Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00320
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: September 17, 2008
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00320
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00009-17-2008 ( PDF )


Full Text





















Un pays

en mille morceaux


Hinche disparue sous lesflots (photo courtoisie)
PORT-AU-PRINCE, 14 Septembre Un MARATHON-SLDAR
pays 6clat6 en mille morceaux. C'est l'image que
pr6sente Haiti. On n'a pas fini de d6plorer que les
communications par voie terrestre avec la ville des
Gonaives (Artibonite, nord) sont coupes a cause
de la chute des ponts de Mirebalais (Centre) et de
Montrouis (au nord de la capitale).
Pour se rendre au Cap-Haitien
(d6partement du Nord), il faut faire un detour par
une route de fortune du c6t6 de Hinche, mais si
risque que les convois humanitaires qui doivent
se rendre aux Gonaives (troisieme ville du pays
en nombre d'habitants et la plus affected par le Le P i
LeP I \ichd
passage des ouragans Hanna et Ike) n'osent pas
s'y aventurer.
Mais le reste du pays n'en est pas moins
isold meme si on n'en parle pas autant. Ce sont le
grand Sud (les 3 d6partements du Sud, des Nippes
et de la Grand'Anse) a cause de la monte des
eaux de l'Etang de Miragoane qui interdit le
passage des v6hicules depuis plusieurs jours. Au
grand dam des marchandes de denrdes en route
pour la capitale. Et en cette veille de la rentrde
des classes (renvoyde de ce fait jusqu'au 6
Octobre).


Le dos au mur ...
Le d6partement du Nord-Ouest est
6galement coup du reste du monde parce que
transitant par la region des Gonaives. Or celle-ci
n'est plus qu'un lac immense.
Ensuite les Trois-Rivibres sont en crue
depuis deux semaines ...
Les habitants de Port-de-Paix et du M6le
Saint Nicholas sont litt6ralement le dos au mur
(ou plut6t a la mer Atlantique).
Dans le Plateau central aussi bien qu'a
l'autre bout du pays dans la plaine de MiragoAne
(Nippes, sud), les maisons sont immergees
jusqu'au faite de leur toit. (HAITI/ p. 4)
(HAITI / p. 4)


Les organisateurs Reginal
et les representants de


ITE POUR LES VICTIMES


le D. Pierre Louis


d Boulos, Jean Robert Argand
es MAdias ANMH etAMIH


n ( s

L'ambassadeur JanetA. Sanderson (photos HEM)


Que restera-t-il de

toute cette assistance

internationale ?
PORT-AU-PRINCE, 14 Septembre Le
pays est couvert de tonnes d'assistance alimentaire
provenant de diff6rents coins de la planted.
Bien que l'acheminer aux populations
sinistrees n'est pas aussi facile, 6tant donn6 que
toutes les grandes routes sont soit coupes, soit
inexistantes depuis longtemps.
Le president Rend Prdval a lanc6 un appel
a la solidarity internationale qui a &td largement
r6percut6 par les plus grandes instances mondiales
(ONU, Union Europ6enne, OEA, etc).
Les Nations Unies demandent 108
millions de dollars pour Haiti.
La FAO souhaite collecter 10, 5 millions
pour aider les agriculteurs haitiens.
80% de la production agricole a disparu
dans la temp6te. Le ministbre de l'Agriculture
estime le deficit du secteur agricole a 180 millions
de dollars.
Les Etats-Unis augmentent leur aide
d'urgence a 20 millions.
Le Canada offre 5 millions de dollars en
plus de son assistance r6gulibre.
La France double la sienne en la portant a
4 millions d'euros.
Etc.
Mais qu'en restera-t-il ? Comment rendre
cet effort viable ?
(AIDE / p. 5)

MARATHON
POUR LES VICTIMES

Un immense geste

de solidarity
Le dimanche 14 Septembre 2008 marque
une tape symbolique dans le combat que doit
mener le peuple haitien pour reconstruire son pays.
Sous 1'egide de la Chambre de commerce
et d'industrie d'Haiti avec Jean Robert Arguant
presidentt) et Reginald Boulos comme conseiller,
et avec la collaboration de l'Association des
M6dias Ind6pendants d'Haiti (AMIH) et de
l'Association Nationale des Medias Haitiens
(ANMH), des associations PADF et Food for the
Poor, de la CAM, la Unitransfert, le R6seau
Solidarity avec Haiti (coiff6 par l'Agerca ou
Agence pour la Gestion des Risques et la
Continuity des Activit6s) lancait dimanche un
t6l6marathon qui a dure toute la journe.
On n'aura pas le r6sultat d6finitif de ce
marathon avant plusieurs jours, surtout que les
organisateurs ont d6cid6 de le poursuivre au delay
du 14 septembre pendant une p6riode de 7 jours.
L'objectif fix 6 tait trbs haut: 100.000
appels pour r6unir une valeur de 100 millions de
gourdes. On est rest certainement en deqi. Mais
pour la premiere fois qu'une tentative pareille 6tait
lance, on peut dire que la r6ponse a 6td immense
(MARATHON / p. 6)


1 Livraison d'argent domicile Appelez sans frais:
en moins de deux huures USA/Canada:
* CAM Pickup, le plus grand r6seau de la Rdpublique. 1-800-934-0440


* Dp6t dans n'mporte quelle banque en Hatl.,
* Grande varilt de products alimentaires
de meilleure qualftn sur le marc.


Haili: 800-256-8687
wwwcamfransfer.com
^ 1. il :0 A* C tL 1 4i
man i CH "-t 0iL '. ,









Page 2


I EN PLUS...


L'environnement est

sous la responsabilite de qui ?


PORT-AU-PRINCE, 11
Septembre L'un des points faibles de
administration Bush a &t6 son retard
pour r6aliser la gravity du d6sastre
provoqu6 par l'ouragan Katrina dans
la ville de Nouvelle Orldans
(Louisiane) en 2005.
L'ouragan a fait 1836 morts
et 705 disparus.
Cette erreur ne sera jamais
pardonnde au president Bush.
Or en Haiti chaque annde
beaucoup plus d'Haitiens trouvent la
mort non pas a cause de la violence
des ouragans elle-meme, qu'h cause
des n6gligences des gouvernants
haitiens.
Mais personne ne leur en tient
rigueur. Nos gouvernants n'ontpas de
compte a rendre personnellement, et
quand la presse souligne leur part de
responsabilit6, ce n'est jamais sur un
plan individuel.
Nous sommes de loin plus
complaisants que les peuples d'autres
pays, y compris le peuple am6ricain.
Aux Etats-Unis, la presse
n'abandonne pas une enquete tant
qu'elle n'a pas 6puisM le sujet. Aussi
on n'a pas tard6 a apprendre que
l'administration am6ricaine n'a pas
seulement failli au moment du passage
de l'ouragan, mais aussi pour avoir


n6glig6 de renforcer (alors qu'elle en
avait &t6 avertie) les digues d6ji
anciennes qui protegent les remparts
de la ville de Nouvelle Orl6ans contre
les ouragans de forte puissance.
Katrina 6tait de cat6gorie 4
(sur une 6chelle qui en compte 5)
quand elle a frapp6 la Louisiane en
2005.
Mr Bush s'est empress de
renvoyer son responsable des risques
et d6sastres pour negligence grave.
Mais la responsabilit6 n'en
repose pas moins sur le president lui-
meme et c'est l'un des principaux
reproches ports a l'encontre de son
administration.
Pas 6tonnant que la semaine
dernire il se soit empress d'annuler
son intervention a la convention
nationale du parti R6publicain pour
inspecter les dispositions prises a
l'approche de l'ouragan Gustav.

Epi, epi anyen ...
Or chez nous, tout le monde
reconnait que les dommages
provoqu6s par les ouragans sont dus
pour une bonne part au ddboisement
inconsid6rd de nos mornes et nos
forts, mais pour une bonne part aussi
aux travaux qui n'ont pas 6t6 entrepris
(voir ENVIRONNEMENT / 16)


0 5


- Jiiii


EN BREF ...


Mercredi 17 Septembre 2008
Haiti en Marchep Vol XXIT N 34


Des experts europ6ens en Haiti
La Commission europ6enne (CE) a d6pech6 en Haiti une 6quipe d'experts qui
doit fournir une assistance a 170.000 families sinistr6es a la suite des d6egts
immenses causes par les ouragans qui viennent de frapper le pays. Dans un
communique rendu public a Bruxelles, la CE precise avoir pris cette decision
apres avoir requ une demande d'assistance 6manant du gouvernement haitien.
"Le principal problem en ce moment, ce sont les dommages causes aux
infrastructures routieres, en particulier aux ponts", a estim6 l'Ex6cutif.
Les experts auront a apporter leur assistance technique dans le cadre de la
recherche de solution aux besoins du pays en logistique et en infrastructures.
Ils devront 6galement 6valuer la viability de l'envoi de ponts mobiles
fabriqu6s en Europe.
De nationality frangaise, belge, italienne, allemande, su6doise et autrichienne,
ces sp6cialistes devraient passer une quinzaine de jours en Haiti.

La France d6peche en Haiti un navire charge d'aide
humanitaire
La France a decide d'envoyer le lundi 15 septembre en Haiti un navire charge
d'aide humanitaire, le Francis Gamier, a destination des populations frapp6es
par le passage des cyclones Gustav, Hanna et Ike, ont annonc6 les ministeres
frangais des Affaires 6trangeres et de la Defense.
"11 s'agit de produits de premiere n6cessite, de tentes et d'abris, de produits
d'hygiene", soulignent les ministeres dans un communique en pr6cisant que le
navire appareillait de Fort-de-France (Martinique).
Le Francis Gamier "transportera 6galement les dons reunis par les collectivites
locales grace a la g6enrosit6 de nos concitoyens antillais, ainsi que les moyens
deploys par les ONG et la Croix Rouge", poursuit le communique.
Les ministeres pr6cisent que l'aide humanitaire doit tre remise aux agences
de 1'ONU a Port-au-Prince (la capitale haitienne) ainsi qu'aux antennes
locales des ONG et de la Croix rouge.
En outre, une mission de soixante sapeurs pompiers bases aux Antilles, dont
huit medecins et infirmiers, ont ete d6ployes en Haiti, selon la meme source.
"Ils apportent leur appui a la population de Cabaret, ville d6truite a pres de 80
% par le passage des tempetes, ou 40 000 personnes sont toujours sans abri",
selon les ministeres. "Depuis leur arrive, les sapeurs pompiers frangais ont
realis6 160 consultations medicales et remis en 6tat une cole matemelle".
La France a 6galement decide l'envoi d'ing6nieurs, charges d'6valuer
l'ampleur des d6egts et en particulier le nombre de ponts provisoires a mettre
en place, ainsi que des pastilles de purification permettant de traiter six
millions de litres d'eau.
Le secr6taire d'Etat a la Cooperation, Alain Joyandet, avait annonc6 le 8
septembre a Port-au-Prince l'attribution a Haiti d'une aide exceptionnelle de
quatre millions d'euros.

Les USA octroient 20 millions de dollars a Haiti apres les
intemperies
L'ambassadeur des Etats-Unis en Haiti Janet Sanderson a annonc6 samedi le
deblocage d'une premiere aide de 20 millions de dollars en faveur d'Haiti
severement frappe par une s6rie de quatre ouragans ayant fait plusieurs
centaines de morts dans le pays.
"Mon gouvernement a decide d'augmenter l'aide d'urgence americaine a Haiti
pour un total de 20 millions de dollars", a declare Mme Sanderson lors d'une
conference de presse assurant que "les USA se tiendront toujours aux c6t6s de
ses amis d'Haiti".
"C'est une veritable trag6die qui a frappe plus de 80 % du pays, je suis
impressionn6e par le courage et la solidarity d6montres par les Haitiens", a
encore declare la diplomate americaine.
Un navire de la marine americaine, le "USS Kearsarge", mouille depuis une
semaine dans les eaux haitiennes. Ses helicopteres, ainsi que ceux de 1'ONU,
facilitent l'acheminement de l'aide dans les endroits isol6s.

Trois congressmen americains en visite de solidarity en Haiti
Samedi, un groupe de trois parlementaires americains, deux d6mocrates et un
republican, ont rencontr6 le president haitien Rene Pr6val et le Premier
ministre Mme Michele Pierre-Louis a qui ils ont renouvel6 le soutien des
USA.
"Nos militaires sont engages en Haiti pour aider le peuple a faire face a ce
moment difficile", a declare le repr6sentant de Floride, Kendrick Meek.
II a indiqu6 que les Etats-Unis privil6giaient la reconstruction de ponts et la
reparation des routes afin de permettre la distribution de l'aide humanitaire
aux sinistr6s.

L'acteur Matt Damon en Haiti accompagnant la grande vedette
du hip hop Wyclef Jean
L'acteur americain Matt Damon est arrive samedi en Haiti pour soutenir son
ami Wyclef Jean, star americaine du hip-hop d'origine haitienne.
"Je suis heureux d'etre en Haiti et je souhaite sensibiliser l'opinion americaine
a ce qui s'est passe ici", a declare l'acteur a l'a6roport de Port-au-Prince, peu
apres son arrive.
Les deux vedettes se sont rendues dans le village de Cabaret a 35 km au nord
de la capitale ou 70 personnes ont ete tuees lors du passage de l'ouragan Ike
sur Haiti et ils ont particip6e une distribution de nourriture aux sinistr6s de ce
village.
Dimanche, MM. Damon et Jean ont visit la ville des Gonaives, qui est
completement inond6e et compte le plus grand nombre de victimes.
Matt Damon et Wyclef Jean ont survol6 les regions d6vast6es par les
inondations a bord d'un helicoptere de 1'ONU.
Matt Damon a obtenu un Oscar en 1998 avec son ami Ben Affleck pour "Will
Hunting".

Cinq morts dans de nouvelles inondations
Cinq personnes, dont certaines appartenant a une seule famille, ont p6ri
noy6es jeudi apres-midi, 11 septembre, a la suite de fortes pluies ayant
provoqu6 la crue soudaine d'une riviere d'une section communale des
C6teaux (Sud). Les victimes tentaient de traverser un ravin situ6 pres de
Roche-a-Bateau lorsqu'elles ont ete emport6es par les eaux en furie. Leurs
corps ont ete d6couverts un peu plus tard. Deux autres personnes qui se
trouvaient en leur compagnie ont eu la vie sauve.

Albert Ramdin, en visite en Haiti
Le Secr6taire general adjoint de l'Organisation des Etats americains (OEA),
Albert Ramdin, est arrive jeudi a Port-au-Prince pour une visite destinee a
transmettre au gouvemement haitien un message de solidarity apres le passage
devastateur d'ouragans en cascade ces demieres semaines.
Un communique de 1'OEA public a Washington souligne que, durant son
sejour, M. Ramdin doit egalement assurer la promotion de la cooperation avec
(EN BREF / p. 18)


li ..... A............. .... ... ...N j


j









Mercredi 17 Septembre 2008 A _ TA__ _ _ _A_ _
Haiti en Marche nVol XXII N 34 LACTUALITE EN MARC



a 4 i n a S1ei i ....4 0 r ..f 'iiaof sr A lai*


righted Material

licated Content

,ommercial News Providers"


| I Page 3


L'EVENEMENT SOMMAIRE
Le marathon-solidarit6 remporte un immense
success p.1
ANALYSE
Un pays en mille morceaux p.1
EDITORIAL
Que restera-t-il de toute cette assistance
international ? p.l
DESASTRE ECOLOGIOUE
L'environnement est sous la responsabilit6 de
qui ? p.2
Le rechauffement climatique stimulerait
l'activitN cyclonique p.2
Deforestation et incurie chronique p.10
Le cri de la Fondation Macaya p.12
STARS AVEC DU C(EUR
Matt Damon accompagne Wyclef Jean en Haiti

Les limits de l'humanitaire p.17
ACTION GOUVERNEMENTALE
Priorit : Rtablir les voies de communication
p.3
GOUVERNANCE
Pitid pour la capitale p.8
DIASPORA
Deux conteneurs doivent arriver de Floride p.8
Little-Haiti r6clame le Statut Temporaire
Proitge p.16
ASSISTANCE
La communaut6 internationale mobilise
d importantes ressources p.9
ONU : Faire face a l'urgence p.10
LIBRE PENSEE
Ddsquilibre p.14
La Papda demande une annulation sans
conditions de la dette externe p.20
v -j


/ ASSURANCES


La UniAsrances S.A, dsrecnrter
un Directeur General


RESPONSABILITES PRINCIPALES
* FormAet, pourf e ros'eil d'ArninisroFkin.
la slra116gie g6r6orale de I'enlreprie :
j Assurer la gestlon quolklernne de kl compogne :
SSupe iser Iravad des Responsabtes de Dbvins :
* Veller klo c6finiton adequate et 6 la comptitivill
drs poCdIiUS offelri;
: Assurcr k promolimon efficieiReCrl de pcduits;
AvrC'tier les i"sCques des oprfolios. geron$iir lo frociTollioI
et l recou~ement 6 lrchonce des poi'es :
* Supervr I'valduaton des si-uslres el le pallement des rtckamtlcn;s:
* G,6rer lei relations avec es raassureai :
- Skfwvir k~ gesson du porteuile de d p4cemr nts. lo compiabiliti
st les finance d I'etreprisr :
- Veller ou respecI e proc*6d epropionnmlis e l 'osure
que tous le s~I~e loscronnertnl pArroitemenr.


EXIGENCES DU POSTE
* Il e d elenleu d'un dipllme du rnveau de Icence.
avec une sp6clalssaon en Finance eltou Assuravce:
* Avo r u borWte conwnissonce du me1ier dassureur:
* Jour au minimum de cnq 15) ans do'exp6rienc c ans des
poiiiomr do responsabidi fu sin ode ompagnics
d'msiurorCee recCrwvxeis
* Bonne ccoacil, de commn% n iojlan fole el ecrile
en raniisa er ean crgklcid

RE MUNERATION ET BN EFICES SOCIAU X
* Saolre comprl*t qui I-ent couple de I'eMarience :
* 8erLfcs socioux avoantageux : assuvrace mdalde / vie.
pkr, d'6porg e dporlars anrriccins, pr i 6 des
1oux pr6FrenericL,. primes cfrvereS...
VEUILLEZ FAIRE PARVENIR LE PICES SUIVANTES :
CLrriculum vitae el lellre de moll ation B I'codresse ci-delssous.:


w ..... MAW W0&4... **


N^


A IMF-


1~
I's~









UNE ANALYSE


Mercredi 17 Septembre 2008
1 Hatti en Marche Vol XXII No 34


Un pays en mille morceaux !


(HAITI... suite de la lere page)

Mais sans aller bien loin il suffit de grimper
le Morne l'H6pital dominant la capitale, Port-au-
Prince, pour constater d'autres d6gdts de l'ouragan Ike :
tous les cables 6lectriques sont par terre. II faudra un
long et patient travail pour r6tablir l'l6ectricit6 dans
ces communaut6s.
A cela, la destruction de plus de 80% de la
production agricole, y compris les efforts qui ont &t6
entrepris aussi bien par les secteurs national et
international (FAO) pour commencer a pallier a la crise
alimentaire provoqude pour une bonne part par les prix
6lev6s des produits alimentaires imports.

L'une des pires famines ...
Haiti importe pour plus de 80% de sa


fournira pas un seul grain de millet et que les prix du
march international nous rendent toute importation
quasiment impossible.
Le gouvemement n'en parle pas encore. Il
doit se colleter avec les urgences de l'heure. Toutefois
la famine c'est une autre histoire car d'ici-lh le grand
branle-bas international actuel autour des victimes des
ouragans en Haiti, aura pris fin.
Et ventre affam6 n'a pas d'oreille !
Le president Rend Pr6val a lanc6 un appel a
la solidarity internationale r6percut6 par toutes les
grandes instances internationales sans exception, dont
l'ONU et toutes ses agences, l'Union Europ6enne,
L'OIF (Francophonie) etc.

D'immenses arpents de boue ...
L'aide d6barque en ce moment par tonnes.


6ducateurs, communicateurs, professionnels
gen6ralement quelconques, et vous aussi Diaspora) ne
r6alisaient que nous sommes parvenus au point de non
retour. To be or not to be. Haiti sera ou ne sera plus !
Mais jusqu'a l'heure qu'il est nous n'avons
toujours aucune id6e. Bien entendu, certains pensent
avoir plein d'id6es. Mais il y a idWes (au pluriel) et
idde, c'est-a-dire une qui soit capable a la fois de
communication la plus large et la plus simple possible.
Expression et persuasion.
Mais d'inspirer aussi les moyens n6cessaires
pour sa mise en application.
Nous disions tant6t que nous ne savons encore
comment le pays va aborder cette grande famine qui
s'annonce comme irreversible. En premier lieu, les
responsables publics.
Le gouvernement (qui vient de proclamer
iVX,


Enfants morts transports vers unefosse commune
(photo courtoisie)


A Thomassin (dans les hauteurs de la capitale)
tous les cables electriques sontpar terre (photo HEAM)


consommation, toutes classes sociales confondues.
Voici a nos portes, l'une des pires famines
que le pays ait connu ces 4 dernires d6cennies.
Lors de la dernibre, en 1974, des mbres
mont6es de la campagne, plus sp6cialement du Nord-
Ouest (d'ou depuis le nom de << far-west >> donnm a cette
region) offraient de vendre leurs b6b6s pour quelques
gourdes (monnaie haitienne) en pleine rue a Port-au-
Prince.
On n'ose encore imaginer ce que nous
r6servent les prochains mois alors que le pays ne


Mais la faire parvenir aux vrais n6cessiteux,
c'est autrement plus compliqu6 car certaines regions
du pays, aussi bien dans le nord que dans le sud, sont
actuellement d'immenses arpents de boue mar6cageuse
laiss6s par les inondations monstre, avec par-ci par-1i
un ilot de terre ferme oi s'agglutinent des centaines
de rescap6s mais qu'il est presque impossible
d'atteindre, trois semaines apres le passage de la
temp6te Hanna.
Les secours arrivent par mer (grace a un
navire de la Marine des Etats-Unis) et par h6licoptbre.


AMERIJET TO OPEN FORT LAUDERDALI

CARGO DROP STATION

FORT LAUDERDALE,
FL Amerijet Inte~ uiondul will open
a Fort Lauderale air freight station
on April 2. 207, announced Pamela
Rollins, Awerijet's VP of Business
Development.
The station is located
adjacent to Amerijet's corporate
headquarti at 280 South Andrews Avene.
"We have a lot of customers in Broward, Palm Beach aud even
Martin copies will enjoy the additional convenience of this station,"
Rollins said. "Eventually,we will expand this location to offer ocean rvi
and delivery of import cargo, to make shipping with us even easier,"
Amerijet will ccpl icMbound inemational air freight at i s ation
including general personal and conmm tial cargo, lrge or sll packages,
barrelr valuable and fragile goods, hazdous mateial, oversized shipments
and dowelicated live animals,
Hours of operation will be 900 a.m. to 5:00 p.m. Mondh
Friday and 900 a.m- to 1 :00 pmn- on Satuday, Amejet*W Tport wMro
beGween thi s traB k,-'via"y g l transfer. For rates
and pif eonaAct Amerijei's sales

A nal, i full-srvice multi-modal
transportti stics prvidcrfing intentional cheduJcd all-cargo
transport via land, sea anir. Fl. Ldrdal, lid-bed AAmrijet ojpate
offices all over the world serving deasinations throughout North, South and
CentIl America, Mexico, the Caribbea, Ere, AsI an the Middle ast,
Amerijt operates itsown fleet Boeing 727-200 aircraft from its primary
hub at Mami InMtemtional Airpo. where it maintais a custom-built 2 10)0
sqiure-foao air cargo handling facility, a 96,000-square-foot ramp facility
and a 500-sqi~ are-foot ocean cargo handling facility. For additional
information, visit Anmeijct on Bhe web at www.amerijet.com.


Mais le decoupage
montagneux du pays ne se
pr6te pas facilement a des
pistes d'atterrissage
improvise.
Nous touchons
en ce moment au plus
profond du ph6nombne de
sous-d6veloppement. I1
ne suffit pas d'avoir les
moyens (comme
aujourd'hui les centaines
de tonnes de nourriture
arrivant de toute la
planete). Mais soudain et
en m6me temps tous les
ponts s'effondrent, toutes
les voies terrestres sont
couples. Toutes les
consequences de nos
incons6quences qui nous
retombent sur la t6te du
m6me coup.
A qui la faute ?
C'est l1 une
question qui ne se pose
plus au point oi l'on en
est.

Un point de
non retour ...
La faute ce serait
plut6t si ceux qui sont
actuellement vivants (et
en premier mieux les
d6cideurs, aussi bien
politiques et 6conomiques
que le secteur soci6t6
civile : religieux,


<< l'tat d'urgence > avec la b6ndictionparlementaire)
a gratt6 ses fonds de tiroirs pour trouver 51 millions
de gourdes qui ont aussit6t &td d6caiss6s.

La ronde des millions ...
Au-dessus de nos tetes, international fait
chanter la ronde des dizaines et centaines de millions
(en euros et dollars verts), mais c'est une musique que
nous ne connaissons que trop. Sp6cialement depuis
qu'une certaine temp6te tropicale nomm6e Jeanne a
laiss6 dans cette meme ville des Gonaives pas moins
de 3.000 morts.
Il y a quatre ans seulement. Ce sont done les
memes humanitaires intemationaux qui reviennent. En
termes de r6alisation avec les millions collects, ils
d6couvrent la < cit6 Jeanne >. Un assemblage de
maisonnettes en carton ou s'6taient r6fugi6s les
victimes de ce premier ouragan.
La plus grande partie des fonds semble avoir
fini dans la poche d'experts strangers en tout genre et
de quelques organismes haitiens qui y ont eu dgalement
acc&s.
Oui, mais nous autres Haitiens d'aujourd'hui
qui nous disons en meme temps desolks et revoltes
par cette situation, quelle alternative proposons-nous ?
Pour l'instant, aucune. Nous ne savons quoi
faire, le voudrions-nous. Impuissance totale.
Ce dimanche le secteur priv6 (commerce et
m6dias) organisait un marathon pour venir en aide aux
victimes. L'initiative a 6td bien revue, aussi bien au
pays qu'en diaspora.
Mais c'est aussi parce que cela offrait ne
serait-ce qu'une toute petite occasion de se rendre utile.
Sinon nous voici condamnds a rester simples
spectateurs pendant que notre pays disparait a vue
d'oeil.

Un pays a I'envers ...
La faute est a nous tous. Mais elle vient aussi
du fait qu'Haiti est un pays (pour paraphraser, hl6as,
Joaquin Balaguer, << la isla al revs >), un pays a
l'envers !
Un pays sur la route des ouragans tropicaux
mais ne disposant d'aucune structure poury faire face.
Et qui plus est, aujourd'hui le seul en son genre.
Secundo, sans un esprit civique veritable,
c'est-a-dire qui soit actifet capable d'une organisation
sociale structure et pr6te a intervenir chaque fois que
le corps social est en danger.
Mais nation de tradition autoritaire etjugeant
(HAITI / P. 5)


Page 4








Mercredi 17 Septembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 34


Que restera-t-il de toute cette assistance


(AIDE... suite de la lere page) 1
La rdponse depend aussi de nous.

A prix d'or ...
Jusqu'ici l'aide post-ouragans a toujours &t6
une incroyable gargote (en francais, occasion pour
certains de s'enrichir).
En mai 2004, c'est la rivibre Solyet qui efface
totalement de la carte la petite ville de Fonds Verrettes
(a l'est de la capitale et non loin de la frontibre).
Une grande
institution internationale
financa a prix d'orunplan
de reconstruction de la
ville.
Un travail qui
obtiendrait sans difficult
le grand prix de Rome.
Mais que le
gouvemement s'empressa
de glisser dans ses fonds
de tiroir parce que, bien
stir, la r6alisation est hors
de ses moyens.
Les habitants de
Fonds Verrettes dorment A aila le f
toujours i la belle etoile. Ava lable ...
Aprls le passage
de la temp6te Jeanne qui
en septembre 2004 fit
3.000 morts aux
Gonaives, mais dues
essentiellement aux flots
descendus rageusement
de la montagne, des
projets d'6tude du bassin
versant des Gonaives
furent finances.
Quatre ans
apres, il n'en reste rien.
Les projets accomplis dans laville m6me pour
mieux endiguer une prochaine fois les eaux
d'inondation, n'ontjamais abouti non plus.

Aucune transparence ...
Combien de millions ont &t6 engloutis ?
Aucune transparence. Pas plus des secteurs locaux que
internationaux.
Qui doit assurer cette transparence ?
Les grands < pays amis > utilisent des
organisations non gouvernementales (ONG), le plus
souvent 6trangeres, pour ex6cuter leurs projets d'ordre
ou humanitaire, ou a la frontibre de l'humanitaire et
du d6veloppement durable.




Un pays...

(HAITI... suite de la page 4)
toute organisation qui n'6mane pas de l'autorit6
centrale comme une menace de subversion, l'Etat n'a
jamais permis ni encourage le d6veloppement d'un
pareil esprit.
Chaque fois qu'il y a eu une vell6it6, la
politique s'en empara, et elle fut vite 6cras6e, dans le
sang si necessaire.
A plus forte raison quand nous sortons
(pardon quand nous ne cessons de sortir) d'une crise
politique qui allajusqu'h nous priver de la c6l6bration
du bicentenaire de notre Ind6pendance (1804-2004),
la seule chose que l'on croyait rdellement chbre a tous
les Haitiens sans exception. Et en meme temps !

Haiti en Marche,
14 Septembre 2008


nternationale
C'est meme devenu automatique depuis le
regime int6rimaire qui a succ6d6 au renversement du
president Aristide en f6vrier 2004.
Ces dernieres (ces grandes ONG) n'ont
6videmment de comptes a rendre qu'h leurs
commanditaires.
Paradoxalement le retour au system
constitutionnel avec les elections d6mocratiques de
2006. n'a avDort6 aucun chanlement a ce niveau.


Dresser un bilan du travail des ONG

Cesjours-ci des parlementaires r6clament un
contr6le de licence des ONG dont le plus grand nombre
op6rerait sans autorisation l1gale.
Nous pensons qu'il faudrait dresser un bilan
du travail de ces dernires
dans le pays avant de
commencer jeter la pierre
a droite et a gauche.
Oui, mais qui va le
faire ?


Le Premier ministre
Jacques Edouard Alexis se
plaignait d&s son arrivee en
fonction en 2006 que le
gouvernement doit avoir au
moins une certaine
comptabilit6 des fonds remis
aux ONG afin de les inclure
math6matiquement dans le
budget national.
Une politique de
d6veloppement national ne
peut 6tre comprise
diff6remment.
Meme declaration
ou presque tenue par le
nouveau Premier ministre
Mme Michble D. Pierre-


Production agricole par les deux derieres tempetes
Hanna et Ike, jointe aux prix quasi inabordables des
produits alimentaires sur le march international,
rend inevitable une situation proche de la famine dans
les prochains mois.

Demain serait trop tard ...
C'est done un pays qui ne peut se permettre
de gaspiller le moindre centime, sortant de la caisse
publique ou de l'assistance internationale.
Enfin, le d6veloppement en Haiti constitue
aujourd'hui, aujourd'hui
meme (car demain serait
trop tard), sa dernimre
i chance de salut.
D6sormais ce ne
sont pas un Gonaives ou
un Fonds Verrettes la
fois, mais TOUS la fois.
C e st
l litt6ralement aux quatre
ial coins du pays que toutes
les villes sont totalement
submerges (Miragoine,
Hinche, Cabaret, Cayes
etc). Et i la moindre
Providers' averse.
C'est le m~me
ph6nombne qui frappe
partout: les rivibres
gonfl6es par les averses et
non endigudes h cause du
d6boisement intensif et
autres formes de
destruction de
l'environnement comme
l'exploitation sauvage des
carribres de sable, roches
et autres d6valent comme
des torrents qui emportent
et d6truisent tout sur leur passage.
Plus que d6veloppement au sens ordinaire, il
s'agit de reconstruire ce pays sur une base plus
rationnelle. Mais 6galement plus equitable. Bref, plus
humaine.
Et c'est h nous Haitiens de le faire car pour
rdussir. il faut la narticination et surtout la foi.


Victimes des inondations a Cabaret (photo Eugene Robenson)


Louis, elle-meme ancienne directrice g6ndrale d'une Ce que personne ne peut faire a notre place.
importante ONG locale, FOKAL ou Fondation Faute d'enprendre conscience et d'en persuader aussi
Connaissance et Libert6. nos amis strangers, on est condamnd au mime << grand
Mais la situation aprbs le passage de 4 magic circus > qu'on a vu aprbs le passage de Jeanne
ouragans successifs dans le pays en moins de deux mois aux Gonaives en 2004.
est sans commune mesure avec ce qui a exist.
D'autre part, la destruction de toute la Haiti en Marche, 14 Septembre 2008


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCHE


Gdes 260-o0
_US S 40-00
US $42.00
SuS 70.00
US $ 70.00


Gdos 520A0
US $ 78.00
SUS $ 80.00
US 135.00
US $ 135.00


Ouns e ~as d'un abo~nmn nt
avew IIwson, t coot e t I* doubic
Pruir de spdcfiw I vous It
un nouv l abonn6
ou s'11 'agit d'un runouvnllUmnt


Nouveau
r --


Renouwvllrfnen


Page 5


Adrese


HamE
Etst Unis .


Europe
AnArque LatR e


I


(ofst potir Si


1, CPmjt pou








SOLIDARITE


Mercredi 17 Septembre 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 34


MARATHON POUR LES VICTIMES


Un immense geste de solidarity


(MARATHON.. suite de la lere page)
avec des gens arrivant toute la joumne transportant
des sacs ou des boites avec leurs dons en
nature (vetements usagers, nourriture de toutes sortes)
ou en especes avec des transferts a Cam ou Unitransfert
ou leurs contributions offertes par SMS a partir de leurs
t6l6phones portables Voilo ou Digicel. Une troisibme
compagnie, la HAITEL, s'6taitjointe aux deux autres
I 'o r ,,- / .


la R6publique, Rend Prdval, disant qu'il est venu en
tant que simple citoyen pour apporter sa contribution.
Les visiteurs se sont succ6d6s : Dr. Alex
Larsen (min. de l'Agriculture), Dr Claude Sur6na du
Rotary Club, une importante d6l1gation du Lions Club,
Le Dr Charles de la Fondation Sogebank, Michble
Gardbre Frish de la Fondation Lucienne Deschamps,
l'ambassadeur des Etas-Unis d'Am6rique Mme


Les repr6sentants du Rotary Club de PNtion
Ville sont venus avec un specimen de < shelterbox
(des boites en plastic contenant des ustensiles de
cuisine, des outils aratoires, un rdchaud pour faire la
cuisine et une tente pouvant h6berger une dizaine de
personnes. Ces boites (247 au total) reques
d'associations du Rotary Club de la Caraibe, seront
distributes dans les localit6s les plus atteintes par les


Arrive au marathon solidaritW de l'ex-PM Jacques EdouardAlexis


/ W'in-I
La table de collecte des dons sous la direction de Mine Marie-Louise Augustin
(Agerca)


Visit au marathon du senateur Youri Latortue a peine rentrd des Gonaives Don de la Digicel qui a aussi remis 40 millions de gourdes
a la Croix-Rouge Haitienne
en milieu dejourne. Jeannette Sanderson, le Maire des Gonaives, le Maire inondations.. Un total de quatre localit6s ont &t6
Le Parc Historique de la Canne a Sucre n'a de Hinche, le S6nateur Youri Latortue, le Dr Jean- sdlectionndes.
pas d6sempli pendant toute lajourne de dimanche, Claude Desgranges qui est venu avec une d6l1gation L'Ambassadeur des Etats-Unis, Mme
chacun avait a cceur de venir offrir sa contribution. de m6decins am6ricains avec des pompes pour la Jeannette Sanderson, a pass quelques bonnes minutes
Lajourne a 6td ouverte par le Pr6sident de purification de l'eau. (MARATHON / p. 7)


"Pr or atc : 4'8 0,0 .# f # Im.....
"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


MIAMI-DADE

Grow your career in a rewarding, diverse and
challenging environment full of opportunity.
Find your next job at
www.miamidade.gov/jobs
or visit our
Employment Customer Care Center
140 West Flagler Street, Suite 105 Miami, Florida
Search online at any Miami-Dade County library, South
Florida Workforce Career Center or Team Metro location.
EOE/M/F/D/Veterans' Preference
25d'verix 4ExcceLece Every dl y


Page 6








Mercredi 17 Septembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 34



Un imn
(MARATHON...suite de la page 6)
avec les animateurs du marathon,
f6licitant les associations ayant pris a
cette initiative bien haitienne. Elle a
remis une enveloppe contenant la
contribution de sa << famille d'Haiti et
des Etats-Unis >>.
Toutes les tapes ont &te suivies


iense geste

Onpeut 6galement obtenirtout et son nom
renseignement sur le site de AGERCA, registres de 1
l'Alliance pour la Gestion des risques Le
et la continuity des Activit6, qui gbre les dimanche 14
dons et dont la responsable est Mme d'unimmens
Marie-Louise Augustin. de recueillir d
Tous les dons acheminds au bourses, m
Parc Historique de la Canne a Sucre ont entreprises e
Mm


IPage 7



de solidarity


est consign dans les
'AGERCA.
td16-radio-marathon du
septembre est le r6sultat
e effort de solidarity envue
les contributions des petites
iais aussi de grandes
t Fondations. Cela va de 1
_. ~ B


haitien.
Comme l'abienfait ressortir la
repr6sentante de la FAN a ce marathon,
il aura sans doute fallu une catastrophe
de cette ampleur pour sensibiliser
l'Haitien pauvre et riche a la cause de
l'environnement de son pays. I1 ne faut
surtout pas s'arreter en chemin. I1 s'agit

Il


par le populaire chanteur et animateur
Sweet Micky, faisant aussi partie du
comit6 organisateur.
Aux c6t6s de Michel Marthelly,
beaucoup d'autres artistes, dont Wyclef
Jean rentr6 au pays avec l'acteur Matt
Diamond et une 6quipe de joumalistes


Un second conteneur part rempli d'c
de CNN. Ensemble ils avaient 6td aux
Gonaives et aussi a Cabaret.
Comment les choses ont-elles
&t6 du c6t6 de la diaspora ? Elle avait
diff6rents moyens d'apporter son
concours, soit par t6l1phone, soit en
faisant un envoi en especes aux agences
Cam et Unitransfert, qui resteront a
disposition pendant deux mois.


&te embarqu6s imm6diatement dans des
conteneurs pour le d6p6t de la Agerca
oil une centaine de volontaires en font
le d6pouillement, triant les v6tements
diffiremment pour femmes, hommes et
enfants, 6valuant la nourriture : riz, pites
alimentaires, pois, huile, lait etc...


articles pour les sinistres
Ensuite des kits
seront constituds, chacun
contenant les m6mes
produits. S'il n'y apas assez
de riz par exemple, les dons
en especes serviront a
compl6ter le stock.
Chaque personne
offrant un don, reqoit un requ


Des tentes defortune offertes par le Rotary Club de PNtion-Ville
preside par le Dr Claude Surina (photo courtoisie)


La coordonnatrice de 'Association des marchandes du secteur informel,
Yanick Mezil


gourde, dix gourdes jusqu'a 100.000,
200.000 gourdes, chiffres s'6grenant
tout au long de lajourne.
En fin de journme, le num6ro 1
de la MINUSTAH, Mr Hedi Hanabi, est
venu manifester sa solidarity aux
organisateurs et du m6me coup au peuple


MIAMD
-ww^^


done de continuer la mobilisation, une
mobilisation pour la survie d'Haiti.

E.E. (photos HEM)


[ ,1


MIAMI-OADE AVIATION DEPARTMENT


LEGAL ANNOUNCEMENT REGARDING
EXPRESSIONS OF INTEREST-FOUR DEVELOPMENT SITES AT
MIAMI INTERNATIONAL AIRPORT
PROJECT NO. EOI-01-08
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA
The Miami-Dade Aviation Department is announcing the availability of the above referenced
Expressions of Interest document (EOI), which can be obtained by visiting our Website at:
www.miami-airport.com/html/businessopportunities.html (in order to view the full EOI
document, please select "Advertisements" link at the bottom of the Business
Opportunities page and then select the respective project).
INVESTMENT SITES: Miami-Dade County's Aviation Department (MDAD) is soliciting
responses to the Expressions of Interest (EOI) from developers/investors for the
development of four investment sites at Miami International Airport (MIA).
The four investment sites are located in areas adjacent to MIA's Central Boulevard which is
the main public entranceway to the Terminal Building. These investment sites are:
1) Area "A," commonly known as "Central Base," is a 25 +/- acre site. If an
investor/developer chooses, the site may be subdivided into an 8+/- acre
parcel that currently consists of a surface parking area; if this option is chosen,
the investor/developer will not have any future development rights to the
remaining 17 acres. MDAD is not mandating what type of development should
go on this site; however, preliminary feedback from interested parties indicates
that a conference center hotel may be ideal for this site. Also, MDAD will not
consider any proposals regarding fixed-based operations (FBO) for this site.
2) Area "B" is an 8 +/- acre site adjacent to NW 20 Street and is designated for
the development of a new retail service plaza.
3) Area "C" is the designated new hotel site and is comprised of a 3 +/- acre area
that straddles the access lanes to the parking garages (the "New Hotel Site").
4) Area "D" is the existing in-terminal hotel located at Concourse "E". The hotel
has undergone several renovations; however, extensive renovations are still
required including meeting Miami-Dade County Building codes compliance.
Currently, Area D is the existing 252-room, in-terminal MIA Hotel site that may
also include three floors of adjoining office space currently occupied by MDAD.
All other applicable rules, procedures, regulations applicable to privately-funded projects on
airport properties will apply. See Exhibit D of the EOI document for the applicable lobbying rules.


Une delegation du secteur Vaudou conduite par Reginald Bailly









DES-URBANISME


Mercredi 17 Septembre 2008
SHati en Marche Vnl XIT N 34


PITIE POUR LA CAPITALE


Pauvrete n'est pas laideur !


PORT-AU-PRINCE, 13 Septembre Plus
de deux semaines apres le passage de l'ouragan, les
rues de la capitale 6taient encore ensevelies sous des
masses de boue et des montagnes d'immondices
tr6naient a chaque carrefour. Etjusqu'en
plein Champ de Mars ...
C'6tait la premiere fois depuis de
nombreux mois car le ramassage des
immondices 6tait passablement devenu
l'un des services les plus r6guliers dans I :
la capitale.
Mais cela tombe bien mal car
c'est aussi le moment oi nous recevons N
le plus de visiteurs. C'est la presse
6trangere qui vient couvrir les d6gits
laiss6s par les ouragans (plus de 300
morts).
Ce sont les travailleurs
humanitaires envoys par de nombreuses
ONG internationals.
Ce sont des officiels de haut rang
(1 secr6taire d'Etat francais, des
parlementaires brdsiliens, un vaisseau de
la Marine amdricaine etc).
Toutes ces personnalit6s sont Cette m
venues pour t6moigner de la solidarity de
leur pays a l'occasion des centaines de
morts et plusieurs centaines de millions de dollars de
d6gits provoqu6s par les r6cents ouragans ...
Pas pour d6couvrir la capitale la plus sale de
toute la terre.

II nous faut un ministere de la pro-
motion publique ...
Ily a li une nuance dont nous nous obstinons
a ne pas tenir compte. On peut tre le pays le plus
pauvre du continent tout en n'6tant pas le plus laid. A
force de pratiquer un tel amalgame, on ne se rend plus
compte de la difference.
Il manque a nos gouvemements un minister
de l'image, ou mieux, de la promotion publique.
Comme le sait tout bon commerqant, c'est
quand les affaires commencent a marquer le pas que
vous vous empressez de faire ravaler votre facade.
Le pays le plus pauvre se doit (ou se devrait)
d'offrir l'accueil le plus cordial ...
Comme le paysan haitien qui arrose d'eau de
basilique les quatre coins de la galerie oi il va recevoir
des visiteurs.
La pauvret6 ne l'empeche pas de vous servir
la plus succulente tasse de caf6 que vous n'ayezjamais


Cependant nos gouvemants de plus en plus
se conduisent comme si la pauvret6 d'Haiti se doit
d'etre visible sur notre visage d&s qu'on met le pied
dans le pays.


archande de 4 saisonsfait tout pour camoufler la laideur
(photo Eugene Robenson)
Ils ont tort. Ils ne font que desservir le pays
en faisant fuir tous ceux qui pourraient nous aider, ces
derniers de peur d'attraper on ne sait quelle maladie
contagieuse.

La proprete au rang de doctrine de
s6curite nationale ...
C'est peut-6tre pourquoi aussi nous
n'arrivons plus a int6resser les investisseurs.
Pas 6tonnant que tous ces derniers prennent
le chemin de la rdpublique voisine oi la propret6 des
rues et de tous les endroits publics est considered au
rang de doctrine de s6curit6 nationale.
Pour nous r6sumer, quel est le probleme de
nos dirigeants d'aujourd'hui qui fait qu'ils manifestent
moins de sensibility a la question de l'image physique
du pays que ceux d'autrefois ?
Pourquoi n'dprouvent-ils aucune g6ne devant
la salet6 couvrant les bitiments publics alors qu'ils font
plus de voyages officiels a l'6tranger que tous les
gouvemants d'autrefois ?
Pourquoi nous laissent-ils patauger dans les
immondices la veille de la Noel ou du Nouvel
an comme c'est arrive plus d'une fois ces dermires


anndes ?

Et
geoise ? ...


si c'etait une conception petite-bour-


Comment ne pas se sentir g6nd
quand on doit traverser un lac immonde
pour se rendre a l'un des quartiers abritant
le plus d'ambassades et de bureaux
d'institutions internationals.
Est-ce une nouvelle facon de
diriger oi seul l'essentiel compte, tout le
reste est soi-disant superflu !
Est-ce une conception plus
intellectuelle (ou plus iddologique) de la
chose publique ? Savoir nous ne
travaillons pas pour la facade. Ou comme
disait l'autre, < nous pr6parons le long
terme > ... Mais sans dire pour qui ?
Alors qu'il est possible aussi que
ce d6tachement soit plut6t la marque d'une
certaine conception petite-bourgeoise ...
qui n'ose pas dire son nom. Et pourquoi
pas, il n'y a eu aucune revolution culturelle
par ici que l'on sache !
Or c'est une conception qui a
alentour sembl6 s'acc6l1rer au fur et a mesure de
l'arriv6e d'une nouvelle classe politique
au timon des affaires.
Oui nous cherchons en vain a trouver une
explication a ce comportement de nos dirigeants
d'aujourd'hui.
Peut-6tre ont-ils trop de soucis et autrement
plus s6rieux !
C'est vrai.

Toujours le c6te qui fait le plus
horreur ...
En tout cas, si l'Etat ne le peut lui-m6me, il
pourrait engager une firme de relations publiques dont
lejob serait d'encadrer nos h6tes de passage de faqon
a ce qu'ils n'aient pas seulement a voir touj ours le c6t6
qui fait le plus horreur dans notre pays ...
Car la pauvret6 n'est pas synonyme de
cochonnerie. Comme on dit, pauvret6 n'est pas vice !
Et Haiti a encore de beaux restes. Pourquoi
nous achamer a les d6molir aussi.
Nous souhaitons done que le ramassage
quotidien et constant des ordures auquel nous avons
eu le temps de nous habituer ces demiers mois va se
poursuivre. Et de mieux en mieux. Et que c'est toute
la capitale qui bient6t aura un nouveau visage.
Marcus, Port-au-Prince

















"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Page 8


MIAMDD


LEGAL ANNOUNCEMENT OF SOLICITATIONS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA

Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of solicitations for contract
opportunities, which can be obtained through the Department of Procurement Management
(DPM), from our Website: www.miamidade.gov/dpm. Vendors may choose to download the
solicitation package(s), free of charge, from our Website under "Solicitations Online". Internet
access is available at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that
vendors visit our Website on a daily basis to view newly posted solicitations, addendums, revised
bid opening dates and other information that may be subject to change.

Interested parties may also visit or call:
Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00
handling charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the
United States Postal Service.
These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County
Ordinance No. 98-106.

Miami-Dade County has streamlined the process for accepting bids and proposals by requiring
vendor affidavits only once at the time of vendor registration.
Starting June 1, 2008, vendors will be able to provide required affidavits one time, instead
of each time they submit a bid or proposal. Solicitations advertised after June 1st will require that
all vendors complete the new Vendor Registration Package before they can be awarded a new
County contract. Obtain the Vendor Registration Package on-line from the DPM website.






Mercredi 17 Septembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 34


*l prE i re" Pm. dat pw a sowpputs*, &us wdsemal










I <*t uatrT **eragan% m All AU seen,% X4t6 nuorts










"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"
S* fA % Wftt t m- IlA tftI


It wa I frafts ,har dm'mk


Psl6 Plus Bakery, Incm
NATURAL JuICE


11638 NE 2nd Ava.
Miami, FL 33160
Tal. 3075-TB-8E5


Catering Specias
Caoke, Pastries, Hors dOeuwes
lr al aowaons


Page 9


I


____j









ECOLOGIE


Mercredi 17 Septembre 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 34


Les deforestations et l'incurie chronique

de l'Etat aggravent 1'impact des tempetes
CHRISTIAN LOSSON, paysans alentour. Les rares t6moins de Gonaives. Simal6dictionily a, c'est racontait en 2007 Jean-Marie Vanden
OTIDIEN: mardi 9 septembre 2008 disent tous la meme trag6die. Habitants d'abord celle du mal-d6veloppement. Wouver, du Bureau international du tra-
De temp6tes tropicales en cy- recroquevill6s sur des toits, enfants Une mal6diction plus humaine que vail (Libdration du 28 d6cembre 2007).
nes ddvastateurs, Haiti se retrouve affam6s nourris aux galettes de terre, naturelle. La lutte contre la Puis, sous l'occupation amdricaine,
is l'ceil des depressions. Aprbs le pas- cadavres encore envas6s. L 'alarme n 'a deforestation est laprioritW numdro 1 du de 1915 a 1934, la couverture estpassde
e de quatre d'entre eux en moins de pasfonctionne pour le cyclone Hanna, pays>, confie a Liberation (lire de 60 a 21 %. Depuis, la deforestation,
is semaines (Fay, Gustav, Hanna par une population vivant 70 %
Ike), le pays le plus pauvre du sous le seuil de pauvret6 et contrainte
Atinent amdricainy a laiss6 le plus de se chauffer et de cuire ses repas
rdtribu. Au moins600 morts, des avec du bois, a fait le reste.
liers de sans-abri, sans eau po- Dlaissispar unpouvoir corrompu
le ni nourriture. Plus d'un mil- et impuissant, les Haitiens sont
n des 8,5 millions d'habitants livrrs a eux-m mes, soupire Volny
it sinistrcs. Paultre. Alors, ils cultivent oi ii ne
Epicentre de l'urgence faudraitpas. Ils dbboisent quand ii
naives, h 152 kilometres, aunord nefaudraitpas. >


de Port-au-Prince. La moitid de la
ville de 100 000 habitants est sous
S'eau, raconte Massimiliano Cosci,
de l'organisation M6decins sans
frontibres (MSF), present sur place.
On redoute une epidemie de
dysenterie si les gens se mettent a
boire l'eau contaminde par les
cadavres humains ou animaux. > La
ville est couple du monde. Seuls les
h6licoptbres de la Minustah, la mis-
sion des Nations unies pour la
stabilisation en Haiti, survolent la
zone. L'ultime voie d'acces routier
n'a pas r6sist6 a Ike : un pont s'est
effondrd ce week-end, tuant
20 personnes a Cabaret.
La vallde, oi se trouvent
rizibres et cultures, ressemble a un lac
sans fin. Deja d liquescentes, les in-
frastructures ont vold en dclat, resume
Volny Paultre, agronome. Impossible,
disormais, de porter secours aux
sinistres des Gonaives et surtout, aux


Le paysage autour du Pont sur la rivibre Grande Anse apres son inauguration
dans les annees 50


qui, en plus, est arrived dans la nuit,
rappelle Cosci, qui a ouvert un
dispensaire de chirurgie aprbs
l'inondation et la mise hors d'usage du
seul h6pital.
C'est la malkdiction pour
notre ville, ddja traumatisde par le cy-
clone Jeanne, 3 000 morts en 2004>, se
lamente Gary Talleyrand, un ing6nieur


l'entretien sur Lib6ration.fr) Joel
Boutroue, coordinateur de l'aide de
1'ONU a Haiti. Avec ses moins de 2 %
de couverture v6g6tale et ses deux tiers
de territoires montagneux, le pays tient
du caillou. Sur lequel ruissellent des tor-
rents d'eaux boueuses. Les colons
frangais ont difrichi pour y planter de
la canne a sucre, du coton et du cafi,


ONU : Faire face a l'urgence ei

La catastrophe des Gonaives n'est pas
Apres le passage de quatre difficile. Alors que les populations causes aux infrastructures routieres
lonessuccessifssurHaiti, lepaysfait sinistrees ont un immense besoin rendent difficile l'acheminement de
e a une situation extremement d'assistance humanitaire, les dsgdts l'aide. Comment les Nations Unie


Welcome to Paradise in Haiti..
At Km 77, Cote des Arcadins.
A Beautiful Beach setting.
Just one 1 hour drive from the
Port-au-Prince International Airport
Special DiBcouwt P" ckagefw-


RATES PER PERSON PER NIGHT
From June J15"' to Sep. ] '2008
PKG Double 3RD I4m 5 toll
us us us
1 Nt 87/pp 59 lpp 30 pp

3 Nt 8391P P 8pp 29 Ipp

4 Nt 78Ipp 53 Ipp 27 Ipp
5 Nts 74/I 50 pp 2B Ipp
Kids (0 to 4) Stay Free
(Add Kid meals]
+10% Taxes
*Air-conditioned rooms


PiuM
- Saturday Night Mouli-Club Disco
-Tropical Drinks
- Light Caribbean DJ on the beach
-Aqua gym, Tennis, Racquetball,
Ping Pong, mini-golf, beach volley
- Exquisite cuisine from our chef.
- Plasma and giant screen with Direct
TV and video projection.
- Snack Bar and open air barbecue
-Troubadours
VISIT OF THE OGIER-FOMBRUN
MUSEUM .


SAll meals included
(Breakfast, Lunch, Dinner)
INFORMATION & RESERVATION:
011(509)22-22-7652 / 22-22-1918 /37-01-1918
salc@moaulinsumcr.com / info@moulnsurmt.com


N/


peuvent-elles aider a rdpondre a
I'urgence ? Disposent-elles de
suffisamment de moyenspour une
aide adaptie aux besoins ?
Qu 'est-ce qui n 'avaitpas dt fait
pour eviter cette nouvelle
catastrophe? Autant de questions
auxquelles rdpond le
Representant special adjointpour
les affaires humanitaires et de
ddveloppement, par ailleurs
coordonateur du Systeme des
Nations-Unies, Jol Boutroue.

Question: Aprbs le
passage de Gustav et de Hanna, le
bilan est lourd tant sur le plan
humain que materiel. Que font
concretement les Nations Unies
pour venir en aide aux populations
sinistrees ?
Joel Boutroue Les
Nations Unies avaient d6jh
commence, aprbs Fay et Gustav, a
venir en aide aux populations des
regions les plus touches par les
deux premiers ouragans. Mais le
passage successif des ouragans
Hanna et Ike ont interrompu nos
interventions. Nous sommes en
train maintenant de relancer la
machine tant sur Gonaives que sur
les autres regions prioritaires qui
sont en train d' tre identifies avec
le gouvernement afin de pouvoir
optimiser les ressources limit6es
dont nous disposons en terme de
produits alimentaires et non
alimentaires, en terme de
transport, qu'ils soient bateaux ou
h6licoptbres. Nombre de routes et
de ponts ont &t6 endommag6s ou


< En 2004, le Premier
ministre G6rard Latortue jurait
pourtant : Tant que 'on n 'aura pas
reboise, tous les deux, trois ou quatre
ans, apres defortes pluies, la meme
S chose se reproduira. Trois ans plus
tard, son successeur, Jacques
Edouard Alexis, estimait : Le
drame, c 'est qu 'il n y a pas d'Etat.
Et trop de prioritis. Ce qu 'il
manque, c'est de la stabilitW
dimocratique. Alexis a 6td destitu6 en
avril, lors des 6meutes de la faim, dans
un pays oi 80 % des importations sont
alimentaires. Le budget du ministbre de
l'Environnement, lui, n'a pas change :
4 millions de dollars. Le nouveau chef
du gouvernement, Mme Michble Pierre-
Louis, a lanc6 un nouvel appel a l'aide
internationale. Hier, la Commission
europ6enne a d6bloqu6 2 millions
d'euros.


i Haiti

une fatality
d6truits. Ceci r6duit consid6rablement
notre liberty de mouvement et nous
oblige a nous reposer sur le transport
a6rien et maritime.
Q : Les difficulties sur le
terrain, notamment au niveau
infrastructurel, constituent un handicap
majeur pour la distribution de l'aide aux
populations sinistrees. Est-ce que les
Nations Unies ont d6ji un plan pour y
faire face ?
J.B.- Nous n'avons pas, pour
l'instant, la capacity de r6agir
pleinement a une telle catastrophe.
Personne n'a cette capacity. M6me a
Cuba oi il y a un niveau d'organisation
absolument exceptionnelle, oi les
infrastructures sont d'un autre ordre que
nous, on n'a pas la capacity d'agir de
manibre efficace et d'atteindre tout le
monde apres quatre ouragans et
temp6tes tropicales successifs.
Cependant, nous avions un
plan de contingence, un plan
d'intervention d'urgence qui avait &td
mis en place de concert avec le
gouvernement et avec des ONG
partenaires. Il y a une collaboration au
niveau sectoriel, sur le plan logistique,
sant6, eau et education. Cette
coordination marche assez bien mais il
faut la renforcer. Il faut reconnaitre que
Hanna a pris tout le monde par surprise
et Ike a tout simplement enfonc6 le clou.
Ce que nous n'avons pas c'est
la capacity d'intervenir pour l'instant
dans les 10 d6partements qui ont tous
&te touches. D'ailleurs, certaines zones
sontjusqu'a present inaccessibles.
Maintenant, nous essayons de
renforcer notre capacity. Par exemple,
le PAM tente d'acqudrir quatre
h6licoptbres suppl6mentaires, et
d'augmenter son personnel. L'UNICEF,
(voir BOUTROUE / 12)


Page 10


QU

clo
dan
sag
troi
et I
con
lou
mil
tab
lioi
son

Goi


cye
fac


Hot Summer Packages!!!


I ... .At...... .... .... ... .. ..IN J





Mercredi 17 Septembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 34


Ou nan


Medicare


epi ou ger


SDyabot.


As a diabetic, you have special healthcare needs, and Humana has
created a special Medicare Advantage plan with your care in mind.
You get the same comprehensive coverage and benefits of other Humana
plans, plus extras designed to keep you on the road to improved health.


* Konsiltasyon san limit kay dokte
pou pye
* Kopeman $0 pou founiti
pou mezire nivo sik nan san w
(sa ki vie di tou, ti baget pou
fe tes dyabet)


* Peman pou diferans nan pri
medikaman pou dyabet
* kouveti asirans pou kek medikaman
ak founiti ki vann san preskripsyon
* pwogram egzesis SilverSneakers
* Kopeman $0 pou terapi nitrisyonel


Rele Humana depi jodi a, pou konnen si w kalifye pou plan espesyal sa a.
Ou pa gen anyen pou w pedi, se avantaj selman w ap jwenn.

MIKE BULLY 561-540-9754
TTY pou moun ki pa tande byen 1-877-833-4486
8 & dimaten pou 8 & diswa, 7 jou pa semenn


HUMANA.
Guidance when you need it most


-Medicare
-Group Health
-Individual Health
-Dental, Life, Vision


Page 11


Tout moun ki satisf6 kondisyon Plan pou Bezwen Espesyal Ia (SNP) epi ki enskri nan Pati A ak Pati B nan Medicare pout6t laj
yo oubyen anclikap yo genyen, kapab patisipe nan plan SNP ki apwouve pou Medicare Ia. Anvan yo asepte yon moun nan
plan Maladi Kwonik SNP a, yo pral verifye clyagnostik dokt6 moun Ian. Prim, kopeman, ak dediktib yo kapab varye dapre
kantite lajan yon moun touche. Ou m6t kontakte Humana pou plis enf6masyon.
H1036_GHA-CR-004K PB 09/08









I PREVENIR MIEUX OUE GUERIR


Mercredi 17 Septembre 2008
Haiti en Marche Vnl XXIIT N 34


ONU : Faire face a l'urgence en Haiti

La catastrophe des Gonaives n'est pas une fatality


(BOUTROUE ... suite de la page 10)
la FAO, I'OMS, le PNUD sont en train de se renforcer,
au niveau central mais aussi au niveau du terrain. Enfin,
nous sommes en train de contribuer au renforcement
de la Direction de la Protection civile (DPC).
Nous faisons 6galement des achats
locaux et r6gionaux. Or, sur le plan local,
les possibilities d'achat sont trbs faibles
puisque les r6coltes ont p6ri. Sur le plan
regional, c'est extremement difficile car
depuis l'annde dernibre, on assiste a
l'inflation au niveau des prix des produits
alimentaires. Ce sont done des facteurs qui
s'aggravent les uns les autres. Mais nous
avons les capacit6s de r6agir. Nous -
acheminons, avec les moyens dont nous
disposons, tout ce que nous pouvons. *
Q : Vous venez de parler de l'appui
apport6 a la DPC. En quoi consiste-t-il ?
J.B.- Principalement par une
augmentation du personnel technique. Deux
cadres internationaux sont venus renforcer
les capacit6s de la DPC au niveau de Bidc
l'information, deux autres cadres sp6cialis6s
en cartographie sont aussi en poste a la DPC. Tous ces
professionnels sont avec eux pour renforcer leur
capacity de reaction et de gestion, parce que dans une
pareille circonstance, on a toujours besoin d'aide
suppl6mentaire.
Q: En 2004, apres le passage du cyclone
Jeanne, les Nations Unies avaient lanc6 un appel
d'urgence a l'aide. Va-t-on reprendre la meme
operation ?
J.B.- Nous sommes en train de lancer un appel
d'urgence. Nous l'avons fait avec l'accord du
gouvernement. Cet appel a &t6 envoy a New-York et
a Genbve pour finalisation. J'espbre qu'il sera lanc6
officiellement a la communaut6
internationale le plus rapidement possible.
Q : Les Nations Unies ont-elles
d6ji une ide de l'ampleur des besoins ? Si
oui, quel est le montant de l'aide souhait6e?
J.B.- Pour l'instant, on planifie
pour aider quelque 800.000 personnes. Il ne
s'agit pas seulement d'aider en terme
humanitaire, mais aussi de recommencer les
activities agricoles et relancer 6galement les
activities de relkvement pr6coce surtout des
activities a haute intensity de main-d'ceuvre.
Il sera n6cessaire de donner rapidement du
travail aux gens. Les gens ne peuvent pas
seulement d6pendre de l'aide humanitaire,
qu'elle soit du gouvernement, de la
communaut6 internationale ou nationale. Il
va falloir injecter du cash. Toutes ces
activities sont inclues dans cet appel
d'urgence a l'aide qui, meme si le dossier La v
n'est pas encore finalist, devrait se situer autour de
100 millions de dollars.
Q : Lors du cyclone Jeanne, l'organisation de
l'aide avait pris beaucoup de temps. Que va-ton faire
cette fois-ci pour r6duire les attentes des populations?
J.B.- Le problkme ne se pose pas en termes
de reduction des attentes de la population mais il s'agit
plut6t d'accroitre l'aide destinde a la population. Les
reactions, suite aux dernibres catastrophes, ont &t6
bonnes. Il ne faut pas oublier que d&s le premier jour
apres Hanna, l'assistance commencait a arriver, meme
si c'6tait de manibre limit6e. Si l'assistance est limited,
cela r6sulte surtout des problkmes logistiques. Par
exemple, plus de 80% de Gonaives sont encore
inond6es, ce qui empeche l'aide d'atteindre toute la
population.
D'ailleurs, meme si on avait la quantity de
nourriture n6cessaire disponible, tout distribuer serait
pour l'instant impossible. II faut done attendre que
l'eau se retire. En attendant, on essaie de toucher le
maximum de gens possible dans les abris provisoires.
Il faut dgalement ouvrir de nouveaux points de
distribution en dehors des Gonaives, dans les autres
endroits s6rieusement touches. Nous sommes entrain
de prioriser ces zones avec le gouvernement afin
qu'elles soient clairement d6finies pour tout le monde
et qu'ony achemine l'aide en consequence.
Q: Si l'on regarde Gonaives aujourd'hui,
force est de constater qu'on a connu une situation a
peu prbs identique a 2004, avec notamment des d6gits
consid6rables et une population aux abois. Des voix
s'&lvent pour dire que rien n'a &te fait pour 6viter la
r6p6tition de la situation. Quelle est votre position ?


J.B.- La situation, maintenant, est pire qu'en
2004. En revanche, ce qui est meilleur heureusement
- c'est qu'il y a beaucoup moins de victimes.
Neanmoins, je ne dirais pas que rien n'a &te fait. Il y a
eu quelque chose qui a &te fait mais pas assez.


onville construit flanc de montagne (photo Eugene Robe
Ce qui devait etre fait pour Gonaives, mais
aussi pour l'ensemble du pays, c'est la mise en place
d'une politique d'am6nagement du territoire. Aux
Gonaives Je suis d6sold de le dire il y a des zones
qui ne sont pas habitables. Elles sont inondables,
quoiqu'on fasse au niveau des bassins versants. Il faut
absolument qu'on tire les conclusions n6cessaires.
Il y avait une certaine priority accord6e aux
bassins versants. Pour les agences des Nations Unies :
PAM, PNUD, BIT, FAO, l'accent 6tait mis sur
Gonaives. Ony a investi quelques millions de dollars
pas assez, peut-6tre pour l'am6nagement du Mont
Bienac, par exemple. On essaie maintenant d'accroitre


ille des Gonaives totalement submergee (photo Thony Bi

l'am6nagement mais cela n6cessite des dizaines de
millions de dollars suppl6mentaires. Mais, meme si
nous parvenons a avoir ces dizaines de millions, nous
ne pourrons pas empecher les inondations. On pourra
seulement les canaliser, on pourra aussi donner
davantage de travail a des millions de Gonaiviens.
Quoi que nous puissions parvenir a faire au
niveau des Nations Unies, nous ne pourrons pas
r6soudre totalement le problkme car se posera celui
de l'am6nagement du territoire. Donc, il faut une vraie
politique de l'environnement s'6talant sur le long
terme. Je crois que le gouverement en est parfaitement
conscient.
Q : La catastrophe des Gonaives n'est pas une
fatality. Selonvous, qu'est ce qui n'a pas &te fait mais
qui devait etre fait pour l'6viter ?
J.B.- II faut plus d'investissements dans
l'environnement et mettre en place une strat6gie qui
soit globale. Il ne suffit pas de planter des arbres, il


faut aussi int6resser les communes pour que ces arbres
survivent. II faut 6galement parvenir a trouver des
sources d'6nergie alternatives.
Une vraie volont6 politique a long terme est
n6cessaire, une politique globale d'environnement
devrait etre mise en place. Le
Gouvernement a done besoin de temps et
d'argent. La communaut6 internationale
doitjouer certes sa partition mais la priority
doit etre accord6e a cette question au
niveau du budget.
L'autre volet concerne le social.
Apres cette catastrophe, les gens auront
besoin d'argent. Le risque est qu'ils soient
amends i couper davantage d'arbres du peu
qui en reste. II faut qu'ils trouvent du
travail, au niveau des activities a haute
intensity de main-d'ceuvre, par exemple.
Donc, il faut tout mettre ensemble
Sides moyens a disposition du
gouvernement, une volont6 politique, une
strat6gie d'environnement globale et une
politique sociale. Mais c'est beaucoup dire
enson) parce que dans un pays comme Haiti oi la
plupart des services de base qui devraient
etre publics, sont privatis6s. Nous en avons pour
exemples, 1'6ducation, la sante entre autres.
Evidemment, ce n'est pas simple mais s'il y
a de la volont6 politique de le faire, ce sera un grand
pas en avant. Je suis persuade que cette volont6 existe
chez le nouveau gouvernement.

Q : Maintenant, les catastrophes ne frappent
pas seulement Gonaives mais l'ensemble du pays.
Tenant compte des lemons tires de 2004 et de 2008,
quelles sont les mesures a court, moyen et long terme
qui doivent etre prises pour r6duire, a l'avenir,
l'ampleur des d6gits ?
J.B.- A court terme, les actions
suivantes s'imposent : donner du travail
aux gens, organiser les communes pour
qu'elles puissent se ressaisir, faire rdparer
les canaux d'irrigation, poursuivre les
travaux au niveau des bassins versants,
relancer l'agriculture.
Pour le moyen terme, il faut
continuer avec ces mesures. Mais aussi
parvenir a finaliser rapidement une
strat6gie globale sur l'environnement qui
prenne en compte le reboisement, une
multiplication d'activit6s autour des
bassins versants de facon coordonnde, qui
mette en place des strategies alternatives
d'energie, int6resser les communaut6s a
conserver et a replanter les arbres.
4Sur le long terme, il faut aussi
S s'assurer de la continuity des politiques, et
lizaire) g cela doit s'ajouter une paix sociale
susceptible de favoriser entre autres les investissements
internationaux.
Q : M. Boutroue, la saison cyclonique n'est
pas encore a sa fin, d'autres cyclones peuvent encore
menacer Haiti. Au niveau des Nations Unies, comment
se prdpare-t-on a faire face a cette 6ventualitV?
J.B.- On est en train de se preparer comme
on se prepare en g6ndral avec la DPC que l'on appuie
fortement. Nous avons nos groupes sectoriels qui sont
je l'avoue en train de rdpondre a l'urgence. Pour
l'instant il n'est pas question de prd positionnement,
nous priorisons l'acheminement l'aide humanitaire 1i
oi il le faut. En plus, de concert avec le gouvernement
et les autres partenaires nous essayons de voir comment
onpeut rdparer les d6gits au plus vite, particulibrement
les routes et les ponts et augmenter notre capacity de
transport.


Le Cri de la Fondation Macaya


Gerty SURENA
Aprbs les temp6tes Noel et Dean en 2007, la
Fondation Macaya avait tire la sonnette d'alarme
concernant Randel et plus particulibrement Dussape,
une petite communaut6 situde au bas du Parc National
de Macaya. En effet, lors de la 3m1 edition de la
Caravane Macaya en juillet 2008, nous 6tions fort
impressions face a l'affreux spectacle qui s'offrait a
nos yeux et les d6gits monstrueux causes par la rivibre
< Bras Gauche > de Port a Piment tout le long de la


route qui nous menait a Randel.
Aujourd'hui, des dizaines de maisons
entibrement aval6es par les flots gloutons de la Rivibre
Bras-gauche de Port-a-Piment, laissent esseul6s les
macadams de ciment grisAtre lors du passage des
tempetes Gustav et Hana. Ca et 1 errent des paves de
tombeaux, t6moins impuissants de la colkre de cette
nature. Tout l'imaginaire communautaire construit par
le temps s'enva quasiment ajamais de notre m6moire
(voir MACAYA / 14)


Page 12







Mercredi 17 Septembre 2008
Haiti en Marche Vol XXII N' 34 T 111 JTIT S A I1
POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE
Lucas Super Market Danilos Restaurant Delray Beach Fl 33183
14750 N.E. 6th Avenue 3760 N.E. 3rd Avenue
305 940 9902 954 781 2646 Our Lady Bakery
102 S.E 2nd Avenue
Maxisound Christephanie's Delray Beach, Fl 33444
11854 West Dixie Highway 581 BC East Sample Road 561 272 3556
305 895 8006 Pompano Beach, Fl 33064
T1l 954 781 2500 Eclipse Communication
B & L Supermarket & Produce 9290 S. W. 150th Avenue
12040 West Dixie Highway Classic Teleco Suite 104
305 893 0419 203 S.E. 2nd Avenue 954380 1616
Chaque matin, captez
S Melodie Matin
.% I sur 103.3FM


Afmrt wibunc I P iort kI Plx Cay. I Cqap4lai I& Jrmim
Q-i-DHg im


2 Le Manolo Inn A Petite Riviere de Nippes
Telephones : 566-5361 / 401-7108 / 514-0304
E-mail : lemanoloinn@mac.com
Internet disponible
pour les clients

Graphics Web De~~~~sin-Pitn -PC le ic


James SOantvaud
Manager


f rinting & Design
Ave Martin Luther King #30A, P-au-P, Haiti
Phone (509) 3529-4997 / 3787-6500
E-mail: professionalpd@yahoo.com
jameslarivaud@hotmail.com


SC-lWffnrE GEW1TfDEPRODUtWTIE

Parents, vou qul rAiva dun avenir meilour pour vos enfants,
confie ls au CMP


PROGRAMMES
LICENCE EN:
Maorkting



Gieeon-Fikmnen-MarPkeki
nomptaIlh monommeee
Asalence Admilnrstra
InfSnrtiu cyd oun
IT EaWiBle (CuCO)


ANNEE ACADEMIOLJE 2~M2009



s :4 Bem
B :2e4Bne
2em
2BM
S; lenou2 ar
I1an
:1 an
; 60 hwurTe 2 an
;70hourie


POUr toutes infonmtfinut upppufnlsk"i:
CMP. D&*i 30
Trls2 519 831. 3 730245, 2 4829a
Emiail rif dop : *rmra ji i Ig, i


Page 13






Le Look
Rue Panamrricainc #14,
Pition-Ville, Haiti
Til. 257-8374
Choix incroyable de montures:
DIor, Cartne,a bno Magi Vogu.
Consultation chaque jour
pat un decin-occulist,


BEL FOUCHET

Take Out

8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150
Tel. 305-757-6408

VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant
12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384

Depi nou bezwen kay
rele


Bernard Metayer
REALTOR'


office:
fax:
emai:
web:


770.874.6200
404.405,6584
770.439.7857
bernaardmetayer-realty~roup com
Metayer-RetaltyG roup.com


E I T t
CI T I I I L
I -iJ.li'Jimjt RuHif Mmfhtrf, GA 3


ACMELIENN
71 Tel.... 288-3451-52
o hoteljacmelienne@yahoo.fr


Dr Raymond Gay
Specialiste pour enfants certified du Canada
Hopital Ste Justine pour les enfants
Hopital Maisonneuve-Rosemont de Montrial, P Q.
35, Rue Seymond Pradel, Jacmel, Haiti, W.I.
B.P. 98, HT 9110, Jacmel, Haiti
Tl1.: (509) 3685-8432 13404-4905 E-mail: raymondgay8@hotmail.com
HEURES DE CONSULTATION: MARDI JEUDI 8H-10H
SUR RENDEZ-VOUS: SAMEDI 8H 12H









LIBRE PENSEE


Mercredi 17 Septembre 2008
Haiti en Marche Vnl XIT N '3


< L'Etat modeme ne se tient
debout que par un miracle de
d6s6quilibre >
Alphonse Bourliaguet

Chores amies lectrices, chers am
je suis pleinement convaincu que mes poi
ne font pas g6ndralement l'unanimit6 che
l'admets. Je ne suis ni le plus beau (parleur
616gant (au niveau du style), ni le plus origin
malheureux). Ne vous en faites pas, je l'a
ami m'avait donn6 unjour un conseil qui
trbs int6ressant pour faciliter l'hygibne men
m'avait-il dit, < ne te compare jamai
intelligent ni au plus fort. Cela te
malheureux. Ne te compare jamais non pi
faible. Cela te rendrait pr6tentieux. Sois to
fais bien ce que tu fais >. Je crois que
salutaire m'a permis depuis lors, de n
connaitre, d'accepter mes limitations (non
et de vivre harmonieusement avec mes
(quoique de temps a autre elles prennent
durant les moments de crise). Vous compr
pourquoije supporte bien le fait de ne pas p
le monde et vous comprendrez surtoutpour
6tre nomm6 Ministre ou Secr6taire d'Etat o0
G6ndral ne m'ait nullement affect. Ce n'e
plus parce que je vise plus haut. Cinq ans,
autre, si la Communaut6 Internationale, om
omnipuissante, le veut. Pas plus de 10 ans
notre Charte Fondamentale l'interdit. Tro]
moi. Cela ne m'aurait pas suffi. Ma m6galo
pas de limites en ce sens. J'ai peut-6tre 1
dictateur sans le savoir ou c'est ma condition
qui m'empeche de penser autrement ?
Enfin, chers amis, analysant le
6v6nements qui ont eu lieu chez nous,je do
(et au fond, je l'admets) que nous sommes


Desequilibre !

du reste du monde et que nos sp6cificit6s locales ainsi et nous. J'
is lecteurs, que nos r6alit6s quotidiennes, font que m6me des mots de pauvr
ints de vue apparemment universels nous fassent associer, a nous r6partitiol
-z vous. Je Haitiens, des emotions, des actions, des idWes, qui groupe de
), nile plus seraient complktement 6trangeres aun Canadien, un du tiers
ial (qa c'est Franqais, a un Chinois. Le mot SENAT ou le mot neuvibme
ssume. Un PARLEMENT, par exemple, crderait chez nous et en le tiers du
s'est avdr6 nous, en ce moment, des associations d'id6es qui juste. Sup
tale. Oscar, hallucineraient a un Anglais ou a un Norv6gien (un Haiti, d'a
s au plus ami me fit la remarque que le mot PARLEMENT fasse parti
rendrait associait dr6lement le fait de MENTIR a faction de dire que 1-
lus au plus PARLER). Laissons de c6t6 ces allusions puisque le moins fav
Di-m6me et cauchemar semble avoir pris fin. Prenons alors un mot d'apres la
ce conseil inoffensif pour l'l6aborationde nos chroniques de cette tiers des
nieux me semaine. Choisissons le mot DESEQUILIBRE. Que nous form
sans effort) vous suggbre ce mot, en prenant Haiti comme Cadre groupe pr
s pulsions de Ref6rence ? duquel fai
le dessus ; On peut penser aux differences sociales, a la des 192 pa
enez alors pauvret6 6conomique, a la situation sanitaire, a partie du
)laire tout l'6ducation, a ... Moi, en y pensant, il me vient a monde : 1
quoi ne pas l'esprit tout le poids de la pauvret6 du pays, de son A
uDirecteur indigence meme, que l'achamement de la nature vient responsab
est pas non de mettre a nu. Et, a travers l'image de cette Haiti une certa
de temps a indigente,je revois la r6alit6 du Tiers-Monde etj'essaie choses ?
niprdsente, de trouver la place occup6e par Haiti. Durant les anndes trouver u
, parce que 70, la notion de Tiers-Monde semblait traduire la perdue. D
p peu pour thdorie de la < Societ6 des Deux Tiers > selon laquelle les yeux
omanie n'a un tiers de la soci6t6 occupe toujours la partie la plus angoisse,
'Ame d'un basse de la r6partition de biens. Apres ce qui vient de (
n d'Haitien se passer, je doute fort que l'on puisse consid6rer Haiti chacun pc
comme faisant partie de ce tiers de pauvres. On est autrement
:s derniers clairement en dessous. Cuba, par exemple, la
is admettre R6publique Dominicaine, eux aussi fortement frapp6s
s diff6rents par cette sequence de cyclones, ont fait montre d'une


capacity de reaction et d'un degr6 de
planification sup6rieur au n6tre. Le
nombre de vies humaines tristement
perdues 6tablit la difference entre eux
ai done imagine que, a l'int6rieur de ce tiers
es il doit sfrement s'6tablir une nouvelle
n faisant que le tiers de ce tiers contient le
s plus d6munis. On ferait partie alors du tiers
de cette soci6td des deux tiers, soit, le
SOu peut-6tre le vingt-septibme, c'est-a-dire
tiers du tiers. Voyons si le raisonnement est
posons qu'il y ait 192 pays au monde et que
pres la thdorie de la soci6td des deux tiers
ie du tiers des moins favorisds. Cela voudrait
laiti appartiendrait au groupe de 64 pays les
voris6s. Supposons maintenant que Haiti,
r6utilisation de cette thdorie, fasse partie du
noins performants. Cela voudrait dire que
ions partie du tiers de ces 64 pays, d'ofi un
ivil6gid de 21 pays, des moins int6ressants
it partie Haiti. Cela veut dire le tiers du tiers
ays. On aurait pu meme croire que Haiti fait
groupe exclusif des 7 derniers pays au
e tiers, du tiers, du tiers.
AS-TU VU le d6sarroi dans les yeux des
les haitiens ? AS-TU REMARQUE chez eux
line preoccupation de faire changer les
Je n'arrive pas a le trouver. Je m'achame a
n zeste de tristesse et de contrition, peine
e l'indiff6rence. De la suffisance. Et, dans
des Haitiens, je ne trouve que d6sespoir,
tristesse, d6s6quilibre.
Que les dieux nous soient indulgents. Sinon,
,ur soi et Dieu pour tous (pour ne pas le dire
i).
Oscar Germain
germanor2005 @yahoo.fr
Septembre 2008


Le Cri de la Fondation Macaya
fMAPAV rA ... **. A. 1. \ I II


(MACAYA... suite de la p 6


collective.
Certains ont-ils des yeux pourvoir ce macabre
theatre, passivement assist par nos freres, nos
compatriotes soi-disant vivant sur le m6me territoire ?
Nos attitudes et nos habitudes irresponsables nous ont
pouss6 au bord de cette situation
irreversible. Malgr6 tout, les gens, qui
vivent dans ces communautds, portent sur
leur visage inquiet le sourire chaleureux de
l'accueil convivial. Bon sang qui pense a
eux?
Le danger est imminent. Il faut un
6veil de la conscience citoyenne.
Le bilan est lourd dans la zone de
Randel. La rivibre indompt6e continue ici
et l1 a faire des ravages. Tissafi, rageuse,
fauche des vies humaines et cause des
pertes mat6rielles 6normes, elle d6truit la
faune et saccage sans piti6 la flore. Toute
la zone finira par s'en aller
incontournablement vers l'immensit6
oc6anique. Ces problkmes ont commence
et se perp6tuent grice a l'impunit6 qui sdvit
dans le pays. Un beau jour, quelqu'un
< sans foi, ni loi > decide de couper un arbre
dans le Parc National Macaya au vu et au
su des pouvoirs publics locaux ... depuis,
c'est la d6solante constatation de cette m6thode qui se
fait de facon effr6nde et syst6matique. Personne ne
semble se prdoccuper de cette situation dramatique


.. ~ . .... -- .----- .---..1- -- . .,
disparaissent d'annde en ann6e.
Allons-nous rester les bras crois6s a nous
leurrer de vains discours quand la situation
environnementale de notre pays se d6g6nbre ? Le d6fi
6cologique est un d6fi collectif. Il est imp6ratif de


Le Saut-Mathurine dans les hauteurs de Camp-Perrin
se bat pour consererver sa verdeure (photo HEM)

freiner le gaspillage et la mauvaise utilisation de nos
ressources naturelles. La FMD vous invite h la
r6flexion. Une r6flexion pour passer h l'action. Si
aujourd' hui
nous nous
affolons tous
devant
l'ampleur des
problmes
sociodcologiques,
c'est que nous
sommes s
devenus plus
vulndrables
qu hier.
L'avenir de
notre pays est
d6ji largement
compromis. Il
faut que l'Etat
prenne des


decisions courageuses pour mettre un terme au
massacre qui s'opbre quotidiennement dans le Parc
Macaya considered par 1'UNESCO comme le poumon
de la Caraibe. Sinon, toutes les populations de Port A
piment aux Anglais, de Randel a Dussape, de Camp
Perrin aux Cayes subiront les consequences de la
flagrante devastation de cet espace dit
r6serv6.
Nos sinistr6s et ceux de tous les
d6partements du pays n'ont pas uniquement
besoin de main tendue. II leur faut notre
prise de conscience pour une cause
commune. En ce qui concerne les
communaut6s qui se situent au bas du Pic
Macaya, il leur est n6cessaire l'emploi d'un
Bulldozer et d'autres 6quipements lourds
que le Ministbre des TPTC peut leur
procurer pour endiguer la rivibre S gauche > et en consolider les berges. Le
gabionnage, d'une distance de 7 Kms, c'est-
a-dire Randel-Port-a-Piment, s'avere
obligatoire si on veut sauver cet espace.
Sinon, il ne tardera pas a rejoindre la liste
funbbre que nous connaissons : Mapou,
Fond Verrettes, Gonaives et autres.
La Fondation Macaya a lanc6 et
lance encore jusqu'a s'6poumoner son
vibrant cri d'alarme, pour nous inviter a
r6fl6chir sur nos attitudes nonchalantes et passives qui
ont cofut la vie a nos parents, nos amis, nos frbres
concitoyens. Elle incite tous a mener une action
concert6e avant qu'il ne soit trop tard. Nous avons le
devoir d'agir, d'agir ensemble etvite. D'autres ont pos6
lesjalons du reboisement, ce n'est pas suffisant, il faut
une sorte de < coucou rouj aux quatre coins du pays
pour l'organisation immediate et perrenne de la
reforestation. Rien ne pourra se r6aliser sans la
collaboration de tous, sp6cialement des Hauts
Dirigeants de l'Etat.
Sachez que la Fondation Macaya est solidaire
a tous ceux qui vivent sous la constante emprise de
changement climatique. Elle adresse ses vives
sympathies a tous ceux qui ont v6cu le depart inopind
d'un parent, d'un ami ou d'une connaissance.
Que dire de plus ? II faut d6clarer l'6tat
d'urgence environnementale sur toute l'6tendue du
territoire national!
Gerty SURENA
Relations Publiques
Fondation Macaya


Page 14


li ... .t...... .... .... ... .. ..IN J








Mercredi 17 Septembre 2008 ?
Haiti en Marche Vol XXII N 34 S iP I

Premier League Chelsea et Liverpool menent la danse


Eurosport dim, 14 sept 17:05:00 2008
Avec autorit6, Chelsea est alley faire la loi a
Manchester City (1-3) lors de la 4ejournde de Premier
League. Grice a une difference de buts favorable, les
Blues sont en tete, devant Liverpool qui a fait
impression face a Manchester United (2-1). Abedayor
a sign un triple et Arsenal a gagnd.
PREMIER LEAGUE 4e JOURNEE
MANCHESTER CITY CHELSEA: 1-3
Buts: Robinho (12e) pour Manchester City -
Carvalho (16e), Lampard (53e) etAnelka (69e) pour
Chelsea
L'effet Robinho a bien eu lieu. Le seul
problkme, c'est qu'il n'a durd qu'un quart d'heure.
Auteur d'un sublime coup franc certes l6gerement
ddvid par la tete d'Obi Mikel sur l'un de ses premiers
ballons (1-0, 12e), le Br6silien croyait bien avoir lanc6
son 6quipe sur la voie du succ&s. Mais c'6tait sans
compter sur des Blues, sereins, maitres de leur sujet et
qui n'ont pas paniqu6. Leur reaction, quasi-immediate,
par Ricardo Carvalho, les a d'abord remis dans le droit
chemin (1-1, 16e). En seconde p6riode, ce sont ensuite
Frank Lampard, a la conclusion d'une action collective
trbs aboutie (2-1, 53e) et Nicolas Anelka, pour
r6compenser son match plein (3-1, 69e), qui se sont
charges de creuser l'dcart.
Du travail bien fait en quelque sorte. De quoi
donner le sourire a Luiz Felipe Scolari qui, meme priv6
de Michael Ballack et Mickael Essien, a pu constater
toute l'6tendue de l'effectif londonien. Solides en
defense et pr6cis en attaque, les partenaires de Florent
Malouda, titulaire et trbs en vue lui aussi, reprennent
ainsi la tete du classement a la difference de buts, par


rapport a Liverpool. Didier Drogba, qui a effectu6 pour
l'occasion ses grands debuts cette saison, peut tre
satisfait : son 6quipe a tout pour r6ussir un exercice
2008-2009 enfin couronn6 de succ&s.
LIVERPOOL MANCHESTER UNITED
:2-1
Buts: Brown (26e c.s.c), Babel (77e) pour
Liverpool Tevez (3e) pour Manchester United
Et si c'6tait enfin l'annde de Liverpool ? En
battant pour la premiere fois Manchester United a
Anfield Road depuis 2001 (7 d6faites pour un nul), les
Reds ont non seulement confort6 leur place en haut du
classement, mais ils ont surtout pris trois points sur un
rival de poids. Rafael Benitez n'avaitjamais r6ussi a
vaincre Sir Alex Ferguson, c'est d6sormais chose faite
! Grace a une deuxibme mi-temps exemplaire,
Liverpool peut se montrer optimiste pour la suite de la
competition. Avec le retour de Steven Gerrard (entr6 a
la 67eme minute) et celui probable de Torres face a
Marseille mercredi, Liverpool a rassurd ses supporters,
inquiets aprbs un mois d'aofit poussif. L'OM peut
trembler, les Reds ont montr6 face a Manchester qu'ils
seraient encore un adversaire coriace cette saison.
C6te Manchester, en revanche, on doit
d6sormais compter lesjours avant le retour de Cristiano
Ronaldo. Car sans sa star, l'6quipe de Ferguson pi6tine.
Finie l'6poque du rouleau compresseur. Malgr6 un
excellent d6but match marqu6 par un but de Tevez d&s
la troisibme minute (superbe service de Berbatov), les
Red Devils ont sembl6 en panne d'imagination.
Manquant de liant entre sa ligne d'attaque (Tevez-
Rooney-Berbatov) et son milieu de terrain, Manchester
a logiquement c6d6 aprbs la pause. MU a aussi perdu


Page 15

son pr6cieux milieu de terrain, Michael Carrick, bless
sans doute pour plusieurs semaines.
I1 est bien stir trop t6t pour annoncer que
Liverpool est un favori pour le titre. Mais en venant a
bout des Diables Rouges, lesjoueurs de la Mersey ont
fait bien plus que vaincre leur 6ternelle bete noire La
plus espagnole des 6quipes de Premier League
surferait-elle sur la vague impressionnante des succes
ib6riques en 2008 ? L'OM, son prochain adversaire,
ne veut pas y croire !
BLACKBURN- ARSENAL: 0-4
Buts : van Persie (8e) etAdebayor (45e, 81e
sp, 90e)
FULHAM BOLTON : 2-1
Buts : Gera (15e) et Zamora (41e) pour
Fulham Helguson (83e) pour Bolton
NEWCASTLE HULL CITY: 1-2
Buts : Xisco (77e) pour Newcastle King (34e
sp et 55e) pour Hull City
PORTSMOUTH MIDDLESBROUGH:
2-1
Buts : Defoe (59e, 87e) pour Portsmouth -
Mido (24e) pour Middlesbrough
WEST BROMWICH WEST HAM : 3-2
Buts : Morrison (2e), Bednar (37e, sp) et
Brunt (83e) pour WBA Noble (28e) et Neill (35e)
pour West Ham
WIGAN SUNDERLAND: 1-1
Buts: Zaki (81e) pour Wigan -Bramble (13e,
csc) pour Sunderland
.DIMANCHE :
STOKE CITY- EVERTON : 2-3
Buts: Olofinjana (54e) etJagielka (63e, csc)
pour Stoke Yakubu (41e), Anichebe (51e) et Cahill
(77e)


b ....... .i







"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


8772 INIE 2 darme Avenmea
Tt,; 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Rcepdton de pairemen pour Bel South, FPL. GAZ, CABLE TV.
RBELl MOBILITY e...c...
- Connection fdipheasque hez iras...


Ouvert
6 Jours
par
senmaine:
8h30 ani
W pam

7h30pm




SPrS'uin I p r b M uhkl nK
,-ICdulis
V adewam
M'nlitEIyX


ouk. Urawnim.K Amittrilni
%WC'* ViIo' iAHaUeM. AmurI1sa uiare DRnn
* P'dil*l; dfie Fww









GOUVERNANCE


Mercredi 17 Septembre 2008
SHaiti en Marche Vol XXIT N 34


L'environnement est sous la responsabilite de qui ?
(ENVIRONNEMENT ... suite de la page 2) pouvoirs. Mais le gouvemement lui-meme n'a pas les Mais voila, quel Etat ? Celui d'hier ou
A dA i d c9Atitnm , i d'hi 9 C d'hi tm li


par les responsables publics : curage des
protection des bassins versants etc.
Mais c'est un reproche qui tombe
toujours dans le vague. Comme dans la piece
PMlen tt : epi, epi anyen !
On aurait compris du temps de la
dictature et du baillonnement des libert6s ...
mais c'est l'un des rares domaines oi la
d6mocratie et la liberty d'expression
retrouv6e n'ont produit aucun effet.
Il semble que les travaux en
question (curage et endiguement des rivieres,
protection des bassins versants ou flancs des
montagnes) d6pendraient du ministere de
1'Agriculture ...
Le ministere de l'Environnement
6tant de creation r6cente.
Mais faut-il bien que l'Agriculture
dispose du budget et des moyens appropri6s.
Or tel n'est pas le cas.
Jusque en l'annde 2007-2008,
l'Agriculture n'obtenait pas plus de 2 pour
cent du budget national. C'est tout vous dire.


mo
rivibres, y
ens e sa po tque, e are ce qu v
il voulu. Il est lid car ses accords international. d auiourd'hui.


La rivier


Nous sommes tous coupables, mais
personne n'est responsable ...
Qui est responsable alors ? Le gouvemement
tout entier. En vertu du principe de la solidarity des


Ie~


C'est l'un des domaines oiY l'on
red6couvre l'Haitien prudent par nature.
Prudent et complaisant. Mais attendant aussi
de l'autre la mCme complaisance a son
6gard. C'est la grande complicity nationale.
Nous sommes tous coupables, mais
personne n'est responsable.
Aussi loin que la m6moire
remonte, aucun hatien n'ajamais dt traduit
au tribunal pour destruction de
l'environnement.
Aucun s6nateur ou d6put6 qui n'ait
pas Wtd r66lu pour avoir failli h sa tiche
d'exiger de l'Ex6cutif cet accomplissement
vital.
D'ailleurs alors que les secours
arrivent aujourd'hui du monde entier pour
,e Torcelle dont les debordements endeuillent la ville de Cabaret les victimes des ouragans, il n'est pas rare
(photo Eugene Robenson) de rencontrer un camion rempli de sacs de
charbon en route pour la capitale. Au vu et au su des
Cependant les accords en question ne peuvent autorit6s comme de tout un chacun.
empicher l'Etat haitien de faire la chasse a ceux qui Il est des fois oni mime un George W. Bush
poursuivent l'ceuvre de deforestation et de destruction pourrait regretter de n'avoir pas &tC president plut6t
de l'environnement aussi bien pour des raisons de enHaiti !
n6cessit6 alimentaire que pour leur enrichissement
commercial ou industriel. Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Evenshilaire#(,hotmail.com


Des activistes HaYtiens-Americains
reclament de I'administration Bush le Statut
Temporaire Protege en faveur des illegaux haitiens
et une suspension des deportations
Suite aux d6gAts causes ces dernieres
semaines en Haiti par les ouragans Gustav, Fay, Hanna
et Ike, des citoyens haitiens-amdricains qui ne cessent
de lutter en faveur des immigrants ill6gaux aux Etats-
Unis, ont relanc6 la semaine dernire leurs d6marches
aupres du president George W. Bush pour solliciter
une nouvelle fois le Statut Temporaire Prot6g6 (TPS)
pour les ill6gaux haitiens et du meme coup une
suspension des deportations en s6rie.
Selon eux, Haiti connait actuellement de graves
difficulties et ne peut recevoir aucun d6port6.
Le directeur ex6cutif du Service Legal
Catholique, Randy McGrorty, a fait savoir que
l'Administration Bush semble ignorer la situation
d'Haiti continuant a d6porter les sans papiers haitiens
en d6pit des immenses dommages provoqu6s par les
intemperies.
Ces activistes considerent que les conditions
sont r6unies pour l'obtention du Protected Temporary
Status pour les Haitiens, qui a leur tour pourront aider
Haiti h s'en sortir.

La communaute haitienne du Sud de la
Floride mobilise pour venir en aide aux victimes
des cyclones Gustave et Hanna
C'est la tristesse et la desolation dans le coeur


de nos compatriotes vivant dans le Sud de la Florida
apres les d6gits causes par les cyclones Gustav et
Hanna en Haiti. Le bilan s'alourdit aufil desjours dans
le d6partement de l'Artibonite, notamment aux
Gonaives qui a &td la ville la plus touch6e.
C'est la seule conversation dans toutes les
missions de radio haitiennes de Miami. Certains
critiquent du meme coup les autorit6s haitiennes qui,
selon eux, ont pr6f6rd faire de la politique au lieu de

traiter les dossiers importants,
particulierement les infrastructures et
le problkme de la chert6 de la vie.
Certains notables de la
communaut6 haitienne de Miami ne
sont pas rests indiff6rents face a la
situation. Le responsable de
l'6mission Express Publicit6, sur la
1320 AM, Carmelot Monestime,
dans ses multiples interventions,
invite les compatriotes de la Diaspora
a collecter des dons en especes et en
nature au profit des victimes des
r6centes inondations.
De son cot6, la Conf6rence
des Pasteurs Haitiens (COPAH) a
exprim6 dans une note ses sympathies
et sa solidarity avec les victimes de
des ouragans.
La COPAH a organism le 7
Septembre dernier une journe de
solidarity avec les victimes dans le but


de collecter des produits de premiere n6cessit6 (Riz,
Sucre, Lait, Huile), des v6tements et aussi de l'argent
en faveur des personnes sinistrees.
Le week-end scoul6, une messe a 6td chant6e
a l'Eglise Saint James (Little Haiti) en m6moire des
victimes des ouragans Fay, Gustav, Hanna, Fay et Ike

Des appels de solidarity ont &t6 lanc6s de
Miami Dade jusqu'a West Palm Beach en faveur de
nos freres et soeurs vivant en Haiti. Des organisations
humanitaires telles Food for the Poor, la Croix Rouge,
Operasyon F&t Vet Haiti ont aussi lanc6 des collectes
de dons au profit des familles des victimes de la
catastrophe.
La majority des auditeurs intervenant dans
les missions de radio disent esp6rer que les dons
collects soient ddlivrds directement aux victimes.


CONTACT US
TOLL FREE: 1 -88-383-285
OR. 305-620-8300
FAX .30 5-6 2 0-8332
CELL. 305-986-88 1


Page 16


LE COIN DE MIAMI

Little-Haiti reclame

le Statut Temporaire Protege


Appel au gouvernement americain a surseoir
a la deportation des sans-papiers haitiens
Miami, 14 septembre 2008- provoqude par le passage en moins d'un
(AHP)- Le d6put6 haitien-am6ricain de mois de quatre (4) ouragans en Haiti.
l'Etat de Floride, Ronald Briz6, a appeal Ronald Briz6 a notamment
jeudi le gouvemement amdricain surseoir demand a l'administration americaine
provisoirement a la deportation des sans- d'accorder le TPS ou Statut temporaire de
papiers haitiens en raison de la catastrophe (SANS-PAPIERS / p. 17)


bwmfkm








Mercredi 17 Septembre 2008 STARS AV E D COBUR
Haiti en Marche Vol XXII N 34


Wyclef, Matt Damon et les limites
Caroline Touzin, 15 Septembre, La Presse file. Elle est arrive a 3h du matin. < Gonaives, Haiti cause des pluies>>, dit-elle. Un triste refrain r6cit6
Serr6es les unes contre les autres pour ne pas depuis une douzaine de jours dans toute laville. < se faire d6passer dans la file, elles 6taient 1200 femmes gou (J'ai tres faim)>>, crient ses voisines dans la file. A
a attendre depuis plusieurs heures, debout sous
le soleil brflant, pour recevoir une aide
alimentaire d'urgence, hier matin, devant un
lycee des Gonaives. Le chanteur hip-hop
Wyclef Jean et l'acteur am6ricain Matt Damon,
eux, y ont passe 10 minutes.
Cette distribution est faite "C py g M atr
exceptionnellement en pleinjour pour les stars ,Opyrig ed Mri
en visite clair. Il y a quelques jours, pour Syndicated Content
limiter les violences, le Programme alimentaire
mondial et CARE avaient decide de faire leurs Available from Commercial News Provi
distributions au beau milieu de la nuit. Lai
tension est palpable dans cette ville d'Haiti
durement touch6e par le passage de quatre
tempetes tropicales et ouragans en un mois.


c Des Casques bleus arms et munis de
boucliers anti6meute sont posts a l'entree de
la cour du lyc6e. Ils font entrer 20 femmes a la
fois. Le lyc6e, entour6 d'un mur de b6ton, est situ6 a
l'6cart de la ville. Ideal pour 6viter les pillages et les
debordements, de l'aveu d'un officier de la Mission
des Nations unies pour la stability d'Haiti
(MINUSTAH).
< nourriture dans les rues en ville. Les gens sont trop
nombreux pour ce qu'on a a donner>>, explique le
lieutenant Maximilian Lance, un Casque bleu argentin.
Une cinquantaine de Casques bleus sont posts aux
quatre coins de la cour.
Lisette Aldus est l'une des premieres dans la


7h30, le soleil est d6ej cuisant. La distribution
commence. Onjoue du coude.
Seules les femmes peuvent faire la file. Les
hommes, plus prompts a la bousculade, doivent
attendre a l'ext6rieur que leur femme sorte enfin avec
ses 50 kg de riz, son bidon d'huile a cuisson et son
petit sac de haricots noirs. Certaines, Agees ou
enceintes, doivent ainsi tirer leur pr6cieux bien de peine
et de misere vers la sortie. Quelques Casques bleus
quittent leur poste de guet pour leur preter main-forte.
Sans un coupon bleu en main, distribute la
veille dans certains quartiers, il est impossible de


i m m


SPage 17


de l'humanitaire
recevoir de la nourriture. < un coupon, mais nous aussi, on a faim>>, a dit Ac6la
Debreis, qui s'est tout de meme d6placee dans l'espoir
de recevoir une ration. Peine perdue.
A leur sortie du lyc6e, quelques
femmes g6enreuses redistribuent leurs denrees
aux malchanceuses comme Mme Debreis.
CARE, organisme humanitaire charge de
distribuer les coupons, a par ailleurs remarqu6
l'apparition de faux ces derniers jours.
Vers 8h30, un convoi de 1'ONU
arrive avec, a son bord, deux stars et des
S journalistes tries sur le volet. VWtu d'une
chemise militaire, Wyclef Jean sort du camion,
ers" suivi de Matt Damon, enjean et chausse de
grosses bottes de pluie. Le chanteur originaire
d'Haiti et l'acteur am6ricain poseront pour des
photos en distribuant quelques haricots pour
repartir aussit6t. Non sans interpeller la
communaut6 internationale pour qu'elle
s'engage a long terme a aider le pays le plus
pauvre des Amdriques, d6ji durement touch
par la crise alimentaire mondiale.
Tout le monde en Haiti connait
Wyclef. A la seconde tape de son court passage aux
Gonaives, l'ex-Fugees est attendu par des centaines
de personnes masses dans le parc devant la cath6drale.
< J'ai vu un petit garqon sans pantalon marcher dans
l'eau. Quandje l'ai regard dans les yeux, j'ai vu qu'il
me ressemblait>>, a dit le chanteur a la foule en creole.
<, lui ont cried des
mecontents. Avant de regagner le convoi, la star,
encouragee par la foule a grands cris de <>, a
modifi6 son horaire pour marcher dans une rue encore
inondee parmi une foule nombreuse, dans l'eau
jusqu'aux genoux. Au grand dam de la s6curite.
Pendant ce temps, a l'autre bout de la ville,
la distribution alimentaire n'6tait pas encore terminee.
La prochaine se d6roulera de nuit, loin des projecteurs.
Wyclef Jean et Matt Damon seront retournms depuis
longtemps aux Etats-Unis, les pieds au sec.


"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Contact:


Raul Duany 954.837.4601
raul. duany@iwesternunion. cor


-UION


FOR IMMEDIATE RELEASE


Western Union Foundation donates $25,000 to CARE
Assists disaster relief efforts in Haiti

Port-Au-Prince, Haiti (September 11, 2008) The Western Union Foundation announced today
a donation of US$25,000 to CARE to assist disaster relief efforts here in the aftermath of several storms
that have recently affected the country.
CARE's priority is to provide safe water to residents in Haiti and take emergency food supplies
to affected communities. "Our priority is always to reach the most vulnerable people, including women,
children, and people living with HIV and AIDS," said CARE Haiti Country Director Sophie Perez.
"We are saddened by the current difficult conditions people are experiencing in the Caribbean
as a result of these devastating storms," said Luella Chavez D'Angelo, president of the Western Union
Foundation. "Our Foundation is committed to continue helping the Caribbean recover from these natural
disasters."
Western Union's Our World, Our Family program, together with the contributions of Western
Union Agents, has recently provided relief donations in Belize, Haiti and Jamaica totaling US$175,000.
Our World, Our Family, is a five-year initiative to empower migrant families through education and
global economic opportunity programs that help them stay connected, overcome barriers, and realize
their dreams.

About the Western Union Foundation
Through the donations of The Western Union Company, its employees and Agents, the Western
Union Foundation helps to fund programs that create economic opportunity around the world. Embracing
the truly global nature of its corporate sponsor, the Western Union Foundation has granted nearly $48
million to more than 1,750 nongovernmental organizations (NGOs) in 70 countries. Its signature giving
program, Western Union's Our World, Our Familysm, is a $50 million, five-year commitment reaching
people at every rung of the economic ladder. Through Our World, Our Family, the Western Union
Foundation is helping migrants and their families stay connected, overcome barriers and realize their
dreams. For more information, visit www.westernunion.com/foundation
About Western Union
Western Union (NYSE:WU), together with its affiliates Orlandi Valuta and Vigo, is a leading
provider of global money-transfer services, providing people with fast, reliable and convenient ways to
send money around the world, pay bills and purchase money orders through a network of more than
355,000 Agent locations in over 200 countries and territories. For more information, visit
www.westerUnion.com.


Ecoutez Melodie Matin
avec Marcus sur


9 dof die
1A03.3 f m









S.F J I TTX


MI UTAA G E


0: B F Y lt ) I BP L
n I A 9 O aiTgJ0-C F P


Mdigni A hak3l4.I AlIise *5 Balrn Chialuan
-.:b *gij Kutie lairni-- Vw AthrG
Nminoem~1d Crzrge - PF Rutlevi Sasrdia
ShunkhmnI Si-hLn w Tbisi Te-ai Tsalla
Tsktiriwi Vni ZVjpltap -At9- I


Mercredi 17 Septembre 2008
i Marche Vol XXII N 34

Solutnn de la


Allez de VIGLE I MUITAGE, en utilisant des mots dOdu vocbulaire
frangais, et ne changeant qu'une lette par line.


HORIZONTAL
1. Catastrophe 2. Jardins -
3, Alliage de fer manganese et carbone -
4. TVie honornhque japonais -
lie, en langue gaelique -
5. Pronom Gallium -
6, Pere de la relativity -
7. Note Chlffre crEate -
B, Chemi de fer Sodium,


a


VERTICAL
1. Cas 2. Mur de jardin 3. Flane -
4, Unite de measure agraire Sport d'hier 5 En forme de fleche -
8. Pronom Conbunictuon 7. Ernsombie d'acles ritua0 -
8, En rmatere de Instrument de musique africin
^TI^aIR^^1jl',M~tl^^la.11jl~fi~illfl~l~lll~jlI^i1111L^


1 03. 3 fmt



SMO- 6h30o Ban RVHlII eia musiqM

6h30-'hOO Au Pipitchantamnt




Amalyses
jN o urnlq el avec lvi knial

7hO0-91100 MNtldle Matin ve Mau
Infrwmatiions, latIrvi.AmncdMes, Humogr,


L'Ediitorid dMaTrci
Au Qiotdinacv Elsie
LaChlG iquw Littire e:vc DampiqueBt3 viOl
Les Sporsn ave Mario BEarpau
Les InvisdbuJo
Milodie Matin ciaque samcdi c~ timl
pas Fqure- Raphaa6

iti-Midi LiedfquedeAuditeur
animation James Prdvil]

12:00- 121130 LeMMd
infmrmdonri avec Laury Fausmin

12t1ie .(, Lady B u aivtFHls
JazzBls, 1 Swin. Ragtime

2bo- 3bO0 Cest s onen th u..
Emissiondecirnrsn frtwlai=es

31-Sb pmn LeBonrV iux Temsp

avoc Doc Daniel da Cap ai Bill

ShO LeJournal dl5 hur s
avoc Villt e HMNrlekw


M~ole & Coampany
Dtuwyeftm' co dmlviWM
Mardi avc Bnarwd E lhcrtn
AmmrySabor cotI Ljuciani


sh3-o-9hw Sofr InftonItlenf

ho- I10WX Notre GrandConcert
Lun L& Mer.: L'"ie ecltsique
Jeu. &Dim. t Jazz Ten
Judy Carrnichl I sms invixa


9hGO ei aj deB


Cavawnrs, prewvos dasm
{S~icdi)50 maS dsue saxpopulawi htiia


En Bref...


(... suite de la page 2)


Haiti.
Le num6ro deux de l'organisation panamericaine devait avoir un entretien avec le President
Rene Preval et des reunions de travail avec le Premier ministre Mme Michele Duvivier Pierre-
Louis et le nouveau chancelier haitien Allrich Nicolas.
Albert Ramdin doit aussi se rendre dans les regions affect6es par les demieres inondations et
remettre une contribution au nom de 1'OEA.
Une d6epche de l'agence espagnole EFE rapporte que mercredi, la situation humanitaire
d'Haiti avait ete abord6e au plus haut niveau lors d'une rencontre entre le Secr6taire general
de 1'OEA, Jose Miguel Insulza, Albert Ramdin et un groupe d'experts. Les discussions avaient
port sur la Caraibe, les changements climatiques et la cooperation en cas de d6sastre naturel.
Le Conseil permanent de l'organisation a 6galement planche sur la question au cours d'une
session ordinaire a laquelle avait pris part le representant d'Haiti, Antonio Rodrigue.

L'OMS lance un appel de fonds de 2,9 M d'euros
L'Organisation mondiale de la sante (OMS) a lance vendredi un appel de fonds de 4,2 millions
de dollars (2,9 millions d'euros) pour foumir une aide sanitaire a 800.000 personnes en Haiti
touchees par la succession de cyclones.
L'OMS a rappel6 dans un communique que les ouragans qui ont touched Haiti entre aofit et
septembre ont tue au moins 300 personnes, endommag6 des complexes de soins et d6place des
milliers d'habitants.
Parmi les personnes touchees, 52% sont des femmes et 36% sont des enfants, a soulign6
1'OMS.
"Les inondations ont s6evrement endommag6 plusieurs services de sante, comme des h6pitaux
aux Gonaives, a Port-de-Paix et aux Cayes", a relev6 l'organisation.
"11 manque de medicaments, y compris de l'insuline et des anesthesiants, et du petit materiel
chirurgical", a ajout6 le communique.
"Les orages ont 6galement endommag6 la s6curit6 des reserves de nourriture et accru les
risques nutritifs pour la population", selon 1'OMS.
L'OMS souhaite consacrer un million de dollars pour la coordination du secteur de la sante et
mettre en place un system de surveillance 6pid6miologique en vue d'6viter l'6tendue des
maladies contagieuses comme la malaria ou la dengue.
En outre 3,2 millions de dollars seront destin6s a des projets de sante urgents par les
partenaires de 1'OMS comme l'Unicef, le Fonds de 1'ONU pour la population, Pharmaciens
sans frontieres et M6decins du monde.

Le systeme des Nations unies lance un appel pour 108 millions de dollars
Les Nations Unies ont lance un appel a la communaut6 internationale pour recueillir 108
millions de dollars pour une p6riode de six mois. C'est le system des Nations Unies qui a
lance cet appel pour Haiti. On pr6voit la creation de nombreux travaux a haute intensity de
main d'ceuvre pour pouvoir contribuer au redressement de l'6conomie. Mais c'est pour le
court terme. II va falloir aussi jeter les bases pour une reconstruction d'Haiti.
Tout de suite apres la s6rie de catastrophes s'etant abattues sur le pays, la MINUSTAH a
mobilis6 l'ensemble de ses moyens a6riens des qu'il a ete possible de voler. Il y a eu un
veritable pont a6rien a s'&tre 6tabli afin d'acheminer le maximum d'assistance aux populations
sinistrees.
Mais un pont a6rien ne peut pas durer trop longtemps, car c'est 6puisant et les helico ne
peuvent pas continuer a voler ainsi pendant une p6riode relativement longue.
Voici pourquoi nous avons ete tres heureux que certains pays aient pris le relai, venant ainsi
renforcer nos efforts, a declare le chef de la MINUSTAH, Hedi Hanabi, a l'occasion du
radiot6elmarathon du dimanche 14 septembre.

Des nouvelles venant d'Allemagne
L'association d'aide Humedica a commence a fournir de l'aide en Haiti apres les cyclones
Gustav et Hanna.
Deux expeditions sont d6ja arrives dans le pays qui, d'apres les meteorologues, se trouve sur
la route des cyclones et peut &tre encore victime. Humedica demande de l'aide pour lui
permettre d'6tendre ses activities en Haiti.
Humedica est surtout actif dans la region de Jacmel, repondant a un appel lance par
l'ambassadeur d'Haiti en Allemagne, Monsieur Jean-Robert Saget.
Dr Thomas Schweyer, originaire de Munich, et le secouriste Matthias Olkner (originaire de
Giessen), ont pu venir en aide a 3.000 patients.
A Jacmel, le Dr Schweyer a examine en un seul jour 40 patients dans une cole qui sert d'abris
a environ 500 personnes sinistrees. Avec inquietude, il a relev6 que la presence dans la ville
des eaux boueuses laiss6es par les inondations est responsable de l'apparition de certaines
maladies infectieuses des voies respiratoires ainsi que de maladies diarrheiques.
Les m6decins allemands attendent l'arriv6e fin septembre d'un transport de medicaments
6valu6 a 310.000 euros.
Humedica demande a la population allemande de ne pas manager son aide.
humedica e. V. // Stichwort "Nothilfe Haiti" // Konto 47 47 // BLZ 734 500 00 //
Sparkasse Kaufbeuren (EN BREF / p. 19)
(EN BREF / p. 19)


Page 18


/-"


V I 7'R E 5


PA 7
PATT77
PATT UI
PA~TIL)


SCRABBLE
Arrange les sep lenres ci-dessous
pour former un moi fran;isa

AS

CIN

S O


Solutions de l semraine pass~
DETECTE
,-


Sh 30 pm


5h10 Wp


mr


e 4 wFe eff it I








Mercredi 17 Septembre 2008 y
Haiti en Marche Vol XXII N 34


LET IFE AK SOULE
Ak: Kaptenn Koukouwouj

Ou gide-m
San bous6l
Ou ban-m z1l
Sou wout Lavi
Soul, chak kretyenvivan se youn sous eneji
ki ap vwayaje nan liniv. Plis eneji a pozitif, se plis li
ap pemdt nou grandi epitou se plis li ap ban nou f6s
pou nou rantre nan youn espiral ki gen pouvwa
depl6tonnen mevey.
Mache Soul, tankou ou toujou di-1 : <
Kreyasyon mantal se younn nan pi gwo pouvwa,
noumenm kretyenvivan, nou genyenpou nou transf6me
lamaty.>> Se t&t ki mennen k6, pa vrt? Donk, plis
nou suiv siyaj bonnanj nou, se plis panse nou yo,
esperans nou, r&v nou yo ap gen pisans pou yo benyen
nan youn chan eneji pozitif. Chak fwa koze sa yo klere
lespri mwen, genyoun lide ki louvrije mwen sou dives
etap nou pase sou wout lavi nou.
Nan pery6d lapel ak amoni tankou nan tan
boulves, relasyon mwen avok ou se youn ti vwayaj
tou piti zuit pou de mounn, kote chak deplasman nou
fr, chak pous teren nou apante, se youn dekouv&t sou
pw6p t&t nou. Nou ap vwayaje, men vwayaj sa a se
youn chantye kote nou ap konstui pw6p t&t nou.
Soul
Mwen pa konn
Si ou remake sa
Ou aktive-m
San manyen
Ou gide-m
San bous6l
Ou ban-m z1l
Sanzatann
Nou aprann vwayaje tout wote nan chak
branch van san nou pa deplase. Konsa tou vwayaj nou
konn f&t long& youn direksyon nou te deja chwazi.
Nan kelkeswa fason nou deside vwayaje a, depi gen
deplasman gen aprantisay. Aprantisay gen pisans
donnen bb6l akb6l mevey. K6mpyesmounnpajanm
sispann aprann, nou kab konsidere vwayaj nou an
tankou youn mouvman enfini nan tan an ak nan epas
ki anvlope nou an. Konsa, prensipal travay nou sou
late, se konstui tout sa ki bon ak sila yo ki nan
anviwonnman pw6ch nou, ansanm ak 16t ki pa d6mi
leve nan menm k6 kay ak nou epi ki ap vwayaje pou
yo konstui lavi yo.
Soul
Tanpri
Chak fwa ou santi
Mwen vle pedi pa
Lemante mwen pi pre ou
Ban-m
Moso limyv ko ou
Ponmennen-m
Sou tdt lanjelis dimaten
Konsa mwen va kapte pi plis limye pou klere
pasaj sou wout vwayaj nou
pou mwen kab rete opa. Soul mwen ap
kontinye di ou li, pafwa nou tatonnen nan mitan
vwayaj nou. Sepandan, tout tan souf lavi a sou nou,
nou pa dwe dezespere konstui. Nou pa dwe lage tiwel
nou ate, ni tou nou pa kab sispann ede 1kzbt bati
katedral r&v yo.
Kdlkeswa r&v yo chwazi
Pou sizle b01 galkt lanmou
Kdlkeswa paw6l damou yo chante
Pou taye lamvit r&v yo
Kdlkeswa wote yo deside monte
Pou pase akward1 espwa yo
depi f6s volonte yo reponn, se responsablite
nou pou nou kanpe ak yo. Chak moniman lespwa yo
bati nan bon kondisyon, chak chedtv yo reyalize, se
nou tout ansanm, k6m kretyenvivan, ki ap fe bras nan
dlo lavi pou nou avanse pi devan nan vwayaj nou
pandan pasaj nou sou lat.
Soul, nou chak se youn may nan gwo chenn
lavi a. Chak fwa younn nan nou faya nan move
kondisyon, se nou tout ansanm ki deroute. Konsa tou,
chak fwa younn nan nou fR youn pa nan direksyon
limye, se chemen li ap trase pou sila yo ki nan wout ap
suiv li.
Ann kontinye cheche limye ak f6s
konviksyon sanveglerans ni latoudlin. Wout lavi a se
pa youn wout pyesmounn kapab fe san sip6 l1zbt. Soul,
ou dwe toujou sonje nou nan youn vwayaj san bout.


S1 bout li, si nou vie ba li younn, se bouch twou nou.
Nou tout gen pou nou rive la younjou. L jou sa ava
rive, se tout mounn ki va benefisye tout sa nou te fe ki
te bon. Se pout&t sa ou dwe kontinye gide-m. Se
menm jan an tou si nou aprann gide 16t mounn, se
chay nou tout asanm ki va vin pi leje pandan vwayaj
nou sou plant ble a.
M'ale
Se te Ife ki renmen ou anpil

Soul o!o! mwen renmen ou...


Soul, gen youn ep6k t&t mwen te konn pati
cheche siyon cham ou jouk anba Lasous Tijo, pou
mwen pran fre r&v mwen, je klW, nan reflI 1lv ou. Si
ou sonje byen, 1 nou kontre, mwen te konn pran plezi
rakonte ou tout chemen dekoupe mwen te konn suiv
pou mwen evite Frantz ki pa te janm sispann raple
mwen responsablite travay lek6l mwen nan lise a. Se
depi 1 sa a tou, branch pa branch, ou anvayi mwen n&t
ale. Ou fleri nanbonnanj mwen tankou youn r&v ki ap
boujonnen nan lalin klW.
Jodi a mwen ap gade nou, epi mwen pran
konte wonn doulk lavi a kite sou nou. Refleksyon,
chagren, estres ralanti piwdt nou. Poutan, se menm
noumenm lan av&k menm kU sote a ki ap boukannen
pasyon nou nan chalk sann plezi nou. Ou vin mi nan
men mwen, se vre, men aw6m ou pi kandi.
Gen youn tan nou pa te kab konprannboulvari
nou. Soulye nou te
dwateg6ch. Menjounenjodi a, kU kase younn
se pou 16t Ke kontan nou bay lebra N'ap vwayaje
ansanm sou granchemen lavi. Nou jwenn bM1 briz ki
louvri vwal nou, men tou konn gen tanpdt ki t6dye ma
bato nou. Malgresa, nou aprann viv avek yo.

LU nou jwenn kalmi
Nou bese paviyon
Epi nou pyese vwal male nou.

Soul o!o! mwen renmen ou
Tankou r&v and6mi Lagrandans
Ki ap veye lanjelis diswa
Pou l'al benyen
Nan dlo dous Latibonit.

Si younjou nou ta deside fouye nan sous rasin
nou, ou kwe nou pa ta we nou ansanm k6tak6t, areb6
menm galt yo ap keyijuisans nou ap kontinye plante
yo!

M'ale
Gwo Bo!
Se te Ife

Kaptenn Koukouwouj
Michel-Ange Hyppolite@ rogers.com




JOUNEN

ENTENASYONAL


I |Page 19


KREYOL-2008
AK SOSYETE KO UKO UY MIYAMI

Ane sa-a Sosyete Koukouy Miyami ap fete
Jounen Entenasyonal Krey6l nan FIU (Nord). Ak nan
legliz La Caridad.
Samdi 25 Okt6b depi 7e rive pou minui FIU
(Nord)
Ankolaborasyon ak 6ganizasyon JeanPolyen
Madi 28 Okt6b 2008 ap gen youn b61
seremoni relijye nan Legliz La CARIDAD ki nan Coral
Gables depi 8K rive pou 10 diswa.
Ap gen mizik, dans f6lklorik, chante ak atis
Sosyete Koukouy yo
Espesyalis ki pral depoze mesaj pou Jounen
Krey6l-la se Pwofese
Gerdes Fleurant, Ph.D.
(Professor emeritus, Wellesley College
PDG Sant Kiltir1l LUocardie & Alexandre
Kenscoff, Mibalk, Ayiti)
Krey6l, Kilti, ak Himanosantris: Youn Wout
pou Devlopman Dirab an Ayiti.

Rezime prezantasyon-an
{Kijan lanng krey6l-la mak6nen ak kilti nou-
an pou f6me baz sosyete-a. Kijan konsep
himanosantris-la (Fleurant 1993), ki we mounn k6m
potomitan nan tout aksyon, ka bay devlopman dirab-
lajar&t, epi ede nou pwodui youn 16tjenerasyon fanm
ak gason}

Sponsored by :
Miami-Dade Department of Cultural Affairs
& Haitian Artists Network Development & Libreri
Mapou



AYISYEN POU OBAMA

Dimanch 14 Septanm youn gwoup ayisyen
responsab nan kominote Miyami-an te reyini nan Sant
Kiltirel Mapou. Apre prezantasyon sou nesesite istorik
pou noumenm Ayisyen kore kandidati Barack Obama,
Komite-a pran desizyon pou yo monte youn
6ganizasyon ki rele <>
avsk sd1 bi prensipal pou motive, mobilize, edike
kominote Ayisyen-an sou eleksyon mwa novanm 2008
yo. Ap gen youn reyinyon kominote nan Sant Kiltirel
Mapou dimanch 28 Setanm depi 6e rive 8K diswa pou
plis enf6masyon.
Oganizasyon-an anrejistre ofisydlman ak
Headquarters Depatman eleksyon Barack Obama.
Men mounn ki te la e ki dak6 ak prensip deklarasyon-
an:
Jean-Claude Exulien
Jan Mapou
Jacques Cassagnol
Ernst Julmeus
Marie Yolaine Ferdilus
Ginette Etienne
Ganine Avin


ATANSYON NOUYOK

Vous 6tes invites A accueillir l'arriv6e tant attendue de
Unjour.. Tes pantoufles
de Jeanie Bogart

Le Dimanche 5 octobre, 5heures pm d- 4uln.
Au 1713 Ralph Ave. r n
Centre Communautaire B6rde (Salle Pavillon des Jeunes
angle Glenwood road/East 76 Brooklyn, NY (Bus6, 47) .7
Avec la participation de John Steve Brunache
et Jocelyne Dorism e 1L

Le programme comportera 3galement un recital
de poimes et une vente-signature
Un Jour...Tes Pantoufles
Une c&lhbration de la femme par la podsie

Rien de mieux pour chasser les vagues ? l'Ame et
enrober le coeur

Contacts (718) 329-6822 I (516) 352-1065
ieaniebogartWyvahoo.com asselvetienne(itvahoo.com








BACK PAGE


Mercredi 17 Septembre 2008
1 HaYti en Marche Vol XXII No 34


Iz. PA.A dmkmud mmaan..t.. Sn


Ma deh r B t rl drl ild'lt


"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


- Toutes dimensions de rmat6rels.


POUR VOS RhERVATIONS DE CARGO, APPELEZ

1-800-927-6059 .
cu envI IunI maim &dfoi.m j

m fmimr nnii ii -nfit frlfPmirltnn --#^""
.ssss 5


En Bref...
(... suite de la page 18)
Pour tout renseignement compl6mentaire consultez le
site de l'organisation:
www.humedica.org
Ingo Kramer, nouveau consul honoraire
d'Haiti a Breme
L'entrepreneur de la ville de Bremen, Ingo Kramer, est
le nouveau consul honoraire de la Republique d'Haiti
pour la ville de Bremerhaven. Une reception a salu6
l'entree en fonction du nouveau consul honoraire au
local de la mairie ou il a ete requ par le maire Jens
Bohmsen.
Ingo Kramer succede a Gunther Brinkmann qui a
occupy le poste de consul honoraire d'Haiti de 1979 a
2007.
L'adresse du nouveau consul honoraire d'Haiti a
Bremerhaven est la suivante :
Labradorstrasse 5, 27572 Bremerhaven (Telefon:
0471/9721-321; Fax: 0471/9721-300 (Sprechzeit:
Montag-Donnerstag 10.00 -12.00 Uhr (und nach
Vereinbarung.


Sm le mmtht lei irudem vmiML.
mowA To W Kf mots en mmI.
we DOW e- hloome anIte Lm.


SADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 78H457-W83 Fa. 1305-756I497 Mna pasacateomoCn


PonW MWi VaCATr Eqj epoLrconstwmin
es" de voltuac /I Crif I Equipcment m6icdi
Pn wavkn aW peir hubl I


Page 20


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94t Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914 358-7559
Boston 508 941-6897
Montr6al 514 337-1286
email: melodiefm@hotmail.com
haiti-en-marche@hughes. net
URL: www.haitienmarche. com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


eNHmdktm


............ i




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs