Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00370
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: September 23, 2009
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00370
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00009-23-2009 ( PDF )


Full Text









men


Floride: Une haitienne et ses 5 enfants tues

Le pere, pincipal suspect, est apprehended en Haiti


Photo du mariage de Mesac et Guerline Damas, cette derni re
trouvee morte avec ses 5 enfants (source Internet)


Les 5 enfants de Guerline etMesac Damas trouves morts
avec leur mere

HAITI
HAUTE-TECHNOLOGIE

Leplus jeune

inventeur que j'aie

jamais rencontre
PETITE RIVIEREDENIPPES, 12 Septembre- Il
s'appelle Mendy Rood Calixte, 14 ans, 61&ve de 3e
secondaire au College Saint Antoine de Padoue, a Petite
Rivibre de Nippes.
C'est un inventeur en herbe. Et au sens large,
un vrai petit g6nie.
II a invent pendant les vacances une pelle
mecanique actionnde uniquement avec de l'eau. Le


Port-au-Prince, 21 Septembre Le pare de cette
famille haitienne-americaine assassinate samedi, dans son
domicile de Naples en Floride, a &t6 arr&t6, ont annonc6 les
autorit6s haitiennes.
Mesac Damas, 33 ans, le maria et pore des victimes,
6tait le principal suspect dans cette affaire. Sa voiture avait
ete retrouv6e garde a l'aeroport de Miami.
Les autorit6s americaines ont indiqu6 avoir
entrepris des d6marches avec la police d'Haiti afin de le
retrouver. Le suspect a &t6 appr6hend6 a proximity de
l'aeroport de Port-au-Prince et plac6 en detention.
Samedi, les corps de Guerline Damas, 32 ans, de
meme que de ses cinq enfants ag6s de 11 mois a neuf ans,
ont &t6 d6couverts par les policiers, apres que des proches
inquiets de ne pas avoir des nouvelles les eurent alerts.
Le sh6rif du comte a refuse de d6tailler les
circonstances du drame et comment les six personnes
avaient trouv6 la mort. II a cependant indiqu6 que le couple
avait un pass en matibre de violence conjugale.
Une femme et ses cinq enfants ont et& d6couverts
morts a leur domicile de North Naples, a environ 200 km a
l'ouest de Miami, a d6clare a la presse la porte-parole de la
police du comte de Collier, Julie Becker.
Les corps ont et& d6couverts samedi soir par la
police, alert6e par des proches qui n'avaient plus de
nouvelles de la mere de famille, a-t-elle pr6cis6. La famille
r6sidait dans un quartier ferm6 a l'acces contr1o6.
La scene tait "trbs trbs dure et p6nible", a d6clare
(DRAME/p. 3)


PORT-AU-PRINCE, 18
Septembre Haiti courtis6e sans
qu'on sache trop en change de quoi.
Deux ministres des affaires trangeres
de pays importants nous visitent le
mame jour : le francais Bernard
Kouchner et le bi-silien Celso Amorim.
Pourtant ils ne viennent
signer aucun contrat ni pour l'achat
d'avions Rafale (comme actuellement
entre la France et le Br6sil), ni pour
l'exploitation du p6trole de
l'Or6noque comme le president du
Venezuela, Hugo Chavez, et les
autorit6s de Beijing, avec une mise
initiale de 36 milliards de dollars.
Bernard Kouchner a
inaugur6 samedi le nouveau pont de
(DIPLOMATIE/p.4)


Mesac Damas arr&td en Haiti a dtd interroge
par le FBI dans les locaux de la police haitienne
(photo Robenson Eugene)


Le PMMichdle Pierre-Louis, accompagnde du ministrefrangais des affaires
dtrangdres Bernard Kouchner et du ministre haitien des Travaux Publics,
Jacques Gabriel, coupent le ruban ouvrant a la circulation
le pont de Montrouis (photo Robenson Eugene)


Mendy Rood Calixte, 14 ans, inventeur
. aquette de tracteur-pelle mecanique fonctionnant
avec pour tout carburant: de 'eau ordinaire
(photos Lucien Anduze)
camion, la pelle et toute la machinerie. En miniature, bien
entendu, comme toute veritable maquette.
Pendant que les presidents Obama et Sarkozy
consacrent des milliards pour la creation de la voiture
6lectrique, pendant que les scientistes ne savent ou
donner de la tate pour trouver du bio-carburant (blW,
(INVENTEUR/p.2)


ECONOMIE
L'annulation de la dette n'a encore produit aucun effet

PORT-AU-PRINCE, 21
Septembre Un grand &v6nement qui
aurait dfi faire jubiler dans toutes les
chaumibres haitiennes, mais auquel les
gens restent tout h fait indiffirents
c'est l'annulation de la dette externe.
Deviner ce qui se passerait
si les Etats-Unis pouvaient annuler
leur dette de plusieurs trillions de
dollars. Le fisc amdricain pourrait
cesser d'augmenter les taxes sur la
propri6t6, alors que les prix de
l'immobilier ont chut6 de moiti&. Ce
qui vous donne une id6e de la
profondeur de la crise 6conomique
v~cue actuellement chez le grand
Les chanceliers Bernard Kouchner et Celso Amorim voisin.
et le ministre haftien de la SantO, Dr Alex Larsen (DETTE /p. 5)


C'est I'Universite qui est en crise et non les etudiants
(voir / p. 6)


DIPLOMATIE

La France et le Bresil viennent se concerter en Haiti


= o- -1 ,'; 4 MEiw- 11MMMEMON






Page 2


HAITI HAUTE-TECHNOLOGIE


Le plus jeune inventeur


que j'aie jamais rencontre


(INVENTEUR... suite de la lere page)
canne, mais et mime le manioc), Mendy Rood
Calixe n'a pas besoin de plus de deux mois
de vacances pour inventer le tracteur
entibrement 6quip6 fonctionnant
uniquement avec de l'eau. De l'eau ordinaire.
Sans aucun additif.
Comment tout cela a-t-il
commence ?
N6 aux Cayes, il a suivi sa mbre qui
est une native de Petite Riviere de Nippes.
Ses parents (son pbre est un ancien d6putd)
lui donnaient de nombreuxjouets.
Mendy nous raconte qu'il aimait
beaucoup ses jouets, mais pour les casser
d&s que possible et explorer minutieusement
les rouages internes.


Manolo Pressoir (du Manolo Inn) et
Un adolescent pas comme
les autres ...
Le gout lui est rest et en
grandissant il en est venu a admirer les belles
mdcaniques pour de vrai: autos, camions et
pourquoi pas, comme dit la chanson,
<< trains, bateaux et avions >.
Pendant les dernibres vacances, il
s'est arrete aux engins lourds. En effet, on
ne voit que ca a travers le pays, excavatrices
et autres nettoyant les canaux, fouillant sous
les ponts pour d6gager le passage des eaux,
une vraie ruche bourdonnante.
Cela sous l'ceil curieux des enfants
et adolescents.
Mais Mendy Rood Calixte, 14 ans,
n'est pas un adolescent comme les autres.
D'abord au College Saint Antoine
de Padoue, ou il est en 3e secondaire, il est le
premier de sa classe.
Ensuite, il a &te laur6at pour son
cole aux examens officiels.
Les Nippes sont souvent le
d6partement r6alisant le meilleur score aux
sessions du Bac.
Done ni fort-en-theme, ni fac idiot,
ce qui est rare. Combiner de bonnes 6tudes
classiques avec un sens apparemment inn6
pour la technologie. Il aspire a apprendre,
nous dit-il fierement, le g6nie mdcanique. Un
but somme toute modeste pour un enfant
aussi dou6.

La chasse aux talents ...
Dans n'importe quel autre pays,
Mendy Rood aurait d6ji tW rep6rd. Aux
Etats-Unis, on les appelle des << talent
students >>, des 61eves a talents, d'abord
dirig6s vers les << magnet schools > (classes
sp6cialis6es) puis qui sont automatiquement
b6ndficiaires de bourses d'6tudes une fois
obtenu le dipl6me de fin d'6tudes
secondaires (high school diploma). Et pour
les plus talentueux, direction MIT
(Massachusetts Institute of Technology).
Riende moins.
En France ce sont des recrues
assures pour l'Ecole Polytechnique ou
pour les Ponts & Chauss6es.
EnAllemagne, idem.
Dans un monde en constante
mutation, la chasse aux nouveaux talents est
un must (une obligation). Et c'est le cas aussi


dans tous les pays de la region. Y compris
chez notre voisine, la R6publique
dominicaine.
D'autant plus quand il s'agit de
carburant, les ressources p6trolibres de la
planete 6tant limit6es et les problemes de
r6chauffement climatique obligeant a
rechercher toutes sortes d'alternatives non
polluantes.

Une petite salle des
machines ambulante...
Or c'en est exactement une que
vient d'inventer notre petit g6nie de Petite
Riviere de Nippes.
Nous avons eu la chance de le
rencontrer pendant le week-end au Manolo
Inn oi nous 6tions a l'occasion de


Wendy Calixte (photo Lucien Anduze)
l'anniversaire du propio : les 60 ans de notre
cher Manolo Pressoir.
Mendy Rood Chandeler Calixte
nous dit avoir commence par 6tudier de loin
le systeme utilis6 pour actionner la pelle
mdcanique, le d6placement du camion et tout.
Puis il a proc6d6 par elimination :
l'dlectronique, pas possible ; 6lectricit6, pas
question ; gazoline ou diesel, non plus.
Alors il a essay l'huile mais celle-
ci est trop lourde et trop 6paisse pour circuler
dans tout l'entrelacs de tubes et de fins
tuyaux en plastic et de manettes qu'il a
invent comme une sorte de veritable petite
salle des machines ambulante, et ce systbme
entibrement hydraulique fait mouvoir la pelle
dans tous les sens voulus ainsi que aller et
venir le tracteur selon qu'on augmente ou
diminue la quantity d'eau envoyde dans les
tubes. Simple comme bonjour C'est la
pression de l'eau qui actionne, comme pour
les moteurs de la centrale hydrodlectrique,
mais ici au service de l'dlectronique la plus
miniaturis6e.
Et qa fonctionne.
Mais avec un carburant aussi
inattendu qu'il ne cofite rien: l'eau. L'eau
du robinet. En tout cas, suffisamment propre
pour ne pas ensabler les tubes. Done sans
pollution atmosph6rique possible.

Le g6nie n'attend pas ...
Eureka, s'6criait Archimede. J'ai
trouv6 !
Le carburant de l'avenir. Et grice a
unjeune Haitien des Nippes, 14 ans.
Mis a part toute emphase, nous
pensons sincerement que le pays a besoin
de modules pour encourager une jeunesse
qui a toutes les raisons d'etre totalement
d6courag6e. Et en voici un. Et il doit y en
avoir des centaines ou milliers d'autres a
chaque g6ndration.
Rappelons-nous il y a deux ans que
c'est un jeune ressortissant haitien aux
Etats-Unis qui a dessind pour Chrysler son
dernier module le plus sexy.
II avait &te rep6rd avant la fin du
High School et dirig6 vers les colleges les
plus approprids.
Le genie n'attend pas. I1 se cueille
au berceau.
Marcus, 12 Septembre 2009


Mercredi 23 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 35

En Floride, assassinat d'une mere et de ses 5 enfants
Le pere, arrete en Haiti, sera probablement remis A la justice
americaine
Mesac Damas est le principal suspect dans l'assassinat de 6 personnes : son
spouse et ses 5 enfants ag6s de 11 ans a 11 mois.
La police de Naples (Floride) oi a eu lieu le crime n'a pas sp6cifiC comment les 6
victimes ont ete tudes. Ce que l'on sait aussi c'est que le pbre, Mesac Damas, des
vendredi, lejour du crime, prenait un avion pour Haiti, oi il a &te arretc ce lundi.

Drame A Naples : Une ha'itienne et ses 5 enfants assassins
Le mari de la victime et pere des enfants est le suspect numero UN
Un drame impliquant des Haitiens est survenu vendredi (18 septembre) a Naples,
Sud-Ouest de la Floride.
Une femme Ag6e de 32 ans et ses cinq enfants, ag6s de 9 ans a 11 mois, ont &t6
retrouv6s mort dans leur appartement. Quant au pbre, il aurait pris l'avion pour Haiti
le meme jour -vendredi 18 septembre.
La victime, Guerline Damas, travaillait au magasin Publix de son quartier. Elle n'6tait
pas au travail vendredi. Et pour cause puisqu'elle gisait morte dans son appartement,
entourde de ses 5 enfants, morts 6galement.
Les enfants s'appelaient: Michzach (9 ans), Marven, (6 ans), Maven (5 ans), Megan
(3 ans) et Morgan (11 mois). Les six corps ont &te retrouv6s samedi soir par la police.
Les autorites n'ont pas pr6cis6 les causes du d6ces de Guerline Damas et de ses cinq
enfants. Toutefois, le sheriff du comtd de Collier, en Floride, Kevin Rambosk, a d6crit
ces homicides comme "le pire du pire", semblant exclure la piste accidentelle. "D'une
facon certaine, il s'agit de l'6v6nement le plus 6pouvantable et violent qu'aitjamais
connu ce quartier", a declare le sheriff Rambosk devant la presse.
Le mari de Guerline Damas, Mesac Damas, a pris vendredi matin un avion pour Haiti
au depart de l'adroport international de Miami, a pr6cis6 Michelle Batten, porte-
parole des services du sheriff cite par AP.
Mesac Damas, qui a des parents en Haiti, n'est pas officiellement considered comme
suspect. Les autorit6s le qualifient de < personne d'int&r>t > dans l'affaire et
souhaitent l'interroger dans le cadre de l'enquete, selon Mme Batten.
Mesac Damas travaille comme cuisinier dans une brasserie de Naples. Sa voiture a
&td retrouv6e a l'adroport de Miami et saisie aux fins d'investigations et de recherche
d'indices.
Le pbre de Mesac Damas, Jean Damas Sr., a d6clard aujournal local "The Naples
Daily News" que son fils avait contact par t6l1phone son frbre en Haiti. Selon lui,
Mesac Damas et son spouse avaient eu des problemes familiaux. Mesac Damas a fait
l'objet dans le pass de poursuites pour violences conjugales, selon les archives
judiciaires du comtd de Collier. En 2005, il avait b6ndficid d'un non-lieu.
Le couple 6tait marie depuis deux ans, mais vivait ensemble depuis une dizaine
d'anndes. Au cours de ces anndes, les policiers ont &t6 appel6s a plusieurs reprises a
leur domicile pour des problems familiaux, a pr6cis6 le capitaine Chris Roberts, de la
division enquetes sp6ciales au ddpartement du sheriff.

Un march sftr s'affirme
Artisanat en F6te: c'est pour bient6t. << L'artisanat en f6te permet a l'6conomie
haitienne de r6aliser, en moins de trois jours, une entree de plus de 200 mille dollars
amdricains et a chaque artisan qui participe a cette foire de gagner chaque annde
plusieurs milliers de dollars >>, affirme Martine Blanchard, pr6sidente de l'Institut de
recherche et de promotion de l'Art haitien (IRPAH). Cette foire qui aura, cette annde,
un autre cachet, va 6tre agr6ment6e de la participation de commerqants et de
designers internationaux qui vont venir acheter et accompagner les artisans qui
participent a cette manifestation nationale de l'artisanat haitien durant un week-end.
Cette foire organisde par 1'IRPAH et le journal Le Nouvelliste, dont la troisibme
edition se fera le week-end des 16, 17 et 18 octobre, constitue un espace de
promotion pour les artisans haitiens qui travaillent dans ce secteur, le plus souvent
dans des conditions financieres difficiles. Elle entend 6galement donner une autre
image de l'artisanat haitien qui devrait 6tre un march sfr dans la region et permettre
aux consommateurs des produits artisanaux d'etre en contact avec les artisans.
L'inauguration de << Artisanat en f6te > aura lieu dans l'apres-midi du 16 octobre en
presence des VIP des institutions organisatrices, des commercants internationaux et
des personnalit6s officielles du gouvernement. Le grand public sera attendu les 17 et
18 octobre pour appr6cier les produits des travailleurs du bois, de la toile, de la t6le,
de la peinture...

Deputes et s6nateurs acceptent le principe d'amendement de la
Constitution de 1987
Les deux chambres du parlement ont vot6 s6par6ment dans la soiree du lundi 14
Septembre 2009 une declaration ouvrant la voie a l'amendement de la constitution de
1987.
A la Chambre haute, des 22 S6nateurs presents, 21 ontjug6 recevable le principe de
l'amendement de la charte fondamentale.
Un peu plus tard a la chambre basse, 71 d6put6s ont vot6 pour, deux contre et 8
abstentions.
Cette double decision conforme a l'article 282 de la loi mere, ouvre la voie ddsormais
a une r6forme constitutionnelle qui sera confine a la 49e 16gislature, en 2010.
Avant d'arriver au vote, une declaration dite de consensus a donc et& mise au point
par la pr6sidence et par une vingtaine de s6nateurs et d6put6s de differentes
tendances au terme de 5 heures de discussions le meme jour au palais national.

La France et le Bresil pour le maintien de la mission de I'ONU en
Haiti
Les ministres des Affaires 6trangeres francais Bernard Kouchner et brdsilien Celso
Amorim, envisite a Port-au-Prince, ontjug6 n6cessaire vendredi le renouvellement
du mandat de la mission de stabilisation de l'ONU en Haiti (Minustah) qui s'acheve
mi-octobre.
"La mission de l'ONU reste n6cessaire. Elle est une assurance, une garantie contre
un retour en arriere, un inappr6ciable 616ment de s6curite", a declare M. Kouchner,
requ au premierjour de sa visite vendredi par le president haitien Rend Prdval.
Le chef de la diplomatie franqaise a cependant souligne que la Minustah n'etait pas
destinde a rester en Haiti. "J'ai un peu l'habitude des operations de maintien de la
paix (...), plus vite elles cessent et plus vite on donne la responsabilit6 au pays h6te,
mieux c'est".
Tout en refusant de fixer un d6lai pour le maintien de la Minustah, M. Amorim a
souhaite qu'elle reste au moins jusqu'aux prochaines elections gendrales.
"Evidemment, cela dependra de lavolont6 des Haitiens, maisje crois qu'au minimum
la Minustah devrait rester jusqu'a la passation a un gouvernement lu", a declard M.
Amorim dont le pays dirige la force militaire de la mission de l'ONU en Haiti.
M. Kouchner et son homologue brdsilien ont par ailleurs signed dans la capitale
haitienne un accord pour la construction d'une banque de lait maternel destinde a
plus de 30.000 enfants nes de meres seropositives.
"C'est une idee brdsilienne qui a fait ses preuves et qui commence a se diffuser en
(EN BREF / p. 14)





Mercredi 23 Septembre 2009
HaitienMarche *VolXXIII N35


Floride: Une ha'tienne et ses 5 enfants tues

Le pere, pincipal suspect, est apprehende en Haiti


(... suite de la lere page)
le principal enqueteur, Jim
Williams, sans preciser
comment les victimes avaient
6td tudes.
"I est trbs important
pour nous de contacter M.
Mesac Damas. C'est le mari de
la dame et le pbre des enfants",
a-t-il ajout6.
Le pbre de Mesac
Damas a indiqu6 dimanche
dans un entretien diffuse sur
le site internet dujournal local
Naples Daily News que sonfils
6tait parti pour Haiti.
Le pbre a aussi
reconnu que son fils et sa
femme avaient un pass de
violence conjugale.


Mesac Damas arr&td lundi en Haiti sera probablement extradd aux Etats-Unis
oi il reside (photo Robenson Eugene)


ECONOMIE : Haiti recevra un don de $30 millions

de la BID pour limiter les inondations et l'6rosion


Haiti obtiendra un don de $30 millions de la Banque
interamdricaine de d6veloppement (BID) pour financer des
ouvrages destin6s a pr6venir les inondations dans trois bassins
versants essentiels et promouvoir un d6veloppement agricole
durable.
Ce projet finance par la BID contribuera a la r6alisation
de travaux publics sur un espace couvrant une superficie
6quivalente a 6 % du territoire haitien. Ces ouvrages profiteront
0360 000 residents des bassins versants de la Grande Rivibre
du Nord, de Ravine du Sud et de Cavaillon. Les ouvrages ont
pour but de limiter les flux torrentiels et de prot6ger les
infrastructures et les biens immobiliers exposes aux inondations
ou aux glissements de terrain.
Le projet fournira aussi un soutien direct visant a
promouvoir une agriculture durable dans les bassins versants.
Haiti fournira des dons a des groupements de producteurs
16galement reconnus et remplissant les critbres exig6s ou des
agriculteurs ind6pendants dans les parties les plus vulndrables
des bassins versants qui acceptent d'adopter des pratiques
agricoles de lutte contre l'6rosion. En outre, le don financera


6galement l'assistance technique, la formation et des mat6riels
destin6s a huit municipalities et entit6s charges de planifier
l'am6nagement des bassins versants, l'objectif 6tant de r6duire
l'impact des catastrophes naturelles dans le pays.
Les ouvrages finances par le don visent a r6duire a
hauteur de 20 % l'intensit6 des inondations dans les trois
bassins versants et a augmenter de 20 % le couvert v6g6tal
permanent, selon Gilles Damais, le chef d'6quipe de projet de
la BID.Le don fait partie des efforts accrus d6ployds par le
gouvernement haitien et la BID afin de r6duire l'impact des
menaces r6currentes de catastrophes naturelles qui present
sur la population et les infrastructures essentielles dans les
bassins hautement vulndrables. Avec le soutien de la BID, le
gouvernement haitien s'attele 6galement a la mise en oeuvre
d'un programme national d'alerte pr6coce en cas d'inondation
couvrant les 13 principaux bassins versants du pays. La
fourniture du materiel et la formation des communaut6s locales
a la gestion des inondations d6marrent bient6t dans le sud-
est et le sud du pays et l'ensemble du dispositif devrait 6tre
totalement op6rationnel en d6cembre 2010.


L'EVENEMENT SOMMAIRE
Floride une mbre et ses 5 enfants assassins
Le pere principal suspect, apprehend en Haiti p.1

ACTUALITEPOLTICO-DIPLOMATIOUE
La France et le Br6sil viennent se concerter en Haiti
p.1
ECONOMIC
L'annulation de la dette n'a encore produit aucun
effet p.

EDITORIAL
C'est l'Universit6 d'Etat elle-meme qui est en crise
p.1

JEUNESSE
Un inventeur Ag6 de 14 ans p.1

L'ACTUALITEENMARCHE
Haiti reccra un don de 30 millions de la BID pour
combattre la degradation des bassins versants p.3
La France offre un pont pour d6senclaver plusieurs
departments p.4
La France souhaite que Amaral Duclona soitjug6 p.5

PREVENTIONS RISOUES ET DESASTRES
Une saison cyclonique prdoccupante au Cap-Haitien

Changements climatiques : conserver les acquis du
dve16oppement p.8
Cuba exige des actions contre la pauvret6 p.9

PROMOTION
Haiti veut s'ouvrir aux investisseurs antillais p.10

LIBREPENSER
Olc p.l2
L'Universite a la croisde des chemins p.10

ENVIRONNEMENT
Retour A Paul Collier p. 13

CREOLE
Bouskay sitwayente ak diyite p.15

La BID a allou6 cette ann6e $122 millions sous forme
de dons a Haiti, et pour 2010 une enveloppe suppl6mentaire
de $128 millions en vue d'aider Haiti a r6aliser des
investissements dans des secteurs cl6s comme l'infrastructure,
les services de base et la prevention des catastrophes.


Vest vmo us ad didez de vus horraes.. Paritm ou vous 6w*
acoadez A UN 1BANKOnline", une wiaie sucuraleon Agnat

> Payez n i e quisyant ="A Ilooapte lUNIBANK
>" .

> Faftes vas tkansforts sur rtagr
>Achetez des ch~ques cde dtredo t our I6hrnger
>I



> Connwdez voTn stiestalorn bancaire

CoinAz la longuel We fdaubr Mtransac arsposaibles
on clkpnt ur ld www.unbankhati.com


1 il UNIBANK

1 nilt I ka*A**a

"Flsons route ensemble"

www.unibanrkhaiti.com


Page 3





Mercredi 23 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N3 35


DIPLOMATIE


La France et le Bresil viennent se concerter en Haiti


(DIPLOMATIE... suite de la lere page)
Montrouis, un cadeau de la France ...
Tandis qu'il devait signer avec son homologue
brdsilien et les autorit6s haitiennes un accord tripartite pour la
creation d'une << banque de lait maternel > pour les b6b6s de
mbres s6ropositives.
C'est tout. Cela vaut-il le d6placement des chefs de
la diplomatie de deux pays aussi importants, a l'heure oi une
crise 6conomique mondiale fait rage ?
Cependant quelques minutes apres (ou avant)
l'atterrissage a Port-au-Prince du ministre francais,
l'ambassade des Etats-Unis en Haiti publie
une note annoncant que les Etats-Unis
annulent la dette bilat6rale avec Haiti.
L'ambassadeur Kenneth Merten et
le ministre haitien de l'Economie, Daniel
Dorsainvil, ont sign vendredi (18 septembre)
un accord annulant la totality de la dette
bilat6rale d'Haiti.
Haiti, un pays chouchout !
On dirait en effet une grande
entreprise de relations publiques autour de
notre pauvre petit pays. A quelles fins ? Nul
ne sait.
Pourtant il n'y a pas longtemps qu'on
r6p6tait, parait-il, a Washington qu'Haiti est
une << nuisance. >>
Toutefois r6cemment, aprbs que la
voiture du charge d'affaires am6ricain eut 6td
prise pour cible a Port-au-Prince lors d'une
manifestation pour r6clamer une augmentation
du salaire minimum, l'ambassade des Etats-
Unis se contenta de souligner que le
gouvernement am6ricain n'a rien a voir a cette
affaire, mais sans rien qui puisse ressembler a
une note de protestation.

Une offensive de charme ... Le nou
Faut-il rappelerque l'ex-pr6sidentBill
Clinton (et 6poux de l'actuel Secr6taire d'Etat des Etats-Unis,
Hillary Clinton) conduira une mission commerciale en Haiti
debut octobre prochain- en quality d'envoyd special de l'ONU.
De son c6t6, le president francais Nicolas Sarkozy
est en train de d6ployer une offensive de charme sans
pr6c6dent dans les pays d'Amdrique du Sud.
Le mois dernier, il 6tait au Mexique. La semaine
dernibre au Br6sil pour n6gocier pratiquement en personne
l'achat de 36 avions de combat Rafale par le gouvernement
bresilien, un contrat de 4 a 5 milliards d'euros.
A la faveur des d6marches qui aboutiront a la remise
en liberty de l'otage franco-colombien Ingrid Betancourt en
juillet dernier, c'est le president v6nuzu6lien Hugo Chavez qui
6tait requ en grande pompe a Paris.
Etc.
Et pour bien marquer cette tentative d'implantation
de la France en Amdrique du Sud, voici cette visite conjointe
en Haiti des chanceliers francais et br6silien Bernard Kouchner
et Celso Amorim.
Mais pour quoi faire ?
Visite aux officiels locaux (le Pr6sident et le Premier
ministre) et internationaux ainsi qu'a leurs contingents


respectifs dans la force onusienne.

Partenariat strategique ...
M. Kouchner inaugurera aussi samedi le nouveau
pont de Montrouis, remplacant celui qui avait 6td d6truit l'an
dernier par les ouragans.
Quant a Celso Amorim, voici ce que dit la presse :
< cette visite conjointe illustre a nouveau le partenariat
strat6gique que la France et le Br6sil ont d6cid6 de mettre en
oeuvre au b6ndfice du peuple haitien.
<< Dans le cadre de la cooperation trilat6rale entre le


veau pont de Montrouis vital pour relier plusieurs departments
(Ouest, Artibonite, Nord, Nord-Ouest, Nord-Est, Centre)
Br6sil, la France et Haiti, les ministres Celso Amorim et Bernard
Kouchner signeront a Port-au-Prince le Memorandum d'accord
sur la creation d'une banque de lait maternel en Haiti. >
Cela vous fait peut-6tre sursauter. En dehors de


l'originalit6 du projet (< une banque de lait maternel >>), cela
vaut-il rdellement le d6placement d'un ministre des affaires
6trangeres ? Voire de deux.
D'ailleurs on n'est point certain que cela marche en
Haiti oi la majority de nos mbres n'ont pas assez de lait pour
nourrir leur propre b6b6 Ce n'est un secret pour personne.

Une sorte de Casablanca de la globalisation
en crise ...
Le secret c'est plut6t quelle est la vraie motivation
de la rencontre dans la capitale haitienne de deux grands de la
diplomatie internationale.
Est-ce pour accorder les violons
francais et brdsiliens (et plus largement sud-
am6ricains) a la veille de la rencontre du G20 la
semaine prochaine a Pittsburgh
(Pennsylvanie).
Port-au-Prince serait-elle devenue
une sorte de Casablanca a l'ere de la
globalisation en crise ? (Casablanca, ville du
Maroc, dont la stricte neutrality pendant la
Seconde guerre mondiale a permis h tous les
bellig6rants de pouvoir s'y rencontrer pour
n6gocier sur toutes sortes de sujets, bons ou
mauvais. Voir aussi le film du meme nom avec
Ingrid Bergman et Humphrey Bogart).
Les memes d6peches ne manquent
pas de rappeler que la France avait elle aussi
annual la dette bilat6rale d'Haiti (58 millions
d'euros) << dont 54 millions seront utilis6s pour
financer des programmes de
d6veloppement. >>
Est-ce done un hasard si les
Am6ricains ont choisi le meme jour pour
annoncer eux aussi l'effacement de la dette
d'Haiti : environ US$12.6 millions.
dupays Trop de nouvelles, pas de
nouvelles ...
Or (et c'est la seule surprise qu'on retiendra de toutes
ces navettes diplomatiques) tout cela ne semble faire a l'Haitien
ni chaud ni froid. Renversant le vieux dicton : pas de nouvelles,
(CONCERTATION/ p. 5)


A I !rA 4 M pru i A i i

PUT1 da1Ct00 cs"* -- vs IIxystsosi

"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.

Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenet pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la h'C i
founi yon baz kominikasyon ki
pbmbt klyan an jwenn tout SP. WC-W GFI f TIt
enf6masyon li bezwen sou transp6b -
pa avyon, sou lanmb ak ate, fe
rezbvasyon pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe tout bagay pi fasil pou klyan
an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesonel" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes
Devlopman.
MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon yo e pou
sy on an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an
yon p c Oe-Stop-Sh ., sa vle di nou vle ofri li plizyc solysyon o chwa avyon,
bato os tquit se machandiz pou eksp6tasyon, kit se pou enptasyon.
a kapini yo, Amerijet pral introdui lo avantaj sou iwebsite li a. Pamela
Robbins UN y1o I\ enters nan oloC a cnbei i plis
ekspansyon e T p INailln tO O a..a .ans."
Amerijet International, I uni sevis entenasyonal konple e sou tout f6m
- pa avyon, pa bato ak atL.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenbt la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


Page 4





Mercredi 23 Septembre 2009
HaitienMarche *VolXXIII N35


L'annulation de 1
(DETTE... suite de la lere page)
Mais chez nous, annulation ou pas, on est toujours
gros Jean comme devant !
La semaine dernire c'6tait au tour de l'ambassade
des Etats-Unis d'annoncer que Washington a d6cid6
d'annuler la totality de la dette bilat6rale haitienne de quelque
12.6 millions de dollars.
Autant dire que les Etats-Unis nous font
habituellement des dons, voilh pourquoi le chiffre est si bas.
Le communique de l'Ambassade US
indique que la decision amdricaine s'inscrit
dans le cadre des engagements internationaux
d'all6gement de la dette externe d'Haiti, aprs
l'application avec succes par Haiti des
r6formes 6conomiques et financibres.
Haiti a rempli les conditions requises
aux PPTE (pays pauvres trbs endett6s) qui la
qualifient a obtenir plus de 1 milliard de dollars
de remise de dette par ses cr6anciers
multilat6raux etbilat6raux.
A ce propos, la visite vendredi dernier
a Port-au-Prince du ministre francais des
affaires 6trangdres Bernard Kouchner a 6t6
aussi l'occasion de rappeler que la France a
annuld la dette bilat6rale haitienne qui
s'dlevait a 58 millions d'euros.
Et que les cr6anciers du groupe dit le
Club de Paris, comprenant entre autres le
Canada, la France, l'Italie et les Etats-Unis ont
l'intention de fournir a Haiti 152 millions de
dollars en annulation additionnelle de dette
Ddlegation a
En effet, l'annulation signifie et le PMha
qu'Haiti n'aura pas a payer ces fonds
qu'auparavant on devait d6caisser chaque
mois comme service de la dette. Et qui grevaient cruellement
les disponibilit6s de d6penses publiques.

L'Haitien reste indifferent ...
Mais que deviennent ces millions d&s lors qu'ils
n'auront pas a laisser le pays ?


ECONOMIE


a dette n'a encore produit aucun effet
C'est la question, si l'onpeut dire, cent mille dollars. Quoi qu'il en soit, si tout se passait selon la m
Et c'est de n'en rien savoir qui fait que l'Haitien reste aussi arithm6tique utilis6e quand il fallait rembourser, c'est-a-d
indifferent a cette actuality qui devait au contraire le faire sauter et 1 font 2, l'annulation devrait d6gager suffisamment de f
de joie ... Comme nos grands cr6anciers l'avaient peut-6tre pour r6gler quelques-uns des problkmes qui nous tien
espere. actuellement le plus a cceur dans le pays.
De la meme faqon qu'il existe un 6ch6ancier pour le


paiement de la dette, on aurait souhait6 l'existence aussi d'un
calendrier pour l'utilisation des fonds qui sont d6gag6s au fur
et a mesure par l'annulation de cette dernire.


'officiels ha'tiens etfrangais (dont le chancelier frangais Berna.
iatien Michele Pierre-Louis) arrivant samedi au nouveau pont de
qui est un don de la France a Haiti
Les d6peches de presse nous disent : < cette remise
de dette (...) aidera Haiti a r6duire sa dette publique et lui
permettra d'investir dans le secteur social. >
En passant, ce n'est pas toute la dette qui est annul6e
(mais disons celle de toutes les anndes qui ont preced6
l'admission d'Haiti dans les PPTE) ...


La France et le Bresil viennent se concerter en Haiti


(DIPLOMATIE... suite de la page 4)
bonnes nouvelles en trop de nouvelles, pas de nouvelles !
Nous n'avons ni le p6trole de Chavez, ni de quoi


nous payer des Rafale. Comme chante Ti Roro : < Mpa gwo,
m pa gra Men se pa pou sa map manje ou > Traduisez : ce
n'est pas n6cessairement de nous qu'il s'agit !


leme
ire 1
bonds
nent


Donner d'une main ce que 1'on garde de
I'autre! ...
Ou vont les millions ainsi lib6rds ? Dans unfonds qui
serait g6rd par une sorte de conseil des sages
bien au courant des sacrifices consentis par
les Haitiens pour rembourser une dette
remontant aux extravagances du regime de
Baby Doc en passant par toutes les
<< bamboches d6mocratiques > des anndes
post-Duvalier ?
Car il est difficile de croire que ce qui
devrait constituer pour le peuple haitien un
veritable tr6sor de guerre doive aussi 6tre
vers6 aux ONG ...
Ou ntre plac6 sous le contr6le des
institutions internationales.
Cela sous pr6texte que l'Etat haitien
est corrompu. II l'est sans doute. Et c'est le
pourquoi de toutes ces interrogations.
Mais personne n'a encore prouv6
non plus qu'il n'existe aucune trace de
corruption dans le monde des ONG et de
l'intemational.
Je vous donne, mais je garde pour
vous Ou mieux encore, donner d'une main
rd Kouchner ce que l'on garde de l'autre !
Montrouis Oui, a moins que l'annulation de la
dette ce soit ca, une sorte de tour de passe-
passe. Bref on n'y voit que du feu !
Mais le creole dit << Prombs se d&t. > L'annulation de
la dette est une promesse que les fonds d6gag6s vont servir
rdellement au pays reel. Orjusqu'a present, c'est l'inconnue
totale.
Sois content et tais-toi !
MAlodie 103.3 FM, Port-au-Prince

Au contraire, trop de promesses font qu'il est parfois
difficile d'y croire En tout cas, c'est mal connaitre l'Haitien
que d'espdrer 1'dmouvoir avec un projet de creation de banque
de lait maternel. II a envie de vous rdpondre comme le grand
Mao : plut6t que de donner un poisson un homme, apprenez
le done a pecher une fois pour toutes !
C'est justement lh toute la question. Demande-t-on
suffisamment au peuple haitien (puisque c'est lui le pr6texte a
tout ce scenario) ce qui l'int6resse ? On a l'impression
d'assister a un film. Mais dont, quand tout sera terminal, il ne
nous restera meme pas pour nous consoler la belle musique
de Casablanca.
MAlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Le nouvel ambassadeur de IFrance en HaUti
L 'ambassadeur des Etats-Unis Kenneth Merten (qui doit prsenter instamment ses lettres de crance),
Mr Didier Lebrey (photo Robenson Eugene)





"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


CONTACT US
TOLL FREE. 1-888-383-2856
OR; 305-620-8300
FAX .305-620-8332
CELL. 305-986-8811


FICHE D'ABONNEMEN A HAITI EN MARCHE


I pIU fit pour Six M I


Hanti ______
Etats Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


Gdes 260.00
_ US $ 40.00
_ US $ 42.00
_ US $ 70.00_
_ US $ 70.00o


I CoatpouriA


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans l* cas d'un abonnement
avec Ilvralson, le coOt eat le double.
Prtre de specMier si voua etes
un nouvel abonn6
ou s'il s'agt d'un renouvellement


Nouveau
E I


Renouvellement

EL5


Page 5


Norm
Adresse.





Mercredi 23 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N3 35


C'est 1'Universite qui est en crise et non les etudiants


(UNIVERSITE... suite de la lere page)
PORT-AU-PRINCE, 20 Septembre Le vent
commence a tourner. On a entendu des membres du d6canat
de la Facult6 d'ethnologie dire a leurs 6tudiants : < Je vous ai
compris! >
Un consensus devrait permettre a cette entity de
l'Universit6 d'Etat d'Haiti (UEH) de reprendre ses activities
cette semaine.
Par ailleurs les 6tudiants dits contestataires ont
poursuivi leurs manifestations appelant au depart des
responsables officiels de l'universit6 (rectorat) pour avoir
ordonn6 a la police de chasser manu militari ceux de leurs
confreres qui occupaient depuis plusieurs y
semaines les locaux de la Facult6 de m6decine.
Done a ce niveau, la question reste
entire. La police est a bout d'arguments
(violence ou persuasion, rien n'y fait). Les
6tudiants ne semblent pas vouloir c6der a la
force. Plus exactement, la force n'est pas la
rdponse.


II faut done adresser le probleme,
comme dit le creole, a un autre niveau.
Ou plut6t il est temps d'admettre que
c'est un probleme qui aurait pu 6tre 6vit6 si on
l'avait pris en consideration quand il le fallait.
Et ce n'est pas le temps qui a manqu6.
Mais comme d'habitude en Haiti, les
responsables ont fait la sourde oreille. Il y a
d'autres urgences qui n'attendent pas. Se
r6servant de r6agir au dernier moment.
Mais cette fois le dernier moment
c'est trop tard parce qu'il y entre des questions
trop subjectives. Et d'abord apparemment la
distance entre les professeurs et leurs
6tudiants.
La Faculty de m6decine, puisque
c'est elle qui semble 6tre le nceud gordien de


Sinon comment comprendre cette division radicale,
noir et blanc, en deux blocs : le d6canat d'un c6t6 et les 6tudiants
de l'autre.
On ne s'explique pas l'absence d'un petit groupe
interm6diaire, d'un milieu de terrain, compose de professeurs
(et dventuellement aussi d'6tudiants) qui aurait pu (ou qui
pourrait aujourd'hui encore) tenter d'arbitrer la crise al'int6rieur
meme de la faculty. D'autant plus que la crise a beaucoup durd
et qu'il doit exister de part et d'autre une certaine lassitude qui
devrait permettre de trouver une voie de sortie. Un modus
operandi.
S'il y a crise, c'est aussi a ce niveau qu'elle se situe.


Etudiant de la FacultW de mddecine evacud manu militari des locaux de 1'
que ses camarades occupaient depuis plusieurs semaines (photo JJAu


la crise, est traditionnellement un lieu privil6gid a l'int6rieur de Un manque evident de dialogue et de contact.
l'UEH. Attention, nous raisonnons ainsi sans rien connaitre
Par l'aspect scientifique des 6tudes qu'on y mbne, des conditions rdelles de cohabitation entre les professeurs et
par une plus grande exigence de r6ussite acad6mique, par une les 6tudiants de la Facult6 de m6decine.
plus grande promesse de carribre professionnelle ... Mais cela nous semble plus ou moins aller de soi.
Mais compare aux autres entit6s universitaires, il


semble aussi que c'est 1l qu'il existe le moins d'intimit6 et de
complicity entre les 6tudiants et le corps professoral.

L'absence d'un milieu de terrain...
I


Un volcan qui
D'ailleurs les relay
branches de l'Universit6
tendues. Que ce soit la F


sommeillait ...
itions au sein de toutes les autres
semblent apparemment moins
ac de droit ou celle des Sciences
appliques ou l'Ecole
normale sup6rieure, ou mime
'INAGHEI(Gestion) ...
Les Sciences
humaines et l'Ethnologie
sont connues pour leur esprit
militant depuis de longues
annees.
Par contre, la
M6decine-Pharmacie-
Odontologie c'est unvolcan
qui sommeillait ...
On les a entendus
seulement quand le


mouvement s'est radicalism. Mais au-dessous du bruit et de la
fureur des manifestations de rues et des rencontres-choc avec
les unites d'l6ite de la Police nationale, il existe probablement
des revendications tout a fait justifies. I1 ne pourrait en 6tre
autrement.
Protester contre l'absence de professeurs devant
assurer des cours importants (meme quand c'est en dehors de
leur volont6 et de celle du d6canat par manque de moyens ou
de personnel qualifi6 dans le pays et parce que les professeurs
d'universit6 reqoivent une pitance comme salaire) ...
Protester contre la pauvret6 des laboratoires en
6quipements les plus 616mentaires.
Et surtout contre le fait que vos
revendications, meme adress6es a toutes les
portes, ne sontjamais prises en consideration

Alors que professeurs et
6tudiants partagent les memes
problimes ...
La grande surprise c'est que meme
aujourd'hui ces considerations-l1 n'arrivent
pas a surmonter tout le vacarme, malgr6 que
celui-ci dure depuis d6ji plusieurs semaines,
pour arriver aux oreilles de qui de droit alors
qu'elles sont justes. Et d'abord du grand
public qui ne voit que les charges de la police
contre les manifestants et les d6gits laiss6s
par ces derniers, principalement les vitres
cass6es de nombreux v6hicules de passants
innocents.
La grande surprise c'est qu'il n'y ait
pas autant de professeurs que d'6tudiants a
se plaindre des memes problkmes de carence
en mat6riels d'enseignement et de recherche
institution et en effectifs. Alors que cela les concerne
gustin) aussi bien les uns que les autres.
Au contraire, on se divise en deux camps qui
s'amusent a se balancer des arguments sans aucun int6rat
pour le fond de la question.
Ou plut6t on place le fond de la question ailleurs.
Querelles de chapelle, qu'on prend pour la lutte des classes.

L'UniversitW face A elle-meme ...
A la verite, la Facult6 de m6decine semble n'avoir pas
pris la mesure de la courbe des choses de ce pays. Tant qu'on
peut maitriser une r6volte, on ne la laisse pas devenir
revolution. Comprendre une certaine r6alit6 ne signifie pas
obligatoirement lui c6der, mais peut permettre de mieux la
diriger. A quoi bon pr6tendre former comme de futurs Pasteur
des m6decins condamnds eux aussi au ch6mage Si revolution
il doit y avoir, eh bien, elle est 1i aussi.
Mais pour tout dire, c'est l'universitd d'Etat qui a
p&chW par couardise, c'est bien le mot. N'ayant jamais su
s'imposer comme un tout. De haut en bas et de bas en haut.
C'est en effet une crise de l'Universit6 d'Etat d'Haiti.
Mais d'abord face a elle-meme. Et non face aux
6tudiants.

Haiti en Marche, 20 Septembre 2009


k.
Pa6 Plus Bakery, Inc.4
NATiURAL JUSTICE


11638 NE 2nd Ave.
Miami. FL 33160
Tel. 305-394-6118


Catering Specialists
Cakes. Pastries. Ho d'Oeuws
for all occasions


AVendre
Grande maison de 10,000 pieds carres 80% achevee, ( 5 chambres a
coucher, 6 toilettes etc ), situee a Puits Blain region deja developpee (pres de
Petion Ville ), batie sur une propriete de un carreau Possibilites d'usage de la
propriete multiples, Ex: Guest House Ecole ,Hotel, Nursing Home Hopital,
complexe d'apartements ou de maisons etc .

Pour plus de details veuillez contacter les numeros suivants en Haiti
509-3764-2555, 509-2257-8919 ou 3556-8483 (entre 1Hr et 4 HR)


Ecoutez Melodie Matin sur


wdlodie
Aft--1 03. f3


www.radiomelodiehaiti. co


Page 6


R. MIAMI-DA


LEGAL ANNOUNCEMENT

REGARDING

REQUEST FOR PROPOSALS

LUGGAGE WRAPPING SERVICES
AT MIAMI INTERNATIONAL AIRPORT
RFP NO. MDAD-01-09 MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA
Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of the
above referenced, advertisement, which can be obtained by
visiting the Miami-Dade Aviation Department (MDAD) Website at:
www.miami-airport.com/html/business opportunities.html, (in order
to view full Advertisement please select "Advertisements" link and select
respective solicitation).
Copies of the RFP solicitation package can only be obtained through the
MDAD, Contracts Administration Division, in person or via courier at 4200
NW 36th Street, Building 5A, 4th Floor, Miami, FL 33122, or through a mail
request to PO. Box 025504, Miami, FL 33102-5504. The cost for each
solicitation package is $50.00 (non-refundable) check or money order
payable to: Miami-Dade Aviation Department.
This solicitation is subject to the "Cone of Silence" in accordance with
section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code.
TSA Guidelines
The TSA Guidelines for rewrapping in the post inspection areas have been
deemed Sensitive Security Information (SSI), therefore, requiring the Bidder
to execute the Department of Homeland Security (DHS) Non-Disclosure
Agreement (attached as Part A of Appendix M. in the RFP), prior to obtaining
the Guidelines from MDAD. Interested Bidders will be required to call the
Contracting Officer in advance to schedule a time to drop-off the executed
DHS Non-Disclosure Agreement and pick up the TSA Guidelines. A maximum
of ten (10) sets will be issued per Bidder. Proposers are not required to
receive copies of the TSA Guidelines prior to submitting a proposal.





Mercredi 23 Septembre 2009
tienrrcte VoreXXIII N35 SAID / FONDATION SOGEBANK Page 7





USAID-
DU PEOPLE AMERICAIN

FONDATION
SOGEBANK


HDM Haitian Diaspora marketplace


REQUEST FOR PROPOSALS
Background
To address some of the constraints and challenges to effective economic development in Haiti, the United States Agency for International Development
(USAID) and Fondation Sogebank (FSGB) are collaborating on a new project, the Haitian Diaspora Marketplace (HDM), that aims at increasing local production,
creating sustainable jobs and improving the living conditions of the population, by encouraging members of the Diasporato increase their business investments in SMEs
or projects in economically productive and commercially viable sectors. The main objective of the new HDM project is to undertake activities including direct funding
and technical assistance to stimulate the notion of "productive" remittances or investments with Haitians living abroad and, under a pilot phase, support selected project
opportunities for the utilization of these investments in Haiti.

Main HDM Project Activities
The HDM Project will undertake the following activities:
Promote, market and actively campaign for effective application of Diaspora investments, and innovative and unprecedented Diaspora engagement
Establish a competitive selection process of business applications based on their economic potential and feasibility soundness
Implement an efficient project management strategy to apply the funding mechanism and monitor the expected counterpart funding, with adequate project
monitoring and evaluation
Initiate and develop contacts with other projects, donors, local private sector and banks, and foreign investors to leverage additional resources and extend this
alliance and its benefits as a platform for a sustainable development approach.

Expected Results
The HDM Project is promoting, through direct financial support, business investment initiatives and activities with the following expected results:
Increasing numbers of Diaspora entrepreneurs are inclined to invest and contribute to business expansion in Haiti;
Members of the Diaspora gain an improved understanding of the investment conditions and local business environment in Haiti;
At a minimum, 70% of funded business entities or ventures are still in operation after 2 years of program operations; and
Alliances are established with other donors, stakeholders and the private sector in order to leverage USAID resources.
The HDM Project will also lead to sustainable job creations and greater access to market for Haitian Diaspora entrepreneurs and local stakeholders.

Grants Application Process
With the funding currently available for grant awards, the HDM project will launch a number of rounds of Requests for Proposals (RFP) for the period ranging
from September 2009 to December 2009.
We are accepting applications for the first round of RFP from September 16 to October 9, 2009. The RFP will be amended and re-issued for each round.

Targeted Audience
The grants will be awarded to eligible entrepreneurs from the Diaspora living in the U.S., France and Canada, or business entities with a majority ownership by
member(s) of the Diaspora. The business proposals shall be submitted by existing or new business entities or entrepreneurs through full business proposals and plans, or
business ventures through a specific investment activity or project.

Grants Amount and Limits
The HDM Project will favor at a minimum a 2:1 match for the grants (for each dollar granted by USAID, at least $2 shall be invested by the Diaspora business
partner). Grant amounts will range from $50,000 to $100,000. However, under exceptional circumstances, and at the discretion of USAID and FSGB, a grant may be
awarded to a Diaspora entrepreneur or business entity for amounts higher or lower than the above range.

Business Sectors or Economic Areas of Intervention / Program locations
These sectors include specific value chains in the following industries with the generation of new jobs preferably outside of the metropolitan area Port-au-
Prince:
Agriculture and Agro-industry Fisheries and livestock
Information and communication technology Handicrafts
Tourism in the Greater North Assembly
Construction, storage, logistics and transportation Any complementary industries in the value chains
Other promising value chain or business sectors may be considered on a case-by-case basis.

Proposal Submission and Selection Process
The clearance of the initial business proposals is based on a 2-step process by submitting:
Step 1: A Business or Investment Proposal through a brief concept paper not to exceed 6 pages.
Step 2: A completed Application Form (which could be downloaded from website, see below).
If the concept paper is accepted, applicants will be requested to submit a Presentation of a Full Business or Project Plan (FBP). If the concept paper is not
accepted, applicants will be notified.
A panel including knowledgeable members of the public and private sector will conduct a full analysis leading to the selection or rejection of Full Business or
Project Plans based on the evaluation criteria and scoring. Upon final selection, applicant will be notified of subsequent steps to finalize the grant.

Evaluation Criteria for the Business Plans
The final Full Business Plans will be reviewed and scored based on the following selection criteria:
1. Conformity to the HDM Project Objectives with direct financial participation from Diaspora members and promotion of local value-added investments
2. Level of Quality of Technical Approach with adequate identification of business performance indicators and economic results
3. Demonstrated Level of the Technical, Managerial and Financial Capacity of the Applicant
4. Adequacy and sufficiency of Proposed Cost and Budget
5. Level of Marketability and Sustainability
6. Impact on local Job creation, and on the physical and social environment of the targeted region, and gender and youth cross-cutting issues

How to obtain a proposal template?
All interested parties within the Diaspora wishing to apply for a HDM grant can inquire about the full Request for proposal and the business application form, by visiting
the HDM Project website (www.fondationsogebank.org/hdm) or the Fondation Sogebank's office:
111, rue Louverture, 2eme etage (or 3rd floor), Petion Ville, Haiti
Tel : (509) 2229-5557 / 2229-5400 / E-mail : infohdm@fondationsogebank.org




Mercredi 23 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N3 35


Une saison cyclonique preoccupante au Cap-Haitien


MINUSTAH, 16 Sep 2009 De par le pass, les
risques de tremblement de terre et d'incendie constituaient la
principale source de preoccupation pour les habitants de la
ville du Cap-Haitien, dans le Nord du pays. Aujourd'hui, les
esprits sont plut6t hant6s par les risques d'inondations. La
pr6sente saison cyclonique vient raviver l'inqui6tude des
Capois. Et pour cause !
La saison cyclonique s'6tend, en Haiti, du 15 juillet
au 15 novembre. Une p6riode souvent synonyme de fortes
pluies qui, le plus souvent, occasionnent des inondations et
d'importants d6gits humains et mat6riels dans nombre de
regions du pays.


circulation des v6hicules et des pistons, malgr6 les efforts
d6ployd par le Ministbre des Travaux Publics, Transport et
Communication (MTPTC).
Cette situation n'est pas nouvelle. Depuis quelques
ann6es, la moindre averse est source de preoccupation. De
l'avis de plusieurs experts, l'encombrement des 6gouts et des
canaux d'6vacuation par des tas d'ordures constitue le
veritable danger.
<< J'ai eu 1' occasion de consulter les rapports d'une
6tude r6alis6e sur la ville du Cap-Haitien, et la conclusion
montre l'imp6rieuse n6cessit6 pour l'Etat haitien de consentir
dans l'imm6diat a des d6bours 6normes pour refaire les


que d'autres statistiques parlent plut6t de 800.000.
Entre autres pour consequences de cette
augmentation d6mographique, l'accroissement des d6chets.
PrMs de 300 m3 de fatras sont produits par jour au Cap-Haitien.
Ces d6chets ne sont pas assez souvent collects par les
services responsables, voire l6iminds. Ils se retrouvent le plus
souvent dans les 6gouts et les canalisations.
A cela s'ajoute la bidonvilisation de la ville. Des
maisonnettes sont bities dans les couloirs et corridors sans
respect des regles de l'urbanisme. Cette situation au fil du
temps a rendu vulnerable la ville, affaiblissant toutes ses
infrastructures. Mais d'autres facteurs expliquent la fragility


Deux aspects de l'environnement en Haiti : la chute baptisde Saut-d'Eau qui est cdldbrie comme un tresor national
et le bidonville Jalousie dans les hauteurs dominant la capitale (photo Thony Belizaire)


Le 31 aofit dernier, de nombreux habitants de la ville
du Cap-Haitien ont v6cu des moments difficiles. Une averse
de 25 minutes avait consid6rablement inond6 une partie de la
ville. Plus il pleuvait, plus les fatras et les alluvions
s'amoncelaient. Et plus les habitants, qui luttaient contre les
eaux pour 6viter qu'elles ne p6netrent dans leurs maisons,
craignaient le pire.
Les monticules de boue et de detritus qui se sont
formees lors de l'averse ont emphch6, 72 heures durant, la


caniveaux, 6gouts et systemes d'6vacuation de cette, sinon
les consequences pourraient 6tre d6sastreuses dans un futur
trbs proche>>, a indiqu6 unjeune architecte qui pr6fRre garder
l'anonymat.
L'explosion d6mographique qu'a connue le Cap-
Haitien est pour plus d'un a l'origine de ce danger. Conque
pour 70 000 habitants, la ville du Cap-Haitien n'a cess6 de voir
sa population accroitre de manibre significative. Les chiffres
officiels indiquent une population de 300.000 habitants tandis


de la ville.
L'absence d'une politique de gestion et de collecte
des detritus est aussi a incriminer. < jamais les operations de curage nulle part>>, reconnait un chef
d'6quipes du MTPTC. Celui-ci Pour lui en effet, < chaque
semaine, nous commenqons le nettoyage d'une zone, le
directeur nous d6place sur une autre zone > ?,. Autre difficult
(SAISON CYCLONIQUE /p. 9)


4 aI--4AIqI


4# ##A I *IW.3O, 4 It .. W 4h1&


VfV 'I'1 A 0%


"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers'


Page 8


WCALLDIHEK

your global connection

www.calldirek.com / 1-866-673-4735


Ecoutez
Melodie Matin
avec Marcus


relodie
l1o3.3 f.m


www. radiomelodiehaiti, com


4 qF^ liiii1I*^^* M4I of^H


I





Mercredi 23 Septembre 2009
HaitienMarche *VolXXIII N35


Propos liminaire du rapport final du Programme d'urgence


Lorsque le Conseil des Ministres, sous le leadership
du President Prdval, a pris la resolution en date du 10
septembre 2008, de demander au Conseil d'Administration
du Bureau de Mon6tisation des Programmes d'Aide au
Ddveloppement (BMPAD) de mettre les Fonds Petro-Caribe
a la disposition du gouvernement, cette decision r6pondait
a un certain nombre d'imp6ratifs qu'il est important de
rappeler:
Le pays venait d 'tre frappd, en quinze jours, par
une succession de quatre cyclones dont les effets
divastateurs sont encore mesurables aujourd'hui ;
Un nouveau gouvernement venait d'etre installed
apres une crise gouvernementale qui aura durd cinq mois

La loi sur 1'Etat d'urgence, vote par le Parlement
en la circonstance, autorisait le gouvernement a prendre
des mesures immddiates pour sauver des vies humaines et
des biens, et les proteger des risques et desastres futurs ;
L 'appel lanc par le Programme desNations Unies
pour le Developpement (PNUD) afin de recueillir cent sept
millions de dollars amdricains (US$ 107,000, 000. 00) pour
venir en aide auxfamilles sinistrees etaitjusque la restW
infructueux.
Or, il fallait agir et vite. Les communications par
voie terrestre 6taient quasi d6truites. Plusieurs ponts
s'6taient effondrds sous l'effet de crues inhabituelles. La
ville de Gonaives 6tait une nouvelle fois sous plus de deux
metres d'eau par endroits et les habitants avaient tout perdu.
Aucun d6partement n'avait &t6 6pargn6 car meme le Plateau
Central, g6ndralement prot6g6 de la fureur des ouragans,
avait dans ce cas 1i 6prouv6 sa part de d6gits. La tiche
s'annoncait rude pour le nouveau gouvernement install
trois jours seulement aprbs le passage de Hanna et de Ike,
soit le 5 septembre 2008.
Le gouvernement a done requ du Fonds Petro-
Caribe la somme de cent quatre vingt dix sept millions cinq
cent soixante mille dollars americains (US$ 197,560,000.00)
et s'est mis tout de suite au travail, avec l'6nergie et le
ddvouement qu'exigeait la situation, en collaboration avec
le Parlement et les Collectivit6s Territoriales. Tous les
Ministbres se sont impliqu6s pour r6aliser dans leurs secteurs
respectifs les reparations, rehabilitations et constructions
r6pertorides apres le passage des cyclones. La Primature a
assure la coordination et les d6caissements relatifs aux <
Autres interventions et frais de gestion >>.


Le Premier ministre haftien Mine Michele Duvivier
Pierre-Louis (photo Eugene Robenson)
L'acquisition d'6quipements et de mat6riels par le
Ministbre des Travaux Publics, Transports et Communications
(MTPTC), et celui de l'Agriculture des Ressources Naturelles
et du Ddveloppement Rural (MARNDR) a permis, d'une part,
de r6tablir les communications interd6partementales et
communales, et d'entreprendre des travaux dans le domaine
des infrastructures routibres, et d'autre part, de r6investir
rapidement dans la production agricole nationale. L'impact de
ces diffirentes interventions a &t6 tout de suite visible et a pu
6tre mesur6 sans d6lai.
Enjanvier 2009, un rapport int6rimaire a &td soumis
au Parlement contenant le detail des travaux et interventions
r6aliss jusqu'a cette date, ainsi que les acquisitions effectudes


pour les ministries susmentionnes. Il restait encore beaucoup
a faire a cette date car les travaux concernant les Ministeres
de l'Education Nationale et de la Formation Professionnelle
(MENFP), de la Sante Publique et de la Population (MSPP),
de la Justice et de la Securit6 Publique (MJSP), ainsi que le
programme d6nomm << Appui aux communes >, qui
impliquait les Olus locaux et les parlementaires, avaient &t6
confi6s au Bureau de Mon6tisation des Programmes d'Aide
au Ddveloppement (BMAPD) et au Fonds d'Assistance
Economique et Sociale (FAES) et n'ont pu commencer dans
la p6riode post-cyclonique immediate.
Le rapport final soumis aujourd'hui a votre
attention met en evidence le contexte et la strat6gie de mise
en ceuvre du programme d'urgence et rend compte de manibre
fiddle, de toutes les actions r6alis6es grice a ce financement,
dans le respect des normes et des procedures de la
comptabilit6 publique et de la bonne gestion
gouvernementale.
La mise a la disposition du gouvernement et du
pays du financement issu du Fonds Petro-
Caribe a permis de cr6er de nombreux emplois,
d'augmenter la production nationale (ce que vient de
reconnaitre la Food and Agriculture Organisation FAO -
des Nations Unies en f6licitant le gouvernement haitien), de
r6habiliter dcoles, centres de sante, tribunaux, commissariats,
prisons, canaux d'irrigation, 6glises, temples, lakous sakre,
etc., de faire l'acquisition d'6quipements indispensables pour
les travaux d'infrastructures, d'assainissement et
d'agriculture, d'aider les familles sinistrees, les petites
marchandes, les organisations de base, etc. II a ainsi permis
une circulation mon6taire importante qui a aid6e
redynamiser l'6conomie nationale fortement p6nalis6e par
les effets des d6sastres.
Que tous ceux, toutes celles qui ont particip6 a la
r6ussite du Programme d'Urgence soient remercids. Un
remerciement special au Pr6sident Rend Prdval pour son
leadership tout au long de la mise en ceuvre du programme,
aux Ministres, Secr6taires d'Etat et cadres des Ministbres,
au Centre National d'Equipements (CNE), au Parlement et
aux Collectivit6s Territoriales.

Septembre 2009
Michele Duvivier Pierre-Louis
Premiere Ministre


Cuba exige a P'ONU des actions contre la pauvrete en Haiti


Par Tania Hernandez, correpsondante de CC1
La Havane. 14 Septembre 09. Caribcreole. Cuba s'est
prononc6e au sein du Conseil de S6curit6 de l'ONU en faveur
des actions contre la pauvret6 en Haiti.
Rodolfo Benitez, membre de la d6l1gation permanente
de Cuba auprbs de l'ONU, a en effet soulign6 que la paix, la
s6curit6 et la stability en Haiti passent par l'dlimination de la
pauvret6 et du sous-d6veloppement. < Haiti est un des
exemples les plus clairs des ndfastes consequences du
colonialisme et du neo-colonialisme, de l'ordre international
injuste et excluant et de l'interventionnisme qui marqu6 son
histoire > a relev6 le diplomate cubain devant le Conseil de
Securit6, ce mercredi.


II a rappel6 que plus de 70% des Haitiens vivent dans
la pauvret6, la moiti6 de la population active est au ch6mage et
que l'esp6rance de vie n'atteint pas les 52 ans. Au nom de
Cuba, Rodolfo Benitez a soulign6 que lorsque la situation
d'Haiti est abord6e aux Nations-Unies, attention se centre
presque toujours sur les questions lies a la s6curit6 tout en
ndgligeant les graves problkmes structuraux, economiques et
sociaux de ce pays antillais. II a d'autre part soulign6 que
Cuba < un petit pays en butte au blocus 6tasunien et disposant
de ressources limit6es, offre sa cooperation au peuple haitien
dans les domaines de la sante, de l'6nergie, de l'6ducation, de
l'agriculture et du sport. < Plus de 400 coop6rants cubains
pretent aujourd'hui leurs services dans les coins les plus


recul6s de la gdographie haitienne, pour la plupart dans le
secteur de la sante > a-t-il relev6.
II a pr6cis6 que depuis 1998, les praticiens cubains
ont r6alis6 presque 14 millions et demi de consultations. Ils
ont sauv6 la vie de plus de 232 000 personnes et ils ont assist
110 400 accouchements et pratiqu6 250 000 operations. Le
diplomate cubain a 6galement rappel6 que 544 m6decins
haitiens ont &t6 forms a Cuba. 670 jeunes Haitiens font
gratuitement leur m6decine et 800 autres se sont dipl6m6s
dans d'autres facult6s universitaires et 6coles techniques de
Cuba. Aprbs avoir fait mention de l'op6ration Miracle qui a
permis a 43 800 Haitiens de recouvrer lavue et de la contribution
de Cuba a la campagne d'alphab6tisation, Rodolfo Benitez a
soulign6 : < Ce que Cuba fait aujourd'hui pour Haiti est a
peine un exemple modeste des r6sultats que pourrait avoir
dans ce pays la cooperation et l'assistance internationale,
surtout de la part des Etats-Unis disposant des plus
importantes ressources 6conomiques et financieres > a
soulign6 le diplomate cubain devant le Conseil de Securite de
L'ONU.


(... suite de la page 8)
soulev6e par ce dernier est relative a
l'insuffisance et l'inad6quation des
6quipements < Nous n'avons que quelques
pelles, riteaux, bouettes, alors que les tiches
s'accompliraient mieux avec une grosse
machinerie >>.
Par ailleurs, la r6cente decision des
responsables locaux du MTPTC de fermer les
embouchures des caniveaux afin d'empecher
l'ensablement de ces 6gouts, a cause du
niveau montant de la mer n'est pas bien
comprise. Et nombreux sont les habitants qui
pensent que cette decision pourrait 6tre
dangereuse. Pour eux, en effet, l'ensablement
des roches places a l'entr6e des 6gouts
ajout6 aux masses de boue d6ji pr6sentes ne
tardera a former un bton naturel. I en rdsultera
que les eaux du Cap-Haitien qui ne se
d6versent pas dans la mer inonderont cette
ville.
Comme le voit, la situation semble
catastrophique. Toutefois, de l'avis de plus
d'un, des solutions sont possibles, et avec
un peu de volont6, le Cap-Haitien pr6sentera
un meilleur paysage, au grand b6ndfice des
habitants.
Fort heureusement, la municipality
semble dejn vouloir ceuvrer en ce sens. En
effet, comme le soulignent les personnalites


de la ville, la mairie est en quete de financement
pour son projet d'installation d'un site de
d6charge et de tri des d6chets. Autre frein, la
lenteur des discussions relatives au site
retenu pour ce projet.
Parallblement, le d6put6 de la ville,
Eddy Jean-Pierre, demande au gouvernement
de d6pecher les engins de Centre National des
Equipements (CNE) pourle curage des canaux
et des 6gouts. < En attendant que l'Etat
dispose des moyens financiers pour
l'ex6cution des travaux d'envergure, le CNE
pourrait g6rer l'urgence>>, a-t-il indiqu6. Une
campagne de nettoyage de la ville est
entreprise actuellement.
Cependant, plusieurs experts croient
que des solutions durables s'imposent, comme
curer en profondeur la ravine Zetriye, ou
encore draguer le bras de mer de la baie du
Cap-Haitien afin d'dviter que la 2ibme ville du
pays ne connaisse un triste sort lors d'une
serieuse averse.


I .


POUR VOs RESERVATION DE CARGO, APPELEZ

1-800-927-6059
ou en z nous un e-mail I&


Page 9


Une saison cyclonique


preoccupante au Cap-Haitien


dlodie
103.3 f m


www.radiomelodiehaiti.com





Mercredi 23 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 35


Haiti veut s'ouvrir aux entreprises Martiniquaises


Une d6l1gation de la chambre de commerce et
d'industrie d'Haiti a &t6 revue au conseil regional. La
presentation du forum des entreprises de la grande caraibe a
fait l'objet d'une conference a la CCIM.
Apres une p6riode particulierement agit6e, la
R6publique d'Haiti semble d6cid6e a
mettre les bouch6es doubles pour
relancer son 6conomie. Pour se faire,
l'organisation du forum des
entreprises de la grande Caraibe, du
21 au 24 octobre a Port au Prince est
une opportunity qu'il lui faut
promouvoir aupres de tous les
partenaires potentiellement int6ress6s.
C'est ainsi que depuis mardi matin, une
d6l6gation officielle de la rdpublique
Haitienne est en visite chez nous et
pr6sente l'6v6nement par lequel, la
relance de l'activit6 et de son 6conomie
devrait passer. Mardi matin, c'est
Alfred Marie-Jeanne qui l'a requ
pendant plus d'une heure, parlant
essentiellement des opportunities
d'investissement pour les entreprises
Martiniquaises.
President de la chambre sat
Franco-Haitienne de commerce et ,
d'industrie, Gr6gory Brandt, par G


ailleurs president du comit6 de promotion du forum n'h6site
pas a vendre" le potentiel foncier, de personnel, voire des
partenariats avec les entreprises haitiennes. Il faut savoir
que la R6publique est maintenant apais6e et les investisseurs
strangers sont tres attires par le potentiel que nous offrons.


on en Martinique du prochain forum de la Grande Caraibe qui a
*andt (a droite) et Luc Especa, au milieu Alfred Marie-Jeanne, re
d'une chambre de commerce martiniquaise


Une entreprise Martiniquaise qui ne peut se d6velopper faute
de foncier n'aura aucune difficult a en acqu6rir suffisamment
chez nous pour d6velopper son activity. Les Br6siliens, les
Honduriens, d'autres investisseurs venant de Corde du sud
notamment sont maintenant des partenaires de choix et de
poids. C'est cela que nous offrons a
nos amis Martiniquais. "
Un discours qui n'est pas
pour d6plaire au president du conseil
regional, d'autant que les secteurs de
l'agro-industrie, du tourisme, de la
banane, des nouvelles technologies
nouvelles, et autres font partie du volet
cooperation que le conseil regional
aime h piloter au sein du programme
INTERREG. Rappelons que dans le
cadre de l'AEC (associations des 6tats
de la Caraibe) et plus pr6cis6ment dans
le chapitre de la cooperation r6gionale
soutenue par l'Union europ6enne, des
programmes sont initi6s et soutenue
par le FED. Je crois que c'est une
belle opportunity de faire quelque
chose de significatif vis-h-vis de nos
amis haitiens. Devrai-je dire nos fires ?
aura lieu en Hati : interroge faussement naif Alfred
Marie-Jeanne.
!prdsentant


Ion% Ie - W i mu


"Copyrighted Material




Syndicated Content



Available from Commercial News Providers"






L'Universite d'Etat d'Haiti / Ala croisee des chemins


Par Fritz deshommes

... SUITE
En substance, son gouvernement aurait fait de
grandes et marquantes r6alisations qui ont change la face du
pays. Le seul domaine oni il n'aurait pas marqu6 son passage
serait celui de l'enseignement sup6rieur. Suite a ce refus
cat6gorique, absolu et sans appel du puissant Conseil Ex6cutif
de 1'UEH qui en impose a tout le gouvernement !
Inutile de dire que les membres du Conseil Ex6cutif
comprennent de moins en moins.
Ce qui est au moins clair, c'est que la conversation

Miami NICE Announces the
Compassion Capital Fund
Demonstration Program Request -IJf
for Qualifications (RFQ)
(Miami, Florida) -The City of Miami's Office of Faith-based Initiatives and Community
Outreach, as the lead intermediary organization for the Miami NICE (Network for
Integration, Compassion & Empowerment) partnership, is soliciting Request for
Qualifications (RFQ) for non-profit Faith-based and Community Organizations (FBCOs)
interested in applying to receive, (a) free technical assistance grants and (b) become
eligible to apply for a Miami NICE capacity-building sub-award grant. All applicants
must attend one of the mandatory informational sessions noted below.
Eligible organizations are FBCOs serving Miami-Dade County for two consecutive
years in one or more of the six (6) Compassion Capital Fund priority areas, including:
Children and Youth, Ex-offender Re-entry, Homelessness, Rehabilitation Services for
Addicts and/or Prisoners, Elders in Need, Families Transitioning from Welfare to Work,
and Healthy Marriage Initiatives; with a 501(c) 3 status; have an annual budget of
$50,000 to $500,000.
*Selected FBCOs may be eligible to receive a non-cash Technical Assistance award
valued at $5,000 or more per recipient
*And eligible to compete for a Miami NICE sub-award grant from $5,000 to $10,000
(Subject to funds availability). We anticipate funding at least 20 organizations.
FBCOs that were awarded Miami NICE sub-award are not eligible to apply.
Request for Qualification is due no later than 2:00 pm, Friday, October 16, 2009
at City of Miami, City Hall, Office of the City Clerk, 3500 Pan American
Drive, Miami, FL 33133.


INFORMATIONAL SESSIONS
Wednesday, September 23, 2009:
10:00am -1:00pm
Miami Beach Regional Library
227 22nd St., Miami Beach, FL 33139
Friday, September 25, 2009:
2:00pm 5:00pm
North Dade Regional Library
2455 NW 183rd St., Miami, FL 33056
Saturday, September 26, 2009:
10:00am 1:00pm
South Dade Regional Library
10750 SW 211th St., Miami, FL 33189


Tuesday, September 29, 2009:
10:00am 1:00pm
West Dade Regional Library
9445 Coral Way, Miami, FL 33165
Thursday, October 1, 2009:
10:00am-1:00pm
Little Haiti NET Office
6301 N.E. 2nd Ave. Miami, FL 33139
Tuesday, October 6, 2009:
2:00pm-5:00pm
The Children's Trust
3150 S.W. 3rd Ave., Miami, FL 33138


For more information regarding Miami NICE, visit www.miaminice.org or contact
Careline Romain, Project Director, Phone: 305-416-1410, Fax: 305-400-5368,
Email: cromain@miamigov.com
This solicitation is not subject to the City of Miami "Cone of Silence." In
accordance with the American with Disabilities Act of 1990, persons needing
special accommodations to participate in a session may contact the Office of the
City Clerk at (305) 250-5360 (Voice) no later than two (2) business days prior to
each meeting, or at (305) 250-5472 (TTY) no later than three (3) business days
prior to each meeting.

1 i BS
rann


de ce jour l'a profond6ment marqud.
Mais quelle partie de la conversation ?
A ce stade, il convient de mentionner que deux autres
points avaient fait l'objet d'6changes :
a) le montant du budget allou6 a 1'UEH, qui 6tait en
diminution par rapport a l'annde pr6c6dente. Le Conseil Ex6cutif
avait exprim6 son 6tonnement que sous son gouvernement et
en d6pit des promesses et professions de foi, le budget alloud
a 1'UEH pour l'exercice 2004-2005 se trouve en diminution par
rapport a l'annde pr6c6dente. Une solution avait pu 6tre
trouv6e par la suite avec le Ministere des Finances au niveau
du budget d'investissement.
b) la question de la revision de la Constitution. Le
premier ministre fait part de la creation d'une commission
charge d'identifier les articles de la Constitution devant faire
l'objet de modifications envue de garantir selon lui un meilleur


fonctionnement de l'Etat. Le Conseil Ex6cutif exprime alors
ses preoccupations sur l'opportunit6 d'une telle demarche.
Parce que son gouvernement n'a pas la l1gitimit6 n6cessaire.
En l'absence du Parlement, toute modification constitutionnelle
envisage ne peut l'6tre qu'en dehors des procedures prescrites
par la Constitution. Ce qui est doublement dangereux en
situation de souverainet6 limit6e. Selon le Conseil Ex6cutif, il
6tait plus simple et plus efficace que son gouvernement
demeure dans le r6le qui est le sien, c'est-a-dire, essentiellement
d'assurer la transition, en d'autres termes, mettre sur pied les
institutions d6mocratiques prdvues par la Constitution,
notamment les structures de la decentralisation (Assembl6es
et Conseils Territoriaux a tous les niveaux, le Conseil
Interd6partemental), le Conseil Electoral Permanent, la
Commission de Conciliation, ...


Page 10


MIAMI' DDE


LEGAL ANNOUNCEMENT OF SOLICITATIONS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA

Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of solicitations for contract opportunities, which can
be obtained through the Department of Procurement Management (DPM), from our Website: www.miamidade.gov/dpm.
Vendors may choose to download the solicitation package(s), free of charge, from our Website under "Solicitations
Online". Internet access is available at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that vendors
visit our Website on a daily basis to view newly posted solicitations, addendums, revised bid opening dates and other
information that may be subject to change.

Interested parties may also visit or call:
Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773
There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling charge for those
vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the United States Postal Service.
These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County Ordinance No. 98-106.

Miami-Dade County has streamlined the process for accepting bids and proposals by requiring vendor affidavits only
once at the time of vendor registration.
Starting June 1, 2008, vendors will be able to provide required affidavits one time, instead of each time they
submit a bid or proposal. Solicitations advertised after June 1st will require that all vendors complete the new Vendor
Registration Package before they can be awarded a new County contract. Obtain the Vendor Registration Package on-
line from the DPM website.





Mercredi 23 Septembre 2009
HaitienMarche *VolXXIII N35


* Le Saut du Barril L-
* Le Palais de Sudre Telephones: 566-5361
Dartiguenave a Anse a 401-7108 / 514-0304
Veau lemanoloinn@mac.com
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17e"e Internet disponible
siecle .. pour les clients
[


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408





Parents, vous qul rvez d'un avenir metleur pour vos enfants,
confiez les au CMP
ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAMMES
UCENCE EN:
Maorkeng :4 ar
Science Comptle :4 arn
G~dlson d Asalm :4ian
Sciences Infomiequ :4 ans
Malkaing MianaBment :2ans
S acrrilbunuq : 2 n
Ger inancee-Mawelng :I anou 2 ne
Comptabil inf amims : 1an
Ass Ametdk*inira V :lan
In" nneique cci court : 6 hourer 2na
ITEsaenrls(CISCO) :70horn
Prour loes InonL is pwpimentales:m
CMP,Deta 30
Tel.:2 513-831, 3 730-2485, 2 248-2299
Emilager tmarom Ea


KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673

Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Execution de Proj et
Economie et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
SGouvernance

Dipl6me en:
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, WI.

www. cfdehaiti. cor
Par courriel: Administration(i.CDFEHaiti.com
GBrunet(.CFDEHaiti. corn

Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


HACEPA
The Haitian American Center
for Economic and Public affairs
Togetherwith
ABICC -The Association of Bi-
National Chambers of Commerce
Cordially invite you to a
Business Mission to HAITI
Join us and discover the land of unique business
opportunities Ninety minutes flight from Miami
From Wednesday, November 4,2009
to Saturday, November 7,2009
Cost: $685.00
Includes: Airfare with American Airlines, 3 hotel
nights, ground transportation, transfers, and meetings
with the private and public sectors
Deadline for reservation and payment
October 10, 2009 (Limited space available)

Registration fee: $50 payable to HACEPA
For payment, please send a check to HACEPA
to the following address:
1970 N.W. 180 Street, Miami Gardens FL 33056
For further information, call:
J.C. Cantave to 305-623-1979
or by e-mail tojccantave @haititradecenter.com

Haiti is looking for investors and partners
in the following sectors: Communication -
Transportation Manufacturing Public Health Agro-
Business Infrastructure- Tourism Real Estate
Development- Trade


SANTE

Pourquoi les femmes font-elles l'amour ?


Texas, ttats-Unis Les r6sultats d'un sondage rdv6l6s
dans l'6tude "Why Women Have Sex" montrent que la plupart
du temps, les femmes s'adonneraient au plaisir du sexe pour
briser l'ennui, calmer une migraine, ou encore par piti6 pour
l'homme qu'elles ont sous les yeux !
Deux professeurs de psychologie de l'universit6 du
Texas, Cindy Meston et David Buss, ont effectu6 des 6tudes
sur les raisons poussant une femme a faire l'amour. Ils ont
ainsi mis le doigt sur 200 motivations parfois surprenantes
dvoqudes par les femmes interrog6es.Ainsi, 84% d'entre elles
ont affirm qu'elles se pliaient au devoir conjugal pour


s'assurer une tranquillity quotidienne, ou bien pour
r6compenser leur compagnon d'une tiche m6nagere dont il
s'6tait acquittal. Une autre affirmerait que prendre dubon temps
avec un homme l'aiderait a sortir de la lassitude du quotidien,
tandis qu'une autre admettrait avoir couch avec certains
hommes par compassion pour eux.Dans une enquete mende
par les deux auteurs, 10% des femmes avoueraientfaire l'amour
a leur compagnon pour le remercier d'un diner en amoureux,
d'un present cofiteux ou simplement parce qu'il aurait fait
preuve d'un peu d'extravagance.


Caster Semenya serait mi-homme, mi-femme


La Sud-africaine lors des Mondiaux de Berlin
Selon les rdvelations de The Sydney Morning Herald
Tribune, la championne du monde du 800 metres disposerait
d'organes masculins et f6minins.

Melodie Matin
Sur


lodie
1 0 3. 3 f n


www.radiomelodiehaiti com


Le feuilleton de Caster Semenya n'est pas clos. Les
premiers r6sultats des tests m6dicaux divulgu6s cejour par le
quotidien australien The Sydney Morning Herald Tribune,
rdvbleraient un forme d'hermaphrodisme de l'athlete sud-
africaine. Soupqonnde d'etre un homme, la championne du
monde du 800 m lors des Championnats du monde d'athl6tisme
a Berlin, en Allemagne, possederait a la fois des organes
g6nitaux feminins et masculins.
La championne serait d6pourvue d'ovaires mais
possederait des testicules internes qui produisent niveau de
testosterone trois fois plus Olev6 que celui d'une femme
normale. Suite a ces r6sultats Caster Semenya, 18 ans, pourrait
conserver son titre mondial. Mais la F6d6ration Internationale
d'Athl6tisme (IAAF) lui a demand d'etre op6rde le plus
rapidement possible sous peine de la disqualifier pour les
competitions futures.
Cette decision finale sera prise a la fin de la semaine
prochaine une fois que la f6d6ration disposera des r6sultats
de tests complementaires et de toutes les preuves permettant
de confirmer la these de l'hermaphrodisme.


*


Page 11





Mercredi 23 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N3 35


Je ne veux pas changer les regles dujeu, je veux
changer dejeu. > Andrd Breton

Je ne sais pas si vous avez l'habitude, chers amis,
d'6couter le mot < Ol >>. Il s'agit d'une interjection d'origine
espagnole qui s'utilise de faqon assez fr6quente dans certaines
ambiances. Dans mon subconscient, de la meme faqon queje
ne peux m'empecher d'associer le << Mexique > d'autrefois a
l'interjection<< caramba >, qui me pousse a penser aux films
de Fernando Sancho, l'interjection< ol >> me pousse apenser
a l'Espagne. Les r6f6rences a ce mot font alors bouillir dans
ma tate tout un univers d'une richesse plastique indescriptible.
Dans le langage courant, le << ol >> est utilis6 pour encourager
quelqu'un a continuer sur une voie ddterminde. Dans certains
stades de foot-ball par exemple, lorsque l'6quipe locale joue
de facon sublime, 6vitant que les adversaires arrivent a toucher
laballe durant un certain moment, on entend alors les supporters
lancer leur< Ol, olk, ol66...6 >>. Cela veut dire, compliments
les gars, Continuez Allez-y Montrez la beauty de ce que
vous faites Montrez ce qu'est le < jogo bonito > !
Pour mieux faire comprendre l'utilisation de ce mot
dans le monde du foot-ball, chers amis, je vais utiliser un
fragment d'un texte de R. Ilari : Les traits lesplus remarquables
du football brdsilien d'autrefois dtaient le dribbling, les
feintes spectaculaires par lesquelles les joueurs d'attaque
demoralisaient leurs marqueurs et surtout les passes courtes.
Tout bresilien d'un certain dge se rappelle les vieuxfilms oil
Garrinchafeintait son marqueur sans lever les pieds de terre,
rien quepar le mouvement du corps et de sesjambes crochues.
Ce type de feinte, et surtout les passes par lesquelles l'une
des dquipes garde le ballon et empeche l'dquipe adversaire
d'y toucher ont un effet demoralisant et suggerent qu 'il ne
reste a' adversaire que le r6le de souffre-douleur. Ce n 'est
pas dtonnant que ces situations aient dvoqud aux bresiliens
la tauromachie, et surtout l'habitude de crier oolk> quand


OLE!
le torero dirige les mouvements du taureau avec les
mouvements de sa cape. En effet, durant la corrida, le public
accompagne les < faenas > du torero, r6ussies de faqon
consecutive, par des < olds >. Dans le < flamenco >, a part les
<< ols >, on utilise aussi des < palmas > pour accompagner le
<< cantaor >>.
Enfin chores amies lectrices et chers amis lecteurs,je
ne suis pas un fin connaisseur, ni meme un bon << aficionado >>,
maisje crois qu'ily atoutunmonde a d6couvrir. Latauromachie.
Le flamenco. Des univers completement differents des n6tres,
completement differents de ce << ralisme merveilleux >> qui
nous berce la vie et module nos rythmes vitaux mais combien
enrichissants. Pensez par exemple a ce passage qui d6crit la
c6r6monie du << Bois-Caiman >. Tous taient assembles quand
un orage se dichaina. La foudre zebre de ses eclairs
dblouissants un ciel de nuages bas et sombres. En quelques
instants, une pluie torrentielle inonde le sol, tandis que, sous
les assauts rpetes d 'un ventfurieux, les arbres de lafor&t se
tordent, se lamentent, et que leurs grosses branches meme,
violemment arrachies, tombent avec fracas. Au milieu de ce
decor impressionnant, les assistants, immobiles, saisis d'une
horreur sacree, voient une vieille negresse, se dresser. Son
corps est secoud de longs frissons, elle chante, pirouette sur
elle-m&me, etfait tournoyer un grand coutelas au- dessus de
sa t&te. Une immobilitW plus grande encore, une respiration
courte, silencieuse, des yeux ardents, fixds sur la negresse,
prouvent bient6t que assistance est fascinde. On introduit
alors un cochon noir dont les grognements se perdent dans
le rugissement de la temp&te. D 'un geste vif la pretresse,
inspire, plonge son coutelas dans la gorge de 'animal. Le
sang gicle, il est recueillifumant et distribud, a la ronde, aux


esclaves ; tous en boivent, tousjurent d'exdcuter les ordres
de Boukman.
Ole Old !
Ce n'est pas la seule description qui m6rite un < Ol >>
collectif vibrant. I en est de meme pour Capois-la-Mort. Pour
atteindre Charrier il faut passer par une route et un pont
que Vertieres domine. Capois part avec safiddle 9eme demi-
brigade. Fauchie par la mitraille, elle hesite, mais a la voix
de son chef elle resserre ses lignes et bondit en avant. Capois,
a cheval, 'entraine avec safougue ordinaire quandun boulet
lui enlkve son chapeau: En avant! En avant! crie-t-il
quand meme. Un second boulet renverse son cheval.
L 'intrdpide Capois, prestement se relive, brandit son sabre
et aux cris rp&teis de En avant! En avant! s lancee une
fois deplus, a la t&te de ses hommes. Une bravoure si dclatante
emeut la garde de Rochambeau. Elle applaudit. Un roulement
de tambour sefait entendre. Lefeu cesse.
Ol O1 Ole !
Enfin, chers amis lecteurs, nous n'avons plus ni
< Boukman >> ni << Capois-la-Mort >>, dans notre soci6td.
Quoiqu'en matiere de rdvolte, comme disait Andre Breton,
aucun de nous ne doit avoir besoin d'ancetres, puisque nous
en avons, prenons ces < ancetres > comme exemples et
modules de lutte contre la degradation sociale et politique
dans notre pays et montrons la meme determination et la meme
bravoure montrees par eux dans la lutte pour l'Ind6pendance.
Nous en sommes a un tel point qu'il nous faudra en Haiti,
actuellement, nonpas d'essayer de changer les regles dujeu,
puisqu'il est trop tard pour le faire, sinon de changer
complktement de jeu. Il n'y a aucune autre option possible.
Peut-6tre ainsi on pourra dire, pour Haiti, pour nous Haitiens :
OLE OLE OLE!
Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Septembre 2009


L'Universite d'Etat d'Haiti / Ala croisee des chemins


(... suite de la page 10)
Le Premier Ministre, un tantinet gend, acquiesce tout
en pr6cisant que sa demarche 6tait purement intellectuelle et
qu'il n'avait nullement l'intention de modifier la Constitution.
On l'a cr sur parole et la rencontre s'est terminde dans la
cordiality.
Se pourrait-il que les changes concernant la
Constitution aient &t6 plus durement ressentis par le Premier
Ministre que l'on ne croit ? Et qu'elle pourrait atre la veritable
raison de la hargne du Premier Ministre Latortue contre le
I


Conseil Ex6cutif de l'UEI
succ6dera fera de l'amend
chevaux de bataille, n'h6si
de 1987 comme la principa
Mais ce n'est qu'l
Avec le premier m
a son retour a la Primature ei
a partir de l'installation du
2008). Une visite de court
autorise toutes les esp6ran


H ? Surtout que l'Ex6cutif qui le
cement constitutionnel un de ses
tant pas a designer la Constitution
le cause de notre instability!
une simple hypothese.
ninistre Alexis, les relations, tiddes
n 2006, s'annoncaient prometteuses
nouveau Conseil Ex6cutif (janvier
rtoisie du chef du gouvemement
ces. C'6tait en mars 2008. Moins
d'un mois plus tard, c'6taient
les 6meutes de la faim, la chute
du gouvernement. Et adieu
Commission Mixte UEH-
Gouvemement.
En ce qui concerne
l'dlaboration d'une loi-cadre
sur les institutions
independantes, qa n'a pas
semblW int6resser grand
monde. On a meme
l'impression que l'id6e ne plait
pas du tout. Elle a &t6 6voqu6e
lors de la rencontre avec le
Premier Ministre Latortue au
moment de la conversation sur
le Secr6tariat d'Etat a
l'Enseignement Sup6rieur. Elle
n'a pas &t6 vraiment retenue.
Globalement, avec le
gouvemement et ses membres,
les relations de l'UEH ne se
sont pas v6ritablement
institutionnalisdes. Au hasard
d'une rencontre avec un
ministre, tel vceu pieux peut
s'exprimer, telle id6e de
cooperation, telle formation,
telle 6tude qui pourrait 6tre
confide a l'UEH. Mais, a de
rares exceptions pres, ca ne va
pas plus loin.
II peut 6galement
arriver que, de manidre
ponctuelle, tel ministre ou le
bureau du premier ministre
octroie une subvention
a l'UEH pour telle
activity d6terminde. Par
exemple, le financement du
Colloque Jacques Roumain,
l'appui a la mise a disposition
d'un budget pr6cis pour des


activities acad6miques, le financement de la caf6t6ria
universitaire ou la promesse du Premier Ministre de financer la
Commission de Reforme.
Mais l'impression que l'on garde c'est que, quel que
soit le Pr6sident, quel que soit le Premier Ministre ou la
composition du gouvemement, l'attitude par rapport a l'UEH
demeure la mime: un < machin >> qu'il faut laisser a lui-meme,
en lui donnant juste ce qu'il faut pour ne pas paraitre lui en
vouloir mais en s'assurant que les ressources mises a sa
disposition ne lui permettent de faire aucun pas. De sorte que
son d6veloppement est laiss6 a la g6ndrosit6 des bailleurs de
la communaut6 international. On se demande meme des fois
si secretement on n'espere pas qu'il implose de lui-meme a la
faveur des crises r6currentes que la faiblesse des ressources
ne manque pas de provoquer ou d'aggraver.
A ce sujet, l'opinion du Dr Rodolphe Malebranche,
membre du Conseil de l'UEH et Chef de D6partement a la
Faculty de M6decine et de Pharmacie m6rite d'etre reproduite
: < FMP survivent avec unbudget de misere, plafonnant pour les
onze entit6s de la capitale et les quelques institutions de
province places sous sa tutelle a 400 000 000,00 de gourdes
pour son fonctionnement. Cette annde l'UEH a pr6sentW un
budget d'un peu plus de 800 000 000,00 de gourdes, budget
soutenu par un argumentaire sdrieux qui aurait, semble-t-il,
impressionn6 la commission des finances de la chambre des
d6put6s au moment ou des membres du Conseil de l'UEH
avaient eu a le presenter par devant cette commission. Et
pourtant le budget de 1'UEH aurait finalement &te amput6 de
quelques millions par rapport a l'exercice 2007-2008. Nous
avons l'impression d'assister a la chronique d'une
strangulation financiere annonc6e et progressive de l'UEH,
voulue, concert6e et planifide, a un veritable complot ourdi
contre l'UEH, l'enseignement sup6rieur, le savoir, ... >>

Insoutenables comparaisons
Aujourd'hui en 2009, le budget allou6 a l'UEH est
moins 6lev6 en valeur relative que celui de 2003 dont on se
plaignait d6ji pour son insignifiance. L'actuel premier ministre,
elle-meme, n'h6sitait pas t6moigner en 2003 du < manque,
et dans certain cas, l'insignifiance des ressources accord6es
par l'Etat au budget de l'Universite d'Etat d'Haiti (UEH) >>.
Pourtant, sous son gouvernement, le montant inscrit
par l'Ex6cutif dans le projet de budget 2008-2009 pour l'UEH
sera, meme en valeur absolue, plus r6duit que sous son
pr6d6cesseur. Meme si le budget global de l'Etat est en nette
augmentation.
Pour bien comprendre la situation, 1'6vocation de
donndes chiffrdes et la comparaison avec le reste du monde
sera plus qu'dloquente.


(a suivre)


Fritz Deshommes


sur 103.3FM


Page 12


PUBLIC HEARING
Asanble Gouvenan Oganizasyon pou Zon Iben Miami (mpo) pral fe yon reyinyon
piblik jou jedi 29 oktob 2009, a 2:00 p.m. nan Sal Konferans Komisyon Konte a
nan Stephen R Clark Center, 111 NW 1st Street, Miami, Florid, pou apwouve oswa
dezapwouve atik swivan yo:
1. Bilan Plan Transp6tasyon Alontem Jiska Lane 2035
Bilan Plan Transpotasyon Alontem Miami-Dade Jiska Lane 2035 te devlope pou
kapab gide envestisman nan Konte Miami-Dade jiska pwochen vennsenk an yo
nan bi pou atenn meye kondisyon mobilite posib nan sistem transpd Miami-
Dade la. Plan 2035 ki pwopoze a enkli plizye amelyorasyon woutye, plizye lokal
tranzit, bisiklet, pyeton, wout ekolojik ak santye. Nan plan ki pwopoze enkli de
pwoje ki totalize jiska $19 milya dola an total nan pwochen vennsenk yo.
2. Amannman nan Pwogram Amelyorasyon Transpotasyon AF 2010: Pwoje
Kanpay Maketing Sosyal Chimen Lekol Sekirize
Amannman sa a pral ajoute yon pwoje ki fek sot kreye: Kanpay Maketing Sosyal
Chimen Lekol Sekirize. Enplimantasyon pwoje sa a va ranfose angajman FDOT
pran sou koze sekirite nan pwomouvwa konsyantizasyon, jwenn sipo paran yo
epi edike timoun yo sou avantaj mache ak monte bisiklet an tout sekirite ni pou
ale ni pou sdti lekol.
3. Amannman nan Pwogram Travo Planifikasyon Inifye AF 2009 ak AF 2010
Amannman sa a nan Pwogram Travo Planifikasyon Inifye AF 2009 ak AF 2010
yo pral ajoute $239,448 nan "Task 3.02 General Planning Consultant (Konsiltan
Planifikasyon Jeneral)."
4. Bilan Plan Patisipasyon Piblik MPO Miami-Dade
Plan Patisipasyon Piblik (PIP) MPO Miami-Dade asire ke rezidan yo resevwa
enf6masyon apwopriye sou sije transpotasyon. Epitou, PIP founi tout zouti
nesese pou evalye pwogram ak pwoje patisipasyon piblik yo.
Tout moun ki enterese yo envite vini patisipe. Pou kopi LRTP TIP, UPWP an ak/
oswa plis enf6masyon, tanpri kontakte Sekretarya MPO, Stephen R Clark Center,
111 NW First Street, Suite 910, Miami, Florid 33128, telefon: (305) 375-4507; imel:
mpo@miamidade.gov ; siweb: www.miamidade.gov/mpo. Se regleman Konte
Miami-Dade pou li swiv tout egzijans nesese depoze dapre Iwa pou enfim ki rele
"Americans with Disability Act". Pou jwenn sevis yon entepret pou moun ki pale an
siy, tanpri rele omwens senk jou davans.


Chaque matin, captez



Melodie Matin


I





Mercredi 23 Septembre 2009
HaitienMarche *VolXXIII N35


Retour a Paul Collier


Dans ma reaction au rapport de Paul Collier (voir Haiti
enMarche, Vol. XXIII, # 30, du 19 au25/08/09),j'aipudonner
l'impression de rejeter tout ce qui est investissement dans le
secteur tertiaire, en particulier la fameuse sous-traitance.
Compte tenu de l'importance du ch6mage dans ce pays, une
telle position serait 6videmment insoutenable ; du reste, j'ai
moi-m6me rdp6td, en diverses occasions, qu'une r6forme
agraire, ou m6me n'importe quelle politique agricole, n'est pas
realisable si on ne fait pas baisser la pression d6mographique
sur la terre en cr6ant des emplois dans d'autres secteurs de
1'6conomie.
Il ne peut done y avoir de doute sur l'imp6rieuse
n6cessit6 de crder rapidement et massivement des emplois,
tant dans le secteur agricole -j'en ai suffisamment parl6 la
dernibre fois mais aussi dans le secteur tertiaire. Il y a
ndanmoins un certain nombre points a clarifier.
Le premier est de savoir, quand nous parlons de
secteur tertiaire, de quoi nous parlons. Collier plaide pour la
sous-traitance, en particulier dans le textile, en enum6rant tous
les avantages dont nous devons savoir tirer profit; citons
entre autres : la presence d'un 6norme march a quelques
kilombtres de nos c6tes et ouvert a nos exportations grice a la
fameuse loi Hope II, sans parler de notre odieux avantage
comparatif: le niveau des salaires etc...
Personnellement j'aurais pr6f6rd voir se d6velopper
une industrie de transformation des produits de l'agriculture,
cr6atrice de valeur ajout6e ; mais face a la masse de ch6meurs
que repr6sentent Cite Soleil, la Fossette et autres bidonvilles,
et tenant compte du manque d'imagination des d6tenteurs de
capitaux de ce pays, nous ne pouvons pas nous payer le luxe
de cracher sur une telle opportunity, tout en essayant quand
meme d'ameliorer la r6mundration des ouvriers.
Un second point qui m6rite qu'on s'y arrete, c'est la
localisation de ces entreprises. Comme on le sait d6ji, il est
partisan des zones franches. Je reprends ici le passage ou il
fait son argumentation. Ily a deuxgrandes raisons de rdpondre
aux besoins de l'industrie de l'habillement en aminageant
plusieurs zonesfranches en divers endroits du pays. L 'une de


ces raisons, comme on l'a vu, c 'est que le regroupement des
entreprises en un meme lieu permetde rdduire leurs cozts. La
creation de zones facilite ce regroupement et c 'est d'ailleurs
l'approche qui est adoptee en Asie de 'Est. L 'autre raison,
c 'est qu 'il est beaucoup plus facile et beaucoup plus rapide
de mettre en place les infrastructures et les services dont
l'industrie a besoin en crdant quelques lots d'excellence
plut6t qu 'en essayant d'amdliorer ces infrastructures et ces
services sur l'ensemble du pays.
Reprenons ses deux arguments. Je n'ai pas de
problkme a ce qu'on opte pour le regroupement des entreprises
afin de r6duire leurs cofts ; c'est une facon de voir qui est
tout a fait logique ; c'est du reste pourquoi on cr6e des zones
industrielles. Je suis par contre r6volt6 par cette idWe de cr6er
des ilots d'excellence. Cela veut dire quoi ? On va cr6er des
zones industrielles, oi les entreprises pourront b6ndficier de
tous les services auxquels on peut penser, l'eau, 1'l6ectricit6,
les voies d'acces, etc, pendant que la majority de la population
continuera a croupir dans les conditions que nous
connaissons, parce que c'est trop cher, ou parce que << ces
gens 1 >> ne m6ritent pas autre chose ?
Collier n'enparle pas, maisje suis certain qu'il apens6
au corps de s6curit6 n6cessaire a la protection de ses lots
d'excellence contre les assauts de la marde humaine
environnante qui unjour en aura assez de cet ostracisme ; le
module est d6ji applique en diffirents quartiers.
Maisj'ai une autre raison d'etre trbs reticent d&s que
j'entends parler de zone franche. Quand l'Etat Haitien a mis a
la disposition de la CODEVI (Compagnie de Ddveloppement
Industriel) les 45 hectares sur lesquels elle a 6tabli la zone
franche de Ouanaminthe, on a d6plac6 172 familles qui y
pratiquaient l'agriculture avec promesse de les d6dommager
et de les reloger. Cela a pris plusieurs anndes pour que les
institutions comp6tentes identifient le terrain propice a cette
operation, et ils ne sont toujours pas relog6s. Pourtant l'exemple
de Ouanaminthe semble tellement attractif pour certaines
personnes que l'on n'arrive pas a compter le nombre de
personnes ou de groupes qui viennent r6clamer de la terre


pour installer des zones franches !
Alors, consid6rons quelques chiffres. En d6pit de
l'exode rural, environ 2/3 de la population vivent encore en
milieu rural et c'est l'agriculture qui fournit environ 80 % des
possibilities d'emplois a cette population. Pourtant, compte
tenu du relief du pays, sur les 27.750.000 hectares de la
superficie totale, plus de la moitid, soit environ 1.400.000
hectares, est impropre a l'agriculture, environ 700.000 hectares
peuvent 6tre cultiv6s en prenant des mesures contre l'6rosion,
et seulement un peu plus de 600.000 hectares sont vraiment
propres a l'agriculture.
Cette superficie, d6ji insuffisante pour le nombre de
personnes pratiquant l'agriculture, se r6duit comme une peau
de chagrin sous l'effet d'un certain nombre de facteurs, dont
l'extension des villes n'est pas le moindre ; on n'a qu'a voir
comment de grandes plaines, autrefois trbs fertiles, sont de
plus en plus couvertes de b6ton. Et voilh qu'on veut encore
r6duire la surface cultivable avec des zones franches.
Je pense que nous devons revoir notre copie. Quand
je considbre ces vastes 6tendues de terre occupies par des
bidonvilles oi croupissent des milliers de personnes dans
des conditions infra humaines, je me demande si le
regroupement des entreprises cher a Paul Collier ne pourrait
pas se faire au niveau de ces bidonvilles. Un programme
d'assainissement et d'amenagement permettrait de r6cup6rer
de la place, tout en amdliorant l'habitat de ces personnes, chez
qui les entreprises pourraient recruter leur main d'ceuvre, d'ofi
creation d'emplois pour cette masse de ch6meurs et
l6argissement du march pour la production agricole ; la
population profiterait des infrastructures et les services mis
en place pour les entreprises ; on n'aurait done plus d'ilots
d'excellence mais aces a de meilleures conditions de vie pour
une plus large couche de la population.
<< Vaste programme >>, dirait le g6ndral de Gaulle, mais
si vous en avez un meilleur, je suis pret a vous 6couter. Et ne
me dites pas que celava cofiter abominablement cher; l'argent
est 1, il suffit de savoir comment mettre la main dessus.
Bernard Ethdart


I querumo hawnn fai tch d'hur


dans la U ttiauC crnrr cd0onnwasn o
.. H 1 .... ........



SCopyrighted Material



"Syndicated Content -


Available from Commercial News Providers"


Page 13


9" Z 0iI4m m pp16%ea "L4
T41: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOTES LES OCCASIONS.
- Reception de paienenrt pour Bell South, PL GAZ, CABLE" TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
- Connection l Atphonique chleza vous...

Ouvert
6 Jours

Par
semaine:

a

7h30 pm

PairfuLs
('Cllular & i....r
Sou iers ct S-mu ales
SI'rlduits ipour la cui-ine (13M's umpka. Racuie. lIvanglpacl.
C* (adcaux Zeuk. 1 ians. Amnirca)ins
T* Ta*tcux V* le's( l nticns. Aneainam, Il .kunntairs. irats:
M eyjirumAn _* tIluiiLs ile t( tva





Page_4_ITS_ _Mercredi 23 Septembre 2009
Page 14
Haiti en Marche Vol XXIII N0 35

Solutions de la
semaine passe:

Allez de TARETS A VISSEE, en utilisant des mots du du R A T I N E
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne. R E T I N E
R E T IN T
DETINT
DEVINT
D ETIVAN T
D E V I N T'
D E V AMN
D EVAIT
S7I T S C E 7I


SlV i IeI p I b I -l





Solutions de la semaine passee


CRAS SEUX
L INO CR I
A TUCO P
R E V L H
IMPETIGO
N EON E I
E S I RA D
S TAROSTE


7h00-9h00 Melodi
Information
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marc
Au Quotidien avec ]
La Chronique Litter
Les Sports avec M
Les Invites du Jour
M1lodie Matin chac
par F6quiere Rapha

lOh-Midi Le disq
animation

12:00- 12h30 Le Midi
information

12h30-2h00 Lady B
Jazz, Blue

2h00- 3h00 C'est si
Emission

3h-5h pm Le Bon
Retro-Con
avec Doc I

5h00 LeJoul
avec Ville

5h 30 pm Melod
Ddvelopt
Mardi ave

7h-8h30 Amory

8h30-9hoo Soir Inf

9h00 10h30 Notre
Lun. & Me
Jeu. & Din
Judy Carm
9h00 et au delA Cavali1
(Samedi)



ce 'etc7 4vM


TJLESCHIENSRUAODPXLJ
E E L E G A R C U GM E R C I L AV I E
LMN FCNBULE SGASPARD S R
MTO INAAODMDACRVS IOYC SCRABBLE
ALDMHOMGNUIOQEDCSOMU SC IBB
H E E N A C I I U V O R V G I O J T A S Arrangez les sept lettres ci-dessous
KMCDALATODOB KNOU ENLE
AA Y I ULAMINE YIAR M T E L L pour former un mot frangais
T I K O LAONALB MAR F O C E E
NTSTEOLBILOSMGTUAEBT O M
ARISTHPCMDFBOEENI VLU
LEV IAGERE I M TA I F EMOAE
OSAARFNRTLBAXLFAENNU A Z
I S T T T S I 1 A E L V I A U X L 0 C R
ISTTTSIIOELVIAUXLOCR
VESQUAGHNLAIRHBUITHA
IVUGFUIGPTKEMTTESNEN --
DZOFFERLEPLACARDAACU
o B A S E M O L R G R E E N C A R D O S 1 , , 1
OBASEMOLRGREENCARDOS
C L E S V A L S E U S E S B A R O C C O Solutions de la semaine passee
QLY K J LACHEVREQURLTON GRAN
GRANITE
Trouvez les noms de 52 films de Gerard DCpardieu dans le carr6 ci-dessus





SI. E n B ref... .. suitede lapage 2)
Amerique du sud et en Afrique. Le Bresil apporte son expertise et la France financera l'achat
1 0 3 3 f m de materiel lourd", a declare M. Kouchner.
"Illy a un engagement profond des deux pays en Haiti, le projet de centre de lait maternel est
un symbole de tout ce que nous pouvons faire ensemble", a assure de son c6t6 M. Amorim.
MM Kouchner et Amorim sont arrives vendredi en Haiti, pays le plus pauvre du continent
veil en musique americain, dans le cadre d'une visite officielle de 48 heures.

irit chantant Rodel Pierre r6voqu6 de son poste de vice-president du CEP
'role avec Louini Fontal On sait que les relations n'Wtaient pas tres bonnes entre le vice-president du CEP et le reste
du Conseil Electoral Provisoire.
SM a Rodel Pierre avait accuse des membres du conseil d'avoir falsifi6 les r6sultats des
savec us snatoriales du 21 Juin dernier, ce que contestent vivement le president du CEP et les autres
)ns, Interview, Anecdotes, Humour, membres.
La semaine derniere, le porte-parole du CEP a annonc6 que Rodel Pierre n'est plus le vice-
president de 1'organisme electoral.
us Cependant Rodel Pierre restera au Conseil comme membre.
Elsie
raire avec Dominique Batraville Un Americain accuse d'avoir abus6 sexuellement d'enfants en Haiti
Iario Bareau Selon un communique des services de presse de 1'Ambassade des Etats-Unis en Haiti, M.
u i et Douglas Perlitz 39 ans, resident du Colorado a ete accuse d'avoir abuse sexuellement de
le saplusieurs garcons en Haiti depuis environ une d6cennie. II a ete inculp6 par le D6partement
am6ricain de la Justice de sept chefs d'accusations pour voyage a l'ext6rieur des Etats-Unis
Save l'intention d'avoir des relations sexuelles avec des personnes Agees de moins de 18
ans, et trois chefs d'accusation pour avoir eu des relations sexuelles a 1'etranger avec des
i James Pr6dvil mineurs. M. Perlitz a ete le fondateur et directeur du projet Pierre Toussaint, une cole de
garqons au Cap-Haitien, Haiti.
M. Perlitz a ete arrWte par des agents du Service am6ricain d'Immigration et du Contrele des
)ns avec Laury Faustin Douanes (US Immigration and Customs Enforcement (ICE), a son domicile a Eagle,
Colorado, dans la matinee du mercredi 16 Septembre 2009. Apres son arrestation, il a
lues avec Elsie comparu devant le Juge de Premiere Instance, Boyd N. Boland, a Denver et a et place en
s, Swing, Ragtime garde a vue en attendant une audition qui est prevue pour le 18 Septembre prochain a
Denver.
Bon en chansons... "Cet accuse est soupqonn6 de s'6tre servi de sa position de chef pour manipuler et a abuser
de chansons francaises sexuellement des garcons vulnerables pendant pres d'une d6cennie," a indiqu6 l'avocat
americain Dannehy. "Son arrestation a ete rendue possible grice au travail diligent de la
Vieux Temps ICE, des agents du Service de Securite Diplomatique du D6partement d'Etat des Etats-Unis
affects a notre ambassade en Haiti. Cette affaire n'aurait pas ete possible sans les efforts
Daniel et Captain Bill coordonnis, les ressources qu'ils ont consacrees, et leur engagement a s'assurer que
justice soit rendue.
"Les victimes de tourisme sexuel sont particulierement vulnerables aux pr6dateurs qui les
nade heures attirent avec des promesses les plus 1eementaires en besoins humains, puis les d6pouillent
*tte Hertelou de leur innocence", a declare le Secr6taire adjoint a la Securite int6rieure de 1'ICE, M.
ie & Company Morton. "I1 n'y aura aucun refuge pour les enfants des pr6dateurs sexuels qui croient qu'ils
Sy peuvent abuser des enfants en dehors des Etats-Unis. Aucun endroit n'est trop eloigne ou
cement durable inaccessible a l'ext6rieur pour echapper a attention des instances policieres am6ricaines."
-c Bernard Etheart L'Ambassade americaine a Port-au-Prince, a mis en place une ligne t6elphonique en
rSabor con Luciani permanence pour permettre a des personnes en Haiti disposant d'informations pertinentes
pour l'avancement de l'enquete, d'appeler. Le num6ro est le: 3923-2534. (Bureau de
ormatinscommunication de 1'Ambassade des Etats-Unis)
Formations

Grand Concert | A 1 0 A N
r. : L'heure classique
. : Jazz at Ten
ichael regoit ses invites
ers, prenez vos dames
50 ans de succ6s populaires ha'tiens "Copyrighted Material

eSyndicated Content

Seca s




Mercredi 23 Septembre 2009
Tni'ti pn Mnrcrhp Vnl XXT N 35


Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou


BEBE GOLGOTA: BOUSKAY

SITWAYENTE AK DIYITE
Ak Michel-Ange Hyppolite

Apre Eritye Vilokan (2008), Bebe Gblgota (2009) se
dezyem woman Pierre-Michel Chlry. Akty6lmanPierreMichel
Chtry ap pote kole av&k REKA (Rezon Enten&t Kreyolis
Ayisyen) epi IOCP (International Organization Of Creole
People). De 6ganizasyon, ki nan fason pa yo, ap travay pou
avansman lanng krey6l.

LU youn mounn ap li Bebe G61gota, li kab we li devan
istwa youn bann mounn ki monte kannte dr&t pou Miyami,
menki al rekont yo nanyoun prizon Bahamas. Istwa-a derape
ak youn premye tantativ sove kite Ayiti, ki echwe, epi li reprann
ak youn dezyem ese pou kite peyi-a, men pasaje kannte, ki
pral rakonte nou tribilasyon-li an, te twouve li sou do nan
youn lopital Miyami ak youn pye kase. Nan youn twazyem
ese, pasaje sa-a pate rive pi lwen pase Bahamas L nou di
Bahamas, se pa youn Bahamas n6mal. Se nan youn prizon
Bahamas tout pasaje, ki chape anba grif sibreka asasen yo, te
oblije kantone pandan kUk lane jouk yo te pimpe yo tounen
Ayiti. Poudaye, se anndan kan konsantrasyon sa-a akte
prensipal-la, ki pote non Bebe, te aprann metye mekanisyen.

Istwa Pierre Michel Ch&ry ap rakonte nou an, se
istwa lavi Janet ak Beb&. Relasyon de mounn sa yo te k6manse
nan mitan lanme, apati tribilasyon pasaje ki te ab6 youn kalite
kann6t, noumenm Ayisyen rele kannt. Men, se sou te Ayiti
istwa-a pral pran che tout bon, paske se nan peyi-li, Bebe
deside met k6 li dey6 pou li te dekouvri ki mounn li ye pou
tout bon.

Pou otW liv-la rakonte nou nan ki kondisyon Jan&t ak
Bebe te al fe konesans, li ekri:
[Nan mitan lanme] je maren-an louvri disst lajt, li
pa ka ft anyen. L 'ap rele : tw6p mounn nan kann6t-
la... Sibreka ak zakolit veste rechany bouwo yo....Skl chans
yon pasaje se grif li, ponydt li... Pasaje ki pa byen asire,
pasaje grenn senk, pasaje kd6m6ky, tout se jibye, pwafasil
pou grif atoufi ki tounen b&t sovaj... Y'ap chtche vyann
kretyenvivan pou reken, sou non agwe.... Sibreka-a (ki fin
lage manman ak papa Janet nan lanme) teponyen ti bra Jantt...
Ann ale!... Mwen ranmase de ponyt sibreka a, mwen souke
yo, mwen f li konprann mwen gason pase li... Dis min nan
fon mwen mare, mwen f li w ponydt btfchennyo... Sibreka
a lage men Janet, epi bouwo yo sispann lage mounn nan
lanmt.>>
(p. 14-15)
Se depijou sa-a tou Janet pral grandi nan men Bebe,
jouk yo vin tounen madanm ak mouche. Kanta non B&be-a,
men kisa akte prensipal istwa-a rakonte nou sou sa :
Btbd... se non lespwa m, se non Agwe ban mwen,
se non brave-danje m, se non lanfi m, se non tribilasyon m, se
non vanyans mwen, non gwo bibit mwen devan atoufd.>> ( p.
23)

Non Beb&-a se youn non anplis sou div6s kalite non
akte prensipal-la te genyen nan P6toprens apati div6s aksyon
li oubyentravay li.
Konsa, nan refleksyon B6b6 sou pw6p tet li, misye
deklare :
< non ki byen chita, non pw6p, kipa gen okenn tras mechanste :
(yo rele mwen) Levwayan paske mwen konn wd, Paptchay
paske m sdvi mounn byen, Btbd, paske m entelijan.> (p. 33)
Misye di yo rele li B6b, paske li entelijan. Alaverite,
jwdt entelijans sa-a se rezilta kannte-a ki pa te kab derape,
paske mdt vwayaj-la pa te fouti jwenn benediksyon agwe ak
rss lwa yo.
<(Agwepa vie vwayaj la... Mt vwayaj la mande tske
gen mounn la-a ki gen regleman ak dyab? Ptsonn pa
reponn... .Mtt vwayaj la mande sibreka a chache konn ki lis
k'apjennen travay li. ... ... L sibreka-a rive sou mwen (akte
prensipal-la) mwenpajwenn kisa pou mwen di-l, mwen kale
de boul je mwen sou li, tankou mwen pa konprann. Mwen
peze z6tty mwen atd, mwen pa reponn sibreka a. ......
Boutanfen, yon pasaje di sibreka a : o Ou pa remakejennonm
nan pajanm di yon mo, se yon btbd, li pa konn pale>. ......
Depijou sa a, m' aksepte mwen btbd tout bon, tout moun m&t
rele mwen Btbd>. p. 10-11
Anndan liv ki rele B6b6 Golgota-a, Pierre Michel
Chtry pase men sou div6s branch nan dewoulman lavi anndan
peyi-a san li pajanm kite objektif prensipal li: anket B6b6 pou
rive jwenn vre non li, nan ladiyite, paske se kondisyon lavi
sou kannte-a, ki depatya-li, jouk li rive bliye ki mounn li te ye.
Alaverite, B6b6 rive konprann, san vre non-1, li pa mounn.
Kidonk, B6b6 ap ch6che non li paske f6k lijwenn non li pou li
kapab jwenn diyite li, epi rekon6t tet li k6m mounn.
Pandan nou ap li istwa-a, nou konprann si ou pa gen
non, ou pa ekziste. Si ou pa ekziste, ou pa kab vote. Si ou pa
gen non, ou pa kab gen pasp6. Si ou pa gen non, ofisye
imigrasyon nan pw6p peyi-w ap toujou di -w : Bbdt? Kouman
sa? Moun ki kote ou ye? ( p. 21).
Se kondisyon madoulk sa-a B6b6 derefize kite k6m
eritay pou pw6p pitit fi li genyen ak Janet-la, ki lak6z li tounen
youn pyepoudre nan P6toprens pou li jwenn rasin-li. Absans
idantite sa-a tdlman antre fon nan istwa-a, ot&-a pajanm montre
nou Janet adrese mari li sou non li. Sepandan, 1k Bebe, ki pa te
ko dekouvri non manman li ak papa li te ba li-a, te deside rele
tdt li B&na Levwayan, pou li kenbe de premye 1kt nan mo bebb-
a, paske li te fin abitye ak kalite non sa-a, Janet te pwoteste. Li
te di, li pa janm konnen okenn mounn ki rele Levwayan.


Enf6masyon sa-yo se apati paw6l akt prensipal istwa-a rap6te
nou, noujwenn -yo. Poutan, Bebe limenm te we sa an gran :
Mwen deside mwen pral chanje non, m ap pran
youn non ki mache ak Btbd. M ap f yo rele m Btna. Bana
Levwayan. Se premye Ayisyen ki ap siyen Levwayan....Se
mwen ki ap papa nanchon Levwayan an >. (p. 83)

Alaverite, se kondisyon lavi anndan pw6p peyi Bebe
ki f6se li pran kannt. Se menm kondisyon malouk sa yo tou,
ki lak6z li mete lavi li an danje sou youn kannte jouk li rive
bliye pw6p t&t li. Anpil nan nou ap bat pou nou kite peyi nou.
Anpil nan nou deja kite peyi nou. Men chak mounn ki pati kite
vil kote k6d lonbrit li te antere-a; chak mounn ki bay kafou,
lakou, riy61, enpas, chemen, korid6 kote li kab konekte dantan
li ak prezan-li do, se youn pwdlyem li pedi sou esans mounn li.
Se youn moso nan limenm, k6m mounn, ki pati, epi ki pa pe
janm retounen vinjwenn li. Menmsi li ta reyisi rekreye pati li
manke-a, li (pati sa-a) pa pe janm tounen vinjwenn li menm
jan-an.

Nan Bebe Golgota, tribilasyon ab6 kannte-a, veritab
g6lgota, mete ak depeyizman nan kan konsantrasyon
Bahamas-la lak6z akte prensipal la bliye ki mounn li te ye.
Kalite tribilasyon sa-a, se younn pami dives lapenn mounn ki
kite peyi natifnatal yo ap viv nan dives fason. Genyen mounn
ki blije bandonnen pw6p non yo pou yo jwenn travay sou te
etranje, paske yo panse non yo ka lak6z yo viktim
diskriminasyon. Genyen tou ki rive bliye laj yo nan kreye fo
papye pou yo kab jwenn viza pou yo vwayaje. Genyen 16t
mounn ank6 ki lage k6 yo nan maryaj ki ipoteke lavi santimantal
yo. Tout sa, se vwayaje pou cheche lavi epi chanje kondisyon
lavi-yo ki lak6z. Konsa, 1 nou vwayaje pou nou pajanm
retounen nan peyi nou, se noumenm ak tout peyi k6dlonbrit
nou-an ki rantre nan tonm male. LU nou vwayaje pou nou
tounen imigran sou te 16t peyi, se youn bwapini nou al ch&che
pou nou kale pw6p t&t nou, paske apre youn sdten tan, nou
pedi asirans te ki te ban nou rasin-lan, epi nou pa vreman pran
rasin nan ekziltik-la. Nou tounen youn kretyenvivan ki ap
flote alavolonte tan-an, kondisyon lavi yo, epi sitiyasyon
global anviwonnman nou yo.
LU nou preske rive nan fen Bebe G61gota, nou li l1t
sa-a :
oMon cher ... ,je n 'ai appris que tu etais le neveu de
Ducasse, que longtemps aprts ton depart de la maison ... Je
pars avec le regret de ne pas avoir eu ton pardon.. Mes enfants
ont pleurd quand ils ont su qui tu ttais. Is ont dtcidt de
laisser le pays, par dtpit de cette socidtt qui cultive tant de
mtprispour ses enfants>. (p.1 11)
Se k6msi peyi etranje se espas solisyon pwoblem
peyi nou-an. Nou jwenn menm apw6ch vwayaj k6m ajan
chanjman sosyal peyi-a nan Sogo Nan kwazman gran chemen
(1979), youn woman, ak Pauris Jean-Baptiste.

Pandan nou konsyan gen youn peyi ki pou bati.
Pandan nou konsyan eritay zansdt-yo pa dwe pedi, ni rete ap
trennen aladriv, nou pa kab mete aksyon pati kite peyi-a kbm
mwayen pou chanje lavi. Pati kite peyi-a ka chanje lavi youn
mounn, lavi youn fanmi, men li pa pejanm rive chanje lavi sou
pwbp te pa nou-an, paske premyeman sa ki pati-yo pa toujou
tounen, epitou, 1 yo tounen, yo pa toujou tounen ak vizyon
Jacques Roumain kite pou nou nan Gouverneurs de la rosde-
a ( Mt lawouze), kote Manuel tounen pou li vin chanje lavi
abitan nan bouk kote li te f&t-la.
LU nou chwazi ekziltik-la k6m mwayen pou noujwenn
solisyon pwoblem nou-yo, se tankou nou ap kouri pou
pwoblem-nou yo, kant rive nan peyi etranje pwoblem-nou pa
fini pou sa. Sou te etranje, pwoblkm-yo senpman chanje
pozisyon.

Epitou, nou dwe sonje, genyoun momanki pral rive
nan devlopman sosyete ak Ayisyen ki 16tb6dlo-yo, tout pon
riske koupe ant mounn ki gen san Ayisyen nan venn-yo a ak
peyi kote zanset-yo te soti-a. Nou dwe remake tou, ak kalite
sitiyasyon nasyonal nou genyenjounenjodi-a, ki detwi flanm
fydte jenerasyon nouvo Ayisyen sa-yo, distans ant nouvo
Ayisyen sa-yo ak peyi manman epi papa-yo a ap gen pou li
grandi pi plis toujou.

Nan Bebe G61gota noujwenn youn akte prensipal ki
gen anpil karakt. Menm 1 li ap mande Wd, li vle kenbe
endepandans li.
Mwen di Bondye misi dtske se B6s Ntnd ki ofri m
travay, ptsonn pa ka di yo te wd m 'ap mande. At6 travay ou
pa gen dwa mande P6toprens, tout mande se mande. Depi w
nan mande, yo ka sal karaktt w jan yo vie. ( p. 82)
Nou rete kwe, noumenm Ayisyen, nou ta kab byen
eseye aplike paw6l nou fenk sot tande nan bouch akte
prensipal liv-la pou nou k6lte ak reyalite peyi-a. Dirijan nou
yo ta kab deside mande ed, men yo pa ta dwe mete yo nan
youn sitiyasyon depandans jouk pou peyi-a pedi karakte
granmoun- li.
Nan Beb G61gota, akte prensipal liv-la pa te chita ap
tann. Li te deside aji. Se model sa-a, pet&t, ot&-a ta renmen w
dirijan peyi nou an aplike pou nou kapab respekte prensip
Bwa Kayiman-yo. Ot&-a deja pare 12 prensip, li kreye apati
kondisyon lavi noumenm Ayisyen konstui, pandan pery6d
esklavaj-la. Li rele yo : 12 Prensip Bwa Kayiman Nou kab
konsilte 12 prensip sa-yo sou krevol.org anndanREKA (Rezo
kreyolis Ayisyen). Tout mounn ki li 12 Prensip Bwa Kayiman-
yo, ka konprann se diyite esklav-yo, ansanm ak motivasyon
pou yo viv tankou mounn, ki te f6se-yo kreye model sosyete
yo te vin devlope pou pwbp tet yo-a. Youn sosyete ki te
depaman ak sosyete blan esklavajis-yo te enpoze-yo a, kote
esklav se te youn byen, tankou kay, meb, te, osnon youn oto.


Rechech sitwayente Bebe kbmanse depi li te mete
pye li nan dlo pou lijwenn batist-li ak vre non-li. Men, eske
se pa sa dirijan peyi nou an ta dwe fe nan domen ledikasyon ?
Sa vle di, mete sou pye youn sistem edikasyon, kote pitit peyi-
a ap jwenn zouti pou yo rekondt pw6p tet yo. Pou yo konnen
ki mounn yo ye, apati koutim-nou, tradisyon-nou, epi respe
pou lanng manman nou-an, krey6l Ayisyen, kek save Ayisyen
vle rele lanng Ayisyen.

Bebe se younbotpipo ki ap rakonte pw6p istwa lavi-
li apati moman li te pran kannt&-ajouk li retounen sou te Ayiti,
kote li tanmen batay pou diyite li. Men, se tanzantan gen
youn gid ki part anndan istwa-a pou eklksi lekt&-a, denonse
sa ki merite denonse, epi mete lekt&-a bab pou bab ak reyalite
peyi-a. Gid sa-a, se youn narate espesyal. Li pa senpman pou
li kenbe filkondiktW istwa-a, li la tou pou li ede lekt&-a konprann
toumant sosyal-yo anndan peyi-a. Nou gen enpresyon ot&-
a mete gid sa-a nan istwa-a pou evite konfizyon, paske gen
paw6l gid-la ap di, si se akte prensipal la ki pou ta di yo, lekt&-
a ta kab pran nan pa konprann.

LU pou ot&-a esplike magouy ki ap pase anndan lapolis
nan koze fe anprent, se gid-la li bay lapaw6l, paske nan fason
Bebe ap benefisye sistem dezbd sa-a pou li kreye pwbp idantite-
li, li pa ta fouti denonse li. Si li ta fe sa, se tankou li ta vle m6de
men ki ap bali manje. (ASUIV)

Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukourouj)
Manm Sosyete Koukouy Kanada



FAYO : 3.333 PWOVEB

AYISYEN

Pwov6b 593
ak Toni Dlsi / Thony Delcy*

Nou p' ap janm sispann wete chapo nou byen ba
devan travay kolosal sa-a Fayo[1] reyalize nan fondalnatal
kilti nou an ak z&v liter sila a.
Semen sa-a, nan kontak dirk nou genyen chak jou
ak dokiman sila, atansyon nou atire sou youn pwoveb ki preske
gen menm sans ak plizye 1lzbt. Se Pw.593. Fayo prezante-1
konsa:
KABRIT TOMAZO MENM PLIMAY
li eksplike konsa : < Thomazeau 's brood are all the
same. They are alike. > Li pa tradui li pet&t paske li pa byen
sezi sans li.
Kite nou di: KABRIT TOMAZO MENM PLIMAY pa youn
pwoveb ; se defo anpil liv pwoveb ayisyen, yo mete nan menm
panyen ni toryas, ni sitasyon, ni pwov6b. Pwofese Maks
Maniga nan < Rale sou pwoveb krey6l >(paj 96-102) nou
twouve nan liv li-a : Patamouch Etimoloji Literati Rep6taj
(2007) bay definisyon ak kalite youn pwoveb. Men se pa sa
n'ap reglejodi-a.
Nou pa gen okenn objeksyon nan fason Fayo bay li-
a, men paw6l sa-ajan nou konnen li isit la se :
KABRIT TOMAZO MENM PLIM, MENM PLIMAY.
Lontan yo te konn itilize pwoveb sa-a sitou 1 nan
youn fanmi, nan youn katye, nan youn z6n mofn yo abitye fe
move zak (vl6, krim, malfezan, elat.) Menm apre san tan, mak
sa-a, etiket sa-a toujou rete.
Konsa, ou menm gason, si grangran papa-w te v61l,
pa pedi jekwazandye-w pou w'al pran menm youn monnen
anplis nan men youn machann san ou pa byen gade. Paske
lapopilas ap fe-w sonje orijin-ou sou plas ak pwoveb sa-a.
Konsa tou, ou menm fi, si grann ou oswa manman-w
te ch6che, jennes, landj&z elat., siyo ta sispk w'ap fofile nan
youn ti kwen fenwa pou youn matcho al kase youn ti bwa nan
z6rey ou, ebyen ak pwoveb sa-a lapopilas ap fe-w konnen ou
pa ta ka 16tjan.
Men kounye-a, Ayisyen plis itilize li nan zafe politik
ak travay pou pete r61 endiyasyonyo, desepsyonyo 1 laplipa
dirijan ak manedje yo ap plede monte desann, ft ale vini san
yo pa regle anyen ni pou peyi-a ni pou travay yo.Yo tdlman
pran kou, yo vin pa kwe, yo fin tounen Sen Toma ; se sa ki fR
depi youn ale, avan 16t la pran fonksyon anpil moun gen tan di
davans : Se menm KABRIT TOMAZO YO. Paske yo pa gen konfyans
anyen serye pral regle, se pral menm penpenp-lan.
Noujwenn kk 16t paw6l nan menm rejis-la ki sanble
t&t koupe ak li kankou: Pase "pran m, m a pase chache w" ; se
degouden ak senkant k6b ; se menm rat do kale yo.
Al6s, nou konstate menm jan av&-m kijan paw6l sa
yo sanble kou de gout dlo menm 1 ap toujou gen ti nyans nan
konteks y'ap anplwaye yo. Apa sa, se menm yo menm nan.

Vx

Yves Gtrard Olivier[2] eksplike ekspresyon an
konsa : < KABRIT TOMAZO (MENM PLIM, MENM PLIMAY). Chonje-
w ka itilize sa pou de zanmi pou moutre kouman yo byen ; pou
de moun oubyen plis pou moutre kouman yo gen menm karakte
koumanyo reyaji menmjan. [...] Nanvodou, se non sa-a (kabrit
tomazo) mofn k'ap ft bizango yo pote [...] >
F6k mwen di nan sek kote mwen grandi-a, yo toujou
di ekspresyon sa-a nan youn sans negatif.

Tony Delcy, diplome nan lek61 jounalis ; li se youn
dokimantalis k' ap viv P6toprens.
[1] Fayo : 3333 Proverbs in Haitian Creole... (1979)
[2] Konprann konnen. Plis pase 1500 ekspresyon
krey6l ak sayo vle di. (2002)


Page 15


FlalCI VIIIIalkVllV VIIX11-II IN -)-) I I-


I





Mercredi 23 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N3 35


MEN YON
GWO BATO K
AP POTE TOUT
MACHANDIZ
OU TOUPATOU


GONAIVES
HAITI


Kt VWAYAJE CHAK
1 5 JOU POU BWOTE
MACHANDIZ OU DIREK
AN AYmrr SOU WAF ST
MARC, GONAIVES &
CAPE HAIT
LI BWOTE KONNTENE, BWAT
PEPE, KAMYON MACHIN EK-
SETERA


ST MARC


HAITI Rele ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330 HAITI

Fax ( 561 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398

Toll free 1-877-845-8330 or 1-877-845-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la
Direction: 1-95 to Exit No. 74 ( 45th Street ) East to Congress Ave, to North on Congress Ave to Martin Luther
King Jr Blvd go East on MLK Blvd ( making right hand turn ) this Rd takes you straight to the Port of Palm Bch
As soon as you go over Old Dixie Hwy, before Guard Shack Make 1st Left hand turn you will see our Sign

Under New Management




EVENEMENTS DE LA SEMAINE










//









Fritz Laraque qui a menace de bombarder le tribunal section sud Fundrailles de Ednond Dalus, le candidat au bac qui a edt tue
apres 'arrestation de son fils. II s'est laiss6 persuader d'abandonner son projet par un policier au moment d'un brouhaha devant un centre d'examen







Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna) Semaine du 21 Septembre
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
1. Koudjay: Geatest Hits
Miami 2. Mini All Stars: S.O.S
173 NW 94t Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979 3. Djakout Mizik: Love Songs
4. Dega: Live en concert
New York (914 358-7559) 5. Kreyol La: Kore m
Boston (508 941-6897) 6. Volo Volo: Se Nou
Montr6al (514 337-1286)
7. Ram: Aibobo
email : melodiefm@hotmail.com 8. Volo Volo: La Nature
haiti-en-marche@hughes. net 9. Konpa Kreyol: Sak te gen tan
URL: www.haitienmarche. com
Library of Congress # ISSN 1064 3896 10. System Band: Tet Cabrit
Prnedb SuhesIffe:6 35)63-78


Page 16


CAPE HAITIEN


----I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs