors d'un de
ces nombreux voyages avec
des parlementaires de chez
nous, pour tenter, h des milliers
de kilometres du pays natal, de
les porter 6couter, entendre
Fl'autre, et essayer de


pimlimea dans... I
go 06rl, Brl, -
'roduit pbisrtoli. Eft i


POUR VOS RSERVAONS DE CARGO, APPELEZ

1-800-927-6059
ou awFyca n=mis i run C-mlp g &mr


comprendre son point de vue.
Chacun croit tellement que
c'est lui qui a raison qu'iI faut
quelqu'un d'un temperament
aussi positif qu'un Micha
Gaillard pour calmer les uns et
les autres, alors que celui-ci se
lve en colkre et s'dloigne de
la table de n6gociation,
persuade qu'il n'y a aucun ter-
rain d'entente avec l'autre. J'ai
vu Micha courir, rattraper celui
qui se prdparait a passer la
porte. Non mon che pa fe sa.
Ann tounen"... et il y arrivait.
Micha est mort sous
les d6combres du Ministere de
la Justice oui il s'6tait rendu le
mardi 12 Janvier pour
rencontrer le Ministre Paul
Denis. I1 6tait avec ce dernier
quand le tremblement de terre
s'est produit a 4h 53 pm. La
construction s'est effondrde et
Micha s'est retrouv6 sous les
d6combres, de meme que le


la description du ph6nombne Georges Anglade. Quelle 6nergie!
L'6quilibre 6tonnant entre la pesanteur de son travail et le cote
d6tendu, s6duisant, envahissant de l'homme, si nous d6sirons
(re) construire solidement une vie conjugale qui porte des
fruits de partage et de compl6mentarit6, de tendresse et dejoie
que le monde des infideles, comme disent les islamistes, ne
connait pas. Tout en gardant la retenue et la pointe de timidity
d'une femme bien 6lev6e, Mireille, elle, avait
un sourire enjoliveur. C'est la premiere chose
qui me frappait en la ddvisageant. Toujours
silencieuse, distante meme, le regard fuyant, la
taille droite et les gestes mesurds, elle avait
une corpulence gracieuse qu'elle allait perdre
au fil des anndes tandis que son mari-
auparavant mince- prendra du poids a tel point
qu'il marchera avec une canne.
Accompagn6 toujours ou presque de
sa femme, Mireille, au demeurant d'une
gentillesse touchante, cet auteur fascinant, a
la voix convaincante, euphorique, au langage
1 labor, aux formules originales, ne cessait de
parler. Et il 6tait fait toute flamme, tout
bouillonnant, toute fr6ndsie et toute esp6rance!
Ainsi, ce n'est pas la moindre surprise de voir
ce gdographe qui a fait du terrain- il aimait ce
titre, son seul titre de gloire, pr6cisait-il avec sa
fausse modestie- qu'on disait si p6dant, pour
ainsi dire egocentrique, obs6dd par son temps,
le prendre a bras le corps, aujuste, le refl6ter,
010 non, plut6t en 6tre le t6moin attentif, en somme
le h6raut, tout au long d'une vie exemplaire et
f6conde.
La connaissance de son enseignement et de ses
ceuvres n'est pas l'apanage d'une minority. I1 ne s'agit sans
doute pas d'un hasard, mais au moins d'une exception. Malgr6
cette diffusion, la vie et la personnalit6 de Georges Anglade
ne sont pas connues. Car jusqu'a present, seuls des
stdrdotypes d6pr6ciatifs semblent permettre une approche qui
tienne compte de la complexity du personnage. II faut 6couter
l'interess6 lui-meme, et parler de sa vie priv6e, de ses origines
familiales : autant de legs, d'influences multidisciplinaires et
inattendues, de gestes fondateurs, voire psycho-
sociologiques. Sans doute faudra-t-il se d6fier d6sormais de la
seul explication (auto) biographique? La plus grande singularity
est qu'il y en eut tant au cours d'une vie qui s'est d6roulde
dans une normality et un confort petit- bourgeois, sans drame.
D'un c6t6, une harmonie familialejamais d6mentie, une vie de
couple r6ussie. De l'autre, cette productivity professionnelle
6clatante. A SUIVRE


i Gaillard


ministre et plus d'une dizaine d'autres personnes.
Nous ne pouvons pas donner plus de details sur les
derniersjours de Micha Gaillard. I1 est rest emprisonn6 dans
les debris du btiment du palais de Justice du mardi 12 Janvier
jusqu'aujeudi matin 8 heures.


-A I
Sceur Nicole, sceur de Roger Gaillard et tante de Micha
(photos Elsie)
C'est d'ailleurs le Ministre Paul Denis qui, une lib6rd,
a indiqu6 que Micha 6tait avec lui au moment du sinistre et se
trouvait sous les d6combres. I1 6tait prbs de minuit le mardi 12
Janvier quand Paul Denis a pu 6tre d6gag6.
Et depuis les secouristes locaux ont travaill6 du bec
et des ongles pour tenter de sortir tous les autres qui se
trouvaient sous les d6combres.
A un moment, ils ont entendu la voix de Micha qui
tentait de les guider sous les d6combres.
Et ceci a dur jusqu'aujeudi matin.
Que s'est-il pass? En tout cas quand on l'a tire de l1,
Micha 6tait mort.
Nous venons de perdre Micha" a d6clard Victor
Benoit en arrivant peu apres au micro de Mdlodie FM. En
pleurant, il a annonc6 la nouvelle au pays, a tous ceux qui
avaient connu ce militant, celui qui avait pendant toute sa vie
oeuvrd pour qu'il y ait un changement dans la mentality
haftienne.
I1 y a tout juste un an, avant ce terrible 12 Janvier
2010, j'6tais avec Micha. On 6tait le 15 D6cembre 2009. Heidi,
la mbre de Micha, de Gusti et de Dicki venait de mourir. Je me
suis rendue a la petite maison de la Rue Camille Ldon. Micha
s'y trouvait. Etje lui ai dit: Je voudrais que tu me parles de
Heidi".
Malgr6 son immense chagrin, il a tout de suite accept&.
J'ai branch mon MD et nous nous sommes rendus dans la
chambre de Heidi. Et Micha a parl6 pendant prbs d'une heure,
me racontant sa mere, son arrive pour la premiere fois en Haiti,
un pays qu'elle adopta d'embl6e, son temperament fort qui la
(MICHA GAILLARD /p. 16)


Page 8




Mercredi 03 Mars 2010
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06


Page 9


51~
a;B~


(c~i~


$j


'0 p


6m






Page 10


Mercredi 03 Mars 2010
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06


AVI LEGAL
Dapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize vot6 yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enf6masyon nou resevwa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap mande nou kontakte
SipBviz6 Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab resevwa enf6masyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou w6 kouman pou nou
rezoud pwobl6m la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a 16t sa-a, sa gen dwa mennen SipBviz6 Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sist6m enskripsyon vot6 Eta-a. Si w genyen ankenn
kestyon sou koze sa-a, tanpri kontakte SipBviz6 Eleksyon yo nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363.


Alayon, Raul 1215 W 82Nd St Hialeah FL 33014 Kanagie II, Robert A 617 E Palm Dr #305 Florida City FL 33034
Alfonso, Alexander 5826 W 18Th Ct Hialeah FL 33012 Killings, Fred R 2983 NW 200Th Ter Miami Gardens FL 33056
Allen JR, David A 3900 NW 175Th St Miami Gardens FL 33055 La Rosa, Anthony N 17340 NW 74Th Ave #201 Hialeah FL 33015
Allen, Aundra L 19464 NW 29Th Ct Miami Gardens FL 33056 Laino, Antonio V 13964 SW 90Th Ave #JJ207 Miami FL 33176
Allen, Nathalie A 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Lamb, Frederick A 449 NW 8th St Miami FL 33136
Alvin, Stine 620 NW 10Th St Miami FL 33136 Larrea, Alfred E 6406 W Flagler St #1 Miami FL 33144
Antoine, Allrich 16275 NE 19Th Ct #3 N Miami FL 33162 Lee, Edwin T 250 SW 14Th Ave #87 Miami FL 33030
Athanassakos, James M #215 350 NE141st Street Miami FL 33161 Lee, Travis O 22515 SW 113Th Ct Miami FL 33170
Atkinson, Stephen J 2365 NW 97Th St Miami FL 33147 Leon, Yanina 2880 SW 137Th Ave Miami FL 33175
Austrie, Natasha D 14695 NE 18Th Ave #5B Miami FL 33181 Lewis, Kevin 17020 NW 16Th Ave Miami Gardens FL 33169
Avant, James A 15451 SW 288Th St #D6 Homestead FL 33033 Lewis, Steven K 57 NW 84Th St Miami FL 33150
Ayala, Cruz 31462 SW 133Rd Ct #105 Miami FL 33033 Lightburn, Lorenzo 1422 NW 8Th Ave Florida City FL 33034
Bailey, Maurice A 1890 NW 89Th Ter Miami FL 33147 Llama, Frank 21424 SW 89Th Path Cutler Bay FL 33189
Barnes, De'Anna E 14304 SW 108th Ct Miami FL 33176 Lopez, Waldo T 9855 SW 62Nd St Miami FL 33173
Bashea, Chanier 331 NW 185Th Ter Miami Gardens FL 33169 Mans, RubyJ 211 NW 12Th St #13 Miami FL 33136
Bauza, Alejandro PO BOX 523072 Miami FL Marquess, Jeffery C 439 NW 8th St Miami FL 33136
Beck, Wendell J 98 NW 161St St Miami FL 33169 Martin, Cecilia DL 5460 W 21St Ct #313 Hialeah FL 33016
Beckford, Angeletha F 18680 SW 376Th St Homestead FL 33034 Martin, Lavoris F 1717 N Bayshore Dr#2946 Miami FL 33132
Benjamin, Ciara O 565 SW 6th St #8 Homestead FL 33030 Martinez, Paul 503 79Th St Apt #5 Miami Beach FL 33141
Benjamin, Deva C 14100 NW 6Th Ct apt #108 Miami FL 33168 Mason, Sherrye L 1871 NW 68Th Ter Miami FL 33147
Bennett, Aiken 10700 SW 222Nd St Miami FL 33170 Mastandrea, Thomas W 14523 SW 285Th Ter Homestead FL 33033
Bess, Jonquauius J 17320 SW 99Th Ct Miami FL 33157 Mathews, Dallies 92 NE 10Th St#3 Homestead FL 33030
Blanding, Jamie N 1564 SW 4Th St #208 Homestead FL 33030 Mathews, Rod K 14640 Jackson St Miami FL 33176
Boer, Casey D 6270 W 6Th Ave Hialeah FL 33012 Maxi, Willis 179-1 NE 67th St #179-1 Miami FL 33138
Bolden, Christopher 4731 NW 178Th Ter Opa Locka FL 33055 Mc Bride, Charlin 721 NW 56Th ST Apt #6 Miami FL 33127
Brewer JR, Earl J 2604 NW 65Th St #2 Miami FL 33147 Mc Bride, Christopher 2215 NW 33Rd St Miami FL 33142
Brown, Cedric S 2983 NW 45Th St Miami FL 33142 Mc Cray, Xavier J 20840 NW 17Th Ave #231 Miami FL 33056
Brown, Eric A 1190 NW 179Th Ter Miami Gardens FL 33169 Mc Dugle, Telly O 1000 Quayside Ter #910 Miami FL 33138
Brown, Jerry L 1300 NW 2nd Ave Apt 101 Miami FL 33136 Mc Knight, Ricky 5900 SW 63Rd St South Miami FL 33143
Brown, Richard K 2128 NW 92Nd St Miami FL 33147 McGhee, Monica L 730 NW 101St St #4D Miami FL 33150
Brown, Terence C 6044 NW 201st Ter Hialeah FL 33015 McKenzie, John 1860 NW 48Th St Miami FL 33142
Brown, Tournekia S 1061 NW 135Th St Miami FL 33168 Mentor, Rudy PO BOX 343075 Florida City FL 33034
Brown, Veronica K 390 NE 125Th St North Miami FL 33161 Meus, Stanley 7647 NE 3Rd Ave Miami FL 33138
Brunson, Ervin PO BOX # 681294 Miami FL 33169-1294 Michel, Frandric 1060 NW 117Th St Miami FL 33168
Bryant, Gary 726 NW 1St Ave Homestead FL 33030 Molina, Juan J 3068 NW 94Th St Miami FL 33147
Burrows, MacTanis 2354 NW 67th St Miami FL 33147 Moore, Tony A 984 NW 12Th St Florida City FL 33034
Cain, Tony L 2289 NW 81St St Miami FL 33147 Moorman, Robert B 1338 W 84Th St Hialeah FL 33014
Cardona, Ricardo S 426 Meridian Ave #222 Miami Beach FL 33139 Mordica, Ernest R 2980 NW 192Nd St Miami Gardens FL 33056
Carlini, Ari A 17096 Collins Ave #104 Miami Beach FL 33160 Musgrove, Jonathan O 1720 NW 84Th St Miami FL 33147
Carrazana, Leonel 1907 NW 38th St Miami FL 33142 Nazal, Leo K 92 SW 6Th St Homestead FL 33030
Carriere, Thomas 20830 NW 17Th Ave #126 Miami FL 33056 Neeley, Antonio 10260 SW 181St St apt 2 Miami FL 33157
Carroll, Lona M 1974 NW 61st St Miami FL 33142 Nelson, Danone V 1720 NW 59Th St Miami FL 33142
Casamayor, Danel 8332 NW 191St Ln Hialeah FL 33015 Nesmith, Marcellus A 1217 NW 65Th St Miami FL 33147
Castro, Alejandro 1907 NW 38th St Miami FL 33142 Newton, Allen E 12055 NW 16Th Ave North Miami FL 33167
Charles, Andre P 21120 NW 29Th Ave Miami Gardens FL 33056 Nunez, Linda 9451 E Broadview Dr Miami FL 33154
Church, Steven A 3333 NW 87Th St Miami FL 33147 Ortega, Carlos E 3506 W 80Th St #201 Hialeah FL 33018
Clark, Joseph J 1920 NW 175Th St Miami Gardens FL 33056 Ortega, Melissa H 4041 NW 203rd Ln Miami Gardens FL 33055
Clark, Sharon R 17401 NW 20th Ave Miami Gardens FL 33056 Padron, Bernardo 755 SW 7th St #1 Miami FL 33130
Clavier, Steve 845 NW 122Nd St North Miami FL 33168 Parker, Les A 4315 NW 198Th St Miami Gardens FL 33055
Clayton, Bernice M 885 W Lucy St#128 Florida City FL 33034 Patterson JR, HenryM 6901 NW 8Th Ave #4 Miami FL 33150
Coffee, Dwayne L 770 NE 195Th St #231 Miami FL 33179 Pena, Jaime S 19800 SW 110Th Ct #213 Miami FL 33157
Cole SR, Anthony L 10663 SW 142Nd Ln Miami FL 33176 Perisee, Gordon K 13930 SW 127Th Ct Miami FL 33186
Cole, Samantha R 2601 NW 207Th St #1 Miami FL 33056 Pierce, Chonita 5026 NW 26Th Ave Miami FL 33142
Coley, Alvin K 420 NW 128Th St North Miami FL 33168 Pineiro, Luis 1321 NW Miami Miami FL 33169
Coney, Anthony E 2160 NW 66Th St Miami FL 33147 Pittman, Venus E 6720 NW 174Th Ter Hialeah FL 33015
Cooper, Chaisa D 1045 NW 117Th St Miami FL 33168 Pitts JR, Brian D 1060 NW 66Th St Miami FL 33150
Corneal, Ricky N 16450 NW 2nd Ave Apt 417 Miami FL 33169 Pleu, Kellie J 3140 NW 76Th St Miami FL 33147
Cox JR, Anthony C 12040 NW 19Th Ave Miami FL 33167 Portee, Richard L 7701 NE 1St Ave Apt 3 Miami FL 33138
Crummie, Jimmie 8744 NW 23Rd Ave Miami FL 33147 Preston SR, Damian R 250 SW 14Th Ave #5 Homestead FL 33030
Curry SR, Rickey D 10500 SW 151St Ter Miami FL 33176 Priest, Charles E 3140 NW 76Th St Miami FL 33147
Curry, Benjamin 1013 NW 7Th Ave Florida City FL 33034 Ramos, Kathy 15324 SW 284Th St #57 Homestead FL 33033
Davis, Rodney 12601 NW 27Th Ave #T115 Miami FL 33167 Redding, Jeffery 2401 NW 80Th St # B Miami FL 33147
De La Cruz, Yaharia 18325 NW 44Th Ct Miami Gardens FL 33055 Reid SR, Everald M 1300 NW 102nd St Miami FL 33147
Delee, Antawn C 1801 NW 2Nd Ct #302 Miami FL 33136 Reid, Derek E 710 NW 7Th Ave Florida City FL 33034
Delgado, Michel 979 SW 4Th St #5 Miami FL 33130 Rentas, Yesika M 1485 NE 139Th St North Miami FL 33161
Dotson JR, Joe L 10535 SW 178Th St #25 Miami FL 33157 Rhodes, Darryl D PO BOX 2551 Miami FL 33055
Downs JR, Frank L 11248 SW 231st Ln Miami FL 33170 Richemond, Evans 758 NE 83Rd St Miami FL 33138
English, Lejon 3230 NW 198th St Miami Gardens FL 33056 Rincon, David R 22010 SW 103Rd Ave Miami FL 33190
Etienne, Robinson 648 Ne 80th St#8 Miami FL 33138 Rivera, Joe 1676 James Ave #209 Miami Beach FL 33139
Eugene, Saddam W 995 NW 114Th St Miami FL 33168 Rodriguez SR, Edward 1640 NW 113Th Ter Miami FL 33167
Evans, Mark 1345 NW 114Th St Miami FL 33167 Rodriguez, Tina 681 NW 30Th St #B Miami FL 33127
Evans, Willie F 14711 SW 103Rd Ct Miami FL 33176 Rolle, Paul M 1750 NW 188Th Ter Miami Gardens FL 33056
Everett, Nathaniel J 20661 NW 17Th Ave #205 Miami FL 33056 Rothrock, Kevin L 2170 NW 183Rd St #A209 Miami FL 33056
Fagan, Octavios P 302 SW 6th Ct Florida City FL 33034 Rouland, Henry E 783 NW 63rd St Miami FL 33150
Fahie, John W 3600 SW 114Th Ave #111 Miami FL 33165 Ruffin JR, Thomas L 22625 SW 113Th Ct Miami FL 33170
Fields, Brenda L 3842 NW 213Th St Miami Gardens FL 33055 Russell, Wanda G 19590 Old Cutler Rd Cutler Bay FL 33157
Ford, Michael Z 2601 NW 131St St Miami FL 33167 Saint-Felix, Rodney 267 NE 118Th St Miami FL 33161
Forde, Heather E 20080 NW 14Th PI Miami Gardens FL 33169 Sawyer, Steve L 18311 NW 28Th PI Miami Gardens FL 33056
Frederick, Albert J 2051 NW 207Th St #217 Miami Gardens FL 33056 Schejtman, Sandra 8938 NW 112Th Ter Hialeah Gardens FL 33018
Freeman, Douglas L 855 W Lucy St #251 Florida City FL 33034 Scott III, Clinton 1255 NW 187Th St Miami Gardens FL 33169
Frye, Mark E 9951 Dominican DR Cutler Bay FL 33189 Scott, Emanuel D 1281 NW 61St St #33 Miami FL 33142
Furman, Antoine L 18425 NW 23Rd Ct Miami Gardens FL 33056 Shropshire, Johnnie 1779 NW 44Th St Miami FL 33142
Galimore, Wondra L 4601 NW 183rd St #K-4 Miami Gardens FL 33055 Sisemore, Cathy A 12175 NE 19Th Ave #1 North Miami FL 33181
Gonzalez, Graciela 1302 W 2Nd Ave Hialeah FL 33010 Slaton, Eddie G 18600 NW 27Th Ave #202 Miami FL 33056
Gray, Dwight G 465 NW 210Th St #101 Miami Gardens FL 33169 Smith, Arminne J 1032 NE 78Th Rd #2 Miami FL 33138
Gray, William 1717 NW 63Rd St Miami FL 33147 Smith, Jerome 5040 NW 197Th St Opa Locka FL 33055
Gregg, Adam 28205 SW 125Th Ave Homestead FL 33033 Smith, Samuel K 1325 Meridian Ave Apt 7 Miami Beach FL 33139
Guanche, Yan C 2125 NW 126Th St Miami FL 33167 Soza, Jose 2900 SW 16Th Ter Miami FL 33145
Hall, James 1091 NW 7th St #203 Miami FL 33125 Spaulding, John W PO BOX 510062 Miami FL 33151
Hanshaw, Terence 2364 NW 104Th Ter Miami FL 33147 Spivey, Sonya W 2730 NW 211Th St Miami Gardens FL 33056
Hawkins, Elmer 3021 NW 70th Ter Miami FL 33147 Stokes, Mark 1080 NW 116Th Ter Miami FL 33168
Henderson, Chris L 17620 NW 67Th Ave Apt1124 Hialeah FL 33015 Streeter, Willie J 13377 NW 30Th Ave Opa Locka FL 33054
Henderson, Terrol L 2126 NW 68Th Ter Miami FL 33147 Summerall, Richard G 2863 NW 193Rd Ter Miami Gardens FL 33056
Higgs, Charles D 20920 N Miami Ave Miami Gardens FL 33169 Sweeting, Richard 559 NE 70Th St Miami FL 33138
Hill, Alton D 2601 NW 207Th St #117 Miami Gardens FL 33056 Sykes, Alphonso 7691 NW 12Th Ct Miami FL 33147
Hills, Brian L 2960 NW 70Th Ter Miami FL 33147 Tang, Rafael 1620 SW 1St St #14 Miami FL 33135
Holmes, Leon R 1281 NW 61St St #9 Miami FL 33142 Taylor, Eric D 1880 NW 65Th St Miami FL 33147
Hooks, Carlon J 8400 NW 25Th Ave #116 Miami FL 33147 Terry JR, Richard J 760 SW 15Th St Florida City FL 33034
Jackman, Shaun F 17000 NE 6Th Ct N Miami Beach FL 33162 Terry, Taron T 2511 Atlantic Ave Opa Locka FL 33054
Jackson, Anthony 800 Independence Dr#l Homestead FL 33034 Thomas, Karron E 18701 NW 39Th Ave Miami Gardens FL 33055
Jean, Gregory 2063 NE 167Th St #3 N Miami Beach FL 33162 Thomas, Matthew S PO BOX 552193 Opa Locka FL 33055
Johnson, William 33700 SW 187Th Ave Florida City FL 33034 Thomas, Terrell 145 SW 7Th St #209 Homestead FL 33030
Jones JR, Remus 2895 NW 45th St #5 Miami FL 33142 Thompson, Zane 401 NE 84Th St Miami FL 33138
Jones, Brent M 461 NW 9Th St # 7 Miami FL 33136 Tinker, Harold L 1880 NW 68Th St Miami FL 33147
Jones, Eddie B 10610 SW 141st Dr Miami FL 33176 Toney, Jermaine L 1001 NW 62Nd St #19 Miami FL 33150
Jones, Regina 1824 NW 92Nd St Miami FL 33147 Toro, Barbara E 11420 SW 52Nd St Miami FL 33165
Jordan, Ernest S 1440 16Th ST #1 Miami Beach FL 33139 Torres Requena, Diego E 3518 SW 65Th Ave Miami FL 33155
Jordan, Terry 3521 NW 169Th Ter Miami Gardens FL 33056 Torres, Arlene 971 E 28Th St Hialeah FL 33013
Joseph, Anthony J 2740 NW 175Th St Miami Gardens FL 33056 Torres, David J 1649 NW 113th Ter Miami FL 33167
Kontinye nan Iot paj la

Sv Eyfi e Lester Solate page 11)
isES^S Sipevize Eleksyon, Konte Miami-Dade (suite page 11)





Mercredi 03 Mars 2010
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06


* Le Saut du Barril
* Le Palais de Sudre Telephones: 566-5361
Dartiguenave a Anse a 401-7108 / 514-0304
Veau lemanoloinn@mac.com
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17me" Internet disponible
secle ... pour les clients
r


Parents, vous qui vez d'un avenir meilleur pour vos tenants,
confiezles au CMP

ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAMMES

LICENCE EN:
Marketing :4ans
Sciences Comptables :4ans
GestbndesAffaires :4ans
Science lnforatiques :4ans
Madetng Management :2ans
Secntarial bureautique :2 ans
GestlonaFlnance -Maeting :1 an ou 2 ans
Comptabil informatis :1 an
Assistance Admlnlstrate :1 an
Infomatiquyde court : 60 heures/2ans
IT Esentials(CISCO) :70heures

Pour routes infomations supplmenaires:
CMP, Oelmas 30
Tels,:2 513.361, 37302485, 22462299
Email: aorn eagdrn oor



KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673

Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Execution de Proj et
Economie et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
SGouvernance

Dipl6me en:
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse H&rard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, W.I.

www. cfdehaiti. cor
Par courriel: Administration(@iCDFEHaiti.com
GBrunet(@CFDEHaiti. cor

Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


6.


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786-4578830 Fa .305-756-0979 e-mail: adomipurchasing@aol.coi


POUR TOu VOS ICIK s Equipements pour construction
Ri~ccs de voiture / Camion / Equipcmcnt medical
m PIa rvio. on par battea


AVI LEGAL
Dapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize vote yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enf6masyon nou resevwa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap mande nou kontakte
Sipevize Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trantjou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab resevwa enf6masyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou we kouman pou nou
rezoud pwobl6m la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a e1t sa-a, sa gen dwa mennen Sipevize Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistem enskripsyon vote Eta-a. Si w genyen ankenn
kestyon sou koze sa-a, tanpri kontakte Sipevize Eleksyon yo nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363.

Trigo SR, Antonio B 1993 NW 58Th St Miami FL 33142 Whitley, Alphonso 10030 W Indigo St #3 Miami FL 33157
Tyler, Derek M 1450 Lincoln Rd #307 Miami Beach FL 33139 Wilkes, Claude 2735 NW 10Th Ave Miami FL 33127
Valdivia, Jack 8795 SW 38Th St Miami FL 33165 Williams, Christopher A 1490 NW 127Th St North Miami FL 33167
Vazquez, Jesus 910 West Ave #207 Miami Beach FL 33139 Williams, Danita R 14370 NW 22Nd Ave #17 Opa Locka FL 33054
Veal, Shanequa L 1469 NW 8Th Ave Florida City FL 33034 Williams, John D 21091 NW 22Nd Ave Miami Gardens FL 33056
Velez, Hector D 152 SW 9Th St #9 Miami FL 33130 Williams, Sidney 3301 NE 5Th Ave #813 Miami FL 33137
Verdini, Fernando H PO BOX 144584 Doral FL 33114 Williams, Sir Charles 3125 NW 70Th Ter Miami FL 33147
Waddell, Mark S 14241 SW 101St Ln Miami FL 33186 Williamson, Loretta P 780 NE 199Th St Apt E-102 Miami FL 33179
Wade JR, Percy 7940 NW 13Th Ave #4 Miami FL 33147 Wilson, Antonio R 2365 NW 97Th St Miami FL 33147
Walker, Brian T 11101 SW 197th St #302 Miami FL 33157 Wilson, David J 19730 NW 40Th Ct Miami Gardens FL 33055
Walker, Genaro S 3143 NW 45Th St Miami FL 33142 Wilson, Mark L 1301 NW 103Rd St #103 Miami FL 33147
Walker, Willie M 501 NW 41St St Miami FL 33127 Wooden, Latrice S 15751 NW 18Th Ct Miami Gardens FL 33054
Wallace, Reginald J 2258 NW 83Rd St Miami FL 33147 Woods, Donell T 2010 NW 134Th St Miami FL 33167
Washington, John 3240 NW 205th St Miami Gardens FL 33056 Woods, Isaac T 1321 NW 13th St #6A2 Miami FL 33125
Waterval, Edwin S 18820 NW 18Th Ct Miami Gardens FL 33056 Wright, Teresa R 18985 NW 54Th Ave Opa Locka FL 33055
Webman, Ryan D 3747 NE 214Th St Aventura FL 33180 Zamora, Alex A 8249 NW 201St Ter Hialeah FL 33015
gMIAM Lester Sola
aEIsi Sipevize Eleksyon, Konte Miami-Dade
Fdtnewpuy ot a Rsnmn21!wwcnuIo


Page 11





Mercredi 03 Mars 2010
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06


Tolerance culture


un en nous, pour que le monde croie que tu m 'as envoy. >
Evangile selon Saint Jean (Jn, 17:21)

Chers amis, je voulais d'abord parler d'oecum6nisme,
puis, me rendant compte qu'il ne s'agissaitpas d'unproblkme
entre catholiques ou entre catholiques et protestants
simplement, j'ai voulu alors parler de dialogue interreligieux.
Ayant analyst plus finement la situation, j'ai cru comprendre
que le problkme 6tait encore plus profond et que l'un des
<< groupes de croyances >> tant cibl6 en tant que << coupable >>,
il fallait alors parler de liberty de cultes et de tolerance. Ce qui
traduisait alors le mieux la probl6matique 6tait done la
<< tolerance cultuelle >. Chers amis lecteurs, de bien sombres
nuages planent sur nos horizons, pouss6s par les tristes
moments qui nous poussent a l'amertume et << dsolent >> nos
vies. En ces moments de d6route 6motionnelle, de
disorientation collective, on trouve parfois de < faux
prophetes > et de mauvais < guides spirituels >> lesquels,
profitant du moment, font de la << manipulation de la foi >> une
faqon de renforcer leur << autel >>. Pour pouvoir en vivre,
j'imagine, puisque le << cur6 vit de son autel >>.
Enfin, chers amis, j'ai parfois du mal a comprendre le
comportement humain. On cherche toujours a se trouver une
faqon de se lib6rer du poids de la responsabilit6. On s'excuse.
Pas moi. Plut6t lui. C'est peut-6tre mon frbre. Bouc missaire.
Jouer a l'autruche. Dl6ation. Avant, c'6tait les Juifs les


coupables. Aprls, ce furent les Turcs. Plus tard les Palestiniens.
Maintenant, les Arabes. L'Islam. Ailleurs, le Chinois. Le Jaune.
Le Noir. Le Pauvre. Le < gwo zoty >>. Maintenant, le vaudou.
Le pire, ce n'est pas seulement chez nous que cela se dit.
L'autre jour, par un curieux hasard, je faisais la ligne pour
embarquer sur un vol, vers Santo Domingo, quand j'6coutai
parler a un petit groupe d'amis des tremblements de terre les
plus r6cents. Le Japon. Le Chili. L'Argentine. Un possible
tsunami. Haiti. L'un d'eux, s'efforcait d'expliquer et de faire
comprendre aux autres les mdcanismes sismiques lorsque l'une
d'entre elles, a mi-voix, chuchota aux autres : savez-vous que
la cause de celui d'Haiti sont les pratiques vaudou ? Je ne pus
m'empecher de rire aux 6clats et de leur dire quej'6tais Haitien
et que j'6tais en train de parfaire un systeme de protection
contre les secousses sismiques bas6 sur le vaudou et que
quiconque se situerait pros de moi, meme dans un rayon de
20km se verrait prot6g6 des consequences. Ils ne me crurent
pas. Heureusement. Cependant, ils auront cess6 de croire que
les pratiques vaudou provoquaient des tremblements de terre.
Mon problkme, maintenant, c'est d'en faire autant avec
certains de mes compatriotes. La presse rapporte la bavure
d'un Consul haitien, de ce genre de Diplomate auquel il ne
faudrait peut-6tre attribuer que la premiere partie du mot
<< consul >> et qui traduit l'id6e queje me fais parfois de notre
chore Haiti : une poignde de << malice >, 6tant au fond beaucoup
plus << bouqui >>qu'elle ne le pense et quijoue a tirer le maximum


o Que tous soientun, comme
toi, Pere, tu es en moi, et commeje
suis en toi, afin qu 'eux aussi soient


Historique des tremblements de terre en Haiti:


Une reflexion anthropologique

Par Renald Cldrisme


(... suite HEM #05)
Il rapporte que : r les tremblements de terre de 1564, 1684,
1691, 1701, 1713 et 1734, ont etd eprouvis d'une manidre tres
sensible dans l'Isle de Saint-Domingue ; mais ce fut la Partie
Espagnole qui en ressentit les cruels effets. >>
I1 dit que : << le 18 Octobre 1751, a deux heures apres-
midi, d 'un temps calme etserein, la terre trembla au Port-au-Prince
avec deux secousses violentes, qui durbrent environ 3 minutes. La
terre eutjusqu 'au 25, des balancements, comme si ellen 'avaitpas
trouve d'assidte (sic). La ville de Santo-Domingo perdit plusieurs
edifices. Le 28, on eprouva trois secousses; le 29 deux, et le 19
Novembre encore deux extrOmementfortes.
Le 21 Novembre, a 8 heures du matin, durant un calme



MIAMI.DADE


AVI PIBLIK

Ajans Lojman Piblik Miam

Plan Ajans Lojman Piblik

PERYOD KOMANTE
Ajans Lojman Piblik Miami-Dade (MDPHA)
PHA lap pwopoze pou Ane Fiskal 2010-201
pou revizyon pandan yon peryod koman
mas 2010 rive 14 avril 2010, sou sit enter
www.miamidade.gov/housing epi nan biwo

Tanpri voye komante-a alekri pandan peryod
701 N.W. 1st Ct, 16th Floor, Miami, FIc
Executive Director.

ODYANS PIBLIK
Odyans Piblik la pral fet nan reyinyon I
Devlopman Kominote le jou 12 me 2010 a
Asanble Komisyone Konte an nan 111 NW
Florid 33128.

MDPHA pafe diskriminasyon baze sou ras, s
eta sivil, orijin nasyonal, enfimite, desani
seksybl, laj, gwoses oswa sitiyasyon famil
akse a, admisyon a, et aplike nan pwograr
aktivite lojman yo. Si w bezwen yon enter
oswa dokiman nan foma aksesib pou eve
786-469-4229 omwen senk jou davan
ak TDD/TTY yo ka kontakte "Florida R(
800-955-8771.


N tnd w ouyo o0 e 0 Rsanma 2


profond, ily eut une lMgbre secousse au Port-au-Prince. Des secousses
plus violentes suivirent. Une seule des maisons de maFonnerie nefut
pas renversee. Quelques unes de charpente tomberent. Les casernes,
le magasin general et une aile de 'intendance s 'crouldrent. Le 22,
les bdtiments qui avaient resistW la veillefurent ditruits, etdu 19 au
22, la terre nefutpas stable un seul instant. Du 22 Novembre au 8
Decembre, il y eut 25 secousses, et pendant pros d'un mois, nul
homme n 'osa se placer sous un autre asile qu 'une tente. Les ravages
de tant de secousses furent sensibles depuis Liogane jusqu 'aux
Gonaives. >
I1 fait remarquer que tous les mouvements furent
constamment dirig6s de 1'Est a l'Ouest. La terre trembla aussi pendant
tout ce temps au Cap, mais aucune maison ne fut renvers6e.
Cependant quelques personnes se
jeterent par frayeur, des fenetres
du premier 6tage dans les rues. Au
Port-au-Prince, la terreur rendit
plusieurs soldats epileptiques.
Jusqu'au 27 D6cembre
1767, quand la terre trembla
vivement a quatre heures et demie
du matin, mais sans causer de
dommage, il n'y eut aucun seisme
|i-Dade dans la colonie.
Moreau de Saint-MWry
(PHA) note que le 10 Octobre 1768, il y
eut trois secousses, et une seule le
14Aoit 1769.
I1 poursuit pour dire
isiba pibliye Plan que: << laterre trembla le 20
Janvier et le 12 Avril 1770 ; mais
1 la, ki va disponib l'dpoque duplus grand desastre,
t 1 futle 3juin de la mOme annee,jour
6 J45-jou apati 1 de la Pentec6te. A sept heures et
net MDPHA la nan un quart du soir, 'Isle entire
eprouva un tremblement de terre
)i yo. precedd d'un bruit sourd,
semblable a un rugissement. Les
J la a bay: MDPHA, deux premieres secousses,
ressenties au Port-au-Prince et qui
)rida 33136, Attn: se suivirentde tres-pres, durbrent,
ensemble au moins 4 minutes, et
pendant cette succession de
mouvements d'ondulation de 'Est
a 'Ouest et de trepidation, la ville
Komite Lojman ak entirefutrenversee; lapoudriere
seule rLsista et s'ouvrit
9:30 a.m., nan Sal seulement...
De moindres secousses
1th Street, Miami, succMderent aces deuxpremidres,
mais elles auraient etd capables
de renverser des villes. La lumi&re
pdle de la lune kcalera une nuit
bks, koul rel ijyon, pendant laquelle la terre, pour
dans, oryantasyon ainsidireflottante etsagiantdans
tous les sens, faisait craindre 6
e-w pou ou jwenn chaque instantle sortdeLisbonne.
Le jour montra toute
m lojman yo oswa 'horreurdecettescene dchirante.
pret ki pale an csiy Un sol entrouvert en mille endroits,
prit ki pale an iy des ddfenseurs de la patrie
ennman sa a, rele ensevelis sous les ruines des
casernes ou des hopitaux, des
s. Moun ki sevi prisonniers crass sousles debris
la de la ge6le, des montagnes
delay Service" nan voisines de la ville dfgraddes et
affaissees ; enfin, des monceaux de
S dcombres couvrant toute
w.r~un I 'etendue d'une ville, oh il n 'y avait
plus d'autre abri que celui des
i ji l g arbres, qui indiquaient la direction
des rues... >>


I1 ajoute que : r les malheurs du Culs-de-Sac ne le cMddrent
point a ceux de la ville. La Rivibre blanche cessa de couler ; on vit
sortir des differentes crevasses, formnes surplusieurs habitations,
une eau pleine de sel et de souffre, qui ne pouvait servir ni pour
disalterer ni pourfertiliser les terres. La montagne de la Selle et la
montagne Noire, kcroulkes en plusieurs points, firent disparaitre les
anciens chemins, et au Trou-Bordet et au Lamentin, c 'tait le mOme
spectacle de desolation ; I 'on ne dkcouvraitplus de demeures ni de
bdtiments de manufacture...>
Un detail int6ressant et qui pourrait servir de module de
comportement pour nos dirigeants dans la gestion de l'urgence suscitee
par le tremblement de terre du 12 Janvier. Moreau de Saint-Mery
rapporte que le 15 Juin, soit 12 jours apres le s6isme du 3 Juin 1770,
le conseil sup6rieur du Port-au-Prince, extraordinairement assemble
sous une tente dans la cour du gouvernement, prit des mesures pour
faire mettre a l'abri les actes des depots publics et pour constater
quelles personnes avaient p6ri dans ce fatal evenement. Il prononga
aussi la resiliation des baux de toutes les maisons de la ville, a compter
dujour de leur destruction. Ceux qui pensent que l'Ex6cutif aura tort
d'installer son Quartier general sous des tentes dans la Cour du
Palais, gagnerait a se ref6rer a la decision du conseil sup6rieur de
Port-au-Prince en 1770.
Moreau de Saint-Mery nous renseigne que pendant les 15
premiers jours qui suivirent l'epouvantable catastrophe du Port-au-
Prince, il y eut plus de cent secousses par jour et a la fin du mois
d'Octobre la terre avait encore des mouvements, quoique de faible
intensity. Des pluies legeres vinrent a la meme epoque, faire cesser
1'epidemie dont cette malheureuse ville 6tait afflig6e depuis le mois
de Juin.
I1 fait remarquer que le 10 Juillet 1771, la terre trembla a 6
heures du matin dans la direction du Nord au Sud ; et que la secousse
fut de deux secondes.
I1 dit que : << on n 'observa point de tremblement de terre
tres sensible depuis lorsjusqu 'au 11 et 12 Fivrier 1783, qu'ily en
eut trois, dont deuxfurent assez forts. Et c'est alors que commenga
la serie oh pendant six ans il ne se passa pas une annee sans au
moins un tremblement de terre. Au mois de Juillet 1784 on en sentit
deux lkgers diriges de I'Est I 'Ouest; un le 28 Aoit et un le 11
Decembre. On en ressentit un de violent le 20 Juillet 1785, dirige du
Sud au Nord, mais sans accident. Un du mOme genre le 29 Aoit
1786, et un semblable, mais dirige de l'Est lI'Ouest, le 13 Janvier
1787, apres 8jours de brise d'Est violente, etdeux secousses le 23
Avril; durant lapremidre etplus d'une minute apres, le mercure du
barometre oscillait la direction etait du Sud au Nord.
Le 19 Mai 1788, ily eut une tres forte secousse arrivee a
deux heures du matin, et une pareille le 6 Octobre 1789, dune heure
et demie de I 'apres-midi...
Apres le tremblement de terre de 1770, ily eut aussi une
epidemie au Port-au-Prince et dans les environs. >
I1 y eut certainement plusieurs tremblements de terre en
Haiti apres ceux de 1789. Paul Moral, ([1961] 2002 :84-85) rapporte
que deux grands seismes, l'un en Mai 1842 et l'autre en Septembre
1887, ont durement frappe le Nord d'Haiti. II avance que :
r les deux grands seismes du 7 Mai 1842 et du 23 Septembre 1887
ontprobablementpris naissance au niveau desfailles qui limitent au
sud de Bartlett; celui de 1842, le plus violent, a complktement ditruit
les agglomerations du Cap-Haitien, de Port-de-Paix etdu MAle Saint-
Nicolas ; au Cap, 5,000 personnes- la moitid de lapopulation- ont
peri, noydes par un raz-de-marde de 5 m de hauteur; en 1887, la
petite ville du MA le Saint-Nicolas a ett de nouveau ravage. Le 8
Avril 1860 et le 27 Octobre 1952, la region d'Anse-a-Veau, sur la
c6te du Canal de la Gondve, a ett durement eprouvie par des
tremblements de terre dontl 'origineparait lioe a lafaille de direction
E-Wquipasseparle sautdeBaril, 6 quelques kilometres au sudde
Grande Rivibre de Nippes (faille siparant les basaltes crdtaces et les
calcaires eocenes) ; en Octobre 1952, plusieurs milliers de metres
cubes de matiriaux se sont detachAs du sommet de la chute de 70
metres de haut, cependant que des fissures nombreuses se sont
ddveloppees en arriere, dans les calcaires massifs du plateau de
Rochelois. >


(REFLEXION/p.13)


Page 12


l e de profit de la grande masse de
l << bouqui >>. Les nouveaux colons, les
< resquilleurs permanents et
agressifs>> qui parasitent le systeme et qui, a l'heure actuelle,
se prdparent pour utiliser la dernimre trag6die du peuple afin
de se < lucrer >> et de s'offrir un futur dord.
De la meme faqon, certains de nos << Pasteurs >, en
panne de << discours motivants >, incitent au << dchoukaj
cultuel >. Moi qui pensais que la liberty des cultes 6tait le seul
et vrai principe qui fonctionnait chez nous. Moi qui pensais
que la seule et grande vertu de la soci&te haitienne 6tait d'avoir
drig6e une structure de vie en commun base sur la liberty
absolue de la pratique des cultes, dans le respect mutuel.
J'espbre que nous saurons r6agir a temps et que nous saurons
nous rendre compte que non seulement l'absence de la foi
mais aussi et surtout la mauvaise interpretation de la foi peut
nous conduire a la ruine de l'ame.
Chores amies lectrices, chers amis lecteurs, ces
moments de turpitude me font penser a ma grand-mere, a sa
sagesse qui lui faisait accepter l'autre, malgrd ses tares. Du
plus profond de son catholicisme, elle trouvait toujours une
raison quelconque qui lui faisait dire d'untel qu'il 6tait un
<< bon chr6tien >>.
Oi est done passe cette tolerance cultuelle qui nous
caract6risait ?

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
FHvrier 2010





Mercredi 03 Mars 2010
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06


ONG : I'argent retourne a son point de depart


PORT-AU-PRINCE, 28 F6vrier Jamais les
organisations non gouvernementales (ONG) n'avaient &te aussi
critiques.
Le gouvernement haitien (aussi bien le Pr6sident que
le Premier ministre) leur reproche de n'avoir de comptes A rendre
A personne meme lorsque ce sont elles qui peroivent la quasi
totality de l'assistance internationale.
De plus, elles auraient leur part de responsabilit6 dans
le manque de coordination caract6risant la gestion de l'aide
puisque, souligne Rend Prdval, chaque grand pays donateur
(Etats-Unis, Canada, France, Union europ6enne) choisit ses
propres ONG pour la canalisation ou l'ex6cution de son aide.
Enfin, selon l'ambassadeur de France en Haiti, Didier
Lebret, lors d'une conference A Paris la semaine dernire, les
ONG n'aident pas A la circulation des fonds collects dans le
milieu 6conomique local.
Autrement dit, avec le systeme des grandes ONG
internationales, l'argent ne reste pas en Haiti mais retourne
pour une bonne part A son point de depart.
Mais n'est-ce pas l'un des principaux objectifs
aujourd'hui des ONG ?

60 pour cent revient dans 1'economie
americaine ...
Elles sont devenues une source d'emplois pour les
citoyens des pays donateurs, au point d'avoir un fort
pourcentage de postes qui ne peuvent 6tre occup6s que par
ces derniers ... Sinon les fonds tout simplement ne seront pas
vot6s.
On aime A rappeler le cas de cet administrateur g6ndral
de l'USAID t6moignant devant le Congrbs amdricain que au
moins 60 pour cent du budget de l'aide revient dans l'6conomie
am6ricaine.
Ces jours-ci on cite surtout une d6p&che de
Associated Press qui dresse une comptabilit6 de l'aide
alimentaire aux sinistr6s du s6isme du 12janvier, et selon quoi
sur chaque dollar ce sont 45 cents qui sont rdellement engages
dans le processus de l'aide proprement dite, le reste se
r6partirait en diff6rentes entit6s propres au pays donateur,


dont l'arm6e amdricaine qui percoit sa part (par consequent
les 22.000 Marines ne sont pas entibrement un cadeau).

1 cent pour 1'Etat haitien ...
Tandis que c'est seulement 1 cent qui est vers6e
l'Etat haitien.
On comprend alors la frustration de ce dernier. Et que
le President Prdval se tue A rappeler que ce n'est pas le
gouvernement haitien qui recoit l'assistance ...
Mais ce n'est pas le cas de tous les pays. Ainsi quand
le gouvernement haitien a besoin de commander 50.000 tentes
en Chine pour 5 millions de dollars amdricains, il peut puiser
directement dans les fonds mis A la disposition d'Haiti comme
credit A long terme par l'accord Petrocaribe, les facilities offertes
par le president v6nezudlien dans la fourniture de p6trole aux
pays voisins n'6tant plus A d6montrer.
Envisite en Haiti, le president en exercice de 1'ALBA
march6 commun des pays du sud), le chef de l'Etat 6quatorien,
Rafael Correa, accuse les grands pays < amis >> de vouloir se
servir de l'aide pour asservir politiquement les pays
vulndrables.

Un precedent qui s'appelle les Gonaives ...
Quoique Haiti soit trop faible (trop vulnerablee') pour
prendre une position ouverte dans cette querelle, jamais l'Etat
haitien n'avait cependant &t6 aussi loin dans la d6nonciation
du systeme des ONG.
C'est qu'on a peur ...
Il y a un pr6c6dent qui s'appelle les Gonaives.
Le chef lieu du d6partement de l'Artibonite a 6td
frapp6 A deux reprises (2004 puis 2008) par des ouragans et
temp6tes tropicales.
En 2004, la temp6te Jeanne y a laiss6 au moins 2.000
morts.
Quatre anndes plus tard, la ville fut rayde totalement
de la carte.
Les millions de l'assistance internationale afflurent
aux Gonaives.


Avec pour tout r6sultat, un bidonville appel6
ironiquement par les Haitiens : Cit6 Jeanne !
Aujourd'hui on a tous peur que tout le tam tam
diplomatico-m6diatique autour du s6isme du 12 janvier
n'aboutisse aux memes conclusions.
Avec de plus une tradition haitienne bien ancrde de
tout mettre sur le dos du pouvoir en place. Ce qui d6douane
automatiquement l'international ainsi que les ONG

Un solide instrument de politique etrang&re

Toujours est-il que le charmant concept des ONG
devant aider A contourner la corruption des gouvernements a
depuis longtemps v6cu pour devenir principalement
aujourd'hui un solide instrument de politique 6trangre ...
Et sans veritable consideration de la nature du
gouvernement en place.
Napoldon disait que la diplomatie est la poursuite de
la guerre par d'autres moyens, eh bien aujourd'hui c'est
l'assistance. Et les ONG garantissent au donateur que
l'assistance remplira avec satisfaction la mission qui lui est
assignee.
Alors que faire ?

L'Etat haitien est trop faible pour reagir ...
Pour le moment, on ne fait qu'enregistrer critiques et
protestations.
De la part du gouvernement haitien ... ainsi que de
l'Alliance des pays du sud (ALBA).
Jusqu'A l'ambassadeur de France en Haiti, depuis la
visite du president Nicolas Sarkozy le 17 f6vrier dernier, la
France devenant un mordu de la souverainet6 nationale d'Haiti
( !).
Mais c'est tout. L'Etat haitien lui-meme n'a encore
formula aucune alternative. Le peut-il ? Car cela signifierait un
changement radical dans nos m6thodes de gouvernement et
dans notre facon meme de concevoir la politique.

MAlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Mort de Francine Murat, directrice du Centre d'Art


Elle est morte A 92 ans aprbs avoir dirig6 le
Centre d'Art pendant plusieurs d6cennies. Francine
Murat avait achet6 le local de la Ruelle Roy, cette vieille
bitisse en bois, pour h6berger ces ceuvres de grands
maitres.
Les peintres, les sculpteurs s'y sentaient chez
eux et venaient profiter des s6ances de formation
animdes par Francine et qu'elle tenait A l'intention des
jeunes artistes et de tous ceux s'int6ressait A l'art d'une
maniere g6ndrale.
Francine Murat aura consacr6 toute sa vie A
l'art. Critique d'art, on pouvait lire ses articles sur les
peintres et les sculpteurs haitiens surtout dans les
revues sp6cialis6es de l'6tranger, mais 6galement dans
les catalogues d'exposition. Trbs connue, trbs
appr6cide dans le monde de l'art, l'absence de Francine
laissera un grand vide dans ce domaine.
Mais son nom restera surtout lid au Centre
d'Art h6berg6 dans un local dont elle avait fait
l'acquisition avec ses fonds personnels.
Le Centre d'Art fond& en 1944 par le m6cene
am6ricain Dewitt Peters, celui qui d6couvrit le talent
cach6 chez de jeunes Haitiens qui avaient pour nom


Une reflexion

anthropologique

(REFLEXION.. suite de la page 12)
Recherche de terrain
Les d6couvertes quej'ai faites et les informations recueillies
au cours de mes recherches de terrain a Source Matelas, a Croix-des-
Bouquets, a Mome Tapion et a Macieux, 3eme Section Communale
de Cote-de-Fer, apres le s6isme du 12 Janvier 2010, confirment les
observations de Moreau de Saint-Mery et de Paul Moral sur le
ph6nomene des tremblements de terre en Haiti.
Alert6 par des nouvelles entendues a la radio apres le
tremblement de terre du 12 Janvier, je me suis rendu jusqu'a Port-
Salut le Mercredi 27 pour me faire une id6e des d6gats causes dans
cette partie du Pays 6tant donned que le s6isme est le r6sultat d'une
fracture de la faille de la presqu'ile du Sud qui va de Tiburon au Lac
Enriquillo en passant par la zone de Port-au-Prince. Les grandes
fissures que j'ai constat6es sur la route a partir de Merger entre
Carrefour et Leogane jusqu'a Petit-Goave fut la premiere
confirmation des faits rapport6s par Moreau de Saint-Mery en
decrivant les fissures laiss6es par les tremblements de terre de 1751
et de 1770. J'ai relev6 des fissures d'environ 10 m de long sur environ
10 cm de large au niveau de Carrefour-du-Fort, peu apres Leogane, a
Carrefour Faucher, et a Mome Tapion. Un affaissement de la route
est constat6 juste avant le pont de Carrefour Faucher. Les ponts de
Carrefour Faucher et de Grand-Goave sont fissures et pr6sentent un
grand danger. I ..


Francine Murat (a droite) et la peintre Marie Josee Nadal,
elle aussi une ancienne du Centre d'Art (photo Le Nouvelliste)


Hector Hyppolite, Castera Basile, Wilson Bigaud,
Rigaud Benoit, Marie Jos6e Gardbre, Albert Mangon&s.
II les r6unissait au Centre d'Art qui se trouvait A
l'6poque A la Rue de l'Enterrement jusqu'A ce que
Francine Murat fasse l'acquisition de la grande maison
de la Ruelle Roy.
Terriblement frapp6e par le tremblement de
terre du 12 Janvier 2010, celle-ci devint inutilisable.
Dans la catastrophe, des oeuvres d'art furent d6truites,
endommag6es et certaines restbrent sous les
d6combres.
Les voleurs ont voulu aussi s'en meler et
n'6tait la vigilance de l'artiste Marithou Moscosso,
habitant en face du Centre d'art, et aide d'autres
m6cenes du quartier, des oeuvres de grand maitre
auraient disparu ainsi. Maintenant deux grands
conteneurs se trouvent gards devant le local du Cen-
tre d'Art. Les tableaux y ont &te soigneusement ranges.
Une c6r6monie du souvenir sera organisde
ce lundi ler mars A 3 heures pm regroupant artistes et
amis de la d6funte pour lui rendre un dernier hommage.
E.E


o7'72 rrrE 2 arname Averu fLe
T61: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN POUR TOTES LES OCCASIONS.
- RdEeption de pa enentI pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY e...etc...
- Connection tlphoniqqueo chez vruns...


Ouvert

6 Jours
par

semaine:

8h30 am

a

7h30 pm


* Parfums
* ('ellulrs & Becpcr
*Soubir et Sandalcs
" hluuits pOUr Ii cuhln

* Tai4mux
* MNmeypan


* (1T's cunpt. RElei. Ii-vatn$gIKq.
Z-ouk. raipAs. Anitrkail )
* Vkidtas (i0nticns. Amdnc-aiz-. Diocunn-marcs. tDrnus
* hP-luils die t'cauft


Page 13





Page 14


Solutions de la semaine passee

MONTAGNE
ECOULEES

RA B U 0
AC AMOUR
G OIS U A
E KIO N T IN G
SEICOURUE


Allez de TOMBAL A NIEMES, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


SNAAK IRFAMWIT
IWM I U GAA C S MUA
NXAK T F NN F D J DM
D S N Z Y S IAL GNAT
E Z W Z I O W G Q E Q L H
B S Y CD T S AV J D B I
EH Z K E H S L N U S F F
LY BPPOL Q A L I X
E W D VH M E B N U I U I
F HK X E I C E B G M F Z
I I U W G S ODAH A D C
TCZEIHTUHPTBA
T C Z E I H T U H P T B A
T S M JK F Q H AAPUY


Trouvez 19 langues d'Afrique du Sud dans le carre ci-dessus


TO MBAL


' I i I I Fl 1 Id ii Hi IH I 11111 1 I t di P l I I I 11 I I IH I IrAi I I


7h00-9h00 Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invites du Jour
M61odie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiere Raphael

lOh-Midi Le disque de I'Auditeur
animation James Pr6dvil

12:00- 12h30 Le Midi
informations avec Laury Faustin

12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons francaises

3h-5h pm Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

5hoo Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou
5h 30 pm Melodie & Company
Ddveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart

7h-8h30 AmorySabor con Luciani

8h30- 9hoo Soir Informations

9h00 10h30 Notre Grand Concert
Lun. & Mer.: L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael recoit ses invites
9h00 et au delA Cavaliers, prenez vos dames
(Samedi) 50 ans de succ6s populaires haitiens



c 'e4t ft eA 4o't ewe #t~ec et0 /


En Bref...


(.. suite de la page 2)


L'ambassadeur de France en Haiti, Mr Didier Lebret, invite I'ONU A se
mettre au service du gouvernement haitien
L'ambassadeur Didier Lebret a vertement critique la gestion de la crise nde du tremblement
de terre. "Les Nations Unies ainsi que les ONG (organisations non gouvernementales) n'ont
pas su g6rer l'urgence cr66e par le s6isme du 12 janvier" a estim6 Mr Le Bret, a l'occasion
d'une conference organisde a Paris, pr6cisant "que s'il n'y avait pas eu un tel foisonnement
de petites structures, on aurait pu sauver davantage de vies et aider beaucoup plus de gens.
Pour l'ambassadeur de France, "la coordination onusienne a 6td trbs d6ficiente, alors qu'il
aurait fallu une organisation et une discipline quasi militaires".
Le diplomate appelle 1'ONU i "se mettre au service de l'administration haitienne pour qu'il
n'y ait pas de double commande". Et il demande aux ONG de "faire transiter l'aide par les
entreprises et les institutions sociales haitiennes pour irriguer le tissu economique local et
6viter que le pays ne s'installe dans l'assistance humanitaire".

La repr6sentante sp6ciale adjointe du Secretaire g6enral de I'ONU
declare que personne ne veut revenir A la situation d'avant le sinistre du
12 Janvier
Il s'agit de Mme Kim Bolduc qui a survecu au tremblement de terre et a fait ces declarations
lors d'un entretien au Centre d'actualit6s de 1'ONU.
"Personne ne veut vraiment que l'on revienne a ce qu'etait Haiti avant, ni le peuple, ni le
gouvernement et avec l'ampleur de la solidarity que nous voyons venir de partout dans le
monde, nous serons certainement en mesure de faire quelque chose de beaucoup mieux
cette fois", a t-elle d6clard
Kim Bolduc a aussi parl6 de la communaut6 internationale travaillant en Haiti depuis
longtemps. "Maisje dois dire que collectivement nous devons faire mieux cette fois" estime-
t-elle. "Avant le s6isme Haiti 6tait faible. Aprbs le s6isme Haiti a vraiment besoin de
nouvelles opportunities Parlant de la MINUSTAH, Mme Bolduc a rappel6 que la
MINUSTAH avait r6ussi a stabiliser le pays, mais pour elle il s'agit de la situation post-
conflit et post-catastrophe la plus complexe qu'elle ait eue a traiter."
<< Je pense done que c'est le bon moment pour nous d'examiner la faqon dont nous aidons
Haiti, de rassembler nos efforts, d'essayer d'adopter un programme unique, un programme
d6fini par Haiti, sa population et son gouvernement, afin de ne pas apporter un soutien
fragment >>.
<< Tout le monde veut la meme chose pour Haiti, une Haiti forte, une Haiti solide et une Haiti
qui offre un avenir a ses enfants. C'est le reve de toute personne qui se bat actuellement ici,
sur le terrain, et d'autres qui ne sont pas ici mais qui nous apportent un soutien
international>>, ajoute-t-elle.

Attention A la route de Jacmel
Elle s'est encore d6t6riorde. On d6nombe beaucoup de glissements de sols et des
affaissements de terrains. Mais on ne remarque la presence d'aucune 6quipe technique sur
les lieux. On peut meme dire que techniquement rien ne se fait. Ily a tout juste quelques
bonhommes qui essayent de soutirer de l'argent aux chauffeurs en change du d6blaiement
d'un tronqon de route.
Or avec la saison des pluies, la route risque de devenir impraticable et Jacmel sera couple
du monde si de s6rieux travaux de r6fection ne sont pas accomplis imm6diatement. Cela
presse, car en ne faisant rien, on risque de voir Jacmel couple des autres villes du pays.

La Police arrive A arrkter des bandits qui s'6taient kchapp6s le jour du
tremblement de terre
La Police Nationale se r6jouit apres l'op6ration mende vendredi dernier dans la capitale
haitienne, Port-au-Prince, qui a permis l'arrestation de 11 des bandits 6vad6s de prison.
Selon le commissaire de Delmas, commune de Port-au-Prince, Carl Henry Boucher, parmi ces
6vad6s arret6s figure un ancien kidnappeur qui 6tait activement recherche par l'institution
policibre.
M. Boucher a indiqu6 que des d6marches sont actuellement en cours en vue de ramener
tous les bandits au P6nitencier National. (EN BREF / p.16)


Pat6 Plus Bakery, lc.
NATUmAL. JUIC


11638 NE 2nd Ave.
Miam. FL 33160
Tel. 305-394-6118


Catering Spec~dais
Cakes. Paeries. Horse dOevres
for all occasions


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

O L

CSE

R A


Solutions de la semaine passee
COUVRIR


II


Mercredi 03 Mars 2010
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06

Solutions de la
semaine passee:
HE S ITA
H E S I T E
HE RI TE
ME R IT E
M E RI S E
ME DI S E
ME D US E


IN IIEIM EIS





Mercredi 03 Mars 2010
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06

De mo pou Maks Maniga

Ote liv "Patamouch..." la
AK REMON L. JISTEN*
One M.M.,

M te di m ta pral tann 1I mwen fin li liv la n&t n&t pou
m vin sou ou, men kou m rive sou chapit "N6t sou Manje nan
Koloni Franse Sen-Domeng" lan mwen sit6lman anvi ft de
kout kiye, m pa ka tann ank6.
Toudab6, ifo m di w manje tankou tayo, poban, gonbo
se menm non an yo genyen tou nan Grantans (Jeremi) ak nan
N6.
Mazounb1l sanble gen menm non an toupatou nan
peyi a. Apwopo, se mazounb6l kannd1 chante a di ki pa bon
pou fanm manje pou rezon w bay la. Mazounb1l blan an sanble
kite p... padon! cheve sennes6f.
M te toujou panse zangi se te pwason lanme, se
koulye a m'ap aprann se pwason dlo dous. MWsi pou
enf6masyon sa a.
Kwak mwente manje moso vyann lezayon fwa, sa pa
tajanm vini ma lide pou m ta manje zandolit. Wouch! Men m
sipoze leza se gwo zandolit, pa vre? Al6s... Kanta manje
mawoka a menm, sa ta pi red at6. Men nan chemenjennen, sa
k pou di w?
Sa ft m lapenn ou pa korije Ducoeurjoly 1I li di owi
zaboka gen gou fad la. Misye genle pat konn jwenn bonjan
zaboka. LU w tonbe sou yon bon zaboka vyolt ki gen yon gou
ant bA ak fwomaj, mete detwa tranch anndan yon bisuit byen
rale ki fink defounen nan boulanjri andey6. Sitou 1 w byen
grangou, Aha, pitit an m se koupe dwdt!
M pran nan pwason kuivre de fwa nan vi m. M pa
swete bagay sa a rive ata pi gwo 1mnmi m yo. M'ap mande m
eske se pawson ki genyon gwo konsantrasyon mWki (mercure)
nan vyann li yo rele pwason kuivre a?
Nan Grantans, se egzaktemanjan Ducoeurjoly di yo
te konn prepare brigo nan tan lakoloni an yo ft sa toujou. Men
m pajanm we yo manje 1 ak zepeng nonplis. Leplisouvan, se ak
yon kouto byen pwenti yo rale nannan an soti, tranpe 1 nan
pimentad, epi, kout dan!
Se rale sou kalalou a ki pran nanm mwen plis. Nan
Sid ak Grantans, moun bije espesyalize nan keksyon kalalou a
ak6z yo manje tonmtonm anpil. Men piske tonmtonm se yon
manje moun vale gl6t! se kalalou ki fR tonmtonm paske se
kalalou ki bay 1 gou epi ki rann li fasil pou vale. Fason
Ducoeurjoly dekri kalalou a se sa n&t (Patamouch, p. 136).
Paske kwak kalalou ftt ak gonbo tou, kidonk pa gen pwoblkm
pou moun palede kalalou gonbo, men yo pa ta dwe rele gonbo
poukont li kalalou. Gen kalalou ki ftt ak lalo (mwen wo ou pa
mansyonnen legim sa a ditou). Gen mounki fe kalalou ak boujon
twompet (Plant ak Pyebwa Td d Ayiti, p. 122; Francois Severin);
gen kalalou lanman, berejen, anfen, anfen. Tout legim glise
anjeneral bon pou fR kalalou. Kalalou ou di w manje nan
Gwadloup la (p. 136) sanble se kilenmbe. Menjan w pale nan
paj sa a, sanble ou pat reyalize sa. Epoutan nan paj 145 la ou
korije Ducoeurjoly l w esplike ak rezonkonmkwa fey malanga
misye ap dekri k6m legim nan se fRy kilenmbe li ye. Men rete
yon ti konfizyon toujou: kwak yo pa manje fry tayo ki fin
devlope a paske li grate, yo fR legim ak kU pye tayo kotejenn ti
fry ki pank6 devlope yo gonfle fR ponpon tankou chou a. M
pa konnen si se li ou rele chou karayib la, oubyen si se kilenmbe
ou rele konsa.
M bije fR w yon repw6ch. Se osije tonmtonm. M we
ou pase sou manje sa a tout boulin. Se vre Ducoeurjoly sanble
pa palede li, men sa pa te dwe rete w. Se pa ak lam veritab sl yo
fR tonmtonm, menyo fR 1 tou ak many6k dous. B6 isit, moun
nan Sid ak nan Grantans konn ft 1 ak yon farin yo rele
"planntenn" ki soti nan kontinan Lafrik, Yo di se konsa yo rele
lam veritab annAfrik.. Se avk farin sa aAfriken isit fe tonmtonm
tou. Gen fanatik tonmtonm ki menm sAvi ak farin yo fR
"pancake" la, oswa ata ak farinponmt. Men se ak lam veritab
byen r&k (pa ni w6w6t ni mi) tonmtonm toutbon an ftt. Yo pile
lam veritab la nan pilonj ouk li tounenyon pat byen ftm, byen
gonmen, byen fen (pi move tonmtonm se tonmtonm ki gen
grenn). LU anpil tonmtonm dwe ftt, se de moun ki konn ap
voye kout manch pilon nan menm pilon an. Yo bije byen
senkronize mouvman yo pou manch pilon yo pa fR kolizyon.
Se yon plezi pou we sa. Pafwa yo pile tonmtonm nan ak kek
grenn bannann pou kwape gaz lam veritab la ka bay manje
tonmtonm yo.
Sj ousi, tonmtonm soti nan lakou bitasyon pou 1 antre
nan salamanje gran mouche. Restoran ak ot l koumanse ft
reklam pou di yo genyen li nan meni yo.Ak tout li pa sanble
gen anyen ki atiran 16 w pa abitye manje li, 1 w fin abitye, se
difisil pou w kanpe. Pa mande m poukisa, paske m pa gen
repons lan. Kwak mwen te konn manje sa f6 lontan, m sispann
koulye a, tankou m sispann manje vyann, ak tout 16t manje m
te tw6 renmen, anwetan diri ak s6s pwa wouj. Anpalan desa,
sanble dnnye manje sa a nonplis pat egziste nan tan lakoloni.
Si se ta va sa, moun nan tan sa yo te manke twaka nan vi yo
Mwen te panse se sou koze pwoveb yo m ta pral ba w
premye soukous la, men zafk manje a genlk wete nanm mwen
plis toujou. Timoun visye vre!

Respe,
Remon

0! poko ale. M te panse "garbanzo" siyifi pwa kongo.
Men m we ou di se pwa chich sa vle di. Sanble m te nan mant6.
Klarifye sa pou mwen, tanpri.

* Remon L. Jisten se yon ekriven.


Page 15


Repons Maks Maniga
Kouzen Remon L. Jisten, Onne!

Pwoveb la di : "Mache cheche pa janm d6mi san
soupe." Sanble se sans negatif la sdlman mofn we 1 yo site
pwoveb sa a, k6mkwa, resp&k figi w :" Si w foure dwot ou nan
d... m w a we si m konn g..." Men, li ka pran yon sans pozitif
tou. "Plede cheche pajanm d6mi san soupe" paske anpil jef6
dwe bay bon rezilta. Konsa, nan mache cheche mwenjwenn.
Kisa?
Yofn : youn mofn Grantans ki pale sa li te viv sou
koze manje a; de : youn dal koutim ak labitib mofn Grantans
mwen pa te konnen 1 m te piti akjennbway Okap.
Kite m kouri di w edited Fekye Vilsen (Ftquiere Vilsaint
Educa Vision, Inc.) te pwomdt pou li pibliye liv ki sanble pa
m nan: Mots creoles du Nord'Haiti..." (MCNH) (2007). Ala
ta youn b1 bagay si w te vle travay sou youn sije konsa!
Kouryv1 (imel) ou a mande pou mwen reponn ou
tenkantenk. Tw6p bagay ladan li b6l osnon n&f pou mwen ki
viv ven tan Okap, tr&z an P6toprens, senk an Kongo, sis mwa
Gwadloup Matinik, ris la isit ant Nouy6k akMiramar, Florida.
Nan de vil sa yo, mwen te pale krey6l chakjou ki f jou.
Annou konmanse : ou ekri : "Toudab6, ifo m di w
manje tankou tayo, [bannann] poban, gonbo, se menm non an
yo genyen tou nan Grantans (Jeremi) ak nan N6."
Mwen kontan konnen sa. Si m t ap fouye zo nan
kalalou, mwen ta ch&che poukisa, men koze t a mande ti ban[N].
Yon kesyon ki entrige m: Eske mofn Grantans manje nwa v&t
kuit an legimjanyo vle fm mkwx a? Si se tavre, djab kannay! [N]
mwen plis regret toujou mwen pa te rive nan rejyon sa a.
Sou koze mazounmb6l la, tanpri kase moso diplis ban
mwen. Eske w chonje chante a? Eske se youn chante rara?
Kote ou te tande 1 ?
Haitian-English Dictionary la (2004, p. 619) liste :
mazoumbd1 blan ak mazoumb1 j6n. Defen Remon Filoktdt
(Raymond Philoctete)[1] pa te palede mazounmb1 kannl.
Ou kontinye : M pran nan pwason kuivre de fwa
nan vi m. M pa swete bagay sa a rive ata pi gwo 1knmi m yo.
M'ap mande m eske se pwason ki gen yon gwo konsantrasyon
meki (mercure) nan vyann li yo rele pwason kuivre a?"
Mwen ta renmen konnen ki renmed yo te ft pou wou
1e pwasonkuivre te kenbe w la. NanMCNH(p. 138) mwenbay
youn renmed Grann Mari, granme kavalye p6lka m Jak J. Gason
(Jacques J. Gargon), te konn ft pou m6un pwason ame
anpwazonnen.
Sou koze tonmtonm ak kalalou a ou ekri: "Se rale sou
kalalou a ki pran nanm mwen plis. Nan Sid ak Grantans, moun
bije espesyalize nan keksyon kalalou a ak6z yo manje
tonmtonm anpil..."
Mwen rale sou "kalalou-gonbo" ak "tonmtonm" nan
paj 162-163 ak 304-305 MCNH. Saw pote sou koutim Grantans
yo ft m plezi ; mwen aprann anpil bagay mwen pa te konnen
tankou : "Fason Ducoeurjoly dekri kalalou a se sa
nt (Patamouch, p. 136). Paske kwak kalalou ft ak gonbo tou,
kidonk pa gen pwoblkm pou moun palede kalalou gonbo, men
yo pa ta dwe rele gonbo poukont li kalalou."
Nou ka note, b6 P6toprens, "kalalou" se non legim
nou rele gonbo nan Grantans ak nan N6 a ; men sa Jil Fen
(Jules Faine) di nan"Philologie crdole..." (1937, p. 317)
:" Gonbo se youn legim yo rele kalalou osnon kalalou-
gonbo, tou ; manje yo prepare a, youn kalite soup oubyen
bouyon, pote menm non yo..." (tradiksyon)
Presizyonw yo montre diferans ki egziste ant reyalite
nan Grantans la ak sa P6toprens la.
Pou "tonmtonm" nan menm, yon dokimantalis
P6toprens, Toni Dlsi (ThonyDelcy) te voye de mo
ban mwen. Men youn pati nan sa li te ekri a :
[...] Al6s, pandan pasaj mwen nan Bibliyot&k
Nasyonal 6tjou, mwen te gen chans konsilte liv la. Nan feyte
li, mwen tonbe nan paj 305 an premye, se konsaje m al rete sou
definisyon sa a: < Tonmtonm lam veritab : Purde de fruit a
pain >.
Mwen pa konnen kijan rest sa a f&t nan N6, men
definisyon sa a depaman ak sa tonmtonm veritab la ye tout
bon vre. Daye, nan kwizin krey6l la, 1 w di < pire >> ou w
manje likid tankou s6s pwa konsa ; al6ske, tonmtonm nan se
yon pat ki menmjan ak farin yo mouye pou al ft pen oubyen
b6y.
Avan m rantre nan detay, f6 m di w tonmtonm lam
veritab oubyen tonmtonm kalalou, se yon manje preske tout
peyi a konnen, menm nan z6n kote lam veritab la pa donnen.
Moun Jeremi ak moun Okay, menm 1 y ap semante yo di
tonmtonm, si tdlman yo renmen li. Kounye a, nan lari
P6toprens, machann, gason kon fanm, ak bak sou tdt, ap
pwonmnen tonmtonm tankou mango ak zaboka.
Li enp6tan pou m presize tonmtonm lam veritab pa
manje san s6s kalalou gonbo. Se pout&t sa yo rele 1 tou
tonmtonm kalalou; se li ki ft tonmtonm nan desann san
pwoblkm nan g6j&t ou. "
KouzenRemon, w a dak6 ak misye osnonw a reprann
li sou koze mofn Okay ak mofn Jeremi a.
Men sa mwen te reponn Toni :
[...] Mo krey61 l pire >> w ap pale a ganyen plizye
sans nan lang nou, men an franse li pa vle di yon likid : sonje
< pure de pomme de terre. > Kidonk, nou nan de nivo sans
diferan seselon lang n ap pale a. Dotanplis, ou rele tradiksyon
m nan < definisyon >>. Li pa sa.
Daye menm Jil FRn (Jules Faine) bay ekzanp sa yo
nan Dictionnairefrangais-crdole (Ottawa, 1974) li a :
( PUREE : n. pire, lapire. Nou manje yonbon lapire
malanga a midi a... pire ponm t ; pire pwa [...] pire pwa Frans ;
tonmtonm.
Sans figire : pire, jenn, jennman, raze, razeris, lan
boumba. >>


(Mwen tradui an krey6l epi transkri sa Jil FRn ekri a
nan 6tograf ofisy6l la.)
Ou we pire, lapire se pa likid sdlman."
Ganyenyon 16t kote mwen ta pichkannen w : ou palede
< nan kwizin krey6l Adje ti gason Moon P6toprens toujou
vle pou kapital la se li ki Ayiti. Sa pa n6mal Kwizin Okap pa
menm ak kuizin Okay osnon menm Bonbadopolis. San konte
noujwenn kuizin krey6l Matinik, Gwadloup, Lwizan. Si w di:
< Nan kwizin krey6l mwen konnen a > ou kente, men l w lage
paw6l la anbl6k konsa, koze a manke kl. "
Ou konstate, kouzen, paw6l la ap mache. Ann founi
je nou gade sa w di ank6 :
Gen kalalou ki ftt ak lalo (mwen wo ou pa
mansyonnen legim sa a ditou). Gen moin ki fe kalalou ak boujon
twonpdt (Plant ak Pyebwa TR d Ayiti, p. 122; Franqois SSverin);
gen kalalou lanman, berejen, anfen, anfen. Tout legim glise
anjeneral bon pou fR kalalou."
Wi pip! B&t sayo, mwen pate ko tande yo. Gremesi!
Ou konnen mwen ekri senk atik nan paj krey6l "Haiti en
March (HEM)" la "Ti Gout pa Ti Gout" ak Jan Mapou: PEP
AYISYEN PA DWE MOURI GRANGOU". Nan sa mekredi 27.08.08 la
mwen te bay konsey sou manje nou deja genyen men nou pa
okipe:
Manje fyy ki deja la nan peyi a:
Gan dal konbinezon pep la ap ft pou li pa mouri
grangou. Manifestasyon te ganyen mofn ki te pote asy&t fty
pou di se sa ase ki rete yo. FRy la vreman vre pa sifi men li
kapab peze gaz. Bisuit labou yo ft tout san m tresayi. Abse
pa nan d&ye m [eske] m gan dwa di: peze?" Non! M s6lman di
fey many6k ak fty patat se manje Afriken manje tout tan. Papay
v&t se bon legim. Eske gan ase kasav, bobori, pendou nan peyi
a pou nou ta manje nan plas pen? Yon plat fty avek yon bobori
mwayenn chak jou kapab kenbe yon moun k ap grapiye 16t
kote pou jwenn pi plis pandan pwogram pwodiksyon yo ap
derape."
Saw lage nan men m nan, kouzen Remon, tonbe daplon
nan konsey mwen te bay la : kalalou berejen, kalalou boujon
twonpet, kalalou lalo, kalalou lanman, tout se manje pep nan
tout peyi nou an ka kuit.
Antw6t menm, si mwen pa te mansyonnen lalo ak
lanman se paske Duceurjoly pa te mete yo nan lis li a, menn si
w louvriMCNHw law a kontre akyo nan paj 205 ak 210.
Ou rapousiv : Kalalou ou di w manje nan Gwadloup
la (p. 136) sanble se kilenmbe. Menjan w pale nan paj sa a,
sanble ou pat reyalize sa. Epoutan nan paj 145 la ou korije
Ducoeurjoly 1e w esplike ak rezon konmkwa fay malanga misye
ap dekri k6m legim nan se fty kilenmbe li ye."
Ank6, koze mande ti ban : definitivman, nan N6 fty
tayo pa fty chou karayib mofn Jeremi rele kilenmbe. FRy tayo/
malanga se yofn, fty chou karayib se youn 16t.
Jil Fn bay youn presizyon: Malanga : rasin mofn
manje tankou yanm... Genyen rezon pou kw6 mo a se yon mo
afriken paske non franse a [kidon non malanga a] se : chou
karayib..." (tradiksyon)
Se fey tayo a Duccurjoly rele malanga; se tayo Jil
Fn di yo rele chou karayib an franse ; nan N6, chou karayib
se yon ti fry menm fanmi ak fry tayo ; se li youn zanmijeremyen
di mwen yo rele kilenmbe nan peyi 1. Day6 menm, li te f6 m
kado sis ti plan ki kontinye ap viv jouk kounye a nan lakou
mwen, Miramar. Se tanzantan nou manje nan yo.
Pi devan toujou, ou kontinye : "Men, rete yon ti
konfizyon toujou: kwak yo pa manje fty tayo ki fin devlope a
paske li grate, yo f6 legim ak kU pye tayo kote jenn ti fty ki
pank6 devlope yo gonfle f6 ponpon tankou chou a. M pa
konnen si se li ou rele chou karayib la, oubyen si se kilenmbe
ou rele konsa."
Mwen kw6 mwen leve konfizyon sou koze chou
karayib ak kilenmbe a, men kote w pote labanny6 a se 16 ou
eksplike kouman yo manje kU pye tayo an legim. Sa a vre,
mwen pa te janm tande li. Nou te ganyen kat pye tayo nan
lakou a, yo te sit6lman vin gwo nou te bije koupe yo. Bouki
nou te ye, nou te mete yo nan sak plastik voye nan 'gabedj' ak
tout kU yo. Sa w pa konnen gran pase w. Mwen san 16 al
ch6che de plan tayo pou mwen plante.
Mwen kontan de bl paragraf ou ekri sou "tonmtonm"
ak kijan li layite k6 lijouk nan dyaspora a.
Pou fini, men de pas mwen f6 sou d6nye, d6nye paw6l
ou yo : "O! poko ale. M te panse "garbanzo" siyifi pwa kongo.
Men m w6 ou di se pwa chich sa vle di. Sanble m te nan mant6.
Klarifye sa pou mwen, tanpri."
Pou "garbanzo" a, se mo pany6l pou di: "pois chiche"
an franse ak "chick peas" an angle ameriken.
Kanta pou pwa kongo menm, yo rele li "pwa dang6l"
kay kouzen antiy6 (Gwadloup, Matinik) nou yo ; kidon, pou
nou pwa sa a ta soti nan Kongo, pou yo li ta soti Angola.
Mwen di de mo sou sa nan antre (entrje) "WOY nan liv
mwen an: Mots creoles duNord'Haiti..." (2007), p. 322-323.
Kite m di w tou nan Repiblik Giyan, Amerik di Sid, pwa kongo
nou an rele : "gongo beans" (si m pa twonpe m). Nan Jamayik
se : "pigeon peas". Manje mofn la pi renmen se "rice and
pigeon peas" : diri ak(e) pwa kongo" nou an.
Ou dwe ap mande poukisa tout detay sa yo. Enben!
se paske mwen enterese anpil nan kote manje ayisyen soti.
Mwen deja ekri, anplis rale nan "Patamouch..." la yon seri kat
atik nan yon revi : REFLETS, ki part Nouy6k, sou : Aux
origines de la cuisine haitienne." Kounye a, m ap degaje m fini
yon ti liv sou youn manje nou renmen anpil nan N6 : nwa
kajou vert kuit.

[1] we atik Maks Maniga a : "Not leksikografik : Mo kreyol nan Sid
; Mo kreyol1 nan N6" nan Pawol Kreyol. Revi Litere Sosyete
Koukouy ; vol. I : mimewo I (2009, p. 291-320)

*Nbt Responsab paj "Tigout Pa tigout" (HEM).
Pou listwa, nou pibliye do pou do korespondans ant Mak Maniga
ak Remon Jisten an. (Jan Mapou)




Mercredi 03 Mars 2010
Haiti en Marche Vol XXIV N' 06


MEN YON
Gwo SATO K
Ar P01K TOUT
MACHANODI
Ou TOUPATOU


Ki VWAYAJE CHAK
15 Jou POU awolTr
MACMHAMnM OU DIREK
AN AYm sIFOU WAF wr
MARc ONAWVeS &
CAPE HAm
Li BWOTE KCONTENE, WWAT
PEPC. KAMYON MACHuN CK-


IGONAIVES
AI I A


CAPE HATIEN ___ MIRllAGOAN E
AHAITI
JHA ITI Rle ( 561 ) 845-7500 or ( 561 ) 845-8330

Fax ( 61 ) 848-7592 or ( 6M1 ) 842-9398
Toll freo 1-877-844-8330 or 1-8r77-845-7l9 0

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la
Direction 1-95 to Exit No. 74 ( 45th Stret ) Eust to CSongrs Ave, to North on Congre Av to Martin Luther
Kkun Jr Blvd go East on MK Blvd ( making right hand turn ) tfhts Rd takes you straight to the Port of Palm BEh
As soon a you go over Old Dixie Hwy, before Guard Shack Make let Left hand turn you will sa our Sign

Under New Management


Noe gea yea nr Bate MV MONARCH EXPRESS


En Hommage n ef
SMicha Gaillard .En Bref delaae)
a Micha Gaillard (...suite de la page14)


(... suite de la page 8)
portait A mener des activities qu'elle jugeait indispensable,
parfois meme A l'insu de Roger, comme aller dans les quartiers
populaires et faire la formation politique des femmes de ces
milieux modestes.
A la mort de son mari, l'historien Roger Gaillard, Heidi
ne s'est pas replide sur elle-meme. Malgr6 l'insistance de ses
parents bulgares, elle n'avaitjamais envisage, ne serait-ce qu'un
jour, de quitter son pays d'adoption. Elle sejeta A corps perdu
dans ses activities A l'Institut Haitiano Allemand. Elle monta
Gouverneurde laRos6e enAllemand et chaque annde, on ftait
Noel A l'allemande, en buvant le bowle, en chantant des
cantiques allemands. Ses &l1ves ne sont pas prets d'oublier
des moments pareils.
On n'a qu'A voir la petite chapelle de la Maison
provinciale des Soeurs sal6siennes ce dimanche 28 f6vrier pour
r6aliser que le h6ros dujour, A qui chacun avait tenu A rendre
un dernier hommage, avait 6norm6ment d'amis, qui, par leur
presence, t6moignaient de leur attachement A cette personne
qui leur fait d6ej cruellement d6faut.
Micha Gaillard, l'un des nombreux cadres haitiens
disparus dans le s6isme du 12 Janvier 2010.
E.E.
Chaque matin, captez

Melodie Matin

sur 103.3FM


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94h Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896
L PitdbSo hat6fe:3562


Rappelons que plus de 4000 prisonniers 6taient sortis de prison apres le tremblement de terre du 12janvier, alors que le mur
d'enceinte de la prison ne s'6tait pas effondrd. D'ailleurs le ministre de lajustice, Mr Paul Denis, avait pos6 des questions
concernant cette evasion et annonc6 l'ouverture d'une enqu6te dans le cadre de ce dossier.
En plus de ces 11 bandits, le commissaire de Police de Delmas annonce l'arrestation d'un individu qui se faisait passer pour
un policier. L'homme en question a &t6 appr6hend6 aux abords d'une banque commerciale A la capitale.


www.calldirek.com / 1-866-673-4735









Semaine du let Mars
1. Belo: Lakou Trankil
2. Les Gypsies: Loa Baron
3. Skah Shah: Nou La Dial #1
4. Zekle: Fkashback
5. Les Gypsies: Haiti
6. System band: Nan Building Nan
7. Belo: Reference
8. Arly Lariviere: Reference
9. Skah Shah: Guepe Pagnole
10. Caribbean Sextet: Greatest
Hits


Page 16


ST MARC
I. 99na


SETERA


Wi


your global connection


m-9


U _13




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs