Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00355
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: June 10, 2009
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00355
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00006-10-2009 ( PDF )


Full Text







men


Miami: Funerailles emouvantes du Pere Jean Juste

Des dirigeants de 1'ex-gouvernement interimaire accuses
REPORTAGE Plusieurs orateurs se sont succ6de au micro pour communautaire) et enroul6 dans le drapeau haitien.
MIAMI, 6 Juin Les fundrailles du Pere G6rard faire revivre un aspect ou un autre du disparu. Nombre d'entre eux 6taient en larmes, certains
Jean Juste, intitul6es < La c6l6bration de la vie du Pere II 6tait 1 heure 30 de l'apres-midi lorsque finalement n'arrivant pas a tenir debout. Des que l'un flanche, un
Gerard Jean Juste >>, ont eu lieu le Samedi 6 Juin a l'Eglise on est entr6 dans l'6glise avec le cercueil port6e bout de bras autre s'en apercoit, lui apporte un mouchoir et vient le
Notre Dame d'Haiti, a Little-Haiti (Miami, Floride). par les fiddles partisans de Veye Yo (association politique et (PEREJEAN-JUSTE/p. 8)
TN 11-


-- '8 -
Plusieurs centaines de compatriotes reconnaissants, defideles et de partisans ont assistW samedi
a l 'dglise Notre Dame d'Haiti a Little-Haiti, Miami (Floride), auxfundrailles de Pere Gerard Jean juste (photos Elsie Ethdart et Norluck Dorange)


Manifestations < kraze brize >>. Epi anyen !
PORT-AU-PRINCE, 5 Juin-Une seule obsession crise politique d6g6ndrant peu apres en un cataclysme social catastrophe humanitaire de 4 cyclones balayant le pays
pendant toute la semaine : et si c'6tait le retour des 6meutes avec un quasi quintuplement des prix des produits alimentaires coup sur coup en aofit septembre 2008.
d'avril 2008 qui avaient jet6 le pays dans une nouvelle et du p6trole sur le march international et enfin dans la MANIFESTATIONS/p. 4)


ATTAQUE CONTRE LA FOKAL

Etudiants, manifestants ou hooligans ?


Le centre culturel FOKAL a dtd attaqud a coups de pierres
par des &tudiants de faculties situdes alentour (photo HENM)


PORT-AU-PRINCE, 7 Juin La
bibliothbque d'Alexandrie fut d6truite au cours des
guerres de Jules CUsar.
Charge de mettre fin par tous les moyens
a la guerre de Secession (guerre civile qui d6chira
les Etats-Unis de 1861 a 1865), le general Sherman
n'empecha pas ses troupes d'incendier la ville
d'Atlanta qui abritait lors une bibliothbque
memorable, un joyau de l'Amerique sudiste et
aristocratique.
En 2003, les troupes am6ricaines firent
une vraie boucherie des centres archeologiques
plusieurs fois centenaires de Bagdad, le berceau
des plus beaux contes orientaux.


Qu'est-ce qui a pu pousser la semaine dermire
des 6tudiants a attaquer le plus important centre culturel
du pays, la Fondation Connaissances et Libert6
(Fondasyon Konesans ak Libete ou FOKAL) ?
La fondatrice et ex-directrice g6ndrale de FOKAL,
Mme Michble Pierre-Louis, est aujourd'hui le chef du
gouvemement.
On n'est pas content du gouvemement. Done on
fait passer sa colkre sur ce qui est le plus a votre port6e. La
FOKAL se trouve juste au pied d'une ruelle en pente que
surplombe la Facult6 des sciences humaines. Selon le
constat du juge de paix, de nombreuses pierres ont
6te lances de la-haut cassant des verrires du bitiment et
(FOKAL/p. 6)


"I ;;;;;;;;;;;;;;





Page 2


L'OEA ANNULE

LA SUSPENSION DE CUBA

La Havane souffle le chaud et le froid


PORT-AU-PRINCE, 7 Juin- Cuba
est en train dejouer une partie diplomatique
des plus d6licates. Ne pas se pr6cipiter
d'accepter la main tendue de 1'OEA, tout en
ne d6savouant pas les autres pays membres
qui se sont tellement battus pour obtenir la
suspension de l'ile castriste vieille de 47 ans.
Double reaction de La Havane
aprls le vote a l'unanimit6 par l'Organisation
des Etats Amdricains (donc y compris les
Etats-Unis), le mardi 3 juin, d'annuler la
suspension prise contre Cuba en 1962, aprls
que la revolution cubaine eut embrass6 la
foi communiste.
La resolution du 3 juin 2009 est le
r6sultat d'un compromis entre la position
des pays sud-americains enfaveur du retour
pur et simple de La Havane dans
l'organisation et celle de Washington
estimant que Cuba doit prendre
l'engagement d'ob6ir a la regle
d6mocratique, en commencant par lib6rer
tous les prisonniers politiques et garantir le
respect des droits humains.
Finalement on d6cida de faire la
moiti6 du chemin : l'arret de la suspension.
Quant a la seconde tape, le retour
de Cuba au sein de 1'OEA, Washington
maintient les conditions ci-dessus
mentionnees.
Reaction du pbre de la revolution,
Fidel Castro, 82 ans, de la chambre d'h6pital
oi il est intern depuis deux ans, << 'OEA a
&t6 complice de tous les crimes commis
contre Cuba et contre les pays de la region. >
Autrement dit, Cuba n'a pas de
lecon a recevoir de 1'OEA.

Pas de conclusions
pr6cipities ...
Done fin de non-recevoir de La
Havane ? Attendez, c'est plus fin que cela.
Dans le meme temps, le journal
Juventud Rebelde, d6fenseur de lajeunesse
cubaine, se fMlicite de la decision de 1'OEA
salute comme une victoire de la resistance
et de la determination du peuple cubain a
l'agression imp6rialiste. Etc.
La Havane souffle a la fois le chaud
et le froid. Remercier les gouvernements de
la region qui se sont mis en quatre pour
obtenir la resolution du 3 juin 2009, tout en
repoussant les conditions fixes par
Washington.
Au contraire, La Havane parle de
coexistence pacifique entre pays adoptant
des systemes politiques diffirents.
Mais au fond, il ne faut pas se
pr6cipiter de tirer des conclusions.

Tu-veux ou tu veux-pas !...
Cuba se r6jouit de la decision de
1'OEA. II l'a souhait6. Seulement pour La
Havane, ce n'est pas la fin de tout.
Retour au sein de 1'OEA, oui. Mais
pas question pour qui que ce soit de mettre


son nez dans les affaires internes de Cuba.
Voire Washington qui maintient son
embargo (< blocus >, selonle gouvemement
cubain) contre 'ile rebelle depuis 1962, lui
causant toutes les misbres du monde.
Cuba ou tu-veux ou tu veux-pas !
Mais l'OEA ce sont aussi les
institutions d'assistance internationale et de
credit, dont la BID (Banque interamericaine
de d6veloppement).
Par consequent, pour adopter cette
position, La Havane doit tre capable de se
d6brouiller sans une telle assistance.
C'est le cas, comme on devine. La
logistique cubaine est sans comparaison.
C'est l'un des pays le plus souvent, et le
plus rudement, frapp6s par les ouragans. Et
celui qui enregistre le moins, et le moins
souvent, de morts.
Cette mmme attitude a d6jh porter des
fruits face aux gouvernements de l'Union
europ6enne qui pendant la d6cennie 6coulke
s'6taient fait trbs critiques de l'existence de
prisonniers politiques dans l'ile et de
violations des droits de l'homme par La
Havane.
On se souvient que Fidel Castro
avait piqu6 une grande colkre et d6clard que
Cuba n'a que faire de l'assistance
6conomique de ces pays.

Ne pas meler politique et
business ...
Aujourd'hui c'est a nouveau la
reconciliation.
Selon l'actuel ambassadeur
d'Espagne en Haiti (qui avait &t6 en poste a
Cuba a cette 6poque), on a d6cid6 de ne pas
meler la politique et les changes
6conomiques.
En effet, ce n'est pas assistance
que recherche le gouvernement du
president Raul Castro (Cuba n'est pas un
cas humanitaire), mais ce sont des credits et
des investissements.
Cuba r6unit toutes les conditions
sur le plan technique (organisation,
inventivit6, recherches, formation du
personnel etc) pour se lancer dans l'arene
6conomique internationale.
D'autre part (et c'est ce qui motive
la nouvelle attitude de Washington), Cuba
ne repr6sente aucun danger ni sur le plan
militaire, ni sur le plan iddologique (comme
l'aide m6dicale cubaine en Haiti en
t6moigne). La Guerre froide est bel et bien
termin6e. Sauf dans les 6lucubrations de
certains fadas proches de l'ancienne
administration de George W. Bush et leurs
affid6s en Haiti comme ailleurs.
Bref, Cuba n'a pas les memes
ambitions qu'un Pyongyang.
Mais ce n'en est pas moins un petit
g6ant qui sommeille.

Marcus, 8 Juin 2009


toSas ft 1aail r E







& ....

"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Mercredi 10 Juin2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 20

Ouverture de la derniere session de la 48eme 16gislature
Cette session devrait se terminer, en principe, le deuxibme lundi de septembre. Mais elle
pourrait se poursuivre au-dela de cette 6ch6ance si des elections ne se tiennent pas
avant la fin de l'annde pour le renouvellement d'un autre tiers du Senat et de la
Chambre des d6put6s. Selon ladite decision consignde dans la loi 6lectorale en vigueur,
le mandat des parlementaires devrait alors arriver a terme en mai 2010.
Cette dernibre session se rdvble importante parce que les parlementaires ont un agenda
plut6t charge: l'analyse et le vote d'importants projets de lois; le projet d'amendement
constitutionnel, celui relatif aux partis politiques et a leur financement; le projet de loi
sur la decentralization; le projet de loi sur l'Habeas corpus; le projet de loi sur la
passation de march et la loi de finances publiques 2009-2010.
Le d6put6 de M61e Saint-Nicolas, Eloune Dor6us (OPL), a souhait6 que l'Ex6cutif
soumette a temps les textes des projets de loi afin que le parlement puisse atteindre ses
principaux objectifs au terme de cette cruciale session.

Le Premier ministre Michele Pierre Louis a l'ouverture de la
session parlementaire
Chaque parlementaire a requ un dossier sur les r6alisations du gouvernement depuis 9
mois.
Quelques questions majeures demeurent au centre de nos preoccupations, a tenu a
souligner le Premier ministre. En premier lleu la vulndrabilit6 du pays, la n6cessit6 de la
creation d'emploi, l'urgente n6cessit6 de lutter contre la corruption et celle de rendre
les administrations publiques plus performantes, enfin la n6cessit6 de coordination de
l'aide internationale pour que les projets soient r6alis6s au maximum de leurs
possibilities.

Le President de l'Assembl6e nationale Kelly Bastien exige la
liberation de tous les etudiants en prison
Le president du Senat a insisted sur le fait que la violence ne nous conduira nulle part.

Plusieurs centaines d'6tudiants manifestent lundi devant le
Parquet de Port-au-Prince
Lundi 8 Juin, vers les 2 heures de l'aprbs-midi, des 6tudiants se sont allong6s par terre
couchess en croix) devant le Parquet de Port-au-Prince pour y empecher l'entrde ou la
sortie de v6hicules. Ils voulaient montrer clairement qu'ils ne bougeraient pas tant que
leurs camarades (d6tenus aprbs les manifestations de la semaine dernires) ne seraient
pas remis en liberty. Me Aviol FLEURANT proteste contre une decision du Parquet les
informant qu'on voulait lib6rer 8 6tudiants mais garder les 16 autres en prison.
Cependant, en attendant d'obtenir des 6claircissements, restez calmes, a-t-il
recommand6 aux 6tudiants r6unis devant le Parquet, parce que vous devez donner une
image de bon citoyen.

Comparution en justice des personnes, dont des 6tudiants,
arretees pour atteinte a l'ordre public
Environ une quinzaine d'6tudiants devaient comparaitre lundi par devant le Parquet du
Tribunal civil de Port-au-Prince pour r6pondre de leurs actes (sic) lors des denmires
manifestations "estudiantines".
Plusieurs v6hicules publics et priv6s ont &te la cible de pierres lances par des
manifestants en fin de semaine dernibre, dans le cadre du mouvement de protestation
initi6 au sein de l'Universit6 d'Etat envue d'exiger le depart du d6canat de la faculty de
m6decine et de pharmacie.
Cependant ces revendications petit a petit se sont transformees en manifestations pour
la promulgation de la loi portant le salaire minimum a 200 gourdes.
La comparution enjustice annonc6e pour ce lundi s'effectuait dans un climat
surchauff6.

Un appel au calme est lanc6 aux Etudiants
Le recteur de l'Universit6 d'Etat d'Haiti, Jean Henry Vernet, lance un appel au calme
aux 6tudiants qui manifestent violemment pour exiger l'adoption de la loi envue de
l'augmentation du salaire minimum. Un 6tudiant a &td gribvement bless et 24 autres
arretds, lors des r6cents incidents violents qui ont opposes les 6tudiants a la police
nationale. La police a fait un usage, jug6 excessif, de gaz lacrymogenes pour contenir
les 6tudiants.

L'Union europeenne accorde 7 millions d'euros d'aide a Haiti
La Commission europ6enne a annonc6, le 5 juin dernier, l'octroi d'une aide de 7millions
d'euros envue de venir en aide aux couches d6favoris6es. Cette aide vise a combattre
la malnutrition, la mortality infantile et a renforcer les capacit6s de rdponse du
gouvernement en cas d'urgence.

Un nouvel ambassadeur ambricain pour Haiti
Le President Barack Obama a d6sign6 jeudi Kenneth H. Merten, un diplomate de
carribre, comme le nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Haiti, selon un communique
de la Maison Blanche rendu public a Washington.
M. Merten n'en sera pas a sa premiere experience de travail a Port-au-Prince oi il fut
tour a tour, il y a quelques anndes, responsable de la section economique de la mission
diplomatique des Etats-Unis et vice-consul. Engag6 depuis 1987 dans la diplomatie
amdricaine, l'ambassadeur d6sign6 s'6tait vu confier les dossiers dconomiques dans
les representations diplomatiques de son pays en France, en Allemagne et auprbs de
l'Union europ6enne a Bruxelles. En cas d'approbation de sa nomination par le Senat a
majority d6mocrate, Kenneth Merten prendra la succession de Janet Ann Sanderson,
en poste depuis environ trois ans en Haiti.

78 auteurs et 1548 titres a la 15e edition de la foire du livre
Livres en folie
A l'initiative du quotidien Le Nouvelliste et de la Unibank, la quinzibme edition de
Livres en folie se tient ce jeudi au Parc historique a Tabarre. Yannick Lahens est
l'invitee d'honneur.
Les lecteurs ont rendez-vous a la 15e edition de la foire Livres en folie, espace de
vulgarisation et de vente de livres haitiens. Ce jeudi 11 juin au Parc historique de la
canne a sucre a Tabarre, les ceuvres litt6raires de nombreux 6crivains locaux et d'autres
de la diaspora haitienne seront exposes. Tels des recueils de poemes, des romans, des
livres d'histoire et d'autres ouvrages produits par des auteurs du terroir. < C'est un
6v6nement culturel qui pr6ne la promotion du livre haitien > a d6clard Max Chauvet,
directeur du quotidien Le Nouvelliste, en ouvrant une conference de presse r6unissant
les divers acteurs de Livres en folie. << Livres en folie est un travail de longue haleine >
a indiqu6 M. Chauvet. Avec son roman << La couleur de l'aube > Yanick Lahens est
l'invit6e d'honneur a la foire annuelle du livre. << Le revenant > et << La pierre de
Damballah > de Gary Victor, << Portraits d'6crivains haitiens > de Frantz Duval, << Au
bout des errances > de Sophia D6sir, << Who is who in the haitian diaspora > de
F6quiere VILSAINT et de Maud HEURTELOU, < Pierre Julien Rigaud sont parmi les nouveaut6s de Livres en folie cette annde.

L'H6pital de Jacmel sera muni d'un service de radiologie
Au cours d'une visite effectuee a Jacmel, le Docteur Alex LARSEN a inform la
population des nombreux efforts de son ministere pour 6quiper correctement les
h6pitaux a travers le pays. C'est ainsi qu'il a annonce que Jacmel (Sud-est) va recevoir
un appareil de radiologie tout neuf. Les arrierds de salaire vont aussi etre pays aux
personnels de sante de l'h6pital de Jacmel.

La mairie de Carrefour bloque des chantiers non autorises
Dans un esprit de bonne urbanisation de la zone, la mairie de Carrefour a lance une
vaste operation de surveillance des differents chantiers et d'observance des
lrglements d'urbanisme.





Mercredi 10 Juin2009 L'ACTUALITE__ ENMARC
Haiti enMarche *Vol XXIII N' 20

W*! 99w JIMmm ame M40rC



!t 4 If 1 1 1a U
*t (* ^ tI ( f


In mniod \mlM^j4lcur





"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"





aI .a -i a 4 #~ ON .ac a %w*a % Aw
t+ ~p +o+ +++ ++


Page 3

fLEVENEMENT SOMMAIRE
Miami: Fundrailles 6mouvantes du Pare Jean Juste
es dirigeiants de l'ex-gouverement int6rimaire
accuses p.l
Jean Juste est mort, mais pas sa pensee p.9
ACTUALITENATIONALE
Manifestations < kraze brize >. Epi anyen p.1
Tojoujrs cherchez la politique p.5
BARBARIE
Attaque contre la FOKAL p. 1
DECISION HISTORIOUE
L'OEA annule la suspension de Cuba p.2
DIPLONATIE
Un nouvel Ambassadeur am6ricain d6sign6 en Haiti

SANTE
Une adolescente dominicaine morte de la grippe
AHINip.3
DIASPORA
Un maire d'origine haitienne Olu a North Miami p.3
ECONOMIE
La Banque mondiale approuve US$ 121 millions pour
Haiti p.6
Chemron vend toutes ses stations-service en Haiti
L'acquereurc'est Medley Capital et GB Group p.6
LIBREPENSER
Lgerete p.12
Environnement et insouciance p.12
UNIVERSITY
Le p.13


en uo6dtu n vaou&nm6 son o .
> Fadwsvas bansferts our I'

> Consdmz votre uattestan ncaire

ConviazwlawlongueIIWtecdautrstransaiadnspossibles
en~s





Mercredi 10 Juin2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 20


Manifestations < kraze brize >. Epi anyen !


(A4NIFESTATIONS... suite de la iere page)
De tout cela, une chose est certaine : ce ne sont pas
des 6meutes d'avril. Juin n'est pas avril. Rat6 Les vacances
seront d6crd6tes dans quelques jours. Les 6tudiants n'ont
pas longtemps pour se retrouver en vacances. Alors que sur
le plan de la m6tdorologie sociale (ou socio-6conomique), ce
n'est pas juin mais avril le mois le plus chaud de l'ann6e parce
que correspondant au moment ot l'on a en quelque sorte fini


de la misbre avec laquelle seule rivalise l'inaction des
gouvernants.
La crise 6conomique internationale tape dur en Haiti.
Moins d'argent transf6ri par les compatriotes expatrids. Moins
de nourriture sur les tables. Et pour le grand nombre, la disette
totale.
D'autre part les fonds promis au gouvernement
(environ US$340 millions) lors de la rencontre des donateurs,


manifestations de ces dernires anndes, ce fut pour protester
contre des propos du president dominicain Leonel Fernandez.
La veille m6me d'une visite en Haiti, Fernandez fut
entendu sur la BBC de Londres d6clarant que Haiti est un Etat
qui a failli.
Le lendemain alors qu'il visitait son homologue
haitien, le president int6rimaire Boniface Alexandre et son
premier ministre G6rard Latortue, le president dominicain fut


"Copyrig hted
CI, r, e


Syndicated C

le.from Cmmerc
31e.from Commercic


de manger les r6coltes de la saison precedente. Ce que les
sociologues appellent : la p6riode de soudure. Tandis quejuin
d6bouche au contraire sur l'6t6, la saison ou mfrissent le mais
et l'avocatier juste apres le manguier. Les mangues sont A
peine ddvordes que les 6tudiants et les 6coliers gagnent
l'int6rieur du pays pour les vacances ou l'on reprend des forces
en se nourrissant surtout de mais bouilli et de belles tranches
d'avocat.
Tout gouvernement haitien le sait et calcule son
calendrier politique en consequence.
Bref, les manifestations qui ont fait rage toute la
semaine passe, et qui peuvent reprendre encore cette semaine,
n'ont pas pour longtemps. Bient6t les vacances y mettront
fin.
C'est si vrai que, confront A une grave de l'universit6
dans les anndes 60, Papa Doc n'eut qu'une chose A faire :
d6cr6ter les vacances g6ndrales en plein milieu de l'annde
scolaire.

La crise &conomique internationale tape
dur...
Ces proc6d6s n'ont plus cours, mais le pouvoir actuel
n'y pense pas moins.
En effet, les gaz lacrymogenes ne suffisent pas pour
arreter des jeunes dont la principale motivation n'est pas
directement le respect du nouveau salaire minimum vot6 par
les deux chambres ni le r6tablissement de cours suspendus A
la faculty de m6decine et de pharmacie (comme les 6tudiants
de cette faculty le proclament), mais plut6t la nouvelle escalade


le 14 avril dernier A Washington, ne se seraient toujours pas
mat6rialis6s.
L'impression g6ndrale est que le gouvernement
haitien traverse une p6riode de banqueroute totale. Comme
un enfant prodigue pris la main dans le sac, il serait
actuellement puni pour cause de d6penses mal calculdes.

Faire comme la General Motors ...
Les mauvaises langues vont jusqu'A dire que meme
ses propres fonds que l'Etat haitien n'a pas le droit d'utiliser
sans autorisation de qui de droit ... Et que l'envoyd special de
I'ONU, Bill Clinton, n'est pas un gouverneur ni un vice-roi,
comme le r6pdtent A l'unisson les 6tudiants d6ferlant par
centaines sur le Champ de Mars et que les unites sp6cialis6es
de la police nationale ont toutes les peines du monde A contenir
et A maintenir A distance du palais pr6sidentiel mais que ce
serait plus exactement un tuteur. Nous voici class du coup
un Etat < irresponsable. >>
Malheureusement le pouvoir haitien ne peut pas faire
comme la General Motors aux Etats-Unis. Accepter de
s'inscrire au Chapitre 11 de la loi sur les faillites, de facon A
obtenir l'aide gouvernementale. Mais on sait quelle a &t6 la
condition principale du president Barack Obama : c'est le
renvoi imm6diat du PDG de la c6lbre firme de Detroit. Hum !!!
A moins de consid6rer que l'Etat haitien a &td d6clare
en faillite depuis belle lurette.
Sinon de quel droit le Fonds Mon6taire se permettrait-
il de contr6ler la moindre de nos d6penses, jusqu'au ramassage
des ordures devant nos portes.


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.


Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit enten&t pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki
pbmbt klyan an jwenn tout itO -\ ,,tR We l
enf6masyon li bezwen sou transp6 ___
pa avyon, sou lanmb ak ate, fR
rezbvasyon pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon
kontabilite.


it TE


"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou machandiz li ak
sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe tout bagay pi fasil pou klyan
an kit se machandiz lap voye, kit se efb pesonl" dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes
Devlopman.
MyCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon yo e pou
yon an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan. Nou vle ofri klyan an
yon I e-Stop-Sh .", sa vle di nou vle ofri li plizyc solysyon o chwa avyon,
bato os tquit se machandiz pou ekspbtasyon, kit se pou enptasyon.
a kapini yo, Amerijet pral introdui lo6avantaj sou iwebsite li a. Pamela
Robbins "U I yo a entercsc an oloi a c oe bin plis
ekspansyon e p INae illn tNO. .l a lans
Amerijet International, I i ouni sevis entenasyonal konple sou tout f6m
- pa avyon, pa bato ak atL.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb a ak
destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p, Lazi ak Middle-
East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi prensipal baz li ki se
Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenbt la www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-5354.


Etat qui a failli et
Etat en faillite ...
D'un Etat qui a failli A
un Etat en faillite, c'est vrai, il
n'y a toujours qu'un pas.
Mais les 6tudiants
haitiens refusent de l'entendre
ainsi et ils ont raison. On est
6tudiant une seule fois dans la
vie ... et dans la vie de son
pays.
Justement l'une de
leurs plus m6morables


assi6g6 au Palais national par une violente manifestation
6tudiante.
On a df le sortir de 1i par h6licoptbre et annuler toutes
les autres rencontres qui devaient avoir lieu en son honneur.
D'unautre c6td, la chancellerie dominicaine soulignait
dans une r6cente declaration que partout ou vont les officiels
dominicains, ils plaident la cause d'Haiti. Cela pour montrer la
bonne volont6 de la rdpublique voisine A notre 6gard.
Or l'un ne d6range pas l'autre.

Tant de tuteurs A la fois ...
D'un Etat qui a failli, A Etat en faillite, done
irresponsable, et n6cessitant un tuteur, et m6ritant la
commiseration du monde entier.
L'ennui est que les choses sont de nos jours bien
r6parties. Aux Etats qui ont failli, la commiseration, done
l'humanitaire, les ONG par milliers.
Aux Etats avec le meilleur taux de croissance comme
justement le pays du super crack qu'est le president Leonel
Fernandez, les investissements cr6ateurs de dizaines de milliers
d'emplois.
VoilA qui est simple comme bonjour.
Nos 6tudiants refusent de le voir avec une telle
simplicity. Et ils ont raison.
Cela ne veut pas dire que la logique Fernandez n'a
pas ses limites.
Peut-6tre !
Mais la n6tre aussi.
Et l'on s'6tonne de se voir flanqu6 de tant de tuteurs
A la fois. Ce sont l'envoyd special de 1'ONU, le repr6sentant
special du secr6taire g6ndral de 1'ONU, l'ambassadeur des
Etats-Unis, l'Union europeenne, le PNUD, la France, le Canada
etc.
Tant de bonnes fees qui se penchent sur sonberceau.
Pourtant le b6b6 pleure toujours plus fort. Les 6tudiants ont
done raison. Eux non plus ne comprennent pas. N'y
comprennent rien !
Mais c'est 1i aussi le piege. Plus vous vous agitez,
comme la souris prise dans le << glue > (la colle), plus vous
vous enfermez 1A-dedans.
La logique des manifestations < kraze brize , comme
celles de la semaine dernire, a done sfrement elle aussi ses
limites.
Haiti en Marche, 5 Juin 2009


SInc.


Catering Specialist
Cakes, Pastries. Hors d'Oeuvres
for all occasions


Page 4


Pat9 Plus Baker
NArTURAL JUICE


11638 NE 2nd Ave.
Miami, FL 33160
Tel. 305-756-3695





Mercredi 10 Juin 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 20


MANIFESTATIONS ETUDIANTES



Toujours cherchez la politique !


PORT-AU-PRINCE, 6 Juin- Comme en avril 2008,
tout le monde craint un retour des 6meutes de la faim.
Les conditions socio-6conomiques sont pareilles,
sinon pires.
Le pouvoir d'achat de la majority a d6gringold
davantage avec la diminution radicale des transferts d'argent
de la diaspora.
Mais les 6meutiers d'avril 2008 n'6taient pas
identifiables. Les manifestants
actuels sont des 6tudiants
agissant a visage d6couvert.
D'autre part, on n'a pas
rapport de vitrines de magasins
cass6es de maniere syst6matique
comme l'anne demrnire.
En 2008, c'est la force
internationale de maintien de la
paix qui avait pris les choses en
main apres une tentative des
6meutiers d'envahir le Palais
national.
Cette fois la Minustah se
tient pr6cautionneusement a
distance. Par tradition,
l'universit6 haitienne se
considere comme un bastion de
Charlemagne P6ralte en herbe
(celui-ci fut le h6ros de la lutte
contre l'occupation americaine -
1915-1934).

Une grogne
general et justifiee ...
Par contre, les
conditions de vie de la
population, done de ces
6tudiants eux-memes, sont aussi
calamiteuses sinon plus qu'en
2008. Ce qui fait qu'on ne peut
encore se prononcer tout a fait
sur l'issue des 6v6nements.
Jusqu'oui ira le mouvement des
6tudiants ? Nul ne sait. Mais qa Un slog
d6pendra 6videmment des efforts
qui seront faits pour commencer a att6nuer ce qui est avant
tout la manifestation d'une grogne g6ndrale ... etjustifide.
Et ce qui nous conduit a une autre r6f6rence : les
turbulences qui aboutiront au depart du pouvoir du president
Jean-Bertrand Aristide en fvrier 2004.
Les manifestations 6tudiantes y ontjoud 6galement
un r6le majeur.

La situation s'est retourn6e ...
Le moment crucial n'a pas tellement &te la soi-disant
menace exerc6e par les troupes paramilitaires de Guy Philippe
sur la capitale, que le choc qui eut lieu entre d'un c6t6 les
6tudiants de la faculty des sciences humaines (les memes qui
ont fait le plus de vacarme dans les rues la semaine dernire) et
de l'autre les jeunes partisans d'Aristide months des
bidonvilles de la capitale et commundment appel6s
<< chimbres. >
La confrontation decisive eut lieu en d6cembre 2003,
a l'Avenue Christophe, devant le grand centre culturel FOKAL
contigu a la faculty en question.
De nombreux 6tudiants furent bless6s, ainsi que le
recteur de l'universit6, Pierre-Marie Paquiot.
DMs lors, le pouvoir Aristide avait perdu, si l'onpeut
dire, sur le plan moral.
Mais la situation s'est retournde et voici que la
semaine dernire des 6tudiants de la meme faculty se sont mis
Sbombarder le centre FOKAL a coups de pierres qui ont cass6
des vitres du bitiment et endommag6 des voitures.

Conspuant le nom du President Rene
Preval ...
De plus cette fois les 6tudiants ne peuvent pas
pr6texter que c'6tait au cours d'6changes avec un quelconque
adversaire.
Ils sont seuls maitres du champ de bataille. Si l'on
peut dire, car les unites anti-6meutes de la police nationale
r6sistent pied a pied. A coups de gaz lacrymogenes qui
empestent tout le quartier. Quoique un 6tudiant aurait requ


une balle rdelle. Son transport a l'H6pital g6ndral dans les
conditions dramatiques que l'on devine porta la tension a son
comble. Nouvel assaut des 6tudiants en direction du palais
national. Et en conspuant le nom du Pr6sident Rend Pr6val et
du chef du gouverement, Mme Michble Pierre-Louis. Or celle-
ci n'est autre que l'ancienne dirigeante et fondatrice de la
FOKAL.

Premieres escarmouches avant les


gan tres significatif rpandu partout dans la capitale haitienne (

pr6sidentielles ...
Ce qui fait entrer la politique dans l'6quation.
Est-ce la tradition haitienne de tenir le chef de l'Etat
pour seul responsable (et aussi depuis tres r6cemment le
Premier ministre, ref. Jacques Edouard Alexis renvoyd l'annde
dernire apres les 6meutes dites de la faim) ?
Ou sont-ce les premieres escarmouches en direction
des pr6sidentielles de 2010 ?
Cependant autre difference avec les evenements
passes : non seulement les 6tudiants n'ont pas de partisans
du pouvoir en place en face d'eux (pas de < Attila contre GNB >,
comme s'intitule le film de Arnold Antonin) mais cette fois ils
n'ont probablement pas le support de l'l6ite 6conomique
puisque se battant pour obtenir l'application du nouveau
salaire minimum a 200 gourdes dont les milieux d'affaires tentent
d'obtenir plut6t une reduction.
Mais est-ce que la politique est vraiment en dehors
des 6v6nements actuels ?
Pas du tout.

Tout est politique et toute politique est
electoraliste ...
En effet, cette approche des pr6sidentielles 2010 fait
que tout est politique et que toute politique est 6lectoraliste.
Y compris du c6t6 du blanc. A peine la Secr6taire
d'Etat Hillary Clinton avait-elle mentionn6 le nom d'un certain
m6decin philanthrope haitien dans son discours lors de la

Ecoutez sur l'internet Melodie Matin

www. melodiefmhaiti, com


e0lodie
-^f---o2"^.^"^


conference des bailleurs de Washington, que celui-ci est
present et pr6sent6 sur maints sites Internet comme un aspirant
s6rieux au palais national!
Mais contrairement au radicalisme de 2004 ou c'6tait
le depart d'Aristide ou rien, on n'a pas entendu de Abas
Pr6val, du moins pas tout a fait proprement dit.
Certes il lui est reproch6 tous les malheurs qui tombent
sur le pays a la chaine, mais le chef de l'Etat Olu en 2006 avec
plus de 60% des voix, semble
pouvoir encore b6ndficier d'un
dernier recours, une dernibre
chance de se rattraper.
Nos 6tudiants ne
seraient done pas si fous Chat
echaud6 craint l'eau froide. Serait-
ce que jamais auparavant il n'6tait
autant apparu h quel point nos
gouvernants n'ont pas les
moyens de leur politique. La
colere n'empeche pas la
prudence!


*HENM)


Le dernier coup de
semonce ...
Les prochaines
pr6sidentielles c'est comme le
dicton americain : < so close and
yet so far >, trop proches mais
encore trop loin Ne pr6cipitons
rien.
Mais quoi qu'il en soit,
ces manifestations sont le dernier
coup de semonce pour rappeler
aux d6tenteurs actuels du pouvoir
(haitiens et strangers) que aucun
peuple n'accepte de mourir de
faim de manibre aussi primaire,
aussi vile.
Car il y a encore plus
symbolique que ces
manifestations : l'abstention
quasi totale aux s6natoriales du
19 avril dernier.


Alors que les 6tudiants
r6clament application du salaire minimum a 200 gourdes, ils
n'ont pas &t6 rejoints par les masses.
Parce que celles-ci ont trouv6 un moyen pacifique et
plus efficace d'exprimer leurs revendications : les urnes
d6mocratiques.
A moins que quelque chose ne change d'ici 1 A
bon entendeur Et quelque grands soient 6ventuellement leurs
supporters.
Haiti en Marche, 6 Juin 2009


CON TA CT US
TOLL FREE. 1-888-383-2856
OR. 30 5 -6 2 0-8300
FAX .305-620-8332
CELL. 305-986-881 1


FICHE D'ABONNEMENT A HAIJI EN MARCHE


CoUatpo ir Six i


Ha ti
Etats Unis
Canada
Europe
Am6ique Latine


Gdes 260.00
_ US $ 40.00
SUS $ 42.00
_ US $ 70.~00
_ US 70.00


ICat p iurnIA


Gdes 520.00
_ US $ 78,00
US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans le cas d'un ambonnment
avec livrason, tI cout est le double.
Prftr do spcifier st vous Ates
un nouvel abonn6
ou sll s'aglt d'un renouvellennt


Nouveau


Renouvellement

[EL


Page 5


Nom
Adresse





Mercredi 10 Juin2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 20


ATTAQUE CONTRE LA FOKAL


Etudiants, manifestants ou hooligans ?


(... suite de la lere page)
les vitres de voitures se trouvant en contrebas.
Pendant qu'un groupe de plusieurs dizaines faisait le
siege par-devant sur l'Avenue Christophe.

La grossieret& meme des perp6trateurs ...
Des paramilitaires gris6s par leurvictoire (ou
pr6tendue victoire) qui envahissent le mus6e des
tr6sors artistiques vodou qui avait &te ouvert a l'ancien
Grand quartier g6ndral des forces armies a l'occasion ..
du Bicentenaire de l'ind6pendance (2004), la
grossibrete meme des perp6trateurs peut expliquer leur
forfait. I
Mais pour des 6tudiants se conduire de la
meme faqon, avec la meme inconscience, alors meme
qu'on manifeste pour revendiquer le changement, cela
signifie ou que l'on n'est pas vritablement un 6tudiant,
ou que pour tout changement on n'aspire qu'a a
remplacer unjour les memes qui au fil du temps ont
cree la situation contre laquelle on se rebelle.
Ou encore que l'on a 6te monnay6 par
quelque source inconnue pour aller attaquer ce centre
culturel parce qu'on espbre frapper ainsi un chef du
gouvernement en exercice.
Dans la bonne tradition politique haitienne.
Faite de destruction et de rapines.
Mais ce job-la, ce genre de sale job, jusqu'i
encore tout r6cemment on n'auraitjamais eu l'id6e de
le confier a des 6tudiants. Car tout au contraire, un 6tudiant
qa vit a et pour la bibliothbque, qa ne peut exister sans
bibliothbques ...

Accoucheuse de bibliotheques ...
Et dans un pays oi il n'en existe pas assez pour
les compter sur les cinq doigts de la main, la FOKAL n'est


pas seulement l'une des 2 ou 3 plus importantes (avec la
Bibliothbque nationale d'Haiti et celle de Saint Louis de
Gonzague), mais elle est aussi accoucheuse de bibliothbques.
La Fondation Connaissances et Libert6 (qui porte
chaque jour encore mieux son nom) a aid6 financibrement,
techniquement et professionnellement a ouvrir plusieurs


Verrieres du centre FOKAL cassdes a coups de pierres
lors des manifestations &tudiantes (HENM)

bibliothbques r6gionales et de quartier, aussi bien a la capitale
que partout dans le pays.
En en profitant pour ouvrir aussi ce domaine -
traditionnellement enseveli sous la poussibre du temps aux
m6thodes les plus modernes, nouvelles technologies de
l'information et de la communication sous toutes les formes,
dans toutes les disciplines : connaissances, sciences, arts et


lettres, informatique etc. Et en toute liberty.
A tous Ages. De 9 mois a 99 ans.
Et en tout lieu.
Aussi de quel changement, a quel lendemain peut
aspirer un 6tudiant qui s'en prend a cette ceuvre-l alors que
c'est sur lui que l'on doit compter au contraire pour en assurer
l'avenir et une constante amelioration ?

A 1'image du system ...
De deux choses l'une. Oubien ces 6tudiants-
la n'ont pas leur place a l'universit6. Nous parlons de
ces voyous d6guis6s (vrais ou faux 6tudiants) qui ont
commis le crime.
Ou bien c'est notre university qui au lieu
d'ameliorer l'espece haitienne, la rend plus abrutie, plus
abetie.
D'ailleurs le fait par la faculty de n'avoir pas
fait proc6der imm6diatement a l'expulsion des
responsables de pareils actes parle de lui-meme.
ll Le probleme c'est cette nouvelle espce
Sd'tudiants qui se transforment pour un oui ou un non
Sen hooligans et qui en cela d'ailleurs tout a fait a
S l'image du systeme r6gissant g6ndralement notre
soci&te espbrent toujours l'emporter uniquement par
la force en ignorant la discussion et l'esprit d'ouverture
qui sont le symbole meme de l'universit6.
Mais en meme temps, il y a quelque part ou
cette monstrueuse deformation continue de se
reproduire et qui au lieu d'amdlioration, peut avoir fini lui-
meme par capituler.
Le probleme ce ne sont pas seulement les 6tudiants,
c'est l'universit6. Ou ce qu'il en reste.
Ironiquement c'est a cette rehabilitation que la
FOKAL entendjustement contribuer !
Milodie 103.3 FM, Port-au-Prince


W 41w !,mw'tlt *ijwvp*4 1 *%%11 mi r in paor 11,







Rete la Pa Depanse Ete Sa a

W pa kab fe gwo depans pou vakans mwad ete ane
sa-a? W pa oblije.


jen rive 25 jiye nan pwogram Plezinan LektiMwad
Vakans Pou Tout Moun, ke se timoun, adolesan oswa... . ..
granmoun tout kapab genyen de prim.
Di lejen o 31 dawout*, Mize akJaden Vizcaya ap "Copyrighted Material
ofri achte youn jwenn youn GRATIS pou admisyon R Syndicated Content
lasemen pou rezidan Miami-Dade yo. .. .
s n ou rezida Mim- Available from Commercial News Providers"
Cheche yon bwochi "Golden Ticket Arts Guide"
pou grandet yo 62 an ou plis, epi ale nan de gran
prezantasyon kiltirel GRATIS. Disponib an Angle ak ..
Panybl.
Pou plis chwa sou kouman pou Rete la Pa Depanse, ale sou...
miamidade.gov oswa rele 3-1-1. .....

*Restriksyon aplikab. Rele oswa klike pou plis detay.








flI""%*N wh


i'.>


Page 6





Mercredi 10 Juin 2009 A Page
Haiti enMarche Vol XXIII N 20 ACTUALITY NATIONAL Page


















kcOSyndicated Content


Available from' Commercial News' Providers"













MIAMIP DE

MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
REQUEST FOR DESIGN-BUILD SERVICES (RDBS)
MIAMI-DADE COUNTY GENERAL SERVICES ADMINISTRATION
WEST LOT MULTI-USE FACILITY
OCI PROJECT NO. DB08-GSA-01 ESP

The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the Miami-Dade County Code, and Administrative
Order 3-39, announces that design-build services are required for the Miami-Dade General Services Administration (hereinafter "GSA") West Lot Multi-Use Facility. Miami-Dade
County intends to enter into a design-build contract with a responsive, qualified Design-builder to provide design and construction services for the new GSA West Lot Multi-Use
Facility, which will be located at 220 NW 3rd Street, Miami, FL.
This solicitation is one of the projects within the Economic Stimulus Plan as approved by the Board of County Commissioners and an expedited solicitation process will be
utilized. A Second-Tier with oral presentations will be required.
Copies of the design-build criteria package in electronic format (CD) may be purchased beginning on Wednesday, June 3, 2009 at 2:00 PM at the offices of General Services
Administration, Construction Administration Section, located at 111 N.W. 1st Street, 24th Floor, Suite 2420, Miami, FL, 33128. The phone number for General Services Administration is (305)
375-3913. The non-refundable fee for each design-build criteria package is $25.00 and only checks or money orders are acceptable and shall be made payable to Miami-Dade County Board
of County Commissioners. Copies of the design-build criteria package in paper format will be available upon request to the Project Coordinator for a non-refundable fee of $50.00.

PROPOSER'S QUALIFICATIONS REQUIREMENTS
Pursuant to Florida State Statutes 287.055, a Design-Builder is defined as a partnership, corporation, or other legal entity that:
a. Is certified under Section 489.119, Florida Statutes, to engage in contracting through a certified or registered general contractor or a certified or registered building contractor as
the qualifying agent; or
b. Is certified under Section 471.023, Florida Statutes, to practice engineering; certified under Section 481.219 to practice architecture; or certified under Section 481.319 to practice
landscape architecture.

Those firms submitting as a joint venture must submit documentation for each entity participating in the joint venture to include the legal name of the companies participating
in the joint venture as registered with the State of Florida.

A/E TECHNIMCALCERTIFICATIONREOUIREMENTS

14.00 -Architecture (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)
18.00 -Architectural Construction Management (LEAD A/E CONSULTANT FOR DESIGN TEAM)

11.00 General Structural Engineering 17.00 Engineering Construction Management
12.00 General Mechanical Engineering 20.00 Landscape Architecture
13.00 General Electrical Engineering 22.00 ADA Title II Consultant
16.00 General Civil Engineering
To satisfy the technical certification requirements listed above for the requested services, valid technical certification in all of the above-specified area(s) of work must be held
by a firm responding as a sole respondent, or a team of firms. Teams of firms must designate one of its members as the "prime consultant". Furthermore, if an individual is providing
services that require technical certification by Miami-Dade County, the individual is required to have the relevant certification(s). Individuals who are not technically certified will not be
"allowed" to perform work for those scopes of work requiring technical certification. Additionally, firms that list other areas of work as supplements to the required technical certifications
must also be certified for those supplemental areas.
A solicitation notification will be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-mail address in their
vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line.
The Consultant Coordinator for this project is Faith Samuels who may be contacted via e-mail at fty@miamidade.gov, fax: (305) 350-6265 or phone: (305) 375-2774.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

One (1) Agreement
20% Community Business Enterprise Program (CBE) Measures (Design Portion Only)
20% Community Small Business Enterprise Program (CSBE) Measures (Construction Portion Only)
10% Community Workforce Program (CWP) Goal (Construction Portion Only)
Apre-submittal project briefing for interested firms will be held on June 8, 2009, at 10:00 A.M., 111 N.W. 1st Street, 18th Floor, Conference Room 18-3, Miami, Florida. While
attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE ENCOURAGED to attend.
Deadline for submission of proposals is July 10,2009 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received at Miami-Dade County, Clerk of the
Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BEADVISED THATANYAND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR
CONTAINERS RECEIVED AFTER THEABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE CONSIDERED.
This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1l(t) of the Miami-Dade County Code, as amended. Please review Miami-Dade
County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.




Mercredi 10 Juin2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 20


Miami: Funerailles emouvantes du Pere Jean Juste

Des dirigeants de 1'ex-gouvernement interimaire accuses
(... suite de la lere page) Combien de funerailles de ce genre ont &t6 chant6es Done on devait 6tre presque a deux sur une meme


remplacer.
L'6glise Notre Dame d'Haiti 6tait pleine a craquer.
Importante delgation du Parlement haitien
Pour la petite histoire, deux funerailles ont eu lieu
coup sur coup. A 11 heures du matin, alors que c'6tait l'heure
annonc6e pour les fun6railles du Pere G6rard Jean Juste et
qu'un impressionnant corps de presse 6tait
au rendez-vous (< Gerry > a toujours Wte
l'homme des m6dias qui le lui ont bien rendu
a l'occasion de sa mort toutes les grandes
chaines de t6l1vision 6taient pr6sentes :
aussi bien les nationales comme NBC, CBS,
ABC que les chaines locales) mais au fur et
a mesure l'on se rendait compte qu'il ne
s'agissait pas des fundrailles de Jean Juste.
En effet, le pere R6ginald Jean
Marie, cur6 de Notre Dame d'Haiti, 6tait lanc
dans un sermon 6nergique, critiquant
l'actuelle administration americaine qui tarde
a accorder le statut de residence temporaire
aux 30.000 haitiens en situation d'attente.
Le fameux TPS, en effet, semble bloqu6 et
l'on n'en connait pas la vraie raison.
Au cours du sermon, il fut question
d'Erzulie et c'est ainsi qu'on apprit que cette
femme que l'on enterrait et dont on ne
connait que le pr6nom, est l'une des
passageres du dernier bateau ayant sombre
au large des c6tes de Floride. Une photo dc
unjeune Pere (


par G6rard Jean Juste tout au cours de sa carribre aux Etats- chaise et les allies 6taient noires de monde.


Unis.
Ce ne fut pas sans peine que l'assistance a ce premier
enterrement accepta de c6der la place. Si bien que l'importante
d6l6gation du Parlement haitien qui a voyage sp6cialement a
Miami pour l'Mvenement, n'a pu s'asseoir ensemble.
< C'est une d6l1gation > insistait le d6put6 Pierre
Eric Jean-Jacques, ayant a ses c6t6s le s6nateur Andris Rich6.


JU5 T/CE

BLACK P
wu/V


atant de l'ouverture du Haitian Refugee Center Inc., en 1980, a i
Gerard Jean Juste, les avocats Vera, Bruce Winick, Ira Kurzban,


<< C'est surtout la souffrance de ses
compatriotes qui le preoccupait >>...
Tant bien que mal la c6r6monie commence.
L'Archev6que de Miami, Monseigneur Favalora, y assiste. I1
est invit e dire quelques mot. Il parle en anglais et le Pere Jean
Pierre lui sert d'interprete. I1 raconte sa dernimre visite au Pere
Gerard Jean Juste alors que celui-ci venait
CRANS de sortir de l'h6pital. < J'ai parl6 a Gerry
Jean Juste, dit l'Archev6que de Miami. I1 tait
i. Ua inquiet parce que les gens continuaient a
4 E IS (r Ctii mourir de faim dans son pays. C'est surtout
ST HAir la souffrance de ses compatriotes qui le
L:s preoccupait. Nous disons Merci pour une
|L l T aiW vie entire donnie par Jean Juste a l'Eglise. >
SiA Au moment de la preche, prend la
.-.. parole un cousin de Gerry, 6galement pr6tre,
venu d'Haiti et qui retrace les dernieres
anndes de ce dernier passes en Haiti. Le
coup d'6tat de 1991. Son choix de rester en
Haiti, malgr6 les supplications de ses amis
de Miami. I1 se r6fugie chez les pares de St
Gerard oi il passe trois ans. On parle de la
foi sans borne de celui dont on est en train
de c6ldbrer la vie, de son amour
incommensurable pour le Christ, de son
engagement total a ceux qui n'ont rien, de
son s6jour en prison, de l'argent qu'il
demandait toujours de lui apporter en petites
Miami : avec coupures pour en faire la distribution aux
et Irwin Stotzky autres prisonniers moins chanceux que lui.
On lui apporte a manger. Mais il grimpe le
long du mur d'enceinte de la prison de Pacot pour le partager
avec les enfants des rues. L'assistance est tout oreilles.
Un moment important de la c6drmonie a 6td l'appel lanc6 aux
personnalit6s pr6sentes qui voudraient t6moigner.
Il n'ajamais denigr6 personne ...
L'avocat Ira Kurzban qui connait << Gerry depuis 30
ans. Que peut-on dire de cet homme qui 6tait un melange de
Martin Luther King et de Gandhi. Chaque jour de sa vie, il a
suivi le trac6 de la non-violence, c'est ce qui l'a rendu tellement
remarquable. Pour < Gerry dit Kurzban, chacun 6tait un tre
humain. Tout moun se moun. J'ai connu Father Jean Juste
pendant 30 ans etje ne l'aijamais vu en colkre. Il traitait chacun
avec respect. I1 n'ajamais d6nigr6 personne ...
(PERE JEAN-JUSTE/P. 10)


Get ready for summer


Book now and Save I


25% onssf 3 nights

or more in July and August I

Offer valid until June 24, 2009


Terms & Conditions
Limited number of rooms are available for this promotion. Tax and energy is additional. Offer does not apply to groups of 10 or more rooms. Offer
cannot be combirned with any Doher promotions. Blackout dates may apply. Advance reservations required. Promotion not available on Suites.
Rates are per room. per night and based on single occupancy and availabllily at the time of reservatinor


10, rue Capois. Champ de Mars. Port-au-Prince
(509) 22 24 93 06 8 08 ; (509) 25 10 45 94 / 95; 1 (866) 356 5407
info@plazahaiti.com
www.plazahaiti.comn 6 Y 0


Page 8


MAW.
~CAIRDIHEK
your global connection

www.calldirek.com / 1-866-673-4735


I





Mercredi 10 Juin 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N 20


vrai.
verse
part
fune

cent
ont
pret


Page 9


Miami: Jean Juste est mort mais sa pensee lui survivra
Miami, 6 Juin On est a la saison pluvieuse. C'est Chants liturgiques entonnis par des fiddles, lectures "Apres tre arrive en bateau en 1979, c'est gi
Et le ciel de Miami a sembl crever, ce samedi 6 Juin, pour de passages du livre sacr6 des chr6tiens, homilies et discours, aux combats de Gerry quej'ai eu ma green card etj'ai fait v
ser ses plus chatoyantes larmes sur la ville et cesontengrosl'essentieldecettec6r6moniequis'estd6roulde par la suite mes enfants qui ont emmend leurs enfa
iculibrement sur Little-Haiti oni se sont d6rouldes les pendant plus de 3 heures d'horloge. Aujourd'hui j'ai deux petits-fils m6decins et un autre
.railles du pr6tre catholique G6rard Jean Juste. "J'ai perdu unfirre vraiment aimable" raconte G6nese, pharmacien. Mes enfants sont propri6taires et moi je ne
C'est un temple rempli comme un oeuf et une cour une vielle de 85 ans appuyde sur un support (stretcher), venue pas dans un nursing home (maison de retraite). Je vis chez
rale de l'Eglise Notre Dame d'Haiti bond6e de gens qui seule. Quoique se d6plagant avec difficult, elle a dit vouloir fille ainde" a expliqu6 la vieille.
assist a cette c6r6monie religieuse conc6l1br6e par 4 6tre 1i pour Father Gerry (surnom de Jean Juste dans la
res dont le cur6 de Little-Haiti, Reginald Jean Marie. communautd). (voir page


Les fundrailles qui se sont dirouldes successivement a 1 'dglise Notre Dame d'Haiti, dans les rues de Little-Haiti et a 1 'organisation politique et communautaire Veye Yo
(photo Norluck Dorange)


Vouloir occulter l'action du pere Jean-Juste, une partie perdue d'avance


Les fun6railles du pr6tre haitien G6rard Jean-Juste
d&c6d& des suites de problkmes respiratoires et cardiaques
apres une leuc6mie qui s'est d6clarde en 2005 en prison en
Haiti, ont &t6 chant6es samedi a Miami. Mais des veill6es et


d'autres activities sont organisdes dans plusieurs villes
haitiennes dont Port-au-Prince et un peu partout a l'6tranger:
Santo-Domingo, New-York, New-Jersey, Boston, Paris et
ailleurs.


L'action et le d6vouement du pbre G6rard-Juste en
faveur de milliers d'immigrants haitiens en Floride et dans la
defense des droits de l'homme est si importante que beaucoup
(TENTATIVE DE BANALISATION/p. 10)


EI Email: *igop *f Io* c / nI nnit l' II I


rice
enir
nts.
est
Svis
zma

14)





Page 10


Des dirigeants de 1'ex-gouvernement

interimaire accuses


(... suite de la page 8)
Et pendant que Ira Kurzban parlait,
racontant ainsi Jean Juste, la foule acquiescait.
Pourtant il parlait en anglais. Mais pour
l'avocat qui a sorti avec Jean Juste des milliers
d'immigrants haitiens des camps de
l'Immigration americaine dans les anndes 80,
ce n'6tait pas n6cessaire d'avoiruninterprete.
On se comprenait, c'est tout !
Pour Steve Forester, qui fut lui aussi
un avocat au Haitian Refugee Center,
<< Gerry > fut tout simplement un g6ant !


Qu'allons-nous faire pour les
25.000 enfants de son oeuvre A Petite
Place Cazeau ?...
Marleine Bastien, directrice de Fanm
Ayisyen nan Miami, a pos6 une question :
Qu'allons-nous faire apres ce jour pour que
les 25.000 enfants de l'ceuvre de G6rard Jean
Juste a Petite Place Cazeau, en Haiti,
continuent a avoir a manger tous les jours.
Qu'allons-nous faire aujourd'hui, une fois de
retour chez nous ? Quel genre de support
pouvons-nous donner pour continuer a
c616brer la vie de G6rard Jean Juste ?
Qu'allons-nous faire pour que les 30.000
Haitiens en situation de << limbo > ne soient
plus obliges de se cacher pour 6viter d'etre
arret6s par l'Immigration ? Qu'allons-nous
faire pour que ces prisonniers retenus en Haiti
depuis des mois et des mois sans jugement,
cessent d'etre enferm6s ?
Puis ce fut Ringo Cayard : << Ici finit
et commence la vie d'un noble dirigeant qui
s'est sacrifi&. Ici repose l'espoir d'un peuple
et de toute une nation. Pour Ringo Cayard,
Haiti n'a pas de chance >>
Lavarice Gaudin, membre influent de
Veye Yo (organisation politique et
communautaire cr66e dans les annees 80 par
Jean Juste a Miami), rappelle qu'on avait coup
la tate a Jean Baptiste, parce qu'il d6nonqait
les immoraux. Jean Juste n'est pas mort de
cancer, s'6crie Lavarice. Lorsque j'ai 6t6


chercher le rapport medical de < Gerry >, ils
m'ont dit qu'il n'avait aucun problkme du c6t6
des poumons, ce qui aurait pu expliquer son
insuffisance respiratoire. On a tum Jean Juste !

<< Ils ont tue le prophete >>...
Lg-dessus la foule se met a scander:
<< Arr6tez Magalie Comeau, Gros G6rard ...
Anthony Barbier. >> Etc.
<< Yo touye pwof&t nou an Ils ont
tu6 le prophete >
Mais en m6me temps, << Jean Juste
pa mouri. > Jean restera toujours vivant!
L'6motion 6tait g son comble.
Puis Maryse Narcisse (repr6sentante
officielle de l'ex-pr6sident Jean-Bertrand
Aristide) a lu une lettre r6cemment envoyde
par G6rard Jean Juste a Fanmi Lavalas, pour
fMliciter le parti de sa discipline lors des derniers
6v6nements relatifs a son rejet << unilateral >>
des s6natoriales partielles.
Les fundrailles du Pbre Jean Juste
ont alors tourn6 g la manifestation politique,
les gens criant aussi le nom d'Aristide.
Farah Juste aura le mot de la fin:
<< Kou a fe nou mal 6 Se trip nou kap k6de.
Nap mande Jistis, Jistis pou Pe Jean Juste. >
<< Veye Yo Toupatou >
Les deux hymnes nationaux haitien
et americain furent alors chants.
Puis les nombreux pr6tres officiant,
b6nirent la d6pouille mortelle.

Le berceau de Little-Haiti...
Apres cette c6r6monie de
<< c6lbration de la vie >> Notre Dame d'Haiti,
la foule se rendit avec la d6pouille a la 54 rme
Street, pour une dernibre visite aux adresses
du Haitian Refugee Center Inc et de Veye Yo,
lieu de naissance de Little-Haiti.
La d6pouille mortelle sera acheminde
en Haiti oi de nouvelles funerailles auront
lieu le 18 Juin prochain a Port-au-Prince et le
corps du Pbre G6rard Jean Juste sera
finalement inhum6 a Cavaillon (sud d'Haiti),
savillenatale. E.E


Vouloir occulter 1'action

du pere Jean-Juste,

une partie perdue d'avance


(... suite de la page 9)
de gens a travers le monde sentent le besoin
et la n6cessit6 de s'associer aux c6r6monies
et aux derniers hommages rendus a cet homme
exceptionnel, farouche partisan du respect des
principes et des lois et qui r6pondait toujours
present sur tous les fronts quand il s'agissait
de voler au secours de gens en difficult ou
de manifester sa solidarity et sa
reconnaissance.
Et c'est ce sens de gratitude qui l'a
conduit ce 21juillet 2005 a l'Eglise Saint-Pierre
de PNtion-Ville pour participer a la
conc616bration des funerailles du jeune
journaliste-poete, Jacques Roche, originaire
comme lui de Cavaillon, et dont la maman lui
avait fait du bien dans le pass.
Mais il a 6t6 assailli par des
individus violents qui lui infligerent de graves
sevices corporels, lui ass6nant des coups
partout, utilisant des m6thodes honteuses
pour 6viter qu'il ne saigne, tout cela en plein
temple de Dieu, harangues par des propos
sulfureux crach6s du haut de la chaire. Le
pr6tre, comme un mouton cern6 dans
l'abattoir, a encaiss6 et souffert sans mot dire
et sans opposer aucune resistance.
Et comme tentative d'explication a
ces violences: il aurait eu quelque chose a
voir avec le kidnapping suivi de l'assassinat
odieux de M. Roche. Mais on sait et tout le
monde sait que l'objectif 6tait de le jeter
quelque part oi, 616ment g6nant, il ne soit
plus capable de "nuire": la prison. Et c'est lh
qu'il a 6t6 conduit, lh oi sa leuc6mie s'est
d6clar6e.
Si un petit groupe
d'irr6ductibles, dont certains ont b6nffici6e
coup stir directement ou indirectement des
bienfaits du pr6tre, lui manifestent aujourd'hui
encore leur aversion, mais ses amis haitiens
et strangers sont 1.000 fois, 100.000 fois plus
nombreux.
Et de fait, de partout, en Haiti
comme h l'6tranger, leurs t6moignages affluent


pour banaliser les tentatives de salissure et
remercier le pbre Jean-Juste pour tout. Et l'un
de ces t6moignages envoys de Boston dit
ceci: ceuxquit'aiment, ils sonttris nombreux,
savent que ta mission 6tait le bien que tu as
fait toute ta vie et que les accusations portees
contre toi n'ont jamais convaincu et ne
convaincrontjamais personne, pas meme ceux
qui les ont lances haineusement et qui t'ont
battu, en raison de tes convictions
politiques, pour te barrer la route de la
pr6sidence qu'on redoutait de te voir
emprunter.
A la veille done du dernier voyage
du pbre Jean-Juste, de nombreux citoyens
aujourd'hui m6decins, avocats, professeurs
dont les parents ont profit de l'action du pbre
Jean-Juste, et qui resident dans diffirentes
villes du monde, sortent ces derniers jours de
leur silence: "Je n'aurais jamais 6t6 m6decin
aujourd'hui, si tu n'avais pas aid6 mes parents
a r6gulariser leur situation", 6crit Ronald J.
Auguste, soulignant que des cas similaire sont
innombrables.
Un citoyen am6ricain d'origine
haitienne, Andr6 Pierre, l6u le 2 juin dernier a
la municipality de North Miami, a d6di6 sa
victoire au pbre Jean-Juste pour "sa longue
croisade en faveur des droits des haitiens".
ElanorOscar, de West PalmBeach,
6crit: le nombre de ceux qui t'enveulent est si
insignifiant et le nombre de ceux qui t'aiment
si important que personne ne pourra jamais
banaliser ton action et terir ton image. M6me
ceux qui sont devenus tes adversaires les plus
coriaces ont b6nffici6 d'une facon ou d'une
autre de tes actions bienfaisantes, 6crit
encore Elanor.
Le pbre G6rard Jean Juste peut dont
partir fier d'avoir fait un peu de bien, assure
de rester longtemps ou plut6t toujours dans
le coeur de la majority des Haitiens, malgr6 ceux
qui n'aiment pas les differences et ceux qui,
atteints de vertige, font semblant d'oublier.


Mercredi 10 Juin 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N? 20
1


LA CART


BN


AVIS DE RECOUVREMENT

La Direction des Operations de la Carte de Credit de la
BNC invite les personnes dont les noms suivent 6 bien
vouloir contacter dans les meilleurs delais son service
de recouvrement pour affaires les concernant.

# PRENOM NOM NIF
95 NERLANDE FREDERIC 004-065-434-8
96 PIERRE MARCEL GABAUD 003-170-128-9
97 PIERRE RICHARD GABRIEL 003-153-971-6
CIN:01-01-99-1980-
98 REGINALD GAUTHIER0999
0200930
99 LYSE-FARAH GEUN 003-575-088-8
100 FRANCOISE P. GILBERT 003-489-434-7
101 RANDOLPH GOUSSE 003-450-905-6
102 REGINALD GRACIA 003-332-222-2
103 ROSE C. GRAND PIERRE 003-852-785-0
104 JEAN SERGE GUERRIER 003-823-173-5
105 MYRKA C. GUILLAUME 003-147-178-8
106 FAIMY HAKIME 003-008-620-7
107 MICHEL HONORAT 003-172-957-8
108 JEAN RAYMOND JABOIN 003-182-204-5
109 ALEXY-LETH JADOTTE 003-371-681-9
110 GUY JEAN 003-282-667-4
111 NYERERE JEAN 003-496-761-0
112 CLAUDE REGINALD JEAN 003-137-306-9
FL. DRIVER LICENCE:
113 DEVE JEAN JEROMEFLDRIVER LICENCE
SJ650-170-57-050-0
114 GUERDA ROBERT JEAN BAPTISTE 003-929-888-7
115 JEAN CLAUDE R. JEAN MARIE 003-380-593-3
116 JEAN ALEXTE JEAN-BAPTISTE 003-039-058-4
117 MIE LUCIENNE JEAN-BAPTISTE 003-967-074-7
118 GUY EDOUARD JEANTY 003-173-541-4
119 KURTCH MARLI JEUNE 003-829-184-2
120 ALEXANDRA JOSEPH 003-866-841-2
121 BELIUS JOSEPH 001-014-400-0
122 CALEB JOSEPH 003-594-176-5
123 CHANTALLE JOSEPH 008-415-559-7
124 IRANEAU JOSEPH 003-125-047-4
125 JEANCOIS JOSEPH 003-374-114-5
126 REDFORD JOSEPH # PASS:39740
127 ARNOLD JULES 001-378-843-5
128 TAMARA KANZKI 003-163-661-8
129 FRITZ GERALD KERNISANT 003-663-962-0
130 KAHASO KIll 001-964-538-2
131 VLADIMIR LABORDE 003-543-598-2
132 NIXON LAFOND 003-119-298-4
133 JOSEE T. LAFOREST 003-499-445-3
134 NATHALIE LAINE 003-634-479-5
135 YANICK LAMARRE 003-115-707-2
136 HERVE LAMOTHE 003-134-415-1
137 EDDY STAVIL I.AMOUR 001-736-369-9
138 MARC JEROME LAROSE 001-122-365-3
139 FRITZ WILLY LATORTUE 001-922-215-2
140 HANZ LEGAGNEUR 003-115-140-7
141 FRITZIE LEROY 003-128-858-9

A suivre....
Liste partielle: F L..
Liste complete: www.bnconline.com


www.bnconline.com


ZAi





Mercredi 10 Juin 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N' 20


* Le Saut du Barril L-
* Le Palais de Sudre Telephones: 566-5361
Dartiguenave a Anse a 401-7108 / 514-0304
Veau lemanoloinn@mac.com
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17eme Internet disponible
siecle .. pour les clients
[


Haltliando


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408





Parents, vous qul rvez d'un avenir metleur pour vos enfants,
confiez les au CMP
ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAMMES
UCENCE EN:
Maolsng :4 am
Scencm Codmpiea :4 arn
GCeison dM Aaln :4ans
Sciences Infomiqu :4 ans
Maetaing ManaMBment :2ans
Scrarilbn.unqM : 2 n
Gerek inancee-Mawelng :I anu2ane
Comptabl infkmisa : 1an
A AssWame l*tI :l an
Inmnnlque ci court :SOhoure2amna
ITEsaenrls(CISCO) :70hurn
Pouri loshionea lois wuppmenetlres:
CMP,Demw 30
Tes.:2 513-831, 3 T30-2485, 2 24-229i
Emilj agL agran m jEaS i o


KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673
Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


Produit par Fred Paul, le quatrime volume de




est maintenant chez tous les disquaires.
Pour Information, appelez le (305)496-0733
N.B. Le Tres distingue Groupe Musical HAITIANDO sera en Haiti les


26 et 27 Juin 2009


10 d6partements d'ktudes
Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Execution de Proj et
Economie et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
Gouvemance

Dipl6me en:
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse Herard # 3,
Port-au-Prince, Haiti, WI.

www. cfdehaiti. cor
Par courriel: Administration(i.CDFEHaiti.com
GBrunet(.CFDEHaiti. corn

Par telephones : (509) 2246-1425 \ 3555-1575
2513-3726 \ 3767-1575


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384



Natif-Natal
Kapte Radyo Santibon
an chak Samdi maten de 7:00 a 8:00
Sou 1580 AM ou www.wsrf.com
Telefo-n: 305-945-1580 & 954-792-1580

Animasyon








Jean-Claude Prima Cantave

Jean-Jacques Boucicaut
se envite nou demen Samdi 13 Jen 2009 la.
Pwopriyete BoulanjriAve Maria ap vi-n brase lide
sou LaVallee de Jacmel
Bon ekout!

Sipote Natif-Natal
Download (achte) yon mizikAyisyen pou $1.00
selman sou
www.haititradecenter.com

Si ou ta renmen brase lide sou zo-n lakay ou,
Kontakte-m nan 305-623-0708 ou byen
jccantave haititradecenter.com


h-i n-- i "Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 11


University d'Etat d'Haiti / Editions de l'Universite d'Etat d'Haiti
COMMUNIQUE
Les Editions de l'Universit6 d'ttat d'Haiti se font le plaisir d'informer la communaut6 universitaire et le public en
g6ndral qu'elles viennent de faire paraitre dix (10) nouveaux titres. Cinq (5) de ces titres sont disponibles en librairie et les
cinq (5) autres y seront places durant la premiere quinzaine du mois de juin.
Titres disponibles en librairie
* Laurent DUBOIS, Les Vengeurs du Nouveau Monde. Histoire de la Rdvolution Ha'tienne
* Claude PREPETIT, Introduction a l'dtude des materiaux de construction d'Haiti
* Jacques BLAISE et Christian RACCURT, Introduction aux maladies parasitaires d'Haiti. Zoonoses et Santo Humaine
* Marilise ROUZIER (sous la direction de), La medecine traditionnellefamiliale en Haiti. Enquete ethnobotanique dans
la zone mdtropolitaine de Port-au-Prince
* Lemete ZEPHYR, Pwoblm pawol kle nan lang kreyol. Pr6face de Yves Dejean
Titres disponibles durant la premiere quinzaine du mois de juin
* Michel ACACIA (sous la direction de), Rdvolte, subversion et diveloppement chez Jacques Roumain (Actes du colloque
international Penser avec Jacques Roumain aujourd'hui)
* Jean CASIMIR, Haiti et ses dlites: l'interminable dialogue de sourds
* Fritz DESHOMMES, Universite et luttes democratique en Haiti, 2e edition
* Claude MOISE, Constitution et luttes de pouvoir en Haiti, Volume 1, 2e addition
* Leslie PEAN, Aux origines de l'EtatMarron (1804-1860)





Mercredi 10 Juin2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 20


Ma methode est de prendre le plus de
soucis possible pour trouver la chose qu 'ilfaut dire,
et ensuite de la dire avec une lkgdrete extreme. >
George Bernard Shaw
J'avais le choix entre plusieurs titres cette semaine.
Le premier titre auquel j'avais pens 6 tait << Budget >>. Enfin
vot6, avec un retard qui ne peut etre compris etjustifi6 que par
notre < haftiAnerie>>, ce budget, ne pourra sfrement pas
permettre d'aborder, de facon efficace, les grands problkmes
auxquels fait face le pays cette annde. < Degradation > a &te le
deuxibme titre choisi. Nous venons de c6l6brer lajourne de
l'environnement. Oui. De l'Environnement. Avec un taux de
couverture v6g6tale qui ne peut qu'expliquer notre < volont6
d'andantissement collectif >, j'aurais pr6f6r6 c6dlbrer, par souci
p6dagogique, la < Semaine de la D6gradation de
l'environnement >>. Une semaine durant laquelle tout Haitien
aurait a abattre au moins un arbre, pour 6prouver le plaisir que
l'onprend s'en d6barrasser. Comme qa, en une semaine, on
aurait pu finaliser le travail que la nature a mis des anndes a
construire. Quant aux ordures, elles seraient incin6rdes. A la
maison. Les odeurs d6gag6es permettraient d'apprendre a
discriminer les diffirents types de produits contenus dans les
d6chets et qui malheureusement finissent leur cycle de vie a
<< Ti Tanyen >, cette grosse << dcharge sauvage > qui finira
par nous engloutir a tous. Ainsi, on apprendrait a diff6rencier
le papier de l'insecticide, la matibre organique des autres
produits non organiques. On saurait si le produit incindr6 est
un produit import ou fabrique localement. On pourrait mime
savoir s'il s'agit d'un produit p6rim6. Plus besoin de lire
l'emballage. Plus besoin de lire. L'odeur, simplement l'odeur
nous renseigne sur le produit consomme. Dominicain. Br6silien.
Vous vous rendez compte, les fonds destin6s a
l'alphab6tisation pourraient alors 6tre destin6s a d'autres fins.
Instruire les parlementaires par exemple. Ensuite, ce serait le
tour des g6ndratrices. Tout individu ayant une g6ndratrice,
serait invite la maintenir en marche durant toute la semaine.
Surtout si elles ne sont pas insonorisdes. Toutes. En tout temps.
Tout le temps. Toute la semaine. On aurait fait d'une pierre,


Legerete

trois coups : Nuisance sonore, Efficacit6 6nerg6tique,
Economie d'6nergie. Les carribres de sable seraient aussi
utilis6es. Surutilisation. Vente indiscrimin6e pour alimenter la
construction. De maisons. De maisonnettes. De Bidonvilles.
<< D'Antivilles >>.
Chers amis lecteurs, ne croyez pas que je me suis
arrt61 l. Non! << Salaire Minimum >>fut aussi un choix possible,
a cause de cette << demande orageuse > de la part de diff6rents
acteurs sociaux du pays, en vue d'obtenir la ratification de la
Loi sur le Salaire Minimum. Je me demande si un tel salaire sera
effectivement un frein a cette tendance qui se dessine dans le
pays, de pousser une couche de plus en plus large de la
population haitienne << de la pauvret6 a la mis6rabilit >>. Si
rien n'est fait pour limiter les d6gdts, si personne n'ose dire ce
qu'il faut dire, si aucun responsable n'assume sa
responsabilit6, si aucun d6cideur n'ose prendre les decisions
qui conviennent, on finira par finir 1h ou finissent tous les
peuples qui n'ontjamais os6 prendre en main leur futur, a la
poubelle de l'histoire. J'imagine que c'est ce qui a provoqu6
les graves d'6tudiants. En m6decine, ils veulent se sentir
<< valoris6s >. A 1'INAGHEI, ils veulent savoir qu'ils seront
valoris6s quoique leurs parents n'ont pas eu cette opportunit.
Ils ont peur. Peur du futur, peur que la pauvret6 soit vraiment
h6r6ditaire. Encore plus dans notre pays. << Pitit pov toujou
p6v >. < Piti mal6r6 toujou mal6r >>. Voila pourquoi il ne faut
<< rien improviser en Haiti >>. Voilc ce qui peut nous faire
comprendre qu'aucune institution philanthropique ne va
pouvoir sauver le pays. J'ai aussi pens6 a un titre parlant :
< Panybl >. Les declarations irr6fl6chies de nos voisins,
nuances par le Repr6sentant Diplomatique Dominicain en
Haiti, m'ont fait penser a l'utiliser. La R6publique Dominicaine
avait qualifi6 de << 6lgret6 inacceptable > certaines
declarations de la Premibre Ministre. Et dire que Mme Pierre-
Louis n'avait fait que << d p 1 o r e r >> << des assassinats


gratuits, des agressions r6currentes, des
rapatriements intempestifs et des incidents
frontaliers dont sont victimes des haitiens en territoire
dominicain >>.
Chores amies lectrices, chers amis lecteurs, puisque
aucun de ces titres n'aurait eu la force de faire comprendre les
diff6rentes preoccupations qui ont boulevers6 ma semaine,
j'ai choisi le mot < Legeret 6 Vu la 16geret6 avec laquelle
diff6rents dossiers ont &te traits, aussi bien par les << Grands
D6cideurs du pays > que par les diff6rents acteurs sociaux,
j'ai cr que le choix 6tait bien fait. J'espbre que vous serez
d'accord avec moi, en tout ou en partie. Enfin, chers amis
lecteurs, avant de finaliser notre p6riple a travers les
6v6nements de la semaine, que j'essaie de < chroniquer >,
semaine apres semaine, avec cette grande b6n6volence de la
redaction de << Haiti en Marche >, je voudrais vous proposer
un petit exercice << d'introspection dirig6e >. Voilh ci-dessous,
une petite liste de termes connexes a la notion de 16geret6 :
Inconscience, Incons6quence, Frivolit6, Insouciance,
Inattention, Inconstance. Je suis sfr que vous vous rendez
compte que la notion de 16geret6 n'est pas prise dans le sens
de : aisance, agility, grice, souplesse, facility, dext6rit6. Je
voudrais que vous m'accordiez une minute par mot, et que,
sans pression aucune, sans pr6jug6, sans rancune, vous
associez un << cadre >> chacun d'eux, en vous inspirant par
exemple de ce qui se passe chez nous, maintenant. Pensez a
nos 6lus, a nos elites, intellectuelles, 6conomiques, politiques.
Accordez une minute d'attention a nos Ministres, a nos
Secr6taires d'Etat, a nos Directeurs G6ndraux. R6fl6chissez
aux actions de nos Institutions Politiques, a nos << Hommes
Politiques > et a leur << clique politique >, puis associez a chacun
de ces << Grands Acteurs >, l'un des mots de la liste : Legeret6,
Inconscience, Incons6quence, Frivolit6, Insouciance,
Inattention, Inconstance. Dans le cas o~ aucun mot ne puisse
lui 6tre associd, placez alors le mot NEANT.
Oscar Germain,
germanor2005@yahoo.fr
Juin 2009


S.O.S environnement coupable insouciance


Par Robert Paret


Il est bien, et meme raisonnable, de s'attarder a
l'observation plus d6taill6e de choses et d'autres qui
auparavant 6chappaient, par negligence coupable ou totale
indifference a notre attention. Il est bon d'aller au delay du
superficiel, c'est-a-dire, de ce qui est facilement identifiable et
capt6, pour tenter de mieux appr6hender l'essentiel. Comme
par exemple : 6couter, plut6t que de se contenter d'entendre,
scruter, au lieu de simplement regarder. Car l'observation itive,
en general, nous conduit a de fausses conclusions et nous
habitue a une paresse intellectuelle qui bloque tout sens
critique et handicape l'6volution de la pens6e.
C'est dr6le de constater, apres r6flexion, combien
d'images, de paysages et de spectacles divers se sont d6roulks
sous nos yeux, sans que nous n'en ayons m6moris6 le moindre
souvenir. Que de faits ont marqu6 notre existence, sans que
nous ayons une claire conscience de leur incidence sur notre
v6cu, ni des consequences de nos agissements sur leur
d6veloppement !
A travers des sentiers cent fois emprunt6s, des
paysages mille fois parcourus, des tableaux, bien que, faisant
partie de notre environnement immndiat, n'accrochent plus le
regard. Ils paraissent blas6s, vid6s de leurs substances, tant
leur splendeur pilit et se noie dans l'indifference des passants
et des habitues des lieux. J'en veux pour preuve l'adaptation
des residents de Laboule a ce decor helv6tique, d'une
blancheur 6quivoque, qui les entoure et les invite aux sports
d'hiver, en plein pays tropical. C'est aussi la navrante attitude
de beaucoup de nos concitoyens qui, du fait d'avoir toujours
les memes repbres et d'etre constamment absorbs par les
memes activit6sjoumalieres, s'isolent de la r6alit6 ambiante,
jusqu'h ne plus se sentir concerns par elle, encore moins, de
pouvoir en dvaluer la pracarit. La degradation accnl rde de
notre environnement semble ne pas les toucher outre mesure.


Quelle frayeur !
Cette frayeur, je l'ai 6prouv6e, lors d'une randonnie
en direction nord du pays, durant la Semaine Sainte. J'avouerai,
avec un pincement au cceur, avoir t& choqu6 par le panorama
surprenant qui s'offrait a mes yeux, en quelques points de la
Nationale # 1. Dr6le de contraste entre ce beau ruban
d'asphalte gris nouvellement 6tal sur la chauss6e de cette
importante voie interd6partementale en construction et le
panorama d6sertique des majestueuses montagnes de la
chaine des Matheux, aux environs de Trou Foban et
Montrouis. Et l1, je me suis tout de suite rappel6 des paroles
poignantes d'un de nos talentueux chansonnier :" 6, ma
montagne assassinee !" Blessures profondes et nombreuses,
sorties des flMtrissures d'une terre vid6e de ses visceres et
lac6re jusqu'aux os.
Chemin faisant, je voulais, justement, chercher a
comprendre les raisons de cette surprenante accentuation de
l'6rosion qui affecte cette zone et la plupart des regions du
pays. Je voulais aller au delh de cette cruelle evidence. Sommes-
nous au point de non-retour ? Est-ce la fin de la p6riode de
grace et de complaisance que la nature, dans sa tolerance et sa
magnanimity, nous avait accord6e ? On conviendra que les
6cologistes nous avaient suffisamment prepare a cette
6ventualit6 et mis en garde quant aux consequences de nos
incons6quences, des r6sultats qui r6sulteraient de notre
admission vis-a-vis de la protection notre environnement. II
faut bien admettre que tout au cours de notre existence de
peuple, nous ne nous sommesjamais soucies des m6faits d'une


telle d6t6rioration. Maintenant, pour qui observe bien, ils
paraissent irreversibles. Les plaies sont bantes et si profondes
que nulle intervention ne semble pouvoir venir about du mal.
Qu'en pensent les experts ? Devant cette terrifiante
perspective, tout mon 6tre tressaille. Meme la nouvelle
rassurante d'unprojet de cooperation, U.S.A.I.D-Haiti (Deed),
qui prend en compte la gestion de 50 milles hectares de terres
fragiles et le reboisement des bassins versants dans la zone
de Limb6 et de la c6te des Arcadins, n'arrive pas a calmer mes
apprehensions, vue l'6tat avanc6 des d6gits. Dire que cette
zone c6tibre est promise a un important d6veloppement
touristique !
Il est plus que temps d'arreter le massacre et de se
consacrer r6solument a reparer tous les torts faits a cette nature
qui nous a &te jusqu'ici trbs cl6mente, nonobstant les pertes
enregistr6es lors des dernires intemp6ries. Rien ne sert de
jeter la pierre a autrui, car nous aurons bien du mal a identifier
qui, d'entre nous, a p6ch6 par action ou par omission. Nous
ne pouvons rem6dier a cette deplorable situation, qu'en nous
engageant r6solument a arreter le ghchis, tout en pensant a
construire ou a reconstruire au b6nefice de tout le pays.
La noblesse du cceur doit supplier a la d6faillance
des sens.

Pdlerin, mai 2009
RobertParet
paretrobert@yahoo.fr
jmjrobertparet@gmail. cor


L'OEA complice des crimes

commis contre Cuba selon Fidel Castro


4juin 2009. -L'Organisation des Etats
Amdricains (OEA) a &t6 complice des crimes
commis contre Cuba, a d6clard a La Havane le
leader de la revolution cubaine Fidel Castro dans
un commentaire public mercredi par la presse
locale a l'issue d'une reunion de l'Assembl6e
g6ndrale de 1'OEA a San Pedro Sula, au
Honduras.
SL 'OEA a dtd complice de tous les
crimes commis contre Cuba >, 6crit Fidel Castro
commentant la discussion sur l'6ventuel retour
de Cuba suspendue au sein de 1'OEA depuis
1962 sous la pression des Etats-Unis.
Les pays de 1'Amdrique latine ont
tous dte, a un moment ou a un autre, victimes
d'agressions ou d'interventions politiques et
kconomiques. Pas un seul ne peut le nier >,
indiqud Fidel Castro. Cuba n 'estpas hostile
a la paix, ni a la cooperation entre pays a
systems politiques different. Mais Cuba a

Ecoutez

Melodie Matin
avec Marcus


toujours defendu ses principes et continuera de le
faire >, selonle<< Comandante >>.
II serait naif de croire que les bonnes
intentions du president des Etats-Unis justifient
l'existence de cette institution (OEA-ndlr.), qui a
ouvert les portes au cheval de Troie qui a soutenu les
sommets des Amdriques, le ndoliberalisme, le trafic
de drogue, (le diploiement des) bases militaires et
les crises dconomiques >, poursuit Fidel Castro.
L'ignorance, le sous-d6veloppement, la
d6pendance 6conomique, la pauvret6, immigration
force de ceux qui partent chercher du travail a
1'6tranger, la fuite des cerveaux et meme la propagation
des armes parmi les criminels sont les consequences
de l'ing6rence des Etats-Unis dans les affaires des
pays de l'Amerique latine. Cuba, un petitpays, s 'est
montrde capable de resister au blocus, de se
ddvelopper dans de nombreux domaines et de
coopdrer avec d'autres pays >, ajoute M. Castro.
La bataille est dure >, de nombreux pays
d6pendant du Fonds Mon6taire International, de la
Banque mondiale et de la Banque interamnricaine de
d6veloppement que le gouvernement am6ricain
considbre comme un moyen de punir les rebelles. Mais
o cette bataille est ddja un exploit >, conclut Fidel
Castro.


Page 12


Solicitation

Information for RFQ

The Miami Art Museum (MAM) and the Miami
Science Museum (MSM) are currently requesting proposals
from qualified Architects, Landscape Architects or Artists
to design the Museum Plaza, a public space between the
two museums to be located in Bicentennial Park. Following
an international search Herzog & de Meuron and Grimshaw
Architects were selected to design MAM and MSM
respectively. If you feel your firm is qualified to design this
unique public space and gateway to the park, please visit
the MAM website for additional information at http://
www.miamiartmuseum.org/museum park.asp or contact
Tina Comely at 305-375-2276.





Mercredi 10 Juin 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N' 20



Prologue

C'6tait le 24 juillet 2002. Un mercredi. Pour ceux qui
s'int6ressent a la vie de 1'UEH, deuxjours seulement s6parent
d'un 6v6nement capital : l'dlection d'un nouveau Conseil
Ex6cutif, le deuxibme dans l'histoire de l'institution. N'est-ce
pas, disait l'autre, a partir de la deuxibme election que s'implante
v6ritablement la d6mocratie? La perspective de la premiere
passation entre un Conseil Ex6cutif d6mocratiquement Olu a
un autre Conseil Ex6cutif d6mocratiquement Olu donnait ce
sentiment du durable, du structurel, du solide dans le
processus de construction d'une university t6moin de nos
luttes et d6positaire de nos esp6rances
Pour ceux qui, depuis 1986, luttent pour une
university fonctionnant en toute ind6pendance, privil6giant
l'excellence acad6mique, la quality, le m6rite plut6t que la
soumission aux desiderata du pouvoir et 6cartant
syst6matiquement la domestication, pour ceux-li, une tape
va 6tre franchie.

Des 6tudiants a 5h30 AM ?
Mais justement, on annonce que, ce jour-la, t6t le
matin, aux environs de 5h30 AM, avant meme que le jour se
lve, certains individus, une quinzaine environ, prennent
d'assaut et occupent le local du Rectorat de 1'UEH. L'6moi est
g6ndral et l'on cherche a comprendre. Pourquoi le Rectorat?
Que veulent-ils? Qui sont-ils*?
On apprendra par la suite que parmi eux figurent
des 6tudiants. Et meme que certains d'entre eux se d6clarent
en grlve. Grlve de la faim. Et li on se perd. On n'a pas le temps
de poser toutes les questions. Sont-ils vraiment des 6tudiants?
A cette heure? Sont-ils armss? Comment ont-ils pu rentrer?
Ont-ils bousculd gardiens et agents de s6curitV?
Des 6tudiants vont-ils attendre 5h30 du matin pour
p6n6trer un immeuble*? Un 6tudiant se tapirait-il dans
l'ombre? A cet Age, on agit a visibre lev6e, fort de sa foi en la
cause et de la noblesse de ses motivations. M6me Jean-Claude
Duvalier, Pr6sident A Vie, h6ritier et continuateur du regime
que l'on sait, a pu, a 19 ans, se laisser conqudrir par le verbe
haut, noble et g6ndreux de l'incorruptible professeur Serge
Fourcand.'
Mais la grbve de la faim balaie toutes les
interrogations. C'est qu'une grbve de la faim suppose une
disposition a faire le sacrifice de sa vie pour voir triompher sa
cause. C'est trbs sdrieux. C'est courageux. C'est noble. De la
grandeur d'Ame.
L'on a, bien sfr, d'autres types de questions. Qui
sont-ils ces 6tudiants*? Quelle est leur performance
acad6mique g6ndrale*? Figurent-ils parmi les premiers de la
classe*? Les plus curieux? Ceux qui posent le plus de
questions en salle de classe*? Ceux qui en imposent a leurs
pairs par leurs actions et leurs comportements exemplaires ?
Ceux qui ont l'habitude d'exprimer de pressantes
preoccupations acad6miques ? Pas seulement dans le discours
mais aussi dans la pratique: organisation de conferences, de
tables rondes, de d6bats, de manifestations culturelles, la
creation d'espaces acad6miques, etc..... comme cela existe
dans plusieurs de nos facult6s.
Qui sont-ils*? Le principal meneur a des lettres de
cr6ances 6loquentes: il est petit-frbre de s6nateur et principal
animateur d'un groupuscule dont la denomination autorise
toutes les interpretations.: , le CIF,
de son nom de guerre. L'un de ses seconds les plus
entreprenants n'a pu se faire admettre comme 6tudiant qu'a
travers le systbme des < auditeurs-rephch6s ,> du nom de ces
candidats qui, n'ayant pas rdussi le concours d'admission
reglementaire, obtiennent d'etre autoris6s a suivre les cours
en attendant de trouver la manceuvre qui leur permettra de
r6gulariser irr6gulibrement leur dossier
Bien entendu, ils ont des revendications :
ils s'opposent a la candidature du Recteur
sortant aux prochaines elections.;
ils veulent des r6formes a 1'UEH;
ils exigent la mise en place de la loi-cadre de
l'UEH envue d'en garantir l'autonomie.
Par ailleurs, ils ne sont pas contre la tenue des
elections pour le renouvellement du Conseil Ex6cutif du
Rectorat, tiennent-ils a pr6ciser.
Mais la revendication la plus pressante, la plus
argumentde, la plus importante a leurs yeux, c'est le depart du
Recteur. * Monsieur Paquiot ne demissionne pas du Rectorat >>,2
d6clarent-ils au journal L 'Union.
Comment pourraient 6tre satisfaites leurs
revendications ? Ils demandent une intervention d'urgence
du gouvernement qui devrait mettre sur pied une commission
provisoire pour remplacer Monsieur Paquiot. Cette commission
devrait faire les r6formes et laborer la loi-cadre.

Le gouvernement appelk a la rescousse de ...
l'autonomie
En d'autres termes il faut la revocation des autorit6s
6lues et leur remplacement par d'autres qui seraient nommies
par le gouvernement. II faut aussi l'intervention du
gouvernement pour mieux assurer ... l'autonomie.
Le fait est que les meneurs ne sont pas les gr6vistes
et ce ne sont pas les gr6vistes qui expliquent a la presse les
motifs de leur grbve. De surcroit, l'acces aux gr6vistes est des
plus contr6lks. Ne les voit pas qui veut. II faut d'abord franchir
la grande barribre blanche du Rectorat, herm6tiquement close,
et policibrement gard6e par les occupants. Ensuite, on traverse
la vaste cour menant a l'immeuble. Une porte. Une deuxibme
porte et on les trouve allonges dans la salle de reception. A
toutes ces tapes, il faut etre autorise par des gardiens, des
occupants, membres du < mouvement >. La presse sera admise,
l'autorisation pour chaque journaliste devant venir de
l'interieur. Des membres de la communaut6 universitaire, a part
quelques ayant-droits, ne le seront pas. Des representants du
Conseil de l'Universit6 seront conduits. D'autres,
accompagnant unjuge-de-paix, seront admis. Des six grevistes
du premier jour, ou du moment du constat du juge-de-paix,
deux femmes. Qu'on ne reverra plus. Mais le nombre six ne
changera pas du premier au dernier jour. Ils seront meme sept


Page 13


: Le coup de saurel


a un certain moment : le temps d'une photo pour le journal
L'Union.3 Tous des hommes.
Les offres de dialogue sont bruyamment refuses.
Le lendemain, jeudi 25 juillet, les evenements se
bousculent et se pr6cisent. Des officiels, et pas des moindres,
visitent les occupants et les gr6vistes. Ils (les officiels) sont
autoris6s a franchir la barribre herm6tiquement close, a
traverser la vaste cour, a passer la premiere porte et a p6n6trer
dans l'antre des gr6vistes. D'abord des s6nateurs. On dirait
une affaire de famille.4 Ils accourent. Ils parlent. Ils
parlementent. Ils promettent de se r6unir d'urgence au Grand
Corps. Ily a urgence humanitaire. Ils en profitent pour faire de
doctes declarations surl'universit6, sur le savoir, sur le rectorat,
sur les questions acad6miques. Bien entendu tout cela
fonctionne trbs mal a leur gout.

Des officiels 6mus et compr6hensifs
Ily a aussi le ministre de l'Education Nationale lui-
m6me. Ou plut6t elle-m6me. Elle aussi se fera le devoir de visiter
les occupants et les gr6vistes. Ceux-lF l'autorisent a voir ceux-
ci. C'est sa premiere visite au Rectorat depuis qu'elle est
ministre. Elle en sort bouleversde. D6cid6e a faire quelque
chose. Pour des raisons humanitaires. Elle 6voquera son cceur
de mbre. Qui ne peut rester insensible a une telle situation. Et
puis, d6clare-t-elle, la loi sur l'autonomie de l'Universit6 n'est
pas encore vot6e.5
Le mime jour, le Recteur recevra une invitation. Le
Ministre de l'Education Nationale est invit6e/convoqu6e au
Parlement en urgence sur le dossier de 1'UEH. Elle veut tre
accompagnde du Recteur. Elle le dit par lettre. C'est que les
officiels ne ch6ment pas. La < Commission Education > du
Senat a eu le temps d'aviser le Bureau du S6nat, qui a eu le
temps d'6crire au Ministre, qui a eu le temps d'6crire au Recteur.
Toutes les lettres portent la date du 25 juillet. La convocation/
invitation est pour le lendemain 26 juillet a 10hres AM, a l'heure
meme oi sont censdes se tenir les elections pour le
renouvellement du Conseil Ex6cutif.
La lettre du Ministre est apport6e par un membre
de son cabinet priv6. Il explique que le ministre est pass voir
le recteur au rectorat. Elle croyait qu'il y 6tait. Elle y a trouv6
les occupants et les gr6vistes. Elle a df leur rendre visite, sans
en avoir parlk auparavant aux autorit6s 16gitimes. Les membres
du Conseil de l'Universit6, presents a cette salle de la Facult6
des Sciences oi le Conseil tient son quartier-g6ndral d'urgence
depuis les 6v6nements, hochent la tate, compr6hensifs.
En urgence, le Conseil prend une decision: le
Recteur n'ira pas a la convocation. Il n'ira pas comme simple
accompagnateur du Ministre. Le statut constitutionnel de
1'UEH l'en empeche. Ce n'est pas le moment de crder un
pr6c6dent.


On ne sait pas
encore que les elections sont
renvoydes. Pour des raisons
logistiques : les urnes, les
bulletins, tout le materiel
electoral est ferm6 au rectorat
occupy. La presse est
convoqude par le Conseil
pour le lendemain, 10hres AM
a la Facult6 des Sciences.
Tout le monde croit que c'est
pour la tenue des elections.
Des lors, la
Faculty des Sciences devient
un point de mire.
D6ja vers llhres
AM, un individu vient
demander a voir deux
personnes a la Facult6 des
Sciences. Deux noms faciles
a retenir, meme s'ils n'y sont
ni professeurs ni 6tudiants, ni


employs. L'un d'eux, c'est le chef des occupants au Rectorat.
Ca attire forc6ment l'attention. L'autre, une dame, porte le nom
de la fille d'un ancien premier ministre. Un honnete homme.
Non, ils ne sont pas la. Un message? Pourquoi ici? Etaient-ils
census tre ici? Oui. Non. C'est qu'on m'a dit qu'ils devraient
6tre ici et qu'on 6tait cens6 se rencontrer ici. Mais merci
beaucoup, on verra ailleurs.

A la Facult6 des Sciences : Le planA et le plan B
Plus tard, le memejour, ce mimejeudi 25 juillet, un
d6tachement de la police viendra a la Facult6 des Sciences.
Ouvertement. Le plus haut grad6 demande a parler aux
responsables. Il explique qu'on leur a dit qu'il y a ici une grbve
ou un d6sordre ou quelque chose d'anormal. On leur a dit d'y
allerpreter main forte. Ils ont reu l'ordre de s'y rendre illico.
L'ordre est venu de leur sup6rieur hi6rarchique. Ils n'en savent
rien de plus. Excusez. On s'est tromp6.
Plus tard encore vers 7h00 PM, la Facult6 des
Sciences est carr6ment occup6e... Au moment de la fermeture
des locaux, une douzaine d'individus refusent de sortir. Mieux
encore ils s'emparent des chaines et cadenas des mains du
gardien. Les clefs de la voiture d'un professeur, responsable
de d6partement, sont<< saisies >. La plupart se tapissent dans
les zones d'ombre de la cour. Prits a r6pondre a tout signal. Ils
communiquent entre eux a coups de sifflet, de battements de
mains. D6cid6s et sfrs. Ils seraient lourdement arms, selon
un communique de la Fed6ration des Etudiants Universitaires
d'Haiti (FEUH).6
Mais ils ne connaissent pas trbs bien les lieux et
leur topographie. Ils ne savent pas qu'il y a d'autres voies
d'acces et d'autres barribres. Dont celle donnant sur la rue
Louis-Joseph Janvier. Ils ne savent pas non plus qu'a cette
faculty des 6tudiants, de vrais, passent la nuit a travailler sur
leurs projets de sortie. Ces derniers mettront en 6chec leur
tentative de s'emparer des autres cadenas et chaines.
Dans la rue, faisant le va-et-vient, deux individus,
un homme et une femme. Une voiture de location a leur
disposition. Cellulaires en mains, ils contr6lent, ils coordonnent,
ils surveillent. Ils passent ou reqoivent des ordres. Du balcon
6tant, les 6tudiants, les vrais, engagent le dialogue avec eux.
L'homme se pr6sente comme un 6tudiant mais il a oublid sa
carte d'6tudiant. II a oublid aussi son nom. La femme, elle, n'a
pas froid aux yeux. Elle decline nom et pr6nom. Le nom de la
fille de l'ancien premier ministre. Mais ce n'est pas elle.
Entre temps, des professeurs de la Facult6 des
Sciences, alerts, accourent. C'est qu'ils en ont d6ji vu
d'autres, ceux de la Facult6 des Sciences. Plusieurs avaient
connu le coup d'Etat, Michel Francois et Bissainthe. Ils
(PROLOGUE /p. 15)


Top Hit Parade
Semane du 1" Juin
1. DP Express: David
2. Scorpio: Gypsie Fever
3. DP Express: Pa Pran Contac
4. Gemini all Stars: Exploitation
5. Daan Junior: J'ai soif de toi
6. Carimi: Are you ready
7. Nu Look: Arly's Collection
8. Volo Volo: Met Kafou
9. Alan Cave: Se pa pou dat
10. T-Vice: Best of T-Vice


47 -r712 I ri~i m L Ir 4Im'a r" 2 mveU e
TT1: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN POUR TOVUTS LES OCCAS IONS.
- R ception de patient pour Belf South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELLc MOBILITY erc...Wc..,
- Connecstin Mldphoniue chez vous...


Ouvert

6 Jours

par
semaine:

8h30 Ma


7b30 pm


Paffums
('lulr & e pers
Soulierms ltt S anLM es
PruXdits ptur la cuiseiic ('D's (cmp a. Racitne. lvanikqpuc.
CUa11aux Z1uk. lrarius. Animricain
Ta*aux Vdro's (i iticn. Amnsasins. Lo arnctuairc. Drans
MinieygrMn Prlduits dle tbeuRt





Mercredi 10 Juin 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 20


r1T IE |R II|


"'-D I'T' C G U K B J J S E S Z '"
'i 5 K Y A F F Y "(P:
N r\T I N G H AMF c C 1R
S lM |J S E N L C N A IZT QE A
A 'R E AST9I, V IL L A
R NNFH 74U/C T R S TM
S S UAR YF I'MH Y N T I C
5 E6 M?; QO- |S l jj;AB E F IcCA

0 L 0 SlH P. A R Lt 0 I B N
3 ,l A, '60 I I V E P P 0 1 1> *
W I BkL S T E A .U A B U C H)
O IF 'E, Y N 0 0 R V M X C E
MI L A H A B U G U E

Ajax Astn Via B ornmund Baraelona SBaem Muncih
Benfca- Celtic Feemno-d Hamburg Inlermazi1onle
Juvenrlu Liuerpoo Manchealer U Marseille Man
NotItingham F PSV E have Porl Real Madrd
Red Sla B Steaua Huca


Allez de TERRER MOTTES, en utilisant des mots du du vocabu-
laire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne,


HORIZONTAL
1, Cheval de parade 2, Acclamations -
3. Enjeu 4. Proactinium -
5. Empereur mexicain 6. Pronom Viande
d'un animal tue selon le rite musulman -
7. Pronom Chlore 8. Rougeur de la peau.

VERTICAL
1. Ouvrier de I'industrie petroliere -
2. Pilote- 3. Fatigue -
4. Saison Facteur rhesus -
5. Pouah! Compositeur classique -
6. Dort 7. Pronom personnel Dis va -
8. Reine d'Espagne,


HI i IN


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

I G



R A


Solutions de la semaine passe
AU GUS T E

^^^^^^ ^^^^--..d^


7h00-9h00 Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invites du Jour
M1lodie Matin chaque samedi est anim6
par F6qui6re Raphael

lOh-Midi Le disque de lAuditeur
animation James Pr6dvil

12:00- 12h30 Le Midi
informations avec Laury Faustin

12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons francaises

3h-5h pm Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

5hoo Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou

5h 30 pm Melodie & Company
Ddveloppement durable
Mardi avec Bernard Etheart

7h-8h30 AmorySabor con Luciani

8h30- 9hoo Soir Informations

9h00 10h30 Notre Grand Concert
Lun. & Mer.: L'heure classique
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael recoit ses invites

9h00 et au delA Cavaliers, prenez vos dames
(Samedi) 50 ans de succ6s populaires haitiens



c 'e4t fteA Co't ewe W#Stec e 0 /1


Miami: Jean Juste est mort


mais sa pense
(... suite de la page 9)
II a plu a torrent, et comme la majority
de l'assistance, Gen6se a assist a la messe a
partir d'un 6cran g6ant, sous la tente 6rig6e
au milieu de la cour centrale, a la messe dite
par les coreligionnaires du pr6tre G6rard Jean
Juste. Quand la pluie empeche Mezila
d'entendre les sons qui viennent des hauts
parleurs, elle sort de sa poche son chapelet et
commence ses propres litanies pour le "repos
de l'ame de Pe Gerry", explique cette femme
dans la cinquantaine bien sonnee qui affirme
6tre arrive tresjeune en 1982 dans la rade de
Miami.
"En Haiti,je ne pouvais pas continuer
mes 6tudes. Je suis venu ici, j'ai eu mes papiers.
Je suis une infirmiere. J'Fl1ve mes cinq enfants.
Le premier a d6ja termind l'universit6 et gagne
unbon salaire. Un autre est dans l'arm6e. Les
autres 6tudient encore. J'ai b6ndficid de la lutte
de ce monsieur qui est couch dans sonjour
de v6rit6, dans son cercueil aujourd'hui"
t6moigne Mezila, venue de Key West.
L'assistance 6valude a quelque 5.000
personnes 6tait compose en majority
d'Haitiens ou de personnes d'origine
haitienne, mais aussi des amis de la
communaut6 haitienne dont les avocats
amdricains Cheryl Little, Steve Forester, Ira
Kurzban et des activistes am6ricains des droits
humains qui avaient accompagn6 G6rard Jean
Juste pendant la p6riode chaude de la lutte
pour les droits des r6fugids Haitiens aux Etats-
Unis.
Des d6l1gations 6taient arrives
depuis la veille au soir, pour la veill6e funebre
a l'Eglise Notre Dame d'Haiti. Des autobus et
minivans d6versaient des Haitiens venus de
Fort Myers, d'Orlando, de Jacksonville, de
Tampa, de West Palm Beach, de Pompano.
Des tetes de pont de l'Organisation
Fanmi Lavalas 6taient aussi remarqudes dont
Maryse Narcisse, Dismy Cesar, Toussaint
Hilaire qui avaient fait le voyage de Port-au-
Prince.
La d6l1gation de OFL venue de New
York avait a sa tate Alina Sixto et Marguerite
Laurent.
Etaient aussi arrives de Port-au-
Prince, des parlementaires de l'actuelle
16gislature, dont le president du s6nat Kelly
C. Bastien, tous a titre personnel.
L'absence des mots de condol6ances
officielles du president haitien Rend Prdval,
son mutisme complet autour de la mort de
Gerard Jean Juste ont &te s6v6rement critiques
par de nombreux membres de la communaut6
haitienne de la Floride et particulierement les
membres de l'organisation politique Veye Yo,
fondue par le d6funt pr6tre.
"On ne comprend pas. M6me pas un
coup de fil" a dit Lavarice Gaudin, bras droit
de Jean Juste jusqu'a la mort de ce dernier.
"Veye Yo a soutenu ses deux campagnes
pr6sidentielles. Prdval est-il cynique ou
amndsique?" a fulmin Erna, une collaboratrice
de longue date de Jean Juste.
Une mosaique de tee-shirts
imprimdes a Wtd remarqude sur la cour de
l'Eglise Notre Dame. La diversity des messages
t6moigne de l'affection que les uns et les
autres portaient au leader communautaire
salu6 pendant toute la semaine par les m6dias


e lui survivra
du sud de la Floride comme le Martin Luther
King Haitien.
Apres la messe, le convoi fundraire
encadrd par la police de Miami a long la 26me
Avenue NE (rebaptis6e depuis quelques
temps d6jh, Ave Felix Morisseau Leroy)
jusqu'a la 54 Rue, devant le local de Veye Yo.
Sur le parcours, plusieurs personnes
portaient des pancartes et banderoles
r6clamant justice pour le pr6tre. Les
manifestants ont d6nonc6 l'ancien premier
ministre G6rard Latortue, l'ancien ministre de
la Justice Bernard Gousse, aujourd'hui membre
du cabinet priv6 de Prdval et Magalie Comeau
Denis, ancienne ministre de la Culture, membre
du cabinet priv6 de la premiere ministre
Michelle Pierre Louis, d'avoir &t6 les
pers6cuteurs du d6funt pr6tre.
Des fleches plus directes ont &t6
lances contre le president Rend Prdval qu'ils
ont accuse d'afficher trop cyniquement ses
habits GNBistes. "Prdval + GNB = Makout" a-
t-on lu sur une pancarte port6e par Paul, un
ancien du b6ton de Miami et de Montreal.
D'autres pancartes ont cibl6 l'Eglise
catholique, l'institution a laquelle a appartenu
Gerard Jean Juste. Les partisans a Miami du
pr6tre ont fustig6 l'attitude du clergy
catholique en Haiti qui avait laiss6 faire les
assaillants qui ont maltrait6 sauvagement Jean
Juste, lejour des fundrailles de Jacques Roche,
a l'6glise Saint Pierre de PNtion-Ville.
"Sans les soins que n6cessitait son cas, son
emprisonnement prolong ne pouvait que
favoriser le d6veloppement de sa maladie" a
dit Lucie Tondreau qui fut l'une des fiddles
jusqu'aux derniers moments a rester aux c6t6s
de Jean Juste.
De source confirmIe, le pr6tre aurait
v6cu ses derniers moments dans le coma.
Aucun des membres de sa fraternity
eccl6siastique ne lui aurait rendu visite sur
son lit d'h6pital, ni mime pour lui administrer
le dernier sacrament.
Arrive devant le local de Veye Yo, le
cercueil a dt descendu du corbillard pour tre
expos pendant quelques minutes a l'int6rieur,
pendant que sur un podium dress en la
circonstance sur le trottoir, la chanteuse Farah
Juste, assisted de Lucie Tondreau, Lavarice
Gaudin et Thony Jean Thenor, des membres
fondateurs de l'organisation entonnaient, le
poing en l'air, des hymnes repris par
l'assistance et qui faisaient les beauxjours de
la mobilisation politique contre la dictature de
Baby Doc et pendant la p6riode militaro-
macoute de l'apres-1986.
Le cercueil fut ensuite remont6 dans le
corbillard qui retournavers la maison fundraire.
Le cadavre de PNre G6rard Jean Juste sera
transport en Haiti le 17 Juin prochain. Son
inhumation est prdvue dans sa ville natale de
Cavaillon, oni selon ses dernimres volontds, il
reposera aux c6t6s de sa mere.


Norluck Dorange
I


Page 14


elodie
103.3 fm


Solutions de la
semaine passe:
RO UTE S
SOUTES
SOUUTES
SAUTES
SAU GE S
JAU G E S

JAU GER
J A 0 G EB


A i TrMW rTimmTTi i iTi i TTii PiitI^iii~iffiT i





Mercredi 10 Juin 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N 20


Page 15


LE COIN DE MIAMI

Little Haiti a rendu un vibrant hommage

au leader communautaire disparu Gerard Jean Juste
L'enceinte de l'Eglise Notre Dame d'Haiti (Little Haiti, tous les r6fugi6s haitiens qui ont atterri sur le sol americain, groupes ethniques ont toujours sollicit6 le support du r6v6rend
Miami) 6taitpleine a craquer samedi l'occasiondes funtrailles r6clamant des autorit6s du Service de l'Immigration le statut pore G6rard Jean Juste en vue d'obtenir le vote haitien. Ces
du btisseur de la communaut6 haitienne de Miami, le rev6rend 16gal pour ces derniers. II tait toujours present a toutes les demiers taient nombreux a ses funtrailles samedi, notamment
pore G6rard Jean Juste, communtment appel "Gerry", d cd6 activities communautaires. D'autre part, quand il y a des des commissionnaires (seconds-maires) de plusieurs districts
le 27Mai2009. elections locales ou g6ndrales, des politiciens de diff6rents de Floride.


En d6pit de la pluie diluvienne, ils 6taient
plusieurs milliers, pour la plupart des
fanatiques et supporteurs du pr6tre, venus de
partout pour lui rendre un dernier hommage.
Aussi bien des officiels americains que
des membres de la communaut6 haitienne ont pris
la parole pour t6moigner de la grandeur de celui
qui a &te le plus grand d6fenseur des droits du
r6fugi6 haitien. Pour certains, G6rard Jean Juste
6tait l'homme le plus aim6 de la communaut6
haitienne de Miami a cause de son charisme. Un
non-violent qui prechait toujours le bien.
II a &te victime d'un complot politique
sous le gouvernement provisoire Boniface
Alexandre G6rard Latortue (2004 2006. On
s'empara de lui alors qu'il venait assister a l'Eglise
Saint Pierre de P6tion Ville a l'enterrement du
joumaliste poete Jacques Roche. Pendant plusieurs
mois, il fut enfermn au P6nitencier National. Depuis,
l'ancien cur6 de l'Eglise Sainte Claire de Petite
Place Cazeau (nord de la capitale haitienne) se bat
avec un cancer du sang. Son 6tat de sant6 se Une me
d6t6riora au fil desjours. a la n
"Gerry" Jean Juste est le protecteur de I



Prologue

(... suite de la page 13)
appellent la Police. Cette derniere s'amene. Elle h6site,
s'interpose, tente de donner raison aux uns et aux autres, ne
se mouille pas. Elle ne peut prendre la decision d'exiger la
remise des clefs. Un plus haut grad6 est alors requis. Ce dernier
finira par r6cup6rer clefs et cadenas pour les remettre a leur
16gitime propri6taire. Mais n'obtiendra pas le depart des
occupants. Lui aussi estime que meme s'ils ne sont ni rtudiants,
ni professeurs, ni dirigeants, ni membres du personnel de la
Faculty, ils peuvent y rester et y passer la nuit.
D6mocratiquement.
Dans la foulke, l'homme qui a oubli6 sa carte
d'6tudiant et son nom se targuera de ses bonnes relations
avec la Police. Les 6tudiants, les vrais, le croient sur parole.
Sid6res, ils conviennent de se retirer vers les 11 heures du soir.
La perspective de se retrouver en sandwich entre la Police et
les assaillants n'est gubre r6jouissante. Leur soiree acad6mique
est gAch6e.
Les occupants, eux, y passeront la nuit. Mais le
plan semble avoir foir. Et l'occupation se transformera en
manifestation. Le plan B, quoi!

Au nom de 1'< alfa-inivesit >>
Le lendemain, vendredi 26 juillet, suppos e tre le
jour des elections. Plus quejamais, la Facult6 des Sciences est
a l'honneur. Les dirigeants arrivent tres t6t. Ils tentent
d'engager le dialogue avec ceux qui, sans 6tre 6tudiants, ni
professeurs, ni membres du personnel administratif, avaient
tenu a y passer la nuit. Ces derniers sont visiblement surpris
et d6sempares. Ce n'6tait pas prevu. Ca ne fait pas partie des
instructions.
Mais bient6t s'ambne le chef. Ou plut6t la cheffe,
car il s'agit de la dame de la veille. Ses prot6egs sont soulag6s.
Elle n'a pas de problkme pour s'expliquer. Tout ce qu'elle veut
c'est que les elections n'aient pas lieu. Rien de plus. Si les
elections sont renvoyees, elle et sa bande sont pr6tes a partir
illico. Sinon, ....
Le tout bien entendu assorti d'une longue tirade
contre << Paquiot >>. Les dirigeants de la Facult6 essaient de lui
expliquer ce qu'est une university, une faculty, un centre
d'enseignement, leur importance pour le present et pour
l'avenir, pour elle et ses enfants. Elle comprend tout qa. Mais
l'essentiel c'est que les elections soient renvoyees. Et que
Paquiot....
Entre temps, la salle oni devait se tenir la conference
de presse du Conseil les elections, pour le grand public est
envahie, a l'entree, par des < manifestants >. Des pancartes
disent les revendications. Pleins de pancartes. Plus de
pancartes que de manifestants. Des manifestants se cachant
le visage derribre des pancartes a l'approche des cameras de
la t6l6vision.
On y parle surtout de Paquiot, le recteur sortant,
qui est accuse de tous les maux du monde. Une pancarte dit
son incapacity a r6aliser >.

< Une certaine ... qui se fait passer pour 6tudiante

Les manifestants sont mends par la dame que vous
connaissez. La meme. Celle qui porte le nom de la fille de
l'ancien premier ministre mais qui n'est pas elle. Unvrai chef.
Elle ne tardera pas a se faire un nom et un pr6nom propres. Le
Nouvelliste la pr6sentera plus tard comme < une certaine ...
qui se fait passer pour 6tudiante >>.8 Radio-Haiti-Inter
l'identifiera comme celle qui a eu a prononcer a l'A6roport
International le discours de bienvenue en l'honneur du chef


esse symbolique chantee samedi a Port-au-Prince (Eglise Sainte Claire)
nemoire de Pere Jean Juste, on voit dans 1 'assistance 1 'ex-Pm Jacques
Edouard Alexis et la militant Lavalas So Ann photo Robenson)


:
I


- -N- -


Le coup
de l'Etat de retour d'un p6riple a l'6tranger.9 D'autres medias
la reconnaitront comme une employee du Palais National. Dans
ses actions, elle sera souvent accompagn6e d'un petit-frere
de s6nateur, un autre. Et aussi de membres d'O.P.
Mais en ce jour du vendredi 26 juillet, sonjour de
gloire, on n'en sait pas autant d'elle. Du moins le grand public.
On sent seulement qu'elle a le sens du commandement. Et un
leadership plus affirm que le chef des occupants du rectorat.
MNme si la coordination de leurs actions est parfaite.
La conference de presse du Conseil a lieu dans
une autre salle deux heures apres l'heure prevue. L'opinion
publique sait maintenant que les elections sont renvoyees.
Satisfaite, le ministre de l'Education Nationale opinera qu'il
s'agit 1l d'une mesure de sagesse. Son premier mot gentil a
l'endroit des autorit6s 16gitimes de l'universit6.
Au S6nat on tient stance. La Commission
Education, en l thargie depuis des lustres, s'anime. Son
president, c6lbre a l'occasion de l'affaire du riz de la
cooperative < Tout Pou Nou >>,10 et totalement silencieux
depuis, en profite pour faire sa rentrde parlementaire.
Solennelle. Il est severe contre l'Universit6. Surtout avec son
recteur. Qui n'a rien fait durant son mandat. Qui n'est pas
accommodant. Qui monopolise le savoir. Qui ne daigne meme
pas repondre a une invitation du Grand Corps. II promet une
resolution du Senat en la circonstance. Appel est fait au <
Ministbre de tutelle > dont le titulaire est d'ailleurs present en
ce jour solennel pour mettre bon ordre danscette institution
qui se considbre comme un Etat dans l'Etat. Les autres
s6nateurs, le Ministre aussi, abondent dans le meme sens. Et
le Ministre a promis.
Dans l'aprbs-midi du meme vendredi 26, la presse
est inform6e d'une ordonnance du Tribunal des Ref6res. Le
Conseil Ex6cutif de 1'UEH est constat6 caduc. Il n'a pas le
droit de tenir les elections programmes. Pleins pouvoirs sont
accords au ministre de l'Education Nationale. Par un juge
des r6f6res... On connait le reste.
On s'6tonne de ce que la dite ordonnance, avant
d'etre signifiee aux int6ress6s, ait &te transmise a la Presse. On
se demande si unjuge des r6f6res a le droit de se pencher sur
de telles questions et d'en d6cider. On s'interroge sur ce qu'il
convient de faire en pareille occasion. Laisser le juge a ses
lubies et ignorer l'ignoble decision? Ou chercher a l'annuler, a
la casser, comme le disent les habitues de la basoche. On n'est
pas juriste, voyez-vous.

La belle harmonie des trois Pouvoirs de l'Etat
On 6tait d6jh le samedi. Et, avant meme de trouver
r6ponse a ces interrogations, un important communique. Le
ministbre de l'Education Nationale tranche. Comme un
couperet. L'impensable est franchi. On reprend tout ce qu'a
dit lejuge des r6f6res. Sans le citer. Et onpromet la nomination
d'une Commission Provisoire.
Tout qi, un samedi. Il y avait p6ril en la demeure.
Car rappelez-vous, il y avait la grove. Des vies a sauver. Des
raisons humanitaires. II fallait done faire vite. D'autant plus
que, juridiquement, l'autre partie pouvait 6tre tent6e de faire
opposition et pourrait s'y mettre d&s lundi. Et selon les
connaisseurs, l'opposition est suspensive de la decision
judiciaire. Il faut l'en empecher. II fallait se d6pecher. Il ne fallait
pas qu'arrive lundi. Cela aurait prolong inutilement la
souffrance des jeunes universitaires.
Et l'on a pu s'extasier devant cette preuve
6loquente d'efficacit6 et d'efficience des pouvoirs publics. En
si peu de temps, on a pu r6soudre ce problkme tellement
complexe que des jeunes 6taient prets au sacrifice supreme.


Les funerailles du leader de la
communaut6 haitienne de Miami ont &t6 une
veritable manifestation populaire. Beaucoup de t-
shirts blancs avec la photo du d6funt. Et des
slogans disant "Jistis, Jistis pou Gerry", "Gerry
mouri men lit la ap kontinye". Etc. Le cercueil (de
couleurjaune or) 6tait envelopp6 dans le bicolore
haitien.
L'archev6que de Miami, Mgr John C.
Favalora, a relev6 que, malgr6 les souffrances
causes par sa maladie, Jean Juste n'avait toujours
qu'un seul souci, celui d'aider le peuple de Dieu. II
donnait toujours l'espoir et le courage, son travail
n'est pas fini, a d6clare le pr6lat.
"I1 n'est pas question de savoir qui
succ6dera a Jean Juste, il ajou6 son r6le lorsqu'il
le devait" a d6clare l'ancien responsable de l'Eglise
Notre Dame d'Haiti, aujourd'hui &v6que d'Orlando,
Mgr Thomas Wenski.
Des parlementaires haitiens ont voyage
a Miami pour assister aux funerailles.

EVENSHILAIRE
evenshilaire@hotmail. corn


de saurel

En si peu de temps, on a vu les trois Grands Pouvoirs de l'Etat
intervenir a point nomm6 et, dans une rare demonstration
d'unit6, accorder leurs violons pour arriver a cet heureux
r6sultat, leur permettant, entre autres, d'empecher la perte
imminente de vies humaines, celles de jeunes universitaires
de surcroit, l'espoir d'une nation comme dirait < Cceurs Unis
>>.11 L'on a applaudi des deux mains et d'aucuns se mettent
d6j a souhaiter que cette efficacit6 s'6tende a d'autres secteurs
et d'autres circonstances. Un optimiste y verra la preuve par
neuf que tout n'est pas fini pour ce pays et que si les dirigeants
s'aventurent a mettre tout ce dynamisme a r6gler les problkmes
rI els, ...
Mais savez-vous que ces jeunes universitaires,
difficiles comme eux seuls, ne comprenant rien aux raisons
humanitaires de la raison d'Etat, feront tout pour tourmenter
la bonne conscience des d6cideurs des trois pouvoirs et
distiller des doutes sur la noblesse des motifs de leur
intervention.

La grove se poursuit ...
Savez-vous quand est-ce qu'ils se d6cideront a
leverla greve? Seulement le mardi 30juillet. Vingt-quatre heures
avant l'installation a des heures et en un lieu indus de la dite
Commission Provisoire (5h00 de l'aprbs-midi le mercredi 31
juillet, au Ministbre de l'Education Nationale). Alors que la
decision minist6rielle est sortie depuis le samedi 27. D'ailleurs,
pour r6p6ter le Ministre de l'Education Nationale qui a
totalement raison sur ce point, ils auraient di le faire depuis le
vendredi 26, depuis le prononc6 de la decision du juge des
r6f6res. D'ailleurs quand ils ont finalement vid6 les lieux, c'6tait
apres maintes palabres, maintes accusations, maints aces de
mefiance contre justement ceux qui viennent de faire preuve
de tant d'humanit6 a leur 6gard. Et ceci en public. A la radio.
Ils disent que leur < mouvement >> a &t6 r6cup&r6 par d'autres
qui n'ont rien a y voir, qu'ils ont &t6 utilis6s dans toute cette
histoire, qu'on est en train de designer des membres de la
Commission Provisoire 12 sans les consulter et que la grove se
poursuivraitjusqu'a ce qu'ils obtiennent satisfactionl3 ... On
n'ajamais su le contenu de ces nouvelles revendications.
Le dimanche, au lendemain du communique
minist6riel, ils sont tres amers; ils auraient meme menace de
remettre les lieux aux autorit6s 16gitimes si leurs revendications
n'6taient pas satisfaites. Le lundi, ils continuent a avoir des
revendications tout en 6tant plus compr6hensifs, et le mardi,
ils font 6tat de leur complete satisfaction et c'est alors qu'ils
se retirent. Trois jours aprbs la decision du ministre, quatre
jours apres l'ordonnance dujuge des r6f6res, elle-meme 6mise
deuxjours aprbs le d6but de la grove.
Comme quoi, toute la diligence des responsables,
toutes ces interventions effectuies dans l'urgence les visites
d'officiels dont le ministre qui n'6taitjamais auparavant venu
au rectorat, la c6Clrit& de l'ordonnance dujuge d'un system
judiciaire connu pour sa lenteur, la stance au Parlement qui,
on le sait, ne cache pas ses difficulties pour se r6unir
habituellement, le communique minist6riel, sorti un samedi,
d'un gouvernement qui fait tout pour se faire oublier comme
quoi tout qa n'6tait pas n6cessaire.
Comme pour dire la vanity de telles mesures et de
leurjustification.
Comme quoi, il n'y avait pas vraiment urgence, pas
vraiment de vie humaine a sauver, encore moins
d'universitaires. Comme quoi le sens de l'humanitaire 6voqu6
par les responsables 6tait mal plac6...
Fritz Deshommes


POUR TOW VOS MEAThtEqulpements pour construction
ADOMI PURCHASING AGENCY """'"d u Eu ou onto
T l PURCHASIN FEP6cs do voltrtu /Comlon i Equpcmcnt m6dOial
Tel.: 786-457-830 Faxo 305-756-0979 -al pasacalla@aocom paO amoM u popar bahfta




Page 16


ielodie
103.3 f1


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559)
Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email : melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes.net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896
Prite gb IthestOfse


ekse gen yon kado mwen ka bay,

kap bon pou tout okazyon?


/1t


(Th


Fe yo konnen,
kijan yo enpotan pou ou!


Voye kado kash la
rapid. serye. tou pre lakay ou.
Cette offre prend fin le 30 juin 2009. Pour infoma*iw, appelez Wetern Union au 1-877-984-1726, Nou pale kreyol


pocalias dan u y.
Dargo 06niral, Barl ia-2 -
rodults p6rtesabIls, Effets


PouR vos RseRVATIONS DE CARGO, APPELEZ
1-800-927-6059
ou enwyez nous un e-mail:


Mercredi 10 Juin2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 20


ra k "C~opyr lighted Material
d& IN % r Syndicated Contents u R lr

Available from Commercial News Providers"


WES IERI0


I money transf




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs