Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00338
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: February 4, 2009
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00338
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00002-04-2009 ( PDF )


Full Text

















1. I.1


Les pepe
PORT-AU-PRINCE, ler F6vrier Un
secteur chez nous qui risque d'etre victime de la
crise 6conomique aux Etats-Unis c'est celui des
vetements usages communement appel6s < pbpb. >
Nous parlons des dizaines de
milliers de tonnes de vetements de
seconde ou de 6nibme main qui
d6barquent chaque semaine dans le pays
par cargos entiers venant de Miami.
Les < ppe >>constituent depuis
lors en Haiti non seulement un pan
important du commerce de gros et de
detail (vendus aussi bien par balles que
par unit de vetement) mais aussi une
pseudo modernisation. La petite couture
locale et artisanale a &t6 rapidement
d6tr6nde par ces modules dernier cri venus
du grand nord et qui font l'actualit6 aussi
bien dans les magazines mondains (genre
< Ticket >) que dans les t6l1nov6las dont
le public haitien devenait en meme temps
des plus friands.


ECONOMIE

menaces par la crise


Le << tanga >> fait aussit6t fureur dans une
chanson du camaval.
D'unjour a l'autre c'est tout le pays qui est
conquis. Mine de rien, et en un rien de temps, Haiti est
p f


Les acheteuses font leur choix avec attention etpassion
(photo Eugene Robenson)


a l'image de Park Avenue (New York) ou de
Camaby Street (Londres) avec les filles aux quatre
coins de notre pays aussi belles que la top model
Naomy Campbell et toutes d6ambulant le
t6l6phone cellulaire viss6 a l'oreille.
Qu'elles soient marchandes de
16gumes de Kenscoff ou autre profession
aussi modeste dans le priv6 ...

-- Le pays a echappe a ses
d6cideurs ...
Une veritable revolution et pas
S si petite que ga comme le gouvernement
Svient de l'apprendre a ses d6pens dans sa
Sr6cente tentative d'augmenter la taxe sur
les appels t6l1phoniques.
Une autre preuve s'il le fallait
!Ab que le pays a 6chapp6 a ses d6cideurs
Spolitiques. Ou mieux, ceux-ci sont trop
distances par la r6alit6 sociale.
Nous sommes meme devenu un
(voir "PEPE" / 10)


POLITIQUE

Le pouvoir menace d'etouffement par un entrelacement de crises


Nouvelle vague de boat people haitiens


Ils sont 242 compatriotes qui ont ete rapatrids lejeudi 29janvier 2009 par les Gardes Cotes americains
apres avoir tent d'entrer clandestinement aux Etats-Unis. Ce sont environ 700 boat people haitiens
qui ont ete refoulds pour le seul mois de janvier could (photo Marco Dormino /Minustah)


ELECTIONS DU 19 AVRIL 2009

Fanmi Lavalas rate

une nouvelle chance
PORT-AU-PRINCE, 30 branche dirig6e par l'ex-Premier
Janvier Comme attendu, le parti ministre Yvon Neptune et Annette
Lavalas se fend (au moins) en deux Auguste (dite Sb Anne) et un autre
lors de l'inscription des candidats avec le s6nateur Rudy HWrivaux allied
pour les s6natoriales partielles fixes au Dr Maryse Narcisse, cette dernibre
au 19 avril prochain. d6signee comme repr6sentante attitr6e
Un groupe derribre la (ELECTIONS/ p. 5)


JACMEL, 31 Janvier-
Soudain une chaine d'&v6nements
vient bouleverser le debut de regain
de confiance qui commencait a
poindre.
Dernier en date le
d6barquement de plusieurs
dizaines de cultivateurs venu
perturber une reunion se tenant
sous la pr6sidence du chef du
gouvernement Michble Pierre-
Louis a propos de la creation d'une
banque de credit rural et agricole.
Une initiative des plus
souhaitables. Les cultivateurs
avaient pour motivation que c'est
pour eux cette banque mais que ce
sont d'autres categories de
personnes qui avaient surtout &te
invites. On connait assez bien
notre pays pour savoir que c'est li
un pr6texte tout a fait d6magogique
et que ceux qui les ont envoys ont
d'autres idWes de derribre la tate
que l'initiative de creation de cette
banque elle-meme.
Pourquoi a-t-onbesoin de
revenir a ces m6thodes douteuses
qui ne nous ont apport6 que
toujours plus de d6boires et
misbre ?
Cela sur fond d'une crise
de p6nurie de gazoline, tout aussi
soudaine et qui a achev6 de nous
rejeter dans une confusion plus
(POUVOIR/ p. 4)


Les Etats-Unis decouragent

de voyager en Haiti


Departement d'Etat des USA
Bureau des Affaires
Consulaires, Washington, DC 20520
Cette information est effec-
tive apartir d'aujourd'hui, Samedi 31
Janvier 2009
HAITI, Le 28 janvier 2009 -
Le D6partement d'Etat avertit les
citoyens des Etats-Unis des risques de
voyager en Haiti et leur recommande


de reporter leur voyage non essentiel
jusqu'h nouvel ordre.
Cette mise en garde de voy-
ager en Haiti remplace celle en date
du 30 avril 2008 destinde a rappeler
aux citoyens am6ricains l'impact
destructif d'une s6rie d'ouragans en
2008, afin de fournir des informations
mises ajour sur les conditions du pays
et d'alerter les Am6ricains sur les
(TRAVEL WARNING / p. 3)









Page 2


Haiti meprise ses emigres


mais pas leurs transferts !


PORT-AU-PRINCE, 28
Janvier Les avocats et les amis des
Haitiens se prdparent A d6poser A
nouveau sur le bureau du president des
Etats-Unis la demande pour le TPS
(statut de protection temporaire) qui
permettrait aux sans papiers haitiens
ou compatriotes r6sidant ill6galement
chez le grand voisin depuis de
nombreuses anndes de pouvoir y
rester, continuer A travailler, payer
leurs taxes, s'occuper de leurs enfants
et envoyer un < tcho tcho > (un peu
d'argent) A leurs parents en Haiti.
Haiti a grand besoin de cet
apport financier particulibrement au
moment on notre pays subit le choc A
la fois de la crise financi&re
internationale, des d6gits laiss6s par
les derniers ouragans (des pertes qui
ont 6te estimdes par le president de la
Banque mondiale A 1 milliard de
dollars amdricains au moins), de la
hausse des prix des produits
alimentaires sur le march
international et des consequences de
politiques ndo-lib6rales pratiqudes
sans aucun management et qui ont
pratiquement dradiqu6 toute
production nationale.
En raison de cette situation
quasi-catastrophique, et aussi de cas
pr6c6dents oo l'administration
am6ricaine s'6tait montrde plus
comprehensive, comme A l'endroit
des ressortissants salvadoriens et
honduriens aprbs le passage de
l'ouragan Mitch en 1998, il a &t6
demand au president Bush de
prendre aussi en consideration le cas
des Haitiens.
Mais nenni. Avant de partir,
il ordonnait au contraire la reprise des
deportations des Haitiens en situation
irr6gulibre. Ceux-ci sont estim6s A
quelque 10.000.
Le dossier va done atterrir
sous peu devant le nouveau president
amdricain Barack Obama.
Sans pr6juger de l'accueil
que lui fera ce dernier, nous tenons A
souligner que Haiti, aussi bien le
gouvernement que le grand public, ne
s'estjamais montr6 A la hauteur, nous
n'avons jamais manifesto l'int&rt
qu'il faut au sort de nos compatriotes,
oubliant qu'une partie des sacrifices
consentis par ces derniers aboutit sur
nos tables, permet au pays de
continuer A fonctionner, aux 6coles,
aux h6pitaux, aux administrations
publiques et aux magasins de ne pas
fermer.
Selon les statistiques de la
Banque mondiale, les transferts
effectuds vers Haiti ont totalis6 dans
les anndes 2006-2007 environ 1,6
milliard de dollars am6ricains. Soit
beaucoup plus que tous les prets et
dons consentis au pays par la
communaute internationale.
Or celle-ci (la communaut6
internationale) est pour le moins bien
trait6e chez nous ...
Par contre, c'est
l'indiff6rence totale qui caract6rise le
pays vis-A-vis des compatriotes 6gards
en terre 6trang&re. Politique de deux
poids et deux mesures. Honte de soi-
meme. Ingratitude. Pr6jug6s et
complexes ?
Ce n'est pas le cas dans les
autres pays de la region. Le Mexique
dont plusieurs centaines de milliers
d'immigrants vivent aux Etats-Unis ott
ils ont abouti en utilisant parfois des
mdthodes pires que nos voiliers de
fortune, et beaucoup ill6galement, est
s6rieusement inquiet de la crise aux
Etats-Unis qui force un nombre de
plus en plus grand A retourner au pays
natal.
Eh bien, dans les Etats
(mexicains) qui fournissent le plus


grand nombre de ces immigrants, on
est en train de mettre en place des
structures pour ( accompagner > ceux
qui reviennent afin qu'ils puissent non
seulement se loger, mais mettre leur
savoir et leurs nouvelles comp6tences
(et leurs economies) au b6ndfice du
pays natal.
C'est-A-dire que les autres
pays de la region, particulibrement
ceux de l'Amdrique centrale et de la
Caraibe (et peut-6tre aussi notre
voisine la R6publique dominicaine),
se pr6parent A g6rer la question
de leurs immigrants qui seraient ports
A rechercher un abri meme provisoire
A la temp6te qui se lve, la crise
6conomique mondiale. Pour la seule
journde de ce lundi, ce sont des
dizaines de milliers d'emplois qui ont
disparu aux Etats-Unis.
Toutefois ce n'est pas
d'aujourd'hui que date ce
comportement des Haitiens vis-A-vis
de nos expatri6s.
On sait que sous Duvalier,
d&s que laissiez l'espace adrien du
pays vous 6tiez considered comme un
ennemi du regime et un < apatride .
Cette distance, meme si elle
n'est plus politique aujourd'hui, n'a
pas pour autant disparu.
Cependant au fur et A mesure
que le pays descend dans son enfer
6conomique, les transferts de nos
immigrants sont devenus A la fois plus
importants et plus n6cessaires et
finalement vitaux pour la survie de la
nation tout entire.
D6sormais la < diaspora >
devient un facteur occupant une place
privil6gi6e dans les statistiques et les
perspectives de d6veloppement
formuldes par la Banque mondiale.
Au Mexique, les transferts
g6nerent presque autant que
l'industrie du tourisme.
La meme preoccupation se
fait jour dans des pays africains
comme le Mali actuellement
n6gociant pied A pied avec la France
la question des renvois d'immigrants
ill6gaux dans leur pays d'origine.
Alors qu'en Haiti nous le
consid6rons comme une sorte de
fatality ou de mauvais sort jet6 au
pays. Une sorte de honte ou de
complexe d'inf6riorit6, mais qui
n'empeche qu'on soit en meme temps
content quand les transferts affluent
et bien embWt6 quand on apprend,
comme c'est d6ji aujourd'hui le cas,
qu'ils ont enregistr6 une baisse
d'environ 20 pour cent. Ce qui fait
tomber le chiffre de 1,6 milliard de
2007 A environ 800 A 900 millions de
dollars pour 2008. Voire en 2009,
l'annus horribilis.
Mais que faisons-nous ? Que
pouvons-nous faire ?
Nous sommes sirs que si
Bush avait accord le TPS aux sans
papiers centre-am6ricains apres le
passage de Mitch (puis pour le
renouveler pour eux quelques anndes
plus tard), c'est parce que ces peuples
avaient manifesto leur solidarity
envers leurs compatriotes aux Etats-
Unis qui n'en m6ritent pas moins pour
le support financier sans 6gal qu'ils
fournissent au pays natal.
Eh bien, c'est exactement ce
que l'on serait en droit d'attendre
aujourd'hui aussi bien du
gouvernement haitien que de toute la
society et du peuple haitien en g6ndral.
Et pour les raisons que nous venons
de voir.
Mais le petit peuple haitien
a ses limites. Par contre la socidte
civile, particulibrement la soci6t6
civile dite organisde, et bien sir aussi
le gouvernement, avec A sa tete le chef
de l'Etat et le chef du gouvernement,
(TRANSFERTS / p. 3)


HMercredi 4 Ftvrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02

Skcurit6: signature d'un acord de cooperation entre Haiti,
I'Argentine, le Bresil et le Chili
Le ministre de la defense du Chili, Jose Gofii, le ministre argentin de la
justice, de la s6curit6 et des droits humains, Anibal Fernandez, et celui de
la defense du Br6sil, Walker San Miguel, ont sign ce lundi 2 f6vrier au
Palais National un accord de cooperation avec le gouvernement haitien. La
c6drmonie a eu lieu au Palais National en presence d'une importante
d6l6gation de personnalit6s des pays dits ABC (ARGENTINE, BRESIL
ET CHILI), ainsi que des membres du Cabinet minist6riel entourant le
President de la R6publique et le chef du gouvernement Madame Michble
Pierre Louis. Il s'agit d' un accord de cooperation en matibre de police
sign entre Haiti, l'Argentine, le Br6sil et le Chili.

Le point sur l'Affaire des narco-dollars de Port-de-Paix
Lors de la demi&re conference de presse de la PNH, son porte-parole a
annonc6 que le commissaire du Nord-Ouest, Bernard Dadaille, etait
activement recherche par la police. On apprend aussi que 26 personnes,
dont 19 policiers, sont sous les verrous et que plusieurs suspects sont
activement recherch6s. Quant A l'argent retrouv6 par les autoritds, il arrive
A 1 Million Sept Cent Trente Sept Mille Cent Quatre vingt Dix (1 million
737. 190 dollars) amdricains. La somme a &td d6pos6e sur le compte de
1'UCREF (un organisme consacr6 A la lutte contre la corruption et l'argent
sale). Parmi les personnes arr6t6es, figure aussi l'un des responsables de
Police Chaplains international (CPI), l'organisation qui avait public le
premier rapport sur ce qu'on appelle aussi l'affaire de Lavaud. Le
trafiquant par qui le scandale est arrive, Alain D6sir, et qui se trouve
actuellement en detention aux Etats-Unis, aurait d6nonc6 ce haut
responsable de CPI comme 6tant l'un de ses complices. Par ailleurs le No
2 de la Police dans le Nord-Ouest, qui est d&c6d& brusquement aprbs son
transport A Port-au-Prince, Jean Raymond Philippe, 6tait lui aussi present
lors du pillage des objets trouv6s A Lavaud, a pr6cis6 le directeur g6ndral
de la Police nationale, Mario Andrdsol. De plus, il avait laiss6 fuir certains
policiers suspects qui avaient &te places en garde A vue au commissariat de
Port-de-Paix. > Myst6rieusement, le commissaire adjoint est mort avant
meme de rdpondre aux questions des enqueteurs. Parallblement A l'enquete
judiciaire ouverte sur la perquisition A scandale, une autre est en train
d'etre mende sur le d6ces de Jean Raymond Philippe. Les r6sultats de
l'autopsie du cadavre doivent rdv6ler les causes de sa mort.

Un veritable toll dans la classe politique accueille
l'annonce de certaines candidatures au Snnat de la
R6publique
Le leader de l'Alyans, Evans Paul, a appeld samedi les autorites
concernes A prendre en compte le toll soulev6 au sein de la population
par de nombreuses candidatures au S6nat. Les candidats concerns
manquent d'embl6e de 16gitimit6 pour participer A la course 6lectorale.
Parmi ces candidats, on cite les noms de David Ch6ry, PDG de la
cooperative Cceurs Unis, ayant provoqu6 la faillite de nombreuses petites
bourses qui y avaient investi toutes leurs economies. Comment le Conseil
Electoral Provisoire (CEP) g&re-t-il cet 6pineux dossier ? Est-ce que
n'importe quel candidat est d'embl6e enregistrd? Plusieurs sous une meme
bannibre parfois, comme cela est le cas pour Fanmi Lavalas ?
Enfin d'autres candidats jouiraient d'une reputation entach6e par leur
implication dans des affaires criminelles tandis que certains ont leur
dossier toujours pendant devant la Justice. Il y a meme parmi les candidats
un homme recherche officiellement pour trafic de narcotiques. < Un
individu recherche pour narcotrafic se porte candidat au S6nat haitien ,
titre un article du Miami Herald, le quotidien amdricain qui s'6tonne que la
candidature de Guy Philippe ait &t6 accepted.
< Le Senat haitien recoit la candidature d'un homme recherch&> ; ancien rebelle poursuivi pour narcotrafic concourt pour un siege au
S6nat, sont les titres et sous-titres de l'article du Miami Herald en date du
29 janvier 2009, r6dig6 par les journalistes Jacqueline Charles et Jay
Weaver et post sur le site www.miamiherald.com. Comment mener
campagne pour le parlement haitien lorsque vous 6tes l'un des hommes les
plus recherch6s par les Etats-Unis, s'interrogent les auteurs de l'article. Eh
bien, Guy Philippe sur qui present des charges pour narcotrafic pourra
bient6t en fournir la r6ponse, indiquent les deuxjournalistes. M. Philippe,
s'6tonne le Miami Herald, 6tait escort par des officiers de la Police
nationale d'Haiti lorsqu'il est all6 soumettre sa candidature dans la ville de
J&6rmie, au Sud-Ouest du pays.Guy Philippe, 6tiquet6 ( l'administration americaine, est d6sormais parmi les 105 candidates
concourrant pour les 12 sieges au S6nat haitien lors des elections du 19
avril, elections en partie finances par les Etats-Unis, A hauteur de 4
millions de dollars. Au cours des deux dernires anndes, poursuit le Miami
Herald, des agents de la DEA (Drug Enforcement Administration) avaient
tent6 de mettre la main sur Guy Philippe pour le traduire enjustice aux
Etats-Unis. Mais les deux tentatives pour arreter l'ancien officier chez lui,
dans le sud du pays, avaient 6chou6. Guy Philippe, l'un des tombeurs du
President Aristide en 2004, poursuit le quotidien amdricain, est recherche
par les autorit6s amdricaines depuis le 22 novembre 2005 pour implication
dans le narcotrafic et le blanchiment d'argent. L'ancien candidat A la
pr6sidence en 2006 a toujours clam6 son innocence et sa candidature n'est
pas jusqu'ici contested en Haiti.

Guy Philippe dement ...
Un conseil d'avocat a present un memo dtablissant que Guy Philippe
(EN BREF / p. 18)









Mercredi 4 Fvrier 2009 __ __ __ _ _ __ _
Haiti en Marche Vol XXIII N 02 TUALITE EN

Les Etats-Unis deconseillent tout

voyage non indispensable en Haiti


(... suite de la lere page)
problkmes continus de s6curit6.
Des voyageurs sont fortement conseill6s de
consid6rer nettement les risques avant tout
d6placement vers Haiti et de prendre des precautions
approprides pour assurer leur s6curit6 s'ils sont en
voyage en Haiti. Durant la saison cyclonique de 2008,
4 temp6tes tropicales ont frapp6 Haiti. I1 en r6sultait
des pluies torrentielles, des inondations et des
glissements de terrain. Des centaines d'accidents furent
rapport6s. Le manque d'infrastructures
gouvernementales et de services de secours combines
avec les routes et les ponts impraticables, a s6verement
contrarid les secours et les efforts d'aide. En aofit et
septembre 2008, de fortes pluies et de grandes rafales
de vent provenant des ouragans Gustave, Hanna et Ike
ont affect les villes du littoral et de l'int6rieur causant
de fortes inondations et des glissements de terrain.
Comme consequence des ouragans, 8 des 9
d6partements touches ont &t6 d6vast6s de maniere sig-
nificative, physiquement et 6conomiquement.
Les conditions en Haiti peuvent
occasionnellement limiter assistance des services
d'urgence de l'Ambassade aux Citoyens Amdricains.
En Avril 2008, il y a eu de violentes manifestations
socio-politiques paralysant les services de transport.
On avait rapport plus de 7 morts aux Cayes et a Port-
au-Prince. Quelques citoyens am6ricains se sont
temporairement abrit6s dans des endroits isoles mais
ne pouvaient pas prendre le risque de voyagerjusqu'a


Haiti meprise ses

emigres mais pas

leurs transferts
(... suite de la page 2)
sont susceptibles d'avoir le bras plus long.
Surtout avec un nouveau president des Etats-
Unis (en l'occurrence Barack Obama) qui s'est
annonc6 comme ayant un esprit d'ouverture et un plus
grand sens de 1'equit6.
Ce serait aussi l'occasion de faire l'experience
dans notre pays meme de ce qu'on appelle un vrai et
large consensus. N'est-ce pas ce que nous pr6nons
aujourd'hui ?


Melodie 103.3 FM. Port-au-Prince


ce que le calme ait &td r6tabli. L'absence d'une force
de police efficace dans beaucoup de regions d'Haiti
signifie que, quand ily a des protestations, il existe un
risque potentiel de pillage, de construction de barrages
intermittents sur les routes contr6lkes par des mani-
festants arms ou par la police et une plus grande
possibility de crime accidentel, y compris le kidnap-
ping, les d6tournements de voiture, l'invasion de
maisons, le vol a main arm6e et les agressions. Les
Amdricains en Haiti devraient veiller a leur s6curit6
personnelle, prendre des precautions dict6es par le bon
sens et 6viter n'importe quel Mvenement pouvant r6unir
des foules. Meme les manifestations dites pacifiques
peuvent devenir violentes. Les Am6ricains devraient
suivre attentivement les nouvelles diffuses par des
m6dias et le site Web de l'Ambassade des Etats-Unis
Shttp://haiti.usembassy.gov/warden information.html.
I1 est rappel6 aux citoyens des Etats-Unis
voyageant ou r6sidant en Haiti, en d6pit de cet
avertissement, qu'il y a 6galement un danger chronique
de crime violent, particulibrement des kidnappings. La
plupart des kidnappings sont criminels et les
kidnappeurs ne font aucune distinction de nationality,
de race, sexe ou Age. Enjanvier 2009, on a rapport
l'enlkvement en 2008 de 25 Amdricains. La plupart
des Am6ricains ont Wte enlev6s a Port-au-Prince.
Certaines victimes de sequestration ont &t6 tu6es,
blesses par balles, sexuellement assaillies, ou
brutalement maltrait6es. Le manque de protection pour
la population civile en Haiti, comme les possibilities
limit6es de la police locale pour r6soudre des cas de
kidnapping, aggravent les facteurs de danger.
Le voyage est toujours dangereux a Port-au-
Prince. Le personnel de l'Ambassade des Etats-unis
est sous un couvre-feu impose par l'Ambassade et doit
rester dans leurs maisons ou dans les installations
gouvernementales des Etats-Unis pendant le couvre-
feu. Quelques secteurs sont interdits au personnel de
l'ambassade a la nuit tombde, dont le centre de Port-
au-Prince. L'ambassade limite le voyage de son per-
sonnel a quelques secteurs en dehors de Port-au-Prince
en raison des conditions actuelles de route et de
s6curit6. Ceci peut restreindre notre capacity a fournir
des services de secours d'urgence aux citoyens des
Etats-Unis en dehors de Port-au-Prince. Les manifes-
tations et la violence peuvent de temps en temps lim-
iter les operations de l'Ambassade aux services de
secours, meme a Port-au-Prince. La force de
stabilisation de 1'ONU (MINUSTAH) demeure
entibrement d6ploy6e et aide le gouvemement d'Haiti
a assurer la s6curit6. Le D6partement d'Etat conseille


SPage 3


L'EVENEMENT SOMMAIR
Les "pepb" menaces par la crise 6conomique p.1
POLITIQUE
Le pouvoir menace d'6touffement par un
entrelacement de crises p. 1
ELECTIONS
Fanni 1Lavalas rate une nouvelle chance p. 1
SECURITE
Les Etats-Unis d6conseillent tout voyage non
indispensable en Haiti p.1
DROITS & DEVOIRS
Haiti ieprise ses emigres mais pas leurs
transferts p.2
COOPERATION
Don de 8 millions de dollars de la Banque
mondiale p.4
Les Haitiens satisfaits de la force de 1'ONU,
selonAlain Le Roy p.16
PRODUCTION
Lancement d'un forum sur le credit rural et
agricole p.5
ATTENTION DANGER!
Pite d'arachides contaminee p.6
ECONOMIE
Altermondialistes partag6s au sujet de Barack
Obama p. 6
CRIMINALITE
Sn candidate au S6nat poursuivi pour trafic de
cocaine (Miami Herald) p.7
ENVIRONNEMENT
Reunion en Haiti des pays de la Caraibe p.8
1 Montecristi , un scandale ecologique et
human p.12
CARNAVAL
S Dous Makos > et Petit Goave a l'honneur p.9
LIBRE PENSER
Pour une reecriture de l'histoire recent d'Haiti
p.ll
Croyances populaires et cache-misere politique
p.11
Movement! p.12
NOTRE VILLE
Une vedette allemande a Cite Soleil p.14
Port-au-Prince p.14

fortement aux citoyens des Etats-Unis voyageant ou
r6sidant en Haiti de s'inscrire en ligne a https://
travelregistration.state.gov ou a la section consulaire
de l'Ambassade des Etats-Unis a Port-au-Prince. La
section consulaire peut tre atteinte au (509) (2) a 229-
8000 ou a l'adresse email: acspap@... Les voyageurs
devraient 6galement consulter les dernibres informa-
tions sp6cifiques du D6partement d'Etat sur Haiti et
les measures de prudence a travers le monde a http://
travel.state.gov. Les citoyens am6ricains peuvent
6galement obtenir la plus r6cente information sur les
conditions de s6curit6 en appelant gratuitement aux
Etats-Unis au: 1-888-407-4747.
Texte traduit de 1 'anglais
nnr .Jpn Frich Rpnp


HORAIRES AUX 4 DELIMART ET A MEGAMART


Lundi ou Jeuc Iner di ou Suomed I imarnhe


Diquini
Clercine


0 0:01 am 7:00 pm


Laboule -
Delmas 32
M6gaMartf 10 am 10:00 am I1ooo am
(Dekns 30) 5:00 pm 6.00 pm 2000 pm


"Falsons rou ensemble"
www,unibankhalti.com


Actis
Disponibilites et Dep61s a Court Terme 10,384,341,379 7,181,829,695
Bons du Tresor US / Bons BRH 7003,462,758 6,393.133,967
Titres de Participation 2,177,608,189 1,912,751,574
Portefeute de Credit (Net) 7,963,553,407 6,318,122843
Immobilsations [Net) 1,126,285628 1,024,854,934
Debiteurs par Acceptation 426,5786 85,860,741
Aulres Actifs 546,032390 414,734,156
TOTAL ACTIFS G 29,6275633 G 23,331,287,91

Passifs et Avoir
des Actionnaires
Dep6ts a Vue 9,194,535,824 6,131,780,168
Dep6ts d'Epagne 10,899,608,598 8696071.061
Dep6ts 6 Terme 4,557,824,947 5,148,829,786
Total Dep6ts 24,651,969,369 19,976,681,015
Obligations 1,048,464,018 237,425,196
Engagements par Acceptation 426,572586 85,860,741
Autres Passifs 573,787,424 464,442,748
Dette Subordonnee 563,801.018 563,801,018
Total Passifs 27,264,594,415 21,328.210,718
Capital-Reserves-Profits Accumule 2,363,261,922 2003,077,192
TOTAL PASSIFS ET
AVOIR DES ACTIONNAIRES G 29,627,56,337 G 23,331,287,910

Nous certifions que le Bilan Nor-Consolid6 ci-dessus est sincere et conforme 6 nos Livres.


Jean Mllet
Vice-Prsident S6nlor,
Audteur en Chef


Franck Helmcke
Vce-Pr6sldent ExcuIlfSt.
et Drecteur Gneral








Mercredi 4 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02


POLITIQUE

Le pouvoir menace d'Ctouffement par un entrelacement de crises


(POUVOIR... suite de la lere page)
grande encore que celle, persistante, dans laquelle on
se d6battait ententant difficilement d'dviter la noyade.

Une crise < politique > ...
II doit y avoir pas loin
un mauvais g6nie en train de
s'amuser en nous regardant
patauger ainsi.
En ce moment on ne sait
qui croire, pendant que la capitale
et le reste du pays sont en train,
sous nos yeux 6tonn6s, de se
transformer en une bombe prete
a exploser a terme en une crise
< politique > (pour le moment
entre guillemets), et plus sirement
encore en un incendie
gigantesque a l'6chelle nationale
car c'est presque toute la
population qui est en train de
stocker des produits p6troliers
sans aucune precaution pour les
revendre au march noir.
Personne n'est
responsable. Le pompiste vous dit
que ce sont les compagnies qui ne
ddlivrent pas. Les compagnies
que le prochain tanker n'arrive
que X f6vrier, ce qui nous remet
a toujours plus tard pour la LePreidentRen
distribution aux stations service. par les in
Vous rdpondez : mais que faites-vous des
communiques du gouvernement indiquant qu'il y a
suffisamment de carburant pour attendre jusque-l ?
Tout le monde 6clate de rire ...
La menace des produits p6troliers conserves
a domicile et capables de faire flamber tout ou partie
du pays est aujourd'hui aussi banale et courante que
(disons) celle de l'argent sale apres la perquisition
judiciaire de novembre dernier qui s'est transformed
en un pillage du domicile d'un trafiquant de drogue a
Lavaud, section rurale de Port-de-Paix (Nord ouest).
On dirait le meme objectif : unprocessus syst6matique
de banalisation. On parle de millions de dollars
am6ricains disparus litt6ralement dans la nature. De
plus, les autorit6s de Port-au-Prine semblent
litt6ralement d6pass6es par l'6tendue de l'enquete a
mener C'est le moins qu'on puisse dire.


phenombnes se poursuivant et se chevauchant sans
relation apparente sinon l'impossibilit6 par le pouvoir
en place d'y faire ou meme d'y voir quelque chose.
Impuissance du pouvoir, meme n'6tant pas le
plus foncibrement mauvais que nous ayons eu. Mais
curieusement plus il essaie de lutter comme dans
MM 'A


d Prival a assist ai la cloture d'un forum tenu en Haiti du
istres des affaires trangeres des Caraibes (photo Eugene
l'affaire de p6nurie de gazoline, plus son incapacity a
agir sur les 6v6nements saute aux yeux.
C'est a croire qu'il y aurait en effet quelque
mauvais g6nie tapi quelque part.
Et pourtant jusqu'a r6cemment les choses
semblaient vouloir converger plut6t vers une certaine
s6r6nit6, qui ne serait pas une s6r6nit6 certaine, soit.
Mais tous semblaient prendre conscience que, dans des
moments aussi durs a peu de chose prbs pour tous, il
est important de serrer les rangs.
Un Premier ministre ratifi6 difficilement,
Michble Pierre-Louis, a pris la tate d'un gouvernement
qui se consacre a la reparation, autant que nos maigres
moyens nous le permettent, des d6gits causes par trois
ouragans majeurs qui ont frapp6 le pays en septembre


dernier.
Malgr6 les criaillements habituels, il n'y a eu
aucun scandale dans la gestion du gouvernement des
fonds d'urgence.
Les prix du carburant a la pompe ont &t6 peu
a peu r6vis6s a la baisse au fur et a mesure que le baril
de p6trole s'effondre sur le
march international.

Le pouvoir n'est
pas directement en cause,
oui mais ...
Mais contrairement a
toutes les crises pr6c6dentes,
cette fois ce n'est pas le pouvoir
directement qui est en cause. Le
scandale vient d'ailleurs et
ensuite fait tache d'huile avant
d'envelopper le pouvoir menace
alors de succomber par
6touffement.
C'est le scandale des
narco-dollars de Lavaud, d'abord
sous-estim6 par les autoritds, puis
qui se retourne contre celles-ci.
Ce sont les diminutions
des prix du carburant r6clamdes
h cors et h cris d'abord par toutes
les categories sociales, mais qui
finissent dans la p6nurie et la
contrebande par ceux qui tiraient
28 au 30janvier probablement profit des prix
Robenson) 6lev6s.
Sans oublier ceux des produits de
consommation qui ont red6marr6 3 la hausse et nous
menacent d'autres << 6meutes de la faim >> comme en
avril de l'annde dernire.
Car rien ne semble devoir arrater aujourd'hui
cette nouvelle escalade. Le pouvoir de toute evidence
n'a pas encore trouv6 la bonne parade. Faudrait d'abord
identifier qui tire les ficelles si c'est bien le cas.
Ou si ce n'est pas au contraire une certaine
absence, au niveau des vraies priorit6s sinon de la
r6flexion politique, du pouvoir lui-mime qui le tire
vers le bas. La nature a horreur du vide.

Haiti en Marche, 31 janvier 2009


X % 1 ---- 1 1 -11 1 1 -1j [ If -I 1TT


Don ae 8 millions ae dollars ae la iMvi en iaveur adHalti
Quelque mauvais g6nie A I'affit ? ...
Ettoutcelasurvenantcoupsurcoup, tousces Une enveloppe destinee au developpement de proximity


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.
Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenbt pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki L .' sm Fr r1 rtr vr1 !'
pbmbt klyan an jwenn tout -. -
enf6masyon li bezwen sou transp6 pa avyon, sou lanme ak ate, fe rezNvasyon
pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou
machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe
tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesonbl"
dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes Devlopman.
I=mw Cargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon
yo e unt enf6masin an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan.
Nou v rprosede "One-Stop-Shop", sa vle di nou vl-ofri li
plizye so o cla- a vyon, bato oswa trend ockamyoii quit se machandiz
pon .kspotas&o i.... c "o"...-.
n mwaapiintroduilot avantaj sotAebsite li
a. Pamela Robbins ajoute : "K. yo- nterese nan teknoloji ap ede nou bay
konpayi an plis ekspansyon et pbmbt klyan yo planifye shipment yo lontan a
lavans."
Amerijet International, Inc. founi yon sbvis entenasyonal konple e
sou tout f6m pa avyon, pa bato ak ate.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb
a ak destinasyon nan North, South ak CentralAmerika, Mexico, Karayib, Ler6p,
Lazi ak Middle-East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi
prensipal baz li ki se Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenet la
www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-
5354.


WASHINGTON, le 29janvier
2009 Les administrateurs de la
Banque mondiale ont approuv6 un don
de 8 millions de dollars de l'Association
internationale de d6veloppement (IDA)
en faveur d'Haiti; ce don doit financer
l'apport de services sociaux et
d'infrastructure de base a des
communaut6s rurales d6favoris6es par
un processus participatif dans le cadre
duquel des organisations de type
communautaire proposent, sdlectionnent
et ex6cutent des sous-projets dont elles
assurent ensuite l'entretien.
< Ce projet a &t6 conqu pour
favoriser le renforcement
d'organisations repr6sentant les
populations locales et donner aux
citoyens le moyen de determiner leurs
besoins d'investissements les plus
pressants et d'obtenir les ressources
n6cessaires pour y faire face >, a
explique Mme Yvonne Tsikata,
directrice des operations de la Banque
mondiale pour les Caraibes. < Les
projets de d6veloppement de type
communautaire ont en outre pour effet
de promouvoir l'habilitation des
communaut6s et d'accroitre la
transparence de l'allocation des
ressources >>.
Ce don financera des activities
s'inscrivant dans le droit-fil des
operations mendes a bien dans le cadre
de l'ex6cution du Projet de
d6veloppement participatif (PRODEP)
qui avait &td initialement finance par un
don de 38 millions de dollars approuv6
par la Banque en juillet 2005. Ces
ressources suppl6mentaires, dont


b6ndficieront 32 municipalities ayant
particip6 a la premiere phase du projet,
permettront d'accroitre l'dchelle des
transferts directs de fonds aux
organisations communautaires locales
afin d'l6argir l'acces a des
infrastructures sociales et 6conomiques
de base et a des activities g6ndratrices
de revenus et de toucher environ 60 000
habitants de plus.
Les fonds du don appuieront
les activities suivantes :
Financements, gestion et appui
en faveur de sous-projets
communautaires. Cette composante
financera environ 300 petits
investissements suppl6mentaires. Ces
derniers seront identifies par les
organisations communautaires et classes
par ordre de priority par des conseils de
preparation de projets. Assistance
technique. Cette composante financera
la formation de formateurs en vue de la
communication de connaissances de
base dans les domaines de la gestion, de
l'administration, de la comptabilit6 et de
la gestion financibre, ainsi que le partage
des experiences et des connaissances par
les repr6sentants des administrations
municipales et r6gionales et les conseils
locaux. A cejour, le PRODEP privil6gie
des sous-projets communautaires qui
couvrent : des investissements
productifs ou g6ndrateurs de revenus
(moulins a c6rdales, moulins a manioc,
activities de transformation de fruits,
cybercaf6s) ; des infrastructure de base
(eau potable, pompes manuelles, petits
ouvrages de captage d'eau de source,
(DON/ p. 5)


Page 4








Mercredi 4 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02


Page 5


ELECTIONS DU 19 AVRIL 2009

Fanmi Lavalas rate une nouvelle chance


(ELECTIONS... suite de la lere page)
du num6ro 1 de Fanmi Lavalas, l'ex-pr6sident Jean-
Bertrand Aristide, exil6 enAfrique du Sud depuis 2004.
Comment d6partager deux candidats qui dans
un meme d6partement concourent pour le meme
fauteuil sous l'6tiquette du meme parti politique ?
D'autant plus quand les autorit6s en place
(volontairement ou non) ne se d6cident pas non plus a
choisir entre ces deux directions
locales opposes.
Or les deux branches de
Fanmi Lavalas ont leur m6rite,
leurs lettres de cr6ance. L'une
aussi bien que l'autre peut se
pr6valoir de la l1gitimit6 du parti.
Ni l'une ni l'autre ne peut 6tre
qualifide d'usurpation.
L'ex-Premier ministre
Yvon Neptune a pass plus d'une
annde en prison au lendemain du
putsch du 29 f6vrier 2004, arrWt
sous une accusation monte de
toutes pieces, dans le cadre d'un
pr6tendu massacre dit de La
Scierie qui n'a jamais &t6
d6montr6.
Yvon Neptune, chef du
gouvernement avant le
renversement d'Aristide, n'a pas
pris la fuite. I1 est rest a son poste
jusqu'a l'installation d'un
successeur par les responsables L 'ex-PM
(internationaux) du putsch.
D'aucuns ont pr6tendu qu'il a facility la tiche a ces
derniers. Alors que sa presence aurait permis plut6t a
un grand nombre d'avoir le temps de se mettre a l'abri.
En tout cas c'est ainsi que 'ont compris ses
ennemis puisqu'ils ne perdront pas de temps pour le
jeter en prison oi il restera plus d'une annde.
Yvon Neptune ne sera lib6rd qu'au lendemain
des elections de fdvrier 2006 qui ont ramend Rend
Prdval a la pr6sidence. Et encore apres une longue
grbve de la faim qui l'avait laiss6 trbs affaibli.
LA encore, il est rest dans le pays, avec pas
plus de s6curit6 que vous et moi.
Yvon Neptune peut entibrement se prdvaloir
de la 16gitimit6 du parti au niveau national.
Idem Annette Auguste, ou S6 Anne. Arretde
elle aussi peu aprbs le renversement d'Aristide en
f6vrier 2004 par les Marines am6ricains qui avaient
pris le contr6le militaire du pays, elle fut
successivement accuse d'avoir menace les forces
d'intervention americaines, puis d'avoir pr6sid6 des
sacrifices d'enfants pour garder Aristide au pouvoir et
enfin d'avoir envoy casser les deuxjambes au recteur
de l'universit6 d'Haiti. Toutes ces accusations se
rdv6leront des plus fantaisistes d&s qu'elles arriveront
devant le tribunal.
S6 Anne passera elle aussi plusieurs mois en
prison. Elle m6rite bien d'etre appel6e la
<< Passionaria > de Fanmi Lavalas.
De l'autre c6te, on trouve la repr6sentante
attitr6e du parti, Dr Maryse Narcisse, celle que l'ex-
pr6sident Aristide a personnellement d6signde pour


Don de 8 millions

de dollars de la BM
(... suite de la page 4)
travaux ponctuels de rehabilitation de routes rurales,
conservation des sols, electrification) ; et des centres
sociaux (centres communautaires, 6tablissements de
formation professionnelle). Au total, ces sous-projets
ont profit directement a environ 45 000 personnes et
indirectement a environ 210 000 autres.
Source : Banque Mondiale


s'occuper en Haiti des affaires du parti car selon les
statuts de ce dernier, Aristide en reste le premier
responsable. Ce qu'aucun de tous ses comp6titeurs,
d'un c6t6 comme de l'autre, ne conteste.
Maryse Narcisse, en tant que choix personnel
du chef du parti actuellement en exil, a tout
naturellement son mot a dire dans la designation des
candidats devant porter l'6tiquette Lavalas.


Yvon Neptune assistant a une reunion publique de Fanmi
(photo Eugene Robenson)
N.B. Nous avons recu un appel de I'ex-Pre
Neptune pour nous indiquer qu'il n'est A la tete d'auc
ou cellule politique et qu'il n'aspire pas au titre de
aux reunions tenues par Fanmi Lavalas est comme
Nous lui donnons acte de ses declarations.

Elle est allide au s6nateur Rudy Herivaux.
Dr Rudy Herivaux est considered comme ayant
pour ambition de conqudrir la tete du parti. ArrWt6 lui
aussi apres le putsch du 29 fdvrier 2004, il a at6
bribvement d6tenu. Mais alors que la plupart de ses
colleagues Lavalas avaient choisi de boycotter toutes
activities 6lectorales tant que le president exil6 ne serait
pas de retour, Rudy Herivaux accepta d'inscrire Fanmi
Lavalas pour les elections de 2006. I1 fut lu 2e s6nateur
de l'Ouest.
Aujourd'hui, quoi qu'on disait a l'6poque, il
est aux c6t6s de la personne qui a 6td choisie par
Aristide comme responsable du parti en Haiti.
Par consequent, les deux branches en question
se valent.
D'un c6t6, deux leaders qui ont gagn6 la
confiance de la base du parti pour les sacrifices
consentis : Yvon Neptune et S6 Anne, sans doute la
plus charismatique.
De l'autre c6te, Dr Narcisse et Dr Herivaux,


plus proches du num6ro 1 du parti, Jean-Bertrand
Aristide, et des milieux politiques en g6ndral.
C'est aussi le groupe qui tient ses meetings
dans les locaux de la Fondation Aristide, alors que
l'autre ne dispose pas d'un siege aussi embl6matique.
Conclusion: la seule solution pour les deux
branches Lavalas serait au contraire de se fusionner.
Leurs possibilities paraissent plus compl6mentaires que
opposees. La branche Yvon
Neptune-S6 Anne pourrait 6tre
plus proche de la base, et le
tandem Narcisse-H6riveaux plus
dans le secteur cadres.
Et puis, pourquoi se
battre quand il y a 12 candidats h
designer ? N'y en a-t-il pas
suffisamment pour tout le monde ?
Le parti aurait dfi tenir des espbces
de primaires ou seraient nominds
les 12 candidats appel6s h le
repr6senter aux s6natoriales
partielles du 19 avril prochain.
Mais voili c'est Haiti.
Alors qu'il 6tait depuis longtemps
prdvu que cela se passerait ainsi,
que le blocage surviendrait, on y
est all6 tate baiss6e.
Or si Fanmi Lavalas veut
rendre rdellement service
aujourd'hui au pays c'est en
6 vitant ce genre de situations
Lavalas inutiles et de querelles gratuites,
de tactiques divisionnistes,
bref en 6vitant d'encourager
emier Ministre Yvon
ces manceuvres de coterie et
cun secteur, branche de politique politicienne.
leader. Sa presence Alors que face h une
simple militant. crise 6conomique qui
s'annonce aussi terrible, et en
premier lieu pour les masses,
cette campagne pour les Elections du 19 avril pourrait
6tre transformed en un mouvement positif, un moment
encourageant.
Le parti Fanmi Lavalas est le mieux plac6
pour le faire parce que 6tant le plus proche de la base
et du fait aussi qu'il est le moins impliqu6 dans le
pouvoir de Mr. Prdval, done pouvant jouer un r6le de
contre-pouvoir.
Or quand l'6conomie va mal, la politique peut
y supplier, en aidant h maintenir le moral de la
population. C'est ce que les Etats-Unis sont en train
de tenter en ce moment avec un president Barack
Obama.
C'est ce que les dirigeants de Fanmi Lavalas
n'ont pas compris, restant englu6s dans ce qu'on
appelle la << petite politique >>.

Melodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


d* ** **



"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


FICHE D'AONNEMENT A HAITI EN MARCH


I CofI I'* 1u I,


Hati
Etats Unis
Canada
Europe
Am6riaue Latine


Gdes 260.00
_ US $ 40.00
SUS $ 42.00
SUS $ 7000
US $ 70.00


I co'a i t -Lir


Gdes 520.00
_US $ 78,00
_ US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans le cas d'un abonnement
avec livrason, e coOt eat le double.
PrIre de spdcfler sl vousa tes
un nouvel abonni
ou s'll s'agt d'un renouvellemMt


Nouveau


Renouvellement

L-i


Nomr
Adresse








Mercredi 4 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02


ATTENTION AU "MANBA" IMPORTE DES USA


Paite d'arachides contaminee aux USA:


des Blus demandent une enquete au penal


Vendredi 30 janvier Deux parlementaires
am6ricains ont r6clam6 vendredi au ministere de la
justice d'ouvrirune enquate au p6nal contre l'entreprise
responsable d'une vaste contamination aux salmonelles
dans sa pite d'arachide qui a intoxiqu6 plus de 500
personnes en Amdrique du Nord.
L'entreprise Peanut Corporation of America
(PCA) est accuse par l'Agence de regulation de
l'alimentation (FDA) d'avoir sciemment distribu6 des
produits qu'elle savait contaminds aux salmonelles.
En consequence, le president de la commis-
sionjudiciaire du S6nat, Patrick Leahy, et la pr6sidente
de la sous-commission a l'agriculture de la Chambre
des repr6sentants, Rosa DeLauro, ont demand une
enquate "criminelle".
La vaste intoxication alimentaire a "conduit
a l'un des retraits du march les plus importants de
l'histoire et est lide a la mort de huit personnes, sans
compter les plus de 500 personnes tomb6es malades",
6crivent les deux Olus, dans un communique vendredi.
"I1 est clair que les agissements de Peanut
Corporation of America sont manifestes, mettant en


danger la sante de centaines d'Amdricains,
voire de milliers", ajoutent-ils. "Nous croyons
qu'il est crucial de determiner si les actions
et les manquements de cette entreprise posent
la question d'un comportement criminel",
conclut la lettre.
PCA, un grossiste en pite d'arachide
qui entre dans la fabrication de multiples
produits de l'alimentation am6ricaine, a
proc6d6 a un des rappels alimentaires les plus
importants de l'histoire en faisant retirer du
march tous les gateaux, confiseries, c6rdales
et glaces contenant ses produits a base de
cacahultes.
Les salmonelles contenues dans de
la pite d'arachide provenant de l'usine de
Blakely en Gdorgie (sud-est), ont touch, en-
tre septembre etjanvier, 501 personnes etune
au Canada. 20% ont dfi etre hospitalis6es et
8 d6ces sont peut-6tre a attribuer a cette in-
toxication, a indiqu6 la FDA.


Pate d'arachides: rappel etendu

aux USA ainsi qu'en Haiti aux produits fabriques en 2007


L'agence am6ricaine de r6glementation de
l'alimentation FDA a annonc6 un l6argissement du
rappel de produits alimentaires contenant de la pite
d'arachides, apres que plus de 500 personnes atravers
le pays ont &te contamindes par des salmonelles.
L'entreprise Peanut Corporation of America
(PCA), un grossiste en pite d'arachides qui entre dans
la fabrication de multiples produits de l'alimentation
amdricaine, avait d6ji dfi faire retirer du march a la
mi-janvier tous les giteaux, confiseries, c6r6ales et
glaces contenant ses produits a base de cacahubtes.
Selon la presse, cet dlargissement du rappel a
tous les produits ayant &t6 fabriqu6s depuis 2007 en
fait le plus grand retrait de l'industrie alimentaire
americaine.
Les responsables de la FDA ne pouvaient pas
dire combien de nouveaux produits 6taient concerns
au-dela des 432 marques d6ji surveill6es.
Plus de 500 personnes dans 43 Etats et une
au Canada ont &te rendues malades par des salmonelles
contenues dans de la pite d'arachide provenant de
l'usine de Blakely en Georgie (sud-est).
108 personnes ont dfi etre hospitalisees et 8
d6ces sont peut-ttre a attribuer 1l'6pidemie qui s'est
d6clench6e de septembre ajanvier, a indiqu6 mercredi
le docteur Robert Tauxe, responsable des
empoisonnements aux bact6ries des Centres f6d6raux
de contr6le et de prevention des maladies (CDC).
La moiti6 des malades 6taient des enfants de
moins de 16 ans.
La salmonellose se manifeste par des
diarrh6es et de la fievre. Elle se soigne souvent en
quelques jours, mais peut etre dangereuse pour les


jeunes enfants et les personnes Ag6es. Selon les CDC,
elle touche environ 1,4 million de personnes par an
aux Etats-Unis, parmi lesquelles 400 succombent.
La FDA a pr6cis6 qu'il n'y avait pas eu de
cas impliquant une nouvelle souche de salmonelle ou
li6s a de nouveaux produits d6sign6s dans la liste
6tendue du rappel. Mais une enquate et des tests
approfondis ont montr6 que l'usine de Blakely
pr6sentait des conditions d'hygibne laxistes, a pr6cis6
Michael Rogers, de la division des enquetes de la FDA
mercredi lors d'une conference t6l6phonique.
D'apres l'examen de documents de
l'entreprise, la direction aurait sciemment distribu6 des
produits qui, au cours d'un premier test, s'6taient
montrds positifs aux salmonelles avant qu'un nouveau
test ne dise le contraire.
"Le but de PCA depuis 33 ans a toujours &t6
de suivre les rlgles de la FDA afin de foumir un produit


sain a nos consommateurs", a affirm l'entreprise
familiale dans un communique, promettant de pren-
dre des actions "correctives".
Le rappel concerne 6galement des produits
alimentaires pour animaux et s'6tend sur les marches
de la province du Saskatchewan au Canada, en Corde
et h Haiti.
Des poursuites ont d6jh t6 engages par des
victimes de l'intoxication, notamment dans le Minne-
sota (nord) -un des Etats les plus touches par
l'6pid6mie avec la Califomie (ouest) et l'Ohio (nord)-
, ou la famille d'une femme de 72 ans, d6c6d6e d'une
infection aux salmonelles a l'h6pital, poursuit PCA
pour homicide par imprudence.
Une 6lue du Congrbs am6ricain, Rosa
DeLauro, a 6crit mercredi au ddpartement de la jus-
tice pour demander une enquete sur PCA et 6tablir s'il
y a lieu de les poursuivre, a-t-elle indiqu6.


Altermondialistes :

Barack Obama suscite beaucoup

d'espoirs et quelques doutes


Vendredi 30janvier Les 100.000 participants
au Forum social mondial, qui se d6roule dans la ville
amazonienne de Belem, au Br6sil, sont d'humeur fes-
tive malgr6 la crise car ils voient dans le nouveau
president americain Barack Obama un symbole de leur
espoir d'un monde meilleur.


M IAMI-DADE


Grow your career in a rewarding, diverse and

challenging environment full of opportunity.
Find your next job at


www.miamidade.gov/jobs

For computer access visit any Miami-Dade County Library or
South Florida Workforce Career Center.
For locations call 311.


EOE/M/F/D/Veterans' Preference
2 everin t GEcell ce Every 2a


"Je pense que le bon moment est venu. Et
tout le monde place ses espoirs en Obama", souligne
Daivecle Samara, un militant brdsilien, r6sumant une
opinion trls r6pandue chez les altermondialistes venus
assister a ce forum.
"I1 doit encore faire ses preuves. Mais ce qu'il
a promis dans ses discours, ses premieres mesures,
jusqu'h maintenant, c'est un trbs bon signe", rench6rit
Cassandre Blier, militante d'une organisation
canadienne pour le d6veloppement.
Ces paroles chaleureuses envers Obama, pre-
mier Noir a acc6der a la pr6sidence des Etats-Unis,
contraste avec les invectives souvent lancees a son
pr6d6cesseur George W. Bush, lors des pr6c6dentes
editions de ce grand rendez-vous de la gauche
mondiale, depuis sa naissance en 2001.
Traditionnellement, lors de la manifestation
d'ouverture du forum, les militants mettaient le feu a
un mannequin de Bush, honni pour avoir envahi l'Irak
et pour son refus de lutter contre le rechauffement
climatique.
Une grande part de l'optimisme des
altermondialistes est suscit6 par l'espoir que le nouveau
president am6ricain s'attaquera a la crise en se souciant
des travailleurs et adoptera une demarche plus
6cologique.
Il y a aussi le sentiment croissant que le
capitalisme liberal amdricain va laisser la place a un
nouveau module.
La crise "influence pratiquement toutes les
discussions au Forum", estime Cassandre Blier.
Pour une repr6sentante de Greenpeace Br6sil,
(ALTERMONDIALISTES / p. 7)


Page 6










Mercredi 4 Fevrier 2009
Haiti en Marche Vol XXTTT No 02


DROGUE & BLANCHIMENT


I, : Iimi i w rv i r m rr r



of9 -k --99 9C --C9TT9r C IV %1mrHam


= a S a


'w- .I m -


-40 NW

- 4b. Ab

--,& w -40 -


0 b- -W 4 0


- NI -


- -


b l


. ~-


- w *..-*
I-- - -o.

-rs -- *-


- & a


0 .


-_--M_
4m 0 -1b -N


- -
* O


.E
-o-


4 00- C 4
o -,ee .Oln = 0 *-
11 - -- mt, ,nn l
0 0r -, --r
I -C


-low



"Copyrighted Material --u



'm .'Syndicated Content-



Available from Commercial News Providers"


- -w- a


0 4w.- 0
-4 - m w


-- a -No


* t

*


4 40 0 - -"


o_ 0 .


- 0


-t er a
- ~


* 0I


- -I -


- -r


- m- .-.
In~n


0 -


Q
- t -


.000 -o -


- e-r


-r -.



40 -.ai

--. w.
-e -I -


- -N- 4


q ne e e. - -


-nu..l 0 -


-,



- - -


a -, f.


-e .
-I -~l ~-
-


- W.-


r- -~ -
-~ C
I r -
-r ~ -I


-r r rl

0 7 a


&- .


- -da-


m" be *o ft o beN ee*

e *b * Is to b e .**


e -


--o 0


- 0


. -amnn -


0 U T ETID KORIDOR SOUTH FLORIDA EAST COAST


VIN PATISIPE NAN YON

MEETING POU FAZ 2 PWOJE A!

COR..IO Your Comments Are Important
Su y Sus Comentarios Son Importantes
Yo vie konnen opinyon ou
Etid sa a se pou amelyore deplasman nan yon nouvo sevis tren pasaje local
ak rejyonal pou desevi popilasyon kap viv nan zon les Palm Beach, Broward ak
Miami-Dade Counties e kap itilize korido 85-mile FEC Railway a.

r~ ,


n






Altermondialistes...

(... suite de la page 6)


Vania Alves, "l'objectif principal des
organisations de defense de
l'environnement est de faire en sorte que
Obama remette les Etats-Unis h la table
des n6gociations pour un nouvel accord
qui remplacera le protocole de Kyoto"
aprbs 2012.
Dans un geste de rupture avec
les anndes Bush, Barack Obama a
nomm6 cette semaine un 6missaire
charge du rechauffement climatique et
a annonc6 des mesures pour r6duire les
emissions de C02 produites par les au-
tomobiles.
En d6pit de tout cet optimisme,
certains doutent que les Etats-Unis, a
l'origine de la crise, puissent apporter
une solution au monde.
Les Etats-Unis, affirme Rafael
Lima Vieira, un chercheur a
l'Observatoire brdsilien des
mouvements sociaux, "continueront a
6tre un pays imp6rialiste, un pays
capitaliste qui exploite les groupes
vulndrables et les pays en voie de


d6veloppement".
L'Uruguayen Daniel
Zopis, un r6alisateur de
documentaires sociaux,
estime 6galement que, "meme
si on change le president, le
caractbre de cette culture reste
le meme, que ce soit Bush ou
Obama".
NManmoins, des
signes de sympathie envers
Obama 6taient visibles au fo-
rum, comme le badge "Yes,
we can" de sa campagne
victorieuse.
Plus largement, son
slogan promettant le
changement faisait 6cho a
Belem au mot d'ordre, "Un
autre monde est possible", le
cr6do de milliers de militants
politiques, syndicaux,
6cologistes et f6ministes
rassembl6s pour le forum.


CHWAZI DAT AK KI KOTE KI PI BON POU OU!
Reyinyon an ap k6manse ak yon 30 minit pou we desen ak foto pwoje a
e pale ak ekip ki responsab etid la anvan yon prezantasyon.


RIVIERA BEACH
Thursday, February 5
Riviera Beach City Hall
Council Chamber Room
C202, Second Floor
600 W. Blue Heron Blvd., #1
6-8 p.m.

WEST PALM BEACH
Wednesday, February 4
The Raymond F. Kravis
Center for the
Performing Arts
Cohen Pavilion
701 Okeechobee Blvd.
3:30 5:30 p.m.
OR 6 8 p.m.

DELRAY BEACH
Wednesday, February 11
Delray Beach City Hall
Council Commission
Chamber
100 NW 1st Ave.
6-8 p.m.


POMPANO BEACH
Wednesday, February 18
E. Pat Larkins
Community Center
Auditorium West side
520 Martin Luther King Jr. Blvd.
6-8 p.m.

FORT LAUDERDALE
Wednesday, February 25
African American Research
Library & Cultural Center
Auditorium & Michael Bienes
Seminar Room #2
2650 Sistrunk Blvd.
5-7 p.m.

HOLLYWOOD
Tuesday, February 17
Hollywood Central Performing
Arts Center
Auditorium & Caf6
1770 Monroe St.
6-8 p.m.


AVENTURA
Tuesday, February 24
Aventura Community
Recreation Center
Classrooms 1A,
1B and 2
3375 NE 188th St.
6-8 p.m.

MIAMI SHORES
Thursday, February 12
Miami Shores
Country Club
Ballroom
10000 Biscayne Blvd.
6-8 p.m.

MIAMI
Tuesday, February 10
Greater Bethel
AME Church
Lower Auditorium
245 NW 8th St.
3:30 5:30 p.m.
OR 6 8 p.m.


Yo espere patisipasyon tout moun kelkeswa ras, koule, peyi ou soti, relijyon, enfimite oswa non
fanmi ou. Moun ki bezwen swen espesyal anba American Disabilities Act oswa sa ki bezwen
sevis tradiksyon (san peye senk kob), dwe kontakte youn nan nimero say yo omwen 7 jou
anvan rankont lan:
*Miami-Dade County: Charesse Chester 305-944-7564 x 203
*Broward County: Ali Soule 1-800-330-7444
*Palm Beach County: Denis Eirikis 561-798-9633

Vizite www.SFECCstudy.com pou aprann plis ankb.


Page 7


I


-lw r


rr n


rpr


rr- rr


.WAOPI 41


Jeeel


rlr


lqw a w


- ",.Gw


,eN -r pr CI,,,e,/n






Mercredi 4 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02


Les pays des Caralbes, reunis a Haiti, discutent

PrMs de trente pays des du changement climatique Nicolas.
Caraibes et de l'Am6rique Haiti, qui assure la
centrale rdunis au sein de l'Association des Etats de la reunion des ministres des Affaires 6trangbres de la pr6sidence de l'AEC, a pris la direction du groupe de
Caraibe (AEC) ont discut6 du changement climatique region. travail sur l'environnement en raison de la situation
et de ses consequences Y l'ouverture vendredi d'une "Nous avons parl6 de la possibility de cr6er du pays qui pr6sente une trbs faible couverture v6g6tale
:: " I une commis- estimbe h 1,5% et qui a souvent &t6 victime des catas-
sion sp6ciale trophes naturelles auxquelles sont 6galement exposes
pour r6fl6chir les pays de la region.
sur les "Nous devons parler d'une seule voix si nous
changements voulons 6tre entendus dans les grandes conferences
climatiques et internationals", a soutenu Colin Granderson secr6taire
coordonne r general adjoint de la CARICOM march6 commun de
les positions la Caraibe).
des pays de la "Nous devons travailler h minimiser les
region", a risques provoqu6s par les catastrophes naturelles qui
d6clard g frappent nos pays et affectent profond6ment nos
1' AFP le ressources et les budgets qui pourraient 6tre consacr6s
m i n i s t r e h l'6ducation et h la santd", a fait valoir le repr6sentant
haitien des du Guatemala, Luis Fernando Andrade Falla, secr6taire
Affaires g6ndral de l'AEC.
6trangb res, I1 a 6galement propose que Haiti soit le porte-
A 1 r i c h parole des pays membres de l'AEC sur les changements
climatiques.
Photo-souvenir des ministres de 1 'AEC en compagnie du Prdsident Prival (photo Georges D.)


I e prwfrmtw a% tratA


"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Se pa Istwa Lanegritid

selman, se Istwa nou tout

Aprann eritaj ak divesite kiltirel Negritid
S Fe yon toune nan youn nan bis espesyal yo pou
eksplore lye enp6tan yo nan listwa Nwa Ameriken

* Jwi imaj ak son misik Kanaval nan selebrasyon "JAM
at MAM" kap fet nan Mize Da Miami pandan tout
mwa sa-a

* Vini amize w ak tout fanmi w nan dives aktivite
ak konse nan Bibliyotek Piblik Miami-Dade la nan
pwogram "All That Jazz" la

Ale sou miamidade.gov oswa rele 3-1-1 pouJwenn plisenf6masyon sou
tout pwogram ak aktivite Istwa Lanegritid.


Le chancelier ha'tien Alrich Nicolas et son successeur a la Presidence
de 1 'AEC (photo Georges Dupe)


Page 8


iaII %I(








Mercredi 4 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02


Le carnaval <

L'h6telier HugoAllen,l'un des membres du
comite organisateur du carnaval o Dous Makbs
2009 ode Petit-Godve, accepte d'expliquer ici
l'importance de ce carnaval de la region des Palmes
pour le grand public.

Hugo Allen,comment se prepare
l'organisation de la 2m"" edition du carnaval < Dous
Mak6s >de Petit-Goave ?
La 2.m. edition du carnaval << Dous
MaK6s >devient une obligation face a la satisfaction
de la population pour la premiere edition,face aussi a
une attente de plus en plus grandissante d'un spec-
tacle encore plus surprenant. L'organisation d'une
pareille activity est extremement difficile dans un
contexte 6conomique trls peu reluisant. Les premieres
rencontres ont d6but6 huit mois de cela, il s'agissait
de faire le bilan d'identifier les points forts, les points
faibles et voir comment aborder le carnaval < Dous
Mak6s 2009. Cette activity est vue sous un triple
aspect : a savoir culturelle, touristique et 6conomique
du point de vue culturel, il s'agit de mettre en evidence
a travers les potentialit6s des jeunes dans diff6rents
aspects de l'art (meringue, masque, chor6graphie, etc.)
Petit -GoAve est une ville qui a beaucoup de
fortifications(Fort Royal, Fort Gary, Fort Littoral, Fort
Liberty). Le carnaval est une opportunity d'attirer
beaucoup de visiteurs,ce qui permettra i la ville d'offrir
beaucoup de ses produits rests sous -exploit6s. Les
belles plages ne manquent pas. Le seul problkme c'est
que les plus beaux ne sont accessibles par voie de
vehicule terre.

Quelles lemons avez-vous tirees de la
premiere edition du carnaval < Dous Mak6s t et
en quoi les remarques faites I'annee derniere vont
vous permettre d'avancer beaucoup plus ?
II fallait voir cejour la vibration de cette foule
passionnee,heureuse de retrouver ce carnaval mais
nous autres du comit6, nous 6tions a fond dans
l'ambiance et dans la gestion des dispositifs de s6curite.
Ce qui nous a permis d'identifier certains points faibles
du carnaval tels: parcours pas assez eclaire, les
carnavaliers ont vecu le parcours comme une
experience et une surprise.. Le manque d'exp6rience
dans cette grande nous aura servi de lecon
Quel sera le budget alloue au carnaval < Dous
Mak6s,> et comment vont les preparatifs pour le
parcours en g6enral ?


Interview avec Hugo Allen
Comme l'arrivee antrieure, le budget entre
de 5.000,000,00.de gourdes Le comite n'a pas
d'argent. Toutefois les travaux en ateliers ont ete
penses grace a
certaines personnes du CARNAV
secteur prive qui
croient dans l'activite.
Trois ateliers de
masques sont months,
de frequents
entrainements pour les
chor6graphies se
r6alisent.Une trentaine
de petites entreprises
de couture travaillent
deja.Deux ateliers de
creations de confec-
tions de costumes sont
apied d'ceuvre,ce sont
-la des initiatives
necessaires pour la /
mise en marche des
locomotives du
carnaval.Je ne vous
cache pas si dans les
jours a venir le les
reponses tardent,le
carnaval << Dous
Macos >de Petit-
GoAve,se trouverait
presque dans V
l'impasse.

Quelles sont
vos attentes a
quelques semaines du
carnaval du Petit-
Gove ? T
Vos attentes
sont trbs grandes a
present.Et les
correspondances LA C
accompagndes du
document de projet du T SES
carnaval ont et
distributes aux
ministeres concerns


et a plusieurs entreprises de la ville de Port-au-Prince.

Propos recueillis par
Dominique Batraville


rAL DE PETIT-GOAVE



FEVRIER 2009


IEMATIQUE 2009


;ANNE-A-SUCRE

PRODUITS DERIVES
Prtpar par: La Comil du Camaval de Pelil-GoAve (CCP20
Octobre2O0


+ e .*"'Copyrighted Material ----



Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"
r ....................


rr qrihe r Ior tr r
+I ++ -++ +I+ **+


Les ravisseurs

ne ch6ment pas
(KIDNAPPINGS ... suite de la page 7)
A date les autorit6s n'ont pas ete capables
d'identifier les meurtriers d'Eric Dubosse. Des traces
de brflure ont ete retrouv6es sur le corps de la victime.
Le crime soulkve la consternation, notamment
a la faculty d'Odontologie ooi Mr Eric Dubosse
enseignait. Un arret de travail y a meme observe en
guise de protestation contre cet assassinat crapuleux.
La Lunak s'est aussi prononcee sur ce crime.
Selon les membres de l'organisation: < I1 ne suffit pas
de mettre un important dispositif de s6curit6 dans les
rues. II faut aussi penser a l'6ducation des jeunes >,
deplore Ashley Laraque tout en d6nonqant la culture
de l'impunit6 qui suit tranquillement son cours dans le
pays.
I1 souhaite que la loi qui vient d'etre votee
par le parlement soit trbs vite mise en application.


Pat6 Plus Bakery, Inc.
NATURAL JUICES


11638 NE 2nd Ave.
Miami, FL 33180
TeL 305-756-3695


Cateing Specialiss
Cakes, Pastrles. Hors d'Oeuves
for all occasions


Page 9


MMMMMM"








Mercredi 4 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02


ECONOMIE


Les pepe menaces par la crise

(PEPE ... suite de la lere page) Hl6as, tout cela risque de finir aujourd'hui de les utiliser. Aussi bien les v6tements que les
as e s ne nos car les Amdricaines etAm6ricains vont devoir renoncer t6l1viseurs, lap tops, I-pods etc ...
pays exportateur de vetements. En effet, nos voisins
omiiai ot a i ra ono o la vie facile leur permettant de se d6barrasser de leurs
dominicains en font aussi grande consommation, et Une opportunity iesperee pour la
vone tements aussit6t apris les avoir achet6 comme les Une opportunity inesp6r6e pour la
conmme leur pays en interdit l'importation pour ne pas , ,
faire du tort a leur industries locale de l'habillement, hroines de la srie << Sex and the City >. petite couture haitienne ...
c'est chez nous qu'ils se fournissent. Comme on sait, Les << pbp >> 6tant avant tout un produit de la Or la crise 6conomique semble devoir mettre


Haiti est le pays le plus < ndo-
lib6ral > de toute la region.
H6las !

Cachez ce sein
ma fille ...
Toujours est-il que
c'est cette veritable
metamorphose, cette espce
de democratisation au sein
d'une soci6t6 demeur6e trop
vieillotte et on justement
l'habit a toujours fait le
moine (m6me si on peut se
questionner sur le veritable
int6ret 6conomique des
< pbp >>, mais c'est un autre
d6bat), c'est cela que menace
une crise 6conomique bien
que se d6roulant a plusieurs
milles de nos c6tes, au propre
comme au figure, davantage
encore des villages de Grand
Gosier ou de Grand Boucan
mais oi les filles comme a la
capitale s'habillent
aujourd'hui a la dernibre
mode.
Sauf les pires
hypocrites qui trouveraient a
La vente en
redire : < cachez ce sein ma
fille, que je ne saurais voir >>
En effet, toutes ont la poitrine gonfl6e comme
au bal chez la reine Marie-Antoinette.


plein air des "pepe" toujours achalandee (photo Eugen
grande soci&te de consommation connue pendant ces
vingt dernibres ann6es avec les Etats-Unis en t6te, et
oi l'onjette les choses avant m6me d'avoir eu le temps


fin a tout ce gaspillage. Le
nouveau president Barack
Obama a appel6 ses
concitoyens h se serrer la
Sceinture. La croissance dans

g6nral ne d6passera pas 0,5





l'industrie del'habillementva
devoir mettre elle aussi un
frein h ses excs.
Un de cesjours nous
irons nous poster au terminal
du port de MiragoAne (sud)
pour voir si le tonnage des
<< pp >> a diminu6.
Ou tout simplement,
comme dit une chanson,
rester au coin h regarder
passer les filles pour voir si
leurs poitrines en balcon
refletent aussi le cours des
marches boursiers quand
ceux-ci sont e la baisse.
Mais ceci est peut-
ctre une opportunity
e Robenson)
inespfrie pour la petite
couture haitienne de reprendre ses droits. Saufqu'elle
devra sortir de son esprit trop insulaire pour embrasser
elle aussi les nouvelles modes.
Marcus, 1 fivrier 2009


ARTS & SOCIETE

A Cuba, le tango argentin mele de salsa


Convaincus de ne commettre aucun sacrilege
et de ne resterfideles qu 'a la musique, les amants du
tango argentin a Cuba ont choisi d'y m&ler des airs


Danseurs de Tango-salsa
locaux de salsa pour sduire les plusjeunes.
A 6couter la musique qui s'6chappe de la
Maison du Tango sise dans un quartier bruyant du
centre de La Havane, personne ne pourrait croire que
l'orchestre des "Vanvan" est entrain dejouerun tango
rendant un hommage a la figure culte de ce genre
musical, 1'Argentin Carlos Gardel (1890-1935).
"Nous luttons ici pour maintenir en vie le
tango a Cuba. Et la salsa-tango est une faqon de le
preserver. Plus d'un millierjeunes a La Havane dansent
le tango", assure a 1'AFP Ruben Diaz, conservateur a
la Maison du Tango.
Son grand-pbre Edmundo Daubar 6tait un
photographe fou de tango qui a immortalis6 le passage


dans la capitale cubaine de grandes figures de cette
musique comme la chanteuse argentine Libertad
Lamarque (1908-2000). C'est lui qui a transform sa
maison de la rue Neptuno en une sorte de mus6e du
tango avec ses 20.000 photos, ses centaines de livres
et de vinyles, et son antique tourne-disques.
A l'entr6e, c'est un Carlos Gardel de marbre
qui accueille le visiteur avec un costume cravate
616gant, un chapeau laissantvoir ses cheveux gominds
et, comme il se doit, son 6clatant sourire de s6ducteur.
Un detail trbs cubain a &t6 ajout6 a la statue: le cigare
Partagas que Carlos Gardel tient dans une main.
Tout v6tu de noir, des chaussures rouges a
talonnettes, et des cheveux longs attaches, Ruben, 49
ans, explique a deux de ses &l1ves, Yanelis et Julio,
qu'il faut danser le tango avec morgue, comme un
"homme". "Le tango est un genre machiste", leur dit-
il. Comme la salsa.
"Les Cubains fusionnent tout. Et pourquoi ne
mdlangerions-nous pas le tango avec la salsa qui fait
partie de nos racines? Ce n'est pas un sacrilege. Ony
prend plaisir et on en fait ainsi sa promotion", relieve
une jeune femme de 21 ans encore essouffl6e aprbs
avoir tourn6 sur la piste.
Dans un
petit salon adjacent,
Luisy Bravo, 76 ans,
est l'un des rares a
chanter le tango a
Cuba.
"Je me
sens comme un coq TOP HIT PARADE
de combat d&s que Semaine du 2 Fevrier
j'entre en scene. Les
j'entre en scene. Les 1. Webert Sicot: Just for you
jeunes doivent 2. Belo: Reference
apprendre a danser
apprendre g danger 3. King Posse: Pa bat kow
le tango, mais aussi
le tango, mais aussi 4, Sweet Micky: Sisisi
a le chanter comme
il le chanter conue 5. Carinmi: Nasty Biznis
ils le font pour le 6. Sweet Micky: Aloufa
reggaeton. Ce n'est 7 Webert Sict: En Gogo
pas facile car qa 8. Original Rap Staff: Kepopoz
vient de l'int6rieur, 9. Sweet Micky: Anba Rad La
il faut le sentir. 10. Belo: Lakou Trankil
Jamais le tango ne
mourra a Cuba",


assure cet homme v6tu d'un costume gris impeccable.
Mais 90% des passionn6s du tango ont plus
de 60 ans sur l'ile communiste. Les meilleurs
interpretes sont morts et les autres ont 6migrd en raison
de la grave crise 6conomique qui s6vit depuis la chute
de 1'URSS en 1991.
Et plus que la salsa, qui fait surtout le bonheur
des touristes, lesjeunes cubains prdfbrent le reggaeton,
mdlange de reggae, hip hop et techno a saveur latino
et aux paroles souvent trbs crues.
Comme Luisy, Rosa Sanchez chante le tango
depuis d6ji 48 ans. "Je chante en hommage a Che
Guevara. Je n'ai jamais entendu ce gudrillero chanter
un tango, mais il 6tait Argentin", dit cette femme qui
assure 6tre "sans Age".
A la Maison du tango, qui aurait bien besoin
d'6tre peintur6e et de meubles neufs, les moyens
manquent mais pas la passion pour faire connaitre ce
genre musical.
"D'une faqon ou d'une autre, nous travaillons
pour tenter d'ouvrir d'autres endroits pour le tango a
Cuba. Mais c'est peu et qa nous fait mal", soupire Enma
Barreras, 61 ans, qui se dit elle-m6me "danseuse
frustrde".


Page 10








Mercredi 4 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02


Pour une reecriture de 1'histoire recent d'Haiti


Glodel Mezilas
(mezilasg@yahoo.fr)

Un simple coup d'ceil sur les travaux
historiographiques et les ouvrages sur la transition
d6mocratique en Haiti permet de constater


m
de
le
D
1'
R


melant des pr6jug6s, des passions et des emotions.
L'historien cherche souvent a se pr6munir contre la
m6moire pour ne pas tomber dans des situations
extremes oi l'exigence du devoir de m6moire contrarie
son travail. Tzvetan Todorov d6nonce ce qu'il appelle
< 1'l6oge inconditionn6 de la memoire > pour souligner
que le travail de l'historien ne consiste pas
seulement a 6tablir les faits mais aussi a choisir
certains d'entre eux, plus significatifs que
d'autres, et a les mettre en relation. Cette
selection des faits lui permet d'orienter son
travail a la recherche, non de la v6rit6, mais
du bien.


Ici, l'essayiste franqais pose
Sl'alternative entre le bien et le vrai. Dans ce
sens, l'historien ne doit pas tout dire. I1 a une
fonction sociale et il doit contribuer h dire ce
qui convient h la soci6td. Il ne doit pas c6der
aux caprices de la m6moire collective et
individuelle, d'autant qu'il y a certaines
memoires pathologiques et manipuldes. Il
invite donc h 6viter tout excds de m6moire dans
le travail historiographique.
Cette opinion est trbs limit6e vu que
l'historien ne proc~de jamais h l'6criture de
l'histoire en dehors des pr6jug6s et des choix
Siddologiques. En pr6tendant viser le bien, il
T pourrait dissimuler une certaine prise de
2 position iddologique. La selection mime des
documents ob6it h certaines options
iddologiques. Les documents sur lesquels il
travaille sont limits h plusieurs points de vue.
Ils sont limits par le fait qu'ils sont le produit
.. .d'une selection faite par les contemporains des
6 Y,.vMnements qui choisissent de sauvegarder ce
w qui est digne. Ensuite, ils sont limits par le
choix meme de l'historien, ce que Paul Ricceur
appelle le < jugement d'importance >. Dans ce
Esclave a son arrive dans la colonie de Saint Domingue appelle le << juge m ent d'importane doit pas tre
cas, l'usage de la mdmoire ne doit pas 6tre
ialheureusement l'occultation et l'oubli de la mnmoire 6cart6 du travail historiographique. Son importance
e ceux qui ont &t6 victimes des regimes fascistes que se rdvble surtout heuristique en tant que sources
pays a connus depuis la prise du pouvoir par Francois suppl6mentaire. Ainsi, les t6moignages peuvent servir
uvalier en 1957. L'exemple le plus probant, c'est h mieux faire comprendre le point de vue de ceux qui
ensemble des ouvrages de Pierre 6taient presents au moment des 6v6nements.
yavmond Dumas cnnsacr6 a ce nu'il ?, m m I l I N E ,W


appelle la transition d6mocratique. Tout
en reconnaissant l'6norme apport de ses
investigations pour la connaissance
historique, il convient de souligner qu'il
met surtout l'emphase sur les chefs
d'Etats et non sur la m6moire des victimes
et des innocents. II y a lieu aussi de
mentionner dans cette meme veine les
ouvrages des anciens militaires de l'arm6e
haitienne.
Si d'un c6t6, Pierre Raymond
Dumas essaie de faire comprendre la
mdcanique de 'action des chefs d'Etat
aux prises avec une r6alit6 difficile sans
cesse insaisissable, les anciens militaires
essaient surtout de se justifier et de se
d6fendre face au verdict de l'histoire.
Dans les ceux cas, l'histoire est racont6e a partir d'en
haut et ne tient pas en consideration ceux qui ont
souffert et r6sist6 l'action des gouvemements. Il en
r6sulte une connaissance partielle et partiale de la
r6alit6 politique et sociale nationale. Ce choix
m6thodologique traduit consciemment ou non une
certaine position iddologique qui va a l'encontre de la
m6moire des victimes, des sans-voix et des innocents.
Cela nous ambne au rapport difficile entre la m6moire
et l'histoire.
L'histoire est souvent pr6sent6e comme la
reconstruction critique du pass alors que la m6moire
constitue une reconstruction affective du pass en


Brutalitis policieres
Pourquoi et comment reecrire 1'histoire
r6cente ?
L'6criture de l'histoire r6cente d'Haiti doit
mettre l'emphase sur la m6moire (collective et
individuelle). La m6moire renvoie aux experiences
individuelles et aux t6moignages de ceux qui ont &t6
t6moins des diff6rentes situations de violence, de
violation des droits humains. Il s'agit surtout de donner
la voix a une contre-m6moire officielle qui exprime sa
vision, sa perception de la r6alit6 politique qu'elle a
v6cue a un moment donnd.
Il s'agit aussi de donner une certaine priority
aux t6moignages. Cela nous renvoie directement a


l'histoire orale. Pendant longtemps, la m6thode
historique ne vise que les documents qui sont transmis
par les g6ndrations ant6rieures. Une telle m6thode
parait insuffisante. Pour la combler il faut partir des
r6cits, des t6moignages et de l'exp6rience de ceux dont
la m6moire porte la trace des traumatismes r6cents.
Leur histoire permettrait de mieux saisir la dialectique
des 6v6nements.
Le recours a la m6moire permet d'exhumer
les souvenirs dans l'inconscient bless des victimes et
de leurs proches. Cette m6thode permet d'acc6der a la
r6alit6 sociopolitique du pays par d'autres manibres.
Il s'agit d'une reconstruction des faits politiques
r6cents a partir de ceux qui les ont subis et en ont
souffert. La m6moire a laquelle nous nous r6f6rons est
avant tout une m6moire victime de l'irrationalit6 de
l'univers politique national. Mettre l'accent sur cette
m6moire, c'est donner aux sans-voix les moyens de
s'exprimer sur les souffrances endures. Sans doute,
c'est une autre manibre de concevoir l'histoire. Il ne
s'agit pas d'une histoire-politique, en ce sens qu'elle
reflete les int6rets des classes dominantes. Mais plut6t
d'une histoire-t6moignage qui porte l'empreinte de
ceux qui ont &t6 victimes des regimes fascistes.
Cette nouvelle manibre d'6crire l'histoire peut
aussi s'6tendre a l'6tude de l'histoire universelle en
visant les marginaux, les exclus, les victimes du
systbme de l'exploitation coloniale. L'Occident raconte
l'histoire modeme en fonction de sa vision des choses.
Rien qu'a lire les trois tomes d'Immanuel Wallerstein
sur le systbme-monde modeme pour se rendre compte
que l'histoire moderne se resume en l'action de
l'Occident et du capitalisme
En g6ndral, les historiens et les 6crivains se
r6fbrent a la Revolution francaise pour montrer que
c'est le plus grand changement que le monde modeme
ait connu. Cependant, on ignore la Revolution
haitienne : anti-esclavagiste, anti-raciste et anti-
colonialiste. NManmoins, le grand intellectuel
dominicain, Juan Bosch, fait la difference et souligne
que la Revolution haitienne est la plus complexe de
l'histoire modeme, rapprochant celle-ci de la thdorie
marxiste.
Par ailleurs, le travail historiographique doit,
S ia notre avis, mettre l'emphase sur les
diff6rents mouvements de resistance
S populaire au processus politique recent.
Il s'agit encore une fois de donner la voix
aux opprim6s et a leur strat6gie de lutte.
Cela permettrait de voir autrement la
r6alit6 sociopolitique et les changements
que le pays a connus ces dernires anndes.
Cette manibre de voir l'histoire a partir
des acteurs sociaux opprim6s fournit une
nouvelle grille analytique pour
comprendre 1'6volution post6rieure de
l'univers politique national.
Nous pensons qu'il faut cesser
de voir l'histoire r6cente du pays a partir
des groupes dominants. L'historien ou
l'analyste politique doit se tourner
d6sormais vers les classes opprimdes et
capter leur perception et leur comprehension de
l'univers politique. Ainsi, l'histoire n'est pas seulement
l'apanage de ceux qui savent lire et 6crire mais aussi
de ceux qui savent parler et faire entendre leur voix,
d6coulant de leurs experiences avec le reel
sociopolitique du pays. D6sormais, grace a cette
m6thode, les subaltemes expriment leurs points de
vue sur les transformations sociopolitiques dont ils sont
acteurs.

(Footnotes)
1 Ce texte est destined aux historiens ha'tiens et ti tous
ceux qui kcrivent sur 1 'historie rdcente d'Haiti.


Croyances populaires et cache-misere politique


Larose Vernet (vernelaroz@yahoo.fr)

La question de la taxation soulkve les traits
du dualisme culturel haitien. Il y a d'un c6t6, la
profondeur de la culture populaire, en ce qui concerme
la construction de son propre espace de representation,
et de l'autre l'illettrisme juridico-politique de l'l6ite
qui donne a voir sa minceur, son mal de voir la vraie
r6alit6 du pays; ce qui n'a rienah voir avec l'authenticit6
du norisme. Dans l'organisation du calendrier
culturel, il y a la mise en oeuvre de la "pensde sauvage"
(Claude LUvi-Srauss), oi s'agencent le cultuel et le
festif. Les f6tes de l'ind6pendance et des anc6tres
ouvrent la nouvelle annde, l'6piphanie fait la passe au
carnival et le car6me au rara. Le temps reprend ensuite


son rythme fr6tillant, les pblerinages et les f6tes
champ6tres. S'interpose le mois de novembre, celui
du recueillement, la mort, c'est la vie; vie qui renait en
d6cembre et marque le rite de passage d'une annde a
une autre.
Cette organisation n'est pas quelconque. Il y
a les matibres premieres pour la fabrication des
instruments, de la transmission du savoir musical,
des "articles" et des"m6dicaments" pour les potions
magiques conques pour les personnes qui viennent
consulter les divinit6s et, bien entendu, les intercesseurs
entre elles. D'ailleurs, dans le cadre de ce calendrier,
les activities profanes, le carnival et le rara, empietent
sur le sacred, les c6r6monies annuelles organisdes en
l'honneur des invisibles.


Cependant la dichotomie entre sacr6 et
profane doit tre employee avec prudence dans le
vaudou,car se r6alise plut6t leur intrication. Cette
religion magico-religieuse constitue une institution,
au meme titre que les autres qui ne d6tiennent pas le
monopole de la formalisation. Or, cet attribut, 6tre
categories comme institution, ne peut tre accord a
l'Etat haitien. Son fondement ne s'appuie pas sur les
principes constitutifs de 1'Etat simultandment
statistique et fiscaliste et qui repose sur la citoyennet6
domicilide. En fait, c'est l'Etat qui est informel et non
la majority de la population qui mbne ses activities dans
les economies du salut, de la borlette, du transport en
ligne, dans l'agriculture et d'autres services.
(voir VERNET / 12)


Page 11








Mercredi 4 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02


Croyances populaires et cache-misere politique


(VERNET... suite de la page 11)
En fait la demonstration le programme de
capitalisation, de formalisation des actifs informels de
1'USAID et du Centre pour la Libre Entreprise et la
D6mocratie(CLED). La valeur des actifs serait 6valude
a 5 milliards de dollars amdricains et rdpartie ainsi: 2
milliards d'actifs immobiliers urbains et 3 milliards
d'actifs fonciers ruraux, qui se composent en terre,
immeubles, petites et micro entreprises.
Deux faits significatifs m6ritent d'etre
soulign6s. Le premier est la signification des donndes
construites en vue d'6valuer le potentiel 6conomique
des "actifs extra-16gaux", du genre : "4 fois plus 6lev6s


Chez nous, nous avons
perdu le reflexe d'avancer Pas un
pas Ni dans le bon sens, ni dans le T /
mauvais. En rdalite, puisque l'on
n 'avance pas, paradoxalement, on ne reste pas sur
place, sinon on recule, car la distance par rapport
aux autres ne cesse d'augmenter, le referentiel &tant
le meme pour tous.
Marc Antoine Archer

J'ai entendu parler l'autre jour a un ami. I1
parlait du mouvement, de la relativity du mouvement.
II parlait de r6f6rences et de r6f6rentiel. II parlait de
d6placement, de sens de d6placement et de direction,
de trajectoire, d'observateur et d'observation. II parlait
de relativity, de paradoxes, de dilatation du temps et
de contraction des longueurs lorsque les mouvements
s'effectuent a des vitesses se rapprochant de celles de
la lumibre. Les vitesses s'ajoutent sauf dans le cas oi
elles sont proches de la vitesse de la lumibre, disait-il.
C'est lavitesse de l'absolu. Et le mouvement I1 n'est
done que relatif ? Une horloge en mouvement retarde ?
Que c'6tait beau I1 ne parlait pas pour ne rien dire.
Chez nous, on s'est tellement habitue h entendre parler
pour ne rien dire, on a tellement entendu parler, beau
et bien, sans aucun discours coherent au fond que l'on
n'accorde plus d'importance ni h la parole ni au silence.
On a peut-6tre trop 6cout6, de chants de sirbnes de
ceux qui ont << la langue pendue >> ou les chants
inharmonieux et les fausses notes de ceux qui nous
ont conduit de scandales en scandales, que l'on ne veut
plus rien entendre. On a meme << entendu > de grands


que le total des actifs des 123 plus grandes entreprises
priv6es du pays...; 158 fois plus importants que le
volume total des investissements directs effectuds en
Haiti depuis l'ind6pendance. (Bernard Craan, CLED/
ILD : Programme de Capitalisation, Atelier de Travail
No. 8, Projet CLED Forum 2000, Port-au-Prince, 5
mars 2002).
Ce meme exercice aurait pu se faire afin
d'estimer le montant qu'aurait pu prdlever l'Etat sur
le montant des actifs informels. Je vous en laisse le
soin. Le deuxibme, c'est la destination classique de
ces projets 6pars qui ne conduisent nulle part : le
cimetibre de l'aide publique au ddveloppement, de
l'auto-duperie. Oi sont les op6rateurs, les promoteurs,



louvemeni
et longs silences << loquents > de ceux qui avaient,
comme on dirait, un << bceuf sur la langue >. La << fausse
transition > 2004-2006, qui en << deux temps et trois
mouvements > nous laissa un pays en deuil, en pleurs
et sous les bottes de la MINUSTAH, nous a l1gu6e de
ces perles de beaux discours et de grands silences, sans
sens, dans tous les sens. Oi sont-ils passes ceux-lh qui
6taient passes maitres dans << l'art naque > (je m'excuse,
je ne sais plus si je voulais dire arnaque ou art naff).
De toutes faqons, de grands scandales, dans tous les
sens, empoisonnbrent la vie citoyenne.
Malheureusement, on s'est trop habitue a ce genre de
vie en Haiti et maintenant, << tout voum se do >>.
Enfin, chores amies lectrices, chers amis
lecteurs, retournons a nos moutons, reprenons le fil du
discours sur le mouvement. Cet ami parlait de l'objet
math6matique << droite >, qui, dans le sens physique
repr6sente une direction et, dans le sens math6matique,
une suite infinie de points. Le point n'6tant que
l'intersection de deux droites. I1 introduisit la notion
de droites parallbles en disant qu'il nous en fallait une
pour indiquer la direction indiqude par une autre droite.
I1 en profita pour parler de faisceaux de droites
parallbles et nous fit voir que les rayons du soleil
repr6sentaient l'exemple 6difiant d'un faisceau de
droites parallbles. Ah Et pourparler de la loupe qu'on
utilisait, enfant, pour brfler des feuilles de papier ou
le cerf-volant d'un ami, il l'utilisa pour montrer


les socio-professionnels: agronomes, architectes,
ing6nieurs,avocats, notaires, 6conomistes, etc.?
Connaissent-ils la culture de la representation
amdricaine : no taxation without representation? Que
ce soit dans le cadre de la d6mocratie representative,
la competence de faire le choix de ses dirigeants et de
l'interm6diation socio-professionnelle, consulter ses
m6decin, notaire, avocat etc. Devant cet 6tat de fait, le
plagiat du droit franqais et l'esprit du code rural,
l'6tablissement de la duality villes/campagnes, du
monde de la ville et du pays en dehors, faut-il
commencer a 6crire la chronique de l'6chec de l'aide
amdricaine sous la pr6sidence de Barack Obama?


Sl'exemple d'un faisceau de droites
Sconvergentes, en un point. Quant au
0 sens, sur toute droite, on pouvait
6tablir deux sens de parcours disait-
il. Par consequent, sens et direction ne sont pas la meme
chose. Puis il en vint a toute une elaboration sur le
mouvement, dans tous les sens.
I1 commenqa par relier les termes de vitesse,
acc6l1ration, trajectoire, distance, pour nous parler de
mouvement uniforme, de mouvement varied ou
uniform6ment varied, de mouvement acc616rd ou bien
uniform6ment acc616rd, de mouvement retard ou
uniform6ment retard, de mouvement rectiligne,
curviligne, de mouvement relatif, etc. Enfin pour
terminer, il brossa l'id6e de << quantity du mouvement
d'un corps > en tant que produit de la masse du corps
par la vitesse a laquelle il se d6place. J'eus une vision
terrible, celle du danger, potentiel et reel, que
repr6sente un camion qui descend sur la route de
Laboule, charge de sable de Boutiliers. J'imagine le
drame que peut repr6senter cette machine de la mort
si ses freins arrivaient a lhcher.
Enfin, chers amis, c'est dur d'admettre la
richesse de nuances, d'acceptions, du mot
<< mouvement >> en observant que .. chez nous, nous
avons perdu le rflexe d'avancer Pas un pas Ni dans
le bon sens, ni dans le mauvais.
Serait-ce que nous avons perdu toute
r6f6rence ?
Oscar Germain
germanor205@yahoo.fr
FHvrier 2009


LIVRE

Montecristi, un scandale ecologique et humain


Montecristi est le roman d'un homme en
colere. En colere contre une injustice sur laquelle tout
le monde ferme les yeux. Lh-bas, prbs d'Haiti, dans
une petite ville de R6publique dominicaine, divinement
baptis6e Montecristi, une partie de la population est
en train de mourir a petit feu, par empoisonnement.
La faute a des ffts toxiques que des cargos am6ricains
d6posent dans lamer, la nuit. Ceux qui s'6teignent sont
atteints par ce que les Dominicains appellent le
<< parasito > : la fievre brfle lentement leurs -forces,
puis on enterre les irradids, le plus loin possible de la
c6te ; ils n'ont pas droit a une c6r6monie, comme si
cela pouvait porter malheur.


Que l'onne s'y trompe pas, Montecristi n'est
pas un r6cit politique, ni de la litt6rature dite
<< engage >. Bien sfr, Jean-Noel Pancrazi d6nonce un
scandale 6cologique et humain. Mais c'est son style,
616gant, ses phrases composes avec gout, qui donnent
toute sa dimension a son indignation.
L'6crivain qui connait bien le pays s'est
pench6 sur le sort de Chiquito, un enfant cireur de
chaussures, et qui est touch par le << parasito>>. On
devine que ce n'est pas qu'un personnage de fiction;
ce << mme > possede la maturity d'un homme qui a
roul6 sa bosse : cette question qu'il pose a l'auteur -
<< Pour qui tu vis, toi ?...>> d'ofi lui est-elle venue,


IIP0 4 1 4 -. -* *






"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


sinon d'une grande experience en si peu d'anndes ?
Derribre la carte postale
Jean-Noel Pancrazi, qui t6moigne lui-m6me
de ce qu'il avu, apparait d'abord fataliste. Mais il force
sa nature il aurait tendance a rester dans l'ombre -
pour crier sa rage.
En r6v6lant ce scandale, le romancier brosse
le portrait d'un pays bien Oloign6 de celui que
pr6sentent les cartes postales ou les prospectus
touristiques. Dans ce livre, point de < r6ve > ni de << lieux paradisiaques >, mais des 6tres
d6pouill6s de tout, et surtout d'espoir, qui voient en
chaque Europ6en install l -bas une << part de march >>,
et qui n'ont qu'une idee en t6te : partir. Et ne pas
revenir. Car, le pire pour ces candidats a l'exil dord est
<< la honte de revenir sans rien>>, <<(...) la peine de
rentrer au pays, encore plus pauvre et dnmuni (...) >.
L'auteur de Quartiers d'hiver (prix Medicis) restitue
ce sentiment d'humiliation avec une rarejustesse.
Montecristi de Jean-Noel Pancrazi Gallimard,
131 p., 12,90 .


Ecoutez


Melodie Matin


sur l'internet



le Iodi e


www. meodiefmha103.3 fcorn
www.melodiefmhaiti.com


Page 12








Mercredi 4 F6vrier 2009 T
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02 I


LAND FOR SALE
Due to personal problems selling little farms
(1 acre) in Orlando area.
Transfer $500.00 $85.00 monthly.
total price $6,750.00 no credit necessary.

Please call (305) 726-5079 Mrs. Maria.
our e-mail is Investa(,bellsouth.net


*iprpar6e par un a Grand
Chef
* Le Saut du Barril
* Le Palais de Sudre
Dartiguenave & Anse a
Veau
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17ere
sibcle...


Telephones: 566-5361
401-7108 /514-0304
E-mail: lemanoloinn@mac.com
Internet disponible
pour les clients


Page 13


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408





Parents, vous qul rivez d'un avenir mellfeur pour vas enfants,
confiez les au CMP
ANNEE ACADEMIQUE 2008-2009
PROGRAMMES
UCENCE EN:
Maeting :4arn
Science Compablea :4s a
Ges ion d Aflr :4ans
Scider Infeslmque : 4ans
Markting Mangwlen :2 ana
SaIIIbuI1ullt:qu :2ans
Geotl-Finenc-Markoting : Ian u2rne
Comnpta inbanngiea :ian
AsulmncenAcinslrave : 1an
Infornaique yc~i crt :0 heurea 2 am
ITfEslseI (CISCO) : 70hures
Pour toIes Iformalons supplrnetalres:
CMP, Dems 30
Te.2 5138361, 3 730-24B5, 2 248-2299
Emnl: M J


Depi nou bezwen kay


Bernard Metayer
REALTOR
office: 770.874.6200
ce: 404.405,6584
fax: 770.439.7857
email: bernardImetayer-reatltygroupcom
web: Metavr-RealtyGroup.com


KELLERWILAMS.
C I I I 1I



VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


Le Look
Rue Panamiricaine #14,
Pition-Ville, Haiti
TU.: 257-8374
Choix incroyable de montures:
Dior,C Bruno Magil Vogue
Consultation chaque jour
par un mndecin-occuliste.








10 d6partements d'etudes

Licence en:
Gestion d'Entreprise
Conception et Ex6cution de
Project
Economie et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
Gouverance

Dipl6me en :
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse
Herard # 3,
Port-au-Prince,
Haiti, W.I.

www. cfdehaiti. com

Par courriel:
Administration(iCDFEHaiti. com
GBrunet@CFDEHaiti. cor

Par telephones
(509) 2246-1425
3555-1575
2513-3726
3767-1575


AB.CC

together with its 42 bi-national chambers of
commerce invite you to the
ABICC INTERNATIONAL
BUSINESS CARD EX-
CHANGE
on
WEDNESDAY, FEBRUARY
4th, 2009, 5:30-8:30 PM
at the beautiful restaurant on Biscayne Bay

Rusty Pelican Restaurant
with fantastic bay view!
3201 Rickenbacker Cswy, Key Biscayne, FL 33149
Directions: When coming from Miami towards Key
Biscayne, after you pass the toll and cross the first long
bridge, you make a left at the first exit (you can see the
large restaurant on your left when crossing the bridge).

FREE ENTRANCE
Cash Bar.
REMEMBER TO BRING LOTS OF BUSINESS CARDS .!


SANTE

Les octuples de Los Angeles respirent sans aide


Les octupl6s n6s dans la banlieue de Los
Angeles respirent sans aide, au lendemain de la mise
au monde par c6sarienne des six garcons et deux filles,
ont annonc6 mardi les m6decins qui suivent ces b6b6s
hors du commun.
"Ils respirent tout seuls", a d6clard le docteur
Mandhir Gupta, sp6cialiste en ndonatologie a l'h6pital
Kaiser Permanente de Bellflower (30 km au sud-est
de Los Angeles), lors d'une conference de presse mardi
midi.
Deux des enfants avaient Wte places sous
respiration artificielle apres leur naissance, mais les
machines ont 6td d6branch6es lundi soir, a precise le
docteur Gupta.
"Ils ont toujours besoin d'oxygene, mais
seulement par un tube dans le nez, done ils font tout
seuls presque tout le travail de respiration", a-t-il
ajout6, estimant que le pronostic vital de tous les b6b6s
6tait bon "a l'heure actuelle".
A la naissance, les enfants, prematur6s de neuf
semaines et demie, pesaient entre 820 grammes et 1,54
kg.
Pas moins de 46 membres du personnel de
l'6tablissement et quatre salles ont &t6 mobilis6s lundi
matin pour l'accouchement, qui n'a durd que cinq
minutes. Mais seuls sept b6b6s avaient &td d6cel6s a
l'6chographie, et l'arriv6e du huitibme a surpris les


m6decins.
L'6quipe s'6tait entrainde en vue de
1'accouchement, effectuant plusieurs simulations
grandeur nature.
L'h6pital se refusait toujours mardi a tout
commentaire sur l'identit6 de la mbre ou ses
ant6c6dents, que ce soient ses dventuels pr6c6dents
accouchements ou un traitement contre l'infertilit6,
procedure qui a eu pour consequence une nette
augmentation de la proportion de naissances multiples
ces dernibres dcennies.
Dans un communique de presse lundi soir, le
groupe Kaiser Permanente a assure qu'il s'agissait de
la deuxieme naissance d'octupl6s vivants dans les
annales de la m6decine aux Etats-Unis. S'ils survivent
tous, ce sera sans pr6c6dent.
La premiere naissance d'octupl6s aux Etats-
Unis, six filles et deux garcons, et la seule jusqu'alors
rapport6e dans le monde, s'6tait produite a Houston
(Texas, sud) fin 1998. L'une des filles 6tait morte une
semaine apres tre venue au monde. Les sept autres
enfants vivent toujours.









Page 14


Mercredi 4 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02


Une vedette allemande A Cit6 Soleil


"En tantqu 'Ambassadrice de I'UNICEF j 'ai
vu de lapauvrett, lafaim et la violence dans le monde
-mais les conditions de vie des gens ici me troublent
profondtment au fur et a mesure que nous ptndtrons
dans ce quartier miserable de la capitale, Port-au-
Prince ".
Celle qui s'exprime ainsi c'est
Sabine Christiansen, lajoumaliste de t616 la
plus c6lbre enAllemagne (1). Le bidonville
auquel elle fait allusion, c'est Cit6 Soleil, le
quartier le plus m6diatis6 A l'6tranger A cause
de son appellation qui jure tellement avec sa
situation de mis&re noire.
En d6cembre dernier, une semaine
avant la Noel, cette Allemande s'6tait rendue
en Haiti oni elle y 6tait rest6e une semaine
pour le compte de 1'UNICEF. De retour en
Allemagne, elle a choisi l'hebdomadaire de
boulevard le plus populaire du pays, << Bild
am Sonntag >> (1,8 million d'exemplaires et
11,19 millions de lecteurs) pour insurer un
compte-rendu de son voyage en Haiti (2). Un
reportage poignant et plein de photographies
6vocatrices signdes Niels Starnick.
Premier theme abord6 dans son Visite
reportage : la domesticity. C'est par la petite
Mamise, 17 ans, qu'elle commence. Celle qui connait,
pour la premiere fois, en 2008, une fate de Noel.
Mamise, petite et maigre, est l'une des << restavk >>
qui, cette fois, a la << chance > de tomber sur une famille
qui ne la bat pas comme la premiere chez qui elle 6tait
auparavant. Elle devait y dormir A meme le sol sous le
lit de son patron et elle y 6tait souvent battue.
Maintenant, avec le nouveau <>, ses
conditions ne se sont pas pour autant am6liordes
puisqu'elle doit travailler dur, raconte Christiansen.
Elle doit aller chercher de l'eau de puits, preparer le
petit d6jeuner, nettoyer la cuisine, rassembler le linge
sale, le laver. Son salaire : un toit sur la tete et un peu
A manger. << Tout au moins ce qui reste >.
Christiansen ne s'est pas montrde peu
regardante sur les chiffres. Un enfant sur dix
est << restavek en Haiti, indique-t-elle. o Lesparents
confient, par ndcessitd, leurs enfants a des familles
plus aisles et ils sont souvent maltraitis et battus selon
I'humeur du nouveau propridtaire >. Le nombre
d'enfants places en domesticity est estim6 A 180.000
en Haiti, selon elle. Un chiffre revu A la baisse car selon
le rapport de 2005 de la FAO, le nombre des enfants
domestiques s'61&verait A 250.000 jusqu'A 300.000
(statistiques de janvier 2000). Quant aux enfants de
rue, ils seraient de 6 A 10.000 (chiffres de 2002).

< Adoption A partir de dix dollars
Comme Christiansen s'adresse A un public
allemand, trbs friand de vacances en R6publique
Dominicaine, elle s'est crue oblige de pr6ciser


qu'aprs << quelques heures en voiture, un paradis
caribben (Saint-Domingue) s 'enlise dans 'anarchie,
la criminality et une catastrophe tcologique >. Nos
maux le d6boisement, le ch6mage, l'analphabdtisme,
la pauvret6 elle les resume en chiffres. o 97 % de la


a Citt Soleil du Sec. Gdn. de 'ONU, Ban Ki-moon, accom
de sa porte-parole Michkle Montas
vegetation est abattue, disparue ou brfilde. 70% des
gens sont sans travail. 2/3 sont analphabktes. Et la
moitid des Haitiens vivent au-dessous du seuil de la
pauvrett >.
Patrick M6nard, l'officier de s6curit6 de
1'UNICEF, l'avait pr6venue de ne pas s'aventurer dans
Cit6 Soleil sans accompagnement. Raison: La
pauvretd rend agressif et les attaques sont
quotidiennes >. Elle y est all6e avec Simonet, un
humanitaire italien qui a construit A Cite Soleil des
petits refuges pour accueillir et encadrer tous les
enfants vivant dans les detritus n, indique Christiansen.
Ces abris sont conqus aussi pour les mbres en d6tresse.
Pr6cis6ment celles dont les enfants handicaps sont
tuds aprks leur naissance ou vendus a des trafiquants
d'organes. Des enfants a adopter il y en a a partir $
10, plus des frais suppldmentaires pour les
documents... > (fin de citation).
Proie facile done pour les rdseaux de
dealers qui vendent les enfants aux fins de
prostitution n, pense Simonet. Et il a raison.
Un systeme 6ducatif d6faillant aussi. En Haiti,
il n'existe mrme pas 10% d'6coles publiques et les
parents doivent payer l'6cole, precise Christiansen. Elle
n'en dira pas davantage mais 6voquera, comme il se
devait, l'engagement de son organisation, 1'UNICEF,
dans ce domaine. Dans les institutions comme Saint
Vincent de Paul, 1'UNICEF essaie, avec d'autres
donateurs, de donner au moins uneformation primaire
a plusieurs centaines d'enfants >.
Ce qui, A ses yeux, est encore pire, c'est le
mis6rabilisme du systeme de sante, qui fait que 2


enfants sur 10 n'atteignent pas l'Age de 10 ans.
Illustration : sa visite A la maternity et A la p6diatrie de
l'h6pital Sainte Catherine Labour6 de Cite Soleil.
Christiansen a constat6 qu'il y manquait de presque
tout. < rouillts >. Comble de malheur, les hurricanes
de septembre 2008 sont venus s'ajouter A la
p6nurie structurelle. << Depuis les temp&tes
tropicales, tout est parti dans les endroits
sinistrts et il nous reste a peine quelque
chose >, deplore le m6decin en chef, Mme
Arminde Jeanty. Selon cette dernire, les plus
grands problkmes auxquels le centre
hospitalier est confront sont : << la
malnutrition, le sida et la tuberculose >>. Et
ce n'est pas peu.
Comme il fallait s'y attendre,
l'envoyde de 1'UNICEF ne ratera pas de
visiter l'6cole << Promesse Collkge
Evang6lique >> qui s'6tait 6croulde au d6but
de novembre dernier et qui avait occasionn6
la mort de 90 enfants pendant que 150 autres
s'6taient retrouv6s gribvement bless6s. Des
parents endeuill6s ayant vu le symbole de
'pagnd 1'UNICEF sur la voiture de Christiansen
voulaient montrer les photos de leurs disparus
et demander de l'aide. Description de l'ambiance
dramatique de cette visite sur les < lieux du crime >>.
Puis vocation du travail humanitaire du pretre italien,
Pater Attilo Stra, en faveur des enfants et des jeunes.
Son projet Lakou est 1 'un des plus grands projets
humanitaires pour les enfants de rue n, indique-t-elle.
Le religieux aurait sauv6 o des centaines de ces dmes
perdues > en leur faisant apprendre un m6tier au sein
de ses ateliers. Les garcons peuvent, par exemple,
devenir menuisiers ou soudeurs, les filles, couturibres,
coiffeuses, cuisinibres, ou mnme, enseignantes.
Nicole, 22 ans, une ancienne prostitute raconte toute
fibre qu 'elle a rdussi son test de coiffure n, rapporte
Christiansen. Selon la journaliste, o ce n 'est pas
seulement de la fiertt qui brillait dans les yeux de
Nicole. C'est aussi 1 'espoir d'un avenir meilleur Pour
elle-mtme etpour Haiti >.

Huguette H&rard.
raussendorf@aol. com

N.D.L.R. :
1) Du 4 janvier 1998 au 24 juin 2007, Sabine
Christiansen (50 ans) a rdalisd des talkshows chaque
dimanche soir (de 21 :45 a 22 :45) a la premiere
chaine de ttltvision allemande, ARD. Soit au total
de 447 missions rdalisdes a Berlin. Pendant 9 ans,
elle a interview les hommes politiques les plus
influents d'Allemagne et du monde.

2) >Bild am Sonntag n, 21 dtcembre 2009.


PORT-AU-PRINCE, MA VILLE


par: Robert Paret


C'est dans cette ville queje suis nd, que j'ai
pouss6 racines et que je cr&che. Une ville toute
particulibre par son histoire, qui m'obsede, me
subjugue et pour laquelle j 'prouve la plus grande af-
fection et un ind6fectible attachement. Un lienvisc6ral
me retient dans ses ornires et me prend au pibge des
accoutumances 6tablies. Cela dure depuis d6ji plus
de soixante ans et il n'y a aucune raison, ni le moindre
risque que cela change. Son rythme et ses rites se sont
A un point tel accommod6s A mes convenances, ses
couleurs et ses senteurs ont si bien impr6gn6 mon corps,
qu'ils me paraissent essentiels, voire indispensables.
Je crois que cette ville, par une sorte de magie,
a faqonnd ses citadins A sa manibre et A son image.
C'est-A-dire qu'elle les a formss : accueillants,
g6ndreux, courageux et intrdpides, avec une indicible
joie de vivre et un esprit de d6brouillardise qui leur
permettent de se d6gager tant bien que mal des entraves
d'une existence pas toujours facile. Ces qualit6s qui
determinent les traits de temperament dominants des
habitants de Port-au-Prince peuvent expliquer, en
partie, son Histoire et ses histoires, mais ne t6moignent
pas pour autant de leur engagement envers elle. Car
en d6pit de ces vertus, la ville n'a pas toujours b6ndficid
d'un apport soutenu de ses habitants. Ce manque de
motivation et de consideration n'a pas facility son
d6veloppement m6thodique, et son accroissement
harmonieux s'en est affreusement ressenti tout au long
de son existence. De plus, sa situation de Capitale
concentrant les principales activities 6conomiques et
politiques du pays, ne l'a nullement favoris6e. Bien au


contraire, cette condition a affect ses infrastructures
deji insuffisantes et d6faillantes et ont grandement
contribu6 A empirer son mal-6tre. D'une ville dont la
superficie ne permettait d'accommoder qu'environ
trois cent mille d'habitants, au milieu du XXe sidcle,
elle est passe de nos jours, avec ses communes
avoisinantes, A la dimension d'une m6gapole abritant
une population d'environ trois millions d'ames. Ce qui
lui donne la density de population, par km2, la plus
6lev6e de la region. De se fait, elle ne peut que
s'6crouler sous ce lourd fardeau. Pour toutes ces
raisons, Port-au-Prince m6rite une couronne de cour-
age, de reconnaissance et de la compassion.
Cette pid6t filiale que je lui voue me pousse
A mieux la connaitre pour mieux lui venir en aide. De
sa fondation A nos jours, beaucoup d'eau a could sous
ses ponts et trop d'&v6nements se sont d6roul6s dans
son enceinte. C est une ville
qui m'a toujours procure eh
une strange sensation de
froid et de chaud, comme le
ressent un malade atteint de
paludisme. C'est-A-dire
qu'elle m'a toujours
trimballk de la tranquillit
a l'agitation, selon son
humeur. POfes


L'Histoire
rapporte que son nom vient
d'un bateau francais, Le
Prince qui aurait accost6
dans sa rade pour dchapper
A l'agression d'un navire


ennemi anglais qui l'avait pris en chasse. Le capitaine
du vaisseau, apres avoir sem6 ses assaillants, en signe
de reconnaissance, d6nomma ce port qui l'avait
accueilli et protg6 : PORT-AU-PRINCE. C'est sur le
site des habitations Randot et Morel-Breton appel6
A l'6poque l'Hbpital, que le gouvemeur francais de
Saint-Domingue Larnage et l'intendant de la colonie
Mayard, d6cid&rent par d6cret public en 1743 de cr6er
la Capitale des << Iles Sous-le-Vent >> de la France. Cette
decision ne fut officiellement applique que six ans
plus tard, soit le 26 novembre 1749.
DMs lors, la ville deviendra le siege adminis-
tratif de ce territoire francais d'outre-mer et le princi-
pal centre de n6gociation des relations commerciales
entre la m6tropole et sa < campagne d'outre-mer >>."

(MA VILLE / p. 17)

b D g -P P C


)ame anageaud
Manager


ssional


i ;nting & Design
Ave Martin Luther King #30A, P-au-P, HaTti
Phone (509) 3529-4997 / 3787-6500
E-mail: professionalpd@yahoo.com
jameslarivaud@hotmail.com







Mercredi 4 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02


!!!!;; iiii iiii iiiiii ... ^^ ^^ y IIB^ i ....^^^^^^ iiiii i ^ ^ ^^y














..... 2i ..Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


*I "N %k '4 s 40k A** *WON
... .. i ... iiiiii i.iiiiii: :....i :B! .. *H t iH .. . ..

*iiiii^il ... .. i ^i ii i i i i i i ii i i i .


Page 15


45772;? r-"E 2 mbirrie Avernue
TM: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOTES LES OCCASIONS.
- Reception de pavement pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...ec..
- Connection rflEphoniaue chez vous...

Ouvert
6 Jours
par







Soutier ct Saiii.nlesi .. ..
Fnxluit puar t cuksine (I't (compas. Racine. livam hiqupa.
asemaine:k. i Anitrain
TbicauxZ Videa (utiak ion. Amnicnaini. ltirnciuaircs. "Irarns
Mfirypwrrn hPludt t ic t avut






Page 16


Mercredi 4 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02


AlinLeroy (photos instah ao Dormino) L'assistant du Secretaire General de I 'ONU avec des enfants a Citi Soleil
.. (photo Marco Dormino Minustah)


"Copyrighted Material

.. Syndicated Content.

Available from Commercial News Providers"
... iii iiii!I,~l
~p S1






A~v~al lble f~O111 .......................... !j d ei


Alain Le Roy a bord d'un des bateaux assurant la protection des cdtes haitiennes
(photo Marco Dormino Minustah)


CONTACT US
TOLL FREE. 1-888-383-2856
OR: 305-620-8300
FAX .305-620-8332
CELL: 305-986-8811








Mercredi 4 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02


Serena Williams redevient numero 1 mondiale


Serena Williams a reported son 10e titre du
Grand Chelem en simple en s'imposant a l'Open
d'Australie eta pris du meme coup laplace de numdro
un mondiale.
L'Amdricaine, 27 ans et d6ji victorieuse a
Melbourne en 2003, 2005 et 2007, a 6cras6 en finale
la Russe Dinara Safina, deuxibme au classement WTA,
sur le score sans appel de 6-0 6-3 en 59 minutes.
"J'6tais un peu nerveuse en rentrant sur le
court", a d6clard Serena Williams. "Au bout de 22
minutes, j'avais d6ji un set en poche etj'ai essay de
rester concentrate. Je me disais: 'c'est une guerribre,
elle ne va rien licher"', a dit Williams qui a remercid
publiquement sa soeur Venus, avec qui elle a remport6
le double, et sa maman Oracene, toutes deux pr6sentes
dans les tribunes.
"La premiere semaine a 6td dure mais on s'en
est sorti En quart de finale, Svetlana Kuznetsova a
servi pour le match mais je ne voulais pas rentrer a la
maison. Je suis convaincue aussi que nos matches en
double m'ont aide a amdliorer monjeu."
Safina, qui disputait seulement sa deuxibme
finale dans un tournoi majeur apres Roland-Garros en
2008, a d6marr6 la rencontre trop crisp6e pour rivaliser
avec la cadette des soeurs Williams, d6ji rompue a
l'exercice.
"Je n'ai pas grand chose a dire car je n'ai
meme pas pass une heure sur le court", a dit la Russe.
"C'6tait la premiere fois que je jouais non
seulement pour le titre mais pour la place de num6ro
un. Elle 6tait beaucoup plus exp6riment6e que moi dans
ce domaine.

"ESSAYER DE RELEVER LE
CHALLENGE"


"J'6tais beaucoup moins nerveuse qu'a
Roland-Garros, ofi j'avais a peine dormi la nuit
pr6c6dente. Mais j'avais l'impression que ce n'6tait


Serena Williams apres avoir reported samedi
1 'Open d'Australie


pas moi sur le court", a encore avoud lajoueuse de 22
ans.
En 22 minutes, la jeune Russe voyait le
premier set s'envoler sans qu'elle soit parvenue a
marquer le moindre point sur le service de son
adversaire.
Safina, qui briguait elle aussi la premiere
place mondiale et revait de conqudrir un titre que son
frbre aind Marat Safin avait remport6 en 2005, faisait
meilleure figure dans la deuxibme manche mais ne
parvenait pas a enrayer la machine Williams.
Aprbs avoir c6d6 son engagement en d6but
de deuxibme set, la Russe, finaliste du tournoi
olympique a P6kin, cddait la deuxibme manche 6-3 et
le match en moins d'une heure.
Serena Williams, qui a remport6 1'US Open
en septembre dernier aprbs avoir dispute la finale de
Wimbledon en juillet, reconquiert du meme coup la
place de num6ro un mondiale qu'elle a d6ji occup6e
durant 61 semaines.
Elle r6gnait une premiere fois sur le tennis
f6minin mondial durant 57 semaines entrejuillet 2002
et aoft 2003, avant de r6cidiver durant quatre semaines
l'automne dernier aprbs son sacre a New-York.
Serena Williams a une fois encore prouv6
qu'elle 6tait une comp6titrice hors-normes. Depuis le
debut de l'Fre Open, elles ne sont que cinq a avoir
sign le quadruple a Melbourne : Margaret Smith
Court, Evonne Goolagong-Cawley, Steffi Graf et
Monica Seles et d6sormais Serena Williams.
En outre, aprbs sa victoire a 1'US Open 2008,
l'Amdricaine est en course pour remporter les quatre
majeurs d'affil6e : "Je vais essayer de relever le
challenge", a-t-elle promis.


PORT-AU-PRINCE, MA VILLE


(MAVILLE... suite de la page 14)
La ville s'6difie lentement, prise dans la tourmente de
cataclysmes naturels, cyclones et s6ismes. Le choix,
apres le terrible tremblement de terre de 1770, de ne
bitir qu'enbois, devait aggraver la situation, entrainant
un flau encore plus redoutable : le feu, qui ponctuera
l'histoire de la cit6 jusqu'au XXe siecle. Pour parer
aux ravages du feu : brique, pierre et fer font leur ap-
parition dans l'architecture. Jusque l1, la ville conserve
ses limites d'origines. Les troubles politiques persis-
tent et la Capitale essuie huit incendies d'importance
entre 1865 et 1883".
Dans la seconde moiti6 du XIXe siecle, une
certaine modernisation, qu'accompagne l'apparition
de l'industrie m6tallurgique en architecture, voit lejour.
De grands projets se r6alisent tels que : la construc-
tion du march Vallibre et des halles de la douane, sous
la pr6sidence de Florvil Hyppolite. Un essor
6conomique favorise le d6veloppement de nouveaux
quartiers r6sidentiels, oi l'on remarque l'6rection de
superbes villas, style gingerbread. La ville s'6tend vers
l'Est, dans les zones de Lalue, du Bois verna, du chemin
des Dalles. Au tournant du siecle, elle couvre une sur-
face trois fois plus grande que celle de la cit6 coloniale
et se dote de grands edifices. En bordure ouest du
Champ-de-Mars se dessine, avec ses toitures vertes
tres caract6ristiques, le Palais des Ministeres, 6difi6 a


la fin du XIXX siecle. Les grandes Casernes Dessalines,
construites en 1912. A la suite de la destruction du
Palais National par l'explosion de la poudribre de
l'arm6e d'Haiti, le 8 aoft 1912, a l'issue d'un concours
public, l'architecte haitien Georges Baussan, dipl6m6
de l'Ecole Sp6ciale d'Architecture de Paris, se voit
confier, deux ans plus tard, le projet du nouveau Palais
National.
Au cours du XXC siecle, durant l'occupation
amdricaine (1915-1934), se poursuit le mouvement
d'urbanisation de la Capitale, tandis qu'au lendemain
de la seconde guerre mondiale la ville connait une
nouvelle impulsion avec la creation de la cit6 de
l'Exposition dubicentenaire (1949), sous la pr6sidence
de Dumarsais Estim6 et l'am6nagement du Champ-de-
Mars (1954), sous la pr6sidence de Paul Magloire,
dernier projet d'envergure de modernisation de Port-
au-Prince. Si l'on excepte l'A6roport International de
Mais Gate, sous la pr6sidence de Francois Duvalier,
actuellement AEROPORT TOUSSAINT
LOUVERTURE et quelques voies de communication
interurbaine.
Depuis lors la Capitale est tomb6e en l6thargie
par manque de travaux de d6veloppement. Et comme
le disait d6ji le baron de Wimpffen, quarante ans apres
sa creation, elle pr6sente un aspect inachev6 et
insalubre qui la fait comparer a un<< champ de


Tartares >>.
Et c'est, malgr6 tout, a cette ville que je
m'accroche. Qui me rappelle quandje m'6carte d'elle
trop longtemps, durant un sdjour prolong a l'6tranger,
lorsqueje ne retrouve plus mes repbres. Cela m'arrive
a tous les coups, meme lors de la visite d'autres villes
dont les attraits paraissent irr6sistibles. C'est a croire
que le virus qu'elle m'a inoculd m'empeche de
sommeiller dans d'autres bras. Ainsi je suis pris au
pibge de son envoftement. Comme je comprends la
souffrance de celui ou de celle qui se trouve, pour une
raison ou une autre, oblige (e) de rester loin de sa terre
natale !
Au lieu de la vilipender et l'accabler de tous
les maux, je pr6fere la voir avec des yeux d'outre-
tombe. Avec un regard qui la rev6tira de ses plus beaux
habits pour lui donner l'aspect d'une vraie ville. J'ose
d6ji la projeter dans un avenir plus radieux, oi mon
corps et mon esprit donneront libre cours a leur imagi-
nation" r6demptrice".
* Les references historiques sont tirees en partie de
"Guides Gallimard'.
Port-au-Prince, janvier 2009.

A suivre : PORT-AU-PRINCE, EN L'AN 2060.

Robert Paret


LaiI v km ou r k Non-e I t i-I' trktm(NC









"Copyrighted Material
S... ........ ...... ...... ... .. -........ .... .


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Page 17


.1








Mercredi 4 FHvrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02


Page 18


- I B| N


LAPI NE
SR S' U F N T L JXTQKZBU
Va FIuF B Q M x oDZ
SKW 8B 4H't F' X C I Z A K

N v'.1 O r u
R TA R I ijLI H X G
0 P. p CL A QZ E
- H DJ JF ".Fy P j N H H


t PRBTG G OI REX OP
u p w s 1 At A. N xt K.. V4K j
I GUW 4G u < 4L f A G 1kOMC M
B rU T R A W t Q X I H V4/1\ V B



Clement X II C~mnt XIV Gregoire X'V- Incent



Jean-Paul II Jean-Paul ler Leo XII Leon XIII Paul VI Pie VI
Pe VII Pie VI P~XI- Pie Xf behureux Pie IX
S wenh PD uiM JeiarXXII saint Pie X
. P P E 0 G P 'yy' R 5 -1 -r I a X B
5 D J F C Q I Vty-f U Q JS \ Z R S
V5 v R Y S{L E N jtf.1 i.-M P (t~ij s B
, P R B T G I oj f e I R E X --J> P
Z A I GCWY Ei J KXKXMCG \i'

Beroit X111 Benol XIV Bemt XV Benra XVI Clement XI1
Clement XIII Clenxnt XIV -Gregoire XVI Innooent XIII
Jesn-Psul 11 JearrPaul I- Lewi XII LEwn XIII Paul VI Pie VI
Pie VII Pie VIII P*iXI Pie XII bienheureux Pie IX
m benheveux JeanXXIII sain[ PIR X


Allez de BIDONS a LAPINE, en utilisant des mots du du vocabulaire
frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


HORIZONTAL
1. Groupe d'iles 2. Rapidite -
3. Pronom 4. Groupe dangereux -
5. Chants gais et lumineux -
6. Second Empire bulgare -
7. Ris avec mepris 8. Amourachas.

VERTICAL
1. Idylle 2. Note Village roumain -
3. Pitre Crome -
4. Exclamation Possede -
5. Pages d'un seigneur ottoman -
6, Petits bateaux 7. Conjonction -
8. Jambieres,


Solutions de la
semaine passe:
BRUELI S

BRU TE S
F LUTES
FLUTES

FAUTES
Fnm'TTE I
TTAIITTITI


Affirm MWM.=i7lH PRIM*


00 M6lodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invites du Jour
M6lodie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiBre Raphael


c 'edt A&4e 4Pit eo 'e c&cae /


En Bref...


(... suite de la page 2)


pr6sente toutes les conditions pour devenir S6nateur. Par consequent affirment ces avocats,
Reynold Georges en tate (rappelons que c'est sous la bannibre du parti Alah, de Reynold
Georges, que Guy Philippe s'est port candidat), la candidature de l'ex-commissaire ne
peut 6tre contested.

Les victimes du scandale des cooperatives s'opposent a la candidature
de David Ch6ry
Les responsables de l'association Fanm Viktim protestent 6nergiquement contre la
candidature de David Chdry (qui done lui a remis un certificat de bonne vie et moeurs?
s'est interrogee Margareth Fortune, responsable de l'organisation) et ont promis d'unir les
forces de toutes les victimes du scandale des cooperatives pour barrer la route a Guy
Philippe.

Haiti recoit la 14e session ordinaire de 1'Association des Etats de la
Cara'be (AEC)
Cette convention a eu lieu le 30 janvier 2009 au Karibe Convention Center. L'AEC
participe a la recherche de solutions aux problkmes environnementaux qui nous accablent
depuis un certain temps. Evoquant les r6sultats obtenus lors des ateliers de travail sur les
catastrophes naturelles organisms a Montrouis, en novembre 2007, et de la reunion relative
a l'impact du changement climatique sur les d6sastres tenue a Port-au-Prince, en d6cembre
2008, le president Preval s'est r6joui que le Conseil des Ministres de 1'AEC s'apprete a
prendre des decisions sur des questions aussi importantes pour l'avenir de la region. <<
Pour un Etat comme le n6tre qui ambitionne d'ameliorer son image et de reprendre sa
place au sein de l'industrie touristique r6gionale, l'invention du concept de tourisme
multidimensionnel et la creation d'une zone de tourisme durable dans la Caraibe sont trbs
appr6cids par le gouvernement >>, a-t-il d6clard en mettant l'emphase sur les eforts
susceptibles de permettre au pays de renforcer sa capacity d'accueil, de multiplier le
nombre de visiteurs et d'accroitre ses reserves de change. Le chef de l'Etat s'est dit
heureux que 1'AEC, dont la pr6sidence a &t6 assure avec succes par Haiti qui arrive au
terme de son mandat, ait pu offrir de meilleures perspectives aux pays membres.

Un avocat du Barreau de PORT-AU-PRINCE kidnapped et assassin
< Eric Dubosse, un assassinat r6voltant >>, dnonce Me Gervais Charles. Le batonnier
Gervais Charles ajug6 r6voltant l'assassinat tragique, la semaine pr6c6dente, de Me Eric
Dubosse, membre du Barreau de Port-au-Prince. Le cadavre de Me Dubosse a &t6 retrouv6
le dimanche 25 janvier dernier a Delmas 75, quelques jours aprbs son enlkvement.(Le
Barreau de Port-au-Prince, a d6clare Me Charles, ne va pas tol6rer que l'assassinat de Me
Eric Dubosse passe inapercu a l'instar des assassinats de plusieurs de ses membres
ant6rieurement. << La corporation des avocats du Barreau de Port-au-Prince est plus que
jamais d6terminee a ne pas laisser l'assassinat de Me Dubosse devenir un fait divers, sans
suite... >>.(Se disant 6tonn6 qu'aucune autorit6 judiciaire ni policibre n'ait contact le
Barreau pour l'informer de l'ouverture d'une enquete autour de l'assassinat de Me
Dubosse, le batonnier Gervais Charles exige des autorit6s concernmes qu'une commission
d'enquete soit diligent6e afin de faire jaillir la lumibre, dans le meilleur d6lai, sur cet
assassinat << odieux >>.(I1 a saisi l'occasion pour exiger des autorit6s comp6tentes la
reouverture des dossiers sur les assassinats des avocats Guy Malary, Mireille Durocher
Bertin, Charles Jean-Baptiste, Paul Esther, etc. Me Gervais Charles a dit d6plorer qu'<<
aucune enquete relative a des cas d'assassinat dans le pays, notamment des hommes de loi,
n'ait jamais abouti. >>(Pour protester contre le kidnapping de Me Eric Dubosse, les avocats
ont observe un arret de travail. Le siege a &te lev6, le lundi 26 janvier, en hommage a la
victime mais, a inform Me Charles, ses confrbres ont d6cid6 d'observer cette semaine un
nouvel arret de travail qui pourrait s'6tendre jusqu'aux fundrailles d'Eric Dubosse, dont la
date n'est encore fixee.

Des protestants manifestent pour demander I'aide de Dieu pour le pays
Plusieurs milliers de fiddles protestants ont d6fil6 samedi dans les rues de PNtion-Ville
afin d'implorer l'intervention divine en faveur d'Haiti. << Qui volera a notre secours, car
(EN BREF / p. 20)


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

0 I

AXE

MS


Solutions de la semaine passee
S REUNION
IRII~IO^


* j liI1l11 IIil:y


A








Mercredi 4 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII No 02


Kreyol ak lasyans : an nou

simen klate sou f nwa
Gen apil mounn ki kwe krey6l pa kab sevi
nan domen syantifik kou biyoloji, chimi, fizik eksetera.
Men, krey6l-la ka senpman fe pwezi. Nou ap di nou
pa dak6 ak kalite lide sa yo, paske yo pa chita sou
okenn done syantifik.
Alaverite, ant sa lanng krey6l la dwe fe ak sa
li kab fe, nou kwe genyounpaket diferans. Siyo mande
nou kisa lanng krey6l la kab fe? Nou va reponn: lanng
krey6l la pa gen limit .Si gen youn limit, li chita nan
limit mounn ki ap sevi ak lanng lan. Si nou bay krey6l
la fizik, chimi, byoloji, elatriye, li ap pran tout. Men,
si se pwezi ase nou vie ba li, se nan limit pwezi a li va
rete.
Kounye a, nou vie poze kesyon sa a: Kisa ki
konte nan domen transmisyon lakonesans lanng ki
sevi pou transmit konesans lan osnon mounn ki ap
travay pou devlope konesans lan? San pedi tan, nou
ap reponn: se mounn ki ap travay pou devlope
konesans nan lanng lan, av&k tout prejije li, epi tout
limitasyon li. Youn savan ayisyen ki ap viv Ayiti epi ki
kwe nan lanng krey61 la, ka rive fe tout travay li an
kreybl. Sepandan, si li bezwen mounn 16t peyi li travay
la, li ka tradui li osnon li kab bay tradui li nan s6l lanng
inivesOl nan fen ventyem syek la: lanng angle a. Se
sa menm ki oblije anpil fouyap6t franse pibliye rezilta
rechech yo nan revi syantifik ki ekri nan lanng angl.
Nan ep6k nou ap viv la-a, piblikasyon
syantifik yo telman ale vit nan lanng angle a, inivesite
frankof6n Kanada yo pa rive kenbe konpa tradiksyon
konesans syantifik yo. Sepoutntsa, anpil fwa, yo oblije
sevi ak liv ki ekri nan lanng angle, al6ske kou yo ak
rechech yo ap fet an franse. Eske sa vle di konesans
pakab sikile nan lanng franse a pou sa? Epitou, se pa
Kanadyen franse yo selman ki nan dilem sa a. Se
pwoblm peyi ki pale lanng arab-la, peyi Pany6l yo
elatriye. Eske sa vle di okenn nan lanng sa yo pakab
transmit konesans syantifik? Eske nou dwe di lanng
sa yo pakab sevi nan domen syantifik osnon pep sa yo
pakab fR lasyans nan lanng manman yo an, paske se
tradui yo ap tradui konesans ki soti nan lanng angle a?
Repons-lan se non Konsa, si nou pa pare pou nou di
tout 16t lanng sa yo enkonpetan nan domen syantifik,
nou pa kapab di lanng krey6l la enkonpetan, paske peyi
krey6l yo pa gen mwayen ekonomik pou tradui tout
matery6l ki soti nan domen lasyans. Ebyen, se sa menm
mounn ki di krey6l la pa kab transmit transmit
konesans syantifik yo vle fe nou konprann, 1I yo di
nou lanng krey6l la pakab sevi nan domen lasyans.

Lanng kreybl-la pa gen limit !
Gen mounn ki kab di nou : < syantifik pou simaye konesans syantifik an krey6b>.
Men, eske dapre mounn sayo tout mo lasyans ap itilize
nan fen ventyem syek la te ekziste deja? Repons lan se
non. Tout tan lasyans ap devlope, se tout tan nou ap
jwenn mo nef. Peyi ki fe envansyon an chwazi mo li
yo nan lanng li epi 16t peyi yo prete mo yo jan yo ye a,
osnon yo kab chwazi ekivalan pou mo sa yo nan lanng
pa yo a. Si menm pwosesis sa a pa f&t nan lanng krey6l
la se paske peyi ki pale krey6l yo toujou sevi ak lanng
kolonizate a tan pou yo sevi ak pw6p lanng krey6l yo
a. Konsa, yo pa we nesesite pou yo mete pw6p lanng
anndan peyi sa yo nan kouran evolisyon syantifik
moden yo. Kidonk, se pa lanng lan ki limite, se mounn
ki ap sevi ak lanng lan ki limite.
Youn konsep syantifik se yon lide. Youn lanng
se youn mwayen pou transmit lide. A16, mwen ta
renmen youn mounn demontre mwen nan ki fason
krey6l la gen enkapasite pou li transmit lide syantifik
yo?
Si yo di nou krey6l la pa gen youn vokabilk
syantifik, nou ap reponn yo: koze kredi! Paske, nan
lanng kou franse, angle, pany6l, mo syantifik yo prlske
sanble. Poukisa? Se paske pi f6 mo sa yo soti nan laten
ak gr&k, oubyen ank6, se non mounn ki fe envansyon
an ki sevi pou bay twouvay li fe-a youn non. Si mo
syantifik yo sanble nan tout lanng ki gen rasin laten,
poukisa mo nou pral chwazi an krey6l yo pa suiv menm
prensip lan?
An nou pran kek ekzanp nan domen byoloji:
Angle di: mitochondrion; franse di:mitochondrie;
Pany6l di: mitocondria
Angle di:reticulum; franse di: rdticule; pany6l di:
reticulo
Angle di: Golgi apparatus; franse di: appareil de
Golgi; pany6l di: aparato de Golgi.
Kisa ki pou anpeche krey6l la di: mitokondri, retikil,
aparty Golgi elatriye.
Poudaye, prensip prete mo a, se youn teknik pou kreye
mo nef ki kouran nan domen lanng. Men kek mo
lanng franse a pran nan men lanng krey6l la: mars,
tafia, zombi, tabac,epi noujwenn tou mo tankou bar-
becue ki se youn mo angle yo te prete nan men endyen
Ayiti-yo .(Petit Robert, 1995 ).


I Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou


Nan Atlas leksikzo mounn (1989) leksik nan
kat lanng (krey6l, angle, pany6l, franse ) ak Michel-
Ange Hyppolite ( Kaptenn Koukourouj), nou jwenn
non tout zo nan k6 nou an krey61, pa gen anyen ki ta
kab anpeche nou kontinye ak tout res sistem yo,
si te gen youn entered pou kalite travay sa yo anndan
lek6l Ayiti yo. Kidonk, lanng krey6l la kab pase tout
kalite mesaj. Lanng krey6l-la kapab fe tout kalite
travay. Nou ap repete li ank6, Lanng krey6l la pa gen
limit, se noumenm save ayisyen ki limite. Se pa krey6l
la ki gen enkapasite pou li mennen nou nan youn nivo
entelekty6l avanse, se noumenm, mounn ki pale lanng
krey6l-la ki pa fe ef6 pou sa.
Gen mounn ki kab di : youn lanng se pa
senpman youn kesyon vokabile.
Sepandan, li te enp6tan pou nou chita sou aspen
vokabile a, paske gen anpil 16t mounn ki merite konnen
laverite sa yo. Anvan nou ale, nou ap mande save
Ayisyen anti-krey6l yo pou yo sonje limit ekonomik
peyi nou an, prejije seten entelekty1l ayisyen ki toujou
vie pran distans yo ak mas pep la elatriye, se de (2)pami
dives faktW ki limite lanng krey6l la nan devlopman li.
Donk, ensifizans yo konstate nan lanng kreybl la, se
ensifizans ki lakay anpil nan entelektyel ayisyen yo.
Si nan fen ventyem syek la gen mounn ki
deside bay kreybl la plas ki revyen li dedwa nan
edikasyon timounn nou yo ak nan edikasyon mas pep
la, se paske yo vle respekte tout rechech ki demontre
edikasyon youn mounn dwe fet nan lanng manman li.
Alb, si te gen ere ki te fet nan chwazi lanng pou fR
edikasyon pep nou an apre endepandans lan, li 1, li
tan pou nou korije ere sa yo.

Michel-Ange Hyppolite (Kaptenn Koukourouj)
Manm Sosyete Koukouy Kanada
michelangehyppolite@rogers. corn



Ayibobo! pou Komisyon
Michele Spence-Jones
LITLLE HAITI CULTURAL
CENTER
INOGIRE 28 JANVYE 2009
AYIBOBO POU MICHELE
SPENCE-JONES
Finalman travay pou fo youn Pak ak youn Sant
kiltirOl nan Little Haiti-a fini. Kaba. Tout ouvriye
depoze p6l, pikwa, tout machin-traktW etenn mote yo.
Achit&k ak enjenye depoze kreyon ak eke. Monpe ak
Paste bay benediksyon. Travay-la fini. Kaba.
Se youn vwayaj ki dire youn bon bout tan.
Depi nan inogirasyon Caribbean Marketplace-la, 7
Avril 1990, vizyon-ant'apjemen. Kit se te otorite nan
vil Miyami oubyen Ayisyen k'ap viv nan Little Haiti
osnon aktivis nan Kominote-a; tout mounn te santi
nesesite pou leve eskanp figi little Haiti. Caribbean-
nan se te premye pati-a. Dezyem pati-a t'ap youn
michan restoran premye klas nanjaden ak vale pakin
elatriye. Little Haiti s'oun z6n ki part sou kat Miyami-
an san avetisman. Tankou anpil nan nou ka sonje se 1I
boat people, refijye ap debake nan Florid-la, prezidan
Jimmy Carter te bay Ayisyen yo ladesant nan Lemon
City ki vin tounen Little Haiti. S'oun b6l ti non youn
rep6tW Miami Herald te sigjere apre Viter Juste te
pwopoze limenm pou yo te rele z6n nan "Little Port-
au-Prince ". Kidonk Ayisyen debake devan d&yL. Te
gen youn 1, yo te konte 50,000 Ayisyen nan Little
Haiti. Nou mmt di, te gen 2 fwa lavale paske filozofi
mounnyo nan ep6k sa-a, se "Bondye konte-m dyab pa
konte-m". Yo te pL. Yo te sou tansyon. Imigrasyon ap
anpeche yo viv, yo pa t'ap kite anryennafy vin konte
yo pou y'al nan pwoblkm ak imigrasyon.
Se ekip malere sayo ki konpoze Little Haiti.
Yo travay di. Yo d6mi mal. Yo pran veksasyon nan
men ni lafanmi kite deja la ni nan men etranje. Grasa
Dye plis chans, yo jwenn kek bon grenn Ayisyen
konsyan e konsekan ki ede yo, ki gide yo, ki finalman
fR yo konprann peyi-a ak sistem nan.
Rayi chen di dan-1 blan. Detanzantan ofisy6l
vil Miyami yo ak gouvennman federal fe tijes ede
Ayisyen yo. Yo finanse kek Sant pou ede refijye yo.
Ba yo rezidans tanpor. Ba yo ti k6b akfood stamp
emenm lage youn ti ch&k nan men yo. Se konsa an
1989 kek enstitisyon mete ansanm pou te renm&t
kominote-a youn mache yo te rele Caribbean Market-
place, anndan Little Haiti-a. SE youn 6ganizasyon
benev61 ki te rele Haitian Task Force Bob Lamothe
t'ap dirije ki te responsab pwoje-a. Youn esperyans
devlopman ekonomik yo t'ap derape nan z6n nan pour
rale touris. Caribbean Marketplace-la te anpenpan.
Machandiz atizay soti Ayiti ekzpoze, b1l poenti, b0l
kostim... Libreri Mapou ofisy6lman te monte premye
etaje-1. Gade non atizay ayisyen-an te anbandezon.
Etranje, touris soti tout kote debake nan Little Ayiti
menmsi majorite nan yo se foto yo t'ap fe. Jounalis


Page 19


rep6tW televizyon ap poze kesyon toutlasentjounen.
2-3 ane poko pase pwoj&-a bwd dlo. Carib-
bean Market-la ki pote 7 pri achitekti younn nan yo,
City of Miami te klase-1 k6m pi bl achitekti nan vil-
la. Ans6m se te youn gwo achit&k ayisyen-ameriken
defenHarisson Parley ki te f&-1 sou modl MacheAnba
nan P6toprens.
Depi 1976-98 Komisyone Art Teele limenm
t'ap travay pou yo fe youn pak nan z6n Little Haiti-a.
Anpil bagay te konntoumante-1. LU li gade li we abitan
nan Bonavista vwazen Little Haiti mande pou yo
femen Pak Bonavista-a pou anpeche kominote ayisyen-
an amize yo. LU li gade li we pa gen after school nan
z6n nan, pa gen sinema, pa gen okenn distraksyon
pou timounn yo ki lak6z yo nan gang, younn ap touye
16t... Li te pran desizyon lamenm pou te bay Little
Haiti Pak pa-1 youn Pak premye klas kote ou apjwenn
tout bagay youn Pak konplk genyen tankou plizye teren
pou foutb6l, voleb6l tenis, bibliyot&k, Sal jwet pou
timounn, sal domino ak kat pou granmounn, pisin,
machin jwet elektwonik etsetera. Men malerezman
konplo pif6 pase wanga. Art Teelle te sikonbe anba
presyon politikjouk lit e rive pran yo revolve, li touye
t&t li nan sal resepsyon jounal Miami Herald.
Poukirezon se la l'al suiside t&t li?... tankou lakay,
lanket se pousui.
Tankou rev Martin Luther King, r&v Art
Teele-la ponn youn reyalite mekredi 28 Janvye pase.
Komisyone ki ranplase Art Teele, Michele Spence-
Jones pranflanbo-a epi kontinye travay-la. Li goumen,
li genyen. Menmsi li pa renmet 100% ide Art Teele la
men park Little Haiti-a ki gen youn teren foutb6l kote
plis pase 500 mounnk'a chita; plis ank6 sou kote d&ye
Caribbeanmarket-la menm li renmet nou youn teyat
premye klas, youn teyat wololoy ak b1l ch&z, bon son,
b6l limye plis ank6 youn sal ekspozisyon penti, sal
travay pou etidyan aprann osnon fe devwa yo nan
konpite, sal klas pou mizik, sal dans, pakin.
Dekorasyon dey6 kou anndan,,, Anfen mezanmi se san
repw6ch. Komisyone Michele degaje-1. L6t komisyone
yo apiye-1. Many Diaz, majistra vil Miyami-an kore.
Vil Miyami depanse 38 milyon dola pou pwoj&-a. Se
25 milyon senpman piblik-la te vote nan youn bond
pou konstriksyon pak-la. Enbyen Majistra Many Diaz
ak Michel Spence-Jones degajqt yo, yo mete sou k6b
la pou yo te satisfy kominote ayisyen-an. Plis ank6 yo
depoze plis pase $250.000 dola pou refer devanti tout
biznis nan kwen Konpleks kiltir6l-la ant 58Teras ak
59 Ri. Libreri Mapou ak Uni- Transfert se 2 biznis ki
benefisye de anbelisman sa-a.
Mekredi swa te gen 400 envite ki te la pou
inogirasyon-an. Manje lakay, bwason koule
agranlijyen. Te gen mizik sou plas Little-la apre sa
tout mounn rantre nan sal espektak-la. Gwo emosyon.
Gwo sezisman. Tout mounn louvrije yo men laj. Tout
mounn se: wi fout! Koumanman! Koumatiboulout!
ki bagay! Younn ap gade 16t. Lapwoprete triyonfe.
Marleine Bastien ki kandida pou Kongre
Ameriken te andemon. Se li ki metres seremoni. Li
prezante tout ofisyl yo. Li nonmen nonbon kou mounn
; bliye bonkou tou tankou pyonye yo Viter Juste ki
goumen tout vi li pou korid6 sa-a nan Little Haiti, M&t
Zen ak pwofese Claude Charles, Dr Bobo, madanAvin
ki te nan sal-la, Roger Biambi, Pe Janjis, Paste
Monpremye... Tout lid sayo kite premye konpatriy6t
nan Sant refijye ak HACAD ki t'ap degwosi premye
Ayisyen ki debake nan bato yo... Nan mitan youn bel
pefomans ki marye Chante Haiti cheri Pierre Antoine
Jules monte ak koral koukouy youn b6l powem
"Tanbou" Jan Mapou konpoze pou sikonstans-lan
Jeanette Gr6goire te enteprete, pati koukouy-la fini
ak youn bl dans selebrasyonkongo, koregrafi Ledson
Louis sou direksyon Nancy St LUger ak Yanouwi
(Weislande CUsar). Nan sware pefomans istorik sa-a
te gen Farah Juste, Elena Garcia Dance Project, Vitolio
Jeune youn etidyan nan new Wold school of the Per-
forming Arts, Florida Memorial Umiversity Steele
Band ak Rara Lakay.Martine St Aim6 te chante im
nasyonal nan youn vwa ki fe tout sal-la vibre.
Lajwa te nan ren tout asistans lan. Menm
komisyone michele ki ansent 9 mwa lage 2 yayad. Ala
b6l bagay se la pw6pte. Nou swete yo byen dirije-1
pou sa kit e rive Haitian Task Force la ak Caribbean
Market la pa rive ank6. Nou mande tou pou yo batize
teyat-la teyat Moriso Lewa. E poukipa? Moriso s'oun
ekriven teyat. Li pase tout viv-1 ap ekri teyat pou edike.
Se li an premye ki tradui Antigone an kreybl epi ri NE
2nd Av-an se Avni Moriso Lewa. Kidonk pa ta gen
pwoblkm si yo ta bay Teyat-la non < Leroy Theater>>.
Nan non atis yo, nan non kominote ayisyen-
an, Nou di Ayibobo pou Michele Spence-Jones, pou
Michael Spring nan Depatman Zafe KiltirOl, Majistra
Many Diaz, Majistra Alvarez, City ak County
komisyone yo ak tout mounn ki jwe youn wl6 nan
reyalizasyon bl pwoje sila-a.
Jan Mapou
mapoujan@bellsouth. net


...... ............ ... . .... .. . IllI-nIN


I







Mercredi 4 F6vrier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N' 02


En Bref...
(... suite de la page 18)
nous n'en pouvons plus >>, scandaient des hommes et des
femmes qui, pour la plupart, portaient des t-shirts frapp6s de
l'inscription << Jsus, sauve Haiti >. L'arriv6e impromptue de
cette foule impressionnante a perturb6 la circulation automo-
bile a PNtion-Ville et contraint la police a improviser la mise
en place d'un service d'ordre.


"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


R-Lin- nl-o
Nous iommes ,
spcialisii dana...
Cargo 6n6ral, WBaria --
troduIfu prtes.bIs., Effot.s
r nmlt, Produlta
explosifs, Toutes dinlmIlons N EWI
Door to Door Service
POUR VOS RsERVAWTIONS DE CAROL APPELEZ is available.

1-800-927-6059
ou ev no us m e-mia


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786-457-830 Fax: 305-76-079 -all pasacalla@ao.com


POUR TOUW VS MEATIr Equipements pour construction
Mflocs do votrc / Camion / Equipcmcnt m6dical
Pkr on eu par bate.g


Page 20


KI VWAYAJE CHAK


15 JOU POU BWOTE
MACHANDIZ OU DIREK
MEN YON
AN AYITI SOU WAF ST
GWO BATO K
MARC, GONAIVES &
AP POTE TOUT
CAPE HAITI
MACHANDIZ
O A LI BWOTE KONNTENE, BWAT
OU TOUPATOU
PEPE, KAMYON MACHIN EK-
GONAIVES
SETERA
HAITI
CAPE HAITIEN ST MARC
Rele ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330 HAITI
HAITI
SFax (561 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398

Toll free 1-877-845-8330 or 1-877-845-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

Direction: 1-95 to Exit No. 74 ( 45th Street ) East to Congress Ave, to North on Congress Ave to Martin Luther
King Jr Blvd go East on MLK Blvd ( making right hand turn ) this Rd takes you straight to the Port of Palm Bch

As soon as you go over Old Dixie Hwy, before Guard Shack Make 1st Left hand turn you will see our Sign


Chaque matin, captez

Melodie Matin

sur 103.3FM


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


a 0


m .........




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs