Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00391
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: February 17, 2010
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00391
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

02-17-2010 ( PDF )


Full Text













Priibres et recueillemnent en H~a'iti

un mois apre~s le sessme devastateur


Bill Clinton est sorti de I'h8pital(Ol .)


Iilus.I~l de~lll.lPol--'in-punce~ I I t Ii.1 leionlli~ II~ii1 .11 tout lite on
moc~i


IPRIE RE/ p,.' I


i, i,,~,.;,,,r, r ~. ,, I'. ''' \~- I, i,,,,,,,,,,,,,,, ~r, i, ~,,,. \Ir\ i;. II,,, I,
i.;,,,. ,,.; \Irl, r r~~, ~r,,,r r ,r,,,,,,,,,,. ,,,,.rr,,,, II, ;, I-, ,,,,~,,, I,. ,,,,,,, r~-,
,rr\ I'lr 6. ~i ~,',',' I,,. r,,,,, ~.;,r ~,,~,,,,.;,r i~,,r,,l,,,


1` ---


P(I)RT-~l~i-PR INC[ E 1 5 Fei nil D .Ibold lesi iinul
'- parks i clilllle ireconslaucion ii ii sentli~ pensllii I instant des i


uneli liatei onL uneli icnt ainl. ilcinekencline pensI ii. prlcoge''il (Ii
Il Iii lso niii 0 lmes finssuno c a n n in aic


bi.lnouple niial.


I RECONSTRif TION: p. 4)


/' ,I


La mort de P'~crivain

Georges Anglade
All)IN TJ(I)L I
1~ Fi Fline -
Alonglloli c est le

111, unll~iqu silnee i
onYs Irn le11
rr~ilY~-V~P ~ Tulgainlu dentl I.
pat ici.illite est i




i,,i I,,, ..,,~,,, it t~1!~ i .I~ it i. ii. <,<, ii, I.N G; LADE: p. 2)


ea *'e


P(:)RT-~l~i-PRINC E 12 101 all 1 FPI Lis
Hul~ .ntion iii sni~lLnentl~l unched iins iles g~llise I me 'l~lll~
OU 05Gilp (C In- I 105 I Ci lenloi, poyi nls

14-


Reconstruction : Prival sous pression

pour cholsir parmi diflferents scenarios exterieurs


Des bidonvilles en pleine

capital : Au nom du peupli
PRINC E 1 ;Feinil -Li

I oute~lulur i105 p~L~ice sJa
il aiglIiol iIcll~i
(Ini ioe lnw olu l~ill ini se
desome llllcll Iiidees
dents mllin \ les
blllid o n 1i I.Iill es~li ii


IBIDON11ILLES:,,,r; ,,,,r I ''-- I''`;'i'"\.' 'I ,.


e !






_ IIU VIIIILYVIIV IV1


La mor tdel'c vain



Georges Anglade


"Haiti ne p~rira pas", affirme le president Prival
12 fdv 2010 (AFP) "Haiti ne p~rira pas, Haiti ne doit pas p~rir", a d~clard vendredi le
president haltien Rend Prdval lors d une c~r~monie marquant le premier mois depuis le
tremblement de terre ddvastateur qui a fait plus de 217.000 morts dans la region de Port-
au-Prince.
Le president haltien Rend Prdval, entour6 de son spouse Elizabeth et du Premier
ministry Jean-Max Bellerive, assistaient vendredi, jour de deuil national, g une
c~r~monie religieuse organisde g l umversit6 Notre Dame de la capital en m~moire des
victims du s~isme du 12 janvier qui a ravage Haiti.
Intervenant g la fin de la c~r~monie, en chemise blanche, portant un brassard noir, le
chef de l'Etat s est pr~sent6 avec un ton grave comme un simple citoyen pour
s adresser g ses concitoyens, les invitant g "essuyer (leurs) larmes pour rebitir Ha~iti.
"Je n'ai pas de mot pour parler de cette douleur immense. C est dans votre courage que
nous trourons la force de continuer, a-t-il d~clar6.
Rappelant les premieres images qu'il avait d~couvertes g Port-au-Prince, le soir du
s~isme, "les nombreuses destruction et les cadarres dans la rue", M.
Prdval a promise aux Haitiens de continue g mobiliser la communaut6 international
pour venir en aide aux sinistr~s.
"Enterrons nos morts dans la dignity, people haltien, votre courage, votre force
encouragent le gouvemnement g travailler. Nous vous disons merci".
M. Prdval a eu une pensde pour Bill Clinton responsible de la coordination de l'aide
international g Haiti qui a 6tC hospitalis6 jeudi pendant quelques heures g new York.
"Nous pensions g lui et g sa famille, car il 6tait avec nous dans notre malheur", a-t-il
conclu.

Ambricains arr~tis en Haiti: les avocats d'un des ressortissants
demandent g Hillary Clinton d'intervenir
Les avocats d'un des dix Amdricains inculp~s d'enl6Yement d'enfants en Haiti ont
demand g la secretaire d'Etat Hillary Rodham Clinton d'intervenir personnellement
dans le dossier.
Dans une lettre adress~e g Mme Clinton, ils s'inqui~tent que leur client Jim Allen ne
puisse pas b~ndficier d'une representation juridique appropriate et ne soit pas en
measure de parler g sa femme, Lisa, g la suite de son interpellation.
Estimant que la situation chaotique en Haiti complique l'affaire, ces avocats bass aux
Etats-Unis demandent g Hillary Clinton de s'adresser directement aux autorit~s
haltiennes afin d'autoriser les families des Amdricains g s'entretenir avec les d~tenus
pour s'assurer de leur bien-6tre.
Les dix baptistes clament leur innocence et affirment qu'ils effectuaient une mission
humanitaire destine g sauver des enfants rescap~s du s~isme du 12 janvier. Arrat~s en
Haiti alors qu'ils tentaient de gagner la R~publique dominicaine avec 33 enfants, ils ont
6tC inculp~s de kidnapping et d'association de malfaiteurs.
Le D~partement d'Etat am~ricain a fait savoir mardi que les dix chr~tiens 6vang61iques
avaient recu des visits consulaires de diplomats amdricains et qu'il serait normal que
Mme Clinton ou tout secretaire d'Etat intervienne "dans le processus judiciaire d'un
autre pays".
"Nous faisons exactement ce que nous ferions avec tout Am~ricain d~tenu dans le
monde", a d~clard un porte-parole P.J Crowley g des journalists. AP

Hditi: champagne de vaccination contre la rougeole, diphtbrie et titanos
(AFP) Une champagne de vaccination a 6tC lance en Haiti pour immuniser 140.000
personnel en deux semaines contre la rougeole, la dipht~rie et le t~tanos, a annonc6 la
F~d~ration international de la Croix-Rouge (FICR) dans un communiquC.
"Cette grande champagne de sant6 publique mobilise plus de 100 personnel, pour la
plupart des volontaires de la Croix-Rouge haltienne", a indiquC l'organisation
humanitaire base g Genbre.
La Croix-Rouge pr~voit que ses personnel vaccineront g eux seuls 80% de la
population visde par la champagne de vaccination, lance par le ministbre haltien de la
sant6, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) et l'Organisation
panamdricaine de la sant6 (PAHO).
"Pour le moment, la champagne va se concentrer sur Port-au-Prince car c'est lb que la
population est consid~rde comme la plus expose g des flamb~es 6pid~miques", a
indiquC le Dr Richard Munz, le coordinateur de la FICR en Haiti.
La Croix-Rouge veut vacciner environ 1.800 personnel d~s le premier jour, dans un
camp situC prbs de l'ancien a~roport de Port-au-Prince, connu sous le nom de "La
Piste" et oid s'entassent quelque 30.000 personnel.
Des cas de diarrhde, de rougeole et de t~tanos ont 6tC rapports par les 6quipes
m~dicales qui soignent les survivants au s~isme qui a frapp6 Haiti le 12 janvier, avait
annonc6 fin janvier l'Organisation mondiale de la sant6 (OMS).
Seulement 58% des enfants de moins d'un an 6taient vaccines avant le s~isme, selon
l'OMS.

Bill Clinton "continuera" A travailler pour Ha'iti malgrC son operation
12 fdv 2010 (AFP) L'ex-pr~sident amdricain Bill Clinton, qui a subi jeudi (11 f~vrier) une
operation cardiaque, a assure yendredi dans un communique qu'il continuerait son
action pour aider Haiti g se reliever du s~isme du 12 janvier.
"Dans mes functions d'envoyd special de l'ONU pour Haiti, je continuerai de travailler
avec le gouvemnement et le people haltiens, les donateurs intemnationaux et les
organizations multilat~rales", 6crit M. Clinton dans un communiquC, public quelques
heures apris qu'il eut quitt6 l'hipital.
M. Clinton a subi jeudi une angioplastie, une technique chirurgicale pour traiter les
occlusions artdrielles.
Outre sa function d'envoyd special de l'ONU en Haiti, il a 6galement 6t6 charge par le
president amdricain Barack Obama de coordonner les dons ambricains pour ce pays,
conjointement avec l'ex-pr~sident George W. Bush.
M. Clinton souligne que "des dons important et g~ndreux venant du monde entier"
ont 6tC faits pour Haiti, et que le fonds qu'il cogbre avec George W.
Bush et sa propre foundation (Clinton Foundation Haiti Relief Fund) en ont recu un
montant "impressionnant".
"Jusqu'g present, nous avons allouC sept millions de dollars g des organizations
foumnissant soins m~dicaux, nourriture, eau, abris et education", a-t-il dit, soulignant la
capacity des haltiens g faire "tant de choses avec si peu".

La Dominique et Sainte-Lucie aident Ha'iti avec du personnel parlant
creole
7 fdv 2010 (AFP) Les iles carib~ennes de la Dominique et de Sainte-Lucie vont
envoyer en Haiti du personnel parlant le creole afin d'aider au red~marrage des
ministries du pays sinistr6 par le s~isme du 12 janvier, a annonc6 le Premier ministry
domnumcais Roosevelt Skerrit.
Les deux petites 11es, situdes dans les Petites Antilles, proche des d~partements
frangais de la Guadeloupe et de la Martinique, vont d~picher g court terme 50 g 60
personnel parlant le creole, et plus ensuite, a dit samedi g l'AFP le chef du
gouvemnement de la Dominique en visit g Port-au-Prince.
En parlant la langue de 90 g 95% des Haitiens, ou du moins un creole s'y
(EN BREF / p. 14)


La s ais on d es our a an s 2010

Ser "RIntense" dans les Cara'ibes


HaitienMaMercredill7F6trier2010


Page 2


(ANGLADE ... suite de la 16re page)
de la region caraibe) et dans un pays dont
plus de 95% de la couverture v~g~tale a
disparu.
Le s~isme du 12 janvier demnier a
cependant fait beaucoup de ravages A


propri~td.
Et quand survient le s~isme du 12
janvier 2010, g 4h 53 pm, les Anglade ne se
trouraient pas chez eux mais en compagnie
de Philippe Rouzier. Ils sont morts
ensemble. Tous les trois. Assis au mime
endroit. Comme s 11s 6taient en train
de consulter l'Intemnet.
Aujourd'hui une croix en
bois s'616ve g l'endroit oid leurs trois
corps ont 6tC sortis des d~combres'
dans des conditions extr~mement
difficiles et seulement le jeudi 11
ferrier could. Done un mois plus
tard.
L'op~ration a 6tC tellement
compliqude qu'g un moment il fut
d~cid6 d'arrater les recherches et de
sceller toute la maison comme un
tombeau.
Mais le fils de Rouzier'
Patrick, ne s'avoua pas vaincu. Les
recherches reprirent. Les corps
r~cup~rds enfin (mais dans un 6tat
come on comprend difficile g d~crire)
ont 6tC confines a une morgue en vue
de leur offrir bientit une s~pulture
d~cente.
Georges Anglade a marque
l'6ducation en HaIti avec la
ade publication dans les anndes 70 dqe ses
ouvrages de gdographie d une
facture entibrement nouvelle, d~clenchant
chez les nouvelles g~ndrations une vdritable
passion pour l'6tude de la gdographie et
l'histoire de leur pays.
C'est aussi un chercheur et un
analyst assidu des particularismes de notre
<< singulier petit pays. >>
A ce sujet l'un de ces derniers dadas
6tait de mettre en litt~rature d auj ourd'hui le

-- .. m-
1 .
..,t


L 'dcrivain canadien-hai'tien Georges 4ngl


Montjoli. De nombreuses residences
d~truites. De nombreux morts parmi les
habitants des lieux.
C'est aussi lb qu'a perdu la vie le
c616bre gdographe et 6crivain hai'tien
Georges Anglade.
Pour accdder au site de l'accident,
on traverse l'endroit oid est mort Jean-Olivier
Neptune, le jeune fils de Dolords Dominique
et Jean Claude
Neptune, dont la
residence s'est
6croulde comme une
masse.
En haut a
c'est la mason oi f
lo geait George s -
Anglade accompagn6 4 '
de son spouse
Mireille Anglade.
L crivain
qui est de nationality
canadienne avait
voyage en Haiti pour
prendre part au
festival francophone
international
Etonnants voyageurs La maison des 4
en plein d~roulement. I'dconomiste
Mireille
Anglade est aussi une femme de lettres trbs
connue au pays natal. Elle a 6crit un livre
d~did au movement f~ministe hai'tien
(<< L'autre moitiC du d~veloppement >>) et est
aussi la fondatrice de l'association appel~e
<< Lig Pouvwa Fanm >>.
Elle est li~e par la famille aux
Neptune ainsi qu' aux Rouzier. L' 6conomiste
Philippe Rouzier habite la troisibme
residence dans cette partie de l'immense


Znglade, qui se trouvalent chez leur voisin
Philippe Rouzier au moment du sdisme
(photo Henr)
style d~nomm6 << l'audience >>. I'art inn6 du
conteur haltien g l'image du griot africain.
Georges Anglade fait parties d'un
grand nombre de cadres que notre pays a
perdu dans cet affreux s~isme dont le dernier
bilan official et encore provisoire s'616ve A
216.000 morts.

Hai'ti en Alarche, 14 Fivrier 2010


MIAMI, 11 fdv 2010 (AFP) La
probability qu'un ou plusieurs ouragans
maj eurs frappent les Caraib~es est plus 61ev~e
cette annde que d'ordinaire, avertissent les
m~tdorologues amdricains, qui pointent du
doigt la vulndrabilit6 d'Haiti, g genoux depuis
le s~isme du 12 janvier.
La saison des ouragans, qui s'6tale
du ler juin au 30 novembre, seraa plus in-
tense que d'ordinaire", explique g l'AFP Wil-
liam Gray, qui dirige un group de
m~tdorologues sp~cialis~s dans les ouragans
a l'universit6 du Colorado (ouest des Etats-
Unis).
Selon les projections qu'ils ont
r~alis~es, cette annde verra la formation dans
l'Atlantique d'un total de 11 g 16 temp~tes


tropicales (la moyenne toumne autour de 9 g
10), desquelles pourraient naitre entire 6 et 8
ouragans, et qui pourraient g leur tour
donner de 3 g 5 ouragans majeurs.
Un ouragan est qualifiC de majeur
lorsque ses vents d~passent les 178 km/h.
Cette annde, les experts se sont
particulibrement pench~s sur le cas d'Haiti,
oid 1,2 million de personnel ont 6tC jet~es A
la rue par le s~isme du 12 janvier.
Or, avertit M. Gray, "cette annde, le
risque qu'Haiti se trouve sur la trajectoire
d'un ouragan pourrait Ctre 16g~rement plus
61ev6 que d'habitude".
En 2010, explique Phil Klotzbach-
un des m~tdorologues de l'universit6 du
(OURAGANS /p. 3)


EN PLUS ...


EN BREF ***






LIU VIIIILYVIIV IVIIY-I I i. V I


stesSI Ienatnn OMs AIRE

Plc\.Ii' l i'pp elle ollnaschdan eelaladiscipline p.7

Rionst~rucuonl : Prdval sous pression pour choisir
ie nue dillle sentsl~ scenarios ext~rieurs p.1
UiRGENT!i
Di ib tide nt I lle i en pleine capital : Au nom du

E TONN.1N T \'O1.1G;EUR !
h Ioll dei I ient.I~ Cin George Anglade p.1
1CTUA.LTES
B III C II men01 .1 quitt6 l'hipital en se d~clarant pret g

\ li~i iu h iu andanS ephn3Harper p.16
I1RETENIR
La billion des~ onlagans 2010 sera << intense >> p.2
SOCL1L~
Lcei Havens~ll i or ganisent pour survive p.4
Sllnlallonl lolIonlis 'terrible', selon la Maison Blanche

POLITIQUiE
Une crise se dessine ... difficilement p.5
EC'ONOR HIE
.4li ide de r1i I millions promise par l'Unasur p.13
INSOLITE
Soll l des deonilblesi .pris 27 jours p.8
L Con-bbeanI~ Ma ketli tue encore p.13
PERSONNA~LITES
Pour le p~ool Frank~tienne, il faut < apprendre g
chi\luanche nlone chute >> p.8
.4 nic~l~ b ol lo b d retour en Haiti p.8
LIBRE PENSER

11 f Int le me\ ise1i lies capacit~s de l'Etat dans la

LETTRESC'REOLES


M
t 1r ndMar e 10 IV* N 04


Page 3


NEW YORK, 12 fdv 2010 (AFP) L'ancien president
amdricain Bill Clinton, 63 ans, a quitt6 vendredi matin "en
excellent sant6" l'hipital de New York oil il a subi la veille une
intervention cardiaque, se faisant fort de reprendre trbs
rapidement sa mission au service d'Haiti.
"Le president Bill Clinton est sorti ce matin en


probl~me".
L'ancien chef d'Etat a subi une angioplastie, une tech-
nique chirurgicale pour traiter les occlusions art~rielles. En 2004,
Bill Clinton, qui fut le 42e president des Etats-Unis entire 1993
et 2001, avait subi avec succds un quadruple pontage coronarien
pour lib~rer quatre artbres bouch~es.
Quelques heures apris l'intervention, I'ancien
president d~mocrate 6tait d~j debout pour recevoir son spouse
Hillary, la secr~taire d'Etat qui a quitt6 le president Barack Obama
g la Maison Blanche pour se rendre au cheret de son mari, et
leur fille Chelsea, 29 ans.
Depuis qu'il a quittC la Maison Blanche, M. Clinton
s'est av~rd un retrait6 trbs actif. Il s'est ainsi rendu en Haiti la
semaine dernibre pour faire le point de la situation aprbs le
violent s~isme du 12 janvier. Il s'6tait d~ji rendu sur place
quelques jours aprbs le tremblement de terre qui a fait plus de
217.000 morts.
Alors qu'on l'emmenait en salle d'op~ration, M. Clinton
participait encore A une t616conf~rence sur les secours destined
g Haiti, a rapport l'ancien chef du parti d~mocrate Terry
McAuliffe. "I1 serait rest au tC16phone pour parler d'Haiti s'il
avait pu", a-t-il ajout6.
L'ancien president rdpublicain George W. Bush, qui a
6tC charge par M.
Obama de coordonner avec M. Clinton les collectes
de fonds destines g Haiti aprbs le s~isme, a fait savoir qu'il avait
"h~te de continue g travailler avec son ami g l'aide et g la
reconstruction pour Haiti".
Le president Barack Obama a lui-mime appelC M.
Clinton apris son operation pour lui souhaiter un prompt
r~tablissement.


L 'ex-prisident Clinton a quitti des le lendemain vendredi
(12 fivrier) l'hapital de New York oit il a dtd regu
jeudi pour des difficultis cardiaques (4P)
excellent sant6 de l'hipital presbyt~rien de l'Universit6 Co-
lumbia", a annonc6 son proche conseiller, Douglas Band. "11
remercie chaleureusement les docteurs, infirmibres et toute
l'6quipe de l'hipital pour les soins qu'il a recus (...).
Il remercie 6galement tous les gens qui lui ont souhait6
un prompt r~tablissement".
Emissaire de l'ONU pour Haiti, Bill Clinton "va faire en
sorte dans les jours qui viennent de reprendre son activity
dans le cadre de sa foundation et des efforts de secours et de
reconstruction", a indiqu6 M. Band dans un communiquC.
M. Clinton avait 6tC hospitalis6 jeudi apris avoir
ressenti des douleurs g la poitrine. Son cardiologue, Allan
Schwartz, avait indiqu6 dans la soirde que M. Clinton ne
pr~sentait "pas de signe de crise cardiaque ni aucun dommage
cardiaque" et que son operation s'6tait d~roulde "sans aucun


La saison des ouragans

2010 sera "intense"

dans les Carai'bes
(OURAGANS... suite de la page 2)
Colorado, "nous avons calculd qu'il y avait 49% de risques
qu'une temp~te tropical passe g moins de 80 km d'Haiti".
Mais avant que d~bute la saison des ouragans, les
Haitiens doivent d'abord faire face g la saison des pluies.
Jeudi, une pluie tropical a rdveill6 Port-au-Prince,
compliquant grandement la vie des centaines de milliers de
sinistrds qui vivent sous des biches et des tentes. La premiere
grosse averse depuis le s~isme qui a fait 217.000 morts a d~but6
peu arant 05HOO (10HOO GMT) et forc6 les milliers de sinistr~s
g abandonner leurs abris de fortunes pour la recherche d'un
toit temporaire.
Le "pire est devant nous g Haiti", a estim6 le president
de la Croix-Rouge frangaise (CRF) Jean-Frangois Mattei, pour
qui un "deuxibme drame se prepare" avec "I'arriv~e de la saison
des pluies dans six semaines, marque par des pluies
torrentielles, des inondations et des glissements de terrain".
Le "pire" est presque certain d~squ'un ouragan frappe
Haiti, dont la vulndrabilit6 est encore un peu plus accentude
par la deforestation. Seuls 2% du territoire sont en effet
recouverts par la v~g~tation, une exception dans les Caraibes.
L'an pass, la saison a 6tC particulibrement calme dans
l'Atlantique nord, ce que les experts expliquent en grande parties
A cause du d~veloppement modCr6 du ph~nombne El Nifio.
En revanche, 2008 restera dans les annales comme
une des anndes les plus agit~es dans la r~gion. En l'espace de
quelques semaines, quatre ouragans ont souffl6 sur Haiti.
800.000 personnel ont 6tC affect~es. Par milliers, les maisons
ont 6tC d~truites, des milliers d'hectares de cultures ont 6t6
ddvastd s.
Aen croire William Gmay, 2010 pourraitbien ressembler
g 2008. "EINifio est trbs fort pour le moment. Mais nous penSOlS
que ses effects se seront dissip~s en aofit. Et 18, nous serons au
coeur de la saison des ouragans".


En cette poison de ff~tes, nos penst~es se tournent
spibeialement vers nos clients h qui nous disons : Merci!I
Merci de votre conflance, Merci de votre soutienl,
Merci de vofre fideliti !

C'est de tout coeur que nous vous souhoitons
Un Joyeux NoiS1 2009 et une Mneilleulre Annee 2010.



il IllUNIBANK


"Falsons roocte ensemble"
www.vn bankhaili.corn


L'ACTUALITE EN MARCH


Bill Clinton a quitti l'h~pital,


Pret ai reprendre le flambeau pour Ha'iti


~cc~


PD
aa9~~










Reconstruction : Prival sous pression



pour choisir parmi differents scenarios extenieurs


AMERIJE T INTERNATIONAL, INC

Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entanbt pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki maLr EAa*ML,118
pbmbt klyan an jwenn tout ,~J i;- ,l rr.IC Il
enf~masvonli bezwen sou transpb
pa avyon, sou lanmb ak ath, f6
rezevasvon pou transpb machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon .idnunllStsII.III1 .11<
kontabilite
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf~masyon esitou pi rapid son nkle~iIlrand;l II .II'
sou accounting nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou f~tout bagay p11 1sill p~on kI .In I
an kit se machandiz lap voye, kit se ef6 pbsonbl" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes
Devlopman.
MvCarao ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf~masyon yo e pou

10n p e ~i~ \OeSo-h l il lednon \ le olM r II/ phi i ol! syon o chwa avyon,

Nanl anl\ia kapp111in lo Ameetliet pu~l IntrII~lodluI Ilotal .IntaI iOnI wibiiie li a. Pamela
Robbins os, K 1110 ki nteresenon misolops:1. I.p .llio a1.x~ug1a ls
.Amerilot1~ Intrnllna I un s is enenui~~i ona.l konple e sou tout tom
- pa avyon, pa baton ak at6.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Lerip, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
MiamilIntemnational Airport.
Pou plis enf~masyon, vizite Amerijet sou sit entanbt la www. amerij et. com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet Intemnational 954-320-5354.


Haiti en MaNkrcredill7 F6vrier 2010


Page 4


(RECONSTRUCTION... suite de la lbrepage)
fait d~j les grands titres de la press international.
Selon le Miami Herald, I'administration amdricaine a
d~ji soumis un plan de reconstruction au gouvemnement de
Port-au-Prince.

Le plan ambricain ...
Le nouveau 'plan am~ricain' (terminologie qui
s'appliquait autrefois par derision g toute initiative pour
Haiti venant de Washington sans mime s'interroger sur la
valeur sp~cifique de la demarche) appelle g la
formation d'une commission ('Haiti Recovery
Commission' Commission pour Rebitir Haiti) -
avec g sa tite un official haltien, probablement
le Premier ministry, et une personnalit6
international : un emploi pour lequel, selon
le Miami Herald, I'ex-pr~sident Bill Clinton
semble tout indiquC.
D'ailleurs le plan en question aurait
6tC concoct par les proches conseillers de
son Cpouse, I'actuelle Secr~taire d'Etat Hillary
Clinton.
La commission aurait pour mission
de planifier et coordonner l'assistance ,
6trang~re g coups de plusieurs milliards de
dollars par an et pendant au moins dix ans.
Le plan aurait 6tC pr~sent6 au a
president Rend Pr~val par une proche
assistant de Hillary Clinton, Cheryl Mills, qui
accompagnait Bill Clinton lors d'une brive
visit g Port-au-Prince au lendemain du .-*.
tremblement de terre qui a fait au moins 217.000
morts et d~truit ou endommag6 les trois quarts
des edifices (publics et priv~s) et des Un squ
residences de la capital hai'tienne, toutes
categories confondues.

Silence des autoritis ha'itiennes ...
Cependant les autorit~s haltiennes n'ont pas encore
pip6 mot sur leurs intentions g ce sujet.
M~me si g l'ext~rieur la mise en place semble se
poursuivre. Ainsi lorsque le Secr~taire g~ndral de l'ONU, Ban
Ki-moon, revolt r~cemment g la hausse la mission de M. Clinton
en Haiti en le nommant 6galement coordonnateur de l'aide
humanitaire, on ne pouvait deviner qu'il s'agissait aussi de
cette demnibre initiative : diriger la future commission qui sera
charge de planifier et coordonner la << reconstruction. >>
Mais coup de thditre, jeudi (11 f~vrier), Bill Clinton
est hospitalis6 pour des difficulties cardiaques.
L'ex-pr~sident avait subi un triple pontage coronarien
en2004.
Cette fois les m~decins de1'H~pital presbyt~rien de
New York lui ont plac6 deux 'stents' sur une artere
coronarienne qui 6tait bloqude. Un stent est un petit resort
qui maintient l'artbre ouverte.
Mr Clinton a quittC l'hipital vendredi matin << en
excellent santd >>, selon son porte-parole, annongant que l'ex-
pr~sident amdricain << va reprendre dans les jours qui viennent
ses activities dans le cadre de sa foundation. >>


Peu aprbs le convalescent pr~cisait dans un
communique : << je continuerai de travailler avec le
gouvernement et le people hai'tiens, les donateurs
intemnationaux et les organisations multilat~rales. >>
De son c~td, le president haltien Rend Pr~val profitait
d' un message prononc6 vendredi lors d'une joumb~e national
de pribres en l'honneur des plus de 200.000 victims du
tremblement de terre, pour saluer celui qui est l'envoyd special
dele'ONU pour Hati ainsi que le responsible de lacoordination
de l'assistance international.
R M W 1 -a V M H UI Ti


Le ton de l'article suggbre que l'administration
amdricaine aimerait avoir une rdponse du president haltien
avant la conference des donateurs le mois prochain.
Le journal parle aussi d'une proposition du Canada
pour confier la gestion de toute l'aide 6conomique g une seule
institution. En l'occurrence la Banque mondiale.
Rappelons que la politique du Canada est pour que
l'assistance soit confide en priority aux ONG.
Un autre suggbre plut~t la BID (Banque
Interamdricaine de d~veloppement).


L'Ha'itien a-t-il aussi son mot
gkdire ? ...
Mais ce qui frappe (du moins dans
l'article du Miami Herald dont on sent qu'il se
fait ici un avocat pour le plan de Washington),
c'est qu'on ne parle nulle part d'aucun plan
haltien.
Les Haitiens ne devraient donc Ctre
nullement consults alors que c'est leur pays
qui est concem6~ et qu'il s'agit non seulement
de leur avenir 6conomique mais aussi de leur
pass historique, de notre heritage commun
(Port-au-Prince, dont 90% des Cdifices publics
se sont 6croul~s, faut-il d~placer ou non la
capital haltienne d~sormais constamment
sous la menace sismique ?), ce sont quand
mime des decisions oil l'Haitien a lui aussi
son mot g dire quelque indispensable que soit
l'assistance 6conomique pour le relivement
du pays.
C'est hier qu'on ne parlait que du
DSNCRP ou document de strat~gie national
de lutte pour la croissance et pour la reduction


de la pauvret6, r~alis6 avec la participation du
plus grand nombre de secteurs nationaux que possible.
Oil sont touts les commissions pr~sidentielles qui
ont planch6 pendant des mois sur diff~rents probl~mes qui
affectent profond~ment le pays ?
Bien entendu il faudra faire cette fois davantage appel
g des institutions et des firms internationals sp~cialis~es.
Cependant s'il parait n'avoir pas encore donn6 son
accord g aucun des plans places devant lui, le gouvememesnt
hai'tien n'a encore entrepris aucune demarche non plus
indiquant son intention de rechercher une alternative locale.
Bref de donner aux Haitiens la possibility de participer eux
aussi g ce d~bat important, certes, mais avant tout pour les
citoyens du pays concem6~.
Milodie, 103.3 FM, Port-au-Prince


~I,.... .,,.


atter plus .,,,l-,,l, ramtedilimite sa surface au Champ de Mars en ul
une pancarte No Parking (photo 11..~l, Usa!l
<< Nous pensions g lui et g sa famille, car il 6tait avec
nous dans notre malheur >>, a dit Pr~val.

R~ponse attended avant la conference des
donateurs dans un mois ...
A present revenons g l'article du Miami Herald. Selon
celui-ci, le plan de Washington fait parties de plusieurs autres
qui sont soumis g l'attention des gouvemnants haltiens.
Mercredi demier (10 f~vrier),le Premier ministry Jean-
Max Bellerive rencontrait diff~rents partenaires intemnationaux
pour discuter de toutes ces propositions.
Tout cela intervient un mois avant une conference
des donateurs organisde par Washington et au sibge des
Nations Unies g New York.


Vendredi l2 f~vrier Ily a un mois vendredi, Haiti Ctait
frapp6 par la pire catastrophe naturelle de son histoire. Depuis
le s~isme du 12 janvier, qui a fait plus de 200.000 morts et d~vast6
Port-au-Prince, les Haitiens peinent toujours g reconstruire leurs


imm~diats de la population sont couverts, les enfants ne
mangent souvent pas g leur faim et le manque d'abris cr~e des
tensions. En outre, jeudi matin, une averse a transform en
boue les terrains qui accueillent des abris de fortune pour 1,2
million de sinistrds, un apercu des nouvelles 6preuves qui
menacent les Haitiens avec l'arriv~e prochaine de la saison des
pluies.Certains signes sont toutefois encourageants. Les Na-
tions unies ont 6tabli un complex de fortune sur le terrain de
l'adroport pour coordonner les efforts de 900 agencies
humanitaires, qui semblent enfin en measure de surmonter les
6normes difficulties logistiques rencontries sur le terrain.
Les zones couvertes par le r~seau de tC16phonie mo-
bile sont beaucoup plus nombreuses. Les stations-service ont
rouvert et les vendeurs ambulants sont de retour dans les rues.
Les d~combres des bitiments effondr~s sont toujours 18, mais
n'empiatent plus sur les routes. Les cadavres et leur odeur
pestilentielle ont pour la plupart disparu.
A Marassa, les habitants se sont installs dans le lit
d'une rivibre ass~ch~e sujette aux inondations durant la saison
des pluies. Avant l'aube jeudi, une averse a tremp6 les effects
personnel des residents, rendant leur carbon de bois
inutilisable et couvrant leurs lits de boue."Nous vivons dans
un trou", se d~sole Dieusin Saint Vil, un tailleur de 46 ans, qui
dirige un comity de s~curit6 du quarter. "Nous avons entendu
g la radio que le gouvemnement devait construire des villes de
tentes dans le secteur, mais il n'est pas venu.
"Ces projects de campements ne sont plus g l'ordre du
jour.Mercredi, alors que seulement 49.000 tentes sur les 200.000
demand~es par Hai'ti avaient 6tC fournies par l'aide
intemnationale,1les autorit~s ont annonc61l'arrat de leur distribu-
tion. Les gouvernement strangers, les organizations
humanitaires et les responsables haltiens estiment qu'elles
prennent trop de place et ne constituent pas une solution assez
durable.
"Les tentes, c'est beaucoup mieux que rien, mais elles
entravent le processus de d~veloppement 6conomique et de
reconstruction", explique Lewis Lucke, coordinateur special
amdricain pour les secours.Au lieu de tentes, 250.000 families
recevront une biche en plastique -dont la distribution s'6talera
jusqu'au ler mai-, avant de recevoir plus tard des structures
temporaires en m~tal et enbois capable de r~sister aux s~ismes.
(SURVIVRE/p. 12)


vies, malgr6 l'aide
international, et les distribu-
tions de vivres n'ont toujours
pas atteint certain sinistr~s.
Face gl'adversit6,1les
Hai'tiens s'organisent pour
survivre. Dans le quarter
Marassa 14 g Port-au-Prince,
les rescap~s n'ont pas recu la
nourriture, les abris et la
s~curit6 dont ils ontbesoin. Ils
ont alors construit une
nouvelle communaut6 A partir
de z~ro.
Des panneaux en car-
ton portant des noms de rue
d61imitent des ranges de
tentes en plastique abritant
plus de 2.500 personnel. Des
cartes d'identit6 manuscrites
estampill~es par un comity de
quarter ont 6tC d61ivrdes et
des femmes vendent des ali-
ments bon march pour aider
les families g nourrir leurs
enfants.Un mois aprbs le
s~isme, les difficulties restent
immense. L'aide alimentaire
n'a pas encore atteint
I'ensemble des trois millions de
personnel qui en ont besoin.
Des probl~mes logistiques
continent de gener la distri-
bution de l'aide international.
Les 6coles sont toujours
fermies.
M~me si les autorit~s
affirment que les besoins


UN E AN ALY SE


tilisant


II mols apres le selsme, les Ha'itiens


S organisent eux-memes pour survive










Des bidonvilles en pleine capital :


TO L. L FREE -8 8 3 -3 8 3 -2 8 S G
O R.: 3 0 5 -6 2 0 -8 3 O 0i
F.iAX 3 0 5 -6 2 0 -8 3 3 2
CELL; 305 -9 8 6- 8811"


FICHE B'ABO)NNEMENT A HAI'TI EN MAR~CHE


Nom
Adnrsse


t Ir ndMarF 10 IV* N 04


Page 5


Mais c'est une propriCtC


priv~e. De plus, si cela devenait aussi facile,
qu'est-ce qui empiche d'envahir de la mime fagon tout space
laiss6 vacant par toute maison d~truite par le s~isme.
Ily a lb pas seulement menace g la propri~tC priv~e
et la fin de toute trace d'urbanisme dans la capital haltienne

Mais un tel movement est aussi de nature g
effrayer les investisseurs g s'engager dans un pays oil le people
n'a aucun respect du bien priv6.


Un po in t strat 6giqu e dans le
d~veloppement f~utur ...
Du cit6 des autorit~s (plus pr~cis~ment la mairie
de la capitale), on aurait tent d'expliquer aux squatters que
l'invasion du domaine priv6 ne saurait Ctre tol~rde sous aucun
pr~texte.
En tout cas les coups de marteau n'ont pas cess6
de retentir. Les cabanes faites de vieilles planches et de bouts
de ferblanc seront pr~tes la semaine prochaine g recevoir leurs


groups qui se pr~sentent au nom de victims du s~isme dans
tel quarter et qui de ce fait revendiquent un terrain
pr~sentement inoccup6. D'une certain fagon r~quisitionnant
ladite propri~t6 ... au nom du people en d~tresse !
C'est le cas d'une propri~tC situde au coin Avenue
Martin Luther King -Rue Ch~riez, gunbloc du grand bitiment
fissured) des T616communications d'Haiti (Teleco).
Cette propri~tC est inhabit~e depuis plusieurs
ann~es, g cause d'un conflict entire h~ritiers, et la residence qui


Le President Prival trahit dans son attitude toute la tension du inoient
(photo J.J. ;.;;mean,,!


attention squatters, d'es cahutes s 'dlevent fibrileinent d'ans cette propridtd
au Pont dorin (photo E.E. Henry)


rl


L'Etat hai'tien n'a pas la machine
administrative ...
Mais le vrai probl~me c'est l'impuissance de l'Etat
haltien qui ne peut agir dans un sens, ni dans l'autre. Il ne peut
satisfaire la population aux abois et dont les revendications
sont tout g fait fond~es. M~me avec les meilleures intentions
du monde pour g~rer la situation sans faire trop de tort aux
uns comme aux autres comme trouver une issue aux
probl~mes de logement des sinistr~s avant que les occupations
sausages ne se g~ndralisent, mais ce ne sont pas seulement
les moyens 6conomiques qui lui font d~faut, I'Etat haltien n'a
pas la machine administrative n~cessaire pour maintenir l'ordre
et la s~curit6 des vies et des biens sans que cela ne drape
automatiquement dans une simple affaire de coups de b~ton.
Et si les maitres des propri~t~s ainsi menacdes
d'invasion s'avisaient de resister, voici qui nous promet une
belle jacquerie en pleine capital.
On appelait jacqueries des r~voltes paysannes
contre les seigneurs fdodaux dans la France d'avant 1789.
Hai'ti en Alarche, 13 Fivrier 2010


s'ytrouve apparemment d61aiss~e.
Mais ce n'est pas une terre de l'Etat, comme ont
pu le croire les nouveaux occupants des lieux.
Une belle propri~tC faisant au moins un demi
carreau. Et sur une voie trbs passante.
Actuellement des ouvriers s'y affairent 61evant
avec de vieilles planches r~cup~rdes dans les debris des
nombreuses maisons effondrdes alentour, plus d'une dizaine
de bicoques.
Pour toute explication une affiche : << Association
des victims du Canap6 Vert. >>

Presque sans aucune inquietude ...
L'op~ration a commence depuis 3 ou 4 jours. Les
cabanes ne sont pas encore habitues. Cela n'a pas du tout f air
d'un movement anarchique. Ily a des chefs de chantier. On
dirait que c'est organism. Et on ne manifeste aucune mdfiance
non plus lorsque s'ambnent des visiteurs, mime des
journalists. Comme si cette population se considered dans
son bon droit.
Depuis le s~isme du 12 janvier, des centaines de
milliers de victims dorment g la belle 6toile.
Leurs enfants aussi.
On parlait de 200.000 tentes, mais qui ne sont pas
venues.
Les averses du printemps ont commence.


nouveaux locataires.
L' operation se d~roule g un rythme apparemment
calculC, presque sans aucune inquietude.
La police national, la police des Nations Unies et
les Humvees des Marines amdricains passent faisant semblant
de ne s'apercevoir de rien.
Ce n'est sans doute pas la premiere fois qu'une
propri~tC priv~e est squatt~ris~e g Port-au-Prince.
Mais c'est la premiere fois que cela se passe dans
une zone non seulement trbs frdquentde, mais qui constitute
un point strat~gique dans le d~veloppement future des affaires
(banques, tC16communications, assurances etc). Le Pont
Morin.

De nature ik effrayer les investisseurs

En face, ily a un people qui toumne en rond et qui
toumne gvide. Au lendemain du s~isme, ila fui massivement la
capital pour se r~fugier dans d'autres parties du pays.
Mais n'ayant recu aucun secours de la part des
pouroirs publics, il a reflu6 g son point de d~part.
Les places publiques (g commencer par le Champ
de Mars) et tous autres spaces vides sont d~ji pris par des
sinistr~s du s~isme. Pas moyen d'y planter une 6pingle.
Voici un terrain inhabit. Qui va g la chasse perd
sa place.


~TiaT 9 ~~~


une crise politique
PORT-AU-PRINCE, 14 fdv 2010 (AFP) Un mois aprbs
le tremblement de terre qui a ravage son pays, le president
haltien Rend Prdval doit aussi faire face g une opposition qui
r~clame sa admission, ou au moins la formation d'un nouveau =
gouvemnement.
D~sorganisation des secours, aide humanitaire qui
n'arrive pas, services publics inexistants, violence dans les rues:
les Hatitens n'ont pas ais longtemps g accuser d'incomp~tence
un pouvoir qui a laiss6 glisser la survie du pays entire les mains
des puissances 6trang~res, particulibrement des Etats-Unis et
de leurs 20.000 soldats d~ployds sur zone.
Deux semaines aprbs le s~isme, des s~nateurs ont lanc6 m
les premieres salves contre le president, accuse d'inaction, et L~e Pr
(CRISE POLITIQUE /p. 15)


Fi


.
emier ininistre Bellerive regoit
une

DE L'ACTUALITE


le !


(BIONVLLS..suiedlalrepge A u nom du peup


Halti: un mois apre~s le selsme,


se dessine


Dans le cas d'un abonnerment
avoc I~vralson, le coat elst le double.
PBrltr do spbierie at vous Btes
un nouvel abornn6
ou all1 s'agit d'un renouvellemenrt


Gd~les 260S.00_
_ US $ 40.00 _
SUS $ 42.00
SU S 70.00
SUS $ 70.00


Gdes ~520.00
_s US 78.00
SUS $ 80.00
_US $ 135.00
SUS $ 135.00


Ham T
Etats Unis _
Canada
Euroe (3
Amnltique Lane


Nouvgeu


Renouvellemaent









Pourquoi Iaide ne parvient pas suffisamment aux victims !


Le tremblement de terre qui a touch il y a un mois
Port-au-Prince et sa region, a fait plus de 217.000 morts et 1,2
million de sans-abri.

Chaqcue mat~in, captez

MllOd~ie M~atin

Sur 103.3F MN


ADOMI PUlKCHBllNG AGENCY
Tel. :786-457-8830 Fax: 305-756-0979
e-mail : adomipurchasing@aol.co~m
Pearr ~res as achats :
Equipements pour construction / Pi~ces de volture / Camnion /
Equipement mr~dical
Par arvion on pa~r bamteau.


HaitienMaMercredill7F6vrier2010


Page 6


PORT-AU-PRINCE, 13 F~vrier L'aide ne parvient
pas aux sinistrds pour la bonne raison aussi que l'aide qui
arrive jusqu'en Haiti n'est pas suffisante.
Elle n'est pas suffisante parce que ce n'est pas le
chiffre collect g travers les dons venant de tous les coins du
monde qui fait vraiment la quantity d'aide reque.
Mais c'est ce qui reste apris que toutes les d~penses
eurent 6tC d~falqu~es pour mener cette aide g destination.
Or vu que les d~penses qui taxent
les fonds collects sont de plus en plus
6normes, ce qui reste comme aide veritable -
s'en trouve cruellement r~duite en
consequence.
Voili pourquoi l'aide n'estjamais en
quantity suffisante. Nous, pauvres mortels, .
estimons l'aide sur la foi du montant obtenu
par collect de fonds, ou comme assistance
bilat~rale foumie par les Etats-Unis, le Canada, -
I'Union europ~enne, Taiwan, etc ou toute autre
source. A l'exception de pays comme le
Venezuela, Cuba qui sont opposes g toute
forme de mercantilisation. -.al"- ~
Or cette valse des millions n'est que
pure illusion.
Tant qu'elle n'arrive pas encore aux ,

oir) 1'saide et un asc ed se loammse le
autres. L,rJ
Elle doit etre produite, usinde,
emmagasinde, empaquet~e, manutentionnde,
labellis~e, embarqude, transported, d~barqu~e.
Puis g nouveau manute ntio nn e Af e
emmagasinde, divis~e en nombre de colis. Puis finalement
distribute ... lorsqu'elle ne doit pas subir encore le mime
traitement avant de parvenir au distributeur final qui peut se
trouver dans quelque endroit reculd du pays qu'on ne peut
atteindre sans risques.
Et tout cela cotte.


Done dans les meilleures conditions la portion d'aide
qui parvient g destination n'est qu'un pourcentage plus que
r~duit de ce que l'on s'imagine au depart g entendre les millions
annonc~s souvent avec tambour et trompettes quand il s'agit
d'un grand marathon international.
La r~alit6 de l'aide est done finalement trbs diff~rente
des grands espoirs soulev~s dans la population victim.
Beaucoup trop de publicity pour assez peu dans le meilleur

Iji~ld~*~L~a _i Y:


de la planate.
Tout cela cotte. Et ce sont les millions de l'aide, de
'votre aide', au sens de celui qui donne et celui qui regoit, qui
doivent le finance.
Voire lorsque les infrastructures du pays d'accueil
ont 6clat6 comme notre adroport international ou plus encore
le port de la capital, 6galement victims du s~isme du l2 janvier,
et qu'il devient n~cessaire de faire transiter l'aide par la
r~publique voisine qui a mis en place un couloir
humanitaire g cet effet. Mais le
manutentionnaire dominicain doit lui aussi
Ctre payC. C'est ce qu'il faith pour gagner sa
.vie.
De fil en aiguille, des sources bien
informies estiment l'aide qui parvient aux
victims g pas plus de 10% de ce qui a 6tC
initialement annonc6 et des vceux qui ont 6tC
exprim~s par les donateurs.
A cause de tout le circuit international
(et aussi national) qui doit Ctre parcouru.
L'aide en nature ne d~passerait pas
le 10e de l'aide en chiffres. Mais ce sont ces
demniers (chiffres) qui figurent bien entendu
dans les rapports annuels des grandes
institutions comme la US AID, I'ACDI
caaiea el esu leur homologueleurop~en au
," C'est math~matique.
:= D'oill'id~e d'une ancienne secretaire
d'Etat frangaise de crder une brigade
international dont l'aide serait l'unique
ie (AFP)
mission. Des casquess rouges'. A l'instar des
casques bleus de l'ONU. Cela dans le but de r~duire les cotts
qui plombent l'acheminement et la distribution de l'aide.
D'autant que les catastrophes naturelles semblent devoir
prendre le pas sur les guerres et les guerres civiles en cette
nouvelle d~cennie.
Hai'ti en Marche, Port-au-Prince


a measure la distribution des secours devient un peu plus mattrist
des cas.
Et encore il s'agit ici de l'aide cibl~e, destined
sp~cifiquement au pays ou g la population affect~e. Car il y a
aussi celle verse aux grandes institutions internationals dont
I'aide est la specialisation et qui done pour cela doivent
entretenir une immense bureaucratic rdpartie aux quatre coins


WASHINGTON, 12 f~v2010 (AFP) -La situation en
Haiti reste "terrible", un mois aprbs le s~isme qui a d~vast6 la
capital Port-au-Prince et sa region, a pr~venu vendredi la
Maison Blanche, en promettant g nouveau le soutien g long
terme des Etats-Unis aux habitants du pays sinistr6.
"La situation reste terrible. M~me avant le s~isme,
Haiti 6tait le pays le plus pauvre de l'h~misph~re occidental", a
remarqu6 le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs,
dans un communiquC.


"Les besoins en nourriture, en abris, en products
m~dicaux et en s~curit6 de base sont 6normes, et la saison des
pluies qui arrive va cr~er de nouvelles difficulties. Les infra-
structures d~truites en quelques minutes vont mettre des
anndes g Ctre reconstruites", a soulign6 M. Gibbs.
Les Etats-Unis "vont soutenir nos partenaires haltiens
lors de la transition entire secours d'urgence et reconstruction
g long terme", a promise la Maison Blanche dans ce message


adress6 aux Haitiens qui observaient vendredi un jour de
recueillement un mois aprbs le tremblement de terre qui a tuC
217.000 personnel selon un demierbilan official.
Les Etats-Unis ont d~ployd des moyens massifs pour
venir en aide au pays carib~en, d~pichant des centaines de
secouristes sp~cialis~s, des milliers de soldats et mime un porte-
avion nucl~aire d~s les premiers jours ayant suivi la catastro-
phe.


A occasion de la joumb~e national de deuil que le
people d'Haiti observe gla m~moire des victims du tremblement
de terre catastrophique survenu il y a un mois, les Etats-Unis
r~affirment leur solidarity envers leurs amis haltiens alors qu'ils
entreprennent de se reliever et de reconstruire. Nos pensdes et
nos pribres continent 6galement d'aller vers les Haitiens-
Am~ricains g travers notre pays qui ont perdu tant de proches
et d'amis.
Nous exprimons notre gratitude aux nombreux
Amdricains qui ont r~agi avec tant de rapidity et de compas-
sion en vue d'appuyer les secours dirig~s par le gouvemnement
haltien et soutenus par les Nations unies ainsi que par un grand
nombre de pays et d'organisations non gouvemnementales du
monde entier.
Dans le cadre de la reaction mende par des civils des
Etats-Unis, des 6quipes de recherche et de sauvetage ont tird
des survivants des d~combres. Des m~decins, des infirmiers et
des ambulanciers param~dicaux b~n~voles continent de
prodiguer des traitements m~dicaux vitaux. De leur c~td, apris


avoir rouvert l'adroport principal et le port afin de permettre
l'arriv~e d'une aide humanitaire international massive, nos
hommes et femmes militaires pretent main-forte g la distribu-
tion urgente de vivres, d'eau, de medicaments et d'abris en
attendant que ces functions puissent Ctre reprises par
l'op~ration civil en expansion rapide et par les Nations unies
en Haiti. Les Am~ricains ont, de plus, vers6 des dizaines de
millions de dollars d'aide, le Congrbs a pris des measures rapides
et le gouvemnement des Etats-Unis apporte g Haiti une assis-
tance immediate important. Aucune operation de secours
d'urgence de cette ampleur et de cette complexity n'est exempte
de difficulties et d'6cueils, mais en cooperation avec les pouvoirs
publics haltiens et nos nombreux partenaires, nous avons
contribu6 g sauver un nombre incalculable de vies et g 6viter
une catastrophe encore plus grave.
N~anmoins, la situation demeure terrible. M~me avant
le s~isme, Haiti 6tait l'Etat le plus pauvre des Am~riques. A
l'heure actuelle, les besoins en nourriture, en abris, en foumitures
m~dicales et en s~curit6 de base sont 6normes, et la saison des


pluies qui approche posera de nouveaux d~fis. Pour ce qui est
de l'infrastructure, qui a 6t6 d~truite en quelques minutes, il
faudra des anndes pour la reconstruire. Guides par le plan
d'action pour la cooperation et la coordination 61abord par le
gouvemnement d'Haiti, les Etats-Unis aideront leurs partenaires
haltiens g effectuer la transition de l'aide d'urgence au rel~vement
et g la reconstruction g long terme. L'appel continue des Nations
unies g des renforts en casques bleus et en policies, ainsi que
la conference des donateurs qui se tiendra le mois prochain
aux Nations unies, pr~sentent d'importantes occasions aux
pay s du monde entier d'aider Hai'ti g se re dresser et g
reconstruire.
Au milieu de souffrances inimaginables, le people
d'Haiti a 6td, par sa foi, par la force de son esprit et par sa
d~termination g reconstruire, une source d'inspiration pour le
monde. Au course des mois et des anndes difficiles g venir, il
pourra computer sur l'amitiC et sur le partenariat durables des
Etats-Unis d'Amdrique.


PORT-AU-PRINCE, 13 f~v 2010 (AFP) L'arm~e
amdricaine ne compete plus de 13.000 militaires en Haiti, apris
en avoir d~pich6 jusqu'g 22.000 imm~diatement apris le
tremblement de terre du 12 janvier, a annonc6 samedi le g~ndral
Douglas Fraser.
"I1y a environ 13.000 militaires, hommes et femmes,
qui soutiennent l'effort d'aide en Hai'ti", a expliqu6 le
responsible militaire lors d'une conference de press g Port-
au-Prince.
Il a pr~cis6 que le gouvemnement haltien reprenaitt


peu g peu, pendant la joumb~e, le contrile de l'adroport de la
capital haltienne, qu'il avait remis aux Etats-Unis dans la foul~e
du s~isme.
"L'aide international et les secours se sont amiliords
et renforc~s", a encore estimC le g~ndral Fraser, pour qui il
existe une possibility de "transition des secours imm~diats
vers une capacity g plus longue haleine".
II a cependant refuse de dire avec precision jusqu'g
quand l'arm~e am~ricaine resterait sur le terrain, assurant qu'elle
seralt presente tant que ce sera necessaire.


11638 NE 2nd Ae.
Miami~. FL 331800
Tel. 305-394-6118


Cdatmg Speciaists
Cakesr Poeries. IHors d'Oeuvr~e
for al occsins


LIE CASSIE T~ETIE DIE L~'AIDIE


Situation toujours "terrible" en Hai'ti, un mois apribs


Declaration de la Maison Blanche au sujet d'Ha'iti


Les Etats-Unis rbduisent le nombre de leurs troupes en Ha'iti


Pet6 Plus Bakery, Inc.
NaUrUmas .JUan










Pribres et recueillemnent en H~a'iti



un mois apres le sexsme devastateur


aussi c616brer la vie.
Le chef de l'Eat a ainsi remercid les repr~sentants de
diff~rentes confessions religieuses, les associations de m~dias
et des secteurs de la soci~tC civil qui se sont mis avec le
Ministbre de l'Int~rieur pour organiser ces manifestations
religieuses et civiques.
Ce sera l'occasion de chanter les fundrailles pour des
centaines de personnel encore sous les d~combres ou qui
ont 6tC jet~es dans des fosses communes sans cdr~monie.
Le president a renouvell6 ses condoleaces g tous
ceux, Haitiens et strangers, qui ont perdu des parents et des
proches dans la catastrophe.
Prdval a remercid la MINUTAH et tout le syst~me des
Nations-Unies, ainsi que tous les secteurs de la communaut6
international pour leur aide inestimable. II a rendu aussi un
hommage appuy6 aux Haitiens qui ont tout fait pour voler au
secours de leurs frbres et soeurs en difficulty II a remercid les
6quipes qui se sont signaldes dans le nettoyage des rues, la
distribution de la nourriture et de l'eau, dans la furniture de
carburant, ou dans la mise en place des abris provisoires et
dans l'Cvaluation ds bitiments d~truits en vue de la
reconstruction qui devrait colter plus de 3 milliards de dollars.


Lea TH tO peak / Write

in Englhsh Now!

F(;St & Ealsi' programll

Job Plarcement~t -1ssistrtnce~
I~pon contplet~iont!
Dai's or Even~ing~s CaIsse~S.





;iSk fo r Na d iy~ ahat

Ex ten sio n 313


t Ir ndMarF 10 IV N 04


Page 7


en pleurant g une autre cdr~monie.
La plupart des femmes portaient un foulard immaculd
nouC autour de la tite.
"Toutes les religions d'Hai'ti, les vaudous, les
catholiques, les baptistes, les protestants, on est tous rdunis
ici pour prier", Haiti n'ayant plus pour "richesse" que "I'esprit
de l'Eternel", d~clamait un pricheur sur une sc~ne.


encore criants: "nous n'avons mime pas d'eau", a dit Carline
Nazaire, 27 ans.
Une d616gation de parlementaires amdricains mende
par Nancy Pelosi, la pr~sidente d~mocrate de la Chambre des
repr~sentants, devait arriver vendredi g Port-au-Prince pour
6valuer l'avanc~e de la reconstruction avant que le Congrbs
ne se penche sur une aide g long terme.


(PRIERES... suite de la 16re page)
v~tements blancs et g se rendre d~s 6HOO du matin aux
multiples c~r~monies organisdes dans les 6glises, les
campements et mime au milieu des rues barries pour l'occasion.
Fait rare depuis le s~isme, le president haltien Rend
Prdval est apparu en public. Entour6 de son spouse Elizabeth
et du Premier ministry Jean-Max Bellerive, il a assist g une


L 'Orchestre svinphonique de Sainte Triniti (dgaleinent victim du disastre)
joue en honunage aux 21 7. 000 disparus (photo Hai'ti en Alarche)


L 'assistance 6 la cdrdinonie u~rticlce// de prieres, le vendredi 12 fivrier
6 l'Universiti Kotre-Daine dans le quarter de Pacot (photo E.E.)


c~r~monie religieuse g l'universit6 Notre Dame de la capital.
L' Cdnement 6tait retransmis g la tC16vision.
Portant une chemise blanche avec un brassard noir
au bras gauche, le chef de l'Etat haltien, le visage fermC, a
6cout6 les propos des intervenants comme le journalist
Marcus Garcia dont l'6pouse a 6tC tude lors du s~isme.
"La terre a tremble et Haiti a basculd dans le vide....
mais nous sommes un people fier et fort dans l'adversit6, qui
a montrC un grand sens de solidarity souvent avec peu de
moyens", s'est souvenu le directeur de Radio Mdlodie FM.
Au Champ-de-Mars, le plus grand camp de sans-abri
au coeur de Port-au-Prince, des dizaines de milliers de
personnel rev~tues d'au moins un 616ment d'un blanc
impeccable malgr6 les p~nibles conditions de surrie, ont assist


"Le people haltien sera pauvre" d'un point de vue
materiel, "mais le plus riche du monde en grice et
spirituellement", a-t-il ajout6.
Des militaires amdricains organisaient la s~curit6
autour de la c~r~monie.
Dans les rues de la capital haltienne ddvastde par le
s~isme, des gens de tous Ages affluaient par centaines, g pied,
en bus ou en taxis collectifs, vers les points de rendez-vous, la
mine grave, au milieu des clameurs ininterrompues.
Dans cette atmosphere de recueillement, la seule
activity visible restait les distributions de nourriture. Des maris
habill~s de frais attendaient que leurs femmes rapportent des
sacs de riz. Un mois aprbs "la catastrophe", les besoins 6taient


En matibre de s~curit6, la Mission de stabilisation
des Nations unies en Haiti (Minustah) a annonc6 qu'elle devait
"reprendre g z~ro le travail qu'elle avait accompli ces trois
demnibres anndes pour faire face aux gangs en Haiti", en raison
de l'Cvasion de prisonniers dangereux aprbs le s~isme.
Quelque 5.000 d~tenus sur les 8.000 que comptait
I'6tablissement p~nitentiaire de Port-au-Prince avaient r~ussi
g prendre la fuite apris le s~isme. Environ 200 ont 6tC repris.
En France, le Quai d'Orsay a d~fendu vendredi son
action dans le domaine des adoptions de petits Haitiens,
effectude "dans l'int~rit sup~rieur des enfants" et afin "de ne
pas faire n'importe quoi", g la veille d'une nouvelle
manifestation g Paris de parents critiquant sa lenteur.


Port-au-Prince, le 8 f~vrier 2010 (AHP)- Le president
Rend Prdval a appelC lundi les diff~rents secteurs de la
population haltienne g conjuguer leurs efforts dans la solidarite
et la discipline pour construre une nouvelle Haiti, g l'occasion
de la fin prochaine le 12 f6Yrier du mois de deuil d~cr~t6 pour
honorer la m~moire des centaines de milliers d'Haitiens morts
au course du tremblement de terre du 12 janvier 2010.
La situation n'est facile ni pour la population qui
souffre ni pour le gouvernement qui travaille dans des
conditions extr~mement difficiles, a indiquC le chef de l'Etat
dont le gouvemnement fait face g de nombreuses critiques g la
fois de rescap~s et d'autres secteurs qui d~noncent son
"inefficacitd" et la gestion de l'aide humanitaire par des ONG
Insistant sur le fait que c'est la plus grande
catastrophe g avoir frapp6 le pays, Rend Preval a demand A
la population de faire encore preuve de patience, car Haiti ne
perira pas.
Le chef de l'Etat a aussi mis l'accent sur l'urgence de
la decentralisation du pays. Et pour que cette decentralisation
se mat~rialise, Port-au-Prince qui a perdu la plupatt des 250.000
maisons et bitiments publics d~truits, ne peut pas Ctre
reconstruite comme elle 6tait auparavant, a dit M. Preval-
ajoutant qu'il faut crder de ce fait des activities 6conomiques
dans le reste du pays,
"Les services sociaux doivent 6galement se
d~velopper dans les villes de province pour que les habitants
acceptent d'y aller ou d'y rester. C'est pourquoi un ensemble
de projects ont 6te signs aprbs le 12 janvier dont la construction


I I
Le President Prival assailli par les correspondents
aussi bien locaux que internationaux au inoient
de son ddpart pour la conference des pays sud-aindricains
sur la coordination de l'aide 6 Hai'ti par cette parties
du inonde

Cayes/JCr~mie.
A la fin de la p~riode de deuil qui se termine le 12
f~vrier, des c~r~monies religieuses seront organisdes du 12 au
17 f~vrier dans plusieurs regions du pays particulibrement A
Port-au-Pmce pour honorer la m~moire des disparus et pour


PORT-AU-PRINCE, 11 f6Y2010 (AFP) -Le substitute
du procureur haltien charge du dossier des 10 Amdricains
inculp~s pour enl6Yement d'enfants g la suite du tremblement
de terre du 12 janvier a assure qu'aucune decision n'avait 6td
prise jeudi quant g leur liberation conditionnelle.
"On arrite pour aujourd'hui et je reviens lundi pour
continue g examiner le dossier", a d~clard Jean Serge Joseph,
substitute du procureur charge du dossier. II a refuse de
confirmer que cela signifiait que le group de 10 baptistes
am~ricains arrat~s le 29 janvier g la frontibre dominicaine avec
33 enfants pr~sent~s sans paper d'identit6, ne serait pas lib~rds
avant lundi.


"L~galement, ce ne sera pas avant lundi-
politiquement, ga peut Ctre n'importe quand pendant le week-
end", a affirm g l'AFP une source judiciaire sous couvert
d'anonymat, laissant entendre que c'6tait d~ji arrive.
M. Joseph a pr~cis6 que ses conclusions devaient
ensuite Ctre transmises au juge d'instruction et que celui-ci
n'6tait "pas liC" aux requisitions du procureur. "C'est le juge qui
decide" A la fin, a-t-il ajoutC, rappelant n~anmoins que le
procureur avait la possibility 16gale de faire appel.
"Le fond viendra apris", a encore assure M. Joseph,
interrog6 sur la probability que les Amdricains soient renvoyds
devant un tribunal.


UN MIOIS DE DEUIL


Le president Prival appelle les diff~rents secteurs de la soci~th

dans la solidarity et la discipline pour construire une nouvelle Hai'ti


de points et d' infrastructures routibres, a soulign6 le chef de
l'Etat qui a demand l'acc616ration des travaux qui avaient
commence avant le s~isme, dont la construction de la route
=- - - --= =


Pas de decision ieudi sur les Ambricains






_ IIU VIIIILYVIIV IV1


no A~~l crgosrwa ss oe

Reach Further And Faster withAmenjet.

7- N C
IICT.I..,10I*-.. .r


OUR VDB R SEIWATIONS DE CAROD, APPELEZ

1 00 2 0 957
on envoys naus un e-snall-


Mercredil7F6Yrier2010
Haiti en Marche Vol XXIV N 04


Page 8


Les mbdecins s'interrogent sur le cas d'un survivant


qui serait rest 27 jours sous les dbcombres
PORT-AU-PRINCE, Haiti -Un homme pourraitbien stable, a annonc6 Mme Ynclan. Aprbs avoir repris ses sprits, "Sur cette base (son histoire), nous le croyons", ~
avoir surv~cu 27 jours sous les d~combres apris le s~isme en il a racont6 aux m~decins qu'il venait de terminer de vendre d~clard le Dr Dushyantha Jayaweera, un des m~decins d~
Haiti, ont estimC mardi des m~decins. Ilavait 6t6 retrouv6 lundi son riz sur le march quand le s~isme a frapp6 Port-au-Prince. I'hipital de campagne, qui 6Yoque la possibility qu'Evant
sous les d~combres d'un march aux puces de la capital. Il s'est alors retrouv6 coinc6 sous les d~combres, sans Monsigrace ait pu disposer d'eau et de fruits ensevelis avec
L'histoire a suscit6 le scepticisme des responsables blessures graves, g l'endroit oix se trouraient les vendeurs de lui sous les d~combres.
sanitaires, qui jugent que personnel ne peut vivre aussi nourriture et de boissons. L'homme, dont le t~moignage n'a pu Ctre v~rifiC d~
longtemps sans eau. Les m~decins estiment que les survivants 1 source ind~pendante, avait affirm dans un premier tempt
d'un d~sastre peuvent rester en vie deux semaines avec dess 4- n'avoir eu ni eau ni nourriture, a dit le Dr Jayaweera. Le fail
reserves d'eau, mime sans soins m~dicaux. qu'il ait des functions r~nales normals avec palpitations
Evans Monsigrace, vendeur de riz du march aux cardiaques suggbre qu'il ait au moins bu quelque chose, mait
puces de Port-au-Prince, a 6tC amend lundi au centre medical pas en quantity suffisante pour 6viter la d~shydratation, ~
de l'Arm~e du salut, souffrant de d~shydratation et de pr~cisC lem~decin.
malnutrition, par deux Haitiens qui ont dit qu'il 6tait pris au Il est impossible de vdrifier si des personnes on
pibge dans les d~combres du march depuis le s~isme. Ces t- apport6 de l'eau et de la nourriture g l'homme, a d~clard i
deux hommes, qui n'ont pas 6td identifies, I'auraient retrouv6 l 'Associated Press Michael Andrew, un volontaire au centre
et sont la seule source de cette information, a annonc6 l'Arm~e -".m~dical de l'Arm~e du salut. De nombreux 616ments doiven
du salut sur son site Web. encore Ctre Cclaircis, a-t-il ajoutC. La question se pos~
II a ensuite 6tC transf~rC dans un 6tat critique g notamment de savoir pourquoi les 6quipes de secourt
l'hipital de campagne install parl1'Universit6 de Miami, oil il internationals n'ont pas 6td alerties de ce cas.
"est arrive d61irant, demandant g mourir a racont6 Nery Ynclan, Le tremblement de terre en Hai'ti a tuC 230.000
une responsable communication de l'universit6 de Miai"esnen stsriv 2 or a mi. sa" a-- personnes, selon les chiffres annonc~s mardi par l~
'Peronn nepeutsurivr 28 our sas ea", -t-gouvememesnt haltien. La demnibre survivante av~rde est un
elle estimC. En revanche, "Yous pouvez tenir neuf semaines L~ejeune honune sorti des dicombres apres 27 jours, jeune fille de 16 ans, retrouv~e dans les d~combres 15 jourt
sans nourriture". certain spdcialistes doutent qu 'un organisme human aprbs le s~isme surrenu le 12 janvier.
L'homme, Ag6 de 28 ans, 6tait mardi dans un 6tat puisse resister aussi longtemps (4FP) The Canadian Presr



Pour le po~te ha'itien FrankEtienne,


il faut "apprendre A chevaucher notre chute"
PORT-AU-PRINCE, 12 fdv 2010 (AFP) Le mur sur Pour le po~te, romancier, dramaturge, qui a pint "la d~faillance et l'irresponsabilit6 de nos dirigeants", qui "n'on
lequel s'appuie sa bibliothbque s'est en parties effondrd. Mais plusieurs milliers de tableaux et requ en 2006 le prix de la jamais su pr~voir" et "laiss6 construire n'importe comment", d~
les livres sont rests debout. Fondation Prince Claus (Pays-Bas), le s~isme du 12 janvier est peur "d'affronter la col~re populaire".
"Homme de signss, le po~te et peintre haltien une confirmation de l'"esth~tique du chaos", dont il est depuis Mais le d~sastre fournit, selon lui, une chance uniqu~


a
e


s
c
e

t
s


t



j


s


t
e

e


- de tout rebitir: i


FrankEtienne voit dans "I'apocalypse" du 12
janvier l'occasion d'un "rdveil collectif".
"Il arrivera souvent que l'onfLl~chisse,
que l'on tombe", dit, en d~tachant chaque .
syllabe, le dramaturge A barbe blanche, dans
un entretien g l'AFP, "mais il nous faudra alors
apprendre g chevaucher notre chute".
"Transformer sa chute en cheval": la
metaphore n'est pas nee ily a un mois, au "pas-
sage du monstre" qui a frapp6 les "reins" de
sa maison et manquC de tuer le po~te, Ag6 de
73 ans, et son spouse Marie-Andr~e.
Elle figurait au coeur de "Melovivi" -
(Le pi~ge), une pibce de thditre 6cologique
"pr~monitoire", achev~e en d~cembre, et que
FrankEtienne devait interpreter le29janvier.
"La terre vacille, la terre titube, la terre
zigzague",r~cite le po~teauxyeux bleus, sous _
le patio de sa maison du quarter de Delmas A I
Port-au-Prince, aux piliers tout just renforc~s
d'6tais m~talliques.
"La terre vire et chavire en
tressaillement de fraveur et d~raillement de -
terreur. C'est la gangr~ne dans l'op~ra, 1e maca- n.., ,i
bre op~ra des rats". ,,,i,,,,.
Auteur d'une trentaine d'ouvrages
dont "Les chevaux de l'avant-jour" (1966), "Mikr g crever"
(1968) et "Ultravocal" (1972), FrankEtienne est nd le 12 arril
1936 dans la province de l'Artibonite d'une jeune paysanne et
d'un industrial am~ricain qui l'avait "adopt~e" avant de la
renvoyer a sa terre.


p pU UrV"'VII ~CI
1804 (date de l'ind~pendance, ndlr) que toutes
les structures du pays se sont effondrdes".
"Nous sommes gun tournant", ajoute
l'intellectuel carib~en: "ou bien ily a un rdveil,
ou bien c'est l'effondrement g~ndral".
Dans cette perspective, I'aide
international n'est pas une menace immediate
a la souverainete du pays, juge-t-il.
"Composons, n~gocions",
recommande l'homme de lettres: "Ije ne suis pas
contre tes intCrits personnel mais fais en sorte
que les miens ne soient pas totalement nids".
Quant aux pessimistes qui voient en
Haiti une terre A jamais maudite, FrankEtienne
les recuse: "c'est d~douaner les Trais
coupables". Et "quand on fait allusion g cela,
on est g un centimetre de dire que c'est le
vaudou qui est responsible", ce qu'il trouve
injuste.
Car le po~te respect les signes et les
-symboles. Le 10janvier, une voix l'ar~veillC au
Spetit matin, I'enjoignant, sans explication,
1 ~,~ ~, ,, d'acqu~rir une m~daille de Saint-Andr6.
n,, Ce pendentif noirci qu'il porte
aujourd'hui autour du cou comme un talisman,
son chauffeur l'a d~nich6 dans une ville voisine de Port-au-
Prince, dont Saint-Andr6 est le patron: Ldogine, I'6picentre du
s~isme.


s


~, e ,,,, ,<, II I /11 ,,,,/ n,11 ,,rp Ili .., ,,, n, ,,t11~ 1,, ..,,,,, Il lll,,,1 1 a l il /


quarante ans le h~raut, A travers le movement "spiraliste".
"Ces zones qui ont 6tC ravages, c'est sinusoi'dal", souligne-t-

De mime sur le plan politique. "La presque minute de
cet 6Y~nement ravageur" a rdV616


PORT-AU-
PRINCE L'actrice
am~ricaine Angelina
JOlie s'est rendue mardi
en Hai'ti pour
rencontrer des enfants
victims du s~isme du
12 janvier et des
personnel de l'ONU.
La star,
ambassadrice du Haut
Commissariat de

e~f g ds (pl7R), less
arrive en Hati via une
base de l'ONU A Port-
au-Prince.
Elle s'est
ensuite rendue dans
un centre de SOS
Children's Village.
Cette association
h~berge les 33 enfants
qu'avaient tent
d 'e xfilt re r di x
Am 6ricains ,
aujourd'hui poursuiris


~a~."i0 1


U


4njelina Jolie visit un orphelinat de la capital hai'tienne
devant la justice haltienne pour "enl6Yement de mineurs et
association de malfaiteurs".
Lundi, I'actrice a rendu visit g des enfants haltiens
soign~s en R~publique dominicaine. Elle a effectuC une visit
dans le service de p~diatrie de l'hipital Dario Contreras de
Saint-Domingue, sp~cialis6 dans le traitement des
traumatismes.
Angelina Jolie et son partenaire, I'acteur amdricain
Brad Pitt, ont fait un don d'un million de dollars Af organisation
M~decins sans frontibres (MSF) aprbs le violent tremblement
de terre qui a fait au moins 212.000 morts.


"

rl~ r

-- -





NE< .
Door to Door Service
~r~r~n r ., s available.


HAITl TEFNT BON *


Angelina Jolie en Ha'iti g la rencontre

d'enfants victims du s~isme


Nous summes
spcialia~ie dans...
Cargo 06n~rl. Brlia.
Prodults p~rteeables. E
personnel, Produlta
exploads, Toules diene1
de malrrials


PCI l ~ eZICI L




Mercredi 17 F6Yrier 2010
Haitienl~arche *VolXXIV N" 04


Page 9


%"
I~~


CX *..


~IIL~


1


;~ c'u


CP~?'"~~


er
r,
'3r


:~c\'CI


~os


c~-~ ~LT


Ir~J~
rlL ~I


6''~ rI t;

IL,










AVI LEGAL
Dapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize vote yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enfbmasyon nou reseywa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap made nou kontakte
SipBvizB Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab reseywa enft~masyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou we kouman pou nou
rezoud pwoblem la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a 16t sa-a, sa gen dwa mennen SipBvizB Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistem enskripsyon vote Eta-a. Si w genyen ankenn
kestyon sou koze sa-a, tanpri kontaktt SipBvizB Eleksyon yo nan 2700 NW 87" Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363.


Adames, Victor D 14235 SW 155Th Ct Miami FL 33196 Jarvis, Jamar R 5250 NW 26Th Ave #24 Miami FL 33142
Adams, Solomon 3067 NW 75Th St Miami FL 33147 Jefferson, Sabrina 10050 W Guava St # El Miami FL 33157
Adkins, Todd M 2302 Cornwall St Miami FL 38138 Jenkins, Robert B 2150 NE 169Th St #321 N Miami FL 33162
Alfonso JR, Gilberto 28205 SW 125Th Ave Homestead FL 33033 Johnson, CrlnA PO BOX 702 Pine Hill AL 36769
Alvis, Kenneth R 616 NW 67th St Miami FL 33150 Johnson, Lionel L 1285 NW 100Th St Miami FL 33147
Anhn,Nathaniel 2773 NW 44Th St Miami FL 33142 Johnson, Timothy J 6511 NW 12Th Ave #1 Miami FL 33150
Arencibia, Lorenzo M 221 Meridian Ave #306 Miami Beach FL 33139 Johnson, Uyss8275 NW 18Th Ave Miami FL 33147
Arias, Armando J 13421 SW 68Th St Miami FL 33183 Jones, Agl M 4779 NW 22Nd Ave #B Miami FL 33142
Armstead, Eddie L 3163 Hibiscus St Miami FL 33133 Jones, Julia 3905 NW 171St Ter Miami Gardens FL 33055
Avila, Pedro 1340 NW 27Th St Miami FL 33142 Kem, Alvin H 10801 SW 72nd St Miami FL 33173
BdeTamika L 2328 Midtown Ter At1032 Orlando FL 32839 KigJR, Rlh2020 Wilito St OaLocka FL 33054
Bie, Shawn 44 NW 12Th ST Homestead FL 33030 KigSR, Dontrail D 8500 NW 17Th Ave Miami FL 33147
Barron, Tony 811 NW 52Nd St Miami FL 33127 King, Anthony L 2525 NW 66Th St Miami FL 33147
Belhomme, James L 176 NE 60Th St #1 Miami FL 33137 Llat, AtoyP 1636 SW 9Th St Miami FL 33135
Beyr,Robert A 4601 NW 183Rd St #G5 Miami FL 33055 Le Sane JR, Charles J PO BOX 540472 OaLocka FL 33054
BerRhona J 2520 NW 155th St Miami Gardens FL 33054 Leandre, Louisa 1463 NE 148Th Miiami FL 33161
Ber,William 1101 NW 45Th St Miami FL 33127 Lewis JR, GereJ 18930 NW 42Nd Pl Miami Gardens FL 33055
BeigoJoan B 1483 NW 42Nd St Miami FL 33142 Limardo, Jose E 835 Codadad St OaLocka FL 33054
Blatch, Michael D 15720 NW 44Th Ct #2 Miami FL 33054 Lockett, Lauita D 514 NW 13Th St Florida CiyFL 33034
Bonnet Carlos A 2912 NW 132Nd St #631Oa Locka FL 33054 Loe SR Manuel O 1450 NE 109Th St Miami FL 33161
Bowden, Johnn L 5410 NW 13th Ave #9 Miami FL 33142 Ludlow JR, Nathaniel K PO BOX 371224 Miami FL 33137
Brd,Robert 1301 NW 61st St Miami FL 33142 Lyos Edwin C 1254 NW 71St Ter Miami FL 33147
Britt, GayL 3100 NW 60th St Miami FL 33142 Malcolm, Michael L 8030 NW 5th St Miami FL 33150
Broadnax, Ramont R 15820 NW 17Th Pl Miami Gardens FL 33054 Mlr, Nathan 2196 Ali Baba Ave OaLocka FL 33054
Broussard, Loucindi V 13345 NW 17Th Ct Miami FL 33167 Mans, Victor L 178 NE 45Th St Miami FL 33137
Brown SR, Michael T 15945 NW 22nd Ct Miami Gardens FL 33054 MaqeJoshua A PO BOX 420187 Miami FL 33242-0187
Brown, Christhe 2970 NW 153Rd Ter Miami Gardens FL 33054 Marshall, La TA 6243 NW 14Th Ct Miami FL 33147
Brown, James 1560 NW 50th St Miami FL 33142 Mc Griff, Delilah N 1371 NW 61St St #1 Miami FL 33142
Brown, Melissa 14101 SW 282Nd St Homestead FL 33033 Mc Kenzie, LaoaT 15817 NW 39Th Pl Miami Gardens FL 33054
Brown, RonyL 1305 NW 6th St Miami FL 33125 Mc Rae, Robert N 20142 NW 58Th Ct Hialeah FL 33015
BynAnnette 8455 N Miami Ave #5 Miami FL 33150 McKenzie, Vincent C 1503 NW 81St St Miami FL 33147
Caba, JnyA 18451 NW 37Th Ave #218 Miami FL 33056 Milindez, Travanti M 16235 NW 22Nd Ave Miami Gardens FL 33054
Cail, Wanda M 1311 NW 62Nd Ln Miami FL 33147 Mills, Jerome 2840 NW 51St St Miami FL 33142
Calvo, Roberto 2615 NW 23Rd Ave Miami FL 33142 Mincey, Paul 1970 NW 47th St Miami FL 33142
Carabeo JR, Isaac 608 E 34Th St Hialeah FL 33013 Miro, JyilF 1395 NW 27Th St Miami FL 33142
Carr, Jabbar A 5075 NW 27Th Ave #A Miami FL 33142 Mizell, Rlh2236 NW Miami CT Miami FL 33127
Carter, Smy2223 NW 63Rd St #A Miami FL 33147 Mbe, Donna Y 2168 NW 91st St #C Miami FL 33147
CauseAgln T 1475 NE 1 11Th St #107 Miami FL 33161 Molina, Abraham 5314 SW 141st Ave Miami FL 33175
Cecilio, Juan 322 SW 17Th Ave #2 Miami FL 33135 Molina, Luis M 18866 NW 65Th Ct Hialeah FL 33015
CedMartin 1385 NW 24th St Miami FL 33142 Mo~, Christian L 751 E 13Th St Hialeah FL 33010
Chambers, Louise 13055 NE 6Th Ave #306 North Miami FL 33161 Mneud, Carlos V 4580 E 1St Ave Hialeah FL 33013-1802
Charles, Wisler 5627 NW 6th Ave Miami FL 33127 Moore, Freddie 935 Pennslai Ave 306 Miami FL 33139
Chatfield, Calvin 1319 NW 71St Ter Miami FL 33147 Mora, Michael A 801 Cri St #206 Coral Gables FL 33134
Chennis, Lty S 22301 SW 117Th Ct Miami FL 33170 Morales, Michael 2718 NW 22Nd Ct Miami FL 33142
Chester, Michael 7133 NW 20th Ave Miami FL 33147 Moss, Kenneth R 15722 NW 39Th Ct Miami Gardens FL 33054
Coleman, Curtis 461 NE 82Nd Ter Miami FL 33138 Muniz, William 1020 N Krome Ave Homestead FL 33030
Collie, Kevin A 2160 NW 87Th St Miami FL 33147 Newton, Raymn A 2920 NW 210Th Ter Miami Gardens FL 33056
Collins JR, William F 1595 NE 135Th St #429 Miami FL 33161 NoigEdio 1724 NE 8Th St Homestead FL 33033
Collins, Antonio 6201 NW 10Th Ave #19 Miami FL 33150 Ondares, Fernando O 1441 SW 5Th St #1 Miami FL 33135
Colon, AelL 14759 SW 82Nd St Miami FL 33193 Ood, Keith L 1000 NE 41St Ave Homestead FL 33033
Colon, Jose 3621 NW 16th Ter Miami FL 33125 Paez, Javier 642 E 45Th St Hialeah FL 33013
Colter, Mark 15735 NW 27th Pl Miami Gardens FL 33054 Palancar, Manuel F 863 NW 122nd Ave Miami FL 33182
Ceo, Rafael 2551 NW 13th St Miami FL 33125 Parks, Clifford L 20100 W Countr Club Dr #602 Miami FL33180
Cruz, Herminio 28205 SW 125Th Ave Homestead FL 33033 Pautier JR, Carlos A 139 NW 17Th Pl # 4 Miami FL 33125
Cruz, Juan PO BOX 28425 Hialeah FL 33002 Pearsall, Edwin L 9800 NW 26Th Ave Miami FL 33147
Davis, LryJ 2520 NW 155Th St Miami FL 33054 Pearson, Albert 13875 NW 22Nd Ave #176 Miami FL 33054
Davis, Tor 15455 SW 288Th St #E7 Homestead FL 33033 Perez, Cesar 2728 SW 1St St Miami FL 33135
DwoWinston 2234 NW 86Th St Miami FL 33147 Perz Rafael 272 NW 10th St Homestead FL 33030
Dean, Deon 3050 NW 44th St Miami FL 33142 Perry, Alfonso L 5821 NW 7Th Ave #507 Miami FL 33127
Delice, Monica 1535 NE 153Rd Ter N Miami Beach FL 33162 Pino, Mario J 2521 SW 124Th Ave Miami FL 33175
Dirosier JR, Abdias 3173 NW 93Rd St Miami FL 33147 Poole, Alfred E 801 NE 199Th St #101 Miami FL 33179
Dorce, Woodley J PO BOX 173056 Hialeah FL 33017 Porter, Tyrn 3935 NW 176Th St Miami Gardens FL 33055
Dumas SR, Ronnie D 29821 SW 147Th Ave Homestead FL 33033 Profit JR, Leon 2901 NW 48Th St Miami FL 33142
Eliacin, Brian T 2530 NW 170Th Ter Miami Gardens FL 33056 Prudent, Ronald 850 NE 171st Ter Miami FL 33162
Ellerbee, Michael 15413 SW 288th St Homestead FL 33033 Pryor, Julia A 826 West Dr Opa Locka FL 33054
Falmer, David 3170 Elizabeth St Miami FL 33133 Rambo, Marcus 4601 NW 183rd St #F16 Miami FL 33055
Farqharson, Atiba D 14455 SW 293Rd Ter Homestead FL 33033 Reed, Travis D 828 NW 66th St Miami FL 33150
Felder, SaoaD 2018 NW 5Th Pl Miami FL 33127 Reid SR, Ronald F 3301 NW 154th Ter Miami Gardens FL 33054
Fernandez, Gabriel 1510 NW 36th Ave 33125 Miami FL 33125 Reid, Tmty6212 NW 14Th Ave Miami FL 33147
Fernandez, JreI41 SW 31St Ct Miami FL 33135 Rimondi, Michelle R 3415 SW 92Nd Ave Miami FL 33165
Fiueroa, Olmer 19201 NW 48Th Ct OaLocka FL 33055 Rios, Richard J 28501 SW 152Nd Ave #146 Miami FL 33033
FlgeCharles T 650 NW 122Nd St at #406 North Miami FL 33168 Rivers, Javon 4610 NW 18Th Ave Miami FL 33142
Fonseca, Ruben 2335 W Faler St #8 Miami FL 33135 Robinson, Eric D 2239 NW 102Nd St #A Miami FL 33147
Fortune, John B 19541 NW 37th Ct Miami Gardens FL 33055 Robinson, Ivan A 13134 Port Said Rd #2102 OaLocka FL 33054
Foushee, Norris 1824 NW 3rd St Miami FL 33125 RorgeDann 13830 SW 42nd Ter Miami FL 33175
Francois SR, Harold R 9115 Broad Manor Rd Miami FL 33147 Rodriguez, Michael 115 W 2Nd Ct Miami Beach FL 33139
Francois, Mcrly 945 NE 146Th St North Miami FL 33161 Rodriguez, Orlando A 552 NE 160Th St Miami FL 33162
GesebegrJefryM 3724 SW 82Nd Ave Miami FL 33155 Rodriguez, Sehn13700 SW 62Nd St #138 Miami FL 33183
Gilliam, Marlon S 450 SW 15Th Ave #202 Homestead FL 33030 Rer, Fernandas 9624 NW 24th Ave Miami FL 33147
Grant, Edward L 1260 Sesame St OaLocka FL 33054 Rolle, Tavares J 2620 NW 122Nd St Miami FL 33167
Graupea Michael 1500 NE 145Th St #116 Miami FL 33161 Rosa, Felixan 3161 NW 96Th St Miami FL 33147
Grochulski, Richard S 9671 SW 166Th Ct Miami FL 33196 Rosemane, Antwan D 2235 NW 51St Ter Miami FL 33142
Guillot, Barbara 1470 NE 123Rd St North Miami FL 33161 Ross, Elliot M 3451 NW 171St St Miami Gardens FL 33056
Gulle, Tarvan L 2736 NW 45Th St Miami FL 33142 Ross, Terence B 1285 NW 60Th St at1 Miami FL 33142
Guruhq JR, Carlos 2740 SW 118Th Ave Miami FL 33175 Roya,Alexander E 2902 NW 94Th St Miami FL 33147
Hamilton, Johnn M 6209 SW 60Th Ave South Miami FL 33143 Scott, Charles D 1225 NW 63Rd St Miami FL 33147
Hanna, Tryn A 256 NW 67Th St Miami FL 33150 Scott, Eddie C 3400 Florida Ave #2 Miami FL 33133
Harris, Andrew 2020 NW 1St St Miami FL 33125 Smith JR, Artie B 13387 NW 30Th Ave OaLocka FL 33054
Harris, Rene 16231 NW 18Th Ct Miami Gardens FL 33054 Smith,Doan K 2123 NW 83Rd St Miami FL 33147
Harris, Ronald E 290 Millstone Dr Hmton GA 30228-4816 Smith, Zion K 301 NW 177Th St #140 Miami FL 33169
Harrison JR, Luther 19236 NW 33Rd Ave Miami Gardens FL 33056 Solivan, Santos S 621 Lenox Ave #103 Miami Beach FL 33139
Harvard, Michel A 1255 NE 118th St Miami FL 33161 Stafford, Shamanas D 3010 NW 58Th St Miami FL 33142
Hawkins, Venices L 1 135 NW 47Th Ter Miami FL 33127 Sweet, Eric D 2112 NW 93Rd ST Miami FL 33147
Hernandez, Rivin J 1531 NW 16Th Ave Miami FL 33125 TalrCroy E 7001 NW 15Th Ave #12 Miami FL 33147
Herrera, Gilberto 8363 SW 107Th Ave #B Miami FL 33173 Tayo, Joe 1142 NW 65Th St Miami FL 33150
HyodJR, Reinald 2740 NW 208th Ter Miami Gardens FL 33056 Thomas, Alexis W 4241 NW 172Nd Dr Miami Gardens FL 33055
Hig,Jennifer 49 AploDr KigreSC 29556 Thomas, Jackie L 3841 NW 171St St Miami Gardens FL 33055
HdeBob J 19014 NW 46Th Ave Miami Gardens FL 33055 To sn, Renita 16231 NW 18th Ct Miami Gardens FL 33054
Hollige, John W 3341 NW 176Th Ter Miami Gardens FL 33056ThreGeoy 6322 NW 21St Ave Miami FL 33147
Hooker, Michael D 1885 Hre Dr #27 Morrow GA 30260 Thurman, Eric 7753 NW 15Th Ave Miami FL 33147
Howard JR, Willie C 28205 SW 125Th Ave Homestead FL 33033 Thurston, Edward L 1635 NW 75Th St Miami FL 33147
Inram, Mr E 5560 NW 18Th Ave Miami FL 33142 Valdes,Jim 440 E 33Rd St Hialeah FL 33013
Jackson, Calvin A 12424 SW 263Rd Ter Homestead FL 33032 Valdivieso Ill,Joe E 30032 SW 149Th Ct Homestead FL 33033
Jackson, Jerome 1801 NE 140th St #108 North Miami FL 33181 Vasywk Martin C 18680 SW 376th St Homestead FL 33034
Jackson, Laroi 3030 NW 163rd St Miami Gardens FL 33054 Varela, Michael 2156 NW 32Nd St Miami FL 33142
Jackson, Laroi 3030 NW 163rd St Miami Gardens FL 33054 VaraJfr J 4955 NW 199Th St #128Oa Locka FL 33055
James JR, Frankie L 15735 NW 27th Pl Miami Gardens FL 33054 Vincenty,Shari R 3740 SW 122Nd Ct Miami FL 33175
James, Donald E 13763 Sw 152 St Miami FL 33177 Walker, AtoyC 1614 NE 9Th Dr Homestead FL 33033

Kontinye nan lot paj Ia


C~~p~ SipBvizB Ele so,S Kte Miami-Dade (suite page 11)


HaitienMaMercredill 6 rier201'


Page 10


M~IAMIII DADE COUN\JTY








SLe Ma~nolo Inn II


PSYeitS, VOus qui MBvezd Uvni 8Villn9 GauI90vos enF80tS,
COniezlaZ SS u CMP

ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAMMES

LICENCE EN:
Marketing :4 as
Sciences Comptables :4 ane
GestbndesAflaire :4ans
Sciencaslnfanutliques :4ans
Marklding Maagement :2ans
Sea~Btarial bureautique :2 ans
GestiollnFance -Marketing : 1 ao 2 ans
Com M~Ii inomides~ : i n
Assislance Amblestrative : 1 a
Infounetiue cycle court : 5o hoummol~n,
ITEssentials(CISCO) :70llelle5

Pour loutes infornations supplmenlaimes:

Teb.:2!513-8361, 3730-2485, 2246-22499




KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673

Publicitis: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


10 d~partements d'Ctudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Execution de Proj et
Economic et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
Gouvernance

Dipl~me en :
Informatique de Gestion
Relations mubliques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
4ngle Delmas 75 et hIpasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Hai'ti, FFI.

www. cfdehzaiti. com
Par courriel: 4dininistration@i~CDFEHaiti. coni
GBrunet@i~CFDEHaiti. coni

Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575



VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwv, Miami, Florida 3 3161
Phone: (305) 891-2225
Fa\!; 1** s,01-2559
Cell (786) 285-0384


AVI LEGAL
Dapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize vote yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enft~masyon nou reseywa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap made nou kontakte
Sipevize Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab reseywa enft~masyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou we kouman pou nou
rezoud pwoblem la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a let sa-a, sa gen dwa mennen Sipevize Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistem enskripsyon vote Eta-a. Si w genyen ankenn
kestyon sou koze sa-a, tanpri kontakte Sipevize Eleksyon yo nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363.

Walker, Chiug D 121 NW 189Th St Miami Gardens FL 33169 Wiey, Key B 1055 NE 144Th St North Miami FL 33161
Walker, Richard I 2221 NW 151St St Miami Gardens FL 33054 Williams, Andre W 2014 NW 5Th Pl Miami FL 33127
Wallace, Casandra W 17240 NW 40Th Ave Miami Gardens FL 33055 Williams, Charlie 638 NW 62nd St Miami FL 33150
Ware, Andre M 1437 NW 70Th St Miami FL 33147 Williams, Dean T 6504 SW 57th Ave APT 4 South Miami FL 33143
Washingo, David 2731 NW 14Th St Miami FL 33125 Williams, Fredrick A 2306 York St Opa Locka FL 33054
Washingo, Irna L 1041 NW 41St St Miami FL 33127 Williams, Gina M 1515 NW South River Dr Miami FL 33125
Washingo, James 18665 NW 37Th Ave #201 Miami FL 33056 Williams, Herbert L 2080 Wilmigo St OaLocka FL 33054
Washingo, Rickey 2300 NW 56Th St Miami FL 33142 Williams, Thomas J 15600 NW 28Th Pl Miami Gardens FL 33054
Washingo,Tyrn 15955 E Bunche Park Dr Miami FL 33054 Williams, Willie J 6969 NW 17Th Ave Miami FL 33147
Waters, Gerald T 1816 NW 15th Ave Miami FL 33125 Wilson, Gerald E 19020 NW 27Th Ave #106 Miami FL 33056
Watkins, Annice I 16021 NW 17Th Ct Miami Gardens FL 33054 Wilson, John C 1739 NW 47th Ter Miami FL 33142
Watkins, Eda E 3301 NW 175Th St Miami Gardens FL 33056 Wilson, Julio 2735 NW 10Th Ave Miami FL 33127
Welch JR, Collis 1733 NW 47Th Ter Miami FL 33142 Wimberly, Charlisa 416 NW 50Th St Miami FL 33127
Wesb, Dannell O 2285 NW 51St St Miami FL 33142 Wmel, Javonte L 8950 NW 18Th Ave Miami FL 33147
White, Michael A 926 NW 45Th St Miami FL 33127 Woods, Michael A 20931 NW 30th Ct Miami Gardens FL 33056
White, Thomas J 16410 NW 162Nd Street Rd Miami FL 33054 Workman, William J 17211 NW 43Rd Ave Miami Gardens FL 33055
White, Winona N 277 NW 33Rd St #8 Miami FL 33127 Wrgt, Goletha 520 NW 85Th Street Rd Miami FL 33150

MIAM Sipevize Eleksyon, Konte Miami-Dade


Page 11


DA-NS LES NIPPES
* 1)c Ll~llulsoeei de pI'lace
* ( I.Illllitler 1bill COIlIantI .11 00
.Ill Cflllillnalllic ft \1.llC (10


. Le batd Ba rn
* Le Palais de Sudre
Dartiguenave a Anse a
" eau
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17"me
siacle...


Telephones : 566-5361
401-7108 / 514-0304
Slemanoloinnamac.com

nIterniet (liiSponible
p~ourl les clients


Evens H~ilaire


Info (954) 559-7729


C"" "'d ur o II1~ IE~qu o ens porrmmnsrint


m Pa wla evis per bcteas


ADOMI PURCHABING AGENCY
Tel. : 7 86-57-8 80 Fax: 305-756-0970 e- mal. ademnip urchas ing~eaol.col






_ IIU VIIIILYVIIV IV1


www. radio omelo dieh aiti.co m


Mercredi 17 F6vrier 20 10
Haiti en Marche Vol XXIV No 04


Page 12


route de l'effort collectif, de la reconstruction du pays,
ensemble, main dans la main, de fagon r~solue, car elle est
longue. On ne peut plus s'asseoir g attendre la manne ... de la
Communaut6 Intem~ationale.
Un ami m'a parlC de l'id~e d'un grand pacte citoyen,
r~unissant tous les Haitiens autour des points communs,
autour de << l'union fait la force >>, autour de l'id~al qui donna
naissance g la Nation haltienne, mais maintenant sur une base
beaucoup plus 6galitaire. Oui, chers amis, je crois qu'il nous
faudrait absolument sceller ce pacte, un pacte citoyen, afin
d'6viter que la << toile ne se d~chire >>, g cause de notre
sempitemel d~faut de toujours vouloir tirer, dans le sens oppose
g l'autre. Un pacte qui nous portrait g accepter certain
principles de base. Pour le bien du pays.
Maintenant que l'on a << consacr6 >> le pays a << Dieu >>,
saura-t-on se maintenir sur la << voie du salut >> ? Pourra-t-on
enfin se mettre ensemble pour faire avancer le pays ? Pour
changer le pays ? Aura-t-on la capacity de transformer le << d~pi
nan ginen n~g rayi n~g > en << n~g ak n~g ap goumen pou
change peyi d'ayiti >>.
Enfin chers amis, sur les d~combres du pays, pleurant
encore la disparition d'un trop grand nombre de ses enfants,
consolant toujours, les veuves, les orphelins et les families,
tous marquis par le deuil, et au nom de tous ces disparus,
scellons ce pacte du future.


< Le dessin est manqud, la toile se dichire / >>

A. de Lamartine (Toussaint Louverture)

Un mois s'est d~ji could chers amis. Un mois de
souffrance. Un mois D'ind~cision. De choix r~alis~s. Certains
d'entre eux judicieux. D'autres, pas tellement. Quelques-uns,
franchement mauvais. De la part de nos dirigeants A vous
d'en juger. Un mois de chaos. De d~motivation. D'espoir aussi.
II faut le dire. De croire enfin que le moment est venu de :
-D~terminer la part de responsabilit6 individuelle dans
le drame collectif.
-Regarder notre r~alit6 en face.
-S'asseoir, I'un en face de l'autre, les yeux dans les
yeux, << pou manti kaba >>, << Pou nou vanse ansanm >>,
coude g coude, pour 6tablir nous-mimes une feuille
de route et non pas celle que veulent les autres, qui
g~ndralement d~cident pour nous, g notre place, et,
enfin, 61aborer ce pacte citoyen qui nous permettra
d'aller au-del8 de nos differences.

Enfin chers amis lecteurs, durant ce mois qui vient de
s'6couler, le pays a pleur6. Le pays a pride, enfin ensemble. Au-
del8 des differences cultuelles. Au-delB des pr~jug~s. Nous
avons choisi de croire. D'implorer le pardon. Nous avons
accept d'expier. Maintenant, puisque, pour obtenir l'aide du
ciel il faut savoir s'aider, il ne nous reste plus qu'g prendre la


Chers mis lecteurs, nous savons tous que les
catastrophes naturelles accompagnent toujours le
d~veloppement de l'humanit6 et elles sont in~vitables.
Toutefois, nous devons, au mime titre que les autres pays,
arriver g 6tablir des syst~mes efficaces de protection et
d'encadrement de nos populations, en forgant la construction
des infrastructures fondamentales, en renforgant le syst~me
de sant6, en nous efforgant g faire connaitre aux populations
les measures efficaces A prendre face aux catastrophes. Il nous
faut donc, nous aussi en Haiti, emprunter de nouvelles voies,
6tablir de nouvelles modalit~s relationnelles g l'environnement
et au paysage, afin d'encadrer et de prot~ger nos populations
face g ces alas de la nature et r~duire ainsi la vulndrabilit6 de
la soci~tC haltienne. Il nous faut travailler pour r~soudre le
probl~me, en nous attaquant directement aux causes
profondes : la pauvret6, I'ignorance, la negligence des pouvoirs
publics. Nous ne pouvons plus continue gutiliser la politique
de l'autruche. Nous ne pouvons plus toumner le regard pour
6viter d'assumer nos responsabilit~s citoyennes car notre
territoire souffre depuis plus de cinq si~cles d'agressions
sy st~matiques qui finiront par nous ... ensevelir
complatement. Aujourd'hui plus que jamais, il income g
tout Haitien de s'impliquer dans la lutte pour le future.
Mais il faudra agir dans le mime sens.
Pour 6viter que la toile ne se d~chire.
Oscar Germain
germanor2005@!yhoo~fr
Fivrier 2010


CARREFOUR FEUILLE (Haiti), 9 f~v 2010 (AFP) -
Les marches sont bonds, les camions se bousculent sur les
grands axes routiers, et les magasins voient s'aligner les clients
jusqu'au parking, mais l'6conomie haltienne est en lambeaux,
et pratiquement tout le monde cherche un emploi.
Le coeur commercial de Port-au-Prince a 6t6
transformC en terrain vague parsem6 de gravats par le s~isme
du 12 janvier, et le march central qui 6tait l'artbre vitale de la
ville a 6tC d~vast6.
Un grand nombre d'usines, de bureaux et d'6difices
du gouvernement ont 6galement 6tC d~truits ou sont
inutilisables, et leurs employs ne peuvent done pas retoumner
au travail.
Dans ce pays ou~70% de la population 6tait d~ji sans
emploi avant le tremblement de terre, et oix 80% de la population
vivait avec moins de 2 dollars par jour, soit en dessous du
seuil de pauvret6, les difficulties 6conomiques sont litt~ralement
colossales.
Pour Paul Farmer, m~decin et 6missaire adjoint de
I'ONU en Haiti, il n'y a qu'un seul moyen de redresser le pays
le plus pauvre des Amdriques qui compete
9 millions d'habitants: "des emplois, des emplois, des
emplois", a-t-il dit g l'AFP au course d'une visit r~cente sur


place.
Les donateurs intemnationaux espbrent que l'aide va
effectivement stimuler les creations d'emploi.
A Carrefour Feuille, ville proche de la capital, Jean
Jonas, 25 ans, fait partie d'un group de cinq hommes en bleu
de travail qui d~blaient avec ardeur g la pelle des debris jadis
la facade d'une 6glise pour les jeter dans un camion benne.
Le jeune homme est pay6 180 gourdes soit environ
4,50 dollars, pour six heures de travail par jour, six jours par
semaine.
Le travail est p~nible sous le soleilbr~lant, mais plus
que n~cessaire pour Jean Jonas qui doit nourrir sa famille.
"C'est super", dit-il simplement, alors que la sueur
d~gouline sur son visage. "Mais ga ne va pas durer".
Si son employer official est la municipality locale, il
travaille en r~alit6 pour les Nations unies dans le cadre d'un
programme de creation d'emplois sumnomm6 "du cash pour
une tiche".
Dans le cadre de ce programme, les employs ne sont
autoris~s g travailler que 28 jours avant de laisser la place aux
suivants.
L'ONU a d~j recrut6 35.000 personnel par ce biais et
espbre pouvoir atteindre le chiffre de 200.000 si les


financements le permettent.
Mais un porte-parole du Programme des Nations unies
pour le D~veloppement (PNUD), Adam Rogers, souligne que
l' organisation d'un tel programme est difficile, notamment parce
que les employs sont pays en liquid, un grand nombre
d'Haitiens ayant perdu leurs documents d'identit6 pendant le
seisme.
En dehors de ce programme, I'6conomie haltienne a
d~ji fait quelques progrbs prbs d'un mois aprbs le s~isme.
Le port, artbre vitale du pays, toumne pratiquement g
pleine capacity, ce qui 6tait loin d'Ctre le cas avant le
tremblement de terre, et les usines g~rdes par des entreprises
6trang~res fonctionnent g 80%, selon le PNUD.
Et chez certain, la catastrophe a aussi inspire de
nouveaux m~tiers.
Dans le quarter de Delmas, g Port-au-Prince, Vesta
Didier a ainsi trouv6 un filon lucratif. Sur le bord de la route,
elle vocifbre des ordres gun group d'hommes qui d~chargent
un camion plein de fins troncs d'arbres.
Moyennant 300 gourdes la douzaine (environ huit
dollars), un prix jug6 scandaleux par un passant, les Haitiens
qui vivent dans la rue depuis le 12 janvier peuvent acqudrir
ces bouts de bois pour s'en faire un abri.


PORT-AU-PRINCE, 10 f~v 2010 (AFP) -
La Banque mondiale a plaid mercredi pour un
enforcementt des capacit~s du gouvemnement d'Haiti dans le
cadre de la reconstruction" du pays frapp6 le 12 janvier par un
violent s~isme qui a fait plus de 217.000 morts, selon le demier
bilan foumni par les autorit~s.
"C'est important de cr~er un mdcanisme qui permette
de renforcer l'Etat durant ce processus de reconstruction", a
plaid Francis Ghesquiere, envoy special de la Banque
mondiale en Haiti.
Dans le cadre de la reconstruction du pays, la Banque
mondiale souhaite avoir un rle d'appui gla coordination de la
mobilisation et de la gestion des fonds qui seront apport~s
par les pays et les institutions, a indiquC M. Ghesquiere dans
un entretien gl'AFP.
"On sait qu'il y aura des moyens important qui


seront mobilis~s pour soutenir Haiti, ce qui est important c'est
de mettre un mdcanisme pour 6viter une fragmentation des
offres", a expliqu6 l'envoyd special de la Banque mondiale.
"Pour sa part, I'institution peut jouer un rile d'agent
fiduciaire, aider le gouvemnement g faire un montage financier
et administratif', a ajout6 M. Ghesquiere.
Ii a d'autre part assure que la question de la corruption
restait au coeur de l'action de la Banque mondiale.
"On ne peut pas se permettre de d~penser l'argent


des contribuables allemands, am~ricains ou frangais sans
mettre en place et respecter des mdcanismes de contrile. Au-
del8 de la reconstruction propre, c'est un aspect qui sera au
coeur de la r~forme et du enforcement du syst~me administratif
haltien", a soutenu Francis Ghesquiere.
La Banque mondiale a fait un don de 100 millions de
dollars aux autorit~s haltiennes comme contribution aux efforts
internationaux pour faire face g l'urgence crC6e par le
tremblement de terre du 12 janvier.


L~IBRIE PIET\I~SIER.


L'emploi, enjeu crucial pour la reconstruction en Ha'iti


II faut renforcer les capacitis de P'Etat dans la reconstruction


.~r ,

Un mois apre~s le selsme, les Haritens


S OYERnIlSeld CHX-memeS DOur SHYVIVre
(SURVIVRE... suite de la page 4)
Ce qui permettrait d'aider environ 60% des sinistrds. L'Union
europ~enne a annonc6 jeudi une operation militaire pour
acheminer des abris en dur g Haiti capable de resister aux
pluies torrentielles et aux ouragans.
Les leaders de Marassa ont d~cid6 diviser leur
communaut6 en deux campements. Dans la parties ouest, les
membres du comity de s~curit6 de M. Saint Vil patrouillent avec
des batons et s'assurent que les tentes sont occupies par leurs
residents 16gitimes. Dans la moitiC orientale, I'organisation est
similaire mais depend d'un autre comity.
M~me lorsque l'aide alimentaire arrive A Marassa, ceux
qui n'ont pas les bonnes relations courent le risque de ne rien
avoir. "M~me si le gouvemnement dit qu'il va aider tout le monde,
tout le monde ne recevra pas d'aide", resume le pbre Moi'se
Farfan, qui organise des reunions de pribres au milieu des tentes
de Marassa tous les soirs depuis l'effondrement de son 6glise.
AP


dlodie
1 03 .3 J a






LIU VIIIILYVIIV IVIIY-I I i. V I


8~7 .2 rV brr~ib APlfrr'tarer
Tgl: 305 757 4915

FADKIK J VARIE TY STORE

LE MAGASIN PO1R TOUTES LES OCCASIONS.
- 1Ydcerion de peicrurr ent Perer Be Sorsth. FPL~, GA Z, CAB6LE` TV,
B3LL MOBrILITY tc..C...e..
- Connection idld~phoniquea chrc vests...


Mercredi 17 F6vrier 2010
Haiti en Marche Vol XXIV No 04


Page 13


Le Carribbean
PORT-AU-PRINCE, 9 f~v 2010 (AFP) -
Un des plus grands supermarch~s de Port-au-
Prince, d~ji lourdement endommag6 par le
s~isme, s'est 6crould mardi alors que "5 g 8"
personnes se trouvaient g l'int~rieur, a-t-on
appris du responsable du chantier.
Des 6quipes de secours internationals
et l'ONU 6taient g pied d'oeuvre pour extraire
les victims, a constat6 l'AFP.
Une au moins est sorti vivante des
ruines aprbsl'effondrement, selonle responsable
du chantier.
"Entre 5 et 8 personnes" 6taient A
l'int~rieur du magasin quand tout s'est 6croul6
vers 17HOO locales (22H00 GMT), a d~clard A .
l'AFP Meir Viknan, responsable des operations
de d~blaiement du site.
Un secouriste mexicain couvert de
poussibre a ajout6 que deux personnes avaient
6tC rep~rdes mais n'a pas pu dire si elles 6taient
vivantes ou mortes. Les dicombres di


u


QUITO, 9 f~v 2010 (AFP) L'Union des nations sud-
amdricaines (Unasur) s'est engage g remettre 300 millions de
dollars g Haiti pour soutenir sa reconstruction aprbs le s~isme
du 12 janvier, a-t-elle annonc6 mardi A Quito.
Les 12 pays membres de l'organisation, qui ont
d~pich6 plusieurs chefs d'Etat en Equateur pour un sommet
consacr6 g la coordination de l'aide g ce pays, ont fait cette
announce dans une declaration finale publi~e g l'issue de leur
rencontre.
Selon le texte, ils s'engagent g remettre 100 millions
de dollars g Haiti et g demander g la Banque interamdricaine de
d~veloppement (BID) un pret de 200 millions de dollars,
6galement pour lui porter secours.


Ce pret sera "couvert et assumC" par l'Unasur, a-t-on
pr~cis6 dans la declaration finale.
Durant le sommet les pays membres ont 6galement
accord de mener des actions conjointes pour canaliser l'aide
g ce pays et lereconstruire dans le cadre d'un plan coordonn6
par le gouvemnement haltien.
Rafael Correa qui assume la pr~sidence toumnante de
l'organisation, avait aupravant insist sur la n~cessit6 d'6viter
qu'Hai'ti "devienne une colonie", qui passe par la
reconstruction de ses institutions.
"Nous soutenons les efforts du gouvemnement haltien
pour que sous son leadership et en coordination avec les
organismes internationaux et r~gionaux, I'on execute des


activities d'assistance humanitaire", g la population, indique
I'accord.
Au sommet assistaient notamment, outre le
Colombien Alvaro Uribe, le president pdruvien Alan Garcia et
le Paraguayen Fernando Lugo. Le Venezuela, le Br~sil,
I'Argentine, le Chili, la Guyane, le Surinam, I'Uruguay ont
6galement d~pich6 des repr~sentants de moindre niveau.
Fin janvier les Nations unies avaient annonc6 que
les dons promise ou d~ji collects pour venir en aide g Haiti,
avaient atteint au moins deux milliards de dollars.
Le s~isme du 12 janvier a tuC au moins 200.000
personnel, en blessant 300.000 autres et laissant des dizaines
de milliers d'haltiens sans toit.


Les Nations unies menacent de suspendre la
furniture de medicaments gratuits aux h~pitaux d'Haiti qui
font payer leurs patients. Une douzaine d'6tablissements
publics et priv~s sont dans le collimateur de l'ONU, ont d~clard
mardi des responsables onusiens g l'Associated Press.
Aprbs le s~isme meurtrier du 12 janvier demnier, les
autorit~s avaient imm~diatement d~cid6 la gratuity de tous les
soins m~dicaux. Plus de 200 organizations internationals
d'aide m~dicale ont envoy des 6quipes pour participer g la
prise en charge des blesses et des millions de dollars de dons


de medicaments ont 6tC acheminds dans le pays.
D'aprbs des responsables des Nations unies
interrog~s par l'Associated Press, une douzaine d'hipitaux,
publics ou priv~s, ont commence g faire payer aux patients les
medicaments. Ils ne pouvaient dans l'imm~diat fournir les noms
des 6tablissements, mais ont pr~cis6 qu'ils se trouvaient en
plusieurs points du pays, y compris g Port-au-Prince, la capital
d~vast~e par le tremblement de terre.
"Les sommes sont 6normes", expliquait Christophe
Rerat de l'Organisation panam~ricaine de la sant6, bureau


regional de l'Organisation mondiale de la Sant6 (OMS). D'aprbs
lui, environ million de dollars (727.229 euros) de medicaments
ont 6tC envoys des seuls entrepots de l'ONU vers les h~pitaux
haltiens au course des trois demnibres semaines. Les h~pitaux
n'ont pas besoin de faire payer les patients pour pouvoir verser
les salaires de leurs personnel car les employs du ministbre
haltien de la Sant6 sont r~mundr~s grice aux dons, a-t-il ajoutC.
Environ 90 h~pitaux fonctionnent actuellement g Hati,
en comptant les 6tablissements publics et priv~s et les h~pitaux
de champagne installs aprbs le s~isme. Un membre de la
commission cr66e par le gouvemnement haltien pour faire face
g la crise sanitaire, le Dr Jean Hugues Henry, disait pour sa
part ne pas avoir connaissance d'hipitaux faisant payer des
soins ou des medicaments.
L'ONU entend d~sormais cesser d'approvisionner
tout h~pital surprise en train de faire payer les medicaments aux
patients. Elle envisage toutefois de poursuivre
I'approvisionnement des organizations non gouvemnementales
op~rant dans des h~pitaux priv~s si elles donnent l'assurance
que leurs patients sont soign~s gratuitement. AP


Alors que de 70 % des 6tablissements scolaires ont
6t6 d~truits, le gouvemnement souhaite rouvrir rapidement les
classes. Mais il n'a pas les moyens d'atteindre son objectif.
Rien ne sera plus comme avant pour les 6coliers de
Port-au-Prince, la capitale ravage par le s~isme du 12 janvier.
Les bitiments essentiellement enb~ton dans lesquels
fonctionnaient les institutions scolaires ont 6tC en grande partie
d~truits. Ceux qui ne se sont pas 6croulds ou qui ont 6t6
fortement endommag~s par le s~isme sont considers par la
plupart des 616ves comme un danger de mort qu'il faut g tout
prix 6viter. Il est done hors de question d'y remettre les pieds.

Catherine-ln Ca rfou (su de P rt a-rn e, soi m i uv
ses course, a 6tC balay6 par les premieres secousses du
tremblement de terre. II a et6 sauv6 sous les d~combres de son
cole deux heures apris le s~isme. II avu souffrir et mourir ses
camarades. Malgr6 le temps qui passe, les images de la catas-
trophe restent encore vivantes dans la tite de l'adolescent.
"Nous nous appretions g quitter la salle de classes
quand soudain la terre a tremble. J'ai vu des blocs de b~ton
tomber sur la tite de mon professeur, raconte-t-il. Ily avait des
cris partout. J'arrivais g identifier la voix de certain de mes
camarades qui demandaient de l'aide", se souvient-il avec
horreur.
A la radio, le coll~gien a entendu parler de la prochaine
rdouverture des classes. Mais l'id~e de rentrer g nouveau dans
une salle de classes l'angoisse. "Je ne veux plus retoumner dans
cette cole ni dans aucune autre Ccole construite en b~ton"
dit-il avec insistence. Comme Richard, ils sont des dizaines de
milliers d'6coliers haltiens traumatis~s qui vont devoir retourner
g l'6cole un jour ou l'autre. Mais comment ? Les 6tablissements
scolaires sont majoritairement en ruine. Alors que le
gouvemnement peine g trouver des tentes pour h~berger les
sinistrds, il announce n~anmoins une reprise des course sous
des tentes. "Le retour g l'6cole est indispensable", martble le
ministry de l'Education national, Joel Desrosiers Jean-Pierre.
"Cette r~int~gration des 616ves permettra une prise en charge
psychologique et social pour les enfants qui sont encore sous
le choc du s~isme", ajoute-t-il. Selonles autorit~s, des disposi-
tions ont 6t6 prises en vue d'encadrer les 616ves qui ont fui la
capitale pour se r~fugier dans les provinces. On estime qu'ils
sont plus de 200 000 dans ce cas. "Toutes les measures seront


prises pour faciliter la rdouverture des classes. Des 6coles
seront r~quisitionndes, d'autres fonctionneront sous des
tentes. L'6cole est le seul espoir pour le pays", assure le
ministry.
G~ndralement, les tentes alloudes aux sinistr~s sont
(TENTATIVE/p.14)


Zeuk Frais-n;cs. Anireem~in I
* Vsden~'srl d outwns. Ameiriarnm. Doumnitrs Drtu
- I'b~.#diUIle IIe urd


IN SOL I TE


Market tue encore
"11 y avait des pilleurs g l'int~rieur du
bitiment, j'essayais de les faire sortir quand tout
s'est effondr6", a racont6 le responsible du
*~i chantier.
.. I L'affaissement des ruines du bitiment
a laiss6 sur place un amas de morceaux de b~ton,
** ... _de barres de fer et de plastique. Au fond, on
4 pouvait apercevoir une grosse pelleteuse jaune.
. Le Carribean Market 6tait un grand
supermarch6 de cing stages trbs fr~quent6 de
Port-au-Prince. Le 12 janvier, plusieurs stages
s'6taient 6cras~s les uns sur les autres tuant des
dizaines de personnel, clients et employs. Les
travaux de d~blaiement avaient d~marr6 samedi.
Depuis le tremblement de terre, des
habitants venaient chaque jour devant ce
supermarch6, malgr6 l'odeur insoutenable en
raison des cadavres encore coinc~s. Certains
grimpaient sur les ruines pour aller chercher des
provisions puis les jetaient aux autres, dans la
Carribbean Market (photo AFP) rue.


Aide de 300 millions de dollars promise par P'Unasur


L'ONU menace de suspendre P'approvisionnement


des h~pitaux qui font payer les patients


'cole tente de rep rendre ses droits


O~uvert

d JOUrs

par


Shr30 am



7h30 pm



* Irellulal- &L Tkkepres
* Slulless cl Sandales
* Prroetsa per la cuisine
* I';alceau 4
* l'1kalrca7
Kwiqcgran






_ IIU VIIIILYVIIV IV1


!JlOU E T S I


Solutions de la
semaine passed.


BATTES
BE CTE S
BE CHE S
SEC HE S
SEC HE Z





Arngez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais










Solutions de la semaine passe
OPPIDUM


Solutions de la semaine passe

F ILI A L ES
AV EN T UR E
NO1 TRAC
T PILI AIIT
AT OU T LA
S U R LI
MIA L MIE N E R
E L E V E U S E


I


Mercredi 17 F6Yrier 20 10
Haiti en Marche Vol XXIV N 04


Page 14


Allez de JOUETS a PERLES, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


PERLES


TROAEL
PET IVA
MD VX RV
SIAU FE
F PL FLN
CS VI WT
G UUDER


R JEL
G HNX
LOTE
NRRM
OEIG
DICH
ULUN


AVCO
LAMR
VLEI
E VRF
SUII
SLACK
IENE
GPOM


I
T
R
A


IP
CO


OECLPL
ICIEER
KMRMRQ
KITIIY


USMUR
LTOLO
EEIMC
DRDOE
R IENR
OESAE
IUTIT
TRBRR
TE ZEA


QLUKRA
NEC WRX


Trouvez 20 parties du coeur human dans le carre ci-dessus


(...suite de lapage 2)


rapprochant, ils vont aider le red~marrage des ministries, dont beaucoup ont
6tC andantis par la secousse qui a fait quelque 212.000 morts, a pr~cis6
1 ancien Premier ministry de la Jamai'que, Percival Noel James Patterson.
"Nous allons obtenir le soutien de pays comme la Dominique et Sainte-Lucie
oid les gens peuvent discuter en creole", a d~clard M. Patterson, envoy
special pour Haiti de la Communaut6 carib~enne, un regroupement r~gional.
Le creole haltien est la langue officielle d'Haiti, oid le frangais, la
langue de l'ancien colon, n'est souvent maitris6 que par les 61ites.
Cr66 par les esclaves africains qui travaillaient dans les plantations des
iles des Caraibes, le creole est un compose de frangais, anglais, espagnol,
am~rindien et de plusieurs dialectes d'Mfrique de l'ouest.
En depit de differences lexicales et grammatiques d une 11e a l autre, le
creolee antillais" est parfois vu comme une langue unique, en opposition aux
autres crdoles, de Louisiane ou de La R~union, par example.

Don de 5,66 millions USD du Fida aux petits producteurs agricoles
ROME, 8 fdv 2010 (AFP) Le Fonds international de d~veloppement agricole (Fida, agence
de l'ONU) a annonc6 lundi un don de 5,66 millions de dollars g Haiti pour amdliorer la
production agricole dans certaines regions pauvres du nord du pays frapp6 par un s~isme le
12 janvier.
L'accord a 6tC sign g Saint-Domingue par le ministry haltien de l'Agriculture Joanas GuC et
la directrice de la division Amdrique latine et Caraibes du Fida Josefina Stubbs, selon un
communiquC du Fida diffuse g Rome.
Le Fida souhaite en particulier "soutenir plus de 240.000 petits agriculteurs en leur procurant
des semences, des engrais et des outils agricoles", a indiquC Mme Stubbs.
"Ce don vient s'ajouter au project en course pour accroitre la production agricole et
moderniser l'infrastrututre de l'irrigation", precise le communiquC.
Joanas GuC doit se rendre vendredi g Rome pour rencontrer les chefs des trois agencies des
Nations unies qui y ont leur sibge (FAO-Fida-Pam) et discuter avec eux du d~veloppement
agricole g moyen et long terme, de la s~curit6 alimentaire et du processus de planification en
matibre de nutrition.
Bien que l'dvaluation des d~gits causes par le s~isme g l'agriculture haltienne soit encore
en course, des infrastructures agricoles vitales comme les installations de stockage et les
routes principles ont 6tC endommag~es dans les zones rurales.

Ha'iti sollicite l'aide international pour son agriculture
Un mois aprbs le s~isme qui a ravage Haiti, le ministry haltien de l'Agriculture a demand
vendredi g la communaut6 international de soutenir un plan de 700 millions de dollars (515
millions d'euros) en fareur de la production agricole et de la creation d'emplois dans son
pays.
Joanas Gue s est exprim6 g Rome lors d une reunion avec des responsables de l'ONU, des
diplomats, des organizations humanitaires et des banquiers au sibge du Programme
alimentaire mondial (PAM) de l'ONU.
Cheryl Mills, conseillbre de la secretaire d'Etat amdricaine Hillary Clinton, a souligne que
l'investissement dans l'agriculture 6tait essential pour lutter contre la pauvretC. "Si nous
pourons mettre des gens au travail dans l'agriculture, augmenter leurs revenues, renforcer
leurs marches et les soutenir pour cultiver et acheter des aliments nutritifs (...), nous
apporterons de rdelles incitations aux Haitiens pour vivre et travailler dans des regions du
pays comme le nord et f'ouest, qui sont moins vulndrables aux catastrophes naturelles".


L' cole tente


ae reprendre ses droits
(TENTATIVE... suite de lapagel14) quittC la capital n'a pas encore 6tC
en matibre plastique. Haiti 6tant un pays tropi- comptabilis6. Officiellement, aucune date n'a
cal, la temperature sous la toile peut monter 6tC communique pour la rdouverture des
jusqu'g 45 OC pendant la journ~e. classes gPort-au-Prince.
Manifestement, les 616ves et les enseignants En revanche, I'6cole reprend
vont Ctre obliges de travailler dans ces condi- timidement dans les autres d~partements du
tions trbs difficiles. Le coordonnateur du pays. Pour tous, la vie quotidienne tente de
Programme de recensement des edifices continue avec le soutien de la communaut6
scolaires endommag~s, Reynold Telfort, a pour international, le gouvernement arrive g peine
sa part indiquC que 70 % des 6tablissements g g~rer l'urgence. Car les priorities restent les
scolaires avaient 6td d~truits et qu'au moins 1 mimes. II faut trouver des tentes pour les
300 enseignants 6taient morts dans la catas- sinistrds, de la nourriture et de l'eau.
trophe. Le nombre d'enseignants blesses ayant


5h00 -6h30

6h30-7h00


7h00-9h00


Nos Chroniques :

AuQ oide avec Tssie
La Chronique Litt~raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit~s duJour
M610die Matin chaque samedi est anim6
par Fbquibre Raphabl


Le disque de l'Auditeur
animation James Pr~dvil

Le Midi
informations avec Laury Faustin

Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons franchises

Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou

IV~lodie & Company
Ddveloppement durable
Mardi avec Bernard Ethear

Amor y Sabor con Luciani

Soir Informations

NOtre Grand Concert
Lun. & Mer. : L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael regoit ses invites

Cavaliers, prenez vos dames
( Samedi) 50 ans de succes populaires ha'itiens


10h-Midi


12:00- 12h30


12h30-2h00


2h00- 3h00


3h-5h pm



5hoo


5h 30 pm



7h-8h30

8h30-9hoo

9h00 10h30




9h00 etau delA


0






~P


LES JEUX


II~)I ~li~)
~~I I~I 1 II I1L


En Bref...


e' odie
1 03 .3 fm



Bon R~veil en musique

AM Pipirit Chantant
journal creole avec Louini Fontal

M~lodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses


c 'eti~c L a ~i~~~






LIU VIIIILYIIV VIIYI I i. VI -


KONVESASYON MAKS MANIGA

AK REMON L. JISTEN
Entevvou

MM. Remon L. Jisten (RLJ) : Onnb !
RLJ. Maks, Respb !

MM. Mwen pa renmen di mohn ki fe bbl travav
<< Konpliman >> paske anpil fwa se youn fi~mil ki kankou voun
kwi ki kouvri voun 16t ki vid. Mwen pito di mwen apresye
travay la epitou mwen di-w mesi pou pep ayisyen ki youn jou

It aL nki mt- Tmn poiso pu konmanse gwo travay sa-

RLJ. Maks, menmian ak pifi, konpatriyht, keksyon ki toujou
ap chipote lespri-m se poukisa noumenm Ayisyen, nou pa
janm ka rive mete sou pye youn sistbm gouvbnman ki pbmbt
pasasyon pouvwa f~tt dous kou siwo, youn sistbm ki respekte
lavi ak libbte sitwayen, epitou ki pou ede peni-a pwogrese. Se
pou sa 16 m'antre nan peyi Etazini, nan mache chache, mwen
tonbe sou youn program ki rele "Gouvbnman nan inivbsite
Havad nan Kanbridj (se konsa yo rele Syans Politik nan lek61
sa-a) epi m' te de side pran dezotwa klas. Bout pou bout nan
klas Filozofi Politik, mwen pantan sou youn latrine travay ekri
Koccold M2/achiavelli sou koze gouvbnman, ekzbsis pouvwa
ak zaf6t politik. Tankou laplipa molin mwen te konn tande pale
de Prens Lan Km lIn sa-a pa gen bon repitasyon, mwen pa
t' janm enterese li 11. Le m dekouvri 16t travav sa vo, mwen
santi se tankou m te jwenn youn ja lajan.Se ladan yo,
espesyalman nan Diskou sou Listwa Titis Livivis La mwen



Diskou yo nan lanng ayisyen dekwa pou jenerasyon k'ap vini
yo jwenn youn travay toupare nan lanng manman yo youn
lanng mwen gen konviksyon se limenm ki pou sbvi si re-
yedikasyon pbp nou an dwe fatt khmsadwa.

MM. Sou po liv ou a << Kozman sou Listwa Titis Livivis La >>
ou di travay ou a se youn << adaptasyon >. Ki sa ou vie di ?
RLJ. Tankou m' esplike alapapht nan paj xi premye liv la,
mwen te pito rele travay sa-a youn adaptasyon paske se pa
youn tradiksvon dirk dirk soti an italven. Travav la baze
sou youn latrine tradiksyon angle kote m'sbvi ak youn tbks
pou verifye egzaktitid youn 16t. Lbfini, avbk ti konpreyansyon
limited mwen genyen nan lanng italyen-an, mwen lise pwodul
final la bven hise grasa youn edisyon italyen Diskou yo mwen
jwenn sou youn sit entbnbt ki rele classicitaliani.it.

MM. Pou de premye liv Discorsi... M2/achiavelli yo
adaptasyon w nan bay 116 paj plis 92 paj egal 208 paJ. Eske se

RJ i Pens La i Diku yopa tnprime anvan Kikola
M2/akvavdl mouri nan lane 1527. Sekif6t, li andwa difisil pou
molin konnen egzakteman konbyen paj maniskri misye te mouri
kite pou chak liv sa yo. Toujou toujou, nan tbks mwen gen nan
men m' yo, mwen te chwazi kite kek pasaj pou rezon m' esplike
nan menm paj xi premye liv la mwen mansyonnen piwo a.

MM. Kidon, se pa ni youn tradiksyon ni youn regime ou mete
dev6 ?
RLJ. Pozitif! M' ta ka rele-1 voun tradiksvon si onekte
entblektv61 mwen pa ta fnse m' revele se youn tradiksyon apatid
tbks angle, men nonpa apatid lanng otb-a te ekri zby original
yo. Amenmtan tou m'pa ka rele travay la youn regime paske
m'pran youn swen estrawhdinb pou chache transkri
ekzakteman sa m' panse otb-a t' ap chache kominike bay lekta
1' yo avbk tout antresoti estilisk, tout dbtou lojik molin ki konn
li A2lakv~avdl ki byen tradui nan kblkeswa lanng nan kab fasil
rekonbt nan Kozman yo. Men ata la-a ankh m'pa ka garanti
m'reyisi sanpousan. Se poutbt sa, sa pa ta nwi-m ditou si kbk
lektb ayisyen ki konprann italyen ta seye li tbks sa yo ann
italven dirk dirk

MM. Pou f6t adaptasyon ou a eske se avbk tbks original italyen
M2/achiavelli li a ou te sbvi osnon se avbk youn tradiksvon li
an angle osnon an franse ?
RLJ. Mwen sbvi ak plizyb tradiksyon angle kalite siperve
kote mwen f6t youn verifre egzaktitid 16t. Mwen pa t' jwenn ni
m' pat al dbyb okenn tbks an franse. Tbks italven mwen itilize
a (pou touch final sb1man, etandone ti konesans derven mwen
genyen nan lanng italyen an) se yohn ki disponib sou sit
entbnbt ki rele classicitaliani.it la.Mwen pa ka di si 1' baze sou
premye edisyon travay Makyavbl yo oswa sou kbk edisyon ki
pi resan. MM (ASUIV)

(Konvdsasvon M2/aks A2laniga ak Reinon L. Jisten, rds-la
seninenn pwochenn.)

PWO TE JE PATRIMWAN KILTIREL
AYISYEN-AN AN AVAN POU YOUN


Mercredi 17 F6Yrier 2010
HaitienMarche *VolXXIV N 04


Page 15


achte py~s kiltir61 ki sot Ayiti. Yo lanse youn kanpayn pou
pwoteje enitaj peri-a tankou dokiman, koleksvon by atistik:
penti, eskilti, ki soti nan mize ak galri, osnon nan legliz yo.
Direkth general Oganizasyon Unesco Irina Bokova voye youn
16t bay sekreth general Nasyonzini-an Ban Kinioon pou l'mande
sipb li pou pwoteje patrimwiln kiltir61 arisyen-an. Li made
pou zby sa yo pa kite peyi-a epi mete sekirite tout kote sa yo
pou bare role, osnon anpeche vol6 vblb yo. Li menm made
pou nasyonzini ta pase youn rezolisyon pou bloke tout moidn
k'ap soti kite peyi-a ak pwodiksyon atistik yo osnon vann,
osnon transfer zby kiltirblyo. Li made pou yo av~tilInterpol,
the world Customs a >; al,, ner, . o pou ede ranfbse 16d sa-a. Li
fini pou l'di li enpbtan pou yo verifye orijin tout zby kiltir61
y'ap enpbte osnon ekspbte, ofri pou vann espesyalman sou
Baze sou move espervans an Irak ak Afganistan,
UNESCO made esp6 ent~nasyonalyo pou ede Ayiti pwoteje
eritaj kiltir61 li ki se youn sous idantite enpbtan pou
rekonstriksyon peyi-a.
Fok mwen di nou se pa pawblvan. UNESCO deja ede
sove achiv gran ekriven Georges Corvington, youn istorren
ki ekri Port-au-Prince au course des ans, tout youn seri etid
sou Kapital-la ki rakonte nou konbyen fwa tranblemannth,
siklbn, dife kraze Pbtoprens ak peyi-a. Si lakay edikasyon-an
te f~t pou edike ti Ayisyen sou pbp li, sou peyi li, sou
anviwonnman li, enben, noutout ta konnen sa ki pase lontan
nan peyi-a ki ta penmat nou prepare pou sa ki rive Jodi-a. Se
pa premve fwa tranblemannth kraze Pbtoprens. Jounen Jodi-a,
UNESCO ap chache sove miral ki dekore legliz Episkopal
sent Trinite, Katedral ak Sakrekb, ..
Kidonk si yo ta vin vann nou nenpbt ki dokiman


kn~ a o s ou mob na n e sn nvt l p is uam e m k 0
Interpool. Arbti FBI. Pou noumenm jenbs-la ki maton nan
konpith fome younbnigad vijilans pou nou bloke aganman
Ayisyen kou etranje k'ap dech~piye zby nasyonal peyi-a.
Nou dwe pitit ak pitit-pitit nou yo sa. Nou dwe tbt nou sa.
S'oun responsablite sivik. Ayiti demen-an se pa pou nou nan
jenerasyon sa-a. Rekonstrui peyi-a pral made anpil tan, anpil
lajan, bonjan tbt ansanm. An nou mete kanpe youn "KOMITE
DIJANS" ak kbk Ayisyen konpetan, serve, discipline, Ayisyen
ki gen sajbs, ki respekte t~tyo eki renmen peyi yo pou youn
Konbit Sovtaj ak Rekonstriksyon Nasyonal.
Jan Alapou
Koukouv Alavanti
inapoujan@bellsouth2,net


N(')T POU LAPRES

Si nou suiv byen n'ap reae eld a 12~asoa e o
koumanse debrake kamera vo sou trajedi peyiAyiti-a. Youn soukous
7.0 sou ech61 mezi Richter devaste vil Phtoprens ak tout 16t ti vil
osnon bouk ki antoure-1 vo. Youn soukous san diskriminasvon ki
pa epanye pyesmoin, rich, pov, granmoin, timoin, fanm kou ga son,
sivil ak manm biwo leta... Tout viktim nan soukous-la.
Kamera debrake, men domaj tranblemannta-a koze yo,
toujou la. Div~s pwobl~m moin ki viktim tranblemannth-a rete
tennfas. Manman pa kab jwenn pitit, fr& padi s6, pitit padi papa,
kay, lopital, lekh1, legliz, tanp, tout gwo enstitisyon leta ak biznis
yo tonbe. Plis pase 2 milyon moin san kay, san manje, san dlo, san
rad, majority nan yo ap dhmi nan lari.
Se poutat sa, Sosyete Koukouy made tout Avisyen pou
kontinye twouse manch chemiz yo, mete men nan youn kokennchenn
konbit pou nou rekonstwi peyi nou an. Kontinye made zanmi
ayisyen kou etranj e pou ede konpatnvoht nou yo. Voye sa nou kapab,
voye siph nou j an nou kapab pou nou soulaj e lavi moin ki ap dhmi-
leve nan rejyon tranblemannta-a devaste yo. Nou dwe touj ou sonj e,
se mat kh, ki veve kh pou kh byen phtan. Nan sans sa-a Sosyete
Koukouy ap priye tout Avisven nan kalkeswa kapasite hi pou yo
rete mobihize. Mobihizasvon-an ka pran dives fo~m: ede rebati lopital,
lekh1,1legliz, hfelina, netivaye lari, bati kay, pran swen malad elatriye.
Nou dwe made enstitisyon nan dyaspora-a pou yo adopted youn
vil, youn katye, youn pon, youn klinik, youn lekh1, youn inivasite,
voun rez~vwa dlo, emenm youn moin... Konsa rekonstriksvon-an
va f~tt pi rapid e ak plis disiplin.
Youn 16t fwa ankh kalv6 sa-a peyi-a ap monte a, montre
nou nesesite pou nou bay pap-la tout kalite enfiamasyon li bezwen
nan pwi~p lanng pa li, 1anng kreyhl11a; swa pou li pi veyatif, swa pou
li konnen ki kalite prekosyon li dwe pran nan moman katastwhf
natiral sa yo. Mal& pa gen klaksonn, men atansyon pa kapon.
Devan trajedi sa-a, se ak dlo nan je, k6 chire, noumenm
manm Biwo Santral Sosvete Koukouv, nan non tout 16t koukouv
yo, nou prezante kondoleyans nou youn 16t fwa ankh bay tout
mohn ki padi fanmi, zanmi, vwazen, osnon youn kol~g nan
tranblemanntht san pitve sa-a. An nou bay lebra pou youn pl bon
denmen!


Kenbe djanm!


Biwo Santral Sosvere Konkouv
A2livann 12 Ferrive 2010


actuel est "d~pass6 par la situation". "Le Premier ministry (Jean-
Max) Bellerive done l'impression qu'il ne coordonne pas
l'action gouvemementale", soutient-elle.
"Le gouvemnement a toujours 6t6 en prise avec les
6Y~nements et contrble la situation. Ce que je propose c'est de
mettre en place un gouvemnement de crise, ce qui ne veut pas
dire forc~ment un remaniement", a r~pondu le Premier ministry
haltien.


sans aucune dignity, sans aucune fiert6 haltienne", soutient le
Groupement solidarity.
"Le pays n'est pas pret pour de nouvelles 61ections.
Honnatement, on ne peut pas organiser un scrutiny sous des
tentes", r~torque le d~put6 Jean-Marcel Lum~ran.
Ce parlementaire soutient, en revanche, la proposi-
tion d'une prolongation de mandate des dirigeants actuels,
parlement et ex~cutif, pour 18 mois.


,


r~clam6 un remaniement du gouvemnement.
Une formation va d~sormais plus loin: le Conseil na-
tional des parties politiques haltiens (droite) demand la convo-
cation "d'6tats g~ndraux des secteurs vitaux de la Nation". "I11
faut g notre pays une nouvelle direction pour faire face avec
competence et honnatet6 g la situation et rdpondre aux attentes
de la population en d~tresse", justifie Osner F6Yry, un de ses
dirigeants.


Plus nuance, une s~natrice soutient l'id~e d'un Dans le chaos qui a suiri le s~isme et ses plus de "Il faut penser les choses calmement, car nous n'avons
"gouvemnement renforc6". 217.000 morts, le Conseil 61ectoral a report sine die le scrutiny pas besoin d'une crise politique", tempbre Myrlande Manigat,
"Nous sommes dans une dynamique pour 6tablir un prdru fin f6Yrier pour le renouvellement de la chambre et du dirigeante d'une plateforme de parties politiques. Partisane d'un
gouvernement r~duit, constituC de gens comp~tents, qui tiers du S~nat. gouvemnement d'union national, I'ancienne s~natrice veut 6viter
devraient avoir un programme bien d~fini", soutient Edmonde Cependant, un parti politique insisted sur la tenue ndanmoins tout chambardement.
Beauzile, qui plaide pour la creation de deux postes cl~s pour d'61ections pour renouveler l'appareil politique du pays. "Le "Ily a des indices qui font craindre une crise social g
l'emploi et le logement. moment est venu de faire appel g d'autres dirigeants en cause de l'accumulation des frustrations, ce qui peut d~boucher
La parlementaire socialist ainsi que certain de ses organisant des 61ections car nous ne pourons pas garder g la sur une eruption de col~re incontralable", redoute-t-elle.


T1 Gout pa Ti Ciout ar-ki Jan\laptai


KONBIT NASYONAL!
Nan gwo dezas 12 Jamvye-a yoin nan premve viktim
vo se atis ak ekniven. Nou ka site mizisyen ki pbdi enstriman
yo: atis pent, atis dekorath, eskilth, achitbk ki pbdi zby yo-
youn seri travay ki pa gen pni e ki pa kapab ranplase. Ekniven
pbdi liv vo, bibliyotbk prive yo, dokiman rech~ch ro, maniskri
travay ki te pare pou pilbhre. Lb youn atis pbdi zby li, 16 zby
youn ekniven disparbt se pa yo senpman ki pbdi, se peyi-a. Se
istwa peyi-a ki ale; se limanite ki pbdi. Lb nou tande George
4nglade, Pierre Vernet, Jean-Claude Lespinasse, ki mouni ak
100 seminars, 16 nou aprann gen youn bann moniman istorik
tankou Legliz Katedral, Legliz Sakrekb, Legliz Anglikan-
Inix ssdtae Othl, Pal6 Nasvonal kraze... Kb nou senyen, dlo pa

Se s~ten nan sikonstans sa vo gen youn grap modn
anndan peyi-a osnon ki soti16bt kote ki pral f6 va sou dokiman
savo ak zby savo ki se eritaj kiltir61peyi-a. Y ap ranmase yo-
voye yo al sere nanlIbt peyi, vann yo sou entenat... Y ap plye
tou sa yo jwenn ki gen valb.
.Sitiyasyon sa-a te rive nan peyi IRAK apre twoup
ameniken vo te anvani Bagdad. Dwbt long yo te gentan
dech~piye mize yo, bibhryotbk Bagdad ki te chaje ak dokiman
ansyen, fy~te pbp Irak la, galta fy~te himanite. Yo vole, yo pire.
Malgre bonm k ap pete maten midi asw6, yo te gentan ghise
soti kite peyi IRAK. Yo te kenbe enpe men majority riches
atistik, ki nan patrimwin peyi Irak te gentan disparat. E~ske sa
rive nou? Eske li twh ta pou sa riveP nou? Eske mize Nasyonal
kraze? Eske gen zby atis nou yo ki te ekspoze nan galri k!
disparbt yo? Poko gen rapb ofisy61 sou sa. Depatman lakilti
twb bizi pou li f6 youn envanth, konsakre youn ti tan pou f6

yon ev so u z3 i ~i sd at k mou k so dohom an

sociYon sti ahlanseptu nou sbke Ayiti se manm UNESCO
depi 18 Novanm 1946. Yoihn nan misyon bganizasyon
ent~nasvonal sa-a, akote edikasvon ak komimikasvon se
pwoteje zby, atizar ak eritaj kiltirbl youn peyi espesyalman l6
yo gen youn valk imanitb. Lb youn peyi se manm UNESCO ep!
gen gwo dezas konsa, UNESCO dwe f6 sa li kapab pou 11
pwoteje eritaj patrimwin peyi sa-a. UNESCO gen anpil 16t
travav li t ap fe an Ariti nan dom~n edikasvon. Anvan
katastwof-la Aviti se youn nan peyi ki an premve k~i t ap patisipe
nan oun inisyativ UNESCO pou alfabetizasvon. Yo te lanse
program sa-a nan lane 2007. S'oun program ki tepral woule
sou 3 ane ak youn ekip konseye Kiben. Bi yo se te rive
alfabetize 3 milyon moidn ki pa konn ni li, ni ekri an 3 -an. Nan
menm travay UNESCO sa-a nou te jwenn Ayiti kbm premye
peyi n~gki t'ap patisipe nan program "la route de l'esclave"
Matar m'Bo te lanse an Ayiti-a: youn pwoj6 ki te menm
derape nan Libreri Mapou nan Miyami apre youn konferans
ansyen direkth UNESCO-a te bay an 1994. Nan program sa-a'
UNESCO fe envante sit istorik yo, depth sou tan kolonval nive
pase epbk revolisyon esklar yo ki vinf6 Aviti premve peyi neg
endepandan nan emisfe-a. Yo konpile dokiman sou kombs
esklar yo ak liberasyon final la. Epi tou sa, se te pou youn
pwoj6 dedlopman touristik kiltir61manchlonng an Ayiti.
Kidonk youn mwa apre tranblemannth-a, s'oun
blakawout total sou kozman patrimwln kiltir61 ayisyen-an. Se
vre detanzantan gen bganizasyon ki piblive lis lek61, building ki
tonbe yo, entelektv61, etidyan, ekriven ak atis ki tonbe: se vre
priyorite-a jounen jodi-a e nou ka konprannlii se manje, dlo
ak tant pou modn yo rete: men sa pa anpeche otorite yo mete
sou pye youn "Komite Dijans" pou koumanse f6 envanth
sbro ak inw61 sbro ki pbdi apre olokbs natir61 12 jamwye-a.
Pbtoprens, Lewogin ak Jakm61 frape f6, demantibile n~tale,
men Ayiti pa mouri. Ayiti gen 9 milvon moidn. Dapre chif ki pa
ofisy61 nou ka pbdi youn demi milyon konsa men, majority vil
pwovens yo kanpe sou de pye yo. Laprby moin ap kite Kapital-
la al refijye yo nan pwovens.. Li ta bon wi pou nou transfer
tout dokiman enpbtan, tout zby atistik eritaj kiltir61 peyi-a nan
vil pwovens yo, mete yo anba kle ak sekirite 24/24.
Nou gen bon kou sit istorik ki erezman pa andomaje
tankou Pak Nasyonal Istorik la, Citadelle Laferriere, Le Palais
sans Souci, Fort d'es Ramiers... Sit sa-a yo plase nan zbn nb
peyi-a. Nou aprannyo pa andomaje. Pak Nasyonal-la ki la
depi nan 196m sybk e ki gen anndan-1 Pald Wayal San Souci
ak pi gran f~trbs nan lemonn nan "Citadelle Laferriere pa
andomaje daprb sa yo rapbte.. UNESCO d~ji klase sit sa yo
nan patrimwin mondyal-la. Sa die di yo pa pou Ayisyen
senpman, yo pou limanite.
Men enf~masyon ki soti Jakmbl pa menm ditou. Anpil
dega f~t. Vil Jakm61 sa-a otorite peyi-a te pwopoze UNESCO
pou yo te klase kbm patrimwin mondyal depi 2004. Majorite
building yo franse yo te bati nan 176m sybk la tonbe.
UNESCO daprb sa nou aprann ap ede gouvennman-
an evalye dega yo pou wk ki mezi ki dwe pran pou restore
edifis istorik ki afekte yo. Y'ap mobilize tout resous ki disponib
pou sove sa kab sove nan patrimwin nasyonal la. UNESCO
pase mesaj bay tout peyi ak koleksyond yo pou yo refize


Un mois apres le selsme, une crise politique se dessine
(CRISE POLITIQUE... suite de la page 5) colleagues du S~nat sont convaincus que le gouvernement tite du py e om t s me an niblt hqu









~'/r//MAIA DPR WhW1F~~


Ha'iti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinie~re (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94th Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefm ishotmail. com
haiti-en-marche rshughes.net
UTRL: www.haitienmarche. com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


r_


ICAPE
HITI


HAITIEN r


GCONAlVES
HAITIl


KE VWVAYAJPUE CHAK
i 5 JOU POU BWOTE:
MAC~HAND3IE OU DSIRE;K
AN AYlTI SOU WrrAF ST
MARC ONAlViES &P
CAPE: HAITIS
LI BWOTE KONNTENE, BYWAT
PEPE, KAMYON MACHIN EK~-
SE;TERA

ST MAnc
HA ITI


__


Direction: 1-95 to Exit Nlo. 74 ( 45th Street ) East to Congress Ave, to North on ICongressr Ave to Martin Luther
King Jr IBlvvd go liastL on MLK IBlvd ( mrakling right hands turn ) this Rd takes you straight top the IPort of Pcalm IBobr
iAs soon as you go over Old Dixie Hwy ,before Guard Shac~k Mdake let Lef~t hand turn you will see lour Sign

Under New Management


Visite du Premier ministry canadien Stephen Harper


I


Mercredi 17 F6Yrier 20 10
Haiti en Marche Vol XXIV N 04


BACK PAGE


Page 16


MEN YON
Gwo BATO K
AP POTE 'TOUr
MAC HAN DIZ
OU TOUPATOU


Role ( 5611 )84-5-7590 orr ( 561 ) 845-8330

Faxw ( 561 ) 8r45-75i92 or ( 564 ) 8~4-9398

Toll free 1-877~-845-8330 or 1-877-845-7590


Se: Sel


koneksyon gwo baton ou genyen nan Palm Beach la


OTTAWA, (AFP) Le Premier ministry canadien,
Stephen Harper, est arrive lundi pour une visit de deux jours
en Haiti, envue d'dvaluer la situation humanitaire sur le terrain
et de discuter de reconstruction avec les dirigeants du pays.
M. Harper aura des entretiens avec le president
haltien Rend Prdval et le Premier ministry Jean-Max Bellerive
autour des difficulties dans organisation des secours et des


priorities quant g la reconstruction du pays.
Le Premier ministry canadien devait se rendre mardi
dans les villes ddvastdes de Jacmel et Ldogine, au sud-ouest
de Port-au-Prince, oil environ 2.000 soldats canadiens
concentrent leurs efforts pour venir en aide g la population.
Le Canada, qui ab rite une communaut6 d'origine
haltienne forte de plus de 100.000 personnel et concentrate
surtout g Montrial, est le deuxibme donateur international
d'aide Haiti aprbs les Etats-Unis. Haiti est 6galement le plus
important b~ndficiaire de l'aide canadienne au d~veloppement
derriere l'Afghanistan.
Ottawa a jou6 un rBle de premier plan dans l'effort


international lanc6 pour venir en aide au pays frapp6 par le
s~isme du 12 janvier qui a fait 217.000 morts, dont 3 1 Canadiens.
Entre aide de l'Etat et dons priv~s, le Canada a fourni
g Port-au-Prince une aide d'urgence de 354 millions de dollars
canadiens (337 M USD), selon des chiffres official publish
vendredi dernier.
Montrial a 6galement accueilli le 25 janvier une
conference minist~rielle consacrde g la coordination de l'aide
international g Hai'ti. M. Harper avait g cette occasion
rencontr6 son homologue haltien.
Le Premier ministry canadien avait d~jivisit6 Haiti en
juillet 2007.


CALLBIRERE

your global connection

Ywwwcalldirek~com / 1-866-673-4735


Le P1 du Canada, Stephen Harper


, -~ Kisa ou ta fl! ak on ti kbb anplis ?


~5r




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs