Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00375
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: October 28, 2009
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00375
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00010-28-2009 ( PDF )


Full Text






ftien


Se3


Un incendie d6truit


un marche public


Un incendie brile vendredi le marched informel de la Place de la Cathedrale
(photo Robenson Eugene)


Dr Rudolphe Moise ou
un megalomane sans danger
MIAMI, 26 Octobre A Miami la h6ros de la Bataille de Savannah.
communaut6 haitienne vit une temp6te dans En 1779, c'est la guerre de l'in-
unverre d'eau ou un mini scandale. Onvient d6pendance des Etats-Unis avec le support
de d6couvrir les traits de deux personnalit6s de la France contre l'Angleterre, l'ennemi
de la communaut6 dans la representation des h6r6ditaire. A Savannah (Georgia), eut lieu


Le Dr Rudolphe Morse (a gauche) Le monument aux heros
et Enel Fanfan de la Bataille de Savannah


POLITIQUE : Le gouvernement de Michele Pierre-Louis

menace de renversement par les senateurs de LESPWA
Michele Pierre-Louis demissionnera plutot que de repondre a I'interpellation


MIAMI, 26 Octobre Les s6nateurs remettent qa.
Cette fois ils reviennent en force.


Ce sont les s6nateurs de LESPWAquiveulent interpel- Mais cette fois ils ont les moyens de leur politique. Aux
ler le Premier ministre et des membres du cabinet minist6riel. (INTERPELLATION / p. 4)


rois ds e senateurs auteurs du projet d interpellation Wenceslas Lambert,
John Joel Joseph, Morse Jean Charles, tous trois du parti LESPWA
(a leur gauche Rudy Herivaux, Lavalas) photo Georges Dupd


Ouvrage accompagnant 1 'exposition
Malraux- Saint Solel au musde
du Montparnasse, a Paris


Le Premier ministre Michdle Pierre-Louis
et le ministre des Affaires dtrangeres Alrich Nicholas


ARTS : Saint-Soleil

fait redecouvrir

Malraux aux Frangais
PARIS, 23 Octobre Si en homme d6jh fort ag6, qui ne tombe
1975 Andr6 Malraux fit d6couvrir jamais la veste, parachute dans les
au monde les peintres de Saint-So- mornes de Soisson-la-Montagne ol
leil, communaut6 paysanne dans les un peintre haitien de style plut6t abs-
montagnes dominant la capitale hai- trait alias Tiga, et une m6cene locale,
tienne, aujourd'hui c'est Saint-Soleil Maud Robart, sont depuis quelque
qui rambne dans l'actualit6 le grand temps en train d'allaiter comme un
intellectuel qui fut le premier (et reste nouveau n6 un atelier sans atelier -
le premier) des ministres franqais de de peinture d'un genre in6dit.
la Culture de l'aprbs-Guerre. On ne sait pas qui le premier
Dans l'exposition elle-m6- a eu l'id6e, est-ce Tiga ou sont-ce
me on ne voit pas ce qui unit Malraux ces paysans, de commencer a mettre
et Saint-Soleil sinon les photos d'un (SAINT-SOLEIL / p. 8)





Page 2


a ti| I6 1





































"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


I a I I mi.


_Mercredi 28 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 40

L'interpellation aura-t-elle lieu ?
Invit6 par le Srnat, le Premier ministre Michele Pierre-Louis devra se presenter le 29 oc-
tobre prochain au Parlement. Des s6nateurs accusent l'6quipe en place de ne pas donner
de r6sultats tout en qualifiant d'incoh6rente 'action gouvemementale. Les parlemen-
taires interpellateurs r6pondent aux noms de Wenceslas Lambert, Moise Jean Charles,
John Joel Joseph, trois s6nateurs fraichement 6lus, et Anacacis Jean Hector. Tous sont
elus sous la banniere de Lespwa (Espoir), le regroupement politique qui avait d6fendu
la candidature a la pr6sidence de Rend Prdval en f6vrier 2006. Ces s6nateurs avancent
comme motif la difficult qu'6prouvent des ministres du cabinet Pierre-Louis a foumir
un rapport d6taill6 des 197 millions de dollars du fonds d'urgence post-cyclonique. Ils
r6clament 6galement des explications sur la politique du gouvemement. Le principal
interpellateur, Wenceslas Lambert, dit d6plorer que le budget ne reflete pas les priorit6s
du gouvemement. << Le gouvemement n'a accord que 15 millions de gourdes de credit
agricole aux agriculteurs alors que la relance de la production nationale est l'une des
priorit6s de l'ex6cutif >. Selon le s6nateur du Sud-est, il n'y aura pas de crise dans le
pays si cette stance se termine par une motion de censure. << Nous sommes majoritaires
au S6nat, done on va trls vite trouver un autre premier ministre >, a poursuivi Wenceslas
Lambert dont l'initiative est second6e par deux autres seenateurs : Judnel Jean de la Fu-
sion et Yvon Buissereth de Fanmi Lavalas. Cette interpellation pourrait 6ventuellement
d6boucher sur un renvoi du gouvemement si une majority votait une motion de censure.
La lettre d'interpellation a &te envoyde a la Primature en l'absence du Premier ministre
Michele Pierre-Louis qui se trouvait la semaine derniere un sommet de la Commu-
naut6 europ6enne a Stockholm (Suede).
Des membres de la communaut6 international se sont prononc6s contre cette initiative
des s6nateurs du parti Lespwa. On parle d'un appel adress6 par la Secr6tairerie d'Etat
Hillary Clinton au Pr6sident Rend Prdval.
Le bruit court que Michele Pierre-Louis a decide de d6missionner plut6t que de rdpon-
dre a l'interpellation du 29 octobre.

Elections debut Mai 2010 ?
Le nouveau president du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Gaillot Dorsinvil, annonce
que les prochaines elections l1gislatives pourraient se tenir au cours des 4 premiers mois
de 2010. Rvl6ant qu'un plan pour la tenue de ces elections sera soumis dans le meilleur
d6lai a l'Ex6cutif, M. Dorsinvil a fait remarquer que les diff6rents secteurs de la soci&te
pourront faire valoir leur point de vue sur le dossier.
Le president du CEP rappelle que les elections pour 99 sieges de d6put6s et 11 sieges
de s6nateurs doivent avoir lieu avant Mai 2010. La loi 6lectorale autorise les d6put6s a
rester en fonction au delay du premier lundi de janvier, fix6 par la constitution de 1987.
Le president du CEP espere soumettre le projet de calendrier et de budget electoral au
gouvemement dans le meilleur d6lai afin de lancer a temps le processus de mobilisation
des fonds pour le scrutin.
Un scenario permettant d'organiser les elections dans un d6lai de 90 a 120 jours est
prdvu par la direction g6ndrale du CEP. << Les l6us devront entrer en fonction avant le
deuxieme lundi de mai 2010N, rappelle M. Dorsinvil.
Interrog6 sur le comportement du CEP vis-a-vis de la Convention des Partis politiques,
6cart6e dans la formation du conseil, le president de l'organisme electoral a r6affirm6 sa
determination a travailler de concert avec tous les partis politiques. Le CEP est ouvert et
transparent, insiste M. Dorsainvil.

Une forte pluie fait 5 morts
La forte averse de mardi soir (20 octobre) a caus6 beaucoup de d6bats dans la zone de
Bizoton. On a retrouv6
une maison effondrde
avec h l'int6rieur trois
cadavres, trois femmes.
La population habitant
tout au long de la route
des rails avait interdit
l'accds de la voie aux
automobilistes, pour
manifester leur colPre.
Bilan partiel de cette
inondation: 5 morts, ..
plusieurs disparus.
Beaucoup de maisons
effondrdes dans la zone
de Diquini 63 en haut.
On parle d'un couple Des inondations dans la nuit du mardi 20 octobre font ai
dont la femme a disparu, Bizoton (banieue de la capitale) 5 morts et de nombreuses
emport6e par les eaux. maisonnettes devastees (photo Robenson Eugene)
Beaucoup de glissements de terrain qui ont tout enseveli sur leur passage.
Une d61lgation minist6rielle a visit la zone de Carrefour.
Venant au secours du maire principal, Yvon Jr6me, une d61lgation minist6rielle a
visit le vendredi 23 octobre les familles sinistr6s. Cette d6lgation, conduite par les
ministres de l'int6rieur Paul Antoine Bien-Aim6 et celui des Travaux publics Jacques
Gabriel, a proc6d6 aussi tune distribution de produits alimentaires. Selon le maire
principal de Carrefour, ce petit geste aux victimes c'estjuste pour les operations de
curage des ravines et d'assainissement de la ville, operations mendes par la population
elle-mime.

Incendie sur la place de la cathe drale
Les marchands et marchandes ont vu disparaitre dans les flammes leurs 6talages. Ils ra-
content que la veille vendredi, les agents de la mairie 6taient venus pour la 6nibme fois
leur dire de plier bagages. En effet, on ne peut pas dire que cela soit du plus bel effet
ce march devant la cath6drale de la ville. Un tracteur vendredi a tout empild, cr6ant
un sauve-qui-peut chez les marchandes qui ont pu sauver leurs marchandises. Mais le
lendemain samedi, c'6tait le feu et tous les tals ont disparu dans les flammes. Ily a
6videmment beaucoup de protestations.

Un missionnaire canadien accuse en Republique domini-
caine de p dophilie contre mineurs haitlens
Un missionnaire canadien oeuvrant en R6publique dominicaine a ctd arret pour avoir
pr6tendument agress6 sexuellement des adolescents haitiens. La Police provinciale de
l'Ontario a confirm dans un communique que Joao Jose Corriera Duarte, aussi connu
sous le nom de John Duarte, avait 6td apprehended dans la ville dominicaine de Puerto
Plata. L'homme de 44 ans, qui a ddjiI t pr~tre en Ontario au sein de l'Eglise catholi-
que romaine, fait face h neuf chefs d'agression sexuelle concernant de jeunes garcons
qu'il aurait agressds alors qu'il 6tait missionnaire en Haiti. Les mddias avaient rapport
plus t6t qu'il faisait face h 12 chefs. Selon les autoritds, les agressions auraient ddbut6
en 1995 et se seraient poursuivies pendant 10 ans. Duarte est prdsentement ddtenu en
Rdpublique dominicaine et sera extrad6 vers le Canada, a rdv61l la police qui a attribud
l'arrestation du missionnaire d'origine portugaise h une enquite commune entre les
autoritds provinciales et f~ddrales en collaboration avec la police dominicaine. Joao
(EN BREF / p. 14)




Mercredi 28 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 40


L'ambassadeur dominicain condamne

l'assassinat de 4 ressortissants haYtiens


26 Octobre L'ambassade Dominicaine a Port au
Prince condamne l'assassinat de 4 ressortissants haitiens dans
la locality Boca de Cach6n (Jimani).
Les victims, selon les premieres informations, font
partie d'un groupe d'Haitiens (environ une vingtaine) qui
auraient abattu des arbres sur le territoire dominicain pour la
fabrication du charbon de bois.
L'ambassadeur de la R6publique dominicaine
en Haiti, l'historien Ruben Silie, a condamnd vendredi
l'assassinat de ces compatriotes
Le diplomate informe qu'une enquite est en cours
pour determiner les circonstances dans lesquelles ces haitiens
ont &t6 tues
Pour sa part le commissaire de police de Malpasse,


Vanel Lacroix cit6 par le journal "'le Matin indique que
le contact est maintenu avec les autorit6s dominicaines en
vue de retrouver les cadavres de ces compatriotes pour les
rapatrier en Haiti
Les premiers 616ments de l'enquete, selon le
commissaire de police portent a croire que ces actes sont
l'ceuvre de militaires dominicains.
Un projectile, extrait du corps de l'un des survivants
lors d'une operation chirurgicale, permettra de d6terminer
l'arme du crime, a-t il soulign6
On notera que les habitants de Malpasse avaient
manifesto cette semaine leur m6contentement suite a ces
actes odieux envers des haitiens.


SI i i W I4 t4s t aa &^






"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


CVewtqvous didezdwshoarakes..Partwxou we
accedez WIBANKOnline une vrde sucawsame on lipa"



> AcetR des chft ues de di fet s iraeBr

> OCmw dwolnfaloteattsteon bealre


en cli*p n smW www.unibankhaoom


UNIBANK
*****t


ill


"fasows route eansembme

www. unibankhaiti.corn


Page 3


SOMMAIREN
L'EVENEMENT EST POLITIOUE
Michile Pierre-Louis d6missionnera plutBt que de
repondre i une interpellation au Snnat p.1
L'interpellation aura-t-elle lieu? p.2

ACTUALITE
Une forte pluie fait 5 morts p.2
Un incendie dtruit le march informel de la Place de
la CathIdrale p.2
L'Ambassadeur dominicain condamne l'assassinat de 3
ressortissants haitiens p.3

ECONOMIE
Forum des entreprises de la Grande Caraibe p.2
L'Ambassadeur US plaide pour le partenariat public-
prive p.2
PEOPLE
Dr. Rudolphe Moise ou un m6galomane sans danger
p.

ARTS
Saint-Soleil fait red6couvrir Malraux aux Francais p.1

REPORTAGE
Autumn in Paris p.6
Paris : du scandale pour camoufler la crise p.7

LIVRES & DOCU
Dany Laferribre rpond a Proust p.9
Jacques Roumain et son epoque p. 13

LIBRE PENSER
Lugubrer p.12
Conflits autour de la rencontre de Santo-Domingo p.12

CREOLE
Jounen Entenasyonal Krey61 p.14





Mercredi 28 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 40


Le gouvernement de Michele Pierre-Louis


menace de renversement par les senateurs de LESPWA


(INTERPELLATION... suite de la lere page)
derniires s6natoriales partielles (malgr6 les fraudes d6nonc6es
par la majority de l'opposition, y compris Lavalas), le parti
consid6r6 comme proche du Pr6sident Rend Pr6val a arrach6
la majority des sieges.
Sans perdre une minute, ils ont mis la main sur la
pr6sidence des plus importantes commissions du grand corps.
C'est la loi de la majority. Malheur aux vaincus !
Leur premier objectif semble 6tre le gouvernement.
Remaniement ou renvoi total ? On ne sait. Cela a
commence par le ciblage de certains ministres, dont princi-
palement celui de 1'Economie accuse de g6rer beaucoup plus
en << comptable >> qu'en economist ... Mais
lorsque les reporters leur ont soulign6 la se-
maine dernimre qu'ils risquent de faire tomber
tout le gouvernement et de jeter a nouveau le
pays dans la m6me crise qu'il a connue l'an-
nee derniere a la m6me 6poque, les s6nateurs
ont r6pondu qu'il y a une difference de taille
: aujourd'hui c'est eux qui d6tiennent la ma-
joritW et done les moyens d'emp6cher toute
crise.


Selon les rumeurs, elle se serait a chaque fois op-
pos6e aux manceuvres pour faire partir tel ou tel membre du
gouvemement. De son gouvernement. Ou du moins ce qu'il
en reste !
Tant6t le titulaire des affaires 6trangeres, tant6t celui
de l'6conomie, de la justice ou de la culture.
Lors d'une dernimre convocation devant la commis-
sion finances de la Chambre des d6put6s, Mme Pierre-Louis
s'est pratiquement d6clar6e victime de harcelement de la part
des parlementaires et leur a demand de mettre fin a leur po-
litique de guerilla qui consiste a accuser a tort et a travers les
membres du gouvernement (ainsi qu'elle-m6me) de corruption


C'est la date du 29 octobre qui a t I
choisie pour ouvrir les hostilit6s.
Or il s'agit du parti qualific de pro-
pr6sidentiel. Et don't les nouveaux chefs de file
sont parmi les plus proches du palais national,
dont un John Joel Joseph, Olu s6nateur de
l'Ouest en novembre dernier.
Peur de remettre en cause le
red~marrage ? ...
redmarragea ?h. Le ministre de 1 'ntirieur et des collectivitis territoriales, PaulAntoine
(au centre de la photo) est le remplagant pressenti pour le Premier n
pourrait arrater ou ralentir le plan des s~nateurs
pourrait arrdter ouralentir le plancdes snateurs Michele Pierre-Louis sa droite le ministre des Travaux publics Jacq
c'est lapeur de remettre en cause l'atmosph-re
de redmarrage de la machine e conomique u Ils visitent des quartiers sinistres de la banlieue de Port-au-Prince apres le
se dessine. provoquees par de grosses averses (photo Haiti en Marche)
Comme disent les Americains, on ne change pas une alors que la loi a mis en place, leur a-t-elle rappel, des institu-
6quipe qui gagne tions a cette fin (ULCC ou Unit6 de lutte contre la corruption,
Mais cela ne semble pas 6tre une preoccupation pour Cour sup6rieure des comptes etc).
la majority s6natoriale.
Est-ce que le Premier ministre Mme Michele Pierre- Seul compte aujourd'hui le rapport de
Louis est directement menace ou pas ? forces ...


Bi
,ir
ue
s i


Mais la victoire massive arrach6e par LESPWA aux
dernimres s6natoriales, et surtout les moyens (dont certains
assez peu orthodoxes) mis en oeuvre pour y arriver, sont la
preuve que ce n'est pas dujeu et que seul compte le rapport
de forces.
Et aujourd'hui le rapport de forces ne joue pas seu-
lement en termes de nombre de sieges en faveur des s6nateurs
de LESPWA. Mais aussi d'institution !
En effet le mandat de la Chambre des d6put6s est
arrive~ chance et leur presence actuelle au Parlement est
plut6t symbolique parce que les elections n'ayant pas encore eu
lieu. Cependant cette prolongation de mandat limite strictement
les attributions des membres de la chambre
basse.
Autrement dit, toute nomination d'un
nouveau Premier ministre sera soumise a la
seule ratification des s6nateurs et de personne
d'autre.
Ales entendre, les s6nateurs de Les-
pwa semblent done certains d'avoir cette fois
toutes les cartes en main pour obtenir le dernier
mot.
C'est-a-dire le depart 6ventuellement
de tout le gouvernement.

Une derninre inconnue ...
A moins qu'il s'agisse d'un coup de
bluff. Qui peut le plus peut le moins. Et que le
but est plut6t de ravir un certain nombre de mi-
nisteres essentiels pour qui veut mettre de son
cot6 toutes les chances a la veille d'une annie
en-4eim
e lectorale << sanpran souf >> (sans d6semparer)
!istre
s Cadet. qui doit culminer dans les pr6sidentielles de
fin 2010.
inondations
Nous voici done un nouveau mo-
ment de grand suspense. Ajouter a cela: quelle
est la position du Pr6sident Rend Preval ?
C'est la grande inconnue. Sinon pour l'instant la
seule.


Haiti en Marche, 26 octobre 2009


w %I R*
S"Copyrighted Material




Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.
Fort Lauderdale, FL,
5 Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenet pi enteresan www.
amerijet.com. Nouvo sit la founi
yon baz kominikasyon ki pm&t I TeML
klyan anjwenn tout enf6masyonli Ii r t
bezwen sou transp6 pa avyon, sou
lanme ak ate, fe rezevasyon pou
transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon adinistratif k kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou machandiz li
ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou f tout bagay pi fasil pou
klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesondl" dapre Pam Rollins, vis-pr zidan
Biznes Devlopman.
MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon yo e
pou founi enf6masyon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri
l a: prosede "One-Stop-Shop", sa vle di nou vle ofri li plizyt solysyon o chwa
Sa abto oswa tren ou kamyon quit se machandiz pou ekspbtasyon, kit se pou
enp6otisaoi i
a kiaLp iniyo, Amerijet pral introdui lodavantaj sou website li a. Pamela
Robbins i i : \1yo ki enterese nn tenoloi ap ede nou bu kon I in plis
ekspansyon e i kitioplaesvipi los.
Amerijet International, Ioui svis entenasyonal konple e sou tout f6m
pa avyon, pa bato ak at.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout te a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p, Lazi ak
Middle-East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz
li ki se Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenet la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


Oelmas, e 21 octtobwr 2009



La Direction de Comrmunication du Conseil Electoral Provisoire
(CEP) prsente ses compliments a la Presse Parle. Ecrte et
Televisee. les Partis Politiques Regroupernn de Partis et la Societe
Civiie e profite de ette occasion pour es nfQormer du Bureau du
nouveau Conseis Elecoral


Ga~iiot DORSINVIL President
Jean Theleve Pierre TOUSSAINT. Vice-prtsident
L-onel D. RAPHAEL Secretaire General
Jacques BELZIN. Tresorier
Laurette CROYANCE Membre
Ginete CHERUBIN, Merrbr
Antenor GUERRIER. Membre
Ribel PIERRE. Membre
Jean Enel DESIR, Merbre


La Direct on de Communication vous
co laboration


remerc e pour


votre


SJohn dHERY
Directeur de Communication


Page 4





Mercredi 28 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 40


Dr Rudolphe Moise ou un megalomane sans danger


(... suite de la lere page)
colons anglais r6volt6s contre la couronne britannique.
Aprbs de nombreuses d6faites, celui-ci 6choua a
Saint-Domingue oi il recruta un bataillon form de colons,
d'affranchis et d'anciens esclaves. Ce sont les Chasseurs vo-
lontaires.
Le 16 septembre 1779 commenqa le siege de la gar-
nison de Savannah par 1600 combattants amdricains sous les
ordres du << g6nral > Lincoln et avec leurs appuis franqais,
dont les Chasseurs volontaires de Saint-Domingue.

Un tambour major nomm6 Henry Chris-
tophe ...
Les attaquants perdirent cette bataille, mais ils se
couvrirent de gloire. Ce fut aussi la premiere fois que des
non-blancs de la colonie de Saint-Domingue purent se servir
d'armes de guerre. Ce ne sera pas la dernire fois !
L'Histoire rapporte que parmi eux se trouvaient les
affranchis Rigaud, Villate, Chavannes, ainsi que, le plusjeune
de la bande, le tambour major et futur Roi d'Haiti, Henry
Christophe.
Pour common morer le 230e anniversaire de la Bataille
de Savannah (septembre 1779 septembre 2009), la com-
munaut6 haitienne fut sollicit6e. Une collecte de fonds fut
organisde aussi bien en diaspora qu'en Haiti.
Un monument fut construit qui se dresse aujourd'hui
dans la petite ville de Savannah, dans l'Etat de Georgia.
Or de r6cents visiteurs haitiens auraient relev6 que les
traits de deux des principaux organisateurs du marathon pour
Savannah ont &te utilis6s pour incamer les h6ros de 1779.
I1 s'agit du Dr. Rudolphe Moise et de Daniel Fils
Aim6.

Non pour servir la vanity ...
Cette constatation est un nouvel objet de d6bat dans
la communaut6 haitienne.
Certains sont scandalis6s. I1 s'agit d'une ceuvre pour
magnifier des h6ros. Non pour servir la vanity de leaders com-
munautaires.
Pour le professeur de sciences politiques a l'Universit6
de St Louis (Missouri), Jean-Germain Gros, si cette informa-
tion se v6rifie, cela ne peut que nuire a la dignity d'une telle
initiative.
Selon Marleine Bastien, pr6sidente de Fanm Ayisyen
nan Miami et candidate haitienne-amdricaine a la Chambre
des Repr6sentants (Washington), < la communaut6 ne sort pas
grandie de cette bataille >
DrRudolphMoise auraitcollabor pourUS$120.000.00
a lui tout seul a la realisation du monument.
Daniel Fils Aim6 est celui qui avait lanc6 le projet.
Le monument a cofit6 US$800.000.00.
Encore une operation auto-publicitaire du Dr Rudol-
phe Moise. Et cette fois, le g6ndreux docteur vise encore plus
haut : immortaliser dans la pierre sa propre existence !
Rudolphe Moise est arrive Miami au cours des


anndes 1980, au moment oi se construisait la communaut6
haitienne de Floride avec l'arriv6e par la mer de plusieurs
milliers d'immigrants haitiens qui furent requs sans difficult
par l'administration Carter pour faire contrepoids a l'op6ration
Mariel. En mai 1980, le gouvemement de Fidel Castro laissa
s'dchapper par ce port situ6 juste en face de Key West, pointe
sud des Etats-Unis, des dizaines de milliers de Cubains. Parmi


L 'acteur Rudolphe Moise (photo belfilm.com)


eux, des 616ments dont le regime de La Havane 6tait trop heu-
reux de se d6barrasser.

Une personnalit6 multiple ...
Rudolphe Moise ouvrit a Little-Haiti une clinique de
m6decin chiropracteur.
M6tis et physiquement bien biti, rapidement il se
revla une personnalit6 multiple. Pour commencer, toujours
avide de parfaire sa propre reputation.
Tour a tour photographe mondain, puis prestidigita-
teur, il fr6quente assidfiment les salons, particulibrement ceux
du South West, ou habite le gratin de la communaut6.
Mais ce n'est qu'un d6but.
I1 est inscrit a la faculty de droit de l'UniversitW de
Miami (UM).
Un autre jour, Dr Moise apprend le m6tier de pilote


d'avion a reaction.
Tout cela illustr6 par des photos de circonstance le
montrant a chaque fois dans les habits de son nouveau r6le.

Aucune ambition politique ...
Quand les Haitiens eurent droit a leur premiere station
de radio 6mettant au nom m6me de la communaut6, Radio
Carnival, qui est a sa tate sinon Docteur Moise. Et grice a ses
bonnes relations auprbs des autorit6s municipales de Dade
County.
A la mort de sa mere, les fun6railles furent diffuses
< live > (en direct) pendant trois heures.
Dr Rudolphe Moise, un insatiable de sa propre publi-
cit6, un personnage narcissique, un m6galomane ?
Peut-6tre. Au sens 6tymologique du mot. Mais un
m6galo sans danger.
I1 aurait pu rlver politique comme tant d'autres. Qu'ils
soient m6decins, 6conomistes, hommes d'affaires, pop stars
voire politiciens ou fils de politiciens ...
I1 n'a jamais manifesto la moindre ambition a cet
6gard. Alors que la communaut6 compte d6ji de nombreux
maires, maires adjoints, de parlementaires au niveau de l'Etat
de Floride et aujourd'hui de candidats au Congrbs de Washing-
ton.
Rudolphe Moise aurait pu d6crocher ais6ment un de
ces postes.

L'oiseau de ces dames ...
Plus r6cemment, c'est encore lui qui a organism le
Congrbs de la Diaspora Haitienne qui a requ a Miami l'envoyd
special de 1'ONU pour Haiti, Bill Clinton, et le Premier ministre
haitien, Michble Pierre-Louis.
Mais c'est aussi Rudolphe Moise le promoteur du
premier film haitien de Miami, qu'il produisit et dont 6videm-
ment il ne pouvait cdder le premier r6le a personne.
Un scenario insipide. Mais avec Rudolphe Moise
comme l'oiseau de ces dames.

Le Soldat inconnu ...
On pensait que figurer sur le grand 6cran c'6tait
comme la consecration supreme.
Jusqu'c ce qu'ait 6clat6 cette affaire du monument de
Savannah ou l'un des h6ros n'est autre que Rudolphe Moise.
Un homme pour l'6ternit !
La France utilise le visage de son heroine nationale,
Marianne, pour honorer ses stars suivant l'6poque.
Marianne a &t6 tant6t Brigitte Bardot, tant6t une
autre.
Cependant pour incamer le Soldat inconnu dont le
corps repose sous l'Arc de Triomphe a Paris, on prit le soin
de choisir un d&6c&d de la Guerre 14-18 qui n'a jamais et6
r6clam6 par personne.
Mais toutes ces considerations sont d6ji trop < poli-
tiques > pour le Dr Rudolphe Moise, un garqon sans compli-
cations, comme tous le reconnaissent.


Haiti en Marche, 26 Octobre 2009


!wa' iin tra. i k ir u (bf









"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


CONTACT US
TOLL FREE 1 8-383-285
OR. 305-620-8300
FAX 3 05-6 2 0-332
CELL. 305-986-8811


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCHE


Nmi
Adrms


I Bo t Pour Six, Uais


Gdas 260.00
US $ 4000
US$ 42,00
_ US $ 70,00
us s 7oo0-


Gdeu 520,00
US $ 78a00
US S 8000
US S 135,00
US S 135-00


Doiw lo es d'un aionnbw nt
avoc Ivrai1on0. te coO.tet double.
PrJtt do sp6cif1wr 1 vous a"
in no nvl abonn6
ou 'II agit d'un r iouvellmnt


Nouvmu

r


Renouveltemrnt

Rna


Page 5


EtalsUnit
Canada
Europe
Amrfous Lalthe


------,--


I CoCit pour Un An I





Mercredi 28 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 40


Autumn in Paris !


PARIS, 22 Octobre Le malheur des uns fait le Pas le temps de faire du change. Mais grice au plastic,
bonheur des autres. Les avions sont vides a cause de la crise restaurant, t6l1phone longue distance et l'Internet dans votre


6conomique. Ou de la grippe AH1N1 ? Y compris au depart
d'Haiti. Avec la difference que American Airlines semble aug-
menter les tarifs en Haiti pour pouvoir les diminuer ailleurs.
C'est encore une fois le cas.
Le vol Miami Paris n'est meme pas a moiti6 plein.
Formid. La premiere classe ne compte pas. Sauf pour le whisky
qui y est servi gratuitement, chacun dispose de deux sieges a
lui tout seul pour se d6gourdir les jambes au long d'un trajet
de plus de 8 heures. Et meme de trois sieges. Ce
n'est plus un avion, c'est un immense wagon-lit. Le
ronflement des passagers arrive facilement a couvrir
le ronronnement des r6acteurs. Nous voyageons au
fond de l'avion, aux places les moins chores. Crise
6conomique oblige ...
Mais qu'importe. Paris est la seule grande
capitale du monde oi l'on entre sans le casse-tete des
formulaires d'immigration et de douane a remplir. On
me dit que c'est parce queje viens des Etats-Unis (on
ne prete qu'aux riches) mais que par les Antilles ce
n'est pas toujours < par ici monsieur, faites comme
chez vous. >>
En tout cas, nous avons su appr6cier. Et
nous n'avons rien a envier meme pas au Premier
ministre. En effet, Michele Pierre-Louis arrivait au
meme moment via Pointe-a-Pitre mais comme elle
a d6barqu6 a Orly et qu'elle devait l'instant d'aprs
embarquer a Roissy direction Stockholm (Suede)
pour un sommet europ6en sur le d6veloppement dans
le monde, on a risqu6 souvent le carambolage.
Au retour, elle fera un stop samedi dans la
capitale francaise pour rentrer dimanche en Haiti.
Quant a nous, la chance continue dejouer en notre fa-
veur. L'automne parisien est pluvieux, les parapluies
ont remplac6 le tricycle des touristes amdricains, les
tarifs des hotels s'en ressentent. Autant en profiter.
Notre h6tel se trouve Place de Clichy. Donc
en plein centre. On trouve des chambres jusqu'a 79
et meme 59 euros, selon le degr6 de va et vient.
M6me sous 4 ouragans coup sur coup qu'on
ne trouverait pas ca en Haiti. Ca ne doit pas 6tre
facile le m6tier de repr6sentant touristique pour un
tel pays.
On comprend mieux la formule de la carte
American Express. Never leave home without it.
Je ne sors jamais sans. Ca facilite en effet bien les
choses.


chambre, easy.
Qui parle de d6connecter Rve impossible dans notre
monde globalis6. CAblW. Mais oui, le cAble optique sous-marin,
vous connaissez.
Je branche malgr6 moi radiomelodiehaiti.com. Il pleut
aussi en Haiti. Mais d6ji 5 morts et la route de Bizoton comme
un champ de bataille, c'est pas possible. On fait exprbs.
Mais sur France 2 (il est minuit, nous avons dormi


La Tour Eiffel a revetu depuis une semaine son habit de lumiere
ia 'occasion de son 120' anniversaire


d6ji plus de 5 heures pour essayer de combler le d6calage ho-
raire), le philosophe Alain Finkielkraut est en train de d6noncer
justement cette hyper-m6diatisation (la rapiditW du siecle de
l'Intemet, des portables et des laptops) comme une menace de
d6shumanisation.
Beaucoup de choses qui se passaientjusqu'ici tran-
quillement (par exemple, le cyclone Hazel n'avait pas fait
moins de d6gits en 1954 en Haiti que les ouragans de l'annde
dernire) sont aujourd'hui v6cues dans une veritable hyst6rie,
aujourd'hui tout bascule dans le spectaculaire (voire le spec-
tacle), le vrai comme le faux, le materiel comme le
virtuel, et cette atmosphere de cauchemar et d'an-
goisse totalement surfaite peut finalement r6duire
notre capacity de rdponse parce que nous placant
inconsciemment devant une obligation de nous
prendre pour Superman. Un monde en constante
representation.
Pas mal, n'est-ce pas.
Malgr6 tout ce n'est pas une raison pour
que les millions d6caiss6s chaque annde pour nos
regions les plus vulndrables (Gonaives, Cabaret etc)
disparaissent sans laisser la moindre trace !
Dire que nous sommes venusjusqu'ici pour
d6connecter. D6compresser. D6-stresser. Doctor
Elsie's order !
Rien pourtant ne nous en empeche. La
grippe AH1N1 ? Vous rigolez. Tout le branle-bas
annonc6 ne s'est en rien v6rifid. Que voilW une dd-
monstration parfaite de la thdorie de Finkielkraut.
Et juste retour des choses, c'est le vaccin
qui fait peur. Tous ces milliards investis. Attention
cependant que cela n'aboutisse plut6t chez nous. On
aura peut-6tre besoin de cobayes pour le justifier !
Nous n'avons pas perdu de temps pour nous
rendre a l'un de nos objectifs : l'exposition consacrde
aux artistes du mouvement Saint Soleil et a Andri
Malraux qui a aid6e les rdvdler au monde.
Le mus6e du Montparnasse se trouve
au bout d'un long corridor pave et sous un 6pais
feuillage. Ce n'est pas PNtionville, ou Jacmel mais
ca lui ressemble.
Mais il se fait d6ji tard. Oui, prbs de 4 h
am. C'est l'heure de notre deuxibme combat pour
enrayer les effets du d6calage horaire.
A bient6t !

Hafti en Marche, 22 Octobre 2009


Communique de Presse de 1'Ambassade d'Haiti en France


21 Octobre 2009 L'Ambassade d'Haiti en France a
organism, le mardi 20 Octobre 2009, a la Maison de 1'Am6rique
Latine a Paris, une conf6rence-d6bat sur la commemoration
du 203eme anniversaire de l'assassinat de l'empereur Jean
Jacques Dessalines au Pont Rouge, le 17 Octobre 1806.
Madame Guerline Janvier, conseiller a 1'Ambassade

Aprann Pale Angle

Tou suit!

PROGRAM RAPID
Aprann pale angle tankou rat
Ou ap kapab jwenn travay san pedi tan.
Gen klas lajounen kou leswa !
Gen Bous disponib ak 1-20's


1-305-624-3030
Mande pou Nadiyah

nan ekstansyon 313


d'Haiti et chef du protocole, a pris la parole pour souhaiter la
bienvenue.
Le Charge d'affaires a.i., M. Fritzner Gaspard, est
intervenu pour pr6ciser l'objectif de cette conf6rence-d6bat
sur l'ceuvre du fondateur de la nation haitienne : < Il s'agit
pour nous, d'une part, de valoriser davantage la dimension
historique dans la diplomatie haitienne et de rappeler, d'autre
part, un devoir de m6moire >>.
Par ailleurs, le Charg6 d'affaires a.i. a mis l'accent sur
l'actualit6 lointaine et immediate du pays : << L'annde dernibre
au moment d'organiser cette conference ici, le pays vivait une
situation catastrophique, due aux d6gits causes par le passage
des ouragans Gustave, Hanna et Ike. Cette annde Haiti vit une
situation extraordinaire, susceptible de contribuer a son v6ri-
table d6marrage 6conomique. Nous en voulons pour preuve
les nombreuses visites effectudes en Haiti les jours passes par
les investisseurs >>.
Cette annde, l'Ambassade d'Haiti en France souhaite
comm6morer les grandes dates de notre histoire en donnant
la parole a des 6crivains, chercheurs, professeurs, sp6cialistes
d'Haiti etc.
C'est dans ce cadre que Messieurs Lyonel Trouillot,
6crivain, professeur de litt6rature, Raphael Lucas, maitre de
conference a l'institut ib6ro-am6ricain a l'universit6 de Bor-
deaux III, Carlo Cl6ius, mod6rateur, historien d'art, chercheur
a l'universit6 Laval, Qu6bec ont analyst sous toutes les facettes
l'homme qui a conduit a l'ind6pendance d'Haiti le 1"r Janvier
1804.


Pendant plus de deux heures, ils ont livrd a un
auditoire nombreux leur approche du fondateur de la patrie
haitienne.
Ainsi M. Trouillot affirme, argumentaire historique
a l'appui, que ce fut le seul chef d'Etat haitien a avoir eu un
projet social pour le pays. Sur ce, il appelle de ses vceux a
une autre soci&te haitienne oi l'on pourra partager des valeurs
communes.
Bref selon l'auteur de < Th6rbse en mille morceaux,
le r6ve de Dessalines est toujours de mise en Haiti.
Par ailleurs M. Lucas s'est appliqu6e d6montrer avec
brio, et beaucoup de pr6cisions, les m6taphores Dessaliniens. II
les a restituds dans leur contexte historique. Vu sous cet angle,
le professeur Lucas a dress le portrait d'un stratbge hors pair
et acteur principal de la revolution de 1804, aprbs la mort de
Toussaint Louverture en France au Fort de Joux en 1803.
Le public a pu d6couvrir un autre Dessalines parfois
trbs 6loign6 de ce que l'on croyait savoir sur le h6ros haitien.
Enfin l'auditoire par ses nombreuses questions a
permis aux conf6renciers d'apporter des rdponses pr6cises non
seulement sur l'ceuvre historique de Jean Jacques Dessalines
mais aussi sur savie et de balayer des impr6cisions qui courent
sur l'homme.
Maguet DELVA, attach de presse, responsable de
la communication et des relations publiques de l'Ambassade
d'Haiti en France
tel 01 47 63 47 78/ 06 14 07 61 99


OPA-LOCKA COMMUNITY DEVELOPMENT

CORPORATION


OPA-LOCKA


COMMUNITY DEVELOPMENT CORPORATION


(OLCDC) in association with Miami Dade Housing Agency offers Housing Counseling
Services for low to moderate income families. Services include; 1st Time Homebuyers
Purchasing Assistance includes Down payment and closing cost subsidies, Low interest
Rehab Loans Home Rehab Loans, Credit Repair & Budget Counseling, and Foreclosure
Prevention Assistance. HOMEBUYER EDUCATION CLASS For more information
you may contact us at (305) 687-3545 ext. 236, visit our website www.olcdc.org or stop
by our office at 490 Opa-locka Blvd., Ste 20, Opa-locka, FL 33054. OLCDC is an
Equal Housing Lender and a HUD Approved Housing Counseling Agency


Page 6


Melodie



Matin

Sur



diodie


www.radiomelodiehait co

www. radiomelodiehaiti, corn





Mercredi 28 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 40


Paris


MEDIAS


du scandale pour camoufler la crise


PARIS, 24 Octobre Audrey Pulvar a la une et sur la
3. Effet Obama a la francaise ? C'est une jeune femme noire,
martiniquaise, romancibre, qui est la grande vedette dujoural
telvis6 du soir cet automne a Paris.
L'effet recherche est clair. Sa photo presque grandeur
nature est partout dans les couloirs du m6tro.
La France essaie de s'approprier ses minorit6s. On
reproche a la deuxibme plus ancienne rdpublique du monde
son esprit cocorico et communautariste qui laisse peu d'acces
aux < autres >. A partir d'un certain niveau, les minorit6s
deviennent totalement invisibles, disparaissent comme par
enchantement.
Ily a done 1 aujourd'hui une operation calcul6e.
Politique !
Maintenant quant au journal lui-meme, vous
risquez d'etre ddcu. Dix fois plus de sourire et meme de
minauderie que de contenu.
Une enfilade de grands titres, d'ailleurs r6p6t6s en
boucle sur toutes les autres chaines, mais peu de d6velop-
pement voire de contexte et de mise en perspective.

On lui presserait le nez qu'il en sortirait
encore du lait...
Et quels grands titres ?
La mode est aux scandales (avec s et un grand S).
Vous en avez au moins quatre au meme moment: celui du
toutjeune Jean Sarkozy (23 ans, du genre qu'on disait autre-
fois : on lui presserait le nez qu'il en sortirait encore du lait)
auquel son papa veut assurer tout de suite un destin national
en le placant a la tate d'une grande institution de l'Etat (sans
y r6ussir cependant cette fois) ; l'affaire du ministre de la
culture Fr6d6ric Mitterrand forc6 d'avouer qu'il a couch
avec des garcons en Thailande (c'est cependant malgr6 tout
ca le moins choquant) ; le proces Clearstream qui se pre-
sente ouvertement comme un reglement de comptes entre
le president Nicolas Sarkozy et son dventuel challenger de
droite aux pr6sidentielles de 2012, l'ex-Premier ministre
Dominique de Villepin; enfin la demande d'extradition de
Roman Polanski, le c6l1bre cindaste franco-polonais a &te
arrnt6 en Suisse oi il est d6tenu depuis un mois sur demande
de lajustice am6ricaine pour une affaire de mceurs qui date
de plus de 30 ans.

La querelle des dames de fer ...
Etc. Car il faut ajouter les histoires malheureuses
de joggeuse disparue dont on retrouve le cadavre avec
pr6somption de viol, de meurtre d'enfant reconstitu6 par
ADN ...
Sans oublier la querelle des dames de fer qui se dis-
putent la direction du PS (parti socialiste), Martine Aubry, la
secr6taire g6ndrale en titre, et l'ex-candidate a la pr6sidence
et qui n'entend pas n6gocier sa presentation aussi en 2012,
S6golbne Royal. La oni la rivalit6 Sarkozy-De Villepin s'ins-
crit dans une tradition de lutte politique tout a fait classique,
par contre dans le meme contexte Martine et S6golbne sont


d6peintes comme de vraies chipies.
Mais le plus 6tonnant est qu'on n'entend personne
dire : ca suffit, basta Assez de cette banalisation, cette < peopo-
lisation >, cette negation orchestra de la veritable information
! Ce refus de presenter le fait sous sa forme rdelle, sans pathos
ni spectacle, cette conspiration contre la vraie vie comme on
disait autrefois.

Vive l'amalgame ...


Presentatrice dujournal du soir sur France 3,
la journaliste et romanciere Audrey Pulvar


Autrefois il existait d'un
c6t6 France Dimanche, Ici-Paris
et dans un format plus papier
glac6 Paris-Match, et d'un autre
c6t6 une presse qui s'estimait
devoir 6tre plus s6rieuse. A plus
forte raison s'agissant de la tl66-
vision publique.


Nos remerciements

a l'Ambassade d'Haiti en France

et au Consulat General d'Haiti a Paris

qui nous ont aide a realiser ce reportage








list 0 < ii 4w i i I
SCopyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Aujourd'hui, vive l'amalgame. Le secret est bien
gard6. Au sens littoral du mot.
Cela en meme temps qu'aux Etats-Unis la Maison
Blanche du prsident Obama d6nonce la chaine Fox-News pour
les memes raisons : une confusion entretenue a dessein entre
le divertissement a but politicien et l'information. Autrement
dit, ignorer le doit du public a savoir ce qui affecte vraiment
l'int&r&t de la nation.
Or en France on vous dit que cette forme de sur-dra-
matisation de l'information (pour mieux noyer le poisson
dont on ditjustement qu'il pourrit toujours a la tate) est un
produit meme du systeme actuel. De fait, tout le mondejoue
lejeu. De l'extreme-droite (Marine Le Pen, Front national)
aux Socialistes et autres.
Sous la baguette du maestro-pr6sident de la r6pu-
blique, lui-meme intimement liW a ce monde par son mariage
avec un top-model !

Le marasme ne doit pas s'ajouter A la
crise ...
Comme si la France ne connait pas les memes
problkmes cr66s par la crise 6conomique partout ailleurs.
Les manifestations d'ouvriers qui ont 6clat6 d&s
les premiers mois de la crise l'annde dernibre avec occu-
pation d'usines et sequestration de patrons, voici tout cela
oubli6.
Silence, le marasme ne doit pas s'ajouter a la crise
(principe sarkozien), force doit rester a la comp6titivit6,
rappelez-vous cette vedette de la Belle 6poque qui disait
qu'en France tout finit par des chansons !
C'est dans ce contexte qu'une Audrey Pulvar est
propuls6e (mais dans un calcul strat6gique qui ne concerne
pas seulement l'audimat) tout au haut de l'antenne.
Autre operation diversion ? Ou la reconnaissance
que de nombreux autres talents pi6tinent depuis d6ji long-
temps devant le siege si jalous6 de vedette du journal du
soir.
Certes, Audrey Pulvar est unejournaliste consom-
mde qui n'en m6rite pas moins.
Mais a voir ce sourire trop appuyd, que de cou-
leuvres ne faut-il pas avaler pour devenir une vedette de
l'actualit6 culturelle ou m6diatique en cet automne parisien
2009 !
Oui, ce tout Paris qui nous fait si peur, disait avec
raison une autre star de jadis.
Marcus, Haiti en Marche, 24 Octobre


Page 7


MIAM I.DAD


SEZON TAKS 2009

OUVE POU REKOUVREMAN
Sezon taks 2009 lan ouve pou rekouvreman nan Konte Miami-Dade. Enpo lokatif yo evalye
depi 1 janvye pou jiska 31 desanm epi yo koumanse rekouvreman apati 1 novanm.

Rabe Sou Peman Pi Bone yo:
4 pousan rabe si nou peye jiska 30 Novanm 2009
3 pousan rabe si nou peye anvan 31 Desanm 2009
2 pousan rabe si nou peye jiska 31 Janvye 2010
1 pousan rabe si nou peye jiska 28 Fevriye 2010
Pa genyen ankenn rabe si nou peye nan mwa Mas
Enpo lokatif yo konsidere fotif oswa pa peye jou 1 Avril.

Kom rezilta, si nou manke pa peye enpo lokatif yo, nap genyen fre, entere adisyonel ak
penalite epi tou nou gen dwa menm pedi pwopriyete nou an.
Si dat rabe an tonbe yon Samdi, Dimanch oswa yon jou konje nasyonal, se pou nou vini
an pes6n nan Biwo Pesepte an pwochen jou ouvrab lan.
Nou kapab peye:
Pa entenet nan: www.miamidade.gov
Pa laps yo baze rabe sou taks aktyel yo dapre dat so laps lan.
An peson nan biwo sa-a:
Tax Collector's Main Office
140 West Flagler Street, 1st Floor
Miami, FL 33130
Le Biwo an ouvri: 8e dimaten jiska 5e nan lapremidi
(Nou pa ouvri nan jou konje nasyonal yo)
Fe chek yo sou non: Miami-Dade County Tax Collector
140 West Flagler Street
Miami, FL 33130
(Peman yo fet pou yo sdti nan yon Bank Ameriken
an lajan Ameriken)
Pou nou tcheke balans nou dwe oswa pou nou kapab fe yon peman sou entenet, vizite
sitweb Konte an nan: www.miamidade.gov
Pou Enfdmasyon sou Enpo Lokatif rele: 305-270-4916 oswa vizite
www.miamidade.gov/taxcollector
Fernando Casamayor
Pesepte
Konte Miami-Dade


i Haien Maldie rd





Mercredi 28 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 40


ARTS

Saint-Soleil fait redecouvrir Malraux aux Frangais
(... suite de la lere page) arbre, une pierre, dans le sable de Grosse-Roche (Saint Marc) A Saint-Soleil c'est comment l'art surpasse les pires
sur un support materiel leur vision du monde (ou plut6t leurs ... contingences (pauvret6, analphab6tisme, exclusion etc) pour
visions car cet art est inseparable a premiere vue du r6ve mais faire entendre jusqu'au fond des Ages (de l'infini a + l'infini


pour nous transporter bien au-dela).

I :_llI ~ ^~Amb, subi~*


Une peinture de Hector Hyppolite


Regard qui voit egalement en arriere ...
-Les peintres de Saint-Soleil
eux aussi faisaient pa pour rien. Mais
d&s leur premiere tentative (cependant
comment faut-il l'appeler car dans
tentative il y a un but recherche alors
que ici c'est la nature qui s'exprime
avec un total d6sint6r6t mais non d6-
sint6ressement ni sans recherche et le
gofit du fini sur fond d'infini), ils ne
font rien a avoir &te fait avant eux.
Hector Hyppolite rappelle la
Grande statuaire africaine, ce qui ne
nuit pas a son genie, particulierement
dans ce regard qui voit 6galement en
arriere, celui pret6 aux grands mages
ou devins (ou plut6t < divine >), oe-
dipien (son c6t6 Picasso), lui-meme
pretend avoir fait le voyage en Guinde
(ce qui n'est sfirement pas le cas) ...

La double inconnue
spatiale et temporelle ...
Alors qu'on ne connait rien
qui ressemble aux premieres peintures
de Saint-Soleil. On dirait des formes
n6es d'une rencontre tout a la fois en-
tre les dessins laiss6s par l'homme des
cavernes, la civilisation Internet et une
chirurgie qui embrasserait l'homme depuis les
profondeurs fcetales pour le projeter sur l'6cran
de l'infini, de son infini, le r6conciliant du coup
avec sa double inconnue spatiale et temporelle.
Absolument rien avoir en effet avec nos
naifs. Ni avec rien qui efit exist jusque-lh.
Hector Hyppolite aspire, dit-il lui-
meme, h 6tre le peintre du r6ve. Le plus grand
sans doute. Le plus authentique. Andr6 Breton le
comprit tout de suite.
Mais Malraux fut celui qui capta le
mystbre de Saint-Soleil lorsqu'il d6cida du coup
d'en faire le dernier chapitre de son ouvrage


ou << lokotow fe tow languinen tande >) le cri de l'homme

OE 5I


Production de Saint-Soleil


qui est le cri de tout l'homme.

Ils ont encore les pav6s du roi! ...
Le choix du mus6e du Montparnasse r6pond aussi de
la m6me demarche. Au fond d'un corridor au pavement d6jh
fort ancien (ah ce cadre du ministbre francais de la coop6-
ration qui nous recevait jadis avec ce compliment : Haiti, le
pays oi ils ont encore les paves du roi !) et sous un ombrage
bien de chez nous, comme a la rue du Commerce (a Jacmel),
on y accede.
L'exposition est ouverte depuis trois mois et cependant
on d6file sans cesse cloturee le 19 novembre prochain).
Qui c'est ce vieux monsieur, s'enquiert une jeune


La meme question a d6jh t& rpondue par Dewitt
Peters concernant nos naifs des annees 1940. L'Americain
d6couvreur de talents dit qu'il est le premier a avoir pos6 une
toile devant le grand Hector Hyppolite mais simplement pour
recueillir (et plus tard conserver pr6cieusement et comment)
ce que ce dernier laissait partout derribre lui, sur une porte, un


L'Intemporel, a la place qu'il r6servait a Goya
(lire Le Dernier voyage d'Andr6 Malraux
en Haiti, par Jean-Marie Drot, 6galement le
r6alisateur de cette exposition au Mus6e du
Montparnasse).
Intemporel c'est le mot qui sied
Sle mieux a la peinture de Saint-Soleil.


Misere, douleur et gran-
deur ...
Et c'est aussi pour r6pondre a
notre question : qu'est-ce qui unit l'auteur
de La Condition humaine, Les Conqu6rants
et L'Espoir aux paysans gribouilleurs de
Soisson-la-Montagne ?
Malraux a voulu 6tre partout on
l'on se bat pour t6moigner de la misbre et
de la douleur mais aussi de la grandeur de
< la condition humaine >.
En Chine entre le terrorisme n6ces- Andr
saire pour secouer les consciences (Tchen)
et le professionnel de la lutte armne et grand
sorcier du pouvoir (Garine) sans qui pas d'atterrissage.
Toussaint-Garine face a son neveu rebelle Moise.
Pareil dans le maquis du Vercors (base de la R&-
sistance francaise a l'Occupation allemande).


Me alraux rencontrant en 1975 a Soisson-la-Montagne
les peintres paysans de Saint-Soleil
fille ? Aujourd'hui c'est Haiti qui revble Malraux a ses compa-
triotes. Jeunesse amnesique de partout, c'est le prix de l'Intemet
et de la globalisation.
Qui l'efit cru ? Ce ne sont pas les temples d'Angkor (au
Cambodge) qui 'ont immortalis6, car partie la plus troublante
de son experience de romancier, philosophe, homme politique
et aventurier de g6nie, mais un seul voyage dans les mornes
d'Haiti et peu avant sa mort.

Marcus, Haiti en Marche, 23 octobre 2009


Melodie


Matin
Sur




i o d ie
I 03.3 fm


www. radiomelodiehaiti. cor


Page 8


Production des peintres de Saint-Soleil











Par Guillemette Faure A cause de son parcours politique
George W. Bush s'est reddfinit en brave gars texan
Metis, le candidat democrate A la presidentielle aprbs avoir &te assimildk un 'l6itiste de Nouvelle-Angleterre'
est percu et se definit comme un Noir. DNcryptage d'une par son adversaire, lors d'une tentative rate d'etre l6u au Con-
specificit6 americaine. grbs, en 1978. De meme, Barack Obama apprendra d'un 6chec,
Barack Obama est nd d'une mbre blanche du apres sa campagne infructueuse pour 6tre elu repr6sentant au
Kansas et d'un pbre africain, venu, du Kenya, 6tudier aux Congrbs en 2000.
Etats-Unis. < II n'est pas noir, il est m6tis >>, nous 6crit
HYPERLINK "http://www.rue89.
com/2008/06/04/la-couleur-etoilee-de-
barack-obama"Molto sur un article
de Rue89.


Plusieurs d'entre vous avaient
d6ji fait la remarque. Pourquoi dit-on
de lui qu'il est noir ? Pourquoi vu
HYPERLINK "http://fr.youtube.com/
watch?v=HLg3QVytkxo"ses origines
ne dit-on pas qu'il pourrait 6tre le pre-
mier president m6tis aux Etats-Unis ?

Parce qu'Obama lui meme
se definit comme noir
Barack Obama rappelle sou-
vent que la famille de sa mere est
blanche et que celle de son pbre est
noir. Sa demi-sceur, nde du second
mariage de sa mbre avec un Indondsien
est elle aussi m6tisse.
Obama revendique son h6ri-
tage matemel, y a fait r6f6rence au
Kansas a plusieurs reprises en allant
notamment sur la tombe de son grand-
pbre, mais il n'emploie jamais le mot
< biracial > (m6tis) pour parler de lui.
< Un Noir avec un dr6le de nom, on
me donnait peu de chances >, 6crit-il
par exemple dans son livre a propos de
sa candidature au S6nat.


Parce que c'est ainsi que la society americaine le
definit
Il l'explique dans une interview a l'6mission 60 Min-
utes. Le joumaliste lui fait remarquer que, son pbre kenyan
ayant quitt6 le domicile quand il avait deux ans, il a grandi,
avec sa mere et ses grands-parents matemels, dans un environ-
nement essentiellement blanc.
< Aun moment, vous avez decide que vous 6tiez noir ?"
'Hd bien, je ne suis pas sir queje l'ai d6cid6... Je pense, vous
savez, que si vous avez l'air afro-am6ricain dans cette soci6t6,
vous 6tes trait en afro-am6ricain.


L'actrice Halle Berry, dont la mbre est blanche, a
estim6 que son Oscar 6tait une victoire pour toutes les femmes
noires. Le gouvemeur du Nouveau Mexique Bill Richardson,
m6tis latino et blanc, se considbre comme hispanique. A
l'inverse, en 1997, Tiger Woods s'6tait fait allumer aux Etats-
Unis en se qualifiant de 'Cablinasian' (rdsum6 de caucasian,
black, american indian, indian).
Si Barack Obama se disait m6tis, il pourrait don-
ner l'impression de rejeter sa part
noire, entend-on dans HYPERLINK
"http://www.npr.org/templates/story/
story.php?storyId= 17958438"cette
sequence de la chaine publique NPR
consacr6e i la question.
C'est l'h6ritage paradoxal de
la 'HYPERLINK "http://en.wikipedia.
org/wiki/One-drop_rule"one drop
rule' (rkgle d'une seule goutte), en
vigueur au d6but du XXe sibcle et
qui voulait que soit consid6rde noire
toute personne qui ait une goutte de
sang noir.
Dans une soci6td commu-
nautariste, les associations repr6sen-
tantes de groupes ethniques sont plut6t
opposes h 1'6tiquette 'm6tis', craignant
qu'elle ne dilue leur influence. On
s'en est aperqu lors du recensement
de 2000. L'administration, quijusque
1i demandait aux residents am6ric-


Saints de s'inscrire dans seulement
quatre groupes ethniques, a envisage
d'ajouter une casse 'multiracial' (md-
tis). Les associations noires s'y sont
pour la plupart opposes, craignant
que cela ne diminue leur poids dans
la soci6td.
Le President Barak Obama En guise de compromis,
HYPERLINK "http://www.census.
Son adversaire d'alors, Bobby Rush, un Noir et an- gov/population/www/socdemo/race/racefactcb.html"le re-


cien Black Panther, laisse entendre que c'est dans les livres
que Barack Obama, diploma d'Harvard, a appris ce qu'6tait le
mouvement des droits civiques et la s6gr6gation. Cette annde-
l1, Obama perd les elections de ce district de Chicago en ayant
gagn6 le vote blanc... mais perdu le vote noir. Il en tirera les
lemons et apprendra a cultiver lui aussi ses liens avec la com-
munaut6 noire -des 6glises aux associations- de Chicago.


censement de 2000 a propose plusieurs cases ethniques, et
autoris6 les personnes identifies a en cocher plusieurs, mais
sans qu'il n'y ait de case 'm6tis'. Autrement dit, aux Etats-
Unis on peut appartenir a plusieurs groupes... mais 'm6tis'
n'est pas une identity.
Malgr6 toutes ces explications, la remarque des in-
temautes reste trbs pertinente. Ce n'est pas parce qu'Obama a


Dany Laferriere repond a Proust

Vous ne pouvez pas le manquer, Dany Laferriere est partout

A la radio, a la television, dans les journaux


Sa rentree litt6raire eclipse celle de tous les autres. Au
pr6texte que son nouveau roman, L'6nigme du retour, a &te re-
tenu dans la premiere selection des prix Femina et M6dicis.
Un nouveau roman? Non, toujours le m6me. Celui
dans lequel il parle beaucoup de lui-m6me en prenant des
liberties avec la
verit&.
C'est l'histoire d'un type qui retoume dans son pays,


Pas besoin d'explication de texte. On se laisse porter
par le ricit. Et on en profite pour appr6cier la nonchalance de
l'auteur et la beauty du paysage.
Disant 6tre entibrement d'accord avec l'id6e que ce
livre n'a pas besoin d'etre expliqud, Dany Laferribre a accept
de rdpondre au questionnaire de Proust.
Q Le principal trait de votre caractere?
R. Cela depend du moment : fantaisiste, reveur ou


grave.


Q Votre principal d6faut?
R (aprbs une longue r6flexion). La liste est longue.
Celui que je vois : inapte au malheur.
Q Votre occupation pr6fere?
R. Rever.
Q. Votre r&ve de bonheur?
R. Ne rien faire, mais sans que cela ne d6range per-
sonne.
Q Quel serait votre plus grand malheur?
R (il r6fl6chit encore longuement). Ne pas pouvoir


Q La quality lire.
que vous desirez chez un (DANY/p. 13)
homme?

II-x I


Le romancier Dany Laferriere


Haiti, apres un long exil a Montreal.
Ce livre est celui d'un 6crivain paresseux : peine
300 pages, dont la plupart sont 6crites en haikus.
Ca se lit facilement. Ce n'est ni long, ni compliqu6.
Mais c'est vivant et exotique. Un r6cit oi il est question de
l'exil, de l'absence du pbre, du retour au pays, de la mbre et de
la soeur retrouv6es, de la parents, des amis, des connaissances
d'autrefois, de la faim, des humanitaires et des politiciens d'un
pays ravag6.
Bref, le r6cit d'un retour aux sources.


R. La spontandit6.
Q Chez une
femme?
R. La fraicheur.
Q Ce que vous
appr6ciez le plus chez vos
amis?
R. Qu'ils ne se croi-
ent pas obliges de penser a
moi.


1-800-9276059
aaqr -mEul~y~trt~r


Mercredi 28 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 40


Etats-Unis


Page 9


Barack Obama est-il noir ou metis ?


d6cid6 de pr6f6rer l'6tiquette noire a l'6tiquette m6tis que les
Parce que le metissage n'est pas valorise aux joumalistes doivent en faire autant.
Etats-Unis.


I I I





Mercredi 28 Octobre 2009
Page 10 Haiti en Marche Vol XXIII N0 40



MIAM5

ADVERTISEMENT FOR BIDS

PROJECT NAME: North Terminal A-B Anron Completion

PROJECT NO.: B732M ("Project")

Sealed Bids for the Project designated above will be received for and in behalf of Miami-Dade County, by the Office of the Clerk, in the Stephen P. Clark Center, Suite 17-202, 111 N.W. 1st. Street,
Miami, Florida, 33128 until 2:00 P.M November 30, 2009 or as modified by addendum, at which time all Bids will be taken to a room to be designated by the Clerk of the Board in said Stephen P. Clark
Center. Bids are to be submitted in two envelopes. Bids received after the time and date specified will not be considered. Envelopes A of Bids, containing only the Schedule of Intent Affidavit(s) will be
publicly opened and the names of the Bidders read aloud. Upon notification by the Department of Small Business Development, bidders may correct defects on the Schedule of Intent Affidavit(s) within
forty-eight (48) hours after bid submission. Envelopes B of Bids, containing all of the remaining bidding documents, from Bidders that have not been rejected as not responsive will be opened publicly
and read aloud forty-eight (48) hours after the bid submission date and non-responsive bids will not be opened. Bidders are invited to be present at each opening. The County reserves the right to postpone
or cancel the bid opening at any time prior to the scheduled opening of bids.
IN GENERAL THE WORK COMPRISES: Completion of the pavement in the A-B Apron area of the North Terminal Development Project. Work generally consists of concrete apron pave-
ment, passenger loading bridge foundations, sidewalks, guardrails, pavement markings, and three trash compactor foundations and utilities within the North Terminal area footprint.

BID DOCUMENTS: The Miami-Dade Aviation Department will make the Bid Documents available, on October 26, 2009, for inspection by individuals by appointment only, on business days
during the hours of 9:00 a.m. to 4:00 p.m. at Miami International Airport, Building 3030, Central Wing, Conference Room 4. Interested parties are to schedule an appointment to review the Bid Documents
through Maria Fernandez at 305-869-3343. The duration of each appointment will not exceed two (2) hours. However, the Department may schedule additional time slots (not to run consecutively with
the original appointment), if available. At the time of the appointment, and prior to any Bid Document review, interested parties will be required to present current, government issued, picture identifica-
tion (e.g., Driver's License, United States Passport), documentation that they are licensed architect, engineer, or contractor who may perform work on, or related to, the Project, and sign and notarize a
Confidentiality Affidavit certifying that the company and each authorized employee agrees, that in accordance with Florida Statutes 119.071(3)(b) and one or more of the following Florida Statutes,
281.301 and 331.22, to maintain the information contained in the Bid Documents as being exempt from the provision of Florida Statute 119.07(1) and 24(a), Article I of the State Constitution. In
addition, interested parties are advised that individuals will be monitored while reviewing these documents. Interested parties may take notes, however, no photographs and/or copying of the documents
will be allowed.

The Bid Documents can be purchased for $1175.00. Payment shall consist of:
Non-refundable Payment of $175.00 for each set of Bid Documents
Refundable Deposit of $1,000 for each set of Bid Documents

The non-refundable payment shall be by any type of check, or money order, only, and made payable to the Miami Dade Aviation Department. The refundable deposit must be by Cashier's or
Certified check only, and made payable to the Miami Dade Aviation Department. Each interested Bidder shall furnish an address, telephone and fax numbers, and email address for the purpose of contact
during the bidding process. A business card with all of this information will suffice.

Bid Documents may be purchased in person or by mail. To purchase a set of the Bid Documents in person, each purchaser must present a current
copy of government issued, picture identification (e.g., Driver's License)
copy of the architect, engineer, or contractor qualifier's license issued by the Florida Department of Business and Professional Regulation for the Bidder making the purchase
an original, notarized Confidentiality Affidavit signed by the licensed architect, engineer, or contractor.

Confidentiality Affidavits may be obtained in advance by downloading from HYPERLINK "http://www.miami-airport.com/html/bids.html" www.miami-airport.com/html/bids.html. Bid Docu-
ments may also be purchased by mail by sending a copy of the requisite identification, license, original notarized Confidentiality Affidavit, contact information, and checks along with a FedEx or UPS
billing account number to the place of purchase indicated below.
The Confidentiality Affidavit, non-refundable payment and refundable deposit shall be delivered to Maria Fernandez or designee, at Miami International Airport, Building 3030, Central Wing,
2nd Floor, Miami, Florida 33122. For purchases being made in person, the required documents shall be delivered between the hours of 9:00AM 4:00 PM, Monday through Friday. Upon payment and
verification of the required identification documents, the verified individual will be authorized to pick up the number of sets of the Bid Documents for which payment has been made. Only full sets of the
Bid Documents will be authorized for pickup.
All Bid Documents, including any copies made, shall be returned to the same location where they were purchased. All Bidders that timely return the Bid Document will have their deposit returned.
Those Bidders that purchase Bid Documents, but elect not to participate in the bidding process are also required to return all copies of the Bid Documents to the location of purchase. Failure to return the
Bid Documents and copies made to the location of purchase within five (5) working days after the Bid Due Date may be reported to a Law Enforcement Investigating Authority and will forfeit the deposit.
Furthermore, Bidders that fail to return Bid Documents shall not be allowed to participate in future Confidential solicitations until such time that the firm has taken corrective actions that are satisfactory to
Miami Dade County. The purchaser of the Bid Documents shall be required to certify that they have returned all original Bid Documents plus any copies and they have not retained any copies.
All bids must be submitted as set forth in the Bid Documents. The County reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and irregularities, or to re-advertise the Project. The
County, by choosing to exercise its right of rejection, does so without the imposition of any liability against the County by any and all bidders.

PRE-BID CONFERENCE: The Miami-Dade Aviation Department will hold a Pre-Bid Conference and Site Inspection on November 6, from 1:30 am to 4:00 pm at Miami International Airport,
Building 3030, Central Wing, 4331 N.W. 22 Street, Second Floor, Conference Room 1, for all interested parties. Attendance will be limited to two (2) representatives per firm. No other Site Inspections
will be provided by the Miami-Dade Aviation Department. It is the policy of Miami-Dade County to comply with all the requirements of the Americans with Disabilities Act (ADA). For sign language,
interpreter services, material in accessible format, other special accommodations, or airport-related ADA concerns, please contact the MDAD Office of ADA Coordination at (305) 876-7024.

COMMUNITY SMALL BUSINESS ENTERPRISE PROGRAM
Contract Measures for this Project is (are): 29%

COMMUNITY WORKFORCE PROGRAM
The Community Workforce Goal for this Project is: 11.5%

BID GUARANTY: Each Bid must be accompanied by a Bid Guaranty of not less than five percent (5%) of the Total Bid in a manner required by the Instructions to Bidders. No Bid may be
withdrawn after the scheduled closing time for the receipt of Bids for a period of one-hundred and eighty (180) days. The County reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and ir-
regularities, to reject all bids, or to re-advertise for Bids.

BID IS SUBJECT TO THE FOLLOWING PROVISIONS AMONG OTHERS:
1) The Miami-Dade County Responsible Wages Ordinance.

2) The Provisions in reference to the timetables for minority and female employment participation, expressed as a percentage, for the Contractor's aggregate work force in each trade on all con-
struction work in the covered area, as follows:

Timetables Goal for minority Goals for female
Participation for each Participation for
From 4/01/81 trade in Miami-Dade County each trade
Until further notice 39.5 % 6.9 %


As used in this Notice, and in the Contract resulting from this solicitation, the "covered area" is Miami-Dade County, Florida. These goals are applicable to all Contractor's construction work
(whether or not it is Federal or Federally assisted) performed in the covered area.

3) The "Equal Opportunity Clause" and the "Standard Federal Equal Employment Opportunity Construction Contract Specifications" as set forth in the Contract Documents.
The Contractor's compliance with the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-4 shall be based on its implementation of the Equal Opportunity Clause, specific affirmative action
obligations required by the specifications set forth in 41CFR 60-4.3(a), and its efforts to meet the goals established for the geographical area where the Contract resulting from this solicitation is to be
performed. The hours of minority and female employment and training must be substantially uniform throughout the length of the Contract, and in each trade, and the Contractor shall make a good faith
effort to employ minorities and women evenly on each of its projects. The transfer of a minority or female employee or trainee from Contractor to Contractor or from project to project for the sole purpose
of meeting the Contractor's goals shall be a violation of the Contract, the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-4. Compliance with the goals will be measured against the total work hours
performed.
The Contractor shall provide written notification to the Director of the Office of Federal Contract Compliance Programs within ten (10) working days of award of any construction subcontract
in excess of $10,000 at any tier for construction work under the Contract resulting from this solicitation. The notification shall list the name, address and telephone number of the Subcontractor; employer
identification number of the Subcontractor; estimated dollar amount of the subcontract; estimated starting and completion dates of the subcontract; and the geographical area in which the Contract is to be
performed.

4) Miami-Dade County has enacted an ordinance governing utilization of certified Community Small Business Enterprise (CSBE) Subcontractors. Requirements for compliance with this ordinance
are contained in the Contract Documents.

5) Pursuant to Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t), a "Cone of Silence" is imposed upon RFPs, RFQs or bids after advertisement and terminates at the time the County Manager issues
a written recommendation to the Board of County Commissioners or a Notice of Contract Award Recommendation, whichever comes first. The Cone of Silence prohibits communications regarding RFPs,
RFQs or bids between potential vendors, service providers, bidders, lobbyists, or consultants and the County's professional staff, including but not limited to the County Manager and the County Manager's
staff. A Cone of Silence is also imposed between the Mayor, County Commissioners or their respective staffs and any member of the County's professional staff including, but not limited to, the County
Manager and the County Manager's staff.
The provisions of Miami-Dade County Code Section 2-11. 1(t) do not apply to oral communications at pre-bid conferences, oral presentations before selection committees, oral communications
with the Contracting Officer, as published by the Department of Small Business Development in their weekly Cone of Silence Project Information Report, for administering the procurement process, Contract
negotiations during any duly noticed public meetings, public presentations made to the Board of County Commissioners during any duly noticed public meeting or communications in writing at any time
unless specifically prohibited by the applicable RFP, RFQ, or bid document. Bidders or proposers must file a copy of any written communication with the Clerk of the Board, which shall be made available
to any person upon request. The County shall respond in writing and file a copy with the Clerk of the Board, which shall be made available to any person upon request.
In addition to any other penalties provided by law, violation of Miami-Dade County Code Section 2-11.l(t) by any bidder or proposer shall render any RFP award, RFQ award, or bid award void-
able. Any person having personal knowledge of a violation of this Ordinance shall report such violation to the State Attorney and/or may file a complaint with the Ethics Commission. Bidders or Proposers
should reference the actual Ordinance for further clarification.

6) The County shall not be responsible for any modifications or alterations made to the Bid Documents or to the Contract Documents other than those made by Addendum, Change Order, or Work
Order. Any purchase of partial sets of documents shall be at the purchaser's risk.

7) Pursuant to Miami-Dade County Code Section 2.8-1 (d), a Bidder shall have on file, prior to contract award a duly executed Uniform County Affidavit with the Miami-Dade County Depart-
ment of Procurement Management (DPM), to be maintained with the bidders vendors registration file. The Bidder is responsible for obtaining the Vendor Registration Package, including all affidavits by
downloading from the DPM website at www.miamidade.gov or from the Vendor Assistance Unit at 111 N.W. 1t Street, 13th Floor, Miami, Florida 33128, (305) 375-5773.




Mercredi 28 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 40


per no -Gr-e clAt *
* La 1 wot Barri
Drtignu Ive Am A*
* La Prikt E1hi ide Pftdl
Tb idMinn dt IiOr"


pour ks ctmtsI


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Projet
* Economie et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouvernance
Dipl6me en :
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance


Contactez nous:
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, WI.
www. cfdehaiti.com
Par courriel: Administration(@CDFEHaiti.com
GBrunet@CFDEHaiti. cor
Par telphones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575


VISION MORTGAGE BANK, INC


EVENS HILAIRE
Loan Consultant

12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


wea emzmu


HACEPA
The Haitian American Center
for Economic and Public affairs
Together with
ABICC -The Association of Bi-
National Chambers of Commerce
Cordially invite you to a
Business Mission to HAITI
Join us and discover the land of unique business
opportunities Ninety minutes flight from Miami
From Wednesday, November 4, 2009
to Saturday, November 7, 2009
Cost: $685.00
Includes: Airfare with American Airlines, 3 hotel
nights, ground transportation, transfers, and
meetings with the private and public sectors
Deadline for reservation and payment
October 10, 2009 (Limited space available)

Registration fee: $50 payable to HACEPA
For payment, please send a check to HACEPA
to the following address:
1970 N.W. 180 Street, Miami Gardens FL 33056
For further information, call:
J.C. Cantave to 305-623-1979
or by e-mail to jccantave@haititradecenter.com
Haiti is looking for investors and partners
in the following sectors: Communication -
Transportation Manufacturing Public Health
- Agro-Business Infrastructure Tourism Real
Estate Development Trade


PERTE D'UNE PLAQUE D'IMMATRICULATION
La plaque d'immatriculation # IT 0757 a ete perdue
dans la ville de Saint Marc. Cette annonce est
pour degager son proprietaire de toute responsabilite
dans l'utilisation malhonnete qui pourrait en etre faite.


La voiture detentrice legale de cette plaque
appartient a l'Eveche des Gonaives.'








"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 11


14a4-


biM L ul H sIL M












Miami Florida, 33160-0673
Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction







de Documents etc.
Miari Florida, 33160-0673

Aussi un service de traduction
de Documents etc.





Mercredi 28 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 40


SLugubrer


o ... Le nom franqais lugubre encore nos contrtes

Acte de 1 'Independance, Boisrond Tonnerre

Chers amis lecteurs, je dois avouer que, du G6ndral
Boisrond-Tonnerre, le r6dacteur de << 'Acte de l'Ind6pendance
d'Haiti >, A qui l'on considere le premier des 6crivains < hai-
tiens ,je n'en connaissais la < fougue > que grice A sa d6cla-
ration, qui a traverse l'histoire d'Haiti tout en marquant l'esprit
r6volutionnaire de notre pays. Cette fameuse declaration :
<< Pour rtdiger cet acte, il nousfaut la peau d'un blanc pour
parchemin, son crdne pour dcritoire, son sang pour encre et
une batonnette pour plume , qui continue A montrer au monde
le caractre indomptable de l'Haitien, n'ajamais &tt utilis6 A
ce qu'elle devait servir : faciliter la valorisation de l'Haitien
dans un environnement d6gradant et bas6 sur l'exclusion ou
l'exploitation des plus faibles (6conomiquement, socialement,
politiquement).
Chers amis lecteurs, durant mes 6tudes primaires, A
chaque fois que l'on r6p6tait ce texte, on se sentait < Haitien ,
de la tete aux pieds et des pieds A la tete. Le texte complet de
la declaration cependant, je ne l'appris que plus tard. Beau-
coup plus tard. Je me sentis alors frapp6 par cette utilisation
du mot < lugubrer > : ... le nom franqais lugubre encore nos
contrtes. Le mot << lugubrer > tvoquant alors la grande tristesse,
la desolation qui empreignait nos contries. Et, j'imagine qu'A
l'6poque, effectivement, la presence simultan&e, sur le meme
territoire, des victimes et des bourreaux, devrait 6tre terrible.
En r6alit6, l'histoire nous facilite une profusion d'exemples
de ce genre. La Palestine. Le Kosovo. L'Afrique du Sud. Les


Etats-Unis. Et ainsi, l'ensemble des anciens pays colonists,
qui peinent A sortir, encore aujourd'hui, des affres du sous-
dtveloppement. Autant de cas lugubres qui ont sem6 le deuil
et traumatis6 des millions d'6tres humains. D6passer la phase
de la << lugubrit >>, sublimer cette tape pour mieux dire, est la
seule voie permettant d'aller de l'avant. Plus de deux centaines
d'anndes apres, le < franqais > n'6tant plus 1l, c'est la mis&re
qui < lugubre > notre pays, c'est la presence de la MINUSTHA
et l'absence de volont6 de transformation de notre part qui
<< sinistrent >> notre vie.
Enfin chores amies lectrices et chers amis lecteurs,
en pensant au mot << lugubrer >>, j'ai voulu observer, ces deux
dernires semaines, ce qui se passait dans le paysage urbain
de notre < R6publique de Port-au-Prince >>. Les modifications
dans le < d6cor urbain >> s'oprent A un rythme incroyable.
La naissance d'espaces habits de facon irr6gulire en est un
exemple. Ils apparaissent A la disparition de la fume d'une
<< charbonnitre >. En r6alit6, ce type de fumre, cette colonne
de fume dans la montagne, indique d'abord la fabrication de
charbon de bois et ensuite l'utilisation de la < zone am6nag6e >
pour la construction d'un espace d'occupation ill6gale, et de
1a, l'amplification d'une zone bidonvillis6e en montagne. II
y en a encore plus d'exemples qui < lugubrent > le paysage
urbain. Il s'agit par exemple les fabriques de blocs presses,
sur les trottoirs, les banques de borlette, sur les trottoirs et,
maintenant, les < salons funmraires >. Toujours sur les trottoirs.
Quelle borlette !
Quelqu'un l'abrillamment d6crit. De cette guise: Les
entreprisesfundrairespoussent comme des champignons dans
la region mdtropolitaine, et ce, dans le plus grand dtsordre. On


les appelle un peu pompeusement des entreprises de pompes
funebres. Dans lesfaits, ce qu 'elles offrent comme service se
limite a la vente de cercueils et de produits d'ornement. Sans
chambrefroide, ni salle d'exposition appropriate, les pretendues
entreprises fundraires qui foisonnent a Port-au-Prince sont
dtpourvues de toutes les structures ndcessaires aufonctionne-
ment d'une telle entreprise. Souvent sans permis, elles offrent
des services mortuaires a des prix excessifs, au su et au vu des
autoritts municipales.
Alors que les autoritts s'enferment dans un mutisme
obstind, les entreprises fundraires continuent de pousser
comme des champignons dans la region mdtropolitaine, par-
ticulierement a Port-au-Prince. Des champignons trop souvent
venimeux.
Chers amis, ces salons hors norme, correspondent-ils
A une demande de la society ? Et le Minist&re de la Sante et
de l'Hygiene publique, n'a-t-il pas son mot A dire ? Peut-on
penser A un pays fonctionnant A cette allure, << foutant > en
'air tout ce qui est indispensable A la vie citoyenne ? Je dirais,
chers amis, qu'il faut absolument en finir avec ces < salons >
qui << lugubrent > le paysage urbain du pays et << morosent >
l'esprit du peuple. Il nous faut un peu plus de respect pour
nos morts et un peu plus de d6cence face aux vivants car la
zombification de notre society peut tre alors inevitable.

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Octobre 2009


Conflits de devoirs autour de la rencontre de Santo Domingo
Par Leslie PNan secretaire general du Parti Unifi6 des Communistes Haitiens (PUCH) vent du meme cote parce que leurs interets respectifs convergent
n'avait-il pas utilise les arguments del'UDEH pour accuser PaulDenis a un moment precis. On l'a vu en Republique Dominicaine quand
Soumis 4 AlterPresse le 12 octobre 2009 << de livrer a la police dominicaine des exiles haitiens et des membres Balaguer et Bosch s'allient pour bloquer Pefia Gomez en 1994 et
La rencontre de Santo Domingo d'aoit dernier a-t-elle du PUCH >>. Ce n'est done pas de nos jours que des divergences 1996. Ces deux cas precis dans lesquels il y a eu des pactes signs
porte prejudice aux Haitiens vivant dans ce pays ? Pour certains, la politiques aboutissent a des << chirepit>> de grande envergure. Qu'on n'ont rien a voir avec la presence pendant une heure de personnalites
;ommunaute haitienne en Republique Dominicaine a un contentieux se refere a la lettre du 21 avril 1979 adressee par 1'UDEH au general de la droite ultra-nationaliste dominicaine dans une rencontre de
ivec la droite ultra nationaliste dominicaine. Dans cet entendement, Virgilio Payano Rojas, chef de la police dominicaine, denonCant alors trois jours de democrats haitiens cherchant une voie de sauvetage
es panelistes haitiens qui y etaient presents n'auraient pas du accepter << les exiles Lafontant, Denis, Charlemagne, Joseph Pierre du Centre pour Haiti. Mais en politique de chen manje chen, quand il s'agit
L'ecouter les discours de cette droite quelqu'en soit le contenu. des Refugies Haitiens situe a la rue Sanchez au km 9 2 >>. de crucifier l'adversaire, on fait feu de tout bois. Face a la critique
Admettons un instant que ces preoccupations soient legi- Les luttes fratricides pour le pouvoir (dans une commu- qui presente le message de mise en garde aux Haitiens de Pelegrin
imes et n'aient rien a voir avec les ti dif boulk de gens toujours prets naute, dans un groupe, etc) sont done monnaie courante dans certains Castillo comme un epouvantail des milieux racistes dominicains,
I voir la puce sur le dos de l'elephant au lieu de l'elephant lui-meme. milieux de l'opposition haitienne depuis belle lurette. Et quand ce Charles Shapiro, coordonateur principal des initiatives economiques
Abordons-les avec l'attention qu'elles requierent, en mettant de cote passe n'est pas connu, les memes erreurs se repetent avec chaque fois au Departement d'Etat americain, a encore reitere le 2 octobre 2009
lu'elles puissent refleter des luttes de personnes pour le leadership des consequences plus lourdes au niveau de la confiance actuelle et la necessity pour la Republique Dominicaine dejouer un role dans la
plans un espace donne. Proposons de les traiter avec l'arme de la raison future entre les protagonistes. Le resultat des courses de cette lutte solution du problem haitien.
cientifique tout en tenant compte des emotions qu'elles soulevent. fratricide en Republique Dominicaine sera l'expulsion de Paul Denis Les propos de Charles Shapiro ont relance les debats dans
'our ce faire, nous parlerons d'abord des chirdpitet de la division dans et de Robert Moise de la Republique Dominicaine en 1979 et le re- la presse dominicaine sur l'opportunite de faire un seul pays de la
es communautes haitiennes. Ensuite, nous discuterons d'un modele foulement de Guy Gilbert a l'aeroport LasAmericas la meme annee, Republique Dominicaine et d'Haiti. Pour avoir trafique avec tous
Le reference dans les relations haitiano-dominicaines. Enfin, nous suivis des arrestations et emprisonnements du professeur Clarel Eliard les dictateurs haitiens et voulant se laver les mains, les pressions de
raiterons des conflits de devoirs dans des situations complexes. et de Louis Samuel Roche, ce dernier, un vieux militant qui a lutte l'empire montent pour que ce soit la Republique Dominicaine qui
aux cotes des forces nationalistes du colonel Caamafo en 1965 contre prenne en charge le chaos haitien. Les ultra-nationalistes dominicains
Les chirepit l'invasion americaine. On remarquera que cette repression eut lieu a refusent cette option et n'y voient pas qu'un simple fantasme de la
Les chirdpit dans les communautes haitiennes sont des un moment ou le Parti Revolutionnaire Dominicain (PRD) etait au communaute internationale. Oscar Medina, un editorialiste dominicain
iffaires courantes. Qui font l'affaire du statu quo. Qui minent la pouvoir sous les gouvernements d'Antonio Guzman et de Salvador duListinDiario condamne le president LeonelFemandez a la poubelle
;onfiance deja faible entre les Haitiens ou qu'ils se trouvent. Qui Jorge Blanco mais ne controlait pas necessairement tous les rouages de l'histoire s'il accepte de prendre ce chemin trace par la communaute
Eloquent le renouveau. Les chirepitsont lamaterialisation de la culture de la police secrete. C'est justement suite a ces incidents que Jean internationale. Plus que jamais, les perspectives d'avenir dans les
:sclavagiste de bacoulou et de ticouloutes qui fait que souvent les Valme, chef de la police politique duvalieriste et Roger Lafontant relations entre les deux pays qui se partagent l'ile de Quisqueya sont
)artenaires sociaux agissent en anticipant toujours la ruse de l'autre, concocterent le fameux document << Operation Survie 1982 >> dans a l'ordre dujour. La presence des forces armies de la MINUSTAH
joutant done une difficult de taille a un reel deja bien complexe, lequel ils firent le tri des forces politiques dominicaines en s'appuyant est-elle un ballon d'essai pour jauger l'indifference reelle du peuple
?our eviter la mort. Prenons un exemple dans un passe recent en sur les forces armies considerees comme << le vieil ami >>, puis sur le haitien face a un tel projet ? Oudoit-on penser que la MINUSTAH vue
tepublique Dominicaine. gouvernement comme << allied provisoire et honteux >>, mais contre le par certains comme une simple gesticulation actuellement donnerait
I1 faut etre sans illusions sur la capacity de nuisance des pouvoir legislatif et judiciaire presented comme << un corps negatif>> naissance a une resistance organisee au cas ou il y aurait carrement une
uttes intestines. On se rappelle celles de l'annee 1979 entre Paul et enfin contre la presse declare << l'ennemi >>. Le gouvernement tutelle dominicaine ? L'Etat haitien a-t-il les penseurs pour conduire
)enis, Gerard Lafontant d'une part et l'Union Democratique des Emi- duvalieriste voulait alors peser de tout son poids pour empecher la un tel debat avec la Republique Dominicaine en orientant les rapports
rants Haitiens (UDEH) a Saint Domingue d'autre part. Les seconds victoire du PRD et encore moins celle du PLD de Juan Bosch aux de deux pays vers une integration harmonieuse et planifiee, a l'image
illaient plus loin que les etats d'ame des protagonistes d'aujourd'hui. elections du 16 mai 1982. Le document duvalieriste envisageait meme de l'integration franco-allemande ? Le silence haitien sur ces ques-
ielon le document expedie a Amnesty International par les Comites 1'elimination physique du leader du PLD, Juan Bosch, le soutien tions contraste avec la denonciation faite par le chancelier dominicain
Haitiens d'Action Patriotique Charlemagne Peralte et Machate, le financier a la candidature de Joaquim Balaguer, ainsi que la surveil- Carlos Morales Troncoso de la declaration qualifiee d'ingerence du
lance de la frontiere en soudoyant president americain Carter sur le projet binational d'eradication de la
des membres des forces armies malaria et la migration haitienne en Republique Dominicaine. A ce
dominicaines et des journalistes moment ou les rapports haitiano-dominicains dominent l'actualite,
de la presse parlee et ecrite etantdonnel'irresistiblemouvementdesHaitiens aallerdel'autre cte
dominicaine. On le voit bien, les de la frontiere pour chercher la vie, il y a des references peu connues
forces r6actionnaires haitiennes dans les rapports entre les deux pays qui meritent qu'on s'y arrete.
donnent la main a leurs confreres Cela nous amene a revisiter les rapports entre Geffrard et Luperon.
P Plu Bake I) de l'autre cote de 'ile. L'histoire a donne raison aux quatorze exiles dominicains
SPlus Bakery, I en Haiti qui recurent l'aide logistique et materielle du gouvernement
NATURAL JUICE Le module de re- deGeffrarden 1863 pour demarrer la lutte armee contrele gouveme-
ference Geffrard/Luperon ment collabo de Pedro Santana avec l'Espagne. Le patriote dominicain
11638 NE 2nd Ae. Calenng Specialats dans les relations haitiano- Gregorio Luperon n'avait pas hesite a recevoir de l'aide du president
M iami, FL 33160 Cakaes, Pasiries, H1rs d'Oeur dominicaines Fabre Geffrard pour affronter le general Pedro Santana qui avait
I. 5- 343 118 f6or O a Dans les luttes poli- place la Republique Dominicaine sous le protectorat de l'Espagne
S 5-39 118 or al ccas s tiques, des adversaires se retrou- en 1861. Ce sera l'attaque de Santo Domingo et le cri de Capotillo


of le drapeau dominicain sera hisse le
16 Aoit 1863, allumant cette etincelle
de la liberty qui sera definitivement
conquise en 1865.
Des haitiens comme le colo-
nel Ernst Roumain, aide de camp du
President Geffrard, ainsi que des mem-
bres du corps d'eliteLes Tirailleurs, ces
francs-tireurs de Geffrard, lutterent les
armes a la main aux cotes des forces
patriotiques de Luperon, Jose Maria
Cabral et Juan Pablo Sanchez contre
les collabos dominicains. Duracine
Pouilh, directeur du journalL 'Opinion
Nationale, mit ses presses a la disposi-
tion des patriotes dominicains pour
imprimer leurs pamphlets et tracts et
meme fabriquer le papier-monnaie dont
ils avaient besoin. Sans compter ce
(DEBAT/p. 13)


Page 12


1
c
a
l
d

t



s
I
1
le
d
tr



a
c
b
I;
e



II
a
IP
R

l
g
a
S


The Miami-Dade Board of County Commissioners, through the efforts of Commissioner

Barbara J. Jordan, has allocated $1.2 million for the rehabilitation of single-family home

in Opa-locka through the Opa-Locka Home Rehabilitation Program. Homeowner may

qualify for up to $30,000 to repair roofs, electrical and plumbing systems, replace

windows, doors, air conditioning units, flooring and kitchen and bathroom fixtures.



For more information on how to take advantage of this opportunity, contact the Opa-

Locka Community Development Corporation at (305) 687- 3545 extension 236 or you

may visit our office at 490 Opa-Locka Blvd. Suite 20, Opa-Locka, FL 33054.





Mercredi 28 Octobre 2009 _ __ ____ ]
Haiti en Marche Vol XXIII N' 40 GRANDSHAITIENS


JACQUES ROUMAIN ET SON EPOQUE


Le cindaste haitien, Arnold Antonin, vient de consa-
crer un excellent long-m6trage au romancier, ethnologue, poete
et homme politique Jacques Roumain dont le souvenir, grice
a ses 6crits, est encore vivace parmi les intellectuels du Tiers-
monde.
Antonin, a travers r6cit, interviews, reconstitution du
milieu dujeune Jacques et commentaires a pr6sentW avec une
6tonnante 6conomie de moyens, une image v6ridique dujeune
homme et de l'adulte dans un ensemble de portraits datant
de son enfance jusqu'a ses dernires anndes, t6moignage de
plusieurs membres de sa famille, le tout appuy6 sur les propos
de ceux, parents et amis qui l'ont aim6, appr6cid, soutenu.
L'action de Jacques Romain tant en Haiti que dans les
autres pays oi il a sojourn : Belgique, Cuba, France, Espagne,
Etats-Unis, Mexique, a &t remarquable. Elle a rayonn6 d'abord
dans les milieux patriotiques cons6cutifs a l'occupation am6-
ricaine et ensuite parmi les intellectuels de gauche du monde
occidental grice a sa vaste culture, puis dans les cercles savants
oi il a 6volu6 apres de brillantes 6tudes.
Jacques Roumain a, cependant, &te avant tout un mi-
litant brave, actif et sincere, ce qui lui a valu maints d6boires
et des emprisonnements successifs, mais aussi de nombreux
amis en Haiti et hors d'Haiti, dont la fid&lit6 ne s'est jamais
d6mentie.
En Haiti, on peut d'abord citer la majority des fon-
dateurs du PSP et parmi des citoyens moins connus, l'ancien
directeur du P6nitencier National, nomm6 D6chesseaud Ba-
guidy. A New York, Jacques faisait pour ainsi dire partie de la


famille de Lucas Pr6mice, l'un des promoteurs du syndicat de
la fourrure, patriote fougueux.
La culture litt6raire de Jacques Roumain 6tait vaste
et profonde car en dehors de ses langues maternelles, creole et
francais, il connaissait sije ne me trompe l'allemand, l'espa-
gnol et l'anglais. II avait lu la plupart des 6crivains socialistes
et, semble-t-il, tous les marxistes. Ce n'est pas 6tonnant si les
nouvelles oi il a fait un tableau incisif des travers de la bour-
geoisie nationale demeurent des modules du genre. Quant a son
roman, lequel met en scene des personnages repr6sentatifs de la
paysannerie de son temps ainsi que ceux d'un avenir possible,
il 6meut toujours le lecteur qu'anime la foi dans l'humanit6.
Notons en passant son superbe travail sur la langue dans la-
quelle les vieux termes francais sont utilis6s pour lui assurer
une resonance creole pleine de fraicheur.
La pol6mique avec le Pbre Froisset a beaucoup
contribu6d a clairer les gens de bonne foi en ce qui a l'6poque
concemait les d6crets d'un clergy ignare. Heureusement, la
thdologie de la liberation nous a, depuis, dot6 de pr6tres plus
ouverts au progrbs et plus proches des croyants de toutes ob6-
diences.
II faut voir ce film 6mouvant et accrocheur malgr6
ses 2 heures, en DVD et si possible sur grand 6cran I1 faudrait
le presenter a la diaspora des Etats-Unis et du Canada. I1 est
certain qu'il y serait appr6cid a sa valeur
Ghislaine Charlier
Port-au-Prince le, 17 aouit 2009


Le romancier Jacques Roumain


Dany Laferriere repond a Proust


(... suite de la page 9)
Q Que voudriez-vous ktre?
R. Un homme sans quality comme ily en a plein dans
mon village natal, juste un homme.
Q Le pays ou vous desireriez vivre?
R. Petit-Goave.
Q La couleur que vous pr6efrez?
R. Jaune.
Q La fleur que vous aimez?
R. Le laurier.
Q L'oiseau que vous preferez?
R. L'oiseau-mouche et le rossignol. L'un a lair trbs
6nerv6 et l'autre chante.
Q Vos auteurs favoris en prose?
R. Borges, naturellement, Diderot, Tanizaki, Boulga-
kov, Bukowski, Salinger, Jacques St6phene Alexis.
Q Vos poktes preferes?
R. Aragon, Davertige, Miron, Garcia Lorca, Apol-
linaire.
Q Vos heros favoris dans la fiction?
R. Fabrice Del Dongo, Le Prince Genji, Holden
Caulfield.


Q Vos heroines favorites dans la fiction?
R. Je n'en vois pas. C'est tris difficile, il faudrait que
j'y r6fl6chisse.
Q Vos compositeurs pr6feres?
R. Aucun.
Q Vos peintres favoris?
R. J'aime beaucoup la peinture primitive haitienne
: elle est courageuse, g6ndreuse et pr6sente une r6alitW trans-
figurde.
Q Vos heros dans la vie rielle?
R. Toussaint Louverture, Gandhi.
Q Vos heroines dans l'histoire?
R. Marie-Jeanne, une sorte de guerribre durant la
guerre d'ind6pendance d'Haiti.
Q Vos noms favoris?
R. Je dirai Alexandra, Sarah et Melissa. Ce sont les
noms de mes trois filles.
Q Ce que vous detestez par-dessus tout?
R. L'6goisme.
Q Les caracteres que vous meprisez le plus?
R. La lichet6, la trahison, l'abus de confiance.
Q Le fait militaire que vous estimez le plus?


R. Durant la dernibre bataille de la guerre
d'ind6pendance d'Haiti, le 18 novembre 1803 a laville du Cap,
Capoix-la-mort a tenu en 6chec les troupes de Rochambeau.
Q La reform que vous admirez le plus?
R. C'est la d6s6gr6gation des 6coles aux Etats-Unis
en 1954. Et l'Edit de Nantes.
Q Le don de la nature que vous voudriez
avoir?
R. La s6r6nit6 des grands arbres.
Q Comment aimeriez-vous mourir?
R. Est-ce que c'est possible de ne pas mourir?
Q. Etat present de votre esprit?
R. Serein.
Q Les fautes qui vous inspirent le plus
d'indulgence?
R. Les fautes dues a l'ignorance.
Q Votre devise?
R. C'est une phrase de Montaigne : je ne fais rien
sans gaiet6.
DANY LAFERRIERE. L 'enigme du retour, Boreal,
296pages


Conflits de devoirs autour de la rencontre de Santo Domingo
(DEBAT... suite de la page 12) des d6mocrates car ces demiers ont confiance dans la conscience. anti-haitien de certains Dominicains est appele a disparaitre ds que
ormidable appui diplomatique que souligne Price Mars et qui permit, Les transformations int6rieures sont toujours possibles pour arriver les choses changent en Haiti. Et ce sera l'harmonie originale et agre-
I travers les informations foumies par le diplomate haitien Thomas a cette maturity n6cessaire et cette sagesse pour propulser Haiti dans able des deux peuples avec leurs artistes exposant ensemble comme
vadiou, accredited alors en Espagne, de trouver une porte de sortie au un autre cheminement hors de l'horreur qui fait fuir ses enfants. Le ce fut le cas avec Fravrange Valcin II etAda Balcacer au Coral Gables
youvemement espagnol ayant deja perdu plus de dix mille hommes pari du d6veloppement en Haiti peut etre gagn6 afin que les Haitiens Museum a Miami en 1984 ou encore avec leurs 6crivains Edwidge
n quatre ans de guerre contre les patriotes dominicainsutilisant Haiti trouvent du travail chez eux. Alors, non seulement les Haitiens de Danticat et Junio Diaz en 1999 d6nonCant ensemble dans le New York
omme leur base arriere. Saint Domingue viendront y chercher du travail, mais les officiels Times la guerre aux travailleurs haitiens faite par le gouvernement
La solidarity des Haitiens avec les Dominicains avait Dominicains viendront n6gocier avec le gouvernement haitien pour dominicain ou enfin avec l'exposition << courants chauds > en juin
rovoqu6 la riposte de l'Espagne. L'ultimatum de l'amiral Rubal- avoir de la main d'euvre hatienne qui fait dfaut. Le conditionnement (DEBAT / p. 14)


cava en 1861 nous imposa le salut de 21 coups de canon au drapeau
espagnol et le paiement d'une indemnity de 200,000 piastres fortes,
somme qui fut finalement r6duite a 25,000 piastres apres n6gociation.
La haute diplomatie d'un Boyer Bazelais sera mise a contribution
pour 6pargner Haiti d'un autre affront de ce genre, sauver la face a
l'Espagne et mettre fin au bain de sang a 1'Est. Luperon etait realiste
et ne reprocha pas a Fabre Geffrard son role anterieur de comman-
dant des troupes haitiennes lors des les invasions de Soulouque en
Republique Dominicaine. Luperon organisa la resistance dominicaine
et ainsi restaura l'ind6pendance de son pays en 1865, << ayant pris
conscience de la n6cessit6 de l'unite dominico-haitienne pour pouvoir
atteindre l'objectif de la d6route et de l'expulsion de l'arm6e espag-
nole >. D'ailleurs, Luperon paya sa dette a notre pays en luttant avec
d'autres dominicains les armes a la main a Jacmel et aux Cayes en
1868 aux c6ots des forces anti-annexionnistes haitiennes de Nissage
Saget contre le gouvernement populiste de Sylvain Salnave et en les
approvisionnant avec sa goelette << Concepcion en vivres, armes et
munitions des Iles Turques, de Cuba et de Saint Thomas.

La confiance dans la conscience pour lire les situations
complexes
Les sch6mas mentaux d'appr6hension du reel doivent etre
revises. Il n'y a pas contradiction entre vouloir changer les choses en
Haiti pour que les Haitiens y vivent avec espoir d'une part et aider la
diaspora haitienne en Republique Dominicaine a obtenir le respect de
ses droits humains d'autre part. Le devoir civique et le devoir com-
munautaire ne sont pas n6cessairement antinomiques. La rencontre
de Santo Domingo organisee par la << Ligue des pasteurs haitiens
resident en Republique Dominicaine > et Rudy Boulos apporte un plus
aux 6tudiants haitiens et aux membres de la communaut6 haitienne
locale qui y ont assist. Ils ont vu et entendu un message d'avenir :
la possibility pour des Haitiens de tendance politique different de
se r6unir et de discuter cordialement sur les voies et moyens pour
faire d'Haiti un point d'attraction. C'est une victoire d'abord sur
tous ceux qui disent que les Haitiens ne pourront jamais s'asseoir
ensemble. C'est une victoire ensuite sur cette loi du talion qui moule
notre comportement de chen manje chen. C'est une victoire enfin sur
notre barbarie int6rieure.
La machine a faire du mal en Haiti a pris un coup avec
cette rencontre qui gene plus d'un dans leur sommeil. Ceux qui ne
'ont pas compris auront toujours une chance de redemption du cote


8772 NJ 2 EM meA AvenueL

T1: 305 757 4915


FADKIKJ VARIETY STORE

LB MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
SRception de paiemeant ipr Bel South, FPL GAZ, CABLE TV,
DBEL MOBcILTY er est.c.e.
- Canaectian MlMph niq&ue ch&ez vous...


Ouvert

6 Jours

par

semaine:

Sh30 am



7W3Opm






% al4 casi la
* Iurc1gr-urn 8
*C uld &I
lu tiew
* oe P r an>spi~ i ih


/ltk, F:inari e,. Anfi xait)
* Vkio't d1 ill itk, Amn6scxams, Dosuiimnuiae. )ram
* Prtdit de bault


Page 13


f
a


c

p





Mercredi 28 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 40


Allez de SERVIE a GUEBRE, en utilisant des mots du du vocabulaire
frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


IIS |E RV I I E|


u FQGH(KR
H TAX TRA
HRP
E E
I GL ORFM
n AURN
A LO I K I K L
a NGESKY
0 PE ELY I E
(n ODUBOELA
C OAFUH
o HH I S
'- DET
- LV VS
H 8E I Lu
H k' D o


URQQKMY LyRLD
GERI NM D
CAE MG NA A
MRl F 1 /f/T 1F -T I it-^


ri nM Oi v T II


F Q F
Sgi~~ UNEp^VEB
XROC TH L
N WTACUOY)ZJ
M F W-IFQ O F RA n


IOTPIT/ WAI Y YI UI V 0 N R


UQZR It I RTYDI ANAFALLAGAI lJ
I Want You Back ABU III Be I here Got to Be There I Wanna Be Where You Are Ben -
Dancing Machine Enjoy Yourself- Ease on Down the Road You Can't Win -
Shake Your Body- Rock with You Offthe Wal She's out of My Life- Sunset Driver Lovely
One This Place Hotel- Bad The Way You Make Me Feel Man in the Mirror Dirty Diana -
Smooth Criminal Cheater Dangerous Monkey Business Jam Remember the Time -
Black or White Who Is It Someone Put Your Hand Out Wanna Be Startin' Somethin' -
The Girl Is Mine Thriller Beat It Billie Jean PYT Someone in the Dark State of Shock -
Scared ofthe Moon We Are the World You Are Not Alone Stranger in Moscow Childhood -
On the Line Blood on the Dance Floor Fall Again In the Back Unbreakable You Rock
O My World Butterflies Beautiful Girl The Way You Love Me We've Had Enough


HORIZONTAL
1. Chaine montagneuse de I'Europe -
2. Prisonniere 3. D'accord Frayeur-
4. Compris Sobriquet d'un grand
orchestre haftien -Article -
5. En matiere de Note -Adverbe -
6. Pronom Gaz rare -
7. Vient de I'6lephant 8. Accouche.

VERTICAL


1. -Asronome et astrologue grec -
2. Mafia japonaise 3. Ruisseau Conif6re -
4. Metro de Chicago Dirigea le flottage du bois -
5. Couvre une petite table 6. Epoque Est 6tendu -
7. Sucre 8. Calmes.


S SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

M X

NUA

A I


Solutions de la semaine passee
E PACTAL

1


7h-00.900 Mlo NI Matin w Marc
Informations. Interview. Anocdoias, Humour.
Analyses
NosChrunAmuM .
LhEdiworina d Mucrus
Ap Quotidida n El!icr
La Chroaiqu Litt&aire ac Dominiqu Beraie
Le Sprtm avec Mario Barau
Ls Invitd u Jow
Mehldic Matin chaquesaiamdi es animb
par F6quier Raphal

IOh-M i Le disque de rAuldteaur
animatiDn James Pridvi I

12:00-12h30 L MId
infrmiations avoc Laury Faustin

12h30-2hbO Lady k uesavc Elsic
JazBlu Swing, Ragtime

2h00- 3hoo C'et st Bon On chanonL..
EmisSion d chansins francuisft

3h-5h pm La on VILua Tamps
Rctro-Compas
avvc Dc Dani cld Capti Bill

ShnO LoJounrwlde5 heurmm
avc Villkcu Hcrt ou

Sh 30 pm Mi6odle & Company
DIeloppemwnt durableW
Mardi aive Benard Etheart

Th4 30 Amory Sabr con Lciani

Kb30 9hoo Sofrn flrtfnatfl

9ho~- Ioh13 Notr Grand Concert
Lun. & Mer. : hL'hc clique
Je & Dimn, : J a Te
Judy Carmichael reoit s invites

900o et as del Cavi ller, prene I vs da e
(Samedi) 50 ans dc uccui populaires haTiens



e e4r, Ae"4 a4 dE4om cotU2C
'We~&#


E n B ref... (... suite de la page 2)
Jose Corriera Duarte a longtemps travaillk comme missionnaire en Haiti et a meme particip6
a la fondation de Hearts Together for Haiti, un organisme de bienfaisance d6did a l'ameliora-
tion de l'6ducation, de la sant6 et des conditions de vie du peuple haitien.

Funerailles 6mouvantes de Walter "Walky" Bussenius
Les fundrailles de l'h6telier et op6rateur touristique capois Walter Albert Buss6nius (Walky)
de l'H6tel Mont-Joli ont &te chant6es, le mardi 20 octobre, dans sa ville natale, a la cath6drale
du Cap-Haitien, devant une foule de personnalit6s d'horizon diverses.
D&c6d& le 14 Octobre, a l'age de 69 ans, d'un cancer en phase terminale, Walky Buss6nius diri-
geait notamment le prestigieux H6tel Mont-Joli fondue par sa mere, Yvette Abraham. < I1 faisait
partie de cette deuxieme generation de promoteurs touristiques des annres 70-d6but 80, qui ont
pu amener l'industrie touristique un peu plus loin > a fait remarquer Pierre < Bobby > Chauvet,
le president de l'Association Touristique Haitienne (ATH) qui participait aux obseques.

L'infirmiere Madame Ghislaine Francoeur recoit un Prix pos-
thume
Samedi un forum a &te organism dans l'enceinte de 1'Ecole des Infirmieres par 1'Association
des Infirmieres Femmes-sages d'Haiti pour rendre hommage a Ghislaine Francoeur. L'in-
firmiire d6c6d6e l'annde dernire a requ a titre posthume le Prix Marie Goubran. Ghislaine
Francoeur s'est signal6e par son ddvouement aupres de ses malades. Elle ne se m6nageait
pas et aussit6t qu'on l'appelait, elle r6pondait pr6sente. Lejour de sa mort, Ghislaine Fran-
coeur venait de pratiquer un accouchement et que de rester a l'h6pital, elle a choisi de ren-
trer chez elle. C'6tait en pleine nuit et 6puis6e elle s'est endormie au volant. Elle est entrde
de plein fouet dans un arbre et a t6 tude sur le coup.
<< Le rave de Ghislaine Francoeur 6tait de servir, mais aussi d'aider les jeunes a mieux com-
prendre la soci&te dans laquelle ils vivent. >
La mort de Madame Francoeur a laiss6 un grand vide dans le secteur, mais elle sert d'exem-
ple a ses colleagues et aux nombreuses g6ndrations d'infirmieres qu'elle a form6es.
Ghislaine Francoeur est la premiere haitienne a obtenir le Prix Marie Goubran qui est
d6cern tous les trois ans. Sage, dynamique, comp6tente, responsable, integre mais surtout
ddvoude a ses camarades, les sages-femmes ne sont pas pr6tes de l'oublier.
Ghislaine Francoeur a travaillk pendant deux ans en Suisse et a &td la Directrice de l'Ecole
Nationale des Infirmieres et des Sages Femmes depuis sa fondation.
N6e le 1"r fdvrier 1047, elle laisse deux enfants.
Elle a 6td de 1975 a 1078 responsable du programme matemo-infantile a l'H6pital Justinien
du Cap-Haitien et de 1979 a 1999 responsable des services de maternity a l'Hpital de l'Uni-
versit6 d'Etat d'Haiti.

Haiti pr6sente au sommet regional sur la drogue
Ils sont 26 pays a avoir particip6 a ce sommet qui est la 3eme R6union Minist6rielle sur le
problkme mondial de la drogue, la s6curit6 et la cooperation. Ces assises se sont termindes
samedi a Mexico City. Selon une dep6che de l'agence mexicaine Notimex, dans la d6clara-
tion finale de ce sommet regional adopt6e a l'issue de deuxjournes de travail, tous les mi-
nistres et chefs de d6l1gation ont estim6 que la guerre contre le narcotrafic ne pourra 6tre ga-
gnde sans des forces de s6curit6 et des institutions judiciaires d'une grande solidity. Tablant
sur une cooperation 6troite entre les pays de la region touches par le fl6au, les participants
ont 6galement convenu d'explorer la possibility de consacrer les ressources des riseaux de
narcotrafiquants confisqudes au renforcement des institutions engages dans la lutte contre
le trafic de stupdfiants. D'autre part, l'accent a &te mis sur la n6cessit6 de r6duire le pouvoir
6conomique des r6seaux de trafiquants a travers la lutte contre le blanchiment d'argent.
(EN BREF / p. 16)


Conflits de devoirs autour

de la rencontre de Santo Domingo


(DEBAT... suite de la page 13)
2009 au Mupanah r6unissant 8 peintres et sculpteurs
des deux pays.
Notre devoir civique envers Haiti est de
travailler a faire sauter toutes les barrieres qui blo-
quent l'6panouissement de ses forces vives. Notre
devoir civique est d'aider a organiser la rebellion
contre la souffrance qui terrasse notre population.
Et si jamais on doit choisir, ce devoir civique doit
primer sur tout autre devoir d'assistance a une com-
munaute sp6cifique. De toute faCon, ces injonctions
complexes ne sont pas essentiellement contradic-
toires. On est loin du double bind de travailler pour
la cite ou d'assurer a son frere une digne s6pulture.


Creon et Antigone doivent etre r6concilies par la
pensee. Max Weber parlait de l'impossible con-
ciliation de 1'6thique de conviction et de l'6thique
de responsabilit6. Dans le cas qui nous preoccupe,
notre instance de reference doit etre la soci6et
haitienne dans ses contradictions qui engendrent
les problems qui ressurgissent sous differentes
formes dans nos communaut6s emigrees. Nous au-
rons beau soign6 les symptomes, le mal demeurera
intact si nous ne nous occupons pas de l'essentiel.
La est l'urgence du combat actuel. Le devoir imme-
diat pour leguer un avenir aux generations futures.
Comme le firent nos ancetres en 1804.


Page 14


1 11: 1: 1 Lf' I:I


HG UIE|BIRIEI|
EN IIE UIYE G. IB IR LI S E
KEA. HT Y XCT HE GI I I M M-Q~


I


Il- l


DlM


Solutions de la
semaine passee:

LIS S ES
VISSES
VE S SE S
VERSES
V E R G E S
VERGES
VERGER
BE RGE R
1TESRfflER





Mercredi 28 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 40


YOUN KOUT LANSAN POU

MAYESTWO

HULRIC PIERRE-LOUIS

AK SANBA / FRAN(OIS-MARIE MICHEL*
Au nom du Cosepten du Club SEPTAM de New York et des
autres groupes de support du Grand Orchestre Septentrional
Onon asistans nan katedral la
Onon foul moin ki pa jwenn plas nan katedral la
Au nom de ma chdre ville du Cap a rembellir
Au nom du Grand Nord et de son histoire
Onon tout peyi-a, tout Ayisyen

Mayestwo, m'gen youn mo pou m'di w: mersi. Si
m'te gen pou m rebatize w, m t ap re-rele w Hulric Pierre-
Louis. Yon non m konnen, yon non m respekte, yon non m
renmen, yon non pou ti moun aprann kole ak Okap, ak Sitad1l,
ak gwo koze, ak gran bagay, ak Henri Christophe limenm,
ce g6nie, cette main de fer, ce constructeur, a qui tu dois,
Maestro, cette fiert6 ; j'ajouterais cette pine dorsale, cette
6chine, verticale jusqu'au suicide. Que le Dieu Tout Puissant
t'en pardonne car il nous en reste une 6toile polaire au milieu
d'une capitulation jusque civique ou culturelle.

Mayestro, ou pa t ap vie m kanpe sou tst sokIy ou la
pou m vin di sa tout moun deja dak6 sou li. Ou pa di m sa ;
men m konnen. Dab6 menm, jis nan denye liy liv la, ou pajan
m di sa m ta pi kontan tande nan bouch ou a. Men san deranje
somey ou, Mayes, Thomas David, Ti Jak Saksof6n, Oselito
te vante koze a, anvan enjenye Enjenye Eddy Mesidor al
anonse au grand bal commemoratifdes 50 ans de ton grand
orchestre, avec toute la grandiloquence qu 'on lui connait :
o Et maintenant, Mesdames et Messieurs, pour le discours
de circonstance, je vous prie d'applaudir le fils spirituel du
Maestro Ulrick Pierre-Louis, Franqois-Marie Michel. > Et qa
s'arreta la... Car tu es toi, etje suis moi. Sa ki enp6tan, se sa k
apfit la. On s'est connu l'un 1 'autre, et me voici aujourd'hui
en mission de dire :
Man Lili, ou nsplike m tout bagay, m konprann :
Kenbe!

Ricot ak Nandy
Se nou 2 a, ak madanm nou, Mimose ak Anna, ak
pitit nou :
Kenbe la, sere k6d mak6nay la
FR kon n konnen, men kenbe.
Tout fanmi Maestro Hulric Pierre-Louis :
Kenbe!

Grand Orchestre Septantriyonal,
Kenbe!
Kenbe Vizyon an vivan

Maestro Levy,
Kenbe!
Kontinye ankouraje mizisyen yo bat b&t la.

Mayestwo Kesmy Dordus,
Kenbe, w oblije kenbe, dab6 menm lajou t&t koupe
ak Maestro a 1I 1 tap pran bab la ;
Chay la lou ; men, men ansanm, chay pa lou !
Piske Mayes di ou pare, degaje w pou depase 1; se
sa 1 ta vle ; mwen ki di w.

E nou, Mizisyen Septantriyonal,
Jwe nan Septan, se yonn, men se pa tout!
Septan, se yon pwoje san fen
Dj6b la, se f 1 tounen reyalite lavi a menm
FR sa n dwe fe, ekri patisyon pou Mizik pa ganyen
pou ni mete, ni wete
Septan gen yon kote pou 1 rive : nan w6t Mayestwo
te vle 1 rive a ;
n ap monte seryezman, men se pank6 sa ;
an 1968, nan mitan < tant de splendeur > Maestro di
m se pank6 sa... Membres du grand Orchestre Septentrional,
fe 1 we se sa, < pi vit ke le van. > Li konnen nou kapab.

Orchestre Tropicana d'Haiti, se mwen k konnen sa
prezans nou, patisipasyon nou nan denye omaj sa a vle di pou
Maestwo a. Kwe m si nou vle menm d6mi li p ap d6mi. Li
konnen nou la; depi li souri, sa di tout bagay. Nou p ap tande
li di anyen, men pa fatige n. Sa li pa di toujou plis pase sa li
di a.
Mizisyen Tropikana, annik Kenbe !
M gen entered nan sa
Okap gen entered nan sa
Mayestwo a gen entered nan sa,


Mwen ki di n.


Fanatiques et supporteurs de Septent, membres des
differentes organisations de support tisseespar la clairvoyance
du maestro dont nous regrettons, certes, le depart, continuez
afaire valoir son oeuvre et ses r&ves.

Et vous, de toute la grande famille Septent de
partout, Kenbe !
Timoun k ap grandi, rale pou n kenbe ; Vertyer ak
Sitad1l pa ta ka pou sa n ap viv la a. Okap di N6, mete men !
FR Feu Vert tounen sa Mayestwo a te vle li ye a, e pa nan mizik
salman. Dans l'intir&t collectif national, etpatriotique.

Ayiti, manman tout Ayisyen
Kenbe pou kenbe.
Yon jou ka jou, f6 w vini sa w dwe ye a ; e se
Ayisyen menm k a fe sa.

An verite, Ayiti, nan okazyon pasaj sa a, yon pasaj
k ap mennen Mayestwo tounen nan sous mizik la menm,
sous tout vizyon, tout reyalizasyon, sous tou sa w tande, tou
sa w we ki bon, ki gran, pou fe lavi vanse, sous tou sa pou
konprannjis ou ka envante, sous tout endepandans, sous tout
diyite, tout kreyasyon, Ayiti, manman nou, se pou pwofite
pasaj sa a pou fe tout pitit ou konprann egzanp / yon pitit
otantik ou bay / menmjan dsklav te mete ak afranchi pou fe
drapo w kanpe nan Gonayiv.

Pa gen tan pou kriye. Dab6 menm, Mayestwo pa
konn kriye : tankou Kapwa Lam6 nan Vertyer, 1 a fe k61k, 1I
sa bloke ; 1 a fe reyalize sa yo di k enposib, paske bous6l li,
tout enspirasyon 1, se Louis Mercier, direkt li te genyen lise
Philippe Guerrier Okap la. Depi w tande Maestro vle ksplike
w vizyon 1, yon grenn non pou tande, Louis Mercier. Avoka,
enjenye, pow&t, atis, jan w vle rele 1; men sa ki pi enp6tan
an, Louis Mercier yon otantik fils du Nord, ki pa te janm
aksepte lokipasyon sou knlke f6m keseswa, un christophien
convaincu, consomme, ki te aprann ou, Mayestro, que ton
devoir patriotique est de bdtir d'autres citadelles. Ou reponn
ak Orchestre Septentrional, nan pye sitadOl la limenm. Chapo
ba Mayestwo, Bravo pou wou, pou leson an Tankou sa sa
mande, ou bati Septent ak odas, ak temerite, ak konviksyon,
ak peseverans, pierre par pierre, ou bati li ak zong paske w te
gen yon pwofes&r yo te rele Louis Mercier, un admirateur du
genie du roi Henri Christophe : a retenir.

Maestro, nou p ap ka kenbe w plis.
MWrsi pou tout bagay. Nou konnen pou wou yon 1yr
se yon 1r ; ou p ap tann plis ; ou gen pou al frape Tem lan bay
Trinite a ki te voye w ba pep Ayisyen an, yon pep li chwazi,
ki nan deze se vre, men yon pep li telman renmen, li te voye
w, k6m k6kennchenn egzanp determinasyon ba li; etje sais
que ton professeur designd que tu auras tant cite t'attend
dans le ciel des patriotes sans mdlange pour te dkcerner, avec
fierte, et te l'dpingler sur le coeur la croix d'Honneur et
Merite Henri Christophe.

* Sanba / Franqois-Marie Michel te pale nan Katedral Okap
jou lantnrman Mayestwo Hulric Pierre-Louis.
[N6t: Direkte paj Ti Gout: Nou repwodui diskou Franqois
Marie Michel-la (Sanba) do-pou-do san nou pa ni ajoute ni
retranche nan estil n6dis ak f6m 6tograf ot&-a itilize-a)] J.M.

xxx


JOUNEN ENTENASYONAL

KREYOL-2009

LANSMAN PAWOL

KREYOL: Revi Litere Sosyete

Koukouy

Sosyete Koukouy, te envite lapres ak tout piblik
Miyami-an nan lansman ofisyl < revi liter nan lanng kreyl6 ayisyen an, ki te ft jou dimanch
25 okt6b 2009, nan Miyami.

Evennmansa-ate dewoule nankadwounmble Sosyete
Koukouy te 6ganize soti 23 pou rive 25 okt6b 2009, pou
Jounen Entenasyonal Krey6l 2009-la.
Karannkat lane (1965 2009) apre kreyasyon
Mouvman Krey6l Ayisyen-an, epi trant lane (1979 2009)
apre piblikasyon 6tograf ofisyel krey6l Ayiti-a, branch krey6l
literati Ayiti-a ap genyen premye revi literl-li.

Revi liter sa-a se rezilta travay Sosyete Koukouy,


branch liter anndan Oganizasyon Mouvman Krey6l (1965),
ki te deside ale pi lwen ak lide Mouvman Endijenis-lan, paske
li chwazi devlope youn literati ayisyen nan lanng krey6l
ayisyen an.

Revi liter sa-a se youn pr&v ki demontre tout
mounn, pyonye nan literati kreyl6-la te simen bonjan fimye.

Premye Revi liter nan lanng krey6l Ayiti-a batize
sou non: .
Li genyen plizye seksyon ladan: Literati, lenguistik, nouv6l
liter, mo teknik, elatriye.
Pri revi-a se $ 20.00. Premye nimewo-a genyen 370
paj epi l'ap prezante sou f6m liv.

Pou kbmann, rele :Miyami : Libreri Mapou : 305-
757-9922
Email: mapoujan@.bellsouth.net
Kanada: 514-494-0222
Konektikt : 203-520-6763
Ayiti : Communication Plus S.A.
24, Delmas 60, Musseau T1e. : (509) 2510-7047

xxxxx


FENK PARET

Edisyon Educa Vision, Inc. ap anonse d&nye liv
Maks Maniga-a:
SAJES AYISYEN -ANSYEN PWOVEB KREYOL

ENSPIRASYON POU LAVI MODEN
2010, 150p. US $15.00 + $3.00 laps
POU KONMANDE LI:
(Si w -vle youn liv siyen)
Max Manigat
16302 SW 28th Court
Miramar FL 33027-5213
Telefn : 954-443-2260
maxmanigat@.aol.com

xxxxx


KAPTE ANTEN KOUKOUY

CHAK DIMANCH MATEN

SOU RADYO MEGA 1700AM.

DEPI 9-E RIVE POU 10-E

NAN MATEN (radiomega.net)



KAPTE RADYO LEKOL

CHAK VANDREDI SWA

SOU 91.3 FM DEPI 9E RIVE

9 :30E (WLRN.org)

xxxxx


JOUNEN ENTENASYONAL

KREYOL

3-EM WOUNMBLE

KOUKOUY NAN MIYAMI

3em kongrl Koukouy nan Miyami sou Otograf
ofisyOl Lanng krey6l Ayisyen-an 30 ane apre gouvennman
ayisyen-an te pibliye sistem 6tograf ofisy6l-la, te byen pase.
Espesyalis yo ki te soti toupatou te chanje lide sou diferan
pwen yon dokiman Sosyete Koukouy te prepare, publik la ak
anpil manm Sosyete Koukouy Miyami te koute diskisyon ap
anpil atansyon. N'ap tounen sou sa nan Ti Gout pa Ti Gout
nan senmenn k'ap vini yo.
Men espesyalis ki te depoze nan samdi 24 ant 1 :30 e
3 :30 apremidi nan Little Haiti Cultural Complex-la :
DoktW Pierre Vernet, DoktW J. R. Cadely, DoktW
Ernst Mirville, Dokte Gerard Ferere, Pwofese Emile
Celestin Megie, Pwofese Max Manigat (moderate), Pwofese
J. R. Placide, Pwofese Roger Savain, Pwofese Dimitri Hilton,
Pwofese J. C. Exulien, Edite Fequiere Vilsaint, Pwofese J. C.
Exulien.


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel: 780457-8530 Fax: 305-756-0979 -mal puaQsaaalecom


POUR TOU VUO AIpm Equipements ppor construction
P16wcs de voflturc Comon / Equpcmot m6dl |
Pm Oviom pr butnm


Page 15


=19




Mercredi 28 Octobre 2009
Page 16 Haiti en Marche Vol XXIII N' 40









KI VWAYAJE CHAK
1 5 JOU POU BWOTE
MAHMACHAN AIZ OU DIREK

.OU..TOU.KAN AYITI SOTU WAFST
MARC, GONAIVES
AP POWTE TOUT
CAPE HAITI
MACHANDI Z
LI BWOTE KONNTENEI BWAT
PEPE, KAMYON MACHLN EK-
GONAIVES SERA
_HAITI

CAPE HAITIEN ST MARC
Rele ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330 HAITI
HAITI
Fax ( 561 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398

Toll free 1-87745-8330 or 1-877-845-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

Direction: 1-95 to Exit No. 74 ( 45th Street ) East to Congress Ave, to North an Congress Ave to Martin Luther
King Jr Blvd go East on MLK Blvd ( making right hand turn ) this Rd takes you straight to the Port of Palm Bch

As soon as you go over Old Dixie Hwy before Guard Shack Make 1st Left hand turn you will see our Sign

Under New Management



En Bref. ..
(... suite de la page 14)
Des activistes ha'itiens souhaitent que le President
Obama se prononce sur le TPS pour les sans papiers
haitiens
Avec la prochaine visite du Pr6sident Barak Obama a Miami, des
activistes haitiens souhaitent qu'il se prononce sur le TPS, le statut de
protection temporaire pour les Haitiens en passe d'etre d6portis. Mr.
Obama a d6clard enjuillet dernier qu'il sympathisait avec la situa-
tion de ces compatriotes mais aucune decision n'a etd prise, et cela
signifie non seulement que ces compatriotes ne peuvent pas travailler,
mais aussi qu'ils sont traqu6s et W n'importe quel moment, risquent la
deportation.
"Je sens que nous sommes d6laiss6s" dit Randolph McGrorty, la t6te
des services 16gaux de Catholic Charities.
Le but de la visite du Pr6sident Obama h Miami est de rassembler de
l'argent pour les d6mocrates du S6nat et de la Chambre. Les activistes
haitiens trouvent que le repr6sentant Kendrick Meek, un d6mocrate de
Miami, ne s'est pas beaucoup fait entendre dans la lutte pour l'octroi
du statut de protection temporaire aux Haitiens.


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniire (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94th Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes.net URL: www.haitienmarche.com 86 I R'
Library of Congress # ISSN 1064 3896 p*e ~ d*e


s. Prne y uihstf se


___j




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs