Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00383
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: December 23, 2009
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00383
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00012-23-2009 ( PDF )


Full Text









Haft/ien


* e M c bd2 u 9* 2 0Vll- N 4


Lavalas : absence de


PORT-AU-
PRINCE, 20 D6cembre -
Une manifestation du
parti Fanmi Lavalas a
rassemblW plusieurs
milliers de partisans et
sympathisants. Aucune
surprise puisque le parti
de Jean-Bertrand
Aristide, ancien
president condamnd a
l'exil en Afrique du Sud
en f6vrier2004, continue
d'etre consid6r6 comme
le plus populaire d'Haiti.
Ce qui d6tonne
dans la manifestation du
mercredi 16 D6cembre,
c'est l'absence non
seulement des vedettes
habituelles du parti mais
de presque tout cadre
reconnu.
Ma r y s e
Narcisse a &t6 la seule a
prendre la parole. Pour
prononcer le message
appelant au retour du
leader, Jean-Bertrand
Aristide, qui (dans une
r6cente interview diffuse
en Haiti) s'est d6clard
pret a rentrer au pays si
l'Etat lui envoie un laissez
passer et d6nonqant
l'exclusion de Fanmi
Lavalas de la course
6lectorale par l'organisme
charge d'organiser les


U ~


leadership

l1gislatives du 28 f6vrier
2010 ou Conseil electoral
provisoire (CEP).
Si le but 6tait de
Sdmontrer que Fanmi
Lavalas reste aussi
populaire, c'est gagn6.
Par contre 1'6clatement
de son leadership n'avait
jamais &t6 aussi evident.
s Ces derniers
sont diss6minds
aujourd'hui dans
plusieurs autres
formations, dont
quelques-unes toutes
nouvelles, pour pouvoir
presenter leur
candidature aux
prochaines elections
apris la seconde
eviction de Fanmi
Lavalas de la course.
Mais la grande
majority reste encore
dans l'ombre A observer.
Et en observation.


Plusieurs milliers manifestent le 16 Ddcembre 2009 pour exiger le renvoi du conseil electoral qui a exclu
le parti Fanmi Lavalas de la participation aux legislatives du 28 fvrier 2010 ainsi que le retour de leur leader,
1 'ex-president Aristide exile en Afrique du Sud (photo Thony BMlizaire)


Le c6l1bre
exile est d6sert6 ...
Qu'aucun
d'eux n'ait fait le
d6placement pour un
jour aussi symbolique (le
16 D6cembre est
l'anniversaire de la
victoire historique qui a
conduit le mouvement
(LAVALAS/p. 4)


PORT-AU-PRINCE, 21 D6cembre Une phrase
qui a tout son sens : Paix sur la terre aux hommes de bonne
volonte !
Non seulement il nous faut de vrais hommes et
femmes, mais il ne saurait y avoir de paix sans la volonte
d'y parvenir ou de la retrouver et de la maintenir, sans
une vraie bonne volont6 et, pour parler comme De Gaulle,
sans une bonne volonte vraie.
A commencer par la paix publique, oui la paix
des rues qu'on ne doit pas permettre aux autorit6s de
banaliser, sous toutes sortes de pr6textes, comme quoi
c'est toujours pareil en fin d'annde cette remont6e de
l'ins6curit6. Il n'y a aucune excuse a enlever la vie : la vie
ne vaut rien, constate-t-on alors toujours trop tard, mais
rien ne vaut une vie. Et pour que ce ne soit pas ceil pour
ceil, dent pour dent, auquel cas c'est fini de la paix, c'est
(NOEL/p.8)


Les nouvelles economiques reviennent
PORT-AU-PRINCE, 19 dCcembre La tendance
6conomique reprend ses droits. Le momentum qui avait &t
crD avec la visite tr s m6diatis6e de l'ex-prsident Bill Clinton
en octobre dernier, aprbs avoir dt largement bousculd par
les derniers 6v6nements politiques et sp6cialement la
destitution du Premier ministre Mme Michble DuvivierPierre-
Louis c la fin du mime mois, semble regagner h nouveau du
terrain.
Ce vendredi 18 d6cembre est revenu au pays le "COpyrighted Material
president de la Banque interamricaine de d6veloppement C t
(BID) pour une visite de 4 jours avec un agenda charg quindicated intent
le conduira en divers endroits de la rdpublique. Objectif: Available from Commercial News Providers"
renforcer l'appareil industriel et touristique.
Mais cette visite a d'abord une certaine signification
politique. L'international est passablement rassur6 aprbs le
choc du renvoi par le S6nat sous domination pourtant du
parti pro-pr6sidentiel (lors Lespwa, bient6t NITE) du Premier
ministre Michble Pierre-Louis dont le depart a &tC salu6 par
tous les partenaires internationaux comme la perte d'une
personnalit6 comp6tente et qui avait grandement contribu6
h installer les bases de la nouvelle direction que
(ECONOMIE/p. 5)


Pourquoi la Minustah devrait


souhaiter une large participation electorale


PORT-AU-PRINCE, 20 D6cembre Ce n'est pas le
blabla politicien qui peut quoi que ce soit contre la presence
des forces 6trangeres en Haiti. Cependant ces dernires
n'en jouent pas moins leur sort a l'occasion de l'annde
6lectorale 2010.


C'est le succes des elections (pas le succes aux
elections) qui dira si la presence internationale a atteint son
objectif qui est de ramener le pays en question sur lavoie de la
d6mocratie.
De bonnes elections ne signifient pas seulement


qu'elles soient tenues aux dates pr6vues et que les
conditions de s6curit6 soient bien remplies. Ce n'est pas
une affaire purement mdcanique, auquel cas on n'aurait qu'h
louer, comme le faisait la dictature, les services de quelques
(MINUSTAH/p.7)


Taxi motos, c'est quoi, c'est qui ?
(voir / p. 9)






mEPLS..E mmF


Mercredi 23 D6cembre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 48


OBAMAet...


TOUSSAINT LOUVERTURE


Par Jean METELLUS
... suite

Il y avait chez Toussaint Louverture
un lien vital entre le genie, la creativity et la
sagesse. Chaque fois done qu'on rencontre ces
trois qualit6s soud6es chez un meme homme, on
peut s'attendre a l'eclosion de quelque chose de
grand.
Lisons cette lettre du 7 mars 1799
6crite par Toussaint Louverture au president
Adams

"Monsieur le President,
La colonie de Saint-Domingue marche
toujours a grands pas vers la prosperity malgr6
les entraves qu'y apportent ses ennemis et il ne
manque pour accelerer davantage sa restauration
que de renouer les liens qui l'unissent avec le
continent americain. L'int6ret que je porte a la
gloire de mon pays ma determine a solliciter de
nouveau de vous, Monsieur le President, une
solution aux propositions que je vous ai faites,
vous promettant encore, sur la foi des traits, de
favoriser lesAmericains et de les d6fendre contre
les tentatives des corsaires de Saint-Domingue.
L'agent du gouvemement 6tant dans la meme
intention que moi, veuillez Citoyen president,
repondre a ma premiere missive et me donner
enfin l'espoir d'une prochaine liaison avec les
Etats-Unis fondue sur une amiti6 franche et
loyale.
Salut en la Republique Universelle
Toussaint Louverture "(13)
Parler d'universalit6 en 1799 n'est-ce
pas etre dou6 d'embl6e d'une vision universelle ?
Certes il s'agit d'une formule r6publicaine a la
mode durant la Revolution francaise, mais que
l'ancien esclave, actuellement Gouvemeur de
Saint-Domingue, l'assume, cela traduit une
clairvoyance et un sens de l'avenir propres au
genie louverturien.
Et Toussaint Louverture, comme le
demontre le Professeur Leslie Manigat, est
universaliste a tous les points de vue :
sur la question raciale : D6nu6 de tout
prejug6 de couleur, de tout racisme anti-blanc, la
plupart des constituants qu'il a choisis pour
rediger la Constitution de 1801 sont des blancs.
Et les t6moignages abondent dans ce sens.
dans les relations internationales : n6
francophone, militaire dans l'armee francaise, il
6tait a l'aise avec les Espagnols, les Anglais, les
Am6ricains.
dans son sentiment religieux : il etait
catholique fervent et franc-macon.
dans son appartenance pr6coce a
une patrie universelle, forme nouvelle d'une
mondialisation modeme venant apres celle du
16 "e siecle rationaliste et de la d6couverte de
l'Am6rique. I fut l'organisateur et le champion
du commerce entre Saint-Domingue, 1'Angleterre
et les U.S.A.
L'ere des 6mancipations
decolonisatrices (USA, regime republican en
France df a la Revolution de 1789, revolution
anti-colonialiste a Saint-Domingue, liberation des
colonies espagnoles du Nouveau Monde) a baign6
dans la philosophie des lumieres cosmopolite et
de la crise de la conscience europ6enne, au zenith
et a la fin de l'ere du capitalisme marchand en
passe de se muer en capitalisme industriel fonde
sur la machine a vapeur
Enfm dans son universalisme forgeur
d'une vision du passage de l'autonomie a
l'ind6pendance dans le processus de la
dynamique 6volutive du destin mondial des
colonies.
La lettre de Toussaint Louverure a
Adams, par son ton et son contenu, donne tout a
fait raison a Michael S. Gazzaniga qui soutient
dans son merveilleux livre Le cerveau social qu'
"une culture devient d'autant plus humanitaire
que ses membres ont le sentiment d'etre partie
int6grante des problems qui assaillent leur vie.
La seule facon assuree de les rapprocher de ces
problems est de construire une culture dans
laquelle ils doivent les affronter a un niveau
personnel" 4'.Tant que l'individu ne prend pas
sa part de responsabilit6 dans la survenue et le
deroulement des 6evnements, il n'aura qu'un salut
provisoire, efficace certes mais temporairement.
On ne r6sout pas un problem en s'en remettant
constamment aux autres. I1 y a toujours un
moment ou il faut soi-meme s'emparer du
problem pour le r6soudre. Et c'est le propre du
genie d'imaginer et de mettre en oeuvre les actions
pour y parvenir. Certes le texte de Gazzaniga
parait contre intuitif ou meme antisocial, car il
reclame un effort personnel, individuel parfois
considerable, mais il y a un prix a payer pour
toutes les grandes oeuvres, depuis les
performances d'un Joe Louis, d'un Cassius Clay,
d'un Martin Luther King ou d'un Malcolm X et
Mandela, jusqu'a la conquete du pouvoir par
Obama. On n'ajamais assez insist sur de pareils
moments douloureux et d6cisifs qui seront
couronnes tot ou tard de la plus grande joie.


L'election d'Obama est le fruit d'un
long processus dont les pr6mices remontent a
Toussaint Louverture et peut-etre meme au-dela.
Toute tentative de n'y voir qu'un ph6nomene
purement individuel, ou localement circonscrit
dans le seul contexte americain est un leurre.
Obama n'est pas qu'un homme politique
americain mais il ne s'agit pas non plus de faire
de lui un Messie.
Si j'ai tent6 cette comparaison entre
un genie que nous avons pu voir 6voluer dans sa
vie d'homme mir et un homme jeune en pleine
ascension, c'est parce queje pense qu'il y a chez
l'homme, surtout chez un meneur d'hommes,
des qualit6s indispensables a la conception et a
la r6alisation de projets d'envergure. Ces qualities
nous restent encore caches, voil6es par l'6paisse
couche historique que nous rencontrons et
rencontrerons sur notre chemin, mais il n'est pas
temeraire de penser que si ce n'est pas Dieu qui
dicte aux vrais grands hommes les moyens, les
mesures et les decisions qui sont leurs marques,
il y a dans l'ensemble de leur chimie mentale
psychique ou psychosociologique quelque chose
de commun qui les distingue du reste des
hommes. Je ne d6sespere pas de d6celer comme
des facteurs communs a ces grands chevaliers de
l'esprit."En aucun cas, ... nous ne pouvons dire
de maniere definitive qu'il n'y a pas de lois dans
un domaine particulier"''(1, ecrit K. Popper
surtout quand on se trouve devant ce qu'il
appelle d'authentiques problems, c'est-a-dire
ceux qui d'eux-memes s'imposent a l'homme
pensant et agissant, creant la science et la soci6et
Refl6chir sur le cas d'Obama nous
impose de comprendre le monde en pleine
mutation, nous-memes ins6res dans ce monde.
L'arrivee d'Obama au pouvoir
correspond, pour reprendre les termes de Popper
a une intervention limited et j'ajouterai pour
ma part, efficace du monde noir dans l'histoire
universelle. Il n'est nullement question de tout
bruler, de tout d6truire selon une vue utopiste
pour faire fonctionner correctement,
normalement ou id6alement le monde
d'aujourd'hui injuste, inegalitaire et inacceptable
en grande partie. La perc6e d'Obama correspond
a la perc6e louverturienne a la fin du 18"em siecle :
entrer et s'imposer dans un monde hostile pour
"combattre les maux les plus graves et les plus
imm6diats de la soci6et au lieu de lutter pour son
bonheur futur "(16)
Et Obama a bien compris qu'il fallait
lutter pour combattre les in6galit6s, que le noir
n'est pas, comme le dit Toni Morrison, une
couleur de peau mais un discours pour tenir dans
l'inf6riorite, dans l'esclavage, les noirs, car,
comme l'ecrit Euripide le nom d'esclave inflige
la honte a celui qui le porte, bien qu'il puisse
etre excellent en tout et vraiment l'egal de l'homme
libre "(17), un de ses eleves affirme la splendeur
d'une naissance noble est une illusion et ses
prerogatives ne sont qu'un mot "(8).
Le noir n'est pas une couleur de peau,
c'est un discours, une ideologie visant a
provoquer chez le negre la haine de soi-meme et
le besoin permanent de sejustifier, de legitimer
une existence qui apparait comme une
concession. Pas plus que l'expression Tiers-
Monde n'a un sens geographique.
En entrant dans le corps a corps avec
la soci6et blanche americaine et meme mondiale,
Obama 6tait deja p6entre de cette v6rit6 que le
naturel de l'homme c'est 1'egalite"O9)
Enfinje ne peux pas feindre d'analyser
la situation d'Obama comme un chimiste
examinant un precipit6 dans un tube a essai ni
comme Archimede 6noncant lun des principes
fondamentaux de l'hydrostatique, car je suis
impliqu6 d'un bout a l'autre dans l'aventure
d'Obama. Cela me fait penser a l'une de mes
dermires conversations avec C6saire dans la
mairie de Fort-de-France devant une photo de
Mandela quand il m'a demanded si j'avais deja
6crit sur Mandela, je lui ai r6pondu que je
m'appretai a le faire omettant de lui dire que
j'avais commence lorsque Mandela 6tait en
prison en prefacant un recueil de photos en son
honneur intitule cent photos contre l'apartheid.
Et cela me fait imaginer aussi lajoie qui aurait ete
la sienne, celle de Senghor et aussi celle de Damas
s'ils 6taient encore en vie le 20 janvier 2009. Je
rejoins en partie Toni Morisson quand elle se
demande qui sont les h6ros des petits Afro-
Americains d'aujourd'hui "(20) Eh bien ils peuvent
repondre fierement Obama.
Comme tous les negres, tous lesAfro-
Am6ricains et tous les noirs du monde, nous
avions besoin d'un Obama ; maintenant que nous
l'avons, nous ne devons pas a l'instar des
descendants masqu6s de Gobineau commencer a
lui trouver des inhabilet6s, des maladresses,
comme le suggerent d6ja subtilement,
sourdement mais sirement et avec ind6cence les
racistes occidentaux bien represents d'ailleurs
dans la presse orale et 6crite dont ils sont
d'ailleurs les seuls reels propri6taires.
Grace a Obama et quoi qu'en disent


(OBAMA /p. 12)


S"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 2





Mercredi 23 D6cembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 48


ILACTALIEE ARHI


1 4 4I MI1

IsdohUb O n d& 4j


r,






-- .


-r C h ~


S-"

-s .

-- r-
- 0
-e 0C -I -


o
,,


*


. -.


0 --*-

-
* *
- -

- . -
- -


0 Q -


b -L


- -r


- 4 o


"Copyrighted Material


CW. Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"
- - *a* -. 4 *-.w -4


..- r 0 -. 0

S - *




IS& :.


r & h w


* ~. a -do. - - -
- b-
l o

w~ -- 0 0

4 0 O W
-e - I __
m-m -"NE


* ~r
-~~ -


f-ow- -0
0C


~ o-

0 -Q* 0 w -


- .
~ -


* .

SL


---a


:jll~l|ffllII FISW

Qosamls~ll. Bi klMli f llta~tmaln li2



enfT ^7 p:6-aa-^.'


.* *.


, 11 UNIBANK

6111 111 ** **

,"FaiOmS route ensemble"

www. unibankhaiti.com


Page 3


FL' SOMMAIRE
L'EVENEMENT
Les nouvelles 6conomiques reviennent p. 1

MEILLEURSV(EUX
Paix sur la Terre aux Hommes de Bonne VolontW p. 1

ANALYSE
Lavalas : absence de leadership p.1

LEGISLATIVES
Pourquoi la Minustah devrait souhaiter une large
participation p.1

CRIMINALITE
Taxi motos c'est quoi, c'est qui ? p.1

LIBRE PENSER
Obama et ... Toussaint Louverture p.2
'Zins divers' p.12

ACTUALTMES
Le president de la BID en Haiti pendant 4 jours p.3
Br6sil: construction d'une centrale hydro-6lectrique
dans l'Artibonite p.3
UE : 30 millions d'euros pour amortir l'impact de la
crise p.3

SOMMETSURLECLIMAT
De jeunes Haitiens pr6ts l'action p.8
Copenhague : l'amertume d'un accord a minima p. 10
Presentation du Corridor Biologique de la Caraibe p. 13

DIASPORA
Dr Rudolph Moise candidat au poste de Repr6sentant
a Washington p.10

LETIRES
Conference de Georges Anglade p.10

SANTE
Ceux qui ont l'airjeune vivent plus longtemps p.11
C


S~r


- 480m


IC


o


m "amIB








Lettre aux lecteurs en ligne

Port-au-Prince, le 5 Novembre 2009,
Chers amis lecteurs,

Nous aimerions par la present vous informer qu' a partir de
notre edition: Haiti en Marche # 43, 18 au 25 Novembre 2009, nous
sommes dans 1'obligation d'arreter la distribution gratuite du joumal.
Si vous voulez continuer a recevoir la version electronique, nous nous
ferons un plaisir de vous 1'envoyer pour un coft modique.
Le Prix d'un abonnement electronique est de US $ 40.00
pour SIX MOIS et US $ 78.00 UNE ANNEE. Le paiement
peut se faire par cheque bancaire a ddlivrer a notre adresse de Port-au-
Prince:
100Avenue Lamartiniere (Bois Verna), Port-au-Prince, Haiti
Si vous vous trouvez en Haiti.
Al'extdrieur, veuillez remplir le formulaire sur notre site internet
www. haitienmarche. com/abonnements
Le coft est le meme mentionne ci-dessus. Vous pouvez vous
acquitter de votre abonnement soit en expediant votre cheque a
l'adresse dujournal aMiami:
Haiti en Marche, 173 N. W. 94th Street, Miami, Florida 33150
soit en utilisant votre carte de credit. Les details figurent sur
notre page d'abonnement.
Haiti en Marche en ligne est disponible d6s le mardi de chaque
semaine.
Nous vous remercions de votre fiddlitd.

Elsie Eth6art, Port-au-Prince
Tel. 509-3452-0428 ou 509-3454-0126 ou 2221-0204
Michel Leys, Miami
T61. 305 754-0705 ou 786-457-8830







Missing
or
Unavailable




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs