Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00291
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: December 28, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00291
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00012-28-2005 ( PDF )


Full Text

















Haiti en Marche edition du 28 Decembre 2005 au 3 Janvier 2006 Vol. XIX No. 48


Les anti-elections tentent leur dernier
POLITIQUE
PORT-AU-P 2 I electoral afini par se ranger lui-meme parmi A la veille du scrutin, 8 janvier 2006,
PORT-AU-PRINCE, 26 p ng p
Dcembre C'. Le c l les opposants aux elections. le president du CEP, Max Mathurin, d6couvre
D6cembre C'6tait aprvoir. Le conseil rn tt nn


HAITI: APRES L'ASSASSINAT

DU POLICIER CANADIEN


SAMEDI UN SOLDAT JORDANIEN

A ETE EGALEMENT TUE


sou aUlUIlll c Lue LtULt i I monlUl
savait: la distribution des cartes
6lectorales est mal faite et les
bureaux 6lectoraux sont mal
places.


Que faisiez-vous ma
bonne commbre?, dit le
personnage de la fable.
Apres deux annees en
exercice, M. Mathurin d6couvre
tout aussi brusquement que
l'institution qu'il dirige n'a
aucun pouvoir, tiraill6e entre
l'ex6cutif qui fixe les 6ch6ances
a sa place, 1'OEA qui tient les
cordons de la bourse et la
Minustah (ONU) qui d6tient la
logistique.
I1 est probable que le
president du CEP n'est pas aussi
innocent qu'il veuille le paraitre.
La composition du
conseil electoral a &te partag6e
entre secteurs politiques de facon
a faire le plus possible
obstruction au secteur Lavalas,
comme le souligne Marc Bazin
(Union Pour Haiti) dans une
interview a l'Agence Haitienne
de Presse (AHP).
Mais voilh, il y a la
politique en chambre, et la
politique sur le terrain. Et en ce
moment, les elections sont
menacese" d'un nouveau raz-


"e chance
de-marde Lavalas sous la houlette
de l'ex-president Rend Prdval
(1996-2001).
C'est la panique, celle-ci
renforcde par les resultats d'un
sondage organism dans les premieres
semaines de novembre sur demande
de l'Ambassade amdricaine (CID-
Gallup) qui place Prdval loin en tte.
Tentatives de diabolisation.
Tentatives d'alliances. Mais le
temps presse. On est a deux
semaines dujour J.
Pas 6tonnant alors que le
CEP lui-meme, un conglom6rat de
l'ancienne opposition, sejette dans
la bataille. Tu quoque fili.
Nous pouvons nous
tromper, mais comme dit la
chanson, Dieu que qa lui ressemble!

"Le r6le positif" de la
colonisation ...
En meme temps qu'un
reportage parait dans l'Express (on
sait le r6le de la grande presse
francaise dans le renversement
d'Aristide) comparant une
6ventuelle victoire de Prdval a un
remplacement de Saddam Hussein
par son bras droit et homme de main

Mais ne pouvant
s'emp6cher de taper aussi sur cette
Haiti dont il ne sortira jamais rien
de bon. Pour avoir refuse, bien
(voir Elections / 4)


Le 8 j anvier n'aura


probablement pas lieu


PORT-AU-PRINCE, 3 Dd-
cembre Les elections a $60 millions a
nouveau renvoy6es. Les elections les
plus cofiteuses, dans un pays oni il y a
tant de d6fis a relever, constatait cette
semaine l'administrateur regional de
1'USAID (Agence des Etats-Unis pour
le d6veloppement international), et qui
seront de toute evidence reportees pour
la quatribme fois ...


C'est du moins ce qui ressort du
discours des officiels aussi bien nationaux
qu'internationaux, de plus chacun se
renvoyant la balle.
Le president du CEP (conseil
electoral provisoire) a tire la sonnette
d'alarme. Selon Max Mathurin, les dates
du 8 janvier 2006 pour le premier tour, et
du 15 fevrier s'il y a lieu pour un second
round, n'avaient pas Wtd decides par le
conseil electoral, mais par le gouvernement


int6rimaire en accord avec l'international, plus
pr6cis6ment 1'OEA (Organisation des Etats
Amdricains), celle-ci aurait donn6 l'assurance
que la distribution des cartes d'identification
nationale (traduisez cartes 6lectorales) serait
terminde le 25 d6cembre.
Or on est encore loin du but.
(voir 8 Janvier / 4)
Le sous-secr6taire d'Etat americain,
Nicholas Burns, venu encourager le
processus electoral en Haiti


CHRONIQUE
PORT-AU-PRINCE, 24
D6cembre La crise politique est r6duite
aujourd'hui a un fil: elections ou pas


Une fin d'annee pas

tout-a-fait comme les autres


elections?
Si la violence n'a pas
disparu, mais d6sormais on
voit plus clair: elle est
principalement le fait de
gangsters qui tuent pour de
l'argent, ou enlevent pour
toucher une rancon. Du
banditisme purement et
simplement. Comme dans
beaucoup d'autres capitales du
monde.
Tout en 6tant une
s6quelle de la crise politique,
on ne peut autant parler de
violence politique.


Et quand des manifestants s'en
prennent violemment a la visite du
president dominicain a Port-au-Prince, ce
ne sont pas des "chimbres" aristidiens,
mais des 6tudiants qui avaient march en
f6vrier 2004 dans les rangs de l'opposition
anti-Lavalas.
En une annde, un peu d'eau a tout
de meme could sous les ponts.
Le visiteur qui d6barque peut
cependant ne pas s'en rendre compte. Les
rues de la capitale sont toujours aussi sales
et d6fonc6es. Et encombrdes.

Pktionville A l'image de la
capitale ... (voir Fin d'ann&e / 5)


I _________________________________________________________________________


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere (Bois Verna)
Tel.: 245-1910
ou 74 bis Rue Capois ( M6lodie FM)
Tel/Fax: 221-1323 ou 417-0384

Miami
173 N.W. 94th stret
Miami, Florida 33150
Tel.: 305-754-0705
Fax: 305-756-0979
New York
914-358-7559
Boston
508 941 6897
Montreal
514-337 1286

email: haitienmarche@direcway.com
URL: www.haitienmarche.com
Library of Congress # ISSN 1064-3896


-- - --- -- --- ---- --- ... .. ... ...







EN PLUS...


EN BREF...


Mercredi 28 D6cembre 2005
H-Taiti pn Marhh Vnl YTY Mn r48


nu- lvldltIW V I I *NV ~.


I-_-- ._ I
I a & lob, _


'"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Pe,, "m, e h


Activities paralysees dans

les tribunaux en Haiti


PORT-AU-PRINCE Des
magistrats haitiens continuent pour la
deuxieme semaine consecutive de refuser
de singer pour protester contre une
decision du gouvemement de mettre a la
retraite cinqjuges de la Cour de cassation,
selon des sources judiciaires.
Les activities restent paralys6es au
Palais de Justice de Port-au-Prince. Le
gouvernement haitien a, par arret6 le 9
d6cembre, mis a la retraite 5 juges de la
Cour de cassation, imm6diatement
remplac6s. Cette mise a pied est intervenue
24 heures apres une autorisation de la
Cour, la plus haute instance judiciaire du
pays, faite a un candidat americain
d'origine haitienne de participer a
l'dlection pr6sidentielle du 8 janvier.


Le gouvemement est oppose a
cette candidature et soutient que la
Constitution haitienne l'interdit. "La
plupart des juges 6taient Ag6s et n'etaient
pas malheureusement aussi performants
qu'avant", a expliqu6 Michel Brunache,
directeur de cabinet du president Boniface
Alexandre.
Les nouveaux juges de la Cour
n'ont pu entrer en fonctions en raison de
l'opposition des gr6vistes qui veulent que
le gouvemement revienne sur sa decision.
L'un des juges limog6s, Michel Donatien,
l'a qualifide "d'acte illegal et arbitraire".
L'association nationale de
magistrats (Anamah) et l'association de
femmes juges avaient d6cr&t6 le 12
d6cembre une semaine de "deuil" dans les
tribunaux.


Assassinat d'un policier canadien de I'ONU: Ottawa
appelle a une enquete
Le gouvernement du Canada a condamn6, le 21 d6cembre, le meurtre d'un policier Canadien de
1'ONU, Mark Bourque, survenu le mardi 20 d6cembre en Haiti.
" Le Canada condamne cet acte de violence insens6 perp6tr6 contre un compatriote qui a ceuvre
de maniere exemplaire pour son pays, aussi bien au Canada qu'a l'6tranger ", a declare en
substance le Premier ministre Paul Martin.
Pour sa part, le ministre canadien des affaires 6trangeres, Pierre Pettigrew, qui s'exprimait sur
les ondes de la chaine canadienne d'information en continu RDI, a demand aux Nations unies
d'ouvrir une enquete sur cet assassinat.
Selon le Premier ministre Paul Martin, Mark Bourque, qui est un ancien membre de la
Gendarmerie royale du Canada (GRC), a p6ri sous les balles de tireurs embusqu6s "
II a ete atteint, selon la Mission de stabilisation des Nations unies en Haiti (MINUSTAH), pres
d'un point de control de la force ONUsienne, sur la route nationale numero 1, non loin de Cite
Soleil, une agglomeration sensible qui demeure un d6fi pour les forces regulieres de s6curite.
Mark Bourque, 57 ans, faisait partie d'un contingent de 25 policiers d6peches par le Canada en
Haiti en appui a la MINUSTAH dans le cadre des prochaines elections presidentielles et
legislatives dont le premier tour est prevu pour le 8 janvier 2006.

Les Etats-Unis condamnent aussi ...
A l'occasion'd'une breve visite qu'il effectuait a Port-au-Prince le 20 d6cembre, le sous-
secretaire d'Etat americain aux affaires politiques a condamn6 l'assassinat du policier canadien
de la Police des Nations unies (UNPOL).
Nicholas Bums s'est 6galement prononc6 sur la recrudescence des rapts en Haiti, tout en
affirmant sa confiance dans la capacity de la MINUSTAH a permettre la tenue des prochaines
elections dans un environnement securitaire.

Les autorites dominicaines relancent les operations de
deportation d'Haitiens le jour de Noel
Les deportations massives brievement gel6es ont ete relanc6es de facon spectaculaire par les
autorit6s dominicaines a l'occasion des fetes de fin d'ann6e. Au moins 500 ill6gaux haitiens ont
ete rapatri6s dimanche apres avoir ete arret6s au cours des trois demiers jours a Santiago, deuxieme
ville de la Republique Dominicaine, ont indiqu6 des sources officielles. Des operations similaires
ont ete enregistrees 6galement dans les villes de La Vega et Moca, situ6es tout comme Santiago
dans la province du Cibao (nord).
Les autorit6s d'immigration soulignent que dans leur majority ces rapatri6s sont des enfants, des
femmes et des adolescents accuses d'avoir pratiqu6 la mendicit6 sous les feux de signalisation
routiere et sur les places publiques ou d'avoir ete cireurs de bottes et nettoyeurs de vitres de
vehicules. Beaucoup d'entre eux auraient ete autoris6s a recup6rer leurs effets personnels et a
prevenir leurs familles et leurs voisins avant de revenir en Haiti. Selon l'agence de presse
espagnole EFE, des activistes dominicains des droits humains ont observe le processus de
rapatriement de nos'compatriotes et n'ont pas fait 6tat de mauvais traitements a leur encontre.

Suspense autour des elections
Le president du Conseil electoral provisoire (CEP), Max Mathurin, a reclam6 quelques jours
avant de se prononcer, apres une rencontre vendredi avec des dirigeants de partis politiques.
"Nous allons faire une evaluation technique du processus et nous nous rencontrerons a nouveau
mercredi", a declare a 1'AFP Max Mathurin. "De leur cote, les partis vont faire leur propre
evaluation" en tenant compte des retards accumul6s dans l'identification des bureaux de vote et
la distribution des cartes electorales, a-t-il ajoute.
"La semaine sera decisive", a indiqu6 Max Mathurin, estimant que le gouvernement et les
partenaires intemationaux engages dans l'organisation des elections devraient 6galement se
prononcer.

Un groupe de partis politiques r6clame le depart du
gouvernement
Un groupe de partis, membre du Conseil national des partis politiques (Conaced), a reclam6 la
admission de l'actuel gouvernement de transition dirig6 par le Premier ministre Gerard
Latortue. "Ce gouvernement a 6chou6. I1 doit partir au plus tard le 31 d6cembre et laisser sa
place a un gouvernement d'union nationale qui viendra organiser les elections dans 90 jours", a
declare Osner F6vry, membre de ce regroupement.
Le Conaced a souhait6 que le control du processus electoral soit confi6 aux Haitiens en tenant
compte de ce qui a 6et deja fait.

Juan Gabriel Valdes : la decision est du ressort des
autorites ha'itiennes
Jeudi, le representant du secretaire general des Nations unies en Haiti, le Chilien Juan Gabriel
Valdes, a r6affirm6 la determination de la Mission de stabilisation de l'Onu en Haiti (Minustah)
a assurer la s6curit6 lors des elections. "La Minustah a pris toutes les mesures n6cessaires dans
le cadre de son mandat en augmentant ses ressources humaines et materielles destinies aux
activities electorales", a declare Juan Gabriel Valdes.
La Minustah compte 7.500 militaires et 1.987 policiers intemationaux en Haiti.
Le chef de la Minustah a pr6sente la tenue d'elections libres et transparentes comme une priority
pour Haiti, reconnaissant toutefois qu'il existait encore des difficulties a surmonter pour leur bon
deroulement. "La decision finale concemant le calendrier reste du ressort des autorites
haitiennes", a-t-il souligne.

Activities paralysees dans les tribunaux
Des magistrats haitiens continuent pour la deuxieme journe consecutive de refuser de singer
pour protester contre une decision du gouvemement de mettre a la retraite cinqjuges de la Cour
de cassation.
Les activities restent paralys6es au Palais de Justice de Port-au-Prince. Le gouvernement haitien
a, par arret6 le 9 d6cembre, mis a la retraite 5 juges de la Cour de cassation, immediatement
remplac6s. Cette mise a pied est intervenue 24 heures apres une autorisation de la Cour, la plus
haute instance judiciaire du pays, faite a un candidat americain d'origine haitienne de participer
a l'l6ection presidentielle du 8 janvier. Le gouvernement est oppose a cette candidature et
soutient que la Constitution haitienne l'interdit.
Les nouveaux juges de la Cour n'ont pu entrer en fonctions en raison de l'opposition des
grevistes qui veulent que le gouvemement revienne sur sa decision. L'un des juges limog6s,
Michel Donatien, l'a qualifiee "d'acte illegal et arbitraire".

Une nouvelle valse d'incertitudes
L'organisation Fanm Yo La (Les Femmes sont Presentes) et le R6seau des Femmes Candidates
Pour Gagner (RFCG) ont exprim6 le 22 d6cembre des preoccupations quant a la tenue des
prochaines elections, fixes 6ventuellement au 8 janvier 2006.
Suite a des revelations du president du Conseil Electoral Provisoire (CEP), Max Mathurin,
faisant 6tat de difficulties dans le d6roulement du processus, Marie Laurence Jocelyn Lassegue,
secretaire g6enrale de Fanm Yo La a declare a la presse : nous ne comprenons pas
pourquoi, 18 jours avant la tenue des elections, le CEP a choisi de faire savoir a la population
que l'Organisation de Etats Americains (OEA) ne lui a jamais donned le plan de distribution des
cartes electorales "
La dirigeante de Fanm Yo La rappelle que les responsables du CEP avaient donned la ferme
garantie de la tenue de bonnes elections le 8 janvier 2006. Nous demandons au CEP de cesser
les manoeuvres dilatoires ", s'exclame-t-elle.
Marie Laurence Jocelyn Lassegue precise que l'organisation f6ministe, de concert avec la
soci6et civile et les partis politiques, avait propose au CEP un 6ch6ancier et un chronogramme
d'activit6s qui n'ont pas ete pris en compte. (voir En bref / 18)


Page 2


Ouvriers haitiens et dominicains,
mem e combat ... LirePage 12








Mercredi 28 DDcembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No 48


Page 3


I L'ACTUALITE EN MARCHE I


r1w kmeor le dr

Irr he 1ItICwir* Xkpas wr


Max Mathurin, president du CEP
Yonel Louis


"Copyrighted Material


I U" Syndicated Content iit'


Available from Commercial News Providers"


"Faisons route ensemble"


/N SOMMAIRE
ANALYSE
Les anti-elections tentent leur dernire chance p.1
DRAME
La pr6sentatrice vedette de T616max sauvagement tude
par son epoux p.2
CHRONIQUE SANGLANTE
Un casque bleu jordanien tum p.3
Assassinat d'un policier canadien la meme semaine p.7
ELECTIONS
Le 8 janvier n'aura probablement pas lieu p.1
Le sondage dont on ne parle pas p.5
Bazin accuse le CEP et le Gvt. p.6
La seule candidate s'affirme sans complexes p.7
L'ACTUALITE EN MARCHE
Une fin d'ann6e pas tout a fait comme les autres p.1
Activit6s paralys6es dans les tribunaux p.2
SOCIAL
Ouvriers haitiens et dominicains, meme combat ...
p.12
L'attribution des parcelles p.16
ARTS & SPECTACLES
Le retour des Fugees p.20
LIBRE PENSEE
Respect p.8
INTERNATIONAL
La Bolivie se donne son 1" president indien p,15
\________







I UNE ANALYSE I


Mercredi 28 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol XIX No 48


Les anti-elections tentent leur derniere chance


(Elections ... suite de la lere page)
6videmment, de reconnaitre "le r6le positif" de la
colonisation en chassant les Francais en 1804.
Mais fine mouche, la propagande anti-elections
fait courir le bruit que c'est l'international qui n'en veut
pas. Les blancs ne veulent pas partir. Les blancs ont
organism la pagaille pour nous faire perdre la tate, et nous
diviser encore plus. Etc. Comme si les blancs avaient besoin
de tout Fa.
II peut y avoir en effet des secteurs ultras a
Washington ou a Paris qui passent leur temps a cela ...
Mais traditionnellement nous ne nous faisons pas
prier.

Profiteurs de la destabilisation ...
Done on en est l1 aujourd'hui. Il n'est pas besoin
d'autres commentaires. Les anti-elections sont bien
retranch6s dans le pouvoir. Certains ont pour mission
d'alimenter subrepticement le feu couvant sous le moindre
incident, comme le renvoi des 5 juges en cassation, ou la
visite mal inspire du president dominicain Leonel
Fernandez.
Il y en a qui ont t& hors du system depuis pres
de deux d6cennies et qui ne peuvent se r6signer a
abandonner a nouveau la poule aux oeufs d'or.
Mais surtout la longue transition toujours
recommenc6e a fait la fortune politique, si ce n'est la
fortune tout court, de plus d'un ...
Les 6ternels profiteurs de la d6stabilisation.
Sans oublier certains Fanmi Lavalas qui n'ont
d'autre religion que le fanatisme (dont ceux-l qui font
semblant).
Ils sont probablement diffirents secteurs locaux
a vouloir au moins le renvoi perp6tuel des elections, et pas
forc6ment tous pour les memes raisons.

Have et have not ...


Done mime
quand les leaders
politiques ont sign un
pacte de non agression que
la question n'est pas pour
autant tranch6e. Ceux-l
manipulant le traditionnel
sentiment revanchard de
ceux-ci; mais mieux
encore la corde si sensible
entre les have et les have
not.
Plus certains
internationaux, qui ont
plus que jamais besoin du
"mauvais exemple"
haitien pour leur machine
a lavage de cerveaux, dans
leurs banlieues et outre-
mer ...
Oui, on en est 1I.
Il n'est point besoin
d'analyse ou de
commentaires l6abords. Conference
Les anti-elections sont bien retranch6s dans le systeme en
place. Pr6sidence, Primature, Gouvernement, Conseil
electoral, Conseil des sages, chambres patronales, ONG,
quoi encore!
Cela sans vouloir mettre en doute la volont6 du
president et du premier ministre int6rimaires eux-memes
de tenir parole et de partir comme prdvu.
Ni la sinc6rit6 de nombreux candidats a la
pr6sidence et autres, nonobstant leur appartenance. II a &te
amplement prouv6 que personne ne peut avoir le monopole
des bons sentiments, ni du programme parfait.
Oui, c'est la premiere fois que tout parait simple.
D'un c6td, candidats et futurs 6lecteurs attendent, le plus


de presse du Conseil electoral Georges Dup6
calmement du monde, le signal du depart. De l'autre, les
anti-elections multiplient leurs pirouettes ... pour continuer
a tirer les marrons du feu et rien d'autre.
Mais des fois, on croit tenir l'avenir d'un pays
dans sa main, sans voir qu'on a la main qui tremble.
C'est le drame des fins de regne difficiles.
Victor Hugo 6crivait a Napoldon III: "Mais vous
ne prendrez pas demain a l'6terel."
Aujourd'hui on dit tout simplement: Hasta la vista
sefior!

Haiti en Marche, 26 D6cembre 2005


EDITORIAL

Le 8 janvier n'aura probablement pas lieu


(8 Janvier ... suite de la l1re page)
Mathurin a aussi sembl6 se plaindre que le Conseil
electoral n'ait pas le contr6le des finances (confides au
PNUD, institution de 1'ONU), ni de la logistique qui est
l'affaire de la Minustah. Raison pour laquelle c'est celle-
ci qui a adress6 a Washington la requate pour une dizaine
d'h6licopteres le jour du vote.
De passage mardi a Port-au-Prince, le sous-
secr6taire d'Etat Nicholas Burs n'a pas opind a ce sujet,
Washington ayant peut-6tre d6ji MvaluW que la date du 8
janvier ne tiendra pas.
Mais c'est un message pr6sentc ce jeudi, lors
d'une rencontre avec la presse, par le repr6sentant special
de 1'ONU, le diplomate Juan Gabriel Valdes, qui a fini par
convaincre de l'6ventualit6, sinon la certitude d'un nouveau
renvoi des elections.
M. Valdes ne semble pas l'accepter de gaiet6 de
ceur.
Nous le citons en vrac : La decision finale de
determination du calendrier des elections relive des
autorit6s haitiennes ...
Mais pour ajouter : On ne doit pas a cause de
problemes logistiques oublier l'espoir que le peuple haitien
place dans ces elections. "
On doit r6soudre les problemes logistiques, mais
on doit aussi rdpondre a l'espoir des citoyens. "
Beaucoup est dit dans ces quelques lignes ...
D6sormais ce sont les autorit6s 6lectorales qui font
le plus 6tat de problemes logistiques (retard dans la
distribution des cartes 6lectorales, placement des bureaux
6lectoraux trop loin des lieux d'habitation etc).
Selon le conseiller Patrick FHquiere, l'empecheur
de danser en rond par excellence, il faudrait au moins deux
mois suppl6mentaires pour assurer qu'on aura des elections
cr6dibles. (source Reuters).
Nous ne voulons pas conduire ce pays tout droit
dans un d6sastre conclut le president du CEP
Mais encore une fois, les autorit6s sont toujours
les dernires a se rendre compte de ce que le commun des
mortels avait pr6vu depuis longtemps, criait depuis belle
lurette sur tous les toits. Par exemple, les difficulties qu'on
rencontre dans l'application de la nouvelle carte electorale
dans un si court laps de temps et un pays avec tant de
problemes d'infrastructure. Sans oublier l'analphab6tisme.
Ainsi done, contrairement au pass, ce n'est pas
tant un massacre electoral que l'on craint par dessus tout,
qu'un d6sastre, une pagaille g6ante, un cataclysme


logistique majeur.
Y a-t-il une main en dessous, il pourrait ne pas en
manquer, comme dit le proverbe creole se sbt ki bay,
enbesil ki pa pran. Certains, et non des moindres, peuvent
chercher a profiter de
l'occasion a leurs propres
fins. Qui sait s'ils ne sont
pas ddji a l'ceuvre. Chats
faisant la chattemite ...
Revenons alors a
la petite phrase de Valdes :
" On ne doit pas, a cause
de problemes logistiques,
pi6tiner (et pour ne pas dire
constamment) l'espoir que
le peuple place dans ces
elections. "
Car on finira par
croire, comme disait un
c6l6bre homme de thditre,
que le peuple dans cette
histoire, c'est l'imb6cile
qui attend ...
On se renvoie
constamment la balle :
CEP, gouvernement et
international.
Mais, pour parler Juan Gabriel V
toujours comme au thditre, p
lass6 d'attendre et d'assister a toutes les contorsions de
ces acteurs qui lui ont vol6 pratiquement la vedette alors
qu'il est cens6 etre le personnage principal, attendons nous
que le public, pardon le peuple, finisse par crier cette fois :
Remboursez.
Quand on pense en effet, et pour r6p6ter
l'administrateur regional de 1'USAID, que ce sont l1 les
elections les plus cofiteuses qui soient (plus de $60 millions
et ce n'est pas fini, car il y a aussi, dit-on, les deficits et les


arridr6s) dans un pays, a-t-il not6 avec justesse, oi il y a
tant de d6fis a relever.
N'est-il pas tant que tous ces seconds r6les, mais
qui se prennent pour la vedette principale, entendez CEP,
W-7m m


'alds apr6s la liberation d'un kidnapped au Bel-air
photo Sophia Paris ONU/MINUSTAH
Gouvernement, International, Conseil des sages
s'asseyent ensemble, au meme endroit, au meme moment
(qu'en un lieu, en un jour ...) pour determiner un
calendrier qui soit vraiment d6finitif. Le dernier, et non
le moindre.
Mais pourquoi seraient-ils presses ?
L'imb6cile peut toujours attendre.

Editorial, Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


.... iii iii M iM iiii i
"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Page 4






Mercredi 28 Dhcembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No 48


Page 5


I DE L'ACTUALITE I


Une fin d'annee pas tout-a-fait comme les autres


(suite ae la lere page)
Petionville, faubourg r6sidentiel par excellence,
est d6sormais vaincu aussi par l'invasion infemale des
marchands de rue et des tap taps. Il est vrai avoisinant une
rage de constructions massives et gigantesques qui
menacent davantage encore et plus vite d'effacer tout ce
qui faisait le chic de ce refuge traditionnel contre entre
autres l'urbanisme sauvage de Port-au-Prince.
C'est un sauve qui peut. D'un c6t6 comme de
l'autre ... Mais ou l'on finit par se rencontrer. Le haut
commerce fuit le bas de la capitale dont beaucoup de
secteurs (ceux proches du bidonville de Cite Soleil) restent
encore sous la menace constante de bandes armies, ce qui
nous donne aujourd'hui des magasins de produits
industriels en plein coeur de Petionville ... Mais c'est le
meme petit peuple des quartiers populaires dits a risque ou
de non droit, comme Cite Soleil, qui pris entre deux feux,
entre les gangs et les forces de s6curite, s'enfuit 6galement
vers les faubourgs.
Le problem ne pourra donc etre r6gl6 si l'on tient
compte d'un seul 1eement de l'6quation.
Tout un petit monde: vendeurs ambulants aussi
bien que stores a appellation contr6lee, qui se bat pour un
pouvoir d'achat de la population encore plus r6duit
qu'auparavant.
Les bourgeois sortent peu. Cependant les
restaurants de Petionville ne sont pas vides. Mais c'est une
nouvelle clientele dominee par le personnel de la mission
onusienne, europ6ens, latinos, africains ou asiatiques, avec
souvent une belle jeune haitienne a son bras.

Le dollar comme barometre ...
Cependant comme pour la s6curit6, en 6conomie
aussi quelques ponts ont t6 jets. Sans pouvoir contr6ler
la v6racit6 des chiffres officiels (la croissance qui 6tait
negative, serait remont6e a un peu plus de 1%), le dollar
americain, qui est le barometre le plus evident, n'est plus
introuvable comme auparavant, en meme temps que son
taux de change par rapport a la monnaie locale reste fixe
depuis plusieurs mois (environ 40 gourdes pour 1 dollar
americain).
Les financiers internationaux ne tarissent pas
d'dloges pour nos grands argentiers locaux. La fuite des
reserves mon6taires a &te stopp6e, l'inflationjugul6e. On


nous rebat les oreilles de termes a la mode, comme celui
de macro-6conomie.


Les gens
comprendre. Cela
veut dire que ce
n'est pas encore
leur tour.
En effet,
les inves-
tissements ne
viendront pas tant
que la s6curit6 des
rues n'aura ete
tout a fait r6tablie,
nous dit-on, et les
travaux a haute
intensity de main
d'oeuvre
(construction
d'infrastructures)
ne commenceront
pas, tant que les
elections n'auront
eu lieu.


les memes ...
Venons
en done aux
elections. La


qui ne sont pas si betes, ont fini par


n'existait pas, ceux-l1 l'auraient volontiers r6invente
aujourd'hui, qui sait. Pour les besoins de leur cause ...
"Nou we li" ...


Un transport en commun encore plus desagreable avec les hausses
constantes du prix du carburant photo Thony BWlizaire


confusion ne peut etre plus totale quand c'est le president
de l'organisme electoral qui lui-meme appelle a les
renvoyer, mais c'est leur 4e report. Et pour beaucoup, trop
c'est trop.
Le 8 janvier n'aura probablement pas lieu, mais
s'il faut 6temellement recommencer a chaque fois avec
les memes, il n'y a aucune raison pour que cela change.
La crise a dur6 trop longtemps, de tres longues
anndes, et beaucoup s'en sont arranges. Aussi bien en
fortune, qu'en notori&t6 (qu'il ne faut pas confondre avec
popularity). D'ailleurs pour certains, l'une et l'autre ont
deji cess6 d'etre, une fois que l'ennemi commun, Jean
Bertrand Aristide, avait disparu de la scene. Si ce dernier


8 Jin wr M: t ? mrpw b








"Copyrighted Material .


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


L'annee 2004 finissait tristement. L'annee 2005,
pas moins. Mais avec quelques nuances ...
Dont l'une, et non la moindre, est la reconversion
de Lavalas. De force de resistance attiree par la violence
(ahtiens, on ne parle plus d'op6ration Bagdad!), Lavalas a
change son fusil d'6paule et le voici qui s'engage
resolument en tete de l'actualite electorale "sous labanniere
de l'Espwa" (l'Espoir), comme dit la publicity.
D'ofi le dernier jeu de mot a la mode. Au lieu de
dire Joyeux Noel, prononcez: "Nou we li."

Editorial, Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince



Le sondage


dont personne


ne parle

EDITORIAL
PORT-AU-PRINCE, 22 D6cembre On ne s'est
pas beaucoup int6ress6 au reste du sondage, le sondage
CID-Gallup, qui a ete commandit6 par l'Ambassade
americaine en Haiti.
Tout le monde s'est pr6cipit6 sur les seuls resultats
concernant les candidats a la pr6sidence, qui ont ete
interprets dans un sens comme dans l'autre, et qui font
l'objet de veritables etudes, de gloses, particulierement sur
l'Intemet, soulignons en majority contre les deux leaders
qui menent dans ce sondage, a plus forte raison Rend Pr6val,
Lavalas n'ayant pas la cote parmi ceux qui choisissent ce
moyen d'expression, le virtuel, tandis qu'on se torture
moins les m6ninges a propos de Dumarsais Sim6us depuis
que celui-ci a annonc6 qu'il fera alliance avec un ou des
candidats a avoir ete qualifies, ce qui automatiquement
eloigne la menace Sim6us. Du moins en apparence,
virtuellement ...
(voir Sondage / 6)


Fiche d'Abonnement a Haiti en Marche

Nom

Adresse
SIX MOIS UN AN
Haiti Gdes 250,00 Gdes 500,00 ILivraison a domicile: double tarif

Etats-Unis US$ 40.00 US $ 78.00

Canada US$ 42.00 US $ 80.00 Renouvellement

Europe US$ 70.00 NouvelUS $ 135.00Abonn
Nouvel Abonne L0


US$ 135.00


I


Ameriaue Latine


US$ 70.00







I ELECTIONS I


Mercredi 28 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol XIX No 48


Le sondage dont personne ne parle


(Sondage ... suite de la page 5)
Aujourd'hui nous aimerions done vous rappeler
quelques-uns des autres chiffres et indices rapport6s dans
ce sondage CID-Gallup, et qui ne sont pas moins
significatifs que les scores attribuds aux candidats a la
pr6sidence, si ce n'est de loin plus significatifs, plus
importants, plus graves ...
Pour la bonne raison que les candidats passent,
les problkmes restent. Un sondage electoral est toujours
chose passagere, un portrait de l'instant,'un instantand,
tandis que les vrais chiffres, concernant la vraie vie, ont la
vie dure, h6las. Ceux qui d6peignent les choses de la vie

D'autant plus ceux rapport6s par le sondage CID-
Gallup r6alise dans la premiere quinzaine de novembre
2005 auprbs de 1200 foyers a la capitale et dans le reste du
pays:
Il en ressort que l'Haitien moyen a 4
preoccupations majeures aujourd'hui, et ce ne sont pas les
elections ...
Mais 1) la violence et la criminality ; 2) le coit
Olev6 de la vie ou la vie chbre ; 3) le ch6mage ; 4) les
services publics qui ne fonctionnent pas ...
Evidemment, ces quatre preoccupations ne se
pr6sentent pas dans le meme ordre pour chacun. Celui-ci
qui a un emploi ou un business peut se prdoccuper
davantage de l'insecurite et du kidnapping ; cet autre qui
gagne peu ou qui ne gagne rien, et qui a plusieurs enfants
a sa charge, se plaint en tate de liste de la vie chbre et du
ch6mage ...


Tandis que tous d6plorent le mauvais 6tat des
services publics : eau, 6lectricit6, t6l1phone, et plus encore,
les montagnes d'ordures au coin des rues.
Venons en maintenant aux chiffres, qui parlent
encore plus fort :
91% de la population rapportent que leur situation
s'est d6t6riorde au cours de ces deux dernibres anndes,
puisque seulement 9% de la population disent qu'ils se
portent mieux'...
Heureusement que les sondages sont anonymes,
carbeaucoup aimeraientbien demander i ceux-l comment
ils font !
Soyons encore plus pr6cis :
Selon le meme survey, a la question : avez-vous
suffisamment a manger ?
68% disent non.
Sans oublier
ceux des haitiens qui sont trop fiers pour l'admettre.
Mais pis encore, 41% mangent seulement une fois
parjour, ou vont au lit avec le ventre creux.
Pour 64%, les temps sont plus durs
que jamais de m6moire d'Haitien.
Voila des chiffres qui figurent 6galement en bonne
place dans le sondage CID-Gallup conduit pour
l'Ambassade am6ricaine. Pourquoi n'ont-ils pas retenu
davantage l'attention, alors qu'on estjustement en p6riode
6lectorale ? Allez savoir ... Autrement dit, contrairement
aux autres pays, les vrais problkmes ne seraient pas ce qui
retient d'abord l'attention lors des elections en Haiti. Pas
meme celle des milieux m6diatiques ...


Quel int6ret donner alors a ces elections ?
Ecoutons les rdponses obtenues par CID-Gallup :
Avez-vous entendu parler des
elections ? Oui. 58% disent par la radio (avec cette
precision, en sous-titre, mais pas par l'institution
6lectorale).
3 personnes sur 4 disent qu'ils savent comment
voter, et 81% ont applique pour la carte 6lectorale.
Le sondage fournit une liste de 11 candidats,
nomm6ment cites, laissant le reste dans l'anonymat, ce qui
lui fut reproch6. Mais 6coutons la suite : quand on a
demand aux sond6s s'ils connaissent d'autres candidats,
93% ont rdpondu non.
Accent mis sur les femmes, 71% des sond6s
reconnaissent qu'elles sont aujourd'hui politiquement plus
actives.
Voilh donc, direz-vous, un 6lectorat fin pret.
Oui, mais avec un l1ger b6mol ....
A la question : les elections, d'aprbs vous, seront-
elles justes et honnetes ? Silence radio ...
Ou encore, pensez-vous que votre situation
changera aprbs les elections ? B6f Bref, le genre de
questions auxquelles il est impossible de rdpondre chez
nous comme ailleurs ...
Pourtant il y a une question
encore plus 6vidente, mais que CID-Gallup n'a pas pense
a poser : pensez-vous que ces elections auront enfin lieu ?

Editorial, Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA


MIAM 3-
12


Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids, which can be obtained
through the Department of Procurement Management (DPM), from our Website:
www.miamidade.gov/dnm. Vendors may choose to download the bid package(s), free of
charge, from our Website under "Solicitations Online". Internet access is available at all
branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that vendors visit our
Website on a weekly basis to view newly posted solicitations, addendums, revised bid
opening dates and other information that may be subject to change.

Interested parties may also visit or call:

Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for eachbid package and an additional $5.00 handling
charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the
United States Postal Service.

These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County
Ordinance No. 98-106.


.Pa t. Pus Bakery, Inc
A*WWrt Ak
i-mop rw i
-..
. . .. .. ..


Page 6


ERW FINANCIAL

GROUP
Licensed Mortgage Brokers and Lenders


Eske oujanm mande tet ou
Eske mwen ta kapab viv sa yo rele Rev Amerikin-an?
Kite ERW Financial ede ou fR rev sa-a vin-n on reyalite.

ESTIMASYON GRATIS AK REKLAM SA-A!
( yap ba ou kredi 1l ou fR closing la)

Yap prete ou kob menm si ou gen move
kredi oswa ou san kredi.

Ou pa bezwen peye pou fR aplikasyon!

Nou pap verifye salu-ou oswa sa ou posede!

Nou ofri pi bon inter& ak anpil lot chwa!

Nou afilye ak pi bon institisyon ki prete lajan!

Washington Mutual, Bank of America, Countrywide,
Wells Fargo
Ak anpil lot ank6

Rele nou jody-a e ouap gen kay ou demin!
305 865-6588
305 865- 6510
www.erwfinancial.com
UNION PLANTERS BUILDING
3550 Biscayne Blvd Suite # 407
Miami, Florida 33137





Mercredi 28 DIcembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No 48


Page 7


I 8 JANVIER OU PAS? I


iA rak f "a h i Ipremdri t
..tu.
"iis "i" "" ^ ^ ^P ^ I P Kp^! y"! sss


Judie C. Roy
Yonel Louis


S"Copyrighted Material

A.l Syn dicatedContent,

Available from Commercial News Providers"


w x


NceH se 0?**e #0 L
kt a Now Ar h"m,(-


"On a l'impression
que le danger augmente"
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
Le Granbyen Regis Charron vient tout juste
de rentrer au Canada. En mission A Haiti depuis
novembre dernier, il se rejouit d'etre enfin aupr6s de
ses proches, loin de l'ins6curit6 qui regne dans ce pays.
"On a l'impression que le danger augmente
puisqu'on entend parler de tout ce qui se passe. Nous
(voir Danger / 8)







I LIBRE PENSEE I


Mercredi 28 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol XIX No 48


Je place ma consideration dans le respect de mes
concitoyens, mes honneurs dans leur attachement, ma
fortune dans leurfiddlite disinteressde.
(Toussaint Louverture)
Dans mon dernier article, chers amis, je vous avais
confi6 que l'objet des discussions du week-end pr6c6dent,
de ces discussions parfois oiseuses, a l'image du pays,
6tait l'amour et le respect. Puisqu'il 6tait beaucoup plus
pertinent, au vu des 6v6nements surprenants qui nous
6taient offerts par nos REPRESENTANTS (de moins en
moins repr6sentatifs), avec une truculence inimaginable,
j'avais cru plus approprid parler de Pertinence. Cette
semaine, toujours sous l'emprise de l'6motion, de
l'incr6dulit6, nous ressentons encore, quelques-uns d'entre
nous, la sensation d'avoir la gueule de bois, consequence
logique des exces 6thyliques, tandis que d'autres, nous
nous frottons encore les yeux croyant qu'il s'agit d'un
cauchemar. Nous avons du nous rendre a l'6vidence. C'est
du vrai. Parfois, la r6alit6 d6passe la fiction. En Haiti, elle
la d6passe toujours. Le bras de force a eu raison de la
raison. Le Pouvoir a ses raisons que la raison doit sfirement
ignorer Serait-il juste de parler de POLITIQUE DE
NON-DROIT ? J'espbre ne pas avoir forc6 la dose. Nos
forgeurs de mots sauront me dire sije me trompe.
Depi nan ginen neg rayi neg dit-on en Haiti.
Une facon de dire que nous, Haitiens, nous sommes tous
des tards car la malchance collective n'existe pas. Sous
d'autres cieux, dans d'autres cultures, ils s'y prennent
autrement :" L'homme est unloup pour l'homme "disent-
ils par exemple. Ou bien"" (Eil pour ceil, dent pour dent"
dit la Loi du Talion qui perdure encore de nosjours sous la
forme de la peine de mort par exemple. Malgr6 ca, ils
fonctionnent. Quoiqu'il en soit, si nous voulons lutter
contre ce'" neg rayi neg ", il nous faut pouvoir faire en
sorte que Ng respekte NMg ", ou bien Ng gen respe
pou Ng ".
En r6alit6, personne ne peut m'obliger a aimer
monprochain. En plus, je ne me sens pas l'autorit6 morale
suffisante pour demander a qui que ce soit d'aimer son
prochain. Je laisse ce soin a certains de nos hommes


Respect !

politiques qui croient plus vendables leur marchandise en
y ajoutant un zeste d'amour, ou une allusion a l'autorit6
divine. Par contre, on peut me contraindre a respecter
mon prochain. En plus, on ne peut aimer celui que l'on
ne respecte pas. Mais on peut respecter celui que l'on
n'aime pas. Et, la vie en soci6td, c'est d'abord cela, le
respect. Se respecter. L'amour du prochain ne peut etre un
slogan politique.
Le respect, en politique, dans l'Administration des
biens publics est essentiel :

Respect a l'int6grit6 physique, a la vie.
Respect a la propri6t6 intellectuelle
Respect de la personne, interdisant alors :
o Harc6lement
o Abus physique
o Abus moral
o Autres abus

L'Etat doit pouvoir garantir l'existence de
structures favorisant le respect et facilitant :
La promotion et la protection des droits civils et
politiques ainsi que des droits 6conomiques et sociaux ;
La promotion et la protection des droits
fondamentaux des personnes faisant l'objet de
discrimination, souffrant de pauvret6 ou des personnes
d6favoris6es ;
La promotion de l'6galit6 des chances ;
La promotion et le renforcement de l'Etat de
droit,
La promotion de la bonne gestion des affaires
publiques ;

Qui veut son respect, se le procure, dit le proverbe.
Nos hommes politiques de ces dernieres anndes, ont-ils
droit au respect ? Se le sont-ils procur6s ? Ont-ils voulu
etre respects ?


Le respect "... est aux antipodes de l'ob6issance
passive, de l'approbation inconditionnelle, de la
complaisance qui sont des formes paradoxales de m6pris :
elles ne considerent pas l'autre comme un ntre humain,
mais comme une machine ou une force a laquelle on se
soumet. Ii est possible de respecter le criminel sans
complaisance envers son crime. "
Le respect"" interdit de consider l'autre,
l'6tranger, l'ennemi, le criminel, comme s'il n'appartenait
pas a l'espece humaine. Il implique de maitriser l'emploi
de la force. On doit s'interdire de tuer ou de martyriser le
prisonnier de guerre ; la privation de liberty inflig6e au
prisonnier de droit commun ne doit pas s'accompagner de
brimades ni d'humiliations ; au lendemain de la victoire il
faut offrir un partenariat equitable a l'ennemi vaincu. "
Ob6issance, complaisance, approbation passive,
soumission, voilh le genre d'id6es que nous associons a
Pouvoir en Haiti et qui, d'apres nous, simples d'esprit,
semblent d6montrer le respect que l'on nous voue.
Horrible. Et, le respect des libert6s publiques et priv6es
fondamentales, le respect des biens individuels, le respect
des regles en tant que capacity de se conformer a ce qui
est impose ou adopt comme lignes directrices de conduite,
est de plus en plus rare en Haiti.
Pour terminer, je crois que, comme disait
quelqu'un, le respect est la notion fondamentale sur
laquelle s'6difie ou devrait s'6difier l'ensemble des valeurs
n6cessaires a la vie citoyenne car Le respect pour la loi
est le seul sentiment moral veritable ; il est lid comme tel a
la representation rigoureuse de la loi comme
commandement et comme contrainte, la seule qui vaille
pour nous dans notre condition d'6tres finis. ""E. Kant
Honneur!
Respect!
En r6alit6, que de choses a apprendre de nos
paysans !


D6cembre 2005
Oscar Germain
germanor2005@yahoo.fr


l a I lo9


-Ir s ow_












"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


"Le danger augmente" ...


(Danger ... suite de la page 7)
sommes d6ji prudents, mais il faut
l'6tre encore plus", raconte M.
Charron, qui est conseiller technique
pour la r6forme des p6nitenciers, dans
le cadre du programme des Nations
unies pour le d6veloppement (PNUD).
Base a Port-au-Prince, la
capitale d'Haiti, ce dernier constate
que l'ins6curit6, le danger et les


enlevements augmentent a
l'approche des elections
pr6sidentielles du 8 janvier prochain.
Les strangers doivent
respecter un couvre-feu et 6viter de
sortir la nuit.
"Ma conjointe est d6ji
venue 1-bas, mais c'est comme la
prison. Elle ne peut pas sortir de
l'appartement", dit M. Charron.


Page 8


ELEKSYON NAN DADE-COUNTY


AVI ELEKSYON
REYINYON PIBLIK ASANBLE SETIFIKASYON KONTE MIAMI-DADE
AK SITIFIKASYON BILTEN V6T MOUN KI PAP LA POU
ELEKSYON JENERAL VILAJ CUTLER BAY JOU 10 JANVYE 2006.

DAT/L LOKAL AKTIVITE
m6kredl Depatman 1. T6e LoJlk ak Presizyon
04101 06 Eleksyon sou sistem vote
10:00 a.m. Miami-Dade manyen ekran ak
2700 NW 87t" Ave. eskanb optlk ki pral
s6vi nan vote pi bonb,
biwo v6t yo ak bilten
v6t an papye yo
madi Mays Middle 1. Anvan kont yo, teste
10101/06 School LoJIk ak Preslzyon
5:00 p.m. 11700 SW 216' St. system eskane optik ki
te s6vi pou bllten v6t
an papye yo
2. SBtlflkasyon bilten v6t
pou moun ki pap la yo
kl sipoze pa valab yo
3. Ouv4tl ak pwosesis
bllten v6t pou moun ki
pap la yo
4. Diplikata bilten v6t yo
sl sa nesesb
madi Mays Middle 1. Konte rezilta yo
10/01/06 School 2. Valldasyon btlten v6t
7:00 p.m. 11700 SW 216e St. pwovizwa yo, ouv6ti ak
pwosesis
3. Apre kont yo, teste
Lojik ak Presizyon
sist6m eskanb optlk kl
te sevi pou bilten v6t
pou moun kl pap la yo
ak bilten v6t pwavizwa
ye

Lester Sola
MIAMI Slp6vlzb Eleksyon
saaaa uail r, niA


I ridi u rVll lvldltIW VVI INV ~ .-+






Mercredi 28 DDcembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No 48


Page 9


I LE COIN DE MIAMI I


Parents et partisans de Gerard Jean-Juste s'inquietent pour 'etat

de sante du pretre et reclament sa liberation immediate


EVENS HILAIRE bastion pro-Jean Juste.
evenshilairekihotmail.com L'ancien activiste de Miami, incarc&r
depuis plusieurs mois en Haiti, est confront
MIAMI, 22 D6cembre A l'occasion des f6tes actuellement, selon ses parents, A de s6rieux


de fin d'annde, la famille et aussi des amis du pr6tre
emprisonn6 en Haiti, G6rard Jean-Juste, r6clament son
l6argissement, se disant inqui6t6s par son 6tat de santW.
Le mercredi 21 D6cembre, A quelques jours de la
Noel, la famille du cur6 de la paroisse Sainte-Claire de
Petite Place Cazeau (Port-au-Prince) invitait A une
conference de presse dans le quartier de Little Haiti, Miami,


problkmes de sant6 qui pourraient s'aggraver
dans les jours A venir. Ils pensent que son cas
n6cessite des soins urgents.
Steven Forester, de "Advocacy Group
Haitian Women of Miami", a d6clard que G6rard
Jean Juste a &te class par Amnesty International
dans la cat6gorie de "prisonnier de conscience".


VOTE PI BONE
ELEKSYON JENERAL VILAJ CUTLER BAY
10 JANVYE 2006


South Dade Regional Library 10750 SW 211 Street


1/6 1/7
7am- 10am-
3pm 2pm
1/8
1pm-
5pm


http:llelections.miamidade.gov


Selon lui, la d6t6rioration de la sante de G6rard Jean Juste est une
question de vie ou de mort. Et, a-t-il poursuivi, il a le droit de venir
A Miami pour recevoir les traitements m6dicaux que n6cessite son
cas.
Au d6but du mois, le populaire pr6tre a &te dianostiqu6 par
un m6decin amdricain, John Carroll, qui aurait indiqu6 que, selon
certaines apparences, Jean Juste pourrait avoir un cancer ou autres
infections d6sastreuses.
Cependant les m6decins du gouvernement int6rimaire en
Haiti qui auraient examine "Jerry" Jean Juste, ont dit qu'ils n'ont
trouv6 aucun signe de cancer.
Les parents de Jean Juste, de leur c6t6, insistent qu'ils n'ont
jamais autoris6 aucun docteur de l'6quipe au pouvoir pour l'examiner.
D'autre part, des fanatiques et des membres de sa famille
ont qualifi6 d'ill6gale son arrestation. Ils ont fait savoir quejusqu'A
present lajustice haitienne n'a retenu aucune charge contre lui. Malgr6
tout, il reste toujours incarc6rd depuis juillet.
Des neveux de Jean Juste qui participaient A la conference
de presse ont plaid en faveur de son relichement. Franciane Delica,
53 ans, soeur du cur6 de la paroisse Sainte Claire de Petite Place
Cazeau (Port-au-Prince), faisait circulait une lettre qu'elle a adress6e
au president am6ricain George W. Bush, lui demandant de faire
pression sur le gouvernement de transition pour lib6rer son fr&re.
Ses multiples supporteurs ont affirm que la detention
prolonged du pr6tre est un plan du gouvernement de facto et des
membres de la communaut6 internationale visant A le neutraliser
politiquement durant les elections, fixes au 8 Janvier prochain.
La directrice de de l'OrganisationFanmAyisyen nan Miami,
Marleine Bastien, appelle le gouvernement de Port-au-Prince A
respecter les droits de son d6tenu.
Le 16 d6cembre dernier, 42 membres du congres amdricain
ont envoy une lettre au president Bush, lui demandant la liberation
immediate de Jean Juste afin qu'il puisse recevoir des soins m6dicaux.


IMMIGRATION: Mobilisation a
Miami pour exiger de administration Bush des
reformes au niveau de 1'Immigration
americaine
Les sans papiers haltiens, et de toutes les autres nations
vivant ill6galement aux Etats-Unis, se montrent tres pessimistes quant
A une 6ventuelle main lev6e de George Bush en faveur des ill6gaux.
Ils se sentent de plus en plus menac6s A cause d'une
apparente hostility du president am6ricain vis a vis des immigrants
ill6gaux.
On apprend que le Service d'Immigration continue
subtilement avec la vague de deportations des sans papiers.
Le 21 d6cembre dernier, 60 activistes, pour la plupart des
Hispaniques, ont march pacifiquement dans le quartier r6sidentiel
de Coral Gables devant les bureaux priv6s des s6nateurs de Floride,
Bill Nelson (D-FL) et Mel Martinez (R FL).
Les protestataires cherchent le support de ces parlementaires
pour entreprendre des r6formes en profondeur dans les lois de
1'Immigration americaine.
Les manifestants ont demand sp6cialement aux s6nateurs
Nelson et Martinez de stopper application d'un projet de loi vote
par la Chambre des repr6sentants le vendredi 16 d6cembre 2005.
Cette disposition considere comme un "crime" le fait de
rentrer A nouveau aux Etats-Unis apres avoir fait l'objet d'une
deportation.
Le s6nat devrait se pencher sur ce projet de loi en F6vrier
prochain.


EVENS HILAIRE


John F. Cosgrove 15

MANM KONSEY Z6N REZIDANSYAL SYEJ 1
(Vote pou youn)

Wayne Collins 17 (

STim Meerbott 18 )

SRonald L. Mitro 19

MANM KONSEY Z6N REZIDANSYAL SYtJ 2
(Vote pou youn)

SWilliam C. "Chuck" Barrentine 21

Dominic M. Humphrey 22 (

SRobert MacDougall 23 ()

( Ernie Martinez 24 (

Deborah R. Moore 25

SErnest N Sochin 26 (




Avi Eleksyon Pou Vilaj Cutler Bay

Tout vot* kalifye Vilaj Cutler Bay ki abite nan z6n biwo v6t 821, 822, 823,
824, 825-0, 832, 847-0 ak 849-0 va gen dwa vote pou kandida minisipal ki
sou lis pi wo la-a.
Tcheke nimewo biwo v6t w an ak adr6s biwo v6t w an sou kat enf6masyon vot6
w an. Biwo v6t yo ouv6 de 76 am a 76 pm. Vin nan biwo v6t lan ak yon kat
didantite ki gen foto w ak siyati w sou Ii. Si w genyen ankenn kesyon sou
eleksyon sila a, rele Depatman Eleksyon Miami-Dade nan 305-499-VOTE (8683).


ECHANTIYON BILTEN V6T OFISYtL LA




MAJISTRA
(Vote pou youn)


Ic--M^ 4











"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


[ Jeffrey (Jeff) Abell






Mercredi 28 D6cembre 2005
Haiti en Marche vol. XIX No. 48


Page 10


I L'ESPOIR I






Page 11


I LESPWA


Mercredi 28 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 48







Mercredi 28 Dccembre 2005
Haiti en Marche vol. XIX No. 48


Page 12


I BATAY OUVRYE I


SUR LA QUESTION DES AFFRES QUE SUBISSENT LES

TRAVAILLEURS HAITIENS EN REPUBLIQUE DOMINICAINE


S
la visite di
I
et petits c
ont subi le
de deported
et inhum
invariable
peau noir
centaines
pourchass
Domingo
Higuey...
voles... ju
voisin ont
police et d
celles cen
disant, au
isoles. Le
d'un cran
envenimal
ressortiss
van ('Ha
l'Eglise ci
avalisant
organiser
haitienne,

s'adonnrre
orchestree
ondes de c


rappelant le massacre de 1937 6taient retransmises en boucle
et dans les joumaux le plus connus (El Nacional, Listin Diario,
Hoy, Caribe...) sortaient a profusion des articles et meme des
6ditoriaux (!) oh le nationalisme truqu6, le racisme patent et
l'archaisme le plus flagrant ne rivalisaient qu'avec la d6bilit6
profonde des arguments.

Les classes dominantes dominicaines
sont empetrees
Elles exigent des lois r6gularisant l'6migration, elles
" rfl6chissent sur 1' 6norme problem que constitue la
presence haitienne, veulent repenser leur Constitution en vue
de traiter de la question du jus soli, arrivent meme a parler
d'un 'conglomerat humain' disent-ils qui, de maniere
euphemique, repond au nom de 'Republique d'Haiti' ", elles
citent meme des 'sondages' faisant etat des preoccupations
'dominicaines' et de sa politique exterieure qui devrait
&tre plus radicale devant ce qu'ils appellent aujourd'hui -
I


International calls from Haiti are only 5 Gourdes per minute!

That's the same price as local calls in Haiti!
Anyone in Haiti with a Comcel No Limit Plus or Carte Blanche VIP Plus card
can call you whenever, wherever In the USA, Canada and other listed countries*
for 5 Gourdes per minute.


All you have to do is call the Comcel Customer Care at
1-888-426-6235 (1-888-4COMCEL)
to find out more about this service or to learn different ways to send
these cards to people you love, to people you want to talk to in Haiti.


et e iapou pnoto Yonel Louis
sommes leur unique concrete preoccupation2. Les classes
dominantes dominicaines sont empetrees car la main d'oeuvre
haitienne leur est malgre tout encore importante, necessaire,
obligatoire. A la zafra comme au tabac, au riz, en construction
comme a la marchandise pepe, en vue du salaire a bon marche
des'" illegaux haitiens, mais egalement affectant a la baisse
celui des travailleurs dominicains. Obligatoire done pour leur
historique accumulation a tries meilleur march. Et c'est cette
contradiction qui les mine en fait.
Rares furent les prises de position differentes. Elles
supportaient cependant et remerciaient le Pere Ruquoy pour
son engagement et, de maniere lucide, replagaient la question
carrement sur le plan social, critiquant la politique globale
des gouvemements dominicains face a tous les travailleurs
(Haitiens comme Dominicains) et faisaient remarquer que
les travailleurs dominicains devraient bien plus se demander
pourquoi ils n'ont jamais eu, eux non plus, de services
adequats de la part des gouvernants, au lieu de protester du
fait que quelques rares Haitiens
auraient beneficie de soins de sante


minima ou de quelques maisons de
fortune. Ces positionnements
progressistes denongaient aussi le fait
que la gauche dominicaine aurait
preuve sur le sujet d'un silence pour
le moins inquietant.3 Des emigres
dominicains de New-York, cependant,
se mobilisaient pour protester
energiquement devant leur propre
consulat aux Etats-Unis, connaissant
eux-memes les problems des
travailleurs emigres. Ils etaient
rapidement appuyes par des groupes
progressistes haitiens, emigres eux
aussi. Les protestations des groupes
d'appui et de solidarity (haitiens -
GARR, PAPDA, ICKL, Batay
Ouvriye... ; dominicains Service
Jesuite aux Refugies et aux Migrants,
Movimiento de las Mujeres Dominico
Haitianas, Foro por la Preservaci6n de


ComCEEL


d'une reponse serieuse, profonde, adequate et definitive des
peuples et des reels progressistes des deux pays. Reponse qui
devrait servir d'avant-garde aux actions, alors de resolution.
La premiere chose d'importance a se fixer (qui saute
aux yeux mais que l'engluement ideologique de ces temps de
Faucons dilue), le premier point capital a remarquer (qui, une
fois demasque, rend evident tout l'edifice), est que ces affres
dantesques n'arrivent qu'aux coupeurs de canne, aux pauvres
marchands, aux petits paysans, aux artisans, aux sans emploi,
aux sans abris, aux ouvriers... : au peuple, aux travailleurs !
Et si quelques etudiants arrivent a etre molests, il faut avouer
que le sort des ouvriers ne les attend pas. Mieux : aucun des
capitalistes investissant ou en vacances en terres voisines,
aucun des macoutes refugies la-bas chez leurs 'pareils', aucun
des petits bourgeois technocrates n'est inquiete en Republique
Dominicaine, voire molested. Ii s'agit donc, avant tout, d'un
fait economique, d'un fait de classe.
Chacun sait que l'emigration haitienne date des
deplacements a la fin du XIXe siecle-debut XXe des
travailleurs de la canne. Vers Cuba, vers la Republique
Dominicaine... Chacun connait l'horreur des bateys ou
l'esclavage direct n'aurait rien a envier aux pratiques animales
de ces proprietaires d' Ingenios azucareros Qui ne se
souvient du Massacre de 1937 ou entre 10 a 30,000 mille
(selon les sources) pauvres travailleurs emigres furent
poursuivis, humilies, traques et assassins a l'arme blanche
par l'armee dominicaine elle-meme et les milices mises sur
pied a cet effet, suivant les ordres du commandement central ?
Tout le monde n'est cependant pas au courant qu'en 1962
l'armee dominicaine, alors sous les ordres de M. Balaguer en
tant que president, incendia au napalm (!!) toute une
communaute formee de ressortissants haitiens et dominicains
qui reclamaient la terre a celui qui la travaillait. Au napalm !
Avec l'aide de l'armee americaine, les forces dominicaines
cherchaient a en finir avec ce'" mouvement de travailleurs "
male d'une culture syncretique, le Liborismo. Cela se passait
a'Palma Sola6, dans la province de San Juan, en prolongation
du Plateau Central. Des milliers de travailleurs rebelles,
haitiens et dominicains, etaient brfiles vifs, de l'aviation etant.
Le racisme au sein du peuple dominicain a fini par
exister. Chez certains. Fruit d'une profonde et longue
(voir Syndicats / 14)


Ouvriers haitiens et dominicains, meme combat...
' Si Desalin te la, Fernandez pa ta la une" invasion"... Le toutpour se defendre des denonciations la Paz y la Amistad Dominico Haitianas... ; ou de
Si Desalin te la MINUSTAHpa ta la des organisations des droits de l'homme aux instances coordination commune Centre Pont -) revelaient les tueries
logan des manifetants devant le Palais National intemationales ou d'articles sur des journaux americains (les en les denongant nationalement et intemationalement.
u chef d'Etat dominicain ce 12 d scembre 2005 crimes ne leur auraient fait ni chaud ni froid) qui ne font tous Le president venezuelien, M. Hugo Chavez,
urant toute l'a ne 2005 could ce les travailleurs que dcrire simplement la pure r6alit6, et, ainsi, chercher detenteur de petrole et des prix preferentiels si convoites, dans
ommer9ants haitiens en Republique Dominicaine proteger leur image devant les touristes nous y Une recent visite en Republique Dominicaine, ayant
ouvertement fait et cause pour les emigres haitiens4, le
:s pires affres. Des milliers et des milliers premier mandataire dominicain, M.
s, dans des conditions totalement ill6gales Leonel Fernandez, egalement fortement
iaines oh le relent raciste pergait pressionn6 par les preoccupations de
ment, des ressortissants dominicains A la l'electorat d'extreme droite qui le soutien
e 6tant parfois eux aussi du lot Des au pouvoir5, accepta une invitation en Haiti
et des centaines assassins, brfil6s vif, afin d'afficher une reconciliation bon
es et sommairement expuls6s, A Santo enfant et, ainsi, chercher A calmer
A Santiago, A Mao, A Barahona, A l'opinion internationale, en particulier
Leur maison incendi6es, leurs biens celle des touristes occidentaux d'une part
Lsqu'aux 6tudiants haitiens dans ce pays et des responsables venezueliens d'autre
ete molests. Tout ceci aux yeux de la part pour le grand bien des classes
es autorit6s locales et en connaissance de dominantes dominicaines. Son discours
trales qui ne faisaient que nier les faits d6magogique fut accueilli par une
mieux, qu'il ne s'agissait que d'actes manifestation qui pr6cipita sa sortie par la
niveau du conflit allait cependant monter petite porte. Cette manifestation 6tait, par
quand le president dominicain lui-mime, contre, empreinte de grande confusion,
nt la situation, langait, se r6efrant aux expliquant la situation de carnage en cours
sants haitien, e pa fuera que A l'absence actuelle d' armee haitienne
itiens: dehors !,1) ". Le haut clergy de ou uniquement A une supposee
atholique joua 6galement de sa partition, "x6nophobie du peuple dominicain"
les actes criminels et allant jusqu'a certains manifestants allant mime jusqu' a
l'expulsion d'un pr&tre attache A la cause pr6ner un esprit de revanche sur la
le Pbre Ruquoy. personne des travailleurs dominicains en
Coiffant le tout, les m6dias dominants Haiti.
ent A de veritables offensives ideologiques Padre Ruquoy A Jimani avec des reporters d'Haiti en Marche apr6s les I1 faut donc mieux comprendre.
:s par l'extrame droite. En effet sur les Mieux savoir, d'abord, pour mieux
diverses stations de radio, des musiques inondations de Mai 2004 qui ont ravage aussi les villages de Fond des N~gres comprendre. En vue de la construction


USA Canada
Europe Argentina Bahamas Braslh
Chile. Colombia Venezuela Dominican Republic


MIAMI-M



Avi Ekstansyon Rab6 pou Enpo Lokatif 2005
Asanble Komisyone Konte Miami-Dade apwouve yon ekstansyon pou moun jwenn rabe nan f6
peman pi bone sou Taks Imobilye 2005 yo, dapre Lwa Lachanm 15-B, ki te pase nan Lejislati Florid
la epi Gouv6en a siyen li k6m Iwa jou 14 desanm, 2005.
Pery6d etabli pou rabe peman pi bone yo sou taks imobilye yo etabli konsa:
4 pousan rabe si peye anvan 31 janvye 2006
3 pousan rabe si peye anvan 28 fevriye 2006
2 pousan rabe si peye anvan 31 mas 2006
Enpo lokatif yo konsidere fotif oswa pa peye jou 1 avril 2006

Pa pedi tan. Peye sou entenet.

www.miamidade.gov

SPeye taks yo ki te deja peye 4 pousan rabe anvan ekstansyon
diplis sa-a pa gen dwa a ranbousman.
Pou enfomasyon Enpo Lokatif rele: 305-270-4916
oswa vizite www.miamidade.gov/taxcollector


To* rwardfixedrlephofonesonly. I
*I 1 oue ta ill be aoied t e fi i te.
*A13eaordestaxwillbea ledthefirstminte.


G tIm [Ba8 fID~ 1 & m






Page 13


Nos petites annonces classes


Mercredi 28 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 48


Le Plaza H6tel
Telephone
509 224-9305
509 224-9307
509 224-9308
509) 224-9309
509 225-9310
509 510-4594
509 510-4595
(509) 510-0560
Fax
509 223-9282
e-mail
hiplaza@hotmail.com
hiplaza@acn2.net
website
www.leplazahaiti.com
Adresse
10, Rue Capois
Champs de Mars
Port-au-Prince, Haiti
P.O. Box 1429


I # *--

*M 46b %t g pggs


Points de Vente Haiti en Marche


~i~fD~-W


Miami Pompano Beach Orlando


M decins

Miami
Dr Henock Joseph
Obstetrique, Gynecologie
Accouchement
Operation pour fibrome
Family Planing
Ligature des trompes
Circoncision
Curetage
Tous les tests de
l'immigration
Toutes assurances acceptees
Carte Medicaid pour femmes
enceintes
5650 N.E. 2nd Avenue
Vertieres Shopping Center
Miami, Florida
301 751 6081
Port-au-Prince
Dr Camille Figaro
Sony
Gyn&cologue
Obst6trique
Chemin des Dalles # 234
Tel.: 509 245-6489
245-8930


Lucas Super Market
14750 N.E. 6th Avenue
305 940 9902

Maxisound
11854 West Dixie Highway
305 895 8006

B & L Supermarket &
Produce
12041 West Dixie Hgh.
305 893 0419

Eclipse Communication
9290 S. W. 150thAvenue
Suite 104
954 380 1616
Lil'Angel
Consignment Store
King's Meadow Shopping
Center
9965 S.W. 142nd Avenue
Miami, Florida 33186
T1l.: 305 385 1111


Danilos Restaurant
3760 N.E. 3rd Avenue
954 781 2646

Christephanie's
581 BC East
Sample Road
Pompano Beach, Fl 33064
T61.: 954 781 2500

Delray Beach

Classic Teleco
203 S.E. 2nd Avenue
Delray Beach Fl 33183

Our Lady Bakery
102 S.E. end Avenue
Delray Beach, Fl 33444
561 272 3556
Abonnez-vous a
Haiti en Marche
221-0026


DEUX NOUVEAUX POINTS DE VENTE
1-Notre Dame Restaurant 2-Mizik Depot
4859 N.Dixie Hwy 13055 W.Dixie Hwy
Pompano Beach, FI 33064 N Miami, Florida 33161
tel 954-421-4777 tel.305-893-9997


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Coiffeur
Etiquette Unisex
Barber & Beauty Salon
Jean Wood Julien
propritaire
15455 West Dixie
Highway
Suite N & O


N Miami Beach, Fl 33162
T61.: 305 940 9070
Charlemagne
Le Coiffeur
103 S.E. 2nd Street
Delray Beach
Tel.: 243-1039
Beeper: 524-0086


POSITION

Pour sortir de la tourmente, les
prochaines elections se pr6sentent
comme l'initiative pr6alable a la remise
en chantiers de reconstruction d'un
patrimoine d6labrd.
S'abstenir de ces corices
s'apparenterait a un crime.
Apres r6flexions apprfondies
de l'6chiquier politique, conscients de
l'actuelle n6cessit6 de confier la
direction du pays a une 6quipe
d'hommes et de femmes exp6riment6s,
rompus a une discipline de conciliation,
anim6s de l'esprit du bien public
confirm, soucieux de renouer la chaine
de la vivante continuity de l'histoire
glorieuse, Nous Membres du Bureau
Central du
Mouvement d'Organisation du Pays
(MOP) signataires de la D6claration du
09 Septembre 2005, en accord avec les
responsables r6gionaux du Parti, et les
Membre de nos Organisations de base,
AVONS DECIDE d'appuyer Monsieur
Rene PREVAL, Candidat a la
Pr6sidence de la R6publique, le jugeant
apte a promouvoir une Politique de
Justice au b6ndfice de tous les Haitiens.
Au demeurant, des ateliers de
travail ont a notre satisfaction considered
les details d'application du programme
de ce candidat intituld LES
CHANTIERS DE L'ESPOIR en


Le Look
Petion-Ville
Rue Panamericaine # 14
Tel.: 513-8079
257-8374
Grande variet& de Lunettes
Examen gratuit
avec achat de lunettes
Sp&cialistes de la Vision
Basse- Offres Speciales
Buy One, Get One Fre
-Apportez nous votre
prescription: Monture
Gratuite. Payez seulement
pour les verres.


garantie du mieux-etre a 6tablir a la faveur
de la resurgence d'une paix sociale durable
et la mise en oeuvre d'une action politique
avanc6e vers le r6tablissement acc616rd du
Destin National.
Nous convions les Membres,
Sympathisants, Amis de notre grand
Mouvement Civilisateur et tous les haitiens
en g6ndral a VOTER LES Candidats de
"LESPWA" AVEC RenePREVAL,
President.

Port-au-Prince, le 14 D6cembre
2005


Pierre Michel BENOIT
Alix CHATEIGNE
Dydine DUVERLUS
Carlo FEVRIUS
Arnold HERARD
Joseph JEAN
Gerard JOSEPH
Robert JOSEPH
Aumerean LAINE
Pierre LAINE
Emmanuel LAINE
Marie Gerard LOUIS
Camille MONTERO
Jean Joseph MOLIERE
Gaston PIERRE
Joseph PIERRE CHARLES
Nelzinor PICARD
Constantin THENOR
Arnel Thenor
Ernst OBAS


Naudy Record shop
1325 W. Washington St
Orlando, Fl 32805

Boby Express
2469 South Orange
Blossom Trail
Orlando, Fl 32805


Haiti en Marche

ABONNEMENT:
Port-au-Prince
221-0026
417-0384

Miami
305 754-0705


PARTI DEMOCRATE HAITIEN
Mouvement d'Organisation du Pays
ci-devant Mouvement Ouvrier Paysan


PUBLIC HEARING
Asanble Direktiv Oganizasyon Planifikasyon Metwopoliten lan (MPO) pou Z6n Iben Miami an pral fe yon
reyinyon piblik jou Jedi 26 janvye 2006, a 2:00 p.m. nan Sal Reyinyon Ofisyel Komisyone Konte yo,
Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, Miami, Florid. Asanble Direktiv la va pran an konsiderasyon:

1. Amannman Plan Transp6tasyon Alontem 2030 (IJANS)
a. NW 97th Ave. ant NW 138 Street ak NW 154 Street
Amannman sa-a va ajoute fon pou finanse konstriksyon yon wout kat ranje nan zbn ki mansyone pi wo
la-a. Pwoje sa-a te orijinelman sou lis LRTP a k6m yon wout de liy ki pou finanse pa antite ki responsab
devloman-an.
2. Amannman Pwogram Amelyorasyon Transp6tasyon (TIP) Ane Fiskal 2006
a. SR 997 / Krome Avenue
Amannman sa-a va reflete yon nivo fon finansman pi elve pou Pwoje Krome Aveni an. Ogmantasyon
antisipe pou pwoje-a se rezilta modenizasyon woutye, MOT, mobilizasyon, drenaj ak siyalizasyon. Fon
finansman amannman sa-a sati nan fon rezev CST Distri 6 Depatman Transpotasyon Florid yo.
b. Acha Machin pou Oganizasyon ki Pa Pou Pwofi yo
Amannman sa-a va ajoute fon finansman sou pwoje ki la deja yo pou achte machin pou de 6ganizasyon
nan Konte Miami-Dade ki pa pou pwofi. Finansman pwopoze pou amannman sa-a se fon lajan ki
rezeve nan AF 2006 TIP Seksyon 5310 Administrasyon Transpb Federal (FTA) la.
c. Pwoje "Roll-Forward" yo
Amannman sa-a va ajoute sou TIP 2006 la faz pwoje yo ki orijinelman te pwograme nan TIP 2005 la
pou otorizasyon nan fiscal Eta kap fini 30 jen 2005 la. Pwoje sa yo te enkli nan AF 2006-2010 TIP
aktyel la. Piske faz sila yo pat resevwa fon finansman anvan 30 jen 2005, yo oblije voye yo (roll forward)
sou nouvo ane fiscal Eta 2005/2006 la.
d. Iregilarite nan Revni
Amannman sa-a va reflete iregilarite ki sot soulve nan koze fon ant revni antisipe ak revni aktyel yo.
Iregilarite aktyel yo montre revni mwayen de $5,500,000 nan fon lajan pou Fre Enpak Woutye ki
disponib nan Distri 3, ki enkli minisipalite Aventura, Bal Harbour, Bay Harbor Islands, Golden Beach,
Indian Creek, Miami Lakes, Opa-Locka, Miami Gardens, North Miami, North Miami Beach, Sunny Isles
Beach, Surfside, ak Z6n Ki Pa Enk6pore nan Konte Miami-Dade yo.
e. NW 97th Ave ant NW 138th Street ak NW 154th Street
Amannman sa-a va ajoute $3,300,000 dola pou finanse konstriksyon yon nouvo wout kat liy ki gen yon
ranje mitan ki elve, ak twotwa, koub ak drenaj, sistem drenaj pou tanpet, siyalizasyon woutye, ekriti pou
make asfalt yo, ak limye sou wout yo.
f. Pwogram Kontinyel ak Administrasyon Konstriksyon
Amannman sa-a va ajoute sou pwogram Re-fe Asfalt yo, Mekaniz Kontwol Sikilasyon, TO.P.I.C.S. ak
Administrasyon Enjeni Sivil pou reflete iregilarite nan montan yo (jan ki mansyone pi wo a nan 2.d).
Tout moun ki enterese yo envite vini patisipe. Pou kopi TIP lan akloswa plis enf6masyon, tanpri kontakte
Sekretarya MPO, Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, Suite 910, Miami, Florid 33128, telef6n:
(305) 375-4507; imrl: mpo@miamidade.gov; siweb: www.miamidade.gov/mpo. Se regleman Konte Miami-
Dade pou li swiv tout egzijans neses6 depose dapre Iwa pou enfim ki rele "Americans with Disability Act".
Pou jwenn sevis yon entepret pou moun ki pale an siy, tanpri rele omwens senk jou davans.

MIAMS
EMID B


r


2






Mercredi 28 Dccembre 2005
Haiti en Marche vol. XIX No. 48


Page 14


I HAITIENS-DOMINICAINS I


(Syndicats ... suite de la page 12)
propagande orchestree par les classes dominantes pour qui
les h6ros nationaux memes doivent tr6ner, au centre de la Place
de l'Ind6pendance, en un blanc immacul6 Fruit d'une
schizophrenia tumultueuse et pathetique, ou le refus de se voir
vrai n'est qu'augment6, alors a l'infini, par la noire presence
des travailleurs haitiens. Ce racisme/anti-Haitianisme/miroir,
organism et propuls6 par ces memes dominants a fini par
germer. Mais il n'est que passager. N'est-ce pas ce peuple
frere qui a bien vote massivement pour Pefia Gomez ? Et
n'6taient-ce les magouilles (avou6es, car, sinon, pourquoi
aurait-il accept d'abandonner deux ans de pouvoir ?) de M.
Balaguer, ce Noir, descendant d'Haitiens et connu comme
tel, aurait ete port au pouvoir supreme par le peuple
dominicain lui-meme !
L'explication est done a chercher plus loin. Car il
faudrait aussi se rappeler ou savoir que, dans le cas precis
de la Republique Dominicaine, le transfert des travailleurs
haitiens a fini par se r6gler'sous forme de
contrat'entre'gouvernements En effet, d6ej sous la
pr6sidence de M. Estim6, des 6bauches de contrat se
dessinaient mais c'est v6ritablement avec Paul Magloire que
ce proc6d6 s'6tablira d6finitivement. Il sera syst6matiquement
applique par Duvalier pere et fils. II s'agit bien done d'un
trafic Aujourd'hui, de tels contrats ne sont plus en vigueur.
Mais les r6seaux continuent d'exister. A preuve, les r6centes
deportations aboutissant a Ouanaminthe etaient sur l'heure a
nouveau canalis6es par certains notables de cette ville, a
travers les filieres bien connues c6t6 voisin, dont l'arm6e elle-
m&me, moyennant fort paiement.
Ce trafic (disons presque d"esclaves', pour ceux qui
connaissent les conditions de vie dans les bateyes) qui, de
l'organisation gouvemementale haitienne va aux capitalistes
dominicains de la canne, prend sa racine dans la decomposition
m&me de la formation sociale haitienne : dans le monde rural.
De mille fagons vol6s, traqu6s et d6poss6d6s de leurs moyens
de production, notamment la terre, les petits paysans haitiens
n'ont d'autre alternative que de vendre leur force de travail.
Et quand le milieu rural n'arrive pas a les utiliser en tant
qu'ouvriers agricoles, ils se rendent naturellement dans les
centres plus d6velopp6s de production capitaliste ou ils
pourraient &tre remun6res. Les villes de chez nous, vu la
faiblesse chronique de la bourgeoisie locale, n'offrant pas non
plus de structures ad6quates, c'est a l'6tranger que ces flots
de prol6taires se d6versent : a Cuba, d'abord, en Republique
Dominicaine, ensuite, aujourd'hui aux Bahamas, en Guyane,
a Miami...
Rejet6s done de leur milieu d'origine par la politique
dominante, mal ou pas du tout accueillis dans les villes, le
projet de soci6t6 bourgeois en a fait des marchandises, meme


pas 'libres' puisque n6goci6es par l'Etat. L'on comprend alors
pourquoi, malgre les conditions inhumaines des bateyes,
malgre massacres et tourments perp6tuels, malgre les affres
sur la personne, les different gouvernements en place n'ont
jamais protested reellement, encore moins s'&tre mobilis6
pour exiger quoi que ce soit.
Une fois arrive en ces centres d'exploitation, la
main d' oeuvre, en plus d'une efficacit6 maximum (qui signifie
en clair une quasi extinction physique), doit ob6ir a une logique
elle aussi implacable : elle doit au plus t6t devenir ill6gale
(quand elle ne l'6tait pas d6ej). Divers m6canismes s'y
attachent, qui obligent le travailleur a rester plus longtemps
que la dur6e de son contrat (dette, perte des papiers de
transfert...). Illegale car alors encore a bien meilleur march.
Illegale, et devant le rester. Les difficulties que rencontrent
celui qui, bien que remplissant toutes les dispositions pre-
requises, essaie de formaliser sa presence, sont tout
simplement insurmontables. Jusqu'aux enfants n6s sur le sol
dominicain et qui, selon la Constitution elle-meme, devraient
jouir du droit de citoyennet6, n'arrivent pas a l'obtenir.'C'est
que la situation d'illegalite est la plus rentable pour le
salaire a la baisse, la meilleure et de loin pour le
capitaliste Voila la logique prioritaire du traitement des
travailleurs ha'itiens en Republique Dominicaine. Celle qui
a permis l'accumulation fulgurante de ces dominants en
seconde moitie du XXe siecle.
Ce traitement passe des massacres a la repression
ponctuelle, de la repression ponctuelle multipliee a l'infini
a la repression permanente (c'est avec une multitude de
gardes en fusil que la"surveillance' s'opere aux bateys, ce
sont les propri6taires des compagnies de construction eux-
m&mes qui appellent l'immigration chaque fois qu'ils veulent
s'abstenir de payer la main d'ceuvre). Les aspects culturels
ou meme le plus pauvre des dominicains singe le
comportement haitien, en se moquant de ses habits, de sa
couleur, de son odeur... fonctionnent jour et nuit.
Ce salaire constamment ramen6e sa plus simple
expression affecte aussi cependant celui des travailleurs
dominicains, halant par le bas tout rapport avec les employeurs
et emp&chant les ouvriers de revendiquer a plus. Cette logique
compressive arrive a limiter en quelque sortejusqu'a la petite
bourgeoisie pauvre et meme certaines capes de techniciens
plus ais6es. C'est tout 1'edifice economique dominicain
dominant qui repose sur cette relation premiere avec les
" illegaux-barbares et qui, a partir de ce point, s'etend
sur toutes les classes dominoes. Le travailleur dominicain
en general ne s'en rend pas encore compte.
Mais il y a plus. Le rapport salaire des travailleurs
haitiens en Republique Dominicaine ne saurait varier non plus,
dans la mesure ou cette moindre variation affecterait


A propos des affres subies par les

travailleurs haitiens en Rep. Dom.


Dr. EDDY GABRIEL RODRIGUEZ


CANDIDAT AU SENAT DEPT. DE L'OUEST



REFORME AGRICOLE


# MANJE


REFORME MEDICALE


# SANTE


REFORME


ECONOMIQUE


# TRAVAY


REFORME SOCIALE


# LOJMAN


STABILITE ET PAIX


# SEKIRITE



VOTEZ Dr. EDDY GABRIEL RODRIGUEZ


CANDIDAT NUMERO #6 PANOU


egalement celui en Haiti. Exemple de reussite totale trop facile
s'ils arrivaient a se legaliser aisement et a toucher bien plus
(ainsi 6galement se niveler et naturellement alors se joindre
au travailleur dominicain pour, ensemble, commencer a se
valoriser encore plus...), exemple done de r6ussite trop facile,
cela drainerait de maniere alors effrenee la main d'ceuvre du
pays. Ou, encore, exigerait des salaires plus eleves ici aussi.
Tout un nouveau cycle ou ce sont les deux bourgeoisies qui
en patiraient !
Mieux vaut, au contraire, se conforter l'un l'autre et
s'activer r6solument pour d6fendre le partenaire engage,
comme ce fut le cas a la zone franche de Ouanaminthe quand,
malgr6 les exactions flagrantes des investisseurs dominicains
qui, rappelons-le, firent p6entrer sur le sol national leur armee
pour mettre a mal les ouvriers qui ne revendiquaient que leur
droit, allant jusqu'a malmener dans la boue une femme
enceinte de 8 mois... (!), les bourgeois haitiens appuyerent
sans reserve leur associ6, leur classe Ici, point question de
" pays : la globalisation capitaliste fait de cette nation
arri6ree une post moderne !
Plus tard, quand la justice de Fort-Liberte, devant
les preuves trop a vue, donnbrent raison aux ouvriers qui
avaient port plainte, le gouvernement central lui-meme
intervint, pr6textant, sans honte aucune, que ce verdict devrait
&tre bloqu6 car pouvant g6ner les investisseurs (ajoutez
" internationaux et entendez, pour plus de precision:
" strangers ").
Si Desalin te la, ...Latotipa ta la "
aurait-il fallu ajouter a la manifestation du lundi 12
passe. Et expliquer aux huluberlus que 1"" armee haitienne "
a bien ete 'la' durant toutes les p6riodes precedentes mais
toujours dans le r6le son r6le de gardien de l'ordre dominant
qui lui incombe, celui de reprimer les travailleurs en vue de
leur exploitation par les classes dominantes. C'est bien elle,
d'ailleurs, qui eu a op6rer la toute premiere repression contre
les ouvriers mobilis6s a Ouanaminthe, par l'intermediaire d'un
detachement de leurs soit disant rebelles cantonn6e
l'6poque a cette ville.
La logique est done 6tal6e, le complot mis a nu : il
s'agit d'une exploitation primordiale dont beneficient
lourdement les classes dominantes des deux pays, les
bourgeoisies en particulier, et ou les deux Etats jouent,
ensemble et de maniere coordonnee, un role de repression
feroce ou de complicity sans vergogne qu'i 1 n'est plus a
demontrer.
Mais pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi aujourd'hui,
a nouveau, toutes ces deportations et ces horribles exactions
a l'encontre des travailleurs haitiens ?
Autrefois, la destination premiere des travailleurs
haitiens en Republique Dominicaine etait les champs de canne,
les bateyes. S'ensuivit une p6riode ou ces memes travailleurs
furent orients egalement vers la culture du tabac, puis dans
celle du riz, des tomates, des pois... Toujours en agriculture
(voir Syndicats / 17)






Page 15


I FOOTBALL: TOUS LES CHAMPIONNATS I


Mercredi 28 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 48


HAITI
TOURNOI D'Ouverture
Championnat de lere Division
2005-2006
7eme Journee
Dynamite-ASC 1-1
Roulado-US Freres 1-4
Zenith-AS Carrefour 1-0
Baltimore-Racing Gonaives 1-0
Don Bosco-Aigle Noir 0-0
AS Mirebalais-Temp&te 0-1
Victory-Cavaly 1-1
Racing CH-Violette
1-1
e8me Journee
Don Bosco-Dynamite
1-3
Racing Gonaives-Zenith
1-0
Mirebalias-Roulado
1-1
Carrefour-Baltimore 0-0
Victory-Racing CH 0-0
Temp&te-Aigle Noir NJ
ASC-US Freres 0-0
Violette-Cavaly 1-0
Equipe MJ Pts
1 Racing Gonaives 8 19
2 Baltimore 8 15
3 Racing CH 8 14


Europe
Allemagne 17eme journee
Equipe Pts
1-Bayern Munich 44
2-Hambourg 38
3-Werder Breme 36
Meilleur Buteur
Miroslav Klose Werder Breme 16 buts
Angleterre 17eme journee
Equipe Pts
1-Chelsea 46
2-Man UTD 37
3-Liverpool 31
Meilleur Buteur
Ruud Van Nistelrooy Manshester UTD
13 buts
Espagne 17eme journee
Equipe Pts
1-FC Barcelone 40
2-Osasuna 38
3-Valencia 35
Meilleur Buteur
Samuel Eto'o Barcelone 17 buts
France 19eme journee
Equipe Pts
1-Lyon 44


2-Lens 32
3-Bordeaux 32
Meilleur Buteur
Pedro Pauleta PSG 12 buts
Hollande 16eme journee
Equipe Pts
1-AZ Alkmaar 38
2-PSV Eindhoven 38
3-Feyennord 35
Meilleur Buteur
Laas-Jan Hunterlaar Heerenven 14 buts


Italie 17eme journee
Equipe
1 -Juventus
2-Inter Milan
3-AC Milan


Meilleur Buteur
Luca Toni Fiorentina 16 buts
Argentine
Argentinel9eme journee


Equipe
1-Boca Juniors
1 -Gimnasia
2-Velez Sarsfield


Siaw aHw4 wio


-cm"Ylr A ki


"Copyrighted Material


S. Syndicated Content


ailable from.Commercial News Providers"


*OU 4 :EE 0


...... -w.. w

0y- -


Le Retour du


groupe Fugees

P. 20







Mercredi 28 D6cembre 2005
Haiti en Marche vol. XIX No. 48


Page 16


I DEVELOPPEMENT DURABLE I


L'attribution des parcelles


Au cours des trois demiers articles, nous avons parl6
ce qui a Wte entrepris au niveau de chacun des trois el6ments
essentiels h la garantie de la security fonciere : l'identification
des biens (HEM, Vol. XIX, No. 45, du 07-13/12/05), la
definition des droits (HEM, Vol XIX, No. 46 du 14-20/12/05),
l'identification des personnes (HEM, Vol.XIX, No. 47, du 21-
27/12/05).
Cependant, quand nous parlions de l'identification des
b6ndficiaires par les comit6s d'appui, la semaine dermire, nous
n'avions pas mentionn6 la plus grande difficult que ces comit6s
d'appui ont eu a surmonter : arriver a retenir un nombre de
b6ndficiaires 6gal au nombre de parcelles d6limit6es par l'6quipe
topographique pour chaque p6rimetre.
En effet, quelles qu'aient &te les restrictions imposes
par les critbres de choix des b6ndficiaires, on avait dans chaque
cas un nombre de candidats largement sup6rieur au nombre de
parcelles a attribuer. C'est l'effet de la pression d6mographique
sur la terre dont nous aurons a reparler ult6rieurement.
Les comit6s d'appui se sont done vus dans l'obligation
d'exercer la plus grande rigueur dans l'application des critbres,
avec tout ce que l'on peut imaginer de pressions de la part des
candidats ; pressions douces ", comme des tentatives de
corruption, pressions dures par toutes sortes de menaces, y
compris des menaces de mort.
Quoiqu'il en soit, les comit6s d'appui arriverent au bout
de leurs peines et les b6ndficiaires furent invites, au cours d'un
grand rassemblement, a venir tirer eux-memes leur num6ro de
parcelle afin d'dviter que qui que soit ne soit accuse d'avoir
favoris6 l'un ou l'autre en lui attribuant une parcelle pr6sentant
de meilleures conditions de sol, d'irrigation ou de drainage. Une
fois le tirage au sort achev6, les b6ndficiaires furent mis au courant
des conditions dans lesquelles ils pourraientjouir de cette parcelle.
Les conditions de l'attribution d'une parcelle
comprenaient les droits et devoirs du b6ndficiaire ainsi que
certaines restrictions.
Droits du B&ndficiaire :

Droit de jouissance de la parcelle jusqu'a ce que la
loi en determine le statut d6finitif.

I1 ne faut pas oublier, en effet, que ces operations se
faisaient sur des terres dont 1'INARA avait pris possession
"provisoirement" en attendant qu'une loi sur la r6forme agraire
vienne fixer les conditions d6finitives d'attribution.

Droit de b6ndficier de tous les services offerts aux
planteurs: irrigation, approvisionnement en intrants,
credit, etc.

Nous reviendron sur ce point a propos des mesures
d'accompagnement.

Devoirs du B6ndficiaire :

Cultiver la parcelle, en faire valoir direct, en suivant
les directives de l'encadrement technique ;
Respecter les bornes, ouvrages hydrauliques, pistes
agricoles, et participer a l'entretien du r6seau
d'irrigation et de drainage ;
Participer a tout programme agricole a la demande
du MARNDR, tel le programme semencier, etc ;
Participer a la gestion du p6rimetre a travers
l'organisation des planteurs ;
Verser une redevance 6valude a 500 G/ha/r6colte,
les valeurs ainsi collect6es seront rdparties sur 4
fonds:
un fonds pour
l'entretien du
p6rimetre,
L un fonds d'as-
sistance pour les
fermiers,
un fonds pourde
petits projets
communautaires,
S un fonds de
Sd6veloppement
regional

I Restrictions

I'LL. PAb h0 S.m Le b6ndficiaire
Ofk t ne pourra ni
Um m morceler, ni
ceder tout ou
*cor por ate OUR VHICLE.tu
funct ions v EX.cuTIVe CEOANM partie de la
.Air port Service LuXARYm LIMoUINE UP
*Social Events TO 10 PA..ENGIERU parcelle sous
*Weddings -Buy CHUMI.E. quelque forme
*parties EXqURueONe n
*city tour que ce soit
gS g www.Megels.com En cas de


d6ces, 1'INARA d6terminera un autre
repr6sentant de la famille, en attendant la
revision de la legislation sur le droit de
succession

Toutes ces conditions ont &td consigndes
dans un contrat sign par le b6ndficiaire, d'une part,
les Directeurs G6ndraux de 1'INARA et de 1'ODVA
et le Minsitre de l'Agriculture, d'autre part.
Dans les jours qui suivirent le chef de
l'6quipe de topographie proc6da a l'op6ration" mete
moun sou tb qi consistait a remettre formelle la
parcelle portant le num6ro tire par le b6ndficiaire a
son attributaire.Aprbs quoi, ils ont &te invites avenir
sur le terrain prendre effectivement possession de la
parcelle qui leur 6tait attribute.
Un dossier fut 6tabli pour chaque
b6ndficiaire, avec une carte d'identification portant
photo du b6ndficiaire. Nous avons meme profit de
l'occasion pour permettre aux b6ndficiaires d'obtenir
leur carte d'identit6 fiscale. A la demande du
MARNDR, la DGI envoya a Pont Sond6 une equipe
avec tout le materiel n6cessaire ; l'exp6rience eut
un trbs grand succes, malheureusement,au bout de
quelques jours, les appareils de la DGI pr6sentbrent
des problkmes. L'6quipe fut rappelke a Port-au-
Prince et ne revintjamais.

On ne saurait terminer ce chapitre sans dire
un mot des mesures d'accompagnement d6ji


mentionndes. Il s'agit de tout un paquet de mesures, qui ne
relbvent pas de la competence de 1'INARA, mais qui sont
indispensable si l'on veut que le b6ndficiaire puisse
rdellement tirer profit de la parcelle qu'il a reque.
En effte, comme tout le monde ne cesse de le
r6p6ter, il ne suffit pas de donner de la terre au paysan, il
faut aussi le mettre en mesure de la cultiver. Cela suppose
des interventions au niveau de l'infrastructure, des mesures
d'accompagnement visant a assurer l'approvisionnement
en credit et en intrants l'encadrement technique des
planteurs et une amelioration de leur 6quipement.
En ce qui concerne l'infrastructure, des travaux
d'am6negement foncier ont &t6 ex6cut6s, quii devaient
assurer que les parcelles soient bien irrigudes et bien
draindes. Pour ce qui est des mesures d'accompagnement
proprement dites,
le MARNDR avait d6ji pris des dispositions
pour un approvisionnement en engrais a un
prix subventionnd,
'ODVA entrepritdes d6marches pour
l'approvisionnement en semences,
le BCA accorda un credit de 5.000 goudes a
chaque b6ndficiaire,
'ODVA mit sur pied une 6quipe de
techniciens charge de la formation et de
l'encadrement technique,
plus tard on se lanqa dans l'acquisition de
motoculteurs et de moulins qui furent mis a
la disposition des planteurs.
Bernard Eth6art
benietheart.com


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE COUNTY AVIATION DEPARTMENT
NORTH TERMINAL AREA IMPROVEMENTS
OCI PROJECT NO. A05-MDAD-02


MIAMI-
12


The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, and Chapter
2, Sections 2-8.1 (as amended by Ordinance 05-15), and 2-10.4 of the Miami-Dade County Code and
Administrative Order 3-39, announces that professional architectural and engineering (A/E) services will be
required for the North Terminal Area Improvements for the Miami-Dade Aviation Department.

The scope of services consists of planning, design, construction document preparation, bidding, construction
administration, and associated services related to improvement projects at the North Terminal Area, which
encompasses Concourses AthroughD. The scope of this project includes the terminal buildings, and associated
areas such as landside, airside facilities, and all other necessary functions, including concessions, waiting
areas, airlines relocation, restroom improvements, ticket counters, information systems, general lighting, HVAC,
life safety, security and other related improvements to the North Terminal Area.

Pursuant to Administrative Order 3-39, the Miami-D de Aviation Department shall utilize Miami-Dade County's
Equitable Distribution Program (EDP) for work orders within the monetary thresholds established for
construction costs and study activities as stipulated in Florida Statutes 287.055 (2)(g). Copies of all work
assignments shall be submitted to the County's O fice of Capital improvements to ensure it is within the
originally advertised scope of services.

One qualified consultant will be retained under a non-exclusive Professional Services Agreement with a
maximum compensation of $2,000,000, for an effective term of five (5) years or until the maximum
compensation limit is reached, whichever occurs first.

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS

14.00 Architecture (PRIME)


11.00
12.00
13.00


General Structural Engineering
General Mechanical Engineering
General Electrical Engineering


16.00 General Civil Engineering
18.00 Architectural Construction Management


A copy of the Notice To Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions
(as applicable) may be obtained at the Office of Capital Improvements Architectural & Engineering Unit
located at 111 NW 1st Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for the
unit is (305) 375-2307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electronically to all
consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-mail address in their
vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. Additionally,
those pre-qualified firms without an e-mail address will be faxed a solicitation notification. The NTPC and
accompanying documents may be obtained on line at http://www.co.miami-dade.fl.us/dpm, at the following
link "Solicitations On-Line."

The Consultant Coordinator for this project is Amado Gonzalez who may be contacted via e-mail at
gonzaam@miamidade.gov, fax: (305) 375-1083 or phone: (305) 375-1428.


CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

One (1) Agreement 25% Community Business Enterprise (CBE) Goal

Apre-submittal project briefing for interested firms will be held on January 6,2006, at 10:00 A.M. in Conference
Room 18-3, 18th Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111 N.W. 1t Street, Miami, Florida. While
attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE ENCOURAGED to attend.

Deadline for submission of proposals is January 20, 2006 at 11:00 A.M., LOCAL TIME, all sealed
envelopes and containers must be received at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County
Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED
THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER
THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE SHALL NOT BE CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the
Miami-Dade County Code, as amended. Please review Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a
complete and thorough description of the Cone of Silence.







Page 17


I BATAY OUVRYE


Mercredi 28 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 48


Ouvriers haitiens et dominicains, meme combat ...


(Syndicats ... suite de la page 14)
donc. La ils trouvaient une paysannerie locale en
prol6tarisation elle aussi et en d6placement vers les villes. Il
y avait done de la place et les contradictions entre
travailleurs n'6taient pas vraiment aigues mdme si elles
existaient dans une certaine mesure. La repression contre les
" ill6gaux haitiens se faisait alors presqu'exclusivement par
les appareils dominants directement (armee, milice).
Des les ann6es soixante, les projets d'infrastructure
et d'urbanisation de M. Balaguer touchant les grandes villes,
la main d' euvre ill6gale ", donc a meilleur march, constitua
rapidement un appft egalement pour cette branche capitaliste.
Petit a petit, la migration haitienne vint a occuper ces places
et dans les ann6es quatre-vingt / quatre-vingt-dix, les chiffres
les plus conservateurs donnaient a 80 % la presence de la
main d'ceuvre haitienne dans les chantiers en construction !
Ce d6placement fut naturellement accompagn6 des petits
metiers de toutes sortes, 1'6conomie dite informelle s'y
developpant grandement. Suivirent les petits marchands
ambulants, maintenant a chaque coin de rue a Santiago, a Santo
Domingo... Parallblement, la decomposition de la formation
sociale haitienne s'aggravant inexorablement, l'on assista
alors a un reel d6versement des immigr6s haitiens dont le
nombre aujourd'hui et, comme nous disions, la fonction, avait
radicalement change. Cette decomposition touchant 6galement
en Haiti certaines couches de la petite bourgeoisie et les
services d'6ducation rendant aussi l'fme, ce furent les
universities, les centres d'artisanat, les petits marches,
notamment le commerce'" pep6 qui se rendirent en terres
voisines. Toutes ces fonctions se d6roulent en ville. La
migration haitienne vint done a se retrouver la en franche
contradiction avec les travailleurs dominicains qui
devinrent alors de plus en plus hostiles.7 De plus, ces
migrants plus r6cents n6cessitaient eux aussi des services de
sante, de logements, d'6ducation minimum, que procure la
ville, ...encore en ajout aux carences de plus en plus
chroniques des gouvemements dominants envers leur propre
population ". Enfin, les effets secondaires (mendicite,
maladie...) arriverent a g6ner 1"" image touristique des
classes dominantes dominicaines. La contradiction devint de
partout"antagonique !
Dans le cadre de l'offensive imp6rialiste et du projet
d'exploitation sans limite et de domination n6olib6rale qu'elle
vehicle, les contradictions au sein de la formation sociale
dominicaine se sont r6cemment beaucoup aiguis6es.
Contrairement a la propagande droitiere qui veut faire croire
que la'" Republique Dominicaine vit une p6riode de
croissance acceleree, ce sont, en fait, les capitalistes et,
globalement, les classes dominantes, qui, seuls, accumulent
de maniere 6hontee. ...Naturellement, au d6pens des
travailleurs et de la population (du peuple) en general. A
preuve les dernieres groves qui ont eu lieu a la fin du mandat
de M. Mejia, qui furent activement soutenues a presque 100


% par le du pays tout entier Etalant le fait que le foss6
s'elargit. Car, c'est vrai, dans le cadre de l'incapacit6 du
gouvemement dominicain a trouver un equilibre minimum,
les travailleurs sont de plus en plus appauvris et la population
manque de plus en plus de services. En reality : la R6publique
Dominicaine est en crise Et c'est pr6cis6ment ce que
cherchent aussi a cacher les plus r6centes attaques contre les
travailleurs haitiens. Sorte de bouc emissaire done, ils sont
accuses de tous les maux.
Ce m6canisme qui a toujours ete utilis6e chaque
fois que les classes dominantes de ce pays voisin cherchaient
a regrouper autour de tel ou tel parti politique en vue
d'elections, de tel ou tel projet marquant une reelle offensive
d'exploitation d'ouvriers ou de d6possession de paysans ce
mecanisme, done, devient aujourd'hui vital, compte tenu de
la profondeur de la crise que traverse cette formation sociale,
crise aiguis6e encore plus par l'enrichissement flagrant des
poss6dants. Le scandale de Baninter qui d6voilait totalement
les rouages de la fraude gigantesque en cours, le d6montre
clairement8, comme il d6montre aussi clairement les alliances
de tres haut niveau, les magouilles les plus audacieuses et
aussi les plus viles: la pourriture des classes dominantes
dominicaines.
C'est done dans le cadre et a cause de la faillite des
classes dominantes de ce pays que se retrouve et se comprend
aujourd'hui la plus r6cente et morbide attaque contre les
travailleurs haitiens. Mais cette demarche rejoint aussi, et tout
autant, la faillite totale en cours en Haiti mdme. Si Desalin
te la... est un slogan qui dit Tout. Et sur lequel tout patriote
devrait s'arrdter, ne serait-ce qu'un instant. Si Desalin te
la... signifie precis6ment ... qu'il ne l'est plus!
Quand on entend les bassesses des gens de
gouvemement, quand on refl6chit sur la futility des pretextes
que se procurent tous ceux qui, d'une maniere ou d'une autre,
s'accommodent de collaborer, ou d'avaliser ce projet
" extraverti parvenu a son summum, on peut mesurer
l'ampleur du ph6nomene, la gravity du problem. Une autre
maniere de comprendre la situation se ref6re, naturellement,
a l'incroyable incapacity des dirigeants haitiens. C'est
pr6cis6ment un des arguments majeurs des gouvernants
dominicains : ils sont en train de dire a leurs homologues
haitiens (et du mdme coup aux classes dominantes d'ici en
general) que dans l'organisation de l'exploitation de la main
d'ceuvre, la repression a son encontre, en fait au contr6le de
la situation de domination, qu'ils ne font pas assez La crise
haitienne avec la composante populaire qu'elle traine, inquiete
le voisin. Certes. Mais le preoccupe plus encore I'incapacit6
des gouvernants et dominants de ce pays a resoudre cette
situation. D'on leurs appels, rep6ets a sati6et, a la permanence
de l'occupation et au passage mdme a la franche tutelle.
D'apres leurs calculs,'le moment l'exige. Les
diff6rentes raisons analyses plus haut font que la migration
des travailleurs haitiens rencontre aujourd'hui d'6normes


contradictions en Republique Dominicaine. Par contre la main
d'ceuvre ill6gale et tries peu chere leur fait encore d6faut.
D'un autre c6te, le prix de cette marchandise est, en Haiti,
tellement d6risoire que la logique s'incline donc a ...venir
l'exploiter en territoire haitien. Ce projet qui germe depuis
longtemps a etc r6cemment mis a execution. Par la logique
capitaliste elle-mdme qui a peu a peu introduit le Capital
dominicain en Haiti (les usines Interamericana a Port-au-
Prince, l'eau Crystal au Cap-Haitien...) mais, surtout par
l'habilit6 (disons plut6t le macabre) lavalas a manigancer dans
l'ombre un projet qui rend la formation sociale haitienne
encore plus expose : celui des zones franches. La premiere
de l'ensemble prevu tout au long de la frontiere est d6ej en
fonctionnement a Ouanaminthe. Le CCI imp6rialiste consacre
definitivement cette orientation en tdte de ses engagements,
pendant que toute une armada politique, 6conomique et
ideologique haitienne l'accompagne, arrivant a exprimer
clairement que le d6veloppement d'Haiti passe
necessairement par le Capital dominicain ". Les diff6rents
traits en passe d'etre adopts entre les Etats-Unis et certains
pays d'Amerique Centrale et des Caraibes, dont la Republique
Dominicaine, (TLC, CAFTA-DR...) prevoient que dans le
cas de cette derniere, la production r6alisee en Haiti par les
capitalistes dominicains pourra y etre incluse. Les projections
pour le Nord-Est par ces demiers (avec l'aval, bien sir, des
bourgeois haitiens qui s'appretent a s'accaparer du pouvoir
politique a tous les niveaux) sont d'envergure !
Dans ces conditions, la main d'ceuvre haitienne
n'est non seulement plus du tout la bienvenue en terres
voisines mais, plut6t, disponible chez elle, offerte par la
bourgeoisie locale jusqu'a ses retranchements ideologiques
les plus scientifiques (c'est-a-dire, bien entendu,
mystificateurs : 'donner du travail', 'd6velopper', jusqu'a 'se
sacrifier pour le peuple'...) et, surtout, sous contr6le de forces
armees internationales. Le moment des plus horribles
exactions est done mir. C'est celui auquel nous assistons.
Quel gouvernement pourra-t-il r6soudre cet
6cheveau ? Quel Etat saura-t-il se rendre assez autonome du
projet dominant pour tre en defense du peuple, des
travailleurs ?
Ces derniers, a bien comprendre cette logique
implacable qui les entraine tous vers l'abime, devraient plut6t
s'unir, pour faire face !
Les camarades de SOCOWA a la zone franche de
Ouanaminthe et ceux de SITRAFMIN, a Santiago, F'ont bien
compris, qui se sont rencontr6s, ont mis sur pied une
coordination de lutte et ont realis6 des mobilisations conjointes
contre les exactions de leur employeur commun, le Grupo M,
et ont r6ussi ainsi a remporter chacun des victoires
significatives, mdme si trop partielles et peut-dtre aussi trop
momentan6es.
Les emigres dominicains et haitiens a New-York
ont emprunt6 le mdme chemin. La plus recent position de la
coordination proprement dominicaine a propos de cette
(voir Syndicats / 18)


BOBY Exress Co.



Nou vle gate kliyan nou yo dejou enjou pi plis.


ATLANTA
1232 Moreland Ave,
Suite A
Atlanta, GA 30016
Tel: (404)622-8787

BAHAMAS
E. Street Sawyer
Studio Blvd 2nd Floor
Nassau, Bahamas
Tel: (242)322-6047

BOYTON
544 E Gateway Blvd,
Suite 3
Boyton Beach, Florida
Tel: (561)742-3046

CAMBRIDGE
300 Broadway
Cambridge, Mass
02139
Tel: (617)354-6448

CHURCH
2807 Church Ave.
Brooklyn, NW 11226
Tel: (718)693-3798

CONNECTICUT
953 Washington Blvd,
Suite 1
Stamford, CT 06901
Tel: (203)324-2816

DELRAY BEACH
402 West Atlantic Ave
Delray Beach, Fl 33444
Tel: (561)265-2100

FLATBUSH
1161 FlatbushAve.
Brooklyn N.W. 11226
Tel: (718)287-5295

FORT LAUDERDALE
8 West Sunrise Blvd


Ft. Lauderdale, Fl 33311
Tel: (954)524-1574

LAKE WORTH
330 S. Dixie Hwy, Suite 2
Lake Worth, Fl 33460
Tel: (561)585-1077

MATTAPAN
508 River Street
Mat. Mass. 02126
Tel: (617)298-9366

MIAMI
5401 N.W. 2nd Avenue
Miami, Fl 33137
Tel: (305)758-3278

NAPLES
506 11th Street
Naples, Fl 34102
Tel: (941)435-3994

NORTH MIAMI
629 NE 125th Street
N. Miami, FI 33161
Tel: (305)892-6478

MIRAMAR N. DADE
19325 NW 2nd Avenue
(441)
Miami, Fl 33169
Tel: (305)654-2800

MONTREAL
7177 Rue St Denis
Mont. QC H2R2E3
Tel: (514)270-5966

ORLANDO
2469 S. Orange Blossom
Trail
Orlando, Fl 32805
Tel: (407)649-9896

POMPANO (1)
4857 N. Dixie Hwy


Pompano Bch, FI 33064
Tel: (954)429-9552

POMPANO (2)
128 N. Flager Avenue
Pompano Bch, Fl 33060
Tel: (954)946-4469

QUEENS
159-35B Hillside Avenue
Jamaica N.Y. 11432
Tel: (718)523-9216

SPRING-VALLEY
South Main Street
S. Valley, NW 10977
Tel: (914)425-7747

WASHINGTON
835 Juniper Street NW
Wash D.C. 20012
Tel: (202)722-4925

WEST PALM BEACH
604 25th Street
W. Palm Beach Fl 33407
Tel: (561)655-4166

NEW JERSEY
152 Jefferson Ave
Elizabeth, NJ 07201
Tel: (908)354-1411

MONTREAL NORD
3820 Henri-Bourassa Est
Montreal, Canada
Tel:(514)852-9245

TURKS & CAICOS
Downtown Providenciales
Butterfield Plaza
Tel: (649)941-4172-4173

CENTRE VILLE
59 Rue Pavee
avant la Pharmacie Ideale
223-0865-223-0839
222-2704,221-8910, 221-1632


8772 NJ F 2 rne A ven u e

T61: 305 757 4915

FADKIKJ VARIETY STORE

LE MA GASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.

- Reception de paiementpour Bell South, FPL,

GAZ, CABLE TV
BELL MOBILITY etc...etc...

- Connection tdldphonique chez vous...


Ouvert

6 Jours

par

semaine:

8h30 am



7h30 pm




* Parfums
* Cellulars & Beepe
* Souliers et Sandalk
* Produits pour la cu
* Cadeaux
* Tableaux
* Moneygram
* Money Order


a::



3


* CD's (compas, Racine, Evang6lique,
Zouk, Frangais, Am6ricain)
* Video's (Haitiens, Amdricains, Documentaires, Drams)
* Produits de beauty
* Produits pour cheveux


rf.






Mercredi 28 D6cembre 2005
Haiti en Marche vol. XIX No. 48


Page 18


I JOUONS! I


|SIEIRIBIE S


||C|AIMIP|E |R|
CAMPSolutions de a seine a
Solutions de la semaine pass6e:


Abbe
Archeveque
Archidiacre
Benedictin
Cardinal
Cure
Diacre
Eveque
Frere
Mere
Moine
Nonce
Nonne
Pape
Pere
Prelat
Pretre
Religieusement
Soeur
Vicaire


54 $14 il)49i]/1'/0i] !'


Allez de SERBES & CAMPER, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


HORIZONTAL
1. Lyres -
2. Espace habitable de la terre -
3. Aspire 4. Titane Fasciste allemand
5. divinit6s des For6ts -
6. Suffixe indicatifd'une fonction alcool -
7. Tenterez 8. Arpentons.
VERTICAL
1. Pronom Fleuve de la Russie -
2. Maladie de la peau -
3. Brasses -
4. Interjection Petit cours d'eau -


1w-


l--l-1


Installer 6. Note Possede Joueur de basket -
Pr6position Zinc -
Misandres.


Solutions de la
semaine pass6e:

TAUDEE
CAUDEE
CAUSEE

CRUSSE
CRASSE
CHASSE
C A U S E E
C A U S S E

C R A SS EI
C HATT ST El


GRILLE DE PROGRAMME

Melodie 103.3 fm

74 bis Rue Capois
Port-au-Prince, Haiti
Tel: 221-8568/221-8596 Fax: 221-0204/221-1323
e-mail: melodiefm@hotmail.com ou pub@haitienmarche.com
URL: www.haitienmarche.com
Programmation
5h00 6h30 BoEn I veil enmusique

6h30-7h00 Au Pipirit chantant
ler Journal creole de lajournme avec Yves Paul LUandre

7h00 10h00 IMllodie Mlatin avecMarcus
Informations, Interviews, Anecdotes, Humour, Analyses
8h L'Editorial de Marcus
8h15 La Chronique au Quotidien avec Elsie
8h30 Le grand Reportage avec Guyler C. Delva
8h45 A Haute Voix avec Dominique Batraville
9h Les Sports avec Jacky Marc
9h15 Culture avec Claude Bernard S6ran
Melodie Matin chaque samedi est animee par Raphael Fequiere


E n bref ... (suite de la page 2)
" Fanm Yo La estime qu'il revient au CEP d'organiser les elections en Haiti. I incombe au
gouvemement de lui donner les moyens n6cessaires pour la realisation des joutes electorales
avec l'appui des organisations internationals engages dans le processus electoral, soutient la
dirigeante de Fanm Yo La "
"Nous demandons au CEP de s'asseoir au plus tot avec le gouvemement et les institutions
internationals en vue de trouver une reponse aux problems soulev6s ", dit Marie Laurence
Jocelyn Lassegue.

0 -Ibnw 0 do w W4 0qm W *m amm0%


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Le Disque de
I'Auditeur
animation: Jacques Lacour

Le MIidi
Un r6sum6 des Informations Locales et Nationales

Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime avec Elsie


2h00-3h00 C'est si tbon
en chansons...
Emission de Chansons Franqaises

3h00 -5h00 Le Boun I Vieux Teimrps
Retro-Compas avec
Doc Daniel et Captain Bill

5h00 -7h00 IMelodie & Compatny
une mission ligne ouverte avec participation du public sous la baguette magique
de MARCUS.
Le Jeudi place au DDveloppement durable avec Bernard Eth6art

7h00- 8h30 7Amor y Sabor
8h30- 9h00 Soir Inform nations


INotre t iGrand Concert
( Lundi et Mercredi : L'heure classique )


Jazz at Ten (Mardi, Jeudi,Dimanche)
Jazz inspired : Judy Carmichael et ses invites

9h00 etau-dela Cavaliers, p renez
vos daumes (Samedi )
50 ans de Succes Populaires Haitiens


Haitiens et Dominicains


(Syndicats ... suite de la page 17)
situation t6moigne de leur clairvoyance autant
que de leur courage et leur permanente
vigilance.
Au lieu de s'entred6chirer ou de penser a des
actes de vengeance, ce sont tous les secteurs
populaires des deux pays qui devraient
resolument s'engager a en faire autant. Au
plus vite.

Batay Ouvriye, 16 d6cembre 2005
(Endnotes)
SEntrevue de Konpe Filo avec deux 6tudiants
forces de quitter la Republique Dominicaine,
sur T1ee Ginen, d6cembre 2005.
2 Ensemble d'opinions relev6es par la CEEH
sur les differents joumaux dominicains.


3 Ibid.
4 Entrevue de Konpe Filo, op. cit.
5 Editorial Radio Melodie FM, mercredi 14
decembre 2005.
6 Voir Luis Francisco Lizardo Lasoce,
Palma Sola, La tragedia de un pueblo
,Ed. Manati, Sto Domingo, 2003.
7 Il en fut de meme ainsi aux Bahamas au
debut des ann6es 80 et des travailleurs
behemiens arriverent a s'organiser en bandes
pour, la nuit, attaquer les travailleurs haitiens;
ceux-ci s'organiserent 6galement et
riposterent; le rapport de force n'6tant pas le
m&me, 1'affrontement s'estompa.
8 Narciso Isa Conde et Fernando Pefia
Las Entrahas de un poder gansterizado
, Ed. Tropical, Sto Domingo, 2003.


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

DR

PBA

YE


Solutions de la semaine passee
P PALUDES S


I-r-W //TT Y 77%


10h00 -Midi



12h00 12h15


12h15 2h00


10h00






Page 19


ti gout pa ti gout


Mercredi 28 D6cembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 48






Mercredi 28 Dccembre 2005
Haiti en Marche vol. XIX No. 48


I ARTS & SPECTACLES I


U


Le Retour des Fugees


Ils sont l1 a nouveau. Tous les trois.
Ils, ce sont les Fugees. Laureen Hill avec
son afro gigantesque, Pras Michael et le
troisibme n'est autre que Wyclef Jean.
Cela faisait 10 ans qu'ils ne
s'6taient pas produits ensemble sur une
scene et maintenant les voilW de retour,


ensemble. Ils sont en tournme en Europe et
le 21 D6cembre, ils 6taient a l'Arena de
Cologne pour un gigantesque concert.
MWme quand l'Arena 6tait a moitie vide, les
Fugees n'ont rien perdu de leur fougue et
de leur immense talent.
Le public n'en revenait pas.'Ce
sont les plus grands sur la scene du hip hop.
Leur place n'a jamais'&t6 occupee par
quiconque. Ily a eu, il est vrai, Black Eyed
Peas, qui s'est enfonc6 exactement dans le
vide laiss6 par le depart des Fugees et qui a


fait le public les oublier un peu. Mais en
les revoyant tous trois sur scene, avec leurs
bonds d6sordonnes et leur message si plein
de recommandation, on comprend que
personne ne pourra jamais prendre leur
place.
A la fin du spectacle, Wyclef lance
au public son T-shirt et ses
tennis. Mais ce qu'il ne pourra
jamais lui donner, c'est cette
histoire, cette magnifique
histoire d'un groupe qui aurait
pu faire basculer la balance du
show business, histoire qui
I pourtant n'a pas 6td 6crite.
Seul Wyclef a
oviders" continue se produire sur
scene. Laureen Hill a 6pous6
un des fils de Bob Marley,
Rohan Marley. Le couple a eu
4 enfants. Et depuis, la
maman ne s'occupe plus que
de ses enfants et de son maria.
Pourtant en 1998, Laureen
avait sorti son extraordinaire
album solo: The Miseducation. Les
critiques ont vu en elle la reincarnation de
Bob Marley. Un album qui lui a rapport
5 Grammys. Mais elle s'est arret6e. Et
l'Histoire avec elle.
Cependant les Fugees sont de
nouveau ensemble. Et on attend l'album
qui va sortir de cette spectaculaire tourne
qu'ils effectuent en cette saison de Fetes
de fin d'annde.

Christian Bos
Kolner Stadtanzeiger.


Page 20


CAPTEZ LE FEUILLETON "BEL PAWOL KANDIDA"
une production du r6seau des radios communautaires RAMAK
Mardi, Jeudi, Samedi et Dimanche A 4 : 30 pm
sur MELODIE 103.3 FM, P-au-P



AOOMI PORCHASIWG AGENCY
Tel.: 786-457-8830 Fax: 305 754-0979 e-mail: pasacalia(@aol.com
Pour tous vos achats
= Mat6riels de construction
= Pieces de voiture / camion
=Equipement medical
Par avion
ou par bateau au choix




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs