Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00368
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: September 9, 2009
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00368
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00009-09-2009 ( PDF )


Full Text









men


I. I


MEDIAS DE DEMAIN

radiomelodiehaiti.com



Ilo die
103.3 fm


sur la terre

comme au ciel!


PORT-AU-PRINCE, 4 Septembe -Melodie FM
est < en ligne > depuis longtemps. Mais il vient
d'ajouter un nouveau fleuron a son palmar&s. C'est
radiomelodiehaiti.com.
Cela pour vous faire b6ndficier d'un site plus
agr6able a entendre et a voir. Et presqu'h toucher.


Dr. Routo Roy


ou le dernier des Authentiques


PETION-VILLE, 5 Septembre Les
fundrailles de Routo Roy ont &t6 chant6es le
samedi 5 septembre 6coul l'6glise Saint Pierre
de PNtionville.
Le Dr Louis Roy, surnomm6 Routo,
mort a 93 ans, a pratiquement consacrd savie a
lutter pour l'honneur de son pays et pour une
amelioration du sort de son peuple.
Aprbs un exil qui dura presque aussi
longtemps que la dictature des Duvalier pbre
et fils (prbs de 30 ans), le Dr Louis Edouard
Roy fut de toutes les institutions qui essaieront
de redonner au pays une 6thique, de redorer
sonblason, de recrder une certaine idWe d'Haiti.
Ii fut membre de l'Assembl6e
constituante qui donna au pays la Constitution
de 1987, la plus d6mocratique a date.
Le quotidien Le Nouvelliste lui a
cr6dit6 (a tort car Routo, selon ses proches,
(ROUTO/ p. 4)


Routo Roy rentrant en Haiti en 1986 apr2s 27 ans d'exil
(photo courtoisie de lafamille)


Page de couverture du nouveau site de MIlodie FM:
radiomelodiehaiti. corn
Faire mieux connaissance avec nos
programmes mais aussi avec nos animateurs.
Regarder presque la boule mal r6veill6e de
Marcus cachant sa mal-assurance derriere le micro dans
un bonjour plus vrai que nature.
La video venant en renfort a l'audio pour vous
faire admirer se d6roulant en boucle les images que
vous inspire en meme temps que vous l'6coutez, la
musique du < bon vieux temps > qui est, comme vous
le savez, une sp6cialit6 de notre station.
Aprbs le multi-m6dia, voici le tout-m6dia. Ou
comment en participant a nos missions de jeux, vous
souhaitez le bonjour de votre propre voix et de votre
voix propre (st6rdophoniquement) a un ami a l'autre
bout de la terre.

Casser le vieil ordre mediatique ...
D6sormais il n'y a ni audio, ni video, les
denominations presse 6crite, parl6e et t6l6vis6e sont
de vieux cliches tout juste bons pour figurer dans les
communiques officiels.
Tout est dans tout. Les joumaux s'animent
(Nouvelliste ou Le Matinby night) et les radios se lisent,
sur 5 colonnes a la une, super-stdrdo et technicolor.
Selon la formule : elle chante, elle danse et elle
joue la com6die. Comme font le samedi matin Laurie et
Anise a leur mission << Carrefour des jeunes. > Une
mission a tout casser, << le disque de l'auditeur >, oui
qui casse le vieil ordre m6diatique et nous plonge au
cceur de lajeune culture en Haiti comme ailleurs.
Car il existe aussi une culture-jeunes, comme il
y ale << jazz des jeunes >, mais qui n'a pas d'Age. On n'a
pas seulement l'age de ses artbres mais celui de ses
doigts s'ils ne sont pas trop raides pour jouer sur le
clavier de votre micro-ordinateur oni que vous soyez : a
pied, a cheval, en voiture ou en avion.
(MELODIE FM/p. 2)


Mort de Ulrick Pierre-Louis,

le ce ebre maestro de Septen
A 83 ans, le pbre fondateur
du doyen des orchestres haitiens,
a perdu son dernier combat contre
la maladie apris une carribre
professionnelle longue de plus de
60 ans.
Ulrick Pierre-Louis,
fondateur et maestro de l'orchestre
Septentrional, le doyen de la
musique dansante haitienne, s'est
6teint dans la nuit de mercredi h
jeudi I l'Age de 83 ans, a appris
Radio Promo 2000 auprbs de
Nesmy Dor6us, son successeur au
sein du groupe.
Qualifiant le saxophoniste
passionn6 de "plus grand maestro
du pays", Dor6us a fait savoir que
sa disparition repr6sente une
Le musicien et compositeur Ulrick Pierre Louis (au milieu) (SEPTEN/p. 7)

ACTUALITE POLITIQUE

Seul le pouvoir qui n'a pas I'air inquiet
PORT-AU-PRINCE, 5
Septembre Tout est perdu, fors
l'honneur disaient les anciens
chevaliers confronts I la
perspective d'une d6faite militaire. Et
de se jeter dans la bataille avec
encore plus d'ardeur car il ne faudrait
pas perdre la face devant l'ennemi.
Tout semble perdu pour
nous aujourd'hui en Haiti, hormis le
processus constitutionnel que
personne n'ose penser h renverser.
Sauf peut-6tre les petits groupes
d'6tudiants qui ont choisi la rue
comme lieu d'6mulation plut6t que
les salles de cours.
Et encore ce n'est pas que
le processus constitutionnel ne soit
mis h rude 6preuve ... C&rdmonie d'inauguration samedi (5 septembre) des temples
En dernier lieu les et autres locaux rdhabilitis dans trois o lakou vodou > de l'Artibonite
(POUVOIR/p. 5) Souvenans, Soukri et Badjo (photo Robenson Eugene)





Page 2


MEDIAS DE DEMAIN


radiomelodiehaiti.com



Melodie

sur la terre comme au ciel !...


(... suite de la lere page)
Never leave home without it ou la
radio qui vous accompagne partout. Tenez-
vous bien : radiomelodiehaiti.com/portable.
Radiomelodiehaiti.com ou
comment contribuer aussi a amdliorer
l'image de notre pays dans le monde.

Maitresse-la-sirene ...
R6cemment nous recevions en
pleinjoumal<< Au pipirit chantant >> un appel
clair comme de l'eau de roche, pardon
comme la rose 6chapp6e de la chevelure
de la compete de Halley a 2,7 milliards de
kilombtres de la Terre, une Maitresse-la-
sirlne interplan6taire. Nonj'exagbre, c'6tait
un simple appel de la station spatiale
internationale oi venaient de s'arrimer nos
amis de la navette Discovery, pour nous
communiquer le dernier bulletin sur la
temp6te Erika.
Comme vous voyez, on ne se
refuse rien h radiomelodiehaiti.com.
Et quand Captain Bill prend les
commandes chaque apres-midi a 3 heures,
attachez vos ceintures. C'est encore plus
passionnant que << 2001 Odyss6e de
l'espace >. C'est le <
certes, mais conjugu6 au futur.
Radiomelodiehaiti.com ou la


station futuriste.

Madonna et Sassy ...
Ou quand Luciani le samedi soir
vous dit : << cavaliers prenez vos dames >>,
vous pouvez bien tomber sur une martienne
que vous ne le sauriez pas parce que 1i-
haut aussi les filles s'habillent aujourd'hui
comme nos amazones dans les rues d'Haiti.
Et que dire de lavoix de Lady Blues,
tous les midis, transfigur6e et transfigurante.
C'est Madonna et Sassy (Sarah Vaughn)
servies sur un meme plateau d'argent a
l'heure du lunch.
Mais votre lunch que d6sormais
vous pouvez choisir de prendre a l'heure
qui vous convient le mieux, dans quelque
coin de la terre (ou de l'espace) que vous
vous trouviez et nous ecoutiez, c'est votre
petit coin a vous, le plus intime qui soit,
c'est l'heure tranquille oi les lions de la
finance ou de toute autre activity
perturbante vont boire !
C'est votre heure a vous tout seul
(ou toute seule). L'heure mdlodie et mdlodie
toujours a l'heure, ni avant ni aprls, a l'heure
du monde de demain. C'est
radiomelodiehaiti.com.
R6p6tez le partout. Auditeurs de
partout, sur la terre comme au ciel !
MAlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Mercredi 09 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N0 33

7 Septembre 2009: ouverture de l'ann6e scolaire
L'annde scolaire 2009-2010 a d6marr6 ce lundi 7 septembre partout a travers le pays,
selon le calendrier scolaire l6abord par le Ministere de l'6ducation nationale et de la
formation professionnelle (Menfp).
A Port-au-Prince, tris t6t dans la matinee, on remarquait dans les rues des enfants en
uniforme se dirigeant vers plusieurs 6coles de la capitale (mais pas toutes, h6las).
Aussi la circulation des v6hicules n'a pas &t6 trbs facile. Beaucoup d'embouteillages.

Signature de la convention d'un montant de 27 millions d'euros en
appui budgetaire
Port-au-Prince, le 7 septembre 2009.- La Premiere ministre, Michele Duvivier Pierre-
Louis et le chef de la D61egation de la Commission europ6enne, Francesco Gossetti-di-
Sturmeck, ont signed, ce lundi 7 septembre 2009, a la Primature, la convention de
financement pour l'octroi d'un appui budg6taire d'un montant de 27 millions d'euros.
La c6r6monie s'est d6roulde en presence du ministre de l'Economie et des Finances,
Daniel Dorsainvil, de l'Ordonnateur national pour le Fonds europ6en de
d6veloppement en Haiti, Price Pady, de l'ambassadeur d'Allemagne, Jens-Peter Voss et
du charge d'Affaires de l'ambassade de France, Christophe Quentel.
De ce montant, 2 millions d'euros sont allouds au ministbre de l'Economie et des
Finances, sous forme d'assistance technique, en vue de l'application du programme
de r6formes macro-6conomiques.
Pour la Premibre ministre, cet appui budg6taire de l'Union europ6enne permettra au
gouvernement de mette en ceuvre les priorit6s fixes dans le budget, telles les
infrastructures (route, 6nergie 6lectrique), la relance de la production nationale, la
sante, 1'6ducation, l'assainissement et l'eau potable.
La Premiere ministre a rappel << que le gouvernement est trbs conscient de
l'importance de l'appui budg6taire et des dispositions a prendre pour en faire un
usage rigoureux dans le but de rdpondre aux besoins essentiels de la population >>.
Unit6 de Communication, de Relations
Publiques et de Presse de la Primature

La Banque mondiale accorde 22 millions de dollars A Haiti
La Banque mondiale (BM) a annonc6 mardi qu'elle allait accorder une enveloppe de 22
millions de dollars a Haiti afin d'ameliorer le sort des 6coliers du pays le plus pauvre
du continent amdricain.
Ce don permettra, selon l'organisme international base Washington, a au moins
135.000 enfants d'avoir aces a l'6cole primaire pendant une annde suppl6mentaire.
Les fonds permettront 6galement d'ameliorer les r6sultats de 40.000 6coliers, indique la
BM dans un communiqu. Une partie de la somme doit aussi etre affected a
l'acquisition de nouvelles fournitures scolaires.
Ce don 6mane du projet "Education pour tous" lanc6 par la Banque mondiale il y a
sept ans qui, selon ses concepteurs, a vocation a permettre aux enfants des pays en
d6veloppement de sortir du systeme scolaire en ayant au moins termind l'6cole
primaire. Selon les deniers chiffres de 1'UNICEF publiCs il y a deux ans, a peine un
enfant haitien sur deux est scolaris6 dans le primaire.

L'expert de I'ONU sur les droits de l'homme en Haiti pas satisfait de
l'allure de la reforme judiciaire
L'expert ind6pendant de 1'ONU sur les droits de l'homme en Haiti, Michel Forst, a
critique jeudi (27 aofit) la lenteur de la r6forme de lajustice en Haiti, oi des prdvenus
peuvent passer plus de quatre ans en prison sans Wtre jug6s.
"Je regrette de dire que la r6forme de lajustice pi6tine, alors qu'il y a un grand besoin
de justice en Haiti", a d6clard M. Forst lors d'une conference de presse au terme d'une
troisibme visite en Haiti.
Le rapporteur special a condamnd la surpopulation carc6rale en Haiti, oi condamnds et
prdvenus sont entass6s dans les memes cellules "au m6pris des droits de la personne
humaine".
Relevant une grave d6faillance de la chaine p6nale, il a recommand6 la construction de
maisons d'arret pour s6parer les pr6venus des condamnds.
M. Forst a aussi plaid en faveur de plus de moyens pour les tribunaux et pour une
meilleure r6mundration des magistrats, afin de rem6dier a la corruption qui affecte le
systeme.
Relevant que les commissariats de police ont &te refaits et que les v6hicules et les
uniformes des policiers sont neufs, l'expert a regrett6 que les magistrats haitiens
travaillent eux dans des locaux v6tustes et sans ordinateurs.
"I faut que lajustice et la police marchent sur le meme pied", a-t-il conclu.


"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Des lakou sacres du vodou rehabilites aux Gona'ives
Trois des lakou sacr6s du vodou, Souvnans, Badjo et Soukri, situds aux Gonaives, ont
6td r6habilit6s. La nouvelle a &t6 rendue publique par le ministre de la Culture et de la
communication, Olsen Jean Julien, au cours d'une conference de presse. La c6drmonie
d'inauguration des travaux de rehabilitation de ces "lakou sacr6s" a eu lieu le samedi 5
septembre, aux Gonaives, sous les auspices du Premier ministre Michele Duvivier
Pierre-Louis, du ministere de la Culture et de la communication (MCC) et des
serviteurs du lakou Badjo.
Les lakou Soukri, Souvnans et Badjo se trouvent parmi les lieux de patrimoine,
historiques et culturels, les plus anciens du pays.

(EN BREF / p. 14)


i ..............................................................





Mercredi 09 Septembre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 33


ASSASSINAT SPECTACULAIRE

La police troublee par le brutal

assassinat de Bertholand Edouard Jr.


Port-au-Prince, le 7 septembre(alertehaiti.ht).-
L'homme d'affaires Bertholand Edouard Junior, connu sous le
nom de Frdro Edouard, a &te abattu de plusieurs balles
dans la nuit de mercredi ajeudi 3 septembre a Delmas
67.
Tout s'est pass tellement vite a d6clard un
homme qui vend des cartes de t6l1phone dans la
zone. Un v6hicule est arrive, des hommes en sont
descendus. Un homme 6tait assis sur le trottoir,
attendant la reparation d'un pneu de son v6hicule.
Les agresseurs l'ont pouss6 au sol avant de lui loger
trois balles dans la tate, prenant le soin de recuperer
les douilles avant de repartir, a racont6 le vendeur.
Les traces de poudre constat6es sur la
nuque de la victime lors du constat dujuge de paix, .
confirment que le tueur a tired bout portant ne lui
laissant aucune chance.
Plusieurs heures apres l'assassinat, de
nombreux curieux 6taient rassembl6s autour du
cadavre. Les policiers ont eu plein de difficulties pour
trouver unjuge de paix. Aucune mesure n'6tait prise
entretemps pour prot6ger la scene de crime. Les units
de police scientifique de la PNH et de la Minustah Le cad
pourtant pr6sentes dans certains cas, 6taient cette
fois absentes.a ol
72 heures apres ce brutal assassinat, aucune enquete
n'a &t6 annonc6e. Les speculations se poursuivent autour de
la victime. La these d'un reglement de compte est privil6gi6e.
Certaines informations font croire que la panne de pneu aurait
meme &td provoqude pour le forcer a s'arreter en cours de


route. Ceux qui ont perp6tr6 ce crime auraient done eu le
contr6le de leur cible. Bertholand Edouard Junior n'avait
aucune chance de leur 6chapper.
a


avre ae Lertholand taouarajr. est reste longtemps sur place,
ce attendant arrivee d'un juge de paix (photo alertehaiti.ht)
Cependant ce r6seau capable de mener pareille
operation en pleinjour, dans une rue passante, en presence de
nombreux t6moins, non loin d'un point fixe de la police et de
repartir sans 8tre inqui6td, ne vient-il pas de prouver une
nouvelle fois qu'il a le contr6le de nos rues?


: "Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Vest vmo us ad didez de vus horraes.. Paritm ou vous 6w*
accedez A UN 1BANKOnline", uwe waie sucuraleon ignat

> Payez n e qui ayant onco=pte"A la UNIBANK

> o
>Achetez des ch~ques cde dtredo t our I6hrnger
>I


> Connwdez voTn stiestation bancaire

Coain& z la longueI We fdaubr Mtransac rspoasibles
on clkpnt ur ld www.unbankhati.com


Parmi les 11 snateurs dlus le 21 juin dernier, de la droite
Wenceslas Lambert (LESPWA), Maxime Roumer (LESPWA),
Hyppolite Milius (OPL) et Francky Exeus (LESPWA)


11 1UNIBANK
11 ilt: I****

"Fso ns route enseable"

www.unibanrkhaiti.com


Page 3


fPOLmrUE SOMMAIRE
Seul Ie pouvoir qui n'a pas l'air inquiet p.1
MEDIAS
Melodic sur terre comme au ciel p.1
GRANDS DISPARUS
Dr. Routo Roy ou e dernier des Authentiques p.1
MUSIOUE
Mort de Ulrick Pierre-Louis, le clebre maestro de
Septen p. 1
ACTUALITEENMARCHE
Education une rentr6e sur fond d'aust6rite p.2
Les 11 senateurs 1lus pretent serment p.3
Assassinate spectaculaire de Bertholand Edouard Jr. p.3
Lettre du PM au president de la chambre p.8
LIBREPENSER
<< Nous fabriquons des analphabetes sophistiqu6s >
p.6
Ville Bonheurp.12
MIGRATION & DROITSDEL'HOMME
Migrants haitiens en difficult aux iles Turks and
Caicos p.6
LETFRES
Comment DanyLaferrire vit son retour en Haiti p. 10
CULTURE &PATRIMOINE
Trois << lkou > sacrde du vodou r6habilit6s p.10
JUSTICE
La refornjudiciaire pi6tine, selonMichel Forst p.12
ENVIRONNEMENT
Retour aux sources p. 13
ORAISON FUNEBRE
Un frere rempli d'amour p. 10





Mercredi 09 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N3 33


Dr. Routo Roy ou le dernier des Authentiques


(... suite de la lre page)
6tait contre cet article qui condamnait une partie de la
population A l'exclusion. I1 6tait d'ailleurs absent le jour du
vote de cet article) la paternity du fameux Article 291 (surnomm6
<< Makout pa ladan >>) qui interdisait aux < partisans z616s de la
dictature et de son maintien durant 29 ans au pouvoir>> de
rechercher aucune fonction elective pendant 10 ans.
Et aprbs une premiere succession de
coups d'Etat militaires (Namphy 1, Namphy 2,
Prosper Avril etc), lorsque le Pbre Antoine
Adrien- une autre personnalit6 embl6matique
- proposa une nouvelle formule, avec une
pr6sidente de la r6publique (la juge Ertha
Pascal Trouillot) et un Conseil d'Etat,
personne n'6tait mieux plac6 pour prendre la
t6te de celui-ci que Routo Roy.
H61as, les tontons macoutes sont A
l'affit. Un matin Serge Vilar, un autre membre
du Conseil d'Etat sort du bureau affect A ce
dernier au haut de la ville, dans le quartier de
Pacot. I1 est assassin A coups de revolver.
Les meurtriers courent toujours.
Seule explication: la ressemblance
physique de la victime avec le Dr Roy auquel
les adeptes du duvali6risme n'auraient pas
pardonn6 1'Article 291.
De fait, une semaine plus tard
seulement, l'ex-chef de la police politique de
Duvalier, le ministre de l'int6rieur Roger
Lafontant, refaisait surface pour annoncer sa
candidature aux prochaines elections.
II a fallu la candidature du
charismatique petit cure de Saint Jean Bosco,
Jean-Bertrand Aristide, pour barrer la route A
ce retour par la grande porte du duvali6risme
pur et dur.

Le cyclone Hazel frappa
durement Haiti...
Mais la carribre publique du Dr Louis
Roy ne d6buta pas en 1986, ann&e de son
retour d'exil.
Il est aussi connu comme le fondateur
de la Croix Rouge Haitienne. Ala v6rit6, il a 6t6
le cinquibme president de la Croix Rouge. Mais
trois mois aprbs sa nomination A ce poste, le
cyclone Hazel frappe durement Haiti. Les 2/3
du pays sont touches. Routo organise les
secours de faqon telle que la Croix Rouge
devient une r6f6rence pour tous les sinistr6s.
Connu aussi comme le premier Le Dr L
directeur du Sanatorium, seul endroit on se
traitent aujourd'hui encore les malades de la tuberculose en
Haiti ot ce mal est end6mique jusqu'A nosjours, alors qu'il a
presque totalement disparu dans le monde d6velopp6.
Aprbs avoir cr66 la Ligue anti-tuberculeuse, Dr Roy
construit le sanatorium en 1954, dont il devient le directeur
jusqu'A son depart en exil en mars 1959.
Deux importantes institutions consacr6es a la
recherche d'un mieux 6tre g6n6ralis6.
I1 cr6era aussi le Bureau de Contr6le de la
Tuberculose, charge du d6pistage pr6coce ; le PrMventorium


on sont pris en charge les enfants des parents hospitalis6s et
encore contagieux.

Au-dessus des partis ...
Pour avoir une id6e de la reputation du Dr Louis Roy,
il faut se reporter A la s6rie des derniers ouvrages dujournaliste
n6o-z61andais Bernard Diederich qui a v6cu en Haiti dans les
&a% re im


Louis Roy et son spouse Miki (photo courtoisie de leurfils Bertra

ann6es 50 et 60.
Diederich a couvert le passage sur Haiti du cyclone
Hazel, en octobre 1954.
Lorsque quelque temps plus tard on rapporta au
president Paul Eugene Magloire que la famine faisait rage dans
le d6partement de la Grande Anse, il se fhcha parce que croyant
a un complot de ses opposants.
Mais l'informationfit la une dans la presse am6ricaine.
Alors Magloire fit appel A la seule personne en qui il
pouvait avoir confiance, a-t-il dit, parce que au-dessus des


partis, le Dr Louis Roy.

AMERIJET INTERNATIONAL, INC.


Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit enten&t pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki
pbmbt klyan an jwenn tout O/ S-\ p, R W G
enf6masyon li bezwen sou transp6 ___
pa avyon, sou lanmb ak ate, fR
rezbvasyon pou transpb machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon
kontabilite.


if TN


"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe tout bagay pi fasil pou klyan
an kit se machandiz lap voye, kit se efl pesonbl" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes
Devlopman.
MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon yo e pou
ls yon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an
yon p e-Stop-Sh ., sa vie di nou vie ofri li plizyc solysyon o chwa avyon,
bato os tquit se machandiz pou ekspbtasyon, kit se pou enptasyon.
a kapini yo, Amerijet pral introdui loavLantaj sou website li a. Pamela
Robbins "U I yo 4i entercsc an oloi a c oe bin plis
ekspansyon e p INae illn .. tNO .. .alaans
Amerijet International, I i oun se vis entenasyonal konple sou tout f6m
- pa avyon, pa bato ak atL.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenbt la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


Routo conduisit une
mission dans la Grande Anse
et revint confirmant
l'information.

La motivation
par l'exemple...
Cela s'appelle la
cr6dibilit6, sans quoi une
soci6t6 n'a pas de modules ou
de repbres.
Et une soci6td sans
modules se condamne A finir
comme la tour de Babel, dans
la pagaille et l'anomie.
Mais le module n'est
pas non plus une vedette de
Hollywood, une superstar
enferm6e dans sa tour d'ivoire
et au pied de laquelle on vient
se prosterner.
Le module met la
main A la phte. S'il fait cole,
c'est A force de cr6er la
motivation par l'exemple.
Nombreux sont les
jeunes gens de ce temps-la
(filles et garqons) qui vous
racontent que leur premier
contact avec l'arribre-pays ou
tout simplement avec le peuple
du bas de la ville de Port-au-
Prince, ce fut au sein d'une des
escouades d6p6ch6es par la
Croix Rouge Haitienne lors de
creation r6cente.


Fils de l'61ite, Routo Roy consid6rait que celle-ci se
devait de m6riter ses privileges en s'impliquant dans la
recherche d'un mieux 6tre pour la grande majority.
Mais au lendemain de la dictature duvali6riste, la plus
sanguinaire et mangeuse d'hommes aussi bien que
d'institutions de notre histoire, force est de constater que

cette mentality ou plus encore, cet ideal a
presque totalement disparu.
Un m6me esprit de v6nalit6 et de
chacun pour soi ayant p6n6tr6 les milieux les
plus ais6s, ancienne bourgeoisie ou classes
moyennes 6conomiquement ais6es.

Les forces du statu quo ante

Aussi le Routo Roy qui revint en
Haiti au lendemain du depart de Baby Doc, le
7 f6vrier 1986, n'estjamais arrive A atterrir, pour
utiliser une expression A la mode ...
Pourtant son ideal restait le m6me (et
sa force de caractbre aussi solide et entire) :
aider A consolider les institutions du pays, et
d'abord A d6mocratiser celles h6rit6es de la
longue nuit de la dictature de Papa Doc. Mettre
aussi quelques garde-fous pour prot6ger
l'ceuvre en construction.
D'otf son infatigable participation A
la r6daction de la Constitution de 1987, ainsi
qu'A toutes sortes d'initiatives citoyennes
(organisation des elections d6mocratiques -
dont celles de 1987 qui seront noy6es dans le
sang par les forces armies d'Haiti encore
dominoes par les tontons macoutes, Conseil
d'Etat en 1990 pour contrebalancer une
pr6sidence de la r6publique encore manipul6e
par les forces du statu quo ante, puis lutter
contre le putsch militaire de 1991, l'un des plus
sanglants de notre histoire). Ce qui lui valut
de retourner A nouveau en exil et plus d'une
fois.
Et toujours accompagn6 de Miki,
spouse et camarade.

L'immense injustice...
Pourtant comme l'avait appr6ci6
autrefois le president Paul Magloire, Routo
Roy a su, malgr6 son activisme intense, se
maintenir au-dessus des partis. Bref, il n'6tait
pas candidat A la pr6sidence, voilA. Au grand
indRoy) dam de ses ennemis qui en r6vaient pour
l'abattre d6finitivement, et aussi sans doute
d'une bonne partie de ses amis Toutefois il ne pouvait fermer
les yeux sur l'immense injustice qui frappe les plus des trois
quarts refoul6s aujourd'hui dans un d6nuement infiniment plus
total qu'autrefois.
Car ce n'6tait plus la m6me Haiti !
Aussi il ne fut pas compris. Les n6o-Duvali6ristes lui
firent une guerre sans merci (arr&t6 sans aucun management
pour son grand Age sous le regne du g6n6ral-pr6sident Prosper
Avril et exil6 avec pour tout bagage ... son stethoscope). On
se souvient aussi des diatribes d'un c61lbre 6ditorialiste
appartenant A ce m6me secteur, Serge Beaulieu : << Nou pran
nan 3 Roy >>. Allusion A deux autres personnalit6s publiques
portant le m6me nom de Roy.
Evidemment la petite 61ite a laquelle il appartenait par
la naissance ne lui fut pas non plus d'un grand appui ou trbs
peu A cause de ses nouvelles tendances politiques
certainement trop progressistes.
Ou trop en avance !

Toute une nation en cage !...
Ainsi de fil en aiguille aujourd'hui nous voici A l'heure
du bilan mais pour constater que autour de nous c'est le vide
le plus total, abyssal, absolu.
Tous nos modules sont partis mais sans laisser de
traces.
L'esprit de Routo Roy 6tait mort depuis bien
longtemps.
I1 n'y a aucun remplaqant parce que le travail de
motivation est sabot6 syst6matiquement par nos ennemis de
l'int6rieur.
Ennemis sans visage. Et partout. Tous les milieux,
tous les Ages.
Comme dans le PMlen Tbt de Frank6tienne : toute une
nation en cage !
Une semaine avant le Dr Louis Roy, un s6nateur
am6ricain a 6t6 enterr6. Edouard Kennedy. Comme Routo, il a
travaill6 A consolider les institutions de son pays et A aider les
petites gens par la m6me occasion.
Le president Obama qui a prononc l'oraison funbbre,
dit que la pensee de Ted Kennedy lui survivra.
Pouvons-nous en dire autant ?

Marcus, 5 Septembre 2009

N.B. Routo etait le fils du Dr Edouard ROY et de
Marie Cassagnol, et non pas du Prdsident Louis Eugene Roy.
Erreur commise par certains mddias.


Page 4





Mercredi 09 Septembre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 33


ACTUALITE POLITIQUE


Seul le pouvc


(POUVOIR... suite de la lere page)
s6natoriales partielles de mai-juin 2009 marques d'abord par
un retard de calendrier de plus d'une annde, puis l'l6imination
quasi exp6ditive de l'organisation politique la plus populaire,
Fanmi Lavalas (d'Aristide), puis les nombreuses irr6gularit6s
d6nonc6es aux deux tours. Il y eut meme un mort.
Outre un taux d'abstention sans pr6c6dent (3% a 4%
de participation 6lectorale, selon des sources ind6pendantes)
depuis le renversement de la dictature Duvalier en f6vrier 1986.
Et encore plus r6cemment les manceuvres utilis6es
pour contoumer la question de quorum lors de la validation
des pouvoirs des 11 nouveaux s6nateurs 6lus.
La critique anti-gouvemementale est a son point
culminant, cependant celui-ci devrait pouvoir
allerjusqu'au terme de son mandat en f6vrier
2011.
Mais dans quel 6tat!
Tout le monde a des motifs de
m6contentement. Les ouvriers de n'avoir pas
obtenu le salaire minimum a 200 gourdes
pr6alablement vote par les deux chambres, puis
ramend a 125 aprls les objections du president
de la rdpublique.
Les petites et moyennes entreprises
a cause du doublement du tarif de l' lectricit6.
Et des autres augmentations de coft a la chaine
que cela suppose dans leur revient.

Une facon trop cavaliere ...
Jusqu'aux employs de l'Etat census
constituer traditionnellement le secteur le plus
acquis au pouvoir qui n'arrivent pas a avaler
le coup de la suppression brutale et sans
avertissement du << 14e mois. > I1 s'agit d'un
extra-bonus consenti depuis quelques anndes
au personnel de la fonction publique pour
aider a faire face a la rentrde scolaire.
Ce n'est pas une loi mais une faveur,
rench6rit le gouvemement, qui annonce sur la
meme lance qu'on peut en faire son deuil Manfe
Mlanifes
une fois pour toutes puisqu'il n'y a pas de de Port
provision non plus pour le 14e mois dans le d
prochain budget actuellement soumis au
Parlement.
Le plus surprenant est la facon par trop cavalibre on
ne saurait dire arrogance ou indifference mais c'est surtout
l'aspect si peu professionnel avec lequel l'actuel pouvoir prend
des mesures qui en d'autres temps l'auraient fait craquer
comme un vieux meuble bon pour la d6charge publique.
Et pourtant, aucune menace de ce genre a l'horizon.
Est-ce la presence militaire internationale ? La
Minustah et ses prbs de 10.000 soldats et policiers ?
On a envie de dire que ce pays en a vu d'autres.

L'apres-Prval ...
Au lendemain meme du second vote des d6putes
ramenant le salaire minimum a 125 gourdes, les ouvriers du
parc industriel rejoignaient leur poste de travail sans un mot
de plus. Pourtant la veille encore ils manifestaientbruyamment
dans les rues. Les patrons de la sous-traitance avaient dfi
fermer pendant deux jours par souci de s6curit6. Mais le vin
est tire, il faut le boire. Hasta la proxima.
Les personnalit6s politiques et de la soci&te civile
qui tenaient une rencontre le week-end d'avant dans la capitale
de la rdpublique voisine, Santo-Domingo, ont plus d'une fois
rappel6 qu'ils pr6parent < l'apres-PrMval. >
Et done contrairement aux rencontres qui avaient eu
lieu dans la meme ville avant le renversement du president


iir qui n'a pas

Jean-Bertrand Aristide en f6vrier 2004, aujourd'hui personne
ne pense a un quelconque coup d'6tat !
Les vieux partis politiques haitiens (vieux pas
seulement par leur age) y pensent encore moins. Eux qui n'ont
meme plus les moyens de protester de manibre effective contre
les fraudes qu'ils d6noncent et dont ils s'estiment eux-memes
les victimes.
Comme lors de la proclamation des r6sultats officiels
des dernires s6natoriales ...
Ou encore vendredi lors de la stance de validation
au S6nat oi la menace de boycott avait &t6 tellement agit6e.
Mais autant de coups esquiv6s qui peuvent rendre
le pouvoir encore plus hardi. Justement pour nous imposer le


tation de taxi-motos pour protester contre des dispositions de la
t-au-Prince visant a regulariser leur nombre et leur circulation i
ns les rues de la capitale oi beaucoup de meurtres ont ete comm
par des individus a moto (Robenson)
paquet de mesures d'aust6rit6 chaque jour encore plus
s6veres, le rembde de cheval qu'il a pour mission de nous
forcer dans la gorge.

Mais rien n'est encore joue ...
Le pays fait le gros dos.
La Minustah (a la veille d'un nouveau renouvellement
de son mandat d'une annde) peut s'en f6liciter, pensant que
c'est 1h en effet le r6sultat de sa politique de dissuasion.
Dire que c'est le meme pays qui a &t6 cr6dit6 par la
presse international des 6meutes de la faim d'avril 2008 !
Mais un proverbe haitien nous dit: << bat chen an
tann met li (battez le chien, mais attendez le retour de son
maitre). Enfranqais, rien n'est encorejoud.
D'abord le pouvoir actuel accepte quasi
volontairement de ruiner toutes ses chances de laisser un
heritage positif.
Sinon les memes mesures auraient &t6 appliques de
manibre plus intelligente. Avec moins de 16geret6. Car une
disposition peut etre 16gale mais applique de la meme faqon
que le ferait un pouvoir totalitaire. Simple question de doigtd.
Or si Rend Pr6val personnellement n'envisage pas
de faire un auto-coup d'6tat pour se maintenir au pouvoir, par


Edulcatke : I c"k1 ,t0U tnrr
"Copyrighted Material


-Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


1' air inquiet

contre il ne manque sans doute pas autour de lui ou au sein de
l'actuel pouvoir des pr6tendants a sa succession ...
De manibre tout a fait d6mocratique, soit. Autrement
dit, par des elections. Et c'est 1 que nous ne suivons plus. Y
en a qui sont en train de faire hara-kiri (de se suicider
politiquement), ma parole.
On doit esp6rer que ceux-lh ne comptent tout de meme
pas sur << le blanc >> (c'est-a-dire l'intemational) pour les mettre
en selle de la meme faqon qu'ils auront r6gl6 la question des
mesures d'aust6rit&. En deux temps, trois mouvements !

Abuse, mais n'exagere pas !...

Ce serait surestimer alors le degr6 de
comprehension du pays. De6j si surprenant,
compare aux deux d6cennies 6coul6es. Qu'il
est loin le temps du << rache manyk >>.
Tant mieux, mais comme dit l'autre:
abuse, mais n'exagbre pas !
Quant aux pr6tendants ext6rieurs au
pouvoir en place, leur confusion doit etre
encore plus grande. D'un c6t6 ils se frottent
les mains devant la perte de popularity que les
actuelles mesures sont en train d'entrainer
immanquablement pour les gouvernants
actuels, mais d'un autre c6t6 ils ne peuvent
pas en profiter (comme autrefois) 6tant lies
par les memes accords dits de la reconciliation
nationale.

La troisieme voie ...
_, t Tout est pour le mieux dans le meilleur
des mondes.
Sauf pour ceux qui font les frais de
cette belle mdcanique : ceux qui supportent le
poids de ce rembde de cheval.
Ils regardent en haut, ils regardent
en bas, et ils murmurent tout bas : c'est blanc
bonnet, bonnet blanc.
Smaire Alors lejour des elections v6ritables,
mairie .
ils decident de choisir la troisibme voie :
ntense
i l'abstention. Qui dit mieux : de battre le record
des dermires s6natoriales.
Des pr6sidentielles a moins de 3% !
Il y a diffirentes faqons de faire l'histoire, n'est-ce
pas. Et s'il vous plait, sans d6roger au processus
constitutionnel.
Ce n'est bien sir pas ce que nous souhaiterions.
Mais c'est 1h que nous nous dirigeons. Et quant au pouvoir,
de manibre tout a fait aveugle ...


Haiti en Marche, 5 Septembre 2009


CONTACT US
TOLL FREE. 1-888-383-2856
OR. 305-620-8300
FAX .305-620-8332
CELL. 305-986-8811


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCHE


I pIU it pour Six BBBI


*aiti ______
Etats Unis _
Canada
Europe
Am6rique Latine


Gdes 260.00
_ US $ 40.00c
_ US $ 42.00
_ US $ 70.00_
_ US $ 70.00o


I CoatpouriA


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans l* cas d'un abonnement
avec Ilvralson, le coOt eat le double.
Prtre de specMier si voua etes
un nouvel abonn6
ou s'll s'agt d'un renouvellement


Nouveau


Renouvellement

E--


Page 5


Nom
Adresse.





Mercredi 09 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N3 33


NEO-COLONIALISME (!)


< Nous fabriquons ai
SANTO-DOMINGO, 29 Aoft L'une des
interventions les plus originales pendant la conference
organisde par des secteurs haitiens dans la capitale voisine le
week-end could a &te celle de Leslie P6an, 6crivain et essayiste.
Le theme c'est la lutte contre la betise, or en Haiti la
botise gagne toujours dans le combat contre l'intelligence. Et
cela a cause aussi de l'arrogance de ceux qui croient avoir
l'intelligence.
Mais surtout la botise est forte parce
qu'elle joue le meme r6le que le
<< commandeur > (le chien de garde) dans la
plantation coloniale. La betise remplace
avantageusement la violence.
La botise est forte parce qu'il n'y a
pas moyen de vivre sans elle. Parce que la
betise tue, 6limine, moralement et
physiquement.
Mais plus encore, elle est un
instrument d'asservissement, destined
maintenir le pays dans l'archaisme. La botise
ne se remetjamais en question.
Roger Gaillard l'a analyst dans le
triomphe du g6ndral octog6naire Nord Alexis
sur le brillant Ant6nor Firmin.
La botise gagne a coup stir parce
qu'elle a un allied solide : les ex-puissances
coloniales du temps de < Tonton Nord >> et
appel6es couramment aujourd'hui la
communaut6 international.
Voici le point de depart d'un expos
aussi audacieux qu'il se d6roule au coin de
l'humour.
L 'dcriva
La r6sultante d'un grand organise ga
complot...
La betise est le lien secret entre tous ces 616ments : la
puissance h6g6monique et sa marionnette locale. Mais aussi
les concessionnaires, les profiteurs, les lobbies, toutes les
mafias du dedans et du dehors.
Ant6nor Firmin d6nonce non seulement la botise,
relive P6an, mais aussi la corruption qu'elle tolbre.
Et d'un coup d'aile, l'intervenant nous rambne a la
r6alit6 d'aujourd'hui pour affirmer que nous vivons une sorte
de parachbvement de ce processus.


ijourd'hui des analphabetes sophistiques >
Il en voit pour preuve la baisse des r6sultats des La botise a remplac6 le fusil et la canonniere dans la
candidats aux examens officiels, mais quoi de plus logique perpetuation de l'ordre colonial.
puisque correspondant en meme temps a la baisse du On nous impose le n6gatifcommerepbre.
pourcentage du budget public consacr6 a l'6ducation. Revenant sur les deniers r6sultats catastrophiques
En meme temps aussi que l'enseignement fait un shift aux baccalaur6ats 1-" et 2eme partie (a peine 24% de r6ussite),
du public au priv6 le moins qualified. Done au prix de la quality. Leslie PNan y trouve la confirmation de sa thdorie.
C'est l'explosion des < z6coles borlette. > Le redoublement des classes par l'Fl6ve est une


'ii
s


bonne chose parce qu'il enrichit les mauvaises 6coles, les
encourageant dans leur ceuvre destructrice,
et ruine les parents chaque jour plus
d6sempar6s.
Seul l'illettrisme qui progresse.
L'illettrisme g6ndralis a pour but de continuer
a carter la majority. Un illettrisme
soigneusement organism car il n'est plus
question de refuser cat6goriquement aux
masses l'acces a l'enseignement.


La btise arrogante ...
Conclusion : nous fabriquons
aujourd'hui des analphab~tes sophistiqu6s.
La botise arrogante.
Or c'est le mime vieil ordre qui se
perpCtue. La puissance h6g6monique
appuyant un gouvernement fantoche et
couillonnant tous i la ronde, qui que nous
soyons, afin de reproduire le mame sch6ma
ndo-colonial.
A ce sujet, les l1ites ne peuvent 6tre
que << r6pugnantes. >>
La haine sociale est un autre
instrument de manipulation.
n Leslie Pdan intervenant le samedi 29Aoift a une conference sur HaTti Ou alors bourreaux et victimes
anto-Domingo, capitale de la rdpublique voisine (photo HaTti en Marche) doivent se donner la main. Pas de leur propre
volontW, mais actionnes par t6l1commande.
Cependant tout cela n'arrive pas par hasard, selon La bitise c'est une veritable guerre de basse intensity
Leslie PNan, qui le pr6sente comme la r6sultante d'un grand mende contre le peuple haitien.
complot et plus de deux fois centenaire. Et replaqant le d6bat dans son contexte car il s'agit
Il s'agit d'un plan syst6matique d'abitissement des tout de mime d'une reunion h caractbre politique, les elections
Haftiens qui ne date d'hier. de 2010 doivent constituer un referendum pour marquer la
volont6 du peuple haitien de refuser son asservissement avec
Un illettrisme soigneusement organism ... pour anrme maitresse : labitise
Ainsi se reproduit le systbme archaique, I'Etat-
marron, dont Haiti ne doit pas sortir Marcus, Santo-Domingo


Les migrants/es haitiens en difficult aux iles Turques et Caiques


02 septembre 2009 Le Groupe d'Appui auxRapatrids
et Rffugi6s (GARR) a pr6sentW, le 02 septembre 2009, en son
local, une stance d'informations sur la situation difficile des
migrants haitiens/nes aux Iles Turcs & Caicos (TCI) observe
au cours d'une mission effectu6e du 19 au 24 aofit 2009 sur
cet archipel. Ce territoire britannique de 450 km2 compte 33
mille habitants avec une communaut6 haitienne 6valude a 13
000 personnes dont 3000 vivent en situation irr6gulibre.
Images et t6moignages a l'appui, le responsable de
la Section des Droits humains etMigration du GARR, Patrick
Camille, a partag6 avec les membres de la presse haitienne le
quotidien des sans-papiers haitiens. Un grand nombre d'entre
eux vivent dans les < raje > (sous-bois), passent leursjournes
dans une d6charge d'immondices pour y tirer des objets
vendables et de la nourriture. Le ch6mage, le manque de
documentation, les descentes de lieux, les detentions et
rapatriements massifs accompagn6s de maltraitance, l'absence
de representation diplomatique sur place et l'arriv6e incessante
de nouveaux Boat people qui pr6carise la situation des
membres de la communaut6 d6ji installs, sont entre autres
problkmes qui affectent les migrants haitiens aux TCI.
Parmi les recommandations formuldes par le GARR
aux autorit6s haitiennes, citons entre autres :


1. L'ouverture dans les meilleurs d6lais d'un consulat
fonctionnel aux Iles Turques et Caiques avec une unite
charge de veiller au respect des droits des ressortissants
haitiens. Ce consulat travaillera 6galement a 6tablir des
relations commerciales et autres avec ces iles situdes
seulement a 35 minutes d'avion du Cap-Haitien;
1. Le renforcement des structures policibres du Nord ou des
villes de depart des "Boat people", particulierement les
Gardes-C6tes haitiennes en vue de lutter efficacement
contre les voyages clandestins par mer ;
1. La poursuite des organisateurs, co-organisateurs et leurs
complices qui mettent la vie de centaines de personnes en
danger.
1. La mise en place au Cap-Haitien d'un bureau d'accueil de
l'Office National de la Migration (ONM) fonctionnel, 6quip6


et dot6 de moyens 6conomiques ad6quats pour recevoir
les rapatri6s-es.
1. La n6gociation et la signature d'un accord de migration de
main d'ceuvre avec les TCI envue de garantir les droits des
travailleurs haitiens sur ce territoire.
1. La conduite d'une enquete sur les allegations d'extorsion
d'argent par les agents de l'immigration du Cap-Haitien au
detriment des d6tenteurs de passeports ddlivrds a Nassau
ou en R6publique Dominicaine.
1. L'activation du processus de creation d'une commission
interminist6rielle charge de r6diger et de presenter au
Parlement une proposition de loi sur le trafic de personnes
tout en pressant l'institution de voter l'avant projet de loi
sur la traite de personnes.


ti : m idc 4E nr

iIM %%% % V i d"4U


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 6


MB


Miami Beach Community Development Corporation
Pou Moun k ap Achte Kay Premye fwa
MBCDC fek resevwa finansman nan men State Initiatives Partnership
Program (SHIP) pa lentemedye City of Miami Beach pou bay Moun ki ap
Achte Kay Premye fwa nan City of Miami Beach asistans.
1- Pou ou kalifye f6 ou pap fe plis ke 120% reveni mwayen nan zon lan.
2- Fo kay ou vie achte a pa gen met oswa labandone.
3- Pri kay la pa gen dwa depase $386,652.
4- Ou ka resevwa asistans jiska $40.000 a $60.000.
Tout aplikasyon gen pou rive ant 31 Out 2009 jiska 11 Sektanm 2009,
ant Lendi ak Vandredi, apati 9:30 AM jiska 4: 30 PM.
Yap seleksyone aplikan yo a travel yon sistem lotri pa compite.

Mande pou Julia Martinez oswa Bianca Fonseca
Tel: 305-538-0090
Adres: 945 Pennsylvania Avenue,
,,, 2nd Floor, Miami Beach, FL 33139
OPPORIi|iTT





Mercredi 09 Septembre 2009
HaitienMarche *VolXXIII N33


Mort de Ulrick Pierre-Louis, le c61lbre


(SEPTEN... suite de la lre page)
grande perte pour la musique haitienne.
Atteint depuis environ trois ans d'une grave maladie
A la suite d'une attaque c6r6brale qui l'avait condamn6 A
l'inactivit6, le maestro a rendu l'ame dans sa residence A Delmas
19 (nord de Port-au-Prince).
Outre ses fonctions de chef d'orchestre assumes
pendant plusieurs d6cennies, Ulrick Pierre-Louis 6tait l'un des
principaux compositeurs et arrangeurs de Septen, d6sormais
sexag6naire. Surnomm6 la "Boule de feu
international", l'orchestre fut fond& en 1948, soit
pros de dix ans avant l'avenement, en 1955, du
"Compas Direct", le rythme populaire legu6 par
l'immortel Nemours Jean-Baptiste. II
Etemel rival du Tropicana d'Haiti, 1'autre
tenor de la scene musicale capoise, Septen a pu,
durant ses anndes de gloire, compter sur la
collaboration permanente ou ponctuelle de O
musiciens de classe A l'image de deux grands
disparus, le chanteur de charme Roger Colas et le
ph6nom6nal Guy Durosier, voix de stentor et multi-
instrumentiste surdoue.
Le maestro Pierre-Louis 6tait pbre de deux 1
enfants.

L'Orchestre Septentrional d'Haiti est la
plus ancienne de toutes les formations musicales
encore en exercice, en Haiti : au long de ses 60 ans
d'existence. Avec plus de 300 titres enregistrds, il a
&td le t6moin de l'dvolution de la musique populaire
urbaine haitienne.
L'Orchestre Septentrional est nd dans le
Nord du pays, au Cap-Haitien, enjuillet 1948, de la
fusion occasionnelle du < Quatuor Septentrional
> et du << Trio Symphonia >. Les sept musiciens,
auxquels se joignent deux invites, se r6unissent
d'abord pour animer un bal et gagner quelques
gourdes suppl6mentaires; puis, face a la demande,
ils d6cident de continuer l'exp6rience. Ils se
structurent aussit6t en association, dirig6e par un La Bo
comit6 directeur, ce qui est peut-6tre un des secrets
de leur stability dans le temps. A cette 6poque, la
plupart des musiciens ne sont pas professionnels et trouvent
simplement dans la musique, en plus d'une satisfaction
personnelle, une source de revenus suppl6mentaires.
Toutefois, leurs conditions de vie et leurs occupations multiples
compliquent d'autant leur travail au sein des groupes.
L'association de l'FOrchestre Septentrional > entreprend de


lutter contre la pr6carit6 de la vie artistique. Au fil du temps,
elle se cotise pour ouvrir son night-club, le < Feu Vert , et ne
plus d6pendre du bon vouloir des programmateurs. Elle
construit ensuite un thditre, monte son propre label (Cosept)
ainsi qu'un plan d'assurance qui protege chacun des
musiciens.( Musicalement, 1'Orchestre Septentrional
d6butant se limite A reprendre, dans les f6tes champ6tres, les
succes locaux et latino-amdricains. I1 interprdte meringues et
rythmes folkloriques haitiens, remis pr6alablement au gofit du
, j,]Il s i


oule de Feu, surnom et image de marque de l'Orchestre Septentr
du Cap-Haftien

jour par des orchestres comme le < Jazz des Jeunes . II
s'inspire 6galement des rythmes latinos A la mode : bolero,
pachanga, merengue, mambo, ranchera, etc. Acette 6poque, la
production musicale haitienne est trop faible pour occuper
continuellement les ondes. Les radios programmentbeaucoup
de musiques latines. Leur influence est d'autant plus forte,
dans le Nord du pays, que < Radio Progreso > de Cuba et < La


maestro de Septen
voz dominicana > de Saint-Domingue y sont capt6es plus
facilement que les stations de la capitale.(
Dans ces conditions, l'Orchestre Septentrional r6siste
trbs bien, dans un premier temps, A la concurrence des <
de Port-au-Prince et A l'avenement du < Compas-direct > Celui-
ci surgit dans les anndes 50, A l'initiative des saxophonistes
Nemours Jean-Baptiste et Webert Sicot qui, sous l'influence
des musiques latines, proposent une version haitienne, plus
lente et simplified, du merengue dominicain.
Avec les , il 6volue plus tard
en suivant la mode ydyd et rock & roll, et s'impose
dans l'ensemble du pays, durant les anndes 60-
70.
Pendant ce temps, < Septen >> conquiert
Port-au-Prince, et gagne le sumom de < la Boule
de Feu d'Haiti >> Face A la concurrence, il cr6e
aussi la nouveautd :il dlabore son propre sch6ma
rythmique, appeal lui aussi boule de feu > ou <
rythme de feu >>, caract6ris6 par le jeu simultand
du tambour, de la batterie et de la contrebasse.
C'est l'Age d'or de < Septen >> : aprbs le d6clin des
grands orchestres de Nemours Jean-Baptiste et
de Webert Sicot, et l'exil de quelques autres, il
occupe le devant de la scene et gagne toutes les
classes sociales, dans l'ensemble du pays, oi
resonne sa section de cuivres souvent compose
de trois sax et trois trompettes. Viennent ensuite
les anndes noires, marques par la disparition de
plusieurs musiciens compositeurs et de Roger
Colas, le chanteur-vedette qui a accompagn6
l'orchestre pendant plus de vingt ans. < Septen >>
entreprend alors de se rapprocher du konpa,
devenu le courant musical 6conomiquement et
m6diatiquement dominant.
Depuis 2004, < Septen >> est entr6 dans
une nouvelle p6riode, marquee notamment par le
changement de direction musicale et le
recrutement dejeunes musiciens pour remplacer
ceux de l'ancienne g6ndration. Toujours fiddle A
ional la tradition, l'Orchestre Septentrional, veritable
institution de la musique haitienne, continue ainsi
de sillonner Haiti, au son des meringues, konpa,
bolero et autres < rythmes de feu , reprenant ses
innombrables succbs, r6gulibrement augments de nouveaux
titres.
Un film documentaire, < Septen : from the North > a
6te realism par Two Tone Productions/Wozo Productions A
l'occasion des 60 ans du groupe, en 2008.


Page 7




______Mercredi 09 Septembre 2009
Page 8 Haiti enMarche Vol XXIII No 33






RPUJBUUE DAIJT





Ref: PM/MOPL/3669

Port-au-Prince, le 31 aoOt 2009



Monsieur Levaillant Louis-Jeune
President de la Chambre des Deputes
Palais Legislatif


Monsieur le President,

Permettez que je vous remercie pour la quality de I'accueil qui a et6 reserve aux representants
de I'Exbcutif, a I'occasion de la seance de travail, par les Commissions Permanentes de
I'Economie, des Finances, du Commerce et du Budget, et de la Planification et de la
Cooperation externe de la Chambre des D6put6s le 25 aout dernier.

Cette reunion a donned aux honorables Deput6s comme au Gouvernement I'occasion d'exposer
leur position sur des sujets d'inter&t public.

Sur la question particuliere de la subvention aux agents de la fonction publique a I'occasion de
la rentr6e des classes, il a et& convenu que le Gouvernement ferait part au bureau de la
Chambre des D6putes de sa position definitive.

Je viens done par la pr6sente vous confirmer que le budget 2008-2009 en cours d'execution n'a
pas de credits destines a une telle subvention, le Gouvernement ayant pris I'option de la
reconstruction des infrastructures detruites et de la relance de la production agricole apres le
passage des cyclones de I'ann e demiere.

Pour cette rentre scolaire, le Gouvernement avait s6curis6 dans la loi de Finances 2008-2009,
des credits permettant de financer des initiatives telles que: subvention et dotation d'ouvrages
scolaires, distribution de kits scolaires, subvention de frais scolaires et d'bcolages, distribution
d'uniformes aux lves issus des families les plus 6conomiquement faibles.

Le Gouvernement n'est done pas prit a soumettre a la Chambre des DOputds un projet de loi
de finances rectificative qui introduirait des credits destines a fournir une subvention sp~ciale
aux 60,000 agents de Ia fonction publique. Une telle demarche nuirait aux efforts structurants




Mercredi 09 Septembre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 33


Le Premier Ministre Mme Michdle Pierre-Louis inaugurant samedi les centres religieux, sociaux et culturels rdhabilitis dans trois hauts lieux du culte vodou
dans 1'Artibonite (Souvenans, Soukri et Badjo) /photo Robenson Eugene


en cours dont b6neficient d6ja des segments plus larges de la population, aggraverait le deficit
budgetaire et ne nous mettrait pas en situation de n6gocier dans les meilleures conditions
I'appui de nos bailleurs.

Le budget 2009-2010 en cours d'examen au Parlement pr6sente le meme profil et s'inscrit dans
la continuity des efforts d'investissement dans les infrastructures (routes, 6nergie, agriculture,
security) tout en accompagnant les 616ves dont les parents sont sans revenus ou vivent avec
des revenus tres modestes.

Les agents de la fonction publique qui le d6sirent pourront solliciter une avance de 50% sur le
bonus de decembre.

Dans I'espoir que les honorables Deputis comprendront que la decision du Gouvemement vise
a allouer les maigres ressources dont nous disposons A des activities structurantes et durables,
je vous transmets, Monsieur le President, mes patriotiques salutations.






ichele Duviver Pierre-Louis
Premiere Ministre


Page 9





Mercredi 09 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N3 33


dPtrimin : Irtr k ac

du a auou rehbilite x u (.onaY c


"Cod



S
ailabl fro...... .




Available fro


ted Matri...aI



tedlMaterial


Commercial News Providers"


Comment Dany Laferriere vit son retour en Haiti!


Chroniques 1 5 Septembre 2009 Dany Laferribre de
retour h Haiti
"Pour la majority des gens d'ici, l'au-dela est le seul
pays qu'ils esperent visiter unjour." Ce pays d'infortune on
chacun attend d'une autre vie qu'elle vous d6dommage de
celle-ci est Haiti.
Aprbs trente-trois ans d'exil au Canada, Dany
Laferribre est revenu a Port-au-Prince, sa ville natale. A l'Age
de 23 ans, il avait df fuir la dictature de l'6poque. Comme son
pere l'avait fait avant lui. Celui-ci vient de s'6teindre h New
York sans avoir renoud avec sa terre, sa
femme, sa famille, ses amis. Dany Laferribre
refuse de pousser l'exil jusqu'h l'ultime
entatement de la mort. I1 revient, il est
revenu. L 'Enigme du retour est le r6cit de
la difficile r6appropriation de son pays et
de sa m6moire.
C'est difficile parce que rien n'a
change et tout a change, surtout lui. Il y a
si longtemps qu'il n'est plus dans le
paysage. "Celafait trois d cennies queje
fais gras a Montreal pendant qu 'on
continue a faire maigre a Port-au-Prince."
I1 est pass du rigoureux hiver canadien a
la chaleur tropicale. Toutes ces odeurs,
toutes ces couleurs, toutes ces saveurs,
elles le d6concertent ou elles le rassurent?
Le corps ne retrouve pas tout naturellement
sa place. II doit r6apprendre. Nul besoin de
se remettre au creole, qu'il n'a pas oublid, mais au tumulte de
la rue, au vacarme, a l'incessant bavardage. "On a toujours
quelque chose a raconter dans un pays oi la parole est
justement la seule chose qu 'on peut partager avec 1 'autre."
Virtuose de l'humour et de la distanciation, Dany
Laferriere (de Commentfaire l'amour avec un negre sans se


fatiguer, 1985, Le Serpent plumes, a Vers le Sud, 2006, Grasset)
ne tombe jamais dans le pathos ou le sentimentalisme. I1 n'6tale
pas son emotion a retrouver sa mere et sa sceur. I s'est install
a l'h6tel pour ne pas donner l'illusion a sa mere que leur vie
commune a repris et continuera comme autrefois. Sur le
calendrier Esso elle n'ajoute plus le matin la croix qu'elle a
inscrite chaquejour des trente-trois anndes pendant lesquelles
il avait disparu. Depuis longtemps elle a remplac6 son mari par
Jesus. Elle chante des chansons d'autrefois. Sa jeunesse
remonte au cceur de Dany.


L 'dcrivain Dany Laferriere
Mais comment reconnaitre tous ceux qui se disent
ses copains d'enfance, que l'annonce dans la presse nationale
de son retour a alerts? I1 rend visite a des amis de son pare.
Enfin, ceux qui ont tenu le coup. "Les trois quarts des gens
que j 'ai connus sont ddja morts. Le demi-sidcle est une
frontiere difficile a franchir dans un pareil pays. Ils vont si


vite vers la mort qu 'on ne devrait pas parler d'espirance de
vie maisplut6t d 'espirance de mort." La misere, les maladies,
et cette terrible faim qui tord les ventres. "Si on n 'est pas
maigre a vingt ans en HaTti, c 'est qu 'on est du c6te du
pouvoir." Du pouvoir politique ou du pouvoir du crime, a
moins que ce ne soit les memes. Le kidnapping est un business,
l'assassinat un m6tier. A tout moment la mort peut arriver a
toute vitesse derriere des lunettes noires sur une Kawasaki
jaune. Deux m6decins viennent d'en 6tre les victimes devant
leur h6pital. La main qui, soudain, se tend vers vous tient-elle
un revolver ou un fruit?
Car Haiti, c'est aussi l'accueil, la
g6ndrosit6, le partage, le sourire, la
courtoisie, une manibre d'etre qui est le
privilege oui, le privilege des pauvres
des pays pauvres. Comme, alors, sa vie
d'6crivain a succes parait lointaine a Dany
Laferribre! I est chez lui et il est ailleurs. Il
est revenu et il est encore en exil. I1 est de
nouveau un Haitien en Haiti et il sent bien
qu'il est toujours un stranger. La
schizophr6nie frappe la plupart des
immigres de longue date lorsque, en
quelque sorte, ils 6migrent dans leur propre
pays. L'exil est un double royaume.
L'Enigme du retour n'est
cependant pas que le roman psychologique
de l'exild. C'est aussi un foisonnant recueil
de croquis, d'instantands, de choses vues,
entendues et respirdes, de notes prises sur le vif mal1es aux
6chos du pass. C'est formidablement vivant. Le verbe
po6tique de Dany Laferriere enchante le livre et, en d6pit de la
mort qui y a fait alliance avec le soleil, l'on se prend a raver de
Haiti.


ORAISON FUNEBRE

Un Frere Rempli d'A
Bien avant son depart pour les Etats-Unis, Herv6e


s'int6ressait a devenir un grand notaire, je m'en souviens.
Mon pre l'encourageait et plus tardj'ai r6alise que mon pre
d6celait en lui des qualit6s extraordinaires pour ce type de
profession puisque ses rapports inter-relationnels 6taient
excellents. Mais il a laiss6 pour les Etats-Unis et quelques
anndes plus tard il a fait venir Yves, moi-meme et maman.
Cette dernimre a df retourner pour reprendre ses activities aux
c6t6s de mon pere.
J'avais a peine dix sept ans, il m'a dit < tu es venue
pour continuer tes 6tudes, pas pour travailler, tu auras le
temps >. Pour moi, Herv 6 tait un pere s6vere, frere jaloux, qui
parfois arrivait meme a me suivre dans le m6tro si un dimanche
je devais visiter une de mes copines. Apres avoir 6pous6
Schiller, il m'a dit < tu ne m'as pas donn6 unbeau-frere, mais
unfrbre >.
Au cours de notre sdjour, il me faisait souvent des
lemons d'histoire, ces lemons restent graves dans ma m6moire.
Ayant v6cu la fin de la s6gr6gation aux Etats-Unis, il parlait


Hervd Desgranges


Lmour
constamment de Martin Luther King. I1 connaissait tous ses
discours, m'emmenait visiter des sites historiques. De tout
cela j'ai pu comprendre qu'il y avait deux Am6riques : cette
Amdrique d'opportunit6s mais oi sans une education solide
vous ne pourrez aller nulle part.
Je me rappelle les moments passes ensemble dans
notre appartement a Manhattan : Jean-Claude, Yves, Hugues,
notre cousin Frantz, on a connu des moments inoubliables.
Herv6 allait a l'6cole dans la matinde et travaillait tard
le soir mais son week-end 6tait a lui parce qu'il aimait vivre.
Chaque samedi il allait danser la salsa et il etait un fin danseur.
I1 6tait toujours dispose aider les Haitiens, leur trouver du
travail et les inscrire dans les centres d'6tudes puisque
Broadway et Amsterdam 6taient son fief. Dix ans apres il a
d6cid6 de retourner au pays natal, c'6tait son rave comme il
avait dit bien avant son depart.
Herv 6 tait un bon mari, un pare infatigable, d6voud,
soucieux, qui a tout sacrifi6 pour sa famille. II a transmis a sa
(HERVE/p. 13)


Page 10





Mercredi 09 Septembre 2009
HaitienMarche *VolXXIII N33


* Le Saut du Barril L-
* Le Palais de Sudre Telephones: 566-5361
Dartiguenave a Anse a 401-7108 / 514-0304
Veau lemanoloinn@mac.com
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17e"e Internet disponible
siecle .. pour les clients
[


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408




Parents, vous qul rvez d'un avenir metleur pour vos enfants,
confiez les au CMP
ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAMAES
UCENCE EN:
MaorkOng :4 am
Siences Comptea :4n ar
GCas1on dM Aaln :4ans
Sciences Infom lqu :4 ans
Maetaing ManaMBment :2ans
Scrltra.nB.luM : 2 .n
Gerek inancee-Maelng : anou 2 ne
Comptabil inmIanisse : 1an
Assbt Ane kk sel :l an
Inn tique ci court : S60 rure 2ana
IT Esne~ s(CISCO) :70horn
Prour t es Ihonsoe s wpmentialems:
CMP,Demw 30
Tes.:2 5138361, 3 730-2485, 2 248-2299
Em:aler am E


KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673
Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


et de D 'vlopper I Eco nomqIuIl



10 d6partements d'6tudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Execution de Proj et
Economie et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
SGouvernance
Dipl6me en:
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, W.I.

www. cfdehaiti. cor
Par courriel: Administration(i.CDFEHaiti.com
GBrunet(.CFDEHaiti. corn
Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


HACEPA
The Haitian American Center
for Economic and Public affairs
Togetherwith
ABICC -The Association of Bi-
National Chambers of Commerce
Cordially invite you to a
Business Mission to HAITI
Join us and discover the land of unique business
opportunities Ninety minutes flight from Miami
From Wednesday, November 4,2009
to Saturday, November 7,2009
Cost: $685.00
Includes: Airfare with American Airlines, 3 hotel
nights, ground transportation, transfers, and meetings
with the private and public sectors
Deadline for reservation and payment
October 10, 2009 (Limited space available)

Registration fee: $50 payable to HACEPA
For payment, please send a check to HACEPA
to the following address:
1970 N.W. 180 Street, Miami Gardens FL 33056
For further information, call:
J.C. Cantave to 305-623-1979
or by e-mail tojccantave @haititradecenter.com
Haiti is looking for investors and partners
in the following sectors: Communication -
Transportation Manufacturing Public Health Agro-
Business Infrastructure Tourism Real Estate
Development- Trade


I dm

kgr % (du %11|) \ 1 n, %itidc







"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


*


Page 11





Mercredi 09 Septembre 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N3 33


o Sur les flots, sur les grands
chemins, nous poursuivons le bonheur. Mais
il est ici, le bonheur > Horace V
L'homme est un animal, un animal qui vit en soci6t6
et qui a appris (dans certains cas) a maitriser son animalit6 afin
de pouvoir vivre en communaut6. La division du travail, la
sp6cialisation dans les services, le profit personnel non
mesquin, sont les diffirents parametres qui permettent la survie
du groupe. Voilh done ce qui a pouss6 a la creation des villes.
Les villes servent donc a faciliter la sociability de l'individu
et a lui offrir un cadre dans lequel s'exprimer et, si possible,
arriver a son 6panouissement, personnel et collectif. Une ville
est donc, en ce sens, un << tablissement humain >, une << Unit
urbaine > dans laquelle se concentrent les activities de
communication et d'6changes entre individus. La ville est,
d'un ct6 le << territoire physique > occupy par les individus
et, de l'autre, la < communaut6 d'individus > qui habite cet
espace physique. Les villes adoptent le profil de leurs
habitants. Que serait Gonaives sans les Gonaiviens ? Que
serait Port-au-Prince ?
Enfin, chores amies lectrices, chers amis lecteurs,
j'espbre que vous serez d'accord avec moi que les habitants
d'une ville lui conferent une personnalit6 et font d'elle ce
qu'elle est en comparaison avec les autres, a la fois que la
ville, a son tour, exerce une certaine influence sur l'individu
qui l'habite. Ainsi, il y a des villes qui incitent a la violence,
d'autres aux plaisirs, de la chair, de l'esprit, de l'estomac, du
bas-ventre. On trouve ainsi la ville la plus peupl6e, la ville la
plus chere, la ville la plus pollute, la ville la plus violente, la
plus ... I1 y a aussi, et je viens de l'apprendre, des villes qui
incitent a la fflicitW, des << villes heureuses >. Le magazine
Forbes vient de publier la liste des villes les plus heureuses au


ille Bonheui
monde, le << Top 10 des Villes Bonheur >. Au classement, en
premiere position, Rio de Janeiro ou la sensation de gaiet6, de
joie de vivre, de bonheur, semblent lui devoir quelque chose
au carnaval, a la samba, a l'expressivit6 agressive des modes
de vie a Rio. On retrouve aussi sur cette liste de tres belles
villes telles Barcelone, la ville a la culture chaleureuse, au
marketing agressif et a l'6quipe de foot-ball du < juego
bonito >, Madrid ou Buenos Aires. Le Top 10 au complet est
le suivant: Rio de Janeiro, Sydney, Barcelone, Amsterdam,
Melbourne, Madrid, San Francisco, Rome, Paris, Buenos Aires.
Je n'ose pas penser a quel < Top 10 pourrait appartenir notre
chbre ville port-au-princienne,jadis ville princibre.
Enfin, chores amies lectrices, chers amis lecteurs, je
comprends mieux pourquoi l'un de mes anciens professeurs,
le grand < De la Fuente >, dans l'un de ses moments
< d'humour cynique > nous expliqua, que s'il avait de l'argent,
il ne saurait vivre dans une ville comme Port-au-Prince, et qu'il
il irait vivre 1 oi la misbre serait bannie, 1 oi il n'y aurait ni
misbre du corps ni non plus celle de l'esprit. On ne peut vivre
sa << flicit >> si l'onvoit d'autres croupir dans la misere, trainer
le fardeau de leur << inf6licit >>. On n'arrivait pas trop bien a
comprendre ce qu'il disait car, nous, pauvres d'esprit, nous
pensions que notre bien-6tre n'avait rien a voir avec la
<< dsolation > de la grande majority d'alors. Je me demande
maintenant ce que nous avons pu foutre durant tout ce temps
pour que, plus de 30 ans aprbs, la situation soit pire qu'avant.
Nous n'avons grandi qu'en age. Le pays n'a fait que reculer et
nous n'avons fait qu'accepter que cela correspondait a notre
nature de sous-d6velopp6s, a notre condition de < Nation


7 Negre >> devant accepter la fatality. Pauvre
pays C'6tait 1'6poque oni tout le monde
comprenait l'importance du < professeur
competent > et du r6le qu'il jouait dans la formation de
l'individu. On apprend des gestes, des paroles, des mots dits
et non dits par le professeur. On apprend de son savoir et de
son ignorance, de ses 6checs et de ses r6ussites, de sa
grandeur et de ses misbres. C'est peut-etre cela qui nous
manque aujourd'hui, la possibility d'avoir de bons professeurs,
forms, informs et conscients de leur responsabilit6, face a
eux-memes et face a la soci6td.
En lisant les informations sur le bonheur dans les
villes, sur les villes du bonheur, du bien-6tre, je n'ai pu
m'empecher de penser a notre < Ville Bonheur >, qui,
malheureusement n'existe ni pour le magazine Forbes ni pour
le restant des individus de la planete car si on n'est pas sur la
toile on n'existe pas. Si votre image cybem6tique est negative,
mieux vaut alors se cacher derrire le cyber anonymat le plus
complet. Enfin, peut-etre un < bain de chance et de
b6n6diction >, a Saut-d'Eau, dans notre << Ville-Bonheur >, peut
faire le miracle de nous montrer le chemin du < sauvetage
national > qui, sincerement, ne passe pas par Santo Domingo.
< Valgame Dios >
Enfin, chers amis lecteurs, pourrons-nous avoir un
jour le privilege de pouvoirjouir d'une ville qui fasse le bonheur
des Haitiens ? Peut-etre pour cela il faudra que l'on se mette
au travail afin de soumettre les circonstances et non de nous
y soumettre. La seule issue.

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Septembre 2009


SCICopyrighted Material ..



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"






Selon un expert de 1'ONU

La reforme de la justice haitienne pi6tine


Port-au-Prince L'expert ind6pendant de 1'ONU
sur les droits de la personne en Haiti, Michel Forst, a critique
hier la lenteur de la r6forme de la justice en Haiti, oi des
pr6venus peuvent passer plus de quatre ans en prison sans
6tre jug6s.
alors qu'il y a un grand besoin de justice en Haiti>, a d6clard
M. Forst lors d'une conference de presse au terme d'une visite
en Haiti.
Le rapporteur special a condamnd la surpopulation
carc6rale en Haiti, oi condamnds et pr6venus sont entass6s
dans les memes cellules < humaine>.


Relevant une grave d6faillance de la chaine p6nale, il
a recommand6 la construction de maisons d'arret pour s6parer
les pr6venus des condamn6s.
M. Forst a aussi plaid en faveur de moyens accrus
pour les tribunaux et pour une meilleure r6mundration des
magistrats, afin de rem6dier a la corruption qui affecte le
systeme.
Relevant que les commissariats de police ont &t6
refaits et que les v6hicules et les uniformes des policiers sont
neufs, l'expert a regrett6 que les magistrats haitiens travaillent
eux dans des locaux v6tustes et sans ordinateurs.
meme pied>>, a-t-il conclu.


.... b,%w k %ct^^ cmc ^
rS


Pat6 Plus Bakery, Inc.
NATURAL JUICE S


11638 NE 2nd Ave.
Miami, FL 33160
Tel. 305-394-6118


Catering Specialists
Cakes, Pastri, Hors dOeuvres
for all occasions


www.radiomelodiehaiti.com


IL~r;;~3 F~fe~Rc


Page 12


Iodie
03.3 ffm





Mercredi 09 Septembre 2009
HaitienMarche *VolXXIII N33


Retour aux sources ?


Oserai-je dire que cette fin de semaine a &t6 place
sous le signe d'un retour aux sources ? Le Ministbre de la
Culture et de la Communication (MCC) a invite A une Seremoni
inogirasyon travay reabilitasyon lakou sakre yo. A cette
occasion, le Premier Ministre devait inaugurer des locaux qui
pourraient 6ventuellement servir A accueillir des r6fugies en
cas de catastrophe naturelle.
Quand on se rappelle comment la zone des Gonaives
a &t6 frapp6e en 2004 et 2008, on peut ais6ment comprendre
cette mesure, mais ce qui est int6ressant c'est qu'on ait pens6
A des lieux de culte vaudou pour remplir cette fonction. Certes
l'article 30 de la Constitution stipule bien que toutes les reli-
gions et tous les cultes sont libres, mais pour moi, jusqu'A
nouvel ordre, l'attitude vis-a-vis du culte vaudou restait en-


Le nouveau local a Badjo


c'6tait mon cas jusqu'A samedi, est situ6 aubord de la rivi&re
la Branle, A quelques kilombtres en amont du pont de Mapou.
Je suis arrive avant le Premier Ministre, mais il y avait d6ej la
grande foule, y compris les personnalit6s comme le Ministre
de la Culture, Olsen Jean-Julien, le Secr6taire d'Etat A
l'Alphab6tisation, Carol Joseph, le Secr6taire d'Etat A la Pro-
ductionAnimale, Michel Chancy, mais aussi R6nald Clrism6
ancien Ministre des Affaires Etrang&res, sans parler de ceux
quej'oublie et A quije demande de me pardonner.
La c6r6monie avait pratiquement d6ja commence, tout
au moins en ce qui concede le groupe qui ex6cutait des danses,
mais le bitiment flambant neuf qui servira probablement de
lieu d'accueil pour d'6ventuels r6fugi6s attendait encore que
le ruban soit coup.


Le portail de Soukri


<< Quand il s'agit des hauts lieux du vaudou, on pense en tout
premier lieu A Souvenance ; alors qu'est-ce que c'est que tout
ce bruit autour de Badjo ? >> J'aurais pu lui dire que, d'apres
moi, il s'agit probablement d'un problkme avec le calendrier
de d6caissement, maisje ne me fonde que sur mes experiences
avec le Ministbre des Finances.
Une chose qui m'a frapp6 au cours de cette breve
visite, c'est la presence, aussi bien dans la cour que dans les
environs, d'un arbre qui a presque disparu du paysage et qui
est pourtant du plus grand int6rt : le gaiac. Quand on sait que
la disparition du gaiac est due << notre effort de guerre >>
sous le gouvemement d'Elie Lescot, on a envie de dire que les
dieux ont prot6g6 ce coin de terre de la rapacity yankee. En
tout cas, j'ai appris qu'il y avait une p6pini&re de gaiac

-w.yr^


La laiterie de Soukri


core dans le domaine du folklore, tandis que le fait d'int6grer
les lieux de culte vaudou dans un programme de port6e
nationale, est quelque chose de bien plus significatif.
C'est done un Mvenement qu'on ne pouvait pas laisser
passer. Cela devait se d6rouler dans les trois grands lakous de
la commune des Gonaives : Souvenance, Soukri et Badjo, mais
pour aller lA-bas, il faut arriver aux Gonaives et, oh surprise, il
n'est plus n6cessaire de contoumer le fameux lac qui s'6tait
form lors du passage de Jeanne, en 2004, eta pris encore plus
d'importance apres le passage des quatre cyclones de l'ann&e
derni&re. On peut aujourd'hui le traverser, mais pas en
empruntant < le pont le plus long de la Caraibe ,> mais grice A
une digue construite juste A c6te. Je n'ai pas bien compris la
logique de l'entreprise, ni ce qu'il allait advenir du pont du
Gros G6rard, mais il est un fait que cette digue raccourcit
grandement le trajet.
Lakou Badjo, pour ceux qui ne connaissent pas, et


L'atmosphbre 6tait trbs diffrrente A Soukri, que l'on
atteint A partir de la route vers la Petite Rivibre des Bayonnais ;
toutjuste quelques ouvriers travaillant A finir le portait d'entre ;
A l'int6rieur un batiment flambant neuf, plus petit cependant
que celui de Badjo, mais surtout une laiterie, qui n'est pas
encore fonctionnelle, mais qui explique la presence de Michel
Chancy.
Quant A Souvenance, que l'on atteint 6galement A
partir de la route vers la Petite Rivibre des Bayonnais, on
pouvait se demander s'il 6tait vraiment inclu au programme. A
part quelques personnes occupies A rentrer du petit mil qu'on
avait du mettre A s6cher au soleil, la cour 6tait d6serte. Al'entrie,
quelques ouvriers commencaient tout juste A construire un
portail, sur le meme module que celui de Sokri ; dans la cour
une grande salle en construction, mais le chantier a l'air d'etre
arrate.
Un responsable n'a pas cach6 son m6contentement.


Un Frere Rempli d'Amour


(HERVE.. suite de lapage 10)
prog6niture le gofit d'une education soigne, le sens de l'amour
veritable, de la responsabilit6 et de l'honnatet6 : vertu rescue
de notre feu pbre qui sur le tableau noir de la salle d'6tudes de
notre maison familiale, A Petit GOave, avait inscrit cette phrase
de Comeille : < Je rendrai mon sang pur commeje l'ai requ >>,
phrase qui a accompagn6 chacun de nous dans nos heures
d'ombre ou de gloire. <
Alain, mon filleul, puisque tu es l'ain6 tu te rappelles,
Papi Herv6 dans tonjeune Age, il tait toujours present A tes
c6tes, pour t'accompagner A St. Louis et aussi pour tes lemons
priv6es. Quand le moment 6tait venu de choisir d'aller
poursuivre tes 6tudes A l'6tranger, il n'a pas h6sit6 A te confier
A nous, Schiller et moi, pour l'accomplissement de cette tiche
et maintenant tu vas devenir un m6decin.
Pour nous autres frires et sceur : Lionel, Jean-
Claude, Schiller, Mireille, Yves, et Hugues, on aimait Herve
d'un amour ardent et inconditionnel ; il 6tait un confident, un
< brav6 danger >, un << poto mitan >. Pour d6finir Herve, je
dirai : il tait < dynamique, humaniste, sage, 6nergique,
g6ndreux, d'un optimisme combatif, car il aimait la vie >>, et


comme disent les Am6ricains... < a survivor >, aim6 aussi pour
sa d6brouillardise, vertu de notre chbre maman.
Et pour les autres : un ami sur qui onpouvait toujours
compter.
Au nom de ma famille je vous remercie d'etre venu
c6Clbrer avec nous la vie d'Herv6, car il n'est pas mort, il est
parti pour un long voyage.
Herve, notre frire ch6ri, n'aie pas peur, ne crains rien.
Papa, Maman, et G6rard, sont l1 pour t'accueillir, pour te bercer
dans leurs bras, et t'accompagner vers la demeure du Pbre
pour une vie 6temelle.


Le local en renovation de Souvenans, 'un des temples
et autres locaux rdhabilitts dans trois "lakou vodou"
dont la cdrdmonie d'inauguration a eu lieu samedi pres
des Gonaives (photo B.E)

d6pendant du lakou. Si la Secr6tairerie d'Etat A la Production
Animale a pu n6gocier l'installation d'une laiterie A Soukri, la
Secr6tairerie d'Etat A la Production Vegetale pourrait bien
n6gocier avec Souvenance la production de plantules de gaiac
pour des programmes de reboisement.

Bernard Ethdart



I N7cts 7. 11


Aaryse Desgranges Desgrottes


Page 13


-7-72a r-Pi E 2 -a nr mee Avrenu k w e
T-I: 305 757 4915

FADI-IKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTV.ES LBS OCCASIONS.
- Rtcception de paieenent pour Bell South, FPfL, GAZ, CABLE" TV,
BELL MO ILITY etc...etc...
- Connection t dfphonlqrse claez vous...

Ouvert
6 Jours

par
semaine:
8h30 am


7h30 pm


Parfurns
(' llulrs& 8R iccp
Sout lrs c San"zles
SIrulitsC pur lix cukIuC C(Dls Inpa. Racini. Evran$tltpm.
0(kaltcatu Zoiuk,. Si m srani x itncsi)
Tataaux aVkdti's (Ibiticns. Anicrcaim,. lcxurncmmtaircs. Dramtu
MI icypwan Ih I duits de bcacustt





Mercredi 09 Septembre 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 33

soiIs I I I i Solutions de la
S 0 U CISsemaine passe:

Allez de SOUCIS & DICTEE, en utilisant des mots du du U L U L E S
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne. U VULES
U V A L E S
AVALE S
AVARE S
AVE RE S
F T-) r' :, d A VE R' f E


ISolutiI d Ia semaine p I




Solutions de la semaine passee


TARBOUCH
OS 0 L UE
M VU T L
ADORERASS
HA IR AM I
ALEA S NN
WI ND HOEK
K TE N I


00 Melod
Informat
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Mar
Au Quotidien avec
La Chronique Litt6
Les Sports avec
Les Invites du Jou
M1lodie Matin cha
par F6qui6re Raph


Caval
(Samedi


BRLOUISEMARIENQUETOI
Z S E E WESUWWRB VNBVN L L X
OET TN K I NBXEEUHAG I DJU
Y LTHAI YVAA JNB F H INEOE I
NBOCELAVI SYIRZFPAJUD SCR BBL
U A Y D F I N M Y E B T F E A Y E D J S Arrangez les sept lettres ci-dessous
O I I E T B B E A I D A U C N Y J E 0 U pour formo ais I
OIIETBBEAIDAUCNYJEOU
MRTSTL Y LY L IMU G N S J U pour former un mot frangais
IARTIAAP RB I D JELO E D VN
TVBEFVNPLUEODYULDNXU J
GNYN II SEATOLM S T U ROWO
IIEEAR S B I PMJL S E OUSMM
SOFMLSVCTJRPREDWOAEE L
EMMFEMME L I B E REHNLGI F
L S PTVGRXFTKVHI IAEKNA
EIYQEUNJATXAWCYNITOZ
NDLDTILAQBPNMYNURTRP
Q Z N P AVOJH Z D EMENOAEIQ
N P U I R L W T Q C C S S G N N M Q D H Solutions de la semaine passee
SRHOMAGEVP OAHSMX Z UMS
HALIPLE
Trouvez les noms de 45 chansons de I'Orchestre Septentrional dans le carr6 ci-dessus




E n B ref... (...suite de la page 2)
e I o d e La mission de I'OEA a laisse le pays dimanche
1 0 3 3 f m Une Mission Inter-Americaine de haut niveau avec a sa tete l'Ambassadeur Albert Ramdin,
Assistant Secr6taire G6ndral de 1'OEA, vient de passer quatre (4) jours en Haiti. La mission a
laiss6 le pays le dimanche 6 septembre apres une conference de presse au salon
diplomatique de l'aeroport international de Port-au-Prince.
ve enmusique Faudrait-il transformer le mandat de la mission de I'ONU en Haiti ?
i-rit chantant Le secr6taire g6ndral de 1'ONU, Ban Ki-moon, a plaid6jeudi pour une refonte de la mission
r des Nations unies pour la stabilisation en Haiti (Minustah), afin de lui permettre de mieux
rolee avec Louini Fontal surveiller les c6tes et la frontibre avec la R6publique dominicaine.
Dans un rapport qui recommande de prolonger pour une nouvelle annee la mission de
lie Matin avec Marcus 1'ONU (son actuel mandat devant s'achever le 15 octobre prochain), M. Ban souligne le r6le
ions, Interview, Anecdotes, Humour, des casques bleus en appui a la police haitienne, celle-ci 6tant toujours, selon lui, en phase
de ddveloppement.
Ban Ki-moonjuge peu probable que la Minustah soit amende a entreprendre de nouveau de
rcus vastes operations coup de poing aux c6tds de la police haitienne, comme elle l'a fait au
c Elsie d6but de 2007 pour lutter contre les gangs qui contr6laient les bidonvilles de Port-au-Prince.
6raire avec Dominique Batraville "I1 serait done souhaitable de renforcer la capacity de la mission de se d6ployer rapidement
Mario Bareau et de surveiller des secteurs dloignds, notamment les zones frontalibres et c6tibres", a estim6
r le patron de l'ONU.
aque samedi est anim6 I1 a sugg6rd que jusqu'a un quart des blinds de transport de troupes de la Minustah soit
.ael remplac6 par des voitures de police plus l6geres, ce qui r6duirait de 120 l'effectif de la
composante militaire de la mission, a 6.940 soldats.
que de I'Auditeur Parallblement, l'effectif de la composante policibre serait augment de 120 hommes, pour
mn James Pr6dvil passer a 2.211. I1 souhaite aussi que la Minustah renforce sa capacity de contr6le des foules.
La Minustah, emmende par le Br6sil, a &t6 d6ploy6e en Haiti en 2004. M6me si le pays
Ii s'dloigne de son pass de violence politique, "les progres accomplis restent extr6mement
ions avec Laury Faustin fragiles et sont menac6s de revers", a averti le chef des Nations unies.

Nlues avecElsie La Faculte de M6decine et de Pharmacie ouvre de nouveau ses portes
es, Swing, Ragtime Le lundi 7 septembre, c'est la date choisie par le D6canat, dirig6 par le Dr Gladys Prosper,
pour la reprise des cours. La Facult6 de modecine et de pharmacie avait dfi suspendre tous
i Bon en chansons... les cours sous la pression d'un groupe d'6tudiants contestataires demandant le depart du
Sde chansons francaises d6canat. I1 s'agit maintenant de sauver l'annde universitaire et les 6tudiants ont &t6 invites a
regagner la faculty v6tu de leur blouse blanche et munis de leur badge. II faut reconnaitre
n Vque les 6tudiants sont divis6s a ce sujet, quoique la majority ait manifesto son d6sir de
SVieux Temp reprise des cours.
>mpas On pr6voit un renforcement de l'effectif de la police autour de la Facult6, comme ce sera
:Daniel et Captain Bill d'ailleurs le cas dans toute l'aire m6tropolitaine a l'occasion de la rentrde officielle des
classes.
Irnal de 5 heures
lette Hertelou Brutal assassinat de l'homme d'affaires Bertholand Edouard Junior
L'homme d'affaires Bertholand Edouard Junior, connu sous le nom de Frdro Edouard, a ete
die & Company abattu de plusieurs balles vers 1 heure pm le vendredi 4 septembre a Delmas 67.
ppement durable Tout s'est pass tellement vite a d6clard un homme qui vend des cartes de t6l1phone dans la
rec Bernard Etheart zone. Un v6hicule est arrive, des hommes en sont descendus. Un homme 6tait assis sur le
trottoir, attendant la reparation d'un pneu de son vehicule. Les agresseurs 'ont pouss6 au
y Sabor con Luciani sol avant de lui loger trois balles dans la tete, prenant le soin de r6cup6rer les douilles avant
de repartir, a racont6 le vendeur.
Formations Ce reseau capable de mener pareille operation en pleinjour, dans une rue passante, en
presence de nombreux t6moins, non loin d'un point fixe de la police et de repartir sans 6tre
Grand Concert inqui&td, ne vient-il pas de prouver une nouvelle fois que la pbgre a encore pour une bonne
ler. : L'heure classique part le contr6le de nos rues?
m. : Jazz at Ten
nichael recoit ses invites Le S6nat de la r6publique avec onze nouveaux s6nateurs
Les 11 s6nateurs issus des elections du 21 juin dernier ont requ la validation de leurs pairs, a
iers, prenez vos dames l'occasion d'une c6r6monie qui s'est tenue vendredi sous la pr6sidence du doyen d'Age, le
) 50 ans de succ6s populaires haitiens s6nateur Laurent F6quibre Mathurin. Seuls 11 des 18 membres du Grand Corps d6ji en
activity, ont endoss6 l'accomplissement d'un acte qui demeure controversy dans les milieux
Spolitiques locaux. Pour des motivations pas n6cessairement identiques, manquaient a
l'appel: les S6nateurs de l'Organisation du peuple en lutte (OPL) Andris Rich6 et Joseph
e ^ / Pierre-Louis, d'AyitiAnAksyon (AAA) Youri Latortue, de Fanmi Lavalas Rudy H6rivaux, de
Lespwa Jean Hector Anacacis et de la Fusion des sociaux-d6mocrates Edmonde Supplice
tBeauzile.
Les nouveaux s6nateurs installs ont pour nom: Ml6ius Hyppolite (OPL/Nord-Ouest), Jean
Rodolphe Joazile (Fusion/Nord-Est), Jean Willy Jean-Baptiste (AAA/Artibonite, nord), Jean
William Jeanty (Konba/Nippes, sud-ouest), et pour le parti Lespwa, Louis Michelet
(Artibonite) John Joel Joseph (Ouest), Moise Jean Charles (Nord), Derex Pierre-Louis
I (EN BREF / p. 16)


'1%





Mercredi 09 Septembre 2009
HaitienMarche VolXXIII N33


Pwoveb yoruba

(pwononse: yowouba) I
ak Maks Maniga*

Pami pep afriken Ewopeyen esklavajis yo te bwote
Sen-Domeng nan, nou te jwenn Yowouba[1] yo ki te pale
yowouba, yo rele yo Nago[1] tou ; yo kite anpil tradisyon ak
koutim pou nou. Nou konnen dans yowouba, rit misik yowouba,
yoUn fanmi lwa yowouba nan vodoun. Yo kite plizye pwoveb
pou nou, nou di yo an krey6l, men se nan lanNg yowouba yo
soti.

Men se pa sa ase : tout Ayisyen ki te rive an Afrik,
youn jou osnon youn 16t, ta kapab jwenn youn Afriken ki
mande li si se Dawonmeyen li ye. Sa rive-m de fwa : younjou
mwen t' ap vwayaje soti Kinchasa pou ale Mbandaka
(pwononse : mbanndaka) sou youn bato ki t'ap remonte fl&v
Kongo-a, youn Dawonmeyen ki te pasaje ab6-a tou pwoche
b6 kote-m, ki te piye sou youn balistrad ap gade dlo fl&v-la
koule, li pale fongbe (youn lang Dawonmen/Benen) avek
mwen. Mwen reponn li mwen pa konprann. Li ri epi li mande-m
an franse : < Ou pa Dawonmeyen ? > Mwen di non se Ayisyen
mwenye. >>Li ri ank6 pandan 1' ap eksplike-mjan anpil Ayisyen
li rankontre sanble ak moin nan peyi li.

Youn lIt fwa, mwen te chita nan youn restoran Briksl,
kapital BWljik, mwen t' ap dejne ; youn mesye afriken mache
sou mwen li mande an franse si li kapab chita avek mwen. < Ak
plezi! > mwen reponn li. Mwen poko femen bouch mwen, li di
: << Ou pa Dawonmeyen ? Mwen bay menm repons sou bato-
a. Ou ta di se menm teyat sou bato-a ki t' ap rejwe.

Nou we ki kantite moso afriken ki nan nou san nou pa
menm sispekte.

vx

Jodi-a m' ap ba nou dis&t anpil Ayisyen konnen :

Avan ou voye w6ch nan mache, ou dwe gade si manman ou pa
ladan.
f& Youn pwoveb (Yowouba- Dawomen/Benen, Nijerya, Togo)
di : < Si w'voye youn w6ch nan youn mache plen moin, ou
san 1 pou frape youn fanmi-w. >

Baton ki nan men-w se li ki pouse chen pou ou.
f& Pwoveb (Yowouba-Dawonmen/Benen, Nijerya, Togo) : <<
Ou pa kapab kenbe youn baton epoutan ou kite chen mbde-w.


Chogye [chodye] anwo fife pa mande ou bliye li.
f& Pwoveb (Yowouba Dawonmen/Benen, Nijerya, Togo) : <<
Si w ap veye sa k'ap kuit, li p'ape brile. >

Fanm jalou pajanm gra.
f& Pwoveb (Nago Dawonmen/Benen) << Fanmjalouz meg
kou kaw : chita ape repase jalouzi li sanjanmen bouke. >

Ganyem konn fe, ganyen m a fe.
JakJ. Gason esplike youn paw6l li konn tande nan N6 : << Gp
pase li we my6l ap fe siwo, li di l'a fe tou; li bati nich, men li pa
janm kapab mete siwo ladann. >
f& Pwoveb nago/yowouba : < Mwen konnen tout bagay >
anpeche gep pran tan aprann fe siwo myel. >

Jan ou ranje kabann ou, se konsa ou kouche.
f& Yowouba yo nan Dawonmen/Benen, Nijerya, Togo di : <
Jan youn moin tann nat li, se konsa l'ap kouche sou li. >

Kay boule, men anplasman la rete.
f& Pwoveb afriken: (Yowouba Dawonmen/Benen, Nijerya,
Togo) pati konsa : < Se dlo-a selman ki tonbe ; kalbas-la pa
kase. >>

Kochon benyen nan labou, se gou li.
f& Yon pwoveb : (Yowouba Dawonmen/Benen, Nijerya,
Togo) pati konsa : < Nanpwen anyen nou kapab fe pou kochon
sispann benyen nan labou. >

Kay boule, men anplasman la rete.
f& Pwoveb : (Yowouba Dawonmen/Benen, Nijerya, Togo)
pati konsa : << Se dlo-a s6lman ki tonbe ; kalbas-la pa kase. >

Kochon benyen nan labou, se gou li.
f& Youn pwoveb : (Yowouba Dawonmen/Benen, Nijerya,
Togo) pati konsa : << Nanpwen anyen nou kapab fe pou kochon
sispann benyen nan labou. >

Lage veti [aveti] pa tiye je b6y [mounyounje].


Lage aveti patouye kokobe.


Lager averti pa tiye pye kase. (N6)
f& Pwoveb (Dawonmen- Nago) : << Enfim ki pran nouv6l lage
ap vini pa viktim li.>>

Le lapli tonbe tout moan ki dey6 mouye.
f& Pwoveb (Yowouba-Dawonmen/Benen, Nijerya, Togo): <
Lapli pa fe zanmi ak pesonn ; li tonbe sou tout mounn lijwenn
deyb. >
Yo rakonte youn istwa konsa sou Desalin ki t'ap kwape youn
jenn ofisye ki te fe fizye plizye move sije franse sanjijman. Ti
nonm nan reponn li : < Jal, 1 lapli tonbe, tou sa ki d&w6
mouye. >>

Nanpwen moan soud kou sa yo ki pa vie tande.
f& Pwoveb afriken (Yowouba Nijerya) : << Nanpwen sa ki pi
soud pase sila yo ki pa vie tande.. >

Rann skvis bay chagren. F3013
f& Younpwoveb noujwenn kay Yowouba/Nago yo di: < Sila
kivie mete lapel konnblese. >

Si pate gen soutire resell ] pa ta gen vole. F3187
f& Younpwoveb (Yowouba-Dawomen/Benen, Nijerya, Togo)
di: < Sila yo ki kenbe bagay vole pou v61l ankouraje v61. >

Si moan kay pa vann ou, moan dey6 pa le achte w. A154
Pwoveb (Yowouba Dawonmen/Benen, Nijerya, Togo) << Si
famni w pa konplis, li difisil pou moin dey6 prepare sasinay
ou. >

Youn pawol nan z6rey repete Iwen. F1619
f& Youn pwoveb (Nago/Yowouba) di : < Youn rap6te pale ba
konmsi raje alantou ta plede rakonte zen li yo, epoutan se
moin l'ap pale nan zbrey li-a ki pral mete yo dey6. >

Vx

Men k6m pwoveb nou an di: << Dey m6n gan mn >>,
gade youn dal pwoveb yowouba, mwen tradui an krey6l, ki
dwe sere nan kk kote lakay (m'ap sonje chante rarayo, kont
chante, langaj vodou, lodyans anba tonnOl ak nan veye) nou
poko dekouvri:

Anvi twonpe ak refize pou yo twonpe-w se lak6z tout bri ou
tande nan mache.

Krapo pa konnen larivye menm jan ak pwason.

Ou pa dwe janm antreprann youn bagay ou pa sa fini.

Ou pe moan ki voye w fe konmisyon-an, pa moan li voye-w
kote li-a.

Ou vize youn zwazo jan li vole.

Papiyon ki fwote k6 li sou pikan va dechire zel li.

Sa chen-an ap jape dey-l la se menm avek sa mouton an ap
gade san fe bri.

Sa ki pa di pa bezwen kouto [pou koupe li].

Se volk-a pou nou babye anvan nou di se met bagay-la ki pa te
kache li byen.

Sila ki antre nan dlo youn larivye kapab pe, men larivye-a pa
pe.

Sila ki rete trankil nan afe li va twouve yo pa okipe yo.

Youn moan pa kapab dwe pou w'ap pale f6.

Youn moan pa kouri nan pikan pou ryen. Osnon l'ap kouri
deye youn span osnon youn span ap kouri dye-l1.

Youn moan ki konplt nan tout pati nan k6 li pa kapab apresye
vale kb sa-a. ( sa se twoket la; chay la deye)

* Maks Maniga / Max Manigat ekri : < Proverbes crdoles
ha'tiens du dix-neuvieme sidcle... >> Educa Vision, Inc. 2009,
323p.
[1] DoktW Dyeri M. Jil, youn barak nan istwa zans&t nou yo, ki
sot ekri avek madanm li Ivwoz S. Jil, youn manpenba liv : <<
Sevis Ginen. Rasin, Rity6l, Resp lan Vodou > (2009) 401 p.,
ilistre, voye kUk presizyon sa yo ban mwen:
eksperyans ou f ann Afrik menm. Mwen gen 2 sijesyon. Mwen
kwd pito w rele Yowouba yo Nago paske se sou non sa a nou


sonje yo ann Ayiti. Ayisyen we eritaj yo pi kid Ik se Nago nou
di. Epitou teknikman, Nago pi ko6rk. Nago soti lan Anago
ki se non yon pep sou k6tAtlantik la, b6 Nijerya. Yo te f pati
de Wayom Oyo a epi poutet sa, sou okipasyon Anglet&, yo vin
rele tout sitwayen Wayom Oyo a, Yowouba. Se jis lan ane
1890 kon sa non Yowouba pran pou tout diferan nanchon
anndan Wayom Oyo a. Men chak pp anndan Wayom nan te
toujou gen non pa yo apa. Se pou sa I n ap pale de eritaj
nou sa pi bon pou n sdvi ak non pa n pito. Mwen kwe ou dwe
jis f moun konnen Nago ak Yowouba se sanse menm afe, men
pito se ak mo Nago a ou svi plis. Le moun Nijerya ap f sdvis,
yo konn di: AwoAshe ki vie di selon gras mist yo. Men ann
Ayiti 1 n ap di sa nou di: Awo Ashe Nago. Nou met Nago lan
paw6l la pou n sa f moun sonje se paw6l Nago. >
M'ap di Dokte Jil: mesi anpil !


Pwoveb 19 nan liv Fayo-a
ak Toni Ddlsi / ThonyDelcy*


Pwofese Raphael G Urciolo, Fayo, te pibliye an
1979 youn ansiklopedi li te rele : 3333 Proverbs in Haitian
Creole... 436 p., ilistre. Se youn dokiman wete nech1l m'ap
souse kou youn ne kann krey6l, kounye-a. Otograf otW-a sMvi
pou ekri krey6l-la pa fasil pou moin ki pa li franse, men
tradiksyon angle, youn dal n6t sou vokabile ak grame krey6l,
ak anplis yon bibliyografi youn tranten liv sou pwoveb, fe liv-
la enteresan f6 pa plis.

Nan feyte liv-la mwen tonbe sou Pr. 19 : << An afe pa
d6mi. Li tradui li an angle : < > Sans Fayo ba li-a pa sa. Nan reyalite pa nou pwov&b-la se :
< Annafe pa d6mi di > ki vle di : si ou dwe lajan, si ou gen
pwoblkm ak youn moin, ak leta, oubyen si ou fe youn bagay
mal ki kapab choke moin, al6s ou pa ka nan d6mi net ale paske
ou ka tande p6t kay ou frape nenp6t ki 1l.

M'ap kontinye 1lkti mwen, si m'jwenn bagay ki ka
amelyore konpreyansyon kUk pwoveb, m'a pote.

* Thony Delcy se youn dokimantalis k'ap viv P6toprens.


AKTIVIS MARLEINE

BASTIEN OFISYELMAN

LANSE KANPAY-LI POU U.S

CONGRESS

Se te jedi 20 out pase, devan plis pase 400 zanmi,
fanmi, patizan, etidyan, pwofesyonOl ayisyen kou etranje,
Marleine Bastien kanpe, abiye toudewouj ak youn vwa f&-m,
solid, deside f6k pa plis ; li deklare omond antye : < Marleine Bastien m'ap anonse nou mwen kandida pou US
Congress nan distri 17.>>

Marleine di, li pare pou 1' mete kazak depite meriken-
an sou li pou l'al defann dwa tout moun,jistis pou tout moin
epi mete 16d nan dez6d ak enjistis peyi Etazini. Li mande tout
moun ki konnen sevis li bay kominote-a, travay li fe nanFanm
Ayisyen nan Miyami, nan sevis sosyal ak refijye ayisyen yo,
li mande yo pou yo sip6te li, vote pou li, fR volontW pou ede-
1 ranmase lajan ki pou penmnt li rive nan pozisyon-an. 13
patizan defile sou pody6m nan. Tout bay tewayaj sou travay
Marleine. Yo tout dak6 Marleine kalifye. Li fe rrv li e se youn
wol model. Senmenn pwochenn m'a ban nou plis detay ak
foto sou deklarasyon kandidati Marleine Bastien k6m depite
an kongre Ameriken nan Wachintonn.

Si gen moin ki vle ede Marleine Bastien yo ka voye
kontribisyon yo nan Libreri Mapou 5919 NE 2nd Av. Miami, Fl.
33137. Make non-w, adres ou, telef6n ou, pwofesyon-w.

Pa voye kash. Voye ch&k la nan adres Libreri Mapou.


TMelodie Matin

Sur



eIlodie
www103.3 fm



w w w. radiomelodieh aiti. corn


Page 15





Mercredi 09 Septembre 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N 33


MEN YON
GWO BATO K
AP POTE TOUT
MACHANDIZ
OU TOUPATOU


GONAIVES
HAITI


Rele ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330

Fax ( 561 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398


Kt VWAYAJE CHAK
1 5 JOU POU BWOTE
MACHANDIZ OU DIREK
AN AYrm SOU WAF ST
MARC, GONAIVES &
CAPE HAITI
LI BWOTE KONNTENE, BWAT
PPEPE, KAMYON MACHIN EK-
SETERA


ST MARC
HAITI
Q____


Toll free 1-877-845-8330 or 1-877-845-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

Direction: 1-95 to Exit No. 74 ( 45th Street ) East to Congress Ave, to North on Congress Ave to Martin Luther
King Jr Blvd go East on MLK Blvd ( making right hand turn ) this Rd takes you straight to the Port of Palm Bch
As soon as you go over Old Dixie Hwy, before Guard Shack Make 1st Left hand turn you will see our Sign


Under New Management


E n B ref... (... suite de la page 14)
(Nord-Est), Wencesclass Lambert (Sud-Est), Pierre Francky Exius (Sud) et Jean Maxime
Roumer (Grand'Anse, sud-ouest).
Interpellation de trois ministres mardi devant la Chambre basse
La decision d'interpeller les ministres Dorsainvil, Julien et Exum6 ne jouit pas de l'appui de
tous les d6put6s. Dans les couloirs de la Chambre basse, cette interpellation est interpr6t6e
comme un reglement de comptes, une rdponse au refus du gouvernement d'accorder un 14e
mois de salaire aux employs de la fonction publique. Le d6put6 de l'Azile est tranchant : <<
Les arguments avanc6s ne tiennent pas >. Laurore Edouard, qui croit que l'initiative est
voude a l'6chec, dit 6tre contre 1' << utilisation de ces ministres comme des fusibles a faire
sauter >>.
Un groupe de d6put6s ayant comme chef de file Jonas Cofy (Fanmi Lavalas) a d6pos6, le
mercredi 2 septembre au Bureau de la Chambre basse, une motion de censure visant
l'interpellation des 3 ministres pour le mardi 8 septembre. Les d6put6s interpellateurs ont
tent6 d'expliquer, non sans difficult, les motifs de cette initiative.(Au ministre de
l'Economie et des Finances, il est reproch6 d'<< appliquer un plan ndolib6ral >>. L'absence de
rapport sur la gestion de certains fonds complete la liste des griefs des d6put6s
interpellateurs.(Le ministre de la Culture et de la Communication est accuse d'etre <<
incapable d'appliquer la politique culturelle du gouvernement >>. Toutefois, ces
0i1


UCRLLDIHEK
your global connection

www.calldirek.com / 1-866-673-4735


parlementaires n'6taient pas en mesure d'indiquer de quelle politique culturelle il s'agit.
Olsen Jean Julien a qui est 6galement reproch6 un << dficit de communication > estjug <<
inapte a diriger le ministbre dont il a la charge >. (Rien de nouveau dans les reproches
adress6s au ministre de la Justice et de la S6curit6 publique : detention preventive prolong6e
; non application de la loi relative au Conseil sup6rieur du pouvoirjudiciaire ; scandale de la
perquisition chez l'oncle du narcotrafiquant Alain D6sir a Lavaud, Port-de-Paix.


--,
K '-'t-



cl ^dana.. *m 1
Cargo ,l Barlla -- Q"" ,--
rodult p6rtssables, EfMts "I
prmonfts, Prodult
ufrist, Thutes cdetrmwm
ma ut df NEW

Door to Door Serice
POUR VOS RESERVATIONS DE CARGO, APPELEZ i available.

1-800-927-6059
ou enwyz om une-m& ail


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street, Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefm hotmail.com
haiti-en-marche hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896

L ritdgy othas ffet 30) 2-78


Page 16


CAPE HAITIEN

HAITI
a


----I




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs