Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00330
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: December 10, 2008
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00330
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00012-10-2008 ( PDF )


Full Text




















Le Commissaire Dorfeuille accuse

dans l'assassinat de sa compagne Monique Pierre

LA POLICE LIE LA VICTIME AU TRAFIC DE DROGUE
PORT-AU-PRINCE 5 1


D6cembre Aprbs subi un
interrogatoire de deux jours au
Parquet de la capitale, le
commissaire de police des Gonaives,
Ernst Dorfeuille, a 6td d6f6rd au
cabinet d'instruction sous les chefs
d'accusation de << association de
malfaiteurs, enlevement et
assassinat. >>
Aprbs avoir &te plac6 dans
un premier temps aux arrets, puis en
garde a vue, le commissaire
Dorfeuille est d6sormais en
detention au P6nitencier national
tandis que l'enquete sur le
kidnapping puis l'assassinat 24
heures plus tard (samedi 29
novembre) de Monique Pierre est
confide a unjuge d'instruction pour
y faire toute la lumibre.
Monique Pierre, 35 ans, a
6td enlev6e a son domicile a
PNtionville (Pernier 40), enbanlieue
de la capitale, le vendredi 28
novembre. Le lendemain son corps
a 6td retrouv6 avec deux balles
log6es dans la tate.
Le mercredi 3 d6cembre, la
direction de la police judiciaire
(DCPJ) a laiss6 entendre lors d'une
conference de presse que la victime
est soupqonnde d'implication dans le
trafic de la drogue.


La victime Monique Pierre, photo trouvee a son domicile


Le Commissaire Ernst Dorfeuille
D'autre part, on dit qu'elle
avait t << d6porte >> des Etats-
Unis oni elle a v6cu pendant de
longues anndes.
En Haiti, elle serait connue
comme une femme d'affaires
particulibrement verse dans
l'immobilier. Construction et
location d'appartements.
Peu auparavant on
apprenait aussi que son compagnon,
lejeune commissaire de police des
Gonaives, Ernst Dorfeuille, avait
Set plac6 en garde a vue pour les
besoins de l'enquEte.
(EVENEMENT / D. 4)


AFFAIRE MONICA PIERRE


Un film a multiples rebondissements


PORT-AU-PRINCE, 4 D6cembre -
L'affaire 6clata comme un enlkvement comme nous
en avons tant connu, h6las. D'autant que les autorit6s


nous avisent contre une recrudescence en p6riode des
fetes de fin d'annde. Si fetes, il y aura ...
La compagne du commissaire de police des


Gonaives, Ernst Dorfeuille, jeune responsable
de l'ordre qui s'est distingu6 lors des dernibres ca-
(MONICA/ p. 5)


< DEVELOPPEMENT HUMANITAIRE! >

Hors des ONG, point de salut !


PORT-AU-PRINCE, 7
D6cembre La vague des ONG est
repartie de plus belle. C'est tous les
jours que nos m6dias recoivent des
notes de presse d'une myriade
d'organisations, de plus en plus de
creation r6cente. Nous sommes a
nouveau dans une veritable crise de
formation de ces organisations, a la


difference qu'on ne croit pas qu'elles
ont toutes eu le temps de solliciter un
permis ou autorisation officielle, ni
s'il faut les appeler organisations non
gouvernementales, ou pro ou anti-
gouvernementales ?
En tout cas cette nouvelle
escalade doit avoir une signification,
mais que nous ne saurions encore
(ONG / 7)


Haiti prochain Biafra

ou Darfour des Ameriques ?


PORT-AU-PRINCE, 3
D6cembre La Commission
europ6enne, l'organe ex6cutif de
l'Union europ6enne, a annonc6 son
intention, a travers le service d'aide
humanitaire de la CE (ECHO),
d'ouvrir bient6t un bureau a Port-au-
Prince pour suivre la situation et la
mise en ceuvre de l'aide humanitaire
en Haiti. Un bureau d'aide


humanitaire install directement en
Haiti qui sera charge d'dvaluer en
permanence les besoins alimentaires
et d'effectuer le suivi de l'aide
apport6e par la Commission
europ6enne.
D6sormais, pas besoin de se
casser la tate. L'aide humanitaire est
a port6e de la main. Comme dit le
(HUMANITAIRE / p. 6)


_/









I EN PLUS...


EN BREF ...


Mercredi 10 D6cembre 2008
Haiti en Marche Vnl IIT N 46


NOTE DE PRESSE

DE LA PRESIDENCE


"Copyrighted Material
Syndicated Content -
Available from Commercial News Providers"









Le President de la R6publique s'est rendu a Santiago de Cuba le
dimanche 7 d6cembre pour participer au Sommet des Chefs d'Etat et de
Gouvernement CUBA-CARICOM qui se tiendra les dimanche 7 et lundi 8
d6cembre.
II profitera de son s6jour pour effectuer un suivi medical suite a son
operation du cancer de la prostate.
Le President sera de retour a Port-au-Prince, le jeudi 11 ddcembre.

Port-au-Prince, le 7 d6cembre 2008

Fritz Longchamp
Secr6taire Gendral de la Pr6sidence


Les Caraibes veulent la fin

de l'embargo americain contre

Cuba et honorent Castro


Les 14 chefs d'Etat ou de
gouvernement de la Communaut6 des
Caraibes (Caricom) ont r6clam6 lundi
la lev6e de l'embargo am6ricain
contre Cuba et rendu hommage au
dirigeant historique de l'ile
communiste, Fidel Castro, au cours
d'un sommet lundi a Santiago de
Cuba.
"La Communaut6 des
Caraibes espere que le changement en
cours aux Etats-Unis rel6guera pour
toujours cette mesure aux oubliettes
de l'histoire", a d6clard Baldwin
Spencer, Premier ministre d'Antigua-
et-Barbuda assurant la pr6sidence
tournante du Caricom, faisant allusion
notamment h la promesse du president
am6ricain 6lu Barack Obama
d'all6ger l'embargo impose depuis
1962 a Cuba.
Par ailleurs, le Caricom a
d6cern6 son "ordre d'Honneur" a
Fidel Castro, 82 ans, qui a laiss6 le
pouvoir en juillet 2006 a son frere
Raul pour des raisons de santW.
Le Caricom "souhaite
reconnaitre publiquement le soutien
offert par le compagnon Fidel Castro
a la Communaut6 pour son
d6veloppement 6conomique et
social", a soulign6 M. Spencer sans
pr6ciser comment ni oi cet ordre
serait remis a Fidel Castro qui n'a fait
aucune apparition publique depuis fin
juillet 2006.
"Lider Maximo" de la
revolution de 1959, Fidel Castro vit
depuis sa retraite dans un lieu tenu
secret des environs de La Havane oni
il continue aveiller sur l'dvolution de
la politique cubaine.
Le IIIe sommet Cuba-
Caricom a &t6 inaugur6 lundi par le
president cubain Raul Castro qui a


appelk a une cooperation accrue entre
les pays d'Am6rique centrale et du
Sud pour faire face a la crise financiere
mondiale.
"Nous avons la possibility de
participer activement a la creation
d'un sch6ma regional vaste et
diversified qui reconnait le droit a un
traitement special et different que
m6ritent les economies plus petites",
a-t-il dit.
"Aujourd'hui, nous faisons
face a l'6chec de la politique
ndolib6rale (...) Toute la chaine de
fonctionnement de l'appareil financier
s'est 6croulde et les normes et
instruments imposes par les centres du
pouvoir dconomique aux petites
nations, comme celles des Caraibes,
sont en crise", a ajout6 Raul Castro
qui doit participer la semaine
prochaine au Br6sil a un sommet des
pays d'Am6rique latine et des
Caraibes sur l'int6gration et le
d6veloppement.
Le sommet Cuba-Caricom se
d6roulait lundi a Santiago de Cuba
(sud-est), berceau de la revolution
cubaine, en presence de chefs d'Etat
ou de gouvernements de 14 pays
membres du Caricom (Antigua-et-
Barbuda, Bahamas, Barbade, Belize,
Dominique, Haiti, Grenade, Guyana,
Jamaique, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-
Vincent et les Grenadines, Sainte-
Lucie, Surinam et Trinit-et-Tobago).
L'impact de la crise
financiere mondiale sur les Caraibes,
les problemes alimentaires et
environnementaux, ainsi que les
relations entre le Caricom et 'ile
communiste, confronted depuis 1962
a un embargo am6ricain, 6taient au
menu des discussions.


Un trafic de cocaine d6mantele entre Haiti et la banlieue
parisienne
Cinq personnes, trois hommes et deux femmes d'origine haitienne,
soupqonndes d'avoir particip6 entrejanvier 2007 etjuin dernier, a un
trafic de cocaine par voie postale entre Haiti et la France, ont &te mises en
examen vendredi a Cr6teil, a-t-on appris de source judiciaire.
Poursuivis pour "importation, offre, cession de stupffiants" et
"blanchiment", les cinq trafiquants pr6sum6s devaient comparaitre dans la
soiree du meme vendredi (5 d6cembre) devant le juge de la liberty et de la
detention, qui doit statuer sur leur 6ventuel placement en detention
provisoire.
La brigade de recherche de la gendarmerie du Val-de-Marne avait etd
saisie en septembre par le parquet de Cr6teil apres que Tracfin (Traitement
du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins) eut
d6cel6 des transferts d'argent importants, de l'ordre de 500.000 euros au
total, entre Haiti et la banlieue sud de Paris, a precise la gendarmerie du
Val-de-Marne.
Six personnes ont &te localis6es puis places en garde a vue. L'une d'elles
a &td mise hors de cause et lib6rde jeudi (4 d6cembre) tandis que deux
autres ont reconnu leur participation au trafic.
Selon les premiers dlements de l'enqutte, l'argent 6tait envoy par
Western Union a une meme personne mais sous des noms differents en
Haiti, d'ofi ont &te exp6dids vers la banlieue sud de Paris 17 colis, soit
quelque 25 kg de cocaine au total. La drogue 6tait compact6e et
dissimul6e dans des encadrements de tableaux.
Les perquisitions au domicile de l'une des personnes mises en cause ont
permis de saisir 700 g de cocaine et des bordereaux de transfert d'argent,
a ajout6 la meme source.
Il s'agit, selon les gendarmes, d'une bande "organisde et hi6rarchis6e avec
notamment un r6ceptionneur, qui 6tait un agent de la Poste, et deux
commerciaux". Consid6rds comme les "tetes de r6seau regional", les
trafiquants pr6sum6s, Ag6s entre 35 et 40 ans, faisaient partie de la meme
famille et seul l'un d'eux avait d6ji t6 condamnd il y a plusieurs anndes.

Nouvelle baisse des prix des produits p6troliers en Haiti
Le gallon de gazoline 95 qui se vendait a 176 gourdes est passed 149
gourdes et le diesel est pass de 135 a 117 gourdes.
Les prix du Kerozene et de la gazoline 91 restent pour l'instant inchang6s.
Nouvelle baisse en perspective, suite a l'6puisement du stock en cours.
Baisse 6galement attendue sur le prix du gaz propane.


"Cpyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Le President Rene Preval participe A un sommet de la
Caraibe A Cuba
Le President Rend Pr6val est parti dimanche pour Cuba pour participer au
IIIe sommet Cuba-Communaut6 Caraibe qui se d6roule a Santiago de
Cuba (deuxieme ville du pays) avec comme theme central la crise
financiere internationale. Selon l'agence EFE, 1'Yv6nement r6unit 14 chefs
d'Etat et de gouvernement de la region sous la pr6sidence de l'actuel
num6ro un cubain, Rail Castro et du secr6taire g6ndral du CARICOM,
Edwin Carrington. Le gouvernement cubain precise que les discussions
devaient porter notamment sur la crise financiere, energ6tique, alimentaire
et environnementale mondiale et laisseront, au final, la place a des
considerations sur les effets de cette crise dans les pays de la Caraibe. II
sera 6galement question d'une evaluation de la cooperation entre La
Havane et le CARICOM et d'6changes de vues a propos du prochain
sommet Amdrique latine/Caraibes sur l'int6gration et le d6veloppement
pr6vu au Bresil les 16 et 17 d6cembre. Organism pour la premiere fois en
2002 a l'instigation de l'ancien Pr6sident Fidel Castro, 82 ans, retire
depuis deux ans de la vie politique cubaine en raison d'une grave maladie,
le sommet Cuba/Communaut6 Caraibe s'est d6rould le 8 d6cembre
(EN BREF / p. 18)


Page 2


hj I


li .. . .A...... .... ... . ... ...- I


v








Mercredi 10 Dcembre 2008
Haiti en Marche Vnl XXIIT N 46


I L'ACTUALITE EN MARCHE


I man c - W N

fam mm


e

I Q I ., .
c- e - ___ "r


~~~ -) C -


--w-0 0


" ...* - r


"Copyrighted Material : .

-:- Syndicated Content -

Available from Commercial News Providers"


.- d o-


o 0


r -. -
- _


- 0


- -- mo 0 4 -


- - r..
_._ = ..- 0 -


r- ... 0 -- *
w i- -- .. -. .
o 0-m S -41bm n O


- W &-


. -.0


- 4D -M. -


- - -


Tombe sous les 40 dollars, le prix du baril

de petrole devrait continuer a chuter


Des reservoirs giants pleins a ras bord, des
tankers a quai servant a stocker le brut qui ne trouve
pas preneur... Ces images d'un monde d6bordant d'or
noir commencent a devenir r6alit6. La forte baisse de
la demande et la surabondance temporaire -
d'hydrocarbures ont entrain6 une chute des cours. Le
brent de la mer du Nord pour livraison enjanvier est
tomb6 a 39,50 dollars, vendredi 5 d6cembre, a Londres
- son niveau de janvier 2005 trbs loin du record de
juillet (147,50 dollars). Le light sweet crude cot6 a
New York a cl6tur6 a 41,66 dollars. En cinq jours, le
baril a perdu 20 % de sa valeur.
C'est la brutale degradation du march du
travail aux Etats-Unis en novembre (- 533 000
emplois), annonc6e quelques heures plus t6t, qui a fait


plonger les cours du brut. Les op6rateurs ont vite
interpr&tc ce chiffre calamiteux comme la confirmation
d'une longue et s6vere recession, qui entrainera une
forte contraction de la demande d'or noir outre-
Atlantique.
Jusqu'ofi tombera le baril ? Jusqu'a 30
dollars, pronostiquent les analystes de la banque
Merrill Lynch, qui mettent en avant la recession dans
les pays industrialists. Aux Etats-Unis, le prix du gallon
(3,78 litres) est tomb6 de 4,1 dollars enjuillet a 1,81
dollar aujourd'hui, mais les chiffres officiels indiquent
que la baisse du nombre de miles parcouru par chaque
v6hicule est plus forte que lors du choc p6trolier de
1979.
Mais c'est surtout le ralentissement


L'EVENEMENT SOMMAIR
Le commissaire Dorfeuille accuse dans
l'assassinat de sa compagne Monique Pierre
p.1
Affaire Monica Pierre : un film a multiples
rebondissements p.1
UNE AUTRE EPOOUE
Hors des ONG point de salut p.1
UNE OUESTION D'IMAGE


E)


t -r Ir


saik I,
Wf T^^^'^^-'V*^^W^-7^- -^^WT^^*KJ H~ -~'R ^l ^^U^


IL1 I1 UNIBANK

"Falkm rate esmenk"


www.uniban khaiti.com


Page 3


. I
nMll:lrFl Wa:B


...... ... ......... ... . ... .. .. I I I


I


tCg~


Haiti est-elle le prochain Biafra ou Darfour des
Amdriques ? p.1
ACTUALITE REGIONALE
Prdval au sommet de la Caraibe a Cuba p.2
ACTUALITE NATIONALE
Baisse effective des prix du carburant et du
transport en commun et grogne des chauffeurs
pp.2 & 3
ECONOMIE
Le baril de p6trole au-dessous de 40 dollars p.3
L'aide publique au d6veloppement a-t-elle
encore un avenir ? p.8
L'Amdrique n'ajamais perdu autant d'emplois
depuis 1945 p.12
Le retour annonc6 de la famine p.16
ECONOMIE/POLITIOUE
Partout le ton monte ... p.4
SANTE
Comment concilier la cooperation m6dicale
cubaine et les praticiens locaux ? p.9
MAISON BLANCHE
Avec Michelle Obama, la mode va revenir p.10
LITTERATURE
Ecrivains caraibes p.10
LIBRE PENSEE
Coree p.12
ENFANTS D'HAITI
Des stars inaugurent un h6pital pour enfants
handicaps p.14
R6flexion sur les enfants en domesticity p.14
DROITS DE L'HOMME
Beaucoup reste a faire p.17

6conomique plus fort que pr6vu dans les grands pays
6mergents (Chine, Inde, Russie, Br6sil...) qui cristallise
toutes les inqui6tudes et qui risque d'amplifier labaisse
de la consommation de produits p6troliers.
Au niveau mondial, l'augmentation de la
demande ne sera que de 1,2 % en moyenne par an entre
2008 et 2013 (contre 1,6 % pr6vu en juillet) et elle
reculera m6me (- 0,4 %) dans les pays de l'Organisation
de cooperation et de d6veloppement 6conomiques
(OCDE), a annonc6 l'Agence internationale de
(PETROLE / p. 6)


. 0 1 -


r-~l,


~ionlll~~









UNE ANALYSE


Mercredi 10 D~cembre 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII N0 46


Le Commissaire Dorfeuille accuse

dans l'assassinat de sa compagne Monique Pierre


LA POLICE LIE LA VICTIME AU TRAFIC DE DROGUE


(EVENEMENT... suite de la lere page)

Le lendemainjeudi, apres la poursuite de son
interrogatoire au Parquet, le commissaire Dorfeuille a
&t6 d6f6r6 devant le juge d'instruction sous la triple
accusation de < association de
malfaiteurs, enlkvement et assassinat. >
Le conseil des avocats du
prevenu se dit totalement surpris, le
commissaire du gouverement, d'aprs
eux, n'ayant en main aucun indice pour
soutenir de pareilles accusations.
I1 se peut que le commissaire
Dorfeuille qui a particip6
personnellement aux recherches lances
apres le kidnapping de sa compagne,
aurait fait des declarations aux autorit6s
qui auraient pu ensuite se retourner
contre lui.
C'est lui qui a rapport que la
domesticity aurait relev6 sur le v6hicule
des kidnappeurs le num6ro de matricule
00332. Or c'est la plaque d'un des
v6hicules de service du s6nateur du Sud- La v


est, Joseph Lambert. Mais la police n'a retrouv6 aucune
trace de cette plaque. Pour la bonne raison, selon le
s6nateur Lambert, que son v6hicule se trouvait avec
lui dans le d6partement du Sud-est pendant que ces
faits se d6roulaient a Port-au-Prince.
I


Le v6hicule d6couvert par la police portait
plut6t le num6ro AA-76525, selon des photos
distributes a la conference de presse du directeur de
la police judiciaire, Frantz Thermilus.
D'autres sources disent cependant que la
police semble avoir t6 envoyee
sur diff6rentes fausses pistes par
les kidnappeurs de Monique
Pierre, et que le commissaire Ernst
Dorfeuille a pu lui aussi s'6tre fait
berner.
Ceux-l voudraient voir
plut6t dans l'assassinat de
Monique Pierre une execution pure
et simple entre cartels diff6rents.
Toujours est-il que
l'enquete a pris une tout autre
tournure que ce qui paraissait au
debut un cas d'enlkvement comme
on en connait actuellement une
recrudescence dans la capitale
haitienne.


oiture qui aurait &te utilisde pour l'enlkvenement de Monique Pierre


ECONOMIE : LA CRISE SE MATERIALISE



Partout le ton monte !


PORT-AU-PRINCE, 5 D6cembre La crise
6conomique commence a changer la face politique de
la planted.
Le barometre populaire un peu partout
menace de tourner au detriment des pouvoirs en place
qui doivent, que ce soit directement ou indirectement,
en endosser les consequences.
Comme nos 6meutes de la faim d'avril dernier
qui ont r6sultM dans le renversement du gouvernement
du Premier ministre Jacques Edouard Alexis, bien que
celui-ci puisse se d6fendre de n'y avoir pas la plus
grande part de responsabilit6.
A preuve, les conditions n'ont pas cess6
d'empirer apres son depart.
En tout cas, la conjoncture politique mondiale
est marquee par un changement inattendu. A certains
endroits, le peuple prend lui-meme la situation en main,
d6routant tous les strateges et d6cideurs, a la fois


nationaux et internationaux ... A d'autres endroits, il
s'en remet pour l'instant encore a l'opposition.
La tension monte un peu partout. Trois crises
de ce genre se sont succ6d6 sous nos yeux cette
semaine.
D'abord plus pres de nous, la crise du
carburant en Guyane, d6partement franqais.
La Guyane a &td immobilisde pendant pres
de deux semaines par une greve du transport. C'est
tout le pays qui s'est arr&t6 de rouler, faisant la grave
des stations d'essence. La Guyane bloqude. Rien ne
bouge. Une telle situation finit par repr6senter un
danger d'ordre public. Qui pis est, une menace a la
s6curit6 nationale.
Motif : le cofit de l'essence. Acause des taxes
r6gionales et des pr6lvements faits par les
distributeurs.


AMERIJET INTERNATIONAL, INC.


Fort Lauderdale, FL, 5
Novanm 2008 Amerijet
International, Inc. anonse lansman
yon sit enten&t pi enteresan
www.amerijet.com. Nouvo sit la
founi yon baz kominikasyon ki


S* I
t -J 5


pbmet klyan an jwenn tout
enf6masyon li bezwen sou transp6 pa avyon, sou lanme ak ate, fe rezvasyoni
pou transp6 machandiz ak benefisye yon kantite fonksyon administratif ak
kontabilite.
"Nouvo sit la bay klyan an plis enf6masyon e sitou pi rapid sou
machandiz li ak sou account li nan konpayi an. Sit la kalkile ak devlope pou fe
tout bagay pi fasil pou klyan an kit se machandiz lap voye, kit se efe pesonel"
dapre Pam Rollins, vis-prezidan Biznes Devlopman.
I=mw Cargo ofri yon prosede senp e efikas pou kanalize flo enf6masyon
yo ou enf6omas on an pi vit pou ede klyan an ekonomize tan ak lajan.
Nou v rprosede "One-Stop-Shop", sa vle di nou vl-ofri li
plizyv solsno o cla avyon, bato oswa trend ofkamyoii quit se machandiz
p o un ...... ..... .. ... c"o" ... ... ...
Nan mwa apiil ntroduilot avantaj so bsite li
a. Pamela Robbins ajoute : "KfB yo rnterese nan teknoloji ap ede nou bay
konpayi an plis ekspansyon et pemet klyan yo planifye shipment yo lontan a
lavans."
Amerijet International, Inc. founi yon sevis entenasyonal konple e
sou tout f6m pa avyon, pa bato ak at&.
Konpayi an baze nan Fort-lauderdale (Florid) e li gen ofis sou tout te
a ak destinasyon nan North, South ak CentralAmerika, Mexico, Karayib, Ler6p,
Lazi ak Middle-East.
Amerijet itilize alafwa Boeing 727-200 ak Boeing 767-200 depi
prensipal baz li ki se Miami International Airport.
Pou plis enf6masyon, vizite Amerijet sou sit entenet la
www.amerijet.com
Kontak Media: Christine Richard, Amerijet International 954-320-
5354.


Le mouve-
ment vient de la base

Paris finit par
r6agir. Le gouvernement
franqais apporte une
subvention qui permet
d'ouvrirune voie de sortie
a la crise.
Sur ce, c'est le
d6partement voisin de la
Guadeloupe qui menace
d'avoir recours aux
memes moyens.
Ce qu'il faut
signaler, c'est la mise de
c6t6 dans cette nouvelle
conjoncture a la fois des
partis d'opposition et
meme des syndicats.
Ceux-ci et ceux-l sont
contraints de prendre le
train en marche. Ce qu'on
appelle en creole, des
< roulibeurs > !
Le nouveau
mouvement vient de la
base, et c'est comme si le
peuple (plus pr6cis6ment
la citoyennet6 car c'est
tout le pays qui se sent
concerns) renvoyait
aujourd'hui dos a dos
pouvoir et opposition
comme les partisans d'un
mime 6chec.
Un peu la
situation oni se trouvent
aujourd'hui en Haiti nos
partis politiques aussi
bien dans le pouvoir que
en dehors du pouvoir, qui
h6sitent a aller aux
prochaines elections


s6natoriales de peur d'etre repudids aussi bien les uns
que les autres pour leur incapacity a expliquer la crise,
voire a proposer une solution valable.

Pas de solution de rechange ...
Puis toujours la meme semaine, c'est la crise
politique en Thailande qui vient de se terminer par le
renvoi du gouvernement. Prises de court par un
mouvement populaire aussi vaste que determine, les
autorit6s n'avaient pas de solution de rechange. Il y a
seulement quelques mois qu'un nouveau Premier
ministre a &te install. Et suite aun coup d'6tat militaire.
Le pays ne peut avoir un coup d'6tat tous les six mois.
Les politiciens ne peuvent se r6signer a perdre la face
a ce point. Eux et surtout leurs protecteurs strangers
(dont les grandes capitales du monde capitaliste, la
Thailande est une plaque tournante de l'6conomie neo-
lib6rale).
Mais les manifestants qui ont pris possession
des deux principaux a6roports de Bangkok, la capitale
de la Thailande, bloquant touristes et tous les
mouvements du commerce international, ont refuse
mordicus de bouger et cela pendant deux longues
semaines.
Leur revendication seule et unique : le depart
du gouvernement.
Ils en appellent a l'arm6e pour renverser le
gouvernement. Mais les chefs de l'arm6e (et aussi leurs
patrons strangers) donnent a celle-ci l'ordre de ne pas
bouger.
Eh bien, les manifestants eux non plus ne
bougeront pas. Le monde entier s'en 6meut. La grande
presse occidentale evoque des scenarios a faire peur,
comme quoi c'est la fin de la Thailande comme un des
chouchous de 1'6conomie internationale.
Les manifestants s'en moquent.

Le commerce international en otage

Alors on finit par trouver une solution. La
Cour supreme concocte une sorte de technicality ou
expedient qui permette le renvoi du Premier ministre
et de son gouvernement et sans qu'il ait besoin de
recourir hun nouveau coup d'6tat militaire et un enieme
bouleversement de l'ordre constitutionnel.
Soulignons que le gouvernement renvers6
avait Wtt install avec la b6n6diction des grandes
puissances.
Mais ce n'est pas l'affaire du grand
mouvement populaire qui a tenu en quelque sorte le
commerce international en otage pendant deux
semaines vu le role que joue la Thailande ...
Apres la decision de la Cour supreme, les
manifestants de tous ages, sexes et religions ont lib6r6
les deux a6roports internationaux dont ils bloquaient
le fonctionnement.

Au Canada, il n'y a pas de coup
d'Etat ...
Le troisieme coup de semonce vient l1 ooi on
ne l'attendrait pas. Tenez-vous bien, c'est le Canada.
(PEUPLE / p. 8)


Page 4








Mercredi 10 D6cembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 46


AFFAIRE MONICA PIERRE


Un film a multiples rebondissements


(MONICA... suite de la lere page)

tastrophes naturelles qui ont frapp6 cette ville, a etd
kidnapp6e vendredi (28 novembre) dans son domicile
a P6tionville, dans la zone de Pernier.
Le corps inanim6 de Monique (connue
6galement comme Monica) Pierre, 35 ans, sera
d6couvert samedi (29 ;
novembre), moins de 24 .. .
heures plus tard, au nord de
la capitale, au pied du Mome .
a cabris.
Elle a 6td tude de
deux balles a la tate.
Premiere remarque .
inhabituelle : les yeux de la
victime auraient &te crev6s.
Ainsi d6marre un 4
film qui semble promettre
d'6tre plein de
rebondissements.
D'abord mise en
cause d'un v6hicule officiel
attach au s6nateur Joseph
Lambert. Des t6moins
auraient identifi6 la plaque
d'immatriculation de ce
v6hicule comme 6tant le
00332. Or c'est la plaque
d'une Nissan Patrol qui sert
de << back-up >> ou couverture
de s6curit6 au premier
s6nateur du Sud-est.
Mais aux dernires
nouvelles, cette information Le Commissaire Dc
n'est confirmee par aucune
des personnes qui ont assist
a l'enlkvement. Quelqu'un a-t-il voulu jouer un
mauvais tour au s6nateur Lambert ? Et pour quelle
raison ?
Mystere !
Ce ne sera pas le seul. Mardi soir (2
d6cembre), coup de thditre. On apprend que le
commissaire de police Ernst Dorfeuille a &te plac6 en
garde a vue et qu'il allait 6tre pr6sentW le lendemain
mercredi au Parquet.
De victime (puisque c'est sa compagne qui a
6td tude), le commissaire est-il en passe de devenir un
accuse lui aussi ?
Mercredi a midi, conference de presse a la
Direction G6ndrale de la Police nationale. C'est le
directeur central de la Police judiciaire (DCPJ), Frantz
Thermilus, qui preside. Il indique qu'une investiga-
tion a &te ouverte sur Monique Pierre, la dame qui a
&td assassinde. Elle est soupqonnde d'implication dans
le trafic de drogue.
Par contre Frantz Thermilus n'a rien voulu
dire concemant la mise en garde a vue du commissaire
Dorfeuille.

Une grosse somme d'argent en
liquide ...
Mais de fil en aiguille, il est permis d'en
d6duire que sa concubine 6tant soupqonnde
d'implication dans la drogue, normal que le
commissaire soit gard6 pour les besoins de la m6me
investigation.
Selon les rumeurs, les investigateurs auraient
d6couvert au domicile de Monique Pierre, apres son
assassinat, une trbs grosse somme d'argent en cash,
qui leur aurait ouvert les yeux et donn6 a l'enqu6te
cette nouvelle toumure totalement inattendue.
Cependant il ne faut pas se perdre a travers
tous ces rebondissements.
S'il y a un nouveau dossier ouvert avec la
d6couverte de ce visage cach6 de la victime, et la
decision de mettre au secret le commissaire Dorfeuille,


mais il reste les meurtriers de Monique Pierre qui
courent toujours.

Les yeux de la victime auraient Wte
crev6s ...
Quel est le mobile de ce kidnapping tres
special, suivi de l'assassinat peu apres de l'otage ?


orfeuille acceuillant 1 'acteur Matt Damon lors d'une visite
(photo Guyler Delva)
Cela sent le reglement de comptes, ou mime
une execution pure et simple comme on en a connu a
Port-au-Prince dans des cas de mauvaise separation
du magot.
Mais s'agissant d'ex6cution, on n'a pas en-
core d'informations permettant de soutenir pareille
hypothese.
Par contre, le fait qu'on aurait d6couvert une
grosse somme au domicile de Monique Pierre, et en
dollars amdricains (ajout6 a ce detail trbs particulier :
les yeux de la victime qui auraient &t6 crev6s par les
assaillants) laisse a penser que ces derniers peuvent
avoir d6barqu6 chez elle parce que au courant qu'elle
cachait cette grosse fortune sous son toit.
Ensuite, les criminels l'auraient torture
horriblement pour la faire accepter de ddvoiler oni elle
cache son trdsor.
Puis de guerre lasse, ils auraient abattu leur
otage. Avant que la police n'arrivit sur les lieux. En
effet, imm6diatement aprbs avoir appris l'enlkvement,
la police s'6tait lance a la recherche de Monique
Pierre, accompagnde du commissaire Dorfeuille lui-
meme.


Dimanche matin (30 novembre) nous avons
essay de contacter ce dernier. Mais il 6tait effondr6 et
ne pouvait faire aucune declaration.

Debauche sanglante ...
Cette affaire nous rappelle un cas semblable
enregistr6 a Miami voilh quelques anndes. La residence
d'un ressortissant haitien fut
envahie par un gang inconnu
alors qu'il n'6tait pas chez lui.
Les assaillants ex6cutbrent toute
la maisonn6e : l'6pouse et les
enfants, y compris un b6b6 et
une grand'mbre qui 6tait venue
d'Haiti pour passer quelques
jours de vacances avec sa fille.
Tout le monde y passa.
Puis avec le sang meme de sa
femme, ils 6crivirent sur le mur
un message destined l'6poux.
d aOn n'avait jamais vu
pa, mime aux Etats-Unis (le
pays d'Al Capone), une telle
d6bauche sanglante.
Et nous croyons savoir
qu'p cejour, les coupables n'ont
toujours pas 6td retrouv6s.
Ceux de Monique
Pierre le seront-ils ?

Des incitations au
crime ...
Une autre question
soulev6e par cette affaire et h
aux Gonaives notre avis une question d'ordre
public. Pourquoi la dame aurait-
elle eu besoin de garder autant
d'argent en liquide dans sa maison ? Si tant est que la
police judiciaire arrive d prouver qu'elle 6tait vraiment
impliqude dans le trafic de drogue ..
Probablement h cause des mesures prises pour
lutter contre le blanchiment. On ne pent plus d6poser
de l'argent h la banque sans en identifier la source. Ni
d6sormais aussi effectuer d'achat avec un tel argent.
L'Unita de lutte contre la corruption (ULCC) faitbonne
garde.
Cependant ily a le revers de la m6daille. Cette
situation ouvre une autre avenue toute grande la
criminality. Il suffit de rep6rer un individu ayant chez
lui un pareil magot pour aller lui r6gler son compte.
Or dans un veritable Etat de droit, la justice
ne peut se contenter de s'en laver les mains en disant
bien fait, << jan chche, jan trouve. >>
Le veritable Etat de droit doit prendre toutes
ses responsabilit6s et ne pas cr6er non plus mime
avec de bonnes intentions des situations qui peuvent
devenir des incitations au crime.
Tout cela, c'est bien plus complexe, voyez-
vous.
AMlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


-


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCHE


Gdes 260-o0
_US S 40-00
_US $4200
_ US 70.00
SUS $ 70.00


Gdos 520A0
US $ 78.00
SUS $ 80.00
US 135.00
US $ 135.00


Ouns e ~as d'un abo~nmn nt
avew Iwiwson, to coot e t I* doubic
Pruri do spdcfiwfr l vous tas
un nouv l abonn6
ou all *'agit d'un runouvnllUmnt


Nouveau
r --


Renouwvllrnmnt


Page 5


Nodre
Adnmsu


Ham -
Ette ULkis
Canada _


Europe
AmAriqu Lather


(ofst potir Si


1, CPmjt pou









UNE QUESTION D'IMAGE


Mercredi 10 D6cembre 2008
Haiti en Marche Vnl T Y N 46


Haiti prochain Biafra ou Darfour (


(HUMANITAIRE... suite de la lere page)
crdole, << au moindre acassan, sirop > !
La r6cente d6couverte d'une vingtaine de
b6b6s au bord de la famine dans une section rurale du
Sud-Est profond, Baie d'orange, et qui a fait la une de
la chaine t6l1vis6e francophone TV5 et du quotidien
Miami Herald, semble avoir convaincu que Haiti est
un pays aussi vulnerable que autrefois le Biafra et
aujourd'hui le Darfour, et que pour 6viter une veritable
catastrophe humanitaire et la premiere dans le Nouveau
monde, mieux vaut 6tre sur place.
Mais a-t-on pens6 a l'image international que
cela fait a notre pays ? Je dis bien << notre > pays ...
Que penser lorsque pour rapporter la
d6couverte de quelques enfants fameliques dans une
section rurale isolde d'Haiti, ce doit tre sur 5 colonnes
a la une dujournal le plus important de toute la region,
le Miami Herald editionn du dimanche 23 novembre
2008)?
Et avec des photos extr6mement descriptives,
presque d6formees et d6formantes !

Un cadeau empoisonne ...
En un mot, et si l'ouverture de ce bureau
d'aide humanitaire directement a Port-au-Prince se
rdv6lait un cadeau empoisonn6.
De plus ce n'est pas la premiere fois que Haiti
se trouve devant pareilles difficulties. Dans les anndes
70 et suite a une terrible s6cheresse qui avait ravage le
Nord-Ouest (appelk depuis justement le Far West
d'Haiti), des mbres descendaient a la capitale pour
vendre leurs b6b6s pour quelques gourdes.
C'6tait sous le regne de Jean Claude < Baby
Doc >> Duvalier ..
Et pourtant a la meme 6poque ce n'est pas un
bureau d'aide humanitaire que l'on ouvrait a Port-au-
Prince mais la France qui inaugurait l'Institut
P6dagogique National pour la formation des
enseignants du secondaire ...
Ainsi que les deux centres de formation
professionnelle de Drouillard pour preparer lesjeunes
cadres de l'industrie d'assemblage.
Ce sont les Etats-Unis qui installaient aPort-


au-Prince une succursale de la Citibank puis peu apres
ce fut l'arriv6e aussi de la Banque de Boston.
Tandis qu'a la Banque du Canada venait
s'ajouter la Scotia Bank.
Et qu'on lancait les grands travaux de
construction des deux routes nationales du nord et du
sud et de la route de Jacmel ou de l'Amiti6.
Et qu'Haiti etait sacrde num6ro 1 de la
fabrication des balles de base-ball.


les Ameriques ?

( Seul le d6veloppement 6conomique
Il est evident qu'en ce temps-lh on pensait au
contraire que seul le d6veloppement 6conomique peut
aider Haiti a survivre a ses problkmes.
Tandis qu'aujourd'hui c'est l'humanitaire qui
a la priority, tandis que l'option d6veloppement semble
tout au plus secondaire.
(HUMANITAIRE / p. 20)


Le PMMme Michele Pierre-Louis invitee du CLED (Centre pour la Libre Entreprise et la Democratie)
autour de la ndcessitW de promouvoir une nouvelle image d'Haiti (photo Eugene Robenson)


Tombe sous les 40 dollars, le prix du baril


de petrole devrait
(PETROLE... suite de la page 3)
l'6nergie (AIE) vendredi. La consommation ne
red6marrera pas avant le second semestre 2009. Quant
aux prix, ils pourraient toucher un plancher au
deuxibme trimestre, a la sortie de l'hiver et avant la
saison d'&t6 propice aux d6placements. Les analystes
de Standard & Poors ne s'attendent pas a une
remont6e des cours avant fin 2009.
DOULOUREUX AJUSTEMENTS
Dans ce contexte, une dventuelle reduction
de l'offre aurait un impact limit sur une remont6e des
prix. Mais les marches craignent que l'Organisation
des pays exportateurs de p6trole (OPEP), qui se r6unit
le 17 d6cembre a Oran (Alg6rie), ne soit meme pas
capable de mettre d'accord ses douze membres sur une
telle baisse de production. Et surtout sur sa r6partition.
Depuis septembre, le cartel a resserr6 les vannes sans
parvenir a freiner la chute des cours. Le rapprochement
de 1'OPEP et de la Russie, qui assurent respectivement
42 % et 12,5 % de la production mondiale, est scrut6
par les observateurs.
Ces prix bas diffusent leurs effets. Les pays


continuer a chuter
producteurs qui ont fait des provisions de recettes
budg6taires sur la base d'un baril a 50 ou 60 dollars
doivent r6aliser de douloureux ajustements. Surtout
ceux qui puisent dans la rente p6trolibre pour
subventionner les produits de premiere n6cessitW et
financer des programmes sociaux (Venezuela, Nigeria,
Iran...).
Les r6sultats des soci6t6s p6trolibres et
parap6trolibres vont 6galement en pAtir. Le g6ant
franco-am6ricain des services Schlumberger a annonc6
unb6ndfice 2008 inf6rieur aux attentes. "Ca commence
a devenir dangereux" dans un secteur aussi strat6gique
que l'6nergie au moment de la relance,
avertissaitr6cemment le directeur g6ndral de Total,
Christophe de Margerie, au Grand


Jury-RTL-LCI-Le Figaro.
Devenus moins comp6titifs,
producteurs d'6thanol et
d'6nergies renouvelables seront
aussi affects, sans que l'on sache
combien de temps durera la
descente aux enfers.


its 111 -111



"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Page 6


MIAM.

LEGAL ANNOUNCEMENT REGARDING REQUEST
FOR QUALIFICATIONS FOR PROPERTY
INSURANCE APPRAISAL SERVICES
RFQ NO. MDAD-08-01
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA
The Miami-Dade Aviation Department is announcing the availability of the above referenced
advertisement, which can be obtained by visiting our Website at:
www.miami-airport.com/html/businessopportunities.html (in order to view the full
Advertisement, please select "Advertisements" link at the bottom of the Business
Opportunities page and then select the respective solicitation).
Copies of the RFQ solicitation package can only be obtained through the MDAD, Contracts
Administration Division, in person or via courier at 4200 NW 36th Street, Building 5A, 4th
Floor, Miami, FL 33122, or through a mail request to P.O. Box 025504, Miami, FL 33102-
5504.
This solicitation is subject to the "Cone of Silence" in accordance with section 2-11.1(t) of
the Miami-Dade County Code.


50e Anniversaire Radio Lumiere
Mardi 2 d6cembre 2008

INVITATION A LA PRESSE
Conference de presse A I'occasion du lancement des activities
commemoratives du 50eme anniversaire de Radio Lumiere

Attention : Salle des Nouvelles des medias
Et/ou les animateurs des missions 6vang6liques d'autres stations.

La Direction g6ndrale de Radio Lumibre vous salue fratemellement
et se fait le plaisir d'inviter les journalistes de votre media a une
conference de presse qui aura lieu le Lundi 8 decembre au local de la
Ligue Biblique situ&e au #22 de 1'Avenue Magloire Ambroise (non
loin de la Facult6 d'Ethnologie) a 11:00 am

Objectifs :

1- Presenter les diff6rentes activities (nationales et internationals) devant
marquer lejubil6 de Radio Lumibre (50rme anniversaire) prdvu pour le
20 f6vrier 2009.

2- Presenter au public le comit6 organisateur de ce grand 6venement.

3- Communiquer les perspectives du r6seau culturel haitien fond& par le
pasteur amdricain David Hart.

Comptant d'ores et d6ji sur votre presence, la Direction g6ndrale de
Radio Lumibre vous prie d'agrder, chers confrbres, l'expression de sa
consideration distingu6e.

Tous les journalistes d6sireux de couvrir cette conference de presse
sont prids de se presenter a l'heure indiqude ci-dessus.

Rev. Vamel JEUNE
Directeur general


d 1 .................. ........ .. ..








Mercredi 10 DIcembre 2008
Haiti en Marche Vol XXIIT N 46


UNE AUTRE EPOOUE


I% II


< DEVELOPPEMENT HUMANITAIRE! >>


Hors des ONG,


point de salut!

(ONG... suite de la page lere page)
vous dire. Est-ce sous l'effet de la crise 6conomique ? Ou une nouvelle
crise politique latente ou en sourdine de basse intensity ? On ne sait
trop.
Toujours est-il que, dans un pays oi le ch6mage atteint pros de
80%, au lieu que ce soit les instruments 6conomiques classiques qui ont
la priority (petites entreprises, bureaux d'affaires, ateliers, banques de
borlette ou n'importe quoi comme nos << maisons d'affaires > d'autrefois),
toutes les energies et les opportunities semblent dirigees vers un seul p6le :
la creation d'organisations abut non lucratif et d6tax6es. Une facon comme
une autre de se faire un salaire, soit, mais aux frais de l'aide internationale.
De l'humanitaire.
L'humanitaire prend le pas sur tout. II monopolise toutes les
activities de notre vie. Les professions lib6rales (ou m6me < ndo-
lib6rales >), la culture, la jeunesse, la politique, le business, le
syndicalisme, les religions (y compris le vodou) ...
On comprend que dans le pays le plus pauvre du continent
am6ricain, l'aide 6trangere soit aussi importante dans des domaines
comme la nutrition (comme on dit aujourd'hui) et la sant6. Ou mme
l'6ducation.
Normal aussi qu'elle apporte un encouragement aux arts et a la
culture que ceux-ci peuvent difficilement trouver ailleurs.

Tous ceux qui peuvent lire et 6crire ...
Mais ce qui se passe chez nous (et cela depuis la deuxieme moiti6
des ann6es 1990) c'est lentement mais sfirement, puis soudain dans une
veritable fr6n6sie comme aujourd'hui, le remplacement de toutes les
activities socio-6conomiques toutes sans exception par une mare de
ce qu'on appelle commundment ONG ou organisations non
gouvernementales.
On ne peut rien accomplir aujourd'hui si l'on ne se constitue en
ONG. Hors des ONG, point de salut.
Disons que les seuls a y 6chapper (et ce n'est pas de leur plein
gri) ce sont les compatriotes forces aux tiches les plus ingrates : vendeurs
des rues, cantonniers municipaux, petits employs, paysans, personnel
domestique, cireurs etc.
Mais tous ceux qui peuvent lire et 6crire petit a petit ont
commence r6aliser que si l'on veut s'en sortir chez nous aujourd'hui,
c'est cr6er une ONG.
On en veut pour preuve que ces denmires ann6es n'ont vu la
creation que d'une seule organisation pro-business, autrement dit pr6nant
l'esprit d'entreprise, c'est lajeune chambre de commerce et d'industrie,
une association de jeunes aspirants entrepreneurs et de cadres
professionnels.
La seule et unique a avoir 6t6 cr66e depuis au moins l'ann6e
2004 ( !).

Les Fleurs du Mal ...
Par contre, rien ne s'accomplit, si ce n'est dans le cadre d'une
ONG ou d'une fondation quelconque recevant une assistance soit d'une
institution internationale, soit d'une grande ONG internationale, soit
directement d'un gouvernement stranger.
Passe pour les arts et la culture. Mais la litt6rature est ONGis6e,
sinon pas moyen d'6tre 6dit6 ou d'esp6rer 6tre lu.
Baudelaire n'aurait jamais 6crit Les Fleurs du Mal ni aucun
auteur dont le livre a &te condamnd d6s (ou avant m6me) sa parution.
La presse est ONGis6e. La seule faqon de resister a l'actuelle
crise 6conomique sera peut-6tre en s'assurant un solide support soit du
c6t6 de L'Union europ6enne, soit de l'agence canadienne ou americaine
de d6veloppement international. Heureusement que l'Etat haitien actuel
ne se soucie pas de propagande.
Que peut-on esp6rer quand la politique elle-m6me est celle qui
a ouvert la marche ? On sait que l'op6ration de d6boulement d'Aristide
en 2004 a &te l'ceuvre de leaders politiques rassembl6s (puisque incapables
de rassemblement par eux-m6mes) sous des 6tiquettes d'ONG bities de
toutes pieces par des stratbges ext6rieurs.
On y trouve p6le-m6le les fameuses ONG pro-d6mocratie.
On peut regretter que des organisations de defense des droits
humains se soient pretees a l'op6ration, au point qu'il est difficile
aujourd'hui (et particulibrement aujourd'hui) de faire la difference entre
ce qui est non-gouvernemental et ce qui est ou pro-gouvernemental ...
ou pro-opposition ?

Entr6e de la jeunesse dans le grand bal ...
Mais qui est le plus fier de son ONGisation sinon l'Etat
haitien lui-m6me ?
Dans toutes les administrations, des v6hicules 4x4 aux meubles
de bureau, ce ne sont que dons de Taiwan ou de USAID ou autres.
Mais cela au moins ne date pas d'aujourd'hui.
Par contre nous vivons en ce moment l'entr6e de la jeunesse
dans le grand bal des ONG. Par la grande porte, une entree apparemment
massive si l'on enjuge par le nombre de notes de presse reques dans nos
r6dactions.
Les temps sont difficiles. Le pays ne produit plus rien. Ni riz, ni
patates. Ni des emplois. Faut bouffer et faut ce qu'il faut.
Le seul problkme c'est tout l'ensemble qui s'en va dans une
seule direction. Les ONG s'accumulent a un point tel qu'elles finissent
par apparaitre une solution de facility.
(ONG/ p. 8)


KONTE MIAMI-DADE

ELEKSYON ESPESYAL DEZYEM TOU

16 DESANM 2008

EVALYATE PWOPRIYETE
(Vote pou youn)
o Pedro J. Garcia 91
o Gwen Margolis 93


W Genyen Twa Fason Pou Vote

Vote Pa Korespondans W pa bezwen ale nan
biwo v6t ki deziyen pou lakay w an pou vote.
Pou mande yon bilten vot pa korespondans oswa pou plis enfomasyon sou vote pa korespondans
tanpri rele 305-499-8444 oswa ale sou entenet la sou www.miamidade.gov/elections epi ranpli
ak voye tounen Fom Demann Bilten Vot pa Korespondans la.
Dat limit pou mande yon Bilten Vot pa korespondans pa laps pou Eleksyon 16 desanm
la se: mekredi 10 desanm 2008 pa pita ke 5 p.m.
i Dat limit pou soumet yon Bilten V6t Pa Korespondans se 7 p.m. Jou Eleksyon 16
desanm 2008.
i Yon vote ki resevwa yon bilten v6t pa korespondans pa laps gen dwa pote bilten v6t yo
an remet nan Depatman Eleksyon Miami-Dade la nan 2700 NW 87 Avenue, Miami, FL
33172 oswa nan Biwo Sikisal Depatman an (ki chita nan lobi bilding Stephen P. Clark
Center an, 111 NW 1st Street) pa pita ke 7 p.m. Jou Eleksyon an.


Vote Pi Bone Chwazi jou ak lokal ki pi bon pou w.
Apati 1e desanm rive 14 desanm, vote yo ka ale vote nan nenp6t nan 4 lokal Vote Pi
Bone yo ki sou lis pi ba la a dapre ore ki etabli pou yo.



1s desanm 2 desanm 3 desanm 4 desanm 5 desanm 6 desanm 7 desanm
7:00am-3:00pm 7:00am-3:00pm 7:00am-3:00pm 7:00am-3:00pm 7:00am-3:00pm 9:00am-1:00pm 1:00pm-5:00pm
8 desanm 9 desanm 10 desanm 11 desanm 12 desanm 13 desanm 14 desanm
11:00am-7:00pm 11:00am-7:00pm 11:00am-7:00pm 11:00am-7:00pm 11:00am-7:00pm 9:00am-1:00pm 1:00pm-5:00pm


North Dade Regional Library
2455 NW 183rd Street
West Dade Regional Library
9445 SW 24th Street


Elections Department (Branch Office)
111 NW 1st Street, Lobby
South Dade Regional Library
10750 SW 211th Street


Vote Jou Eleksyon Nan biwo v6t ki deziyen pou
adres w an.
Nan Jou Eleksyon an, se pou wvote nan biwo v6t ki deziyen pou adres lakay w an. Tanpri
tcheke Kat Enf6masyon Vote w la pou jwenn nimewo biwo v6t w an ak adres li. W kapab
ale sou sit web nou an tou nan www.miamidade.gov/elections oswa rele 305-499-
VOTE (8683).

Pote Bon Jan Pyes Idantifikasyon


PA EGZANP:
SLisans Kondwi Florid
SKat Didantite Milite
Paspo Ameriken
SKat Didantite Sant Grandet
SKat Didantite Asistans Piblik


* Kat Didantite Etidyan
SKat Bank/Kat Kredi
SKat Didantite Asosiyasyon Katye
SKat Didantite Eta Florid emet pa
Depatman Sikilasyon


Make Bilten Vot w an Korekteman


WI make bilten v6t w an konsa:

KOREK!

4 George
Washington

NON PA make bilten v6t w an konsa:


PA KOREK!

W George
Washington


PA KOREK!

SGeorge
Washington


PA KOREK!


ashin to


Page 7


I









ECONOMIE


Mercredi 10 D~cembre 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII N0 46


CONFERENCE DE DOHA:

L'Aide publique au Developpement a-t-elle encore un avenir ?


Ily a de cela deux semaines, l'indice Dow Jones
des 30 valeurs industrielles phares avait repris du poil
de la bate puisque apres une chute particulierement
vertigineuse, il avait regagn6 pratiquement plus de 1000
points en affichant le samedi 28 novembre dernier 8.829
points.
C'6tait sans aucun doute une tres bonne
nouvelle pour l'6conomie americaine et pour l'6conomie
mondiale, surtout que ceci s'est produit pendant que
l'Inde, membre du groupe des BRIMC, subissait une
attaque terroriste de tres grande envergure. Mais il se
pourrait que ce r6sultat ait ete tout simplement une simple
6claircie au milieu de la tempete financiere qui se
dechaine actuellement sur toute la planete.
En fait hormis les bourses indiennes, pour les
raisons que l'on sait, ce sont toutes les bourses de la
planete qui avaient regagn6 de la valeur au cours de cette
semaine du 26 novembre, suite a l'annonce par le
President elu americain, Barack Obama, d'un plan de
relance de 700 milliards de dollars de l'6conomie
americaine pour 2009-2010equivalant a a peu pres 5%
du PIB des Etats-Unis. O puissance de la parole
pr6sidentielle !
Quant a la Reserve federal (banque centrale
aux Etats-Unis), elle avait annonc6 dans la foul6e un plan
de soutien de 600 milliards de dollars destine aux marches
financiers afin de favoriser le d6gel du credit.
En fait selon certains observateurs c'est surtout
le sauvetage de Citigroup, avec une garantie de 306
milliards de dollars par le gouvernement americain, qui


est a l'origine de cette forte embellie des marches
financiers. Meme les actions de General Motors et de
Ford qui avaient regagn6 respectivement plus de 89 et
83% de leurs valeurs en bourse.
Mais tout cela ne pouvait pas durer et comme
on dit une hirondelle ne fait pas le printemps. L'annonce
officielle de la recession de l'6conomie americaine est
venue tout remettre en cause. 0 puissance des donn6es
statistiques Le d6partement du Travail americain vient
d'annoncer il y a tout juste une semaine que les
entreprises americaines ont supprim6 plus de 530.000
emplois rien que pour le mois de novembre ; c'est du
jamais vu depuis au moins 34 ans. Le taux de ch6mage
frise maintenant les 6,7%, touchant au bas mot 10
millions de personnes sur un bassin d'emplois comptant
144 millions de salaries. Et comme l'on sait que les
marches financiers sont tres moutonniers, ils ont
recommence de plus belle leur petit jeu de yoyo de un
pas en avant, deux pas en arriere. La valse des dollars
quant a elle continue, mais gare a l'hyperinflation mime
si l'6conomie mondiale semble plut6t s'orienter vers la
deflation. D6cid6ment comme on dit au casino, rien ne
va plus. Le moteur 6conomique du monde (les Etats-Unis)
est quasiment en panne, l'atelier du monde (la Chine)
toussote de plus en plus et le bureau du monde (1'Inde)
vient de subir son 11 septembre avec les attaques
terroristes spectaculaires de Mumbai.
Pour faire face a cette situation, le President
elu americain Barack Obama, avant meme de prendre
ses fonctions de fagon officielle, annonce des mesures


Partout le ton monte !


(PEUPLE... suite de la page 4)
En effet, d'un seul chceur, voici toute
opposition qui demande au Premier ministre Stephen
Harper ou d'organiser de nouvelles elections (les
demiires elections ont eu lieu voila a peine deux mois),
ou de former un gouvemement de coalition.
Le fait est que le gouvemement canadien
actuel est minoritaire (autrement dit, il n'a pas la
majority des sieges au parlement d'Ottawa). Selon
opposition, il n'a done pas assez de l1gitimit6 pour



Hors des ONG...
(... suite de la page 7)
De plus une avance aussi radicale est
condamnde a tuer tout esprit d'entreprise, d6courage
l'effort individuel. Y compris chez les entrepreneurs
eux-memes. De fait ce sont des grands patrons qui
6taient a la tate des ONG pro-d6mocratie de 2004.
Tout est ONGise. La rdpublique ONG !

Nos plus belles filles sont ONGisees

Autrefois on en aurait fait une chanson pour
le carnival. Le pays est ONGise. La mer est ONGis6e.
Le temps est ONGise. Nos plus belles filles sont
ONGis6es 6videmment. Et comme dirait le chanteur
Jacques Dutronc, les ONG sont ONGis6es !
On pense au carnaval < Gran manj >> de
Boukman Eksperyans, d6nonciation de la corruption
avant la lettre.
Mais aujourd'hui la lutte contre la Corruption
n'est-elle pas elle aussi ONGis6e Sinon, comme tout
le reste, elle n'existerait pas.


bitir une politique suffisamment effective face a la crise
economique majeure qui s'annonce.
Stephen Harper se dit pret a utiliser << tous
les moyens 16gaux > pour prot6ger son gouvemement.
Epreuve de force. Dieu merci, au Canada, il
n'y a pas de coup d'Etat !
Par contre l'opposition canadienne semble au
moins rechercher une formule a la Obama. Bien que
dlu par un raz-de-marde, celui-ci forme un
gouvernement oni figureront des rdpublicains. Pour
affronter la crise, 1'l6u d6mocrate met l'exp6rience en
avance sur l'appartenance.
Une formule que vous avez probablement
d6ji entendue quelque part Mettre la competence
avant l'appartenance politique. En effet, c'est celle que
le president Rend Prdval rumine depuis son retour au
pouvoir en 2006.

En Haiti, blanc bonnet, bonnet
blanc ...
Jugez en vous-memes des r6sultats Done
quelque part en Haiti on s'est tromp6 ou sur la
competence, ou sur l'appartenance. Car au final, c'est
blanc bonnet, bonnet blanc.
Cependant aujourd'hui ce sont les autorit6s
haitiennes qui elles-memes nous prdviennent que l'Etat
est en faillite.
L'ennui est que si le grand mouvement
populaire qui commence a souffler sur toute la planete
nous atteignait, il faudrait que nos responsables soient
capables d'aller un peu plus loin que dresser de simples
constats, comme le premier observateur venu.
C'est fini le temps des gouvernements
spectateurs ... ni des gouvernements facteurs
(comprenne qui voudra !). Face a cette crise sans
pr6c6dent, il faut comme on le juge partout n6cessaire
aujourd'hui des gouvemements acteurs.


arcus, 7Dcebre 2008 1Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince
Marcus, 7 Decembre 2008 \



MIAMI-DA


Grow your career in a rewarding, diverse and

challenging environment full of opportunity.

Find your next job at


www.miamidade.gov/jobs

For computer access visit any Miami-Dade County Library or
South Florida Workforce Career Center.
For locations call 311.


EOE/M/F/D/Veterans' Preference
2)eifiTie-riC Exellece EVe 2)Ji y


drastiques de relevement de l'6conomie americaine en
renouant avec la tradition rooseveltienne de lancement
de grands travaux d'infrastructures. C'est une tres bonne
nouvelle surtout quand on sait que 30% des
infrastructures des Etats Unis sont en 6tat de d6sh6rence
a cause des 30 dernieres ann6es de < neolib6ralisme a la
sauce Milton Friedmann >> qu'a connu l'Amerique.
Mais le tout n'est pas, dans la perspective de
cette crise mondiale, de penser seulement a l'Amerique...
il faut penser aussi au reste du monde, surtout aux pays
les moins avances, dans cette politique de grands travaux
d'infrastructures politiques. Il faudrait absolument eviter
les pi6ges d'un nouveau < carti6risme > en pensant a la
Correze plut6t qu'au Zambeze, a la vall6e du Tennessee
plut6t qu'a la vall6e de l'Artibonite. Car cette crise est
inedite et possede avant tout un caractere global et
syst6mique. Il faudra done la r6soudre de fagon globale.
Le G20 a du pain sur la planche.

CONNAISSEZ-VOUS LE BALTIC DRY
INDEX?
Sinon vous avez int6ret des maintenant a river
vos yeux sur cet indice plut6t que sur le Dow Jones. Qui
est cet intrus ? Est-ce une nouvelle horde de barbares
qui frappe aux portes de la cite globale? Plus simplement
le BDI est un indice base a Londres qui calcule de fagon
quotidienne les prix des transports par mer des matieres
brutes comme le charbon, les c6erales,les minerais
destin6s aux usines de transformation en produits finis
ou semi-finis. Le Baltic Dry Index opere des calculs pour
le cofit du fret sur les 26 couloirs maritimes les plus
importants. Or cet indice qui bien plus que les Dow Jones
et autres Nasdaqreflete l'6tat reel de l'6conomie mondiale
est en train de chuter a toute allure. D'apres le
< Guardian >> du 14 octobre 2008, le BDI est passe
del1.793 points a 1.102 points et parfois jusqu'a 900
points, soit une chute de plus de 90% en moins de 5
mois. D'apres ce quotidien britannique de centre
gauche, < le Baltic Dry Index clignotait d6ja orange
depuis quelques mois, mais maintenant il nous indique
que quelque chose tourne au pire pour l'6conomie
mondiale car il est au rouge.
D'apres le < Guardian >, la chute du Baltic Dry
Index traduit quelque chose de tres inqui6tant a savoir
que >> l'atelier du monde (la Chine) est en proie a de
grosses difficulties et que les importations chinoises de
matieres premieres chutent a un rythme bien superieur a
la legere baisse de la demande de la part des pays
occidentaux dans le domaine des produits finis >>.
Il importe de noter que sur les sept premiers
mois de l'ann6e 2008, la moiti6 des fabricants de jouets
chinois, pour une raison ou une autre, ont depose leur
bilan tandis que les sept ports de Taiwan affichent a leurs
tableaux de bord une chute de 2,23% du volume de biens
en transit.
Selon certains observateurs avis6s de la scene
6conomique mondiale, il n'y a pas de meilleur indicateur
de la situation 6conomique international que le Baltic
Dry Index puisque plus de 90% du transport des
marchandises se fait par mer. Pour ce qui est de
l'interpr6tation exacte des graphiques du BDI, les avis
sont partag6s : d'apres certains sp6cialistes de la question,
on peut relativiser cette chute tres brutale de cet index
puisque comme dans beaucoup d'autres domaines la
hausse de l'index etait excessive en passant, entre 2006
et 2008, de 2000 a 12.000 points en raison des
manipulations et des speculations qui ont d6colle l'index
de la r6alite.
Pour d'autres, cette chute brutale est l'annonce
d'un ralentissement brutal, pire qu'en 1929, de
l'6conomie mondiale ; et les compagnies maritimes qui
ont command et mis en service de nombreux navires de
transport de matieres premieres feront face a de tres
grandes difficulties au cours des mois a venir. Pour ces
Cassandre, la chute du Baltic Dry Index est un signe
pr6curseur que la crise passe maintenant de la sphere
financiere a la sphere de l'6conomie r6elle et montre tres
clairement que la crise n'est pas seulement americaine,
elle est 6galement mondiale et la dynamique des pays
6mergents (Br6sil, Russie, Inde, Mexique, Chine, Coree
du sud) n'est plus suffisante pour compenser la chute de
la demande des pays du G7.
Selon un des acteurs majeurs du commerce
maritime mondial, le prix de location d'un bateau de
180.000 tonnes etait enjuin 2008 de 200.000 euros par
jour, il est tombe a 8.000 euros en novembre 2008.
Autre indicateur affolant, le ratio BDI/Once
d'or qui n'6tait jamais descendu de 2,5 de 1988 a juin
2008, est tomb6 maintenant a 1,2.
Aux demibres nouvelles, le BDI continue sa
chute inexorable, il est maintenant en dessous de 673
points : l'ann6e 2009 va d6cid6ment r6server de tres
desagr6ables surprises a l'6conomie mondiale. On espere
que les sherpas du G20 comprennent r6ellement 1'6tendue
du d6sastre et sauront trouver des r6ponses ad6quates a
la crise avant la tenue du prochain G20 a Londres en
avril 2009.
Face a cette crise, l'organisation des Nations
Unies ne veut pas rester inactive et lors de la demiere
conference de suivi sur le financement du d6veloppement
qui a eu lieu a Doha, elle a annonc6 la tenue prochaine
d'une conference de haut niveau sur la crise financiere
mondiale et son impact sur le d6veloppement. La
conference de Doha entre normalement dans le processus
de suivi de la conference de Monterrey sur l'aide au
developpement qui s'6tait tenue en 2002. Jusqu'a
maintenant peu de r6sultats ont ete obtenus dans ce
(ECONOMIE / p. 17)


Page 8








Mercredi 10 D6cembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 46


CUBA-HAITI : 10e ANIVERSAIRE


Comment concilier la cooperation cubaine et


PORT-AU-PRINCE, 6 D6cembre La
cooperation sanitaire Cubano-Haitienne c6lbre son
10e anniversaire. Du moins, la mission cubaine en Haiti.
De leur c6t6, les Haitiens n'ont pas l'air de s'apercevoir
de cet anniversaire.
Lors d'une conference de presse le jeudi
6coulk a l'ancien H6pital militaire de Port-au-Prince,
accompagn6 de l'ambassadeur Raul Baryaga, le chef
de la brigade m6dicale cubaine en Haiti,
Carlos Garcia, a dress unbilan de ces dix
anndes de cooperation :plus de 13 millions
de consultations (la population d'Haiti est
de 9 millions d'Ames), plus de 219.000
interventions chirurgicales et prbs de
108.000 accouchements, dans 127
communes du pays (d6peche AHP).
Mais il faut compter aussi avec
une autre aile aussi importante de cette
cooperation. Ce sont lesjeunes haitiens qui
font leurs 6tudes de m6decine a Cuba et
aux frais de l'Etat cubain: prbs de 500 d6ji
dipl6mds et environ 300 poursuivant
actuellement leur formation.
Tout cela en 10 ans.
La cooperation cubaine aurait pu
en rester l1 que ce serait d6ji sans
pr6c6dent.
Mais au cours des anndes
r6centes, elle s'est renforc6e avec
l'ouverture de deux centres chirurgico-
ophtalmologiques, l'un h Port-au-Prince et Co
l'autre aux Gonaives.
Ony traite toutes les maladies des
yeux (cataracte et glaucome), y compris certaines
affections dues au climat tropical lui-meme.
C'est l'une des sp6cialisations de la m6decine
cubaine. Auparavant les patients haitiens 6taient
envoys a Santiago, le chef-lieu de la province de
l'Oriente oi vit une large population haitiano-cubaine
depuis les anndes 30-40 quand il existait une forte
migration haitienne vers la grande ile voisine pour la
coupe de la canne.
Aujourd'hui l'Haitien malade des yeux (sauf
cas majeur) peut 6tre trait sur place. Et avec la
technologie la plus avanc6e.

Disposer de ses propres moyens de
diagnostic ...
Mais la cooperation cubano-haitienne veut
aller toujours plus loin. Elle a propose aussi au
gouvernement haitien l'ouverture de deux centres de
diagnostic, 6galement de haute technologie, dont l'un
serait install a Port-au-Prince (par exemple, a l'ancien
H6pital miliaire oi avait lieu la conference de presse
de jeudi dernier) et l'autre aux Gonaives parce que a
mi chemin entre les trois d6partements du Nord, du
Nord-Ouest et du Nord-est et le d6partement du Centre
(Hinche-Mirebalas).
C'est que la m6decine ne marche pas sans le
support des examens de laboratoire et autres apports


techniques qui sont indispensables pour 6tablir un reel
diagnostic.
De la m6me faqon, une m6decine de
population et par surcroit gratuite comme l'est la
cooperation m6dicale cubaine, ne peut continuer d'6tre
a la fois effective et toujours gratuite sans disposer de
ses propres moyens de diagnostic.


ference de presse de la mission diplomatique cubaine en I
(photo Eugene Robenson)

Mais voilh, ici la cooperation cubaine entre
directement en collision avec les int6r6ts de la
m6decine locale pour d6boucher sur une question
d'inter6t g6ndral qui ne peut 6tre r6solue sans satisfaire
les besoins des plus d6munis qui sont la majority mais
sans sacrifier les professionnels et techniciens du pays.
Nous avons appris que le centre de diagnostic
destiny aux Gonaives avait commence fonctionner
avant les derniers cyclones. Bien que difficilement avec
la carence en 6nergie 6lectrique.

La jalousie de leurs confreres
ha'itiens ...
Soulignons que les h6pitaux finances par
l'assistance 6trangere (Bonne Fin, Deschapelles,
Pignon et aujourd'hui Petit Goave etc) ont toujours
&te places dans des regions de l'int6rieur du pays. En
province.
Tout comme les m6decins cubains ne
rencontrent aucune difficultM dans tous les coins du
pays oi ils apportent leur contribution. Ils sont les
premiers (et souvent les seuls) sur place lors des
d6sastres naturels.
Par contre, a la capitale, ils 6veillent la
jalousie de leurs confrbres haitiens.
Pour la bonne raison que les soins fournis
dans le cadre de la cooperation m6dicale cubaine, dans


Page 9


les praticiens locaux ?
quelque pays oi elle s'exerce, sont entiirement gratuits.
C'est une condition essentielle de cette cooperation.
N'importe qui peut se faire soigner au centre
chirurgico-ophtalmologique prbs de la cath6drale de
Port-au-Prince. Peu importe votre statut economique.
Une seule condition : premier venu, premier servi !
Mais 1 ooi la m6decine priv6e ne peut pas
accommoder les plusieurs milliers de citoyens d6munis

qui recherchent chaque semaine des soins
de sante a la capitale (en meme temps que
ces derniers n'ont pas nonplus les moyens
de payer pour de tels soins), done c'est la
chance de la population d'avoir aujourd'hui
a son service les m6decins cubains (et les
jeunes m6decins haitiens dipl6m6s a Cuba),
mais d'un autre c6t6 que deviendraient les
laboratoires m6dicaux dont on d6nombre
plusieurs a la capitale et dont les diagnostics
sont depuis toujours trbs appr6cids ?

S'abandonner totalement
A I'assistance etrangere ...
Cependant nous parlons aussi
d'une capitale ou vivent aujourd'hui
environ 3 millions d'habitants, pres du tiers
de la population totale du pays et dont plus
de 70 pour cent des habitants ne dispose
d'aucun moyen de se payer ni soins de sante
ni examens de laboratoire.
Done comment concilier
Hatti l'assistance technico-m6dicale cubaine,
dont l'une des conditions essentielles c'est

la gratuity absolue, et la n6cessaire rentabilit6 des
laboratoires et centres m6dicaux haitiens car un pays
qui se respecte ne saurait non plus s'abandonner
totalement a assistance 6trangere.
C'est une veritable probl6matique et qui ne
se r6soudra pas en alimentant une fausse situation
conflictuelle entre la m6decine locale et la cooperation
cubaine, encore moins avec les jeunes m6decins
haitiens dipl6m6s a Cuba et sous la stricte condition
qu'ils viennent ensuite exercer dans leur pays, alors
que la grande majority des m6decins qui ont fait leurs
6tudes en Haiti aux frais du contribuable haitien,
pratiquent en ce moment sous tous les cieux, sauf dans
leur propre pays.
On a besoin autant des uns que des autres.
Alors que la malnutrition aujourd'hui a nouveau
progresse, nous pouvons 6viter au moins les grandes
6pid6mies grice surtout a l'assistance m6dicale de
Cuba. Cependant aucune cooperation bilat6rale est
pour la vie.
C'est a l'Etat haitien et a la soci6t6 haitienne
(m6dicale et autres) de trouver une juste solution.
Sachons en un mot nous comporter en adultes.
VoilW !

Haiti en Marche, 6 Decembre 2008


AVI PIBLIK
Yo avize piblik lan de chanjman tanpore sa yo ki
fet nan adr6s biwo v6t sa yo ki ekri pi ba la a.
Sip6viz6 Eleksyon an f6 chanjman sa yo dapre
Seksyon 101.71 Lwa Florid.
Chanjman Tanpore Nan Biwo V6t Sa yo
Biwo Vbt
No. 6Nouvo Lokal
No.
6 Harambam Congregation, Inc.
7800 Hispanola Avenue
Miami Beach Fire Station #2
2300 Pinetree Drive
Miami Beach Fire Station #2
034 2300 Pinetree Drive
04 The Savoy Hotel
425 Ocean Drive
First Church of North Miami
141/175 1200 NE 135th Street
Hialeah Opa-Locka Masonic
336/386 Lodge #391
150 W 20h Street
347 All Angels Episcopal Church
1801 Ludlam Road
Chinese Baptist Church of Miami
415 595 SW 124th Avenue
Centro Cristiano de Amor y Fe
425 5859 SW 16th Street
(Name Change)
Mall of the Americas
55 7827 W Flagler Street
Riviera Middle School
712 10301 SW 48th Street
Riverside Baptist Church
745/783 10775 SW 104th Street
Richmond Fire Station #43
757 13390 SW 152nd Street
Lester Sola
MIAMI4 U Sipevize Eleksyon
S Konte Miami-Dade


AGERCA

Nouvelles de l'Alliance pour la Gestion des Risques
Mercredi 3 D6cembre 2008
Les ouragans Fay, Gustav, Hanna et Ike ont ravag6 Haiti durant les mois d'Aout et de Septembre de cette
annde. Des centaines de personnes furent tudes ; prbs d'un million furent affect6es. Tous les dix d6partements
d'Haiti ont subi des dommages consid6rables et des pertes agricoles estimdes a 60 pour cent. < Les dommages
causes par le passage de ces quatre ouragans successifs dans moins d'un mois ont mis Haiti en retard pour
plusieurs anndes > a d6clard le Pr6sident Prdval a l'Assembl6e Gendrale des Nations Unies a New York. Le
comit6 de l'Alliance pour la Gestion des Risques et la Continuit6 des Activit6s en Haiti, connu sous le nom
d'AGERCA et ses partenaires du secteur priv6, ont rallied ensemble le support pour les secours aux ouragans
en tenant un marathon de lev6e de fonds d'une semaine. Au moins, $ 472,241.00 dollars ont &te requs ($
300,000.00 dollars en especes et $ 172,241.00 en nature donnas par 62 compagnies aussi bien que des
centaines d'individus de tous les Ages, incluant de jeunes enfants et des vieillards).

Le comit6 AGERCAa aussi lanc6 son site web (www.agerca.org.ht) pour garder la communaut6 inform6e.
Travaillant avec la Direction de la Protection Civile (DPC), AGERCA a exp6did de l'eau, des v6tements, de
la nourriture seche, a partir des dons requs durant le t6elthon vers les zones priorisees par la DPC. De plus,
plusieurs d'entre vous avez appris la trag6die r6cemment arrive en Haiti de l'effondrement des 6coles.
Plusieurs 6coliers ont succomb6 parce que les immeubles abritant ces 6coles n'6taient pas proprement
construits et maintenus. Nous aimerions reconnaitre les efforts de 1'OFDA qui a contribu6 au soulagement
durant l'effondrement de P6tion-Ville. Heureusement, le comit6 AGERCA va utiliser la plupart des fonds
requs durant le t6l1thon, en plus des fonds des partenaires de PADF, pour la renovation de 15 6coles afin
qu'elles puissent resister aux inondations et aux autres mauvaises intemp6ries. Ce travail important pourra
assurer la s6curit6 de plusieurs centaines d'6coliers. Le comit6 compte aussi proc6der a la distribution de
semences et d'engrais aux cultivateurs affects par les ouragans, ce qui aidera aux procedures de r6cup6ration
et aidera a pr6venir des crises alimentaires a l'avenir comme cela fut le cas plus t6t cette annde. C'est un
travail remarquable et nous devrions tous applaudir AGERCA !

The Disaster Management Alliance
Louis AlexanderSenior Program Director(202) 458-64351alexander@padf.orgChristine HerridgeDirector,
Disaster Management Alliance (202) 458-6181 cherridge@padf.org Kristina KlassenProgramAssistant(202)
458-6503kklassen@padf.orgPan American Development Foundation (PADF)Organization of American
States Buildingl889 F Street NW, 2nd FloorWashington, DC 20006Main: (202) 458-3969Fax: (202) 458-
6316Email: padf-dc padf.orgwww.padf.org









I QUAND PRESIDENCE RIME AVEC ELEGANCE! I


Mercredi 10 D6cembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII No 46


Avec Michelle Obama,

la mode va revenir a la Maison Blanche


Les magazines feminins se passionnent, un pendant lesquels les spouses des presidents ont &t trrs
blog porte le nom de "Mrs 0", ses tenues a petit prix classiques et discretes, la mode fait nouveau irruption
i la Maison Blanche, comme au d6but des
anndes 60.
Compare souvent Jacqueline
Kennedy, imp6rissable ic6ne de l'616gance,
Michelle Obama, 44 ans, est en fait trbs
diffirente, par son origine modeste comme par
ses choix vestimentaires 6clectiques.
L'6pouse de Barack Obama, premier
president noir des Etats-Unis, a grandi dans un
appartement d'une seule pibce dans un faubourg
de Chicago, a connu le racisme I l'Universit6,
et si elle accorde une attention extreme h son
apparence, elle n'h6site pas h favoriser des
stylistes jeunes ou inconnus, voire h acheter
chez H&M une petite robe d'6td 35 dollars.
Le site www.blackvoices.com rappelle
ainsi qu'une robe noire et blanche h taille
empire, qu'elle portait en juin dernier lors de
l'6mission pour femmes au foyer "The view"
sur la chaine ABC, avait disparu en quelques
heures des magasins "Chico", une chaine de
distribution h bas prix.
Provocation ou pas, cette tenue h 148
dollars portait l'6tiquette "Maison Blanche-
March6 noir", une marque exclusive de
"Chico", qui avait imm6diatement mis dans ses
vitrines une pancarte montrant "la robe qui
mbne i la Maison Blanche".
Grande -1m82-, athl6tique,
Hrh andArs 0 (pour Obaima) Michelle Obama remet au gofit du jour les
s'arrachent et l'accessoire revient au pouvoir: avec formes f6minines, qu'elle souligne volontiers avec des
Michelle Obama, le style de lafuture Premiere Dame robes moulantes, comme le remarque avec fiert6 le
des Etats-Unis enflamme les Amdricains. mensuel Ebony, magazine cr&6 en 1945 pour le lectorat
Aprbs les anndes Clinton et Bush, vingt ans noir amdricain.


ARUBA & CURACAO
RmACA


A


Et si les cr6ateurs les plus c6lbres, de Marc
Jacobs a Karl Lagerfeld, sont en lice pour signer les
tenues qu'elle portera le 20 janvier prochain a
Washington pour l'investiture de son maria, le blog
"www.mrs-o.org", cree sp6cialement pour suivre son
style, rappelle combien ses choix sont recherch6s mais
pas forc6ment chers, et accordent une grande
importance aux accessoires.
Une des couturires pr6f6rdes de Mme Obama
est ainsi Maria Pinto, une cr6atrice de Chicago dont
elle portait une robe bleu turquoise aux manches trois-
quart, d6collet6e en V, a la Convention d6mocrate en
aofit dernier.
Le v6tement 6tait agr6ment6 d'une broche en
argent et pierres turquoises en forme d'6toile,
provenant de sa collection personnelle, selon plusieurs
blogs qui se r6jouissent du retour en force d'un
accessoire un peu tomb6 en d6su6tude.
Mme Pinto avait 6galement r6alis6 la robe
fuchsia port6e le soir de l'annonce de la victoire de
Barack Obama a l'investiture d6mocrate. Et si la
ceinture noire 6tait signde Azzeddine Alaia, le collier
de perles, lui, venait de chez "Carolee", une cr6atrice
de bijoux de pacotille.
Le rang ras-du-cou que portait Mme Obama
s'appelle d6sormais "Les perles de Michelle" et peut
6tre acquis pour cinquante dollars dans la boutique en
ligne de la marque.
La robe rouge et noir signde Narciso
Rodriguez, port6e par l'dpouse du pr6sident-lu le soir
du 4 novembre a Chicago, a fait couler beaucoup
d'encre. Mais les fanatiques du commentaire peuvent
se r6jouir: dans l'interview des Obama r6alis6e fin
novembre par la journaliste vedette Barbara Walters
surABC, Michelle O. a encore innov6 avec Jason Wu,
un cr6ateur de 26 ans nd a Taipeh et qui a grandi a
Vancouver, auteur de la "petite robe" ivoire avec des
motifs noirs surpiqu6s.


Ecrivains


caraibes
(LE MONDE DES LIVRES)
Habituellement ddvolue aux sports nautiques et au
farniente, la petite station balndaire du Gosier, pros de Pointe-
a-Pitre (Guadeloupe) est devenue pendant quatre jours, du 25
au 28 novembre, la capitale des Lettres carib6ennes, a l'occasion
du premier Congres des 6crivains de la Caraibe.
Originaires de Cuba, du Surinam, d'Haiti, de la
R6publique dominicaine, de Sint-Maarteen, du Belize, du


Ecrivains caribeens rdunis du 25 au 28 novembre
a Pointe-a-Pitre, Guadeloupe
Venezuela, de Jamaique, de Porto Rico, de Martinique ou de
Guyane, pres de soixante 6crivains ont rdpondu a l'appel lanc6
par Victorin Lurel, president de la region Guadeloupe et
fondateur de ces rencontres coordonndes par l'universitaire
Roger Toumson et le romancier et poete Ernest P6pin.Qu'ils
soient anglophones, hispanophones, francophones, ou
nderlandophones, tous ces auteurs ont le creole en partage. Au-
dela des barrieres linguistiques et gdopolitiques, l'objectif de
ces rencontres 6tait de dresser un 6tat des lieux de cet espace
culturel, a travers la creation de l'Association des 6crivains de
la Caraibe. Et de f6d6rer savoirs et savoir-faire pour promouvoir
ce "sixieme continent" (Victorin Lurel) qui compte quatre Prix
Nobel de litt6rature : Saint-John Perse, nd en Guadeloupe,
Octavio Paz, originaire du Mexique, VS. Naipaul (natif de
Trinit6-et-Tobago) et Derek Walcott, originaire de Sainte-Lucie
et invite d'honneur de ce Congrbs.
A tra-vers de multiples exposes portant sur des sujets
aussi divers que les courants littraires (doudouisme, spiralisme,
(voir ECRIVAINS CARAIBES / 12)


Page 10


Appelez sons frois:
USA"'Canucla: 1-800-934-0440 Hulli: 800 2 -256 8 6 87
www.camtransfercom
A Appro-eee Pef I rn aLr* te; terco I es de
S "-* f ci,4. ht,,N Calnectr F.r,:,Je I!Jcrc, N%35!13:,hJ!lL-l. 163-M-31CP UC, UCIOQ e I 1!-- 11 i'vj





Mercredi 10 D6cembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 46


Ou nan


Medicare


epi ou ger


i Dyabct?


K6m moun ki gen dyabet, ou gen bezwen espesyal pou sante w, epi Humana
tabli yon plan espeyal ki rele Medicare Advantage ki fet dapre bezwen pou
sante w. W ap jwenn menm kouveti asirans total la, ak menm avantaj ki
genyen nan 16t plan Humana yo, plis 16t sevis anko ki fet pou kenbe w nan
chimen pwogr6 pou sante w.


* Konsiltasyon san limit kay dokt6
pou pye
* Kopeman $0 pou founiti
pou mezire nivo sik nan san w
(sa ki vie di tou, ti baget pou
f6 tes dyabet)


* Peman pou diferans nan pri
medikaman pou dyabet
* kouveti asirans pou kek medikaman
ak founiti ki vann san preskripsyon
* pwogram egzesis SilverSneakers
* Kopeman $0 pou terapi nitrisyonel


Rele Humana depi jodi a, pou konnen si w kalifye pou plan espesyal sa a.
Ou pa gen anyen pou w pedi, se avantaj selman w ap jwenn.

MIKE BULLY 561-540-9754
TTY pou moun ki pa tande byen 1-877-833-4486
8 e dimaten pou 8 e diswa, 7 jou pa semenn


HUMANA.
Guidance when you need it most


Medicare
roup Health
ndividual Health
ental, if e, ision


Page 11


Tout moun ki satisf6 kondisyon Plan pou Bezwen Espesyal Ia (SNP) epi ki enskri nan Pati A ak Pati B nan Medicare pout6t laj
yo oubyen anclikap yo genyen, kapab patisipe nan plan SNP ki apwouve pou Medicare Ia. Anvan yo asepte yon moun nan
plan Maladi Kwonik SNP a, yo pral verifye clyagnostik dokt6 moun Ian. Prim, kopeman, ak dediktib yo kapab varye dapre
kantite lajan yon moun touche. Ou m6t kontakte Humana pou plis enf6masyon.
H1036_GHA-CR-004K PB 11/08









LIBRE PENSEE


Mercredi 10 D~cembre 2008
1 Haiti en Marche Vol XXII N0 46


< Ils ont chou parce qu 'ils n 'avaientpas
commence par le r&ve >
W. Shakespeare
Mes references par rapport a la Coree, je dois
l'avouer, ont toujours &te la preuve qu'effectivement
ce que j'ignore est beaucoup plus important que ce
que je sais. Un exercice de g6ndrosit6 envers moi-
meme me permet de dire que je la connais mieux
maintenant. L'artifice, une nouvelle connaissance, un
ami coreen. On s'est rencontr6 l'autrejour, lui voulant
savoir ce qui se passait chez moi et moi, avide
d'informations. Je voulais savoir comment ils ont pu,
eux, sous-d6velopp6s des annees 70, ancr6s dans le
pass dans les annees 60, arriver a etre maintenant l'une
des << perles de l'6conomie mondiale >. Sans richesses
naturelles. Sans grandiloquence. Avec, certes un long
pass mais reellement sans aucune tradition de
prosp6rit6 grandiose.
D'apres mon ami coreen, son pays s'6tait
d6velopp6 grice au concours de plusieurs facteurs.
D'un c6te, a cause de leur position geographique qui a
ouvert leur economic vers l'ext6rieur, de l'autre grice
a l'existence de solides partenaires tel le Japon qui a
offert aussi bien les investissements que le march
pr6f6rentiel, sans oublier l'aide g6ostrat6gique
americaine. Les bont6s de notre main-d'ceuvre ont fait
le reste. Mais, maintenant nos investisseurs sont locaux,
nos entreprises sont autochtones et reellement
competitives. Nous investissons maintenant ailleurs.
Enfin, cher ami, me disait-il, si tout cela a contribute a
faire de nous cette richesse que nous sommes, rien de
cela n'aurait &te possible sans notre capacity de rever.
De faqon collective. Nous avons cr que nous pouvions
rever, nous aussi. Nous voulions rever d'une grande
nation, d'un grand pays. Nous le sommes maintenant.
J'ai pu revoir, grace a la conversation,
int6ressante avec cette connaissance, certaines notions,
surtout en ces moments de crise globale. J'ai pu
discuter avec lui sur la situation des << Nouveaux Pays
Exportateurs >, les Tigres Asiatiques (Thailande,
Malaisie, Indonesie, Philippines, Brunei) et de celle
des << Nouveaux Pays Industrialis6s les Dragons


Coree !

Asiatiques (Corde du Sud, Taiwan, Singapour, la Chine
et Hong Kong).
Enfin, chores amies lectrices, chers amis
lecteurs, les 6v6nements qui viennent d'avoir lieu, en
un moment de mat6rialisme intransigeant, chose
paradoxale, nous montrent l'importance du rave.
D'autres que nous ont cru qu'il fallait lutter pour
l'obtention de leurs droits civils. Ils ont rev6 de
l'obtenir. Ils ont lutte. Sans violence. Dans la nuit des
temps se perdent maintenant la violence des 6meutes
raciales de Los Angeles, la lutte des << Black Panther >,
de Malcolm X, de Martin Luther King de Rosa Parks
et de tant d'autres. Ils ont eu un rave. Ils ont lutt6 pour
sa concretisation.
Ailleurs que chez nous, l'illusion du rave.
Chez nous, le dramatisme du cauchemar. L'irr6alisable,
l'incompr6hensible. La peur. L'abus de pouvoir. Le
pouvoir de corrompre. La corruption du pouvoir. Les
assassinats. Cruels. Sadiques. Bates. Le kidnapping.
Vols. Viols. Ins6curit6. Meme Antoine Langommier ne
l'aurait pu pr6dire. Mon ami coreen m'a beaucoup
appris de son pays. J'6tais au bord de l'excitation quand
je lui demandai de venir investir chez moi, de me faire


Apres la tornadefinanciere qui a commence
de ravager l'dconomie americaine, voici la debdcle
sociale : le department du travail a annoncd,
vendredi 5 dicembre, qu'en novembre 533 000
emplois non agricoles avaient et ddtruits, chiffre le
plus bleve depuis trente-quatre ans. Le taux de
ch6mage a progress de 0,2 point par rapport a
octobre pour atteindre 6,7 %, au plus haut depuis
quinze ans. Le pays compte 10,2 millions de


confiance, de faire confiance a l'Haitien. I me dit,
sur un ton amical, que lui, ayant v6cu son pays tout
type d'occupation, au long de son histoire, il est
vraiment impossible pour un investisseur de faire
confiance a un pays sous tutelle, a un pays occupy par
des troupes 6trangeres. Je n'ai pu me d6fendre ni
trouver d'excuse. Je n'ai pu que me lib6rer les
entrailles, et, comme Boabdil le Maure, sur le chemin
de l'exil, apres avoir perdu Grenade, << pleurer comme
une femme ce que je n'avais pu d6fendre comme un
homme >>.
Enfin, de la Guinee a la Coree et de la Corde
a notre cher petit pays, le trajet n'est pas si long.
Travaillons pour qu'il en soit ainsi. Revons de cesser
d'etre simplement, comme disait Price-Mars :
<< Un peuple qui chante et qui rit,
Qui pense et qui rit,
Un peuple qui rit,
Qui chante et se r6signe >
Revons et luttons pour devenir un peuple qui
se revolte, contre l'oppression, contre l'occupation,
contre la misere.
Un rave qui peut se faire r6alit6.

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Ddcembre 2008


ch6meurs.
Le president George Bush a aussit6t reconnu
que "les chiffres de l'emploi publiCs aujourd'hui
refletent le fait que notre economic est en recession".
II a jout6 : "Cela est dit, pour une grande part, aux
problkmes s6veres que connaissent nos marches de
l'immobilier et du credit et le march financier, et
qui ont caus6 d'importantes pertes d'emplois." I1 en
(voir EMPLOIS /16)


Ecrivains


caraibes
(... suite de la page 10)
n6gritude...), la question des langues, l'adaptation
thaitrale ou cinematographique, les problkmes lies a
1'6dition et a la diffusion des oeuvres, le caractere
"fragment de cet espace et la n6cessit6 "de sepenser
comme un tout" (Gary Victor) ont &t6 mis en lumiere.
Ainsi que le besoin d'une meilleure (re)connaissance
de ces litteratures au sein meme de l'espace carib6en.
Ce qu'a relev6 Catherine Le Pelletier, d6butant son
intervention par un tonitruant "Le paysage
littiraire guyanais existe bien", avant d'6voquer les
courants de cette "litterature de resistances" : creole,
francophone mais aussi am6rindien, "longtemps tenus
sous silence". Pour sa part, Della Blanco a conclu son
tour d'horizon historique de la litt6rature dominicaine
par cet appel : "II est temps d'aller dans le detail de
ce que nous sommes, la litterature de la Republique
dominicaine n 'estpas un petit detail. "

"FRONTIERES COLONIALES"
Contre le cloisonnement (notamment celui de
l'enseignement, encore enferm6 "dans sesfrontieres
coloniales", selon Merle Collins, native de la Grenade),
et le manque de visibility, nombre d'intervenants ont
insist sur la creation de mecanismes d'aides a la
diffusion et a la traduction. Dans ce domaine, Yolanda
Wood, la directrice de Casa de las Americas (centre
de recherche cubain sur la culture et la litt6rature sud-
am6ricaine et carib6enne) a plaid pour la creation d'un
fonds de soutien a la traduction. De son c6te, la
romanciere cubaine Karla Suarez a propose la mise en
place d'une bibliotheque itinerante.
Reste la grande question : celle du pouvoir.
C'est le romancier haitien Lyonel Trouillot qui l'a
pose abruptement : "Qui a le droit de nommer les
litteratures caribeennes ? Est-ce nous ou les
universities et les maisons d 'dition occidentales ? Qui
d4finit les grands ecrivains hattiens ? Certainement
pas les lecteurs hattiens. II est done urgent de crier
de nouveaux reseauxpour ddbattre en toute liberty de
ce que nousfaisons, sinon tout ceci ne sera que vains
bavardages. "
Les d6bats ont mis en evidence deux points
de vue sur les rapports entretenus avec les lieux de
consecration (Paris, Madrid, Londres ou New York).
(voir ECRIVAINS CARAIBES / p. 20)


Une charte caribeenne


(Le Magazine Littdraire)

Les ecrivains caribeens se sont rdunis pour
la premiere fois du 25 au 28 novembre dernier a
Pointe-a-Pitre, en Guadeloupe. Un congress qui se
conclut par la signature d'une charte pour la defense
de leur litterature.
<< Elgie pour une langue qui se meurt >. Tel
est le titre que l'6crivain martiniquais Raphael Confiant
a choisi de donner a son allocution lors de la c6r6monie
d'ouverture du premier congres des 6crivains de la
Caraibe. Ponctue de <>, de << langue
entrde en crepuscule >, < du creusement de la tombe
de sa langue >, son discours s'acheve par un propos
plus acerbe encore. < d'un crime mais d'un suicide >. Une faqon de rappeler
a l'assistance rassembl6e dans la salle de conference
du lyc6e hotelier du Gosier que, malgr6 le climat de
retrouvailles, la survie de la langue creole et de la
defense d'un patrimoine culturel commun sont enjeu.
L'6crivain guadeloup6en Hector Poullet finit par
d6tendre l'atmosphere en entonnant un chant creole,
auquel toute l'assembl6e ne tarde pas a repondre...
Plus d'une cinquantaine d'auteurs se sont
r6unis pendant ces quelques jours pour d6battre de la
litt6rature carib6enne, de sa visibility a travers le monde
et de sa diffusion. < Malgrd une connivence, une
identitW caribeenne, des themes communs a nos &crits
- 'exil, la lutte, I'oralit- nous ne parvenons pas a
une rdelle unit >>, deplore Victorin Lurel, president de
la region Guadeloupe. Ils sont done venus de tout
l'archipel pour t6moigner du contraire. Des Antilles
francaises, de Cuba, d'Haiti, de Grenade, de Guyane,
de Trinit&-et-Tobago, du Surinam, de Jamaique, de
Sainte-Lucie, de Porto-Rico, du Venezuela...
Francophones, anglophones, hispanophones,
neerlandophones, se sont r6unis pour mettre en lumiere
leurs int6rets communs, qui d6passent les barrieres de
la langue et transcendent les enjeux politiques. Parmi
eux, des 6crivains comme Ernest P6pin et Roger
Toumson, coorganisateurs de l'6venement, les auteurs
haitiens Louis-Philippe Dalembert, Lyonel Trouillot et
Gary Victor. Le jeune martiniquais Alfred Alexandre
et la guyanaise Catherine Lepelletier, Luisa Vicioso
de R6publique dominicaine, ou encore la jamaicaine
Olive Senior. Et, bien stir, le prix Nobel Derek Walcott.
Tous s'efforcent de repondre a cette question: << Com-
ment d6fendre la sp6cificit6 et la diversity de la
litt6rature caraibe ? >
Ce d6bat a permis aux auteurs de prendre con-
science de la n6cessit6 de diffuser leurs oeuvres dans


la Caraibe pour que chaque region ait une meilleure
connaissance de l'actualit6 culturelle et litt6raire de
ses voisins. L'occasion surtout de pointer du doigt les
problkmes rencontr6s par les petites maisons d'6dition
locales. < La defense de nos litteratures, de nos contes,
de nos poemes, n 'a pas de sens si nos auteurs partent
chercher la reconnaissance chez des Mditeursparisiens
ou new-yorkais >, s'indigne Lucia Nankoe, critique
litt6raire venue du Surinam. Et quelle langue adopter
dans cet espace, oin, comme le rappelle Lasana Sekhou
a propos de Saint-Martin, il est possible de s'exprimer
en franqais, en anglais, en espagnol, en nderlandais et
en creole ?
Au terme de ce week-end, les 6crivains ont
pos6 la premiere pierre d'une collaboration qu'ils
esperent f6conde. Chaque auteur a signed en effet une
charte, qui pr6voit, entre autres, la creation de
l'association des 6crivains de la Caraibe, un prix
litt6raire et la mise en place d'un fonds commun de
traduction pour amdliorer la connaissance de ces
litt6ratures trop souvent ignores. Enfin, comme l'avait
6voqu6 la cubaine Karla Suarez, une bibliotheque
itindrante pourrait voir le jour, avec la cooperation de
la Casa de las Americas de la Havane.
Ce premier congres fut aussi l'occasion de
rendre hommage, le temps d'une soiree au plus grand
poete de la Caraibe, d&c6d& le 17 avril dernier a Fort-
de-France. Aim6 Cesaire a &t6 c6l1brd par la lecture
de quelques vers du Cahier d'un retour au pays natal
et d'un discours de l'invit6 d'honneur Derek Walcott.
Mais 6galement par la diffusion du documentaire de
la r6alisatrice martiniquaise Euzhan Palcy << Au rendez-
vous de la conquate >, deuxieme volet d'une trilogie
consacrae au fondateur de la << ngritude >. Assez err6,
aurait dit Cesaire Les 6crivains de la Caraibe
reviennent vers < la hideur desertie de leurs plaies >.
En attendant la prochaine rencontre prevue pour 2010.

Ecoutez

Melodie Matin

avec Marcus sur



SI o d i e

-^ ---- rn--d


Page 12


L'Amerique n'a jamais detruit

autant d'emplois depuis 1945


III.I . ....... .... .... ... .. .. IN








Mercredi 10 D6cembre 2008 j
Haiti en Marche Vol XXII N' 46 I


LAND FOR SALE
Due to personal problems selling little farms
(1 acre) in Orlando area.
Transfer $500.00 $85.00 monthly.
total price $6,750.00 no credit necessary.

Please call (305) 726-5079 Mrs. Maria.
our e-mail is Investa(bellsouth.net


A VENDRE
Un salon complet
Une salle a manger moderne
Un vaisselier (china)
Une Television 32"

Appelez au 2257-8374


pr6par6e par un a Grand
Chef ))
* Le Saut du Barril
* Le Palais de Sudre Telephones: 566-5361
Dartiguenave a Anse a 401-7108 / 514-0304
Veau E-mail : lemanoloinn@mac.com
* La Petite Eglise de Petit Internet disponible
Trou datant de du 17"me
sicle... pour les clients

Maison a louer meuble et equipe
Montagne Noire
Vue panoramique, piscine, agents de s6curitW...


Ecoutez Milodie Matin
avec Marcus sur

www. melodiefmhaiti. corn


Page 13


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami,
Florida 33150
Tel. 305-757-6408




Part, vous qul rvez d'un avenir meileur pour vos fants,
con ts au CMP
AIHEE ACADEMIQIE 200-2OC
PROGRAMMES
LCENM EN:

SOam ;nA4nnmu 1
DAnm ai*mIr i:4 :4 am
bMtat nt :2gn
wse6 smeIbals~w :2ant
5 et~f rlXw^I lfi i
tloWAepr nou b en ka
Can emmtewsIr a 1 Ian
oFIe. Adffmi2 1 in


CMP, DMM30
T&ii.:2 5153-W, ?y24W5,.2 202M
Eman it-


Depi nou bezwen kay


Bernard Metayer

77-.674.e,2Wr ^
Cii 4r-4 5654 -J84

web:i M y.tu~'L ty~ ro1p.coWm


IW I i 17AA



^ f AGENCIES D SUPPORT FANIUAL IVAITI
H OME CARE AGENCY
AGENC DE SOINS A DOMICILE
AJANS KI OKfP MOUN MALAD LAKAY YO
Sispan bay tit ok pwoblim
LU am gmm- oamMWe iiwn SKtur ,(WarMigmwu hi,
moim kitj a*amCn, h=4 ki pWaLre, wikae, aeiauf.
Ajums an ap bay nabd la tout wen 11 bezwen
PWA10ieWur e4W4p,4fre, as wkkf awcwf '1$esk4
Stwaki li, edr 'I a.*. k nhwok sik li, nyo2n', at. leAk
Men i wap viv6tb dlo
ONK Au t *Vpre shvi poiyonni'm ki idadui Ayiii
Td (509)2245-5306, (59) 151471 (509)321~7222
r il:m:ti E h 7i, Si Wwd shaicm
A*&.:35.Rue. Bu Ai te, Cap VWe, P.awP, H pi.

VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant

12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225
Fax (305) 891-2559
Cell (786) 285-0384





Manager

ofessional
Sprinting & Design
Ave Martin Luther King #30A, P-au-P, Hoati
Phone (509) 3529-4997 / 3787-6500
E-mail: professionalpd@yahoo.com
jameslarivaud@hotmail.com


Le Look
Rue Panm6tiKch #14,
Pion-Vilc, Hadti
Tm: 257-8374
Choix incroyable de mnntures:
Dke, CtirtB, Bne MalL YVogue
Cniuhatduon cheque jour
par un mrdecin-occulistc.







10 d6partements d'6tudes

Licence en:
Gestion d'Entreprise
Conception et Ex6cution de
Project
Economie et Finance
Banque et Ddveloppement
Sciences Comptables
Relations Internationales
Gouvernance

Dipl6me en :
Informatique de Gestion
Relations Publiques
Gestion des PME

Contactez nous:
Angle Delmas 75 et Impasse
Hrard # 3, P-au-P Haiti, W.I.
Par courriel
Administration@iaCDFEHaiti. com
GBrunet@iaCFDEHaiti. com
Par telephones
(509) 246-1425
(509) 555-1575
(509) 513-3726
(509) 731-8828


Dr

Raymond

Gay
Specialiste pour enfants
certified du Canada
Hopital Ste Justine
pour les enfants
Hopital Maisonneuve-Rosemont
de Montrial, P Q.

35, Rue Seymond Pradel,
Jacmel, Haiti, WI.

B.R 98, HT9110, Jacmel, Haiti
Tel.: (509) 3685-8432
3404-4905

E-mail:
raymondgay8@ahotmail. corn

HEURES DE CONSULTATION:
MARDI JEUDI 8H-10H


SUR RENDEZ-VOUS:
SAMEDI 8H 12H


ilo die
103.3 fm


www. melodiefmh aiti. cor









ENFANTS D'HAITI


Mercredi 10 D6cembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N 46


K !! iiiiii i .. .. ....i ....i i.....i i- iiiii!! .... ... .


@ !iiiiiii i iii iiiii ii iiii i ................. .i





"Copyrighted Ma


Syndicated Contl


Available from Commercial Ne


Une reflexion sur les enfants en domesticity


Depuis plusieurs anndes, r6gulibrement, le
problkme des enfants des rues fait la une de nos
journaux et des m6dias nationaux. Quant a la presse
internationale, toujours a la recherche de
sensationnalisme et de harcelement quand il s'agit de
Haiti, elle a tout simplement appelk la condition de
ces enfants : Esclavage : est-ce une manibre de
banaliser nos quatre si6cles d'esclavage !...
Un article du journal le Nouvelliste dat6 du
25 novembre 2008 sur le sujet des enfants restaveks,
donne des statistiques tout a fait surprenantes (pour
ceux qui n'ont pas vraiment observe cette rialit6 surtout
en province) sur le pourcentage de ces enfants dans
certains quartiers de Port-au-Prince de 22% a 44% de
Carrefour Feuilles a Cite Soleil !
Ilne s'agit certainement pas de familles ais6es
comme souvent entendu ici et ailleurs!

D'oi viennent ces enfants?
Ces enfants viennent pour la plupart de la
province, et sont issus de familles nombreuses et
pauvres. Essayons done de trouver des solutions en
amont et non pas en aval car les familles qui accueillent
ces enfants sont presque souvent aussi pauvres oujuste
unpeu mieux loties parce que plus proches des maigres
services qu'offrent << l'urbain >>.
II faut vivre en province pour comprendre les
pressions que vous devez subir de ces mbres pour vous
forcer a accepter un de leurs enfants en souhaitant que
vous le mettrez a l'6cole, en tous cas, qu'il sera mieux


4
Pate Plus Bakery, Inc.
NATURAL JUICE


11638 NE 2nd Ave.
Miami, FL 33180
Tel. 305-756-3695


que chez elles ; quand vous refusez parce que vous
etes contre cette pratique vous etes consid6rde comme
une egoiste Et s'il s'agit de votre filleule, alors le
refus devient inadmissible.
Pourtant, il suffirait de prendre une mesure
autoritaire pour enrayer cette pratique du placement
pour que les parents de ces enfants soient les premiers
a protester car on voudrait leur enlever la liberty de
disposer de leurs enfants a leur guise quand la misbre
les tue a petit feu ?
I1 me semble que l'un des meilleurs moyens
d'en finir a terme avec cette pratique, passerait par un
contr6le de naissance rigoureux avec une campagne
nationale de planning familial dans tout le pays. Car,
comment une mbre de famille de huit, dix enfants peut-
elle les nourrir, les habiller et les envoyer a l'6cole
aujourd'hui en Haiti et participer a une quelconque
campagne d'alphab6tisation de manibre s6rieuse et
profitable au pays ?

Pourquoi cultive-t-on une banalisation de
la famille nombreuse?
Je suis trbs 6tonnde que le ministbre de la
condition feminine n'aitjamais abord6 cette question.
Je considbre comme une violence faites aux femmes
de leur laisser imposer des grossesses a r6p6tition non
vraiment d6sir6es. I me semble que la meilleure
manibre d'6manciper nos sceurs et mbres est de leur
permettre d'avoir des enfants d6sirds qu'elles peuvent
6duquer, leur donner de l'affection. On oublie souvent
combien nos jeunes enfants ont aussi besoin de


tendresse, pour que demain
ces enfants puissent a leur
tour etre des citoyens
cons6quents et s'occuper
d'elles au seuil de leur
vieillesse.
N'est-ce pas
inacceptable d'entendre
sans pouvoir r6agir, sur les
m6dias, que telle mere a dfi
ceder deux de ses huit
enfants pour subvenir aux
besoins des autres et sans
compter ceux qui se
retrouvent carr6ment dans
les rues de la capitale.
On remarquera
d'ailleurs que les
diff6rentes publicit6s
comme celle qui constitue
une mise en garde de la
Semanah, prennent en


Catering Specialist
Cakes, Pastries, Hors d'Oeuvs
for alloccasions


exemple presque toujours des mbres de huit enfants,
comme ci ce serait un nombre ideal d'enfants que toute
femme haitienne devrait souhaiter !
La campagne actuelle du ministbre des
Affaires Sociales et du bureau du Bien Etre Social,
qui consiste a r6cup6rer les enfants des rues avec le
soutien de l'institution du frbre Armand est bienvenue
mais elle ne peut etre que ponctuelle et provisoire sans
un traitement en amont.
La politique de production nationale lance
6galement apres les dernires manifestations d'avril,
n'a aucune chance de parvenir a l'autosubsistance
alimentaire de notre population sans un r66quilibre
croissance de la population, croissance de la
production.
Quel tabou social (ou religieux) empeche
done le ministere de la condition feminine de faire des
propositions s6rieuses dans ce sens au gouvernement

Les 6glises catholiques et protestantes
seraient-elles opposes a ce que nos enfants aient une
vie digne et sereine ?
Serions-nous condamnds a panser les plaies
d'une surnatalit << accepted plut6t que de contr6ler
ce qui devrait etre nos ressources humaines pour un
vrai d6collage 6conomique.

A quand une Politique Economique
responsable?
La formule de ces prdcurseurs de l'Economie
Politique qui proclamait haut et fort : < II n 'est
richesses que d'Homme > est aujourd'hui encore plus
valable qu'hier, seulement et seulement si tout est fait
pour que ces hommes et ces femmes soient 6duqu6s,
forms, valoris6s dans leur pays au profit d'une vraie
politique de d6veloppement.
Faut-il le rappeler, aucun pays ni parmi les
puissances industrielles, ni parmi les pays 6mergeants
n'a pu d6coller sans au pr6alable une politique de
contr6le des naissances, ni acc6l1rer sa croissance sans
une politique nataliste dfiment r6fl6chi.
Pourquoi alors condamner des milliers
d'enfants a la domesticity et pire a la rue et a toutes
sortes de violences physiques et sexuelles quand nous
savons qu'ils ont 9 chances sur 10 de devenir des
asociaux envers une soci&te qui ne leur a offert aucune
chance?
Pourquoi ne pas plaider pour une politique
de planning familial avec trois enfants maximum par
femme avec une aide financiere de l'6tat sous forme
d'une allocation familiale qui permettrait a ces mbres
de garder leurs enfants chez elles, de les nourrir, de
(voir ENFANTS / 16)


Page 14







Mercredi 10 D6cembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 46
Foot Ballon d'Or FF Ronaldo


I Page 15
.~ am*-* *.


a le trophe
Cristiano Ronaldo, design mardi dernier
Ballon d'Or France Football, a requ officiellement son
troph6e dimanche, a Paris, des mains de Denis
Chaumier, le directeur de la r6daction du bi-
hebdomadaire, sous les cameras de TF1, partenaires
de l'Yv6nement, et en presence de Sir Alex Ferguson,
le manager de Manchester United extr6mement
6conome de ses apparitions m6diatiques.
Le Portugais, a rdv616 Denis Chaumier, avait
td trbs dd6u de ne pas pouvoir toucher physiquement
le troph6e a son domicile, lundi dernier, quand il a
requ une d6l6gation de France Football venue lui .
apporter le journal de sa consecration. Le prodige de
Madere est apparu tres 6mu par la distinction, lichant
une petite larme apres une guirlande de reactions
melant des gens du football illustres et des membres
de sa famille.










"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


8E772 INIE 2 imre Avenrau.e
T46; 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Rcepdton de pairemen pour Bel South, FPL. GAZ, CABLE TV.
BE LL MOBILITY ec...c...
- Connection fdipheasque hez iras...


Ouvert
6 Jours
par
semaine:
8h anm

7h30 pm



SPrluIin -M p r b cuhkl nK

* Money n


ouk. Urawnim.K Amittrilni
* Video's IHaScusM. Am.rICAns. tI)umaiUrei Darns
* P'dilnt; d e eaut









LA CRISE


Mercredi 10 D~cembre 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII N0 46


Le retour annonce de


par Dominique Dhombres (LE MONDE)
La famine, terreur des soci6t6s archaiques,
pourrait bien devenir le fl6au du XXIe siecle. C'est ce
qu'affirment Yves Billy et Richard Prost dans un
remarquable documentaire diffuse mardi 2 d6cembre
sur Arte.
La crise financibre de l'automne a occult la
p6nurie alimentaire qui se profile et dont les premiers
signes ont et6 les 6meutes de la faim du d6but de
l'annde 2007.
Cela avait commence par la "crise de la
tortilla", cette galette de mais qui est l'aliment de base
de nombreux Mexicains. Son prix a brutalement
augment lorsque les Etats-Unis se sont mis a
transformer une part croissante de leur r6colte de mais
en ethanol. Au lieu d'exporter leur mais vers leurs
clients traditionnels, comme le Mexique, ils ont
commence a le mettre dans le moteur de leurs
voitures...
Des 6meutes de la faim ont eu lieu au S6n6gal,
enEgypte, en Haiti, au Honduras. C'6tait un spectacle
qu'on croyait disparu pour toujours. Un sommet
international sur la s6curit6 alimentaire a &te convoqu6
d'urgence a Rome, en juin 2008. Puis la panique
bancaire a 6clips6 tout le reste. Les cours des c6rdales,
qui avaient flamb6 depuis deux ans, sont retomb6s
comme ceux des autres matibres premieres. Mais ce
n'est que partie remise.


Enfants en

domesticite
(... suite de la page 14)
les envoyer a l'6cole et de leur donner l'affection dont
ils manquent souvent et du meme coup de pouvoir
suivre elles-memes des formations professionnelles
pour un mieux 6tre 6conomique ?

Pourquoi ai-je souleve ce debat?
Parce que l'ona souvent tendance a conforter
cette << conomie de restavek > tout en semblant la
critiquer mais sans vouloir poser les vrais problemes,
ce qui permet aussi aux autorit6s < responsables >
d'6tablir notre comportement sur la scene
internationale a l'image du phenombne des enfants en
domesticity en Systeme Politique de restavek !
Annie


"Les solutions qui ontpermis de nourrirplus
de gens auXXe siecle ne marchentplus au XXe. On a
produit plus, mais avec plus, beaucoup plus de terre,
beaucoup plus d'eau, plus d'dnergie, beaucoup plus
de chimie. Etjustement, tous ces plus qui marchaient
au XXe siecle ne marchent plus au XXIe. On est au
bout d'un module, et ily a trois milliards d'habitants
de plus i accueillir", explique Bruno Parmentier,
directeur de l'Ecole sup6rieure d'agriculture.
Ce retour de la p6nurie alimentaire a plusieurs
causes. La diminution des terres arables en raison de
l'urbanisation, les immeubles, routes et parkings
r6duisant l'espace cultivable. Le manque de plus en
plus criant d'eau, avec l'6puisement, comme on le voit
actuellement en Chine, des nappes phr6atiques
profondes. Et enfin, l'utilisation de plus en plus


la famine
fr6quente des c6drales pour produire du carburant.
La population de la planete augmente, les
habitudes alimentaires 6voluent avec la croissance de
la consommation de viande, alors que les ressources
en terre et en eau s'6puisent. "L 'ouvrier chinois arrive
a mettre une aile depoulet dans son bol de riz, et c 'est
un dvdnement planetaire, car, pour produire un kilo
de poulet, il faut quatre kilos de cereales, ce qui
augmente considdrablement la ponction sur la
planete, dit encore Bruno Parmentier. C'est le
paradoxe de la situation actuelle.
L'humanit6 a unbesoin croissant de c6rdales,
et c'est le moment oni une proportion 6galement
croissante de cette denrde pr6cieuse est brfle dans le
moteur des voitures.


De P'eau en gaspillage a proximity

de terres fertiles non arosees


Article d'Agropresse [1]
Soumis AlterPresse le 27 novembre 2008
La plaine du Cul de Sac, jadis grande


Baigneurs a Source Zabe


pourvoyeuse de produits agricoles, tend a perdre son
ancienne vocation au profit de celle d'un espace habit.
Sa proximity par rapport a Port-au-Prince faisait d'elle
un lieu de
production strat6-
gique. En fait, cet
avantage permettait
de limiter les cofits
de transport des
produits a ache-
miner vers la
capitale.
Un peu
plus loin de la
Plaine du Cul de
Sac, et toujours trbs
proche de Port-au-
Prince, il y a
d'autres espaces
tout a fait
approprids a la
production qui
attendent d'6tre
exploits. La plaine
de Ldogine, par
exemple, est de ces
possibilities tres
t (voir EAU / 17)


L'Amerique n'a jamais detruit autant d'emplois depuis 1945


(EMPLOIS ... suite de la page 12) de s'amdliorer". Selon lui, "il est temps de r6agir avec
a profit pour presser le Congris d'adopter des mesures determination et c6l1rit6 pour remettre les gens au
de soutien aux constructeurs automobiles d&s la travail et relancer notre dconomie".
semaine prochaine. Effectivement, le march am6ricain du travail
Son successeur lu, BarackObama, a d6clard est malade. Les 533 000 suppressions d'emplois
dans un communique qu'il n'y avait "pas de rembde annonc6es en novembre surviennent aprbs 403 000 en
rapide ou facile a cette crise qui s'est d6velopple octobre (au lieu des 240 000 annonc6es) et 320 000
depuis plusieurs anndes et la situation va empirer avant en septembre (au lieu des 284 000 annonc6es). Avec
1,9 million sur onze mois, le total des
destructions d'emplois pour l'annde
2008 tout entire pourrait 6tre le plus
Olev6 depuis 1945, oni il avait culmind a
2 750 000.
L'6conomie "capitule sur tous
les fronts et la menace de recession
gMndralis6e est bien rCelle", a estim6
Peter Morici, professeur a l'Universit6
du Maryland. Les entreprises ont
commence6 a se focaliser sur les moyens
de survivre a la recession et taillent
comme des folles dans leurs effectifs",
ajoute Joel Naroff, 6conomiste
S ... Wind6pendant interrog6 par l'Agence
France-Presse (AFP).

LE PIRE EST A VENIR
Tous les secteurs sont touches,
et pas seulement l'industrie, comme on
pourrait le croire avec la nouvelle
annonce de la mise en ch6mage
technique par General Motors de 4 000
ouvriers suppl6mentaires, le 5 d6cembre.
Les deux tiers des destructions d'emplois
C O N TA C U S concernent le secteur des services.
"Seuls deux secteurs continuent
TOLL FRE E 1 -8 8 8 -3 B 3 -2 8 5 3 acrderdes emplois :le service public et
la sphere sant&6-ducation, analyse Jean-
ORi 3 0 5 2 0 -8 3 0 0 Marc Lucas, 6conomiste chez BNP
FAX :3 0 5 2 0-8 3 32 Paribas. D6sormais, les destructions
d'emplois sont plus nombreuses dans les
CELL. 305-9 86 -8 8 1 1 services, et c'est la preuve que la


recession s'6tend, car ceux-ci repr6sentent 85 % des
emplois salaries aux Etats-Unis et sont, en g6ndral, plus
risistants a la conjoncture." Il ajoute : "Il faut s'attendre
a une tendance de 300 000 a 400 000 destructions
d'emplois par mois."
La degradation du march de l'emploi est
aussi qualitative, car le nombre des ch6meurs de longue
durde (au-dela de 27 semaines) a bondi de 65 % depuis
le d6but de l'annde pour atteindre aujourd'hui 2,2
millions.
Ces mauvaises nouvelles ont provoqu6 un
repli a Paris (- 5,48 %), a Francfort (- 4 %) et a Londres
(- 2,74 %). En revanche, a Wall Street, le Dow Jones a
termind sur un gain de 3,09 %, les investisseurs pariant
que la monte du ch6mage obligera le gouverement
a prendre de nouvelles mesures de soutien a
l'6conomie.
Car le pire semble avenir. Certes, les salaires
horaires ont continue a progresser en novembre de +
0,4 % d'un mois sur l'autre, portant la hausse en
glissement annuel a + 3,7 %. Mais ce rythme devrait
devenir n6gatif a bref d6lai.
Enfin, selon l'Organisation de cooperation et
de d6veloppement 6conomiques (OCDE), la recession
sera aux Etats-Unis plus severe que dans les autres
economies. Elle devrait provoquer un recul du produit
int6rieur brut am6ricain de 0,9 % en 2009. L'OCDE
pr6dit 6galement que la conjoncture ne s'amdliorera
pas avant le troisibme trimestre 2009 et encore, a toute
petite vitesse, puisque la croissance devrait plafonner
a + 1,6 % en 2010. C'est done une nouvelle degradation
du march de l'emploi qu'annoncent les experts de
1'OCDE : le taux de ch6mage amdricain passerait de
5,7 % en 2008, a 7,3 % en 2009, pour atteindre 7,5 %
en 2010. Dans ce contexte, seule une d6c6l6ration
rapide de l'inflation, notamment grace a un baril pass
le 5 d6cembre sous les 40 dollars, pourrait redonner
aux manages l'envie et les moyens de consommer a
nouveau.

(Le Monde)


Page 16


III.I . ....... .... .... ... .. .. IN








Mercredi 10 D6cembre 2008 H A
Haiti en Marche Vol XXII No 46


Droits de P'homme en
(Nations Unies, 2 D6cembre 2008) L 'expert independant des Nations Unies sur civils et politic
les droits de l'homme en Haiti, MichelForst, a acheve une certaine d:
le 20 novembre dernier une visite de dixjours en Haiti. deux r6formes
Cette visite terrain, la premiere depuis sa nomination, de moyens qu
lui a permis de se faire une idee plus precise de la doivent 6tre mr
situation des droits de l'homme dans le pays afin de r6forme de la
faire des recommandations au Conseil de Securite. Haitiens ne fa
<>.
manibre les recommandations ont &t6 suivies. Quand La si
on en dresse la liste, on voit qu'un grand nombre problkme de 1
d'entre elles n'ont pas encore &te appliquess, a signals surpopulation
l'expert ind6pendant Michel Forst. Celui-ci se haitiennes, a 6
prononqait sur les suites donndes aux recommandations expert ind6per
faites par son pr6d6cesseur, Louis Joinet. d&ji soulignde
Dans son dernier rapport pr6sentW sur Haiti, Tout
Louis Joinet avait, en effet, mis en exergue certaines inflig6 aux pn
avanc6es r6alis6es, mais 6galement des lacunes a propositions fi
combler, notamment en ce qui a trait a la situation de comparutic
carc6rale, la lutte contre la corruption ainsi que la graves qui per
r6forme de la police et de lajustice. Pour M. Forst, comme pour son pr6decesseur, Autre
la r6forme de la police et celle de la magistrature sont est la corrupt


De 'eau en


gaspillage

(EAU ... suite de la page 16)
int6ressantes. Sa contribution en matiere de production
agricole en Haiti n'est plus a d6montrer. On pourrait
citer aussi les vastes 6tendues de terres inexploit6es a
Ganthier, qui pourtant tardent h tre mise en valeur.
A Ganthier, Sous (la source) Zabet est mieux
connue pour sa reputation de lieu mythique, attirant
des pblerinages de partout. Mais au-dela, c'est le point
de depart d'un cours d'eau abondant, qui pourrait bien
servir h arroser d'6normes superficies de terres dans
sa proximity.
< I n'y a qu'entre 5 a 6 carreaux de terres
irriguees a partir de la Sous Zabet >, temoigne Anicia
Ch6restal, un agronome travaillant dans la zone. < En
dehors de cela, l'eau est utilis6e pour laver les v6hicules
ou sert pour prendre le bain >, d6clare-t-elle a l'agence
Agropresse. Juste a c6t6 de la source Zabet, des
dizaines d'hectares attendent de profiter du pr6cieux
liquide. Mais, du fait de l'absence de canaux
d'irrigation, l'eau se perd a quelques metres desjardins.
Dans la zone de Ti Sous, les gens sont moins
fortunes par rapport a ceux de Sous Zabet. Des
riverains s'attelent a nettoyer un canal des alluvions
qui obstruent le passage de l'eau. Cependant, ce travail
risque de ne pas servir a grand-chose, puisque un peu
plus loin, une partie du canal est complktement d6truite.
Ce qui laisse peu de possibilities a l'eau de la rivibre
Blanche de circuler a travers ce canal. Construit en
1986, le canal s'est consid6rablement d6t6riord par
manque d'entretien et est pr6sentement non utilis6.
Dans la locality de La Mardelle, raconte
l'agronome Anicia, un cultivateur doit verser 650
gourdes pour l'arrosage de sonjardin. Cela repr6sente
un cofit 6norme pour le cultivateur, opine-t-elle.
Pour l'instant, l'entreprise Agropak S.A,
travaillant dans le secteur d'exportations de la mangue
et d'autres fruits, est sur le point de d6velopper un
partenariat avec les planteurs pour les aider a produire
notamment de l'aubergine et du piment dans la zone.
L'entreprise achetera ensuite les produits pour les
exporter sur le march international. Plus de 34
organisations de Ganthier s'engagent d6ji a int6grer
l'initiative. A travers ce partenariat, Agropak fournira
des semences gratuites aux planteurs et leur trouvera
de l'engrais a credit. Toutefois, le succes de cette
initiative depend fortement de la disponibilit6 de l'eau
sur les plantations, done de la rehabilitation du system
d'irrigation dans la zone.
[1] Agropresse est un organe de
communication sp6cialis6, v6hiculant des informations
sur l'Agriculture et l'Agro-transformation. Il est form
de plusieurs institutions, dont :
Veterimed (Elevage, sante animale, transformation du
lait) ; (M6dialternatif (Information, communication et
m6dias) ( SAKS (Communication sociale, radiophonie)
( Group Croissance S.A (Gestion d'entreprise,
marketing, 6conomie, Finance, technologie) ; (GREF
(Problkme foncier) ; ( ANEM (Transformation de
fruits) ; ( ORE (Production et transformation de
c6rdales et de fruits) ; ( GRAMIR (Production de
semences, gestionbassins versants) ; ( Concert Action
(Environnement, production agricole) ; ( ACDED
(Environnement, production agricole) ; ( GATAFI
(Technologie appropriate .


1t
qu
is
>
ie
ie

ss

ti
a
[sp
6g
nd

e:
is(
)ai
on
rlr
rl

p
6i


essentielles de 1
l'6conomie >. D
des proposition
la creation de ch
de traiter d'une

Des oi
corroborent ce
< conform a la
plusieurs point
prisons. Celle
pr6occupante. T
800 d6tenus, act
enferm6s >, sig
des Avocats pou
(CARLI), Rena


AUJUUKU HUI I Page 17


Haiti: beaucoup reste a faire
essentiels dans le domaine des droits Selon M. H6douville, I'Etat est le principal
ies >. Michel Forst a cependant not << responsable de la lenteur des progrbs constat6s au
parity dans les moyens accords a ces niveau de la situation des droits de l'Homme en Haiti.
, celle de la Police b6ndficiant de plus < I y a un manque de volont 6 vident des autorit6s
celle la magistrature. Les r6formes 6tatiques >, affirme le militant. Et il avance pour preuve
ndes de front afin d'6viter que, justice n'arrive pas rapidement, les le Pacte international relatif aux droits 6conomiques
sent jouer a la Police un r6le qui n'est sociaux et culturels >.
Pour les responsables du R6seau national de
nation carc6rale, particulibrement le defense des droits humains (RNDDH), le bilan est aussi
detention preventive prolong6e et la mitig6. < Si on ne peut plus parler de non respect des
?r6valant dans la plupart des prisons droits humains en Haiti, on peut n6anmoins affirmer
alement retenu l'attention du nouvel qu'il y a des violations >, de l'avis Pierre Esp6rance,
plant. Une situation que M. Joanet avait un des dirigeants du RNDDH.
< n qualifiant d'inhumain le traitement a personne. Les citoyens doivent s'organiser, se
onniers, Michel Forst revient sur des structurer en associations afin de travailler ensemble
tes avant lui, entre autres, la procedure pour poser un certains nombre de questions a nos
i immediate pour les d6lits les moins dirigeants et faire pression pour que l'Etat agisse en
nettraient de d6sengorger les prisons. entity responsable >, poursuit-il.
a prison autrement > insiste-il. Le combat pour le respect des droits humains
)rdoccupation majeure de Michel Forst en Haiti est sans aucun doute un combat de longue
on. Pour lui, c'est < une des plaies haleine. Il implique aussi l'engagement de tout un
la society haitienne, une menace pour chacun : du citoyen haitien occupant les plus hautes
)ans ce cas aussi, il remet sur le tapis fonctions de l'Etat au simple citoyen engage dans la
s faites par son pr6d6cesseur a savoir lutte a travers des structures de la soci6t6 civile.
ambres sp6cialis6es < qui permettraient La Communaut6 internationale a aussi son
autre manibre ces crimes >. r6le a jouer, notamment en appuyant les efforts du
gouvernement haitien a cet effet. En ce sens, le nouvel
rganisations militantes haitiennes expert international sur la situation des droits de
s constats l'homme en Haiti, Michel Forst, a annonc6 de
lan dress par M. Forst est justifi6 et nouvelles visites dans le pays notamment en mars, en
r6alit6. Le suivi n'a pas &t6 fait sur juin et en septembre 2009.
ts, notamment la situation dans les Au cours de cette visite de dixjours, qui s'est
du p6nitencier national est trbs achev6 le 28 novembre, M. Frost a rencontr6
'andis que sa capacity d'accueil est de notamment le Pr6sident Ren6 Pr6val, la Premibre
uellement, plus de 3000 d6tenus y sont Ministre Michble Pierre-Lois ainsi que nombre
nale le Secr6taire g6ndral du Comit6 d'organisations locales et internationales travaillant
ir le Respect des Libert6s individuelles dans le secteur des droits de l'homme.
n H6douville.


L'Aide publique au Developpement

a-t-elle encore un avenir ?


(ECONOMIE ... suite de la page 8)
domaine et meme qu'on pourrait avancer que depuis
lors les flux financiers sont surtout orients du sud
vers le nord araison de 350 milliards de dollars chaque
annee.
En fait c'est l'efficacit6 de l'aide en elle-
meme qui est de plus en plus remise en question.
D'apres de nombreux observateurs, six ann6es apres
l'adoption du consensus de Monterrey, le bilan reste
extremement mitig6 tandis que les engagements pris
en faveur des pays en d6veloppement par les pays du
G7 en 2005 sont rests en grande partie lettre morte.
En d6pit des declarations volontaristes et optimistes
du president frangais Nicolas Sarkozy, lors de la
reunion de Doha, la situation n'est pas pres de changer,
crise financiere mondiale oblige.
Cependant la grande question reste celle-ci :
apres Doha, comment la crise financiere va-t-elle
affecter le financement de l'aide au developpement
pour la p6riode 2009-2015. Les objectifs de


developpement du mill6naire sont-ils en peril ?Apres
six annees d'errements et de begaiement, le consensus
de Monterrey est-il toujours fonctionnel ? Ce sont la
des questions auxquelles il faudra r6pondre avant la
tenue du prochain G20 a Londres en avril 2009, pour
que les int6rets du sud non emergent soient pris en
consideration. Et surtout il faudrait que les leaders des
pays les moins avanc6s (PMA) demandent que ces
derniers soient int6gres de fagon nominale et active
aux travaux du G20 car plus que jamais la n6cessit6
d'un G20+4 se fait sentir avec l'int6gration a cette
instance d'un PMA d'Amerique latine, deux d'Afrique
et un d'Asie et Oc6anie.

Pour Haiti en Marche
Azad Belfort,
spdcialiste en relations internationales
DESS de Diplomatie
et d'Administration Internationale
University de Paris 1-Pantheon Sorbonne
Azad59 2009@yahoo.ft


Tourne la tete

Toune la tete, voile-toi la face pour ne pas regarder cette fillette sale en guenilles, gisant dans une
mare de boue.
Toune la tete, obstine-toi a ne pas observer ce petit 6tre enseveli de detritus ayant pour tout voisin
un pore qui se r6gale.
Toune la tete continue a la tourner, ne scrute pas cet enfant dont la peau et les dents servent de
refuge aux poux et aux vers.
Toune la tete pour ignorer ce garconnet malingre au visage 6macid, a la peau endurcie par les
intemp6ries, a la respiration haletante rdvdlant la tuberculose qui l'habite.
Toune la tete, ne vois pas, non surtout pas, ces quartiers immondes, ces flaques d'eau servant de
gite aux moustiques et tenant place de piscine oni enfants de tous ages s'amusent a perdre haleine.
Toune la tete, la ronde des gamins se marie avec la ronde des mouches.
Toune, oui tourne la tete, odeurs pestilentielles, effluves, relents, miasmes se parent pour le bal
des senteurs.
Toune la tete, continue a te bander les yeux pour ne pas r6aliser que le sarcopte de la gale a creus6
dans l'6piderme de tous ces enfants des galeries pour y pondre des ceufs.
Toune, tourne la tete pour ne pas avoir le courage de d6duire que tous ces jeunes sont enferm6s
dans des 6coles sans fenetres sans jardin sans cour, rappelant des cercueils.
Toune, tourne la tete couvre-toi la face, tout le corps pour ne pas voir tant d'horreurs ; bouche-toi
les oreilles, 6touffe les supplications qui montent vers toi.
Toune la tete, persiste a d6tourner lichement le regard, devant l'ceil de la conscience, qui se male
a des soupirs, des g6missements, des hurlements, des rugissements de tous ceux qui les bras tendus
te crient :
Qu'as-tu fait ? Qu'as-tu fait de ton frbre ?
Ne feras-tujamais rien ?
Rita Barrella Pean









LES JEUX


Mercredi 10 D~cembre 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII N0 46


Allez de MINEES a REGROS, en utilisant des mots du du vocabu-
laire frarnais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


J{ El -K v I r t 'A. h.0 D C
y F ip.. C yP x F. R 'I


f.,r c~ P NT
SE LA. A .' P. K T 7
E *i. - E QE fl I I
i: I M' A n S J
f r E h:.u Z P L E Q u

S lA*/NN'. K B'" i A'

bAdeayor Rcralda Anel6 Keane Berqar
Yal.to Br.en; 9nite N ;ll. N r)
KOne- Erwdef Treffi*I l Ibfkahiriic Cuz
B mlucm Tc-i. Kaka Doni. Fahiann -bA is
aul Nte-roDlt Aauero Krtf Ho (UZB
Thni KAJue Diegu VAn Deti Sat Hanhe -ai


HORIZONTAL
1 Temp6tes 2. Etonnaa
3- Compagnie 4. Pronom Amur -
5 Des cltes de la M6dierran6e e
6- Bi6re belg 7. Uniti transcendantale
du moi Pr6position 8. Mobiliser.


VERTICAL
1. Dodeliner-

3. Avenue Ancien -
4 Service de presse Note -
5. Germanium Niche luneraire 6. Aiuisanl -
7 Conjonction Iridium 8. Couteau de boucher.


00 M6lodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit6s du Jour
M6lodie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiBre Raphael


c 'edt A&4eP46it 'eo aC e c /I


En Bref...
consacr << jour de Cuba et de la CARICOM >>.


(... suite de la page 2)


Les Caraibes veulent la fin de l'embargo americain contre Cuba et
honorent Fidel Castro
Les 14 chefs d'Etat ou de gouvernement de la Communaut6 des Caraibes (Caricom) ont
r6clam6 lundi la lev6e de l'embargo am6ricain contre Cuba et rendu hommage au dirigeant
historique de l'ile communiste, Fidel Castro, au cours d'un sommet lundi a Santiago de
Cuba.
"La Communaut6 des Caraibes espere que le changement en cours aux Etats-Unis
rel6guera pour toujours cette mesure aux oubliettes de l'histoire", a d6clard Baldwin
Spencer, Premier ministre d'Antigua-et-Barbuda assurant la pr6sidence tournante du
Caricom, faisant allusion notamment a la promesse du president amdricain Olu Barack
Obama d'all6ger l'embargo impose depuis 1962 a Cuba.
Par ailleurs, le Caricom a d6cern6 son "ordre d'Honneur" A Fidel Castro, 82 ans, qui a
laiss6 le pouvoir enjuillet 2006 a son frere Raul pour des raisons de sant6.
Le Caricom "souhaite reconnaitre publiquement le soutien offert par le compagnon Fidel
Castro a la Communaut6 pour son d6veloppement 6conomique et social", a soulign6 M.
Spencer sans pr6ciser comment ni oni cet ordre serait remis a Fidel Castro qui n'a fait
aucune apparition publique depuis finjuillet 2006.
Le IIIe sommet Cuba-Caricom a &t6 inaugur6 lundi par le president cubain Raul Castro qui
a appelk a une cooperation accrue entre les pays d'Amdrique centrale et du Sud pour faire
face a la crise financiere mondiale.
"Nous avons la possibility de participer activement a la creation d'un sch6ma regional
vaste et diversified qui reconnait le droit a un traitement special et different que m6ritent les
economies plus petites", a-t-il dit.
"Aujourd'hui, nous faisons face a l'6chec de la politique ndolib6rale (...) Toute la chaine
de fonctionnement de l'appareil financier s'est 6croulde et les normes et instruments
imposes par les centres du pouvoir dconomique aux petites nations, comme celles des
Caraibes, sont en crise", a ajout6 Raul Castro qui doit participer la semaine prochaine au
Br6sil a un sommet des pays d'Amdrique latine et des Caraibes sur l'int6gration et le
d6veloppement.
Le sommet Cuba-Caricom se d6roulait lundi a Santiago de Cuba (sud-est), berceau de la
revolution cubaine, en presence de chefs d'Etat ou de gouvernements de 14 pays membres
du Caricom (Antigua-et-Barbuda, Bahamas, Barbade, Belize, Dominique, Haiti, Grenade,
Guyana, Jamaique, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent et les Grenadines, Sainte-Lucie,
Surinam et Trinit&-et-Tobago).
L'impact de la crise financiere mondiale sur les Caraibes, les problkmes alimentaires et
environnementaux, ainsi que les relations entre le Caricom et l'ile communiste, confronted
depuis 1962 a un embargo am6ricain, 6taient au menu des discussions.

Le Premier ministre au M61e St Nicolas
Le Premier ministre Madame Michele Duvivier Pierre-Louis s'est rendue le samedi 6
D6cembre, jour de la d6couverte d'Haiti au M6le St Nicolas. Elle 6tait acompagnde des
ministres des finances (Daniel Dorsainville), de la sante (Dr Alex Larsen) et son chef de
cabinet, le Dr Daniel Henrys.
Apres une visite des lieux, le Premier ministre a parld entre autres de la n6cessit6 de
restaurer le lieu historique qu'est l'Eglise du M6le St Nicolas et de l'urgence de doter cette
ville d'un commissariat digne de ce nom. Elle est retournme dans la soiree de dimanche
dans la capitale avec la d6l1gation qui l'accompagnait.

Le commissaire Dorfeuille ecrou6 au PPnitencier national
Le dossier du commissaire de police des Gonaives, Ernst Dorfeuille, a &t6 transf6rd au
cabinet d'instruction. Le commissaire de police est accuse d'association de malfaiteurs, de
complcit6 d'enlkvement et d'assassinat de sa compagne Monique Pierre. (Le Jeudi 4
d6cembre, il a &t6 6croud a l'issue de deuxjours d'interrogatoire. Ernst Bouquet Dorfeuille
d6fraie la chronique depuis la d6couverte, le samedi 29 novembre 2008, du cadavre de sa
concubine Monique Pierre, les yeux crev6s et avec deux balles dans la t6te. Le
commissaire de police, a l'issue de son premierjour d'audition au Parquet, avait d6plore
le fait que son experience n'a pas &te utilis6e afin de retrouver les auteurs de l'assassinat
de sa compagne. II a estim6 que lajustice, en l'6pinglant pour detention ill6gale d'arme a
feu, se d6tourne de ce qu'elle devrait chercher a savoir, i.e. les auteurs de l'enlkvement et
de l'assassinat de Monique Pierre, a-t-il comment d'un ton calme sans masquer sa
deception.


Page 18


I


SCRABBLE
rrangez les sept elres ci-essous
pour former un mot franr ais

P S

EE N

V I

Solutois de ia semamie p"ste
SERPENT _
le


i .. . .At...... .... ... . ... .. ..IN


f -! r= ,,
11 MI II NI E| j|


MWA


:


-Alf7,.TM^Ttlr tlm M. LI


srreiirn pasir

l Dli Sl
7 0 K 5 E S

C U R S E 5
CloisJi Tl sl


r








Mercredi 10 D6cembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII No 46


MORNE ROUGE
Ak :Michel-Ange Hyppolite

Morne Rouge se istwa youn fanmi ki t'ap viv
andey6, men ki te gen anpil b1l riv pou pitit yo, epi
pou peyi yo. Alaverite, timounn yo te grandi epi yo te
ft lone fanmi-an. Anfkt, tout istwa-a dewoule apati
vivasyon Ti Dodo, madanm li, Rozana epi de (2)pitit
gason li yo: Monpetit ak Marius.
Pandan tout long& istwa-a, ki dewoule nan 266
paj, ot-a pa te janm manke youn okazyon pou li kritike
sosyete peyi Ayiti-a nan dives aspen devlopman li :
sosyal, politik epi ekonomik. Konsa, ot&-a, Jean
Angrand, te pran san li pou li detaye dives konp6tman
mounn ki ap viv nan sosyete lakay-la nan ka lanm6,
enp6tans yo bay vodoun ak sou fason dives mounn
nan peyi-a aprann viv younn ak 16t nan moman difisil
kou nan bon moman.
Youn mounn ki f&t epi grandi Ayiti ka li liv la
ak lide pou li rafrechi lizye kiltir6l-li, epi mounn ki pa
vrlman konnen Ayiti yo vajwenn anpil ajisman anndan
liv-la, Morne Rouge, pou yo dekouvri vivasyon nou
k6m pep ki gen k6d lonbrit nou nan vivasyon peyi
mounn nwa nan kontinan afriken-an.
Nan Morne Rouge, Jean Angrand rakonte
nou youn istwa, men tou li pote vizyon pa li sou kalite
lavi li ta renmen we anndan peyi-a. Nou kab di istwa-
a dewoule sou de teren. Younn, se kote 2 nan akt&-yo,
Ti DoDo ak Rozana ap pale sou pw6p lavi yo ak tout
franchiz. Yo te pale sou ere yo te ft ak sou reyisit yo,
men tout detay sa yo t'ap pase pandan yo ap viv nan
<. Nan sans sa-a, ot&-a tabli youn rap6
dirk ant sa ki ap pase sou late, nan mitan vivan yo ak
sa ki ap pase nan peyisanchapo. Konsa, nou santi
Rozana ak TiDodo te vin tounen de 16t mounn ki ta pe
ch&che mwayen pou yo repare er3 yo te fe nan vivan
yo.
An n'li ansanmyoun moso nan kominikasyon
Ti Dodo ak Rozana nan Peyisanchapo, paske Rozana
te twouve Ti Dodo pa te menm Ti Dodo li te konnen
sou lat&-a. Men paw6l de mounn mouri-yo, ki retounen
viv ansanm nan 16t monn :
oOui, Ti Dodo, patient tu l'dtais au Pays-plein-de-
chapeaux. Ici, [Pays sans chapeau] tu 1 'es moins, je
1 'ai constatt depuis mon arrive. Ilfaut, je crois, que
nous prenions un peu de recul... Quand les
circonstances seront plus propices, je continuerai a
te raconter 1 'histoire de ma vie, 1 'histoire de notre vie. >
Sou youn 16t plan, ot&-a rakonte nou vivasyon
pitit Rozana ak Tidodo yo, Monpetit epi Marius nan
relasyon yo ak dives mounn ki antoure yo pandan yo
nan reyalite lavi kretyenvivan ki ap bouloze sou lat.
Nou renmen fason ot&-a, Jean Angrand,
pwofite sevi ak kwayans vodoun yo anndan liv-la pou
bay Tidodo ak Rozana, ki deja nan peyisanchapo,
pouvwa enfliyanse sa ki ap pase sou tn-a nan vivasyon
de pitit gason yo kite deye-yo.
oMaintenant que nous sommes au Pays-sans-chapeau,
le mieux que nous puissions faire pour lui[Marius]
c 'est de lui venir en aide quand il traverse des moments
difficiles, c 'est 'orienter pour qu 'il n 'emprunte pas
le mauvais chemin que tu n 'as pas su toi-mtme tviter.
> p. 116
Alaverite, istwa-a dewoule sou de (2) tablo ki ap mache
k6tak6t, epi ki gen menm valy. Si gen diferans, se,
younn, pouvwa Rozana ak Tidodo genyen k6m mounn
nan peyisanchapo, sou kretyenvivan yo, epi
dezyemman se nan fason ot&-a eksite apeti lekt&-yo
pandan yo ap li dewoulman lavi Monpetit ak Marius
ansanm ak mounn ki antoure yo ak kalite yo, anbisyon
yo epi defo yo.
Istwa-a enteresan. Li k6manse tou dousman
akyounveye pou lanm6 ki ka dekouraje nou, men gen
anpil leson nan liv-la. Pwen f&b nou kab souliye, se
nan nivo langay oubyen diskou filozofik ot&-a mete
nan bouch Rozano-yo. Menm 1l Rozana ta kab aprann
tout enf6masyon sayo pou kont li, paske nou pa remake
sa part anf6s nan istwa-a, li difisil pou nou bay aktW
ki rele Rozana-a kredi pou lide sa yo anndan istwa-a.
Nou kab plenyen tou pou dewoulman sen lavi
popilk-yo, ki ta dwe pase an krey6l, espesyalman 1l
mounn yo ap kominike ak lwa yo pou yo konnen kisa
pou yo ft devan sitiyasyon difisil yo. De pwen sa yo
retire sou kalite youn istwa merite genyen, ki rele
vresanblans, espesyalman 1 ot&-a ft istwa-a dewoule
tankou youn reyalite. Genyen tou, youn apw6ch
filozofik natifnatal ki ta kab pase nan istwa-a, men ot&-
a te plis ft aspen filozofik-la part anba bouch gwo
ekriven Lafrans yo.
Nan tout pasaj filozofik nou jwenn anndan
liv-la, gen younn ki rete nan lespri nou. < mounn ka fe ere, ni tou pa gen anyen ki tou nwa ni tou
blan. Toujou gen z6n sonb nan lavi nou k6m
kretyenvivan, se senpman nan < youn
mounn ka devwale yo.


I Ti Gout pa Ti Gout ak Jan Mapou


An n'li fason TiDodo ap rakonte youn pasaj
nan lavi-1 pandan li te sou late kbm kretyenvivan :
TiDodo di Rozana :< Je te remercie de ta
comprehension. En te racontant l'affaire de Tante
Zaza, je ne cherche pas d'excuses pour mon aventure
avec Rosie. Et puisque nous sommes si calmes,
pourquoi ne pas te dire que je ne suis pas tout a fait
sfir queje suis le pkre de Philomene[pitit Ti Dodo ak
youn lot fi]. La vie est faite d'interrogations,
d'absence de roponses completes et de demi-v&ritWs.
J'ai 'impression que les doutes subsistent partout et
qu 'ils constituent mtme la trame de la vie de tous les
jours. > ( p. 120 )
Nou apresye tou fason ot&-a mete youn detou
nan istwa-a pou pem&t Marius ak fre senat&-a repare
era yo. Nou ka jwenn paw6l reparasyon fre senat&-a
pou youn abi seksy1 li te komdt nan P. 257
Noujwenn tou kn k ti ere tipografik pasipala
,men se youn liv nou ta rek6mande pou mounn ki gen
17-an epi plis.
Kanta timounn 17-yo, li ta toujou bon pou
gen youn granmounn ki ap gide yo pandan lekti-a,
paske gen plizye sen romans ki merite esplikasyon nan
nivo laj sa-a. Si youn mounn ta vie achte liv ki rele
Morne Rouge ki soti an franse anba plim Jean
Angrand, likab rele nannimewo sa-a : 613-748-4845.
Liv-la gen 266 paj. Pri li se $25.00 kanadyen.

Michel-Ange Hyppolite
(Kaptenn Koukourouj)
Manm Sosyete Koukouy Kanada
michelangehyppolite@rogers. com




"RESESYON" BAY

"DEPRESYON"

NAN LITTLE HAITI

Depi ane 2008-la pese se chakjou k6mantate
radyo ak televizyon ap poze pwoblkm ekonomi peyi
Etazini. Pou koumanse pri kay pike monte. Pri yo te
sitelman grenpe kon sevolan t&t loko, mounn ki gen
kay souri nanbab, men mounn ki pa t'ko gen kay e ki
t'ap reve kay chak swa, vin youn tijan tris. Si pou yo
kwoke makout yo wotW zep6l yo; yo pa p'janm gen
kay. Gen youn moso kay, se rev tout Ayisyen nan
Miyami. Yo bezwen soti nan lwaye. Lwaye se lajan
jete men 16 kay-la se pa-yo, sa bay youn bonjan
sansasyon. Yo santi yo sou youn 16t dimansyon. LU
lafanmi rantre sot Ayiti, yo gen youn kote pou yo
desann, timounn yo gen chanm yo, twalk manman-
papa nan chanm yo. L6t pi gwo satisfaksyon 1 Ayisyen
gen kay ki rele-1 chemdt-chemetrss, se bMl lakou ak
tout kalite fwi. Yo plante mango k6n, mango fransik,
mango timari, kowos6l, zoranj, sapotiy, anfentout
kalite fui ki penmat yo santi yo lakay Ayiti. LU zanmi
vin vizite, yo ft vizite chak chanm ak lakou.
Ane pase 1 pri kay yo te tonbe monte, Ayisyen
nan Miyami pa bay legen. Machann ssvis Imobilye yo
mare tout kalite konbinezyon pou aveg ofisye labank
yo osnon enstitisyon ipotek yo pou yo apwouve
demann kontra yo. Gende kliyan ki pa menm t' ap
travay, osnon lajan ipot&k-la 2 fwa lavalk lajan yo
touche... se pa t'pwoblkm pa yo, Bondye bon y'a
degaje yo. Daye se pi b1l kay la, pi gwo kay-la yo
chwazi, chU osnon bon mache... se pa t'pwoblem pa
yo.
Ekonomi-an tonbe defalke peyi-a dejou-
anjou. Ayisyen kou Meriken ap pedi dj6b yo. Ayisyen
kou Meriken ki fenk achte kay pa ka peye ipotek yo.
Labank ap sezi kay. Timounn pa kajwenn sip6 pou yo
rantre nan inivesite. Fanmiy yo ap deboulonnen. Anfen,
se ladebandad. Se r1 kay makorl. Malgre pri kay yo
desann, taks leta chaje sou kay 1 pri-a te t&t neg pa
desann. Taks anfle kon pye yanm. Asirans gonfle kon
balon. Lajan pansyon evapore kon lafimen. Labank
ap sezi kay, To enter ap monte-desann sou kadans
volonte politisyen yo... Travay ap fe
konpresyon...Anfen-anfen, youn resesyon k'ap bay
depresyon. Youn sitiyasyon ekonomik malouk pou
Ayisyen nan Little Haiti. T&t tout mounn cho... Cho
konve lanp. Y'ap mache y'ap pale poukont yo osnon
youn selila nan bouch yo tankou pe Dezi... Yo pa
p'pale ak pesonn.
Ayisyenk'ap viv nan Little Haiti santi doulk-
ajouk nan zo; se k6msi ou ta chita nanyoun sal silema
w'ap asiste fim <>. Ke
lavi bloke. Younn ap gade 16t men nanbouch. Se oun!
Manman pitit mare vant. Majorite ayisyen nan Little-
la nan lwaye. Lwaye monte t&t nag. Presyon sou yo.
Design District ap pouse desann. Pou wikennArtBasel
youn aktivite kiltirO1 ki anvayi tout anba Little Haiti
depi 40mm ri rive 36dm depi Biscayne rive North
Miami avni, gwo atis soti toupatou vin ekzpoze "rev"


Page 19


yo nan Z6n nan. Nan bout anwo menm kidonk 79dm
ri, gen 4 gwo papa bilding 13 etaj ki monte nan sy1 ki
deja bay enpresyon vil Miyami pral gen 2 downdown
ki pral bay lebra anvan lontan. San yo pa lage chen
d&ye Ayisyen ofisy6lman, anpil nanyo ranmase karaktW
yo, deja kite al viv nan North Miami osnon al nan
Broward.
Komesan ayisyen nan Little Haiti ap rale ke
rat. Y'ap bat dlo pou ft bb. Kliyan yo se Ayisyen.
Ayisyen raze, neg pa ka depanse. Se younn nan pi
gwo kritik biznis ayisyenyo. Yo pajanm chache lonje
men rale kliyan etranje. Nan youn restoran chinwa,
nonslman se Chinwa sdlman k'ap prepare epi sevi
manje; majorite kliyan yo se etranje. Tout gwoup etnik
renmen manje chinwa. Li bon. Li gou. Li pa gen grts
ki pral monte nivo kolestew6l ou. Men kanta pou biznis
ayisyen tankou restoran yo an premye, se pou Ayisyen.
Kidonk, Ayisyen ap pedi travay, biznis sa yo ap fR
bekatL.
Ayisyen nan Little Haiti k'ap travay toujou
ap touche salk minimum, lwaye pa kab peye. Taks
aryere. Presyon Proje "Miami-21" ap devlope... Se
konsa Ayisyen ap viv nan youn laper&z latranblad san
konnen sa denmen ap pote pou yo. Anpil nan yo ap
konte grenn sab b6 lanm&. Anpil16t ap monte desann
ap chache kot lavi ft kwen.
Nan Ayisyen k'ap travay yo, detanzantan
kouri al nan mezon transft voye youn ti kraze lakay.
Yo chaje telef6n lafanmi, konsa, yo ka pale ak yo pou
bay yo kouray. Depi yo kapab, yo voye youn ti
pwovizyon. Mwen konnen youn zanmi ki fR li
obligasyon voye youn ti manje chak fwa li touche
< m'ap soutni Ayiti li di mwen ak youn ti souri, sa ou
vle-n fR! N'ap ranpli devwa nou!>> Si restoran ak
biznis transft ap bay enpresyony'ap fonksyone, mounn
ap rantre soti, chif dafR transft yo pa menm. Restoran
yo sevi mwens. Yo jete plis manje.
Nan Little Haiti kondisyon ekonomik peyi-a
ft kominote ayisyen-an anbreye sou bak. Younn nan
radio ki pi popilk yo: Radyo Mega, radyo Lakansykl
releye chak jou pou ft Ayiti konnen sa k'ap pase
Miyami ftmen p6t li depi 4 senmenn. Nan menm
moman direkt&-aAlex Sainsurin pedi youn pitit gason-
1 (li poko tw6 ta pou nou renouvle-1 kondoleyans nou)
.Ak radyo Mega ki tonbe plis pase 100 emisyon radyo
pa senmenn tonbe tou. Emisyon edikatif tankou
Carrefour, Anten Koukouy, Gade Tet ou, Dekabes, Tas
Kafe, Radyo Lekl6, Punch Tropical, Koze Fanm,
Iwoloji an aksyon ak doktW Angelot Gousse... Tout
b6l emisyon edikatif sa yo dispardt kon kout zeklk.
Plis ank6 Island TVbyenke li vin travay 24 sou 24
men li monte dijital; pou kominote-a kapte-1 f6k yo
gen oun bwat dijital. Sa vle di plis depans pou youn
kominote k'ap deseche ekonomikman. Aktivite kiltir1l
yo an b&s. Festival Rasin bwd dlo. Aphec International
ak Anna Pierre anile gala any1l li akoz piblik-la pa
reponn. Youn kokennchenn konpleks kiltir1l bati nan
Little Haiti, fini depi 2 mwa. Jouk kounye-a li poko ka
an aksyon akoz poko gen lajan pou bidj.
Tan-an monstre...Youn manman sikl6n
represyon 5em degre ap travese peyi Etazini. Youn
nyaj gri fonse ap flannen nan l1-a sou Little Haiti.
Youn sitiyasyon ekonomik malouk pou dechouke
lespwa youn lavi miy6 ki toujou chita nan r&v chak
grenn Ayisyen k'ap viv nan ke little Haiti. Pwason
nan ch6dye pa pe piman..Se soulye ki konn si chos&t
gen twou... Apre move tan se va bon tan!

Jan Mapou
mapoujan@bellsouth. net


LIV KI FENK PART :
-The idea of Modernity in Haitian Contemporary
Art:
Phillippe Dodard
Florida Phrase Book (English-French-Portugese):
Educa Vision
Sparkles of Love : Hebert LOGERIE
Etincelles de l'Amour Hebert LOGERIE
Tropical Paradise :
Le m'pa we Solky-la : Jean- Michel Daudier
Universal spiritual revival: Roseline Gaston-
Rabouin

============================
YOUN BON KADO POU FET LA

KREMAS MAPOU

The Best Haitian Drink in Miami
According to New Times

Distributed exclusively by : Libreri Mapou

5919 NE 2nd Av. Miami, Fl. 33137
Tel: 305-757-9922/299-9918
mapoujan@bellsouth.net


...... ............ ... . ... .. .. I i n -II


I









BACK PAGE


Mercredi 10 D~cembre 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII N0 46


Haiti prochain Biafra ou Darfour (


(HUMANITAIRE... suite de la page 6)


Voilh plusieurs mois que la loi Hope 2 a &te vote aux
Etats-Unis, c'est seulement le 25 novembre dcoule que sort
dans Le Moniteur l'arr te portant creation de la Commission
de Mise en (Euvre de la loi.
Que s'est-il pass en Haiti pour expliquer un
revirement aussi dramatique ?
Ni un s6isme de dimension cataclysmique ... Ni la
grande peste ou une 6pid6mie de cholera.
Ni un massacre ethnique.
Ni une guerre civile comme en RDCongo ou en C6te
d'Ivoire. Ni m6me une veritable crise politique a la manibre de
la Bolivie du president Evo Morales avec menace d'une
partition du pays.
Est-ce la d6mocratie qui nous va si mal ?
En trente ans a peine, Haiti a fait un recul rien de
moins qu'abyssal !
Est-ce la dictature qui 6tait pour nous un meilleur
regime ?
Rappelons qu'au m6me moment (les anndes 70-80),


Angelina Jolie

reste l'actrice la mieux

payee de Hollywood
Angelina Jolie reste l'actrice la mieux payee de
Hollywood, selon la liste &tablie par le magazine specialist
The Hollywood Reporter, mais les cachets des grandes stars
du cinema amdricain sont en baisse et restent bien infirieurs a
ceux de leurs collogues masculins.
Angelina Jolie, qui est Ag6e de 33 ans, a touch cette
annde 15 millions de dollars pour sa prestation dans le film














L'actrice amdricaine Angelina Jolie qui a recemment
visitW les enfants d'Haiti pour une secondefois
comme invitee du chanteur WyclefJean
d'action "Wanted" et pourrait engranger 20 millions
suppl6mentaires pour une suite. La compagne de Brad Pitt a
6galement figure dans "L'Echange" de Clint Eastwood.
La deuxieme place du classement est occup6e par une
revenante, Julia Roberts, 41 ans, de retour a l'6cran apres une
longue absence pour cause d'engagements familiaux. Elle a
gagn6 15 millions de dollars pour "Duplicity", qui sort en 2009.
Reese Whiterspoon, qui a 32 ans, est troisieme avec
14 millions de dollars pour son apparition dans une com6die a
succes, "Quatre Noel". Elle avait remport6 un Oscar pour sa
prestation dans "Walk The Line" en 2005.
D'autres grandes stars comme Halle Berry ou Nicole
Kidman ne parviennent plus a gagner 10 millions de dollars
par film, alors que des Brad Pitt ou Johnny Depp, selon le
Hollywood Reporter, touchent 15 a 20 millions par film.
Mais les acteurs ont 6galement vu leurs cachets baisser,
a l'exception de Will Smith, star des films a succes "Hancock"
et "Je suis une 16gende", qui peut encore demanderjusqu'a 25
millions de dollars par film.


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94h Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979

New York (914 358-7559) Boston (508 941-6897)
Montreal (514 337-1286)
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche hughes. net
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


on avait enregistr6 un mouvement de retour
des 6migr6s (du moins les jeunes
professionnels forms a l'ext6rieur), tandis
qu'aujourd'hui c'est le contraire. Tout le
monde fout le camp !
Qu'est-ce qui nous vaut un
changement aussi radical de traitement ?
Est-ce du fait que l'6conomie
mondiale ait change totalement de direction,
les emplois atterrissant plut6t en Chine.
Pourtant notre voisine, la R6publique
dominicaine, ne semble pas trop mal s'en tirer
Est-ce l'instabilit6 politique ?
Pourtant il y a eu deux coups d'6tat (ou m6me


Ecrivain
(... suite de la page 12)
Le premier, celui des Antillais, est quelque peu
marqu6 par le pessimisme et la d6ploration.
Raphael Confiant a ainsi prononc6 une "Elkgie
pour une langue qui se meurt" (le creole),
tandis qu'Ernest Ppinparlait d'une litt6rature
antillaise "dVterritorialise ", "sans autoritW
qui decide ni de sa diffusion ni de sa
promotion". "Nous sommes une litterature
solitaire et peut-etre sans territoire", a-t-il
conclu. Le second point de vue a &td d6velopp6
par les auteurs anglophones, hispanophones
ou francophones, parmi lesquels Roberto
Zurbano, de La Casa de las Americas : "Nous
ne sommespas en competition avec les autres
grands diteurs. Nous avons notre propre
march. Ilfaut cesser depenser qu 'il n 'yen a
qu'un, qui serait celui de la mdtropole. "
Rodney Saint-Eloi, 6crivain haitien et 6diteur
(M6moire d'encrier) a r6agi fortement contre
une forme de "victimisation" : "Je nepartage
pas cette vision d'un espace complex. Nous
devons cesser de nous autoditruire. La
Caraibe existe bien, c'est un lieu, un


les Ameriques ?
plus depuis la chute de la dictature en 1986) et dont
les supporters internationaux de l'ancien regime
auraient pu profiter pour rectifier le tir. Comme ils
l'avaient toujours faitjusqu'ici ...
Alors est-ce la d6mocratie qui ne nous porte
pas chance et qui nous va si mal ?
Ou le Sida, que sais-je ?
Ou est-ce qu'aujourd'hui plus que jamais il
ne reste plus personne (homme ou femme, jeune ou
vieux) pour assumer la responsabilit6 de ce pays et
l'empecher de glisser lentement mais sfirement dans
ces habits << pbp >> de Biafra ou de Darfour des
Amdriques ... avant son heure !
Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


s cara'ibes
imaginaire. II est grand temps de renverser le regard,
de diplacer la periphdrie et de se voir caribbens et
habitants du monde. Oui, il faut que nous nous
regardions avec plus de disir.. "
Malgrd ces oppositions, le Congrbs s'est
achev6 sur la signature d'une charte et la creation de
l'Association des 6crivains de la Caraibe. Une structure
dont la premiere tAche sera de mettre en place
notamment un fonds d'aide a la traduction, une
bibliotheque itindrante, un prix litt6raire. Le tout avant
la tenue d'un prochain congres, prdvu en 2010, dans
un lieu qui reste a d6finir. Sur ce point, Lyonel Trouillot
a son id6e. "II nefaudraitpas que ce Congres devienne
une arme aux mains des intellectuels tourmentes
antillais pour obtenir plus de pouvoir, de
reconnaissance ou d'argent de la part de la France.
A ce titre, je pense que Cuba et Haiti ont un r6le
determinant ajouer dans cette aventure. Cuba parce
qu 'il a un avantage institutionnel sur les autres avec
Casa de las Americas, qui est une vraie force de
propositions. Et Haiti parce qu 'ily a la population et
l'anciennete de sa litterature."

Christine Rousseau


* 4 : I~i fTj 4


-II---


Nous somnms
sp6cialisem dans...
Cargo 066r1, Bwarl,
Prodults p6rtmeables, I
pmronnui. Produa
explosir, Tout.. diu
d matrietas


~-i~- C



mow"ct


Doo


POUR VOS RESERVATIONS DE CARGO, APP LE

1-800-927-6059
ou cnvyez nous un e-maul a-u ffi .r0C


NEW
ir to Door Serwice
Is available.


ADOMI PURCHASING AgUENCY 3" T CT"" re CeAK EF Eetn p otrclon

Tel.: 7B-457-S3 *- Farc 305-75079 arra paemsateo Pa* atuIll I pWr umS


Page 20


Id... ....... .... ........ .. ..


roiona




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs