Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00360
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: July 15, 2009
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00360
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00007-15-2009 ( PDF )


Full Text








men


Clinton annonce aux Gonaives un ensemble

de projets en vue d'aider au developpement du pays


Bill Clinton salue (lusqu a terre !) par un habitant des Gonaives (Marco Dormino)


Gonaives, 7 juillet 2009 -(AHP)-
L'envoyd special de 1'ONU en Haiti, Bill
Clinton, a annonc6 mardi la r6alisation d'un
ensemble de projets a moyen et long terme en
Haiti, en vue d'aider au ddveloppement de ce
pays.
Bill Clinton intervenait lors d'une
visite aux Gonaives (nord) pour s'enqudrir de
l'6tat d'avancement des travaux de curage et
d'assainissement dans cette region frapp6e
en aofit/septembre 2008 par 4 cyclones
successifs.
Nous allons mobiliser des fonds en
vue de la creation de 150,000 a 200,000
nouveaux emplois dans les prochaines anndes
en Haiti en tenant compte d'un plan de travail
pr6sentW par les autorit6s haitiennes, a fait
savoirM. Clinton.
Des infrastructures routieres seront
mises en place pour chercher a d6senclaver le


pays et permettre ainsi aux fermiers de
b6ndficier au maximum de leurs r6coltes, a
encore fait savoir Bill Clinton, ajoutant que
des actions concretes seront 6galement
entreprises dans les domaines de la sante
et de l'6ducation.
L'ancien president des Etats-Unis
Bill Clinton qui 6tait accompagn6 d'un
sp6cialiste en matiere de planification pr6-
cyclonique, a soulign6 que sa mission en
Haiti est de coordonner ce qu'il y a a faire
pour pouvoir aller vite et bien.
II a annonc6 le financement par
le Canada de la construction d'un nouvel
h6pital aux Gonaives.
Le president Rend Prdval, qui
accompagnait Bill Clinton aux Gonaives, a
fait savoir qu'une rencontre a eu lieu dans
la soiree du lundi pour faire le point sur les


Franck Cine libere apres deux ans,


qu'est-c(
PORT-AU-PRINCE, 13 Juillet Franck Cind a &te
relich6 apres plus de deux ans (25 mois) de prison puis de
confinement dans une chambre d'h6pital.
On en ressent comme un soulagement. Car il 6tait
devenu impossible de savoir si le PDG de la premiere
compagnie de t6l1phonie cellulaire ouverte en Haiti, Haitel,
avait &td arrete pour des raisons valables ou s'il 6tait victime
de quelque vengeance personnelle.
La Cour de cassation a ordonn6 la remise en liberty
de Franck Cind et de deux autres membres du conseil
d'administration de la Socabank, une banque priv6e dont ils
sont accuses d'avoir drained les fonds vers leurs affaires
personnelles au detriment des clients de cette banque.
Ce sont les conclusions des responsables de la
banque centrale et du cabinet d'instruction.
La Socabank a &td absorb6e par la BNC, une banque
semi-publique.
D'autre part, Franck Cind n'aurait pas acquitt6
toutes les taxes et cr6ances publiques de sa compagnie, la
Haitel.
Est-ce que cela figure aussi dans l'acte
d'inculpation ? On ne sait.
Il y a beaucoup de choses qu'on ne sait pas, qui
sont rest6es confuses dans ce dossier. Or le doute doit
toujours profiter a l'accus6. Du moins, c'est le cas dans
l'esprit du public.
Est-ce l'Etat haitien qui a mal ficel6 son dossier ?
Ou les avocats de Cind qui ont su utiliser a l'avantage de
leur client toutes les ficelles du m6tier (ainsi que du milieu) ?
Au bout du compte, qu'est-ce que l'Etat a tire de
cette affaire ? .... .


que 1'Etat y gagne ?


Franck Cind librde est en compagnie de ses avocats
Mes. Gerard Gourgue, Samuel Madistin (a gauche) et Joel Petit-Homme


ENVIRONNEMENT


Vendredi 17 Juillet:


Marche ou Creve !


PORT-AU-PRINCE, 13 Juillet-
Jour J moins X. Toute la population
marchera ce vendredi 17 juillet pour
l'environnement r6clamera d'une seule
voix que l'Etat haitien place la protection
de l'environnement comme la priority des
priorit6s et qu'il en soit ainsi pour les
d6cennies a venir.
Pourtant jamais la question de
l'environnement n'avait &t autant h l'ordre
du jour. Aussi ce que se proposent les


promoteurs de cette journde (en
l'occurrence, le MAB ou Mouvman pou
Ayiti BMl), ce n'est pas de soulever la
question qui est certes dans tous les esprits
depuis les catastrophes diverses survenues
l'annde dernibre, mais d'inviter le citoyen
d'un c6t6 et l'Etat de l'autre a mettre
d6sormais en commun leurs efforts, leur
volontW, leurs ressources.
Le cas de la ville des Gonaives


Le putsch du Honduras


ou Harlan County revisited


PORT-AU-PRINCE, 11 Juillet- Le
dimanche 5 juillet could, le president
renvers6 du Honduras, Manuel Zelaya, a
tent6 de rejoindre son pays mais l'avion qui
l'emmenait de la capitale f6d6rale am6ricaine,
Washington, n'a pas requ l'autorisation
d'atterrir. Les forces armies honduriennes
avaient 6td d6ploy6es en force a l'adroport
de Tegucigalpa par les putschistes pour lui
barrer la route.
L'avion a dfi rebrousser chemin.
Cela ne vous rappelle-t-il pas un
&v6nement semblable survenu en Haiti ?
Oui, l'affaire du Harlan County. Du 11 au 12


octobre 1993. Un navire militaire amdricain,
transportant principalement des membres
du corps de g6nie, est envoy en Haiti
dans le cadre des prdparatifs pour l'entrde
en application d'un accord sign aux Etats-
Unis par le president en exil Jean-Bertrand
Aristide et le chef de lajunte militaire qui
l'a renvers6 du pouvoir, le g6ndral Raoul
CUdras. Rappelez-vous les accords de
Governor's Island (New York).
Le jour de l'arriv6e du bateau
amdricain, une bande de civils arms (en
creole de < sans aveux>>) prend


I






Page 2


Le putsch du Honduras


ou Harlan County revisited


possession du port de Port-au-Prince
menaqant de s'en prendre aux militaires
am6ricains s'ils d6barquent.
Ce sont des partisans du regime
militaire putschiste. Ils sont d6terminds a
empecher par tous les moyens le retour du
president renvers6. On les connait sous
l'acronyme de FRAPH. Ils sont charges de
faire le sale job des militaires, c'est-a-dire


pers6cuter le peuple des bidonvilles,
executions publiques, massacres, viols
collectifs, etc.
L'arm6e avait pris le pouvoir le 30
septembre 1991. Aristide passera trois
anndes en exil a Washington. Il sera ramend
au pouvoir en octobre 1994 a la faveur d'une
intervention de plusieurs milliers de
militaires americains d6pech6s par un certain
president Bill Clinton.

Convaincre le Pentagone et
la CIA ...
II faudra trois ans pour soi-disant
convaincre le Pentagone et la CIA que le
retour d'Aristide ne repr6sente pas une
menace pour les Etats-Unis.
Parce qu'on ne tardera pas a
r6aliser que les civils arms qui ont barr6 la
route au Harlan County 6taient de mache
avec les services de renseignements
amdricains et qu'ils ex6cutaient un scenario
r6p&t a l'avance puisque leur chef, le fameux
Emmanuel < Toto Constant, allait avouer
qu'il 6tait sur le payroll de la CIA.
L'incident du Harlan County 6tait
destined faire passer le temps, d'un c6t6
pour arriver a un arrangement entre le
president exil6 et ses ennemis et adversaires
qui occupaient le pouvoir a Port-au-Prince,
de l'autre c6t6 pour retarder aussi longtemps
que possible le retour du president
constitutionnel qui reviendra quelques mois
seulement avant l'organisation des
prochaines pr6sidentielles.
Celles-ci auront lieu en d6cembre
1995. Le nouvel l6u, Rend Pr6val, entrera en
fonction le 7 fvrier 1996.
On peut s'exercer aujourd'hui, si
l'on peut dire, a rechercher les similitudes
entre le coup d'6tat haitien de 1991-1994 et
le putsch survenu le 28 juin could au
Honduras qui envoya le president Manuel
Zelaya en exil.
D'abord le Honduras fait partie,
comme Haiti, des trois pays les plus pauvres
du continent, avec le Nicaragua du president
(et ex-sandiniste) Daniel Ortega.

La vague rose ...
Le Honduras fait aussi partie de la
chaine des regimes issus de la gauche
d6mocratique (c'est-a-dire l6us dans des
elections libres incontestablement), la
vague rose, et qui s'6tend aujourd'hui
presque partout a quelques exceptions prbs
(la Colombie de Alvaro Uribe, un des rares
dirigeants sud-americains a se classer a
droite, le P6rou de Alan Garcia et le Panama
de Martin Torrijos, des centristes, et bien
stir le plus occidental de tous, le Costa Rica).
Est-ce que le renversement de
Manuel Zelaya cherche aussi a mettre un


frein a la < vague rose > que rien n'a semblM
jusqu'ici pouvoir arreter ? Jusqu'au
Mexique qui a failli passer lui aussi l'arme a
gauche lors des dernires pr6sidentielles.
Faisant trembler l'establishment politique
et 6conomique 6tats-unien.
Cependant les nouveaux regimes
n'ont apport6 aucune modification dans
leurs relations avec les Etats-Unis (y
compris le Venezuela du president Hugo


Chavez, pays exportateur de p6trole, et qui
vient de restaurer son personnel
diplomatique a Washington aprbs l'avoir
rappel6 sous l'administration Bush).
Par contre le changement c'est que
tous ces nouveaux pouvoirs du Br6sil
industrialist du president Lula da Silva, a la
Bolivie qui exp6rimente son premier
president d'origine indienne, Evo Morales,
tous se considerent libres de faire des
affaires 1l ooi les int6rets de leur pays sont
le mieux servis ...
Ce n'est pas un hasard si les pays
de l'Union europ6enne sont les premiers a
rappeler leurs ambassadeurs au Honduras.
La Chine aurait pu faire de meme.

Le maillon le plus faible de
la chaine ...
Sauf que le Honduras n'est pas le
Venezuela.
Tout comme Haiti et le Nicaragua,
le Honduras a trbs peu de ressources. C'est
l'un des pays les plus pauvres de la region.
Tout comme Haiti, le Honduras ne peut
survivre sans les credits internationaux.
Partant c'est l'un des maillons les plus
faibles de la chaine.
Malgr6 tout, les partisans du
president renvers6 se r6velent tres aguerris.
Les manifestations de protestations n'ont
pas cess6 depuis le coup d'6tat du 28 juin.
Quoi qu'il en soit, et c'est trbs
significatif, les principaux chefs d'Etat
proches de Manuel Zelaya, aprbs les
premieres protestations de rigueur,
adoptent une attitude plut6t prudente.
Tandis que c'est la Secr6taire d'6tat
amdricaine Hillary Clinton qui prend la
question en main.
Zelaya est invite Washington.
Mme Clinton (qui semble avoir de
l'exp6rience en la matibre !) propose le
president du Costa Rica, OscarArias, comme
m6diateur.
Une premiere tentative par ce
dernier de rdunir le president renvers6 et le
president de facto du Honduras, dchoue.

L'avertissement ne saurait
etre plus clair...
Cela se passe tout a fait comme a
Governor's Island le 3 juillet 1993. Aristide
et C6dras signent pour poursuivre les
n6gociations. Mais par personne
interposde, les deux refusant de se
rencontrer.
Autrement dit, les carottes ne sont
pas encore cuites. Mais on retrouve les
memes 616ments, les memes combinaisons.
En change de son retour, le president
renvers6 accepte de former un


Mercredi 15 Juillet 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 25


Haiti: Le premier cas av6re de Grippe AH1N1 vient de la
MINUSTAH
13 juillet 2009 Un cas av6rd de grippe AH1N1 a 6td d6couvert chez un soldat de la
mission des Nations-Unies pour la stabilisation en Haiti (MINUSTAH) fraichement
d6barqu6 au pays.
Le directeur de communication de la MINUSTAH, David Whimurst, a r&vl66 a
l'Agence Haitienne de Presse (AHP) la d6couverte du virus AH1N1 chez un soldat
d'un contingent arrive au pays le 2 juillet dernier sans pour autant d6voiler l'identit6
du malade ni sa nationality.
Le cas a 6td d6couvert au cours d'une p6riode de quarantaine de dix jours a laquelle
est soumis tout nouveau contingent avant de rejoindre les autres soldats depuis le
debut de la pand6mie de la grippe porcine.
Le souffrant a &te isold dans une clinique dirigee par la Mission onusienne en Haiti, a
assure M. Whimurst. MJB/HPN

5 morts, de nombreux disparus
Le naufrage d'un bateau surcharge pres d'Haiti dans la nuit de vendredi a samedi a fait
au moins 5 morts, alors que 26 personnes ont 6td sauv6es et que les recherches pour
en retrouver d'autres ont &t6 arretees pour lajourne, selon les autorit6s haitiennes.
Cinq cadavres ont &t6 rephchds, a d6clard a 1'AFP un coordinateur local de la
protection civile haitienne, Jean-Michel Sabbat.
Les 26 personnes qui ont pu 6tre sauv6es ont &t6 conduites a l'h6pital Saint-Michel de
Jacmel, une ville proche des lieux du naufrage (Sud-est d'Haiti), a-t-il ajout6.
Le bateau, une vieille embarcationbaptis6e "La volont6 de Dieu", a probablement
chavird parce qu'il 6tait surcharge6", a indiqu6 M. Sabbat, expliquant qu'il y avait une
soixantaine de personnes a bord, pour une longueur totale de 30 pieds (environ 9
metres), mais 6galement des marchandises.
Le naufrage s'est produit entre Belle-Anse et Marigot, au sud-est des c6tes
haitiennes, selon la directrice de la protection civile, Alta Jean-Baptiste.
Les recherches qui 6taient mendes samedi pour tenter de retrouver les nombreux
disparus ont dfi 6tre interrompues pour lajourne pour 6tre reprises dimanche, a dit M.
Sabbat, expliquant que les autorit6s locales ne disposaient pas de moyens mat6riels
pour les poursuivre.
Faute d'6quipements, les autorit6s avaient demand l'assistance des pecheurs de la
region, ainsi que de la mission de 1'ONU en Haiti (Minustah), selon Mme Jean-
Baptiste.
M. Sabbat a toutefois indiqu6 que des passagers auraient pu rejoindre la c6te a la
nage, le bateau ayant could non loin du rivage.

Accident de la route
Pendant le week-end, un autobus de transport en commun fonce dans un cortege
funbbre sur la route nationale du Sud, au niveau de la ville d'Aquin, tuant sur le coup 9
personnes tandis que 30 autres sont hospitalis6es.
Les transports en commun sont responsables de nombreux accidents, roulant comme
des fous pour accomplir le plus de voyages que possible la meme journme.

Franck Cine aprbs deux ans d'incarc6ration est lib6re
L'homme d'affaires Franck Cind a &te librd&. I1 est sorti de l'h6pital du Canap6 Vert oi il
se trouvait hospitalis6 depuis deux ans, suite a une degradation de son 6tat de sant6.
Franck Cind avait &te conduit du P6nitencier national a l'h6pital. II avait 6td arr&t6 sous
l'accusation d'implication dans la faillite pr6sumbe de la Socabank, une institution
bancaire dont la gestion a &te plus tard confide a la Banque nationale de credit (BNC).
La Cour de Cassation a rendu le mercredi 8 juillet une ordonnance en faveur de la
liberation de l'homme d'affaires.
Cette decision a &td prise suite a un pourvoi en Cassation introduit par le conseil de
defense de M. Cind pour demander de casser le jugement de la Cour d'Appel qui avait
renvoyd l'affaire par devant le tribunal correctionnel et criminel.
L'un des avocats de M. Cind, Me Samuel Madistin, a d6clard que Mr Cind ne fera
aucune declaration a la presse et que fort probablement il allait partir pour l'6tranger
pour un bilan de sant6.

La commission pr6sidentielle sur la Constitution propose certaines
modifications dans la Constitution de 1987
Cette commission a soumis son rapport lejeudi 9 Juillet avec les modifications
proposes et qui concernent la question de la double nationality, celle des forces
armies, celle de la dur6e du mandat du chef de l'Etat et des s6nateurs et la fr6quence
avec laquelle les elections devraient 6tre organisdes. La commission propose que le
chef de l'6tat puisse entreprendre deux mandats successifs de 5 ans.
Concernant la double nationality, elle recommande l'appellation < haitien de
naissance > en lieu et place de < haitien d'origine >. Plusieurs articles de la
Constitution envigueur devraient 6tre supprimds, dont l'article 15 qui exige la
recherche de l'acte de naissance des grands parents pour prouver qu'on est
effectivement de nationality haitienne.
La commission souhaite, sans proposer sp6cifiquement un nom pour remplacer celui
de < Forces armies d'Haiti >, la creation d'une force publique qui serait charge de
surveiller les frontibres et renforcerait la Police nationale lors de catastrophes
naturelles.

La police tente d'elucider un brutal assassinat a Delmas 75 le 11
juillet
Delmas, le 11 juillet (alertehaiti.ht). Le cadavre d'un homme a 6td retrouv6 dans une
maison situde dans la zone de Fragneau Ville, a Delmas 75, le 11 juillet. I1 s'agit d'un
brutal assassinat, commis en plein quartier r6sidentiel, qui soulkve la preoccupation
des habitants de la zone. L'homme identifi6 au nom de Cordoba Santos Emilson, serait
de nationality colombienne et age de 31 ans, selon les pieces d'identification
retrouvees. II a ete criblk de balles. Plusieurs douilles de calibres 5.56 et 9mm ont ete
retrouvees sur les lieux.
Les circonstances du drame restent floues. Selon des voisins, les tirs ont ete entendus
vers la mi-journme du samedi 11 juillet. Unvdhicule a ensuite etd apercu laissant la
residence en trombe avec plusieurs personnes a bord.
La police a annonc6 l'ouverture d'une enquite pour tenter d'elucider ce crime. Les
details relevds sur la scene du crime semblent privilkgier la these d'un reglement de
(EN BREF/p. 14)




Mercredi 15 Juillet 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 25


Iltl ai nrmcl pu uMM un pa A cw i or c

ipr L i% rtw t( (an at I











S.... .. .. ... ...* *, * ...* S
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


S t Iha h alt4h: La t


DERNIEREHEURE SOMMAIRE
La Cour de cassation ordonne la liberation de Franck
Cine apres 2 ans de prison p.1
VISITEURSPECIAL
Bill Clintn annonce un ensemble de projets pour aider
a la relance en Haiti pp.1, 8 et 9
UNEBONNE CAUSE
17 Juillet : Marche pour l'Environnement p.1
POLITIOUEREGIONALE
Le putsch du Honduras ou Harlan County revisit p.1
ACTUALITE
Naufrage 5 morts et de nombreux disparus p.2
Accident de la route : 9 morts et 30 bless6s p.2
La Commission sur la Constitution propose quelques
modifications p.2
Assises de la cooperation decentralisee p.2
Appel du Pape s la solidarit internationale en recevant
le nom el ambassadeur d'Haiti au Vatican p.6
ECONOMIE
Le Club de Paris efface la dette d'Haiti p.3
Alklgement de la dette, quelles retombdes ? p.4
Vingt milljards pour la s curits alimentaire p.6
BONNENOUVELLE
Le Canada ne d6courage plus ses ressortissants a
voyager en Haiti p.5
ARTS & SPECTACLES
Ballet classique pour le peuple de Furcy p.9
LIBRE PENSER
Repieser l'Education civique p.11
Apathie p.12
ENVIRONNEMENT
Encore un coup de l'imperialisme p. 13

Naufrage au large
d'Anse-a-Pitre: 5 morts
et des disparus; il
s'agirait pour la plupart
de petits commergants


"Fasons route ensemble"


Page 3


Rl&$


k-, i I :A"kf%4u i lul tit Ar





Mercredi 15 Juillet 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 25


Allegement de la dette


Quelles retombees pour Haiti ?


Les conseils d'administration de la Banque
mondiale et du Fonds mondtaire international (FMI)
viennent de ddcider un allegement de la dette externe d'Haiti.
Celle-ci est de l'ordre de 1,2 milliard de dollars amiricains.
Cette decision, considdrde comme une bouffde d'oxygene
pour l'dconomie du pays en raison du poids des services de
la dette, n 'est cependantpas exempte d'effetspervers.
contribuer a faire baisser considdrablement les services de
la dette qui reprdsentaient un vdritablefardeau pour lepays.
Les quelque 50 millions de dollars ainsi economists
annuellementpourront itre utilisis vers des investissements
productifs et sociaux , comme le souligne l'6conomiste Edy
Labossibre.
Une position est partag6e par la directrice des
Operations pour les Caraibes a la Banque mondiale, Yvonne
Tsikata, pour qui l'effacement de cette dette o permettra de
digager des ressources pour accdldrer la croissance etfaire
reculer lapauvretd >>.
Ce point de vue est confirm par le ministre haitien
de l'Economie et des Finances, Daniel Dorsainvil, qui qualifie
cette decision d'ctape positive importante pour le pays.
L'allegement de la dette, dit-il, onouspermettra d'investir dans
des programmes de croissance dconomique et de reduction
de la pauvretd o.
Toutefois, l'obtention de cette reduction a 6td
conditionnde entre autres par l'adoption de r6formes oayant
pour objectifd'dtablir un environnement macrodconomique
plus stable o. Le pays a 6galement o renforce son
administration fiscale et douaniere o. Et selon la Banque


mondiale, o malgre un environnement difficile marqud par
des catastrophes naturelles majeures, Haiti a mis en aeuvre
un certain nombre de reformes qui visaient a stabiliser la
situation macrodconomique >>.
L'allegement de la dette a eu aussi pour corollaire
des mesures sociales passant par la mise en ceuvre de la
stratigie nationale de reduction de la pauvreted Inscrite
dans le Document de la Strat6gie Nationale de Croissance et
de Reduction de la Pauvret6 (DSNCRP), celle-ci propose une
analyse concrete de la situation de m6me que les moyens
pouvant permettre d'y rem6dier.
En effet, l'exclusion et l'extr6me pauvret6 frappent la
majority de la population. Quelque 60% d'entre elle subsistent
avec moins de US$ 1 par jour. Quant aux paysans, leurs
conditions de vie ne cessent de s'aggraver.
De m6me, des 62,5% de la population du pays, qui
sont disperses a travers le milieu rural, 35% souffrent de
malnutrition. Parmi elle, 23% en souffrent de manibre chronique.
Certains groupes de la population, a savoir les femmes, les
enfants, les personnes handicap6es et les personnes Aiges
sont trbs vulndrables. Seulement 3% de la population
b6ndficient d'un regime d'assurance sociale.
Concretement, les pouvoirs publics ont pour
obligation de consentir un accroissement significatif de leur
budget d'6ducation de telle sorte que plus de 50.000 enfants
suppldmentaires puissent aller 1l'6cole. Pour cause, l'offre
scolaire est inadequate a tous les niveaux d'enseignement en
Haiti. Et en milieu rural, la situation est plus critique.
Quelque 23 sections communales n'ont aucune cole


et 145 n'ont pas d'6coles publiques. Selon des donndes
publides en 2004 par l'Institut haitien de Statistiques et
d'Informatique (IHSI), au niveau primaire, la population
d'enfants Ag6s de 6 a 12 ans non scolaris6s s'leve a 558.163,
soit 37,7% de la population scolarisable.
Le pays se doit aussi d'avoir un budget de sante
significatif. II devra mettre en ceuvre des mesures de prevention
contre le Sida et la rougeole, et parvenir a l'extension de la
vaccination contre la dipht6rie, le t6tanos et la poliomydlite.
Dans la foulde, le Canada a d6cid6 l'annulation de la
totality de la dette du pays a son 6gard, qui s'dlevait a 2,3
millions de dollars, soit $US 1,9 millions. o Les ressources
financires pricieuses qui seront libdrdes pourront itre
mieux employees a combler lesprioritis d'Haitiplutot qu '
rembourser des dettes o, a d6clard le ministre des Finances
canadien, Jim Flaherty.
Cependant, si l'effacement des dettes permettra a coup
sfir au pays de rdorienter les fonds ant6rieurement consacr6s
a payer les services de la dette, cette mesure, pour plus d'un
6conomiste, a aussi des consequences negatives. Aussi, pour
Edy labossibre, le pays, pendant un certain temps, sera exclu
des pr6ts auprbs des institutions multilat6rales comme la
Banque mondiale et la BID. Il ne pourra se contenter que des
dons.
Ceci, a son avis, constitue un problkme 6pineux car
les dons en g6ndral sont peu 6lev6s tandis que les travaux
d'infrastructure n6cessitent d'importants capitaux. Autres
effets pervers, le pays va souffrir d'un d6faut de cr6dibilit6 sur
le march international lorsqu'il devra solliciter des pr6ts.


I. d.tte cVtUricure d'lLarti



""Copyrighte'dMaterial1t



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.
Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenet pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la \i
founi yon baz kominikasyon ki M
pbmbt klyan an jwenn tout 4O -,I P S W 4 W J- IF TPr
enf6masyon li bezwen sou transpb -.
pa avyon, sou lanmb ak ate, fe
rezbvasyon pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe tout bagay pi fasil pou klyan
an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesonel" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes
Devlopman.
MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon yo e pou
yon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an
yon eI O"e-Stop-Sh ., sa vie di nou vie ofri li plizyc solysyon o chwa avyon,
baton os rquit se machandiz pou ekspbtasyon, kit se pou enptasyon.
a kapini yo, Amerijet pral introdui lo avantaj sou iwebsite li a. Pamela
Robbins Uo y0o i enters nan olo a c n bae1 plis
ekspansyonce e t. p in lnto o a..a ans
Amerijet International, I uni sevis entenasyonal konple e sou tout f6m
- pa avyon, pa bato ak atL.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenet la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


:reanciers du Club de Paris

1 effacent la totality de la dette


engages a titre bilateral" a annuler 152 millions
de dollars suppl6mentaires, precise le
communique, appelant les autorit6s haitiennes
a favoriser "une croissance 6conomique
soutenue et durable".
Parmi les membres du Club de Paris,
l'Allemagne, la Belgique, le Canada, le
Danemark, 1'Espagne, les Etats-Unis, la
France, l'Italie, les Pays-Bas et le Royaume-
Uni ont particip6 a l'annulation de la dette


d'Haiti.
La dette ext6rieure publique totale de
la R6publique d'Haiti 6tait d'environ 1,8 milliard
de dollars en valeur nominale fin septembre
2008, selon le communique.


Slo die
1 03. 3 fm
14M1,, .


11638 NE 2nd Ave.
Miaml FL 33160
Tel. 305-394-6118


Catering Speciast
Cakes, Pastries. Hor d'Oeuvres
for all occiuons


Page 4


P NPlus Bakery, I.
NATURAL JUICe





Mercredi 15 Juillet 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 25


LE CANADA NE DECOURAGE PLUS


SES RESSORTISSANTS A VOYAGER EN HAITI


Saurons-nous repondre au defi economique ?


Page 5


PORT-AU-PRINCE, 12 Juillet Nous assistons a la
mise en place des divers 616ments d'un puzzle qui autrefois
ouvrit au pays la voie a dix annees d'une reprise economique
(1971-1979).
C'6tait quelques annees avant la mort du dictateur
Franqois << Papa Doc >> Duvalier.
Devenu pour les Etats-Unis un acteur incontoumable
et impitoyable dans la lutte contre le communisme dans la
region, Duvalier avait droit a une certaine recompense.
L'administration rdpublicaine de Richard Nixon
d6cida de faire un geste. Celui-ci consista dans la lev6e de
l'interdiction officielle de voyager en Haiti.
Cette mesure remontait aux annees Kennedy. Vers
1963, l'animosit6 du president John Kennedy a l'endroit de
Papa Doc 6tait a son comble. Mais le president americain est
assassin la meme annie a Dallas (22 novembre 1963).
Son successeur Lyndon Johnson eut d'autres chats
Sfouetter, principalement la guerre du Vietnam.
L'administration suivante du rdpublicain Richard
Nixon envoya son vice-pr6sident, le milliardaire Nelson
Rockefeller, envisite officielle en Haiti enjuillet 1969.
Peu aprbs le retour de ce dernier, la mesure
d6commandant les voyages en Haiti pour cause d'ins6curit6
fut lev6e.
Les touristes am6ricains et canadiens afflubrent
(malgr6 les Tontons macoutes) comme au bon vieux temps.
Haiti avait &t6 un point central du tourisme dans la Caraibe
jusqu'aux turbulentes elections de 1957 qui virent l'accession
de Duvalier.
Les touristes revinrent comme par magie. Puis sur la


meme lance, les investisseurs de la sous-traitance. Entre-
temps le tyran mourut mais pour etre remplac6 par son fils
Baby Doc en 1971.
<< Faire preuve d'une grande prudence >>...
La semaine demiere, le Canada a d6cid6 de modifier
son avis concemant les voyages en Haiti en le faisant passer
du niveau 3 (< Eviter tout voyage non essentiel >>, cause de
l'ins6curitd) au niveau 2 (< Faire preuve d'une grande
prudence >>).
On s'attend que les Etats-Unis prennent une decision
similaire.
Saura-t-on en tirer les memes avantages qu'autrefois
Duvalier ?
Comme toute disposition bureaucratique, cela ne va
pas tout seul.
A l'ext6rieur c'est un signal que le pays en question
est << safe > pour y entreprendre des affaires.
Mais cela comprend aussi des dispositions a
entreprendre dans le pays meme. Sur le terrain.
I1 ne faut pas que la s6curit6 invoqude se r6vele etre
un leurre. Ni surtout que le climat politique se remette a se
d6t6riorer pour replonger le pays dans le meme chaos.
La m6thode choisie sous l'actuelle pr6sidence de
Rend Pr6val est la < reconciliation nationale >. Mais celle-ci,
comme toute politique, a ses limites. La grande majority ne
doit pas rester avec le sentiment constant que c'est elle qui
doit faire les frais de ladite reconciliation.
I1 importe done que celle-ci produise ses fruits. Et
avant qu'il soit trop tard.


Beaucoup s'en fichent ...
Mais d'abord il est essentiel que tous les acteurs
impliqu6s (politiques, 6conomiques, soci&te civile etc) soient
pleinement conscients de l'enjeu et aient la ferme volontW
d'entreprendre ce qui est n6cessaire, de jouer leur partition.
Car la grande difference est que les Haitiens doivent
prouver aujourd'hui qu'ils m6ritent de vivre dans un system
autre que le pouvoir totalitaire (et cleptomane) des Duvalier.
Et cela, en se montrant capables de faire aussi bien sinon
mieux que ces demiers.
Or chez les acteurs aussi bien politiques que
6conomiques, il y en a beaucoup h6las qui s'en fichent comme
de l'an quarante. Aujourd'hui comme hier.
La population le leur rend bien qui a boud6 les
dermires elections s6natoriales.
Conclusion : il faut restaurer une certaine cr6dibilit6
politique avant des prochaines competitions 6lectorales plus
importantes.
Sur le plan 6conomique aussi, il faut restaurer une
certaine confiance. Et peut-6tre que le d6bat sur le salaire
minimum nous en foumit une opportunity.
Dans le cas contraire, nous aurons prouv6 que seul
un retour a la dictature absolue et a l'ali6nation de tous nos
droits est capable de relever un tant soit peu ce pays. Voire
l'empecher de disparaitre. Mais c'est un cercle vicieux. Car
c'est la dictature qui a enclench6 le processus de disparition.
Ou le totalitarisme abject ou l'occupation 6trangere !
Haiti en Marche, 12 Juillet 2009


S jfte"Copyrighted Material jf.
0, 6 6 1 %. -.. *


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"




Franck Cine libere apres deux ans, ___

qu'est-ce que 1'Etat y gagne ?
(FEs de lr page) Et qu'est-ce que cela rapporte a l'interet public de


DMs le d6but, beaucoup ont plaid pour que le PDG
de Haitel soit admis a rentrer chez lui et continuer a administrer
ses affaires et en meme temps que l'Etat lui fasse rendre
jusqu'au dernier sou ce qu'il doit au trdsor public si c'est le
cas.
Mais la loi haitienne ne permet pas la liberation
conditionnelle ni la residence surveill6e.
Cependant d'autres, et non des moindres,
b6ndficiaient dans le meme temps d'une mesure semblable a la
remise en liberty conditionnelle refuse ailleurs.
DMs lors comment savoir ou est la v6rit&. Ou est la
vraie justice s'il y en ajamais eu une dans ce pays !
Le dossier Cind traina ainsi deux anndes devant le
tribunal de premiere instance, puis la Cour d'appel ...
Puis, tout a coup, on apprend la semaine dernibre
que la Cour de cassation, la plus haute instance, a ordonn6 sa
liberation. Sans aucune autre explication.
Et si aucun autre motif n'a &t6 retenu contre lui, dit
l'arret de la cour.
Vendredi, Cind a &t6 remis en liberty. Sans plus de
commentaires.
Qu'est-ce que l'Etat gagne au change ? L'accusation
a &t6 rejet6e. Les accuses blanchis. Si d6toumement il y a eu,
qui remboursera la caisse publique ?


garder en prison pendant deux longues anndes des accuses
dont l'accusation sera cass6e en dernire instance au bout
d'un processus sans aucune transparence au debut, au milieu
ni a la fin (et alors qu'on le sait a l'avance), et enfin qu'une
stricte application des lois fiscales, meme en dermire minute,
aurait permis de renflouer un tant soit peu la caisse publique.
<< Les Com6diens > de Graham Green jou6 dans le
pr6toire !
Difficile done de ne pas s'interroger sur le long
emprisonnement de Franck Cin&. Car il n'a en rien profit a la
Soci6td, puisque c'est en principe a quoi cela rime, ladite
Societ6 devant rechercher le jugement equitable et la
condamnation des accuses, non la punition pour la punition.
Justice mal assortie, justice corrompue, justice aux
ordres ou rnglement de comptes ?
Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince

Chaque matin, captez

Melodie Matin

sur 103.3FM


CONTACT US
TOLL FREE: 1-888-383-2856
OR. 3 05-620-8300
FAX 305 -620-8332
CELL. 305-986-8811


FICHE D'ABONNEMENT A HAII EN MARCHE


CoaU tpi* eixMis


Ha ti
Etats Unis
Canada
Europe
Am6ique Latine


Gdes 260.00
_ US $ 40.00
SUS $ 42.00
_ US $ 70.~00
_ US 70.00


I Cap r i' nIA


Gdes 520.00
_ US $ 78,00
US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans Ie cas d'un ambonnment
avec livralson, tI cout est le double.
PrfI& do specifier st vous Ates
un nouvel abonn6
ou sll s'aglt d'un renouvellennt


Nouveau
U E


Renouvellement

ELI


Nom
Adresse





Mercredi 15 Juillet 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 25


ENVIRONNEMENT


Vendredi 17 Juillet: Marche ou Creve !


reste embl6matique mais il y a eu Fonds Verrettes ras6e de la
carte, Mapou ensevelie comme Pomp6i aprbs l'6ruption du
volcan, puis Miragoane, et meme le quartier historique de
Jacmel.
Oui, le vrai coup de theatre, le veritable &v6nement
(au sens 6tymologique du mot) c'est que tout le pays se trouve
d6sormais log6e la meme enseigne, menace de disparition,
aux quatre points cardinaux, aussi bien Ennery au nord que
les Cayes et Port-de-Paix ...
Lokoto ou fR to ou. Tout le pays bascule dans le
n6ant.
Un suicide collectif ou un riveil collectif ?

Mais voici que Port-au-Prince se met aussi de la partie.
Des batiments qui s'6croulent d'un jour a l'autre comme
chateaux de carte. C'est une autre forme de manifestation du
meme phlnombne. Contrairement aux cyclones, le Morne
L'H6pital ne nous en protege pas. Des batiments qui
s'effondrent ensevelissant tout ce qui est a port6e. Plusieurs
centaines d'enfants et leurs professeurs enterr6s vivants.
Construites pratiquement sur du sable mouvant, autrement
dit de la terre a peine remblayde premieree violation), ces
constructions abritent des 6coles : pire qu'une violation un
crime, et un crime dont les autorit6s responsables portent aussi
la responsabilit6 (sans vouloirjouer sur les mots) pour n'avoir
pas rempli leur responsabilit6 qui est de mettre un frein a cette
folie destructrice. Mais sans mauvaise intention, soit. C'est la
misbre la seule responsable. Etvoilh le pibge. La misbre excuse
tout. Un suicide collectif. VoilW.


C'est done le choix qui se pr6sente aujourd'hui devant
nous. Un suicide collectif ou un reveil collectif ?
Malheureusement on n'a pas le choix. Si nous osons
dire, c'est MARCHE ou creve Ca aurait pu etre le slogan de
cette demarche duvendredi 17juillet.
Car nous n'avons pas le droit de d6cider la
condamnation de ce pays pour lequel nos ancetres ont vers6
leur sang et dont nous sommes aujourd'hui les d6positaires
mais seulement au nom des generations futures.
La Nation est avertie ...
Comme disait l'autre : la Nation est avertie Mais ce
qu'il faut c'est que chacunjoue d6sormais sa partition.
I1 faut exiger quotidiennement des pouvoirs publics
qu'ils exercent quotidiennement eux aussi l'autorit6 dont ils
sont charges par la Constitution, par les lois et par la coutume
(et par la nature tout simplement, celle dont on dit qu'elle a
horreur du vide) pour d6fendre ce qu'on appelle en franqais
l'environnement mais que le creole traduirait par << bday >.
Imaginez une maison sans < bbday > que la plus petite pluie
ou que le moindre coup de vent emporte ...
Eh bien, l'environnement c'est tout le pays comme
une grande maison sans << bday > et qui a la moindre petite
pluie s'en va aussi et avec nous tous.
L'environnement ce ne sont pas des
d6dommagements pour les victimes de l'effondrement de telle
cole ou telle autre, ceci c'est une autre histoire.
L'environnement ce ne sont pas uniquement les
travaux de curage et de reconstruction des bassins versants
dans les hauteurs dominant les villes et les plaines ravages


r6gulibrement par les flots livrds a eux-memes.
C'est n6cessaire et meme aujourd'hui vital mais ce
n'est pas tout.

Appliquer les lois...
L'environnement c'est avant tout appliquer les lois y
relatives.
Mais comment demander aux pouvoirs publics
d'appliquer des lois que nous passons notre temps a violer de
bon coeur. Soi-disant la misere en est la cause.
Eh bien, c'est l'autre aspect de la marche de ce
vendredi 17 juillet. Oi est notre participation a Nous ? Jouer
aussi notre partition.
Jouer aussi votre partition: on ne vous demandera
peut-6tre pas d'aller d6noncer au poste de police le plus proche
toute violation dont vous aurez &t6 t6moin (alors que le poste
de police en question devrait exister une police
environnementale et qu'il n'existe pas) mais quand l'Etat se
decide enfin a appliquer une mesure importante comme la mise
a l'abri du Morne Gamier dans les hauteurs de la capitale, ou
a chasser les destructeurs-d6boiseurs-voleurs et meme tueurs
du Parc La Visite (a la Foret des pins), votre devoir c'est
d'appuyer de telles decisions de toutes vos forces.
Dans ce domaine au moins, < leta se nou, nou se
leta >.
Et aussi < se m&t k6 ki pou veye k6 >.
Voici le sens de la marche pacifique de ce vendredi 18
juillet. C'est Marche ou nous creverons tous Ce que aucun
de nous ne souhaite pour ses enfants.
MIlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


r trir i tm alnnt


"Copyrighted Material



Aail m SyndicatedCaontent Pv


Available from' Commercial News Providers"


www. melodiefmh aiti. cor


Page 6


Melodie Matin
Sur


elodie
10 3.3 f





Mercredi 15 Juillet 2009 MIAMI-DADE COUNTY Page 7
HaftienMarche VolXXIII N I MIAMI-DADE COUNTY -Page 7

MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
VIZCAYA MUSEUM AND GARDENS TRUST
PHASES 2 AND 3, GOB DESIGN AND CONTRACT ADMINISTRATION FOR THE REHABILITATION OF VIZCAYA'S MAIN
HOUSE, GARDENS, AND THE VIZCAYA VILLAGE, AND THE SCHEMATIC DESIGN OF PHASE 4, ESTABLISHMENT OF A
NEW VISITORS' CENTER AND UNDERGROUND PARKING GARAGE
OCI PROJECT NO. A09-VIZ-01 GOB
AGREEMENT NO.GOB-290-002

The Vizcaya Museum and Gardens Trust (Trust), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the County Code, Administrative Order 3-39 and in accordance with
County Ordinance Ref.: 98-112, File Number 982377, announces that professional architectural and engineering (A/E) services will be required for the Phases 2 and 3, GOB Design and Contract
Administration for the Rehabilitation of Vizcaya's Main House, Gardens, and the Vizcaya Village, and the Schematic Design of Phase 4, Establishment of a New Visitors' Center and
Underground Parking Garage.
The general project scope is defined as Phases 2, 3 and 4 of a larger scope of work that is included in provisions for the General Obligation Bond Project 290 for Building Better
Communities: Restoration and Enhancement to Vizcaya Museum and Gardens, Village and the Creation of a new Educational Center. This scope of work also includes items noted in a "Master
Plan Narrative" and any ancillary tasks related to the scope of work.

PHASE 2 : At the Vizcaya Museum and Gardens Main House, the scope of work for this contract includes the rehabilitation of the approximate 49,000 square feet of the Main House, Historical
Gardens, Estuary and Rockland Hardwood Hammock, and adjacent grounds. The scope of work will include research, studies, materials testing, abatements, recommendations, design, specialty
consultants, and contract administration. It is anticipated that Vizcaya Museum and Gardens will remain operational during all or most of this work. Phase 2 of this project is to be separated into
four Tasks as follows:

PHASE-2 TASK 1: "Fast Track Construction for Main House Envelope" (GOB Site #73278)
will be executed as a fast track project for the schematic design and the design and contract administration required to protect the building and its contents (though the exact scope and timing of
this Task will be developed in conjunction with the Architect/Engineer to ensure an appropriate sequence). The scope will include all work associated to complete an Interior Environmental and
Climate Control Study, Structural Repairs for the 40-Year Certification, Atrium Skylight Replacement or Alternative, Roof Replacement and Roof Structure Reinforcement, Lightening Protection,
Exterior Window and Door Restoration and Reinforcement for Impact, Roof Rain Water Recovery System, Exterior Key Stone Facade Restoration and Exterior Painting.

PHASE-2 TASK 2: "General Requirements for all Phases and Restoration for Main House" (GOB Site #73279)
includes all work associated with the General Study, Recommendations, which will include the schematic design, the design and contract administration for Life Safety Compliance Upgrades,
Interior Upgrades for ADA Access, replacement of the Ticket Booth and Pergolas, Entry Road improvements with the addition of a Pedestrian Walkways, Site & Parking Lighting, Site Drainage,
Visitor & Accessible Parking improvements, upgrades/replacement of Electrical Systems, Fire Alarm improvements, Fire Suppression replacement, Security System improvements, total
replacement of HVAC System with a new Relative Humidity Control System, Domestic Water and Gas Piping replacement, refinish Pool & Replace Pool Equipment, restoration of interior
Historical Finishes (such as Floors, Walls, and Ceilings), and Integral Artwork (such as Mounted Light Fixtures, Wallpapers, Mounted Canvases and Sculptural Building Elements), interior
Window Treatments, replacement of Interior Visitor Barriers and Display Lighting, conversion of some Staff Offices back to Historic Display, creation of Interim Archival Room, restoration of
Exterior South & East Terraces and procedures for handling Historic Objects & Furniture.

PHASE-2 TASK 3: "Historic Gardens and Casino Mound Restoration" (GOB Site #73280)
includes all work associated with the schematic design, the design and the contract administration for site improvements, restoration of the Casino Building, Restoration of the Formal Gardens
Walls & Steps which includes Accessibility Improvements, restoration of Ornamental Metal Gates & Railings, Exterior & Formal Gardens Electrical System replacement, replacement of
Landscape Lighting & Area Lighting, replace Irrigation System, add Drainage to Gardens, restore Fountains and Fountain Pumping Systems, replace/restore Landscaping in Formal Gardens, add
textured Walkways in Gardens, Restore Marine Garden & Bridge, Restore Fountains, Balustrades & Urns, Install New Perimeter Security Fence and restore/replace Historic Pedestrian Benches.

PHASE-2 Task 4: "Seawall, Barge and Natural Areas Restoration" (GOB Site #73281)
includes all work associated with the schematic design, the design and contract administration for the Historic Seawall restoration, Docking Accessories, restore Barge Masonry Sculptures,
Summer House & Water Features, restore Shoreline Beach, restore Tea House, restore Mangrove Estuary, restore Hardwood Hammock, new Green House, new Lawn Equipment Storage Facility
& Maintenance Staff Toilets, new service Road Rock Bridge Guard Rails, add new & up grade nature trails with resurfacing and the addition of lighting.

PHASE-3 Task 5: "Restoration of Vizcaya Village" (GOB Site #73282)
includes all work associated with the schematic design, the design and contract administration for the Rehabilitation of the Vizcaya Village which will include a complete Upgrade of Site Utilities
along with Drainage and Pavement improvements, the Rehabilitation of the Historical Landscape with the addition of Irrigation, the Rehabilitation/Adaptive Reuse of the Historical Structures
such as the Superintendent's House, Staff Residence, Dairy Building, Mule Stable, Carriage House and Poultry Barn.

PHASE-4 Task 6: "New Visitor Center, Education Center and Underground Parking Garage" (GOB Site # 75280)
includes the schematic design of a new Visitor and Education Center on the site of the current Miami Science Museum, rehabilitation of the Paint/Carpenter's Shop Building, along with new
Landscape Design and Parking (surface or underground). An alternate for a new Pedestrian Tunnel beneath South Miami Avenue will be considered as an option. This task will include the
schematic design only.

NOTE: It is the intent of the Vizcaya Museum and Gardens Trust to bid, award and commence construction of Phase 2, Task 1 at the earliest possible time. No delays or interruptions in the
design of Phase 2, Task 1 shall be acceptable due to delays in Phase 2, Tasks 2, 3 or 4. The A/E should consider that the design documents for Phase 2, Task 1 may be required to be separate from
Phase 2, Tasks 2, 3 and 4.

Further to the preceding, the separation of the design and permitting for Phase 2, Task 2 from Phase 2, Tasks 3 and / or 4 may become necessary due to required time to complete design
of Tasks 3 and 4.
The Architect/Engineer should take into consideration the aforementioned for all aspects of this agreement specifically regarding the work required for the assembly of the construction
contract documents.
Proposers should take into consideration the aforementioned when providing a response to this solicitation regarding the assembly of the contract documents.
One qualified consultant (team of firms) will be retained under a non-exclusive Professional Services Agreement (PSA) with an effective term of two thousand three hundred and eighty
four (2,384) calendar days

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS
14.00 Architecture (PRIME)
18.00 Architectural Construction Management (PRIME)

3.01 Highway Systems Site Development and Parking Lot Design 10.10 Environmental Engineering Coastal Processes and Ocean Engineering
3.02A Highway Systems Tunnel Design 11.00 General Structural Engineering
3.04 Highway Systems Traffic Engineering Studies 12.00 General Mechanical Engineering
3.06 Highway Systems Traffic Calming 13.00 General Electrical Engineering
3.07 Highway Systems Traffic Signal Timing 15.01 Surveying and Mapping Land Surveying
3.09 Highway Systems Signing, Pavement Marking, and Channelization 16.00 General Civil Engineering
3.11 Highway Systems Signalization 20.00 Landscape Architecture
6.01 Water and Sanitary Sewer Systems Water Distribution and Sanitary Sewage Collection and 22.00 ADA Title Consultant
22.00 ADA Title II Consultant
Transmission Systems
10.01 Environmental Engineering Stormwater Drainage Design Engineering Systems

A copy of the Notice To Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the Office of Capital Improvements
Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1st Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for the unit is (305) 375-2307 and (305) 350-6265. A
solicitation notification will be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-mail address in their vendor registration form. It
will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http://www.miamidade.gov/oci/ae.asp, at the following link
"Solicitations On-Line."
The Consultant Coordinator for this project is Faith Samuels who may be contacted via e-mail at fty@miamidade.gov, fax: (305) 350-6265 or phone: (305) 375-2774.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS
One (1) Agreement 22% Community Business Enterprise (CBE) Goal

A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on August 4, 2009, 2009, at 10:00 A.M. in the Conference Room 18-3, 18th Floor of the Stephen P. Clark Center, located
at 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE ENCOURAGED to attend.
Deadline for submission of proposals is September 9, 2009 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received at Miami-Dade County, Clerk of
the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL
ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE CONSIDERED.
This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code, as amended. Please review Miami-Dade County
Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.





Mercredi 15 Juillet 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 25


Bill Clinton confronted a la dure reality haitienne


Les pieds dans la boue, le visage en sueur sous un
soleil de plomb, l'ancien president amdricainBill Clinton s'est
confront cette semaine aux Gonaives, ville sinistr6e du nord
d'Haiti, a la dure r6alit6 d'un pays qu'il compte
bien aider a se relever.
< c'est important, et je vais essayer d'acc6l1rer
l'aide et de m'assurer qu'elle est dirig6e vers les
projets prioritaires pour Haiti>>, a declare mardi
Bill Clinton, r6cemment nomm6 envoy special
de 1'ONU pour le pays.
d'Haiti>, a-t-il toutefois conc6ed au terme de sa
visite, qui l'a 6galement conduit dans les
quartiers pauvres de la capitale, Port-au-Prince.
< coordonner l'aide de la communaut6
internationale promise a Haiti. Nous avons
besoin de plus d'un milliard de dollars>, a
soutenu le president haitien Rend Prdval, qui
accompagnait son h6te dans les rues boueuses
des Gonaives. < aider a faire venir des investisseurs priv6s en
Haiti>, a-t-il ajout. Bill Clintol

Clinton annonce aux

Gonaives un ensemble

de projets en vue d'aider

au developpement du pays
(ooo su ite de la l1re page)
fonds promis (350 millions de dollars) a la conference des
bailleurs en avril dernier par rapport aux besoins d'Haiti. II a
tenu a souligner que la mission de Bill Clinton consistera a
coordonner l'aide aHaiti".
Bill Clinton n'a pas 6td d6sign6 envoy special pour
gouvemer Haiti, a-t-il dit, soulignant que c'est un bureau
coordonn6 a Port-au-Prince par l'ancien ministre des haitiens
Vivant a l'Etranger, Leslie Voltaire, qui fera le lien avec celui de
M. Clinton a Washington.
La delegation qui a accompagn6 les presidents Prdval
et Clinton aux Gonaives, 6tait compose entre autres des
ministres de la sante, DrAlex Larsen, de l'Agriculture, Joanas
Gud et de l'Int6rieur, Paul Antoine Bien-Aime.


Al Km 77, Cote des Arcadins. Montrouis,
just one 1 hour drive from the
Port-au-Prince International Airport,
Moulln Sur Mer welcomes you
to Its magical world
for a memorable and unique vacation time:

600 feet of white sandy beach
A Beautiful colonial setting and scenery
Sumptuous Seafood and Creole Buffets
Varied week-end musical ambiance


Summer Specialities
Saturday Night Show I Troubadours
Balltoom dancing / Band animation
Open air barbecue, "Paradise' cocktlls,
etc .,

Other Amenities :
Aqua gym, Tennis, Racquetball.
Ping Pong, mini-golf, beach volley
Kayaks, CINE CLUB on giant screen TV

THE OGIER-FOMBRUN MUSEUM
Kids / Specials :
Playground Sports Swing Bicycles
Fresco Ice cream Daycare Service ..-


INFORMATION & RESERVATION:
011(50922-23-1124 22-22-1918 37-01-1 918
sale mouli er.com I info@oulinsumr.com


Alors qu'il prenait parfois la tete du cortege de
fonctionnaires de 1'ONU et des cadres haitiens qui
l'accompagnaient dans cette ville ravage par une s6rie de


n et Rene Preval visitant un h6pital aux Gonaives (photo Marco Dormino)


afin non seulement de cr6er de nombreux emplois, mais aussi
de minimiser les dommages>, a-t-il declare, apres avoir visit
les travaux de curage de la riviere La Quinte, dont les eaux en
crue s'6taient d6vers6es sur la ville.
Les Haitiens semblent esp6rer
beaucoup de l'ancien president, a l'image de
Jocelyn, 30 ans, qui a suivi le cortege en
brandissant au-dessus de sa tete deux petits
drapeaux, un americain et l'autre haitien. souhaitons que les Am6ricains prennent les
choses en main ici. Nos dirigeants ne font rien et
ne se soucient pas de nous>, a-t-il d6nonc6
avant de crier: >
Sur son passage, des centaines
d'Haitiens ont applaudi M. Clinton pour sa
premiere visite en tant qu'envoyd special de
l'ONU et lui ont tendu des affiches qui
reclamaient du travailsb, de > et
des soins.


< besoins et travailler avec les autorit6s d'Haiti
dans le but de les assouvir>, a affirm M. Clinton
apres avoir visit le seul h6pital des Gonaives,
installed dans un hangar depuis le passage des


temp6tes tropicales et d'ouragans meurtriers 1'ete dernier, M. ouragans 1'Fet dernier.
Clinton, v6tu d'unjean et d'un t-shirt, a visit les chantiers en < cours. mettre au travails, a declare M. Clinton en conclusion de sa
<

"Nous sommes la


pour identifier les besoins"


L'Envoy Spicial des Nations Uniespour Haiti, Bill
Clinton, accompagne du president Rene Garcia Prival et
du Reprdsentant special Adjoint Principal du Secrdtaire
gindral des Nations Unies en Haiti, Luiz Carlos da Costa, a
effectue une visite de terrain aux Gonaives, ce 07juillet.
L'occasion pour l'ancien president amiricain de constater
l'avancement des travaux de fortification de la ville. Bill
Clinton en aprofitd pour digager les contours de sa mission
enfaveur du pays.
Le president Bill Clinton connait Haiti depuis 34 ans.
Et pourtant, c'est la premiere fois qu'il s'est rendu dans la Cite
de l'Ind6pendance. Sur place, il a precise : : ma mission est
avant tout d'apporter mon appui aux autoritis haitiennes


selon les plans dlaboris par
le gouvernement haitien. II
s'agit surtout de faire en
sorte que la grande partie
des financements permette
la creation d'emplois en
faveur des populations
haitiennes, en vue de brtir
une dconomie solide et un
systeme dducatif et de sante
performants. o
De poursuivre,
l'Envoyd Special des Nations


Unies pour Haiti a soulign6 que o ce que nous devonsfaire,
c'est de mettre ensemble ces engagements et les plans de
ddveloppement du gouvernement haitien. Et ensuite,
organiser les interventions enfonction desprioritis o. Aussi,
a-t-il assure qu'il dispose d'une liste des engagements pris
par les pays et diverses institutions en faveur d'Haiti.
Le president Clinton a par ailleurs fix6 des objectifs a
court terme. oNous allons essayer de crier entre 150.000 et
200.000 emplois l'anndeprochaine, construire un bon rdseau
routier afin de permettre aux paysans d'dcouler leurs
productions sur les marches, relancer l'agriculture et
renforcer les travaux rdalisis dans les domaines de
l'dducation et de la santd. Ma mission est d'organiser tout


ceprocessus et de lefaire avancer rapidement o.
Des pr6cisions corrobordes par le chef de l'Etat
haitien, Rend Preval. < Leprdsident Clinton est ici pour voir
dans quelle mesure ilpeut apporter sa contribution dans les
domaines de la santd, de l'dducation, du reboisement et des
infrastructures routieres o, a-t-il expliqu6.
Cette visite de quelques heures a aussi permis a
l'Envoyd special des Nations Unies pour Haiti de toucher du
doigt les r6alit6s des Gonaives. En effet, a bord d'un minibus
du Conseil National des Equipements (CNE) pilot par le chef
de l'Etat, Clinton a &te conduit sur les chantiers de protection
de la ville, ce a la grande satisfaction des Gonaiviens qui ont


UCALLDIREK

your global connection

www.calldirek.com / 1-866-673-4735


Page 8


A Magical Summer in "Paradise"
From July 1" to September 30" 2009


Conc g4 deryov...

RATES PER PERSON PER NIGHT 3 meals Inc.
Frvm July I" to Sep. 3(k 2009

PKG Double 3jl 14 5 ti11
ms up W
IMt B5 Ipp 59 Ipp 30 rpp
2 ts 82/pp 590pp 3o0pp
3 m. BOfpp 57 Ipp 27 fpp
4 Ns 7T8 pp 57 Ipp 27 lpp
5 mW 75 Ipp 57 Ipp 27 Ipp
Kids (0 to 4) Stay Free
(Add Kid meoal
+10% Taxes

Other Facilities :
SALLE 1804: a 200 SEAT AUDITORIUM
Conference and Wedding Center
The Oratory for wedding ceremonies
High Speed InternetAccess...


--I


t wlalt


AG~b


otfAK





Mercredi 15 Juillet 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 25


"Nous sommes la pour identifier les besoins"


longuement ovationn6 les deux personnalit6s.
80% des digats enregistris l'annie derniere dtaient
provoquis par l'eau, contrairement aux Etats-Unis oi ils
ont ite causes par le vent. C'est ce qui explique le choix du
president d'engager beaucoup d'argent dans l'achat des


Bill Clinton rencontrant le secteur patronal haitien

iquipements et laformation des agents qui travaillent sur
pres de 17 chantiers a travers lepays o, a d6clare Bill Clinton,
apres avoir vu a l'ceuvre les multiples engins de la CNE.
Et l'ancien president de faire observer que qui estfait au niveau de la rivibre (Laquinte) est excellent.
C'est la bonne demarche pour iviter que de tels digats ne se
reproduisent o.
I1 importe de noter que les travaux de protection de la
ville des Gonaives portent, dans un premier temps, sur la
rectification de la rivibre Laquinte. Celle-ci devait 6tre l6argie
de 40 metres contre sept metres de profondeur. L'engagement
de l'Etat haitien dans ces travaux s'1~lve a 10 millions de dollars
am6ricains. L'Union europ6enne y contribue a plus de 5 millions
de dollarL'ambiance a &t6 tout aussi chaleureuse a l'H6pital


de secours des Gonaives, un ancien entrep6t qui remplace
l'h6pital La Providence, le principal h6pital du d6partement,
ravag6 par les cyclones Hanna et Ike de septembre 2008.
La, l'Envoy6 special de 1'ONU et le president Preval
ont touch du doigt les dures r6alit6s : locaux inadapt6s et
insalubres, chaleur suffocante, espace 6troit. Bref, il manque


(Marco Dormino)


d'un nouvel hopital qui va remplacer cette structure
provisoire o, a-t-il d6clar6, sur un ton plut6t optimiste.
Ren6 Pr6val et son h6te ont ensuite d6pos6 une gerbe
de fleurs au Memorial des victimes des catastrophes naturelles,
une ceuvre construite par la Mairie des Gonaives au lendemain
des cyclones de l'annie derniere, qui avaient fait environ 500


L envoyd special de 'ONU visitant un centre de recyclage de dkchetsfinancd par la
Minustah a Carrefour-Feuilles, une banlieue de la capitale (M.D.)


presque tout dans ce grand hangar qui dispose d'environ 80
lits et qui offre des soins en chirurgie, maternity, m6decine
interne, orthop6die et p6diatrie. Une quinzaine de m6decins y
fournissent leurs services, dont six Cubains.
L'ancien president amrricain a eu des changes avec
les patients du Service de Chirurgie sur les conditions
d'hospitalisation et sur les soins requs. Au service des malades
du VIH/Sida, Bill Clinton s'est inform sur la quality et la
quantity des m6dicaments. II a aussi prodigu6 des conseils
aux malades. II a 6galement 6chang6 avec les responsables de
cet H6pital de secours.
oNous sommes l pour voir quels sont les besoins,
quel travail est realise. Nous sommes ici avec les reprisentants
du gouvernement canadien qui vafinancer la construction


morts selon les autorit6s locales. La visite d'une route
secondaire a la ruelle Mecklambourg dont la construction est
ex6cut6e par l'Office Internationale pour les Migrations (OIM),
a constitu6 la dernibre tape de cette matinee marathon de
travail aux Gonalves.
Tout au long des diff6rentes tapes de cette visite de
travail dans la Cit6 de l'Ind6pendance, les populations ont
longuement ovationn6 les presidents Bill Clinton et Rend
Preval. Dans cette tournee, ils ont &t6 accompagn6s du
Repr6sentant special Adjoint Principal du Secr6taire general
des Nations Unies en Haiti, Luiz Carlos da Costa, et de
nombreuses autres personnalit6s.

Minustah. org


Ballet classique pour le peuple de Furcy


Furcy, Samedi 11 Juillet L'Mvenement du week-end a
&t6 la presentation a Furcy du Ballet Don Quichotte, par
l'Institut de Danse Lynn Williams Rouzier.
Jamais les gens de Furcy et de Kenscoff n'avaient eu
l'occasion d'assister a pareil spectacle. R i e n
n'a &t6 n6glig6 pour faire de la presentation un succ&s: 13


giants dans la fraicheur ambiante qui est celle de Furcy.
Cette cole nationale se trouve a c6t6 du commissariat
flambant neuf, 6rig6 sur les vestiges du poste de police
d6saffect6 depuis de nombreuses annees au point que lorsque
la population arretait un voleur, un << bandit >>, il fallait le mettre
<< anba k6d > et l'emmener a pied au commissariat le plus


moins 5 policiers munis de pick ups leur permettant de r6pondre
aux appels urgents.
Et puis Furcy a maintenant l'l6ectricit6, du moins tout
au long de la grand route conduisantjusqu'a l'6glise. Autant
de nouveaut6s pour une communaut6 jusque-lh fort oubli6e.


Une representation du ballet Don Quichotte pour les habitants de Furcy,
dans les hauteurs de Port-au-Prince (photo Jean-Claude Mathieu)
autobus transportant 3.240 enfants, venant de 42 6coles (2 proche, c'est-a-dire a
classes par cole) de 5 sections communales de Kenscoff.
Kenscoff (Sourcailles, Grand Fond, Nouvelle Tourraine, Belle Aussi on comprend
Fontaine et Bongart's). Au total :4.200 participants. le ouf de soulagement qui a
Le lieu de reunion 6tait l'Ecole Nationale de Furcy, accueilli le nouveau
l'ancienne ferme cole, qui se dresse au milieu des eucalyptus commissariat desservi par au


Nous sommes
poc 'ciafises dans...
Cargo 06nrl, Barlsf ,
Produlft p6rhtablea, Effot
peronnot, Prodults
explkmf, Toutes dnimrnaln" N EW
dcmathita
Door to Door Service
POUR vos R~RATIONS DE CARGO, APPIEZ is available

1-800-927-6059 #u
ou yenoy= Un emnI a&l aLPesAmer'i oaI i


eske mwen ka voye rive jouk $200.00 an Ayiti

-p 8ou$8.00 oswamwens? i


WESwJ2 t~


Page 9





Mercredi 15 Juillet 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 25


Ballet classique pour le peuple de Furcy


Mais revenons a l'evenement du samedi 11 Juillet.
L'Institut de Danse Lynn Williams Rouzier reprenant a Furcy
le ballet classique Don Quichotte qui avait connu une semaine
plus t6t un grand succes au Parc Historique de la Canne
Sucre, h Port-au-Prince.
Ce fut la fete, un cadeau extraordinaire aux centaines
d'enfants originaires de ces 5 sections communales de
Kenscoff accourus dans les hauteurs de Furcy aux senteurs
de pins et d'eucalyptus.
Il est midi 30 quand un magicien monte sur scene
pour effectuer mille et un tours qui emballent tout de suite
l'assistance, arrachant des cris oi ne melent enthousiasme et
6tonnement.
Puis a Iheure pm, place a Don Quichotte, avec les
danseurs et danseuses de l'Institut de Danse Lynn Wiliams
Rouzier.
Tout avait ete minutieusement organism. Pendant
toute la semaine des menuisiers s'etaient affairs a transformer


la cour de l'Ecole Nationale de Furcy en un immense theatre
en plein air. Gradins et tribunes permettant a tous les spectateurs
d'assister assis au spectacle.
Quant h la scene c'6tait le spectacle avant le spectacle.
Les menuisiers sciant, clouant, cr6ant la plus belle scene du
monde sous le regard curieux et amuse de la population.
Les autobus ont eu a faire plusieurs trajets d6posant
les enfants a l'Ecole nationale. Achaque point de ralliement,
on voyait de nouveaux groupes chacun portant au poignet un
bracelet de couleur different, correspondant a celle du nceud
fix6 sur chacun des 13 autobus. Il fallait eviter toute confusion
au moment du retour et qu'un gosse se trompe d'autobus.
Grice a l'excellente organisation, rien de ce genre ne s'est
produit.
Quant au spectacle de Don Quichotte, les danseuses
et danseurs se sont surpasses avec comme meilleur
encouragement les exclamations, les cris dejoie des centaines
d'enfants constituant l'assistance. C'est stir que la troupe de
Danse Lynn Williams Rouzier n'est pas prete a oublier cette


communion avec un public qui, pour la premiere fois, assistait
apareil evenement.
Les 3.240 enfants ne sont pas pres eux non plus
d'oublier cet apres midi a l'Ecole Nationale de Furcy.
L'evenement du samedi 11 juillet a ete rendu possible
grice a une multitude de sponsors : la Digicel qui a effectu6
une vaste distribution de maillots, la Sogener, la Fondation
Lucienne Deschamps, The Lodge a Furcy, Food for the Poor,
Papitam, Tropic SA, Sodigaz, Piyay National, Vita O, les
Industries Acra, Elizabeth Delatour, Chantal Hudicourt Ewald,
Dr Bill Pape ... Mais aussi Philippe Desbrosse, Gilbert Elie,
Niska Desbrosse, Genevieve Michel et Mireille Elie.
Le conseil municipal de Kenscoff, le comit6
d'organisation de la commune de Kenscoff, la PNH se sont
tous donnes egalement a fond.
Les enfants des sections communales de Kenscoff
sont partis les yeux pleins de reve.

E.E


"Copyrighted Material



Syndicated Content.ii iir


Available from Commercial News Providers"
... .. ........... .. .. ...... ... i i .. ..... . ... .-...... .... .. i -. ..... ..i. .i .._ ^ tai iMIi i- I- i f
I* s. ir

rJh... 6d, .. ;B ..
iiiiiii! ii~~~~~~iiiiiiiiiii~~~~~~iiiiliii!!^ ^ ^ ^ !iiiiiiii i iiiiiiiiiBIi ii iii .. ..^!!!!iiiiiii !^ WBii !Y i. .. !! i~iiiiii! .


L'epopee d'Haiti


ROMAN, Samedi 11 juillet 2009 Ala fois allegorie,
conte moral et document d'histoire, > est le recit
d'origine de l'ind6pendance de 'ile et de l'abolition de
l'esclavage. Emeric Bergeaud a 6crit en exil ce texte fondateur,
impr6gn6 de culture franqaise, publiC apres sa mort, en 1859.
Romulus et Remus sont issus de la meme mere. L'ain6
est Noir, n6 sur un bateau negrier voguant vers ce qui est
encore Saint-Domingue. Le cadet est le fruit m6tiss6 des amours
imposes par le Colon a Marie, dite l'Africaine. Elle meurt sous
les coups de ce mauvais maitre. Ses fils jurent de la venger et
de lib6rer leur pays de l'esclavage. Ces jeunes gens trouvent
une deuxieme mere, Stella, un 6tre blond, nimb6 de sagesse,
qui tentera de les guider dans leurs combats avec une autorit6
surnaturelle. Stella est le premier roman haitien Emeric Bergeaud
l'a 6crit en exil, laissant le manuscrit a un ami, Beaubrun
Ardouin, qui l'a publiC apres sa mort, en 1859, plus de
cinquante ans apres l'abolition de l'esclavage par la
Convention et l'ind6pendance de l'ile.
C'est ce combat pour la -libert6 que relate Stella, sur
le mode all6gorique. Comme l'6crit l'auteur dans
l'avertissement,

collectifs, l'Africaine une idealit6, Stella une abstraction>. Les
deux freres concentrent les figures de Toussaint Louverture,
de Dessalines et d'autres h6ros de l'ind6pendance. Ils sont
courageux, fiers, mais aussi impulsifs, trop jeunes,
inexp6riment6s. Ils incendient la maison du Colon, sans rdussir
a le tuer. Mais des mines fumantes sort ange aux blanches ailes, au chaste regard&, une creature dont
tout mortel subit l'ascendant sauf a etre aussi vil qu'elle est
noble, voyez le Colon. Ensemble, ils se r6fugient dans les
hauteurs, strat6gie bien connue des esclaves marrons, et y
construisent une petite place forte. Les deux freres vont < tromper, se d6courager, tirer les lemons de leurs erreurs,
affronter les divers obstacles avec tant6t des r6ussites, tant6t
des 6checs>>, comme le resume Anne Marty dans sa preface.
Les combats de ces nouveaux Spartacus contre
l'arm6e franqaise font l'objet de chapitres historiques,
documentaires, surprenants dans ce contexte m6taphorique.
Leurs querelles fratricides (il s'enfaut de peu qu'elles soient
fatales) symbolisent les dissensions entre les dirigeants
r6volutionnaires.


Le putsch du Honduras

ou Harlan County

revisited
(... suite de la page 2)
gouvernement d'union nationale et d'avancer la date des
prochaines pr6sidentielles fixes normalement au mois de
novembre prochain.
D'un autre c6te, 1'OEA (Organisation des Etats
am6ricains) insiste que ces elections ne seront pas
constitutionnelles sans le retour pr6alable de Mr Zelaya dans
ses fonctions.
Et comme le referendum voulu par ce dernier a 6t6
annual du fait meme du coup d'etat survenu le meme jour,
adieu Manuel Zelaya qui n'aura meme pu accomplir
completement le seul et unique mandat pour lequel il avait ete
elu d6mocratiquement.
Ce n'est pas un coup d'etat monsieur, cela s'appelle
une correction d6mocratique !
Cette histoire-lh n'est done pas finie. A bon
entendeur !
L'avertissement ne saurait 6tre plus clair. C'est le
premier but marqu6 dans les filets de la gauche d6mocratique
triomphante. Mais un but frauduleux ; ou comme disent les
Haitiens : marqu6 avec la main Les autres maillons de la
<< vague rose > feraient mieux de serrer les rangs.

Haiti en Marche, 11 Juillet 2009


[ HaT enM


Page 10


NOTICE TO THE COMMUNITY

AT&T, MIAMI HEAT'S JAMES JONES AND THE OPA-LOCKA COMMUNITY
DEVELOPMENT CORPORATION TO HELP MIAMI-DADE RESIDENTS ACHIEVE
HOMEOWNERSHIP

Three groups to join forces to launch the Neighborhood Stabilization Program in North Miami-Dade

WHAT: On Wednesday, July 15th, AT&T and Miami Heat Forward James Jones will be joining the Opa-
Locka Community Development Corporation (OLCDC) to kick-offthe Neighborhood Stabilization Program, a
local program based on the national government program of the same name. The program will provide funding
in order to help communities that have suffered from foreclosures and abandonment in the Miami Gardens and
Opa-locka communities. At the event, AT&T will make a contribution to the Neighborhood Stabilization Program
and James Jones will announce his commitment to assist homebuyers with down payments and closing
costsThrough the local Neighborhood Stabilization Program, the OLCDC will acquire, rehab and sell foreclosure
homes to working families with low to moderate incomes in the Miami Gardens and Opa-locka communities.
In addition, the OLCDC will provide housing counseling services to help residents be successful homebuyers.

WHEN: Wednesday, July 15, 200910:00 AM

WHERE: 3301 NW 177h TerraceMiami Gardens, FL

INTERVIEW OPPORTUNITIES:
Marshall Criser, President, AT&T Florida
James Jones, Miami Heat Forward
Willie Logan, President, Opa-Locka Community Development CorporationAndre Williams, Councilman,
City of Miami Gardens


wfw% oaii loa1iS





Mercredi 15 Juillet 2009
HaitienMarche *VolXXIII N- 25


* Le Saut du BarrilII
* Le Palais de Sudre Telephones: 566-5361
Dartiguenave a Anse a 401-7108 / 514-0304
Veau lemanoloinn@mac.com
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17em. Internet disponible
siecle .. pour les clients
r


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408





Parents, vous qul r6vez d'un avenir metleur pour vos enfants,
confiez les au CMP
ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAMIES

UCENCE EN:
Maorkeng :4 am
Siences Comptblea :4 ns
Geitaon ds AalMr :4ian
Sciences Infom~qu :4 ans
Maetaing Management :2ans
SKcrteriburuquM : 2 an
Ge rlkninance-Mateng :I anu 2 ane
Comptabi6 infoumais : 1an
Assbt Ane lnrlV :l an
Inlmn tique cci court : S6 rure 2ana
ITEsaenrl(CCISCO) :70horn
Pourtesu Infonenlons pp*mentalMs:
CMP,Dewe 30
Tel.:2 513-831, 3 730-2485, 2 248-2299
Emalefr a om E


KJ ADVERTISING

SERVICES

P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673

Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


10 d6partements d'6tudes
Licence en :
* Gestion d'Entreprise
* Conception et Execution de Proj et
* Economie et Finance
* Sciences de l'Education
* Sciences Comptables
* Relations Internationales
SGouvernance

Dipl6me en:
* Informatique de Gestion
* Relations Publiques
* Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, WI.

www. cfdehaiti. cor
Par courriel: Administration(i.CDFEHaiti.com
GBrunet.CFDEHaiti. corn


Par telephones : (509) 2246-1425
2513-3726


3555-1575
3767-1575


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


SANTE

Lutte anti-VIH : les pays pauvres sacrifice sur I'autel de la crise?


Un rapport conjoint de la Banque millions qui sont concerndes par nos Or du fait de la crise 6conomique et
mondiale et de 1'ONUSIDA souligne a quel programmes de prevention > prdvient Michel de la baisse des donations, les auteurs
point la crise 6conomique menace les Sidib6, leDirecteurex6cutifde 1'ONUSIDA. anticipent programmes de lutte contre le VIH-SIDA des Des donndes recueillies en mars 2009 de prevention et de traitement dans le courant
pays les plus d6munis. et concernant 71 pays, il ressort qu'une < de cette annde >. L'Afrique subsaharienne
< Toute interruption ou diminution de l'acces aux traitements d'ailleurs, serait d6ji confronted a des
ralentissement des donations serait accroitrait rapidement la morbidity et la situations de p6nurie.
d6sastreuse pour les 4 millions de personnes mortalit 6 ... Pour 6viter une catastrophe sanitaire
sous traitement antir6troviral, et celles des


mondiale, 1'ONUSIDA et la Banque mondiale
proposent done la mise en place immediate <
d'un systeme d'alerte afin d'anticiper les
interruptions de traitements >. Ils demandent
6galement aux bailleurs de fonds de ne pas
r6duire leurs donations. R6ponse dans
quelques heures, avec l'ouverture du < G8
l6argi > dans la ville de l'Aquila en Italie.


Repenser education civique au temps planetaire


Introduction : Une crise planetaire


Dumarsais Sim6us git sur la scene politique haitienne
comme un cheveu sur une soupe. La r6flexion universitaire de
ce pays carte superbement ce personnage. Elle d6daigne de
tirer la lecon de l'histoire de cet ancien candidat a la pr6sidence,
de le situer dans la mutation plan6taire de la soci&td, en somme
de comprendre et d'expliquer ce qu'il symbolise.
Negligence coupable car l'6v6nement Sim6us est un
avenement. L'avenement de la conscience plan6taire dans ce
peuple caraiboen. La crise de Sim6us, crise de la double
nationality, au cours de la p6riode 6lectorale 2005-2006, 6branla
Haiti dans son institution la plus fondamentale : la cour de
cassation puis d6clencha une chasse aux strangers
6claboussant s6nateurs, ministres et grands commis de
1'Etat ;ouvrant enfin la vanne d'une kyrielle de < plaidoyers
pour une nouvelle constitution >.
Une crise d'une telle profondeur donne a penser. Elle
est, par hypothese, une crise de mutation du national au
plan6taire. L'industrie ne venant pas a Haiti, Haiti va a
l'industrie mondiale. Ce changement d'une bre a une autre
entraine une s6rie de crises : crise constitutionnelle, crise de
valeurs aussi de l'id6al nationaliste du chacun chez soi, maitre
chez soi avec sa langue, sa culture, sa nationalit. Ideal menace
au temps de la mondialisation des changes. D'ofu le dilemme :
comment aujourd'hui tre de sa nation et de son temps ?
Comment 6duquer l'6colier Haitien a l'esprit plan6taire, suivant
le vceu du plan d'6ducation 2004 ?
Recourant a la m6thode dialectique genre triade
H6g6lienne nous exposerons :
En l1re partie la these : Un nationalisme anachronique
En 2me partie l'antithese : Un clatement diasporique
En 3eme partie la synthese : Un patriotisme ouvert
En conclusion, nous en viendrons a l'aspect
p6dagogique du sujet.


Un nationalisme anachronique
Le refus de la double nationality est inscrit dans
l'article 15 de la constitution de 1987 : << la double nationality
haitienne et 6trangere n'est admise en aucun cas >.
Ce dont << les strangers > (art.53) sont ainsi priv6s,
c'est, en gros, du droit d'l6ire et d'6tre elus. D'6tre elus aux
fonctions de president, de s6nateur, de d6put6 (art.58 a,b, c).
De participer a lavie politique du pays a titre d'l6ecteur (art.58).
Exclusion que les < coupables > de double nationality
ressentent comme une injustice envers eux qui participent si
largement a la vie 6conomique du pays. Exclusion qui leur
semble anachronique a d6passer.
A d6passer car le Montesquieu de l'esprit des Lois
nous apprend qu'une loi n'est pas un d6cret 6ternel. Elle ne
tombe pas du ciel. Elle nait d'une soci&td, d'un moment social,
en r6ponse a des circonstances particulibres. Une histoire des
constitutions d'Haiti, comme celle de Claude Moise par exemple,
nous apprendrait quelle fut la situation du pays en 1987, quel
fut l'esprit du temps, quel mal voulait gudrir les prescriptions
des constituants. Produit d'un contexte historique, toute loi,
est en principe susceptible d'aggiornamento, de modifications
selon les changements sociaux. La soumission qui est due a la
constitution est une soumission cr6atrice. Le respect, un
respect inventif. I1 n'y a aucun sacrilege a amender une
constitution. Bien plus, notre constitution, de son propre aveu
(art.282) est toujours a reformer parce que la vie est toujours a
reformer parce que la vie est toujours en mouvement.
Le refus d'une 6poque
Mais pour comprendre la resistance qu'une certaine
mentality haitienne oppose a la double nationality, il faut aller
au-dela d'une declaration sechementjuridique. I1 faut changer
de genre litt6raire et aller au roman et a la po6sie haitienne
pour d6couvrir une source des sentiments de culpability


inculqu6s d&s l'6cole aux Haitiens par une litt6rature qui
repr6sente la naturalisation comme une honteuse trahison.
Un 6chantillon repr6sentatif de cette litt6rature, est le texte du
romancier haitien Fr6d6ric Marcelin << Je veux rester haitien >>.
Je veux rester haitien
< Quelques citoyens ddgoutds, fatigues de leurs
propres d6boires ou de ceux qui arrivent aux autres, ont d6sert6
notre nationality. Ils n'ont pas trouv6 que la douceur de souffrir
pour l'id6al vague, lointain, peut tre irr6alisable de la
constitution definitive de notre petit Etat, ffit appropriate a leur
Ame pratique, essentiellement soucieuse de palpables
satisfactions. Ils n'ont pas senti vibrer en eux la foi des
visionnaires, celle qui fait les martyrs, les augustes devins,
celle qui permet de trouver les siecles, de voir par delay les
horizons de l'avenir. Tant pis pour euxje ne les aijamais envies.
Rien ne parait confirmer qu'ils ne soient parfaitement heureux,
glorieux, fiers meme. Moi, a leur place, je serais miserable,
craintif, tourment6, humilid. Jamais, par exempleje n'oserais
6crire << Ma patrie Mon pays >>, en m'adressant a ma nouvelle
patrie. Je serais honteux de profaner de tels mots, sacr6 dans
toutes les langues. I1 me semblerait commettre le pire des
sacrileges. I1 me semblerait surtout que mes nouveaux
concitoyens, ceux dontj'aurais qu&t6 la protection, garderaient
toujours vis-a-vis de ma personne une attitude singulibre, une
attitude de defiance, de compassion pitoyable et ironique.
Pourrait-on vraiment a leur face s'exclamer, comme je le fais
librement de toute mon am6, en parlant de chbre Haiti: <<6 mon
pays 6 ma patrie >. ne serait-on pas ridicule de s'exprimer
ainsi d'un sol oni rien ne vous attache, aucun souvenir, aucune
affection, aucune souffrance, rien que la sterile l'6goiste
s6curit6 de notre vie mat6rielle, terre a terre... Oui ceux qui se
condamnent a changer de nationality se condamnent, par cela


Page 11





Mercredi 15 Juillet 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 25


< C'est 1 'ignorance seule qui
engendre 'apathie. > Charles Bay

J'adore les nombres. J'aime les chiffres. J'aime me
plonger dans leur univers et observer le comportement de
l'individu face a eux. Je me souviens avoir vu proposer un
exercice de math6matiques, a des &lves de quatrieme, dans
lequel on leur demandait de calculer les trois cinquiemes des
deux tiers des cinq neuviemes de la moitid du triple d'un nombre.
Un certain nombre d'&lves n'arrivaient meme pas a poser la
suite d'op6rations n6cessaires. L'un d'eux (il y en a toujours
de ceux qui brillent toujours), trouva, de facon assez 616gante,
que cela correspondait au tiers du nombre cherch6. II posa la
suite d'op6rations a r6aliser, simplifia, et, toujours sans avoir
r6alise aucun calcul, posa le r6sultat sous la forme d'une
fraction ayant pour num6rateur le nombre X et pour
d6nominateur 3. Il exprima alors son r6sultat en indiquant qu'il
s'agissait du tiers du nombre cherch6. A la suite, il 6crivit le
r6sultat. Cela me fit penser a deux anecdotes. La premiere
correspond a une question pose h un autre 1~eve de quatrieme
auquel on demanda de trouver les 8% des 15% des 25% des
12% d'une population donnde ayant choisi un candidat
d6termind. L'elve, aprbs quelques minutes de r6flexion,
r6pondit qu'il ne saurait rdpondre a une absurdity de ce genre,
que chez lui on ne parlait pas de politique. Le professeur lui fit
remarquer que cela correspondait a un 0,0036%, ce qui voudrait
dire que sur chaque 100.000 personnes, 36 auraient choisi le
candidat en question. Je pensai alors aux choix r6alis6s lors
des dernires elections s6natoriales dans le pays. Une minority
effectue le choix d'un repr6sentant qui aura a g6rer les intlrets
de la majority.
L'autre anecdote est encore plus int6ressante. L'un
de mes professeurs, de philosophie concretement, eminence
parmi les 6minents professeurs haitiens (d'antan), qui fut
fameux pour son mauvais caractbre et ses rdponses
< piquantes > (comme par exemple sa definition de
< sensation >> une 6leve de seconde de son < Centre
d'Etudes >), prenait un plaisir 6norme a < m6dire > de son grand
ami et associd dans la direction du < Centre > et a se < foutre
de sa gueule >. On m6disait aussi de lui. On arriva meme a dire
qu'apres la lecture de sa these, a la Sorbonne, les membres du
Tribunal, le regardant d'un air < pervers >, comment:rent : Le
candidat haitien a beaucoup parld mais il n'a rien dit >.
Effectivement il parlait beaucoup mais fort heureusement il
savait quoi dire. L'apathie r6gnante dans notre system
6ducatif est peut-6tre due a l'absence de telles figures dans
notre < corps professoral >. Il nous expliqua, une certaine fois,
en parlant des mathdmatiques, le genre de probleme qu'il


Spathie

d6testait : < Un robinet remplit une baignoire en 15 minutes.
Un drain par lequel l'eau fuit, a toute vitesse, vide la baignoire
en 20 minutes. En combien de temps la baignoire d6bordera-t-
elle ?
Notre cher < Jean Claude > nous disait fibrement, qu'il
conseillait alors tranquillement a son professeur de
math6matiques d'6viter la fuite d'eau afin de remplir la
baignoire. J'ai trouv6 plus tard plusieurs variantes a ce type
de probleme math6matique et a chaque fois je n'ai pu
m'empecher de penser a lui. L'une de ces variantes est celle
de la fuite de chasse d'eau qui fait perdre de l'eau, par exemple
0,25 litre par minute et du robinet qui fuit goutte a goutte,
posons 0,0045 litre par minute. Si la chasse et le robinet fuient
en meme temps, quelle serait la perte par minute ? Une autre
variante est celle du bateau qui coule a cause d'une < voie
d'eau >>.
Chores amies lectrices, chers amis lecteurs, laissons
de c6t6 les reminiscences concemant l'6ducation en Haiti
puisque l'on ne peut rien faire. << Trop de vagabondage aurait
dit l'autre. > Qui le sait ? Parlons de pr6f6rence de ce qui peut
nous tomber dessus, avec cette << nouvelle vague > de
s6nateurs, appuyds par des << partis r6siduels et fragments >,
l6us par la << minority >, les 3% des 5% des 10% de la moiti6 du
tiers de la population, et qui vont faire comme s'ils 6taient de
<< vrais repr6sentants >, tout en ne pensant qu'h leurs propres
int6rets. < Malice > n'est qu'un apprenti face a eux. Et nous ?
Les << Bouki > ou les << pitit Bouki >.
Enfin, vu le taux de participation aux elections
s6natoriales, mieux que l'absence de tradition d6mocratique
(qui s'utilise souvent dans les pays Europ6ens pour justifier
l'abstention), j'ai cru voir une certaine apathie. De la socit&.
Un ami a voulu aller plus loin que moi. I1 ne voit pas simplement
de l'indiffirence. I1 ne parle pas simplement de la disparition
des << motions positives a l'endroit de la Patrie il pr6fere
parler d'anomie, de cette absence de volontW de respecter les
normes, de << la d6sint6gration des normes qui assurent l'ordre
social >, du chaos qui tend a la destruction de notre socit&.
On a parl6 un bon moment, autour d'une table, de la situation
du pays. II a voulu m'expliquer son point de vue a travers des
definitions non trbs courantes. Mon vocabulaire s'est enrichi
consid6rablement. I1 a qualified notre systeme de gouvernement
de << kakistocratie (de gouvemement par les plus mauvais,
par des m6diocres, dans lequel le copinage et le corporatisme
sont favoris6s de facon outr6e), de < kleptocratie (de
gouvernement ou rtgne la corruption en maitre et seigneur).


D'aprls lui c'est ce qui a porter Barack Obama a
montrer son 6tat d'Ame face a la transformation
des pays pauvres.
Effectivement, chers amis lecteurs, onvoit maintenant
parler de l'Afrique de faqon diffirente dans les discours du
President des Etats-Unis. Obama a parl6 de l'Afrique, en
Afrique, durant cette semaine, maisje crois avoir lu (en suivant
son regard) < ensemble de pays en situation d'assistance ou
en attente d'assistance >. Les nouveaux parametres relationnels
que semblent vouloir imposer la nouvelle administration
amdricaine peuvent 6tre la cl a des changements dans notre
pays. Mon ami a applaudi le discours de Obama au Ghana, et
en souligne divers passages :
1. ... L'aide a l'Afrique doit 6tre subordonnde a la
bonne gouvemance dans les pays assistss.
2.< ...Le d6veloppement depend de la bonne
gouvernance. C'est l'616ment qui manque en bien trop
d'endroits depuis trop longtemps, la bonne gouvernance
constitue le changement qui peut d6bloquer le potentiel de
l'Afrique et elle relive de la seule responsabilit6 des
Africains >.
3.< ...Aucun pays ne va cr6er de richesse si ses
dirigeants exploitent l'6conomie pour s'enrichir eux-m6mes,
ou si sa police peut 6tre achet6e par des trafiquants de
drogue >.
4. < Personne n'investira 1 oi un gouvemement
prdleve 20%>>.
Enfin, l'aide au D6veloppement doit 6tre subordonnde
a la < Bonne Gouvemance >, a la < GestionPropre > des Biens
Publics. Voilh l'id6e de base. Avec le voyage de Clinton en
Haiti, avec l'annulation de la dette d'Haiti, avec les avantages
offerts au pays par la Banque Mondiale, par la BID, il est
certain que nous aurons a jouer la partition selon les regles
imposes par le < grand ami d'Haiti >, Obama.
Enfin, chers amis, quoique disent les connaisseurs,
les experts de tout poil ou m6me les amis et les
connaissances, je crois que l'apathie et la m6diocrit6 sont
les deux piliers qui renforcent notre d6pendance et nous
emp6chent d'avancer.
Changeons done les parametres de
fonctionnement.
< Pou Ayiti >
< Pou nou men >.

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Juillet 2009


POLITIQUE


Les graves dangers de I'abstention !


PORT-AU-PRINCE, 10 Juillet Beaucoup
d'&v6nements importants se succedent : visite de Bill Clinton
qui serait triomphale si on avait laiss6 le peuple s'en m6ler ;
l'all6gement de la dette exteme d'Haiti de presque sa totality ;
la possibility que le D6partement d'Etat amdricain modifie son
interdiction des voyages en Haiti (comme vient
de le faire le Canada) et comme on peut s'y
attendre probablement des pays de l'Union
europ6enne. Etc ...
Tous 6v6nements qui devraient 6tre
annonciateurs d'une certaine embellie dans le ciel
socio-6conomique d'Haiti.
Et pourtant cela ne semble pas faire
beaucoup d'impression sur les acteurs politiques
du pays.
A part le chef de l'Etat et les principaux
membres du gouvemement, on a enregistr6 peu
de reactions dans la classe politique, tous partis
confondus.
Et pourtant un autre 6v6nement presque
aussi important survenu ces demiers jours, ce
sont les r6sultats des s6natoriales partielles du 21
juin 6coul.
De bonne source, la participation au
second tour du 21 juin aurait &te encore plus nulle
que pour le 1" tour du 19 avril.
Si dans certains d6partements oi des candidats se
sont beaucoup agit6s localement (tel le Sud-est et la Grande
Anse) on a relev6 un peu plus de votants que lors du premier
tour, par contre en chiffres absolus, le second tour a trouv6
moyen d'etre marqu6 par un taux d'abstention encore plus
1lev6.
Faut-il rappeler que la plupart des observateurs
ind6pendants ou plus ou moins (y compris des leaders
politiques) ont estim6 la participation le 19 avril a pas plus de
3%.
Le Conseil electoral provisoire (CEP) l'a port quant
alui 11%.
En promettant de faire mieux pour le second tour. Eh


bien, nenni.
On en veut d'ailleurs pour preuve que les r6sultats
du second tour ont &te annonc6s officiellement sans aucune


r6f6rence au taux de participation.
Que nous faut-il de plus !
Le lendemain, le CEP annonqait plut6t que les 16
millions de dollars am6ricains, budget des s6natoriales
partielles, sont totalement 6puis6s. Oui, 16 millions US Le


Pas beaucoup de boulot pour le personnel des bureaux de vote


personnel de l'institution aurait &te mis en cong6 pour trois
mois sans solde. Bref le CEP n'a plus un sou (avis aux
cr6anciers !) ... jusqu'au prochain pactole electoral. Soit en
novembre prochain. Soit en novembre de l'annde prochaine.
Par les temps qui courent, c'est tout de meme unbon business !
On plaisante, or ce n'est pas un sujet a plaisanter. Et
c'est en quoi tous ces derniers Mvenements se rejoignent. Nous
nous expliquons : si rien ne bouge dans le pays, si le sort de la
population (celle qui va aux umes l'l6ectorat, le seul et
unique !) ne s'amdliore pas, la participation qui a encore
diminud enl'espace d'un mois, du 19 avril au 21 juin, continuera
le meme plongeon.
Et aux prochaines elections g6ndrales fin 2010, il n'y
aura pas un pel6 et trois tondus a faire le d6placement.
Attendu que les memes causes produisent les memes
effets.


Il n'y a pas eu un seul dirigeant politique d'envergure
a tirer un bilan de cette gifle retentissante de la part de
l'l6ectorat et qui est la plus grave menace pour l'avenir de la
d6mocratie haitienne.
Le president Rend Pr6val a comment le 21 juin, en
constatant qu'il 6tait le seul au bureau de vote,
qu'aucun parti politique ne peut pr6tendre que
c'est lui qui a amend les gens a rester chez eux
(allusion sans doute au mot d'ordre < portes
fermees > de Fanmi Lavalas, le parti de l'ex-
pr6sident en exil, Jean Bertrand Aristide), mais M.
Pr6val n'a pas &t6 jusqu'h admettre que la vraie
raison c'est la deception de l'l6ectorat, d6coule de
l'6chec de toute la classe politique, de quelque
bord oi l'on se trouve.
Or cette dernire ne montre aucun effort
pour essayer de corriger le tir.
On pourrait dire tant pis pour eux Mais
la question est plus complexe. Elle concerne l'avenir
des institutions memes du pays.
On peut toujours pr6tendre (avec
l'ambassadeur du Canada entre autres) que les
elections de mi-mandat (comme ces s6natoriales
partielles) n'ontjamais su int6resser grand monde


Meme si les grands bailleurs de fonds 6lectoraux ont
failli sans doute avaler leur cravate en constatant que le record
au second tour 6tait encore pire qu'au premier.
Mais peut-il exister d'excuse pour des pr6sidentielles
qui ne d6placeraient meme pas 3 pour cent de la population ?
Or ceci est dans l'ordre des choses possibles.
Parce que l'l6ectorat n'a sfirement pas agi au hasard
comme on le croit. Ou comme l'on fait semblant de croire ...
D'abord, il y a eu le vote massif pour Pr6val et les
candidats de son parti LESPWA le 7 f6vrier 2006.
Qu'est-ce qui a pu se passer pour amener le meme
6lectorat a bouder des elections deux anndes plus tard, alors
qu'il est sollicit6 par les memes acteurs, y compris le president
Pr6val ?
L'exclusion du parti d'Aristide, Fanmi Lavalas, du
processus ? (ASTENI 131


Page 12





Mercredi 15 Juillet 2009
HaitienMarche *VolXXIII N- 25


Encore un coup de 1'imperialisme


La semaine dermire (voir : Le < Plan Lanm >>, in :
Haiti enMarche, Vol. XXIII, No. 24, du 8 au 14 juillet 2009),je
disais, en parlant des critiques du collectif < 4 G Kontre >>
l'6gard de toute idWe de production de bio-diesel en Haiti, que
derriere le mot <>, il y avait l'id6e d'une conjuration
international menee par << l'imp6rialisme > au seul profit des
grandes puissances. Et de rappeler, comme l'a fait Doudou
Pierre Festile lors d'une de ses interventions, les experiences
malheureuses que nous avons faites avec le sisal et la << come
cabrit >>.


remplir la capacity de production. Ils ont, en effet, beaucoup
investi dans des installations de transformation de l'huile en
bio-diesel et ne trouvent pas suffisamment d'huile pour amortir
ces investissements.
On peut cependant identifier une autre approche. Elle
a 6td expose par Alexis Hurtaut du GAFE (Groupe d'Action
Francophone pour l'Environnement) qui a parlk des projets
qu'ils menent a Nouvelle Touraine et Belle Fontaine, dans la
commune de Kenscoff.
Si on reprend les trois lignes d'affaire d'Almeida, on


grandes exploitations sur des terres attributes par l'Etat, apres
que les paysans, qui les cultivaient jusqu'alors, en aient &t6
chassis de maniere plus ou moins brutale. La culture du
jatropha, par contre, s'accommode tres bien de la petite ex-
ploitation paysanne. Jean-Robert Estim6 a dcrit l'organisation
de la production a Madagascar, oi les graines produites par le
petit paysan sont collect6es et trait6es dans plusieurs centres
locaux de production d'huile qui, a leur tour, alimentent une
installation plus sophistiqude qui produit le bio-diesel.
Signalons en passant que cette formule permet de


Un dkcortiqueur de fabrication locale et un tableau presentant diverses utilisations du jatropha ou "gwo medsiyen" (photo B.E.)


Pour 6tayer cette these, la brochure : << Agwokabiran,
Pwoje Lanm6, pwoje anti peyizan ak anviw6nman >
distribute aux participants par le collectif<< 4 G Kontre >> rappelle
que ce projet de production de bio-carburant serait parti de
George Bush, qui en aurait parld a Lula le Br6sil 6tant le
deuxieme producteur d'agro-carburant apres les Etats Unis -
lequel aurait convaincu Rend Preval de l'int&r&t que cette pro-
duction pourrait repr6senter pour Haiti.
On a eu du reste une presentation qui 6tait tout a fait
dans la ligne d'une production oriented vers la satisfaction
des besoins des pays industrialists. M. Eduardo Almeida, de
la BID, est venu en effet, comme il l'a dit lui-meme, presenter la
perspective du secteur priv6, mais attention il s'agit du secteur
priv6 des pays industrialists.
M. Almeida commence par identifier ce qu'il appelle
< les trois lignes d'affaire >, a savoir
la production agricole,
la production d'huile,
la production de bio-diesel.
A partir de l1, il a insiste que Haiti devrait s'arrete a la
deuxieme tape : la production d'huile, et ce pour satisfaire les
besoins de l'industrie de bio-diesel des pays industrialists. II
existe dans ces pays, selon lui, une forte demande pour l'huile
parce que le volume de production de bio-diesel est loin de


dira, pour la production agricole, que le gwo medsiyen est
cultiv6 sur des terres d6nud6es, probablement couvertes au-
trefois de pin, enbordure de chemins, etc ; la production d'huile
est faite localement, a partir d'6quipements relativement
simples, mais cette huile sert a la consommation locale. On a
d6ji mentionn6 qu'elle peut servir a produire de l'l6ectricit6
avec des moteurs type Lister a revolution lente, mais elle peut
tout betement 6tre utilis6e dans nos lampes a k6rosene
classiques ou dans des rechauds pour faire la cuisine, avec
l'avantage qu'elle ne produit pas cette fumee noire tellement
salissante du k6rosene.
L'exp6rience de Kenscoff n'est pas unique en Haiti.
On a pu entendre parler du projet PINHAB (Partenaires pour
une Industrie Haitienne du Biodiesel) aux Gonaives, d'un
projet de culture de jatropha h Lohmond et a Jer6mie, du projet
Jatropha Pepinye de Terrier Rouge et meme d'un projet bina-
tional de l'Instituto Dominicano de Desarrollo Integral dans
les communes de Cerca-la-Source, en Haiti, et Pedro Santana
en R6publique Dominicaine.
Cela nous mane done identifier les differences en-
tre les cultures introduites en Haiti durant la premiere moiti6
du siecle demier et celle dont nous parlons aujourd'hui.
Le premier 616ment a retenir est l'organisation de la
production. Au siecle dernier, on a assist a l'installation de


crder une premiere valeur ajout6e au niveau du paysan lui-
meme, ce qui n'est pas le cas pour le sisal ou le caoutchouc.
Un second 616ment est le march auquel s'adresse
cette production. Dans le cas du sisal et, encore plus, du ca-
outchouc, on produit exclusivement pour le march ext6rieur,
avec le danger qu'on n'ait plus les moyens d'6couler la pro-
duction, le jour ou le produit n'est plus demand. Dans le cas
du jatropha, on peut 6couler l'huile sur le march ext6rieur,
comme M. Almeida nous conseille fortement de le faire, mais
on produit aussi pour le march int6rieur ; et si on fait l'effort
de passer a la seconde transformation la production de bio-
diesel le march int6rieur peut tres bien absorber toute la
production.
Autrement dit, meme quand l'id6e de lancer la culture
dujatropha est entach6e du p6ch6 originel d'avoir germn dans
le cerveau de M. Bush, nous avons peut-6tre, pour une fois,
l'occasion de toumer a notre avantage une initiative qui au
depart, n'6tait pas dans notre int6r6t.
Il reste cependant une question que les opposants
aujatropha agitent beaucoup, c'est celle de la disponibilit6 de
la terre ; c'est un aspect qui me touche particulierement, et
dans un prochain article nous tenterons de faire le point 1a-
dessus.
Bernard Ethdart


Les graves dangers de 1'abstention !


(... suite de la page 12)
Oui et non, car la meme abstention touche toutes les
couches de la population, Lavalas ou non, ex-opposition ou
non, sans consideration d'appartenance politique.
Done le constat ne saurait 6tre aussi r6ducteur. Il ne
s'agit pas de s'en tenir a un seul aspect, comme l'a bien saisi
le president Prdval, mais de prendre le phenomene dans sa
globalit6.
Il s'agit d'un volte-face de l'dlectorat a 180 degrds.
Bien stir M. Prdval n'est pas all6 jusque-l1 dans ses
commentaires.
Oui, apres avoir fait confiance le 7 f6vrier 2006,
1'l6ectorat a d6cid6 d'adopter une autre strat6gie : l'abstention.
Et une abstention de plus en plus totale. Comme on l'a vu
entre le 19 avril et le 21 juin 6coulds.
Au fur et a mesure, qu'en sera-t-il en novembre 2009 ?
Et comme on doute qu'il y ait d'autres elections cette annde,
par contre fin 2010 il n'y a pas moyen d'dviter les
pr6sidentielles.
Imaginez des pr6sidentielles avec moins de 5% de
l'dlectorat ???
Ce serait un veritable cataclysme. Le divorce total et
consomme de la population non seulement avec la classe
politique, mais avec tout le systame meme qui nous r6git. Et
c'est ce qui fait tellement peur au blanc !
Or ceci entre tout a fait dans les perspectives actuelles
de l'dlectorat si rienne se passe entre-temps quivienne l'amener
a changer d'avis.
Et voilo oi l'abstention d6ji presque totale aux deux
tours des s6natoriales partielles rejoint les autres grands titres
de l'actualit6 oi il n'est question que de nouvelles dispositions
en vue de cr6er un autre 6tat d'esprit moins pessimiste. Et
puis, avec de la chance, le reste viendra par surcroit !


Or les acteurs politiques qui devraient 6tre les
premiers concemds (dans leurs propres int6rets), sont aux
abonnes absents.


En faisant ainsi, on voit a quel danger ils exposent le
pays. Ils nous exposent.
Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Page 13


ES"T'"72 11E 2 1 mevrrnu o eew"Lj a
T41: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOTES LES OCCASIONS.
- RKcepSion de pawiense~t pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...Etc...
- Connection wtdfphonjiqe chezl vots...


Ouvert
6 Jours

par
seaine:.


a
7h30 pm


Perfu-ms
C i lulr l& I e..r. .
S[u)hOrs Nt SaMdales

P* 'acuixi Z uk- iran sc"s. Aniibr cain i
*Tabticaux VKlde' ti ( 1iticns. Amncnrain6i. t iTnwm tairctc Dramu
Momcypana Ir'luits ie b iaut'aaE





Pag_1_IT_ _Mercredi 15 Juillet 2009
Haitien Marche Vol XXIII N 25


F RO 1ID E iISolutions de la
semaine passe:

Allez de FROIDE a GLANES, en utilisant des mots du du T R A PIU S
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne. T R A P U E
T RA P P E

G RI PPE

TA7tT51~' GRIMPA


II I-L I IA N I I II





Solutions de la semaine passee


B ESTIAUX
AMIE USs
SE ARUM
T UT ERA
ISITROPE
I S I 0 P
0 TE LE

SON FS A
F S ;SA


7h00-9h00 Melodit
Information
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcu
Au Quotidien avec E
La Chronique Litt6ra
Les Sports avec M
Les Invites du Jour
M61odie Matin chaqi
par F6quiere Raphae

10h-Midi Le disql
animation

12:00- 12h30 Le Midi
information

12h30-2h00 Lady BI
Jazz, Blues

2h00- 3h00 C'est si
Emission d

3h-5h pm Le Bon
Retro-Com
avec Doc D

5hoo LeJour
avec Villet

5h 30 pm Melodi
Ddvelopp
Mardi avec

7h-8h30 Amory

8h30-9hoo Soir Inf

9h00 10h30 Notre G
Lun. & Mer
Jeu. & Dim
Judy Carmi
9h00 et au delA Cavalie
(Samedi) 5


c~e(fe7e &1'z


ZJEROMERCEUSUYZ
NOELJUGO E Z S K P F W
Q S Y U E N TFLAERNRL SCR
FE RSAAGG I LO JAAD SCRBLl
M P E U N T H N P P X Y O N D Arrangez les sept lettres ci-dessous
Q H H E Z C T F H V M D Q T P pour former un mot frangais
N C C ME PREEONLE ZR
TLBRRFTRNLIAQGA E U
AMRE P E S D E Y LNJVC

E X N T I 0 L A I U C G N 0 E
NRUHHAENNNEIABS MAA
EXNTIOLAIUCGNOE
CNELRKRXRRREVGV N T
CBLHIGAEIBARIWA
OELQN MHLSAMPEU R I I I I I I
S B O U C I C A U T T E R G V Solutions de la semaine passee
Trouvez 29 joueurs Haitiens de la \ H Y B R ID E
Gold Cup dans le carre ci-dessus




E n B ref... ...suitedelapage2)
compte.
1 0 3 3 fm Le commissaire Carl Henri Boucher, responsable de la police de Delmas, qui 6tait present sur
les lieux, s'est garden de fournir trop de details mais promet que lumiere sera faite sur cet
horrible assassinat.

veil enmusique Assises de la cooperation d6centralis6e franco ha'itienne
rt chantC'est le Premier ministre Mme Michele Pierre-Louis qui a lanc6 les Assises de la cooperation
rit chantant
Sdcentralis6e franco-haitienne, lors d'une c6r6monie au Club Indigo de Montrouis, en
Sole avec Louini Fontal
presence de diverses personnalit6s franqaises et haitiennes. Pendant deux jours, vendredi
e Matin avec Marcus 10 et samedi 11 Juillet, des maires haitiens et franqais ainsi que des repr6sentants de
collectivit6s territoriales ont analyst les relations existant entre la France et Haiti, en vue de
ns, Interview, Anecdotes, Humour,
d6gager des perspectives d'actions communes. I1 s'agit, a travers ces rencontres, de faciliter
des changes d'exp6riences pour construire de nouveaux partenariats.
is
lsie Bill Clinton en Haiti
aire avec Dominique Batraville L'envoy6 special des Nations Unies pour Haiti, l'ancien president am6ricain Bill Clinton, a
ario Bareau pass trois jours en Haiti, du 6 au 9 Juillet dernier. Quelles sont ses impressions ?
La tiche ne sera pas facile, a-t-il avoud, tout en reconnaissant avoir appris beaucoup et
ue samedi est anim6 surtout compris plein de choses au cour de sa visite.
l1 Clinton devrait aider les Haitiens a mieux identifier leurs besoins et a mieux g6rer leurs
ressources.
ue de I'Auditeur M. Clinton a pour r6le d'aider le gouvemement haitien a crder des emplois, a mieux
James Pr6dvil coordonner les projets de d6veloppement et a encourager les strangers a investir en Haiti.
Bill Clinton et Rend Prdval se sont rendus le mercredi 8 juillet aux Gonaives, la ville qui a &t6
la plus affected par les ouragans qui ont frapp6 le pays l'an dernier. Ils ont pass en revue
ns avec Laury Faustin les travaux d'amenagement entrepris pour pr6venir de nouvelles catastrophes.

ues avec Elsie Les cr6anciers du Club de Paris annulent la dette d'Ha'iti
SSwing, Ragtime Le Club de Paris, groupe informel de cr6anciers publics, a annonc6 le mercredi 8 Juillet avoir
annual la dette d'Haiti, soit 214,73 millions de dollars (154,4 millions d'euros), renouvelant sa
Bon en chansons... determinationn" a r6duire la pauvretd".
e chansons francaises "Les cr6anciers du Club de Paris ont d6cid6 d'annuler 62,73 millions de dollars" au titre du
dispositif des Pays pauvres tres endett6s (PPTE), est-il indiqu6 dans un communique.
Vieux Temps Haiti a rejoint le 30juin la liste des PPTE, lui donnant droit a un effacement de dette r6serv6
ipas aux pays les plus d6munis, selon le communique.
)aniel et Captain Bill Les cr6anciers du Club de Paris "se sont 6galement engages a titre bilateral" a annuler 152
millions de dollars suppl6mentaires, precise le communique, appelant les autorit6s
nal de 5 heures haitiennes a favoriser "une croissance 6conomique soutenue et durable".
te Hertelou Parmi les membres du Club de Paris, l'Allemagne, la Belgique, le Canada, le Danemark,
l'Espagne, les Etats-Unis, la France, l'Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni ont particip6
ie & Company l'annulation de la dette d'Haiti.
'ement durable La dette ext6rieure publique totale de la RWpublique d'Haiti 6tait d'environ 1,8 milliard de
c Bernard Etheart dollars en valeur nominale fin septembre 2008, selon le communique.

Sabor con Luciani Recemment la Banque mondiale a annonc6 un all6gement de 1,2 milliard de dollars de la
dette d'Haiti.


ormations

irand Concert
.: L'heure classique
: Jazz at Ten
chael regoit ses invites

rs, prenez vos dames
0 ans de succ6s populaires haitiens

p


Top HtParade
Semaine du 13 Juillet
1. Arly Lariviere: Encyclopedie
2. Joe Jack: L'Homme Orchestre
3. Maurice Sixto: Volume2
4. Maurice Sixto: Pa Nan Betiz!
5. Septentrional: Gold
6. Nemours Jean-Baptiste: Haiti
7. Maurice Sixto: Les Dictateurs
8. Haitiando: Creolatino
9. Beken: Tribilasyon
10. Maurice Sixto: Volume 4


'1% ==A





Mercredi 15 Juillet 2009
HaitienMarche *VolXXIII N- 25


Fenk part : Paul Laraque :

Eclaireur de l'aube nouvelle

Se avek anpil kU kontanEdisyon Trilingual Press (Pris
Trileng) ap anonse yo s6ti nouvo liv Paul Laraque : Eclaireur
de l'aube nouvelle [ISBN: 978-0-9745821-5-3/ Trilingual Press,
ete 2009 ;180paj/Pri: $15.00].

Liv-la edite sou direksyon pwofese Franck Laraque,
ki se ti fre e konpayon konba Paul Laraque; se Josaphat-
Robert Large ki prefase li. Li aliyen sou f6m souvnans,
memwa, ese, omaj, powem, elatriye -youn layite ekriven koni
ak morn ki te pw6ch ak Paul Laraque, kouwd pitit fi li Danielle
Laraque, pitit-pitit gason li Marc Anthony Arena, limenm tou
youn pow&t, nyes ak neve li, anpil zanmi, pami yo gen sa ki te
konnen-1 lontankouwd Georges Jean-Charles, Serge Franqois,
Bob Garoute, Kern Delince, G6rard P6trus, Max Manigat,
Frantz-Antoine Leconte, Raymond Chassagne, Jean L.
Prophete oubyen 16t ki konnen-1 nan ta kouwd Frantz Latour,
Deniz6 Lauture, Berthony Dupont, Hugues Saint-Fort, plis
anpil 16t morn travay li te enspire.

Antoloji lwanje sila-a, ki gen ladan-1 gran powdt
kouwd Jean M6tellus, Rend Depestre, Anthony Phelps, Jack
Hirschman, Gary Klang, Rodney Saint-Eloi, Jan Mapou,
Michel-Ange Hyppolite, Prosper Sylvain Jr., elatriye, ap vin
limen entered morn pou nonm sila-a yo bay ti non << eklere
baldn pou nouvo jou leve >>.

Liv sa-a ka petdt premye teks ayisyen ki aliyen youn
dal ekriven ak aktivis entelekty6l ayisyen ki toujou vivan pou
onore youn ekriven ki pa gen lontan 1' mouri.

Pou fn k6mann liv la, klike sou lyen pi devan an:

http://www.tanbou.com/trilingualpress/index.htm
oubyen voye youn ch&k $15.00 + $3.95 pou fre laps bay
Libreri Mapou
5919 NE 2ndAvenue, Miami FL 33137
305-757-9922


HENRIETTE DELILLE

Prezantasyon Yolande Thomas

Nan 27dm. Konvansyon Nasyonal National Center
of the HaitianApostolate-USA 5-6-7
Jen 2009 nan Barry University
Miyami

Henriette DeLille te fdt Nou-Oleyan
nan Luizyan, Etazini an 1813. Papa-1
se te franse, manman-1 se te pany6l.
Henriette depi laj 14-an, an 1827 te
k6manse anseye lan lek6l katolik b6
lakay li. Pandan plizye Lane, pasyon-
1 pou edike timounn p6v yo te toujou
youn rezon pou deklannche konfli ant
manman-1 avd-l.

An 1835, manmanHenriette
pedi tt-li. Tribinal Luizyin deklare
manman Henriette enkonpetan epi
mande Henriette pou 1' pran kontr6l
tout byen manman-1. Apre Henriette
te fin pran swen manman-1, li vann
tout sa k' te rete epi l'ale ouvri youn
kongregasyon tou piti, t6lman senp
yo pa t'ka menm rekondt li, paske nan ep6k-la, mounn nwa pa
te gen dwa konsakre lavi-yo pou sevis Granmnt-la.
Kongregasyon sa-a te rele: "L'ordre des Soeurs de la
Presentation". Nankouvan sa-a, nou tejwenn slman 8 mounn:
Henriette, 7 1t fanm krey6l ak youn fanm franse, Marie-Jeanne
Aliquot.

2 16t medam anvan sa te mete ansanm ak Henriette,
pou mande dwa pou yo ta ka vin me, men ep6k sa -a, nan
sistem esklavajis ameriken-an, mounn nwa pa't gen chans sa-
a. Juliette Gaudin, Josephine Charles ak Henriette te menm
mande pemisyon pou fe pw6p kouvan yo e si li pa te posib
pou yo sevi nan 16t kongregasyon. Repons-lan se te fe sa yo
vle. Yo pa dwe pwononse okenn seman. Yo pa dwe pran okenn
angaj man epi yo gen dwa kite 6ganizasyon-an 1k yo vle. Di-m


Repenser 1'6ducation civique au


meme, A ne plus tenir une plume, A ne plus 6tre poete, ni 6crivain,
ni historien, ni quoi que ce soit dans le domaine de l'esprit. Ils
se sont enlev6 la fibre essentielle. Ils sont, ils ont voulu
demeurer, ils resteront Ajamais des mercantis.
F. Marcelin (La confession de Bazoute)
N6 A Port-au-Prince en 1848, mort en 1911 A Paris on il
passa une bonne partie de sa vie et ou reposent, au cimeti&re
du p&re Lachaise, ses cendres. Fr6d6ric Marcelin est pour
l'essentiel, du 19Mme siecle. Siecle de l'essor des nationalismes
et du culte des particularismes.
Epoque ou le territoire de la naissance, la terre des
pares, la langue materelle, la religion des anc6tres, la monnaie
nationale 6taient tabous. La mode 6tait A l'enfermement
nationaliste et la naturalisation ne pouvait 6tre vue que comme
t6ratologique. La diaspora haitienne A Paris au 19Mme sicle
fut une migration d'6tudiants et d'intellectuels. Les familles
ais6es y envoyaient 6tudier leurs fils et leurs filles pour revenir
occuper les fonctions dirigeantes du pays. C'est A ces fils de
familles que s'adresse Fr6d6ric Marcelin dans une oeuvre
litt6raire presque tout entire 6dit6e en France. I1 n'a pas connu
1'6migration populaire des anndes 1980, migration de travail
manuel A la poursuite du pain quotidien. Cette situation lui
6tait dtrang&re.
Le tournant de l'6poque contemporaine
Avec Marcelin, nous sommes A deux siecles de
distance du 21e siecle dont le mot cl est mondialisation.
L'6poque contemporaine, ouverte apres la Seconde guerre
mondiale, se caract6rise en effet par l'ouverture des frontidres
et des socid6ts. Aujourd'hui on se veut m6decin sans fronti&re,
citoyen europ6en autant que francais, caraib6en autant
qu'haitien. On achdte au march commun, paie en euro, parle
les deux ou trois langues utiles au march du travail devenu
multinational. On se proclame cecumfnique ou laic c'est-A-dire
tolerant des diverses religions auxquelles on reconnait des
valeurs propres.
Avec Marcelin, nous sommes A deux siecles de
distance de l'Haitien du 21k siecle qui ne croit plus A cette
superstition nationaliste que la naturalisation tarit l'inspiration
litt6raire. La preuve, c'est le magnifique panorama de la
litt6rature haitienne de la diaspore public en 1997 par Pierre-
Raymond Dumas. Ouvrage qui donne A d6couvrir la brulante
ferveur patriotique qui couve au cceur d'Haitiens naturalists
ou non de la diaspora. Haitiens qui meme naturalists, rdcusent
l'6pithete d'6trangers.
C'est qu'il y a diverses manimres A diverses 6poques
de rester haitiens. Aujourd'hui on veut rester haitien, c'est-A-
dire rester au service de son pays, lui apportant finances et
expertise bien que naturalist. On se veut patriote mais
autrement. D'unpatriotisme constructif different du patriotisme
anachronique de Marcelin.

UNECLATEMENTDIASPORIQUE
Les Haitiens ont commenced s'installer en grand
nombre A l'6tranger apres 1957. On peut aujourd'hui, grice
aux enquetes sociologiques d6ji r6alis6es, mesurer l'ampleur


de la diaspora Haitienne, son extension gdographique et son
volume d6mographique.
En 2006, le gdographe Georges Anglade recense 12
millions d'Haitiens dont 8 millions A l'intrieur et 4 millions A
l'ext6rieur, avec cartes a l'appui dans lejournal le Nouvelliste
du mardi7 f6vrier 2006.
Nous voici devant un nouvel espace haitien l6argi A
plus de 15 diffrrents pays parsem6s < de Little Haiti >>.
Etats-Unis Martinique / Allemagne / Canada / Guadeloupe
Suisse / R6publique Dominicaine / Venezuela / Belgique
Bahamas / Guyanne Franqaise / Porto-Rico / Cuba
France /Mexique
Nous voici devant une nouvelle r6partition
d6mographique de la population on la seconde ville d'Haiti
n'est plus numdriquement le Cap-Haitien (54.691) mais New-
York City (300.000 h.).
Nouveaut6 qui appelle une nouvelle strat6gie de
d6veloppement accentuant l'int6gration des deux Haitis
int6rieure et ext6rieure ; 2 morceaux connects en un tout.
C'est un fait : Haiti est entr6e dans une &re nouvelle,
l'Yre plan6taire du d6bordement des nations, du brassage des
hommes et des marchandises. N'est-ce pas cette &re que Karl
Marx d6crivit d&s 1847 dans le manifeste communiste.
<< La grande industrie a cree le march mondial. Les
vielles industries nationales sont supplant6es par des
nouvelles industries qui n'emploient plus des mati&res
indigenes mais des mati&res premieres venues des regions les
plus lointaines et dont les produits se consomment non
seulement dans le pays meme mais dans toutes les parties du
globe. A la place des anciens besoins satisfaits par les produits
nationaux naissent des besoins nouveaux r6clament pour leur
satisfaction les produits des contries et des climats les plus
lointains. A la place de l'ancien isolement des provinces et des
nations se suffisant A elles-memes se d6veloppent des relations
universelles, une interd6pendance universelle des nations. >>
Pour le meilleur et pour le pire, le march du travail
pareillement est devenu mondial. Et c'est dans ce contexte
diasporique qu'il s'agit de faire droit au sentiment patriotique
et A l'intr&&t national. Ce qui hier subi comme une alienation
est aujourd'hui assume titre de citoyen du global village.

LEPATRIOTISME OUVERT
On ne comprend pas Haiti sans comprendre le monde.
Les faits sociaux Haitiens se comprennent dans une
perspective globale ainsi le mouvement de contestation
6tudiante qui ferma l'Universit6 d'Haiti dans les anndes 60,
bien avant mai 1968 en France, fut un mouvement de dimension
mondiale, A signification universelle : la crise de l'Education
de l'homme moderne, l'exode rurale haitien se situe dans le
ph6nomene international, qu'est l'exclosionurbaine du tiers-
monde. L'6migration de la main d'oeuvre haitienne en
R6publique Dominicaine amorce, aujourd'hui dans l'ill6galit6
et la hargne nationaliste ce march commun de l'emploi qui
devra bien, par n6cessit6 6conomique se constituer A l'avenir
dans la 16galit6 d'un march commun caraibfen.
Sur ce point, deux sensibilities s'opposent en Haiti.


mezanmi si sate youn kongregasyon toutbon. Henriette pat'
kite yo dekouraje-1. Li louvri kouvan-1. Fanm franse mwen di
nou ki nan premye manm kongregasyon Marie-Jeanne Aliquot
te senpatize ak medam yo epi ba yo tout sip6 finansye ak
moral li te kapab.
PNsistans ak volonte Henriette te pouse PN Etienne
Rousselon mande Vatikan pemisyon
pou louvri youn kouvan an 1837.
Vatikan aprouve, an 1842, non
kongregasyon ap chanje pou li vin"
Les Soeurs de Sainte Famille".

Pou sa. yo konsidere Henriette
youn one pou ras li epi tou tankou
youn manm solid legliz katolik,
espesyalman nan Nou-bleyan (New-
Orleans). Li se youn fanm ki te gen
konviksyon solid, anpil
deteminasyon, polites, konpasyon,
jenewozite ak youn fwa solid, youn
I. lanmou san kondisyon pou Bondye
ak pwochen-1. Henriette ak zanmi 1'
yo te gen anpil kouraj, anpil
deteminasyon pou yo lite pou ede
fre ak se yo ki t'ap viv nan esklavaj
menmjan Jezi ak ap6t yo te lite pou
ede pbv malere yo ak tout 16t san
fanmi yo te abandone.

Bondye voye anpil benediksyon sou travay yo, non
s6lman sou gwoup la men tou sou tout 16t mounn ki t'ap moke
yo pase yo anderizyon e ki t'ap mande ki sa yo te ka rem&t.
Henriette pa t'janm dekouraje, malgre tribilasyon, tout tetchaje.
Kongregasyon-an grandi jouk jounen jodi-a; anpil jenn fi
konsakre yo nan sevis Granmet la. Se Lasent Fanmiy yo kanpe
fem. An 1862, 1 Henriette DeLille mouri, kongregasyon-an te
deja gen pwoteksyonAcheveche ak 16t reprezantan legliz yo.
An 1989, Legliz katolik te salye byenfr Se Henriette DeLille yo
e konsidere-1 pou beyatifikasyon. Travay Henriette DeLille
nan tan sa-a ta ka konpare ak z&v MW Theresa.

Yolande Thomas
Koukouy Miyami



temps planetaire
D'une part un esprit 6troitement nationaliste qui est A l'origine
de la crise de la double nationality.
D'autre part un esprit ouvert plan6taire qui comprend
que pour r6soudre des problkmes comme le ch6mage par
exemple le cadre national traditionnel est devenu trop 6troit.
D'ofi le n6cessaire 6tablissement de march communs
r6gionaux permettant la libre circulation de travailleurs dans
un espace multinational. D'ofi lane n6cessit6 d'une integration
r6gionale organisde. La n6cessit6 aussi de repenser le concept
de patriotisme en lui enlevant ses ceillres.
Dans cette perspective plan6taire, l'exclusion
persistante qui frappe l'haitien naturalis 6 tranger n'indique
elle pas un blocage de la socid6t haitienne au stade d'un
nationalisme r6volu ? L'inclusion des haitiens de l'ext6rieur,
l'effacement de la fronti&re d'exclusion qui les tient A l'6cart ne
constitueraient ils pas une rupture avec un nationalisme
anachronique, un pas en direction de l'ouverture r6gionale
vers la R6publique Dominicaine et les autres pays de la caraibe
avec lesquels Haiti est encore A couteau tire ?
THE HAITIAN PROBLEM: ILLEGAL MIGRATION
TO THE BAHAMAS.
C'est le titre d'un livre de Dawn Marshall paru en
1979. A quand le jour on Haiti ne sera plus un problkme pour
ses voisins caraib6ens mais un partenaire de co-
d6veloppement ? A quand le jour ou un Haitien naturalist ne
sera plus un problkme pour ses compatriotes mais une
ressource humaine A inclure dans la strat6gie du
d6veloppement national. C'est cet horizon d'avenir que nous
scrutons car l'Amdrique se fait comme se fit l'Europe de cette
communaut6 caraib6enne. Antenor Firmin fut un pr6curseur.
Etre de sa nation (Haitienne) et de son temps (plan6taire).

Conclusion: La formation de l'esprit plan6taire chez
l'6colier Haitien
La reforme scolaire de Joseph Bernard, vers 1980,
visait A pr6munir l'6colier Haitien contre le ch6mage et le
d6paysement. Le ch6mage continua, malgr6 la r6forme, de
sdvir. Et la fuite de ce ch6mage acc6ldra le d6paysement sous
forme d'6migration et de naturalisation, on estime qu'un million
d'Haitiens quittirent Haiti entre 1957 et 1982. Fuyant ch6mage,
repression, ins6curit6, le peuple Haitien se rdpandit en une
diaspora plan6taire, un d6ferlement global.
R6pondant A cette situation diasporique, le plan
National D'Education 2004 de Charles Edouard Tardieu veut
6quiper l'6colier Haitien pour un march du travail devenu
multinational. Et il s'explique :
< Reconnaissant l'exigence pour Haiti de s'int6grer
au village global et de contribuer A l'6mergence d'une
civilisation plan6taire.
Reconnaissant les effets d6ployds en faveur d'une
education A vocation mondiale.
Reconnaissant l'imp6rieuse obligation d'ceuvrer sans
tarder A la r6alisation de objectifs >>.(1)
Voici reconnue la n6cessit6 d'une formation de l'esprit
planetaire chez l'ecolier haitien. Comme le montre pour l'&colier
mondial Edgar Morin dans les sept savoirs necessaires A
l'6ducation du futur.


Page 15


Alni amaumas POUt TOW VOS MKIT tEqulpements pour constjctoi on
ADOMI PURCHASING AGENCY """ n'" EIu o sl oN o
T l PURCHASIN FEP6cs do volttur /Comlon I Equpcmcnt m6dical
Tel.: 786-457-8830 Faxo 305-756-0979 ,-il pasacalla@aot.com paP amioM e par bafta.





Mercredi 15 Juillet 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 25


MEN YON
GwO BATO K
AP POTE TOUT
MACHANDIZ
OU TOUPATOU


GONAIVES
HAITI I
0


Role ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330
Fax ( 561 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398


KI VWAAYAJE CHAK
1 5 Jou Pou BWOTIE
MACHIANDIZ OU DIREK
AN AYITI SOU WAF ST
MARC GONAIVES Be
CAFE HAMTI
LJ BWOTE KONNTENE, BWAT
PEPE, KAMYON MACHIN EK-
SETERA

ST MARC
HAITI
Q____


Toll free 1-877-845-8330 or 1-877-845-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la
Direction: 1-95 to Exit No. 74 ( 45th Street ) East to Congress Ave, to North on Congress Ave to Martin Luther
King Jr Blvd go East on MLK Blvd ( making right hand turn ) this Rd takes you straight to the Port of Palm Bch
As soon as you go over Old Dixie Hwy, before Guard Shack Make 1st Left hand turn you will see our Sign


Under New Management


Haiti-Caraibe : Un camp
d'6changes pour les jeunes
de la Caraibe en Haiti
Le 9 juillet 2009 En vue de d6velopper
la solidarity regional et promouvoir la culture, 30
jeunes Caribeens participent du 8 au 12 juillet a
un camp d'6changes sous le theme << Les jeunes
dans la construction de la Caraibe .
Plusieurs activities seront pr6vues
pendant ce camp, qui est une initiative conjointe
du ministere de la Jeunesse, des sports et de
Faction civique et de la CARICOM. Comme des
ateliers sur la situation de lajeunesse de la region,
une visite des different sites du pays, des activities
culturelles.
Pendant 5 jours, 30 jeunes des pays de
la Caraibe, dont 10 d'Haiti, pays hote, se
reunissent a l'hotel Karibe dans le camp d'6changes
des jeunes de la Caraibe. Chaque pays est
represented par une personne tandis que les 10
autres sont issues des dix d6partements
geographiqus d'Haiti a raison d'un participant par
department.
Dans son discours de circonstance,
Laeticia Cadet, jeune ambassadrice de la Caricom,
se felicite de l'initiative. Elle affirme que ce sera
l'occasion pour les autres jeunes de d6couvrir la
beauty d'Haiti et de se faire une id6e autre que
celles v6hicul6es sur Haiti a l'6tranger.
Daniel Pierre-Charles, directeur general
au MJAC, a 6numere un ensemble de points qui
representent des d6fis pour les pays de la region.
Il est important pour les jeunes de se pencher la-
dessus, a-t-il avance.
La repr6sentante du Secretaire general
de la Caricom, Hilary Brown, pour sa part, precise
que cela peut contribuer a la conscientisation des
jeunes de la region pour tirer des avantages et
partager des experiences avec d'autres. << C'est
unejoie de voir ces jeunes du Caricom reunis tous
ensemble. Je suis certaine que ces changes seront
benefiques
La realisation de ce camp (voir tous les
membres de la Caraibe reunis a Port-au-Prince)
6tait un reve pour le Secr6taire d'Etat de la
Jeunesse, des sports et de l'action civique.
Ce camp prend fin le 12 juillet prochain.

Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94" Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefm hotmail.com
haiti-en-marche@hughes.net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896

Prntd yIouha stO fe


ekse gen yon kado mwen ka bay,

kap bon pou tout okazyon?


/


(Th


*


Fe yo konnen,

kijan yo enpctan pou ou!


Voye kado kash la
rapid, serye. tou pre lakay ou.


Cette oftr prnd fin Ie 30 jui 09, Pour inforatir, appelez rWetem Union au 1-77-gB4-1726, No p kre lI.

I moneytr0nste


Page 16


CAPE HAITI EN

HAITI
0


. .i i.I K.. Iw.
WSTERN


m-9




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs