Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00343
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: March 11, 2009
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00343
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00003-11-2009 ( PDF )


Full Text
















1. I


La decision du CEP peut ruiner

les deux dernieres annees de la pr6sidenc


PORT-AU-PRINCE, 7 Mars Les partisans
de Fanmi Lavalas projettent une manifestation ce
lundi 9 mars devant l'a6roport international a
l'occasion de l'arriv6e du Secr6taire g6n6ral de


oreilles de la nouvelle administration d6mocrate a la Constitution haitienne
am6ricaine de Barack Obama. Rappelant le r6le qui fut que la r6int6gration de Fam
jou6 par les Etats-Unis dans le brutal renversement de des partis appel6s a par
leur leader. C'est un avion sans matricule d6p&ch6 par s6natoriales du 19 avril proc


Preval
qui bannit l'exil, ainsi
mi Lavalas dans la liste
ticiper aux elections
chain.


Accompagnent le Sec. Gdn. de 'ONU la superstar ha'tiano-anmricaine
WyclefJean et 'ex-president Clinton (photo Marco Dormino /Minustah)


Les manifestants Lavalas s 'adressent a 'ex-president Clinton demandant
le retour de leur leader, J. B. Aristide, exild en Afrique du Sud (photo JJA.)


1'ONU qu'accompagne l'ex-pr6sident am6ricain Bill le Pentagone qui emporta Jean-Bertrand Aristide loin
Clinton. de la terre d'Haiti le 29 f6vrier 2004.
Les partisans de l'ex-pr6sident en exil La manifestation de ce lundi 9 mars demande
Aristide entendent par 1l porter leurs griefs aux le retour d'Aristide << dans son pays >> conform6ment


Le Secr6taire g6n6ral de 1'ONU, Ban Ki-
moon, n'est pas a sa premiere visite en Haiti. La
dernibre fois, il n'y avait aucune manifestation ou
(CEP/p.4)


Presidentielles 2009 : premieres escarmouches !
PORT-AU-PRINCE, 8 Mars (avec un grand S).
Nous sommes d6jh en pleine saison Seul manque l'essentiel pourde
61lectorale. Tout d6sormais doit 6tre v6ritables 61lections : des leaders et des
interpr6t6 dans cette perspective. Aussi partis dignes de ce nom. De quelque c6t6
bien du c6t6 de l'Ex6cutif que du que l'on se tourne, c'est soit le vide, soit
L6gislatif. Et m6me de la Soci6t6 civile (PRESIDENTIELLES/p. 5)


too a 4 kom lb e"mM0,


"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"

.....4.


La maree Lavalas a edt evitee par le cortege officiel qui a emprunte
un chemin detourne (photo Eugene Robenson)


Tant de distingues visiteurs jusqu'a


present pour riei
devait 6tre tire a quatre 6pingles chaque
Sfois (et c'6tait rare, done toujours un grand
&v6nement) que nous recevions un grand
de ce monde.
Aujourd'hui c'est un fait ordinaire
et presque banal. N'6tait la manifestation de
Fanmi Lavalas devant l'a6roport
international ce lundi pour protester contre
son expulsion du processus pour les
s6natoriales du 19 avril prochain, la visite
du Secr6taire g6n6ral de 1'ONU serait passe
comme une lettre a la poste (ou plut6t comme
un SMS) ...
D'ailleurs Ban Ki-moon et Bill
Clinton Clinton sont des habitues, les deux 6taient
ustah) en Haiti il y a peu. En un mot, ils connaissent


I f le chemin.
I l Qcuand on pense que nous
ne connaissons les presidents
Kennedy, Eisenhower, De Gaule etc qu'h travers les
pages de Paris Match.
Les Capois conservent jalousement les
papiersjaunis rappelant la visite dans leur ville le 5
juillet 1934 du president am6ricain Franklin D.
Roosevelt venu sceller avec le president St6nio
Vincent la fin de l'occupation am6ricaine d'Haiti
(1915-1934).
I1 fallait un 6v6nement aussi extraordinaire
pour nous m6riter une telle visite.
Ou alors c'est pour notre d6shonneur
comme le dictateur dominicain Rafael Trujillo f6t6
par les officiels haitiens, le m6me qui a commis en
1937 le massacre de plusieurs milliers de paysans
haitiens h la frontibre.
(VISITEURS /p. 6)


PORT-AU-PRINCE, 8 Mars
11 fut un temps ofi Port-au-Prince


WyclefJean, Ban Ki-moon et Bill
(photo Marco Dormino /Minu


".









Page 2


Billet a Mme Odette

Roy Fombrun

Par Dr. Michel Lominy


Chere Madame,
Je commence par vous
remercier d'avoir pens6 a me faire une
reponse publique dans le journal Le
Matin, car vous dtes la seule a avoir
repondu a cette interpellation que j'ai
lancee a toutes les elites et les tdtes
pensantes dont vous dtes, dans < Billet
a Cary Hector >>. Daignez agr6er mes
respectueux hommages.
Madame,
J'ai ete tres heureux de vous
lire. D'autant plus que j'ai vite compris
que nous sommes sur la mdme
longueur d'ondes. Nous parlons le
m&me langage et nous ne sommes pas
tres loin Fun de l'autre.
1) On trouver les devises.
< Il est reconnu que seul le
tourisme peut faire passer les devises
des pays riches aux pays pauvres >>.
C'est tellement vrai que pour
moi, notre nouvelle devise a cote de
l'union fait la force devrait dtre:
Tourisme d'abord, tourisme ensuite,
tourisme toujours. Le tourisme, le
secteur le plus porteur et le meilleur
vecteur de croissance pour notre pays
dans les caraibes.
2) De la Diaspora:
I1 faut permettre a La diaspora
de jouer pleinement son r6le, d'investir
dans tous les domaines (politique,
6conomique et social).
Toute la politique
d'immigration d'Haiti, pour dtre
intelligente et rentable, doit viser
d'abord, a tout seigneur tout honneur,
les haitiens de sa Diaspora. Et pour
reussir, il faut, de toute urgence, reparer
cette flagrante et terrible injustice faite
a ceux qui ont acquis la nationality du
pays d'accueil et qui n'ont pas su et
ne peuvent plus profiter de 1'article 286
de la constitution de 1987; Oui, il faut
reparer, toutes affaires cessantes, cette
monstrueuse et revoltante injustice de
les avoir exclus de la vie politique et
6conomique du pays, car, la nationality
d'origine, la nationality de naissance,
est un droit acquis, un droit incessible,
un droit inalienable qu'aucune
constitution, aucune loi, aucun
pouvoir, aucun gouverement, ne peut
6ter, sans le consentement expres de
l'int6resse par devant une juridiction
haitienne comp6tente.
Haiti, ou la fuite des cerveaux
a toujours 6et la regle et non
l'exception, ne peut plus se payer le
luxe de perdre d'aussi pr6cieuses
ressources d'une valeur inestimable.
Enough is enough.
Haiti doit done restituer a la
diaspora sa nationality haitienne, sans
autre forme de proces. D'autant plus
que: lo) Haiti ne gagne rien, mais
absolument rien en faisant perdre la
nationality haitienne aux haitiens de la
Diaspora, 2o) Certaines personnalites
de la diaspora haitienne seront tres
utiles sinon indispensables pour mener
a bien les n6gociations en vue
d'aboutir a ce partenariat 6conomique
strat6gique avec un autre Etat afin de
parachever l'ceuvre de nos ancdtres,
d'une Haiti belle et prospere oh il fera
toujours bon de vivre.
Mme. MICHAELLE JEAN,
l'actuelle Gouverneure g6enrale du
Canada, chef de l'Etat et commandant
en chef des forces armies
canadiennes, cette figure prestigieuse,
cette 6minente personnalit6 de la
diaspora haitienne, celle qui a atteint
les plus hauts sommets de 1'6chelle des
valeurs, de 1'6chelle politique et sociale
dans son pays d'accueil, celle qui a
fait et fait encore la fiert6 de l'dtre
haitien, et du Jacmelien en particulier,
commence deja, si l'on en croit les
journaux, a faire le plaidoyer en faveur
de son pays, Haiti, aupres du president
des Etats-Unis, Barack Obama, au
cours de la recent visite de celui-ci au
Canada. Qui osera nous dire,
aujourd'hui, que Mme Michaelle JEAN
n'est plus haitienne?
3) Partenariat 6conomique
strat6gique avec un autre Etat:
L'union 6conomique des
6tats fait la force, la richesse et la
puissance. < On parle d6ej et de plus
en lus, en Angleterre et en Allemagne,
de gouvernance 6conomique


mondiale>>.
Tout le monde admet qu'Haiti
ne peut pas sortir seul de son 6tat de
misere et de pauvret6, cela veut dire
qu'il lui faut un partenaire pour en
sortir. Mais au lieu d'un veritable
partenariat (genuine partnership dixit
Obama, un partenaire et non un pays
assist dixit Mme Michaelle Jean), on
a prefer se jeter dans les bras de
1'APD (aide publique au
developpement), de l'aide humanitaire,
des dons et des emprunts insignifiants
face a nos 6normes besoins; Des
solutions, somme toute st6riles, qui
n'ont jamais permis a aucun autre pays
de sortir de la pauvret6 et de la misere.
I1 faut done changer et
choisir un partenariat 6conomique
strat6gique, a benefices r6ciproques,
un partenariat f6cond et profitable
pour notre pays.
Madame,
Il nous faut un seul partenaire
disposant du capital, de la technologie
et du savoir faire pour doter Haiti des
infrastructures de base n6cessaires et
indispensables au d6veloppement
d'un tourisme moderne et mettre les
haitiens au travail pour produire des
richesses, biens et services.
Ce capital, cette technologie
et ce savoir faire seront investis
6galement dans l'agriculture, l'agro-
industrie, une agriculture < Bio >>
desormais rentable et competitive;
dans l'industrie de la pdche, pour
satisfaire les besoins de cette industrie
touristique et pour la consommation
locale; dans la recherche sur les
energies renouvelables, le p6trole et
le gaz naturel, les ressources minieres
de notre sous sol etc. Sans oublier les
N.T.I.C.
3) Partenariat avec un pays.
a) Ce partenariat 6conomique
privil6gi6 n'exclut pas, bien entendu,
de bons rapports de voisinage,
d'amiti6, de cooperation franche et
loyale avec d'autres Etats. b) On peut
tres bien dtre un partenaire
6conomique d'un autre Etat sans
necessairement se placer sous la
dependance et la souverainet6 de ce
partenaire, sans renier son identity
propre. Il suffit de ne pas se presenter
en mendiant, sollicitant la piti6, la
commiseration et la charity.

Quant au choix du partenaire.
Lequel?
Cette question est tout a fait
pr6matur6e. Il faut d'abord qu'on
accepte le principe de partenariat avec
un autre Etat, qu'on se sente prtt a
s'engager dans cette voie, qu'on y
croit vraiment, avant de penser a faire
un choix.
Car autrement, aucun
partenaire ne nous sera acceptable. On
trouvera milles raisons pour r6cuser
tel ou tel partenaire parce qu'on est
enferm6, engonc6 dans un
nationalisme primaire, imbecile et
stupide, de mauvais aloi, d6pass6 et
sterile, allant a contre courant de
1'6volution du monde; Un nationalisme
anachronique qui nous empdche de
voir que le monde change sous nos
yeux et tres vite. De mdme, on ne
voudra pas non plus faire les
concessions que nous aurons a faire
Car il y en aura de toute fagon. C'est
de bonne guerre dans toute
negociation.
Dans ce partenariat
6conomique strat6gique, II faut qu'on
se dise qu'Haiti ne viendra pas les
mains vides.
Haiti est potentiellement
riche, mais, paradoxalement, les
haitiens sont pauvres.
Cet Etat partenaire n'aura
rien a donner en cadeau, par pure
charity, et il a tout a gagner. Un vrai
partenariat a benefices reciproques.
Un vrai < win-win solution >>.
Haiti lui offre, outre des
millions de cerveaux et de bras pour
ses entreprises delocalis6es et 10
millions de consommateurs pour les
produits manufactures de ses
entreprises et de ses usines,
Un territoire de 27500
kilometres carr6s, Une position
(BILLET/p. 15)


S-"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Journ6e Internationale des Femmes
<< Pour une politique d'6galit6 des sexes : les jeunes s'engagent > c'est
autour de ce theme que lajournde internationale des femmes a &td c6l6br6e
cette annde en Haiti.
L'objectif: sensibiliser et mobiliser lesjeunes des deux sexes sur les
violences faites aux femmes et leur interconnexion avec les st6rdotypes
sexistes.

Haiti s'apprfterait a lever l'embargo sur les produits
avicoles dominicains
La ministre du commerce et de l'industrie, Marie-Jos6 Gamier, a annonc6
samedi A Santiago de los Caballeros que le gouvernement Prdval/Pierre-
Louis envisage de mettre fin A l'embargo sur l'exportation d'ceufs et de
poulets dominicains vers Haiti, en vigueur depuis 2007 A cause de la
d6couverte de foyers de grippe aviaire en territoire voisin.
Toutefois la lev6e des sanctions sera conditionnee aux r6sultats futurs de
nouvelles investigations qu'Haiti entend mener. Enfin, la titulaire du
commerce et de l'industrie, Madame Marie Jos6e Gamier, a aussi plaid
pour un renforcement des relations bilat6rales et la creation d'un bloc
commercial avec les pays latino-am6ricains au < b6ndfice de l'amdlioration
des conditions 6conomiques et de d6veloppement des peuples de la
region >. (site radio kiskeya)

Lancement de Tl66 M6tropole
La c6r6monie de commemoration du 39 eme anniversaire de Radio
Mdtropole a &te marque par deux annonces importantes: l'accession de
Richard Widmaier A la pr6sidence du groupe et l'inauguration de T616
Mdtropole.
Fier et heureux, le president directeur g6ndral et fondateur de la station,
Herby Widmaier, a c6d6 la place A son fils, Richard Widmaier, qui occupait
jusqu'alors le poste de directeur g6ndral de la radio. Bien que pas encore
trop vieux, je pense que le moment est venu de faire place auxjeunes ", a
lanc6 Herby lors de son traditionnel discours d'anniversaire.
Tout en soulignant que Richard a fait ses preuves au cours des dermires
anndes, Herby soutient que le nouveau PDG a donn6 toute son energie,
son courage et son savoir au service de "M6tropole".
Dans sa premiere intervention, le nouveau PDG du groupe Mdtropole,
Richard Widmaier, a annonc6 solennellement le d6but des missions de
T616 M6tropole sur la chaine 52. De midi A minuit, Td61 M6tropole
diffusera des films et des documentaires", dit-il, pr6cisant que les studios
seront inaugur6s dans quelques mois.

Haiti se declare solidaire des mouvements de revendication
des Antilles Francaises
A l'initiative de l'organisation << Solidarit6 des femmes haitiennes > (Sofa),
plusieurs dizaines de citoyennes et citoyens ont march, le vendredi 6
mars, dans les rues de la capitale haitienne pour exiger des autorit6s
6tatiques de meilleures conditions de vie et de travail dans le pays. Ce
mouvement, majoritairement compose de femmes, a d6marr6 devant les
locaux du ministbre des Affaires sociales et du travail (Mast) pour aboutir
devant le siege de l'Ambassade de France A Port-au-Prince, au Champ de
Mars. Des messages de solidarity avec les peuples de la Guadeloupe,
Martinique, Guyane francaise et l'Ile de la Reunion ont &t6 lances, devant
les locaux de l'Ambassade de France. Les manifestants ont declare leur
appui sans reserve A la mobilisation d6clench6e en Guadeloupe par
l'organisation syndicale < Liyannaj kont pwofitasyon" ou collectif contre
l'exploitation >> (LKP). < Nous exprimons notre soutien A tous les peuples
de la region en vue de la construction d'une Caralbe unie et souveraine,
une Caralbe libre, une Caralbe ind6pendante >>, indique Carole Jacob dans
un message ddlivrd devant l'Ambassade de France. Les manifestants se
sont aussi prononc6s en faveur d'un salaire minimum equitable, lequel
devrait permettre aux ouvribres et ouvriers de rdpondre A tous leurs
besoins. < II est important d'adopter au plus vite ce salaire de 200.00
gourdes >>, estime Camille Chalmers, pr6cisant qu'il y a de nombreuses
personnes dans ce pays qui ne sont pas A meme de manger A leur faim. < II
faudrait au moins fixer le salaire minimum A 400.00 gourdes >, estime
1'Architecte Didier Dominique, responsable de l'organisation syndicale
<< Batay Ouvriye >> (Lutte ouvribre). Didier Dominique invite les s6nateurs A
ne pas c6der aux pressions du secteur des affaires qui ne partagent pas
l'id6e de fixer le salaire minimum A 200.00 gourdes.

Accident sur la nationale #1 : dix morts et des blesses
Un terrible accident s'est produit vendredi matin sur la route nationale #1 au
(ENBREF/p. 14)








Mercredi 11 Mars 2009 _
Haiti enMarche Vol XXIII N' 07 L V TENEMENT


cl^^ a ^f k^y UP 1w0^ to4^ ot s % oa I*Aom* W-
.rIfCi^^i ^lH-R:.ilrCCrhuk^H^^ik^I^B^^i:iiiiBiili iiiiii i~fn^Bi iHii'Jiiiiii inii|h,,ii~i ~iiiiiiiii


hted Material
. .. .. P
ited Content ...

mercial News Providers"


Haiti: au moins 10 morts et 20 bless6s

dans un accident entre deux autocars


Autobus dont l'accident
afait 10 mort
(photo Alertehaiti)


PORT-AU-
PRINCE Au moins dix
personnes ont &t6 tudes et
plus de vingt blessdes,
dont deux gravement,
vendredi en Haiti dans un
accident entre deux
autocars transportant des
passagers dans la ville de


Cabaret, au nord de Port-au-Prince, a-t-on appris de
source officielle.
"Nous avons d6nombrd une dizaine de corps
dont un a &td d6capit6 dans l'accident", a d6clard a
I'AFP Henri Hilaire, un agent de la protection civile
haitienne sur place.
Une vingtaine de bless6s ont &te transports
au principal h6pital public de Port-au-Prince et dans
des centres de sante, a-t-il indique.
"La vie de certains bless6s, dont un des


Page 3

SOMMAIRE
L'EVENEMENT
Les partisans Aristide demandent a Bill Clinton
de faciliter le retour de celui-ci p. 1
ANALYSE
La decision peut miner les 2 dernibres anndes
de la presidence Pr6val p. 1
POLITIOU E FICTION
Presidentielles: premieres escarmouches p. 1
L'ISTOIREAUPRESENT
Tant de distingu6s visiteurs jusqu'h present
pour rien p. 1
LIVBREPENSER
Billet Mme Odette Roy Fombrun p. 2
Affiniteap. 13
ACTUALITE
Le Tribunal des r6f6rds ordonne
la integration de Fanmi Lavalas au processus
electoral p.
Ban Ki-moon promet de mettre Haiti en tete des
priority intemationales p. 3
ENVIRONNEMENT
Ca bouge dans le Sud-Est p. 7
JOURNEEDESFEMMES
Position d'un groupe d'organisations de
femmes et de droits humains p.8
Violence faitent aux femmes : Le silence
s 'effrite p. 8
HOMMAGE
Jacqueline Scott Lemoine... p. 9
UTTERAIRE
La Tragedie Du Roi Christophe p. 9
SANTE
Les plus de 50 ans victimes du Viagra p. 11
ECONOMIC
Haiti parmi 24 pays en danger p. 15
L J
chauffeurs impliqu6s dans l'accident, est en danger",
a indiqu6 le responsable de la protection civile.
"Nous avons requ quelques bless6s, il y a un
cas de traumatisme crinien", a 6galement dit a 1'AFP
un m6decin d'un centre de sant6.
L'accident, qui s'est produit aux environs de
09H00 locales (14H00 GMT), a impliqu6 deux autocars
transportant des dizaines de passagers et un autre
v6hicule, selonun d6put6 de la region, Jer6me Valcind,
joint par t6l1phone.
(ACCIDENT/P. 15)


C'g vs qui dcide vs homraires... PWartout u vous tes
accdez A L BANKOnlire,unewvaiesucsalweienIgne

> Pavez n "wale quIj ayt un Ai I UNIBANK
en bcrfdtat vou-ww ie son ope
> FaftesVOs tansfbrts wSur rh pf
> Achetez de ch6quesdedirecWnetturr6frnger
> CormwiduaZ vorO altaSWion bernre

0fnitla longue lisufte IrabMnsacwwam psoSlbl8
on cuant our l16wwwunbankhadt.com


I lUNIBANK


"Falsons route ensemble"

www unibankhaiticoam








Mercredi 11 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 07


La decision du CEP peut ruiner


les deux derniires ann es de la presidency Preval


(CEP... suite de la lre page)
autre A l'adroport. C'est done que la situation a reculk.
Ce qui s'est pass de nouveau et qui est
responsable de cette nouvelle tournure des
6v6nements, c'est 6videmment la decision du Conseil
electoral provisoire (CEP) de radier sans aucune autre
forme de proces (et nous pesons bien nos mots) tous
les candidats du parti Fanmi Lavalas du processus
electoral, sans aucune
consideration ni de leurs -
caracteristiques personnelles ni "
du degr6 de l1gitimit6 du secteur
dont ils se r6clament, que le parti
soit divis6 cela n'empeche qu'il est
officiellement enregistr6 et que ces
pieces officielles n'ont pas disparu.
Des parlementaires Lavalas
siegent actuellement dans les deux
chambres l1gislatives. Si le parti est
radid, ils devraient l'&tre aussi.
Mais au-dela de toutes ces
implications qui n'en finissent pas
de surgir au fur et A mesure, il y en
a une qui concerne de mani&re
encore plus vitale le pouvoir en
place : le rejet du processus dit de
stabilisation du parti considered
comme le plus populaire d'Haiti (tel
que prouv6 6galement aux
pr6sidentielles de 2006) risque de
miner les deux dernires anndes
de mandat du president Rend
Prdval en transformant A nouveau
Plusieurs cental
les villes principales du pays en P lusieurs ceinta
un champ permanent de
manifestations populaires.

Attention A la repression ...
Faut-il rappeler que nous vivons aujourd'hui
en d6mocratie et non sous un quelconque
gouvernement provisoire post-coup d'6tat, comme
dans les anndes 2004-2006, et que les liberties civiles et
politiques se doivent d'etre respect6es. Et prot6g6es
par les lois et par le pouvoir d6mocratiquement l6u.
Par consequent tant que ces demonstrations
populaires se d6roulent pacifiquement et dans le cadre
des lois, tant qu'elles ne se transforment en 6meutes
avec bris de vitres de voitures ou de vitrines de
magasins, le gouvernement n'y peut rien.
Toute autre reaction de la part des
gouvernants serait de la repression.
DMs lors on retombe dans le cycle infernal


dont il nous a pris tant d'anndes et tant d'efforts (et
tant de millions) pour commencer lentement A sortir.
De lavalas en anti-lavalas, de Guibert en
Gauthier, le ph6nomene ne tarde pas A faire boule-de-
neige et bient6t dans les rues de Port-au-Prince, on ne
reconnait plus qui est qui ?
La decision du CEP n'est pas A l'avantage du
mandat de Rend Prdval.
-- --r 47 amsmamam 6


ies de partisans de Fanmi Lavalas apprenant que le Tribu
ration de leur parti dans le processus electoral (photo

Ni du gouvernement Michdle Pierre-Louis.
D'ailleurs les premiers craquements se font d6ji
entendre en ce qui concerne ce dernier auquel plusieurs
groupes parlementaires se prdparent A livrer la chasse.
Et ce ne sont pas des lavalas. Car de plus on est en
annde 6lectorale long playing (cela pue A travers le
discours de nos s6nateurs et d6put6s), or c'est le
moment aussi oi chacun, y compris le pouvoir ainsi
que toutes autres institutions qui pensent d'abord A la
sauvegarde de la patrie, devrait r6aliser que, hM
attention, on marche sur des ceufs.

L'VtW sera chaud ...
Ban Ki-moon ne va pas manquer de faire la
difference avec sa dernire visite en posant le pied ce
lundi sur le b ton de la capitale haitienne. Selon toute
probability, I' tF sera chaud !


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.
Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenet pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la ,
founi yon baz kominikasyon ki L"' J. '- e rF .rr vtrt!
pemet klyan an jwenn tout
enf6masyon li bezwen sou transpb pa avyon, sou lanme ak ate, fe rezNvasyon
pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administration ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou
machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe
tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efr pesonl"
dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes Devlopman.
Imw Cargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon
yo e unt enfomasin an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan.
Nou riprosede "One-Stop-Shop", sa vle di nou vlr-ofri li
plizyd so o cla- a vyon, bato oswa tren ocknamyon quit se machandiz
pon .kspotas& o i.... c "o"....-.
n nmwa apiintroduilot avanaj sotAebsite li
a. Pamela Robbins ajoute : "Kly. yo- nterese nan teknoloji ap ede nou bay
konpayi an plis ekspansyon et pemdt klyan yo planifye shipment yo lontan a
lavans."
Amerijet International, Inc. founi yon sevis entenasyonal konple e
sou tout f6m pa avyon, pa bato ak ate.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout te
a ak destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p,
Lazi ak Middle-East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi
prensipal baz li ki se Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenet la
www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-
5354.


Or d'autre part,
cette nouvelle conjoncture
jure totalement avec la
pr6sidence Prdval
classique. Jusqu'A preuve
du contraire (c'est du
moins ce que le pays avait
retenu de positif de son


premier mandat, 1996-2001, et qui fait que la majority
avait pouss6 un ouf de soulagement A son election en
f6vrier 2006), la presence de Rend Prdval au palais
national signifie un moment de rdpit, une sorte
d'interlude ou intermnde, avant tout 6ventuel nouveau
d6chainement des passions.
D'ailleurs c'est plus ou moins le module qui a
&te suivi jusqu'ici depuis son nouvel avenement en
2006. Une prudence que lui
reprochent maints secteurs mais
dont il avait refuse jusqu'A present
de se d6partir. Par exemple, tout en
pr6nant la lutte contre la
corruption, le pouvoir a refuse de
poursuivre certains cas av6rds
mais survenus avant son arrive.
Tout comme la politique
de reconciliation au nom de laquelle
le president d1u ouvre les bras aux
plus acerbes de ses critiques du
temps de la campagne 6lectorale.
Tout comme le corps
diplomatique et les pr6fets
d6partementaux et autres qui n'ont
pas 6td changes.
Mais surtout la
pr6sidence Prdval, ressentie
comme plus cool par nature, a
toujours &t6 vue comme devant
6tre une chance unique pour la
reconstruction, du moins autant
que faire se peut.
Ynal des rtftrds a
Eugene Robenson) Un coup peut-jtre
fatal ...
La decision du CEP vient porter un coup peut-
6tre fatal A toutes ces esp6rances. Ce n'est mime plus
la politique qui reprend le dessus, mais qui pis est, la
guerre de religions, A entendre les arguments changes
de part et d'autre, aussi bien A la charge du grand mais
tellement controversy exild (l'ex-cur6 de Saint Jean
Bosco), d'autant plus quand les plus violents de ses
adversaires sont aussi d'ex-porteurs de la soutane,
qu'A sa d6charge. Car force est de constater que le
personnage continue de soulever autant de passion
d'un cWt6, que de haine de l'autre.
Mais alors que ses partisans attendaient
calmement de tenter leur chance aux prochaines
elections, quitte en se marchant sur les pieds les uns
les autres, eh bien en leur fermant la porte au nez
radicalement, la decision du CEP aboutit seulement A
les radicaliser eux aussi. Et d6sormais ils ne veulent
rien entendre que le retour pur et simple de leur leader.
Ceux qui esp&rent un relkvement du pays
devraient faire pression de toutes leurs forces pour
empicher que cette situation ne d6g6n&re totalement
en un nouveau jusqu'auboutisme r6ciproque.
Mais la balle est essentiellement d'abord dans
le camp de Monsieur Prdval.
Hafti en Marche, 7Mars 2009


#o 5 Io



"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Pat6 Plus Bakery,
NATURAL JUICE


11638 NE 2nd Ave.
Miami, FL 33100
Tel. 305-756-3695


Catering Specialist
Cakea. Pastres. Hors dOeuvres
for all occasions


Page 4








Mercredi 11 Mars 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 07


Presidentielles
(PRESIDENTIELLES... suite de la l1re page)
la pagaille.
Et dans une dimension plus large, c'est que
d6j il n'y a ni veritable pouvoir en place fonctionnant
comme tel, ni opposition.
Commenqons par les acteurs qui ont domind
toutes les dernieres joutes depuis la chute de la
dictature Duvalier en f6vrier 1986.
Meme si la plupart d'entre
eux aspirent encore et cela jusqu'au
jour de leur dernier soupir, d6sormais
ils n'ont plus les moyens de leur
politique.
Ceux-lh qu'une certaine
terminologie appelait encore les
grands partis et ce jusqu'aux
dernieres pr6sidentielles de 2006 ne
sont d6ja plus que l'ombre d'eux-
memes.
Vaincus par la << politique de
reconciliation nationale >> qui
fonctionne aussi comme un puissant
aspirateur et quand on n'est pas plus
de deux ou trois repr6sentants d'un
parti, tous disparaissent dans la
trappe.

Des blocs et des
groupes ...
C'est le cas aujourd'hui de
plusieurs des partis dits de l'ex-
opposition et tellement r6duits a n'6tre plus que de
nom, que leurs elus l1gislatifs n'ont pas h6sit6 a
s'organiser diff6remment. C'est le Parlement des blocs
et des groupes venu au monde ces deux dernibres
anndes.
Dans le cas de Fanmi Lavalas, le parti le plus
proche des masses, c'est le cheminement inverse. Trop
lourd a manier pour ses responsables sur le terrain
(son chef materiel et spirituel, l'ex-pr6sident Aristide,
ayant &te forc6 a l'exil aprbs son brutal renversement
en 2004), Fanmi Lavalas a fait implosion, c'est-a-dire
s'est 6cras6 sous son propre poids, facilitant ainsi sa
r6cente disqualification par un Conseil electoral
provisoire (CEP) apparemment trop heureux de cette
tAche.
Que les s6natoriales partielles du 19 avril
prochainfinissent par avoir lieu ou non, imm6diatement
apres nous entrons de plain-pied dans les grandes
manceuvres pour de nouvelles et bien plus importantes
elections, vers fin 2009.
En effet, en janvier 2010 doivent prendre
officiellement fonction le deuxibme tiers (10 sieges) du
S6nat, ainsi que de nouveaux elus pour toute la
chambre des d6put6s et pour toutes les municipalities
communales et locales. Plusieurs centaines de postes
a combler.

Aucun effet Obama ...
Et cette fois le processus ne tolkre aucun
retard (comme ces s6natoriales du 19 avril prochain
mais qui auraient dfi avoir lieu depuis novembre 2007)
car 2010 c'est aussi l'annde des pr6sidentielles.
Novembre ou au plus tard d6cembre 2010. Le chiffre
magique. L'unique objet de tous les sentiments et
ressentiments enregistr6s d'ores et d6ja.
Si l'on enjuge par le peu de temps qui reste et
la masse de difficulties de toutes sortes dans lesquelles
les organisations traditionnelles, y compris Fanmi
Lavalas, se trouvent engludes, il se peut que toutes
ces dernibres soient d6j hors jeu ... technique.
D'autant qu'il n'y a eu aucun renouvellement
dans les rangs. Aucun effet Obama a prdvoir.
Par consequent pour la premiere fois depuis
1990 (accession de Jean-Bertrand Aristide port par le
mouvement Lavalas), il est possible que surgissent de
nouveaux favoris.
Tout le monde le pressent et pour commencer
les grands strateges locaux.
Car l'ancienne opposition ayant disparu dans
la trappe de la << rconciliation nationale >, les deux
tetes les plus marquantes ont aujourd'hui encore pour
nom, tenez-vous bien : Rend Pr6val et Jean-Bertrand
Aristide.


Page 5


2009 : premieres escarmouches !
L'actuel et le pr6c6dent. beaucoup (et pas seulement le chef de LESPWA)
Pr6val a d6sormais son propre parti. L'Espoir souhaitent, c'est le Parlement qui a le dernier mot.
ou LESPWA. D'autre part, si le conflit << marasa >> la
Aristide garde jalousement son parti Fanmi semble devoir dominer l'annde politique 2009, celle
Lavalas. Depuis son exil, il vient de rappeler qu'il en vient de s'6couler a vu la monte en puissance
est le repr6sentant national pour un temps ind6fini, blocs et groupes parlementaires.
pour ne pas dire a vie, quitte a faciliter par ce C'est un groupe de s6nateurs qui renvoya
contretemps la disqualification des candidats qui se Premier ministre Jacques Edouard Alexis (avril 20(


Bill Clinton, Rene Preval et Ban Ki-moon
le lundi 9 mars au Palais National de Port-au-Prince"

sont places sous son label.


Un remaniement de la Constitu

Si les autres sont forces d'attendre le s
du depart pour les pr6sidentielles 2010, par contre
Pr6val et Aristide, la course a d6jh commence.
Carvu sous cet angle, tout s'6claire. Et q
les lavalas disent que l'l6imination aujourd'hui de
candidats a pour but de faciliter la victoire a cei
LESPWA, cela n'a pas l'airtout a fait faux. Ni tout
bate. Eh oui.
Vous me direz, Pr6val tout comme
Aristide auront accompli les deux uniques
mandats que permet la Constitution en
vigueur.
N'oublions pas que tout le d6bat
politique, doucement mais sfirement, est en
train de converger dans une meme direction :
le remaniement constitutionnel.
Mais nous n'irons pas plus loin a
ce niveau. En tout cas, pas aujourd'hui.
Car il reste d'autres alternatives. On
n'est pas oblige d'etre dans le << fauteuil
bourr >> pour gouverner. Ce qu'on appelle
depuis Shakespeare le << pouvoir derribre le
tr6ne > et que l'Histoire d'Haiti d6nomme plus
simplement<< politique de doublure. >
Et qui procure peut-6tre plus
d'excitation (au sens psychique, pour ne pas
dire psychotique du mot) que le pouvoir reel,
quand celui-ci est beaucoup plus un portrait
que toute autre chose. Photocopie, dit le bon
peuple.

Le roi est mort, vive le roi ...
Et comme le pouvoir, en Haiti
comme ailleurs, ne se conqoit pas sans une
certaine dose de sadisme, alors le roi est mort,
mais vive le roi. Apre nou, se toujou nou .
Cela voudrait dire que entre les
marasa (oujumeaux) d'hier, on assisterait
davantage aujourd'hui a une guerre de
succession. D'autant que des successeurs
de ce genre se bousculent toujours au
portillon. Mais passons.
Car il se peut aussi que se dressent
entre-temps d'autres p6les de competition.
Par exemple, au Parlement. On dit
que la Constitution en vigueur est
parlementariste. Ce n'est pas totalement faux.
En tout cas pour arriver a la reformer comme


) le

rve
qui
des

a le
08)


d&s qu'on eut le moindre soupqon que
ce dernier pouvait avoir des ambitions
pr6sidentielles. Et aujourd'hui le meme
groupe semble avoir aussi dans le
collimateur son successeur, Mme
Michle Pierre-Louis.
C'est un bloc form h la
Chambre des d6put6s, le CPP, qui
cassa les reins aux deux premiers choix
du president Pr6val apres le renvoi du
Premier ministre Alexis.

Nouvelle generation de
politiciens ...
L'annde 2008 avait cree la
surprise en transposant au Parlement
le siege reel du pouvoir politique. I1
suffit de se rappeler que la ratification
de Michele Pierre-Louis fut obtenue a
l'arrach6.
Mais cela aussi par-dessus
la tate aux divers partis politiques
auxquels appartiennent nominalement
les membres de ces nouvelles entit6s (groupes ou
blocs).
C'est la naissance d'une nouvelle g6ndration
de politiciens, aussi ambitieux que leurs ainds, mais
aujourd'hui plus hardis car b6ndficiant de l'avantage
de la jeunesse. Et venant de tous les coins de la
r6publique. Vive la decentralisation !
La prochaine surprise peut venir de leur c6td,
qui sait.
(PRESIDENTIELLES/p.6)


.3 '





U *U U e -





PRAN ENNAN Y ON







gi
e ..















866,96,6611
www.ATITrainingFL.com
ATICareerTaning CenterMmiFlodais a branchloionofi heandPark Flodam pus


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


ICiI' *porD'' II


Gdes 260.00
SUS $ 40.00
SUS $ 42.00
US $ 70.00
US $ 70.00


I coat pour


Gdes 520.00
_US $ 78,00
_ US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans le as d'un abonnement
avec livralson, e coOt est le double.
PrdIre do spdcler sl vousa tes
un nouvel abonni
ou s'll s'agt d'un renouvellemMt


Nouveau


Renouvellement

L-i


Nomr
Adresse


Haff _
Etat Unis
Canada -


Europe
Amrtue Latine








Mercredi 11 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 07


Tant de distingues visiteurs jusqu'a


(VISITEURS... suite de la lre page) present pour rien
Meme pour inauguration du
Bicentenaire de Port-au-Prince en 1949 dans la lutte contre le communisme et le castrisme. vice-pi
par le Pr6sident Estim6, qu'aucun chef d'Etat stranger Ce fut le point de depart du retour des grandes d'Etat
n'avait fait le d6placement. croisieres touristiaues dans la baie de Port-au-Prince


Haiti: les belles annees ...
Notre m6moire conserve le souvenir lointain


et du Cap-Haitien.
Car Haitijusque-l n'invitaitjamais pour rien.
Le visiteur se devait de nejamais venir les mains vides.


premie
internal
y a, c'e


du29novembre 1987.
Tout comme (autre
administration r6publicaine) la visite du
resident Dan Quayle pr6c6da de peu le coup
de Raoul CUdras le 30 septembre 1991.
Mais de plus en plus, la politique n'a plus le
r pas. Haiti est un pays sous contr6le. Une force
tionale campe sur place. Ou alors, si politique il
est la politique des autres.


a


Stenio Vincent et Franklin D. Roosevelt


Papa Doc et Nelson Rockefeller


de la visite en Haiti du vice-pr6sident Richard Nixon le
3 mars 1955. Tous les 61&ves de la capitale avaient &te
convoqu6s pour souhaiter la bienvenue a Monsieur et
Mme la vice-pr6sidente. Ref6rence << BonPapa, Haiti:
les belles anndes >>, par Bernard Diederich, oi comment
le vice-pr6sident des Etats-Unis se fit traiter comme
n'importe quel quidam par une marchande de lait
plant6e au haut de sa bourrique et fich6e par tout ce
chahut l'empechant d'accomplir calmement sa toumne
quotidienne. << Sa blan an vle, mache bourik >>. Ce
peuple avait une de ces fiert6s !
De pareilles plaisanteries n'auraient pas ete
permises quelques anndes plus tard, le l1juillet 1969,
lors de la visite du vice-pr6sident de Richard Nixon, le
magnat des affaires Nelson Rockefeller.
L'administration rdpublicaine venait
r6compenser Papa Doc pour son appui ind6fectible


Range, Oven & Refrigerator
Microwave
Garbage Dispoal
Window Treatments
Ceiling fan in all bedrooms
Cable or llitei hook-up
2Cunmiity Clublhuse
Library
computer Lab
Pitness Center
Laundry Failities
Daily resident activities
Quartedy health site visits


Income Restrctlon Apply

Call Todayltl


(305) 873-6006




NOW LEASING II


1 Bedroom 1 Bath $618
Includes Water & Sewer



f Loin lTfico
279 NE 7th Stree
MiamI FL 33138


A moins que le regime y attachAt une
importance symbolique. Visite du roi d'Ethiopie, Haile
Selassie, un dimanche d'avril 1966, immortalisde a Port-
au-Prince par l'avenue du meme nom.

La politique des autres ...
Aujourd'hui les temps ont bien change. Au
lendemain de la chute de Baby Doc (7 f6vrier 1986), le
Secr6taire d'Etat du president Reagan, George Shultz,
passa quelques heures dans la capitale haitienne oni il
fut accueilli par une manifestation unitaire regroupant
la majority des organisations politiques haitiennes ndes
dans l'opposition a Duvalier.
On dit qu'il fut choqu6 par certains slogans a
l'anti-americanisme pourtant bon enfant. Aussi certains
font remonter a cette visite le massacre orchestra plus
tard par l'arm6e d'Haiti pour mettre fin aux elections


KAY A ANFEME POU TI GRANMOUN
YON CHANM A KOUCHE
KOUNYE A NOU AKSEPTE APLIKASYON

A SENIOR RENTAL COMMUNITY
ONE BEDROOM APARTMENTS
NOW ACCEPTINGAPPLCATIONS

COMMUNIDAD PARA PERSONAS MAJORES
UN CUARTO/UN BANO
ESTAMOS AC EPTANDO APPLICACIONES




Directions: From 1-95 exit NW 79th St. east pass NE 2nd Avenue


And our office will be located on the left


1


Des elections s6natoriales sont fixes au 19
avril prochain. Envers et contre la volont6 des
d6cideurs locaux, y compris le chef de l'Etat. Du moins
a ce qu'on dit.
Au menu des entretiens avec le Secr6taire
g6ndral de 1'ONU et l'ex-pr6sident Clinton,
l'6conomique devait avoir la primeur.

What's wrong with Haiti ?...
Pourquoi Haiti ne peut pas, comme tous les
pays ayant atteint un meme niveau dans le maintien de
la paix, prendre le tournant de la relance 6conomique.
Bref, what's wrong with Haiti ?
On dit que le president Reagan s'6cria au soir
du massacre electoral du 29 novembre 1987 : << I'mfed
up with Haitians >> (Je ne veux plus entendre parler des
Haitiens). Avait-il tout a fait tort ?
D'autre part, ce n'est pas vraiment
l'6conomique qui a remplac6 la politique (comme quoi
ceder un petit bout de souverainet6 pour quelques
milliers dejobs) que l'humanitaire.
Des lors ce n'est plus le palais national qui
est le point de mire. Des qu'ils d6barquent, nos
6minents visiteurs (Premier ministre du Canada, reine
d'Espagne, ministres et secr6taires d'Etat francais,
president du Brsil, du Chili, de 1'Argentine, etc, tout
cela a defile dans nos murs avant meme qu'on s'en
soit apercu, vous vous rendez compte, bref le gratin
de la politique ... ou de Hollywood, les Brad Pitt et
Angelina Jolie, tous invites de notre Wyclef national
et international), eh bien, une fois sur place tout ce
beau monde ne pense qu'a se mettre en chaussures de
sport pour gagner les rues boueuses de Cit6 Soleil, le
plus grand bidonville de la Caraibe, ou la ville des
Gonalves, celle-ci constamment menace par des
ouragans a la chaine.

Port-au-Prince black-out...
Fini le temps oi Marlon Brando, Aristote
Onassis ou Martine Carol avait leur chambre loude a
l'annde dans un des nombreux palaces de Port-au-
Prince ou de PNtionville.
Les stars nous visitent le jour, mais avant le
coucher du soleil ils filent passer la nuit en rdpublique
voisine.
Port-au-Prince by night, oui ; Port-au-Prince
black-out, non.
Mais comment conclure cette chronique
puisque avant meme de le faire, d'autres personnalit6s
auront peut-6tre d6ji d6barqu6.
H6las, pour pas grand chose.

Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Presidentielles 2009...
(... suite de la page 5)
Mais il reste aussi la Societe civile. Minoritaire,
mais plus comp6tente (technocratiquement parlant) et
organisde. D'autre part, b6ndficiant de passerelles avec
les grandes chancelleries du monde capitaliste, il n'est
pas dit que la Societe civile ne puisse tirer parti de la
pagaille g6ndrale. Des fois qu'elle se laisserait tenter.
Car aussi bien les maitres (actuels et anciens)
de l'Ex6cutif que les jeunes loups du LUgislatif, tous
ont une meme faiblesse : ils opbrent en pleine
improvisation.


Marcus, 8 Mars 2009


Page 6


NOW LEASING!!!



POINCIANA GROVE

5601 NW 2nd Avenue, Miami, FL 33127


I


. I


"O
~








Mercredi 11 Mars 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N' 07


Ca bouge dans le Sud-Est


La fin de cette premiere semaine du mois de
mars a &te marque par deux Mvenements dans la petite
ville des Cayes-Jacmel. Cela a commence le vendredi 6
avec la c6r6monie d'intronisation de la << Chambre
Agricole des Cayes-Jacmel>> (CACAJ), et s'est
poursuivi, le lendemain, avec la c6r6monie
d'inauguration du complexe agro-
industriel du Sud-Est.
Jusqu'h present, a ma
connaissance, il n'y a que le
d6partement de Nord qui connaisse
des chambres d'agriculture. A
l'initiative du directeur
d6partemental d'alors, l'agronome
Demetrius, les organisations
paysannes dans les diff6rentes
communes du d6partement ont &t
encourages a se r6unir dans une
structure d6nomm6e chambre
d'agriculture, et actuellement le
d6partement compte 19 chambres
d'agriculture qui se sont a leur tour
regroup6es dans une Fed6ration des
Chambres d'Agriculture du Nord, la
FECHAN.
Les chambres d'agriculture
ne sont done pas une structure
fr6quente dans le pays, mais elles ont
une trbs grande importance dans
l'espace agricole franqais. Lors d'une
visite a la Guadeloupe, il y a une
dizaine d'anndes, j'ai eu l'occasion Site
de rencontrer des repr6sentants de
la chambre d'agriculture et nous tous, qui faisions partie
de la d6ldgation venue d'Haiti, avons &t6 trbs
impressionnes par l'importance des fonctions que
remplit cette institution.
En effet, ce n'est pas seulement un
regroupement pour la defense des int6rets des
agriculteurs, c'est aussi une institution d'appui aux
producteurs, qui leur fournit les services et
l'encadrement technique qui relkvent classiquement
de la competence d'un ministbre de l'agriculture. Car,
nous a-t-on fait comprendre, le ministbre n'est plus
directement engage sur le terrain; il se reserve la
fonction de definition de la politique agricole; une
position qui nous rappelle 6trangement les grandes
declarations du Directeur G6ndral Adjoint au
MARNDR, a l'6poque du << retour a l'ordre
constitutionnel >>.
A un moment oni nous subissons les
consequences du << dsengagement>> du MARNDR,
amorc6 en 1994, onne peut que saluerl'apparitiond'une
nouvelle structure qui prendra en charge ces fonctions
que le ministbre ne veut plus, ou ne peut plus assurer.
Mais ne nous faisons pas d'illusions, les chambres
d'agriculture du Nord sont loin de disposer des


moyens qui leur permettraient de remplir efficacement
ces fonctions d'encadrement et de services que le
paysan attend, et elles dependent largement de l'appui
de l'assistance exteme, mais c'est peut-6tre une voie
pleine d'avenir.


Sde la "Chambre Agricole de Cayes-Jacmel" (photo HE
En tout cas, le d6partement du Sud-Est semble
vouloir s'engager dans cette voie. Selon les propos du
president de la Chambre Agricole du Sud-Est (CASE),
M. Jean Michelet Pierre, c'est en juillet de l'annde
dernibre qu'un congrbs a r6uni, a Jacmel, des
repr6sentants de ce qu'il appelle le << Grand Sud >. Ily
a probablement 1I une relation avec l'id6e de Chambre
de Commerce du Grand Sud, pr6nde par l'industriel
cayen Pierre Leger.
En tout cas, a ce congrbs de Juillet 2008 la
decision a &te prise de mettre sur pied des chambres
d'agriculture dans ce Grand Sud. Le mouvement est
maintenant lanc ; la Chambre Agricole du Sud-Est
existe, la Chambre Agricole de Jacmel probablement
aussi, celle des Cayes-Jacmel vient d'etre intronisde,
d'autres doivent suivre. II faut seulement esp6rer que
ce regroupement ne soit d6tourn6 pour servir a des
fins politiques.
Cela fait quelque temps que, longeant la c6te
en direction de Marigot, j'observais quelque chose
qui se construisait au bord de la route, au niveau de
Raymond-les-bains. A Cayes-Jacmel, j'ai pu apprendre
ce que c'6tait, a savoir le complexe agro-industriel du


Page 7


Sud-Est, qui devait 6tre inaugur6 le lendemain par le
Ministre de l'Agriculture.
Ce fut une grande c6r6monie. En plus du
ministre, il y avait les parlementaires, s6nateurs et
d6put6s repr6sentant la d6partement ou la
circonscription int6ress6e, les responsables des
conseils municipaux de Jacmel et de
Cayes-Jacmel, sans parler de
l'Ambassadeur de Chine-Taiwan, car
le projet a &te finance par son pays.
Inspired du < Complexe
Agro-industriel Jean Ldopold
Dominique > de Marmelade, ce
complexe a pour objectif de
<< renforcer le d6veloppement durable
notamment dans le Sud-Est, par une
meilleure organisation de la filibre
fruits et l6gumes, la revalorisation de
la production avicole sur une grande
6chelle, l'extension des activities de
production et de valorisation du
bambou dans toute sa diversity >.
Si le maitre d'ceuvre du
projet est le MARNDR, le maitre
d'ouvrage est la FACN (F6d6ration
des Associations Cafeibres Natives),
qui a d6but6 sa carribre, si je peux
m'exprimer ainsi, dans le Sud-Est, a
travers un programme d'appui aux
producteurs de caf6, mais qui a l6argi
son champ d'activit6s avec des
*M) interventions dans la commune de
Marmelade.
C'est pourquoi, je tire des fiches techniques
de l'agronome Frantz Bissainthe, Coordonnateur de
programme a la FACN, les grands d6fis que ce projet
se propose de relever :
Combattre la pauvret6 en augmentant le revenu
des producteurs et du pays par une meilleure
exploitation de la production de montagne et de
piedmont;
S Rduire les risques en matiere de d6sastres
naturels par une meilleure occupation protectrice
de l'environnement physique ;
S Rduire l'ins6curit6 alimentaire qui s6vit de faqon
chronique en Haiti par l'augmentation de la
production alimentaire et l'amdlioration du statut
nutritionnel des enfants, desjeunes et des femmes
de ce pays en proie aux pires flMaux ;
Renforcer l'6conomie nationale en ajoutant de la
valeur au secteur primaire (agriculture, fort,
6levage ...), au secteur secondaire (l'agro-
industrie, production de meubles et produits
divers) et le secteur tertiaire (le tourisme local) pour
citer les branches qui pourront b6ndficier
directement de ce projet.
Vaste programme, aurait dit le g6ndral de
Gaulle, mais au-dela de la boutade, on ne peut que
souhaiter que le projet soit mis en oeuvre, qu'il produise
des r6sultats, et qu'il soit r6plicable.


Bernard Ethdart


CONTACT US
TOLL FREE; 1-888-383-2856
OR. 305-620-8300
FAX :305-620-8332
CELL: 305-986-881i


Miami Beach Community Development Corporation

NAP EDE OU GRATIS TI CHERI KOULYE A


Ou riske pedi kay ou ??
Nap asiste ou ak: Fe oujwenn kredi;
Modifye Loan ak 16t pogram HUD.


Ou bezwen help pou achte on nouvel kay ??
Nap assiste ou ak konsey poujwenn kredi, evalye income
ou ak aprann kijan pou ou amelyore kredi ou.
(Breakfast gratis ak lunch)


Se sou patronaj : Miami Dade Housing Agency &
Office of Community & Economic Development
&
City of Miami Beach


Rele Julia Martinez nan 305-538-0090 pou anrejistreman





EQUAL HOUSING
OPPORTUNITY


~ ,,

31








Mercredi 11 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 07


Journee internationale des droits des femmes

Position d'un groupe d'organisations de femmes et de droits humains


Pour la premiere fois depuis la signature et la
ratification de la convention sur l'l6imination de toutes
les formes de discriminations a l'6gard des femmes
(CEDEF) par l'6tat haitien a pr6sentW son rapport initial
et combine de 7 p6riodes, au cours de la 43eme session
organisde par le comit6 sur cette convention le 27
janvier 2009. A cette occasion une d6l1gation haitienne
compose de 4 organisations
haitiennes de droits humains et
des droits de femmes ont requ
l'invitation pour presenter un
rapport alternatif sur
l'application de cette convention
en Haiti le 26janvier 2009. Ainsi,
le rapport de ces organisations a
mis l'accent sur les points
suivants :

1- Definition de
discrimination A 1'egard des
femmes
Bien que la Constitution
de 1987 contienne des
dispositions qui incorporent les
traits internationaux d'une
manire automatique dans les lois
internes, il y a un manque
d'harmonisation entre les lois
haitiennes et la convention. Il n'a
pas non plus de definition de la
discrimination dans la
constitution haitienne ni dans les reh
Mdre hartienn
lois haitiennes. Un effort pour
harmoniser les lois haitiennes avec la Convention serait
n6cessaire pour le respect des droits des femmes et


des filles.


2- Les St6r6otypes et les pr6jug6s sexistes
Les stdrdotypes sexistes sont fortement
ancr6s dans la soci&te haitienne et manifestes dans
des propos, injures et diffamatoires a travers les
medias. 1'6ducation. dans la Dolitiaue. Ces stdrdotvDes


dliminer les stdrdotypes et les pr6jug6s.


Le Trafic des femmes et la traite des enfants
Beaucoup de femmes et dejeunes filles sont
victimes de trafic et de traite malgr6 les diff6rentes
dispositions qui existent dans la 16gislation haitienne
pouvant servir pour combattre cette pratique. Selon
les estimations relatives h cette
probl6matique, il y a environ 2.5
millions de personnes dont 1.5
millions d'enfants de moins de 18
ans sont victimes de cette
pratique.


Depuis quelques
anndes en Haiti, des dizaines
d'enfants 8 h 16 ans issus de
familles d6favoris6es sont remis
h des trafiquants d'enfants qui h
leur tour les remettent h des
familles ais6es dans des grandes
villes, qui les emploient comme
domestiques. G6ndralement,
priv6s du droit l'6ducation, ces
enfants qui sont parfois forces h
travailler jusqu'h 14 heures par
jour sont souvent victimes
d'insultes, de vexations, de
mauvais traitements. Nous
optons pour que des programmes
de d6veloppement 6conomique
et social destin6s aux femmes
dans le bric ii brac qui lui sert de residence dans un batey dominicain pauvres soient mis enplace ainsi
qu'un cadre juridique bien d6fini
doivent 6tre r6prim6s. Nous souhaitons que le Comit6 qui permettrait de punir les trafiquants et de donner
demande h l'Etat haitien de prendre des mesures pour (FEMMES /p. 10)


%aso Ac Imr feaars a % leta e Ino r rraw

- I N ,, ,,..



"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Page 8


[C.A.


e







Page 9


Mercredi 11 Mars 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N' 07


"Copyrighted Material


Syndicated Content f
Available from Commercial News Provid
Available from Commercial NewsoProvid


Jacqueline Scott-Lemoine
NMe Jacqueline Scott le 28 octobre 1923 d'un s6n6galaise qui est devenue depuis la sienne. I1 y a r6dempts >>.
pbre ing6nieur architecte et d'une mere institutrice a certes tout un symbolisme autour de ce voyage effectu6 Aprbs une formation classique 6tudes au
Port-au-Prince, Jacqueline Scott-Lemoine vit A Dakar, dans un contexte qu'on n'a pas encore revu : Senghor, College du Sacr&-Coeur (Filles de la Sagesse) puis au
avec son mari, le poete Lucien Lemoine. Le 10 avril alors president du S6n6gal, lance le Festival des arts Lyc6e de Jeunes Filles d'Haiti ou elle obtient son
1966, jour de son arrive au S6n6gal pour le Festival negres, la premiere fois, cette occasion unique, comme baccalaur6at- Jacqueline Scott enchaine avec l'Institut
mondial des arts negres (Fesman), elle sait d6ji qu'elle le rappelle Jacqueline, ou on a vu << tous les drapeaux Commercial Maurice Laroche et la Croix Rouge de Port-
neva plus quitter 'Afrique, enl'occurrence, cette terre du monde : allum6s tous les damn6s de la terre : (JACQUELINE/p.12)


La Tragedie du Roi Christophe


Par Khalid Chraibi
Aim6 Cesaire : < Haiti est la premiere colonie
noire a s'6tre battue pour son ind6pendance puis, une
fois son ind6pendance conquise, a prendre le regime
de rdpublique. Cela se passait a la fin du 186 s.


Le po&te et dramaturge (mort en 2008), Aime Cesaire
Actuellement, le peuple haitien est l'un des peuples
les plus malheureux, a cause de la situation que vous
connaissez. J'ai &t6 fascind par Haiti, parce que c'est
une sorte < d'ceil grossissant > pour toutes les Antilles,
et pour l'Afrique aussi, et en 6tudiant l'histoire d'Haiti,


(pikce du martiniquais Aimo Cisaire) essayait d6sesp6r6ment de trouver sa voie. Cherchant
a 6muler la grandeur de la France, il s'entoura tout


on pourrait avoir une idWe de tous les problkmes du
Tiers-Monde. (Extraits d'un entretien avec A. Cesaire
r6alis6 par K. Chraibi)
< La Tragdie du Roi Christophe >, une piece
d'Aim6 Cesaire creee au thditre de l'Oddon a Paris en
mai 1965, raconte la tragique 6pop6e de Christophe, un
esclave, cuisinier de son 6tat, qui prit une part 6minente
a la lutte de liberation d'Haiti, devenant g6ndral, puis
s'autoproclamant roi, avant de devenir un dictateur
sanguinaire. Ni h6ros, ni saint, ni usurpateur, c'6tait
un homme dou6 d'une immense bonne volont6. aui


l EA


d'abord d'une Cour grandiose, < parfaite r6plique en
noir de ce que la vieille Europe a fait de mieux en matiire
de Cour >, parce que < la forme, mon cher, c'est qa, la
civilisation >. Pendant quelque temps, il fut un chef
tres populaire, contrairement a son rival, < cette couille
molle de PNtion qui a propose de verser une indemnity
aux anciens colons, lui, un Noir, pour les avoir
imprudemment frustr6s du privilege de poss6der des
noirs. >
(LATRAGEDIE / p. 12)


PikliZ LeGroov.com
aTHiT Hao t
Saaf a # llo q i a u








Mercredi 11 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 07


Journee internationale des droits des femmes


(FEMMES... suite de lapage 8)
justice et reparations aux victimes.

3- Les violences A 1'egard des femmes
Les femmes sont victimes de divers types de
violences (physique, verbal, sexuelle, psychologique,
6conomique). Elles ne b6ndficient pas de la gratuity
des soins, la manque de protections accord6es aux
victimes, la crainte de la stigmatisation et des sanctions
communautaires. Les infrastructures judiciaires et de
sante quasiment inexistante dans les milieux ruraux
empechent les victimes de se manifester. Nous
souhaitons que le Comit6 demande a l'Etat haitien
d'l6aborer d'une loi pour lutter contre les violences
dans les couples, qui poserait les principes des actions
a mener en matibre, de ddpistage de la violence,
d'amdlioration du traitementjudiciaire, de protection
et d'h6bergement des femmes et des enfants victimes.
Elle devra 6tre accompagnde des institutions requises,
de programme de formation et d'un budget appropri6.
L'utilisation des armes a feu sur les femmes dans les
foyers ont souvent donn6 la mort a des femmes. C'est
pourquoi nous demandons que l'Etat haitien prenne
les mesures administratives, legislative etjudiciaires
pour contr6ler l'utilisation et la circulation des armes a
feu dans les pays.

4- La femme dans la vie politique et publique
Les femmes sont sous-repr6sent6es dans les
espaces de decisions tant au niveau local, regional et
national. Dans les elections l1gislatives en Haiti en
2006, quatre (4) femmes sont 6lues a la chambre des
d6put6s ce qui repr6sente 4.10 % et quatre (4) femmes
au SRnat de la rdpublique soit 11.10%. De 1991 a 2008
Haiti a connu quatorze (14) chef de Gouvemement dont
2 femmes. Quant a la presence des femmes comme
membres de gouvernement, elles sont sous
repr6sent6es.
Parmi les 18 ministbres, on ne compte que trois
(3) femmes ministres. Bien qu'il n'y ait pas eu de
changements substantiels au sein du pouvoirjudiciaire
on constate, 1i encore, que plus on monte dans la
hi6rarchie moins on trouve de femmes. Il y a que 2%
de femmes juges. La participation des femmes dans les
espaces de decisions faciliterait une meilleure
application de la Convention pour l'l6imination de
toutes les formes de discriminations a l'6gard des
femmes. De ce fait une politique de parity serait utile
pour arriver a la participation des femmes rdellement
dans les espaces de decisions.

5- Education des femmes et des filles
45.3% de filles de 6 a 24 ans n'ont pas eu la
chance d'aller i 1'6cole faute de moyens 6conomiques
et d'6tablissements scolaires et universitaires surtout
dans les milieux ruraux, la manque d'encadrement des
filles pour rester dans le systeme, les images sexistes
qui existent encore dans les manuels, le cofts de
l'6ducation qui est a 90 % a la charge des parents.


6- Les inegalites et discriminations present
encore sur les femmes rurales.
La migration interne des jeunes filles est
importante a signaler. Les femmes rurales 6prouvent
des difficulties a faire reconnaitre leurs droits. Nous
souhaitons que le gouvemement mette en place un
programme national pour les femmes, formation, emploi
et de maintenir en zone rurale des services publics de
proximity (postes, 6coles, centres universitaires et
services de sante, enparticulier h6pitaux et maternit6s,
micro-cr6dit).
La lutte pour le respect des droits des femmes
et des filles en Haiti est toujours de mise et l'application
de la CEDEF est plus que recommandable. Ainsi, nous
croyons fermement que :
1. L'Etat devrait s'assurer que tout le personnel qui
font partie des institutions du pays s'6tendant
des policiers aux conseillers, des commissaires du
gouvemement (procureurs) et desjuges, sont bien
entraind dans des droits de l'homme et le genre et
sont exig6s a mettre en application la loi dans un
cadre de droits de l'homme avec une approche
sensible au facteur d'6galitW.
2. Etant donn6 l'existence de beaucoup de lois
distinctives dans le pays, nous demandons a l'Etat
haitien d'appliquer la CEDEF dans toute son
int6gralit6 imm6diatement en interdisant toutes les
discriminations contre les femmes et les filles.
3. Comte tenu du fait que 80% de la population en
Haiti est trbs pauvre, il est critique que cet aces a
l'6ducation soit assure en tant que communaut6
et donn6 que c'est l'enfant fille qui est au dernier
grade de cet acc1s. I1 est imp6ratif que le soin
special soit pris que son aces a l'6ducation est
assured. L'Etat n'a pas investi suffisamment dans
les secteurs d'6ducation et done l'6ducation est
une proposition extremement chere pour le peuple
haitien.
4. L'Etat est bien averti que la pauvret6 dans le pays
provienne des systemes organisms de l'exclusion
socio-economique, et il doit accepter sa
responsabilit6 en fournissant la reparation a la
situation. Nous exigeons un plan d'action clair
dans le calendrier sp6cifique soutenu a ressources
proportionndes pour assurer l'ex6cution et l'impact
optimal.
5. L'Etat haitien devrait imm6diatement rdpondre a
l'6tat d'ins6curit6 qui est 6galement di a la
disponibilit6 non r6gl6e des bras et des armes a
feu. L'Etat devrait imm6diatement r6diger et mettre
en application une legislation proportionnde qui
assurerait la fin des gangs arms et des guerres
de violence. Tout en le contexte de violence comme
une question de grande priority qui foumit un
cadre oi les femmes ne peuvent pas complktement
acc6der ou appr6cier a n'importe lequel de leurs
droits de l'homme.
6. Les femmes survivantes et victimes de la violence
continuent a faire face a une violation duelle due a
l'absence d'institutions qui soutiennent leur aces


a la justice. C'est le cas particulibrement des
femmes vivants dans le milieu rural et des zones
lointaines oi il y a trbs peu de commissariats de
police, des tribunaux de paix et d'un cadre d'accueil
approprid. Nous recommandons au gouvemement
haitien de mettre en place imm6diatement un
arrangement institutionnel accessible qui
s'assurerait que les survivants et les victimes de
femmes peuvent soulever leurs r6clamations pour
lajustice.
7. Les lois se rapportant a la nationality et la
citoyennet6 doivent 6tre apport6e en conformity
avec les dispositions de la convention.
Quant a nous, organisations des droits des
femmes et de droits humains, nous allons continuer a
faire la promotion et la defense des droits des femmes
et des filles au nom de la constitution du 29 mars de
1987, les lois haitiennes qui sont correctes vis-a-vis
des droits des femmes et la conventions dont la CEDEF
et Belem do Para qui fournissent un cadre 16gal a cet
effet.

Remarques : Les organisations qui ont
collabord a la redaction du rapport / collectes
d'informations et qui ont participd a la session de
CEDEF:
1- Mine Guirlande MESADIEU, de la
Coalition Contre la Traite et le Trafic des Femmes et
des Filles en Amdrique Latine et la Caraibe (CA TW-
LAC). La CATW-LAC est une organisation
internationale des Droits de lafemme qui lutte contre
la traite et le trafic des femmes dans la region. Elle a
une branche en Haiti depuis l'annee 2004. La
Coalition travaille en partenariat avec les
organisations des droits de l'enfant et des
organisations de femmes dans les regions les plus
reculdes du pays. Elle est membre consultatif du
conseil kconomique et social des nations Unies.
2- me Guerda Benjamin, de 1 'Organisation
des Femmes de Thomonde (OFAT), situde dans le
Departement du Centre et Elle coordonne un Reseau
de Femmes et de Jeunes du milieu rural hattien. Elle
est membre de la Coalition de Femmes Caribbenne
Contre la Violence / WINAD et du Reseau
International sur les Armes Lgderes (IANSA-RIAL).
3- Mme Fernandar Prudent, de I 'Association
des Jeunes Femmes pour la Culture et le
Developpement d'Haiti (AJEFICDAH. Elle est une
organisation qui regroupe les femmes et les filles de
toutes categories sociales dans trois departements
gdographiques du pays (Ouest, Centre etArtibonite)
4- Mme Jocelyne Colas, de la Plate forme des
Organisations Hattiennes des Droits Humains
(POHDH). Elle est un regroupement de huit (8)
institutions travaillant sur les Droits Humains d'une
maniere interdisciplinaire en prenant en compte les
droits civils, politiques, sociaux, kconomiques et
culturels. Elle regroupe les organisations mixtes de
defenses des Droits Humains.


%aso ; r am fafWs is Cr 'rwr




"Copyrighted Material




Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


www. melodiefmhaiti. cor


Page 10


Melodie Matin
Sur


dlodie
103.3 f m








Mercredi 11 Mars 2009
Haiti enMarche Vol XXIII N 07 I


LAND FOR SALE
Due to personal problems selling little farms
(1 acre) in Orlando area.
Transfer $500.00 $85.00 monthly.
total price $6,750.00 no credit necessary.

Please call (305) 726-5079 Mrs. Maria.
our e-mail is Investa),bellsouth.net


Ipr6par6e parun << Grand
Chef ))
* Le Sautdu Barril
* Le Palais de Sudre Telephones : 566-5361
Dartiguenavea Ansea 401-7108 / 514-0304
Veau E-mail : lemanoloinn@mac.com
* La Petite Eglise de Petit Internet disponible
Trou datant de du 17""me
siecle.. pour les clients


Page 11


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408





Parents, vous qul rhvez d'un avenir mellfeur pour vas enfants,
confiez les au CMP
ANNEE ACADEMIQUE 2008-209
PROGRAMMES
UCENCE EN:
Matretng :4ans
Science Complablea :4s a
6dtionduAfIlru :4ans
Scine Infnaplque : 4 an
Markting Man emnl :2 ana
SptaIhbuin.ulque :2atn
Gesln-Finernc-Markoi ng :1 aen u22ne
ConplimeAMinnbl :aian
Auiltance.Acinslrave : 1an
Infornaique ycit cort : 0hourwa2 aam
IT Esnlls (CISCO) :70houres
Pour touts lformalons supprnentalres:
CMP, Dems 30
Teb.2 513-831, 3 730-24B5, 2 248-2299
ineml: GM h


VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384



KJ ADVERTISING

SERVICES
P.O. BOX 600673
Miami Florida, 33160-0673

Publicites: Radio, Journaux et Tv.
Aussi un service de traduction
de Documents etc.


Info (954) 559-7729


Evens Hilaire
Consultant


Le Look
Rue Panamiricaine #14,
Pition-Ville, Haiti
TU.: 257-8374
Choix incroyable de montures:
Dior,C Bruno Magil Vogue
Consultation chaque jout
par un mndecin-occuliste.








10 d6partements d'etudes

Licence en :
Gestion d'Entreprise
Conception et Ex6cution de
Projet
Economic et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
Gouvernance

Dipl6me en :
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse
Herard # 3,
Port-au-Prince,
Harti, W.I.

www. cfdehaiti. cor

Par courriel:
Administration(,CDFEHaiti. com
GBrunet@CFDEHaiti. corn

Par telephones
(509) 2246-1425
3555-1575
2513-3726
3767-1575


Sida: les plus de 50 ans victimes du Viagra et de


Viagra et relations sexuelles non prot6g6es
chez les plus de 50 ans semblent 6tre la cause du
nombre "6tonnamment 6levC" d'infections par le virus
du sida dans cette classe d'Age, selon une etude
publi6e par l'Organisation mondiale de la sante (OMS).
Aux Etats-Unis, parmi la population des
s6ropositifs, la proportion de personnes de plus de 50
ans est passe de 20 a 25% entre 2003 et 2006, rapporte
l'6tude parue dans le num6ro de mars du Bulletin de
l'OMS.
Au Br6sil, le nombre de personnes de plus de
50 ans s6ropositives a double entre 1996 et 2006,
"bondissant de 7,5 a 15,7 cas pour 100.000 habitants".
En Europe, la proportion de plus de 50 ans
parmi la population de s6ropositifs 6tait de 8% en 2005.
Pour les auteurs de l'6tude, ces chiffres 6lev6s
s'expliquent en partie par l'efficacit6 des therapies
contre le sida, "qui allongent la dur6e de survie" et
font que des personnes infect6es viennent grossir le
pourcentage des plus de 50 ans dans les statistiques.
Mais ils "soupconnent aussi que beaucoup
de personnes ages infect6es ont contract le virus a
un age avancC", meme s'ils reconnaissent "une p6nurie
de donndes" pour 6tablir de maniere plus precise
comment les personnes de plus de 50 ans contractent
le sida.
L'6tude souligne en effet que l'apparition, a
partir de la fin des anndes 1990, de m6dicaments pour
soigner les troubles de l'6rection a permis aux hommes


de prolonger leur activity sexuelle.
Elle relive egalement que les personnes plus
ages sont "moins enclines que lesjeunes g6ndrations
a avoir des rapports prot6g6s".
Selon un responsable du ministere brdsilien
de la Sante cit6 par la revue, "les personnes Ag6es ont
commence leur vie sexuelle a une 6poque ofi le sida
n'existait pas. Elles ne sont pas habitues a utiliser
des pr6servatifs".
Le phenomene mis en lumiere par l'6tude


La petite pilule contre les troubles de 1 'rection


rapports non prot6g6s
malgr6 le manque de donndes completes est jug6
"inqui6tant" et le nombre de personnes de ce groupe
d'age infect6es par le VIH "pourrait augmenter a travers
le monde", redoutent ses auteurs.
Ceux-ci jugent n6cessaire de "comprendre
pourquoi et comment ces personnes deviennent
infect6es de maniere a ce que des campagnes de sante
publique puissent 6tre mieux cibl6es et empecher ces
infections", estime George Schmid, du d6partement
VIH/sida de l'OMS.
Selon la revue, la "p6nurie" d'informations
s'explique en partie parce que les personnes de plus
de 50 ans ne sont pas consid6rdes comme une
"cat6gorie a risques", le sida demeurant dans l'esprit
des personnels de sante "une maladie de jeunes".
"Les m6decins soumettent rarement leurs
patients (Ag6s, ndlr) a un test VIH, si bien que le
diagnostic est souvent tardif', explique l'6tude.
Or, "plus une personne est Agde, plus vite
l'infection au VIH donne lieu au ddveloppement du
sida", selon l'6tude, ce qui obere les chances de survie
du patient.
Au-dela de 65 ans, l'esp6rance de vie d'une
personne infected tombe a quatre ans, contre 13 ans
pour une personne entre cinq et 14 ans.
"Le d6clin du systeme immunitaire au fur et a
mesure duvieillissement pourrait 6tre la raison" de cette
chute de l'esp6rance de survie des personnes ages
infect6es, analyse l'6tude.








Mercredi 11 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 07


(... suite de la page 9)


Jacqueline Scott-Lemoine
Jacquelie Scott-Lemoinepersonnalit6s du monde des
lettres et du thditre africains


au-Prince avec a la cl6, un dipl6me de st6nodactylo et
un autre en pudriculture et premiers soins. Sa formation
de comedienne peut alors d6buter au Centre d'Art
Dramatique de l'Institut Francais d'Haiti avant de se
poursuivre au Conservatoire d'Art Dramatique de Port-
au-Prince. Elle y jouera plusieurs pieces, dont Negro
spiritual d'Yves Jamiaque et Antigone d'Anouilh.
De 1950 a 1953, on la retrouve a l'Ambassade
d'Haiti aParis avant de s'6tablir en Haiti en 1956, aprls
un court sdjour a New York. C'est alors que
l'Ambassadeur de l'6poque enHaiti, Monsieur Charles
Le G6nissel, impressionn6 par ses missions sur les
antennes de T616 Haiti (Le Club 5), lui propose, en
1963, une bourse pour laMaison de la Radio en France.
Elle y obtient un Certificat de stage de 1'ORTF (Office
de Radiodiffusion Tl66visionFranqaise). Elle friquente
alors le tout-Paris culturel : des r6alisateurs, des
hommes de thditre et des poetes, comme Louis Aragon,
avant de rencontrer Jean-Marie Serreau qui lui propose
le r6le de la reine dans La tragddie du roi Christophe
d'Aim6 Cesaire. C'est le d6but d'une longue aventure
a la fois dans la vie (elle spouse vite fait Lucien Lemoine
au Consulat d'Haiti a Paris le 15 juillet 1964 et Aim6
Cesaire se retrouve comme premier t6moin) et au thditre
oi elle enchainera plus d'une cinquantaine de r6les.
La Tragddie du roi Christophe est cr66e en
1964 par la Compagnie du Toucan en Autriche, puis
fera le tour d'Europe, plusieurs villes francaises dont
Paris avec une s6rie au Thditre de l'Oddon. En 1966,
elle est retenue dans la programmation du Fesman a
Dakar; la representation a eu lieu au Thditre Daniel
Sorano. Le public n'est pas des moindres : le president


Senghor en personne mais aussi l'empereur Hail6
S6lassi6, le neveu du roi du Maroc, Duke Ellington,
Josephine Baker, Alioune Diop, Ldon-GontranDamas,
James Baldwin, Abdou Diouf, Katherine Dunham,
Langston Hughes et bien sfr, Aim6 Cesaire. Jacqueline
Scott-Lemoine y interprete la reine puis restera
pensionnaire du Sorano pendant plus de dix-huit ans.
A Dakar, le d6sormais couple de Jacqueline
Scott-Lemoine et Lucien Lemoine (amants 6temels,
encore plus amoureux que le soir de la rencontre !)
c6toie des compagnons de l'errance qui ne les
quitteront pas, dont les poetes Jean Bribre, Roger
Dorsinville et Morisseau-Leroy : ces << lgislateurs non
reconnus de l'univers >>, comme elle les appelle, les
compatriotes qu'elle recite au detour de n'importe quelle
conversation, quelque soit le sujet. Et a force, la po6sie
devient art de vivre, les vers remplacent les mots
ordinaires. Ainsi, il arrive meme qu'un extrait d'un
Roumer, un Philoctete ou un Depestre soit pr6f6rd un
proverbe, avec la meme efficacit6. Marqude par les
romans de Jacques-Stephen Alexis (entres autres),
Jacqueline Scott-Lemoine 6voque le style 616gant d'un
Danticat ou loue un Frank6tienne qui peut 6crire en
francais et en crdole, avant de convenir toutefois qu'elle
ne fait partie d'aucune cole. Y a-t-il une autre raison
d'6crire sinon qu'une rdponse a sa n6cessit6 mime ?
Les routes qui ne promettent pas le pays de
leur destination, disait Rend Char, sont des routes
aimdes. Devenue citoyenne s6n6galaise en 1976,
Jacqueline Scott-Lemoine revendique avec la meme
force sa part du S6n6gal et celle d'Haiti. Toute une
g6ndration de journalistes s6ndgalais, de


- a vu le couple enseigner et vieillir ensemble.
Jacqueline Scott-Lemoine est une r6f6rence telle a Dakar
qu'il arrive, s'amuse-t-elle a rappeler, qu'un chauffeur
de taxi vous rambne chez elle depuis l'adroport
LUopold-SRdar-Senghor, rien qu'en 6voquant son nom.
Le module du couple, amants 6temels, est sans doute
pour quelque chose, mais le charisme naturel de
Jacqueline et sajeunesse fig6e ajamais (est-ce lapo6sie
?) sont ind6niables. Est-ce a dire qu'elle n'a pas ses
moments de doute ? Sa persdv6rance soulbve les
montagnes: quand le 13 avril 1997 son fils unique
d6cede d'un accident de voiture a Paris, elle decide de
poursuivre le chemin, pour elle, pour lui.
Aujourd'hui, tout en s'occupant de la
redaction de la revue Entracte, elle encadre Lucien
Lemoine sur un atelier de recherche et de pratiques
thditrales a l'Universit6 Cheikh Anta Diop de Dakar
(UCAD). Aprbs la radio, le thditre (sa dernibre
representation a lieu en 2006 pour les 40 ans du Sorano
avec L 'Exil d'Alboury), Jacqueline Scott-Lemoine
publie Les Nuits de Tulussia chez Presence Africaine
en 2005 et une pibce de thditre, La ligne de crete au
NMgre International en 2007. Elle se pencherait d6jh
sur ses M6moires (Cyvadier ou 50 ans defeux de la
rampe et autres souvenirs) dans laquelle elle tente de
remonter le fleuve jusqu'a la source. Avec la liberty
que lui confbre sans doute cet exil assume (en 45 ans,
elle n'est retourne en Haiti que quatre fois), mais pas
toujours evident parce qu'il faut, loin de l'odeur si
pr6cieuse des amandiers et de la citronnelle, puiser
quelque part cette 6nergie n6cessaire pour continuer a
tourner les pages.


La Tragedie du Roi Christophe


(LATRAGEDIE... suitedelapage9) ralli6 l'arme de ses rivaux. a une chose
Mais, Christophe, l'ancienesclave, comprend Le roi Christophe, dans sa quete de esclavagistes
rapidement qu'il ne suffit pas de s'entourer d'une Cour, rehabilitation de sa race, vis-a-vis d'elle-meme et vis- philanthropes cl
pour effacer la trag6die du peuple haitien << dracin6, a-vis du monde entier, a-t-il trop demand a son que tous les hoi
humilid par la colonisation, raval6 collectivement au peuple ? Il s'en defend : << Je demande trop aux blancs ni noirs
rang de la bete >. Il observe avec amertume << Jadis, hommes. Mais pas assez aux Negres, Messieurs. S'ily monde, Messie
on nous vola nos noms.
D'estampilles humiliantes on oblit6ra
nos noms de v6rit&. Sentez-vous la
douleur d'un homme de ne savoir pas I
de quel nom il s'appelle ? A quoi son
nom l'appelle ? >> o f
Maintenant qu'il est roi, il 4
decide :<< De noms de gloireje veux
couvrir vos noms d'esclaves, de ,
noms d'orgueil nos noms d'infamie,
de noms de rachat nos noms
d'orphelins >>. Pour symboliser cette
<< nouvelle naissance>>, Christophe
rave de construire une Citadelle,
immense, gigantesque, < une forteresse, un lourd cuirasse de
pierre inexpugnable ... a ce peuple .
qu'on voulut a genoux, un monument
qui le mit debout... une citadelle La Tragedie du Roi Christophe dans la mise en scene inoubliable dufranqais
construite par le peuple tout entier et Jean Marie Serreau aupres de qui notre grand Hervd Denis avait commence sa carrier
symbolisant << la liberty de tout un peuple >. Il faudra
travailler, et travailler encore, car << la liberty ne peut v7 r 2 2 j m ,
subsister sans le travail. > Il s'agit d'une ceuvre T6l: 305 757 4911
gigantesque a soutenir si on veut mettre << tout cela
debout < monde, et solide. >>
Mais, les paysans haitiens ne comprennent LE MAGASIN POUR TOUTES Lk
guere la n6cessit6 de construire cette citadelle. Ils ne R eeption de pasmenr t po~ r BeH South, F
comprennent pas la logique de ce roi qui leur declare : B MOHIE TY etc.. ,egc...
<< Ou bien on brise tout, on bien on met tout debout >>,
et qui decide que << la liberty, ce n'est pas la liberty Connm cturM IphonLque chez voa ...
facile. > Mais Christophe insiste : << Onbrise, cela peut
se concevoir... Tout par terre, la nudity nue. Restent la Ouvert
terre, le ciel : les 6toiles, la nuit, nous les Negres avec
la liberty, les racines, les bananiers sauvages. Ou bien 6 Joirm
on met debout. Et vous savez la suite. Alors, il faut
soutenir. II faut porter: de plus en plus haut. De plus par
en plus loin. >> se ine
Christophe est convaincu d'avoir fait le bon
choix et decide d'obliger son peuple a le soutenir, << au 8 30
besoin par la force >>. D'ofi le commencement d'une
dictature sanguinaire, impitoyable, qui r6glemente les a
heures de travail et les heures de repos, d6clarant 7lW pm
inconstitutionnel le droit a la fatigue et a la lassitude.
Malgr6 toute la peine que cela lui fait, Christophe
n'h6site pas a mettre a mort ses plus vieux compagnons
de route, lorsqu'ils commencent << trop parler>>. P u &s
Quand ses propres g6ndraux lui font defection, il se ('luRs & ls
retrouve seul, atteint de surcroit de paralysie a cause r r A (. I R
du surmenage auquel il s'est astreint. Il mit fin a ses *C'aildur Zouk, FRanis.
jours de manibre tragique, en se tirant une balle dans la TaleIau *m do'' (iticn
t6te, lorsqu'il apprit que son arm6e avait complktement MOIa Iu Iluils .e ta'ul


qui, autant que les propos des
, m'irrite, c'est d'entendre nos
lamer, dans le meilleur esprit sans doute,
mmes sont des hommes et qu'il n'y a ni
;. C'est penser a son aise, et hors du
curs. Tous les hommes ont les memes
droits. J'y souscris. Mais, du commun
lot, il en est qui ont plus de devoirs
que d'autres. La est l'in6galitW. Une
in6galit6 de sommations, comprenez-
vous ?
A qui fera-t-on croire que
tous les hommes, je dis tous, sans
privilege, sans particulibre
exoneration, ont connu la
deportation, la traite, l'esclavage, le
collectifravalement h la bete, le total
outrage, la vaste insulte, que tous,
ils ont requ plaque sur le corps, au
visage, l'omniniant crachat ? Nous
seuls, Messieurs, vous m'entendez,
nous seuls, les negres. Alors, au fond
de la fosse. C'est bien ainsi que je
l'entends. Au plus bas de la fosse.
(LATRAGEDIE/p. 13)


5

PY STORE
ES OCCASIONS.
4-PL, GAZ, CABLE TV,


Ar lc ne. I i. aan )lAt.
. Aniiriainm IKcnuairs
_DID___


Page 12








Mercredi 11 Mars 2009
Haiti enMarche *Vol XXIII N' 07


o Nous sommes une nation oih les inter&ts superieurs
de 'Etat s'arretent aux frontieres des inter&ts
infirieurs des particuliers >.
Jean Amadou

Les int6rets politiques cr6ent de bien dr6les
d'alliances. Puisqueje comprends de moins en moins
ce qui se passe en Haiti oi tout le mondejoue a tromper
tout le monde et oi le bluff regne en maitre et seigneur,
je pr6fire m'dloignervers d'autres confins, me r6fugier
sous d'autres latitudes, l1 oi les choses semblent suivre
g6ndralement un scenario duquel elles s'dloignent tres
peu, et ainsi vous montrer, chers lecteurs, l'importance
des affinit6s et de l'interet politique (au-dessus des
contraintes iddologiques).
S'il est un pays qui rdellement devait servir
d'exemple a plusieurs niveaux et duquel, en Haiti nous
savons tres peu de choses, il s'agit de l'Espagne.
Colomb. Colonisateurs. Inquisition. Nous ne savons
rien d'autre d'eux. Eux nonplus de nous. Vodou. Zombi.
Macoutes. Misere. ONG's (consequences de la misere).
Voilh notre image chez eux. Malheureusement, nous ne
parlons pas leur langue bien que cela repr6sente de
moins en moins de problkmes. Les Etats-Unis, le
Taiwan, Cuba, le Venezuela, la Chine, la RWpublique
Dominicaine sont de tris bons partenaires bien que
leurs langues, officielle et/ou nationale, s'dloignent des
n6tres. Ne pas parler la meme langue, ne pas servir les
memes maitres, ne pas adorer les memes dieux, n'est
plus un handicap pour s'entendre (sauf pour les
fondamentalistes). Donc, cela n'est qu'un pr6texte,
nullement un handicap. La mere-patrie, les
colonisateurs r6els ou virtuels, les ndo-colonisateurs,
les bourreaux n'ont aucun besoin de maitriser la langue
de leurs victimes pour les torturer ou les exploiter. Nous
vivons cette experience depuis 1510.
Je crois que l'une de nos grandes erreurs est
celle de n'avoirjamais exploit, a cent pour cent, les
relations politiques, commerciales, technologiques
avec l'Espagne. On ne le fait que maintenant, et,
malheureusement, simplement au niveau de l'Aide
Humanitaire et en acceptant des dons sous forme de
petits projets de cooperation qui ne font, que
p6renniser les structures de pauvret6 chez nous, et,
alimenter leur condescendance envers nous. Ils
doivent stirement se dire que nous avions choisi les
mauvais maitres, durant plus de 300 ans. Ils doivent
penser que nous avons choisi les mauvais partenaires,
maintenant.
Enfin, nous sommes les seuls maitres .... de
nos erreurs. Du sol, nous ne le sommes plus, quoique
<< la Dessalinnienne > s'efforce a nous le dire de temps
a autre. Les r6ussites, il n'y a que les << pays amis qui
s'en f6licitent et en r6coltent les fruits. Grice a eux,
nous avons des elections s6natoriales. Grice a eux
nous avons 6vit6 la guerre civile qui aurait pu supposer
l'exclusion de l'un des partis populaires des elections.
Grice a eux nous avons pu c6l6brer ... 2004. Li le bas
blesse. Et le coup bas, encore plus.
Enfin, chores amies lectrices, chers amis
lecteurs, je voulais parler de l'Espagne, de ses
Communaut6s Autonomes, de sa D6centralisation



La Tragedie...
(... suite de la page 12)
C'est 1i que nous crions : de 1i que nous aspirons a
l'air, a la lumibre, au soleil. Et si nous voulons remonter,

Have your



Income Tax

(Personal & Business)


Prepared by



J.C.



Cantave!

Call 305-623-0708
for Appointment


Jean-Claude P. Cantave
Tax & Immigration Consultant
Lic. Real Estate & Mortgage Broker
Phone: 305-623-0708 Fax: 305-623-3848
E-mail: jccantave@haititradecenter.com
Web : www.haititradecenter.com


Affinites
exemplaire, de ses denmires elections aux Parlements
de la Galice et du Pays Basque, qui viennent d'avoir
lieu ce dimanche, le premier mars 2009. En Galice, le
pays de l'6migration, le Parti Populaire est retoumr en
force. Ils sont reput6s tetus, les galiciens. Fidel Castro
est unfils de la Galice, et des milliers d'Argentins sont
originaires de cette communaut6 autonome qui, avant,
fut une province de 1'Espagne et maintenant est une
Communaut6 Autonome. Le Pays Basque, d'apres
certains, devrait 6tre, lui, soit un Etat F6ddr6 soit un
pays ind6pendant. Thierry Henry, le Franqais (Jacobin)
vient de d6clarer a la presse qu'il sait que la Catalogne
n'est pas l'Espagne. L'aurait-il dit au sujet des
Bretons ? Ou de la Catalogne franqaise ? Je ne sais
plus que penser. Je pensais moi-meme que le Pays
basque ne voulait pas faire partie de l'Espagne. Enfin,
on voit bien que l'Espagne n'est plus ce qu'elle fut
durant plus de 40 ans : Una, Grande, Libre.
Chores amies lectrices, chers amis lecteurs,
retoumons a ces elections. Cela fait plaisir de voir que
l'on peut preparer des elections sans frictions, avec
des fonds propres, sans avoir de compte a rendre. Un
jour viendra oi l'on pourra le faire en Haiti. A coup
sur.
Je ne pretends qu'un exercice de
math6matiques enjonglant avec les rdsultats dlectoraux
et les techniques de comptage. En Galice, le Parti
Populaire a gagnd. Complktement. J'aime entendre
parler les Espagnols. Ils disent : El Partido Popular
ha barrido >. (Ils ont balayd. Ce qui n'est pas la meme
chose que dire : ils ont donn6 un coup de balai.)
Majority absolue. Dans le cas du pays basque, il n'y a
que les affinit6s et la seduction qui vont permettre de
creer un nouveau gouvemement.
Pour former un nouveau gouvernement, au
pays basque, il faut :
1- Avoir atteint la majority absolue, soit 38
d6put6s.
2- Accepter de faire des alliances et gouvemer
en minority si les alliances permettent de voter
l'investiture.
3- Acc6der a la formation d'un Gouvemement
Binaire, Temaire ou Quatemaire, si les affinit6s
le permettent.

Observons les alliances possibles, puisqu'il
est impossible d'obtenir 38 d6put6s avec l'alliance de
deux partis, posons le nombre d'alliances possibles de
trois partis puis ajoutons les deux conditions de
contour :
1- Affinit6s iddologiques
2- Nombre resultant sup6rieur ou 6gal a 38
Les affinit6s iddologiques sont contenues dans les
affirmations suivantes des diffirents partis :
1- D'apres ARALAR (AR), le peuple basque veut
avoir un Pr6sident Nationaliste. Ils ont obtenu 4
sieges au Parlement.
2- UPD ne s'opposera a aucune possibility de

voyez comme s'imposent a nous, le pied qui s'arcboute,
le muscle qui se tend, les dents qui se serrent... Et voilh
pourquoi il faut en demander aux negres plus qu'aux
autres: plus de travail, plus de foi, plus
d'enthousiasme, un pas, un autre pas, encore un autre
pas et tenir gagn6 chaque pas. C'est d'une remont6e
jamais vue que je parle, Messieurs, et malheur a celui
dont le pied flanche. >
Pour nombre de personnes, le roi Christophe
reste, a l'instar de Spartacus, le symbole de l'homme
r6volt6 contre la condition d'esclavage qui a prdvalu


changement au Pays Basque. 1 siege.
3- Le PP veut changer la politique dans le pays
basque mais aucunement faire partie du
gouvernement. Ils ont eu 13 d6put6s.
4- Le Chef de file duPSEveut accder a la Pr6sidence
du Gouvernement Autonome. Ils ont obtenu 24
parlementaires.
5- Le PNV est le parti qui a gouvemr ces 20 dermires
anndes (Et on critique Chavez !). Ils ont eu 30
parlementaires.
6- EA et EB sont des partis nationalistes basques et
ils ont form partie du Gouvernement tripartite de
ces quatre dernires anndes au pays basque. Le
parti EA a obtenu 2 sieges et EB 1 ddput6.
7- Vu le contexte socio-politique, toute combinaison
contenant PNV-PP ou PNV-PSE ou bien PP-AR,
PP-EA, PP-EB oubienUD-AR. UPD-EA, UPD-EB
est a rejeter.

Etant donnm qu'il y a 7 partis politiques ayant
obtenu representation a la Chambre basque, il y a alors
35 options possibles qui sont les suivantes :
PNV = A (30); PSE= B(24); PP= C(13); AR= D(4);
EA= E(2); EB= F(1); UPD = G(1)
ABC ABD ABE ABF ABG
ADE ADF ADG
BCD BCE BCF BCG
BEF BEG BFG
CEF CEG
DEF DEG


ACD
AEF
BDE
CDE
CFG
DFG


ACE
AEG
BDF
CDF


ACF
AFG
BDG
CDG


ACG


EFG
Et parmi ces diffirentes options, les seules


qui conduisent soit a une majority au Parlement, soit a
la possibility de gouvemer en minority et satisfaisant
les conditions de contour cities sont les suivantes :
Options unitaires : A gouveme en minority. B
gouveme en minority.
Options binaires r6alistes: A et B forment un
gouvemement. On ne contemple pas l'option A-C.
Options temaires r6alistes: B, C et G
Done les seules options menant a une
combinaison majoritaire sont, l'option binaire (PNV/
PSE) et l'optiontemaire (PSE/PP/UPD). Vous pouvez
done observer chers amis, que l'un des partis ayant un
quota de pouvoir plus l6ev6 est un parti qui n'a obtenu
qu'un seul d6put6, le UPD. Que c'est beau la
d6mocratie, quand on en a les moyens. Enfin, j'aimerais
que nos Candidats- SRnateurs en Haiti, appuyds par
leur parti, pensent aux alliances a mettre sur pied le 20
avril prochain (si les elections ont lieu). J'espbre qu'ils
ont d6ji pens6 a toutes les 6ventualit6s possibles,
ayant d'abord pens6 a 6valuer les affinit6s existantes.

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Mars 2009

pendant des mill6naires dans les soci6t6s les plus
diverses. Mais, aussi inattendu que cela soit, dans sa
quite path6tique d'une identity qui lui soit acceptable,
le roi Christophe peut aussi etre consid6r6 comme le
prdcurseur et le module d'une multitude de leaders
( visionnaires > qui se sont succ6d6s depuis les
anndes 1950 dans les pays d'Afrique, d'Asie, d'Europe
de l'Est ou d'Amdrique Latine. Comme lui, ces demiers
ont tour a tourjoud le r6le de lib6rateurs adults et de
chefs 6cout6s, avant d'assumer le r6le de dictateurs
sanguinaires.


MIAMI-DADE


Grow your career in a rewarding, diverse and

challenging environment full of opportunity.
Find your next job at


www.miamidade.gov/jobs

For computer access visit any Miami-Dade County Library or
South Florida Workforce Career Center.
For locations call 311.


EOE/M/F/D/Veterans' Preference
6 di Ey/eri t-K Iletexc E-v<-rny 2


Page 13








Mercredi 11 Mars 2009
Page 14 Haiti en Marche Vol XXIII N' 07


U I 1111'1 :1 iI'111


CI S TRE













Solutions de la semaine passe

C OMP L E XE
EGALISER
N ON I

ATT E LAGE
ST SE IR
SE TULS A
E S T IME S


Allez de CISTRE A VENDUS, en utilisant des mots du du
vocabulaire fran9ais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.




AFMVY JU Z S M NTE P L A T A K
MARIATRINI DADSANCHEZ
LCEL RUNA PER AV IAMQ F QE
SAN P E D RO D E MARCO R IS YR
E I B X D U A R T E T L DNV U P I K I
LCOOMUE IOURAS R S FTYRM
ANNATV P E C OE E L I AS P I NA
N E Y N L S T L Y A N W E L I U PH Y R
RDSANT I AG ORO DR IG UE Z Z
ENVMYAMRRE BG CNOATBSE
DE A0WO RNC I MEACAL PVAH
E P PRTKO S E NTNNTG U D S G C
PENAWUYSJNAEOELE JCEN
MDHLE LLAOCDS BREAJNVA
MN F L BEKMP UERTOPLATAS
Z I S A L C E D X B I V G PN L L L S

Trouvez les noms de 24 provinces de la
R6publique Dominicaine dans le rectangle ci-dessus
lIIi i i


00 M6lodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit6s du Jour
M6lodie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiBre Raphael


c 'edt A&4e 4Pit eo 'ec&cae /


E n B ref... (...suite de lapage 2)
niveau de Bercy, entre Cabaret et Arcahaie. Bilan: au moins 10 morts et de nombreux
blesses, parmi eux des 6coliers. Trois v6hicules, dont une camionnette transportant des
&lves qui se rendaient a l'6cole, sont impliqu6s dans cet accident.

Le President du CEP ne r6pond pas A une convocation de la Justice
Le Tribunal des r6f6rds avait aussi invite le directeur g6ndral de l'institution 6lectorale.
Objectif de la convocation: l'affaire opposant le Conseil Electoral Provisoire a une branche
de Fanmi lavalas. Un nouveau rendez-vous a &te pris pour le Lundi 9 Mars. Frantz G6rard
Veret et Pierre Louis Opont ne s'6taient pas pr6sent6s peronnellement, mais s'6taient fait
repr6senter par trois avocats du CEP, Stanley Gaston, Eddy Abellard et Antony Ch6rubin.
Le Juge n'a pas maqu6 de souligner que son ordonnance mentionnait la comparution des
deux officiels du CEP en personne.

Un r6seau de surveillance sismique sera install bient6t en Haiti
L'annonce a &td faite par l'ing6nieur geologue Claude Prepty, du Bureau des mines et Jean
Arsene Constant du programme de renforcement des capacit6s au bureau de la Protection
civile, a l'occasion de la c6l6bration de lajourne mondiale de la protection civile.
Selon ces experts, ce r6seau permettra de mesurer les secousses sismiques done
fonctionnant aussi comme un instrument de prevention.

La Banque mondiale fait un don de 5 millions de dollars A Haiti pour les
6coles
La Banque mondiale (BM) a annonc6 qu'elle allait faire un don de 5 millions de dollars a
Haiti pour financer la reconstruction d'une quinzaine d'6coles endommag6es par la s6rie de
temp6tes et ouragans qui ont frapp6 le pays en 2008.
Au moins 964 6coles primaires d'Haiti ont 6t6 touches par les ouragans en 2008, a indiqu6
la BM dans un communique.
L'argent permettra de revoir la maniere dont sont construites les 6coles en leur permettant
notamment de servir aussi de refuges en cas de catastrophes.
Haiti a &t6 s6vrement frapp6 fin aofit et d6but septembre par une s6rie de quatre temp6tes
et ouragans qui ont fait plusieurs centaines de morts et plus d'un million de sinistr6s, selon
les autorit6s nationales.

Madame Michele Pierre-Louis defend son gouvernement
Le Premier Ministre d'Haiti, Mme Michele Pierre Louis, s'est l6ev6e contre ses d6tracteurs
qui font 6tat de l'immobilisme de l'6quipe gouvemementale.
Tout en rappelant les circonstances particulieres de son accession a la Primature, Mme
Pierre Louis assure que des interventions urgentes ont &te r6alis6es a travers le pays au
cours des 6 derniers mois. Des 6coles, centres de sante, commissariats et tribunaux sont
en train d'etre r6habilit6s dans le cadre du programme d'urgence", precise t-elle.
"On ne peut pas imaginer le travail qui a &t6 accompli aux Gonaives ou des residents ont
estim6 qu'il faudrait un an pour nettoyer la ville", affirme Mme Pierre Louis tout en
affirmant comprendre la frustration des citoyens qui ont l'impression d'etre abandonn6s.
Selon le Premier Ministre, la situation 6conomique actuelle est la consequence de la
d6r6gulation dans les ann6es 80. Les familles haitiennes affaiblies par la d6r6gulation se
sont tournes vers l'Etat ", declare t-elle, tout en faisant remarquer que celui-ci n'a pas les
moyens de r6pondre a toutes les attentes.
Elle soutient que le gouvernement envisage des actions imm6diates dans certaines villes
dont Cabaret et Gonaives avant la saison pluvieuse. Dix ponts se sont effondr6s lors du
passage des 4 cyclones de septembre 2008", rappelle Mme Pierre Louis soulignant qu'on
ne peut r6soudre en 4 mois des tares d'une soci6t6 qui sont s6culaires.

Le Ministere des TPTC et la prochaine saison pluvieuse
Le ministre des travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC), Jacques Gabriel,
informe que des 6quipes sont a pied d'ceuvre afin de curer les canaux et d6graveurs de la
region m6tropolitaine avant la saison pluvieuse. Le programme de curage a d6but6 en
novembre 2008", r6vele le ministre Gabriel qui signale qu'une dizaine d'excavatrices
suppl6mentaires sont maintenant disponibles.
Les nouveaux mat6riels ont &t6 fournis par l'Organisme pour le Ddveloppement de la Vall6e
de l'Artibonite (ODVA) et le Centre National des Equipements (CNE). Jacques Gabriel
indique que la grande quantity d'alluvions et de detritus provenant des ravines rend la
tdche plus difficile pour les techniciens.


Un navire h6pital am6ricain doit arriver dans la rade


(EN BREF / p. 16)


Solutions de la
semaine passee
BRE VET
BRE VES

GRAVE S
GRACES

PLACE S



F SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

EO

VCU

A L
11 I I I I I
Solutions de la semaine passee
FALAISE /
9








Mercredi 11 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 07


ECUNUMIE Page 15

+" %ot+1#1 %t | + 11


"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Haiti: au moins 10 morts et 20 blesses

dans un accident entre deux autocars


(... suite de la page 3)
Le parlementaire estime que le bilan des
victimes pourrait 6tre encore plus lourd 6tant donn6 le
grand nombre de personnes qui se trouvaient dans les
autocars.
Des traces de sang et des parties de corps
humain 6taient visibles sur les lieux de l'accident, a
constat6 un photographe de l'AFP.
Des secouristes de la Croix-Rouge haitienne,
accompagn6s de membres de M6decins sans frontibres,


portaient secours aux bless6s, a par ailleurs indiqu6
un resident du village oi l'accident s'est produit.
Les conditions de transport en Haiti sont tres
mauvaises: les routes sont ex6crables et les v6hicules
affects au transport en commun sont souvent
surcharges de personnes et de produits alimentaires.

[P~~ba~~t ]


Linstabilite politique et la violence menacent Haiti, avertit l'ICG


Jeudi 5 mars 2009, Radio Kiskeya -
L'Intemational Crisis Group (ICG) a avertijeudi que la
pauvret6 et la mauvaise gouvernance pourraient
bient6t engendrer un retour a l'instabilit6 politique et
a la violence en Haiti.
Face a cette sombre perspective, dans un
rapport de 16 pages rendu public a Bruxelles, le groupe
de pression international exhorte les partenaires d'Haiti
a lui accorder une aide de 3 milliards de dollars sur
plusieurs anndes, lors de la prochaine conference des
donateurs prdvue en avril a Washington.
<< Entre maintenant et l'&td, Haiti doit affronter
une s6rie de d6fis et si la population ne constate aucun
progrbs, la situation pourrait d6boucher sur une
importante instabilit >>, a d6clar6 au t6l1phone a
l'Associated Press le vice-pr6sident ex6cutif de 1'ICG,
Mark Schneider.


Dans le document mis en circulation quelques
jours avant l'arriv6e lundi prochain a Port-au-Prince
du Secr6taire g6ndral de 1'ONU, Ban Ki-moon et de
l'ex-Pr6sident amdricain Bill Clinton, l'International
Crisis Group estime qu'Haitijouit actuellement d'une
< relative stabilit >>. Cependant, en raison
essentiellement du passage d6vastateur de plusieurs
cyclones, les conditions sociales et 6conomiques sont
devenues encore pire qu'en avril 2008 lorsque des
6meutes de la faim meurtrifres avaient entraind la chute
du gouvemement Alexis.
De plus, l'organisme constate que le manque
de cooperation entre le Pr6sident Rend Pr6val, la
Premiere ministre Michble Pierre-Louis et le Parlement
paralysent les travaux lgislatifs et empechent
l'approbation du projet de budget 2008/2009 d'un
montant de 256,4 millions de dollars, finance hauteur


de 60% par la communaut6 international.
L'ICG qui souligne l'intensit6 du narcotrafic
en Haiti citant le dernier rapport du D6partement d'Etat,
exprime enfin sa crainte de voir le pays plonger dans
une vague de violences. Outre les escarmouches ayant
oppose cette semaine des 6tudiants de l'universit6
d'Etat aux forces de s6curit6 haitiennes et onusiennes,
le rapport met surtout en relief la potentielle spirale de
violences qui risque de marquer les prochaines
s6natoriales partielles aprbs l'exclusion de Fanmi
Lavalas, le parti de Jean-Bertrand Aristide.
Consid6rde comme une ONG tris influente,
l'ICG dont le siege est a Bruxelles, produit r6gulibrement
des rapports sur des probl6matiques lies a la paix et a
la s6curit6 dans diffirents pays en situation de conflit.


Billet a Mme Odette Roy Fombrun


(... suite de la page 2)
geostrat6gique dans les caraibes, pres de l'6quateur,
avec un climat subtropical tres agreable,
De superbes chaines de montagnes, au
sommet desquelles il ne fait jamais ni trop chaud, ni
trop froid et oh l'on peut bitir des villes, de luxueuses
villas, des chateaux, des maisons de vacances d'hiver,
des maisons de retraite pour personnes ages, des
citadelles, que sais-je encore.
Haiti est a proximity du grand march nord
americain.
Par le canal du vent, au large du m6le St.
Nicolas, passe plus du tiers du commerce maritime
mondial.
Haiti est sur la route des bateaux de croisieres
et des gros bateaux marchands.
Haiti possede quatre iles (la Gonive, la Tortue,
les Cayemites, I'Ile a vaches, sans oublier la Navase)
ou l'on peut construire des complexes touristiques de
< cinq 6toiles >> Des complexes tres luxueux pouvant
accueillir les sommets du G8 et autres reunions
internationales importantes etc. On tous les grands de
ce monde pourront venir passer leurs vacances.
Mille cinq cents (1500) Kms de c6tes:
a)Des eaux territoriales pour une industrie
moderne de peche.
b) Des plages de sable blanc, tres fin pour
des stations baln6aires de rave, des marinas pour
recevoir des yachts haut de gamme et des bateaux de
plaisance, des ports de croisiere touristique (a Jacmel
par exemple), des installations portuaires modernes.
c)Des ports potentiels en eau profonde pour
des raffineries de p6trole et des ports francs qui seront
utilis6s par les gros bateaux marchands passant dans
la zone.
Un potentiel 6norme d'6nergie solaire : Haiti
ayant un des plus hauts taux d'ensoleillement annuel


du monde.
Un potentiel d'6nergie 6olienne, au large du
m6le St Nicolas par exemple.
Son sous sol avec des minerais non exploits.
Une mine de silicium a savane zombi, (silicium
tres utile dans la fabrication de panneaux solaires);
une mine d'or; une mine de charbon mineral; du marbre
rose, blanc et vert, etc.
Peut-&tre du p6trole, peut tre du gaz naturel,
sans compter ce qui existe deji, en 6tat de sous-
exploitation dans le pays.
Sa faune et ses flores tropicales, le lac Azuei.
Des cascades et chutes d'eau dont celle de Pichon
dans le sud est, des grottes, le pic du more Laselle a
2500 metres d'altitude.
Une histoire unique au monde.
Son patrimoine archeologique et
architectural, sa citadelle Laferriere, les diff6rents forts
d'apres guerre de l'ind6pendance et autres sites
historiques.
Son artisanat, ses artistes, sa peinture, sa
culture en general.
Son folklore, sa musique, sa danse, son
carnaval.
Ses religions, son bilinguisme creole-frangais.
En clair, Haiti n'est pas d6munie de tout. Haiti
possede des actifs a mettre (miser) sur la table. Haiti
n'est pas oblige d'etre un mendiant ni etre une galore
qui fait peur ou qui r6pugne. Haiti peut tre un
partenaire s6rieux et attrayant.
Grace a ce partenariat 6conomique strat6gique
avec un autre Etat, le chomage va etre reduit a un niveau
supportable. Les haltiens vont pouvoir travailler, avoir
un revenu decent et suffisant non seulement pour
satisfaire leurs besoins mais aussi pour dormer a leur
Etat les moyens financiers de remplir ses diff6rentes
missions r6galiennes.
Haiti va s'enrichir et sortir de son 6tat


lamentable et indigne de pays assist, de mendiant
international, pour se camper dignement et fierement,
< la tate altiere et haut les fronts >, a c6t6 de son
Partenaire, avec sa belle et inseparable m6daille 1791-
1803-1804 solidement 6pinglee a sa poitrine et son
bicolore, bleu et rouge, flottant ostensiblement partout
sur son territoire.
4) Vous avez dit : < I1 faut une revolution
tranquille >>.
Oui Madame, Haiti fera, elle aussi, a l'instar
du Quebec, sa revolution tranquille a travers le
konbitisme unificateur, et une revolution 6conomique
(growth revolution). Imaginez un autre 1804, pacifique
cette fois, sans un coup de feu, sans le < boule kay>, en vue d'abolir la misere et r6duire la
pauvrete.
Dans cette bataille oblige pour la creation
de richesses, la priority sera accordee a la protection
de l'environnement et a l'amenagement du territoire.
Et ce sera enfin, a n'en pas douter, le debut
d'une nouvelle ere, les premiers rayons de soleil d'une
nouvelle vie, de nouvelles perspectives, plus
enrichissantes et plus epanouissantes pour tous les
Haitiens. D6sormais Haiti pourra, a bon droit, se targuer
d'etre la Perle des Antilles, le Tigre de la Caraibe,
veritable paradis tropical.
Recevez Madame l'expression de mes
meilleures salutations et au plaisir de vous rencontrer
un de ces jours, a votre discretion, pour continuer a
faire des changes constructifs et 6ventuellement
passer a l'action, comment faire atterrir toutes nos belle
id6es.

DR Michel LOMINY
mlominymd@yahoo.fr
2245-8892 3462-2985







Page 16


En Bref...
(.. suite de la page 14)
Unbateau h6pital de la marine de guerre amdricaine
effectue une mission de quatre mois dans la Caraibe,
en Am6rique centrale et en Am6rique du Sud pour
apporter une aide humanitaire et m6dicale
Sa premiere tape sera Haiti oni il doit arriver ce lundi
9 mars. Le navire ira ensuite au Salvador, au

Life Jazz au Caf6 Restaurant
<< KAY ATIZAN >>


Nicaragua, au Panama en Rpublique Dominicaine, a
Antigua et en Colombie.
Pour une revision de la cooperation entre
Cuba et Haiti
Le Ministre des affaires 6trangeres, Alrich Nicolas,
est parti le lundi 2 mars pour Cuba, en compagnie


Mercredi 11 Mars 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 07
d'autres membres du gouverement Prdval Pierre-
Louis.
Le but du voyage est de reviser la cooperation entre
Cuba et Haiti dans des domaines tels que la sante,
les sports et l'agriculture.
Le but officiel de la visite est de renforcer la
cooperation entre les deux pays.


Le Samedi 14 Mars 2009
Avec
NATIF JAZZ QUARTET
Claude Carre / Lyonel Poyaud
Johnson St Cyr / John Ben

Cover Charge: 250 Gdes
Ambiance conviviale, Excellente cuisine

Caf KAYATIZAN
43 Rue Magny, P6tion Ville
Ancien local REGENCY

Pour Informations & R6servations
Simone AUDANTAMBROISE
Tel : 3 456 6989 /
simambroise@yahoo.com


Chaque matin, captez


Melodie Matin


sur 103.3FM


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm hotmail.com
haiti-en-marche@hughes.net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896

Printed at Southeast Offset
L (305) 623-7788^^


SATURDAY MAY 10, 2009
S* PERFORMING LIVE***

VICE HMaMONIK CARIMI KFREVOA JAKIOU ZHL O



I' ( e
S BICENTENNIAL PARK / ,
AORn DOWNTOWN MMIAMI BC GUP
1075 BISCAYNE BOULEVARD, MIAMI, FL, FOR INFO: 305.945,8814


POUR VOS RiSERVATIONS DE CARGO, APPELEZ

1-800-927-6059
ou fevoy U8 nowm u -mailI a ainaejet.cOm


ADOl MI PuR UCHASIN AGENCY POUR TOW VO MA Equlpements pour constructon
TM PURS *x i NGA G oAs do voltoae / Comion I Equlpomcnt m6dioal
Tel.: 786-457-830 Fax: 305-756-0979 e-mal pasacalla@aoacom p a P iom par bLtea


I


I


rm Prrdbn II ~ rnmrran BLB~- ~a: g IPD~ ~ ~* ~ 88


I c- w


an


Jir s




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs