Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00373
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: October 14, 2009
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00373
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00010-14-2009 ( PDF )


Full Text








iien


I alti: oni mort sl dant I'accid en

d'un av ion dC l'ations uni1


"Copyrighted Material

N Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


L avion retrouve aans une region perdue aans les montagnes au-aessus
de Fonds Verrettes pres de lafrontiere haitiano-dominicaine (Thony BMlizaire)


UN KIDNAPPING DEJOUE

Liberation de Meshad Nazemy
quelques heures apres son enlevement


L 'otage Meshad Nazemy (3" a partir de la gauche) reldchi par
les kidnappeurs qui se sont vaporss dans la nature (photo Alertehaiti.ht)


Delmas, le 8
octobre(alertehaiti.ht). -Pas trop de
details sur la liberation de Meshad
Nazemy, l'homme d'affaires
enlev6 h Cazeau (Plaine) dans
la matinee du jeudi 8 octobre a
6t6 retrouv6 h Puits Blain (Zone
Delmas 75). Bless6 lors de son
enlevement, il a 6t6 conduit de
toute urgence a l'h6pital pour
recevoir les soins que n6cessitait
son cas. Entour6 des membres
de sa famille, Meshad Nazemy,
visiblement encore sous le choc
et fatigue, n'a pas souhait6 faire
de declaration a la presse.
Le responsable de la
police de Cazeau, Livingston
(ENLEVEMENT/ p. 6)


ABUS POLICIER
CONTRE LA PRESSE


Le photographe Elie Jean le bras ensanglante d'un coup de bdton
regu d'un policier USGPNfaisant la garde pres du palais national
lors de la visite de Jimmy Carter (Haiti en Marche)


PORT-AU-PRINCE, 9 Octobre -
Comme on dit aux Etats-Unis, nous avons
une mauvaise nouvelle et une bonne nou-
velle.
The bad news c'est qu'il y a eu un
kidnapping ce jeudi alors qu'on pensait 6tre
d6barrass6 ou presque de cette plaie.
The good news : le kidnapp6 a 6t6
retrouv6 peu de temps apr&s.
La nouvelle est tomb6e le jeudi
matin 8 octobre comme un couperet, un
vrai choc du fait qu'on avait commence
s'habituer a l'id6e que le kidnapping avait


6t6vaincu.
De plus, elle s'ajoute a une sorte
d'escalade qui avait commence le vendredi
pr6c6dent dans l'assassinat en pleine rue a
P6tionville, banlieue r6sidentielle de la ca-
pitale, d'un cambiste par un bandit qui s'est
enfui h moto.
Second avertissement : deux jours
plus tard, le lundi 5 octobre, le cambriolage
d'une succursale de la SogeXpress, aDelmas
30, par cinq individus qui tuent le caissier et
s'enfuient avec le contenu du coffre-fort.
CRIMINALITYE / p. 6)


ECONOMIE

Cite Soleil choisi

pour un immense Parc industriel

Est-ce pour reproduire la meme

disparity revoltante ?


PORT-AU-PRINCE, 9 Octobre -
Moins d'une semaine apres le forum qui a
r6uni pros de 200 hommes et femmes d'af-
faires strangers en Haiti a l'instigation de
l'envoy6 special de 1'ONU pour Haiti, l'ex-
pr6sident am6ricain Bill Clinton, une infor-
mation paraissant dans la publication << Bu-
siness Wire > (6 Octobre 2009) annonce que
le financier milliardaire George Soros a pris
l'initiative de la construction d'un nouveau
parc industriel a Port-au-Prince, la capitale
haitienne.


Le 'Soros Economic Development
Fund' et le Groupe WIN, bas6 en Haiti, ont
communique leur intention de construire
un parc industriel baptism 'West Indies Free
Zone'.
Le nouveau parc dont la construc-
tion cofitera US$ 45 millions, comprendra
1.2 million de pieds carr6s d'espaces a
louer.
II devrait 6tre pret a recevoir des
clients en 2012. Il sera ouvert aux manufac-
(CITE SOLEIL/ p. 4)


Nouvelle escalade

de la criminalite

Est-ce pure coincidence ?





Page 2


CRIMINALITE


Le dilemme des taxi motos

utilises par les bandits


PORT-AU-PRINCE, 8 Octobre
- Grosse 6nigme. Un communique a atd
diffuse et re-rediffus6, indiquant des dis-
positions prises par la municipality de la
capitale pour r6glementer le trafic des taxi
motos.
Cela comprend principalement
le port d'un gilet de couleur uniforme, les
autorisations officielles, le nombre de pas-
sagers pouvant &tre transports, les aires de
stationnement. Etc.
Or le syndicat des taxi motos a
r6pondu vertement a la mairie de Port-au-
Prince que ses membres n'ont aucunement
l'intention d'appliquer les mesures annon-
cees. Et que la mairie n'a aucune autorite
sur eux. Attendu que, selon le syndicat, ils
sont r6gis par la police de Port-au-Prince.
Plus pr6cis6ment, la police routiere ou ser-
vice de la circulation.
Le syndicat de convoquer aussit6t
une manifestation de rues oi il est mime
donn6 2 jours au maire pour rentrer son
communique !
La mairie attend quelques jours
puis fait une nouvelle tentative, via un por-
te-parole.
Le syndicat des taxi motos r6ci-
dive aussit6t. Continuant A maintenir que
les reglements edict6s par la mairie de Port-
au-Prince n'ont pas competence sur leurs
activities professionnelles ... celles-ci ne
relevant que de la Police.
Or voici plusieurs semaines que
cela dure et on ne sait toujours pas qui rd-
glemente les taxi motos.
Et la Police n'a toujours pas dit un
mot.
Ni pour r6futer l'argument des
conducteurs de motos. Ni pour confirmer
ces derniers dans leurs affirmations.
Or en toute logique (en tout cas si
l'administration publique haitienne consti-
tuait un tout comme partout ailleurs), la
Police devrait sortir de son silence pour
clarifier la question et 6difier le public.
Car (et nous arrivons au plus gra-
ve dans tout 9a) : des taxi motos continuent
d'etre impliqu6s dans des meurtres et des
crimes (des hold-ups en pleine rue et des
cambriolages audacieux comme celui du
lundi 5 octobre a la SogeXpress a Delmas
30) et dont les auteurs disparaissent sans
laisser de traces, le plus souvent sur une
moto attendant dans les parages.
Pendant qu'il est permis au syndi-
cat des taxi motos de d6fier l'autorit6 mu-
nicipale (car ces protestations auraient pu
se faire d'une autre faqon que sur la place
publique et sans tout ce tapage), un cam-
biste est abattu vendredi pres de la place St
Pierre de P6tionville par un individu circu-
lant A moto qui, bien entendu, a eu le temps
de s'enfuir. Cela A deux pas du commissa-
riat de police.
Nous n'avons pas d'indications
que les cambrioleurs de la SogeXpress de
Delmas soient 6galement partis A moto
apres avoir tud un caissier A bout portant

Par contre un ancien ambassadeur
d'Haiti h Santo Domingo a Wtd attaqud alors


qu'il venait de faire un retrait a la banque.
Les voleurs l'ont abord6 au volant, se sont
empar6s de l'argent et ont pris la fuite. Ils
6taient h moto.
Depuis une semaine nous assis-
tons A une veritable et meme bizarre re-
mont6e de l'ins6curite car c'est comme
pour faire mentir le pouvoir et l'interna-
tional qui viennent d'affirmer le contraire,
aussi est-ce que c'est le moment de laisser
un secteur aussi sensible que celui des taxi
motos continuer de fonctionner sans aucun
contr6le ?
Les gens continuent de mourir ou
de se faire ddvaliser pendant que les autori-
t6s n'arrivent pas h s'entendre et A prendre
toutes leurs responsabilit6s.
L'autorit6 de la mairie ne va pas
plus loin que ses communiques et ses notes
de presse.
La police garde un silence si l'on
peut dire complice, puisque le syndicat des
taxi motos en profite pour refuser de se
conformer.
A notre avis, c'est la police qui est
finalement le plus en cause puisque son si-
lence empache la situation de se d6nouer.
Est-il vrai que la Police nationale
a seule competence dans le domaine des
taxi motos ?
Est-ce que ce n'est pas un probl-
me qui mdrite de relever de toute l'Admi-
nistration puisque des bandits se servent de
ce moyen de locomotion pour s'enfuir une
fois leur crime commis, c'est done un d6fi
A l'autorit6 de l'Etat en g6ndral ...
Certes, la police ne reste pas les
bras crois6s. Chaque soir on la voit qui pro-
cede consciencieusement au contr6le des
conducteurs de motos et de leurs papiers

Cependant dans la plupart des
grandes villes du monde, c'est la mairie
qui ddlivre les licences aux conducteurs de
transport en commun.
Les taxi motos protestent aussi
contre un tarif de 1.000 gourdes fix6 par la
mairie pour les licences.
Mais il y a les autres dispositions
comme le port d'un gilet de la meme cou-
leur, la limitation du nombre de passagers,
ils sont souventjusqu'a trois sur une mime
motocyclette.
Toutes ces dispositions pouvant
aider a commencer a circonscrire le di-
lemme de l'utilisation des motos par les
gangs.
Partant la mairie et la police de-
vraient au contraire conjuguer leurs efforts
plut6t que l'une ou l'autre servir de pr6tex-
te A laisser la question pourrir et s'enveni-
mer.
Est-ce une affaire de gros sous
- de finances d6coulant de la vente des li-
cences, des casques de motos, des autorisa-
tions et autres ?
Existe-t-il une mafia des motos ?
Est-ce que l'image du pays ne
vaut pas plus que tout ?
Est-ce que ce n'est pas la vie des
gens qui doit primer ?
Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


%004 d4.1 a 116 *1e04 1



"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


a m w


EMercredi 14 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 38

11 morts : c'est le bilan de 1'accident d'un avion de la MINUSTAH
L'accident a eu lieu le vendredi 9 octobre, vers midi, quand l'avion effectuant une mis-
sion de reconnaissance a heurt6 le flanc d'une montagne.
L'appareil avait a son bord 11 personnes, des soldats Uruguayens et Jordaniens et les
commandants des deux corps. II 6tait parti de Port-au-Prince. Les habitants de Ganthier,
peu de temps avant le terrible accident, ont eu l'impression que le pilote avait perdu sa
route. Celui-ci s'est engage dans une zone tres dangereuse abritant des mornes de haute
altitude peu avant qu'il ne s'6crasit.
Il n'y a aucun survivant.
La Minustah a envoy un h6licoptere pour r6cup6rer les corps qui ont &te ramends a
Port-au-Prince.
Le President Rend Prdval a adress6 une lettre de condol6ances au Secr6taire g6ndral
de 1'ONU Ban Ki-moon. << Nous ressentons douloureusement cette catastrophe qui en-
deuille la MINUSTAH, particulierement les contingents jordanien et uruguayen. Nous
avons exprim6 nos sentiments au roi Abdallah II de Jordanie et au president Vasquez
Rosas >> crit le president haitien qui reste persuade que la MINUSTAH continuera a
accomplir sa mission aupres du Peuple haitien, particulierement le renforcement de la
Police Nationale d'Haiti >>.
On a appris que l'arm6e uruguayenne a envoy deux hauts grades pour aider dans
l'enqunte sur les causes de l'accident. Le site de l'accident a &t6 s6curis6 et restera sous
contr6le jusqu'a ce que tous les 616ments d'information n6cessaires a l'investigation
aient pu 6tre recueillis. Conform6ment aux normes internationales, les enqunteurs du
pays propri6taire de l'avion (l'Uruguay), du pays de fabrication (1'Espagne) et Haiti (ou
l'accident a eu lieu) examineront ensemble l'6pave pour determiner les causes de cette
trag6die.
Mardi 13 octobre, une c6r6monie pour honorer la m6moire des casques bleus cinq
Jordaniens et six Uruguayens qui ont perdu la vie dans l'accident aura lieu et tout de
suite apres les corps des victimes seront rapatrids dans leur pays d'origine.

Voila fete ses dix ans
Dans une atmosphere d6contract6e, en presence d'une vingtaine de journalists, les res-
ponsables de la compagnie de t6l1phonie mobile, Voila, lors d'une c6r6monie organisde
le mardi 6 octobre demier, au Karibe Convention Center, ont fait le bilan de leur dix ans
de fonctionnement sur le territoire haitien.
Lance en 1999, la Compagnie a, au cours de ces anndes, apportd une contribution parti-
culi&re dans le domaine de la t6l1communication en Haiti.
Aujourd'hui, s'est r6joui le Pr6sident directeur g6ndral de la compagnie, Robin Pad-
berg, Voila compte prls d'un million (1.000.000) de clients recouvrant plus de 90% du
territoire national.
Avec Voila, la communication est, de nos jours, beaucoup plus accessible a la popula-
tion des zones reculdes d'Haiti, a poursuivi M. Padberg.
A c6t6 de sa contribution pour faciliter la communication dans le pays, Voila s'est lanc6
6galement dans le social (l'6ducation, les sports, la culture), a travers les dix d6parte-
ments gdographiques du pays, ceci avec la mise en place de la Fondation Voila.
Des groupes musicaux sponsoris6s par la compagnie ont anim6 samedi, un grand
concert, au Champ de mars, au centre ville de Port-au-Prince, pour c6l6brer les 10 ans
de Voila avec toute la population.
Le PDG de la compagnie se dit 6galement satisfait du classement attribu6d Voila parmi
d'autres entreprises du pays.
Voila vient d'etre class6e par la revue Haiti Challenge en tete de liste des 100 meilleurs
entreprises en Haiti, souligne M. Padberg.
Voila compte en terme d'emplois directs et indirects plus de 600 employs, 170 conces-
sionnaires a travers Haiti, 15 000 agents.
Au cours de cette c6r6monie pour la presse, les responsables de Voila en ont profit pour
lancer de nouveaux services tels : un t6l1phone V509, un t6l1phone Solaire et la possibi-
lit6 pour les clients de Voila de consulter les derniers num6ros de la loterie (consultation
appel6e chez nous Tchala) a partir de leur t6l1phone potable. (reportage de Veronika)

Une nouvelle Protectrice du Citoyen
La semaine dermire ont eu lieu la prestation de serment et l'installation de la nouvelle
Protectrice du Citoyen. Il s'agit de Madame Florence Elie qui a pret6 serment le mardi
6 Octobre devant les juges du tribunal de cassation et a t& installed apres a la tete de
l'OPC, Office de Protection du citoyen.

Presse : un nouveau comit6 A la tete de l'Association des journalistes
haitiens (AJH)
Israel Jacky Cantave a rejoint Jacques Desrosiers et Marie Raphaelle Pierre au comit6
de 1'AJH. Le nouveau comit6 a &te lu le 10 octobre dernier pour deux ans et promet
d'ceuvrer pour amdliorer l'image de la presse haitienne.
Seulement quatre candidatures ont &te retenues pour participer a 1'l6ection d'un nouveau
comit6 a la tete de 1'Association des journalists haitiens : Jacques Desrosiers, secrd-
taire g6ndral sortant, sans concurrent, Marie Raphaelle Pierre, trdsoriere sortante, sans
concurrent, Ldonne Alexis (Magik 9) et Israel Jacky Cantave (Radio Caraibes) au poste
de secr6taire g6ndral adjoint.
Jacques Desrosiers et Marie Raphaelle Pierre ont &te reconduits sans grande difficult a
la majority des journalists presents. Avec 40 voix, Israel Jacky Cantave l'a emport6 sur
sa concurrente, Ldonne Alexis (30 voix) et devient le nouveau secr6taire g6ndral adjoint
en remplacement d'Eddy Jackson Alexis.
Le comit6 sortant s'est accord un satisfecit pour le travail accompli lors de son premier
mandat. Pour le second mandat, le nouveau comit6 entend multiplier les initiatives pour
redorer le blason de la presse. Il convient d'agir au niveau de la formation et de la prati-
que, a laiss6 entendre Jacques Desrosiers.

Un cable de fibre optique reliant les Bahamas A Haiti
C'est une firme bahamdenne, la BTC, qui a rdv&1 l'existence d'un accord conclu avec
la T616co, ceci pour faciliter 1'dchange de donndes entre Haiti, les Bahamas et les Etats
Unis via un cable de fibre optique. Un porte-parole de la BTC a pr6cis6 que tous les
travaux ont &te r6alis6s pour permettre aux consommateurs d'utiliser les lignes qui sont
d6ji op6rationnelles en Haiti.
Le directeur de la T616co, Michel Pr6sum6, a confirm la nouvelle << Le cable sous-ma-
rin de fibre optique donne une ouverture sur le monde ext6rieur <, indique M. Pr6sum6
faisant remarquer que les op6rateurs pourront mieux servir la population. Il confirme
que le plan est op6rationnel dans le pays depuis quelques semaines et explique que des
op6rateurs locaux ont d6ji sign des contrats d'exploitation du cable.
Par ailleurs, Michel Presume annonce la mise en application d'autres dispositions qui
permettront d'ameliorer les services dans le domaine de la telecommunication. Il envi-
sage d'ameliorer les infrastructures numdriques a travers le pays.
La communication par le cable de fibre optique permettra d'obtenir des services plus
fiables qui ne seront pas affects lors des catastrophes naturelles.

L'ambassadeur dominicain en Haiti met en doute les revelations
d'Amaral Duclona rapporties par Haiti Observateur
L'ancien caid de Cite Soleil, arret6 en Republique dominicaine, aurait fait des rdvela-
(EN BREF / p. 14)




Mercredi 14 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 38


A i I # oinit- st 1% J An% F Alass fits I



S"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"




La Minustah annonce avec tristesse cette tragedie


Port-au-Prince, 9 octobre 2009 La Mission des
Nations Unies pour la Stabilisation en Haiti annonce avec
tristesse qu'un avion de la MINUSTAH, transportant a son
bord 11 passagers, y compris l'6quipage, s'est 6cras6 au Sud-
est de la commune de Ganthier, prbs de Fond Verrettes, aux
environs de midi, aujourd'hui.
Une 6quipe de sauvetage envoyde par la MINUSTAH
n'a d6couvert aucun survivant sur le lieu de l'accident qui a
&te s6curis6 par la Police des Nations Unies.
Les corps des 11 victimes ont &te retrouv6s et seront


transports vers Port-au-Prince.
La cause de l'accident estjusqu'a present inconnue
et les procedures d'investigation en cas d'accident d'avion
sont en cours.
L'avion de type Casa 212 faisait un vol de recon-
naissance au moment de l'accident avant de heurter le flanc
d'une montagne.
La MINUSTAH pr6sente ses plus profondes condo-
1Mances aux families, colleagues et amis de ces Casques bleus
qui ont perdu leur vie au service de la paix en Haiti.


#( 1 1 f tit 4r "III ( I f uii :




"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Cest vus u d6lde d e horaes... Partott ou vous6tes
accedez & ONIBANKOnlineh, une vra succmursae en gne

> Piyez n orle quinaywt ur m bila UNIBANK
an fUtaI vous-fm son om*t.

> Faites vos kansferts surIrtrmnpr
> Achetez des ch6ques de direct et wurFnger
> Comnwidezvre altestationbmcire

COn lZ ia longue r it d'autrs traniiacinspossibis
en cliquantsur eWwww~unibankhaki.com


UNIBANK


"Fcasons rue ensemble"

www.uniban khaiti.corn


Page 3


L'EVENEMENT SOMMAIRE1
11 morts dans accident d'un avion de la Minustah p.1
CRIMINALITE
Un kidnapping d6joud : l'otage relich6 et les kid-
nappeurs en fuite p.1
Le dilemme des taxis motos utilis6s par les bandits p.2
Interpol renforce ses capacit6s en Haiti p.9
EDITORIAL
Nouvelle escalade de la criminality : est-ce une pure
coincidence ? p.1
ECONOMIE
Cite Soleil choisi pour un immense pare industriel;
Mais est-ce pour reproduire la m, me disparity r6vol-
tante ? p.1
Haiti, h6te d'une importante rencontre sur
l'investissement p.9
ANALYSE
La valse des millions mais l'aide peche autant par la
quantity que par la quality p.5
DIASPORA
Situation desastreuse pour les Haitiens face a la crise
dconomique aux Etats-Unis p.2
SOCIAL
Crise a f1Universit6 d'Etat : recommandations p.4
MEDIAS
L'ambassadeur dominicain exprime des doutes sur les
d&elarations pretees a Amaral Duclona p.6
LE TEMPS DES NOBEL
Barack Obama, Prix Nobel de la Paix p.8
Un Haitien peut-il gagner le Nobel ? p.8
SANTE
Carter en mission contre la malaria en Haiti p.11
LIBRE PENSER
Cheex blancs p.12
En guise de r6ponse a mes d6tracteurs et aux justes
preoccupations des compatriotes de bonne volont6 p.12
ENVIRONNEMENT
Porto Alegr p.13
CREOLE
Maximilien Laroche : moun andey6 p.15





Mercredi 14 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 38


ECONOMIE

Cite Soleil choisi pour un immense Pare industriel


Est-ce pour reproduire la meme disparity revoltante ?


(CITE SOLEIL... suite de la lere page)
turiers aussi bien locaux qu'6trangers. II abritera 6galement tous
les services administratifs n6cessaires (douane, taxes, activities
portuaires etc) ainsi que des centres de transformation.
Des entretiens sont en cours avec un certain nombre
de compagnies nord-am6ricaines qui souhaiteraient b6nficier
de la main d'oeuvre haitienne meilleur march.
< Ce projet cr6era des milliers
d'emplois et attirera le type d'entreprises
cruciales pour aider Haiti a mettre en va-
leur son potentiel 6conomique >, a d6clar6
Stewart J. Paperin, president du Soros Eco-
nomic Development Fund.
Et la d6peche d'ajouter que les
300.000 residents du bidonville de Cit6 So-
leil, qui est contigu au nouveau parc indus-
triel, verront ainsi jusqu'h 25.000 emplois
cri6s dans leur voisinage.
Orjustement parlons-en. Les resi-
dents du bidonville de Cit6 Soleil sont les
premiers a avoir parl6 publiquement de ce
projet. Availab
On est en 2004-2005. Les quartiers
populaires de Port-au-Prince sont en feu
depuis le brutal renversement du president
Jean-Bertrand Aristide.
Policiers et paramilitaires haitiens,
ainsi que la force onusienne de pres de
10.000 militaires et policiers, placent Cit6
Soleil dans un cordon de s6curit6. N'y entre
pas qui veut !

Operation < hearts and
minds >>...
Eh bien, on se souvient que l'une des accusations
des habitants de Cit6 Soleil a t6 : Ils (le secteur des affaires)
veulent nous chasser des lieux dans l'intention d'y lever une
grande zone industrielle et profiter du d6bouch6 du quartier
sur la mer.
Onverra les forces de s6curit6 surtout internationales
- s'appliquer consciencieusement a nettoyer totalement la place
des gangs arms qui s'y cachaient (ceux des Dread Wilm6, La-
banye, Evans < Ti Couteau >, Ti Blanc, et aujourd'hui Amaral
Duclona qui vient d'etre arr&t6 en R6publique dominicaine
voisine et court le risque d'etre extrad6 vers la France pour
r6pondre de l'accusation d'assassinat en Haiti de deux citoyens
franqais lors de ces ann6es tumultueuses).
Puis onverra avec la meme attention sp6ciale les of-
ficiels am6ricains en Haiti s'occuper lentement mais sfirement
de r6cup6rer le bidonville. Une sorte d'op6ration << hearts and
minds >, a la conquete des cceurs et des esprits, conduite quasi
quotidiennement aupres de la population de Cit6 Soleil estim6e
a environ 300.000 ...
Reconstruction d'6coles et de centres de sante, travaux
d'assainissement, nouveau commissariat de police et nouveau
tribunal, projets d'artisanat etc.
Alors qu'un autre ex-quartier chaud comme le Bel
Air, qui a t6 le premier << normalis >>, n'a jamais b6n6fici6


de pareille attention.

Elever graduellement le niveau de 1'appa-
reil de productivity ...
Done s'il y en a que le projet du milliardaire George
Soros n'a pris guere par surprise, ce sont ces 300.000 residents
de Cit6 Soleil dont la d6peche de Business Wire note qu'ils ver-


"Copyrighted Material

SSyndicated ContentU

le from Commercial News Pro


ront environ 25.000 emplois cr66s ainsi dans leur voisinage.
Nul doute que c'est une perspective souriante. Et que
beaucoup d'entre eux pourront trouver a se faire employer d6s
le premier coup de pioche.
Mais a part les salaires (la nouvelle loi sur le salaire
minimum r6cemment vote fixe celui-ci a 125 gourdes pour
les industries de la sous-traitance) ...
A part la repartition des revenus qui seront g6nr6ss
dans cet espace industriel, commercial, portuaire et autre, le
plus grand du pays (et dans quelques anndes peut-ttre l'un
des plus importants dans la Caraibe) si repartition veritable
il y a et si les investisseurs strangers ne seront pas autoris6s
a rapatrier la totality du rendement de leurs capitaux comme
sous la << rvolution 6conomique > de Baby Doc (ce qui est
fort probable) ...
Et sans que personne ne pense a aucun r6investis-
sement ni a l'amelioration de la main d'oeuvre, de maniere a
lever graduellement le niveau de l'appareil de productivity,
comme il se doit dans un processus de d6veloppement dura-
ble.
Sans oublier les autres secteurs qui auront &te appeles
a se sacrifier (le salaire minimum 6tant de 200 gourdes partout
ailleurs).


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.
Fort Lauderdale, FL,
5 Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenet pi enteresan www.
amerijet.com. Nouvo sit la founi 1%0 ) w
yon baz kominikasyon ki pem&t 71 W w fM B
klyan anjwenn tout enf6masyon ii t
bezwen sou transp6 pa avyon, sou
lanme ak ate, f6 rez6vasyon pou
transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak kontbilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou machandiz li
ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou f tout bagay pi fasil pou
klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesonl" dapre Pam Rollins, vis-prczidan
Biznes Devlopman.
MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon yo e
pou founi enf6masyon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri
n prosede "One-Stop-Shop", sa vle di nou vle ofri li plizye solysyon o chwa
Sa aton oswa tren ou kamyon quit se machandiz pou ekspbtasyon, kit se pou

Skapmini yo, Amerijet pral introdui lodavantaj sou website li a. Pamela
Robbins ajoti : yo'oki enerese nan teknoloj ap edl nou bn plis
ekspansyon e iavnIs."
Amerijet International, 1 oui evis entenasyonal konple e so tout f6m
pa avyon, pa bato ak ate.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout te a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p, Lazi ak
Middle-East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz
li ki se Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenet la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


Disparity r6vol-
tante ...
Mais l'aspect Cit6
Soleil ne doit pas en rester l1.
L'une des particularit6s de la
crise des annies 90, qui a eu
pour point chaud les quartiers


populaires, est non seulement l'6tat de misere atroce dans
lequel vivent leurs habitants mais aussi la disparity revoltante
avec les enclaves industrielles et commerciales existant dans
le meme giron ...
Ce qui 6tait subi par la force des choses sous la dic-
tature infernale des Duvalier, ne l'6tait plus avec l'av6nement
d'un syst6me se r6clamant de la d6mocratie.
T6t ou tard cette contradiction de-
vait 6clater au grand jour.
D'aprbs la d6piche de Business
Wire, la question semble prise en consid6-
ration par les initiateurs strangerss) du projet
de nouveau parc industriel.
Jusqu'h quel point ? On ne sait.
Business is business.
Par contre c'est I l'Etat Haitien
d'assurer la stability de l'ensemble. Par des
lois qui encouragent les investissement aussi
bien nationaux que strangers ainsi que tous
les autres aspects de l'activit 6 conomique
dans le pays (grand capital ainsi que PME,
viders" aussi bien formel que moins formel ou
informel du moins pour l'instant) mais qui
sont tous cruciaux pour son d6veloppement
et pour sortir le peuple haitien de la misere.
Bref, des lois qui prennent en
compte l'6volution progressive de toutes
les categories de la population. Autrement
dit, qui garantissent a celle-ci un avenir
meilleur.

Ne pas revenir A la Cit6
Manman Simone ...
II ne faut pas refaire le Cit6 Soleil
barricade dans sa misere des annies 70, 80 ; ni le Cit6 Soleil
explosant tout feu tout flamme des anndes 90 et d6but 2000.
Il ne faut pas refaire la communaut6 abritant la zone
industrielle la plus importante du pays mais en meme temps
la plus miserable d'entre toutes.
Pour cela Cit6 Soleil (qui a &te port6e au rang de
commune) doit pouvoir vivre des taxes dues par les entreprises
situdes dans son sein.
C'est pareil sur toute la terre. Les villes attenantes A
une grande industrie (automobile comme en Italie, en France
ou aux Etats-Unis), 6lectronique comme en Allemagne ou a
un grand chantier naval ou a6ronautique, sont des villes et des
communaut6s privil6gi6es.
Tout comme s'il arrive que cette industrie diminue
en activities comme les chantiers navals de Baltimore ou ferme
totalement comme le fabriquant des lames Gillets a Boston
(Massachusetts), voici ces communaut6s menaces automati-
quement de devenir des villes fant6me.
Bien entendu, le changement viendra si l'Etat fait
bien son devoir, et que lesdites taxes ne sont pas d6tournmes a
d'autres fins voire ne finissent dans la poche de fonctionnaires
v6reux.
Doit-on pour cela inventer un veritable partenariat
secteur public secteur priv6 soci&te civile et repr6sentants
officiels et civils de la commune de Cit6 Soleil.
Car il est evident, dans les circonstances actuelles,
que personne n'a int6ret a revenir a la Cit6 Manman Simone
de la << rvolution 6conomique jean-claudienne > qui a enfante
le Cit6 Soleil des annies 2003 a 2006, les pires jamais v6cues
SPort-au-Prince.

Haiti en Marche, 9 Octobre 2009


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 4





Mercredi 14 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 38


LA VALSE DES MILLIONS


Mais I'aide peche autant par la quantity que par la quality


Page 5


FURCY, 10 Octobre Ily a deux falcons de voir les
millions en cascade qui sont annonc6s actuellement pour la
rehabilitation des bassins versants des plaines les plus produc-
tives et des infrastructures agricoles.
On peut dire : bof en se r6f6rant aux Gonaives et au
gaspillage de l'assistance apres le passage de la temprte tropi-
cale Jeanne qui avait fait plusieurs milliers de morts dans cette
ville et oi le seul r6sultat de cette aide massive est l'apparition
d'un nouveau bidonville baptism a juste titre, Cit6 Jeanne.
Ou on peut penser tout au contraire que c'est la pre-
mibre manifestation du mouvement enclench6 avec la nomina-
tion de l'ex-pr6sident Bill Clinton comme envoy special de
1'ONU en Haiti.
De toute evidence avec le support appuyd de
administration du premier president afro-am6ricain des Etats-
Unis, Barak Obama.
C'est la Banque interamdricaine de d6veloppement
(BID) qui annonce un premier don de US$ 30 millions pour
des ouvrages destin6s a pr6venir des inondations dans trois
importants bassins versants essentiels (ceux de Grande Rivibre
du Nord, de la Ravine du Sud et de Cavaillon) et promouvoir
un d6veloppement agricole durable.
Puis peu apres, un autre don de US$ 3, 44 millions
est approuv6, le 24 septembre 2009, pourunprojet concernant
sp6cifiquement le Pic Macaya (Sud) qui vise non seulement a
la preservation de ce parc naturel mais grice auquel notre pays,
dit le communique de la BID, devrait pouvoir d6velopper des
m6thodes de gestion durables de ses terres et de ses forts.

Deux falcons de voir ...
La semaine dermire c'est 1'USAID (Agence amdric-
aine de d6veloppement international) qui lancait un programme
de US$ 126 millions 6tal6 sur une p6riode de 5 ans et intitule
< Initiative Bassins Versants pour Ressources naturelles et
environnementales >> (WINNER).
Selon le directeur du projet, l'ex-ministre haitien
des Affaires 6trangeres, l'agronome Jean Robert Estim6, son
objectif premier est l'augmentation de la production agricole
via l'utilisation de techniques modernes et une gestion adequate
des ressources naturelles.
Le president Rend Pr6val, participant a la c6r6monie
d'inauguration, a confirm l'engagement du gouvernement
pour la mise en place de structures pouvant favoriser une
augmentation de la production nationale et l'amdlioration des
conditions de vie de la population.
II faut aussi, souhaite Rend Pr6val, une croisade
nationale pour le reboisement de nos montagnes et pour la
vulgarisation d'6nergies alternatives au charbon de bois comme
le gaz propane et le bio-diesel ainsi que l'6nergie solaire et
dolienne.


Cependant il y a deux falcons de voir tout cela :
Soit dire que c'est du d6ja-vu. En effet Haiti est depuis
de nombreuses d6cennies le pays aux mille inaugurations et
poses de premiere pierre par mois, mais sans rien qui se ma-
t6rialise.
Il y a eu la p6riode faste des milliards de l'aide sous
le regime de Baby Doc. On connait la suite ... Oui la suite,
aprbs le renversement de la dictature en 1986, ne fut pas plus
concluante.

Un Etat dans 1'Etat ...
Cependant depuis les anndes 1990 oni, dans le but
d'6viter la corruption gouvernementale, international a
d6cid6 de confier ses programmes de pr6f6rence aux ONG
(organisations non gouvernementales), le bilan 1i aussi tient
difficilement.
Outre que personne n'a de contr6le sur la gestion des
ONG au plan local. C'est un Etat dans l'Etat s'il en est. D6put6s
et s6nateurs haitiens peuvent se d6chainer contre le gouverne-
ment pour son administration du plan d'urgence post-ouragan.
Par contre ils n'ont aucune influence sur les budgets cent fois
plus importants entre les mains des ONG.
Bref, l'ins6curit6 alimentaire a touch les 2.9 millions
d'Ames en 2008, pour ne commencer a diminuer que grace aux
efforts exceptionnels r6alis6s aprbs le passage des ouragans de
2008.
A la faveur aussi de la crise 6conomique mondiale,
dont l'une des premieres phases a &te le quintuplement des
prix des denrdes alimentaires sur le march international, crise
6conomique sans frontibres qui semble avoir secou6 quelque
peu les consciences.

Un nouvel acteur sur la scene ...
Done soit placer toutes ces nouvelles initiatives dans
le cadre d'une atmosphere plus positive (promettant d'etre aussi
plus dynamique) d6clench6e avec l'arriv&e d'un nouvel acteur
sur la scene, Mr. Clinton, comme envoy special apparem-
ment aussi bien de 1'ONU que de la Maison Blanche avec un
nouveau locataire peut-6tre plus sensible au cas Haiti que son
pr6d6cesseur. Faut-il rappeler aussi que l'actuelle secr6taire
d'Etat amdricaine n'est autre que Hillary Clinton.
D'autre part, tout cet int6ret en faveur de la production
agricole nationale survient en marge du remarquable forum des
affaires (plus de 200 hommes et femmes d'affaires strangers)
que Bill Clinton, de concert avec la BID, vient de tenir les ler
et 2 octobre derniers dans le pays.
Sans oublier d'autres petits faits mais qui en disent
long: la decision du consulat des Etats-Unis enHaiti d'accepter
que les demandes de visa de touriste soient r6gl6es d6sormais
en monnaie haitienne (gourde).


( r ia I: II tm di (4 mt lk I aa t


"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


CONTACT US
TOLL FREE: 1-888-383-2856
OR: 305-620-8300
FAX3 :305-620-8332
CELL: 305-986-8811


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCHE


Nom
Adresse


I Coa ,tpourIS.1ix- il.b


HaTe
Etats Unis
Canada
Europe
Amrrique Latine


I Catpor n n


Gdes 260.00
_US $ 40.00
US $ 42.00_
Sus $ 70.0oo
US $ 70.00


Gdes 520.00
SUS $ 78.00
Sus $ 80.00
US $135.00
US$ 135.00


Dans le cas d'un abonnement
avec livraison, le coOt est le double.
Pri&re de specifier si vous 6tes
un nouvel abonn6
ou s'll s'agit d'un renouvellement


Nouveau

I I


Renouvellement

I I


I Haitien Mardce:


Une facon comme une autre de manifester une certaine
consideration pour 1'6conomie locale.

Si ce n'est un gaspillage certain ...
Mais surtout c'est le nouvel ambassadeur amdricain,
Mr Kenneth Merten, annoncant a la presse locale que les
Etats-Unis sont en train de proc6der a une revision de leur
politique de cooperation avec Haiti afin de donner a celle-ci
plus d'efficacit6.
Autrement dit les autorit6s amdricaines sont con-
scientes que le bilan de cette cooperation n'est pas totalement
positif et qu'il y a eu un certain gaspillage si ce n'est un gaspill-
age certain ...
Cet effort de transparence que l'on considbre comme
un point fort de la nouvelle administration americaine depuis
l'accession de celui qui a &te choisi, a la surprise g6ndrale,
le vendredi 9 octobre could, comme Prix Nobel de la Paix
2009.
Cependant si une plus grande efficacit6 de la coo-
p6ration americaine passe par une revision de cette politique,
comme l'a annonc6 l'ambassadeur Kenneth Merten, cela
sous-entend que l'on ne peut se contenter comme autrefois
de changer seulement la couleur des cartables circulant dans
les tiroirs des administrations grant cette aide, aussi bien a
Washington qu'a Port-au-Prince, pendant que sur le fond c'est
business as usual ... selon la formule consacrde : on prend les
memes et on recommence !

Coincidence ou non ? ...
Pour tout dire, le mieux n'aurait-il pas 6td la dd-
termination d'un plan de d6veloppement global, int6gr6 et
harmonieux au sein duquel tous ces multiples acteurs (gou-
vernement haitien, USAID, BID, Banque mondiale, Union
europ6enne) seraient appel6s ajouer leur partition.
N'est-ce pas 1i le seul veritable changement et qui
pourrait v6ritablement changer les choses au plan efficacit6,
rendement et durability comme tout le monde, aussi bien le
gouvernement haitien que nos amis internationaux, dit le re-
chercher ?
Justement la semaine dernibre, les responsables du
ministbre haitien de l'Agriculture organisaient un colloque
de deux jours dans l'intention de lancer un grand d6bat sous
le theme : < El6ments de politique et de strat6gie pour une
amelioration durable de la production agricole nationale. >
Est-ce l'annonce d'une entente cordiale, d'une nou-
velle synergie ?
Ou est-ce une simple coincidence ?

Haiti en Marche, 10 Octobre 2009





Mercredi 14 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 38


Nouvelle escalade de la criminality



Est-ce pure coincidence ?


(CRIMINALITE ... suite de la lere page)
Et puis, lejeudi suivant, on apprend, sans trop vouloir
y croire, qu'un homme d'affaires a &te enlev6 du c6t6 de Cazeau
(nord de la capitale).
Puis qu'il s'agit du propri6taire d'un restaurant, Mes-
had Nazemy, situd a Delmas, qui allait s'alimenter dans une
poissonnerie a Cazeau.
Les kidnappeurs sont partis avec leur otage dans une
Montero grise.
Puis silence radio : la police confirme l'enlkvement,
mais pas un mot de plus.
Puis, all6luia, aussi soudainement que la nouvelle du
kidnapping 6tait tombde, le kidnapp 6 tait retrouv6.
Pas trls loin de la. Dans une locality nomm6e Puits
Blain, a Delmas 75.
Les kidnappeurs, se sentant cerns de toutes parts,
n'ont pu aller bien loin et ont fini par abandonner leur otage
pour prendre la fuite.
Cependant eux aussi, comme le tueur du cambiste de
la Place St Pierre de PNtionville, et comme les cambrioleurs
meurtriers de la SogeXpress de Delmas, ont eu le temps de
disparaitre. Eux aussi courent toujours.

Toutes les issues fermees ...
Mais la bonne nouvelle est que non seulement les


(ENLEVEMENT... suite de la lere page)
Gauthier, s'est f6licit6 de cette liberation. II a
rdv16 qu'immn diatement aprs l'enlrvement,
les units de Cazeau, de Delmas et de la
Brigade Motorisde avaient ferm6 toutes les
issues. II a 6galement remercid la population
qui a collabord, indiquant tous les points ou
le v6hicule a bord duquel se trouvait l'otage
avait 6td signal.
Le commissaire Livingston Gauthier
a d6clard que sous la pression des unites, les
ravisseurs n'avaient pas d'autre choix que de
lib6rer l'otage.
Le responsable de la Cellule Contre
Enlkvement, Francois Dossous, a, de son
c6t6, salu6 le comportement des membres


de la famille de la victime qui n'ont pas
perdu de temps pour se rendre a la Direction
Centrale de la Police Judiciaire pour fournir
les informations n6cessaires.
Aucune arrestation n'a &te effectu6e
mais les responsables de la police se disent
confiants qu'avec l'aide de la population et
des t6moins, les auteurs de cet enlevement et
le v6hicule utilis6 seront bient6t identifies.
Quoiqu'il en soit, le trajet parcouru
de Cazeau a Puits Blain devrait attirer
l'attention des responsables de la police sur
la faiblesse des patrouilles qui n'ont pas pu
intercepter le v6hicule en d6pit de l'alerte
g6ndrale lance quelques minutes aprbs
l'enlevement.


kidnappeurs de M. Nazemy ont &te forces de le relAcher sans
avoir meme eu le temps de formuler une demande de rancon,
mais ce sont les circonstances dans lesquelles cela est arrive.
Toutes les units de la police nationale dans la region
ont &te mobilis6es d&s l'6clatement de la nouvelle et elles ont
ferm6 toutes les issues.
Fini le temps oFi l'on tait accueilli par un commissaire
confortablement enfoui dans son fauteuil et qui vous regardait
de bas en haut comme pourjauger votre pesant d'or avant de
vous conseiller d'accepter de payer la rancon car c'est le mieux
que vous puissiez faire. Done une police capitulant devant le
kidnappeur. Si ce n'est plus ...
Le commissaire responsable de la Cellule Contre
Enlkvement a remercid aussi les parents de l'homme d'affaires
qui n'ont pas perdu une minute pour porter plainte, ce qui est
une obligation pour d6clencher officiellement les poursuites.

Pression populaire invisible ...
Mais ce qui a surtout fait la difference cette fois-ci
c'est le changement de comportement de la population.
Ce sont les gens qui ont renseign6 sur les d6place-
ments du v6hicule dont le signalement avait 6td donn6 (une
Montero grise sans plaque d'immatriculation).
C'est cette pression populaire invisible jointe au
positionnement des units de la police a tous les carrefours


strat6giques qui a convaincu
les kidnappeurs que leur
dernire chance 6tait de re-
licher leur otage avant de
disparaitre dans la nature.
C'est une grande
premiere dans la mesure oh
le kidnapping avait tire un
large profit de l'indiff6rence
de la population.
Soit que le r6si-
dent de quartier populaire
se consid6rait stranger a un
phenombne frappant princi-
palement des poss6dants ...
Soit que c'6tait un


moyen de manifester son insatisfaction vis-a-vis du system
(pouvoir et soci&td dominante).

La roue a tourn6 ...
Soit aussi que les kidnappeurs paraissaient assez
puissants pour pouvoir revenir se venger contre toute personne
qui aurait d6nonc6 leurs faits et gestes.
De fait, plusieurs exemples de complicity entre les
auteurs d'enlkvement et des 616ments de la police nationale,
jusqu'au grade de commissaire, ont &te prouv6s.
Soit enfin que la population a peut-6tre repris un peu
espoir en 6coutant les dernires nouvelles touchant a l'actualit6
dconomique. MWme a r6alisation sine die ...
Toujours est-il que la facon heureuse dont se termine
l'enlkvement du jeudi 8 octobre montre sans l'ombre d'un
doute que la roue a tournm contre le kidnapping.
Il reste aux autorit6s a mieux peaufiner leur strat6gie
au regard de cette nouvelle toumure de la situation afin d'en
tirer des r6sultats encore plus probants.

Oui, mais tous ces criminels courent tou-
jours ...
Car la mauvaise nouvelle c'est que dans tous les
cas signals (ainsi que d'autres mais qui n'ont pas &td aussi
m6diatis6s) les criminels ont rdussi a s'enfuir sans laisser de
traces.
Avec au moins deux meurtres sur la conscience (le
cambiste de PNtionville et le caissier de la SogeXpress), ils
courent toujours. C'est le commun d6nominateur de tous ces
deniers incidents sans une seule exception.
Bizarre, non !
Car en effet il y a ceux qui notent que l'escalade a
red6marr6 le jour meme que prenait fin la visite de l'envoyd
special Bill Clinton a la tate de plus d'une centaine d'hommes
d'affaires strangers, parmi eux de potentiels investisseurs.
Que faut-il en conclure ? Est-ce notre proverbiale
paranoia ? Ou simple coincidence ?
L'avenir nous dim le reste. Mais dans ce domaine,
l'avenir c'est toujours trop tard.

Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


-~u.


,^^B- 3a~iii a:


, tm- P: am*: i* *
tw^^ tifI * % rar l *


ETID POU KORIDO SOUTH FLORIDA EAST COAST
PATISIPE NAN YON SEMINE POU TOUT MOUN
Opinyon ou Enpotan!
Etid sa a se pou amelyore deplasman nan yon nouvo sevis tren pasaje local
ak rejyonal pou desevi popilasyon kap viv nan z6n les Palm Beach, Broward
ak Miami-Dade Counties e kap itilize korid6 85-mile FEC Railway a.


Chwazi ki dat ak ki lokasyon ki pi fasil pou ou!
Vini nenpot ki jou nan le yap bay enfomasyon sou ki estasyon kap bon pou
ou ak ki kalite transit.


BOCA RATON
Jeudi, 15 Octob
Boca Raton Community
Center
Royal Palm Room
150 Crawford Blvd.
6- 8 p.m.
POMPANO BEACH
Mercredi, 14 Octob
E. Pat Larkins
Community Center
Auditorium & Meeting
Room
520 Martin Luther King
Jr. Blvd.
6- 8 p.m.
FORT LAUDERDALE
Mardi, 20 Octob
Holiday Park
Social Center
1150 G. Harold Martin
Drive
3:30 5:30 p.m.
OR 6 8 p.m.


HALLANDALE BEACH
Mardi, 13 Octob
Hallandale Beach Cultural
Center
Auditorium & Room 107
410 SE 3rd St.
6- 8 p.m.
NORTH MIAMI BEACH
Lundi, 19 Octob
McDonald Center
17051 NE 19 Ave.
6- 8 p.m.
UPPER EAST SIDE
MIAMI
Mardi, 27 Octob
American Legion Park
6447 NE 7 Ave.
6 -8 p.m.
DOWNTOWN MIAMI
Jeudi, 8 Octob
Courtyard by Marriott
Royal Ballroom
200 SE 2ndAve.
3:30 5:30 p.m.
OR 6 8 p.m.
Parking gratis dan garage
Courtyard la ou bien ou
ka pran Metromover tpou
station Knight Center.


tout moun kelkeswa ras, relijyon, koule, laj, seks, nan ki peyi ou soti, marye ou divose. Moun ki
akomodasyon espesyal akoz on enfimite, ouswa ki bezwen sevis tradikte gratis, nou gen pou
anvan semine a:
Miami-Dade County: Charesse Chester 305-944-7564 info@cchesterpr.com
Broward County: Ali Soule 1-800-330-7444 info@communikatz.com
Palm Beach County: Denis Eirikis 561-798-9633 eirikis@clearlightpr.com

sit www.SFECCstudy.com pou ou sa konn piplis.


"Copyrighted Material

Syndicated Content J

Available from Commercial News Providers"


( L


Page 6


Liberation de Meshad Nazemy


JUPITER
Mercredi,
Jupiter Cc
1 er etag
200 Milita
6- 8 p.m
RIVIERA
Mercredi,
Wells Rec
2409 Ave
6- 8 p.m
WEST PA
Lundi, 26
Raymond
for the Pe
Parking G
1 er etag S
701 Okee
3:30 5:3
OR6 8
LANTANA
Jeudi, 29
Finland H
1 er Etag
301 W. Ci
6- 8 p.m



Yap tann
bezwen
rele 7 jou




Vi


28 Octob
community Center
iry Trail

BEACH
21 Octob
creation Complex
nue H West

ALM BEACH
Octob
F. Kravis Center
,rforming Arts
Garage 3rd Level
Salon A & B
chobee Blvd.
0 p.m.
p.m.
A
Octob
ouse
central Blvd.
n.


Ecoutez

. lodie
vos emissions preferees sur 03.3 d e


www.radiomelodiehaiti.com




Mercredi 14 Octobre 2009 E SAGEDUPREMIER I E Page7
Haiti en Marche Vol XXIII N' 38DI Page7


0 '~


Rentree Judiciaire 2009

M6aif e 4 & 4iemwiw M6~tte






Port-au-Prince, le 5 octobre 2009


En ce jour du 5 octobre 2009, jour de la rentree judiciaire et de la reouverture des tribunaux, je tiens a saluer
tous les magistrats, juges, commissaires de gouvernement, substituts, greffiers, huissiers, avocats,
notaires, arpenteurs, officiers d'etat civil a travers toutes les juridictions du pays, et a leur demander
solennellement de maintenir bien haut le flambeau de la dignity et de continuer a euvrer pour une justice
accessible et gale pour tous et toutes, dans un souci constant de verite.


Nous savons tous, et nous le repetons a toutes les occasions, que la justice est le pilier de I'Etat de Droit, et
en ce sens qu'elle a partie liee avec I'ethique personnelle et la morale publique. En depit des difficulties
confrontees par notre society au cours de son histoire a faire de I'universalite des droits et de la primaute du
droit des principes fondateurs de son vivre-ensemble, aujourd'hui, des lors que nous nous sommes
resolument engages dans la construction d'une society juste et solidaire, nous avons le devoir de placer les
valeurs democratiques de bien commun et d'interet public au centre de nos convictions, de nos
preoccupations et de nos pratiques. Et ceci concerne aussi bien le Judiciaire que I'Executif et le Legislatif.


Nous avons fait des avancees, certes et il faut le reconnaTtre, mais le chemin est encore long et parseme
d'embuches. La society ne peut fonctionner en toute justice que si nous nous mettons tous d'accord sur les
valeurs qui guident nos actions, sur les normes qui en decoulent, sur les sanctions qui s'appliquent des lors
qu'il y a transgression, et sur les institutions investies de I'autorite d'appliquer ces sanctions. Cela se traduit
dans la Constitution, les Codes et les Lois, mais plus encore dans les institutions : le Ministere, les cours, les
tribunaux, toute cette architecture juridictionnelle qui represente le socle sur lequel s'erige la justice,
c'est-a-dire la recherche de la verite, en toute souverainete.


Le Gouvernement est conscient des besoins et des manques. II s'attele a construire, a rehabiliter, a reparer,
a equiper, a former, dans les limites de ses contraintes budgetaires. La construction ou la rehabilitation de
tous les lieux d'exercice du pouvoirjudiciaire ne peut malheureusement se faire que graduellement. Mais
que ceux qui ont la charge des nouveaux batiments, parquets, cours, tribunaux, commissariats, prisons, en
prennent soin ; qu'ils respectent les biens de I'Etat et montrent ainsi qu'ils ont un profond sens des
responsabilites.

La critique est tellement aisee lorsqu'elle n'est pas motivee par la bonne foi et par le sens de la verite. Ne
protons pas le flanc aux detracteurs de tout bord, gardons la tete haute, fire de servir en toute honnetete,
dans la rectitude morale que lesjusticiables quels qu'ils soient et la society tout entire attendent de nous.
Notre tache est difficile, la v6tre aussi bien que la mienne. En ce jour de la reouverture des tribunaux,
travaillons avec encore plus d'ardeur, plus de conviction, plus de rigueur pour rendre la justice encore plus
accessible, plus performante et plus respectueuse des droits de la personne humaine sur tout le territoire
national. Nous participerons ainsi ensemble a I'amelioration des conditions de vie de la population qui
s'attend a ce que ceux qui detiennent le pouvoir I'exercent dans I'interet collectif. Je vous souhaite a tous et
a toutes une bonne et fructueuse annee judiciaire.


Michele Duvivier Pierre-Louis


Premiere Ministre




Mercredi 14 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 38


Barack O(hama. pri Nohtl de la pair 2009




Coyrighted Material



Syndicated .Content


Available from Commercial News Providers"


Un Haitien p(


Le Reverend Martin Luther King, Prix Nobel
de la Paix 1964


Sut-il gagner 1(
PORT-AU-PRINCE, 11 Octobre A ce compte-l,
Aristide aurait pu 6tre Prix Nobel de la Paix.
Mais nous pr6cisons: s'il n'avait pas renid ses promes-
ses. Acommencerpar ses vceux eccl6siastiques en abandonnant
la pr6trise.
Mais puisque le Nobel par essence recompense les
premiers de classe, que ce soit le Nobel de m6decine, de chimie
ou de litt6rature ou autre.
Premier president afro-am6ricain des Etats-Unis ...
Premier president renvers6 dans le continent amdri-
cain qui ait &te rechouqu6 (remis dans son fauteuil).
Alors !
Mais le portrait n'est pas pour autant complet. Barak
Obama une fois Olu confie a celle qui a &te son adversaire le
plus acharn6 le poste le plus reluisant de son administration :
Secr6taire d'Etat Hillary Clinton.
En Haiti, la coutume est plut6t de refuser m6me a ses
plus fervents supporters les postes les plus marquants. La regle
est d'avoir peur de tout le monde et de son pbre.
Par contre ce n'est pas le fait d'6tre trained dans la boue
par ses compatriotes qui fait problem. Aristide a ete trait de


Prix Nobel ?
tous les noms par les adeptes du coup d'Etat militaire de 1991
et caricature de la plus vilaine facon ...
Cela n'a pas emp6ch6 son retour triomphal au palais
national le 15 octobre 1994.
L'encourager A perseverer ...
C'est au moment ou le president Obama subit les
pires assauts des racistes, qui ne savent s'il est plus Hitler ou
plus Staline ou plus Ben Laden, en tout cas qui ont d6cr&te
qu'il n'est pas a sa place ( !), que le Comit6 Nobel decide de
1'honorer pour l'encourager a persdv6rer dans ses engagements
(lutter contre la course aux armements nuclkaires, contre le
rdchauffement climatique et pour privil6gier le dialogue dans
les situations de conflit comme au Moyen Orient).
Tout comme le R6v. Martin Luther King, le plusjeune
laur6at du Prix Nobel de la Paix de toute l'histoire (35 ans), a
&td honored pour n'avoirjamais renonc6 a la non-violence dans
son combat contre le racisme et pour la paix.
Nelson Mandela a accept d'6tre le premier president
de l'Afrique du Sud post-Apartheid pour la force du symbole.
(PRIX NOBEL/ p. 10)


/../.II..........F...


KI VWAYAJE CHAK


MEN YON
GWO BATO K
AP POTE TOUT
MACHANDIZ
OU TOUPATOU


GONAIVES
HAITI
j OAIE


Rele (561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330

Fax ( 561 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398

Toll free 1-877-845-8330 or 1-877-845-7590


15 JOU POU BWOTE
MACHANDIZ OU DIREK
AN AYITI SOU WAF ST
MARC GONAIVES &
CAPE HAITI
LI BWOTE KONNTENE, BWAT
PEPE, KAMYON MACHIN EK-
SETERA

ST MARC
HAITI
G________


Se Sel


koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la


Direction: 1-95 to Exit No. 74 ( 45th Street ) East to Congress Ave, to North on Congress Ave to Martin Luther
King Jr Blvd go East on MLK Blvd ( making right hand turn ) this Rd takes you straight to the Port of Palm Bch

As soon as you go over Old Dixie Hwy before Guard Shack Make 1st Left hand turn you will see our Sign

Under New Management


Page 8


CAPE HAITIEN

HAITI
d________





Mercredi 14 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 38


Haiti, h6te d'une importante


rencontre sur l'investissement


tout en prot6geant l'environnement, a-t-il fait savoir.
Le president Clinton croit, en effet, que ses efforts
seront 6valu6s enterme de nombre d'emplois cr66s, d'accrois-
sement de la classe moyenne et d'orientation des entrepreneurs
vers les secteurs porteurs.
Pour sa part, le chef du Gouvernement haitien a voulu


Une grande reunion d'affaires internationale de
deux jours a d6but6 ce 1"r octobre a Port-au-Prince. Conduite
par l'Envoyd special de l'ONU pour Haiti, Bill Clinton, et le
president de la Banque interamdricaine de Ddveloppement
(BID), Luis Alberto Moreno, cette rencontre accueille plusieurs
centaines de repr6sentants de milieux d'affaires intemationaux.
Une initiative qui entre dans le cadre
des efforts entrepris pour relancer
l'6conomie.
< vestir >>, a lanc6 le president de la BID,
Luis Alberto Moreno, aux nombreuses
personnalit6s du secteur des affaires
national et international presents a
cette importante rencontre intematio-
nale. Celui-ci considbre les travailleurs
haitiens comme une main d'ceuvre
ddvoude, dot6e d'une intelligence
p6trie des nombreuses difficulties dans
lesquelles elle a 6volu6.
De son c6t6, le president Bill
Clinton a salu6 la presence en Haiti
des nombreuses personnalitds, dans
le cadre de cette reunion d'affaires. <<
Il n'y a pas longtemps, je ne pouvais
gubre imaginer que l'on pouvait avoir
un pareil 6v6nement en Haiti >>, a-t-il
soulign6.
Des repr6sentants de pays
comme les Etats-Unis, le Canada, le
Br6sil, la Colombie, la R6publique
Dominicaine, entre autres, 6taient en
effet presents a cette rencontre. Pour
eux, il s'agit de s'enqudrir de la situa-
tion en Haiti et ainsi 6valuer les possi- L 'ex-Prdsident Bill
bilit6s d'investissements potentiels.
M. Clinton a particulibrement mis l'accent sur la
grande solidarity des pays voisins d'Haiti presents en grand
nombre a cette rencontre internationale. < provenance de l'Amdrique Latine et de la Caraibe sont plus
nombreux a cette rencontre que ceux qui viennent des Etats-
Unis, de l'Europe et du Canada>>, a-t-il fait remarquer, souli-
gnant, par la meme, l'importance du soutien des pays voisins
pour le succes d'Haiti.
A l'intention des investisseurs, il a mis en relief les
domaines qui m6riteraient une attention particulibre. Parmi
eux, le tourisme. Vantant les qualit6s architecturales de plu-
sieurs sites touristiques dans le Nord d'Haiti, il a appel6 a la
construction dans cette region d'un nouvel a6roport, en vue
de faciliter l'acces des visiteurs au Palais de San Souci et la
Citadelle Laferriere, notamment.
L'Envoyd special de l'ONU est aussi intervenu sur les
petites entreprises. Une occasion pour lui de rappeler l'impor-
tance du projet de briquettes fabriqudes a partir de detritus dans
le quartier d6favoris6 de Carrefour-Feuilles, a Port-au-Prince.
C'est un projet dot6 d'un grand potentiel de creation d'emploi


Tous ces facteurs font d'Haiti unpays qui se prete aux
investissements. Or tous ces << changements positifs > n'ont
pas encore < d'incidence rdelle sur la vie quotidienne de la
population haitienne >. D'oui la n6cessit6 de lancer un appel aux
investisseurs strangers pour crder des emplois. << Nous avons
besoin de vous pour la creation d'emplois >>, a-t-elle dit.
SToujours dans le cadre de


Clinton visitant la SHODECOSA en compagnie de 1 'un des propridtaires, Youri Mevs


rassurer les dventuels investisseurs stranger. < Je peux vous
affirmer que les conditions sont r6unies pour vous accueillir >>,
a fait valoir Michble Duvivier Pierre-Louis, a travers notam-
ment les diff6rents 616ments qui t6moignent de l'amdlioration
de la situation en Haiti.
Elle a parl6 du << rtablissement de la s6curit6, grace au
renforcement de la police nationale, la participation de la popu-
lation et l'assistance de la MINUSTAH >. Elle a en outre fait
dtat d'une gouvemance dconomique ayant permis de maintenir
notamment un taux d'inflation a son niveau le plus bas depuis
des d6cennies et un taux de change relativement stable.
Mme Pierre Louis a aussi fait part des actions du
Parlement qui a vot6 un certain nombre de lois importantes
pour r6guler le systbme judiciaire, la passation des marches
publics, le systbme bancaire, douanier et fiscal.
Le chef du Gouvemement haitien a 6galement sou-
lign6 l'amdlioration de la quality des infrastructures. Elle en
veut pour preuve la meilleure distribution de l'l6ectricit6 ainsi
que l'extension du r6seau routier et du systeme portuaire et
a6roportuaire.


cette rencontre sont organisms trois
ateliers sur les themes : l'industrie du
textile, l'agriculture et l'6nergie re-
nouvelable. Ces moments d'6changes
ont pour objectif de partager avec les
investisseurs strangers l'dvolution de
ses secteurs et leurs avantages.
Pour Stewart Paperine de So-
ros Economic Fund, une conference de
cette ampleur a l'avantage de mettre
ensemble toutes les energies, qu'elles
proviennent du Gouvernement, du
secteur priv6 ou des investisseurs
intemationaux. Il reconnait que la si-
tuation en Haiti a change, meme si elle
est encore fragile. Et ceci est un << bon
dbut >> pour la relance 6conomique.
D'autres investisseurs 6tran-
gers ont d6ji identified des opportunities
en Haiti. C'est le cas de Diego Bel-
monte, repr6sentant de la compagnie
Esound Energy, qui 6volue dans le
secteur de l'6nergie renouvelable. <
Haiti a de bonnes potentialit6s dans ce
domaine >>, a fait savoir M. Belmonte,
qui 6tudie les possibilities de monter un
projet de cr6dit-carbone en Haiti.
De son c6t6, Pierre Chauvet,
president de l'Association touristique


d'Haiti, voit dans cette grande reunion internationale un signe
que la relance du secteur touristique est possible. < que nous pouvons accueillir de grands Mvenements intematio-
naux. Si chaque 15 jours ou chaque mois, Haiti devait accueillir
des reunions de cette ampleur, cela contribuerait au develop-
pement du tourisme avec des b6ndfices directs aux diff6rents
secteurs de la vie nationale >>, a-t-il expliqud.
Plusieurs visites de terrain sont pr6vues dans le cadre
de cette visite, la troisieme de Bill Clinton enHaiti, en sa quality
d'Envoyd special des Nations Unies.
Dans l'aprbs-midi, il s'est rendu a Croix-des-Bou-
quets pour y visiter une ferme de pisciculture, la Caribbean
Harvest. Cette ferme qui compte plus de 30 bassins est d'une
grande importance pour les habitants de la zone puisqu'elle
emploi a plus de 30 families. La ferme encadre 6galement
150 l6eveurs de poissons.
La d6l1gation se rendra ce vendredi dans le Nord du
pays, oi sont prdvues des visites touristiques au Palais de Sans
Souci et la station touristique Labadie.


Interpol renforce ses capacities en Haiti


La lutte contre la criminality internationale organisde
requiert des moyens de plus en plus sophistiquds, mais 6gale-
ment l'dvolution en r6seau des diff6rentes entit6s impliqudes.
C'est dans cette optique qu'une mission d'Interpol a s6journm
du 29 septembre au 2 octobre en Haiti.


Unies pour la Stabilisation en Haiti (MINUSTAH) visant a
consolider les capacit6s de la Police Nationale d'Haiti (PNH);
Il est 6galement initi6 conform6ment au Programme d'6chan-
ges de bonnes pratiques entre les Bureaux centraux nationaux
d'Interpol de chaque pays.


de constater sur place les besoins du BCN de Port-au-Prince,
de voir dans quelle mesure les recommandations effectudes
lors des pr6c6dentes missions ont &te respect6es et surtout de
partager avec le BCN les nouvelles techniques d'utilisation des
(INTERPOL/ p. 10)


Un formateur de l'Interpol pretant son concours aux unites spdciales
de la Police nationale d'Haiti (Marco Dormino)


Cette mission 6tait dirig6e par Roger Sauvin, un
fonctionnaire de la police suisse mis a disposition du Secr-
tariat g6ndral de Interpol a Lyon. Entre autres attributions :
d6velopper les Bureaux Centraux Nationaux (BCN) a travers
le monde.


Ce programme a
identifi6 une vingtaine de nor-
mes en matibre de prestation
de service des BCN, et vise
a renforcer chacun de ces bu-


La r6cente rencontre d'6changes s'inscrit dans le ca- reaux dans les 187 pays affilids
dre de la cooperation entre Interpol et la Mission des Nations a Interpol. << Notre mandat est


POUR VOS RERVATIONS DE CARGO, APPELEZ

1-800-927-6059
ou en yez ou m c-m lalk


Page 9





Mercredi 14 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 38


Un Haitien peut-il gagner le Prix Nobel ?


(PRIX NOBEL... suite de la page 8)
Mais une fois son mandat achev6, il se retira. Pr6f6rant rester le
protecteur du citoyen sans la lettre. Et pas seulement le citoyen
sud-africain, comme son Nobel l'y autorise.

Enivr6 par le chant des sirenes ...
Par contre une fois revenu au pouvoir en Haiti en
octobre 1994, Aristide se laissa enivrer par le chant des sirenes.
Pourtant ce ne sont pas ses accomplissements en Haiti meme
qui auraient constitu6 le plus gros handicap dans ce domaine
que la rupture des contrats passes avec le monde blanc (car
qu'on le veuille ou non, c'est celui-ci qui d6ceme le Nobel).
Et le t6l1phone rouge (couleur des cardinaux, le pourpre car-
dinalice) doit fonctionner assez bien entre le Vatican et Oslo
qui d6cerne le Nobel de la Paix.
Voire avec Paris. Non content d'avoir renid les Ac-
cords de Paris, convention commerciale intimant entre autres
la privatisation des entreprises publiques et dont le president
Aristide se d6fendra une fois de retour en Haiti en disant qu'il
ne les avait pas sign de sa propre main ...
Ensuite, les tentatives de ses farouches partisans (avec
son consentement ou non) pour ne pas organiser les elections
pr6sidentielles de 1995 comme il y avait souscrit aupres de
l'administration Clinton en oubliant que celle-ci avait affrontW
une tres forte resistance pour le ramener dans son palais a Port-
au-Prince.


Jusqu'a prononcer cette phrase inimaginable, en tout
cas quasi suicidaire : << Donnez moi un bon d6cembre, je vous
donnerai un bon novembre. >
Comme si on pouvait menacer un prsident des Etats-
Unis sans avoir a en rendre compte t6t ou tard !
F


L 'ex-President sud-africain Nelson Mandela,
Prix Nobel de la Paix 1993


Lenine et Trotski auraient ri ...
Evidemment il y a toujours un choix. Tout le monde
n'est pas oblige d'aspirer au Prix Nobel ... On peut tout aussi
bien choisir de coller plut6t aux r6alites de son pays et de son
peuple ou a une cause. L&nine et Trotski auraient ri de bon coeur
si on 6tait venu le leur proposer. Et Staline se serait 6crid : de
combien de divisions dispose Monsieur Nobel !
Jean Paul Sartre a refuse le Prix Nobel de litt6rature
parce que repr6sentant a ses yeux une sorte de momification.
George W. Bush donne probablement moins d'im-
portance au Prix Nobel qu'au Grammy qui recompense les
vedettes de la pop music ou au concours Miss America.
Cependant tout compte fait, si Toussaint Louverture
aurait &te le premier nob6lisable de son temps ... mais c'est
pour avoir fini ses jours prisonnier dans les montagnes du Jura
franqais.
Tandis que Dessalines notre lib6rateur est l'antithese
meme du Nobel pour avoir ordonn6 le massacre des colons
esclavagistes.
Mais le problkme avec les Haitiens c'est qu'onpense
toujours pouvoir gagner des deux c6t6s a la fois, qu'on aspire
a chaque chose et son contraire. C'est un sport national. Aussi
pour nous satisfaire, il faudrait qu'il existe un Prix Nobel du
marronnage !

MAlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Barack Ohama. pri, No de IA paii 21M9

^ ^ -1||||! ii S- -......

"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


%041 ... 1 A1 14v





(:s~a~r~~~a~s i~~B

4~ 0$ t~^~


[ aftienMaIarhe.


Page 10


REYINYON PIBLIK
Asanble Gouvenan Oganizasyon Planifikasyon Konte (MPO) pou Zon Iben Miami pral fe yon reyinyon
piblik jou jedi, 19 novanm 2009, a 2:00 p.m. nan Sal Konferans Komisyon Konte an nan Stephen P
Clark Center, 111 NW 1st Street, Miami, Florid nan bi pou yo konsidere fe amannman swivan sa yo
nan Pwogram Amelyorasyon Transpbtasyon AF 2010-2014:
1. Pwoje Renovasyon Pon nan Lwa Ameriken sou Redresman Ekonomik ak Reyenvestisman
(sig Angle ARRA) pou Vil Medley
Amannman sa-a va pemet yo transfere $474,027 nan lajan finansman Pwogram Transpbtasyon
Sifas ARRA ki te atribye a Vil Hialeah Gardens pou amelyorasyon (FM 426783-1) ale jwenn Vil
Medley pou renove Pon NW 116th Way sou Miami Canal la ki deja anplas.
2. Pwoje Renovasyon Pon nan Lwa Ameriken sou Redresman Ekonomik ak Reyenvestisman
(sig Angle ARRA) pou Vil Hialeah
Amannman sa-a va ajoute yon nouvo pwoje ARRA pou Vil Hialeah de res lajan ARRA ke Asanble
MPO an, nan jou 20 fevriye 2009 la, te atribye a vil la pou Pwogram Transpotasyon Sifas (sig
Angle STP).
3. Lwa Ameriken sou Redresman Ekonomik ak Reyenvestisman (sig Angle ARRA)
Administrasyon Federal Transpo Piblik (sig Angle FTA)
Amannman sa-a pral enkli pwoje yo ki pat enkli nan alokasyon orijinal ki te rezeve pou minisipalite
swivan yo:
Amannman sa-a pral enkli pwoje yo ki pat enkli nan alokasyon orijinal ki te rezeve pou minisipalite
swivan yo:
FTA 5307
Minisipalite Deskripsyon Pwoj Repatisyon
Repatisyon
Vil Coral Gables
SCoral Gab Acha omwens twa bis trolley/shuttle $437,423
(FM #427591)
Vil Cutler Bay
Vi Cutler Bay Acha omwens de mini-bis $397,126
(FM #4275801)
Vil Golden Beach
FMVil Goln B h Acha gerit bis yo ak renovasyon yo $9,045
(FM #4275811)
Vil Miami Beach
S M B Acha omwens twa mini-bis $898,188
(FM #4275821)
Vil North Bay Village
(FM #4275831) Renovasyon gerit bis yo $65,081
(FM #4275831)
Vil Surfside
(FM #42757) Acha gerit bis yo ak renovasyon yo $55,291
(FM #4275781)

Tout moun ki enterese envite vin patisipe. Pou jwenn kopi LRTP a, TIP a, UPWP a, ak/oswa plis
enfbmasyon, tanpri kontakte Sekretarya MPO an nan, Stephen P Clark Center, 111 NW First Street,
Suite 920, Miami, Florida 33128, telefon: (305) 375-4507; imel: mpo@miamidade.gov ; sit web:
www.miamidade.gov/mpo Se regleman Konte Miami Dade pou li konfome li a tout egzijans etabli
pa Lwa pou Ameriken ak Enfimite yo. Pou jwenn sevis entepret nan langaj siy pou soud, tanpri rele
omwens senkjou davans.




Mercredi 14 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 38


Internetdisponible
pourles clients


par an c< rand Chef
* Le Saut du Barril
* Le Palais de Sudre
Dartiguenave Anse A
Veau
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17""'
siscle...


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Projet
* Economie et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
* Gouvernance
Dipl6me en :
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance


Contactez nous:
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, W.I.

www. cfdehaiti.com
Par courriel: Administration@a.CDFEHaiti.com
GBrunet.CFDEHaiti. corn

Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575


VISION MORTGAGE BANK, INC


EVENS HILAIRE
Loan Consultant

12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


HACEPA
The Haitian American Center
for Economic and Public affairs
Together with
ABICC -The Association of Bi-
National Chambers of Commerce
Cordially invite you to a
Business Mission to HAITI
Join us and discover the land of unique business
opportunities Ninety minutes flight from Miami
From Wednesday, November 4, 2009
to Saturday, November 7, 2009
Cost: $685.00
Includes: Airfare with American Airlines, 3 hotel
nights, ground transportation, transfers, and
meetings with the private and public sectors
Deadline for reservation and payment
October 10, 2009 (Limited space available)

Registration fee: $50 payable to HACEPA
For payment, please send a check to HACEPA
to the following address:
1970 N.W. 180 Street, Miami Gardens FL 33056
For further information, call:
J.C. Cantave to 305-623-1979
or by e-mail to jccantave@ haititradecenter.com
Haiti is looking for investors and partners
in the following sectors: Communication -
Transportation Manufacturing Public Health
- Agro-Business Infrastructure Tourism Real
Estate Development Trade


raulds*m ( ierr



"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Provide


Parents, vous qul rvez d'un avenir msleur pour vos enfants,
confiez les au CMP
ANNEE ACADEMIQUE 20062009
PROGRAMMES
UCENCE EN:
u hig :4ua
ScMienci Con aIi: 4aI
.ndu anlarlns :4ua
Sderc lnfoRnmwuei :4
SithingMianeanrtl :2 n
Selanlhritlurslu :2an
I.I.pl .-mulreng : wmus vs
ComlaitinneMa :1
AkOlwdm Adminiik :1
Inmriun qdecourt :6OhurlJam2
IT Esartdls( CISCO) :70 hours
Pouri IBLrnrmali oMplmnentaeIrs:
CUP, Deun 30
Teb.2 513.8361. 3730.2485, 2 24-2299



KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673
Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Page 11


Aprann Pale Angle

Tou suit!

PROGRAM RAPID
Aprann pale angle tankou rat
Ou ap kapab jwenn travay san pedi tan.
Gen klas la jounen kou leswa !
Gen Bous disponib ak 1-20's


1-305-624-3030
Mande pou Nadiyah
nan ekstansyon 313


L Rejoignez mous





Mercredi 14 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 38


C
o Entre Ce queje pense, Ce queje veux dire, Ce que
je crois dire, Ce queje dis, Ce que vous avez envie d'entendre,
Ce que vous entendez, Ce que vous comprenez ... ily a dix
possibilities qu 'on ait des difficulties a communiquer. Mais
essayons quand meme ... >
Bernard Werber

La population mondiale augmente 6norm6ment et,
actuellement, plus de six mille millions d'individus peuplent
une Planete dont l'6tre humain a contribu6d faire d'elle un
enfer. Le Prix Nobel de la Paix a &td attribu6d Obama, semble-
t-il, a cause des efforts qu'il a d6ployds afin de faire de cette
Planete un endroit plus habitable. Le president Franqais s'est
manifesto en ce sens : < Si je me r6jouis autant que ce prix
vous soit aujourd'hui attribu6, c'est aussi parce queje sais qu'il
confortera votre determination a agir pour la justice, pour la
paix et pour preserver les grands 6quilibres de notre planete>.
II a du travail le pauvre Et moi qui commenqais a lui voir
quelques cheveux blancs !
Enfin chers amis lecteurs, les derniers chiffres indi-
quent une population d'environ 6.800.000.000 d'habitants,
distribuds de faqon indgale sur les cinq continents et in6gale-


heveux blancs


ment pourvus, envertus et d6fauts, en moyens dconomiques ou
intellectuels. PrMs de 4 milliards en Asie. Plus de 960 millions
en Afrique. Environ 750 millions en Europe. Presque 600
millions enAmdrique Latine et dans les Caraibes. Quasiment
400 millions d'ames enAmdrique du Nord et pour l'Oc6anie,
environ 35 millions. Parmi ces 6.800.000.000 d'habitants, plus
de 2.000.000.000 d'individus n'ont pas aces a l'l6ectricit&. Ni
aux soins de sante de base. Moins de 5% de cette population,
soit moins de 400.000.000, d6tient plus de 90% des richesses de
la Planete. Comme si on dirait, pour se faire comprendre, qu'a
part les habitants de l'Amdrique du Nord tout le reste se partage
un 10% des ressources mondiales. Triste r6alit&. Sombre futur.
La, ni le travail, ni la << hardiesse > du nouveau Nobel de la
Paix peuvent faciliter une solution a ce problkme.
Chers amis, si peu de richesses pour une population
aussi large, fera mieux comprendre que le pourcentage de
pauvres, habitant cette planete ne peut ne pas 6tre 6norme.
Parmi ces pauvres, une quantity assez importante est negre.
Tous les Noirs ne sont pas pauvres, mais, une grande partie
des habitants de la planete appartenant a cette cat6gorie ethni-
que fait aussi partie du groupe des pauvres. Etre pauvre et 6tre
noir ont tendance a se confondre. Surtout pour les populations


appartenant aux pays donateurs. J'imagine que c'est ce qui
pousse les publicistes a utiliser la << tte d'un Negre >, famdli-
que, triste, mdlancolique, dans les campagnes de captation de
fonds. La t6te du Negre vend bien Le marketing humanitaire
mesure son succes a l'aune de la compassion qu'il arrive a cr6er
dans le cceur des < hommes et femmes de bonne volont 6
qui donnent sans se soucier de la port6e de l'acte de donner
ou de l'utilisation finale de leur << aum6ne >. Cela a un effet
pervers sur les esprits. J'ai pu le percevoir a travers une simple
observation d'un ami stranger qui fut surpris de me voir des
cheveux blancs.
Enfin, ne sachant comment r6agir, j'ai pu lui expli-
quer que bien que la situation du pays soit suffisamment
delicate, au point de vouloir s'arracher les cheveux ou de les
faire dresser sur la t6te, la presence de mes cheveux blancs
se devaient non seulement aux soucis mais aussi d'avoir pu
d6passer l'esp6rance de vie attribute aux habitants d'un pays
aussi pauvre que le n6tre.

Oscar Germain
germanor205@yahoo.fr
Octobre 2009


Interpol renforce ses capacities en Haiti


(INTERPOL... suite de la page 9)
principaux outils de communication d'Interpol >>, a expliqud
M. Sauvin.
Le moment cl6 de cette mission a donc et& le s6mi-
naire de sensibilisation sur ces nouveaux outils, qui a eu lieu
le 1"e octobre. La rencontre a &te initide a l'intention d'une
cinquantaine de participants, membres de la PNH, de la douane,
de l'immigration, de la justice, et de toute autre institution
impliqude dans la lutte contre la criminality. Des policiers de
la MINUSTAH y ont aussi pris part.
Ce s6minaire avait pour objectif, d'une part, d'6chan-
ger avec le personnel sur le systbme d'information d6nomm6
1-24/7. Un systeme qui regorge de millions d'informations
relatives a la criminality international d6tenues par Interpol,
et disponibles 24 heures sur 24 7 jours sur 7.
D'autre part, il importait de familiariser ces agents de
repression du crime a un autre systeme, le FIND/MIND "Fixed
Interpol Network Database" (FIND) et le Mobile Interpol
Network Database (MIND). Celui-ci donne aces a l'ensem-
ble des donndes d'Interpol a travers un r6seau 6lectronique et
permet 1'acc6s sur le terrain A toutes ces informations.
<< Ce sont des syst6mes qui facilitent le travail quoti-
dien des membres de l'Interpol et qui optimisent les r6sultats >


comme l'a indiqu6 M. Sauvin. Et celui-ci de souligner qu' << il
est important que tous les BCN soient au m6me niveau >>.
A cet effet, lors des pr6c6dentes missions d'Interpol
en Haiti, en 2007 et en 2008, de nombreuses recommandations
avaient &te faites au BCN de Port-au-Prince, afin d'optimiser
ses capacit6s op6rationnelles.
Et entre autres recommandations figurent la remise en
6tat des locaux du BCN-un service install dans les locaux du
Bureau de renseignementjudiciaire de la Direction Centrale de
la Police Judiciaire (DCPJ)-, l'augmentation du personnel, la
mise en place d'un riseau dans les 10 d6partements du pays de
policiers nationaux affilids a Interpol, l'extension des nouveaux
outils d'information 1-24/7 et Find/Mind au r6seau national.
M. Sauvin s'est r6joui des quelques ameliorations
constat6es suite a ces recommandations. Ainsi, grice a un
financement du Gouvemement franqais a hauteur de 120.000
euros, l'acquisition d'un nouveau mobilier pour le BCN a &te
possible, ainsi qu'un systeme d'empreinte digitale sophistiqud,
dont la mise en place est en cours.
Parallblement, la MINUSTAH, a travers la Direction
Ddveloppement et renforcement des capacit6s de la PNH,
apporte un appui technique au BCN de Port-au-Prince. En
effet, quatre policiers disposant d'une solide experience dans


la police criminelle de leur pays encadrent les policiers haitiens
affects a la branche d'Interpol en Haiti. Ces UNPol intervien-
nent principalement dans l'l6aboration des projets rdpondant
aux besoins du BCN, ce avant que lesdits projets soient soumis
a des bailleurs de fonds.
Cependant, a en croire le chef du BCN de Port-au-
Prince, le Commissaire Fr6d6rick Leconte, < le bureau ne
peut pas rdpondre de manibre efficace et au temps requis a
ses obligations >>, compte tenu des multiples difficulties que
connait le pays.
Malgr6 tout, les efforts ont port fruit et quelques
r6sultats int6ressants peuvent 6tre signals. Parmi eux, la lo-
calisation et l'interpellation, en septembre dernier, d'Amaral
Duclona en R6publique Dominicaine, activement recherche
par la justice haitienne pour enlkvement et assassinat. Sont
6galement inscrites dans le registre des bons r6sultats enregis-
trds, la localisation, l'interpellation et l'extradition de Damas
Mesac, un citoyen am6ricain d'origine haitienne recherche aux
Etats-Unis pour homicide.

Redaction : Martine Denis Chandler
Edition : Uwolowulakana Ikavi


RENCONTRE PATRIOTIQUE DE SANTO DOMINGO

En guise de reponse a mes detracteurs et aux justes

preoccupations des femmes et des hommes de bonne volonte


Depuis la r6alisation des Assises de Santo Do-
mingo, les reactions ont fus6 de toutes parts sur l'Intemet, de
citoyen(ne)s anim6s de diverses intentions, des plus nobles aux
plus obscures, des plus spontandes aux plus commandit6es.
J'avais d6cid6 de garderun silence introspectif, parce
que rien ne rivalise le recul lorsqu'onveut agir dans la s6r6nit6.
Dans le cadre de ma riflexion, j'ai considered toutes les critiques
et tous les compliments adress6s a l'initiative avec la meme
ouverture d'esprit. Je n'entends nullement me d6fendre auprbs
de ceux qui pensent d6tenir un supplement de citoyennet6 sur la
base de laquelle, et avec une arrogance a peine voilde, je dois
justifier les actions que je pose dans le cadre du redressement
d'une Nation qui a connu desjours meilleurs. J'entends surtout
m'adresser aux citoyens de bonne volontW qui initialement ont
support l'initiative, et qui, noyds par la vague des critiques
st6riles et commanditdes par Port-au-Prince, auraient perdu de


vue la port6e et l'importance de l'Fv6nement.
LA RENCONTRE PATRIOTIQUE DE SA
UVETAGE NATIONAL DE SANTO DOMINGO est le rd-
sultat d'un simple constat : aucun pays ne se d6veloppe sans
une base thdorique forte, une r6flexion structurante, et une
vision claire de ses elites partag6e par le reste du corps social.
Notre histoire nous enseigne que l'action d6pourvue de base
thdorique conceptuelle est plus susceptible de d6boucher sur
des insurrections utopiques que sur un d6veloppement et une
democratisation irreversibles. LA RENCONTRE DE SANTO
DOMINGO 6tait done un moyen d'engager certaines des plus
belles t6tes de l'intelligentsia haitienne dans une r6flexion
exploratoire fertile que d'autres secteurs enrichiraient, en
vue de d6boucher sur un nouveau paradigme de l'Etat, une
consolidation de la Nation, et un engagement civique dans la
promotion de notions telles : la


responsabilit6 (accountability), la libre entreprise, la s6curit6
des vies et des biens, la promotion des investissements, l'assaini
ssement des finances publiques, et aussi -uoi qu'on dise-
une resolution sur le long terme de la situation des Haitiens
vivant en R6publique Dominicaine.
On me reproche de m'6tre int6ress6 de maniere sou-
daine au dossier des Haitiens vivant dans les bateys. Une telle
critique ne peut tre que l'expression de la mauvaise foi ou
de la myopie intellectuelle, ou d'un melange des deux. Il y a
plusieurs falcons de s'attaquer au problkme de nos compatriotes
vivant en R6publique Dominicaine. En tant que s6nateur du
Nord-Est, j'ai investi plus de temps a promouvoir la creation
d'emplois qu'a lgif6rer en tant que tel. Pourquoi les Haitiens,
en d6pit des conditions infrahumaines sdvissant dans les bateys,
continuent-ils de s'y rendre ? Parce que chez nous la situation
(RENCONTRE/ p. 13)


Pate Plus Bakery, Inc.4
NATURAL JUICE


11638 NE 2nd Ave.
Miami, FL 33160
Tel. 305-394-6118


Catering Specialists
Cakes, Pastries, Hors d'Oeuvres
for all occasions


Page 12


A Vendre
Grande maison de 10,000 pieds carres 80% achevee, ( 5 chambres a
coucher, 6 toilettes etc ), situee a Puits Blain region deja developpee ( pres de
Petion Ville ), batie sur une propriete de un carreau Possibilites d'usage de la
propriete multiples, Ex: Guest House Ecole ,Hotel Nursing Home Hopital
,complexe d'apartements ou de maisons etc.

Pour plus de details veuillez contacter les numeros suivants en Haiti
509-3764-2555, 509-2257-8919 ou 3556-8483 (entre 1Hr et 4 HR)


MIAMI-D


AVI PIBLIK
Ajans Lojman Piblik Miami-Dade Mizajou sou Admisyon ak Regleman pou Kontinye Abite nan
Lojman an Kontra Kay Lojman Piblik ak Regleman Kominote yo
PERYOD KOMANTE ak REYINYON PIPLIK
Ajans Lojman Piblik Miami-Dade (MDPHA) isiba pibliye mizajou yo ki pibliye pou Admisyon ak
Regleman pou Kontinye Abite nan Lojman an (sig angle, ACOP), Kontra Kay Lojman Piblik ak
Regleman Kominote yo.
Peryod Komante 30 jou: 12 okob a 10 novanm 2009. Voye komante w yo alekri bay Director,
MDPHA, 701 NW, 7 Ct., 16 Floor, Miami, FL 33136
Reyinyon Piblik: 12 novanm 2009 Sal Asanble MDPHA, 1401 NW 7 St., Miami, FL 33125,
4 PM.
Pou plis enf6masyon, ale sou: http://www.miamidade.gov/housing.
MDPHA pa fe diskriminasyon ras, seks, koule, relijyon, eta sivil, orijin nasyonal, enfimite,
desandans, oryantasyon seksyel, laj, gwoses oswa sitiyasyon familyal pou jwenn akse a,
admisyon a, oswa anplwa nan pwogram oswa aktivite lojman. Si w bezwen yon entepret ki
pale an siy oswa dokiman nan foma aksesib pou evennman sa a, rele 305-469-4229
omwen senk jou davans. Moun ki sevi ak TDD/TTY yo ka kontakte "Florida Relay
Service" nan 800-955-8771. ..





Mercredi 14 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 38


Dans le premier article de la s6rie que je voudrais
consacrer a la CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA REFORME
AGRAIRE ET LE DEVELOPPEMENT RURAL (CIRADR) qui s'est
tenue a Porto Alegre (Br6sil) du 7 au 10 mars 2006 (voir Haiti
en Marche, Vol. XXIII, # 36, du 30 septembre au 6 octobre
2009), j'ai pu donner l'impression qu'on a parlk de beaucoup
de choses : l'environnement, la s6curit6 alimentaire, les fem-
mes, les peuples indigenes, les nomades, etc, mais pas trop de
r6forme agraire.
Mais ce ne serait qu'une fausse impression. Au cen-
tre des travaux de la conference, il y avait deux commissions
qui reprenaient chacune un des deux grands themes annonc6s
dans le titre de la conference : la r6forme agraire et le d6ve-
loppement rural.
La d6l1gation officielle haitienne ne comptant que
deux personnes, nous sommes rdpartis la tiche en partici-
pant chacun aux travaux d'une des deux commissions. Tout
naturellement je suis allk i la Commission 1, qui traitait de
r6forme agraire et d'acces a la terre, tandis que Budry Bayard
participait a la Commission 2 qui avait pour theme de travail:
d6veloppement rural et eradication de la pauvret6.
Les travaux de la Commission 1 ont &te ouverts par
la presentation du Document Th6matique 1 : < Politiques et
pratiques pour garantir et amdliorer l'acces a la terre >, et ali-
ment6s par l'expos6 d'6tudes de cas sur un certain nombre de
pays : le Niger, l'Ethiopie, l'Ouganda, Madagascar, la Syrie,
l'Iran, le N6pal, l'Inde, l'Indondsie.
D'entr6e dejeu, le Document Th6matique 1 offre une
definition de l'accs a la terre comme leprocessuspar lequel les
populations, de maniere individuelle ou collective, disposent
de droits et de la possibility d'occuper et d'utiliser les terres
(avant tout dans un objectifproductifmais aussi kconomique
et social), sur une base temporaire ou permanente.
Mais le document signale aussi que cet aces a la
terre n'est pas < evident >>, pour prendre une formule trbs a la
mode. Meme s'il existe des differences significatives entre et
dans les pays, lespressions sur la terre neferont qu 'augmenter
ces prochaines dkcennies vu 1 'impact de la croissance continue
des populations, 1 'urbanisation, la globalisation des marches
et le changement climatique.


orto Alegre

Je n'ai pas pu m'emp6cher de signaler comment ce
problkme est crucial en Haiti en reprenant ce passage tire d'un
document du Groupe de Travail sur l'Agriculture (DOCU-
MENT D'ORIENTATION DE POLITIQUE AGRICOLE
D'ETAT MARNDR 2007). Le pays est essentiellement
montagneux avec plus de la moitid des terres possidant des
pentes superieures a 40 %. Les plaines occupent seulement
20 % de la superficie totale du pays avec 550.000 ha. Sur une
superficie de 2.775.000 ha, 1.500.000 ha de terre sont cultivds
alors que seulement 770.000 ha sont cultivables. La pression
demographique et l'augmentation continue de la demande
alimentaire poussent les agriculteurs a cultiver des terres
marginales inaptes a toutes activists de production agricole.
II en rdsulte une degradation de plus en plus accOldree des
ressources naturelles.
Le r6sultat des travaux de cette commission se traduit
dans l'accent mis sur un certain nombre de propositions que
je me permets de regrouper dans le but de suivre une certaine
logique.
En premiere place, je mets la proposition concernant
le choix de politique agraire qu'il nous est encore si difficile a
faire : ily a un grand dofi relever : trouver un dquilibre entre
la promotion de 'agro-business, les investissements externes
et les intr& ts des petits paysans.
En seconde positionje place deux resolutions relatives
aux objectifs poursuivis :
la reforme agraire est un instrument de lutte contre la
pauvrete ; elle doitpromouvoir lajustice sociale et augmenter
la productivity ;
la reforme agraire doit contribuer a la protection de
S'environnement.
Dans un document intitul << Cadre Global > auquel
j'avais travaill6 au debut de mon engagement a 1'INARA, je
m'6tais appliqu6e citer les diffirents objectifs que cette nou-
velle institution aurait a tenter d'atteindre, et on y retrouvait
des objectifs touchant a lajustice sociale, a l'augmentation de
la productivity, a l'augmentation des revenus des agriculteurs
et a la protection de l'environnement.
Puis viennent des propositions relatives aux moyens
a mettre en ceuvre ou aux conditions de r6ussite :


2


1- moyens techniques :
le cadastre, l 'tablissement et 1 'enregistrement des
titres sont des instruments importants pour la sdcurite des
droits.
Sur ce point je ne peux m'empecher de citer cette
declaration d'un repr6sentant du Niger qui va dans le sens de
ce que 1'INARA essaie de faire adopter : << Dans les cas de
projets de developpement, les statuts fonciers doivent etre cla-
rifids au depart pour Mviter que ces projets deviennent sources
de conflit >>.

2- conditions institutionnelles
il faut creer des institutions efficaces charges de
mener la politique agraire et les politiques de lutte contre la
pauvrete et instaurer une bonne gouvernance ;
il faut une decentralisation effective qui concilie
le contexte local et les systems de regulation au niveau de
S'Etat;

3- conditions 6conomiques :
les marches internes et externes sont importants pour
encourager la compdtitivit; ;

4- conditions sociales :
la terre peut &tre source de conflits et ilfaut agir avec
prudence avec la participation de tous les interesses.
D6ji le d6cret du 29 avril 1995, portant creation de
l'INARA, stipulait que 1'INARA devait faire de la participation
des int6ress6s une des conditions de sa r6ussite, et nous nous
sommes toujours efforc6s de rdpondre a cette injonction.
Enfin, il aurait &t 6tonnant que << l'aspect genre > ne
soit pas mentionn6 :
il est indispensable de creer des opportunities gales
pour hommes etfemmes en ce qui concerne 1 'acces a la terre
et la < titularisation >>.
En conclusion, ma participation aux travaux de cette
commission m'a donn6 l'impression que, a 1'INARA, nous
6tions sur la bonne voie et m'a encourage poursuivre nos ef-
forts, meme si nous ne voyons pas encore le bout du tunnel.
Bernard Ethdart


RENCONTRE PATRIOTIQUE DE SANTO DOMINGO


(... suite de la page 12)
est encore pire pour eux. La r6ponse est difficile a dig6rer, mais
elle n'en est pas moins vraie. Fort de ce constat, tout citoyen
pragmatique admettra que la resolution du probleme sur le
long terme passe par la creation d'emplois en Haiti, ce a quoi
je m'6tais attelk d'abord en tant que citoyen priv6 et capitaine
d'industrie, puis en tant qu'entrepreneur politique et s6nateur
de la Republique impliqu6 dans le d6veloppement.
A c6t6 de la strat6gie a long terme, il nous faut une
strat6gie portant sur les court et moyen termes. Les approches
peuvent diverger. Certains pensent que la d6nonciation d6pour-
vue de toute vision claire r6soudra le probleme. Je ne suis pas
de cet avis. La d6nonciation ponctuelle d'actes inhumains
peut aider a attirer l'attention sur le dossier, mais ne saurait
constituer une strat6gie intelligente en soi. Le dialogue franc
et sincere, sans tricherie, est, a mon sens, la meilleure voie
que nous puissions emprunter. Maintenant, on me reproche
la presence de certains Dominicains aux Assises de Santo
Domingo. En d6pit de la pr6carit6 de leurs rapports, de leurs
guerres constantes, Isradliens et Palestiniens se parlent. Le
president Obama, en d6pit du fait que 15 Musulmans sont
derribre l'attaque contre les tours jumelles du World Trade
Center, ne s'est-il pas rendu en Egypte pour solliciter un nou-
veau depart dans les relations de 1'Amerique avec le monde
Musulmans ? En depit du fait que le Sherif Joe Arpaio inflige
untraitement inhumain aux immigrants Me xicains qu'il traque
syst6matiquement dans son Comtd du Maricopa, les oblige a
porter des sous-vetements roses et se flatte de n'allouer qu'un
dollar parjour par prisonnier a la cantine de la prison, a un tel
point qu'il fait actuellement l'objet d'une investigation f6d6rale
pour abus, les re sponsables Mexicains ne dialoguent-ils pas
r6gulierement avec leurs homologues Am6ricains envue d'une
amelioration des conditions de leurs ressortissants ?
Les relations haitiano-dominicaines ont toujours 6te
n6gativement influences par des pr6jug6s de part et d'autre de
la frontibre. Les Dominicains se font une id6e negative de nous,
ce qui s'est aggrav6 avec le recent d6veloppement 6conomique
qu'ils ont connu parallblement a notre chute abyssale vers les
t6nebres du sous-d6veloppement. De notre c6td, nous assimi-
lons a priori la femme Dominicaine a une prostitute. Dans sa
thdorie sur la reduction des pr6jug6s (L'hypothese du contact)
-thdorie consid6rde jusqu'aujourd'hui comme unique dans
le domaine par les meilleurs sociologues du monde- Allport
(1954) recommande que les groupes nourrissan t des pr6jug6s
les uns envers les autres dchangent des relations sur une base
r6gulibre dans un cadre social A 9galitaire. Le fait par des mem-
bres de ces groupes de nourrir des rapports r6guliers contribue
progressivement a combattre les pr6jug6s et, par ricochet, les
attitudes negatives. L'Haitien qui c6toie des femmes Domini-
caines professionnelles ne peut que chasser le stdrdotype de
la prostitution de son esprit. Dans la meme lignde, le fait de
r6unir dans une meme enceinte des 6tudiants Haitiens, des
intellectuels de grand acabit produisant une r6flexion de choix
sur Haiti et des officiels Dominicains, a contribu6d v6hiculer
une meilleure image d'Haiti. Mais comment cela a-t-il aid6
l'ouvrier des bateys, me demandera-t-on ? Je r6pondrai qu'il


en profite sur tous les fronts. D'abord, 6tant donn6 que nous
avons prioris6 la demarche du dialogue aux depends de la
confrontation, le fait d'associer des Dominicains a la r6flexion
nous permet d'6tablir des liens que nous pourrons utiliser dans
le futur, lorsqu'il faudra n6gocier de meilleures conditions pour
nos frbres et sceurs des bateys, en attendant l'6tape idWale de
leur retour au bercail. En ce sens, les officiels Dominicains
nous percevront comme des partenaires en train de r6fl6chir sur
un probleme commun. Parce qu'il ne fautjamais oublier que 1
'immigration haitienne en R6publique Dominicaine pose aussi
des problemes aux Dominicains, vu qu'ils n'ont pas le contr6le
absolu du flux d'Haitiens traversant la frontibre. D'autre part,
le fait d'organiser la rencontre a Santo Domingo contribue
a sensibiliser la soci&te civile Dominicai ne sur la n6cessit6
pour les deux pays de r6soudre leurs problemes en commun.
Tout rapprochement des deux peuples, a quelque niveau que
ce soit, sans compromission, profite a l'Haitien des bateys et
aux 6tudiants Haitiens de 1-bas.


On me reproche le fait de vouloir qu'Haiti s'inspire du
module dominicain pour r6soudre ses problemes. Cette critique
est risible. Aucun pays n'est arrive a se d6velopper en r6in-
ventant la roue. La R6publique Dominicaine s'est inspire du
module Amdricain pour emprunter la voie du d6veloppement.
C'est le concept du transfert de technologie. Il est de loin plus
facile de transf6rer le savoi r-faire de la R6publique Dominic-
aine a Haiti, qu'il ne l'est d'aucun autre pays, exception faite
de l'implication directe d'un nombre dlev6 de techniciens
et d'experts Haitiens de la diaspora dans le d6veloppement
d'Haiti, ce qui n'est pas possible dans l'imm6d iat. Certains na-
tionalistes sentimentaux et masochistes pr6f6reraient qu'Haiti
p6risse au lieu que nous analysons le module dominicain,
par effet de climat, et voir ce que nous pouvons tirer de
l'exp6rience dominicaine dans une demarche visant A
lancer le pays sur la voie du d6veloppement. J'ai une vision
pragmatique de la construction et du progres 6conomique et
(RENCONTRE/ p. 14)


B772 NSIE 2 nme & Avenue-4
Tl1: 305 757 4915


FADKIKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Reception de pament pour Bell South, FPL GAZ, CABLE TV
BELL MOBILITY e L tcf. s.
- Connection Atfpkhonique chez vous...


Ouvert

6 Jours

par

semaine:

8h30 am



7h30 pm


* Parfums
SCllulars & Fpers
* Sualies ct Sandates
SPrduits pour la cuisine
SCadcaux
STabicaux
* MoMeygram


* ('si (impak, R~acine. EvanI lqt
Znuk. Friraiis. Amnricain)
* Video's (HairicbAs. Am nriu t Lxaiileis. Drams
"* Ptduits de N-auti


Page 13





Mercredi 14 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 38


iil :1 1' 1 d: I'I1


Allez de BERNES a CONQUE, en utilisant des mots du du vocabu-
laire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


|B E RN INES


V (I/U T I G O B


EUFOR- FIAS- FINUL- FNUOD- KFOR- MINUK- MINUL
MINURCAT MINURSO MINUS MINUSTAH MINUT
MONUC- MONUG MPUE ONUCI ONUST SFOR
UNAMID- UNFICYP UNMOGIP
hh.


HORIZONTAL
1. Avions 2. Devetue D6chiffr6 -
3. Imbecile 4. Faux cuir Matin -
5. Poeme 6. Livre 7. Dragon aile -
8. Absence du sens du goOt.

VERTICAL
1. Chanson de Ti Paris -
2. Possede Marteau -
3. Note Matin Devetu -
4. Bloc de pierre 5. Sodium Dechiffre -
6. Pronom latin 7. Cataclysme Conjonction -
8. Englouti.


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

T R

N L E

A I


Solutions de la semaine passee
COLOSSE

0


7h00-9h00 M*lodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invites du Jour
M61odie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiere Raphael

10h-Midi Le disque de l'Auditeur
animation James Prddvil

12:00- 12h30 Le Midi
informations avec Laury Faustin

12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons francaises

3h-5h pm Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

5h00 Le Journal de 5 heures
avec Villette Hcrtelou

5h 30 pm M~lodie & Company
Diveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart
7h-8h30 AmorySabor con Luciani

8h30- 9hoo Soir Informations

9hO( 10h30 Notre Grand Concert
Lun. & Mer.: L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael reqoit ses invites
9h00 et au del& Cavaliers, prenez vos dames
(Samedi) 50 ans de success populaires ha7tiens



C 'e,4 ftca jow at en Tfaaye /


En Bref...


(... suite de la page 2)


tions lors de son interrogatoire, impliquant des autorit6s du gouvemement haitien comme
quoi il aurait &te h6berg6 au Palais National et meme chez la sceur du president alors que
toutes les polices du pays 6taient A sa recherche.
Cependant, voilh : Amaral Duclona reconnait 6tre l'auteur (du moins selon l'article de Haiti
Observateur) de certains assassinats perp6tr6s en Haiti alors qu'il 6tait cens6 se trouver d6ji
r6fugid en R6publique dominicaine. La disparition de Robert Marcelo, par exemple, est
survenue prbs de deux ans aprbs que Duclona ait laiss6 Haiti pour fuir son arrestation par la
police haitienne et les troupes de 1'ONU.
Lui 6tait-il done possible de faire le va-et-vient et de traverser la frontibre pour ex6cuter un
<< contrat >>, puis retraverser en R6publique voisine, ni vu, ni connu ?
Les autorit6s judiciaires dominicaines doivent se prononcer sur l'extradition du prdvenu vers
la France (ou Haiti) le 14 octobre prochain. Une sorte de suspense regne A ce sujet puisque
les deux pays sollicitent de recevoir le fameux chef de bande de Cit6 Soleil.

La Banque mondiale procede A une evaluation de ses projets en Haiti
La Banque Mondiale annonce pour le 12 octobre prochain l'6valuation des projets qu'elle
(EN BREF / p. 16)

RENCONTRE PATRIOTIQUE


DE SANTO
(... suite de la page 13)
social d'Haiti. Je pense qu'Haiti et la Repub-
lique Dominicaine ont un pass douloureux ;
mais tout d6veloppement rdel des deux pays
passera par l'harmonisation de nos relations.
Par exemple, pourquoi ne profiterions-nous
pas de la logistique Dominicaine pour, A
travers le tourisme multi-destination, attirer
les touristes que reqoivent nos voisins vers la
Citadelle ? Malheureusement, certains com-
patriotes ne conqoivent les relations haitiano-
dominicaines que dans un cadre conflictuel
sterile. Ils sont confortablement installs A
l'opposition 1 -bas, et n'aimeraient pas que
leurs amis de opposition Dominicaine les
voient en train de dialoguer avec ceux qu'ils
perqoivent comme l'ennemi a abattre. Pour ces
gens, une resolution de la situation des Hai-
tiens de 1 -bas signifierait la fin de leur crois-
ade. Ces individus trouvent normal et moral de
s'associer 6troitement A des regimes sc6l1rats
et criminels (qui tuent les citoyens grice au
terrorisme d'Etat), mais=2 Ome reprochent
de dialoguer avec des Officiels Dominicains.
Selon cette logique, il est seulement immoral
de maltraiter les Haitiens lorsque les bourreaux
sont des strangers. Ces individus ferment les
yeux sur les atrocit6s inflig6es aux citoyens
Haitiens par leurs dirigeants, en vertu d'une
morality selective et d6magogique. Moi, je
fais la Realpolitik d'Haiti, et je suis pret A
m'asseoir avec tous ceux qui veulent discuter
de la question haitienne.
On reproche touj ours aux elites intel-
lectuelle et 6conomique de ne pas s'impliquer
dans le d6veloppement du pays. J'espbre qu'on
comprendra, A travers les m6chantes critiques
adress6es A notre initiative, pourquoi certains
citoyens h6sitent A sacrifier leur tranquillity
sur l'autel de la m6chancet6 de certains indi-
vidus. Certains, en panne d'arguments, sont
all6s jusqu'A nous accuser d'avoir coopt6 la
ligue des pasteurs Haitiens de la R6publique
Dominicaine. Cette critique est symptoma-
tique d'un=2 Ograve deficit de bon sens. Qui
d'autre est mieux qualifi6 pour d6noncer une
telle r6cup6ration que la ligue elle-meme ?


DOMINGO
Pourquoi ne l'a-t-elle pas fait ?
Pour finir, je tiens A remercier tous
ceux qui ont particip6 A la Rencontre et qui
ont contribu6d son enrichissement par leur
contribution intellectuelle de quality. Je remer-
cie aussi ceux qui sur l'Internet, ont support
l'initiative et m'ont demand d'apporter des
616ments d'6claircissement sur le dossier. Je
me suis tu jusqu'ici pour laisser le temps
A ceux qui ont malhonnktement essays de
tuer I'ceuvre patriotique pour le sauvetage
national du mois d'aofit dernier de se res-
saisir et de converger leurs efforts pour la
reconquete de la souverainet6 nationale et la
ddfense de l'int&ret superieur du pays. Tout
le monde a identifi6 les commanditaires des
attaques adress6es contre l'initiative cit
oyenne de Santo Domingo. II y a eu aussi
des compatriotes de bonne foi qui ont 6mis
des reserves ou qui ont pose des questions
lkgitimes. J'esp&re que ma note aura r6pondu
A leurs preoccupations.
Maintenant, la=2 Or6flexion est
lance. Il faudra l'approfondir, et nous ne
pr6tendons nullement d6tenir un quelconque
monopole sur la question, contrairement A
ceux qui considerent le dossier des bateys
comme leur chasse gardde, et qui entendent
pr6venir toute interference d'autres citoyens
dans leur basse-cour, ffit-il au dam de ceux-lA
memes qu'ils pr6tendent vouloir 6manciper.
Cela dit, je n'entends nullement
m'engager dans les changes 6pistolaires
st6riles que certains semblent particulibrement
aimer A des fins de publicity. Je suis un homme
d'action, etje m'engage A travailler au suivi de
la Rencontre tenue A Santo Domingo en vue
de l'l6aboration du PLAN STRATEGIQUE
DE SAUVETAGE NATIONAL, conform6-
ment A la declaration fi nale en date du 31
aofit 2009.


2009,


Santo Domingo, le 12 octobre

Patriotiquement,
Rudolph H. Boulos,
Entrepreneur politique et senateur
de la Rtpublique d'Haiti


Page 14


Solutions de la
semaine passee:
L A RGE S
LANGE S
LI N GE S
SINGES
S I N G E S
SINUES
SI NUE E
S I T UE E


' ' ' '


I I I I I;I I I i i H I I HI I ~Y I I 1 I I I I;I 1 I I;I tl I I ~rrl'i'l'i'LI I ~ I I I I;I I I I I H I I HI I ;I HI





Mercredi 14 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 38


MAXIMILYEN LAROCHE :

MOUNN ANDEYO

Ak: Michel-Ange Hyppolite

Pou ane 2007 la Pwofese Maximilien Laroche pibliye
2 liv. Younn se Littirature Haitienne Comparee lot la se
nan chimen jennen yo fe lage. Tankou nou kab remake li,
Pwofes Maximilien Laroche ap frape nan tou de lanng ofisyel
peyi-a epi nou ap di li bravo pou kalite direksyon li chwazi bay
travay rechech li nan domen literati Ayiti ansanm ak r&v li ap
miltiplye nan kU li pou Ayiti, peyi k6d lonbrit li, pandan 1' ap
viv kbm mounn andey6, ki andey6 Ayiti..
An n'li youn 1z nan liv ki rele : Se nan chimenjen-
nen yo fe lag-a :

Mounn Andeyb
Mwen se mounn andey6. Pa andey6 anndan Ayiti!
Andey6 andeyo Ayiti. Rev tout mounn andey6 se rebati anndan.
Sepetetpou sa mwen appase tout vi mwen ap seye rebati Ayiti
nan tet mwen. Se pou sa tou, mwen tou lonngsay ak mounn
andey6 anndan Ayiti.
Si pou nou rabati Ayiti, andey6 tankou anndan Ayiti,
fondasyon an se nan jan nou ap pale andey6, se nan sa nou
ap pale, sa nou ap reve, sa nou ap sonje, sa nou apfe, sa
nou ta ka fi, sa nou vle fe pou anndan ak andeyo Ayiti ka
youn goulo nan twa goulo anpi twa goulo nan youn goulo.
Vire anndan lanvi li ba nou andey6, tounen andey6
devan deye, li ban ou anndan. Anndan ak andey6 travesepak
an pak. Yon sel ak menm bagay la ap travese yo, ap vire yo,
tounen yo, tet anba, tet anwo. Ale pou vini, se menm kote a
nou tout ye a, se nan menm bato a n 'ap navige .
Men! kote nou prale? Dret devan nou, vie pa vie, se
lanm6. Men si nou ka evite resif nou va rive an bon eta, jou
pou nou rive kote nou prale a. Se erez akouchman nou mande.
Lanm6 se pasay, se kaselezo. Lot b6 lanm6 se pa selman peyi
san chapo se lye verite apre manti.
Se lot bo lanm6 ki anndan tout mounn. Nou tout nou
mounn andey6. N'ap reve pou nou bati anndan. Se pou nou
touse ponyet nou, navige, dangoye, goudiye pou nou rive kote
nou prale a.
Mwen pa mounn andey6 anndan, mounn rich, pisan,
ki gen pouvwa. Mwen andey6 ni anndan Ayiti ni anndan lot
b6 lavi. Si mwen pou rive anndan Ayiti se pa pou mwen rete
andey6 lavi, I1 mwen va rive lot b6 lanm6.
Larivye lanm6, dlo mennen lavi a gen pou mennen
mwen anndan rev mwen ap reve a ki va ban mwen lavi anndan
Ayiti tankou lavi tout bon mwen vie viv pou lavi diran.
(Se nan chimenjennen yo fe lage, p. 97 98 )
Nan teks nou soti li la-a, Mounn andey6, nou kab
we fason Pwofese Maximilien Laroche esplike nou pwbp t&t li
kbm mounn andeyb. Mwen renmen fason Pwofese Maximilien
chwazi pou li sevi ak mo mounn andeyb a nan plas youn mo
kou dyaspora, ki plis gen sans pepe nan lespri mwen, pou li
klase t&t li anndan bitasyon nou tout pote anndan nou an, ki
pote non Ayiti-a. Depi kUk tan, noumenm Ayisyen, ki ap viv
andeyb Ayiti, pote non dyaspora oubyen Pepe. LU nou sonje
pepe egal rad kenedi, rad odeyid, pwodui mounn pa bezwen
ank6, yo voye jete nan peyi p6v. Nou di : nou pa kab pepe,
paske menm 1 kondisyon lavi a mete nou dey6 nan peyi nou,
nou pa merilan pou sa. Nou pa zaboka pouri. Nou toujou ap
travay pou peyi nou, swa nan aksyon nou, sou tout f6m, swa ak
kontribisyon nou sou f6m lajan ak lide. Kidonk, nou pa youn
pwodui mounn fin sevi epi yo voyejete. Konsa, mwenjwenn
plis fyete nan mo mounn andey6 ki andey6 Ayiti-a, pase mo
dyaspora oubyen pp&e-a.
Mo andey6 a negatiftou, men mwenjwenn plis respe
ladan pase de 16t mo mwen sot nonmen pi wo a. LU mwen li
mo mounn andey6 a, mwen santi youn koneksyon natif-natal
ladan. Mwen santi mwen dyanm nan konbit peyi a.
Malgre tout salanbe mounn lavil yo salanbe mounn
andey6 yo, si andey6 pa desann lavil pa manje. Se te konsa
lontan, ni tou mwen pa kwe saplis diferanpase sajounenjodi-a
pou youn seten sektW nan peyi-a, kote se andey6 ki ap soutni
lavil. Poutan, mounn lavil yo manke sou lizay yo pou yo ta
apresye mounn andey6 yo epi glorifye f6s travay yo. Mwen
kwe gen youn operasyon men-kontre ki dwe tabli ant mounn
anndan ak mounn andey6 yo, mounn anndan gwo vil yo parapb
ak mounn andey6 ki anndan Ayiti yo epi mounn ki ap viv nan
peyi-a parap6 ak mounn andey6 ki ap viv andey6 Ayiti yo.
Si mounn andey6 yo te kab mache men nan men ak
mounn anndan yo, ala mrvey nou ta fe k6m pep Men se vag
distans nan dives sans ki tabli. Distans ki part nan chante kou:
<
( Skasha nan ane 1980 yo).
Se menm distans sa a nou santi ki ap travese lide sanba
Koralen (Jean-Claude Martineau) nan pawbl sa yo:

Mwen gen lontan m 'ap vwayaje
Se k6-m ki te pati
Ale lan lot peyi
Ke-m pajanm deplase>>
(Fle Dize, 1982, p. 54.)
Mesyedam ki ap ekri an franse yo ta va rele sa pod-
tique de 1 'exil men an reyalite se lavi noumenm ki ap viv
andeyb Ayiti yo nou ap dekri ak lapenn nou, doulk nou, cha-


gren nou epi rev nou pou nou chanje peyi nou. Anf&t, tankou
Pwofese Maximilien Laroche di li nan teks nou li pi wo-a :
Sa n 'ap vle fe pou anndan ak andey6 Ayiti ka yon goulo nan
twa goulo anpi twa goulo nan yon goulo. Vire anndan lanve
li ba ou andeyo ; tounen andey6 devan-deye, li ba ou anndan.
Konsa, younn pa diferan ak 16t.
Verite-a sake pandan nou ap viv dey6 nou santi
nou prale san nou pa vreman rive transf6me tout b6l r&v nou
genyen anndan nou yo sou tab reyalite lavi-a. Mwen santi se
nan chemenjennen sa-a menm Pwofese Maximilien Laroche
gen 1 rive : Se ldt b6 lanmo ki anndan tout mounn. Nou tout
nou mounn andey6. N'ap reve pou n' bati anndan. Se pou
nou touse ponyet nou, navige, dongoye, goudiye pou n' rive
kote nou prale a.
Kritik liter Ayisyen yo ka sevi ak tout b6l mo yo vle,
men nan chante ak nan travay save ki ap f&t dey6 Ayiti yo, se
lavi nou kbm mounn andey6 ak r&v ki makonnen anndan nou
pou Ayiti ki enp6tan. Se goumen nou tout dwe goumen pou
nou fe rev sou papye tounen reyalite. Se la nou vle rive. Nou
seten r&v sou papye pran tan pou yo donnen reyalite, men nou
pa dwe sispann reve. Tankou Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn
Koukourouj) di li nan Let Ife ak Soul (2006)
Lavi a chaje ak enpas. Nou dwejanbeyo younn apre lotjouk
nou rive nan aboutisman rasin nou. Sepandan, amezi nou ap
avanse sou wout lavi, nou dwe aprann ajistepasyon nou, youn
fason pou nou rive kwoke dyakoutnou mezi ponyt nou ka rive
( Lt Ife ak Soul, p. 66)
Nou gen anpil b0l r&v sou papye ki pran nan lawouli
chita tann. Si nou kwe mwen manti, nou kab mande Tonton
Jean-Price Mars, ki ban nouAinsi Parla L 'oncle. Noujwenn
tout kalite koze anba plim save Ayisyen toupatou sou Ainsi
Parla L 'oncle, men jouk jounen jodi-a, b6l lide chanjman
Jean-Price Mars te reve sou sosyete Ayiti a anndan liv sa a ap
d6mi nan paj li te ekri yo a. Jacques Roumain b6 kote pa li te
rantre akManuel k6m neg andey6 Ayiti, ki te soti sou te Kiba,
men lide Manuel yo, kwake yo fete 100 dat nesans Jacques
Roumain, toujou rete kole nan paj Gouverneurs de La rose.
R&v ki f&t sou fey papye ki ap simaye anba plim dives kalite
save pran tan pou yo tounen reyalite, men nou dwe kontinye
goumen pou r&v ki sou papye sispann mouri sou papye.

Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukourouj)
Manm Sosyete Koukouy Kanada




JOUNEN ENTENASYONAL

KREYOL-2009

KOMINIKE POU LAPRES

PAWOL KREYOL: Revi Litere Sosyete Kouk-
ouy
Sosyete Koukouy, envite laprss ak tout piblik Mi-
yami-an nan lansman ofisy6l , premye revi
liter nan lanng krey6l ayisyen-an, k'ape ft jou dimanch 25
okt6b 2009, nan Miyami.
Evennman sa-a ape dewoule nan kad wounmble So-
syete Koukouy ap 6ganize soti 23 pou rive 25 okt6b 2009, nan
kad Jounen Entenasyonal Krey6l 2009-la.
Karannkat lane (1965 2009) apre kreyasyonMouv-
man Krey6l Ayisyen-an,
epi trant lane (1979 2009) apre piblikasyon 6tograf
ofisy6l krey6l Ayiti-a, branch krey6l literati Ayiti-a ap genyen
premye revi literi-li.
Revi liter sa-a se rezilta travay Sosyete Koukouy,
branch liter anndan Oganizasyon Mouvman Krey6l (1965),
ki te deside ale pi lwen ak lide Mouvman Endijenis-lan, paske
li chwazi devlope youn literati ayisyen nan lanng krey6l
ayisyen-an.
Revi liter sa-a se youn pr&v ki demontre tout mounn,
pyonye nan literati krey6l-la te simen bonjan fimye.
Premye Revi liter nanlanng kreyblAyiti-abatize sou
non: >. Li ge-
nyen plizye seksyon
ladan: Literati, len-
guistik, nouv01 liter,
mo teknik, elatriye.
Pri revi-a
se $ 20.00. Premye
nimewo-a ap genyen
370 paj epi l'ap pr-
ezante sou f6m liv.
Lansmanu
ofisyl < Kreyl6> ap f&t Mi- 2. Eksperians Akoustik: Wowoli
yami nan Sant Kilt- 3. Original Rap Staff: Nap toujou Is
ir0l tou nef 4. Magnum Band: 30 Ans
LittleHaiti-a 5. Sweet Micky: Denye Okasyon
Little Haiti Cultural 6. Guy Durosier The Tribute
Complex (5925 NE 7. Original Rap Staff: Ke Popbz
2nd Avenue) Miami, Fl 33137
2dAv Mimi.8. Carimi: Nasty Biznis
Aktivite-a 9. Original Rap Staff: Pwomes
ap k6manse apati 5-e se det
PM pou rive 8-e PM e e e
Pou k- 1 -


mann, rele :Miyami : Libreri Mapou: 305-757-9922
Email: mapoujan@bellsouth.net
Kanada: 514-494-0222
Konektikt : 203-520-6763
Ayiti : Communication Plus S.A.
24, Delmas 60, Musseau Tl. : (509) 2510-7047



ENVITASYON POU JOUNEN

KREYOL 25 OKTOB

Sosyete Koukouy Miami envite nou nan selebra-
syon Jounen Entenasyonal lanng krey6l-la ki pral f&t ane
sa-a nan Little Haiti Cultural Complex ki tou kole ak Libreri
Mapou nan 59dm teras ak NE 2nd Av. depi 5e PM rive pou
8k diswa. Ap gen mizik, chante, danse, pwezi... ak youn ti
goute sou pyesteyat Gouverneurs de la rosee an krey6l ki an
preparasyon. Youn teks Jan Mapou, Paula Pean; mizik ak
melodi Kiki Wainwright. Tout mounn envite. Antre gratis.
Pou plis enf6masyon rele 305-757-9922

Sponsored: by Miami-Dade County Department of
Cultural Affairs


FENK PARET

Edisyon Educa Vision, Inc. ap anonse d&nye liv Maks
Maniga-a:
SAJES AYISYEN ANSYEN PWOVEB KREYOL -
ENSPIRASYON POU LAVI MODEN
2010, 150p. US $15.00 + $3.00 laps
POU KONMANDE LI:
(Si w -vie youn liv siyen)
Max Manigat
16302 SW 28h Court
Miramar FL 33027-5213
Telefn : 954-443-2260
HYPERLINK"mailto:maxmanigat@aol.com"maxmanigat
aol.com


KAPTE ANTEN KOUKOUY CHAK DIMANCH
MATEN SOU RADYO MEGA 1700AM. DEPI 9-E
RIVE POU 10-E NAN MATEN (radiomega.net)

KAPTE RADYO LEKOL CHAK VANDREDI SWA
SOU 91.3 FM DEPI 9E RIVE 9:30E (WLRN.org)

3em KONGRE KOUKOUY NAN MIYAMI
Pou 3em kongre Koukouy nan Miyami sou otograf ofisyOl
Lanng krey6l Ayisyen-an men envite yo

Dr. Ernst Mirville (Ayiti), Emile Celestin Megie (Ayiti), Dor-
celly Dede (Ayiti)
Michel-Ange Hyppolite (Toronto), Jean-Robert Placide
(Montreal)
Manno Eugene (Monreal), Pascale Millien (Connecticut),
Angellucci Manigat (Connecticut)
Gary Daniel (Texas), Camille Rosemberg (Homestead), Max
Manigat (Miami)
Gerard Ferrere (Miami), JR Cadely (Miami), Dimitri Hilton
(Miami), Roger Savain (Miami)
Jan Mapou (Miami), Kiki Wainwright (Miami), JR
dezire(Miami)
Degoutan (Miami), Yolande Thomas (Miami), Rose Bleus
(Miami),Ernst Registre (Miami), Carline Paul
Plis Tout Koukouy Miami yo (75)
Aktivite yo ap f&t nan Little Haiti Cultural Complex samdi
24 ak dimanch 25. Samdi se pou mounn k'ap fe rechech sou
kreyol- Sal la piti. Rele anvan nou vini.


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786-457-8830 Fax: 305-756-0979 e-mail pasaaalla@aol.com


POUR TOUS VOS ACHAlr Equipements pour construction
PIocs d volture I Camion I Equipcmont m6dloal

Par avios ou par batea


Page 15




Mercredi 14 Octobre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 38


En Bref...
(... suite de la page 14)
finance en Haiti. Ces projets sont au nombre de 15 et ils totalisent
187 millions de dollars. Ces projets de la Banque Mondiale couvrent
l'6nergie et les transports, le d6veloppement communautaire en milieu
rural et urbain, le d6veloppement urbain, incluant l'6ducation et
l'acces A l'eau potable et A l'assainissement en milieu rural, l'appui
A la gouvernance 6conomique, la prevention et la gestion des risques
et d6sastres naturels. Il s'agira avec cette evaluation que veut faire la
Banque mondiale d'examiner la performance du personnel y tra-
vaillant et d'identifier les facteurs emp6chant A certains de ces projets
d'atteindre les objectifs fix6s.
Lancement officiel du projet USAID/WINNER
Le Projet WINNER est finance par le gouvernement amdricain et
vise d'arrnter la degradation de nos bassins versants, en prot6geant
les populations vuln6rables et en remettant en 6tat nos infrastructures
rurales.
Ce projet se veut tre un partenariat Public-Priv6-Paysan et sera sou-
tenu par l'Etat haitien qui se propose d'organiser l'acces des produits
agricoles au march national et international, d'organiser l'acces au
credit, de garantir au producteur des prix incitatifs pour ses produits.


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes.net URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


L Pinte*b SothastOfse 6 30) 63-78


i7-ID


DIREpaong
prepaid long distance


Page 16


-ME-1


___j




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs