Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00392
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: February 24, 2010
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00392
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

02-24-2010 ( PDF )


Full Text
















Reconstruction: Lutte d'influence


entire la France, le Canada et les Etats-Unis
LENIOIINDE FR |1 1 l -F ldeF nc e nltilndH l LIoied lmaqu pn n liL.I lobdu l \l ii. I !I I Icd utep innuen~ibllnientde end li anlle i lll~
IhLllllilliniquI ient\o lespeedl nlounllllintententlel I.Flrancei liesEulsl-liliintse le Canadal~ pensI Nlcolasi~. lko/ 1aandIlque lends Isl;` ine l u unei
.4 ClJCLll 5 C~ilelnce ollI J~de IJ pleplel J Klllill d 11 llmsJ N ll Y IL gll d ll idelJ L TTE >.3


I
I


/, l"L "'t~ J" ""~r '.~~~~ //" 10 led' "'/ "' I, ure rest /<*I /I *'ll"" I *', /11i I


. /Isr A. 1 .? / e / /.I leto 1 ./ /~1 1 i. 1111.1. 1. 'I


Un Palais s'Ccroulant comme un chateau de cartes
PO:RT-~L~i-PRINC E lar Fi\ nio Le Pal~lais nasonalll l' V


deitahllu pm le sc nt ui I 2 ll ant~ i Cii i ll illi l iili I hli

lent li C hanI1I!ip i de N ils noi dlonneli pasl uneli Ilii lillust nlesm du


II ibut ii iillio te r pInsu pres' icntlline dansl I.I icmI




pas nilenune onlz le PIislei de asrphsntude



|JO1~I I.TINCI ,.


I ,,, un in e, I'... .11' i,,.;, I,r ./ st, ,, re.. ,, ;,r l ai r, s ,,rvin. ,,rl'' 71,, le- ma ;'' !-`''"''''- I1' i.r. Ites, .a,, \I1, /,


Le sessme vu

diffbremment par

les religions en Ha'i'ti
PO:RT-~l~i-PRINC E I IFei niel Li et eilll laI.
eliml~o nl Pusi iila~ lnient on bi.n iuliI dei these on nientei


pente rapli ded.inlo o a ein onn




iii (iiil~ hacune des religiiions plllllltique nH l

explui~icai Ion ul .lminiben iintd Illn u12I terlil
quaaastpsmonsde l'i Inm Rts lnIe;I ntdansl a


doi none Ii' pouliantun
(.Conllinu si o cull i~~l
C' iest pent-iuei une
se~que~lle dmi 1 lli lu

ilent II llique


To uloul
illt-I~I~l~l qu I~I 1a

dillelnce enle
DI1e les Mar 1ine I


I TRESORS/pI.4 I


/ ,~I / .0r \r ?, ../ ;, /, I.,~ '' b ;~ ,,, ,, I1.-<. 11 ,,r !!~,ar, ,., \ I, I


lfe a


D~blaiement : Attention chasseurs de trbsors!






_ IIU VIIIILYVIIV IV1


SrCISme *


Les tel communications



Pu a ques et orivees mises

en db route


S~isme mod~rC en Haiti
AFP Un s~isme mod~rd de magnitude 4,7 a secou6 la region de Port-au-Prince g 04H136
locale (09H136 GMT) lundi (22 f6Yrier), a annonc6 l'institut de gdoplwsique amdricain
(US GS). L' 6picentre se trourait en mer g 3 5 kilometres g l'ouest de la capital haltienne,
selonle'USGS.("fPlus de 217.000 personnel ont trouv6 la mort dans le s~isme de
magnitude 7 qui a frapp6 Haiti le 12 janvier demnier, selon les chiffres officials.
Pour mesurer la puissance d'un s~isme, I'USGS utilise l'6chelle dite de "magnitude de
moment" (Mw). Conque en 1977 et symbolis~e parole signed Mw, elle mesure l'6nergie
d~gag~e par un tremblement de terre.

75 morts dans la police
AFP 20/02/2010 La police national haltienne, unique force de s~curit6 du pays, a
annonc6 hier que 75 de ses membres sont morts lors du violent tremblement de terre du
12 janvier et que 74 autres sont depuis ports disparus.
"Nous comptons [6galement] 253 blessds, dont 5 amput~s", a d~clard le porte-parole de
la police haltienne, Frantz Lerebours, ajoutant que "74 policiers sont toujours ports
disparus" .
Selon les chiffres communiques par la direction de la police, plus de 3.000 policiers
haltiens ont 6tC touches par la secousse et ont vu leurs maisons compl~tement
d~truites. Quelque 40 commissariats et locaux de la police haltienne ont 6tC d~truits ou
endommag~s.
Une cdr~monie doit avoir lieu dimanche pour rendre hommage aux policiers victims de
la catastrophe, qui a fait plus de 217.000 morts.

Prival: Le bilan du s~isme en Haiti pourrait s' Ctablir g 300.000 morts
Le bilan du tremblement de terre du 12 janvier en Haiti pourrait s'Clever g 300.000 morts,
a annonc6 dimanche le president haltien Rend Prdval, en d~placement g Playa del
Carmen dans le cadre d'un sommet regional entre le Mexique et les pays caraib~ens.
"Vous avez vu les images, vous connaissez les chiffres. Plus de 200.000 corps ont 6tC
retrouv~s et si l'on compte ceux qui restent sous les d~combres, le bilan pourrait
atteindre les 300.000 morts" a reconnu Prdval. "Le plus urgent aujourd'hui est de
prot~ger le million et demi de personnes qui vivent dans la rue et qui affrontent les
intemp~ries" a poursuiri le president haltien, qui souhaite profiter de ce sommet au
Mexique pour percevoir des fonds et dont le principal sujet abord6 par les chefs d'Etat
sera l'aide g apporter g Haiti.
Prdval a annonc6 qu'un programme de refondation d'Haiti sera propose lors des
prochaines rencontres internationals pour determiner la nature de l'aide n~cessaire g la
reconstruction du pays caraib~en.
Le s~isme du 12 janvier en Haiti pourrait avoir caus6 prbs de 14 milliards de dollars (10,7
milliards d'euros) de d~gits, selon une 6tude prdliminaire de la Banque interamdricaine
de d~veloppement. AP

Haiti: 17 M d'f: d'aide allemande
18 F6Yrier 2010 L' Allemagne a d~bloquC deux millions d'euros suppl~mentaires pour
les victims du s~isme du 12 janvier en Haiti, portant son aide directed g 17 millions
d'euros, selonles ministbre du Ddveloppement.
Ces fonds suppl~mentaires sont destines g "mettre g la disposition des families
haltiennes encore plus de logements provisoires", a annonc6 dans un communique le
ministbre. Cette nouvelle aide "fait parties d'un effort commun de la communaut6
international des donateurs", ajoute le texte.

Cap-Haitien 4 enfants tubs
PORT-AU-PRINCE, 15 fdv 2010 (AFP) De fortes intemp~ries en course depuis le samedi
13 f6Yrier sur le nord d'Haiti ont provoquC la mort de 4 personnel, a-t-on appris de
sources officielles.
Quatre infants sont morts et deux ont 6tC blesses lundi dans l'effondrement
partial d'une cole primaire dit g un glissement de terrain aprbs quatre jours
de pluie au Cap-Haitien, dans le nord d'Haiti, a-t-on appris auprbs de la
protection civil haltienne. "Un 6boulement de terrain a caus6 l'effondrement partial
de l'6cole", a
assure un responsable de la protection civil haltienne g l'AFP, en pr~cisant
que l'accident avait eu lieu en d~but d'apris-midi dans cette ville du nord du
pays, qui n'a pas 6tC directement touch~e par le s~isme du 12 janvier. Des
pompiers ont 6t6 d~pich~s sur place imm~diatement pour chercher des victims
et ont retrouv6 quatre infants morts et deux blessds, a pr~cis6 la mime source.
Il s'agissait d'une cole primaire comprenant un jardin d'enfants, appel~e
"la petite cole du Cap".
Toutes les victims sont des infants, a expliqu6 la protection civil.
Cap-Haitien, situde sur la cite atlantique, est la deuxibme ville d'Haiti
et le point de depart traditionnel des r~fugids vers la Floride (sud-est des
Etats-Unis).

Enl~vement d'enfants: arrive g Miami de 8 Ambricains libbris
MIAMI (Etats-Unis), 18 fdv 2010 (AFP) Huit des 10 missionnaires baptistes
amdricains inculp~s d'enl6Yement d'enfants en Haiti sont arrives dans la nuit de
mercredi A jeudi (18 f~vrier) g Miami (Floride) aprbs avoir 6tC d~tenus presque un mois
en Haiti.
Le juge charge du dossier a ordonn6 leur liberation conditionnsele mais ils restent
inculp~s. Ils ont quittC la prison de Port-au-Prince dans la soirde du mime jour pour
prendre place g bord d'un avion militaire am~ricain de transport g destination des Etats-
Unis.
"Cette remise en libertC n'est pas une decision definitive et ils devront se tenir prets g
Ctre pr~sent~s au juge", a d~clard le secretaire d'Etat haltien g la S~curit6 publique
Claudy Gassant, en annongant la liberation conditionnselle des huit.
Le juge d'instruction pursuit l'enquite sur le fond pour d~terminer s'ils ont bien
enlev6 les infants.
Deux autres baptistes, deux femmes, restent emprisonn~es dont la porte-parole du
group, Laura Silsby, selon leur avocat.
"Le juge veut interroger deux de mes clients parcel qu 11s 6taient en Haiti avant le
s~isme" du 12 janvier, a d~clard Me Aviol Fleurant, expliquant que les deux femmes se
trouraient alors dans le pays pour aider dans un orphelinat du nord-ouest.
Les 10 baptistes, membres d'une association caritative de l'Idaho (nord-ouest des
Etats-Unis), avaient 6tC arrat~s le 29 janvier g la frontibre dominicaine alors qu'ils
tentaient de faire passer 33 infants sans papiers d'identit6, moins de trois semaines
apris le s~isme qui a fait plus de 217.000 morts. Ils avaient assure que les infants
6taient orphelins mais n'avaient pas pu presenter de papiers.
Dans les jours qui ont suivi, il 6tait apparu que la majority de ces "orphelins" avaient en
r~alit6 des parents. Plusieurs de ces demniers ont affirm avoir confiC leurs infants aux
missionnaires am~ricains de leur plein grC, esp~rant que ceux-ci leur offriraient des
soins m~dicaux et les inscriraient g l'6cole en R~publique dominicaine.
Les dix ont 6tC inculp~s le 4 f6Yrier d"'enl6Yement de mineurs" et d"'association de
malfaiteurs".
Un autre de leurs avocats, Me Louis Gary Lissade, a insist sur le fait que les
accusations g l'encontre des huit lib~rds n'avaient pas 6tC levies mais s'est dit confiant
(EN BREF / p. 14)


elisme modern a Ha'iti


- ~ ~ ~ - -0.- .
-" : ..- . . .
. ..' / - '. -- ---.4 7 *-' : .,,


HaitienMar *eV 12 de


Page 2


PORT-AU-PRINCE, 21 F6Yrier -
L'un des plus cuisants probl~mes souleds
par le s~isme du 12 janvier 2010 a 6tC celui
des communications.
Tous les moyens de
communications se sont retrouves
inop~rants en quelques seconds. Sauf 2
ou 3 stations de radio rest~es en ondes quasi
miraculeusement et qui ont 6t6 les seules
possibilities offertes aux citoyens pour faire
passer les informations les uns aux autres
et de mander du secours dans une ville livrde
totalement au chaos et g la peur due aux
r~pliques plus ou moins fortes qui ont suiri
le tremblement de terre du 12 janvier de
magnitude 7.3 surl1'Cchelle de Richter et qui
fera un nombre de morts estim6 un mois plus
tard A217.000.
Prenons le cas de Mdlodie FM. Par
miracle, le bitiment qui abrite nos studios A
la rue Capois (centre ville) a r~sist6
victorieusement au cataclysme (alors que
notre residence non loin de lb n'a pas eu la
mime chance).
Mais second miracle, le site oid se
trouvent nos antennes et transmetteurs A
Boutiliers, hauteurs dominant la capital
(c'est Electrocom dont le propri~taire est
l'ing~nieur Fritz Joachim) n'a pas 6t6
particulibrement affect.

La radio a CtC la s eule
source ...
Aussi nos transmetteurs sont
rests en ondes malgr6 la catastrophe. Aussi
bien en ville qu'au haut de la montagne.
Mieux encore, le r~seau Intemnet
que nous utilisons pour nos missions en
ligne avait continue 6galement g fonctionner
la nuit du 12 janvier ... mime si peu apris il
cessera et cela pendant prbs d'une semaine.
Ainsi nous avons connu un
moment exceptionnel oid la radio a 6tC la
seule source pas seulement d'information
mais plus encore de communication dans
une capital haltienne de prbs de 3 millions
d'habitants en proie g la panique.
Tout passait done par ce micro. Des
compatriotes g la recherche de leurs parents
et vice versa. Les pouvoirs publics pour
passer des consignes ou tout simplement
demander aux fonctionnaires et employs
de revenir A leur poste. Mais leur poste oid ?
Puisque plus des trois quarts des bitiments
administratifs se sont effondr~s.
Mais aussi l'assistance
international pour annoncer son arriv~e.

II suffissit d'un cheveu ...
Et enfin, h61as, pour commencer
I'6num~ration de la liste des disparus
s'allongeant d~sesp~r~ment de j our en jour.
Mais ce qu'il faut surtout retenir
aujourd'hui et avant qu'il soit trop tard c'est
qu'il suffisait d'un chereu pour que nous
basculions dans le black-out total (outre
bien entendu l'61ectricit6 qui avait cess6
d'exister imm~diatement pour revenir,
heureusement, quelque 3 semaines plus
tard).
Oui, si le tremblement de terre avait
frapp6 fortement aussi Boutiliers, toutes les


antennes auraient 6tC r~duites en miettes.
Toutes les radios sans exception
se seraient tues.
Ce serait le n~ant total ... Les
t~ndbres !
Et ceux qui pour une raison ou une
autre se sont retrouv~s au centre-ville (ou
pis encore au bas de la ville) en ces jours
terrible qui ont suiri imm~diatement le 12
janvier avant l'arriv~e des premiers secours
de l'6tranger, seuls ceux-lk peuvent
comprendre ce que nous voulons dire et
qu'on peut ne pas trouver de mots pour
exprimer.
Peut-on laisser un pays aussi
totalement d~sarm6 comme Haiti l'a 6t6 le
12 janvier 2010 ?
Nous pensions que non. Serait-ce
dans le domaine qui est le n~tre, celui de la
communication.
Pour commencer, I'Etat haltien lui
aussi ne depend apparemment que des
tC16phones cellulaires.
Le cellulaire est un outil personnel,
utile soit, mais dont ne peut pas d~pendre
la s~curit6 national d'un pays. Or presque
tous ces appareils se sont tus
imm~diatement. A part quelques << Haitel >>
mais sans communication avec les autres
r~seaux de loin plus r~pandus. Puis retour
de VoilB. Etc.

Un << back up a ou
d~pannage ...
Done l'Etat lui aussi s'est mis g la
mode du cellulaire oubliant toutes les autres
formes de communications g distance qu'il
utilisait jusque IA. M~me le vieux syst~me
Morse vaut mieux dans ces cas-lk que ne
rien avoir du tout.
C'est pour dire qu'il est urgent que
l'Etat haltien se munisse d'un syst~me de
secours (ou comme on dit un << back up >>
ou d~pannage) pour 6viter ce genres de
catastrophes dans la catastrophe qui
auraient pu subvenir le 12 janvier si 2 ou 3
stations de radio n'Ctaient pas rest~es
miraculeusement en ondes.

Un < aussi au
secteur privet ...
Secundo, ces radios elles-mimes
ainsi que toutes les tC16s et toutes les
companies de tC16phonie qui ont leurs
antennes et 6quipements se trouvant tous
au seul et mime endroit, Boutiliers, dans les
hauteurs dominant la capital et la meilleure
position pour le march de la
communication dans la capital haltienne
et dans une bonne parties du reste du pays.
Seulement roil8 : et si le s~isme du
12 janvier s'6tait acharn6 6galement sur
Boutiliers !
II faut done aussi un << back up >>
au secteur priv6 de la communication. Et le
plus tit sera le mieux.
Car un prochain tremblement de
terre (puisqu'il semble que c'est indritable)
pourraitbien ciblerBoutiliers !

Melodie 103.3 P31 Port-au-Prince


AFP. 22/02/2010 Un s~isme mod~r6
de magnitude 4,7 a secou6 la region d'Haiti A
04H36 locale (09H36 GMT), a annonc6
l'institut de gdophysique am~ricain (USGS).
L'6picentre se trourait en mer g 35 kilometres
g l'ouest de Port-au-Prince, la capital
haltienne, selonl1'USGS.
Aucun d~git ou victim n'a 6t6 pour
l'instant signal.


Plus de 217.000 personnel ont trouv6
la mort dans le s~isme de magnitude 7 qui a
frapp6 Haiti le 12 janvier, selon les chiffres
officials.
Pour mesurer la puissance d'un
s~isme, I'USGS utilise l'6chelle dite de
"magnitude de moment" (Mwy). Conque en l977
et symbolis~e par le signe Mw, elle measure
1 6nergie d~gag~e par un tremblement de terre.


EN PLUS ...


EN BREF ***






LIU VIIIILYVIIV IVIIY-I I


/ ~SOMMAIRE







































social : < veritable project national et ensuite de le conduire>,,
a-t-il dit g plusieurs reprises. Entre les cris des
paons qui circulaient en liberty dans le parc
pr~sidentiel et le vacarme des h61icoptbres
am~ricains, il a assure que la France excluait < tutelle internationale>. Mais il a ndanmoins rappelC
ggque la France encourageait Haiti g un vdritable
- effort de decentralisation. En quittant l'adroport,
Sle chef de l'Etat a pu voir cette inscription 6crite un
peu partout dans l'ile : < Spitid>>. < j'imaginais>>, a-t-il confiC avant de quitter l'ile,
quatre heures exactement aprbs son atterrissage.
326 millions d'euros pour l'ile d~vast~e
La France d~bloquera 100 millions
d'euros suppl~mentaires en 2010 et 2011 pour
l 'effort de reconstruction d'Hai'ti, a annonc6
Smercredi Nicolas Sarkozy. Le president frangais a
4g ., rappelC que la France avait d~ji d~bloquC 24 mil-
I lions d'euros pour r~pondre g l'urgence
I" i humanitaire, et que la part frangaise de l'aide
au-Prince europ~enne s'616verait g environ 65 millions
d'euros.
A cela viennent s'ajouter l'annulation de ladette d'Haiti
envers la France, forte de 56 millions d'euros, la cession de
mat~riels divers pour un montant de 40 millions, ainsi que les
20 millions d'euros d'aide frangaise ordinaire annuelle gHaiti.
Ainsi, < s'616verait en 2010 et 201 1 A prs de 230 millions d'euros>>, ajoute
un document distribu6 par l'Elys~e, sans pr~ciser la r~partition
des chiffres. Au total, I'enveloppe global de l'aide se monte g
326 millions d'euros. La France mettra g disposition d'Haiti des
moyens d'h~bergement et des abris temporaires pour plus de
200.000 personnel, soit 1.000 tentes et 16.000 biches.


necrdM 10 IV* No05 0


Page 3


(LUTTE... suite de la 16re page)
des quatre reunions pr~paratoires se tiendrait dans les Antilles
frangaises. "Avant la fin du mois de mars, se tiendra, en
Guadeloupe, une Confirence international des villes et des
regions du monde pour Hai'ti, afin de prdparer dans les
meilleures condition la grande conference de New York", a
d~clard le chef de l'Etat g Fort de France en Martinique.
Trois autres conferences sont prdvues, qui refl~tent
la lutte d'influence que se livrent les grandes puissances. L'une
se tiendra avec la diaspora hai'tienne, sous l'6gide de
l'Organisation des Etats amdricains et du Canada, sans doute
g Washington; une deuxibme reunion rassemblera les
entreprises, sans doute aux Etats-Unis; une troisibme devrait
avoir lieu g Saint-Domingue, sous l'6gide des Nations unies,
avec les organizations non gouvernementales.
Ce processus, indique-t-on de source frangaise, a 6t6
propose par le diplomat Pierre Duquesne, charge de
representer la France pour preparer la reconstruction d'Haiti,
g son homologue, la directrice cabinet d'Hillary Clinton, Cheryl
Mills.

LEADERSHIP DE L'ADMINISTRATION
AMERICAINE
La conference de New-York se tiendra sous l'6gide
des Etats-Unis et des Nations unies, mais c'est l'administration
amdricaine qui a pris le leadership.


La France esp~rait que l'ONU serait plus dans le jeu
grice g Bill Clinton, charge de la reconstruction d'Haiti par
l'ONU, mais l'ancien president et 6poux de la secretaire d'Etat
amdricaine Hillary Clinton, se remet actuellement d'un accident
cardiaque.
Le Canada, qui abrite une forte communaut~ hatienne,
est aussi trs actif. Le premier ministry Stephen Harper a double
M. Sarkozy en se rendant sur l'ile just avant lui pour une
visit de deux jours, lundi 15 et mardi 16 f~vrier, tandis que le
president frangais n'est rest sur place qu'g peine quatre
heures, mercredi 17 f~vrier.
Trois sujets sont g l'ordre du jour de la reunion de
New-York. D'abord, la construction d'Haiti. "Les probldmes
priexistaient. Dds le 13 janvier, on ne se contentait pas de
dire qu 'il y avait eu un tremblement de terre ", explique-t-on
au quai d'Orsay.
Deuxibme tiche, 6valuer les dommages. Les autorit~s
haltiennes ont avanc6 un chiffre de l'ordre de 50 % g 60% de
leur produit int~rieur brut (PIB), ce qui conduit g une addition
comprise entire 3,5 et 5 milliards de dollars selonParis. Le chiffre
de 8 g 14 milliards de dollars avanc6 par la Banque
interamdricaine du d~veloppement estjug6 excessif. Enfin, il
convient de mettre en place le project national, la vision que les
Haitiens d~finiront pour reconstruire leur pays.
Arnaud Leparmentier


Par Charles Jaigu
17/02/2010
A occasion de sa visit historique g Port-au-Prince,
Nicolas Sarkozy a appelC les Haitiens g prendre leur destin en
main,
L'Airbus pr~sidentiel a atterri sur la piste
de l'adroport Toussaint-Louverture, prbs des
baraquements abritant une partie des 12.000
militaires amdricains encore installs dans l'ile.
Nicolas Sarkozy a descendu la passerelle pour
rejoindre son homologue haltien, Rend Pr~val. A .
la difference des cing d616gations 6trang~res ven-
ues depuis le 12 janvier, dont Hillary Clinton et le
premier ministry canadien, Stephen Harper, il a 6t6 .-
requ avec La Marseillaise et les honneurs .
militaires. Car cette visit Cclair est la premiere d'un
president frangais depuis l'ind~pendance d'Haiti,
en 1804. La port~e symbolique de la visit
pr~sidentielle d~passait la simple demarche
humanitaire, mime si Nicolas Sarkozy n'6taitpas .
venu faire acte de repentance, plus de deux cents .
ans apris que la France eut quittC cette ancienne m~k .
colonie. --*2'
Rend Pr~val lui-mime conflait en apart
avant l'arriv~e du chef de l'Etat : < l'histoire. La colonisation 6tait un ph~nombne -
mondial. Depuis l'ind~pendance, nous avons L rsd
psychologiquement et politiquement surmont6
cette p~riode difficile de notre histoire.>> Pourtant, les diplo-
mates frangais reconnaissent volontiers que la France a fait
payer cher l'ind~pendance, notamment en imposant le paie-
ment d'une <>, r~gl~e par les Haitiens entire
1827 en 1885. < France, ici, n'a pas laiss6 que de bons souvenirs. Je dois le voir
en face>>, a reconnu Nicolas Sarkozy. Mais le president frangais
6tait avant tout en Haiti pour d~voiler la contribution frangaise
au plan d'aide g la reconstruction de ce pays d~vast6, g la veille
de la saison des pluies. II a aussi voulu faire un sort aux rumeurs
de disaccords avec les partenaires les plus impliqu~s dans la
reconstruction. < Etats-Unis>>, a-t-il martelC.


Plut~t qu'un cortege pr~sidentiel, jug6 impossible,
Rend Pr~val a emmend son homologue frangais faire un tour
des zones sinistries en h61icoptbre. II a ensuite visit l'hipital
de champagne de la s~curit6 civil frangaise.


int Nicolas Sarkozy regu dans une Ambassade de France & Port-
elle aussi endommagde par le sdisme (photo Robenson Eugdne)

Nicolas Sarkozy a ensuite rejoint l'ambassade de
France, pour une premiere allocution, sous les yeux de Haitiens
qui squattent dans des baraquements de fortune devant les
murs condamn~s de l'ambassade. II a parcouru quelques-unes
des tentes de la Croix-Rouge qui couvrent les huit hectares de
l'esplanade du Champ de Mars, oix sont masses plus de 20.000
Haitiens ddlogds. Avant de rejoindre le palais du president. Et
c'est devant cette immense bitisse colonial affaiss~e sur elle-
mime que Nicolas Sarkozy s'est entretenu avec Rend Pr~val,
dans une petite case mate prot6 g~e par des voiles bleus.
<>, a expliqu6
Rend Pr~val. Outre la contribution financibre, Nicolas Sarkozy
a voulu d61ivrer aux Haitiens un appel g refonder leur pacte


L'ACTUALITE EN MARCH


Reconstruction: Lutte d'influence entire


la France, le Canada et les Etats-Unis


En Hai'ti, Sarkozy offre l'aide de la France






_ IIU VIIIILYVIIV IV1


Mais cela se passe plus sp~cialement g l'6glise du
Sacr6 Cceur, desservant le quarter de Turgeau.
Construite comme la majority des edifices de cette
6poque (l'Age d'avant l'utilisation du ciment et du fer) en
briques et en tuf, I'6glise du Sacrd Cceur n'a pas r~sist6
longtemps pour Ctre r~duite en poussibre.
La semaine demnibre, un mois aprbs le terrible s~isme,
un ordre semble avoir 6tC donn6 pour enlever les d~combres
de toutes les 6glises catholiques concemn~es.
La cath~drale de Port-au-Prince n'est plus qu'un
squelette d~sarticulC. Comme si elle avait 6tC victim d'un
incendie de fort ne laissant rien sur son passage. Ou d'un
bombardment au napalm.
L'6glise Saint Louis Roi de France a 6tC tout
simplement rasde.
Le Sacr6 CoRur est devenu une sorte de grotte profonde
qui s'ouvre sur la rue.
Vision moins cauchemardesque que dantesque,
hallucinatoire.
Signe particulier, le Christ sur la croix reste immuable.
Pourl' 6temnit6.
Permettant g tout l'ensemble de garder
miraculeusement une sorte d'6quilibre. Oui, jamais on n'avait
autant parlC de miracle en Haiti. Comment puis-je Ctre encore


AMERIJET INTERNATI(


Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
IntemnationaL, Inc. anonse lansman
yon sait e tanatmpi entorisnn 1T

founi von baz kominikasyon ki ~v

en~asyo inbe wen so ra otLAD5. e a T -
pa avyon, sou lanmb ak ath, f6
rez~vasyon pou transpb machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon adinnistlllS.I1 .ls
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf~masyon e sitou pi rapid sou mac~l Ilrandil II .ls
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou f6 tout bagay pi fasil pou klyan
an kit se machandiz lap voye, kit se ef6 pbsonbl" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznks
Devlopman.
MvCarao ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf~masyon yo e pou

l on p ei~ -OeSlpS ii il le u da no 1 len 11III/ phi iol! si on o chwa avyon,







Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb a ak
destinasyon nan North, South ak CentralAmerika, Mexico, Karayib, Lerip, Lazi ak Middle-
East
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf~masyon, vizite Amerijet sou sit entanbt la www. amerij et. com
Kontak Media: Christine Richard, Amerij et International 954-320-53 54.


Haiti en
a Mere e
M V 12 de


Page 4


D6blaiement : Attention chasseurs de trisors!
(TRESORS...suitedelalbrepage) vivantsesurprend-onisedemander. d6blayeurs s'en vont, ce ne sont pas nos classic
paramilitary de droite, FRAPH, responsible de nombreux << kokorat >> (ainsi appelle-t-on nos petits chiffoniers loc
crimes sous le coup d'Etat militaire de 1991 qui reversal Jean- Se retrouver dans routes les mains ... qui se pr6cipitent mais ces Indiana Jones dissimul6s sou
Bertrand Aristide du pouvoir ... et aujourd'hui assisted dans Cependant il nous a 6t6 rapport que ce travail de traits de jeunes gens bien sous tous rapports accourus
la plus total indifference au pillage des objets religieux lors d6blaiement se fait sans suffisamment de supervision de la apporter leur aide auxvictimes du s6isme.
du d6blaiement des nombreuses 6glises et chapelles part des responsible et que des objets sacr6s et de grande Puis routes ces pieces plus ou moins rarissimes
catholiques d6truites par le s6isme du 12 janvier dernier. valour historique risquent de se retrouver dans routes les ce n'est pas tous les jours qu'une dizaine d'6g
A commence par la cath6drale ou basilique Notre mains. disparaissent en poussibre dans la mime ville) se retrouv
Dame de Port-au-Prince. M8me si nous ne vivons plus au temps od l'on aux ench6res sur l'Intemet.


La mime remarque vaut pour les ministries et
institutions de l'Etat dont plus des trois quarts ont disparu le


ques
:aux)
Is les
pour

;(car
lises
eront


soupponnait telle personne de la haute de venir g la Sainte
table dans le seul but de voler l'hostie consacrde puis de s'en


Rbduite en poussibre ...


LaCtrraed or-uPicen ea lsjmiscmeauaaat
(pot ElieHeM


Les anciennes Casernes Dessalines divasties (photo Elste Hen~rh


servir pour perp~trer des mal~fices, cela n'empiche que
beaucoup peuvent esp~rer profiter de la valeur non seulement
religieuse mais aussi historique de la plupart de ces objets.
Commencons par ceux qui n'y voient aucune
importance. Ce sont les ouvriers en charge de cette besogne.
Depuis un mois ils ne font que ga. Charroyer des tones de
gravats : masses de b~ton et autres mat~riaux aussi lourds et
dangereux au maniement. Et cela aprbs qu'il leur a fallu extraire
les cadavres d~compos~s gisant sous les d~combres depuis
plusieurs semaines.
Aucun travail ne saurait Ctre plus ingrat.
Aussi ne vous attended pas qu'ils mettent des gants
parce que aujourd'hui le site c'est une 6glise plus que
centenaire.
On nous rapporte que dans la discussion qui
s'ensuivit lorsque est arrive le tour du Sacrd Cceur la semaine
dernibre, le curC lui-mime s'est fait traiter sans trop de
management.

Indiana Jones dissimulis ...
Mais qui pis est, selon certaines sources, des
strangers parcourraient aujourd'hui la capital g la recherche
de trdsors.
Comme des chasseurs de primes, ils rodent autour
des edifices religieux ou

INAL INC. cutuel n s,"'""e e loi een


12 janvier. Documentation et arcluves accumuldes pendant
plusieurs d~cennies trainant dans le caniveau. Comme c'6tait
le cas devant la Direction g~ndrale des Imp~ts (DGI). Du moins
dans les jours qui ont suivi le s~isme. Quand l'essentiel c'6tait
essayer de retrouver des survivants.
H61as pour un total de plus de 217.000 morts, g peine
150 personnel sont sorties vivantes des d~combres.

Hormis la couronne de l'empereur Faustin
Soulouque ...
Nous Haitiens n'avons jamais manifesto unvdritable
intret pour ce qu'on appelle aujourd'hui le patrimoine national
(et qui ne se r~duit pas g la couronne de l'empereur Faustin
Soulouque gard~e pr~cieusement comme reserve d'or de la
R~publique) ... sinon du bout des 16vres, toujours apris coup,
comme nos sempitemnelles petitions ou manifestations mais
quand les pirates, avec plus ou moins la complaisance des
forces 6trang~res d'intervention et de membres de la
population locale, avaient depuis longtemps vid6 les fond
marines de l'lle g Vaches (sud d'Haiti) s'emparant des canons
de bronze sur les vieux gallons coulds au 16e si~cle, Age de la
piraterie, et qu'on retrouvera quelques anndes plus tard dans
quelque exposition universelle au Canada ou ailleurs.
Les 6glises et institutions publiques hai'tiennes
d~vast~es par le s~isme, c'est de l'or pour ces pirates des
tempsmodems. Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Les Haitiens n'ont pas attend un
plan du gouvemnement et des organizations
humanitaires pour se reloger aprbs le s~isme
du 12 janvier. Les camps de tentes ont pouss6
comme des champignons et se transforment
rapidement en bidonvilles autour de Port-au-
Prince, la capital d~vast~e.
Pendant que les autorit~s examinent
les meilleures solutions pour les 1,2 million de
sans-abri, comparant tentes et biches en
plastique et cherchant des terrains, les camps
prennent des allures de moins en moins
provisoires.
Des villages de bois et detBle se sont
ainsi improvises sur la Route de piste, une
ancienne piste d'atterrissage prbs de
I'adroport. Entre les ranges de petites
cabanes, des hommes couverts de poussibre
continent de s'affairer, marteau et scie en
mains, tandis que les enfants jouent pris
d'une baraque de loterie. L'odeur du pain
s'6chappe de la "Boulangerie Pep La .
C'est toute la carte de la capital qui
Cvolue avec l'apparition de ces nouveaux
quarters sur des terrains de la p~riph~rie


auparavant inoccup~s. Il r~gne dans ces
bidonvilles l'animation et l'ins~curit6
habituelles, mais aussi la maladie, la faim et le
d~sespoir h~rit~s du tremblement de terre du
12 janvier, qui a fait plus de 200.000 morts. Et
les r~pliques n'en finissent pas de secouer le
sol.
Les habitants se sont installs oid ils
pouvaient, y compris dans des endroits
dangereux, au pied de collins qui risquent de
s'effondrer pendant la saison des pluies toute
proche, sur les berges de rivibres en crue
chaque annde, ou dans des zones polludes,
sans sanitaires, od~des maladies commencent
d~ji g se rdpandre.
"Le gouvernement dit depuis des
semaines qu'il a identifiC des sites mais cela
devient urgent et il n'y a pas beaucoup de
progras", critique lan Bray, porte-parole de
l'organisation humanitaireOxfam.
Le relogement est d'autant plus
probl~matique que beaucoup de Hai'tiens
veulent rester prbs de l'endroit oid ils ont
toujours v~cu et travaill6. Le choix est pourtant
(BIDONVILLES/p. 6)


UN E AN ALY SE


fleHriSsent autour


de Port-au-Prince d~vast~e










Le s~isme vu diff~remment par les religions en Ha'iti


FICHE D'ABO)NNEMENT A HAI'TI EN MAR~CHE


Nom
Adnrsse


necrdM 10 IV* No05 0


Page 5


(RELIGIONS... suite de la 16re page)
Ivan Karamazov ...
Dans de telles conditions, I'homme pris isol~ment
paie pour des maux qui ont 6t6 sem~s par d'autres, pour lesquels
il ne porte aucune responsabilit6 personnelle.
Done il y a li une injustice quelque part. Si Dieu est
bon, dit Ivan Karamazov, pourquoi la souffrance d'un enfant
innocent ?
L'interrogation dostoi'evskienne se
trouve au centre du drame que nous vivons
en ce moment, tout g fait, au coeur de chacun
de nous ?
Et aucune des religions n'y r~pond
vraiment.


jusqu'ici aux autres. Y compris sous forme de subvention
gouvemnementale.
C'est l'annde dernibre sous le gouvernement du
Premier ministry Mme Michble Pierre-Louis que les hauts lieux
(<< lakou >>) de << Souvenance >> et << Soukri >> (dans
I'Artibonite) 6taient remis g neuf ...
Et le president Rend Pr~val a inscrit Ati Beauvoir aussi
bien que les dirigeants de l'6glise catholique, anglicane,
protestante et musulmane dans la commission pour honorer
les victims du s~isme un mois aprbs, le 12 f~vrier could.


Mais la conversion pour elles (la fagon dont elles la
voient, ou qu'elle leur est assigned comme tiche) ne doit
connaitre aucune limited. C'est litt~ralement une 6glise de
combat. Au mime titre que les Croisades d'autrefois. Pas de
compromise. Pas de cohabitation comme le catholicisme a fini
par s'y faire avec le vodou. Et si la resistance vient de l'Histoire
mime du pays, alors il faut changer cette histoire-lk Eh oui !
M~me les historians les plus conservateurs font
remonterl1'Histoire d'Haiti, de ce temperament libre, souverain
et ind~pendant qu'est celui de l'Haitien, et de la premiere
r~publique noire ind~pendante du monde g la
cdr~monie duBois Cai'man. Quelques dizaines
d'esclaves se seraient rdunis en cet endroit
.situC quelque part dans les montagnes du nord
-- ~d'Haiti pour une cdr~monie destine g appeler
les dieux ancestraux africains g d61ivrer leurs
enfants maintenus dans les chaines dans la
colonie de Saint Domingue. Cela peu avant le
d~clenchement de la rdvolte g~ndrale des
esclaves en 1791.
Or un pasteur am~ricain renomm6 de
la mime tendance fondamentaliste n'a-t-il pas
,d~clard au lendemain du s~isme du 12 janvier
que celui-ci est un just chitiment pour un
pays qui a pris naissance dans le p~ch6.

Un pichC original qui serait
autre quenotre identitC ...
Ledit p~ch6 ne saurait Ctre autre que
la religion qui a pr~sid6 g la cdrmonie du Bois
Calman qui va aboutir A l'ind~pendance d'Haiti
le 1- janvier 1804. Disons le vodou, mime si le
vodou d'auj ourd'hui n'en est peut-8tre qu'un
d~riv6.
Voici done la croyance qu'un grand
'Secours, nombre de ces sectes est en train de rdpandre
aujourd'hui. Elles vous disent : << Pitye, pitye
pou nou papa >>.
Mais aj outant : << nou konnen nou peche, nou konnen
nou pa bon. >>
Ayez pitiC de nous Papa, nous savons que nous avons
p~ch6, que nous ne sommes pas bons, nous ne sommes pas
purs !
Mais le p~ch6 en question, c'est un p~ch6 original,
bref c'est notre identity mime qui constitute le p~ch6 que
d~signent ces fanatiques.
De li g changer l'Histoire mime de ce people pour le
d61ivrer de ce soi-disant p~ch6 original qui le maintient dans
son Ctat de sous-d~veloppement ten utilisant d'ailleurs comme
arme principal le mime sous-d~veloppement), ce qu'une
certain press a d'ailleurs vite fait de d~nommer << la
malediction d'Haiti >>, il n'y a qu'un pas ...
Le s~isme du 12 janvier a provoquC un bond dans
cette direction.
d'ouvri uee elitt~rature d~ji en t~moigne. Il suffit


Le catholicisme parce que refusant
le d~bat (la dialectique) en se r~fugiant dans
la v~rit6 r~vC16e.
<< A la yon b61bagay 16 nou kwd san
n pa bezwen wb. >>
Croire sans voir, contrairement A
l'apitre Thomas, c'est le summum, le mystbre
de la foi.

Comme une punition du
Crbateur ...
Tandis que les deux autres religions
principles en Hai'ti le vodou et le
protestantisme ne le voient pas de la mime
fagon.
L'une comme l'autre interpr~teraient
plut~t le cataclysme du 12 janvier comme une
punition du Cr~ateur, du Grand Maitre.
Pour des militants du vodou, c'est
pour avoir toum6~ le dos aux dieux de Guinde
('Ginen') qui ont fait de nous un people libre
et souverain en nous conduisant g la victoire
contre l'occident chr~tien et esclavagiste que


Disparition auss2 cle la tres emblematique eglise Notre Dame clu FJerpetuel
patronne du quarter populaire du Bel Air (photo HENMr)


nos dieux nous envoient aujourd'hui toutes ces catastrophes
... comme les dix plaies d'Egypte.
Cependant est-ce que le vodou est autant que ga
auj ourd' hui une religion brimbe et souffrant de discrimination ?
Come, par example, dans les anndes 40 et 50, lorsque le clergy
catholique breton organisait des campagnes g travers le pays
pour br~ler les lieux vodou et convertir les adeptes.

Le vodou reconnu comme une religion a
part entire ...
Au contraire, depuis quelques anndes (sous la
deuxibme pr~sidence Aristide plus pr~cis~ment) le vodou est
reconnu comme une religion g part entire devant b~ndficier
des mimes droits et privileges constitutionnels accords


Cependant li oid il existe un probl~me potential g notre
avis c'est du c~tC des sectes protestantes qui sont en train de
propager une image d'un Dieu terriblement vengeur qui aurait
envoy ces plus de 200.000 morts et le chaos infernal que
nous sommes en train de vivre pour punir les Haitiens ...
Punir de quoi ?

Une Cglise de combat ...
Depuis quelques dizaines d'anndes rien n'arrate les
sectes en question sur leur lanc~e. Elles ont tout conquis. Les
quarters pauvres etjusqu'aux zones rdsidentielles,1l'espace
public, la rue, la musique populaire, de jour comme de nuit
leurs temples d~versent des decibels qui vous poursuivent
jusque dans votre intimit6 la plus secrete.


Hai'ti en Marche, 20 Fivrier 2010


LE MONDE | 20.02. 10 L~gerflottement dans la grande
maclune international cens~e accoucher d'un "nouvel Haiti",
apris le s~isme qui a fait au moins 217 000 morts et plus de un
million de sans-abri dans la region de Port-au-Prince, le 12
janvier. Un mois aprbs la reunion des pays amis d'Haiti A
Montrial, le 25 janvier, et g un mois de la conference
interminist~rielle des donateurs pr~vue au si~ge des Nations
unies, g New York, le 31 mars, les acteurs de la reconstruction
peinent g donner une image d'unit6.
Premiere fausse note : la coordination de l'aide. Au
moment mime oid l'Organisation des Nations unies (ONU)
langait, jeudi 18 f~vrier, le plus important appel de fonds de
son histoire, 1,44 milliard de dollars destines g l'aide d'urgence
pour 2010 en Haiti, le coordinateur des Nations unies pour
l'aide humanitaire, John Holmes, a da reconnaitre l'authenticit6
d'un e-mail dans lequel il critique s~vdrement les d~faillances
et le manque de coordination des agencies de l'ONU et des
ONG destinataires de ces fonds.
D~voilC par la revue Foreign Policy, ce courier
rappelle aux agencies humanitaires qu'il reste "des besoins
humanitaires dnormes non satisfaits". M. Holmes demand A
ses "chers colleagues "de revoir radicalement "leur approche
"Plusieurs zones doivent encore dresser une liste concise
des besoins, dtdfinir des plans cohdrents pour y rdpondre et
analyser les carences, 6crit-il. Cela commence 6 se voir et en
conduit d 'autres a douter de notre capacity 6 agir. "


Deuxibme accroc : le coat de la reconstruction. Alors
que la mission d'6valuation des dommages mende par des
experts de la Banque mondiale, des Nations unies et de l'Union
europ~enne ne doit rendre son rapport que dans deux ou trois
semaines,1laBanque interam~ricaine de d~veloppement(BID),
principal cr~ancier d'Haiti, a surprise en annongant, mardi 16
f~vrier, que la facture pourrait approcher 14 milliards de dollars
et "serait probablement plus dlevie que ce a quoi on
s 'attendait ".
Le chiffre a 6t6 imm~diatement rejet6 par l'ensemble
des donateurs : il n' est que le r~sultat d'une proj section calcul~e
d'apris le coat des dix demnibres plus grandes catastrophes
naturelles... "Il faut attendre la fin de la mission devaluation,
qui va reliever les pertes humaines, matirielles et
dconomiques, en diduire le cozit des dommages, puis estimer
le coit possible de la reconstruction en function des scenarios
et des prioritis dtdfinis par le gouvernement hai'tien ; c 'est ce
qui fera foi d New York ", explique Sergio Jellinek, porte-parole
de la Banque mondiale pour les Caraib~es.
"La conference de New York ne doit pas se limiter 6
empiler des ( han rr. II faut y rif lichir a une nouvelle stratigie
de ddveloppement pour Hai'ti, qui ne doit pas &tre discutie
uniquement entire bailleurs multilatiraux", defend pour sa
part Pierre Duquesne, I'ambassadeur charge de coordonner
l'aide frangaise g Haiti. Dans cet esprit, la France a convaincu


c

i~ -~i


r--~


DE L'ACTUALITE


La coordination de I aide


SH a'iti reste d~faillante


T~OLL F RE, E. 1 -8 8 8 -3 5 3 -2 85
OR. 3 e3 5 -3 2 0 -6 =i 30 0

F EL L.3 c0 5 -j 8- 6~ -8 8 1 1


Dans le cas d'un abonnerment
avoc I~vralson, le coat elst le double.
PBrltr do spbierie at vous Btes
un nouvel abornn6
ou all1 s'agit d'un renouvellemenrt


Gd~les 260S.00
SUS $ 40.00
SUS $ 42.00
SU S 70.00
SUS $ 70.00


Gdes ~520.00
_s US 78.00
SUS $ 80.00
_US $ 135.00
US 5s 135.00


Hartti
Etats Unis
Canada
Euroe (3
Amnltique Lae


14ouvgeu


Renouvellemaent









Ha'iti: des pluies tropicales ajoutent it la d~tresse des sinistris


) ,Y

Pe~Nte RL Plu Baery e


ADOMI PUlKCHMING MsENCY
Tel. :786-457-8830 Fax: 305-756-0979
e-mail : adomipurchasing@a~ol.co~m


Equipements pour construction / Pi~ces de volture / Camnion /
Equipement mr~dical
Par arvion on pa~r bamteau.


Haitien
aMere e
M V 12 de


Page 6


PORT-AU-PRINCE (AFP) -Les milliers de sans-abri
de Port-au-Prince ont CtCune nouvelle fois r~veill~sjeudi par
une forte averse tropical, alors que le chef de l'ONU en Haiti
a appelC la communaut6 international g acc616rer
I'acheminement de tentes avant la saison des pluies.
Pour la deuxibme fois en huit jours, les habitants de
la capital d~vast~e ont 6tC surprise g l'aube par une pluie
soutenue qui a forc6 les sinistrds g quitter leurs abris de fortune.
La pluie a rendu inutilisable une cole installed dans
un immense camp sur un terrain de golf de Port-au-Prince. Le
sol de l' 6tablissement a 6tC recouvert de boue et les travailleurs
humanitaires effectuaient des reparations pour renforcer les
structures endommag~es.
La saison des pluies,
qui pr~cde celle des ouragans
en juin, co mme nc e
habituellement vers le mois
d'avril en Haiti mais de fortes
averses tombent d~ji sur Port-
au-Prince, suscitant
l'inqui~tude des secours.
Le pays le plus
pauvre des Am~riques 6tait
d~j8 particulibrement
vulnerable aux alas
climatiques avant le s~isme du
12 janvier, qui a fait au moins
217.000 morts et 1,2 millions de
sans-abris. En 2008, quatre
tempetes et ouragans avaient
ainsi fait plus de 800 morts et
environ un million de sinistrds.
Les Hai'tiens et les
Nations unies craignent
qu'une nouvelle catastrophe
humanitaire frappe le pays,
d'autant que les Enfants rtifugids avec leurs
m~tdorologues ont averti que

la probability qu'un ou plusieurs ouragans majeurs frappent
les Antilles est plus 61ev~e cette annde.
Face g l'urgence, le chef par interim de la Mission de
stabilisation des Nations unies en Haiti (Minustah), Edmond
Mulet, a appelC j eudi g la mobilisation g~ndrale.
"Les pluies arrivent d~ji et je crois que nous n'allons


pas pouvoir prot~ger toutes ces personnel g temps", a-t-il
d~clard lors d'une reunion en Espagne avec les ministres
europ~ens de l'aide au d~veloppement.
"Nous avons besoin de latrines, de tentes de
champagne, de toiles en plastique pour que les gens puissent
se couvrir", a-t-il indiqud, se disant inquiet de l'Cvolution des
conditions sanitaires avec l'arriv~e de la saison des pluies.
Cet appel intervient au lendemain de la visit en Haiti
du president frangais Nicolas Sarkozy. En plus d'annoncer le
d~blocage d'une envelope d'aide de 326 millions d'euros, il a
fait savoir que la France allait offrir un miller de tentes et
16.000 biches.
Mais il Darait irmorobable aue tous les sinistrds


une tribune publi~e jeudi dans plusieurs journaux europ~ens
et qu'il signe avec une ancienne ministry frangaise, Nicole
.Guedj .
.)
,J -


C-
Sparents au village de tentes install en plein


Champ de Mars, la plus important place publique de la capital hai'tienne


(photo J.J. Japany,,!
puissent b~ndficier d'abris temporaires de quality~ d'ici un mois.
Malgr6 l'61an de g~ndrosit6 international, les secours ont
manqu6 "d'organisation et de coordination", selon le president
haltien Rend Pr~val.
"Ce qu'il aurait fallu dans l'urgence, c'est un 6tat-
major humanitaire qui aurait identifiC les besoins", 6crit-il dans


En Martinique, oid il pursuit son voyage dans les
Carai'bes, Nicolas Sarkozy a annonc6 jeudi qu'une conferencee
international des villes et des regions du monde" en faveur
d'Haiti se tiendrait aux Antilles fin mars, afin de preparer la
conference international, prdvue les 22 et 23 mars au sibge
des Nations unies g New York.


(BIDONVILLES... suite de la page 4)
limits, avec 38% des logements de Port-au-Prince d~truits, selon
les observations des satellites des Nations unies.
"Les gens sont d~plac~s, ont perdu leur logement,
mais ils n'ont pas perdu leur travail. La clef, c'est le terrain",
explique Alex Wynter, de la F~d~ration international des
soci~t~s de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.
Envisite pendant quelques heures en Hati mercredi,
le president frangais Nicolas Sarkozy, a promise 1.000 tentes et
16.000 biches pour plus de 200.000 personnel, mais le
president Rend Prval n'apas encore d~cid~ du meilleur moyen


d'abriter ses concitoyens. "Nous devons trouver une solution
pour foumnir un abri aux gens -un melange quelconque de
tentes, de biches, d'abris en tBle", a-t-il dit g l'Associated
Press. Les autorit~s competent cependant distribuer 250.000
biches pour la saison des pluies.
Attendons de voir, r~pond Lens Beny, porteur d'eau
de 20 ans. "S'ils nous chassent, on partira. En attendant, on
reste ici." Il a biti une cabane de bois et de tBle de 2m50 sur
2m70 pour lui et cing de ses proches. Le toit est fait de sacs
plastique qui ne couvrent que deux tiers de la surface, la porte
est un simple rideau de crochet. Une averse a ruind les


panneaux de bois agglom~rd g 3,70 dollars pibce qui servaient
de murs, explique Lens.
Environ 27.000 sinistr~s vivent d~sormais dans ce
nouveau bidonville de la Route de piste, selon des employs
de la Croix-Rouge haltienne. Les autorit~s locales, agencies
onusiennes et 6trang~res envoient de l'aide mais soulignent
qu'il faut "d~congestionner" le site surpeupl6. Le manque de
place est la principal raison avanc~e par les autorit~s pour
refuser aux habitants des tentes resistant g l'eau.
AP


Les enfants que des 6vang61iques
amdricains affirme avoir tent de secourir aprbs le
s~isme du 12 janvier, ont tous des parents proches
encore en vie, a appris samedi l'Associated Press
auprbs des families
Lors d'une visit dans le bidonville de
Citron oid vivaient 13 des enfants, I'Associated
Press a appris qu'ils n'6taient pas des orphelins.
Les parents que l'AP a rencontr~s ont affirm qu'ils
avaient remis leurs enfants aux Am~ricains dans
I'espoir qu'ils soient en s~curit6.
Le 3 f~vrier, dans la locality de Callabas,
l'Associated Press avait recueilli des t~moignages
similaires auprbs des parents de 20 autres enfants.
Les families avaient d~clard que le d~sespoir et une
foi aveugle les avaient conduites g confier leurs
enfants au group de missionnaires.
Ces informations contredisent la version
de la responsible du group Laura Silsby, qui avait
d~clard A l'AP au lendemain de son arrestation que
les enfants 6taient orphelins ou avaient de la famille
61oignde.


Laura Silsby, 40 ans, et son adjointe,
Charisa Coulter, 24 ans, sont toujours en detention
alors que le juge charge de l'instruction du dossier
interroge actuellement des responsables dans les
orphelinats qu'elles ont visits avant le s~isme du
12 janvier. Toutes deux doivent g nouveau
comparaitre enjustice mardi.
Le magistrat s'est rendu samedi en
R~publique dominicaine, oid le group avait
l'intention d'emmener les enfants.
Mercredi, les huit autres Am~ricains
soupponn~s d'avoir tent d'enlever les enfants ont
6tC remis en liberty en Haiti, apris avoir pass prbs
de trois semaines en detention, et ont regagn6 les
Etats-Unis.
Les Am~ricains ont 6tC inculp~s
d'enlivement d'enfants pour avoir tent de faire
sortir 33 enfants du pays le 29 janvier et de les
emmener en R~publique dominicaine sans disposer
des documents requis.


Les missionnaires amdricains libdrds ddbarquent 6 Miami (AFP)


. .


S19638 NE 2nd~ Ave. l
? Mtami. FL33160
' Tel. 305-394-61i8


Catering Specialists
Caae~. Pastres, Hlow d'Oeurses
foralaccain


DIES TIE]NTES P~AR PITIE r


De nouveaux bidonvilles fleurissent autour de Port-au-Prince d~vast~e


Les "orphelins"' que des missionnaires ambricains


disent avoir voulu sauver ont tous des parents






r~eceir n4 Fkr 210 IVN0 MIA M I-DA DE CO0UN TY Page 7


The County Mayor, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the Miami-Dade County Code and
Administrative Order 3-39 and Ordinance 08-92 (as amended), announces that design-build services are required for the Miami-Dade Transit Department, Palmetto
Station Traction Power Sub-Station. Miami-Dade County, on behalf of the Miami-Dade Transit (MDT) Department, intends to enter into a design-build contract with a
responsive, qualified applicant to provide design and construction services of the Palmetto Station Traction Power Sub-Station which will be located adj acent to 770 1 NW
79 Avenue, Miami, Florida 33166.

The Design Build Services for the Palmetto Station Traction Power Sub-Station, hereinafter referred to as "Project", is described as follows:

The Project will enhance current metrorail operation performance as well as support the new Metrorail vehicles expected by the second quarter of 2013. The
Proj ect will be located at the MDT property adj acent to the Palmetto Metrorail Station. The sub-station will support the existing Palmetto Station facilities and support all
traction power requirements between the Palmetto and Okeechobee stations. In addition, it will interface with the communication system and Central Control. Two new
dedicated 13.2 Kilo Volts (KV) feeders from Florida Power and Light (FP&L) are required which will be provided by FP&L and purchased by MDT not earlier than
November 1, 2011.

The estimated total cost of the project is six million, four hundred and ninety-two thousand, three hundred and seventy-seven dollars ($6,492,377). The
Proposer(s) must design, build and complete the Proj ect within four hundred and eighty (480) calendar days after the Owner issues the Notice to Proceed to the Design-
Builder

Please be advised that the Design Criteria Professional together with their sub consultants, or members that participated in the development of
the design criteria package for this Palmetto Station Traction Power Sub-Station will not be considered for contract award.

Copies of the design-build criteria package may be purchased beginning on February 8, 2010 at 2:00 PM at Miami Dade Transit, located at Transit Overtown
Village 701 N.W. 1st Court 15th Floor, Miami, FL, 33 136. The contact person is Mrs. Ivonne Andres, telephone number (786) 469-5242. The non-refundable fee for each
design-build criteria package (hard copy) is $ 100.00. CD copies of the design-build criteria package will also be available for a non-refundable fee of $20.00. Only checks
or money orders are acceptable and shall be made payable to Miami-Dade County Board of County Commissioners.

DESIGN-BUILD FIRM REQUIREMENTS

Pursuant to Florida State Statutes 287.055, a Design-Builder is defined as a partnership, corporation, or other legal entity that:

a. Is certified under Section 489.119, Florida Statutes, to engage in contracting through a certified or registered general contractor or a certified or
registered building contractor as the qualifying agent; or

b. Is certified under Section 471.023, Florida Statutes, to practice engineering; certified under Section 481.219 to practice architecture; or certified
under Section 481.319 to practice landscape architecture.

ARCHITECTIENGINEER TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS
2.01 Mass Transit Systems Mass Transit Program (Systems) Management (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)
2.04 Mass Transit Systems Mass Transit Controls, Communications & Information Systems (LEAD A/E CONSULTANT FOR
DESIGN TEAM)
2.05 Mass Transit Systems General Quality Engineering (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)
2.06 Mass Transit Systems Mass Transit Safety Certification for System Elements (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)
13.00 General Electrical Engineering (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)
17.00 Engineering Construction Management (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)

9.05 Soils, Foundations and Materials Testing Roof Testing and Consulting
9.06 Soils, Foundations and Materials Testing Materials Te sting/Consulting/Training
10.05 Environmental Engineering Contamination Assessment and Monitoring
11.00 General Structural Engineering
12.00 General Mechanical Engineering
14.00 Architecture
15.01 Surveying and Mapping Land Surveying
16.00 General Civil Engineering

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS
One (1) Agreement
17 % Disadvantage Business Enterprise (DBE) Goal (Design and/or Construction Portion)

A PRE-SUBMITTAL PROJECT BRIEFING FOR INTERESTED FIRMS WILL BE HELD ON FEBRUARY 22, 2010 AT 9:00 A.M. AT 111 NW
1ST STREET, 18TH FLOOR, CONFERENCE ROOM 18-3 MIAMI FLORIDA, 33128. FOLLOWING THE MEETING, A SITE VISIT WILL BE HELD
AT THE PALMETTO METRORAIL STATION LOCATED AT 7701 NW 79 AVENUE, MIAMI, FLORIDA 33166. WHILE ATTENDANCE IS NOT
MANDATORY, INTERESTED PARTIES ARE STRONGLY ENCOURAGED TO ATTEND THE PROJECT BRIEFING AND SITE VISIT.

Deadline for submission of proposals is MARCH 26, 2010 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received at
Miami-Dade County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th FlOor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED
THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE
MAY NOT BE CONSIDERED.

The Consultant Coordinator for this project is Mike Ramos who may be contacted via e-mail at ramosmi@miamidade.gov, fax: (305) 350-6265 or phone: (305)
375-5215.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2- 11.1l(t) of the Miami-Dade County Code, as amended. Please review
Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.

The County may, at its sole and absolute discretion, reject any and all, or parts of any and all proposals: re-advertise this solicitation; postpone or cancel, at any
time, this solicitation process: or waive any irregularities in this solicitation or in the proposals received as a result of this solicitation.

CARLOS ALVAREZ
COUNTY MAYOR
MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
REQUEST FOR DESIGN-BUILD SERVICES (RDBS)
MIAMI-DADE TRANSIT DEPARTMENT
DESIGN BUILD SERVICES FOR THE PALMETTO STATION
TRACTION POWER SUB-STATION
AMERICAN RECOVERY REINVESTMENT ACT (ARRA)
OCI PROJECT NO. DBO9-MDT-01 ARRA
TRANSIT CONTRACT NO. CIPO23-CT1-TRO9










Un Palais s' 6cr oula nt


L~es statues qui ornent les jardins d'u palais
elles aussi ditruites (photo J.J. i.ie stl~, !
D~cid~ment Rend Pr~val ce jour-li avait la baraka.
De son c~td, sa sceur Marie Claude Pr~val Calvin elle
aussi a pu sortir des d~combres du palais sans y laisser trop
de plumes.
Son bureau se trouve g quelques pas de celui du
President dont le plafond et le plancher aujourd'hui ne font
plus qu'un.

Comme un chapeau de car naval ...


Ecouter Milodie Matin sur


e' l d *

1 03 .3 fm


www. radiomuelodieh arts comu


Haitien
aMere e
M V 12 de


Page 8


Au grC du locataire des lieux ...
Mais (et c'est lB que le Palais national ne se
diff~rencie d'aucune autre residence dans la capital haltienne)
on s'est amus6 au course des d~cennies et des regimes
politiques successifs g aj outer des bureaux et des appartements
au gr6 du locataire des lieux.
Et probablement
sans jamais sender
Ssuffisamment la resistance
des foundations de l'6difice.

.t: CtinceAujourd'hui ilge ne
r:reste du beau palais
5 tncln A judehux i ta es a
autre chose que des pans de
murs g ciel ouvert, surmont~s
ici et li de quelques vestiges
des anciennes splendeurs
mais qui ne r~vblent aucun
mat~riau vraiment sp~cifique
(comme l'acier si
indispensable dans les
edifices modernes).
En un mot, le 12
janvier 2010, le Palais
national de Port-au-Prince
s'est effondrC comme un
chateau de cartes.
Idem les anciennes
Casernes Dessalines
construites g la mime
6poque (sous l'occupation
am~ricaine de 1915-1934) et
-- qui ont 6tC elles aussi
r~duites en poudre par le
s~isme. Entrainant dans la
mort plusieurs dizaines de
USGPN (police
de 7 (photo adrienne) pr~sidentielle).


(PALAIS NATIONAL... suite de la 16re page)
du President de la rdpublique.
Le d~me qui la surplombe a basculd la t~te le premiere
en entrainant tout le reste dans sa chute.


L'aspect le plus spectaculaire de la destruction du
palais reste les trois d~mes qui d~sormais parent chacun dans
une direction oppose comme un chapeau de carnaval.
Le fait que les trois se soient effondr~s invite g penser
qu'ils constituaient le point le plus faible de l'6difice.


Le President Rend
Pr~val avait peu de chance
de s'en sortir indemne s'il
s'6tait trouv6 en son bureau
g cette heure-lk : Mardi 12
janvier 2010. 4h 53 pm.
M. Pr~val 6tait
parti un peu plus tit pour se
rendre gune c~r~monie.
En route il fut averti
que cette dernibre
commencerait avec une
demi-heure de retard.
II d~cida de faire
une halte dans sa residence
officielle situde surune petite
colline dans le quarter du
Canap6 Vert (est de la
capitale.

Prival avait ce
jour-lk la baraka ...
Par chance, il 6tait
sorti dans la cour pour
donner manger gson petit-
fils Ag6 de quelques mois ...
quand le sol s'est mis g .Y S~
tremblerviolemment.
La personnel
pr~sidentielle fut projetee A
plusieurs metres.
Tandis que la
residence s'est 6croulde Le Pal
conini une masse.


ais national n 'dtait pas davantage prdpard pour resister 6 un sdisme de magnitu


~-
c


Un membre de l'uniti de police rattachie a la Prdsidence
amputd d'un bras ; la Police national d'Hai'ti enregistre
75 morts dans ses rangs (photo J.J.., bs, s tr,,
En ce moment, une evaluation est en course pour
determiner ce qui peut Ctre sauv6.
Comme tout autre edifice pr~sentant les mimes
dangers, personnel n'ose s'aventurer dans les ruines du palais.

Et la garde qui veille A la porte du Louvres

Des experts frangais sont arrives g r~cup~rer quelques
ceuvres de quality qui gisaient sous les d~combres, comme le
tableau << Le Serment des Ancetres >> de Guillaume Guillon-
Lethibre qui trinait g la c616bre Salle des bustes, dont il ne
reste des beaux sieges que quelques haillons qui pendent de
manibre trbs peu protocolaire par l'une des ouvertures du
glorieux~difice.
Faut-il reconstruire le Palais national ? D'abord il en
reste si peu ... Ensuite, sauf le style, c'est une construction
qui, on voit auj ourd'hui, 6tait totalement d~pass~e et n' assurait
pas davantage la s~curit6 de ses locataires que n'importe quelle
cahute paysanne.
C'est le cas de dire: Et la garde qui veille g la porte du
Louvres n'en defend point nos rois.
Le President Pr~val peut se consider chanceux.
C'est peut-8tre pour accomplir quelque grand dessein
en cette dernibre annde de son mandate.
Hai'ti en Marche, 19 Fivrier 2010


Les ex-Casernes Dessalines ...


Le palais pr~sidentiel de Port-au-Prince a 6t6 construit
en 1918, au moment de l'occupation amdricaine d'Haiti (1915-
1934), dans un style rappelant d'ailleurs la Maison Blanche de
Washington.
La construction fut cependant confide g un architect
haltien, Georges Baussan.
Celui-ci n'avait pas g l'6poque un plus grand souci
de la menace sismique que nous autres jusqu'au 12 janvier
dernier, du fait que les trois d~mes se sont effondrds comme
s'ils n'6taient que la
cerise sur le g~teau


(done une pure
decoration) mais sans


Reac Fute ndFse it mrt


.995--,%.. I~c
-'..., 0 ^ - >.( .r :f


rien, ni mat~riau, ni
aucune technicit6
capable de pr~venir
un tel d~sastre.

Naturellement A
l'6poque (d~but du
20e si~cle) on n'avait
encore invent ni le
b~ton pr~contraint, ni
le s no rme s de
construction
parasismique.


Oa.~ 1


U


fft~at


Nous summes
spcialia~ie dans...
Cargo 06n~rl. Brlia.
Prodults p~rteeables. E
personnel, Prodults
exploatis, Toules dime41
de manrlkefs


- --


LE POUVOIR DANS LA RUE


commre un chateau de cartes


____


yl
rl r.
~
5
"'
--- r "L 1


IN EV
floor to Door Service


s i available.


~1-8 00-927 -6 059
ion envoyes nous un e-mn aslk mejt~




Mercredi 24 F6Yrier 2010
Haiti en Marche Vol XXIV No 05


Page 9


~
J
~ 1

,F'
~isl
*cr,
r_ "~*~*:


-:t ii

r'


i


% 1.


rs'

a


r13


e08





Haitienl~arch *eoXV d 0e


AVI LEGAL
Dapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize vote yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enfbmasyon nou reseywa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap made nou kontakte
Sipevizb Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab reseywa enft~masyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou we kouman pou nou
rezoud pwoblem la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a 16t sa-a, sa gen dwa mennen Sipevizb Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistem enskripsyon vote Eta-a. Si w genyen ankenn
kestyon sou koze sa-a, tanpri kontakte Sipevizb Eleksyon yo nan 2700 NW 87" Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363.


Adams, JoehG 10421 NW 17Th Ave #B310 Miami FL 33147 Hickson JR, Willie 1530 NW 1St Pl #9 Miami FL 33136
Agiar, Xiomara 7736 SW 34Th Ter Miami FL 33155 Higg, Cassandra 9234 NW 3Rd Ave #B Miami FL 33150
Alcide, Daoet630 NE 83Rd Ter Miami FL 33138 Hood, Marvin 8951 NW 35Th Ct Miami FL 33147
Alexander, Leshon M 1321 NW 13Th St Miami FL 33125 Jackson, Eric N 2255 NW 165Th St Miami Gardens FL 33054
Allen, David T 11948 NW 11Th St Pembroke Pine FL 33026 James,Jefr M 1475 NE 111Th St #205 Miami FL 33161
Almonte, Ivette 3888 SW 107Th Ave Miami FL 33165 Jean-Marie, Frnz 1264 NE 147Th St Miami FL 33161
Anderson, Carol 18430 NW 43Rd Ct Miami Gardens FL 33055 Johnson, Andrae L 18850 NW 57Th Ave #207 Hialeah FL 33015
Anderson, Ryod726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Johnson, BtyJ 555 NE 123Rd St #203 North Miami FL 33161
Arsrn,Elija D 3096 NW 102Nd St Miami FL 33147 Johnson, Demetrius L 10005 SW 173Rd Ter Miami FL 33157
Austin, Larry K 1871 Wilmington St Opa Locka FL 33054 Johnson, John E 891 NE 88Th St #1B Miami FL 33138
Barber, Angeline J 1161 NW Miami FL 33136 Johnson, Joseph 26326 SW 140Th Pl Homestead FL 33032
Barberena, Leandro R 8015 NW 8Th St #111 Miami FL 33126 Johnson, Kashef C 22210 SW 116Th Ave #4 Miami FL 33170
Bag,Theresa C 22790 SW 112Th Ave Miami FL 33170 Jonassaint, Freeman P 2203 NW 115th St Miami FL 33167
Baum JR, GayB 18680 SW 376Th St Homestead FL 33034 Jones SR, Alfred S 2686 NW 49Th Ter Miami FL 33142
Bennett, Jermaine 2126 NW 54Th St #A Miami FL 33142 Jones, AneoD 10731 SW 150Th Ter Miami FL 33176
Bermudez, JreA 6421 Cow Pen Rd #M 106 Miami FL 33014 Jones, Danelle A 1229 NW 1St Ct #104 Miami FL 33136
Black, KibryD 13920 NW 22Nd Pl p Locka FL 33054 Jones, Lawford 726 NE 1St Ave Miami FL 33132
Blake JR, Kenneth L 470 NE 126Th St North Miami FL 33161 Jones, Leo L 9420 NW 14Th Ave Miami FL 33147
Bowens, Geoy12401 NW 27Th Ave #206 Miami FL 33167 Jones, Vernderris 1360 NE 141St North Miami FL 33161
Bradley JR, Willie J 2405 NW 135Th St #112 Miami FL 33167 Jordan, Earl R 10843 NW 8th Ave Miami FL 33168
BrdLonnie T 914 NW 3Rd St Florida CiyFL 33034 Kenned, Katherine E 1943 NW 2Nd Ct #5 Miami FL 33136
Bate, Vanshion L 11325 SW 216Th St Miami FL 33170 Kn, Kenneth A 9401 NW 8Th Ave #1 Miami FL 33150
Bresile, D'Ael K 18120 NW 6Th Ct Miami FL 33169 Lee, Jermaine R 21715 SW 120Th Ave Miami FL 33170
Brooks, Demetrius L 1566 NE 191St St #427 Miami FL 33179 Lemus, Armando 11121 NE 9Th Ct Biscayn Park FL 33161
Brown JR, James L 11617 SW 224Th St Miami FL 33170 Lewis, Christpe N 917 SW 7Th Pl Homestead FL 33034
Brown, Adrian D 17100 SW 100th Ave Miami FL 33157 Loga, Kenneth C 2035 NW 93rd Ter Miami FL 33147
Brown, Alviana 18665 NW 37Th Ave #241 Miami FL 33056 Lopz Sam A 2258 NW 63Rd St Miami FL 33147
Brown, Armona C 15770 NW 18Th Pl Miami Gardens FL 33054 Lott, Corey B 1430 NW 139Th St Miami FL 33167
Brown, Charles J 16201 NW 27th Ave Miami Gardens FL 33054 Louis, BalyV 161 NW 108Th St Miami Shores FL 33168
Brown, Christhe A 11035 SW 221st Ter Miami FL 33170 Macklin, Melvin T 8340 NW 10Th Ave Miami FL 33150
Brown, Damian K 2407 NW 135Th St #309 Miami FL 33167 Madison, Desmond 10540 NW 8Th Ave Miami FL 33150
Brown, Johnathan A 13401 SW 265Th Ter Homestead FL 33032 Maduka, Azikiwe 763 NW 41St St Miami FL 33127
Brown, Rayil 2880 NW 132Nd Ter OaLocka FL 33054 Maliavos, John A 3719 NW 19Th Ave Miami FL 33142
Brown, Tony 20201 SW 1 14th Pl Miami FL 33189 MaqeOmar J 8447 Scotts Mill Dr N Charleston SC 29420
BynLorenzo K 1180 NW 2Nd Ave #8 Miami FL 33136 Martin, RcyO 1250 NW 192Nd St Miami Gardens FL 33169
Buford, Edilon K 15455 NE 6Th Ave #C227 Miami FL 33162 Martinez, Nestor P 14930 SW 307Th St Homestead FL 33033
Butler, JcueMG 1055 W 68Th St #102 Hialeah FL 33014 Maye SR, Val C 2170 Rutland St OaLocka FL 33054
Butler, Victor 845 SW 3rd St Florida CiyFL 33034 Mafel, Tom L 27036 SW 135Th Ave Homestead FL 33032
Caloa, rstlC 3411 NW 210Th Ter Miami FL 33056 Mc Co, Rodney W 9536 NW 8Th Ave At2 Miami FL 33150
CmblValerie 701 NW 214Th St #519 Miami FL 33169 Mc Donald, Maurice S 1035 NW 130Th St North Miami FL 33168
Carballedo, Jose 3031 NW 91St St Miami FL 33147 Mc Fadden JR, Calvin 1748 NW 65Th St Miami FL 33147
Carmona, Alex 11830 SW 204Th St Miami FL 33177 Mc Gill, Edwardo 2416 NW 79Th Ter Miami FL 33147
CatgnCharlie 3140 NW 27th St Miami FL 33142 Mc Millan, James D 6232 NW 14Th Ave Miami FL 33147
CartaaLuu, Juan M 1301 NE Miami Gardens Dr #16 Miami FL 33179 M ra, David J 9000 SW 202Nd Ter Cutler Bay FL 33189
Carter SR, Jsp G 1 1329 SW 189th Ter Miami FL 33157 Mclver, Kenneth L 10820 SW 200Th Dr #450 Miami FL 33157
CsJerome 1900 NW 33rd St Miami FL 33142 McRoy er 638 NW 62Nd St Miami FL 33150
Charles, GeoyE 860 NW 213Th Ter #202 Miami FL 33169 Meias, Felix M 399 NE 191St St Miami FL 33179
Clark, Milous 70 NW 189Th St Miami Gardens FL 33169 Mendoza, Lazaro R 765 E 7th St Hialeah FL 33010
Clark, Rommel 16100 SW 109th Ave Miami FL 33157 Meneses, Ted J 10950 SW 200Th St At 14 Miami FL 33189
Clements, Tawanda M 15930 NW 27Th Ct Miami Gardens FL 33054 Mbe, Darrian R 1670 NW 4Th Ave #E12 Miami FL 33136
Coleman, GrqS 1111 NW 200Th Ter Miami FL 33169 Modest, Willie J 2538 NW 65Th St #4 Miami FL 33147
Collie, Lana V 13201 NW 28Th Ave #139 Miami FL 33054 Moncrief, Tawon R 1780 NW 153Rd St Miami Gardens FL 33054
CoserZoraida R 10250 W Bay Harbor Dr #4B Miami FL 33154 Moore, Boris J 2930 NW 156Th St Miami Gardens FL 33054
Corneilsen, Scott 8202 NW Miami Ct #1505 Miami FL 33150 Moauez, Ricardo E 2632 W 60Th St Hialeah FL 33016
Cotza oreF 27 NW 7Th Ave #202 Miami FL 33128 MraSharika S 1130 NW 62Nd St Miami FL 33150
Cotman, Tore 1601 NW 1St CtAt 208 Miami FL 33136 Morris, Antwan D 1380 NW 199Th St Miami FL 33169
Cowart SR, Eddie L PO BOX 551801 Miami FL 33055 Munoz-Reye, Felix J 126 E 10Th St Hialeah FL 33010
Cox, Brigitte C 11685 Canal Dr #203 North Miami FL 33181 Murph, Curtis A 900 NW 63Rd St Miami FL 33150
Daniels, Gerald L 3101 NW 48Th Ter Miami FL 33142 Murh, Sean P 7850 Camino Real At101 Miami FL 33143
Davis JR, Charles L 1280 SW 3Rd St #8 Homestead FL 33030 Nelson,Lar 2210 NW 117th St Miami FL 33167
DlaoJR, Aldo J 1750 W 56Th St #108 Hialeah FL 33012 Newsome, Xavier P 16425 NW 162Nd Street Rd Miami FL 33054
Descolline, Michael 925 NW 131St St North Miami FL 33168NuenNac T 6755 Brookline Dr Hialeah FL 33015
Dirosier, Moses 3173 NW 93Rd St Miami FL 33147 O'Hara, Clintawn 2771 NW 151St St Miami Gardens FL 33054
Dixon, Alfonso 760 NW 178th Ter Miami FL 33169 Orozco, Kenneth J 776 SE 9Th Pl Hialeah FL 33010
Dixon, Willette M 3460 NW 208Th St Miami Gardens FL 33056 Patrick JR, O T 8035 NW 13Th Ct Miami FL 33147
DosyJR, Lese 15800 E Bunche Park Dr Miami FL 33054 Penson, AslyG 8960 NW 24Th Ave Miami FL 33147
Dukes, Tyrn A 6941 NW 21St Pl Miami FL 33147 Perez, Jose M 1339 W 49Th Pl #311 Hialeah FL 33012
DnlySR, Eric J 277 NW 33Rd ST #8 Miami FL 33127 Pierre Saint, Patrick 1160 NW 124Th St North Miami FL 33168
Eckford JR, Jimmie F 1165 NW 120Th St North Miami FL 33168 Poitier, Jamaal R 1995 NW 152nd St Miami Gardens FL 33054
Edwards, Isaiah T 925 NW 117th St Miami FL 33168 Porter SR, Frudrias D 930 NW 83rd Ter Miami FL 33150
Estremera, Braul A 1470 NE 125Th Ter #310 North Miami FL 33161 Powell, Tydl J 14625 SW 107 Ave Miami FL 33176
Etieut, Rodolfo A Punta Pacifica Blvd Ocean Parkt #17B Panama Preston, LtnaT 10000 W Jessamine St #5 Miami FL 33157
Ferguson, Kenneth E 1801 NW 2Nd Ct #203 Miami FL 33136 Quesada, Jose QL 778 NW 108Th St Miami FL 33168
Field, Curtis J 2190 NW 96Th Ter #D Miami FL 33147 Rabel, Julio 1555 Pennsylvania Ave Miami Beach FL 33139
Finch, Nicki N 10126 W Circle Plz Miami FL 33157 Ramos, David 1410 NW 1St Ave #1 1 Miami FL 33136
Fisher, AtoyL 18405 SW 129Th Ct Miami FL 33177 Remedios, Alexander N 3915 SW 5Th St Miami FL 33134
Fleuranville, Jeff T 1079 NW 1 12Th Ter Miami FL 33168 RensJR, Miuel E 1065 W 27Th St #10 Hialeah FL 33010
Fly,Johnn L 15920 NW 20Th Ave Miami Gardens FL 33054 Rivas-Colon, AelM 660 SW 9Th St #4 Miami FL 33130
Forbes, Dobrie D 13201 NW 26Th Ct Miami FL 33167 Rivera, Emmanuel 1885 W 56Th St At 409 Hialeah FL 33012
Franklin, Tro L 7004 NE 5Th Ave #209 Miami FL 33138 Rivero, Samuel 8510 SW 149Th Ave #1109 Miami FL 33193
Fuentes,Jog 8772 SW 145th St PalmettoBa FL 33176 Roberts, Kenneth L 1310 NW 179Th St Miami Gardens FL 33169
Garcia, Sonia 13018 NE 6Th Ave #204 North Miami FL 33161 Robinson, Clarence L 2490 NW 131St St Miami FL 33167
Gardner, GeoyJ 1940 NW 84Th St Miami FL 33147 Robinson, Shanetta M 9111 NW 29Th Ct #B Miami FL 33147
Garland, Matthew 180 NW 17Th St #4 Miami FL 33136 Robinson, Victor 2050 NW 65Th St At02 Miami FL 33147
Gibbs, JfeyL 1171 NW 64Th St Miami FL 33150 Robles, John D 939 NW 81St St #D-428 Miami FL 33150
Glenn, Parthenia O 23142 SW 107Th Ave Miami FL 33170 Rodrigue, Alexander 7930 NW 185Th St Hialeah FL 33015
Glover, Arthur L 10800 NW 18Th Ave Miami FL 33167 Rodrigue, Raymn 2041 SW 62Nd Ave Miami FL 33155
Gonzalez, Christian W 5501 NW 7Th St #E302 Miami FL 33126 Sainvelus, Marc E 344 NW 97Th St Miami FL 33150
Gonzalez, Ricardo D 1498 NE 183Rd St N Miami Beach FL 33179 Salas, Hector D 22021 SW 103rd Ct Miami FL 33190
Gonzalez, Rolando 10332 NW 31St Ct Miami FL 33147 SapoGeoy726 NE 1St Ave Miami FL 33132
Gonzalez, Rolando 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Sanders, Mildred W 1730 NW 66Th St Miami FL 33147
Gordon, Tamisha D 1385 NW 75Th Ter Miami FL 33147 Santana, Alexis J 12531 SW 106Th Ter Miami FL 33186
Green, Chad E 6940 NW 186Th St #116 Hialeah FL 33015 Sap JR, John W 21811 SW 112Th Ave Miami FL 33170
Griffin, DneoC 1721 NW 131St St Miami FL 33167 Shly oyR 17940 NW 16Th Ave Miami Gardens FL 33169
Griffin, Timothy W 6363 Cotton Tail Rd Miami Lakes FL 33014 Sigler, Alexander J 7940 NW 179Th St Hialeah FL 33015
Guerra, Ann A 12635 SW 84Th Avenue Rd Miami FL 33156 Simmons, Miuell S 26597 SW 129Th Ave Homestead FL 33032
Guillaume, Keln380 NW 135Th St North Miami FL 33168 Singeay er L 2927 NW 57Th St Miami FL 33142
Gustin, Patrick 510 NE 70Th St Miami FL 33138 Slaton, Andre Q 1435 NW 112Th Ter Miami FL 33167
Hamilton, Benn J 1071 NW 119Th St North Miami FL 33168 Smith, Lance J 638 NW 62Nd St Miami FL 33150
Hamilton, Henr L 10015 SW 171St #2 Miami FL 33157 Stafford Ill, Charales H 11510 SW 136Th St Miami FL 33176
Harbin, Shekeetha L 1410 NW 63Rd St Miami FL 33147 Stallworth, Stne 2005 Ali Baba Ave #B OaLocka FL 33054
Harris JR, Gerard J 5123 NW 18Th Ave Miami FL 33142 Stewart, Damion C 340 NW 20Th St Miami FL 33127
Henderson, Cytal 610 SE 12Th Ter Homestead FL 33033 Tate, Gerald A 10382 SW 173Rd St #2 Miami FL 33157
Her,Carl 390 NE 162nd St Miami FL 33162 Tayo JR, Daniel 1550 NE 138th St North Miami FL 33161
Hernandez, Michael 1339 W 49Th Pl #103 Hialeah FL 33012 Tayo, Carl 1142 NW 65Th St Miami FL 33150
Hernandez, Rommel 12031 SW 176th Ter Miami FL 33177 Tayo, Jarvis L 900 NW 84Th Ter Miami FL 33150
Herrera, Al~nro F 90 NW 185Th Ter Miami Gardens FL 33169 Tennie, Johnnie C 10250 SW 119Th St Miami FL 33176
Hibbert, GereC 19920 NW 3Rd Pl Miami FL 33169 Terr,Terrance L 1039 NW 1St St #104 Miami FL 33128
Kontinye n in lotf paj la

na Lester Sola si pg 1
SEE Sipevizb Eleksyon, Konte Miami-Dade(uiepgl)


Page 10


M~IAMIII DADE COUN\JTY





Merrei~"n;-`'";Ov 24 F6Yie 2010iiiiiii


SLe Ma~nolo Inn I-


APNNEE ACADEMIQUE 2a008200



LICENCE EN:

SciencesComptales :4mn
Godoin des ~faires : 4 as
Sdiences Informalques : 4 ns
Meriaing Mangement :2ns
Sec$tirteribureautlqu :2ane
Goda-~Finacee-Marlaitng : in 2 ~as
Compleblil6 Nomb~se : in
Assllae Adminislretive :1@n
Infornadquecyleoostr :50houresel~an
ITEaaenllaelas(cIS) :'llheuM

Pour ioutss inormhns agplmentaks;
CMP, Dems
Tec.;2 51)(8581, 373().2(85, 224$.jfi~g




KJ ADVERTISING

SERVICES

P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673

Publicitis: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


10 d~partements d'Ctudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Execution de Proj et
Economic et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
Gouvernance

Dipl~me en :
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
4ngle Delmas 75 et Inpasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Hai'ti, FFI.

www. cfdehzaiti. com
Par courriel: 4dininistration@i~CDFEHaiti. coni
GBrunet i~CFDEHaiti. coni

Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575



VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwv, Miami, Florida 3 3161
Phone: (305) 891-2225
Fa\!; 1** s,01-2559
Cell (786) 285-0384


~ __ _i i~
I II


C "" "'d ur o II1~ IEjou o es porrmmnsrint


m Pa wla evis per bcteas


AVI LEGAL
Dapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize vote yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enft~masyon nou reseywa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap made nou kontakte
Sipevize Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab reseywa enft~masyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou we kouman pou nou
rezoud pwoblem la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a let sa-a, sa gen dwa mennen Sipevize Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistem enskripsyon vote Eta-a. Si w genyen
ankenn kestyon sou koze sa-a, tanpri kontakte Sipevize Eleksyon yo nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363.

Thomas, James 14265 NW 22Nd Ave OaLocka FL 33054 Williams, Derrick L 19410 SW 103Rd Ct Cutler ByFL 33157
Thomas, Tavarris L 13875 NW 22Nd Ave #260 Opa Locka FL 33054 Williams, Ker B 6901 NW 8Th Ave #9 Miami FL 33150
Thompkins, Carter T 1470 NW 113th Ter Miami FL 33167 Williams, Marcel D 6053 SW 63Rd Ter South Miami FL 33143
Vzuez, AtoyPO BOX 771447 Miami FL 33177 Williams, Ricardo M 676 NW 3Rd Ave Florida CiyFL 33034
Veraa Xavier G 8100 NW Geneva Ct #143 Doral FL 33166 Williams, Richard C 1410 NW 117Th St Miami FL 33167
Vicks JR, Oliver 16224 NW 82nd Pl Miami Lakes FL 33016 Williams, Vernon K 8250 NE 4Th Pl #124 Miami FL 33138
Watts, Travis L 21491 SW 114Th Ct Miami FL 33189 Williamson, Antoinette M 15421 SW 106Th Ave Miami FL 33157
Waye Dion 1131 NW 118th St Miami FL 33168 Wilson, Freddie 14560 NE 6th Ave #309 North Miami FL 33161
West, Kenneth L 18115 Palm Beach Dr Tampa FL 33647 Wilson, James H 10635 NW 12Th Ave Miami FL 33150
White, Brenda L 11256 SW 189Th Ter Miami FL 33157 Wilson,Ramn S 9239 Saffron Dr E Jacksonville FL 32257
White, Damon J 2101 NW 3Rd Ave #377 Miami FL 33127 Wilson, Reinald L 10805 SW 156Th Ter Miami FL 33157
White, Jose L 1000 NW 155Th Ln Miami FL 33169 Wilson, Russ F 1335 NW 122Nd St North Miami FL 33167
Whitehead, Randy R 13131 Nw 26Th Ct Miami FL 33167 Wingo, Jamarcus 11331 SW 224th St Miami FL 33170
Wilcox, Ter M 1999 NW 5Th Pl Miami FL 33136 Woodward, Todd 20821 NE 13Th PL Miami FL 33179
Wilhelm, JoehA 532 N Miami Ave #9 Miami FL 33136 Wright, Otis C 3681 Florida Ave Miami FL 33133
Wilkerson, Gere1610 NW 111th St Miami FL 33167 Wrgt, Vyrl B 2022 SW 123RD Dr Miami FL 33017
Williams, Demetrius S 2989 NW 58Th St Miami FL 33142 Youn, Porchai D 10421 NW 17Th Ave #B310 Miami FL 33147


LIII~ILI


Page 11


DA-NS LES NIPPES
* 1)c Ll~llulsoeei de pI'lace
* ( I.Illllitler 1bill COIlIantI .11 00
.II ,l~l Uni llullli ft \1.llC (10


* Le bau du B dr Inl
* Le Palais de Sudre
Dartiguenave a Anse a
Veau
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17sme
siacle...


Telephones : 566-5361
401-7108 / 514-0304
lemanoloinn~,mac.com

Initerniet (liiSponible
p~ouriles clients


Evens H~ilaire


Info (954) 559-7729


Lester Sola
Sipevize Eleksyon, Konte Miami-Dade


ADOMI PURCHABING AGENCY
Tel. : 7 86-57-8 80 Fax: 305-756-0970 e- mal. ademnip urchas ing~eaol.col


MIAM






_ IIU VIIIILYVIIV IV1


1. John Brunache: Chimin Limye
2. Septentrional: Meilleurs Boleros
3. Coupe Cloue: Back to roots
4. Zenglen: 20th Anniversary
5. Beken: Tribilasyon
6. Septentrional: Gold
7. Richie: 10 and plus tard
8. Magnum Band: Sakalakawe
9. Magnum Band: San Fwontie
10. King Kessy: Voodoo Djam


Mercredi 24 F6Yrier 20 10
HaitienMarche *VolXXIV No05


Page 12


Nous venons d 'un pgvs qui n 'en finit pas de se faire,
de se difaire, de se re faire. Coureurs de fond, nous avons
franchi cinq sidcles d'histoire, opinidtres et inaltdrables
galdriens. Kous avons subsist, persivdrd sur les flots du
temps, dans cette barque putride et intputrescible 6 la fois,
degradable et pdrenne. Notre histoire est celle d'une
perpdtuelle menace d 'effacentent, effacentent d 'un pgvsage,
effacentent d'un peuplenient: le genocide des Indiens caraibes,
la grande transhuntance, I 'esclavage et, depuis la mort de
l'Enipereui1 une interminable histoire de brigandage. Notre
substance est tissde de dtifaites et de decompositions. Et
pourtant nous franchissons la durde, nous traversons le
temps, othie si le sol senible se dirober sous nos pas. Afalgrd
vents et mares, malgrd ce prdsent en feu, ce temps de
tournients, cette iternitd dans le purgatoire, nous continuous
a survivre en nous livrant a d impossibles gvinnastiques.
Emile Olivier, Passages

Chers amis lecteurs, j e n' ai j amais pu comprendre la
facility avec laquelle certain de nos << peintres de l'Ame >>
arrivent g d~crire le comportement individual et collectif de
I'Haitien. Rarement pauvre, g~ndralement merveilleux, parfois
sublime, le style utilis6 nous sied g merveille. Emile Olivier
6tait l'un de ces Ctres, exceptionnel, mime dans les details, qui
arrivaient g d~crire de fagon magistrale, l'Ame de l'Haitien, la
souffrance, I'exaltation, la peur, le d~passement de soi. Voild
pourquoi je n'ai pas pu m'empicher d'utiliser ce fragment de


belles maisons s'6crouler sous les secousses. On a tellement
perdu d'Ctres chers sous le poids du b~ton arm6, mal arm6. On
a tellement vu de gens disparaitre g cause de la fragility des
supports, des poutres mal conques, mal << dimensionndes >>
de dalles surdimensionndes par rapport aux supports. On a
tellement vu de choses que l'on n'aurait jamais di voir, qu'il
faut que l'on change. Compl~tement. VoilB pourquoi il nous
faut des << bitisseurs >>. VoilB pourquoi nous devrons, une fois
l'urgence r~solue, exiger de nos dirigeants la responsabilit6
qu'ils doivent au pays. VoilB pourquoi il nous faut exiger de
nous-mimes une meilleure fagon de fonctionner. VoilB pourquoi
il nous faut, comme disent les sp~cialistes, faciliter A tout Haitien
une attention plus soutenue, une 6coute, un refuge lui assurant
la restauration de la confiance en soi et l'61aboration d'un
project de vie constructeur. A part cette dynamique
<< psychosociale individuelle >> il faut arriver g d~velopper une
approche compl~mentaire : le d~veloppement social. Ce qui
veut dire la creation d'une soci~tC qui ne se d~finit pas g partir
de la seule production mais qui recherche le mieux-6tre des
populations, g partir des dimensions, environnementale,
culturelle, social et politique.
Maintenant se pose le Trai probl~me : comment crder
ces bitisseurs ?
Et s'ils existent d~ji oil les trouver ?
Oscar Germain
gernianor20050 vahoo~fr
Fivrier 2010


Introduction

Edmund R. Leach disait, dans la preface de son livre
intituld a The Unity of3/an n, L uniti de l'honune (1980 :15),
qu'il partage avec l'anthropologue Raymond Firth << la
conviction que la description ethnographique n'acquiert de
valeur scientifique que lorsqu'elle entire dans des details
presque obsessionnels. >> Je souscris g cette conviction. Est-
ce pourquoi, j e suis touj ours g l'affut des faits, I'anthropologie
est empirique. Quand j'entends une nouvelle, je me porte sans
tarder sur les lieux pour voir de mes yeux l'6v~nement rapporld,
questionner les gens et ramasser le plus de details possible.
C'est ainsi qu'g l'issue du tremblement de terre qui a frapp6
Haiti le 12 Janvier 2010, je me suis lanc6 dans des recherches
tant dans la litt~rature que sur le terrain. Atel point que certain
me demandent si je suis gdologue. Ce g quoi je leur r~ponds
que l'anthropologie est holistique et que tout ce qui touche
l'homme, I'humanit6, m'int~resse en ma quality
d'anthropologue, disciple de l'6cole de pens~e fonctionnaliste,
mat~rialiste, et empiriste, initide par Frantz Boas, approfondie
par Bronislaw Malinowski et suirie par Raymond Firth et
Edmund Leach. Sans computer que je privil~gie toujours
l'approche historique de tout ph~nombne, que je considered
comme un << fait social total >> selon l'acception de terme par
Marcel Mauss.
IntriguC par certain commentaires relatif s au
tremblement de terre du 12 janvier 2010, non seulement je me
suis mis g lire sur le ph~nombne, mais encore je me suis lanc6
dans des recherches de terrain, et g changer avec les gens
sur leur analyse du s~isme. Mes recherches m'ont amend A
Source Matelas, sur la route de Port-au-Prince vers Cabaret, A
Thomazeau, et g Macieux, 36me SectionBras-de-Gauche de la
Commune de C~te de Fer du Sud-est, en passant par le Morne
Tapion vers Petit-Goire.
Tout d'abord, me basant sur les 6crits de Moreau de
Saint-Mdry ([1796] 2004) et de Paul Moral ([1961] 2002) ainsi
que sur des r~flexions de l'ing~nieur gdologue Claude Prepetit
(2010) et du gdophysicien Eric Calais (2010), je dirai qu'il n'y


a rien d'6tonnant qu'un tremblement de terre secoue Haiti et
principalement Port-au-Prince. Ensuite, A la lumibre de ce que
j'ai d~couvert sur le terrain, je suis en me sure de conclure
qu'en d~pit du fait que la thdorie de la tectonique des plaques
n'6tait pas encore trbs connue du temps de Moreau de Saint-
M~ry, ses observations sont d'une exactitude 6tonnante voire
mime effarante.
Sans fouloir effrayer mes lecteurs,je ferai remarquer
que d'apris les observations des auteurs suscit~s, Port-au-
Prince a 6tC frappe par des tremblements de terre presque
aussi terrifiants que celui que nous venons de subir et la region
peut encore Ctre frapp~e.
Moreau de Saint-Mdry rappelle tout d'abord
quelques dates importantes au course desquelles l'lle a tremble :
1564, 1684, 1691, 1701, 1713, 1734, 1751, 1768, 1769, 1770,
1771,1783, 1784, 1785, 1786, 1787, 1788, 17891. Ilrapporte qu'en
1751, par example, soit deux ans aprbs la foundation de Port-au-
Prince, la terre y trembla des centaines de fois: les deux
secousses les plus violentes durbrent environ 3 minutes. Les
deux premieres secousses du tremblement de terre du 3 Juin
1770, qui frappa l'lle entire et d~truisit Port-au-Prince,
<. Pendant les quinze
premiers jours qui suirirent la catastrophe, il y eut plus de
cent (100) secousses par jour. De F6Yrier 1783 g Octobre 1789,
il y eut au moins un tremblement de terre chaque annde. Aprbs
le tremblement de terre d'Octobre 1751, ily eut une 6pid~mie A
Port-au-Prince qui dura jusqu'en Mars 1752. Apris ceux de
1770, il y eut aussi une 6pid~mie A Port-au-Prince.
Le Pbre Scherer Directeur de l'Observatoire du Petit
S~minaire Coll~ge Saint-Martial qui a fonctionn6 de 1908 A
1966, fait remarquer qu'en plus des faits rapports par Moreau
de Saint-M~ry, il y eut des tremblements de terre dans l'lle
d'Haiti aux dates suivantes : 1818, 1842, 1860, 1881, 1887, 1910,
1911, 1912, 1917, 1918, 1922, 1924, 1946, 1952, 15,16.
Paul Moral ([1961] 2002 :85) relate que le s~isme de
1842 d~truisit le Cap-Haitien, Port-de-Paix et M81e Saint-Nicolas,
tuant 5,000 personnel au Cap, soit la moitiC de la population
de la ville. Il indique qu' en 1860 et en 1952, deux tremblements


de terre frappbrent durement l'Anse-g-Veau. J'ai ou~e dire qu'il
y eut un tremblement de terre g Port-au-Prince en 1983.
Je rais limiter ma revue de litt~rature sur les textes de
Moreau de Saint-Mery et de Paul Moral, puisqu'il s'agit de
documents de base g partir desquels bien des commentaires
ont 6t6 6mis. Ces textes sont tirds du tome II de Description
topographique, physique, civil, politique et historique de
la parties frangaise de l'Isle Saint-Doiningue, Moreau de
Saint-M~ry, ([1796]2004 :719-721 et 1062-1067) et de LE
R41X4N H4ITIKY :Etude sur la vie rurale en Har'ti) a Paul
Moral, ([1961] 2002 :84-85).

Revue de littirature
Aprbs avoir d~crit toutes les intemp~ries auxquelles
la Partie de l'Ouest de Saint Domingue, qui est devenue Haiti,
fait face, Moreau de Saint-Mdry ([1796] 2004 :719-721) fait
remarquer que << le vral fldau de la Partie de l'Ouest, celui
dont on croit qu 'elle recdle la cause dans son sein, celui
dont il senible qu 'elle pourrait craindre de devenir un jour
la victim, c 'est le treinblenient de terre. > II observe que :
a l'opinion la plus accrdditie sur la cause de ce redoutable
phinoinine c 'est que la Partie de l'Ouest, ce qui forine ce
qu 'on nounne aujourd'hui le Cul-de-Sac et dont la ville de
Port-au-Prince, occupe un point, est reinplie de cavitis
souterraines qui se propagent dans des directions varides et
avec des dimensions diffdrentes, jusqu 'd la portion de cdte,
qui, au Sud de l 'Isle, va des 4nses 6 Pitre jusque vers Jacinel. >>
Il rapporte que certain pensent que dans ces cavitds,
auxquelles on suppose des communications 6galement
souterraines avec la mer, soit g l'Ouest, soit au Sud, se trouvent
des substances mindrales, que trois puissants agents font
servir g ces commotions violentes qui ont d~ji produit tant de
d~sastres dans la Partie de l'Ouest. << L 'air plus agiti dans
cette Partie, 6 cause du golfe qu 'elle borde, tend toujours, en
se precipitant vers l 'enfonceinent de celui-ci, a pdndtrer dans
ces cavitis et il en auginente la puissance lorsque les inatidres
pyriteuses I. ntllett n.... les contraignent a diployer toute son
expansibilitd. D 'un autre card, poussant avec force une
quantity quelconque de l'eau de la iner ou des lacs qui
conununiquent avec ces cavitis, cette eau accdidre l 'explosion
ou y ajoute du inoins par l 'air qu 'elle procure encore. On
peut dire qu 'alors les dldinents en quelque sorte dichainds,
dolvent y produire une conunotion d 'autant plus effrqvante,
d 'autant plus disastreuse, que la crise capable de les rainener
a l'dtat d'dquilibre, veut un combat plus long et plus
opinidtre.
Moreau de Saint-Mery insinuait que la thdorie de la
communication des cavit~s qui acc616re l'explosion des eaux
est conforme aux principles de la saine physique, et n'a rien
que ne puissent autoriser les circonstances prises du sol et de
la conformation de l'espace ou est situde Port-au-Prince. Vers
l'Ouest le sol est compose de terre 16g~re, et des traces de sel
semblent indiquer une communication entire le terrain du Cul-
de-Sac et les etangs, dont l'6tang saumitre, qui sont dans sa
parties superieure. II dit que ces 6tangs donnent g cet endroit
un aspect particulier, et il est assez yraisemblable que, par
quelques points, leurs eaux peuvent parrenir, ne fut-ce qu'en
s'infiltrant, jusqu'aux matibres mindrales qui les avoisinent
plus ou moins. II ajoute que la nature montueuse et hach~e du
sol qui va des 6tangs gagner la cite M~ridionale qui leur
correspond : le caractbre 6videmment polypeux qu'ont encore
les pierres calcaires de ces montagnes : les fentes, les
crevasses, les 6boulements que la surface offre fr~quemment
dans toute cette zone qui touche a la mer de chaque cit6 : tout
concourt pour annoncer que les mat~riaux de grandes


L~IBRIE PIET\I~SIER.


B8isu itSSHY!
<< passages >> pour parler de construction, de reconstruction,
et surtout des << reconstructeurs > qui auront sur le dos la
lourde charge de faire du pays ce que nous n'avons su en
faire durant plus de 40 ans. Les pauvres !
Chores amies lectrices, chers amis lecteurs, je ne sais
pas si vous partagerez mon point de vue mais je crois,
humblement, vu l'amplitude des d~gitset le malqui peut encore
Ctre fait au pays, il faudrait que la reconstruction de ce pays
soit confide g de Trais <. A des << cr~ateurs >>.
Cr~ateurs d'espace. G~ndrateurs de confiance, d'optimisme,
de conviviality. Concepteurs de future. Il nous faut absolument
pouvoir computer sur de Trais << R~habilitateurs >>. de capital
human, de capital social, de soci~td. La seule fagon pour nous
de sortir de ce gouffre affreux que represented la misbre,
l'absence de future, I'isolement.
Enfin, chores amies lectrices, chers amis lecteurs,
j'imagine que vous serez d'accord avec moi sur l'id~e qu'en
Haiti, rien ne devrait se faire comme cela se faisait avant. Nos
relations entire nous-mimes, nos relations avec notre
environnement, avec le pouvoir, avec les autres pays. Nous
devons changer. De perceptions. De conditionnements. Voild
pourquoi il nous faut de Trais << bitisseurs de soci~td >>. Des
entrepreneurs et non des hommes d'affaires. Des sp~cialistes
en conception d'espaces habitables et non simplement des
<< Ing~nieurs kap bay bel kout krayon >>. On a tellement vu de


Historique des tremblements de terre en Ha'iti:


Une r~flexion anthropologique
Par Renald Cld'risme'






LIU VIIIILYVIIV IVIIY-I I


8377'2 NE~ "2 darin APlverrmrer
Tgl: 305 757 4915

FADKIK J VARIE TY STORE
LE MAGASIN PO1R TOUTES LES OCCASIONS.
- Rdee~ption de paenrucr sentrr po-B Souh. F~PL~, GAZ, CABl6LE` TV,
B3LL MOBrILITY tc..C...e..
- Connection idld~phoradque chrc vests...


6 16 plus~ cr~uellemenltl agi~t6 par I~ lestremblentsL de: Lterr ; c et~
qu'g ce point, ajoute-t-il, I'on entend plus ou moins
frequemment un bruit qui semble imiter celui d'un taureau
mugissant au loin: bruit qui se propage g d'assez grandes
distances, g des p~riodes plus ou moins rapproch~es,
::lq tfori sans qu a ater nr e oEnfdin nirec nn~ahr e: 6
l'Ouest, I'effet des secousses diminue 6 measure qu 'on est plus
dloignd de Port-au-Prince, soit en tirant vers la Partie du
Nord de la Colonie, soit en allant dans la direction du
prolongement de terre qui finit 6 Tiburon.
Voila l'explication que Moreau de Saint-Mery donnait


Learn to Speak / Write

in English Now!

Farst & Easy~ pr~og~ram
For Creuole ~Spe(kerS!
Jo~b Plarcemeutr .-Issistanrce
upontr comp~letio n!
Dar1s or Evenring~s Clarsses!



1-305-624-3030


Merrd 24Fvir2
F~it nd 10arh IV *A Xl NO5 n


Page 13


Des Ccoles transformers en terrain vague
En regardant ces photos d'6coles transformies en dispersion aux quatre coins de la terre, des d~cks loin de cette Mais une fois transformC en poussibre, y aura t-il
terrain vague, je ne puis m'empicher d'avoir un pincement au terre, de ce pays que nous avions pourtant pris la decision de reconstruction? Ce sera sans doute le cas. Mais quand?
coeur. Tant de choses se sont passes dans l'enceinte de ces faire avancer, de porter un peu plus loin. Impossible de pr~sager de l'avenir.
murs aujourd'hui abattus, tant de rives caresses au sujet de Avoir pass douze anndes au sein de cette institution Chaque chose en son temps. Nous en sommes g la
notre avenir, tant de sentiment d'injustice devant une punition du Sacr6 Coeur de Turgeau, y avoir vu d~filer des promotions phase de demolition des constructions trbs endommag~es. La
pas accepted et que nos professeurs pensaient justified ... entibres de petites filles, puis d'adolescentes, de jeunes filles, reconstruction, elle, viendra apris. Un jour.


Le Lycde Pdtion n 'est plus qu 'un terrain vague


Tant de camarades perdus de vue avec le temps et
que pourtant on semblait voir revivre g chaque fois qu'on
p~n~trait dans l'enceinte de notre ancienne cole.
Ettout cela a Ct d~moli. Pas moyen de faire autrement
aprbs ce terrible tremblement.
Tremblement de terre? C'est plut~t tout notre Ctre
qui a tremble en ce jour du 12 Janvier de l'annde 2010 et qui
continue g le faire avec ou sans ces r~pliques.
Je suis une ancienne du Sacr6 Coeur de Turgeau et
aujourd'hui quand je vois ces camions entourant mon cole,
attendant les graviers et debris qui s'amoncellent au fur et A
measure que l'immense pelle mdcanique done des coups g ce
qui reste des pans de murs, je revois notre c~r~monie de
graduation oid la promotion de 1979, immortalisant les Coulis
blanc, chantaient sous la bannibre de notre devise: "Au Grand
Large", sans savoir que la vie allait nous r~server une


mais aussi avoir eu comme conseillbres ces soeurs dont la
plupart 6taient venues de pays lointain pour assurer la
formation de ces enfants d'Haiti. Ily avait mime, du temps od
nous fr~quentions l'6tablissement, celui qu'on disait Ctre un
ancien bagnard, et qui faisait nos bans, pupitres et toutes les
reparations que n~cessitait notre 6tablissement.
Qui aurait pu penser que tout cela allait Ctre emport6
en 36 seconds!
Pour les 616ves de Saint Louis de Gonzague, du
Canado, du Lyc~e P~tion, c'est pareil. Avec l'Internet, on peut
faire partager ces moments trbs durs g tous ceux qui ont quitt6
le pays et qui suivent les p~rip~ties de leur cole appel~e g Ctre
r~duite en poussibre.
Mais il n'y a pas d'autre choix. Certains de ces
6tablissements sont si durement touches qu'on ne peut penser
gles rafistoler.


Ily a un nombre incroyable d'6coles g devoir ainsi
Ctre d~molies. Une fois transformies enterrainvague, que va-
t-il se passer?
Peut-Ctre qu'on pourra y dresser des tentes et
rdorganiser une rentr~e des classes pour empicher que nos
enfants ne percent totalement l'annde scolaire !
Peut Ctre va-t-on organiser la reconstruction de
toutes ces 6coles selon des normes parasismiques. De cela
tout un chacun en parle, afin que jamais pareille catastrophe
aussi meurtribre ne nous arrive.
Mais mime si l'on sait que la refondation de notre
pays passe par 18, cela fait mal la destruction d'une cole, de
son cole.
E.E


a
t
p:
d

o
p:


* Veden~'srl ,Iti utns. Ameinrarn. DourRaks Dirtu
- I'h~.#duals deC tasId


EDUCATION EN PANNE


~ rF~ ~g~
-111
'~~n
7~~ ~:
t
!e r
Ddblaiement de 1'Ecole des Sceurs du Sacrd Cceur (photo Elsie Etheart)


Historique des tremblements deP terre enI Hati:

(REFLEXION... suite de lapagel12) Une riflexion anthropologique Mery es aussi int-essne qe s..
description du ph~nombne.
Igitations, et par consequent de grands d~sordres, y sont des tremblements de terre, parce qu'il ne savait pas, au moment Aprbs avoir longuement parlC de la temperature de
ous rassembl~s, et qu'ils ont d~ji subi un assez grand travail oid il 6crivait, que les movements des plaques tectoniques Port-au-Prince, sans oublier les saisons s~ches, les saisons
,our que les exhalaisons souterraines et les feux internes, aient jouaient un rile primordial dans les tremblements de terre. pluvieuses, la chaleur, la grile, la foudre, le tonnerre, I'ouragan,
les issues vers l'ext~rieur. Maintenant avec les explications de l'Ing~nieur gdologue Moreau de Saint-M~ry ([1796] 2004 :1062-1067) envient au
II pursuit son argument pour indiquer que le point Claude Prepetit et du gdophy sicien Eric Calais sur la question plus horrible de tous les f16aux de l'Isle de Saint-Domingue en
,i se trouve Port-au-Prince et qui se trouve pr~cis~ment au nous sommes mieux inform~s. Mais la chronologie des g~ndral et d'Haiti enparticulier:1les tremblements de terre.
,lus grand enforcement de la mer du golfe de l'Ouest, atoujours tremblements de terre en Haiti dress~e par Moreau de Saint- (A SUIVRE)


o~uvert

d Jours


se mai ne :
Shr30 am


7h30 pm


- r'dua-- L k'l

* I';llc~ulrs k p


MIuarygan






_ IIU VIIIILYVIIV IV1


HE S ITA


Solutions de la
semaine passee:


Arrangez les sept lettres ci-desu
pour former un mot frangais









Solutions de la se maine passe


I'islam Lame de charrue -
4. Genre musical de Curagao Nobelium -
5. Collection Pronom 6. Transformation de I'eau Entendre -
7. Venue au monde Depourvu de cheveux 8. Sechage.
- a .- -


I


I _


Mercredi 24 F6Yrier 20 10
HaitienMarche *VolXXIV No05


Page 14


J UI ET S
RIOIUE T S
R 0 U EE S
RIOU LE S
POULES
PEULES
PER LES


Allz d HEITA a MEDUSE, en utilisant des mots du du vocabulaire
frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


MEDUSA

R JELAR(EU ELPT IV A CL AVO
GNXHHCBMDVXRVAAR
G LlOlT EEEM Y X F S IAU F E V V L vl v
) E IGSL FF: NC V TTUII
lCH AN` 10 UU A
LL L H U EU H I r I E F .:.. :. I ]
E EEBSDOYKIlF IIF .._1 r ._lp
J D TGEDCC Z K
ETAREAFCECE MR
SOG CFHRWUARWREN R~L
SRAHKEDGDLVLIs :*. AEU
ACYQLUKRACACJTR RB
G HEI W F M U M T E,( M
~I X(T IORD E NO G IR TV Y TY D G
Artere Circonflexe -Artere Coronaire Cavite Pericardique
Cavite Pleurale Cavite Posterieure Cul De Sac De Haller
Nodule De Morgagni Oreillette Gauche Orifice Mitral
Orifice Tricuspidien Pericarde Sinus De Theile
Trigone Droit -Valves Sigmoides -Valvule Aortique
Valvule Mitrale Valvule Pulmonaire Valvule Tricuspide
Ventricule Droit Ventricule Gauche


HORIZONTAL
1. Djebel 2. Debitees 3. Fremis -
4. Radium Degust -
5. Actinium Attachement -
6. Jeux chinois -
7. InStrument de musique africain -
8. Sauvee.

VERTICAL
1. Films 2. ie de la Caroline du Nord -
3. Un des cinq principaux prophetes de


CONCRETE


(...suite de lapage 2)


dans le fait qu'elles le seraient bientit.

Air Caralbes reprend ses vols avec escale vers Haiti le 24 fivrier
PARIS, 15 fdv 2010 (AFP) La compagnie frangaise Air Caraib~es va rouvrir, g partir du 24
fdvrier et via la Guadeloupe, la Martinique et la R~publique Dominicaine, ses vols
commerciaux vers Haiti, suspendus depuis le s~isme du 12 janvier, a-t-elle annonc6 lundi
dans un communiquC.
L' adroport de Port-au-Prince a 6tC ferm6 au traffic commercial apris ce s~isme de magnitude 7
qui a fait 217.000 morts. II 6tait en revanche ouvert aux avions acheminant I aide humanitaire
et les secours internationaux.
"A partir, dans un premier temps, de son r~seau regional, deux vols hebdomadaires Pointed-g
Pitre/Port-au-Prince seront op~rds les mercredis et jeudis en Embraer 190, bir~acteurs d'une
capacity de 100 places", explique la compagnie.
Les passagers pourront 6galement se connecter au r~seau transatlantique d'Air Caraikes
pour rej oindre l'adroport parisien d'Orly.
"Dans l'attente de la rdouverture prochaine de sa dessert directed long-courrier, en Airbus
A330 depuis Paris Orly Sud, Air Caraikes proposera ainsi une alternative de voyage aux
passagers d~sirant se rendre ou revenir d'Haiti", explique la compagnie.
Elle avait 6tC contrainte de suspendre ses deux vols hebdomadaires directs au depart de
Paris pour Port-au-Prince avec la fermeture de l'adroport aux vols commerciaux.
Air Caraikes et Air France sont les deux seules companies frangaises g desservir Port-au
Prince.
Elle a par ailleurs confirm la mise en place de vols g tarifs sp~ciaux vers Haiti pour la
communaut6 haltienne pour les vols effectuds avant le 31 mars.

Arrive fi Port-au-Prince du premier avion de ligne depuis le
seisme
PORT-AU-PRINCE, 19 fdv 2010 (AFP) Un arion de ligne a atterri vendredi matin (19 f6Yrier)
g Port-au-Prince pour la premiere fois depuis le s~isme du 12 janvier, permettant g des
centaines d'Haitiens de retrouver leur famille apris le s~isme qui a fait plus de 217.000 morts
en Haiti.
L'adroport de Port-au-Prince servait depuis le tremblement de terre de magnitude 7 du 12
janvier uniquement g l'acheminement de l'aide international.
Le vol AA 3 77 de la compagnie American Airlines a d~coll6 vendredi de Miami g 07H113
(12H113 GMT) avec des centaines d'Haitiens a son bord, a constat6 l'AFP. II a atterri peu
avant 09H130 (14H30 GMLT) g Port-au-Prince.
Un des pilots agitait un drapeau haltien par la fenetre du cockpit, peu apris s etre pos6 sur
I'unique piste de l'adroport international Toussaint-Louverture.
L' avion de ligne embarquait maj oritairement des Haitiens, qui 6taient impatients de retrouver
leurs families et de constater les d~gits provoqu~s par le tremblement de terre aprbs avoir
attend plus d'un mois avant de pouroir retoumner dans leur pays.
Le s~isme avait partiellement endommag6 l'adroport dont la tour de contrble a notamment
6tC d~truite. Le lendemain du tremblement de terre, le gouvemnement haltien avait remis les
cl~s de l'adroport aux Amdricains qui avaient peu g peu amdliord la situation et augment le
nombre de rotations quotidiennes.

Le s~isme pourrait avoir causC 14 milliards de dollars de digits, selon une
Ctude
Le s~isme du 12 janvier en Haiti pourrait avoir caus6 prbs de 14 milliards de dollars (10,7
milliards d'euros) de d~gits, selon une 6tude prdliminaire rendue publique mardi par la
Banque interamdricaine de d~veloppement.
Cette 6tude souligne que le tremblement de terre de magnitude 7 pourrait Ctre le plus
meurtrier d'une liste s'6tendant sur ces quatre demnibres d~cennies. De la mime fagon, il
s'agirait de la catastrophe la plus coilteuse sur cette mime p~riode.
Des 6conomistes travaillant avec la Banque interamdricaine de d~veloppement ont utilis6
des chiffres, dont des estimations en matibre de bilan des morts -de 200.000 g 250.000- pour
6valuer les d~gits, qui pourraient s' Clever de 7,2 milliards de dollars (5,2 milliards d'euros) g
13,9 milliards de dollars (10,09 milliards d'euros). Un montant sup~rieur au produit int~rieur
brut du pays. AP

Conference aux Antilles sur Haiti fin mars
AFP 18/02/2010 Le president Nicolas Sarkozy a annonc6 qu'une conferencee
international des villes et des regions du monde" en faveur d'Haiti se tiendrait aux Antilles
fin mars, lors d'un discours aujourd'hui g Fort-de-France.
"Je vous announce (...) qu'avant la fin du mois de mars se tiendra, aux Antilles, une
Conference international des villes et des regions du monde pour Haiti, afin de preparer
dans les meilleures conditions la grande conference de New York", a d~clard Nicolas
Sarkozy lors d'un discours prononc6 devant plusieurs centaines de personnel. Cette
(EN BREF / p. 16)


5h00 -6h30

6h30-7h00


7h00-9h00


Nos Chroniques :
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt~raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit~s duJour
M610die Matin chaque samedi est anmm6
par Fbquibre Raphael


Le disque de l'Auditeur
animation James Pr~dvil

Le Midi
informations avec Laury Faustin

Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons franchises

Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas .
avec Doc Daniel et Captamn Bill

Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou

IV~lodie & Company
Ddveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart

Amor y Sabor con Luciani

Soir Informations

NOtre Grand Concert
Lun. & Mer. : L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael regoit ses invites

Cavaliers, prenez vos dames
( Samedi) 50 ans de succes populaires ha'itiens


10h-Midi


12:00- 12h30


12h30-2h00


2h00- 3h00


3h-5h pm



5hoo


5h 30 pm



7h-8h30

8h30- 9hoo

9h00 10h30




9h00 etau delA


0





dB.


LES JEUX


En Bref...


e' odse
1 03 .3 fm



Bon R~veil en musique

AM Pipirit Chantant
journal creole avec Louini Fontal

M~lodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses


c 'et i~cc ~L eac5~Zc~i7~e/








REKONSTRI AYTI: YOUN DEFI
AK YOUN KONBIT MANCHLONNG
EmmanuelW.VEDRINE

<> se youn gwo sij6 anpil moidn
kbmanse pale de li imedyatman apre tranblemannth ki frape
plizy6 vil nan peyi-a, patikilybman kapital-la, Pbtoprens ak vil
avwazinant yo, e kbk vil pi elwaye (kouwd Lewog~ln, Tigway,
Jakmbl...) nan dat 12 janvye 2010. Avan dat efreyan sa-a, anpil
kritik te ka w6 Ayiti sou tbt youn falbz (an t~mnivo degradasyon
1' te rive apre plis pase 200 ane endepandans), youn
degradasyon <<1id6 iresponsab>>, <>,
<> kontribye anpil ladan. Finalman, Ayiti nan
falbz la jodiya. Nou tout tande kri-1 k' ap jemi depi 12 janvye. Li
bezwen bra tout Ayisyen e tout zanmi Ayiti pou ba-1 tout swen
nesesk pou 1' rekanpe.

Malgre se capital peyi-a ki plis detwi, vil avwazinant
yo av~k vil nou mansyone yo, nou kab di tout bagay te santre
nan kapital-la, kote byennavan anpil moidn te menm konsidere
Pbtoprens youn <> anndan youn repiblik.
< te touj ou konsidere kbm youn gwo pwobl~m
16 tout bagay te konsantre nan Pbtoprens. Anpil moidn tou,
imedyatman apre katastwbf-la, vin w6 enpbtans pwovens yo
kbm<> pou plizy~ milye moimnki tedwe evakyekapital
la. Donk li f6 sans pou n' pale de <>;
kbk moun ta menm ale pi lwen pou di<,,
youn bagay ki pa t janm f~t avan nan kad devlopman-1. Men
konbyen tan rekonstriksyon sa-a pral pran? Kilds ki pral
patisipe ladan? Kijan Ayisyen dyaspora ka ede? Kisa Ayiti
Kapab aprann de Kolonbyen ak Gwatemaltak, ki viv esperyans
priske menm tip tranblemannth sa-a kbk ane avan? (re :
tranblemannth ki te kraze vilArmenia nan Kolonbi an 1999 ak
youn magnitid 6.2 epi tranblemannth ki frape peyi tanzantan;
sa k' pi resan an pase an 2009). Se 16t kesyon nou ka poze.

Se youn dal ak youn pakat kesyon enpbtan pou debate
nan fowbm ayisyen sou entanbt la jodiya (pou enf~masyon
sou kesyon sa-a ka sikile trapde). Men, 6ske se youn bagay ki
pral f~t gratis ti cheri? Youn grap kesyon anpil nan nou ka
poze. Petat kbk nan nou gen repons yo deja (k61keswa sa yo ta
ye). Men yodn nan bagay enpbtan n'dwe mete anfaz soulii, se
ta : f6 peyi kouwd Etazini, Lafrans, Kanada ...(jis pou site kbk),
ki pral patisipe nan rekonstriksyon Ayiti, enkli esp6 ayisyen
nan gwoup yo pral voye sou teren-an. Se ka yoidn nan premye
faz y o, kote pitit Ayiti, ki aletranje, vin patisipe nan
rekonstriksyonli.

Nan dezy~m faz-la, li ta enpbtan pou tout Ayisyen
nan dyaspora-a kbmanse 6 ganize yo an asosyasyon ou
bganizasyon (si yo potko janm f6 sa oubyen si yo te nan kbk
asosyasyon ou bganizasyon k'ap travay pou ede Ayiti ou
Ayisyen nan dyaspora-a, men yoidn ki ta zoukoutak). Ayisyen
bganize toupatou (nan dyaspora kou Ayiti) se ta vrb fis ki ka
ede Ayiti toutbon pou soti nan enpas soudevlopman liv e depi
plizy6 ane. An n' pa minimize sa nou, Ayisyen, ka f6 tout bon si
n' reyblman bganize pou patisipe nan rekonstriksyon Ayiti. E
sou menm n~t 'bganize nou an', nou menm dyaspora kapab
gen gwo <> sou sa ki dwe f~t nanAyiti tounbf
la, epi nou dwe rete solid nan revandikasyon nou yo (an tbm
sa nou ta renmen f6, e sa nou ka made pou ofisy61 Ayiti f6).
Nou kapab vini ak youn lis byen long. Annatandan, an n'
gade ti lis anba-a toujou (youn bagay nou ka diskite sou li
piblikman pou ranf~sman1i). Nan rekonstriksyon Ayiti, nou wk

a) Desantralizasyon Ayiti (sou tout pwen e prese
prese) Nan pwosesis 'desantralizasyon'-an, nou wk se pa
nan capital peyi-a s61man tout bagay dwe chita (pa egz. travay,
endistri, lekb1 [1ise, kolbj (lekbl1prive), iniv~site], bibliyotak,
sant dokimantasyon, elt.), gwo lopital, klinik, teknoloji,
elektrisite, dlo potab, anfen tout sa nou ka aj oute). E yoidn nan
pati prensipal < sa-a ta dwe ankouraje
youn bon valk nan popilasyon-an rete lwen kapital-la, men
pou sa f~t li ta enpbtan pou gouv~nman yo kreye anplwa, epi
mete <> nan tout 16t vil pwovens av~k
<> dekwa pou yo pa ta retounen soulechan
nan kapital-la. Pou ilistre sa, Ben Fox, (nan Associated Press)
ekri youn atik ki gen pou tit 'Haitians begin to return to
unprepared capital', prezante nou youn sitiyasyon espesyal e
konkrb kote 1' deklare: < pati al an pwovens nan jou apre trablemannth-a, anpil pran
otobis gouv~nman-an peye pou evakye sivivan tranblemannth
a pou ale lwen kb destriksyon an... Kounyeya kbk nan moidn
sa yo ki te kbmanse retounen apre mizb y' ap sibi nan milye
riral yo ki te premye pouse yo vin Pbtoprens...>> Donk an
menm tan, nou wk <> konsidere kbm<>
nan epbk katastwbfik ki frape kb peyi a (oubyen capital la),
men kesyon nou ka poze se: pou konbyen tan 'lye refij' sa yo
kapab sipbte sivivan yo 16 pa gen mwayen nesesk yo pou atire
moidn sa yo alontam?
b) Enpbtans pou gen youn Kbd Nasyonal pou Bati
(KNB) Se youn koze trb enpbtan pou tout moidn k' ap bati
nan peyi-a ta suiv youn 'kbd' leta ayisyen dwe vin ak li san
pbditan (ak tout detay ki ta enkli ladan) dekwa pou moidn pa
kontinye bati kay vaykevay kouwd nich madansara, e nenpbt
kote. Sa ta dwe f~t selon youn seri regleman, e patikilybman
nan gran vil yo, kote n' ap jwenn youn bon kouch nan
popilasyon-an ap viv, e leta ta apwouve plan konstriksyon sa
yo (pou w6 si yo suiv alal~t regleman ki tabli pa gouv~nman-
an) avan menm tout travay ta tanmen).


LIU VIIIILYVIIV IVIIY-I I


Mercredi 24 F6vrier 2010
HaitienMarche *VolXXIV No05


Page 15


Pandan nou genyen youn gouv~nman ki anfebl~s,
se noumenm nan div~s peyi nan dyaspora-a, ki pou kole tbt
ansanm epi travay pou peyi-a, travay pou modn ki apviv nan
peyi-a benefisye riches peyi-a, paske se sbt ki bay enbesil ki
pa pran.

Pou nou fini, nou ap di : Kapital peyi-a ak plizy6 16t
kraze, se dilere, se anmenm tan youn moman pou nou f6 youn
rasanbleman. Se moman pou lelit peyi-a toutantye pote kole
ak dyaspora-a epi repare zak iresponsablite yo trennen dby6
yo depi nou fin pran endepandans lan an 1804 .

Mihel-iAnge Hyppolite
Kaptenn Koukourouj
M~anm Sosyete Koukouy Kanada
michelangehyppolite@rogers. com





KONVESASYON MAKS MANIGA
AK REMON L. JISTEN
Ent~yyou
Wd Haiti en M~arche senmenn pase-a (2-16-2010) pou
koumansman entivyou-a

MM. Makyav61 ki otbllPrincipe (<< Prens la >> dapre tradiksyon
Henock Franklin, 2007) te pase pou youn ekriven ki te mete
riz ak san zantray kbm pi gwo zouti nan jwat politik-la. Eske
nan Discorsi ... li yo li kenbe menm konpa-a ?
RLJ. Espresyon sila yo ,"riz" ak "san zantray" kab pote
konotasyon pozitif oswa negatif selon kote youn moidn kanpe.
Nan Listwa d' Ayiti, nou bat bravo pou Tousen Louv~ti paske
1' te itilize "riz" pou f6 diferan peyi ewopeyen konprannli t' ap
mache ak yo, pran sipb nan men yo pou al kraze 16t ewopeyen
albske sa 1' te dby6 toutbon se liberasyon pbp-li. Nou djaye ak
lakontantmanl6~ nou chonje le janvye 1804. Men nou pa chita
twbp sou zak "san zantray" Desalin te bije komat pou mennen
jou sa-a. Youn 16t bb, nou bat chalbari dby6 general Brink
poutat li te pran Tousen nan pybj mete-1 anba kbd. Ala pbfid!
Nou rele anmwe pou mechanste Rochanbo, vakabonday
Napoleyon, anfen anfen. Sandipatat, blan franse ki t'ap
benefisye nan zak mesye sa yo pa t' wk yo ni pbfid ni mechan,
tandiske se Tousen ak Desalin yo te bay pote move non.
Sa kivre pou koze militb, vre tou pou koze politik ak diplomatic
kote se blbf ki bay siks6 pannan menas f~s pa janm fin twb
lwen. Nan tout 16t aktivite 16zom ap mennen, kit se nan kombs
ak endistri, kit se nan espb, kote f~s pa neses~man vle di zam
men pito f~s ponybt ak resous, toude zouti sa yo toujou mare
pou bay siksk. Ata nan jw~t kat ak domino, si w'pa leve kbk b61
grenn kat oswa kbk b61 bout domino (f~s), ou gen plis chans
genyen pati-a si w kab f6 adv~sh-a kwd lekontrb (ak blbf oswa
riz). Kif6, se pa etonan si youn nonm tankou Maky~avdl ki pa
t' janm nan kache lonbrit epi ki te pase zan ap feraye kbm
anbasadb, politisyen, oswa chbf militb, ta f6 konnen moidn ki
vle revisi nan koze sa yo pa dwe neglij e aprann manyen de nan
zouti ki sbvi pi byen yo. Kidonk menmjan nan Prens Lan,
Makyav61 esplike kouman youn dirijan dwe tounen b~t yo rele
lyon ak rena yo anmenmtan si pou 1' koresponn tenkantenk ak
16t dirijan, nan Diskou yo li konsakre plizy6 chapit kote li
konseye pbpkap dirije tatyo nan kad repiblik osnon demokrasi
pou, nons61man yo konn manyen zam byen, men pou yo aprann
blofe tou.

MM. Mwen wk Henock Franklin pa liste de liv ou yo nan
bibliyografi Prens la (2007). Eske misye te konnen ou te ekri
sou Makyav61, an kreyb1, anvanlii ? Eske nou te ganyen kontak
pandanli t' ap ekri liv li-a ?
RLJ.Non, mwen pa konnen si HenockFranklin okouran mwen
ekri sou Makyav61, ni m' pa gen okenn kontak av~k li. Men sa
f6-m plezi anpil d~ske gen omwens youn16bt grenn Ayisyen ki
panse prensip gouv~nans Makyav61 pwopoze yo sitalman
merite diskite, jouk pou 1envesti tan1i, resous li ak enbji 1pou
chache gaye konesans sa yo nan mitan nou. Bravo pou
Henock Franklin!

MM. Ki enpbtans ou kwd youn liv konsa pral ganyen pou pbp
ayisyen iletre-a ? Eske se pou li ou ekri li ?
RLJ. Bivize mwen se al dby6 f6 moidn ki save yo chonje gen
youn dividal dokiman nwa sou blan (ekri), kl6 kou dlo sous,
sou prensip bon gouv~nans ki egziste depi plis pase katsan
zan. Peyi ki devanse nou yo ap aplike prensip sa yo ak
plizoumwen siks6 nan tout aktivite y'ap mennen, kbkfwa kont
ent~rb peyi pa nou an. Li 16 li tan pou elit entblekty61 nou yo
koumanse prepare enerasyon k'ap yini yo pou yo f~yun koutje
san prejije sou prensip gouv~nans sa yo epi w6 kisa ladan yo
ki kab sbvi selon karakth nou av~k ki bi nou vize pou peyi-a.
Trb satanman, moidn iletre yo ta va benefisye endirbkteman
nan piblikasyon liv yo si zouti sa yo ta digonnen elit dirijan
nou yo, f6 yo aplike bonjan prensip gouv~nans pou
avantaj pif6 pitit tb d' Ayiti.

MM. M~si anpil RLJ Mwen ta voudra ou jwenn f~s ak kouraj
pou fini travay la. Mwen konnen twazy~m liv la deja nan kouti.
RLJ. Se mwen ki pou di-w mbsi, Mjax. Sa w di a se vre wi,
twazy~m liv-la nan kouti : pwombs se d~t! Mwen espere ou pa
p' sipann kenbe men-m pou ankouraje akouchman an f~t san
traka.


ASUIV
IM- edite ekriti k~lk mo nan thks la.


Ti out pa T1 CiOUT ar-ki Jun\lapOH n


AN NOU METE BAB NOU
ALATRANP SAN EMOSYON
Ak Michel-A~nge Hyppolite

Apre tranblemannth-a, gen anpil taks ki pran lari, gen
anpil pawbl1ki ap pale. Gen militan nasyonalis, ki ap rele anmwe.
Genyen moidn tou, ki di bay blan yo peyi-a eksetera. Kondi
pawb1-la, sbt ki bay enbesil ki pa pran.

Nan tout pale anpil sa yo, genyen verite, genyen
fantezi, genyen tou nesesite pou modn ki vle,pran youn ti tan
reflechi san emosyon, san tat chofe.

Fason sitiyasyon-an ap dewoule anndan Ayiti jounen
jodi-a, nou nan youn 16t nivo okipasyon tb Ayiti. Nou di youn
16t nivo, paske gen kbk tan nou sou okipasyon. Fwa sa-a
okipasyon-an pran fbm bd nan moman dezas natirbl. Sepandan,
plis nou ap suiv, se plis nou santi merin meriken yo pa sou
Ayiti pou granmesi.

Sa ki kons~ne mwen, se koze Gwo Peyi ak sip~bb
konpetans teknolojik yo, ki sou th-a depi kbk tan, epi ki ap f6
tout kalite rech~ch pou pran sa nou genyen, men, sanble nou
riske pa benefisye anyen nan eksplwatasyon resous natir61
sa yo. Anf~t, se kalite konpbtman pran tout, sanbay anyen an,
nou ap viv nan peyi kontinan afriken yo, ki chaje ak riches, epi
ki genyoun mas pbp ki ap vejte nan mizb. Pawb1-la di : Lb bab
kanmarad pran dife, ou mete pa ou alatranp. Se sa menm nou
ap f6 la-a. Zam peyi ki gen gwo teknoloji yo toujou itilize, se
divize pou reye, oubyen mete modn pa yo sou pouvwa. Ekip ki
sou pouvwa-a vin rich ak tout fanmi li, epi ris moidn ki nan
peyi-a rete bbkbkb, sa vle di : san anyen.

Nanpwen yoidn nan nou ki ap li mwen la-a, ki ta
renmen sa pou pbp Ayisyen an anmenm tan, ap gade nan
makout nou. Nou kab prive, men nou dwe veye. Nou kab ap
danse, men nou dwe rele anmwe kont Meriken, Kanadyen,
Fransb. Se pa sa ki ap pote chanjman nou tout, nou ta renmen
wk yo. Se tankou mwen ta di nou : Le chien aboie la caravane
passe, kondi M~t Lafont~n, ki te four men nan valiz Ezbp,
youn n~g, pou li te ranmase istwakont li yo.

Monte nan tout kalite tribin, epi rele anmwe, kritike
gouv~nman sou plas la, ki pa pe menm tande nou, eksetera,
eksetera, pa pe change anyen. Se pawbl1pou epate lagalri. Vrb
travay ki dwe f~t la, se youn travay chita ansanm nan dyaspora-
a : Kanada, Lafrans, Etazini, ak 16t peyi ki gen anpil Ayisyen
yo, epi reflechi ansanm, pou nou kblte ak moin ki gen teknoloji
nan men yo, epi ki pare pou ravaje resous natir61 nou yo, san
yo pa vr~man f6 peyi-a benefisye anyen nan resous sa yo. Se
la-a pwobl~m lan chita.

Nou dwe chita ansanm pou nou pale. Nan tout chita
ansanm sa yo, ki dwe f~t, nou rete kl6, paske se nan lanati16bm,
genyen moidn ki ap pare pou yo vann nou tankou Konze te
vann Chalmay Peralt. Genyen ki ap pare pou yo vin f6
kantamwa yo, epi, genyen 16t tou ki pral aji nan enter pwbp
tbt yo. Men, malgre nou konnen ekzistans tout kalite modn
sa yo, ak dives tanperaman negatif sa yo, ki gen pouvwa
ban nou degoutans aji kbtakbt ak yo, nou pa kab rete bra
kwaze. Nou dwe aji. Nou dwe aji nan transparans yoidn ak16bt.
Si gen youn plan rekonstriksyon nou dwe pataje li ak tout
sekth nan peyi-a. Si nou fin travay li, nou dwe pataje li ak 16t
sekth yo pou yo mete lide pa yo ladan. Nou dwe aji nan 16d ak
disiplin, pandan nou ap rete vijilan pou nou veye. Kondi
pawb1-la, si nou mete mayi nan solby nou veye lapli.

Nou konnen genyen tout kalite opbtinis ki ap file
lanng yo pou yo rekb1te siwo, nou pa pe janm kab evite yo,
paske yo nan tout nivo nan sosyete nou an. Sepandan, si nou
konnen yo la, nou va aji youn fason pou nou netralize yo jan
nou kapab, anvan dekourajman akapare nou.

Regwoupman : Sa nou dwe f6, se regwoupe fbs nou. Genyen
youn regwoupman Monreyal, ki d~j8anbranl. Li rele KONAKO.
Eske enter li se kilte ak lide piratri fbs teknoloj ik yo vle f6 sou
riches natir61 nou yo, nou pa konnen. Men, prevokipasyon
nou, se motive yo nan direksyon sa-a. Eske genyen menm tip
kowalisyon Ayisyen sa a nan peyi Etazini, Lafrans eksetera?
Nou ta renmen Ayisyen dyaspora yo bganize yo nan sans sa-


Nou remake tou enpisans modn yo ki anndan peyi-a,
j~vrin lan se nan dyaspora-a li dwe soti. Se saten, nou dwe
kole ak moidn anndan yo, paske gen youn reyalite yo viv,
noumenm nou pa konnen kbm moidn deyb; men yomenm
nonplis, yo pa konnen reyalite nou ap viv nan fwote ak leta
div~s peyi etranje kote nou tabli yo. Konsa, se nan travay
ansanm, ak lanng manman nou an, dbke li posib, paske nan
pale franse nou kab elimine anpil modn nan peyi-a; wi, se nan
travay ansanm pou nou eseye chape sa nou kapab nan enter
peyi-a ak pitit peyi-a.

Pawbl1la di : ou pa janm wd chen al kay tayd. Se kay
bouche yo ale. Kote ki gen vyann. Nan lanati imen, depi youn
moidn ap bay, sbke li gen youn enter ki motive li. Enterb-a ka
se youn enter pou f6 lajan, tankou li kab youn satisfaksyon
sikolojik, men genyoun enterb kanmenm.

Konsa, genyen youn enter, ki motive Merikenvoye
plizy6 milye marin nan peyi-a, kant nou pa nan lag6. Se pa san
enterbn Meriken pran kontwb1 twa ayewopb ki genyen nan
peyi-a, ak div~s pb nou yo.










~/A~'I)~LIA Dr\l~ h\\F;-F~a

ric~ ~i ~LjL ~--- ~--~C -


CAPE ASTE'


IFaxr ( 981 ) 845-792 or ( SO< ) 842-9398
Telf frrS~~t4ee -7848330 or ~1-877-457590

Se Sel koneksyon gwo baton on genyen nan. Pakn Beach la
Directiosu 1.98 to iexit No. 74 ( 46th Street ) Emme to ~Congrrree Ave, ~to Nortl on Congress Ave o M0Iartin LutherZZZ~~~Z22
Mhgag Jr Blai go East see MLK Blvd ( seakleag rigle based tear ) 9151*~~tttt~~~ttt~~~ Rd takes yees s-ra~ilat to time Pert of Paine Bala
As seen sa yeaa go over Old DPxie Hwy 1 klahre Guard aSsack Mlakel lert Left hasad tearn yees will see ener Si~ge


Under New Manage~ment


Now pa ea~ neaove Bate MV MONARCH EXPRESS


La reconstruction va colter 14 milliards de dollars (BID)


I


/Ha'iti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinie~re (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94m Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefm ishotmail. com
haiti-en-marche rshughes.net
UTRL: www.haitienmarche. com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


Mercredi 24 F6vrier 20 10
HaitienMarche *VolXXIV No05


BACK PAGE


Page 16


1 KI VWYAVAJE CHAK
MAcHANDE~z~ OU DIREK
. ~AN AVmIT OU WAF S3T

~jq MARC+ ONARVES &F

.I~ BWnoTE KCONN~TFNIE, CWWAY
PEPE.I KAMY~ON MACHEEIN I#K-
WELTERA


Ou TouP~ATIou


WASHINGTON, 16 fev 2010 (AFP) La
reconstruction d'Haiti, dont la capital Port-au-Prince et sa
region ont 6tC d~vast~es par le s~isme du 12 janvier, va cotter


H Ye (... suite
fE B * * de la page 14)
conference des Nations unies est prdvue g New York les
22 et 23 mars.
"VoilB une belle r~ponse g ceux qui posent encore la
question totalement saugrenue d'ailleurs de savoir 'g
quoi sert l'outre-mer"', a poursuivi le chef de l'Etat.
Aprbs une visit "historique" hier en Haiti, ravage par
un s~isme le 12 janvier, le president Sarkozy s'est rendu
aujourd'hui en Martinique et en Guyane pour 6voquer
l'avenir de ces deux d~partements d'outre-mer (DOM).
L'ONU appelle ik I'envoi rapide de tentes
pour les sans-abri d'Haditi
LA GRANJA(Espagne), 18 f~v 2010 (AFP) L'ONU a
appelC jeudi la communaut6 international g envoyer
rapidement des tentes pour les sans-abri d'Haiti
exposes g l'arriv~e de la saison des pluies, et g mieux
coordonner son aide aux victims du s~isme du 12
janvier, en se divisant les tiches.


14 milliards de dollars, aestime mardi la Banque interamericaine
de d~veloppement (BID), dont le si~ge se trove A
Washington.
"Le coilt engendrd par la reconstruction de maisons,
d'6coles, de rues et d'autres infrastructures en Haiti pourrait
Ctre de 14 milliards de dollars", indique la BID dans une 6tude.
Les d~gits causes par la catastrophe se situent entire
8 et 14 milliards de dollars, poursuivent les experts de la BID


dans le texte.
Ces chiffres, rapports au nombre d'habitants et g
I'6conomie du pays, feraient du tremblement de terre de janvier
la pire catastrophe naturelle des dernibres d~cennies, selon
l'organisme.
Officiellement, au moins 217.000 personnel ont trouv6
la mort dans le s~isme. Plus d'un million d'Haitiens se sont
retrouv~s sans toit.


Rele ( 561 ) 845-7590 or (t 564 ) 845-8330


youT g/Obal connection

YWWWcR11(11reK.coII / 1-500-0 /3-4 I35


, .4 Kisa ou ta fl! ak on ti kbb anplis ?


~5r




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs