Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00337
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: January 28, 2009
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00337
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00001-28-2009 ( PDF )


Full Text



















Barack Obama

Autre visage pour

une superpulssance
PORT-AU-PRINCE, 21 Janvier Le h une 6poque de grands d6fis.
discours d'investiture du president ambricain Barack
Obama ne ressemble h aucun autre prononc6 avant Un nouveau com-
lui ces dernires d6cennies. promis ... "Copyrighted Ma ial
D'ailleurs on a peu de souvenirs des Son autre module est le
discours d'investiture. Sinon cette phrase du pr6sidentFranklinDelanoeRoosevelt, Syndicated Content
president John Kennedy :<< ne demandez pas i votre le president qui a maitrisM la crise
pays ce qu'il peut faire pour vous, demandez plut6t 6conomique des anndes 1930, la plus Available from Com mercial News Providers"
ce que vous pouvez faire pour votre pays. >> grave jusqu'ici de l'histoire des Etats-
D'abord on attendait le president Obama Unis. Roosevelt appeal couramment
au detour de deux illustres pr6d6cesseurs : le le president du New deal, ou un
1864 et assassin en 1865. social qui avait permis au pays de
On dit que Lincoln, qui a aboli sortir de la crise. Une reprise de bas
officiellement l'esclavage aux Etats-Unis, est le en haut pour r6pondre h une crise de
module et l'inspirateur du premier president noir de haut en bas.
l'histoire de la rdpublique amdricaine. Mais n'oublions pas que
Lincoln a surtout &t6 confront i la plus Roosevelt est aussi le president qui a
grave crise de l'histoire des Etats-Unis, la guerre conduit victorieusement les Etats-Unis
civile amdricaine appel6e Guerre de secession, et (et les forces allies en g6ndral) .
que c'est lui qui y mit fin. travers la Deuxibme guerre mondiale.
Cefutund6fi. BarackObamasecroitaussi Et que c'est suite h ce conflit
(voir USA / 10)


SCANDALE DE PORT-DE-PAIX


L'argent de
PORT-AU-PRINCE, 25 Janvier Un
ministre qui traite un journaliste en train de
l'interviewer << en direct >> de suspect dans une affaire
de drogue et d'argent sale, puis s'en excuse dans
une lettre a en-tate officiel de son ministbre,
d6finitivement rien ne nous sera 6pargn6 dans cette
s6rie dite < le scandale de Lavaud >, section rurale
de Port-de-Paix (Nord-Ouest).
Mais ne faut-il pas aller au-dela du simple
fait divers ? Et s'6tonner qu'un tel 6v6nement se
produise alors meme que se prdparent des elections
importantes : le renouvellement du tiers du Senat,
au sein d'un Parlement disposant de grands
pouvoirs, envertu de la Constitution du pays et aussi
de la conjoncture politique. On avu un S6nat de 17
membres (sur 30) menacer de faire dchec
completement au systeme en place lors de la
ratification du nouveau Premier ministre en
septembre dernier.
Des agents de la police et du parquet local
qui font une descente de lieux et ne reversent qu'une
partie des fonds trouv6s aux autorit6s, cela peut
arriver sous n'importe quels cieux. S'ils sont
d6nonc6s, tout le monde est traduit enjustice et les


la Drogue et les Elections
coupables punis. Mais l'6quilibre de la nation
n'est pas mis en danger pour autant. Combien
de fois que c'est arrive dans des pays comme la
Colombie ou le Mexique. La guerre des cartels
dans les villes mexicaines frontalibres avec les
Etats-Unis fait des dizaines de victimes tous les .
mois.


Des elections arrivent...
Par contre en Haiti, c'est totalement
different. Apres plus de deux mois (la
perquisition en question a eu lieu au mois de
novembre), rien de pr6cis n'a encore 6merg6.
Impossible de savoir a combien s'61eve le
pactole d6tourn. Cependant on compte d6ji
deux morts. Suspectes, bien entendu. Un
commissaire adjoint de police et un membre
du corps judiciaire local. Et il n'y a aucune
raison que cela s'arrete l1 ... puisque des
elections arrivent et on sait par experience que
les umes passes a la poudre blanche ce ne sera
pas la premiere fois chez nous. Ni la dernire.
Pour prot6ger son fonds de commerce,
(SCANDALE / n. 4)


Le Ministre de la Justice Jean Joseph Exumb
(photo Georges Dupe)

CONFLIT DE GAZA
Israel ou la loi
du tout est permis
PORT-AU-PRINCE, 24 Janvier-
Imaginez Robert Mugabe, le president du
Zimbabwe, qui fait taper sur des manifestants plus
audacieux que d'ordinaire. Aussit6t les
organisations de defense des droits humains font
un toll. Londres, puis Washington et Paris,
demande sa d6mission immediate.
Des militants tchetchenes prennent une
cole maternelle en otage a Moscou. Les forces
russes interviennent, tous les enfants sont lib6rds,
mais tous les terroristes abattus.
A ce jour, on continue de qualifier le
(voir ISRAEL/ p.8)









Page 2

EN HAITI AVEC LA REINE D'ESPAGNE
La Reine Sofia visite des projets
de cooperation a Jacmel et aux Gonaives
Port-au-Prince, le vendredi bateaux de peche, finances par le proje
16 Janvier 2009 La Reine d'Espagne de renforcement de la peche maritime
est arrive enHaiti le mardi 20janvier de 1'AECID et du gouvernemen
pour une visite de trois jours dans le haitien, ont &t6 baptis6s. La Reine
pays. Elle a profit de son s6jour pour grande sportive et passionnde de l
constater les progrbs r6alis6s dans les mer, est meme monte sur un des
projets de la Coop6ration Espagnole, bateaux afin d' examiner la resistance
dans les domaines de la piche, 6 .
de l'environnement et de la
culture. Projets qui ont connu
une croissance importante au
cours des dernires anndes. .
La Reine a 6td E..
accueillie A l'adroport interna-
tional de Port-au-Prince le
mardi 20 janvier par le
President Rend Prdval. Le
lendemain, la Reine Sofia a
partag6 un petit-d6jeuner au
Palais pr6sidentiel avec le
President Rend Prdval, le Pre-
mier Ministre, Mme. Michble
Pierre Louis et d'autres hauts yi
responsables du
gouvernement.
La souveraine
espagnole a par la suite
survold en h6licopt&re le Parc
National de la Visite (PNLV)
et le village de Marigot, zones La Reine Sofia parcourant le centre-ville
d'action d'Araucaria XXI, de Jacmel (photo Thony Belizaire)
projet d'amelioration de
l'environnement, mis en ceuvre depuis de la fibre de verre. Elle a 6galemen
2006 par l'Agence Espagnole de serr6 la main A toutes les personnel
Cooperation Internationale pour le pr6sentes.
Ddveloppement (AECID) et le Le programme de peche vise
MDERN. Depuis l'hMlicoptbre, la A amdliorer les conditions socio
delegation a pu observer les zones 6conomiques de 5000 pecheurs et leun
reboisees en pins ainsi que le refuge families, A travers le perfectionnemen
du Corps de Surveillance de la prise, la transformation, 1l
Environnemental qui a &te reconstruit, stockage et la vente de poisson. La
dans el cadre dudit projet. Reine Sofia a requ des mains de


Apres
l'atterrissage A
Jacmel, la Reine a
entrepris une visite
A pied qui lui a
permis d'apprendre
davantage sur les
autres domaines de
collaboration entre
les deux pays. Dans
le d6partement du
Sud Est, la
coop ration
espagnole investit
depuis 2006 plus de
10 millions de $
US.


t

t

a
s
e
U


t
s

e

s
t
e
a
e


Faisant connaissance avec les madan-sara
(photo Minustah /Marco Dormino)


Guerda, marchande de Cayes-Jacmel,
La Reine sur un bateau de une r6plique artisanale d'un bateau
p&cheurs haitien traditionnel.
Accompagnde de Le March6 en Fer, au cceur
l'Ambassadeurd'Espagne enHaiti, M. du Centre Historique de Jacmel, a &t6
Juan Fernandez Trigo, de la Secr6taire le prochain arret de la Reine. LA on a
d'Etat a la Coop6ration Internationale, pu sentir la chaleur et l'enthousiasme
Mme. Soraya Rodriguez, la Directrice de la population de la ville. La Reine
de la Coop6ration pour l'Amdrique Sofia s'est entretenue avec Manicia et
Latine, Mme. Consuelo Femenia, et la Marie Lise, toutes deux b6ndficiaires
Coordonnatrice G6ndrale de 1'AECID du programme de micro-cr6dit de la
/Coop6ration
Espagnole, g6rd
par Micro Cr6dit
National (MCN).
Pendant sa visite
au vieux march,
la Reine a pris
conscience de la
n6cessit6 de
soutenir la
rehabilitation de
ce bijou architec-
tural de la fin du
XIX siacle venu
L 'artisanat est un pointfort de la ville de B ruges
(photo Minustah Marco Dormino) (Belgique) et qui a
A Port-au-Prince, Mme. Rosa Beltran, subi les effets du temps.
la Reine Sofia s'est rendue A la plage Le march ainsi que
de Jacmel. LA, plusieurs picheurs et l'ancienne prison de Jacmel, pourront
vendeurs des communes du Sud-est ont en fait s'associer dans le Programme
montr6 leur pratique de travail en < Patrimoine pour le
interpr6tant une courte pibce de Ddveloppement >>, qui commence
thditre. Au cours de l'6v6nement, 9 (REINE SOFIA / p. 7)


Mercredi 28 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01


10 Haitiens disparus en mer recherch6s par des garde-
c6tes am6ricains
Les garde-c6tes amdricains recherchaient vendredi les corps de dix
voyageurs clandestins haitiens disparus en mer mardi (20 janvier), a-t-
on appris auprbs du bureau des Affaires publiques de l'ambassade des
Etats-Unis A Port-au-Prince.
Ces Haitiens, dont deuxjeunes enfants, faisaient partie d'un groupe
d'une vingtaine de voyageurs qui tentaient d'6migrer ill6galement et
dont l'embarcation a sombr6.
Treize personnes du m6me groupe ont &te rep6ch6es par les garde-c6tes
amdricains, selon le communique.
Un autre groupe de 61 personnes, y compris deuxjeunes enfants et un
b6b6 a &te rapatrid au Cap-Haitien (nord), deuxibme ville d'Haiti, le 22
janvier dernier, a encore indiqu6 l'ambassade des Etats-Unis.

Alerte sanitaire
Le Ministbre de la Sante Publique et de la Population avise les
importateurs de produits alimentaires, les commercants et le public en
g6ndral que le produit alimentaire PEANUT PASTE ( Pte d'arachide
MAMBA) num6ro de lot 8199 et num6ro de stock 551056 contamind
par un agent pathogene, Salmonella Typhimurium a &te selon la FDA
exp6did en Haiti A la compagnie Meds and Foods for Kids (MFK).
Le Ministbre de la Sante Publique informe tout un chacun que la
consommation de cette pite d'arachide contaminde peut provoquer des
effets trbs graves sur la santW.
En consequence, le MSPP interdit la vente et la consommation dudit
produit en attendant son retrait au niveau de tous les points de vente par
les inspecteurs des ministbres concerns.

Fin du processus d'inscriptions
Le CEP a ferm6 l'enregistrement des candidats le vendredi 23 Janvier,
comme prdvu. Aucune exception ne sera faite pour les candidats
retardataires. La date des elections pour le renouvellement du tiers du
S6nat demeure aussi inchang6e : le 19 Avril 2009.
Le CEP rdvble que plus d'une trentaine d'organisations politiques se
sont inscrites dans les registres du CEP, tandis que d'autres ont d6cid6
de bouder les prochaine s6natoriales, en contestant la date de leur
organisation ou leur coft (plus de 16 millions de dollars amdricains).
Douze postes sont actuellement vacants au S6nat de la R6publique. II
s'agit d'un sibge A renouveler dans chacun des 10 d6partements et de
deux postes vacants, ceux du s6nateur de l'Artibonite, Noel Emmanuel
image, mort dans un accident de la route le 20 Janvier 2007 et du
s6nateur du Nord-Est, Rudolph Boulos, destitu6 pour < double
nationality >>.

Brutale attaque contre un v6hicule qui devait effectuer
un d6p6t A la banque
Croix des Missions, le 23 janvier.-Des individus arms ont lanc6 une
brutale attaque contre un v6hicule qui devait effectuer un d6p6t A la
banque dans l'apres midi du vendredi 23 janvier.
Le conducteur du v6hicule (Toyota Double Cabine), IsmaOl Blanc, Ag6
de 60 ans, atteint de plusieurs projectiles, est d&c6d& sur le champ tandis
qu'un passager, gribvement bless, a 6td conduit A l'h6pital.
L'attaque a 6td perp6tr6e par 3 hommes A moto, non loin de l'6glise de
la Croix des Missions, sur la route nationale #1. Le v6hicule cibl6 a
vraisemblablement &te pris en chasse A sa sortie d'une station d'essence
pour se rendre A la Unibank de la Croix des Missions, pour effectuer le
d6p6t de lajourn6e.
Une bonne partie du montant a &t6 emport6e par les assaillants qui sont
ensuite repartis en toute quietude.

Les motards continuent de semer le deuil
Port-au-Prince, le 22 janvier.-Des motards ont lance nouveau une
attaque au centre ville de Port-au-Prince le 22 janvier faisant un mort et
deux bless6s graves.
Selon des t6moins, deux individus A moto ont ouvert le feu dans la zone
de 1'APN (Autorit6 Portuaire Nationale), provoquant une vive panique
au bas de la ville. Les trois hommes victimes seraient des employs du
port. La police n'a pas pr6cis6 si cette attaque pourrait 6tre lide A
l'incendie qui a 6clat6 A la douane de Port-au-Prince la veille.
Depuis quelque temps, les attaques perp6tr6es par des motards se
multiplient. Un employed d'un magasin A Delmas 89 a 6td abattu, le 21
janvier, par des hommes qui ont pris la fuite A moto.

L'avocat et pharmacien Eric Dubosse retrouv6 mort A
Delmas 4 jours apres son enlevement
Delmas, le 25 janvier.-Le cadavre de Me Eric Dubosse a 6td d6couvert
dans la matinee du 25 janvier a la rue Eneck, a Delmas 75. L'avocat
avait 6td enlev6 de sa residence A Delmas 31, le mercredi 21 janvier
dernier.
Des traces de sang retrouv6es devant la barribre de la residence laissent
croire qu'il aurait &te bless en essayant de lutter avec ses agresseurs.
Ses proches racontent qu'il avait toujours jur6 qu'il ne se laisserait pas
faire s'il 6tait enlev6.
Les riverains de la zone ont d6couvert le cadavre envelopp6 dans un sac
en plastique et ont vite alert les autorit6s policibres.
Les proches de la victime qui exigeaient de parler A l'otage lors des
negociations, ne purentjamais y arriver. Ceci laisse croire qu'il est peut-
6tre mort peu de temps aprbs son enlkvement. Me Eric Dubosse 6tait Ag6
de 64 ans.
La police annonce l'ouverture d'une enquete pour retrouver les
coupables. (alertehaiti.ht)
(EN BREF / p. 18)








Mercredi 28 Janvier 2009 ____ ___ ___ ___ ___
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01 1UJl EN MARC

Taxes sur la telephone

maintenue mais diff6remment


Le gouvemement n'a pas renonc6 a combler
son deficit budg6taire sur le compte des appels
t6l6phoniques mais il a modified son plan ...
Le nouveau plan reviendrait a augmenter la
taxe sur les appels de l'6tranger mais sans que le client
haitien soit concern. La difference serait reverse sur
l'appel venant de l'6tranger.
Aprbs une rencontre avec les parties
concemres, le gouvemement a form aussi un comit6
de r6flexion comprenant des repr6sentants des pouvoirs
publics, les trois op6rateurs locaux de t6l1phonie et
des membres de la soci6t6 civile.
Une autre decision prise est de d6clencher la
lutte contre les appels clandestins ou < et


toutes formes d'exploitation t6l1phonique dans le
secteur informel.
Le gouvemement envisage de percevoir a la
limite 10 cents sur chaque appel form a l'6tranger en
direction d'Haiti. Mais en Haiti meme, aucune nouvelle
taxe ne sera applique aux abonn6s du cellulaire, ni
pour les appels sortants, ni pour les appels entrants
locaux ou strangers. Le client haitien n'est pas
concert.
Le budget soumis actuellement au Parlement
a un trou de 2.6 milliards de gourdes a combler.
Aux dernires nouvelles, le SRnat a renvoyd
le projet de budget au gouvemement pour une 6nibme
revision.


SI Page 3

CL'EVENEMENT SOMMAIRE
Barack Obama: autre visage pour une
superpuissance p.l
ANALYSE
L'argent de la drogue et les elections p.1
BUSINESS
CCIH : R6ginald Boulos succede a Jean-
Robert Argant p.1
HONNEUR. RESPECT
La Reine d'Espagne visite Jacmel et les
Gonaives p.2
ACTUALITE / ECONOMIE
Delta Airlines bient6t en Haiti p.3
Taxes sur la t6l6phonie maintenue mais
differemment p.3
Excel Gas vient << populariser > le propane en
Haiti p.3
ACTUALITE
Incendie aux Douanes p.8
Le Ministre de la justice s'explique sur un


I i Mb I e incident avec unjoumaliste p.4
S1 Haitiens disparus en mer p.5
Position sur le salaire minimum p.14
UNE AUTRE ACTUALITE
Israel ou la loi du tout est permis p.1
EDITORIAL
Minustah-Gouvemement :un temps pr6cieux
... .. gaspillep.5
. . .. .. .. ELECTIONS
*.. ..... .. . Un budget de plus de US$16 millions et
Sfermeture de l'inscription des candidats p.6
SENVIRONNEMENT
"Copyrighted Material ENVIRONNEMENT
SUn sommet en Haiti sur le Rechauffement
y ; Content climatique p.9
Syndicated Content Bassins versants : les comp6tences p.9
Nouvelles voies 6nerg6tiques p.16
Available from Commercial News Providers" MODE
La robe jaune de Michelle Obama p.12
LIBRE PENSEE
Ouverture p.14
DERNIERE HEURE
Fidel Castro juge Obama sincere mais reste
S. sceptique p.17


kI-11a t>r4 lt lu cn 4ra lias


Actfs
Ditponiblites el tepoh d Court Terme
Bos cu Tr sor US / Bons BRH
Tislret Parlicpoylin
Pcretleuble de r-d I\Netl
irmobrisa1trrs 'NetI
Debitaus per Acceplolicr
Auldrs A:ils
TOTAL. ACTIFS


10.384341.379


1126.25,6289
426.57,586l
544602,393
G 2.A27.BA,337


7,18',.E29?695
6.393,133967
1,912~, 1,574
6,318,1 B. 22843
1.024.854,934
85 6 ,741I
414.734. 56
G 23L33l1287.910


HORAIRES AUX 4 D LUMART ET A MEGAMART


qulni
Clercine
Laboule
Delmas32
MegaMort
M(ixrm MI


1000am 7:00 pm



5:0 pFF 6:00pm 2.00pm


Passifhet Avoir
des Actlonaires
DEp6t c c!9ue 194,535,24 6.13 ,731I 68
Dp6rBt uEpgrn 1i899.8.O 86 B6,9i,7l1 .061
~pih 6 Terw 4557.824,947 5,148,829.7 6
Totd D~-io 24A 51,69,36 19,976.681.015
CtOigoions 1 '48.44,018 237,425,196
Erpoge ipapi Acxpiotirc n 4572,586 815.741
Aulrei PqrOH 57T3,7,424 464,442,748
De te S utcrd-nne 563.801.018 563.E 1,018
Totd Possif 27'264,594415 21,328.210.718
Copild-R~ievirs-Profiis AcCwn ule 3 ,3aS .922 2, 3,07 1 92
TOTA, PASSfS ET
AVOIR DES ACTCIONAJRES G 29,627U 3 G 23,331287,910

Nous certflons que le BIlan NornConsoid6 cidesus est sincere et confcrme 6 nos L Les.


"Falso rIJute ensremb.e"
www.unl nbankhaIh,com


J.an Met
Vice-Fsident S6ria,
Audteur en Chef


Franck HeWncke
Vice-Ptaident Exautif Sr.
et Diede*ur G4nl


INo








Mercredi 28 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01


SCANDALE DE PORT-DE-PAIX


L'argent de la Drogue et les Elections

(SCANDALE... suite de la lre page) La question qui vous brfile les lvres, bien des seconds couteaux, mais les vrais responsables
le commandant militaire des Casernes Dessalines entendu, c'est qu'en est-il aujourd'hui ? seraient pas inquid6ts.
envoya ses commandos ouvrir le massacre ectoral Entout cas, riende s6rieuxne semble encore Deux des agents qui ont particip6 a
du 29 novembre 1987 avoir ete fait pour d6barrasser la rue de cette marde perquisition reposent dans la morgue. C6te t6moins
Tout come c sont ses propres spadassins blanche avant la tenue des urnes du 19 avril 2009. Les silence est done garanti. Une autopsie a &t6 ordom
que le major Michel Francois, lui aussi stiquet par la millions de Lavaud courent toujours, on ne sait sur le cadavre du commissaire adjoint de Port-de-P.
DEA amdricaine (mais une fois encore april s que le combien, ni pourquoi ni comment, ni en quelles mains. mais dont les r6sultats sont tenus secrets.
coup se fut concr6tis6), utilisera comme avant-garde En effet selon une commission d'enquate Le secret de Lavaud est done bien gard6.
lors du putsch du 29 septembre 1991. parlementaire, les personnes appr6hend6es ne sont que Pendant ce temps les responsables de la


Un attrape-
nigauds ...
On sait aussi qu'apres
que les elections de mai 2000
se fussent d6rouldes sans
anicroche, les bulletins
auraient &t6 tripatouill6s dans
la nuit noire par des mains pas
si inconnues ... dont certaines
parfumses A la poudre blanche,
comme on l'apprendra un peu
plus tard. H6las.
Etc.
Et voici qu'arrivent
des s6natoriales le 19 avril
prochain et la rue est tapiss6e
d'argent sale. On parle de plus
de trente millions de dollars
amdricains qui auraient disparu
au cours de la perquisition
op6rde chez l'oncle d'un
trafiquant nomm6 Alain D6sir
qui a &t apprMhend6 et conduit
en prison A Miami.
Vrai ou faux. Le
chiffre de 32 millions est peut-


Les responsables de lajustice et de la police devant la commission parleme
sur le scandale de Port-de-Paix (photo Georges Dupe)


ttre purement psychologique, un attrape-nigauds. Mais
l'effet escompt6 est lA. C'est d'augmenter l'impact des
trafiquants et de leurs prot6g6s sur l'actualit6.
Electorale aussi, pourquoi pas.
Mais A chacun des exemples pr6c6demment
cit6s, le complot n'a et6 possible que grace a la
complicity de l'Etat. Ou de ce qui incarnait la force A
ce moment-l. Cela peut etre l'arm6e comme en 1987
ou un parti politique puissant comme en 2000, ou
encore le Parlement ou encore n'importe quoi, comme
une petite bande de paramilitaires !
Mais plus d'une fois sur deux, 1'Etat a laiss6
faire.
La marie blanche ...


ne

la
s le
nde
aix


loi


et I'ordre jouent au matador
devant les micros, jurant leurs
grands dieux que la justice
pr6vaudra.
Or on se rend bien
compte que ce sont 1l des mots
vides car apras plus d'un mois
de ce cinema parfois grand
guignolesque, aucun r6sultat
n'a &te atteint. Rien. Nada. On
sait seulement que la fameuse
perquisition a eu lieu le 12
1 novembre 2008. Mais rien de
plus. Autrement dit la seule
t confirmation (et ce nest peut-
6tre pas un hasard) est que la
marde blanche est bel et bien
dans la rue ...
Et que une fois de
plus l'Etat (et cette fois pour
des raisons que la raison
ignore) semble totalement
impuissant !


'ntaire enquetant


Haiti en Marche,
25 Janvier 2009


Le Ministre de la Justice s'explique

sur un incident avec un journaliste


MINISTERE DE LA JUSTICE ET DE LA
SECURITE PUBLIQUE

Port-au-Prince, le 23 Janvier 2009
Lors d'une entrevue le lundi 19 janvier en
cours avec lejournaliste Valkry Numa sur Radio Vision
2000, j'ai tenu des propos qui ont &t6 mal interprd6ts.
En effet, je n'ai jamais voulu attaquer
l'int6grit6 et la cr6dibilit6 dujournaliste ni chercher A
l'intimider en faisant r6f6rence aux rumeurs laissant


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.
Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenbt pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki L'w s. 'r w rtr vt1rS,
pbmbt klyan an jwenn tout
enf6masyon li bezwen sou transp6 pa avyon, sou lanme ak ate, fe rezevasyon
pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou
machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe
tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efr pbsonbl"
dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes Devlopman.
I=m tCargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon
yo e u enfomasi n an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan.
Nou v rprosede "One-Stop-Shop", sa vle di nou vle-ofri li
plizyd sol so cl*a- avyon, bato oswa tren ofkamyon quit se machandiz
pon .kspota .o .... ...-0.
Nn ma apintrodui lot avantaj sotAebsite li
a. Pamela Robbins ajoute : "K. yo- nterese nan teknoloji ap ede nou bay
konpayi an plis ekspansyon et pbmbt klyan yo planifye shipment yo lontan a
lavans."
Amerijet International, Inc. founi yon sbvis entenasyonal konple e
sou tout f6m pa avyon, pa bato ak ate.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout tb
a ak destinasyon nan North, South ak CentralAmerika, Mexico, Karayib, Ler6p,
Lazi ak Middle-East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi
prensipal baz li ki se Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenbt la
www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-
5354.


croire que le journaliste
aurait &te impliqu6 dans le
scandale narco-financier
survenu A Port-de-Paix.
En fait, je
voulais seulement faire
comprendre qu'il faut
6viter de se baser sur des
rumeurs pour d6clencher
des poursuites, surtout
dans un pays comme le
n6tre, ofi il est facile de
discr6diter des gens. J'ai
done insist pour dire
qu'il aurait a t6
irresponsable et abusif de


ma part de sanctionner ou de faire poursuivre des
citoyens uniquement sur la base de rumeurs, meme
persistantes.
De plus, quandj 'ai dit que lejournaliste allait
etre interpellN, au fond je ne voulais aucunement le
menacer d'arrestation. Je concede cependant que
l'invocation du terme < interpeller > n'6tait pas
appropriate.
Je regrette le toll provoqu6 par mes
commentaires au cours de cette interview et la
perception que je serais un pourfendeur de la liberty
de la presse et d'exception.
Mon parcours et ma conscience de militant
des droits humains et de la liberty d'expression ne
m'auraient nullement permis de m'engager dans des
pratiques d'intimidation contre unjournaliste, contre
la presse et contre quiconque d'ailleurs.
Je r6it&re mon engagement A continuer A
ceuvrer avec courage pour l'6tablissement d'un 6tat de
droit, dans lequel la liberty de la presse et d'expression
demeure une garantie.

Port-au-Prince le 23 Janvier 2009

Jean Joseph Exumt
Ministre de la Justice et de Stcuritt Publique


"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


wANfPa4


Page 4








Mercredi 28 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01


MINUSTAH-GOUVERNEMENT

Un temps precieux gaspille


PORT-AU-PRINCE, 22 Janvier- Un auditeur
nous fait remarquer que l'actuel pouvoir b6neficie de
plus de s6curit6 qu'aucun autre n'en avait connu avant
lui durant ces 50 dernires annies.
Mais que cependant il n'en fait tirer aucun
profit au pays.
Le second mandat de Rend Preval b6neficie
de la protection d'une force internationale qui par
exemple n'a pas h6sit6 a voler a son secours au moment
des violentes 6meutes d'avril 2008 et a prendre
personnellement en main la s6curit6 publique par-
dessus la police nationale.
Aucun pouvoir jusqu'ici ne pouvait reposer
sur de pareilles assurances. Tout dictateur a vie qu'ils
6taient, les Duvalier pbre et fils n'avaient jamais os6
sortir du pays, alors que le president Preval est un
veritable pigeon voyageur. Qui mieux est, il se permet
d'annoncer ses voyages plusieursjours a l'avance, sans
aucune inquietude. Quand il a suffi qu'Aristide aille
prononcer un discours aux Nations Unies pour que
1'arm6e le renverse au lendemain de son retour, le 30
septembre 1991.
Idem les regimes militaires et civilo-militaires
qui ont defilk presque tous les trois mois aprbs la chute
de Baby Doc en 1986, tous toujours entre les deux
battants d'une porte.
Or que fait le pouvoir actuel de ce privilege
extraordinaire et inmgal ?
Pas grand chose.
Car le vrai problkme d'Haiti, poursuit notre
auditeur, ne relive pas de l'insecurite sociale, c'est-a-
dire la menace de violences dans les rues (6meutes)
ou de massacres collectifs (paramilitaires), mais de
l'ins6curit6 au niveau des infrastructures, de
l'environnement general, de la protection des
ressources naturelles.
Le veritable ennemi ce ne sont pas les armes
proprement dites, c'est l'esprit de destruction, le
vandalisme, le non-respect absolu des ressources
assurant a la fois notre existence de peuple et notre


avenir de nation.
Or depuis plusieurs mois si ce n'est depuis
au moins deux annees, les armes se sont tues, les
groupes violents ont &t6 maitrisss, quel que soit leur
label politique. En un mot, la pacification meme en
surface est une affaire r6gl6e. Pourtantjamais le pays
n'avait &te aussi en d6crepitude.
Sans parler de l'6tat des rues de la capitale
ou les travaux de r6fection mends par l'Etat ne font
souvent que compliquer davantage la situation, ce
dernier (l'Etat) se rdv6lant encore plus indiscipline ou
indifferent au bien public que ses administrss,
abandonnant les mat6riaux (sable, roches etc) sur place
sans avoir terming les travaux, et ne revenant plus les
terminer. Ni enlever les mat6riaux abandonnes a mime
la chauss6e au milieu de toutes sortes de d6chets.
On est l'un des rares pays oi les citoyens
devraient se jeter aux pieds des pouvoirs publics pour
les supplier de venir corriger les multiples violations
commises. Quitte a ce que les citoyens doivent en faire
eux-memes les frais. Comme dans le programme de
r6fection des trottoirs commence avec tambour et
trompettes et abandonn6 brusquement sans aucun
avertissement. Laissant rues et quartiers en plein
chantier et ind6finiment.
Or traditionnellement c'est a la population
que les gouvemants font porter le chapeau. Peuple
indiscipline, non 6duqu6 (et par qui devrait-il l'6tre ?),
malpropre, <> etc.
Tant6t ce sont la misbre, la surpopulation,
l'analphab6tisme qui sont la cause du problkme.
Tant6t encore l'esprit anarchique, la peur de
reveiller le dragon qui sommeille, le rouleau, le JPP,
les chimbres ou autres.
Alors que la cause de destruction la plus
puissante, c'est au contraire l'esprit rapace, la cupidity,
le vol organism, se servir des ressources du pays sans
jamais de comptes a rendre. C'est de loin le groupe de
pression le plus puissant. Et c'est sfirement de lui que
les pouvoirs ont v6ritablement peur. Car c'est celui


qui peut avoir les moyens de financer leur renversement
ou de leur crier des ennuis.
Or aujourd'hui une telle 6ventualit6 est peu
probable ; on a une chance inesp6rde (la chance qui
passe ...) qu'aucun groupe ne puisse quoi que ce soit
pour d6stabiliser la situation, meme si certains et non
des moindres en reveraient encore.
Aucun pouvoir n'a eu cette chance de pouvoir
enfin affronter les pr6dateurs, petits et grands, amateurs
et professionnels, sans trop risquer de violences,
troubles ou represailles de leur part que le pouvoir
actuel.
Or on n'en fait rien.
Le plus ironique est qu'aucun pouvoir n'avait
requ aussi le message de manibre aussi claire et aussi
brutale. Nous parlons des ouragans qui ont ravag6 coup
sur coup le pays en aoft et septembre derniers. Le
deluge n'est pas seulement a nos portes. I1 est 1a. I1 a
commence.
Et pourtant toujours rien.
On sait qu'aucun ouragan n'est assez puissant
pour arreter le bras de nos massacreurs professionnels,
mais tout de meme pas avec la presence dans le pays
de la force 6trangere.
Alors autant que celle-ci serve a quelque
chose. Puisque les groupes arms sont sous contr6le,
la seule veritable utility serait son utilisation pour nous
aider a r6tablir l'autre s6curit6, la plus importante, la
protection des ressources vitales du pays.
Sinon c'est une invitation a la force 6trangere
elle-meme a se jeter dans le meme comportement de
pr6dateur.
Pour un pouvoir, ne rien faire dans une telle
situation c'est grave. Laisser passer une telle chance,
en ne pensant qu'a sa seule s6curite de pouvoir en place,
et non a celle du pays et dans la duree, eh bien c'est
plus que grave.

Melodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


10 iakirm dp n mr rechrchd











"Copyrighted Material--
.......*i .. iW 1 % % .. i # 1i

Syndicated Content.. ...... .


Available from Commercial News Providers"


.FICHE D'ABONNEENT A HAITI EN MA CHE

FICHE D ABONNEMENT A HAITI EN MABCHE


Gdes 280-q0
US S 40-00
_US $4200
_ US 70.00
US $ 70.00


Gdes 520A0
US $ 78.00
SUS $ 80.00
US 135.00
us $135-O


Oun e ~as d'un abo~nmnmnt
avew Iwiwson, to coot e t I* doubic
Prlri do spcfiwfr I vous Ita
un nouv l bosnn6
ou .11 'ingIt dun runouvllUmsnt


Nouveau

- -


RFenouwvllenmnt


Page 5


Nodre
Adnmsu


Ham -
EtbatULkis
Canada _


Europe
AmriquA LatRe


(ofst potir Si


1, CPmjt pou






Page 6


Mercredi 28 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01


m*e -18**40 00 % .a* 4*a *



iii ai ,hhi k .... ....







11 Le plus vieux member de la CCIH, I industriall









Le comitl national des chambres des 10 dpartements (photo jjaugustin)
Raymond Roy, 94 ans (photo Eugene Robenson)





"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"
& a Sb ~
gg~~ b S~r


MIAMI-DAD

Grow your career in a rewarding, diverse and
challenging environment full of opportunity.
Find your next job at

www.miamidade.gov/jobs
For computer access visit any Miami-Dade County Library or
South Florida Workforce Career Center.
For locations call 311.


EOE/M/F/D/Veterans' Preference
2elverinx GExcellexce Every 2'a)y







Mercredi 28 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01


Copyrighted Material



Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


La Gouverneure Gendrale tient conseil dans un village profond d 'Haiti (photo JJAugustin)


LA VISITE EN HAITI DE LA REINE D'ESPAGNE


(... suite de la page 2)
avec l'inauguration d'une Ecole-Atelier oni les jeunes
seront forms pour la reconstruction des bitiments
embl6matiques de leur ville. Sofia a rendu visite au
futur site de l'Ecole-Atelier, qui est sous l'6gide du
Ministbre de la Culture. Devant les repr6sentants de la
Mairie, des Ministeres partenaires et du D616gu6
D6partementale du Gouvernement, la Reine a
d6couvert une plaque qui rappellera a tous les
Jacmeliens son appui a ce projet culturel de la
Cooperation Espagnole.
Jeudi, dans la ville des Gonaives, la Reine a
vu comment la population se remet des ouragans qui
ont frapp6 la << cit6 de l'ind6pendance > il y a 4 mois.
La Cooperation Espagnole accorde un financement au
PAM dans le cadre de l'assistance mat6rielle et
alimentaire de 5 millions USD. D'autre part, elle
travaille de concert avec 1'OIM pour aider les popu-
lations d6plac6es a retourner dans leurs foyers. La
d6l6gation espagnole s'est int6ress6e sur le terrain au
fonctionnement de ces actions d'urgence et a visit
l'Ecole de San Franqois d'Assise, au moment de la
pause des &lves a la cantine scolaire.

Coup d'6clat: le Centre Culturel de
l'Espagne
La journe s'est terminde par une reception
jeudi apres midi a Port-au-Prince, offerte a tous les
coop6rants espagnols au siege du futur Centre Culturel
de l'Espagne, qui va ouvrir ses portes dans moins d'un
an. Le Centre sera une plate-forme pour les changes
et la diffusion des expressions culturelles d'Haiti sur
la scene internationale (l'Espagne a des Centres
Culturels dans presque tous les pays du continent) ainsi
qu'un moyen de montrer la diversity culturelle
espagnole.
La une autre plaque a 6te d6voilee, en
presence du Ministre des Affaires Etrangers, M.
Nicolas Alrich.
L'Ambassadeur d'Espagne en Haiti, M. Juan
Fernandez Trigo, a soulign6 la grande importance de
la visite royale: < 1 'Espagne et Haiti commencent en 2009 une nouvelle
et importante collaboration dont le dffi est de
promouvoir la richesse culturelle d'Haiti, contribuer


i la sauvegarde de ses tresors architecturaux et enfin
faire de la culture un moteur de developpement du
pays '.
L'Espagne s'est engage a investirjusqu'en
2012 ,100 millions de dollars am6ricains dans la
cooperation en Haiti soit 25 millions par an. En 2008
elle a d6caiss6 plus que pr6vu, soit un total de 27 mil-
lions de USD.


Page 7


Chaque matin, captez


Melodic


Matin

sur 103.3FM


MIAMIDAD

LEGAL ANNOUNCEMENT OF SOLICITATIONS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA

Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of solicitations for contract opportunities,
which can be obtained through the Department of Procurement Management (DPM), from our Website:
www.miamidade.gov/dpm. Vendors may choose to download the solicitation package(s), free of charge,
from our Website under "Solicitations Online". Internet access is available at all branches of the Miami-
Dade Public Library. It is recommended that vendors visit our Website on a daily basis to view newly
posted solicitations, addendums, revised bid opening dates and other information that may be subject to
change.

Interested parties may also visit or call:
Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling charge for
those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the United States Postal Service.
These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County Ordinance No. 98-106.

Miami-Dade County has streamlined the process for accepting bids and proposals by requiring
vendor affidavits only once at the time of vendor registration.
Starting June 1, 2008, vendors will be able to provide required affidavits one time, instead of each time
they submit a bid or proposal. Solicitations advertised after June 1st will require that all vendors complete
the new Vendor Registration Package before they can be awarded a new County contract. Obtain the
Vendor Registration Package on-line from the DPM website.








Mercredi 28 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01


DERRIERE LE CONFLIT DE GAZA


Israel ou la loi du tout


(ISRAEL... suite de la lre page)
premier ministre Vladimir Poutine, lors president de
la Russie, de bourreau form A l'6cole du KGB, l'ex-
terrible police secrete sovi6tique.
Supposons Hugo Chavez ou l'iranien
Ahmadinejad tenant des propos un peu 6quivoques
envers leurs opposants, ils m6ritent que le ciel leur
tombe sur la tete.
Par contre, l'intervention d'Israel dans la
bande de Gaza fait en 22 jours plus de 1.300 morts,
dont la moiti6 des civils et des enfants, les Nations
Unies s'en 6meuvent, mais la question est vite enterr6e.
Commentaires de Mr Bush et des autres
grands du monde occidental: Israel a le droit de
16gitime defense.

Comme otages et comme cobayes ...
Cependant cela veut-il dire le droit de faire
payer des innocents pour des coupables. En effet, les
bombardements sans management par les avions et
hdlicopt&res isradliens des communaut6s de Gaza ne
sont pas loin de ressembler A des actions de repr6sailles
entreprises par une force occupante contre une
population. Une technique que les nazis autrefois et
que aussi bien les troupes d'intervention am6ricaines
que les communistes au Vietnam ont utilis6 : faire peur
aux populations qui finiront par se rallier de force A
l'un ou l'autre camp, celui dont elles ont le plus peur.
En dernier lieu, Israel n'utiliserait pas
seulement les Palestiniens de Gaza comme otages mais
6galement comme cobayes. On parle en effet de
bombes au phosphore qui peuvent laisser des s6quelles
humaines encore plus profondes.
Or on sait que l'Etat h6breu sert aux
marchands d'armes occidentaux A tester de nouveaux
armements. Et cela ne peut 6tre que contre les
populations d'en face.

Plus puissant que son principal
protecteur ...
Est-ce que au nom de la 16gitime defense un
Etat peut avoir le droit de tout faire ?
A ce niveau, Israel est meme plus puissant
que son principal protecteur, les Etats-Unis.
Aujourd'hui on ne menage pas les critiques
contre le president sortant am6ricain George W. Bush
pour avoir eu recours dans la guerre contre le terrorisme
a des m6thodes que d6sapprouvent l'id6al
d6mocratique amdricain et le respect des droits de la
personne, comme certaines techniques d'interrogatoire
assimilables A la torture.
Le president Barack Obama s'ecrie dans son
discours d'investiture le 20 janvier dernier : rejetons l'id6e qu'il faille faire un choix entre notre
security et nos idtaux. >
Par contre le Premier ministre isradlien Ehud
Olmert dame au plus fort du conflit avec le Hamas, et
alors que les Nations Unies tentaient d6sesp6r6ment
d'obtenir un accord de cessez-le-feu entre les deux
bellig6rants, que Israel n'est conditionne que par sa
security et celle de ses habitants. Hormis quoi, tout lui
est permis.

Israil fait le sale boulot ...
Outre que tout le monde, y compris les m6dias
isradliens, s'accorde a dire que ce conflit a aussi des
motifs 6lectoralistes la campagne 6lectorale est en
effet pratiquement ouverte et le ministre de la defense
et architecte principal de l'intervention dans la bande
de Gaza, Ehud Barak, candidat au poste de premier
ministre.
Les Palestiniens de Gaza servant done aussi
de chair A canon au propre comme au figure aux
politiciens de Tel-aviv.
Ce qui soulkve une autre question, comment
les Am6ricains peuvent-ils accepter pour Israel ce
qu'ils considerent inacceptable de leur part ?
Tout d'abord le sentiment de culpability
remontant au massacre de millions de Juifs dans les
camps nazis.
Ensuite Israel fait le sale boulot consistant A
attaquer < pr6ventivement > tous les pays voisins qui


menacent de modifier l'6quilibre gdo-politique de cette
zone trbs strat6gique du Proche-Orient, abritant les plus
grandes reserves de p6trole de la planted.
On sait que derribre le Hamas c'est l'Iran qui
est principalement vise aujourd'hui.
Mais aussi ce sont les bombardements de tout
ce qui peut ressembler de prbs ou de loin A de futures
installations nucl6aires.
L'Irak de Saddam Hussein n'avait pas
6chapp6 A la regle. Et on sait que la grande peur
aujourd'hui est que l'Iran ne vienne A poss6der
l'armement nuclkaire. Celui-ci maintient qu'il n'est
int6ress6 que dans le nucl6aire civil. Mais comment
savoir avec un president Ahmadinejad qui a repris le
vieux slogan des anndes 50, savoirjeter les Isradliens
A la mer !

Meme reconnu par ses proches
voisins ...
Cependant beaucoup d'eau a could sous les
ponts et aujourd'hui les principaux voisins de l'Etat
h6breu et ses adversaires du d6but, 1'Egypte, la
Jordanie, la Syrie, acceptent officiellement son
existence. Y compris l'autre partie de la nation
palestinienne, la Cisjordanie, sous l'autorit6 du
president Mahmoud Abbas. Et dont l'autorit6 ne peut
ne pas s'en ressentir car malgr6 le schisme provoqu6


"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"







'a


est permis
par le Hamas en s'emparant du territoire de Gaza, c'est
tout de meme le meme peuple. Mais au fond, le
radicalisme palestinien fait mieux l'affaire des
politiciens isradliens.
En tout cas, ce dernier conflit semblerait
confirmer qu'h leurs yeux, peu de chose a change. La
violence destructrice et le m6pris pour les pertes civiles
qui ont accompagn6 l'offensive A Gaza en font foi.
Jusqu'h violer l'immunit6 des bitiments de 1'ONU
servant d'abri A des femmes et des enfants.
Et quand vient le moment des n6gociations,
Tel-aviv n'accepte pour vis-A-vis que Washington,
snobant ouvertement non seulement son voisin
l'Egypte qui a arrange le processus mais tous les autres
membres des Nations Unies.
Bush avait fait de meme pour lancer
l'offensive contre l'Irak de Saddam Hussein. Mais il
le paiera fort cher. Depuis Hoover, le president de la
Grande depression de 1929, il est le premier A laisser
la Maison blanche avec un taux de popularity aussi
bas.
Par contre, une semaine apres le retrait
isradlien de Gaza, on ne pense dejA plus aux victimes.
Passes par pertes et profits.

Haiti en Marche, 24 Janvier 2009


Les Etats-Unis humilies par leur allied israelien


LE MONDE DIPLOMATIQUE, janvier
2009.
Telle que la raconte le premier ministre
isradlien, M. Ehud Olmert (1), l'histoire n'est pas
flatteuse pour la Maison Blanche. Elle rappelle
presque les diktats coloniaux. Un president qui
interrompt son discours pour prendre au t6l1phone
un premier ministre trbs courrouc6. Le premier
ministre somme le president de modifier sur le champ
une decision que son pays s'apprete A prendre. Le
president s'ex6cute, et puis reprend son
discours... Ainsi donc, apprenant que les Etats-Unis
s'appretaient A voter la resolution du conseil de
s6curit6 des Nations unies r6clamant un cessez-le-feu
imm6diat A Gaza, M. Olmert aurait appelk le president
George W. Bush, appris qu'il prononcait un discours,
exig6 qu'il l'interrompe, obtenu enfin de lui qu'il
d6savoue sa secr6taire d'Etat Mme Condoleezza Rice
en changeant le vote am6ricain favorable A la
resolution des Nations Unies en abstention.
Mme Rice fait d6mentir cette version,
humiliante pour elle, M. Bush aussi. Sans
convaincre.Comment en effet ne pas s'interroger sur
la tres grande docility de la superpuissance americaine
envers les actions et les exigences de son allied
isradlien. Au moment de l'incident relate par
M. Olmert, le Congrbs votait d'ailleurs une resolution
quasiment unanime de soutien A l'arm6e
isradlienne (2). A croire que lorsqu'il s'agit de la
politique am6ricaine au Proche-Orient, la marge de


manceuvre de Tel-Aviv ne connait aucune limite et
qu'il est presque miraculeux que Washington n'ait
pas vot6 contre la resolution de 1'ONU... Comment
expliquer une telle mansu6tude, un tel aveuglement ?
Par les int6rets strat6giques am6ricains dans la region,
estiment les uns. Par le poids d'un lobby pro-isramlien
qui r6unit une fraction aussi appreciable que bien
organisee de la populationjuive amdricaine et nombre
de fondamentalistes protestants voyant dans la
sup6riorit6 d'Israel l'accomplissement d'une
proph6tie biblique ? Inutile de choisir entre ces deux
options ; elles ne sont pas contradictoires. Aux Etats-
Unis, le systeme politique favorise au-delA des
partis, des presidents les desseins isradliens, quels
qu'il soient. M. Olmert n'a commis qu'une maladresse
en la matitre : le proclamer.
< Olmert Says He Made Rice Change Vote >>,
New York Times, 12janvier 2009.(2) La resolution
du S6nat o reconnaissant le droit d'IsraOl a se
dtfendre contre les attaques venues de Gaza et
rdaffirmant le soutien appuyd ("strong support") des
Etats-Unis a IsraOl dans sa bataille contre le Hamas
et soutenant le processus depais isradlo-palestinien >
a &t6 adopted A l'unanimit&. Celle de la Chambre des
Repr6sentants o reconnaissant a Isral le droit de se
dtfendre contre les attaques venues de Gaza,
rdaffirmant le soutien appuye des Etats- Unis a Israol
et soutenant leprocessus depaix isradlo-palestinien >
a &t6 adopted par 390 voix contre 5, avec 22
abstentions.


Buraux calcines (photo Eugene Robenson)





P 6 Plus Bakery, IM.
NATURAL JUICE:


1168 NE 2nd Ave.
Miami, R 33160
TIl. 305-75-3B95


Cadterig spcirates
Cake. Patries, Hora dOeuwe
fl M eal esl


Page 8


HdWWSW- eSIA 49 PII 00 rf*049


as'








Mercredi 28 Janvier 2009
rteend r 1I*NENVIRONNEMENT
Haiti en Marche d Vol XXIII v N0 01

Amenagement des bassins versants


Nous voici done parvenus a la fin de cette
s6rie consacrde a la probl6matique des bassins ver-
sants (voir Haiti en Marche Vol. XXII, Nos. 38 44 et
47 52). Tout au long de ces 13 articles nous avons
tent6 de d6finir ce qu'est unbassinversant, de montrer
l'importance d'avoir des bassins versants bien
am6nag6s tant pour l'approvisionnement en eau de la
population que pour 6viter des catastrophes du genre
de celles que nous venons de vivre aux Gonaives ou a
Cabaret, et de proposer des pistes d'interventions pour
arriver a cet am6nagement. Je ne sais s'il est utile de
rappeler que tous ces articles peuvent 6tre retrouv6s
sur le site www.etheart.com.
Dans ce dernier article nous voulons aborder
un probleme de la plus haute importance, dont la solu-
tion est cruciale pour la mise en ceuvre d'une politique
efficace d'am6nagement des bassins versants, a savoir
celui de l'identification de l'instance qui, au niveau de
l'Etat, aura la responsabilit6 de cette mise en ceuvre.
En effet, la semaine dernibre (voir
Amenagement des bassins versants : les prd-requis,
Haiti en Marche, Vol. XXII, No. 52), nous avons parl6
du PITDD (Programme d'Informations Territoriales
pour le D6veloppement Durable), dont la mission est
de determiner, a partir d'applications concretes, la
m6thodologie a utiliser dans les 6tudes prdparatoires a
la mise en ceuvre d'un projet d'amenagement de bassin
versant. Mais le PITDD, n'a pas pour vocation de
s'engager dans un programme d'am6nagement, la
m6thodologie qu'il aura d6velopp6e sera mise a la dis-
position de l'institution (ou des institutions) qui, elle(s),
a (ont) pour mission l'am6nagement des bassins ver-
sants. Et c'est 1i que commencent les difficulties.
Pour exposer le probleme, nous allons laisser
la parole a quelqu'un qui a travaill6 dessus et qui est
certainement plus competent que moi, je veux parler
de l'agronome Roosevelt Saint Dic. Dans un document
qu'il a pr6pard pour le Groupe de Technique sur
l'Agriculture, un groupe de r6flexion mis en place par
le ministre Francois S6verin, document intituld
Relance du Secteur Agricole 2008-2020 -
Investissements Publics et Infrastructures, Mars
2008, au chapitre consacr6 a La question
institutionnelle, nous lisons :
Au niveau macro, comme au niveau micro la
situation est complexe. Au MARNDR il y a le


Programme National de Gestion des Bassins Versants
(PNGBS) ; au MDE, ily a le Programme National de
Rehabilitation de 1'Environnement (PRE). Dans le
documentprisentant ce dernier programme, il est crit
ce qui suit:
< tutelle du Ministere des TPTC, est responsable du
developpement, de la gestion et de la conservation des
ressources Mnergetiques de la Rpublique d'Hauti....II
en est meme du Ministere de 1'Environnement,
responsable de la definition et de 'application de la
politique du pays en la matiere....
La mise en ceuvre du PRE, du fait que ce
Programme concerne directementplusieurs ministries
(MDE, A4RNDR, MTPTC), risque d'entrainer des
tiraillements nuisibles a l'atteinte de ses objectifs. II
convient done que ce Programme soit conduit par une
Unite para &tatique ayant une experience dans la
gestion de programmes d'envergure similaire, en
mesure d'assurer les arbitrages ndcessaires et la co-
ordination avec toutes les autres institutions qui, a un
titre ou a un autre, devront apporter une contribution
a la rdussite du PRE >.
Autrement dit, la gestion des bassins versants
se retrouve tiraill6e, pour reprendre le terme de
Roosevelt saint Dic, entre trois ministries : le ministbre
de l'Agriculture, MARNDR, le ministbre de
l'Environnement, MDE et le ministbre des Travaux
Publics, MTPTC, auxquels il faudrait ajouter, si on
veut etre complet, et si on veut tenir compte de
l'am6nagement des bassins versants, le ministbre de
la Planification et de la Coop6ration Exteme, MPCE,
responsable de l'Am6nagement du Territoire.
Depuis la sortie du travail de Saint Dic, il y a
du nouveau. En effet, au mois de d6cembre, le Pre-
mier Ministre Michble Pierre Louis a cree une com-
mission interminist6rielle de l'am6nagement du
territoire et de la gestion des bassins versants qu'elle
preside elle-meme. Je ne dispose pas encore du texte
portant creation de cette commission, mais j'ai eu
l'occasion de le voir et d'y jeter un coup d'ceil. On
pourrait penser qu'avec cette commission on arriverait
a une unification du commandement, si je peux
m'exprimer ainsi, qui mettrait fin aux tiraillements.
Mais j'ai un probleme.


SPage 9


:les competences
En effet, le Moniteur du 26 janvier 2006
publie un Decret portant sur la Gestion de
1'Environnement et de regulation de la Conduite des
Citoyens et Citoyennes pour un Developpement Du-
rable. Ce ddcret, sign le 12 octobre 2005, parle du
Systeme National de Gestion de l'Environnement
(SNGE), qui est constitu6 d'un r6seau d'organes de
gestion de l'environnement (Article 14), dont le pre-
mier cit6 (Article 15) est un Conseil Interminist6riel
sur l'Am6nagement du Territoire et l'Environnement
(CIMATE) qui est compose :
du Premier Ministre, qui en est le Coordonnateur ;
du Ministre charge de l'Environnement et du
Ministre charge de l'Am6nagement du Territoire
qui en sont les Secr6taires Ex6cutifs, chacun en
ce qui le concerne ;
des Ministres comp6tents selon les dossiers a
l'ordre dujour (Article 16).
Comme je l'ai d6ji dit, je n'ai pas encore le
texte du document portant creation de la commission
interminist6rielle de Madame Pierre-Louis ;je n'ai non
plus pas encore eu l'occasion d'en parler avec
quelqu'un ayant la competence n6cessaire afin de
savoir s'il s'agit d'une mise en application du d6cret
du 12 octobre 2005, mais quand on connait le sort
r6serv6 par le gouvernement de Jacques Edouard
Alexis a tout le travail l1gislatif r6alis6 sous le
gouvernement de G6rard Latortue, on peut en douter.
Je souhaite que mes craintes ne se r6vblent
pas fond6es, car si c'6tait le cas, ce serait parfaitement
d6solant. Dans un pays oni pratiquement tout est a faire,
on ne peut pas s'attarder a des considerations, que j'ai
envie de traiter de mesquines. Ce n'est pas que je porte
Gros G6rard dans mon cceur ; il m'a donn6
suffisamment de problkmes dans l'Artibonite pour que
je ne lui garde pas une vieille dent, mais, < rayi chen,
di dan 1' blanch >, j'estime qu'il a apporte quelques
contributions a la construction d'un 6tat modeme, je
pense, par exemple a la legislation sur la
decentralisation et le d6veloppement local, et, ne serait-
ce qu'au nom de la continuity de l'Etat, on ne peut pas
les balayer d'un revers de la main.

Bernard Ethdart
ben(aietheart.com


i n %wmmt dre Ia( ar r %C liwe CI lalti1





"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"








S & 1A&" f- at I Sa .V

Note de Presse
....I .Signature du Contrat de financement des Elections S6natoriales d'avril 2009


Le Ministre de la Planification
et de la Coop6ration Exteme, Monsieur
Jean Max Bellerive au nom de l'Etat
Haitien, Le Pr6sident du Conseil
Electoral Provisoire (CEP) L'arch.
Frantz -G6rard S. Verret et Joel
Boutroux Repr6sentant R6sident du
PNUD en Haiti au nom de la
Communaut6 Internationale, ont sign
ce vendredi 23 Janvier 2009 un contrat
de douze millions cinq cent mille
dollars Amdricains (12 500.000 $ Us)
pour le financement des elections
SRnatoriales d'avril 2009.
Le Ministre de la Planification,


Jean Max Bellerive a remercid la
communaut6 Internationale pour sa
contribution et a pr6cis6 que l'Etat
Haitien a djih vers6 les Cinq millions
cinq cent mille dollars (5.500.000 $US),
sa part dans le budget electoral. De son
c6td, le Repr6sentant R6sident du PNUD
en Haiti, Joel Boutroux, a double titre,
repr6sentant de la Communaut6
Internationale et Gestionnaire du Fonds,
a annonc6 que les fonds seront
disponibles le lundi 26janvier 2009 et
seront d6caiss6s selon le budget prdpard
par le CEP et ses partenaires de la
Communaut6 Internationale. Le


President du CEP, Frantz G6rard S.
Verret, a remercid le Gouvernement et
la Communaut6 Internationale. Il
promet une gestion saine de ces fonds
et la r6alisation de bonnes elections.
La c6r6monie de signature
du Contrat a eu lieu au Ministbre de
la planification en presence des
Repr6sentants des Bailleurs de Fonds
tels : le Canada, le Japon, le Br6sil,
l'Union Europ6enne, la Minustah.

John CHERY
Directeur de Communication


AM l3die
OJ3.3 fn








Mercredi 28 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01


Barack Obama


Autre visage pour une s
(USA... suite de la l1re page) constituerait la premiere vertu du peuple am6ricain
an6taire que les Etats-Unis deviendront la et A laquelle bien str on fait automatiquement
perpuissance qu'ils sont aujourd'hui. appel en temps de crise.
C'est bon aussi A signaler, n'est-ce pas. On retrouve ici un accent A la JFK (le
ir les temps de crise majeure comme celle qui president John Fitzgerald Kennedy) qui dans son


s'annonce aujourd'hui ont souvent &te aussi des
temps on les canons ont tonn6.
Barack Obama a r6pondu A ces deux
attentes dans son discours d'investiture ce mardi
20 ianvier 2009.


II fut tout d'abord Lincoln pour rappeler
au peuple amdricain son pass historique et son
glorieux heritage, de la bataille de Gettysburg
(pendant la Guerre de secession) A celle de Que
Son (< Kh& Sahn >, Vietnam) ...

<< L'esprit de service >>...
Lincoln c'est aussi le symbole de tout ce
que peut la volonte. Lui-meme fut, comme on le
sait, un autodidacte c'est-A-dire qui s'est instruit
tout seul, comme d'ailleurs un autre grand homme,
Toussaint Louverture.
Et la volonte, la determination, < l'esprit
de service sont les principales 6pithdtes qui ont
6maillk le premier discours comme president des
Etats-Unis du candidat qui avait choisi pour devise
< yes we can. >
La volont6 qui, pour Obama,


discours d'investiture, le 20 janvier 1961,
annoncait (plus que promettait) que les Etats-Unis
relveraient le ddfi sovidtique qui venait d'envoyer
le premier homme dans l'espace, en envoyant eux
le premier homme sur la lune.
Mais le nouveau
president tint aussi A
rappeler qu'il y a moins de
60 ans son pbre kenyan,
6tudiant aux Etats-Unis, ne
pouvait se faire servir dans
un restaurant A cause de la
couleur de sa peau.

Un tournant A
180 degr6s ...
Martin Luther
King est 6galement un autre
personnage r6pondant A
l'appel, mais mCme pas
nomm6ment. La presence de
plusieurs dizaines de milliers
d'Afro-am6ricains et de
Carib6ens au milieu des
deux millions de spectateurs
assistant A la c6r6monie
devant le Capitole, parle
d'elle-mime.
Tous rendant
grice que le pays ait pris, qu'on le veuille ou non,
un tournant A 180 degrds. Car comment expliquer
qu'un noir devienne president des Etats-Unis (avec
une majority de prbs de 60% du vote populaire)
quand les noirs ne font que 16% de la population
globale du pays.
Mais ce auquel on ne s'attendait pas,
c'est que Barack Hussein Obama se ferait aussi
Truman dans son discours d'investiture.
En effet, aucun de ces pr6d6cesseurs
n'accorda autant d'importance A la politique
ext6rieure dans son premier message A la nation.
Harry Truman (33e president des Etats-
Unis 1945-1953) et done arrivant au pouvoir
juste au lendemain de la Seconde guerre mondiale
qui avait d6truit l'Europe et le Japon entre autres,
est le president qui tendit la main aussi bien aux


uperpuissance
nations qui avaient souffert de la guerre (Angleterre, France
etc) qu'h celles qui avaient provoqu6 le conflit, en premier lieu
l'Allemagne, l'Italie et le Japon.
Et onvoit ce que sont devenues ces nations aujourd'hui.
Truman connu comme le cr6ateur du fameux Plan
Marshall dont on parle toujours, y compris chez nous, des
compatriotes se prenant A rever d'une telle initiative pour leur
pays.

Des phrases fortes ...
Oui, chose sans pr6c6dent, Barack Obama consacra
presque la moiti6 de son discours d'investiture au reste du
monde.
Des phrases fortes : << Nous allons aider le monde, nous
ne pouvons pas rester indiff6rents A ce qui se passe en dehors
de nos frontibres. >
Et ceci qui pourrait sembler une r6f6rence A son
pr6d6cesseur considered comme ayant &t6 entour6 de trop
nombreux ultras : < La puissance ne permet pas de faire ce que
l'onveut! >>
Mais c'est pour faire comprendre aussit6t: Et nous
allons vaincre !
Car la grande puissance reprend tout de meme le
dessus. C'est<< une nouvelle bre de responsabilit6s > et les Etats-
Unis ne se considerent pas moins avoir une mission. Celle de
travailler A faire reculer la menace nucl6aire (attention l'Iran !)
et le rechauffement de la planted.
Mais est-ce tout ? < Nous avons des devoirs envers le
reste du monde > a rdp&t6 Obama. Une phrase qui peut bien sir
&tre diversement interpr6t6e suivant qu'on se place dans


l'optique d'hier ou dans une nouvelle approche qui attend encore
de se concrdtiser.

Au centre du jeu planetaire ...
Les Etats-Unis n'abandonnent pas leur ambition de
toujours rester au centre dujeu plan6taire.
Et nous allons vaincre Car mieux encore, et c'est bien
entendu le premier president americain a pouvoir l'affirmer :
< notre heritage de mosaique est une force >. Le nouveau
president ne mentionne pas seulement les diverses races et
ethnies (blancs, noirs, hispaniques, asiatiques, am6rindiens) et
les genres de vie (homo et h6t6rosexuels) mais aussi toutes les
religions (chr6tiens, musulmans, juifs, hindous et non-croyants
etc) composant le fameux melting-pot am6ricain. Comme pour
dire aujourd'hui, plus encore qu'avant, c'est tous pour un et un
pour tous !
Et assorti d'une mise en garde A ceux < qui s'agrippent
au pouvoir par la corruption >> ou la violence.

VoilA le sens de notre foi ...
Et nous allons vaincre En un mot, parce que nous
sommes Am6ricains. << Souvenons nous de qui nous sommes et
d'ofi nous venons >> ...
< Se donner totalement A une tiche difficile, voilA le
sens de notre foi, la force de notre determination. >
Un president qui se veut apparemment pacifiste mais
qui a des accents que ne refuserait pas l'un des plus grands
chefs militaires de ce pays, le Gn&6ral Douglas MacArthur,
l'homme qui s'6cria aprbs une bataille perdue face au Japon
dans la Guerre du Pacifique : < I shall return > (Je reviendrai !).
Et chose promise, chose faite.
Un discours d'investiture plus ouvert au dialogue et
au compromis (sugg6rant meme une sorte de New deal : < Une
nation ne peut prosp6rer si cette prosp&ritW n'est pas partag6e >
..), et aussi bien A l'int6rieur qu'A l'ext6rieur.
Mais qui n'en reste pas moins profond6ment am6ricain.
Oyez plut6t : < Nous allons braver les tempetes qui viennent. >
L'Amdrique ne faillirajamais.
On comprend que les Am6ricains doivent se sentir
mieux aprbs l'investiture du 20 janvier 2009. Parce qu'ils en
avaient bien besoin ...


Mtlodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


Page 10


pl
su

Ca


km II








Mercredi 28 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01


Discours d'investiture

du President Barack Obama


devons nous reprendre, nous secouer et nous
remettre a construire l'Amdrique.
Car oni que nous regardions, il y a du
travail a abattre. L'6tat de l'6conomie appelle une
action audacieuse et rapide, et nous agirons, non


)pyrighted Material

yndicated Content

)m Commercial News Prov


seulement pour crder de nouveaux emplois, mais
pour jeter les bases d'une nouvelle croissance.
Nous construirons les routes et les ponts, les
r6seaux dlectriques et numdriques qui irriguent
notre commerce et nous relient. Nous rendrons


Voici la traduction integrale du discours prononce le
mardi 20janvier 2009 par Barack Obama lors de son investi-
ture
"Mes chers compatriotes,


Je me tiens ici aujourd'hui
plein d'humilit6 devant la tiche qui
nous attend, reconnaissant de la
confiance que vous m'avez
accordde, conscient des sacrifices
consentis par nos anc6tres. Je
remercie le president Bush d'avoir
servi notre pays, ainsi que de la
g6ndrosit6 et la cooperation qu'il a
d6ploy6es pendant toute cette tran-
sition.


-I~1 L~f*gp


Quarante-quatre Am6ri- ..
cains ont d6sormais pret le serment
pr6sidentiel. Les mots ont &t6 Sl
prononc6s alors que gonflaient les
eaux de la prosp6rit6 et que Available fro
reposaient les eaux de la paix.
Pourtant, de temps a autre, le
serment est prononc6 alors que les
nuages s'amoncellent et que les
temp6tes font rage. Dans ces mo-
ments, l'Am6rique n'a pas
simplement continue grice au tal-
ent ou a la vision de ceux qui sont
haut places, mais parce que nous,
le peuple, avons gard6 la foi dans
les id6aux de nos pr6d6cesseurs, et
sommes rests fiddles a nos textes
fondateurs.
Ainsi en a-t-il 6td. Ainsi doit-il en
6tre pour cette g6ndration d'Americains.
Il est entendu maintenant que nous nous nous trouvons
au beau milieu d'une crise. Notre pays est en guerre, contre un
vaste r6seau de violence et de haine. Notre 6conomie est
s6rieusement affaiblie, consequence de l'avidit6 et de
l'irresponsabilit6 de certains, mais aussi de notre 6chec collectif
a op6rer des choix difficiles et a preparer le pays pour une
nouvelle bre. On a perdu des logements; d6truit des emplois;
ferm6 des entreprises. Notre couverture de sant6 est trop
cofiteuse; nos 6coles laissent de c6t6 trop de gens; et chaque
jours apporte une nouvelle preuve de ce que la facon dont nous
utilisons l'6nergie renforce nos adversaires et menace notre
planted.
Voilh pour les signes de la crise, tels que les refletent
donndes et statistiques. Moins mesurable mais non moins
profond est le minage de la confiance dans tout notre pays -la
peur tenace de ce que le d6clin de l'Amdrique est inevitable, de
ce que la prochaine g6ndration doit viser moins haut.
Aujourd'hui, je vous dis que les d6fis qui nous
attendent sont reels. Ils sont graves et ils sont nombreux. Ils ne
seront pas facilement ni rapidement relev6s. Mais sache-le, 6
Amdrique: ils seront relev6s.
En ce jour, nous nous rassemblons parce que nous
avons choisi l'espoir plut6t que la peur, l'unit6 tendue vers un
but commun plut6t que le conflit et la discorde.
En ce jour, nous proclamons la fin des rancunes
mesquines et des promesses non tenues, des recriminations et
des dogmes 6cul6s qui ont trop longtemps 6trangl6 notre
politique.
Nous restons une nationjeune, mais pour citer les Ecritures, il
est temps de "faire disparaitre ce qui 6tait de l'enfant". Il est
temps de r6affirmer notre force de caractere; de choisir une
histoire meilleure; de porter ce cadeau pr6cieux, cette noble
idWe transmise de g6ndration en g6ndration: la promesse obtenue
de Dieu que nous sommes tous 6gaux, tous libres et m6ritons
tous une chance d'aspirer a la plenitude du bonheur.
En r6affirmant la grandeur de notre nation, nous
comprenons que la grandeur n'estjamais donnde. Elle doit tre
gagnde. Notre cheminement n'ajamais fait de raccourcis et de
resignation. Cela n'a pas &te le chemin des timords, de ceux qui
pr6fere l'oisivet6 au travail ou ne recherchent que les plaisirs
des richesses et de la gloire. Non, cela a &te le chemin de ceux
qui prennent des risques, qui agissent, qui font des choses -
certains que l'on a clM1brds mais le plus souvent des hommes
et des femmes ayant oeuvr6 dans l'obscurit6, qui nous ont guides
sur les chemins accidents de la prosp6rit6 et de la liberty.
Pour nous, ils ont rassembl6 leurs maigres possessions
et traverse les oceans en quete d'une vie nouvelle.
Pour nous, ils ont su6 sang et eau et conquis l'Ouest;
endure la morsure du fouet et labourd la terre dure.
Pour nous, ils se sont battus et sont morts, dans des
endroits comme Concord et Gettysburg; en Normandie et a Kh6
Sahn.
Encore et encore, ces hommes et femmes ont lutt6, se
sont sacrifi6s et se sont us6 les mains au travail pour que nous
puissions vivre une vie meilleure. Ils ont vu dans l'Amdrique
plus que la somme de nos ambitions individuelles; plus que
toutes les distinctions de naissance, de richesse ou de clan.
C'est le cheminement qui nous continuons aujourd'hui.
Nous demeurons le pays le plus prospbre, le plus puissant sur
Terre. Nos travailleurs ne sont pas moins productifs qu'au d6but
de la crise. Nos esprits ne sont pas moins inventifs, nos biens et
nos services pas moins demands qu'ils ne l'6taient il y a une
semaine, un mois ou un an. Nos capacit6s demeurent intactes.
Mais le temps oni nous r6sistions au changement, oni nous
prot6gions des int6rets 6triqu6s et repoussions les decisions
d6plaisantes, ce temps est assur6ment fini. DMs aujourd'hui nous


Page 11


sa place a la science et exploiterons les merveilles
de la technologie pour amdliorer la quality des soins
de sante et abaisser leur coft. Nous maitriserons le
soleil, le vent et la terre pour alimenter nos voitures
et faire tourner nos entreprises. Et nous
transformerons nos 6coles, lyc6es et
universities pour r6pondre aux
exigences d'une nouvelle bre. Tout
cela, nous pouvons le faire. Et tout
cela, nous le ferons.
Certes, certains
s'interrogent sur l'6tendue de nos
ambitions, laissent entendre que
notre systeme ne peut pas supporter
trop de grands projets. Ils ont la
m6moire courte. Car ils ont oublid en
effet ce que ce pays a d6ji accompli;
ce que des hommes et des femmes
libres peuvent accomplir lorsque
r er" l'imaginationrejoint le bien commun,
riders" et la necessity, le courage.
Ce qui 6chappe aux
cyniques est que le sol s'est d6robW
sous eux, que les vieilles querelles
politiques qui nous consument depuis
si longtemps sont d6pass6es. La ques-
tion que nous posons aujourd'hui
n'est pas de savoir si notre
gouvernement est trop large ou trop
resserre, mais s'ilfonctionne, s'il aide
les familles a trouver des emplois
d6cemment remuneres, des soins a
leur portde, une retraite digne. Si la
reponse est oui, nous avons
l'intention de continuer. Si la r6ponse est non, ce
sera la fin de ces programmes. Et ceux d'entre
nous qui gerent les dollars publics devront rendre
des comptes, pour d6penser sagement, changer les
(voir INVESTITURE /12)


Grce au dvouemen1 et au dynamics~ e de notre equpe ile

tonstitue de plus de

600 bueux eI aignces oe Hali

wux Etus-Unis et w CanMda


Grake ses prs de

1,500 colaborateurs


Grcei son 5srvice do quality, toujours imite mais joimos goal.











remercie Ia communoutl
hailieme por l aonfiance
tmigni4 depu9 tan61 25


clients, colaborateurs et
Ogen1f, une ureus t el
prospre mnlia 2009.




Ap z sons









Page 12



La robe jaune de Michelle Ob
Michelle Obama a officiellementpris saplace que de cette maniere, elle puisse charmer tout le
sur la scene internationale mardi dans une robe monde", a-t-elle dit mardi a la critique de mode du
fourreau or quin 'a pas fini de faire jaser dans les New York Times Cathy Horyn.
milieux de la mode. Mais le choix de Michelle Obama ne fait pas


La nouvelle First Lady, qui est
Ag6e de 45 ans, a choisi une styliste
d'origine cubaine, Isabel Toledo, pour cette
robe et le manteau en brocard assorti
qu'elle a ports lors de la c6r6monie
d'investiture.
De l'avis de beaucoup, Michelle
Obama, une ancienne avocate, a insuffl6
616gance et jeunesse a la fonction de
premiere dame en melant habilement des
chaines de pret-a-porter comme Gap et J.
Crew avec des cr6ateurs pointus comme les
Chicagoens Mario Pinto et Narciso
Rodriguez.
Jug6e initialement un peu trop Avail
distante, elle a fini par convaincre enAva
apparaissant enjuin dernier dans une robe
noire et blanche a 148 dollars pour une
mission de t6l1vision populaire, "The
View", que toutes les Americaines se sont
arrachee d6s le lendemain.
Pour l'investiture, le choix de la
couleur or tranche avec les tons rouges,
blancs ou bleus souvent adopts dans les
grandes occasions par les femmes
politiques americaines.
Le jaune est consid6r6 dans de
nombreuses parties du monde comme un
symbole d'espoir et de confiance, assurent les experts.
Isabel Toledo, qui travaille a New York,
confirme avoir voulu une "couleur trbs optimiste, qui
a du soleil". "Je voulais qu'elle se sente charm6e, et


"Copyrighted Material

Syndicated Content
able from Commercial News Pro%


l'unanimit6. Un sondage sur internet r6alis6 par le
magazine people US Weekly montre que 55% des
lecteurs 'ont d6test6, quand 44% 'ont adore.
Bonnie Fuller, ancienne r6dactrice en chef du


Mercredi 28 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01


ama fait debat
magazine Glamour, reconnait un choix audacieux mais
s'interroge sur son blog: "Se prombne-t-elle en tissu
d'ameublement?"
En l'absence d'indice sur les habits que la
First Lady devait porter lors des bals du
soir, les chroniqueurs en avaient &t6
r6duits a sp6culer, pariant qu'en ces temps
de crise, elle 6viterait trop de tape-a-l'oeil
ou de frivolity.
Mais la mode est exigeante et en
pleine crise p6troliere, Rosalynn Carter,
l'6pouse de Jimmy Carter, avait &t6
critique pour avoir revetu une robe trop
quelconque, qu'elle avait en outre d6jh
portee, lors du bal inaugural de la Maison
blanche. Quatre ans plus tard a l'inverse,
Nancy Reagan avait &t6 jug6e "trop
Hollywood" avec sa robe fourreau
/iders" blanche trbs on6reuse.
Booth Moore, critique de mode
au Los Angeles Times, voit cependant mal
la nouvelle premiere dame opter pour
l'option Rosalynn Carter.
"Pour un soir au moins, nous
voulons une First Lady plus 6blouissante
que le reste d'entre nous. Jusqu'ici, le
secret du succes vestimentaire de
Michelle Obama est qu'elle a su garder
1'6quilibre entre les deux. Esp6rons que
cela continuera."
Michelle Obama a finalement
choisi une creation blanche d'un autre
styliste amnricain, d'origine taiwanaise cette fois, Jason
Wu, ag6 de 26 ans, dont les robes peuvent atteindre
jusqu'a 6.000 dollars.


Michelle, I'heritage de l'Amerique noire dans le couple Obama


Michelle Obama, nee dans une famille pauvre
de labanlieue de Chicago (nord), repr6sente l'hritage
de l'Amerique noire au sein du couple Obama dont
elle est "le roc", selon l'expression de son maria Barack.


mauvaises habitudes et travailler au grand jour, parce
que ce n'est qu'ainsi que nous pouvons restaurer la
confiance cruciale entre un peuple et son
gouvernement.
La question n'est pas non plus de savoir si le
march est une force bonne ou mauvaise. Sa capacity
a g6ndrer de la richesse et 6tendre la liberty est sans
gale, mais cette crise nous a rappel6 que sans un oeil
attentif, le march peut 6chapper a tout control et que
la nation ne peut pas prosp6rer quand elle ne donne
qu'a ceux qui sont prosperes. Le succes de notre
6conomie a toujours a toujours d6pendu, non seulement
de l'importance de notre produit int6rieur brut mais
aussi de l'6tendue de notre prosp6rit6, de notre capacity
a offrir une chance a toute bonne volont6, pas par
charity, mais parce que c'est la plus sure voie de notre
bien commun.
Pour ce qui est de notre defense commune,
nous refusons de faire un mauvais choix entre notre
s6curit6 et nos id6aux. Nos pares fondateurs, confronts
a des perils que nous pouvons a peine imaginer, ont
Olabor6 une charte pour 6tablir l'6tat de droit et les
droits de l'homme, une charte qui se poursuit dans le
sang des generations.
Ces id6aux 6clairent toujours le monde et
nous n'y renoncerons pas par opportunisme. Aussi, a
tous les autres peuples et gouvernements qui nous
regardent aujourd'hui, des plus grandes capitales au
petit village ou naquit mon pare: sachez que
l'Amerique est l'amie de chaque nation et de chaque
homme, femme et enfant qui aspire a un avenir de paix
et de dignity, et que nous sommes prets une fois en-
core a ouvrir le chemin.
Rappelez-vous que les generations
pr6c6dentes ont tenu tate au fascisme et au
communisme non par les seuls missiles et chars, mais
grace a de solides alliances et de fortes convictions.
Ils ont compris que notre puissance ne nous protege
pas seule, nine nous donne le droit d'agir a notre guise.
Ils savaient que notre puissance grandit de son usage
prudent; que notre s6curit 6 mane de la justesse de
notre cause, de la force de notre exemple, des qualit6s
pond6rantes d'humilit6 et de retenue.
Nous sommes les gardiens de cet heritage.
Guides une nouvelle fois par ces principes, nous
pouvons affronter ces nouvelles menaces qui exigent
un effort encore plus important, davantage de
cooperation et de comprehension entre les nations.
Nous commencerons par laisser l'Irak a son peuple de
facon responsable et forger une paix durement m6rit6e


Michelle Obama, qui a fete samedi (17
janvier) ses 45 ans juste avant d'entrer a la Maison
Blanche, a v6cu une enfance difficile, a l'oppos6 de
celle de Barack Obama, m6tis 6lev6 a Hawaii dans la


en Afghanistan. Avec nos vieux amis et nos anciens
ennemis, nous travaillerons inlassablement a r6duire
la menace nucl6aire, repousser le spectre du
r6chauffement de la planete. Nous ne pr6senterons pas
d'excuses pour notre mode de vie, ni n'h6siterons a le
d6fendre, et a ceux qui tentent d'atteindre leurs buts
en semant la terreur et en massacrant des innocents,
nous disons aujourd'hui que notre determination est
plus forte et ne peut 6tre brisee; vous ne pouvez pas
nous vaincre et nous vous battrons.
Car nous savons que le patchwork de notre
heritage est une force et non une faiblesse. Nous
sommes une nation de chr6tiens et musulmans, juifs et
hindous et non-croyants. Nous sommes issus de chaque
langue et chaque culture venue de chaque coin de cette
Terre; et parce que nous avons goft6 a l'amertume de
la guerre civile et de la s6gr6gation, et que nous sommes
sortis plus forts et plus unis de cette 6preuve, nous ne
pouvons pas nous empecher de croire que les vieilles
haines finiront par disparaitre; que les frontieres
tribales seront bientot dissoutes; qu'a mesure que le
monde devient plus petit, notre humanity commune se
revdlera, et que l'Amerique doit jouer son r6le en
ouvrant la voie a une nouvelle &re de paix.
Au monde musulman: nous cherchons une
nouvelle faqon d'avancer fondue sur notre int6ret
mutuel et notre respect mutuel. Aux dirigeants a travers
le monde qui veulent semer le conflit ou imputent les
maux de leur soci&t a l'Occident: sachez que votre
peuple vousjugera sur ce que vous pouvez construire,
et non sur ce que vous d6truisez. A ceux qui
s'accrochent au pouvoir par la corruption, la tromperie
et en r6duisant la contestation au silence, sachez que
vous 6tes du mauvais cot6 de l'histoire. Mais que nous
tendrons la main si vous voulez desserrer votre 6tau.
Aux peuples des pays pauvres: nous
promettons de travailler a vos cot6s pour que vos
fermes s'6panouissent et que coulent des eaux propres;
d'alimenter les corps affam6s et de nourrir les esprits
assoiff6s. Et aux nations comme la notre quijouissent
d'une relative abondance, nous disons que nous ne
pouvons plus nous permettre de rester indiff6rents a la
souffrance au-dela de nos frontieres; que nous ne
pouvons pas non plus consumer toutes les ressources
du monde sans nous soucier des consequences. Car le
monde a change et nous devons 6voluer avec lui.
Quand nous regardons le chemin qui nous
attend, nous pensons avec gratitude et humility a ces
courageux Am6ricains qui, en ce moment meme,
(INVESTITURE / p. 17)


famille de sa mere, issue de la petite bourgeoisie
blanche.
N6e le 17 janvier 1964, Michelle Robinson
est la fille d'un employ des services municipaux de
traitement des eaux, atteint de scl6rose en plaques. Elle
grandit dans un deux-pibces de South Side, le quartier
le plus pauvre de Chicago.
Son arbre g6ndalogique remonte a un anc6tre
esclave, un ant6c6dent dont ne peut se prevaloir Barack
Obama, issu d'un pore k6nyan venu 6tudier aux Etats-
Unis.
"En choisissant d'6pouser une Africaine-
Am6ricaine, (Obama) a d6cid6 consciemment ou
inconsciemment de s'enraciner dans la communaut6
noire", observe David Mendell dans sa biographie
"Obama, from promise to power".
Michelle brille a l'6cole. Elanc6e (1,82 m),
elle fait des etincelles en basket-ball, mais choisit de
s'en carter pour ne pas tomber dans le st6reotype racial
de la r6ussite par le sport.
Ses r6sultats scolaires lui valent d'entrer dans
la prestigieuse university de Princeton, puis l'encore
plus prestigieuse faculty de droit de Harvard.
C'est a cette 6poque qu'elle traverse une crise
d'identit6. "Je me sentais parfois comme une passante
sur le campus, comme si ce n'6tait pas vraiment ma
place. Quels que soient mes rapports avec les Blancs,
j'avais souvent l'impression d'etre, a leurs yeux, Noire
d'abord, 6tudiante ensuite", raconte-t-elle a David
Mendell.
Rentr6e a Chicago, lajeune femme entre dans
un cabinet d'avocats ou, a l't6 1988, elle doit prendre
en charge un stagiaire, un certain Barack Obama.
Michelle r6siste a ses avances, jusqu'a ce qu'un soir,
"je lui offre une glace au coin de la rue", raconte ce
dernier dans son livre "L'audace d'esp6rer". "Je lui ai
demand sije pouvais l'embrasser. Elle avait le gout
du chocolat", ajoute le futur president. Le couple se
marie en octobre 1992.
Int6ress6e par le service public, la future "First
Lady" entre a la mairie de Chicago, ou elle met en
place un programme de recrutement des jeunes. Elle
rejoint en 2002 l'hpital universitaire de Chicago, dont
elle sera vice-pr6sidente.
Pendant ces ann6es, Michelle Obama ne gofte
que mod6r6ment la carriere politique de son mari, qui
la laisse souvent seule avec ses deux filles, Malia, nee
en 1998, et Sasha, nde en 2001. Elle accepte sa
candidature a la pr6sidentielle a condition qu'il voie
ses filles au moins une fois par semaine... et arrnte de
fumer.
Faire campagne "a &6t une decision
commune", observe E. Faye Williams, pr6sidente de
l'Organisation nationale des femmes noires, qui a suivi
(MICHELLE / p. 17)


Discours d'investiture
(INVESTITURE ... suite de la page 11)








Mercredi 28 Janvier 2009 j
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01 I


LAND FOR SALE
Due to personal problems selling little farms
(1 acre) in Orlando area.
Transfer $500.00 $85.00 monthly.
total price $6,750.00 no credit necessary.

Please call (305) 726-5079 Mrs. Maria.
our e-mail is Investa),bellsouth.net


preparee par un Grand
Chef
* Le Saut du Barril
* Le Palais de Sudre
Dartiguenave a Anse a
Veau
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17e'e
sibcle. .


T616phones: 566-5361
401-7108 /514-0304
E-mail : lemanoloinn@mac.com
Internet disponible
pour les clients


Page 13


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408




Pameet, vCus qul rvwez dwun aveni meiiur pour vos nfants,
onowz lez au CMP
ANNEEACADMIOUE 2M-20
PROGIRAMMES
LCENC EN:
Mtai nf :4 af

A. wIfr*DnnM alk :4i um
MarkBlngMand"gmwmt :24me
WOtNa blnh:r2 4ini
BIawM-FBlW-WrIS g :2ane
COntnsaunlnfrgniu :1snn
Arnfaten llM CA rta :1 iN
IIlnIWifmtpe 'cle ct Wl ue m2lu
rrIT Eabsml CIS X) : 1 in
Pcw taiiea MmunaUs BuppkIMHIre:
CHP, Dma o
Te.:2 S1836A1 3]r4, 2 246-a22
Ema

Depi nou bezwen kay


Bernard Metayer

fticT. W77R0.t74.62rW
cLl'i404 405.6584
fx: 77J.43~9.7A57
Ze t1er1r[ rdbtm rlrai errity~rup.co
ur MMftaeityrT eafltyJGrouCp. om


F I 1 I. 1 , 1 -I



VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


Le Look
Rue PtnmtitI6dca #14,
mion-vinl, Hati
TM ;257-8374
Chnix incrayable de mnntures:
Dtk, s krt BCwtM, e Vogue
Conruliadon cheque jour
par un rMdcvin-cculistc.







10 d6partements d'etudes

Licence en:
Gestion d'Entreprise
Conception et Ex6cution de
Project
Economic et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
Gouvernance

Dipl6me en :
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse
Herard # 3,
Port-au-Prince,
Haiti, W.I.

www. cfdehaiti. cor

Par courriel:
Administration(iCDFEHaiti. com
GBrunet@CFDEHaiti. cor

Par telephones
(509) 2246-1425
3555-1575
2513-3726
3767-1575


ABtCC

together with its 42 bi-national chambers of
commerce invite you to the
ABICC INTERNATIONAL
BUSINESS CARD EX-
CHANGE
on
WEDNESDAY, FEBRUARY
4th, 2009, 5:30-8:30 PM
at the beautiful restaurant on Biscayne Bay
Rusty Pelican Restaurant
with fantastic bay view!
3201 Rickenbacker Cswy, Key Biscayne, FL 33149
Directions: When coming from Miami towards Key
Biscayne, after you pass the toll and cross the first long
bridge, you make a left at the first exit (you can see the
large restaurant on your left when crossing the bridge).

FREE ENTRANCE
Cash Bar.
REMEMBER TO BRING LOTS OF BUSINESS CARDS .!


l i i i i i i ::i~ii ii Bii ..... !!! iii iiiiii i ... .. .. i iii... ...


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"









Page 14


o Avoir 1 'esprit ouvert n 'est pas
S'avoir bdant a toutes les sottises. >Jean
Rostand
Michaelle Jean, l'Illustre Gouvemeur, que
Dieu seul sait si unjour elle pourra meme voter en
Haiti, grice A son origine D6pestre, vient de r6aliser
un nouveau voyage officiel en Haiti. Un membre
de la famille royale espagnole, la Reine, Sophie de
Grace, visite l'ile, jadis appel6e Hispaniola >, en
profite pour passer quelques heures en Haiti et ainsi
v6rifier l'6tat d'avancement des projets de
cooperation de l'Agence Espagnole de Coop6ration.
Qui eft dit qu'en 1986 la statue de < son 6claireur >
fut jet6e A la mer sous l'accusation d'avoir &te le
responsable des malheurs du pays. S'il ne l'eft pas
d6couvert, disait alors la < marde furieuse >, on n'en
serait pas 1I. J'aurais sinc&rement pr6f6rd cependant
que cette visite s'inscrive dans un cadre de
cooperation plut6t 6conomique. Le Roi d'Espagne,
Juan Carlos de Borb6n, par exemple, visitait la
Libye avec une d6l1gation d'une quinzaine
d'entrepreneurs et d'hommes d'affaires espagnols.
VoilA le type de relations qu'il nous faudrait
consolider afin de faciliter l'ouverture d'Haiti vers
les autres pays. Des entreprises. Des
investissements. Des entrepreneurs, des hommes
d'affaires. Des projets d'avenir, de futur.
Cette meme semaine a suppose un grand
changement politique aussi. Obama vient d'etre
investi Pr6sident. Le premier Pr6sident des Etats-
Unis < d'origine nonblanche >. D6sormais, rien ne
sera pareil dans le monde. A partir de maintenant et
je ne suis pas le seul A le dire, le bareme n'est plus
le meme. Les pr6textes ne peuvent plus etre les
memes, ni pour les uns, ni pour les autres.
L'apartheid a perdu l'un de ses 616ments de base,
l'appartenance ethnique. Malheureusement il lui
reste encore d'autres critbres de discrimination. Les
barribres mentales sont obliges de reculer, de
disparaitre peut-6tre, d'un c6t6 et de l'autre. Le
concept de < suprematie > ne va plus pouvoir
s'aligner sur celui de la < race >. Cette semaine,


)uverture

quelque chose a change dans le monde. Mardi dernier,
quelque chose a change le monde. Un detail. Un simple
ddtail a suffi pour montrer que l'audace, le travail bien
fait et encore l'audace de vouloir r6ussir peuvent faire
basculer tout un monde de differences. I1 suffit d'un
point d'appui pour soulever le monde ... si on connait
le principe du levier. C'est 6mouvant de voir ce que
les Am6ricains ont fait des Etats-Unis en 200 ans
d'histoire. C'est triste de voir ce que nous, Haitiens,
avons fait de notre Haiti en 200 ans d'existence,
consequence de la rapacitW, de la cupiditW de certains
d'entre nous, de l'irresponsabilitt de plusieurs et
surtout a cause de notre incapacitW collective a faire
des choixjudicieux defaqon a preparer le pays a une
dre nouvelle (pour paraphraser l'homme A la mode).
Nous nous sommes transforms en un pays de
racketteurs en tout genre. Nous avons tout fait pour
convertir le pays en un pays de l'araque.
Enfin, chores amies lectrices, chers amis
lecteurs, l'amaque est abus de confiance, vol, trahison,
tromperie, escroquerie car elle se fonde surl'ignorance
des personnes pi6g6es ou sur la confiance place en
l'arnaqueur. L'arnaque, dit-on, se caract6rise par
l'organisation massive et syst6matique de l'offre de
la fourniture d'un produit ou d'un service, non
conforme A l'attente raisonnable du consommateur.
L'arnaque suppose :
Une absence de l'avantage promis
Un rapport quality / prix deficient du produit ou
du service vendu.
Une absence de toute contrepartie.
Je suppose que vous avez pu voir la
description du comportement d'un bon nombre
d'Haitiens. Un ami de la (grande communaut6
haitienne vivant aux Etats-Unis me disait l'autrejour
qu'il avait du mal A payer les transactions r6alis6es sur
Internet avec sa carte de credit car durant 24 heures
par jour, certains individus s'occupent A te priver de
ce que tu as pass 8 heures ou 12 heures par jour A


Mercredi 28 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01


Y gagner. I1 ne faisait confiance a personne,
S en affaire d'argent. I1 ne s'est done pas fait
avoir ni dans les < Coop6ratives >, ni par
Madoff ni par Thdodule. Une meme idWe d'araque,
un meme principe, des < pr6sum6s voleurs >
diff6rents. Le dernier utilisait ses o Clubs
d'Investissements > pour pi6ger des investisseurs.
Comme Calderon < le Pr6sident blanc > qui lui, s'est
fait pi6ger dans son Club, le Madrid, non pas pour
avoir mal plac6 les investissements du Club mais
plut6t pour croire que le Club 6tait son investissement
particulier. D'apres ce que disent les diff6rents
journaux sportifs. Le Pr6sident d6missionnaire du
Real Madrid s'est vu o impliqu 6 dans une
manipulation des votes de la dernire < assemble
g6ndrale > du Madrid. Le pauvre, d6finitivement, il
n'a pas de chance. Lors d'un voyage aux Etats-Unis,
cela fait une ou deux anndes, il s'est vu confondu
avec un narcotrafiquant et a failli etre emprisonne
(pas A Guantanamo, quand meme). Puis, le scandale
des cartes de credits du club qu'il utilisait A des fins
personnelles et meme pour sa famille (disent les
mauvaises langues).
Enfin, chores amies lectrices et chers amis
lecteurs, plus de 50.000.000.000 $ araqu6s par
Madoff, environ 23.000.000 dans le cas de Thdodule,
je ne sais combien dans le cas des < Coop6ratives >.
La o cupidity de certains>, comme dirait Obama, qui
vient de cofter au systeme financier mondial
plusieurs millions de milliards de dollars, est A la
base de ces difficulties.
Enfin, essayons de travailler A la
r6cup6ration du pays car partout on nous jetons le
regard, il y a du travail A faire. L'ouverture du pays
vers l'ext6rieur qui ne peut se r6sumer A quelques
visites de personnages illustres, ne pourra que nous
etre favorable A tous.

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Janvier 2009


BATAY OUVRIYE

Position sur la question du Salaire minimum

ETERNEL DEBAT ENTRE LES AUTORITES AU POUVOIR


Au parlement comme au niveau de l'ex6cutif,
ce dernier par l'interm6diaire du ministbre des affaires
sociales, le salaire minimum est en d6bat. Notons
d'abord qu'il l'est depuis d6ji plus de deux ans et que,
selon la loi, le salaire minimum doit etre ajust6 chaque
fois que l'inflation d6passe les 10 pour cent l'an (article
137 du code du travail). Ayant 6td, d6ji la baisse,
rdtr6ci aux soixante-dix gourdes que l'on connait en
2003, cela fait done un peu plus de cinq ans que les
diff6rents gouvernements se complaisent A etre
ill6gaux Concemant la question ouvribre, cela ne nous
6tonne pas, ces fonctionnaires ont un camp bien d6fini,
celui des patrons, qu'ils aspirent A int6grer : ils le
servent done de leur mieux.
Par rapport aux discussions / tergiversations
en cours aujourd'hui, qui pr6tendent proposer une
< moyenne > entre les ( parties , nous avions d6ji
d6montr6 l'incongruit6 de la position (voir notre note
de presse : est inacceptable et, de plus, illegal > du 23 mars 2008).
Nous pensons ce texte toujours d'actualit6. Et
l'incluons done nouveau dans ce dossier.
Celui-ci, cependant tente d'aller plus loin et
d6montrer encore une fois, s'il en 6tait besoin, le
caractbre sanguinaire de cette bourgeoisie de la sous-
traitance et celui 'sousou' des gouvernements qui la
sert.
En effet, nous tenons A annoncer A la presse
et, par son interm6diaire, aux public en g6ndral et aux
'autorit6s' en particulier, que trois acquis d'importance
ont &t6 r6alis6s par nos camarades. Loin de constituer
des donndes anodines, ces acquis se r6ferent tous au
d6bat en cours.
I1 s'agit d'abord du contrat de travail
collectif qui finalement a Wte sign entre la firme
propri6taire de la zone franche de Ouanaminthe, la
CODEVI, et le syndicat des ouvriers, le SOKOWA.
Nous introduisons au dossier la feuille de garde pour
authentification, le document complet pouvant etre
retrouv6 sur notre site www.batayouvriye.org : (http:/
/tinyurl.com/9ywlho). Le fait d'avoir un contrat de
travail collectif est d'une grande importance pour
signifier de maniere concrete l'unit6 des ouvriers d'une
entreprise. L'important, en plus de la nouvelle en soi,
est de faire savoir au public qu'AUCUN des patrons
haitiens n'accepte d'obtemp6rer A la loi qui pr6voit
les conditions pour avoir aces au contrat de travail
collectif, quand bien meme les ouvriers les auraient
toutes remplies, comme nous pouvons facilement le
d6crire dans bien des cas qui se sont pr6sent6s durant
nos luttes sur cet aspect.


D'autre part, nous nous r6jouissons
d'annoncer que les ouvriers des entreprises Marnier
Lapostole, dans le nord du pays, ont, suite aux
n6gociations annuelles d'ajustement de salaire avec une
d6l6gation de la direction venue de France A cet effet,
r6ussi A atteindre les 380.00 gourdes par jour Il y a
de cela juste un an, les joumaliers touchaient 345.00
gourdes. Au dernier ajustement, donc, le montant est
passed 380.00 gourdes par jour. Dans une note de
presse ant6rieure, nous pr6cisions cependant que, pour
arriver A 6tablir ce PRINCIPE d'ajustement salarial,
normal et strictement 16gal, avec la direction centrale
francaise, il avait fallu aux ouvriers, dans le cadre d'une
lutte apre, 3vincer les grants haitiens qui, eux, s'y
opposaient avec une f6rocit6 de chiens de garde. Une
fois le contact direct atteint, les discussions ont &t6
imm6diatement d6bloqu6es et le principe acquis.
Mais il y a plus. La compagnie am6ricaine
< Knights Apparel, Inc. > qui fabrique des maillots
(T-shirts) se propose de s'installer sous peu A la zone
franche de Ouanaminthe. A partir des calculs
effectuds par la < Worker Rights Consortium >> qui
appuie nos camarades du syndicat SOKOWA en cette
mise en place, la << Knights >> a accept et s'est engage,
en cette fin d'annde 2008 passe, A payer aux ouvriers
qui seront A son service le montant de 337.12 US $ le
mois, ce qui revient, divis6 par 24, A un salaire
journalier d'environ 560.00 gourdes au moins De
plus, la compagnie s'engage A financer toute
construction n6cessaire Ala vie hors travail A l'int6rieur
de la zone franche (cafd6tria, garderie, dispensaire...).
Entendra qui veut : 560.00 gourdes par jour !
Quand on se souvient que M. Argant, alors A
la tete de la chambre du commerce et de l'industrie et


repr6sentant du patronat
dans la tripartite se
r6unissant autour du salaire
minimum, avait affirm,
sans aucune d6cence, que
cette industrie de la sous-
traitance ne pourrait
avancer plus de 7 gourdes
d'ajustement salarial ( ),
qu'elle ne pouvait done
payer plus de 77 gourdes
sans faire faillite ( !!! ), 'on
saisi l'ampleur de la
comparaison et l'3normitk
de l'attitude de ces
bourgeois, en ce pays si
d6truit, si humilid et si


socialement bloqud.
Quand on se rappelle les tortueuses
manceuvres des repr6sentants d'alors du ministre des
affaires sociales pour essayer de faire avaler la
couleuvre des 150.00 gourdes < moyenne qu'ils
ont la soi-disant < sagesse > de presenter en finale !
Quand on dcoute encore aujourd'hui les parlementaires
vocif6rer autour de malheureux 200.00 gourdes qui,
selon eux, sont < bien plusjustes > ... On ne peut que
se rendre compte du complot (le mot n'est pas trop
fort) que tous ces messieurs et dames trament A l'insu
des travailleurs haitiens et, par extension, sur le dos
du peuple en entier. Vous nous direz : toujours . Soit. Mais il n'estjamais de trop d'6taler
A nouveau au grand jour leur sadisme et leur
mystification.
Ces < nouvelles > que nous nous r6jouissons
encore une fois de diffuser, le sont done non seulement
pour donner A connaitre certains des acquis r6alis6s
par nos camarades durant l'annde 2008 mais
6galement, et peut-6tre surtout, comme nous le disions
en d6but de texte, pour laisser de plus en plus A
d6couvert le sanguinaire des bourgeois haitiens et le
caractbre parfaitement vil et rampant de tous les
fonctionnaires de l'Etat A leur service. Le salaire
minimum est aujourd'hui en d6bat (long d6bat, que
les < autorit6s > font durer 6ternellement...) mais il est
6galement en pratique. Cette dernibre dement
ouvertement toutes les supposes < impossibilit6s >
que les rapaces r6unis avancent pour prolonger leur
bal. Ainsi, ils auront seuls A r6pondre dubaril de poudre
qu'ils se plaisent A rapprocher du feu.
Batay Ouvriye
Port-au-Prince, ce lundi 19janvier 2009


aiames Sa%&waud
Manager

Professional
I1 rinting & Design
Ave Martin Luther King #30A, P-au-P, HaTti
Phone (509) 3529-4997 / 3787-6500
E-mail: professionalpd@yahoo.com
jameslarivaud@hotmail.com








Mercredi 28 Janvier 2009 !___
Haiti en Marche Vol XXIII N 01 l iPR IS

Foot ITA 20e j. La Juve prend la tete


Freinee la semaine passe par la Lazio (1-
1), la Juventus a repris samedi sa marche en avant
en disposant dans la douleur de la Fiorentina (1-0).
Avant les matches de dimanche, le club turinois met
la pression sur l'Inter Milan en revenant A sa hau-
teur en tete de Serie A. En ouverture, le Chievo
Verone avait battu la Reggina (1-0).
Si l'objectif est atteint, a savoir la victoire, la
Juventus peut toutefois s'estimer heureuse d'avoir
obtenu un tel r6sultat. Son succes contre la Viola n'a
en effet pas masqu6 certaines insuffisances. II a surtout
mis en lumiere la fatigue des Bianconeri, d6ji entrevue
le week-end dernier, qui en seconde p6riode ont
cherch6 leur second souffle face a des Florentins
d6chainds. Claudio Ranieri peut 6galement remercier
Gigi Buffon, de retour dans la cage turinoise aprbs de
longs mois d'absence. Le portier international
transalpin s'est montr6 d6cisif a plusieurs reprises,
except une fois, ou son erreur aurait dfi profiter a
Gilardino, auteur d'un but refuse tort pour une
position de hors-jeu inexistante (33e). Unpenalty non
siffl6 sur Jovetic (10e), alors que la faute de Mellberg
6tait pourtant bien rdelle, aurait aussi pu changer le
cours du match. Mais au lieu de qa, ce sont les Turinois
qui ont gagnd, sans aucun remord. Et ils prennent ainsi
pour la premiere fois la tete du classement a la faveur
d'une meilleure difference de buts (+19) que son rival
int6riste.
Buffon decisif, Freypas loin de I'&tre


En l'absence de Momo Sissoko, suspendu,
Ranieri avait plusieurs solutions de remplacement dans
l'entrejeu. Tiago et Poulsen n'ont pas &td le premier
choix. Non, celui qui a &t6 titularis6 aux c6t6s de
Cristiano zanetti, c'estbienlejeune Claudio Marchisio.
PrWt6 l'an dernier a Empoli, cejoueur de 23 ans form
a la Juve n'a d'ailleurs pas manqu6 l'occasion de
s'illustrer. Sur une passe lumineuse de son capitaine
Alessandro Del Piero, il a ouvert le score froidement
d'un ballon piqu6 devant S6bastien Frey (21e),
inscrivant ainsi son premier but cette saison. Des lors,
la Juventus a tent6 de contr6ler le jeu, mais face a une
Viola revancharde, qui n'a toujours pas gagn6 en 2009,
elle s'est souvent mise toute seule en difficult. Comme
sur cette sortie de Buffon dans les pieds de Gilardino
par exemple (25e).
Juste avant la pause, Marchionni a manqu6
la balle du K.-O., en se heurtant a un S6bastien Frey
imperial (45e). Du coup la seconde p6riode a &td plut6t
ouverte. Ni Del Piero, sorti en fin de match en colkre,
ni Amaury, muet, n'ont permis a leur 6quipe de se
mettre a l'abri. C'est au contraire Gilardino encore lui,
qui a contraint Buffon a un 6nibme arret r6flexe (72e).
Jusqu'au bout, dans les arrets de jeu, le gardien des
champions du monde s'est montr6 vigilant en rassurant
sa defense. Avec de la r6ussite mais surtout du talent,
il a permis a son club de retrouver les sommets, meme
provisoirement, depuis fort lontgemps. -


" g QCopyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Eurosport dim, 25janv 19:11:00 2009
Le FC Barcelone a mis cinquante minutes
pour prendre la mesure de Numancia. Aprbs, la
d6ferlante s'est abattue. Les co6quipiers de Thierry
Henry se sont imposes 4-1 lors de la 20e journme de la
Liga. Les Catalans se consolident leur place en tete.
Osasuna a tenu Villarreal en 6chec (1-1).

LIGA 20e JOURNEE
SAMEDI:
FC BARCELONE NUMANCIA: 4-1
Buts : Messi (51e, 76e), Eto 'o (54e), Henry
(71e) pour Barcelone Barkero (60e) pour Numancia
Le Barca poursuit sa promenade de sante en
tete de classement en signant son septibme succes de
rang en Liga face a Numancia (4-1). Malgr6 les
apparences, cette victoire a &t longue a se dessiner
pour les joueurs de Pep Guardiola, longtemps mis en
6chec par le systbme ultra-d6fensif concoct par Sergio
Kresic. Une tactique qui avait permis a son 6quipe















"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


d'etre la seule, en Espagne, a vaincre les Blaugrana en
premiere partie de saison (1-0). Cette fois, le technicien
croate de Numancia n'aura vu son 6quipe ne tenir
qu'une mi-temps. Aune decision arbitrale pres, il aurait
meme pu esp6rervoir les siens virer en tete si Del Pino
priv6 d'un but refuse sdv6rement pour un ascenseur
sur Iniesta (18e).
Cinquante minutes, c'est le temps qu'il a fallu
au trident Eto'o-Messi-Henry pour se mettre en
marche. Et, une fois encore, ces trois-lh ont suffi pour
faire pencher la balance du c6t6 des Blaugrana. Aforce
d'usure et d'insistance, ils sont parvenus a faire
exploser le verrou d6fensif de Numancia. La ddlivrance
est venue de Messi, battant Juan Pablo a bout portant
sur un caviar Daniel Alves (51e) et imit6 quelques
instants plus tard par Eto'o, oublid par la defense
adverse (54e). Si Barkero a r6duit la marque sur coup-
franc (60e), l'espoir n'a &te que de courte dur6e dans
les rangs du 17e de la Liga. Henry (71e) et Messi (76e)
ont aggrav6 la marque au terme d'une fin de rencontre
a sens unique pour le Barca. VoilW qui offre


provisoirement une avance de quinze points aux
Blaugrana sur Valence et le Real Madrid.

VILLARREAL OSASUNA: 1-1
Buts : Rossi (28e) pour Villarreal Dady
(64e) pour Osasuna
Villarreal, tenu en dchec par Osasuna 1-1, a
rat6 l'occasion de prendre la 4e place du Championnat
d'Espagne et de revenir a deux points du duo Real
Madrid-FC S6ville, en attendant le match du leader, le
FC Barcelone, face a Numancia samedi soir, lors de la
20ejournme. Villarreal, qui a ouvert la marque par Rossi
(28e), a &te rejoint par l'avant-dernier de Liga aprbs
l'heure de jeu grice a un but de Dady (65e).

DIA4NCHE:
REAL MADRID LA COROGNE
Le Real Madrid tentera d'oublier sa victoire
pol6mique a domicile contre Osasuna (avec 2 penalties
6vidents refuses au dernier du classement) en recevant
le Deportivo La Corogne dimanche. Le club madrilkne
avait c6d6 2-1 au match aller au stade Riazor.


8772 IsiE 2 imoe Avenrau.e
Tt; 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- R~cepdton de pairemen pour Be South, FPL, GAZ, CABLE TV.
BELL MOBILITY etc...c...
- Con section ~i pheaque ahez cIll...


Ouvert
6 Jours

par
senaine:
8h30 ani


7h30 pm




VIM Dllkl % S hl
PrS'ouin$ M p %w bl cuhslQ
P ( jas i
M'Inaedw


ouk. Urawnim.K Amittrilni
%WC'* ViIo' iAHaUeM. AmurI1sa uiare DRnn
* P'dil*l; dfie Fww


Page 15


Liga Le Bar a sans se presser









Page 16


Monde-Haiti :
lundi 12janvier 2009 (ALTERPRESSE)
Par Marc Archer [1]

o La plankte est dtsormais un tout petit o village >.
Et ce qui se produit dans d'autres pays nous concerne
forcdment. > (E. Wiesel, Prix Nobel de la paix
Cet article devait voir le jour sous le titre
<< D6squilibres 6nerg6tiques >>. Conqu durant le mois
d'octobre, et devant etre public durant le mois de
novembre, le hasard a voulu qu'il ne le fft pas. Certains
6v6nements qui ont eu lieu aprbs avoir 6crit l'article,
m'ont done pouss6 A changer d'orientation, non pas
dans les idWes de base, mais plut6t dans l'habillement.
Cela a motive la fusion de deux articles et leur parution
sous un nouveau titre qui se veut plus parlant, plus
int6ressant, plus complet. Aprbs un silence de plusieurs
mois et des 6v6nements aussi importants, dans le
monde et en Haiti, je ne pouvais laisser passer l'heure
des bilans, au debut d'une nouvelle annde sans offrir
mon point de vue sur la situation 6nerg6tique hamtienne
ou sans analyser certaines des options ou des voies
6nerg6tiques qui se trouvent A la port6e de la socid6t
ha'tienne pour faciliter son transit vers le
d6veloppement 6conomique.
Il est clair que nous avanqons vers une nouvelle tape
au niveau mondial et cela concede tous les pays.
L'enracinement de certains conflits, identitaires,
iddologiques, 6conomiques, religieux, le banditisme
international (voir ce qui se passe avec la piraterie par
exemple), les problkmes de mauvaise gouvernance
(6nerg6tique ou 6conomique), les problkmes
environnementaux (nationaux, transfrontaliers,
globaux), n6cessitent d'un changement profond, dans
les idWes, dans les mentalit6s, dans les actions, afin de
leur trouver une solution definitive.
La fragility 6conomique historique que le monde est
en train de vivre, la vulndrabilit6 environnementale de
notre Planete provoqude par une typologie agressive
d'activit6s anthropiques, l'impr6visibilit6 des risques
(risques politiques, conflits sociaux, violences
terroristes, conflits identitaires latents ou d6clards
donnant naissance parfois A un fondamentalisme
aveugle, nationalismes exacerb6s, banditisme interna-
tional, narcotrafic) associds A l'univers sociopolitique,
peuvent etre consid6rds comme les grands signes
parlants de l'existence de phenombnes perturbateurs
violents au sein de la socid6t mondiale. Les in6galit6s
sociales, les relations asym6triques entre les diffrrents
pays, l'acces in6gal aux ressources dconomiques, la
disponibilit6 restreinte de ressources naturelles,
l'impossibilit6 pour les moins riches d'acc6der et de
maitriser les technologies nouvelles, sont les causes
fondamentales de ces phenombnes perturbateurs. Les
d6s6quilibres cr66s, v6ritables structures de propaga-
tion de ces perturbations, sont de plus en plus graves
aussi bien au niveau environnemental qu'au niveau
social et les reactions bien qu'apparemment sous
contr6le sont en train de miner le futur collectif.
La society mondiale aura A souffrir diff6rentes muta-
tions pour passer de cet 6tat d'6quilibre (stable ou ap-
parent) dans lequel nous avons v6cujusqu'A present, A
un nouvel 6tat d'6quilibre (A rechercher). Des decisions
sont a prendre, des actions sont a entreprendre afin de
trouver solution aux diff6rents problkmes ci-devant
mentionnis. L'Europe et les Etats-Unis ont d6ji marqu6
le pas. La nouvelle 6quipe qui aura A diriger la nation
amdricaine, durant les quatre prochaines anndes (ou
peut-6tre 8), aura A contribuer, obligatoirement, A
rechercher une << nouvelle orbite stable >> pour la society
mondiale. Parmi les diff6rentes mutations pr6vues, pour
passer A occuper une << nouvelle orbite stable >, les


CONTACT US
TOLL FREE: 1-888-383-
OR; 305-620-8300
FAX :30 5-620-8332
CELL; 305-986-881


Mercredi 28 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01


Nouvelles voies 6nerg6tiques
mutations lies au secteur de 1'6nergie devrontjouer etre consid6rde extreme, bien que notre facility a
un r6le capital. < minimiser les risques > (Epi, ... EpiAnyen !), nous
Grice A l'6nergie, l'humanit6 a v6cu les plus beaux empeche de voir le danger qui nous plane dessus.
moments de son histoire, tant et si bien que nous avons Fragilit6 (sociale) et vulndrabilit6
tous cru A l'6nergie ind6finiment >, A de l'6nergie bon (multidimensionnelle) sont deux concepts qui d6crivent
march, toujours disponible, omniprdsente, manipu- la situation de notre pays. Les 6venements qui se sont
lable A besoin. Cela a servi A crder un modle de soci&te produits en Haiti cette annde 2008 (annus horribilis
<< nergivore >, pr6datrice, autodestructrice. Nous pour le pays), illustrent ce point de vue. Ils nous
commenqons, fort heureusement, A nous en rendre montrent aussi, si nous savons lire les 6v6nements,
compte et nous comprenons maintenant (mieux vaut comment g6rer les diff6rents d6s6quilibres existant
tard que jamais) que les cofts associds A l'impact dans notre pays et comment contr6ler les mdcanismes
environnemental caus6 par l'utilisation de l'6nergie, perturbateurs, si nous voulons, non pas simplement
n'6tant pas comptabilis6s dans les diff6rentes interven- < traverser la durde > comme dirait Emile Olivier, mais
tions 6conomiques (aucun processus d'internalisation plut6t vivre, de faqon pl6nibre, notre vie de peuple.
des cofts environnementaux n'6tant r6alis6), les Ce dd6squilibre profond qui caract6rise notre socid6t
b6ndfices obtenus ne sont pas aussi importants qu'on et qui entrave notre d6veloppement, se manifeste Atrois
voudrait le croire. Le R6chauffement de la Planete niveaux (niveau social, niveau environnemental, niveau
semble vouloir favoriser de nouvelles voies et inciter 6conomique), avec un fort effet de r6alimentation en-
A adopter de nouvelles valeurs citoyennes, dans la tre les trois niveaux. Ce qui traduit le mieux cette situ-
gestion de 1'6nergie, puisqu'on commence ation est done le < DD6squilibre Energ6tique d'Haiti
effectivement A se rendre compte que o Laplankte est dont les 616ments caract6ristiques sont :
dtsormais un tout petit o village >. Et ce qui seproduit Faible existence de ressources 6nerg6tiques naturelles.
dans d'autres pays nous concerne forcement >. De Faible disponibilit6 6conomique pour l'obtention de
nouvelles preoccupations semblent apparaitre, de ressources 6nerg6tiques traditionnelles.
nouvelles valeurs semblent vouloir merger, autour de Faibles capacit6s d'exploitation des ressources
certains concepts tels que : renouvelables identifies.
Eco Solidarit6 Faible disponibilit6 technologique.
Economies d'6nergie Absence de volontW d'adaptation aux changements
SRcurit6 dans les Approvisionnements technologiques
Consommation Responsable Besoins thermiques satisfaits de faqon inefficiente et
Environnement Propre A un coft l6eve.
Diversification du Bouquet Energ6tique Insouciance environnementale (caract6ris6e par une
Optimisation des R6seaux de Transport consommation 6nerg6tique base sur l'exploitation des
Minimisation des Besoins de D6placement ressources locales exerqant une pression
Acces d6mocratique A l'Energie < Insoutenable sur l'environnement physique et
Les premiers < forgeurs d'opinion > et < preneurs de mettant meme enjeu la permanence des structures du
decision >, en ce sens, sont l'Union Europeenne et les pays).
Etats-Unis d'Amerique. Parlons d'abord de l'Europe, Absence de contr6le sur la maitrise de la
de l'Union Europ6enne. Le Club des 27 s'est mis consommation proliferationn de la production
d'accord, le mois de d6cembre dernier, sur le < Paquet autonome d'6nergie et mauvaise gestion du transport
Climat/Energie > qui devra leur obliger d'atteindre routier).
< l'Objectif Triple Vingt pour 2020 >, le fameux Acces trbs limit A l'l6ectricit6,
< Objectif 3 x 20 > qui ne pretend nullement etre un Fortes limitations aux possibilities de d6placements
jeu de mots : (Transport et Mobilitd)
R6duire de 20% les missions de Gaz A effet de serre, Cofts de conservation d'aliments extremement dlev6s.
par rapport A leur niveau de 1990. Cela a pour consequences directes :
Porter la contribution des energies renouvelables A Une insatisfaction notable des besoins 6nerg6tiques
20% de la consommation 6nerg6tique globale. de base de l'Haitien.
Realiser 20% d'6conomie d'6nergie. Une couverture 6nerg6tique qui se fait au detriment
De leur c6te, les Etats-Unisjouent aussi leur partition. de l'environnement, A un coft environnemental qui
Le nouveau gouvernement commence A presenter les provoque la degradation pouss6e de l'environnement
bases d'une nouvelle vision de l'6nergie, en faisant physique du pays.
des Etats-Unis le < Leader de la lutte contre le Une perte de comp6titivit6 6conomique de plus en plus
Changement Climatique (< Make the U.S. a Leader grave du pays A cause du < coft energ6tique > 6lev6
on Climate Change >). Le Plan Energ6tique du de production de Biens et de Services.
President Obama est bas6 sur certains points qui La pauvret6 g6ndralis6e du pays (6conomique,
semblent montrer les diff6rents axes d'intervention : environnementale).
D6marrage d'un plan 6conomique pour r6duire de Dans une society moderne, toute transformation sociale
80 % les missions de gaz A effet de serre, d'ici A 2050 ; se base sur l'acces aux services 6nerg6tiques qui sont
150 milliards de dollars sur 10 ans pour d6velopper les vrais porteurs de changement. I1 est done impos-
les energies renouvelables (estimation de 5 millions sible de penser A 6tablir des structures de changement
d'emplois cr66s) ; en Haiti, sans un aces global aux services 6nerg6tiques
10 % de l'6lectricit6 g6ndrde par les energies car, les carences 6nerg6tiques cr6ent dans la socid6t
renouvelables d'ici A 2012, 25 % pour 2025 ; haitienne, de profonds d6s6quilibres qui facilitent la
D6veloppement de la source d'6nergie la moins ch&re, degradation de l'environnement (physique et social)
la plus propre et la plus rapide : Promotion de et r6duisent 6norm6ment la capacity de sustentation
l'efficacit 6 nerg6tique. du territoire haitien. Lutter contre ces d6s6quilibres
D6velopper et d6ployer la technologie du "charbon est done un devoir, n6cessaire et urgent. II faudra
propre"; r6aliser de nouveaux Choix, Politiques,
Promouvoir la production "responsable" de p6trole Technologiques, Economiques, Psychologiques, afin
et de gaz naturel. de permettre de modifier la situation ant6rieurement
Souhait d'un million de voitures d6crite et atteindre des objectifs correcteurs
hybrides sur les routes am6ricaines performants. Un grand effort p6dagogique est A faire
d'ici A 2015 par les diff6rents acteurs pour informer la society sur
Credit d'imp6t de 7.000 $ pour les enjeux r6els de la situationtechnologique dupays,
l'achat d'un de ces vhicules. et promouvoir l'adaptation A une mentality
D'apres mon point de vue, il technologique facilitatrice de changement, apte A
manquerait iciune Politique du Trans- admettre l'incorporation de nouveaux codes de
port et de la Mobilit6 Durable adapt6e fonctionnement.
aux Etats-Unis tendant A minimiser les Ce n'est peut-etre qu'ainsi que les relations entre l'Etat
besoins de d6placements et A el les diff6rents acteurs civils pourront tendre vers
optimiser les d6placements en voiture l'6quilibre. Ce ne serait que le premier geste A r6aliser
puisque les d6placements sont dans cette nouvelle demarche de reduction des
Sin6vitables dans un pays dans lequel d6s6quilibres. Quant au financement, les moyens ex-
on tend A occuper tout l'espace offert. istent (bien que 2,2 milliards de dollars pour le Bud-
Un troisibme groupe de d6cideurs, get National ne permettent pas de faire de grands
formant le contrepoids, serait gestes). 11 nous faudra peut-etre apprendre A negocier,
constitu6, d'un c6td, du Br6sil en tant entre nous d'abord et ensuite avec les < financeurs de
que d6fenseur A outrance d'une reves et d'6checs .
certaine < Voie Verte base sur Et, si Einstein disait que < nous aurons le destin que
l'exploitation des biocarburants et, de nous aurons m6rit6 ,je pr6fere croire que nous aurons
l'autre c6td, par le groupe des pays le destin que nous aurons choisi car, choisir est encore
6mergents, v6ritables < bouffeurs possible. Dans l'espoir de pouvoir voir la
d'6nergie et utilisateurs de technolo- concretisation de ce choix durant cette nouvelle annde
gies de production beaucoup plus qui s'annonce, je profite de cet article pour souhaiter
polluantes. Un quatribme p6le qui au pays mes meilleurs < Souhaits Energ6tiques afin
repr6senterait plut6t un < centre de que Haiti trouve la < Bonne Voie Energ6tique > qui
preoccupations 6nerg6tiques , est sfrement conduira vers la r6ussite 6conomique et
constitu6 par les pays A structure sociale ainsi que mes vceux de < prosperity collective ,
2 8 5 6 6nergtique fortement d6s6quilibr6e. de < confiance g6ndralis6e , de < croissance
Nous pouvons citer Haiti comme l'un partag6e .
des exemples les plus interessants. Si
la situation est grave, A travers le Barcelone, Janvier 2009
"1 monde, au niveau d'Haiti, elle peut [1] Physicien Industriel (iphcaten@yahoo.es








Mercredi 28 Janvier 2009 [
Haiti en Marche Vol XXIIIT N 0l


FIDEL REPARAIT


Fidel Castro juge Obama sincere mais reste sceptique


L'ancien president cubain Fidel Castro, 82
ans, a pr6venu mercredi qu'il restait "bien des
interrogations" sur le nouveau chef d'Etat americain
Barack Obama malgr6 "ses nobles intentions", peu
apres avoir rencontr6 a La Havane la chef d'Etat
argentine Cristina Kirchner.
"Je lui ai dit (a Kirchner, ndlr) que je n'avais
personnellement pas le moindre doute sur l'honn6tet6
avec laquelle Obama, onzibme president americain
depuis le lerjanvier 1959 (date de la R6volution, ndlr),
exprimait ses id6es, mais que malgrd ses nobles
intentions, il restait bien des interrogations", a 6crit
l'ancien president, qui reste trbs influent, sur le site
officiel cubadebate.cu.
Mme Kirchner avait, elle, rapport a la presse
que Fidel Castro, grand pourfendeur de
l'"imp6rialisme" am6ricain, lui avait dit qu'Obama,
favorable a une detente avec l'ile communiste, lui
paraissait un "homme absolument sincere" et qu'il
esperait qu'il puisse "aller de l'avant" avec ses idWes.
Fidel Castro n'a plus fait d'apparition
publique depuis qu'il a c6d6 le pouvoir a son frbre
Raul enjuillet 2006 a la suite d'une grave h6morragie
intestinale.
"Je l'ai trouv6 en bonne forme. (...) I1 m'a dit
qu'il avait suivi avec attention l'investiture (mardi) de
Barack Obama a la t6l1vision", a dit la pr6sidente
argentine a l'issue d'une visite de trois jours a La
Havane oi elle a de nouveau d6nonc6 l'embargo
am6ricain envigueur depuis 1962 contre Cuba.
Mme Kirchner 6tait le premier chef d'Etat
stranger a 6tre reque depuis novembre par Fidel Castro
qui a par ailleurs public mercredi sa premiere chronique
depuis le 15 d6cembre.
Ce silence m6diatique, ajout6 a son absence
- hormis un laconique message de 16 mots- lors des
fetes du cinquantenaire de la R6volution le lerjanvier,
avait suscit6 des rumeurs sur une aggravation de son
6tat de sante, class secret d'Etat.
"Vous croyez que si c'6tait grave, je serais
souriant? Je vais faire prochainement un voyage en
Europe et vous pensez que je pourrais partir l1-bas si


sur sa politique

Fidel 6tait mal?", a d6clare a des joumalistes Raul
Castro venu reconduire Mme
Kirchner a l'adroport de La
Havane.
"I1 fait de l'exercice,
pense beaucoup, ecrit beaucoup,
me conseille et m'aide", a assure
le g6ndral Castro qui doit se rendre
en Russie a la fin du mois.
Interrog6 plus t6t dans la
journe sur Obama, Raul Castro
avait rdpondu, laconique: "il me
semble bien, je lui souhaite bonne
chance".
I1 s'6tait d6clar6 au debut
du mois pret u ouvrir un dialogue
"sans intermediaire" et d'6gal a
6gal avec Barack Obama, ce qui
serait une premiere entre les
presidents en exercice des deux Available fl
pays en 50 ans de confrontation.
Mais il avait dans le meme
temps d6clard douter d'un
changement de la politique
americaine en estimant, comme son
frbre dans une "r6flexion",
qu'Obama ne pouvait a lui seul
changer un "empire".
II avait Wte encore plus
tranchant lors des c6r6monies du
cinquantenaire de la R6volution, en
appelant ses compatriotes a resister
au "chant des sirbnes de l'ennemi"
amdricain qui "ne cessera jamais
d'6tre de par sa nature agressif,
dominateur, traitre".
M. Obama a de son c6t6 soulign6 avant son
investiture 6tre dispose a all6ger l'embargo pour les
exilds cubains, mais aussi a dialoguer si Cuba, qualified


de "dictature" par son pr6d6cesseur George W. Bush,
faisait des progrbs en matibre de droits et libert6s.
Le president du Parlement cubain Ricardo


opyrighted Material
Syndicated Content
rom Commercial News Providers"


Alarcon avait &te mardi le premier responsable cubain
a r6agir a l'investiture d'Obama en mettant en doute
sa capacity a rdpondre aux attentes cr6es.


licrd"ir o Ihedo dr Pfort-al-Pr.cr


'7-y"Copyrighted Material :


0 e) -
- UI 0


--Syndicated Content -_-


at
* -


---Available from Commercial News Providers"-


w d


-M 4. 4 w -


patrouillent dans les deserts et montagnes reculds. Ils
ont quelque chose a nous dire aujourd'hui, tout comme
les h6ros qui reposent a Arlington et murmurent a
travers les Ages. Nous leur rendons hommage non
seulement parce qu'ils sont les gardiens de notre liberty
mais parce qu'ils incament l'esprit du service public;
la volont6 de trouver un sens dans quelque chose de
plus grand qu'eux. Et en ce moment m6me, un mo-
ment qui d6finira une g6n6ration, c'est pr6cis6ment cet
esprit qui doit tous nous habiter.
Car quoi qu'un gouvemement puisse et doive faire, en
fin de compte c'est sur la foi et la determination du
peuple am6ricain que repose cette nation. C'est labont6
d'accueillir un stranger chez soi quand les digues
cadent, le d6sint6ressement des travailleurs qui
pr6ferent travailler moins que voir un ami perdre son
emploi, qui nous permet de surmonter nos heures les
plus sombres. C'est le courage du pompier qui se
pr6cipite dans un escalier enfum6, mais aussi la volont6
d'un parent d'dlever un enfant, qui en definitive decide
de notre sort.
Les d6fis qui nous attendent sont peut-6tre
nouveaux. Les instruments avec lesquels nous les
affrontons sont peut-6tre nouveaux. Mais ces valeurs
dont depend notre succes, l'ardeur au travail et
l'honn6tet6, le courage et le respect des regles, la
tolerance et la curiosity, la loyaut6 et le patriotisme,
tout cela est ancien. Tout cela est vrai. C'est ce qui a
fait la force tranquille du progrls au fil de notre histoire.
Ce qu'il faut, c'est revenir a ces v6rit6s. Ce qu'il nous
faut aujourd'hui, c'est une nouvelle bre de
responsabilit6, la reconnaissance, chez chaque
Am6ricain, des devoirs que nous avons envers nous-
m6mes, notre pays et le monde, des devoirs que nous
n'acceptons pas a reculons mais que nous saisissons
volontiers, sachant bien qu'i n'y a rien qui satisfait
plus l'esprit, qui forge plus la personnalit6, que de nous


donner complktement a une tiche difficile.
C'est le prix et la promesse de la citoyennet6.
C'est la source de notre confiance, savoir que Dieu
nous demande de d6finir un destin incertain.
C'est la signification de notre liberty et de notre foi,
c'est la raison pour laquelle les hommes, femmes et
enfants de toutes les races et toutes les religions peuvent
partager les c6l1brations sur cette magnifique espla-
nade, et pour laquelle un homme dont le pbre il y a
moins de 60 ans n'aurait peut-6tre pas pu 6tre servi
dans un restaurant peut aujourd'hui se tenir devantvous
pour prononcer un serment des plus sacr6s.
Marquons done ce jour du souvenir, de qui
nous sommes et de tout le chemin que nous avons
parcouru. Dans l'ann6e de la naissance de l'Amdrique,
dans les mois les plus froids, un petit groupe de
patriotes se serrait prbs de feux de camps mourants
sur les berges d'une rivibre gelde. La capitale 6tait
abandonn6e. L'ennemi avanqait. La neige 6tait teint6e
de sang. Au moment ou le sort de notre revolution 6tait
le plus douteux, le pbre de notre nation a ordonn6 que
l'on lise ces mots au peuple:
"Que l'on dise au monde a venir (....) qu'au
coeur de l'hiver, quand seuls l'espoir et la vertu avaient
surv6cu (...), la ville et le pays, confronts a un danger
commun, y ont fait face".
Amdrique, face a nos dangers communs, dans
cet hiver de difficulties, bravons une fois encore les
courants glac6s, et affrontons les temp6tes qui
surgiront. Que les enfants de nos enfants puissent dire
que quand nous avons &t6 6prouv6s nous avons refuse
que le chemin s'arrete, que nous n'avons pas rebrouss6
chemin ni faibli; et qu'avec les yeux fix6s sur l'horizon
et par la grace de Dieu, nous avons continue porter
ce formidable cadeau de la liberty pour le remettre aux
g6n6rations futures."


M-,- -- &'- W
ow-- -
I -


. *
-- .
I r


* *


- 4 _""


Michelle, l'heritage

de l'Amerique noire

dans le couple Obama
(... suite de la page 12)
le couple durant la campagne. "Elle a eu une influence
trbs forte pour lui permettre de gagner".
Michelle multiplie les entretiens avec la
presse et prononce un discours enflamm6 lors de la
convention d6mocrate. Ses adversaires mettent en
doute son patriotisme pour avoir d6clare pendant les
primaires: "Pour la premiere fois de ma vie d'adulte,
je suis reellement fire de mon pays". Sa manibre de
faire savoir que son mari "ronfle et a mauvaise haleine
le matin" ou est incapable de "mettre ses chaussettes
au linge sale" n'est pas toujours appr6cide. Devant les
cameras, elle n'h6site pas a lui couper la parole et a le
mettre gentiment en boite.
Mais Obama n'est pas rancunier. "La plupart
des gens qui rencontrent ma femme la trouvent
remarquable", 6crit-il dans son livre. "Ils ont raison:
elle est intelligente, dr6le et absolument charmante.
Elle est aussi trbs belle".
"Elle me battrait sans problkme si je devais
un jour l'affronter dans une election", admet-il.
"Heureusement pour moi, Michelle ne fera jamais de
politique".


Page 17


Discours d investiture
(INVESTITURE ... suite de la page 11)


I


- 4 w














Allez de BRULIS FAUTES, en utilisant des mots du du S o N IT
"I IA V K I5 K K 0 M 1- _i 3____________________2009
vocabulary franai, et ne changeant quune lere par ligne. o I01







SCRABBLE
SArrangezles sept lettres ci-dessous
Solutionsdelasemainepase pour former un mot fran8ais
P OL S H A

ILLADE X ': M L Q I N 0
L TIPS R H H A H +:- I I U0
I: TA AN I
CR AC B0 C
I GNI TION 3 ( ; I I I
Z A I .. ... T K I .............. .........I ....
E zRI IN F 7 -Soutiosde lasemaine passe
RITrouvez le Papes ki XVlllenne, XIXeme, XXeme, et XXemre siedes TRAVAI
dans le carret de s ,


00 Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit6s du Jour
M1lodie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiBre Rapha1l


c 'et (A&4ePi #$t (e c W e /I


En Bref...
(... suite de la page 2)
Chambre de Commerce et d'Industrie d'Ha'iti
Jean Robert Argant fait ses adieux apres une gestion qui aura dur6 deux ans et qui aura fait
de la Chambre de commerce une institution nouvelle, dynamique, ayant des ramifications
a travers les 10 d6partements du pays. R6ginald Boulos, le nouveau president Olu de la
CCIH, entre en fonction en d6clarant : < Nous r6vons pour notre pays d'un destin plus
grandiose et d'une soci6t6 plus juste. La Chambre de Commerce de l'Ouest est l'une des
principales composantes de la chambre nationale de Commerce et d'Industrie d'Haiti qui
compte 10 chambres d6partementales.
Le president sortant Jean Robert Argant a fait 6tat des principales r6alisations r6alis6es
sous son mandat dont la mise sur pied de la Chambre de Conciliation et d'Arbitrage
d'Haiti (CCAH) et la Chambre des M6tiers et de l'Artisanat Haitien (CMAH).
M. Argant a 6galement cit6 la creation de la Fed6ration Haitienne des Petites et
Moyennes Entreprises (FHPME) qui prolonge, a-t-il dit, la vision soutenant le concept du
regroupement des chambres d6partementales.
II a soulign6 aussi l'engagement pris pour encadrer le secteur dit informel et lui ouvrir
l'acces a toutes les opportunities et pour adopter des mesures en vue d'une nouvelle
architecture sociale devant permettre a la soci6t6 haitienne de se construire sur des bases
plus justes, plus humaines.
II dit consid6rer cette avanc6e comme une tape majeure dans le d6veloppement
6conomique et social.
Au nombre de ses regrets, Jean-Robert Argant a cit6 le fait que la mairie de Port-au-
Prince n'ait pu redonner au centre-ville sa splendeur d'autrefois, malgr6 les supports requs
dont ceux du Service M6tropolitain de Collecte des R6sidus Solides (SMCRS) et de la
Police Nationale d'Haiti (PNH).
M. Argant a exprim6 le souhait qu'au sein de la nouvelle CCIH l'engagement soit pris
pour la sauvegarde de la cr6dibilit6 de l'institution et la poursuite de ses objectifs
ambitieux, tout en faisant savoir que l'une des plus grandes r6alisations du conseil qu'il a
pr6sid6 est la d6politisation de la CCIH.

Le discours du nouveau president Reginald Boulos
Le nouveau president de la Chambre de commerce, R6ginald Boulos, a mis l'accent sur le
fait que cette institution doit s'impliquer dans les politiques du pays, mais de faqon non
partisane et se battre four favoriser le changement des lois contraires a l'investissement.
Selon M. Boulos, le plus grand danger pour la stability d'Haiti c'est le ch6mage. I1 estime
de ce fait urgente la definition, avec la participation des secteurs public et priv6, d'une
politique de creation d'emplois dans le pays.
M. Boulos a appeal a l'adoption de mesures visant le d6veloppement regional et le
renforcement de la chaine de production, notamment sur les plans touristique et agricole,
par l'exploitation de centres touristiques dans diff6rentes regions du pays. Des produits
comme le v6tiver > dans le d6partement du Sud et la mangue du c6t6 de Gros-Mome
(nord) sont des exemples oni le renforcement de la chaine de producton peut donner lieu a
la creation de nombreux emplois, a-t-il soulign&.
Notre pays ne pourra r6ussir la revolution de l'emploi que si celle-ci s'accompagne d'une
revolution de l'6ducation, par l'6tablissement d'un nouveau et ambitieux projet 6ducatif
national, a encore estim6 M. Boulos, soulignant que les entrepreneurs sont les plus grandes
victimes du manque de competence et de l'absence d'une main d'ceuvre qualifi6e et
professionnelle.
II a fait savoir que l'un des plus grands scandales est qu'un bon nombre d'6coles
continuent de dispenser une education au rabais.
R6ginald Boulos dit saluer la volont6 exprim6e par le president Rend Pr6val de consacrer
la fin de son mandat au d6veloppement des infrastructures routibres et son initiative de
cr6er des commissions et groupes de travail pour la formulation de recommandations et de
strategies dans des secteurs divers, m6me s'il affirme son penchant pour le renforcement
des institutions d6jh existantes pour 6viter les duplications et la politisation de dossiers
importants.
La nouvelle chambre de commerce est form6e de 10 chambres d6partementales dont
celles de l'Ouest, du Nord, du Nord-est, du Nord-Ouest, de l'Artibonite, du Sud, du Sud-
est, de la Grande-Anse, des Nippes et du Centre.


(EN BREF / p. 20)


I








Mercredi 28 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01


Inogirasyon Barak Obama :

youn moman istorik
AK MICHEL-ANGE HYPPOLITE*
"Nou te nan Wachintonn pou inogirasyon Barak
Obama"

Pasaj nou nan Wachintonnjou Barak Obama
ap prete seman-an se youn eksperyans eksepsyonel.
Se youn eksperyans politik nasyonal, ki mache ak youn
karakth mondyal. Eksperyans sa-a, se youn grenn fwa
youn mounn ka viv li nan pasaj -li sou lath. Si younjou
listwa gen pou li pale sou gran evennman politik ki
kite mak yo sou debi 2 1yem sy&k-la, nou seten madi
20 janvye 2009-la, dat kote Obama ap prete seman
pou li vin 44 em prezidan Etazini-an, ap younn ladan-
yo.
Noumenm mounn nwa, nan kontinan
Amerik-la, genyen anpil lid konsekan ki tanpe lespri
nou epi ki kanpe fyete nou sou boulva lesperans, men
rive jounen jodi-a, nou kab di Barak Obama leve
premye may6l-la.

Barak Obama pa senpman anlr-a ap vini, li
rive. Li rive jwenn nou ak limye lapel, flanm lanmou,
chalk tet ansanm pou tout pep toupatou sou planet-la.

Sa ki te frape atansyon nou tou nan kad
inogirasyon-an, sake leta ameriken ak vil Wachintonn
DC te prepare aktivite-a an met. Te gen gid toupatou
ak gwo pankat nan men yo pou ban nou direksyon.
Tout twou tren nan zbn-lan te gen mounn k' ap distribye
papye pou oryante touris-yo. Rive nan lari menm te
gen milite ak polisye toupatou pou bay sekirite epi
oryante foul-la youn fason pou evite derapay.

Mesaj prete seman Barak-la fe wonn late, li
pote lajwa, anvi viv ak youn f6s chanjman w6dp6te
pou lemonn antye. Youn mounn ka bliye anpil fraz nan
mesaj Barak Obama-a, men nou pa dwe janm bliye,
kote li di : Si nou ve deft pwen nou, mwenva lonje
bra-m ban nou.> Nan menm diskou prete seman-an
toujou, li ajoute, nou pa dwe cheche fyete nan sa nou
ap kraze, men nou dwe mete f6s kouray nou nan sa
nou kab bati. Nou rete kwe bout fraz sa-a, se youn
mesaj pou tout pep belijeran, gwoponydt sou late nan
kUlkeswa kontinan yo ap viv-la. Nou voye dlo nou pa
mouye mounn.

Nan mesaj louvri barye pou li rantre ak flanm
pouvwa-a nan men li anndan pale ameriken-an, Barak
Obama pa bliye pyesmounn, ni tou li pa kite okenn
gwoup sou kote. Li sonje kote li soti epi li konnen
kote li prale. Orijin-li k6m pitit pitit mounn andey6 pa
fe li wont, ni tou sa pa tenyen lone li, okontre, sa sMvi
li pasp6 ki kab konekte li pi byen ak tout mounn p6v
sou lath. Pou noumenm, ekzanp Barak Obama ban nou
joukjounenjodi-a, paske nou pa kab devine lavni, se
youn ekzanp klas mounn save Ayiti-yo, klas
entelektyel-la, ansanm ak dives mounn ki ap dirije peyi-
a, dwe suiv pou yo sispann lavi chenmanjechen k' ap
minenAyiti-a.

Pou nou fini, nou, k6m kreyolis, ka di: Barak
Obama pote non li ak menm f6s lanng krey6l-la tanpe
mo Barak-la. Barak Obama se youn barak gason !

Michel-Ange Hyppolite
(Kaptenn Koukourouj)
Manm Sosyete Koukouy Kanada
michelangehyppolite@rogers. corn



Monreyal 24 janvye 2009

Se ak one respe mwenplezire envite-ou nan
vant siyati denye rekey nouvHl-mwen an,
Aganmafwezay ansanm ak roman B&be golgota,
Pierre Michel Chary a. Tou de liv sayo te lanse nan
Pbtoprens, nan okazyon twazyem Antre literb
Edisyon Prbs Nasyonal d'Ayiti, soti 19 ale 22 novanm
1998 la.

Envelman an ape dewoule jou dimanch 8
fevriye 2009 la, soti 5 : 00 rive 7 : 00 diswa, nan
Christina, 6971 Jarry (pre Langelier).
Mwen si tAlman seten ou va reponn prezan


nan okazyon an, mwen tou enskri-ou nan lis envite-
mwen yo. Souple, fe nouvel la kouri.

Pou yon bon kreyolizay, mbsi davans.

Manno Ejen
514-855-6018




Neg nwe tou pisan

Neg nwe tou pisan
Ap ri ak bl dan
Youn r&v ki depi digdantan
FR koule anpil san
Kout maget kalonnen
Anban youn lanbi k' ap sonnen
Deye youn ti neg rasmakonnen
Pou dife libete neg nwe limen...
Ayayay!
Rasin Tousen soti An Ba Rak
Pou ti neg nwe rekonekte
Pou kase k6d ki sou tout trak
Ki te anpeche-njwenn wout libete
Youn ekip fanm ak gason ki kwe
Nou se moin bondye kreye
Nou dwe viv k6tak6t san kU sote
Nan youn planet san koule
Youn r&v
Ki akouche youn lide
Ki vin bay youn proje
Youn 16t sosyete
San mize, san lage
San koule, san prejije
San lijanboje, san diktath
Pou lanmou blayi nan tout kU

Ronald Osias, osiasry@yahoo.fr



Ou byen pale monfr


Ou byen pale, mon fre
Men pou di-w pi byen,
Fanm Nwe yo we klW
Ke nou kontan
Apre anpil tan
N'ap pran anba blan
Blan nwa tankou nwa blan

Anfen, youn 16t jou leve
Je nou byen klere
N'ap espere
N'ap chante
Lavi-a pral pi b6l

Pitit nou ap vanse
Late va sove
Lanmou ap byen mennen
Nan kU neg tout koule

Fanm ak Gason
Bet tout jan
Tout f6m
Pye bwa
Pye fl tout kalite
Tout kreyati
Ka kontinye woule ak late
Nan youn dans ki pa p'janm fini.

Laph avek nou tout!

Maybl (1/25/2009)




Not leksikografik:

Adefodot [N], Bonbon

beni [N], Oplima [n]
AK MAX MANIGAT*

ADEFODOT [N] : prep. mo franse : a defaut
d'autre(s) '.


3l | Page 19

Se yon 16tjan pou ta di : si malfini pajwenn
poul l'a pran plim. Ou geri b6sko- w sou sa ki anba
men-w.

BONBON BENI [N] : n. Yon gato yo separe apre


lanmes.


LU m te piti Okap yon tradisyon ki te la toujou
se : bonbon beni. Youn fidel te bay chante youn mes
daksyon degras. Li te pote 2 osnon twa gato. Apre
lanmes-la, p&- a te beni gato-yo. Eske yo te tou koupe
deja oswayo te koupe-yo nan sakristi-a, mwenpa sonje
? Antouka, fidel-la avek pitit-li, fanmi-li, te pase moso
gato-yo nan kabare sevi tout moin ki te asiste mes-la.

Manman ki te toujou ap pwoteje nou, ki te
defann nou manje nan men moin nou pa te konnen, te
aksepte pote moso nan gato sa-yo pou nou paske sete
bonbon beni yo te ye.

Jak J. Gason (JJG) sonje youn 16t kalite :
Bonbon beni-an menm se oun bonbon siwo. Yo
mete nan mitan anlkr-a-y youn boul sik bouyi koulkr
wbz, wouj osnon ble. "

OPLIMA [N] : n., adj. Mwen te konnen 2 tijenn
gason Okap : Tij ake /avek Oplima. Sete 2 ti mesye ki
te siyen Esterlen, men nou pa te janm tande non-yo.
Papa yo te mete yo nan Santral P6toprens sitelman yo
te brigan. Yo di yo te sove rantre Okap apye. Apre sa,
mwen pa konnen 16t siyifikasyon oplima nan vil-
la.

Men sa kavalye polka-m JJG te ekri m nan
youn imel : < [...] moin tan sa yo sertelman ka te gan
16t defo wi; menyo pa te ank6 oplima kon tan alkrkile."

Mwen te kouri frape bank-li : << Sa oplima
vie di? Mo oplima '-a egziste 16t kote nan peyi nou-
an, men li ganyen sans : yon moin ki ganyen anpil
pwel anwo k6 a i.' >> HCEBD [1] p. 520

Jil FRn tradui: poilu pwali : ki gen anpil
pwel. Ezayi."

Jak J. Gason te reponn: Gan kUk mo ki pa
te relteman serkile toupatou nan kanton-yo, anpi nou
konn pouki. Pi mal at6 kon moin ki te plis konn di yo
a mouri, mo-yo pedi tou.

Te gan k6k gadj&r yo te konn ay bat oplima
se lr yo pa etire plim nan kou-a-y, ake nan kwis-a-y ni
yo pa dekreta-y.

LUr youn moin atoufnr, i k6m oun aganman,
tout voum se do pou y, yo konn di i se youn vye oplima
osnon rat dokale.

Se jodya m' tande moin ki oplima gan cheve
plen k6 a y. Lekontr&r m' konn tande pou moin, sitou
fi ki pa gan plim nan 'bitwin '-a yo, yo di : oplima
osnon benezwUl."

Maks Maniga / Max Manigat se ot :
Patamouch. Etimoloji Literati Rep6taj. (2007)
[1] Albert VALDMAN : Haitian Creole
English Bilingual Dictionary. (2007).


Ecoutez


Melodie Matin


sur


1 internet







www. meloiefmaiti. cofn


www. melodiefmhaiti. com








Mercredi 28 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXIII N0 01


tournme jacmdlienne de la reine. >
Fednel Zidor a not6 l'absence du maire
Edwin Zenny dans le cortege officiel et le
fait que le directeur d6partemental de
l'Agriculture n'ait pas 6td invite au
lancement du projet de p6che finance par
l'Espagne, alors que la Reine d'Espagne
apportait dans ses bagages neuf (9) bateaux
pour les p6cheurs de Jacmel.
Malgr6 tout, le d6l1gu6 et le maire Edwin
Zenny ont promis de renforcer leur
collaboration avec l'Espagne, en saluant la
nature et l'importance des r6alisations et
projets de la Coop6ration espagnole dans le
department du Sud-est.


<< L'Espagne est en train de r6habiliter et d'equiper
en mat6riels ad6quats tous les commissariats du Sud-
est, en commenqant par le commissariat central >>,
reconnaissent les autorit6s locales.

Delta Airlines bient6t en Haiti
Une nouvelle ligne adrienne va desservir Haiti a
partir du 20 juin 2009, c'est la Delta Airlines.( (Ses
activities commenceront avec un vol reliant Port-au-
Prince a New York. ( (Delta Airlines est repr6sent6e
en Haiti par American Northern Group, dont Pierre
Raymond Divers est le president.( (En vue de
l'implantation de cette nouvelle ligne, une
delegation de Delta Airlines est en visite a Port-au-
Prince.


En Bref...
(... suite de la page 18)
La Reine Sofia retourne en Espagne
Apres une visite de trois jours qui l'aura emmene a Jacmel et
aux Gonaives,la reine Sofia d'Espagne a pris l'avion dans la
soiree dujeudi 22 janvier mettant fin a cette visite au
programme tellement charge. Elle laisse derriere elle
beaucoup d'espoir aussi bien a Jacmel, qu'aux Gonaives,
mais aussi a Port-au-Prince au College St Francois d'Assise
qui b6ndficie du programme de cantine scolaire de
l'Espagne. La dernire journme s'est terminee par une
reception offerte a l'intention des coop6rants espagnols au
siege du futur Centre Culturel d'Espagne oi une plaque
d'honneur a &td d6cernme a l'dpouse du Roi Jean Carlos
d'Espagne. Ce centre qui ouvrira ses portes dans moins d'un
an se veut une plate-forme pour la promotion de la richesse
culturelle d'Haiti. I1 compte aussi contribuer a la sauvegarde
des trdsors architecturaux de notre pays en faisant de la
culture un moteur de d6veloppement.

La grogne des autorites de Jacmel
<< Jacmel a boud6 la visite de la reine Sofia d'Espagne > a
d6clard le d6l1gu6 par interim du Sud-est, Fednel Zidor, qui
critique l'attitude des responsables de la Coop6ration
espagnole ainsi que celle de l'ambassade qui ont
<< marginalis6 les autorit6s locales dans la planification de la


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


ADOMI PURCHASING AgUENCY 3"" T dW ICAT Ecertre uw p om rseon

Tel. 7B-457-S3 *- Farc 305-750S79 aa paecsatedom Pa ationll IE pW umeS


Page 20


KI VWAYAJE CHAK


15 JOU POU BWOTE
MACHANDIZ OU DIREK
MEN YON
AN AYITI SOU WAF ST
GWO BATO K
MARC, GONAIVES &
AP POTE TOUT
CAPE HAITI
MACHANDIZ
O A LI BWOTE KONNTENE, BWAT
Ou TOUPATOU
PEPE, KAMYON MACHIN EK-
GONAIVES
SETERA
HAITI

CAPE HAITIEN ST MARC
Rele ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330 HAITI
HAITI
SFax (561 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398

Toll free 1-877-845-8330 or 1-877-845-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

Direction: 1-95 to Exit No. 74 ( 45th Street ) East to Congress Ave, to North on Congress Ave to Martin Luther
King Jr Blvd go East on MLK Blvd ( making right hand turn ) this Rd takes you straight to the Port of Palm Bch

As soon as you go over Old Dixie Hwy, before Guard Shack Make 1st Left hand turn you will see our Sign


Nous0sommes
so tiaisim dan...
P p
Cargo b06 arli, -W- -
rol plrs eblss Eftts ... -
e infte, Prodults
explosifs, Toutes dinmanlons km AI
dNEW
Door to Door Service
POUR VOs R e M TIWvN DE CARoo, APPI is available.

1-800-927-6059
ou navuoynoas un e-maib




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs