Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00376
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: November 4, 2009
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00376
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00011-04-2009 ( PDF )


Full Text







S' -en-


FETE DES MORTS OU 'GUEDE'

Le plus grand spectacle populaire haitien


'It


du vodou (ainsi que les parents des defunts et simples spectateurs) affluent les
de Port-au-Prince (photos pour Haiti en Marche de JJA et RE)


1r et 2 novembre 2009 au Grand cimetiere


DESTITUTION DU PREMIER MINISTRE

Une interpellation conclue a l'avance
MIAMI, 30 Octobre- D'une facon ou d'une autre, que l'un de leurs chefs de file, le s6nateur du Sud-est, Joseph interpellation qui ne l'est que de nom puisque san
les s6nateurs de Lespwa n'ont pas pens6 un moment a Lambert, avaitjur6 de d6missionner du SRnat si Mme Pierre- l'interpellk. Mais qu'importe, on ne va pas se gener pou
l'int&r&t du pays. Louis n'obtenait pas un vote de censure. si peu. Les s6nateurs de Lespwa, stirs d'eux-memes e
S'ils avaient reculd, ils se seraient d6jug6s s'6tant Envotant la censure, ils mat6rialisent ce qu'onappelle conqu6rants, avaient annonc6 bien avant le vote du 3
tellement avanc6s dans leur determination de destituer le un coup de force puisque le tout ayant &t6 conqu et conclu a octobre (et non29
Premierministre Mme MicheleDuvivierPierre-Louisaupoint l'avance sans laisser une chance a l'autre partie. Une que tout estfin


Minuit 35 : 18 sdnateurs sur 20 presents lors du vote Michele Pierre-Louis et son successeur ddsignd Le sdnateur Joseph Lambert qui
se prononcentpour la destitution ; 6 opposes I 'interpellation Jean Max Bellerive lors d 'une prkcidente stance au Parlement a men l 'assaut contre le Premier
avaient laisse la stance (photo Georges Dupd) (photo Robenson Eugene) ministre Pierre-Louis (photo G Dupd)


Is
ir
et
0
9!)
ret


pour la nomination
par le chef de l'Etat
d'un nouveau
Premier ministre.
Ratification : 6
novembre.
Installation le 9,
indiquait l'un des
meneurs dans les
micros de la presse.
Et tout
semble se d6rouler
en effet comme
annonce.
INTERPELLATIONN/
p.4)


Les malheurs de nos Premiers ministres

Deux bourriques ne braient pas dans le meme paturage!
MIAMI, 31 Octobre Le Premier ministre n'a Gouvemement >>. Article 156 : << Le Gouvemement conduit la Qui dirige quoi ? Chef du Gouvemement ? Chef
aucune chance dans notre systeme de gouvemement. Qui politique de la Nation. > de l'Etat ? Est-ce que le Gouvemement c'est aussi l'Etat et


dirige quoi ? Le Chef de l'Etat. Ou le chef du
gouvemement ? La Constitution n'est pas du tout precise
a ce sujet. Article 155 : << Le Premier ministre est le Chef du


Article 136 : < Le Pr6sident de la R6publique, chef de
l'Etat (...) assure le fonctionnement r6gulier des pouvoirs
publics ainsi que la continuity de l'Etat. >


vice-versa ? Est-ce que ces deux entit6s se recoupent, se
d6coupent ou se superposent entibrement ?
(PM-PRESIDENT/p.5)


La foule des pretres, prdtresses et adeptes






Page 2


GRANDS HAITIENS

IN MEMORIAM


Robert Bazile
I1 y a un an environ, la
communaut6 haitienne de la region
m6tropolitaine de WashingtonD.C. pleurait
la disparition, le 9 novembre 2008, d'unpilier
de la communautd. Emmanuel Ledan, Ww61l
comme nous l'appelions tous si
affectueusement, s'6teignait tout
doucement aprbs un long et riche
cheminement aux cBt6s de son spouse Clara
Ledan.
Ce dimanche matin 24 octobre
2009, la communaut6 est de nouveau
durement 6prouv6e par le d6ces d'un autre
grand Haitien qui aura laiss6 sa marque, non
seulement dans le milieu oi il vivait, mais
6galement et surtout en Haiti. C'est en effet
vers 5 heures que le Colonel Robert Bazile
s'en allait de cette terre, l6argissant ce vide
ressenti par tous aprbs la disparition de
Wwbl. I1 laisse sa femme Rolande et cinq
enfants, ayant perdu un sixieme
tragiquement en 1977.
Aprbs avoir termind ses 6tudes a
St. Louis de Gonzague en 1935, Robert Bazile
est diplBm6 de l'Acad6mie militaire
haitienne vers 1941, a une 6poque ou les
militaires recevaient une vaste et solide
formation universitaire, comme en
t6moignent ses 6tudes en 6conomie et en
droit. En 1949, il est d6sign6 Directeur du
Bureau du Recensement d'Haiti et il
commence de6ji afaire preuve de cette vision
qui fait tellement d6faut a nos dirigeants
d'aujourd'hui. En 1950, il organise le premier
recensement moderne de l'histoire d'Haiti,
une tape indispensable a tout
management rationnel du territoire. Aprbs
avoir complete ce recensement, il est nomm6
Directeur de la Loterie nationale.
En 1954, il devient Commandant
de la Marine haitienne. Mais c'est vers la
fin des anndes 50 que Robert Bazile
apportera sa plus grande contribution au
ddveloppement de son pays qu'il aimait
tant.
En effet, au mois de fdvrier 1959,
un programme de d6veloppement d'une
importance capitale fut mis sur pied avec
l'aide de l'Agence des Etats-Unis pour le
d6veloppement international (USAID). I1
s'agissait du Programme Pote Kole
couvrant le D6partement du Nord. Ceux qui
appartiennent a la g6ndration de Robert
Bazile se souviendront sans aucun doute
de la port6e de ce gigantesque et efficace
programme de d6veloppement. On pourrait
6crire un livre entier sur ce programme, mais
vouloir m'attarder sur ce point, il sied de
rappeler les principaux volets de cette
initiative en vue de pouvoir juger de
l'6norme contribution de Robert Bazile au
d6roulement de ce programme.
Dans sa s6rie sur la p6riode
Duvalier, le Professeur Jean-Julien d6crit en
ces termes la structure du Programme Pote
Kole :
1) un D6partement d'6ducation, dans le
cadre duquel les 6tudiants apprenaient a
lire et h crire, a appr6cier l'agriculture et a
rehausser la valeur de l'agriculture, a
apprendre comment planter, irriguer pour
devenir ensuite des agents agricoles
charges de former a leur tour d'autres
Haitiens dans ce domaine;

2) un D6partement de sante publique charge
de former des infirmibres auxiliaires qui
allaient aider les m6decins dans des centres
de sante ; fournir des soins aux femmes
enceintes en leur prodiguant des soins de
sante et d'accouchement etc.

3) un D6partement des travaux publics
charge de former des ing6nieurs pour veiller
aubon tat des canaux d'irrigation. Ceux-ci
avaient construit les routes de Limb6 a Au
Borgne, de Milo jusqu'a la Citadelle. Un
service hydraulique avait &t6 install pour
veiller a la quality de l'eau potable. Selon le
Professeur Julien, plusieurs autres projets
6taient prdvus.

4) Un D6partement d'agriculture qui, en
reconnaissance du r6le de ce secteur dans
l'6conomie haitienne, rev6tait la plus haute
importance. Ce Departement s'occupait
essentiellement du relbvement de produits


: 1917-2009
agricoles en Haiti, comme le caf6 et le cacao
tout particulibrement, 1'l6evage de vaches
et leur accouplement avec des vaches
6trangeres afin d'en amdliorer la quality. Ce
programme avait aussi pr6vu un Bureau de
credit en vue d'6pauler les paysans.
Dot6 d'un budget de plusieurs
millions de dollars am6ricains, ce projet 6tait
g6rd du c6t6 americain, par un Amdricain
du nom de John McNamara et du c6t6
haitien par le Colonel Robert Bazile. II
s'agissait du plus important programme de
d6veloppement jamais conqu pour Haiti, en
raison de son 6tendue. Malheureusement,
tris peu de temps aprbs l'arriv6 du dictateur
Duvalier au pouvoir, la d6gringolade allait
commencer. Robert Bazile s'6tait r6v&l1 un
administrateur d'une honnatet6, d'une
int6grit6 et d'une competence
extraordinaires. Cela n'empecha pas
Duvalier de lancer ses tontons macoutes
contre Robert Bazile, l'accusant de n'6tre
pas duvali6riste. On connait le reste, parce
que ce scenario devait se rdp6ter trop
souvent a partir des anndes 60. Duvalier et
ses sbires d6clencherent une vague de
repression contre tous ceux qu'il
consid6rait comme une menace a son
pouvoir, que ce soit vrai ou faux. Robert
Bazile dut demander asile a l'Ambassade
du Br6sil d'ofi il partit a destination des
Etats-Unis. II devint victime de fuite
g6ndralis6e de cerveaux aliment6e par la
dictature des Duvalier, un ph6nombne dont
Haiti ne s'estjamais remis et s'en ressent
plus quejamais aujourd'hui, plus de 30 ans
plus tard.
< Accus6 etjug >> in absentia par
Duvalier, il obtint l'asile politique aux Etats-
Unis et en 1961, il s'installe a Washington
D.C. avec sa famille. I1 commence alors une
nouvelle carribre, dans un nouvel
environnement, avec de nouveaux amis.
Tres vite, il se lance dans toutes
sortes d'activit6s. En 1961, on le retrouve
comme statisticien au DDpartement de
Statistique de l'Organisation des Etats
Am6ricains oi il va preter ses services
pendant prbs de 20 ans. II prend sa retraite
en 1983 et ne s'arrete pas l1.
Fermement ancr6 dans la
communaut6 haitienne, il participe
activement aux activities communautaires,
a une 6poque oi on pouvait a peine parler
de vie communautaire. II joue un r6le cl6
dans 1'6tablissement de la paroisse du
Sacrd-Cceur a Washington D.C. En 1977,
Robert Bazile et sa femme sont durement
6prouv6s par la disparition de leur fils
Robert. C'6tait la consternation g6ndralis6e
et la communaut6 lui fournit un 6norme
support.
Vers 1981, il est le fondateur de la
premiere liturgie haitienne l'Archidiocse
de Washington.
Entretemps, en 1972, les premiers
r6fugids haitiens commencent a d6ferler sur
la Floride, fuyant la dictature de Duvalier.
La situation est terrible, parce que le
Gouvernement des Etats-Unis continue
d'appuyer la dictature. Les r6fugi6s
haitiens sont les premiers a occuper les
prisons de la base de Guantanamo, pas les
citoyens arabes du Moyen-Orient. Le
public amdricain a la m6moire courte, mais
S1l'6poque, les Haitiens sont sujets a toute
sorte d'humiliations et meme
d'exp6rimentation, tandis que des Haitiens
comme le Pere Adrien, le Pare Smarth, et
des avocats de renomm6 comme Ira
Kurzban, Ira Golobin, Michael Rattner et
tant d'autres sejoignent avec passion a la
defense de ces Haitiens et s'attachent a
sensibiliser le public, non seulement aux
tribulations de ces Haitiens a Guantanamo,
mais aux conditions en Haiti qui portaient
ces Haitiens a risquer leur vie en haute mer
pour dchapper a la brutality macoute-
duvali6riste.
A Washington D.C., Robert Bazile
participe activement a ces activities de
sensibilisation du Haitian Refugee Project,
aux c6t6s d'activistes comme Sue Sullivan,
Fritz Longchamp; Steve Horblitt; Rev.
Walter Fauntroy ; Yves Point-du-jour;
l'auteur de cet article et tant d'autres. Plus
(IN MEMORIAM/p. 10)


_Mercredi 04 Novembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIIIb N0 41

Le President fait choix de Jean Max Bellerive comme futur premier
ministre
Dans une lettre du Pr6sident Rend Prdval adress6e a Mr Jean Max Bellerive et portant
la date du 30 Octobre 2009, on lit ceci : << conform6ment a l'article 137 de la
Constitution et suite a une rencontre tenue ce jour avec le Pr6sident du Senat de la
Republique, 1'Honorable Kl6y Bastien et le Pr6sident de la Chambre de D6put6s,
1'Honorable Levaillant Louis Jeune, je vous confirme le choix quej'ai fait de vous
comme Premier Ministre du prochain gouvernement.
En formulant le vceu que le processus de ratification de votre choix comme Premier
Ministre et de votre declaration de politique g6ndrale aboutisse dans le meilleur d6lai
et en vous remerciant encore de votre disponibilit6 a servir la Patrie, je vous prie
d'agrder, Monsieur, mes patriotiques salutations.
Rend Prdval. >>

L'Agenda de la convocation de 1'Assembl6e extraordinaire est
transform
Vules Articles 105, 106, 129-4, 129-5, 136, 137, 137-1, 158 et 231.1 de la Constitution;
Vu le Message du 23 septembre 2009 ayant convoqu6 le Corps Legislatif
l'extraordinaire pour le mardi 29 septembre 2009 ;
Vu le vote de censure donn6 au Gouvernement par le S6nat de la Republique le 29
octobre 2009 ;
Consid6rant l'urgence de la ratification du choix d'un Premier Ministre et du vote de
confiance de sa declaration de politique g6ndrale ;
Sont ajout6s au menu du Message du 23 septembre 2009 ayant convoqu6 le corps
Legislatif a l'extraordinaire pour le mardi 29 septembre 2009 :
1. La ratification du Choix du Premier Ministre ;
2. Le Vote de confiance de sa declaration de politique g6ndrale.
Donn6 au Palais National, a Port-au-Prince, le 30 octobre 2009, An 206eme de
1'Ind6pendance.
Rend Prdval.

Le S6nat destitue le Premier ministre Michele Pierre-Louis
Le S6nat haitien a proc6d6 dans la nuit a la destitution du Premier ministre Mme
Michele Pierre-Louis, qui n'a pas pris part a la stance d'interpellation.
Par 18 voix en faveur de la destitution et une abstention (Jean William Jeanty/Konba/
Nippes), le S6nat, domind par la plateforme Espoir, partenaire du president Rend Prdval,
s'est prononc6 apres plus de 10 heures de d6bats souvent houleux.
Le groupe minoritaire, compose de 9 s6nateurs, a laiss6 l'h6micycle avant la phase
finale de la stance, arguant que les normes ne permettaient pas de poursuivre les
travaux apres minuit. Le SRnateurYouri Latortue, qui 6tait l'invit6 de Mdlodie Matin le
vendredi 30 octobre, a pr6cis6 qu'ils ont laiss6 la salle, parce que entre temps c'6tait
un nouveaujour. I1 6tait pass minuit. Done on 6tait au 30 Octobre et que la stance ne
pouvait continuer sans une demande express du Pr6sident du Senat.
Mais passant outre, le Senat a vot6 une resolution qui considere d6sormais Michele
Pierre-Louis comme Premier ministre d6missionnaire et demande au Pr6sident Rend
Prdval de prendre les dispositions n6cessaires pour combler le vide gouvernemental.
Selon la constitution, Michele Pierre-Louis doit maintenant presenter sa d6mission au
chef de l'Etat et continuer a exp6dier les affaires courantes jusqu'a l'entr6e en fonction
d'une autre 6quipe gouvernementale.

Les reactions apres la destitution de Mme Pierre- Louis
MINUSTAH / COMMUNIQUE DE PRESSE
Port-au-Prince, le 30 octobre 2009 La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation
en Haiti (MINUSTAH) prend acte de la motion de censure adopt6e par le S6nat.
La MINUSTAH souhaite rendre hommage au travail accompli par le Premier Ministre
Michele Pierre-Louis au cours des 14 derniers mois pour permettre au pays, en d6pit
d'un contexte international particulierement difficile, de se remettre des d6gits sans
pr6c6dent causes par les ouragans de l'Ft6 2008 et de preparer la relance de
1'6conomie. La Mission souhaite 6galement exprimer au Premier Ministre Pierre-Louis
sa gratitude pour l'esprit de collaboration constructive dont elle-meme et les membres
de son gouvernement ont toujours fait preuve dans leurs changes avec les
partenaires internationaux d'Haiti.
L'adoption de cette motion de censure intervient a un moment critique dans les efforts
de stabilisation politique, 6conomique et sociale du pays. I1 est done essentiel de
proc6der dans les meilleurs d6lais a l'installation d'un nouveau Premier Ministre et
d'une nouvelle 6quipe gouvernementale, afin d'dviter tout risque de retour a une
p6riode d'instabilit6 qui pourrait compromettre les perspectives encourageantes
apparues r6cemment dans le domaine des investissements et de la creation d'emplois.
La MINUSTAH saisit cette occasion pour lancer un appel a tous les responsables
politiques, et a tous les secteurs de la soci&te haitienne, afin qu'ils travaillent ensemble
dans un esprit de solidarity et de partenariat, pour relever les nombreux d6fis et
6ch6ances auxquels le pays est confront, et rdpondre aux besoins et aux aspirations
du peuple haitien. Seule une telle approche permettra de consolider la stability, de
profiter pleinement des opportunities rdelles de progrbs qui s'offrent aujourd'hui au
pays, et de placer Haiti sur la voie du d6veloppement durable.
La MINUSTAH renouvelle au peuple haitien et aux autorit6s haitiennes l'assurance
qu'elle continuera a faire tout ce qui est en son pouvoir pour les accompagner dans
cet effort. L'Ambassade amdricaine,.

DECLARATION AMBASSADE DES USA
Le gouvernement des Etats-Unis respecte les r6sultats du processus d6mocratique en
Haiti, selon lesquels le Senat de la Republique a enlev6 sa confiance au gouvernement
du Premier Ministre Michble Pierre-Louis. L'avenir d'Haiti est entre les mains du
peuple haitien.
Madame Michble Pierre-Louis a &te une personne intelligente, ouverte au dialogue, et
bien inform6e. Elle a su valablement repr6senter les int6rsts de son pays et a &t6 un
partenaire important dans le dialogue continu entre Haiti et les Etats-Unis. Les efforts
d6ployds par Madame Pierre-Louis et son gouvernement dans le cadre du processus
de reconstruction suite au passage des ouragans de l'annde 2008 et du d6veloppement
6conomique m6ritent un hommage special. Nous avons &t6 honors de travailler avec
Madame Pierre-Louis et son gouvernement; nous serons heureux de poursuivre cette
relation de travail positive que nous avons eue avec le gouvernement de Madame
Pierre Louis, avec le prochain Premier Ministre.
Ces changements interviennent a un moment crucial dans les efforts qu'ont entrepris
les Etats-Unis et ses partenaires de la communaute internationale pour renforcer le
bien-etre democratique, economique et social d'Haiti. Nous attendons avec
impatience la confirmation dans les meilleurs delais du nouveau Premier Ministre en
conformity avec le processus democratique. Nous craignons que le changement de
leadership en ce moment de l'histoire puisse affecter l'enthousiasme et l'efficacit6 des
efforts en cours pour encourager des investisseurs et d'autres partenaires dans les
initiatives de support a Haiti. Nous souhaitons done qu'un nouveau Premier Ministre
soit confirmed le plus rapidement possible. Nous encourageons tous les Haitiens a
travailler ensemble et avec la communaute internationale dans un esprit de
(EN BREF / p. 14)





Mercredi04 Novembre 2009 L'ACTUALITE __ EN MAR
Haiti en Marche *VolXXIII N 41

*c% itunro r mec-r merAnifwtmwry










Copyrighted Material
M V ****WI
........Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Haiti menace d'instabilite politique

apres la destitution du premier ministre


Saint-Domingue, Correspondant
La destitution, vendredi 30 octobre, du premier
ministre d'Haiti, Michble Pierre-Louis, a fait ressurgir le spectre
de l'instabilit6 politique dans ce pays, le plus pauvre des
Amdriques. Dix-huit s6nateurs (sur un total de 29), appartenant
pour la plupart au parti pr6sidentiel, L'Espoir, ont vot6 une
motion de censure contre le gouvemement de Mme Pierre-
Louis. Le chef de l'Etat, le president Rend Prdval, a d6sign6
quelques heures plus tard le ministre de la planification du


gouvernement sortant, Jean-Max Bellerive, pour 6tre le
prochain chef du gouvemement.
Les s6nateurs ont accuse le gouvemement de Mme
Pierre-Louis de n'avoir pas r6pondu aux attentes de la
population. Le s6nateur Joseph Lambert a qualifi6 la gestion
gouvernementale de "catastrophique", 6voquant "une
situation d'insecurite grave et le drame de lafaim".
Ce sont les s6nateurs de l'opposition qui ont d6fendu
Mme Pierre-Louis, mettant en garde contre "le risque d'une


Page 3


L'EVENEMENT SOMMAIRE
Destitution controversde du Premier ministre Michele
Pierre-Louis p. 1
EDITORIAL
Deux bourriques ne braient pas dans le meme
phturage p.l
MEDIA &POLITIOUE
Sans une presse libre, la crise serait tout a fait autre
p.1
ACTUALITE
Jean Max Bellerive, Premier ministre d6sign6 p.3
Haiti menaede d'instabilit6 ... p.3
Michele Pierre-Louis veut sortir << la tate haute > p. 6
Arrestations d'anciens policiers dans l'enquete sur le
cambriolage de la SogeXpress p.7
CULTUREPOPULATRE
Fete des Morts ou 'Guede' : le plus grand spectacle
populaire haitien p.1
GRANDS HAITIENS
RobertBazile: 1917-2009 p.2
SOCIAL
De instruction et du respect pour les < restavek >
p.8
Santc et education civique comme outils d'autonomie
p.9
Un concours pour des Jeunes sur l'Iddal Dessalinien
p. 13
COMPETITIVITE
L'apiculture haitienne en quete de d6veloppement p.7
TOURISME
Le plus grand paquebot du monde inaugure sa
carri rc Labadie p.9
ASSASSINATS D'HAITIENS
Des organisations haitiennes et dominicaines se
prononcent .. p.10
LtVRES
Dany Laferriere, Prix Metropolis p.10
LBREPENSER
Parleurs p.12

nouvelle crise politique". L'und'eux, Youri Latortue, ajug6 le
vote "inconstitutionnel". II a appel6 le premier ministre a
ignorer la motion de censure et a rester en fonctions.
A la suite d'6meutes de la faim au printemps 2008, le
premier ministre de l'6poque, Jacques-Edouard Alexis, avait
&te renvers6 par une motion de censure. II avait fallu prbs de
six mois de marchandages pour nommer sa remplacante,
Michble Pierre-Louis. Le vide du pouvoir avait paralys6 la
cooperation internationale. La Mission des Nations unies en
Haiti (Minustah ; 9 000 casques bleus) a salu6 le travail de
(DESTITUTION/p. 13)


Vest vmo us ad didez de vus horraes.. Paritm ou vous 6w*
acoadez A UN 1BANKOnline", une wiaie sucuraleon Agnat

> Payez n i e quisyant ="A Ilooapte lUNIBANK
>" .

> Faftes vas tkansforts sur rtagr
>Achetez des ch~ques cde dtredo t our I6hrnger
>I


> Connwdez voTn stiestalorn bancaire

Coain& z la longuel We fdaubr Mtransacisposlsblbls
on clkpnt ur ld www.unbankhati.com


1 UNIBANK
11 ilt I | A***

"Falsns route ensemble"

www.unibanrkhaiti.com





Mercredi 04 Novembre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 41


DESTITUTION DU PREMIER MINISTRY


Une interpellation conclude A l'avance

(INTERPELLATION... suite de la 160e page) des s6natoriales artielles ne semblent avoir cure du robl6me de l'abstention 61ecto


Totale assurance des conjures ...
La premiere chose qui frappe dans cette affaire, c'est
done la totale assurance de ceux-lh qu'il faut bien appeler les
conjures.
Les auteurs de l'interpellation, en tate les s6nateurs
juniors du parti majoritaire Lespwa (avec toute l'ardeur des
jeunes loups, au sens littoral du mot), n'avaient apparemment
aucun doute sur le succes de leur entreprise.
C'est qu'ils ne sont pas a leur coup d'essai. Et que
jusqu'ici cela a march a chaque coup.
A chaque fois le peuple avale. Ou se contente de


Comme apres la c6r6monie de validation des Olus que
l'opposition avait pourtant jur6 de saboter.
L'international n'a qu'une seule crainte : des troubles
politiques qui deviendraient incontr6lables et mettraient en
danger le difficile 6quilibre actuel avec la presence d'une force
6trangere devant jouer davantage un r6le de dissuasion que
d'intervention. Sauf en cas de force majeure ...
Done un bilan de tous les derniers evenements
politiques revele toujours le meme cas de figure.

Absence de tout 6tat d'ame ...


Du moinsjusqu'ici...
L'essentiel c'est de marquer des points. C'est le
rapport de forces a l'6tat nu. Avancer ses pions aussi loin que
possible. Et absence de tout 6tat d'ame.
A quelles fins ? Cela c'est votre problkme, le v6tre
comme le n6tre, r6duit qu'on est au r6le de simple spectateur
d'un film a suspense dont on ne sait pas quand ni ofi, ni s'il va
atterrir.

Un pere eternel qui veille ...
Que l'ancienne opposition fasse semblant de se


L 'ambiance houleuse pendant les 10 heures de stance Le senateur (Lavalas) Rudy Herivaux lui aussi
le jeudi 29 octobre, a droite Youri Latortue donnant contre le vote de censure (photos Georges Dupe)
la rdplique aux snateurs de Lespwa les plus vdhdments


hausser les 6paules. < Ce n'est pas mon affaire >
A chaque fois l'international consent.
Comme s'il s'agissait d'une strat6gie conque de
longue main et ex6cut6e point par point.
On pourrait meme en soupconner aussi les lettres du
President annoncant la nomination du nouveau Premier
ministre puisqu'elles font dater le vote de censure du 29 octobre
alors que celui-ci a eu lieu le 30, plus pr6cis6ment a Minuit 30.
Well !

Toujours le meme cas de figure ...
Ici pas d'accident de parcours permis. Nanpwenpran
chans Tout est ex6cut6 comme une partition musicale.
Et quand l'international rechigne au d6but, c'est pour
rentrer aussit6t dans le rang d&s qu'il s'avere que le coup a
march.
Comme apres l'6viction de Fanmi Lavalas en lever de
rideau de la campagne 6lectorale. Comme apres les r6sultats


Eviction habilement programme des s6natoriales
partielles de 2009 de Fanmi Lavalas, le parti qui reste le plus
populaire malgr6 l'exil impose a son chef, l'ex-prisident Jean-
Bertrand Aristide. Aucune des deux listes opposes de
candidats de Fanmi Lavalas n'est retenue. Le divisez pour
r6gner, quoi. Une premiere operation audacieuse.
Hesitations de l'international. Les ambassades des
Etats-Unis et du Canada, la Minustah (ONU) comme 1'OEA,
disent leurs reserves dans des communiques de presse laissant
croire qu'ils s'opposent a la manceuvre conduite par le Conseil
electoral provisoire (CEP).
Les chefs de la Minustah (mission onusienne)
craignent un d6ferlement de milliers de partisans Lavalas dans
les rues.
Mais fausse alerte. Les elections ont lieu
pratiquement sans casse. Seulement les rues sont vides. La
participation ne d6passe pas 3%.
Mais qu'importe. Les ordonnateurs de cette strat6gie


Le ministre charge des relations avec le Parlement,
Joseph Jasmin (Lespwa), en visite le 29 octobre au Senat
(photo Robenson Eugene)
reveiller en d6nonqant des cas d'irr6gularit6s lors des deux
tours des s6natoriales partielles, puis a travers ses s6nateurs
menacant de ne pas valider les nouveaux Olus, c'est-a-dire
leur niant toute l1gitimit6, aujour dit la stance de validation se
d6roule a la cloche de bois. Puis tout le monde se met au
travail ensemble comme par magie.
Comme s'il y avait aujourd'hui une sorte de pere
6ternel qui veille pour que cela ne drape au moment oni on le
craint le plus.
Jusqu'au dernier episode : l'interpellation du Premier
ministre Mme Michele Duvivier Pierre-Louis et, comme pour
tous les chapitres pr6c6dents, sa conclusion annonc6e A
l'avance par des s6nateurs du parti pro-pr6sidentiel toujours
aussi sfirs d'eux-memes comme s'ilsjouaient un spectacle qui
avait 6td plusieurs fois r6petd. Et avec succ&s.

L'opportunisme de l'international...
(INTERPELLATION/ p.5)


IB Preasekw ni ati h,& alko1 -sr tsr a


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.

Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenet pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la hC i
founi yon baz kominikasyon ki
pem&t klyan an jwenn tout -O"I Pt w WC- FT TRi
enf6masyon li bezwen sou transp6b -
pa avyon, sou lanme ak ate, fe
rezevasyon pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe tout bagay pi fasil pou klyan
an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesonl" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes
Devlopman.
MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon yo e pou
sy on an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an
yon p c Oe-Stop-Sh ., sa vie di nou vie ofri li plizyc solysyon o chwa avyon,
bato os quit se machandiz pou ekspbtasyon, kit se pou enptasyon.
a kapini yo, Amerijet pral introdui lo avantaj sou iwebsite li a. Pamela
Robbins UN y1o I\ enters nan oloC a cnbei i plis
ekspansyonce e t. p in lnt o a..a ans"
Amerijet International, I uni sevis entenasyonal konple e sou tout f6m
- pa avyon, pa bato ak atL.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout te a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenet la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 4


rale





Mercredi 04 Novembre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 41


Page 5


Les malheurs de nos Premiers ministres

Deux bourriques ne braient pas dans le meme piturage!
(PM-PRESIDENT... suite de la lere page) L'ex-Pr6sident Paul Magloire, dans son exil a New projet, mais ce demier lui a expliqu6 qu'il ne peut pas empecher
York, nous expliquait que lors du coup d'Etat de 1950 oni comme les s6nateurs d'exercer leurs attributions constitutionnelles.
Naturellement tant lu au suffrage universal direct, chef d'Etat major des Forces armes, il renversa le Pr6sident Toutefois l'Ambassade amdricaine n'a pas mis de
ensuite celui qui choisit le Premier ministre (d'ailleurs la Dumarsais Estim et prit e pouvoir, sa premiere dmarche a declaration officielle.
Dumarsais Estim6 et prit le pouvoir, sa premiere demarche a d6clarationofficielle.
Constitution dit en son article 137 Le President dela de s'assurer que l'Ambassade amdricaine n'avait rien La Commission de reflexion pour une r6forme de la
Rpublique choisit 'son' Premier ministre ), le chef de l'Etat contre. Constitution aborde cette question comme un problkme majeur
s'estime le vrai maitre abord.
sestimelevraima. << Puis nous sommes rentrs jouer aux cartes dans la pour la stability de l'Etat.
d' Le Premier ministry n'a don pas beaucoup courdes Casernes >>. Ou bien on a un Pr6sident lu au suffrage universel
d'alternatives.


A ma botte ...
Qu'il prenne son travail au
s6rieux, conform6ment a la
Constitution (Le Premier ministre est le
chef du Gouvernement le
Gouvernement conduit la politique de
la Nation), il risque de soulever la
jalousie voire 'ire du chef de l'Etat.
Qu'il se couche, selon
l'expression consacrde, << ma botte >>,
et le problkme n'est toujours pas r6solu.
Non seulement le Pr6sident a
beau jeu de traiter < son > Premier
ministre dejean-foutre, mais il peut aussi AvailabIl
s'en servir comme repoussoir pour lui
faire porter toutes la responsabilit6 des
carences et 6checs du pouvoir.
Et meme si le Premier ministre
6tait neutralism a l'avance, c'est-a-dire
install dans des conditions qui ne lui
laissent aucune possibility de
fonctionnement, les << amis > du pouvoir
ou les barons du parti au pouvoir (ou
les deux a la fois) peuvent d6cider de se
d6barrasser de lui (ou d'elle) parce que
n'6tant pas du s6rail. Parce que l'on
craint qu'il (ou elle) soit un empecheur de danser en rond.

Plus facilement que son domestique ...
Or on peut renvoyer un Premier ministre plus
facilement que son domestique. Puisque d'abord il n'y a
obligation de payer aucun d6dommagement ni compensation.
I1 suffit, comme on l'avu, que les hommes du pouvoir
le d6sirent (conseillers pr6sidentiels et majority parlementaire).
Et, comme dit l'autre, c'est une bete mende a l'abattoir !
Mieux encore quand on dispose de l'estampe
internationale. Le communique de la Minustah (ONU) tombe a
pic dans la matinde du 30 octobre. Ouvrant la voie, en avant
toute !


"Copyrighted Material

h Syndicated Content

e from Commercial News Providers"'


Estim6 ne fut embarqu6 qu'apres un coup de fil de
l'attach6 militaire amdricain.

Un problem majeur pour la stabilitW de
l'Etat...
Les choses ne semblent pas avoir beaucoup
progress. Encore heureux que cela se passe sans effusion de
sang.
Notons pour l'Histoire que les Etats-Unis ont pris
position contre la destitution du Premier ministre Michele Pierre-
Louis. Selon le Miami Herald, la Secr6taire d'Etat Hillary Clinton
aurait appeal le Pr6sident Rend Prdval pour d6conseiller le


direct qui exerce tout le pouvoir ex6cutif
mais c'est lui-meme qui rdpond par-
devant le Parlement. Comme aux Etats-
Unis et dans presque tous les pays
d'Amdrique du Sud.
Le r6le du Vice-pr6sident est de
remplacer le Pr6sident en cas de
disparition ou d'invalidit6 de ce dernier,
mais il n'exerce pas de pouvoir ex6cutif.
Ou bien on a un Premier ministre
d6signe par la majority parlementaire
aprbs des elections oui il est impliqu6
directement. Comme dans de nombreux
pays : Allemagne, Espagne, Italie, Israel,
Canada etc.
Le Pr6sidentjoue alors un r6le
purement protocolaire. Comme, par
exemple, la Gouverneure g6ndrale du
Canada Michaelle Jean.


E Chakbourik ranni nanpatiraj
li ...
Ou bien enfin on a un Pr6sident
lu au suffrage universel et un Premier
ministre issu de la majority parlementaire
mais (primo) dans un pays aux
institutions fortement implantdes, et
(secundo) avec la possibility pour le chef de l'Etat de renvoyer
le Parlement en convoquant de nouvelles elections en cas de
conflit entre les pouvoirs et pour permettre 6galement au peuple
d'exercersonjugement. Comme en France ...
Mais il est d6finitivement impossible d'arriver a une
cohabitation solide et productive et surtout durable dans le
flou constitutionnel haitien.
Ce qu'un chef d'Etat haitien de la p6riode ancienne a
su r6sumer parfaitement : < Chak bourik ranni nan patiraj li >
(Deux bourriques ne braient pas dans le mime piturage) !

Haiti en Marche, 31 Octobre 2009


Une interpellation conclue a l'avance


(... suite de la page 4)
La force de cette strat6gie : une neutralisation totale
de l'opposition comme force politique. Etouff6e dans les
d6lices de la reconciliation nationale. Au point que certains
d'entre eux aujourd'hui se voient obliges de crier sur les toits
qu'ils ont d6cid6 de passer a l'opposition Que faisaient-
ils alors ?
Secundo, la fatigue du peuple, qui a &t6 us6 et
abus6 pendant plus de deux d6cennies par des politiques
de droite comme de gauche qui n'ont pas abouti.
Tertio, le cynisme ou plut6t l'intelligence froide
des orchestrateurs de la strat6gie en question.
Enfin, l'opportunisme de l'international auquel
il suffit de garantir que ses int6r6ts ne seront pas affects,
bien au contraire. Des lors, le feu vert est assure.

Des decisions A courte vue ...
Cependant au fur et a mesure, les ficelles se
ddvoilent, les faiblesses du systeme apparaissent ...
De succes en succes, mais a quel prix !
La participation plus que minime aux dernires
s6natoriales en est la preuve par excellence.
Car au fond, le parti pr6sidentiel n'a pas plus de
popularity ou d'influence dans l'opinion que les autres :
Fusion, OPL, Alyans etc.
Pourquoi la bataille politique doit changer de champ
d'action. C'est une n6cessit6 strat6gique. DMlaisser autant que
possible le terrain electoral proprement dit pour celui des coups
de force. Comme celui qui vient d'avoir raison du Premier
ministre Michble Pierre-Louis. Tout comme c'est le m6me esprit


qui a pr6sid6 d'un bout a l'autre aux dernires s6natoriales a
3% de participation.
Autre d6nominateur commun, ce sont des decisions
de plus en plus orient6es, a sens unique. Unilat6rales. Et
pardessus tout a courte vue. Le nouveau salaire minimum en


Deux senateurs de Lespwa ardents partisans
du renvoi du Premier ministre (photo Georges Dupe)
est l'exemple typique. Taillk sur mesure pour favoriser la sous-
traitance (125 gourdes) en oubliant que tous les secteurs
organisms contraints aux 200 gourdes exigeront eux aussi leur
compensation. Le premier cas (et non pas le dernier) vient
d'etre les distributeurs de p6trole qui ont fait une sorte de


grbve sur le tas pendant deux semaines jusqu'a ce que le
pouvoir leur efit c6d6 ... mais sans pr6ciser en quoi !
Tout comme plein d'autres exceptions ou
compensations peuvent 6tre ainsi accord6es a l'insu de tous.
Et bien entendu selon la formule : on ne prete qu'aux riches.

Du jean-claudisme sous d'autres
oripeaux ...
Un tel systeme, qui tourne le dos au ddbat
authentique, a tout esprit de consensus, qui se fout de
l'opinion comme d'une guigne, pour se baser uniquement
sur le rapport de forces (or qui seuls dispose de la force
dans ces cas-l sinon le pouvoir et les riches), un tel
systbme se condamne a tourner constamment en rond et
dans un espace de plus en plus r6duit. Autrement dit a
perdre chaque jour un peu plus en cr6dibilit6.
Aussi bien nationalement qu'interationalement.
Mais surtout, faute d'6changes entre ses
diffirentes categories, le pays ne peut pas avoir une
politique credible et viable.
Or dans ce rapport de forces, ce n'est pas tant le
pouvoir ni les riches qui sont v6ritablement les maitres du
jeu.
C'est l'international. Profitant des faiblesses
inh6rentes a ce systeme du < tout pour un, rien pour
tous >, international a encore plus toute la latitude.
Dans dix ans, on en sera toujours au mnme point.
Bref dujean-claudisme sous d'autres oripeaux.
Haiti en Marche, 30 Octobre 2009


FICHE D'ABONNEMEN A HAITI EN MARCHE


I pIU fit pour Six M I


Hanti ______
Etats Unis
Canada
Europe
Am6rique Latne


Gdes 260.00
_ US $ 40.00c
_ US $ 42.00
_ US $ 70.00_
_ US $ 70.00o


I CoatpouriA


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans l* cas d'un abonnement
avec Ilvralson, le coOt eat le double.
Prtre de specMier st voua etes
un nouvel abonn6
ou s'll s'agt d'un renouvellement


Nouveau


Renouvellement

EL5


Norm
Adresse.





Mercredi 04 Novembre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 41


Sans une presse libre, la crise serait tout a fait autre


PORT-AU-PRINCE, 31 Octobre- Et si la presse n'6tait
pas libre ...
Un ban pour la presse haitienne qui a &t6 sans
reproche tout au long des 6v6nements de la semaine 6coul6e.
En 6tant libre et ind6pendante, elle a pu preter son
concours a toutes les parties pour mieux exposer leur point de
vue sans pour autant faciliter l'une, ni dreinter l'autre.
Les parties en cause ce sont les s6nateurs
interpellateurs et les s6nateurs opposes a cette demarche ...
Mais aussi le pr6sum6 interpell6 (puisque le Premier
ministre Michble Pierre-Louis n'ira pas a ce rendez-vous
suspect).
Ainsi que la Pr6sidence ...
Sans oublier le grand public, l'homme de la rue, dont
le comportement est crucial pour rappeler aux acteurs les
consequences 6ventuelles de leurs actes.
Et enfin l'international dont la reaction est guett6e a
chaque seconde.
Oui, le centre de gravity des d6bats autour de
l'interpellation du 29 octobre 2009 convoqude par les s6nateurs
du parti Lespwa, aujourd'hui majoritaires au S6nat de la
rdpublique, ne se trouvait pas a la tribune du Parlement mais
dans les studios des radios, sur les plateaux des t6l6s et dans
les comit6s de r6daction des grands quotidiens locaux.
Himalaya de cadavres ...
Si les s6nateurs du parti pro-pr6sidentiel 6taient stirs
de l'emporter a l'avance, leurs declarations dans les m6dias
chauds les ont forces a d6noncer leur propre manceuvre. En
un mot, ils se sont trahis. Ce que le s6nateur Jean Hector
Anacacis (Lespwa) minimise comme unjeu de cache-cache
psychologique qui 6tait seulement destined effaroucher
<< madanm lan >, est plut6t apparu sur les ondes et les 6crans
comme un comportement de brute. Bref, de tonton macoute.
Le public n'oublie jamais ce genre d'exub6rances.
Qui ne se souvient aujourd'hui encore de < cadavres >>.
D'un autre c6td, la presse a permis aux s6nateurs
anti-interpellation de se faire entendre plus qu'ils n'y seraient
jamais parvenus lors du d6bat parlementaire. Etant donn6 que
le camp d'en face est plus nombreux (a un moment prbs de 23
sur 30) et que pour affronter r6solument les jeunes turcs de
Lespwa ils n'6taient pas plus de quatre (4).


Mais bonne occasion aussi pour eux de se refaire
une beaut&. Prenant soudain des positions plus lib6rales, plus
franches que ce que l'imagerie populaire a pu garder de leur
bilan pr6c6dent.
Une bMte conduite A I'abattoir ...
La presse a done servi, en amplifiant
consid6rablement ainsi le discours parlementaire, non
seulement a une meilleure comprehension de l'Mvenement mais
aussi a ouvrir davantage l'intelligence de l'auditoire aux
pratiques politiques locales. Et dans un sens plus large au
discours d6mocratique, meme quand celui-ci ne d6passe pas
le stade de discours.
Quant au Premier ministre Michble Duvivier Pierre-
Louis, la presse ind6pendante a &te son seul et unique recours.
En effet, on rapporte qu'elle aurait transmis son
message-bilan a la T616vision Nationale pour diffusion mais
que celle-ci lui a ferm6 la porte au nez.
Incroyable mais vrai! La t6l6vision gouvemementale
qui censure le chef du gouvemement. Dans le cas oi la TNH
se voudrait plut6t une t6l1vision publique, c'est ce qui ne
devrait justement jamais arriver car cela s'appelle refuser
assistance a une personne en danger !
Michble Pierre-Louis a done utilis6 le lendemain mardi
27 octobre la voie de la presse ind6pendante, la seule qui lui
restait pour faire entendre, une dernire fois, sa voix en quality
de Premier ministre.
Les m6dias d'Etat lui 6taient ferm6s. Et la majority
s6natoriale lui promettait le meme sort qu'une bete conduite a
l'abattoir, c'est-a-dire la tate tranch6e avant le temps de dire
ouf.
Numero 1, rassurer l'opinion ...
Et si la presse n'6tait pas libre. Et si comme au temps
de la dictature a vie ou non, la presse 6tait muselde Mme
Pierre-Louis n'aurait eu le choix qu'entre le Fort Dimanche (le
bagne des Duvalier) et l'exil.
La population devrait alors se mettre a l'6coute
clandestine des radios ext6rieures (Radio Vonvon ou Radio
Havane Cuba) pour essayer de savoir ce qui s'est reellement
passe.
Quant au Palais national, qui ne peut 6viter d'etre
soupqonn6 de complicity dans le coup de force des s6nateurs


du parti pro-pr6sidentiel, lui aussi se serait trouv6 en grand
embarras ... n'6taient les m6dias locaux.
En effet, la principale apprehension aussi bien des
nationaux que des intemationaux, c'est que le pays ne se
retrouve dans une nouvelle impasse comme celle qu'on a v6cu
l'annde dernibre oi il a fallu plusieurs mois et plusieurs
tentatives rates avant la ratification d'un nouveau Premier
ministre Michble Pierre-Louis remplacant Jacques Edouard
Alexis.
Mais la lecon n'a pas &t6 perdue. Cette fois dans les
heures qui ont suivi le vote de censure, le Palais national
communiquait les lettres du chef de l'Etat en vue de la
nomination d'un nouveau Premier ministre.
La rapidity de l'op6ration (chez un pouvoir souvent
critique pour sa lenteur ou sa negligence) est destinde a rassurer
l'opinion aussi bien interne qu'exteme a ce sujet.
L'homme de la rue mine par les crises successives et
n'ayant plus que la peau et les os aussi bien que l'investisseur
potentiel.
Rendez-vous aux urnes !...
Et si la presse n'6tait pas devenue si soucieuse
6galement du maintien de la stability. Chat 6chaud6 ...
En tout cas bien plus que les tenants du pouvoir.
Enfin le grand public qui a pu suivre cette semaine
chaude dans ses moindres details et se faire tranquillement sa
petite id6e. Sans subir l'influence d'aucun camp en particulier
puisque tous ont pu s'exprimer librement.
Conclusion : rendez-vous aux urnes car ce moment
viendra. L'heure de verit6, comme on dit.
Et si la presse n'6tait pas libre !
C'est elle qui permet a la crise de se d6fouler, d'6viter
d'avoir recours a la violence proprement dite quand on a vu
certains au bord d'en venir aux mains.
Et dire que c'est encore elle qui devra payer les pots
cass6s.
A chaque menace a cette stability si proche mais
toujours aussi lointaine, c'est encore elle qui plonge
6conomiquement davantage. Et apres chaque soubresaut se
reduit davantage aussi le nombre de ceux capables de s'en
apercevoir.
La presse est libre, mais a quel prix !
Milodie 103.3 FM, Port-au-Prince


104Il040rW '%lot h itr rrrrr-l - do"# wu 6ir b Wef Ir%... -



"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"




Aprann Pale Angle

Tou suit f t r t

PROGRAM RAPID A ktat U Mfrkw rw I
Aprann pale angle tankou rat
Ou ap kapab jwenn travay san p6di tan.
Gen klas la jounen kou leswa !
Gen Bous disponib ak 1-20's


1-305-624-3030
Mande pou Nadiyah
nan ekstansyon 313


OPA-LOCKA COMMUNITY DEVELOPMENT

CORPORATION


OPA-LOCKA COMMUNITY DEVELOPMENT CORPORATION
(OLCDC) in association with Miami Dade Housing Agency offers Housing Counseling
Services for low to moderate income families. Services include; 1st Time Homebuyers
Purchasing Assistance includes Down payment and closing cost subsidies, Low interest
Rehab Loans Home Rehab Loans, Credit Repair & Budget Counseling, and Foreclosure
Prevention Assistance. HOMEBUYER EDUCATION CLASS For more information
you may contact us at (305) 687-3545 ext. 236, visit our website www.olcdc.org or stop
by our office at 490 Opa-locka Blvd., Ste 20, Opa-locka, FL 33054. OLCDC is an
Equal Housing Lender and a HUD Approved Housing Counseling Agency


Page 6





Mercredi 04 Novembre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 41


L'apiculture haitienne en quete de developpement


31 octobre 2009 Publid dans la categorie: Articles
L'l6evage des abeilles constitue, de par le monde,
une activity dont le poids 6conomique est considerable, grice
notamment a la production du miel et de nombreux autres
produits qui en d6coulent. En Haiti, ce secteur souffre
malheureusement de nombreuses carences, dont les problemes
environnementaux. D'oui la n6cessit6 pour le Gouvernement
d'initier un programme en faveur de son d6veloppement.
L'apiculture, une des composantes du secteur
agricole, subit en Haiti les contrecoups de diffirents problemes
6conomiques, sociaux et environnementaux. La coupe effrinee
des arbres, l'absence de structures de distribution efficace ou
encore l'archaisme des pratiques d'l6evage constituent autant
d'obstacles au ddveloppement de ce secteur.
Aussi, le 28 octobre, le Ministbre de 1'Agriculture
des Ressources naturelles et du Ddveloppement Rural
(MARNDR) sous la coordination du Secr6taire d'Etat a la
Production Animale a-t-il pr6sent6 a Port-au-Prince un
programme visant le d6veloppement de la filibre apicole.
Objectif : stimuler et moderniser un secteur dot6 de grands
potentiels 6conomiques.
Autre ambition de ce programme, augmenter le nombre
d'apiculteurs dans le pays et contribuer a la creation de
richesses, prioritairement pour les populations les plus
pauvres. Il vise 6galement, de manibre indirecte, a stimuler une
bonne gestion des ressources naturelles et environnementales.
Un secteur aux multiples potentialit6s
L'apiculture se pr6sente comme une bonne alternative
a la coupe du bois, comme le fait remarquer Mme Gisble Poteau,
directrice de la promotion du monde rural au MARNDR.
< environnement >, dit la responsable qui prdconise l'l6evage
des abeilles comme alternative a la coupe du bois.
Et pour cause, cette activity est trbs profitable
6conomiquement non seulement aux apiculteurs, mais aussi
aux communaut6s. Selon Mme Poteau, l'apiculture cr6e des
emplois dans le domaine de la couture, de la ferronnerie et de
l'Fb6nisterie, notamment.

de protection, fabriquer les ruches et le materiel pour leur
entretien>, souligne-t-elle.
Cependant, cette filibre agricole serait plus rentable
si les apiculteurs s'y adonnaient en utilisant des techniques
modernes. L'616ment le plus important a ce point de vue est
l'utilisation d'une ruche moderne.
Les ruches modernes sont construites de facon a ce
que le miel soit extrait simplement alors que l'extraction du
miel des ruches traditionnelles (l'l6evage en tambour) entraine
la destruction de celles-ci. Le type propose aux apiculteurs
haitiens est la ruche < Langstroth > (du nom de leur inventeur)
ayant une dur6e de vie de 20 a 25 ans. Elle permet de produire
jusqu'a 12 gallons de miel par annde a raison de trois gallons
par r6colte, selon Mme Poteau. Or, la production de miel obtenu
a partir des ruches traditionnelles est d'un gallon par r6colte.
Au regard des b6ndfices que l'on peut tirer d'une
telle activity (un gallon de miel se vend environ 1.000 gourdes
sur le march haitien), l'investissement consenti pour installer
une ruche ne semble pas exorbitant. Une ruche moderne cofite
environ 4.250 gourdes et une colonie d'abeilles 1.250 gourdes.
A cela, il faut ajouter le prix d'autres 6quipements comme le
racloir, le lve cadre, l'enfumoir, le d6canteur et l'extracteur
entre autres.
Ceux-ci permettent de contr6ler les abeilles, manipuler
les diffirentes parties de la ruche et les produits qu'elle
renferme. En effet, pour exploiter les produits d'une ruche,
l'apiculteur doit procurer a l'abeille un abri, des soins et veiller
sur son environnement. Puis, il prend soin de rdcolter une
partie des produits tels que miel, pollen, cire, gel6e royale et
propolis.
Ceux-l sont utilis6s a des fins th6rapeutiques et
esth6tiques. < Le miel est utilis6 pour le traitement de certaines
maladies, le pollen est un antioxydant, la cire sert a la fabrication
de produits de beauty >, indique Gisble Poteau.
Quelque 8.500 families, vivant majoritairement en
milieu rural pratiquent l'apiculture qui leur permet d'accroitre
leurs revenus. Beaucoup parmi elles ont d6ji modernist leur
system d'l6evage en adoptant la ruche < Langstroth >.


Jean Claude Sima, est un de ces exploitants a avoir
investi dans des ruches modernes. Il s'est lanc6 dans
l'apiculture aprbs avoir c6toyd des 6levages d'abeilles alors
qu'il 6tait agent forestier pour le Ministbre de l'Agriculture.
II pratique cette activity depuis cinq ans dans la
commune de Croix-des-Bouquets et a pu constater les
avantages dont il b6ndficie en utilisant une ruche moderne. Sa
ferme compte dix ruches. Chacune lui fournit en moyenne
trois gallons de miel par r6colte. plus 6lev6s sije pouvais investir plus d'argent et avoir d'autres
ruchers >, dit l'apiculteur.
M. Sima a aussi expliqu6 que cette activity influence
meme son mode de vie. < Grice a l'apiculture j'ai compris
l'importance de la protection de l'environnement etj'ai meme
mieux compris certains principes de la vie de groupe >, affirme
MSima.
< Les abeilles travaillent en groupe. Chaque jour,
j'observe comment une activity faite collectivement peut
aboutir a des r6sultats spectaculaires >, poursuit-il.
Ainsi augmenter la production annuelle du pays qui
est d'environ 800 tonnes m6triques de miel consommees
principalement sur le march local ne serait 6tre que b6ndfique
pour Haiti. Selon des apiculteurs, le march est loin de la
saturation. Le plus souvent, ils n'arrivent pas a r6pondre a la
demande, t6moignent-ils.
La seule menace s6rieuse qui plane sur l'avenir du
secteur est le d6clin des abeilles enregistr6 en Amdrique du
Nord et en Europe. Un ph6nombne qui serait df a l'utilisation
de pesticides notamment. Aucune tendance de la sorte n'a
encore 6td enregistrde en Haiti. Cependant, des actions
devraient 6tre entreprises pour, d'une part prot6ger les
apiculteurs contre le varroa (un parasite qui attaque les colonies
d'abeilles) et d'autre part, rendre les apiculteurs moins
vulndrables aux perturbations climatiques.

Redaction : Hugo Merveille(Edition
Martine Denis Chandler


low! 66 l00 iwff. %4t % ji6jm %W
aB1 i irBr

B~^^J^l ii^i-e:*^^i.Hi^iM^I'H^iHi^i.KBiif-rwsi iBii-^j~i ^^^^^*^^j^^^ri^ *IB~i Bri --^ki~^^ ^tiiii~iiiiii~ii~iiilll~iiiifli


Page 7


MIAMIDAD


SEZON TAKS 2009

OUVE POU REKOUVREMAN
Sezon taks 2009 lan ouve pou rekouvreman nan Konte Miami-Dade. Enpo lokatif yo evalye
depi 1 janvye pou jiska 31 desanm epi yo koumanse rekouvreman apati 1 novanm.

Rabe Sou Peman Pi Bone yo:
4 pousan rabe si nou peye jiska 30 Novanm 2009
3 pousan rabe si nou peye anvan 31 Desanm 2009
2 pousan rabe si nou peye jiska 31 Janvye 2010
1 pousan rabe si nou peye jiska 28 Fevriye 2010
Pa genyen ankenn rabe si nou peye nan mwa Mas
Enpo lokatif yo konsidere fotif oswa pa peye jou 1 Avril.

Kbm rezilta, si nou manke pa peye enpo lokatif yo, nap genyen fre, entered adisyonel ak
penalite epi tou nou gen dwa menm pedi pwopriyete nou an.
Si dat rabe an tonbe yon Samdi, Dimanch oswa yon jou konje nasyonal, se pou nou vini
an peson nan Biwo Pesepte an pwochen jou ouvrab lan.
Nou kapab peye:
Pa entenet nan: www.miamidade.gov
Pa laps yo baze rabe sou taks aktyel yo dapre dat so laps lan.
An peson nan biwo sa-a:
Tax Collector's Main Office
140 West Flagler Street, 1st Floor
Miami, FL 33130
Le Biwo an ouvri: 8e dimaten jiska 5e nan lapremidi
(Nou pa ouvri nan jou konje nasyonal yo)
Fe chek yo sou non: Miami-Dade County Tax Collector
140 West Flagler Street
Miami, FL 33130
(Peman yo fet pou yo soti nan yon Bank Ameriken
an lajan Ameriken)
Pou nou tcheke balans nou dwe oswa pou nou kapab fe yon peman sou entenet, vizite
sitweb Konte an nan: www.miamidade.gov
Pou Enfbmasyon sou Enpo Lokatif rele: 305-270-4916 oswa vizite
www.miamidade.gov/taxcollector
Fernando Casamayor
Pesepte
Konte Miami-Dade


Chaque matin, captez

Melodie Matin





Mercredi 04 Novembre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 41


De l'instruction et du respect pour les < restavk >> a IHDC


Dans la commune de Tabarre, unfaubourg de Port-
au-Prince, une institution travaille depuis 10 ans enfaveur
des enfants defavorisis de la zone. II s'agit de l'Institut de
ddveloppement humain et communautaire (IHDC). Dirigde
d'une main defer par une femme au grand cteur, Nicole
Cisar, cette institution donne d ces enfants ce qui leur manque
leplus : instruction et affection.
La majority d'entre des enfants fr6quentant l'Institut
de d6veloppement humain et communautaire sont des
<< restav>k >, c'est-a-dire des enfants places en domesticity
dans des families d'accueil. Les autres sont des enfants issus
de famille tres pauvres et/ou de rues. Mais tous un point
commun, la prcarit6.


Respect, compassion, amour sont, en effet, le credo de l'IHDC
dont les 30 membres du personnel se ddvouent pour la cause
de ces petits.

La necessaire rehabilitation identitaire
Apporter un peu d'humanit6 dans leur existence
passe d'abord par l'attribution d'une identity a ces enfants.
En effet, la plupart de ses enfants ne connaissent que leur
pr6nom, ne disposant pas d'acte de naissance. Nombre d'entre
eux retiennent uniquement des sobriquets, tels << Ti Jacques>
/ petit Jacques.
Les familles d'accueil disent la plupart du temps
ignorer le nom complet de l'enfant. Raison pour laquelle, d&s


le Ddveloppement (PADF), le Fonds d'Assistance Economique
et Social (FAES).
Retenir les enfants, obtenir quotidiennement
l'adh6sion de leurs parents adoptifs pour que les petits
viennent a l'institut sont aussi un enjeu de grande taille. Ces
enfants peuvent 6tre occup6s a diverses tAches dans leur
domicile ou ailleurs. Avec le temps, le personnel de l'IHDC a
d6velopp6 des strategies pour s'assurer de leur presence
r6gulibre.
Ainsi, si dans un premier temps, l'institut ne recevait
des enfants Ag6s de six ans et plus. Aujourd'hui, des touts
petits sont aussi admis, il s'agit des petits que gardent les
ainds.


Enfants sortis du statut de petit esclave domestique (photos de Marco Dormino)


D6laiss6s par leurs parents en proie aux pires
difficulties 6conomiques, ces enfants se voient obliges, d&s
leur plus jeune Age, de lutter seul pour survivre. Et pour y
arriver, ils s'adonnent-ils a toute sortes d'activit6s.
En effet, dans leur maison d'accueil, les restavek sont
le plus souvent responsables de la plupart des tAches
m6nageres et prennent soin des enfants de leur famille
d'accueil. Les enfants des rues, quant a eux, se pretent
essentiellement au nettoyage des voitures ou e livrent a la
mendicit6.
Les enfants de l'IHDC sont aussi de petits
travailleurs, meme quand ils sont dans leur propre famille. Et
parmi eux figurent des petits coursiers, ou des < chercheurs
de clients > pour les transports publics... un quotidien fait
d'obligation, de servitude, de maltraitance au detriment de
l'instruction voire de l'affection.
A son retour au pays, apres avoir v6cu 30 ans aux
Etats-Unis et travaill6 dans le social, la communication et des
droits civiques, Nicole Cesar s'est sentie interpell6e par la
situation des enfants defavoris6s, particulierement ceux en
domesticity. Pour elle, il 6tait imp6rieux d'entreprendre une
action en leur faveur. o Nous avons commencipar distribuer
des vetements et des chaussures aux enfants ddmunis de notre
quartier, mais nous avons estime que ce n'dtait pas
suffisant o, explique Mme Cesar.
Pour donner plus de poids a son action, elle a mis sur
pied avec son mari et deux amis de la communaut6 de Boston,
l'IHDC. Pendant deux ans, l'Institut a travaill6 a Carrefour-
feuilles, un quartier pauvre de la capitale haitienne. II a ensuite
ouvert ses portes a Tabarre, une commune dans laquelle il
vient en aide aux enfants defavoris6s, depuis 8 ans.
o Ce que vivent ces enfants est inhumain. Ici, nous
les traitons comme s'ils itaient nos propres enfants o.


leur arrive a l'IHDC, de nombreuses d6marches sont
entreprises auprbs de la famille d'accueil afin de pouvoir
retrouver leur nom complet.
Autre priority dudit centre, 1'6ducation. Dans leur
programme de formation figurent l'6ducation religieuse,
education civique, education artistique. Prenant en compte le
fait que ces enfants n'aient jamais fr6quentW d'institution
scolaire, l'IHDC a mis sur pied, a leur profit, un programme
acad6mique special. Le but de ce programme est de leur
permettre de pouvoir int6grer le system scolaire normal.
Ces jeunes b6ndficient 6galement d'un repas chaud
par jour et de services de sante, qui, parfois, proviennent de
personnes de bonnes volont6s. A titre d'exemple, une 6quipe
de m6decins am6ricains originaires de la ville de Boston rentr6s
en Haiti avait offert, l'an dernier, des consultations m6dicales
gratuites aux enfants de l'IHDC.

Un defi au quotidien
A chaque jour suffit sa peine a l'IHDC car les d6fis
sont quotidiens. o Si nous sommes encore actifs c'est un
veritable miracle o, comme le souligne Mme Cesar. L'an
dernier, les difficulties etaient telles que la directrice craignait
de devoir fermer l'institution. L'organisme humanitaire qui vit
essentiellement des dons des amis des membres fondateurs,
et des revenus de Mme Cesar, par ailleurs directrice de Sante
de l'ONG haitienne FONKOZE, a du mal ajoindre les deux
bouts.
Pour pouvoir poursuivre son action, la directrice
o rive de ce qu 'ily a de mieuxpour sespetitsprotdgds et son
personnel o. Mais le mieux cofite cher et les entrees ne sont
pas toujours au rendez-vous, malgr6 les contributions de
certaines institutions de la place, telles le Consortium National
d'Education Civique (CNEC), la FondationPanamericaine pour


o Nous avions constate que plusieurs enfants ne
venaient pas parce qu'ils devaient garder les petits de leur
famille d'accueiL Nous avonspropose qu'ils viennent aussi o,
explique Mme Cesar. La venue des enfants des parents adoptifs
est consid6rde par les responsables de l'institution comme
une veritable victoire.
La sensibilisation de la famille d'accueil fait partie
6galement des actions de l'IHDC. Et elle prend plusieurs
formes, notamment des visites a domiciles ou encore des
s6minaires de formation A leur intention. A croire les
responsables, ces strategies permettent au et a mesure aux
parents adoptifs de poser un autre regard sur le restavek, le
consid6rer moins comme une source d'ennuis.
L'action de Nicole Cesar pour ces enfants n'est pas
passe inapercue. Ce 23 octobre elle a requ le prix HWros de
l'H6misphere. Un prix d6cernm par la Fondation Panam6ricaine
pour le Ddveloppement (PADF) a un simple citoyen dont < le
travail apporte un changement important dans la vie de sa
communaut >>.

A quand la fin du phenomene restavek?
Si des petits pas sont faits vers l'amelioration des
conditions de vie des enfants de l'IHDC -les responsables
disent constater moins de violences corporelles- il n'en
demeure pas moins que les enfants restentvictime entre autres,
de maltraitance psychologique, corporelle, stigmatisation et
marginalisation.
Et dans la majeure partie de leur production artistique
se reflete la violence dont ils sont souvent l'objet, telle
l'initiation sexuelle prdcoce. Cette triste r6alit6 est aussi
pr6sente dans leurs jeux. Aussi, le personnel se voit-il oblige
de confisquer revolver en plastique, lame de rasoir, limes a
ongles dont ils se servent pour se menacer mutuellement, mais
6galement des pots en plastique contenant de
l'alcool.
Le v6cu inhumain, comme le qualifie Mme
Cesar, des enfants de l'IHDC est quasi identique a
celui des 150.000 a 500.000 restavek du pays. De
nombreuses organisations locales et
internationals tirent la sonnette d'alarme sur ce
sujet, les Nations Unies, entre autres.
Ainsi, le Conseil des droits de l'homme
des Nations Unies a organism le 16 septembre
dernier un dialogue interactif sur cette
probl6matique avec la rapporteuse sp6ciale sur
les formes contemporaines d'esclavage, Gulnara
Shahinian. Des recommandations sont faites par
la Rapporteuse sp6ciale afin de combattre cette
forme de maltraitance.
Elles portent notamment sur la n6cessit6
de < faciliter l'enregistrement des enfants a la
naissance dans l'ensemble du pays >>, de
<< permettre aux families pauvres des communaut6s
rurales de d6velopper une activity agricole >>, de
<< veiller a ce que l'enseignement primaire soit
obligatoire et gratuit>>, < de proc6der a une
decentralisation pour trouver une solution aux
problkmes dconomiques et sociaux >>.


Rddaction : Martine Denis Chandler
Edition : Uwolowulakana Ikavi


Page 8





Mercredi 04 Novembre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 41


Io plum grand paqurm du mnd


inaugurr a car-rrirr a I had


"Copyright



SSyndicate


Sante et education civique


comme outil d'autonomisation des femmes


Elles sontplus de 7. 000femmes a travailler au sein
de la Sociedt Nationale des Parcs Industriels (SONAPI) a
Port-au-Prince. La grande majoritW de ces ouvrieres se
trouvent confronties au probldme d'accessibilitW de produits
et services dont les soins de sant. Et c 'estpour apporter une
rdponse a cette carence que le centre de Promotion des
Femmes ouvrieres (CPFO) a dtd cred.
Etabli au cceur de la SONAPI, le CPFO permet depuis
prbs de 25 ans aux femmes travaillant dans ce complexe


Et la directrice de l'information au CPFO, Myrlkne
Joanis, de faire valoir que d des soins en sant feminine et de
la reproduction ainsi que des informations sur la sexualitW
permettent auxfemmes d'avoir un meilleur contrdle sur leur
vie o.
Elle souligne, en effet, que o nous vivons dans une
socidto oi lafemme a une tendance naturelle a se considerer
comme infirieure I 'homme >. Ainsi, les programmes offerts
contribuent-ils h ouvrir lesyeux desfemmes o, en leur faisant
developper un meilleur estime
de soi.
Le programme en
sant6 de la reproduction
contient toute une s6rie de
formations, de consultations
et de soins en sant6 feminine
et en planification familiale.
Elle inclut 6galement une
presentation des IST/VIH
Sida.
Un deuxibme aspect


Femmes recevant des soins et conseils de sante (photo Marco Dormino)


industriel d'avoir aces a des soins de sante en matiere de
reproduction. Les b6ndficiaires ont 6galement droit a une
formation en education civique et 16gale.
En effet, 1'dloignement de leur lieu de travail par
rapport aux centres m6dicaux et les contraintes lies a leurs
horaires de travail constituent pour ces ouvrieres un frein,
notamment en ce qui a trait h la prise en main de leurs problkmes
de sante.
Institu6 a la SONAPI, le CPFO a pour objectif de
promouvoir la capacity de prise de decision de ces femmes. Et
pour y arriver, il travaille au renforcement de leur
autod6termination en tant que femmes, mere et ouvrieres. Une
facon pour elles de parvenir a un changement dans leurs
conditions de vie et de travail.
Aux b6ndficiaires, le CPFO offre deux grands
programmes : un programme de sante de la reproduction et un
programme d'6ducation civique et 16gale. o Au centre nous
travaillons a donner aux femmes des outils pour bien se
positionner dans la socidtd o, affirme la directrice de
l'institution, Djenane Ledan.


soins de sante. Ceux-ci sont
fournis sur deux sites du
CPFO. Une, situde al'int6rieur
meme de la SONAPI, l'autre,
a proximity du pare industriel.
En ce qui a trait au
programme d'6ducation
civique, il a pour vocation de
sensibiliser et d'informer les
ouvribres sur les droits de la
personne, les statuts
juridiques de la femme et les
droits du travail. Il s'agit en
outre d'6changer avec elles
sur les problemes 16gaux
auxquels elles sont
confront6es en tant que
femme, ouvribres et
citoyennes.
A cela s'ajoute une


Page 9


formation en alphabetisation.
Les b6ndficiaires t6moignent du changement que ces
diff6rents services leur apportent. Parmi celles-ci, Eunique,
mbre de deux enfants et travaillant a la SONAPI depuis une
dizaine d'anndes. oC'est ici que je suis une methode de
planning familial, confie l'ouvriere, ajoutant que toutes ces
formations m 'ontpermis de mieux girer ma vie defemme o.
De son c6t6, Ivane, aprbs avoir b6ndficid de
l'encadrement du CPFO, y est devenue une monitrice, ce,
depuis maintenant 10 ans. o J'y ai appris mes droits, des
ldements importants pour ma sante. D 'abord, j 'ai commence
a aider mes consoeurs, mes voisins, puis je suis devenue
promotrice o, raconte Ivane.
Le travail de promotrice contribue en effet a faire
b6ndficier les services du centre a d'autres membres de la
population dvoluant dans les environs du centre. Les anciennes
ouvribres peuvent 6galement en b6ndficier.
Aussi, meme apres avoir quitt6 son travail a la
SONAPI, Angemie continue de fr6quenter le CPFO. o Les
conditions d'accueil et les services offerts sont tres prkcieux
pour moi et mon mari>, dit-elle.


de ce programme a trait aux (AUTONOMOSATION/ p. 11)
I I W ---- I


POUR VOU RMEERVATIONM DE CARGO, APPELEZ

1-800-927-6059
ou eaov=z nous un e-mail InC&G




Mercredi 04 Novembre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 41


Elw:,% w m hA#Iwinnqn tu dr t~snst Asow,%



..... ........ ... . . .... j. ... ............. ... .. . . ....... i




"Copyrighted Material
..... .......-... ........ t o t t-o n..."

Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"











Les autorites doivent agir

pour prevenir de nouveaux assassinats de migrants/es haitiens


Le Groupe d'Appui aux Rapatrids et aux en d6courageant les discours de haine et les incitations a la
R6fugi6s(GARR) est prdoccupd par les agissements r6p6t6s violence contre la presence de ces migrants. Dans ce sens, il
de certains groupes en R6publique Dominicaine(RD) qui condamne les declarations publides dans des m6dias
pensent avoir le droit d'attaquer et de tuer des Haitiens/nes dominicains ou certaines personnes se demandent s'il faut
commebonleur semble. L'assassinat, le mardi 20 Octobre 2009, retourner au massacre de 1937 envue de contr6ler << l'invasion
d'au moins trois citoyens haitiens a Boca de Cach6n(non loin pacifique des Haitiens/nes > (Source : Hoy, 11/10/2009). II
de la frontibre Jimani/Malpasse) par des groupes arms qui les condamne 6galement une s6rie d'6ditoriaux qualifiant la
ont attaquds, tubs, d6capit6s, puis brul6s dans des fours a presence haitienne de tous les maux entre autres de << cancer >
charbon, est un acte r6voltant, intolerable qui ne doit plus se (Source : ListinDiario, 02/10/2009).
r6p6ter. Le GARR salue la m6moire des personnes assassindes
Le GARR salue la reaction des autorit6s des deux et adresse ses sympathies aux familles 6prouv6es. Ildemande
pays qui ont condamnd cet acte odieux et ont annonc6 la mise a l'6tat haitien de soutenir le bless M6silus D6sir, dont l'6tat
en branle de 'action publique contre les pr6sum6s auteurs. de sante n6cessite encore des soins intensifs et d'assister les
Le GARR convie les autorit6s haitiennes et familles des personnes tudes devant les tribunaux dominicains
dominicaines a faire montre de fermet6 pour prdvenir ces faits par le biais des services juridiques du consulat haitien a


Robei
(IN MEMORIAM.. suite de la page 2)
tard, le Haitian Refugee Project devient le Washington Office
on Haiti, travaillant 6troitement toujours avec d'autres
organisation haitiennes a travers le monde a la defense des
Haitiens. Robert Bazile est toujours aussi actif dans toutes
ces activities, participant au d6roulement des multiples marches
qui eurent lieu a Washington D.C., ou a l'organisation de f6tes
culturelles dans la communaut6.
Au nombre de ses activities, il sied de souligner le
Dollar March, un groupe form sur l'initiative de Charles
Auguste Charlot et compose de Robert Bazile, Adrien LUger,
Serge Bellegarde. Travaillant 6troitement avec le feu Pbre Volel
de l'Eglise Sainte-Anne, le groupe recueillait chaque semaine
de membres de la communaut6 haitienne la modique somme
de 1 dollar pour envoyer chaque mois au Pbre Volel une somme


CONTACT US
TOLL FREE. 1-888-383-2856
OR: 305-620-8300
FAX :305-620-8332
CELL. 305-986-8811


rt Bazile : 1917
d'argent l'habilitant a prendre en main de nombreux enfants et
l'6cole qu'il g6rait. Robert Bazile 6tait toujours la.
Je l'appelais Robert, tout simplement, bien qu'il eut
pu 6tre mon pre. I1 ne s'enformalisajamais, au contraire. En
d6pit de toutes ses tribulations, ses activities a l'6glise, au sein
de la communaut6, Robert et sa femme Rolande avaient pu
lever une grande famille de 6 enfants dans un milieu stranger,
avec toutes les difficulties d'ordre social et 6conomique que
cela implique. On peuts'imaginer combien difficile fut la tiche !
Robert Bazile fait partie de cette g6ndration de militaires (h6las
si rares de nos jours) honnetes, bien forms, ayant un ideal et
dots d'une vision de leur pays qui transcendait le genre de
mesquinerie et d'absence de dignity qui caract6risaient l'arm6e
des Duvalier. Lorsqu'il fut << jug >> pour trahison par Duvalier
en 1960 et < ddpouill >> par ce dernier de sa nationality
haitienne, Duvalier, dans son optique retrograde, pensait se
d6barrasser d'un ennemi ; cependant c'est le pays qu'il privait


Barahona.
Le GARR exhorte les deux Etats haitien et dominicain
a prendre des mesures pour redynamiser la Commission Mixte
bilat6rale, un espace officiel dont disposent les deux pays
pour discuter et prendre des decisions sur un ensemble de
questions. Un tel geste constituerait un signal clair d6montrant
la volont6 des deux Etats de dialoguer et d'agir sur certains
dossiers difficiles au lieu d'en laisser l'initiative a des groupes
d'individus. II demande 6galement a l'Etat haitien de se pencher
sur la situation de pauvret6 extreme qui affecte les populations
de plusieurs communaut6s de la frontibre, en leur offrant des
moyens de survie susceptibles de les retenir dans leur pays.
Colette Lespinasse
Coordonnatrice GARR


- 2009
d'une t6te solide, car si le Programme Pote Kole avait &t6
autoris6 a poursuivre ses activities sans interference, j'ose
dire sans l'ombre d'un doute que sous la direction de Robert
Bazile, le d6veloppement d'Haiti aurait &t6 sur une bien
meilleure voie.
La disparition de Robert Bazile, comme le disait son
fils Ronald, ne devrait pas 6tre un motif de tristesse, mais bien
plut6t une c6l6bration. C616bration d'une vie bien combl6e,
d'une vie motive tant sur le plan social que sur le plan
professionnel, d'une vie d'activisme. Intbgre, honnete,
discipline, brutalement franc et direct, le Colonel Robert Bazile
demeure un module a suivre.
Que Robert Bazile repose en paix aprbs avoir bien
rempli ses 92 ans sur terre et puisse son exemple inspirer la
nouvelle g6ndration
Serge Bellegarde


S"Copyrighted Material

SSyndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 10


Chaque matin, captez

Melodie Matin
sur 103.3FM





Mercredi 04 Novembre 2009
Haiti en Marche *Vol XXIII N 41 I


-par un << Grand Chef>>
* Le Saut du Barril
* Le Palais de Sudre Telephones: 566-5361
Dartiguenave a Anse a 401-7108 / 514-0304
Veau lemanoloinn@mac.com
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17e"e Internet disponible
secle ... pour les clients
r


Parents, vous qul r6vez d'un avenir metlleur pour vos enfants,
confiez les au CMP
ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAIMES
UCENCE EN:
Mareting :4 am
Sdences Cmptablea :4 arm
GCston ds Aales :4 anr
Sciences Inf~ que :4 ans
MakelingL Minagemen :2ans
Scrarl buwn.q :2 anr
Ge t inancei-Maelng :I anou 2 an
Comptabi infnmasb e :1 an
AssistnAwo nitro I :lan
Inlwmnlquecyc urt :S 0hurem2ana
IT Esunlls(CISCO) :70hurne
Pour lokeone nalons ppk*mentlres:
CMP, Deknm 30
Tel.:2 513-361, 3 730-2485, 2 248-2299
Emiagern t marom Eajs.l o


KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673
Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Execution de Proj et
Economie et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
SGouvernance

Dipl6me en:
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse H&rard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, WI.

www. cfdehaiti. cor
Par courriel: Administration(i.CDFEHaiti.com
GBrunet(.CFDEHaiti. corn

Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


U. *


HACEPA
The Haitian American Center
for Economic and Public affairs
Togetherwith
ABICC -The Association of Bi-
National Chambers of Commerce
Cordially invite you to a
Business Mission to HAITI
Join us and discover the land of unique business
opportunities Ninety minutes flight from Miami
From Wednesday, November 4,2009
to Saturday, November 7,2009
Cost: $685.00
Includes: Airfare with American Airlines, 3 hotel
nights, ground transportation, transfers, and meetings
with the private and public sectors
Deadline for reservation and payment
October 10, 2009 (Limited space available)

Registration fee: $50 payable to HACEPA
For payment, please send a check to HACEPA
to the following address:
1970 N.W. 180 Street, Miami Gardens FL 33056
For further information, call:
J.C. Cantave to 305-623-1979
orby e-mail tojccantave @haititradecenter.com

Haiti is looking for investors and partners
in the following sectors: Communication -
Transportation Manufacturing Public Health Agro-
Business Infrastructure Tourism Real Estate
Development- Trade


E.ry i)AH3. p &U .. t memN ...

a4 -

SCopyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"








Sante et education civique


(... suite de la page 9)
En effet, le CPFO fournit quelques services aux
hommes afin de renforcer l'impact de son travail. Aussi, les
compagnons d'ouvribres participent-ils a des s6ances de
formation sur la planification familiale. Ils ont en outre la
possibility de se faire tester gratuitement pour le VIH-SIDA et
suivre des traitements pour des infections sexuellement
transmissibles.
Le CFPO fonctionne avec une 6quipe d'une trentaine



Ir3S8


de personnes presqu'exclusivement f6minin. Celle-ci comprend
des professionnels en sante, en droit civique et 16gale, en
communication, des formatrices, des animatrices, des
travailleuses sociales, entre autres.
Les actions de cette institution sont notamment
supportees par le Fonds de d6veloppement des Nations Unies
pour la femme (UNIFEM) et le Fonds des Nations Unies pour
la Population (FNUAP). Cette dernibre, pour l'annde 2009,
finance les services en sante de la reproduction au CPFO a
hauteur de 96.970 dollars amdricains.

Redaction : Hugo Merveille
Edition : Uwolowulakana Ikavi


Page 11





Mercredi 04 Novembre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 41


< Qu 'en un lieu, qu 'en unjour, un seulfait accompli,
Tiennejusqu 'a lafin le theatre rempli. > Boileau

Chers amis, je ne sais pas trop bien pourquoi, mais
j'imagine que c'est le climatpolitique de ces derniers jours, en
Haiti, a Port-au-Prince, qui a fini par me pousser a croire que
notre cher pays est le regne de l'impr6visibilit6. De
<< l'imprevisibilit6 calculke >>. De << l'impr6visibilit6 planifide >>.
Tout peut avoir lieu dans notre cher petit pays. Dans notre
<< plat pays >. Et, le moment d'apres, on a la sensation que rien
ne s'estjamais produit. La facility d'adaptation de ce peuple
me surprend de plus en plus. Ce << sa w vl6 m f >> n6crose les
esprits et ankylose la volont6 d'agir. Soudainement les modes
de fonctionnement sont alt6rdes, de facon < impr6visible > et puis, le phenombne attendu s'6tant produit,
le moment d'aprbs, tout reprend son cours comme si la nature
ne voulait laisser aucun vide. La sequences suivent
g6ndralement cet ordre : Situation d'6quilibre (instable) Signes
indicateurs de malaise Ph6nombne incitateur inapercu Action
provocatrice de changement Silence indicateur de
l'adaptation de l'environnement a la nouvelle rialitW Trouble
r6cup6rateur Nouvelle situation d'6quilibre indifferentt).
Puisque le fonctionnement de ce pays est bas6 sur l'inequit6
sociale, les situations d'6quilibre ne se produiront jamais dans
des conditions de stability. Nous sommes done condamnds a
des << Coups d'Etat >> permanents : << coup d'6tat 6motionnel >>,
<< coup d'6tat institutionnel >>, < coup d'6tat intellectuel >>, etc.
Enfin, chers amis, je crois que cejour, le 29 Octobre
2009, sera retenu dans l'histoire d'Haiti comme une journde
memorable. Tout se jouait sur le << bord-de-mer >. Certains
parlaient de match de football. Entre deux 6quipes. Cette fois,
l'une minoritaire, l'autre majoritaire. Le jeu de la d6mocratie
permet de se livrer a ce genre d'6bats consistant en des d6bats
indgalement rdpartis, numeriquement injustes. L'une des
6quipes fit valoir sa condition de favori et laissa passer le
temps en sa faveur. Prdvoir une objection, dit-on, c'est la


Parleurs


refuter, sans etre oblige d'y r6pondre. Voilc ce qui semblait
constituer la strat6gie de l'6quipe qui se voyait gagnante avant
meme le coup d'envoi. Tout le monde semblait connaitre l'issue
du conflit. Victime et bourreaux. Un scenario dji pr6vu, 6crit
par les acteurs eux-m6mes.
Un ami parla de trag6die et me fit penser au thditre
classique, avec la regle des trois units :
Unite d'action : Un point essentiel au cceur de
l'intrigue, le renvoi d'un Chef de Gouvernement accuse
d'incapacit6 de faire disparaitre la misbre du peuple. Toutes
les actions secondaires sont lies a cette intrigue principale.
Unite de temps: D6roulement en moins de 24 heures.
Unit6 de lieu: un d6cor int6rieur, un palais l1gislatif
pour mieux montrer l'ampleur de la trag6die qui devait avoir
lieu.
A ces trois regles fondamentales, les sp6cialistes
ajoutent parfois l'unitW de ton, qui constitue une autre
dimension importante de l'esthetique classique : elle
imposait de maintenir le meme niveau de langue dans toute
la pidce et dans la bouche de tous les personnages, quel que
soit leur rang.
Cependant, connaissant la r6alit6 de notre pays,
disons que l'on ne peut demander au < Giraumont >> de donner
des < Callebasses >. Donc, oublions cette dernibre regle et
laissons aux << Parleurs > la liberty de parler comme bon leur
semble. Pourvu qu'ils utilisent une langue pouvant etre
comprise.
Enfin, chers amis lecteurs, pour 6viter de tomber dans
le pibge de l'inconstitutionnalit6, ils auraient pu avoir recours
a la << contraction du temps >, du <> qui,
malheureusement depend des int6rets de l'heure. Le temps
l1gislatif vient de montrer qu'en Haiti aussi il peut d6fier les
lois de la relativity et, ind6pendamment de la vitesse a laquelle


se produisent les faits, ind6pendamment de l'espace dans
lequel ils se produisent, le temps peut s'arreter et permettre de
prendre les decisions qui s'imposent, si les limites deviennent
floues. Il y a eu un pr6c6dent. Il y a toujours des pr6c6dents.
Cela montre notre manque d'originalit6. Au Mexique, la
Chambre des D6put6s, qui ne siege pas en permanence, fut
convoqude, a la date limite, le mardi 20 octobre dernier, de
facon extraordinaire, pour d6battre un paquet de mesures
fiscales destinies a combattre la crise severe que traverse le
pays. Un groupe de d6put6s voulut l'empecher et, a 23h59,
l'horloge legislative s'arreta pour ne recommencer << battre
la mesure > qu'h 5.30 a.m. Une minute dura l'espace de 331
minutes. Dilatation du temps. Relativity pure et simple. Chez
nous, le temps s'allongea unpeu moins, nos parleurs n'eurent
pas suffisamment de cordes a leurs arcs. Heureusement. Pour
un peu moins, on aurait eu un coup d'6tat avant. Comme au
Honduras. Comme Micheletti face a Zelaya. Le grand duel.
Comme a la Chambre. Comme pour notre SRnat. Les armes y
6taient aussi. Dit-on Le huis clos permis de s'en d6barrasser.
Des armes, non pas de la Premibre. Cela vint plus tard.
Enfin, je me demande pourquoi on aurait h utiliser le
meme temps que les autres pays si nos << rythmes vitaux >
sont diffirents. Nous ne changeons meme pas l'heure d'&t6
ou l'heure d'hiver. Prenons notre temps pour faire changer les
choses et si entre-temps il nous arrive de changer de
responsables en plein mouvement, sans s'empresser,
changeons le cap. Suivant le vent! << Van an vir 6, << Tan an
Change >, changeons de responsables. << Point barre >. Comme
bon nous semble. Laissons aux autres le temps d'apprendre a
nous comprendre.
Vive la difference !

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Novembre 2009


pwtvactr unearajool orviomnso (-qu nifc pAs I'sImaoo







"Copyrighted Material



Syndicated Content w.. .


Available from Commercial News Providers"


Education: 5000 professeurs revoques sans salaire


rY 1m4


NATU RAL JUICl


Catering Specialists
Cakes. Paahrie. Horse dOeuvre
for all ocasions


30 octobre 2009 Alors que le
ministbre de l'Education avait des fonds a sa
disposition pour payer des arri6rds de salaire
a des dizaines de milliers de contractuels de la
fonction publique, 5000 enseignants ont &t6
r6voqu6s sans percevoir de salaire.
Comme un coup de tonnerre, la
nouvelle de la revocation de 5.000 enseignants
de la fonction publique a 6branl6 des syndicats
de professeurs. Les 6ducateurs r6voqu6s
figuraient parmi les dizaines de milliers de


I


contra
d'arrie

avait 6
a des e
indiqu
sans pe

minist
pour r
effect
nomin


ctuels qui r6clamaient plusieurs anndes
res de salaire et leur lettre de nomination.
Une importante somme d'argent
tA d6caiss6e pour le paiement d'arri6rds
;nseignants de la fonction publique qui
aient avoir travaill6 plusieurs annees
ercevoir le moindre salaire.
Dans un premier temps, le dit
bre entendait diligenter une enquete
6pertorier les professeurs qui avaient
ivement travaill6 sans lettre de
ation et sans r6muneration.
Cette situation a r6volt6
le regroupement < APA >, une
organisation de professeurs, qui
demande au ministbre de
1'Education nationale de
reconsid6rer le dossier des
professeurs r6voqu6s.


dilodie
193.3 f




I^ii^iAii Mar


Page 12


11638 NE 2nd Ave.
Miaem, FL 33160
Tel. 305-394-6118


The Miami-Dade Board of County Commissioners, through the efforts of Commissioner

Barbara J. Jordan, has allocated $1.2 million for the rehabilitation of single-family home

in Opa-locka through the Opa-Locka Home Rehabilitation Program. Homeowner may

qualify for up to $30,000 to repair roofs, electrical and plumbing systems, replace

windows, doors, air conditioning units, flooring and kitchen and bathroom fixtures.


For more information on how to take advantage of this opportunity, contact the Opa-

Locka Community Development Corporation at (305) 687- 3545 extension 236 or you

may visit our office at 490 Opa-Locka Blvd. Suite 20, Opa-Locka, FL 33054.


mok.A.





Mercredi 04 Novembre 2009
Haiti en Marche *Vol XXIII N 41


Page 13


Un concours pour des Jeunes sur 1'Ideal Dessalinien
L'Association des Jeunes Impliqu6s Socialement a paru pleins de fougue. C'estdeleur Age Mais en mme temps I1 nous faut citer encore d'autres noms. Pour la
organism du 14 septembre au 31 octobre un concours trbs conscients de la d6gringolade de leur pays, celle de ses cat6gorie Senior, ceux de Stanley Nerrette et de Camiline
s'adressant auxjeunes haitiens et haitiennes. Le theme retenu valeurs morales et de ses idWaux. Desravines, respectivement 2eme et 3eme prix et pour la
6tait << L'id6al Dessalinien actualis >>. Pour Clarkens, Dessalines c'est d'abord le Refus de cat6gorie Junior, les noms de Medjinah Linn Alexandra et de
La cat6gorie Junior avait comme sujet: Si tu 6tais tout compromis politique sur la question de l'ind6pendance, Valmont Louidegie. Ils sont arrives en deuxibme et troisibme
Dessalines, Pourquoi lutterais-tu Aujourd'hui? l'Unit6 dans le camp des haitiens pour bitir et d6fendre la position.
Et la Cat6gorie Senior: Vous inspirant de la r6alit6 jeune nation et l'6tablissement d'une Justice sociale. Pour le Six gagnants, deux laur6ats. Le concours a recu
actuelle de la soci&td, contre quoi Dessalines aurait-il lutt6 gagnant Senior, << tous les sacrifices consentis par nos HWros l'appui special de l'Ambassade du Chili a Port-au-Prince. II a
aujourd'hui? de l'Ind6pendance se sont envolds en fumee >. Haiti est &t organis a l'occasiondu 17 Octobre 2009, 203eanniversaire
La repr6sentante de l'Association, Line Vanessa aujourd'hui un pays empreint de discrimination sociale, de l'assassinat du fondateur de la Nation haitienne.


Laureats et participants au Concours sur l'Iddal Dessalinien accompagnes de 1 'Ambassadeur du Chili et son spouse


Alexandre, nous a confi6 qu'ils sont passes dans vingt cinq
6coles pour parler de ce concours et 10 6coles ont particip6.
Ils ont requ 35 textes.
Deux gagnants ont &t6 sdlectionnes par un jury
constitu6 par la Fondation FHlicit6 Bonheur Dessalines, de
Madame Baina Bello. Les gagnants sont Clarkens Andre, 18
ans, grand gagnant de la cat6gorie Senior et Claudy Cooper,
15 ans, gagnante de la cat6gorie Junior.
Les deux gagnants 6taient les invites de Mdlodie
Matin (103.3 FM) le mardi 3 Novembre.
Qu'il s'agisse de l'un ou l'autre, cesjeunes nous ont


d'injustice, d'6goisme oi l'individualisme est roi.
D'autre part, si Dessalines 6tait vivant aujourd'hui,
< il empecherait syst6matiquement le commerce du charbon
de bois. II aurait renvoyd dans leur section rurale tous les
habitants des campagnes qui viennent s'installer a la
capitale. >
La jeune gagnante de la cat6gorie Junior, Claudy
Cooper, est encore plut6t radicale. Pour moi, nous confie-t-
elle < si Dessalines 6tait vivant aujourd'hui, je pense qu'il
aurait lutt6 pour restaurer l'honneur sali d'Haiti.n Cela aurait
&te le sens de son combat. >


Chacun des gagnants a requ un certificat ainsi que le
Dictionnaire Robert, edition 2010.
Une belle initiative de l'Association des Jeunes
Impliqu6s Socialement. I1 n'est pas difficile de se rendre compte
du bien fond6 d'une telle initiative.
Toute une g6ndration de jeunes qui se sentent sacrifids et qui
regardent avec d6gofit la disparition de valeurs auxquelles ils
croient encore, comme le montrent les r6sultats de ce concours.
La c6rimonie d'octroi des prix s'est d6roulee le samedi
31 octobre a l'6cole St Louis de Gonzague.


M
po
en
d'


I t r *
"Copyrighted Material


SSyndicated Content

Available from Commercial News Providers"



Haiti menace d'instabilite politique apres la destitution du premier ministre
(... suite de la page 3) Prdval pour renouveler le soutien des Etats-Unis a Michele "Sije dois sortir je sortirai la tte haute ", affirma
Pierre-Louis, selon le Miami Herald. Plusieurs s6nateurs Michble Pierre-Louis dans un message radiodiffus6, deuxjou
me Pierre-Louis. La Mission, dont le mandat a &td renouvelk r6put6s proches du chef de l'Etat ont mis en cause la gestion avant le vote de censure du SRnat. Cette femme r6put6e intbgi
ur un an a la mi-octobre, a alert sur l'instabilit6 qui mettrait d'un fonds d'urgence de 197 millions de dollars accords par a r6clam6 "trois audits croisis pour faire la lumiere sur c
peril "les perspectives prometteuses en matiere le gouvernement v6nuzudlien dans le cadre du programme programme d'urgence".
investissements et de creation d'emplois". Petrocaribe apres les devastations provoqudes par quatre Jean-Michel Caro
ouragans en 2008.


it
rs
re
ei

it


Le premier ministre Mine Michele Duvivier Pierre-Louis
et le Ministre de la Justice Jean Joseph Exumd
LACONFIANCERETABLIE
Debut octobre, l'ancien president des Etats-Unis Bill
Clinton avait rassembl6 plusieurs centaines d'investisseurs
strangers en Haiti. Emissaire special des Nations unies pour
Haiti, il avait 6voqud "un grand moment d'opportunit grice
a la stability retrouv6e.
Le premier ministre sortant, Michble Pierre Louis, une
6conomiste de 62 ans, a longtemps dirig6 Fokal, une fondation
financee par la fondation de George Soros) qui a multiplied les
programmes sociaux.
Plusieurs diplomates avaient exprim6 leur
preoccupation avant le vote contre Mme Pierre-Louis, qui avait
gagn6 la confiance des bailleurs de fonds. La secr6taire d'Etat
amdricaine, Hillary Clinton, avait meme t6l1phond au president


857O72 r---IE 2 dZmare Avenur.4e
TM1: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Reception de payment pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY ec.,etc...
- Connection Miphonique chez vous...


Ouvert
6 Jours
par
semaine:
Ob30 am
a
7h30 pm


* Parfums
* (dlular & IBepcrs*
* Souirs t Sandls
* Prmuits peur la cuisi;


* Moineypan


* (D's (tinmas. Racine. livan$lKqpuc.
Zouk. rrticas, Anir amin
* Vikk-'s 1 linticons, Am&n-ains. L-riJumntauMirts, Drans
* tialuils lke beale





Page 14


rG R 0 S SIE





Solutions de la semaine passe

PYRENEES




ElS R E C II
M A AR GO N
E I VOI R E
ENFANTE S


Allez de CHEIRE & GROSSE, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


C A S
CAS
B BA
FIG
Y D D
V A E
YDD
VAE
NL T
F VA
L E Y
LEY
USU
NE G
U B C
A L T
Q S E
N S A
UBC
ALT
QSE
NSA
S NA


Trouvez les 22 joueurs du FC Barcelone
dans le carre ci-dessus
- i [ir '. M- -i1iJ ir. iii iiiTjj i 1 ,i ,,I -P]] i ] r iiiiMl i rl IiiI


C HE IRE


7h00-9h00 Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invites du Jour
M1lodie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiere Raphael

lOh-Midi Le disque de I'Auditeur
animation James Pr6dvil

12:00- 12h30 Le Midi
informations avec Laury Faustin

12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons francaises

3h-5h pm Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

5hoo Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou
5h 30 pm Melodie & Company
Ddveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart

7h-8h30 AmorySabor con Luciani

8h30- 9hoo Soir Informations

9h00 10h30 Notre Grand Concert
Lun. & Mer. : L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael recoit ses invites
9h00 et au delA Cavaliers, prenez vos dames
(Samedi) 50 ans de succ6s populaires haitiens



c 'e4t ft eA 4o't ewe #t~ec et0 /


En Bref...


(.. suite de la page 2)


cooperation en vue de faire face aux nombreuses urgences du pays et afin de maintenir Haiti
sur le chemin du d6veloppent durable.


-.. . .
a ____~rp


9w 40 g o jjjjwmT q


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"












. ~ ~ a


S SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

N I

E A A

K B


Solutions de la semaine passee
ANIMAUX


Mercredi 04 Novembre 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N 41

Solutions de la
semaine passee:
SE RV I E
S U R V I E
SUIVIE
S U I VIRE
GU I VRE
GU I B RE
GUE B RE


ILILIIIIL: I~Lll IIIL: I LIIL~I: III I L IlILll: L: Illlnll: I~~~11 I IIL: I l'i I Llllll I- -





Mercredi 04 Novembre 2009
Haiti en Marche *Vol XXIII N 41


Youn liv Rony Joseph :

Pale Kare. Dizon pou tout

okazyon
ak Maks Maniga*

Literati krey6l la pa rete anplas ap balanse, l'ap mache.
Edited Fekye Vilsen / Ftquidre Vilsaint, Educa Vision, Inc.,
voye fe-m kado youn ekzanpl liv Woni Jozef / Rony Joseph
la : Pale kare. Dizon ayisyem pou tout okazyon (2009), 298p.
Kite-m kouri di k6blg kreyolis la : mesi anpil Se pa chakjou
youn travay konsa part nan lari-a.

Kounye-a, m'ap rale sou liv la : li konmanse ak <
Aladeriv > pou li fini ak < Zwazo menm plim menm plimay. >
Antou, mwenjwenn youn bon valk antre, men anpil nan yo se
mo konpoze. Chak antre vini ak youn istwa tout kout osnon
lonng ki bay ekzanpjanyo sevi avek li.

Nan kat definisyon Haitian Creole-English Bilingual
Dictionary (2007) Pwofes Albert Valdman nanbay pou dizon,
nanpwen youn ki ta kapab konvni pou sa ot&-a fe a. Jil FRn /
Jules Faine (1974) ta rele sa fraz osnon pawbl. Antouka, Woni
Jozf pote pou nou sa li rele dizon, men ki ta kapab : eskpresyon
idyomatik, fraz, paw6l, tou.

Youn ekspresyon idyomatik yo rele idiom an angle -
se : youn paw6l yo dwe pran an antye sanyo pa bezwen tradui
chak mo ki ladan li kankou kouto famasi ki vie di : ipokrit.
Anpil nan dizon yo prezante nan youn fason anpil
mofn pa konnen ; pran : 'damsara'. Eske gan youn kote nan
peyi-ayo rele 'madansara' : 'damsara'? Peyi-a gran, vokabil&
kreybl la chanje.

Ti remak sa yo pa wete anyen nan valk liv la.

Ot&-a mwen te rankontre nan 'Wounmble Koukouy
2009' la -younnonmjanti bl manny te di-mli vie amelyore
premye travay li a pou 1 edited Ftquidre Vilsaint ap pibliye
youn 16t edisyon liv li a. Li te achte < Mots crdoles du
Nord'Haiti... > apre li te fin ekri < Mwen
rekonmande-1 liv Yves Gtrard Oliver a : << Konprann konnen.
Plis pase 1500 ekspresyon krey6l ak sayo vie di >> (2002).

<< Pale Kare. Dizon ayisyen pou tout okazyon > se
youn liv ki kapab rann anpil sdvis ; epitou istwa ki mache ak
chak antre yo enteresan. Yo ka ft youn lektW pase kek bon
moman.

Max Manigat se ot << Patamouch... (2006) ak << Sajs
Ayisyen. AnsyenPwoveb Kreybl... >> (2009).

xxx


De mo pou Maks maniga

sou zafr tonmtonm (kalalou)
ak Thony Delcy*

Monche PN Maks,

Travay memwa sa-a ou reyalize nan << Mots crdoles
du Nord d'Haiti. Origines Histoire Souvenirs > (2007) ou
a merite chapoba. An verite si memwa-w pa te bon, dokiman
yo pa t'ap sifi pou w'ta mete-1 kanpe. Se lapr&v 1 neg tejenn
gason, plezi ak 16t bagay san enp6tans pa t' okipe lespri-a
sdlman. Men, tout sa ki t'ap di, tout sa ki t'ap f&t nan antouraj
yo ak nan anviwonnman-an te antre byen fon nan sevo-a.

Si kek grenn entdlektyl nan tan pase yo te kite youn
travay konsekan konsa, nan nenp6t ki domen, nou t'ap gen
youn eritaj kiltir1l ki pi rich. Nan nonjenerasyon pa-m nan ak
16t k'ap vini yo, kite m'di-w youn gwo mesi paske liv sa-a ap
toujou rete youn referans, youn zouti efikas pou pou rechech
ak dokimantasyon.

Al6s, pandan pasaj mwen nan Bibliyot&k Nasyonal
16tjou, mwen te gen chans konsilte liv la. Nan feyte li, mwen
tonbe nan paj 305 an premye, se konsa je-m al rete sou
definisyon sa-a: << Tonmtonm lam veritab : Purde de fruit a
pain .

Mwen pa konnen kijan reset sa-a f&t nan N6, men
definisyon sa-a depaman ak sa tonmtonm veritab la ye tout
bon vre. Daye, nan kwizin krey6l la, 1 w'di << pire > ou we
manje likid tankou s6s pwa konsa ; albske, tonmtonm nan se
youn pat ki menmjan ak farin yo mouye pou al fd pen oubyen
bby.


Avan m'rantre nan detay, f6 m'di-w tonmtonm lam
veritab oubyen tonmtonm kalalou, se youn manje preske tout
peyi-a konnen, menm nan zbn kote lam veritab la pa donnen.
Mofn Jeremi ak mofn Okay, menm 1I y' ap semante yo di
tonmtonm, si tdlman yo renmen li. Kounye-a, nan lari
P6toprens, machann, gason kon fanm, ak bak sou tdt, ap
pwonmnen tonmtonm tankou mango ak zaboka.
Li enpbtan pou m' presize tonmtonm lam veritab pa
manje san s6s kalalou gonbo. Se pout&t sa yo rele-1 tou
tonmtonm kalalou; se li ki fR tonmtonm nan desann san
pwoblkm nan g6bjt ou.

Epitou reset la senp wi:

Yo mete lam veritab la bouyi nan bon s1 ak tout po,
1I yo fin koupe-1 an tranch ; nan menm dlo-a tou yo mete
gonbo-a bouyi. Pandan tan sa-a, pilon ki fin lave chavire t&t
anba ; manch li kanpe king ap tann; vyann bdf oubyen vyann
kochon, krab, sirik ap netwaye; epis ap pile, kokoye ap graje,
pimantad ap prepare pou y al fR yon tranpezon t&t chaje.

Yo drese lam veritab la nan youn bichlt oubyen sou
fey banann, 1 1' fin kwit, pou 1' ka fret; epi, yo tou vide kalalou
gonbo-a nan pilon pou yo byen pile-1 jiskaske li vin dlololo.
Apre, yo mete-1 nan chodye ki te gen tan sou dife ap tann ni ak
16t engredyanyo ladan. Pandan l'ap konsonmen, sant li fi dlo
ap koule nan bouch moin. Menm kote a tou, tranch lam, ki fin
byen netwaye, ap ranmase kout manch nan pilon devan d&yL.
L 1' fin byen fen, jan yo vle-l la, enben, tonmtonm gen tan nan
asy&t, s6s kalalou gonbo nan b6l; sa w tande a, se ... tap
glout. Se youn fason pou m'di-w yo pa kraze tonmtonm lam
veritab anba dan, se byen tranpe tonmtonm ou nan kalalou w,
epi lage nan g6j. Se sa ki fe gran manje tonmtonm yo renmen di
<< tonmtonm kalalou floup. >>

* Thony Delcy, yon dokimantalis k ap viv P6toprens, diplome
nan lekbljounalis.

xxx


Repons Maks Maniga

Thony monche,
MWsi pou kout chapo a ansanm ak esplikasyon plis
reset tonmtonm ou voye pou mwen yo. Nan entepretasyon pa
w la, ou fR konmsi mwen te di : << tonmtonm lam veritab < se
younpire. Ou mal konprann mwen. Mwentradui< << tonmtonm
lam veritab > an franse : < pure defruit a pain. >
Ou kontinye :
<< Mwen pa konnen kijan reset sa-a fet nan N6, men definisyon
sa-a depaman ak sa tonmtonm veritab la ye tout bonvre. Daye,
nan kwizin kreybl la, 1 w di<< pire > ou we manje likid tankou
sbs pwa konsa ; albske, tonmtonm nan se youn pat ki menm
jan ak fari yo mouye pou al fR pen oubyen bby. >

Mo kreyl << pire > w ap pale a ganyen plizye sans
nan lang nou, men an franse li pa vie di youn likid : sonje
< pure de pomme de terre. > Kidonk, nou nan de nivo sans
diferan seselon lang n'ap pale a. Dotanplis, ou rele tradiksyon-
m nan << definisyon >. Li pa sa.

Daye menm Jules Faine bay ekzanp sa yo nan Dictionnaire
franqais-crdole (Ottawa, 1974) li a :
<< PUREE: n. pire, lapire. f& Nou manje youn bon lapire
malanga a midia... pire ponm t ; pire pwa [...] pire pwa Frans ;
tonmtonm.

Sans figire : pire,jenn,jennman, raz, razeris, lanboumba. >
(Mwen transkri sa Jil FRn ekri a nan 6tograf ofisy1 la.)
Ou we pire, lapire se pa likid sdlman.

Ganyen youn 16t kote mwen ta pichkannen w : ou
palede < nan kwizin kreyl >>. Adje ti gason Mofn Pbtoprens
toujou vie pou kapital la se li ki Ayiti. Sa pa n6mal Kwizin
Okap pa menm ak kuizin Okay osnon menm Bonbadopolis.
Sankonte noujwennkuizin kreyblMatinik, Gwadloup, Lwizan.
Si w di : < Nan kwizin kreybl mwen konnen an > ou kente, men
1l w lage pawbl la anblbk konsa, koze-a manke klW.

Mwen satisfR pou m'we jenn jenerasyon-an ap travay sou
lang ak lizaj Ayiti Toma.

Kenbe djanm!
PN Maks

xxx


JOUNEN ENTENASYONAL

KREYOL-2009


TWAZYEM WOUNMBLE

KOUKOUY NAN MIYAMI

M'ap remesye tout Koukouy ki te fe deplasman vin
nan selebrasyonjounen entenasyonal krey6l-la nan Miyami.
Sosyete Koukouy te 6ganize 3em wounmble entenasyonal-li
ki derape depi nanvandredi 22 Okt6b a minui rive nan dimanch
swa 25 okt6b a minui. Delegasyonte soti Monreyal, Towonto,
Konetikdt, Ayiti, Omstead. Nou te sanble pou de rezon: chita
reflechi sou direksyon Mouvman Krey6l Ayisyen-an ak
Sosyete Koukouy depi kreyasyon-1 an 1965 rive jouk jounen
Jodi-a 2009. Safe 44 ane ekzistans. Dezyem rezon-an se kesyon
6tograf ofisyel-la. Gen 30 ane depi gouvennman ayisyen-an
bay lanng krey6l-la youn 6tograf ofisyl. Nou te bezwen
chita ak kek lenguis ak kek mounn k'ap fe rech&ch sou lanng
nan pou konnen nan ki pwen nou ye. Ki pwogre ki f&t e ki
enkonvenyan ki anpeche lanng krey6l-la evolye k6msadwa.

Aktivite yo te dire 2joubyenplen. Depi nanvandredi
envite yo te sanble kay Man Lizo. Nan samdi maten, nou te
sanble nan Little Haiti Cultural Complex -la Apre sesyon
sou aktivite Koukouy yo nan chak z6n yo, nou sanble ak youn
ekip lenguis, ch&che ki te gen ladann: dokte Gerard Fererre,
pwofese Dimitry Hilton, JR Cadely, JR PLacide, Ernst Mirville,
Fequiere Vilsaint, Max Manigat, pwofese Roger Savain, Emile
CelestinMegie, Pierre Vemet...

Diskisyonte chita antw6t soupwoblkm mete osnon
wete tire ak apostw6f kozman relatif "ke" franse-a ki rantre
nan krey6l-la, I" nazalize, kreyasyon mo nef, etsetera.

Anpil b&t tonbe. Pozisyon lenguis yo pa te tw Iwen
younn ak 16t; se konsa gen ti konpwomi ki f&t ki mande pou
nou kontinye ak menm btograf ofisy-l-la ki di nou gendwa
mete osnon wete apostwbf ak ti tire si nou vie. Men gen
nan ka Lenguis yo di li pa nesesL. Kanta pou son nazalize yo,
lenguis yo ta sanble dak6 pou nou pa kreye okenn siy dyakritik
pou tradui son nasalize-a. Baze sou rezilta diskisyon yo,
Sosyete koukouy ap prepare youn deklarasyon ofisyl. Anfen
nou ta kab di se te youn bon diskisyon ki te monte byen wo
nan domen lasyans lenguistik

Nan dimanch Koukouy te sanble pou diskite sou
Pawbl Krey6l premye revi liter nan lanng kreybl ayisyen. S'oun
revi kolektif ki pran youn ane preparasyon. Nou te ft vant
siyati-a nan dimanch apre-midi. Nou pran desizyon pou nou
pibliye dezyem revi-a nan 6 mwa. L'ap gen menm f6m liv la,
mwens paj, tem prensipal la se pral pwezi kreybl

Nan aswd, atis koukouy ak lot atis sipotk te sanble
nan oditoriyom tou nef ki nan Little Haiti-a pou youn sware
atistik Apre youn prezantasyon sou lanng krey6l la akMichel
Ange Hyppolite, Sheila Austin ak Pierre Vernet, pati kiltir61
la derape ak koral koukouy nan youn omaj pou peyizan yo
sou direksyon Kiki Wainwright. Apre younbl powem Konbit
(Waneges) anbyans lan kontinye ak youn dans konbit kote
atis chanted Yvette Leblanc ak Yonie Marcel esprime yo ak
chante, danse, pwezi. Nan dezyem pati-a te genAndre Fouad
akJesler Mesidor, Edeline Clermont, Yolande Thomas ki te
di youn bd1 teks sou Pbtoprens nan tan lontan (Ralba ekri).
Nou fini ak youn tranch pyesteyat Gouverneurs de la rosee
(m&t Lawouze) Youn teks Jan Mapou- Paula Pean ak Janjan
Dezire nan wbl Manuel, Kiki Wainwright an wl6 Byeneme;
Jeanette Gregoire nan wol Anayiz, Gary nan wol Larivwa,
Nadege Etienne, Rose stJean, Josemith, Mikette Wainwright,
Marie Florence ...nan wbl fanmiy Doriska, Ernst Registre
nan wbl Jvrilyen. Apre teyat la, nou te envite piblik la al pran
youn ti kolasyon ak nou.

Wounmble -Koukouy 2009-Orate yo: Sheila
Austin,(edikate) Michel-Ange Hyppolite(edikate) ak Pierre
vernet- (Dwayen). Dwayen-an mande pou nou veyatif. Nou
dwe pare pou bloke tout panzou, tout konplo k'ap monte pou
eliminen akizizyon ki f&t nan lanng kreyol-la nan 30 dnnye ane
yo (deklarasyon P. Vemet nan Miyami 25 Okt6b pase nan
oditorybm Little Haiti Cultural Complex)


Melodie Matin

Sur



Sdlo die
103.3 f c s



www. radiomnelodiehaitl com


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786457-8830 Fax: 305-756-0979 emal pasacallaotcom


POUR TOUW VOS MI AT Equipements pour construction
P6ocs de vott ur / Camlon I Equlpemcnt m6dlal

Par avn U par batas


Page 15




Mercredi 04 Novembre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 41


MEN YON
GWO BATO K
AP POTE TOUT
MACHANDIZ
OU TOUPATOU


GONAIVES
HAITI
G_______


KI VWAYAJE CHAK
1 5 JOU POU BWOTE
MACHANDIZ OU DIREK
AN AYITm SOU WAF ST
MARC GONAIVES &
CAPE HAITI
LI BWOTE KONNTENE, BWAT
PEPE, KAMYON MACHIN EK-
SETERA


ST MARC
HAITI
Q_______


Role ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 8458330

Fax (561 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398


Toll free 1-877-845-8330 or 1-877-845-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

Direction: 1-95 to Exit No. 74 ( 45th Street) East to Congress Ave, to North on Congress Ave to Martin Luther
King Jr Blvd go East on MLK Blvd ( making right hand turn ) this Rd takes you straight to the Port of Palm Bch

As soon as you go over Old Dixie Hwy, before Guard Shack Make 1st Left hand turn you will see our Sign

Under New Management


En Bref...





"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"










Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes.net URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896
L rite b SuhestOfse:(35)62-78


Page 16


CAPE HAITIEN

HAITI


S pLSDIREKc
pte.p lwlg dlmataicee


----I


4-866-~a-8sle~




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs