Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00365
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: August 19, 2009
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00365
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00008-19-2009 ( PDF )


Full Text







men


Halfti enSMarche, 6dI d 1a252- o- 3


SOCIETE & CORRUPTION

Reprendre les millions a Baby Doc :


ne crions pas victoire trop vite !


PORT-AU-PRINCE, 15 Aoft Le
Tribunal p6nal f6d6ral (TPF) helv6tique a
trouv6 pour qualifier la dictature Duvalier un
mot que les Haitiens n'osent plus prononcer:
<< organisation criminelle. >>


Nous citons : < Le TPF a estim6
qu'il fallait qualifier d'organisation
criminelle au sens du droit suisse la
structure mise en place par Jean-Claude
(BABY DOC / p. 4)


Veronique Roy presentee comme I'actuelle compagne de Jean-Claude Duvalier
parrainant rkcemment la promotion philo d'un lycee de jeunesfilles
a Port-au-Prince aux c6tes du maire principal de Carrefour Yvon Ger6me
(aucun lien politique entre les deux) photo Robenson


Michele Bennett Duvalier qui ne se separait plus de sesfourrures
m&me sous la chaleur tropicale (disaient les mauvaises langues)


Baby Doc jouant les millionnaires au debut de son exil en France


METEO
Alerte aux conditions


de forte pluie
D 'apres les modules
de provision, la depression
tropicale Ana pourrait se
trouver des lundi soir sur la
Republique Dominicaine
puis HaTti, avec notamment
des averses de pluie mod&re
a forte, des orages et
quelques coups de vent.
Par ailleurs, dans le
bassin de l'Oc6an atlantique,
a 1870 km de l'arc antillais, la
temp6te tropicale Bill est
devenu depuis dimanche soir
le premier ouragan de la saison
cyclonique 2009. I1 ne
repr6sente aucun danger pour
(METEO/ p.3)


SALAIRE MINIMUM

Militants et politiciens:

meme combat!


PORT-AU-PRINCE, 14 Aofit- On
a entendu le d6put6 Steven Benoit rappeler
plus d'une fois que le salaire minimum a 200
gourdes a 6td retenu pour tous les secteurs
(dfiment acquis par le vote des deux
chambres s6par6ment), et que les objections
du president Rend Prdval ne concerent que
le secteur de la sous-traitance.
Ces objections n'ont toujours fait
l'objet d'un vote ni de la chambre des
D6put6s, ni du S6nat.


Cependant le pare du projet de loi
pour l'augmentation du salaire minimum,
le jeune d6put6 de PNtion-ville, Steven
Benoit, tient a montrer par 1i qu'il n'a pas
perdu son temps et que, meme n'6tant pas
encore complet, son travail n'aura pas 6te
vain.
Ors'ilenest ainsi, le d6putd Benoit
ne fait pas assez ressortir cette nuance dans
la poursuite de son combat pour le respect
total de la nouvelle loi.
(SALAIRE MINIMUM/p.5)


L'agriculture prend-elle
le pas sur la sous-traitance ?
(AGRICULTURE / p. 6)


BANQUES: L'histoire mouvement6e
de I'absorption de la Soca par la BNC
(voir/ p. 2)





Mercredi 19 Aoft 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 30


BANQUES


L'histoire mouvementee


de I 'absorption


de la Soca par la BNC


PETION-VILLE, 16 Aoft Trbs
belle fete, dans un trbs beau cadre, celui du
complexe restaurant-h6tel-magasins-salles
de conventions et de receptions, rdpondant
au doux nom de < OASIS >, qui sera
inaugur6 le mois prochain a l'entree de
P6tion-ville par la route de Bourdon.
Un coup de crayon architectural
de main de maitre sur lequel on reviendra
bient6t.
C'est a l'ombre de ces cascades
myst6rieusement poussant en plein milieu
de la ville b6tonnde que la BNC Banque
Nationale de Cr6dit invitait vendredi pour
son trentibme anniversaire.
Discours, decorations,
champagne, rencontres et connaissances,
tout s'est d6roul6 au coin de la plus grande
simplicity et d'une sympathie chaleureuse.
La BNC a fait plusieurs fois
l'actualit6 ces dernibres anndes. C'est la
Banque du dimanche, la longue queue qui
se prolonge jusque sur le trottoir devant la
succursale du Champ de Mars nous faisant
plus d'une fois r6fl6chir avant d'en faire
notre jour pr6f6rd pour les operations
bancaires car trop de gens semblent avoir
aussi la meme id6e. Done succes plus foule

Puis c'est la premiere
Bancassurance en Haiti. Ce qui ne veut pas
dire que les autres banques ne font pas dans
l'assurance mais c'est la BNC qui a eu l'id6e
de le presenter sous ce package, agr6mentW
d'une prestigieuse beauty creole.
Mais c'est l'affaire Socabank qui a
surtout mis la Banque nationale de credit
sous les projecteurs.

Une patate chaude ...
La BNC, banque commerciale
appartenant a l'Etat haitien, a requ des
autorit6s financieres du pays le lourd
heritage de la Socabank, une institution
priv6e qui a &td d6clarde en faillite.
Pour prot6ger les petits
actionnaires de la Soca, leurs dossiers sont
transf6rds a la BNC.
Comment celle-ci a-t-elle fait pour
g6rer cette patate chaude s'il en est, car cette
fusion n'a pas &te recherche, ni peut-6tre
meme souhait6e ?
C'est une question qui n'a pas
passionn6 l'opinion, mais qui est cependant
passionnante, et a propos de laquelle nous
trouvons quelques indications dans le
Rapport annuel 2008 de la BNC.
Une phrase resume la question:
<< La situation financiere de la BNC s'est
fragilis6e suite a l'int6gration des actifs et
des passifs de la Socabank. >
Rappelez-vous que cette dernire
est une banque en faillite, done qui
d6barque a la BNC comme un intrus. Et avec,
comme on dit, armes et bagages.
La BNC a vu son personnel
doubler d'unjour a l'autre, passant de 382
employs en 2006 a 768 en 2007.
Nous aimons le mot utilis6 pour
d6crire la situation : c'est << le choc de deux
cultures. >
Et < ceci a produit un impact
imm6diat sur la performance financibre > de
la BNC. La productivity par employed a
baiss6, passant de 2.2 millions de gourdes


en 2006 a 1.3 millions (donc prbs de moitid)
en2007.
Pour un , oui c'enest un !
Ensuite, il y a aussi les problemes
juridiques de la Socabank g6rer. < dossier Socabank a donn6 lieu a diverses
actions judiciaires par le Bureau du
Contentieux de la Banque. Ce Bureau a
facility le denouement de plusieurs dossiers
en faveur de la BNC au cours de l'exercice
2007-2008. >

Une int6ressante histoire
qui fera peut-etre jurisprudence ...
Mais on n'a pas encore abord6
l'essentiel : la clientele.
En meme temps qu'il faut absorber
celle de la Soca, il faut aussi rassurer la
clientele propre de la BNC, < la gestion de
la relation clientele constituait la principale
preoccupation de la BNC (...). Ce qui a
demand beaucoup d'efforts en marketing
et en relations publiques. >
Ensuite il faut coordonner les
succursales des deux banques, ce qui a
force a fermer 5 succursales pour des
raisons de proximity.
Mais c'est la gestion du personnel
passant d'un jour a l'autre au double (de
382 employs a 768) qui a &te 6videmment
le principal casse-tete.
Une int6ressante histoire et qui
fera peut-etre jurisprudence dans le
domaine. Ace que dit le Rapport annuel 2008,
la BNC concut alors que la seule facon d'en
sortir 6tait la modernisation, un bond en
avant qualitatif.
Il y eut une reduction de personnel
(< principalement au niveau du personnel
de support >), mais la vraie solution fut
recherche dans la mise en application d'un
nouveau plan strat6gique, celui-ci
comprenant cadres a travers de nouvelles Directions et
Units >, << le recrutement de jeunes des
deux sexes fraichement sortis de
l'Universit6 pour assurer la relive et
renforcer la recherche de l'efficacit 6 et
<< la mise en oeuvre d'un programme de
formation continue pour les employs, en
fonction des besoins de la banque, la
participation des cadres et officiers a des
s6minaires 1l'6tranger ... > etc.
Les nouvelles technologies de
l'information et de la communication furent
aussi appel6es a la rescousse.
Cela dit, l'op6ration n'a pas
apport6 uniquement des problemes car en
absorbant ceux de son invite, de la BNC ont crf de 89% passant de 9.8
milliards de gourdes au 30 septembre 2007
a 17.9 milliards au 30 septembre 2008,
incluant les Bons BRH ... >>.
Et a entendre les propos de son
President, Guiteau Toussaint, le vendredi
14 aoft 6coul, la Banque nationale de credit
ne s'en est finalement pas trop mal tir6.
Mais ce fut une sacrde migraine.
Et nous r6alisons pourquoi nos amis de la
Unibank de leur c6t6 tiennent tant a pr6ciser
dans leur slogan : d'Haiti >> ... sans fusion ni acquisition !

Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Nous annonons le d6ces de Euterpe Beauvoir Pierre, n6e a Baraderes le 6
Janvier 1928 et morte a Miami, Floride, le 4 Aoft 2009 1l'H6pital Jackson.
Nous adressons nos sinceres condol6ances a sa fille et ses fils: Monarre Barreau
Etienne, Raoul Beauvoir, Frantz Beauvoir et Ludner Beauvoir;
a ses frbres et soeurs: Euliette Beauvoir, Anite Princy nde Beauvoir, Nobert
Beauvoir;
a ses petits enfants: Myrielle Barreau, Gerald Barreau Reginald Beauvoir, Larry
Kedar Beauvoir, Pradel Barreau, Natacha Barreau, Jonathan Beauvoir, Angelo C. Beauvoir;
a ses neveux et nibces: Marly, Marc, Euphedrine, Kency Beauvoir, Pierre-Alex,
Alexandra, Malcom;
a tous les parents, allies et amis affects par ce deuil.
Les fundrailles de Madame Euterpe Beauvoir Pierre seront chant6es le Samedi
22 Aoft, a 10 heures a.m., a l'Eglise Notre Dame D'Haiti, a Miami, Floride.
Que son ame repose en paix!


"Copyrig hted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


D6ces de Mme Serge Villedrouin, nde Altagracia Eaderle Carducci Durocher
(Fifie) survenu le Dimanche 9 Aoft 2009 a Santo Domingo, R6publique Dominicaine.
Nous renouvelons nos sympathies a son 6poux Serge Villedrouin, a ses enfants :
sa fille Mme Pelletier, nde Catherine Villedrouin et son 6poux Michel Pelletier, son fils
Pascal Villedrouin et son spouse Ariel Villedrouin nde, Ariel Jeanty, son fils Olivier
Villedrouin et son spouse St6phanie Villedrouin, nde St6phanie McIntosh, son fils
Antonio Capalbi et son spouse Katia Capalbi nde Katia Br6zault, ses petits enfants
Raphaelle Villedrouin, Anne-Sophie Villedrouin, Anais Villedrouin, Aurdlie Pelletier, Soika
Villedrouin, Naissa Villedrouin, Mathieu Villedrouin, Loic Villedrouin, Francois-Xavier
Villedrouin, Arnaud Pelletier, Antonio Capalbi Jr et Angelo Capalbi.
A ses Belles scours Micheline Villedrouin Siegel, Nicole Villedrouin Gallo et son
beau frre Jean Villedrouin.
Aux Familles Villedrouin, Carducci, Jeanty, Mourral, McIntosh, Pelletier, Capalbi,
Br6zault, Durocher, K6breau, Charlier, SRrant, Noisette, Lubonis, Elie, Liautaud, Fabien,
Cantave, Larco, Siegel, Gallo et a tout les autres parents, allies et amis affects par ce
deuil, tout particulibrement sa proche et d6voude collaboratrice Mme Michble Rivette
Simdon et a tout le personnel de l'Ecole Sainte Th6rbse de l'Enfant J6sus.
Les fundrailles de Mme Serge Villedrouin nde Altagracia Eaderle Carducci
Durocher, dite < Fifie > ont eu lieu le vendredi 14 Aoft 2009 en l'6glise du Sacre Cceur de
Turgeau.


Page 2





Mercredi 19 Aoft 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 30


METEO : Alerte aux conditions de forte pluie
(... suite de la lere page) En consequence, le SPGRD est passe ce lundi 17
aofit 2009 A 8 heures am, au plan d'urgence forte pluie au
les grandes Antilles pour le moment. Entre autres, la tempete niveau de vigilance orange (i.e. risque d'impact d'intensite
tropicale Ana s'est r6trograd6e depuis dimanche en violent A trs violent) par rapport aux fortes pluies, auxforts
depression tropicale. Cependant, elle possede une forte vents, aux grosses mers dans le Plan National de Gestion des
capacity pluviom6trique qui pourrait affecter les 10 Risques et des D6sastres (PNGRD) avec annonce de lamise
d6partements gdographiques du pays a partir de lundi soir et en place des activities pr6ventives par rapport aux menaces
mardi. probables de fortes pluies, d'orages violents, de vents forts,
Lundi, a 8 Heures du matin, le centre de la depression de grosses mers avec risques d'6boulements, de glissement
tropicale Ana a dtd localism a 16.7 degres de latitude nord de terrain, et d'inondations d'intensit6 orange, pourtous les
et 64.8 degres de longitude ouest soit a environ 115 km au 10 d6partements g6ographiques du pays.
sud de Ste-croix ou 435 km par rapport a la pointe Est de la Le SPGRD demande a la population des 10
Republique Dominicaine. La depression se d place d6partements de rester vigilante et d'appliquer
rapidement vers l'ouest nord-ouest a 45km/h. Un leger scrupuleusement les consignes de s6curit6 port6es a sa
ralentissement dans la vitesse de diplacement reste possible connaissance en cas d'inondations, d'6boulements, de
par contact avec la terreferme. Les vents maximum atteignent glissement de terrain, d'orages violents, de coup de vent, et
55 km/h et la pression centrale est de 1008 hectopascal. de mer trs agit6e.


Un diplomate americain

parmi les nombreuses victimes des manifestations


Port-au-Prince, le 11 aoft(alertehaiti.ht).-Le v6hicule
Sbord duquel se trouvait le charge d'affaires de l'ambassade
des Etats Unis en Haiti, Thomas C. Thighe, a &te endommag6
lors de la manifestation pour le salaire minimum du 10 aoft.
Le charge d'affaires qui se rendait, selon certaines
declarations, a l'ambassade sur la route de Tabarre, avait choisi
d'emprunter la route de Delmas 33, ignorant peut-6tre que les
manifestants avaient occupy complktement la voie. Ils
r6clamaient la liberation de deux manifestants arret6s et qui
6taient gard6s au commissariat de police.
Les manifestants tentaient de forcer le p6rimetre de
security 6 tabli par la police quand les units sp6cialis6es firent
usage des gaz lacrymogenes. Ceci a provoqu6 une vive
tension, les manifestants lancant des pierres contre le
commissariat et attaquant des v6hicules coinc6s dans
l'embouteillage. Ils ciblaient en particulier les vhicules portant
l'immatriculation Corps Diplomatique, Organisation
Internationale, Officiel, Service de l'Etat ou les v6hicules des
Nations Unies.

Le gouvernement haitien
La Chancellerie haitienne rappelle a la population les
prescrits de la Convention de Vienne sur l'immunit6 des
personnes et des biens des representations diplomatiques
Le Ministbre haitien des Affaires Etrangeres
condamne les incidents survenus le lundi 10 aoft a Port-au-
Prince au cours desquels un v6hicule affect au service du
Charge d'affaires des Etats-Unis d'Am6rique en Haiti,
M. Tomas C. TIGHE, a &te la cible dejets de pierres lanc6s par


Un policier qui se trouvait sur la cour du commissariat
a &td bless au bras par une pierre.
Visiblement secoud, le charge d'affaires amdricain a
d6plord que des individus aient encore recours a la violence
pour faire passer leurs revendications. Le gouvernement
am6ricain n'a rien a voir avec l'augmentation du salaire
minimum, a-t-il d6clar.
Fort heureusement le diplomate et le chauffeur qui
l'accompagnaient sont sortis intacts. Le v6hicule,
heureusement blind, a &t6 s6rieusement endommag6 par les
pierres lances par des manifestants.
Aucune arrestation n'a 6te effectude suite a ces
incidents. L'ambassade amdricaine qui a confirm l'attaque
contre un v6hicule a bord duquel se trouvaient des membres
de son personnel, a cependant precise que l'attaque ne visait
pas les officiels de l'ambassade des Etats Unis. Le v6hicule
s'est trouv6 malheureusement au mauvais endroit au mauvais
moment.


L'EVENEMENT SOMMAIRE
Reprendre les millions a Baby Doc : ne crions pas
victoire trop vite p.1

BANOUES
L'ustoire mouvement6e de l'absorption de la Soca par
la BNCp .2

POLITIOUE
Militants et politiciens : m6me combat! p.1
Presentation d'une nouvelle plateforme politique p.4

TENSION SOCIAL
Un diplomate amdricain parmi les victimes des
manifestations p.3
Le gouvernement haitien exprime ses regrets p.3

SALAIRE MINIMUM
Doit-on rester impuissants devant une nouvelle menace
decrise ?p.5

ECONOMIE
L'agricultre prend-elle le pas sur la sous-traitance ? p.6

PATRIMOINENATIONAL
Vers la protection de la diversity p.8
Ala decouverte de l'Arbre veritable p.9

BRE PENSER
EffetPapillon p.10
Tout plaide en faveur des 200 gourdes p.10

SANTE
De nouveaux m6decins haitiens forms a Cuba p.11

ENVIRONNEMENT
Collier revu et corrig6 p.13

KREYOL
Pep Ayisyen pa dwe mouri grangou p.15

LIVRES
Combats d'Haiti p. 16
IN..


exprime ses regrets au Charge d'affaires americain
des manifestants. Gouvernement, la Chancellerie haitienne condamne cet
Le m6mejour, deux vhicules publics ont &te incendids et exprime ses < sinceres regrets aux
SPort-au-Prince, vraisemblablement par des manifestants qui membres de la mission diplomatique des Etats-Unis
r6clamaient l'6tablissement a 200 gourdes du salaire minimum d'Amdrique en Haiti >.
et la remise en liberty d'6tudiants, d'ouvriers et d'activistes La Chancellerie enprofite pour rappeler aux haitiens
du secteur des mouvements sociaux arr6t6s par la police aux le respect df aux prescrits de la Convention de Vienne sur les
abords du Parc industriel de Port-au-Prince. relations diplomatiques garantissant l'immunit6 aux personnes
Dans un communique publiC le 11 aofit au nom du et aux biens des representations diplomatiques.


Page 3





Mercredi 19 Aoft 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 30


SOCIETE & CORRUPTION


Reprendre les millions a Baby Doc :


ne crions pas victoire trop vite !


(BABY DOC... suite de la lere page)
Duvalier et ses proches consistant a user du pouvoir absolu
du chef de l'Etat afin de faire r6gner un climat de terreur et de
procurer a ses membres des revenus consid6rables par le
d6tournement syst6matique des fonds publics. >
Le titulaire du compte s'6tait borne g affirmer que les
avoirs d6pos6s proviennent de Mme Simone Duvalier >, mbre de Baby Doc.
Faute d'avoir pu apporter la preuve
que les fonds saisis n'dtaient pas d'origine
criminelle (eussent-ils appartenu a Manman
Simone, dont on sait qu'elle n'ajamais travaillk
de sa vie, du moins depuis qu'elle est entre
au palais national en 1957 aux c6t6s de son
mari, le dictateur Francois < Papa Doc >
Duvalier), le tribunal a conclu qu'ils devaient
6tre remis a l'Etat haitien.
La bande g Baby Doc a dixjours pour
presenter une nouvelle requite en appel. Et
ils ne vont sfrement pas s'en priver.
Car on ne sait jamais. Le plus petit
retournement de la situation en Haiti peut tout
remettre a nouveau en question. Cette bataille
juridique autour de la fortune d6tournde
pendant trente ans par cette dictature que le
New York Times qualifia d6jg en son temps de
< cleptomane >, dure depuis fdvrier 1986.

Les bijoutiers de 1'ex-
premiere dame...
Les fonds en question (du moins ce
qu'il en reste) s'&l1vent aujourd'hui a quelque
7, 6 millions de francs suisses (6 millions et
demi de dollars amdricains). Une bonne partie
ayant disparu sur la C6te d'Azur ou chez les
bijoutiers de l'ex-premibre dame Michble
Bennett Duvalier. Franco
Revenons au jugement du Tribunal dans leu
penal f6d6ral : < au sens du droit suisse, la
structure mise en place par Duvalier et ses
proches (pour siphonner la fortune nationale d'Haiti et pendant
tant d'anndes) doit 6tre qualifide d'organisation criminelle. >
Et en Haiti, comment le qualifions-nous ?
C'est une question toute relative. Tant que Duvalier
6tait au pouvoir, bouchant la voie a d'autres comp6titeurs, il
6tait pour ceux-lg aussi une organisation criminelle ...
Outre un bilan de plusieurs milliers d'assassinats.

Accusez-vous les uns les autres ...
Mais au fil des anndes, on les a vus d6tr6ner de ce
titre par d'autres gouvernements il est vrai eux aussi quelque
peu extravagants, comme unAristide II.
Beaucoup de gens pas forc6ment qualifies, ni
moralement ni professionnellement, ont eu beaucoup d'argent
public en main sous le deuxibme mandat du president Aristide
(ce qui aussi arrive souvent quand un gouvernement fait face
a des sanctions 6conomiques internationales). Il ne serait pas
6tonnant que quelques millions aient 6galement laiss6 le pays
par la mime voie.


Mais la situation 6tait pareille sous le regime militaire mais il n'y aura pas d'enquete !


des g6ndraux et colonels Raoul C6dras-Michel Franqois et
leurs trois anndes passes, mine de rien, au pouvoir (septembre
1991-1994).
Et meme apres le second renversement d'Aristide en
fdvrier 2004 qu'on a df prendre le temps d'une petite bamboche


s o Papa Doc > Duvalier et Simone Ovide Duvalier fraichement
ws meubles au palais national (1957) et que Manman Simone ne
que 30 ans plus tard en 1986
D'ofi nouvelle s6rie d'accusations.
Mais l'actuel pouvoir arrive d6mocratiquement en
2006 est-ce dans le cadre de la reconciliation nationale a
choisi, comme qui dirait, de renvoyer tout ce beau monde dos-
a-dos : accusez-vous les uns les autres si ca vous chante,


Le loup dans la bergerie ...
Cependant l'exemple qu'on continue de marteler est
celui d'Aristide. E16mentaire, my dear Watson. Comme Duvalier
jadis, Aristide est celui qui a bouch6 la route aux autres. Atous
les autres.
Et comme entre-temps les Duvalier
avaient cess6 de faire peur, eh bien ils ont pu
lentement mais sfrement se remettre a gagner
du terrain localement. Le loup a nouveau dans
la bergerie.
Aussi faudra-t-il une cour f6d6rale
suisse pour venir nous rappeler que ce regime
6tait une << organisation criminelle. >
D'ofi aussi l'acharnement de Baby
Doc et ses sbires g ne pas licher le morceau
(meme lorsqu'il leur fut propose de partager
les fonds fifty-fifthy avec l'Etat haitien qu'ils
avaient refuse) ...
En Haiti, en effet, la bataille ne se livre
S pas devant les tribunaux (au contraire c'est
,eux qui peuvent vous menacer aujourd'hui
td'un proc1 s si vous les traitez justement
d'organisation criminelle !) mais dans les
salons de la bonne soci6td ...

Le bol de petit-mil ...
Aprbs avoir r6cup6rd plusieurs
domaines laisses dans le pays par l'ex-
dictateur en s'enfuyant le 7 fevrier 1986, coup
de thditre, le parti politique de Papa Doc (le
PUN-Parti unit nationale) est (ou a 6td)
ressuscit6 pour participer aux dernibres
s6natoriales partielles.
Cela, mais c'est la logique meme des
choses, en meme temps que c'est le parti
installs d'Aristide, Fanmi Lavalas, qui se faisait 6jecter.
quittera E16mentaire, il suffisait d'y penser !
Tant que ces 6, 5 millions de dollars
US n'auront pas atterri dans le bol de petit-mil (millet) du petit
6colier qui ddvale chaque jour la montagne dans le cadre du
programme de scolarisation universelle que tous nous
appelons de nos voeux, on ne peut donc etre stir de rien !
Haiti en Marche, 15 Aoit 2009


CCopyrighted Material w*


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.


Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenbt pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki
pbmbt klyan an jwenn tout
enf6masyon li bezwen sou transp6


pa avyon, sou lanmb ak ate, fe
rezbvasyon pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe tout bagay pi fasil pou klyan
an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesonel" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes
Devlopman.
MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon yo e pou
sy on an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vie ofri klyan an
yoln Ic "^ -Stop-Sh ", sa vie di nou vie ofri li plizyc solysyon o chwa avyon,
bato os tquit se machandiz pou ekspbtasyon, kit se pou enptasyon.
Sakapini yo, Amerijet pral introdui lo vtantaj sou iwebsite li a. Pamela
Robbins "U I yo I entercsc an oloi ap pcoe ii plis
ekspansyon e p Inaem ln0 1 . .. a laans.
Amerijet International, I ouni sevis entenasyonal konple sou tout f6m
- pa avyon, pa bato ak atL.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenbt la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


Pat6Plus Bakery, Inc.
NATURAL JUICE %%


11638 NE 2nd Ave.
Miemi. FL 33180
Tel. 305-394-6118


Page 4


Caterng Specialists
Cakes. Pasts. Hors a uvns
for all occasions


8~f~l/WD S.-\~t *W Me I- IT If TPERE





Mercredi 19 Aoft 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 30


SALAIRE MINIMUM


Militants et politiciens: meme combat!


(SALAIRE MINIMUM... suite de la lere page)
Steven Benoit adopte plut6t une strat6gie du tout ou
rien, comme la plupart des militants nombreux qui se sont
investis (ou d'autres recycles) 6galement dans ce dossier.
Car il y a une certaine difference entre un homme
politique et un militant.

Logique parfois suicidaire ...
Le militant fait avancer la cause politique. Mais si
tous les hommes politiques se comportaient en militant, tout
serait bloqu6 dans une logique parfois suicidaire du tout ou
rien, il n'y aurait plus d'homme d'Etat.
Le militantisme c'est l'exigence de changement, Son
ideal c'est enpo6sie Rimbaud : changer la vie. Et en politique,
Maiakovski, 6galement poete, mais qui voyait dans la
Revolution d'octobre 1917 une occasion pour inscrire cette
quete d'absolu une fois pour toutes dans l'histoire universelle.
Il sera dCdu 6videmment. La vie des hommes est plus terre a
terre.
Lavi vye negpa mache sou krepsol, si late estronde,
se pa yon afe .
Par contre l'homme politique a choisi plutBt de se


colleter aux contradictions inh6rentes a la vie en soci6td,
d'apprendre a g6rer les attentes, les espoirs ainsi que les
app6tits des uns et des autres. Le tout dans un cocktail qui
vise par-dessus tout a preserver un certain 6quilibre
indispensable pour ne pas mettre en p6ril la nation elle-meme,
ni sa souverainet6, ni son avenir, ce que dans d'autres pays
on resume par le mot : s6curit6 nationale.

Jusqu'ou l'on peut aller trop loin !...
La oi le militant peut s'engager sans aucune
hesitation dans une logique du tout ou rien, la devise de
l'homme politique serait plut6t : savoir jusqu'oiF l'on peut
aller trop loin !
La politique c'est savoir prendre en douceur les
tournants les plus rocailleux, c'est l'art de rdconcilier les
contraires.
En un mot, l'homme politique souhaite 200 gourdes,
mais il pense au mieux 199 gourdes 99 !
Le dialogue entre la militance et la politique s'inscrit
dans l'histoire meme de cette civilisation. Le militant c'est
encore lejeune h6ros des romans de Malraux sur la revolution
chinoise, La Condition Humaine et Les Conqu6rants. Tchen,


l'anc6tre des auteurs d'attentats suicide d'aujourd'hui, pr6fere
se jeter avec sa bombe sur la voiture officielle meme apres
avoir &t6 averti que c'est un sosie de Tchang Kai-shek qui s'y
trouvera ce matin-l.
M6me interrogation trait6e par Sartre dans << Les
Mains sales. >

Heritage du populisme ...
Cependant chez nous il semble normal aujourd'hui
de confondre les deux. Le politicien se comporte comme un
militant. Les militants parlent de plus en plus en hommes d'Etat.
Est-ce un certain heritage du populisme qui a (trop)
profond6ment marqu6 la vie politique haitienne ces dernires
d6cennies ?
Tout le monde d6nonce le populisme, a droite comme
a gauche, mais c'est pour adopter finalement les memes
proc6d6s. Du moins, les memes manibres.
Au grand dam de cet 6quilibre si indispensable au
maintien (ou en l'occurrence a une r6cup6ration) de la
souverainet6 nationale sous ses multiples aspects (politique,
6conomique, militaire, alimentaire, social, culturel, religieux etc).
Haiti en Marche, 14 Aoit 2009


Doit-on rester impuissants


devant une nouvelle crise qui s'annonce ?


PORT-AU-PRINCE, 13 Aoft La situation sociale
s'est consid6rablement d6t6riorde cette semaine en marge du
dossier du salaire minimum.
La chambre des D6put6s devait se rdunir ce mercredi
pour compl6ter si l'on peut dire sa stance du mardi 4 Aofit
lorsqu'une majority de ses membres avait vot6 une troisibme
version portant le salaire minimum a 150 gourdes.
Mais le vote du 4 Aoft 2009 fut vite contest par les
partisans du salaire a 200 gourdes approuv6 auparavant par
les deux chambres l1gislatives, rappelant aux D6put6s que
leur seul devoir aujourd'hui est de se prononcer sur les
objections du chef de l'Etat qui, de son c6te, recommande un
salaire minimum d6butant a 125 gourdes afin de prot6ger les
entreprises cr6atrices d'emplois, principalement celles de
l'industrie d'assemblage.
Mais depuis ce lundi, la situation a d6bord6 le cadre
du Parlement pour gagner litt6ralement les rues.
En effet, la capitale se reveille depuis trois jours au
rythme de manifestations r6unissant plusieurs milliers
d'ouvriers et d'6tudiants (et d'autres activistes moins
reconnus) qui partent du parc industriel au nord de Port-au-
Prince pour traverser la capitale au pas de course en direction
des sieges des trois pouvoirs : le palais pr6sidentiel, le palais
de justice et le Parlement.
L'ennui est que cela ne se passe pas toujours sans
casse.
D'abord t6t mardi, deux jeunes sont arret6s aux
abords du parc industriel (ou Sonapi) soupqonnms par la police
d'etre des instigateurs de troubles a l'ordre public.
Ces arrestations n'ont eu pour effet que d'exciter
davantage les manifestants qui prennent la direction du
commissariat de police de Delmas 33 pour exiger la liberation
de leurs deux camarades.
N'ayant pas obtenu satisfaction, la foule se retourne
contre les v6hicules publics, du corps diplomatique et des
organisations internationales.
La police doit faire souvent usage de gaz
lacrymogenes, bien que dans la plupart des cas elle prend la
peine d'dviter la confrontation et d'accompagner les
manifestants (plusieurs centaines ou milliers) tout le long de
leur traverse de la capitale.
Mais entre-temps les ouvriers ne sont pas a leur poste
et les manufactures sont fermees. Qui pis est, par mesure de
s6curit6, 1'ADIH (Association des Industries d'Haiti) a d6cid6
de tout arreter dans le parc industriel.
On a l'impression d'une crise qui s'avance a grands
pas et qui touche trop de secteurs a la fois (6conomique et
politique).
Nous parlons de crise non a cause des revendications
des ouvriers et de la resistance patronale, ni meme des
manifestations, mais essentiellement parce que personne ne
semble avoir de prise sur la situation qui se d6veloppe comme
une machine sans contrBle.
Du moins sans contr6le ouvert et d6clard !
D'abord aucun groupe qui revendique les


manifestations. Done gare a vous si vous vous trouvez au
mauvais moment et au mauvais endroit.
On entend les manifestants crier des mots d'ordre
mais personne ne sait qui les transmet. De cette faqon, le
mouvement peut tre sujet a toutes sortes de manipulations.
Allez savoir.
Pas plus de garantie non plus du c6t6 des autorit6s.
La chambre des D6put6s vote aujourd'hui, le vote est rejet6,
elle re-vote demain, << epi, epi anyen >, comme onl'a vu !
Le d6bat se situe aujourd'hui autour des objections
pr6sidentielles h la loi portant le salaire minimum a 200 gourdes.
Mais l'Ex6cutif semble s'en arreter 1a. On ne bouge
plus. Alors que la situation est en train de se d6t6riorer au
maximum.
Tout se passe comme si c'est la parole du president
Rend Prdval contre celle du d6put6 Steven Benoit, l'initiateur
et le d6fenseur sans peur et sans reproche du projet de loi sur
le salaire minimum.
Tout se passe comme si le president Prdval est en
train de d6fendre le patronat de la sous-traitance et rien d'autre.
Puis chacun reste sur ses positions et rien ne bouge,
tandis que le pays plonge dans une nouvelle crise.
Et pendant que, comme toujours, certains sont tapis
dans leur coin attendant de profiter de la d6stabilisation quand
elle aura atteint le point de non-retour ...
Et personne qui ne puisse ou ne sache rien faire.
Invraisemblable !
Ce qui pouvait 6tre une chance unique pour un d6bat
ouvert sur un point important de la vie 6conomique comme la
fixation du salaire minimum (alors que jusqu'ici cela avait
toujours &t6 le fait du prince, un calcul 6tabli uniquement par
le pouvoir et le big business sans que les ouvriers n'aient
jamais eu rien a y voir), eh bien voici cette occasion
exceptionnelle en train d'etre bousillke par la volont6 de
puissance des uns et les calculs politiques des autres. Car il
est evident que le jeu n'est pas aussi innocent qu'on voudrait
le laisser croire.
Or ce serait le moment de montrer que ce pays a autre
chose a offrir et plus de citoyens prets a accepter certaines
responsabilit6s.
Tout cela sans rien enlever aux droits des ouvriers de
r6clamer le salaire qu'ils m6ritent, et aux patrons de d6fendre
une marge de profits raisonnable.
Mais il n'y a pas que deux categories sociales dans
un pays. Tout comme il n'y a pas que les parlementaires
favorables aux 200 gourdes et ceux qui sont contre. Tout
comme il n'y a pas que le president Prdval et les patrons de la
sous-traitance ...
Commenqons par le gouvernement. Est-il normal que
le chef de l'Etat soit le seul a monter au cr6neau dans un
dossier pr6sentW comme vital pour l'avenir 6conomique du
pays?
Oi sont les principaux ministres et responsables des
d6partements directement verses dans cette comptabilit6 ?
On mentionne l'agriculture, le tourisme, les employs


publics et autres domaines susceptibles d'etre affects pour
leur survie par un salaire minimum X ou Y. Mais on n'entend
personne venir l'expliquer au public, a la Nation.
On veut que les gens se contentent de mots ou de
belles paroles, celles des uns et des autres. Et vice-versa. Tout
se r6duit en un clin d'ceil a un combat de coqs.
Alors que l'occasion devait servir au contraire a faire
I'6ducation du pays sur une demarche 6conomique importante.
Voilh une autre occasion rate. Le pouvoir reste trop
renferm6 sur lui-meme, le gouvernement trop timide. Cette
attitude meme condamne le president a paraitre comme un
simple allied du big business, done mettant en question sa
cr6dibilit&.
Au dernier moment done le pouvoir se fait absent. La
question descend tout droit dans la rue, personne ne contr6le
plus personne. Du moins apparemment Car qui sait ...
Autre alternative : ce serait la formation immediate
d'un comit6 ind6pendant pour trouver une porte de sortie qui
puisse satisfaire les int6rets de toutes les parties en 6vitant au
pays la crise.
On n'a encore rien entendu a ce sujet alors que la
situation plonge a pic.
(CRISE/ p. 6)


TOLL FREE.
OR: 30


1 -888 -3 83 -2856
5-6 20-8 300


FAX :305-620-8332
CELL. 305-986-8811


FICHE D'ABONNEMEN A HAITI EN MARCHE


I pIU fit pour Six M I


Hanti ______
Etats Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


Gdes 260.00
_ US $ 40.00
_ US $ 42.00
_ US $ 70.00_
_ US $ 70.00o


I CoatpouriA


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
us $ 135.00
US $ 135.00


Dans l* cas d'un abonnement
avec Ilvralson, le coOt eat le double.
Prtre de specMier st voua etes
un nouvel abonn6
ou s'il s'agt d'un renouvellement


Nouveau


Renouvellement

E-L


Page 5


Norm
Adresse.





Mercredi 19 Aoit 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 30


L'agriculture prend-elle le pas sur la sous-traitance ?


PORT-AU-PRINCE, 16 Aoit Lors d'une
communication au cours d'un voyage exceptionnellement long
(10 jours) qu'elle vient d'accomplir surle continent africain, la
Secr6taire d'Etat am6ricaine Hillary Clinton a plac6 agriculture
comme secteur-cl6 du d6veloppement 6conomique pour ces
pays.
< Pour des millions d'Africains,
l'agriculture est vitale car elle est leur seule
source de revenus et d'aliments. >>
Mme Clinton ajoute aussi: << Elle
constitue le principal secteur de l'6conomie
du continent et la locomotive de toute
croissance future. >
Declarations faites le 5 Aoft A l'issue
d'une visite A l'Institut de recherche
agronomique du Kenya (KARI).
Un peu plus loin: < Les avantages
d'un systeme agricole solide sont trbs
importants et ils le sont aussi pour le monde
entier ...
< De plus en plus, le monde se
tournera vers l'Afrique pour son
approvisionnement et j'espere que ce seront
les Africains et les agriculteurs africains qui
en b6nficieront les premiers. >>
Hillary Clinton a d6plord le fait que
l'agriculture africaine ait 6td n6glig6e et
entrav6e ces dernires d6cennies. Les raisons
sont diverses : la guerre civile, mais 6coutez Lefinanci
bien qa vous aussi : l'exode rural, les ame
changements climatiques mais 6galement dans le cadr
l'absence d'investissements de la part du secteur priv6, de
l'Etat et de la communaut6 intemationale.
Elle aurait pu dire A cause de l'6conomie ndo-lib6rale
pr6conisant en gros de cesser tout simplement de cultiver ce
qu'on peut importer A meilleur prix.
Jusqu'A ce que les prix des produits de consommation
imports crbvent tous les plafonds comme on l'a v6cu de
manibre dramatique enl'annde 2008.
Aujourd'hui des rembdes sont aussi A l'6tude pour
rendre cette agriculture plus performante.
Hillary Clinton a indiqu6 (aprbs sa visite au KARI)
que les scientifiques mettent au point des techniques
susceptibles d'amdliorer la productivity des exploitations, cela
< dans le cadre d'une strat6gie plus vaste visant A renforcer
tout le secteur agricole dans le but d'accroitre les revenus,
d'appuyer les collectivit6s rurales et de susciter la croissance
6conomique. >

Du mais pouvant pousser en toute saison


Il est question de la culture de plantes plus r6sistantes
et plus productives malgr6 des conditions difficiles, telles que
< du manioc resistant aux maladies, des patates douces
enrichies de vitamine Apour prvenir la c6cit6, du mais pouvant
pousser en toute saison de l'annde.


er et milliardaire George Soros a ouvert un fonds de 25 millions
dricains (Haiti Invest) pour relancer 1 'investissement privd en He
e du Plan Clinton- Bill Clinton nommd envoy special de 1'ONi


Or il est plus qu'
declarations de la Secr6tai
6galement A Haiti.
Serait-ce parce que
encore beaucoup A l'Afriqu
Mme Clinton sem
moins trois tapes : 1)venir
ddlaiss6e pendant trop long
productivity et la quality en
autrement dit premier object
des efforts accomplis sur
dconomique et dventuelleme
amdliorer par la meme occ
produits d6ji assures d'un

Nous parlons

Mais il n'y a pas
investissements de depart.
Selon Hillary Clin


evident qu'une bonne partie des
ire d'Etat am6ricaine s'applique

nos pratiques agraires empruntent
.e ancestrale.
ible distinguer un processus A au
en aide A cette agriculture qui a td
temps ; 2) aider A en augmenter la
appuyant les collectivit6s rurales,
if : la s6curite alimentaire mais par
place ; 3) susciter la croissance
ent les exportations. Bien entendu,
asion la quantity et la quality des
d6bouch6 ext6rieur.

d'investissements durables

de baguette magique. II faut des

Iton, les pays riches y ont int6r6t.
De toutes falcons, il s'agit
d'un 616ment important de la
politique 6trang&re du
gouvernement Obama, a-t-
elle affirmed.
En ajoutant que les
Etats membres du G8 et
d'autres bailleurs se sont
engages A consacrer 20
milliards de dollars aux
mesures visant A r6duire la
pauvret6 et A amdliorer les
conditions de vie des
populations. Touchons du
bois (En crdole, lespwafe viv
).
Mais attention,
insiste-t-elle : nous parlons
d'investissements durables.
Augmenter la productivity et
la quality des produits, ainsi


que la mise au point et le transfert des techniques agricoles.
Mais < il est temps d'innover aussi dans d'autres
secteurs. >
Par exemple, celui des telecommunications. En
Ouganda, les agriculteurs reqoivent des messages sur leur
t616phone portable sur les moyens de
diagnostiquer les maladies qui attaquent leurs
champs et de les traiter.
Des informations m6tdorologiques et
| sur la sant6 peuvent emprunter les memes
voies.

< transformateur>>...
Mais il y a encore plus essentiel : la
micro-finance ou le micro-cr6dit. Afin que
l'agriculteur n'ait plus besoin de retirer ses
enfants de l'6cole ou de vendre son b6tail pour
survivre aux penuries.
<< De telles innovations font partie
d'une approche globale, precise Hillary
Clinton, une qui 6tablit les liens entre les
tendances observes sur les marches, les
r6sultats obtenus dans les laboratoires et les
champs on les cultivateurs travaillent tous les
jours. >
L Pour les sp6cialistes accompagnant
de dollars la Secr6taire d'Etat au cours de son p6riple
ai.ti africain, le nombre de personnes sous-
Upour Haiti aliment6es augmentera de 11% en 2010. Tandis
que la crise alimentaire de 2008 avait touch 1
milliard de personnes, dont 265 millions enAfrique.
C'est pourquoi < un changement transformateur > ou
qualitatif doit se produire, tandis que chaque pays doit adopter
un plan de s6curit6 alimentaire, qui s'appuie au niveau gestion
sur la transparence et la bonne gouvemance.

Un retournement dans I'approche
americaine ...
De notre c6t6 en Haiti, nous avons l'impression
depuis quelques jours d'assister A une sorte de retournement
dans la politique 6conomique 6trang&re amdricaine vis-a-vis
de nos pays.
Rappelez-vous voilA seulement six mois le plan Collier,
commandit6 par le Secr6taire g6ndral de l'ONU pour Haiti, et
selon lequel l'accent devrait 6tre mis en priority sur les
infrastructures et les zones franches, Hope 2 etc.
Mais depuis quelques semaines, c'est le plan Clinton
(promu envoy special pour Haiti par le meme Secr6taire g6ndral
de 1'ONU) qui fait la une. Les Clinton bouleversent plus ou
moins l'ordre des priorit6s qui se pr6sente d6sormais comme
suit: l'agriculture, les infrastructures, 1'6nergie (y compris
l'6nergie propre), le textile (ou sous-traitance) et le tourisme.

Direction ou souffle le vent...
Ce plan aurait pour avantage qu'il met d'abord
l'accent non seulement sur la s6curit6 alimentaire mais aussi
sur un processus de croissance local, intrinseque, surtout
impliquant le pays profond, brefce qu'on appelle aujourd'hui
le developpement durable.
Enfin il fait obligatoirement appel aux capitaux locaux
(grands, moyens et petits nous insistons) alors que ceux-ci
ont peu de chance dans la sous-traitance tournde
essentiellement vers l'investissement ext6rieur.
Conclusion : nos parlementaires engages dans cette
saga pour determiner un salaire minimum d6finitif, et dont bon
nombre restent obnubil6s par une sorte de fiction de sous-
traitance, quand bien m~me celle-ci ne produit pas plus de 5%
du total des emplois, devraient peut-6tre commencer A adapter
leurs voiles dans la direction on souffle le vent.

AMlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Doit-on rester impuissants devant

une nouvelle crise qui s'annonce ?


(... suite de la page 5)
Ailleurs on les appelle les
prud'hommes, un comit6 de sages, moralement
et techniquement inattaquables, compose de
repr6sentants de toutes les parties en cause
et de toutes les categories de citoyens
(Ex6cutif, LUgislatif, syndicats ouvriers,
patronat, soci6t6 civile, religions, partis
politiques et autres secteurs de poids auxyeux
de la Nation) qui entreprendrait rapidement
une analyse de toutes les donndes
fondamentales de la question avec le pouvoir
(mais bien le < pouvoir >>) de trancher au
b6ndfice de toute la collectivit6.
Cela signifierait aussi fournir A ces
citoyens au-dessus de tout soupcon toutes
les donndes qui leur sont n6cessaires pour
accomplir leur delicate et lourde mission.
Par exemple, ce qui fait
particulibrement problkme : 6tablir
techniquement et avec toutes les pieces A
l'appui s'il est vrai ou non que le salaire
minimum A 200 gourdes pourrait nuire A la
creation d'emplois.
Mais aussi quelles en seraient les
consequences pour l'6conomie en g6ndral, sur
l'inflation, la hausse des prix est-ce que celle-


ci ne boufferait pas automatiquement les 200
gourdes ? N'y a-t-il pas de meilleures solutions
possibles ?
Au fond, c'est l1 toute la question:
l'absence de toute confiance. A la fois entre
les ouvriers et le patronat. Mais aussi entre le
secteur public et le secteur priv6 (qui explique
peut-6tre que les responsables
gouvemementaux n'aient pas pris position).
Sauf le chef de l'Etat. DMs lors celui-ci est
facilement accuse de parti pris.
Or il s'agit de tout un pays. Et si
aucune des parties en cause ne fait signe, des
citoyens capables de former un tel comit6 de
sages devraient sortir de leur silence.
On ne peut pas laisser disparaitre
aussi facilement ce que tous ont mis tant
d'efforts A crder ces dernires anndes.

Molodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Slodie
193.3 fmn


Page 6


M IAMI-DAD


ADVERTISEMENT FOR BIDS FOR LEASE OF
FARMLAND IN HOMESTEAD GENERAL
AVIATION AIRPORT

1. 433 acres of land are being offered for farming at Homestead General Aviation Airport. Minimum
bid is $350 per acre per year. Annual rent is payable in advance. The lease is for five years with five
one-year extensions, to be effective thirty (30) days after the completion of the 2009 spring harvest,
but no later than December, 2009.
2. Bids shall be submitted in writing, with the envelope labeled "Homestead General Aviation Airport
Farm Bid" to Mr. John B. O'Neal C. M., GAA Business Development Coordinator, Miami-Dade
Aviation Department, PO. Box 025504, Miami, Florida 33102-5504 or deliver to the Properties
Division Offices, Concourse E, 6th Floor, Miami International Airport, Miami, Florida 33102.
3. Bids must be accompanied by a non-refundable fee of $100.00 by cashier's check or money order
payable to the Miami-Dade Aviation Department. Clearly state the name of the corporation/entity
submitting the bid. In addition, the bid must be signed by an official of the entity or corporation
authorized to bind the corporation/entity to contracts. Include the address, telephone and facsimile
contact number.
4. Bids will be accepted until 2 pm, Thursday, September 17, 2009. At 2 pm the bids will be taken
to a designated place and publicly opened, read and documented.
5. Copies of the lease to be awarded are available and may be picked up from the Miami-Dade Aviation
Department, Properties Division Offices, Concourse E, 6th Floor, Miami International Airport, Miami,
Florida 33102, between the hours of 9 am to 4:30 pm, Monday to Thursday, beginning August 13,
2009 through Thursday August 20, 2009, except Federal holidays.
6. Questions must be submitted in writing to the Miami-Dade Aviation Department by August 27, 2009,
in one of the following manners:
By Mail to: Mr. John B. O'Neal C. M., GAA Business Development Coordinator,
Miami-Dade Aviation Department, PO. Box 025504, Miami, Florida
33102-5504.
By Facsimile to: Attention: Mr. John B. O'Neal C.M., Aviation GAA Business Development Coordinator,
Miami-Dade Aviation Department, Fax Number (305) 869-7615.
Deliver to: Mr. John B. O'Neal C.M., GAA Business Development Coordinator, Miami-Dade Aviation
Department, Properties Division, Concourse E, 6th Floor, Miami International Airport, Miami, Florida
33102.
7. Awarded respondent must execute the lease with the County and returned it to the Miami-
Dade Aviation Department along with copies of required insurance certificates, application and
questionnaire form, Miami-Dade County Business Affidavits and three (3) months security deposit
by October 29, 2009. The first year's rental payment shall be due no later than January 7, 2010.
In the event the awarded respondent does not submit required documents and payments by stated
dates, award may be made to the next highest bidder or re-bid, at the County's discretion.
8. Advance Payment of the first year's rent and security deposit must be made by cashier's check.
9. Miami-Dade County and the Miami-Dade Aviation Department assumes no responsibility or liability
for costs incurred by any respondent or awardee in submitting a bid or executing the resulting
lease.


I




Mercredi 19Aofit 2009 C ONRES Page 7
Hati enMarche Vol XXIII N' 30 DES UA Page


Marleine Bastien

comme votre Representant au Congres

de Washington
Elle s'appelle Marleine Bastien.
Elle vient d'entrer dans la course pour le
Congrbs des Etats-Unis. L'objectif de ce leader
communautaire, l'un des plus populaires de la
communautd des Haftiano-americains, est de sortir
gagnant de la course et d'arriver en tete pour etre la
premiere Americaine d'origine ha'tienne a etre
representee au Congrbs.
Et Marleine a beaucoup de chances d'y arriver.
Elle a beaucoup refldchi, avant de prendre cette
decision. Mais apres des semaines de reflexion, elle
s'est finalement decidee a entrer dans la course. Elle
s'est declaree officiellement : Devenir la premiere
haftiano-americaine du Congres americain.
Et la date est arrivee pour elle d'en faire
l'annonce officielle.
Cela se passera le 20 aofit prochain, a 7 heures
du soir, au Gwen Margolis Center, entour.e de ses
partisans, les principaux organisateurs de
l'evenement, de sa famille et de ses amis. Sa devise:
Marleine Bastien au Congr's amdricain Une ann e
de changement reel.
Marleine Bastien qui avait remport6 en 2001 le
Prix Ms Woman of the Year et qui a 6te nommee par
le Miami Herald en 1999 comme l'une des 40 Marleine Bastien, prsidente de l'organisation << Fanm Ayisyen nan Miami >
personnes a garder en vue pendant le prochain millenium et par Essence magazine comme l'une des 35
femmes les plus remarquables du monde (2005), Marleine est plus connue pour ses luttes constantes en
faveur des immigrants ha'ftiens et des droits de la femme.
Un coup d'oeil plus approfondi sur sa trajectoire montre qu'elle a 6te associde aussi a la plupart des
organisations et campagnes visant a amdliorer la vie des populations de la Floride du Sud.
Elle s'est battue, par exemple, pour l'obtention de logements a loyer modern pour les demunis, pour
qu'ils aient droit a l'aducation, pour la protection de l'environnement, pour plus de formation, pour l'acces
a la sante, pour le d veloppement rconomique et pour plus de justice sociale.
L'une des dix finalistes de la Florida Women Hall of Fame cette annde, elle dit au sujet de sa candidature:
"Ma vie c'est servir. Organiser et servir ma communaut6 est le compas qui guide toutes mes actions. Etre
un membre du Congrbs me permettra de transmettre les besoins des Sud-Floridiens a un forum beaucoup
plus etendu.
J'ai l'unique avantage d'avoir travaill6 des deux c68ts. En tant que personne qui pratique, qui plaide
pour de meilleures conditions de vie et bientdt comme Legislateur. Les votants du District 17 m'ont choisi
pour diverses raisons: ils veulent d'un changement qui soit reel et significatif. En consequence, ils ont fait
choix de quelqu'un qui les a toujours accompagnes. J'ai 6cout6 leur appel avec beaucoup simplicity. Et je
suis prete pour le combat.
La campagne de Marleine Bastien attire deja beaucoup de monde. Mais tout droit commencer avec le
lancement de la campagne le 29 Aoit prochain. Ddja, Marleine fait la difference !
Le Gwen Margolis Center est situ6 au 1590 N.E. 123 Street, Miami, Floride 33161.


Pour information, appelez (786) 357-0206





Mercredi 19 Aofit 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 30


Vers la protection de la biodiversity


Du 4 au 7 aoitt 2009, des reprdsentants d'Haiti, de
Cuba et de la Rdpublique Dominicaine ont organism, d Port-
au-Prince, leurpremiere reunion technique sur le o Corridor
biologique de la Caratbe (CBC) o. Une rencontre qui doit
permettre aux comitis techniques nationaux d'harmoniser
l'ensemble des informations susceptibles d'aboutir a unplan
d'action portant sur la gestion de la biodiversity dans l'aire
du CBC.
Les comit6s techniques nationaux avaient a laborer
un document de projet, un plan d'action, relatif au Corridor
biologique de la Caraibe (CBC). Cette rencontre visait a
permettre la finalisation du document qui sera ensuite soumis,


pour signature, aux gouverements des pays membres du CBC,
en l'occurrence, Haiti, R6publique Dominicaine et Cuba, ainsi
que par la Jamaique qui aspire au statut de pays observateur.
Au plan d'action seront annexes des fiches
techniques de projets. I1 sera ensuite soumis a la prochaine
reunion des bailleurs de fonds de telle sorte que o chacun
d'eux puissent choisir les projets qu'ils peuvent aider a
financer o, informe le Coordonnateur national du corridor
biologique, l'agronome Vernet Joseph. II a toutefois ajout6
que o des efforts de mobilisation de fonds, au niveau
national, seront entrepris afin depermettre la concritisation


des actions privues dans le document o.
Ce plan a b6ndficid de l'appui technique du PNUD.
En outre, un projet d'une valeur de 2.900.000 euros est d6jh
approuv6 par l'Union europ6enne. o Tout ceci reprdsente deja
pour nous un bon ddbut o, fait remarquer le coordonnateur
national.
L'adoption officielle du concept de Corridor
Biologique de la Caraibe (CBC) remonte a la D6claration de
Santo Domingo, le 10juillet 2007, signde parle Secr6taire d'Etat
de l'Environnement et des Ressources naturelles de la
R6publique Dominicaine, le ministre de la science, de la
Technologie et de l'Environnement de Cuba et le ministre de


La flore et la faune d'Haiti (photos Logan Abassi/Mnustah)
l'environnement d'Haiti. Une seconde D6claration de Santo
Domingo, le 20 mars 2009, a vu l'int6gration de la Jamaique
comme pays observateur.
Ce choix r6sulte du fait que les pays signataires, a
l'instar des autres pays de la Caraibe insulaire, font face au
d6fi de conserver une biodiversity d'importance global, dans
un contexte gdographique, 6conomique et social de grande
complexity. Aussi, se sont-ils propose comme objectif commun
l'Fitablissement d'un Corridor Biologique dans la Caraibe
en vue de contribuer d rdduire la perte de la diversity
biologique. I1 se veut alors une nouvelle initiative oriented


A Magical Summer in "Paradise"

From July 1 to September 30" 2009


Al Km 77, Cote des Arcadins. Montrouis,
just one 1 hour drive from the
Port-au-Prince International Airport,
Moulln Sur Mer welcomes you
to Its magical world
for a memorable and unique vacation time:

600 feet of white sandy beach
A Beautiful colonial setting and scenery
Sumptuous Seafood and Creole Buffets
Varied week-end musical ambiance


Summer Specialities
Saturday Night Show I Troubadours
Balltoom dancing / Band animation
Open air barbecue, "Paradise' cocktlls,
etc .,

Other Amenities :
Aqua gym, Tennis, Racquetball.
Ping Pong, mini-golf, beach volley
Kayaks, CINE CLUB on giant screen TV

THE OGIER-FOMBRUN MUSEUM
Kids / Special :
Playground Sports Swing Bicycles
Fresco Ice cream Daycare Service -..-


Cmon ndgrf ejov...

ATES PER PERSON PER NIGHT / 3 meals Inc.
-Fvm July I" to Sep. 33k 2009

PG PDoublMe 3*U M 5 ti11
ms up WX
IMt B5 Ipp 59 Ipp 30 Fpp
2 ts 82/pp 590pp 3o0pp
3 Nt Bflpp 57 Ipp 27t pp
4 Ns 7T8 pp 57 Ipp 27 lpp
s Nt 75 Ipp 57 Ipp 27 pp
Kid (0 to 4) Stay Free
(Add Kid mrneao
+10% Taxes

Other Facilities :
SALLE 1804: a 200 SEAT AUDITORIUM
Conference and Wedding Center
The Oratory for wedding ceremonies
High Speed InternetAccess...


vers une approche r6gionale
de la probl6matique, utilisant
une rdelle cooperation Sud-
Sud comme base d'action.
Le Corridor
biologique carib6en renvoie a
la fois au milieu terrestre et
marin. I1 s'agit de parvenir a
conserver, prot6ger et
sauvegarder les 6cosystemes.
Autrement dit, sera prise en
compte la biodiversity de cet
espace, notamment les
especes animales et v6gtales
end6miques.
Les partenaires se
sont en outre engages a
rendre disponibles, o dans la
mesure de leur possibility,
des ressources humaines,
dconomiques et techniques
pour travailler
conjointement avec les
scientifiques et les experts
des organismes et d'agences
internationales de la region,
les Universitis et les
institutions de Recherches
ainsi que les organisations
sociales locales des pays
respectifs, dans la
coordination et le
ddveloppement d'un
processus ouvert devant
ddboucher sur un
programme d'action
concretes o.
11 s'agit, explique le
coordonnateur national,
d'oimpliquer l'ensemble des
acteurs concerns par la
probldmatique de la
protection de la biodiversity
pour que nous parvenions a
aborder de maniere
cohirente et rationnelle la


question de la gestion des ressources naturelles o.
D'autres projets ont 6galement &t pr6vus. Parmi eux,
un programme conjoint de recherche sur la biodiversity de la
Caraibe ainsi que la formulation et la mise en marche d'actions
strat6giques pour le d6veloppement des potentialit6s des
zones prot6g6es, sp6cialement li6s au tourisme durable.

Une biodiversity importante, mais menace
Comme zone d'action initiale du CBC, les signataires
ont retenu l'espace form par les massifs montagneux de l'Est
et de l'Ouest de Cuba, le Centre de l'ile d'Haiti et leurs zones
c6tieres. Sp6cifiquement pour la R6publique, a en croire le


coordonnateur national, la zone prioritaire d'intervention est
constitute du Parc Macaya, dans le d6partement du Sud, ainsi
que du parc La Visite et la Foret des Pins, dans le Sud-Est. La
definition du trac6 d6finitif est l'une des actions prioritaires
pour un futur proche.
Dans l'aire constituant la CBC, la preservation de la
biodiversity est confronted a de nombreuses menaces.
L'extr6me pauvret6, les changements climatiques, 1'absence
de ressources humaines qualifies, l'insuffisance des
connaissances sur la biodiversity, 1'insuffisance de la prise de
conscience et de la comprehension de l'importance de la
biodiversity, l'absence de ressources financieres sont entre
autres facteurs identifies comme constituant des menaces.
D'ailleurs, sur les 25 zones riches enbiodiversit6 mais
menaces, identifies a l'6chelle de la planete, huit se situent
sur le continent amdricain. Et la Caraibe insulaire est l'une
d'entre elles.
Celle-ci, cependant, est un site reconnu mondialement
pour son importance comme lieu de repos et de <
r6approvisionnement >> pour des milliers d'oiseaux migratoires
se d6plaqant entre les parties Nord et Sud du continent
americain.
La Caraibe insulaire constitue une grande
concentration d'especes end6miques. Chaque 100 kilometres
carr6s abritent 23,5 plantes end6miques. Un ratio qui est trois
fois sup6rieur a celui de la fort atlantique brdsilienne ou quatre
fois celui des Andes tropicales. Dans cette region, sont
rdpertorides 7000 plantes end6miques, une quantity que peu
de pays du monde peuvent d6passer.
Quant aux iles d'Haiti et de Cuba, elles se retrouvent
au milieu d'importants corridors marins et terrestres emprnt6s
deux fois l'an par ces oiseaux. L'ensemble de leur flore pr6sente
quelque 5000 especes end6miques.
Sur ces iles sdjournent donc, durant une grande
partie de leur vie, de nombreuses especes qu'abritent les deux
parties du Continent et sur lesquelles existent tres peu d'6tudes
et d'actions de conservation les concernant. Quant a leur faune,
elle recele quelque 700 especes amphibiens et reptiles, dont
86% sont end6miques.
I1 importe, dans cette optique, de parvenir a prot6ger
et conserver ces especes. Mais, ce qui est plus important, dit
l'agronome Vernet joseph, c'est que o dans le cadre du
corridor biologique, nous ne voyons pas seulement la
conservation de la biodiversity mais aussi l'homme car nous
voulons arriver a une harmonisation entre l'action de
l'homme et la prot5ection de la biodiversited Et le
coordonnateur national d'ajouter : o nous visons igalement
l'amilioration des conditions de vie des communautis
locales o.
La politique de conservation prdvue par le CBC
s'oriente dans deux directions. I1 s'agit, d'une part, d'accorder
une attention aux especes qui se d6placent dans l'aire du CBC
ou qui utilisent ces espaces pour la reproduction, comme aire
de residence hivernale, ou qui transitent lors des d6placements
vers d'autres espaces.
La deuxieme dimension de son action renvoie a la
creation d'une aire supranationale d'actions de protection
concert6e, qui soit une r6ponse concert6e dans la preservation
des 616ments de la biodiversity carib6enne dans son ensemble
et non seule relative aux trois pays signataires.
Si pour l'instant, ce sont seulement trois pays qui
forment le Corridor biologique de la Caraibe, l'id6e est d'arriver
a un corridor qui regroupe l'ensemble des pays de la Caraibe
insulaire.


Page 8


INFORMATION & RESERVATION:
011(509)22-23-1124 22-22-1918 37-01-1918
sales@moulinuer.com / Info@moulinsurmrr.com


I o d i. .
.3odi
*3.3 fn


L~:~c~;?l~

P7o


AG~/y


;70S


otfAK





Mercredi 19 Aoft 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 30


Ala decouverte de I'arbre veritable !


Page 9


Jadis mepris, lefruit a pain commundment appele
arbre veritable en Haiti est deplus en plus utilise et appricie.
Cet aliment qui servait autrefois a nourrir les esclaves est
aujourd'hui consomme sur diffdrentesformes, que ce soit
dans les milieux populaires que sur les tables des quartiers
huppds.
I1 se d6guste en puree, en bouillie, en gratin, en
croquettes, en frites, en potage, en boulette, en beignet, en
souffle, en chips, en confiture, en gateau ; son nom : arbre
veritable. La consommation de ce fruit est devenue de plus en
plus en plus r6pandue durant ces dernires annies.
Jacqueline, une mere de famille originaire du


ses patients qui n6cessitaient un apport en prot6ine. o Je crois
que cela a contribute en quelque sorte i enlever la
stigmatisation dont ce fruit dtait l'objet o, confie-t-il.
Le Dr C1li admet que cet aliment de faible prix et
disponible en grande quantity est un repas accessible aux
petites bourses. Ce qui expliquerait qu'il soit socialement
consid6r6 comme d6gradant de le consommer.
De l'avis de l'agronome Emmanuel Prophete, le
pr6jug6 entourant l'arbre veritable pourrait 6tre lid a son
histoire. En effet, ce fruit a &te introduit en Haiti a la fin de 18e
siecle par William Bligh, le capitaine du Bounty, unbateau de
la Royal Navy. I1 tait alors question de trouver des aliments


que l'on ne connaitpas toutes sespotentialitis culinaires et
ses qualitis nutritives o, fait savoir Fanny.
Originaire de Polyndsie et d'Indondsie, l'arbre
veritable, de par l'int&r&t qu'il a suscit6 au niveau alimentaire
et sa facility a se reproduire, s'est repandu dans toutes les
regions du pays. En Haiti, l'arbre veritable d6signe aussi bien
le fruit que l'arbre dont le nom exact est arbre a pain.
Un arbre a pain ou arbre veritable adulte mesure
environ 20 metres. II possede un large tronc droit. I1 est
reconnaissable a ses larges feuilles vertes profond6ment
entaillkes. Ayant un mode de reproduction v6g6tatif, l'arbre
veritable peut pousser facilement. Et il donne son fruit, le fruit


L 'Arbre veritable utilise a toutes les sauces et sur toutes les tables dans 'alimentation ha'tienne (photos Logan Abassi/Minustah)


d6partement de la Grand'Anse le confirme. oUn arbre vritable
est quelque chose qui se vendait mal et qu'on utilisait mime
pour nourrir les pores. Maintenant, ilfaut 25 gourdes
(environ $US 0,60) pour seprocurer ce fruit au march o,
dit-elle.
Cependant, l'arbre veritable reste tout de meme un
aliment bon march auquel on prete de grandes valeurs
nutritives dans les quartiers populaires de la region
m6tropolitaine de Port-au-Prince. En effet, a plusieurs endroits,
a la tombr e de la nuit, nombre de marchandes proposent la
bouillie d'arbre veritable, tres pris6e.
C'est ce qui sert de souper a beaucoup de personnes.
Ralph, unjeune bodybuilder vivant dans un quartier populaire
a PNtion Ville, achete de temps en temps un verre de cette
bouillie. II dit avoir entendu dire que cet aliment contient
beaucoup de vitamines. o Je bois 9a pour faire le plein
d'dnergie o, dit-il.
Le nutritionniste Sony Celi va dans le sens des
affirmations de Ralph. I1 explique que le fruit a pain est un
aliment riche en prot6ine. De plus, cet aliment contient les
vitamines A et C, des glucides, des lipides, des protides ainsi
que des 616ments mindraux. Ajout6 a cela, le fruit a pain est
une bonne source de calcium.
Dans les annmes 80, a un moment oi ce fruit 6tait
l'objet de toutes sortes de pr6jug6s, le Dr Celi le prescrivait a


abondants pour nourrir les esclaves.
I1 n'est pas rare de trouver des personnes affirmer
qu'elles ne mangent pas l'arbre veritable, la rel6guant au rang
de nourriture pour pauvre ou pour personnes venant de
contrees 6loigndes de la capitale haitienne comme la
Grand'Anse ou ce fruit est tres populaire. Dans cette region, il
est particulitrement appr6cid et consomme sous la forme d'un
mets appele <>, sorte de pite qu'onavale melang6e
avec une sauce gluante de gombo
Cependant, avec le temps, les modes de cuisson et
de consommation se sont raffinds. Ce qui permet a l'arbre
veritable de s'inviter sur les tables les plus prestigieuses.
Fanny, une femme vivant dans une banlieue ais6e de PNtion
Ville, se fait un plaisir d'exp6rimenter de nouvelles recettes a
base de l'arbre veritable. Elle enfait des plats pour les entrees,
des mets accompagnant le
plat principal et meme des 1
desserts.
Avec ce fruit, elle a
r6cemment cri un gateau qui
a fait les d6lices des
personnes qui 'ont d6gust6.
o Je pense que l'arbre
veritable est ndgligde dufait


a pain, pratiquement toute l'ann6e.
Celui-ci se pr6sente sous la forme d'un gros fruit vert
couvert d'une peau 6paisse et rugueuse. La chair est blanche,
farineuse et un peu fibreuse. Son goft rappelle celui de la
patate douce.
Le fruit a pain doit son nom aux Anglais qui le
transformaient en farine, dans les cas de p6nurie. A d'autres
occasions, la farine, melang6e a du blW, peut servir a la
fabrication du pain.
Et selon une 16gende assez r6pandue, le nom < arbre
veritable > viendrait du general Christophe qui, en voyant
l'arbre a pain, se serait exclam6: voici l'arbre veritable. En
revanche, c'est le chitaigner qui a &tt baptism arbre a pain a
son arrive en Haiti. Un nom qu'il a d'ailleurs gard6 jusqu'a
aujourd'hui.


dm. .;






POUR V RTIOW DE CRG Appag 1is avaiable
1o -800 27-6059
puirsonnat, Produntc
exploifs, Toutes dimenslons

Door to Door Service
PouR vos RtSERmnTw DE CARGO, APPEL is available,

1-800-927-6059 4
ou enwye nous un e-mail: aiCtUammergJet. on


eske mwen ka voye rive jouk $200.00 an Ayiti

Spou$800 oswa mwens?
Pou$8u0 7-4 I


EMPLOYMENT OPPORTUNITY
Housekeeper Wanted
We need a reliable person to work in our home in Boca Raton Florida
Vacuum
Cleaning in general
Iron clothing
Wash and dry
References required
Call Miss Walter Sloane: 561-241-0555





Mercredi 19 Aoft 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 30


o De crainte que le seul fait de demander, si un
battement d'aile de papillon au Bresil peut declencher une
tornade au Texas, fasse douter de mon sdrieux, sans meme
parler d'une rdponse affirmative, je mettrai cette question en
perspective en avangant les deux propositions suivantes :
1-Si un seul battement d'ailes d'un papillon peut
avoir pour effet le dkclenchement d'une tornade, alors, il en
va ainsi egalement de tous les battements precedents et
subsdquents de ses ailes, comme de ceux de millions d'autres
papillons, pour ne pas mentionner les activists
d'innombrables creatures plus puissantes, en particulier de
notre propre espece.
2-Si le battement d'ailes d'un papillon peut
declencher une tornade, il peut aussi 'empecher. >
Edward Lorenz, metiorologue
1.
Chers amis lecteurs, j'imagine que vous avez entendu
parler de < l'effet papillon >, surtout au niveau des
modifications climatiques. L'id6e d'une cause initiale,
apparemment simple, causant des d6gAts 6normes et la
possibility d'identifier cette cause puis de s'anticiper dans le
temps a ce phenombne afin de modifier la sequence de faits
subs6quents a toujours intrigue l'6tre humain. La hantise de
la creation d'une machine a traverser le temps est la
manifestation claire de cette pulsion de l'individu. < Si m te
konentoujou dye >> est la preuve que nous, Haitiens, n'avons
jamais voulu penser a l'existence d'une telle machine. Il nous
suffit d'avoir notre << Antoine Langommier > ou bien notre
<< graine promeneuse > ou encore notre << Bwa pi wo >>.
Ind6pendamment de notre condition d'Haitien ou de nos idWes
prdconques, je vous conseille d'aller voir le film << Effet
Papillon > (< The Butterfly Effect >>) de Eric Bress.

Chbres amies lectrices, chers amis lecteurs, le principe
de l'effet papillon est le suivant
A a caus6 B
B a cause C
C a caus6 D
D a caus6 E
E a caus6 F
Toute la suite de consequences depend done de la
r6alisation du fait < A >. Tout le reste se produit si < A > se
produit. Donc, si je modifie le phenombne qui a caus6 A,


ffet Papillor

j'arrive a modifier toute la sequence menant de A vers F.
L'histoire rapporte que Benjamin Franklin, pour illustrerl'id6e
qu'une petite cause pouvait avoir un << Grand effet >>, racontait
cette anecdote :
< sonfer.
A cause de cefer manquant, le cheval fut perdu.
A cause du cheval qu 'il n 'avaitplus, le cavalier fut
perdu, captured et tud par 'ennemi.
A cause du cavalier capturdpar 'ennemi, le message
fut perdu.
A cause du message quin 'arriva pas a destination,
la bataille la plus importante fut perdue.
A cause de cette bataille, la guerre fut perdue.(
A cause de la defaite dans cette guerre, la libert fut
perdue.
Tout cela pour un simple clou. >

Enfin, chers amis lecteurs, je me souviens avoir
provoqu6 une fois un d6bat qui a failli meme mal tourner, avec
un ami, << un frbre de race >, pour avoir dit queje ne me sentais
pas << Africain >. Je lui disais qu'en ma condition d'Haitien,je
pouvais me sentir, et je me sentais < fils de l'Afrique >>,
<< descendant de l'Afrique > mais pas << Africain >. Comment
serait la configuration actuelle du monde si Bartholom6 de Las
Casas n'eft pas conseill6 de remplacer les << Indiens > du
Nouveau Monde par des << Noirs > venus d'Afrique ? Ce fait
constituerait-il le < clou > de l'effet papillon ? Vous vous rendez
compte, meme Obama ne serait pas Pr6sident des Etats-Unis
en ce moment (peut-6tre faudra-t-il au fond remercier Las
Casas).
J'expliquais a cet ami africain que je ne pouvais
nullement me sentir Africain et cumuler ainsi deux identit6s :
Haitienne et Africaine. A regarder la distribution des
peuplements de l'Afrique, acontempler l'6normit6 des groupes
ethniques du continent ainsi que la grande diversity de <
systemes r6f6rentiels de fonctionnement >>, je me voyais
complktement stranger Ala plupart d'entre eux. J'avais meme
du mal a me d6finir par rapport a certains de mes
<< compatriotes >>,je ne me sentais pas capable d'assumer une
autre << charge 6motionnelle >. Notre soci6t6 est diffirente des
autres, lui dis-je alors. On ne peut pas avoir deux pays
identiques a Haiti. Meme deux tribus voisines sont diffirentes.


Chez nous, il n'y a meme pas deux << lakous >> identiques. Ni
deux << corridors >. Ni deux individus. Heureusement Si on
arrivait << cloner > certains des << specimens politiques > dont
le hasard nous a fait don dans ce pays, ce serait la catastrophe
la plus terrible. Ils peuvent se suivre, se ressembler, s'assembler
(parressemblance), s'imiter, se reproduire, mais, heureusement,
pas identiques. Ce sont peut-6tre ces 616ments diffirentiateurs
qui nous rattachent tellement au pays.
Enfin, c'6tait l'6poque ou l'on voulait se sentir
<< utile > au pays, 1'6poque ou l'on ressentait un certain << vent
de changement >> dans la soci6t6 haitienne. Je ne parle pas de
la r6cente tentative de changement. Je vais plus loin. Je parle
de ce moment de changement qui aurait pu marquer un vrai
tournant dans notre histoire. Mais nous ratons toujours le
train, a la dernibre minute. Parfois pour une minute, ou pour
une seconde. Je suis certain que bon nombre d'entre vous,
lecteurs, auriez aim6 pouvoir changer le cours de l'histoire
r6cente d'Haiti. Plusieurs d'entre vous, a leur rdveil le matin,
doivent se demander si ce n'est pas un mauvais rave. Que
s'est-il pass ? Quel a &t6 le cumul de circonstances qui a pu
causer un tel dommage au pays ? Je n'ai pu m'empecher de
penser << l'effet papillon >>, ou a la possibility de pouvoir
changer de place un << pion > de l'6chiquier de l'histoire du
pays. Que se passerait-il si on pouvait changer quelques faits
de l'histoire r6cente du pays ? Je vous propose de faire cet
exercice de r6flexion sur nos 63 dernibres anndes, de 1946 a
nosjours. Pensez, pour un moment, chers amis lecteurs, a ce
qui peut porter nos SRnateurs, nos D6put6s, nos dirigeants en
g6ndral, << faire bien le mal et mal le bien >, << mal mener >
la barque du pays, ou a la mener vers les ports les moins
profitables au pays, vers les destinations les plus
conflictuelles, les moins int6ressantes pour la society haitienne.
Enfin, chers amis lecteurs, l'id6e ce n'est pas celui de
vouloir changer l'histoire sinon de construire le present et le
futur du pays sur de nouvelles bases, tout en assumant nos
erreurs passes.
Quel est le << clou > qui a caus6 tout ce gichis dans
notre histoire r6cente ?

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Aozft 2009


Salaire minimum : Tout plaide en faveur des 200 gourdes


REYINYON PIBLIK

Asanble Gouvenan Oganizasyon Planifikasyon Konte (MPO)
pou Zon Iben Miami pral fe yon reyinyon piblik jou jedi 24
septanm 2009, a 2:00 p.m. nan Sal Konferans Komisyon
Konte an nan Stephen P Clark Center, 111 NW First Street,
Miami, Florid.

Asanble Gouvenan an pral konsidere amannman


ki ekri pi ba la-a nan Pwogram


Amelyorasyon


Transpotasyon (sig Angle TIP) pou Ane Fiskal 2010 la:

1. De Pwoje Vanse Devan pou Ane Fiskal 2010

Amannman sa-a pral ajoute defaz pwoje nanTIPAne Fiskal
2010 la ki ok6mansman te pwograme nan TIP 2009 la ki
te dwe jwenn otorizasyon nan ane fiskal Eta-a ki temine
30 jen 2009. Kom fon faz sa yo pat rezeve anvan 30 jen
2009 la, li nesese pou yo enkli yo nan TIP Ane Fiskal 2010-
2014 la. Kidiplis, pwoje sa yo ke yo vanse devan an deja
enkli nan bidje Eta-a ki apwouve pou Ane Fiskal 2010 la.

Yo envite tout moun ki enterese vini patisipe. Pou kopi TIP
lan ak/oswa plis enfomasyon, tanpri kontakte Sekretarya
MPO, Stephen R Clark Center, 111 NW First Street, Suite 920,
Miami, Florid 33128, telefon: (305) 375-4507; imel: mpo@
miamidade.gov; sitweb: www.miamidade.gov/mpo. Se
regleman Konte Miami-Dade pou li konf6me li a tout egzijans
etabli pa Lwa pou Ameriken ak Enfimite yo (ADA). Pou jwenn
sevis yon entepretan siy, tanpri rele omwens senkjou davans.


Par Fritz Deshommes
Au moment oih la Chambre des Deputes va se
pencher sur les objections du Chefde I 'Etat, il est
opportun defaire une recapitulation des questions
pertinentes, des donnees recueillies et des enjeux
fondamentaux tels qu 'ils se prdsentent a travers le
ddbat sur le salaire minimum. De quoi s 'agit-il
exactement ? Quels critbres prendre en comptepour
determiner le niveau de ce salaire minimum ? De
quelles donnees dispose-t-on sur le minimum vital
dans la zone metropolitaine ? Quel devrait Otre le
niveau du salaire minimum si la loi etait
regulibrement appliquee ? Est-il vrai que les 200.00
gourdes proposes sont susceptibles de creer du
ch6mage massif? Ou peuvent Otre un vecteur
d'inflation ? Pourquoi l'Etat appuie-t-il laposition
du patronat ? Quelles sont les dispositions prises
par I 'Etatpour lutter contre le ch6mage, creer des
emplois, exploiter la loiHope II son maximum ?
Autantde questions que le texte qui suitse propose
d 'aborder en mettant 'accent essentiellement sur
le secteur de la sous-traitance.
1- On ne dit pas assez que le salaire
minimum refere a la remuneration minimale qu'un
employeur doit octroyer a son employee pour un
temps donned de travail. Suivant les pays, il peut
s'exprimer en heure, jour, semaine, mois et se
differencier par branche et/ou par region. Dans tous


les cas, il vise a garantir a l'ouvrier, au travailleur,
un niveau de revenus qui lui permette de satisfaire
a ses besoins fondamentaux et a ceux de sa famille
immediate (alimentation, logement, habillement,
education), de reproduire sa force de travail, de
demeurer un ouvrier.
2- Ce minimum a fait l'objet de diverses
estimations pour la zone metropolitaine de Port-
au-Prince. La plus conservatrice est celle du
Ministere des Affaires Sociales qui, l'annee
dernire deja, l'a calcule a 300.00 gourdes. Les
200.00 gourdes proposes sont done en deca de ce
minimum vital et constituent simplement un pas
dans la bonne direction.
3- Comparees au salaire minimum legal
encore en vigueur (70.00 gourdes), les 200.00
gourdes pourraient paraitre exag6eres d'un point
de vue comptable ou financier car elles impliquent
une augmentation brusque de 185%. Par contre, il
faut noter que :
a. Si les regles dujeu en la matiere 6taient
prises en compte, plus precis6ment si article du
Code du Travail, prescrivant l'ajustement
automatique du salaire minimum chaque fois que
le taux d'inflation atteint 10%, etait respect, le
salaire minimum legal en 2009 aurait ete de 195
gourdes, selon l'6conomiste Kathleen Dorsainvill.
Cette dernire a montre que le non-respect de la loi
(200 GOURDES /p. 13)


Page 10


MIAM IBDE


AVI PIBLIK
YO AVIZE ke yo pwograme de Reyinyon Konferans Bidjete ki pral fet nan Stephen P Clark
Center, 111 N.W. First Street, 18yem Etaj, Sal Konferans 18-3 ak 18-4, di 24 dawout jiska
27 dawout 2009, de 9:30 AM a 4:30 PM, pou kapab ede finalize bidje 2009-2010 la.
Tout moun ki enterese gen dwa vini a Il epi nan lokal ki espesifye la-a
Yon moun ki deside ale an apel pou nenpot desizyon ke nenpot komite, ajans, oswa
komisyon pran an rapb ak nenpot sije ki te konsidere nan reyinyon an oswa odyans
lan, pral bezwen yon anrejistreman deba sa yo. Moun an kestyon an dwe asire ke yon
anrejistreman motamo fet de deba yo, enkli temwayaj ak prev ke lap itilize kom baz pou
ale an apel la.
Konte Miami-Dade bay akse ak opitinite ekitab nan anplwa epi li pa f diskriminasyon sou
moun enfim nan pwogram li yo oswa sevis li yo. Pou materyel nan yon f6ma aksesib,
yon entepret an langaj siy pou moun soud oswa nenpot lIt akomodasyon, tanpri rele
305-375-3943.
HARVEY RUVIN, GREFYE
DIANE COLLINS, KOMI GREFYE





Mercredi 19 Aofit 2009
HaitienMarche *VolXXIII N 30


par un <>
* Le Saut du Barril L-
* Le Palais de Sudre Telephones : 566-5361
Dartiguenave a Anse a 401-7108 / 514-0304
Veau lemanoloinn@mac.com
La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17e e" Internet disponible
siecle .. pour les clients
r


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408





Parents, vous qul rvez d'un avenir metleur pour vos enfants,
confiez les au CMP
ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAMMES
UCENCE EN:
Morokeng :4ane
MSa Nsa :4 arm
Scdences Cmpltao :4 ans
Gestion des falr :4ani
Sciences Inftnmique, : 4 an
Makeling Manapment :2 ans
Shcrarlwbunu.qM :2 on
Geron-Finance-Ma ealng :anou 2ane
Comptabi infkmses : 1an
A A Mssia ne kk : lan
Inl"rnnique cci court :60 ~hajr2anm
ITr Esnlle(CISCO) :70Ohurn
Pour los one alons wppiment irae:
CMP,Deeea 30
Tels.:2 513831, 3 730-248, 2 248-2299
Emiageisr ES P Eidl S


KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673

Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Execution de Proj et
Economie et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
SGouvernance

Dipl6me en:
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, W.I.

www. cfdehaiti. cor
Par courriel: Administrationa.CDFEHaiti.com
GBruneta.CFDEHaiti. corn

Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575



VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


HACEPA
The Haitian American Center
for Economic and Public affairs
Together with
ABICC -The Association of Bi-
National Chambers of Commerce
Cordially invite you to a
Business Mission to HAITI
Join us and discover the land of unique business
opportunities Ninety minutes flight from Miami
From Wednesday, November 4,2009
to Saturday, November 7,2009
Cost: $685.00
Includes: Airfare with American Airlines, 3 hotel
nights, ground transportation, transfers, and meetings
with the private and public sectors
Deadline for reservation and payment
October 10,2009 (Limited space available)

Registration fee: $50 payable to HACEPA
For payment, please send a check to HACEPA
to the following address:
1970 N.W. 180 Street, Miami Gardens FL 33056
For further information, call:
J.C. Cantave to 305-623-1979
or by e-mail tojccantave@ haititradecenter.com

Haiti is looking for investors and partners
in the following sectors: Communication -
Transportation Manufacturing Public Health Agro-
Business Infrastructure Tourism Real Estate
Development- Trade


.. ..... . ..... . . ..
to I I ....4.%4.or$k% 114 %









"Copyrighted Material


S- Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 11


AVI ELEKSYON ESPESYAL
Dapre Rezolisyon Konte Miami-Dade adopte pa Asanble Komisyonb Konte nan Konte Miami-Dade, Florid, yap avize tout elekte kalifye ki abite
nan distrik pwopoze yo, ke ap genyen Eleksyon Espesyal kap f6t jou 15 septanm 2009 la, pou jwenn apwobasyon oswa dezapwobasyon yo sou
pwopozisyon sa yo:
Rezolisyon Nim. R-788-09, adopted 30 jan 2009, Id pwopoze aboli Distrik Taks Espesyal Gad Sekirite "Highland Ranch Estates" Jan sa to
etabll nan 6donans Konte Nim. 09-61.
Rezolisyon Nim. R-937-09, adopte 21 jiyb 2009. ki pwopoze kreyasyon ak etablisman Distrik Taks Espesyal Gad Sedkrite "Hammock
Lakes" jan sa to etabli nan Odonans Konte Nim. 09-83.
Rezatisyon Nim. R-939-09, adopte 21 jiye 2009, ki pwopoze amande Distrik Taks Espesyal "Keystone Point' la jan sa to etabli nan
ddonans Konte Nim. 09-64.
Yo va poste bilten vbt bay lout vote enskri ki abite nan z6n pwopoze yo ki va elijib pou vote WI ou NON pou pwopozisyon yo. Depatman Eleksyon
Konte Miami-Dade f&t pou resevwa tout bilten ranpli yo pa pita ke 7:00 p.m. nan jou eleksyon an.
Eleksyon espesyal sa yo ap fbt an konf6mite ak dispozisyon Kbd Lawha Konte Miami-Dade ak 16t dispozisyon aplikab ki nan kId twa jeneral yo ki
relatif a eleksyon espesyal yo. i
Lester Sola
Sip6viz BEleksyon
I Konte Miami-Dade, Florid





Page12_IAM -DADCO NTYMercredi 19 Aofit 2009
Page 12 Haiti enMarche Vol XXIII NN 30



MIAMDAD


ADVERTISEMENT FOR BIDS
PROJECT NAME: Gate J17 PLB Modifications for A380

PROJECT NO.: K151A ("Project")

Sealed Bids for the Project designated above will be received for and in behalf of Miami-Dade County, by the Office of the Clerk, in the Stephen P. Clark Center, Suite 17-202, 111 N.W. 1st
Street, Miami, Florida, 33128 until 2:00 P.M. September 14, 2009 or as modified by addendum, at which time all Bids will be taken to a room to be designated by the Clerk of the Board in said Stephen
P. Clark Center. Bids are to be submitted in two envelopes. Bids received after the time and date specified will not be considered. Envelopes A of Bids, containing only the Schedule of Intent Affidavit(s)
will be publicly opened and the names of the Bidders read aloud. Upon notification by the Department of Small Business Development, bidders may correct defects on the Schedule of Intent Affidavit(s)
within forty-eight (48) hours after bid submission. Envelopes B of Bids, containing all of the remaining bidding documents, from Bidders that have not been rejected as not responsive will be opened
publicly and read aloud forty-eight (48) hours after the bid submission date and non-responsive bids will not be opened. Bidders are invited to be present at each opening. The County reserves the right to
postpone or cancel the bid opening at any time prior to the scheduled opening of bids.

IN GENERAL THE WORK COMPRISES: Upgrading Gate J17 to accommodate A380 aircraft. Work includes passenger loading bridge foundations, bollards, pavement markings,
maintenance of traffic, curtainwall modifications, new automatic sliding door assembly and supporting electrical systems.

BID DOCUMENTS: The Miami-Dade Aviation Department will make the Bid Documents available, on August 14, 2009, for inspection by individuals by appointment only, on business days
during the hours of 9:00 a.m. to 4:00 p.m. at Miami International Airport, Building 5A, Fourth Floor, 4200 N.W. 36 Street, Miami, Florida. Interested parties are to schedule an appointment to review the
Bid Documents through William C. Murphy at 305-876-0922. The duration of each appointment will not exceed two (2) hours. However, the Department may schedule additional time slots (not to run
consecutively with the original appointment), if available. At the time of the appointment, and prior to any Bid Document review, interested parties will be required to present current, government issued,
picture identification (e.g., Driver's License, United States Passport), documentation that they are licensed architect, engineer, or contractor who may perform work on, or related to, the Project, and sign
and notarize a Confidentiality Affidavit certifying that the company and each authorized employee agrees, that in accordance with Florida Statutes 119.071(3)(b) and one or more of the following
Florida Statutes, 281.301 and 331.22, to maintain the information contained in the Bid Documents as being exempt from the provision of Florida Statute 119.07(1) and 24(a), Article I of the State
Constitution. In addition, interested parties are advised that individuals will be monitored while reviewing these documents. Interested parties may take notes, however, no photographs and/or copying of
the documents will be allowed.

The Bid Documents can be purchased for $1150.00. Payment shall consist of:
1. Non-refundable Payment of $150.00 for each set of Bid Documents
2. Refundable Deposit of $1,000.00 for each set of Bid Documents
The Bid Documents can be purchased for each set for $150.00 non-refundable payment and shall be by any type of check, or money order, only, and made payable to the Miami Dade Aviation
Department. The refundable deposit of $1000.00 must be by Cashier's or Certified check only, and made payable to the Miami Dade Aviation Department. Refund to be returned upon return of the Bid
Documents to William C. Murphy in Building 5A, fourth floor at 305-876-0922. Each interested Bidder shall furnish an address, telephone and fax numbers, and email address for the purpose of contact
during the bidding process. A business card with all of this information will suffice.

Bid Documents may be purchased in person or by mail. To purchase a set of the Bid Documents in person, each purchaser must present a current
A. copy of government issued, picture identification (e.g., Driver's License)
B. copy of the architect, engineer, or contractor qualifier's license issued by the Florida Department of Business and Professional Regulation for the Bidder making the purchase
C. an original, notarized Confidentiality Affidavit signed by the licensed architect, engineer, or contractor.
Confidentiality Affidavits may be obtained in advance by downloading from www.miami-airport.com/html/bids.html. Bid Documents may also be purchased by mail by sending a copy of the
requisite identification, license, original notarized Confidentiality Affidavit, contact information, and checks along with a FedEx or UPS billing account number to the place of purchase indicated below.
The Confidentiality Affidavit, non-refundable payment and refundable deposit shall be delivered in person to Elisa Dimitropoulos or designee, at TY Lin International / HJ Ross, 201 Alhambra
Circle, Coral Gables, Florida, 33134 between the hours of 9:00AM 4:00 PM, Monday through Friday. Upon payment and verification of the required identification documents, the verified individual
will be authorized to pick up the number of sets of the Bid Documents for which payment has been made. Only full sets of the Bid Documents will be authorized for pickup.
All Bid Documents, including any copies made, shall be returned to the same location where they were purchased. All Bidders that timely return the Bid Document will have their deposit
returned. Those Bidders that purchase Bid Documents, but elect not to participate in the bidding process are also required to return all copies of the Bid Documents to the location of purchase. Failure to
return the Bid Documents and copies made to the location of purchase within five (5) working days after the Bid Due Date may be reported to a Law Enforcement Investigating Authority and will forfeit
the deposit. Furthermore, Bidders that fail to return Bid Documents shall not be allowed to participate in future Confidential solicitations until such time that the firm has taken corrective actions that are
satisfactory to Miami Dade County. The purchaser of the Bid Documents shall be required to certify that they have returned all original Bid Documents plus any copies and they have not retained any
copies.
All bids must be submitted as set forth in the Bid Documents. The County reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and irregularities, or to re-advertise the Project. The
County, by choosing to exercise its right of rejection, does so without the imposition of any liability against the County by any and all bidders.

PRE-BID CONFERENCE: The Miami-Dade Aviation Department will hold a Pre-Bid Conference and Site Inspection on August 29, 2009 from 9:00 am to 12:00 noon at Miami International
Airport, Building 5A, 4200 N.W. 36 Street, Fourth Floor, Conference Room F, for all interested parties. Attendance will be limited to two (2) representatives per firm. No other Site Inspections will be
provided by the Miami-Dade Aviation Department. It is the policy of Miami-Dade County to comply with all the requirements of the Americans with Disabilities Act (ADA). For sign language,
interpreter services, material in accessible format, other special accommodations, or airport-related ADA concerns, please contact the MDAD Office of ADA Coordination at (305) 876-7024.

COMMUNITY SMALL BUSINESS ENTERPRISE PROGRAM
Contract Measures for this Project is (are): 19.00%

COMMUNITY WORKFORCE PROGRAM
The Community Workforce Goal for this Project is: 11.50%

BID GUARANTY: Each Bid must be accompanied by a Bid Guaranty of not less than five percent (5%) of the Total Bid in a manner required by the Instructions to Bidders. No Bid may be withdrawn
after the scheduled closing time for the receipt of Bids for a period of one-hundred and eighty (180) days. The County reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and irregularities,
to reject all bids, or to re-advertise for Bids.

BID IS SUBJECT TO THE FOLLOWING PROVISIONS AMONG OTHERS:
1) The Miami-Dade County Responsible Wages Ordinance.
2) The Provisions in reference to the timetables for minority and female employment participation, expressed as a percentage, for the Contractor's aggregate work force in each trade on all
construction work in the covered area, as follows:

Timetables Goal for minority Goals for female
Participation for each Participation for
From 4/01/81 trade in Miami-Dade County each trade
Until further notice 39.5 % 6.9 %

As used in this Notice, and in the Contract resulting from this solicitation, the "covered area" is Miami-Dade County, Florida. These goals are applicable to all Contractor's construction work
(whether or not it is Federal or Federally assisted) performed in the covered area.
3) The "Equal Opportunity Clause" and the "Standard Federal Equal Employment Opportunity Construction Contract Specifications" as set forth in the Contract Documents.
The Contractor's compliance with the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-4 shall be based on its implementation of the Equal Opportunity Clause, specific affirmative action
obligations required by the specifications set forth in 41CFR 60-4.3(a), and its efforts to meet the goals established for the geographical area where the Contract resulting from this solicitation is to be
performed. The hours of minority and female employment and training must be substantially uniform throughout the length of the Contract, and in each trade, and the Contractor shall make a good faith
effort to employ minorities and women evenly on each of its projects. The transfer of a minority or female employee or trainee from Contractor to Contractor or from project to project for the sole
purpose of meeting the Contractor's goals shall be a violation of the Contract, the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-4. Compliance with the goals will be measured against the total
work hours performed.
The Contractor shall provide written notification to the Director of the Office of Federal Contract Compliance Programs within ten (10) working days of award of any construction subcontract in
excess of $10,000 at any tier for construction work under the Contract resulting from this solicitation. The notification shall list the name, address and telephone number of the Subcontractor; employer
identification number of the Subcontractor; estimated dollar amount of the subcontract; estimated starting and completion dates of the subcontract; and the geographical area in which the Contract is to be
performed.
4) Miami-Dade County has enacted an ordinance governing utilization of certified Community Small Business Enterprise (CSBE) Subcontractors. Requirements for compliance with this
ordinance are contained in the Contract Documents.
5) Pursuant to Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t), a "Cone of Silence" is imposed upon RFPs, RFQs or bids after advertisement and terminates at the time the County Manager issues a
written recommendation to the Board of County Commissioners or a Notice of Contract Award Recommendation, whichever comes first. The Cone of Silence prohibits communications regarding RFPs,
RFQs or bids between potential vendors, service providers, bidders, lobbyists, or consultants and the County's professional staff, including but not limited to the County Manager and the County
Manager's staff. A Cone of Silence is also imposed between the Mayor, County Commissioners or their respective staffs and any member of the County's professional staff including, but not limited to,
the County Manager and the County Manager's staff.
The provisions of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) do not apply to oral communications at pre-bid conferences, oral presentations before selection committees, oral communications
with the Contracting Officer, as published by the Department of Small Business Development in their weekly Cone of Silence Project Information Report, for administering the procurement process,
Contract negotiations during any duly noticed public meetings, public presentations made to the Board of County Commissioners during any duly noticed public meeting or communications in writing at
any time unless specifically prohibited by the applicable RFP, RFQ, or bid document. Bidders or proposers must file a copy of any written communication with the Clerk of the Board, which shall be
made available to any person upon request. The County shall respond in writing and file a copy with the Clerk of the Board, which shall be made available to any person upon request.
In addition to any other penalties provided by law, violation of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) by any bidder or proposer shall render any RFP award, RFQ award, or bid award
voidable. Any person having personal knowledge of a violation of this Ordinance shall report such violation to the State Attorney and/or may file a complaint with the Ethics Commission. Bidders or
Proposers should reference the actual Ordinance for further clarification.
6) The County shall not be responsible for any modifications or alterations made to the Bid Documents or to the Contract Documents other than those made by Addendum, Change Order, or
Work Order. Any purchase of partial sets of documents shall be at the purchaser's risk.
7) Pursuant to Miami-Dade County Code Section 2.8-1 (d), a Bidder shall have on file, prior to contract award a duly executed Uniform County Affidavit with the Miami-Dade County
Department of Procurement Management (DPM), to be maintained with the bidders vendors registration file. The Bidder is responsible for obtaining the Vendor Registration Package, including all
affidavits by downloading from the DPM website at www.miamidade.gov or from the Vendor Assistance Unit at 111 N.W. 1st Street, 13th Floor, Miami, Florida 33128, (305) 375-5773.





Mercredi 19 Aofit 2009
HaitienMarche *VolXXIII N 30


Collier revu et corrige


L'agitation des dernires semaines autour de la ques-
tion du salaire minimal capte toute l'attention au point que
mnme l'annonce de la prochaine visite de Bill Clinton,
accompagne d'un certain nombre de ces < animaux
mythiques qu'on appelle les investisseurs n'a pas
provoque autant de reactions qu'elle I'aurait fait en temps
normal
Cette actuality brfilante ne doit cependant pas nous
faire oublier que nous avons des problkmes fondamentaux A
resoudre, je pense, par exemple, aux grands choix A faire au
niveau de la politique economique, et je me suis dit qu'un des
moyens de revenir A cette dure realite etait de reprendre ce
fameux rapport que Paul Collier a prepare, en janvier 2009,
A I'intention du Secretaire General des Nations Unies, Haiti:
des catastrophes naturelles a la s6curit 6 conomique.
II n'est pas dans mes intentions de proposer ici une
analyse exhaustive du document, mais de proposer certains
r6ajustements dans ses propositions. En effet, il n'est pas
question de dire, comme le fait mon ami l'agronome Michel
William, avec sa fougue habituelle : Les hypotheses de tra-
vail de Paul Collier sur Haiti: o Des catastrophes naturelles
a la security dconomique o sont errondes sur toute la ligne.
Personnellement je crois que c'est dans la priorisation des
interventions qu'il faut porter des modifications.
Mais voyons tout d'abord ce que dit Collier : Toutes
les mesures qui seront prises doivent contribuer
immddiatement a l'instauration de la sdcurite economique
et non jeter les bases d'un objectiflointain. Toutes doivent
avoir des effets rapides et des incidences directes sur la vie
des gens. Ce sera au Gouvernement haitien de decider du
choix des mesures maisje suggererais comme point de depart
la creation d'emplois, les services de base, la sdcurite
alimentaire et la sauvegarde de l'environnement.
Pour lui, done, la creation d'emplois serait la priority
des priorit6s. Et iljustifie son choix : L 'emploi est capital car
il donne dignitW auxjeunes et leur permet de structurer leur
vie. A l 'heure actuelle, seule une fraction de la population
active est employee dans l'dconomie formelle. Tout ce que
veulent lesjeunes, c'est obtenir un visa pour dmigrer, attitude
qui est manifestement ndfaste.


Jusqu'ici on n'a pas de problkme; mais voyons ce
qu'il propose comme solution: Deux secteurs, que nous
&tudierons I 'un apres I 'autre, pourraient &tre une source de
creation massive d'emplois productifs en Haiti : la
reconstruction de 'infrastructure et l'expansion des zones
franches. Et c'est l1, comme disaient deux farceurs que
j'estimais beaucoup, que les Ath6niens s'atteignirent et que
les Perses se percerent.
Je veux parler de ses zones franches. Car il y tient,
A ses zones franches ; pr6s d'un quart de son rapport traite
des zones franches et des raisons que nous aurions de nous
lancer dans cette voie. Ily a deuxgrandes raisons de repondre
aux besoins de l'industrie de l'habillement en aminageant
plusieurs zones franches en divers endroits du pays. L'une
de ces raisons, comme on l'a vu, c'est que le regroupement
des entreprises en un meme lieu permet de rdduire leurs coits.
La creation de zones facilite ce regroupement et c'est
d'ailleurs l'approche qui est adoptie enAsie de l'Est. L'autre
raison, c'est qu'il est beaucoup plusfacile et beaucoup plus
rapide de mettre en place les infrastructures et les services
dont l'industrie a besoin en crdant quelques ilots d'excellence
plutot qu'en essayant d'amiliorer ces infrastructures et ces
services sur l'ensemble du pays.
l mentionne egalement cette fameuse loi Hope HI
laquelle represented une inorme chance economique pour
Haiti, qui se trouve, grace a ceprogramme, dans une situa-
tion sans gale au monde, a savoir que le pays jouit de la
garantie d'accbs au march amiricain, hors taxe et sans
contrainte de quotas, pour les neufprochaines annies, avec
en outre des regles d'origine gindreuses et ripondant tout a
fait aux besoins du secteur de l'habillement.
Et puis il y a I'argument massue, notre fameux
< avantage comparatif : Haiti etant un pays pauvre et le
march du travail etant relativementpeu riglementd, le co~t
de la main-d'aeuvre soutient tout a fait la concurrence de la
Chine, qui constitue la norme de reference.
Sur le principe meme des zones franches, je citerai seulement
cette remarque de Kathleen Dorsainvil: L 'experience de
l'industrie d'assemblage n 'estpas nouvelle en Haiti. Ellefut
instaurde dans les annees 70 et de nombreuses etudes


Salaire minimum :


Tout plaide en faveur des 200 gourdes


(... suite de la page 10)
constitue une subvention faite aux patrons au detriment des ouvriers.
Leslie P6an a estim6 le montant de cette subvention a 44 millions de
dollars americains pour les 5 demieres ann6es2.
b. Le secteur patronal a toujours insist sur le fait que les 70
gourdes ne sont guere plus la norme et meme que la plupart des
ouvriers atteignent pratiquement les 200.00 gourdes ou presque.
Selon une etude realisee par le << Strategic Management Group >
commandit6e par 1'ADIH sur le secteur de la sous-traitance, les
ouvriers qui actuellement gagnent le salaire de 70.00 gourdes ne
depassent pas 9% du total et constituent essentiellement des ouvriers
a l'essai. En fonction de leurproductivit6, 53% du total des ouvriers
gagnent un salaire joumalier moyen de 154 gourdes et 38% gagnent
deja plus de 200.00 gourdes, soit 218.00 gourdes, explique l'6tude. I1
est vrai que les donn6es relatives au temps de travail ne sont pas
indiqu6es et que le risque est grand de confondre productivity du
travail et intensity du travail. Cela dit, le salaire moyen ponder
actuellement en vigueur serait de 173.00 gourdes3.
c. L'annee demiere, sur ce meme dossier du salaire minimum,
la Commission Tripartite regroupant patrons, ouvriers et l'Etat s'6tait
mise d'accord sur un salaire minimum de 150-160 gourdes. C'est-a-
dire que le secteur patronal s'6tait engage a payer 150-160 gourdes
de salaire minimum. Ce bareme lui paraissait deja raisonnable et
profitable, il y a un an.
d. L'histoire r6cente des hausses de salaire minimum a toujours
pris cette allure : de 15 gourdes a 36 gourdes en 1994, soit plus du
double d'un seul coup ; de 36 gourdes a 70 gourdes en 2003, pres du
double encore une fois. Ce n'aurait pas e6t la premiere fois que
l'augmentation de salaire minimum aurait pris cette forme
apparemment brusque et d6raisonnable. La vraie d6raison est le
non-ajustement par rapport a inflation et le non-respect de la loi.
4- Au delay des questions comptables et financieres, un
argument auquel nous devons tous etre sensibles : l'augmentation a
200.00 gourdes risque-t-elle d'entrainer des pertes d'emplois ou de
<< ruiner le secteur de la sous-traitance ? On l'a affirmed haut et fort
mais personne n'a su le prouver. Les premiers concerns, les
industriels, qui ont lance le d6bat, se gardent de foumir des donn6es
pertinentes a ce sujet et s'y opposent meme4. Meme le President de
la Republique, dont on connait la position sur le dossier, ne s'en est
sorti que par un dubitatif<< peut-etre sur ce point, dans sa premiere
lettre aux parlementaires5. Et les arguments les plus bruyants en la
circonstance sont plut6t navrants : spots publicitaires d'une
association de chomeurs << national-nationaux , apparue
brusquement sur la scene, sans adresse connue et suffisamment
argent6e pour en assurer une diffusion massive ; sequences t616visees
d'entretien avec un << industriel dominicain , d6sceuvre, qui dit tout
le mal qu'il pense d'une augmentation de salaire minimum, au meme
moment ou le propre gouvemement dominicain choisit de le faire
passer a US $9.00/jour.
5- S'il 6tait vrai que la hausse a 200.00 gourdes du salaire
minimum 6tait susceptible de faire perdre des emplois, pourquoi le
secteur patronal ne s'est-il pas achame a le d6montrer ? pourquoi ne
s'est-il pas mis a nous assommer de chiffres, de donn6es, de faits
pour nous convaincre de lajustesse de sa position ? Pourquoi, des le
debut, il y a un peu plus de deux ans, ne s'est-il pas attel6 a prendre
l'opinion publique, la presse, le gouvemement, a t6moin des
dangers de ce qui n'6tait a l'6poque qu'une simple proposition ?
Pourquoi avait-il prefer bouder toutes les invitations du parlement ?
Pourquoi lorsqu'il s'6tait av6er que la Chambre des D6putes prenait
le dossier au serieux ne s'est-il pas reveille ? Pourquoi apres l'adoption


du projet de loi a la Chambre basse ne
du Senat ? Pourquoi fallait-il
attendre que la loi soit vote par
les deux chambres pour se mettre
en position de protestation
tonitruante ? Pourquoi meme en
faisant appel au President de la
Republique, ne s'est-il pas cette
fois encore mis en quatre pour
nous convaincre, donn6es a
l'appui ? Pourquoi meme le
president de la republique lui-
meme n'a pas pu etre convaincu,
si vrai que malgre son soutien
sans faille, il n'a pu se contenter
que d'un < peut-etre > lorsqu'il
s'est pose la question de savoir
si les 200.00 gourdes vont genrer
des pertes d'emploi ?

A suivre


e s'est-il pas rattrap6 au niveau


rdalisdes a l'poque, avaient conclu que les retombees ont
dtd maigres pour l'dconomie haftienne. Le contexte
kconomique actuel serait-ilplus propice a une augmentation
du PIB? Le rapport Collier ne 'a pas tabli.
Mais elle vaplus loin : Et puis, quel genre d'emplois
ces zones franches vont amener a la main d'ceuvre haitienne, a
l'heure de la technologie. Nos gouvernants pourront-ils garantir
des conditions d6centes de travail permettant a cette main
d'ceuvre de vivre mieux qu'au seuil de pauvretd?
Voila qui nous ramene A l'actualit6, la question du
salaire minimum. On est arrive a convaincre certaines
personnes que le secteur de I'assemblage ne pourrait pas
payer ce salaire minimum de 200 gourdes par jour que
demandait la loi present6e par le depute Steven Benoit. Je
tiens seulement A rappeler que 200 gourdes, cela represente
5 dollars des Etats Unis, mais que celui qui percevrait ces
200 gourdes a au moins 5 personnes A sa charge, autant de
personnes qui devront vivre avec moins de 1 dollar parjour,
ce qui selon les Nations Unies est l'extreme pauvret6.
Dois-je aussi rappeler ce passage de la D6claration
de Politique G6enrale du Premier Ministre : < Jodi a, nou
pa gen dwa aksepte pou plis pase 52 Ayisyen sou 100 ap viv
avck mwens pase 40 goudpajou .
Dois-je enfin mentionner la Banque Interamdricaine
de Ddveloppement, cite dans un document de la Coordina-
tion Nationale de la Securitd Alimentaire, selon laquelle 1% de
la population accapare 46 % du revenu total !!!
Alors ? Alors, il faut revoir les priorities, et dans
une interview qu'il a accordee a Robert BWnodin, A 1'lmission
Actualites Politiques de Radio Classique Inter, au sujet du
rapport Collier, Jacques Bernard offre une autre piste : 1 a
parle de l'agriculture. II a parle de la security alimentaire.
Qui pour moi a beaucoup plus de potentiel de creation
d'emploi que les infrastructures et HOPE II. Et un peu plus
loin : D 'ailleurs l'agriculture qu 'il a citee, sanspour autant
ddvelopper un programme spccifique pour ce secteur, a plus
depotentiel de creation d'emplois que les autres secteurs.
Dans ce sens, la modification queje proposerais dans
la priorisation se presenterait comme suit: 1. s6curit6
alimentaire, parun programme d'appui a la production vivriere,
qui assure 2. creation d'emplois dans une agriculture du-
rable, laquelle contribuera A 3. la sauvegarde de
l'environnement, et enfin 4. les services de base, sans lesquels
tout ce programme est vou A 1'lchec ; je pense
particulierement A l1'ducation et surtout A la formation
professionnelle et A l'encadrement des agriculteurs.

Bernard Ethdart


Page 13


n""MB


Miami Beach Community Development Corporation
Pou Moun k ap Achte Kay Premye fwa
MBCDC f&k resevwa finansman nan men State Initiatives Partnership Program
(SHIP) pa lentemedye City of Miami Beach pou bay Moun ki ap Achte Kay Premye fwa
nan City of Miami Beach asistans.
1- Pou ou kalifye f6 ou pap fe plis ke 120% reveni mwayen nan z6n lan.
2- F6 kay ou vle achte a pa gen mbt oswa labandone.
3- Prikay lapa gendwa depase $386,652.
4- Ou ka resevwa asistansjiska $40.000 a $60.000.
Tout aplikasyon gen pou rive ant 24 Out 2009 jiska 31 Out 2009, ant Lendi ak
Vandredi, apati 9:30 AMjiska 4 : 30 PM.
O Yap seleksyone aplikan yo a travel yon sistem lotri pa compit.

pool RM Mande pou Julia Martinez oswa Bianca Fonseca


-7-7-2 PI"-E 2 <&merl Ave anu 11 Ue
T-1: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE _MAGASIN POUR TOUITES LIE2S OCCASIONS.
- Rccipton de paiemeni pwur Heltl Sout, 7PL FP, GAZ., CARL7E" TV,
BELL MOB LIFTY et... etc...
- dConectifon tifphonlque chez vous...



6 Jous

par
semaine:
8h30 am
a
7130 pm


,* Prfun s
(',llutani& lR.c..r.
SCouterI s Sia" les
rxluits puar li cutineI ( 's 4oanhmpa. Raciin. ELvan$ltkupc.
S(alEaux ZiiukH. firanci. AnOis icaii)
Tataux Vkdio's (1iLticns. An ricim-,. L urnmMtairs. Draa:
MiLcygrarn tr uiCse l clms bCauta





Page 14


ii *UJIjBiEi: NiAD;ii


Allez de PRITES A MOUSSE, en utilisant des mots du du vocabulaire
frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


Mercredi 19 Aoit 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 30

Solutions de la
semaine passee:


MAUD IT
MAUD IS
TAUDIS
TAUDE S
TARDES
TO RD ES
TORSES


JM |0|u | ISIE|
MOUSSE
Y B GX T B NU
M L NRMRN/V)D K L
M R M AXIXU n M A


V' L G J H T Y H B/N/B Q
O IE L\Y U F\E) /AW Z K O
P JTS"S E B P D DQ XWK
S B E O B R K Z L C/N/TOH B M
C P R J I M L O/K F H S C X
X Z V F V Y Z /S B G S G Z W
Ana Bill Claudette Danny Erika Fred
Grace Henri Ida Joaquin Kate Larry
Mindy Nicholas Odette Peter Rose
Sam Teresa Victor Wanda


HORIZONTAL
1. Pays dirig6 par une dictature militaire
depuis 1988 2. Amaigrissant -
3. Allied -Argon 4. Position geom6trique -
5. A la mode Titane 6. Fer Jeune 61lve -
7. Indium R6gion de la Belgique -
8. Disposons par rangs superposes.


VERTICAL
1. Rendu heureux -
2. Contenu dans la nature d'un 6tre -
3. Pr6nom de la soeur de Joaquin Phoenix -
4. Maitre de c6r6monie D6sert 5. Chien terrier 6. Sodium Oxyde de
plomb 7. D6soeuvrement 8. Serr6s.
.^ ^^Ft- i-Mi -lliN 'l~~~NI~~liN i~~ Iif


F SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

L U



A O

Solutions de la semaine passe


POSTULE


7h00-9h00 Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invites du Jour
M1lodie Matin chaque samedi est anime
par F6quiere Raphael

lOh-Midi Le disque de lAuditeur
animation James Pr6dvil

12:00- 12h30 Le Midi
informations avec Laury Faustin

12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons francaises

3h-5h pm Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

5hoo Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou
5h 30 pm Melodie & Company
Ddveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart
7h-8h30 AmorySabor con Luciani

8h30- 9hoo Soir Informations

9h00 10h30 Notre Grand Concert
Lun. & Mer.: L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael recoit ses invites
9h00 et au delA Cavaliers, prenez vos dames
(Samedi) 50 ans de succ6s populaires haitiens



c 'e4t fteA Co't ewe Wtawec et0 /1


EAn Bref...













S"Copyrighted Material.

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


M MIAMIAD

LEGAL ANNOUNCEMENT REGARDING
REQUEST FOR PROPOSALS FOR RETAIL
CONCESSIONS PROGRAM 2009
RFP NO. MDAD-04-09
The Miami-Dade Aviation Department is announcing the availability of the above
referenced advertisement, which can be obtained by visiting our Website at:
www.miami-airport.com/html/businessopportunities.html (in orderto view the full
Advertisement, please select "Advertisements" link at the bottom of the Business
Opportunities page and then select the respective solicitation).
Copies of the RFP solicitation package can only be obtained through the MDAD,
Contracts Administration Division, in person or via courier at 4200 NW 36th Street,
Building 5A, 4th Floor, Miami, FL 33122, or through a mail request to PO. Box 025504,
Miami, FL 33102-5504. The cost for each solicitation package is $50.00 (non-
refundable) check or money order payable to: Miami-Dade Aviation Department.
This solicitation is subject to the "Cone of Silence" in accordance with section
2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code.


IPIRIIIT E S


-.A


V





Mercredi 19 Aoft 2009
HaitienMarche *VolXXIII N 30I

PEP AYISYEN PA DWE

MOURI GRANGOU

(V DENYE PATI)
AK MAKS MANIGA*
XX(

BON KOWOPERATIV LA
Nan tout pale sa-a, nou we mwen toujou di: NOU. An
nou konprann se pou nou mete nou ansanm avek youn gwoup
moin k'ap defann menm entered avek nou. Youn s6l dw&t pa
manje kalalou (gonbo nan N6).
Mande Bondye padon, kowoperativ m'ap pale-a se
pa tentennad ki te foure men nan p6ch malere pou vole lajan
yo apre yo te fin andjoze yo. Kou sa-a sete travay visye,
eskamotW, asasen gwo kouto.
Gan plis pase 50 60 an nou gan kowoperativ nan
peyi nou. Kes popile se youn f6m kowoperativ. Tout pawas,
tout tanp pwotestan, tout peristil, tout moske, tout gwoup
sitwayen ki gan menm bi kapab asosye yo pou f6me yon
kowoperativ. Gan liv senp pou sa. Mwen menm kwe gan liv an
krey6l sou sa.
Se mete f6s ak kouraj nou ansanm pou nou goumen
ak lavi-a. Se pa youn biznis kapitalis. Se youn mwayen pou
tout manm [bon] kowoperativ-lajwenn youn alemye.

XX(
vm

KoNMEs EKITAB
SA KONMES EKITAB (JIS) LA YE ? Kote Konmes Ekitab la vie
riveFasilite ti pwodikte ki pa nan gwo sbk kombs nasyonal la
yon jan pou yo jwenn pi bon kondisyon pou vann rek6t ak
[fruit] travay yo.Kisa konmbs ekitab la vie regle ?Fasilite
abitan yo k' ap pwodui-a (pwodikte), men k' ap dongoye pou
kont yo, jwenn mwayen amelyore kondisyon yo vann rek6t
yo.Konmbs ekitab la :. se pa cheche fe plis (maksim6m) benefis
. se kreye youn sistem ekonomi ki mete moun avbk lanati (plant,
pyebwa, rivye, elat.) nan kU boukante (mwen ba-w, ou ban-m)
nan.Youn mo sou istwa Konmes Ekitab la Li part nan lanne
1960 yo. Prensip-li, se pou ede [bon] kowoperativ atizan, nan
peyi k' ap devlope yo, pou yo mennen aktivite younjan pou li
dire.Piti piti, lide Konmbs Ekitab la vin pi klW nan peyi devlope
Ew6p yo. An menm tan tou, relasyon ant moin ki nan konmes
yo ap vin ganyen plis f6s kote.Konmes Ekitab la se youn
konmes- SolidbKi travay avbk pwodikte ki pi p6v yo pou
ankadre yo nan youn mouvman solid& ki dirab tou- Dirbk Redui
kantite ent6medye yo (moin k' ap fe biznis sou tbt pwodikte
yo) dekwa pou pwodikte-a kapab pwofite plis posib nan
boukante-a. JisGaranti youn pri ki kapab pem&t pwodikte-a
okipe tout bezwen prensipal li yo : lasante, enstriksyon, kay
pou li rete epi enveste nan devl6pman kominite li yo. Kle
kankou youn vitSuiv tras pwodui-a san mank avek tout wout
li fe nan sbk konmbs yo.- Ki ofri kaliteOfri konsomate-a youn
pwodui veritab (ki pa krizokal) epi natirll- Ki gan respbRespekte
lavi ki antoure nou an epi bay teknik tradisyonnel yo valk
yoKouMAN KONMES EKITAB LA MACHE ?Pou rann kondisyon
boukantay-la miy6, gan regleman ki pase nan tranzaksyon
[bon] kowoperativ atizan yo ap mennen :- Yo vann afe yo san
entemedye pa pran koutay. Pwodiksyon-an (rek6t-la)
resevwa moso lajan alavans pou anpeche abitan yo al pran
kout ponyaB6 kote pa-1, pwodikte pwomt : Pou li founi
youn pwodui bon kalite. Pou li respekte reg sosyal
OganizasyonEntenasyonal Travay-la mete.- Poulibay youn
pati nan lajan li rantre-a pou pwoje devlopman kankou :
enstrikyon (lek6l), travay pou lavi miy6, monte 16t pwoje
devl6pman. XXXDEVLOPMAN DIRABAK BENA ETEYA / BERNARD
ETHEART** M' ap mande B&na Eteya /BernardEtheartpou
li esplike sa Devl6pman Dirab-la ye. An nou koute li:
" Mwen panse, pi bon fason pou nou fe Ayisyen konprann, sa
ki devlopman dirab-la, se pati avek youn liv, ki tre popil& an
Ayiti, mwenvle palede Labib.
Nan Jenez 1, nou aprann Bondye te kreye gason ak fanm (v.
27), apre sa li di yo, pouyo peple ak domine late (v. 28). Si nou
vie byen gade, f6k nou rekon&t, lez6m te suiv 16d sa tw6 byen.
Jounenjodi-a non selman popilasyon late pran youn dimansyon
ekstraw6dine, men savan yo fe nou konnen, si popilasyon-an
kontinye ogmante konsa, epi si 16m kontinye eksplwate resous
natirl late-ayo,jan l'ap fe-1 kounouye-a, nan lane 2030 n' ap
bezwen 2 late pou satisfy bezwen popilasyon-an.
Lane 2030 se demen maten F6k nou konsidere bagay sa-a
seryezman : popilasyon late kontinye ap ogmante, kanta pou
eksplwatasyon resous natirel yo, sa pi grav toujou.
Nou konnen, tout moin sou late pa gen menm nivo
konsomasyon; moin, ki viv nan peyi Etazini, Kanada oubyen
nan peyi an Ew6p yo, konsome plis resous natir6l pase sa k'
ap viv anAfrik, pou nou pranyoun egzanp. Sa se youn enjistis,
e se pou konbat enjistis sa-a, gen pwogram devl6pman, k' ap
chache amelyore kondisyon lavi popilasyon peyi sa yo rele
peyi sou-devlope yo.
Men, amelyore kondisyon lavi vle di, ogmante konsomasyon
popilasyon sa yo, egal ogmante eksplwatasyon resous natirel
yo. Sa gen lontan depi mwen te li youn atik nan jounal Le
Monde Diplomatique kote yo t' ap di, si tout popilasyon sou
late ta gen menm nivo konsomasyon avek popilasyon Etazini,
late pa ta ka sip6te sa.Kesyon : ki sa ki pou fat ?
Si mwen pa fe erb, se nan ane 1960 yo, te gen youn gwoup
pesonalite syantifik ak politik, kite deja ap panche sou pwoblkm


Page 15


sa-a. Yo te rele t&t yo < Club de Rome >. Nan dokiman yo te
piblye, yo te di f6k peyi rich yo, sa yo rele peyi devlope yo,
ad6pte youn politik ekonomik << kwasans zero > ; ki ta vle di,
f6k yo sispann ogmante pwodiksyon yo avek konsomasyon
yo, sinon pral gen youn katastw6f.
Nou tou konnen, youn lide konsa pa tajanm kapab antre nan
santiman peyi devlope yo ki fonksyone sou baz sistem kapitalis.
Gade sa k' ap pasejodi-a, kote pousantaj ogmantasyon riches
gwo peyi yo fe youn ralanti, tout moin pran rele < anmwe!,
men resesyon ap antre sou nou, se t&t chaje >. Men pwoblkm
nan toujou rete la.xxxKoNKLIZYON : SE POU NOU METE MEN
An nou pa chita men nan machwa ap kalkile kilk n' ap ganyen
nan b61lt. An nou 6ganize nou ti gwoup pa ti gwoup.
Gouvenman ta oblije ban nou bourad mwen konnen sa pa
fasil si li we n' ap cheche mwayen soti nan twou kote nou
tonbe-a.
Detwa konsey mwen sot bay yo se pa levanjil pou nou kwe ak
lafwa s6lman.
Tilapya mwen sot pale-a gan dwa leve nan youn ma nou fouye
nan lakou nou andey6. Petet pwa chich avek lantiy-la kapab
plante menm lavil nan lakou-nou. Se pou nou mete men. Menm
Nouy6k depi yo jwenn youn moso te ki poko bati yo fe youn
jaden potaje nan mwa ete yo. Se pou nou mete men.
Pano sole yo kapab amelyore lavi malere. Se pou nou mete
men
Moulen van gan anpil avantaj. Gwo yo koute chL. Men nou
entelijan n'a konstui pi piti. Se pou nou mete men.
Res konsey mwen bay yo pa la pou fe mirak. Eseye yo ;
amelyore yo ; kite eksperyans nou montre nou pi bon wout
pou nou rive kote nou vle ale-a. Se pou nou mete men.
Nou pa kapab rete la ap fin kokobe ap gade timoun kou
granmoun ap fouraye nan pil fatra pou yo manje ; ap bije
reziye yo kraze bisuit labou. Non sa se tw6p at !xxx
Koute mwen zanmi kanmarad! Bouchvye granmoun santi men
paw6l li pa santi.
Ankouraje!
* Maks Maniga pa ni agwon6m ni ekonomis ; li se youn
sitwayen ayisyen (ki pajanm chanje nasyonalite-1) ki ta renmen
we youn alemye nan kondisyon pep-nou an ap viv la.
** Bena Eteya se DirektW Enstiti Ref6m Agr. Li ekri anpil sou
pwoblkm devl6pman anAyiti.




RAPEL

Dimanch 23 Out 5-7 PM Jesler

Mezidor ap nan Libereri

Mapou. Vant siyati : CD -

le futur du Passe



Dimanch 30 Out 5-7 PM

Lochard Noel

ap nan Libreri Mapou Vant

siyati poemes des iles de la mer.

Tout mounn envite.


YOUN PA CHAT PA DWE

YOUN PA CHWAL

Ak Michel-Ange Hyppolite

Pou Soul, mwen damou tout bon

Soul anpil fwa nan konvesasyon nou, ou toujou gen youn
toya pou voye sou konp6tman seksy6l gason Ayisyen. Fraz
ou renmen anpil la: >. "Se
we pou yo pa we ke jip". Chak fwa ou di paw6l sa yo, mwen
souri epi mwenplenn, mezalb, mesaj sa-a : >>, toujou ap travay mwen, paske nan tt pa mwen, plezi lanmou
se youn plezi inivesel. Renmen tou inivesl.. Yo pa gen okenn
kondisyon, sOl limit yo, se restriksyon sosyete kote nou ap
viv la lage sou yo. Kalite restriksyon sa yo pa inivesel. Yo
lobedyans peyi kote nou ap viv la, yo depannde ep6k la,
atitid kiltirOl yo elatriye. Sepandan, pyesmounn pa dwe
melanje plezi lanmou ak santiman lanmou, paske santiman
lanmou an pa oblije mache ak plezi lanmou.

Soul, menmjan 1 youn gason we youn fi ki mache nan san li,
kb li fy vap la, se konsa tou 1 youn fi we youn b6l gason ki
lemante li, li santi tout chetout li ap travay anndan li. Kalite
sansasyon sa yo inivesel epi natirbl. Yo soti nan
fonksyonnman nb nou yo(1) ak 6m6n nou yo (2). Kote kat la
mal bat la, se 1l sosyete a plizoumwen touyeje li sou aksyon
gasonki suiv elan nb yo ak 6monyo epi li deside blame, san
kondisyon, tout fanm ki aji menmjan ak gason yo.

Di mwen non, cheri, sa ou panse 1 fanm yo deside pase akote
kontrent sosyal yo, menm jan ak gason yo, pou yo fe pa chat
pa yo? B6 kote pa mwen, mwen pare pou mwen leve lavwa
kont youn 16t f6m enjistis sosyal, ki demontre youn 16t fwa
ank6,jijman poulpajijman rav&t. Privilbj yo toujou aljwenn
gwoup mounn nan sosyete-a ki genyen maybt pouvwa-a lan
men li an. Nan ka ki konsene nou an, koze libdte nan domen
seksyel, k6m se gason yo ki an chay nan sosyete-a, se yo ki
tabli reg yo. Sa lak6z reg sosyal yo vin byeze nan avantaj
mesye yo. Se menm jan ak syans ki rele listwa a. VWsyon
mounn ki oprime yo ban nou sou listwa toujou diferan parap6
ak vbsyon mounn ki ta pe ekzese pouvwa yo sou gwoup
oprime-a.

Men youn ekzanp. Pa gen anpil liv listwa ki rap6te Kanada te
gen esklav menmjan ak Etazini. Te gen esklav Monreyal. Te
gen esklav Alifaks eksetera. Lb se blan Kanadyenyo ki ap ekri
listwa Kanada yo ap toujou gen tandans kache aspen sa-a.
Men, 1I se mounn nwa yo yomenm menm ki ap ekri pwbp
istwa pa yo, yo toujou sonje prezans esklav yo nan listwa
peyi Kanada. Rezon an senp. Se mbt k6 ki veye k6 pou k6
byen pbtan. Oubyen ank6 nan youn 16t nivo panse : << Babye
poul pa babye malfini.>>

Nan relasyon lanmou anndan sosyete nou an, suivan ou se
youn gason oubyen youn fanm, sosyete-a ap f6se ou konpbte
ou youn fason. Youn fi ka we plizyb 16t mounn ki mache nan
san li, men li aprann bloke reyaksyon nb li yo ak 6m6n li yo
pou li repouse sansasyon-an, albske youn gason nan
kUlkeswa sosyete-a, ka gen tandans kite menm sansasyon-an
anvayi-ljouk litounenreyalite. Si se te fanmyo kite ankontw6l
sosyete akty6l-la, se mesye yo ki ta oblije ap reprime anvi ki
ap grandi anndan yo areb6 limit maryaj oubyenplasay-la.

ASUIV


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786-4578830 Fax 305-756-0979 semal pasacallaoa.com


POUR TOUW VOS M ATh Equipements pour construction
P6ocs de vot cur / Camlon I Equlemcnt m6dlcal

Pwar avn u p arbaftea


I
a I


aoin usfor an unprecedented historic event:
T7ie oSjckqff Camrpaign To Elect



Soon To st gSe first 3faitians mnaricas Womann In Congress
hurrday, ALugutf 20, 2009
7:00 pm 9:00 pm
Gwen Mtarois CCommunity Center
1590 N'ortheast 123rd Streer
North -Wimi, Tforiada 33161
Th vatos ofu itriic 17 ia7 a iniru r dtilar l f T Siastinsfr CoVS i.rss Shi accIpts utf chafhSaiii
Madeine Bastien is a graduate of Florida Intenational University and a Social Worker with 28 years advocating
for social changes and equal opportunity l South Flrsida's tizens. For 2 years, she has been a champion
fighting for YOUR rights to affordable housing, education, immigration, health access, job tramiing and
development, and women's righs.
fWrszimc nts wiffS served Boring a TFriso antda cOa f oy liis is rTOtV race.


r,3~',T,'5~'~TZT,~'~,S~',TT,~CTT,;


-vmnw
mm




Mercredi 19 Aofit 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N' 30


Combats d'Haiti
Angelique et Joyeuse sont sceurs. Elles vivent avec
leur mbre, a Port-au-Prince, cette ville en pleine d6liquescence
qui plante dans le cceur de ses habitants des graines
empoisonn6es que font grandir la misbre, le chaos et l'usure
des dictatures. C'est 1i qu'elles essaient de se frayer une
existence selon des m6thodes diffirentes r6pondant, peut-
6tre, a leur pr6nom. Ang6lique, infirmibre a qui l'amour d'un
instant a laiss6 le ventre rond de son petit Gabriel, a perdu le
sourire et s'est tourne vers la religion, cadenassant son cceur
et son corps, qui tous deux crient famine. Joyeuse, elle, a choisi
de marcher dans la vie aux c6t6s du soleil, avec audace, d6dain
et t6merit6, pour ne jamais faire partie des vaincus. Elle a fait
de son corps glorieux une arme et de son cceur une pierre pour
narguer la mort et la misbre environnantes.
Ces deux femmes, devenues si dissemblables, sont
les deux narratrices du nouveau roman de Yanick Lahens. Deux
voix qui se melent pour dire, chacune a leur tour, deux chemins
pour une meme r6volte. A voir le pays se d6liter, la misbre
aiguiser les couteaux et les traitrises. Ici chaque sourire a
sa mesure, chaque parole son poids. Dans ce quartier, nous
nous livrons des guerres sourdes. Des guerres sans victoires.
Sans issues et sans gloire. >
Deux sceurs qui ont, au creux du ventre, la meme
angoisse depuis que Fignold, le o frere soleil etfoudre >, le
frbre r6volt6, n'est pas rentr6. C'est autour de cette absence
que se bitit le r6cit, dans unjour qui se leve, dont on ne sait ce
qu'il apportera. Unjour suspendu a l'attente et dont les heures
se d6clinent, comme les couleurs de l'aube, jusqu'au rouge
sang.
En son temps, la romancibre Marie Vieux-Chauvet -
nde en 1916 a Port-au-Prince avait offert avec Amour, colere
etfolie (Gallimard, Paris, 1968) une description sans concession
de son ile et de sa bourgeoisie, marinant dans les rancceurs et
les petites haines.
On retrouve ici comme une filiation, en particulier au
travers du personnage d'Ang6lique, qui, bien que d'un tout
autre milieu, ne peut manquer de rdveiller des souvenirs de
Claire, la narratrice d'Amour. On retrouve, surtout, une
description implacable d'une ile dont la
souffrance et le d6sespoir sont mis a nu,
o une plaie frotte au sang >. Une ile sous esl
l'emprise d'un dprsidentprophte une
ville oi les enfants o ont ddja la mort au $
bout de leurs doigts .
Un constat sans appel sauv
pourtant par l'ecriture, belle 1 vous couper
le souffle, aiguis6e comme un couperet et
dont les phrases courtes et ciseldes brillent
d'un 6clat froid ; une 6criture comme l'aube
de fevrier sur laquelle s'ouvre le livre : o A
vous givrer le sang. >
Et si la r6alit6 d6crite est
extr6mement sombre, onne peut s'empecher
de trouver dans la beauty des mots et dans
le combat du frbre et de ses sceurs comme
un espoir ultime, en d6pit de tout : Je
regarde par la fenetre le bleu intact du
ciel. Ce bleu defauxparadis. Mais si beau...
Si beau. Je voudrais qu 'un soleil soit en
moi aussi parfait que ce bleu. >
Une conscience au monde, un pays
et une 6criture qui rappellent que, selon les
mots de Rend Char, o la luciditW est la
blessure la plus rapprochie du soleil d.
Nathalie Carre


Ecoutez
Melodie Matin
avec Marcus

dlodie
03.3 fm

www.melodiefmhaiti. corn


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefm hotmail.com
haiti-en-marche@hughes.net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896

Printd by outha stO fe


WCALLDIREK

your global connection

www.calldirek.com / 1-866-673-4735


ke mwen ka voye rive jouk

00.00 an Ayiti pou$ 8.OO


oswa mwens?


Jodya tout senk k6b konte ni pou ou,
ni pou fanmi'w an Ayiti. L6 ou pa ka la,
f6 Western Union konfyans!


.$r

.6 :... *s -I
=II i I

II .I :-

II4I *
$2000.1 juk rie $50
ir~d~lw n~~r~ r ~Aylt yo.C


rapid. serve.
tou pre lakay ou.






S.. SI. *
O *. .


Page 16


,,ryh:




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs