Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00369
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: September 16, 2009
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00369
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00009-16-2009 ( PDF )


Full Text








tenf


SII
I. I


MINUSTAH

Une force militaire

toujours present sans

Utre a I'avant-sc ne
PORT-AU-PRINCE, 13 Septembre Le
Secr6taire g6ndral de 1'ONU fait quelques
recommandations dans son dernier rapport pour
solliciter le renouvellement pour une autre annde du
mandat de la Mission des Nations unies pour la
Stabilisation en Haiti (Minustah).
Les casques bleus onusiens sont en Haiti
depuis juin 2004 pour r6tablir la s6curit6 qui a 6td
s6rieusement mise a mal par des groupes arms au
lendemain du renversement par la force du president
Jean-Bertrand Aristide.


BANDITISME & POLITIQUE


Amaral sera-t-il extrade


en Haiti ou en France ?


PETITE RIVIERE DE NIPES, 11 Septembre -La
France r6clame l'extradition de Amaral, l'ex-chef de bande
de Cite Soleil (bidonville de Port-au-Prince) qui a Wtd


apprihend6 le mardi 8 septembre derier dans la R6publique
dominicaine voisine.


Soldats de laforce international lors
d 'une distribution d 'aide alimentaire (photo Logan Abassi)
La force internationale a eu raison des plus
menacants de ces derniers. Aussi bien des groupes
d'anciens soldats limog6s et de leurs allies paramilitaires
que des gangs criminels proches de l'ancien regime
Lavalas.
Mais depuis plus d'une annde, les militaires
strangers (au nombre de plus de 7.000), en dehors des
effectifs de police internationale (UNPOL), n'ont
pratiquement plus rien a faire.
La criminality actuelle (d'ailleurs qui elle aussi
a baiss6 consid6rablement) est une affaire n6cessitant
plus de policiers (y compris de la part de nos amis
strangers) que de militaires.
Depuis deux anndes, le president Rend Prdval
plaide, comme il dit, pour < plus d'engins lourds et
moins de blinds. >
Mais le Conseil de s6curitW fait la sourde oreille.
Cependant dans son dernier rapport, le
Secr6taire g6ndral Ban Ki-moon recommande
d'augmenter le nombre de policiers internationaux en
Haiti. Toutefois, le policier est un 616ment qui cofite
beaucoup plus cher pour sa preparation qu'une recrue
de l'arm6e. Et Haiti n'est pas le seul pays qui soit conduit
a en faire un usage de plus en plus prononc6.
Aussi 6tranges que des martiens ...
D'autre part (et c'est le point qui nous
int6resse le plus), Ban Ki-moon propose de
repositionner le gros des troupes militaires de la
Minustah dans la protection des c6tes du pays et de la
frontiere haitiano-dominicaine.
Indirectement c'est aussi pour qu'on cesse
de voir d6filer du matin au soir dans les rues de la
capitale, aussi 6tranges que des martiens, les lourds
blinds surmont6s de militaires strangers avec
mitrailleuses enbatterie.
Car les observateurs, un tantinet
pragmatiques, n'ont pas cess6 de souligner qu'on ne
peut d'un c6t6 appeler les investisseurs a venir
s'installer en toute quietude et de l'autre presenter
l'image d'un pays en 6tat de guerre.
La solutionBan Ki-moonpermet de faire d'une
pierre deux coups. Les prls de 8.000 militaires strangers
(MINUSTAH/p.6)


Amaral Duclona epatant les jeunes de Cite Soleil du temps oi il dtait une star du banditisme assaisonne de politique


ACTUALITE

Toute une jeunesse le dos au mur!


PETITE RIVIERE DE NIPPES, 12 Septembre Un
mauvais g6nie peut se mettre en tate de r6cup6rer le
mouvement actuel des 6tudiants. Mais il y a lieu de croire
que c'est un phenombne tout a fait spontand.


a l f


Que feriez-vous si vous 6tiez unjeune aujourd'hui
en Haiti achevant vos 6tudes classiques ?
Quelle opportunity ? Quelle alternative ? Quel
(JEIINESSE /n. 5


Les etudiants contestataires de la FacultW de mddecine dans un dernier geste de resistance pacifique avant
leur expulsion des locaux de cette institution par les unites spdcialisdes de la Police nationale (photo Thony B.)





Page 2


POLITIQUE


La guerre sur les murs


nous mene droit dans le mur


PORT-AU-PRINCE, 6 Septembre -
Pas 6tonnant l'absence de leadership dont
souffre aujourd'hui le pays.
Dans leadership il y a leader, celui
qui conduit, et il y a ship (mot anglais
signifiant navire), celui qui conduit le navire.
Mais surtout dans leader il y a
prestige, caractbre.
D'ofi l'expression << character
assassination >>. Destruction syst6matique
d'une personnalit6.
EhbienenHaiti, ily aune entreprise
permanente de < character assassination >>
qui avait peut-6tre commence sous une
quelconque influence 6trangere mal
-" TBM--- 1


se retourner dans sa tombe. Et plus prbs de
nous unFrank6tienne, autre maitre du genre.

Guerre sale et malodorante

Cependant la Constitution ne dit-
elle pas que le chef de l'Etat est le protecteur
des institutions ?
A la veille d'une manifestation
devant 1'Elysee, Jean Paul Sartre 6crivait au
president De Gaule en disant < Monsieur le
G6ndral > et De Gaule lui r6pondait en retour
<< Cher Maitre. >
La lutte politique doit-elle touj ours
6tre une foire d'empoigne, cette guerre sale


Graffiti exdcutes sur les murs de la Facultd d'ethnologie contre les responsables
des pouvoir exdcutif et legislatif et contre le rectorat de 'Universite d'Etat d 'Hati
(photo Robenson)


intentionnde mais oi les Haitiens ont eux-
memes pris la relive et qui aujourd'hui, a
l'heure du bilan, constitue notre principal
heritage, mais aussi le plus n6gatif, de la
p6riode post-duvali6riste.
Tout y est, tout y mbne. C'est une
grande conjuration. Et comme il se doit,
totalement muette.
Les thdoriciens du < character
assassination > qualifient encore celui-ci de
<< guerre de basse intensity", autrement dit
non d6clarde. Chez nous se poursuit depuis
plus de 20 ans une << guerre civile de basse
intensity >, une campagne permanente,
assure d'une totale impunity, de
destruction de personnalit6. Et par la meme
occasion de sabotage de la souverainet6
nationale. D'une manibre syst6matique. Une
guerre oi tous les coups sont permis. Parce
que l'adversaire, quel qu'il soit, est assure
d'un total anonymat. Vrai ou fictif. Mais le
plus curieux est que personne n'ait encore
porter plainte. Only in Haiti!

Insultes terre-A-terre ...
Et pourtant tout cela se passe sous
nos yeux on ne peut plus, oui cette guerre
se d6roule nulle part ailleurs que sur les murs
de la capitale.
Nous 6tions r6cemment a Santo-
Domingo pendant moins de 48 heures pour
une conference.
C'est une capitale diffirente mais
c'est d6finitivement la meme terre.
Les memes petits laveurs de vitres
de voiture, et vendeurs ambulants d'eau
(peut-6tre << l'eau Alaska >) et de gazeuses.
Mais une difference de taille : les
rues sont propres, les trottoirs d6gag6s et
pas de gribouillis sales et insultants sur les
murs.
Les 6tudiants de certaines de nos
facult6s semblent 6tre passes maitres dans
ce genre d'exercice qui aurait remplac6
comme pensum nos versions latines
d'autrefois, h6las.
Parce que s'ils veulent vraiment
faire ceuvre qui vaille, ils pourraient
commencer par 6tudier les techniques d'un
Diego Rivera, le celbre peintre muraliste
mexicain (et aussi un communiste, suivez
mon regard) ou les graffiti du g6nie haitien
des m6tros de New York, universellement
c6lebr6 et trop t6t disparu, Jean-Michel
Basquiat.
Au lieu de cela, on n'a droit qu'a
des insultes terre-a-terre et sans le moindre
effort pour porter un langage des bas-fonds
au niveau de la faculty au sens noble du
mot.
Francois Villon ou le surr6aliste
Tristan Tzara, le porte du << merdre >>, doit


et malodorante qui se poursuit en Haiti,
impundment et dans la complicity g6ndrale
car tout le monde ou presque utilise les
memes proc6d6s. Les candidats aux
elections signent pour ne pas s'en prendre
ainsi a leurs adversaires (mais c'est pour
amadouer le < blanc >), d&s qu'on ressort
dans la rue, ehbien tout le monde a recours
aux memes coups bas, au service des
memes graffiteurs-chevaliers de nuit,
personne n'a d'6gard pour les monuments
des h6ros de l'ind6pendance, etc.
Car c'est une guerre par personne
interposde, liche s'il en est. Donc a la port6e
de tous (et de toutes), oui sans exception,
ici s'arrete la querelle de genre. Et de toutes
les bourses (ben oui, avec un taux de
ch6mage de plus de 80%, etc).
Bref tout le monde est heureux.
Sauf que la principale victime n'est pas la
victime d6sign6e, parce que celle-ci peut
rdpliquer en utilisant les memes canaux,
quitte a descendre dans le caniveau, c'est
kif-kif. Non, la principale et la seule victime
c'est le pays oi il n'y a personne qui soit
digne aujourd'hui de ce nom, oi tout le
monde a &td passed la moulinette, oi le
< character assassination > a fait place
nette. Comme Diogene, on chercherait en
vain un homme ou une femme !

C'est la fonction elle-meme
qui est atteinte ...
Et cela continue.
Quand le president d'une
association de taxi-motos donne trois jours
au premier magistrat de Port-au-Prince pour
<< rentrer son communiqu >> (et que en effet
rien ne se passe), ce n'est pas le magistrat
en personne qui est en cause (quelque
jugement qu'on puisse porter sur le fond
du communique en question), c'est la
fonction elle-meme qui n'a plus de valeur
aux yeux du public. Fonction elective,
s'entend.
Quand le chef de l'Etat, le
protecteur des institutions, est lui-meme
trained dans la boue comme on l'a vu lors
des manifestations en faveur du salaire
minimum a 200 gourdes. Sans consid6rer
que, au moins dans ce domaine, nous avons
fait beaucoup de progrbs en quelques
anndes. Et que, notre pays 6tant si fragile,
le moindre faux pas pourrait nous ramener
sous un regime a la Duvalier ou C6dras sans
liberty ni syndicale ni autre.
Le president, disions-nous, peut
ne pas r6agir sur le champ, mais c'est ainsi
aussi que l'on seme des graines de dictateur.
Or la dictature non plus n'est pas bonne
pour l'image de notre pays. Tout le monde
(GUERRE/p.5)


Mercredi 14 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 34

Les ddputps r6unis dimanche en seance special pour l'examen de
trois projets-loi
I1 s'agit de trois propositions de loi concemant les frais scolaires, l'habeas corpus et la
creation d'une police parlementaire. C'est le lundi 14 septembre que le vote de ces
trois textes devait se faire. L'assembl6e doit se prononcer aussi sur la recevabilit6 de la
declaration d'amendement de la Constitution pr6sent6e par l'Ex6cutif. Ils 6taient
environ soixante d6put6s a prendre part a cette stance sp6ciale du dimanche qui a
durd plusieurs heures, sous la baguette du president de la chambre basse, Levaillant
Louis-Jeune.

Un groupe de citoyens met les parlementaires en garde contre un vote
hftif sur la declaration d'amendement de la Constitution
Parmi ces citoyens, on relive les noms du notaire Jean Henry CUant, des avocats
Gr6gory Mayard Paul et Camille Leblanc, du president de la Chambre de commerce et
d'industrie d'Haiti, Dr R6ginald Boulos, de Louis G6rald Gilles et Renaud Chariot, ces
deux derniers du secteur lavalas. C'est une veritable petition qui a &t6 pr6parde par les
membres de ce groupe, mettant en garde les parlementaires contre toute precipitation
dans le vote de la declaration d'amendement de la Constitution telle que soumise par
le Chef de l'Etat.
Mais le temps presse, puisque la 48eme legislature devait avoir sa dernire session ce
lundi 14 septembre. On a appris que les d6put6s avaient &te convoqu6s ce lundi au
palais pr6sidentiel. Le s6nat, de son c6te, devait se rdunir aussi ce lundi pour trancher
sur la question.
Les signataires de la lettre ouverte suggerent que << la revision des articles de la
Constitution se d6roule aprbs d6bats et discussions >. Sous pr6texte de c616rit6,
disent-ils, < l'exercice dujeu d6mocratique ne peut en aucun cas 6tre sacrifi 6 < Si la
proposition de l'Ex6cutif devait 6tre vote telle que soumise, cela affaiblirait le pouvoir
l1gislatif et menacerait l'6quilibre des pouvoirs >, ajoutent-ils.
La lettre ouverte porte la date du 11 septembre 2009. Les signataires reconnaissent
avoir pris acte de la proposition d'amendement de la Constitution de 1987 soumise au
Parlement par le Pr6sident de la rdpublique et par son Premier ministre, mais attirent
l'attention sur l'importance, 1'6tendue et la port6e d'une telle demarche. Ils
reconnaissent que certains articles doivent en effet 6tre amends mais que d'autres
soient prdservds, comme ceux ayant trait a la procedure d'amendement elle-meme.


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Haiti perd 3 places dans la capacity de faire des affaires
Haiti vient de perdre 3 places dans le dernier classement annuel de Doing Business
concemant les facilities de faire des affaires en passant de la 148e en 2008 a la 15 le
position en 2009 sur un total de 183 pays.
Ce rapport annuel commandit6 par la Banque Mondiale classe les pays suivant la
souplesse des procedures lies aux investissements et les facilities offertes aux
(EN BREF / p. 14)





Mercredi 14 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 34


dtI rvioss eu r (m1As mt e.n"


"Copyrighted Material

SSyndicated Content

Available from Commercial News Providers"


La Banque mondiale approuve un don de 5

millions de dollars pour les services d'electricite


WASHINGTON, le 10 septembre 2009 -Le Conseil
d'Administration de la Banque mondiale a approuv6 cette
semaine un don de 5 millions de dollars pour aider Haiti a
amdliorer la quality de ses services d'l6ectricit6 et a renforcer
les performances techniques, commerciales et financibres de
sa compagnie nationale, Electricit6 d'Haiti (EDH).
< d'l6ectricite plus fiables et de meilleure quality a la population
haitienne>, a d6clard a ce sujet Eustache Ouayoro,
Repr6sentant R6sident de la Banque Mondiale en Haiti.

financera en outre un programme d'assistance technique afin
d'aider a assurer la p6rennit6 de ces amdliorations>>.
Ce nouveau financement va conforter les objectifs
du Projet de reduction des pertes dans le secteur 6lectrique en
cours d'ex6cution, pour lequel la Banque avait approuv6 en
aoft 2006 un don initial de 6 millions de dollars en vue de
poser les bases d'une amelioration des services et d'un meilleur
recouvrement des ressources dans ce secteur.
Le nouveau don vise quant a lui un triple objectif:
amdliorer la gestion du service public d'electricit6 en mettant


CL'EVENEMENT SOMMAIRE
Amral Duclona sera-t-il extrad6 en Haiti ou en France ?
ANALYSE DE L'ACTUALITE
Toute une jeunesse le dos au mur p.1
MANOEUVRE INTERNATIONALE
Une force militaire toujours pr6sente sans &tre a l'avant-
scene p.1
Plaidoyer en faveur d'un avenir meilleur pour Haiti p.6
EDITORIAL
La guerre sur les murs nous mene droit dans le mur p.2
ACTUALITE
Le vote de la proposition pour un amendement de la
Constitution toujours dans l'impasse p.2
Fermeture temporaire de la Facult6 de m6decine et des
dizaines d'etudiants expuls6s ou suspendus p.2
ECONOMIE
Haiti perd 3 places dans la facility de creation
d'entreprises p.2
Le budget approuv6e la chambre basse p.2
UIn financement de 27 millions d'euros p.3
La BM approve US$5 millions pour 1'ED'H p.3
SECURITENATIONALE
Plaidoyer pour un nouvelle force publique p.7
EGLISE
Mgr Willy Romelus prend sa retraite p.8
ARTS& LETTRES
Malraux et Saint-Soleil se retrouvent a Paris p.9
Lyonel Trouillot et Dany Laferriere en edition frangaise
p.9
LIBRE PENSER
L'Universite d'Haiti a la crois6e des chemins p.10
L1iberte p.12
ENVIRONNEMENT
Sur 1 Etang de Miragoine p.13
CONGRESAMERICAIN
Yon kandida fanm vanyan, Marleine Bastien p.15
en ceuvre un programme d'assistance technique sur deux ans
pour EDH ; financer les cofts additionnels associds a
l'acquisition des systemes commerciaux, de gestion technique
et de lecture a distance des compteurs don't le pays s'est dot6
dans le cadre du projet initial ; et contribuer a renforcer la
capacity du Ministere des Travaux Publics a assurer le suivi
du secteur de l'6nergie.
L'appui ainsi fourni par la Banque mondiale s'inscrit
dans une strat6gie de soutien au secteur energie en
coordination avec d'autres bailleurs de fonds impliqu6s dans
le secteur.
Outre le don de 5 millions de dollars accord par
l'Association internationale de d6veloppement (IDA), ce projet
b6ndficiera d'une contrepartie de 830 000 dollars qui sera foumie
par l'Electricit6 d'Haiti.


Vest vmo us ad didez de vus horraes.. Paritm ou vous 6w*
accedez A UN 1BANKOnline", uwe waie sucuraleon ignat

> Payez n e qui ayant onco=pte"A la UNIBANK


> o
>Achetez des ch~ques cde dtredo t our I6hrnger
>I


> Connwdez voTn stiestation bancaire

CoinAz la longueI We fdaubr Mtransacars poasibles
on clkpnt ur ld www.unbankhati.com


11 1UNIBANK
11 lilt: ****

"Fausons route ensemble"

www.unibanrkhaiti.com


Page 3





Mercredi 14 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 34


BANDITISME & POLITIQUE


Amaral sera-t-il extrade en Haiti ou en France ?


(... suite de la lere page)
Amaral Duclona, 31 ans, est le principal suspect dans
l'enlkvement suivi de l'assassinat du citoyen franqais Paul
Henri Moural, consul honoraire de France au Cap-Haitien (2eme
ville du pays), survenu alors que ce dernier traversait une
route attenante au grand bidonville de Cit6 Soleil, le 31 mai
2005, l1'6poque sous l'empire des groupes arms qui ont


^rE~ft^^ .2I


Amaral Duclona n 'avait aucune peine a sefaire photographier
contrairement a d'autres chefs de bande de la mOme epoque,
pourtant il a eta le seul a pouvoir disparaitre pendant deux annees
jusqu 'a son arrestation le mardi 8 septembre dernier dans la
republique voisine (photo Thony Belizaire)
surgi dans le vacuum laiss6 par le renversement brutal du
president Jean-Bertrand Aristide en f6vrier 2004.
Aujourd'hui deux Etats exigent l'extradition de
Duclona : Haiti et la France.
Les Dominicains indiquent que c'est sur demande de
la France qu'ils ont proc6d6 a l'arrestation, laissant craindre
que le prevenu pourrait 6tre envoy directement dans ce pays.
Mais les Haitiens r6agissent a leur tour. Des le
lendemain, le responsable de la police judiciaire indiquait que
la justice haitienne r6clame l'extradition de Amaral Duclona
pour les nombreux crimes qui lui sont reproch6s dans notre
pays.
La question est d'importance parce que d'un c6t6 la
France se fait le d6fenseur acharn6 de ses citoyens dans le
monde, que ceux-ci soient victimes ou au contraire suspects
ou meme d6ji condamn6s.
De l'autre c6t6, l'image d'Haiti est tellement 6cornme
au plan souverainet6 que d6sormais il faut s'attendre a tout.
Par exemple, la France r6clame aussi l'extradition de
l'ex-pr6sident panamden Manuel Noriega pour blanchiment
d'argent. Celui-ci a &t6jug6 et condamnd aux Etats-Unis oni il
vient de purger une peine de 17 ans de r6clusion.
C'est seulement aujourd'hui que la demande francaise
est consid6rde devant les tribunaux de Floride oi les avocats
de Noriega tentent de l'empecher d'aboutir.
Depuis l'avenement du president Nicolas Sarkozy en
mai 2007, celui-ci se fait un point d'honneur pour ramener au
bercail tout citoyenfrancais ayant des difficulties avec lajustice
en quelque coin du globe qu'il se trouve.

La France s'est mobilis6e ...
Ainsi pendant que Paris obtient la liberty
conditionnelle r6cemment pour une Franqaise qui avait &td


emprisonn6e en Iran sous l'accusation d'avoir particip6 aux
manifestations de protestations contre les r6sultats des
dernimres pr6sidentielles, les parents d'une autre Francaise
condamnde a 60 ans de r6clusion au Mexique pour implication
pr6sumbe (elle continue de clamer son innocence) dans un
r6seau de kidnappeurs font pression pour obtenir aussi le
rapatriement de leur fille et qu'elle puisse venir purger sa peine
en France. Sarkozy a fait de son mieux lors d'une r6cente visite
officielle a Mexico.
Tout comme les autorit6s francaises tentent d'arracher
a leurs homologues de Santo Domingo le rapatriement de deux
jeunes Francaises d6tenues pour trafic de drogue dans ce
pays.
Tout ceci pouvait faire craindre que Amaral Duclona
soit embarqu6 directement vers la France a sa sortie des prisons
dominicaines.
Selon Santo Domingo, la France s'est mobilis6e
autour du dossier de son consul honoraire en Haiti. Les
renseignements fournis par Paris ont aid6e retrouver l'ex-chef
de bande haitien qui s'6tait r6fugid dans la rdpublique voisine
sous une fausse identity, Berthony Jolicoeur. II a &t6 arrnt le
mardi 8 septembre au complexe touristique << Casa de Campo -
La Romana>>.
Apres avoir &te le plus charismatique de ces petits
caids des anndes 2004-2007, Amaral Duclona est aussi le seul
a avoir pu 6chapper au crackdown op6rd par les troupes
onusiennes dans les quartiers populaires de Port-au-Prince.
Les autres sont soit en prison, soit a dix pieds sous
terre.

Amaral aurait-il tW ex-filtr6 > ? ...
Aussi avait-on fini par croire que Duclona quant a lui
avait df son salut pour services rendus qui auraient permis la
capture de ses amis ou rivaux (ou les deux en meme temps), ou
pour d'autres services encore moins avouables ( !), car il sera
difficile de faire admettre devant un tribunal qui se respecte
que ce dossier ne concerne pas autant la politique que le
banditisme.
Done la disparition aussi soudaine que myst6rieuse
en l'annde 2007 de ce bandit r6put6 (et dont le visage avait
paru maintes fois en couverture desjournaux, y compris dans
un documentaire r6alis6 par l'Ambassade des Etats-Unis pour
encourager a la reconciliation nationale) ne pouvait manquer
de paraitre quelque peu suspecte.
Amaral aurait-il &t << ex-filtr >> ? De plus le fait qu'il
ait &t arr6td mardi dernier dans un lieu de luxe, le complexe
touristique << Casa de Campo La Romana >, meme sous une
pr6somption de trafic de drogue, et non au fond de quelque
batey (plantation de canne), pourrait encore laisser planer
certains doutes.
Enfin, passons !

Mort subite de < Ti Couteau , 1'ex-adjoint
de Duclona ...
A present il y a de fortes probabilit6s que le prisonnier
en garde a vue au siege de la Direction nationale de contr6le
des drogues en R6publique dominicaine soit ramend d'abord
en Haiti pour r6pondre de ses actes.
Mais quant a son proces, c'est une autre paire de
manches.
Son principal adjoint du temps oi ces messieurs


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.

Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenet pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la h'C i
founi yon baz kominikasyon ki b
pem&t klyan an jwenn tout O -", PC 11 WC- F TPi
enf6masyon li bezwen sou transp6 --
pa avyon, sou lanme ak ate, fe
rezevasyon pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe tout bagay pi fasil pou klyan
an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesonel" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes
Devlopman.
MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon yo e pou
isyon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an
yon 1 C -" e-Stop-Sh ., sa vle di nou vle ofri li plizyc solysyon o chwa avyon,
bato os tquit se machandiz pou eksp6tasyon, kit se pou enptasyon.
Na kaini yo, Amerijet pral introdui lo avantaj sou iwebsite li a. Pamela
Robbins U y0o 1i enterCSC1n1( oo'pc b i ,gg a plis
ekspansyon e T p Inm lln. j. OA Ua....ns.
Amerijet International, I urni sevis entenasyonal konple e sou tout f6m
- pa avyon, pa bato ak atL.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout te a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenet la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


faisaient la pluie et le beau
temps s'appelait Evans Jeune,
dit << Ti Couteau >>.
R6cemment ce
dernier est mort subitement en
prison. L'administration
p6nitentiaire n'a jamais 6mis


de communication officielle a ce sujet. On a appris vaguement
que ce serait de Sida.
Or le procds de Evans Jeune, commence, avait &t6
renvoyd sine die.
Et la prochaine fois qu'on parlera de lui c'est pour
apprendre sa mort.



x-


Amaral Duclona arrOtM dans un complexe touristique
en Republique dominicaine, il n 'a pas le profil
de quelqu 'un qui vivait dans le maquis (photo de courtoisie)

L'aspect politique du dossier...
Les gouvernements haitien et dominicain collaborent
pour faire la chasse aux truands qui peuvent utiliser la frontiere
terrestre entre les deux pays pour 6chapper a la justice d'un
c6t6 ou de l'autre.
C'est justement le cas ce week-end d'un pr6sum6
narcotrafiquant portoricain nomm6 Ram6n Vargas Mufioz qui
est recherche par toutes les polices du pays voisin.
Cependant en regle g6ndrale, les Dominicains
devraient d'abord rechercher et obtenir des garanties de Port-
au-Prince que le suspect dont l'extradition est demanded sera
jug6 enbonne et due forme. Et d'abord quejugement, il y aura
effectivement !
D'autre part, si la France n'est pas certaine que les
conditions sont remplies, elle peut faire elle aussi des difficulties,
de peur que son consul honoraire, dans l'assassinat duquel
les soupcons peseraient principalement sur Amaral Duclona,
n'obtienne jamais justice.
Mais dans tout cela vous aurez devind que l'aspect
politique du dossier (si tant est qu'il y en ait un) peut intervenir
aussi pour dventuellement l'empecher d'etre mendjusqu'a son
terme.
Mais ca c'est une autre histoire !

Haiti en Marche, 11 Septembre 2009


DROIT DE REPONSE

Ambassade d'Haiti en France


a la Chaine
L'Ambassade d'Haiti en France
pr6sente ses compliments a la Direction de
France 2 et a l'avantage de lui faire parvenir ce
droit de rdponse, suite a son reportage, relatif
au trafic de la drogue en Haiti, diffuse dans le
journal de 20 heures, du 3 septembre 2009, de
M. David Pujadas.
Sans vouloir mettre en doute
l'objectivit6 des reporters en question,
l'Ambassade ne peut s'empecher de relever
d'innombrables inexactitudes et de contre-
v6rit6s, susceptibles de donner une image
negative du pays. Tout d'abord, on peut
s'interroger sur les v6ritables motivations qui
poussent France 2 a consacrer autant de temps
a Haiti dans son edition de 20 heures.
Il est surprenant que le pr6sentateur
du Journal, M. Pujadas, pour qui l'Ambassade
a beaucoup d'estime, annonce le reportage
par cet entrefilet < depuis des anndes Haiti
est livre au chaos >>.
Il est aussi surprenant que France 2


FRANCE 2
prenne la commune de Cit6 Soleil, pourparler
du trafic de la drogue en Haiti.
Par ailleurs, dans le reportage, le
journaliste, sans donner les moindres faits,
conclut avec beaucoup de 16geret6 qu'Haiti
est un pays oi regne la corruption. Une telle
affirmation gratuite ne peut que discr6diter les
plus hautes autorit6s haitiennes.
Le reportage parle des actes de
kidnapping, sans en citer un cas, qui sont
commis a longueur de journee et de
l'augmentation de la criminality dans le pays.
En r6ponse, l'Ambassade souhaite rappeler
que selon la Mission des Nations Unies en
Haiti (MINUSTAH), par l'entremise de son
porte-parole, Sophie Bouteau, << c'est la
premiere fois depuis 2007 que le taux
d'ins6curit6 atteint un niveau aussi bas >. Ce
qui a pouss6 le Canada a l6iminer Haiti de la
liste des destinations a 6viter.


Page 4





Mercredi 14 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 34


ACTUALITE


Toute une jeunesse le dos au mur !


(... suite de la lere page)
avenir ?
R6ponse : n6ant. Absolument rien.
Cependant jamais le pays n'avait produit autant de
jeunes avec leur deux bacs en poche.
Mais une fois terminde cette premiere tape
consid6rde comme indispensable (et d'abord par leurs parents
qui se saignent aux quatre veines pour que leur prog6niture y
parvienne, parents le plus souvent d'origine populaire et de la


Protestations de lafoule accourue lors de l 'expulsion
manu militari des dtudiants occupant les locaux de la FacultO
de mndecine empnchant lefonctionnement de celle-ci
province), le manque d'opportunit6s 6clate au moment m6me
de l'inscription pour entrer a l'universit6 d'Etat. Ce qui avait
toujours &t6 une simple formality (sauf pour une fac comme la
m6decine ou les sciences appliques) est devenue quasi
impossible tellement des milliers de candidats et candidates
se bousculent au minuscule portillon du centre d'inscriptions
situde a c6t6 du Champ de mars, au centre de la capitale.
La semaine dernibre ces inscriptions se sont d6rouldes
dans la bousculade et sous les gaz lacrymogenes que n'h6sitent
pas a utiliser les gardiens de s6curit6. Done premier choc.
On s'inscrit pour plusieurs facult6s a la fois de peur
de rester dans la rue. Le formulaire cofite 1.000 gourdes.
Mais tout cela sans aucune assurance car ils sont
presque aussi nombreux a l'autre bout de la chaine, c'est-a-
dire ceux qui ont achev6 le cycle universitaire mais qui ne se
considerent pas plus avanc6s.

100% << ajuste structurellement >>...
Parce que le pays ne cr6e aucune opportunity. Ni le
priv6. Ni le public. L'Etat haitien est 100% << ajust6
structurellement. > L'ajustement structurel est ce programme
qui a &t6 impose dans les anndes 90 par les gendarmes
6conomiques du monde pour r6duire au maximum les effectifs
de l'Etat, fermant aux nouvelles g6ndrations les portes de ce
qui a &td traditionnellement le plus grand employeur dans notre
pays.
Aussi trouve-t-on aujourd'hui des jeunes 6moulus
de l'universit6 sur les bancs des factories, particulibrement
dans la zone franche industrielle de Ouanaminthe (Nord-Est,
ville frontaliere avec la R6publique dominicaine voisine) !
Or les emplois dans la sous-traitance se sont r6duits
comme une peau de chagrin depuis l'embargo de 1991 pour


(... suite de la page 2)
en convient. Sauf les irresponsables ... Dans tous les camps.

Comportement d'attardss ...
Quand le Premier ministre est trait sur les murs de
<< voleuse de 197 millions >>, est-ce dfi a une main aussi
innocente que qa. Ou une declaration de guerre en bonne et
due forme ?
Et comment ne pas partager sa sainte colkre exigeant
des d6put6s qu'ils cessent leur << character assassination > et
consultent les rapports des UCREF, ULCC ou de la Cour
Sup6rieure des Comptes au lieu de se cacher derriere leur
immunity pour balancer en toute impunity des accusations
gratuites en veux-tu en voilW.
Car depuis longtemps les murs (et il n'y a pas un seul
mur de la capitale qui soit 6pargnd, meme celui du siege de la


lutter contre le coup d'6tat militaire renversant le president
Jean-Bertrand Aristide.
Ils sont environ 7.000 dans le parc industriel de Port-
au-Prince.
La population haitienne, vivant en Haiti, est estimbe
a plus de 9 millions.

Ha'iti perd 3 points concernant la capacity
de faire des affaires ...


Les etudiants qui tentent d 'opposer laforce de l 'inertie sont
embarques comme des cabris dans lesfourgons de la police

Situation tout a fait paradoxale d'un systeme quijette
sur le march un volume sans pr6c6dent de jeunes cadres,
mais qui n'a absolument rien a leur offrir.
Sinon quelque illusion car jusqu'ici sans assurance
palpable comme le Hope 2, le plan Clinton et autres alternatives
conques toutes a l'ext6rieur et nous promettant la creation de
centaines de milliers d'emplois.
Or cela en m6me temps que Haiti vient de perdre 3
points dans le classement de la Banque Mondiale concernant
la capacity de faire des affaires (Doing Business), c'est-a-dire
d'attirer des investissements (en passant de la 148e a la 151e
place sur un total de 183 pays), tandis que notre voisine la
R6publique dominicaine progresse de 13 places dans ce m6me
classement par rapport a l'annde 2008 oni elle 6tait class6e 99e.
Done la confusion. Si les officiels intemationaux nous
bombardent de declarations prometteuses, sur le terrain rien
n'a encore boug6. Autrement dit, rien de concret.
Or le temps presse. Les pauvres parents n'enpeuvent
plus de nourrir des enfants qui ont depuis longtemps pass
l'age.

Un veritable goulag ...
Reste (restait) comme dernier d6bouch6 la fuite sous
des cieux plus cl6ments. Si l'occasion se presentait, plus de la
moitie de la population haitienne partirait aujourd'hui sans
demander son reste. On peut l'affirmer sans risque de se
tromper.
Or 1i aussi, rien ne va plus. Les consulats strangers a
l'int6rieur, et les gardes c6tes a l'ext6rieur ont rdussi a
transformer ce pays en un veritable goulag. Pas de fuite
possible. No way out.
Mettez-vous donc a la place d'un jeune haitien


pr6sidence, meme le monument aux PNres de la patrie) se sont
d6plac6s comme dans le Macbeth de Shakespeare pour se
transporter au sein meme de la place, autrement dit au cceur
des institutions.
Peut-6tre, comme dans Macbeth ou comme le cheval
de Troie, pour annoncer l'issue fatale, la solution finale.
Quand les murs seront tombs. Et tout le reste avec.
A ce moment-l1, sera-ce une occupation ou une mise sous
tutelle encore plus honteuse ? Appelons-le d'abord une
implosion. Comme la grenouille de la fable qui voulait se faire
aussi grosse qu'un bceuf. Conclusion on ne peut plus stupide
mais qu'on doit attendre d'un comportement aussi attarde.
C'estbien qa : attard6 !

Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


aujourd'hui. De plus qui s'estime avoir fait ce que toutjeune,
de partout, doit faire pour m6riter sa place au soleil.
Voilh le drame actuel du jeune haitien et qu'on n'a
pas le droit de s6parer des Mvenements qui se d6roulent dans
les facult6s de la capitale.
Et m6me ceux qui ne vont pas jusqu'au bout de leur
indignation, qui n'en partagent pas moins, d6trompons-nous,
les m6me sentiments.


Des parents accourus egalement assistent impuissants
(photos de JJAugustin)


Depuis le mercredi 9 septembre, les blinds de la Police nationale
bloquent 'entree de lafacultO aux contestataires dontplusieurs
dizaines ont eto ou radios ou suspendus pour 2 annees
de toutes activists acadimiques (photo Robenson Eugene)
L'Etat se rend-il suffisamment compte qu'il fait face a
un 6norme d6fi ? Mais pas seulement pour ramener cesjeunes
gens a la raison. Et aussi habilement que possible. Le plus
urgent (et le plus difficile) est de savoir comment r6pondre a
leurs justes revendications qui sont celles des jeunes de
partout.
Le president Rend Prdval a cri plusieurs commissions
charges de r6fl6chir sur les grands dossiers dujour.
La trag6die v6cue par notre jeunesse n'en est-elle
pas un encore plus urgent !
Haiti en Marche, 12 Septembre 2009


CONTACT US
TOLL FREE. 1-888-383-2856
OR; 305-620-8300
FAX .305-620-8332
CELL. 305-986-8811


FICHE D'ABONNEMEN A HAITI EN MARCHE


I pI **it pour Six M I


Hardti _____
Etats Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


Gdes 260.00
_ US $ 40.00
_ US $ 42.00
_ US $ 70.00_
_ US $ 70.00o


I CoatpouriA


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
us $ 135.00
US $ 135.00


Dans l* cas d'un abonnement
avec Ilvralson, le coOt eat le double.
Prtre de specMier si voua etes
un nouvel abonn6
ou s'll s'agt d'un renouvellement


Nouveau


Renouvellement

[EL


Page 5


POLITIQUE : La guerre sur


les murs nous mene droit dans le mur


Norm
Adresse.





Mercredi 14 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 34


MINUSTAH

Une force militaire toujours present sans etre a l'avant-scene


(... suite de la lere page)
restent sur le territoire national (on ne saurait dire jusqu'h
quand ?). Cependant leur disparition des rues de Port-au-
Prince (sauf cas d'urgence) vise a ne pas embarrasser les
d6marches en faveur de la relance. Quoique cette derniere
reste encore jusqu'ici plus hypoth6tique que moins.

Les rendez-vous 6conomiques se
bousculent...
A cette reunion du Conseil de
s6curit6 le mardi 8 septembre could,
participaient 6galement le Premier ministre
haitien, Mme Michele Pierre-Louis, ainsi que
l'ex-pr6sident Bill Clinton en tant que envoy
special de l'ONU pour Haiti.
Apres la phase reconciliation
politique et de renforcement institutionnel
pendant les deux ou trois premieres anndes
du quinquennat du president Rend Pr6val,
aujourd'hui ce sont les rendez-vous
6conomiques qui se bousculent.
En effet, on en a au moins 4 en
perspective dans les prochaines semaines.
Bill Clinton arrive d6but octobre a la
tate d'une d6l1gation d'hommes d'affaires,
dont le financier milliardaire George Soros.
On annonce la visite d'entrepreneurs
brdsiliens dans les prochains jours.
I1 y a aussi le 10e forum des
entreprises de la Grande Caraibe qui sera
organism dans notre pays toujours pendant le
mois d'octobre.


Mais c'est tout qu'il faut refaire en Haiti

Pendant que tous ces 6v6nements s'annoncent
tambour battant, la situation sur le terrain en Haiti n'a pas
varied.
Nous ne parlons pas des manifestations d'6tudiants
certes inqui6tantes que surtout des rues toujours aussi sales
et d'un trafic automobile totalement anarchique. Selon la


Outre le voyage du president Pr6val Des soldates de la Minustah transJormees en travailleuses sociales (photo
dans une semaine a New York pour prendre la
parole devant l'Assembl6e g6ndrale des Nations Unies et en Minustah, les accidents de la circulation ont remplac6 la
profiter pour rencontrer des entrepreneurs strangers ainsi que criminality ordinaire comme principale menace a la vie humaine
la communaut6 haitienne. dans ce pays.
Sur ces deux dossiers (assainissement de la ville et
r6glementation du trafic automobile), aucun progrbs ne se


Lo


dessine.
D'autre part, selon le classement Doing Business de
la Banque mondiale, Haiti a perdu trois points concernant la
capacity d'enregistrement de nouvelles entreprises au lieu
d'ameliorer son score comme on en parle depuis 2 ou 3 ans.
Les promesses des acteurs intemationaux (am6ricains
en premier lieu) tardent donc a se verifier dans le concret. Et ce
malgr6 certains efforts. Mais c'est tout qu'ily
a i refaire en Haiti. Finis les rafistolages. C'est
trop tard.
Or l'un ne va pas sans l'autre. Les
initiatives de l'international et les r6formes
locales doivent aller de pair. Sinon c'est peine
perdue.

Le chien de garde ne doit pas
r bouger...
Ce qui n'empeche l'intemational,
quant a lui, de continuer a essayer de mieux
accorder ses violons.
La proposition de ddlocaliser la
composante militaire de la Minustah vise a la
soustraire de la vue d'6ventuels futurs
investisseurs.
Et peut-6tre aussi de celle des
manifestants 6tudiants qui s'en prennent
r6gulibrement aux v6hicules de la mission
onusienne.
Mais cette dernibre n'a pas l'intention
de disparaitre pour autant. Le chien de garde
ne doit pas bouger.
Bref c'estjoindre l'utile et l'agr6able !
ogan Abassi) Mais comme dit le creole : << mal pou
mal >, autrement dit a la limite, on pourrait
souhaiter que l'Etat haitienjoue un r6le plus inclusif dans ce
processus. La preuve que ce n'est pas le cas, c'est l'absence
de tout signe sur place qui pr6figure le changement annonc6.

MIlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


PI SI""4mI--
+f ,ii I+ +Mj.r, p + +( .... + iUi ..^* -^




"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"







Conseil de security sur Haiti : plaidoyer en faveur d'un avenir meilleur


United Nations Radio, 10 Septembre 2009 << Haiti
n'est pas une cause perdue, mais un pays qui a droit a un
avenir meilleur. > .... C'est en ces termes que l'ancienPr6sident
des ttats-Unis et Envoyd special du Secr6taire g6ndral pour
Haiti, Bill Clinton, s'est adress6, mercredi au Conseil de s6curite
de l'ONU dans une reunion consacrde aux efforts de
stabilisation d'Haiti.
Michele Duvivier Pierre-Louis, Premier ministre
d'Haiti, 6voque entre autres les appuis institutionnels,
IF ~-- ~


Pot Plus Bakry,
NATURAL JUICE


11638 NE 2nd Ame.
Miami. FL 33160
Tl. 305-394-6118


Cake


l'assistance a la construction des capacit6s et des comp6tences
des administrations locales, 1'accompagnement des r6formes
garantissant l'6mergence de l'6tat de droit et l'amdlioration a
court terme de la situation socio-6conomique des gens vivant
dans les quartiers r6put6s difficiles. Elle affirme que le
Gouvemement s'6tait engage risolument a crier les conditions
susceptibles de donner confiance aux investisseurs locaux et
d'attirer les investisseurs strangers.
Mais les propos de l'homme de terrain Hedi Annabi,
Repr6sentant special de Ban
ki moon en Haiti sont plus
nuances; non qu'Hedi
Annabi ne reconnaisse pas
les progrbs accomplis dans
la stabilisation du pays,
Ince notamment au niveau du
IF ^ dialogue politique, des
,I /nouvelles lois adoptees,
dont celle ayant permis
Catering Speallts l'annulation de la dette
S, Pastres, Horn s POeuves exterieure d'Haiti, d'un
ir all occasions montant de 1,2 milliard de
dollars, mais il demande
toutefois a toutes les
AGENCY branches du Gouvernement
haitien de renforcer leur
5-756-0979 collaboration entre elles. Les
Svrais progrbs ne seront
Sr6alis6s que si les dirigeants
haitiens font preuve de
i volont6 politique. Annabi ne
VOiture / Camion / manque pas toutefois de
r6alisme mesurd, ce qui lui
Spermet notamment de citer
quelques avanc6es


concretes... Exemple a l'appui: la rdouverture de l'Ecole de la
magistrature et l'espoir de voir prochainement cree en Haiti un
conseil sup6rieur de la magistrature. II a aussi 6voqu6 la
construction d'une nouvelle prison prbs de Port-au-Prince, et
du renforcement du Bureau du Protecteur du citoyen. Mais
les d6fis restent de taille, selon Edi Annabi, car la creation de
toutes ces institutions relive d'un processus de long terme...
Au milieu de la scene Bill Clinton veut tenir le baton
par les deux bouts. L'envoyd special de Ban Ki moon en Haiti
note avec conviction, qu'en d6pit des r6cents d6sastres
naturels, les autorit6s haitiennes ont r6ussi a bAtir un
Gouvernement moderne et a redonner l'espoir aux Haitiens
vivant dans l'ile et a ceux de la diaspora. Mais Bill Clinton
capitalise surtout sur son r6le de catalyseur des
investissements dans le pays, en particulier ceux provenant
du secteur priv6. Il estime que le chantier prioritaire est celui
de l'ind6pendance 6nergetique ceci pour permettre un essor
de secteurs clefs comme l'agriculture et le tourisme, qui sont
cr6ateurs d'emplois, et notamment d'emplois verts. Il souligne
aussi que le r6le qui lui a &t6 confi6 avait pour objectif de
donner une image plus positive d'Haiti a la communaut6
internationale; Haiti n'6tant pas une cause perdue, mais un
pays qui a droit a un avenir meilleur... D'ou l'appel de Clinton
aux membres du Conseil de s6curit6 a sejoindre a la < bataille
> en faveur d'un Haiti 6mancipe et maitre de son destin.
Sans l'aide rdelle des Etats Membres, ce vceu restera
pieux, insiste-t-il signalant que sur les 700 millions de dollars
promis par ces derniers, seulement 21 avaient ctc a ce jour
d6caiss6s.
(Mise en perspective de Maha Fayek avec des
extraits sonores de Bill Clinton, Envoyd special de Ban Ki
moon en Haiti, d'Hedi Annabi, Representant special du
Secrdtaire general des Nations Unies en Haiti et de Michdle
Duvivier Pierre-Louis, Premier ministre d'Haiti).


Page 6


- - - 1 1 - - 1 - -- - -





Mercredi 14 Septembre 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N 34


L'urgence

PORT-AU-PRINCE, 3 Septembre-Un
une attention particuliere lors de la conference
femmes politiques et cadres haitiens le week-en
la capitale dominicaine c'est la s6curit6.
D'une part un bilan de la Police national
est le seul corps de s6curit6 16gal actuellement
Et d'autre part, la perspective de c
nouvelle force publique comme cela se profile
de la commission pr6sidentielle sur la s6curit6
dernier aux responsables publics.
C'est le Dr. Georges Michel, journalis
un membre de ladite commission sur la s6curite, c
de cette presentation.
D'abord tout le monde en Haiti sait
Michel est en faveur d'une telle initiative et
dada. Ily en a meme qui le considbrent comme un
ne sachant sans doute pas qu'il a &t6 lui-meme
barbarie militaro-macoute sous le gouvernemen
un soir de novembre 1979 lors d'une conf6renc
humains prononc6e par Maitre G6rard Gourgue
de Saint Jean Bosco. Le vendredi noir de Saint
Mais cette armee-l1, ce fut celle q
Georges Michel considbre comme une sorte d'
US Marines laiss6 en Haiti par l'occupant amer
Il y eut d'abord l'arm6e de l'ind6pend
h6ritibre de celle qui s'est immortalisde a V
Novembre 1803 battant et chassant de l'ex-Sain
future rdpublique d'Haiti la force exp6ditionnai:
Napoldon pour remettre les negres de cett
esclavage apres leur soulkvement sous les ordre
Louverture et Jean Jacques Desslines.
Puis de fil en aiguille Haiti fut envahie
Etats-Unis.
L'occupation am6ricaine durera 19 ans
Les Amdricains se retirbrent en laissan
force militaire conque selon leurs int6rets gdo-
Forces Armees d'Haiti (FAD'H).
Jusqu'a sa d6mobilisation en 1995 par
l'6poque, Jean-Bertrand Aristide, qui avait &td
anndes plus t6t par un coup d'6tat militaire (
1991) avant d'etre ramend au pouvoir en 1994
d'intervention d6pech6e par le president america
l'arm6e d'Haiti 6tait une sorte de filiale du corp
Georges Michel rappelle a juste titre
des anciennes FAD'H c'etait : Force doit rester
Alors que celle de la Police nationale
c'est << Prot6ger et servir. >
Les temps ont done change et il n'es
de refaire les Forces armies d'Haiti a l'ins
d'autrefois.


pour une nouvelle

sujettrait6 avec C'est Georges Michel qui parle.
des hommes et Ilpoursuit : ce n'est pas le r6le non plus des militaires
id dernier dans d'occuper des tiches de police.
Par contre, la Police nationale ne peut tout faire non
ale d'Haiti, qui plus de son c6t6.
en exercice ; Sinon, interroge l'intervenant, pourquoi avons-nous
ration d'une la Minustah (la force onusienne de maintien de la paix) ?
dans le rapport Faites partir aujourd'hui la Minustah, et des groupes
remis le mois arms vont surgir de partout.
Or unjour les casques bleus devront partir.
te, historien et Pendant tout ce temps, nous restons a ergoter. La
qui a t charge commission pr6sidentielle semble 6tre arrive a un certain
consensus autour de la n6cessit6 pour la creation d'une
que Georges nouvelle force publique. Mais maintenant on se bat sur la
que c'est son denomination a lui donner : Forces armies d'Haiti, comme le
pro-militariste, maintient l'actuelle Constitution ... ou un autre nom.
victime de la C'est le moment pour nous de rappeler qu'il ne s'agit
it de Baby Doc pas seulement du nom mais aussi de la nature de la nouvelle
e sur les droits force publique.
a l'auditorium Sera-t-elle a l'image des carabinieri italiens ou de la
Jean Bosco. gendarmerie francaise ou chilienne ... ou d'une arm6e bitie
ue l'historien sur le module am6ricain ou comme chez nos voisins
appendice des dominicains, etc ?
icainde 1915. Toujours est-il que
dance d'Haiti, Georges Michel s'inquiete
lertibres le 18 surtout que si rien n'est fait, et
t Domingue et que la Minustah se trouve dans
re envoyde par l'obligation de partir (c'est une
te colonie en force qui coite cher et nous A V I R E
s de Toussaint sommes en pleine crise
6conomique mondiale), ehbien,
enl915parles les groupes arms auront t6t Asanble Komisy
fait de surgir de partout et de
(1915-1934). monter a l'assaut du palais bidje pwovizwa p
tune nouvelle national pour comme les
politiques, les Talibans l'ont fait en piblik pou yo pI
Afghanistan s'emparer du
l e president a chef de l'Etat et lui trancher la TAKS YO pral fet
renvers6 trois tate (nous citons verbatim).
(30 septembre Mais surtout notre Jedi 1
par une force intervenant, trls chatouilleux au
inBillClinton, chapitre de la souverainet6
s des Marines. nationale, voit avec d6sespoir
que la devise une troisibme intervention 111 N
r* la loi. militaire se profiler a l'horizon
d'Haiti (PNH) Sal
Et nous en aurons t6S
t pas question responsables plus que jamais
star de celles pour avoir perdu tout notre
temps aujourd'hui en


force publique

discussions oiseuses, enbavardages inutiles, en magouillages
sans grandeur ...
Car les vraies causes produisent les memes effets,
rappelle Georges Michel. Et poursuit l'historien et constituant
de 1987, ceux qui ne peuvent se rappeler le pass sont
condamnds a le rdp6ter ad vitam ...
A c6t6 de la s6curit6, la souverainet6 nationale a
6galement &te un theme dominant de la conference du week-
end dernier a Santo-Domingo.
Pas 6tonnant alors d'entendre notre intervenant
insister que < la s6curit6 est une fonction r6galienne de 1'Etat,
elle ne se n6gocie pas. >
Georges Michel pencherait plut6t pour conserver la
denomination de < Forces Armees d'Haiti. > N'est-elle pas d6jh
dans la Constitution ?
Rappelons cependant que la Constitution est dans
un processus qui doit conduire a son remaniement et que
justement la question de la force publique fera l'objet d'un de
ces amendements. Done on ne peut encore savoir quel nom
sera retenu car 1'6pithete devra correspondre a la formule qui
aura &t6 finalement choisie.
(FORCE PUBLIQUE /p. 14)



MIAMI-DADE


'INYON SOU BIDJE

,one Konte Miami-Dade te adopte yon

)ou Ane Fiskal 2009-10 la. Yon reyinyon

ran DESIZYON FINAL sou bidje-a AK

t

7 Septanm 2009 a 5:01 PM

nan

1W First Street, Dezyem Etaj

Reyinyon Komisyon Konte

Miami, Florid


MIAM I-ADEm



AF 2009-10 KONTE MIAMI-DADE

REZIME BIDJt


REVNI
Rep6te
Enpo Lokatif
Enpo DivAs
Lisans ak P6mi
Entegouvbnmantal Revni
Fri pou Sevis yo
Amann ak F6fi
Dtvs
Dives
Entdeparnaantl Tfansft
Reset Firansman

Revni Total

DEPANS
Elaborasyon Politik
Sekirite Piblik
Transpotasyon
Rekreyasyon ak Kilti
Katye ak UMSA
Svis Sosyal ak Sante
Devlopnan Ekonomik
Estrateji Fasiitb
S~is Det
RezvD

Depans Total


FON JENERAL
TOUT KONTE A

20,634,000
1,020,963,000
51,106,000
5,137.000
92,382 000
3,334,000
0
49,029,000
35,782,000
0


SEVIS MINISIPAL
Z7N KI PA
ENKOPORE YO


679,000
130,187,000
163,001,000
2,214,000
106,286,000
1,102,000
0
16,156,000
14,616,000
0


DISTRIK
PONPYE


25,921,000
274,371,000
0
9 000,000
2,921,000
26,225,000
0
2 746,000
22,881,000
$0


SYSTEM
1BBLIYOTEK

66,374,000
73,470,000

$0
so
1.000,000
so
869,000
596,000

$0


BIDAJ
OTO-SIFIZAN

1,188,026,000
65,419,000
407,670,000
60,227.000
676,144.000
3,159,019,000
39,112,000
455,219,000
449,768.000
12.939.000


KDNSTRIKSYON
KAPITAL
ENPOTAN


1,119,147,000
0
6,512,000
20,765,000
357,657,000
36,818,000
100,000
71,811,000
174.775,000
1,771,679,000


TOTAL


2,420 781,000
1,564,410,000
628289,000
97.343.000
1,236 390,000
3,226,498,000
40 081,000
595,557 000
697,822,000
1.784,618,000


1:278,367,000434,241,000 364,065,000 142,309,000 6,513,543,000 3,559,264,000 12,291,789.000


31,571,000 12,895,000 0 0 0 0 44.466,000
572,249,000 326,872,000 356,783,000 0 129,213,000 164,038,000 1,549,155,000
148,441,000 0 0 0 988,062,000 1,409,457.000 2,545,960,000
46,697,000 13,412,000 0 64,430,000 246,878.000 231.483.000 602,900.000
28.380.000 16,548.000 0 0 1,282077.000 824,669.000 2,151,674,000
211,200,000 0 0 0 2,327,944,000 226,235,000 2,765,379,000
51,865,000 882,000 0 0 221,986,000 46,997,000 321,730,000
162,932,000 41,331,000 0 0 432,503,000 575.552,000 1,212,318,000
367,000 11,152,000 6,424,000 1.829,000 626,980.000 46.073,000 692,825,000
24,665,000 11,149,000 &58,000 76,050, 00 257,900,000 34,760,000 405,382.000

1,278,367,000 434,241.000 364.065,000 142.309,000 6,513,543.00 3559264,000 12,91,789,000


a Tout revai yo ajiste jan sa neses dapre Chapit 129 01(2)(b) Lw Flond yo
b Enkil kont reztv ak restlksyon yo. tankou sa ki ~oU e~gjaint kont reztve poutt d6t


Tout Konte
4,8379
222,141,187,140


Zdn
Pa Enk6pore
2,0083
68,236,064,758


Poapye ak Sekou
2 1851
132,173.049,648


Bibiystek
0,3822
202,344,136,887


Det Vote
Tout Konte
0,2850
222,141.187,140


Det Vote
'Ponpye ak Sekou
0.0420
132,173.049.648


" Re i Det Taks Vole Ponpye ak Sekou enki nan Liy Didje CloSifiz n Enpo Lokatifla an cnm ak ODeVte pou TwTo Konte an,
Kopp Bidj6 Pwopoze an disponib dv land a vandredl de 8:00 A.M. a 5:00 P.M Nan bwo Jesyon Estraji1 Bznls K~ont Miami-Dade la [Mlam-Dade County O ce Strategic Busines
Management], 111 N.W. 1 Street. 22ym Etaj ak nan tout bibliyolk Sistim Bibiyok Miami-Dade nan le douv e ndrmal yo.


Page 7


milaj
Rejis Taks





Mercredi 14 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 34


L'eveque de Jeremie,



Mgr Willy Romelus, prend sa retraite

(extraits d'un texte de / 'ex-sinateur Dr Gerald Gilles)


En apprenant le 7 aoft dernier, la nouvelle du depart
de son Excellence Monseigneur Willy Rom6lus a la tate du
diocese de Jer6mie, spontandment le devoir de m6moire m'a
interpell6. Fru de l'histoire de mon Pays ; Jer6mien attache
mon patelin natal ; Grand'Anselais, soucieux de l'avancement
et surtout du d6senclavement de mon D6partement; fils trbs
attache a la m6moire de mon feu Pbre Maitre G6rard Gilles qui
fut un fervent admirateur de ce Grand Haytien
qu'est le Rev6rend Willy Rom6lus ; tout cela
concourt a me pousser a lui rendre un
hommage bien m6rit6 et surtout en tant
qu'ancien S6nateur, issu de ce DDpartement,
je me permets d'exprimer a son 6gard les
sentiments de profonde reconnaissance de la
population grand'anselaise pour le travail
accompli en faveur de son d6veloppement et
de son emancipation, depuis son sacerdoce
en tant que pretre a Latiboliere, locality situde
a 9 km de Jer6mie, jusqu'h ses 32 ans
d'Episcopat.

Le Pretre Willy Rom6lus, un 26 avril
1977 vient d'etre choisi parLe Pape Paul VI et
le Gouvemement Haytien pour remplacer le
d6funt 6veque Peters. Et le 26 juin 1977, la
ville de Jer6mie, dans une euphorie g6ndrale,
une veritable liesse, c6dlbrait en grande pompe
la consecration du pretre bAtisseur de
Latiboliere, devenu Ev6que par la grice de
Dieu et de sa bonne reputation
d'administrateur et de fiddle Serviteur du
Christ J6sus.
Son discours d'intronisation, que
jalousement gardait dans sa bibliothbque mon
feu Pere, traduisait la conviction profonde
d'un Homme, p6tri d'humanisme, croyant en
une Eglise Catholique, activement et
concretement engagee dans ce processus
d'option pr6f6rentielle pour les pauvres, une
Eglise soucieuse tant du bien-6tre spirituel que
materiel de ses fiddles. Une Eglise adapt6e aux
exigences du milieu social que religieux,
recherchant cet 6quilibre harmonieux entre le
spirituel et le temporel, admettant cette
correlation profonde et oblige entre l'esprit
et les bases existentielles. Une Eglise appel6e
a d6clencher un remous qui dissout le suranne
pour ensemencer l'innovation commander par
le present et d6tentrice des lendemains
florissants et a concilier la satisfaction des
requisitions du Corps et celle des requates de
l'Ame. Un discours dont il va suivre les moindres aspects
durant son long sacerdoce. D'ailleurs la vie du Pretre de
Latiboliere 6tait d6ji en conformity avec cette vision sociale,
humaine et progressiste du Nouvel Ev6que Rom6lus.
Savourons-en un extrait : o Laprddication dont
parle le Christ est parole, exemple et action. Proclamer la
parole serait vain aujourd'hui et n'apporterait pas le
changement ddsird, si l'apbtre n'appuyait pas ses dires de
faits concrets, ceux-ci itant en effetplus aptes que ceux-ld
pour la transformation recherche. Prdcher l'vangile donc,
ce n 'est plus parler d'un Dieu abstrait, c'est montrer que
Dieu est 1d, vivant, present et qu'il agit en tout et en tous,
partout et toujours. II est celui qui est. Pr&cher l'Evangile,
ce n 'estplus dresser un catalogue de vices ou mdme de vertus,
c'est aussi et surtout parler du Dieu d'amour, c'est porter
Dieu au monde et le monde A Dieu, c'est travailler pour
atteindre l'homme dans son intigralitd.
Mgr Rom6lus poursuit pour loin: L'dveque
s'efforcera done deproduire tous les traits du Christ. Comme
le Christ et A la suite du Christ, iljettera un regard de bonte
sur cettefoule immense qui accourtpour entendre laparole,
mais qui aufond dans toute sapatience et sa bonne volontd,
ressent tant de besoins a satisfaire. Oui, il sentira partir de
son caeur ce cri angoissant: o J'aipitid de cettefoule o. Et
le Christ n'a pas seulement lance ce cri, il a agi. II s'est
attaqud a tous lesproblkmes confronts par cette masse qui
criait comme des brebis sans pasteur : lafaim, la soif les
maladies, l'ignorance, la misbre, sous toutes sesformes. Le


Christ itait mf par l'amour, un amour disintdressi qui
n'envisageaitpas le bien des autres... Nous tous qui avons
une certaine responsabilitd, c'est cet amour qui doit &tre le
mobile de notre action. o
Ah oui, de cet amour d6sint6ress6 auquel se r6fere
Martin Luther King, un amour puissant que ce Grand Pasteur
noir am6ricain appelle l'Agape, utilisant un mot grec qui


L 'ex-dveque de Jerdmie (Grande Anse), Mgr Willy Romdlus
d6signe l'amour qui donne, qui regarde l'autre pour ce qu'il
est, et non pour ce qu'il peut vous apporter. Selon ses propres
mots, "It is an overflowing love which ispurely spontaneous,
unmotivated, groundless, and creative. It is not set in motion
by any quality or function of its object. It is the love of God
operating in the human heart." Le sacerdoce du pretre de
Latiboliere, homme anim6 de cet amour, p6tri de cet humanisme,
6tait rdellement en conformity avec cette vision de l'amour
christique. Plus loin, des exemples concrets, tires de son (Euvre,
seront cit6s pour corroborer la puissance de cet amour
d6bordant, spontand, sans fondement exact et surtout cr6atif.

La presse j6r6mienne, ce jour-l1, ne ratait pas
l'occasion de relayer ce sacre dans tous ses aspects, religieux
et festifs. D'ailleurs, grice a la gentillesse de ce congenbre de
la Grand'Anse, le Directeur de Radio Tropic FM, l'inestimable
Guy Jean, qui voue ce mcme respect, cette meme sympathie a
Monseigneur Rom6lus, j'ai pu obtenir un num6ro de 1'Assotor,
journal 6crit de la ville, en ce temps 1a. Ce fut vraiment une
belle fete. Des fleurs qui embaumaient la Cath6drale Saint-
Louis, a celles semees sur tout le parcours du Pr6lat,
nouvellement consacrd, en presence de l'Archeveque de Port-
au-Prince d'alors, Monseigneur Franqois Wolf Ligond&. Enfant,
je me souviens de cette grande liesse, de cet 6moi, de cet
espoir suscit6 par ce choix. Je revois monbien-aim6 Pere, tout
6mu par la simplicity voire meme la sobri6td, fr6lant la timidity
du nouvel eveque, mon Pbre qui nous raconte cette c6r6monie
et surtout les paroles fortes de ce Discours d'un Homme,


refusant de faire all6geance a un pouvoir obscur et tyrannique.
Enfin une semence d'espoir dont les fruits ont tenu la promesse
des fleurs. Pas de ces espoirs vains, mensongers et ingrats
qui assechent le cceur, et qui poussent a la rdvolte 16gitime.
Suivez mon regard.

Une Eglise Catholique engage sous le leadership
de Monseigneur Willy Romelus, l'Evvque-
courage, 1'Eveque-martyr....
Ev6que, l'homme est rest 6gal a
lui-meme, en ces moments noirs de la vie
sociale et politique des anndes 70, ces moments
oi9 l'on parlait par signes pour r6p6ter ce poete.
Eveque, il entendait poursuivre sa mission
d'Evang6lisation et de Civilisation, initide a
Latiboliere en tant que Pretre. II a pleinement
conscience que l'Evang6lisation ne saurait 6tre
une entreprise isolde, couple de son contexte
social, 6conomique voire meme politique et
r6gie par des dogmes preetablis, cadenass6s
et inamovibles. Et la nouvelle Eglise
Catholique Haytienne, avec Messeigneurs
Franqois Gayot et Willy Rom6lus avaient
compris que 1'Evang6lisation doit s'adapter
aux r6alit6s douloureuses du milieu et qu'elle
avait pour mission d'affronter ses
contingences et de pousser les hommes a
r6aliser cette harmonisation du spirituel et du
temporel en les responsabilisant face a leur
avenir en vue d'un lendemain prospere et
6mancipateur, des < hommes qui doivent
devenir acteurs de leur destin >. Meme si Mgr
Gayot, plus loin, finira par prendre ses
distances avec ce vaste mouvement
revendicatif national et adoptera une position
plut6t conservatrice.
Debut des anndes 80, la dictature
duvalierienne fait rage, n'arrivant pas a
s'adapter aux nouvelles donnes
internationals, ax6es sur le respect des droits
fondamentaux de l'homme et le droit a
1'6mancipation des peuples. Monseigneur
Willy Rom6lus 6vang6lise son peuple. Le
mobilise contre la dictature. Le civilise. Le
Concile des Jeunes r6alis6 a Jir6mie rassemble
lesjeunes de tous les d6partements autour du
charisme de l'Ev6que. Le mot d'ordre est lanc6.
Legliz se nou, nou se legliz. Veritable
communion entre le berger et son troupeau.
La fin approche. 1982, l'annde de tous les
espoirs. Les Sbires du Pouvoir menacent la
vie de l'Ev6que. Des cagoulards seraient venus de Port-au-
Prince, envoys par un certain Roger Lafontant, attenter a sa
vie. Un grand mouvement de solidarity s'organise autour de
lui. Mais, il n'a pas peur. Il n'ajamais peur. Mais ne cherche
pas le martyr.. II prie et veille sur le troupeau.
Le Pape-pblerin Jean Paul II annonce sa visite en
Hayti. La mobilisation se renforce encore plus autour de cette
visite. Jeune adolescent, je me souviens de ce grand
rassemblement organism a l'Ecole Saint Jean l'Evang6liste, a
Turgeau, (P-AP), oi l'Ev6que Willy Rom6lus suscitait tant
d'enthousiasme et galvanisait les espoirs d'un changement
profond. Je me tenais au deuxibme 6tage quand il fit son
apparition sur le podium construit en la circonstance. Tout de
gris vetu, mince, svelte, il livrait son bref message d'amour a
cette foule immense, compose en majority dejeunes assoifffs
de changement et d6terminds a en finir avec cette dictature
sterile, improductive et obscurantiste. La c6r6monie, une fois
achev6e, s'est transform6e spontandment en une marche
pacifique au son de l'Ave Maria, tout au long de l'Avenue
Jean Paul II(Turgeau). Des arrestations et bastonnades s'en
suivirent mais ce ne fut que le d6but de la fin.
Puis vinrent le Pape et son fameux cri en faveur
du changement. L'Eglise, de plus en plus d6terminde a remplir
son r6le civilisateur, continue son travail de forgeuse d'une
nouvelle conscience nationale. 1985, Jean Robert Cius,
Makenson Michel, Daniel Ismael tombent aux Gonalves. La
Fin approche, le monstre se fait encore plus m6chant. II perd
son calme. Monseigneur Willy Rom6lus n'h6site pas a
traverser Port-au-Prince pour se rendre aux fundrailles de ces
jeunes. Gonaives est en 6bullition. Hayti pleure ces enfants
fauch6s par les balles assassines des sbires du Pouvoir.

7 f6vrier 1986, Duvalier quitte le pouvoir. L'Eglise
est reconnue comme le veritable fer de lance de ce mouvement
lib6rateur. Mais l'Eglise s'est arrt6e en route. La Hidrarchie
Catholique a pris peur et se r6tracte face a la dimension du
travail qui l'attend de conduire le troupeau vers la terre promise.
Mais Mgr Willy Rom6lus, lui, continue son travail
d'6mancipation. Les Bases de l'Eglise, groupies en TI LEGLIZ
s'activent contre le regime successeur a Duvalier qui voulait
perp6tuer un Duvalier sans Duvalier. L'Ev6que-Courage lance
son mot d'ordre de rache manyok. Le Peuple le suit mais dchoue
momentandment face aux int6rets puissants d'une
Communaut6 Internationale et d'une Elite locale d6termindes
a r6cuperer ce mouvement populaire trop progressiste et
(MGRROMELUS/p. 10)


Page 8


WCALLDIHEK

your global connection

www.calldirek.com / 1-866-673-4735


I





Mercredi 14 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 34


Malraux en Haiti


Page 9


Le Point.fr, le 7 septembre 2009 Bien stir, parler de par le vaudou. Cette dernibre tape fut capitale, au point que
Malraux et des arts, c'est d'abord 6voquer l'Asie. Mais son l'auteur de L 'Intemporelremplacale dernier chapitre sur Goya
dernier voyage artistique fut pour Haiti. Une rencontre avec la par celui qu'il souhaitait consacrer a ces artistes haitiens : "En
peinture vaudoue racont6e au
mus6e du Montparnasse
jusqu'au 19 novembre.
Ce fut le dernier
voyage de Malraux.
Impossible de disparaitre (il se
savait malade) avant de voir
cette terre dont il avait
d6couvert la prodigieuse
vitality artistique au festival
des Arts negres de Dakar en
1966. Suivi par la camera de
Jean-Marie Drot, qui propose
aujourd'hui cette exposition,
Malraux va, fin 1975, a la
rencontre des peintres de la
communaut6 de Saint-Soleil a
Soissons-la-Montagne, petit
village au-dessus de la capitale
haitienne de Port-au-Prince,
coeur d'une peinture habit6e Peinture de Edouard Duval-Carrier


Baint


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"




"Yanvalou pour Charlie", de Lyonel Trouillot et "L'Enigme

du retour", de Dany Laferriere : enfants de Port-au-Prince


art, il n'y a pas de hi6rarchie", disait-il. En voici les preuves
rassembl6es dans l'6crin du si joli mus6e du Montparnasse,
avec Louisane Saint-Fleurant en majesty, i d6couvrir au milieu
d'oeuvres post6rieures h celles
que Malraux apu admirer, mais
bien intemporelles : sculptures
de Lionel Saint-Eloi, tableaux
d'tdouard Duval-Carrid. Ilfaut
se laisser porter, tout juste
guid6 par des repbres
chronologiques de l'histoire
haitienne que balisent les toiles
des artistes. Pour aller plus loin,
le catalogue et surtout le film
de ce dernier voyage, 6dit6 en
DVD dans la sdrie du "Journal
de voyage i la recherche des
arts du monde entief" et projet6
dans l'exposition, attendent le
curieux.
Jusqu'au 19
novembre. Musde du
Montparnasse.
01.42.22.91.96


LE MONDE DES LIVRES, 10 sept 2009 Pauvre Haiti
Vingt-trois ans aprbs la chute de B6b6 Doc et de ses sinistres
tontons macoutes, cette rdpublique des Antilles, maudite des
dieux, baigne encore dans la violence, l'injustice et la
corruption. Mais on y vit avec plus d'intensit6 qu'ailleurs,
comme si la mort, survenant trop t6t, donnait aux humains un
surcroit d'6nergie. "Laflamme estplus vive quandson temps
pour broiler estplus bref", 6crit Dany Laferribre dans un livre
criant de v6rit6. Au point qu'on se demande si la mention
"roman" m6rite de figurer sur la couverture... La question ne
se pose pas pour son compatriote Lyonel Trouillot: Yanvalou
pour Charlie est bel et bien une oeuvre de fiction. On dirait
cependant que les deux grands 6crivains haitiens se sont
donnd le mot pour raconter, chacun i sa manibre, un retour au
pays de l'enfance.
En 1976, apres l'assassinat d'un de ses amis, Dany
Laferribre avait quitt6 Haiti pour s'6tablir a Montr6al. C'est la
mort de son pbre un grand resistant au regime des Duvalier,
lui-m6me exild New York qui l'ambne a reprendre le chemin
de Port-au-Prince. Trente-trois ans sont passes. Comment
retrouve-t-on la trace de ses pas trente-trois ans aprbs ? "Le
dictateurm 'avaitjetd a laporte de mon pays. Poury retourner,
je passe par lafenetre du roman ", 6crit l'auteur de L 'Enigme
du retour
MathurinD. Saint-Fort, lui, n'ajamais quitt6 Haiti. Le
personnage principal de Yanvalou pour Charlie, le roman de
Lyonel Trouillot, avait seulement abandonn6 son village natal
et tire un trait sur son enfance, pour devenir avocat d'affaires
a Port-au-Prince. "J'ai choisi de perdre la memoire ", constate
cet amndsique volontaire. Jusqu'aujour... "Jusqu 'aujour oil
Charlie s'estpresente au cabinet pourfoutre le bordel dans
ma vie, riveiller les morts et les mauvais sentiments. "Qui est
cet orphelin en cavale, ce souillon, qui fait irruption dans sa
vie ? Pourquoi l'appelle-t-il "Dieutor", r6v6lant le sens d'une
initiale qui se cachait entre nom et pr6nom ? Tout l'6difice
construit par Mathurin-Dieutor pour "ne plusjamais saigner
du coeur" s'6croule. Charlie l'emmbnera trbs loin, beaucoup
plus loin qu'il ne l'imagine...
Lyonel Trouillot ne va jamais a la ligne : chaque
chapitre n'est constitu6 que d'un seul paragraphe. Mais le
lecteur n'a pas le temps de s'interroger sur cette presentation
r6barbative. Des la premiere page, le texte coule de source, et
l'on se laisse emporter par les r6cits des narrateurs successifs.
Ecrivain sans concession, Lyonel Trouillot est connu
pour ses engagements politiques et sociaux a Haiti. Ses
personnages incarnent la duality d'une soci&te profond6ment
malade. A Port-au-Prince, les riches se sont r6fugids sur les


hauteurs, tandis que la majority de la population v6dgte dans
la boue des bidonvilles, au milieu de trafics en tous genres et
de meurtres quotidiens. C'est dans cet enfer que vit unejeune
femme bouleversante, la soeur de Charlie, a moins qu'il ne
s'agisse de sa mbre...
Dany Laferribre a choisi un tout autre registre.
L'6motion, chez lui, nait d'observations saisissantes. Revenu
a Haiti, l'auteur-narrateur note sur son carnet noir "tout ce qui
bouge",jusqu'au moindre mouvement d'insecte. Des passages
entiers de son livre sont des poemes en prose. Le simple fait
de couper une phrase aux bons endroits lui donne une force
6tonnante :
"Du balcon de l'h6tel( Je regarde Port-au-
Prince(Au bord de l'explosion(Le long de cette mer
turquoise.(Au loin, 1'le de La Gendve(Comme un lIzard au
soleil. "(On lui pr6sente un neveu, qui s'appelle Dany :("On
ne savait pas si tu allais((revenir, me dit ma soeur. (Celui qui
va en exil perd sa place.) "
L'exil6 ne reconnait plus sa ville natale. Il ne se
reconnait plus lui-meme, sans comprendre cette transformation
qui s'est faite a son insu :
"L 'exil du temps est
plus((impitoyable(que celui
de 1 'espace. (Mon enfance me
manque plus 4ea
cruellement(que mon pays. "
Dany Laferrire avait
fait une entree tonitruante en
litt6rature avec Comment
faire l'amour avec un negre
(VLB 6diteur, 1985, et J'ai lu,
1990). Son dernier roman
portait 6galement un titre P
choc, qui ressemblait a un
manifeste : Je suis un ecrivain
japonais (Grasset, 2008). Ici,
au contraire, il s'affirme
visc6ralement haitien. Avec N
lui, nous quittons Port-au- s -c-lia
Prince a bord d'une grosse
Buick pretee par un notable Cago O Bl,
pour d6couvrir le pays rof prk
profond, le village natal de per, n Prou
son pare. Un pare qui avait xploaft Tutes
rompu depuis longtemps d
avec femme et enfants et qui POUR
--POUR s08 o -ERA

Slodie 1-800 -
-ltU^B103.3 fm
m R ou azwfycz nous


a &t6 enterr6 a New York.
"Mon pere est revenu(A son village natal.(Je l'ai
ramene. (Pas le corps que la glace(brilerajusqu 'a 1 'os. (Mais
l'esprit qui lui a permis(de faire face(a la plus haute
solitude. "
Par petites touches, Denis Laferriere red6couvre son
pays, et nous permet de le d6couvrir, dans une explosion de
couleurs, d'odeurs et de saveurs tropicales. Il y est question
d'une g6ndration d'6clop6s, de tueurs a moto, de femmes en
deuil sans 6tre veuves, mais aussi d'hommes qui se prennent
pour des dieux, de notables qui s'expriment en grec dans un
cimetibre, d'un peintre au torse nu assis sous un bananier, de
robes aux couleurs vives que soulve le vieux vent caraibe, et
de bien d'autres choses encore... Superbe !

YANVALOU POUR CHARLIE de Lyonel Trouillot.
Actes Sud, 176 p., 18 .
L'ENIGME DU RETOUR de Dany Laferriere. Grasset,
302 p., 18.
Robert Sold


IONS DE CARGO, APPELEZ

127-6059
maiL a -sa-


I dan m e iaa Pal


opyrighted Material





Mercredi 14 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 34


L'Universite d'Etat d'Haiti :A la croisee des chemins


Par Fritz deshommes
Oi en est l'Universit6 d'Etat d'Haiti en 2009? Dans
ses relations avec l'Etat? Au niveau des ressources mises a sa
disposition ? Au niveau de la reconnaissance de son statut
constitutionnel ? Ou mnme de la reconnaissance de son
existence comme organe de l'Etat?
Apres le calvaire v6cu en plusieurs stations (crises
de 2002 et 2003) et l'avenement d'un << nouveau regime >, on
croyait que l'Yre du changement allait naitre. Que les relations
entre l'Etat et son university allaient pouvoir enfin se
normaliser. Que 1'UEH allait rdunir les conditions de son
d6collage.
La v6rit6 est que 1'UEH lutte encore pour sa survie.
Les gouvernements viennent, passent et se ressemblent
6trangement : gouvemement de transition, gouvernement
d'ouverture, gouvemement de coalition ou, pour parler comme
leur concepteur, gouvemement de << deuxieme mi-temps >>,
gouvemement dodomeya, gouvemement jamais dodo.

Relations avec 'Etat
Ce ne sont pas les propositions qui ont manqud.
De6j le memorandum d'aoft 2002 du Conseil de l'UEH en avait
6mis tout un paquet dans la perspective d'une sortie de crise
et de l'instauration de relations plus harmonieuses.
Rappelons-en les points saillants :
r6tablissement de la normality institutionnelle;
reprise du processus electoral;
relance des travaux de la Commission de Reforme;
formation d'une Commission Mixte MENJS-UEH;
formation d'une Commission Mixte UEH-
Gouvemement;
elaboration d'une loi-cadre sur les institutions
ind6pendantes.
A part le rdtablissement de la normality
institutionnelle, le gouvemement n'a pas &t6 tres actif dans la
r6alisation d'autres points relevant de sa competence. On sait
qu'il a &te oblige de dissoudre la Commission Tardieu et de
permettre le retour du Conseil Ex6cutif 16gitime dans ses
fonctions (d6cembre 2002). Le Conseil de l'Universit6 a d6jh
r6alise les elections pour le renouvellement du Conseil Ex6cutif
(octobre 2003 et d6cembre 2007).
En ce qui a trait a la relance des travaux de la
Commission de Rforme, le Conseil de l'Universit6 a- aprls, il
est vrai, un long temps d'attente lid a des problkmes internes
- depuis un an (avril 2008) mis sur pied cette Commission.
Jusqu'au moment oi nous 6crivons ces lignes, elle n'a pas
encore &t6 intronisde, faute des moyens ad6quats de
fonctionnement. II faut rappeler qu'il revient au MENJS de
fournir ces moyens, selon les Dispositions Transitoires. Le
Conseil Ex6cutif a frapp6 en diverses occasions a diverses
portes de l'Ex6cutif, dont le MENFP, ci-devant MENJS, la
Pr6sidence de la RWpublique, le Bureau du Premier Ministre, le


Budget de la R6publique. Jusqu'h present les d6marches sont
encore vaines.
La Commission Mixte UEH-MENJS? Les d6marches
de 1'UEH en ce sens n'ont pas manqud. La premiere fois, sous
le minister de Madame Marie-Carmelle Austin. L'id6e semblait
devoir faire son chemin. Mais se rappelle-t-on que lorsque le
Recteur et le Vice-recteur aux Affaires Acad6miques avaient
&te appeals pour aller porter secours aux 6tudiants de la FASCH
le 5 d6cembre 2003, ils 6taient au bureau du ministre de
l'Education Nationale en train de n6gocier ce qui pourrait atre
un partenariat entre les deux institutions*? La crise nde des
agressions contre les dirigeants de l'Universit6 allait emporter
le gouvemement et le Ministre.
La deuxieme fois oi cette commission a failli voir le
jour nous ramane au Ministere de M. Gabriel Bien-Aim6. En
mars 2008, le principe avait &te admis et il fallait indiquer des
noms. Survinrent avril 2008, les 6meutes de la faim, le
renversement du gouvernement et la crise politique que l'on
connait...
La Commission Mixte UEH-Gouvernement a eu
pratiquement le meme sort. La plupart des premiers ministres,
notamment Yvon Neptune, G6rard Latortue, Jacques-Edouard
Alexis ont paru acquiescer a l'id6e.
A l'occasion d'une visite de courtoisie du Conseil
Ex6cutif fraichement install en novembre 2003 au premier
ministre Yvon Neptune, la question est 6voqu6e et le premier
ministre r6agitfavorablement. Mais c'6tait quelquesjours avant
le 5 d6cembre 2003 ...
Avec le Premier Ministre G6rard Latortue, les relations
s'annoncaient tres cordiales, voire idylliques. Ancien secr6taire
g6ndral de 1'UNICA, M. Latortue aimait a se consid6rer comme
un universitaire. A l'6poque, I'UEH 6tait encore aurdolde de
sa participation au mouvement ayant conduit a la chute de
<< l'ancien regime et de sa presence au Conseil des Sages.
DMs les premiers moments de sa designation par le Conseil
des Sages et avant meme la formation du gouvemement, le
premier ministre recoit une d6l1gation de 1'UEH (mars 2004).
Le principe de la Commission Mixte est admis sans difficult&.
I1 sera confirm a l'occasion d'une session sp6ciale (d'une
dur6e de quatre heures) du Conseil de l'Universit6 qui recevait
au Rectorat le premier ministre (avril 2004). La question
reviendra sur le tapis enjuin 2004 lors d'une visite du Conseil
Ex6cutif a la Primature.
Mais avec le premier ministre Latortue, il s'est
pass quelque chose de bizarre qui demeure encore une 6nigme
pour l'auteur de ces lignes. Nous prenons occasion de ce
travail pour rendre un t6moignage a ce sujet. On comprendra
alors pourquoi il n'y a pas eu de suite.
Appelk en novembre 2004 par le premier ministre
Gerard Latortue a se prononcer sur l'opportunit6 de la creation
d'un Secr6tariat d'Etat a l'Enseignement Sup6rieur, le Conseil
Ex6cutif recommandait une approche institutionnelle. II disait


en substance au premier ministre que l'id6e en soi n'6tait pas
mauvaise mais pourrait 6tre la source de conflits si les
clarifications n6cessaires n'6taient pas faites. Les esprits
6taient encore surchauffis et certaines tetes encore grosses
de << leur > victoire. Pour y rem6dier, il importait d'abord de
d6finir le contenu du statut d'ind6pendance de 1'UEH et de
determiner la nature des relations entre ce Secr6tariat d'Etat et
l'UEH qui d6tient constitutionnellement certaines
responsabilit6s en matiere de regulation de l'enseignement
sup6rieur. La publication d'une loi-cadre sur les institutions
ind6pendantes et l'explicitation du r6le de 1'UEH dans
l'accr6ditation des universities priv6es aideraient largement a
s'entirer.
Voilh en substance la reaction du Conseil Ex6cutif
a la proposition du Premier Ministre Latortue. Par ailleurs,
a l'6poque, << l'Op6ration Bagdad > venait d'etre d6clench6e
et les interlocuteurs du Premier ministre avaient a cceur de lui
6viter des faux pas, d'autres sources de conflits et de
malentendus inutiles.
D'autres points seront abord6s lors de la rencontre
qui se termine dans une grande cordiality.
Grande sera la surprise des participants a cette
rencontre lorsque quelques jours plus tard le premier ministre
prendra la presse a t6moins de ses d6boires avec 1'UEH. II
s'est heurt6 a un mur, dira-t-il. Sa plus grande deception. Le
regret de ne pas pouvoir mettre sur pied ce Secr6tariat d'Etat
a l'Enseignement Sup6rieur. Par la faute des dirigeants de
1'UEH. Mais il promet d'y revenir assur6ment.
Le Conseil Ex6cutif ne comprend pas. II avait
exprim6 ses apprehensions. I1 craignait des conflits. II avait
r6agi avec honnetet6 sur un dossier pour lequel on voulait
son point de vue. I1 ne s'6tait pas absolument oppose a la
perspective de ce secretariat d'Etat. II lui avait meme trouv6 du
bon. Au fait il en avait profit pour faire avancer deux points
contenus dans le memorandum d'Aout 2002. La
n6cessit6 d'une loi-cadre sur les institutions ind6pendantes.
La n6cessit6 que le MENJS et 1'UEH se mettent ensemble pour
laborer un protocole se rapportant aux modalit6s
d'accr6ditation des universities et Ecoles Sup6rieures Priv6es,
chacun en fonction de ses prerogatives constitutionnelles.
Soyons s6rieux. Le Conseil Ex6cutif n'a aucun pouvoir
d'empecher le Premier Ministre de nommer un secr6taire d'Etat
ou de crder un secretariat d'Etat. On n'avait pas compris la
sortie du Premier Ministre.
Le plus surprenant est qu'il continuera a le rdp6ter
tout au long de son mandat. Et meme, au moment de presenter
son bilan quelques jours avant de quitter d6finitivement son
poste, lorsqu'unjoumaliste lui demande les points n6gatifs
de son gouvemement, il n'h6site pas a citer ce << mur > de
Conseil Ex6cutif de 1'UEH eu 6gard a son projet de Secr6tariat
d'Etat a l'Enseignement Sup6rieur.
(ASUIVRE)


Page 10





Mercredi 14 Septembre 2009
HaitienMarche *VolXXIII N34


* Le Saut du Barril L-
* Le Palais de Sudre Telephones: 566-5361
Dartiguenave a Anse a 401-7108 / 514-0304
Veau lemanoloinn@mac.com
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17e"e Internet disponible
siecle .. pour les clients
[


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408





Parents, vous qul rvez d'un avenir metleur pour vos enfants,
confiez les au CMP
ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAMMES

UCENCE EN:
Maorkeng :4 ar
Science Comptle :4 arn
G~dlson d Asalm :4ian
Sciences Infomiequ :4 ans
Malkaing MianaBment :2ans
S acrrilbunuq : 2 n
Ger inancee-Mawelng :I anou 2 ne
Comptabil inf amims : 1an
Ass Ametdk*inira V :lan
In" nneique cci court : 6 hourer 2na
ITEsaenrls(CISCO) :70horn
Prour loes InonL is pwpimentales:m
CMP,Deta 30
Tel.:2 513-831, 3 730-2485, 2 248-2299
EmaLer: ai nmaom Ea


KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673

Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Execution de Proj et
Economie et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
SGouvernance

Dipl6me en:
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, WI.

www. cfdehaiti. cor
Par courriel: Administration(i.CDFEHaiti.com
GBrunet(.CFDEHaiti. corn

Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575



VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


HACEPA
The Haitian American Center
for Economic and Public affairs
Togetherwith
ABICC -The Association of Bi-
National Chambers of Commerce
Cordially invite you to a
Business Mission to HAITI
Join us and discover the land of unique business
opportunities Ninety minutes flight from Miami
From Wednesday, November 4,2009
to Saturday, November 7,2009
Cost: $685.00
Includes: Airfare with American Airlines, 3 hotel
nights, ground transportation, transfers, and meetings
with the private and public sectors
Deadline for reservation and payment
October 10, 2009 (Limited space available)

Registration fee: $50 payable to HACEPA
For payment, please send a check to HACEPA
to the following address:
1970 N.W. 180 Street, Miami Gardens FL 33056
For further information, call:
J.C. Cantave to 305-623-1979
or by e-mail tojccantave @haititradecenter.com

Haiti is looking for investors and partners
in the following sectors: Communication -
Transportation Manufacturing Public Health Agro-
Business Infrastructure- Tourism Real Estate
Development- Trade


SANTE

Une pilule orgasmique pour relancer 1'appetit sexuel des femmes


Pour les 43% de femmes qui connaitraient des troubles
sexuels, la ddlivrance est peut-6tre proche. Une enquete publi6e
par le site Street Reporter rdvble que les laboratoires Boehringer
testent actuellement sur 5 000 patientes les effets d'un vritable
filtre d'amour chimique: la flibans6rine. Selon l'entreprise
pharmaceutique, il ne s'agit pas l1 d'un gadget stimulant
aphrodisiaque, mais bien d'un traitement de fond cens6
revigorer le d6sir d6clinant de ces dames.
Ce m6dicament, qui devrait 6tre commercialisde a
partir de 2011 sous le nom d'Ectris, a connu une histoire
similaire a celle de son homologue pour hommes, le Viagra. En
effet, c'est par hasard que le laboratoire a constat6 que ce
produit, initialement conqu comme un antid6presseur,
d6veloppait surtout l'app6tence sexuelle.
Mais la comparaison s'arrete Ia. La sexuality feminine
r6pondant a des ph6nombnes moins mecaniques, ce
m6dicament agit directement sur les neurones et sur la
s6rotonine, un acide amine qui influe sur l'humeur et le plaisir,


explique le site Street Reporter.
II n'existe actuellement qu'un seul autre traitement
f6minin des troubles sexuels, l'Intrisa, qui se pr6sente sous la
forme d'un patch agissant sur la testosterone. I1 n'est prescrit
qu'aux femmes m6nopaus6es ou ayant subi une ablation des
ovaires. Par contre de nombreuses contrefacons et autres
rembdes de charlatans en provenance de Chine ou d'Inde
circulent sur Internet, avertit le site d'information.
Avant meme d'etre commercialism, ce passeport
chimique pour le 7eme ciel, suscite la pol6mique. L'enquete de
Street Reporter rapporte les propos du docteur Waynberg,
sexologue: < chimique puisse atteindre (...) du d6sir puisque nous ne savons
rien de trbs pr6cis, () sur l'excitation 6rotique feminine. Par
contre des observations ont pu 6tre faites avec des produits
(...) qui peuvent avoir une action d6sinhibitrice. Mais ca veut
dire qu'on va transformer les femmes en poup6e gonflables.


Coordination Nationale de la Securite Alimentaire


Communique de presse
Le nombre de personnes estimdes en 6tat
d'ins6curit6 alimentaire en Haiti (1.9 millions) est rested stable
au cours du mois d'aofit 2009. Ces chiffres devraient
augmenter vers le mois de d6cembre prochain a cause
notamment des cyclones qui risquent de frapper le pays et
des deficits hydriques que pourrait occasionner le phenomene
climatique El Nino, qui se d6veloppe actuellement.
D'aprbs The International Research Institute for
Climate and Society (IRI), les pluies devraient 6tre d6ficitaires
au cours de la periode septembre-octobre. D'dventuels
cyclones pourraient aussi causer des degats importants au


cours de la periode septembre-novembre. Cette situation
pourrait avoir un effet ndfaste sur la disponibilit6 alimentaire
dans le pays, particulibrement dans le Nord-Ouest, le Nord-
Est et le Centre. Ces d6partements sont en effet les plus exposes
aux risques d'indisponibilit6 alimentaire (production locale
insuffisante, approvisionnement difficile des marches, aces
difficile,...). C'est ce que rdvblent des cartes de vulndrabilit6
multirisque l6abor6es conjointement par la Coordination
Nationale de la Securit6 Alimentaire (CNSA) et << Famine Early
Warning Systems Network > (FEWS NET), en collaboration
avec le Centre National d'Informations G6ospatiales, la
(CNSA/p. 13)


*


Page 11





Mercredi 14 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 34


< II ne peut avoir ni vraie liberty ni justice dans une
socidtd si l'dgalite n 'estpas rdelle.> Condorcet

Je rentrais dans mon adolescence pure lorsque, au
Chili, le g6ndral Pinochet r6ussit son coup d'6tat et mit h genoux
ce que << les autres >>, les << progressistes d'alors >>, appelaient,
S1l'6poque, << libert >>. La liberty faite prisonniere, il renforca
dans l'Amdrique Latine cette faqon particuliere de comprendre
le monde et de mener les affaires de l'Etat, le fascisme. Chez
nous, cela faisait d6jh des anndes que nous vivions sous le
joug de l'oppression. C'6tait l'6poque ofij'6coutais h la radio
la voix de Nino Bravo, de regrett6e m6moire, chanter son
<< Libertad, Libertad ... >, que Raimon, a Valence, entonnait
son << Alvent >> et que Lluis Llach, en Catalogne, recommandait
de se mettre ensemble de faqon a la faire tomber. La dictature.
C'6tait l'6poque oi le << Generalisimo >, le grand << Caudillo >
de l'Espagne vivait ses << heures creuses > et voyait sa fin
proche. C'6tait enfin l'6poque oi ces progressistes
revendiquaient << la liberty d'expression >>, << la liberty
d'association >>, << la liberty de pense >>, et que certainsjeunes
se livraient, corps et Ame, a la recherche de < la liberty
complte >>.
Moi, chers amis, je le dis sans fausse honte, a chaque
fois que j'entendais quelqu'un prononcer ce mot, je regardais
a gauche, puis a droite et si je pressentais une quelconque
presence, virtuelle ou rdelle, je prenais les jambes a mon cou, a
la recherche d'un endroit plus sir. Je grandis en pensant que
ce mot repr6sentait une menace, non seulement pour Haiti


Liberte!
mais pour l'humanit6 entire. Naitre, grandir, vivre dans une
dictature cr6e chez l'individu des mdcanismes de
fonctionnement qui le pousse a croire que sa r6alit6 quotidienne
est la r6alit6 universelle. Je n'arrive pas a comprendre que sur
cette terre d'Ayiti, sur laquelle on a v6cu l'exploitation
ind6cente de milliers d'6tres humains durant des centaines
d'anndes, nous soyons capables de maintenir, enchainds dans
la misere, des milliers de compatriotes moins chanceux.
Comment peut-on pr6tendre d6fendre a Santo Domingo, a
Miami, ailleurs ce que nous sommes incapables de mettre en
pratique a Port-au-Prince, a Jacmel, au Cap-Haitien ?
Enfin chers amis lecteurs,je n'oublieraijamais lejour
oi, malgr6 mes precautions, je ramassai un paquet de feuilles
par terre. Je me rendis compte, plus tard, sur la cour de l'6cole,
face a mes camarades de classe qui se transformnrent enjuges
et accusateurs, que le contenu de ces feuilles 6tait subversif
et a pr6tention lib6ratrice.<< Pain, Paix, Liberte >> tait le contenu
principal. Je me transformai, en un instant, en pestif6rd, en
<< kamokin >. Quarante apres,je me rends compte que la peur
cr6e chez l'individu des mdcanismes qui fixent certains faits
dans la m6moire de faqon ind6l1bile. J'eus peur ce jour-lh.
J'eus peur durant longtemps apr&s. Et, maintenant, apres ces
quarante ans qui ont vu des faits exceptionnels se produire
sur le sol haitien, le << pain quotidien >, le << pain de
l'instruction >, la << paix de l'esprit >, la << paix sociale >, la


liberty6 de choix >>, constituent toujours des chimeres pour
l'Haitien.
Qu'avons-nous fait durant tout ce temps ?
Que sont devenus ces raves de liberty ?
Et cette volont6 de faire changer les choses qui
semblait animer les < patriotes > et cette envie de lutter non
seulement contre la misere mais aussi pour l'obtention de
l'6galit6 des chances pour tous ?
Enfin, je suis tomb6 par hasard sur la derniere
publication d'un 6crivain que j'aime lire de temps a autre en
version originale : Isabel Allende, niece de Salvador Allende,
celui qui, au nom de la liberty, s'offrit en sacrifice et permit
ainsi a Pinochet de faire du Chili l'autel expiatoire de la
d6mocratie. Je n'ai pu m'empecher de penser a tout cela en
lisant les premieres pages du dernier livre de cet 6crivain, << la
isla bajo el mar >. Elle m'a rappel6 que nous, Haitiens, nous
sommes fils de la haine et de lajalousie.
Chores amies lectrices, chers amis lecteurs,je ne peux
que vous recommander la lecture de ce livre qui m'a rappel6
certaines zones d'ombre de notre histoire de peuple. Enfin, il
ne peut avoir ni vraie liberty ni justice dans une soci6t6 si
l'6galit6 n'est pas rdelle, c'est peut-6tre ce qui poussa nos
anc6tres a choisir pour devise : << Libert6, Egalit6, Fraternit >>,
bien que nous nous foutons pas mal de la liberty, encore moins
de l'6galit6. La fraternity, chez nous, un vain mot.
Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Septembre 2009


AMENDEMENT CONSTITUTION


Les senateurs se penchent sur une proposition


de revision de la Constitution de 1987


La stance tenue au Snnat de la R6publique, vendredi,
autour du projet de revision de la Constitution de 1987 n'a pas
pu arriver a terme. En attendant l'6claircissement au cours du
week-end de certains points du document par l'Ex6cutif, les
s6nateurs ont ajourn ladite stance a lundi prochain.
Les s6nateurs et les d6put6s sont pratiquement
devant un fait accompli. Ils ontjusqu'a lundi pour dire s'il y a
lieu ou non de reviser la Constitution de 1987. Le projet
d'amendement avait 6td d6pos6 officieusement la semaine
6coul6e au bureau des deux Chambres. MWme si les s6nateurs
sont presses par le temps, ils veulentbien examiner l'acte qu'ils
vont se poser. << Nous avons ajoumr la stance a lundi prochain
en attendant des 6claircissements de l'Ex6cutif >, a expliqu6 le
president du Bureau, Kl6y C. Bastien.
L'un des points d'ombre du projet de revision de la
Constitution concerne la fin de la 48e 16gislature. << Avant de
dire s'il y a lieu d'amender la Constitution, on doit savoir si on
arrive a la fin de la 16gislature >, a indiqu6 le s6nateur Kl6y C.
Bastien, en faisant allusion a la decision des d6put6s de
prolonger leur mandat jusqu'en mai prochain au cas oi les
elections 16gislatives n'auraient pas lieu a la fin de l'ann6e.
Les s6nateurs l6us pour quatre ans sont aussi concerns par
cette loijug6e ill6gale par certains parlementaires.
MWme si le premier s6nateur de l'Artibonite, Youri
Latortue, a appuy6 la decision du Bureau de suspendre la
seance, il reste convaincu que la 48e 16gislature arrive a terme.
<< En fouillant dans les archives, je suis tomb6 sur l'arrWt6 du
president Boniface Alexandre ayant convoqu6 les
parlementaires en session extraordinaire en mai 2006, cela
suppose qu'il y a eu une session ordinaire, estime le
parlementaire. Les huit sessions ordinaires de la 48e 16gislature
sont donc epuis6es. >
L'absence des dispositions transitoires parmi les
documents soumis par 1'Ex6cutif au Parlement reste la principale
preoccupation du senateur Youri Latortue. << Que vont devenir
les snnateurs fraichement entr s en fonction, dont le mandat
arrivera h terme en 2015 ? >, s'interroge-t-il. Dans l'intervalle,
dit-il, la Constitution revisee sera deja envigueur.




CDC
Miami Beach Community Developme
Pou Moun k ap Achte Kay Premy
MBCDC fek resevwa finansman nan men Stat
Program (SHIP) pa lentemedye City of Miami Beac
Achte Kay Premye fwa nan City of Miami Beach asi
1- Pou ou kalifye f6 ou pap fe plis ke 120% reve
2- Fo kay ou vle achte a pa gen met oswa laband
3- Pri kay la pa gen dwa depase $386,652.
4- Ou ka resevwa asistans jiska $40.000 a $60.0(
Tout aplikasyon gen pou rive ant 31 Out 2009
ant Lendi ak Vandredi, apati 9:30 AM jiska 4: 30 PM.
Yap seleksyone aplikan yo a travel yon sistem

Mande pou Julia Martinez oswa Bianc
Tel: 305-538-0090
Adres: 945 Pennsylvania Aven
f Brn m2nd Floor, Miami Beach, FL 33
OPPORTWIUTT


Pour le s6nateur Jean Hector Anacacis, le problkme
est ailleurs. << Les s6nateurs devraient seulement dire s'il y a
lieu ou non de reviser la Constitution >>, a-t-il dit. Ajoutant: <
Les autres questions pourraient 6tre r6solues apres >. D'apres
lui, la suspension de la stance est tout simplement un acte
politique. < un 6chec en consultant l'Assembl6e, c'est pourquoi il a pris la
decision d'ajoumer la stance >>, a fait remarquer le s6nateur
Anacacis.


Les s6nateurs, a-t-il d6clard, qui avaient boud6 la
semaine 6coul6e la stance de validation des pouvoirs des
nouveaux s6nateurs, s'appretaient a voter contre la volontW
du Chef de l'Etat. En ajoumant la stance, il croit que ces
parlementaires vont trouver le temps pour formuler des
exigences au Chef de l'Etat. Entre-temps, les d6put6s
promettent de se r6unir dimanche prochain sur le dossier
d'amendement de la Constitution de 1987. Le temps ne risque-
t-il pas jouer contre les parlementaires?


Mgr Willy Romelus, prend sa retraite


(... suite de la page 8)
inclusif a leurs yeux. Mais ces dermires n'ont pas compris
que ces moments ne furent qu'une tape dans la lutte
6mancipatrice du Peuple Haytien. Ce rache manyok ne fut que
le mouvement pr6curseur de celui qui portera le peuple au
pouvoirle 16 d6cembre 1990.
16 d6cembre 1990, le Peuple haytien continue de
faire l'histoire. Le Pare JeanBertrandAristide, consid6r6 comme
le fils spirituel de Monseigneur Willy Rom6lus dont il est
d'ailleurs parent, accdde a la Magistrature Supreme. Atravers
ce mouvement mystico-religieux et des elections que l'on
considere comme les premieres d6mocratiques de notre
histoire, le Peuple vient de defier et de rejeter cette d6mocrature,
forme de gouvemement a visage d6mocratique sur fond de
dictature, que l'on a tendance h lui faire avaler, pour choisir la
d6mocratie veritable. La grande entreprise de civilisation, de
conscientisation instaurde par l'Eglise dans les debuts des
anndes 80 a fini par porter ses fruits avec l'avenement d'une
nouvelle g6ndration d'hommes et de femmes d6terminds, de
nouveaux citoyens cons6quents. Malheureusement cette
election a rdveill6 les vieux demons racistes et exclusivistes
des Grands de ce Monde qui refusent a ce Peuple le droit de
choisir ses dirigeants au nom des principes sacro-saints de
cette democratic (democrature ?) dont ils disent 6tre les herauts.
Le 30 septembre 1991, sept mois seulement apres
cet acte souverain et d6mocratique, les elites minoritaires de
concert avec la classe politique
traditionnelle ont noy6 dans le
sang cet espoir suscit6 avec
l'ascension a la Pr6sidence de
ce Repr6sentant 16gitime, ce
Leader National que le Peuple
*nt Corporation s'est octroy6. Jean Bertrand
Aristide a du prendre le chemin
ye fwa de l'exil. La d6mocratie vient de
e Initiatives Partnership se transformer en source de
;h pou bay Moun ki ap malheurs, de deuil et de
Sdboires d'un Peuple oblige de
stans,^ resister durant trois anndes
ni mwayen nan zon lan. cauchemardesques au cours
done. desquelles il a du faire face a
des escadrons de la mort,
n'h6sitant pas a livrer ses
00. cadavres aux chiens et aux
jiska 11 Sektanm 2009, porcs, voulant ainsi les
contraindre a ravaler leur
lotri pa compite. insolence d'avoir lu f la plus
haute Magistrature ce fils de
Paysan, nous rappelant les
:a Fonseca paroles de Gerin a l'endroit de
l'EmpereurDessalines, sacrifid
ue, pour avoir voulu cette soci6td
139 inclusive, d'6galit6 et de justice
139


sociale, anti-apartheid a laquelle il aspire tant, ce peuple.
Alors, L'Ev6que-courage Willy Rom6lus, de concert
avec plusieurs autres pr6lats engages, condamne ce coup
d'Etat et r6siste, de son Ev6ch6 sis a Brouette, Jer6mie. Des
religieux et laics s'entrouveront menaces, et meme assassins.
Mais il ne lAchera pas, a l'image de ce Peuple d'Hayti,
Quisqueya ou Bohio, fier, rebelle et resistant.
1991-1994, trois anndes de grande resistance.
L'Ev6que organise cette resistance h l'Oppression. Le 25 f6vrier
1993, Mgr Willy Rom6lus, suite au naufrage dubateau Neptune,
organise une messe a la Cath6drale de Port-au-Prince pour
honorer la m6moire des victimes. Dans une ambiance 6lectrique
et de passions d6bordantes, la foule fustigea les responsables
de facto d'alors et aux cris de << Vive Aristide !!! >, r6clamaient
justice pour les parents de ces victimes de la 16geret6 et de
l'insouciance de l'Etat. Et a la sortie des fiddles de cette messe
symbolique, Mgr Willy Rom6lus, fut agress6 par pres de 60
hommes qui n'ont pas h6site a le rouer de coups. Sa soutane
fut d6chirde. J'ai en m6moire 1'emotion de mon feu Pere. Face
a tant de sauvagerie, il s'est 6crid : Sacrilege !!! Mais quand
Mgr Rom6lus, sourire aux lvres, raconte quelque temps plus
tard, sa m6saventure, 6mu, mon Pre me disait que cet Homme
d'une grande piet6 m6rite l'admiration de tous. Car, il n'y pas
de preuve de plus grande spirituality, de plus grande
philosophic, que cette capacity de rire meme dans les moments
de grandes difficulties. Or, il est bon de rappeler que quelques
semaines plut6t, soit le 8 f6vrier 1993, unjouravec ce naufrage,
L'Ev6que-martyr et 25 pr6tres avaient proc6dd6 la Cath6drale
de Jer6mie h une ordination qui devait 6tre suivie d'une
procession. Les militaires disperserent a coup de batons les
participants dont quelques-uns, a la suite de la racl6e qu'ils
requrent, furent transports a l'h6pital. Un peuple resistant
aux cot6s d'une Eglise r6sistante, symbolis6e par Mgr Rom6lus
et qui l'incite << prendre ses responsabilitis, a etre acteur du
changement, a arracher lui-mdme les racines de l'injustice o,
selon la vision de l'Eveque, que ne partage plus
malheureusement une hi6rarchie Catholique de plus en plus
distante, de plus en plus conservatrice. Serait-ce lh l'un des
facteurs pr6monitoires a cette perte de confiance constat6e
d'une frange assez considerable de nos fideles a l'6gard de
notre Eglise Catholique, Apostolique et Romaine ? Autre
d6bat !!! Mais le Peuple continue son chemin vers cette terre
promise. Pwomes se dt !!!
Et le 15 octobre 1994, Jean Bertrand Aristide
retoumera alors dans son Pays. Un autre Pr6sident, proche du
Leader National Aristide, militant aussi de ce mouvement
populaire mystico-religieux, culturel et politique, et b6ndficiant
de la popularity de son pr6d6cesseur, monte au pouvoir. Rend
Prdval devient Pr6sident. La D6mocratie semble 6tre finalement
mise en branle. Pour de bon, cette fois. L'alternance
d6mocratique est respected. Le mandat de Rend Prdval est
achev6 dans son int6gralit6. L'Eveque Willy Rom6lus s'adonne
pleinement a sa tache de missionnaire de la foi et de grand
civilisateur.


Page 12





Mercredi 14 Septembre 2009
HaitienMarche *VolXXIII N34


L'6tang de Miragoane


Je dois avouer que je n'avais jamais encore 6td voir
ce fameux 6tang depuis que la monte des eaux a coup la
route du Sud et que le CNE a df percer une route pour
contoumer l'obstacle. Parlant de cette deviation, disons tout
de suite que, comme d'habitude, les gens ont vraiment exag6rd
les critiques. C'est une route qui traverse la montagne ; done
elle connait des passages trbs en pente ; et comme c'est un
sol trbs calcaire, la route est rev6tue d'un sable grossier qui


d6velopp6 tout un trafic de traverse en canot. De sorte que,
au point oi l'eau commence a recouvrir la route, il y a toute
une animation, avec les canots qui arrivent et repartent,
6videmment des marchandes de fritaille, sans parler d'autres
activities, comme le lavage des voitures ou des motocyclettes.
Nous 6tions sur laberge du c6t6 Miragoine, mais il est certain
que surl'autre rive c'est le m6me tableau


trop pleinvers la mer, vers le nord. C'est du reste au-dessus de
ce d6versoir que passe la route nationale.
Seulement voilW, une bonne partie de ce ddversoir
passe sous terre, ce qui explique qu'on le ne voit pas quand
on emprunte la deviation qui contoume le lac par le nord et
actuellement il est obstrud ... par les alluvions qui descendent
de la montagne, mais aussi par tourtes sortes de d6chets laiss6s
par l'homme ceux qui ont l'habitude de passer par 1i savent


Les travaux de remise a niveau de 'Etang de Miragodne exdcutes par unefirme frangaise ne semblent pour le moment pas tries avances,
les vdhicules utilisent une derivation par la montagne d'abord redoutie mais a laquelle des amdliorations ont &te apporties (photos B. Ethdart)


peut rouler sous vos pneus. Mais on a d6ji vu plus grave que Et comme j 'tais dans la zone, j'en ai profit pour
cela. essayer de comprendre ce phenombne de la mont6 du niveau
Mais c'est surtout l'6tang qui m'int6ressait etje dois du lac qu'on s'amuse a presenter comme quelque chose de
dire que lavue est impressionnante. Quand on connait la route trbs myst6rieux.
on a une idWe de la longueur du troncon qui est sous l'eau et En fait ce n'est pas si myst6rieux. L'6tang de
de la hauteur de l'eau qui le submerge. Miragoine recoit les eaux de toute une s6rie de cours d'eau
Evidemment, il y a le detour par la montagne, pour qui descendent de la montagne situde au sud. Mais le niveau
ceux qui ne font passer, mais pour ceux qui vivent dans les de l'eau est normalement r6gul parun d6versoir qui l6imine le
environs, ce detour est beaucoup trop long. Il s'est donc


qu'il y a toujours des femmes en train de faire leur lessive au
bord de la route.
Il s'agit done de d6boucher ce passage souterrain, et
c'est a cela que travaillent les techniciens francais, dont le
s6nateur Anacacis a dit r6cemment que < se pa anyen y' ap'
regle >. J'ai essay d'avoir plus de detail ; ce passage
souterrain aurait quatre kilombtres de long On n'est pas sorti
du bois, comme disent les Canadiens.
Bernard Ethdart


La decharge publique de Truitier en voie de modernisation


MINUSTAH, le 29 aoft 2009 Dans la commune de
Cit6 Soleil, Truitier est connu pour 6tre la d6charge des ordures
de la capitale haitienne. En raison de son 6tat deplorable, ce
site avait mauvaise presse, ainsi que la route qui y mbne. Un
projet soutenu par la MINUSTAH, la BID et le Ministbre de la
Planification a permis la rehabilitation de cette route.
< La route menant A Truitier 6tait constamment
obstrude par des fatras. Les chauffeurs des camions a ordure
ont pris l'habitude d'yjeter les d6chets, la rendant impraticable.
Or, il y a des gens qui habitent prls de la route. Sa rehabilitation
permet une meilleure circulation et contribue a l'assainissement
de la zone >, rappelle le maire adjoint de la commune de Cit6
Soleil, Jean Robert Charles.
En effet, depuis le 10 aoft dernier, l'acces a Truitier,
d6charge non officielle de la capitale haitienne, est beaucoup
moins incommodant. Cette date a vu la fin des travaux de
construction de la route menant a ce site. Une action r6alis6e
par les casques bleus de la compagnie de g6nie brdsilienne,
grice a un projet finance par la Banque Interam6ricaine de
Ddveloppement (BID), mis en ceuvre par le Ministbre de la
Planification et de la Coop6ration exteme.
D6but6e en mai dernier, la construction de cette route
reliant Soleil 9 a la d6charge de Truitier, s'est faite en trois


CNSA
(... suite de la page)
Direction de la Protection Civile et le Ministbre de la Sante
Publique et de la Population.
Dans le cadre de ce travail, les facteurs
degradation de l'environnement et desastres naturels ont
6td les plus inqui6tants pour les participants aux forums et
ateliers de validation. Selon les cartes, le Sud est en tate des
huit d6partements, sur les dix du pays, qui pr6sentent un niveau
de vulndrabilit6 alarmant face aux catastrophes naturelles. Le
Nord-Ouest et l'Ouest sont, quant a eux, les d6partements les
plus vulndrables aux consequences de la degradation de
l'environnement naturel.
Les cartes de vulndrabilit6 multirisque ont
&t6 r6alis6es entre mai et aoft 2009 en vue d'ameliorer, entre
autres, la quality et le ciblage dans la prevention des
catastrophes et les r6ponses a apporter aux urgences. Au total,
dix (10) facteurs de risques et de vulndrabilit6 ont &te retenus
dans le cadre du processus d'l6aboration: disponibilit6
alimentaire, aces aux services sociaux de base, infrastructures
et communication, degradation de l'environnement, aces aux
revenus, 6tat nutritionnel, risques et d6sastres, capacity et
coordination des rdponses, migration, risques socio-politico-
juridiques. A la lumibre de ces nouveaux outils, la CNSA et
FEWS NET recommandent au Gouvernement et autres
intervenants de terrain : 1) de surveiller les risques de
catastrophes et renforcer les systemes d'alerte prdcoce; 2) de
revoir les plans de contingence afin d'analyser les types de
r6ponses et d'en combler 6ventuellement les lacunes et 3)
d'actualiser la carte de pauvret6 renseignant sur l'acces aux
services de base et autres 616ments de vulndrabilit6.
Pour plus d'informations, contactez : Michella Louis:
mlouis@cnsahaiti.org/ cnsa@cnsahaiti.org/
Tel: 39 11 08 04 (portable) 22 57 26 33/22 57 63 33/22 57
34 34 25 10 39 33


tapes. Il s'agissait, dans un premier temps, d'enleverles tonnes
de d6chets encombrant la route. Plus de 3000 m3 d'ordures
ont &t6 enlev6s.
La seconde tape consistait au d6caissement du
terrain sur une moyenne de 40 cm de profondeur. < Il a fallu
enlever la terre brune qui ne peut ni supporter le poids des
camions ni resister aux inondations. Elle a &te remplac6e par
du remblai plus solide, dont la resistance aux poids et a
l'humidit6 a &te test6e ,> a expliqu6 le lieutenant DavidAntonio
Marques, l'ing6nieur brdsilien en charge des travaux.
L'asphaltage de la route repr6sentait la phase finale. Plus de
1.350 km ont &te bitum6s.
Pour le bon d6roulement des travaux, une trentaine
de casques bleus de la compagnie de g6nie brdsilienne ont &t6
mobilis6s. De meme, une vingtaine de v6hicules, d'engins
lourds ont &te utilis6s.
Cette r6alisation n'a pas laiss6 les residents de Truitier
indiffirents. Evoluant dans des conditions trbs difficiles,
obliges pour beaucoup d'entre eux a fouiller dans les d6chets
a la recherche de mat6riau de r6cup6ration afin de les vendre,
ils espbrent que cette route apportera quelque chose de
nouveau dans leur quotidien. < Nous, habitants de Truitier,
sommes contents. On dit en g6ndral que la route mbne au
d6veloppement, et nous souhaitons que ce soit ici le cas>, a
indiqu6 Lesly Joseph, habitant de Truitier.
Etvraisemblablement, le souhait de Lesly est envoie
de se concrdtiser. En effet, la construction de cette route entre


dans le cadre d'un projet de d6charge publique modeme a
Truitier. < Ce projet va profiter a toute la population, c'est
quelque chose pour laquelle on a beaucoup luttd>, de l'avis
du Maire adjoint de Cit6 Soleil.
Il est 6galement prdvu, la construction d'un btiment
administratif prbs du futur centre d'enfouissement technique.
Seront aussi places A l'entrde et A la sortie du Centre deux
balances, dont le r6le sera de prendre le poids des camions a
ordures. Et dans le cadre de ce projet, < 2.500.000 USD ont
d6ji &t d6caiss6s par la BID et confi6 au Ministere de la
Planification >.
La rehabilitation de la route de Truitier n'est pas la
premiere action a caractere environnementale et 6conomique
r6alis6e par les casques bleus brdsiliens a Cite Soleil.
En mars dernier, ils avaient proc6d6 au curage de
canaux de plusieurs quartiers de la commune. Au credit dudit
contingent figurent 6galement la mise en terre de plantules en
appui a une campagne environnementale nationale, ainsi que
nombre d'autres actions humanitaires au profit de la
population de Cit6 Soleil.
Ces actions r6alis6es en complement des efforts
s6curitaires ont aussi pour vocation de crder un climat
favorable a la stabilisation et, par consequent, au
d6veloppement 6conomique et social tant souhait6.

Redaction : Martine Denis Chandler
Edition : Uwolowulakana Ikavi


Page 13


9" Z 0iI4m m pp16%ea "L4
Ti1: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Reception de paienenrt pour Bell South, FPL AZ, CABLE" TV,
BEOLL MOBILITY etc...etc..
- Connection tdlephonique ch ez vouas...


Ouvert
6 Jours

'Par
se maine:

a

7h30 pm


PairfuLs
('Cllular & Rp.-s .
Souier cts SLara Ies
S'roduits i our IW cuLiinM (1's kmu par. Rciue, Ivang$lvAtC.
C* (adcaux Zeuk. 1 ians. Amnirca)ins
jTlatux Vd &o'i (inticns. Aneainam, Il?. kunntairs. aimsn:
M eyjsrumAn ltluiiLs ile ( u.tvw





Mercredi 14 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 34


D |EIVIA I T
B- O U I S E-W)\(R I E)N Q U IETO 1)
E N\B X U H A G I D J
NIBIoC 1g- 1OJ DXF/ 1 A JUD
U A Y DF I Y EE S
0 1 I E T B 11EOU A U1 f
M IR ST L rLIe J ur

I I 1/ I U1S AmEm
0 A E E
E IIX5 L, I IF
L I I INAIBP

QZI Q
S 0 M A',)E)V P O H S M X Z UMS
Absans An n Lute Anbyans Belle Haiti Benita Blie Sa Byen Later Ce La Vi
Changement Cite Du Cap Demen Denye Jou Dernier Jour Desten Dis Moi
Ekilib La Vi Faiblesse Femme Libere Gason Djedje Gisele Gladys Homage
Invariable Ironie Jeanine Joujou La Vie Louise Marie Marie Lourdes
Mon Cher Papa Mwen Renmen w Nou Nan Woulo Nous Deux Rien Que Toi
Rupture Sept Fevrier Tends moi La Main T Fi A Leve Ti Kamen T Moun Yo
T Yotte Toi et Moi- Vanesa Yayi Zafe Moun


Allez de RATINE a DEVAIT, en utilisant des mots du du vocabulaire
frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


HORIZONTAL
1. Sale 2. Tapis Hurlement -
3. Pr6nom d'un c6lebre batteur haitien -
4. En Ville 5. Infection de la peau -
6. Gaz rare 7. Note Unit6 de mesure
de rayonnements ionisants -
8. Noble de I'ancienne Pologne.

VERTICAL
1. Clochettes 2. Exclaffe Pronom -
3. Plaga A gauche 4. M6moire -
6. Eleves 7. Ancient continent Actinium -
8. En forme de glaive.


r


RAT INE


SCRABBLE


Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

T R

N G E

A I


Solutions de la semaine passee
DJEBELS

0


7h00-9h00 Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invites du Jour
M1lodie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiere Raphael

lOh-Midi Le disque de l'Auditeur
animation James Pr6dvil

12:00- 12h30 Le Midi
informations avec Laury Faustin

12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons francaises

3h-5h pm Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

5hoo Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou
5h 30 pm Melodie & Company
Ddveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart

7h-8h30 Amory Sabor con Luciani

8h30- 9hoo Soir Informations

9h00 10h30 Notre Grand Concert
Lun. & Mer.: L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael recoit ses invites
9h00 et au delA Cavaliers, prenez vos dames
(Samedi) 50 ans de succ6s populaires haitiens



c 'e4t fteA Co't ewe W#Stec e 0 /1


En Bref...


(.. suite de la page 2)


investisseurs.
Dans ce rapport, la R6publique Dominicaine occupe la 86e position, soit une progression de
13 places par rapport a l'annde 2008 oi elle 6tait class6e 99e.
L'6tude s'int6resse principalement aux 10 tapes de la vie d'une entreprise de la creation a
la fermeture en passant par l'octroi de licences et le transfert de propri6t6s.
Le rapport Doing Business enregistre dans son edition 2010 un nombre record de 131 pays
ayant rfform6 leurs r6glementations des affaires en 2008-2009 dans un sens tres
majoritairement favorable pour la Banque mondiale, soit 70 % des 183 pays studies.
Les pays sont classes en fonction de la facility d'y faire des affaires, de 1 a 183, la premiere
place indique le plus haut niveau de facility. Un classement elev6 sur l'indice de facility de
faire des affaires signale un environnement r6glementaire propice aux operations
commerciales. L'indice correspond a la moyenne des classements sur les 10 indices studies.
Chaque indice est affect d'un meme coefficient.

Le budget 2009-2010 approuv6 par la Chambre Basse
Le budget 2009-2010 a &te approuv6 par 57 voix pour, 2 contre et 4 abstentions A la chambre
basse. Cela s'est passe mercredi 9 septembre. Le document attend d6sormais d'etre
sectionn6 par le s6nat qui continue de travailler dessus. Le dit budget pr6voit environ 89
milliards de gourdes pour le prochain exercice fiscal.

Le s6nat de la R6publique relit Kelly Bastien A sa tkte pour les quatre
prochains mois
Le s6nateur Kelly Bastien avait d6missionn6 pour faire place a un bureau d'Age dirig6 par
son college le plus Ag6, Fequiere Mathurin, ceci pour faciliter la validation des elus du 21
juin dernier. Les autres membres du bureau sont: Michel CleriC vice-president, Yvon
Bissereth questeur, Pierre Franck Exius et Jean Willy jean Baptiste respectivement ler et 2
eme secr6taire.



"Copyrighted Material
SSyndicated Content
Available from Commercial News Providers"



L'urgence pour une nouvelle

(..suitede lapage7) force publique
Toujours est-il que l'intervenant a Quant au coft qui a fait qualifier l'ex-
insist6 que la nouvelle force devra 6tre tout a arm6e d'Haiti de << budg6tivore >, Georges
fait diff6rente dans sa nature aux ex-forces Michel rappelle que la nouvelle force ne
armies d'Haiti. remplacera pas la Police nationale ... Et qu'elle
Prenant exemple sur la Minustah. n'aura pas besoin de comprendre plus de 3.000
Quel r6le joue aujourd'hui celle-ci ? Un rBle hommes et femmes. A c6te d'une PNH avec
de stabilisation. Mais surtout d6sormais un un effectif de 14.000, elle n'aura a intervenir
r6le de dissuasion. Tenir en respect ceux-l que dans des cas d'urgence. Entre autres, lors
qui seraient tents de jeter a nouveau la des catastrophes naturelles.
pagaille. Enfin l'historien, constituant de 1987
Georges Michel voit dans la nouvelle et membre de la commission pr6sidentielle sur
force publique une sorte de Minutah mais la security signalera encore une fois que sa
revue et corrig6e. Carla s6curit6 nationale (telle vraie mission en prenant ainsi son baton de
que d6finie dans le rapport de la commission pelerin, c'est nous rappeler que, quelles que
pr6sidentielle sur la s6curite) ne s'arrete pas a soient les circonstances aujourd'hui, la mission
une simple affaire de gendarme et de voleurs onusienne ne restera pas 6ternellement dans
ou de kidnappeurs. notre pays ...
Par contre, tout en adoptant la meme Car nous n'avons aucun pouvoir de
devise que la PNH (< Prot6ger et servir >), la decision a ce niveau. Des circonstances en
nouvelle force publique devra aller plus loin dehors de notre volont6 peuvent provoquer
que la police nationale pour appliquer cette ce depart au moment oi l'on s'y attend le
devise au sens le plus large que possible ... moins.
<< Une vision pluridisciplinaire de la Et Georges Michel de nous rappeler


security. >
< Une force a caractere national,
defensif ... et a-politique. >
En effet, contrairement aux ex-
FAD'H, son chef sera un civil.


le depart precipit6 des casques bleus du
Rwanda ... au moment oi eclatait le genocide.

Haiti en Marche, 3 Septembre
2009


Page 14


I


Solutions de la
semaine passee:

DOUCIS
DOU CE S
DOUTE S
DOCTE S
DICTES
DICTEE


^





Mercredi 14 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 34


MARLEINE BASTIEN FANM VANYAN KANDIDAPOU KONGRES AMERIKEN


Nan 10 d&nye ane ki sot pase layo, kominote ayisyen-
an ap fe pajanmdebwa nan domen politik ameriken-an. Nan
vil North Miami ak North Miami Beach, Ayisyen majistra 2
fwa. Epi chaje ak Ayisyen nan konsey administrasyon de vil
sa yo Nan vil North Miami ak El Portal Ayisyen majistra
plizye fwa. Nou genAyisyen Jij e menm te gen ayisyen kandida
pou komisyone nan Konte Miami-Dade-la (Lucie Tondereau)
ak nanvilMiyami, (George William) ... Kandida nan direksyon
jeneral depatman edikasyon pa b6 risit. (Jepsie Metellus). Nan
kongre ameriken-an, gen 4 ane de sa te genyounjenn ayisyen
(Neree) ki te kanpe anfas depite Kendrick Meek. Nan
direksyon Eta Florida-late genAyisyen depite, Met Philippe


La candidate au Congres de Washington, Marleine Bastien

Brutus, Met Yolly Robertson, Ronald Brize ... Ayisyen nan
administrasyon prezidan Barack Obama. Patrick Gaspard,
pitit Michel Gaspard nan Nouy6k se responsab seksyon
politik prezidan Etazini-an. Kanta pou nan z6n Boston ak
Nouy6k Ayisyen ki nan administrasyon 2 eta sa yo ap grandi
dejou-anjou. Nan Kanada menm bagay!

Depi 3 senmenn Boul May6l-la tonbe. Tankou m'te
di senmenn pase-ajedi 20 septanm, plis pase 400 mounn,
zanmi, fanmi, fanatik te sanble nan Gween Margolis Center ki
nan 125 ri ak 15 em avni nan Miyami pou tande Marleine
Bastien deklare omonn antye li kandida pou Kongrl Ameriken.
Anons sa-a malgre tout kominote-a t'ap tann ni bay menm
sansasyon ak fenomen Obama-a le li te deklare li kandida pou
Prezidan peyi Etazini, premye ntg ki te gen odas fe youn
deklarasyon parey nan premye peyi nan lemonn. Marleine ,
premye fanm ayisyen ki pouse menm odas sa-a 1 li deklare li
se kandida pou distri 17 nan Florida-la.

Marleine se tipoul kay kominote ayisyen-an. Li se
youn imigran ki f&t Petite Riviere de 'Artibonite an Ayiti. Li
rantre Ozetazini nan ane 1981. Li f etid prim&-1 kay Soeur de
la Charite de St. Louis ak etid segonde-1 nan College Bird
P6toprens. Ozetazini, li retounen lek6l, li mare younMaster
nan Social Services, (Sevis Sosyal). Marleine Bastien patisipe
nan tout aktivite kominote yo depi nan aktivite atistik rive nan
politik. Jenn ti demwazMl li enskri k6m manm 6ganizasyon
Sosyete Koukouy youn 6ganizasyon benev6l Jan Mapou ak
kUk zanmi kreye nan Miyami an 1985. Misyon 6ganizasyon
sa-a se defann lanng ak kilti pep ayisyen-an nan dyaspora-a.
Marleine aprann chante, danse, epi jwe k6m akte sou sen.
Nan seksyon dans lan, li te sitelman byen metrize pa yo, li te
vin direkte seksyon dans sosyete koukouy ki otomatikman te
vin ba-1 dwa chita nan Biwo Kiltirel Koukouy kote yo pran
desizyon pou gouvenans 6ganizasyon-an onivo lokal ak
entenasyonal.

Marleinejwe nanplizye pyes-teyat asikse Jan Mapou
ekri osnon dirije tankou Anba Lakay, Chaloska, Bwa Kayiman,
DPM Kannt&... Marleine rive ekri pw6p pyesteyat pa li ki se
youn teks sou edikasyon sou maladi SIDA k'ap ravajejenes-
la depi nan ane 80 yo. Pyesteyat sa-a ki rele PONGONGON
konveti an dokimante pase nan televizyon Haitian Television
Network (pwodiksyon Mancuso). Nan Sosyete Koukouy
Marleine rankontre youn jenn entelektyOl, youn aktivis ki
rele Jean Robespierre Desird. (Non vanyan-l: Janjan); ki
pataje menm ideyal ak li. Mesyedam yo vin damou. Yo marye.
Se premye maryaj kiltirl 6ganizasyon koukouy te fe. Youn
maryaj kiltirl san parey. Marleine gen 3 pitit gason. Se dezyem
pitit gason li, Akim ki te monte sou pody6m nan pou prezante
manman-1 bay asistans-lan.

Nan ane 90 yo, Marleine Bastien ki te bezwen plis
espas pou l'evolye epi defann frA ak se nou yo ki te chaje ak
pwoblkm nan sosyete-a tankou: travay pou sale minimum,


imigrasyon k'ap boulvese byOl yo toutlasentjounen, debake
nan faktori, arete yo, retounen yo lakay... Se te youn epbk
kote Ayisyen t'ap kouri pou sistem kraze zo gouvennman
Divalye ak apre Divalye ap pran lanme, rantre pa milye chak
jou... Se konsa, Marleine Bastien pran desizyon pou 1' kreye
youn 6ganizasyon ak youn misyon sosyal pwolonje. Misyon
6ganizasyon sa-a li te rele Fanm Ayisyen nan Miyami se ede
Fanm ak Gason ayisyenyo viktim nanvyolans domestik, sip6te
yo finansyeman, chache sibvansyon pou ede yo fe ti degaje
komesyal, defann yo I1 imigrasyon arete yo, ede yo jwenn
lek6l pou pitit yo...Anfen ede malere san soutyen sa yo, k'ap
bat dlo pou fe bb, ki pa gen ni kay ni fanmi nan peyi-a epi
sosyete-a ap meprize, pase anba pye,

Marleine Bastien rantre nan san refijye ayisyen-an
kbmvolonte pandan l'ap bganize-1 pou l'mete Fanm Ayisyen
nan Miyami sou pye. Oganizasyon sa-a derape ak kUk medam
koukouy yo tankou: Yolande Thomas, Rose Bleus, Jeanette
Gregoire, Man Laye, Mikette Wainwright, defen Joceline
Charles. ets... Se te nan ane 1991. Sou fondasyon edikasyon
papa-1 ak manman te ba li an Ayiti, Marleine trase chermen-an
poukont li. Li konsakre tout vi li nan sevi kominote-a. Li sakrifye
t&t-li pou nou. Depibato refijye debake, li la. Kelkeswajou-a.
Kelkeswa l-a, li toujou soubeton-an. Drapo-1 nan men-1, mikwo-
1 nan bouch li Marleine ap mande azil politik pou yo. Li devan
prizon Kw6m ap fe manifestasyon, ap mande jistis pou fre ak
se nou yo. Li vwayaje al Wachintonn al mande Senate ak
Depite pou yo chanje lwa rasis yo k' ap fe diskriminasyon
kont Ayisyen yo ki pa sou menm pye egalite ak Kiben yo. Li
toujou la nan tout konferans pou l'demontre Ayisyen yo ki
espoze vi yo nan bato anbwa sa yo malere sa yo se pa refijye
ekonomik men se kondisyonpolitik peyi-a ki mete vi yo andanje
ki blije yo pran lanme tankou Kiben yo, vin chaje youn ti lavi
miy. Marleine vwayaje nanyounbannpeyi nanLamerik la,
an Azi, an Ewop ak an Afrik pou al defann fre ak se nou
yo...Marleine tounen p6t-paw6l refijye yo, potvwa imigran
ak dezerite yo.

Marleine pa t'ap travay pou laglwa. Men an 2001, li
pote premye pri Woman of the Year. Miami Herald ekri an
1999, Marleine Bastien is "one of the forty people to watch in
the next millennium." ( Se younn nan 40 mounn pou nou kenbe
je-n sou li nan syk k'ap vini-an). Kanta pou Essence Magazine
yo deklare: Marleine is one of the 35 most remarkable women
in the World" (Marleine se younn nan 35 fanm ki attire plis
atansyon nan lemon). Marleine rive younn nan 10 finalis pou
Florida Women Hall ofFame, nan Tallahassee. Si se pa youn
kout lanng doub younn fanm konpatriybt (L.C) nan kominote-
a te ba li, youn veritab kout kouto nan do, se li ki t'ap pote
premye pri-a. (youn asasinay sikolojik paske malgre jef6 z6t; li
pa te fouti egalize konpetansMarleine Bastien nan mouvman
sosyal yo), Men se te youn bitay. Zetwal Marleine Bastien
kontinye ap briye nan syOl-la ; li tounen youn kom&t lespwa
pou tout youn kominote...Pou tout youn peyi.

Jou 20 dawou 2009 sa-a ak youn fyete san party,
Marleine kanpe devan youn foul ayisyen tout kategori ki soti
nan tout kouch sosyal ak nan tout z6n nan peyi-a pou vin
sip6te-1 tande deklarasyon sila-a. Marleine ak youn vwa fem
deside f6kpaplis deklare: M'anonse nou tout, mwen kandida
pou distri 17 nan Kongre Ameriken. Distri sa-a se distri depite
Kendrik Meek ap kite pou l'al kandida pou p6s Senate.
Marleine di, li santi li ozanj paske li antoure ak fanmiy li,
manman-lAngelina Destinoble ak papa-1 Philippe Bastien. 2
nan 3 pitit gason-1 yo Akim Dezire ak Tarik Dezire ak Janjan
Dezire. Pi gran pitit li Omar Dezire nan Nouy6k; 1'ap fe youn
estaj nan sinema. Li renmesye Fr li yo Eddy, Marco ki te la;
se li yo Tahirah, Vahida ak tout 16t zanmi ak fanmi ki antoure-
lyo.

Marleine nan youn Angle luil di nou kijan vi li
koumanse an Ayiti nan Lopital Albert Scheitzer nan
Deschapelles. Rantre li rantre Ozetazini, li travay nan lopital
Jackson pandan 13 ane. Li se travaye sosyal kote li te konn
ede fanmiy yo re-ajiste yo nan lavi-a apre maladi. Chache kay
pou yo, manje ak lajan ak swen sante.

Nan sware sa-a nou rankontre youn Marleine tou
pare pou l'al afwonte t&t drit pwoblkm peyi Etazini. Nan domen
lasante li di se pajodi-a l'ap goumen pou asirans sante pou
tout mounn.. Li apiye pozizyon Hillary Clinton ak prezidan
Barak Obama ki mande pou tout mounn gen asisrans pou
sante yo. Li di depi li rive nan Kongre l'ap siyen Bil John
Conyers la ki mande asirans sante pou tout moim alawonbad&
paske Marleine di se n6mal pou nan peyi ki pi rich nan lemonn
gen asirans sante... Se pa serye pou 90,000,000 Ameriken ap
soufri, ap mouri paske yo pa gen asirans sante..

Li pale sou biznis, kreyasyon travay, ti biznis ki se
kolonn vetebral ekonomik peyi isit, dwe jwenn mwayen pou
yo blayi z6l yo. Nou bezwen travay travay ak diyite ki ka
penm&t fanmiy yo viv, okipe pitit yo, bay pitit yo edikasyon.
Marlene deklare, eli li eli, l'ap sip6te lejislasyon pou kreye
travay agogo nan Sid Florid-la Nan domen edikasyon,
Marleine dak6 pou yo kenbe bon pwofese yo. Ba yo
ogmantasyon pou estimile yo, ba yo ankourajman pou yo
travay pi byen. Li kont pwoje pou yo koupe ppwogram ki deja
la nan lek6l yo epi chita revoke pwofese konpetan yo al6ske
nou bezwen yo. Li defann dwa Sendika yo pou pwoteksyon
travaye yo, li deklare li dak6 ak prensip pou fanm gen dwa
deside pou kont yo.


Nan domen entenasyonal, li kont lage an Irak ak
Afganistan kote li di milya dola, lajan taks pep-la ap depanse,
gaspiye chak jou pou konbat teworis al6ske se plis teworis
k'ap peple. Li mande poujuifyo ak Palestinyenyo gen espas
pou yo viv nan lapel ak lafratenite. Li pale sou anviwonnman
sou sa ki dwe f&t pou pwoteje anviwonnman-an, redui emisyon
kab6n, ogmante jef6 pou konsevasyon epi kreye dj6b pou
mounn sispann pedi kay yo...

Marleine deklare l'ap la nan Kongre-a pou lapel, pou
ede brase lwa pou devlope edikasyon, pou defann jistis ak
dwa pou tout mounn san eksepsyon kUlkeswa ras, relijyon
osnon nan peyi mounn nan soti. Li di: M'ap kontinye goumen
tetkale pou Dream Act la, TPS ak youn ref6m total kapital nan
imigrasyon. Mwen p'ap depoze pankat aktivis mwen. M'ap
kontinye mete presyon pandan m'ap travay pou m'chanje
kondisyon fre ak se nou yo.

Sal la kraze ak bravo. Marleine mande pou tout
mounn ede-1. Vote pou li si ou se Ameriken natif-natal osnon
Ayisyen natiralize. Si ou pa ka vote ou ka fe volonte pou ede-
ljwenn mounn ki ka vote. Marleine bezwen lajan. Anpil lajan
pou depans yo. Apre li fin pale, youn tralye mounn defile
younn d&ye 16t, pran mikwo pou pote sip6 yo tankou Edeline
Clermont, Jean-RobertLafortune, Hubert James, Carmeleau
Monestime, Carl Fombrun, Leslie Jacques, Viviane Dixon,
Evelt -Mitchell, Marie Woodson, Carline Sawyer, Sophy
Brian, Juditte Jerome, Jacques Liberman, Jacques Laroche
ak Jan Mapou...

Nan b0l demonstrasyon sip6 sa-a men sa nou te di:
"L' mwen konnen Marleine Bastien lIt potko pete
nan nen-1. Li te younjenn ti demwazOl ki te enskri pou li vin
patisipe nan aktivite kiltirOl Sosyete Koukouy. Depi 1 sa-a,
mwen te dekouvriMarleine k6m youn fanm total kapital. Gende
mounn ki f&t pou yo lid& nan vi yo. Yo we sa nou pa we. Yo
tande sa nou pa kab tande. Yo fe sa nou ta renmen fe. Yo
toujou devan ap montre nou wout libete. Libete fizik. Libete
moral. Jistis pou tout mounn. Nan youn sosyete se estil
mounn sa yo nou bezwen pou sevi p6tpaw6l pou mounn ki
pa gen lapaw6l yo; ki pou sevi p6tvwa pou mounn ki pa gen
lavwa ochapit yo, ki pou defann malere ak oprime nan sosyete-
a. Depijou mwen te rankontreMarleine Bastien, nan Sosyete
Koukouy, mwente emeveye 1 mwen tande l'ap pale. Se konsa,
youn jou apre youn prezantasyon, mwen te di-1 ; "kouzin
mwen kontan-w. Anverite si ou kenbe konsa w-ap rive lwen.
Tr lwen". M'pat'manti. Nanane 2001, gwojounalmeriken
Miami Herald di menm bagay la. Nan ekip 40 mounn k'ap fe
mevey, nan syek k'ap vini-anMarleine Bastien se younn nan
yo pou nou kenbe atansyon-n sou li. Jounal-la di veye dam
sa-a, paske li gen anpil potansy6l pou li transf6me sosyete-a
nan 21 m syek-la. Essence Magazine younn nan magazin ki pi
popilk nan peyi Etazini ale pi lwen. Yo klase Marleine Bastien
k6m younn nan 35 fanm vanyan nan lemonn ki gen pouvwa
natirOl pou transf6me youn sosyete.

Men Marleine pa ka fe ni youn pa nago, ni youn pa
kita si noumenm ki apresye travay li pa kore-1, pou l'gen plis
f6s pou l'kontinye goumen al sistem nan poujistis ak dwa pou
tout mounn. Li bouke mande z6t pou yo pran responsablite
yo. Li bezwen plis pouvwa, plis patisipasyon noumenm pou li
transf6me kondisyon malouk anpil nan nou ap viv nan
sosyete-a. Li mande nou 3 bagay. Premye-a se vote pou li si
nou kapab vote. Dezyem nan se jwenn mounn ki ka vote pou
li si nou pa kapab vote. Twazyem nan li mande pou nou fn
youn ti sakrifis, ba li youn kontribisyon.. Kontribisyon sa-a
se pa pou p6ch li. Se pou li peye fre kanpay la. Depans yo
anpil: F6k li peye youn direkte konpetan pou gide-1. F6k li fe
posted, kat envitasyon, afich, anons nan radyo ak televizyon,
vwayaje al pran kontak, lwe youn lokal pou katye jeneral,
peye dlo telef6n ak elektrisite... Anfen-anfen gen depans.
Nan pwen kanpay san depans. Si nou bezwen-1 rive f6k nou
kore-1 finansyeman pou kanpay la byen mennen pou l'pote
laviktwa final.. Sonje Marleine Bastien pa sl kandida. Sa vle
di, f6k nou byen 6ganize, kenbe youn pwotok6l pou 16 jou-a
rive pou z6t regret yo t'al nan konpetisyon ak Marleine
Bastien.

Marleine gen gwo potansyel. Marleine konpetan.
Marleine kapab. Li gen fanm nan fanm ni. Tout vi-1 se aksyon.
Tout vi-1 se sevis. Jistis pou fre ak se nou yo. Voye Marleine
monte nan Kongre Meriken-an se trase chemen pou pitit nou
yo demen; se respe ak diyite pou nou tout. Voye Marleine
monte anverite nou p'ap regret. Se mwen Jan Mapou ki di nou
sa!"

Marleine femen sware-a ak b0l fraz sa yo:
:" My life is about service. Organizing and serving
my community are the compass that guide all my actions.
Being a member of Congress will afford me the opportunity
to bring forth South Florida's issues to a much wider forum.
I have a unique advantage of having worked on both sides of
the spectrum. As a practitioner an advocate, and problem
solver and soon as a legislator. The voters of district 17
have anointed me for those very reasons They want real,
meaningful change. Consequently, they choose someone
who understands, who has been in the trenches with them
every step of the way! I gladly heed their calls. I'm ready for
the challenge!"
Jan Mapou
Koukouy Miyami
mapoujan@bellsouth.net


Page 15




Mercredi 14 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 34


MEN YON
GWO BATO K
AP POTE TOUT
MACHANDIZ
OU TOUPATOU


GONAIVES
HAITI


KI VWAYAJE CHAK
1 5 JOU POU BWOTE
MACHANDIZ OU DIREK
AN AYrrm SOU WAF ST
MARC GONAIVES
CAPE HAIT
LI BWOTE KONNTENE, BWAT
PPEPE, KAMYON MACHIN EK-
SETERA

ST MARC
HAITI
Q____


Rele ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330
Fax ( 561 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398


Toll free 1-877-845-8330 or 1-877-845-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la
Direction: 1-95 to Exit No. 74 ( 45th Street ) East to Congress Ave, to North on Congress Ave to Martin Luther
King Jr Blvd go East on MLK Blvd ( making right hand turn ) this Rd takes you straight to the Port of Palm Bch
As soon as you go over Old Dixie Hwy, before Guard Shack Make 1st Left hand turn you will see our Sign

Under New Management


En Bref...









"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"












Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
1. Les Fantaisiste
Miami 2. Emeline Michel
173 NW 94th Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979 3. Michael Benjan
4. T-Vice: Kite M'I
New York (914 358-7559) 5. Do-La: Brase
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286) 6. Toto Necessite
7. Strings: Coconi
email : melodiefm@hotmail.com 8. Scorpio: Best o
haiti-en-marche@hughes.net
URL: www.haitienmarche.com 9. Jacques S. Jea
Library of Congress # ISSN 1064 3896 10. hangout: 4 POI


IE n l I O f e ( 0 6 3 7


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786-4578830 Fax; 305-756-0979 eal pasacallaot.com


POUR TOU rVOS MUATks Equipements pour construction
16ocs do voitLr / Camlon / Equlpcmcnt m6dil
Ptr avi au par baftea


Page 16


CAPE HAITIEN

HAITI
a


UNIVERSITE D'ETAT D'HAITI


I Des inscriptions sous les gaz lacrymogenes (photo Robenson Eugene)


----I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs