Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00385
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: January 6, 2010
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00385
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00001-06-2010 ( PDF )


Full Text















Teleco : une liquidation



Teleco: une liquidation


, depuis longtemps


Le siege central de la TELECO au Pont Morin (photo Robenson Eugdne)


ponce ...
JACMEL, 1" Janvier-L'annme commence sur une
espece de scandale (car chez nous le scandale depuis
longtemps ne tue personne).
\ Celui de la cession pour la bagatelle de 59 millions
de dollars de 70% des actions de la TELECO ou
< T616communications d'Haiti, la compagnie nationale de
t6l6phone.
Le joyau d'Haiti dans les annees 70. Certains
disaient la plus importante compagnie de
telecommunications dans la Caraibe.
Il s'agit done d'une veritable liquidation puisque
l'Etat haitien perd automatiquement le contr6le de la
compagnie, avec 30% des actions.
Cela veut dire aussi que personne n'en voulait et
que l'Etat a pr6f6rd se d6barrasser d'un canard boiteux et
trop lourd financibrement a porter.
D'autres (et en tte ses anciens employs que cette
decision met probablement en rage) vous diront que la
Teleco a encore plein d'atouts et que c'est un coup mont6
par ceux-lh m6mes qui ont mis la compagnie enbanqueroute
pour pouvoir continuer a en tirer des profits cette fois sous
la protection d'une multinationale.
Cette dernire est une compagnie vietnamienne,
la Viettel, dirig6e (tenez-vous bien) par l'arm6e vietnamienne,
et qui n'h6site pas pour gagner du terrain a contracter avec
des pays pas tous en odeur de saintet6 comme la junte
militaire de Myanmar, pays oi la compagnie va ouvrir
bient6t un bureau, selon la presse de Saigon.
(TELECO/p.4)


Un peuple aussi pauvre peut-il voter democratiquement ?
PORT-AU-PRINCE, 2 Janvier C'est la question qu'aucu
L'annde d6ectorale 2010 est ouverte. 2 JANVIER : HOM M AGE AUX ANCETRES politicien nose envisager. Encore moir
L'ouverture effective de la campagne des celui qui pense h conduire le m6me peupl
16gislatives du 28 f6vrier 2010 est fix6e h voter en sa faveur.
cependant au 26 janvier, pas un jour plus On entend d6jh nous adresse
t6t. Le Conseil electoral provisoire (CEP) l'accusation de r6actionnaire, fasciste, etc
est formel h ce sujet.
Cependant on peut d'ores et d6jI Une misbre sans commun
deviner quelles seront les armes principales mesure ...
des candidats. La manipulation des masses. Or comment peut-on croire qu
La d6magogie. plus la misbre augmente, plus la democratic
En effet, comment entrainer pourrait fleurir. N'est-ce pas le contraire qi
derribre soi un peuple qui est forc6 de vivre devrait 6tre vrai ?
dans un 6tat quasi v6g6tatif comme celui C'est la misire v6cue par le peup]
de Port-au-Prince. allemand apris la Premibre guerre mondial
Une concentration de pris de trois qui a facility la monte du regime hitl6rier
millions d'Ames dont plus de la moiti6 vit Est-ce que ce qu'il faut craindi
de mendicit6 et dort h la belle 6toile. surtout ce n'est pas que la misbre immond
Comment 6veiller un choix oni il s'enfonce (ou plut6t il est enfonc6
rdellement d6mocratique chez un peuple chaque jour toujours plus, ne conduise ]
dont les seules preoccupations sont le peuple haitien h suivre lui aussi un jou
ventre et le bas-ventre ? Le President Rend Prival preside les cdrdmonies du 2 Janvier au Mausolde national (ELECTIONS/p.


Le communisme

sauvera le monde!
PORT-AU-PRINCE, 3 Janvier C'est une
compagnie du Vietnam communiste, Viettel, qui vient
d'acheter 70% des actions de la Teleco, la compagnie
nationale haitienne de telecommunications.
C'est la Chine communiste qui finance
actuellement 1'6conomie des Etats-Unis.
Le communisme sauvera le monde, pensait Karl
Marx.
Certes mais d'une facon tout autre que ce qui
se passe en ce moment.
Voici des pays a systeme politique
officiellement communiste, c'est-a-dire le parti unique,
dont les dirigeants ne sont pas Olus au cours d'l6ections
libres et oi c'est l'Etat qui d6tient les principaux moyens
de production, mais dont l'6conomie fonctionne sur les
memes bases que le systeme capitaliste.
Et aujourd'hui que le capitalisme occidental
traverse l'une des crises les plus graves de son histoire,
(COMMUNISME/p. 5)


Port-au-Prince : pas de solution


avec cette surpopulation
PORT-AU-PRINCE, 2 Janvier A notre premiere
visite a La Havane vers la fin des ann6es 70, nous ffimes
6tonn6s de l'6tat de d6labrement et d'abandon dans lequel
6tait le centre ville appel Vieja Habana.
Pour crder du logement, on laissa les habitants
construire leurs bicoques jusqu'au haut des vieilles
residences centenaires. Ce qui parut une abomination sur le
plan urbanistique.
Lorsque nous y retoumrmes en 1996, environ deux
d6cennies plus tard, des milliers de touristes europ6ens
avaient envahi le m6me quartier. La Vieja Habana en pleine
renovation avait &te inscrite comme patrimoine de l'humanit6
par 1'UNESCO. Unvrai boom.
A notre troisieme visite en 2002, une certaine
austerity 6tait revenue. La chute de l'Union sovi6tique avait
entraind un marasme evident sur le plan 6conomique. Fidel
Castro mit fin a la dollarisation qui avait permis un Les enfants accueillis au siege de la Presidence
(SURPOPULATION/p. 7) la veille de Noel (Robenson Eugene)


n
is
Ie

er
Ig

e

[e
ie
ui

le
le
n.
re
Le
6)
le
ir
6)


o0 111 1!,






mEPLS..E mmF


Mercredi 06 Janvier 2010
Haiti en Marche Vol XXIII N' 50


OBAMAet...


TOUSSAINT LOUVERTURE


Par Jean METELLUS
... suite

J'ai toujours pense qu'il fallait nous
debarrasser de ce langage biaise sur la race, plein
de culpability, d6fensif, et enfin avoir un langage
de v6rite, de vraies discussions. Aujourd'hui
quandje lis lesjoumaux, les blogs de tous bords,
je vois qu'on y est arrive. C'est maintenant. On
peut en parler. Et c'est mieux ainsi : quand vous
enlevez la haine, il ne reste que la douleur, et
quand vous enlevez la culpability, il ne reste que
la honte.... L'esclavage a toujours ete associ6
aux Noirs de ce pays, c'est une erreur... Toute
civilisation repose sur le travail des esclaves. Vous
pourrez leur donner d'autres noms: peones
paysans, serfs, je me fiche de l'appellation, il
s'agit de gens que l'on control pour produire
quelque chose. Donc la sp6cificit6 americaine ne
tient pas a l'esclavage qui 6tait commun mais a
l'inf6riorisation par la race. (Et les plus lucides
d'entre nous le savent). Pour Obama, il ne s'agit
pas d'Am6rique rouge ou bleue, mais des Etats-
Unis d'Am6rique, il traverse les lignes raciales.
Il retrouve l'esprit du mouvement pour les droits
civiques, qui n'6tait pas qu'un truc de
Noirs....Comme pour Martin Luther King qui
n'ajamais r6duit son combat a la question raciale
la lutte 6tait une lutte contre les in6galit6s... Je
me souviens d'un film ou on le voit dans une
6glise pleine de vieux hommes blancs. Il leur
disait: Vous et moi, nous avons la meme destine.
Et ces gens pleuraient. Ce n'6tait pas un homme
que l'on pouvait d6finir par sa race... Nous
sommes une soci6et d'immigrants. Vous ne le
voyez peut-etre pas, avec tout le bruit que fait le
mouvement anti-immigration, mais les gens
continuent de venir ici parce qu'ils y trouvent
certaines valeurs. En allant en Am6rique, vous
avez toute votre chance, et cela paiera peut-etre.
Si vous n'avez pas d'emploi, vous pouvez creer
une petite entreprise. Je ne crois pas que je puisse
aller en France pour trouver du boulot. Les
Francais aiment mes livres mais ils ne
m'embaucheront pas Ici, vous pouvez vous
glisser dans le pays et d6marrer un petit business,
ou bien vous grouper a plusieurs dans une maison,
vous saigner aux quatre veines et 6pargner pour
la generation d'apres... Chez les Americains de
souche, chacun peut grimper dans l'6chelle
sociale. Cela reste une des grandes valeurs de
l'Am6rique et Obama en est le produit, tout
comme moi. Il r6pete sans cesse a juste titre "
Mon histoire n'aurait pu arriver dans aucun autre
pays ". C'est la meilleure part de l'Am6rique
quelque chose qui existe a 1'etat quasiment pur.
Mais il y a aussi tous ces gens qui veulent
betonner l'Amerique ou l'Americanite...Nous
avons plus de chances, avec une administration
Obama, de mfrir et d'etre plus coop6ratifs dans
les affaires du monde, mais cela prendra du
temps. Il est difficile d'imaginer a quoi pourrait
ressembler une pax Americana, cela fait si
longtemps que nous sommes en guerre avec
d'autres pays. Maisje le repete, nous avons plus
de chances d'y parvenir avec un gouvemement
ou domineront la raison, la n6gociation (pas la
reddition) ou l'on parlera aux autres comme a
des adultes... Certes on a parfois l'impression
de vivre dans un monde qui avance en perp6tuel
desequilibre, une nation qui tombe si elle s'arrete.
Mais c'est excitant, c'est aussi vital que le
mouvement.... La propension constante au
changement comporte un certain danger, mais
c'est aussi une vertu qui empeche lesAmericains
de devenir un peuple statique. L'Europe
precis6ment a ce problem de statisme. Moi
j'aime la vitality, meme si elle fait peur. Au moins
les choses bougent. Vous avez un volcan en
activity. Et puis la lave finit par se solidifier."(36
Avant l'arriv6e d'Obama au pouvoir
et surtout avant son discours d'investiture, on
ne savait pas de quel cote la Maison Blanche
allait pencher, on se doutait seulement de
l'existence d'un certain degree de sensibility du
nouvel elu pour l'Islam et les musulmans. Mais
tout est devenu clair et limpide quand Obama
lui-meme a declare aAnkara : Je voudrais rendre
clair, aussi clair que possible, que les Etats-Unis
ne sont pas et ne seront jamais en guerre avec
l'Islam. En fait, notre partenariat avec le monde
musulman est crucial [...] Nous 6couterons
soigneusement, nous dissiperons les malentendus
et nous trouverons des terrains communs. Nous
serons respectueux meme quand nous ne serons
pas d'accord [...] Les Etats-Unis ont ete enrichis
par les Am6ricains musulmans. De nombreux
Americains ont des musulmans dans leur famille
ou ont v6cu dans des pays a majority musulmane.
Je le sais, simplement parce que je suis l'un
d'entre eux "(37)
On ne peut sirement pas comparer la
situation au Proche-Orient et dans le monde avec
la seule situation de la ch6tive Haiti dans le bassin
des Caraibes. Mais il y a des rapprochements
singuliers et singulierement troublants a indiquer.
Au moment de la lutte anti-esclavagiste menee
par Toussaint Louverture en presence de trois
puissances predatrices, l'Espagne, l'Angleterre


et la France dont aucune ne voulait vraiment parler
de liberty, d'6galite, encore moins
d'independance et de fratemit6, on se trouve a
Saint-Domingue a la fin du 18"" siecle devant
trois classes hostiles et m6fiantes qui
s'observaient et avaient chacune une position
fig6e:
i) Celle des colons blancs qui
abhorraient l'id6e de la liberty g6enrale des
esclaves, pour eux inconcevable.
ii) Celle des affranchis g6enralement
mulatres qui abhorraient l'id6e de l'6galit6 -
d'apres eux impossible meme en droit -, entre
eux et les esclaves et diff6raient aux calendes
grecques le moment de la liberty general de ceux-
ci.
iii) Celle des esclaves noirs, consid6res
comme des meubles, des animaux de trait
et des betes de somme, et surtout comme des
marchandises anonymes uniquement associ6es
a l'heure de la traite n6griere pourvoyeuse de
main d'ceuvre pour le Nouveau Monde, du 16""m
au 19eme siecle ; ces esclaves dont on doutait de
l'humanit6 et, en tout cas, a qui on niait toute
ame et raison, selon des mules de Gobineau, "
La couleur de leur peau 6tait annonciatrice des
tenabres de leur intelligence ".
Or voici qu'avec Toussaint un Noir
parle de fratemit6 avec les esclaves a liberer tous.
"Unissez-vous a nous freres et combattez avec
nous pour la meme cause "(38). Toussaint
Louverture s'est percu donc, et s'est voulu ainsi,
comme l'incarnation d'un changement
fondamental (" Je veux que la liberty et l'6galit6
regnent a Saint-Domingue. Je veux travailler a
les faire exister"(39), d'un changement de
structure dans la soci6et de Saint-Domingue.
C'est la dimension capitale, chez le vrai
revolutionnaire, que de promouvoir la classe la
plus opprim6e dans la pyramide sociale, qui est
la base meme de toute exploitation, le
soubassement servant a la perpetuation de la
propri6et de l'homme par l'homme. II a pergu
son pouvoir comme la p6rennit6 de ce
changement en profondeur devenu irreversible.
Des observateurs l'ont d6fini tries tot avec
perspicacity et simplicity comme l'homme de
la liberty des noirs"'40'.
La port6e universelle de la Revolution
de Saint-Domingue ne peut faire l'ombre d'un
doute. Comment ne pas 6tablir un parallele entre
la fin de Napoleon a Sainte-Helene et la mort de
Toussaint Louverture au Fort de Joux dans le
Jura francais ? Comment ne pas etre sensible a
ce geste de Ludwig von Beethoven qui, apres
avoir decide de d6dier sa troisieme symphonie a
Bonaparte se ravisa, profondement choqu6 par
les actes des troupes d'invasion napoleoniennes,
et l'intitula tout simplement L'H6roique ?
Afin de ne pas donner l'impression de faire du
racisme a l'envers,j e rappellerai un fait historique
digne d'etre port a la connaissance de tous. Je
me suis longtemps demand, m'a dit Joseph
Saint-Fleur, Hartien, professeur de philosophie,
comment il se fait que de tous les pays de l'Est,
la Pologne ait ete le seul a posseder une mission
diplomatique a Port-au-Prince, mais unjour, la
response m'est apparue clairement: parmi les
soldats envoys a Saint-Domingue par Bonaparte
pour retablir l'esclavage, il y avait un contingent
polonais et ce contingent r6solut de ne pas verser
le sang de ceux-la dont le seul souci etait
l'6mancipation de l'humain. Et des
l'Ind6pendance, decision fut prise par la jeune
Republique haitienne d'accorder la nationality
haitienne a tous les soldats polonais qui le
souhaitaient : l'6tablissement de liens
diplomatiques s'inscrit dans ce contexte.
Le d6senclavement de l'Islam et des
musulmans entrepris ces temps-ci par Obama
traduit un changement reel et profond dans les
mentalit6s et il s'agit la d'un fait capital qui va
donner un visage radicalement different aux
Etats-Unis d'Am6rique et au monde entier.
D'autant plus qu'Obama salue en Mustapha
Kemal un homme de la stature d'Abraham
Lincoln, lib6rateur comme lui. Cette quasi-
assurance de paix et de tranquillity qu'il vient de
donner aux pays arabes, son franc-parler avec
les uns et les autres, son rapprochement avec les
pays arabes, son islamophilie affich6e "huit ans
apres la destruction des tours de Manhattan "
reste, comme l'ecrit Jean Daniel, l'un des
6evnements majeurs de ces quinze dermires
ann6es. Toute son attitude nous fait penser
irr6sistiblement a celle de Toussaint Louverture
discutant avec la France, l'Angleterre, les Etats-
Unis et l'Espagne.
En abandonnant le dogme de l'axe du
mal toujours susceptible de conduire une guerre
contre un pays arabe, semblable a celle d'Irak,
Barack Obama accomplit une mutation
exceptionnelle et devient quasiment un
intermediaire culturel entre le monde islamique
et l'occident chr6tien, un personnage
embl6matique a l'image du m6decin philosophe
mystique Avicennes. En pleine p6riode de
troubles, il tend a etablir un dialogue islamo-
(OBAMA/p. 12)


ler Janvier aux Gonaives, Pr6val pr6voit la creation de
50.000 emplois
A l'occasion du nouvel an, le Pr6sident Rend Prdval a prdvu le doublement des
employs dans la sous-traitance au cours de l'annde 2010. Dans son discours, le chef
de l'dtat a aussi souhaite plus de stability au pays.
Prdsentant un bilan des actions entreprises par son gouvemement au cours de ces
dermires anndes, Rend Prdval s'est f6licit6 de la relance de la production agricole et
des efforts en cours pour r6habiliter le r6seau routier national.
Mais l'instabilit6 demeure un handicap certain qui pourrait faire perdre au pays
l'avantage de ces r6alisations, a mentionn6 le Pr6sident. Toutefois concemant les
emplois, il s'est montr6 tres positif en parlant des activities en vue de la relance du
secteur de la sous-traitance. Ce secteur est en plein essor, selon le chef de l'6tat
citant des chiffres: de 14.000 en 2006, ce secteur est aujourd'hui passed 26.000
ouvriers travaillant actuellement dans les factories du Parc Industriel. Pour 2010, la
creation de 50.000 emplois est A pr6voir, tandis que pour 2011, ce chiffre passerait A
100.000.
Ce message a &td prononc6 en presence dune foule, Place de l'Ind6pendance.

La T616co en passe d'etre acquise par une compagnie
vietnamienne
La compagnie vietnamienne VIETTEL Corporation est sur le point d'acqudrir la
majority des actions de la T616co. Les responsables du Conseil de Modernisation des
Entreprises Publiques (CMEP) ont qualifi6 d'int6ressantes les propositions de
VIETTEL qui offre 59 millions de dollars pour 70 % des actions de la T616co.
Alix Richard et Yves Bastien, membres du Comit6 d'dvaluation des appels d'offres,
ont fait valoir que VIETTEL r6pond aux sp6cificit6s techniques du dossier. Les
n6gociations devraient d6buter dans les prochains jours entre la BRH (Pr6sident du
Conseil d'administration de la T616co) et la VIETTEL afin de trouver un accord final.
Le president de la firme Digicel Haiti, Martin Boot, ne d6sarme pas. I1 esp&re un
d6sistement de VIETTEL au cours du processus de finalisation de l'accord. M. Boot
explique que Digicel ne croit pas que de nouveaux investissements soient
n6cessaires dans les secteurs du t6l1phone cellulaire en Haiti.
Les dirigeants de Digicel estiment que le march ne peut accueillir un quatrieme
op6rateur priv.

Rapatriement d'ill gaux haitiens de la Republique
dominicaine
Les autorit6s dominicaines ont proc6d6 entre le 31 d6cembre et le 2 janvier au
rapatriement d'environ 200 sans-papiers haitiens arretes au cours d'une s6rie
d'op6rations du Corps sp6cialis6 de s6curit6 frontaliere (CESFRONT) et de l'Arm6e
dominicaine, selon une d6peche d'EFE. Les migrants, qui croyaient pouvoir profiter
des f6tes de fin d'annde pour entrer clandestinement en territoire voisin, ont &t6
intercepts en tentant de traverser la fronti&re. Les autorit6s de Santo Domingo
affirment que, ces derniers jours, les forces militaires ont dfi redoubler de vigilance A
la fronti&re pour refouler des centaines d'haitiens qui se ruaient vers le territoire
dominicain. Tous les ans, des milliers de ressortissants haitiens vivant en situation
irr6gulire en R6publique Dominicaine retoument dans leur pays pour y passer la
Noel et le Nouvel an en famille. Selon les autorit6s militaires dominicaines, lorsque
ces migrants tentent de repasser de l'autre c6t6 de la fronti&re, ils se font toujours
accompagner de proches candidats A l'6migration clandestine.
Ddbut d6cembre, des responsables des forces de s6curit6 et de la direction de la
migration avaient tenu une rencontre avec le pr6tre j6suite Regino Martinez,
coordonnateur de l'organisation Solidarit6 Frontaliere A Dajab6n (nord-ouest), afin
de coordonner le retour des travailleurs agricoles haitiens disposant de permis de
travail en R6publique Dominicaine. EFE precise qu'apres des heures d'incertitude, les
migrants munis de documents 16gaux avaient &te finalement autoris6s A traverser en
territoire voisin. En revanche, d'autres voyageurs avaient &te rapatrids. Au cours de
l'annde 2009, le gouvemement dominicain a refoul6 en territoire haitien, et souvent au
m6pris de leurs droits les plus 616mentaires, des milliers de sans-papiers.

Accident de la route A Petit Goave: 5 morts
Cinq personnes ont &td tudes et de nombreuses autres blesses, dont sept
gridvement, dans un terrible accident de la circulation qui s'est produit vendredi sur
la nationale #2 A hauteur de Petit-Goave (68 km au sud de Port-au-Prince). Un
autobus de passagers d6nommd "La foi de Job", qui arrivait de Port-au-Prince A
destination des Cayes, a heurt6 de plein fouet un autre v6hicule de transport public
"Dieu qui donne", tomb6 en panne dans un virage A la suite d'une crevaison de
pneu. Ce dernier assurait le trajet Jkr6mie/Port-au-Prince. Parmi les personnes
d6c6d6es sur le coup figurent Dieunord Pierre, le chauffeur de "La foi de Job", et des
passagers de l'autre autobus qui 6taient descendus en attendant la reparation d'un
pneu. Retrouv6 encastr6 derriere son volant, le corps du conducteur n'a pu 6tre
extrait du v6hicule que grice A l'intervention des soldats de la Mission de
stabilisation de 1'ONU (MINUSTAH). Les bless6s ont &te transports d'urgence A
l'h6pital Notre-Dame de Petit-Goave. Ceux qui se trouvaient dans un 6tat grave
devaient 6tre dvacuds vers Port-au-Prince. En 2009, l'ins&curit6 routi&re, dont les
causes sont multiples, a &td, selon certaines statistiques, la premiere cause de
mortality en Haiti.

Monseigneur Guyre Poulard et l'dlaboration d'un plan
de d6veloppement du pays
L'ev&que catholique des Cayes, Guyre Poulard, souhaite que les autorit6s
gouvemementales haitiennes s'appliquent A laborer et ex6cuter un plan d'action de
d6veloppement en vue d'ameliorer les conditions de vie de la population.
I1 croit que le gouvernement et les acteurs politiques doivent oeuvrer afin de
concrdtiser ce plan au cours de l'annde 2010.
L'6veque des Cayes plaide pour une prise de conscience des autorit6s rappelant que
les citoyens vivant dans les sections rurales n'ont pas aces au service public. Tout
en faisant remarquer que cette situation contribue A accroitre l'exode rural, M.
Poulard appelle les autorit6s A ceuvrer pour l'instauration d'un vritable Etat-nation.

Au Borgne des perturbations atmosph6riques
provoquent des dggats
Importants d6gits recens6s dans la ville du Borgne oni une maison a &t6 d6truite et 29
autres endommag6es, suite A des perturbations maritimes enregistr6es dans la nuit du
28 au 29 d6cembre. Le maire de la commune du Borgne, Manuel S6dan, invite les
autorit6s concernes A venir en aide aux sinistrds qui sont logs provisoirement au
local de la mairie.
Aide dans l'Artibonite
Des enveloppes de 10.000 gourdes chacune ont etd distributes A 175 families
necessiteuses dans l'Artibonite. Ces families dtaient logdes dans des abris
provisoires depuis le passage des ouragans en septembre 2008. Elles ont exprime leur
gratitude envers la Catholic Relief Service, le CRS, ainsi qu'au PAM ou Programme
Alimentaire Mondial.
(EN BREF / p. 14)


Page 2





ILACTALIEE ARHI


th dou &#lo dr (e ticgj r lde I lpoa


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"






Des officiels cubains de haut rang dans nos murs


PORT-AU-PRINCE, 30 D6cembre Une d6l1gation
du Comit6 Central du Parti Communiste Cubain parcourt en ce
moment les regions d'Haiti ou se trouvent des coop6rants
cubains aidant dans diff6rents secteurs, fondamentalement
celui de la santW.
Juan Carlos Villavicencio Ramos, fonctionnaire au
D6partement des Relations Ext6rieures a La Havane, visite les
regions ou se trouvent des membres de la Brigade de
l'Education, charge de collaborer dans la campagne de
l'alphab6tisation.
II a visit 6 galement le Centre de Diagnostic Int6gr6
situ6 a Grand Goave, install au mois de novembre dernier et
qui fait partie d'un programme de dix centres, dont 5 travaillent


"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"
ii~~~ ;= riiii! 4!ii~ !i iii~~i~~ iii !i ~iiii!! iii .. .. i

















vailable frmCmerilNw Poies


a pleine capacity et offrent gratuitement 14 services diff6rents
au < peuple frbre d'Haiti. >
La d6l1gation officielle venue de Cuba a visit
6galement la Brigade del Minaz, responsables des travaux a
l'usine sucribre reconstruite par Cuba en l'ann6e 2001.
Enfin ils ont visit des projets de construction, dans
le cadre de l'ex6cution de 127 units d'habitation offertes par
le Venezuela, aux frais du programme Alba Construction et qui
b6n6ficieront a un secteur important de la population.
La d61lgation du Comit6 Central du Parti Communiste
Cubain, accompagn6 de l'Ambassadeur de Cuba en Haiti,
Ricardo Garcia Napoles, doit visiter 6galement les
d6partements du Centre, de l'Artibonite, du Nord et du Nord
Est pour s'y entretenir avec des compatriotes.


eZeur&v %dCiid

En cette soison de fetes, nos pensees se tournent
sp6cialement vers nos clients a qui nous disons: Merci I
Merci de votre confiance, Merci de votre soutien,
Merci de votre fiddlit6e

C'est de tout cceur que nous vous souhaitons
un Joyeux Noel 2009 et une Meilleure Annee 2010.



II UNIBANK

"Falsous route s enmbe"


AV


Mercredi 06 Janvier 2010
Haiti enMarche Vol XXIII N 50


Page 3


LEVENEMENT SOMMAIRE
Teleco : une liquidation depuis longtemps annonc6e

ANALYSE
Un peuple aussi pauvre peut-il voter
democtiquement ?p.1
IER- 2 JANVIER2010
Haiti fete le 206 e anniversaire de son Ind6pendance
pp.8 & 9
URGENCE
Pas de solution avec cette surpopulation p.1
ECONOMIE
Le communisme sauvera le monde p.1
La Bid: un nombre record d'approbations et de
decaissements p.5
LIBRE PENSER
Nuisancer!p.12
Obama et...Toussaint Louverture p.2
ACTUALITES
Ratification de l'accord de prt pour la renovation de
l'adroport du Cap-Haitienp.3
Officials cubains de haut rang dans nos murs p.3
LEGISLATIF
Aider le Parlement a mieux servir la nation p.8
SOCIO-ECONOMIOUE
Des panneaux solaires aux Cayemittes p.9
Bilan 2009 du secteur agricole p.10
DROGUE
Franchises gracides par Saint-Domingue p. 13
.... ^


w.- O LiUD1AntnOiMi COM





Mercredi 06 Janvier 2010
Haiti en Marche Vol XXIII N 50


Teleco : une liquidation depuis longtemps annonc6e ...


(TELECO... suite de la lre page)
Ce qui fait penser qu'Haiti
commenqait A se trouver dans une position
d6sesp6r6e avec depuis trop longtemps cette
sorte de cadavre sur les bras.
Peu aprbs le retour de Ren6 Pr6val A
la pr6sidence en 2006, il nomma un ancien
membre du CMEP (Conseil de modernisation
des entreprises publiques), Michel Pr6sum6,
A la tete de la compagnie nationale de
t616phone.
Objectif : modernisation de la Teleco.
Entendez sa privatisation que ne cessent de
r6clamer les institutions internationales de
credit depuis prbs de 20 ans.

Des bobards ...
Premiere decision du nouveau patron
de la Teleco : il limoge les trois quarts des
fonctionnaires et employs de l'entreprise.
Sans se soucier de leur experience ni de leur
anciennet6.
Des compensations sont supposes
6tre verses. Cependant les protestations et
manifestations durent encore trois ann6es plus
tard.
Il y a quelques mois un appel d'offres
paraissait dans deux journaux am6ricains A
grand tirage.
On raconta que l'homme le plus riche
du monde, un multi-milliardaire mexicain, serait
int6ress6.
Et toutes sortes d'autres bobards.
Cependant en Haiti mime, de grandes
compagnies de t616phonie cellulaire sont sur
le terrain depuis quelque dix ans ... et qui ont
r6volutionn6 totalement le service
t616phonique.
Aujourd'hui le plus petit paysan
dans les coins les plus recul6s de la r6publique
possede son cellulaire.
Avant leur arrive, la Teleco
desservait quelque 4.000 abonn6s A la capitale,
c'est tout.

Un gouffre sans fond ...
Cependantjusqu'A ily a encore deux
ans, les d6tenteurs du pouvoir pouvaient
continuer A se leurrer.
On parla du cable sous-marin que
d6tient la Teleco (40%) en association avec
une compagnie des Bahamas et pouvant
ddlivrer le service tout-m6dia (t616phone,
t616vision et Internet).
Mais lA encore des mots. 1) Les
compagnies priv6es locales, haitiennes et
6trang&res, sont peu int6ress6es ayant depuis
longtemps contract avec la R6publique
dominicaine voisine dont elles reqoivent leur
signal.
2) Ensuite la Teleco n'a pas investi
un rond dans le cable sous-marin. C'est done
la compagnie baham6enne qui prend les
decisions importantes. Y compris la fixation
des tarifs.
Et pour finir, l'Etat ne dispose pas
des nombreux millions qui seraient n6cessaires


Projet TELECO
CMEP NOTE DE PRESSE
Dans le cadre du mandat qui lui a &t6
Sconfii par la Banque de la R6publique d'Haiti (BRH)
de conduire le processus de modernisation des
T616communications d'Haiti S.A. (TELECO), le
Conseil de Modernisation des Entreprises
Publiques (CMEP) a proc6d6, le mercredi 30
d6cembre 2009, A l'ouverture des enveloppes
Sfinancibres, en presence notamment du notaire
Jean-Henry C6ant, des repr6sentants de deux (2)
des trois (3) compagnies soumissionnaires, Digicel
Group Ltd (Jamaique) et Trilogy International
Partners LLC [Comcel/Voilh] (USA), de la Soci6td
Financibre Internationale (SFI) et de la presse.
La TELECO (photo HPN) Une enveloppe financiere a et6 ouverte,
celle de Viettel Corporation (Vietnam), dont l'offre technique avait 6t6 la seule retenue
par le Comit6 d'Evaluation des Offres constitu6 par le CMEP. L'offre est de cinquante-
neuf millions de dollars am6ricains (59 000 000 USD) pour l'acquisition de 70 % du capital
de la nouvelle TELECO. Aprbs avoir d6ib&6r, le Comit6 a jug6 que cette offre ne
correspond pas exactement A ce qui est indiqu6 dans le document d'appel d'offres. En
effet,la BRH a d6cid6 de vendre uniquement 60 % et non 70 % des actions de la nouvelle
TELECO. Cependant, compte tenu du fait que les deux autres soumissionnaires, Digicel
Group Ltd (Jamaique) et Trilogy International Partners LLC [Comcel/Voilh] (USA), avaient
6t6 pr6alablement disqualifies, le CMEP, au vu du rapport final du Comit6 d'Evaluation
des Offres et conform6ment au paragraphe 6.2.4. du document d'appel d'offres, a d6cid6
de valider les conclusions du Comit6. Il a recommand6 A la BRH de retenir l'offre de
Viettel et d'engager dans les meilleurs d1lais des n6gociations avec cette firme, en vue
de boucler la transaction au mieux des int6rets des deux parties.
Le Comit6 d'Evaluation des Offres constitu6 par le CMEP dans le respect de
ses procedures et avec le souci de transparence qui a toujours caract6ris6 ses operations,
6tait compose de deux (2) repr6sentants du CMEP, d'un repr6sentant de la BRH, d'un
repr6sentant de la TELECO et d'un repr6sentant de la Chambre de Commerce et
d'Industrie d'Haiti. Ce comit6, apres analyse des offres techniques, du 30 novembre au
4 d6cembre 2009, avait constat6 que seule l'offre de Viettel Corporation correspondait
aux exigences du cahier des charges, son projet industriel allant, A bien des 6gards, au-
delA mime de ce qui 6tait requis. Les deux autres compagnies ont propose leur vision de
ce que devrait devenir la TELECO, et les approches qu'elles ont retenues se sont r6v616es
totalement diff6rentes de ce qu'indiquait le cahier des charges.
Le CMEP avait done approuv6 le rapport du Comit6 d'Evaluation des Offres et
suivi ses recommandations en engageant des discussions avec la Viettel Corporation
pour obtenir des clarifications sur certains aspects de son offre technique.
Au cours de la phase de preparation de la transaction, un travail de pr6-marketing
mis en place par le CMEP avec le concours de la Soci6te Financibre Internationale (SFI),
filiale de la Banque Mondiale sp6cialis6e dans la mise en place de partenariats publics/
priv6s, avait permis de sensibiliser 32 compagnies de telecommunications parmi les plus
importantes 6tablies dans vingt (20) pays sur les cinq (5) continents. Au mois de juin
2009, quand l'appel A manifestation d'int6r&t a 6t6 lanc6 dans desjournaux comme < The
Economist >> et << Financial Times >>, six (6) soci6t6s ont sollicit6 et obtenu du CMEP
l'acces A la < data room n (base de donn6es contenant toutes les informations pertinentes
concemant la transaction). Il s'agit de : America Movil/Codetel (R6publique Dominicaine),
Digicel Group Ltd. (Jamaique), Trilogy International Partners LLC [Comcel/Voila] (USA),
KDDI Corporation (Japon), Unibank S.A. (Haiti) et Viettel Corporation (Vietnam).
Cinq (5) d'entre elles ont fait leur o due diligence >, consult la documentation
fournie et effectu6 des visites sur le terrain. Apris le lancement formel de l'appel d'offres,
seulement trois (3) firmes ont soumis un dossier au CMEP dans le d1lai requis, soit le 30
novembre 2009.
C'est au mois de mai 2009 que la Banque de la R6publique d'Haiti (BRH),
propri6taire majoritaire des actions des T616communications d'Haiti S.A. (TELECO), a
confi6 au Conseil de Modernisation des Entreprises Publiques (CMEP) le mandat de
mener le processus de modernisation de l'entreprise en lanqant un appel d'offres
international pour la recherche d'un partenaire strat6gique et financier pouvant faire
l'acquisition de 60 % du capital de la nouvelle TELECO et apporter l'expertise technique
n6cessaire pour assurer le d6veloppement de la compagnie, de ses r6seaux et services.

Port-au-Prince, le 30 decembre 2009
Communication Plus S.A.


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.


Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit enten&t pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki
pem&t klyan an jwenn tout
enf6masyon li bezwen sou transp6


F W
I/TO) S.-~ nW WF WT If TiEf ET


pa avyon, sou lanme ak ate, f6
rezbvasyon pou transpb machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe tout bagay pi fasil pou klyan
an kit se machandiz lap voye, kit se efb pesonbl" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes
Devlopman.
MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon yo e pou
asyon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an
yon p d cOne-Stop-Sh ", sa vie di nou vie ofri li plizyc solysyon o chwa avyon,
bato os t n quit se machandiz pou ekspbtasyon, kit se pou enpa syon.
Nn kapini yo, Amerijet pral introdci lot6vantaj sou website li a. Pamela
Robbins o ki enterscan nolo ed b a plis
ekspansyon e.t penml.aIolla ans."
Amerijet International, I uni svis entenasyonal konpl e sou tout f6m
- pa avyon, pa bato ak atL.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit enten&t la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Pau rrPlus Iakery, Ime.,
NATURAL JUICE :


1638 NE 2ndAve
Miai, FL 33160
Til. 305-394-118


Catering Specialsts
Caes. Pasries, Hors d'Oeuvrs
fur a occasions


Page 4


I UNEANALSI


pour remettre l'entreprise flot, le tr6sor public
haitien s'est ruin6 dans ce gouffre sans fond
qu'a toujours &6t la Teleco sans distinction
du regime au pouvoir.
Comme par coincidence, il y a deux
semaines deux anciens directeurs de la boite
ont 6t6 appr6hend6s et conduits menott6s aux
Etats-Unis sous l'accusation de blanchiment
de fonds d6rob6s A l'entreprise par le
truchement de complices am6ricains.
Ces derniers de leur c6t6 ont d6j 6t6
condamn6s.

Un bastion de la corruption...
La Teleco a 6t6 un bastion de la
corruption en Haiti.
Et d'un regime politique A l'autre.
Presque sans exception.
Les deux responsables emprisonn6s
actuellement en Floride ont exerc6 sous le
pouvoirAristide (2001-2004).
Cette corruption a pris toutes les
formes possibles et imaginables.
Jean Ren6 Duperval et Robert
Antoine auraient requ plus de 800.000 dollars
d'une compagnie de telecommunications
am6ricaine. En change, ils auraient fourni de
nombreux avantages A cette compagnie,
incluant des tarifs pr6f6rentiels, des paiements
r6duits et des credits sur les montants des
dettes. Ces actes ont occasionn6 des pertes
de revenus importants pour l'entreprise, et
pour l'Etat haitien son propri6taire.
Selon la justice am6ricaine, la
complicity dans des cas de blanchiment
d'argent est passible d'une peine de 20 ans
de prison et d'une amende 6quivalant A plus
de 500.000 dollars ou au double de la valeur
de la transaction.

Une perte seche ...
Dans d'autres cas, ce sont des
proches du pouvoir qui recoivent des contrats
pour achat d'6quipements pour la Teleco mais
dont personne n'ajamais vu la couleur.

Etc.
Pendant ce temps, les gouverements
se servent largement dans les caisses de la
compagnie nationale pour satisfaire aussi bien
des besoins publics que priv6s.
La Teleco ne fait pas les
r6investissements n6cessaires.
L'arriv6e des compagnies priv6es de
t616phone cellulaire signe son arret de mort.
La Teleco continue de p6ricliter. On
parle meme de sabotage.
Autant dire qu'un plus grand
nombre, aussi bien du secteur public que
priv6, m6riteraient de rendre des comptes dans
ce scandale innommable.
Une grande injustice envers ceux des
employs qui avaient consacr6 plusieurs
ann6es de leur vie A l'entreprise.
Et envers la nation pour laquelle c'est
une perte seche.
Melodie, 103.3 FM, Port-au-Prince





Mercredi 06 Janvier 2010
Haiti enMarche Vol XXIII N 50


I DLACUALITE I


Le communisme sauvera le monde !


(COMMUNISME... suite de la lere page)
ce sont ces nations qu'on devrait appeler capitalo-
communistes qui viennent a la rescousse.
La Chine est oblige de financer l'6conomie
amdricaine parce que les Etats-Unis constituent son plus grand
march. Et parce que l'Amdricain est bon consommateur. C'est
1i qu'a pris naissance l'expression : soci&td de consommation.

Moduler les critiques ...
Les Etats-Unis sont obliges de n6gocier presque a
un prix de liquidation des bons du trdsor pour trouver les
milliards n6cessaires au renflouement de son system de credit
bancaire, son industrie automobile, ses nouvelles sources
d'6nergie ... et la guerre en Irak et en Afghanistan.
C'est PMkin le principal acheteur.
PMkin qu'il faut manager en apprenant a moduler les
critiques sur les violations des droits humains, sur l'occupation
du Tibet en renvoyant dans les coulisses toute rencontre avec
le Dalai Lama.
Tout en exerqant de l6geres pressions pour amener
les dirigeants chinois a r6dvaluer leur monnaie, afin de faciliter
aussi la vente d'articles occidentaux sur leur march.


Quant au Vietnam, dont l'6conomie a &te totalement
d6truite par la guerre du m6me nom, le voici op6rant un vritable
miracle pour devenir le nouveau petit dragon asiatique comme
on appelait au siecle dernier (le 20e du nom) les autres pays de
la region qui avaient choisi d'unir leur destin a celui du monde
capitaliste. Et qui aujourd'hui doivent partager le m6me sort
que l'6conomie du monde occidental.
La compagnie vietnamienne (Viettel) qui vient de
prendre le contr6le de la Teleco est en train de tenter 6galement
une perc6e sur notre continent en direction de Cuba, du
Venezuela, des pays ayant des difficulties avec le grand voisin
du nord.

Un nouveau systeme nomme la
Globalisation ...
Marx pensait que le communisme sauvera le monde,
oui mais en le ddlivrant du capitalisme. Ce n'est pas tout a fait
a quoi l'on assiste.
Mais est-ce le capitalisme qui a bouff6 le communisme
ou le communisme qui avaincu le capitalisme ?
Ou tout simplement la globalisation comme un
nouveau systeme qui passe par-dessus tous ceux-l ayant
exist auparavant.


Tout comme l'6conomie des nations sud-americaines
n'avaitjamais t& aussi performante que depuis qu'une vague
de gouvernements de gauche y ont conquis le pouvoir. Mais
ici par la voie ddmocratique. En tout cas c'est un ancien
Tupamaro qui vient d'6tre Olu president de l'Uruguay. Les
Tupamaros ont Wte l'un des mouvements arms les plus
radicaux enAmdrique du Sud.

La victoire des peuples ? ...
Cependant Marx voyait dans la victoire du
communisme la victoire des peuples. Or est-ce que les peuples
sont la priority dans les deals qui se font entre les deux anciens
systemes ?
Les Etats-Unis acceptent de se taire sur les violations
des droits humains et d'autres liberties civiques ou religieuses
par les autorit6s de Pekin.
De son c6t6, la Chine en fait autant pour obtenir les
bonnes graces des chefs d'6tat africains dans la grande perc6e
vers les ressources naturelles de ce continent.
La globalisation est done d'abord une affaire de gros
sous. L'argent n'a plus de couleur iddologique.

Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


La BID atteint un nombre record


d'approbations et de d6caissements en 2009


La r6ponse A la demande de financements de
1'Amerique latine et des Caraibes au lendemain de la crise
mondiale
La Banque interam6ricaine de d6veloppement a 6tabli
des niveaux record d'approbations de pr6ts et de
d6caissements en 2009. Ellejoue ainsi un r6le contre-cyclique
en fournissant des financements aux pays d'Amdrique latine
et des Caraibes face a la crise 6conomique mondiale.
La BID, qui marque aujourd'hui le cinquantibme
anniversaire de sa fondation, a approuv6 cette ann6e 165
nouvelles operations totalisant $15,9 milliards, un montant en
hausse par rapport aux $11,2 milliards enregistr6s en 2008. Les
d6caissements ont augment de $7,6 milliards l'anne dernibre
hprls de $12 milliards.
Dans son rapport de fin d'exercice au Conseil
d'administration de la Banque, le president de la BID, M. Luis
Alberto Moreno, a soulign6 la r6ponse rapide l'accroissement
de la demande de financement de la part des pays emprunteurs,
tout en notant que la region pr6sente de meilleures perspectives
de croissance en 2010 apres avoir surmont6 le ralentissement
de l'6conomie mondiale.
M. Moreno a d6clard que si l'Amdrique latine et les
Caraibes ont 6vit6 un effondrement 6conomique semblable a
ceux qui ont suivi les crises survenues au cours des d6cennies
6coul6es, ni la region ni la BID ne devraient se contenter
d'dviter simplement la catastrophe.
<< Nous ne devons pas oublier que quelques 200
millions de personnes vivent encore dans la pauvret6 en
Am6rique latine et aux Caraibes, la solidity relative des
politiques macro6conomiques ou des institutions financibres
dans bon nombre de nos pays est une abstraction dont l'impact
sur leurs niveaux de vie est quasiment nul >>, a-t-il rench6ri.
Selon M. Moreno, la region tient aujourd'hui une
<< occasion historique > de briser le cycle vicieux des crises
financieres qui font basculer ses economies et retardent son
d6veloppement.
< Le fait que nos economies soient toujours debout
aprbs cette crise ne nous donne aucune excuse >, a pr6cis6 M.
Moreno. < La maturity politique et 6conomique dont notre
region a fait montre, ainsi que la capacity de reaction de nos
gouverements et des institutions multilat6rales comme la BID,
t6moignent du fait l'Amdrique latine et les Caraibes peuvent
forger leur propre destin >.
Les defis A relever apres la crise
La BID a pu faire face a la demande croissante de
soutien venant des pays membres emprunteurs grace aux
r6formes qu'elle a entreprises au cours des deux dernires
anndes pour acqudrir plus de fluidity, de flexibility et accroitre
son assise financibre. Ces modifications structurelles ont
permis a la Banque de relancer ses activities de prit et d'accroitre
le nombre de ses operations sans augmenter significativement
ses charges de personnel ou ses charges administratives.
Toutefois, pour continuer a fournir des niveaux de
financement analogues et 6viter une baisse tres marque des
pr6ts a partir de 2011, la BID devra accroitre son capital autoris6,
qui se situe actuellement a $101 milliards. Sur ce total, seulement


4 % environ est vers6, le reste 6tant constitu6 des engagements
de ses 48 pays membres.
Au mois de mars dernier, l'Assembl6e des
gouverneurs (organe supreme charge de d6finir les grandes
orientations de la BID au sein duquel sont repr6sent6s tous
les pays membres) a appel6 a une evaluation de la n6cessit6
d'un apport de ressources nouvelles au Capital ordinaire de la
Banque et au Fonds des operations sp6ciales, qui constituent
son moyen de financement des pr6ts concessionnels en
direction des pays les plus pauvres de la region.
M. Moreno a fait remarquer que dans le cadre de
cette evaluation, la BID a op6rd une s6rie d'ajustements exig6s
par les pays membres en vue d'ameliorer les produits et
services de l'institution et accroitre son efficacit6 en matiere
de gestion des risques, de transparence et de responsabilit6.
L'Assembl6e des gouverneurs pourrait arr6ter une
decision concernant une hausse du capital-la neuvibme
reconstitution au cours des 50 ans d'histoire de la BID-lors
d'une assemble annuelle prdvue pour mars 2010 a Cancun au
Mexique.
Une augmentation du capital permettrait a la BID de
mieux aider les pays d'Amdrique latine et des Caraibes qui
souhaitent r6aliser des taux de croissance plus 6lev6s a
6radiquer la pauvret6 et combler le foss6 des in6galit6s dans la
region.
Pour illustrer ce programme de d6veloppement plus
ambitieux, M. Moreno a 6voqu6 la n6cessit6 d'une integration
de la region dans le domaine de l'6nergie. Il a affirm que la
region a d'6normes capacit6s pour d6velopper de faqon durable
les sources d'6nergie tout en contribuant aux efforts d6ployds
a l'6chelle mondiale envue de r6duire la menace du changement
climatique.
La region a 6galement besoin d'investir davantage
dans son capital humain, en particulier en faisant du
d6veloppement de la petite enfance une priority de maniere a
ce que les enfants soient mieux a m6me d'apprendre une fois
qu'ils ont atteint l'Age d'aller a l'6cole.
M. Moreno a indiqu6 que l'Am6rique latine et les
Caraibes doivent 6galement amdliorer leurs infrastructures, a
la fois pour r6aliser un gain de productivity et pour amdliorer
les conditions de vie des couches majoritaires ayant des
revenus relativement faibles.
Les villes ont aussi besoin d'un soutien accru, a
ajout6 M. Moreno. Cette region compte quatre villes ayant
une population de plus de 10 millions d'habitants et 55 ayant
plus de 1 millions d'habitants. Il s'est produit une explosion
urbaine qui a d6pass6 largement la capacity des autorit6s
locales de rdpondre aux besoins de leurs citoyens dans des
domaines allant du transport public a l'eau et l'assainissement,
et la s6curit6.
Faits marquants de 2009
Parmi les faits marquants de cette ann6e, M. Moreno
a soulign6 le flux net positif des ressources en direction de la
region, qui repr6sente un montant total de $6,5 milliards, soit
plus de trois fois le volume de l'annde dernibre. D'autres faits
important sont a souligner, a savoir entre autres :


1. La BID a achev6 la plus vaste operation de gestion du passif
de son histoire enconvertissant $26 milliards de pr6ts impayds,
soit plus de la moiti6 de son portefeuille de pr6t, en taux
d'intrlt fixes et/ou en dollars, permettant ainsi aux emprunteurs
de profiter de taux d'inter6t en dollar historiquement faibles.
1. Enpartenariat avec l'Espagne, la BID a approuv6 $1,8 milliard
pour des projets dans le domaine de l'eau et l'assainissement,
un secteur indispensable pour combler le foss6 des in6galit6s
dans la region.
1. La BID a accord a Haiti un all6gement de la dette d'un
montant total de $511 millions et triple les dons octroyds aux
pays les pauvres de la region a $250 millions pour la p6riode
2009/2010.
1. La R6publique dominicaine a &td le premier pays a tirer parti
d'un nouveau mdcanisme de credit de la BID destiny aux
situations d'urgences dues a des catastrophes naturelles. Ce
mecanisme a &te cr&6 pour faire face aux d6penses urgentes
provoqudes par des ouragans et des tremblements de terre.
1. La BID a r6ussi a mobiliser des ressources additionnelles
aupres d'autres pr6teurs pour soutenir de grands projets
d'infrastructure dans la region tels que Rodoanel Oeste,
larocade de Sao Paulo.
1. Deux pr6ts d'un montant total de $101 millions appuieront
la construction de parcsd'doliennes au Mexique en de produire
de l'l6ectricit6 propre pour une cimenterie, Cemex, et pour le
magasin a succursales Wal-Mart.


CONTACT US
TOLL FREE. 1-8 88-38 3-2856
OR. 305-620-8300
FAX .305 -6 2 0-8 3 3 2
CELL. 3 05-986-88i


FICHE D'ABONNEMEN A HAITI EN MARCHE


I pIU fit pour Six M I


Hanti ______
Etats Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


Gdes 260.00
_ US $ 40.00
_ US $ 42.00
_ US $ 70.00_
_ US $ 70.00o


I CoatpouriA


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
us $ 135.00
US $ 135.00


Dans l* cas d'un abonnement
avec Ilvralson, le coOt eat le double.
Prtre de specMier si voua etes
un nouvel abonn6
ou s'll s'agt d'un renouvellement


Nouveau


Renouvellement

EL5


Page 5


Nom
Adresse.






PageECTINS: REMI 6E EN QUESTION


Mercredi 06 Janvier 2010
Haiti en Marche Vol XXIII N' 50


Un peuple aussi pauvre peut-il voter democratiquement ?


(ELECTIONS... suite de la lere page)
quelque demagogue fou, tuant et brflant tout sur son passage.
A ces mots, nos grands parents feraient un rapide
signe de croix. << Mande Mon Dye padon >>, Dieu nous
protege !
Mais ce n'est pas une raison non plus pour jouer
6temellement les aveugles.
C'est que la misere que vit aujourd'hui le peuple
haitien est sans commune mesure. Il n'est done pas concevable
qu'elle reste a jamais sans consequences. Pr6visibles et non


H i'BBiBi


Ou qu'il est tomb6 (ou qu'on l'ait laiss6 tomber) si
bas que de pareils sentiments lui seraient devenus strangers,
insignifiants.
Et que tout le blabla electoral n'dveille en lui plus rien
que la possibility de gagner quelques piastres en jetant son
bulletin au nom d'un candidat qu'on lui a d6sign6 a l'avance
et qu'il ne connait ni d'Adam ni d'Eve.
On peut parier que ce sera le cas pour prbs de la
moiti6 des votes qui tomberont dans les prochaines umes.
Est-ce cela une vraie ddmocratie ?


Mieux vaut alors << tre fasciste que pd6 >>, comme
dit la petite fille de Mussolini, une figure politique dans l'Italie
de Berlusconi.
Le peuple haitien se trouve probablement aujourd'hui
dans un 6tat pire que celui de l'Europe qui avait invent le
vote censitaire.
Selon Google.fr, on appelle suffrage censitaire le mode
d'l6ections oni seuls pouvaient voter les citoyens qui sont
propri6taires ...
Et plus tard, seuls ceux qui paient leurs taxes.
= W OC


Distribution de nourriture et de quelques autres premieres necessities
aux bons soins du Ministere des Affaires sociales et du Ministere a la Condition feminine (photos Robenson Eugene)


pr6visibles.

Un volcan qui sommeille ...
Nous vous invitons a regarder dans la presse locale
les photos des compatriotes en train de recevoir les dons en
nourriture ou autres distribuds par le gouvernement pendant
la p6riode des f6tes.
Y compris les enfants lors de la c6r6monie
traditionnelle de distribution de jouets au Palais national.
Autrefois on aurait vu des yeux illumines, coquins.
Aujourd'hui (et surtout cette annde) rien que des
visages tristes et sombres. Pas un sourire, meme chez les tout
petits qui ont &te habill6s aux couleurs du Pare Noel en arrivant
au Palais. Tristesse et colere Une colere rentr6e. Volcan qui
sommeille.
Nous vous invitons a voir qa par vous-memes.
Il n'est done pas normal de continuer a faire la sourde
oreille, comme si tout est pour le mieux dans le meilleur des
mondes.
Comme dirait le Hamlet de Shakespeare, il y a quelque
chose de pourri. Oui, dans le systbme des elections
d6mocratiques tel que applique aujourd'hui en Haiti.

Une immense foire ...
A chaque election, on fait appel au peuple des sans
logis pour aller aux umes. Puis au revoir et merci !
Ce qui petit h petit a fini par transformer les elections
en une immense foire oni tout s'achete et se vend.
C'est oblige.
Au debut, quand il y croyait encore, on se f6licitait
que ce peuple-l, qu'on dit nd malin, prenait l'argent du candidat
d'en face et allait voter pour celui qu'il porte dans son cceur.
Et quand il n'a plus de preference pour quiconque
parce que abandonn6 totalement a lui-meme !


Secundo, si cela marche, pourquoi vouloir changer
alors les conditions d'un tel peuple ?
Ce sont 1i des interrogations, nous pr6cisons, pas
des affirmations.

Le suffrage censitaire ...
A moins de vivre dans une tour d'ivoire, sans aucun
contact avec la brutale r6alit6 qui nous monte au nez dans la
capitale haitienne.
Pendant combien de temps peut encore durer ce bluff,
cette parodie de d6mocratie ?
Attendrons-nous jusqu'a l'arrivde du demagogue
fou?
Ce n'est plus la r6alit6 de la misere elle-meme qui
choque le plus aujourd'hui que notre facon de nous en
accommoder. Et meme d'en tirer parti.
A commencer par les politiques.
Quand on d6nonce la misere, c'est dans l'unique but
d'avancer ses pions sur l'6chiquier electoral.


Etc.

Viva la revolucion !...
Discrimination, certes. Mais souvenez-vous que
certains leaders politiques, qui sont aujourd'hui encore dans
l'arlne apres avoir flirt6 avec le pouvoir fasciste des militaires
qui avaient commis le sanglant coup d'6tat de 1991, l'avaient
sugg6rd a ces derniers.
Un tel opportunisme peut-il donner autre chose que
ce dont on hMrite aujourd'hui.
Alors, que faire ? Qu'avons-nous d'autre a offrir ?
Viva la revolucion !
Nous voici 1l aussi bien en retard.
Toutefois un problkme m6rite d'abord d'etre pos6.
Commengons par le commencement. Sans quoi aucune solution
n'est envisageable ... Sinon dventuellement un quelconque
Pol Pot haitien !

Haiti en Marche, 3 Janvier 2010


"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"







?AYDEJA A W


MIAMI 5D

AVI PIBLIK
SA A SE KOREKSYON YON AVI KI TE B


Ajans Lojman Piblik Miami-Dade Mizajou Plan Administratif Seksyon 8
PERYOD KOMANTE ak ODYANS PIBLIK
Ajans Lojman Piblik Miami-Dade (MDPHA) isiba pibliye mizajou yo ki pibliye
pou Plan Administratif pou Pwogram Chwa Koupon Lojman ak Pwogram
Reyabilitasyon Modere Ajans Lojman Piblik Miami-Dade.
Peryod Komante 30 jou: 29 desanm 2009 jiska 27 janvye 2010. Voye kbmante
alekri w yo bay Director, MDPHA, 701 NW, 1 Ct., 16 Floor, Miami, FL 33136
Odyans Piblik: 10 fevriye 2010 MDPHA Board Room, 1401 NW 7 St., Miami,
FL 33125, 4 PM.
Pou plis enfbmasyon, ale sou: www.miamidade.aov/housinq.
MDPHA pa fe diskriminasyon ras, seks, koule, relijyon, eta sivil, oriin nasyonal, enfimite, desandans, oryantasyon
seksyel, laj gwoses oswa sitiyasyon familyal pou jwenn akse a, admisyon a, oswa anplwa nan pwogram oswa
aktivite lojman. Si w bezwen yon entepret ki pale an sly oswa dokiman nan foma aksesib pou evennman sa a, rele
786-469-4229 omwen senkjou davans. Moun kiseviak TDD/TTYyo ka kontakte "Florida Relay Service" nan
800-955-8771. ,


Page 6





Mercredi 06 Janvier 2010
Haiti enMarche Vol XXIII N 50


ISL 5EULE SOL UTION: AD CEREALI SAT I


Port-au-Prince : pas de solution avec cette surpopulation


(... suite de la lere page)
fourmillement de cambistes et de toutes sortes d'autres petits
business au centre-ville de La Havane.
Mais Cuba avait r6gl6 d6finitivement son problkme
de surpopulation de la capitale.
Et la police fait bonne garde, contr6lant les citoyens
semblant errer sans domicile fixe pour les prier de regagner
leur patelin.
Parlons-en. La difference c'est d6velopper
suffisamment leur patelin pour enlever tout pr6texte aux non-
residents de la capitale de venir continuer a faire d6border
celle-ci de sa capacity d'origine.

Port-au-Prince: le meme defi mais au
centuple ...
Ce que nous ne savions pas lors de notre premiere
visite en 1976, c'est que cela avait 6td une politique d6liberde
du gouvernement du Cuba r6volutionnaire de n6gliger La
Havane (malgr6 et grice a la manne sovi6tique) pour activer le
d6veloppement du reste du pays.
En effet, vingt ans plus tard, nous nous rendimes
dans plusieurs autres villes du pays (Varadero, Santa Clara,
Santiago, Camaguey oi vit une large communaut6 haitienne),
toutes avaient un adroport international flambant neuf et
aucune ne semblait laiss6e a l'abandon.
Port-au-Prince pr6sente aujourd'hui le meme d6fi mais
au centuple.
Tout ce qu'on pourrait r6aliser a la capitale est
condamnd a disparaitre sous les plus de 3 millions qui s'y
entassent pele-mele et la masse de problkmes que cela
fatalement entraine.
Mais primo, il faut une politique. D'abord arreter de
gaspiller des fonds publics dans une capitale devenue un
gouffre sans fond.
I1 faut commencer par le commencement.

Un immense gaspillage...
L'exemple type ce sont les d6penses folles effectudes
a l'occasion du bicentenaire de la fondation de Port-au-Prince
en2000.
La construction d'un btiment hypermodeme pour la
Banque de la R6publique d'Haiti (BRH) par la firme de
construction francaise Bouygues et la renovation de la Cite
de l'Exposition (Place d'Italie) commundment appelk
Bicentenaire oi furent investis plusieurs dizaines de millions
de dollars.
Mais une annde plus tard seulement (en 2001), les
troubles politiques reprennent le dessus pour culminer dans
les violences qui aboutiront au depart precipit6 du pouvoir
par le president Jean-Bertrand Aristide le 29 f6vrier 2004. Et
pour se poursuivre jusqu'en 2007, au lendemain du retour a la


pr6sidence de Rend Prdval.
Les trois quarts des investissements consentis au
quartier commercial et dans cette partie historique de la capitale
ont t& un immense gaspillage.
Encore une fois on avait pens6 d'abord (ou pire
encore, sans y penser) : << Rpublique de Port-au-Prince >>.

Une tete monstrueuse et vide ...
Chapitre 2, la semaine dernire, il a fallu la croix et la
banniere pour persuader la majority des s6nateurs et d6put6s
a venir a une stance en assemble nationale en vue de ratifier
un accord de pret sign avec le Venezuela (a des conditions de
remboursement avantageuses) pour la modernisation de
l'adroport du Cap-Haitien (Nord), la deuxieme ville du pays,
mais qui n'est pas moins menace de disparition que la capitale.
Une fois installs au Parlement, les lus de la province
n'y retoument guere, sinon a la veille des prochaines elections.
Le probleme, ce ne sont pas seulement eux qui
connaissent le chemin de Port-au-Prince, mais aussi tous leurs
administrds qui d6boulent des quatre coins de la rdpublique
pour eux aussi (a l'exemple de leurs mandataires) venir chercher
fortune dans une capitale qui n'a plus rien a offrir.
Le pays n'a plus que la peau et les os affublW d'une
capitale comme une tete monstrueuse et vide. Sans jeux de
mots.

Les besoins les plus intimes accomplis en
pleine rue...
Done plus encore que dans La Havane des anndes
60 et 70 apres l'arriv6e au pouvoir des barbudos, les pouvoirs
publics haitiens doivent se d6cider a arrnter dejeter des millions
par les fenetres d'une impossible tentative de r6-urbanisation
(vaines initiatives comme celle de la r6cup6ration des deux
metres de trottoir qui sont envahis l'instant d'apres par les
marchandes a peine descendues du pays profond et invitant
leurs famille et connaissances a les rejoindre).
Peuple sans feu ni lieu, et qui fait ses besoins les
plus intimes devant tout le monde et en pleine rue. Et c'est
chaque jour de nouvelles surprises de ce genre.
Pourtant ce n'est toujours pas suffisant pour
convaincre les autorit6s a prendre le taureau par les comes
(car c'est en effet un d6fi sans aucun pr6c6dent qui demande
un grand courage politique et la capacity de faire face a tous
ceux dont soit le pessimisme inv&t6rd, soit la mauvaise foi
constitue leur principal gagne pain) ...
Toutefois on parle sans fin de decentralisation. Mais
c'est un slogan electoral comme un autre.
Meme les catastrophes naturelles toujours plus
nombreuses et plus ddvastatrices d'ann6e en annie
consequencee, dit-on, du ph6nomene de rechauffement
climatique) n'arrivent pas a persuader nos d6cideurs de


changer leur fusil d'6paule.
On dit que la capitale elle-m6me est sous la menace
d'un s6isme majeur et sans aucune prevention envisage 1a
non plus ... Mais nenni. Toujours rien ne bouge.

Donner aux gens les moyens et le goft de
vivre chez eux ...
Depuis le passage coup sur coup de quatre ouragans
en 2008, il est de bon ton de parler de r6habiliter nos mornes et
nos plaines d6nud6s. Mais des decisions plus simples et tout
aussi vitales comme la mise en place effective des collectivit6s
territoriales, base 16gale de la decentralisation des pouvoirs et
une premiere breche dans l'institution d6nomm6e < la
R6publique de Port-au-Prince >>, et qui se fait attendre depuis
la ratification de la Constitution de 1987, tout comme l'ouverture
partout dans le pays de complexes administratifs qui
permettent aux gens de se munir de pieces d'identit6 figurant
dans le grand registre national pour ne plus tre lich6s dans la
nature au gr6 des trafiquants de b6tail humain. En un mot de
pouvoir s'acquitter sur place de toutes les formalit6s requises
devant la loi. Mais aussi b6ndficier de tous les droits qui font
d'eux des citoyens a part entire. Et d'abord l'instruction, les
soins de sante et le travail. Des investissements a caractere
socio-6conomique pour l'encadrement de toutes les categories
concerns : agriculteurs, pecheurs, agents en reforestation,
artisans etc.
Fixer les gens sur leur lieu de naissance et leur donner
les moyens et le goft d'y vivre.
Sans oublier ceux-l qui en ont les moyens (ou leurs
proches en diaspora) et qui voudraient ouvrir une entreprise,
petite ou moyenne, leur accorder les memes privileges r6serv6s
aux grands pontes de la capitale. Sans 6tre soumis a des
conditions de citoyen de seconde zone. Le tr6sor public y
gagnerait.

Mais halte A la sensiblerie ...
VoilW. Avant meme les grandes infrastructures qui ont
uniquement servi jusqu'ici a draguer toutes les dermires
ressources et toujours vers la capitale (y compris le capital
humain), 1'Etat haitien donnerait ainsi le signal d'un nouveau
et veritable engagement de sa part.
Car ceux qui se pr6cipitent et viennent encombrer
une capitale qui menace de devenir notre tombeau a tous, le
font parce qu'ils se sentent d'abord et depuis toujours oubli6s,
dddaignds, les 6temels laiss6s pour compte.
Cela dit, halte a la sensiblerie I1 s'agit d'une vraie
question politique (c'est-a-dire ou ce ne sont pas des elections
mais tout l'avenir d'une nation qui est enjeu) et qui doit tre
tranch6e par la t6te et non le cceur sur la main.
Demagogues de tous bords, s'abstenir !
Hafti en Marche, 3 Janvier 2010


PRESSE


2009, annie meurtriere pour les journalistes


Avec cent treize assassinats dejoumalistes, 2009 aura
Ftd l'une des pires anndes pour la presse, a affirm mercredi 30
d6cembre la Fed6ration international des joumalistes (FIJ),
appelant 1'ONU a agir pour les prot6ger. Le bilan est 'de cent
trente-septjoumalistes et travailleurs des m6dias tubs en 2009',
dont 'cent treize assassinats cibl6s, l'un des nombres les plus
6levs jamais enregistrds, etvingt-quatre morts accidentelles',
selon cette organisation base a Bruxelles.
La baisse du nombre d'assassinats de joumalistes
enregistr6e dans le monde en 2008 soit cent neuf 'n'aura pas
durd longtemps', a d6clard Jim Boumelha, le president de la
FIJ. L'association d6nonce notamment l'inaction des Etats, a
qui 1'ONU avait pourtant demand en 2006'de prendre des


mesures pour prot6ger les joumalistes et les m6dias dans les
zones de conflit', rappelle la FIJ.
Les Philippines, le Mexique et la Somalie sont 'les
pays les plus dangereux pour les joumalistes', affirme la FIJ,
6voquant 'leffroyable massacre de trente et unjoumalistes et
travailleurs des m6dias aux Philippines en novembre et les
r6centes violences a l'encontre de nos colleagues au Mexique
et en Somalie'.
Pour la deuxieme annde consecutive, la region Asie-
Pacifique est la plus meurtriere, avec cinquante et un
journalistes et travailleurs des m6dias tubs, en raison
notamment de la situation aux Philippines (trente-huit sur


l'annde).
Derriere les Philippines, les quatre pays les plus
dangereux ont et& le Mexique (treize), la Somalie (neuf), le
Pakistan (sept) et la Russie, oi ont &t6 d6nombr6es six morts
dejoumalistes. La FIJ rappelle qu'elle soutient une campagne
contre l'impunit6 dans ce dernier pays. En Irak, pays longtemps
le plus dangereux pour les joumalistes, le nombre de morts
dans les m6dias est passed cinq, contre seize en 2008.
Etabli en collaboration avec 1'INSI, l'Institut
international pour la s6curit6 de la presse, pour d6nombrer les
morts de repr6sentants des m6dias dans l'exercice de leur
metier, le rapport complet de la FIJ sera public a la mi-janvier
2010.


I hrtmt I 14w n c" 1u% ie ur)vm l r a I'#v#CI#%







"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Page 7


9r7--^^






IIE ANVtmRAUXGOAI


Mercredi 06 Janvier 2010
Haiti en Marche Vol XXIII N' 50


Haiti fete le 206e anniversaire de son ind6pendance
Le president haitien Rend Pr6val a souhait6 reconstruire le r6seau routier du pays et nous avons faits Haitiens Apoursuivrelerenforcementdelastabilit6denotre
vendredi la stability et la s6curit6 A Haiti en 2010 lors de son d'6normes progres dans la relance de la production agricole pays>>, a lanc6 M. Pr6val.

U. ...... U


Les cdrdmonies du ler Janvier 2010, 206e anniversaire de 'Independance, se dtroulant aux Gonaives surnommte Cit/ de 1 'Indtpendance


discours A l'occasion du 206e anniversaire de
l'ind6pendance de son pays c&l1bre traditionnellement dans
laville des Gonaives (nord).
< s6curit6 et la stabilit&>, a d6clard le president Pr6val qui
s'adressait A des milliers de personnes masses sur la Place
de l'ind6pendance.
II a dans le meme temps stigmatis6 la division qui
d6chire son pays depuis plus de 200 ans.
< avec l'assassinant du g6ndral Jean-Jacques Dessalines
fondateur de la Nation, le pays est entr6 dans un cycle de
division qui retarde son d6veloppement>, a regrett6 M.
Pr6val.
Le chef de l'Etat d'Haiti dont le mandat arrive A
terme dans une annde a insist sur l'importance d'un climat
de stability pour attirer des investisseurs et cr6er des emplois
en Haiti ou plus de la moiti6 de la population active est au
chomage.
<

apres les ouragans
destructeurs de 2008. Est-ce
que nous allons laisser
l'instabilit6, comme par le
pass, d6truire tout ce qui se
fait, a lanc6 M. Pr6val.
Au plan politique, il a
souhait6 que des elections
16gislatives pr6vues en Haiti en
f6vrier et mars prochains se
d6roulent dans des conditions
de s6curit6 et de transparence.
< importantes pour renforcer la
d6mocratie en Haiti. Si elles se
passent dans le calme et dans
l'impartialit6, ceci renforcera la
confiance des Haitiens et des
strangers dans la capacity des


La grande foule masse sur la Place d'armes tcoute attentivement le message du Chef
de 1 'Etat mtme avec parfois quelques mouvements d'humeur, la ville a dtt totalement
dtvastte en 2008 par 4 ouragans coup sur coup (photos Robenson Eugene)


LE DEUXIEME POUVOIR


Aider le Parlement a mieux servir la nation


Conformement A son mandat, la MINUSTAH appuie
diff6rentes entities de 1'Etat haitien : le Gouvemement, les
organismes deconcentrs, mais aussi les Chambres hautes
et basses du Parlement. Ce soutien au LUgislatif moins
ostentatoire n'en est cependant pas moins important. Au sein
de la Mission, cette responsabilit3 est devolue A 1'UnitlAppui
au Parlement (UAP) de la Section des Affaires civiles.
L'Unit6 Appui au Parlement a &t6 cr66e en 2006 dans
le but de renforcer les capacit6s 16gislatives du Parlement grice
A une assistance directe de la MINUSTAH. < notre mandat, nous fournissons un appui technique aux
parlementaires. Nous travaillons toujours en 6troite
collaboration avec les dlus pour pouvoir identifier le vide
l1gislatif et essayer de le combler, explique Pierre Ubalijoro,
chef de l'Unit6 Appui au Parlement.
Et pour mieux accomplir sa mission, cette entity de la
Section des Affaires civiles est base non loin du Parlement
haitien, plus pr6cis6ment A proximity du SRnat de la R6publique.
En effet, une des tiches essentielles de cette entity
de la MINUSTAH est d'acc6l1rer le processus l'adoption de
lois dans certains domaines tels que la r6forme de lajustice, la
gouvemance locale, la r6forme fiscale, les elections, les droits
des femmes et des enfants, entre autres. L'Unit6 a 6galement
pour mission d'aider A l'optimisation du processus de
ratification de traits intemationaux.
A cet 6gard, un soutien technique est fourni A
certaines commissions parlementaires. A travers cet appui,
l'Unit6 facilite aux parlementaires l'acces A l'expertise de
professionnels dans des domaines oi des besoins sont
identifies.
Cet appui, (important pour l'avancement de l'agenda
l1gislatif >, prend toujours la forme d'un accompagnement.
quelconque. Les parlementaires ont toujours pris l'initiative


des activities faites conjointement >, precise M. Ubalijoro.
Les commissions Affaires sociales/Condition
feminine et Droits de l'enfant sont au nombre de celles
auxquelles l'appui a d6ji port des fruits. L'aide A ces
commissions consiste notamment A faciliter l'adoption de lois
pouvant amdliorer les conditions de vie des enfants et des
femmes et favoriser une plus grande participation de ces
dernires A la vie politique du pays.
Entre autres retomb6es de cette collaboration,
l'adoption de la loi sur la domesticity. Des conventions
internationals enrichissant la 16gislation haitienne en faveur
des enfants ont aussi &te ratifies, notamment les conventions
138 et 182 de l'Organisation Internationale du Travail portant
respectivement sur l'age minimum A l'emploi et les pires formes
de travail de l'enfant.
Outre l'aide A l'avancement du programme 16gislatif,
qui peut prendre aussi la forme d'un < appui de proximity aux
deux Chambres pour l'adoption de textes visant un meilleur
fonctionnement du Parlement >, un soutien technique est
apport6 aux commissions parlementaires pour l'organisation
de forums. Ces forums portant sur des themes pertinents sont
initi6s dans tous les d6partements du pays.
Par ailleurs, les parlementaires b6ndficient d'un appui
logistique pour leur d6placement dans leurs communaut6s
respectives. Des h6licopt&res et des v6hicules de la Mission
sont ainsi mis A leur disposition.
L'UAP aide aussi les parlementaires dans le cadre de
voyages d'6changes dans d'autres pays. A titre d'exemple,
une d6l1gation de parlementaire a sdjourn au Rwanda du 22
au 28 novembre 2009. L'objectif principal de la visite 6tait
d'6tudier comment un pays, avec des contraintes
socio6conomique et des p6rip6ties historiques semblable A
celles d'Haiti, avait pu s'en sortir d'une crise profonde, 15
ans apres une guerre et un genocide d'une ampleur


inimaginable.
Autre volet de sa mission, l'Unit6 d'Appui au
Parlement ceuvre au renforcement de la relation entre l'Ex6cutif
et le Legislatif. Renforcer le contr6le constructif du
Gouvemement par le pouvoir l1gislatif et aider A l'l6aboration
d'un calendrier de travail concert figurent au nombre des
principaux objectifs de ladite Unit. Celle-ci sert 6galement de
liaison entre le Parlement et les partenaires intemationaux.
L'UAP doit aussi aider A la vulgarisation des textes
de loi ainsi qu'A une meilleure visibility du travail parlementaire.
Pour cela, l'Unit6 travaille conjointement avec le Bureau de
Communication et d'Informationpublique de la MINUSTAH
afin de doter le Corps l1gislatifd'une salle de presse dynamique
et modeme.
Cependant, accomplir ces diffirentes tiches n'est pas
sans difficulties. Le manque de disponibilit6 des parlementaires,
une certaine incomprehension du travail de l'UAP, la priority
accord6e aux questions d'ordre politique sont autant
d'obstacles rencontr6s.
< tres rarement. Toutes nos attentes ne sont pas combl6es. Mais
nous esp6rons que le processus ira de mieux en mieux >, dit
Pierre Ubalijoro.
Ces efforts sont n6anmoins appr6cids des
b6ndficiaires. Et comme le souligne le Secr6taire g6ndral de la
Chambre des d6put6s, Lucien Francoeur, < cette aide est d'une
grande utility . Pour sa part, le d6put6 Saintilma Joseph,
president de la Commission des droits de l'enfant tout faisant
valoir que ce support a ses limites, reconnait que (la
MINUSTAH se met au service des parlementaires haitiens.

Redaction : Martine Denis Chandler
Edition : Hugo Merveille


Page 8





Mercredi 06 Janvier 2010
Haiti enMarche Vol XXIII N 50


1 ANVER OU DSAIEX


Rene Preval promet des elections honnetes pour fevrier 2010


















Plus sereines les cIr monies dans lesjardins du Palais national le lendemain 2 Janvier 2010, baptis. Jour des Aieux : on voit le PresidentPreval recevant les honneurs a la tete des 3 pouvoirs de l'Etat
et attabl/s la Ministre des Affaires trangeres, Marie Michele Rey, en compagnie du Nonce apostolique etdu Presidenta.i. de la Courde cassation, Me Georges Moise (photos G Dupe etR. Eugene)







"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"






La foule au Gonaives le ler Janvier


ENERGIE RENOUVELABLE

Des panneaux solaires de la MINUSTAH aux lies Cayemites
Le Bureau Regional de la Section des Affaires civiles Nan Kanpech profitent 6galement du nouveau systeme de centre de sante entre autres. L'entretien de ses panneaux
de la MINUSTAH a Jer6mie a proc6d6, le 14 d6cembre, a d'6nergie solaire. sera a la charge des autorit6s locales et paroissiales.
l'inauguration d'un systeme d'l6ectrification a 6nergie solaire Au total, 16 panneaux solaires ont &te installs dans R6daction: Francois Fobert(Edition: Martine Denis
aux Iles Cayemites, principalement dans la locality d'Anse a ces diverses localit6s. Ils ont &t6 places dans des zones Chandler
Macon. Un geste fortement salutaire pour les iles et leurs particulierement strat6giques, sur des places publiques, pros
habitants.
Les Iles Cayemites sont un groupe de deux ilots
situds en face de Pestel, dans la presqu'ile du Sud. Ils ont une
superficie de 47 Km carir. La beauty des iles a t c6dlbr6e par
maints pontes, et son apparence sauvage a attire pas mal I I
d'aventuriers. I I
Malheureusement, vivre sur ces iles n'est pas une
sinecure. En effet, la population auj ourd'hui 6valude h quelque
25.000 habitants, ne b6ndficie d'aucun service de base. Elle vit
essentiellement de la peche et de la fabrication du charbon de
bois.
Comme le souligne le Maire de Pestel, Evil Lavilette,
les Cayemites ont &t6 longtemps oublides par le pouvoir central.
<< Les conditions de vie de la population de la zone sont trbs
pr6caires en raison de la carence enregistr6e dans la distribution
des services comme la santW, l'6ducation, l'eau potable et
l'dlectricitd>>, a-t-il dit.
C'est done avec beaucoup de joie que le projet
d'l1ectrification d'une partie des iles Cayemites a &td accueilli.
Finance par la MINUSTAH h hauteur de 24.856 dollars
amdricains, ce projet a &t 61labor6 et ex6cut6 par la compagnie
<< Energie Renouvelable SA (ENERSA), avec le concours de
l'Unit6 de projet h impact Rapide (QIP) de la MINUSTAH.
Pr6sentW par le cur6 de la Paroisse de Pointe Sable, le
rdv6rend Pire Pierre Joseph Sevignd, le projet d'l1ectrification
des Cayemites a s6duit les responsables des Affaires Civiles
de JMr6mie. Des visites d'dvaluation sur place ont
d6finitivement convaincus ces derniers de l'importance de ce
projet pour la population, notamment sur le plan s6curitaire.
Selon le Chef du Bureau Regional de la MINUSTAH
h J&r6mie, Martha Lya Cordoba, cette initiative entre dans le ..giC.e ..Kstr
cadre des Projets h Effets Rapides (Quick Impact Project QIP)
finances par la Mission pour aider g amdliorer les conditions GOl tL6
de vie de la population haitienne. M%
<< Ce projet permettra h la population des diffirentes
zones cibl6es de b6ndficier d'un minimum d'6clairage mais
6galement aux l1ves de r6aliser leurs travaux acad6miques
dans de meilleures conditions>>, a expliqu6 Mme Cordoba. La
responsable du Bureau RWgional de la MINUSTAH h J&r6mie
fait 6galement observer que ladite initiative << permettra surtout
de renforcer la sdcurit6 le soir, en diminuant des agressions de -
diffdrents types grice h l'6clairage de ces zones >>.
Aux Iles Cayemites, ce projet couvre les localitds T U L LJtO o
d'Anse h Macon et Pointe Sable. Sur la grande terre, la locality To p 1 3 di sncef
de << les Basses >>, limitrophe des Communes de Pestel et a0ets a Ihii
Boucan bdndficie 6galement de ce projet. A Corail, une autre
commune voisine de Pestel, les localitds de Boucan-Noel et <<


Page 9






ISLUTTECONTREI A IN AEC URITEAL TA


Mercredi 06 Janvier 2010
Haiti en Marche Vol XXIII N' 50


HAITI : Bilan 2009 du secteur agricole, un bond de la security alimentaire


Jean Robert JEAN-NOEL
29 Decembre 2009
Contexte
En 2008, Haiti a ete victime des consequences de la
crise liee a la flambe des prix alimentaires au niveau
international li6e elle-mdme a la question de speculation. En
effet, des 2007, la FAO avait observe une augmentation des
prix alimentaires de l'ordre de 50%. Cette flambe des prix
alimentaires et p6troliers associ6e au crash financier mondial
de 2008, est en grande partie responsable de l'ensemble des
6meutes d6clench6es au printemps 2008 dans les pays en
developpement, en particulier ceux a faible revenu comme
Haiti. Cette crise aggrav6e par des causes conjoncturelles et
structurelles internes a notre pays a fini par d6boucher sur les
6meutes d'avril 2008 dites de la faim en Haiti. Cette situation
s'6tait aggrav6e par la crise gouvernementale qui en 6tait
resulted et par le passage de quatre (4) cyclones sur Haiti en
aoft-septembre 2008. Cette combinaison d'6evnements avait
mis a plat l'6conomie haitienne (15% du PIB) avec des d6egts
consid6rables dans le secteur agricole (229 M d'USD). C'est
dans ce contexte qu'un nouveau Gouvernement dirig6 par
une femme, Mme Pierre-Louis, avait accede au pouvoir et
qu'une nouvelle 6quipe avait ete place a la tdte du Ministere
de l'Agriculture, des ressources naturelles et du
developpement rural (MARNDR). Alors quel est le bilan du
secteur agricole pour 2009 et quelles perspectives?
La situation apris les evenements de 2008
La situation de l'agriculture, apres les 6meutes de la
faim de 2008 et le passage des quatre cyclones sur Haiti, 6tait
tout simplement catastrophique. Diverses visite des lieux
effectu6es tout de suite apres (septembre-octobre 2008)
revelaient l'ampleur de la catastrophe et les nombreux d6fis a
relever dans le secteur agricole.
Apres ces deux 6evnements, c'6tait la desolation la
plus totale : des arbres centenaires arrach6s, des maisons
6ventr6es, des ponts emport6s, des routes coupes, des
bananerais ravages, des rizieres, des villes et localities
inond6es, etc. Le minister de l'agriculture avait 6valu6 les
degats dans le secteur agricole a 229 M d'USD. De plus, il faut
noter que les d6egts a l'6chelle du pays avaient ete
consid6rables et les pertes en vies humaines aussi, pres d'un
milliard d'USD de d6egts, soit environ 15% du PIB, et plus de
1000 morts et disparus,100000 sans abris, 27 702 maisons
detruites et 84 625 partiellement endommag6es (Bilan partiel
Direction Protection Civile. I1e Oct.08).
Face a la lenteur de la Communaute internationale
(CI) a reagir par rapport a cette situation catastrophique
(seulement 14% des fonds recueillis en octobre 08 des 107 M
d'USD sollicit6s par le PNUD), 1'Etat Haitien avait declar 1l'6tat
d'urgence pour 15 jours et avait pris l'initiative d'utiliser les
fonds PETROCARIBE. Heureusement que le Parlement ait
accept de d6bloquer en urgence les fameux 197 M USD de
PETROCARIBE dont 36.75 M d'USD accords au minister
de l'agriculture pour un programme d'urgence post-cyclone
en trois phases: urgences (3%), relevement (40%) et
rehabilitation/reconstruction (57%).
La r6partition des fonds a tenu compte des priorities
du gouvernement et des secteurs les plus touches par les
catastrophes naturelles. Ainsi les ministeres des Travaux
Publics, de l'Agriculture et de l'Education ont b6enfici6
respectivement de 47%, 19% et 14% des montants disponibles,
tout en sachant que ces montants ne pourraient pas r6parer
l'ensemble des d6egts subis par ces secteurs. (Rapport final
Programme d'urgences, sept.2009)

Les domaines d'intervention/actions du MARNDR
et ses Partenaires en 2009
Les domaines d'intervention du MARNDR 6taient
regroups sous trois (3) grandes rubriques : la production
vegetale, la production animale et la restructuration du secteur
transversale aux deux autres
Actions
Ces actions ont concern la recapitalisation des
exploitations agricoles, la creation d'emplois, la distribution
de semences et d'outils aratoires, ainsi que des actions plus
durables comme la rehabilitation des infrastructures d'irrigation
et la construction de petites unites de transformation pouvant
avoir un effet d'entrainement sur les filieres de l'elevage. Les
actions avaient pour objectif la redynamisation du secteur
agricole et la relance de la production a travers la reconstitution
de la capacity de production d6truite par les cyclones;
l'amelioration de la circulation mon6taire pour stimuler la
consommation et l'investissement; l'amelioration du niveau
d'6quipement en vue d'all6ger le travail agricole ; l'att6nuation
de la fragility de l'environnement par le curage et la protection
des berges des rivieres et la correction des ravines.
Les interventions dans le secteur agricole ont ete
structures autour de six (6) composantes :(i) protection des
berges et curage des rivieres (30 KM aux Gonaives, Cabaret,
Leogane, Jacmel); (ii) entretien et rehabilitation des


infrastructures hydro agricoles (106 p6rimetres irrigu6s pour
57000 ha); (iii) correction des ravines (460 Km); (iv) acquisition
et distribution d'intrants agricoles (1000 TM de semences de
haricot, de mais, de riz, 1450000 drageons de bananiers et
boutures d'igname, d'outils aratoires (50000 Unites) et
d'engrais chimiques subventionn6s a 75% (450 TM) ; (v)
acquisition d'6quipements agricoles (217 tracteurs et 400
pompes d'irrigation); (vi) appui a l'elevage (mise en place de
centres r6gionaux de production de poussins d'une capacity
de production journaliere de 1575 poussins, de 155 unites de
production de poulets de chair d'une capacity journaliere de
9000 kg de viande, d'une unite de production de 4000
pondeuses, de 60 incubateurs a kerosene d'une capacity de
500 ceufs et de 24000 poussins tous les 21 jours, rehabilitation
de la station avicole de Damien avec une capacity de
production de 1300 pondeuses et 1500 pondeuses rustiques,
la production et la distribution de 28000 pondeuses rustiques,
de 90000 poussins, de 8000 chevres, 2500000 poissons,
l'installation de dispositifs de conservation de poissons a
5302 pdcheurs regroups en 27 associations, la construction
de 5 fromageries, la remise de ruchers a 200 apiculteurs, etc.)
A cote de ces actions men6es dans le cadre du
programme d'urgences, le minister a entrepris d'autres
actions dans le cadre des divers projets/programmes en cours
au sein du minister. Ces projets finances pour la plus grande
majority par la cooperation exteme ont ete en complement aux
actions d6crites en details precedemment. Il faut noter que
ces projets restent l'6pine dorsale du minister en ce qui a trait
aux r6sultats de moyens et de longs termes vises. Ce sont des
projets de 5 a 7 ans avec des d6penses annuelles de 1 a 5 M
d'USD par projet dont les plus gros totalisent une dizaine.

Restructuration interne
Parallblement a ces actions lies a la production
vegetale et animale, le minister de l'agriculture a men6 et
mene tout un processus de r6forme de restructuration interne :
(1) L'elimination des postes de directeurs g6enraux adjoints,(2)
le recrutement par voie d'appels d'offres des nouveaux
directeurs d6partementaux et directeurs d6partementaux
adjoints avec juridiction de ces derniers sur les anciennes
sous-directions d6partementales, sources de nombreux
conflits d'autorit6 et de disfonctionnement, (3) l'amelioration
du cadre de vie au niveau central cloturee de l'aire des bureaux
du minister, amenagement int6rieurs de certaines directions
comme l'administration, la programmation, le cabinet du
Ministre, la section de communication, etc.), (4) le processus
de reduction des directions centrales de 18 a 12 (r6f. Nouvel
organigramme), de rajeunissement des cadres par la mise en
retraite des cadres ayant atteint la limite d'age (en cours), (5)
les r6flexions sur des elements de politique agricole, (6) la
finalisation du document de politique de d6veloppement
agricole 2010-2025, du plan national de s6curit6 alimentaire et
nutritionnelle (PNSAN 2010-2025), (7) la relance des structures
de concertation du secteur agricole tant au niveaux central
que d6concentre, (8) l'amelioration de la communication au
niveau du minister (presence a la radio, a la TV, site WEB), de
la s6curit6 inteme au niveau central avec la presence remarquee
d'agents de s6curit6 en uniforme dans des points d'acces au
minister, sur la cour et a l'int6rieur des bftiments, (9) le
renforcement des liens de collaboration et de cooperation avec
la cooperation exteme et les bailleurs de fonds (USAID, ACDI,
AFD, cooperation cubaine, v6enzuelienne, espagnole
taiwanaise, BID, UE, BM, etc.) (10) les n6gociations avec les
bailleurs de fonds et agences de cooperation comme le FIDA,
la FAO et autres pour des programmes de moyen et long terme
susceptibles de r6duire l'ins6curit6 alimentaire et la pauvret6
du pays par l'amelioration des conditions de vie des ruraux.

Effets induits: un veritable bond
Ces interventions associ6es a celles des autres
acteurs du secteur (ONG, agences de cooperation) et de certains
organismes autonomes de l'Etat comme le Bureau de
Mon6tisation et le FAES, ont permis de redresser rapidement
en 2009 la situation du secteur agricole, en r6duisant le nombre
de personnes en ins6curit6 alimentaire de 3.3 M a 1.8 M et en
augmentant de 25% la production agricole en 2009 par rapport
a 2008 (CNSA 2009). Ces actions ont favoris6 l'injection de
plusieurs centaines de millions de gourdes directement dans
les exploitations agricoles a travers la creation de centaines
de milliers d'emplois temporaires et durables durant toute la
periode sous etude. Ce qui a conduit a ce succes un an
seulement apres ces malheureux 6evnements de 2008, un
veritable bond du secteur agricole en 2009.
Pourtant, ironie de l'histoire, l'architecte principal de
ce succes, la Premiere Ministre Pierre-Louis, a ete remerciee
par le Senat sous pr6texte de mauvaise gestion des 197 M
d'USD. Pauvre Haiti, pays de d6fis mangeur de gens de bien !!!
Defis du secteur agricole
Les d6fis sont de deux ordres conjoncturel et
structurel. II faut maintenir les r6sultats obtenus en 2009 en
continuant a financer les
urgences, en consolidant les
reparations effectu6es, en
mettant A disposition des
paysans a prix
subventionn6s des intrants,
des outils agricoles, du credit,
et en renforgant les capacit6s
des agriculteurs et
agricultrices. En outre, l'un
des plus grands d6fis du
secteur agricole demeure la
question environnementale.
Tous les efforts consentis en
aval n'auront aucune
garantie sans la protection en
amont.
Parallblement, il faut
approfondir la reforme du
secteur agricole et rural. Le
plus grand defi c'est d'arriver
a marier l'urgence au


structurel pour d6boucher sur le d6veloppement de ce secteur,
l'un des piliers du DSNCRP. La legon a tirer des catastrophes
de 2008, c'est la n6cessit6 de prioriser l'environnement haitien
sur une p6riode relativement longue en vue de s6curiser les
investissements, r6duire la vuln6rabilit6 du pays, d6boucher
sur la croissance et r6duire la pauvrete.
D'autres d6fis a surmonter, c'est d'asseoir le
leadership du MARNDR sur le secteur, assurer une
coordination s6rieuse de l'ensemble des actions au niveau du
secteur, et mettre en oeuvre la politique de d6veloppement
agricole et le plan national de s6curit6 alimentaire et
nutritionnelle apres leur appropriation par les parties prenantes
impliqu6es.
Perspectives du secteur agricole
Pour relever ces d6fis, Haiti ne dispose certes pas de
moyens suffisants, mais avec un plan de d6veloppement bien
ficele dont le DSNCRP contient l'essentiel des elements, elle
pourra sortir de cette situation. Ce serait un plan axe sur
l'humain, le social, 1'environnemental, 1'infrastructurel, le
financier et la gouvemance. Pour financer ce plan, il faut un
combat sans merci contre la corruption, des investissements
consid6rables de l'Etat (12-15% du PIB dans le secteur
agricole), du Priv6, des bailleurs de fonds, des investissements
strangers importants et de la diaspora haitienne.
Quant au financement lie a l'agriculture, Haiti doit
aussi faire preuve d'agressivit6 aupres des instances
internationals de financement. Depuis les 6meutes de la faim,
la FAO se bat pour rehausser l'aide publique au developpement
(APD) au secteur agricole a son niveau de 1980, soit 17% au
lieu de 3.8% actuellement. Certains mecanismes de financement
sont mis en place depuis les 6meutes de 2008, au niveau de la
Banque Mondiale (BM), de l'Union Europ6enne (UE), du
Fonds International de d6veloppement agricole (FIDA), de la
Banque Interamericaine de d6veloppement (BID), de la Banque
Africaine de D6veloppement (BAD), etc. Toutes ces
institutions disposent d6sormais de fonds mdme en quantity
insuffisante pour financer l'agriculture, les risques et d6sastres
et autres domaines lies a la probl6matique de l'ins6curite
alimentaire (IA). Par exemple, le G8 a promis, enjuillet 2009, 21
mds d'USD a l'Aquila, Italie, pour le financement du secteur
agricole. Pour nourrir la planete d'ici 2050, il faudrait selon la
FAO, des investissements annuels de l'ordre de 209 milliards
d'USD. Haiti doit profiter de cette prise conscience mondiale
par rapport a l'agriculture et a la s6curit6 alimentaire pour mieux
se positionner et b6enficier du financement disponible, tout
en continuant avec des efforts internes pour consacrer une
part importante du budget national au secteur agricole jusqu'a
atteindre le niveau de 15% sur une p6riode plus ou moins
longue de 10 a 15 ans.
Dans le cadre des 21 mds d'USD, le Ministre de
l'agriculture a fait preuve d'agressivit6 en r6clamant, lors de
la 36e Conference de la FAO, une part substantielle pour Haiti
(R6f. Discours du Ministre). La reaction positive de la FAO
qui moins d'une semaine apres, a entame des discussions sur
une probable allocation de 500 M d'USD sur 3 ans a Haiti,
temoigne du bien fond6 d'une attitude agressive et proactive
de la part de notre pays. La soumission d'une note conceptuelle
a ce sujet par le minister une semaine apres les premieres
discussions exprime la volont6 d'Haiti de sortir des sentiers
battus (R6f. Programme agricole pour la reduction de
l'ins6curit6 alimentaire 10-13. PARIAH 10-13. D6c.2009).
Dans ce mdme ordre d'id6es, le Ministre devra faire
un plaidoyer aupres du Gouvernement pour l'augmentation
de 6% (2009-10) a 15% la part du budget national consacre au
secteur agricole durant les 10 a 15 prochaines ann6es pour lui
permettre d'atteindre les objectifs fixes a l'horizon 2025, et
dont a fait part le Ministre dans son discours de Rome
(Nov.2009) pour justifier la reclamation de la part substantielle
des 21 mds d'USD promis par le Sommet du G8 de l'Aquila en
juillet 2009.
Conclusion
2009 a ete une bonne ann6e pour le secteur agricole,
25% d'augmentation de production agricole par rapport a 2008,
reduction du nombre de personnes en ins6curit6 alimentaire
de 3.3 M a 1.8 M, creation de centaines de milliers d'emplois
temporaires et durables (6 emplois permanents par ha de terre
rehabilit6), la reprise en main mdme timide du leadership du
secteur par le minister. C'est un bond en avant.
Le plus difficile, il faut garantir la relance du secteur.
Avec 6% du budget pour l'exercice en cours, cet exploit est
difficilement renouvelable. La saison cyclonique 2010,
l'organisation des elections de 2010 (Parlement, Collectivites
Territoriales, President, elections indirectes) et des contraintes
inh6rentes au secteur agricole pourraient compromettre les
efforts pour un nouvel exploit aussi spectaculaire.
Toutefois, avec une gestion rigoureuse du peu de
fonds mis a disposition, un recentrage des actions du
MARNDR autour des programmes et projets en cours, une
agressivit6 proactive aupres des bailleurs, des agences de
cooperation, une meilleure coordination de l'ensemble des
actions du secteur, un approfondissement du processus de
reforme au niveau du minister, les r6sultats pourront dtre au
rendez-vous.
Le minister devrait entre autres s'appuyer
essentiellement sur le sous-secteur irrigu6, sur les pistes rurales
et la reprise en main de la plupart des fermes d'6tat et centres
de formation. La mise en application de la politique de
developpement agricole 10-25, du PNSAN 10-25, et du
programme d'actions prioritaires 10-12 moyennant
disponibilit6 des fonds en phase de recherche par Bill Clinton
dans le cadre de sa mission en Haiti pour le compte du Secr6taire
General de 1'ONU, pourrait grandement aider a l'atteinte des
objectifs fixes pour 2010.
Pour cela, les responsables du minister devront faire
preuve d'esprit d'initiatives, d'imagination et de cr6ativite,
tout en tenant compte des risques lies aux elections de 2010 et
a la prochaine saison cyclonique 2010. Souhaitons que le
Gouvernement en place ne subisse pas, et eux avec, le sort de
Mme Pierre-Louis. 2010 et ses cohortes d'evenements seront
les seuls capables de predire l'avenir immediat du secteur
agricole et du Pays Haitien, l'imprevisible. A bon entendeur,
salut !!!


Page 10




Mercredi 06 Janvier 2010
Haiti enMarche Vol XXIII N 50


*-par un Grand Chef
* Le Saut du Barril
* Le Palais de Sudre Telephones: 566-5361
Dartiguenave a Anse a 401-7108 / 514-0304
Veau lemanoloinn@mac.com
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17 m" Internet disponible
sic:le". .. pour les clients


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


Parents, vous qui rvez d'un avenir meilleur pour vos tenants,
confiezles au CMP
ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAMMES

LICENCE EN:
Marketing :4ans
Scenes Comptables :4ans
GestibndesAffaires :4ans
Science lnfor antiques :4ans
Madetng Management :2ans
Secrtarial bureautique :2 ans
GestlonRFnance -Maketing :1 anou 2 ans
Comptabil infornatise :1an
Assistance Admlnstratve :1 an
Infonatique cycle court : 60 heures2ans
IT Esentials(CISCO) :70heures
Pour routes informations supplmenaires:
CMP, Oelmas 30
Tels,:2 5138361, 3730-2485, 22462299
Email: aorn eagdrn oor


KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673
Publicit6s: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


0. ..


I I rI s I (fa





"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


I PETITES ANNOUNCES


Page 11


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Execution de Proj et
Economie et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
SGouvernance
Dipl6me en:
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse H&rard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, W.I.
www. cfdehaiti. cor
Par courriel: Administration(@CDFEHaiti.com
GBrunet(@CFDEHaiti. cor
Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant

12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384






I LIRE mNSRPI


Mercredi 06 Janvier 2010
Haiti en Marche Vol XXIII N' 50


o La plupart des gens vous nuisent sans avoir la
moindre intention de vous nuire. Ils ont parld contre vous
parce qu 'ils taient dans 1'impossibilitt de se taire. >
Montesquieu.

Chers amis, j'6coutais de la musique l'autre jour,
tranquillement assis face A mon cahier de notes, essayant de
faire le bilan de ce qu'a &td cette annde 2009, lorsque mon
attention fut attire par l'utilisation du mot << nuisancer >> par
un artiste haitien, dans son disque << harmonik >>. Je n'ai pu
m'empecher de voir le reflet du pays dans ce mot. Haiti, pensai-
je, est le < Royaume de la Nuisance >>. La nuisance dans tous
ses 6tats. La nuisance A l'6tat pur. La nuisance sous toutes
ses formes. Les bruits. La crasse superficielle. La crasse
profonde. Les d6chets qui nous envahissent. Urbains. Banals.
Dangereux.Toxiques. Le manque de civisme qui nous empeche
de pouvoir vivre ensemble. L'impolitesse. Le manque de
respect. Les passe-droits. Le Trafic d'influence. La Corruption
superficielle, cette patine qui recouvre toute la society haitienne
et qui, le temps aidant, s'est transformed en quelque chose de
stable et meme d'immuable. La Corruption profonde qui
alimente les secteurs nantis de la socid6t haitienne et dans
laquelle les b6ndficiaires prennent plaisir A se submerger.
Enfin, chers amis lecteurs, les sp6cialistes d6finissent
toute une gamme de nuisances, surtout sociales, et
considerent la nuisance une <>, entre
individus ou entre groupes diffrrents. Cette rencontre est
nuisance, lorsqu'elle est << inharmonieuse >>, lorsqu'elle
d6stabilise, permettant de transgresser les regles, de faire
basculer les normes et les habitudes de l'une ou de l'autre
partie pouvant arriver A mettre en p6ril les relations
interpersonnelles ou << intergroupales >>.
Les sp6cialistes ont mis en evidence plusieurs
niveaux de nuisances :
Les nuisances d6rangeantes et les nuisances


( Nuisancer o
menacantes. Les nuisances menacantes d6rangent au mime
titre que les d6rangeantes mais mettent en p6ril l'int6gritW
physique de ceux qui estiment les subir;
Les nuisances visibles et les nuisances < discretes
>. La quality d6rangeante augmente suivant leur degr6 de
visibility ( traitement de la toxicomanie, ludopathie, indigence,
etc.).
Les nuisances environnementales, trbs courant en
Haiti.
Les nuisances constat6es et les nuisances
imagines (on m'a dit que....)
Les nuisances comportementales :
Un voisin fetard qui, A 3h. du matin, continue A
danser et A chanter comme s'il 6tait 6 heures du soir, la quietude
et le calme des voisins n'6tant pour lui que quelque chose de
secondaire.
Au nom de la liberty de cultes, la puissance des
haut-parleurs exprime la taille de la foi de certains groupes
d'individus.
Le seuil de tolerance auditive ou sociale est mis A
1'6preuve, rudement parfois, dans certains quartiers par la
musique nocturne anime par des DJ's sans << scrupules
sociales >>, sans <>.
Le non-respect de l'espace collectif, qui se manifeste
par l'occupation irr6guliere de la voie publique, des trottoirs,
des devantures de maison, montre l'irrespect social qui s'est
install dans la soci6td haitienne.

Enfin chers amis lecteurs, selon certains:
-La nuisance est parfois une reaction A un contexte
de vie. Un environnement d6gradant, n'offrant aucune
possibility de transformation, peut instaurer une forme de
fatalisme et de non-respect dudit contexte. On n'a rien A perdre


done ... A bon entendeur ...
"La nuisance peut surgir dans des contextes ou les
normes de base de vie en socidte (lois et rtglements) n'existent
plus. La norme n'est plus celle de la collectivit6 mais d'un
groupe en particulier par exemple. Le < caidat >, les modalit6s
de fonctionnement << mafieux >, par exemple, sont des reactions
possibles.
*La nuisance g6ndrde et visible n'est parfois qu'un
sympt6me d'un problkme plus profond.
La nuisance peut naitre dans les lieux oni le
dialogue n'existe pas, ou le non-dit r6gule les relations, ce qui
g6nbre souvent incomprehension, malentendu.

Vous comprenez, chers amis, la raison pour laquelle
le mot << nuisancer > avait attire mon attention ?
Vous comprenez mieux pourquoi, chez nous, nous
avons intr6rt A combattre les nuisances ?
Vous vous rendez compte de ce qui peut se passer
dans ce pays dans lequel les normes de vie en socid6t sont
quasiment inexistantes, dans lequel il n'existe ni dialogue ni
volont6 de dialogue, entre individus, entre groupes sociaux,
entre Institutions et dans lequel enfin, la degradation du cadre
de vie, offre de moins en moins des possibilities de vivre
d6cemment ?
N'avons-nous pas intr6rt A essayer d'l6iminer
l'impact n6gatif caus6 par les nuisances chez nous ?
Enfin, chers lecteurs, en cette nouvelle annde 2010,
je vous souhaite, << JE NOUS SOUHAITE > de << marcher unis >,
<< pour le Pays < pour la Patrie ,> pour < les Anc6tres > pour
que le mot << nuisancer > ne < lugubre > plus nos contr6es.


< Pwen fr pa >>


Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Janvier 2010


OBAMAet... TOUSSAINT LOUVERTURE


(... suite de la page 2)
chretien pour le bien de toute la plan&te. De meme Toussaint en son
temps, avec des moyens infiniment plus faibles pour ne pas dire
derisoires, a pu servir de resonateur a l'id6e d'independance et a
l'abolition de l'esclavage. Le travail plan6taire d'Obama aujourd'hui
s'apparente a celui d'un homme qui veut barrer la route a l'int6grisme
ambiant et promouvoir un veritable dialogue entre l'occident et le
reste du monde et plus precis6ment en l'espece entre l'occident et le
monde islamique, a travers les concepts de v6rite, de beauty, de
dignity humaine et de solidarity plan6taire en se d6toumant des
fanatismes des scientistes et des religions de toutes sortes. Car
l'int6grisme se voit bien autant chez les laiques, les non-religieux que
chez les musulmans, les arabes et les chretiens. Si le monde n'a plus
besoin d'un prophete avec un P majuscule et d'un dieu avec un D
majuscule, d'ou qu'il survienne ou sumage, il n'ajamais ete aussi
depourvu de boussole, de vis6e et de projets pour l'homme et pour
la vie.
Etablir un dialogue entre les fondamentalistes de tous
ordres, les dogmatiques
de tous les horizons et des hommes responsables et
tolerants, tel doit etre le but des humanistes en ce debut du 21"em
siecle.
Analyser, trouver des solutions aux problems du monde
modeme- le proche et le moyen orient en face d'un occident
interventionniste et releveur de tort-, ressemble a s'y m6prendre au
casse-tete que Toussaint a di resoudre pour abolir l'esclavage, c'est-
a-dire creer la notion d'autonomie et amorcer l'independance du
premier Etat noir du monde modeme.
Obama est confront a plusieurs d6fis. Certains Israeliens
extr6mistes veulent rendre difficiles sinon impossibles tous les accords
tendant a la creation d'un 6tat palestinien et meme a l'extreme tous
les accords de paix dans cette region n6vralgique ou l'investissement
intellectuel politique et materiel des Etats-Unis d'Am6rique est
patent. Aucun doute que ce problem va constituer un souci majeur
pour le gouvemement d'Obama. Et la recent nomination d'Avigdor
Lieberman comme Ministre israelien des affaires 6trangeres qui veut
faire d'Israel un Etat juif, pour les Juifs et peuple uniquement de
citoyensjuifs represent a elle seule une pine aux pieds d'Obama.

I .-M 7 1


Nousesom me
pcialia doma..
argo 06n6rlk Barl,
Products p6riIsbl, Efflft.
I~ruie~ p~I~~ rm ~ nfii -


POUR VO RESERVATION DE CARGO, APPELEZ

1 -800-927-6059
ou cnvoyez nous In e-mail: a


En son temps Toussaint Louverture sur la scene de Saint-
Domingue a rencontre en proportion des difficulties de meme nature.
Aujourd'hui les problems sont plus dramatiques, ne serait-ce que si
l'on consider la puissance des armes. D'autant plus que l'actuel
gouvemement israelien recommence a agiter le slogan du terrorisme
pour repousser le spectre d'une reconciliation ou d'une simple entente
avec les Palestiniens. Les menaces brandies par Israel face aux propos
demesur6s des Iraniens pourraient contribuer a faire oublier la tragique
expedition de Gaza. De toutes les falcons la lutte contre le terrorisme
ne doitjamais prendre l'aspect d'une croisade contre l'Islam et contre
les Arabes. Le premier pas a poser au Proche Orient est, c'est
l'evidence meme, la realisation de la paix entre Palestiniens et
Israeliens. Sans cette paix il n'y aura aucune facon d'organiser une
coalition contre le terrorisme dans cette region. L'unit6 des
Palestiniens d'une part, la creation d'un Etat palestinien et sa
coexistence avec un Etat israelien devraient permettre de marginaliser
les terroristes comme Obama a commence a le faire en boycottant la
conference internationale de 1'O.N.U contre le racisme (Durban II)
qui se d6roula a Geneve sous l'6gide des Libyens et des Cubains : les
textes de discussion proposes par eux ne mettaient pratiquement en
accusation qu'Israel *. Obama se revele dans ce court chapitre de sa
gestion des affaires 6trangeres des U.S.Aun tries grand stratege. Avant
meme la fin de cette conference de Geneve, un porte-parole de la
Maison Blanche faisait connaitre que les Etats-Unis maintenaient
leur d6sir de pourparlers avec les autorit6s iraniennes. Bien plus, le
meme jour, Barack Obama annoncait sa decision d'inviter a
Washington successivement les presidents 6gyptien, palestinien et
israelien.
En d6pit du problem devenu gigantesque d'un Afghanistan
en pleine tourmente, d'un Pakistan talibanis6, en d6pit de la crise
6conomique mondiale qui conduit des industries a la d6route et a une
progression exponentielle du chomage, toumant le dos aux d6bats
dramatiques sur l'opportunit6 d'op6rations de guerre contre l'Iran,
Barack Obama maintient intactes sa vision, ses convictions, sa
strat6gie, tout en faisant de la s6curit6 d'Israel une priority.
L'h6ritage catastrophique de la politique de G.W. Bush, le
retour vindicatif et agressif de Dick Chesney, les problems militaires
enAfghanistan, les revendications des partisans de l'avortement, la
mauvaise volont6 des
parlementaires concernant la
i a!, reforme du system de sante
compliquent bien la tache du
President Obama.
Ces graves problems
ne peuvent etre surmont6s et
resolus que par l'alliance du
genie et de la sagesse. Obama
incame exactement la r6ponse a
Ralph Ellison qui, toute sa vie,
O* :.: a pose a sa communaut6
l'importante question: Homme
invisible, pour qui chantes-tu ?
Ces invisibles qui ont
t apport6 a la communaut6
internationale, a tous les
hommes sans distinction de
couleur, de classes ou de
continent, la joie de vivre,
d'esp6rer, de grimper sur les
podiums, de cr6er, ces
invisibles chantaient pour
NEW l'humanite toute entire, pour
la paix entre tous les hommes.
ol or Service Comme en d'autres temps,
is available Toussaint Louverture, a sa
maniere, l'avait fait.
Tout ce sang et toutes
ces larmes verses sont le prix


de cette vitale redemption universelle.

Jean MAtellus
Nouvel Observateur,
7-13 mai 2009

BIBLIOGRAPHIE
(1) Lamartine, Toussaint Louverture in (Euvres completes, Paris,
La Pleiade, Gallimard, 2005, p.1339
(2) Jean M6tellus, Passeurs de m6moire, Paris, Gallimard, 2005,
p.246-253
(3) Toni Morrison, in Le Nouvel Observateur, Paris, 27-28 octobre
2008
(4) Schopenhauer, Le vouloir- vivre L'art et la sagesse, Paris,
PUF, 1956, p.28
(5) Toussaint Louverture cite par J.C. Dorsainvil in Histoire
d'Haiti, cours sup6rieur, Port-au-Prince, Henri Deschamps, 1934,
p.119
(6) Lamartineinop.cit. (1)p.1338-1339
(7) Francois Jullien, Un sage est sans histoire, Paris, Seuil, 1998,
p.189
(8) Toni Morrison in op.cit.(3) p.16
(9) Karl Marx, Misere de la philosophie, Oeuvres Economie I,
Paris, Gallimard, La Pleiade, 1963, chap. II, p.80
(10) Karl Marx, Le Capital, Paris, Flammarion poche, 1985, p.197
(11) Michael Gazzaniga, Le cerveau social, Paris, Robert Laffont,
1987, p.269
(12) Michael Gazzaniga in op.cit. (11) p.269
(13) Alain Tumier, Les U.S.A et le march haitien, Washington,
1955, p.43-44
(14) Michael Gazzaniga in op.cit.(11) p.269
(15) K. Popper, Logique de la d6couverte scientifique, Paris, Payot,
1973, p.208
(16) K. Popper, L'ascendant de Platon, Paris, Le Seuil, 1979, tome
1, p.131
(17) Euripide cite par K. Popper in op. cit. (16), p. 65
(18) Lycophron cite par K. Popper in op. cit. (6), p.65
(19) Euripide cite par K. Popper in op. cit.(16), p.65
(20) Toni Morrison in op. cit. (3)
(21) Hegel, Philosophie de l'histoire,
(22) Renan cite par J. Boissel in Oeuvres completes de Gobineau,
Paris, La Pleiade, Gallimard, 1983, p.1274
(23) Jean Boissel in op. cit. (22), p. 1274
(24) Gobineau, (Euvres completes, Paris, La Pleiade, Gallimard,
1983, tomel, p.186
(25) Gobineau in op. cit. p. 173-190
(26) Gobineau in op. cit. (24), p.185
(27) J. Price-Mars, Silhouettes de Negres et N6grophiles, Paris,
Presence Africaine, 1960, p. 14-16
(28) J. Price-Mars in op. cit. (27), p. 18-21
(29) J. Price-Mars in op. cit. (27), p.21
(30) J. Price-Mars in op. cit (27). p. 32
(31) V Schoelcher, Vie de Toussaint Louverture, Paris, Karthala,
1982, p.175
(32) Toussaint Louverture cite par Leslie F. Manigat in << Les petits
classiques de l'histoire vivante d'Hati >, Numero 1, p.16
(33) Leslie F. Manigat, Eventail d'histoire vivante d'Haiti, Port-au-
Prince, Collection du CHUDAC, 2001, p.148
(34) Rayford Logan cite par Leslie F. Manigat in op. cit. (33), p.148
(35) Toussaint Louverture cite par Leslie F. Manigat in op. cit.
(32), p.18
(36) Toni Morrison in op. cit. (3)
(37) J. Daniel in Le Nouvel Observateur, 16-21 avril 2009, p.3
(38) Toussaint Louverture cite par J. Price-Mars in op. cit. (27),
p. 21
(39) Toussaint Louverture cite par J. Price-Mars in op. cit. (27),
p.21
(40) Leslie F. Manigat in op.cit. (33), p.144


Page 12




Mercredi 06 Janvier 2010
HaitienMarche *VolXXIII N 50


IUPUI DEpTOUT I


SIDA: Port-de-Paix s'engage contre la discrimination
Le Centre Multim6dia de Port-de-Paix, enpartenariat handicap. Pour lui, il s'agit de toute personne souffrant d'un lui, ceux-ci doivent< mener une lutte uniforme, c'est-i
la Societd Haitienne d'Aide aux Aveugles (SHAA) et handicap physique ou mental. < On peut 6tre frapp6 s'unirpourluttercontre l'exclusion sociale>>.
G CARE, ont commdmord, lejeudi 3 d6cembre 2009, la d'incapacit6 physique certes, mais, il devient handicap quand Une femme nonvoyante, du nom d'Augustin Pal
nde internationale des personnes handicap6es sous le la soci6t6 ne nous donne pas l'opportunit6 de participer a la a 6tonn6 l'assistance par la lecture d'un verset tire de la
e , a d6clard B6d6zir Telfort. du livre de Jean. ;ation des Objectifs du Mill6naire pour le D6veloppement A cette occasion, Dieudonn6 Charles, un militant de jamais une place dans la soci6td. Mais, grice a mes 6tude
'objectif de cette activit 6 tait surtout de sensibiliser la la cause des handicaps, a soutenu que < le secteur des fini par trouver du travail au sein de la mission chr6tien
lation sur la situation des personnes handicap6es, de les handicaps dans le d6partement du Nord-Ouest doit se SaintLouis duNord, etje me sens trs bien. Jevous encou


amener a prendre conscience des problemes socio-
6conomiques et d'envisager des solutions, d'informer la
population sur les capacit6s intellectuelles et de travail de
cette couche de la soci6td.
Plusieurs intervenants ont r6agi sur la question. M.
B6d6zir Telfort, Point Focal Protection de l'Enfant de la
MINUSTAH pour la region, a donn6 une breve definition du


regrouper pour constituer une seule force, pas seulement pour
aujourd'hui, mais pour toujours.
Dans cette meme optique, M6prilus Jean Baptiste,
coordonnateur de la Societd haitienne d'aide aux aveugles
(SHAA) est intervenu pour envoyer un message d'urgence
aux diffirents membres de son organisation et a toutes les
associations travaillant avec les personnes handicap6es. Selon


i-dire
Imira,
Bible
aurais
s,j'ai
ne de
rage,


comme beaucoup d'autres, a vous 6duquer afin de pouvoir
travailler pour ne pas 6tre consid6rds comme des mendiants >>,
a-t-telle recommand6.
Les participants se sont f6licit6s de cette occasion
qui leur a permis de trouver un espace pour exprimer leurs
pensdes et leurs frustrations. Cette rencontre a pris fin par la
projection d'un film sur la vie des handicaps.


Les Fran aises graciees par Saint-Domingue de retour mercredi


Les deuxjeunes Francaises gracides par les autorit6s
dominicaines seront de retour a Paris mercredi matin, annonce
le minist&re des Affaires 6trangeres.
Le secr6taire d'Etat francais a la Coop6ration, Alain
Joyandet, s'est rendu a Saint-Domingue pour prendre en
charge Sarah Zaknoun, 19 ans, et Cl6ine Faye, 20 ans, toutes
deux originaires de Besancon, dans son fief electoral du
Doubs.
"Le retour est prdvu mercredi matin a Paris", a dit
Bernard Valero, porte-parole du Quai d'Orsay, lors d'un point
de presse 6lectronique.
Incarc6rdes enR6publique dominicaine depuis 18 mois


pour trafic de drogue, les deuxjeunes filles ont &t6 gracides la
semaine dernire par le president dominicain Leonel Fernandez.
Elles avaient &te condamndes en 2008 a huit ans de
prison aprbs la d6couverte de six kilos de cocaine dans leurs
bagages. Elles affirment que la drogue a &te place a leur insu.
Le president francais, Nicolas Sarkozy, a 6crit a son
homologue dominicain pour le remercier d'un geste
"d'humanit6 et de g6ndrosit'".
Les deuxjeunes filles devaient a l'origine b6ndficier
d'un simple rapatriement aprbs la signature en novembre d'une
convention de transferement entre Paris et Saint-Domingue.
Sans la grice accord6e par la R6publique dominicaine, elles


auraient dfi purger le reste de leur peine en France.
Dix-sept autres Francais restent incarc6rds en
R6publique dominicaine et rentreront dans leur pays, l'annde
prochaine probablement, pour y achever leur peine, selon le
secretariat d'Etat a la Coop6ration.
Quelque 2.230 Francais sont actuellement
emprisonnes h 1'6tranger.
Les cas les plus m6diatis6s sont ceux de Florence
Cassez, emprisonn6e au Mexique depuis 2005 pour enlkvement,
de Michael Blanc, condamnm en 1999 pour trafic de drogue en
Indondsie, et de Clotilde Reiss, accuse d'espionnage par l'Iran
et dont le proces se poursuit a Teh6ran.


La Noiel des enfants au Consulat d'Haiti a Paris


Paris le 27 /12/2009 Le Consulat G6ndral de la
R6publique D 'Haiti a Paris informe qu'il a organism le samedi
19 d6cembre 2009 la Noel des enfants pour les employs de
l'Ambassade d'Haiti, du Consulat G6ndral et de la d6l1gation
permanente d'Haiti auprbs de 1'UNESCO. En tout, plus d'une
soixantaine d'enfants y ont pris part et ont requ des cadeaux.
Par ailleurs un concours de dessin organism par Madame Jeune,
une employee du Consulat, a permis a plusieurs enfants de


montrer leur talents et d'etre r6compens6s. Par ailleurs, Madame
Bernadin Marcellus, ministre conseiller d6tach6e au Consulat
G6ndral, a pris la parole en rappelant le sens de cette f6te qui,
dit-elle, << est avant tout une f6te chr6tienne mais aussi une
fete de partage qui permet aux gens de se rdconcilier, de se
r6unir et d'6changer, c'est le sens que nous voulons donner
cette annie en nous rdunissant ici >>.


Durant plus de quatre heures, les employs, les
diplomates des trois missions diplomatiques accompagnes
de leurs enfants, ont pu 6couter les chansons de Noel
typiquement d'Haiti dans une ambiance qui rappelle la Noel
de chez nous.
Pour le Consulat G6ndral, M. Vilbert Bl6izaire, Ministre
conseiller, responsable du Consulat G6ndral d'Haiti h Paris.


AWMO\~w~m


Suirds: hlwni klr pni th- ba.alrp-of


"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Aprann Pale Angle

Tou suit!

PROGRAM RAPID
Aprann pale angle tankou rat
Ou ap kapab jwenn travay san pedi tan.
Gen klas la jounen kou leswa !
Gen Bous disponib ak 1-20's

1-305-624-3030
Mande pou Nadiyah
nan ekstansyon 313


Melodie Matin
Sur


87-2 Pi ~ E 2 draMme AvernuLe
T61: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- REception de pavement pour Bell Soust, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY e~c...etc.,.
- Connection tllphonique chez vous...


Ouvert
6 Jours
par
semaine:
8h30 am
a
7h30 pm


* Pifurns
4hC00ulArs& lkpcrs
* SouCers ct Sanialci
SPrMuits pi tur la cuisine
* TCaacux
MWoneyly


* (C's (cmpua. Racine. I'vangtihquc.
Zouk. frnk i. k AmenrmAin o
* Vkide's (1Hintins. Aniicain. L>uimnmaarLcs. Dr!Was
* Irduils tie tNius


avec
1'ON
Joun
them
realis
>>. L
popu


Page 13


elo d i e
103.3 fm


www. radiomelodiehaiti. cor





Mercredi 06 Janvier 2010
Haiti en Marche Vol XXIII N' 50


Allez de FOETUS a BAUMES, en utilisant des mots du du vocabu-
laire francais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


IIF[O7YTS


GB A U M
(N\G M (M


Alam -Araxe Bahu Diyala Duraq -
Euphrate Karun Lycus Mand -
Nabend Nahravan Safid rud -
Tigre Zabalasfal Zohreh


HORIZONTAL
1. Residents de la capitale afghane -
2. Conf6renciere 3. Lies -Aluminium -
4. Note 5. Plus long fleuve S6culier -
6. Epigai Conjonction -
7. Petite heure canoniale -
8. Sortie Pronom.


VERTICAL
1. Fourrure de Siberie -
2. Oiseau Intelligence Artificielle -
3. Bacteries 4. Retire -
5. Relieuse d'un ordre fonde par sainte Angele de M6rici -
6. Monnaie chinoise 7. Habitants d'une Tie de la mer Egee -
8. Choisie.


7h00-9h00 Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invites du Jour
M61odie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiere Raphael

lOh-Midi Le disque de lAuditeur
animation James Pr6dvil

12:00- 12h30 Le Midi
informations avec Laury Faustin

12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons francaises

3h-5h pm Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

5hoo Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou
5h 30 pm Melodie & Company
Ddveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart
7h-8h30 AmorySabor con Luciani

8h30- 9hoo Soir Informations

9h00 10h30 Notre Grand Concert
Lun. & Mer.: L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael recoit ses invites
9h00 et au delA Cavaliers, prenez vos dames
(Samedi) 50 ans de succ6s populaires haitiens



c 'e4t ft eA 4o't ewe #t~ec et0 /


E n Bref... .. suitedelapag2)
Place maintenant au Carnaval ...
Le ministbre haitien de la Culture et de la communication annonce le d6blocage de 76
millions de gourdes pour l'organisation du carnival 2010. Des fonds qui, assure la ministre
Marie Laurence Jocelyn Lassegue, seront disponibles a temps pour permettre a tout le
monde de profiter des festivit6s carnavalesques. Elle en a profit pour appeler au respect de
la tradition voulant que la p6riode carnavalesque d6bute apres "Les Rois", le 6 janvier.
Rappelons que peu aprbs le Carnaval (les 15 et 16 f6vrier), le peuple sera appel a des
elections 16gislatives (28 f6vrier).


Haiti a travers les yeux

d'une citoyenne ambassadrice

de I'ONU


Citoyens ambassadeurs des Nations
Unies est le titre attribu6 aux cinq laur6ats d'un
concours lanc6 par l'Organisation en prelude
a son Assembl6e g6ndrale, 1'6td dernier. Les
candidats, citoyens du monde entier, avaient
alors pour mission de r6aliser une courte viddo
en r6pondant a la question : < si vous aviez
l'opportunit6 de parler aux leaders du monde,
que leur diriez-vous ?>. Parmi les gagnants,
Emily Troutman. Sa premire destination, Haiti.

Photographe, viddographe et
joumaliste amdricaine, Emily Troutman (30
ans) a boucl6 du 6 au 23 d6cembre son premier
sdjour en Haiti, en tant que citoyenne
ambassadrice des Nations Unies. Cette
nouvelle distinction est d6cernde par 1'ONU
dans le cadre d'une campagne visant a
encourager des hommes et des femmes a
travers le monde a s'engager par rapport aux
decisions prises au niveau mondial.
Quelque 400 personnes se sont ainsi
adress6es, a travers ce concours, aux chefs
d'Etat et de gouvemement qui participaient a
la 64e Assembl6e g6ndrale des Nations Unies.
Les 20 meilleures videos ont &t6 visionndes
par un panel compose de repr6sentants du
Bureau de l'Information des Nations Unies,
du Bureau de Coordination des Affaires
humanitaires, du D6partement des Op6rations
de Maintien de la Paix et du Programme des
Nations Unies pour le Ddveloppement.
< rdveilliez en sachant que vous travaillez pour
6,7 millions de personnes, prises
individuellement. Des gens avec des enfants,
des r6ves et des histoires >, tel sont les
propos, adress6s aux leaders mondiaux, qui
ont valu a Emily Trautman d'etre retenue parmi
les 5 laur6ats du concours. Les autres finalistes
proviennent du Mexique (Maricarmen Ortega),
du Br6sil (Breno Coelho) et du Canada (Kirsty
Mattews et Jeremy Walker).
Entre autres mandats de ces laur6ats,
se faire le porte-parole des citoyens du monde
en exprimant leurs preoccupations -via l'ONU-
aux leaders mondiaux sur des sujets mondiaux
d'importance. Et c'est ce qui a incit6 Emily
Trautman a soumettre une video a ce concours.
Selon elle, ne peuvent survenir que par l'espoir et
l'empathie, par la force et l'engagement, et
aussi par l'6coute des autres >. Une opinion
qui a pris tout son sens lors de son s6jour en


Haiti.
Dans le pays, cette citoyenne
ambassadrice de 1'ONU s'est rendue a Hinche
(Centre) et aux Gonaives (Artibonite), ou elle
a visit respectivement l'h6pital public et des
projets de la MINUSTAH. < regions qui font face a d'importantes
difficulties. Gonaives, par exemple, au-dela des
problkmes lies au passage des cyclones en
2008, doit surmonter d'autres d6fis comme la
raret6 d'eau et l'absence d'industrie >>, fait-
elle savoir.
A Port-au-Prince, elle a 6chang6 avec
une vingtaine de membres du personnel local
de la MINUSTAH. Avec eux, elle a parl6 des
Objectifs du Mill6naire pour le
Developpement. Avec d'autres interlocuteurs,
elle a abord6 des questions lies a la creation
d'emplois et l'acces aux soins de sant.
Lajoumaliste amdricaine fait valoir
qu'Haiti a quelque peu modifi6 sa perception,
notamment en ce qui a trait a la maniere
d'apporter de l'aide aux personnes dans le
besoin. << J'ai parl6 aux gens dans des salles
de conference comme dans la rue. Tous sont
d'accord qu'il y a un d6calage entre
l'importance de l'aide et son impact dans le
pays >>, fait-elle soulign&. D6j, ses diffirentes
rencontres lui ont permis d'identifier certaines
pistes relatives entre autres a la creation
d'emplois, la formation professionnelle et le
transfert de comp6tences.
Mme Troutman a 6galement profit
de son s6jour pour saisir en image quelques
r6alit6s d'Haiti. Aussi a-t-elle &t6
impressionnde par la richesse de la culture
haitienne.
S le plus marqu. Il y a un message trbs fort qui
est v6hiculk a travers l'art en Haiti >, a-t-elle
confide.
< J'ai pu observer la persdv6rance,
l'int6gritW et une grande cr6ativit6 au sein de
la population >. Des qualit6s qui lui font croire
a < un avenir meilleur du pays >.
De retour a New York, elle promet de
faire 6cho aux Nations Unies de ce qu'elle a
pu retenir de son voyage. Emily Trautman
gardera son statut de citoyenne ambassadrice
durant deux anndes. Durant cette p6riode, elle
continuera a visiter d'autres pays, 6couter les
populations et les informer sur le travail de
l'ONU a travers le monde.


Page 14


Solutions de la
semaine passee:

COUPES
C O U LE S
SOLES
SICLES
GICLES


+HH


S SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

C I



EA
I--r I I 1 ---T
Solutions de la semaine passe
' FORTUNE


1141 1
1 1 MOH


I LESJEUX I


lrT m TFI! M I I'I | iM i3T'lqllll ,i T, i IUIi 1i- rii.!1'i(,1IT i i!I


"% 1 I t lli L lI'K l I I Li 1 I rl'll Lrlt l IM I JI I L'*l 'l''I mi l ,A r. I I I I rtI n 'l ll L'' ''lrA R dI II I "


E S





Mercredi 06 Janvier 2010
HaitienMarche *VolXXIII N 50


ISTi Got paT a ouS Ja DI


ESKE SE POU NOU VOTE

MICHELE SPENCE-JONES

YOUN LOT FWAANKO?
Miyami 3janvye 2010 -
Nan mwa novanm 2009, te gen eleksyon nan Miyami.
Yofn nan eleksyon sa yo se te pou eli youn komisyone pou
reprezante distrik 5 lan ki gen ladann antw6t, Liberty City,
Overtown, ak Little Haiti. Nan tigoutpa tigout, ak sou radio
Antn Koukouy (1700AM) nou te ankouraje kominote ayisyen
nan Miyami-an pou y'al vote pou Michele spences-Jones.
Nou te bay rezon yo. Nou te di depi lontan Little Haiti ap
goumen pou li jwenn plas li nan mozayik sosyal Miyami-an
tankou tout 16t kominote yo. Politisyen yo toujou iyore
popilasyon ayisyen-an osnon itilize-1 pou yo monte sou pouvwa
epi yo lage-1 te pwa, te mayi. Ans6m noumenm, nou toujou
sou prigad nou, anvan nou pote sip6 nou bay kandida nan
pozisyon politik. Kit li te Ayisyen, kit li te etranje. S'ounkesyon
prensip. Majorite politisyen se mantL. Sa yo dijodi, se pa sa
yo ft demen.
Noumenm ak 6ganizasyon koukouy, n'ap travay pou
nou leve nivo kominote-a, nou pa kore kandida pou
satisfaksyon peson6l nou. Nou te sip6te Gepsie Metellus 1I li
te kandida pou Board of Education paske nou konnen Gepsie
se youn Ayisyen byen prepare, ki konpetan, ki disipline, ki
deja fe prev li nan dirije 6ganizasyon. Li te manmbiwo kiltir6l
sosyete koukouy; nou konnen sa li peze nan balans konesans
ak konpetans. Nou kore Marleine Bastien nan kandidati-1 pou
kongra ameriken-an paske li tou, li se youn pwodui sosyete
koukouy. Nou konnenpasyon li, li konsakre touvi li, sakrifye
vi peson1l ak vi fanmiy li pou ede fre ak se nou yo nan tout
domen espesyalman nan domen imigrasyon. Nou te kore
Michele Spence Jones paske s'ounjenn dam nou t'ap suiv
depi lontan; depi nan pwoje "Discover Miami" kote li te yofn
nan responsab yo nan ane 90 yo. Devouman li, konpetans li
epitou lanmou li genyen pou fre ak se nou yo z6t ap trennen
anba pye, kenbe aleka pou yo pajanm avanse. Deteminasyon
li nan ede noumenm Ayisyen te chatouye santiman rekonesans
nou. Nan lavi ou dwe konnen kiyes k'ap travay pou ou, kiyes
k'ap travay ak ou. Nou te kore Michele 1I nou konstate kijan
Little Haiti fin delala ; se ti souf li ki rete, Michele te leve vwa
li ak nou ki lak6z nou pa pedi ni sak ni krab.
Nou te bat bravo pou Michele tou paske depi 7 Avril
1990 Caribbean Market la fin louvri, 2-3 ane potko pase li te ft
bekatL. Oganizasyon Haitian Task Force ki t'ap dirije-l la ft
bankwout, City ofMiami te sezi bilding sa-a. Se pa ni en ni de
kandida ki pwomdt pou yo ft men yo pa te janm ft anyen
toutbonvre. Bilding nan rete ftmenjouk rive nan ane 2007.
Defen komisyon Art Teele te leve vwa li pou li te we
si li ta reft vizay z6n Little Haiti-a. Li pran nan melimelo
politik, youn bouyon mimi byen 6kestre ki pouse-1 baskile
youn revolve tire tdt li. Eske Art Teele koupab? Osnon 6ske li
se yofn nan viktim sist6m nan? Nan peyi isit yo pajije m6...
Seuls les absents ont tort e se Kris-la menm ki te di kite m yo
antere mo yo. Kidonk nan pwen mofn ki konnen ki move lwa
ki pran nanm Art Teele. Men sa nou konnen sake li te gen
youn plan, li te gen youn vizyon, li te koumanse f6 aksyon
pou li mete youn seri enstitisyon nan kominote-a tankou youn
pak premye klas, bibliyotek, jwdt pou timofin, leson patikilye
apre lek6l, konpit6, pisin, mize, teren foutb6l, teyat... Li te
koumanse achte t6, gen plis pase 20 reyinyon ki te f6t ak lid6
kominote-a, komite t'ap monte adwat agoch. Eske nou dwe
kondane Art Teele...? Eske nou dwe pann ni nan imajinasyon
nou paske z6t te akize-1 li te tranpe nan move zaf6....? Kisa yo
pa te di? Kisa yo pa te f6? Nan politik, nan pwen zam lennmi
pa itilize. Jodi-a se ou ; demen se youn 16t. S'ounjwdt f6s-
ponydt, pi f6, pi gwo, pi gran, pi pisan k'ap dominen tout tan,
mete pye sou kou pi piti, sou pi f6b... S'ounkesyon ki kan, ki
klas, ki ras, ki koulk k'ap mennen.
Nou te di: monte Michele monte k6m komisyone
pou menm distrik 5-lan, li pran labanyeArt Teele-la epi, li
kontinye travay yo. Nan youn premye tan, li depanse 38
milyon dola pou konpl6ks kiltir6l ak pak ki nan Little Haiti-a.
Nan dezy6m faz la plis pase $250.000 depanse pou anbeli
fasad kin an pwent 591 teras rive 59 avni sou deb6. 36m faz-
la se konte-a ki pral ref6 lari NE 2nd Avni-an. Travay yo
k6manse depi desanm. Oganizasyon downtown NE 2nd
Av... .monte ak kolaborasyon kek sitwayen kons6nen pou
transf6me NE 2nd ave an korid6 komesyal, touristik, youn
rav zanmi nou Viter Juste ap goumen pou li depi plis pase
30 ane.
Nou te di: Michele merite konfyans nou paske li f6
prev li te gen bon entansyon pou li ede Ayisyen devlope Little
Haiti. Li te gen bon santiman pou pep nou an ki nan soufrans
apre 3 sikl6n te fin frape peyi-a, yofn deye 16t. Ansent, gwo
vant, Li te kolekte manje ak rad al distribiye lakay. Li f6 plizy6
vwayaj pou li te marasa vil Miyami ak P6toprens nanyoun seri
pwogram kiltir6l ak ekonomik. Pou premye fwa nan istwa Little
Haiti nan mwa desanm ki sot pase la-a Little Haiti patisipe
nanArt Bazel kote koneksyon touristik f6t ant Little Haiti ak
Design District. Net office ak Rasha Cameau ; CAA
Community Action Agency) ak Jean Robert Lafortune,
Teacher Carline te monte youn vijilans nan kontwole krim,
vyolans domestik ak k6d vyolasyon
Nou te envite kominote ayisyen-an pou l'al vote
Michele Spence-Jones paske nan pwogram gouvennman li, li
te pwomdt e li te koumanse ap delivre.
Jounen Jodi-a nou tout konnen sa ki pase. Eleksyon
fini. Michele mare plis pase 85% vwa yo. Menmj ou li fin prete
sAman sou bib-la, Komis- gouvennman-an pase 16d arete-1
paske dapre ankdt, gouvennman-an di li tranpe nan move zafe


. Youn dw&t long yo di ki pase pandan li t'ap travay ak
komisyone Barbara Carey ki te Komisyone nan Konte-a pou
Distri-5. Barbara Carey pran pansyon depi lontan.
Gouvene leta Florid-la Charlie Christ ki limenm se
youn kandida pou vin Senate onivo federal, kouri vit revoke
Michele. Epi aksepte pou l'depanse youn bann lajan pou y'al
fe youn 16t eleksyon nan mwajanvye 2010. Michele Spence-
Jones kenbe tinfas, li di li inosan. Daprd lalwa depi li poko jije
pou yo jwenn li koupab, li gendwa patisipe nan eleksyon yo
ankb. Kidonk Michele Spence Jones toujou kandida pou
eleksyon k'ap vini la yo 12 Janvye 2010.
Eske Michele Koupab ? LefRt yo akize-1, eske
noumenmkite sip6te-ldwe lage-l? Si nou genyounzanmi an
difikilte eske nou dwe abandone-l? Si youn zanmi an difikilte
bezwen sipb moral nou; eske an tout konsyans nou ka lage
zanmi sa-a, kanmarad sa-a, ki t'ap ede nou ? Si de zanmi ap
mache, yofn bite, li tonbe, eske an tout konsyans, w'ap rete
gade mofn nan at&-a ap soufri san ou pa ba li lamen pou
soutni-1, leve-1 kanpe osnon konsole-1 annatandan sekou rive?
Se nan moman difisil youn zanmi bezwen sipb.
Lalwa peyi Etazini di ou inosanjouk younjij natir1l
jwenn ou koupab... Epi, mezanmi poukirezon distrik 5 sa-a an
devenn konsa? Pouki 16t kandida toujou ban nou youn bwa
lonng kenbe kbmkidire zbn sa-a twb mal, twb p6v, twb raz pou
yo vin fR kanpay ladann?... Yo senpman lage youn ti monnen
nan men kUk animate radyo epi yo rete nan ti twou y'ap gade,
ap koupe nou koutje... Kiyes nan ofisyO1 sa yo ki pa gen youn
grenn zanno kay 6bfv?
12 Janvye se eleksyon espesyal pou distrik 5 lan,
Eske nou dwe soti anmas al vote Michele Spence-Jones
ank6? M'ap kite nou ak paw61 sa-a ki soti dir&k-dir&k nan
bib-la
Si gen yofn nan nou ki di li pajanm fR peche,
Eben, leve kanpe, voye premye kout w6ch la.
Eske se pou nou vote? Eske se pou nou pa vote?
M'ap kite repons lan pou nou reponn ak konsyans
nou...Krey6l pale, krey6l konprann...
JanMapou
mapoujan@bellsouth.net
Koukouy Miyami.

Youn torya ki malouk
ak Max Manigat *
Denye gwo diksyone Pwofese A. Valdman nan "
Haitian Creole English Bilingual Dictionary" (2007) la antre
" torya (toya, toryan)" k6m non komen kivle di:
" big shot, VIP, big wig." / gran nag, mofn enpbtan, gwo
zouzoin" ; li mande nou al gade "voye toya" li tradui: to
speak in riddles or parables" / pale andaki osnon an
parabbl."
Torya, toya, tou, se youn dizon, youn pawol ranje.
Kote mo sa-a ta soti ? Justin Lhdrisson nan woman
li-a : < Zoune chez sa ninnaine >> (1906, p. 46) sevi ak mo-a nan
fraz sa-a : < [Mme Boyote] se contenta de rtpondre a ses
ennemis par un simple toria : (a) elle dtbaptisa son chien
noir et l'appela : Laissezyo dit... / o [Madan B6ybt] annik
reponn 1nnmi li yo ak youn senp : torya : (a) li debatize chen
nwa li-a e li rele li : Lese yo di... >> (tradiksyon)
(a) < Allusion : pwent (Jules Faine : Dictionnaire...
(1974, p. 20). >
Justin Lhdrisson bay youn b6l ekzanp torya: Madan
B6ybt voye youn pwent san li pa bezwen nan chire pit ak
pesonn ; non chen-an pale pou li.
Dapre, Jeannot Hilaire (Lexicrdole... 2001, p. 250)
mo < torya>> ta soti nan lang panybl, men li pouse mo
< torrejar > la ak youn pwen entewogasyon ki vle di li pa si.
Pou vre, mo sa-a pa egziste ni nan kasteyann ni nan pany6l
dominiken. Ganyen < torreja > youn amerikanis nou jwenn
sou f6m < torrija > an Espay ak siyifikasyon : < voz
anticuada / < paw6l ki gan laj > dapre Carlos Esteban Deive :
< Dicciomario de dominicanos (2002, p. 199) > Se la, pet&t,
mo pa nou an ta soti.
M'ap voye bal sa-a anlk : nan lang kikongo /kindibu
(pwon. kindibou) vb < tbya >> a vle di: < ki renmen pale,
bavade. > ( P. Swartenbroeckx : Dictionnaire kikongo et
kituba franqais. (1973, p. 653)
Eske < tbya >> kikongo-a ta bay lide pou mo "toya,
torya" nou an?
mx
Nan travay sou liv Fayo (defen Pwofese Raphadl
Urciolo) : 3333 Proverbs in Haitian Creole... (1979) la,
mwen tonbe sou toya (Torias IX 56) sa-a lite jwenn nanti liv
Addin-Hon : Torias, contes etproverbes crdoles (1945) :
Emb&tt qu' a quitt >/ Enbete k a kite"
li te tradui an angle : If someone is bothering you, leave
him." (F1385) Sanble li te pran "anbete" pou "enbete." Mwen
si e seten Pwofese Urciolo pa vle ft nou pran Nanna pou
Sizn ; se f6tjan toya-a pati paske ganAyisyen ki pwononse
v&b < anbete > a : < enbete. > Se nan twa wa sa-a zanmi nou
an twouve li pri.
Mwen cheche vire toya-a lanve landwat mwen pa
konprann li paske mwen panse tradiksyon Fayo-a pa kbr&k. Sa
defen pwofes&-a tradui-a se ta, an krey6l : < Si youn mofn ap
anbete-w, kite li. >> Se pa saAddin-Hon te vle di. Ak tou sa,
mwenpoko rive jwenn sans torya li-a.
Mwen pwoche li kote youn 16t pawbl ayisyen kout,
men djanm : kapon revblte >> nou ta ka di : < kapon ka
revlte >> ; < kapon konn revblte >> osnon < kapon ka kite
[kapon]. >
Eske nou pa ta ka eseye : < enbete konn kite > osnon
< enbete ka kite [enbete] pou nou rive depatcha sans kache
<< enbete k a kite Addin-Hon an.


Annouegzaminejanlite ekritorya-a, an 1945 :
Mwen kw << embett / enbete> se youn non komen
nou pa ka konfonn ak < anbete >, ki youn v&b Addin-Hon ta
ekri << ambtt. >>
An nou ch&che jwenn siyifikasyon torya a. Jan li ekri,
an krey6l k' ap imite 6tograf franse-a, nou w << embett /
enbete > se youn non komen li pa youn vb : Fayo flaye la-a;
<< qu 'a quitter / k a kite > younjan pi redonn. EskeAddin-Hon
te tande tout torya-a ? Si li te ekri, nanjan pa li a : < ca quittt
/ ka kite >, nou ta plis panche pou kwe sans torya-a se ta:
<< enbete ka kite enbete >, menjan li ekri li-a ba nou pwoblkm.
Sa li te vle di nan tan lontan ?
XK
Selon abitid mwen, depi m' ap patinen nan youn koze
mwen toujou renmen mande kavalye p6lka mwen, Jak J. Gason
/ Jacques J. Gargon, youn banj nan krey6l nan Nb, ki bourad
li ta ka ban mwen. Konsa, mwen te voye bwouyon atik mwen
an ba li tache nan youn kourilkt.
San pedi tan, li te reponn :
<< Kite wen ft oun sipbz. Nan kreybl an nou nan Nb,
nou konnjoure moun: << enbete, egare>> ; kidon yoin ki pa twb
gen bon konpwann, yofn yo ka twonpe fasil. Nou konn di tou
: enbesil ki bay sbt (osnonbt) ki pa pwan. >> Konm si m we
: < enbete k a kite > a sanble : << enbesil k a kite. >
Sa w di pou sa? >
Tenk an tenk, mwen te ekri :
<< Jaken,
Sam' santi-a se wou k' ap boukanneny, men manje-
a ap f&t sitdlman lwen se ti lod&r f6b, f6b wenjwenn. Si wen
byen konprann wou toyaAddin-Hon ta gan f6skote, li ta manke
moso. Li ta ka pati konsa: Sbt ki bay, enbete k a kite." I ta ft
sans. Eske se sa w vle di? >
Toptop, Jak te double :
<< Tata Makchi [1]
Pozitib! Se sa menm m te vle di. >

Ojis, nou pa fin rete bMkUke ; si nou pa resi konprann
torya-a nt ; si tradiksyon Fayo-a pa ride pyes, ti diplis Jak la
many louvrije nou youn tijan pi gran.

* MaxManigat se youn f6lkloris ki ekri : << Proverbes crdoles
ha'tiens du dix-neuvidme sicle ... > (2009) ak < Sajes ayisyen.
Ansyenpwoveb kreybl. Enspirasyonpou lavi modem. >> (2010)
[1] Tata Makchi : se konsa Jak rele-m.


Not Istorik

<< Lenbe pa ka soutni Pbmago... >>
ak Max Manigat*
Anten6 Fimen /Anttnor Firmin te youn neg politik
nan Nb ki te make epbk li. Li te f&t Laptitans toupre Okap 18
okt6b 1850, li te mouri Sen Toma 19 sektanm 1911.
Se yofn nan pi gwo sevo peyi d'Ayitijanm ganyen.
Menmsi li pa te janm al nan inivesite nan peyi etranje, li te
enstrui t&t li pou vini youn kokenchenn politisyen eklere ak
youn michan ekriven ki kite douz liv. Yofn nan yo : << De
l'tgalitt des races humaines >, li te ekri an 1885, kontinye ap
ft bri jouk jounenjodi. Pwofese Arcelin Charles tradui li an
angle : "The Equality of Human Races."
LU Prezidan Tirezyas (Tiresias Simon Sam) te bay
demisyon li 12 me 1902, youn gouvenman pwozizwa te pran
pouvwa a. Antenb Fimen pa te kache entasyon li pou li te
kandida pou prezidan, men youn vye makak, Jal Nb Aleksi,
Tonton Nb, t' ap tann tou pa li tou.
Nan premye tan gouvenman pwovizwa-a Fimen ak
Tonton Nb te ft youn alyans politik gwo palto P6toprens yo
te vle kase ; yo deside pou nonmen Jal Nb manm gouvenman
povizwa-a. Fimen stoblije pran lezam: jennjan toupatou nan
peyi-a monte nan Nb pou vin goumen bb kote Fimen kont
lame Jal N6-a.
Anpil batay kase. Nan levennman sa yo plizye
ekspresyon part. Youn premye se :
"Lenbe pa ka soutni Pmago, Pbmago pa ka soutni Lenbe."
Lenbe ak P6mago se nen ak bouch. Sanble 1 zam te
marye serye sityasyon-an te vin sitdlman mangonnen Lenbe
te kw P6mago ta ka soutni li, menbichi Se konsa ekspresyon-
an vin rete pou di : ni yofn ni 16t pa ka pote konkou.
XK
Youn 16t ekpresyon istoryen, Charles Dupuy, fm m
sonje se :
Ou kwe se vin pran Lenbe ak po kann."
Menjan li eksplike li : An 1902, pandan lage sivil
ant twoup (gouveman) N6 Aleksi yo ak rebelFimenyo, patizan
Fimen yo te konsantre Lenbe, kote, ak konkou pe franse nan
vil la, yo te bati << ranpade >> : palisad an bwa ki te pem&t yo
kenbe syej la pi lontan. Se la ekspresyon : Ou kwe se vin
pran Lenbe ak po kann' nan soti." (tradiksyon)
Nou kontan istoryen an fe nou sonje mot 'ranpade'
la kite fin anfouye.

Apa vil Lenbe-a, mo < lenbe > a koni nan sdten 16t
kote nan peyi-a. Haitian- English Dictionary (2004) Bryant
C. Freeman nan mete li:
lenbe: n. extravagance, prodigality : granpanpan,
gaspiyaj ;
bay lenbe: to let oneself be taken advantage of kite
youn mofn dodo sou ou ;
pran lenbe : to have an easy success / reyisi youn
bagay san anpil ef6, anpil traka." (p. 554)
Eske : Ou kwe se vin pran Lenbe ak po kann" se ta
orijin ekspresyon "pran lenbe" a? Petdt wi, men poukisa se
bout nan pawbl istorik la sdlman yo kenbe ?


Page 15


Alni amaumas POUt TOW VOS MKIT tEqulpements pour constjctoi on
ADOMI PURCHASING AGENCY """'"d u Eu ou onto
T l: P*URCHASPIiNCoes dMe o vott6c /Comlon I Equipcmcnt m6dil
Tel.: 786-457-8830 Fax 305-756-0979 -al pasacalla@aot.com paP amioM e par bafta.





Page 16












MEN YON
GWO BATO K
AP POTE TOUT
MACHANDIZ
OU TOUPATOU



CAPE HAITIEN

HAITI




Se Sel koneke

Direction: 1-95 to Exit No. 3
King Jr Blvd go East on MI

As soon as you go over Ol




L'Indenpendance d'Haiti:
<< Un exploit qui a change
la face du monde >>,
selon Hillary Clinton
Un exploit qui a change la face du
monde, une histoire qui continue d'etre
aujourd'hui encore une source d'inspiration
pour plus d'un, ainsi la Secr6taire d'Etat
amdricaine d6signe-t-elle la geste de 1804
dans un message adress6 le lerjanvier 2010.
Dans un message public sur le site
Internet du d6partement d'Etat, la Secr6taire
d'Etat am6ricaine, Hillary Rodham Clinton, a
salu6 dans l'Ind6pendance d'Haiti un exploit
qui a change la face du monde, une histoire
qui continue d'etre aujourd'hui encore une
source d'inspiration pour plus d'un.
Dans ce message, Mme Clinton a
adress6 des voeux de paix et de prosp6rit6 a
Haiti a l'occasion de son 206eme anniversaire
d'ind6pendance, le lerjanvier 2010.
Cette date, indique-t-elle, 6tait une
occasion d'honorer l'histoire et l'hdritage
d'Haiti et de penser aux h6ros qui ont
contribu6 a la fondation de la nation
haitienne.
La Secr6taire d'Etat a tenu a
honorer, dans son message, non seulement
les fondateurs de la premiere R6publique
noire Toussaint Louverture, Jean Jacques
Dessalines et Alexandre P6tion mais aussi
tous les hommes et toutes les femmes qui
ont lutt6 en faveur de leurs droits de vivre
libre et de la liberty pour les g6ndrations
futures.


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefm hotmail.com
haiti-en-marche hughes.net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


I BACK AG0


Mercredi 06 Janvier 2010
Haiti en Marche Vol XXIII N' 50








KI VWAYAJE CHAK
1 5 JOU POU BWOTE
MACHANDIZ OU DIREK
AN AYmTI SOU WAF ST
MARC GONAIVES &
CAPE HAITI


I


Under New Management


IU BWOTE KONNTENE, BWAT
s PEPE, KAMYON MACHIN EK-
GONAIVES STRA
SETERA
HAITI
ST MARC
Role ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330 HAITI

Fax ( 561 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398

Toll free 1-877-845-8330 or 1-877-845-7590

;yon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

'4 ( 45th Street ) East to Congress Ave, to North on Congress Ave to Martin Luther
LK Blvd ( making right hand turn ) this Rd takes you straight to the Port of Palm Bch

d Dixie Hwy, before Guard Shack Make 1st Left hand turn you will see our Sign




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs