Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00386
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: January 13, 2010
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00386
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

01-13-2010 ( PDF )


Full Text














DROGUE-PORT-AU-PRINCE

M/ontrbal : Homme d'affaires dbtenu en Ha'iti

Arrestation de 4 dealers pr~sumbs


L.I Plieii 5.1 lintIC 211lli ~inl Ilonllinu dl'.Illki`.llis
mentllli..llkil b~len icntnl illin L.I icomillll.lundule Ililllienlle i


Delan Viws .cle nclepensutifc (I dr pticen neme emps le 11decmbledentl .1015 n'Is s'1pplti et I en e i


1'.'1. a fills 11iellow1 I,,s l irea~ i teral ,I''`~ '" to- ./. ./,.- '~ ./...'~- / ,r,.'l .ur


I usetu, ./. ./,...1,, ,,/;.at./. / on.; car owners ,te..,;,/./.


I..a r-,rte-in,,t.,


i Fl~li. LiR( I5iilli lint e lll i Ankn II Du o i LIII eiliticle

Riepublvi inec~lonunliclline \l ossine .I ii c llii p ii. li. lnd i nt I.I ll
iul un t ol 411l Flrancei ILliiantl Santol Domingol'c pensL P.llns




FranceI~ii inHlu Paulll~i Henn Millonll meon'lloiB re (l


finislabl inlen tiandui tesse enturelnt


181.11 II Duc lon. oi i ol li i 111 u
d lola ill iluon Ion preendn fin I.I n et oi~ll p.IsLu erone i
I. Ilolotllr nollain Ils.Ippll iu lhlll.l iiion lillimen ii .
PROL ONGATi iii l~lllii I ONill MA DA I1I cilll lci li i.I


Cepealil HI I n(lsItne iline n niu

cile uplici e dins ell es t oll. a~ltl~~icin .i lin Il nnee 01li Itaill -~ .

i L o ii I unei incnt ii Pol-InPuc Fntle l
Re b icin clnui can H.II nt s.i decull~i~llllle intpit lleniien.l LII
ileg t (oI iclllli~ll Fran pens fine ll l. pla ni b:L. .I nclIII i. oi~l


/ r1 Ii !
,; ts.;.;, I ,l. ,.!,,; it ,,,,,,. r,, !r,


~on I evllel c~lle nl e ilelollellep n s ismt
EI u cona lIlonmenselll II.In In on Hall c est I mlipless~lin ii
negL~.lllllil Illic in L ice p n I ilusicelli kii lii ILllllliene P m u t


iil~.ins cu lllli. 01n uI t


ea *'e


EXTRADITION EN FRANCE D'AM~ARAL DUCLONA


Ha'iti jug~e incapable de faire justice !


INSECURITE & CRIMIINALITE

JUSilce, IRSOCUTIte Of SOUVeramnete.






_ IILYCIVIIIILIIVIIV IVIIY


PROJECT VIVA RIO : BELAIR VERT






peH RaIre le Trll em s.


Dm sn oitxdseesfontme nddrel a nre lla vision de prolonger le
Les juristes Myrlande Manigat et G~rard Gourgues qualifient d'inconstitutionnelle la
decision des autorit~s gouvemnementales et 16gislatives de proroger de 4 mois le
mandate des membres de la 486me 16gislature.
Myralnde Manigat tout en attirant l'attention sur l'inconstitutionnalit6 de cette
initiative, s'insurge contre les arguments avanc~s par le president de la chambre
basse Levaillant Louis Jeune.
Elle signal g l'attention du parlementaire qu'une loi ou d~cret-loi ne saurait corriger
la Constitution. Mme Manigat rappelle que n'importe quel 6tudiant peut confirmer
que la loi mere pnime sur toutes les lois.
Selon la secretaire g~ndrale du RDNP, les d~put~s ne doivent pas se sentir
comfortable puisque g partir de ce lundi 11 janvier ils ne sont plus des 16gislateurs.
C'est 6galement l'avis de l'ancien B~tonnier de l'ordre des avocats de Port-au-Prince,
G~rard Gourgues, pour qui l'ex~cutif ne peut pas b~ndficier de sa faute. Maitre
Gourgues explique que le chef de l'Etat n'avait pas su organiser g temps les 61ections
16gislatives.
En soulignant que la fin du mandate des d~put~s est fix~e par la Constitution, Me
Gourgues fait remarquer que celle-ci est l'expression de la souverainet6 national. A
ce titre la loi mere ne peut Ctre corrig~e par aucune personnalit6 ou acteur politique ,
pr~cise-t-il, ajoutant que personnel ne peut ni d~roger ni ajouter g la Constitution.
Myrlande Manigat et G~rard Gougues soutiennent que la prorogation du mandate des
61us au deuxibme lundi de mai constitute une nouvelle violation de la Constitution de
1987.

Des s~nateurs inquiets du processus de privatization de la
Tblico
Le mardi 12 janvier prochain, les s~nateurs veulent entendre le ministry de l'Economie
et des finances, Ronald Baudin, le gouvemneur de la banque central (BRH), Charles
Castel, et les responsables du Conseil de modernisation des entreprises publiques
(CMEP) sur le processus de << modernisation >> de la T616co. Les s~nateurs estiment
que les actifs de la compagnie de tC16phonie publique ont 6t~s sous-6valu~s et
annoncent leur intention de commander une contre-expertise pour les r~Cvaluer. Des
employs r6Yoqu~s de la T616co r~clament, de leur cit6, des indemnit~s et estiment
que la privatization de ladite compagnie constituera une 6norme perte pour l'Etat
haltien.

Amaral Duclona embarqub pour la France
Amaral Duclona, soupponn6 d'avoir enlev6 et assassins un consul honoraire de
France en Haiti en 2005, a 6tC extrad6 le j eudi 7 janvier de la R~publique dominicaine
vers la France, ont annonc6
les autorit~s dominicaines. Le meurtrier pr~sum6 a 6tC mis g bord d'un vol d'Air
France, a pr~cis6 g l'AFP un porte-parole de la direction national des stup~fiants qui
avait la charge du d~tenu.
La Cour qsupr~me de la R~publique dominicaine avait autoris6 au d~but de d~cembre
demnier I extradition vers la France du ressortissant haltien qui se trourait sur son
territoire.
Amaral Duclona, 31 ans, avait 6tC arrat6 d~but septembre en R~publique dominicaine..
Il est r~clamC par la France dans l'affaire de l'enl6Yement et de
I'assassinat de son ancien consul honoraire en Haiti, Paul Henri Mourral, prbs de Cit6
Soleil, un bidonville qui 6tait consid~rC g l'6poque comme l'un des quarters les plus
dangereux de Port-au-Prince.
Amaral Duclona avait demand l'annulation de la demand d'extradition g son
encontre, en assurant qu'il n'6tait pas la personnel recherche par la France et qu'il
s'appelait en fait Berthone Jolicoeur.
Les autorit~s de Port-au-Prince consid~rent qu'Amaral Duclona est l'ancien leader
d'une bande dangereuse impliqude dans des vols, des attaques g main arm~e et des
homicides en Haiti, mais elles ont accept qu'il soit extrad6. Le president d'Haiti,
Rend Prdval, avait remis au procureur g~ndral de la R~publique dominicaine,
Radhames Jimenez Pena, des documents ouvrant la voie g
son transf~rement vers la France.

La communaut6 international prite a aider a la rbalisation
des prochaines elections
Le chef civil de la MINUSTAH, Hedi Annabi, a fait savoir le j eudi 7 janvier Ccould que
les fonds promise par la communaut6 international pour le financement des
prochaines 16gislatives seront probablement inf~rieurs g ceux esp~rds mais seront
quand mime substantiels.
Les diff~rents secteurs de la communaut6 international dont les Etats-Unis, I'Union
europ~enne et le Canada avaient promise au pr~alable un montant de 18 millions de
dollars des 25 millions n~cessaires A l'organisation des 16gislatives du 28 f6Yrier 2010.
Il1 est Trai que les bailleurs n ont pas encore annonc6 publiquement leur
contribution, mais elle sera substantielle, mime 6tant inf~rieure g celle attendue', a
fait savoir le responsible de la MINUSTAH qui dit attendre les d~caissements pour
avant longtemps.
Mr Anabi a aussi plaid en fareur d'un dialogue franc et ouvert entire les diff~rents
acteurs et r~affirme la volont6 de la mission onusienne d apporter tout le soutien
technique et logistique du syst~me des Nations Unies en vue de contribuer g la
r~ussite du processus 61ectoral.

L'appel d'offres n'est tou ours pas lanc6 par le CEP pour
d~bbuter la champagne d'6 lucation civique
A moins de 2 mois du 28 f6Yrier 2010, date retenue pour f organisation d'61ections en
vue du renouvellement d'un tiers du S~nat (10+1) et de la totality des sibges de la
chambre basse ( 99), la champagne d'6ducation civique est toujours au point mort.
Alors que la champagne aurait dit d~buter depuis fin d~cembre, selon le calendrier
61ectoralq, mime le processus d appel d'offres qui doit conduire au choix de la firme
devant s occuper de la champagne qui n'a pas encore 6tC lanc6.
Entre temps, des sources proches de 1 orgamisme electoral avant requis 1 anonymat
affirment que la lutte bat son plein parmi les conseillers 61ectoraux pour le contrble de
la champagne d'6ducation civique pour laquelle 1.2 million de dollars sont census Ctre
allouds.

Augmentation des meurtres en 2009
La Police national d'Haiti a pr~sent6 le j eudi 7 Janvier un bilan comparatif des
activities r~alis~es au course de l'annde 2009. Les cas d'infractions ont augment de
plus de 8% par rapport g 2008 alors que les cas de meurtres ont augment de 20 %.
Les autorit~s policibres avaient traits 14 590 en 2008, ce qui fait une progression de
8.3% par rapport g 2009. Le nombre d arrestations a 6galement augment de 4 %
passant de 17 169 en 2008 g 17 950 en 2009. Le d~partement de l'Ouest vient en
premiere position avec 7 487 cas constat~s et 7 368 arrestations, ce qui donne un taux
de 45. 98 % des cas alors que le Sud a le plus faible pourcentage. D un autre cit6, le
porte-parole de la PNH, Frantz Lerebours, a indiqu6 que les cas de meurtre et
(EN BREF /p. 14)


HaitienMalkiercredill3 ancier20


Page 2


Avez-vous souvent vu un papil-
lon butiner dans les fleurs au Bel Air? Mais
d'ailleurs, quelle est la dernibre fois que vous
avez 616 vous promener dans le quarter du
Bel Air?
Tout cela vous parait pure folie. Qui
aurait l'id~e d'aller au Bel Air ou mime de
traverser ce quarter, I'un des plus beaux
autrefois de la capital mais class zone de
non droit lors des troubles politiques de
2004-2006 ?
Pourtant le reve est devenu r~alit6


nous ont racont6 ce que c'est que Viva Rio
avec g sa tite de jeunes compatriotes haltiens
qui ont appris le portugais et servent
d'interpr~te aux cadres brdsiliens pour
r~pondre aux nombreuses questions de la
population au sujet de la r~alit6 de leur
quarter qu'ils voient se transformer tout
doucement sous leurs yeux. Et avec leur par-
ticipation.
L'id~e est d'abord de transformer
cet space hier caract~ris6 par la violence en
un havre de paix. De montrer aux membres
des puissants gangs du
Bel Air qu'il v a moven
de vivre dans la dignity
et de devenir utile g sa
communaut6.
Vous crovez
river, pas Trai! Tout cela
est en train de se r~aliser
g deux pas de vous. Par
oid commencer ?
Vous parler de
ces pneus ou caoutch-
oucs usag~s remplis de
terre, aligns sur les
toits de ces halls
aujourd'hui transforms
en salle de conference,
s~sent legumes cole, thditre, cole de
langue et oid poussent
aussi 16gumes, salades et plants
ornementales. Mais aussi des patates,
pommes de terre, des citrons, des oranges
poussant dans de vieux pneus et prets g Ctre
r~colt~s. Quand l'arbre a trop grand et qu'il
ne reste plus dans son vieux pneu, il est remis
g un membre de lacommunaut~ qui le replante
chez lui.
D'oid viennent ces pneus? << De
partout >> nous explique DanielaBercovitch,
une Br~silienne parlant aujourd'hui
couramment le crdole << La population nous
les apporte, nous les achetons, de mime
d'ailleurs que les fatras. Et Bel Air V~t est en
train de remplacer le Bel Air Wouj ... sans
mime qu'on s'en rende compete. >>
On voit les gens s'affairant A
arroser les laitues, les manguiers, les
bougainvilliers, les tomatoes, carottes et
autres.
Nous descendons des toits dans
la cour. On nous parle de<< Tanbou Frape>>.
Ce sont les diverse bandes carnavalesques


Des pneus aligns sur les toits et oit pou~
et plants orneinentales


avec Viva Rio, un project aux multiples
facettes, visant g faire de ce quarter r~put6
il n'y a pas longtemps pour ses gangs et sa
violence, et oid l'on cachait de malheureuses
victims de kidnapping, un coin module dans
la capital.
A sa tite, un homme respirant
I'optimisme et l'espoir. Son nom est FAININI
et il a conduit des projects analogues dans
son pays, le Br~sil, dans les farellas" de
Rio, mais aussi au Nicaragua et en Espagne
et en R~publique dominicaine pour la trans-
formation des d~chets.
Mais son nom imported peu, il faut
le regarder dans les yeux quand il parle. Il
Yous transport dans son rive et notre
group en oublie qu'il parle avec nous en
portugais et non creole, on semble
comprendre tout ce qu'il dit. La communica-
tion est 6tablie d'embl~e.
Nous sommes d'abord emmends
dans un grand hall aux murs orn~s de
peintures. Cela change selon les 6poques
et les saisons", nous
explique Dr Rosiane
Simeon, la
responsible Sant6 du
project. C'est une expo- ..
sition selon l'humeur
des artistes du Bel Air.
<< Celui-ci vient et
peint Aristide. Mais
demain vous pouvez
trouver un arbre, un
jardin g la place de
cette peinture. Selon
l'humeur de celui qul
peint. C'est lb aussi
que nous faisons la.-
collecte des fatras -.
du Bel Air. Ils sont ._--
tri~s et pr~par~s pour La preparation de
lecmpsr Via Rio a transformC ces
immense halls qui, autrefois abritaient une
factory (celle des pites alimentaires Alitalia)
en unespace plut~t curieux qu'il faudrait faire
visiter pour commencer par les enfants des
6coles carl'id~al serait de reproduire le mime
project un peu partout en ville.
Car Kay Nou, c'est le nom donn6 A
l'ensemble, est tout doucement en train de
devenir un space auto-suffisant. Partout
dans la cour, on voit des gens qui s activent.
Les uns au remplissage de sachets avec une
bonne terre noire, les autres gl'arrosage d'un
jardin suspend couvrant les toits des divers
hall, ou au nettoyage des toilettes, ou dans
la cuisine utilisant comme combustible un
gaz extrait sur place ... quand ce ne sont pas
des instituteurs pour l'6cole ou des << Miss
>> et m~decins s'occupant du d~partement
Sant6 du project.
Et nous les avons rencontrds, et ils


is plantules (photos E.E. Hai'ti en Marche)
duEel Air qui r~patent. Le Bel Air est c616bre
pour son group Titato, I'un des giants du
camnaval d'autrefois et qui est en train de
reprendre sa place. Des spectacles sont
organisms oid la population est
p~riodiquement invit~e.
Tanhou frape, Bel dir I 2t ne sont
que quelques uns des aspects de ce grand
changement. Mais ily a encore plus impor-
tant. Les enfants fr~quentent l'6cole. Outre
I enseignement ordinaire, ils ont le choix
d'apprendre la langue 6trang~re qui les
int~resse le plus: Frangais, Anglais,
Espagnol, Portugais. Et fait int~ressant, ils
b~ndficient de bourses d'6tudes. Sur quelle
base ? A chaque fois qu'un quarter passe
trois mois sans qu 11 n'y ait la moindre vio-
lence, trois enfants sont choisis pour devenir
boursier de Viva Rio. Plus diminue la vio-
lence, plus le nombre de boursiers augmente.
(BELAIR/p.13)


EN PLUS ...


EN BREF ***
















































































































"'""*'"""


LILYCI VIIIILIIVIIV IVIIY-III I~ ~I


*L'1EERINTSOMMAIRE
Dlogui .Aniest~illon de- pr~sum~s dealers p.1
RLI BRIOUiE JUiDICIAIRE
E~lliadilionon IITlance de Amaral Duclonap.1
EDITORL1LL
Juilsn e li~nse..net sesverassuet .l
PlRLE\IENT
C omsllo ieai .e amour d'une prolongation du mandate

REHABILITATION
\'itaR io pensi n BEil .\iI \i1 eip.2
RIlOilTRIENTSS~OC'~IAU
l_inei delega.lllln Inteintlsonlell~ recommande le gel de

T41cio P Iilion :I signer en urgence p.6
ELECTIONS
l_inei .Innee~i de p endI1Cs d~fis p.6
.4 I .lubi d unei .1nn11e politique crucial p.10
TOUiRISlE

Dni~u holeIi ions L.I ce~loble mlarque Choice Hotels

L nunllilti. Palackli DCillousI nousCcritp.8
AC'TIA~LITE TERRORISM\E

LIBRE PENSER

LETTRES


ba.llanlienl p 12
TIGCOLI T PATIGOLI T


t Ir ndMar *e 10 III* No51


Page 3


(DROGUE... suite de la
Qu~bec. Ils sont soupponn~s d'avo
Canada 2,35 kg de cocaine.
D~jean Victor, 52 ans, est le p
du Complexe Cristina, un centre de b
de spectacle populaire auprbs des H
frbre, Abel Victor, 51 ans, est aussi ci
Dans les dernibres anndes,le~


Le Coinplexe Christina, dont le PDG, Dtjean Octor, est ditenu
6 Port-au-Prince sous l'accusation de traffic de drogue (La Presse)
g Saint-Ldonard, dans le nord-est de Montrial, a notamment
616 l'hite d'un festival de l'humour compose d'artistes haltiens
ainsi que du Festival international de musique haltienne de
Montrial.
Dans un registre plus dramatique, il a aussi 6t6 le
thditre d'une fusillade en 1999. Au course d'une f~te de Noel qui
r~unissait 600 personnel, un home avait 6tC abattu par balle
et un autre avait 6td bless. La Presse a tent de joindre des
administrateurs du Complexe Cristina par tC16phone et par
courriel. Nos demands d'entrevue sont demeurdes sans
reponse.
Depuis l'attentat manquC du 25 d~cembre aux Etats-
Unis, Hai'ti a hauss6 ses measures de s~curitC. La police
a~roportuaire a ainsi commence g faire des fouilles au corps
al~atoires mime apris le passage sous les portiques de
detection, rapporte le Haiti Press Network sur son site internet.
C'est g la suite de l'une de ces fouilles que les frbres Victor ont
6td arrit~s. Ils devaient Ctre interrog~s au d~but de la semaine
par le parquet du tribunal civil de Port-au-Prince, selon un au-
tre m~dia haltien.
D~jean Victor n'a pratiquement jamais eu d'ennuis avec
la justice, selon nos recherches. II a une cause en course g
Montr~al pour fraude fiscal envertu de la loi sur la taxe d'accise.
II doit Ctre de retour en cour en juin prochain. II a aussi recu
deux amendes dans les anndes 90 pour des infractions au Code
de la s~curit6 routibre. Son frbre, Abel Victor, a un seul ant~cddent
judiciaire qui remote g la fin des anndes 80.
Le ministbre des Affaires 6trang~res du Canada a
confirm g La Presse que deux citoyens canadiens avaient 6t6



Arrestation de quatre

dea ers presumes

HPN, 6 janvier 2010 La sdcuriti a dtd renforcde 6
I 'adroport international Toussaint Louverture suite 6
l'arrestation fin diceinbre 2009 de quatre personnel qui
essavalent de passer de la drogue, a-t-on appris.
Le 27 d~cembre dernier, la police a~roportuaire a
d~couvert, lors d'une fouille au corps, 2,25 kilos de cocaine
dissimulds entire les cuisses de Barbarita Arestis. Trois jours
aprbs, lors d'une fouille corporelle, 2,35 kilos de la mime
substance seront extraits des sous-vitements d'Abel Victor.
Ces interpellations ont pu avoir lieu, explique un
responsible de la s~curit6 de l'A~roport Toussaint Louverture,
g la faveur du enforcement des contrbles au depart depuis
l'attentat manquC d'Al Quai'da, le 25 d~cembre dernier, sur un
avion g destination de Detroit, aux Etats-Umis.
M~me apris le passage sous les portiques de s~curite,
des fouilles au corps sont effectudes syst~matiquement sur
les voyageurs. C'est au course de ces titonnements que les
agents ont trouv6 louches les cuisses de Barbarita et le
post~rieur d'Abel et leur ont demand de passer dans une
salle pour des fouilles plus approfondies, a-t-on appris auprbs
d'autorit~s a~roportuaires.
Mme Arestis aurait aroud qu'elle transportait cette
drogue gla demand de sa sceur, Nathalie Smith, qui, elle aussi-
a 6tC appr~hend~e. Abel non plus n'6tait pas seul, il a 6tC
arrit6 en compagnie de son frbre D~jean Victor qui voulait lui
porter secours. ..
Les freres Victor, des hommes d'affaires d onigine
haltienne, I'un d~tenteur d'un passport canadien et l'autre
am~ricain, 6taient en partance pour le Canada. Les 2 sceurs
voulaient, quant g elles, rentrer aux Etats-Unis.


wwui o r~i can i~ni ic o M


L'ACTUALITE EN MARCH


DROGUE-PORT-AU-PRINCE

M'ontreal : Homnme d'affaires


e~tenu en Ha'itx
Slbre page) arrit~s g l'adroport de Port-au-Prince le 30 d~cembre. On a
lir voulu faire entrer au toutefois refuse de les nommer en invoquant la Loi sur la pro-
tection des renseignements personnel. < r~sident-directeur g~ndral canadienne g Haiti leur offre pr~sentement une aide consulaire>, ,
anquet double d'une salle s'est content~e de dire une porte-parole du Ministere, Lisa
aitiens de Montr~al. Son Monette.
.toyen canadien. De 2000 g 2004, les trois quarts de toute la cocaine
:Complexe Cristina, situ6 saisie g l'adroport de Montrial provenaient d'Haiti, selon un
document de la Gendarmerie royale du Canada
(GRC) d~pos6 au procks du gang de la rue
Pelletier gMontr~al en2005.
'i .. En 2007, La Presse s'6tait rendue en
Haiti pour faire un reportage sur les difficulties
qu'6prouve ce pays pauvre, que plusieurs
~surnomment <>. A lutter
contre le traffic de drogue. Rencontr6 dans son
bureau g Port-au-Prince, le chef de la police
.I; nationale d'Haiti, Mario Andr~sold 'avait admis
sans detour: < = tableau pour vous rassurer. La situation est
.. ce qu'elle est. Nous ne sommes pas un pays
,, consommateur ni producteur. Les trafiquants
.utilisent Haiti g cause de la faiblesse de nos
institutions, que ce soit la police ou la jus-
tice.>>
... Conscient de ses lacunes, Hai'ti
a Faccepte d'ailleurs que les Etats-Unis y


d~pichent des policies de l'Agence
amdricaine antidrogue (DEA) qui sont libres
d'y mener leurs propres enquites


En reffe soison de f~tes, nos pensibes se tcurnent
..peciolerent vers nos clients b qlui nous disonls : Merci L
MerTc; de voitre ~conflnce, MerTci de voltre soutien,
Merci de voitre fididllie I

C'est de tout Cceri4. que nous vojus soauhaitons
Un JOyvex No61 200?9 et Jne Vleilreure Anncie 2010.



11 UNIBANK
.!"'I
"FaiLsons toute ensemble "









EXTRADITION EN FRANCE D'AIMARAL DUCLONA



Ha'iti jug~e incapable de faire justice !


- .. J


AMERIJE T INTERNATIONAL INC.

Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman a
yon sit entanbt pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki *mWa~eTM AL 91@
pbmbt klyan an jwenn tout e,,J ,;- n r... I;0 II ral *
enf~masyonli bezwen sou transpb -
pa avyon, sou lanmb ak ath, f6
rez~vasyon pou transpb machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon adnunistlllS.I1 .Il
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf~masyon e sitou pi rapid sou mac~l Illandit II .Ils
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou f6 tout bagay pi fasil pou klyan
an kit se machandiz lap voye, kit se ef6 pbsonbl" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznks

MvCarao ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf~masyon yo e pou

l on p e ~i~ \OeSo-I ii il le u da no 1 len 11III/ phi iol! si on o chwa avyon,
ban a oi~~illo on I 1\1n1! ion- qu11 it Ill nilchanditl pon~ ie~lcllmui on il \1 e pou enpeasyon.




- pa avyon, pa baton ak ath.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Lerip, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf~masyon, vizite Amerijet sou sit entanbt la www. amerij et. com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet Intemnational 954-320-5354.


ADOMI PUlKHAllNG AGENCY

Tel. :786-457-8830 Fax: 305-756-0979~
emtail : adomipurchasing~al. com


Equipements pours construction / Pi~ces de voiture / Camnion /


PirT avion on par bateau.


alkercredi l3 Janvier 2010
M~it nhlrh ~n XT O~


Page 4


(AMARAL... suite de la lbre page)
l'accusation d'avoir tuC un citoyen dominicain,
L'Haitien est gard6 en prison en Haiti attendant de
passer en jugement.
Mais alors que le cas Duclona a fait la une dans le
pays voisin, en Haiti nous n'avons eu droit qu'aux extraits
tirds des joumnaux et agencies de press dominicains et aux
rumeurs entourant les demarches ac complies
directement par le canal de la pr~sidence de la
R~publique A Port-au-Prince.


Un pays qui n'est pas capable de faire justice, une
soci~tC en laquelle on n'a pas la moindre confiance, tous des
pourris, le pays le plus corrompu, nous rappelle en effet chaque
annde l'ONG international Transparency, voici g quoi nous
sommes parvenus.
Jusqu'aux suspects de blanchiment qui sont eux aussi
acheminds g Miami pour Ctre jugs mime s'il s'agit de fonds


R~bu, Ldonce Qualo et Philippe Biamby avaient 6tC extrad~s
apris leur mutinerie contre le gouvemnement militaire de Pros-
per Avril.
Enferm~s dans une prison de New York, ils furent
oubli~s totalement en Hai'ti ... jusqu'g ce qu'un certain
hebdomadaire en diaspora, quoique de tendance politique tout
g fait diff~rente, Haiti en Marche, s'int~ressa g leur sort.
Done ce n'est pas du tout la personnel
nomm~e Amaral Duclona qui nous imported
(pas plus g vous qu'g nous) que le citoyen
qu'il demeure.
Est-ce que toutes les formalit~s
requises par la loi et par la Constitution
haltiennes ont 6tC respect~es pour autoriser
un pays stranger, la R~publique dominicaine,
g exp~dier un citoyen haltien vers un autre
pays, la France, en vue d'Ctre jug6 pour un
crime qui a 6t6 commis en Haiti serait-ce contre
un citoyen stranger.
Peut-on concevoir un Frangais qui
aurait commis un crime en France contre un
Haitien, puis cherch6 refuge en R~publique
dominicaine ou ailleurs, Ctre extrad6 en Haiti
pour y Ctre jug6.
Pourquoi ceci et pas cela ?

Une question de souverainetC

La semaine demnibre, un Canadien a
6t~ assassins en R~publique dominicaine. Les
souppons p~sent sur le garden de la residence
~1 oid il habitat. Le pr~sum6 auteur du crime sera-
11 extrad60obligatoirement au Canada pour Ctre
jug6 ?
Non, ce n'est pas une question de
deux poids et deux measures. Mais une question de
souverainet6. Ni plus, ni moins.
Et c'est la France elle-mime qui nous l'enseigne par
ses demarches pour sortir de prison tout Frangais jug6 et
condamnd dans quelque coin du monde et pour quelque raison
que ce soit ... et venir purger le restant de sa peine en France.
Autrement dit sur sa terre et plus prbs des siens.
Que ce soit Amaral Duclona ou tout autre citoyen
haltien extrad6, nous ne nous sommes jamais demands (en
tout cas strement pas assez) si la justice haltienne a vraiment
pris le soin de respecter toutes les formes 16gales et
constitutionnelles avant d'agrder g l'ex~cution d'une telle
decision et en vue aussi d'assurer et de prot~ger leur droit g
un jugement equitable et g toutes les formes de garanties
judiciaires -celles-ci devant mime Ctre respect~es demanibre
encore plus scrupuleuse qu'il s'agit d'un accuse jug6 g la fois
en terre 6trang~re, dans une langue et une culture qui ne sont
pas siennes.

Notre concept m~me de citoyen est ik
r~inventer ...
Deviner un procks avec assistance du jury comme
cela doit Ctre en pareil cas. Sur quels critbres ce jury peut-il
fonder ses conclusions ?
Est-ce que l'Etat haltien s'occupe de suivre, comme
c'est son devoir, le procks de tout citoyen haltien qui se d~roule
en terre 6trang~re ?
Ou nous contentons-nous d'assurer la protection de
nos bonnes relations diplomatiques ?
Ou serait-ce le concept mime de citoyen qui est g
r~inventer en Haiti ?
Sans oublier ceux qui vous diront que l'Haitien a peut-
Ctre encore plus peur d'aller en prison dans son propre pays
qu'ailleurs !

Hai'ti en Marche, 8 Janvier 2010


TraitC comme criminal et non
comme Cgalement un citoyen ...
En unmot, I'affaire Amaral Duclona
a 6tC trait~e comme celle d'un criminal dont
Haiti n'a que faire et non 6galement d'un
citoyen.
Voire un ancien partisan Lavalas. Un
'chimbre' !
Alors mime que la France qui r~clame
sa tite pour l'assassinat d'un de ses
ressortissants, nous foumnit un example tout A
fait contraire.
En effet, Paris a obtenu le mois dernier
des mimes autorit~s dominicaines la remise
en liberty de deux citoyennes frangaises qui
6taient emprisonn~es dans ce pays pour traffic
de drogue.
D'autre part, le president Sarkozy ne
reste pas inactif concemnant tous les cas de
Frangais emprisonn~s de par le monde et pour
quelque cause que ce soit. Comme cette
ressortissante frangaise condamnde au


.,
3...
-


Le ditenu Amaral Duclona que la Ripublique dominicaine
vient d''extrad'er vers la France
relevant du trsor public hatien. Comme l'ont ~tdle mois dernier
deux ex-responsables de la TELECO (compagnie national de
tC16communications) sous l'accusation de complicity de
blanchiment avec des hommes d'affaires am~ricains, pourtant
crime perp~tr6 g l'encontre d'une entreprise qui est propri~t6
de l'Etat haltien.

A nos risques et perils ...
Il est vrai que les Etats-Unis et le Canada ont
6galement un accord de transf~rement avec Haiti mais il s'agit
de bandits ou trafiquants relich~s aprbs l'accomplissement
de leur peine et qui, ayant encore la nationalitC hatienne, sont
exp~dids dans leur pays d'origine.
A nos risques et perils !
Ce fut le cas aussi d'anciens militaires haltiens
condamnds aux Etats-Unis pour violations des droits humans
et qui furent renvoyds en Haiti pour achever d'expier leurs
p~ch~s ...
Mais tous ont profit des troubles g l'occasion du
renversement d'Aristide en 2004 pour s'enfuir du P~nitencier
national. Et depuis, personnel (mais absolument personnel)
n'en a plus reparld. Comme s'ils avaient 6tC retoumd~s en Haiti
g cette fin.

Les trois colonels ...


Mexique g des dizaines d'anndes
d'emprisonnement pour implication dans le
kidnapping et dont la France essaie g tout prix d'obtenir le
transfbrement en France oid elle pourra purger sa peine ... plus
prbs des siens.

Avant m~me tout jugement ...
Alors que dans le cas d'un Haitien, c'est fini, oublid,
condamnd (pour ne pas dire mort et enterrd) avant mime que
le jugement ait lieu, d~s que cela ne se passe pas en Haiti mais
dans un pays dans une position plus dominant.
Car l'affaire Duclona n'est pas diff~rente des dizaines
d'extraditions enregistries chaque annde avec les nombreux
pr~sum~s trafiquants de drogue appr~hend~s puis exp~dids
en Floride la second d'apris (comme qui dirait les documents
judiciaires sont prets g l'avance).
Ensuite c'est au tour des pr~sum~s auteurs
d'enlivements de prendre la mime route d~s que la victim est
un ressortissant amdricain.
La France n'a pas encore exig6 elle aussi de juger les
kidnappers haltiens de citoyens frangais. Peut-Ctre que
l'affaire Amaral Duclona doit Ctre la premiere d'une s~rie A
venir.
Sauf si nous arrivons g m~ter nous-mimes les
criminals car inutile de souligner que la criminality constitute
ainsi une porte ouverte g la disparition encore plus stre de
notre souverainet6 national.


Alors que du c~t6
d'Haiti c'est le contraire, une
fois que vous avez 616 extrad6,
on ne vous connait plus. Bref
vous n'avez pratiquement plus
aucun droit comme citoven
haltien.
Cependant avant que
l'opposition n'en fasse des
gorges chaudes, rappelons
que ce fut aussi pareil lorsque
les trois colonels Himmler


. -


Catering Specialists
Caes Peosrles, Hors d'Oeuvres
abr alloocaalon


UN E AN ALY SE


" 1
r
ti


4 1 - .


Peki Plus Bakery, Inc.(
NATURAL didUlfR


11638 NE 2nd Ave.
Miami, Fl.33160
* Tel.305-394-6118









INSECURITE & CRIM/INALITE



Justice, insecurite et souverainete.


Ecouter

NelO d we M atin

avec MaTCMS



dlodie
1 0 3.3 f a



www. radiomuelodieh aiti. com l


i IO LL F;RE E. "1-8 8 8-~3 8 3-2
O R. 3 0 5 -6 2 0) -8 3 O 0
F \X .3 0 5 -6 2 0 -8 3 3 2
CEL L. 3 0 5 -9 8 6 -8 8 1 "1


FICHE B'ABO)NNEMENT A HAI'TI EN MAR~CHE


Nom
Adnrsse


t Ir ndMar *e 10 III* No51


Page 5


(... suite de la 16re page)
par des bandits qui dans deux cas sur trois, se sont enfuis A
motor. Premiere indication.
Les forces de police se sont mobilis~es et depuis le
nombre de crimes a dramatiquement diminuC.
Il s'agit l8 de criminality. Comme cela existe partout et
dix fois plus dans les nations voisines, selon toutes les
statistiques : Jamai'que, R~publique
dominicaine, Colombie, Mexique etc.

L'image international ...
Pourtant mime avec un pourcentage
beaucoup moindre, on continue dans le cas
d'Haiti g parler d'ins~curit6 et des autres de
simple criminality done sans gravity pour leur
image international.
Les autorit~s haltiennes peuvent bien
s'efforcer de rappeler que la criminality en Haiti
est un ph~nombne purement 6pisodique
(veille des f~tes de fin d'annde) et que son
taux est retomb6 g un niveau presque banal
compare g notre voisin le plus proche, la
R~publique dominicaine, que l'6pith~te
ins~curit6 nous restera collie pendant
longtemps encore g la peau si nous ne
modifions pas la relation justice-criminalit:-
ins~curit6. nl
Or toutes ces extraditions g la chaine
ne nous laissent aucune chance.
Car si l'ins~curit6 c'est aussi la
criminality mais elle n'est pas seulement la Le
criminality.

Scandaleux et carriment insultant ...
Ily a l'ins~curit6 d'origine politique que nous ne
connaissons que trop bien. Celle qui a fait rage dans les anndes
qui ont pr~c~d6 et suiri le brutal renversement du president
Jean-Bertrand Aristide le 29 f6Yrier 2004 et qui nous a fait faire
un plongeon comme jamais auparavant.
Et qui caract~rise des pays comme l'Irak et
l'Afghanistan auxquels on peut trouver scandaleux et
carr~ment insultant de compare Haiti.
Mais il y a aussi l'ins~curit6 structurelle. Et c'est de
celle-ci qu'il s'agit actuellement dans notre cas.


Car la s~curit6 c'est aussi rendre justice aux victims
de la criminality.
Et c'est la difference entire Haiti et tous ces pays de la
region mime affichant untaux de criminality dix fois sup~rieur
au n~tre.
Tous ont des 16gislations trbs dures contre les auteurs
de crimes et qu'ils appliquent g la lettre et sans 6tat d'Ame.


Faut-il rappeler que ce demnier a pour mission de
remplacer le chef de l'Etat en cas de vacance de la Pr~sidence


On nous traite chaque semaine de nul ...
Or non seulement la r~forme de la justice est celle qui
est le plus g la traine, mais c'est comme si on nous traitait
chaque semaine de nul pour ce qui est de
rendre justice, g chaque extradition d'un
citoyen haltien d~sormais pour toutes sortes
de crimes.
Or justement la s~curit6 c'est aussi
et d'abord rendre justice aux victims de
crimes. Et vice versa, I'incapacit6 g rendre jus-
tice aux victims de crimes c'est pas seulement
de la criminality mais de l'ins~curit6 car qui me
prot~gera contre les assassins.
Et voil8 pourquoi de fil en aiguille
nous continuous d'Ctre classes dans la
rubrique ins~curit6 et non comme nos voisins
dans celle de la criminality.

Ce cruel jeu de yo-yo ...
Que ces derniers continent
d'enregistrer des crimes glongueur de joumb~e
et nous 6pisodiquement g la veille des f~tes
de fin d'annde pour Ctre vite ramends g l'ordre
par notre excellent police national (PNH),
quite g ce qu'il faille tirer plut~t s~v~rement
f oreille g cette demnibre, tant pis.
te) Tant mieux en tout cas pour nous qui
sommes exposes quotidiennement g ce cruel
jeu de yo-yo, tantit en baisse, tantit ga
remote au moment oil on s'y attend le moins.
Bref il ne suffit pas de se plaindre. II faut une justice
capable de remettre notre pays sur la carte mondiale de la
justice.
Et de sauvegarder notre souverainet6 assaillie sous
toutes les formes mime celles qui se pr~tendent les mieux
intentionndes.
VoilB aussi ce qu'il faut vous rappeler g l'heure du
vote en f6Yrier prochain !

Hai'ti en Alarche, 9 Janvier 2010


ininistre de la Justice, Paul Denis, et le Premier ininistre (a~ droi
Jean-Adax Bellerive (photo Hai'ti en Alarche)
Pour la Jamarque, c'est la pendaison pure et simple.
Or la seule r~forme g n'avoir pas fait un pas en Haiti
depuis l'arriv~e de la premiere mission onusienne aprbs le coup
d'6tat militaire de 1991 c'est celle de la justice.
C'est seulement il y a quelques mois qu'on est arrive
g obtenir que les magistrats forms g l'6cole de la magistrature
soient nomm~s.
Et l'association des magistrats de la rdpublique
(ANAMAH) menace en ce moment de se mettre en grbre si le
president de la rdpublique ne nomme un nouveau president
de la Cour de cassation.


Solj
la c
fina
rene
d~p

au t
200


sur
les
ises


inqui~tes de l'exclusion de Fanmi Lavalas de la course
61ectorale. Elles sugg~rent g la communaut6 international de
ne pas envoyer d'observateurs sur le terrain pour ne pas
accorder de credit g ces competitions.
Jusqu'g present la communaut6 international n'a
encore fait aucune announce officielle concernant les
engagements financiers pris a propos des prochaines
61ections.
18 millions de dollars devraient Ctre apport~s par la
communaut6 international, alors que L'Etat haltien contribue
au financement de ces 61ections g hauteur de 7 millions de
dollars.
D'autre part, les organizations en question competent
acheminer un rapport sur la situation des droits humans en
Haiti g l'Organisation des nations unies (Onu), au Congrbs
amdricain, et au president amenicain Barack Obama.
La d616gation fait part des t~moignages recueillis
auprbs de 71 victims de violations de droits humans.
notamment g Cit6 Soleil (p~riph~rie nord) et au Bel Air (secteur
nord).
Selon le rapport, les t~moignages concernent en


DE L'ACTUALITE


Elections: Une d616gation international recommande


le gel de l'aide 6trangLbre pour les prochaines 16gislatives
P-au-P, 6 jany. 2010 [AlterPresse] La Coalition grande partie des cas de violations de droits humans impliquant Le rapport content 6galement des observations
idarit6 Amdrique Latine et Haiti Action Network appellent les soldats de la Mission des Nations Unies pour la la situation << inadmissible >> des droits de l'homme dans
:ommunaut6 international g geler l'aide pr~vue au stabilisation en Haiti (Minustah). prisons et les << vagues de licenciement dans des entreprj
cement des 16gislatives de fdvrier prochain en vue du Certains de ces abus auraient entraind la mort des publiques >> g cause de la privatization.
ouvellement d'un tiers du s~nat et de la chambre des personnel affect~es, selon le rapport.
ut~s. La d616gation prie l'Onu de mener une enquite sur la
Cette recommandation figure dans un rapport 61abord question et d'accorder une aide financibre aux victims.
erme d'une visit d'dvaluation dans le pays du 28 d~cembre La Coalition Solidarit6 Am~rique Latine et Haiti Action
9 au 3 janvier 2010. Network r~clament entire autres l'ouverture d'une enquite sur
Les deux organizations se montrent particulibrement la disparition du militant pro-Lavalas, Lovensly Pierre Antoine..


-
5;t '''-p


Dans le cas d'un abonnerment
avoc I~vralson, le coat elst le double.
PBrltr do spbierie at vous Btes
un nouvel abornn6
ou all1 s'agit d'un renouvellemenrt


Gd~les 260S.00_
_ US $ 40.00 _
SUS $ 42.00
SU S 70.00
SUS $ 70.00


Gdes ~520.00
_s US 78.00
SUS $ 80.00
_US $ 135.00
SUS $ 135.00


Hard
Etats Unis _
Canada
Euroe (3
Amnltique Lane


Nouvgeu


Renouvellemaent









PROLONGATION IMANDAT DES DEPUTES


P-au-P, 7janvier 2010 [AlterPresse] -Les Clections
16gislatives et pr~sidentielles constituent un d~fi majeur pour
l'annde 2010 en Haiti, dit Hedi Annabi, chef de la Mission des
Nations Unies pour la stabilisation en Haiti (Minustah), lors
de la conference de press hebdomadaire de la mission.
Un 6chec des competitions de 2010 aggraverait la
mdfiance et la suspicion, et conduirait g une remise en cause
des progrbs r~alis~s au course des 4 demnibres anndes, souligne
la Minustah consid~rant les perspectives dans la rdpublique
carib~enne pour la nouvelle ann~e.
<< Ces 61ections revitent une importance capital pour
l'avenir du processus d~mocratique en Haiti et pour la con-
solidation de la stability. Leur r~ussite permettrait au pays de
rentrer dans un cercle vertueux oid la stability et le
d~veloppement se renforceraient mutuellement >> croit M.


.


HaitienMalkiercredill3 ancier20


Page 6


Une question a regler avec pragmatisme
EPUTES... suite de la lbrepage) change, mais l'opposition a d'autres chats g fouetter. Oui, Pour le bien de la Nation ...
se termine ce lundi. En vertu de la Constitu- comment s'assurer que le Conseil 61ectoral provisoire (CEP) Car la loi ainsi que la Constitution so
ne c~de g la tentation de tout organiser dans l'unique but de bien de la Nation et non le contraire. C'est la r
It~t se serait terming effectirement si les plaire g la plateforme 'pr~sidentielle' UNITE dans la bonne Secundo, la prolongation du ma:
nt eu lieu (constitutionnellement aussi) en tradition haltienne selon laquelle on ne prete qu'aux riches et conditionnde par des considerations particu
er. aux puissants du jour. L'actuel CEP n'a pas encore su Ctre 6tablies par le Parlement et les autres ac-
dant un amendment g la loi 61ectorale les in- convaincre qu'il est different. partiess politiques, soci~tC civil, institutions s
loste jusqu'g mai 2010. Malgr6 tout des critiques de la solution prolongation si l'on peut dire, comme un Conseil d'Etat o
actionss auront lieu le 28 f6Yrier prochain pour du mandate des d~put~s jusqu'g mai prochain, ily en a. Et elles serait charge d'interpr~ter toute controversy
:rs du S~nat et toute la Chambre des d~put~s. viennent d'un autre horizon, celui des ultra- l'application de la Constitution, mai
:n mai prochain, dans trois mois seulement, constitutionnalistes ... Leur probl~me c'est comment faire malheureusement n'existent pas ou n'ont te
patience, tout devrait Ctre r~gl6, cette affaire coi'ncider cette alternative avec le nombre de sessions pen- mises en place depuis plus de 20 anndes que l';
ou non du mandate des d~put~s ? dant un mandate parlementaire de 4 anndes qui est fix6 (toujours tution a 6tC ratifide).
Snos probl~mes pouraient se r~gler aussi constitutionnellement) g 8. Pas une de plus. Outre les ses- Car l'altemnative c'est le president d~
i ne serait pas Haiti. sions extraordinaires et en Assembl~e national sur requite gouvernant avec une seule chambre, le S~nal
ustement c'est Haiti, la n~tre, et on n'y peut du president de la R~publique pour statuer sur tel sujet dispose d~ji aujourd'hui d'une comfortable m
1as particulier ou un cas d'urgence. VoilB sans doute pourquoi on n'enten
ois la grande surprise c'est que alors qu'une Cependant les sessions extraordinaires ne peuvent la voix de l'opposition politique dans ce d~ba
6quivoque aurait cr66 auparavant une crise Ctre convoqudes qu'au milieu des sessions ordinaires. Mais surtout rappelons-le : la Consti
teurs politiques j ouant g verser du p~trole sur Done les sessions ordinaires 6tant 6puis~es avec la un bel objet de decoration.
fois cela se passe jusqu'ici plutit calmement. fin du mandate de la branch parlementaire en question, il ne La Constitution est lb pour le bien d~


(D
mandate de 4 ans
tion ...
Ou plu
61ections avaiel
novembre derni
Cepene
vite g rester en p
Des 61e
renouveler le tie
Done e
avec un peu de i
de prolongation
Si tous
facilement, Hait:
Mais j~
rien changer. H6
Toutefe
situation aussi ~
folle, tous les ac
le feu, pour une :


pour l'inviter au d~sordre.


nt faites pour le
6gle premiere.
ndat peut 6tre
libres restant g
teurs impliqu~s
upranationales,
u tout autre qui
surgissant dans
s entit~s qui
oujours pas 6tC
actuelle Consti-

e la R~publique
t, oid le pouroir
ajorit6.
Id pas beaucoup
It.
tution n'est pas

e la Nation. Pas


peut y avoir de session extraordinaire.
Thdoriquement.


D'autres chats gkfouetter ...
Ce n'est pas tant que nos meeurs politiques aient


Melodie F31 8 Janvier 2010


Annabi.
Pour le chef civil de la Minustah, le meilleur moyen
d'avoir<< des 61ections honnates et transparentes >> reste le
dialogue, mais aussi la vigilance. Les 61ections repr~sentent,
en ce sens, << une responsabilit6 collective >>.
<< La r~ussite des 61ections ne depend pas seulement
du Conseil 61ectoral provisoire (Cep) qui doit, bien entendu
s'acquitter honorablement des responsabilit~s importantes qui
lui ont 6tC confides. Elle exige 6galement le plein engagement
de tous les acteurs politiques concemd~s, de la soci~tC civil et
des citoyens qui devront chacun apporter leur contribution >>.
estime le repr~sentant special du secretaire g~ndral de
l'Organisation des Nations Unies (Onu).
Dans ce context, la Minustah tient g assurer de son
soutien logistique et s~curitaire aux competitions 61ectorales
A venir don'tt les 16gislativees


I'organisme 61ectoral, accuse de travailler au profit de la
plateforme politique pro-pr~sidentielle (UNITE), laisse planer
le doute sur la realisation des 16gislatives dans les d61ais
prdrus.
Plusieurs s~nateurs appellent le president Rend
Garcia Prdval g entamer un dialogue avec tous les acteurs en
vue de dissiper la mdfiance qui p~se encore sur le processus.
Au terme d'une visit effectu~e en Hai'ti du 28
d~cembre 2009 au 3 janvier 2010, la Coalition solidarity
Amdrique Latine et Haiti Action Network recommandent un
gel du financement par la communaut6 international des
prochaines 16gislatives devant renouveler un tiers du s~nat
(10 parlementaires g la chambre haute) et la totality de la
chambre des d~put~s (99 parlementaires g la chambre basse).
Alors que la part national est estimbe g 7 millions de
dollars amdricains (US $ 1.00 = 42.50 gourdes : 1 euro = 65.00
gourdes), les bailleurs internationaux se sont engages pour 18
millions de dollars comme apport aux 16gislatives de f6Yrier et
de mars 2010, rappelait en d~cembre 2009 le premier ministry
Joseph Jean Max Bellerive.
<< Un montant sera annonc6 >> et Haiti recevra << une
contribution trbs substantielle >> de ses partenaires, indique
Hedi Annabi, invoquant les contacts de la mission onusienne
avec les bailleurs de fonds intemnationaux.


de f6Yrier et mars 2010),
conform~ment au mandate
attribu6 g la mission
onusienne.
Depuis le d~but du
processus en novembre 2009,
un climate de contestations et
de suspicion vis-g-vis de


Petition a signer en urgence

centre la scandaleuse liquidation

,] la T '1 '

Lettre -P~tition ouverte aux irrefutable:
S~nateurs de la R~publique Rappelant que le chimage et la
A l'occasion de la com location du dependance alimentaire repr~sentent les
Ministre des Finances, principles retomb~es de la politique
du Gouverneur de la BRH, et du 6conomique ndolib~rale en application dans
Directeur du CMEP, le pays:


Apropos de l'affaire TELECO
Au S~nat de la R~publique
Honorables S~nateurs,
Les citoyennes, citoyens, Institu-
tions et Organisations dont les signatures
suivent vous pr~sentent qleur patriotique salu-
tation et profitent de 1 occasion pour vous
faire part de leur stupefaction face g la publi-
cation des r~sultats de 1 appel d'offres lanc6
par la Banque de la R~publique d'Haiti (BRH)
dans le cadre de ce que les autorit~s politiques
du pays appellent le processus de
modernisation de la TELECO.
Convaincus que la liquidation de la
TELECO n'est autre qu'un maillon du proces-
sus politique d'affaiblissement et de
soumission del1'Etat haltien, amorcC au d~but
des anndes 80 et entretenu pendant les 25
demnibres anndes et dont l'un des temps forts
a 6tC la privatization de la Minoterie et du
Ciment d'Haiti sous le gouvemnement Prdval

,- Persuades que la TELECO a 6t6
litteralement ddvalisde par les autorit~s
haltiennes g travers des operations de con-
cessions tout aussi scandaleuses que
d~sastreuses, en effet, la r~cente arrestation
de cadres sup~rieurs, op~rde par les autorit~s
am~ricaines en constituent la preuve


Pr~cisant que l'actuelle crise
6conomique mondiale a montr6 les limits du
ndolib~ralisme tout en renversant la th~se :
I'Etat mauvais gestionnaire, car l'intervention
de cet Etat a 6tC n~cessaire, partout g travers
le monde, pour 6viter l'effondrement evident
de l'6difice economique:
Rej etant sans appel la logique de la
liquidation des entreprises de l'Etat au seul
b~ndfice de la mafia politico-6conomique
national et intemnationaqle :
Faisant foi A l enquete r~alis~e par
la Soci~tC Financibre Internationale (SFI) et
commandit~e par la Banque Mondiale en 1995
selon laquelle la TELECO jouissait d'une
parfaite sant6 financibre et qu'elle pourait
rapporter, dans1'6tat oidelle setrourait, des
bendfices annuels de 45millions de dollars
am~ricains, et ce, en d~pit d'une r~cente
utilisation abusive des fonds de la TELECO
pour couvrir les d~penses du Prsident en exil

Optant, par contre, pour toute
demarche de politique economique destine g
une vdritable prise en charge par l'Etat des
entreprises publiques en vue de leur
enforcement afmn que celles-ci puissent offrir


(TELECO /p. 13)


SRENTREE PARLEMENTAIRE REPORTED


2010


: une annie de grands d~fis blectoraux


pour Ha'iti, selon la Mlinustah


MIAMI)D
rrm
RE YIN YO NPIBLI K
Asanble Gouvenan Oganizasyon Planifikasyon Konte (MPO) pou Zon Iben Miami pral fe yon reyinyon
piblik jou jedi 28 janvye 2010, a 2:00 p.m. nan Sal Konferans Komisyon Konte an nan Stephen R Clark
Center, 111 NW 1st Street, Miami, Florid.
Asanble Gouvenan an pral konsidere fe amannman swivan sa yo:
1. PlnsT atnospot AonoAlontem 2035 ak Pwogram Amelyorasyon Transpotasyon Ane Fiskal 2010:
Amannman sa a kap fet nan LRTP a ak TIP la pral pemet ke $16,544 nan lajan Pwogram Sifas
Transpotasyon Lwa Ameriken sou Redresman Ekonomik ak Reyenvestisman an (sig Angle ARRA),
inisyalman te atribye a Vil Golden Beach pou amelyorasyon woutye yo (FM 4264601-1) va transfer
a Vil Medley pou repare pon NW 121st Way Bridge la (FM 426417-1).
2. Pwogram Amelyorasyon Transpotasyon Ane Fiskal 2010: Pwoje pou Re-Pave Silas yo
Amannman sa a pral ajoute finansman pou pwoje re-pave swivan yo:
SR 860/Miami Gardens Drive apati de NW 57th Avenue pou 90 pye alwes de NW 28th Place
SR 953/LeJeune Road apati de SE 11 Place pou 74 pye nan no SR 934/E. 25th Street
SR 90/SW 8th Street apati liy demakasyon Collier County an pou 1045 pye alwes de Loop
Road
3. Pwogram Amelyorasyon Transpotasyon Ane Fiskal 2010: Pwoje pou Sekirite yo
Amannman sa a pral ajoute de pwoje pou sekirite anmenmtan ak pwoje pou re-pave swivan yo ki
te idantifye kom anplasman a risk kolizyon ki chita nan lizye pwoje an:
SR 934/71 Street apati de Bay Drive rive a SR A1A/Collins Avenue
SR 934/71 Street apati de West Bay Drive West rive Bay Drive East (direksyon es).
4. Pwogram Amelyorasyon Transpotasyon Ane Fiskal 2010: Miami Intermodal Center (MIC)
Central Station Project
Amannman sa a pral avanse faz konstriksyon yo epi finanse antotalite pwoje estasyon Miami
Intermodal Center (MIC) Central Station la dapre yon pre nan men bank State Infrastructure Bank.
Pwoje sa a se yon pati enpotan transpo piblik ki va asire fonksyonnman okonple de tout dives
mwayen transpo yo nan sant MIC a.
5. Pwogram Amelyorasyon Transpotasyon Ane Fiskal 2010: Pwoje ARRA Depatman Travo Piblik
(sig Angle PWD) Miami-Dade
Amannman sa a pral ajoute finansman de nouvo pwoje Lwa Ameriken pou Redresman Ekonomik ak
Reyenvestisman (sig Angle ARRA) pou Depatman Travo Piblik Miami-Dade apati alokasyon original
depatman an rive jiska Pwogram Sifas Transpotasyon an (sig Angle STP) apwouve pa Asanble MPO
lan jou 20 fevrive 2009 la.
6. Pwogram Amelyorasyon Transpotasyon Ane Fiskal 2010: M-Path Components nan Zon
Dadeland la
Amannman sa a pral transfer $1,750,000 de lajan konstriksyon ki te nan pwoje santye bekiin-
pyeton "Snapper Creek Bicycle-Pedestrian Path" la (FM 412795-1) ale sou ekstansyon M-Path"
la sati Estasyon Dadeland South" rive SW 67th Avenue (FM 412795-3).
Yo envite tout moun ki enterese vini patisipe. Pou kopi TIP lan ak/oswa plis enfomasyon, tanpri kontakte
Sekretarya MPO, Stephen R Clark Center, 111 NW First Street, Suite 920, Miami, Florid 33128, telefon:
(305) 375-4507; imel: mpo@miamidade.gov ; sitweb: www.miamidade.gov/mpo.
Se regleman Konte Miami-Dade pou ii konfo~me li a tout egzijans etabHi pa L wa pou Ameriken ak Enfimite
yo (ADA). Lokal la aksesib. Pou jwenn sevis yon entepret nan langaj siy pou moun soud, tanpri rele
305-375-4507 omwens senk jou ouvrab davans.






LILYCI VIIIILIIVIIV IVIIY-III I~ ~I

I


t ir n ar *e l III* No51


Page 7


Moun Gonayiv, bonjou!
Pep ayisyen nan 4 kwen peyi a!
Ayisyen, ayisydn k ap viv aletranje yo!
Bonjou!
Jodi a, Premye Janvye 2010, sa fe: 206 lane depi lame endijen nan kreye
peyi nou, Ayiti.
M ap reprann sa m te di 18 me ki sot pase a :
Si pa t gen dyalo~g ant Desalin, Petyon ak Neg Mawon yo, Ayiti pa t ap
egziste.
Si pa t gen stability nan mitan lame endijen nan, pa t ap gen ni Vetye, ni
premye janvye 1804 nan Gonayiv!
K~onsa tou, si enstabilite, si chire pit pa t reko~manse 17 okto~b 1806 le: yo
asasinen Desalin, si peyi a pat fann 2 bout depi le: a, si listwa nou pa t
tounen yon chaplet koudeta, dechoukay, konplo ak lage: sivil, peyi a ta pi
1wen jodi a,
Esitou, peyi nou an t ap rele n chemet, chemetres.
Mezanmi! Pep Ayisyen!
Stabilite ak kontinite, se kle pou louvri premye po~t pou dev10pman
peyi a.
Se stability ak kontinite ki pou pemet nou konstwi.
Ann pran egzanp wout ki se yon gwo fakte: pou dev10pman pert a.
Nan Plato Santral:
wout Po~toprens-Mibale: fe~k fin asfalte, wout Mibale: Ench ko~manse e
wout sa a gen pou rive jous Okap.
K~onsa ap gen yon dezyem wout k ap relye Po~toprens ak Okap an pasan
pa Plato Santral.
Ebyen, si se pat enstabilite, wout sa a ki te kbmanse depi sou
premye manda m nan ta fat pou fini depi lontan.
Yon lo~t egzanp:
Asfaltay wout Nasyonal nimewo 1 an ap vanse tre: byen, sati Po~toprens
pou rive Senmak.
Nan mwa sa a, n ap ko~manse Senmak Gonayiv.
Si se pa t enstabilite, wout sa a, ki te kbmanse sou premye manda
m nan, li menm tou ta fat pou 1 fini.
Si nou vire nan Sid peyi a :
Wout nasyonal nimewo 2 a ki soti Po~toprens rive Okay te dwe ko~manse
sou premye manda m nan.
Se kounye a 1ap fini.
Enstabilite ki lakbz.
Yon lo~t egzanp :
Nasyonal nimewo 7 la Okay Jeremi.
Wout sa a fe~k ko~manse.
Si se pa t enstabilite, li ta dwe fini osinon preske fini.
Se te kek egzanp sou zafe: wout, ki montre kijan enstabilite, se pwazon
pou dev10pman peri a.
Ann pran yon lo~t egzanp: Agrikilti.
Tout peyizan sonje gwo jefo, ki t ap fe~t sou premye manda m nan atrave:
reform agree: a, pri angre: ki te bese, anpil kanal ki t ap netwaye, pou Ayiti
te ka pwodui manje.
Apati 2001, reform agree: bloke, pri angre: monte, kanal pa netwaye.
Efo, ki fe~t apatt 2006 rive jodi a fe Ayiti pwodui 25 pou 100 plis manje.
Nan Some: Mondyal FAO ki te fe~t an novanm ane sa a, a Wo~m, an n
Itali, yo rekonet ke Ayiti, se yonn nan peyi ki gen plis sikse: nan kesyon
sekirite alimante, malgre tout pwoblem ki te frape I nan ane 2008 la.
Ogmantasyon pwodiksyon manje a rive te~t, paske gen 81 000 ekta te: ki
revabilite, sa koute Leta 55 milyon dola. Nou achte 267 trakte, 40
motokilte, 500 ponp irigasyon ak 13 milyon zouti tankou wou, pel,
pikwa. Sa koute Leta 9 milyon dola.
Pran nan lane 2006 pou rive nan lane 2009, nou achte epi distribye 3 mil
to~n semans ak bouti. Sa koute Leta 3 milyon dola.
Pandan efo, sa yo pemet ogmante pwodiksyon manje a, 11 pemet tou
kreye travay pou peyizan yo. Epitou li ede kenbe stability goud la, paske
nou te vin bezwen mwens dola pou enpo~te manje.
Si te gen stability ak kontinuite ant 2001 ak 2006, eske nou we: vale:
pwogre: ki t ap fe~t nan domen agrikilti a.


Elektrisite, se yon gwo fakte: pou dev10pman peyi a. Le: mwen rive an
2006, mwen jwenn EDH ak yon kapasite 83 M\X
Jodi a, nou rive a 182 MW, setadi yon ogmantasyon de 120 pou san.
En 2011, n ap pase a 206 MW.
P~p ayisyen!
Men gwo kesyon pou peyi a poze tet li kounye-a :
Eske enstabilite ap retounen kraze tou sa k ap fe~t yo, tankou sa te pase
ant 2001 ak 2006?
Eske n ap pedi 300 otobis Dignite' ak Service Pha~ nou fe~k achte yo?
Eske n ap pedi 90 milyon dola materyel CNE k ap fe wout nan tout peyi

Eske n ap pedi 267 trakte: agriko~l ak 500 ponp irigasyon yo, osinon eske
n ap achte lo~t mete sou yo pou n fe plis mane?
Ant 7 ferrive 1996, le: m ko~manse premye manda m ak 7 ferrive 2011 le:
m prale; 15 ane ap pase.
15 ane, se anpil nan istwa yon peyi ki gen apenn 200 zan. Ala wout, ala
pwogre, nou ta fe pandan 15 ane sa yo, si te gen stability ak kontinite.
An 2004, pou selebre desantyem anivese: endepandans peyi a, olye nou t
ap gade kijan pou n fe plis wout, mete plis kouran, achte plis trakte: ak
angre, plis otobis, plis materyel pou CNE, nou te pito ap tire kout fizi,
boule kay, boule machine, boule magazen.
Eske nou kwe: se nan enstabilite ak ensekirite n ap ka dev10pe peyi a?
Klima stability n ap viv depi 4 an mennen sekirite ak konfyans ki bon
pou dev10pman peyi a.
Nou annik gade kantite fre: ak se: nou ki soti lo~t bo, dlo vin pase fe~t ak
fanmi yo. Se paske yo jwenn plis ke: poze, plis wout, plis kouran.
Stabilite ak sekirite a mennen konfrans lakay envestise: yo.
Se konsa an 2004, kantite djo~b nan faktori te tonbe a 12 mil.
Tout moun konnen poukisa : ensekirite.
An 2006, kantite djo~b nan faktori yo rive a 14 mil.
Kounye-a, li monte a 26 mil.
E an 2010, nou preywa 1 ap pase a 50 mil.
E si tout bagay pase byen, an 2011, kantite djo~b nan faktori a ap pase a
100 mil.
Tout moun konn poukisa : stability ak sekirite a.
Imaj ak repitasyon peyi a ap change.
K~onfyans ap retounen.
Si se pa t konfyans, ou kwe: Konpayi Wayal K~arayibeyann ta pran chans
asosye 1 ak Leta ayisyen pou envesti plis pase 50 milyon dola nan
Labadi?
P~p ayisyen!
Pa blive, eleksyon pral rive.
Eleksyon sa yo enpo~tan anpil, pou ranfo~se demokrasi a.
Si eleksyon yo pase byen, nan ke: poze, nan transparans, san paspouki,
san magouy, sa ap ranfo~se konfyans ni Ayisyen, ni etranje nan kapasite
peyi a pou 1 continue ranfo~se stability 1. E se stability sa a, k ap pemet
konstwi wout, leko~l, lopital, mete plis kouran.
Se stability a k ap pemet anpil djo~b kontinye kreye nan faktori, nan
agrikilti, nan touris, nan konstriksyon, elatriye.
Pep Ayisyen!
Si pa t gen stability nan mitan lame endijen nan, zanset nou yo pa ta ka
rive kase chenn esklavay kolon yo.
Menm jan an, si pa gen stability andedan sosyete a jodi a, nou p ap rive
kase chenn mize: ak povrete a.
Ann kase chenn divizyon ak eksklyzyon an ki mare peyi a depi 17 okto~b
1806 apre asasinay Desalin.
Deywa nou tout jodi a, devwa nou apre 7 ferrive 2011, le: m ale :
Se travay pou ranf~se e kenbe stability a.
Moun Gonayiv!
Pep ayisyen nan 4 kwen peyi a!
Ayisyen, ayisyen k ap viv aletranje yo!
M ap swete nou yon bo~n ane 2010 nan lapel, sekirite ak stability.


Mesi


PRElulER JANVIER 2010


Diskou Prezidan Repiblik la,
M. Rene Preval
Premye Janvye 2010
lan Gonayiv











Tourisme : Jacmel se dit d69ue


1. Zenglen: 20 Anniversaire
2. Carimi: Buzz
3. Harmonick: Kapote
4. Zekle: Flashback
5. Barikad Crew: Joskobou
6. Richie: Dix and plus tard
7. T-Vice: Live with Exit Band
8. Daan Junior: Saw fem nan

9. Gabel: Jenou s emn u
10. Arly Lariviere: Encyclopedie


Mercredi 13 Janvier 2010
HaitienMarche *VolXXIII No51


Page 8


JACMEL, 1" Janvier Jacmel est dans toute sa forme. ce qui semble Ctre tous ses ceufs dans le mime panier.
Pas de fatras dans les rues. Hotels et motels continent de se Le veritable probl~me c'est le gouvemnement haltien
multiplier. Au moins 16 heures d'61ectricit6 par jour. La route qui change g chaque fois son fusil d'6paule sans estimer
de l'AmitiC est g nouveau propre comme un sou neuf et d~s n~cessaire de foumnir la moindre explication sur le sens de sa
l'6tape de Carrefour (sortie sud de la capital, Port-au-Prince) demarche si sur les obj ectifs g court, moyen et long terme. Bref
franchise, on fonce sur un tapis de velours. Ou presque. les decisions dans ces domaines touchant l'avenir 6conomique


que tous nos grands visiteurs, aussi bien l'ex-pr~sident Clinton
envoyd special de l'ONU pour Haiti) que le president de la
Banque interamdricaine de d~veloppement (BID), Luis Alberto
Moreno, tous ne semblent avoir qu'une seule adresse dans
leur carnet de credits, c'est Milot, La Citadelle, la route par
l'Acul du Nord devant d~boucher directement au port
touristique de 'Labadee', etc.
Et depuis le triomphe que represented certes le
choix de Labadie pour le voyage inaugural de l'Oasis
of the Seas, le plus grand paquebot du monde, on
semble tout miser sur le tourism de croisibre ...
I Alors qu'auparavant on recherchait aussi
Sd'autres possibilities car seule la diversification peut
fairer~ellement la difference pour Hati dans un march
touristique regional d~ji fort achaland6.
Mais faut-il bien joindre le geste g la parole,
ou comme disent les Am~ricains mettre son portefeuille
li ou~ on dit se trouver son coeur (autrement dit, 'no
money, no honey'). Eh bien les Jacmdliens ont surtout
retenu que l'Etat hai'tien n'a pas h~sit6 g engager
plusieurs dizaines de millions de ses fonds propres.
Que peut-il rester dans une caisse publique qui a
beaucoup de trous g son manteau lorsque plus de US$30
millions ont 6tC investis dans la seule operation de
Labadie ?
Bien que pour notre part nous pensions que
ces investissements n'ont probablement pas 6t6 faits
pour rien, 6tant donn6 que l'on ne trouve pas souvent
un partenaire aussi int~ressant que la Royal Caribbean
Cruise qui pour sa part a invest plus de 100 millions
sur le mime site de Labadie et qui d~tient une image de
marque pouvant nous aider g rehausser celle de notre
pays ...
Mais il n'empiche que cette inquietude des
habitants d'une region qui a 6tC toutes ces demnibres
anndes le principal centre d'attraction du pays avec
une multitude d'6v~nements aussi int~ressants les uns
que les autres (le seul camnaval aussi pittoresque, le
festival du film de Jacmel et autres, le royaume de
l'artisanat haltien et nous en passons) alors que au
mime moment dans presque tout le reste du pays c'6tait
la paralysie total, mais si pour c'est pour avoir en effet soudain
l'impression d'Ctre mis de c~t6 et qu'on est pay6 en belles
paroles alors que les gros investissements vont tous ailleurs,
mime si c'est pour la mime cause ... ily a de quoi Ctre pour le
moins dCqu.
Milodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Les travaux qui ont obstruC la circulation dans ,
la ville d'Alcibiade de Pommeyrac sont terminds. Les
ruelles de la vieille ville sont toutes adoquindes.
Egalement terminde la nouvelle a~rogare,
multipliant par quatre la capacity de cette dernibre. Done
pouvant accommoder plus d'un vol local en mime
temps.
Mais la surprise ce sont les artbres des
faubourgs de Jacmel, la region appel~e Meyer, qui ont
recu un revetement de pierres concass~es (aux bons
soins du CNE, firme de construction appartenant A
l'Etat haltien) facilitant le d~placement jusqu'g la mer,
autrement dit mettant celle-ci g port~e de cette grande
zone r~sidentielle oil les constructions poussent comme
des champignons avec aussi l'avantage de se trouver
A deux pas de la route d~partementale.
Les 6tablissements hoteliers affichaient tous
complete pour les festivities du nouvel an. Et sur toute
la longueur de cette M~diterrande haltienne, de Jacmel
jusqu'g Marigot au pied des montagnes du Sud-est.
Pourtant, s'indignent les observateurs locaux,
Jacmel ne figure pas dans les projects touristiques
actuellement envisages par le gouvemnement haltien.
Alors que aucune ville du pays n'affiche
autant d'atouts surtout aujourd'hui que le chef lieu du
Sud-est. Cela saute aux yeux.
D'aprbs eux, cela montre que l'Etat haltien n'a
pas vdritablement une politique touristique. Ou que
s'il en a une, il ne la suit pas.
En effet, tant d'initiatives g l'endroit de leur
ville (l'adoquinage des ruelles style moyen-Age jouxtant
la Rue du commerce et ses residences g la manibre
Nouvelle Orldans, la construction de la nouvelle
a~rogare et autres) pouvaient laisser augurer d'un au-
tre traitement.
Mais l'int~ret s'est d'un seul coup d~port6 vers une
autre extr~mitC de lar~publique et iln'est question que du seul
grand Nord.
Labadie, I'Acul, Milot, ce sont certes des atouts
majeurs du tourism haltien mais on ne peut biffer d'un seul
coup toutes les autres potentialit~s d~ji explores pour mettre


carnaval (Robenson Eugdne)


Jacmilienne prdte pour le


de toute la nation et pas seulement celui d'une region, ont
besoin d'Ctre Cclairdes par nos planificateurs. Dans le cas
contraire, ces demniers ne semblent servir qu'g endormir les
populations par de beaux sch~mas g~ndraux mais dont on ne
tient aucun compete d~s que les choses deviennent s~rieuses.
Les Jacmdliens expliquent leurs inqui~tudes du fait


N.B On souligne d'autres d~veloppements dans l'industrie h~telibre dans la region de Jacmel. Selon le Miami Herald, deux hotels pourront bientit afficher la marque international
Choice Hotels ou H~tels de Choix. Selon le journal, la chaine Choice Hotels Intemnational, propri~taire de Confort Inn, pretera sa marque prestigieuse g deux hotels dans la baie imprenable
de Jacmel, ville du Sud-est d'Haiti connue pour son camnaval pittoresque et comme une capital de l'art.Le premier est un h~tel-boutique de 120 chambres, la Belle Rive, dont la construction
est sur le point de commencer. L'autre 6tablissement en question est le Cap Lamandou, un h~tel de 32 chambres, d~ji bien connu et qui deviendra en mai prochain lui aussi un Choice
Hotel.Les deux 6tablissements sont la propri~t6 d'un group d'investisseurs compose en majority de m~decins et d'avocats haltiens-am~ricains vivant g New York, Chicago et Miami. Le tout
relive d'un project de d~veloppement de US$47 millions destiny g la region de Jacmel. (source Miami Herald)


MINISTE~RE DU TOURISM

LEMINISTRE

Radio Mdlodie, Haiti en Marche
Marcus Garcia
Directeur

Monsieur le Directeur,


Ce j our, vendredi 8 j anvier 20 10 vous avez d61ivr6 un
editorial intitulC << les Jacmiliens sont digus >>, faisant 6tat du
sentiment de frustration exprim~s par les habitants d'une ville
qui se plaignent d'Ctre des laisser-pour-compte de la politique
du tourism du gouvemnement, tout en signalant les important
travaux d'infrastructures, dont le nouvel a~roport r~alis6 par
l'Etat.


Il est souvent reproch6 g l'ex~cutif un deficit
d'information, cependant s' il y a un secteur qui communique,
c'est bien le d~partement que j'ai l'honneur de diriger.
Je vous remercie done de nous donner l'occasion de
redire aux Jacmdliens et aux M~dias que le rile de l'Etat est de
crder les infrastructures et les conditions objectives pour que
les investisseurs priv~s fassent leur propre contribution. A ce
titre, Jacmel et le Sud est ont 6tC git~s et ce depuis le premier
Mandat du president Pr~val, recevant plus de 10 millions de
dollars pourl'61lectricit6 entire 1998 et 2001. Dans le mime temps,
ont 6t6 r~alis~s la route de Jacmel / Marigot, I'adoquinage de
rues, la plan de la ville et la rehabilitation de la route de l'AmitiC.
Monsieur le Directeur, les Jacmdliens sont des
citoyens trop 6clairds et trop bien informs de l'appui
exceptionnel qu'ils regoivent de notre ministbre pour ne pas
se laisser aller g trouble l'esprit d'un 6ditorialiste de renom
comme Marcus Garcia, qui par ailleurs vient de sacrer l'arriv~e
de l'Oasis Ofthe seas< Avec toute notre consideration Monsieur le Directeur.
Patrick Delatour
Architecte de Monuments
Ministry


Loin d'C
le Sud Est repr~s~


tre n~glig~s par le Gouvemnement, Jacmel et
intent une des quatre regions prioritaires de
n Directeur du Tourisme (que nous appelons
Sud Jacmel dans tous nos r&ves) et g ce titre
plusieurs projects prioritaires, et nous vous
Sporteur, les documents de r~f~rence dont
vernement pour instruire sa politique
e sa politique de d~veloppement tout court,
le Tourisme 6tant retenu
depuis la publication du
DSNCRP (Document de
Strat6 gie National pour la
Croissance et la R~duction de
la PauvretC) comme vecteur
B prioritaire de d~veloppement.


Je vous pr~sente mes compliments et vous remercie la revision du Plal
pour l'excellente collaboration que les m~dias que vous dirigez affectueusement I
entretiennent avec notre secteur Tourisme en pleine emergence, est inscrite pour
raison pour laquelle nous sommes toujours attentifs g vos faisons tenir, par
informations et apportons chaque fois que n~cessaire les dispose le Gou
complements d'informations qui s'imposent. Touristique, voir




s~ ~Reach Furter And Faser with Amenjet











Nous sommes ."- -j -
apiecialisees dans... ---,.

Produts p~rlsasblee. Effte r


personnets, Produlta
exploath, Toutes dimene~one


TO UR IS M E


Al ETV
Dear; to Door ~Service


s i available


S1-800-927-6059
on envoyezpr nous un e-maIl: rlaper-m




Mercredi 13 Janvier 2010
Haitienl~arche *VolXXIII No51


Page 9


%"
I~~


CX *..


~IIL~


1


;~ c'u


CP~?'"~~


er
r,
'3r


:~c\'CI


~os


c~-~ ~LT


Ir~J~
rlL ~I


6''~ rI t;

IL,






_ IILYCIVIIIILIIVIIV IVIIY


Ici, ne sont pas mentionndes les joutes municipales et La perspective de mise en place d'un tel proj et parait
locales, qui devraient 6galement se tenir avant la fin de 2010. d'autant plus difficile que la r~alit6 haltienne de ces deux
Les enjeux sont trbs important, tel que le montre la dernibres d~cennies montre g quel point les processus
bataille politique qui s'est initide depuis quelques mois en Haiti. 61ectoraux bouleversent g~ndralement les experiences
organisationnelles dans divers
milieux.
MIAMICADELa situation actuelle
~ i~i~de grande fragility des institu-
tions hai'tiennes est suscep-
YAP CHECHE DE APLIKAN POU KOMITE SOU REVIZYONtildecmiqrls aps
BENEFITS AK KONPANSASYON KONTE MIAMI-DADE LA AI venir. Ilsuffitdevoircomment
Konte Miami-Dade ap etabli yon Komite nef manm sou Revizyon Benefis ak Konpansasyon ki pral mennen IIen 2009 les probl~mes
de evalyasyon konple epi detaye sou reglemantasyon seksyon pesone1 li a ki anplas la epi devlope de I institutionnels ont affect la
reglemantasyon ki va jere kwasans fr ili yo pi byen pandan lap kontinye mete anplas de sale ak benefits IIsituation politique, faisant
konpetitif. Manm yo va sevi nan komite a antanke volonte san peman pou yon tem de twazan epi rasanble passer parfois en second plan
an reyinyon pa mwenske kat fwa pa an. des efforts pour relancer
Se pou aplikan kalifye yo rezide nan Konte Miami-Dade epi se pou yo de repitasyon enteg ak fyete sivik, II '6conomie dans un context
entegrite, responsab ak konpetans nan biznis oswa pwofesyonalis, epitou se pou yo pa genyen okenn IIsocial p~riodiquementrolatil.
entered finansye, dirk ou endirek, nan konpansasyon ke yo peye anplwaye yo nan Konte an. Manm yo nan IIDans le r~troviseur
Komite sa a fit pou yo ta reprezante tout asp8 kominote a anjeneral epi se pou yo demontre yon ekspitiz IID~s le d~but de
nan zafe seksyon pesonel, plan bganizasyon8l, jesyon piblik, ou sekte ki gen rapb ak zafe sa yo. Yon KonsBy l'annde 2009, des 61ections
Responsab Nominasyon va rekbmande kandida yo bay Asanble KomisyonB Konte an pou nominasyon. s~natoriales diff~rdes sont
Aplikasyon yo disponib nan biwo ekzekitif Konte an "County Executive Office, 1 11 NW 1st Street, Suite convoqu~es pourle l9 avril afin
2910", oswa sou entenet nan www.miamidade.gov. Tout aplikasyon fet pou reseywa pa Diane Collins, IIde renouveler le tiers de la
Acting Division Chief, Clerk of the Board, nan 111 NW 1st Street, Suite 17-202, Miami Florid, 33128. chambre haute (10
Nou kapab imel aplikasyon yo nan ~c~mmlerbegmamda! o oswa fakse li nan (305) 375-2484. Se parlementaires) et remplir 2
responsabilite aplikan an pou li asire resepsyon elektwonik aplikasyon an, li va jis rele Grefye Asanble an autres sieges vacants au niveau
nan (305) 375-1652. Pou plis enfbmasyon sou pwosesis aplikasyon an, tanpri rele Ms. Linda Weber (305) des d~partements du Nord-est
375-2670.et de l'Artibonite (Nord). Un
Yap fe rechech bakgrawonn sou tout aplikan ki chwazi pou ale nan entevyou. Depi yo chwazi yon second tour est prdru pour le 7
moun, li va egzijib pou manm Komite sa a soumet fom pou devwale eta finansye yo. mun.


HaitienMaMercredill3 ancier20


Page 10


PORT-AU-PRINCE, 10 Janvier Les Etats-Unis sont
traverses par une vdritable paranoia depuis l'attentat manqu6
du 25 d~cembre quand un jeune Nig~rian essaya de faire
exploser une bombe sur le vol Amsterdam-Detroit (USA).
Contrbles renforc~s g tous les a~roports sur les vols
g destination des Etats-Unis. A la bonne heure, cela a permis
de d~couvrir g l'adroport international de Port-
au-Prince au moins deux passeurs de drogue
g destination de l'Amdrique du nord.
Il se r~dvle que les renseignements
am~ricains disposaient des informations pour
empicher l'embarquement du suspect mais
que le message n'a pas circuld entire toutes
les agencies.
Aprbs une reunion au sommet la
semaine demnibre, le president Barak Obama a
rdv616 que les renseignements am~ricains ont
commis une 6norme bourde mais que la faute
ne peut Ctre impute ni A une personnel ni g un
servlice enparticulier.
Done ce serait une faiblesse
structurelle. Le syst~me mis en place au
lendemain des attentats du 11 septembre 2001
n'est toujours pas totalement fonctionnel.
Le president Obama en vient mime A
parler de certaines m~sinterpr~tations dues A
des causes aussi b~nignes que des fautes
d'orthographe.

Adversaires appartenant a
d'autres cultures ...
Les renseignements am~ricains
souffriraient done entire autres d'une carence
de personnel de quality. Surtout lorsqu'on est
confront g des adversaires appartenant A
d'autres cultures, d'autres philosophies de la vie.
Ces derniers mois, la CIA avait plac6 une announce
dans les m~dias pour essayer de recruter des cadres dans le
milieu musulman aux Etats-Unis. Ca ne semble pas avoir march
trbs fort.
Cependant par-del8 toutes ces explications tech-
niques, il reste que la mime situation se pose presque
immanquablement lorsqu'une administration replace une
autre g Washington surtout lorsque la pr~c~dente a aussi
profond~ment marque les institutions que l'a 6td
Administration Bush.


Totale harmonie vers un obj ectif commun

Sans oser trop nous avancer dans l'interpr~tation
des 6Y~nements actuels, ils nous rappellent l'embarras oix
s' 6tait retrouv~e l'administration Clinton apris l'intervention
de forces amdricaines en 1993 en Somalie pour mettre fin au


acc~dant g la pr~sidence de la plus grande puissance mondiale,
il faut ajouter : une administration nouvelle, outre succ~dant g
une autre dont l'approche iddologique 6tait sensiblement
diff~rente, celle de George W. Bush) c'est comment s'assurer
la cooperation parfaite des services de renseignements qui de
tout temps, et par la force des choses, constituent une sorte
d'Etat dans l'Etat (g la limited la Centrale Intel-
ligence Agency commundment appel~e CIA
pourrait mime investiguer un president des
.Etats-Unis sans que ce demnier le sache).
Tout comme le president Clinton qui
avait vainement essays de mettre g la tite de
la central un homme g lui, Mr Anthony Lakes,
il n'est pas sur que Obama ait rdussi gy placer
la personnel qu'il destinait rdellement g ce
poste.


L'exp~rience d'Haditi (1991-
1996) ...
On se sourient de l'implication
profonde de laCIA dans le coup d'6tat militaire
qui renversa le president Aristide en 1991. Les
fameux dossiers de f organisation paramilitaire
FRAPH en disent long.
C'6tait sous l'administration de Bush
pbre.
Certains disent que Clinton organisa
I'op~ration 'Restore Democracy' en Hai'ti
(1994) pour corriger l'Cchec somalien qu'on
vient de voir plus haut.
II dut pour cela lutter contre les
resistances de la CIA et de la branch
correspondante des forces armies des Etats-
Unis.
D'ailleurs c est sous leur pression


,ejeune nigdrian de 23 ans accused d 'avoir tent de faire exploser
le vol 4msterdam-Detroit le 25 dicembre 2009


chaos provoqu6 par les chefs de guerre.
Les soldats am~ricains tombbrent dans une
embuscade. Dix huit perdirent la vie et leurs cadavres furent
trains par la foule devant les cameras de la t616vision.
L'une des conclusions qu'on en tira est que les
renseignements amdricains n'avaient pas fonctionn6 comme
ils devaient, c'est g dire dans un ensemble parfait, en total
harmonie vers un objectif commun.

Une sorte d'Etat dans I'Etat ...
Le principal probl~me pour une nouvelle administra-
tion (et dans le cas de Mr. Obama, premier afro-amdricain


que Washington fut forc6 de mettre fin plus tit que prdru g
cette premiere intervention international en Haiti.
Puis pour revenir g peine 8 ans plus tard.
Nous sommes stirs que le president Obama n'a pas
rendu publiques toutes les conclusions de cette 6Yaluation
d'ailleurs forc~ment trop brbve des renseignements entreprise
au lendemain de l'attentat manquC du 25 d~cembre 2009.
Une affaire donc g suirre. En esp~rant qu'il saura
6viter une catastrophe de la dimension de l'6chec somalien.
Ou pis encore, une d~bcle afghane.

Adlodie 103.3 F31 Port-au-Prince


Par Gotson Pierre


Les acteurs-trices politiques retiennent que le secteur qui
remportera les 16gislatives, pourra ent~riner ou rej eter le project
d'amendement constitutionnel introduit au parlement en 2009
par l'ex~cutif et d~terminer ainsi le profile institutionnel future du
pays.
De mime, ce secteur sera en bonne position pour les
prochaines pr~sidentielles ou~ la lutte risque d'Ctre acham~e
entire les partisans de la << continuity >> et ceux d'une certain <<
rupture >>. alors qu'aucun project politique altemnatif unitaire
fond sur les vdritables int~rats populaires (exprim~s A travers
des revendications vielles de 24 ans d~ji) ne semble poindre A
I'horizon.


33 parties politiques se font enregistrer au Conseil
Electoral Provisoire (CEP) pour prendre part g ces 61ections,
dont la Plate-forme Espoir (au pouvoir), deuxbranches de Famille
Laralas de l'ex-pr~sident Jean Bertrand Aristide, la Fusion des
Sociaux-d~mocrates et l'Organisation du Peuple en Lutte (OPL).
Mais le CEP rejette l'ensemble des candidates de Famille
Lavalas, malgrC les preoccupations exprimdes par la
communaut6 international, particulibrement les Etats-Unis.
La mime decision est prise a propos de plusieurs
autres inscrits qui ont suscit6 des remous, comme l'ancien haut
grad6 de la police et dirigeant du movement rebelle qui a pris
les armes contre Aristide en 2004, Guy Philippe.
Le premier tour du 19 arril est marque par une faible
participation (11%) dans l'ensemble des regions de Haiti et le
CEP se voit contraint de suspendre les operations dans le Pla-
teau Central (Est) g cause des actes de violence qui affectent la
joumb~e 61ectorale. Des observateurs rapportent de nombreuses
irr~gularit~s dans plusieurs autres endroits.
Le parti offieiel Espoir (LESPWA) sort vainqueur de
ces competitions, dont le second tour est effectuC le 21 juin
dans 9 d~partements (sauf le Plateau Central). Il gagne six des
onze sieges g pourroir, passant ainsi g 13 s~nateurs sur 29,
avec des possibilities d'alliance pouvant lui assurer une majority.
Entretemps, des disaccords entire les membres du CEP
favorisent des changements opr~s par le president Rend Prdval
au sein de l'institution 61ectorale, malgr6 des critiques et la non
participation de quelques secteurs politiques.
Un CEP remaniC, comptant 4 nouveaux membres sur
9, est officiellement annonc6 le 19 octobre. Ildoit organiser des
61ectionsl1Cgislatives en frier et mars 2010 pour renouveler
un tiers du s~nat et la totality de la chambre des d~put~s.
Au s~nat, les nouveaux 61us sont valid~s en
septembre et d~s ce moment, dominant le parlement, le secteur
au pouroir lance sa machine. Les deux chambres regoivent le
project pr~sidentiel d'introduire des changements dans la con-
stitution.
En octobre, le s~nat interpelle la premiere ministry
Michble Pierre-Louis qui ne se pr~sente pas. Elle est destitute
et remplac~e par son ministry de la planification, Jean Max
Bellerive.
Le processus, qui fait intervenir la pr~sidence et le
parlement, dure 12 jours. Un record. Le vide gouvemnemental
(POLITIQUE/ p. 13)


P-au-P., 5 jany. 2010 [AlterPresse] --- L annde 2010 qui
s'ouvre revit une importance crucial pour Haiti du point de
vue politique, alors que le pays vient de connaitre (ou se trouve
encore dans) une p~riode caract~ris~e par des difficulties
institutionnelles de taille.
2010 se r~dvle une annde 61ectorale et de r~forme
constitutionnelle. Le people aura g se rendre aux umnes en
plusieurs occasions, notamment pour le renouvellement du
parlement (en f6Yrier) et 61ire un nouveau chef de l'6tat g la fin
de l'ann~e.


ACTUALITE TERRORISME


L'ATTENTAT MIANQUE DE LA NOEL



Obamna nous a-t-il tout dit ?


IIAITI POLITIQUE


A l'aube d'une annie politique cruciale





Mercredi 13 Janvier 2010
HaltienMarche *VolXXIII *No51


10 d~partements d'Ctudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Execution de Proj et
Economic et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
Gouvernance

Dipl~me en :
Informatique de Gestion
Relations mubliques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
4ngle Delmas 75 et hIpasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Har'ti, WI.

www. cfdehzaiti. com
Par courriel: 4dininistration@i~CDFEHaiti. coni
GBrunet@i~CFDEHaiti. coni

Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575



VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwv, Miami, Florida 3 3161
Phone: (305) 891-2225
Fa\!; 1** s,01-2559
Cell (786) 285-0384


PSYeitS, VOus qui MBvezd Uvni 8Villn9 GauI90vos enF80tS,
COniezlaZ SS u CMP

ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAMMES

LICENCE EN:
Marketing :4 as
Sciences Comptables :4 ane
GestbndesAflaire :4ans
Sciencaslnfanutliques :4ans
Mareleg Management :2ans
Sea~Btarial bureautique :2 ans
GestiollnFance -Marketing : 1 ao 2 ans
Com M~Ii inomides~ : i n
Assislance Amblestrative : 1 a
Infounetiue cycle court : 5o hoummol~n,
ITEssentials(CISCO) :70llelle5

Pour loutes infornations supplmenlaimes:

Teb.:2!513-8361, 3730-2485, 2246-22499




KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673

Publicitis: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


SANTE


Les seropositifs peuvent A nouveau sbjourner aux USA
Obama l'avait annonc~e en octobre et la measure est (Onusida) ont salu6 la lev~e officielle des restrictions gl'entr~e les personnel contamindes par le VIH 6tait au coeur de notre
entire en vigueur lundi 4 janvier. Les Etats-Unis ne restreignent aux Etats-Unis des personnel contamindes par le virus du mission depuis notre foundation en 1994', a-t-elle expliquC.
d~sormais plus l'acc~s g leur territoire aux personnel sida. L' Onusida a f61icit6 'les Etats-Unis pour la mise en place L'organisation Human Rights Campaign (HRC), qui
contamindes par le virus du sida. Cette measure avait 6tC prise de cette r~glementation definitive qui 16ve les restrictions g defend les droits des homosexuals, s'est 6galement r~jouie de
en 1987, quatre anndes aprbs la d~couverte du virus. Jusqu'g l'entr~e du pays, permettant g des voyageurs vivant avec le la measure. 'Aujourd'hui, un triste chapitre dans la rdponse de
present, les personnel s~ropositives pouraient obtenir un VIH d'entrer librement aux Etats-Unis g partir de ce jour'. notre pays aux personnel vivant avec le VIH est enfin clos et
visa de sdjour de trente jours, ce qui les empichait toutefois L'association Immigration Equality s'est d~clar~e notre pays s'en porte mieux', a indiquC le president d'HRC,
d'effectuer un s~jour d'6tudes ou de travail. 'trbs satisfaite de voir enfin la fin de cette politique blessante Joe Solmonese. 'Cette politique mise en place ily a presque 20
Les associations de defense des droits de l'homme de discrimination', a d~clard Victoria Neilson, sa directrice ans n'6tait pas n~cessaire et 6tait inefficace', a-t-il ajout6 dans
ainsi que le Programme commun des Nations unies sur le sida juridique. 'Se d~barrasser de l'interdiction de voyager pour un communiquC.



Quels sont les risques propres A une grossesse tardive ?


Page 11


Telephones : 566-5361
401-7108 / 514-0304
lemanoloinnamac.com

Initerniet (liiSponible
p~ourl les clients


Le Manolo o TInn
DA-NS LES NIPPES
* 1)c Ll~llulsoeei de pI'lace
* ( I.Illllitler 1bill COIlIantI .11 00
.Ill Cflllillnalllic ft \1.llC (10
)HIFI Hi)ll ll[C,,, F~pir
'.e au * Le Palais de Sudre
Dartiguenave a Anse a
Veau
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17sme
siacle...


Evens H~ilaire


Info (954) 559-7729


Si l'Age moyen de la premiere maternity en France est
aujourd'hui de 29,9 ans, 3% des femmes qui accouchent ont
plus de 40 ans. C'est partir de cet Age que les sp~cialistes
parent de grossesse tardive. Et dans leur esprit, ce qualificatif
est bien souvent synonyme de compliquC. Au-delB de 40 ans.
les complications lies g la grossesse sont en effet plus
fr~quentes.
En premier lieu, I'incidence des fausses couches
prdcoces augmente avec l'Age: elle est de 33,8% g 40 ans contre
11,7% g 30 et 34 ans. Le risque d'anomalie chromosomique
s'616ve 6galement : il passe ainsi de 1,6% g 38 ans, g 2,2% g 40


ans, puis 4% g 42 ans.
La future maman enfin, est 6galement expose g tout
un ensemble de complications sp~cifiques :
diab~te gestationnel:
hypertension artdrielle :
dysfonctionnements thvroi'diens :
troubles cardiaques :
m~trorragies (des h~morragies d'origine uterine) lors
du 36me trimestre.
MalgrC les progrbs r~cents r~alis~s dans la prise en
charge obst~tricale, la proportion d'enfants morts-nds


augmente aussi avec l'Age de la maman : elle est de 0,8% g 30-
34 ans, de 1,6% g 40-44 ans et de 4,1% g 45 ans et plus. Le
risque de mettre au monde un enfant primatur6 est aussi plus
61ev6 g 40 ans qu'g 30.
Au-delB des dangers pour la sant6 encourus pour la
sant6 de la mbre (ou de l'enfant), le risque majeur serait
finalement... de ne pas avoir d'enfant. Ilfaut avoir g l'esprit en
effet, que seulement un tiers des femmes de 40 ans qui
souhaitent enfanter y parviennent.






_ IILYCIVIIIILIIVIIV IVIIY


O PA-LOCKA CO MM U NITY D EVE LOP M ENT

CORPO RAT ION


OPA-LOCKA COMMUNITY DEVELOPMENT CORPORATION
(OLCDC) in association with Miami Dade Housing Agency offers Housing Counseling
Services for low to moderate income families. Services include; 1st Time Homebuyers
Purchasing Assistance includes Down payment and closing cost subsidies, Low interest
Rehab Loans Home Rehab Loans, Credit Repair & Budget Counseling, and Foreclosure
Prevention Assistance. HOMEBUYER EDUCATION CLASS For more information
you may contact us at (305) 687-3545 ext. 236, visit our website www.oledc.org or stop
by our office at 490 Opa-locka Blvd., Ste 20, Opa-locka, FL 33054. OL CDC is an
Equal Housing Lender and a HUD Approved Housing Counse~lng~ Agency


Mercredi 13 Janvier 2010
Haiti en Marche Vol XXIII No 51


Page 12


analyst le mode de fonctionnement en Haiti, je crois pouvoir
dire que le raccourci est le proc~d6 mental par lequel l'Haitien
se procure un mode d'adaptation g la r~alit6 haltienne. C'est
ce qui permet de dire de la diaspora qu'elle ne connait pas la
r~alit6 du pays. C'est ce qui apu nuire, par example, au candidate
malheureux g la Primature, auquel on reprochait de ne pas
connaitre la r~alit6 du pays. Il ne connaissait pas les raccourcis
d'apris moi. II d~clara alors que les << forces vives de la
corruption >> 6taient la cause de son 6chec. Le pauvre !
Pour continue notre raisonnement, il faut dire que le
raccourci permet g l'Hai'tien de survive sans avoir g se
prdoccuper d'autrui. II lui permet de << cr~er >> ou de << recrder >>
son propre universe. On lutte, non pas pour le pays mais pour
soi-mime. On ne cherche que des solutions individuelles aux
probl~mes communs. Pour lutter contre les crevasses dans les
rues : 4x4. Pour lutter contre le black-out g~ndralis6 : l'inverter
et le group 61ectrog~ne, et ainsi de suite.
Le deuxibme terme auquel j'ai pensC, c'est l'amour.
Trop d'amour nuit dit-on. Et tout Haitien pretend << AIMER >>
HaIti. Un peu. Beaucoup. Passionndment. A la folie.
Paradoxalement, nous pr~tendons << aimer >> un pays que nous
laissons s'enliser dans la corruption, dans l'indigence
environnementale, dans la misbre, intellectuelle, 6conomique.
A la fois que nous recherchons notre bien-8tre personnel,
notre prosp~rit6 individuelle, nous provoquons la misbre et le
malheur collectifs. Nous participons au malheur du pays. Peut-
Ctre devra-t-on apprendre g << ai m er Haiti >> autrement?
Honnatement. Peut-Ctre faudra-t-il 6viter les raccourcis qui
n'indiquent pas toujours le meilleur chemin, et prendre son
temps pour aimer rdellement ce pays. Pour le pays, pour les
Ancetres et pour nous-mimes, osons Oui, mais OSONS-
AIMER-HAITI-DIFE:REMMENT.
Oscar Germain
germanor2005@.yahoo~fr
Janvier 2010


<< Le chemin le plus court est toujours le plus semd
d'embrztches >>

Le trottoir, chers amis lecteurs, dans tous les pays
du monde, c'est cet space de la voie publique, r~serv6 g la
circulation pi~tonne. Dans certain pays, dans certaines villes
plut~t, il arrive g occuper plus des deux tiers de l'espace de
rue. C'est le cas par example, des << Ramblas >>, g Barcelone.
Dans d'autres spaces urbains, on reserve toute la rue aux
pi~tons. Toute la rue est << trottoir >> et pas un marchand ne
l'occupe. Toute la rue est << trottoir >> et pas un voisin n'y
diverse ses immondices. Ce sont les << allies pi~tonnes >> de
certaines villes, europ~ennes. J'imagine qu'avec le changement
climatique et le richauffement de la Planate, de plus en plus de
villes, s~rieuses, auront tendance g restreindre la circulation
automobile, surtout au centre-ville, et A privil~gier la circulation
pi~tonne. Le transport public, efficient, planifiC, est done une
option incontoumnable.
Enfin, chores amies lectrices, chers amis lecteurs, dans
notre chbre ville port-au-princienne, jadis princibre, aujourd'hui
d61aiss~e pour ne pas dire autre chose, les responsables du
TPTC (lire Travaux Publics Transports et Communications)
ont voulu resituer le trottoir dans son cadre natural forgant les
propri~taires de maisons, avides d'espace additionnel, g le
restituer g son bon usage en rendant g la rue ce qui 6tait g la
rue. Le message << g d~molir >> ou le << g d~placer x metres >>
6tait le moyen choisi pour indiquer l'espace occupy de fagon
<< all~gale >> par les << fautifs >>. Par consequent, des maisons
ont 6tC perches, troudes, d~molies. Des murs, parfois plus
61ev~s que ceux du<< P~nitencier National >> ont 6tC saccag~s,
d~truits, rendus poussibre. << On sent encore l'odeur de fumbe
dans la ville >>. De beaux et large trottoirs devaient occuper
ces spaces, pour le plaisir des pi~tons. Je me voyais alors,
chers amis, g circuler sur ces beaux et large trottoirs, sans
avoir g risquer ma vie dans cette lutte in~gale contre les << Tap-
Tap >>, les << Camions de sable >> et les << Taxi-Motos >>.


HPN, le 8 janvier 20 10 L' ambassadeur amdricain en
Haiti, M. Kenneth Merten, a exprim6 des sentiments de joie et
de fiert6 lors de l'inauguration d'un nouveau bitiment A
l'Institut Haitiano-Amdricain au Champ de mars en plein coeur
de la capital haltienne.
Au course de la c~r~monie d'inauguration qui s'est
d~roulde le 7 janvier 2010, les responsables de l'6tablissement
ont fait savoir que l'objectifyis6 est d'encourager les changes
et les activities culturelles entire intellectuals hai'tiens et


amricains.
Pour l'ambassadeur amdricain, cette initiative est le
t~moignage de l'engagement des Etats-Unis vis-g-vis d'Haiti,
pas seulement sur le plan cultural, mais dans diff~rents
domaines. Il s'est dit fier d'avoir pris part g cette cdr~monie
inaugural du fait que les liens culturels entire Haiti et son
pays sont trbs forts.
La premiere pierre de l'Institut Haitiano-Am~ricain a
6tC pose en 1942, sous la pr~sidence d'Elie Lescot. L'auteur


et 6crivain Jean Price Mars a 6tC le premier president du conseil
des directeurs. L'id~e premiere de la foundation de ce centre
6tait d~ji d'encourager les rencontres entire intellectuals
haltiens et strangers.
De 1942 g aujourd'hui, 200.000 personnel ont appris
l'anglais dans ce centre, selon les archives de l'Institut.
Actuellement plus de 3.000 6tudiants d~filent dans les sales
de course chaque se maine pour s'approprier la langue de
Shakespeare. JM~B/HPN


le 4 janvier 2010 Un exploit qui a change la face du
monde, une histoire qui continue d'Ctre aujourd'hui encore
une source d'inspiration pour plus d'un, ainsi la Secr~taire
d'Etat amdricaine d~signe-t-elle la geste de 1804 dans un
message adress6 le ler janvier 2010.
Dans un message public sur le site Internet du
d~partement d'Etat, la Secr~taire d'Etat ambricaine, Hillary
Rodham Clinton, a saluC dans l'Ind~pendance d'Hai'ti un
exploit qui a change la face du monde, une histoire qui continue
d'Ctre aujourd'hui encore une source d'inspiration pour plus
d'un.
Dans ce message, Mme Clinton a adress6 des voeux


de paix et de prosp~rit6 g Haiti g l'occasion de son 206eme
anniversaire d'ind~pendance, le ler janvier 2010.
Cette date, indique-t-elle, 6tait une occasion
d'honorer l'histoire et l'hdritage d'Haiti et de penser aux
h~ros qui ont contribu6 g la foundation de la nation haltienne.
La Secr~taire d'Etat a tenu g honorer, dans son
message, non seulement les fondateurs de la premiere
R~publique noire Toussaint Louverture, Jean Jacques
Dessalines et Alexandre P~tion mais aussi tous les hommes
et toutes les femmes qui ont luttC en faveur de leurs droits
de vivre libre et de la liberty pour les g~ndrations futures.
<< L' exploit qu' ils ont accompli a change la face du


monde et leur histoire continue d'Ctre aujourd'hui encore une
source d'inspiration pour plus d'un>>, 6crit Mme Clinton qui a
6galement saluC l'apport des Haitiano-amdricains g la culture
et g la prosp~rit6 des Etats-Unis.
Plusieurs compatriotes font parties de l'administration
Obama comme Patrick Gaspard, g la direction du Bureau des
Affaires politiques de la Maison Blanche, ou Patrick
Corvington, directeur du service civique des Etats-Unis.
Le demnier en date est Andrd Birotte Jr, inspecteur
g~ndral de la Police de Los Angeles (LAPD), nomm6 fin 2009
procureur du district central de Califomnie, par le president
Obama. Il sera le premier Noir g ce poste. JJ/HPN


Port-au-Prince le 3 janvier A la fi
2010 AHP- Des hommes d'affaires
haltiens et dominicains vont se r~unir g la fin du mois de Janvier
2010 pour acc616rer l'agenda de comp~titivit6 et le
d~veloppement durable dans les deux pays, envertu de l'accord
de partenariat Cconomique CARIFORUM-Union europ~enne,
APE.
Les hommes d'affaires des deux pays ont convenu de
se rdunir sans la presence de repr~sentants des deux
gouvemnements car leurs intCrets sont ax~s sur le commerce et


~2010 2010, vise ggalement g stimuler la
comp~titivite et le d~veloppement
6conomique bilateral.
Au course de cette reunion, seront d~battues entire
autres des questions relatives au cadre juridique r~glementaire,
les opportunities d'affaires et l'examen des conclusions des
etudes sur les entreprises.
Haiti est l'un des principaux partenaires commerciaux
de la R~publique dominicaine, en raison entire autres de leurs
frontibres terrestres.
Par ailleurs, la F~d~ration des Chambres de Commerce
(Fedocamaras) a plaid en faveur de la reactivation de la com-
mission mixte hatiano dominicaine.
La Fedocamaras prdconise que les relations entire les
deux pays soient fondues sur des principles favorisant le
d~veloppement harmonieux d'Hai'ti et de la R~publique
Dominicaine.
Que l'annde 2010 soit celle de la reactivation de la
commission mixte bilat~rale, tel est le souhait de la Fedocamaras.
Le president du conseil d'administration de la
Fedocamaras, Oliviero Espaillat, a, dans un communiquC, dit
esp~rer qu'en 2010 1es deux pays utilisent la commission mixte
bilaterale pour border des questions fondamentales qui
concernment les deux peuples, notamment dans les domaines
des Cchanges commerciaux.
Les deux pays peuvent ensemble tirer profit de
l'Accord de Partenariat Economique (APE) avec l'Union
Europ~enne, dit-il dans ce communiquC, ajoutant qu'Haiti et la
R~publique Dominicaine doivent penser g Ctendre leurs rela-
tions commercials.


n du mois de Janvier
le d~veloppement 6conomique, ind~pendamment des ques-
tions diplomatiques
La rencontre vise entire autres g identifier les obstacles
A l'investissement en R~publique Dominicaine eten Hati, pour
ensuite formuler des recommendations et propositions qui vont
contribuer g court et g moyen terme g augmenter les
opportunities d'affaires.
Cette reunion, prdvue pour les 28, 29 et 30 janvier


L~IBRIE PIET\I~SIER.


Trottoir '
Malheureusement, chers amis, I'avidit6 du secteur informel a
foutu en l'air tous mes espoirs. Ce secteur, toujours en quite
d'espace et occupant toujours tout l'espace qui lui est offert,
a encore d~vord << l'espace piston >. L'autre jour, longeant
l'une de ces rues, r~am~nag~es, je suis rest, bouche b~e,
bouche b~ante de pr~f~rence, g contempler le comportement
vorace d'une << grappe de marchandes >>. J'ai cru lire, sur leur
visage, I'expression de leur victoire, d'une victoire 6crasante,
sur l'urbanit6, sur les revenues citoyennes, sur la vie en soci~td.
J'ai cru d~celer les terms d'un raisonnement qui m'a fait pilir.
Elles semblaient dire :
Le trottoir appartient g tous les Haitiens,
Or, je suis Haitien.
Donc, le trottoir m'appartient.
La deuxibme parties du raisonnement est encore plus coriace :
Si le trottoir m'appartient,
Je peux alors en faire un usage personnel.
Par consequent, il peut Ctre le si~ge de mon
petit commerce ou de ma banque de borlette.
Je peux y d~verser mes immondices, en faire
mon d~p~t, de fruits, de 16gumes, de ...
Incroyable, mais vrai. Mise en 6chec de toute tentative de
consolidation de la citoyennet6.
Chers amis, pour essayer de trouver une explication,
j'ai pens6 g deux terms diff~rents : le << raccourci >> et
<< l'amour >>. Commencons par le raccourci. Un raccourci,
d'apris les donneurs de sens, est un chemin, plus court que
les autres, indiquant la meilleure possibility et qui permet par
consequent de gagner du temps. Le raccourci peut ne pas Ctre
l'optimum. En esth~tique, disent encore ces << donneurs de
sens >>, le raccourci d~signe le proc~d6 qui consiste A
representer de manibre d~form~e un objet qui est vu en
perspective. Moi, qui ne suis qu'un simple observateur qui
essaie d'observer sans modifier l'objet observe, apris avoir


L'Institut Haitiano-Ambricain inaugure

un nouveau bitiment dans son local A Port-au-Prince


L'Ind~pendance d'Haaiti: <

la face du monde >>, selon Hillary Clinton


Hommes d'affaires halitiens et dominicains vont se r~unir








PROJECT VIVA RIO : BEL AIR VERT


Un seul papillon peut faire le printemps!


The Miami-Dade Board of County Commissioners, through the efforts of Commissioner
Barbara J. Jordan, has allocated $1.2 million for the rehabilitation of single-family home
in Opa-locka through the Opa-Locka Home Rehabilitation Program. Homeowner may
qualify for up to $30,000 to repair roofs, electrical and plumbing systems, replace
windows, doors, air conditioning units, flooring and kitchen and bathroom fixtures.

For more information on how to take advantage of this opportunity, contact the Opa-
Locka Community Development Corporation at (305) 687- 3545 extension 236 or you
may visit our office at 490 Opa-Locka Blvd. Suite 20, Opa-Locka, FL 33054.


(ST"7"lr P15E 2 Agypgcl flklfel"It...
Tgl: 305 757 4915


FADKIK J VARIE TY STORE

L. MAGCASINI PIOUR TOUTES LECS OCCASIONS.
Rdeeptlionr de patensen pourr Be~ll Sorsth. iP;L~, GAZ, CABIIE: TV,
8;1.5L MfOHILITY Off...&&'...
CUnnrR~loH ######&&###& ("flZ P~tts...




6 JOurS

par
semraine:

Sh30 amr



7h30 pm ( Sjf i


PIeriurns
'"""~ a 'ccr m~


(... suite de la page 10)
laiss6 par la destitution du premier ministry Jacques Edouard
Alexis en 2008 s'6tait 6tendu sur prbs de 6 mois.
La communaut6 international, un instant inqui~te,
exprime sa satisfaction de voir Haiti 6chapper g de nouvelles
tourmentes politiques. Suivant les reactions diffuses, elle avait
peur que le spectre de << l'instabilit6 >> vienne bousiller des
efforts entrepris pour changer quelque peu l'image international
d'Hai'ti, stimuler la creation d'emplois en attirant des
investissements strangers.
C'est ainsi que l'ex-pr~sident amdricain, William
Clinton est nomm6 en arril envoyd special de l'ONU pour Haiti.
Des secteurs consid~rent Clinton comme un<< avocat intemna-
tional >> pour le pays, tandis que d'autres appr~hendent un
Crentuel enforcement du proj et ndolib~ral avec, g long terme,
des consequences socio-6conomiques 6normes.
En tant qu'envoyd special de l'ONU, Clinton effectue
2 visits en Hai'ti, g cot6 de celle d'autres importantes
personnalit~s internationals, comme la gouvemneure g~ndrale
du Canada, Michaelle Jean (d'origine haltienne), le Secr~taire
G~ndral des Nations Unies, Ban Ki Moon, la secretaire d'Etat
am~ricaine Hillary Rodham Clinton et le commissaire europ~en
au d~veloppement, Louis Michel.
Lors de sa deuxibme visit, en septembre, Clinton se


Petition a signer en urgence
contre la scandaleuse

liquidation de la TC14co
(TELECO... suite de la page 6)
des services suffisants et de quality g l'ensemble de la popu-
lation haltienne:
Conscients de la n~cessit6 historique pour les
citoyennes et citoyens de se mettre ensemble, d'une part pour
faire 6chec au project 6conomique diabolique en course et d'autre
part, pour crder les conditions de l'6mergence d'une soci~t6
just et equitable.
Les citovennes, citovens, Institutions et
Organizations signataires de la pr~sente soumettent A
l'appr~ciation des honorables S~nateurs de la R~publique les
suivantes recommendations :

attribution osotit tidoe11elesp li cnrns, io aedxige de
autorit~s l'arrat d~finitif du processus global de privatization
et enparticulier celui de laTELECO.
2- Les honorables Senateurs doivent entreprendre
des demarches politiques et 16gales visant g faire revenir la
Minoterie et la Cimenterie d'Haiti dans le domaine public de
I'Etat Haitien. ,
1- Les Senateurs doivent utiliser leur levier de contrble
et de pression politique pour forcer le pouroir ex~cutif g
adopter une orientation 6conomique humaniste, toumb~e vers
le bien Ctre du people haltien et le progrbs 6conomique en lieu
et place de solutions qui s'apparentent d'avantage g des
strategies d auto-protection pour certain acteurs.


Mblodiee Matin
Sur



ilodie
103.3 f



www. radiomzelodieh aiti com


t Ir ndMar *e 10 III* No51


Pagel13


Ce 'bio-gaz' permet de cuisiner, de se baigner dans
I'eau chaude. Une heure par jour. La mise en place de tout le
syst~me acoat $ 7.000,00. Une bagatelle gcit~ de l'importance
d'un tel project. Et autre point int~ressant, ce sont des ouvriers
haltiens de la zone qui ont travaill6 g son installation et qui
sont aussi aujourd'hui g mime de la reproduire ailleurs.
D~ji le project fait cole et d'autres endroits ont
demand g Viva Rio de venir construire ces toilettes <<
miraculeuses >> dans leur enceinte. La prochaine tape va Ctre
l'Acad~mie de football oid le mime systbme va Ctre install.
Que d'argent pourra-t-on 6conomiser avec un tel syst~me qui
permet de devenir auto suffisant. Que d'arbres resteraient en
vie avec l'utilisation de ce gaz Un trait serait peut-6tre tird sur
le carbon de bois. Rien ne se perd avec Viva Rio.
D'immenses bassins sont constraits g l'arriare et les
canards y nagent avec d61ice. Mais pas n~cessaire de se
fatiguer pour leur trouver g manger. Ily a des algues plant~es


dans ces bassins dont nos canards se r~galent, laissant en paix
les tilapia (poissons) partageant le mime bassin. Mais les
poissons sont prudents. Aussi nous n'en avons apercu que
quelques uns.
Viva Rio est ouvert g tous ceux int~ress~s par cette
venture. Et sans exception. Plusieurs membres du project sont
en effet d' ex-membres de gangs. Ils travaillent auj ourd'hui. Et
ils en sont fiers, disent-ils. Ils travaillent dans la dignity,
touchent un salaire en devenant un 616ment productif de leur
communaut6.
Ce petit papillon que nous avons apercu butinant dans
l'une des fleurs 6panouies dans cet space oid il n'y avait au-
trefois que carcasses de voitures incendides est un signe cer-
tain que quelque chose est en train de se passer dans cette
zone.
E.E


(BELAIR... suite de la page 2)
Auj ourd' hui Viva Rio compete 1.000 boursiers.
Mais le project a encore d'autres aspects. Construc-
tion de toilettes publiques. Vingt en tout. D'un cit6 la range
pour les femmes et de l'autre celle pour les hommes. La jeune
fille des lavabos est 18 g l'entr~e assise derriere une table. Elle
vous done le paper hygi~nique et percoit l'argent. Une gourde
par personnel. Pour les moins de quatorze ans, c'est gratuit.
Done plus besoin d~sormais de faire ses besoins dans un sa-
chet plastic C'est l'un des aspects de la dignity retrouv~e. Et
comme rien ne se perd, les d~chets humans sont transforms
par osmose en gaz et l'eau des d~chets particulibrement riche
en azote et toutes sortes d'autres mindraux, est extraite et sert
g l'arrosage des plants.
C'est le gaz ainsi obtenu et dont nous avons vu la
flamme bleue, qui alimente la cuisine et le rseau Clectrique du
complex .


fait accompagner d'une centaine de personnalit~s lies aux
secteurs commerciaux et industries intemnationaux, en quite
d'opportunit~s d'investissements et de facilities d'exportation
aux Etats-Unis, dans le cadre des conditions sp~ciales
accord~es A Haiti A travers la loi amdricaine appel~e HOPE II.
Anticipant l'accroissement des investissements
strangers, le president Prdval invalide la loi vote en juin par le
Parlement pour augmenter le salaire minimumjournalier de moins
de 2 USD (70 gourdes) A 5 USD (200 gourdes).
Durant plusieurs semaines, les 6tudiants et les
secteurs sociaux protestent lors de manifestations 6maill~es
d'actes de violence. Pour la premiere fois depuis de nombreuses
anndes, des milliers d'ouvriers de la sous-traitance descen-
dent dans les rues. Un d~bat public se d~veloppe sur le sujet
qui occupe la premiere place dans l'actualit6.
Mais, en aoat, le Parlement vote en faveur des objec-
tions de Prdval en ratifiant une augmentation du salaire mini-
mum g3 dollars.
Que faire et comment faire ?
Alors que les secteurs sociaux garden un go~t amer
de certaines experiences de luttes conduites en 2009, les
politiques et les citoyens-ennes en g~ndral nourrissent un cer-
tain scepticisme sur ce qui pourrait se produire en Haiti au
course des mois A venir.
La creation d'un nouveau parti (Unitd) par le president


Prdval, qui ne peut plus se presenter aux 61ections (suivant
l'actuelle Constitution) suscite des interrogations, de mime
que les nouvelles alliances qui se nouent au plus haut sommet
du pouroir.
Une lecture du troisibme marriage de Prdval (en
d~cembre) pourrait amener g des considerations sur la position
de l'oligarchie dans les rapports de force qui se dessinent.
La soci~t6 haltienne sera-t-elle en measure de consolider
en 2010 sa quite de d~mocratie maintes fois torpill~e au course
des 25 demnibres anndes ?
Les dirigeants et responsables de parties politiques
sauront-ils 6valuer et prendre g bras le corps les d~fis qui
s'annoncent d'un cit6 comme de l'autre du pouroir ?
Les edifices de pouroir continueront-ils g
s'6chafauder sur le simple besoin d'Ctre en bonne position
pour continue g administer le systbme ndolib~ral dans sa ver-
sion tropical sous supervision militaire international ?
Comment les secteurs d~mocratiques pourront-ils
v~ritablement saisir l'opportunit6 d'initier la construction de
forces politiques unitaires capable de porter la cause populaire

VoilB des questions qui m~ritent un vrai d~bat, g
l'heure oid des int~rats tant nationaux qu'internationaux
prennent leurs marques, en perspective des chances
proc haines.


ENV IRONN EM ENT


HAITI POLITIQUE : A l'aube d'une annie politique crucial






_ IILYCIVIIIILIIVIIV IVIIY


SCRABBl.E
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pOur former un mot frangais










Solutions de la semaine passed
FINANCE


Solutions de la semaine passee

KABOULIS
ORATRICE
L AC S ~A L
I I U E E
NIL LA
SALAI ET
K~E~NIO N
I S S U E S E


I


Mercredi 13 Janvier 2010
Haiti en Marche Vol XXIII No 51


Page 14


SE DUI S


Solutions de la
semaine passe:

FO 0 TUS
FouTUs
FIOIUTES
BIOIUTES
B ROUTES
B RIUMES
BIAIUMES


Allez de SEDUIS a RALANT, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


RALANT


SPA YSBAS
Q ZL RTAVI
W NLMG DAN
NCOREEDU
ZXJO GUNS
Q EIBREST
Q HSAV YRA
CNSOFAMT
HANGLETE


D H DATE K
OR GGL VNR
EMARK OK L
SUDEUQIR
SPDVBQOS
CNE K XNAA
IL FNUL GA
LNRD GUNG


UBO
B MG
DLP
FAH
RGA
HUT
Y TT
FR G


EEAAZNQO
RYQZMMEP
OVI'DETB
QBRESILA
RUOFCHIL
IREGINJT
UVSUORAB
O GVRISPR
BLUWEWOE
IUSRFONV
TSFUULTJ


JIRUZNX
EOFETER
UFLKIOE
XAYLCNY
NJAPGVE
OTFAKRC
ICPW YMX
ISBBVLU
EDWAXES


XX
SH
GN
JS
MD
EM
ZE
DU


QCIVQCH


Trouvez les 32 pays participant a la coupe
du monde cette annee dans le carre ci-dessus


(...suite de lapage 2)


e' odse
1 03 .3 f as




Bon R~veil en musique

AM Pipirit Chantant
journal creole avec Louini Fontal

M~lodie Matmn avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses


d'assassinats par balles ont progress de 20 % par rapport g 2008. << Ils sont passes de 577
en 2008 g 729 >>. a-t-il inform.

CONSULATE US : PRENEZ DESORMAIS VOTRE RENDEZ-VOUS DE
DEMAND DE VISA DE SEJOUR TEMPORAIRE SUR INTERNET
L'Ambassade des Etats-Unis d'Am~rique en Haiti souhaite informer le public en g~ndral
qu'g partir du 1" janvier 2010, la Section Consulaire utilisera un nouveau systbme en ligne
pour les rendez-vous de demands de visas de sdjour temporaire (Visa de tourism) en vue
d'offrir plus de flexibility et permettre aux demandeurs de programmer leurs rendez-vous,
selon leur convenance. En remplissant la forme d application sur internet, les postulants
n'auront d~sormais qu'g cliquer sur un lien pour prendre en mime temps leur rendez-vous
avec le Consulat. Ce nouveau systbme, qui est disponible 24 heures par jour, leur permettra
Cgalement de changer ou d'annuler leur rendez-vous sur internet.
Le paiement des frais requis pour les demands de visas de sdjour temporaire se fera
toujours g travers les succursales de la Sogebank, toutefois Sogebank ne programmer plus
de rendez-vous g partir du 4 janvier 2010. Nous rappelons que le montant de ces frais est
d~sormais percu en gourdes et s'616vent g Cinq Mille Trois Cent Soixante et Onze Gourdes
(5.371.00 Gourdes). Veuillez noter que ces frais peuvent varier sans avis pr~alable.
Les postulants peuvent visiter le site internet de l'Ambassade g l'adresse suivante: http://
haiti.usembassy.gov/ pour plus d'informations en ce qui concemne les demands de rendez-
Yous sur internet avec le Consulat. Ils peuvent 6galement adresser leurs questions 9:
papniviistate. gov
L'Ambassade des Etats-Unis tient g remercier le public pour sa comprehension durant cette
transition.

UniversitC : Commimoration du 50e anniversaire de la mort d'Albert
Cam us
HPN, 5 janvier 2010 4 l'initiative d 'un group d 'dtudiants de l'Universiti d 'Etat d 'Hai'ti
(UEH), une sdrie d activistss se tiendra durant les deux prochaines semaines, a l 'Ecole
normal supdrieure, en vue de conunimorer le 50e anniversaire de la mort d'41bert
Camus.
Lance le mardi 4 janvier, g l'Ecole normal superieure, cette s~rie d'activit~s permettra g la
communaut6 universitaire de r~fl~chir sur l'ceuvre de l'auteur de << l'Etranger >>, mort le 4
janvier 1960, g la suite d'un terrible accident de voiture, g l'Age de 46 ans.
En vue de la commemoration du 50e anniversaire d'Albert Camus, des activities seront
organises durant deux semaines autour du th~me << Albert Camus, une Ame r~volt~e >>.
Conf~rences-d~bat, expositions de photo, causeries sont autant d'activit~s pr~vues durant
ces deux semaines pour comm~morer la mort de cet homme de lettres qui a su marquer son
temps.
Journalist et philosophy, Albert Camus est un Frangais nd en Alg~rie. II a recu le prix Nobel
de litt~rature en 1957.

Un impressionnant dispositif de s~curitC accueille Ray Kelly g Port-au-
Prince
Port-au-Prince, le 7 janvier(alertehaiti.ht)-Le responsible de la police de New York (Etats
Unis), Raymond Kelly, est arrive g Port-au-Prince le 7 janvier au milieu d'un impressionnant
dispositif de s~curit6.
Ancien responsible de la Force de Police Intemnationale en Haiti, d'Octobre 1994 g Mars
1995, et connu comme un grand ami d'Haiti pour y avoir effectuC de nombreuses visits,
Ray Kelly s'est dit ravi de constater que d'importants progrbs ont 6tC r~alis~s dans le
domaine de la s~curit6. Sa premiere visit a 6tC en effet g Cit6 Soleil, le plus vaste bidonville
du pays, rdput6 pendant de longues anndes comme une zone de non droit, thditre de
nombreux conflicts entire gangs rivaux.
Ancien officer du Corps des Marines Amdricains, policies de carribre, pressenti comme
directeur du FBI en 1993 (poste qu'il a refuse), Ray Kelly, 68 ans, qui est g son deuxibme
mandate comme responsible de la police de New York depuis 2002, est 6galement connu pour
son efficacity dans la lutte contre le terrorism.
A noter que cette visit intervient g un moment ou~ le president amdricain Barack Obama
envisage de profonds changements dans les services de renseignements am~ricains suite g
l'attentat rit6 du 25 d~cembre demnier qui a mis une fois de plus g nu de nombreuses
faiblesses du syst~me. Une visit g un moment oil les Etats Unis viennent de publier la liste
de 14 pays (Afghanistan, Alg~rie, Arabie Saoudite, Cuba, Iran, Irak, Liban, Lybie, Nig~ria,
Pakistan, Somalie, Soudan, Syrie, Yemen) considers g risque dans la lutte contre le
terrorism.
Raymond Kelly devrait lors de sa visit Ctre recu par le president Rend Prdval et rencontrer
les responsables de la s~curit6 du pays.
Une conference de press est pr~vue g la fin de la visit pour reprendre en details l'objectif
de cette tournde g Port-au-Prince.


5h00 -6h30

6h30-7h00


7h00-9h00


Nos Chroniques :
L'Editorial de Marcus .
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt~raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit~s duJour ,
M610die Matin chaque samedi est anmme
par Fbquibre Raphael


Le disque de l'Auditeur
animation James Pr~dvil

Le Midi
informations avec Laury Faustin

Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons franchises

Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captamn Bill

Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou

IV~lodie & Company
Ddveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart

Amor y Sabor con Luciani

Soir Informations

NOtre Grand Concert
Lun. & Mer. : L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael regoit ses invites

Cavaliers, prenez vos dames
( Samedi) 50 ans de succes populaires ha'itiens


10h-Midi


12:00- 12h30


12h30-2h00


2h00- 3h00


3h-5h pm



5hoo


5h 30 pm



7h-8h30

8h30-9hoo

9h00 10h30




9h00 et au delA


- 0





-. ..


c etiscaL a 5ggyi~~ ,/


LES JEUX


En Bref...






LILYCI VIIIILIIVIIV IVIIY-III I~ ~I -


boule, tounen sann. Li mouri kankannen. Dife pran nan youn
wye kay kraze kote li t ap dbmi. Gen youn 16t n~g k ap mache
ak 4 chen dbyb-1. Tout kote li f6, chen yo ap suiv li. Depi li
kanpe, chen yo kanpe osnon yo chita y'ap tann ni. K~ktan
mwen pa w6 msye; men chen yo toujou la. Kounye-a chen yo
tonbe f6 pitit. Pa etone si youn jou n'al nan Little Haiti epi
nou tonbe sou youn makbn chen kbpbpbz k'ap travise lari-a.
Yo mache ansanm 5-6 an liyn. Yo gade adwat, yo gade agbch,
depi yo pa wk machine ap vini, yo travise, san prese. Yo pa
jape. Yo pa mechan. Lb moidn ap manje si ou ba yo, yo pran-1
menyo pa p' vin kanpe ap gade-w tankou chen Ayiti yo. Se s61
nan Little Haiti w' ap wk bagay konsa...
Digdal chen sa yo, yo goumen pou fem61 senpman,
se tout, Chen yo f6 lanmou albz sou boulva 2"d avni-an.
Granmodn ap rale men timodn k'ap gade. Granmoidnyo menm
ap vblb je gade, jofre nan twou pbt. De chen k'ap f6 lanmou
ki tounen youn s61 ak 8 pye, 2 ke, 2 tbt, yoidn onb, 16t-la osid:
s'oun fenombn nou pa ka konprann. Se s61 nan Little Haiti
\v'ap jwenn espektak konsa.
Anplis Ayisyen ki chita sou galri ap penyen ti trbs,
n~g k'ap bout kanson, sapat nan pye, n~g k'ap jwe domino,
osnon bezig, botanika ak manbo osnon oungan k'ap file z61
kat, rele Ogoun Feray... E si ou chaje byen chache, fouye jouk
anndan nan zbn dezole yo, w'ap jwennyoun ti gag6 kote kbk
ap bat, n~g ap pran ti plezi yo, pare ti kbb yo... Se s61 nan
Little- la w'ap jwenn bagay konsa.
Jounen Jodi-a anpil nan malere sa yo mouri, osnon
imigrasyon depote yo. Nou konstate tou, Gang yo dimmvye.
V616 pran pansyon. Dwbg dil6 anvakans. Tafrath diminve:
trotro moute bwa... Ansbm Little Haiti koumanse ap pran
f~m... f~m youn kominote ki malere men ki ka rale touris ak
etranje akoz s'oun zbn eksepsyon61, youn zbn original....

Jan Mapou
mapoujand bellsouth.net




RESTAVEK* YOUN KANSE

POU N'DECHOUKE

Nan edisyon mbkredi 6jamvye-a,M~iami Times, youn
journal afro ameriken, montre youn ti fi Ayisyen k'ap f6 lesiv,
kidonkyoun rbstav~k. Jounal la site youn etid Pan 4merican
DevelopinentFoundation ki di gen plis pase 250.000 rbstarbk
nan peyi Ayiti.

Si nou gade nan ent~nat restav~k ak tout sa k'asosye
ak li, pa sezi w6 youn bann timoidn k'ap bwote dlo oubyen
k'ap f6 16t travay granmoidn dwe f6. Premye enpresyon, yo pa
konprann fenombn Restav~k la: oubyen lavi nan peyi Ayiti.
Imaj al chache dlo nan fontenn piblik ak nan sous, pa f6 youn
timoidn rbstav~k pou sa. Anpil fanmi ki twb pov pou yo gen
restarbk, voye pitit yo bwote dlo nan mamit oubyen nan galon.
Timoidn sa yo konn jennen nan mitan zanmi ki pa nan bwote
dlo. Foto entanbt yo pa penmat nou distenge timoidn pby ak
rbstav~k.

Anpil paran toujou renmen pitit yo patisipe nan
aktivite pwofesyonbl. Bbs klimatizb, bbs mekanisyen souvan
made timoidnyo pou ede. Nan Florid anpil paran f6 timoidn yo
patisipe nan aktivite tankou lave oto, lave asybt elatrive. Nan
peyi Ayiti, reyalite yo f6 aktivite kotidyen yo difisil ni pou
granmoidn, ni pou timoidn. Konsa travay lakay part twb di
pou timoidn. An nou reflechi sou sb youn manman ak twa
timoidn san papa, youn machann k'ap pase tout jounen-1 nan
mache, pa ka kenbe kay-la menmsi se youn s61 chanm. Li pa p
pb made fiybt douzan-an pou veye 2 16t pi piti yo, 16 manman
nan mache. Foto entanbt yo reflete lamizb men li pa met aksan
sou fanmi ki twb pby pou timoidn gen tan pou jwe lajounen
oubyen ale lekbl. Touris, antropolbg lage tout sitiyasyon sa
yo nan chapit R~stav~k. Mete sou sa, kilti mete baton sou
timodn ki f6 dezbd pouse yo panse se s61 rbstav~k ki ta ka pran
youn vole konsa. Men nou konnen gen pitit ki manje baton
pase rbstav~k.


DERNIERE HEURE

Arr~ti Prisidentiel nomnmant les Secret. d'Etat et les Directeurs G~n~raux


I


Mercredi 13 Janvier 2010
HaitienMarche *VolXXIII No51


Page 15


Fenoman "rbstavek-la kontinye ekziste, malgre tout
revolisyon, ref~m sosyal epolitik. R~starbk rete youn fenombn
makawon.

Fenombn sa-a kbmanse 16 youn manman oubyen
youn fanmi reflechi sou mwaren-yo ki jis, ki p'ap ase pou
okipe timoun nan ki dire pou ba li elevasyon, deside konfye
timoidn nan bay youn fanmi konsa, li ka jwenn youn alemye
akondisyonli ede madanm nanf6 travay lakay. Mezanmi, mwen
konprann se youn givo sakrifis. Sa yo pa konnen se tribilasyon
ti zanj lan pral pase. Li p'ap konnen ni Nw61, ni joudlan, ni Pak
ni vakans. Gen ti domestic ki derape depi laj 7 an. Yo leve pi
bond pase tout moidn nan kay-la. Depi kbk chante, yo sou
depye milith yo. Bale, wouze, pase twal mouye, ale nan mache,
lave asybt, ranje kabann, lave rad, ede kwit manje. Gen mbt kay
ki voye yo lekbl1diswa.

Lb nou gade byen, se youn kalv6 pou timoidn anba
zaj sa yo. Epi made Bondye, manman pitit sa-a ta f~youn vizit
lavil, madanm nan ta di kouman pitit-la parese oubyen ap f6
wondonmon, manman-an sanl6~ voye de kout matinat. Sa kite
youn timodn ki papiye sou manman-1, ki lage sou kont Granmat-


Esklaraj fini, pratik restarbk la ta dwe antere. Se arni
ti moimnyo ki fware arbk avni tout peri-a. Plizve ogamizasyon
mete sou pye program pou ede timoidn sa yo. Jean-Robert
Cadet, youn ekriven ansyen rbstav~k gen youn fondasyon
k'ap ede r~stav~k. Sa reprezante s61manyoun konprbs ki pa ka
trete maladv-a. Maladi sa-a se youn kans6 nan mantalite, nan
konsyans nou. Fwa kretren, droits de l'honune, touche vi
politik ak vi prive nan peyi Ayiti pandan d~nve 50 ane yo.
Ent~nasyonal ak aktivis politik toujou rele f6 pou abi moidn
sibi nan men sa k' sou pouvwa yo. Men tankou defen~aurice
Sixto ta di-1, ti Sentaniz pa nan givo liv yo ki ta la bible ak 16t
givo liv dwa ki sou etaj6 nan kabink givo avoka.

Timoidn se avni youn peyi. Plis pase 250.000 timoidn
nan sitiyasyon restav~k-la. Sa yo ki pa ka kenbe sove al viv
nan lari. Byen bond y' ap tonbe nan awona; yo ka vin ansent
f6 youn 16t potansy61 rbstavak ki pral rekbmanse sbk malouk
restavek-la. Lb nou sonje epidemi sida-a, sa va mete plis sou
zepbl peyi-a. Se vre gen plis tifi domestic paske yo pi maton
nan travay lakay. Men tou gen ti gason restavek, Sa ki sove
kite kay madanm ateri sou beton-an anvan vo tounen viktim
touris deprave k'ap dechalbore ti gason. Pita se yo k'ap tounen
Zenglendo. Nan youn sitiyasyon kote yo pa janm benefisye
youn ti konpasyon, konsa yo pa jwenn konpasyon pou viktim
ki tonbe anba men vo.

Sa se youn r61ki sbti nan youn jounal ameriken. Sa ta
dwe tou voun r61 ki ta sbti nan fon konsvans nou, youn r61 ki
ta made kanpe reflechi. Chak jou nou made chanj man politik,
li 16 pou nou re-orvante konsyans nou pou n'asepte ti frk, ti sb
nou yo tankou moidn. Pa blive premye j amye 1804, Desalin pa
t' ph di Bondye pa t' kreye moimnpou yo te lamante nan esklaraj.

Degoutan
Koukour Mivami
Petadro7ii aol.com

BILTEN SANTE PWOFESE MAXIMILYEN LAROCHE

Daprb nouv61 ki rive jwenn nou Kanada, soti nan fen mwa
novanm 2009, rantre nan mwa deanm 2009, sante pwofesk
Maximilien Laroche pa tebon ditou. Men nan kbmansman mwa
jamvye 2010 la, li kbmanse ap retablilii. Pou kounye-a, Pwofesk
Maximilien Laroche poko rantre lakay li. Li toujou sou siveyans
medical. Sepandan, nou mbt rele lakay li pou nou made nouv61
li, oubyen nou kab kite mesaj nan nimewo sa-a: 418-683-5760.
Semenn pwochenn nou va vini ak plis detay epi nou va pwofite
di nou kouman li ap rekipere.
Michel-Ange Hyppolit (KaptennKoukourouj)
Manm Sosvete Koukour Kanada
michelangehyppolited rogers.com


Sylvain Lafalaise Secret. d'Etat aux Finances

Aramick Louis Secret. d'Etat Ala S~curit6 publique

Claudy Gassant Secret. d'Etat Ala Justice
Repr~sentant des Affaires P~nales

Carol Joseph Secret. d'Etat g l'Alphab~tisation


Michel Pian

Jean Claude Dilice

Michel Chancy

Frantz Y. Joseph


Secret. d'Etat g l'int~gration Citoyen Gray Ronald Dicembre
des Personnes Handicap~es Direct. GI Adjoint au Ministbre des Finances
Secret. d'Etat g la Production
V~g~tale Citoyen Michelet Comeau
Secret. d'Etat g la production Directeur GI adjoint au Ministbre des Finances
Animale
Secret. d'Etat aux Travaux Publics Citoyen Pierre Herold Etienne
Directeur GI du Ministere des Finances


Ti CiOUT pl T1 Gout ak .Jan Mapou (1


LITTLE HAITI NAN MIYAMI

YOUN ZON EKSEPSYONEL
Depi youn senmenn tout Florid-la anba youn fredi
men nan fouk. Ou pa fouti jwenn youn chofaj elektrik achte
nan okenn magazen. Majorite kay yo pa prepare pou reseywa
manman fredi manchlonng sa-a. Gende mounn nou konnen sa
t61man r~d, se kay vwazen osnon kay zanmi os non fanmi v al
pran refij. Kay-la frat pase nen chen. Pou yo dbmi, leswa se
flope nan youn lenn, kouvri ak youn 16t delatbt opye.
Avisven nan Little Haiti ap tranble kon malad ak
lakbyv frison. Dayb lari yo blanch. Pi f6 magazen f~men, gen
moimnmenm se recho dife yo kite limen pou youn ti chal~ sikile
nan kay la. Kay pa chofe, pa gen dlo cho gen ti bebe k'ap
grelote... Chen ak chat mawon ap kouri kofre kb yon an kwen
miray osnon rantre anba machine.
Depi youn Ayisyen kwaze ak youn 16t nan Little-la'
yoidn gade 16t s61 bonjou yo se fredi-fredi... Epi ki fredi?
S'oun ti fredi desb. Si nou gen moidn nan Nouybk osnon
Kanada, rele vo, made vo...Advewidan! Y'a di-n kisa vo rele
fredi toutbonvre. Se zewo, dis, 20 degre anba mak zewo.
Lb nou gade byen, Nan Little Haiti, gen youn seri
moidn ki soufri plis pase 16t... Malgre Little Haiti youn tijan
netwaye jounen jodi-a, Lapolis ak biwo Net-la youn tijan
mete presyon sou malere yo san loji yo, fe vo al nan mezon
dakby, sa nou rele chelte yo, pou ede yo, ba yo manje ak youn
ti kote cho pou yo kouche, gen nan yo ki refize kite zbn nan.
Men gende bagay k'ap pase nan Little Haiti, pa gen anyen
Lqapolis kab f6. S'oun kozman kiltirbl, se mis se abitid modn
k ap viv nan zbn nan. Moihn sa yo, yo la, yo pa p travave se
meyb sekirite pou moidn k'ap viv osnon ki gen kombs nan zbn
nan. Yo manje nan restoran arisyen yo: nan pwen moidn ki
konnen kil6 vo dbmi.
Genyodn ki te rele Bougi pa ekzanp, kay li pa depase
59 ri ak 58 teras. Li toujou chita devan Caribbean Marketplace
la. Li f6 ti travay pou moidn nan katre-a, li jete fatra, li lave
Yes61nan retoran yo, li bale, li wouze epi leswa l'ap veye tout
move kou k'ap pase. Li menm f6 bezwen li nan kwen kay yo.
Nan dbmi ath sou wye rad pbph li ranmase bo depo rad yo,
ensbk pike-1. Figi-l vin anfle, givo bousbl1bouton leve soulii. Li
mouri nan katre-a. Anbilans pran li, nan pwen moidn ki konnen
si leta boule-1 osnon si vo antere-1.
Nou genyen Gerard' Magloire. Limenm se gvo
tbtchaje. Mande Monseye Wenski ak defen Monseyb Gerard
Darbouze, y'a di-w. Magloire f6 ph yo pase pa yo nan legliz
Notre-Daine d'Haiti. Li louvri givo diskisyon ak Monseyb
Darbouze pandan lanmbs ap chante poutan, nan bon anj
Maglwa, se te bon gason. Entelijan, moidn debyen, w'a ekri
kreybl1pa-w. Toudenkou tbt-la gaye, pye-1 koupe kisa ki rive
gen plizvb teyori epi li tounen youn demepl6, youn matkont
chofe kont. Daprb enf~masyon nou genyen imigrasyon depbte
Maglwa, voye-1tounen Ayiti...
Sa f6 lapenn. Maglwa te youn demepl6 men pbdyab li
pase kont traka-1, kont miz6-1 nan peyi-a. Sistem nanboulv~se
sist~m ni opwen, li pbdi youn pye epi f6-1 tounen youn
mandyan nan Little Haiti.
Gen youn16bt yo te rele Nape. Nape se youn nig fou
k'ap pale youn langay pesonn pa ka konprann. Li te gen foli
general nan lame, li abiye an milit6 ak youn bann dekorasyon.
Nape pa t' Ayisyen men nan pwen moidn ki konnen kote l' te
moidn. L'ap mache opa, pale, pase 16d nan telef~n piblik yo.
Ansbm, li kraze tout telef~n piblik nan Little Haiti yo. Nape
mouri. Youn machine frape-1. Li te 16 dimaten. Anbilans ranmase-
1. Li pa janm tounen. Yo di li mouri men nan pwen moidn ki
konnen kote li antere.
Nan mitan mesye tbtpati sa yo, gen youn tidam ki
rele Lora. S'oun entelektv611616~j pati. Pafwa li re zone pi byen
pase youn moidn nbmal men Lora, toujou di, li frekan. Se pa
tout mounn li made lacharite. Epitou, 16 li made, li sit61man
made ak klas, ou s~toblije mete kichby nan men-1... L'ap gade-
w ak youn b61 souri pou l'di-w mbsi epi li ajoute "sa ou di nan
sa? mwen ba-w feelings Epi, li pete youn eklari... Adye! Se
nan Little Haiti senpman ou wk bagay konsa!
Apa n~g sa yo ak dam sa-a k'ap made, ki te konn
dbmi nan lari, manje ris manje osnon manje chofe nan restoran
yo, mouri nan move kondisyon, te gen youn b~bb ki mouri


CO """'"d VOr If~s oulent o su~ rms~ct


m Pea evies a per batear


ADOMI PURCHASING AGENCY

Tel. : 786-4574830 Farx: 3(5758-097 e-mail: ademip urchasing~aol.col










~'/r//MAIA DPR WhW1F~~


Des inilliers dans les rues de la capital
le diinanche 10 janvier (photo Robenson Eugene)


Ha'iti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinie~re (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94th Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 /754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)

em Iti-eme oad emho ail. com
UTRL: www.haitienmarche. com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


r_


ICAPE
1-lAITH


1-AITIEN r


GCONAlVES
HAITIl


KE VWVAYAJPUE CHAK
i 5 JOU POU BWOTE:
MAC~HAND3IE OU DSIRE;K
AN AYlTI SOU WrrAF ST
MARC ONAlViES &P
CAPE: HAITIS
LI BWOTE KONNTENE, BYWAT
PEPE, KAMYON MACHIN EK~-
SE;TERA


ST MAnc
HA ITI


__


Direction: 1-95 to Exit Nlo. 74 ( 45th Street ) East to Congress Ave, to North on ICongressr Ave to Martin Luther
King Jr IBlvvd go liastL on MLK IBlvd ( mrakling right hands turn ) this Rd takes you straight top the IPort of Pcalm IBobr

iAs soon as you go over Old Dixie Hwy ,before Guard Shac~k Mdake let Lef~t hand turn you will see lour Sign

Under New Management


Livres-Festival : Etonnants voyageurs en Ha'iti


10, mre Capooi Champe de Mars;, Port-an-Prince HaWi *
i 1 Doeal: (509) 2223-9306 /' 07 /, 08 (509) 2510-4594 / 95 *
Intl.: 1 866 358 5407 (305) 394 8984
Web contact: Info~plazahaltl.com / resrvrations~~plaz~alU~aallco
71 a .A t "www.plaalahalt.com .


Mercredi 13 Janvier 2010
HaitienMarche *VolXXIII No51


BACK PAGE


Page 16


MEN YON
G WO BATO K
AP POTE TOUr
MAC HAN DIZ
OU TOUPATOU


Role ( 5611 )84-5-7590 orr ( 561 ) 845-8330

Faxw ( 561 ) 8r45-75i92 or ( 564 ) 8~4-9398

Toll free 1-877~-845-8330 or 1-877-845-7590


Se: Sel


koneksyon gwo baton ou genyen nan Palm Beach la


HPN 5 janvier 2010 La 2e edition du festival
Etonnants Voyageurs-Haiti se tiendra lesl4, 15 et 16 janvier
2010. Dans deux semaines, les livres seront de nouveau A
l'honneur aprbs la moisson de fin 2009.
<< Haiti au miroir du monde>> est le th~me retenu pour
la 2e edition du festival litt~raire Etonnants voyageurs, le plus
grand festival du livre, qui se tiendra lesl4, 15 et 16 janvier


principles activities qui seront tenues durant trois jours dans
le pays.
Lors de la 2e edition du festival Etonnants voyageurs
les 6crivains, comme Carl Brouard, Max Dominique, Yanick
Jean, seront honors par les membres de l'Association
Etonnants


Etonnants voyageurs, le plus grand festival du livre,
accueillera une cinquantaine d'auteurs haltiens, strangers et
d'universitaires, A Port-au- Prince et dans de nombreuses villes
de province.
Rencontres, d~bats, lectures, conferences, tables
rondes, vente d'ouvrages et caf~s litt~raires constitueront les


dlodie
1 03 .3 J a


Plusieurs milliers de fiddles adventistes et autres,
drapeaux, banderoles et la Bible en mains, ont d~filC dimanche
dans les rues de Port-au-Prince g l'occasion du passage en
Haiti de la Caravane de la Bible, une invitation A tous les peuples
g lire la Bible (6crite dans toutes le langues, y compris le creole


hai'tien) dans leur recherche de solutions aux maux de
l'humanit6.
Cette manifestation est g l'actif de l"Union de Mis-
sion des Adventistes du 7e Jour d'Haiti'.


www. radio omelo dieh aiti.co m


Une Marche pour la Bible




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs