Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00322
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: October 1, 2008
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00322
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00010-01-2008 ( PDF )


Full Text

















ASSISTANCE AN


Aide-toi, le
MIAMI, 27 Septembre -Al'cole on nous
avait appris d&s le premier jour cet aphorisme :
< aide-toi le ciel t'aidera >
C'est ce qu'a compris apparemment le
gouvemement Rend Prdval-Michele Pierre-Louis.
Le gouvemement haitien a fait comme Maitre Jean-




WK'iQL


Jacques (en francais s'est d6mend comme il peut)
pour engager pres de 200 millions de dollars du
trdsor public national (environ 8 milliards de


(EC RETICENCE


clel tfaidera!
gourdes) dans un programme d'urgence pour faire
face aux premieres consequences des 4 temp6tes et
ouragans qui ont frapp6 le pays en l'espace de
quelques jours.
Peu aprIs, le president Rend Prdval
s'envolait pour les Nations Unies, a New York, pour


participer aux travaux de la 63e Assembl6e Gendrale
de 'ONU.
(ASSISTANCE / p. 4)


Notre environnement, nos mythes !
PORT-AU-PRINCE, 26 Septembre Il ne berceau fait de paille ; il fut baptism par Jean Baptiste
faudrait pas oublier combien la nature est lide h nos dans une rivibre, rencontrera Satan dans le desert et
croyances. J6sus est nd dans une table, richauff6 vdcut son agonie dans le jardin de Geths6mani.
par le souffle des animaux de la ferme, dans un Orph6e s6duisit Eurydice en jouant de sa
flfte taill6e dans un roseau ...
Dans la mythologie
germanique, c'est le cygne
l'animal sacr6 symbolisant le
sauveur providentiel, et l'6pde
sacrde lui est remise par << la
dame de la rivire >>.
Dans toutes les
croyances, la nature joue un
r6le central. Nature et culture
sont ins6parables. Les deux
visages d'une meme reality.
Aujourd'hui en Haiti
que nous devons refaire notre
environnement, il ne faudrait
surtout pas l'oublier. Ni le
sous-estimer.
Car plus que tout
L 'actrice Mia Farrow visitant un abri provisoire aux GonaYves lors autre, nous Haitiens
d'une visite de 3jours en Haiti ~ I 'invitation de I'Unicef (photo Minustah) (ENVIRONNEMENT / 12)


Rene Preval / ONU
"La charity n'a
jamais aide aucun
pays a sortir du sous-
developpement
Vendredi 26 septembre, 10 heures AM, le
President Rend Prdval prononcait son discours
devant la 63 eme Assembl6e G6nrale des Nations
Unies.
Le chef de 1' Etat Haitien a commence
(voir Preval/ONU / 6)


Rene Freval devant I Assemblee generale
de 1'ONU

Delicate position

diplomatique d'Ha'ti
PORT-AU-PRINCE, 25 Septembre -
Le President Rend Prdval prononcera le vendredi
26 septembre a 10 heures AM son discours
devant l'Assembl6e g6ndrale des Nations Unies,
SNew York.
La position d'Haiti, toujours
diplomatiquement assise entre deux chaises, est
encore plus delicate cette ann6e.
Voyons. D'un c6t6, la crise financiere
internationale, qui a sa base aux Etats-Unis,
domine les discours des chefs d'Etat et de
gouvemement des grands pays capitalistes qui
ne savent trop comment en sortir.
De l'autre c6t6, les nations latino-
americaines se saisissent de la tribune de 1'ONU
pour stigmatiser < l'avidit 6 de ces memes
grands pays consid6rde pour une bonne part
responsable de la crise globale traverse par le
monde entier, et qui fait beaucoup plus de tort
aux nations en d6veloppement et/ou en sous-
developpement. (DISCOURS / p. 8)


1 Livraison d'argent domicile Appelez sans frais:
en moins de deux heures USA/Canada:
* CAM Pickup, le plus grand r6seau de la Rdpublique. 1-800-934-0440


* Dp6t dans n'mporte quelle banque en HaIt.
* Grande varidt de products alimentaires
de meilleure qualft, sur le march.


Haiti: 800-256-8687
wwwcamfransfer.com
^ 1. il :0 A* C tL 1 4i
man i CH "-t 0iL '. ,


Le Premier ministre Mine Michele Pierre-Louis en visite d'inspection aux Cayes (Sud)
en compagnie d'officiels haitiens et de la Minustah (photo de courtoisie)









Page 2


I EN PLUS...


USA PRESIDENTIELLES

Debat : McCain n'hesite pas A

utiliser les memes vieilles cartes


MIAMI, 28 Septembre En
1980, le candidat Ronald Reagan
gagna le d6bat face au president Jimmy
Carter en le traitant de < president
malaise. >>
A l'6poque c'est le candidat
rdpublicain qui symbolisait le
<< changement >> face A un president
d6mocrate qui n'avait pas r6ussi A
obtenir la liberation des membres du
consulat amdricain en Iran gard6s en
otages pendant de longs mois par des
partisans du regime islamiste de
l'Ayatollah Khomeiny.
Deja l'Iran !


Prbs de 30 ans plus tard, c'est
A peu de chose prbs sur le meme script
que le rdpublicain John McCain
affrontait vendredi soir (26 septembre)
le candidat d6mocrate aux
pr6sidentielles du 4 novembre
prochain, le m6tis Barack Obama.
A savoir qu'avec les
R6publicains c'est cool, laissez-vous
faire, on a l'exp6rience, tout ira bien !
Tandis que les D6mocrates ce sont des
prophetes de malheur. Des migraineux
qui ne savent qu'agiter des scenarios
alarmistes. Bref, des masochistes. Et
avec pour toute arme leurs grandes
theories auxquelles le peuple
amdricain ne comprend pipette.
L'ennui c'est que nous
venons de passer deux mandats d'un
president rdpublicain nomm6 George
W. Bush et que les Etats-Unis sont en
train d'affronter, sans trop savoir
comment s'y prendre, la crise
financibre la plus terrible depuis la
Grande depression des anndes 30.

Tout va tres bien
madame la marquise! >> ...
Mais qu'importe, c'est la
meme vieille partition qui fut reprise
par McCain dans le d6bat avec
Obama.
A propos de la crise
financire : vous allez voir, nous
allons tout r6nover A Washington ainsi
qu'A Wall Street !
Si nous avantageons
fiscalement les plus fortunes, c'est
parce qu'ils cr6ent toujours plus
d'emplois !
Mr. McCain a-t-il r6cemment
dit, A la veille meme de cette crise, que
<< les fondamentaux de l'6conomie
sont solides > !
Il r6pond comme s'il n'avait
pas bien entendu la remarque : Moi,
j'ai confiance dans l'ouvrier
am6ricain.
Bref, l'incarnation parfaite
de la fameuse chanson < Tout va trbs
bien madame la marquise >>.
Concernant l'Irak
(pausez !) : Les Etats-Unis sont en
train de gagner la guerre. Des lors,


nous allons enlever toute possibility A
Al-Qaida d'6tendre son influence dans
la region. Et onpourra plus facilement
lui r6gler son compte en Afghanistan.
Le peuple am6ricain sait qu'il
peut nous faire confiance !
Monsieur McCain, quelle est
votre politique face A une Russie qui
ne cache nullement ses ambitions ?
R6ponse : je vais crder une
alliance des d6mocraties pour arreter
la Russie !

Aussi simple que cela. On
peut mettre les enfants au dodo sans


aucun souci. Everything is under
control !

Des v6rites de La
Palisse ...
En face, le candidat
d6mocrate Barak Obama ne peut
s'empecher d'etre parfois d6sarqonn6
par tant de fausse naivet6 ...
Lui peut bien ne pas
commettre une seule erreur. Il est
rationnel et au faite de toutes les
questions qui agitent notre monde.
Il r6pond avec exactitude
qu'il ne faut pas encourager la Russie
dans une posture de Guerre froide
mais plut6t mettre en avant ce que
<< nous avons comme int6rets
communs, telle la recherche de la
prosperit >> et non ce qui 6loigne car
la Russie possede elle aussi des
moyens de d6truire la planted.
Qu'importe, McCain
continue d'ass6ner ses v6rit6s de La
Palisse, essayant constamment de
prendre son adversaire A rebours au
moment meme on celui-ci se lance
dans une de ses demonstrations les
plus s6rieuses. En un mot, jouant la
foi du charbonnier contre la logique
intellectuelle ...
Au lendemain du d6bat, on
gardait une impression mitig6e. Et
pour cause. Pour la majority, c'est
fifty-fifty. Cependant deux sondages
effectuds sur le vif pour CNN et CBS
donnent une avance A Barack Obama.
Quoi qu'il en soit, c'est A sa
facon John McCain qui a cree la
surprise. II a repris A peu pres les
memes cliches qui depuis Reagan ont
permis aux candidats rdpublicains A la
pr6sidence de passer par-dessus tous
les problkmes les plus graves de notre
temps (George W. Bush battant Al
Gore, puis John Kerry alors que
intellectuellement il est insignifiant A
c6t6 d'eux) pour arracher le vote du
peuple amdricain.

Recession longue et
douloureuse >>...
Les conseillers de McCain
(DEBAT/ p. 3)


EN BREF ...


Mercredi ler Octobre 2008
SHaiti en Marche Vnl XXIIT N 36


Appel a la mobilisation nationale lanc6 par le President de
la Republique
Le president Rend Prdval a lanc6 un appel A une mobilisation nationale en
vue de la reconstruction d'Haiti, affected par les dernires intemp6ries de
1'Ft& 2008.
De retour en Haiti le dimanche 28 septembre, apres avoir particip6 A la 63e
Assemble g6ndrale des Nations Unies, Rend Prdval affirme miser sur la
mobilisation des ressources humaines du pays pour redresser la situation.
< La mobilisation est la vraie ressource pour reconstruire le pays. Ce ne
sont pas des ressources financieres, mais des ressources humaines. Cela
doit se faire en Haiti >, a d6clard le chef de l'Etat haitien.
Invit6 par le journal amdricain The Miami Herald A une conference pour le
vendredi 3 octobre A Miami (Floride), Prdval annonce qu'il va continuer A
sensibiliser la communaut6 internationale autour de la cause haitienne.
< Je vais mobiliser, je vais sensibiliser notamment le secteur priv6
international >, a fait ressortir le chef de l'Etat haitien.
Devant la tribune des Nations Unies, le 26 septembre, Rend Prdval a
demand A la communaut6 internationale de changer de paradigme dans sa
cooperation avec Haiti, en encourageant, de pr6f6rence, ce pays A valoriser
son potentiel.
De retour A Port-au-Prince, le chef de l'Etat croit que < nous devons nous
mobiliser pour reconstruire le pays >.

Le Premier ministre en visite d'6valuation dans le Sud
Le Premier ministre Michdle Pierre-Louis a promis mercredi l'aide
gouvernementale aux populations sinistr6es du d6partement du Sud lors
d'une tourne d'dvaluation post-cyclonique l'ayant conduite notamment
aux Cayes. Le chef du gouvernement qui s'est rendu compte
personnellement de l'6tendue des d6gits, a d6clard vouloir faire < tout ce
qui est en son pouvoir > pour amdliorer le sort des victimes de la region on
la temp6te tropicale Gustav avait laiss6 un lourd bilan au milieu du mois
d'aoft.
Rappelant qu'un programme d'urgence d'un montant de 200 millions de
dollars amdricains serait rapidement op6rationnel, Michble Pierre-Louis a
fait savoir que le gouvernement ne saurait rester indifferent vis-A-vis du
d6sespoir de la population.
Se trouvaient notamment aux c6t6s du Premier ministre, les ministres de la
sante, Alex Larsen, des travaux publics, Jacques Gabriel, de l'agriculture,
Joanas Gud, de l'int6rieur, Paul Antoine Bien-Aim6 ainsi que quatre
D6put6s du d6partement.
Lors de deux d6placements pr6c6dents, Mme Pierre-Louis s'6tait rendue
successivement aux Gonaives et A Ennery, deux villes de l'Artibonite
(nord) cruellement touches par le passage des cyclones Hanna et Ike, au
debut du mois.
Ces intemp6ries en cascade ont fait au moins 500 morts, 69 disparus et
plus de 800.000 sinistr6s A travers le pays.

Le directeur du bureau regional de 1'UNESCO pour
I'Amerique latine et la Caraibe en visite en Haiti
Cette visite s'inscrit dans le cadre d'une reprise de la cooperation entre
l'Etat haitien, l'Institut de sauvegarde du patrimoine national (ISPAN) et
1'UNESCO sur le projet de restauration des monuments historiques.
< C'est une convention qui donne A l'Etat la responsabilit6 de prendre
toutes les mesures n6cessaires pour la conservation et la gestion des
monuments nationaux du patrimoine mondial >, a rappel6 Hermann Van
Hooff.
Durant son sdjour, M. Van Hooff a visit la Citadelle Laferri&re et le Palais
Sans-souci au Cap-Haitien, le Mus6e du pantheon national (MUPANAH)
et le mus6e d'Art haitien. Il s'est entretenu avec Jorge Ivan Espinal, chef
du bureau de 1'UNESCO A Port-Prince, Olsen Jean-Julien, ministre de la
Culture et de la communication, Daniel Elie, directeur g6ndral de 1'ISPAN,
Patrick Delatour, ministre du tourisme, Jean Coulanges, secr6taire
permanent de la Commission nationale haitienne de la cooperation avec
l'UNESCO, Henri-Robert Jolibois, architecte-restaurateur au bureau du
premier ministre, Heidi Annabi, Repr6sentant special du secr6taire g6ndral
de l'organisation des Nations-Unies en Haiti.

Le Programme alimentaire mondial lance un appel urgent
en faveur d'Haiti
La directrice executive du Programme alimentaire mondial (PAM), Josette
Sheeran, a lanc6 un appel samedi, lors d'une conference de presse A Port-
au-prince, en vue de rdcolter des fonds pour aider Haiti.
"Haiti fait face A plusieurs d6fis, mais c'est un vritable d6sastre qui a
frapp6 les gens. Nous devons agir vite, maintenant, car des gens sont en
train de souffrir. Nous avons besoin de l'aide maintenant, les populations
d'Haiti ont besoin de notre aide pour faire face A cette crise", a d6clard
Mme Sheeran.
Au terme d'un sdjour de 72 heures en Haiti on elle a visit la ville des
Gonaives, la directrice du PAM a insist sur la situation catastrophique qui
prdvaut dans cette ville.
Actuellement, l'organisation onusienne fournit une ration alimentaire A
plus de 500.000 Haitiens, dont la moiti6 dans la seule ville des Gonaives.
"Notre objectif c'est atteindre 800.000 personnes dans les six prochains
mois A travers le pays", a indiqu6 Mme Sheeran.
Selon les autorit6s haitiennes, plus d'un million de personnes ont 6te
sinistries par les passages successifs de trois ouragans, qui ont aussi fait
plus de 500 morts.
"Sans l'intervention et le soutien du reste du monde, les Haitiens, qui font
face A un d6sastre de dimension pique, pourraient connaitre une situation
plus tragique", a averti Mme Sheeran.
"Le monde doit r6pondre A notre appel en faveur de ce pays. On a besoin
d'une aide d'urgence. Les d6gits causes par les cyclones sont
consid6rables et ont un impact terrible sur la vie des gens", a-t-elle insist.
A long terme, le PAM envisage d'aider les agriculteurs haitiens et veut
encourager la politique de relance de la production agricole du
gouvernement du president Rend Prdval.
Le PAM, qui offre 6galement un plat chaud A des milliers d'6coliers
haitiens, est en train d'aider A la rehabilitation d'une cinquantaine
d'6tablissemnts scolaires d6truits ou endommag6s durant les r6centes
intemperies.

L'inskcurite alimentaire nous guette, selon la CNSA
La Coordination nationale de la s6curit6 alimentaire (CNSA) lance un cri
d'alarme : plus de 3,3 millions de personnes, suite aux derniers ouragans
qui ont frapp6 Haiti, sont estimdes tre en ins6curit6 alimentaire. Les
quatre temprtes tropicales et cyclones qui ont frapp6 le pays de la mi-aofit
(EN BREF / p. 18)


li ..... A............ .... ... .. I


-...j


j








Mercredi ler Octobre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N 36 L1UALIE EN M

! ii !llB t :


I a&of S&I s B


"Copyrighted Material

S Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"








S *IA... W@ ..in w Wa-Og A tiiiiii lB oii %iii :
^^^^^^B^^^ '*HBI ,,,^^^^^^^^^^^^ ^^^^ l^^^^^^F" ^^^^^^ Ur^ ^^^!


"^' a*' '",, '"" "' **,


IN OnfA II


L -UNI

1 ASSURANCES


La UniAssurances S.A csire recnuter
un Directeur G neral


Dbat ...
(... suite de la page 2)
ont choisi cette fois encore la meme tactique. Reagan
ne disait-il pas : On ne change pas une formule qui
marche !
Est-ce que quelque chose a aujourd'hui
change ? Tant que le thditre des operations se trouve
ailleurs (en 1980 c'6tait l'Iran de Khomeiny, en 2004
l'Irak et aujourd'hui a nouveau l'Iran de Ahmadinej ad
- tous ces noms que le candidat rdpublicain fait meme
exprbs d'6corcher pour marquer aux yeux du peuple
am6ricain a la fois sa defiance et sa sup6riorit6, comme
le fameux << empire du mal > de Reagan a l'adresse de
l'Union sovi6tique), tant que le centre de preoccupation
- strat6giquement, quand ce n'est pas artificiellement,
cibl6 se trouve loin des Etats-Unis et des problkmes
quotidiens du peuple am6ricain, le scenario a la
Hollywood (jouant sur la tradition des films am6ricains
oin la fin est toujours heureuse) pouvait probablement
passer plus facilement.
Mais aujourd'hui que le probleme est
domestique et jusqu'a present quasiment insoluble -
la menace d'une << rcession longue et douloureuse >>,
pour r6p6ter le president Bush lui-meme, le peuple
am6ricain va-t-il se montrer plus 6veill6 ?
Il ne reste plus que d'attendre. Les elections
c'est dans un mois presque jour pour jour.


Haiti en Marche, 29 Septembre 2008


RESPONSABILITES PRINCIPALES
* For m 4t. pour e Corteil d'ArninistrOin.,
l slralAgie g6&6rale de I'enlreprie :
j Assurer lk gestlon quolklerne de kl compognie :
SSupe iser Iravad des Responsabtes de Divins :
SVeller tko cl6finiton adcqute et 6 la compltitivile
drs poCdIiUS offerit;
: Assurcr k promolimon efficieiReCrl de pcduits;
SAirc cier iles iAqLue$s de op rfoionc geronlir lo roclcolivoI
et s recouwement s h rhance des prices :
SSuperver I'evoluaton des. sbiitres el Ie palemeent des rtcknmartl;s:
SG,6rer les relations awvec es irassurai. :
SSkfwvimr k gesson du portelui de p4cements,. lo compiabilitf
st kes finance d I'etreprisr :
S V*eler u respect Z procL*de opertionnelles el i'osurer
que rous Le Iy" ee locr1rSonnerl1 iparroitemen1.


EXIGENCES DU POSTE
,* tre db elenle d'un diplome du rnveau de Icence.
avec une sp6clalsaion en Finance eltou Assuravce:
* Aowr une borw conrwaissnce du me1ier d'aureur:
* Jour au minimum de cnq 15) ans do'etp6riencf cans dis
posiiion cds responsabtrild ou sin d compognis'
d'mssurorce recorvveis:
* Bonne ccoacie de cemnwjnicalin fcdle el crle
en raniois ar ean crIgkid~

REM UNERATION ET BN F~ICES 5OCI AU X
* Saolre cormpdeitf qui rIent couple de I'exparlence :
* 8rn6f-es socioux avantageux : asswrace madode / vie.
pkr',I '6pr n donrs amrriccins, pF~t 6 des
1ou.x pr6FrenericL,. primes cfrvereS...
VEUILLEZ FAIRE PARVENIR LE! PICES SUIVANTES :
CLurrculum vitae el lellre de mollhation B I'codresse ci-dcassous.:


N^


1~
I's~


%am#" r TV A


SI Page 3

ANALYSE SOMMAIRE
Aide-toi, le ciel t'aidera p.1

PREVAL DEVANT L'ONU
<< La charity n'ajamais aid6 aucun pays a sortir
du sous-d6veloppement>> p.1
Discours devant l'Assembl6e Gendrale p.6

EDITORIAL
Delicate position diplomatique d'Haiti p.1

NATURE & CULTURE
Notre environnement, nos mythes p.1

US PRESIDENTIELLES
McCain n'h6site pas h utiliser les memes
vieilles cartes p.2

INVESTISSEMENT NATIONAL
Premiers deux cent millions de dollars pour
soulager les populations sinistrees p.3

ECONOMIE & POPULATION
Plus de 3 millions de nos concitoyens guett6s
par 1'insecurit6 alimentaire p.3
Manifestation des sinistrds a Marigot p.5

DIASPORA
Des congressmen pressent l'administration Bush
d'augmenter l'aide humanitaire a Haiti p.5

ARTS & CULTURE
Hector Hyppolite : ruse et subversion p.10
Mort de l'acteur Paul Newman p.19

LIBRE PENSEE
Vulnerabilit6 p.16
Que faut-il faire ? p. 16


-L r









ANALYSE


Mercredi ler Octobre 2008
1 Hai~ti en Mairche Vol XXII No 36


ASSISTANCE AVEC RETICENCE


Aide-toi, le ciel t'aidera !


(ASSISTANCE... suite de la lere page)
Pendant une semaine, il a rencontr6 de
nombreux chefs d'Etat, responsables d'institutions
internationales et PDG d'entreprises priv6es et
publiques devant lesquels il a plaid sans relAche la
cause d'Haiti et la n6cessit6 de nous apporter une aide
plus substantielle sans quoi le pays ne se rel&vera pas
car les d6gdts causes par les ouragans repr6sentent << un
retour en arribre de 5 annies >>.
La strat6gie du gouvernement haitien sera-t-
elle payante ? Arrivera-t-elle a relancer la solidarity
international ? Car au moment oi l'on parle, les
Nations Unies n'ont collect pas plus de 7% des 107
millions de dollars sollicit6s pour venir au secours des
sinistr6s d'Haiti.
Si on n'a encore aucun
signal du c6t6 des donateurs
internationaux, par contre au pays
meme on ne doute pas que les
r6sultats de cet investissement
public soient positifs. Le Parlement
qui a vote le projet gouvememental
d'6tat d'urgence pour faciliter le
d6blocage des fonds en question,
s'est f6licit6 que le gouvernement
ait choisi de les investir dans les
domaines actuellement les plus
vitaux, dont une relance de la
production agricole (plus de 2
milliards) et la recapitalisation de
la paysannerie, secteur le plus
touch par les cyclones (prbs de
80% des recoltes d6truites et les
infrastructures agricoles, dont les
canaux d'irrigation, trbs
endommag6es par les inondations).


Non au baby sitting

La decision du
gouvernement de prendre les
devants par rapport a l'aide


internationale qui plus elle est esp6r6e, plus elle doit
aussi se m6riter (< aide-toi le ciel t'aidera >), est, bien
entendu, aussi une question de prestige.
Un Etat responsable ne peut laisser son pays
entibrement aux crochets des autres nations en un
moment aussi dramatique. DMs lors ce n'est plus de
l'aide, c'est du baby sitting. On n'est plus des sinistr6s,
mais des resquilleurs !
Mais ce geste constitue aussi un


encouragement a tous les citoyens a mettre la main a
la pite. Les marathons se sont multiplies ces dernires
semaines, dans diff6rents secteurs de la soci&te civile :
priv6, semi-public, religieux et meme politique.
Des partis politiques ont collect des dons en
nature et en especes, d'autres ont proc6d6 eux-memes
a des distributions.
Mais on peut encore faire mieux. Tous ceux
qui en sont capables ne se sont point encore manifests.
Loin de la.
Vu l'immensit6 des d6gits et l'importance
pour l'avenir du pays, l'instant present devrait 6tre v6cu
par tous (et en premier lieu par ceux qui en ont les
moyens) comme une vraie croisade.


croissance a la baisse.
N'6tait Petrocaribe (l'accord sign avec le
Venezuela du president Hugo Chavez pour achat de
p6trole a des conditions de paiement plus que
favorables), le gouvernement haitien ne pourrait
rassembler les prbs de 200 millions de dollars
d6caiss6s.
R6capitulons : l'aide de 107 millions
demanded pour les victimes haitiennes par les Nations
Unies tarde a se mat6rialiser trois semaines apres son
lancement officiel.
De fait, tant donn6 les preoccupations
suscitees au niveau de toute l'6conomie mondiale par
la crise financibre aux Etats-Unis, le moment n'est pas
des plus favorables pour esp6rer
tout ce que l'on aurait voulu. Ni
meme tout ce qu'on a pu nous
A promettre.


Le PM Michle Pierre-Louis visite les patients de 1 'H6pital des Cayes lors d'une tournee
dans le Sud mercredi dernier (courtoisie Minustah)


N'Ytait Petrocaribe ...
Mais revenons a l'international. Et si celui-ci
ne r6pondait pas present ?
Les grands pays amis ne sont pas eux aussi
dans leurs meilleurs jours.
Les Etats-Unis traversent leur plus grave crise
financibre depuis la Grande depression des annees
1930, a en croire les experts.
La France est force de revoir son taux de


AMERIJET TO OPEN FORT LAUDERDALI
CARGO DROP STATION

FORT LAUDERDALE,
FL Amerijct Intemnuiodul will open
a Fort Lauderale air freight stallion
on April 2. 207, announced Pamela
Rollins, Amwerijet's VP of Business
Development.
The station is located
adjacent to Amerijet's corporate -
headquarters at 28 South Andrews Avene.
"We have a lot of customers in Broward, Palm Beach aud even
Martin counties that will ejoy the additional convenience of this station,"
Rolins aid. "Evnuall, we will expand this location to oferean services
and delivery of import cargo, to make hipping with us even easier,.
Amerijet will accpl tiMbund inirmational air freightat dti sh aton
iIncluding general personal and comws ial cargo, large or small packages,
barrels valuable and ifragileoods, hazardous material, oversized shipninit
and donticated live animals.
Hours u operation will be 9-00 a.m to 5:00 p.m. MondayAouEh
Friday and 00 a.m- to 1 :00 p.m- on Satuday, Amejetv41 port wP ro
between thi s sgt W4v' ly transfer. For rates
..d sp.ifiquestontact Amerije 's sales

Aal. li full-service multi-modal
transporttid stics providcrTffc international scheduled all-cmrgo
Transport via Iand, sea and air. Fl. Laiderdale, ploid-baed Amerijet opriate
offices all over the world.serving destinations throughout North, South and
Centr America, Mexico, the Caribban, Eiro, Asia and the Middle East,
Amerijet operas is own fle of Boeing 727-00 aircraft from its primary
hub at Miami Intem tionaJ Airpo., where it maintains a custom-built 210 0)
squire-foot air cargo handling facLity, a 96,00D-square-foot ramp facility
and a 5 0-sqi ae-foot oean cargo handling facility. For additional
information, visit Amerijet on the web ai www.amerijet.com.


Faudra faire avec.
Mais au moins nous
l'aurons compris (sans attendre
que d'autres viennent nous
l'apprendre) : savoir, aide-toi le
ciel t'aidera !

Donnant donnant

Aujourd'hui que les
temps sont durs pour tout le
monde, l'aide (comme l'a compris
l'actuel gouvernement haitien), il
faut la m6riter. Mais pas seulement
au sens symbolique. C'est souvent
aussi du donnant donnant. Ce sont
souvent des ONG des memes pays
donateurs qui viennent ex6cuter
les projets finances par ces
derniers. Cette aide-la dans bien
des cas, profite d'abord aux
experts trangers.
Par contre, un autre
avantage quand ce sont nos


propres sous qui sont investis pour commencer les
projets, on peut ensuite plus facilement se faire
entendre du grand donateur qui vous rejoint
6ventuellement en chemin.
A partir du moment que le gouvernement
dispose d'un plan et qu'il execute les d6penses enbon
pbre de famille.

Haiti en Marche, 27 Septembre 2008


r a I A ..h......








"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Pat Plus Bakery, Inc.(
NATURAL JUICE


11638 NE 2nd Ave.
Miami, FL 33100
Tel. 305-756-3695


Catering Specialist
Cakes, Pastries, Hors d'Oeuvr
for all occasions


Page 4








Mercredi ler Octobr 2008' ACTUALITE
Haiti en Marche d Vol XXII N 36 L



Manif des sinistres


Sur invitation du Comitn d'Initiative d'Union
et de Gestion de Dtsastres de Marigot, une
manifestation a dtt organisde le Jeudi 25 Septembre
au nom des sinistrts des ouragans Gustav, Hannah et
Ike.
I1 est 10 h 30A.M, on est
dans les parages de la Riviere de
Marigot, commundment appel6e
"Riviere Felz" Un grand nombre de
personnes, dont des adolescents, des
jeunes comme des adultes, ont investi
les rues de Marigot. Ils r6clament que
les autorit6s viennent en aide aux
familles sinistries apres le passage
des dernires intemp6ries qui se sont
abattues sur le Sud-est. Des branches
d'arbres, des pancartes portant des
slogans hostiles aux autorit6s
concerns, tel est le d6cor qui anime
cette manifestation. Sur leur
parcours, les manifestants ont lanc6
des fleches a l'encontre des maires
de la commune, notamment le maire
titulaire Mirtyl Midi Phifon. Ils
accusent ce dernier de n'avoir pas
apport6 tout son soutien aux victimes
alors qu'il aurait requ 500.000
gourdes du Ministere de l'Int6rieur
et de Collectivit6s Territoriales en
vue de venir en aide aux familles
sinistrdes.
Devant les locaux de la mairie de Marigot (il
6tait d6ji 11 hA.M.), le charge des relations publiques
du comit6 organisateur appelle la communaut6
nationale et international A venir en aide aux familles
sinistries. Colo Mixony en a profit pour demander
au maire titulaire des explications autour des 500.000


gourdes en question. Le chef de file de cette manif
appelle 6galement les autorit6s concerns A proc6der
au curage des principales rivi&res de la commune. II
s'agit des rivi&res de Citronnier, de Massacre, de
Grimp6 et de la Grande rivi&re Felz de Marigot. Celle-
ci, la plus menacante pour la cit6, a d6truit une trentaine


La manifestation dujeudi 25 septembre 2008 a Marigot
(photo Pierre Rdmy)
de maisons et maisonnettes durant les dernires pluies
torrentielles qui se sont abattues sur le d6partement du
Sud-est. Depuis lors, il est difficile de traverser la
Grande rivi&re pour venir en aide aux familles
sinistries. Par ailleurs, unejeune fille de 18 ans, Denise
Nicolas, serait morte de faim et de soif dans la section


SI| Page 5



SMarigot

communale de Seguin, non loin de Peredo.
Aprts la mairie de Marigot, les manifestants
ont pris la direction de la Plage Cojurel sous le
dispositif de s6curit6 des agents de la PNH et de
CIVPOL. Quand ils sont arrives A cette plage, il 6tait
deji 11 h 25 A.M., des manifestants, fatigues, ont
plong6 dans la mer.
Les organisateurs du
mouvement ont donn6 un point de
presse oi ils se sont donnas rendez-
vous pour le jeudi suivant si les
autorit6s concern ne rdpondent pas
A leurs desiderata.
De son c6t6, le maire
titulaire de Marigot se dit scandalis6
par cette manifestation qui, selon lui,
vise A faire de la politique avec une
situation aussi dramatique. J'ai la
volont6 de venir en aide aux families
sinistries, cependant je n'ai pas de
moyens, a plaid le maire Mirtyl Midi
Phifon. "Les 500.000 gourdes que
j'avais reques aupres du Ministere de
l'Int6rieur ont &td d6penses, il n'en
reste plus un sou" a indiqu6 le maire.
"J'ai distribu6 350.000 gourdes aux
membres du Conseil
d'Administration de la Section
Communale (CASEC), les 150.000
autres gourdes ont td d6pensdes pour
la nourriture des personnes
h6berg6es" a-t-il conclu.
La commune de Marigot est situde A 24.2 km
A l'est de Jacmel. Durant le passage des derni&res
intemp6ries, on a enregistr6 8 morts, 2.382 familles
sinistr6es dont 720 sont dans des abris provisoires, 708
maisons d6truites et 1.674 autres endommag6es.
Rnmy PIERRE, Journaliste


LE COIN DE MIAMI
Des parlementaires Americains pressent I'Administration Bush d'augmenter I'aide
humanitaire a Haiti et aussi d'accorder le Statut Temporaire de Protection aux illegaux haitiens


PAR EVENS HILAIRE

Les yeux du monde entier sont braqu6s sur
Haiti depuis les r6centes inondations causes par les
ouragans Gustav, Fay, Hanna et Ike qui ont fait
plusieurs morts et des d6gits consid6rables.
La majority des habitants de la ville des
Gonaives (ville la plus touch6e) dort A la belle 6toile A
cause de la perte de leurs maisons et de leurs effets
personnels.
Le premier citoyen haitien Rend Prdval en
voyage la semaine dernire aux Etats-Unis est A la
recherche d'assistance pour son pays.
La semaine 6coul6e aussi, des membres du
Congres amdricain qui pour la plupart sont proches de
la communaut6 haitienne, particuli&rement le
Repr6sentant d6mocrate Alcee Hastings, se sont
pench6s sur le cas d'Haiti et ont demand A
administration de George W. Bush d'augmenter
l'assistance humanitaire A Haiti qui, selon eux, se
trouve dans un 6tat lamentable suite aux ravages des
cyclones.
Ces parlementaires veulent que Haiti
b6ndficie du meme traitement d'urgence qu'avait
obtenu la Georgie aprbs sonbombardement r6cemment
par la Russie.
Alcee Hastings a fait savoir que les
l1gislateurs ont ajout6 $100 millions de dollars de plus
pour Haiti dans le prochain projet budg6taire.
Pour sa part, Bill Delahunt (D-Mass) a d6clard
que le passage des temp6tes tropicales a cree un


veritable d6sastre dans un pays d6ji tellement pauvre.
Selon lui, cela devrait entrainer d'une part, une grave
crise humanitaire et d'autre part, le peuple n'aura alors
qu'une seule issue, c'est prendre le chemin de la mer.

Des congressmen americains plaident en faveur
du Statut Temporaire de Protection pour les sans
papiers haitiens
Apres la decision prise recemment par
administration Bush de surseoir A la deportation des
sans papiers haitiens aux Etats-Unis, des congressmen
demandent d'octroyer aussi aux ill6gaux haitiens le
Statut Temporaire le
Protection communement
appeal TPS.
Ces parlemen-
taires ont pris pour Grow you
exemple le Honduras et le challengi
Nicaragua qui avaient et
frapp6s en 1998 par le
cyclone Mitch, leurs W W W .
ressortissants qui vivaient
ill6galement aux USA
b6ndficient depuis lors du Empl
TPS. 140 West F


Pour le
repr6sentant Alcee
Hastings, il est maintenant
plus imp6ratif que jamais
pour que les Etats-Unis
accordent le Statut


Search onlil
Florida Worl
E(
5


Temporaire de Protection aux immigrants ill6gaux
haitiens.
De leur c6t6, les rdpublicains Lincoln Diaz-
Balart, Ileana Ros-Lehtinen et Mario Diaz-Balart ont
rencontr6 mercredi dernier les officiels du Service de
l'Immigration sur le cas d'Haiti dans le but, d'apres
eux, de convaincre le president Bush d'accorder le TPS
aux sans papiers haitiens.

Evens Hilaire
evenshilaire@ihotmail



M IAM I-DA E

ir career in a rewarding, diverse and
ng environment full of opportunity.
Find your next job at

miamidade.gov/jobs
or visit our
oyment Customer Care Center
lagler Street, Suite 105 Miami, Florida
ne at any Miami-Dade County library, South
kforce Career Center or Team Metro location.
OE/M/F/D/Veterans' Preference
delner;iX Xcelexce Evrery y


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCHE


Gdes 280-00
_US S 40-00
_US $42-00
_ US 70.00
SUS $ 70.00


Gdeo 520,00
US 5 78.00
_ S $ B0.00
US$ 135.00
us S 135.00


DOnn e was d'un abo~nmnnut
avc Iiwison, t coot eat dIaoublet
Prlrm de splcifirw I vous Atts
un nouvril bonn6
ou s'iI 'aglt d'un rnouvnllumnt


Nouveau
- -


Renouvlllrmnen


Nodre
Adnmu


HaL -
EtlakUnis
Canada _


Europe
Amf quA Lathe


(ofst potir Si


t1 CP pour









DISCOURS RENE PREVAL


Mercredi ler Octobre 2008
SHaiti en Marchep Vol XXIIT N 36


Le President Rene Preval devant les Nations Unies


Monsieur le Pr6sident de l'Assembl6e
g6ndrale,
Monsieur le Secr6taire g6ndral des Nations
Unies,
Mesdames et Messieurs les Chefs d'Etat et
de Gouvernement, Mesdames et Messieurs les
repr6sentants de la soci&te civile,
II y a tout juste un an, je rappelais devant
cette assemble queje portais par devant elle la parole
d'un peuple qui depuis deux cents ans endure
l'exp6rience d'une profonde souffrance resultant de

Rene Preval / ONU

"La charity n'a jamais

aide aucun pays a sortir
du sous-developpement>>
(Preval/ONU suite de la lere page)
par remercier les Nations Unies et les nations du monde
entier pour leur r6ponse apres les d6sastres qu'ont
connus Haiti. Dans son discours, il a beaucoup insist
sur la n6cessit6 de maintenir les capacity productives
du pays et aussi d'y exercer le commerce dans des
conditions 6quuitables.
Pour cela, il faudrait que la communaut6
internationale change de paradigme dans sa
cooperation avec Haiti, en encourageant plut6t la
rdpublique carib6enne a valoriser son potentiel.
Devant la tribune des Nations Unies, ce 26
septembre 2008, le chef de l'Etat haitien demande a la
communaut6 internationale d'aller au-dela de
l'assistance humanitaire, ddlivrde apres les quatre
ouragans successifs qui ont frapp6 le pays de plein fouet
en moins d'un mois (du 16 aofit au 7 septembre 2008).
<< Nous devons briser le paradigme de la charity
dans notre approche de la cooperation internationale.
Parce que la charity n'ajamais aid6 aucun pays a sortir
du sous-d6veloppement >>, lance Rend Prdval.
Prenant la parole a la 63e session de
l'Assembl6e g6ndrale de l'Organisation des Nations
Unies (Onu), le president haitien se dit << sceptique vis-
a-vis de l'aide alimentaire import6e et des modalit6s
traditionnelles, selon lesquelles elle s'exerce >>.
Haiti a de fortes potentialit6s en matibre de
production, souligne Rend Prdval.
<< Nous sommes de rudes travailleurs, p6tris par
le dur labeur et dots d'un sens aigu pour la creation
d'entreprises et le commerce >>, affirme le chef de l'Etat
haitien
<< Si la communaut6 internationale veut faire
quelque chose d'utile avec nous, c'est d'aider les
Haitiens a mettre envaleur ce potentiel >>, soutient Rend
Prdval.
Le president haitien estime que les pays pauvres
ont des possibilities de sortir de leur situation.
Il suffit, selon lui, de < mettre en place et de
maintenir de v6ritables capacit6s productives et
d'exercer le commerce dans des conditions 6quitables,
conditions premieres pour que les pays pauvres fassent
sauter la chaine de la pauvret >>.
<< Le jour oni l'aide au ddveloppement se
r6alignera sur ce critere, alors la lutte contre la pauvret6
et la faim dans le monde prendra un nouveau toumant
sur cette plante >>, pense Rend Prdval.
Le discours du president d'Haiti est surtout
accentu6 sur la pauvret6 et les r6centes catastrophes
naturelles qui ont frapp6 son pays.
Ces d6gits font reculer le pays de plusieurs
annees, considere Prdval.
<< Ils mettent a rude 6preuve nos capacit6s de
resistance, surtout lorsqu'il faut tenir compte du fait
que toutes ces victimes, de meme que leur famille,
toutes ces entreprises, grandes ou petites, sont livrdes
a elles-memes et attendent de l'Etat et de l'Etat seul,
les moyens de leur relbvement ou de leur retour en
affaires, faute de systbme d'assurance de march
ad6quats pour compenser les pertes resultant de ces
nombreux dommages >>, declare le chef de l'Etat.
Des discussions sont d6ji entamdes avec
certains partenaires d'Haiti << pour proc6der rapidement
a une evaluation exhaustive des besoins nouveaux cri6s
par les dommages a nos infrastructures, avec la
perspective d'l6aborer un plan global de
reconstruction, qui servira de fil conducteur pour les
efforts de cooperation avec notre pays >>.
Rend Prdval 6voque la lib6ralisation du
commerce qui, a son avis, pourrait 6tre b6ndfique pour
l'humanit6, en particulier pour les pauvres qui ont la
possibility de produire pour un march plus grand.
Cette lib6ralisation du commerce doit se faire
sans hypocrisie, ni mystification, et sur la base de rlgles
claires, transparentes ; qui sont les memes pour tous
et que les puissances qui les promeuvent commencent
d'abord par respecter, souhaite Rend Prdval.


toutes sortes de privations mat6rielles et d'une totale
vulndrabilit6 face aux risques et aux d6sastres naturels.
J'6tais alors loin de penser que je me
retrouverais ici un an plus tard, avec comme toile de
fond l'image de centaines d'enfants, de femmes et de
vieillards emport6s par les eaux, de centaines de
milliers d'habitants se retrouvant subitement sans abri,
de dizaines de milliers de tonnes de rdcolte agricole
d6truites en quelques heures, sans parler des
innombrables dommages causes aux infrastructures de
base telles que voies de communication, ouvrages
d'art, systemes d'irrigation, transport 6lectrique etc.


que les agences des Nations Unies sur le terrain ont
orchestra pour porter secours aux plus vulndrables et
aider les familles sinistrees a faire face aux problkmes
les plus urgents ?
Comment remercier les nombreux pays amis
qui ont trbs rapidement mobilis6 leurs ressources
propres et leur logistique pour venir en aide aux
Haitiens ?
Comment traduire notre reconnaissance vis-
a-vis de ces manifestations de compassion et ces
nombreuses initiatives de solidarity en provenance de
la soci6t6 civile et du secteur priv6 de ces pays amis ?


Dire que ces cataclysmes surviennent
seulement quatre mois aprbs les premiers mouvements
de colkre de la population contre la flambe des cofits
des denrdes alimentaires, mouvements qui seront
r6pliqu6s presque a l'6chelle de la planete, comme pour
exprimer un cri collectif des pauvres a ce qui
s'annonqait au-dela d'une simple crise alimentaire
mondiale, comme le refus d'un ordre dont les pauvres
ont &te trop longtemps les seuls a faire les frais.
Les d6gits causes par le passage de ces quatre ouragans
successifs en moins d'un mois nous font reculer de
plusieurs annees.
Ils mettent a rude 6preuve nos capacit6s de
resistance, surtout lorsqu'il faut tenir compte que toutes
ces victimes, de meme que leur famille, toutes ces
entreprises, grandes ou petites, sont livrdes a elles-
memes et attendent de l'Etat et de l'Etat seul, les
moyens de leur relbvement ou de leur retour en affaires,
faute de systemes d'assurance de march adequats pour
compenser les pertes resultant de ces nombreux
dommages.
Monsieur le Secretaire General,
Je ne saurais assez vous remercier du grand
elan de sympathie que le systeme des Nations unies a
d6montre en faveur des Haitiens apres ces catastrophes.
Comment vous remercier de la mobilisation


Comme les grands maux n'arrivent pas sans
compensation, comment pourrais-je ne pas prendre en
compte ce gigantesque mouvement de solidarity issu
de l'interieur de notre pays lui-meme, impliquant dans
une mobilisation sans pareil le secteur priv6, les
organisations de la soci&te civile, les organisations non
gouvernementales, sans oublier 6videmment nos
millions d'Haitiens vivant a l'6tranger, tous s'efforqant
de travailler en synergie avec les pouvoirs locaux et
les agences sp6cialis6es de l'Etat central?
Malgr6 les souffrances que les Haitiens
endurent aujourd'hui en raison de l'effet cumulatif
des calamit6s qui leur tombent sur la tate, je ne puis
m'empecher de porter mon regard sur nos voisins,
comme Cuba, la R6publique Dominicaine, le Mexique,
nos pays frbres de la Caricom, et meme certains Etats
de la c6te sud des Etats-Unis qui ont, eux aussi, endure
d'importants dommages resultant de ces premiers
ouragans de la saison.
Comment ne pas avoir aussi en m6moire le
spectacle des cataclysmes qui ont 6galement frapp6
l'Inde, le Bangladesh et d'autres regions du continent
asiatique ?
Mais, par delay ces calamit6s que nous
pourrions, avec une certaine facility, imputer a la
(MESSAGE / p. 7)


Page 6


Operation de sauvetage pour des enfants bloques par les inondations pres de Croix-des-Bouquets
au nord de la capitale (courtoisie Minustah)


MIAMMD3



LEGAL ANNOUNCEMENT OF SOLICITATIONS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA

Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of solicitations for contract
opportunities, which can be obtained through the Department of Procurement Management
(DPM), from our Website: www.miamidade.gov/dpm. Vendors may choose to download the
solicitation package(s), free of charge, from our Website under "Solicitations Online". Internet
access is available at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that
vendors visit our Website on a daily basis to view newly posted solicitations, addendums, revised
bid opening dates and other information that may be subject to change.

Interested parties may also visit or call:
Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13h floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773
There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00
handling charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the
United States Postal Service.
These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County Ordinance No.
98-106.

Miami-Dade County has streamlined the process for accepting bids and proposals by requiring
vendor affidavits only once at the time of vendor registration.
Starting June 1, 2008, vendors will be able to provide required affidavits one time, instead
of each time they submit a bid or proposal. Solicitations advertised after June 1st will require that
all vendors complete the new Vendor Registration Package before they can be awarded a new
County contract. Obtain the Vendor Registration Package on-line from the DPM website.








Mercredi ler Octobre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 36


"La faim du pauvre est une menace pour le bonheur du riche"


(MESSAGE... suite de la page 6)
nature, comment ignorer les autres
calamit6s dont nous, humains, sommes
directement responsables, a travers les
faits de guerre et de destruction que nous
orchestrons avec achamement en divers
points de la planted ?
A tous les citoyens de ces pays
affects par la violence des hommes et
les calamit6s naturelles, a leurs
families et a leurs repr6sentants,
ici, dans cette assemble,
j'adresse au nom des Haitiens,
mes meilleurs vceux de courage
dans leur effort de
reconstruction, dans leur quete
pour la paix et le bonheur ; et
je les accompagne dans cet
effort, de l'assurance de notre
sentiment de solidarity et de
fraternity.

Monsieur le
President,
Monsieur le
Secretaire General,
Mesdames et
Messieurs les chefs d'Etat et
de gouvernement
Tout en saluant cet
immense l6an de solidarity
envers mon pays, tout en
m'inclinant devant la g6ndrosit6
qui 1'anime, tout en
reconnaissant son caractbre de
n6cessit6 par rapport aux
besoins immediats des Le
personnes sinistrees, je ne peux
m'empecher d'attirer votre
attention sur les inqui6tudes qu'il
soulbve pour les Haitiens.
Je suis inquiet parce que je
connais la profondeur du mal qui nous
affecte.
Je suis inquiet parce que
j'appr6hende le moment ou cette
solidarity, une fois 6puis6e avec la
premiere vague de compassion
humanitaire, nous laissera comme
chaque fois, seul mais vraiment seul,
face a de nouvelles catastrophes, pour
voir recommencer, comme dans un
rituel, les memes exercices de
mobilisation.
Je suis inquiet parce que les
Haitiens risquent de se retrouver seuls
pour assurer la seule vraie tiche qui est
a entreprendre aujourd'hui: celle de la
reconstruction du pays, de ses capacit6s
productives et de ses 6quipements
sociaux.
Celle d'un nouveau rave a
donner a notre jeunesse ; d'un nouvel
espoir a donner aux pauvres ; d'une
nouvelle confiance a redonner a nos
concitoyens, toutes tendances politiques
confondues.
Un projet de reconstruction
pens6 selon une approche syst6mique et
pouvant compter sur une veritable
solidarity pour mobiliser les ressources
necessaires a sa mise en ceuvre.
Voilh pourquoi nous sommes
sceptiques vis-a-vis de l'aide alimentaire
import e et des modalitds traditionnelles
selon lesquelles elle s'exerce.
Nous devons briser le
paradigme de la charity dans notre
approche de la cooperation
internationale.
Parce que la charity n'ajamais
aid6 aucun pays a sortir du sous-
d6veloppement.
Les Indiens qui ont habit nos
terres et les Africains qui les y ont
remplac6s par la suite, ont aide une
bonne partie de l'humanit6 a edifier son
opulence actuelle.
Nous sommes de rudes
travailleurs, p6tris par le dur labeur et
dots d'un sens aigu pour la creation
d'entreprises et le commerce.
Si la communaut6
internationale veut faire quelque chose
d'utile avec nous c'est d'aider les
Haitiens a mettre envaleur ce potentiel.
La liberalisation du commerce
peut 6tre benefique pour l'humanite, en
particulier pour les pauvres qui ont la
possibility de produire pour un march
plus grand.
Mais celle-ci doit se faire sans
hypocrisie, ni mystification et sur la base
de regles claires, transparentes ; qui sont
les memes pour tous et que les
puissances qui les promeuvent
commencent d'abord par respecter.
Mettre en place et maintenir de
v6ritables capacit6s productives et
commercialiser dans des conditions


6quitables sont les conditions premieres
pour que les pays pauvres fassent sauter
la chaine de la pauvrete.
Le jour oi l'aide au
d6veloppement se realignera sur ce
critre, alors la lutte contre la pauvrete
et la faim dans le monde prendra un
nouveau toumant sur cette planted.
On s'apercevra alors que les
WV


v6ritablement d6mocratique.
Sans quoi, elle risque de
devenir objet de ressentiment pour les
petits et objet de derision pour les
grands.
Nous n'avons pas besoin de
cela en ces jours difficiles et incertains
ofi notre planete est mise a rude 6preuve
par une combinaison de crises de toutes


President Rdne Preval et des officiels internationaux, dont I 'ex-PM britannique Tony Bla
(au bout ~ droite)


pauvres ne sont pas si pauvres que
On s'apercevra qu'ils ont
disposition des actifs que les polit
publiques, les institutions e
programmes de coop6ratioi
valorisent pas suffisamment.
On s'apercevra que les
et les maisons sans papiers c
possedent et les commerces
informels qu'ils entretiennent,
sont aussi des capitaux qui
peuvent circuler valablement
dans 1'6conomie et participer
ainsi a la creation de nouvelles
richesses.
J'ai commence avec
certains de nos partenaires les
discussions pour proceder
rapidement a une evaluation
exhaustive des besoins
nouveaux cr66s par les
dommages a nos
infrastructures, avec la
perspective d'rlaborer un plan
global de reconstruction, qui
servira de fil conducteur pour
les efforts de cooperation avec
notre pays.

Monsieur le Presi-
dent,
Mardi dernier, a
l'occasion de l'ouverture de
cette 63eme session de notre
assemble gen6rale j'ai 6cout6
votre declaration d'ouverture
avec beaucoup d'attention. La
creation de l'Organisation des
Nations Unies a &t6 une
conquete importante dans
l'histoire de la lutte de
l'humanit6 pour rem6dier a la
misere et construire un monde
de paix bas6 sur 1'equit6 et le
respect des droits de chacun.
Cette organisation
demeure encore le principal
lieu privil6gid pour d6battre
des problkmes de notre planete
et faire entendre la voix des
pauvres et des laisses pour
compte.
SI ne faut pas laisser
que son fonctionnement soit
entrav6 par une incapacity a
prendre en consideration la
voix que sa majority exprime.
Il ne faut pas laisser
que ses agences apprennent a
exister pour elles-m6mes, en
laissant au second plan, la
mission de service premier qui
est a la base de leur fondation.
Je suis done d'accord
avec vous, Monsieur le
President, que notre
organisation a besoin d'une
r6forme en profondeur, pour
qu'elle devienne plus efficace,
plus transparente et


cela.
a leur
tiques
t les
n ne

terres
lu'ils


sortes ; crises multi dimensionnelles
dont la resolution d6pendra de notre
capacity collective a y faire face d'une
manibre efficace, solidaire et equitable.
Le dialogue de haut niveau que
vous avez annonc6 sur la
democratisation de l'Organisation des
Nations Unies, si nous l'abordons avec
courage et determination, nous mettra


sur la piste des transformations a
apporter a ses structures et a son mode
de fonctionnement.
De telles r6formes ne peuvent
6tre qu'une source d'inspiration et de
module pour les petits pays, en proie
comme nous a des difficulties de longue
date, pour mettre fin a notre fragility
institutionnelle, et parvenir a la stability
politique et a un 6tat de droit
pleinement op6rationnel.
Mesdames et
Messieurs les chefs d'Etat et de
S gouvernement,
Vous faites partie de
ceux a qui le sort a confie les
destins de notre planted.
Le monde qui se refait
autour de nous est un monde ou
richesse et pauvret6 ne peuvent
plus se confiner a l'int6rieur
d'espaces clos, s6pardes par des
frontieres infranchissables.
Le changement
climatique ne connait pas de
frontiere.
Les virus et les
maladies sont des sans papiers
insaisissables.
La faim du pauvre est
une menace pour le bonheur du
riche.
La question qui nous est
pose collectivement
aujourd'hui est celle-ci :
P6rirons-nous
ir ensemble parce que nous
n'avons pas su assumer notre
mission avec courage ?
Ou accepterons de nous
mobiliser pour un nouveau projet
d'humanite, articule autour d'une
nouvelle forme de gouvemance solidaire
et responsable pour sauver notre belle
planete et donner a nos enfants la chance
de construire un monde meilleur?

Merci de votre attention.


Page 7


MIAMI-DADE FA


LEGAL ANNOUNCEMENT REGARDING
EXPRESSIONS OF INTEREST-FOUR DEVELOPMENT SITES AT
MIAMI INTERNATIONAL AIRPORT
PROJECT NO. EOI-01-08
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA
The Miami-Dade Aviation Department is announcing the availability of the above referenced
Expressions of Interest document (EOI), which can be obtained by visiting our Website at:
www.miami-airport.com/html/businessopportunities.html (in order to view the full EOI
document, please select "Advertisements" link at the bottom of the Business
Opportunities page and then select the respective project).
INVESTMENT SITES: Miami-Dade County's Aviation Department (MDAD) is soliciting
responses to the Expressions of Interest (EOI) from developers/investors for the
development of four investment sites at Miami International Airport (MIA).
The four investment sites are located in areas adjacent to MIA's Central Boulevard which is
the main public entranceway to the Terminal Building. These investment sites are:
1) Area "A," commonly known as "Central Base," is a 25 +/- acre site. If an
investor/developer chooses, the site may be subdivided into an 8+/- acre
parcel that currently consists of a surface parking area; if this option is chosen,
the investor/developer will not have any future development rights to the
remaining 17 acres. MDAD is not mandating what type of development should
go on this site; however, preliminary feedback from interested parties indicates
that a conference center hotel may be ideal for this site. Also, MDAD will not
consider any proposals regarding fixed-based operations (FBO) for this site.
2) Area "B" is an 8 +/- acre site adjacent to NW 20 Street and is designated for
the development of a new retail service plaza.
3) Area "C" is the designated new hotel site and is comprised of a 3 +/- acre area
that straddles the access lanes to the parking garages (the "New Hotel Site").
4) Area "D" is the existing in-terminal hotel located at Concourse "E". The hotel
has undergone several renovations; however, extensive renovations are still
required including meeting Miami-Dade County Building codes compliance.
Currently, Area D is the existing 252-room, in-terminal MIA Hotel site that may
also include three floors of adjoining office space currently occupied by MDAD.
All other applicable rules, procedures, regulations applicable to privately-funded projects on
airport properties will apply. See Exhibit D of the EOI document for the applicable lobbying rules.








I HAITI DOIT AJUSTER SA DIPLOMATIE I


Mercredi ler Octobre 2008
Haiti en Marche Vol YXXIT N 36


ONU : Delicate position diplomatique d'Haiti


(DISCOURS... suite de la lere page)
Pour Haiti, quelle position adopter a la tribune
de l'Assembl6e g6ndrale ?
Apres le passage de 4 ouragans qui nous
laissent un pays totalement disloqu6 et soumis aux pires
menaces, dont pour commencer la famine, Haiti a
besoin de l'aide de ses << grands amis En laissant la
capitale, le Pr6sident Prdval a d6clard qu'il ne va pas
manager ses efforts pour convaincre ces derniers de
nous apporter le plus d'assistance que possible.

Toujours plus d'argent d6pens6
dans les armes, les guerres ...
D'un autre c6te, parlant de pays victimes des
contre-coups de la crise cr66e par ce que le Pr6sident
brdsilien Lula da Silva appelle < l'euphorie des
sp6culateurs >, Haiti est un exemple type.
Pour le president de la 63e session de
1'Assembl6e g6ndrale, l'ambassadeur du Nicaragua,
Miguel d'Escoto Brockman, << plus de la moiti6 de la
population mondiale se languit dans la pauvret6 et la
faim tandis que l'on d6pense toujours plus d'argent
dans les armes, les guerres, les produits de luxe et
d'autres choses totalement superflues et inutiles. >


< malade et sa maladie est celle que Tolstoi d6crivait il y
a plus de 100 ans comme un '6goisme maniaque'. >
Si ce n'est pas la premiere fois que les votes
de l'Assembl6e g6ndrale des Nations Unies retentissent
de ce genre de propos, cette annde il ne saurait y avoir
de m6sinterpr6tation. Ce message prend tout son poids
avec la crise financiere qui fait rage encore plus
brutalement depuis deux semaines aux Etats-Unis et
qui de 1l a gagn6 le reste du monde d6velopp6.
Est-ce que Haiti va se ranger derriere les
memes revendications que les peuples freres latino-
amdricains ?
Oyez encore le president de l'Assembl6e
g6ndrale, le nicaraguayen d'Escoto Brockman : << Un
petit groupe d'Etats prend des decisions fond6es sur
des motifs 6goistes, et les pauvres du monde en
subissent les consequences. >

Zombie diplomatique ...
Dans ces conditions, Haiti va-t-elle rester
comme elle a si souvent &t6 : le derriere entre deux
chaises, mi figue mi raisin, sans veritable opinion, bref
une sorte de zombie diplomatique ?


En meme temps ce n'est pas une question
facile a trancher, et pour employer un mot a la mode
c'est meme une veritable probl6matique.
Et une a laquelle est confront le chef de l'Etat
haitien, Mr. Rend Prdval, au moment de prendre a son
tour la parole devant la plus grande instance
internationale.


NOUVO TARIF TRANSIT LA AP



KOMANSE le OKTOB 2008
Fre Transpo pat janm monte pandan ke pou operasyon, netwayaj ak pri gazolin ap monte. Pou nou
kapab kenbe avek pri tout bagay kap monte yo, Miami-Dade Transit ap ogmante tarif transpo-a 1 e
Okt6b 2008. Menm Ie nap fe tout aranjman pou ofri-w yon sevis ki pi efikas, monte tarif la ap fe
MDT pakapab rive nan sevis premye klas li tavle bay klyan konsekan li yo.


Otobis
Otobis espres
Bis kominote yo


Tren tarif redwi (pemi)
Pakin nan estasyon Tren yo
Pakin nan estasyon Tren yo P6mi pa Mwa
Bis elektrik yo
Sbvis Transpo espesyal (STS)
Transfer Bis a Bis
Transfer Bis a espres Bis
Transfer Bis a Tren
Transfer Tren a Bis
Kat Bis (pou yon Mwa)
Kat Bis ak Tarif Redwi
Kat Bis pou group ak tarif redwi de 5-99 Kat
Kat Bis pou group ak tarif redwi 100 kat w plis
Kat Bis pou Kolbj
7 Jou Paspo pou VizitB
Paspo Dore ak Paspo Patrybt
Yon pake de 10 Token


Tarif Konpli
$2.00 (w yon token)
$2.35 (w yon token + 250)


$2.00
Pa Aplike
$4.00 pa jou
$10.00
Gratis
$3.00
500
500 transf6 + 350
500
500
$100.00
$50.00
$90.00
$85.00
$42.50
$26.00
Gratis
$19.50


Tarif Redwi*
$1.00
$1.15
100
$1.00
650 pa Mwa
Pa Aplike
Pa Aplike
Gratis
Pa Aplike
250
250 transfer + 158
250
250
Pa Aplike
Pa Aplike
Pa Aplike
Pa Aplike
Pa Aplike
$13.00
Gratis
Pa Aplike


Pou Mou-n ki itilize Paspo Dore ak Paspo Patryot yo yap toujou rete gratis. Bis elektrik la ap toujou
rete gratis pou tout mou-n. Tarif pou transfer ap rete menm pri-a.
Jodi-a avek pri gazolin ki ap bat yon gro rek6d, itilize Transit se pi bon chwa yon mou-n ka fe. Le
w monte transp6 piblik w pa selman economize nan gazolin, men w benefisye de mwens fatig e
machin w dire plis tan.
Le yon Konpani inskri nan program k6porasyon pri redwi-a anploye yo peye pipiti pou Kat Bis la ak
pemi pakin nan estasyon Tren yo chak Mwa. Pou-w konnen kijan li fasil pou-w inskri nan program
sa-a. Voye yon mesaj elektronik a: ccelestin@miamidade.gov w rele 756-469-5558.
*Tarif redwi pou mou-n ki gen yen Medikbre, tout mou-n ki endikape a vk elv lekoI lokal yo (klas 1 a 12) menpot lI avek
yon pbmi kat didantite e ki valab.


Sevis pou Klyan yo: 305-770-3131. Depase Sid SW 216 Ri Rele gratis: 305-891-3131.
TTY (pou mou-n ki pa pale w soud) rele: 305-499-8971.
www.miamidade.gov/transit


MIAMI-DADE


Preval et 1 'ex-champion du monde des poids lourds,
MohamedAli
D'autant plus que Mr. Prdval est aussi le
premier chef d'Etat haitien depuis tres longtemps a
entretenir des relations aussi 6troites avec les dirigeants
sud-americains, particulierement ceux qui sont les plus
critiques a l'endroit des < maitres dconomiques > de
la planete. Ecoutons encore le Pr6sident Lula : < Nous
ne devons pas permettre que le fardeau de l'avidit6
sans limite d'une poignde de gens ne retombe sur les
6paules de tous .>
De plus, aujourd'hui Haiti ne recoit pas l'aide
que des grandes capitales occidentales. Mais aussi de
Cuba, du Venezuela, du Br6sil, du Chili etc.
C'est grice aux facilities de credit offertes par
l'accord Petrocaribe sign avec le president Hugo
Chavez du Venezuela, que le gouvernement haitien a
pu trouver les premiers fonds qui lui permettent de
lancer un programme de rehabilitation des principales
infrastructures du pays laiss6es en miettes par les 4
ouragans qui nous ont visit en moins d'un mois.

Un supplement d'ame ...
Enfin depuis le retour de Mr. Prdval au Palais
national, notre zombification diplomatique est un peu
moins choquante. Le chef de l'Etat haitien est de tous
les sommets r6gionaux et porte symboliquement la
chemise < comme tous les autres chefs
d'Etat du sous-continent.
Or en meme temps il a su si bien manager les
susceptibilit6s des nos < grands amis. >
C'est tout ce cocktail qu'il faut savoir
combiner dans un discours de quelques minutes cette
espece de non-alignement (comme on disait autrefois),
ce neutralisme positif mais en meme temps qui doit
6tre aussi fructueux que possible car il ne faut surtout
pas oublier l'essentiel : nous sommes un pays
totalement ruined et il faut cofite que cofite trouver cette
aide, d'ofi qu'elle vienne.
Mais sans pour cela perdre notre ame, ni trahir
nos convictions d'autant que celles-ci sont totalement
justifies et meme en train de se confirmerjusque au
sein meme du << systeme > : c'est le meme < goisme
maniaque > dont sont victimes les millions
d'Amdricains appel6s a payer eux aussi aujourd'hui
les consequences de ce que le president brdsilien
appelle < l'avidite sans limite d'une poignde de gens >.
Pour toutes ces raisons, le message d'Haiti
ne peut plus 6tre une simple litanie de vceux pieux,
comme cela a &te si souvent le cas. La conjoncture
actuelle, ainsi que notre heritage de peuple maltrait6
maisjamais r6signd, battu maisjamais abattu, exigent
qu'il (le message) renferme un peu de ce qu'on appelle
un supplement d'Ame !

MAlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


SblI


Page 8


I








Mercredi ler Octobre 2008 M "- Page
Haiti en Marche Vol XXII No 36 Page 9


MIAM DE


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE AVIATION DEPARTMENT
ECONOMIC STIMULUS PLAN (ESP)
MIA MOVER FIXED FACILITIES CONSTRUCTION SERVICES
OCI PROJECT NO. E07-MDAD-03 ESP

The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the County Code Administrative Order 3-39
and Ordinance 08-92, announces that professional architectural and engineering (A/E) services will be required for MIA Mover Fixed Facilities Construction Services for the
Miami-Dade Aviation Department (MDAD).

This solicitation is one of the projects within the economic stimulus plan as approved by the Board of County Commissioners and an expedited solicitation
process will be utilized. As such Proposers will be evaluated utilizing the First-Tier and Second-Tier Criteria with oral presentations to be scheduled.

The MIA Mover will be an Automated People Mover (APM) System that will link the terminal area at Miami International Airport with the facilities at the Miami
Intermodal Center (MIC). The system will have about 1.25 miles of elevated dual lane guideway with two end stations. The Project is a Design, Build, Operate, and Maintain
(DBOM) contract for the entire MIA Mover facility where the DBOM firm will design and build the facility, as well as operate and maintain it after constructed. The DBOM
Contract has been awarded to Parsons-Odebrecht Joint Venture.

The MDAD's System Consultant, Lea and Elliot Team, will manage the project as the owners representative on all matters related to the guideway, operating system,
manufacturing, testing & certification of the equipment and systems.

The MIA Mover Fixed Facilities Construction Services Team (FFCST) shall be in charge of Construction Inspection Services for the fixed facilities under the
directions of the MDAD designated Project Manager and shall work in conjunction with the MDAD System Consultant. The MIA Mover Fixed Facilities Construction
Services Team (FFCST) shall function as an extension of MDAD's staff and shall conduct oversight of the MIA Mover APM System Project including the Fixed Facilities,
MIA Mover APM System infrastructure, process and review any and all Contract submittals for verification of conformance with the approved plans and the established design
criteria, and any supportive task ancillary to the System Consultant or Fixed Facilities Consultant Scope of Services and any ancillary tasks associated to the civil alignment,
guideway structural criteria, space planning, threshold inspections, electrical engineering, mechanical engineering, etc. and provide comments for non-conforming items. The
FFCST shall schedule and conduct the construction coordination meetings for the fixed facilities and prepare minutes thereof; oversee related aspects of the DBOM Contract;
prepare related correspondence, meeting minutes, reports, etc.; review and monitor the project work progress schedule prepared and maintained by the DBOM Contractor,
schedule of values, budget, progress, invoices, pay requests (partial and final), and other required submittals; attend meetings to coordinate and interface with other projects and
project activities; review established interfaces during design for conformance and compliance; review the overall Contractor Plan; oversee overall quality and perform
inspections of the Fixed Facilities, and infrastructure; prepare punch lists of corrective actions (non-conformances) and monitor punch list completion; review as-built
documentation for completeness; and assist in the management of Phase 1 of the DBOM contract, review claims, and perform other professional services as deemed necessary
by the Owner. The FFCST shall evaluate the work including the testing of materials by other professionals for compliance with the plans, prepare and submit a detailed written
and sequentially numbered report of the observed conditions of the work, the progress of the work, and other work observations which shall be submitted to the Project
Manager at least monthly. The FFCST shall assist in reviewing and evaluating all Contractors' claims relating to cost, execution, progress of the Work, and on all other matters
or questions related thereto. The FFCST shall inspect the work to determine initial punch list items prior to substantial completion recording defects observed in the work and
corrections of the defects. The FFCST shall review and prepare Change Orders, Work Orders, Bulletins and other appropriate documentation, assist in negotiations with
respect to all changes in the Work. The FFCST shall provide a staffing plan including resumes of individuals including Sub-Consultants and their employees that will be
utilized to perform services under this agreement. At its option, the Owner may direct a Geotechnical Engineering Company, Independent Engineering/Materials Testing
Laboratory, Survey Company, or other firm(s) under contract with the Owner to provide any necessary services for the FFCST, or authorize the FFCST to have the required
services performed by an independent Geotechnical Engineering Company, Independent Engineering/Materials Testing Laboratory, Survey Company, pre-qualified by Miami-
Dade County as a Reimbursable Expense under the Professional Services Agreement.

The services authorized by the Agreement between the Owner and the Consultant will begin upon the receipt of an appropriate written Service Order initiated by the
MDAD Project Manager directing the Consultant to perform or modify the performance of the Services and will end when the final request for payment for Phase 1 from the
DBOM contractor has been approved by the Owner, the Consultant has submitted its Report of Contract Completion for Phase 1, the Record Drawings (As-built Drawings)
have been submitted and accepted, and all other required services through start-up, commissioning, full system operation, and the warranty period have been completed
including preparation and approval of a close-out Work Order or Change Order.

Firms and/or individuals that are prime consultants in the Design Build Professional (MDAD L+E Agreement-07-07) and prime consultants or sub-
consultants in the DBOM Contract for the MIA Mover APM System (MDAD Project No. J104A) are excluded from participating in this solicitation.

One non-exclusive Professional Services Agreement (PSA) will be awarded with a term of five (5) years and maximum compensation of $5,000,000.00.

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS

11.00 GENERAL STRUCTURAL ENGINEERING (PRIME)
16.00 GENERAL CIVIL ENGINEERING (PRIME)
17.00 ENGINEERING CONSTRUCTION MANAGEMENT (PRIME)

2.01 Mass Transit Systems- Mass Transit Program (Systems) Management
2.05 Mass Transit Systems- General Quality Engineering
3.03 Highway Systems- Bridge Design
12.00 General Mechanical Engineering
13.00 General Electrical Engineering
14.00 Architecture

A copy of the Notice To Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the Office of Capital
Improvements Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1st Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for the unit is (305) 375-
2307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-
mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. The NTPC and accompanying documents may be obtained
on line at http://www.co.miami-dade.fl.us/dpm, at the following link "Current Solicitations".

The Consultant Coordinator for this project is Faith Samuels who may be contacted via e-mail at fty@miamidade.gov, fax: (305) 350-6265 or phone: (305) 375-2774.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

One (1) Agreement- 25% Community Business Enterprise (CBE) Goal

A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on September 29, 2008, at 9:00 A.M. at Miami-Dade Aviation Department, 4200 N.W. 36 Street,
Building 5A, 4th Floor, Conference Room F, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE ENCOURAGED to attend.

Deadline for submission of proposals is October 17, 2007 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received at Miami-Dade
County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL
SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code, as amended. Please review
Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.









ARTS & CULTURE


Mercredi ler Octobre 2008
SHaiti en Marche Vonl XXII N 36


Hector Hyppolite :
Carlo A. Celius laquelle il a su enfiler l'habit d'artiste et
acc6der d'embl6e a une c6l6brit6 qui ne
DMs sa rencontre avec Philippe s'estjamais d6mentie en d6pit d'une trbs
Thoby-Marcelin enjuillet ou aofit 1945, breve carribre de trois ans (1945-1948).
la premiere qu'il a eue avec un membre Cette r6ussite, il la doit a sa capacity a
du Centre d'art, Hector Hyppolite r6pondre, tant par son discours que par
6nonce un r6cit autobiographique dont sa manibre d'etre, a un horizon d'attente.
on sdlectionnera quelques motifs pour Mais il y r6pondait en jouant de
laborer sa 16gende. Mais a consid6rer l'ambiguit6, des paradoxes. Car, en
son r6cit dans son ensemble, on somme, c'est un homme del'entre-deux,


ruse et subversion


peintre. Dans ces conditions, il est
p6rilleux de fonder, comme Andr6
Breton, << l'originalit6 absolue >,
<< l'authenticit6 totale > d'Hyppolite sur
une seule de ses affirmations, la premiere
en l'occurrence. D'autant plus que bien
d'autres de ses assertions confirment une
veritable strat6gie de l'ambiguitW.
Laquelle est d'ailleurs mise en ceuvre
aussi bien dans sa creation graphique et


dventuelle probl6matique de
l'androgynie chez l'artiste. Non
seulement celle-ci entre en congruence
avec la strat6gie de l'ambiguit6
caract6ristique de sa demarche, en plus
la source d'inspiration 6tait a port6e
de main. Plusieurs de ses personnages
sont explicitement identifies comme
des Iwa. Or un Iwa, f6minin ou
masculin, s'incarne, avec ses traits


Fig. 3.- Hector Hyppolite Deux nues, huile sur masonite
61 x 76.2 cm Collection Grahma Wilson (Courtoisie Emile iard)


d6couvre, sous le voile 16gendaire, un
homme complexe, d'une intelligence
pratique, a l'affit des opportunities. Un
homme pret a accueillir des situations
nouvelles qu'il cherche a maitriser a
partir de son propre cadre
d'interpr6tation donn6 par l'imaginaire
des mythes, des 16gendes et des
croyances. En fait, c'est un cr6atif,
engage dans le combat de la vie,
inlassablement en quete d'un
accomplissement de soi. Ainsi se
comprend l'6tonnante facility avec


l'espace par excellence de la subversion.
Conform6ment a un trait tire de
la premiere mouture de son r6cit, Selden
Rodman le pr6sente dans son livre de
1948, Renaissance in Haiti, en oungan
peignant toujours en 6tat de possession,
en s'efforcant de minimiser la port6e
d'une autre affirmation de lui qu'il
rapporte : Hyppolite lui a confide avoir
cess6 de pratiquer ses activities de
oungan, avoir demand aux Iwa la
permission de se consacrer d6sormais
uniquement a son nouveau m6tier de


POUR VOS RESERVATIONS DE CARGO, APPELEZ

1-800-927-6059
aun-voyznaifmue-mbl:a --


picturale. C'estjustement en prenant en
compte ce parametre que se rdvble
l'6tendue de sa cr6ativit6. Loin de se
limiter a une seule th6matique
d6velopp6e selon un meme proc6d6
trouv6 et rdptd a l'infini, au-dela de
l'impression premiere d'une ceuvre
conque dans la facility, la demarche
d'Hyppolite relive de l'exp6rimentation
continue. En effet, il explore divers
themes et plusieurs modalit6s de
construction spatiale. II joue
sur les proc6d6s de mise en
page, les effets de th6dtralit6
et l'organisation rythmique
des motifs. I1 exploite les
potentialit6s des instruments
et mediums a sa disposition.
II d6couvre et creuse les effets
de sens induits par la
juxtaposition de motifs aux
denotations a priori
dissonantes. C'est ainsi qu'il
construit express6ment des
ceuvres a plusieurs niveaux de
sens. Souvent, il offre un
premier registre de lecture
relevant de l'dvidence qu'il
renforce en recourant aux
mots (titres et autres
indications inscrites sur les
S ceuvres memes). Et, en mime
temps, il multiplie des motifs
qui contrarient la litt6ralit6 du
sens indiqud, inqui6tant ainsi
le regard du spectateur alors
contraint a d6plier son
imagination.
Une amie m'a fait
remarquer que, dans les
tableaux d'Hyppolite, le
visage des hommes ressemble
souvent a des visages de
femmes. Cette remarque
incite a s'interroger sur une


caract6ristiques, dans un corps
indiff6remment de son sexe. VoilW qui
r6affirme que genre et sexe ne
coincident pas toujours et
n6cessairement; une non-coincidence
qui offre d'infinies possibilities a la
figuration des Iwa. Reste a savoir
jusqu'a quel point Hyppolite les aurait
explores. Ce serait 1l un pan plus subtil
d'une donnde centrale de son oeuvre, a
savoir la question des sexualit6s dont
on peut avoir un aperqu en evoquant son
traitement des femmes.
Leur omnipresence dans
l'ceuvre n'dchappe a personne. Elles
sont repr6sent6es dans des situations et
des postures les plus diverses, avec une
predilection pour l'expression de la
sensuality, des situations amoureuses et
des relations aussi bien h6t6ro
qu'homosexuelles.
A consid6rer Canzo Andezo
(fig. 1), ce qui frappe le plus c'est cette
double frise de onze femmes nues, au
premier plan, se donnant en spectacle
aussi bien au regardeur du tableau
qu'aux membres de leur confrdrie.
Tournmes vers nous, elles se lavent dans
un bassin d'eau, chacune d'elles
affectant une attitude diff6rente. Aucune
fureur mystique et aucune pi&te ne se
d6gagent de ces poses. MWme la femme
couch6e a droite au premier rang est loin
d'dvoquer une quelconque possession
bien que cela soit sugg6rd par le mot
Abobo; celle du milieu non plus, qui
semble plus prdoccupde de voler la
vedette aux autres, tandis que le
personnage imm6diatement a sa gauche
se lave le sexe, nous prenant a t6moin,
comme si de rien n'6tait. On est l1 face
o des corps nus oi il nous est surtout
donned a admirer des seins, des jambes
et des cuisses. On comprend que ces
(voir HYPPOLITE / 12)


Pou yon lavi miy6...
kOmanse byen



s ou mit konte sou nou



NalU pIa L09iy1 1477-M471
I^^ ln^^ P ^j l q IYgjD^^ V Z~ilg lL P CP^^


Page 10


Fig. 2.- Hector Hyppolite Une famn nur
(Une femme nue), huile sur masonite 61 x 76.5 cm.


I ..... %A............ ... . ... .. ..N J






Mercredi ler Octobre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 36


K6m moun ki gen dyab6t, ou gen bezwen espesyal pou sante w, epi Humana
tabli yon plan espeyal ki rele Medicare Advantage ki f6t dapre bezwen pou
sante w. W ap jwenn menm kouv6ti asirans total la, ak menm avantaj ki
genyen nan 16t plan Humana yo, plis 16t sevis ank6 ki fet pou kenbe w nan
chimen pwogre pou sante w.


* Konsiltasyon san limit kay dokte
pou pye
* Kopeman $0 pou founiti
pou mezire nivo sik nan san w
(sa ki vie di tou, ti baget pou
fe tes dyabet)


* Peman pou diferans nan pri
medikaman pou dyabet
* kouveti asirans pou kek medikaman
ak founiti ki vann san preskripsyon
* pwogram egzesis SilverSneakers
* Kopeman $0 pou terapi nitrisyonel


Rele Humana depi jodi a, pou konnen si w kalifye pou plan espesyal sa a.
Ou pa gen anyen pou w pedi, se avantaj selman w ap jwenn.

MIKE BULLY 561-540-9754

TTY pou moun ki pa tande byen 1-877-833-4486
8 & dimaten pou 8 & diswa, 7 jou pa semenn


HUMANA.
Guidance when you need it most


Medicare
roup Health
ndividual Health
ental, if e, ision


Page 11


Tout moun.i satis6 kondison Plan pu.Bezw;nspsyIlIaSP eik esr nnPt i a at Bng eiNcare po ut t la
yo ouynlnlia olgeyen abpatsip"na-pan NP i awo!e ouoediar Ia AIan o -epe yn[oun n oI










NATURE & CULTURE


Mercredi ler Octobre 2008
1 Haiti en Marche Vol XXIT N 36


Notre envir

(ENVIRONNEMENT... suite de la lere page)
sommes les produits d'une telle union, de cette
harmonie ind6fectible. Sinon ...
Prenons la Maitresse Erzulie de Hector
Hyppolite, le grand maitre de la peinture naive dont
nous comm6morons cette annde le soixantieme
anniversaire de la mort, a la fois d6esse de la
beauty chez les grdco-romains et la Vierge pour
les catholiques, le personnage devient haitien
en ce sens qu'il ne fait qu'un avec la nature, la
verdure, la fraicheur l'entourant, oiseaux,
papillons, une atmosphere de premier jour de
la Creation.
Papa Zaka quant a lui raffole de mais
boucand, de la cassave qui est extraite du
manioc, et son assiette, c'est un coui, fait de
1'6corce d'une calebasse.
Simbie nage dans la rivibre et
Maitresse D'lo nous attend a la source, encore
faut-il que l'eau soit immaculde.
Maitre Agou6 nous accompagne en
mer, mais comment esp6rer une bonne peche
avec tous ces fatras et sediments que nous
envoyons s'accumuler au fond de la baie. R

C'est le meilleur en nous que nous
d6truisons ...
En d6truisant notre environnement, c'est-a-
dire tout ce qui nous entoure et qui donne un sens a
notre presence sur ce coin de terre nous d6truisons
en meme temps ce qu'il y a de plus profond en nous,
nos croyances, nos mythes. C'est finalement le meilleur
en nous que nous d6truisons. A-t-on encore besoin de
le prouver !
Done toute tentative de reconstruction de cet
environnement doit logiquement passer par le meme
chemin, celui de nos croyances pour les uns, de nos
mythes pour les autres. C'est la meme chose mais
simple question de point de vue.
Comment ne pas se souvenir de cette
formidable exposition intitul6e < L'art sacr6 du vodou


onnement, nos mythes !

haitien > qui fut promenade de ville en ville aux Etats- De cette exposition formidable (mais dont on
Unis vers le milieu des anndes 1990. n'aura vu qu'une infime partie lors de son passage en
L'id6e principale ce n'6tait pas seulement de Haiti de peur que ne s'6garent certaines de ces ceuvres
rdv6ler les plus belles peintures et sculptures haitiennes qui valent aujourd'hui une fortune et sont couvertes
inspires du vodou, mais aussi de montrer cette par une assurance qui n'a pas d'6quivalent en Haiti),
nous avons gard6 personnellement notre
rencontre avec un esprit r6pondant au nom de
b ._ <>.


avages des derniers ouragans a Ennery (photo Minustah)
formidable rencontre d'un art, d'une religion et d'un
peuple ...
Et aussi d'une nature. Car le vodou haitien
n'est pas nd en Afrique mais bien sur la terre d'Haiti et
ne saurait l'6tre ailleurs.
Toutefois nous n'entendons point par l1 que
vous devez 6tre un vodouisant vous-memes pour
participer de cette meme r6alit6. Comment ignorer que
nous mangeons, nous marchons, nous parlons, nous
rions, nous chantons, nous dansons diffiremment des
autres peuples (< vive la difference >) et que ce
comportement n'est pas volontaire mais provient des
us et coutumes, des visages et mythes et modules que
nous avons requs en heritage d&s que nous avons pris
naissance sur ce petit bout d'ile dans la Caraibe.

L'esprit qui protege les forts ...


Nous ne connaissions pas encore
Grand Bois. Nous avons compris que c'est
l'esprit qui protege les forts. II apparait dans
plusieurs tableaux qui ont &te peintsjusque dans
les anndes 1940.
Mais depuis, aucune trace dans notre
peinture.
Et nous avons compris pourquoi.
Parce que les forts en Haiti ont disparu. On
dit que le pays n'a que 3% a peine de couverture
Sv6gtale.
Aussi Grand Bois nous a d6marqud,
comme dit le creole.
Grand Bois est-il fich6 contre nous ?
Aurait-il done quelque chose a voir avec les
catastrophes qui frappent si brutalement
aujourd'hui notre pays !

Les arbres qui parlent...
Comme ces grands arbres qui se mettent
soudain a parler et a protester, puis a conspirer, dans
le film < Le Seigneur des Anneaux > (The Lord of the
Rings), et se mettent finalement en mouvement pour
aller punir l'arm6e des Orques (des sauvages) qui ont
ravag6 la fort, ignorant que la nature, comme dit le
poete romantique, a une ame.
Nature et culture. Sans vouloir entrer dans
aucune discussion trop philosophique (en effet, ne nous
a-t-on pas aussi appris que la culture a au contraire
pour mission de dominer la nature, comme le Las Casas
d'hier et le pr6dicateur protestant d'aujourd'hui, venant

(ENVIRONNEMENT / p. 18)


Hector Hyppolite : ruse et subversion

(HYPPOLITE ... suite de la page 10) regard porte au loin, les deux compagnes assises de Suspendus 6galement leurs 6bats, ainsi que le confi
femmes tournent complktement le dos a la c6r6monie! part et d'autre de son lit l'admirent. Si les deux le geste de la partenaire vue de trois quarts : ell
Lafamne nur (La femme nue) (fig.2) montre admiratrices sont habill6es, leurs jambes sont retourne comme surprise parl'irruptiond'une pr6se
une relation entre femmes plus feutrde mais 6galement d6nud6es. L'intensit6 de la sensuality passe non impromptue.
plus soutenue. La relation en elle-meme est rendue par seulement par les regards mais 6galement par le jeu L'ceil du peintre ddvoile une intimit6 et r
le jeu des regards. Une femme nue est 6tendue, des jambes de ces trois personnages. On remarquera place, comme lui, en position de voyeur. Mai
langoureuse et reveuse, sur son lit. Tandis que son que si la tate de la femme de droite est soulev6e de voyeurisme d'Hyppolite n'est en rien scandal


maniere a ce que son
regard porte sur le
visage de la femme
nue, celle assise a
gauche a le regard
fixed sur le corps de
celle-ci, ex6cutant, de


la main gauche, un
geste pour le moins
equivoque, qui n'est
pas sans rappeler, en
plus discret, plus
mesurd, celui de la
femme se lavant le
sexe dans Canzo
Andezo. Et tout cela
dans un cadre qui
confine a la
preciosit6!
Un autre
huis clos (fig.3) saisit
au plus prbs l'amour
lesbien avec la
figuration, dans un
cadre exuberant, de
deux femmes nues
enlacCes. L'artiste
dispose les corps en
croix, ce qui lui
permet de les montrer
distinctement. Il
risque une disposition
des partenaires
particulibrement


difficile en placant l'une de face et
l'autre couch6e sur le c6t6, position
n6cessitant un rendu 6tudid des
raccourcis anatomiques. Tout en
6tant 6tendus sur une surface
ddlimitde, mais, en fin de compte,
ind6terminde, ces deux corps sont
comme suspendus dans l'espace.


rme
e se
;nce

Lous
s le
eux.


Fig. 1. Hector Hyppolite Canzo Andezo, huile sur toile
118,2x87,9 cm, 1948 Collection Halvor et Astrid Jaeger


L'artiste pose un regard tendre, amus6 et surtout
d6complex6 sur les relations amoureuses et sexuelles.
Sa posture ni phallocentrde ni r6probatrice, en ces
anndes quarante, dit toute la port6e subversive de sa
vision et de sa demarche. On en mesure l'6tendue
aujourd'hui encore en regard des discussions rageuses
qui ont agit6 r6cemment le pays sur la question de
l'orientation sexuelle.


Page 12


F


AVI ELEKSYON ESPESYAL
Dapre Rezolisyon Konte Miami-Dade R-877-08, R-873-08, R-876-08, R-874-08 ak R-875-08
adopte jou 18 jiye 2008 ak R-959-08 adopte jou 4 septanm 2008 pa Asanble Komisyone Konte
Miami-Dade, Florid, yo avize nou ke yon eleksyon espesyal ap fet le 4 novanm 2008, pou soumet
devan vote kalifye Konte Miami-Dade yo, pou yo ka apwouve oswa dezapwouve pwopozisyon sila
yo:
Amannman Konstitisyon Otonom
Anrap6 ak P6s Manadj6 ak Majistra a
Eske se pou yo amande Konstitisyon an pou transfere pouvwa, fonksyon ak responsabilite
Manadje Konte an a Majistra Konte an epi mete anplas ke Manadje Konte an va asiste Majistra a
nan administrasyon gouvenman konte an selman nan degre done pa Majistra a?
WI 143
NON 144
Amannman Konstitisyon Otonbm
Anrapb ak Sale epi Sevis Komisyone Konte yo
Eske se pou yo amande Konstitisyon an pou mete anplas ke Komisyone Konte yo:
* Bay sevis yo a plentan antanke Komisyone Konte epi pa gen okenn lot travay sou kote; epitou
* Pa kontinye touche $6,000 dola sale anyel etabli an 1957 la, men resevwa sale ki etabli dapre
fomil legal eta a, ajiste anyelman dapre popilasyon yon konte (aktyelman apepre $91,995), ki
itilize pou lot konte nan Eta Florid, enkli Konte Broward?
Wl 146
NON 147
Amannman Konstitisyon6l pou Mete Anplas yon Alt6nativ
nan Pwosesis pou Kalifye pou Pos Komisyon6 Konte oswa Majistra
Eske se pou yo amande Konstitisyon an pou pemet kalifikasyon kandida pou pos Komisyone
Konte oswa Majistra fet oubyen nan soumet yon petisyon siyen pa yon nonb byen detemine vote
enskri oswa an peyan yon fre pou kalifikasyon sa a?
WI 149
NON 150
Amannman Konstitisyon Oton6m
Sou Odonans pou Inisyativ Petisyon ki Egzije
Apwobasyon Grefye sou Prezantasyon ak Odyans Piblik yo
Eske se pou yo amande Konstitisyon an pou mete anplas ke Grefye a, pa Asanble an, va
apwouve inisyativ petisyon yo an pwopozan pasaj oswa ranvwa yon odonans dapre jan li
prezante epi mande aske Komisyon Konte an fe yon odyans piblik sou koze petisyon sa a nan
pwochen reyinyon Komisyon Konte an yon fwa Grefye an apwouve petisyon an?
Wl 152
NON 153
Amannman Konstitisyonel Anrapb ak
Apwobasyon sou Prezantasyon Inisyativ Petisyon yo
Eske se pou yo amande Konstitisyon an pou mete anplas ke se Grefye Tribinal Awondisman an,
olye de Asanble Komisyone Konte an, ki apwouve prezantasyon inisyativ petisyon sitwayen yo?
WI 155
NON 156
Amannman Konstitisyon pou
Kreyasyon yon S6vis Ponpye ak Sekou Inif6m
pou Tout Konte an epi pou Prez6ve Sevis Minisipal Deja Anplas
Eske se pou yo amande Konstitisyon an pou egzije Asanble Komisyone Konte an mete anplas
yon sistem pwoteksyon ponpye ak sevis sekou ki va inifom pou tout konte an nan tout zon
enk6pore ak z6n ki pa enk6pore Konte an aleksepsyon vil Miami, Miami Beach, Hialeah, Coral
Gables ak Key Biscayne ki pral gen dwa bay sevis pwoteksyon ponpye ak sekou nan vil sa yo?
Wl 158
NON 159
Tout vote kalifye ki abite nan Konte Miami-Dade lan va elijib pou vote WI oswa NON sou
kestyon sila yo.
Tout biwo vot ap ouve de 7:00 dimaten jiska 7:00 diswa jou eleksyon espesyal sa-a. Eleksyon
espesyal sa-a va fet dapre Iwa jeneral sou eleksyon ki etabli pou eleksyon espesyal yo ak tout lot
regleman ki gouvene Konstitisyon Otonom Konte Miami-Dade.
Lester Sola
gIAM Sipevise Eleksyon
Konte Miami-Dade, Florid


I ..... %A............ ... . ... .. ..N J


---; ;s~ I1







Mercredi ler Octobre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 36 PETITES AN 111 O
POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE
Lucas Super Market Danilos Restaurant Delray Beach Fl 33183
14750 N.E. 6th Avenue 3760 N.E. 3rd Avenue
305 940 9902 954 781 2646 Our Lady Bakery
102 S.E 2nd Avenue
Maxisound Christephanie's Delray Beach, Fl 33444
11854 West Dixie Highway 581 BC East Sample Road 561 272 3556
305 895 8006 Pompano Beach, Fl 33064
T1l 954 781 2500 Eclipse Communication
B & L Supermarket & Produce 9290 S. W. 150th Avenue
12040 West Dixie Highway Classic Teleco Suite 104
305 893 0419 203 S.E. 2nd Avenue 954380 1616
Chaque matin, captez
S Melodie Matin
.% I sur 103.3FM


Afmrt wibunc I P iort kI Plx Cay. I Cqap4lai I& Jrmim
Q-i-DHg im


2 Le Manolo Inn A Petite Riviere de Nippes
Telephones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304
E-mail : lemanoloinn@mac.com
Internet disponible
pour les clients

Graphics Web De~~~~sin-Pitn -PC le ic


James SOantvaud
Manager


f rinting & Design
Ave Martin Luther King #30A, P-au-P, Haiti
Phone (509) 3529-4997 / 3787-6500
E-mail: professionalpd@yahoo.com
jameslarivaud@hotmail.com


SC-lWffnrE GEW1TfDEPRODUtWTIE

Parents, vou qul rAiva dun avenir meilour pour vos enfants,
confie ls au CMP


PROGRAMMES
LICENCE EN:
Maorkting



Gieeon-Fikmnen-MarPkeki
nomptaIlh monommeee
Asalence Admilnrstra
InfSnrtiu cyd oun
IT EaWiBle (CuCO)


ANNEE ACADEMIOLJE 2~M2009



s :4 Bem
B :2e4Bne
2em
2BM
S; lenou2 ar
I1an
:1 an
; 60 hwurTe 2 an
;70hourie


POUr toutes infonmtfinut upppufnlsk"i:
CMP. D&*i 30
Trls2 519 831. 3 730245, 2 4829a
Emiail rif dop : *rmra ji i Ig, i


Page 13






Le Look
Rue Panamrricainc #14,
Pition-Ville, Haiti
Til. 257-8374
Choix incroyable de montures:
DIor, Cartne,a bno Magi Vogu.
Consultation chaque jour
pat un decin-occulist,


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150
Tel. 305-757-6408

VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant
12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384

Depi nou bezwen kay
rele


Bernard Metayer
REALTOR'


office:
fax:
emai:
web:


770.874.6200
404.405,6584
770.439.7857
bernaardmetayer-realty~roup com
Metayer-RetaltyG roup.com


E I T t
CI T I I I L
I -iJ.li'Jimjt RuHif Mmfhtrf, GA 3


ACMELIENN
71 Tel.... 288-3451-52
o hoteljacmelienne@yahoo.fr


Dr Raymond Gay
Specialiste pour enfants certified du Canada
Hopital Ste Justine pour les enfants
Hopital Maisonneuve-Rosemont de Montrial, P Q.
35, Rue Seymond Pradel, Jacmel, Haiti, W.I.
B.P. 98, HT 9110, Jacmel, Haiti
Tl1.: (509) 3685-8432 13404-4905 E-mail: raymondgay8@hotmail.com
HEURES DE CONSULTATION: MARDI JEUDI 8H-10H
SUR RENDEZ-VOUS: SAMEDI 8H 12H









P age 14 M AMETT CT e Mercredi ler Octobre 2008
Page DAD__|MIAMI-DADE 1 COUNTY Haiti en Marche Vol XXII N 36



MIAMI-HDE


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE COUNTY GENERAL SERVICES ADMINISTRATION
DESIGN SERVICES FOR THE 9-1-1 / 3-1-1 ANSWERPOINT,
TECHNOLOGY AND TRAFFIC CENTER (LIGHTSPEED) PHASE I FIT-UP
OCI PROJECT NO. A08-GSA-02

The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the County Code and Administrative Order
3-39, announces that professional architectural and engineering (A/E) services will be required for the design of the 9-1-1 / 3-1-1 Answerpoint, Technology and Traffic Center
(Lightspeed) Phase I Fit-Up.
The requested services shall address specifically the project requirements, referred to herein as the Project Elements, necessary to "convert" the existing County -
owned Lightspeed Building, located at 11500 NW 25 Street, Miami, Florida, to an integrated command facility (ICF) housing the functions, programs and operations
described herein together with all necessary infrastructure and "hardening" improvements, and those related computer room requirements specified by Miami-Dade Enterprise
Technology Services Department (ETSD).
The development of this facility is the first stage of the County's implementation of a Security, Survivability, and Interoperability Master Plan (SSIMP) for County
facilities and infrastructure, the scope of which was developed following a comprehensive planning process conducted in 2006. Decisions made during the development of the
ICF will be used to establish County policies, practices and design standards that will be applied to other projects in order to ensure system interoperability and survivability
across all County buildings and infrastructure. As a consequence, it is anticipated that the selected consultant may be requested during the contract term to perform specific
homeland security consulting tasks necessary in order to extend the implementation of the SSIMP from the ICF to other critical County assets. If and as required, these
assignments will be carried out over the term of the contract through additional work orders issued by GSA.
The scope of services for Phase I of this project is limited to the development of the ICF within the Lightspeed Building. The selected consultant will be expected to
apply Crime Prevention Through Environmental Design (CPTED) principles and a systems engineering approach. Work and process shall comply with requirements
established by Miami-Dade County's local mitigation strategy, pertinent Florida Statutes and regulations, Department of Homeland Security requirements, and the National
Incident Management System (NIMS). The selected consultant shall apply these methodologies and requirements in developing the ICF including,

Conducting risk and vulnerability assessments on the building and infrastructure at the site;
Identifying systems and subsystems of the facility that require improved survivability, and mitigation options;
Developing an operational site and building conversion plan, which will include the schematic design, cost and scheduling for ultimately converting
the facility to its new mission.
Developing drawings and specifications for mitigation options selected to improve the security, survivability and interoperability of the facility and
infrastructure (also referred to "facility hardening");
Developing full drawings and specifications for layout of the interior space, as well as those spaces allocated to essential building elements; and
Designing security solutions designed to minimize the greatest number of security threats at the lowest possible cost; and
Any supportive tasks ancillary to the primary scope of services.

The County, at its sole discretion, reserves the right to retain the selected consultant for future development phases. The aforementioned "Project Elements" will, at
full development, total an estimated 530,520 square feet of constructed area.
The estimated contract term for this professional services agreement (PSA) consists of 1,605 days distributed as follows: 270 days for schematic design, design
development, and construction documents; 240 days for permitting, bidding, and award of construction contract; 730 days for construction administration; 365 days for
warranty period.

EXPERIENCE AND QUALIFICATIONS:
The prime and/or subconsultant(s) must demonstrate experience in the below listed areas. Information regarding the experience and qualifications for the prime and/or
subconsultant(s) must be included in OCI Forms 6 and 7, as indicated in Section 2.1.

1) Consultants providing services in technical categories 14.00, 18.00 (Prime), 12.00 and 13.00 (Sub-consultants) should demonstrate previous project experience as a
prime consultant in the development of at least one (1) homeland security operational command center that includes emergency operations center functionality,
advanced traffic management systems, "public safety emergency console operations", and/or other similar mission critical operations within the past seven (7) years,
with a project value of no less than $50 million.
2) Consultants providing services in technical categories 11.00 (Prime and/or sub-consultants) should demonstrate previous project experience as a prime consultant in
the development of at least one (1) facility, which included design elements directed to mitigate the effects of a potential terrorist attack, within the past seven (7)
years, with a minimum constructed area of 100,000 Sq, Ft.
3) In addition, the selected key staff team members of the Prime, Sub-Consultants, and/or specialty Sub-Consultants for this project must have comprehensive experience
performing Homeland Security-related consulting projects in the fields of electrical, mechanical, civil, structural and information technology engineering in order to
apply classic engineering disciplines to achieve security-driven objectives. The above-mentioned experience must have been achieved through engineering consulting
work for entities, at a minimum, of a size and complexity comparable to those of Miami-Dade County government (e.g., population served, logistical operations,
department coordination, etc.) Related projects should include, but are not limited to, security, survivability and interoperability plans, assessment of emergency
functions, and facility security assessment and mitigation planning, and design of homeland security operational command centers.

The above expertise must be met by a qualified individual(s) of the prime consultant's and/or sub-consultant's firm. The experience must be demonstrated by direct or
substantial involvement of the individual(s) in a supervisory capacity at the project manager level or above in these projects. The determination of the individual's
qualifications and compliance with the above experience and qualifications shall be at the sole discretion of the County.

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS

14.00 Architecture (PRIME)
18.00 Architectural Construction Management (PRIME)
11.00 General Structural Engineering 17.00 Engineering Construction Management
12.00 General Mechanical Engineering 20.00 Landscape Architecture
13.00 General Electrical Engineering 22.00 ADA Title II Consultant
16.00 General Civil Engineering

A copy of the Notice To Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the Office of Capital
Improvements Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1st Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for the unit is (305) 375-
2307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-
mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. Additionally, those pre-qualified firms without an e-mail
address will be faxed a solicitation notification. The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http://www.co.miami-dade.fl.us/dpm, at the following
link "Solicitations On-Line."

The Consultant Coordinator for this project is Mike Ramos who may be contacted via e-mail at ramosmi@miamidade.gov, fax: (305) 350-6265 or phone: (305) 375-
5215.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS
One (1) Agreement 13% Community Business Enterprise (CBE) Goal

A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on September 26, 2008, at 2:00 P.M. in the Citizen's Independent Transportation Trust (CITT) Main
Conference Room, 10th Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE
ENCOURAGED to attend.
Deadline for submission of proposals is October 17, 2008 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received at Miami-Dade
County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL
SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE CONSIDERED.
This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code, as amended. Please review
Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.








Mercredi ler Octobre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 36


"Copyrighted Material



SSyndicated Content


Available from Commercial News Providers"


LIGUE 1 7e journee LYON CREUSE ENCORE L'ECART


Lyon n'est bien 6videmment pas encore
champion, mais il faudra 6tre sacrament fort pour le
priver d'un huitibme titre. Priv6 de nombreuxjoueurs
(Juninho, Govou, Clerc ou encore Grosso), le club
rhodanien n'a pas eu a trop forcer son talent pour venir
a bout (2-1) d'une 6quipe de Nancy courageuse mais
d6pass6e, surtout avant le repos. Apres septjoumres,
I'OL en est a six victoires, pour un nul, et compte d6ji
six points d'avance sur la concurrence. La premiere
p6riode face aux Lorrains n'a d'ailleurs &te qu'une
demonstration collective des Rhodaniens, avec, en chef
d'orchestre, un Anthony Mounier omnipresent. Inter-
national espoir, le milieu gaucher, aussi rapide que
technique, a tout simplement crev6 l'6cran en signant


deux passes d6cisives. C'est surl'une de ses precieuses
acc6l1rations que Karim Benzema a pu filer au but,
pour l'ouverture du score (30e), son sixibme but en
sept matches... A peine le temps de respirer que le
bonhomme a r6cidiv6, servant cette fois Fred pour le
but du break (35e). Nancy a eu beau revenir au score
dans la foulde, par B6renguer (36e), il n'a jamais
sembl6 en mesure de pouvoir contrarier un bloc
lyonnais au sein duquel Jean II Makoun a encore fait
merveille.
Derribre la machine lyonnaise, Marseille
s'accroche comme il peut. Plut6t dominateurs au Mans
(1-1), les Olympiens en voudront certainement
longtemps a M. Fautrel, coupable a leurs yeux de ne


Foot ANG 6e j Hull fait chuter Arsenal


Plus qu'une surprise, c'est un exploit
retentissant que lesjoueurs de Hull City ont sign sur
la pelouse d'Arsenal (2-1). Jusqu'a ce samedi, seule
une 6quipe 6tait parvenue a s'imposer a l'Emirates
Stadium depuis que les Gunners y ont pris leur quartier.
C'6tait un 7 avril 2007 et le bourreau des joueurs
d'Arsene Wenger s'appelait West Ham (0-1). C'est dire
si la performance des 6quipiers de Daniel Cousin
(Photo Reuters) est remarquable. Elle les replace a la
sixieme place, un point derribre... Arsenal. Le club
londonien cede son fauteuil de leader a Chelsea et
Liverpool.
Arsenal 6tait pourtant prdvenu : Hull City se
sent pousser des ailes lorsqu'il 6volue loin de ses terres.
La recette n'est pas nouvelle. Contre un adversaire
pr6sum6 plus fort, il s'agit d'abord de bien d6fendre
en attendant son heure. C'est ce a quoi la formation de
Phil Brown s'est applique. Recroquevill6e dans sa
moiti6 de terrain une grande partie du match, elle a vu
successivement Fabregas (14e), Gallas (19e), Walcott
(25e) et Adebayor (43e) se casser les dents sur son
bloc d6fensif. Par manque de lucidity parfois, mais
aussi et surtout parce que le pressing tres haut des
6quipiers de Mendy, sur le banc au coup d'envoi, a
consid6rablement perturb6 la construction des actions
londoniennes. Ce n'est pas un hasard si son seul but a
&t6 inscrit suite a un exploit individuel de Walcott,
involontairement aid6 par le malheureux McShane (50e
csc).
Cousin buteur, Gallas touche la barre
Le vrai m6rite de Hull City a &t6 de ne pas
baisser les bras apres cette ouverture du score. Alors
que van Persie a tent6 par deux fois de faire le break


OPA-LOCKA
COMMUNITY
DEVELOPMENT
CORPORATION
(OLCDC) in association
with Miami Dade Housing
Agency offers Housing
Counseling Services for
low to moderate income
families. Services


(57e, 58e), une frappe ph6nom6nale de Geovanni est
venue calmer les ardeurs des Gunners (62e). Un chef
d'oeuvre inscrit de plus de trente metres et exp6did
dans la lucame d'un Almunia impuissant. Le d6but
d'une vraie baisse de regime pour Arsenal qui pensait
sans doute avoir fait le plus dur en marquant le premier.
Quatre minutes suffirent a Daniel Cousin pour inverser
la situation sur un corner tire c6t6 droit (66e). Son
premier but en Championnat. Malgr6 de nouvelles
situations chaudes pour Adebayor (74e), van Persie
(81e), Fabregas (90e+2) mais surtout Gallas, qui a
trouv6 la barre de Myhill (84e), Arsenal laisse filer
des points pr6cieux dans sa quete d'un quatorzibme
sacre nationa
Serie A Milan et Ronnie de retour
Grice a un but de Ronaldinho, le Milan AC
s'est offert la tate de l'Inter Milan (1-0) lors du derby
milanais de la 5ejourne de Serie A. L'Inter laisse la
premiere place du championnat a la Lazio, vainqueur
du Torino (1-3). L'AS Rome s'est relanc6e en
s'imposant devant l'Atlanta (2-0).


pas avoir valid un but de Samassa de la tate
alors que le ballon avait visiblement franchi


la ligne (87e). Avant cela, ils avaient ouvert la marque
par l'intenable Ben Arfa, a la conclusion d'un exploit
personnel (6e), juste avant d'etre repris par Helstad,
de la tate ( le). Malgr6 un tandem Cheyrou Ben Arfa
omnipresent, les Marseillais, qui ont eu la maitrise du
jeu, n'ontjamais pu inscrire ce deuxibme but salvateur.
L'autre bonne operation du jour, en plus de celle de
1'OL, est a mettre au credit de Caen sans piti6 face a
Nantes (3-0). Grice a cette troisibme victoire de la
saison, a chaque fois a domicile, les Normands
grimpent, au moins provisoirement, sur le podium. Le
score 6tait d6ji acquis a la demi-heure dejeu, Savidan
(2e), Ben Khalfallah (10e) et Nivet (31e) s'6tant
charges d'enfoncer les Canaris. Elie Baup, le coach
nantais, a du pain sur la planche.
Dans le bas de tableau, outre Nantes, Le
Havre a 6galement sombrd a Auxerre (0-3), conc6dant
au passage sa cinquibme d6faite de la saison. Pour son
retour parmi l'l6ite, le promu peine a retrouver ses
sensations, n'ayant pris qu'un point sur ses six deniers
matches. Ses bourreaux du soir se nomment Coulibaly
(25e), Jelen (47e) et Kahlenberg (84e). Auxerre est
dixieme, a trois points de la deuxibme place. Sochaux
, bon dernier au coup d'envoi, a tout juste fait mieux
en arrachant le match nul face a Lorient autre mal
class (1-1). Mends au score aprbs un but d'Andre
Ayew, son tout premier en Ligue 1, les hommes de
Francis Gillot ont 6galisM sur le tard grice a l'in6vitable
Erding (79e). Un match nul qui ne leur permet toutefois
pas de quitter la place de lanteme rouge. Anoter, enfin,
le court mais pr6cieux succes de Rennes face a Nice
(1-0), qui replace les hommes de Guy Lacombe dans
la premiere moiti6 de tableau (8e), dans la roue de leur
victime du soir (7e avec le meme nombre de points).
Le but de la victoire a 6td inscrit par Jimmy Briand
juste apres le repos (51e).


8772 NSIE 2 giame Avenui.e
Tt; 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTIES LES OCCASIONS.
- R~cepdton de paiemen prour Be South, FPL, GAZ, CABLE TV.
BELL MOBILITY etc...c...
- Connection fdipheasque hez iras...


Ouvert
6 Jours

par
senmaine:
8h30 ani


730 pm



VMi.,lll!, uh
SoPru Ii pM r cuslA
'Lizt-uxp la u
Moneynni
SM'ndvwk


ouk. Urawnim.K Amittrilni
%WC'* ViIo' iAHaUeM. AmurI1sa uiare DRnn
* P'dil*l; dfie Fww


Page 15









LIBRE PENSEE


Mercredi ler Octobre 2008
1 Hai~ti en Mairche Vol XXII No 36


o Fermer les yeux sur la
precarite, la maladie, la dichdance,
l'exclusion, c'est pratiquer une
politique de l'autruche qui se
retournera immanquablement contre ceux qui 1 'auront
cautionnee. >
Nol Mamere

La vulndrabilit6 est fragility. La vulndrailit6
est pr6carit6. Fragilit6 face aux agressions ext6rieures,
face a la maladie, face aux catastrophes naturelles ou
face aux d6sastres. Precarite face aux besoins
6conomiques. Chez nous, en Haiti, les catastrophes
naturelles r6centes, viennent de nous montrer l'ampleur
de notre fragility ainsi que la pr6carit6 de nos
ressources, dconomiques, humaines, naturelles. Des
noms tels que, Fay, Gustav, Hannah, Ike, font d6sormais
partie, au meme titre que Hazel ou meme Flora ou
Jeanne, de la liste des << grands ennemis > d'Haiti. Ces
coups destructeurs, r6p6titifs, provoqu6s par ces
catastrophes naturelles et l'absence chez nous du sens
de la provision, ont aggrav6 notre fragility et rendu
encore plus pr6caires nos modes de vie. J'ose esp6rer
que nous saurons faire montre de sagesse et
d'intelligence (bien que la sagesse soit la plus grande
manifestation de l'intelligence) pour 6viter a nouveau
la perte d'autant de vies humaines, pour maitriser la
degradation de nos conditions de vie et contr6ler la
destruction de notre environnement.
Chers amis, la vulndrabilit6 est aussi
traumatisme. Le terme <, d'apres les
sp6cialistes, comporte deux aspects : un aspect
physiologique et un aspect psychologique. Au niveau


ulnerabilit

physiologique, le traumatisme a trait a des blessures
physiques, a un choc ou a des 16sions qui peuvent 6tre
graves. Le traumatisme psychologique par contre
suppose prejudice 6motionnel et constitue une rdponse
a un dvdnement extreme. Le traumatisme comporte la
creation de souvenirs motifs concernant 1 'dvenement
pinible, qui s'inscrivent profonddment dans le
cerveau. Plus 1 'exposition a l 'dvnement traumatique
est directe, plus le risque de dommage mental est level.
Mais une exposition indirecte a la violence peut
egalement &tre traumatisante.
Les dvdnements traumatisants et la violence
se prdsentent sous de nombreuses formes et de
differentes manieres qui andantissent le sentiment de
sdcuritW de l'individu. Les vecus traumatisants se
divisent en deux categories : coups/chocs uniques ou
rdpititifs et chocs/coups naturels ou d'origine
humaine. Les traumatismes de choc/coup unique sont
des dvdnements ponctuels, par exemple les
catastrophes naturelles ou la violence d'origine
criminelle. Ces dvdnements sont certes traumatisants,
mais les vecus traumatisants prolongs et rp&teis
entrainent des problems de santo mentale plus graves.
Vous comprendrez alors ais6ment, chores
amies lectrices et chers amis lecteurs, la relation
existant, d'apres moi, entre la vulndrabilit6 et le
traumatisme. Nous sommes un peuple traumatis6. Par
l'esclavage. Par la pauvret6 qui nous enchaine l'esprit
et le corps. Par les relations sociales, injustes, qui


p facilitent a la longue la consolidation
I de l'insecurit6, la violence et les abus.
SEt, maintenant, par la violence des
catastophes naturelles. Dans l'une des
chroniques publides, cela fait peut-6tre unan, je parlais
de la vulndrabilite sociale de notre pays qui se traduisait
par le nombre des enfants du pays mis en adoption ou
de l'importance du trafic de personnes dans le pays.
Traumatisant.
Je revois l'image d'un enfant, qui venait d'etre
adopt par un couple stranger. Assis pres de lui,
j'essayai de le regarder, tendrement, comme pour
m'excuser aupres de lui, au nom du pays. I1 clata en
sanglots, voyant peut-6tre dans mon visage,
l'expression de toute la violence que ce pays, son pays,
avait exerc6 contre lui. Sous forme d'abandon. Sous
forme d'exclusion. Sous forme de traumatisme. J'ai
v6cu a nouveau cette situation. Un enfant n'a pas voulu
queje le prenne dans les bras. D'autres visages, blancs,
lui inspiraient beaucoup plus de confiance.
Enfin, chores amies lectrices, chers amis
lecteurs, avec cette partie de la population aussi
importante, plong6e dans la pr6carit6, sans aucun
moyen d'acc6der aux structures de fonctionnement,
peut-on fermer les yeux sur la pr6carit6, sur la maladie,
sur la d6ch6ance et l'exclusion ? Pratiquer cette forme
de politique de l'autruche, ne serait-elle pas suicidaire
pour notre pays ? Pour nous ?
Planifions, pour une fois.

Oscar Germain
germanor2005(ivahoo.fr
Septembre 2008


Par Robert Paret Q U
De 1'6tranger oni je
me trouvais, j'appris que la
deuxieme phase de la declaration de politique g6ndrale
du Premier ministre Michele Pierre- Louis avait &td
approuv6e par le S6nat de la R6publique. Si cet
accouchement fut douloureux et s'effectua au forceps,
force est de reconnaitre que le pays ne pouvait plus
attendre et esp6rait bien cette ddlivrnce pour un retour
a la normality constitutionnelle. C'est tant mieux.
Profitant de cette distance, par rapport a
l'actualitd du moment qui soulkve tant de passion et
fausse le jugement quand on la vit de trop pres, j'ai
pens6, dans la tranquillity de ma chambre, me laisser
aller a une r6flexion concernant certains points qui ont


CONTACT US
TOLL FREE 1 -8 88 -3 3-
OR. 30 5-620 -8300
FAX 3 5 -6 2 0-8 3 3 2
CELL. 305-986-8 i1


FAUT-IL FAIRE ?


retenu mon attention ces derniers temps, en rapport
avec la situation politique et sociale du pays. J'ai
souhait6 le faire en toute simplicity et objectivity, sans
me d6partir de cette obligation de reserve que
m'impose ma fonction, mais aussi sans abdiquer mes
droits de citoyen de participer pleinement aux affaires
de mon pays.
Cette r6flexion, je me la suis impose dans
un objectif critique de la socidtd haitienne et dans le
sens d'une demarche d6mocratique visant ajoindre ma
voix a celles de cette flop6e d'hommes et de femmes
qui pensent avoir quelque chose a dire dans ces
moments particulierement difficiles.
Je ne pretends nullement imposer a
quiconque mes points de vue, mais
seulement d6gager quelques idWes et
faire ressortir certaines observations,
en regard des obligations et urgences
auxquelles nous devons faire face.
<< Du choc des idWes jaillit
la lumire >>, dit-on. Meme si elle
n'illumine pas tout le monde, elle
6claire malgr6 tout la d6mocratie, et
la liberty qui en d6coule est une save
qui dilue la pensde et d6senglue
l'esprit. C'est tenant compte de cette
pensee que j'avais propose dans un
article public depuis le mois d' avril
2008, dans Le Nouvelliste du 28 et
dans Haiti enMarche du 30, un d6bat
au sujet de l'application des articles:
157 et 158 de la Constitution qui
traitent de la nomination du Premier
ministre. J'avais alors sollicit6
l'intervention des ex6getes,
pressentant que l'application de ces
articles allait donner lieu a diverses
interpretations, souleverbeaucoup de
2 8 5 3 controverses et retarder, de ce fait, le
processus entam6. Ce ddbat, je l'avais
souhait6 ouvert, et l'avais propose
comme un exercice d6mocratique,
tendant a harmoniser les opinions des
I difffrents antagonistes.


Rien n'en fut. Par la
suite, de nombreuses
personnalites, reputees


comp6tentes en matiere de droit constitutionnel ou
d'analyse politique, avaient combl6 le vide et s'6taient,
d'autorit6, prononc6es sur les contradictions 6videntes.
Et, du haut de leur chaire, elles avaient cru bon
d'imposer leurs points de vue et dicter la voie a suivre,
en employant, parfois, a ces occasions un ton docte.
Ce qui explique qu'elles n'avaient cure de l'analyse
des autres et, basta. I1 faut reconnaitre que la tolerance
n'a jamais dtd la vertu la mieux partagde au sein de
notre soci&td, cesjours derniers. Que c'est dommage !
Depuis lors, la pression des rues et le r6alisme politique
l'ayant remport6 sur les alas de la Constitution, on ne
peut qu'applaudir et attendre avec optimisme la suite.
A chaque temps suffit sa peine.
Si pour le peuple haitien, la plus grande
conquete depuis 1986, apres s'6tre d6barrass6 du regne
de l'absolu et des t6ndbres, aura 6td, justement,
d'obtenir une place au soleil et le droit de pouvoir
exprimer librement ses profondes aspirations, on
conviendra aussi que sa plus grande disillusion, aprds
tant d'anndes d'attente, aura &te le constat d'une pietre
amelioration de son sort. Certains diront meme une
d6t6rioration de ses conditions d'existence. Par deficit
de m6thodes d'application des solutions qui
s'imposaient, nous avons manqu6 le coche. De plus,
lejeu souvent cynique et macabre de certains int6rets,
la naivet6 d'une importante frange de la population et
la mdfiance de beaucoup d'individus par rapport a la
plupart des pouvoirs 6tablis depuis lors, ont mind le
terrain et rendu les changements plus al6atoires.
Les bienfaits de la d6mocratie naissante nous
ont amends a des sommetsjamais encore atteints dans
notre histoire sur le plan de la liberty d'expression.
Cependant cet acquis est fragile et peut 6tre aussi
ndfaste et pr6judiciable, lorsqu'on l'emploie a des fins
d6magogiques et mesquines, n'ayant rien a voir avec
l'avancement de la nation. Dans ce cas, il conduit a
une duperie au detriment du peuple
Cette liberty, dans son essence, est b6ndfique
pour l'6closion d6mocratique, dans la mesure oi la
collectivit6 en fait une arme de combat pour la defense
de ses int6rets, qu'elle l'utilise a bon escient et en ce
sens, contribue a l'l6aboration de nouvelles structures
qui lui permettent de s'organiser et de produire des
r6flexions de quality, utiles pour la mise sur pied d'un
Sv6ritable plan national de d6veloppement. Ce
ner processus, pour 6tre efficace, doit englober et
)me prendre en compte les revendications de toutes
y les composantes vitales de la nation, tant du
secteur public que du secteur priv6, sans
ace exclusive, en interaction l'une par rapport a
1'autre.


Car il faudra bien un jour que nous
arr6tions de creuser, que nous puissions mettre
de c6t6 nos betises, nos rancoeurs et nos
divergences et penser h autre chose. Penser que
(voir QUE FAUT-IL... / 20)


Page 16


The Miami-Dade Board of County Commissioners, through the efforts of Commissio
Barbara J. Jordan, has allocated $1.2 million for the rehabilitation of single-family ho
in Opa-locka through the Opa-Locka Home Rehabilitation Program. Homeowner n
qualify for up to $30,000 to repair roofs, electrical and plumbing systems, repl
windows, doors, air conditioning units, flooring and kitchen and bathroom fixtures.

For more information on how to take advantage of this opportunity, contact the O
Locka Community Development Corporation at (305) 687- 3545 extension 236 or y
may visit our office at 490 Opa-Locka Blvd. Suite 20, Opa-Locka, FL 33054.


I ..... %A............ ... . ... .. ..N J


pa-
you








Mercredi ler Octobre 2008 MIA -DADE UN TY Page 1,
Haiti en Marche Vol XXII N 36 MIAMI


MIAMI DE

MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE GENERAL SERVICES ADMINSTRATION
DESIGN SERVICES FOR THE JOSEPH CALEB CENTER,
NEW COURTHOUSE ANNEX/ADDITIONS, AND NEW PARKING GARAGE
OCI PROJECT NO. A07-GSA-02, ESP

The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, 2-8.1 and 2-10.4 of the County Code and Administrative
Order 3-39, announces that professional architectural and engineering (A&E) services will be required for the renovation of the Joseph Caleb Center, new
courthouse annex/additions, and new parking garage.

This solicitation is one of the projects within the economic stimulus plan as approved by the Board of County Commissioners and an expedited solicitation
process will be utilized.

The scope of services for the two main components of this project, and all other services related to and incidental thereto the following:

(1) Courthouse Annex/Additions: research, planning, design, specifications, construction documents, permitting, bidding and award, and construction
administration services. The new courtrooms, offices and supporting spaces/areas will represent approximately 25,000 square feet of constructed
area.

(2) New Parking Garage: research, planning, design, specifications, construction documents, permitting, bidding and award, and construction
administration services. The structure will contain up to 475 parking spaces and approximately 190,000 square feet of constructed area. The
access/exit of the garage must be fully prepared for installation of an entry/exit booth(s) and control gates(s), as well as to provide about 20 private
spaces at the ground floor for Court officials.

Proper separation between the two functions/structures will be provided as per the Administrative Office of the Court (AOC) program/specifications. This
project is subject to the Miami-Dade County Zoning regulations, and must be designed to obtain a minimum rating of "Silver" per the United States Green
Building Council's (USGBC) Leadership in Energy Environmental Design (LEED) Rating System.

The estimated contract term for this professional services agreement (PSA) consists of 1,530 days distributed as follows: 365 days for schematic design,
design development, and construction documents; 260 days for permitting, bidding, and award of construction contract; 540 days for construction
administration; 365 days for warranty period.

EXPERIENCE AND QUALIFICATIONS:
The Prime must demonstrate experience in the below listed areas:

1) Prime Consultant providing services for technical certification category 14.00, Architecture, and 18.00, Architectural Construction Management, must
demonstrate previous project experience having acted as Prime Consultant and/or Sub-Consultant on at least one (1) completed multi-story office
building, preferably government/courthouse services related, within the last 10 years, with a project value of at least $5,000,000.00 and/or a minimum
of 20,000 square feet of constructed area.

The Prime and/or Sub-Consultant(s) must demonstrate experience in the below listed areas:
2) Prime and/or Sub-Consultants providing services for Technical Certification Categories 11.00, General Structural Engineering, and 17.00, Engineering
Construction Management, must demonstrate previous project experience having acted as Prime and/or Sub-Consultant on at least 1 completed multi-
story parking garage, within the last 10 years, with a project value of at least $5,000,000.00 and/or a minimum of 300 parking spaces.

The above expertise must be met by a qualified individual(s) of the prime consultant's and/or sub-consultant's firm. The experience must be demonstrated by
direct or substantial involvement of the individual(s) in a supervisory capacity at the project manager level or above in these projects. The determination of the
individual's qualifications and compliance with the above experience and qualifications shall be at the sole discretion of the County.

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS

14.00 ARCHITECTURE (PRIME)
18.00 ARCHITECTURAL CONSTRUCTION MANAGEMENT (PRIME)

11.00 General Structural Engineering
12.00 General Mechanical Engineering
13.00 General Electrical Engineering
16.00 General Civil Engineering
17.00 Engineering Construction Management
20.00 Landscape Architecture
22.00 ADA Title II Consultant

A copy of the Notice to Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the Office of
Capital Improvements Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1st Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for
the unit is (305) 375-2307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-
Dade County and have included an e-mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line.
Additionally, those pre-qualified firms without an e-mail address will be faxed a solicitation notification. The NTPC and accompanying documents may be
obtained on line at http://www.co.miami-dade.fl.us/dpm, at the following link "Solicitations On-Line."

The Consultant Coordinator for this project is Amelia M. Cordova-Jimenez who may be contacted via e-mail at ameliac@miamidade.gov, fax: (305) 350-6265
or phone: (305) 375-2036.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

One (1) Agreement 23% Community Business Enterprise (CBE) Goal

A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on September 25, 2008, at 11:00 A.M. on the 10th Floor CITT Conference Room, located at the
Stephen P. Clark Center, 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE ENCOURAGED to attend.

Deadline for submission of proposals is October 10, 2008 at 3:30 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received at Miami-Dade
County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANY AND
ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE MAY NOT BE
CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County Code, as amended. Please review
Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.









LES JEUX


Mercredi ler Octobre 2008
1 Hai~ti en Mairche Vol XXII No 36


1 JEIBE 1BI 1 i 'U


Allez de BERCER PILLS en utilisant des mots du du vocabulaire
franpais, el ne changeant qu'une lettre par ligrne


k M T W H M1Q K N '" N U
0. o : r E 'o -i:Q HORIZONTAL
i tr d n Z ; jAu j t1 Etude ds sols- 2, Venires -
15a x 6 P U / J I a 3. General am6ricaln-
T G 0 T r ; &5: i n tP 4 PrMposilion- Abrupt-
0I 0 f Tj 5 Elaffe Pronom- Connu -

0 . . 7- Conjonclion En malire de -
E|I EY- E T 8 Irritable,
SLVK 1 .'1 U TIW J LE
L I N J A' U P VERTICAL
,:.s/ F ; n C o h courme 2. MaHqueleur 3. Pom -
4 Chanteur franais de rap Condiment -
APurleen eWlie B~ei Caa Chfi 5. Os du dos 6. Germanium -
Darnurk G e Groenlnd Ide Indonesie
iale Jepon- MINoi se-Norv Noveiee eare 7 Envahis 8 En mratiere de Apprisse,
Phiippines Rutsi Tuiqu USA


IE


I


Solutions dI la
saIaine paspc:




C 0 RONN E S
o "? M U 5? '


00 Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invites du Jour
M6lodie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiBre Raphael


c 'edt A&4eP46it 'eo aC e c /I


En Bref...


(... suite de la page 2)


a la mi- septembre, note la CNSA, ont laiss6 une bonne partie d'Haiti inondde et sans
nourriture, eau potable, abris ou autres n6cessit6s. Bien que preliminaires et partiels, les
rapports actuels revelent des d6gats 6tendus aux infrastructures, aux cultures, et a
l'l6evage, autant de facteurs essentiels pour la s6curit6 alimentaire a long terme. La CNSA
poursuit : Alors que la fourniture de biens et de services de base (nourriture, eau potable,
abris, services d'assainissement, et soins m6dicaux) aux sinistres s'amdliore nettement et
pourra a court terme se rv6ler adequate, des investissements 6normes devront 6tre r6alis6s
pour compenser la perte de terres agricoles, d'infrastructures routieres et d'irrigation,
d'adductions d'eau potable, etc., et pour att6nuer les risques de d6gats similaires et
d'aggravation de l'insecurite alimentaire lors des cyclones futurs. Actuellement, de 2,8
millions a 3.3 millions de personnes sont estimdes 6tre en ins6curit6 alimentaire soit
mod6rde soit extreme (y compris les 800,000 personnes environ sinistrees par les temp6tes
d6ja trouv6 en ins6curit6 alimentaire), ce qui repr6sente une augmentation d'environ 15
pour cent depuis la mi- aoft.
La perte des cultures et la difficult de transport des denrdes alimentaires, en raison de la
destruction de ponts sur les grands axes nationaux, ont aussi provoqu6 une augmentation
des prix des aliments de base (riz import, mais local, haricot, farine). Dans la ville de
Cayes, par exemple, les prix courants au detail ont augment de neuf pour cent entre le 11
aoft et le 15 septembre. Globalement, les intemp6ries n'ont fait qu'exacerber les
difficulties des manages, d6ji confronts a des prix Olev6 et en hausse depuis septembre
2007.
Etant donnd ses ressources limitdes, indique le CNSA, le gouvernement haitien ne sera pas
en mesure de rdpondre ad6quatement a la crise alimentaire actuelle. Une assistance
alimentaire et non- alimentaire d'urgence aux manages sinistr6s doit tre poursuivie
jusqu'aux prochaines rdcoltes, en mars etjuin 2009. Cette assistance a court terme doit
comporter le curage des canaux et drains, la reparation des infrastructures d'irrigation
ainsi que la distribution de semences et autres intrants agricoles pour 6viter la perte
complete de la saison d'hiver (septembre a mars).
De plus, bien que les conditions actuelles s'amdliorent avec le recul des eaux de crue et
une assistance humanitaire de plus en plus importantedans les zones pr6c6demment
inaccessibles, une assistance financiere et technique lourde et soutenue sera n6cessaire
dans le moyen et long terme pour r6duire le niveau de vulndrabilit6 structurelle d'Haiti aux
intemp6ries et a l'insecurite alimentaire. Cette assistance devra toucher les domaines
suivants: 1) rehabilitation de infrastructures physiques endommag6es; 2) recapitalisation
des exploitations, notamment par un programme de restauration du cheptel perdu; 3)
augmentation de la production agricole nationale, y compris pour les cultures de
substitution des c6rdales importees; 4) protection des bassins versants (par le reboisement,
la correction des ravines, la lutte anti6rosive, etc.); 5) promotion des investissements dans
diff6rents secteurs porteurs de l'6conomie pour r6duire le taux de ch6mage et la pauvretd;
6) expansion des activities susceptibles d'att6nuer la malnutrition chronique, y compris en
matiere de sante, nutrition, eau, et assainissement; et 7) renforcement de la coordination,
suivi, et evaluation des programmes de d6veloppement et des operations de rdponse aux
crises, termine la CNSA.
La route internationale endommagee par le d6bordement du lac Azue'i
La zone frontaliere est envahie par le lac Azuei qui a d6bord6 de son lit suite aux r6centes
inondations. Trois kilometres de route sont inond6es, confirme le directeur ex6cutif de la
commission de d6veloppement frontalier (CDF), Max Antoine, qui a conduit une mission
d'dvaluation dans la region vendredi dernier.
Les conducteurs de v6hicules tout terrain doivent faire montre de dext6rit6 pour utiliser
cette route internationale. Une demarche qui pourrait s'av6rer p6rilleuse pour ceux qui ne
sont pas habitues. Il y a de grosses pierres sous l'eau, ces pierres se trouvaient en
bordure du lac", explique un conducteur de v6hicule.
Les camions continuent a traverser la frontiere avec leurs marchandises, meme si l'eau
arrive a la hanche des riverains en certains endroits.


c
s

r
s
c


Notre environnement, nos mythes !
(... suite de la page 12) en voulons toujours font que nous sommes
onvertir le bon sauvage), nous voulions ce que nous sommes.
implement attirer votre attention sur cette On ne peut sacrifier l'un sans sacrifier
vidence : on ne saurait entreprendre de l'autre ; on ne peut esp6rer refaire l'un sans
efaire l'environnement sans aller a la passer par l'autre.
ource, oui la source, au sens de puret6, Et done il faut en tirer les
omme au premierjour, au commencement consequences.


pour le recommencement. Nos vieux mythes,
mais 6temellementjeunes, et qui tout comme
la terre qui nous nourrit si tant est que nous


Marcus, 26 Septembre 2008


Page 18


SCRABBLE
Arrange les sept lettres c-dessous
pour former un mot franrais

V R

E I N

I 0

Solulons de la semaine passe
.. SENINE
________________


I ..... %A............ ... . ... .. ..N J


jjP- E I 179
.. . I l RI


i 'I I '" "I I


---4 4 i +--









Mercredi ler Octobre 2008
Haiti en Marche Vol XXII No 36


CINEMA


Ih& d, tw *em & lr lgl o some


- -


__ -0 a -AD


.NNW 4WD-..: _'-
o 49 4 o di
-1 1 1 --1


- 0IC r

- I I
* ~ I 0 I I -)
b ~ 0 -


a. -
~ -


- St Wr -

r - a -


rl)- r-


I Copyrighted Mateial



Syndicated Content


Available from Commercial News Provi ers"
P- - WM owD If, -M


MM -m -


r-


om o .0 -- 4b
-w- 4r b *-


SM a


- .a~w -


- ,Now A-
-
-4 0
dm 40r e ~


* r~C a
-rL


- .a


a -r -


'TV'Jr


..a .-. 4ow
-r -. C *
II- .l -- -
- aP e - 0


- 0 -


a4W m- -


NOTE DE PRESSE

La Chambre de commerce pour une politique energique contre le Deboisement


Port-au-Prince, le 24 septembre 2008 Face
aux d6sastres qui ont frapp6 Haiti et menacent de
r6cidiver la Chambre de Commerce et d'Industrie
d'Haiti (CCIH) entend poursuivre inlassablement, par
tous les moyens, sa mission de solidarity envers nos
compatriotes touches par le malheur.
Ainsi, au-dela de ce devoir, elle estime
n6cessaire d'interpeller les autorit6s haitiennes pour
leur demander de prendre d'urgence un certain nombre
de mesures drastiques qui ne plairont peut-6tre pas a
tout un chacun mais qui seront prises dans l'interet de
la majority, pour tenter d'assurer au pays un minimum
de survie.
La Chambre de Commerce et d'Industrie
d'Haiti invite donc, d'une manibre pressante, les
autorit6s haitiennes:
A interdire rigoureusement la coupe de bois sur
toute l'6tendue du territoire national et a lancer
de toute urgence une operation de reboisement


SA proc6der a une d6taxation du gaz propane pour
compenser l'utilisation du charbon de bois
SA faire cesser imm6diatement l'exploitation des
carribres de sable a Laboule et a Bouthilliers
SA r6pertorier les boulangeries, les blanchisseries,
les guildives et autres entreprises utilisant le bois
comme source d'6nergie... et a les contraindre a
changer de structures 6nerg6tiques, en les aidant
par des mesures incitatives
SA entamer la demolition des constructions
anarchiques dans les lits des rivibres et sur les
flancs des ravins et a acc6l1rer un processus de
relogement de la population ....
SA se doter de mdcanismes rigoureux anti-
corruption pour garantir la transparence et la
gestion scrupuleuse de l'aide recueillie en Haiti
et a l'6tranger quant a sa finality premiere.
Par ailleurs, la CCIH, tout en remerciant la
Communaut6 internationale de sa g6ndrosit6, entend


mettre l'accent sur l'ampleur de moyens dont l'Etat
haitien doit disposer pour entamer une ceuvre de
construction et de reconstruction. Dans cette logique,
face au ddnuement d'Haiti, les bailleurs de fonds, La
Banque Inter-Amdricaine de D6veloppement, l'Union
Europ6enne, le Fonds Mon6taire International et la
Banque Mondiale doivent favoriser les chances de
succes d'Haiti et concrdtiser sans plus tarder leurs
promesses d'aide En tout 6tat de cause, dans ce
contexte de catastrophe nationale et pour r6pondre aux
n6cessit6s de l'heure, l'effacement de la dette
internationale d'Haiti que la CCIH sollicite
pr6sentement des bailleurs devient un imp6ratif
urgent.

Jean-RobertARGANT
President du Conseil d'Administration
de la Chambre de Commerce
et d'Industrie d'Haiti


Haiti a toujours besoin d'aide


Deux semaines apres l'appel lanc6 par les
agences humanitaires, seulement 3% des fonds ont &te
pourvus. 300 000 enfants sont affects. Certaines zones
restent inaccessibles. Les sinistr6s ont besoin d'eau
potable, de nourriture, de couvertures. Les 6coles sont
endommag6es ou occupies par les personnes
d6plac6es.
Aux Gonaives, l'eau s'est retiree de la ville.
Mais des regions entibres du pays restent inaccessibles
par la route en raison des glissements de terrain et de
1'6croulement des ponts. Les secours parviennent par
air ou par mer. Des navires am6ricains, francais et
canadiens, en particulier, ont permis de ravitailler les
regions c6tibres. < Aux Gonaives, l'acces a l'eau po-
table est possible par un systeme temporaire de
pompage et de traitement, indique Louis-Etienne
Vigneault de l'Unicef Haiti. Ailleurs, les sinistr6s sont
souvent approvisionnes avec de l'eau en bouteilles.
Mais les bateaux et meme les h6licoptbres ne peuvent


pas acc6der partout >.
Selon le Gouvernement, 300 000 enfants ont
besoind'assistance. L'Unicef a distribu6 120 000 litres
d'eau potable, ainsi que des tablettes de purification
pour l'eau, des kits d'hygibne, des couvertures, du lait
th6rapeutique et des produits alimentaires hautement
nutritifs. Pour le moment, les personnels de secours
n'ont pas &te victimes d'incidents malgr6 la grande
instability du pays.
Des sinistrds r6fugi6s dans les 6coles, les
6glises et les bitiments publics
La rentr6e des classes, d6ji repouss6e d'un
mois, est prdvue pour le 6 octobre. 400 6coles sont
endommag6es. Encore davantage d'6coles servent
d'abris pour les personnes d6plac6es par les
inondations. L'Unicef s'efforce d'aider ces personnes
a retrouver, chez elles, les meilleures conditions de
vie possibles : < Pour le moment, les retours se font
vraiment timidement. Les 6coles, les 6glises, les


edifices publics sont occup6s par les d6plac6s, mais la
rentr6e devrait se faire a la date prdvue. Nous avons
pr6vu du materiel pour r6habiliter les classes
endommag6es, pour enlever la boue. Nous allons in-
staller du mobilier, distribuer des fournitures
scolaires >.
Un programme de soutien psychosocial est
conduit dans les abris par les ONG partenaires de
l'Unicef : interventions de travailleurs sociaux, espaces
am6nag6s, jeux pour les enfants. Pour le moment,
l'Unicef n'a pas identifi6 d'enfant s6par6 ou non
accompagn6.
L'appel inter agences qui a &t6 lanc6 le 10
septembre pour r6pondre ala catastrophe s'&lve a 107
millions $ (73 millions ). La part de l'Unicef dans ce
montant repr6sente 6 millions $ (4 millions ).
L'Unicef France, pour sa part, a transf6rd 150 000 e et
appelle toujours ses donateurs a se mobiliser pour
renforcer son soutien.


S-Now

-. - -


Page 19


4b .

-. 0 ~


- - -



; S -
o O -maw 84w
4 b.-. 40 o


q --
,GOP- 4w


I


c I
r


.W-


0 -


or


-r,
- -


I


III
C--









BACK PAGE


Merciredi ler Octobre 2008
1 HaYti en Marche Vnl XXII N0 36


QUE FAUT-IL FAIRE ?


(... suite de la page 16)
nous faisons partie d'une communaut6 plan6taire et
qu'a ce titre nous avons l'obligation "d'exister",
conform6ment aux reglements et aux lois qui g&rent
l'ensemble des nations. Tout en revendiquant notre
identity et notre souverainet6 de peuple libre. Nous ne
pouvons pas nous soustraire A cette r6alit6 et nous
carter de cette civilisation que nous avons pourtant
contribu6 rd- inventer", A forger dans de nouvelles
dimensions, plus conformes A la volont6 des dieux.
Qui peut savoir ou en serait l'humanit6, si par la geste
de 1804 nous n'avions infl6chi le cours de l'Histoire.
Et ce destin qui nous voulait, par la vaillance de nos
luttes, 6tre le chef de fil de toute une nouvelle pens6e,
nous a depuis longtemps 6chapp6. Pour cause, que de
deceptions n'avons-nous pas apport6 A nos cong6nbres
qui, du fond de leur galbre, nous portaient aux nues et
nous id6alisaient. Nous devons nous reprendre et nous
montrer plus dignes de notre glorieux pass. Nous
devons nous tirer de cette position inconfortable qui
fait de nous les derniers, aprbs avoir &t6 les premiers.
De mon lieu de s6jour, j'ai doublement
souffert .D'abord, de savoir comment nous avons &te
gravement affects et ravages par les dernibres
intemp6ries. Et ensuite, du fait de constater combien
est grand le foss6 qui nous spare de nos voisins de la
Caraibe, particulierement Cuba. Triste constat d'6chec,
apres plus de deux cents ans d'ind6pendance !
Nous avons recens6, selon les rapports officiels qui
m'6taient parvenus A cet instant pr6cis, environ cinq
cents morts pour ce debut de la saison cyclonique qui
est loin d'&tre A sa fin. Chiffre qui devrait 6tre,
certainement, corrig6 et revu a la hausse, compte tenu
des nombreux corps qui n'ont pas 6td retrouv6s, parce
que ensevelis encore sous des tonnes de boue.
Lorsqu'on considere qu'A Cuba, oni les conditions
atmosph6riques 6taient nettement plus d6favorables,
au point de causer des centaines de millions de dollars
de d6gits, on a enregistr6 seulement quatre morts, pour
la meme p6riode, on peut mesurer l'6tendue de notre
ddtresse.
Ces calamit6s qui nous affligent r6guli&rement
et notre facon d'y faire face nous font passer pour un
peuple inconscient, d6sinvolte, dirig6 par des l6ites
irresponsables. Et ce perp6tuel assistanat qui nous vient
toujours en aide A chacune de ces catastrophes, sans
que nous soyons en mesure d'apporter une quote- part
significative, 6tant les principaux concerns, nous
d6shonore. Le monde nous regarde avec piti6 et
compassion, comme il en est ressorti d'une mission
v6n6zudlienne queje suivais depuis la capitale cubaine
: << Todos con Haiti >>. Nonobstant la sympathie et le
respect que nous a toujours t6moign6 ce peuple fr&re,
eu 6gard A l'apport de la nation haitienne dans sa lutte
de liberation face A l'Espagne, il faut convenir que cette
aide humanitaire, dont nous avons certainement grand
besoin, nous rabaisse A un niveau de mis6rabilisme
proche de l'indigence. C'est A se demander comment
nous nous en sortirions sans la presence des troupes
de 1'ONU sur place et si ce vaste mouvement mondial
de solidarity ne nous avait support !
I I-


Dire que malgr6 tout, le pays
continue d'exister et que les plus
optimistes pensent qu'une autre Haiti
est possible. J'en suis du nombre.
Cependant, les conditions pour la
concrdtisation de ce rcve demandent
beaucoup de sacrifices et de
clairvoyance. Sommes-nous pr&ts
pour ce grand bon?
Toutes mes sympathies aux
nombreuses victimes de ces
catastrophes, et que Dieu nous
6pargne de nouvelles 6preuves!
Paretrobert@yahoo.fr


Ennery apres le passage des ouragans n est plus qu un desert
(courtoisie Minustah)


Sm le mmtht lei irudem vmiML.
moiew A TomfKfl hmot elL
mi weOWe ns: e ante Kwm..


Port-au-Prince MW WW
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94th Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979

New York 914 358-7559
Boston 508 941-6897
Montr6al 514 337-1286

email: melodiefm hotmail.com
haiti-en-marche hughes. net
URL: www.haitienmarche. com

Library of Congress # ISSN 1064 3896


AdMI PURCnASING AGENCY n""""dCcs EWcmeoni E upm wnbdo
Tel.: 786457-SW3 Fao 1305-75M6-078 -in ealpasaSaft&ctouM Pm* ca n os par bPhls


Page 20


Haiti en Marche


20"




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs