Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00336
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: January 21, 2009
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00336
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00001-21-2009 ( PDF )


Full Text




















NOTRE MESSAGE AU PRESIDENT OBAMA

Notre Pere qui etes a Washington,
PORT-AU-PRINCE, 18 tirerunebonneleqonpourl'avenir.
Janvier Quatre presidents donnez-nous la paix! t un bonn o pour
amdricains successifs nous ont apport6 des bruits Comme dit le crdole, << nan mal nan mal net >>. TPS : Bush nous a roul ...
de bottes. Reagan a permis aux g6ndraux haitiens Le vin est tired, il faut le boire. Le mal est fait, autant en Nos compatriotes aux Etats-Unis
de commettre le massacre electoral de novembre
de commettre le massacre electoral de novebrenourrissent de grands espoirs. D'abord ceux qui
1987 qui changea totalement le cours du processus vivent en situation irr6gulire. Bref, le << TPS >>. Bush
d6mocratique en Haiti. Bush pbre laissa se r6aliser
nous a roule. Aprbs avoir promis au president Pr6val
le coup d'6tat militaire de 1991 renversant le premier lors d'une visite officielle de ce dernier h
president d6mocratiquement nlu d'Haiti alors qu'il Washington, que le cas de nos sans papiers est en
aurait pu arrater la machine infernale comme
aurait pu arrter la machine infernal comme de bonnes mains, l'une de ses dernires decisions
quelques anndes plus t6t (le 16 mai 1978) Jimmy est de refuser h ces derniers le statut de protection
Carter lorsque l'arm6e dominicaine voulut empicher
temporaire pourtant conc6d6 par son administration
la victoire de Antonio Guzman sur le << trujilliste >>
B des ressortissants d'autres pays dans le mime cas
Balaguer. (Honduras, Salvador apris le passage de l'ouragan
Clinton ordonna une invasion de plusieurs Mitch en 1998) et plus m hamment encore
milliers de Marines pour << rechouquer >> Aristide au ......
pouvoir en 1994. d'ordonner la reprise immediate des deportations.
La plupart des << victimes >> vivent depuis
Et enfin administration Bush II manigana de nombreuses anndes aux Etats-Unis, travaillent,
pour renverser a nouveau ce dernier et nous ramener
en 2004 une force d'occupation militaire cette fois paint eurs taxes, ont enfants charge. Mais nont
sous le drapeau onusien. jamais eu l'occasion de r6gulariser leurs papiers.
Csous l e drapeau onusien. re demandeaUne question qu'unjeune avocat qui a travaill6 avec
les communaut6s pauvres de la banlieue de Chicago
president Barak Obama c'est de mettre fin h cette
m6chante blague consistant h rentrer les troupesrs probabement une nouvelle equ
Trbs probablement une nouvelle requate
d'intervention avant l'heure, sans que la tiche de TPS (appuyde par des commissions parlementaires
stabilisation soit achev6e, de faqon h pouvoir revenir floridiennes bi-partisanes) attend d.jh le nouveau
h la moindre occasion. Une sorte d'occupation
6ternelle et par t61lcommande. Le Prdsident des Etats- Unis, Barack Obama (voir MESSAGE / 10)


Michaielle Jean est chaleureusement accueillie aux Cayes


La Presse Canadienne
LES CAYES, Haiti, 16
Janvier C'est au rythme des tambours
et des trompettes que plus d'un millier
de villageois ont accueilli
chaleureusement, vendredi, aux
Cayes, en Haiti, la gouverneure
g6ndrale du Canada, Michaelle Jean.
Emport6e par l'enthousiasme
de la foule, Mme Jean, qui effectue une
deuxieme visite officielle dans son
pays natal en tant que gouverneure
g6ndrale, a esquiss6 quelques pas de
danse, en compagnie de musiciens
locaux.
Michaelle Jean a par la suite
prononc6 une allocution en creole,
dans laquelle elle a qualifi6 les
r6sidants de la region de "survivants".
Elle a ajout6 que les Canadiens avaient
beaucoup a apprendre de leur
determination.


La gouverneure g6ndrale
effectue cette visite a la demande du
premier ministre Stephen Harper,
dont le gouvemement a r6cemment
augment l'engagement d'aide a Haiti
a 555 millions $ sur cinq ans.
Au cours de cette premiere
journme, elle a 6galement visit les
locaux d'un poste de police finance
en partie par l'aide canadienne. Mme
Jean a affirm qu'il 6tait touchant
d'entendre les repr6sentants de la
police haitienne parler des efforts
investis pour mettre sur pied un corps
policier professionnel et complete
d'un d6partement d'6thique modeme.
Lorsqu'elle 6tait petite, les
forces policibres 6taient caract6risdes
par la repression et la brutality. Et le
contraste avec cette 6poque est
frappant, a dit la gouverneure
(voir VISITE / 11)


NON A LA TAXATION

Mais la satisfaction personnelle

ne doit ignorer le bien commun


PORT-AU-PRINCE, 17 Janvier Le
gouvemement haitien a abandonn6 sa proposition
pour une augmentation de la taxation sur les
communications t61lphoniques.
Aprbs les protestations des trois
compagnies priv6es desservant le pays et de leurs
abonn6s, l'id6e a &te retire.
Dans un communique commun, les firmes
Digicel, Comcel-Voilh et Haitel avaient fait valoir
que les nouvelles taxes r6sulteraient en un
< doublement du tarif >> et done rendraient
l'utilisation du t6l1phone hors de port6e pour
plusieurs milliers de leurs abonnes et que le
gouvemement risque ainsi d'obtenir l'effet contraire
au but vis6.


Outre une diminution probable des recettes
fiscales, la baisse de rentabilit6 du march des
communications remettrait en question les 3.000
emplois fixes que fournissent ces trois op6rateurs et
les 55.000 emplois indirects gen6r6s par un secteur
qui a trouv6 une large audience au sein de toute la
population et du pays le plus profond.
Le t6l1phone cellulaire est aussi populaire
en Haiti que dans les pays avanc6s. Et autant dans le
peuple et dans les campagnes que dans les milieux
dits favoris6s.
Une veritable petite revolution.

Levee de boucliers g6enrale ...
(TAXATION / p. 4)


POLITIOUE

Et la moralite

de nos candidats ?
PORT-AU-PRINCE, 14 Janvier A
propos des candidats aux prochaines elections,
le Conseil electoral provisoire met l'accent sur la
nationality.
Le conseiller Jacques Belzin a donn6 la
garantie, 6crit 1'AHP, qu'au sein de l'institution
6lectorale, des balises ont &t6 mises en place en
vue d'empecher tout citoyen ayant une
< nationality etrangbre >> de prendre part aux
prochaines elections.
Jacques Belzin a estim6 vital que toutes
les institutions du pays assument 6galement leurs
responsabilit6s pour 6viter que des citoyens
<< trangers > entrent en possession de documents
16gaux a des fins 6lectorales.
De leur c6td, les partis politiques
(CANDIDATS / p. 5)


I I I


'"!Copyrighted Materi
SSyndicated Content
Available from Commercial News F









Page 2


Bel-Air: un quartier

debarrasse de ses gangs armCs


(Port-au-Prince) Le quartier
de Bel-Air 6tait jusqu'A tout
r6cemment une zone de non-droit au
coeur de Port-au-Prince. Une enclave
on les gangs se livraient une guerre
arm6e sans aucun respect pour une
population prise en otage. La police
n'y mettaitjamais les pieds.
D'apres la Mission des
Nations unies pour la stabilisation
d'Haiti, Bel-Air est toujours une zone
rouge (quartier instable et violent) ot
s'entassent 90 000 personnes. Mais
depuis deux ans, le quartier est
beaucoup plus calme. Une ONG
brdsilienne, Viva Rio, y a d6marr6 un
projet de reduction de la violence.
Personne ne croyait que Bel-Air
pouvait 6tre pacific. Et pourtant, les
r6sultats sont encourageants.
A un point tel que des
quartiers difficiles de Montreal


de quoi manger, raconte cejeune au
regard fuyant et aux bras couverts de
brilures et de cicatrices.
Fort de son experience dans
les violentes favelas brdsiliennes,
Viva Rio a r6ussi A faire signer un
accord de paix aux chefs de gangs de
11 zones de la capitale, dont Bel-Air.
L'id6e, ensuite, c'est de r6compenser
les jeunes chaque mois, A condition
qu'aucun meurtre ne survienne dans
la zone. L'organisme fait tirer des
bourses d'6tudes parmi tous les
enfants du quartier.
On organise aussi des f6tes
populaires au cours desquelles des
groupes raras (musique traditionnelle
vaudou) d6filent dans les rues en
jouant de la trompette et du tam-tam.
< la musique ensemble. Personne n'y
aurait cru, raconte le directeur du


comme Montr6al-Nord et Saint-
Michel devraient s'en inspirer, croit
la gouvemeure g6ndrale du Canada,
Michaelle Jean. < peut donner des lemons au Canada, car
nous faisons aussi face A des r6alit6s
d'exclusion qui peuvent pousser une
jeunesse d6soeuvrde vers la
criminality&, a-t-elle dit, hier. Sous
haute surveillance policibre, Mme
Jean a march dans les rues de Bel-
Air, on s'amoncellent d6chets et
carcasses de voitures. Cela aurait &t6
impossible A sa dernibre visite en
Haiti, en 2006, a-t-elle admis.
Au plus fort des guerres de
gangs, en 2004 et 2005, prbs de la
moiti6 des habitants de Bel-Air ont fui
le quartier. A l'6poque, des
manifestations politiques meurtribres
avaient 6clat6 pour protester contre le
depart du president Jean-Bertrand
Aristide, en f6vrier 2004.
La majority des enfants de
Bel-Air avaient &t6 envoys chez un
parent, dans une zone plus calme.
Ceux qui sont rests se consid&rent
eux-memes comme des enfants-
soldats.
Makinson, 20 ans, 6tait l'un
de ceux-l. < pistolets qui faisaient beaucoup de
bruit pour faire peur. On brfilait des
pneus et on lancait des roches,
raconte le jeune homme. II avait 14
ans lorsqu'il a quitt6 l'6cole pour
entrer dans un gang. Aujourd'hui, Viva
Rio l'a aide A retoumer A l'6cole, en
plus de lui apprendre la capoeira, un
art martial afro-brdsilien qui allie
danse et combat. < va, mais j'ai encore du mal A trouver


projet, Rubem Femandes. Des ateliers
de fabrication de drapeaux vaudou
donnent aussi du travail aux ex-
membres de gangs. Ce projet, qui
comprend aussi un volet de sant6
publique, est finance en partie par le
Canada, A la hauteur de 4,5 millions.
Dans ce quartier, les Casques
bleus de 1'ONU, la police haitienne
et les leaders populaires sont capables
de s'asseoir A la meme table. C'est loin
d'etre le cas partout en Haiti, on les
Casques bleus sont souvent associds
A l'envahisseur et la police nationale,
A la corruption.
Parfois, il y a tout de meme
des 6tincelles A Bel-Air. Comme
l'automne dernier, lorsqu'un policier
a tu un cycliste. Mais le soulbvement
populaire a &t6 vit6 parce que tout le
monde s'est parld. Les kidnappings,
l'une des principales activities des
gangs au pays, ont cess6 dans le
quartier.
Le commandant de l'arm6e
brdsilienne enHaiti dirige ses troupes
dans trois bidonvilles: Cit6-Soleil,
Cit6 militaire et Bel-Air.
< fait A Bel-Air. On n'a pas encore cette
r6ussite dans les autres quartiers,
indique le colonel Merces.
Les gangs ont tout de meme
laiss6 des traces. Au coeur de Bel-Air,
une grande murale repr6sente un chef
de gang surnomm6 Mackenzy, tum en
2004. < sur cette murale, rest6e impeccable
alors que les murs de Port-au-Prince
sont tapiss6s de graffitis. Comme si
personne ne pouvait profaner la
m6moire du gangster.


I W enMwde.p


"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Liberation de Michdle Liautaud St-Hubert
Pdtion Ville, le 12janvier.- Michlle Liautaud St-Hubert, une femme
d'affaires d'une quarantaine d'anndes, qui avait etd enlev6e le samedi 10
janvier A Pdtion Ville, a recouvr6 sa liberty le 12 janvier.
Une operation mende par plusieurs unites de la police dans une maison
situde A Laboule 22 (commune de Pdtion Ville), a conduit A sa liberation.
Aucune arrestation n'a et& effectude car les ravisseurs avaient eu le temps
de prendre la fuite avant l'arriv6e de la premiere patrouille de police.
Mme Michble St-Hubert n'a pas souhait6 faire de declaration sur les
circonstances de sa liberation. Elle a loud le ciel d'etre sortie saine et sauve
de cette situation difficile et a remercid les policiers qui ont particip6 A
l'op6ration.


"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Une marchande de fruits sur la butte du Bel-Air
dominant le centre-ville de la capitale haftienne








Mercredi 21 Janvier 2009 A T I
Haiti en Marche Vol XXII N 52


















"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"
II 'iii. .... ^
+ii+ i ii iiii +i h +i + +i~ + +i i ++ii ++ii++ii ++ + +


+++++ + + .. . ++ + ++ + i i ++" .. . + + + i ii + .+ + +. . + + + +


SI Page 3


UEVENEMENT SOMMAIRE
Notre message au President Obama p.1
POLITIQOUE
Et la mIoalite de nos candidats ? p.1
ECONOMIE
Non a la taxation : Mais la satisfaction personnelle
ne doit ignorer le bien commun p.1
HONNER RESPECT
M\iclaele Jean chaleureusement accueillie p.1
Visite de la reine d'Espagne p.3
SECURITE
Bel-Air dbarrasse de ses gangs arms p.2
ACTUALITE
Levaillant Louis Jeune nouveau president de la
Chambre p.3
Le gouv emeent retire la proposition pour une
nouvelle taxe sur les communications t6elphoniques
p.5
Le chef de la Minustah met en garde contre de
nouvelles epreuves en 2009 p.9
Le PM plaide pour un compromis en faveur du
development p.9
La PAPDA appelle a un changement en profondeur
dans la preparation du budget p.11
CE QU'ILS DISENT
SHati dans la presse dominicaine p.6
COOPERATION
Bouddhites taiwanais apportent une aide aux
ecoliers p.8
ADOPTION
Haiti en tete pour le nombre d'enfants strangers
adopted en France p.8
LIBRE PENSEE
Obama : une nouvelle ere dans la revolution de
1'egalite p.10
Reset! p.14
L'HISTOIRE AU COEUR
Haiti et la route de l'esclavage p.12
ENVIRONNEMENT
3Bassins versants : les prerequis p. 16


sS hAin1 I l*b* 4 We at pe lash

41 tO 1#11htr 64'%1 bt r th p


Acfs_
DisponiblitOes et Oepoh d Court Terme
BGcs cA TrScr US / Bons BRH
Tislret Parlip:fikn
Poreteteile de Cr ld INell
irmobrisa1trrs 'NetI
Dbitaus pzr Acceplolicr
Aul.rs Al:ils
TOTAL ACTIFS


10384,341 379
7 13462,758


1126.285,.62B
426.572586
544602,393
G 2.A27. ,337


7,181,829? 695
6.393,133967
1,9127S 1.574
6.31 B.1 22.843
1.024.854,934
856,.8,741I
414,734.! i
G 23L331287.910


HORAIRES AUX 4 D LUMART ET A MEGAMART


Dqulni
Clercine
Laboule
Delmas32
MegaMort
Cikrx. MI


ly.Inc a eJrd J g ia-cned niche


10:00 am-7:00 pm



5:p0 pF6:00 pm 2.00pm


Passfh et Avoir
des Actlonnares
DEp6t c, oue 9194535,24 6.13 ,73,1 68
Dp6rBt uEpgrn 1i899.8.O 86 B6,9i,7l1 .061
CWpihci Te7rr 4557.824947 5,143.829.786
Totd D&~iot 24,651,69,36 19,976.681.015
Otdi:tions 1 '48.44,018 237,425,196
Erpog e ipapi Acxpiotirc n 4572,586 815.741
Aulresi Pr i 573,s757424 464,442,748
Dete5cfd ne n etrdn 56301.18 363. 1 018
Told Poisifs 2 ,264594,415 21,328.210.718
Copild-Rie~veis-Proils Accunuls 2363aS1,9222 2,CC3,077 '92
TOTA, PASSfFS ET
AVOIR DES ACTI4NAJRES G 29,627U56 G 23,33,287,910

Nous certflons que le Bllan NornCokroidd cidesus est sincere et conforme 6 nos LtLes.


"Falso rJS ute ensemble. e
ww w.unlbaInkhaI,com


Joan Mwt
Vice-Fsident S6ria,
Auditer en Chef


Fmrnck Hkenck
Vice-Ptrident Exutif Sr.
et Ded*ur G4n~l


INo








Mercredi 21 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXII N 52


TELEPHONE : NON A TAXATION

Mais la satisfaction personnelle ne doit ignorer le bien commun


(TAXATION... suite de la lre page)
C'est done un acquis aux yeux de la nation
entire qui se trouvait menace par cette proposition de
loi introduite dans le cadre du nouveau budget de la
republique soumis au Parlement.
D'ailleurs plusieurs parlementaires eux aussi
ont pris position contre.
Face A cette lev6e de boucliers g6ndrale, le
gouvernement a choisi de retirer sa proposition.
Mais la question reste
entire. Celle d'un important deficit
dans le budget 2008-2009.
De bonne source, le manque
A gagner s'61everait A plus de 100
millions de dollars.
Mais nous avons
l'impression que cette question est
mal comprise dans le public. Une
partie de la presse locale traite
l'affaire comme une victoire pour les
compagnies et les utilisateurs du
t6l6phone cellulaire alors que le trou
budg6taire devra 6tre rempli d'une
faqon ou d'une autre, sinon c'est
encore nous qui en paierons le prix.

L'arbre ne doit pas
cacher la fort ...
Le r6sultat risque d'etre
encore plus d'ins6curit6 dans les rues Les 3 principal
et de montagnes d'immondices ... le Ministre des
Ou encore renoncer a
certains projets de relance agricole ou de cantines
scolaires etc.
L'arbre ne doit pas cacher la fort, ni la
satisfaction personnelle de pouvoir continuer A parler
au t6l1phone le sentiment que c'est nous tous qui
sommes concerns par cette questionbudg6taire et non
le gouvernement tout seul.
Si tant est que nous accordons A l'actuel
gouvernement le b6nefice du doute et ne consid6rons
qu'il est en train d'utiliser les maigres fonds publics A
des fins personnelles (ou politiciennes), il importe done
que tous nous soyons plus preoccupds par la pr6sente
situation. D'autant plus en une ann&e budg6taire on
c'est le monde entier qui se trouve le dos au mur.
Personne ne peut grand chose pour personne.

Moins sont en volume les recettes
fiscales ...
Idem le p6trole. Nous voulons tous que les


prix A la pompe soient le plus bas possible. Mais plus
les prix sont cassds, moins sont en volume les recettes
fiscales provenant de la gazoline.
D'ailleurs c'est pour une bonne part la cause
de ce handicap majeur dans le (prochain) nouveau
budget. Celui-ci avait probablement &t6 calcul (et en
accord avec nos bailleurs) sur une base de p6trole A
100 ou 140 dollars le baril sur le march international.
Quand ce dernier tombe A moins de 40 dollars, c'est
un 6norme manque A gagner pour le tresor public


ux responsables du budget de la Republique: Le PMMiche
s Finances Daniel Dorsainvil (a gauche) et celui de la Pla
Max Bellerive (photo Georges Dupe)
aliment6 par les taxes. Et comme nous ne sommes pas
un pays lui-meme suffisamment producteur pour
permettre de repartir automatiquement la difference
sur tous les autres postes de perception fiscale, nous
avons 1i un gros casse-tete. Comment combler le
deficit ?
Mais ce qu'il faut faire ressortir d'abord c'est
que nous sommes tous concerns. On ne peut vouloir
uniquement la gazoline meilleur march et
<< blablabla au t6lphone sans nullement se
preoccuper du reste. Si on ne veut pas se reveiller au
lendemain dans une ville A feu et A sang. Cette question
nous interpelle tous et pas seulement Rend Preval et
Michdle Pierre-Louis ... Ni Barack Obama !

Le train solidarity ...
Vu l'6tat catastrophique dans lequel baigne
le monde entier (y compris notre Diaspora), nous
devons aussi, nous Haitiens, nous preparer A donner


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.
Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit entenet pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki L"' Q. m wr rwtr vr44i!t
pemet klyan an jwenn tout
enf6masyon li bezwen sou transp6 pa avyon, sou lanme ak ate, fe rezNvasyon
pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou
machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe
tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efr pesonl"
dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes Devlopman.
Imw Cargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon
yo e unt enfomasin an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan.
Nou v rprosede "One-Stop-Shop", sa vle di nou vlr-ofri li
plizyd so o cla- a vyon, bato oswa tren ocknamyon quit se machandiz
pon .kspotas&o i.... c "o"....-.
n nmwa apiintroduilot avanaj so Aebsite li
a. Pamela Robbins ajoute : "Kly. yo- nterese nan teknoloji ap ede nou bay
konpayi an plis ekspansyon et pemet klyan yo planifye shipment yo lontan a
lavans."
Amerijet International, Inc. founi yon sevis entenasyonal konple e
sou tout f6m pa avyon, pa bato ak ate.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout te
a ak destinasyon nan North, South ak Central Amerika, Mexico, Karayib, Ler6p,
Lazi ak Middle-East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi
prensipal baz li ki se Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenet la
www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-
5354.


l'exemple, non d'une
bande de petits
individualistes (soulignez
petits !) et encore moins de
cannibales qui ne pensent
qu'A assouvir leurs
instincts, mais d'unpeuple
fraternel et conscient aussi
de l'int&r&t collectif. Si
tant est que nous faisons
confiance au
gouvernement en place
pour ne pas croire que
c'est faiblesse de notre
part et s'en servir pour
garantir au contraire des
interets particuliers,


grands ou/et petits. Il nous faut aussi toujours faire
bonne garde.
Mais nous voici en train de plagier
malgr6 nous le discours d'Obama avant de lancer
samedi A travers l'immensit6 des Etats-Unis
d'Amdrique le train solidarity conduisant le nouveau
president jusqu'aux portes de la Maison blanche on
aura lieu son investiture ce mardi 20 janvier.
Toujours le mot c6lbre de JFK : ne demandez
pas seulement et tout le temps A l'Etat, c'est-a-dire votre
pays, ce qu'il va faire pour vous, mais
demandez-vous aussi, et d'abord A
vous-meme, ce que vous pouvez faire
un dernier sacrifice apres tous les
autres d6ej endures, eh oui pour que
la barque nationale ne disparaisse
totalement dans les flots qui montent
de partout aux quatre coins du monde.

Manifestation
d'esprit d6mocratique ...
Nous sommes tous
concerns, autrement dit ce n'est pas
une question A d6ldguer aux
politicailleurs professionnels toujours
A l'afffit (y compris sur l'Internet)
comme des charognards du moindre
faux-pas. Alors que, eux, et cela
depuis 2 siecles, ne savent faire que
du sur-place.
le Pierre-Louis, du sur-place.
unification Jean Le gouvernement a
abandonn6 l'augmentation de la
taxation sur les communications t6l1phoniques. VoilA
un geste dont il faut au contraire le fdliciter parce que
empreint d'esprit d6mocratique. Vox populi, vox dei !
Il y a seulement deux ans, le regime
int6rimaire de G6rard Latortue nous aurait envoy nous
faire pendre.
Il est vrai que quelques d6cennies plus t6t,
Papa Doc aurait ais6ment tranch6 cette question de
deficit budg6taire soit en installant des gudrites sur les
routes principales pour faire payer les automobilistes
A chaque passage, soit en instituant la borlette nationale
aux c6t6s de la loterie nationale et dont personne
pendant toute l'ann&e n'auraitjamais remport6 le gros
lot, soit enpayant les employs de l'Etat en << zoreilles
bourrique > ou bons gouvernementaux en lieu et place
d'une partie de leur salaire. Soit encore envendant le
sang ou les cadavres de nos millions d'indigents A des
laboratoires aux Etats-Unis ou en Europe ...
Soit pour finir en cr6ant quelque insurrection
artificielle pour faire les gens rentrer dans leur trou et
qu'on n'entende pas une seule plainte. Le silence
comme meilleure forme de gouvernance !

Tout est dejA surtax ...
Mais il n'en reste pas moins que l'actuel
gouvernement doit trouver une solution A son 6norme
foss6 budg6taire. Oui, il doit faire comme < maitre Jean
Jacques ...
Mais quoi ? De bonne source, la plupart des
possibilities auraient 6t6 6puis6es. Tout, nous dit-on,
est d6ej surtax. Mme le lait pour b6b6.
Et pourtant, cela doit tourner.
Au gouvernement de faire preuve de toujours
plus d'imagination. Et nous d'un petit peu plus d'esprit
de sacrifice. Ou de fraternity.


Haiti en Marche. 17 Janvier 2009


Pk6 Plus Bakery, Inc.
NATURAL L JUICE: 'S


1168 NE 2nd Ave.
Miai, RF 33160
Tal. 305,75-3B95


Caterig spociwrits
Cake. Pastrie, Hora dOeuwe
fl M eal esl


Page 4








Mercredi 21 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXII N' 52


Page 5


Et la morality de nos candidats ?


(CANDIDATS... suite de la lere page)
insistent sur les conditions financibres fixes pour poser
sa candidature, certains estimant que cela peut
constituer un emp6chement a la participation d'un
grand nombre de citoyens aux affaires de leur pays.
Cependant nous estimons que ni l'une ni
l'autre de ces deux recommandations n'est r6ellement
ce qui importe a l'occasion des prochaines elections.
Ce n'est pas la double nationality qui fait
principalement problkme aujourd'hui. Par contre nous
vivons une actuality ou la corruption, la drogue et
l'argent sale menacent d'ensevelir totalement le pays,
d'achever de d6truire son Ame,
d'annihiler tout ce qui fait notre
identity.
Mais de plus, ce sont les
autorit6s locales qui sont h la base
de cette situation. A Port-de-Paix
(Nord Ouest), des repr6sentants
attitr6s de la police nationale et de
la justice sont pris pratiquement
la main dans le sac.
Le commissaire adjoint
de la police de Port-de-Paix meurt
myst6rieusement h l'h6pital alors
qu'il venait d'6tre transport a la
capitale en 6tat d'arrestation.
On attend l'autopsie
pour 6tre fix6 sur les causes de ce
d6ces survenant un peu trop par
coincidence, tellement le degr6 de
corruption et de liberty laiss6e aux
mauvais sujets d6passe les bornes. Un
R6cemment une dame
est enlev6e et retrouv6e le lendemain tude de deux
balles.
La police judiciaire r6vble qu'elle 6tait
impliqude dans la drogue. Une sorte de caid enjupons
qui choisissait apparemment ses comparses
sp6cialement dans les rangs de la police nationale.
L'investigation sur ce meurtre a conduit a
l'arrestation d'au moins deux membres de cette
dernibre, dont son boy-friend qui n'6tait autre que le
commissaire en chef de la police des Gonaives.
Dernier Mvenement qu'on pourrait 6galement
inscrire dans cette chronique, c'est l'ex-commissaire
de police et chef de l'arm6e insurrectionnelle anti-
Aristide, Guy Philippe, qui s'inscrit lundi pour les
s6natoriales du 19 avril prochain au bureau electoral
de Jkr6mie. Cela au vu et au su de tous, alors que Guy


Philippe est cens6 etre sous le coup d'un mandat d'arret
international 6mis par la DEA americaine et l'Etat
haitien pour trafic de drogue.
Lors de sa presentation au BED de Jer6mie
ce lundi, il tait accompagn6 de policiers en uniforme
(et peut-6tre aussi en civil) ainsi que du d6put6 de
Jer6mie.
On ne peut faire mieux pour banaliser une
telle accusation, entendez celle de trafic de drogue.
Une blague, quoi. Bref pour faire croire que la
corruption est une pratique courante. Done pourquoi
pas moi aussi !


le conference du Conseil Electoral (photo Georges Dup
Non seulement les repr6sentants de la loi et
l'ordre bafouent leur mission en sejetant sans vergogne
sur l'argent sale pour peu que celui-ci se trouve etre
leur port6e ...
Mais l'Etat n'en vaut pas mieux lorsqu'il se
fait ridiculiser d'aussi honteuse faqon que dans le
scenario qui s'estjou6 lundi au BED de J6r6mie. Que
les soupqons qui present sur Guy Philippe soient vrifi6s
ou non, ce n'est pas dans un bureau de vote que la
question doit etre tranch6e, mais devant des tribunaux
cr6dibles.
Par consequent, plus que tout, ce pays a
besoin aujourd'hui d'un r6el effort pour relever le
prestige de ses repr6sentants et pour commencer ceux
de ces derniers qui sont des l6us. Partout au monde,
les l6us doivent etre des modules pour leurs


compatriotes. N'est pas Obama qui veut Aujourd'hui
plus quejamais il faut y penser alors que notre peuple
est menace de disparition sous le poids d'une
corruption aussi envahissante.
Or cela semble bien loin des
recommandations du Conseil electoral autant que des
considerations des partis politiques et des
preoccupations de l'Etat haitien.
C'est que contrairement aux p6riodes
d'autrefois, aujourd'hui la corruption part (aussi) de
la base.
I1 est de coutume de s'acharner contre les
candidats h la pr6sidence dont les
dossiers sont passes au peigne fin
nationality6, reputation etc) ...
meme avec beaucoup de partis
pris. Par contre on est beaucoup
moins soucieux concernant les
autres fonctions electives : du
s6nateur aux candidats a la section
communale.
D'autre part, la
Constitution n'est pas assez
directe elle aussi.
Par exemple, Article 96,
alinda 3, pour 6tre Olu s6nateur, il
faut << Jouir de ses droits Civils et
Politiques et n'avoir jamais &t6
condamn6 a une peine afflictive
et infamante pour un crime de
droit commun. >>
S. II suffit done de se faire
) dl6ivrer ledit certificat (monnay6
ou meme pas) et le tour estjou6.
Peut-6tre que lorsque le Constituant avait
r6dig6 cet article, rien ne laissait pr6sager que Haiti
allait tomber au niveau oi l'on est descendu
aujourd'hui. Pardonnez les pl6onasme.
Le problkme des officiels de ce pays qui se
comportent comme de vulgaires truands comme on est
en train de le voir se passer est un probleme qui, comme
on dit, doit 6tre adress6 en amont.
Et l'inscription des candidats aux prochaines
et aux futures elections est le moment ideal pour
commencer A s'y mettre.
Cela dit, sans chercher noise h personne. Nous
ne sommes pas un tribunal.

Milodie 103.3 FM, Port-au-Prince


I I 9








"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCHE


Gdes 280-q0
_US S 40-00
_US $42.00
_ US 70.00
SUS $ 70-00


Gdos 520A0
US S 78.00
SUS $ B0.00
US 135.00
US $ 135.O0


Ouns e ~as d'un abo~nmn nt
avew IIwson, t coot e t I* doubic
Prlri do spdcfiw I vous Ita
un nouv l bonna
ou s1 'agint d'un runouvllUment


Nouveau

- -


RFenouvllrfnent


Adrese


Ham -
EtbatULkis
Canada _


Europe
AmAriqu Latner


(ofst potir Si


1, CPmjt pou








Mercredi 21 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXII N 52


Haiti : Dans la presse dominicaine


PORT-AU-PRINCE, 15 Janvier Voici
quelques grands titres de l'actualit6 en R6publique
Dominicaine en ce d6but d'annde et qui valent a notre
avis plus qu'un editorial.

(HOY) L'ambassadeur d'Haiti pas satisfait de
la solution que les autorit6s dominicaines ont trouv6
pour ddloger les 800 Haitiens qui s'6taient r6fugids
dans une 6glise de Dajabon.
Selonl'ambassadeur Fritz Cindas, les Haitiens
avaient un contrat de travail en R6publique
dominicaine et ils avaient requ un
permis pour visiter leurs familles
pour les f6tes de fin d'ann6e.
Cependant pour le
directeur de l'Immigration
dominicaine, le major g6ndral Jos6
Anibal Jiminian, les entrepreneurs
agricoles ont &t6 avertis qu'ils ne
doivent pas engager de la main
d'ceuvre ill6gale.

(HOY) Un chauffeur de
taxi moto haitien atteint de 3 balles
a Puerto Plata, la ville oni des
Haitiens avaient &t6 accuses la
veille de Noel d'avoir attaqu6 un
Dominicain.

(Clave Digital) En 2008,
les agressions contre les Haitiens
ont fait de nombreux morts et des
cas de destruction.
Attaques violentes par des meutes de
Dominicains lanc6s aux trousses de ressortissants
haitiens dans telle ou telle communautd.
Le chef de la police nationale a averti que
ces agressions ne seront pas tol6rdes. Mais dans la
plupart des cas, ce sont les Haitiens qui ont &t6 obliges
de laisser la zone.

(El Nuevo Diario) La proposition du
President Leonel Fernandez pour tenir le 28 janvier
prochain un sommet consacr6 A la crise 6conomique
internationale est consid6rde (6crit le journal) comme
< une opportunity pour regagner la confiance perdue. >
Cependant des organisations demandent que
la question de l'immigration haitienne soit incluse dans
l'agenda du sommet.
La presence haitienne dans les communaut6s
de la frontibre du Nord-Ouest est alarmante. Des
communaut6s telles Dofia Antonia y la Guardia, Hatillo
Palma, Guayubin (dans la province de Monte Christi)
ou vivent plus d'Haitiens que de Dominicains.
On y voit des Haitiens sortant de fermes
produisant pour l'exportation.
On estime a plus de 2 millions les Haitiens
en R6publique dominicaine, dont plus de la moiti6 des
residents ill6gaux.

(HOY) La main d'ceuvre haitienne domine
le march de l'emploi dans le secteur de la construction.
La participation haitienne y est estimee a 85% par
l'association des ing6nieurs (CODIA) qui demande un
changement dans cette situation.
(La Nacion) Le s6nateur Adriano Sanchez


affirme que la question haitienne m6rite d'etre inscrite
dans l'agenda du sommet du 28janvier, mais c'est plus
encore le probleme de la pauvret6 dans la zone
frontalibre qui m6rite d'etre adress6.
Dans les six provinces frontalibres regne une
carence en sant6, education, eau potable et
infrastructures.
Il est fondamental que le sommet convoqu6
par le Pr6sident Fernandez soulbve le theme important
de la frontibre parce que c'est une zone avec un indice
de pauvret6 tres lev6, a d6clard le s6nateur repr6sentant
de la province de Elias Pifia.


Photo tiree de 1'exposition "ESCLA VESA U PARADIS"

(Listin Diario) L'affaire de l'occupation de
l'6glise, un fait qui n'aurait pas dfi avoir lieu.
Parmi les premieres nouvelles de l'annde 2009
figure l'occupation d'une 6glise catholique par un
groupe d'Haitiens qui 6taient entr6s dans le territoire
national sans documents 16gaux.
A premiere vue, c'est un coup de force. Puis
on apprend que c'est le Pbre Regino, le maitre des lieux,
qui avait consenti a laisser faire les Haitiens.
Aux dernibres nouvelles, ces derniers ont
abandonn6 le local, sans que le corps arm6,
CESFRONT, n'ait eu besoin d'intervenir.
Les Haitiens se sont montr6s plus raisonnables
que le cur6, 6crit le journal qui poursuit : Cependant il
y a 1l un pr6c6dent. Le fait ne devait jamais arriver.
Mais comme preuve du d6sordre qui regne dans la
zone frontalibre il y aurait un accord tacite pour que
les Haitiens qui travaillent puissent sortir a la fin de
l'annde puis revenir.
Le Pbre Regino a agi avec l'assurance que lui
donne l'appui des 6v6ques catholiques de la region.

(Listin Diario) Accus6 par les secteurs
nationalistes d'avoir organism l'occupation de l'6glise
catholique de la ville par des immigrants haitiens et de
promouvoir l'immigration clandestine, le Pbre Regino
Martinez, directeur de >
Dajabon, demande a ses d6tracteurs de prouver leurs
accusations devant les tribunaux.

(HOY) Le Comit6 dominicain des Droits
de l'Homme annonce la visite d'une d6l1gation de la
Cour Interam6ricaine des Droits humains pour
s'informer de la situation des droits de l'homme de


MIAMI-DAD


Grow your career in a rewarding, diverse and

challenging environment full of opportunity.

Find your next job at


www.miamidade.gov/jobs

For computer access visit any Miami-Dade County Library or
South Florida Workforce Career Center.
For locations call 311.


facon g6ndrale, et de la question des Dominicains
d'origine haitienne priv6s d'acte de naissance en
particulier.

(El Caribe) Une fillette haitienne de 4 ans
violde et tude.
Une fillette d'origine haitienne, ag6e de 4 ans,
a &t6 violde et assassinde par des inconnus dans le
district municipal de Jacayo, dans la province de
Monsefior Nouet.
On a proc6d6 a l'arrestation de 6 personnes,
dont un Haitien de 40 ans qui 6tait
poursuivi par une multitude de
personnes qui l'ont rou6 de coups.
La petite avait disparu
depuis plusieurs jours.

(El Caribe) Premier
Haitien abattu par le CESFRONT
en l'annde 2009.
k Un Haitien est mort a
l'h6pital de Santiago, au nord de la
R6publique dominicaine, apres
avoir &t6 bless par une patrouille
du Corps special de s6curit6
frontaliere terrestre (CESFRONT).
La victime tentait d'entrer
clandestinement en territoire
dominicain.
L'Haitien, Ag6 de 20 ans,
a etW identifi6 comme Schilchid
Pierre.
II 6tait accompagn6 d'un
autre camarade qui bless se trouve a l'h6pital dans
un 6tat grave.

(HOY) Les Haitiens a la frontiere : une
bombe a retardement, selon des lgislateurs
dominicains de la zone frontaliere.
Ils indiquent que la presence massive
haitienne, ainsi que le trafic de drogue et d'armes,
provoquent un niveau d'insecurit6 extr6mement grave
dans la region frontalibre.

De son c6te, le directeur de la publication
<< Metropolitano > affirme que 1' << hatianisation > de
la R6publique dominicaine est << imminente. >

(Diario Digital) Le d6put6 Pelegrin Castillo
croit que la migration haitienne d6bouchera sur la
guerre entre les deux pays.
Le d6put6 Pelegrin Castillo, de la < Nationale Progressiste > (FNP), a critique le Pr6sident
Leonel Fernandez pour sa << passivity et froideur > vis
a vis de la migration haitienne.
Selon Pelegrin Castillo, 'ile est sur le point
de se transformer enunvolcan a cause des << 2 millions
d'Haitiens qui se trouvent dans notre pays, en majority
ill6galement. >
II avertit que si une solution rapide au
problkme migratoire haitien n'est pas trouv6e, << nous
n'aurons pas d'autre choix que de nous preparer a faire
face a l'invasion haitienne. >
Le d6put6 Pelegrin Castillo, l'un des tenors
de la droite nationaliste dominicaine, affirme aussi que
arm6e entre les deux pays pourjustifier une invasion
militaire et occuper toute l'ile. >

Melodie, 103.3 FM, Port-au-Prince







e *



"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


EOE/M/F/D/Veterans' Preference
2' ;erinx Ecellnxce 'Every 2')^


Page 6










Mercredi 21 Janvier 2009 MIAMI DADE Page 7
Haiti en Marche 1 VolXXII No 52 MiIAMI-DADE Page




MIAMI-DADE



ADVERTISEMENT FOR BIDS

PROJECT NAME: MIA BC Infill 3" & 4th Level Tenant Improvements

PROJECT NO.: B7461 ("Project")

Sealed Bids for the Project designated above will be received for and in behalf of Miami-Dade County, by the Office of the Clerk, in the Stephen P. Clark Center, Suite 17-202, 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida, 33128 until
2:00 P.M. February 18th, 2009, or as modified by addendum, at which time all Bids will be taken to a room to be designated by the Clerk of the Board in said Stephen P. Clark Center. Bids are to be submitted in two
envelopes. Bids received after the time and date specified will not be considered. Envelopes A of Bids, containing only the Schedule of Intent Affidavit(s) will be publicly opened and the names of the Bidders read aloud.
Upon notification by the Department of Small Business Development, bidders may correct defects on the Schedule of Intent Affidavit(s) within forty-eight (48) hours after bid submission. Envelopes B of Bids, containing all
of the remaining bidding documents, from Bidders that have not been rejected as not responsive will be opened publicly and read aloud forty-eight (48) hours after the bid submission date and non-responsive bids will not be
opened. Bidders are invited to be present at each opening. The County reserves the right to postpone or cancel the bid opening at any time prior to the scheduled opening of bids.

IN GENERAL THE WORK COMPRISES Construction, renovation and remodeling within the Miami International Airport Terminal Building Concourses B-C Infill. Scope of Work includes, but not entirely limited to,
providing all Work as outlined within the Contract Documents and Specifications, as follows:
1. The Project includes new finishes, flooring, lighting, walls and ceilings and all other required changes to comply with the design of the MIA/MDAD Terminal Program, in compliance with applicable and
governing Codes and Regulations, including ADA. Renovation Work includes major demolition such as moving walkways and elevators, and the infill work after demolition.
2. New Work includes stairwells, bathrooms and major office space build-out.
3. Life Safety systems includes both new and renovated fire suppression systems, smoke evacuation control systems and all other fire-rated construction compliance and egress requirements.
4. The Project calls for Phasing requirements during construction and maintaining health, safety and welfare requirements of the occupant tenants while maintaining the office functions operational, along with
maintaining life safety systems and indoor environmental quality.
5. All other MEP items including new, upgraded systems and its interface with existing systems.

BID DOCUMENTS: The Miami-Dade Aviation Department will make the Bid Documents available, on January 9th, 2009, for inspection by individuals by appointment only, on business days during the hours of 9:00 a.m.
to 4:00 p.m. at the MDAD Bldg. 3030, Central Wing, Conference Room 4. Interested parties are to schedule an appointment to review the Bid Documents through Barbara Soto, at 305-869-3482. The duration of each
appointment will not exceed two (2) hours. However, the Department may schedule additional time slots (not to run consecutively with the original appointment), if available. At the time of the appointment, and prior to any
Bid Document review, interested parties will be required to present current, government issued, picture identification (e.g., Driver's License, United States Passport), documentation that they are licensed architect, engineer, or
contractor who may perform work on, or related to, the Project, and sign and notarize a Confidentiality Affidavit certifying that the company and each authorized employee agrees, that in accordance with Florida Statutes
119.071(3)(b) and one or more of the following Florida Statutes, 281.301 and 331.22, to maintain the information contained in the Bid Documents as being exempt from the provision of Florida Statute 119.07(1) and
24(a), Article I of the State Constitution. In addition, interested parties are advised that individuals will be monitored while reviewing these documents. Interested parties may take notes, however, no photographs and/or
copying of the documents will be allowed.

The Bid Documents can be purchased for $1,500. Payment shall consist of:
1. Non-refundable Payment of $500 for each set of Bid Documents
2. Refundable Deposit of $1,000 for each set of Bid Documents

The non-refundable payment shall be by any type of check, or money order, only, and made payable to the Miami Dade Aviation Department. The refundable deposit must be by Cashier's or Certified check only, and made
payable to the Miami Dade Aviation Department. Each interested Bidder shall furnish an address, telephone and fax numbers, and email address for the purpose of contact during the bidding process. A business card with all
of this information will suffice.

Bid Documents may be purchased in person or by mail. To purchase a set of the Bid Documents in person, each purchaser must present a current
A. copy of government issued, picture identification (e.g., Driver's License)
B. copy of the architect, engineer, or contractor qualifier's license issued by the Florida Department of Business and Professional Regulation for the Bidder making the purchase
C. an original, notarized Confidentiality Affidavit signed by the licensed architect, engineer, or contractor.

Confidentiality Affidavits may be obtained in advance by downloading from www.miami-airport.com/html/bids.html or can be completed at the time the Bid Documents are purchased. Bid Documents may also be
purchased by mail by sending a copy of the requisite identification, license, original notarized Confidentiality Affidavit, contact information, and checks along with a FedEx or UPS billing account number to the place of
purchase indicated above.
The Confidentiality Affidavit, non-refundable payment and refundable deposit shall be delivered in person to Barbara Soto or designee, at Miami International Airport, Building 3030, Central Wing, 2nd Floor
between the hours of9:00AM- 4:00 PM, Monday through Friday. Upon payment and verification of the required identification documents, the verified individual will be authorized to pick up from the printer the number of
sets of the Bid Documents for which payment has been made. The address of the printer will be provided to the purchaser at that time. Only full sets of the Bid Documents will be authorized for pickup.
All Bid Documents, including any copies made, shall be returned to the same location where they were purchased. All Bidders that timely return the Bid Document will have their deposit returned. Those Bidders
that purchase Bid Documents, but elect not to participate in the bidding process are also required to return all copies of the Bid Documents to the location of purchase. Failure to return the Bid Documents and copies made to
the location of purchase within five (5) working days after the Bid Due Date may be reported to a Law Enforcement Investigating Authority and will forfeit the deposit. Furthermore, Bidders that fail to return Bid Documents
shall not be allowed to participate in future Confidential solicitations until such time that the firm has taken corrective actions that are satisfactory to Miami Dade County. The purchaser of the Bid Documents shall be
required to certify that they have returned all original Bid Documents plus any copies and they have not retained any copies.
All bids must be submitted as set forth in the Bid Documents. The County reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and irregularities, or to re-advertise the Project. The County, by
choosing to exercise its right of rejection, does so without the imposition of any liability against the County by any and all bidders.
PRE-BID CONFERENCE: The Miami-Dade Aviation Department will hold a Pre-Bid Conference and Site Inspection on January 16th, 2009, at 9:00 A.M. in the Miami-Dade Aviation Department, 4200 N.W.
36th Street, Building 5A, Fourth Floor, Conference Room F, Miami, Florida, for all interested parties. To assist in our planning, Bidders are requested to inform the Contracting Officer of the number of persons expected to
attend the Site Inspection no later than 24 hours before the scheduled date. Attendance will be limited to two (2) representatives per firm. No other Site Inspections will be provided by the Miami-Dade Aviation Department.
It is the policy of Miami-Dade County to comply with all the requirements of the Americans with Disabilities Act (ADA). For sign language, interpreter services, material in accessible format, other special accommodations,
or airport-related ADA concerns, please contact the MDAD Office of ADA Coordination at (305) 876-7024.

COMMUNITY SMALL BUSINESS ENTERPRISE PROGRAM
Contract Measures for this Project is (are): 29%

COMMUNITY WORKFORCE PROGRAM
The Community Workforce Goal for this Project is: 10%

BID GUARANTY: Each Bid must be accompanied by a Bid Guaranty of not less than five percent (5%) of the Total Bid in a manner required by the Instructions to Bidders. No Bid may be withdrawn after the scheduled
closing time for the receipt of Bids for a period of one-hundred and eighty (180) days. The County reserves the right to reject any or all Bids, to waive informalities and irregularities, to reject all bids, or to re-advertise for
Bids.

BID IS SUBJECT TO THE FOLLOWING PROVISIONS AMONG OTHERS:
1) The Miami-Dade County Responsible Wages Ordinance.

2) The Provisions in reference to the timetables for minority and female employment participation, expressed as a percentage, for the Contractor's aggregate work force in each trade on all construction work in the covered
area, as follows:

Timetables Goal for minority Goals for female
Participation for each Participation for
From 4/01/81 trade in Miami-Dade County each trade
Until further notice 39.5 % 6.9 %


As used in this Notice, and in the Contract resulting from this solicitation, the "covered area" is Miami-Dade County, Florida. These goals are applicable to all Contractor's construction work (whether or not it is Federal or
Federally assisted) performed in the covered area.

3) The "Equal Opportunity Clause" and the "Standard Federal Equal Employment Opportunity Construction Contract Specifications" as set forth in the Contract Documents.
The Contractor's compliance with the Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-4 shall be based on its implementation of the Equal Opportunity Clause, specific affirmative action obligations required
by the specifications set forth in 41CFR 60-4.3(a), and its efforts to meet the goals established for the geographical area where the Contract resulting from this solicitation is to be performed. The hours of minority and female
employment and training must be substantially uniform throughout the length of the Contract, and in each trade, and the Contractor shall make a good faith effort to employ minorities and women evenly on each of its
projects. The transfer of a minority or female employee or trainee from Contractor to Contractor or from project to project for the sole purpose of meeting the Contractor's goals shall be a violation of the Contract, the
Executive Order and the regulations in 41CFR Part 60-4. Compliance with the goals will be measured against the total work hours performed.
The Contractor shall provide written notification to the Director of the Office of Federal Contract Compliance Programs within ten (10) working days of award of any construction subcontract in excess of $10,000
at any tier for construction work under the Contract resulting from this solicitation. The notification shall list the name, address and telephone number of the Subcontractor; employer identification number of the
Subcontractor; estimated dollar amount of the subcontract; estimated starting and completion dates of the subcontract; and the geographical area in which the Contract is to be performed.

4) Miami-Dade County has enacted an ordinance governing utilization of certified Community Small Business Enterprise (CSBE) Subcontractors. Requirements for compliance with this ordinance are contained in the
Contract Documents.

5) Pursuant to Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t), a "Cone of Silence" is imposed upon RFPs, RFQs or bids after advertisement and terminates at the time the County Manager issues a written recommendation to the
Board of County Commissioners or a Notice of Contract Award Recommendation, whichever comes first. The Cone of Silence prohibits communications regarding RFPs, RFQs or bids between potential vendors, service
providers, bidders, lobbyists, or consultants and the County's professional staff, including but not limited to the County Manager and the County Manager's staff. A Cone of Silence is also imposed between the Mayor,
County Commissioners or their respective staffs and any member of the County's professional staff including, but not limited to, the County Manager and the County Manager's staff.
The provisions of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) do not apply to oral communications at pre-bid conferences, oral presentations before selection committees, oral communications with the Contracting
Officer, as published by the Department of Small Business Development in their weekly Cone of Silence Project Information Report, for administering the procurement process, provided the communication is limited strictly
to matters of process or procedures, Contract negotiations during any duly noticed public meetings, public presentations made to the Board of County Commissioners during any duly noticed public meeting or
communications in writing at any time unless specifically prohibited by the applicable RFP, RFQ, or bid document. Bidders or proposers must file a copy of any written communication with the Clerk of the Board, which shall
be made available to any person upon request. The County shall respond in writing and file a copy with the Clerk of the Board, which shall be made available to any person upon request.
In addition to any other penalties provided by law, violation of Miami-Dade County Code Section 2-11.1(t) by any bidder or proposer shall render any RFP award, RFQ award, or bid award voidable. Any person
having personal knowledge of a violation of this Ordinance shall report such violation to the State Attorney and/or may file a complaint with the Ethics Commission. Bidders or Proposers should reference the actual
Ordinance for further clarification.

6) The County shall not be responsible for any modifications or alterations made to the Bid Documents or to the Contract Documents other than those made by Addendum, Change Order, or Work Order. Any purchase of
partial sets of documents shallbe at the purchaser's risk.

7) Pursuant to Miami-Dade County Code Section 2.8-1 (d), a Bidder shall have on file, prior to contract award a duly executed Uniform County Affidavit with the Miami-Dade County Department of Procurement
Management (DPM), to be maintained with the bidders vendors registration file. The Bidder is responsible for obtaining the Vendor Registration Package, including all affidavits by downloading from the DPM website at
www.miamidade.gov or from the Vendor Assistance Unit at 111 N.W. 1st Street, 13th Floor, Miami, Florida 33128, (305) 375-5773.










Mercredi 21 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXII N 52


0a a0 -, g bd -GEN. = -0 -

Sw a 0 w- q -
-L- - S S a-a -r a lre 5 0l ~- a -~ -
a ~- l aI a .- 0 -. --I -

a) I- *r -4 a -- a1 a a- __ a. a
a-. a a .l -- a a - --a -


a-- -r

- *


- a -e a


-a a- ~- a





* -- S - a


a ~ ar~ a *a
INOW


2


S& I0 0
w. .Rauab


mb--
u 4- Cop



Syr




Available from










- Ia -


a a a


*~ 0


yrighted Material




idicated.ContentS' .n.'



Commercial News Providers"


a-- a c l a, a- a I
A mba- 4w ---


a a-a a- a-
- 0 0 --



S4 -. N a -a


A% 000 1 Arhugo pe iw


at be DCc "We"


- ., on


-- -,anm*uu--
o a am04b a
















a- -,
aNO







* a-





a ar






a-- I

*C 0 -

ar 0 c a- -~l 00 aa
a a-a a a-a a a


.-. 0
a U a 0

0~~~ 0


0-I

-r a-a


a-
-


-. 00


a-


a-~ a a I a a
a - -e --
a -~ -. a- a -I

--a-


-a I0 a a-
.







a-- a I- -
So -mp


a w 4

a 40


-0
*r a- -



a a-



a40-
dowrr


a- a)- a a a- a om- a w
o a- 0* a -a-0-No
44 W --0a
0 .Ww- 1---
Mb m AP


p a
a ~_ --
a- -

a r-


a a-


a -o
a-


r- a- a-a-


a


d- 4 *"lw 4
a-- a-


I r r


J
..o
o a-


Page 8


1dlodie


o


e ~-~

C


M







Mercredi 21 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXIIT N 52


PERSPECTIVES 2009


Le chef de la MINUSTAH met en garde

contre de nouvelles epreuves en 2009


Le chef de la MINUSTAH, H6di Annabi.
9janvier 2009 Le repr6sentant du Secr6taire
g6ndral de 'ONU en Haiti, Hedi Annabi, a mis en garde
cette semaine les Haitiens contre de nouvelles 6preuves
en 2009 alors que la conjoncture dconomique et
financiere internationale est particulierement
defavorable.
< Si les 6ch6ances politiques, 6conomiques
et sociales auxquelles le pays est confronted ne sont
pas g6eres avec succes, on pourrait s'acheminer en
2009 vers de nouvelles 6preuves dont les consequences
sont, a ce stade, difficiles a prevoir >, a dit M. Annabi
lors d'une conference de presse jeudi.
II a appele les responsables haitiens a
rassembler les energies de tous les secteurs de la society
haitienne et a soulign6 que la Mission des Nations
Unies pour la stabilisation en Haiti (MINUSTAH) et
la communaut6 internationale seraient l1 pour
accompagner et appuyer ces efforts.
M. Annabi a rappele que l'annee 2008 avait
ete difficile pour Haiti avec la crise provoquee par la
vie chere, les 6meutes d'avril, la chute du


gouvernement, l'impasse politique pendant cinq mois
et les quatre ouragans en moins de quatre semaines.
Pour l'annee qui vient, il a jug <<
indispensable que le dialogue entre tous les acteurs de
la vie politique se poursuive et s'intensifie >. << Un tel
rassemblement permettrait l'adoption rapide du projet
de budget pour l'exercice 2008-2009. II permettrait
6galement la mise en oeuvre du menu legislatifconvenu
entre l'ex6cutif et le legislatif le mois dernier. II
permettrait enfin d'aborder et pourquoi pas de
trancher, dans le cadre d'un dialogue ouvert et serein,
la question des elections et celle de la r6forme
constitutionnelle >, a-t-il dit.
Dans le domaine de la s6curit6, il a estim6
que la situation s'6tait nettement amelioree dans la
deuxieme moiti6 de l'annee 2008. < Le nombre de
kidnappings a baiss6 de plus de 50% par rapport aux
six premiers mois de l'annee 2008. Haiti connait en
fait aujourd'hui un taux de criminality inf6rieur a celui
de plusieurs pays de la region >, a-t-il dit. Ce resultat
est dfi, selon lui, a l'accroissement des effectifs de la
police haitienne, a l'amelioration progressive de leur


performance et a la cooperation de la population.
S'agissant de la Justice, Hedi Annabi a estim6
qu'il < conviendrait de proc6der rapidement a
l'installation du Conseil sup6rieur du pouvoirjudiciaire
(CSJP), qui 6tait prevue en septembre 2008. II ajug6
6galement n6cessaire de poursuivre la mise en ceuvre
du plan de r6forme de la Justice adopt par le
gouvernement et de s'attaquer a la corruption afin de
demontrer que l'impunit6 ne sera plus assure.
Le chef de la MINUSTAH a declare que sa
plus grande inquietude concernait la situation
6conomique et sociale. < Une nouvelle degradation du
niveau de vie des Haitiens en 2009 pourrait remettre
en cause tous les progres accomplisjusqu'ici en matiere
de stabilisation et de renforcement des institutions>>,
a-t-il dit.
II a jug6 necessaire de poursuivre l'aide
humanitaire, de creer rapidement des emplois en
nombre significatifs en lancant des projets et des
activities a haute intensity de main d'ceuvre et de
reconstruire l'infrastructure de base, y compris dans
le domaine de l'agriculture.


S"Co pyrighted Materi al
SC opyrigjted MaiteriaI


Syndicated Content-


.


~- -


* -


*~ ~


Available from Commercial News Providers"




rI mb Now Ih


0- -
0- - b

.- 0-

0 0 **


.
* -D 41 91 -o


-~

- -- ar-




- r a -L)

O rl I -
-L ___
0c

c


_ I - .-L
~~~ 0C *L rr -__
- -r .) -
- om
0 -do-se


. 0 -.4 -R

)- r -


a e *I -
h -


Eske w kalifye pou



Egzan Taks Kay yo?

Egzan disponib yo enkli:


S"Homestead"
S"Portability"
* Enfimite Sivil
* Enfimite Veteran


* Vf akV&v
* Grand6t
* Ak plis ank6...


D&nye dat pou aplike se 2 mas 2009.

Ale sou miamidade.gov/pa oswa rele 786-331-5321.


FKC)NOM


Page 9


* -


Chaque matin, captez


Melodie Matin


sur 103.3FM


I


O


- --~ rr


-Nw O


daomm








Mercredi 21 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXII N 52


NOTRE MESSAGE AU PRESIDENT OBAMA


Notre Pere qui etes a Washington,


don


president dans laboite aux lettres de la Maisonblanche.
Toutefois il faut souligner que Obama ne
pourra pas grand chose dans ce domaine de
l'immigration. Ouvrir davantage les portes du pays aux
strangers n'est pas une cause populaire a l'heure on
celui-ci traverse la pire crise economique de son
histoire depuis prbs d'un siecle.
Cependant, justice oblige, le nouveau chef de
l'Ex6cutif am6ricain pourrait exiger que son
administration respecte les quotas d'immigrants lCgaux
allouds aux diff6rents coins du monde.
Personne n'en a la moindre idWe concemant
Haiti alors que notre manque a gagner va gonfler trbs
probablement les quotas des pays de l'Europe de l'est
post-sovi6tique. On sait qu'avant 2050 la population
blanche aux Etats-Unis sera minoritaire par rapport
aux hispaniques ...

L'aide comme une industrie ...
Le citoyen Obama croit que les choses 6tant
ce qu'elles sont, c'est l'6ducation qui fait la difference.
Nous aussi.
Le m6tis Obama en est la preuve parfaite. La
communaut6 haitienne aux Etats-Unis aussi. Sa
pr6sidence est d6ja un motif de fiert6 pour nos jeunes
gradues. Sa presence a la tate du pays peut ameliorer
davantage encore la situation.
Cependant, au plan 6conomique, Obama en
a trop sur les bras pour que nous puissions esp6rer une
attention sp6ciale de sa part. Mais, toujours au nom de
la justice et de l'6quit6, il doit ordonner a
l'administration americaine de cesser de manipuler ou
meme politiser l'aide a des fins ou h6g6moniques ou
de simple clientelisme, aboutissant a une aide qui
profite avant tout aux d6ja plus favoris6s, a commencer
par les consultants strangers pays a prix d'or. C'est
l'industrie (sinon la mafia) de l'aide. Et ce n'est pas
un hasard si elle est aujourd'hui la plus florissante en
Haiti.

Que dit le site Internet du
Departement d'Etat ? ...


inez-nous la p:
Oui, nous ne demandons que justice et 6quit6,
le reste viendra par surcroit. Par exemple, pourquoi le
D6partement d'Etat n'6coute-t-il pas en Haiti la voix


rial
It
; Providers"


des experts charges de le renseigner de premiere main?
Or le num6ro 1 de la Mission des Nations Unies pour
la stabilisation en Haiti (Minustah), Mr. Hedi Annabi,
a d6clare la semaine dernibre qu'aujourd'hui il y a
beaucoup moins d'ins6curit6 en Haiti que dans la
plupart des autres pays de la region.


aix!


Est-ce que le puissant
minister oi Mme Condoleezza Rice
va c6der la place a Mme Hillary
Clinton va le refl6ter dans ses


recommandations pour les voyageurs et les
entrepreneurs ?
Est-ce que le site Internet du D6partement
d'Etat va cesser de d6conseiller de mettre les pieds en
Haiti parce que c'est le pays le plus violent de
l'h6misphere ?
Une fois nous avons voulu savoir comment
Papa Doc avait fait pour pouvoir relancer le tourisme
en Haiti.
Incroyable mais vrai, avant la mort de
Duvalier pbre en 1971, il y avait tant de visiteurs
strangers qu'on demandait aux gens ayant de grandes
habitations de les loger chez eux. C'est done nous qui
avons invent le concept du tourisme chez l'habitant.

Une prime a la d6mocratie ...
Vous me direz, et les tontons macoutes ? Le
roman de Graham Green, << Les Com6diens >, qui avait
cause au dictateur haitien a vie tant de soucis. Tout qa.
Eh bien, on nous expliqua calmement qu'il a
suffi de la visite en Haiti du vice-pr6sident de Richard
Nixon, le magnat des affaires Nelson Rockefeller, pour
que l'administration americaine accepted de r6viser la
fameuse notice aux voyageurs qui nous fait aujourd'hui
tant de mal, quelque effort que l'on tente.
Vous vous rendez compte, sous un regime qui
fit au moins 40.000 morts civiles.
Evidemment Papa Doc avait donn6 comme
garantie qu'on ne verrait pas un seul uniforme bleu
denim dans les rues le jour de l'arriv6e du paquebot
Le France. Et qu'on le savait homme a tenir sa parole.
Peut-on aujourd'hui en dire autant ?
Mais justement n'est-ce pas la le plus grand
changement que nous pourrions attendre du president
Barack Obama. Qu'avec lui commence une autre bre,
celle oi en Haiti la cooperation americaine cessera
d'etre une prime a la dictature mais une prime a la
d6mocratie.

Marcus, 18 Janvier 2009


Obama suscite de fortes attentes dans le monde
Le president Hlu americain Barack monde de grandes attentes de changement avec
Obama, qui prdte serment mardi, suscite dans le lespolitiques de son pridicesseur George W Bush
sur Guantanamo, l'Irak, la lutte
contre le changement climatique ou
les relations avec la Russie.
La communaut6 interna-
tionale attend avec impatience
l'implication du 44e president des
Etats-Unis, alli6 traditionnel d'Isra6l,
dans le conflit qui se poursuit h Gaza.
M. Obama a assure la semaine
dernibre qu'il s'engagerait sur la
situation h Gaza "imm6diatement"
apris son investiture le 20 janvier.
"La premiere et la plus
immediate" preoccupation de M.
Obama en politique 6trangere doit atre
le Moyen-Orient, a d6clar6 cette
semaine le Premier ministre
britannique Gordon Brown.
Au Moyen-Orient, on
Un des premiers supporters, 1 'animatrice de talk-show s'attend h ce que le nouveau president
Oprah Winfrey (voir OBAMA / 12)


Page 10


(MESSAGE ...
suite de la lere page)


Une nouvelle ere

dans la revolution

de 1' egalite
Larose Vernet (vernelaroz@yahoo.fr)

La d6sob6issance civile repr6sente un moment
fondateur de l'histoire politique des Etats-Unis, tout comme
la declaration de l'ind6pendance et la guerre civile. Rosa
Parks tailla a sa mesure cette tranche d'histoire. Sa resistance
va constituer, en effet, le fer de lance du mouvement des
droits civiques port par des descendants d'esclaves qui ont
grandement contribu6 a la mise en valeur du nouveau
monde.Unfait divers, le refus de Rosa Parks d'avoir a payer
a l'avant et force de s'asseoir a l'arribre dans l'autobus,
est advenu un fait historique, a l'issue de son arrestation qui
fut suivie de sa condamnation.
Cet acte personnel s'est transform en action
collective, en un mouvement social, la non-violence active.
Sous la pression des "Freedom Riders" des voyageurs de
la liberty -, le gouvemement f6d6ral fut port6e mettre en
application la loi qui interdisait la s6gr6gation raciale dans
les transports inter-Etats.
Le president Kennedy et son frbre Robert, ministre
de la Justice, firent ex6cuter les decisions du tribunal. Le
Congrbs pour l'6galit6 raciale (CORE) dont le directeur
s'appelait James Farmer, se fit efficacement entendre aupres
d'eux. Aprbs l'assassinat du president Kennedy, son
successeur, Lyndon B. Johnson, prit des mesures
approprides, 1'6galit6 juridique dans l'acces au logement, a
l'Yducation, la pleine jouissance du droit de vote.
Cependant, c'est la personnalit6 du r6v6rend Martin
Luther King qui donne la mesure de cette bre historique et
le fameux air de ce temps: "Je rave dujour et faisons en
sorte que cela arrive au plus t6t oi tous les enfants de
Dieu, Noirs et Blancs, juifs et gentils, protestants ou
catholiques seront capables de se donner la main et de
fredonner ce vieux chant religieux: Enfin libres, enfin libres,
rendons grice au Dieu tout-puissant, enfin libres!"
Ce rave, Barack Obama en est la manifestation la
plus 6loquente, lui qui est le fils d'un couple bi-racial et a
(voir EGALITE / 12)








Mercredi 21 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXII N' 52


Michaelle Jean invite Haiti a l'action


(Port-au-Prince, Haiti) Cessons les bilans,
place a l 'action. Pendant son second voyage en Haiti
a titre de gouverneure gendrale du Canada, Michaelle
Jean veut mettre 'accent sur la ndcessitW pour son
pays natal de se doter d' developpement humain, de developpement durable>>.
A son arrive sur le tarmac de l'adroport
Toussaint-Louverture a Port-au-Prince, hier apres-
midi, la gouverneure g6ndrale 6tait v6tue d'une tenue
sobre: un tailleur beige et un collier de coquillages
blancs. Comme si elle voulait d6montrer sa solidarity
avec les millions d'Haitiens 6prouv6s par la crise
alimentaire qui secoue durement ce petit pays des
Antilles.
< nous sommes au temps de l'action. Voilh pourquoije
suis ici>>, a-t-elle dit a sa sortie de l'avion, accompagnde
de son conjoint Jean-Daniel Lafond. Quand la fanfare
du Palais national s'est mise ajouer l'hymne haitien,
la gouverneure g6ndrale n'a pu s'empecher de le
murmurer. < pour moi>>, a-t-elle expliqu6 en francais avant de
poursuivre son allocution en creole.
Le president Rend Prdval a accueilli le couple
a l'adroport. < dans les moments difficiles>>, a-t-il dit. Haiti est le pays
qui recoit le plus de financement du Canada pour des
projets d'aide au ddveloppement aprbs l'Afghanistan.
du pays). Ces bilans remontent a des d6cennies (...)
Nous sommes tous d'accord pour dire qu'il est temps
de passer vraiment a des actions concretes pour
consolider ce qui a d6jh t& entrepris et pousser encore
plus loin, avec une coordination plus solide, ce qu'il
reste a faire>>, a precise Mme Jean lors d'une courte
p6riode de questions devant la presse haitienne.


Strategie ha'itienne
L'aide canadienne doit correspondre aux
besoins des Haitiens, a insist la gouverneure g6ndrale.


La Gouverneure gendrale du Canada reque
par le President Rend Prival (Thony BMlizaire)
une strat6gie issue du d6sir haitien d'abord, issue d'une
evaluation haitienne d'abord, pour voir comment nous
pouvons arrimer nos efforts et faire en sorte que 1i oh
nous intervenons, qa corresponde vraiment a une
vision, une evaluation, une strat6gie haitienne>>, a-t-
elle expliqu6.
Le couple entamait, jeudi, sa

travail> de quatre jours faite a la demande du premier
ministre Stephen Harper. La gouverneure g6ndrale et
son 6poux se rendront notamment aux Cayes et a
Ennery, prbs des Gonaives, deux zones ravages par
la s6rie d'ouragans et de cyclones meurtriers qui ont
frapp6 le pays a la fin de l'Ftd dernier. Ces catastrophes
naturelles ont aggrav6 la crise alimentaire d6jh
existante. Le couple y visitera des projets d'aide
humanitaire finances par le Canada.

Encouragement
Michaelle Jean est venue pour la premiere fois
a titre de gouverneure g6ndrale au moment de
l'investiture du president Prdval en mai 2006. Elle avait
alors fait un vibrant plaidoyer pour que le peuple
haitien rompe avec son pass. < 6tre quelque chose qui d6finit ce pays>>, avait-elle dit.
Sa seconde visite suscite encore une fois, beaucoup
d'int6ret, notamment chez les joumalistes haitiens.
< nous encourage. Elle vient d'un milieu modeste et elle
a rdussi. Elle est trbs charmante, en plus>>, a dit a La
Presse Roberson Alphonse, journaliste au quotidien
haitien Le Nouvelliste.
La gouverneure g6ndrale du Canada,
Michaelle Jean, a refuse de commenter sa decision
d'accorder au premier ministre Stephen Harper la
permission de suspendre les travaux du Parlement
jusqu'au 26 janvier. Cette decision a permis a M.
Harper d'dviter la chute de son gouvemement a la
Chambre des communes. Mme Jean n'ajamais fait de
commentaire a ce sujet. < de rencontrer les Haitiens. Je me concentre sur ma
visite>>, a-t-elle r6pondu aux m6dias canadiens a son
arrive a Port-au-Prince.


M ichaielle Jean est d6chir sa famille, a-t-elle raconte. et de temp6tes tropicales. Les intemp6ries ont fait des
"Lorsqu'on se rendait a une station de police, il y avait milliers de sinistrds, et plusieurs morts.
chaleureusem ent du sang partout surles murs. Je le sais parce que mon La violence et l'instabilit6 politique
,, pbre a 6td arrWt6 et tortured a-t-elle 6voqu6 en caract6risentcepaysdepuisdelonguesanndes.L'acces
accueillie aux C ayes conference de presse. a la nourriture est encore plus difficile qu'elle ne l'6tait
"Ma mbre a aussi souffert de ce genre de dans les anndes 1980 et le pays est aux prises avec un
(VISITE ... suite de la lere page) situation. Cette histoire n'est pas unique en Haiti." problkme aigu de malnutrition.
g6ndrale. Comme plusieurs localit6s d'Haiti au cours Pays le plus pauvre des Am6riques, Haiti a
Son pbre a td torture par les forces de s6curit6 des derniers mois, Les Cayes, situde a 170 kilombtres vu son 6conomie r6tr6cir de 15 pour cent en 2008,
de Francois "Papa Doc" Duvalier. Vivre sous le regime au sud-ouest de la capitale Port-au-Prince, a subi des annde oi le pays a &te touch par trois ouragans et une
Duvalier -qui s'est 6tendu entre 1957 et 1971-, a inondations majeures enraisondupassage d'ouragans temp6te tropicale.


Le Canada devrait s'inspirer des efforts menes en Haiti


La Presse Canadienne
PORT-AU-PRINCE, Haiti, 17 Janvier La
gouverneure g6ndrale du Canada Michaelle Jean estime
que les efforts mends en Haiti pour remettre en 6tat les
tristement cdlbres bidonvilles du pays sont un exemple
a suivre pour le Canada, qui compte ses propres
communaut6s en difficultM, que ce soit parmi les Inuits
du Grand nord ou les gangs de rue des grandes villes.
Michaelle Jean s'est promenade dans les rues
de Port-au-Prince, samedi, une activity qui lui 6tait
encore interdite parce que jug6e trop dangereuse, il y
a deux ans, lors de sa premiere visite officielle dans
son pays natal des Caraibes depuis sa nomination au
titre de gouverneure g6ndrale, en 2005.
MNme la police haitienne ne s'aventurait pas,
jusqu'a tout rcemment, dans les bidonvilles du secteur
de Bel Air. Cette region surpeupl6e d'Haiti, qui compte
parmi les plus pauvres du pays, a &t6 le thedtre des
6meutes politiques mortelles qui ont d6chird le pays,
en 2004.
Les kidnappings ont maintenant cess6, les
gangs rivaux ont d6pos6 les armes en vertu d'un
nouveau programme gouvernemental et la police


patrouille de nouveau ces rues oh
r6gnait autrefois le chaos.
La majority du travail de
rehabilitation est d'ailleurs mend
par une organisation non-
gouvernementale brdsilienne,
nomm6e Viva Rio, dont plus de 5
millions $ du financement
provient du Canada.
Outre la formation
policibre, l'argent canadien
finance 6galement des bourses
d'6tudes scolaires, la distribution
d'eau et des programmes culturels
qui offrent notamment des cours
de capoeira, une forme d'art
martial brdsilien qui allie danse et
combat.
Mme Jean a affirm qu'il
y avait des lemons a tirer pour les
Canadiens des r6ussites en Haiti,
puisque le Canada lutte lui aussi
criminelle dans certains quartiers


Michalle Jean visite le pays en compagnie du PMMichele Pierre-Louis
(jaugustin. corn)


contre la violence
de villes comme


Montreal, Toronto, Qu6bec, Winnipeg, Vancouver, ou
encore dans le Grand Nord.


"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Page 11









Page 12


UNESCO


Haiti et la route de


Un accord de I'UNESCO demande aux
ministres de la Culture de cdldbrer l'abolition de
l'esclavage tous les 23 aozt. La France et la
communaute internationale sont appelkes after cet
evenement en cette annde 2009, au milieu d'autres
commemorations significatives.

Gabriel Molina
Exactement 205 ans aprbs l'6mancipation
d'Haiti, il convient de mette a l'honneur ce pays qui,
le l"janvier 1804, a &te le premier de toute la region a
acc6der a l'ind6pendance.
Le lib6rateur Toussaint-Louverture symbolise
a la fois l'abolition et la Rdvolution francaise (qui f6tera
ses 220 ans le 14 Juillet) ; celle-ci 6tait a son apogee
lorsqu'elle inspira a Saint-Domingue, devenu Haiti, la
rebellion des esclaves, mais fut ensuite trahie dans ses
principes memes par Napoldon Bonaparte
Karfa Diallo et Patrick Serres, president et
secr6taire general de l'association DiversCitis, cr66e
en France il y a dix ans pour combattre la profonde
amndsie qui entoure la colonisation et la route de
l'esclavage, se sont proposes d'amener la ville de
Bordeaux a reconnaitre que sa richesse est nee
essentiellement du trafic d'esclaves, qui s'est poursuivi
malgr6 la R6volution francaise.
Le souvenir du h6ros haitien, fils d'un esclave
venu du Dahomey (aujourd'hui, le B6nin) qui dirigea
la seule et unique rebellion d'esclaves triomphante de
l'histoire contemporaine et la deuxibme d6faite du
colonialisme en Amdrique latine, reste vivant dans ce
qui fut sa cellule de Fort de Joux, dans les collines de


Lorraine, en Franche-Comt&.
Bien qu'esclave, Louverture apprit a lire et a
6crire. Cocher de son m6tier, il devint si bon cavalier
qu'on le sumommait le << Centaure de la savane >. En
1791, il rejoignait les rangs de la rebellion a l'Age de
48 ans. II fut choisi pour n6gocier sans succes avec
















Toussaint Louverture, Premier des noirs
les propri6taires qui r6cup6raient du terrain. Toussaint
eut alors l'id6e de pactiser avec les Espagnols qui, allies
aux Anglais, contr6laient la c6te est de l'ile
d'Hispaniola, puis il conquit ses galons de g6ndral. Le
29 aoft 1793, pressentant une invasion anglaise,
l'Assembl6e nationale de Paris proclamait l'abolition
de l'esclavage, d6clarant que < les esclaves noirs
seraient d6sormais libres s'ils embrassaient la cause >.
Louverture rompit alors avec l'Espagne et passa dans


Mercredi 21 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXII N 52


esclavage
le camp frangais avec 4 000 de ses hommes. Il lui fallut
deux ans pour vaincre les troupes espagnoles, et trois
de plus pour se d6barrasser des 60 000 envahisseurs
anglais. Selon les chroniqueurs, il trouva un allied dans
les Etats-Unis, alors pr6sid6s par Alexander Hamilton.
Il en profita pour stimuler le d6veloppement de la
production agricole et le commerce avec la jeune
republique amdricaine. Il r6duisit la dur6e de lajourne
de travail (a neuf heures) pour la premiere fois dans
1'histoire et donna aux travailleurs le droit au quart
des revenus. Mais Jefferson gagna les elections de 1800
et assuma la pr6sidence 6tasunienne le 4 mars 1801.
Lui-m6me esclavagiste, il fit savoir a Talleyrand qu'il
pourrait livrer a la France tout ce qu'il lui faudrait pour
reconqu6rir Haiti. A la fin de sa guerre contre
l'Angleterre, Napoldon put compter sur les deux
armies anglo-saxonnes pour se lancer sur la petite ile
des Caraibes.

LARESTAURATION DE L'ESCLAVAGE
L'empereur arma une flotte 6norme en 1802
et l'envoya envahir Haiti sous le commandement du
g6n6ral Victor Emmanuel Leclerc, 1'6poux de sa sceur
Pauline. Il s'agissait de d6sarmer les Haitiens, de
d6porter Toussaint et de restaurer l'esclavage. Le
g6ndral noir fut invite a monter a bord d'un des bateaux
pour n6gocier, il fut arrWt6 sur place puis conduit a
Fort de Joux, oni on le retrouva mort peu de temps
apres, le 7 avril 1803, << assis, la t6te appuyde conte la
paroi de la chemine >>.
Diallo, d'origine s6n6galaise, estime que la
(voir ABOLITION / 16)


Obama suscite de fortes attentes dans le monde
(OBAMA... suite de la page 10) "Nous esp6rons voir un changement radical ajoutant que l'Europe ne devrait pas trop en attendre.
une approach ts dans la maniere dont nous menons la guerre contre le Le sommet de l'Otan en avril aura valeur de test alors
adopte une approche tres difftrente de son
pcesseur dont e andat restera arue e terrorisme", a d6clard Homayun Hamidzada, porte- que Moscou est fermement oppose la poursuite de
pr~d~cesseur, dont le mandat restera marque par une
invasion de 'rak desastreuse pour 'imagedes Etats- parole dupr6sident afghanHamidKarzai, ajoutant que l'l1argissement de l'Alliance a ses frontibres, pr6nd
invasion de l'Irak ddsastreuse pour l'image des Etats-
par M. Bush.
Unis dans le monde arabe. parM. Bush.
Uns dans lemondearae. Autre puissance r6gionale, la Chine, dont
Sa future secrtaire d'Etat Hillary la stability politique depend de la poursuite d'une
Clinton a indique qu'elle chercherait une croissance 6conomique exceptionnelle, sera
approche diplomatique vis-a-vis de la Syrie et attentive tout durcissement protectionniste de la
de l'Iran, confirmant une promesse dlectorale part des Etats-Unis.
du candidat d6mocrate d'ouvrir un dialogue avec Pour sa part, la dissidente chinoise Zeng
l'Iran, qualifi6 d'"Etat voyou" et class sur "l'axe Jinyan, dont l'upoux p galement opposant est sous
du mal" par M. Bush. "Nous voudrions bien les barreaux, a appeal la nouvelle administration h
contribuer h stabiliser la region (du Proche- exiger plus de Ppkin sur la question des droits de
Orient). Mais nous devons tre impliqun s et noe exiger plus de M in sur la question des droits de
Orient). Mais nous devons tre impliqus et ne l'Homme. "J'espbre que Obama pourra accorder
plus 6tre isolds comme (nous l'6tions) jusqu'a plus d'attention aux droits de l'Homme dans ses
present", a dit le president syrien Bachar al- relations avec la Chine, notamment concemant la
Assad dans un entretien l'hebdomadaire relations avec la Chine, notamment concemant la
Assad dllemans un entretien lhebdomadaire liberty d'expression et d'association", a-t-elle dit.
allemand Der Spiegel. L'engagement de M. Obama contre le
Le president iranien Mahmoud changement climatique, apris l'inertie de son
Ahmadinejad a dit jeudi que son pays attendait pr ddcesseur, est 6galement attendu partout dans
un "changement de comportement" des Etats- lemonade.
Unis, notamment qu'ils "cessent leurs ing6rences Dizaines de milliers pour le ddbut des cdrdmonies d'investiture le monde.
S,, ;~ t-... mL. n MeiT1n AIah amnrinlM Wnrhinatnn Mais cette priorit est aujourd'hui


dllans Is Ci Cires es lautres pIay pour quet Ies
relations bilat6rales s'amdliorent.
Une des premieres decisions de M. Obama,
selon ses collaborateurs, sera d'ordonner la fermeture
du centre de detention am6ricain de Guantanamo, sur
l'ile de Cuba, symbole des exces de la lutte
antiterroriste de son pr6d6cesseur.
En Irak, le Pentagone prepare d6jh des plans
pour le retrait acc6l&r des forces americaines, promis
par le candidat d6mocrate pendant sa campagne.
L'effort se portera alors sur la guerre en Afghanistan,
principal front de M. Obama dans la lutte contre le
terrorisme, oi il prevoit de d6ployer 30.000 hommes
suppl6mentaires sur dix-huit mois.


Une nouvelle ere

dans la revolution

de 1'egalite
(EGALITE ... suite de la page 10)
fait des 6tudes dans de grandes universities, une des
conquetes du mouvement des droits civiques affaire
Brown contre le Conseil scolaire de Topeka, le combat
de James Meredith pour exercer son droit d'entrer a
l'universit6, la discrimination positive.
Washington clbre a la fois la declaration
de l'ind6pendance politique et 6galement celle de la
"nouvelle ind6pendance", celle de la morale, nous
annonce Barack Obama. Se poursuit done la longue
marche du combat pour l'6galit6 des droits.


"" -IU-III -VICIIIUI 1"I v "Ofllfl,;Iuf
"la solution (au problkme afghan) est une approche
r6gionale". En Afghanistan comme en Inde, les
dirigeants accusent le Pakistan d'abriter les groupes
extr6mistes auteurs d'attaques sur leurs territoires,
comme celles de Bombay en novembre.
"L'Inde regardera comment l'administration
d'Obama r6pond au Pakistan et quelle pression elle
exerce sur ce pays pour (qu'il mette fin au) terrorisme",
estime Lalit Mansingh, ancien ambassadeur d'Inde a
Washington.
La nouvelle administration h6ritera de
relations particulibrement tendues avec la Russie, qui
ont meme rappe l' 1'poque de la guerre froide au
moment du conflit en Gdorgie en aofit dernier. Le
Premier ministre russe Vladimir Poutine a qualifi6
samedi M. Obama d'homme "sincere et ouvert" qui a
lance des "signaux positifs" vers Moscou, tout en


menace par une autre urgence: la crise
6conomique. Le sommet des pays avanc6s et 6mergents
du G20 en avril a Londres, suscite de fortes attentes
concemant notamment 1'6tablissement de nouvelles
regles pour r6gir la finance international. L a
chancelibre allemande Angela Merkel a ainsi d6clard
avoir "de grandes attentes concernant le nouveau
president americain Barack Obama dans la mise en
place d'une nouvelle architecture financibre".
Mais elle a aussi averti les Etats-Unis qu'il y
aurait de "s6rieuses discussions" s'ils s'avisaient de
soutenir a long terme leur industrie automobile.
"Nous ne pouvons pas regarder pendant des
anndes l'industrie automobile am6ricaine 6tre
maintenue en vie avec des milliards de dollars d'aides
publiques alors qu'il en d6coule des inconv6nients pour
la comp6titivit6 enAllemagne", a d6clare la dirigeante
chr6tienne-d6mocrate.


ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE (AEC)
Mobilisation face l'impact du changement climatique
Vers un Plan climat commun a 25 Etats de la Cara'ibe


Dans la Caraibe, I'annde 2009 sera une
annde consacrde a l'dlaboration d'un plan de lutte
pour l'attenuation des effets du changement
climatique. 25 gouvernements ont rendez-vous avant
lafin du mois a Haiti pour en discuter.
L'Association des Etats de la Caraibe (AEC),
en concertation avec le gouvernement haitien, avait
organism le 14 d6cembre 2008 une reunion r6gionale
de haut niveau de scientifiques de la Grande Caraibe
au sujet de l'impact du changement climatique sur les


catastrophes naturelles de la region.
Cette reunion visait l'l6aboration, a moyen
terme, d'un plan d'action regional sur le changement
climatique qui devra, par la suite, 6tre int6gra au Plan
d'action de Saint-Marc pour l'att6nuation du risque
de catastrophes naturelles dans la Grande Caraibe.
Le Plan d'action de Saint-Marc, Haiti, pour
la reduction des risques de catastrophes renferme un
ensemble de resolutions comportant plusieurs
(voirAEC / 14)







Mercredi 21 Janvier 2009 j
Haiti en Marche Vol XXII N 52 I

LAND FOR SALE
Due to personal problems selling little farms
(1 acre) in Orlando area.
Transfer $500.00 $85.00 monthly.
total price $6,750.00 no credit necessary.

Please call (305) 726-5079 Mrs. Maria.
our e-mail is Investa),bellsouth.net


-prepar6e par un a Grand
Chef
* Le Saut du Barril
* Le Palais de Sudre
Dartiguenave a Anse a
Veau
* La Petite Eglise de Petit
Trou datant de du 17e'e
sibcle. .


T616phones: 566-5361
401-7108 /514-0304
E-mail : lemanoloinn@mac.com
Internet disponible
pour les clients


Page 13


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408




Pameet, vCus qul rvez dwun avenir meilur por vas aants,
onwle lez au CMP
ANEEACADMIOUE 2M-20M
PROGRAMMERS
LCEMc EN:
mat ink :4 af

&AwwI*fX M w :4 amif
MarhingMl n adIgm :4 2an
AkMlIgSIMiwe 4:21M

Mri ufkt lt ) :I rn
Quelion-Fhur-Frtagng :1snou2wnw
Comtadm lnfrj6u. :Inn
IIlItMWI cyc'lwt :Wlou f2 lM
rrli sElb( cISCO) : l hinum
Pcw aiiea Mmanews uppInie r1*:
CHP, DOma 3Do
Te.:2 Si M83M, S39r44, 2 24&2-2
Emapi nu bn

Depi nou bezwen kay


Bernard Metayer
Kr. .
ffice.

e si:t ermtardeicrnintt-r
Iwe r iMreaIrKr ea


VISION MORTGAGE BANK, INC


EVENS HILAIRE
Loan Consultant


12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384


Le Look
Rue PinmtiI6dcai #14,
mion-vinl, Hati
UTM. 257-8374
Chnix incrayable de mnntures:
Dtk, s krt BCwtM, e Vogue
ConQulaion cheque jour
par un rMdcvinocnculistce







10 d6partements d'etudes

Licence en:
Gestion d'Entreprise
Conception et Ex6cution de
Project
Economic et Finance
Sciences de l'Education
Sciences Comptables
Relations Internationales
Gouverance

Dipl6me en :
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion de la Microfinance

Contactez nous :
Angle Delmas 75 et Impasse
Herard # 3,
Port-au-Prince,
Harti, W.I.

www. cfdehaiti. cor

Par courriel:
Administration(iCDFEHaiti. com
GBrunet@CFDEHaiti. cor

Par telephones
(509) 2246-1425
3555-1575
2513-3726
3767-1575


________________________________________ ___ U^^^^^^^^^^^^


kI ..w.. ru i & a I K Ir
ife-w M ...... W4000 6 A m o r aIVIN041 !titi I1 I I


"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Ecoutez

Melodie Matin

avec Marcus









Page 14


Jamais les triomphes les plus
peuvent dtdommager une nation de la
multitude de ses membres que la guerre s
victoires mtme lui font des plaies profo
paix seule peut gudrir.


On a toujours eu l'impression qu
pays vit en dehors de tout type d'interactio
avec l'ext6rieur. Replied sur soi-meme,
assist, sous tutelle politique, militaire, e
on a l'impression de d6velopper un
< manfoubinisme > chronique. Tout tend
cette id6e. MINUSTAH, Coop6ration In
ali6nante et < esclavisante >, Budge
DMficitaire, Mentalit6 d'Assist6, sont les c
traduisent cette situation. Aucune tent
d6barrasser de ce lest. Cependant, certa
temps A autre, perturbent cette idWe que 1'
pays, comme voulant dire que des
confirment toujours la regle. Par exempt
jeune Age, dans ma tendre jeunesse devra
me sentais fier que Haiti eusse d6clare
l'Allemagne, ce 12 D6cembre 1941. L'
l'Italie, le Japon, A l'6poque, repr6sentaie
1'Injustice , < l'axe du mal . Je
complktement de la soi-disant reponse de H
6curies,je les installerai 1I-bas > dit-on q
en apprenant la nouvelle. Il n'eut pas le t
me faisait du bien de savoir que mon pays
du c6t6 de l'6thique. De la Justice. De l'I
1'6poque, on avait aussi des situations inji
pays. Les masses paysannes souffraient d6j
de provision des d6cideurs politiques. La
nous convenait pas. Maintenant, je vois
Internet, sur les forums A forte presence ha


Mercredi 21 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXII N 52


kclatants ne
perte d'une
sacrifice ; ses
'ndes que la


Reset !


Damilaville petition de signature, contre l'intervention d'Israel.
Reaction citoyenne face A une situation accablante,
ie notre petit pas seulement pour la Palestine mais pour l'Humanit6
ns politiques entire. J'aurais aim6 entendre une declaration de la
d6pendant, part de nos d6cideurs. Ne sont-ils pas nos
iconomique, repr6sentants ? Ne faudrait-il pas que quelqu'un fasse
ie sorte de une r6f6rence A la politique internationale et demande
A consolider aux < parties en conflit >> d'arreter cette < boucherie >>.
iternationale D'un c6t6 et de l'autre. Nos autorit6s Politiques, les
et National Repr6sentants des diff6rents Pouvoirs de l'Etat, les
concepts qui Repr6sentants des diff6rents Cultes, ne devraient-ils
tative de se pas se pencher sur l'aspect international de notre vie
ins faits, de de peuple ? Ne doit-on pas, en tant que Nation formant
on se fait du partie d'une < Communaut6 de Nations >, exprimer des
exceptions < prises de position collective > sur les aspects de la
e, dans mon vie de la Communaut6 de Nations?
is-je dire, je
la guerre A Ch&res amies lectrices, chers amis lecteurs,
'Allemagne, j'ai toujours eu peur de la situation Isradlo-
nt < l'axe de Palestinienne. D'un c6td, la m6connaissance des
m'en fous aspects profonds de cette crise permanente dans
litler : < mes laquelle 6volue la zone et de l'autre, la conviction qu'il
u'il r6pondit s'agit d'une situation dans laquelle personne A la fin
emps Cela ne saura crier victoire et qu'aucune des parties ne
s'6tait range pourra jamais sortir gagnante, meme si l'un des
Humanity. A < adversaires > arrive A disparaitre complktement. La
ustes dans le toile nous a permis de voir des reactions impr6visibles.
A du manque Unjoueur de l'une des 6quipes de foot-ball de la ville
neutrality ne de Seville (Espagne), lejeune Franco-Malien Fr6d6ric
circuler sur Kanout6, < Musulman > d'apres ses croyances, < Etre
aitienne, une Humain > en premier lieu, s'est dit rdvoltd face A la


situation de la Palestine. Pour le montrer, il a utilis6
un match de foot-ball de son 6quipe pour d6noncer au
monde la violence aveugle qui tue sans d6ranger les
consciences de ceux qui prennent les decisions,
d'envoyer A laboucherie, autant dejeunes au < cerveau
ddlav >>, par la propagande et la disinformation
(religieuse, politique, culturelle). 3.000 euros
d'amende, mais la conscience d'avoir fait quelque
chose.

Enfin chers amis lecteurs, trop d'int6rets
occultes, trop de frustrations mal canalisdes, trop de
pulsions, ethnico-raciales, religieuses, 6motionnelles,
politiques, 6conomiques, non admises, non trait6es,
rendent impossible une analyse profonde et une
recherche de paix durable. Sur un fond d'hypocrisie, A
travers le monde, l'intervention d'Israel ne cesse de
provoquer la stupeur, la peur, l'angoisse. La betise
humaine repousse de plus en plus les limites de
l'intelligence Et c'est ce qui me fait peur dans ce
conflit dans lequel les pertes de vies humaines parmi
la population civile n'est consid6r&e que comme simple
effet collateral. VoilA pourquoi, A chaque fois que je
vois les sequences d'images de cette barbarie je n'ai
qu'une seule envie : < appuyer simultandment sur les
touches Ctrl+ALT+ Del>> et tout remettre A z6ro.
Reinitialisation, Red6marrage, Reset, Reboot, car plus
rien ne semble fonctionner et aucune autre option ne
semble possible. Faire un < RESET>> semble done
l'ultime option.


Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Janvier 2009


n6 U60 rW a 4 6 .060









"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


AEC: Vers un Plan climat commun

a 25 Etats de la Caraibe
(AEC ... suite de la page 12)


recommandations en matibre de
prevention et gestion des risques et
changement climatique dans la Grande
Caraibe.
Envue d'entamer les premieres
discussions, 25 ministres des Affaires
6trang&res de la Grande Caraibe se
r6uniront en Haiti du 28 au 30 janvier
2009 dans le cadre de la session
ordinaire du Conseil des ministres. Haiti
assurera la pr6sidence du Conseil. o Ce
sera l'occasion de redorer l'image
d'Haiti, de convaincre que la relance
du secteur touristique est propice a la
reprise par Haiti du leadership regional
et au niveau diplomatique >, dit le
Chancelier haitien, le Dr Alrich
Nicolas.(L'Association des Etats de la
Caraibe a &t6 cr66e en 1994 A
Carthagene, en Colombie. Elle compte
25 Etats membres et s'est donnde pour
fonctions de renforcer le processus
regional de cooperation et d'int6gration
afin de former un espace 6conomique


l6argi dans la region, de preserver
l'int6gritW environnementale de la mer
des Caraibes qui est consid6rde comme
le patrimoine commun des peuples de
la region et de promouvoir le
d6veloppement durable de la Grande
Caraibe.
L'Association des Etats de la
Caraibe est constitute d'Etats membres
et d'Etats associds. Le Secr6tariat de
1'AEC a 6tabli des accords sp6ciaux
avec le secretariat amdricain (SELA), le
system d'intdgration centre-amdricaine
(SICA) et le Secr6tariat permanent de
1'Accord g6ndral sur l'int6gration
6conomique (SIECA). La premiere
grande reunion de 1'AEC s'est d6roulde
du 14 au 16 d6cembre 2007 au Club
Indigo, A Saint-Marc, Haiti. Elle 6tait
titrde "Conf6rence de haut niveau de
l'Association des Etats de la Caraibe sur
la prevention des catastrophes".


(Source: "Mediaterre"


Vendredi 16 janvier,
LeMonde.fr
Un amphithdatre. Une
brochette d'examinateurs qui
ressemblent a desjuges. Imptndtrables
et sdvdres. Secs comme la technocratie.
Face a eux, des jeunes gens se
succkdent, rdpondant a un
questionnaire serrd. Peu defemmes. Un
fils d'ouvrier et un autre issu d'une
famille d'agriculteur, si rares parmi
leurs condisciples que, tout a l'heure,
on les fera lever afin que les blkves
puissent mieux voir ce petit fragment de
mtritocratie. Voici 'L 'Ecole dupouvoir'
qui dtbute. Bienvenue a 'ENA.
Qu'on le dise tout de suite,
malgr6 les pr6ventions : c'est un
merveilleux sujet romanesque. Un
r6seau. Des amiti6s autant que des
rivalit6s. Des vocations autant que des
carribres. Un champ clos des ambitions.
Et tout un pan de l'histoire politique d'un
pays. Aux Etats-Unis, un tel vivier aurait
inspire films et series. En France, le
cinema et la t6l6vision n'ont jamais vu
jusqu'ici, dans l'Ecole nationale
d'administration, qu'un univers sans
attrait. Gris comme un costume de
fonctionnaire. Impropre en tout cas A
exciter l'imaginaire populaire. Presque
rien sur le sujet dans la litt6rature ou le
thditre. Et aucun film de fiction.
Il n'est done pas indifferent que
ce soit un anglais, le r6alisateur Peter
Kosminsky, puis le cindaste d'origine
haitienne Raoul Peck qui s'y soient


attel6s dans ce film que diffuse Canal+
les 19 et 26 janvier A 20 h 50.
Kosminsky et Peck sont des
maitres dans la peinture du pouvoir. Le
premier a imagine, il y a une dizaine
d'anndes, de raconter 'Les Anndes Tony
Blair' et ces militants du Labour qui
accompagnbrent l'ascension du premier
ministre britannique. Le second a
notamment bross6 le Congo de
Lumumba et l'installation de la dictature
des tontons macoutes en Haiti. On
voulait les voir A l'oeuvre en France ?
Ils ont choisi son plus parfait outil de
reproduction des elites dans la p6riode
suppose rebattre le mieux les cartes :
l'arriv6e de la gauche au pouvoir.
L'histoire qu'ils racontent se
situe done au coeur de la promotion
Voltaire. Promotion la plus
embl6matique parce que, sortie en 1980,
elle accompagna l'dlection de Francois
Mitterrand A la pr6sidence de la
R6publique, un an plus tard. Promotion
la plus s6duisante aussi parce qu'on y
trouve l'un des plus spectaculaires
castings de la vie politique francaise :
Francois Hollande, S6golbne Royal,
Dominique de Villepin, Jean-Pierre
Jouyet, Fr6drique Bredin, Michel Sapin
ou Renaud Donnedieu de Vabre.
Promotion la plus symbolique, enfin,
parce que la prise de pouvoir de cette
g6ndration accompagna les trans-
formations de la socid6t francaise et,
d'une certaine facon, la perte de ses
idWaux.


DOCUMENTAIRE

L'ENA, I'ecole du pouvoir


I *Graphic-We Ds i* n Pintng -P- -***


amoe iiMaag ud
Manager


y printing & Design
Ave Martin Luther King #30A, P-au-P, Haiti
Phone (509) 3529-4997 / 3787-6500
E-mail: professionalpd@yahoo.com
jameslarivaud@hotmail.com


I








Mercredi 21 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXII N' 52


"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


En partageant les points a Rome avec la
Lazio et sa colonie francaise (Dabo, Meghni et Diakit6
6taient titulaires), dimanche soir (1-1), la Juventus
Turin a manqu6 l'occasion de se rapprocher a un point
de l'Inter Milan, s6chement battu un plus t6t par
1'Atalanta a Bergame (3-1). Entrevue apres la deuxibme
d6faite de la saison du leader, la relance du
Championnat n'est finalement que relative. Le dau-
phin doit se contenter de revenir a trois points tandis
que 1'AC Milan, grand b6ndficiaire de la dernibre
journe des matches aller, pointe d6sormais a trois
longueurs de la Juve et six de l'Inter, a la faveur de
son court succes samedi contre la Fiorentina (1-0).
Priv6e de sa defense centrale titulaire et a
nouveau de Gianluigi Buffon, la Juve a rendu une copie
assez pale. Jouant trbs bas, la Vieille Dame n'a cadre
son premier tir dans le jeu qu'a la... 50e minute par
Mohamed Sissoko. Cristian Ledesma a ouvert la
marque pour les Laziale en enroulant d'une position
excentrde un coup franc du pied droit qui a surpris
Alexander Manninger, trop avanc6 (25e). C'est
6galement sur coup de pied arrWt6 que la Juventus a
rdpliqud, Alessandro Del Piero trouvant sur corer la


Un but en fin de match de Berbatov a permis
a Manchester United de s'imposer a Bolton (0-1) et
de prendre la tete de la Premier League. Les Red Devils
ont un point d'avance sur Liverpool, qui recevra
Everton lundi. Chelsea a battu Stoke (2-1) et Arsenal a
sign un pr6cieux succes a Hull (1-3).

PREMIER LEAGUE 22E JOURNEE
.SAMEDI
BOLTON MANCHESTER UNITED : 0-1
But: Berbatov (90e)
Manchester peut grandement remercier
Dimitar Berbatov. Transparent toute la rencontre,
l'attaquant bulgare, buteur en fin de rencontre (90e)
permet a son 6quipe de l'emporter a l'arrach6, mais
6galement de prendre la tete de la Premier League, en
attendant la rencontre entre Liverpool et Everton lundi
prochain. La recrue de l'intersaison a pleinement
justifi6 l'investissement plac6 en lui en inscrivant son
cinquibme but de la saison sous les couleurs
mancuniennes. Une r6alisation 6 combien importante,
tant les Red Devils ont souffert face a Bolton au cours
de cette 22e journme (0-1).
Malgr6 un petit retard a l'allumage, les
champions en titre ont domin de la tlte et des epaules
cette rencontre. Mais, en dehors de Ronaldo, dans tous
les coups, les attaquants mancuniens n'ont pas &te trbs
performants. L'absence de Rooney, bless, s'est
6norm6ment fait ressentir. En face, Jaaskelainen a
retard l'6ch6ance face a un Ronaldo en grande forme
(35e, 43e, 61e, 93e). En d6pit des errements de son
duo d'attaquants, Ferguson leur laissait sa confiance.
Un trbs bon choix de Sir Alex. A la suite d'un gros
travail de Tevez sur le c6t6 droit, l'Argentin trouvait
Berbatov seul aux six metres, qui, d'une tete, inscrivait
le but salvateur (90e). Une r6alisation tardive, mais
peu importe pour MU. La pression est d6sormais sur
Liverpool.

CHELSEA STOKE CITY: 2-1
But: Belletti (90e), Lampard (90e+3) pour
Chelsea Delap (60e) pour Stoke
La situation 6tait encore plus d6sesp6rde pour
Chelsea, mend sur son terrain a l'heure de jeu apres un
but de Rory Delap et dont l'entraineur Luiz Felipe
Scolari s'est longtemps demand s'il avait bien fait
d'6carter son attaquant Didier Drogba au vu des
occasions rates par son 6quipe. Mais au moment oi~
des supporteurs quittaient d6pit6s Stamford Bridge, le
d6fenseur bresilien Juliano Belletti a 6galisM (89e)


tete du d6fenseur suddois OlofMellberg (30e). Nicola
Legrottaglie a touch dubois dans le money time (86e).
Mais la Lazio ne m6ritait pas de perdre. Elle conforte
sa 7e place, au pied des places europ6ennes.

AVERTISSEMENT POUR L'INTER
Plus t6t, l'Atalanta avait adress6 un serieux
avertissement a l'Inter Milan en lui infligeant une
severe correction (3-1). L'Inter avait d6jh commence
2009 sur des bases critiques en conc6dant un nul devant
Cagliari a Guiseppe Meazza (1-1). Le triple champion
d'Italie a fait pire en conc6dant trois buts en un quart
d'heure. Jamais cette saison l'Inter n'avait encaiss6
plus de deux buts dans la meme rencontre de
championnat. Sergio Flocari a ouvert la marque pour
Bergame sur un coup franc de Manfredini cafouillk
par les Interistes (18e). Cristiano Doni, 35 ans, a
enchained avec un double, d'abord sur un coup franc
d6tourn6 involontairement de la main par Zlatan
Ibrahimovic (28e) puis de la tete sur un service de
Padoin venu de la gauche (33e). "Ibra" a rendu la
potion moins ambre dans le temps additionnel de la
deuxieme pdriode sur un corner bottd par Maicon


avant que Frank Lampard, d'un tir au 20 metres
(90e+5), ne f6te son 400e match avec les Blues d'un
but qui relance peut-6tre leur saison une semaine apres
la d6route a Manchester (0-3).
Dans l'immediat, ce but soulage la pression
sur un Scolari de plus en plus contest, bien heureux
de voir son 6quipe garder sa place sur le podium. Car
un point derribre, Aston Villa, 4e, ne lhche rien.
Victorieux a Sunderland (2-1) au b6nfice d'un penalty
litigieux accord en fin de match (80e), 1'6quipe de
Birmingham n'en finit plus de s'affirmer comme un
candidat a la Ligue des Champions meme si l'exclusion
et la prochaine suspension de son milieu, Ashley
Young, pourrait lui coter cher.


(90e+2). Aprbs son avalanche sur le but de Julio Cesar,
l'Atalanta aura parfairement contenu l'Inter en
pratiquant un pressing de tous les instants qui a priv6
les proteges de Jose Mourinho d'occasions franches.
Le technicien portugais, m6content, notamment de sa
charnibre centrale Cordoba-Burdiso, a promis du
changement dans l'6quipe...

INESPERE POUR LA ROMA
Outre 1'AC Milan, tire egalement son dpingle
dujeu le Genoa, nouveau quatribme aprbs sa victoire
sur la pelouse de Lecce (0-1) et la d6faite surprise de
Naples chez la lanterne rouge, le Chievo Verone (2-
1). Et qui voila, a cinq points de cette quatribme place
synonyme de qualification pour la Ligue des champions
(tour preliminaire)? L'AS Roma... qui poursuit sa
remont6e au classement aprbs son d6marrage
catastrophe. Julio Baptista a inscrit un but
importantissime pour les Romains dans le temps
additionnel sur le terrain du Torino (0-1). Servi par
Philippe Mexbs, de nouveau titulaire, le Br6silien a
r6ussi un splendide contr6le poitrine enchain6 avec un
retournm dcisif (90e+2). La Louve, 8e, a retouv6
l'app6tit... J.LB.


HULL CITY -ARSENAL: 1-3
Buts: Cousin (65e) pour Hull Adebayor
(30e), Nasri (85e), Bendtner (88e) pour Arsenal
Sous pression aprbs les succes conjugu6s de
Manchester United a Bolton (0-1) et de Chelsea devant
Stroke City (2-1), Arsenal n'avait pas d'autres choix
que de s'imposer a Hull City sous peine de dire
d6finitivement adieu au peloton de tate. Et les Gunners
ont reussi leur pari envenant bout de Hull City (1-3)
grace a Adebayor, Bendtner et un Samir Nasri toujours
d6cisif. Bouscul6s d'entr6e de jeu, les Gunners ont
lentement pris la mesure de leurs adversaires et si Van
Persie trouve la barre sur son chemin (27eme), c'est
Emmanuel Adebayor qui trouve 1'ouverture une minute
plus tard grace a une belle tete lob6e sur corer (0-1,
28e).


8E772 INIE 2 imeo Aveniua ..e
Tt; 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Rceplie: de palem en pour Bel South, FPL, GAZ, CABLE TV.
RE LL MOBILITY ec...c...
- Connection fdipheasque hez iras...


Ouvert
6 Jours

par





M
senaine:


W amm
7h30pm



* L'rluhLII & &qMjts
* S..'iltutem f BepLera
VIM Dllkl % S hl
Pr'dltIs pd ur la cuisin
Vaneaud

* Moneyan


Z/buk. runwm. Amricail ai
* ViIde's iHalcusM. Am.rICAns. thrrIRaiUrefi Drns
* dilakt; d e eat


Page 15


Foot ITA- 22e j La Juve en profite peu


Premier League Manchester au pouvoir








Mercredi 21 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXII N 52


Haiti et la route


d'Africains. Pour les besoins de
d6cr&tt qu'il ne s'agissait pas d'6
betes et personne ne voyait de m
forces de travailler plus de douze


(ABOLITION... suite de la page 12)
r6volte des esclaves de Saint Domingue signa l'6chec
du systeme et motiva l'exasp6ration de Bonaparte.
< Certains disent que Napoleon agissait sous
l'influence de sa femme Josephine, fille
d'une riche famille de planteurs de
Martinique, les Tascher de la Pagerie.
En fait, il ob6issait A des raisons
6conomiques et plus sp6cifiquement aux
pressions de colonialistes influents, dont
ceux de Bordeaux.
La traite et l'esclavage ne
furent abolis d6finitivement qu'en 1848.
<< Mais le systeme se perp6tua dans un
cadre different >>, assure Karfa Diallo.
Patrick Serres rappelle pour sa
part qu'A la fin du 18e sicle, alors mime
qu'il 6tait interdit par l'Etat franqais
d'armer des navires A cette fin, la traite
se poursuivait depuis la ville cossue du
sud-ouest de la France. < Il en reste
d'ailleurs, sur place, des traces visibles,
ne serait-ce que dans les noms des rues >>,
fait remarquer la chercheuse Danielle
Petrissans-Cavalles.
< On est en droit de parler
d'amnesie volontaire. La richesse et la
beauty de ses belles demeures sont
g6ndralement attributes A la manne Soul
vinicole et au commerce avec les colonies. On en
profite pour oublier, volontairement, que cette
prosperity est aussi life au trafic n6grier. >
Diallo ajoute que les autorit6s de Bordeaux
protest&rent contre l'arriv6e des premiers esclaves.
Mais elles ne tard&rent pas A conc6der aux armateurs
les primes attributes par l'Etat franqais au profit du
pr6tendu << commerce avec les pays d'AmTrique >. Ces
aides qui en fait finanqaient un veritable genocide se
maintinrent au-delA de la premiere initiative de la
Revolutionfranqaise contre l'esclavage, contenue dans
la Declaration des droits de l'Homme. Les armateurs
bordelais poss6daient de riches plantations dans les
Antilles et envoy&rent leurs repr6sentants A la
Convention de Paris pour convaincre 1'Assemblde que
l'esclavage relevait essentiellement de l'entreprise
coloniale et que l'6galit6 proclam&e en 1789 ne
concernait que la m6tropole et en aucun cas ses
colonies. Le meme stratageme fut repris par l'Espagne
en ce qui concede Cuba.
<< A cette 6poque, on ne savait pratiquement
rien des Noirs. La nouvelle qu'ils avaient cree un Etat
et r6duit A n6ant tout un systeme d'exploitation, apras
une guerre f6roce, eut de quoi stupafier. >
Si Bonaparte et les autres monarques de
l'6poque r6agirent avec autant d'6nergie, c'est parce
que Saint Domingue 6tait le laboratoire de la
colonisation en Am6rique, convoit6 aussi bien par
l'Espagne que par l'Angleterre en raison de ses
plantations de canne A sucre, de caf6, d'indigo, de
coton, de cacao et de tabac ou les colons avaient installM
des r6seaux efficaces d'irrigation. La richesse de plus
de deux mille exploitations reposait toute entire sur
l'exploitation brutale de plus d'un demi-million


CONTACT CS
TOLL FREE: 1-88 8-3 8 3 -2 856
OR. 305-620-8300
FAX .30 5 -6 2 0 -83 3 2
CELL. 3 05-986-8 1 i


de l'esclavage
la cause il avait &t6 des armes dont ils avaient besoin pour combattre leurs
tres humains mais de adversaires. >>
ial A ce qu'ils fussent << Je suis persuade qu'ily a tout un travail de recherche
heures parjour sous et de r6cup6ration de la m6moire historique A faire en
Afrique. J'ai fait mes 6tudes au
S&n6gal, la traite avait pour thCitre
principal File de Gore. II faut que les
enfants des 6coles apprennent tout ce
qui se cache sous cette histoire, celle
du colonialisme. Il est non moins
n6cessaire d'exiger reparation. Les
Africains ne le font pas et ils ont tort.
On peut et on doit accorder une
reparation A Haiti, et modifier la
politique de la communaut6
internationale envers Haiti.
Divers Cit6s invite l'Europe
et l'Am6rique A participer A la
reparation, en mettant en place, par
exemple, des plans d'6ducation
prioritaire dans les quartiers et les
territoires les plus n6cessiteux. Ce
projet a &tt pr6sentW, aux Etats-Unis,
au president Bush, mais celui-ci refuse


evement gtndral des esclaves de Saint Domingue (peintre haftien)


un soleil tropical qui, alors comme aujourd'hui, 6tait
sans complaisance.
Quant aux femmes esclaves, elles 6taient
violkes syst6matiquement, ce qui donna naissance A
un nouveau groupe form de m6tis, eux aussi soumis,
pour la plupart, A diverses formes d'exploitation. Les
femmes 6taient fouett6es sans management et A la
moindre faute, on leur incrustait un masque de ferblanc
sur le visage. D'autres subissaient des amputations des
membres ou des parties g6nitales. Ce qui explique sans
doute, en partie, la violence de la rebellion.
<< Haiti triomphe grice au genie politique et
militaire de Louverture, mais le territoire est assi6g6
et tous l'abandonnent, rappelle Diallo. La France
obligea ensuite Haiti A acheter son ind6pendance au
prix de dix millions de francs or, une somme d'une
valeur inestimable, et le pays fut ainsi saign6 A blanc :
de tels proc6d6s ouvraient grand les portes A un system
bas6 sur la corruption. >>
Diallo insiste : il faut 6tudier plus A fond la
r6alitW de ce que fut la colonisation. Ily a des territoires
qui recdlent des richesses et devraient A ce titre
connaitre la prosp6rit6, mais plusieurs si&cles de
domination et d'exploitation les en ont priv6s. << Quand
on ose dire que l'Afrique a &tt victime des Africains,
on ne fait rien d'autre que de fournir une excuse aux
colons europ6ens, meme s'il est vrai que certains
roitelets des c6tes ont particip6 A la capture d'esclaves
A l'intTrieur des terres. Les Europ6ens arrivaient et leur
proposaient de l'alcool, de la verroterie, mais aussi


de reconnaitre qu'il existe la moindre
dette envers l'Afrique et les Afro-
amTricains. Les problkmes ne sont pas
les memes partout, reconnait Diallo,
mais ily a moyen de passer A l'action.


Le premier pas consiste A faire connaitre la verit6 sur
ce qu'ont tt le colonialisme et l'esclavage.
<< Tout le monde 6tait d'accord, A Bordeaux,
pour construire ici un memorial. La decision a &t6
unanime et a t& soutenue avec ferveur par l'Universit6.
La mairie a d6sign6 une commission qui a approuv6 le
projet. >>
Mais le memorial en question, inaugur6 sur
le quai Colbert, aux abords de la place de la Bourse,
est en fait une modeste plaque qu'il est difficile de
trouver. Notre premiere recherche s'est d'ailleurs
averre infructueuse.
<< L'UNESCO a adopt un accord fixant au
23 aofit le Jour de l'abolition de l'esclavage et invitant
les ministres de la Culture de tous les pays A
comm6morer dignement cet evenement. L'idee pourrait
aussi atre sugg6r&e au president Obama. Il s'agit de
sensibiliser, petit A petit, chaque gouvernement, et le
monde entier. >>
DiversCit/s se prononce pour la fameuse
diversity dont le president francais Sarkozy s'est fait
l'ap6tre. La France a reconnu il y a cinq ans qu'un
crime de lse-humanit6 a &t6 commis. Aux c6t6s des
Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'Espagne, de
tous ceux qui se sont enrichis de l'esclavage, tous
pourraient avoir des initiatives de d6dommagement,
en particulier 1'egard d'Haiti, qui est pass de la
richesse au d6nuement le plus absolu. Pour r6soudre
le problkme du monde noir, c'est en Haiti qu'il faut
commencer, affirme Diallo. Et il n'a pas tort.


Amenagement des bassins

versants : les pre-requis
La semaine derniere (voir demandent une utilisation continue. IIfallait une


Amtnagement des bassins versants : les
approches, Haiti en Marche, Vol. XXII, No.
51), j'ai mentionn6 des institutions/
programmes : CNIGS, PITDD, sans
d6velopper les sigles, ni expliquer de quoi
il s'agissait, sachant que cette semaine
j'allais y revenir et m'y attarder quelque
peu. Nous y voilA donc. Les informations
qui vont suivre sont extraites de l'6mission
r6alis6e avec Madame Gina Porcena
Meneus sur Mdlodie FM en octobre de
l'ann&e dernire et dont la transcription est
disponible sur le site www.etheart.com.
Le Centre National
d'Informations Geo-Spatiales (CNIGS) est
un organisme public autonome, plac6 sous
la tutelle du Ministere de la Planification
et de la Coop6ration Exteme (MPCE). Cre&
en 2006, il est l'aboutissement d'un
processus qui avait commence 10 ans
auparavant, suite A un diagnostic du Service
de Geodesie et de Cartographie.
Dans une premiere tape, en 1998,
on est pass par une structure transitoire,
une structure de projet, l'Unit6 de
T616d6tection et de Systeme d'Information
Geographique (UTSIG), mais logiquement
on ne pouvait pas continuer A aller de projet
en projet, car les instruments utilises


structure permanente. C'est le CNIGS.
Le Programme d'Informations
Territoriales pour le Developpement durable
(PITDD) entre dans la mouvance de la mise en
place du CNIGS. Il est articul6 autour de deux
composantes :
1. une composante d'appui A la
mise en place du nouvel organisme;
renforcement des capacit6s nationales, tant au
niveau de la production des donndes, que de leur
gestion, leur archivage dans de bonnes conditions
et leur diffusion, car ces informations sont A la
disposition de tout le monde, institutions
publiques, institutions priv6es, ONG universities,
particuliers ...
2. l'autre composante, c'est
l'application th6matique. On s'est rendu compte
qu'on pouvait disposer de donndes actualis6es,
mais que la decision d'amenagement et de gestion
de l'espace haitien n'6tait pas faite sur une base
rationnelle. On a done besoin de mecanismes
d'6change, de partenariat, de mani&re A ce que le
PITDD, non seulement appuie le CNIGS, mais
aussi que les institutions commencent A utiliser
ces donndes de mani&re op6rationnelle.
Les applications th6matiques sont au
nombre de six:
(voir ENVIRONNEMENT / 17)


Page 16









Mercredi 21 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXII N' 52


Page 17


MIAMEi


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE TRANSIT
ECONOMIC STIMULUS PLAN (ESP)
DESIGN SERVICES FOR THE PARK AND RIDE FACILITY
AT SW 344TH STREET AND BUSWAY
OCI PROJECT NO. E08-MDT-01 ESP

The County Mayor, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the County Code Administrative Order 3-39 and
Ordinance 08-92, announces that professional architectural and engineering (A/E) services will be required for the design of the Park and Ride Facility at SW 344th Street and
Busway.
This solicitation is one of the projects within the economic stimulus plan as approved by the Board of County Commissioners and an expedited solicitation
process will be utilized.
The scope of services for this contract is to provide final design, public involvement activities, preparation of a complete set of biddable construction documents, technical
specifications, preparation of the engineer's estimate of probable construction cost, process plans through the dry run permit process, and provide design services during
construction for the Park and Ride Facility. The scope of the work shall include all the necessary coordination with all involved agencies and organizations, including but not
limited to, Miami-Dade Transit (MDT), Miami-Dade Public Works Department (MDPWD), Miami- Dade Parks and Recreation (MDPR), Florida Department of Transportation
(FDOT), The City of Florida City, and all appropriate permitting agencies. Elements of the work include architecture, surveying, right of way needs identification, soils
investigation, structures, civil, mechanical, electrical, plumbing, utility conflict identification, lighting, landscaping, traffic studies, maintenance of traffic, environmental studies
and environmental mitigation plans, as required and any supportive tasks ancillary to the primary scope of services.
The final design shall be developed and implemented to meet the established MDT budget and schedule. The construction documents shall be developed in conjunction
with the MDT Design and Engineering Division.
This project is for one non-exclusive Professional Services Agreement. The term of the contract is for four (4) years. Maximum compensation is $271,380.00, plus
contingency in accordance with Ordinance 00-65.

EXPERIENCE AND QUALIFICATIONS:

The prime must demonstrate experience in the below listed area(s). Information regarding the experience and qualifications for the prime must be included in OCI Forms
6, as indicated in Section 2.1.
1) Design a minimum of one (1) completed Parking Lot Facility with at least 150 spaces within the last
five (5) years from the submittal date of this solicitation.

The above expertise must be met by a qualified individual(s) of the prime consultant's firm. The experience must be demonstrated by direct or substantial involvement of
the individual(s) in a supervisory capacity at the project manager level or above in these projects. The determination of the individual's qualifications and compliance with the
above experience and qualifications shall be at the sole discretion of the County.

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS
3.01 HIGHWAY SYSTEMS SITE DEVELOPMENT AND PARKING LOT DESIGN (PRIME)


3.04 Highway Systems Traffic Engineering Studies
3.09 Highway Systems Signing, Pavement Marking,
and Channelization
3.10 Highway Systems Lighting
3.11 Highway Systems Signalization
9.02 Solis, Foundations and Materials Testing Geotechnical
and Materials Engineering Services
10.05 Environmental Engineering Contamination Assessment and Monitoring
10.06 Environmental Engineering Remedial Action Plan Design


11.00 General Structural Engineering
12.00 General Mechanical Engineering
13.00 General Electrical Engineering
14.00 Architecture
15.01 Surveying and Mapping Land Surveying

16.00 General Civil Engineering
17.00 Engineering Construction Management
20.00 Landscape Architecture


A copy of the Notice To Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the Office of Capital
Improvements Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1st Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for the unit is (305) 375-
2307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-
mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. The NTPC and accompanying documents may be obtained on
line at http://www.co.miami-dade.fl.us/dpm, at the following link "Solicitations On-Line."
The Consultant Coordinator for this project is Mike Ramos who may be contacted via e-mail at ramosmi@miamidade.gov, fax: (305) 350-6265 or phone: (305) 375-5215.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS
1 AGREEMENT 10% DBE MEASURES

A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on January 23, 2009, at 10:00 A.M. in the in the Citizen's Independent Transportation Trust (CITT) Main
Conference Room 10th of the Stephen P. Clark Center, located at 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE
ENCOURAGED to attend.
Deadline for submission of proposals is February 18, 2009 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received at Miami-Dade
County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL
SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE CONSIDERED.
This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code, as amended. Please review Miami-
Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.



Amenagement des bassins versants ...


(... suite de la page 16)

Observatoire global du territoire,
Planification et Am6nagement du
territoire,
Voies de communication et infrastruc-
tures gdographiques de base,
Informations Agricoles et S6curit6
Alimentaire,
Informations pour la gestion des parcs
nationaux,
Etudes pour l'am6nagement des bassins
versants.
J'ai cit6 l'am6nagement des bassins versants
en dernier, car c'est cette application qui nous int6resse
et que nous allons nous y arr6ter un moment.
Au CNIGS, quand il a fallu faire le choix des
applications, on a pens6 que 1'6tude pour
l'am6nagement des bassins versants 6tait
fondamentale, compte tenu du fait que nous vivons
dans un pays trbs montagneux, avec un reseau
hydrographique trbs dense, beaucoup de rivibres, de
ravines, et de ravines qui se cr6ent. Gina disait que si


on prend la zone de Fond Verrettes, par exemple, et
que l'on compare les cartes d'avant et aprbs 2004, on
constate un nombre incroyable de nouvelles ravines.
Dans le cadre de cette application, le CNIGS
se propose de choisir unbassinversant et de collecter
des donndes d6taill6es, a grande 6chelle, donndes
altim6triques, donndes pluviom6triques, donndes sur
les caract6ristiques du sol, le parcours des rivibres avec
leurs affluents, l'occupation du sol, l'utilisation du sol,
la tenure, toutes les donndes sur l'habitat. Puis il faudra
coupler toutes ces donndes avec des enqu6tes. On ira
done sur le terrain, pour proc6der a des campagnes de
relev6, parler avec les gens, savoir comment ils vivent,
comment ils travaillent la terre. Toutes ces informations
doivent servir a 6tablir un bon diagnostic du bassin
versant et sur cette base, faire un zonage et un plan
d'am6nagement.
Mais dans l'article de la semaine dernire d6ji
mentionnd, nous avons parl6 de la n6cessit6 d'une
approche participative, dans laquelle la population qui
vit sur le bassin versant, ayant &t6 inform6e des
d6marches entreprises en vue d'arriver a


l'6tablissement du plan d'amenagement, y adhere et
participe a sa mise en ceuvre. Cet aspect est 6galement
pris en compte par le programme, car les visites de
terrain doivent non seulement permettre de savoir
comment les gens comprennent l'espace dans lequel
ils vivent, mais aussi leur faire comprendre la demarche
et les faire participer dans les choix.
Autrement dit, grace a l'application
th6matique 'bassin versant' du PITDD, tous ceux qui
voudront mettre en ceuvre un projet d'amenagement
de bassin versant auront a leur disposition une
m6thodologie leur permettant de prendre en compte
tous les aspects que nous avons consid6rds tout au long
de la s6rie d'articles que nous avons consacrde a ce
sujet. Le PITDD a d6marr6 en 2005 et est prdvu pour
une dur6e de cinq ans ; il ne nous reste plus qu'a
souhaiter que d'ici l1 une nouvelle cascade de
catastrophes ne s'abatte pas sur nous avant que nous
ne disposions des moyens d'en att6nuer les ravages.

Bernard Etheart
ben(iaetheart.com








Mercredi 21 Janvier 2009
Page 18 Haiti en Marche Vol XXII N' 52


r I I 1 IIu 1 nB deI '


Al__z de SONNET HUTTES, n en utilisan des mols du du vocabu- g GWIIT S
laire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne. -B- a s -rE
KI A N r

ORANGE
T T UT T E WIIIZLIIJ
i i. Y Yv w I r U N
J J Q .:c'p o w cM e x HORIZONTAL SCRMB IE
S~ -.t'.'A'w " ; t 1. Planes Iourrag6res 2. Clin d'ail furtil -
L" .. ,'VP 3. Cheveux 4. Irrdium Pronon Matin sept i-de
E *' \ ,MS Ks 5. Pronri -Actinium pour fomer un mot frangfis
"H : E 1 '... E T Prenom d'actrice americaine -
rz I an f vw 6. En eombusbon 7. M6tro de Chicago -
I N .C E? : ,' a Ville de Suede Indium -
^V A ^ ~" ," ,v 8. Rendue rare. A R L
S V oW0 X i
W NVN I AV H I k )K Y
w> LEARJ Z E I9 'IH R VERTICAL A V
?A 2 wo 3 R 0'Y P LL rK P 1. Flic 2. Interpellation -Ajusia -
3. Couche 4. De I'ldle 5. Relatlf a Icdoral -I I 1
Alauela Carta: Cuwiitbw EStcau 6 Fatigue 7. Film am6ricain Jappe Solutions de la semaine pass
Gofiio- Jaco- Liberia- Lrnon -
NIoWY P ri r n Jos- San Rmon 8. Adrasse des remonlanoes. V lNURE
Sarta Ana Tibas


00 Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorialde Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invites du Jour
M6lodie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiBre Raphael


c 'edt A&4e 4Pit eo 'e c&cae /


E n B ref... (... suite de lapage2)
pouvons-nous travailler et fournir un enseignement de quality, lors que l'Etat nous m6prise
et banalise notre travail", s'est indign6 un enseignant
Les gr6vistes affirment vouloir poursuivre leur mouvement jusqu'a ce qu'ils soient
nommies et que leurs arri6res de salaires soient payees.
Ils r6clament 6galement des considerations en faveur des professeurs victimes pendant les
ouragans de l'&te dernier.
Le secretariat regional du Corps National des Enseignants Haitiens (Coneh), a cependant
indiqu6 que les professeurs sont prets a aider les &lves gonaiviens a rattraper le retard
qu'ils ont accumula au debut de l'annie puisque leur annie scolaire n'avait pas commence
en meme temps que les autres regions du pays.
C'est la meme situation qui prevaut a Jer6mie (nord-Ouest) ou les enseignants des 6coles
publiques ont observe mardi leur deuxibme journe de grbve.
Ces enseignants r6clament la revocation du directeur d6partemental qu'il estiment
inefficace et un salaire decent.
Le president de la commission education du S6nat, Yvon Buissereth, a critique pour sa part
le Fonds d'Assistance Economiques et Sociales (FAES) qui, dit-il, n'a rien fait pour
r6habiliter les 6coles endommag6es lors du passage des derniers ouragans sur le pays.
Il estime n6cessaire que, dans le budget de l'exercice en cours, il soit prevu un montant
substantiel pour la rehabilitation et la construction des 6coles endommagees ainsi que le
paiement d'arri6ris de salaires a un nombre important d'enseignants du secteur public.

La reine d'Espagne arrive en Haiti le mardi 20 Janvier
La Reine Sofia d'Espagne effectue ce mardi une visite en Haiti dans le cadre d'une mini-
tourne r6gionale destine au renforcement de la cooperation espagnole qui la conduira
6galement en R6publique Dominicaine, rapporte vendredi une d6peche d'EFE date de
Madrid. (Accompagnde de la ministre espagnole a la cooperation international, Soraya
Rodriguez, l'pouse du roi Juan Carlos s'entretiendra notamment avec le President Rend
Preval et visitera des zones oni est active la cooperation espagnole, comme le Sud-Est
d'Haiti.

Albert Ramdin, secretaire g6enral adjoint de I'OEA, en visite bient6t en
Haiti
Le secr6taire general adjoint de l'Organisation des Etats Americains (OEA), Albert
Ramdin, doit incessamment effectuer une visite en Haiti pour discuter entre autres avec les
autorit6s haitiennes de questions ayant rapport avec les prochaines elections.

Une autre personnalit6 de Port-au-Paix essaie de se suicider
Toujours pas de conclusion a l'enquete menee sur la mort du commissaire de police du
Nord-Ouest, Philippe Jean Raymond. Sans vouloir faire la moindre rdv6lation, le chef de
la DCPJ a d6clare lors d'une conference de presse que des hypotheses provisoires sont
retenues suite a la transmission des r6sultats de l'autopsie pratiqude sur le corps du
directeur adjoint de la police du Nord-Ouest. Les autorit6s cherchent a determiner la
nature d'un 616ment trange d6couvert dans l'organisme du disparu qui avait &te conduit a
Port-au-Prince pour 6tre interrog6 sur le pr6sum6 d6toumement de narcodollars a Lavaud,
Port-de-Paix. Le responsable de la police judiciaire precise que le d6funt commissaire
devait subir un interrogatoire suite a une operation de comptage de liasses de billets
trouv6s chez Marc Fr6d6rique, oncle d'un pr6sum6 trafiquant de drogue, Alain D6sir,
actuellement en prison en Haiti.
Cependant le chef de la DCPJ n'a pas voulu faire trop de commentaires sur les causes du
d6ces de l'assistant directeur d6partemental de la Police, Philippe Jean Raymond. Alors
que les autorit6s refusent de communiquer le r6sultat de l'autopsie, un huissier audiencier
du tribunal de premiere instance de Port-de-Paix, Maxo Marhone, a &te hospitalis6
d'urgence apres avoir ingurgit6 une substance toxique. M. Marhone avait &te interrog6 par
des agents de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) parce qu'il avait indiqu6
que le commissaire Philippe Jean Raymond, s'6tait suicide en absorbant de l'acide
sulfurique.

Les interrogatoires continuent pour tenter de d6couvrir la v6rit6 sur
I'affaire de Port-de-Paix
Vendredi dernier les 7 membres de l'appareil judiciaire de Port-de-Paix appr6hend6s dans
le cadre de l'enquete sur le pillage de plusieurs millions de narcodollars, ont comparu par
devant les autorit6s judiciaires de la region.
Appr6hend6s le 9 janvier, les juges de paix de Saint-Marc (Bouquet et Jean Mathieu
Dorvilus), les greffiers Louis Albert Loriston et Gaby Dordlien, le commis greffier Dumas
Louis Dor et deux secr6taires du parquet de Port-de-Paix, Kerline Jean et Sainvilia Saint-
Charles, ont &t6 interrog6s par les enqueteurs de la Direction Centrale de la Police
Judiciaire (DCPJ).
Par ailleurs on apprend que les policiers soupqonn6s d'avoir particip6 aux partage de
(EN BREF / p. 20)


"I mmm m


:tldl[~lllllll;l 1I[;~Ktlll:l:"r'~ll~:1 Ill;lllll~lrnllaal








Mercredi 21 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXII No 52


Lekti se youn trezo nou pa

dwe pedi
Ak Michel-Ange Hyppolite

Younn pami dives pwoblem anpil mounn genyen ak
jenn nanjenerasyon ki leve jounen jodi a, sbke anpil
ladan yo pa renmen li. Noumenm granmounn, ki
renmen li yo, konnen menmsi nan li genyen fatig, men
lekti se youn trez6.

Nan li kbmantW sou sit entbnet noumenm Ayisyen ap
jere, ansanm ak nan sit 16t mounn nwa parby nou ap
jere, nou toujou remake teks ki ekri sou abitid lekti a,
ki ap mouri kay jentimounn nou yo. Vwala, pa gen
lontan, mwen tonbe sou youn dokiman ki soti nan
kontinan Lewbp, epi mwen remake granmounn an
Ewbp yo genyen menm pwoblem avek nou. Pami
gwoup mounn ki konsene yo, genyen: pwofese,
sikolbg, sosyolbg, manman ak papa pitit elatriye.
Prensipal rezon yo bay, se kantite tanjenn yo pase ak
tout kalite gadybt ki an rap6 ak dives branch teknoloji
moden lan, nou vie di: 6dinate, telef6n, jwet videyo,
dives aparty pou yo tande mizik eksetera.

Kantajn yo, b6 kote payo, yo plenyen lek6l yo ba yo
twbp travay ki an rap6 ak lekti. Konsa, tan yo ta kab
pase pou yo li pou satisfaksyon pesonOl yo vin pase
nan lekti pou travay lek61 yo. Sa lak6z yo pbdi gou
nan li pou plezi yo.

Noumenm granmounn ki renmen li yo, paske se pa
tout granmounn ki renmen li, konnen li youn bon liv
se nonselman youn fason pou nou detann nou, men se
anmenmtan youn fason pou nou jwenn anpil
enf6masyon, ki kab dekore lespri nou. Menjenn yo,
plezi yo se nan jwet elektwonik yo jwenn li. Pa gen
tire kont ank6, pa gen rakonte istwa ank6 ; manman
ak papa pitit pa gen tan pou yo li pou timounn yo,
paske gen youn bann 16t ekzijans nan lavi yo, ki vale
tan yo ta kab mete pou li pou timounn yo.

Kounye a. kesyon an se : kisa n'ap fW?

Mwen pa vreman genyen youn repons pou kesyon sa-
a. Sepandan, nou konnen genyen teknoloji ki deja pare
pou noujwenn liv sou f6m sidi. Nan ka sa a, eske se li
noumenm kretyenvivan pral li, oubyen se tande nou
pral tande ? Paske nou konnen aktivite li se aktivite ki
f&t akje. Anfet, liv yo pral part sou youn f6m ki ale
nan sans jenn yo, men tout tan apw6ch la pa vin popilk
nan sosyete a, nou pa kab konnen kijanjbn yo pral
reyaji ak li. Sepandan, nou deja konnen youn liv
Ayisyen ki s6ti sou sidi. Se liv lt Franz Benjamen an
ki ap sikile toupatou. Liv-la rele Tan Lapli. Anfbt, liv
la part sou sidi, paske Franz Benjamen konnen pi f6
Ayisyen pa li kreybl. Konsa, kalite liv sayo ka rezoud
youn pwoblem, sa vie di yo kab ankouraj e youn mounn
suiv youn istwa delat&t opye, men nou tout konnen
nan li ak tande se de nivo sans diferan ki an aksyon,
nivo vizy6l ak nivo oditif. Epitou, pa bliye tande ak
we se de. F6k youn mounn gen abitid li, pou li ka
konnen kijan pou li ekri, paske li difisil pou youn
mounn ekri sa li pa gen abitid wb. Konsa ni nivo tande
a, nivo li a, kote nou we sa ki ekri, dwe rete eveye.
Kidonk, aktivite lekti a, ki daprb mwenmenm esansy6l
nan devlopman ak fonksyonnman youn mounn, san le
dispar&t. Chak fwa nou mande younjennmounn pou
li louvri diksyone, li reponn : al nan Google. Sa vie di,
se ak klike sou sourit adwa oubyen ag6ch yo sbvi.

Bb kote pa mwen, mwen poko pare pou mwen bay
gany. Konsa, mwen ap ankouraje nou li pou pitit depi
nan vant, wi depi nan vant, paske gen sikolbg ki di: sa
kab eveye sans timounn lan. Nou kab li pou timounn
nou pandan li nan bbso, menmsi se pou 15 minit. Si
timounn nan leve nan anbyans lekti sa a, pet&t li va
pran gou pou li kontinye.

Kanta granmounn yo, bb kote pa yo, se pou devlope
abitid li an ekip, tankou nou f li nan nan gwoup Otawa
ki rele Sosyete Samdi Literb depi 5 lane. Avantaj ki
genyen nan li an gwoup la, sbke sa sbvi nou kbm youn
aktivite sosyal, kote younn kontre ak 16t pou nou pale
sou dives kalite pwoblem nou genyen kbm
kreytyenvivan, epi sa pbmbt nou dekouvri dives aspen
ki genyen nan youn teks, aspen nou ta kab pa dekrouvri
si nou te li pou kont nou lakay nou.

Konsa, an n'kreye klib lekti. An n'ankouraje timounn
nou yo patisipe nan klib lekti. Se va youn fason pou
nou bay yo gou pou yo li, epi retire yo nan
konsomasyon dives jwet videyo ki chaje ak vyolans
ladan yo.

Kbm sa nou plante, se sa nou rek6lte, nou espere rek6lt
lekti nou ap plante nan lespri timounn nou yo va pwodui


I Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou


bonjan fui pou lavni sosyete nou an ak pou lavnijenn
nou yo ki ap grandi nan sosyete ki pa sispann donnen
devan devan ekran 6dinate lajounen kou lannuit.

Michel-Ange Hyppolite
(Kaptenn Koukourouj)
Manm Sosyete Koukouy Kanada
michelangehvppolite(@rogers.com



Nbt Leksikografik I: Mo

ansyen nan
J. J. AUDAIN : RECUEIL DE PROVERBES CREOLES
(1872 & 1877)
AK MAXMANIGAT *

Nan cheche konprann sans plizye mo ansyen
J. J. Oden / J. J. Audain sbvi avek yo nan: de proverbes crdoles > (1872 & 1877) li a, mwenbite
sou kbk k'ap tribile-m. Mwen voye yo bay ven zanmi
ki fou pou krey6l kankou-m, men ki maton nan lanng
nan.
Men uit nan mo yo avek twa premye repons
yo : pa Ralba, pa M&t Jan Jilyen IJean Julien avek pa
Zand6. Ralba toujou rele-m : Divizyon.
Mo yo nimewote soti 1 pou rive 8. Apre,
mwen bay pwoveb-la avek nimewo 1 jan li part nan
liv-la. Asterisk yo (*, **, ***) endike mo ansyen yo ;
pi ba mwen bay esplikasyon mwen kwe ki kapab ede
lekt&-a. Lb mwenpajwenn anyen ditou, n' ap w : mo-
a jan Oden te ekri 1' la jan yo ekri-1 jodi-a : ... ?
Ekzanp: guianacou gyanakou : ... ? Twa pwen
sispansyon yo ak pwen entbwogasyon-an di mwen pa
konnen siyifikasyon mo sa-a. Se yo mwen voye bay
ven zanmi yo.
%
1. boucan! boukan
321. Si ou dormi nan boucan* Jean, an minuite** ou
va connain quichoye. (Jan Oden ekri-1)
321. Si w dbmi nan boukan* Jan, an minuit** ou
va konnen kichby.
* boucan boukan : ... ? (we repons : Ralba / DoktW
Serge Frangois, M&t Jan Jilyen ak Zand6 /Jacques J.
Garqon, pi ba)
Mo sa-a pa gan menm sans ak mo << boukan
> nou konnenjodi-a ; Jil Fn ba li tradiksyon << kabal,
eskonbrit, boulvari >, tou.
** an minuite an minuit : a minui

2. boya! boya
684. Bef mang6 canne, cabrite nan boya*. (Jan Oden
ekri 1)
684. Bef manje kann, kabrit nan boya*.
* boya boya : kakan (we repons Ralba a, pi ba)
Mo sa a ganyenyon 16t siyifikasyonjodi-a : yonbak
pou bwote m6tye.

3. cried boule nan coin kriye boul nan kwen
386. Crie boule nan coin*, q6 bobine, c6 connain cried
quine** qui faut***. (Jan Oden ekri-1)
386. Kriye boul nan kwen* se bobin, se konnen
kriye kin** kifo***.
* cried boule nan coin kriye boul nan kwen : ...?

Mo sa yo sanble mo nanjwe zo.
** cried quine kriye kin : di, deklare ou ganyen
Mo yo ta sbvi nanjwet zo.
*** qui faut! ki fo : ki konte

4. fiai fye
787. C6 pas toute fiai* qui port juste. (Jan Oden ekri
1)
787. Se pa tout fye* ki pote jis.
* fiai fye : ...? (we repons Ralba-a, pi ba)
Mo sa pa sanble li kapab tradui byen nan paw6l sa-a.
Oden ekri 'fiai' isi a, men nan 226 li ekri 'fie'. Sa ta
vie di de mo sa yo pa menm. Eske se : fiai : fye (youn
moin ki anpil, kont kb li) avk : fi6 : fye (gangyen
konfyans)?

5. guianacou gyanakou
209. C6 jou guianacou* tomb6 toute moune vini
profit6f&. (Jan Oden ekri 1)
209. Se jou gyanakou* tonbe tout moin vini
pwofitef&.
* guianacou gyanakou ... (?)
f& Pwovb osnon paw61 sa-a sanble 1' pa difisil pou
konprann. Nou konnen tout mo yo sbf gyanakou. Eske
se youn pyebwa, youn otorite, youn bagay kankou lapli,
lagrOl ki sot anlk tonbe ate ? Ki sa li ye ?

6. jatel6 jatle
592. Pantalon serr6 pas jatel6*. (Jan Oden ekri-1)
592. Pantalon sere pa jatle*.
* jatel. jatle : jaty- ? (w repons Ralba-a, pi ba)


Page 19


No sa-a sanblejatyb, men Jil FRn pa tradui :jarretiere
franse-a : jatle.

7. pote pbt
563. Piti* pote** souff16 bin, main li pas musicien pou
qa. (Jan Oden ekri 1)
563. Piti* pbt** soufle ben, men li pa mizisyen pou
sa.
* piti piti : ti
* petit
** pote pot: ...? (wb repons Ralba-a, pi ba)
Mo nou pajwenn sans ni nan paw6l sa-a.

8. somba sonba ; boula boula
576. CU nan somba* ou quimbW boula**. (Jan Oden
ekri 1)
576. Se nan sonba* ou kenbe boula**.
* somba sonba : ...? (we repons : Ralba, M&t Jan
Jilyen ak Jacques J. Garqon, pi ba)
P&t&t, mo 'somba' a dispar&t. Nou pa we kouman
pou 1' ta tradui. Eske se tava : 'sanba' (pow&t, konpbz) ?
Li pa sanble sa.
**boula boula: ... ?
Mo 'boula' a gan sans : kadanse avek mizik-la. Se
non, tou, pi piti nan twa tanbou rada yo.
(Dezyem pati atik sa-a nan wout.)

* Maks Maniga ap prepare youn reyedisyon : << Recueil
de proverbes crdoles > J. J. Oden-an.



KOMANTE PWOFESE

MAXIMILIEN LAROCHE

SOU "TANLAPLI"

(Powem Franz Benjamin)

Men sa pwofese Maximilyen Laroche di sou
Tanlapli nan youn let li te voye bay Michel-Ange
Hyppolite

Michel-Ange, mon che,
Me kbk enpresyon m ap voye ba w sou sede
Frantz Benjamin an:
1- Lb m konmanse koute sede a, se te yon bel
sezisman pou m tande ti chante ki te jwe an premye a.
Li b6l, li dous. Men apre m mande tbt mwen si rbs
sede-a te pral f&t ak chante konsa. Menm si yo b0l,
men se ta chante, sa ki pa menm ak teks literb ki pou
pran f6s annik sou paw6l san ou pa bezwen mete mizik
sou yo.

2- Anpi lt yo konmanse, m we se paw6l m ap tande,
se lt yon mounn ekri 1 ap li. Albkile sa fe m vin pran
sa pi kb p6p6z. Benjamin ekri lang ayisyen-an an f6m
ak b6l imaj. Li fe yon b6l jef6 pou sa literb san pou
san. Msye gen dwa di li ekri ayisyen an piyout.

3- Kote m ta gen yon ti enkyetid, se l m ap mande tbt
mwen si msye pa plis fe atansyon sou f6m ak bl
imaj lijwenn, pase sou konteni. De mounn ap pale, o
si ou pi pito, yonn ap ekri 16t. Nan premye lt la se fi a
k ap ekri. M twouve sa mache yon ti jan tw6 prese,
pou apenn fiy la di li pa konnen neg k ap ekri li a li
kontinye pi Iwen li mande li ekri vit vit yon 16t l1t.
Nan lavi toulejou, mamz6l ta va plis sou pringa. Yon
mounn ou pa konnen, menm si li enterese ou, ou pa ka
ap bay k6kenn chenn ankourajman konsa, san ou pa
we li, se premye fwa ou resevwa lt li. M kw li ta
bon, pa selman pa prekosyon, de mounn yo ta pran
san yo ale pazapa. Pesonn pa pou fe konprann konsa
se tb sbk ki t ap tann lapli li ye.

4-Nan imaj yo ki b0l men eske Benjamin pa an menm
tan 1 a prale vit, 1 ale yon tijan tw6 f6 tou." Lb m tande
imaj sa a:< Kokayin medsin denpi nan tetinm. M di nan
kb m, neg la ponk6 menm kontre ak fly la, pou ta di
kbk bagay pase ki fe yon nonm gen dwa monte wotW sa
a nan imaj. Lb de mounn yo va kontre ki sa la ka di l1
yonn fin pote-kole ak 16t 1?. Ki paw6l ki pi f6 1 ajwenn
pou pale de bagay ki pi f6 pase sa ki ekri sou yon fby
papye?

5- Konsa menm si li ekri byen, f6k Benjamin doze sa
1 ap ekri. San sa 1 ap tonbe nan oved6z, pou pale nan
menm sans imaj kokayin lan. Pito li mache opa
kanmarad, fe mo yo, imaj yo mache, evolye nan menm
konpa ak sitiyasyonyo. Pou se pa ekriti a ki pran devan,
pran plis enp6tans pase sa 1 ap ekri sou li a.

6- Yon d&nye ti kesyon. Let yo ann ayisyen men teks
yo ki pibliye nan ti liv ki nan sede a, se an franse yo
ye. Sa ki pase pou sa nou tande a pa menm ak sa n ap
li a?


...... ............ ... . ... .. . I i n -II


I








Mercredi 21 Janvier 2009
Haiti en Marche Vol XXII N 52


MEN YON

GWO BATO K

AP POTE TOUT

MACHANDIZ

OU TOUPATOU


GONAIVES
HAITI
G________


Rele ( 561 ) 845-7590 or ( 561 ) 845-8330

Fax (561 ) 845-7592 or ( 561 ) 842-9398


KI VWAYAJE CHAK

15 JOU POU BWOTE

MACHANDIZ OU DIREK

AN AYITI SOU WAF ST

MARC, GONAIVES &

CAPE HAITI

LI BWOTE KONNTENE, BWAT
PEPE, KAMYON MACHIN EK-
SETERA


ST MARC
HAITI
G________


Toll free 1-877-845-8330 or 1-877-845-7590

Se Sel koneksyon gwo bato ou genyen nan Palm Beach la

Direction: 1-95 to Exit No. 74 ( 45th Street ) East to Congress Ave, to North on Congress Ave to Martin Luther
King Jr Blvd go East on MLK Blvd ( making right hand turn ) this Rd takes you straight to the Port of Palm Bch

As soon as you go over Old Dixie Hwy, before Guard Shack Make 1st Left hand turn you will see our Sign


En Bref...
(... suite de la page 18)
l'argent, ont 6t6 places en observation. M. Thermilus informe
que certains ont 6t6 mis en isolement et d'autres frapp6s de
mesures conservatoires. "Ces policiers seront d6f6rds par-
devant la justice au moment opportun", ajoute-t-il.

La visite de la Gouverneure g6narale du Canada
en Haiti
Arrive en Haiti le jeudi 15 Janvier et accueillie A l'a6roport
par le Pr6sident Rend Pr6val, la Gouverneure gen6rale du
Canada a eu un emploi du temps trbs charge. En effet, elle
s'est rendue aux Cayes d&s le lendemain de son arrive le
vendredi 16 Janvier ou elle a proc6d6 A Torbeck A
l'inauguration du projet Start pour la rehabilitation des
Commissariats de police du d6partement du Sud. Un
d6jeuner organism A l'h6tel Le Manguier a permis aux
journalistes de faire le point avec la Gouverneure sur cette
visite. Dans la soir6e du m6me jour, l'Ambassadeur du
Canada en Haiti, Mr Gilles Rivard, recevait la Gouverneure
gen6rale et son 6poux Mr Jean Daniel Lafond. Le Premier
ministre d'Haiti, Madame Michele Pierre-Louis, 6tait sur la
meme longueur d'ondes que la Gouverneure au cours des
changes de discours. II a 6td question de reconstruction
d'Haiti, de responsabilisation des l6ites et d'engagement
citoyen. "L'urgence d'agir est irrevocable, a signified la
Gouverneure, en pr6cisant la reparation des infrastructures
routibres". Mr Jean-Daniel Lafond a lui aussi pris la parole
pour parler de sa perception d'Haiti, expliquant que sa
presence auprbs de sa femme au cours du present voyage,


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323

Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979

New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)

email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


s'explique par le projet de tournage d'un
film sur Haiti.
Le samedi 17 Janvier, la Gouverneure
g6ndrale a commence sajourne par une
visite au Bel-Air on elle a pu rencontrer des
repr6sentants de 1'ONG br6silienne Viva
Rio et certains leaders de la communaut6 du
Bel-Air. Les visiteurs se sont rendus A
1'Eglise Perp6tuel Secours, puis A l'6cole du
meme nom, on ils ont pu marcher sur la
terrasse avec Soeur Bernadette pour une vue
surplombant la capitale, Port-au-Prince.
Michaelle Jean a proc6d6 A un tirage au sort
de trois bourses d'6tudes d'un an pour les
enfants du niveau primaire. Mentionnons
aussi la visite A l'Atelier Silva Joseph, un
artiste de la zone. Puis une grande rencontre
a eu lieu avec la presse A l'h6tel Montana.
Le dimanche 18 Janvier, c'6tait le depart
pour Ennery (nord) A bord d'un h6licopt&re
des UN Forces. La Gouverneure g6ndrale a
I- -q "


eu des changes avec les b6ndficiaires de semences
d'haricots et de bananes du projet Appui aux
populations sinistr6es dans le haut Artibonite, A
Ennery et aux Gonaives, un projet ex6cut6 par
1'ONG PRODEVA et finance par 1'ACDI ( pour
quatre cent trente et un mille dollars canadiens). La
visiteuse a proc6d6 au don de cinq vaches A cinq
femmes b6ndficiaires du projet et a rencontr6 les
soeurs de la charity d'Ottawa et les autorit6s locales.
Une halte a eu lieu aux pieds du monument de
Toussaint Louverture et A l'ancienne maison occup6e
par Toussaint A Ennery on une gerbe de fleurs a &t6
d6pos6e en m6moire des victime des ouragans.
Toujours le dimanche 18 Janvier, en revenant
d'Ennery, la Gouverneure g6ndrale a visit
l'Orphelinat de l'Espoir et a proc6d6 A la remise
d'un certificat de m6rite A la fondatrice de
l'orphelinat, Mme Jacqueline Lessard.
Dimanche Michaelle Jean reprenait l'avion pour
retourner au Canada.


*- w
"'-^




'iSit v--ai
IFilW ,, *..^ ~


POUR VOS RSERVATIONS DE CARGO, APPLE

1-800-927-6059
ou mnvp nc= -m r-l -mcani t M&


Page 20


CAPE HAITIEN

HAITI


ADorMI PURIfCHASING AENCY "d votwrC Cm~ i Epcmnts iasI
Tl.; 7B457-S30 Fac 305--750 eimd paesawa Lood Pm a*oll I e pm bmutS




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs