Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00299
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: April 16, 2008
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00299
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00004-16-2008 ( PDF )


Full Text















Haiti en Marche edition du 16 au 22 Avril 2008 Vol. XXII No. 12


Jacques E. Alexis est-il victime de sa propre reussite ?


LA BATAILLE POUR 2011 EST OUVERTE
PORT- C franpais Georges
AU-PRINCE, 13 Pompidou.
Avril- A la fin du "Premier


vote de censure
pris contre lui
samedi (12 avril)
au Senat, le
Premier ministre
sortant Jacques
Edouard Alexis a A
dit que le pays
pourra toujours
"compter sur
lui."
C e la
nous rappelle une
phrase attribute I
1'ex-president


Deux senateurs interpdllateurs Rudy Herivaux
et (debout) Youri Latortue (photo Georges Dupe)


ministre de De
Gaule au moment
des 6v6nements de
Mai 68, Pompidou
fut force de
demissionner.
La presse
lui preta peu apris
ces propos
devenus c6lbres
par la suite: << Je
suis en reserve de
la republique. >>

(ALEXIS / p. 4)


La Minustah risque de devenir un instrument de repression
PORT-AU-PRINCE, 11 Avril La retablirlas6curit6auxabordsdusiegedelapr6sidence. Attention, nous ne sommes en train de
Minustah joue depuis le mardi 8 avril 2008, jour Mais depuis, les casques bleus semblent tomber dans aucune naivete qui nous ferait ignorer
oft elle a 6t6 appel6e a assurer la protection du Palais soudain occuper un nouvel espace, comme qui dirait le role important de dissuasion quejoue la mission

~-, 1Ti jl


Destruction d'une station-service angle Delmas Pdtion-Ville
par des dmeutiers (photo Thony Blizaire)


Manifestants pris au piege par les casques bleus utilisant les gaz
lacrymogenes (photo www.jjaugustin.com)


national, un nouveau r1le.
Assieg6 par les manifestants contre la vie
chore, le president de la republique a fait appel a la
force internationale de maintien de la paix
(Minustah) pour venir chasser les assiegeants et


un espace r6serv6, autrement dit qui risque de les
mettre en contravention directe avec les libert6s
civiques et constitutionnelles dans un pays qui,jusqu'a
preuve du contraire, ne vit pas actuellement sous une
dictature ni en 6tat de siege.


internationale de maintien de la paix. Sans la
Minustah, il y a longtemps que la violence nous
aurait a nouveau submerge.
Cependant la mission internationale est en
(MINUSTAH / p. 5)


VOTE DE CENSUR

Une interpellation
PORT-AU-PRINCE, 12 Avril En
France aussi il est coutume de changer le
gouvernement apris tout 6v6nement majeur
comme les 6meutes de la faim que notre pays vient
de vivre la semaine 6coule.
Le president Rend Preval a kt6 Mlu le 7
fWvrier 2006 grace a une large participation des
couches Dooulaires.


E OU LYNCHAGE ?

cousue de fil blanc
En France, on dirait alors que c'est un
president de gauche. Mais si le gouvernement de
gauche au pouvoir 6choue devant la crise, il risque
d'etre remplac6 par un gouvernement de droite.
Et le president de gauche de se retrouver avec
un gouvernement de droite. C'est ce qu'on appelle la
(voir INTERPELLATION / 6)


I Livraison d'argent h domicile
en moins de deux heures Appelez sans frais:
USA/Canada:
* CAM Pickup avec plus de 400 Agents Payeurs 1-800-934-0440
A tr[la R4nf blile-


aI rdIIlI Ird puqIIue.
* D6p6t dans nimporte quelle banque en Haliti.
* Grande variety de produits alimentaires
de meilleure quality sur le march.


Haiti: 800-256-8687
www.camtransfer.com
Approwve par les aoctrOl bancales de
New (aok. New JerIey. Comnelc.ut thode Isl d.
Mosochwsekls. Wohingon DC. GeoI el Flodde.


VKE^ A^^


I









Page 2


IEN PLUS ..


"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Note de Presse des Associations

du Secteur Prive


Depuis le jeudi 3 avril, des
manifestations contre la chert6 de la
vie ont 6clate dans diff6rentes regions
du pays. Les Associations du Secteur
Prive reconnaissent la lgitimit6 de ces
protestations contre l'augmentation du
couit de la vie ; la faiblesse de la
production nationale et la hausse
vertigineuse du prix de certains
produits de premiere n6cessit6 en
provenance de l'6tranger en sont les
causes profondes.
Cependant, les Associations
ont constat6 avec stupefaction un
d6ferlement aveugle de violences a
l'occasion de ces manifestations. Ces
violences, une fois de plus, ont cibl6,
de facon particuliere, aussi bien le
secteur priv6 formel et informel que
les Institutions de l'Etat.
En effet, dans l'aire
m6tropolitaine et dans certaines villes
de provinces, plusieurs pertes de vies
humaines ont 6t6 enregistr6es.
Plusieurs dizaines de stations de d6bit
d'essence, de nombreuses succursales
de Banque, des maisons de transfert,
des restaurants, des magasins, des
6tals de nombreuses marchandes, des
locaux d'entreprises de presse 6crite,
parl6e, t6levisee et des maisons priv6es
ont e6t vandalis6s et pills.
Le Secteur Priv6 proteste


avec la plus grande v6h6mence contre
ces actes inqualifiables qui portent
atteinte a la propri6t6 priv6e et mettent
en p6ril le devenir 6conomique. De tels
agissements d6truisent le climat
d investissement, facteur essentiel de
toute creation d'emplois.
Le Secteur Priv6 a not6 le
laxisme patent des Autorit6s qui ne
sont pas intervenues a temps pour
mettre un frein a cette flambe de
violence et prot6ger les entreprises, les
investissements et les emplois. Le
Secteur Priv6 demande avec insistance
qu'une enquete solide et s6rieuse soit
diligent6e en vue d'identifier et de
sanctionner les auteurs qui ont tram6
cette violence et entrain6 le pays dans
l'instabilit6 et le chaos.
Le Secteur Priv6 renouvelle
son attachement a la d6mocratie, au
respect de la constitution, a
1'expression pacifique des
revendications. L'importance d'un
secteur priv6 des affaires dynamique
et l'importance d'un partenarlat
effectif Secteur Public / Secteur Priv6,
ne sont plus a d6montrer pour
favoriser la relance de l'economie et
promouvoir la construction d'une
society juste et prospire. Dans cet
ordre d'id6es, le Secteur Priv6 ayant
(SECTEUR PRIVE / P. 9)


EN BREF


Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


Eu q


Les activities ont repris
L'activit 6 conomique a repris en Haiti apris des manifestations violentes
contre la hausse du cofit de la vie ayant fait au moins 5 morts, pris de 200
blesses et d'importants degdts materiels.
Dans la capitale, Port-au-Prince, le commerce, les banques et les marches
publics fonctionnent presque normalement ce lundi alors que de longues files
de voitures s'dtiraient devant des stations d'essence.
Aucune manifestation n'a kt6 signalde par la police qui annonce avoir repris le
control de la situation. Les casques bleus maintiennent cependant leur
presence devant le siege de la prdsidence.

Haiti en quete d'un gouvernement
Les dirigeants politiques haitiens ont entrepris dimanche de trouver un nouveau
Premier ministre, apris une semaine d'"dmeutes de la faim" provoquees par la
monte en fliche des prix des denrdes alimentaires, qui ont entrain6 la chute du
gouvernement dirig6 par Jacques Edouard Alexis.
Le landerneau politique de Port-au-Prince bruissait de noms de successeurs
possibles A Alexis, destitud samedi par un vote des s6nateurs qui lui ont
reproch6 de ne pas en avoir fait assez pour relancer la production alimentaire et
rdduire le cofit de la vie.
Alexis, conform6ment A la tradition, doit g6rer les affaires courantes jusqu'A ce
qu'un remplagant lui soit trouv6 ainsi qu'un nouveau gouvernement. Le
president Rend Preval proposera un candidat au parlement, qui doit ratifier son
choix.
"Le nouveau Premier ministre doit etre quelqu'un A meme d'unifier le pays. I1
ne doit pas etre partisan", estime un professeur de sociologie de l'universitd de
Notre Dame, membre du parti politique Fusion. "II faut quelqu'un qui soit tris
sensible A la cause des pauvres, afin de renforcer la solidarity en faveur de ceux
qui sont moins privilegids", ajoute-t-il.
Parmi les noms qui circulent figure celui de Paul Denis, v6teran de la lutte
politique en Haiti, ancien s6nateur de l'Organisation du peuple en lutte (OPL).
On dvoque aussi celui d'Ericq Pierre, conseiller aupris de la Banque inter-
amdricaine de d6veloppement.

Le chef de l'6tat se prepare a nommer un nouveau Premier
Ministre
Apris le vote de censure donnd au Premier Ministre Jacques Edouard Alexis,
survenu le Samedi 12 Avril 2008, le president Rend Preval se prepare A
designer un nouveau premier ministre qui devra avoir l'aval du Parlement avant
de pouvoir etre ratified. Le Prdsident a fait savoir qu'il commencerait les
consultatsions avec les presidents des deux chambres, le Dr Kelly Bastien
(Senat) et Eric Jean Jacques de la Chambre des d6putes. "Je vais en consulta-
tion avec les presidents de la chambre des d6putes et du s6nat designer un
nouveau chef du gouvernement", a lanc6 le president auxjournalistes.
S'adressant aux membres de la classe politique, Rend Preval a mis l'accent sur
la n6cessite de consolider la d6mocratie par la concertation. S'il faut faire des
changements, faisons les ensemble pour maitriser les 6venements", a-t-il
d6clar6, en qualifiant d' << injuste > l'ultimatum qui avait kt6 lanc6 au Premier
Ministre.

Le vote de non confiance au Premier ministre haitien
Ce sont les m6mes 16 s6nateurs qui l'avaient sommd de demissionner en ddbut
de semaine qui ont pris la decision. 17 s6nateurs ont participd a la stance.
Les s6nateurs qui ont voted contre M. Alexis estiment qu'il n'a pas rdpondu aux
attentes de la population et qu'il est en grande partie responsable des dernieres
manifestations contre le cofit de la vie qui ont deg6ndr6 en violences de rue.
Le s6nateur Evallieres Beauplan a indiqud que ce vote est une rdponse A la
volontd exprimde ces derniers jours par differents secteurs.
"I nous faut A present ouvrir une autre page, celle de la mise en place d'un
nouveau gouvernement et d'une 6quipe capable de rdpondre aux desiderata de
la population", a indiqud M. Beauplan.
Le s6nateur Rudy H6riveau a opind dans le m6me sens. II a appelk le president
Preval A choisir un nouveau premier ministre en consultation avec les
presidents des deux chambres.
H6riveau qui se prdsente comme le responsable de Fanmi Lavalas en l'absence
de l'ancien president Aristide (commentaires de AHP/Agence Haitienne de
Presse), demande 6galement au president Preval de se rdunir avec les differents
secteurs de la socidt6 pour d6finir une nouvelle feuille de route qu'un nouveau
gouvernement pluriel devrait s'appliquer A suivre.
A la suite de l'exposd des griefs par le s6nateur Rodolph Joazil, le premier
ministre a fait une brive declaration, affirmant ne vouloir engager aucun d6bat
avec les s6nateur pour tenter d'inflechir leur position.
De fait, leur d6cison 6tait arr6ete bien avant la stance.

Jacques Edouard Alexis devant le parlement le samedi 12 Avril
2008
Jacques Edouard Alexis s'est dit en paix avec sa conscience et satisfait du
travail r6alis6 par son gouvernement, notamment en matiere de lutte contre
l'ins6curit6, en faveur de l'assainissement des finances publiques et de la
stability politique. II a toutefois fait savoir qu'il savait que son gouvernement
serait confront A de nombreux problimes dans le cadre de son travail pour
mettre un terme A la contrebande, A l'impunit6, A l'exclusion et aux autres maux
qui rongent la population.
"Je ne me faisais aucune illusion sur le fait que de nombreux secteurs puissants
oeuvreraient pour nous empecher de satisfaire toutes les revendications de la
population ", a dit M. Alexis qui affirme qu'il restera aux cot6s de la population
dans sa quete de d6mocratie et de mieux-etre.
Le premier secr6taire du bureau du s6nat, Eddy Bastien, a rendu hommage au
courage du premier ministre qui a accept de se presenter au grand corps
malgr6 toutes les menaces de vote de censure qui avaient k6t agit6es par le
groupe des 16.
Parallklement, lors d'une conference de presse au palais national, le president a
dit qu'il estimait injuste l'interpellation de Jacques Edouard Alexis, faisant
savoir que le gouvernement et lui-meme n'6taient pas responsables de la
brusque augmentation des prix des produits de premiere n6cessit6.
La chert6 de la vie, a-t-il dit, n'est pas exclusive A Haiti mais affecte un nombre
important de pays oi les memes manifestations de protestations ont eu lieu.
Lors d'un message prononc6 au lendemain des violences du 8 avril, Rend
Preval avait dvoqud la n6cessitd d'ouvrir le gouvernement A d'autres secteurs
politiques.
Le gouvernement sortant est domind par les partis L'Espoir, la Fusion et I'OPL.

L'ONU en Haiti espere la formation rapide d'un nouveau
gouvernement
La Mission des Nations-Unies pour la stabilisation d'Haiti
(En Bref / p. 18)


...j








Mercredi 16 Avril 2008 CTIT EN RC Page3
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12 L ACTUALITYE EN MARCHEPage

Smxo W M W ~ L'EVENEMENT SOMMAIRE
Renvoi du Premier ministre Alexis
Vote de censure ou lynchage ? p.1
.. .. .. EDITORIAL
.... ... ...* Jacques Edouard Alexis est-il victime de sa
.... propre r6ussite ou la bataille pour 2011 qui est
ouverte ? p.1
". "EMEUTES
La Minustah risque de devenir un instrument de
Srpression p.1
REACTIONS
Pr6val annonce la baisse du prix du riz p.3
La Banque mondiale octroie 10 millions de
dollars p.2
Note de presse des Associations du secteur priv6
p.2
Dons alimentaires arrivent p.16
LA CRISE EST MONDIALE
S-ILa crise alimentaire reconnue comme une
Spriorit6 mondiale p.3
Ils n'ont qu'A manger l'6thanol p.10
... . . Partout les prix flambent p.11
... IACF appelle A la creation d'un fonds mondial
contre la faim p.11
A LA TRIBUNE
La lettre d'interpellation des 16 s6nateurs p.7
Discours du Premier ministre Alexis p.7
Lettre A Monsieur J.E. Alexis p.9
Message du Pr6sident Ren6 Pr6val p.17
Le President Prival et des importateurs du secteur riz AUTRES TITRES
(Photo Georges Dupd) Lettre ouverte au ministre de 1'Education p.12

LIBRE PENSEE
Seuil de reaction p.14
INSERTION
Lettre de Rudolph Boulos A RSF p.16
























Available from Commercial News Providers"
............. .. ... ........ .....




































et de pa Diaspora et les honored pour

e n'occasion du 8 mars.
JournAe mnterationale de la Femme.



La|| ||I|| UNIBANK
'a .lo.n o...ute ensemble
"alsoFmms r.. eennse.. d....














S... .... ...... .... .....leur courage et leur d6vouement
......l . .. .occasion du 8 mars,
.Journ6e Interationale de la Femme.-





.... .. .... ..... ............................ ... ." lsonse en sem b le "


www.untbankhaltl.com








Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


Jacques E. Alexis est-il victime de sa propre reussite ?


LA BATAILLE POUR 2011 EST OUVERTE


(ALEXIS... suite de la lre page)
Cependant les Gaullistes historiques le lui
firent bien voir. On se mit a multiplier des chausse-
trapes pour le futur pretendant, dont une fameuse
<< affaire Markovic >, avec photomontages a l'appui,
pour essayer de discr6diter le couple Pompidou.
Depuis lors a kt6 popularisee l'expression :
<< en reserve de la republique. >>
La derniere phrase d'Alexis au Snnat semble
nous y renvoyer.


Allure d'un homme
d'Etat ...
Pour tout le monde, Jacques
Edouard Alexis est un aspirant quasi-
naturel aux presidentielles de 2011.
Apris avoir 6t6 le chef du
gouvernement de Rend Preval au
cours de deux mandats prdsidentiels,
il a dji l'allure d'un homme d'Etat.
A la fois aux yeux de ses concitoyens
et des partenaires internationaux.
Cadre universitaire de
formation et de carriere et travailleur
infatigable, le vote du Senat le
surprend entre deux voyages a
l'6tranger pour affaires
gouvernementales, dont le dernier le
ramine de Washington oh il a kt6
la fois au siege de l'OEA, aupris des
institutions de financement


(rencontre avec le nouveau numero
1 du FMI, Dominique Strauss-Khan) et du
gouvernement americain (recu par la Secretaire d'Etat
Condoleezza Rice) negocier le nouveau programme
&conomique realise avec les partenaires internationaux
sous le nom de DSNCRP (Dossier strategique national
pour la croissance et la reduction de la pauvret6).
Tout est fin pret pour le sommet des bailleurs
fixed le 25 de ce mois (la semaine prochaine) dans la
capitale haitienne pour finaliser ce programme dont
Haiti espire 2 milliards de dollars pour commencer.
Declarations du Premier ministre Alexis a son retour
de Washington.

Prot6gez-moi de mes amis ...
Peu auparavant, il representait Haiti a un
sommet historique du Groupe de Rio dans la capitale
dominicaine Santo Domingo (oh a kt6 solutionn6 le


recent diffrrend entre la Colombie et ses deux voisins
le Venezuela et l'Equateur), et au cours duquel Haiti
est devenue officiellement membre de cette importante
association sud-americaine.
Il represente aussi couramment le president
Preval aux sommets de nos voisins de la CARICOM.
L'homme commence a prendre du poil de la
bete au niveau international.
Mais B l'intdrieur, c'est pas aussi facile, c'est


Le PM Alexis et le cabinet ministtriel lors de la stance du 12 avril au Snat


(photo Eugkne Robenson)
meme bigrement complexe. Jacques Edouard Alexis
dirige un gouvernement de coalition. Oh, faut-il
ajouter, les pretendants aux presidentielles de 2011 tout
naturellement se bousculent (sans compter les
nombreux autres a l'exterieur du pouvoir. Tenez au
Senat, par exemple). Or on connait le precepte : mon
Dieu, protegez-moi de mes amis, et quant a mes
ennemisje m'en charge !
Les amis ne vous
frappent pas forc6ment,
mais ils peuvent vous
livrer a vos ennemis.
Par exemple, au
senateur Youri Latortue,
un natif de l'Artibonite
comme Jacques Edouard
Alexis et qui, comme tout


Un < pouvoir de < leadership >>...
Samedi a tk pour Youri Latortue sonjour de
gloire. Toute la presse internationale 6tait suspendue
a ses declarations oh il d6nongait le Premier ministre
sortant comme ayant kt6 une sorte de toutou de Rend
Preval alors que, estime le senateur du parti Latibonit
an Aksyon la constitution donne au Premier ministre
un veritable pouvoir de << leadership. >>


Jacques Edouard Alexis a-t-il kt6 trop
complaisant envers le president
Prival ?
Probablement. Car la face
cache du vote de censure des
senateurs c'est un certain nombre de
frustrations vis-h-vis du
gouvernement Preval-Alexis.
Arrive au pouvoir en mai
2006, le nouveau chef de l'Etat n'a a
cejour procede a aucun remaniement
d'envergure au sein de
1'Administration. Ce sont
pratiquement les memes tetes
arrives avec le gouvernement non
constitutionnel de l'ex-Premier
ministre G6rard Latortue qui
remplissent aujourd'hui encore les
fonctions de d6l6gu6s (ou
repr6sentants officiels de l'ex6cutif
dans les 11 d6partements), de
directeurs g6neraux et
d'ambassadeurs pl6nipotentiaires ou
consuls g6neraux ...


Or le pouvoir est unjeu de << give and take. >>
Cela sous tous les cieux. Les parlementaires (senateurs
et d6putes) ont toujours leurs poches remplies de petits
billets, de nombreuses sollicitations grandes ou petites
de la part de leurs mandants.
L'administration Preval-Alexis semble se
faire un point d'honneur de rester ferm6e a toute
sollicitation.


Les manifestants utilisant une poubelle mttallique gtante comme un belier
pour enfoncer la barridre du Palais (photo www.jjaugustin.com)

le monde le sait, ne peut Culture politique du panier de
pas blairer son co-citadin crabes ...
meme a cent mille lieues Qui plus est, elle est prompte a encourager
la ronde. (ALEXIS / p. 5)


Page 4


AMERIJET TO OPEN FORT LAUDERDALE
CARGO DROP STATION

FORT LAUDERDALE,
FL Amerijet International will open u
a Fort Lauderdale air freight station
on April 2, 2007, announced Pamela
Rollins, Amerijet's VP of Business
Development.
The station is located
adjacent to Amerijet's corporate
headquarters at 2800 South Andrews Avenue.
"We have a lot of customers in Broward, Palm Beach and even
Martin counties that will enjoy the additional convenience of this station,"
Rollins said. "Eventually, we will expand this location to offer ocean services
and delivery of import cargo, to make shipping with us even easier."
Amerijet will accept outbound international air freight at this station,
including general personal and commercial cargo, large or small packages,
barrels, valuable and fragile goods, hazardous material, oversized shipments
and domesticated live animals.
Hours of operation will be 9:00 a.m. to 5:00 p.m. Mondahmgh
Friday and 9:00 a.m. to 1:00 p.m. on Saturday. Amerijet l sport cargo
between this sta i1mily ..punI transfer. For rates
andepecific qe ntact Amerijet's sales
d e p tra m en t a t 8 0 0 5 9 o rs oW n ra c
iii e- sgesg@amerijet.com.
Ae natir al, Inm full-service multi-modal
transportati ndogistics provider offering international scheduled all-cargo
transport via land, sea and air. Ft. Lauderdale, Florida-based Amerijet operates
offices all over the world, serving destinations throughout North, South and
Central America, Mexico, the Caribbean, Europe, Asia and the Middle East.
Amerijet operates its own fleet of Boeing 727-200 aircraft from its primary
hub at Miami International Airport, where it maintains a custom-built 210,000-
square-foot air cargo handling facility, a 96,000-square-foot ramp facility
and a 50,000-square-foot ocean cargo handling facility. For additional
information, visit Amerijet on the web at www.amerijet.com.








Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


La Minustah risque de devenir un instru
(MINUSTAH... suite de la lre page) dans les quartiers populaires et qui terrorisaient les
train mine de rien d'outrepasser les fonctions qu'elle citoyens ...
remplissaitjusqu'ici au niveau de la communaut6 des Enfin les trafiquants de drogue.
citoyens. D6sormais c'est toute la communaut6 des


Les blinds onusiens que l'on c6toyait dans
la rue sans meme plus nous apercevoir de leur
presence, peuvent 8tre en train de
remplir aux yeux du citoyen une
nouvelle fonction, celle d'un instru-
ment de repression.
D'abord appel6s le mardi 8
avril pour la protection de l're du
palais pr6sidentiel, les blinds de la
Minustah ont ensuite commence
l6argir leur champ d'action pour
enserrer la capitale et toute la zone
metropolitaine oh ils patrouillent
l'eil aux aguets et le doigt
constamment sur la gachette.
Dans son message du Availabl
mercredi 9 avril, le president Ren
Pr6val demande a la police nationale
et aux casques bleus des Nations
Unies de mettre fin aux actes de
vandalisme et aux pillages qui ont
6maill les manifestations contre la
vie ch&re de ces derniersjours.
Le problime est que c'est 1
une decision qui met brusquement les
militaires strangers en face-h-face
avec un peuple qui 6tait habitu6
jusqu'ici a les consid6rer au mieux comme une entity
neutre, au pire comme une sorte d'extraterrestre.
Jusqu'ici la Minustah avait pour role de
combattre les groupes marginaux, tels les anciens
militaires ayant repris les armes, puis les gangs r6fugi6s


citoyens qui se sent vis6e puisque les manifestations
contre la vie ch&re impliquent le pays tout entier.


mercial News Pro


Or quand les Haitiens descendent dans les
rues pour crier leurs revendications, il n'est pas facile
de faire la difference entre un pillard (un d6chouqueur)
et un simple manifestant ...
A moins d'avoir l'ceil professionnellement


ment de repression
exerc6.
Or il arrive de plus que les casques bleus
soudain n'op&rent plus en compagnie de la police
nationale.
Depuis ces derniers 6v6nements, chacun va
de son cot6 et c'est la Minustah qui a la haute main
dans le r6tablissement de la s6curit6.
Decision de 1'Etat haitien ou
de l'Onu, nous ne savons. Mais
decision que nous consid6rons pleine
de risques.
Les manifestants s'en sont
bien rendus compte qui affichent
d6sormais une plus grande sympathie
pour la police nationale ...
Tandis que les blinds de la
Minustah ont d6jh 6t6 regus en maints
endroits i coups de pierre.
Or nous parlons de jeunes
vilders" soldats venus de pays lointains sans
aucune affinity culturelle avec nous
autres.
Les Haitiens sont des as dans
l'art d'envoyer des pierres tandis que
ces jeunes militaires strangers
peuvent avoir la gachette sensible
quand ils se croient en danger ...
Un incident irreparable est
vite arrive et lejeudi 10 avril devant
la Marine haltienne (Bizoton)
devenue le campement des soldats sri
lankais on y a 6chapp6 dejustesse. Et cela grace a une
patrouille du corps des SIMO (police nationale) qui
s'est interpose pour calmer les jeunes haitiens en
colere.
(MINUSTAH / p. 6)


LA BATAILLE POUR 2011 EST-ELLE OUVERTE?


(ALEXIS... suite de la page 4)
les rapports sur la corruption (d6put6s ayant r6clam6
47 pneus pour sa seule voiture en une ann6e. Allons
done, on sait que ces pneus disparaissent en un clin
d'eil lors de la fete patronale) ...
Ou encore les enquetes sur la double


Les manifestants paraissant eux-mtmes tout surpri
a ouvrir la barriere (photo Alerte H
nationality. Etc
Alors le Parlement r6pond en ne laissant
jamais respirer le gouvernement. Ce sont des
convocations a n'en plus finir. Jusqu'au vote fatidique
du samedi 12 avril.
Mais ce n'est encore rien. Plus importante
est notre culture politique du panier de crabes. Dis
que l'un essaie de sortir, tous s'accrochent a ses
basques et le raminent en arri&re vers eux.
Quitte a ce que tout le monde y perde ... ou y


disparaisse.
Le president Pr6val a pr6sent6 mercredi (et a
nouveau samedi) un programme pour la relance de la
production agricole qui a 6t6 mis en circulation depuis
deux mois d&jh par le bureau du Premier ministre
Jacques Edouard Alexis creditss aux petits producteurs
S et subvention jusqu'a 50 pour
S cent de l'achat des engrais et
intrants agricoles etc).
..t.. Outre les magasins
J i l communautaires, restaurants
universitaires et autres qui
pourraient b6n6ficier i ce
propos des tonnes de produits
alimentaires offerts
aujourd'hui par les pays
< amis > (Br6sil, Argentine,
Venezuela, France ...), tout
cela figurant dans le
programme d'urgence
annonc6 le vendredi 4 avril par
le Premier ministre apris
l'6clatement des premieres
emeutes dans la ville des
Cayes (190 km au sud de la
capitale).
s d 'avoir reussi
afti)
N'avoir pas les moyens de sa
politique ...
Mais ses declarations n'ont pas eu l'6cho
escompt6. Pourquoi ? La population ne croit pas dans
les promesses du chef du gouvernement parce qu'elles
n'ontjamais 6t6 suivies d'effet.
Et jusqu'i la veille des 6meutes, le cheque
pour un d6caissement de 400 millions de gourdes
annonc6 par Alexis n'6tait toujours pas enti&rement
approuv6.


Le Premier ministre n'avait pas les moyens
de sa politique ?
Ou au contraire avait-il tellement peur de
commettre le moindre faux-pas pouvant nuire a ses
ambitions futures ?
Peut-etre les deux.
En tout cas, une certitude : les tombeurs
d'Alexis, quels qu'ils soient, ne pourront surement pas
faire mieux.
Georges Pompidou ne faisait pas peur quand
le g6n6ral de Gaule le prit comme assistant pendant sa
traverse du desert.
Ce dipl6m6 de Normal Sup, agr6g6 s lettres
et directeur des banques Rothschild n'avait rien
semblant le destiner a une grande carri&re politique.
Mais dou6 d'une intelligence fine, il avait su
6galement s'entourer dejeunes gens qui lui resteront
loyaux jusqu'apris sa mort. L'un d'eux s'appelait
Jacques Chirac.

Le seul crime d'Alexis ...
En conclusion, etre en reserve de la
republique c'est pas facile a porter. Et c'est sans doute
le seul crime d'Alexis. Rien qu'i voir l'embarras qui
caracterise la lettre d'interpellation des 16 s6nateurs.
A propos de ces derniers, on dit qu'il a fallu les
chambrer tous ensemble la veille du samedi 12 avril.
Leur servir le meme repas, les faire assister d'un meme
m6decin de peur que l'un d'eux ne fasse faux-bond
pour cause de maladie ou d'avoir attrap6 un
quelconque microbe diarrh6ique.
Haiti est unejungle politique peu commune.
Oh la r6publique se prend plus facilement d'assaut (a
la hussarde comme le samedi 12 avril 2008 par
exemple) qu'en 6tant en reserve et quelque brillante
soit-elle ...

Marcus, 13 Avril 2008


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


ICoat pourS


Hati
Etats Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


I .c ** pou


Gdes 260.00
_US $ 40.00
US $ 42.00
US $ 70.00
US $ 70.00


Gdes 520.00
US $ 78.00
US $ 80.00
US $ 135.00
US $ 135.00


Dans le cas d'un abonnement
avec Iivraison, le coOt est le double.
Pri6re de sp6cifier si vous 6tes
un nouvel abonn6
ou s'il s'agit d'un renouvellement


Nouveau

LIi


Renouvellement

W1


Page 5


Nom
Adresse


I








Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


VOTE DE CENSURE OU LYNCHAGE ?

Une interpellation cousue de fil blanc


(INTERPELLATION ... suite de la l1re page)
<< cohabitation >.
Mais cela pas avant des elections.
En effet, dans les cas oh le gouvernement se
montre incapable de gerer la situation, la constitution
francaise prevoit l'organisation d'elections l gislatives.
Si c'est opposition qui les gagne, le president de la
republique doit choisir le nouveau chef du
gouvernement dans l'opposition, et le gouvernement
ainsi de suite.
C'est lM un proc6de de loin plus d6mocratique
(puisque s'appuyant sur le choix
des citoyens) que ce que nous
avons v6cu samedi au Parlement
haltien.
Qu'est-ce qu'on a vu
samedi ?
On a vu un Senat
s'arrogeant un pouvoir total (avec
un grand T). Et pourtant tout a fait
constitutionnel dans la forme.
Dans la nuit du mercredi
9 avril, apris deuxjours de mani-
festations marquees de violences Availab Il
la capitale, et plus d'une semaine
a travers le pays, le president de la
republique prononce un message
qui ne satisfait pas la population.
Lynchage politique
ou constitutionnel ?...


Le meme soir un groupe de s6nateurs se r6unit
en un lieu inconnu et prenant acte de la reaction
populaire, adopte une resolution appelant a la d6mission
du Premier ministre ministre.
Dans le cas contraire, celui-ci est invite a se
presenter samedi 12 avril, a 11 heures a.m., au
Parlement oh il lui sera coll6 un vote de non confiance
... sans aucune autre forme de proces.
Ce qui fut dit fut fait. Le Premier ministre
Jacques Edouard Alexis est arrive samedi a l'heure dite
au Parlement, accompagn6 de tout le cabinet minist6riel,


'Copyrighted Materi

SSynd icated Content
e from Commercial News F


pour entendre une majority de 16 s6nateurs sur 17
presents, lui notifier son renvoi sans discussion.
Le chef du gouvernement, comme annonc6,
n'a pu prononcer un mot pour sa defense.
Lui-meme avait d6jh choisi de ne rien dire,
sachant que la cause 6tait perdue d'avance.
Il est difficile de trouver un mot autre ici que
celui de lynchage. Maintenant, reste a savoir s'il faut
dire lynchage politique ou constitutionnel ?
ExCcutif totalement d6sarmc ...
Car tout s'est d!roul6
en accord avec la constitution
haltienne de 1987.
Du moins, si l'on en
croit le president de la
I rpublique lui-meme. En effet,
SIinterrog6lors d'une conference
al de presse qui se deroulait
exactement au meme moment
au Palais national au sujet de
cette interpellation pas comme
les autres, Reni Prival a
Providers" r pondu qu'apris avoir lu la
lettre d'interpellation, il trouve
celle-ci totalement << injuste >
et que le gouvernement
(dssormais) sortant a fait tout
ce qui est possible pour re-
dresser la situation, rappelant
(INTERPELLATION / p. 8)


La Minustah risque de devenir un instrument de repression


(MINUSTAH... suite de la page 5)
Le president Preval a-t-il donned l'ordre aux
forces de s6curit6 d'agir de cette facon, nous ne savons.
Y a-t-il une cellule de crise conjointe (comme
cela devrait etre le cas) comprenant des responsables
haltiens et onusiens ...
Ou bien chaque force prend-elle ses decisions
de son c6ot et a sa facon ?
Allez savoir.
On dirait que ces manifestations ont
d6clench6 une sorte d'instinct de repression dont
personne ne realise tout a faitjusqu'oh cela risque de
nous conduire. A cause justement que personne ne
semble en assumer la responsabilit6. Le pouvoir haitien
a-t-il mis en marche quelque chose de trop fort pour
lui ?
Dans ces cas-lk, les premiers perdants ce sont
toujours les liberties citoyennes, les droits
constitutionnels 616mentaires. En l'occurrence la
liberty que la constitution nous donne de nous
rassembler partout librement mais pacifiquement, et
bien str la liberty d'expression ou de crier tout haut
ses revendications envers qui de droit.
On s'est assez battu dans ce pays pour le re-
spect de ces quelques libert6s-la que deux ou troisjours
de manifestations pour protester contre le cout de la
vie et l'absence de creation d'emplois ne sauraient
(et ne devraient) servir de pr6texte pour nous les
enlever.
Il y a un amalgame qui est entretenu autour
de ces 6v6nements qu'on ne saurait trop dire qui en
est a la base ...


II tait evident dis l'apparition des premieres
6meutes aux Cayes (chef-lieu du d6partement du Sud)
que des groupes mafieux (en premier lieu, la drogue)
aient pu infiltrer les manifestants pour tenter de mettre
en mauvaise posture un gouvernement qui a pris posi-
tion contre les activities illicites.
Il est possible que les memes soient en ac-
tion aussi lors de ces journ6es chaudes a la capitale
pour faire monter la tension.
Mais on commence 6galement a sentir que le
pouvoir se sert du meme argument pour faire taire les
revendications.
Cependant si la police haltienne en tant que
natif natal peut faire la difference, I
tel n'est pas le cas du casque bleu


qu'on lache dans la nature pour
mettre fin aux pillages et qui risque
de voir en tout petit rassemblement
d'haitiens un groupe de pillards.
Comme cela semble avoir d6ja 6t6
le cas ces dernieres 48 heures ...
D'autant plus quand la
Minustah n'a pas la faveur dans le
milieu universitaire haltien
traditionnellement orient a gauche.
Soulignons toutefois que
la force internationale utilise
jusqu'i present des balles en ca-
outchouc et du gaz lacrymogine,
alors qu'elle a enregistr6 de son c6t6
1 mort (un soldat nig6rian) et 3
bless6s (des sri lankais).


MIAMIDADM


Grow your career in a rewarding, diverse and
challenging environment full of opportunity.

Find your next job at

www.miamidade.gov/jobs

305-375-JOBS (5627)

or visit our
Employment Customer Care Center
140 West Flagler Street, Suite 105 Miami, Florida
Search online at any Miami-Dade County library, South Florida Workforce
Career Center or Team Metro location.
EOE/M/F/D/Veterans' Preference
heliver/i Ercedcxce Every ady


Pour finir, la question de la 16galit6.
Est-ce que les lois haltiennes autorisent
1'Etat haitien (a moins d'etre un Etat dictatorial ou un
Etat sous une occupation 6trangere) a utiliser une force
arm6e 6trangere a cette fin sur le territoire national ?
Est-ce que le chapitre 7 de la lgislation des
Nations Unies qui preside a l'envoi de la Minustah
autorise une telle utilisation de celle-ci comme instru-
ment de simple police quand la Minustah avait k6t
d6pech6e pour combattre des groupes arms ?
Nous disons aux uns et aux autres : attention !

Melodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Page 6


NOTE DE PRESSE DE FANMI LAVALAS
Yon sil randevou: randevou bb tab la
Bwat Postal: 15603
Petion-ville, Haiti
Email: fanmilavalas@yahoo.com
Telefbn: 3 846-7511; 3 730-8535; 3 902-2898
Pbtoprens, 10 Avril 2008
NOT POU LAPRES #2
Oganizasyon Politik Fanmi Lavalas prezante kondoleans li bay fanmi
moun ki mouri yo pandan jounen manifestasyon kont grangou ak
lavichi nan Pbtoprens ak nan dives vil provens yo. Li voye senpati li
tou bay tout moun, enstitisyon, bganizasyon ak sekte komes la ki sibi
pit.
Fanmi Lavalas regret anpil deklarasyon Prezidan Preval pa rive pote
apizman nou te swete a nan popilasyon an. Fanmi Lavalas pwopoze
pou otorite yo kreye yon selil kriz ki gen yen pou misyon: 1) mete
strikti pou reyalize prese prese entivansyon pou peyi a soti nan sa I
ye la, 2) kenbe yon kominikasyon sere ak popilasyon an pou pemet li
swiv aksyon politik ak sosyal kap fit pou rezoud pwoblem ijans la.
Pandan lap kondane yon lbt fwa ankb vyolans, Fanmi Lavalas rekonit
leve kanpe kont grangou ak lavichi a rive fD sosyete w klW sou
sitirasyon lamiz6 kap frape popilasyon an. Sepandan Fanmi Lavalas
kwe sitirasyon sa a ka pote pi plis destabilizasyon nan peyi a, kote
tout sekte nan sosyete ka viktim pi plis toujou.
Fanmi Lavalas di popilasyon an ATANSYON! ATANSYON! ak
politisyen kap sevi ak kalamite sa a ki tonbe sou tit popilasyon an
pou yo f6 kapital politik yo.
Fanmi Lavalas kwe inisyativ gwoup senate yo ka mennen dezod,
ogmante kriz la epi f6 grangou vinn pi rid nan peyi a.
Fanmi Lavalas pa pou chanjman moun; li vle yon vre chanjman
politik.
Fanmi Lavalas deklare lap kontinye akonpaye popilasyon nan lit
pasifik lap mennen pou lavi miyb tabli nan peyi Dayiti pou tout moun.
Dr Maryse Narcisse
Coordonatrice du Comite Exdcutif
de 1 'Organisation Politique Fanmi Lavalas


I







Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


LETTRE D'INTERPELLATION ADRESSEE
PAR LE SENAT AU PM ALEXIS


Port-au-Prince le 9 avril
2008
Monsieur Jacques Edouard
ALEXIS
Premier Ministre
En ses bureaux
Monsieur le Premier
Ministre,
Pour des raisons que nous
ignorons et que nous avons du mal
a comprendre, le Pr6sident de la
R6publique n'a pas r6pondu
directement et imm6diatement aux
revendications et aux attentes
l6gitimes du peuple haitien, ni a
l'urgence sociale a laquelle il est
confront. L'approche du Pr6sident
pour int6ressante qu'elle soit pour
le moyen et le long termes renvoie
aux calendes grecques les solutions
imm6diates que tout le monde
attendait. Le Pr6sident n' a pas non
plus appuy6 votre programme
contre la vie chore pr6sent6 devant
le S6nat de la R6publique en fWvrier
2008. Trop peu, trop ard, c'est le
sentiment que suscitent vos propo-
sitions.
La gestion calamiteuse des
turbulences sociales de ces derniers
jours impose des mesures fortes
pour redonner confiance au peuple
dans ses dirigeants. I1 est evident
que les haitiennes et les haitiens ne
croient plus en la capacity de
1' quipe gouvernementale que vous
dirigez a prendre les decisions
courageuses pour le soulagement
de leur misere au quotidien. Une
large portion de nos compatriotes
a faim et nous l'a fait savoir en le
criant haut et fort dans les rues de
nos villes et de nos villages.
Nous, les Olus du peuple qui
sommes constamment a son 6coute
et avons des comptes a lui rendre,


croyons fermement qu'il est ur-
gent, imp6ratif de mener une au-
tre politique et de mettre en place
une nouvelle 6quipe pour la
conduire. II vous incombe done
de faire le geste courageux et
patriotique que requiert la
conjoncture.
Au nom de nos mandants
qui sont aujourd'hui dans les
rues, au nom de l'int6ret de la
collectivit6 et pour preserver la
stability politique et l'avenir de
notre patrie commune, nous
vous demandons solennellement
de presenter dans les vingt
quatre (24) heures la d6mission
de votre gouvernement. Dans le
cas contaire, les Senateurs
signataires se verront dans la
p6nible obligation de vous
interpeller pour vous donner un
vote de censure.
Comptant sur votre sens
de 1'Etat et du devoir, nous vous
prions d'agreer, Monsieur le
Premier Ministre, nos saluta-
tions patriotiques.
Suivent les signatures des Hon-
orables Senateurs:
Prinoms et Noms
Edmonde Beauzile
Evelyne Charon
Youri Latortue
Frangois Fouchard Bergromme
Eddy Bastien
Rudy Heriveaux
EvalliPre Beauplan
Andris Riche
Mdlius Hyppolite
Ricard Pierre
Joseph Pierre Louis
Rudolph Joasil
Carlos Lebon
Judnel Jean
Michel Clerid
Gabriel Fortund


Discours du Premier Ministre
Jacques-Edouard Alexis
lors de la seance d'interpellation
au Senat de la Republique


12 avril 2008
Monsieur le Pr6sident du S6nat de
la R6publique
Messieurs les Membres du Bureau,
Honorables S6nateurs,
En vertu des articles 129-
2 et 129-3d de la Constitution, vous
avez d6cid6 hier 11 avril 2008, via
une lettre sign6e de votre Pr6sident
K6ly C. Bastien, de m'interpeller,
je cite, << sur les 6v6nements qui se
sont produits dans le pays au cours
des huit derniers jours et sur
l'incapacit6 de votre gouvemement
ajuguler la crise >.
Je suis done aujourd'hui
devant vous pour r6pondre a cette
interpellation et vous presenter
succinctement ma position.

Monsieur le Pr6sident,
Les seize s6nateurs
auxquels la lettre mentionn6e plus
haut fait r6f6rence m'ont fait
parvenir avant-hier une sommation
de d6mission dans les vingt quatre
heures. Vous avez sans doute
constat6 que cet ultimatum a laiss6
le Premier Ministre de marbre car
autant il est partisan du respect
scrupuleux des prescrits
constitutionnels et l1gaux, autant il
trouve pour le moins irrecevable et
contre-productif ce type d'adresse
au sommet de l'Etat qui est en
complete opposition avec les vertus
de la d6mocratie haitienne
naissante.
Honorablaesi~atiients d'une
gravity exceptionnelle se sont


effectivement d6roul6s durant
cette derniere semaine.
L'envergure des violences qui
ont fracture notre soci6t6 en
cette occasion m'avait conduit
mercredi dernier, a la faveur
d'un entretien avec le Chef de
l'Etat, a lui proposer
d'envisager toutes les mesures
de redressement possibles y
compris le renvoi de l'actuel
gouvernement. Vous le voyez,
j'avais bien compris l'ampleur
de la crise et il m'6tait apparu
n6cessaire de laisser ouvertes
toutes les options. Car
l'essentiel, a mes yeux et de
l'avis du Pr6sident, 6tait le
retour imm6diat B la normality.
Honorables S6nateurs,
En acceptant la haute
charge que m'avait confine Son
Excellence Ren6 Pr6val de
diriger le gouvernement, je ne
nourrissais aucune illusion
quant a l'adversit6 implacable
dont l'action gouvernementale
allait etre l'objet. D'une part,
j'6tais conscient que de
puissants secteurs 6taient
disposes ou allaient continuer a
empecher, par tous les moyens,
l'instauration en Haiti d'une
soci6t6 r6gie par les principes
d'inclusion, d'6quit6 et de non
impunity. De l'autre, j'avais
l'intime conviction que le
caractere an6mique des
ressources du Tr6sor public
(meme bien g6r6es et fortement
augment6es) joint a l'immensit6
de la crise de d6structuration de
l'6conomie haitienne aurait
(DISCOURS / p. 9)


L'EVENEMENT


Page 7


U


Eske pye fikis


w yo vin tou


jon oswa ap


pedi feyyo ?



Genyen yon noubo danje

kap menase pye fikis Sid

Florid yo, men tretman

ki komanse byen bone fe

yon diferans.


Nan denye mwa sa yo, yon bon


kantite pye fikis te


enfekte pa


mouch blanch yo, yon espes
mouch blanch ki nouvo nan peyi
Lezetazini. Li fe pye fikis yo vin tou

jbn epi pedi fey yo.

Cheche konnen kouman

pou idantifye pwoblem la

epi trete pye fikis w yo:

Rele 3-1-1 oswa klike

miamidade.gov/csd

Si w trete pwoblem sa-a mal li
gen dwa tiye lot ensek ki bon pou
jaden yo. Si w bay yon konpayi
okipe gazon an, asire ke li genyen
pemi pou sevi ak ensektisid epi
li swiv tretman ki rekbmande
pou vemin jaden sa-a menm.
Pou jwenn esplikasyon sou kalite
tretman sa-a, vizite sitweb nou an
oswa kontakte Biwo Sevis Agrikl :
Miami-Dade County/University of
Florida Extension Service nan


305-248-3311.


3-1-1








Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


Une interpellation cousue de fil blanc


(INTERPELLATION ... suite de la page 6)
qu'i son arrive en juin 2006, le pays 6tait encore
partag6 en zones de non droit. Ensuite il a fallu
beaucoup d'efforts pour renforcer les institutions.
Et c'est en ce moment qu'on peut enfin
s'attaquer a la phase de la relance de la production
nationale. Etc.
Cependant le president de la republique n'a
pu s'empecher de paraitre totalement desarme devant
la demarche du Senat. Et dont a aucun moment
d'ailleurs il n'a contest la forme, a propos de laquelle
il n'a soulev6 le moindre soupcon
d'inconstitutionnalit&.
Nous sommes done loin des conditions fixees
par la constitution de la Ve Republique frangaise pour
le changement de gouvernement d'une majority a une
autre.
Chez nous c'est lajustice expeditive, aucun
droit de reponse,jan pase Ipase .
Mais un lynchage legal !
Cependant qu'en est-il du principe de la
separation des pouvoirs quand le Premier ministre peut
etre renvoye sur la base de purs expedients (lire la lettre
d'interpellation ci-contre), sans motifs precis, sans une
accusation fondue. Et quand le chef de 1'Etat, le chef
du pouvoir Executif, s'avoue de son c6te aussi im-
puissant, totalement vaincu. Le roi est vraiment nu.
A moins qu'il y ait anguille sous roche ...

< Subvention des importations >>...
Or pour certains, M. Preval n'a pas fait
suffisamment pour d6fendre son Premier ministre. Du
moins pas en public.
On fait remarquer, par exemple, que le
president a attendu la derniere minute (alors que
Jacques Edouard Alexis 6tait deja arrive au Parlement)
pour annoncer publiquement la decision de faire
baisser le prix du riz (le sac passant de 51 dollars a 43
dollars), cela grace a un accord trouv6 avec les
importateurs selon lequel ces derniers acceptent de
perdre 3 dollars par sac et le gouvernement 5 dollars
(finances soit par la detaxation, soit par les donneurs
internationaux).
Ce qui 6quivaut a la mrme << subvention des
importations>> que le president Preval se refusait a
accepter dans son message prononce deux jours
auparavant.
Si cette decision avait 6et announce par le
president dans son discours du mercredi (9 avril 2008)
ou un peu plus tard, elle aurait pu servir au Premier
ministre pour sa defense. Etant donned que la lettre
d'interpellation lui reproche en substance d'etre
responsable des 6meutes et que la baisse annoncee des
prix des denrees alimentaires est precisement la
reponse que les manifestants exigeaient.
Les gens des lors n'ont done plus aucun
pretexte a descendre dans les rues.
Sans un Premier ministre ...
Les memes suggerent que Rend Preval peut
bien souhaiter passer un temps sans un Premier
ministre. Ce fut dejh le cas lors de son premier mandat
(1996-2001) quand il eut maille a partir avec la
majority parlementaire dominee par l'opposition.
Le Premier ministre renvoye doit passer un
certain temps a exp6dier les affaires courantes. Mais
en cas d'empechement ou de prolongation de ce delai,


le chef de l'Etat joue pratiquement aussi le role de
chef du gouvernement.
C'est une autre difference haltienne par rap-
port a la constitution frangaise.
Cependant c'6tait a l'epoque un autre Rend
Preval. De plus lors il avait une solide base populaire,
les fanatiques Lavalas de Jean Bertrand Aristide qui
attendait dans les cordes pour revenir au Palais na-
tional et qui partant, veillait que le pouvoir ne s'6gare
en d'autres mains.
Or aujourd'hui non seulement le president
Preval est flanque d'un gouvernement compose de
membres de son ancienne opposition, mais c'est
6galement celle-ci qui est a la base (politiquement
parlant) du depart du Premier ministre Jacques
Edouard Alexis.
Victoire de Youri Latortue ...
Les senateurs qui viennent de blackbouler
Alexis appartiennent en majority a la Fusion et 1'OPL
(mais aussi au RDNP de Manigat ainsi qu'au parti du
pire ennemi d'Alexis, le senateur Youri Latortue, natif
comme lui des Gonalves (Artibonite, nord) et fer de
lance de la contestation anti-gouvernementale au
Senat).
Youri Latortue triomphait devant les cameras
de la presse etrangere samedi apris la sortie precipitee
du chef du gouvernement du Parlement.
I1 fixait a haute voix ses conditions pour le
choix du prochain Premier ministre : celui-ci a besoin
d'un certain leadership pour s'opposer si necessaire
au chef de 1' Etat.
Ce dont en effet on ne peut accuser Jacques
Edouard Alexis.
Cadre universitaire de formation et de carrier
et travailleur infatigable, d'aucuns le surnomment bull-
dozer, Alexis ajoue pour Rend Preval pendant ses deux
mandats presidentiels le role de bouclier, en un mot d'un
brillant lieutenant mais qui merite le grade de g6enral.
Meme avec des ambitions personnelles devenant de plus
en plus perceptibles et qui sont peut-etre la vraie raison
de sa mise Il'ecart aujourd'hui du pouvoir.
Mais a moins que M. Preval ne soit en
transfert de milieu politique comme on dit en transfert
de classe, on ne voit pas ce qu'il aurait a gagner a
sacrifier volontairement son Premier ministre qui ne


saurait lui faire personnellement de l'ombre puisque
l'actuelle constitution haltienne ne permet pas plus de
deux mandats presidentiels !

Cern6 de toutes parts ...
Qui plus est, le president parait actuellement
cerne de toutes parts. 1) II fait face a une majority
senatoriale que ce dernier evenement ne peut que
enhardir davantage. 2) I1ne peut rester trop longtemps
sans un chef du gouvernement (comme autrefois) 6tant
donned les elections senatoriales qui devraient avoir lieu
sous peu pour le renouvellement du tiers du senat et
que desormais il va lui falloir se battre deux ou trois
fois plus s'il veut en profiter pour avoir quelques allies
suppl6mentaires au grand corps. 3) I1 se dit que les
partis de l'ancienne opposition veulent desormais la
formation d'un veritable gouvernement de coalition
et non un gouvernement pluriel comme celui qui vient
d'etre renvoye. Un veritable gouvernement de coali-
tion signifie aux yeux de ces partis leur participation a
toute demarche de l'Executif, pour commencer aussi
bien a la nomination du nouveau Premier ministre qu'i
la mise au point du nouveau programme de
gouvernement.
Mais il reste un dernier acteur, c'est
l'electorat. La constitution de 1987 permet tous ces
chamboulements politiques (de plus qui peuvent avoir
une influence profonde sur l'avenir politique du pays
a court comme a long terme) sans se soucier de
connaitre l'avis des citoyens.
Et l'on nous parle d'une constitution
democratique Alors que la decision senatoriale de
samedi montre qu'elle peut 8tre facilement d6tournee
(ou contournee) a l'aide de n'importe quelle argutie
ou argument fallacieux (reference la lettre
d'interpellation publiee dans ce numero) a partir du
moment qu'il existe une certaine complicity
(evidemment toujours inavouable) entre 1'Executif et
le Legislatif ...
Mais la sanction electorale viendra t6t ou tard.
A moins qu'entre-temps ce soit la d6mocratie elle-
meme qui tombe victime des memes magouilles.
Haiti en Marche,
12Avril2008


Sske W Peye Enpo LokatifW!

Pwopriyete w se youn nan byen w yo ki gen val6; Biwo P6sept6 Konte Miami-Dade la vie ede w
konprann konsekans ki kap rive si w pa peye enpo lokatif (taks kay)w yo.

Tanpri byen konprann ke si w pa peye enpo lokatif w yo sa va rezon pou yo mete yon restriksy-
on/ipot6k sou pwopriyete w la epi sa ki pi r6d se enter ak fr6 ki pral ajoute sou b6dwo enpo
lokatif w an.

SEnpo Imobilye yo konsidere pa peye jou lye avril.
*Si enpo w yo rete san peye jou lye Jen, yo va vann enpo w yo nan yon vant ozanch6 an
f6m yon s6tifika taks epi yon dosye ipot6k va etabli sou pwopriyete w la.
SL6 yo vann yon s6tifika sou pwopriyete w la, acht6 s6tifika a peye taks w dwe yo epi li
jwenn enter sou yo ke w menm w pral gen pou w peye anplis taks w deja dwe yo.
*Si taks w yo rete san peye pandan yon pery6d de dezan apre ke yon s6tifika fin bay sou
pwopriyete w la, w kapab p6di pwopriyete w la.
Tanpri sonje, si w se m6t yon pwopriyete kounyeya, se responsabilite w pou asire ke enpo
lokatif w yo peye.

Pou evite yo ajoute 16t fr6 ak enter diplis, epi pou evite risk ke w ka p6di pwopriyete w la, Biwo
Pisept6 Konte Miami-Dade vie raple w ke p6man yo f6t pou nan biwo-a pa pita ke 31 me 2008.
P6man ki f6t pa laps yo f6t pou peye av6k "cashier's check" oubyen "money order".

Ou ka vini peye tou nan youn nan lokal sa yo:


Miami-Dade Flagler Building
140 West Flagler Street- Sal 101
Miami, Florid 33130


South Dade Government Center
ou 10710 SW 211th Street Sal 104
Miami, Florid 33189


Pou akomode w, tou de biwo nou yo pral ouv6 samdi 31 me 2008, de 86 dimaten jiska 36 lapremidi.
Nou kapab tcheke sou ent6n6t la sou www.miamidade.gov oswa rele 305-270-4916 pou plis enf6masyon.


Page 8








Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


Note de Presse des Associations du Secteur Prive


(SECTEUR PRIVE...
suite de la page 2)
pris acte de l'appel lanc6 par le chef de
l'6tat dans son allocution du 9 avril, se
declare pret a travailler de concert avec
l'ex6cutif, les autres pouvoirs publics,
les acteurs sociaux, la communaut6
internationale afin d'6laborer ensemble
un plan portant sur le court, moyen et
long terme pour une amelioration du
pouvoir d'achat, la creation d'emplois
et la relance de l'6conomie.
Les Associations tant
informelles que formelles du Secteur


Priv6 demandent instamment aux
autorit6s en place de faire face a leur
devoir et de garantir l'ordre public et la
protection des vies et des biens pour
permettre la reprise normale des
activities commerciales et industrielles.
Port-au-Prince le 10 Avril 2008
Pour le Secteur Priv6
Jean-RobertArgant
President de la Chambre de
Commerce et d'Industrie d'Haiti
(CCIH)


Associations signataires :
Association des Commergants du
Secteur Informel (ACSI)
Association des Assureurs d'Haiti
(AAH)
Association des Hopitaux Prives d'Haiti
(AHPH)
Association Touristique d'Haiti (ATH)
Association des Industries d'Haiti
(ADIH)-
Association Nationale des Importateurs
de Produits Petroliers (ANADIPP)-
Association Nie. des Importateurs de


Page 9


Produits Pharmaceutiques (ANIDPP)
Association Haitienne pour le
developpement des PIC (AHTIC)
Association Nationale des Exportateurs
de Mangues (ANEM)
Chambre de Commerce des Gonaives
(CCIG)
Chambre de Commerce d'Industrie et
des Professions du S.E (CCIPSEH)
Chambre de Commerce et d'Industrie
des Nippes (CCIP NIPPES)
Initiative de la Societe Civile (ISC)
Fondation Nouvelle Haiti (FNH)


Lettre a Monsieur Jacques Edouard Alexis


Monsieur le Premier Ministre,


Le couperet est tomb6 comme
il fallait s'y attendre. Le d6cor 6tait
plant et la << finesse > de la mise en
scene de l'acte qui devait se jouer ne
laissait augurer aucun autre
denouement. On a voulu vous faire
passer comme le principal responsable
de tous nos malheurs. II fallait bien un
bouc 6missaire pour porter le lourd
fardeau d'un 6chec collectif pernicieux
si gravement accentu6 par l'incurie et
l'irresponsabilit6 de certains de nos
dirigeants et de beaucoup de citoyens
de la soci6t6. Une situation end6mique


(... suite de la page 7)
laiss6 tris peu de marge de manoeuvre
au gouvernement dans sa capacity a
r6pondre imm6diatement et sur
l'ensemble du territoire, aux attentes
de la population. En int6grant ces deux
paramitres, le Conseil des Ministres
et le Parlement se sont entendus sur
un certain nombre de priorit6s qui ont
fait l'objet de programmes et de
projets aux cours des vingt deux (22)
mois d'exercice du gouvernement et
pour lesquels je suis encore une fois
ravi de presenter les r6sultats positifs
et saillants :
L'am6lioration remarquable du
climat de s6curit6, notamment a
Port-au-Prince et aux Gonaives ;
Le renforcement des capacit6s
financieres de l'Etat a effectuer les
bonnes d6penses tant dans le social
que dans l'6conomique;
L'assainissement des Finances
Publiques ;
Les premieres retomb6es de la lutte
contre la corruption, la contrebande
et l'impunit6 ;
La stabilisation macro6conomique ;
La participation d'Haiti a l'initiative
d'alligement de la dette ext6rieure
pour un montant de 1,3 milliards de
dollars am6ricains ;
La formulation d'une Strat6gie
nationale pour la croissance et la
reduction de la pauvret6 qui sp6cifie
les priorities de d6veloppement pour
les trois ann6es a venir ;
L'am6lioration des infrastructures
6conomiques et sociales : ponts,
routes, centrales l6ectriques, canaux
d'irrigation, centres de sante,
6coles ;
La preparation d'un agenda lgislatif
consistant;
La stability politique ;
L'organisation des elections
parlementaires et locales ;
Le renforcement de la cr6dibilit6 de
notre pays au niveau international.

Honorables S6nateurs,

Les demandes r6p6t6es de mesures
rapides et concretes pour apporter des
r6ponses imm6diates au problime de
la vie chore ont k6t analyses sous
toutes les coutures au plus haut
sommet de l'ex6cutif. Un programme
gouvernemental pour faire face a la
hausse du couit de la vie finance 6
meme le Tr6sor public vient de
d6marrer. I1 s'enrichit au fur et a


d'instabilit6 r6currente, liee a une
conjoncture mondiale particulierement
difficile dont on ne saurait vous rendre
responsable, ont servi de pretexte pour
assouvir des int6r&ts inavou6s de
certains politiciens retors et les
ambitions de quelques forces obscures
dont l'agenda ne repose que sur le d6sir
de controler effectivement le pays.
D'aucuns n'ont pas compris le
sens, nile bien fond6 de votre initiative
de vous rendre au sein d'un c6nacle qui
vous 6tait complitement hostile et ot la
sentence avait k6t pr6alablement
d6cid6e, clam6e partout comme un
ultimatum, sans reserve du droit


mesure de diff6rents affluents de
solidarity venant du monde des
affaires, de la communaut6
internationale, de la diaspora, de la
fonction publique, du secteur
religieux. I1 comporte des mesures
diverses touchant a la fois la solidarity
immediate a apporter aux plus faibles
et aux zones les plus fragiles, la
creation d'emplois, le d6veloppement
de micro-entreprises, la relance de la
production agricole.

Nous n'avons pas craint, Honorables
S6nateurs, de donner dis le depart
l'heure juste sur les causes de la vie
chore en Haiti et sur les options qui
s'offrent au gouvernement. Et tout en
r6it6rant ici notre plein endossement
du droit inalienable de nos
concitoyens et concitoyennes a
revendiquer et a manifester, nous
d6plorons le fait que les r6centes
expressions de violence aient abouti
a la devastation du patrimoine du pays
deja lourdement affect par la
pr6carit6 des ressources disponibles.
Ces destructions, cela a 6td d6montr6,
sont a attribuer a des casseurs anim6s
par d'autres motivations que celles de
la tris large majority des manifestants,
effectivement aux prises avec les
rigueurs de la faim et de la pauvret6
extreme. Fort heureusement, la PNH
et la MINUSTAH ont mobilis6 toutes
leurs energies et tous leurs moyens
pour aider au r6tablissement de l'ordre
dans la cit6.


Pip Ayisyen,

Onorab Senate, mwen anpe
avik konsyans mwen. Mwen seten
mwen te travay ansanm ak tout ekip
gouvinman m nan pou mete baz solid
pou yon lbt sosyete nan peyi a, yon
sosyete kote firamezi tout moun ka
jwenn chans yo, yon sosyete ki
firamezi ap ede tout moun konprann
dwa yo ak devwa yo, yon sosyete kote
firamezi lalwa ranpbte laviktwa sou
koripsyon, sou kontrebann, ak sou
tout lbt vye trafik.
Pip la konnen batay la, se
yon batay ki gen pou 1 dire. Mwen vle
f6 pip la konnen tou mwen menm,
mwen pap lage 1 nan wout.
Onorab senate, mwen pa
swete pran lapawbl ankb. Nou mit
pran responsablite nou.


616mentaire reconnu a tout citoyen de
se d6fendre face a des accusations
port6es a son endroit. Triste constat de
comportement d'un corps aussi
prestigieux que le S6nat de la
R6publique. Cette injonction qui vous a
k6t faite de vous d6mettre,
p6remptoirement, de votre poste de chef
du gouvernement, avait un caractere
inopportun et humiliant, s'apparentant
davantage a du chantage, indigne de
parlementaires ayant pour mission la
rechercher de mesures ad6quates au
b6n6fice de la Nation. Votre intervention
lors de la stance a eu le m6rite de faire
le point et de souligner cet impair. Nul
ne saurait contester le droit des
parlementaires d'interpeller le Premier
Ministre, nous pensons meme que le
moment 6tait appropri6 et que certaines
corrections auraient pu etre envisagees,
tenant compte de la crise actuelle
cependant, nul ne pourrait approuver ces
proc6d6s hors normes et pour le moins
cavaliers.
Pour ma part, j'ai compris et
approuv6 cette p6nible decision
d'affronter vos d6tracteurs, parce qu'elle
6mane de l'6cole de la vertu et du devoir
dontje m'applique toujours a observer


les principes, meme dans les
circonstances les plus p6nibles. Ainsije
reconnais votre male courage bas6 sur
des valeurs morales et 6thiques qui
poussent tous citoyen honnetejusqu'au
dernier retranchement de l'engagement
consenti sans jamais faillir, meme au
risque de tout perdre. Ces types
d'hommes gardent toujours l'6chine
bien droite et portent les principes en
6tendard.
Vous m6ritez bien de la Patrie,
malgr6 certaines erreurs inh6rentes a
toute ceuvre humaine et l'6quipe qui
vous a accompagn6 durant cette
experience, en grande partie, n'en m6rite
pas moins, tenant compte des
contraintes existantes.
Monsieur le premier ministre,
reposez-vous, pour un temps, des milles
souffrances et ennuis endures pour la
concretisation d'un reve qui vous est
cher, celui d'une Haiti r6g6ner6e.
A celui ou a celle qui aura la
lourde responsabilit6 de vous succ6der,
je souhaite du courage et de la r6ussite.


Robert Paret
paretrobert @ yahoo.fr


L'EVENEMENT


Discours du Premier Ministre

Jacques-Edouard Alexis








Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


LA FAIM DU MONDE


Ils n'ont qu'a manger de 1'ethanol!


Cela fait maintenant des mois que les
millionnaires de Wall Street se lamentent sur les pertes
occasionndes par leurs investissements ridiculement
surevalues. Pourtant, ces mOmesfans
du libre-echange n'ont pas la
moindre idee de I 'ampleur de la crise
a laquelle sont confrontees les
veritables victimes du krach boursier,
qu'ils ont cred avec tant
d'enthousiasme. S
Pour les trois milliards de
personnes qui survivent avec moins
de deux dollars par jour [1,27 C], la
spirale montante des prix mondiaux
des denr6es alimentaires a signifi6 la
lutte pour le droit humain le plus
essentiel le droit de manger. Le riz,
le pain et les tortillas constituent la
nourriture de base pour cette moiti6
de la population mondiale. Selon les
chiffres de I'ONU, en 2007, le prix
des c6r6ales a augment de 42% et
celui des produits laitiers de 80%. Et
l'inflation sur les denr6es
alimentaires s'est [encore] acc616r6e
ces derniers mois.
Ainsi que l'Observer l'avait
not6 le 6 avril, "La p6nurie mondiale
de riz, qui a vu les prix de l'un des .
aliments de base le plus important au
monde augmenter de 50% au cours
des deux seules dernieres semaines, Les maniJ
est en train de d6clencher une crise ve


internationale". [En effet], ces dernieres semaines, la
famine de masse a engendr6 des 6meutes violentes au
Burkina Faso, au Cameroun, en Egypte, en Indon6sie,


festants descendant de Bizoton-Martissant-Carrefour (ban
rs la capitale le mercredi 9 avril (photo Eugene Robenso


Cargo General

Barils J A
M D U /ELLE IAD'rESSE
Produits p6rissables

Effets personnels

Produits explosifs

Toutes dimensions de mat6riels

POUR VOS RESERVATIONS DE CARGO, APPELEZ


1-8 00 -927-6059 ACE SSE
ou envoyez nous un e-mail: sale@am coi m


Par Sharon Smith(CounterPunch, public le 12 avril 2008
article original : "Let Them Eat Ethanol! (11/04/08)


Page 10


en C6te d'Ivoire, en Mauritanie, au Mozambique, au
S6n6gal et en Haiti.
Au cours de la semaine qui vient de s'6couler,
six jours non-stop d'6meutes ont secou6 Haiti. Haiti est
la nation lapluspauvre de I 'hmisphdre occidentale, oi
80% de la population vit avec moins de 2 dollars par
jour et oi, selon le Programme
AlimentaireMondial, I'adulte typique
ne consomme que 1.640 calories -
640 calories de moins que les besoins
d'un adulte moyen. Les Haitiens en
ont marre de subsister sur ce qui est
devenu leur regime commun: argile,
sel et penurie de lgumes. Le 9 avril,
le Guardian a releve que "Les
manifestants comparaient la faim
bralant leurs estomacs a de 'eau de
javel ou de 'acide de batteries "
Le 4 avril, des milliers
d'Haitiens affamis ont manifesto
dans la ville moridionale des Cayes,
essayant de mettre lefeu a la base de
la police onusienne, tout en derobant
du riz dans les camions. L 'meute
s 'est vite repandue ~ Port-au-Prince,
la capitale haitienne, oi des milliers
de personnes ont pris d'assaut le
palais prdsidentiel, exigeant la
admission du president designd par
les Etats-Unis, Rend Prival.
Heureusementpour Prival, les forces
onusiennes de "maintien de lapaix"
ontfini par rdussir ~ disperser les
masses affamdes avec du gaz
lieue Sud) lacrymogdne et des balles en
on) caoutchouc. Leur repression brutale
a peut-Otre dvite ~ Preval de subir le
mOme sort que Jean-Claude "Baby Doc" Duvalier, le
dictateur soutenu par les Etats-Unis et renversd par une
rebellion populaire en 1986.
Le regime de Prival n 'a rienfaitjusqu 'ici pour
stabiliser les prix alimentaires qui montent en flche ou
pour assister ceux qui sont au bord de la famine et il a
bienfait savoir, dans un discours tilkvisd le 9 avril, qu 'il
n 'avait aucune intention de le faire maintenant. Dans
un de ces moments a la Marie-Antoinette, Proval a
rouspote contre les Hatiens : "Ces manifestations et ces
destructions ne feront pas baisser les prix et ne
rdsolverontpas les problmes du pays. Au contraire, elles
peuvent faire augmenter la misdre et empOcher
l 'investissement dans le pays ".
S En Egypte, ofi les manifestations et les graves
sont ill6gales, des milliers d'ouvriers du textile et de
sympathisants se sont soulev6s les 6 et 7 avril A Mehalla
el-Kobra contre les prix alimentaires l6ev6s et les bas
salaires. Au cours de la nuit, la police a occupy l'usine
d'Etat Misr Spinning & Weaving, afin d'empecher les
ouvriers de faire la grive comme ils avaient project. Mais
les manifestants ont ripost6 en incendiant des bitiments
et en landant des briques sur la police qui les aspergeait
de gaz lacrymogine. La rCpression de la police n'a pas
r6ussi effrayer ces manifestants, elle a plut6t nourri
leur coldre.
Environ 40% des Egyptiens survivent avec moins
de 2 dollars par jour, tandis que le prix du pain non-
subventionn6 a &6t multipli6 par dix ces derniers mois et
que le prix du riz a double en une seule semaine. Le salaire
minimum national est rest inchang6 depuis 1984, A 115
livres 6gyptiennes par mois [14 C]. Les ouvriers de
Mehalla demandent un salaire minimum national de
1.200 livres par mois [145 ] ce qui laisserait encore
une famille de quatre en dessous du seuil de pauvret6 de
2 dollars parjour.
L'6meute de cette semaine i Mehalla est le dernier
episode de la lutte croissante des classes, qui a d6sormais
gagn6 en profondeur la classe ouvri8re. Le r6dacteur en
chef de Middle East Report, Joel Beinin, a soutenu que
le mouvement de grive qui s'6tend "est peut- tre le
rassemblement le plus large de dissidents que le regime
de Moubarak a affront. La combinaison de repression,
d'apathie et de d6mobilisation politique, qui a maintenu
l'autocratie en Egypte pendant plus d un demi-sikcle, est
vigoureusement d6fi6e, rendant de plus en plus difficile
pour le regime Moubarak, si ce n'est pour ses petits-
copains capitalistes, de faire des affaires comme
d'habitude". En effet, le Premier ministre [gyptien]
Ahmed Nazif s'est pricipit6 A Mehalla le 8 avril pour
annoncer qu'il accordait aux ouvriers un bonus de 30
jours sur leur fiche de paye et qu'il s'occupera de leurs
exigences en matiqre de sant6 et de salaires.
La faim monte aussi aux Etats-Unis. L'avidit6
non-r6gul6e qui s'est d6chain6e pendant 30 ann6es de
n6olib6ralisme et qui a d6vast6 les pays les plus pauvres
du monde r6vile A present la division de classes dans le
pays le plus riche. On ne peut plus pr6tendre que tous
ceux qui habitent dans l'himisphire nord prosperent sur
le dos de l'h6misphire sud.
Pour s'en assurer, la faim qui progresse en
Am6rique n'a r6coltW qu'une rdf6rence passagbre de la
part des m6dias am6ricains, qui font encore largement
comme Wall Street et la Maison-Blanche. Le 7 avril, par
exemple, les journaux du groupe Tribune ont public un
article de fond ridicule sur la d6tresse de cette minuscule
tranche d'Am6ricains qui r6duisent d6sormais leurs
habitudes de d6penses exorbitantes. L'article pr6sente une
courtibre en credit hypoth6caire dont-la-chance-a-tourn6,
(voir LA FAIM / 12)







Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


"Copyrighted Material.


Syndicated Content
........Available from Commerci News Provi

Available from Commercial-News Provi


Partout les prix flambent,

les pauvres grondent .
Scenes d'6meutes, hier, en Egypte. Les manifestants r6clamaient des .. .. ....
hausses de salaires pour compenser la chert6 de la vie. Une centaine de personnes... ..
ont k6t blesses dans des heurts avec la police. : Reuters
Hafti, C6te d'Ivoire, Egypte, Mexique, Cameroun... Dans different pays
du monde, principalement en Afrique, les manifestations contre la hausse des prix
alimentaires se multiplient.
Un peu partout dans le monde, des gens souffrent et crient parce qu'ils
ont faim. Il y en avait avant. Il y en a aujourd'hui davantage, car les prix des
denr6es agricoles flambent. Ces manifestations contre la pauvret6 et la chert6 de la


vie tournent souvent B l'6meute, avec scenes de pillage,
d6bordements et repressions brutales. Parfois
s'achivent dans le sang.
Les dernieres ont eu lieu, hier, en Egypte, oh
une centaine de personnes ont 6t6 blesses. Deuxjours
plus tot, c'6tait B Haiti: quatre personnes ont p6ri, tu6es
par balles. Avant encore, il y avait eu des mouvements
en Cote d'Ivoire, au Burkina Faso, au Cameroun, au
Maroc, en Ouzb6kistan, etc. (lire ci-contre). A chaque
fois, des << meutes de la faim >, comme les qualifie
Jacques Diouf, directeur g6n6ral de 1' Organisation des
Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture
(FAO).
La demande explose le climat change...
Haricots, mais, bl6, huile atteignent des prix
prohibitifs. En mars, le prix du riz a atteint son plus
haut niveau depuis dix-neuf ans et celui de la farine
son record depuis vingt-huit ans, a indiqu6 r6cemment
Robert Zoellick qui preside la Banque mondiale.
Pourquoi les prix s'envolent-ils ? D'abord parce que
la demande explose avec l'6mergence de nouveaux
pays comme la Chine, le Br6sil ou l'Inde. Leur
population augmente, leur niveau de vie aussi. Et leurs
gouts alimentaires 6voluent. En Chine, on s'est pris
d'app6tit pour la viande : la consommation a double
(voir LES PRIX / 14)


Page 11


ah L m M M WO


I I


II









EMEUTES DE LA FAIM


Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


Ils n'ont qu
(LA FAIM ... suite de la page 10)
oblige de renoncer aux traitement au Botox pour
lesquels, auparavant, elle lachait r6guli&rement 1.800
dollars [1.150 C]. "Je pr6f&rerais recevoir du Botox que
d'aller diner au restaurant", a dit cette femme aux
journalistes qui l'ont rapport sans faire d'ironie.
L'inflation des denr6es alimentaires aux Etats-
Unis a atteint un niveau jamais vu depuis des dizaines
d'ann6es, avec des aliments de base comme le lait qui a
augment de 17% l'ann6e derni&re, le riz, les pates et le
pain augmentant de 12% et les ceufs de 25%. Tandis que,
dans la depression actuelle, les pertes d'emplois se font
plus nombreuses, on s'attend fait sans pr6c6dent A ce
que 28 millions d'Am6ricains regoivent cette ann6e des
bons alimentaires pour survivre. Un couple sur six en
Virginie Occidentale, ainsi que un sur dix dans les Etats
de 1 Ohio et de New York, dependent A present des bons
alimentaires pour survivre. Et un enfant sur trois en
Oklahoma a d6pendu des bons alimentaires, A un moment
ou un autre de l'ann6e derni&re.
Dans la soci6t6 la plus riche du monde, le "droit"
aux bons alimentaires est loin d'etre g6n6reux et on peut
affirmer avec certitude que la plupart des gens qui
souffrent des prix alimentaires croissants ne se qualifient
pas pour recevoir cette aide. Selon les directives publi6es
sur le site internet de I'USDA [le ministere de
l'agriculture des Etats-Unis], une famille de quatre
personnes est eligible A recevoir des bons alimentaires,
seulement si son revenu net mensuel est inf6rieur ou 6gal


'a manger d(
A 1.721 $ [1.090 ]. Cette meme famille de quatre a alors
droit A une attribution maximum mensuelle de bons
alimentaires pour une valeur de 542$ [343 C] le mrme
montant qu'en 1996 La subvention moyenne s'61ve
en gros A 1$ [64 cents] par repas et par personne. Et,
selon le New York Times, 800.000 b6n6ficiaires de bons
alimentaires essentiellement des personnes ag6es et des
handicaps regoivent actuellement le minimum, soit
seulement 10$ par mois [6.40 C].
.Les 6conomistes du courant dominant ont
g6n6ralement d6crit la crise alimentaire mondiale comme
une "p6nurie" de nourriture, mais cette p6nurie a 6t6
grandement exag6r6e par les lois impitoyables du libre-
6change. Dans de nombreux cas, le problime n'est pas
une penurie immediate d'aliments mais seulement une
p6nurie d'argent pour les payer. La Directrice du
Programme Alimentaire Mondial, Josette Sheeran, a
r6cemment fait remarquer A propos de l'Afrique sub-
saharienne : "Nous voyons en ce moment plus de famine
urbaine que jamais auparavant. Nous voyons souvent de
la nourriture sur les rayons mais les gens sont incapables
de se l'offrir".
L'industrie agroalimentaire est A present la
deuxieme industrie la plus profitable du monde, juste
derriere l'industrie pharmaceutique. Le fabricant
automobile Mitsubishi, qui control aussi la deuxieme
banque du monde, est vraiment devenu l'un des plus gros
transformateurs de viande bovine au monde ; ce qui
montre le degr6 de l'afflux de capital vers le secteur
agroalimentaire. Le Rapport 2008 sur le D6veloppement


e l'Pthanol !
Mondial de la Banque Mondiale a couvert d'l6oges le
role de l'industrie agroalimentaire, en faisant le
commentaire suivant: "Le secteur agroalimentaire priv6
est 6clatant de sant6. De nouveaux acteurs puissants sont
entr6s dans la chaine de valeur agricole et ont des int6rets
6conomiques dans un secteur agricole dynamique et
prosp&re et une voix dans les affaires politiques".
Mais exactement comme l'industrie
agroalimentaire a balay6 les petits agriculteurs am6ricains
dans les ann6es 80, elle a r6p6t6, depuis, son module dans
le monde entier. Ainsi que I'6crivait en 2006 la militante
pour lajustice mondiale, Vandana Shiva, en Inde, "sans
un march r6gul6, les grosses entreprises de l'industrie
agroalimentaire feront des profits en vendant des
semences cofiteuses, en achetant les produits agricoles A
vil prix et en enfermant les agriculteurs dans les dettes.
C'est le processus qui a fait disparaitre les petits
exploitants agricoles familiaux aux Etats-Unis, en
Argentine et en Europe".
A present, la loi de l'offre et de la demande a
d6cid6 que le nouveau march des biocarburants devrait
r6duire de 25% aux Etats-Unis la production de mais pour
la consommation d6clenchant une p6nurie artificielle
et une augmentation du prix du mais. Les sp6culateurs
ont stock des r6coltes dans l'espoir que les prix montent
encore plus. Pendant ce temps, les investisseurs dans le
monde entier ont fuit un dollar qui s'effondre pour acheter
des denr6es telles que le riz et le b16, ce qui est venu
s'ajouter A l'l6an sp6culatif et a oblig6 les prix des
(voir LA FAIM / 14)


Lettre ouverte au ministre de l'Education


et de la Formation
Monsieur le Ministre,
J'ai pris connaissance, il y a quelques jours
d6jh, du d6cret public par votre gouvernement, le 28
fWvrier, et cr6ant un Groupe de travail sur l'education
et la formation (GTEF). J'ai du attendre que la
conjoncture fi6vreuse de l'interpellation du premier
ministre et du d6bat sur la double nationality s'estompe
avant de vous faire parvenir cette lettre. Mwen pat vle
mete abse sou klou! Quelle a 6t6 ma surprise de me
rendre compte, B la lecture de ce d6cret, qu'encore une
fois, dans ce pays, on essaie de r6inventer pour la
6nieme fois le bouton a quatre trous ou d'agir a la
mani&re de Sisyphe, condamn6 a faire rouler une
6norme pierre jusqu'au sommet d'une montagne, et
encore et toujours, ind6finiment! A cet effet, permettez
queje vous rappelle, Monsieur le Ministre, qu'en 60
ans nous sommes rendus a notre quatrieme r6forme
6ducative dont la plupart ou bien se chevauchent ou
bien restent inachev6es (Bellegarde, 1918-1921;
Dartigue, 1941-1945; Bernard, 1979-1982; PNEF,
1994-1998).
Des rapports, 6tudes, enquetes, documents
"recommandant a 1 'Exkcutifles strategies et initiatives
pour accroitre 1 'acces et la qualitW de I 'cole haftienne
et moderniser 1 'organisation et le fonctionnement du
system tducatif national" (cf. article 2a du d6cret)
s'accumulent depuis des d6cennies et jaunissent sur
les tablettes du MENFP. De plus, en d6cembre 95 -
janvier 96, sur la Cote des Arcadins, la nation haitienne


T LL RMEtI etbb"-I
it. bbft-0b4h-
PAX mt16b-flb-
ORLL. bOftflbm


professionnelle, Mr
a travers ses repr6sentants "a tlabord et soumis a la
discussion un projet de Plan national d'Education,
ensemble de lignes deforces sur lesquelles la classe
politique et des secteurs organists du monde de
1'dducation avaient trouvd un accord durable, capable
de survivre aux alternances politiques" (article 2b).
Alors, en quoi, Monsieur le Ministre, les
r6sultats du mandat du GTEF vont-ils etre diff6rents
des travaux qui ont k6t r6alis6s en 1996 lors des Etats
g6n6raux de l'education (EGE) auxquels a k6t convi6
le pays en entier et qui ont conduit a la naissance du
PNEF? Comment expliquer que d'autres ministres qui
6taient au ccur de la planification de ces activities ainsi
que monsieur Alexis, ministre de l'Education d'alors
qui a assure et assume la mise en application des
resolutions 6manant des EGE, aient accept de signer
ce d6cret et, par le fait meme, aient jet6 a la poubelle
tout ce qui a k6t accompli auparavant (y compris le
Diagnostic technique du systime 6ducatif haitien a la
redaction duquel a particip6 le coordonnateur du
GTEF)? Dans tout cela, quel traitement accordera-t-
on au PNEF (qui a cout6, en passant, des centaines de
millions de dollars aux institutions internationales et
au tr6sor public haitien) alors que l'6quipe doit
proposer B la nation un autre < sur l'Education" (article 2b), a la Strat6gie nationale
d'education pour tous qui est en fait un plan de mise
en cuvre du PNEF? En quoi la lourde 6quipe
h6teroclite de responsables (pourquoi 20?) est-elle
outill6e en comp6tences pointues pour repenser le
PNEF (car c'est de cela
qu'il s'agit)?
Au-deli de toutes
ces interrogations, Mon-
sieur le Ministre, des
questions autrement
pressantes et d6termi-
nantes doivent etre poses.
Que se cache-t-il derriere
cette initiative gouver-
nementale, a un moment
oht les priorit6s les plus
urgentes (g6ndralisation de
l'exp6rience EFACAP,
mise en place du nouveau
secondaire, par exemple)
s'empilent sur les bureaux
des ministres de premiere
ligne, ceux qui font face
aux problimes primaires
d'un pays exsangue, en
situation d'extreme
pauvret6, de mis&re noire,
de grangou klowbks? Pour
le bindfice de qui lance-t-
on ces activists
p6riodiques de diversion
qui pullulent dans le pays
(on ne compte plus le
nombre de commissions
cr66es ces temps-ci, qui
fonctionnent i video ?
ibB bBB Entre-temps, il y a un
ensemble de questions
ISBM auxquelles votre minister
est press d'apporter des
'b a reponses : quelle politique
linguistique promouvoir?
comment transformer


Gabriel Bien-Aime
l'offre publique en une offre d'excellence? comment
d6centraliser le systime 6ducatif haitien (SEH)? quels
sont les axes fondamentaux des deux premiers cycles
et comment en finir avec le redoublement? les enfants
des zones rurales, comment les preparer en vue du
d6veloppement de leur milieu et non pour la migration
interne? comment scolariser d'ici 2015 les 500 000
enfants exclus du SEH? Il n'y a rien dans le mandat
flou du GTEF qui l'oblige a fournir des r6ponses a ces
questions.
Au contraire, en cr6ant le GTEF, tout se
passe, selon moi, comme si l'un des minist&res les plus
importants, le MENFP, le votre, vient d'etre mis sous
tutelle (voir articles 4 et 5) par un artifice chirurgical
de main de maitre, qui le rend bic6phale: une tete a la
rue Audain et l'autre, la plus importante, le Secrdtariat
Gdndral de la Prdsidence (article 5), au Palais national.
Cela, pour le malheur d'un pays qui a une faim
hypoglycemique d' ducation en vue de s'inscrire dans
le concert des nations mondialis6es.
Monsieur le Ministre, voila quelques
r6flexions que m'a sugg6r6es a chaud la creation du
GTEF, le 28 frvrier 2008. Compte tenu du fait qu'avec
deux autres colleagues, sous la direction de la ministre
d'alors, nous avons k6t en premiere ligne pour r6aliser
l'un des plus importants kounbit 6ducatifs de l'histoire
du pays (d6cembre 95-janvier 96), qui allait conduire
a l'l6aboration finale du PNEF, nous ne pouvons
accepter qu'on dilapide les acquis d6mocratiques de
cet 6v6nement historique. Certes, les imp6ratifs de la
conjoncture imposent des ajustements du PNEF apris
10 ans d'application, mais ces ajustements doivent etre
faits dans le respect des consensus et des resolutions
ayant 6man6 des d6lib6rations tenues par les
repr6sentants de la nation haitienne qui se sont r6unis
enjanvier 1996 sur la Cote des Arcadins.
Enfin, Monsieur le Ministre, j'espire que
vous comprendrez que l'unique intention qui motive
cette initiative est mon engagement citoyen en vue
d'une offre publique d'6ducation de quality pour tous
les enfants haitiens. Rappelons qu'a sept ans de 2015,
ann6e butoir pour atteindre l'objectif de scolarisation
universelle, et qu'apris le Zimbabwe nous sommes le
seul pays oh la privatisation du systime 6ducatif a
atteint une si forte proportion (environ 92 % priv6
contre 8 % public). Mon souhait le plus sincere,
Monsieur le Ministre, est qu'avec le GTEF on << ne
risque pas de revenir aux pratiques de ces anciennes
commissions qui, a partir d'un lieu hidrarchique
supdrieur, ttltguidaient certaines interventions dont
la maitrise revenait naturellement au secteur>>.
Le SEH est en crise depuis sa creation par la loi de
d6cembre 1848. Apris pris de deux siecles de son
existence et a l're du basculement du monde sous
l'effet des technologies de l'information et de la
communication, nous sommes mis aujourd'hui en
demeure de refonder l'6cole haitienne. Et je crains,
Monsieur le Ministre, que le GTEF, par sa composition
et son mandat, ne soit pas le bon instrument pour nous
guider dans la recherche de moyens susceptibles de
satisfaire aux exigences de la mondialisation.
Je vous prie d'accepter, Monsieur le Ministre, mes
respectueuses et patriotiques salutations.
Marc-Antoine Louis, Ph. D.
Consultant en education
louisma@hotmail.con
louisma8O(8ivideotron. ca


Page 12







Mercredi 16 Avril 2008PETITES NNON S
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12 P ANNON
POINTS DE VENTE HAITI EN MARCHE
Lucas Super Market Danilos Restaurant Delray Beach Fl 33183
14750 N.E. 6th Avenue 3760 N.E. 3rd Avenue
305 940 9902 954 781 2646 Our Lady Bakery
102 S.E 2nd Avenue
Maxisound Christephanie's Delray Beach, Fl 33444
11854 West Dixie Highway 581 BC East Sample Road 561 272 3556
305 895 8006 Pompano Beach, Fl 33064
T1l 954 781 2500 Eclipse Communication
B & L Supermarket & Produce 9290 S. W. 150th Avenue
12040 West Dixie Highway Classic Teleco Suite 104
305 893 0419 203 S.E. 2nd Avenue 954 380 1616

Le Manolo Inn Chaque matin, captez
LeAMano lo I nn ............. MM lodie M 1atin
DANS LES NIPPES Mlode
SDes kilometres de plage sur 103.3FM
Chambres tout confort avec air _


Le Manolo Inn A Petite Riviere de Nippes
T616phones : 566-5361 / 401-7108/514-0304
E-mail!: lemanoloinn@mac.com
Internet disponible
pour les clients


VolViIC l 6n0 CZIitiML v0-flinzel
Por u-Prince I Port de Pal I Cay I CapHaltlen I J6rmle
santoDomlnp

Tel: 250-2555 156 / 57 511-4610 11 / 771-8550 454-8177
Votre rendez-vous a Jacmel ?
LA JACMELIENNE
Nous sonunmmes en plein coeur de la
ville, mais sur la plage.
Chez nous, le bruit des vagues
vous berce nuit et jour !
C'est aussi un lieu ideal pour
tables rondes, seminaires, ateliers de
travail... mais aussi pour receptions et
festivals de toutes sortes.
Nos chambres ont toutes l'air
conditionne, et leur balcon donnant sur
la mer...
Notre cuisine typique saura vous
faire connaitre et apprecier les mets
delicieux du Sud Est...
Et le bar donnant sur la Piscine.
Pour vos reservations :
LA JACMELIENNE
RUE STE ANNE # 71 T61.... 288-3451-52
hoteljacmelienne@hotmail.com hoteljacmelienne@yahoo.fr


Page 13


BEL FOUCHET

take out and delivery

8267 N Miami Avenue, Miami, Florida 33150
Tel. 305-757-6408

VISION MORTGAGE BANK, INC

EVENS HILAIRE
Loan Consultant
12788 West Dixie Hwy, Miami, Florida 33161
Phone: (305) 891-2225 Fax (305) 891-2559 Cell (786) 285-0384

Depi nou bezwen kay
rele


Bernard Metayer
REALTOR"


office:
cell:
fax:
email:
web:


770.874.6200
404.405.6584
770.439.7857
bernard@metayer-realtygroup.com
Metayer-Realt Croup.com


KELLER WILLIAMS.
R E A L T Y
C I T Y S I D E
3350 At lanta Roadt Marietta, GA 30008

HACEPA
together with



AB. CC
Association of li-Natiounl Chamnters of ComNmerce in Florida
and
its 42 bi-national chambers of commerce
invite you to the
ABICC INTERNATIONAL BUSINESS CARD EXCHANGE
on Thursday March 6th, 2008 6:30-8:30 PM
at the J.W. Marriott Hotel
1109 Brickell Avenue, Miami Fl-33131
FREE ENTRANCE
Cash Bar Complimentary Hors d'Oeuvres
REMEMBER TO BRING LOTS OF BUSINESS CARDS !!


mpI ami i e b et ii ii h ,a4 e iW lE d b4 **Now:- ".. ............. .m .




"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Le Look
Rue Panamericaine #14,
Ption-Ville, Haiti
Te.: 257-8374
Choix incroyable de montures:
Dior, Cartier, Bruno Magi, Vogue
Consultation chaque jour
par un m6decin-occuliste.


-11








Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


Seuil de reaction !


Lafinjustifie les moyens.
Cynisme machiavdlique trop utilisd en


Hauti.


Cette semaine a marqu6 non pas un nouveau
point de depart commej'ai entendu dire mais plutot
un point d'inflexion. Il n'y a pas eu changement de
tendance mais de preference une modification
profonde des modalites de reaction face a des actions
jugees mauvaises ou insuffisantes. Personne ne s'y
attendait. Ni Antoine Langommier, ni la graine
promeneuse, ni<< l'arbre altier >, notre << bwa pi wo >.
Personne, personne, personne. On savait cependant
que quelque chose devait se produire, mais, quoi ?
Qui 6tait derriere ? A qui profiterait une situation
aussi dangereuse ? Aussi explosive ? Qui
commettrait cette erreur de vouloir croire que la
manipulation de masses peut etre profitable a moyen
ou a long terme ? Qui serait aussi fou pour le croire ?
Enfin, chers amis, chers lecteurs, on ne s'y
attendait pas, mais il a eu lieu. On a parl6 de reaction.
On a dit qu'il s'agissait d'une reaction face a
l'inaction. De reaction face a l'injustice, face a la
chert6 de la vie, face a l'impossibilit6 de vivre, de
rever, de maintenir sa << dignity d'homme >.
J'imagine que cela est normal. Mais, trop de
disproportion dans la reaction nuit toujours a la
logique des actes. Et, dans le cadre des relations de
l'Individu avec l'Etat, avec un Gouvernement, on
est en mesure de se demander jusqu'a quel point
l'Individu peut recourir a la violence dans son


opposition a un Gouvernement ou n l'Etat ? Mais,
peut-on regarder froidement la society haitienne et ne
pas se rendre compte que les dysfonctions sociales,
les chocs d'interets, les prejug6s sont en train de causer
un tort 6norme au pays et seront les responsables de
reactions de plus en plus violentes, qui seront de plus
en plus frequentes et en plus, avec un seuil de reaction
de moins en moins lev6 ?
Le CRABE, ce week-end, n'a pas voulu
organiser de rencontres. Trop de dommage, dans les
cceurs, dans les esprits et dans les << poches >. Certains
ont 6t6 fortement frappes et,je dirais meme que nous
avons tous 6t6 touches. D'une facon ou d'une autre.
Directement ou de facon indirecte. J'ai voulu faire le
relev6 des differents mots qui ont 6t6 utilises dans les
differentes conversations et dans certaines
interventions, a la radio. Je vous les reproduis, vous
invitant a les utiliser pour 6tablir vos critiques ou vos
analyses :
<< Absence Abus Agression Agressivit6
- Ajustement structurel Approche Assist6 Avenir
- Balle Banque Mondiale Barrieres Blanc -
Blessures Blind6s Bombe a retardement -
Bourgeoisie Brutalit Cacophonie Chambre -
Chert6 de la vie Classe Commissaire -
Condamnation Confiance -Conscience -
Constitution Cynisme Dechoukaj Decomposition
- Dmission D6monstration D6putes -
Destructuration Devolution Doublure Drapeau -
Elite Envie Faim Fin Finitude FMI Fureur -
Furie Futur- G6nerosit6 Gouvernement Haine -


Haiti Honntet6 Hopital -Illusion Ind6cence -
Ind6pendance Injustice Insouciance Instrument
- Interet Inter&ts occultes Internationale -
Irresponsabilites Jalousie Journaliste Justice -
Kidnapping Kraz6 Laxisme Loi Loyaute -
Manifestation Manipulation Mecontentement -
MWdiocrit Mentalit6 Mesures Moralite -
Morgue Mort Narcotrafic Nationalit6 Nudit6
- Occupation ONU Orientation Palais Parquet
- Patriotisme Phobie Pillage Pire Policier-
Populaire Poudriere Premier Ministre -
Presidence Presse Primature Programme-
Projectiles Recuperation Responsabilite -
Responsabilites Revocation Revolution -
Sarcasme Senateurs Stress Toussaint Louverture
- Trahison- Urgence Utopie Vandalisme Vie -
Violence Viols Vitres -Vol >.
Enfin, j'imagine, que comme disait Aim6
CUsaire dans la Trag6die du Roi Christophe, << les
Peuples vont de leur pas, leur pas secret >. On n'y
peut rien. Cependant, simplement pour conjurer
certains de nos << maux >, pensons a des << mots >>
qui facilitent des relations inclusives, entre nous-
memes : Patriotisme, Devouement, Honnetete,
Respect, Loyaute, Sens de la Responsabilit6,
Consensus. Car, en definitive, la fin ne justifie pas
toujours les moyens.

Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr
Avril 2008


7 avril 2008- Le Secretaire general a d6clare
observer la monte du prix de la nourriture avec une


en une generation.
En face, l'offre ne suit pas. Il y a les
consequences du rechauffement climatique, comme
la secheresse (lire ci-dessous) qui malminent les
recoltes. Il y a le d6veloppement des biocarburants
(sous la pression de la flambee des prix du petrole)
qui reduit les terres cultivees pour la production de
denrees alimentaires. Il y a l'urbanisation qui grignote
des terres cultivables. Et encore le petrole qui augmente
les courts des transports.
Les pays, tour a tour, reagissent, en limitant
les exportations comme le fit le Vietnam, pour le riz.
Ou en favorisant les importations, comme l'a fait la
Cote d'Ivoire qui a d6cide de suspendre, la semaine
derniere, les droits de taxes a l'importation pour le


profonde preoccupation, appelant a la prise de mesures,
immediatement, pour assurer la s6curit6 alimentaire


riz, l'huile de table, le lait...
IdWalement, il faudrait produire davantage.
Mais, depuis une vingtaine d'annees, l'agriculture a
6t6 un peu partout delaissee. La Banque mondiale en
a fait l'aveu dans son dernier rapport. On en paie le
prix fort aujourd'hui. Elle recommande aujourd'hui
un << New Deal >, un effort massif et concerto a
l'6chelle internationale. Son president, Robert
Zoellick, r6clame notamment, aux pays membres, les
500 millions de dollars requis par le Programme
alimentaire mondial des Nations unies (Pam). Car,
selon la Banque mondiale, trente-trois Etats sont
aujourd'hui menaces de troubles politiques et de
desordres sociaux en raison de la monte brutale des
prix des produits agricoles et 6nerg6tiques.


au niveau mondial. II a rappelW que le Programme
alimentaire mondial (PAM) avait besoin de 500
millions de dollars suppl6mentaires pour nourrir 73
millions de personnes.
<< Les causes des penuries sont nombreuses
et ne peuvent etre seulement decrites comme un
6quilibre entre les biocarburants et l'agriculture, meme
(voir NOURRITURE / 16)



Mangez de


1'ethanol!

(LA FAIM ... suite de la page 12)
aliments de base A s'envoler pour les habitants les plus
pauvres de la terre.
Le programme n6olib6ral a depuis longtemps
perdu de son eclat pour la vaste majority de la population
mondiale. Pourtant, ses plus ardents d6fenseurs ont kt6
les derniers A reconnaitre cette r6alit6 tetue. La toute
derniere livraison des Perspectives de l'Economie
Mondiale, publi6es par le FMI en automne dernier, a bien
not6 l'in6galit6 croissante dans les pays les plus riches :
"Parmi les pays les plus avanc6s, I'in6galit6 semble avoir
d6clin6 seulement en France [NdT : depuis, Sarko est
arrive et la France est en train de connaitre le meme sort
que les autres]. L'experience recente (de l'augmentation
e l'in6galit6) semble etre un retournement clair de la
reduction g6enrale des in6galit6s au cours de la premiere
moiti6 du 20%me sikcle".
Pourtant, le FMI reste optimiste sur I'avenir du
n6olib6ralisme : "de 2002 A aujourd'hui, 1'6conomie
mondiale a connu sa p6riode la plus forte de croissance
soutenue, depuis la fin des ann6es 60 et le d6but des
ann6es 70, tandis que l'inflation est rest6e A des niveaux
faibles. Non seulement la croissance mondiale a k6t
l6ev6e, mais l'expansion a aussi k6t largement partag6e
par tous les pays. La volatility de la croissance a chute".
Ces dernieres semaines, les d6cideurs n6olib6raux
semblent avoir finalement r6alise que la faim g6n6ralis6e
pourrait d6clencher un niveau de protestation qui
menacerait l'ordre mondial dominant. Le president de la
Banque Mondiale, Robert Zoellick, s'est r6cemment
inqui6t6 sur le site internet de l'organisation : "33 pays
dans le monde se retrouvent face A des troubles sociaux
potentiels A cause de 1'envolke des prix alimentaires et
de l'6nergie".
Peut-etre que ces bficheurs politiques d6connect6s
de la r6alit6, perp6tuant une tradition bourgeoise A la
Marie-Antoinette, devraient sugg6rer aux pauvres du
monde entier qu'ils mangent de l'6thanol. Et les ouvriers
am6ricains, qui vacillent dans l'abime n6olib6ral,
devraient consid6rer suivre l'exemple de leurs freres et
sceurs dans le monde entier et se d6fendre.


Traduit de 'anglais par
JFG-Questions Critiques


Page 14


Partout les prix flambent,

les pauvres grondent
(LES PRIX ...suite de la page 11)


MIAM 3

LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS

MIAMI-DADE COUNTY

MIAMI, FLORIDA

Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids, which can be obtained
through the Department of Procurement Management (DPM), from our Website:
www.miamidade.gov/dpm. Vendors may choose to download the bid package(s), free
of charge, from our Website under "Solicitations Online". Internet access is available
at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that vendors visit
our Website on a daily basis to view newly posted solicitations, addendums, revised bid
opening dates and other information that may be subject to change.

Interested parties may also visit or call:

Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00
handling charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package
through the United States Postal Service.

These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County
Ordinance No. 98-106.







Mercredi 16 Avril 2008 SPO TS
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12 OR ..1.
^^4 a* Ob 40n toe s :: 0 Wlme w0 : s


"Copyrighted Material

St .... Syndicated Content


Page 15


-i -:$ -M


Available from Commercial News Providers"













... l^ We.k -W .. . . . .. *.. W 64il. | .e. *e e asi" 4eW 0- 4W a


E3872 NEI 2 ,rmne .Yvernui.e
T61: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE
LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Rception de paiemert pour BeH South, FPL, GAZ, CABLE TV
BELL MOBILITY ec...etc...
- Connection tphonidque ch z vous...


Ouvert
6 Jours
par
semaine:
8h30 am

7h30 pm

Parfums
SCdllulars& Beeper
SSCuliier et Sandales
* Poduits pour la cuisine
M Cadeaux
* Tabiwx
* Mornygraini


* (M's (xnpas, Racine. Evanglique.
Zauk, hkariais, Amirirain)
* Video's (Haifiens. Anidmiaia, Docuimatires, Drans
* Prtduits de btcaub








INSERTION DEMANDEE


Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


Lettre de Rudolph Boulos

a Reporters Sans Frontieres


(Mr. Boulos nous a envoy sa lettre en guise de rectification a un texte de
Reporters sans Frontieres paru dans la derniere edition de notre journal)
Rudolph H. Boulos
8 Rue Bourbon, Ouanaminthe, Haiti
Le 3 Avril 2008.

Mr. Benoit Hervieu,
Reporters sans Frontieres
Nous avons lu avec grand int6ret votre communique de presse sur la
malheureuse affaire de l'assassinat dujournaliste Jean Leopold Dominique. Nous
croyons n6cessaire de faire les rectifications suivantes quant aux commentaires
nous concernant afin de vous aider a mieux appr6hender les complexit6s lies a
l'6volution de ce dossier.
En tant que S6nateur de la R6publique, nous avons toujours r6pondu
aux demandes du Juge d'Instruction dans cette affaire en lui rappelant les voies
et moyens ad6quats a utiliser pour obtenir nos 6claircissements. A deux reprises,
nous nous sommes entendus sur une rencontre. Malheureusement, le juge ne
s'est pas pr6sent6 et nous a envoy, par l'entremise de nos avocats, une liste de
questions manuscrites. Liste que nous lui avons renvoy6e avec les r6ponses.
Dans votre communique, vous mentionnez que Mr. Dominique, peu
avant son assassinat, "avait rappell6 a l'antenne" qu'un m6dicament produit par
les laboratoires Pharval avait caus6 la mort d'une centaine d'enfants en 1996. Ce
n'6tait certainement pas la premiere fois qu'il parlait de cette affaire. II le faisait
depuis 1996. Et nous vous rappelons, de notre cot6, que des centaines de


journalistes, des ministres et meme le president de la R6publique d'alors avaient
6galement opin6 sur cette affaire depuis 1996. Leurs interventions r6p6t6es ne
leur ont pas cout6 la vie. Les interventions radiophoniques de Mr. Dominique ne
sauraient constituer un mobile pour un acte aussi odieux que son assassinat.
Dans votre communique, vous mentionnez aussi que Mr. Harold S6vire,
"aujourd'hui en exil" avait 6t6 arrete "comme commanditaire pr6sum6 de
l'assassinat". De notre cot6, nous vous informons que Mr. S6vire 6tait un employ
du Palais National a l'6poque de l'assassinat de Mr. Dominique. Et pour finir,je
vous rappelle les declarations de Mr. Guy Philippe questionn6 en Septembre
2000 sur l'affaire Jean Dominique. A la question de Mr. Leo Reyes, journaliste
dominicain dujournal "El Nacional" : "Qui a tu6 Jean Dominique? Mr. Phillipe
a r6pondu :" Seul le pouvoir en Haiti a la capacity d'assassiner".
Monsieur,je comprends etj'appuie votre volont6 de faire la lumiere sur
cet assassinat. Les citoyens Haitiens et, plus encore, moi, S6nateur de la
R6publique victime d'un lynchage politique aux suites incalculables, ont cette
meme volont6. Je vous invite a ne pas vous associer a des mercenaires qui veulent
une nouvelle fois assassiner Mr. Dominique en utilisant son cadavre comme
arme pour abattre d'autres qui travaillent, comme il l'avait fait, dans l'interet du
peuple haitien.
Nous vous remercions de publier ces rectifications sur votre site
mais, plus encore, d'en tenir compte dans le cadre de votre lutte.
Rudolph H. Boulos
Senateur de la Republique d' Haiti
Senateur du Nord Est


|kIh 41o 0lm al(reM !$ |.( % orf.ft A I' a II


"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


L'ONU preoccupee par la

montee du prix de la nourriture


(NOURRITURE ...
suite de la page 14)
s'il s'agit effectivement d'un des
facteurs >, souligne le Secr6taire g6n6ral
dans un message transmis par sa porte-
parole.
< Le prix l6ev6 du p6trole ont
accru les cofts de production et de
transport. La production alimentaire
mondiale a k6t affect6e cette ann6e par
des s6cheresses et d'autres catastrophes
naturelles. La croissance 6conomique a
augment la consommation, surtout en
Asie >.
Les premieres mesures a
prendre consistent a r6pondre aux
besoins humanitaires, a dit Ban Ki-
moon. Pour nourrir 73 millions de


personnes dans le besoin il faudra 500
millions de dollars suppl6mentaires. <<
A long terme il faut accroitre la
production >.
Selon le president de la Banque
mondiale Robert Zoellick, < il n'y a pas
de raison pour que l'Afrique ne
connaisse pas une << revolution verte >
du genre de celle qui a transform l'Asie
du Sud-Est ces dernibres d6cennies >.
Le message souligne que
l'accroissement de l'efficacit6 des
marches peut avoir un effet
considerable, puisque selon le PAM, un
tiers des p6nuries est lie a des goulets
d'6tranglement dans le systime de
distribution local.


IHaiti en Marche


Page 16


40 0M _


REYINYON PIBLIK
Asanble Gouvenan Oganizasyon Planifikasyon Konte (MPO) pou Z6n Iben Miami pral fe yon reyinyon piblik jou jedi,
22 me 2008, a 2:00 p.m. nan Sal Konferans Komisyon Konte yo nan Stephen P. Clark Center, 111 NW 1st Street, Miami,
Florid pou apwouve:
1. Ane Fiskal 2009-2013. Pwogram Amelyorasyon Transpotasyon (TIP)
TIP la detaye nan yon sBl dokiman tout amelyorasyon nan transp6tasyon nan z6n metwopolit6n la ki prevwa pou
pwochen senkan yo. Finansman yo pou amelyorasyon yo nan transp6tasyon enkli sous finansman federal, eta-a ak
lokal. Yo pwopoze nan TIP la, yon total de pliske 8.1 milya dola finansman transp6tasyon pou pwochensik senkanan.
2. Ane Fiskal 2009/10 Pwogram Planifikasyon Travay Ini (UPWP) pou Konte Miami-Dade
UPWP mete an plas yon pwogram planifikasyon travay bi-anyel ki idantifye bidj6 planifikasyon transp6tasyon ak aktivite
yo ki fet pou antreprann nan z6n metwopolit6n Konte Miami-Dade. Total finansman pou ef6 planifikasyon transp6tasyon
nan dokiman dezan sa-a se $14M epi lap k6manse an menmtan ak ane fiskal eta-a 1 jiy6 2008. Se MPO Miami-Dade
ki konpile UPWP Miami-Dade la.
Tout moun ki enterese yo envite vini patisipe. Pou kopi TIP lan ak/oswa plis enf6masyon, tanpri kontakte Sekretarya
MPO, Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, Suite 910, Miami, Florid 33128, telef6n: (305) 375-4507; imrl:
mpo@miamidade.gov ; siweb: www.miamidade.aov/moo. Se r6gleman Konte Miami-Dade pou li swiv tout egzijans
neses6 etabli pa Iwa pou enfim ki rele "Americans with Disability Act". Pou jwenn sevis yon entepret langaj siy pou moun
soud, tanpri rele omwens senkjou davans.
Transp6 Piblik Miami-Dade (MDT) ap sevi ak pwosesis patisipasyon piblik sa-a pou ranpli egzijans etabli pa de
Administrasyon Federal Transp6 Piblik (FTA) pou patisipasyon nan Pwogram Pwoje yo.








Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


I MESSAGE PRESIDENTIEL I


Message du president Rene Garcia Preval


au Peuple haitien le 9 Avril 2008


Depuis quelques jours, de grandes manifestations, de fortes tensions
contre la vie chere, sont constatees dans les rues.

Par respect pour vous qui souffrez, par respect pour moi-meme qui ne
peux vous mentir, je vais vous parler avec franchise. Nous allons parler en
adultes.

La vie chere que connait aujourd'hui le peuple haitien, sevit aussi dans
un tas d'autres pays sur la planite. Les pays riches comme les pays pauvres font
face a la vie chere. Lors meme que les pays riches arrivent a la supporter, cela ne
les empeche pas de manifester. En ce qui concerne les pays pauvres n'en parlons
pas partout au Maroc, Burundi, Cameroun, Cote d'Ivoire, Senegal, 1'Egypte
etc., vous vous informez certainement, c'est le meme cri. Ce sont les memes
manifestations contre la vie chere.

Mais nous Haitiens, qu'allons-nous faire face a cette situation ?
Est-ce que les actes tels qu'enflammer des pneus, casser et piller les
magasins, casser des voitures, feront baisser les prix des produits consommation
en Haiti ? Est-ce que tout casser, tout briser fera baisser les prix des produits que
nous importons de l'etranger ?

En 2007, l'ann6e derniere, les prix des produits de consommation ont
augmented de 50% sur le marched international. Le prix du blW, a partir duquel on
obtient le pain, le prix du riz, du mais, de l'huile, a double, triple meme pendant
les deux annees qui viennent de s'ecouler.

De 1998 a 2008, le prix du petrole est pass de dix dollars ($10) le baril
a plus de cent dollars (100$) le baril, et le prix ne cesse d'augmenter chaque
jour. Le prix du ciment, du fer, augmente a une vitesse qu'on n'a pas encore
vue. Si les prix augmentent sur le marched international, ils vont aussi augmenter
en Haiti. Parce que nous d6pendons des importations.

Si l'on vous dit que les prix sur le marched international vont baisser,
repondez que c'est un mensonge. Je vous donne la garantie que c'est un
mensonge.

Alors, quelle est la solution pour nous autres en Haiti ?
Est-ce que la solution consiste en la non-taxation du fer, du ciment,
de la gazoline. Si c'est cela la solution, avec quoi, dites-moi, allons-nous
construire des routes, des 6coles, des h6pitaux, etc. ?
La solution consiste-telle en la non-taxation du riz et des autres produits
de consommation imports de l'6tranger ? Si c'est ainsi, nous aidons les produits
venus de l'etranger a continuer a d6truire ce qui reste de notre production
nationale.

En 1987, quand nous avions fait entrer dans le pays du riz B bon march,
beaucoup avaient applaudi. Le riz stranger A bon march a d6valoris6 le riz de
l'Artibonite. Aujourd'hui, le riz import est cher alors que notre production
nationale est en quelque sorte d6truite. Ce qui augmente encore notre misere.

Ainsi, la solution ne reside pas dans la subvention des produits de
consommation en provenance de l'etranger.

Aujourd'hui, nous sommes en train de payer le prix d'une politique de
plus de 20 ans d'application.

Laissez-moi vous dire ce queje vois comme solution.

Au lieu de subventionner des produits de consommation imports,
subventionnons notre production nationale agricole. Au lieu de subventionner
les produits imports, subventionnons notre production agricole nationale. Nous
sommes maintenant en saison pluvieuse, beaucoup de paysans ne peuvent planter
en raison du cout Olev6 de l'engrais. Je propose que l'Etat haitien subventionne
le prix des engrais afin que les paysans puissent acheter de l'engrais A moiti6
prix ou moins encore. Pendant que les paysans s'adonnent A agriculture, l'Etat
peut leur donner du travail comme par exemple, le nettoyage des canaux partout
oh c'est n6cessaire. Ainsi, les paysans auront de l'argent en main en attendant
la recolte.

Je propose, qu'apris la recolte nous subventionnions la vente du riz local
bien sur afin qu'il se vende A un prix compktitif. La vente de ce riz peut se faire
au travers de centres de distribution bien organisms.

Aujourd'hui, le pays importe 360,000 tonnes de riz par an A raison de
750 USD par tonne. C'est-h-dire que 270 millions de dollars laissent le pays
chaque annie pour acheter du riz l'etranger. Aujourd'hui, Haiti produit 90,000
tonnes de riz. Et si nous nous mettions A produire quatre fois plus, ce qui est
possible, nous arriverions A remplacer le riz import par le riz national. Ainsi,
les 270 millions de dollars par an qui constituaient le cout d'importation du riz
stranger, resteront ici chez nous, pour les paysans.
Je le rpikte, nous n'avons pas de problime A subventionner la vente du
riz national afin de reduire son cout. Une solution done, pour baisser le prix du
riz, c'est la subvention du riz national, pas du riz imported.

Prenons un autre exemple. Il y a un problime d'ceufs de nosjours. Haiti
importe 360 millions d'eufs par an pour environ neuf (9) millions de dollars.
Avec cette crise du manque d'cufs, le ministere de l'Agriculture a lance un
programme qui permet de produire actuellement quelques trois millions d'ceufs
par an. Et dans un an, ce programme permettra de produire trois cent millions
d'cufs par an. Donc, presque la meme quantity que celle que nous importons
annuellement.

De meme que pour le riz, nous n'avons pas de problime pour aider A ce
que ces eufs se vendent moins cher sur le marched national, nous n'avons pas de
problime pour les subventionner, ce qui baissera le prix des cufs.

De meme au lieu d'importer des ailes de poulets, pourquoi ne pas
relancer la production des poulets chez nous et en meme temps, produire des
cufs afin que le prix des cufs se reduise ?


Nous pourrons avoir d'autres exemples comme celui des Let agogo,
les poissons qui se produisent dans nos lacs, que l'Etat peut subventionner afin
qu'ils se vendent moins chers.

Voila la solution durable : la production nationale, la subvention des
produits locaux.

Peuple haitien, resoudre le problime de la faim, ce n'est pas seulement
reduire le cout de la nourriture. Mais c'est aussi permettre aux gens d'acheter
plus de nourriture avec l'argent qu'ils ont en main, parce que le prix d'autres
choses, aussi importantes, est accessible, comme le cout du transport, de la sante,
de l'6cole.

Pour baisser le prix de la sante et de l'6cole, il faut qu'il y ait plus
d'h6pitaux, plus d'6coles. Pour reduire le prix du transport, il faut que l'Etat
organise un systime de transport public, comme << Service Plus >. Pour reduire le
cout du transport, il faut de bonnes routes, des routes en bon 6tat, qui ne d6truisent
pas les vehicules. Une livre de viande vaut deux gourdes dans certaines villes de
province et a Port-au-Prince, elle coute 15 gourdes, a cause des mauvais 6tats
des routes. Si on a de bonnes routes, le prix de la nourriture sera reduit assurement.
Nous devons done remettre CNE en marche et travailler rapidement a la
construction de routes afin que la nourriture arrive, des provinces a la capitale,
avec plus de facility, comme auparavant.

Peuple haitien, nous devons resoudre les problimes entre nous. Je vais
parler aux importateurs afin de voir ce qu'ils peuvent faire sur le prix des produits
meme si ce n'est pas beaucoup. Nous demandons aussi a tous les fonctionnaires
publics qui gagnent plus de 30,000 gourdes de donner plus de 10% de leurs
salaires pendant une periode, afin d'aider les plus d6favorises. Ce n'est que dans
la solidarity l'un envers l'autre que nous trouverons les meilleurs resultats.

L'Etat vient d'octroyer a tous ses fonctionnaires 35% d'augmentation
salariale. Aujourd'hui, vous autres qui avez recu cette augmentation, nous vous
demandons de faire preuve de solidarity avec ceux qui ont moins. Cela les aidera
pendant ces moments difficiles.
Je demande aux ministres et aux hauts fonctionnaires de l'Etat, de
s'efforcer de d6penser le moins que possibles s'agissant des voyages et autres
d6penses qui ne sont pas n6cessaires. Solidarity entre nous.

Je demande a tous les citoyens qui doivent payer leurs taxes, de remplir
leurs devoirs patriotiques afin que l'Etat puisse trouver de l'argent pour aider les
plus d6favoris6s.

Les problimes sont difficiles et existent depuis longtemps en Haiti. Les
problimes sont difficiles et, aujourd'hui, ils sont mondiaux.

Ce n'est pas dans les promesses d6magogiques ni les solutions
economiques faciles ni les manifestions desastreuses qu'ils vont etre resolus.
Au contraire. Les promesses d6magogiques entrainent que plus de frustrations
quand les resultats escomptes ne n'aboutissent pas. Les promesses qui ne sont
pas tenues entrainent plus de colere.

Les decisions economiques faciles, comme 6ter les taxes sur les produits
alimentaires imports, ne feront qu'aggraver les choses. Puisque ca ne fera que
d6truire la production nationale.

Les manifestations desastreuses ne font qu'aggraver la misere des plus
pauvres. Les manifestations ne feront pas baisser le cout de la nourriture au
contraire elles l'augmenteront. Les manifestations empechent les investissements
qui pourraient crier de nouveaux emplois dans le pays.

J'en profite pour feliciter la PNH et la MINUSTAH qui ont beaucoup
aide pendant cesjournees difficiles.

J'exprime mes sympathies a ceux-la qui ont perdus leurs biens, mes
condoleance aux familles qui ont perdus des parents.

Peuple haitien, je comprends votre colere et votre desespoir face a la
cherte de la vie. Par respect pour vous,je vous dis la v6rit6. Je vous propose des
solutions, des solutions durables. Prenons la route du d6veloppement durable, la
route qui commencera par nous tirer de nos problimes, aujourd'hui, et qui tirera
nos enfants et nos petits enfants de leurs problimes, demain, plus tard. Cette
voie est la voie nationale. La Subvention de la production nationale, la subvention
de la consommation nationale. Subvention pendant un certain temps pour
soulager afin de soulager la misere et la faim.

Pour ce faire, il faut reprendre le chemin de la paix. II faut travailler
ensemble. Apris les elections, nous avons mis en place un gouvernement qui a
mend a la stability politique. Aujourd'hui nous pouvons r6flechir sur le moyen
d'ouvrir la participation politique dans le gouvernement et dans les fonctions
publiques. C'est aussi le moment d'6valuer le travail de ce gouvernement.

Peuple haitien, vous qui souffrez, vous qui etes dans les rues a cause de
la cherte de la vie, je vous demande de vous CALMER. Ceux qui creent les
troubles et le desordre, ce qui d6truisent les biens, ceux qui lancent des jets de
pierres, qui incendient,je vous ordonne d'ARRETER. La police, ne tolerera plus
ce desordre. La population ne l'acceptera pas non plus.

Rktablissons la paix, afin que tout ce que je viens d'6noncer puisse se
mettre en application dans la solidarity.

Unissons-nous. Nous travaillons et nous esperons trouver les solutions,
les solutions durables qui nous sortiront des difficulties dans lesquelles les
politiques demagogues nous ont plong6s depuis des annees et des annees.

La solution n'est pas facile, mais la production nationale est la meilleure
voie. C'est la meilleure voie pour nous aujourd'hui et c'est aussi la meilleure
pour nos enfants demain.


Tenezferme


Page 17









Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


Allez de CAHIER a RUSSES, en utilisant des mots du du vocabulaire
frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


Solutions de la
semaine passee:

B 0 UCLE

S 0 U C H E
S 0 U C I E
S 0 U C I S
R 0 U M I S
SOUCIE

SOUMIS
ROUMIS


Solutions de la semaine passe:

T B L A T MG R R G J C S







I R S UET
E R I NM NP GO RE Y G A F
E ]' H LA F^J
1 0 l NH A A T H AL, I I UPII N I L H I L

KC ; EG H K ) HL E EH
I E L 7 IJ D I R S, E / C 0 IZE
/Z 1, L E gxT > GH E KA A R J L E
Z U I A B CI J K CX CO4 U T 0 S
Q _POC S S L RR1%IEEE U D H 7. I
C IA R TDLIDI R S U E T
N N I FH N P B D EGE H L X L U
U E C(P E A R S\ONH I,, ARA F AT
JCT R I MB L ERY U S WU


HORIZONTAL
1. Interpide- 2. Religieux-
3. Pronom 4. Roche -
5. Pronom Departement frangais -
6. Ville d'Erythree -
Du cote du soleil levant -
7. Dechiffr6 dieu egyptien Pronom -
8. Abats..
VERTICAL
1. Propre 2. Oiseaux 3. Base -
4. Fille du roi Philippe d'Autriche Courbe -
5. Votre Excellence Or 6. Bord -
7. Recipient 8. Specialistes.


7h00-9h00 M61odie Matin avec Marcus
Informations, Interview, Anecdotes, Humour,
Analyses
Nos Chroniques:
L'Editorial de Marcus
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Litt6raire avec Dominique Batraville
Les Sports avec Mario Bareau
Les Invit6s du Jour
M61odie Matin chaque samedi est anim6
par F6quiere Raphael

l0h-Midi Le disque de I'Auditeur
animation James Prddvil

12:00-12h30 LeMidi
informations avec Laury Faustin

12h30-2h00 Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime

2h00- 3h00 C'est si Bon en chansons...
Emission de chansons francaises

3h-5hpm Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas
avec Doc Daniel et Captain Bill

5h00 Le Journal de 5 heures
avec Villette Hertelou

7h-8h30 AmorySabor con Luciani

8h30-9hoo Soir Informations

9h00 10h30 Notre Grand Concert
Lun. & Mer.: L'heure classique
Mar. & Ven.: Turgot Theodat tient I'antenne
Jeu. & Dim. : Jazz at Ten
Judy Carmichael regoit ses invites

9h00 et au delA Cavaliers, prenez vos dames
(Samedi) 50 ans de succ6s populaires haitiens




e Aet ffit 4 es 'a4aee /


"Copyrighted Mater ial

SSyndicated Content

Available from Commercial News Providers"
















Assassinat d'un policier de la Minustah le samedi 12 avril
Un policier du contingent Nig6rian de la Mission des Nations Unies en Haiti a &6t tu6 au
centre ville de Port-au-Prince dans l'apres midi du 12 avril.
Selon des t6moins, le tireur a pris la fuite imm6diatement apres son forfait. Une vive
panique a r6gn6 pros de la cath6drale de Port-au-Prince, ofi l'incident a eu lieu.
La Minustah a annonc6 l'ouverture d'une enquete pour determiner les circonstances de cet
assassinat et conduire les coupables devant la justice. Une unite de la police scientifique
des Nations Unies s'est port sur le lieu du crime et a proc6d6 A l'analyse du corps.
La mission des Nations Unies a fermement condamn6 ce meurtre et annonc6 l'ouverture
d'une enquete en coordination avec la police judiciaire haitienne.

Trois Casques bleus du Sri-Lanka bless6s par balles mercredi (9 avril)
Trois Casques bleus du Sri-Lanka ont &6t bless6s par balles mercredi par des inconnus
dans la banlieue de Port-au-Prince, secou6e depuis le d6but de la semaine par des 6meutes
de la faim, a appris jeudi l'AFP de sources onusiennes.
II s'agit des premiers Casques bleus bless6s par balles depuis le d6but des troubles en Haiti
d6but avril.
Les trois soldats, membres de la Mission de stabilisation de l'ONU en Haiti (Minustah) ont
&6t bless6s dans le quartier de Carrefour, au sud de la capitale.
"Les militaires ont essuy6 des tirs alors qu'ils 6taient en patrouille. Ils n'ont pas ripost6
aux tirs et n'ont pas pu identifier leurs agresseurs", a indiqu6 la porte-parole de la
Minustah, Sophie Boutaud de la Combe.
La vie des Casques bleus n'est pas en danger, selon l'ONU.
Depuis le d6but des 6meutes de la faim en Haiti, plusieurs installations de l'ONU ont 6te
saccag6es. Au moins cinq v6hicules de la mission ont &6t incendi6s par des Haitiens en
colkre.
Lors de manifestations, des jeunes ont lanc6 des pierres contre les soldats et policiers de la
Minustah qui ripostent avec des gaz lacrymogenes et des armes non mortelles pour
disperser les manifestants, a-t-on pr6cis6 de source onusienne.

L'Etat n'a pas les moyens de d6dommager les membres du secteur prive
Interrog6 sur le d6dommagement des propri6taires d'entreprises saccag6es ou pill6es lors
des manifestations, le president Pr6val a fait valoir que l'Etat n'a pas les moyens pour
r6parer les torts causes aux nombreux entrepreneurs. "Ce n'est pas r6aliste de parler de
d6dommagements", a-t-il dit, expliquant qu'il serait impossible de r6pertorier tous les
entrepreneurs tant des secteurs formel et informel, victims des casseurs.


Page 18


Al Sadat
Annan
Arafat
Bank
Begin
Belo
Boraug
Brandt
Carter
Cassin
Corngan
De Klerk
Ebadi
Elbaradei
Esquivel
Gorbachev
Gore
Hammarskjold
Hume
Jouhaux
Jung
King
Kissinger
Lutuli
Maathai
Mac Bnride
Mandela
Marshall
MenchuTum
Myrdal
Noel Baker
Pauling


-- -


1iM


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

RM

RT E

E U


Solutions de la semaine passee
HORREUR


Am- I


<4. 1 .0i, rT[][]i HPli[ I [ ,"II Ii iIii I i I[iI ii ,iI i [i ]ii _


jlAjHj jI U


RI U S S E S


in


^i 11 4 iL.








Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


ti Gout pa ti Gout ak Jan Mapou


Nbt etimolojik
AK MAX M4ANIGAT*

TANMA : SERKA, SIFE, SYOKA
Mo seka /s&rka (nan Nb)-a nan Haitian-
English Dictionary, Bryant C. Freemann (2004, p.
342). Tradiksyon angle-1 se: "pen, corral ;pigpen,
sty; playpen" :, pak, korel, pak kochon, pak potatif
pou ti bebe jwe. Laverite : kote m' elve-a pa te
ganyen : pak potatif pou ti bebejwe. Sirka se e mo
panybl : cerca ki vle di : lantiraj, lantouraj; pak
pou zanmimo.
Mo korl-la fe-m sonje youn mounn mwen
te renmen anpil. Li te asistan veterin6; li te travay
nan korel ki kole avek gran prizon Okap-la sou
Channmas. Nou te rele -1 : Tanm. Mwen rakonte
youn moso nan istwa-1 nan paragraf pi ba yo.
%
Sife se youn jan nou di : wi nan Nb. Jules
Faine fi nou konnen < sifait / sife, sifaitt/ sift >
soti nan dyalik anjven (Anjou, youn ansyen
pwovens nan lwes peyi ki Lafransjodi-a).
Nou pa tande mo sa-a ankb men l mwen
te piti Okap li te fasil pou tande. Mari Grann-mwen,
Bethelmar Vilmar, neg Lakildepen, pa te preske
janm di: wi; sete toujou : sife. Mwen pajanm kwe
n'ap jwenn youn lbt mounn ki pote non Bethelmar
avek siyati :Vilmar tou. Mwen sipoze tit Vilmar-la
se t'ava youn non panybl paske zbn Lakildepen-an
gan anpil kontak avek Dominiken. Misye te beg
(beke nan Nb). Eske sife te pi fasil pou li pase : wi?
Li li tejenn boug, 19-an konsa, younn nan
gran jeneral kako-yo te pran tinonm-nan pou pote
manchdt-li. Nan epbk sa-a jenn ti mal neg sa-yo
poko te mete pantalon ; se kanmizbl ki te sou yo.
Ti non jenonm-nan sete Tanma. Tanm -
se konsa nou te rele-1 t'ap twote dey6 chwaljal-la
avek djenn manchet-la kwoke nan zepbl-li avek
youn kbdon an kui. Li te soutni-1 avek anndan bra-
1 pou li pa te souke twbp. Kou jal-la te rete chwal-
li, Tanm te pou pwoche pou jeneral-la te rale
manchet-la si li te vie. Pi souvan sete pou konmande
youn atak. Dbt fwa sete pou koupe tdt youn lWnmi
oswa youn sblda ki te mete misye an kbl6. Li bagay
sa-yo te rive, tinonm-nan te konn tranble kou fry
bwa, pedi lapawbl pou plizy6 jou. Sanble menm
sete konsa beke-a te konmanse.
Mwen pa fin sonje nonjeneral-la. Sa ki vin
nan lide-m se vye non sblda yo te bay younn nan
chef kako nan zbn-nan : Manch&t Trennen. Poutdt
longer manchet-la epi tou pou longer sa Bondye te
bay misye-a. Pa kwe se doub m'ap bay. AlixMathon
youn womansye ki ekri : La fin des baionnettes
(1972) rakonte istwa gason sa-a ki pa te betize avek
ni younn ni lbt nan manchdt-yo.
An n' tounen sou Tanm. Lb Blan meriken
debake nan peyi-a an 1915 yo te konmanse lag6
kont Kako-yo. Jal ki te gan Tanma kbm ti sevit6
li-a kraze raje ; merinken-yo arete ti jenonm-nan,
yo anwole-1 nan jandam. Mwen te jenn ti bway l1
misye vin fe afe avek Grann. Li sa-a, li te kaporal
k'ap okipe chwal ofysye okipasyon-yo nan korel
Okap-la.
Sife, Tanm te viv tou evennman sa-yo. Li
te rete nan lame jouk li te pran retrdt-li. Pesonn pa
janm konnen laj-li paske li pa te gan batiste. Misye
mouri nan laj 90-an konsa oswa menm plis.
Nou te renmen Tanm anpil ; youn neg ki
te fini pa aprann siyen non-li nan granmounn-ni men
ki 100 fwa pi sipery6 pase nenpbt politisyen
kowonpi.

%

Syoka [N] : se pa youn mo nou tande
souvan. Yo konn di: chyoka tou. Epoutan se kolonn
: djblsbt, makout, makouti, ralfb. Freeman ganyen-
1 men se youn lbt jan pou di : sizoka. Jeannot
Hilaire ak Pierre Anglade pa konnen-1. Se Jacques
J. Garcon ki fe-m sonje-1.
Pou granp6 adbptif sa-a, ki nan lye verite-
1 pandan mwenmenm mwen nan manti, m'ap fini
atik sa-a an kreybl nan Nb.
Tanm te toujou pote manchdt a jeneral-la
pandye nan youn zepbl epi youn syoka pandye nan


lbt-la. Se ladan-y li te sere moso pendou, moso sesin
ake youn ti kalbas dlo pou te twonpe grangou, pou
gaz pa te fin anpare-y.

* Max Manigat se ot6 Patamouch. Etimoloji -
Literati Rep6taj (2007). 266p.

=================================


Lekbl de Dra
AK : JAK J. GASON / JACQUES J. GARCON

Me youn moso koze m'ap pote kbm pou
prezante youn omaj pou P6 Moris Siksto/Maurice
Sixto, youn talan m'apresye anpil. Konsa m' kbm
konn pase jounen m'ap koute li,
m' pajanm bouke.
%
Youn sitwayen Pbtoprens, neg lajan, plase
youn randevou pou mwen ak youn mdt. Pwobfrs
lekbl, jounalis, istoryen, avoka anfenyoun save total
kapital, pou li ka poze wen kek keksyon anwo zafer
fe tablo atis. Ker-an-m sou biskdt! Sa, plis ankb
foto-an-wen, apway anwo jounal. M'fin awoyo, se
koze sa-a m'ap rakonte tout zanmi, fanmi tout
lasentjounen.
Lavi atis, sitou pent, se youn lavi ki diffisil,
pa fasil mounn rich ? nan sa. Raman, youn grenn
atis ka mare youn byen la ; men fbk li leve jwenn
fanmi li pa t' twb mal, tankou paran AlfredRenoir,
youn atis pent franse. Apwe sa, anpil lbt pran baf.
Modigliani, youn pent italyenjouk rive mouri tebe
(touse) nan lari vil Pari. Antouka, yo pajanm fbse
pyes mounn pran wout sa-a, se youn chwa yo fe
pou tat-a-yo. Sa yo pran se lo kina yo.
Rankont-la pou 5-6r edmi nan apremidi;
m'sot lakay-a-wen denpi 3-6r, paske youn levenman
konsa, m' pa ka penmdt mwen rive anreta. Wen
soti Kafou, m'apway Bwavyrna. Nbmalman fb m'
ta debake lakay-a mdt-la tou fre, desann youn bil
laliy wi; men sa pa te frt konsa. Pa mande pouki,
pawbl pale pawbl konprann. Kidon, m' debake sot
nan kamyonndt Kafou-a kwen ri Sent Onore ak
boulva Jan-Jak Desalin. Etan la, m' prananwo 2
vityelo-an-wen m'apway dirije wen pou m' chankre
Channmas derefize devan Reks Teyat /Rex Thcitre,
chavire riyel Sensir/Saint-Cyr. Ri Sent Onore lonng,
m'ap piye monte, souf-an-m koumanse wo; men
m'ap ankouraje mete youn pye devan lbt : kanmenm
m'ap rive.
Antan m' bb mi lopitaljeneral-la bb li kole
ake lekol Dedwa-a, m' voye je-mwen, m' we youn
mouche grantbt6 k'ap fe youn alevini anwo twotwa-
a. Li sanble youn nonm ki frk ap gwosi, grandi tou ;
piske pantalon-a-y kbm youn jan twb kout epi li
ranmase de bb deya-a-y kbnmsi 2 ti sak manybk
graje, pwdt pou pete. Bwagdt kepi-a-y fi mounn
w6 se youn chef; paske li gan youn bblin, zam-a-y,
k'ap toumante bb kbt-a-y, tanzantan i soutni-y.
Mesye gan youn chemiz anwo-y, si li ta fi youn
twb gwo mouvman, li ka fann nan do, devan bb
vant-a-y, younn nan bouton-yo gan tan met deyb.
Msye-a sanble tou youn mounn k'ap pale
fb pou lezbt k'ap pase, tande.
M' tande-y di : < Koumanman mesye gade
youn peyi, m' fi sa m' pito, m' chef, anpi m' Lekbl
de Dra >.
Nou mdt konn soufri gaz, kolik vant; lr
ri kenbe nou nan youn pozisyon nou pa ka penmdt
nou ri, mezanmi se youn gwo doulr tou, se menm
youn danje; paske tande kote msye-a di li lekbl
wi, nou avay ri, l'ap tou vlope nou nan youn dra
tou vivan l'ay lage nan youn twou, sitou se sa gan
l l'ap aprann fe la.
Pou m' rale youn souf, pou m' chape kb-
an-m pi Iwen tou ; kon w6 mounn fou, m' tanmen
di : colonne en avant Aupas un deux, un deux,
un deux, un deux...
Aaaaa! nou pa te konnen si te gan Lekbl
de Dra an Ayiti!

* Jacques J. Garcon ap ekri youn liv : Anba bouch
a Grann Mari.


Manje Okap : vyann bef,

chou karayibl ake

touloulou2
AK MAY4ANIGAT

Denye fwa Sosyete Koukouy te sevi
chokola onwa nan younn nan aktivite l'yo, tout
mounn te bwe sa ... Se Mikdt Wainwright ki te
prepare dapre youn rest Marguerite Manigat
Pauld, oth liv La cuisine de Margot. Best Haitian
Recipes. (2001)-an.
Jodi-a mwen ta renmen ban nou youn lot
rest ki soti nan liv-la. Se : vyann bef, chou
karayib ake touloulou, Mwen tradui-1 soti an
angle pou mete-1 an kreybl.

%

VYANN BEF, CHOU KARAYIB AKE TOULOULOU (pp. 59-
60)
Pou sis mounn
1 /2 liv vyann bef koupe an kib
34 liv zo kou kochon
34 liv vyann kochon sale ave zo
4 gwo pake chou karayib (kilenmbe nan
Sid; nou kapab ranplase-1 avek zepina)
1 douzen touloulou (youn ti krab wouj ; nou
kapab ranplase yo avek ti sirik)
1 /2 tas luil
4 sitwon
Ten fre
PNrsi, lay, sive, pile ansanm
4 tas dlo
1 gwo zonyon koup an tranch
1 kiye sel
1 piman bouk ; mwatye si nou pa manje pike

Netwaye epi asezonnen vyann-nan avek le
sl, lay, siv, pesi, epis, akji sitwon-an. Wousi
vyann-nan ; men kontinye brase-1. Ajoute 4 tas
dlo-yo epi kite-1 kuit sou ti dife pou 30 minit
osnon jouk vyann-nan lage. Li li bon, wete-1
mete akote men kite ji-a nan chodye-a. Si n'ap
mete touloulou, netwaye yo, wousi yo nanji
vyann-nan. Mete yo akote avek vyann-nan. Rense
chou karayib-yo byen rense anba youn wobindt
dlo. Ajoute yo nan ji vyann-nan, Kite yo kuit
jouk tan tout dlo-a fin evapore ; yo gan pou yo fin
lage ndt. Mitonnen yo avek youn kiye bwa.
Melanje vyann, touloulou avek legim-nan.
Mete piman avek tranch zonyon-yo.
Sevi-1 avek diri blan, zaboka, bannann miske
bouyi.
%

Chokola onwa-a sete kouzin Mikdt ki te
prepare-1. Enben, fwa sa-a se kouzin Lblbt ki pral
fi nou manje VYANN BEF, CHOU KARAYIB AKE
TOULOULOU -a.
3 Chou karayib :
4 Touloulou :

=================================


Lodyans

Youn blag Ton Mby
Jounal Le Nouvelliste tande bri kbmkwa
Moris Siksto kandida. Menmjou-a li soti avk youn
atik : "Maurice Sixto est-il dominicain?" Sa w-
tande a, nan tout Gonnayiv, nan tout Pbtoprens se
youn sdl pawbl: < Neg Siksto sa-a gentan ipokrit.
Misye te Dominiken sou mounn la-a, pesonn
pa janm konnen. >
Se konsa yo touye koultv san baton! Kote
Le Nouvelliste pran pawbl Siksto kandida-a ?
Antouka, si Ton Mby ta soufri maladi depite osnon
senate jounal-la tou ba-1 prenga. Konstitisyon
ayisyen-an di : < Pou depite [osnon senate] fbk ou
Ayisyen ... > Konsa, Siksto mouri nan fim-nan ...
li pa sitwayen ayisyen ; se Dominiken li sanse ye.
Li pa ka kandida. M. M.


Page 19







Mercredi 16 Avril 2008
Haiti en Marche Vol. XXII No. 12


~ 05\-945-8814 1-866-FLA
S sFestival.nelt VIP Seating Avo

Manifestations & Degats
touchant le secteur prive


iC opyrighted Materia
- Syndicated Content -
Available from Commercial News Providers"


Destruction des bureaux d'Air France et du restaurant
Le Cafe-Terrasse au Champ-de-Mars (photo Thony Belizaire)

Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 2245-1910, Fax 2221-1323
Miami
173 NW 94h Street
Miami, Florida 33150
Tel. 305 754-0705 / 754-7543 Fax 305 756-0979
New York 914358-7559 I Boston 508 941-6897
Montreal 514 337-1286
email: melodiefm@hotmail.com I haiti-en-marche@hughes.net
URL www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064 3896


ADOMI PURCHASING AGENCY
Tel.: 786-457-8830 Fax: 305-756-0979 e-mail pasacalia@aol.com


"l P Appelez sans f Fs
USA/Canada: 1-800-934-0440 *oudHaita: 5
www.camtransfer.co
Approuv6e par les autorits bancires de
New York, New Jersey, Connecticut. Rhode Island, Massachusetts WashingtonE orge e Floride
C EU 1aMeeaerJue tadtintllJJ

ww .Ml emhiiam


POUR TOUS VOS ACHATUr Equipements pour construction
PiMccs de voiturc / Camion / Equipmcnt medical
Par avion ou par bateaa


Page 20


1984-2008
CAM, 24 ans de leadership
inconteste sur le march
des transferts en Haiti,
renforce son service





PICKUP



SLe plus grand r6seau PICKUP
avec plus de 400 Agents Payursn Hati
* M6mes tarifs en provinces qu'a Port-au-Prince
Le meilleur r6seau temps reel
*Transfert disponible a la second
Livraison iAdomicile
CAM, pionniere et seule compagnie garantissant
la livraison en moins de deux heures.
CAM D6pot Rapide
Votre argent peut etre d4posc dans n'importe
quelle banque en Haiti.
Produits Alimentaires
Grande varinte de produits
Meilleure quality sur le march I
Une fois de plus, pionniere a
-lk introduire ce service. ec




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs