Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00390
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: February 10, 2010
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00390
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

02-10-2010 ( PDF )


Full Text

ACCUSATION : TRAFFIC D'ENFANTS

Les dix missionnaires inculpes
P(:)RT-.11_1-PR IN C E Fi\ Iiie Plant c os poi !1 i o pi.n~l.i d un bon~l naturdi~ icnlllint dal i lle lliblate

H.InI puts~ i lui p Ins i pau lldu iontllinent I millial01 ITRA~FIC' D'ENF.INTS/ I,.4)
.Ib. Indlo nnesi~
kinsl .Inenneli ,r I~


LII i it illi it Oicllelllihl UI.
505Ill CU\llili J~il

Ioiu _1.1rI

ler nis odr


li onintn liste


/ /to /./ /
.'I \r .. to I ch,,rlrr ,,,,; i. r ,








I--o pe is d nime seic

Niei S.vik/ 11.n noc dsle 1 Iit

deti .nsmene tli u le lnetdeln u,
P 11.190 H lls PRN qu i, Fie lend n s p.Iice (Lins le se llns












PCRT.I 11_1l~li -P INCE 0Fi ner. -li 11!I H.II nts noill~l cl 5 es
iimiouis~ pas late iIc'I(II llice du coup do issu du 1II iit il
ilailli~ l IIl'i Le c n uIi p Insdllll1111rcn 1.lit

deit ll lo ui morts qu I'li. lle 111llll~ll. nts C ile I lustollen

.IIllaunce du icmllli c~l de a m lpi~iill.lle peo-spIcll.lll on on
Mura Latn Juiorle crtai de I adnunIstLlion


./. Il s .t,, tt./r I na s ,,,, ,r er u s... n ,, r,. ,. ; ,, wi li r ,r a r, ,71t.r. e n l / s .,


I~I


Ciola ii



ionl I atloleone

H 1111
L.I ii-


pe .eI hle une

Halel de hippI.
quelcc Ilc lant nqu
est .I\ Ante


/ ;, .;; I'" I, ;, _,,r, ,,, t',. ;I, ,r ,;,t \I 7',


P(I)RT-.11_1-PR IN([ El Fi\ nio Lies biesollns ient

iles onl pentII les reumei~ nde pill es~u i s.I!Iimpilles l~ iiil~lls


.Illll.ment~ine do~\ llen iieder Inintedh~ilenientli I p1ce.1 desli.. il


iei. qi ll ientl .Iins nal.lls des11millillles ientliletes dentl lie
parentslli.It talent I Illlibitud dei '-.-ignl li.ntli 110ll ll bon .In Il
.In1 luiiqu .in te~n-bl lienl~ibllnientl dei lionei dlu 12 .I lni te
Poll-.in-Punce~
Ni fallonsi pIi icnlllinl ii. deputenicli n qui\l~ll ll


Nicolas Sarkozy

en Ha'ts

le C7 filter

~~~I ~Lllll vi dentlii l Ilill~i.I 1 inc isli.ico is~ ae de~llll\ .11


ASSISTANCE TOUS AZIMUTS


Sa les Ricanns n talent pas la
quelelle I.Inco-,Inencline 1ebonds.I Ioccasiondsseems Le Fai nqison de1 les Am lous oi
mil~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~~~L~ Fletinuesdu seseqa I~p ic1i l ~netel 2dsct i s bates et lll l ies .Antene Icins lies Fa llus pen

ntYt .I0


S~ism~e : Ha'iti survivra-t-elle ?

DES EMPLOIS ET DE L'AUTORITE







_ IIU VIIIILYVIIV IV1


international a confiance s


Prival se rend g un sommet des pays sud-ambricains
PORT-AU-PRINCE, 8 fdv 2010 (AFP) Le president haltien Rend Prdval devait se
rendre lundi en Equateur pour presenter les priorities de son pays lors d'un sommet
extraordinaire des pays sud-am~ricains destiny g coordonner l'aide r~gionale en fareur
d'Haiti, a annonc6 la pr~sidence haltienne.
M. Prdval se rend en Equateur "dans le but d'exposer les besoins et priorities d'Haiti
suite" au s~isme du 12 janvier qui a fait au moins 212.000 morts, selon la pr~sidence
haltienne. II quittera Haiti "ce lundi et reviendra mardi", a-t-on ajoutC.
Ce sommet extraordinaire a 6tC convoqu6 par le chef de l'Etat 6quatorien Rafaqel Correa,
president en exercise de l'Unasur (Union des nations sud-ambricaines), qui s est rendu
r~cemment en Haiti.
Il s'agit du deuxibme voyage g l'6tranger de M. Prdval depuis le s~isme, apris la
R~publique dominicaine, pays voisin d'Haiti.

Mardi 9 Fivrier: reunion g Quito de l'Union des Nations Sud-
annericannes
Six chefs d'6tat y participeront. Le Pr~sident v~nizudlien Hugo Ch~rvez a confirm
dimanche sa presence g la reunion extraordinaire que l'Union des nations sud-
ambricaines (UNASUR) organise ce mardi g Quito (Equateur) afin de d~finir
l'orientation strat~gique de l'aide du sous-continent g Haiti, un pays que le s~isme
destructeur du 12 janvier a fait basculer dans le d~sespoir le plus total.
Le President Rafael Correa a convoqu6 les Pr~sidents de l'UNASUR pour traiter du cas
d'Haiti .
Outre Ch~rvez, qui affirme n'Ctre pas pret g rater un tel 6v~nement pour aucune raison,
le President haltien Rend Prdval se rendra aussi g Quito quoique son depart n'a pas
encore 6td annonc6 officiellement par la pr~sidence et la chancellerie haltienne.
Autour du president 6quadorien, Raphael Correa, on retrouvera aussi les dirigeants
Evo Morales ( Bolive), Femnando Lugo ( Paraguay), Alan Garcia ( P~rou), et Alvaro
Uribe(Colombie) Il en est de mime du chef de la diplomatic argentine, Jorge Taiana,
qui a r~affirmC "I'engagement historique" de son pays envers Haiti, quelques heures
avant de prendre l'avion lundi g destination de Quito.
Le sommet special de l'Union des nations sud-ambricaines sur Haiti fait suite g une
r~cente visit g Port-au-Prince du chef de l'Etat 6quatorien, Rafael Correa, president
pro tempore de ce mdcanisme regional de consultations politiques.
Le dirigeant bolivien Evo Morales a souhait6 dimanche que son pays assure la
coordination de l'aide que l'UNASUR va offrir au people haltien pour le porter g se
reliever des consequences d~sastreuses du tremblement de terre.

Le President brisilien attend en Ha'iti fin fivrier
Luiz Inilcio Lula da Silva, qui devrait arriver g Port-au-Prince le 25 f6Yrier, s'apprete g
annoncer un important programme de cooperation comprenant notamment la creation
de 150.000 emplois et la construction de maisons A bas prix.
Selon une d~piche de l'agence officielle Ag~ncia Brasil, les diff~rents projects
envisages sont en train d'Ctre analysis par le cabinet de crise que le chef de l'Etat
brdsilien avait constituC au lendemain de cette catastrophe d une ampleur incroyable
qui a frapp6 Haiti.
Les diff~rentes initiatives brdsiliennes front parties des priorities du gouvemnement
haltien et b~ndficieront de l'aval de l'Organisation des Nations Unies.
Pour sa part, I'ambassadeur Antinio Simoes, I'un des membres du cabinet de crise, a
d~clard qu'afin d'amiliorer rapidement les conditions de vie de la population, Brasilia
va notamment promouroir un project de recyclage des d~chets capable de g~ndrer
150.000 emplois et des interventions dans le secteur agricole.
L'Etat sud-ambricain, qui d~tient le commandement des troupes de la Mission de
stabilisation de l'ONU (MINUSTAH), financera aussi la construction de logements
populaires g prix modique et participera au enforcement de la qualification de la main-
d ceuvre haltienne dans le cadre d un partenariat qui impliquera le service national
brdsilien d'apprentissage industrial (Senat).

Rencontre ha'itiano-dominicaine samedi prochain sur la reconstruction
du pays
Un "plan bilateral" visant g apporter des rdponses strat~giques post-s~isme devrait
Ctre finalist et soumis aux bailleurs de fonds, lors des deux prochaines conferences
internationales sur Haiti, announce un ministry dominicain
Des technicians haltiens et dominicains tiendront samedi 13 F6Yrier g Santo Domingo
une reunion de travail destine g l'61aboration d un "plan bilateral de reconstruction et
de d~veloppement d'Haiti". Selon I agence EFE les experts des deux pays se
pencheront sur un "plan de refondation" d'Haiti. Ils le pr~senteront aux bailleurs de
fonds, lors des qu'ils pr~senteront g la communaut6 international lors des deux
conferences sur Haiti en mars g l'ONU et en arril dans la capital dominicaine.

L'aide distribute aux femmes r~duit les troubles en Ha'iti
"Chaque fois qu'ils distribuent des vivres, il y a tant de troubles" atteste M616nas,
assise sur une petite chaise de bois avec ses petits enfants qui grimpent sur ses
genoux. "Mais finalement, aujourd'hui, nous avons eu quelque chose".
Les responsables de l'ONU consid~rent qu'ils sont loin d'atteindre encore tous ceux
qui en auraient besoin.
Le Programme alimentaire mondial et ses partenaires ont adopt une approche qui a
r~ussi ailleurs. Les personnel des agencies se sont posts en diff~rents points de la
ville, donnant des tickets d'alimentation aux n~cessiteux, principalement des femmes,
des handicaps ou de vieillards.
Les hommes pouraient retire des tickets sous reserve que les femmes soient occupy g
garder les enfants ou pas en me sure de venir pour une raison ou une autre.
"Notre experience g travers le monde montre que la nourriture a plus de chances d'Ctre
partag~e 6quitablement dans le foyer si elle est donnde aux femmes" explique Marcus
Prior, porte parole du PAM.
Les organizations humanitaires distribuent I aide aux femmes parce qu elles sont les
pnincipaux appuis des families et moins susceptibles de se montrer agressives dans
une file d'attente.
Les sacs de riz sont destined g des families de six, et procurent la moitiC des calories
dont ses membres ont besoin pendant quinze jours. AP

Un Lap Top par enfant
La champagne Un Lap Top par enfant qui a commence en 2007 se pursuit. Aprbs avoir
distribu6 plus que 1.5 millions d'ordinateurs dans 30 pays de la terre, le directeur de
Global Advocacy Matt Keller a lanc6 un appel aux Etats-Unis et dans d'autres pays
pour demander leur support. Le raisonnement est celui-ci: les enfants haltiens qui sont
dans les camps sont priv~s d'6cole et de tout autre moyen d'instruction. Aussi en leur
donnant un Lap Top, on occupe les enfants des camps qui pourront non seulement
apprendre, mais aussi jouer, se d~tendre et trouver ainsi une activity. Nicholas
Negroponte, le fondateur de One Laptop per Child, doit rencontrer l'ex-pr~sident
Clinton concernant la distribution d'ordinateurs portables aux enfants d'Haiti pendant
les six prochains mois. C'est une urgence pour nous maintenant. M~me si cela doit
(EN BREF / p. 14)


HaitienMalkiercredil10F6vrier2010


Page 2


LE MONDE, le 02.02.10 Port-au-
Prince, envoy special
Ren6 Pr~val, president d'HaIti depuis
2006, apr~s un premier mandate de 1996 a 2001,
defend son bilan anti-comiuption.

I'ONG Transparency International
s'inquie~te de possibles detournements de
l'aide qui afflue vers Ha'iti. Ces craintes sont-
elles justifies ?
J'ai fait de la bataille contre la


:cherchons maintenant un batiment pour le
alais de justice afin que le travail lCgislatif, la
.stice et le processus 61ectoral continent.
'administration g~n~rale des douanes et la
erection g~n~rale des imp8ts cherchent a se
loger.
Heureusement on a pu r~cup~rer
eaucoup de m~moires, beaucoup de documents
ton va trouver des lieux pour qu'ils puissent
,ntinuer a fonctionner. Des cadres ont pris la
:16ve de ceux qui ont dispant et au fur et B
measure il faudra remettre les
institutions en
fonctionnement.
Je n'ai pas encore
tous les chiffres. Mais
beaucoup de fonctionnaires, de
directeurs, de cadres
sup~rieurs de l'administration
ont perdu la vie dans cette
catastrophe.

Etes-vous satisfait
de la coordination de l'aide
? Cherche-t-on a vous
imposer des choix ?
Apr~s la
catastrophe, il y a eu un
movement spontan6 d'aide A
HaIti. La coordination
n'existait done pas au d~part.
Mais au fur et a measure, les
agencies essaient de
coordonner leurs
interventions, et c'est une
bonne chose.
La coordination
entire les agencies 6tait d~ja un
problatme avant la catastrophe.
Apr~s ce coup subi par l'Etat,
mais aussi les agencies
internationales, le problame
s est aggrav6. Mais la n~cessit6
de la coordination apparait
iec beaucoup plus d'acuit6 et chacun en semble
,nvaincu. Beaucoup d'efforts se font pour
m61iorer la coordination.

Certaines ONG ne donnent-elles
as l'impression d'ignorer qu'il existe un
tat hai'tien ?
Quand un Etat est faible, quand il est
stable, les pays qui veulent l'aider passent par
s ONG et on peut les comprendre. Il faut que
s Hatitens arrivent a la stability pour renforcer
Etat afin que celui-ci puisse g~rer ce pays. Sinon
n comprend fort bien que ceux qui veulent nous
der confident l'aide a ceux qui sont a l'abri des
multes politiques.

Y a-t-il des risques d'agitation si
aide ne parvient pas rapidement aux
population sinistrees ?
Les gens sont impatients, c'est normal,
s vivent dans la mue. Cet 6v~nement n'6tait
iidemment pas planifi6. Il nous a pris par
Irprise, 1 aide n'6tait pas sur place, la
,ordination n'6tait pas sur place.
Je plaide pour ce que propose Nicole
uedj, l'ancienne ministry frangaise, de confier
l'ONU la mission de coordonner en amount avec
ne force sp~ciale qui serait l'6quivalent pour
humanitaire des casques bleus qui font le
aintien de la paix. Elle propose la creation de
casques ronges pour que l'aide soit planifi~e
in qu'elle arrive plus vite.
Chacun a apporte sa bonne volont6, il
ut de 1 organisation, 11 faut savoir qui fait quoi,
pour le moment cette coordination se fait et le
:sultat commence a se faire sentir. Mais
ntretemps effectivement, les gens sont
satisfaits.
En quinze jours la situation s'est
:aucoup am61ior~e. On a enlev6 plus de 170
0O cadavres dans les nies, r~tabli la circulation,
nlev6 tous ces debris, assure
approvisionnement r~gulier en essence, travaill6
,ur que les banques rouvrent.
Nous avons un accord avec la
6publique dominicaine puisque notre port est
~mb6, nous ne pouvons pas recevoir de
archandises. Les marchandises seront revues
SR~publique dominicaine,1libres de taxes. C'est
Core une manifestation de l'aide extraordinaire
u gouvemnement dominicain.
I1 fallait sauver ceux qui 6taient sous
s d~combres et soigner ceux qui 6taient blessds.
[aintenant le problame ce sont les abnis pour
6s d un million de gens qui sont dans les nies.
y a deux 6coles a ce sujet : est-ce qu'on fait des
ands camps en dehors de Port-au-Prince ou
It-ce qu'on laisse les gens dans leurs quarters ?
:crois que c'est ce que les gens veulent : rester
oh ils travaillent, dans leur milieu familial, la
i ils ont des amis.
Ily a aussi une question 6conomique :
It-ce qu'on ach~te des tentes qui cofitent cher
u est-ce qu'on aide les gens a se cr~er des abris
(PREVAL/p. 13)


Le President hai'tien Rend Prival

comiuption une priority. Nous avons mis en place av
des institutions ind~pendantes qui travaillent sur co
le problame de la comiuption. Mais compete tenu ar
de la faiblesse actuelle de l'administration
haitienne, nous n'allons pas nier qu'il y a des
possibilities de comiuption. p'
Depuis que je suis president, que ce El
soit sous mon premier ou mon deuxibtme mandate,
je crois avoir eu des premiers ministres au-dessus in
de tout souppon. On ne peut pas dire, parce que le
le president ou le premier ministry ne sont pas le
corniptibles, qu iln' ya pas de comiuption. C'est l']
une lutte que l'on doit mener avec les moyens or
que l'on a, et il faut renforcer ces moyens. ai

L'administration a ete durementt
touchee par le seisme. Avez-vous les moyens
d'eviter qlue la corruption sevisse ? l'
Transparency Intemnational exprime la pc
perception de la comiuption, pas la r~alit6 de la
comiuption. Si cette ONG a des dossiers, qu'elle il!
les rende publics pour que tout le monde soit 6v
6difi6. su
A propos de la crainte que certain co
ont que l'aide international soit d~toumn~e par
le gouvemnement haitien, je dis tout de suite que G
nous essayons de d~finir les priorities, mais que a
nous ne g~rons pas l'aide. L'aide est g~r~e par ur
l'USAID [1 'agence de cooperation amiricaine], l'
par l'ACDI [son homologue canadienne], etc. m
L' aide des Nations unies est g~r~e par la Croix- "(
Rouge, par le Programme alimentaire mondial af
(PAM).
La communaute international a-t-elle fa
confiance ? Oui. La preuve, ce sont les transferts et
directs au budget de la R~publique par la Banque r6
mondiale, par la Banque interamdricaine de er
d~veloppement (BID) et le Fonds mon~taire in
international (FMI).
S'il n'y avait pas confiance, ils ne be
laisseraient pas la gestion de millions de dollars 00
au gouvemnement haltien. er

Beaucoup de hauts fonctionnaires po
ont peri. Quand Hai'ti disposera-t-elle d'une
administration capable de faire face a Re
l'enorme defi qlue represente la to
reconstruction de ce pays ? m
Le 12 janvier, en une minute l'Etat en
haltien s'est effondr6. Les batiments qui logeaient en
les principles institutions de l'Etat, le palais dr
national, le parlement, le palais de justice, la
direction g~n~rale des imp8ts, se sont effondr~s le
avec toute la documentation que ces batiments M
contenaient et avec la perte de beaucoup de pr
cadres. Il
Entre le commerce, l'industrie et les gr
administrations, on estime les pertes a 25 000 es
edifices et pour les habitations entire 225 et 250 Je
000. Reconstruire les edifices, prendra du temps. la
On peut d'abord essayer de loger les oi
diff~rentes institutions dans des abris altematifs.
Le Parlement s'est d~ja install a l'acad~mie de es
police. Le conseil 61ectoral provisoire pourra or
6galement se loger a l'acad~mie de police. Nous


EN PLUS ...


EN BREF ***






LIU VIIIILYVIIV IVIIY-I I I~ VI


~, E I`!'!! I`!c T..Icm! frangais a vise Hat i : Ni oa
1.I . 1.. .I 1.. I -.I.l.-i'ince le 17 f6Yrier prochain p.1
PREllllERG(RA-NDT~ITRE
i)1-. !in -ri~ l..sc ..Inc so....! emprisonn~s en HaIti

-\SISTA-NC'E ET RI\:ALITES

EDITORIA-L
Pour qu'HaIti survive : des emplois et de l'autorit6 p.1
EN PERSPE CT11 E
'er me le I !c es cra brutal p.1
INTERVIE11
Reneic P .11 La communaute international a

AC'TLIALITE
i ,c!nltc I-!.al.. Ir!ovisoire : 212.000 morts p.3
REC'ONSTRUiCTION
\!in~in l ..ic 1'I '. ...-am~ricains p.3
Sc `!c plan.Io i lc .;.llI [art pour Quito p.2
BONS S\h.-I.RIT.INS
l e I ........ni I bunlcheez ouvre sa cuisine aux milliers
I1.1....ms! (...inpl`''. i prite son image a la cause d'HaIti p.8
REPORTAG\(E
i c. lg.;n !Ihe !in.irtyre p.13
LIBRE PENSER
Iraumatisme p.12
LETTRES CREOLES


SAINTDOMINGUE, 5 f6Y2010 (AFP) Deux homes,
probablement am~ricains, sont morts dans la nuit de jeudi A
vendredi en R~publique dominicaine dans l'accident de leur
h61icoptbre qui venait d'Haiti, oil l'aide continue d'affluer pour
porter secours aux victims du s~isme, ont indiquC les autorit~s
locales.
"Jusqu'g present nous avons deux cadavres, un
pilote et un copilote", a d~clard g l'AFP le porte-parole de
l'Institut dominicain de l'adronautique civil, Pedro Jimenez. Il
s'agit respectirement de Johen Ward et de James Jeloe, a-t-il
ajout6.


Sommet des pays

su -americamns sur Ha'iti

le 9 fivrier en Equateur
QUITO, 2 fdv 2010 (AFP) Les presidents sud-
amdricains se r~uniront le 9 f6Yrier g Quito pour un sommet
destiny g coordonner l'aide r~gionale en faveur d'Haiti, a
annonc6 mardi le chef de la diplomatic 6quatorienne Ricardo
Patino. Ce sommet extraordinaire a 6tC com oqu6 par le chef
de l'Etat 6quatorien Rafael Correa, president en exercise de
l'Unasur (Union des nations sud-ambricaines), qui s'est rendue
vendredi dans f'ile carib~enne.
II avait g cette occasion critiquC "I'imp~rialisme" de
l'aide apport~e g Haiti, sugg~rant qu'une parties de l'assistance
faite au pays ddvastC par le s~isme revenait g ses donateurs
sous forme de budgets militaires ou de colts d'organisation.
"Nous voulons que ce que nous pourrons apporter, nous, les
pays de l'Unasur, que ce soit beaucoup ou peu, aille au people
haltien", avait-il ajoutC, sans citer de cas pr~cis.
Le s~isme du 12 janvier a fait au moins 170.000 morts
et un million de sans abris g Haiti.


Mexique: un parti

exclut un d~putC pour

des commentaires

racistes sur Ha'iti
MEXICO, 3 fdv 2010 (AFP) Un parti politique
mexicain de gauche a annonc6 mercredi l'expulsion de son
group parlementaire d'un d~put6 qui avait fait des
commentaires racistes sur les victims du s~isme ddvastateur
en Haiti.
Le Parti de la revolution d~mocratique (PRD) "a d~cid6
de rompre ses liens avec le d~put6 Ariel Gomez Leon et de
l'exclure de son group parlemantaire", declare la formation
de gauche dans un communiquC.
"Un racist ne peut en aucun cas Ctre" dans les rangs
du PRD, a ajout6 le president du PRD, Jesus Ortega, qui a
demand g Ariel Gomez Leon de renoncer g son si~ge au
parlement.
Le d~put6 avait d~clard la semaine dernibre que ce
qui se lisait sur les visages des Hai'tiens attendant de la
nourriture c'6tait de "I'abus" et non de la "n~cessitC", une
semaine aprbs que le PRD eut pr61ev6 1.500 dollars sur le salaire
de ses parlementaires pour aider les victims du s~isme.
"Comme ce sont tous des noirs et qu'ils se
ressemblent tant, il faudrait les marquer g l'encre ind616bile
pour 6viter qu'ils ne regoivent plusieurs fois de l'aide", avait
ajout6 le d~put6, qui a depuis pr~sent6 ses excuses A
l'ambassadeur d'Haiti au Mexique.

ChaqluemIatinl.captez

Mblodie Matin


t Ir ndM r e 10 IV* N O3


Page 3


LEMONDE.FR avec AFP, g Port-au-Prince, le 14
janvier.
"Plus de deux cent inille Haitiens ont perdu la vie
lors du s~isme qui a ddvastC Port-au-Prince le 12 janvier, a
annonc6, mercredi 3 f6Yrier, le premier ministry Jean-Max
Bellerive, r~visant g la hausse un pr~c~dent bilan de cent
soixante-dix mille morts.
"Il y a plus de deux cent inille personnel qui sont
claireinent identifides conune dtant des personnel qui sont
inortes ", a d~clard le premier ministry, dans un entretien gl'AFP.
Le chef du gouvernement a 6galement fait 6tat de trois cent
mille blessds, admis "soit dans des hapitaux, soit dans des
centres de santd, ou bien dans des centres ainbulatoires".


Citant les derniers chiffres en sa possession, M.
Bellerive a pr~cis6 que quatre mille personnel avaient du Ctre
amputees au lendemain de la forte secousse qui a jet6 un million
d'Haitiens dans la rue. "Il y a plus de deux cent cinquante
inille liaisons qui sont ditruites ", a ajout6 le premier ministre-
et "environ une trentaine de inilliers d'entreprises
conunerciales ".
"En terines de chiffres, c 'est un disastre au niveau
planitaire ", a jug6 M. Bellerive: "ce sont des chiffies qui sont
les plus extrdines de ces dernieres vingt ou trente anndes", a-
t-il dit, faisant r~f~rences aux autres d~sastres surrenus dans
le monde. "Donc ce n 'est pas seuleinent un disastre qui peut
&tre gird seuleinenta6 partir d 'Hai'ti ", a-t-il conclu.


L'h61icoptbre R44 de matricule 7535F s'est 6cras6 Yers
19HOO (23H00 GMT) gRestauracion, g 305 km au nord-est de
Saint-Domingue, dans la province du nord-ouest du pays g la
frontibre avec Haiti. II avait d~coll6 de la capital haltienne
Port-au-Prince et royageaient g destination de Santiago, dans
le nord de la R~publique dominicaine, touj ours selon le mime
porte-parole.
M. Jimenez a ajout6 qu"'apparemment, c'6tait un
h61icoptbre des secours g Haiti", ddvastC le 12 janvier par un
tremblement de terre qui a fait 212.000 morts, selon les derniers
chiffres officials.


L'ACTUALITE EN MARCH


S~isme


212 000 morts


selon le dernier bilan


Deux morts en R~p. Dominicaine dans


un accident d hehicopte~re venant d Haaiti


En cette poison de ff~tes, nos penst~es se tournent
spibeialement vers nos clients h qui nous disons : Merci!I
Merci de votre conflance, Merci de votre soutienl,
Merci de vofre fideliti !

C'est de tout coeur que nous vous souhoitons
Un Joyeux NoiS1 2009 et une Mneilleulre Annee 2010.



(l II|III) UNIBANK



www.vn bankhaili~cornB~S


sur 103.3FM~N






_ IIU VIIIILYVIIV IV1


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.

Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entanbt pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi von baz kominikasvon ki *mWa~at*~it 81@
pbmbt klyan an jwenn tout e7740 i;-t ^JR 'r.4: .5 I;C >>n *
enf~masyon li bezwen sou transpb .
pa avyon, sou lanmb ak ath, f6
rezbrasyon pou transpb machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon adnuillStaIl.I1 .ls
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf~masyon e sitou pi rapid son mac~l Illa ndi II .Ik
sou accounting nan konpayi an. Sit la kalkile ak dedope pou f~tout bagayp11I`luill p~onlun I\I
an kit se machandiz lap voye, kit se ef6 p~sonbl" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznks
Dedlopman.
MvCarao ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enfomasyon yo e pou

l on p ei~ -OeSlpS l il lednon \ li of ln 11II/ phi i ll syon o chwa avvon-

Nanl inl\. 1i1!11 i kap m I lloA meIi~ rajet Int r oduI Ilot\ .l I intLI so w ebiiie li a. Pamela


Ameilo Inernlloal I ount, iiex ii entenai~~i ona.l konple e sou tout f~m
- pa avvon, pa baton ak ath.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Kanivib, Ler~p, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf~masyon, vizite Amerijet sou sit entanbt la www. amerij et. com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet Intemnational 954-320-5354.


Haiti enMaMercredil10 F61rier 2010


Page 4


(TRAFIC D'ENFANTS ... suite de la 16re page)
touchant que les dix petits chinois d'Agatha Christie.

La savane de Tarzan ...
D'un autre cit6, partir d'un pays avec des enfants
sans le moindre souci de 16galit6 c'est consider ledit pays
comme la savane de Tarzan ou comme le Far West.
Est-ce que les dix missionnaires am~ricains ont voulu
contourner les lois hai'tiennes qui r~glent le processes


Denis. Est-ce que lorsque des Haitiens commettent des crimes
aux Etats-Unis c'est en Hai'ti qu'on vient les juger ? >> a
poursuiri le garde des sceaux.
On ne peut s'empicher de se rappeler les nombreux
cas de citoyens haltiens qui ont 6tC extrad~s ces demniers mois
vers les Etats-Unis ou vers la France pour Ctre jugs pour des
crimes commis contre des ressortissants strangers.

Le cas Amaral Duclona ...


Le demnier en date 6tant l'ex-cai'd du bidom ille de
Cit6 Soleil, Amaral Duclona, inculp6 dans l'assassinat au
lendemain du renversement par la force du president Jean-
Bertrand Aristide en f~vrier 2004 d'un consul honoraire de
France en Haiti.
Duclona a 6tC extrad6 en France par les autorit~s de
la R~publique dominicaine voisine oil il s' 6tait r~fugiC.
Est-ce que la justice haltienne essaie d'utiliser cette
affaire des dix missionnaires pour redorer quelque peu son


Sortie du Parquet de Port-au-Prince le jeudi 11 fevrier (photo 11.~l, it,-; rn

<'"./- .= ., blason ?
itff #Car la veille encore, d'autres
responsables gouvernementaux opinaient
pour envoyer plut~t les missionnaires aux
;~jS;;;Etats-Unis pour y comparaitre ... arguant que
i* le judiciaire haltien est l'un des secteurs les
plus maltrait~s par le s~isme du 12 janvier 2010.
Bitiments du palais de justice, du ministbre
de la justice r~duits en bouillie.
C~' Cependant les autorit~s amdricaines
ne semblent pas Ctre d~rang~es outre measure
non plus par le toumnant pris dans cette affaire.
La secr~taire d'Etat am~ricaine Hillary
Clinton estime que c'est une affaire bien
<< malencontreuse >> tout en estimant que les
missionnaires am~ricains ont viold les lois
haltiennes mais peut-6tre sans le vouloir.

Par I'imposition des mains ...
. 'Arriv6 vendredi g Port-au-Prince
?;**4 'comme coordonnateur de l'aide international
ii" Hai'ti, I'ex-pr~sident Clinton a d~clard
d'entr~e de jeu qu'il n'est pas venu pour
qui residalent dans des orphelinats solliciter la liberation des missionnaires
lucoup se sent e//

"Je donnerais encore mon fils", dit

le pe~re d un petit Hastien Lvole"


Une inculpee qui refuse de se laisser couvrir la thte (photo J.J. in;.;; in ,!


d'adoption alors mime qu'une pol~mique fait
rage au sujet de futurs parents frangais qui se
sont vus interdire tant par la France que par le
gouvernement hai'tien et des institutions
comme l'UNICEF (Fonds des Nations Unies
pourl1'Enfance) de sortir d'Haiti aucun enfant
sans une documentation diiment signde et
scell~e ?
Selon une porte-parole de
I'organisation base dans l'Idaho (nord-ouest
des Etats-Unis) sous le nom de << Le refuge
pour une nouvelle vie des enfants >>. ils
n'avaient pas suiri les nouvelles ces demniers
jours et ne sont pas au courant de cette
interdiction.
Cependant en Haiti la r~gle c'est
<< nul n'est cens6 ignorer la loi. >>
Jeudi (4 f6Yrier) les autorit~s
judiciaires haltiennes ont proc~dC A
I'inculpation du group de dix missionnaires
pour << enl6Yement de mineurs et association
de malfaiteurs >>. annongant en mime temps
qu'ils seront jugs en Haiti.
<< C'est en Haiti qu'ils ont commis le
crime, explique le ministry de la justice, Paul


Ils sont plusieurs centaines d 'enfants
a Port-au-Prince dont bea


CALLEBASSE (Haiti), 7 fdv 2010
(AFP) Si c'6tait a refaire, 'tje donnerais encore
mon fils. Ansitho m~rite une vie meilleure que
ce que nous avons", a expliqu6 g l'AFP
Anchello Cantave, un paysan de Callebasse
qui, comme d'autres, avait re mis son fils de
cinq ans aux baptistes am~ricains aujourd'hui
inculp~s.
"Deux jours aprbs le tremblement
de terre", les dix missionnaires ont rendu visit
aux habitants de ce hameau situC dans une
region montagneuse, g une heure de voiture A
l'est de Port-au-Prince, oil une cinquantaine
de maisons ont 6tC d~truites, raconte g l'AFP
Anchello Cantave.
"Ils venaient souvent voir les
enfants", dit cet homme de 36 ans, expliquant
que leur mission se trouve g Quisquella, non
loinde Callebasse. Ce fermier sedit convaincu
de labonne volont~ des Am~ricains arr~t~s le
29 janvier g la frontibre dominicaine avec 33
enfants pr~sent~s comme orphelins et qui ont
6tC inculp~s jeudi d"'enl6Yement de mineurs
et association de malfaiteurs" par la justice
haltienne.
"Les Am~ricains ont pris les enfants
en accord avec nous, les parents", r~p~te A
l'envie un autre pbre qui a donn6 un enfant.
Fritzian Valmont est le pbre de trois enfants
Ag~s de 11, 8 et 2 ans. Aprbs discussion avec
son spouse, il avait d~cid6 de confier aux


baptistes "celle du milieu", Alentina. La
fillette est parties "avec deux fils de ma soeur,
Carl Ramirez et Dawin Stanley", tous les deux
8 ans", declare M. Valmont.
"S'il y avait eu un grand autobus
qui aurait pu prendre plus d'enfants, beaucoup
plus seraient parties insiste-t-il sans exprimer
de regrets, mais avec f orgueil d'un pbre
determined g offrir le meilleur g sa fille. Aun
matre des deux pbres, se tient Jean Ricia
Geffrand. Un voile devant les veux, cette
veuve de 47 ans, mbre de cinq enfants et d~ji
grand-mbre, porte les stigmates d une vie de
misbre. En creole, elle raconte que le jeudi qui
a suiri le s~isme, "un homme qui vit ici",
nomm6 Isaac, leur a rendu visit. Traducteur
des Am~ricains, "il nous a demand si nous
voulions que les enfants parent avec eux,
dans une cole en R~publique Dominicaine,
oixils seraientmieuxqu'ici''. Nonloind'elle,
Saurentha Muran, assise sur un bloc de
ciment, lance: "J'en ai aussi donn6 un".
Mbre du petit Ansitho, elle explique
en avoir "discutC" avec son mari Anchello
Cantave. Puis, "nous avons demand aux trois
(enfants) s'ils voulaient aller g l'6cole en
R~publique Dominicaine. Ansitho m'a dit qu'il
Youlait partir", ajoute la jeune femme, qui doit
accoucher d'un quatribme d'ici un mois.
Comme tous les parents qui ont
(REACTIONS / p. 12)


UN E AN ALY SE


AC CU1TSATION31


: TR~AFIC D'EN~FANTS


Les dix Mlissionnaires inculp~s


1









AS SISTANVCE TOU1S AZI1MUT S


mul -2as

O~i RFE. 3 -6 2 0 -8 3 O 0~3
FAX, 3025 -6 0 -8 339

CEL L. 3 0 5 -9 8 3 -8 8 1 1I


FICHE B'ABO)NNEMENT A HAI'TI EN MAR~CHE


Nom
Adnraeae


t Ir ndM rF 10 IV N 03


Page 5


(RIVALITES3... suite de la 16re page)
comprenant les USA, le Canada et le Br~sil.
Sur ce on ne sait trop ce qu'il en advint puisque les
Etats-Unis prennent rapidement le contrble de l'adroport
international de Port-au-Prince, la seule porte ouverte sur


mi


Sur ce, les Am~ricains d~ploient le navire hipital
Comfort au large de Port-au-Prince, mille lits de malades, d~ji
prbs de 500 blesses envoyds acherer leur traitement aux Etats-
Unis. Malgr6 quelques tiraillements du cit6 de certain
Etats comme la Floride se plaignant que le gouvernement


l'61ectricit6 dans plusieurs quarters de Port-au-Prince et de
P~tionville trois semaines seulement aprbs le s~isme,
performance accueillie par la population avec des cris de joie.
Toutefois nous Haitiens n'avons pas g nous miler
de ces vdritables querelles de clocher ...


On estline 6 environ 4. 000 les blessds qui ont dzi &tre ainputis dans des conditions
dtdfiant l'. nee.;ntur,. , (photo Robinson Eugene)


Des soins inddicaux dilivrds par des ineibres d''une dglise protestante
6 card du Palais national (photo Alarcus HE13d)


l'ext~rieur, en dehors de la frontibre avec lalarnirael ~
R~publique dominicaine voisine. -.
Desormais Washington impose sa r
loi. Tout le monde doit se plier aux r~glements
6tablis par les militaires amdricains qui r~glent ,
la circulation adrienne en Haiti. 1C
C'est eux qui d~cident qui a le droit ,
d'atterrir imm~diatement et qui doit attendre. .
Les Frangais se cabrent. Un avion
frapp6 du bleu, blanc, rouge transportant un
hipital de champagne est forc6 d'aller atterrir
chez nos voisins dominicains. Perte de temps
et d'argent.
Le secretaire d'Etat frangais Alain
Joyandet, I'une des premieres personnalit~s
6trang~res sur le terrain aprbs le president
dominicain Leonel Femandez, n'y va par quatre
chemins et accuse les Am~ricains d'abuser de
leur position.
Paris et Washington front ensuite -
tout leur possible pour att~nuer la pol~mique.
Leurs ambassadeurs en Haiti tiendront des
conferences de press conjointes.
Mais la querelle, entretenue activement par la press
frangaise, rebondissait g un autre niveau.
Celui des antennes m~dicales recevant les dizaines
de milliers de blesses du s~isme. On estime ces derniers g au
moins 250.000.
La press titre : Des amputations non n~cessaires !
Et c'est aux clururgiens amdricains que s'adresse ce
reproche. Surnomm~s 'l'6quipe des Texans' (pour ne pas dire
A la manibre de John Wayne), ceux-ci sont d~crits (ou plut~t
d~crids) comme pratiquant le << koupe rache >> ou chirurgie de
guerre.
Leur explication : il n'y a pas de suiri ou services
post-op~ratoires sur place. Alors on utilise les grands moyens
puis on verra plus tard avec les proth~ses.
Tandis que le Frangais pense qu'on peut toujours
faire mieux avec trbs peu.


Nous n'avons qu'g nous f61iciter au
contraire d'Ctre l'objet de tant d'attention et
de compassion de la part du monde entier dans
un moment ou~ au moins le tiers de notre
population (c'est-g-dire vous et moi) aurait
pu disparaitre emport6 par les 6pid~mies.
Si les Ricains n'6taient pas lb Tout
comme les premieres 6quipes de secouristes
arrives d~s le lendemain du s~isme avec le
president dominicain Leonel Fernandez, suiris
rapidement des brigades de protection civil
venus de Martinique et Guyane.
L'histoire retiendra aussi que le
premier avion g avoir atterri g Port-au-Prince
avait d~coll6 du Venezuela.
Notre objectif aujourd'hui doit Ctre :
comment conserver cette mime sympathie
universelle pour la reconstruction de notre
terre ravage d~sormais chaque annde par les
catastrophes naturelles.


Hai'ti en Alarche, 8 Fivrier 2010


Spetit survivant sorti des dicoinbres inais avec plusieurs blessures
a la thte (photo JJ 0.;" "" ,!
f~d~ral n'a pas encore dit s'il fera les frais.
Mais tout s'arrangea.
Tandis que pour ne pas Ctre en reste, la France
d~piche le Sirocco, oix sont transf~rds les grands blesses
soign~s par les 6quipes frangaises.
Les Amdricains avaient d'autant plus int~rat g ne pas
se laisser distraire par ces querelles de fric (qui paiera la note ?)
qu'au jeu de l'image (tellement important aujourd'hui en
politique 6trang~re, disons le carr~ment pour la conquite de
nouveaux marches), ils faisaient d~ji figure de perdants.
Leur d~ploiement de plus de 20.000 soldats en Haiti
est critique par la gauche latino-amdricaine au pouroir (Cuba,
Venezuela, Equateur, mime le Chili par la voix de son
ambassadeur en Haiti).
Ensuite leur gestion de l'aide qui tarde g arriver aux
sinistrds, est 6galement d~nonc~e jusque par des allies comme
l'Italie. Tandis que Frangais et Dominicains aident g r~tablir


~T~i~7-~;~, ~.

-1 P


PORT-AU-PRINCE, 7 fdv 2010 (AFP) Edwyn Coq,
avocat hai'tien des dix Baptistes am~ricains inculp~s
d'enl~vement d'enfants et d~tenus g Port-au-Prince, a
d~missionnd, accuse d'avoir tent de corrompre le juge pour


obtenir la liberation de ses clients, a-t-il indiquC g l'AFP
dimanche.
"Les parents de ces Am~ricains n'ont pas renouvelC
EMISSIONO/ p. 14)


Dans le cas d'un abonnerment
avoc I~vralson, le coat elst le double.
PBrltr do spbierie at vous Btes
un nouvel abornn6
ou all1 s'agit d'un renouvellemenrt


Gd~les 260S.00_
_ US $ 40.00 _
SUS $ 42.00
SU S 70.00
SUS $ 70.00


Gdes ~520.00
_s US 78.00
SUS $ 80.00
_US $ 135.00
SUS $ 135.00


Ham T
Etats Unis _
Canada
Euroe (3
Amnltique Lane


DE L'ACTUALITE


Si les Ricains n'btaient pas 18 !


Accusations de corruption: P'avocat

ha'itien des 10 Ambricains dimissionne


Nouvgeu


Renouvellemaent









S~isme : Ha'iti survivra-t-elle ?


DES EMIPLOIS ET DE L'AUTORITE


R~ponse A tout ...
Le people veut travailler, comme dit la
chanson de Alpha Blondy, autre chanteur qui ne
marchande pas son concours aux nombreux
marathons pour Hai'ti organisms sur tous les
continents et qui ont rapport g eux seuls plus de
220 millions de dollars qui seront confi~s
exclusivement aux organizations non
gouvernementales (ONG).
Les emplois apportent rdponse g tout (y
compris au pouvoir sans contrile des grandes ONG,
faut-il le souligner). Les emplois seuls vous
redonnent votre souverainetC. << Travay f6 ou gran
moun lakay ou. >>
Seul moyen aussi pour d~sengorger la
capital de prbs de 3 millions d'Ames afin d'6viter
la mime h~catombe lors d'une catastrophe similaire
car les gdologues nous avertissent que ce n'est
pas fini.
Cependant des jeunes jurent leurs grands
dieux qu'on ne les fera pas bouger de Port-au-
Prince. Persuades que dans aucune autre ville du
pays, on aurait fait aussi vite pour r~tablir
l'61ectricit6 (qui est revenue dans beaucoup de .
quarters de la capital et de ses faubourgs -
r~sidentiels en g peine trois semaines).
Ils refusent les << villages de tentes >> que
les responsables se prdparaient g ouvrir en dehors
de lacapitale.
Par contre, tous sont prets g saisir des
opportunities d'emplois en quelque endroit du pays
ou~ ils se pr~senteraient.
Aussi la decision par l'ONU de nommer
Bill Clinton coordonnateur de l'aide humanitaire
n'a pas sonn6 comme la bonne nouvelle qu'on


;Illll;rlrlllll~'lI;111111;rlrlrrll It;C~.~rll~.~~llrrll1*11 Illlllr~rlr~rrln;l(~~l~.rlll


Tel. :786-457-8830 Fax: 305-756-0979
e-mail : adomtipurchasing~al .com
Pear~ tes mos achats :
Equipements pour construction / Pi~ces de volture / Camnion /
Equipment mr~dical
Par arvion on par bateau.


HaitienMaNkrcredil10 F6vrier2010


Page 6


(EMPLOIS ... suite de la 16re page)
pense que tous les Hai'tiens sont des mendiants n~s ...
d'ailleurs qui pour cela a 6t6 radid du groupement parlementaire
de son parti (le PRD).
N'importe lequel d'entre nous aurait pu Ctre dans la
mime situation car le s~isme n'a fait aucune exception, ne
pratique pas de discrimination. Supposons que vous 6tiez
surprise dans un pays qui n'est pas le vBtre avec
personnel pour vous recueillir comme c'est malgr6
tout le cas de beaucoup d'entre nous.


pourrait croire car l'ancien president am~ricain devait jusqu' ici
s'occuper de trouver des investissements cr~ateurs d'emplois.
Et ce devrait Ctre une occupation g plein temps.

Lutte parfois aussi aveugle ...
Faut s'entendre. On peut plus ais~ment trouver, dans
le pays ou ailleurs, quelqu'un ayant la competence pour mieux
diriger cette aide gigantesque qui d~barque vers ceux qui en


International, dans sa lutte achamd~e, et parfois aussi aveugle,
contre la corruption gouvemnementale.
Pourquoi l'ONU est done all~e chercher une sorte de
gourou politiquement intouchable comme Bill Clinton ...
Alors que celui-ci est plus difficilement remplagable
dans sa mission initial d'aider g amener des emplois dans le
pays.
Des communiques qui ne valent
pas un bout de paper ...
Pour une autre parties du pays, I'6quation
est tout aussi simple mime si le probl~me reste li
.-aussi entier. Aujourd'hui comme hier. Pour ceux-lk,
le principal souci c'est l'autorit6 de l'Etat.
Et la vraie. Pas de jouer au gendarme et au
voleur ... qui aboutit d'ailleurs g la fuite des 5.000
d~tenus de la prison central de Port-au-Prince g la
faveur du s~isme alors que les murs de la prison
restent intacts.
Mais est-ce que l'Etat haltien, au vu de la
Catastrophe actuelle, va prendre son courage g deux
Smains pour appliquer les lois et r~glements qui
doivent permettre de nous 6viter pareil massacre :
le demnier bilan provisoire official est de 212.000
*morts.
Beaucoup de petites gens sont en train
de restaurer leurs bicoques au beau milieu des
ravins.
Aussi bien que des gratte-ciels fissures g
l'envers comme g l'endroit ne tarderont pas g Ctre
remis en service.
Faisant la sourde oreille aux communiques
du gouvemnement appelant g ne toucher g rien avant
le passage d'une commission d'investigation.

Depuis le discours d'investiture
de 1996 ...
Mais tout le monde du haut au bas de
l'6chelle social sait que les communiques en
Haiti sont faits pour ne pas avoir g faire plus.
Comme tout le monde s'6tait aussi
pratiquement moquC du rapport en 2007 des
gdologues haltiens et strangers (Eric Calais, Claude
Preptit, Dieuseul Anglade) annongant exactement
Stages) ce qui s'est pass le 12 janvier 2010.
antes De la r~ponse de l'Etat haltien g cet appel
ultime pour une restauration de l'autorit6 de l'Etat
(d~ji promise par le president Rend Pr~val dans le discours
d'investiture de son premier mandate en 1996 ... mais rested
depuis lettre morte) d~pendra la decision pour Haiti d'Ctre ou
ne pas Ctre.
Autrement dit, Haiti survivra-t-elle ?

Hai'ti en Marche, 6 Fivrier 2010


La rour nexagone, a renlonvlue, re canlment re plus nlaur a ~nainl (u e
sur lequel le sdisme du 12 janvier a laissd beaucoup de traces inquidt
(M~arcus/HENMr)
ont rdellement besoin. A
condition d'Ctre au-dessus
de tout souppon ...
A condition aussi de
C) ne pas se laisser terroriser par
les attaques pr~ventives de la
fondation H~ritage, filiale
ol cale deP Tralns aTrenc


II~~~ ~ yVUUU II~JIIU


(REVEL... suite de la 16re page)
Edwidge Danticat. Al'instar d'un Gorki, dans
la Russie des lendemains d'Octobre
17, rendant un vibrant hommage aux
babouchka, le nom russe et le plus charmant
qui soit pour grand mbre, grand ma ou mamie


Reaction normal d'auto-
d~fense ...
Cependant un coup de massue dont
personnel ne cherche encore g se reliever. Car
on apeur de d~couvrir l'exacte,1l'atroce v~rit6.
On craint de tomber raide mort en d~couvrant
toute l'6tendue de la catastrophe. Alors
auj ourd'hui on temporise, on essaie de gagner
du temps on fait de l'heure, pour utiliser un
crdolisme.
On est comme le nageur pnis dans un
tourbillon mais qui se laisse faire car remonter
en surface c'est faire face. Ce dont on ne se
sent pas encore le courage.
Et ceci est tout a fait human.
Reaction normal d'auto-d~fense. Parce que,
comme dit le creole, 'pita pi tris.'
Jusqu'g cette heure, les avenues


bord~es de bitiments effondr~s sont comme
dans un film de Hitchcock.
La basilique Notre Dame, le Palais
national 6ventr~s d~filent devant nos yeux
h~b~t~s comme des d~cors en carton pate.
On a la sensation strange de river.
Un sommeil infiniment long mais tellement
agit6. Mais c'estecela ou la depression mental
- donc 9 millions de morts (de morts vivants)
et pas seulement 200.000.
Mais g quand le rdveil ? Car celui-ci
interviendra coilte que cotite. T~t ou tard.
On n'apas rapport~ de cas de suicide,
comme cela l'aurait 6tC sous d'autres cieux.
Doncl1'Haitienn'est pas un introverti,
c'est-g-dire qui s'en prend plut~t g lui-mime.
Mais un extraverti, qui doit trouver un
responsible g son mal. L'enfer pour lui c'est
les autres. Comme il est trop religieux, constate
la press 6trang~re, pour en accuser le ciel.
Done les responsables, sovez prets !
Ou plut~t g vous de profiter de ces
moments de flottement pour ne pas Ctre pris
de court lors du grand rdveil.

Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


L~'HUMNIEUJR SOCI~ALE


ODYANS PIBLIK
Asanble Gouvenan O~ganizasyon Konte (MPO) pou Zbn Iben Miami an pral fi
yon reyinyon piblik jou jedi 25 fevrive 2009, a 2:00 p.m. nan Sal Konferans
Komisyon Konte yo nan Stephen P Clark Center, 111 NW 1st Street, Miami,
Florid.
Asanble Gouvenan an pral konsidere amannman sa yo ki ekri pi ba la-a nan Plan
Transpitasyon Alontem 2035 la ak nan Pwog ram Amelyorasyon Transpitasyon
AF 2010 la:
1. LRTP 2035/ TIP AF 2010: Sant Miltimodal Vilaj Palmetto Bay
Amannman sa a va enkli nan seksyon ki pa f inanse nan LRTP 2035 ak TIP AF
2010 Sant Miltimodal Vilaj Palmetto Bay la.
2. TIP AF 2010: Lwa sou Rekiperasyon ak Reyenvestisman Ameriken
(ARRA) oun Vil Miami
Amannman sa a va ajoute yon nouvo pwoji: ARRA, rekonstriksyon wout sou
NE 2em Aveni a sbti NE 51 Street rive NE 57em Street kap sbti nan res lajan
nan fon Pwogram Transpb Sifas (STP) ARRA pou Vil Miami an ki te etabli pa
Asanble Gouvenan MPO jou 20 fevrive 2009.
3. Amannman TIP AF 2010: PwojB Estasyon Santral Sant Ent~modal Miami
(MIC)
Amannman sa a va ajoute Pwogram Ankourajman Transpi Rejyonal Distrik
6 (TRIP) ki finanse Pwoje Estasyon Santral Sant Entemodal Miami (MIC) an
de Depatman Transpitasyon Florid (FDOT)
Tout moun ki enterese yo envite vini patisipe. Pou plis enfbmasyon, tanpri
kontakte Sekretarya MPO, Stephen R Clark Center, 111 NW First Street, Suite
910, Miami, Florid 33128, telefin: (305) 375-4507; imel: mpoemiamidade.
gov; siweb: www.miamidade.qov/mplo.
Se rdgleman Konte Miami-Dade pou li swiv tout egzifans neses& depoze dapre
/wa pou enfim ki re/e ";4mericans with Disability Act". Lokal la aksesib. Pou
jwenn sdvis yon entdprdt pou moun ki pale an sil: aparPy pou moun ki pa tande
byen, oswa dokiman nan fiima aksesib, tanprirele 305-375-4507 omwens senk
jou davans.


Le revell sera brutal !






Irt nrdM r 10 IVie *1 N 03 MA M 1-DA DE CO0UN TY Page 7


The County Mayor, Miami-Dade County (Countv), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the Miami-Dade County Code and Administrative
Order 3-39 and Ordinance 08-92 (as amended), announces that design-build services are required for the Miami-Dade Transit Department, Palmetto Station Traction Power
Sub-Station. Miami-Dade County, on behalf of the Miami-Dade Transit (MDT) Department, intends to enter into a design-build contract with a responsive, qualified applicant
to provide design and construction services of the Palmetto Station Traction Power Sub-Station which will be located adjacent to 7701 NW 79 Avenue, Miami, Florida 33166.

The Design Build Services for the Palmetto Station Traction Power Sub-Station, hereinafter referred to as "Project", is described as follows:

The Project will enhance current metrorail operation performance as well as support the new Metrorail vehicles expected by the second quarter of 2013. The Project will be
located at the MDT property adjacent to the Palmetto Metrorail Station. The sub-station will support the existing Palmetto Station facilities and support all traction power
requirements between the Palmetto and Okeechobee stations. In addition, it will interface with the communication system and Central Control. Two new dedicated 13.2 Kilo
Volts (KV) feeders from Florida Power and Light (FP&L) are required which will be provided by FP&L and purchased by MDT not earlier than November 1, 2011.

The estimated total cost of the project is six million, four hundred and ninety-two thousand, three hundred and seventy-seven dollars ($6,492,377). The
Proposer(s) must design, build and complete the Project within four hundred and eighty (480) calendar days after the Owner issues the Notice to Proceed to the Design-
Builder

Please be advised that the Design Criteria Professional together with their sub consultants, or members that participated in the development of the
design criteria package for this Palmetto Station Traction Power Sub-Station will not be considered for contract award.

Copies of the design-build criteria package may be purchased beginning on February 8, 2010 at 2:00 PM at Miami Dade Transit, located at Transit Overtown Village
701 N.W. 1st Court 15th Floor, Miami, FL, 33136. The contact person is Mrs. Ivonne Andres, telephone number (786) 469-5242. The non-refundable fee for each design-
build criteria package (hard copy) is $100.00. CD copies of the design-build criteria package will also be available for a non-refundable fee of $20.00. Only checks or money
orders are acceptable and shall be made payable to Miami-Dade County Board of County Commissioners.


DESIGN-BUILD FIRM REQUIREMENTS

Pursuant to Florida State Statutes 287.055, a Design-Builder is defined as a partnership, corporation, or other legal entity that:

a. Is certified under Section 489.119, Florida Statutes, to engage in contracting through a certified or registered general contractor or a certified or
registered building contractor as the qualifying agent; or

b. Is certified under Section 471.023, Florida Statutes, to practice engineering; certified under Section 481.219 to practice architecture; or certified
under Section 481.319 to practice landscape architecture.


ARCHITECT/ENGINEER TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS

2.01 Mass Transit Systems Mass Transit Program (Systems) Management (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)
2.04 Mass Transit Systems Mass Transit Controls, Communications & Information Systems (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)
2.05 Mass Transit Systems General Quality Engineering (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)
2.06 Mass Transit Systems Mass Transit Safety Certification for System Elements (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)
13.00 General Electrical Engineering (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)
17.00 Engineering Construction Management (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)

9.05 Soils, Foundations and Materials Testing Roof Testing and Consulting
9.0 6 Soils, Foundations and Materials Te sting Materials Te sting/Consulting/Training
10.05 Environmental Engineering Contamination Assessment and Monitoring
11.00 General Structural Engineering
12.00 General Mechanical Engineering
14.00 Architecture
15.01 Surveying and Mapping Land Surveying
16.00 General Civil Engineering

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS
One (1) Agreement
17 % Disadvantage Business Enterprise (DBE) Goal (Design and/or Construction Portion)

A PRE-SUBMITTAL PROJECT BRIEFING FOR INTERESTED FIRMS WILL BE HELD ON FEBRUARY 22, 2010 AT 9:00 A.M. AT 111 NW 1ST STREET,
18TH FLOOR, CONFERENCE ROOM 18-3 MIAMI FLORIDA, 33128. FOLLOWING THE MEETING, A SITE VISIT WILL BE HELD AT THE PALMETTO
METRO RAIL STATION LOCATED AT 7701 NW 79 AVENUE, MIAMI, FLORIDA 33166. WHILE ATTENDANCE IS NOT MANDATORY, INTERESTED PARTIES
ARE STRONGLY ENCOURAGED TO ATTEND THE PROJECT BRIEFING AND SITE VISIT.

Deadline for submission of proposals is MARCH 26, 2010 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received at Miami-
Dade County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1^t Street, 17th FlOor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANY AND
ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE CONSIDERED.

The Consultant Coordinator for this project is Mike Ramos who may be contacted via e-mail at ramosmi~,miamidade.gov, fax: (305) 350-6265 or phone: (305) 375-
5215.

This solicitation is subject to Miami-Dade Countv's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code, as amended. Please review
Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.

The County may, at its sole and absolute discretion, reject any and all, or parts of any and all proposals: re-advertise this solicitation: postpone or cancel, at any time,
this solicitation process; or waive any irregularities in this solicitation or in the proposals received as a result of this solicitation.

CARLOS ALVAREZ
COUNTY MAYOR
MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA


T LC


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
REQUEST FOR DESIGN-BUILD SERVICES (RDBS)
MIAMI-DADE TRANSIT DEPARTMENT
DESIGN BUILD SERVICES FOR THE PALMETTO STATION
TRACTION POWER SUB-STATION
AMERICAN RECOVERY REINVESTMENT ACT (ARRA)
OCI PROJECT NO. DBO9-MDT-01 ARRA
TRANSIT CONTRACT NO. C IPO23- C T1-TRO9











Un pizza'iolo de luxe ouvre sa cuisine


aux milliers d'Ha'itiens affamb~s


7 JS L 1 ilf DS T'r )11 hi'SS

Reach Further And Faster with Ame 4 S


E 8LIITIY L I .


deae Cr "Tout le monde essave d'aider Haiti, et nous voulions
prC sent s j eudi faire notre part du cit6 de la mode", a d~clard Naomi Campbell,
devant un procureur 39 ans, dans un entretien tC16phonique depuis Paris. "La
qui doit decider s'il r~ponse a 6tC impressionnante. Personne n'a dit non, ce qui
les inculpe ou les est trbs significatif, parce que c'est une p~riode trbs charge
reliche, a d~clard g pour les couturiers qui pr~parent leurs collections d'automne".
1'Associated Press la Par ailleurs, g Zurich, la FIFA s'est engage g
ministry haltienne des d~penser trois millions de dollars (2,3 millions d'euros) pour
Co mmunic atio ns reconstruire les infrastructures du football g Haiti. Le comity
Marie -Laurence des finances de la FIFA a cr66 jeudi un fonds special, en plus
Jocelyn Lassegue. des 250.000 dollars (181.000 euros) d'aide d'urgence d~ji
Des parents foumnie apris le s~isme.
du village de Callebas 4P


HaitienMaMercredil10F6vrier2010


Page 8


PE~TION-VILLE (HI~ti), 27 jan2010 (AFP) Jamais ils
n'auraient imagine diner g la pizzeria Muncheez. Trop chbre et
r~serv~e g 1'ite haltienne. Mais depuis le s~isme, 1.000 Hatiens
indigents mangent tous les soirs dans cet 6tablissement haut
de game de P~tion-Ville, qui leur a ouvert ses cuisines. "Au
lendemain du s~isme nous avons r~alis6 que nous avions toute
cette nourriture dans les frigos et que le g~ndrateur allait
s'6teindre. Nous nous sommes dit qu'il fallait cuisiner pour
les gens qui en avaient besoin", raconte
Gilbert Bailly, co-propri~taire du
restaurant.
SituC sur les hauteurs de Port-
au-Prince, cet 6tablissement a 6td
6pargn6 par le s~isme du 12 janvier qui a .
fait au moins 170.000 morts et environ
un million de sans-abri. Les employs
eux-mimes dorment g la belle
6toile. Cette initiative a rapidement 6t6
colport~e dans la capital ddvastde et
d~sormais, la longue queue form~e d~s
le milieu de l'aprbs-midi par des
centaines de personnel fait partie du
pay sage du quarter. Larose Vital a
entendu parler de cette distribution par
le bouche g oreille. Aprbs deux heures "
d'attente, elle a obtenu une assiette
compose de riz, de lentilles et de poulet.
Un tr~sor qu'elle veut ramener chez elle.
"Ma soeur est morte et elle .-4^
avait quatre enfants. Je m' occupe
d~sormais d'eux", dit cette femme de 51
ans, elle-mime mbre de cinq enfants.
"J'appr~cie raiment" la demarche du Distribution gratz
restaurant, ajoute-t-elle, indiquant "ne


rien n'attendre du gouvemnement".
Pour que cette cantine inhabituelle se poursuive,
proches et amis des restaurateurs ont apportC les quelques
denrdes qui leur restaient. D'autres, qui vivent aux Etats-Unis,
ont envoyd des milliers de dollars pour acheter de quoi remplir
les casseroles. Un stranger a mime donn6 un chbque de 500
dollars.
L'agence gouvernementale am~ricaine du


d~veloppement USAID a pour sa part livrd un camion entier
de riz, haricots, semoule de mai's et huile de cuisson. Le
personnel de l'hitel Montana, totalement effondrd, a offert
tous les aliments qui avaient pu Ctre sauv~s des frigos de
l'ancien 6tablissement haut de game. "Du steak, des
saucisses, de la dinde... un vrai repas de f~te!i", se rappelle M.
Bailly.
Alors que le flot des nouveaux clients ne faisait que
grossir, le patron est all6 puiser dans ses
reserves et en a sorti 10.000 bracelets
bleus qu'il avait mis de cit6 pour les
fates organisdes pendant le camnaral,
d~but f~vrier. Il est all6 ensuite les
distribuer dans des quarters excentrds
de la capital surpeupl~e. "Un bracelet,
un repas. C'est au hasard", reconnait-il.
"Mais au moins, je sais que cette
personnel va manger--.


Combien de temps le
Muncheez continuera-t-il g remplir le
venture vide de milliers de sinistrds? Le
restaurateur n'en a aucune idde, plus de
deux semaines apris la catastrophe. Ses
associds et lui aimeraient verser un demi
salaire aux employs g la fin du mois,
indique-t-il.
Servir g manger aux plus
n~cessiteux et "Yoir le visage de ces
derniers s'Cclairer d'un sourire" a 6tC
"comme une th~rapie", confie M. Bailly.
"Mais tous les matins nous nous
rdveillons et nous demandons Comment
va-t-on nourrir notre famille quand ce
sera fini?".


."" ..
'"F ---- -- E!:.3i*tR~

rite de nourriture pour des mineurs a un grand restaurant pizzeria de Petionville,
banlieue aisee de la capital hai'tienne photos1 JJ.isl~, ut**M


Un d~filC de mode organism par Naomi Campbell au
profit d'Haiti, un nouveau d~placement de Bill Clinton sur
place pour assurer la coordination des efforts intemnationaux,
de l'aide d'urgence A la reconstruction: les efforts
se poursuivaient jeudi, tous azimuts, pour tenter
de venir en aide aux sinistr~s du s~isme du 12
janvier.


qu'il souhaitait s'assurer que l'assistance continuera "d'Ctre
efficace, coordonnde et soutenue dans les semaines et les
mois a venir .


avant remis leurs enfants entire les mains de ces missionnaires
am~ricains, qui avaient promise de leur offrir une vie meilleure,
ont racont6 leurs difficulties g survive.
"Je vis dans une tente avec un ami", a
expliqu6 Laurentius Lelly, un informaticien de 27
ans qui a abandonnd ses deux enfants, Ag~s de
quatre et six ans. "Ma principal inquietude, c'est
que si les enfants reviennent, je ne puisse pas
les nourrir".
Ces t~moignages, recueillis mercredi
par 1 AP dans ce village situC g une demi-heure
de Port-au-Prince, contredisent les affirmations
du principal responsible des missionnaires
baptistes selon lequel les enfants venaient
d'orphelinats ou avaient 6tC confi~s par des
parents 61oign~s.
A Genbre, Mia Farrow, ambassadrice
de bonne volont6 pour 1 UNICEF, a critique ces
"d~plorables" tentatives de faire sortir des
enfants d'Hai'ti ill~galement. Selon l'actrice
amdricaine, les groups ou personnel voulant
aider les enfants d'Haiti devraient plut~t soutenir
les orphelinats ou leurs families A l'int~rieur du
pays.
Pour Mia Farrow, qui a elle-mime
adopt 11 enfants, il est "compl~tement
ur d 'Hai'ti unacceptable" de proposer aux parents de faire
adopter leurs enfants en leur disant qu'ils auront
une vie meilleure ailleurs.
Pour sa part, la top-model Naomi Campbell a appelC
le monde de la mode g apporter sa contribution pour aider
Haiti, et le monde de la mode a rdpondu: il y aura un d~filC de
bienfaisance rassemblant des mannequins et des grands
couturiers le 12 f6Yrier, lors de la semaine de la mode g New
York.


L'ancien president am~ricain doit
s'envoler vendredi pour Haiti dans le cadre
d'une deuxibme visit dans le pays depuis le
s~isme. Au menu de son d~placement, des
entretiens avec les dirigeants haltiens, une visit
dans une clinique soignant des malades du SIDA
g Port-au-Prince et la distribution de foumnitures.
Bill Clinton s'6tait rendu dans la
capital haltienne six jours aprbs le tremblement
de terre qui a fait au moins 150.000 morts, alors
qu'environ un million de personnel sont sans-
abri.
Envoyd special de 1'ONU pour Haiti, il
a accept mercredi d'assumer des functions
61argies, g la demand du Secr~taire g~ndral Ban
Ki-moon.
"La longue route" vers la
reconstruction vient just de commencer, a
soulignd l'ex-locataire de la Maison Blanche
dans un communiquC diffuse jeudi. II a d~clard


La top inodel Naoini Campbell prete son image aux levees de fonds en jazve


Par ailleurs,
les dix Am~ricains
arrat~s samedi alors
qu'ils tentaient de
gagner la R~publique
dominicaine avec une
trent ine d'enf nts


4a."~ 0


U


-- --


11638 NE 2n Ave.

I al. 305-394-6118


-UI ULI


Catenng Specialsts
Cakes. Pastries, Hors d'0euvree
for all ooceasins


BON S SAMNA RITA IN S


Bill Clinton et Naomi Campbell au secours d'Ha'iti


.l r

----.... -,


fft~at


Nous summes
apcialia~ie dans...
Cargo 06n~rl. Brlia.
Prodults p~rteeables. E
personnel, Prodults
exploads, Toules dime41
de mturrlkefs


Door to Door Service


s i available.


y, Ine,


1-800-927-6059
ion envyesa nau un e-ml al8mdcan




Mercredi 10 F6Yrier 2010
Haitienl~arche *VolXXIV N" 03


Page 9


%"
I~~


CX *..


~IIL~


1


;~ c'u


CP~?'"~~


er
r,
'3r


:~c\'CI


~os


c~-~ ~LT


Ir~J~
rlL ~I


6''~ rI t;

IL,





Hate~ Mercredil10 F~vrier 201)
H~tinl~lrche VolXIVN" 1


Adams, Gloria A 423 NW 9Th St #28 Miami FL 33136 Johnson, Travis 9500 N Miami Ave Miami Shores FL 33150
Adams, Lavoris G 499 NW 5Th St Miami FL 33128 Jones JR, James 1225 NE 109Th St #B Miami FL 33161
Adside, Derrick A 966 W Davis PkyFlorida CiyFL 33034 Jones SR, Derrick T 725 SW 12Th Ave Homestead FL 33030
AurCarlos 1818 SW 22nd Ave Miami FL 33145 Jones, David J 2121 NW 5Th ST #203 Miami FL 33125
Allison, Ton 3855 NW 207Th St Miami Gardens FL 33055 Jones, Elvis T 12940 SW 185Th Ter Miami FL 33177
Alonzo, SalyE 233 Milford St At#1 BrolnNY 11208 Jones, Kevin 26800 SW 145th Ave Rd Homestead FL 33032
Alston, KonG 1741 NW 2Nd Ave Miami FL 33136 Jones, Lry525 SW 7th AVE #7 Homestead FL 33030
Alvarez,Joe L 14375 SW 159Th Ter Miami FL 33177 Jones, Nathan C 386 NE 31st Ter Homestead FL 33033
Amador,Ane F 1640 NW 16Th Ave #4 Miami FL 33125 Kleiman,Grg L 1550 N Miami Ave Miami FL 33136
Anderson, Tro 405 NW 37Th Ave #9-A Miami FL 33125 Kruse, Hortensia 1100 NW 25Th St Miami FL 33127
Avant, GereE 12216 SW 203Rd Ter Miami FL 33177 Lauriston, Saly1110 NE 144Th St North Miami FL 33161
Bald, Williams A 15470 SW 82Nd Ln #324 Miami FL 33193 Law, Nadine 1025 NW 128Th St North Miami FL 33168
BabrTear R 1235 NW 103Rd Ln #318 Miami FL 33147 Leandre, Saly13480 NE 6Th Ave #116 North Miami FL 33161
Barnes, Terrence T 25352 SW 129Th Ct Homestead FL 33032 Lee, Lashan L 11870 SW 221St St Miami FL 33170
Bazile, Sonny A 492 NW 165Th St #C212 Miami FL 33169 Lee, Wilbert L 22515 SW 113Th Ct Miami FL 33170
Berries, Francisco J 6950 Nw 41 St Miami FL 33166 Legrbr, Michael R 15547 SW 36Th Ter Miami FL 33185
Bivens, James B 537 SW 6Th Ave At3 Homestead FL 33030 LleMrnE 44 NW 47Th Ter Miami FL 33127
Blue, Michael A 9833 NW 26Th Ave Miami FL 33147 Lindsey, GayB 2136 NW 8Th Ave #213 Miami FL 33127
Bowen, Andre M 1959 N Glades Dr #17 Miami Beach FL 33162 Lpo, Scott A 7133 Bonita Dr Miami Beach FL 33141
Bradley, Delron T 3516 Plaza St Miami FL 33133 Lovett, Wan L 1840 NW 171St St Miami Gardens FL 33056
Brown, SilnnR 1120 Sesame St #2 Opa Locka FL 33054 Lowr, Kendal E 15925 NW 27Th Ave Miami Gardens FL 33054
Brown, Tony J 4301 NW 29Th Ave Miami FL 33142 Lyon, Todd M 1485 NE 116Th St #3 Miami FL 33161
Brown, Zachery L 561 NW 6Th St #202 Miami FL 33136 Mallary, Marquita S 1799 SW 8Th St Homestead FL 33030
Butler, Kevin A 4251 NW 15Th Ave Miami FL 33142 Martin, Tommy D 736 NE 1St AVE Miami FL 33132
Butler, Quentin L 726 NE 1st Ave Miami FL 33132 Martinez, Javier 2461 W 76Th St #105 Hialeah FL 33016
Cardenas, JoehR 1640 NE 180Th St N Miami Beach FL 33162 Martinez, Moises J 672 W Anderson Ln Citrus SpigFL 34434
Casimir, SreE 251 NW 177Th St #A206 Miami FL 33169 Mc Combs, Lendon D 8000 West Dr #130 N Bay Ville FL 33141
Casso, Andres G 2238 W 74Th St #202-26 Hialeah FL 33016 Mc Gibbon, Roberta 2115 NW 5Th St REAR Miami FL 33125
Castillo, Leocadio 13713 SW 14Th St Miami FL 33184 Mc Kenzie, Sammie K 6950 Nw 41 St Miami FL 33166
Caston, Cind L 114 NW 1ST St #3 Homestead FL 33030 Medina, GyA 29835 SW 148Th Pl Homestead FL 33033
Cedeno, Daniel F 2481 SW 17Th St Miami FL 33145 Medina, Patrick 11925 NE 2Nd Ave #309 Miami FL 33161
Centeno, Jeannie 1141 NW 32Nd St Miami FL 33127 Melendez, Iris J 210 W 60Th St Hialeah FL 33012
Chaney, Joseph 2000 NW 84th St Miami FL 33147 Mena, Juan 1137 NW 29Th Ter Miami FL 33127
Clark SR, Clifford L 3175 NW 65Th St Miami FL 33147 Meneses SR, Julio 1137 NW 58Th Ter Miami FL 33127
Coleman, BratL 2481 NW 95Th St Miami FL 33147 Mesa, Jose 1304 Euclid AVE #12 Miami Beach FL 33139
Coleman, Wanda 238 NW 45Th St Miami FL 33127 Miles, Janice M 1731 NW 1St Ct #A-6 Miami FL 33136
Cod,Cecil 11617 SW 224Th St Miami FL 33170 Miller, Moses M 726 NE 1St Ave Miami FL 33132
Corner, LslyF 811 NW 52Nd St Miami FL 33127 Monroe, Apil N 13124 Port Said Rd #150 OaLocka FL 33054
Crawford, Kenneth C 301 NW 22Nd St #310 Miami FL 33127 Moore, Andrew R 1817 NW 45th St Miami FL 33142
Cubas, Steven J 8801 NW 36Th Ave Miami FL 33147 Morman, Demarcus A 11078 SW 243Rd Ln Homestead FL 33032
Cueto, Frances 5720 SW 5Th St #6 Miami FL 33144 Morris, Freeman M 16255 SW 97Th St Miami FL 33196
Daniels, Stne B 3401 NW 170th St Miami Gardens FL 33056 Mrh, Lamar C 1143 NW 2Nd Ave #5 Miami FL 33136
Davis Ill, Gog B 726 NE 1St Ave Miami FL 33132 Navarro, Christino 6995 NW 186Th St #E406 Hialeah FL 33015
Davis, CryL 735 NW 6th St Florida CiyFL 33034 Noa, Pedro 18925 NW 46Th Ave Miami Gardens FL 33055
Delfi, Syli 14780 SW 288Th St Homestead FL 33033 Nunnall SR, JfeyR 9208 NW 8Th Ave Miami FL 33150
Diaz, Alberto L 10060 NW 7th Ct #4D Miami FL 33150 Ovies, Arnando 4715 NW 103Rd Ct Doral FL 33178
Diaz, Nestor 1000 NW 27Th St #6 Miami FL 33127 Pacheco, Alberto 1591 NE 15Th Ave Miami Beach FL 33139
Dixon, Mc T 1035 NW 127Th St North Miami FL 33168 Pamias, Gregory 7601 Byron Ave #20 Miami Beach FL 33141
Don, Ernesto 1305 W 46Th St #102 Hialeah FL 33012 Parrish, Jerome 2250 NW 95Th St Miami FL 33147
Dorsainvil, Alexander E 12410 W Randall Park Dr Miami FL 33167 Pev,Jason 1314 NW 62nd Ln Miami FL 33147
Dorsey, Lakeisha M 2530 NW 108Th St Miami FL 33167 Peus,James D 777 NW 155Th Ln #903 Miami FL 33169
Dozier, Milton E 28200 SW 125Th Ave Homestead FL 33033 Penwell, GeoyA 14234 SW 155Th Ter Miami FL 33177
DryoAlan J 1215 NE 150Th St Miami FL 33161 Pierre, Claudia J 5680 N Miami Ave Miami FL 33127
DdeThomas I 14535 SW 104Th Ct Miami FL 33176 Pointd u, Arthur 14340 NW 15Th Dr Miami FL 33167
Duncan, Howard L 15201 MemorialHw #220 Miami FL 33169 Popkin, Scott D 770 NE 69Th ST #6-C Miami FL 33138
Duran, Luis M 6041 W 24Th Ave #113 Hialeah FL 33016 Porrata, Juancarlos 1550 N Miami Ave Miami FL 33136
Evans SR, Mark A 9621 SW 148Th Pl Miami FL 33196 Pou, DihyN 25 NW 27Th Ave Miami FL 33125
Farrington, Duhite D 1001 NW 140Th St Miami FL 33168 Powell, Tracy D 2086 NW 86Th St Miami FL 33147
Felton, Anthn B 1350 NW 33rd St #333 Miami FL 33142 Provenzano, AtoyR 10424 NW 29Th Ave Miami FL 33147
FruoBrietta L 1600 NW 7Th Ct #109 Miami FL 33136 Quinto, John A PO BOX 162903 Miami FL 33116
Feruso, aywodPO BOX 700674 Miami FL 33170 RaiMaurice E 1550 N Miami Ave Miami FL 33136
FerandzEri L9815 SW 22Nd St Miami FL 33165 Rus, Michael P 16137 SW 68Th St Miami FL 33193
Fernandez, Joaquin U 6918 SW 114th Ave Miami FL 33173 Ramirez, Jason 11055 SW 69Th Ter Miami FL 33173
Ferrerio, Michael V 7832 NW 194Th St Hialeah FL 33015 Razuri, Francisco 14401 SW 88Th St #101 Miami FL 33186
Flowers, Charles J 70 NW 76th St 3 Miami FL 33150 Reaves, Willie L 5918 SW 62Nd Ter South Miami FL 33143
Ford, Clandis 2158 NW 5Th Ave #12 Miami FL 33127 ReilJsp 21333 SW 124Th Pl Miami FL 33177
Forestal, Eric R #1325 2074 MiyteRd Tallahassee FL 32301 Rile, Lavelle C 726 NE 1St Ave Miami FL 33132
Fountain, Roert G PO BOX 470591 Miami FL 33247 Rivera, Christopher M 1798 NE 179Th St N Miami Beach FL 33162
Francique, Jony665 NE 137Th St North Miami FL 33161 Rivera, Rubin D 629 NE 21St Ave Homestead FL 33033
Fuentes, Pedro L 1555 W 44Th Pl #256 Hialeah FL 33012 Roberts, Peter J PO BOX 3094 Brunswick GA 31521
Fuller, JfeyL 840 NW 151St St Miami FL 33169 Robinson, Clarence L 14370 NW 22Nd Ave #12 OaLocka FL 33054
Fuller, Kedrick B 1515 NW 49th St Miami FL 33142 Rogr, Danielle A 1900 S Miami Ave Miami FL 33129
Fulton, Mark A 28205 SW 125Th Ave Homestead FL 33033 RdiuzJR, Leonardo 8145 NW 7Th St #205 Miami FL 33126
Garcia, Hector L 10601 NW 17Th Ave #A204 Miami FL 33147 RorgeRafael 1320 NW 35th St Miami FL 33142
Garland, Ben C 7748 NW 2Nd Ct Miami FL 33150 Rdiuz Ramon L 100 NW 11Th St #101 Miami FL 33136
Garmon, Deon D 5540 NW 194th Ln Opa Locka FL 33055 Rodiuz Susan 1907 NW 38th St Miami FL 33142
Gibson, Trenika PO BOX 431632 Miami FL 33243 Ross, Chandra D 5210 NW 7Th Ct Miami FL 33127
Godbolt, Allen J PO BOX 700854 Miami FL 33170 Roya, Charles W 820 83Rd St #2 Miami Beach FL 33141
Gomez, Sean 4045 NW 191St Ter Miami Gardens FL 33055 San Martin, AeadoA 11882 SW 209Th Ter Miami FL 33177
Gonzalez, Pedro J 229 NW 30Th St Miami FL 33127 Sanchez, Francisco 1550 N Miami Ave Miami FL 33136
Hall, Michael N 866 NW 70Th St #D Miami FL 33150 Santana, Dmno38350 SW 194Th Pg Homestead FL 33034
Hampton, Shenavian 2964 NW 95Th ST Miami FL 33147 Swe, Jarvis J 244 NW 43Rd St Miami FL 33127
Harrington, Lawrence 11805 SW 203rd Ter Miami FL 33177 Schott, Douglas B 18680 SW 376Th ST Homestead FL 33034
Harris, Sherman J 1490 NW 14Th Ave Miami FL 33125 Scott, Renardo L 8500 NW 17Th Ave Miami FL 33147
Heflin, Lace M 777 NW 155th Ln #901 Miami FL 33169Seua Andres O 210 SW 11Th St #610 Miami FL 33130
Hernandez, Garrett 8575 SW 115Th Ct Miami FL 33173 Sereme, Jide 535 NW 128Th St North Miami FL 33168
Hernandez, Juan C 29853 SW 149Th Ct Homestead FL 33033 Shaw, Damian L 4802 NW 11Th Ave Miami FL 33127
Hernandez, Juan P 4298 South Tamiami Canal Dr Miami FL 33126 Slebr, Christina M 1511 NE 116Th St #11 Miami FL 33161
Hester, GeoyL 18901 SW 114Th Ave Miami FL 33157 Sinclair, Karen 568 NE 167Th St FL 33162
Holland, Vincent 7332 NW 2Nd Ave #228 Miami FL 33150 Smith SR, Futrell S 7180 Hardin Ave Miami Beach FL 33141
Hollis, Claude E 11841 SW 213Th St Miami FL 33177 Smothers, DwgtJ 470 NW 15Th St Florida CiyFL 33034
Holmes, Herbert 445 NW 210Th St #105 Miami FL 33169 Sanl, Diana 9 Island Ave #410 Miami Beach FL 33139
Hooks,Lar B 1080 NW 116Th Ter Miami FL 33168 Spencer, Demetrice A 768 NW 50Th ST Miami FL 33127
Houston, JryL 2290 NW 46Th St Miami FL 33142 Squire, Syleser 13977 SW 270th St Homestead FL 33032
Howell, Ronald E 1907 NW 38Th St Miami FL 33142 Staly ar 14270 SW 268Th St Homestead FL 33032
Hutchinson, Richard T 10945 SW 142Nd Ln Miami FL 33176 Stern, Robert S 18051 BicyeBlvd #9031-1N Miami FL 33160
IvnJavari D 1881 NW 42Nd St Miami FL 33142 Stuart, Theresa 1600 NW 49Th St Miami FL 33142
Israel, Adirah M 1366 NE 163Rd St #183 Miami FL 33169 Surita, Gog 550 9Th St Miami Beach FL 33139
IvrRichard T 565 NW 49Th St Miami FL 33127 SyleiPii G 726 NE 1St Ave Miami FL 33132
Jackson, Andrew 793 NW 32nd Ave Miami FL 33125 TayoAosu V 3877 Charles Ter Miami FL 33133
Jacouzzi, Joann 1259 NE 141St St North Miami FL 33161 Tayo, James M 2401 Collins Ave Miami Beach FL 33140
Jean-Pal Mardochee 133 NE 2Nd Ave #2212 Miami FL 33132 Talr Lorenzo 18680 SW 376Th St Homestead FL 33034
Jenkins, Donaric L 1908 NW 62Nd ST Miami FL 33147 Taar, Melinda S 1225 NE 1St Ter #17 Homestead FL 33030-1705
JnisRaymn L 11700 W Golf Dr #204 Miami FL 33167 Thelon JR, Pierre P 18701 NE 3Rd Ct #114 Miami FL 33179
Johnson JR, Carlton T 25442 SW 107Th Ave Homestead FL 33032 Thelusnord, Jeffer 927 NW 65Th St Miami FL 33150
Johnson, Jason A 16540 NW 79th Ave Miami Lakes FL 33016 Theodore, KrsyM 248 NW 59Th Ter Miami FL 33127
Johnson, Michael B 16100 NE 19Th Ct #2 N Miami Beach FL 33162 Thermidieu, Joseph E 541 NE 110Th Ter Miami FL 33161
Kontinye nan 16t paj la

MIAMBLester Sola
~3 SipBvizB Eleksyon, Konte Miami-Dade (suite page 11)


Page 10


Acosta. Orlando D


9536 SW 165Th Ct Miami FL 33196


Johnson. Shannon D


12140 SW 202Nd St #3120 Miami FL 33177


M~IAMIII DADE COUN\JTY


AVI LEGAL
Dapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize voth yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enf~masyon nou reseywa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap made nou kontakte SipBvizB
Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab reseywa enfbmasyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou wB kouman pou nou rezoud pwoblbm
la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a ISt sa-a, sa gen dwa mennen SipBvizB Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sisthm enskripsyon voth Eta-a. Si w genyen ankenn kestyon sou koze sa-a,
tanpri kontakte SipBvizB Eleksyon yo nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363.








SLe Ma~nolo Inn II


PSYeitS, VOus qui MBvezd Uvni 8Villn9 GauI90vos enF80tS,
COniezlaZ SS u CMP

ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009



LICENCE EN:
Markeling :4 as
Sciences Comptables :4 ane
GestbndesAflaire :4ans
Sciencaslnfanutliques :4ans
Marklding Maagement :2ans
Sea~Btarial bureautique :2 ans
GestiollnFance -Marketing : 1 ao 2 ans
Com M~Ii inomides~ : i n
Assislance Amblestrative : 1 a
Infounetiue cycle court : 5o hoummol~n,
ITEssentials(CISCO) :70llelle5

Pour loutes infornations supplmenlaimes:
CMP Oemas 3
Teb.:2!513-8361, 3730-2485, 2246-22499




KJ ADVERTISING

SERVICES

P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673

Publicitis: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


10 d~partements d'Ctudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Execution de Proj et
Economic et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
Gouvernance

Dipl~me en :
Informatique de Gestion
Relations mubliques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
4ngle Delinas 75 et lInpasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Hai'ti, FFI.

www. cfdehzaiti. com
Par courriel: 4dininistration~iitCDFEHaiti. coin
GBrunetii0CFDEHaiti. coin

Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575



VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 3 3161
Phone: (305) 891-2225
Fa\!; 1** s,01-2559
Cell (786) 285-0384


Thomas, Tawanna T 7130 NW 21St Ave Miami FL 33147 Warren, Elizabeth 1844 NW 19Th St #5 Miami FL 33125
Thomas, Willie J 3011 NW 77Th St Miami FL 33147 WahntnSR, David D 6950 NW 41st #A-S Miami FL 33166
Thompson, Tameka S 2009 WahntnAve Opa Locka FL 33054-2860 Wsigo, Irna L 1041 NW 41St St Miami FL 33127
Tillman, Hendell E 11301 SW 190Th St Miami FL 33157 Weeks, RcyM 528 NE 62Nd St #6 Miami FL 33138
Torres, Humberto 28205 SW 125th Ave Homestead FL 33033 WhcLamarc D PO BOX 10522 Miami FL 33101
Torres, Ruben 30735 SW 154Th Ave Homestead FL 33033 Wheeler, Keith R 51 NW 205Th Ter Miami Gardens FL 33169
Travieso, Jason 30231 SW 172Nd Ct Homestead FL 33030 White, Donald 1320 NW 199Th St Miami Gardens FL 33169
Trumpler, Terrance L 1166 NW 65Th St Miami FL 33150 Whitsett, Marcel 8400 NW 25Th Ave #122 Miami FL 33147
Vasuz Gino 20520 NW 15Th Ave #220 Miami FL 33169 Wilcox, Gay18303 NW 21st Ave Miami Gardens FL 33056
Vea Yamil M 225 NW 34Th Ter Miami FL 33127 Williams JR, Alvin 301 NW 177Th St #203 Miami FL 33169
Vento, Richard 692 NE 61St St Miami FL 33137 Williams, Clarence D 6933 NW 6Th Ct #2 Miami FL 33150
Vickers, Earnestine 1281 NW 61St St # 25 Miami FL 33142 Williams, Glen-David L 1414 NE 116Th St Miami FL 33161
Victorero, Gerardo 1550 N Miami Ave #2 Miami FL 33136 Williams, Vernell J 3679 Florida Ave Miami FL 33133
Walker, Van L 625 NE 143Rd St North Miami FL 33161 Wilson, Roneitha L 11941 SW 174Th St Miami FL 33177
Wallace, Lakeesha R 222 NW 22Nd St #306 Miami FL 33127 WnMatthew H 1350 NE 141St St North Miami FL 33161
Walter JR, David S 13124 Port Said Rd #260 Opa Locka FL 33054 Wiht, Deshon L 19335 NW 39Th Ave Miami Gardens FL 33055

Lete Sl Sipevize Eleksyon, Konte Miami-Dade


Page 11


DA-NS LES NIPPES
* 1)c Ll~llulsoeei de pI'lace
* ( I.Illllitler 1bill COIlIantI .11 00
.Ill Cflllillnalllic ft \1.llC (10


. Le batd Ba rn
* Le Palais de Sudre
Dartiguenave a Anse a
y eau
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17"me
siacle...


Telephones : 566-5361
401-7108 / 514-0304
Slemanoloinn~mac.com

nIterniet (liiSponible
p~ourl les clients


Evens H~ilaire


Info (954) 559-7729


AVI LEGAL
Dapre Lwa Florid F.S.98.075(7), yap avize vote yo ki sou lis pi ba la-a. Nap avize w ke baze sou enfomasyon nou reseywa nan men Eta Florid, nou doute si w elijib pou vote. Yap made nou kontakte Sipevize
Eleksyon Konte Miami-Dade, Florid, pa pita ke trant jou apre resepsyon Avi sa-a pou nou kapab reseywa enfomasyon sou kisa yo baze kestyon ke w pa elijib la epi pou nou we kouman pou nou rezoud pwoblem
la. Si w pa reyaji epi w pa reponn a let sa-a, sa gen dwa mennen Sipevize Eleksyon an deside ke w pa elijib epi yo va retire non w nan sistem enskripsyon vote Eta-a. Si w genyen ankenn kestyon sou koze sa-a,
tanpri kontakte Sipevize Eleksyon yo nan 2700 NW 87th Avenue, Miami, Florid oswa rele 305-499-8363.


Thomas. James W


19230 NW 5Th Pl Miami Gardens FL 33169


Warren. Allen L


3360 NW 11Th PL 105 Miami FL 33127


C"" "'d ur o II1~ IE~qu o ens porrmmnsrint


m Pa wla evis per bcteas


ADOMI PURCHABING AGENCY
Tel. : 7 86-57-8 80 Fax: 305-756-0970 e- mal. ademnip urchas ing~eaol.col






_ IIU VIIIILYVIIV IV1


Note de press de Voilk

Suite au s~isme du 12 janvier 2010, la Compagnie de t616phone cellulaire Haitienne VoilB mobilise les forces de
travail, I'6quipement, les moyens de transport et le materiel pour r~parer et 6tendre leur r~seau et participer g l'effort de
secours et de reconstruction
B ellevue, Washington, Etats-U snis/Port-au-Prince,Haiti La Trilogy Intemnational Partners et sa compagnie de
tC16phonie cellulaire Haitienne VoilB, travaillent activement pour r~pondre g la demand croissante en services de
communication tant g l'int~rieur d'Haiti qu'g travers le monde. La capacity du syst~me de service de longue distance
international (ILD) sera double dans les jours qui viennent afin de g~rer le volume sans pr~c~dant d'appels entire Haiti
et les autres pays. Pendant ce temps, le travail continue en Haiti pour restaurer les sites endommag~s ou d~truits.
Cet effort a demand une implication constant, de jour et de nuit, non seulement du personnel haltien de Voila,
mais 6galement des employs de la compagnie sceur Viva op~rant A partir de la R~publique Dominicaine et du personnel
de la Maison Mbre de Trilogy g Bellevue, Washington, ainsi que ceux de son centre regional de Fort Lauderdale en
Floride
<< Nous avons engage des resources, g travers Trilogy et ses autres companies en fonctionnement afin qu'ils
ajoutent leur pierre g l'effort de reconstruction >> note John Stanton Pr~sident du Conseil d'Administration de Trilogy
International Partners. << En plus, VoilB coordonne ses activities avec les autres companies de tC16phonie cellulaire, le
Gouvemnement Haitien, le Gouvemnement Amdricain, les Nations Unies et d'autres donateurs important afin de s'assurer
que leurs efforts individuals contribuent efficacement aux int~rets du plus grand nombre. >>
Depuis le tremblement de terre du 12 Janvier, VoilB, assisted des 6quipes d'ing~nierie technique de sa compagnie
sceur, a visit tous ses sites techniques en Haiti, travaillant 24 heures par jour afin de maintenir le bon fonctionnement du
r~seau et d'amiliorer sa capacitC. Prbs de 90% des sites sont actuellement op~rationnels. Les ing~nieurs techniques ont
6galement confirm que les sites restants peuvent Ctre r~pards. Pour remplacer ses sites d~truits lors du tremblement de
terre, VoilB fait rentrer de l'6tranger des tours cellulaires mobiles couramment appel~es << cell on weels >> ou (COWs). Un
certain nombre de COWs sont deja en usage en Haiti et VoilB attend la livraison pour cette semaine de COWs suppl~mentaires
et de g~ndratrices de grande capacity offertes g VoilB par T Mobile et Sprint
<< Nous avons construit des r~seaux en Croatie apris la guerre civil ainsi qu'en Afrique aprbs des coup d'6tats
militaires...Nous avons surv~cu g des ouragans d~vastateurs, mais rien de tout cela ne peut Ctre compare g ce qui vient
de se passer >> dit Brad Horwitz, Pr~sident Directeur G~ndral de Trilogy Intemnational Partners qui est g Port-au-Prince
depuis le 13 janvier. Trilogy, comme toute les organizations qui ont une presence important en Haiti, a du se mobiliser
rapidement afin d'organiser la logistique pour assurer le d~placement du carburant, des 6quipements, du materiel et du
personnel. La compagnie travaille conjointement avec le gouvemnement Amdricain pour garder l'acc~s au carb~urant, avec
le gouvernement Haitien pour agrandir son spectre et avec les Nations Unies pour conveyer le materiel g travers un
corridor critique de la R~publique dominicaine vers Haiti. En plus, Trilogy a recu le support des Forces Navales Am~ricaines
qui ont transport, sur un bateau amenant de l'aide d'urgence, des pieces essentielles g l'infrastructure du r~seau, de la
Floride vers Haiti.
Le directeur g~ndral de VoilB, Monsieur Robin Padberg, au-del8 de la solidarity agissante des amis d'Haiti tant
g l'int~rieur qu'g l'ext~rieur, loue la solidarity de la population haltienne << J'ai vu une population discipline, patient et
qui s'entraide dans la catastrophe g~ndrale, le jour mime de la rdouverture de notre magasin g P~tion-Ville. J'6tais 6tonn6
de voir combien les uns comptaient pour les autres. Tout cela prouve qu'il y a encore de l'espoir dans ce pays >>.
Pour sa part, Monsieur Bemnard Fils-AimC, Pr~sident de la Fondation VoilB, croit que << l'6tendue de la destruction
du pays est insupportable. Le people haltien, qui a tant souffert ne m~ritait pas un tel cataclysme. Aujourd'hui, il est
imp~ratif pour chacun de nous de prendre la vie g bras- le- corps pour renaitre du cataclysme natural et forger l'avenir du
pays. A la Fondation VoilB, toute l'6quipe se mobilise pour continue g venir en aide g la population sinistrde. En
definitive, cette catastrophe nous done l'opportunit6 de rebitir un autre pays >>.
Dans ce sens, un appui considerable a 6tC offert par Trilogy et VoilB aux Organisations Humanitaires, g certain
Ministbres ainsi qu'g certain m~dias g travers la distribution de nombreux portables et de minutes gratuites, afin d'aider
ces demniers g Ctre plus efficaces sur le terrain dans leurs actions en faveur de la population sinistrde. Afin de continue
g offrir encore plus largement ce support, plus de 20.000 t616phones ont 6tC commands et devraient arriver incessamment
pour Ctre distribuds. II faut pr~ciser que l'aide de VoilB aux families victims a transit et continuera de transiter par des
Organizations sp~cialis~es telles que : Save the Childemn, M~decin du Monde, Intemnational Hope and Rescue, le Bureau
de la Commission Nationale de Coordination des Secours dans le secteur de la Sant6, I'AGERCA, les Scouts d'Haiti, les
Services de Sant6 de l'Ambassade Amdricaine, le bureau du Premier Ministre, pour ne citer que ceux 18.
D'autre part, pendant tout le mois de f~vrier, VoilB versera g l'ONG Save the C lluldIe n 41~II gourdes sur la vente de
tous les t616phones achet~s aux magasins VoilB. La some rdcoltde sera utilise pour des actions de protection de
l'enfance et dans le domaine de l'6ducation

Trilogy International Partners et VoilB fourniront des mises g jour au course des prochains jours et des
prochaines semaines tout en travaillant g remettre le riseau g sa capacitC pri-skisme et g augmenter ses capacitis de
communication et en s'assurant de moduler leurs services afin qu'ils s'adaptent aux besoins changeants du pays.


Mercredi 10 F6vrier 20 10
Haiti en Marche Vol XXIV No 03


Page 12


<< Tirons notre courage de notre 1
disespoir mdme. >> Sindque

Chers amis, j'imagine que je ne serai pas le seul g me
retrouver dans cette situation, ayant eu la vie sauve grice A
un coup de chance, ou si vous le pr~f~rez, grice g un miracle,
car c'en est un, je me rends compete que cela me rend tributaire
de la soci~td. Ce j our-lk, un impr~vu, un rendez-vous manquC,
une indecision ou une decision, un choix ou un non-choix,
une second de plus ou de moins, ont pu marquer la difference
entire mourir sous les d~combres ou se retrouver parmi les
survivants. Les coincidences, la chance ou la bonne chance,
selon la facon de voir, le destin, voil8 des fagons diff~rentes
d'exprimer le fait que beaucoup d'entre nous soyons encore
vivants, apris ce 12 janvier 2010. Nous, les rescap~s du 12
janvier, les survivants, nous n'avons aucun m~rite personnel.
Nous n'avons rien fait pour le m~riter. J'en souffre encore
presqu'un mois aprbs. Le poids de la responsabilit6 d'avoir A
participer g la reconstruction de ce << pays d~chu >> peut rendre
fou. Nos dirigeants Je les plains les pauvres. Je n'ose mime
pas les critiquer. Tel pays veut reconstruire le Palais
Pr~sidentiel. Tel autre le Palais des Ministbres, ou une << Cit6
Administrative >>. Encore un autre l'adroport. Et ainsi de suite.
Nous, Haitiens du dedans, Haitiens du dehors, Haitiens de
toujours, qu'avons-nous dit ? Quels sont nos plans ? Que
voulons-nous ? Que voulons-nous 6viter ? Avons-nous
demand pardon au monde entier d'avoir abandonn6 notre
pays au point de ne pouvoir avancer qu'avec l'aide de la
Communaut6 Internationale nous servant de b~quilles.
Maintenant c'est le brancard qu'il nous faut. Cette
Communaut6 Intemnationale g laquelle on ne pourra plus rien
reprocher, ni mime la regarder dans les yeux, youdra-t-elle
s'impliquer g nouveau si, dans le future, nous n'agissons pas
de fagon honnate, face g nous-mimes, face g nos


vneet)pour essayer d'oublier les

Chers amis lecteurs, il ne va pas Ctre facile d'oublier.
11 sera encore plus difficile de reconstruire, les vies d~truites,
les villes d~truites. Des centaines de milliers d'Haitiens ont
perdu, tout ce qu'ils avaient. Des centaines de milliers
d'Haitiens ne sont plus ce qu'il 6taient. Des centaines de
milliers d'Haitiens ne seront plus jamais ce qu'ils 6taient avant.
Enfin, on arrive g trouver parfois des << cerveaux malades >>,
comme on en a toujours eu dans ce pays (et dans tous les
autres), qui arrivent g croire que le tremblement de terre a
suppose une publicity gratuite pour Haiti et que le grand
responsible sont les pratiques cultuelles non chr~tiennes qui
attirent la malediction sur le pays (voir declaration d'un Consul
haltien au Brsil).
Enfin chers amis, le s~isme du 12 janvier aura done
donn6 naissance g une nouvelle g~ndration meurtrie dans le
d~sespoir. A vie. Et nous, ceux qui comme moi, se situent dans
la tranche d'Ages allant de 50 g 55 ans, ou mime mieux, de 45 g
65 ans, nous constituons cette << G~ndration Traumatis~e >>
pour ne pas dire << Maudite >> qui aura v~cu la dictature, qui
passera devant l'histoire comme 6tant coupable d'avoir
submerge le pays dans une zone d'ombres la plus effrayante
de son histoire de Nation, et qui aura v~cu la degradation la
plus complete du pays avec cette trag~die du 12 janvier.
D~finitivement, nous n'aurons jamais la chance de voir une
Haiti rayonnante. Sauf, peut-8tre si nous arrivons g tirer
suffisamment de courage de notre d~sespoir et si l'on se met
g travailler g la reconstruction du pays, coude g coude (et non
A coups de coudes), comme si c'6tait le seul objectif de notre
existence.
Oscar Germain
germanor2005@yahoo~fr
Fivrier 2010



.Les dix

Inn ssio n n ares In culpes

(... suite de la page 4)
Est-ce que l' agressivit6 de ces sectes
fondamentalistes (et de toutes les 6glises assemblies sous le
vocable de scientologie) parties g la conquate du monde en
promettant de gudrir tous les maux qui affligent celui-ci rien
que par ... I'imposition des mains, constitute une sorte
d' embarras d~ j pour les Etats-Unis eux-mimes ?
Comme on a pu s'en rendre compete apris le s~isme
du 12 janvier quand leurs dizaines de petits avions ont envahi
dbs les premiers jours l'adroport de la capital haltienne
handicapant l'arriv~e de l'aide proprement dite. Les militaires
amdricains qui ont pris provisoirement le contrile de l'adroport
s'en sont plaints.

Oui et non ...
Conclusion : OUI, les dix missionnaires ont viold les
lois haltiennes et ont 6tC attrap~s la main dans le sac, avec
pour corps du d61it et circonstance aggravante les 33 enfants
retrouv~s dans leur bus sur le point de franchir la frontibre
hai'tiano-dominicaine, sans aucune documentation ni
autorisationl1Cgale, qui pis est sans aucune preuve qu'ils soient
effectivement des orphelins.
Par contre, NON, ils ne veulent probablement aucun
mal aux enfants comme dans le cas de vrais trafiquants.
En tout cas, ils n'en veulent qu'g leur Ame.
Ce qui n'est peut-8tre pas un moindre mal. D'autant
que cela peut rappeler un bien mauvais souvenir g un people
sorti de l'esclavage il y a seulement deux si~cles et oix le
missionnaire a joud un rile presque aussi ndfaste que celui du
n~grier.
Enfin, NON, il n'est pas rare qu'un parent d'un de
ces gosses se cache volontairement pour laisser croire que
son fils ou sa fille est rdellement orphelin !

Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


"LJe donnerais encore


IlOn fils", dit le pAre

a un petit Hastien



(... suite de la page 4)
confiC leurs enfants aux baptistes, elle n'a rien recu en change,
affirme-t-elle. "Nous les avons donnas, et la seule raison
pour laquelle on veut maintenant les r~cup~rer, c'est que nous
avons trop de probl~mes avec la presse, liche Fritzian
Valmont.
Sa soeur Josette Massillon, mbre de Carl Ramirez et
de Dawin Stanley, prend son relais: il s'agissait de "sauver les
enfants" et de leur offrir "un avenir bien construit". Les 33
enfants sont temporairement pris en charge par une
organisation caritative, en attendant que leur identity soit
v~rifi~e. Les Am~ricains de leur c~tC se sont vus refuser leur
demand de remise en liberty conditionnelle et doivent Ctre
transf~rds dans des prisons surpeupl~es en attendant le procks.
Sans ambages, Anchello Cantave, le pbre du petit
Ansitho, avoue: "Aprbs le jugement, s'il peut encore partir
avec les enfants, je serais d'accord".


L~IBRIE PIET\I~SIER.


compatriotes ? Nos dirigeants, sauront-ils enfin se placer g la
hauteur de leur tiche ? Sauront-ils Ctre honnates ? Envers eux-
mimes ? Envers leur PATRIE ?
Enfin chores amies lectrices, chers amis lecteurs, ne
nous 61oignons pas trop de l'objet des chroniques de cette
semaine. Je voulais parler de traumatisme, de ces troubles
psychiques et physiques qui se produisent dans l'organisme
suite g un choc violent. Je voulais en parler car le s~isme du 12
janvier a suppose un choc 6motionnel 6norme et, ses
consequences, sur la vie de ceux qui comme moi avons v~cu
ce moment, de ceux qui come moi avons surv~cu g ce moment
terrible, sont encore impr~visibles. Un ami psychologue
essayait de me d~crire les symptimes que peuvent
experimenter les individus qui avons v~cu des moments de
choc 6motionnel intense. La victim d'un traumatisme, me
disait-il, peut 6prouver les symptimes suivants par example:
-Insomnie (Je dirais de pr~f~rence soit insomnie soit
sommeil agitd).
tat d'excitation, d'agressivit6, d'impatience,
d'angoisse, de mdfiance.
-Souvenirs obs~dants sous forme de flash-back des
6v~nements durant la joumd~e et se produisant des
cauchemars durant la nuit (Lg, j'ai du lui expliquer
que le grondement de la terre accompagnant le
tremblement de terre continue g m'obs~der jusqu'd
pr~sent. Les spaces r~duits, trop ferm~s, me causent
une certain sensation d'angoisse).
-Une sensation de mal-Ctre sans aucune cause
d~terminde.
-Attitude de defense sous forme d'insensibilisation
parfois (Cela prend parfois la forme d'indiff~rence










Rend Prival : "La comnmunaut6


international a confliance"s


Leogane~an ou la destruction to tale

La ville de Ldogane d~truite g plus de quatre vingt
dix (90) pour cent. Mais Ih encore, declare le maire de la ville, ce .C~
chiffre parait en dessous de la r~alit6. C'est que en dehors des ,J '.-t
murs de la Mairie et de l'H~pital Ste Croix, il ne reste plus rien.... -.
Tout ce qui pouvait constituer pour les g~ndrations .
pr~sentes et futures un symbol de la fibre cit6 d'Anacaona
(ancien royaume indien avant l'arriv~e en 1492 du navigateur -
Christophe Colomb) a disparu. I '
Et les sinistrds, les survivants ont l'air de ne pas ~ C
pouvoir encore rdahiser ce qui leur arrive.
"Est-ce que je vais me battre pour un sac de riz, nous
dit ce jeune avocat qui en quelques seconds a vu disparaitre
toute sa famille et tout ce qu'il poss~dait?" Rien d'autre ne Village de tentes dress par les militaires et secouristes
semble avoir d'importance pour lui. Assis g mime le sol devant canadie s non lomag ie Ldgne qiaa dt p 'ie tre
(LEOGANE /p. 16) le 12 janvier 2010

8377'2 NE~ "2 darin APlverrmrer
Tgl: 305 757 4915


FADK IK J VARIE TY S TO RE

LE MAGASIN PO1R TOUTES LES OCCASIONS.
Rdee~ption de padne ntrucr po~rer Bel Souh. F~PL~, GA Z, CAB6LE` TV,
B3LL MOBrILITY tc..C...e..
ConM&cIZ~f CC cphuFONr Std@z C IZ 7u...


(PREVAL... suite de lapage 2)
provisoires, en leur donnant quelque chose pour leur travail ?
La deuxibtme question c'est l'aide alimentaire. Celle venant
de l'6tranger ne peut pas continue trop longtemps. Il faut cr~er des
emplois B haute intensity de main d'oeuvre tout de suite pour que la
production locale puisse trouver preneur. Sinon nous allons affaiblir
cette production locale, ce qui serait une mauvaise chose. Il y a assez
de nourriture en Haiti. Dans les premiers moments on a du faire
venir de la nourriture de l'6tranger.
Je f61icite le people haltien pour son courage, sa discipline,
son esprit d'entraide parce qu'avant que n'arrivent les sauveteurs
professionnels de l'6tranger, beaucoup de citoyens haltiens ont sauv6
des victims sous les d~combres. Il ya eu de l'entraide de quarter a
quarter, de maison B maison, on recevait les gens, on leur donnait A
manger et de l'eau. S'il y a eu des pillages, je les condamne, mais on
aurait pu s'attendre B quelque chose de plus dramatique.

Y a-t-il des choix qui ont ete arrites pour le
relogement, la relocalisation en function de l'exode vers les
provinces ?
Cette catastrophe est l'occasion pour nous et pour nos
partenaires intemationaux d'une grande r~flexion sur l'organisation
de la nation. En 2008, HaIti a subi des d~gats causes par quatre
ouragans qui ont fait beaucoup de victims. Cette ann~e, ce
tremblement de terre qui a caus6 des dizaines de milliers de morts.
Ces deux ph~nom~nes sont intimement li~s et regarder l'un, le plus
recent, en oubliant l'autre serait une faute grave.
Pourquoi y a-t-il eu tellement de morts en Haiti lors du
passage des ouragans alors qu'il n'y en a pas eu B Cuba oft sont aussi
passes les cyclones ? Un tremblement de terre de mime magnitude
ne fait pas autant de morts dans d'autres pays. Pourquoi y a-t-il eu
autant de morts B Port-au-Prince lors du tremblement de terre ?
C'est parce que nous avons n~glig6 les autres parties du territoire et
les gens se sont entass~s B Port-au-Prince et ont construit avec leurs
propres moyens.
L'Etat 6tant faible, instable, secou6 par les coups d'Etat,
ne r~gulait rien. Il ya eu des milliers de constructions anarchiques et
aujourd'hui nous payons le prix de cette politique n~gligeant le reste
du pays au profit de Port-au-Prince.
Aujourd'hui, nous n'avons pas encore fini de r~parer les
d~gats causes par les quatre cyclones, il ne faut pas l'oublier. Il faut
parler de la reconstruction des provinces qui avaient 6t6 atteintes
par les cyclones et en mime temps de la reconstruction de Port-au-
Prince et des villes touches par le tremblement de terre.
Il f aut investor dans les provinces, dans le systatme routier,
dans l'61ectricit6, il faut que les nouvelles entreprises qui s'installent
grice B la loi Hope qui permet B Haiti d'exporter sans droit de douane
aux Etats-Unis aillent dans les villes de province pour y fixer les
populations. II faut donner priority B l'agriculture.

A propos de la reconstruction, on dit que la France a
propose de reconstruire le palais national.
C'est une proposition, je vais laisser A la France le soin de
l'annoncer. L'ambassadeur m'a dit que cette proposition est sur la


Que pensez-vous des critiques au rile des Etats-Unis,
accuses d'envahir militairement Hai'ti ?
Mme Hilary Clinton s'est rendue en HaIti et m'a demand
ce que je pensais d'un soutien militaire pour accompagner les convois
qui allaient &tre envoys par les Etats-Unis, comprenant des
ing~nieurs militaires, des m~decins militaires, j'ai donn6 mon accord.
Il faut qu'on s'entende, comme il ya militaires amdricains,
il y a des militaires pakistanais, jordaniens, chiliens etc, je ne pense
pas qu' ils vont se d~clarer la guerre pour le contr81le de la souverainet6
d'Hatit. .
cuqusMerci de s'tre m ii s~as poutretr oa ss, meciaB ct
plus, la R~publique dominicaine est tras proche de nous elle nous a
aids dans la measure de ses moyens, elle nous a beaucoup aid~s. Les
Etats-Unis sont proches, il y a la question des boat-people.

Vous avez dit que vous etiez satisfait de la solidarity
de la Republique dominicaine voisine.
s'nedL'ileoest par dge centre deuxpy qui sont condamn~sl B
R~pubhique dominicaine et inversement. Au-delB des problames
historiques qu'il faut d~passer, au-del8 des extr~mismes qu'on
rencontre dans les deux pays, 11 faut que la soci~t6 civil, la soci~t6
politique particulibrement les gouvemnements fassent tout ce qui est
possible pour 6tablir des bons rapports entire les deux pays.
d Taoa antaqu'HaItiR urabun diff~re tie 1 d61ve o tpeme



Learn to Speak / Write


mn Enghish Now!

Falst &I Ealsl program l
For Cre~ole Speaklers!
Job Plarcementr .-Issis~tance
up~on comp~letio~n!
Day~s or Evenilngs Clarsses!



1-305-624-3030


necrdM 10 IV* Ner 03


Pagel13


continueront d'aller en R~publique dominicaine. La R~publique
dominicaine a int~rat B ce qu'HaIti progress 6conomiquement et
socialement.
Le premier president B rendre visit aux Haitiens a 6t6
Leonel Femnandez et je dois dire encore une fois merci A la R~publique
dominicaine pour le soutien tras concrete qu'elle a apport~e au
gouvemnement et au people haitien. Non seulement le president
Femnandez mais aussi l'opposition, Mme Pena Gomez est venue
pour montrer sa solidarity.
De mime que le premier ministry j amaIcain est venu avec
l'ancien premier ministry pour montrer que ce sont les nations qui
sont solidaires au-del8 des divisions politiques et il faudrait que
nous prenions example de cette cooperation au-del8 des clivages
politiques pour qu'en HaIti nous puissions 6tablir 6galement cette
stability.

Comment allez-vous associer les differents secteurs
de la society civil, les differentes forces politiques, syndicales
et culturelles pour refonder la nation, la nouvelle Hai'ti ?
En 2006 lorsque j'ai 6t6 61u president de la R~publique,
j'ai choisi d'int~grer au gouvemnement toutes les forces politiques
repr~sent~es au Parlement. On a fait ce qu'on a appel6 un
gouvemnement pluriel. Nous n'avons pas fait de chasse aux sorcibres.
Tous ceux qui me repr~sentent, les d616gu~s dans les
d~partements sont encore ceux qui ont 6t6 nomm~s par le
gouvemnement pr~c~dent, de M. G~rard Latortue, les ambassadeurs
sont rests en place, de mime que les directeurs g~n~raux. C'est une
fagon de dire : mettons nous tous ensemble pour trouver la stability
au-del8 de nos int~rats de parties politiques.
Malheureusement les parlementaires se sont 610ign~s de
leurs parties politiques, ce qui a affaibli les parties politiques et certain
ont tir6 parti de cette situation pour renforcer leur parcelle politique
en faisant des nominations partisanes, ce qui n'est pas admissible
non plus.
Ce lundi [1er fivrier], nous allons avoir une grande reunion,
ce sera la deuxibme avec toutes les 6glises, catholique, 6piscopale,
protestante, les vodouisants, les secteurs priv6, syndical, associatif
pour analyser la situation et particulibrement sur un point : comment
consacrer une semaine pour cl8turer le deuil d'un mois qui a 6t6
d~cr~t6 ?
Lorsque la catastrophe a eu lieu, nous avons confi6 &
diff~rentes personnalit~s de la soci~t6 civil la responsabilit6 de
conduire certaines teaches essentielles. Par example le g~n~ral H~rard
Abraham (connu pour son engagement dimocratique, ancien ministry
de l'intirieur et des affaires dtrangdres 2004-2006] s'est pr~sent6
ici et m'a dit : "f'e suis a votre service ".
Il y avait un problame d'approvisionnement d'essence. Je


lui ai dit, g~n~ral, je vous donne un bureau, occupez-vous de
l'approvisionnement d'essence et aujourd'hui routes les stations
sont ouvertes, sa mission a pris fin. Le g~n~ralAbraham ne fait pas
partie du gouvemnement.
Nous avons un problame de gestion de la sant6. Nous
avons confi6 la pr~sidence d'une commission au president de
l'Association des m~decins haltiens, 1e docteur Claude Sur~na, il fait
bien son travail. Pour la reconstruction, nous avons confi6 B un
ing~nieur et 6conomiste, Charles Clermont, qui ne fait pas partie non
plus du gouvemnement, la tache de conduire cette mission.

Comment avez-vous vecu le tremblement de terre ?
Le doyen de la faculty de droitm'invite A la c616bration du
1506me anniversaire de sa faculty, le 12 janvier. J' essaie de me d~filer
mais il me dit que Ca fait trois fois cinquante ans, et B chaque cinquante
ans, il y a un president qui vient et que je ne peux pas d~roger.
Comme je n'aime pas arriver en retard, je suis sorti ti~t du
palais, on m'avait dit que c'6tait B cinq heures. Cela se passait au
Karibe Center, qui est situ6 entire le palais et ma maison. Arrive
devant chez moi, on m'appelle pour me dire ce n'est pas B cinq
heures, mais B cinq heures trente.
Comme j'6tais en advance, je passe chez moi et je trouve ma
petite fille, Alessa, qui a 7 mois, dans la cour. On lui donnait B
manger, etj'ai pris la petite cuillbre pour lui donner Bmanger.
Si je ne l'avais pas trouv~e dans la cour, sous un arbre, je
serai rentr6 A la maison, qui a 6t6 d~truite. Si on ne m'avait pas invite
B cette c~r~monie, je serais rest au palais. Si j'6tais rest au palais ou
dans ma maison, aujourd'hui on ne serait pas en train de faire cet
entretien.
Le t616phone ne fonctionnait plus. On me dit qu'il 6tait
impossible de me d~placer en voiture, que les rues 6taient bloqu~es
par les d~combres. J'ai pris une motor taxi pour visiter les quarters
et passer la nuit B voir 1'ampleur des d~gats. Je suis rentr6 chez moi
le 13 au petit matin.
Apr~s voir vu le quarter du Belair quarterr populaire]
j'ai 6t6 B l'6cole d'infirmibre, on m'a dit qu'il y avait une centaine
d'infirmibtres sous les d~combres, je me suis senti sans voix.
Le lendemain j'ai vu que la catastrophe 6tait beaucoup
plus important que ce que j'avais vu. Certains auraient appel6 les
cameras pour aller A l'h8pital. Mais face A la douleur des autres, j'ai
pens6 que mon travail c' 6tait de soulager la douleur.
J'ai r~ussi Bappeler M. LeBret (l'ambassadeurde France],
il m'a dit que les secours de la Martinique 6taient d~ji en branle et
qu'il avait perdu sa residence. C'est le seul que j'ai pu joindre au
t616phone ce jour-li.
Propos recueillis par Jean-Mcichel Caroit
Article paru dans l editionn du 03. 02. 10


s,

~~, )i;n~;c~s. ~nrCr~~din I
I P~ikl.r'srrll ,I~tlcns. hnlinrarnr. ~R~ ~:
I1L~I.#IUII~ IIC ~IIIE


INTERVIEW AVEC LE MONDE


o~uvert

d Jours



sem~ai ne :

Shr30 am



7h30 pm



:? =.:.m....





BATTIS


Mercredi 10 F6Yrier 20 10
1 Hati en Marche Vol XXIV N" 03

souin a e adse




AING LIES
AII LLE S

AILILEIES




SCRAIBBl.E
Aragzles sept lettres ci-dessous
pOur former un mot frangais

m

MPU


I I I I I I

Solutions de la se maine passed
FRESQ U E


Allez de BATTIS a SECHEZ, en utilisant des mots du du vocabulaire
frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


F~F~


I


Page 14


SECHE

IR J (AD NA)BE DR/EM)O T
Z O H J Z Z B O L /I V)I E)G
K P UJR P D E SA jJ~ E D N) I
G S H A EU S OA N
C N I K/ M Ni KW
B(; 1. II /GPjT L UU Z S A D
P E~C1 EAPRZ I HX
Yv NE L /-SEL I G C X
I T/E N/S/ I\ T II J e
A A L A S K 4 1- P KJ S
T~LHCEGOXXFC U
R CM R I D WUK AG (N O T Z G
Chili -Alaska Sumatra Kamchatka Equateur
Tibet Indonesia -Argentine Mer de Banda
Miles Kouriles Mongolie Tonga Japon Perou
Grece Philippines -Azores Bresil Philippines
Bolivie Mexique Inde Canada Mongolie
Ile Macquarie Iles Balleny Iles Salomon Samoa


HORIZONTAL
1. COmpagnies contr816es par une society
mere -2. Liaison 3. Nobelium -Angoisse -
4. Assujettisait 5. Avantage Article -
6. Monnaie chinoise 7. Molester -
8. Herbagere.


VERTICAL
1. Rive -
2. Joueur bresilien de foot Aluminium -
3. Article Volaille -
4. A la mode Dechiffre Megavolt -
5. Officielle 6. Chanteuse capverdienne Devetu -
7. Rauques 8. Intolerant.


e' odse
1 03 .3 f as


Bon R~veil en musique

AM Pipirit Chantant
journal creole avec Louini Fontal


5h00 -6h30

6h30-7h00


7h00-9hl


00 M~lodie Matmn avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques :
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt~raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit~s duJour
M610die Matin chaque samedi est anim6
par Fbquibre Raphael


Le disque de l'Auditeur
animation James Pr~dvil

Le Midi
informations avec Laury Faustin

Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons franchises

Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas .
avec Doc Daniel et Captamn Bill

Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou

IV~lodie & Company
Ddveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart

Amor y Sabor con Luciani

Soir Informations

NOtre Grand Concert
Lun. & Mer. : L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael regoit ses invites
Cavaliers, prenez vos dames
( Samedi) 50 ans de succes populaires ha'itiens


10h-Midi


12:00- 12h30


12h30-2h00


2h00- 3h00


3h-5h pm



5hoo


5h 30 pm



7h-8h30

8h30-9hoo

9h00 10h30




9h00 et au delA


0


(DEMISSION... suite de lapage 5)
leur engagement g mon endroit", a expliqu6
f avocat. "Non seulement ils ne m' ont rien pard
jusqu'g maintenant mais ils se permettent de
temnir ma reputation en disant que je leur ai
demand de l'argent pour corrompre le juge",
a-t-il protests.
M. Coq est en charge du dossier de
ces dix Am~ricains depuis qu'ils ont 6tC arrat~s
le 29 janvier g la frontibre dominicaine avec 33
enfants sans papers d'identit6.
Ils ont 6tC inculp~s jeudi d'
"enl6Yement de mineurs" et d' "association
de malfaiteurs". Vendredi, M. Coq avait
d~pos6 une demand de liberation
conditionnelle que le juge a rejet6 aprbs avoir
longuement auditionn6 le group.
L'avocat a assurC g l'AFP que les
families de ces Baptistes originaires du


Delaware (est des Etats-Unis) s'6taient
engages g lui verser 60.000 dollars
d'honoraires, dont une parties d~s maintenant.
II a 6voqu6 un "malentendu".
M. Coq a regrettC de n'avoir requ
aucune r~ponse des families g son courriel,
samedi, annongant qu'il abandonnait l'affaire.
Lundi, "un group de cinq comparaitra mais
je rais avertir le juge que je ne serai pas 18, ils
vont nommer un avocat stagiaire pour les
assister", a-t-il pr~cisC.
L'affaire de ces dix Amdricains qui
ont tent d'exfiltrer ill~galement des enfants
pr~sent~s comme des orphelins a d~toum6C
l'attention des consequences du tremblement
de terre du 12 janvier dans la capital haltienne
et sa region qui a fait 212.000 morts et jet6 un
million de personnel dans la rue.


c et scc L gac ,~i~~ /


LES JEUX


En Bref.. ( ...suitedelapage2)
prendre un petit peu de temps, parce que nous voulons que le programme soit r~alis6
correctement, pour profiter g ceux qui en ont besoin et au plus grand nombre, il va se faire.

L'AIEA envoie 8 units mobiles de radiographie en Ha'iti
L'Agence international de l'6nergie atomique (AIEA) a envoy vendredi huit units
mobiles de radiographie en Haiti pour participer aux actions d'aide m~dicale d'urgence dans
les regions ddvastdes par le s~isme du 12 janvier, a annonc6 l'agence onusienne dans un
commumique.
"Les units mobiles de ravons X trois appareils num~riques et cing analogues peuvent
Ctre utilis~es dans les h~pitaux de champagne provisoires qui ont 6tC installs" dans les
zones sinistries, a pr~cis6 Juan Antonio Casas-Zamora, directeur de la division Amdrique
latine de l'AIEA.
Les appareils en question ont 6tC achet~s par l'agence au g~ant 61ectronique allemand
Siemens et ont quittC vendredi Erlangen en Allemagne g destination de Saint Domingue en
R~publique dominicaine d'oix ils seront acheminds par la route en Haiti. L' AIEA foumnira
6galement les accessoires et g~ndrateurs 61ectriques n~cessaires au bon fonctionnement de
ces unit~s.
M. Casas-Zamora a ajout6 qu'outre l'aide aux victims du s~isme les units de radiographie
pourront s'ardrer d'un grand secours "dans les mois g venir avec l'arriv~e de la saison des
pluies alors que des milliers de personnel sont toujours sans-abri et qu'on verra surgir des
infections des voies respiratoires chez les enfants et d'autres maux pour lesquels
l'utilisation des rayons X s'av~re vitale pour le diagnostic." (AFP)

Allemagne: match de bienfaisance entire Ha'iti et des gloires de la
Bundesliga
L'6quipe d'Haiti affrontera une selection d'anciennes gloires de la Bundesliga le 7 mars g
Augsbourg dans le cadre d'un match de bienfaisance dont les recettes serviront g
reconstruire les infrastructures du football haltien d~truites dans le tremblement de terre du
12 jam ier.
"Dans cette catastrophe, la F~d~ration haltienne a perdu 30 collaborateurs,
nos joueurs ont presque tout perdu, ce match est une trbs bonne idde", s'est
f61icit6 Yves-Jean Bart, le president de la F~d~ration haltienne.
Haiti pointe g la 90e place du classement Fifa et avait particip6 au Mondial-1974 en RFA, sa
seule apparition dans une phase finale de Coupe du monde.
La selection des gloires de la Bundesliga alignera notamment l'ancien
international et ballon d'Or 1990 Lothar Matthilus et le Br~silien Giovane Elber.
La secousse qui a ravage Haiti le 12 janvier a faith environ 170.000 morts.
Le president haltien a 6galement indiquC le 25 janvier que 225.000 maisons
d'habitations et 25.000 bitiments de commerce 6taient d~truits totalement ou
partiellement et que plus plus d'un million d'Haitiens 6taient pouss~s g la
rue. (AFP)


Accusations de corruption:

1 avocat ha'itien des 10

Ille TcRall GOImllSSIlin e







LIU VIIIILYIIV VIIYI I I~ VI -


Mercredi 10 F6Yrier 2010
HaitienMarche *VolXXIV N 03


Page 15


Katastivof sa pa t' nan diskriminasyon
Ni l' pa t' gen konpasyon
Menm timounn piti
Pa t' alabri
Zotobre, pa t' epanye


anvan larekot.



Bel chan mavi
nan chalet mlvadjen
vag k ap chante.


<< L'Eternel est mon berger
Je ne manquerai de rien n

Alien make fo~s Bondye
Granmet nou part anyen

Fanm d'Aviti, fanm vanvan
Noumenm k' abitye kanpe devan touman
Kontrekare tribilasyon
Se pou nou defye depravasyon
Pilonnen-1, demaske-1, dechouke-1
Si nou ka bay lavi, se pou n' ka proteje-1

Fanm d'Aviti nan 4 kwen late
Fanm ratve fe, do kive fe
Ki pa pe chalet
Fanm tout nasvon, fanm ki konn fe listva
Fanm po blanch, fanm po nwa
Pitit nou yo ap soufrl
Pitit nou vo fi-n mouri

Si se pa youn zanmi, youn fre nou pedi,
Se youn koleg, youn papa, youn mari.
Me vant mwen ap dekole
Chagrin fin defigire-n
La penn ap maspinen-n

Se pou n' tounen lakay
Pou n' al brase pay

< Ses bienfaits sont inombrables a

Douz janvye demildis
Ou p' ap sis
Ou ka kraze-n, devore-n
Men ou p' ap ka dekouraje-n
N' abitye bat dlo pou n' fe be
Le n' fe te maladi refe
N' ap lite jouk mayi mi .
Ayiti gen pou l' tounen youn Paradi
Pou kounveva, Aviti nan dlo
Ayisven sou do

Kite-m rele Fan-m yo
Ede-m kleronnen yo

An nou pran chimen deblozav
An nou makonen zantray
Pou n'sove laPatri
Se nou menm fanm ki ka sove Ayiti
An n' al simave lanmou
Pou n' fe lanati vin dou
Natacha Clerger
12 Janvier 2010 (touts drolts reserves)


Pyd V~nd : W-ap Tou LR
Le Vene ap pale mwen ta di-w
Se tankou oun silans lapriye.
Ou dwe chita tande-1.
110 k'ap sot lan bouch li
Se tankou dlo k'ap koule lan gagann.
Li tankou oun majojon
Li jwe, li jwe ak mo yo.
Pawol li soti kle tankou dlo kok ole
Le w-chita w-ap tande-1
Ou pa t'bezwen te la
Pou rive konprann sa k' te pase.
Li fe-w viv ,viv,viv
Le w-ta gen ti chans pou tande Vene
Wa va komprann
S'oun dlo fre w-ap bwe
Lan larivye k'ap koule dous
Lan savann dezole.
Se tankou m' ta di-wv
S'oun ti goute lapli ou pa t' atann
K' ap tonbe sou oun lari cho
K'ap degaje oun ode ou pa ta vie janm fini.
Oun Nonm Fo, oun Barak, oun Intelektvel tonbe.
Anpil lot anko pral boujonnen.
Ernst Registre

Alwen sonje jiska prezan denye mo misye te di-n'
Li te di-m "' Al jwe gita ou la-a non pou m'tande. Kijan m'pral fe di
an Ayiti ou konn jwe gita si m'pa tande-w


*
Men midi sonnen,
chan kann lan rete kanpe-
le pou vant pale.

**
Laplenn fek leve,
peyizan deja sou pye,
syel la byen woze.


Kok k kivoko,
lawouze nan douvanjou,
lanati kontan.

*
Bajou kase,
voun bann dvaman sou zeb la
lawouze.

**
Van loko pase,
branch bwa bat bravo,
se lizaj.


Kiki ifaminwrght
(nan-


12 Janvye 2010
12 Janvve 2010
tranblemandte pase,
11 sekwe Potoprens ak anpil vil,
san koule, moihn rele.

Kay kraze, moihn mouri
sa k enganm vin ede,
tout peyi vini pote sekou-yo,
Ayiti di mest.

Refren
Zwazo-vo kite nou v'al Lavil-o-kan,
je soley-nou blese, fle-yo tache san.
Ayiti pa krive, mete fanm sou wou.
Ariti ou p'ap peri, ou se fanm vanyan.

Te gen moixn ki bloke
anba kay ki kraze,
te gen souf lavi anba debri-vo,
men lespwa t'a prale.


Nan lari Potoprens
kadavy-o t ap pour,
se ka fre-w, manman-wou kamyon-yo pran,
al jete Ti Tanyen.

Nouvel-la te gaye
toupatou sou late,
Anderson Cooper pa janm domi o,
ni dok Sanjay Gupta.

Youn dokte ayisyen
Dokte Claude Surena,
Se youn zanj Bondye te voye pou nou,
Kay-li s'oun lopital.

Kiki Waimaright

YEYE KILTIREL POU PIERRE VERNET
NAN SANT KILTIREL AIAPOU

Devan plis pase 50 zanmi ak defanse lanng krevol Avisyen-
an dimanch 7 ferrive, nou te reyini anba pye Mapou-a nan Little
Haiti, menm kote gen 3 mwa Pierre Vernet te sanble ak koukouy yo
pou selebre jounen entenasyonal krevol-la. Nou te sanble pou chante
youn lomeyans pou dwayen Pierre Vernet ak Jocelyne Dominique Garcia.
Foto digayen-an te ekspoze nan mitan 12 balen, senbol 12 limye
etenel ki pou konseve nanm ni pou l'ka kontinye veye sou nou, ede
nou nan travay liberasyon lanng krevol-la. Pesonelman nou konnen
Pierre Vernet depi nan ane 70 yo nan Kennedy Anrport nan Nouyok
kote nou te gen opotinite travay ak li. Youn sitwayen senp. Avisven
nan tout mwel li. Entelijan e ki respekte tout moixn; ki pa janm leve
laywa sou pesonn. Li kite Nouyok, I'al an Frans pou l'kontinye etid
li. Lo li retounen, li rantre an Ayiti kinanaganach, youn potomitan
nan devlopman lanng krevol-la nan Enstiti Lengwistik Aplike
Potoprens. Afalgre enstabilite politik peyi-a, li kenbe tinfas.
Nan mwa oktob 2009 Sosvete Koukouv Mivami envite li
patisipe nan wounmble entenasyonal sou lanng krevol-la. Sije-a se
kikote nou ye apre 30 ane leta ayisyen te fin batize lanng nan ak youn
otograf. Ki pwogre ki fet e ki kote nou prale. Pierre nan prezantasyon
li yo te ensiste phizve fwa pou nou rete veyati. Li te di gwo konplo ap
manniganse pou zot bouye kat la. Li di zot pral itilize ti pwogre yo pou
vo anbreve-n sou bak.
Sware lapriye pou Pierre Vernet-a te derape ak Madan h(larle
Cartnelle Sainsurin admistrate radyo Mega ak youn priye manchlong
pou tout fre ak se ki tonbe nan katastwof 12 Janvye-a. Li made
Bondye youn atansyon espesyal pou kanmarad Pierre Vernet ki bay vi-
1 nan edikasyon ti Avisyen nan peyi-a. Ketsta Julineus te wololoy nan
Ave M(aria (de Schubert) ak Amazing Grace h(larleine Bastren ki te
fenk soti Ayiti nan youn misyon evalyasyon dega yo, te pataje ak nou
youn repotaj sou sa li te we ak sa li te viv nan Potoprens ak Lewogan
pandan 5 jou li te vizite yo Te gen Nadege ak mari li Gary ki te pale
kijan sa te pase nan Avewopo Toussaint Louverture-la jou 12 Janvye
pandan yo t'ap tann avyon pou yo rantre Miyami.. Yo te la. Epot-la
kraze sou yo. Grasa Dye plis chans, yo soti vivan. Te gen mizik
apwopriye ak Jean-h(lichel Daudler, Klkl liainwright, M(arcel Alexis,
Yonle M(arcel, Pwezl ak Yolande Thomas, Alikette 11ainwright, Florence,
Rose Bleus, temwayaj ak pwofese Danitri Hilton ak Dokte Ernst Mi(rville.
SSe te youn moman refleksvon. 3-edt an lapriye pou se ak
fre nou yo nan peyi Aviti. Jan Mapou te fimi sware-a pou l' made tout
Ayisven espesyalman responsab peyi-a pou yo aprann di Mesi. Di tout
moixn k'ap ede nou mesi. Tout oganizasyon k'ap ranmase lajan ak
manje pou pep la sonje di yo mesi. Tout peyi ki volonte, voye espe,
teknisven, pwofesyonel pou vin soutni-n nan dezas natirel sa-a, se pou
nou lage youn konse remesiman nan le-a pou nou esprime gratitid nou,
ak rekonesans nou.


Aviti ap benyen nan san
Avisyen ap manje dan
Trip nou ap koupe
Ke-n ap dechire


Ti Alari, Gro Jera, gran panpan
Tout antere tou vivan


Boujon pye seriz
ap pataje fle-1 ak myel


Jan Maport
Mit'ami


T1 Gout pa Ti Ciout ar-ki Jan\lapuH n


AYITI : UnCommon Beauty
My beauty was never the common beauty of the pampered whore
Whoever seeks such beauty deserves whatever weakness that he
finds.
Tepid and tasteless like watered down coffee.

My beauty is my strength
My strength is my beauty
My steady gaze, broad back and uncommon grace
these will endure past time and beyond history.
I am Aviti,
Africa transplanted to the Caribbean
I was here from the beginning
I will endure.

I am blackness uncompromised
Original blessing and original sin
I am the pure white of forked lightning
I speak with a forked tongue
I am Eden before the fall
I am Paradise after the fall
I am the venom and the wisdom of the snake-god
the treachery of the serpent and
the transforming colors of the rainbow.

I am woman blessed and cursed
I give life and I take life
I am the mother of them that bless me
And the mother of them that curse me
I am Freda and I am Dantor
I give birth to the favored
I give birth to the despised
I am Africa, transplanted to the Caribbean
I was here from the beginning
I will endure.

I am your wealth and your poverty
I am your glory and your disgrace
I am your fierce courage
I am your shameless cowardice
I am your strong black manhood,
I am your proud African womanhood,
I am your dignity and your vulnerability
I am an untouched well of Black diamond
Seething deep beneath your surface
Waiting for you to find me
To see me, to claim me, to finally know me.

My beauty was never the common beauty
of a pampered and petted whore
Whoever seeks such beauty deserves
whatever uselessness he finds.
Tepid and tasteless like watered down coffee.
My beauty is so fierce,
so dark, so thick
so ancient, so strong,
you will have to grow new eyes to drink it mn.

My beauty is my strength
My strength is my beauty
My steady gaze,
broad back and
uncommon grace
these will endure past time
and beyond history.
I am Aviti,
Africa transplanted to the Caribbean
I was here from the beginning
I was here from your beginning
I will endure.

By: Aza Donna Weir-Soley
flendy Bourgault,
Program Coordinator, Church, School & Community
Development
Food For The Poor, Inc.
6401 Lyons Road, Coconut Creek, Florida 33073 USA
Alain Tel: 954-427-2222 ext 6987
Toll Free: 877-654-2960 Ext. 6987
wendshdfoodforthepoor.org
You can learn about our work at www.foodforthepoor.ory
"Men anpil, chat'pa lore."... hands make the burden light.
(,4 Halthan Proverb)
Please visit www.allnighterforthepoor. org.



EDE-M RELE FANM YO
Otrefwa bo lakay
Fanm pa t' vo gwo bagay
Se te leve bone san pale
Limen dife, al nan mache
Grennen pitit san gade
Jounen jodi, bagay yo change
Tout je louvri byen kale
San fe okenn dilatwa
Pou rekonet fanm se van lespwa

Jodiya m'ap rele fan-m yo
Ede-m klewonnen vo
Aviti nan tray
Avisyen anba chay
Chay lamize ak chay doule
Doule ki anme kou fwel
Anba youn katastwof kriminel
Ki pa menm pran randevou
Poul vin met abse sou klou

Komsi Bondve
Soufrans nou pa t' ase ?
Pou dat n' ap monte kalve
Kisa ou vie pou n' fe ?
Sanble w' ap voye-n nan lanfe san jije?
Ou p' ap ban-n youn denye chans pou n' konfese?


AYIKOU
Goulou goulou dous'
wozo kouche l'ap koute
rivye k'ap chante.

**
Chante larivye
soti nan enspirasyon
dlo fre nan sous.

**
Dlo degrenngole
sot nan mon plonje tvoubounm
youn kaskad.

**
Li la toupatou
san li pa ka gen lavi -
dlo.

**
Nan fon lavale
de gwo mon kontre
youn pisin bouya.









~'/r//MAIA DPR haW1~~.


Ha'iti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinie~re (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 940' Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefm ishotmail. com
haiti-en-marche rshughes.net
UTRL: www.haitienmarche. com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


r_


ICAPE
1-lsmi


I**AITIEN r


GCONAlVES
HAITIl


KE VWVAYAJPUE CHAK
i 5 JOU POU BWOTE:
MAC~HAND3IE OU DSIRE;K
AN AYlTI SOU WrrAF ST


CAPE: HAITIS
LI BWOTE KONNTENE, BYWAT
PEPE, KAMYON MACHIN EK~-
SE;TERA

ST MARC
HA ITI


__


Direction: 1-95 to Exit Nlo. 74 ( 45th Street ) East to Congress Ave, to North on ICongressr Ave to Martin Luther
King Jr IBlvvd go liastL on MLK IBlvd ( mrakling right hands turn ) this Rd takes you straight top the IPort of Pcalm IBobr
iAs soon as you go over Old Dixie Hwy ,before Guard Shac~k Mdake (at Lef~t hand turn you will see lour Sign

Under New Management




L68gane ou la destruction total


CALABIREKK

your global connection

Ywwwcalldirek~com / 1-866-673-4735


Mercredi 10 F6vrier 20 10
Haiti en Marche Vol XXIV No 03


BACK PAGE


Page 16


MEN YON
G WO BATO K


MAC HAN DIZ
OU TOUPATOU


Role ( 5611 )84-5-7590 orr ( 561 ) 845-8330

Faxw ( 561 ) 8r45-75i92 or ( 564 ) 8~4-9398

Toll free 1-877~-845-8330 or 1-877-845-7590


Se: Sel


koneksyon gwo baton ou genyen nan Palm Beach la


discipline si bien qu'il y aurait eu des morts lors du passage de
cannons d'aide.
Ldogane situC g l'6picentre du s~isme de 12 janvier,
est sans doute la ville la plus touch~e. Les bitiments publics
et priv~s se sont effondrds, important dans les d~combres
tous ceux qui s'y trouvaient.
Les troupes canadiennes sont arrives moins d'une
semaine plus tard d~barquant sur la plage de Ca Ira et y
installant leurs tentes. Elles ont amend du materiel lourd pour
abattre les bitiments branlants, ramasser les d~combres. Plus
tard, les soldats ont 6tC rejoints par de jeunes volontaires


venus 6galement du Canada. Mais ily a tant g faire qu'on ne
s'apergoit pas encore du travail immense qu'ils ont abattu
avec le concours des habitants de la r~gion.
Combien de morts a fait le s~isme g Ldogine ?
Impossible encore de donner un chiffre, puisque les d~combres
sont toujours remplis de victims.
Les rues sont traverses par de profondes crevasses
qui ne manquent pas d'effrayer la population. Les gens
craignent qu'elles s'61argissent et entrainent les victims
jusqu'aux entrailles de la terre.


(LEOGANE... suite de lapage 13)
ce qul avait ete sa maison, il a les yeux dans le vide et semble
ne pas voir ce qui se passe autour de lui.
Toute une ville en 6tat de depression.
Les distributions de secours se font sans aucune


Plus ~ d 0 l il Loge aque que; t' k

(photo Robenson Eugdne)


, .4 Kisa ou ta fl! ak on ti kbb anplis ?


~5r




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs