Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00285
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: November 16, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00285
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00011-16-2005 ( PDF )


Full Text















Haiti en Marche edition du 16 au 22 Novembre 2005 Vol. XIX No. 42



Andy Apaid remet ca !


EDITORIAL W
PORT-AU-PRINCE, 12 Novembre Le Groupe
des 184 est en train de prendre un nouveau tournant.
Aprbs avoir &t6 le fer de
lance de la lutte pour le
renversement du
president Jean-Bertrand
Aristide en f6vrier 2004,
Andre Apaid junior
entreprend de mois-
sonner de nouveaux
champs, plus prbs de ce
qu'on appelle cou-
ramment la base, les
secteurs populaires, le
monde paysan, ce qui
6tait autrefois le bastion
de la gauche haitienne
quand celle-ci existait.
En un mot,
Andy Apaid prend le
large. Alors que
l'ancienne opposition
qui occupe a present les
allies du pouvoir
int6rimaire ne progresse
pas, comme esp6rd, dans Une Catherine Flon symbo
le processus electoral, le depuis 20
leader des 184 se
d6marque pour se lancer
A nouveau sur les grands
chemins de la rencontre
et du dialogue avec
d'autres partenaires,
vers d'autres horizons.
Apaid reprend
son baton de pblerin. La
"caravane" se remet en
marche.
Dimanche le
Groupe des 184
organisait a l'Arcahaie
(nord de Port-au-
Prince), sous le theme de
"proclamation du
nouveau contrat social",
une grande manifes-
tation r6unissant des
centaines de d6l6gu6s
venant des 4 coins du
pays.


ELECTIONS

Allons-nous vers une nouvelle

confrontation Lavalas-GNB?
ANALYSE
PORT-AU-PRINCE, 14 Novembre C'est
reparti. Les mimes attaques contre le Lavalas ont repris
comme avant le depart pour l'exil de Jean Bertrand
Aristide.
Une manifestation partie le 3 novembre dernier
dyrigh u bidonville de Cit6 Soleil, un des fiefs du mouvement
Lavalas, pour appuyer la candidature aux prochaines
Syndicated Content pr6sidentielles de Rend Prdval, et qui a d6plac6 environ
i abe fromCommercial N ws Pro ers" 15.000 personnes, a mis le feu aux poudres.
Au cours de ce dffilk monstre qui allait aboutir
Sjusque devant les bureaux du Conseil electoral
provisoire (CEP), sur l'autoroute de Delmas, des actes
r6pr6hensibles auraient &t6 commis: vols de portefeuilles
ou de bijoux, vitres de v6hicules brisds, deux pr6sumds
kidnappeurs appr6hend6s ...
Des tirs ont eu lieu aux environs d'un autre
(voir Confrontation / 5)


Le president et le premier ministre de transition y
6taient 6galement invites.


Simeus

et Mourra

definitivement

ecartes

par le CEP 2

Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere au Bois Verna
Tel: 221-8596 ou 245-1910
Fax 221 1323
Miami
173 NW 94th Street
Miami, Florida 33150
Tel.: 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914-358-7559
Boston 508 941 6897
Montreal 514 337 1286
e-mail:
pub(ihaitienmarche.com
URL: www.haitienmarche.com


Rien n'a Wte regl6 ...
Deux anndes apres la chute du regime Lavalas,
rien n'a &t6 r6gl6. L'6conomie est au plus bas, prbs de
70% croupissent dans la misbre, les institutions du pays
restent en lambeaux.
Malgrd la presence de 8.000 casques bleus de
1'ONU, l'insecurit6 est demeurde chronique jusqu'au
milieu de l'annde 2005, puis a commence reculer, y
compris a la capitale. Les voitures peuvent circuler
librement au Bel-air et les anciens residents de ce quartier
qualifi6 r6cemment encore de non-droit sont invites a
revenir chez eux.
Cependant les kidnappings ne semblent pas
devoir cesser de si t6t. Au moment oiY l'on s'y attend le
(voir 184 / 4)


Le Groupe des

184 present son

Nouveau contrat

social
ARCAHAIE, 13 Novembre C'est le
dimanche 13 novembre 2005 dans la ville de
l'Arcahaie (nord de la capitale) que le Groupe des 184,
aprbs l'avoir port pendant plus de deux annies, a mis
officiellement au monde son Nouveau Contrat Social.
L'assistance, nombreuse, comprenait des
dd6lgations venues des 10 d6partements
gdographiques du pays.
La Place du Drapeau, en face de l'6glise
paroissiale, 6tait un joyau. Outre l'ordonnancement
des tentes pour abriter les d6l1gu6s habill6s aux
couleurs du jour (bleu et rouge, frapp6s du slogan
"nouvo kontra sosyal"), la musique de circonstance,
a la fois solennelle et typique (un sound sans d6faut),
les fanions et oriflammes frapp6s des armoiries de la
r6publique, le sabre de Dessalines toujours point
hardiment vers le ciel nous criant "en avant!", le mit
de plus de 50 metres attendant aujourd'hui comme
hier l'oeuvre de Catherine Flon, la petite couturibre
de fortune qui cousut le premier drapeau haitien, mais
contribuait mieux encore a la f6te le soleil de
novembre, brillant comme un sou neuf, et balay6
constamment par une bonne brise.
Rien n'avait donc et6 n6glig6.
(voir Contrat / 4)


lique recoud le drapeau national passablement malmene
0 ans d'histoire photos Haiti en Marche


Des tentes etincellantes pour abriter les delegations venues des 10 ddeartements du pays


--


At eN







EN PLUS... ENBREF...


Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


aOW0- aowo qb ow0- w4mm 0 .l -PNDa..


* eg,- -
-' (w~rr ~~w


"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


I oU gTvf
em einva @


- - 0


Le film Haiti, un certain bord de mer est pr6sent6 devant un
public restreint
Ce documentaire traite d'un sujet rested inexplore jusqu'a present: l'immigration
libano-syrienne en Haiti. Le realisateur du film, le cineaste Mario Delatour, raconte
avoir toujours etC interesse par ce sujet quoique n'etant pas lui-meme d'ascendance
arabe, mais ayant vecu une vie d'immigrant avec ses parents installs au Venezuela
des son plus jeune age .
Le film, "Haiti un certain bord de mer" avant meme d'attaquer le sujet, s'attarde
pendant de (trop) longues minutes sur ce qu'est devenu le bord de mer A I'heure
actuelle: avec ses piles de fatras, ses rues crevassees, les marchandes installCes sur les
trottoirs et les commercants libano-syriens terres derriere au moins quatre portes
bardees de fer et protegees par des gardes du corps lourdement arms.
" Comment peut- on vivre dans ces conditions? Comment peut-on esperer vendre
dans ces conditions? s'exclame l'un d'eux qui a l'encontre des commercants
haitiens, se refuse A abandoner le bord de mer pour d'autres quartiers plus clements
de Petion Ville par exemple.
Mario Delatour, suite A ses recherches, fait remonter A 1880 I'arrivee des premiers
immigrants d'origine arabe en Haiti. Certains seraient arrives chez nous tout A fait
par hasard, pensant qu'ils debarquaient A New York ou au Bresil et atterrissant plut6t
A Petit Goave, raconte l'un d'entre eux.
" Haiti: un certain bord de mer" est une longue conversation de descendants de ces
families arabes rassembles dans une arriire cour du bord-de-mer, degustant des
specialtes arabes apportees par Viviane Boulos qui est aussi la narratrice du film et
echangeant des propos sur leur vie, sur l'intolerance des bourgeois haitiens A leur
endroit, sur les prejuges dont ils ont etC victimes, les haitiens les affublant de toutes
sortes de noms tels que "Awoutchapatcha bwet nan do" ou "Arabe manje Kouliv"
mais egalement sur leur sentiment d'appartenance a ce pays qui les a heberges et leur
a donned leur chance.
D'un bout a I'autre du film ressurgit la question d'intolerance, de non acceptation de
l'autre, qu'il s'agise du bourgeois mulitre haitien vis a vis de I'arabe ou de I'arabe vis
a vis d'un conjoint noir choisi eventuellement par une de leurs filles.
"Haiti: un certain bord de mer" vous laisse cependant sur votre soif. Le sujet n'a pas
etC trait, a-t-on envie de conclure. Peut &tre que cette experience de Mario Delatour
permettra de deboucher sur une autre, beaucoup plus profonde, beaucoup plus
analytique.
Un conseil au metteur en scene: il aurait mieux fait de terminer son film sur une note
d'espoir et non sur cette phrase categorique lancee par son "actrice principale" : Haiti
est foutue. Il n'y a plus rien a faire.
"Haiti: un certain bord de mer", un documentaire de 52 minutes realise par Mario
Delatour assisted de plusieurs professionnels dont Rachele Magloire a la camera et
Carlos Telasco a la prise de son. La production a etC assuree par Amistad Film/Haiti
et Kracowsca, tandis que le montage est de Charlotte Teillard D'Eyry.
(voir En bref / 15)


Page 2







Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


Page 3


IL'ACTUALITE EN MARCHE


Un important communique de la Minustah


La Mission des Nations Unies pour la
Stabilisation en Haiti (MINUSTAH) a pris connaissance
du communique conjoint public, le 8 novembre 2005, par
la FIDH, le CODEPU et le RNDDH, communique mettant
en cause le Lieutenant-G6ndral Eduardo Aldunate, Adjoint
au Commandant de la Force des Nations Unies en Haiti.
La MINUSTAH regrette que ces ONG
nationales et internationale de defense de droits de l'homme
aient pu ainsi colporter de graves accusations sans
verification pr6alable approfondie.
Inform depuis plusieurs semaines de ces
allegations portees a l'encontre d'un Officier sup6rieur
chilien, le Gouvernement du Chili que l'on ne saurait
raisonnablement soupconner de connivence avec le regime
dictatorial de M. Augusto Pinochet a exprime au
Lieutenant-G6ndral Aldunate son entier soutien et indiqu6


aux Nations Unies que ce dernier ne faisait l'objet d'aucune
inculpation de la part de la justice chilienne.
De son c6t6 le G6ndral Aldunate avait, d&s
que ces allegations avaient &te portees a sa connaissance,
pris contact avec le Repr6sentant special du Secr6taire
g6ndral des Nations Unies en Haiti et Chef de la
MINUSTAH, l'ambassadeur Juan Gabriel Valdds, et
adress6 au Secr6taire G6ndral des Nations Unies, Kofi
Annan, une lettre pour r6pondre a ces accusations et
affirmer sa totale innocence.
Le G6ndral Aldunate qui n'ajamais tent6 de
se soustraire a lajustice de son pays n'estime pas devoir se
justifier et n'entend done pas se preter a cette pol6mique
en r6pondant aux accusations diffamatoires portees par les
ONG susvis6es.
Port-au-Prince, le 10 novembre 2005


h, ^
%1--Arom# i W I e bw *No

Ar &*at* r *Am A Le #" I


POLITIQUE-ELECTIONS SOMMAIRE
Mourra et Simeus definitivement ecartes pp.5, 20
Beaucoup reste a faire ... p.4
Des elections, peut-6tre, mais de bonnes elections (?) p.6
L'EVENEMENT
Apaid remet 9a ... p.1
Le Groupe des 184 present son contrat social p.1
ANALYSE
Lavalas-GNB : take 2 p.1
ACTUALITE
Manif pour exiger la liberation de 2 hauts grades ... p.3
Yele Haiti et PAM apportent a manger aux quartiers
populaires p.15
LETTRES
Bernard Diederich signe Le Prix du sang p.14
Dany Laferriere Les ann6es 80 dans ma vieille Ford"
p.14
Coups de langue p.16
SPECTACLES
Musique en folie p. 15
Voix et Percussion p. 15
Film : Un certain bord de mer p. 2
Wyclef Jean achete un club de football en Floride p.20
SANTE
Une pouss6e de malaria a fait deja plusieurs morts
pp.2 & 12
Gu6rir spontan6ment du Sida p.12
LUTTE CONTRE L'INSECURITE
Place aux femmes p.7
ECONOMIE
Let Agogo remporte un concours international p.13
DEVELOPPEMENT DURABLE
La premiere intervention ... p.16
L'avenir appartient aux carburants'" verts p.2


"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Manifestation en faveur du commissaire Carlo Lochard emprisonn6
pour implication presume dans la tuerie de Grand'Ravine photo Yonel Louis








UNE ANALYSE


Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


Andy Apaid remet a !
(184 ... suite de la lere page)


moins, une demie douzaine peuvent survenir le memejour.
La Police nationale, sous la poigne d'une nouvelle
direction g6ndrale, a entrepris de faire le manage dans ses
rangs. Beaucoup de ses membres sont
impliqu6s dans les r6seaux mafieux qui se
sont multiplies a la faveur du vide de
pouvoir cr66 d'abord par la lutte
impitoyable qui a preced6 le depart
d'Aristide, puis par la poursuite de la
d6t6rioration g6ndrale.
Enfin, les autorit6s int6rimaires
ont fait tant et si mal qu'a 1 mois des
elections annonc6es pour qu'un nouveau
chef d'Etat Olu puisse preter serment le 7
f6vrier 2006, rien n'est rdellement pr6t.
MWme la date du premier tour du scrutin
qui n'est toujours pas connue.

Resurgissement du Lavalas

Mais ce n'est pas tout: Lavalas
menace de revenir en force lors des
prochaines elections.
En effet, le plus singulier dans ce
tableau est le resurgissement du mouvement
politique qui a &t6 officiellement abattu le
29 f6vrier 2004. Andy A
Il n'existe pas de sondages proprement
dits, mais si l'on en croit les manifestations en faveur des
plus de 34 candidats a la pr6sidence officiellement
reconnus, c'est l'dlectorat Lavalas qui tient la cote.
Une manifestation en faveur de l'ex-pr6sident
Rend Prdval a mobilis6 entre 10.000 et 20.000 partisans.
Tandis que ses plus farouches adversaires n'en
d6placent a peine que quelques centaines, malgr6
beaucoup d'efforts.
Conclusion: les forces victorieuses le 29 f6vrier
2004 sont aux abois, et a peu prbs sur tous les plans.

L'appel de l'Arcahaie ...


Cependant le Groupe des 184 qui assure s'etre
depuis longtemps distance de la chose politique (y compris
de son ex-num6ro 2, Charles Henri Baker, candidat aux


paid saluant les officiels gouvernementaux, au bout A droite le PM
GUrard Latortue en bras de chemise photo Haiti en Marche


prochaines pr6sidentielles), et qu'il n'a rien a voir avec le
gouvemement int6rimaire, cela depuis la creation en mars
2004 du Conseil des sages d'ofi sortira le gouvemement
du premier ministre G6rard Latortue la formation dirigde
par Andy Apaid manoeuvre en ce moment a toute vapeur
pour s'dlever au-dessus de ce marasme, peut-6tre de cet
dchec annonc6. Et, affirme-t-il aussi, au-dessus de la
politique partisane.
L'appel de l'Arcahaie se veut consensuel,
solidaire, fratemel, patriotique. En un mot, citoyen.
Selon Yanick Lahens, responsable de recherches
du groupe, le document pr6sentW dimanche a l'Arcahaie


(ville symbolique oni fut scellke l'union entre le mulatre
PNtion et le noir Dessalines qui aboutit le lerjanvier 1804
a notre ind6pendance), est le r6sultat de plusieurs mois
d'enquetes a travers les dix d6partements
geographiques du pays et de dialogue avec
toutes les communaut6s.
Le "nouveau contrat social" se
veut un condense de toutes les valeurs et
de toutes les aspirations du peuple haitien
dans ses diffirentes composantes. Son
ambition est de concrdtiser la notion d'un
Bien Commun.
Un mot trbs significatif du leader
des 184 (dans le priv6 un grand patron dans
l'industrie 6lectronique): "j'ai d6couvert
dans ces quartiers pauvres une meilleure
connaissance des rouages de la politique
que partout ailleurs dans le pays, y compris
dans le secteur dconomique."


1' quation
6trangeres.


Une reconciliation lar-
gement large ...
Qu'est-ce qui fait courir cette fois
encore Andy Apaid?
Son entree, en l'annde 2002, dans
la lutte pour le renversement d'Aristide a
&t6 capitale.
Aristide parti, rien cependant n'a change dans
politique, sinon la presence de troupes


Mais alors que les nouveaux tenants du pouvoir
paraissent au bout du rouleau, ne semblent pas tout a fait
capables de transformer leur victoire au bout du fusil en
conquete lectorale prochaine, c'est encore Andre Apaid
qui tente une nouvelle perc6e.
Et cette fois sous le drapeau d'une reconciliation
la plus largement large. Et plut6t de bas en haut ...
On sait d6sormais aussi que Andy Apaid ne court
jamais sans savoir oi il va.

Editorial, Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Le Groupe des 184 present son Nouveau contrat social


(Contrat ... suite de la lere page)
On a dfi patienter pour entamer le programme,
certaines d6l1gations 6tant venues de loin, par monts et
par vaux.
Les d6l1gations officielles se sont fait un peu
attendre aussi. Enfin est arrive vers 10h 30 le premier
ministre int6rimaire, tandis que la pr6sidence s'est fait
repr6senter par son chef de cabinet Me Michel Brunache.
La c6r6monie pouvait enfin commencer.
Miracle. Qui s'ambne? Catherine Flon en
personne. Elle arrive avec sur les bras le bicolore national.
Mais dans quel 6tat!
C'est le symbole autour duquel va toumer toute
la c6r6monie. Recoudre le drapeau de Dessalines et de
PNtion, qui a &te passablement malmend pendant 200 ans
d'histoire.
C'est quoi le nouveau contrat social, tel que le


d6velopperont tour a tour ses initiateurs (principalement
Andre Apaid, Yanick Lahens, Michel Hector)?
Trois id6es majeures: citoyennet6, cohesion
sociale, et surtout inclusion.
Solidarity ... Aucun secteur ne peut pr6tendre
pouvoir sauver le pays a lui tout seul. Tous ont essay,
chacun a son tour, en ordre disperse. Eh bien, le r6sultat
aujourd'hui est l1.
Personne ne peut avoir le monopole du rave ou
de la volont6 de changer les choses, ou du d6sir du bien
commun.
Le nouveau contrat social se veut un condense de
toutes les aspirations du peuple haitien tout entier.
Cependant le NCS n'est pas un programme
politique ou de gouvernement. On n'y trouvera pas le
nombre de routes ou d'h6pitaux a construire lorsqu'on
arrive au pouvoir.


Par contre, le nouveau contrat social se destine a
etre plus que tout un instrument aux mains de la nation, de
tous les secteurs du pays, pour contraindre les
gouvemements a bien faire, a mieux faire.
Cela par les propositions de la soci&te civile. Par
les pressions, par la mobilisation citoyenne.
Enfin le dernier mot a 6td: Le contrat social
n'appartient a personne, a aucun secteur, a aucun
groupement, aucune association. Il est a tous. Il est unbien
commun.
"Fais le vivre."
Kenbe pa lage 1.
Pour la petite histoire, les candidats a la prisidence
n'ont pas 6td particulibrement nombreux a r6pondre a
l'invitation.
Sur 35 qu'ils sont aux dernires nouvelles, a peine
4 avaient fait le d6placement.


Elections: Beaucoup reste a faire ...


PORT-AU-PRINCE, 12
novembre 2005 Beaucoup reste h faire
pour tenir les elections haitiennes en
d6cembre, a estim6 samedi une mission
am6ricano-canadienne, au terme d'un
sdjour de 48 heures en Haiti.
"Si le premier tour des elections
devait se tenir le 18 d6cembre il faudrait
acc6l1rer les activities telles la
distribution des cartes 6lectorales et la
mise en place des bureaux de vote", ont
d6clard les trois membres de lala
mission.
Ceux-ci, deux anciens
parlementaires am6ricains, (un
rdpublicain et un d6mocrate) et une
ancienne ministre des Affaires 6trangeres
du Canada, ont souhait6 que les Haitiens
participent massivement aux prochaines
elections.
"Ces elections sont tres
importantes pour le pays et repr6sentent


un moment historique pour les Haitiens
qui doivent choisir des dirigeants
responsables", ont d6clard Bill Graham,
ex-s6nateur et ancien gouverneur
rdpublicain de Floride, et Benjamin
Gillman ancien repr6sentant d6mocrate
de New-York.
Pour sa part, l'ancienne
ministre des Affaires 6trangeres du
Canada Barbara McDougall a encourage
les femmes a prendre part aux scrutins
afin d'acc6der aux postes de decision.
A propos de la tenue des
elections, pr6sidentielle et l1gislatives,
au mois de d6cembre, comme l'a laiss6
entendre le Premier ministre haitien
G6rard Latortue, les membres de la
d6l6gation estiment que "beaucoup reste
a faire".
L'ancien s6nateur Bob Graham
n'a cependant pas voulu commenter la
(voir Elections / 6)


Invit6s de l'Institut R6publicain International (IRI): Barbara McDougall, Bob Graham,
Ben Gilman, George Fauriol en compagnie de Walter Turnbull photo Yonel Louis


Page 4






Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


DE L'ACTUALITE


ELECTIONS


Vers une nouvelle confrontation Lavalas-GNB?
quartier populaire, le Bel-air, et une fillette a 6td bless6e ... parcouru tout le centre-ville, n'a trouv6 mieux, pour entretenir Et plus se pr6ciserait la perspective
Cependant d'apres un communique de la Mission la flamme de ses supporters, que de tomber a bras raccourcis victoire de Rend Pr6val, plus la diabolisation s
sur les "voleurs et kidnappeurs" du 3 novembre dernier, aigiie, acerbe. Et plus le cordon sanitaire ga
traduisez les manifestants Lavalas pro-Pr6val. aussi en nombre.


Dumarsais Simeus dont la disqualification a Wte annonc6e
d'une maniere definitive par le Conseil electoral
Fi
des Nations-Unies pour la stabilisation en Haiti al
(MINUSTAH), dont le bataillonbrdsilienbas6 a la capitale se
a couvert la manifestation d'unbout a l'autre, celle-ci s'est "
d6roulde en gros de facon "pacifique et ordonnde."
Pourtant c'6tait occasion attendue, semble-t-il,
par les adversaires du candidat Rend Pr6val (qui,
soulignons-le, ne se pr6sente pas sous l'6tiquette Lavalas er
mais celle de la Plate-forme de l'Espoir) pour lancer une
vaste campagne de diabolisation reprenant tous les themes st
qui ont fait mouche lors de la guerre psychologique qui m
aboutira a la chute d'Aristide en f6vrier 2004.
La manifestation en faveur de Pr6val a d6plac6 de
trop de monde. Celles de ses adversaires, pas assez.
L'un de ces derniers, n'ayant pu rdunir pas plus
de 300 personnes apres une manifestation qui avait


La meme reaction 6motionnelle ...
En m .-
me temps que
l'un des leviers
essentiels de la
campagne anti-
Aristide se remet
en marche: les
mass m6dias.
Toute la batterie
des epithetes: o y
chimres, "rat", op
etc est passee en
revue. Synd

L'objectif est de Available from Co
rdveiller chez les
l6ites la meme
r 6 a c t i o n
reaction
6motionnelle qui
avait preced6 le
depart d'Aristide,
faute de pouvoir
m a r q u e r
suffisamment de
points sur le
terrain de la campagne 6lectorale proprement dite.
Et d'un.
En meme temps, on appelle a former un front
commun face a la "menace" Pr6val.
Ce discours est apparu d'abord chez les tenors de la
fusion des Sociaux D6mocrates. Sous une forme un peu
ambiqude r6cemment chez Micha Gaillard, plus directe la
:maine dernibre avec Victor Benoit r6agissant aux
Ldbordements" de la manifestation du 3 novembre.
Puis c'est au tour du candidat de l'Alyans, Evans Paul

Enfin, on ne serait pas 6tonn6 que le meme air soit
Itonn6 par son homologue de 1'OPL.
Assez pour constituer une base de lancement pour une
rat6gie d'encerclement du candidat qui menace d6ji de
oissonner un fort pourcentage de l'dlectorat des quartiers
)pulaires de la capitale et du monde paysan, 6lectorat ces
rnieres d6cennies a dominante Lavalas.

Un cordon sanitaire ...


"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


: d'une
e ferait
gnerait


En 6vitant de placer sa candidature sous
1'6tiquette Lavalas, Pr6val a cru peut-etre se d6marquer


de l'hdritage d'Aristide, mais le r6sultat peut se r6v6ler
le meme ...
Car ce n'est probablement pas en se faisant
moins Lavalas qu'il va calmer ses opposants qui ont
d6ji choisi cet angle de tir pour tenter de resister a son
avance sur le terrain. Bien entendu, faute de mieux...
Cette situation devrait amener au contraire
le candidat de l'Espwa a chercher lui aussi a mieux
consolider ses assises.
Au fur et A mesure que le jeu se precise, des
candidats et partis moins pourvus peuvent rechercher
des alliances pour mieux augmenter leur chance de
figurer a la ligne d'arrivee.
Cejeu d'alliances-d6salliances-m6salliances
(dans une competition qui n'est marque par aucun
courant iddologique precis) reste ouvert aux uns
comme aux autres, a Rend Pr6val tout comme a ses
opposants.

Le vivier Lavalas ...
N'oublions pas les candidats disqualifies,
dont deux poids lourds: Samir Mourra et Dumarsais
Sim6us, qui n'ont sfirement pas l'intention de s'effacer
totalement pour autant.
Cependant l'allid naturel du candidat Pr6val
reste d'abord le vivier Lavalas. L'ex-parti de Jean
Bertrand Aristide a 6clat6 en plusieurs branches aprbs
son depart. Consequence normale d'une gestion de
style traditionnel et patriarcal, bitie sur la relation
directe entre le lider maximo et sa base.
C'est par 1l que, selon toute logique, Pr6val
devrait commencer a se renforcer en provision d'un
nouveau front commun GNB, nom qui fut pris par la
grande coalition qui devait emporter Aristide.
Les autres challengers dans le camp Lavalas
ne font plus d6sormais le poids: Simdus est disqualifi6
definitivement, Jean Marie Cherestal a pris trop de
retard. Enfin, Marc Bazin semble faire du surplace ...
Va-t-on vers une nouvelle confrontation
Lavalas-GNB? Mais a coups de bulletins, esp6rons-
le, et non de balles!


SI Haiti en Marche, 14 Novembre 2005

Fiche d'Abonnement & Haiti en Marche
Nom


Adresse


Haiti
Etats-Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


6 Mois
Gdes 250
US $ 40.00
DC $ 42
US $ 70
US $ 70


1 An
Gdes 500 -- Livraison a domicile double tarif
US $ 78
DC $ 80
US $ 135
US $ 135


renouvellement


Novel Abonn
Nouvel Abonne

I


Page 5







EDITORIAL


Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


Des elections, peut-etre ... De bonnes elections ?


PORT-AU-PRINCE, 11 Novembre Ca vous
embete. C'est une sempitemelle r6eptition. Plus qa change,
plus c'est la meme chose. Mais on est quand meme a un
mois presque jour pourjour de la dernibre date annonc6e,
meme non officiellement, pour les elections, le 18 d6cembre
prochain. Et pourtant c'est la troisibme semaine qu'on
attend de connaitre enfin le calendrier electoral et quels
sont les candidats qui sont retenus pour y participer. Et
toujours rien.
Only in Haiti.
Faisons le point. Plus qu'un mois a courir si l'on
doit prendre les dirigeants au mot pour la date du 18
d6cembre, comme si ces derniers ne se rendent point
compte qu'ils achbvent ainsi de miner totalement leur d6ji
maigre cr6dibilit6 ...
Plus qu'un mois au conseil electoral pour mettre
en place plusieurs milliers de bureaux de vote a travers le
pays, par monts et par vaux, et par les voies les plus
impossibles possibles et imaginables, et entrainer le
personnel: plusieurs dizaines de milliers de personnes, pour
les faire fonctionner.
Plus qu'un mois pour preparer les bulletins de vote
alors que les imprimeurs (d'autant plus que le contrat a &te
confide a des firmes dominicaines) ne peuvent encore rien
entreprendre, ne connaissant ni les dates du scrutin, ni le
nom des candidats, ce sont quand meme 1i les 616ments
essentiels qui doivent figurer sur un bulletin de vote.
Idem pour les candidats et partis politiques.
Comment lancer effectivement sa campagne 6lectorale
quand on n'a aucune idWe de la date des elections si ce
n'est risquer de gaspiller le peu de ressources dont on
dispose pour rien?


Pas 6tonnant que l'on aboutisse pour toute
campagne 6lectorale a des d6fil6s carnavalesques enpleine
semaine, en pleine heure de pointe, en plein centre ville, et
dans un cas comme dans l'autre, pas plus de 300 partisans,
principalement des gamins et gamines revenant de l'6cole.
Des elections pour quand et pour qui? Alors qu'on
est a 1 mois presque jour pour jour de la date prdvue ...
Mais il y a mieux. Nous parlons des elections les
plus chores de l'histoire du pays, et aussi avec les meilleurs
organisateurs possibles et imaginables ...
Nous parlons d'l6ections a 50 millions de dollars
US.
Outre les centaines de millions de dollars annuels
pour la mission de stabilisation de 1'ONU.
Et organisdes tout a la fois par l'Organisation des
Etats Amdricains (OEA), et par l'Organisation des Nations
Unies (PNUD et Minustah).
Organisdes aussi par les Etats-Unis, le Canada, le
Br6sil, le Chili. Et tuti quanti.
Qui dit mieux!
L'6chec des elections haitiennes ne sera done pas
seulement celui des autorit6s int6rimaires haitiennes, mais
aussi celui de la communaut6 internationale toute entire.
Car si d'un c6t6 le CEP met, dit-on, actuellement
les bouch6es doubles, est engage dans une vraie course
contre la montre afin que soit respected l'6ch6ance du 7
fdvrier 2006 ...
Mais de l'autre c6t6, c'est a chaque minute que
l'histoire change, et que plus qa change, plus c'est la meme
chose.
Ainsi, en moins de vingt quatre heures, on apprend
1) que la commission de verification de la nationality a
indiqu6 au CEP qu'elle a la preuve que les candidats
Dumarsais Sim6us et Samyr Mourra ont la nationality
am6ricaine, done sont en contravention avec la


Constitution; puis aussit6t aprbs 2) que le CEP a pr6par6 la
liste definitivee" et que les noms de Mourra et Sim6us y
figurent; puis 3) que cette liste date du 4 novembre, et que
le CEP au contraire a 6crit aux deux candidats pour leur
interdire de poursuivre toute activity 6lectorale a travers le
pays. Mais boum 4) le CEP n'a envoy officiellement
aucune lettre aux deux candidats; puis enfin 5) le CEP
considbre que c'est l1 une decision "politique", done qui
relive des autorit6s executives mais que il (le CEP) n'a
pas competence pour renverser un arret de la Cour de
cassation (pris dans le cas de M. Sim6us) ...
Et ainsi de suite ...
C'est dans tous les domaines, a chaque instant,
sous toutes les formes et tout au long de ce processus
electoral, toujours cette fuite perp6tuelle en avant, que ce
soit pour remplacer un conseiller electoral, pour mettre en
application la constitution ou le d6cret electoral, pour
remplacer un gardien de s6curit6 ...
Voire pour fixer le calendrier electoral.
Qui plus est, pour dresser la liste definitive des
candidats quand pour plus de la moiti6 des conseillers
6lectoraux, eh bien si cela d6pendait d'eux, leur choix est
d6ji fait.
Voire alors quand il s'agit de g6rer le vote de pres
de 3.5 millions de citoyens!!!
Aussi meme si ces elections finissent par avoir
lieu, c'est alors que commenceront les vrais problkmes.
Car comment dans des conditions aussi al6atoires, quand
ce n'est pas volontairement al6atoires, r6aliser de bonnes
elections?
A moins qu'on ait d6cid6 qu'elles ne doivent pas
6tre bonnes.
Mais inutile d'extrapoler, l'Histoire dira le reste.

Editorial, Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Pate Pus EBakery, Inc
Aent.rwl Ju .id


* -


LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS
MIAMI-DADE COUNTY MIAM[DA
MIAMI, FLORIDA


Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids,
which can be obtained through the Department of Procurement
Management (DPM), from our Website: www.miamidade.gov/dpm.
Vendors may choose to download the bid package(s), free of
charge, from our Website under "Solicitations Online". Internet
access is available at all branches of the Miami-Dade Public Library.
It is recommended that vendors visit our Website on a weekly basis
to view newly posted solicitations, addendums, revised bid opening
dates and other information that may be subject to change.

Interested parties may also visit or call:

Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an
additional $5.00 handling charge for those vendors wishing to
receive a paper copy of the bid package through the United States
Postal Service.


These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in
accordance with County Ordinance No. 98-106.


MIA N ap

TRANSIT envite w!
MIC-EARLINGTON HEIGHTS CONNECTOR


Se ak kh kIotan n ap envite w vin asite premye
reyinyon pouetid teknik prelimin ak etid plan final
pou wout tren SEM/Koneksyon flingonn Hayts ki
mPnnan Ayewp Ent'nsymnnal Miyami an.
Nou planifye de dat ak de lokal pou w ka chwazi sa k pi
bon pou ou a:
1. Madi29novanm, 2005
700 P.M. 730 P.M. Rankont
7.30 P.M. 8:30 P.M. Prezantasyon
Miami-Dade Transit Sheila Winitzer
Central Administration Building
3300 NW 32nd Avenue
Miami, FL 33142
2. Jedl premye desanm, 2005
4:00 P.M. 4:30 P.M. Rankont
4:30 P.M. 5:30 P.M. Prezantasyon
Wyndham Miami Airport
3900 NW 21st Street
Miami, FL 33142

Tou de atelye yo ap bay plbllk la okazyon pou yo
rankontre ak ekip pwoje a, pou yo resevwa enfbmasyon
sou pwojb a, epl tou pou piblik la Jwenn repons pou tout
keksyon II genyen. Nou ankouraje piblik la pou II f&
k6mnat6.
Se politlk Miami-Dade County pou II respekte tout
kondisyon Iwa ki pwoteje moun ki andlkape o Zetazinl
(ann angle "Americans with Disabilities Act ADA"). SI w
bezwen yon aranjman espesyal, rele (305) 513-3504
omwen senkjou davans.
SI w bezwen plis ranseyman sou etid la oswa sou 18t
reylnyon ki gen pou ftt, tanpri telefone Blwo enfbma-
syon piblik URS la nan (305) 513-3504.


j.
sweasseena Lcrlam
MEL bft*dft
=7 WAS1 4""d






Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


Page 7


I L'ACTUALITE EN MARCHE


Tournee du P. M. Gerard Latortue

dans le Plateau Central


Les Ministres qui
accompagnaient le Premier Ministre
sont Paul G. Magloire, Ministre de
l'Interieur et des Collectivites
Territoriales (MICT), Pierre E. Buteau,
Ministre de l'Education Nationale, de la
Jeunesse et des Sports Fritz KMnol,
Ministre du Commerce, du Tourisme, et
de l'Industrie', Dr. Paul Berne,
Secretaire d'Etat A la Jeunesse et aux
Sports, Yves A. Wanright, Ministre de


1'Environnement. Cette tournee a eu
lieu dans le cadre du Programme de
Deconcentration initie par le
gouvernement de transition et a aboutit
lejeudi 10 Novembre au lancement dans

[ ^


la ville de Hinche du programme
proprement dit.
Comme moments importants de
cette tourn6e mentionnons le
devoilement du panneau d'affichage
annoncant la construction d'un complexe
administratif. Les divers projets de ce
projet de deconcentration seront finances
par le Fonds d'Assistance Econoique et


Sociale (FAES).
Les localities du plateau central
concernees par le programme de
deconcentration sont celles Cerca
Carvajal (projet :Appui A la production),
Appui A 1'Elevage dans la locality
d'Acajou, de Bruler II, Renforcement du
dispensaire Saint-Michel de Saltadere
(Cerca la Source), Reforestation du
Bassin Versant de Samana, Etudes de
drainage de la ville de Hinche. Promotion


de l'Aviculture dans divers village
peripheriques de la ville de Hinche,
Arboriculture fruitikre A Savane Haleine,
Creation de Groupes de Caution Solidaire
dans le Haut Plateau Central, Appui au

.


D6veloppement de l'Elevage Caprin a
Savane Grande, Rehabilitation et Extension
de l'Ecole Nationale de Gran Boucan,
Projet pour une Meilleure Alimentation des
Femmes et Enfants'h Gascogne, Mise en
valeur de Lac Collinaire, Rehabilitation et
Extension de l'Ecole Nationale de Caneille
et Appui'a l'Elevage Caprin a Thomonde.


I *B ** t# A- e *o


........... 6 0. ...-. 46n4; i















S. ........ ....




ioh i ari s i .... i



ii*i'i^F iiiiiii ^B i^ .... i ^ "" Ii "- ^
iii iii i ii . .. .. .
!iii !
ii i i i iii ii i i iiiii iii. i l i~ i i~ ~iii X ii !i.iii ii iiii~ ! i iii ii. !iii i !!iiiiii i...... .iii











iii~ ii il iii ii ii i i ii!i i il ii~~ii ii iiii !ii!i ~ i iiiiiii!!i !!!!! iiiii!Y ii!i~~iiiiiii ...ii!!!ii iiiiiiiiiiiiiii
iiii! i~ ii ii i~ i~ i ii iii ii i!~ iiiiiii il i ii i . iii i i i i i i i ii i i i i i !iiiii i i iii! iiiii i i i i ii ii i ~i iiiii~
iiiii~ iiiiiiiiii Hi iiii iiU i i !! iii !iii H i i i iU


!iiiiiiiii b iiiii i. ..... liiiiillii ii iCiiiiii liii . i i !iiiiiiiiiiiiiiiiii liiilliiil


"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"







SPOLICEI


Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


LUTTE CONTRE L'INSECURITE


Plus de place aux femmes


PORT-AU-PRINCE, 10 Novembre Les
dirigeantes f6ministes font beaucoup d'interventions dans
les m6dias pour encourager les femmes du pays h
s'inscrire pour les elections, et si possible se porter elles-
memes candidates. En un mot, a investir le secteur
politique dans toutes ses dimensions.
Par contre, on entend moins de plaidoyer pour
une plus grande ouverture aux femmes dans des domaines
aussi essentiels que l'universit6, les services publics, les
corps professionnels, administration etc.
Les feministes ne cessent de nous rappeler que
les femmes d6mographiquement sont de loin la majority,
done a valeur gale une femme devrait quasiment avoir
la priority sur un homme, d6mocratie oblige.
Cette r6flexion nous vient alors que nous
observons l'inscription pour la 16e promotion de la Police
nationale qui se d6roule entre autres au commissariat du
Champ de Mars.
Plus de 95% des futurs inscrits sont de sexe
masculin. Or non seulement les femmes sont la majority,
mais de plus leur efficacit6 s'est r6v6l6e encore plus
certaine dans le domaine de la s6curit6 publique.
C'est ainsi du moins qu'on le comprend dans
plusieurs pays latino-americains. En premier lieu, le
Mexique.
AMexico City, 90% des gardiens de s6curit6 sont
de sexe feminin. La r6ponse : les femmes tirent plus vite
que les hommes.
En effet, comme Port-au-Prince est en train de
devenir aujourd'hui, la capitale mexicaine est une ville


de haute criminality, oi cambriolages et kidnappings sont
monnaie courante.
Mais vous voyez passer les cars emmenant au
travail les gardiens de security, eh bien ce sont
presqu'uniquement des femmes.
Onvous explique : c'est parce qu'elles tirent plus
vite que les hommes, et les criminels d'aujourd'hui n'ayant
aucune pitid, done pas question non plus de les manager.
Eh bien, avec les femmes, ils trouvent a qui parler.
Onvous explique encore mieux. Ce n'est pas que
les femmes soient des tueuses ndes, des natural born
killers ", non.
Mais tout cela part du mythe du sexe fort et du
sexe faible. La femme appartenant au sexe dit faible, elle
est naturellement port6e a se d6fendre contre le sexe dit
fort. Le r6flexe est imm6diat, plus automatique. La femme
tire d'abord, et elle pose les questions ensuite.
C'est 1i done une suggestion pour les responsables
locaux de la s6curit6. Faites entrer plus de femmes dans le
corps, et les criminels qui chez nous font aujourd'hui la
pluie et plus encore le mauvais temps, trouveront mieux a
qui parler.
De plus, sachant que les criminels sont davantage
ports aujourd'hui a choisir pour victimes des enfants, et
l'instinct de mbre aidant, je vous garantis qu'ils ne
dormiraient plus tranquilles s'ils savaient qu'a chaque coin
de rue ils risquent de se retrouver nez a nez non pas avec
une patrouille de policiers plus ou moins fatigues, mais
avec des mimbres pr6tes a vider leurs chargeurs dans le


premier mauvais larron venu. Tirez d'abord, posez les
questions ensuite. Voire lorsqu'il s'agit de kidnapping
avec effet aggravant. En effet, on parle de trafic d'organes
prdlev6s sur des enfants kidnapp6s. Ceci se passerait dans
la rdpublique voisine, mais sur des enfants haitiens.
Comme ils nous accusent de la malaria, et meme
du sida, les dominicains n'h6siteront pas a nous accuser
aussi de leur apporter le kidnapping. Facile, tant que nous
continuons a consid6rer le crime comme l'apanage d'un
secteur politique donnd, laissant done carte blanche a
tous les professionnels du crime et qui sont cent fois
plus nombreux, si ce n'est davantage, chez nos voisins
que chez nous.
Ainsi donc, voici un domaine oi l'on peut,
comme on dit, joindre l'utile a l'agreable : faire
progresser la lutte pour la parity entre hommes et femmes.
Et en meme temps, lutter plus efficacement contre
l'insecurit6.
11 est vrai que ce qui se passe au Mexique n'est
pas la regle dans tous les pays latino-am6ricains, surtout
chez ceux qui se distinguent le plus par leur machisme.
La Mexicaine a pris son fusil depuis les temps
rdvolutionnaires imm6moriaux des Zapata et Pancho
Villa.
Mais, vous mesdames, mesdemoiselles, n'etes-
vous pas aussi les valeureuses filles d'Anacaona et de
Marie-Jeanne !

Editorial, Mdlodie 103.3, Port-au-Prince


"Copyrighted Material



-Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"











~-' --


6 *" Ak Ih, l dl


-


Page 8






Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


Page 9


I DROITS DES ENFANTS


SA


COMMUNIQUE DE PRESSE

LA COMMISSION INTERAMERICAINE DES
DROITS DE L'HOMME ET LE BUREAU


















"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


REGIONAL DE L'UNICEF POUR L'AMERIQUE
LATINE ET LA CARAIBE DEMANDENT DES
MESURES URGENTES POUR LE RESPECT DES
DROITS DES ENFANTS EN HAITI

La Commission interamericaine des Droits de l'Homme
(CIDH) et le bureau regional de 1'UNICEF pour
l'Amdrique latine et la Caraibe ont conclu aujourd'hui une
visite conjointe en Haiti. L'objectif de cette visite, qui s'est
d6roulde du 2 au 5 novembre 2005, 6tait de rassembler
des informations sur la situation des enfants, garcons et
filles, et des adolescents en Haiti et d'attirer l'attention
des acteurs nationaux et internationaux sur les graves
violations des droits humains dont est victime ce secteur
majoritaire de la population haitienne.
La d6l6gation dtait compose du professeur Paulo Sergio
Pinheiro, rapporteur sur la situation de l'enfance de la CIDH
et expert ind6pendant du Secr6taire g6ndral des Nations
Unies pour l'Etude mondiale sur la violence contre les
enfants et du Dr. Maria Jesus Conde, conseillkre r6gionale
de 1'UNICEF pour la protection des enfants en Amdrique
latine et dans la Caraibe.
Pendant son sdjour, la d6l1gation s'est rdunie avec le
ministre de la Justice, divers repr6sentants des organisations
internationals et de la socidte civile, et avec des enfants et
des adolescents haitiens des deux sexes. La d6l1gation a
6galement visit des centres de detention pour enfants et a
voyage jusqu'A la fronti&re avec la R6publique
dominicaine.

En conclusion de sa visite, la d6l1gation exprime sa
profonde preoccupation pour les graves violations des
droits des enfants et adolescents hartiens, filles et garcons,
qui se produisent dans le contexte de violence qui s6vit
actuellement dans le pays. A ce sujet, la d6l1gation a requ
des d6nonciations 6manant de diff6rentes sources sur
l'existence d'assassinats, d'utilisation d'enfants par des
bandes armies, de tortures, d'enlkvements, d'agressions
et d'exploitation sexuels, d'abandon, de traite et de trafic
d'enfants ainsi que de chhtiments corporels. Les filles et
les garcons haitiens vivent dans la peur, dans une situation
d'extreme pauvret6 et d'absence g6ndralis6e de l'Etat. Le
manque de services de sant6, d'6ducation, d'une
alimentation suffisante et de protection est la condition dans
laquelle vit une majority d'enfants haitiens. Les enfants et
les adolescents se retrouvent ainsi dans une situation
d'extreme vulndrabilit6 face A diverses formes de violences,
en particulier les enfants et les adolescents de la rue et les
restaveks.

Comme le disait lui-meme un des enfants interviews par
la d6l1gation : Nous comprenons que ce pays est un des
pays les moins avanc6s, mais vous, vous devez comprendre
que nous ne pouvons pas vivre avec la faim et la peur ".
La d6l1gation veut aussi attirer l'attention sur les
consequences pour les enfants de l'absence d'un syst6me


de justice ad6quat, ce qui se traduit le plus souvent par
des detentions prolong6es sans que leur soit impute
aucune charge et pratiquement sans contr6le judiciaire,
tel par exemple l'incarc6ration d'enfants de seulement 10
ans d'Age, en violation flagrante de la loi haitienne. Au
Centre de detention de Delmas, la d6l1gation a constat6
que meme lorsque les installations physiques, r6cemment
inaugur6es, sont en bon 6tat, l'espace est insuffisant pour
loger le nombre de personnes qui s'y trouvent. On a
observe 6galement que ces enfants priv6s de liberty ne
disposent ni de services de sant6 ad6quats, ni d'une
alimentation suffisante et de quality, ni d'activit6s
6ducatives ou rrcr6atives orient6es vers leur r6insertion.
Lors de sa visite A la ville de Ouanaminthe, A la fronti&re
avec la Republique Dominicaine, la d6l1gation a pu
observer le manque de contr6le et de parametres l1gaux
pour g6rer le trafic entre les deux pays. A ce sujet, la
d6l6gation exprime sa preoccupation suite aux graves
d6nonciations qu'elle a reques concemant la traite et le
trafic d'enfants et d'adolescents des deux sexes utilis6s
pour le travail domestique, l'exploitation sexuelle et autres
occupations d6gradantes.
ttant donn6 le risque de mort et les menaces A l'int6grit6
physique encourus par les personnes qui travaillent pour
la protection et la defense des droits humains, la d6l6gation
recommande de les soutenir en garantissant les conditions
minimales pour qu'elles puissent effectuer ce travail
indispensable au r6tablissement de l'ordre d6mocratique
dans le pays.
La d6l1gation exprime 6galement sa preoccupation pour
l'existence de zones hors la loi, ou des centaines de
milliers de citoyens et de citoyennes, en majority des
enfants et des adolescents, vivent totalement sans defense,
souffrant de violations de plus en plus importantes de leurs
droits, incluant meme le droit a la vie. La d6l1gation
considere que des efforts accrus des Nations Unies et de
la Cooperation international pour garantir l'acc6s et la
protection humanitaire dans ces zones seraient d'une
importance cruciale.
La d6l1gation considere qu'on ne peut attendre la
resolution des conflits politiques et sociaux complexes
qui affligent Haiti pour preter une attention sdrieuse aux
droits des enfants et des adolescents hartiens. Dans cette
optique, il est important de tenir compte de la contribution
que peut apporter la socid6t civile organisde de ce pays.

La d6l1gation tient A remercier le gouvemement hartien
pour son hospitality et les facilities qu'il a mises A sa
disposition, de meme que la collaboration reque de la part
des organisations non gouvemementales haltiennes. Elle
remercie 6galement la collaboration de la Mission sp6ciale
de l'OEA en Haiti et du bureau national de 1'UNICEF.


Port-au-Prince
5 novembre 2005


ERW FINANCIAL

GROUP
Licensed Mortgage Brokers and Lenders


Eske ou janm mande tet ou
Eske mwen ta kapab viv sa yo rele Rev Amerikin-an?
Kite ERW Financial ede ou fR rev sa-a vin-n on reyalite.

ESTIMASYON GRATIS AK REKLAM SA-A!
( yap ba ou kredi 16 ou f6 closing la)

Yap prete ou kbb menm si ou gen mov6
kredi oswa ou san kredi.

Ou pa bezwen peye pou f6 aplikasyon!

Nou pap verifye salk-ou oswa sa ou posede!

Nou ofri pi bon inter ak anpil 16t chwa!

Nou afilye ak pi bon institisyon ki prete lajan!

Washington Mutual, Bank of America, Countrywide,
Wells Fargo
Ak anpil 16t ank6

Rele nou jody-a e ouap gen kay ou demin!
305 865-6588
305 865- 6510


www.erwfinancial.com

UNION PLANTERS BUILDING
3550 Biscayne Blvd Suite # 407
Miami, Florida 33137


ETUDES UNIVERSITAIRES
EN REPUBLIQUE DOMINICAINE


LA CASA INTERNACIONAL


Vous invite A 6tudier A la

UNIVERSIDAD CATOLICA TECNOLOGICA DEL CIBAO
(ucateci) i La Vega,

Republique Dominicaine

LA CASA INTERNACIONAL
Style Campus Universitaire;
Ambiance de Famille; Service Internet
pour recherches; Pension Complete

Etudiez a UCATECI;


Logez A La CASA INTERNACIONAL


Sessions acad6miques : Septembre, Janvier, Mai

INFORMATIONS
Republique Dominicaine: (809) 454-0555/(809) 573-5629
Etats-Unis (781) 322-4463
Haiti: (509) 245-3708
E-mail: camsv78@,hotmail.com
UCATECI La Universidad que Exige Nuestro Tiempo
Tels. : (809) 573-1020 Ext. 235
www.ucateci.edu.do






Mercredi 16 Novembre 2005 Page 10
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42





Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


Page 11


I I






Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


Page 12


L'EVENEMENT


(;uCvkriom nontanc du Sida ( )





"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Une hausse d
Port-au-Prince, causa
habitants de la capital
de deux personnes qu
s'6tre baignees a la me
Dans 'un con
auraient t& transported
De quoi s'agit


Port-au-Prince:

Cas de fievre et panique
es cas de fievre a &t6 enregistrde a qui aurait provoqu6 des complications pulmonaires.
nt une certaine panique chez les Le Ministere haitien de la Sante a annonc6 des
e, surtout apres l'annonce du d6ces mesures pour faire face a la situation.
i auraient attrap6 la malaria apres Des 6quipes d'intervention du ministere sont a pied
:r sur la c6te des Arcadins. d'oeuvre en vue de dresser un diagnostic complet de la
rme dans l'autre cas, ces personnes maladie.


:s a Miami oni elles seraient d6c6d6s.
-il exactement? On parle de malaria


Les sympt6mes: forte fi&vre, nausde, douleurs.


I V Pmb -bf bs -


International calls from Haiti are only 5 Gourdes per minute !
That's the same price as local calls in Haitil
Anyone in Haiti with a Comcel No ULimit Plus or Carte Blanche VIP Plus card
can call you whenever, wherever In the USA, Canada and other listed countries*
for 5 Gourdes per minute.
______sS?@r f~t fi____


All you have to do is call the Comcel Customer Care at
1-888-426-6235 (1-888-4COMCEL)
to find out more about this service or to lear different ways to send
these cards to people you love, to people you want to talk to in Haiti.


USA Canada
SEurope *Argentina Bahamas Brasil
Chile. Cololbia Venezuela Dominican Republic .C Om C E
* Toward fixed lelephones only. W o.oer. I/ I
*Ai13 oures ta will be a Iled to the first aji.e.
[Tobeeft ro tisseric, hecutoermus b areulr se ofon o tes. crd.]. ,


ume b
ddMWt



14W dl~m


YoU. mb I ---MI 4k--
TOLL .bS4 4 I
RLZa MLUll-NM 1
*corporate OUR VEHICLES
funct ions *EXECUTIVE BEDANB
"Airport Service *LUxARY LIMDUBINE UP
:Social Events TO 10 PAMBEN5ERB
*Weddings *auv (HUMMER,
.part ies EXCURBIONS)
*city tour
MS~il~,& www.Megel s.com


I


I


mubolaB M9llamTiaa


m 4p tvg






Page 13


Nos petites annonces classes I


Le Plaza H6tel
Telephone
509) 224-9305
509) 224-9307
509 224-9308
509) 224-9309
509 225-9310
509 510-4594
509 510-4595
(509) 510-0560
Fax
509 223-9282
e-mail
hiplaza@hotmail.com
hiplaza@acn2.net
website
www.leplazahaiti.com
Adresse
10, Rue Capois
Champs de Mars
Port-au-Prince, Haiti
P.O. Box 1429


)IlABi t I:


Points de Vente Haiti en Marche


Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42

digva- h


Miami Pompano Beach Orlando


Mbdecins

Miami
Dr Henock Joseph
Obstetrique, Gynecologie
Accouchement
Operation pour fibrome
Family Planing
Ligature des trompes
Circoncision
Curetage
Tous les tests de
l'immigration
Toutes assurances acceptees
Carte Medicaid pour femmes
enceintes
5650 N.E. 2nd Avenue
Vertieres Shopping Center
Miami, Florida
301 751 6081
Port-au-Prince
Dr Camille Figaro
Sony
Gyn&cologue
Obst6trique
Chemin des Dalles # 234
Tel.: 509 245-6489
245-8930


Lucas Super Market
14750 N.E. 6th Avenue
305 940 9902

Maxisound
11854 West Dixie Highway
305 895 8006

B & L Supermarket &
Produce
12041 West Dixie Hgh.
305 893 0419

Eclipse Communication
9290 S. W. 150thAvenue
Suite 104
954 380 1616
Lil'Angel
Consignment Store
King's Meadow Shopping
Center
9965 S.W. 142nd Avenue
Miami, Florida 33186
T1l.: 305 385 1111


Danilos Restaurant
3760 N.E. 3rd Avenue
954 781 2646

Christephanie's
581 BC East
Sample Road
Pompano Beach, Fl 33064
T61.: 954 781 2500

Delray Beach

Classic Teleco
203 S.E. 2nd Avenue
Delray Beach Fl 33183

Our Lady Bakery
102 S.E. end Avenue
Delray Beach, Fl 33444
561 272 3556
Abonnez-vous a
Haiti en Marche
221-0026


DEUX NOUVEAUX POINTS DE VENTE
1-Notre Dame Restaurant 2-Mizik Depot
4859 N.Dixie Hwy 13055 W.Dixie Hwy
Pompano Beach, Fl 33064 N Miami, Florida 33161
tel 954-421-4777 tel.305-893-9997


Coiffeur
Etiquette Unisex
Barber & Beauty Salon
Jean Wood Julien
propritaire
15455 West Dixie
Highway
Suite N & O
N Miami Beach, Fl 33162
Tel.: 305 940 9070
Charlemagne
Le Coiffeur
103 S.E. 2nd Street
Delray Beach
Tel.: 243-1039
Beeper: 524-0086


Le Look
Petion-Ville
Rue Panamericaine # 14
Tel.: 513-8079
257-8374
Grande variet& de Lunettes
Examen gratuit
avec achat de lunettes
Sp&cialistes de la Vision
Basse- Offres Speciales
Buy One, Get One Fre
-Apportez nous votre
prescription: Monture
Gratuite. Payez seulement
pour les verres.


1111 : ~ Kl.i a* cerla#n hWnWd

"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Haiti gagne le ler prix ia un concours d'innovation sociale au Chili


Correspondance a AlterPresse
Chili, 11 nov. 05
Le projet haitien de production de lait Let
Agogo a remport6 le ler prix des 20 finalistes des
meilleurs projets sociaux sdlectionnis parmi 1600 qui ont
particip6 au concours conjoint de la CEPAL et de la
Fondation Kellogg qui se d6roulait a Santiago, Chili, ces
10 et 11 novembre.
Parmi les criteres retenus pour sdlectionner les
cinq meilleurs projets, Mme Nahra Rey de Marulanda,
Colombienne, membre du conseil des notables qui
composaient le jury a soulign6 l'impact sur les
communautds, la possibility du projet de s'6tendre et se
multiplier, la creation d'un capital social, et la capacity de
g6ndrer des revenus pour les producteurs des pays du Sud.
Let Agogo est la preuve qu'il est possible de
produire en Haiti, et de produire diff6remment ", a affirmed
Michel Chancy, directeur de Veterimed, et promoteur des
laiteries Let Agogo, actuellement au nombre de 10 dans
le pays.


En participant a cette foire, je me rends compte
qu'Haiti a vraiment des probl6mes, mais les autres pays
de la region ont beaucoup de problemes similaires aux
n6tres ", a pour sa part affirm Fritz Joseph, coordonnateur
de 1'APWOLIM (Association des producteurs de lait de
Limonade), membre de la d6l1gation haitienne a Santiago.
" Nous allons nous battre pour que Let Agogo puisse
r6pondre aux besoins du march a-t-il ajout6, en faisant
r6f6rence a la quantity de lait import qui envahit le march
haitien.
Les 4 autres projets gagnants sont de l'Argentine,
du Guatemala, et deux du Br6sil. Le CEPAL et la fondation
Kellogg annoncent la tenue de ce concours annuel pour
les 4 prochaines annmes.
I1 s'agit, selon Dr. Hanmin Liu president du
directoire de la fondation W.K. Kelogg, de mettre envaleur
des projets communautaires innovateurs dans la recherche
de resolution de problemes sociaux dans la region.
Bombard6 de questions sur la d6t6rioration des
conditions de vie sur le continent dans le cadre de la


globalisation, M. Liu reconnait cette situation, et espere
que ce concours favorisera la recherche de solutions
originales. Les projets presents ici, nous apportent de la
lumibre a-t-il lanc6 lors de la c6r6monie de remise de
prix.
Les projets sdlectionnds s'adressent a des
populations marginalisdes et qui ne b6ndficient d'aucune
aide gouvemementale locale. Le Br6sil tient le haut du pav6
avec 9 projets sdlectionnis, l'Argentine, 3, la Colombie, 2
le Chili le Guatemala, le Paraguay, le P6rou, Haiti et la
Bolivie avaient chacun un projet sdlectionnd parmi les 1600
consid6r6s.
Toutes ces initiatives se sont investies dans la
lutte contre la pauvret6 et les in6galit6s dans leur pays, et
apportent des 616ments novateurs dans l'amelioration de
la sante, 1'6ducation, la nutrition, la production agricole,
et la creation de revenus pour ces habitants g6ndralement
des secteurs marginalis6s les plus pauvres des soci6t6s ",
peut-on lire dans le document de presentation de la CEPAL
(voir Let Agogo / 16)


Naudy Record shop
1325 W. Washington St
Orlando, Fl 32805

Boby Express
2469 South Orange
Blossom Trail
Orlando, Fl 32805


Haiti en Marche

ABONNEMENT:
Port-au-Prince
221-0026
417-0384

Miami
305 754-0705


r







Mercrbli 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


Page 14


LIVRES


Bernard Diederich: "Haiti: Le Prix du Sang


ou la resistance d'un peuple face a la tyrannie "


Traduction
u\ de I'anglais par
Jean-Claude Bajeux


Le jeudi 10 novembre, la presse est invite au
Centre Oecum6nique haitien des Droits humains a
l'avenue des Marguerites. Ils sont venus faire
connaissance avec le dernier livre dujouraliste-6crivain
Bernard Diederich: "Haiti: Le Prix du Sang."
Bernard Diederich est l1 en personne,
expliquant comment il ne lui a pas &t6 facile d'6crire ce
livre. II a fallu rechercher les t6moins, les parents des
victimes ainsi que les bourreaux, pour essayer de rebitir
la trame de ces tragiques Mvenements qui ont endeuillk
la famille haitienne sous Francois "Papa Doc" Duvalier
de 1947 a 1971.
"On a tres peu de documents d'archives
concernant ce qui s'est pass fait remarquer Jean-
Claude Bajeux dans le prologue. Bajeux a assure aussi
la traduction en francais de l'ouvrage. "I1 aurait fallu
d&s le depart des Duvalier en 1986, rechercher des
t6moins et enregister leurs declarations" poursuit-il. Mais
iI en a &t6 autrement et la conspiration du silence a fait
le reste.
Bernard Diederich a done df non seulement
retrouver ceux qui avaient quelque chose a dire, mais
encore les encourager a rompre le silence.
"Je pense que je dois cela au peuple haitien, a
la soci6t6 haitienne dans sa totality. Ils ont &t6 mes
maitres, 1'6cole qui m'a enseignd, quand apres la
deuxieme guerre mondiale, dans ma vie errante de marin,
je cherchais un abri contre un monde fou, eh bien j'ai
trouv6 en Haiti un port de refuge. C'6tait en 1949 quand
Dumarsais Estim 6 tait president. Il y avait de l'espoir
dans l'air. Enfaitje n'aijamais perdu l'espoir pour Haiti."
"Haiti: Le Prix du Sang" fait partie d'une
trilogie. Le second tome, 6galement achev6 mais pas
encore publiC, porte sur la p6riode 1971-1986. "
"Pour le second tome,j'ai interrog6 Jean-Claude
Duvalier en France, plusieurs fois entre 1996 et 2001.
Quant au troisieme tome, on en reparlera. "
Ce troisieme tome sera consacr6 a la p6riode
Jean-Bertrand Aristide de 2001 a 2004.
"D6monter les mythes n'est pas chose facile.
On a essay. On ne pourra pas dire que c'est faute de


M6moire d'encrier vient de publier:


Dany Laferriere Les anneJes 80 dans ma vieille Ford


Dany Laferriere, Les annees 80 dans ma
vieille Ford, Montreal, M6moire d'encrier, 2005, 196
pages, ISBN : 2-923153-49-9 (19,50$)
Le livre offre une image de l'6crivain peu
connue du public : Dany quand il n'6tait pas encore
Laferriere.
Les annees 80 dans ma vieille Ford, dr6le,
tendre, cinglant et authentique, met le public face a
1'6crivain, a ses v6rit6s et a ses incertitudes.
On peut lire en quatrieme de couverture :


Comment devenir 6crivain sans se fatiguer ?
S'offrir une vieille Ford et sillonner l'Amdrique,
un calepin a la main.
Ecrire vite. Ecrire a tout prix.
Avec le regard impudent dujeune homme qui rave
de devenir 6crivain.
C'est Dany quand il avait vingt ans.
C'est Dany quand il n'6tait pas Laferriere.
C'est Dany dans sa vieille bagnole quand il rodait
ses phrases pour trouver son rythme, sa voix et la
justesse de son ton.


Les annees 80 dans ma vieille Ford : histoires d'amour,
d'amitie et d'exil d'un ecrivain passionne des 6tres et
des choses.

Dany, quand il n'6tait pas Laferriere
Pourquoi 6crivez-vous ? Pour me surveiller "
r6pond Dany Laferriere, en ce dimanche de printemps 2005.
II a df reprendre instinctivement la formule de Borges.
Dany ignore que je le surveille 6galement ce matin-l. Je
fouille dans sa bibliotheque, tres vite je repere quelque
(voir Livres / 17)


n'avoir pas essay6.
"Haiti: Le Prix du Sang a &te pr6sentW par Bernard
Diederich au public haitien le jeudi 10 Novembre. Sur la
couverture de l'ouvrage, une photo de Marcel Numa et de Louis
Drouin attaches au poteau d'ex6cution. Ils avaient conduit une
invasion pour tenter de renverser la dictature de Papa Doc.
"Drouin et Numa furent attaches a deux poteaux tandis
que s'approchait un jeune pr6tre francais r6cemment arrive,
qu'on avait manu militari amend pour le dernier rite de la
confession que lesjeunes gens toujours impassibles, refuserent.
Le lieutenant Albert Pierre (ti Bould) commandait le peloton.
Un officier portant un revolver de calibre 45, administra le coup
de grice. Sur ordre de Duvalier, la scene t6l6vis6e fut projet6e
pendant une semaine.
L'ex6cution de Marcel Numa et de Louis Drouin eut
lieu contre le mur du cimetiere de Port-au-Prince le 12 Novembre
1964.
"Haiti: Le Prix du sang", rapporte l'6pop6e du Groupe
des 13 de Jeune Haiti, dont faisaient partie Numa et Drouin.
Ce livre rapporte aussi d'autres 6v6nements plus
sanglants les uns que les autres qui ont endeuill6 la nation
haitienne et contribu6d l'instauration d'un regne de terreur. Les
chapitres s'intitulent: le retour de Jacques St6phen Alexis suivi
de son assassinat; la solitude d'Hector Riob6; la gudrilla de Fred
Baptiste; les camoquins de la Foret des Pins; les v6pres de
Jkr6mie (Juillet-septembre 1964) etc.
Commun d6nominateur: la resistance du
peuple haltien a la tyrannie, celle de Francois Duvalier dans ce
premier tome couvrant la p6riode 1957 a 1971.
C'est horrible ce qu'on trouve dans ce livre, et qui est
pourtant bien en deca de la vraie r6alit6.
Cependant Bernard Diederich continue d'avoirfoi dans
son pays d'adoption.
"J'ai toujours la conviction que le pays que j'ai adopt
ne failira pas et ne peut faillir et j'attribue le problkme h nos
'leaders'. En ce sens, ma femme m'a toujours r6p&t6 quej'ai df
avoir &te un paysan haitien dans une vie ant6rieure."
"J'accepte cela comme un compliment".


I 1."


ABSOLUTE AUCTION

Vente aux encheres


Un Stock de marchandises 6valu6 a $250,000.
Sur commande de et pour le propri6taire:
Sy Rothenberg Auctionneer Sells
Mercredi 23 Novembre 2005, 11 Heures AM
206 N.E 1st Avenue, Hallandale, Florida
( East of Dixie Highway & North of Hallandale Beach Blvd)
Wholesale Distributor, Auction House, Going out of Business
Marchandises nouvelles ou retournmes
de Grandes marques.

Electronique
Disney TV's, Grande quantity de toute une vari&t6 de t6lphones, S6choirs
pour cheveux, Clippers, Personnages Disney, R6veils, Disney electronics,
Amplificateurs et Hauts-Parleurs de la marque Pionner, Appareils CD,
Radios pour voiture, JVL amplificateurs et hauts-parleurs, Cameras
digitales, Cam Corders, Montres, Bands, Ensembles stereo pour maison,
Ordinateurs, Grande quantity de marchandises
a 1 dollar et dvantage encore...
Vous trouverez aussi un Container charge de meubles pour la maison
completement neufs.
Les termes: Cash, Cheques, 10 % Buyers Premium.

Phone: 1-954-458-0888 or 1-800-741-SOLD
Lic # AU397-AB 278


Co mmowealth of Massachusetts
Thie lTrial (CouIr
RARNSTARIF Divisiion Proble and Fmmily Court Department Docket No. 05D-11699

Sumnions Ivy rPulication
Wilmaer Pierre-Louis. 'laintift(s)
V.
Lynvienc Pierre-Louis. Defendaat(s)
In the above named Deftlkdanl(s);
A Complaint has heen presented to this court by the Plailtiff, Wilniacr Pierre-lAIuis.
selling toa disolv thi o.lnds ufmatrimuny
Fursuant to Supplemental Probate Court Rule 41 I. an Antlinatic Rlestraining Orler has been entered against
the above named uarrie s and tliat the said Idfendant ~an noit h rfumnd within the Commonwealth and that his
present whereabouts are iinknown that personal service on said defendant Is therefor .int iprliab, an d that
said defendant has not voluntarily appeared in thils aelinn:
You are required to serve upon Elizabeth C. Leicht, Esq.
Attorney for plaintiff(s) -whose address is 1596 Blue 11111 Avenue. Mottanain. MA 02126

Your answer on or before December 13 015. If yvu fail t o d so, the court will proceed to the
hearing ~ad adjudikation of this action. You are also required to file a copy of your answer in the omffi or ilh
RegisTer of this Court at Barnstable
Witness, Robert E. Terry Esquire, First Justice of said Court at Barnstable this
2r'" day of tctn r 2[015


'ederck P. CLausse
Register of Pr hate Court






Page 15


VARIETES I


Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


HAITI
TOURNOI D'Ouverture
Championnat de lere Divisio
2eme Journee
Tempete-Zenith 0-0
AS Mirebalais-Cavaly 3-0
US Freres-Baltimore 1-0
Don Bosco-AS Carrefour 2-0
ASC-Racing CH 0-0
Dynamite-Victory 1-0
Roulado-Violette 2-0
Aigle Noir-Racing Gonaives 0


Equipe
Racing Gonaives
2 Don Bosco
3 Racing CH
4 Zenith
3eme Journee
Zenith-ASC
Racing CH-Tempete
Cavaly-Dynamite


MJ P


SPORTS
Victory-Mirebalais
Baltimore-Roulado
in Violette-US Freres
AS Carrefour-Aigle Noir
Racing Gonaives-Don Bosco

Coupe du Monde 2006
Barrages Intercontinentaux
12 Novembre 2005
-1 Trinidad et Tobago-Bahrein
1-1
'ts Uruguay-Australie 1-0
Espagne-Slovaquie 5-1
6 Suisse-Turquie 2-0
6 Norvege-R6publique Tchbque 0-1
4
4 16 Novembre 2005
Bahrein-Trinidad et Tobago
Australie-Uruguay
Slovaquie-Espagne
Turquie-Suisse
Republique Tcheque-Norvege


1 .i !

iOPBO~:I~P

~d\ t PlCIl~


MUSIQUE
Le rendez-vous de tous les
mdlomanes c'6tait le samedi 12 et le
dimanche 13 novembre au Cercle Bellevue
pour la 6 eme edition de Musique en Folie.


EN FOLIE
innove en offrant un plus grand 6ventail de
disques. En dehors des CD haitiens, on
trouvait beaucoup de disques d'artistes
strangers, ce qui n'a pas manqu6 de faire


Les h6tesses de Ticket Magazine, une participation remarquee A la foire annuelle
Musique en Folie photo Yonel Louis


A cette Fete de la Musique:
enfants,jeunes et adultes 6taient de la partie.
Musique en Folie c'est pas seulement la
musique et les artistes haitiens mais c'est
aussi les d6fil6s de haute couture, la
presentation de produits de maquillage et
aussi, ce qui a fait le plaisir de plus d'un,
les stands de d6gustation de vins et d'autres
boissons alcoolis6es que les connaisseurs
ont honored avec grand plaisir. Et bien stir,
il ne faut pas oublier le stand de la
COMCEL qui a pr6sentW toute la gamme
des nouveaux t6l1phones cellulaires GSM
Voila qui a attire la grande foule.
Cette annde les organisateurs ont


plaisir aux plus jeunes.
Cdte organisation, l'acces a
l'entr6e du Cercle Bellevue a &te difficile.
II fallait essayer de se ruer a l'int6rieur a
coup de griffes, de poing etj'en passe.
A part ce petit accroc qui rappelle
les "laisser-frapper du carnaval, Musique
en Folie c'6tait le rendez-vous de la bonne
humeur, de la detente et surtout des bonnes
affaires.
L'ambiance a &t6 au beau fixe
pendant toute cette belle journde du
dimanche 13 Novembre 2005.

Laury Faustin


I a bTf


"Copyrighted Material


S ndirafad rronftnt


.Available from Commercial News Providers"

Available from Commercial News Providers"


* I ---,


I I







Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


DEVELOPPEMENT DURABLE Page 16


La premiere intervention


Quand onparle de l'interventionde 1'INARA dans
l'Artibonite, on ne retient que l'exp6rience pilote lance
le 2 novembre 1996 avec beaucoup d'6clat par le Pr6sident
Rend Pr6val et mende tambourbattant par G6rald Mathurin,
a l'6poque Ministre de l'Agriculture ; mais on ne sait pas,
ou on oublie, que ant6rieurement, 1'INARA s'6tait engage
dans une action bien plus discrete et, probablement, plus
porteuse d'espoir.
Cette premiere intervention avait touch les deux
fermes de Bertrand St Ouen, dans la locality de Bocozelle,
5eme section communale de St Marc, et de Trois Bornes,
dans la commune des Desdunes, et se situait dans le cadre
des activities de gestion de conflits qui faisaient alors le
quotidien de 1'INARA nouvellement cr66. En effet,
l'annonce de cette creation avait soulev6 beaucoup d'espoir
chez les victimes des affrontements et nous 6tions sollicit6s
de toutes parts.
Dans le cas de Bocozelle, le Directeur G6ndral de
1'INARA fut invite par le Ministre de l'Agriculture a faire
partie d'une d6l1gation devant se rendre sur le terrain, car
le jour meme de son installation, le 28 Juillet 1995, un
affrontement avait fait de nouvelles victimes. Dans le cas
de Desdunes, c'est le Directeur de 1'ODVA qui invita
I'INARA a participer a une rencontre qu'il organisait en
vue de trouver le moyen d'6viter un nouvel affrontement
entre moun nan lakou ", partisans du grandon, et" moun
16t b6 kanal ".
II faut savoir que ces deux fermes faisaient partie
des terres dont l'Etat, envertu de la loi dite d'exception "
du 28 juillet 1975, avait pris possession et faisait g6rer par
les techniciens de 1'ODVA. Au depart de Jean-Claude
Duvalier, le gndral Henri Namphy invita les" propri6taires
16s6s a reprendre possession de leur biens et la
Constitution de 1987, en son article 297, abrogeait la loi
du 28 juillet.
Mais les paysans ont gard6 la nostalgie de cette
loi. Ils signalent en effet que la seule p6riode durant laquelle
la region ait connu la paix fut celle durant laquelle elle a
v6cu sous le regime de la loi d'exception. De plus, ils restent
persuades que les prises de possession d6cid6es sous l'6gide
de cette loi sont bien un indicateur que les terres ainsi
touches 6taient bien des terres de l'Etat, et le retour des
grandons n'a fait que relancer les conflits.
Un des 616ments qui mit le feu aux poudres est
que les grandons qui reprirent possession de leur terre,
voulant punir les fermiers qui avaient travaill6 sur la terre
pendant sous le regime de la loi d'exception, les chasserent


pour les remplacer par d'autres paysans dont il se
garantissaient ainsi le fid6lit6.
L'affrontement de Bocozelle opposait ces deux
categories de fermiers. La visite de la d6l1gation se fit le 8
aoft. II fut d6cid6 de mettre en application l'arrWt6 du 13
Janvier 1995. En effet, quelques mois apres son retour au
pouvoir et face a la recrudescence des incidents violents
durant la p6riode du coup d'Etat ", le Pr6sident Aristide
prit cet arret6 qui autorisait 1'ODVA a prendre
provisoirement possession des terres en conflits de la vallke
de l'Artibonite.
Concretement, 1'ODVA 6tait cens6 proc6der a un
arpentage de la ferme Bertrand St Ouen et a lever les listes
des fermiers dans chacun des deux groupes pour voir
comment arriver a une liste unifiee. En attendant la terre
6tait mise en quarantaine, autrement dit personne n'avait
droit d'y travailler.
Ne disposant pas des moyens pour proc6der a
l'arpentage, 1'ODVA s'adressa a la DGI, mais sans grand
succes. La collecte des listes de fermiers n'eut pas plus de
succes. Au bout de quelques mois, les paysans de
Bocozelle, fatigues d'attendre, s'organiserent pour
reprendre leurs activities. Ils mirent done sur pied un comit6
de gestion qui proc6da a une distribution de parcelles.
Dans le cas de Desdunes, devant le refus du
grandon d'envoyer des representants aux rencontres
organisdes par 1'ODVA, les paysans de'" 16t b6 kanal "
interrompirent l'arriv6e de l'eau d'irrigation, mettant en
danger les plantations qu'avaient entamdes les partisans
du grandon.
Devant faire face a cette double situation,
1'INARA a commence par consulter les documents
analysant les problemes et proposant des solutions (voir
Les solutions proposes, HEM, Vol. XIX, No. 41, du 09-
15/11/05).
Au niveau des problemes, il y a une severe critique
des carences de l'Etat qui se manifestent par :
1. la vinalitW de lajustice (qui appuie les plus
offrants); les divers fonctionnaires de 1'Etat
corrompus (iuges et membres de 'appareil
judiciaire, arpenteurs, notaires, gros
fonctionnaires de 'Etat) ;
2. la violence et la corruption de 1'armie
(achetde par des grands propridtaires),
I'Armee d'Haiti comme corps de haute
density de corruption et d'impitoyable
repression,
3. l'absence de cadastre,'qui a pour


-AIL-


COUPS DE LANGUE


Ce titre parlant, se doit a la situation rdellement
int6ressante qui se vit actuellement en Haiti. L'un des
candidats a la pr6sidence du pays, le moins chanceux
d'apres certains, car il s'est fait prendre, avec une
nationality autre que celle qui devrait correspondre, tandis
que, d'apres les mauvaises langues, il y en aurait d'autres
dans la meme situation, et ils seraient nombreux, de la tate
aux pieds (en parlant du pays).
Ce fait, sur lequelj'6vite de me prononcer, grave ou
tres grave suivant certaines opinions, a provoqu6 des abus
langagiers de toute sorte, et plus d'uns s'en sont adonnis
a cceurjoie, les mauvaises langues, les m6chantes langues,
les langues dangereuses, les langues de serpent, les langues
de vipere, etc.. Meme ceux qui, a lavue d'un micro sautent
dejoie semblant recouvrer une virility perdue ou cache,
et ressentent l'6rection de tous leurs membres. Enfin !
Ceux-l aussi ont parl6.
II faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche
avant de parler dit le proverbe. II faut, avant de parler,
mfrement r6fl6chir, mais ce conseil, apparemment simple,
n'est pas de mise en Haiti. Et, cette semaine, on l'a vu
sous tous les angles. Pardon, entendu.
On en a entendu de bien belles, de ces haitiAneries, des
perles de culture, a conserver. On aurait cru entendre parler
a toute la soci6t6 haitienne, Etudiants, Professeurs
d'Universit6s, Doyens de Facult6, Avocats, Juristes de tous
poils et de divers acabits, Gens anonymes, Journalistes
int6ress6s ou ddsint6ress6s, Fonctionnaires Publics, etc.
On a entendu parler a :



Let Agogo ...
(suite de la page 13)
(commission 6conomique pour l'Amdrique Latine et les
Caraibes, membre des Nations Unies)
Les projets oeuvrent dans les domaines suivants :
sant6 communautaire, education de base, programmes
jeunesse, d6veloppement rural, agricole, nutrition, s6curit6
alimentaire favorisant la g6ndration de profits des
populations vis6es.


" Braves gens, prenez garde aux choses que vous dites.
Tout peut sortir d'un mot qu'en passant vous perdites. "V.
Hugo


Ceux qui ont la langue bien pendue, a cause de cette
grande facility a parler, parler beaucoup, et souvent avec
exces.
Ceux qui ont la langue bien affile, g6ndralement
lesjuristes, parlant avec esprit, subtilit6, malice. Beaucoup
d'entre eux ont &t6 largement gratifi6s, disent des langues
interessdes.
Ceux qui ont une grande volubilitW de langue, parlant
avec une grande rapidity confondant vitesse et precipitation.
Ceux qui ont la langue longue, ne sachant rdellement
pas comment faire pour la tenir. Ce sont ceux qui parlent
beaucoup, disent tout ce qu'ils savent et n'arrivent pas a
garder un secret.
Ceux qui ont la langue dorde. Ce sont ceux des
discours faciles, 616gants, propres a s6duire, mais desquels
on ne peut pas toujours se fier, genre politiciens vieuxjeu
et magouilleurs occultes.
Ceux qui ne sont pas maitres de leur langue.
Ce sont ceux qui n'arrivent pas a se taire, prennent la parole
sans attendre leur tour, interviennent dans toutes les sauces.
Ceux qui ont une bonne langue. Ce sont les
personnes m6disantes.
Ces derniers, ces BOUILLEURS et BOUILLEUSES
DE ZIN, font partie de la faune autochtone, et, je crois
que l'on ne saurait se passer d'eux, sauf si on arrive peut-
6tre a laisser diriger le pays par ces candidats qui croient
effectivement que'" le temps est de l'argent ".
Cependant, il faudrait qu'hommage public soit rendu
a celui, le seul, qui a su garder un silence obstind durant
tout ce vacarme sterilee au fond et publicity gratuite pour
certains) comme s'il avait un bceuf sur la langue. Ah !
Quelle sagesse On est maitre de ses silences et esclave
de ses paroles, doit-il sfrement penser. Disposer de moyens
et de modalit6s d'expression autres que le strictement
langagier permet de d6l1guer. I1 a su en faire usage.


Prudence oblige. On ne saurait m6dire de lui. Je m'en
garderais bien.
Enfin. Cet organe musculaire charnu et mobile,
revetu d'une membrane muqueuse, plac6 dans la bouche
et qui est le principal instrument de la parole et l'organe
du goft ", s'est vu utilis6 souventes fois a des fins parfois
peu louables, et, en Haiti, on arrive a s'en convaincre ces
derniers jours, pour jeter le discredit, semer le doute sur
la vie, l'ceuvre de quelqu'un. En ce sens, notre histoire
r6cente est remplie d'allusions a certains mots tels : la
calomnie, les rumeurs, la dilation, la d6nonciation. Tout
cela, dans mon enfance, mon adolescence, durant les anndes
70, formaient partie du Coup de langue duquel on dit qu'il
est pire qu'un coup de lance. Une m6disance, un mauvais
rapport que l'on faisait sur quelqu'un et le tour 6taitjoud,
le sujet en question passait a faire partie de la liste noire.
L'usurpation de ses biens 6tait alors chose acquise.
Enfin, chers lecteurs, en ces temps d'l6ections, de
choix qui se devrait judicieux car notre vie collective pour
ces cinq prochaines anndes en depend, j'aurais voulu que
ce texte nous fasse recouvrer le sens de l'6quilibre du
jugement en 6vitant le parasitage car "Il circule dans le
monde une envie au pied 16ger, qui vit de conversation; on
l'appelle m6disance. Elle dit 6tourdiment le mal dont elle
n'est pas sfre, et se tait prudemment sur le bien qu'elle
sait. Quant a la calomnie, on la reconnait a des sympt6mes
plus graves; p6trie de haine et d'envie ..." ( Antoine de
Rivarol)

Que de torts, causes par ces coups de langue durant
les anndes de la dictature : emprisonnements de longue et
de courte durde, exils, disparitions, massacres ....

Chers amis, parlons peu mais parlons bien et,
m6disons encore moins. Faisons unbon usage de la langue
(organe).

Port-au-Prince, Octobre 2005

Oscar Germain
germanor2005&@,yahoo.fr


consequence la non fixation des limites des
propri&tes ;
4. l'instabilitW des titres.
Concernant le second point, la Commission
Justice et Paix demande le retrait de tout militaire haitien
de ces zones car les soldats hattiens recycles et mis dans
ces zones, sans aucune logistique, sont litteralement entre
les mains des mieux arms de la population, et r6clame la
presence de police internationale sur le terrain. II faut se
rappeler qu'au moment de la publication de ce rapport, les
troupes 6trangeres qui ont ramend le Pr6sident Aristide
6taient encore dans le pays.
Tout le monde s'accorde sur la n6cessit6 de
l'dtablissement d'un cadastre pour chacune des
habitations, mais il semble que l'existence de 1'ONACA
ne soit pas connue de tous, ce qui expliquerait que l'on
parle d'un comitW des notaires et arpenteurs pour dresser
le bornage des terres redistributes.
Mais on aura remarqu6 que cette dernibre
suggestion parle des terres redistribues ;on est done en
droit de supposer que certaines propositions vont dans le
sens d'une modification au niveau du mode de tenure. De
fait, le rapport de la Commission Justice et Paix parle de
reforme agraire comme d'une mesure definitive. Mais,
consciente de l'importance d'une telle operation, elle
propose, comme'mesure transitoire, mise des terres en
conflit sous contr6le provisoire de 1 'Etat. Une idWe qui est
reprise par Ronald Desormes : Pourfaciliter 1 'application
de ces mesures, les terres de la vallke doivent &tre
nationalises pour une priode de temps que determineront
les circonstances.
La commission de notables de Desdunes s'est
pench6e sur l'organisation de la production sur les fermes :
l6ire un Conseil de planteurs avec les fermiers et former
une cooperative agricole et elle pr6voit que chaque fermier
devra verser 250 G par annee et par ha.
I1 faut signaler enfin que le problkme de la
pression d6mographique sur la terre n'a pas 6chapp6 aux
divers auteurs ; ainsi Ronald Desormes avance que vu la
progression dnmographique vu la pression d6mographique
il faut prevoir d'autres projets de developpement, tandis
que la commission de notables de Desdunes parle de la
necessity d'augmenter le nombre des exploitants, mais que
la superficie d'exploitation par famille ne depasse
desormais plus de deux ha.

Bernard Eth6art
ben@,etheart.com







Page 17


MEMOIRE D'ENCRIER I


Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol XTX No. 42


Dany Laferriere : Les annees 80 dans ma vieille Ford


(Livres ... suite de la page 14)
chose qui a 1'air d'un livre a venir. Lejeune Negre assagi
parait avoir oublin la guerre. Meme le souvenir des
grenades. Jamais 'histoire ne meant ni n e prate oubli. De
vieux journaux, jaunis par le temps, ranges dans une
chemise rouge, poussent leur nez sous le classeur, et
semblent dire sauve-nous de l'oubli ".
Je decouvre avec un certain 6tonnement ces
vieilles pages oilje retrouve les chroniques d'un Laferrire
que l'on ne connait guere. Celui qui a commence par le
journalisme, et a qui la direction de l'hebdomadaire Haiti-
Observateur, journal haitien de New York, avait donn carte
blanche de 1984 a 1986. Dany, quand il n'6tait pas
Laferriere. C'etait unjeune homme curieux qui portait en
lui la soif du monde. II courait l'Amerique, et voulait, dans
la prose de la route, faire son Transsibcrien, cassant tout
sur son passage : les barrages, les trains, les alcools... un
Dany rock, avec cette musique m6tiss6e s la recherche des
timbres inhabituels et expressifs. Ce Dany d'avant
Comment faire l'amour avec un negre sans se fatiguer,
avant que ne le surprenne comme un malentendu une
soudaine notoriety.
A Port-au-Prince, encore au college, mes
camarades et moi, nous nous passions ces quelques pages
du journal comme un code secret. C'etait au temps de la
dictature des Duvalier. On lisait Dany avec passion. On
exaltait la distance passionnme de cejeune homme qui avait
un ton auquel on 6tait peu habitue; son c6te desinvolte et


Co.


Nou vie gate kliyan nou yo dejou enjou pi plis.


ATLANTA
1232 Moreland Ave, Suite A
Atlanta, GA 30016
Tel: (404)622-8787

BAHAMAS
E. Street Sawyer
Studio Blvd 2nd Floor
Nassau, Bahamas
Tel: (242)322-6047

BOYTON
544 E Gateway Blvd, Suite 3
Boyton Beach, Florida
Tel: (561)742-3046

CAMBRIDGE
300 Broadway
Cambridge, Mass 02139
Tel: (617)354-6448

CHURCH
2807 Church Ave.
Brooklyn, NW 11226
Tel: (718)693-3798

CONNECTICUT
953 Washington Blvd, Suite 1
Stamford, CT 06901
Tel: (203)324-2816

DELRAY BEACH
402 West Atlantic Ave
Delray Beach, Fl 33444
Tel: (561)265-2100

FLATBUSH
1161 FlatbushAve.
Brooklyn N.W. 11226
Tel: (718)287-5295

FORT LAUDERDALE
8 West Sunrise Blvd
Ft. Lauderdale, FI 33311
Tel: (954)524-1574

LAKE WORTH
330 S. Dixie Hwy, Suite 2
Lake Worth, FI 33460
Tel: (561)585-1077

MATTAPAN
508 River Street
Mat. Mass. 02126
Tel: (617)298-9366

MIAMI
5401 N.W. 2nd Avenue
Miami, FI 33137
Tel: (305)758-3278

NAPLES
506 11th Street
Naples, Fl 34102
Tel: (941)435-3994

NORTH MIAMI
629 NE 125th Street


N. Miami, Fl 33161
Tel: (305)892-6478

MIRAMAR N. DADE
19325 NW 2nd Avenue (441)
Miami, Fl 33169
Tel: (305)654-2800

MONTREAL
7177 Rue St Denis
Mont. QC H2R2E3
Tel: (514)270-5966

ORLANDO
2469 S. Orange Blossom Trail
Orlando, Fl 32805
Tel: (407)649-9896

POMPANO (1)
4857 N. Dixie Hwy
Pompano Bch, Fl 33064
Tel: (954)429-9552

POMPANO (2)
128 N. Flager Avenue
Pompano Bch, FI 33060
Tel: (954)946-4469

QUEENS
159-35B Hillside Avenue
Jamaica N.Y. 11432
Tel: (718)523-9216

SPRING-VALLEY
South Main Street
S. Valley, NW 10977
Tel: (914)425-7747

WASHINGTON
835 Juniper Street NW
Wash D.C. 20012
Tel: (202)722-4925

WEST PALM BEACH
604 25th Street
W. Palm Beach FI 33407
Tel: (561)655-4166

NEW JERSEY
152 Jefferson Ave
Elizabeth, NJ 07201
Tel: (908)354-1411

MONTREAL NORD
3820 Henri-Bourassa Est
Montreal, Canada
Tel:(514)852-9245

TURKS & CAICOS
Downtown Providenciales
Butterfield Plaza
Tel: (649)941-4172-4173

CENTRE VILLE
59 Rue Pavee
avant la Pharmacie Ideale
223-0865-223-0839
222-2704,221-8910, 221-1632


anc-tireur nous a fait comprendre que l'on pouvait 6crire
ns un Petit Robert attach autour du cou. On aimait cette
bert6 de mouvement, ce regard impudent, ces phrases
rusques. On entrevoyait dans ces recits de vie notre
merique a nous. On avait l'illusion que l'Amerique, avec
in vaste territoire, nous appartenait, et qu'unjour, la vieille
ord accueillerait notre exil. On en revait tous. Aller 1i-
as sur ces routes. Faire notre apprentissage du monde et
e nous-m mes. Bousculer notre propre horizon.
L'idde de ce livre est venue avec le souvenir de
es camarades de classe. Et aussi avec la reticence d'un
iteur qui n'6crit plus. La source du Nil est peut-ltre un
aisseau, mais c'est le ruisseau qui alimente le Nil."'
)urquoi ne pas recycler ces chroniques et en faire un livre
', dis-je. Mon ami Laferriere cede : "Faites-en ce que
ous voulez". Voila le livre, les chroniques de vie, de route,
e l'auteur qui avoue 6crire comme il vit. Des
hotographies de l'6poque ont soutenu la pertinence du
ropos. Voila le livre : Les anndes 80 dans ma vieille Ford,
ioix de chroniques auquel l'auteur a ajout6 "Une s6rie
instantands", suite de textes courts qui a la fois 6clairent
enracinent le propos.
Lecteurs et chercheurs se sont pench6s sur la sdrie
manesque de l'autobiographie amiricaine et ont parfois
ibli6 l'appel de la vie quelque peu ordinaire. Cet appel
u temps migrant, fait souvent de gestes 616mentaires. La
*rsence obsessionnelle de la nourriture. Les rires et les
rmes. La vie et la mort. Une vie d'avant. Simple.
arallrle. L'imagerie de la d6brouille. Sans maquillage ni
mensonge. Sans seduction. Une vie haitienne, qui,
une fois transfigurde par le r6cit, est projet6e dans la
fiction, ou bien au cinema.
Ces chroniques rambnent au commencement
du geste d'6crire, a l'enfance de l'art. Dans
l'h6sitation des proc6d6s. Ces chroniques, bien
qu'6crites a la hate, Les anndes 80 dans ma vieille
Ford, constituent un t6moignage de premiere main
sur les vagues migratoires haitiennes. Elles 6taient
souvent r6dig6es dans l'urgence Le d6lit n'est ici ni
d'ordre orthographique ni d'ordre syntaxique. Il est
plut6t dans l'audace de ce jeune homme qui a su
regarder ces milliers d'Haitiens, simples, pauvres.
Ces gens qui vont a leur manibre conquerir
l'Amdrique, une Amdrique des bas-fonds, des usines,
et des h6pitaux. C'est de cette conquete-l qu'il
s'agit.
Le livre met en place non pas une citadelle,
mais un village Laferribre, situ6 quelque part sur la


vaste carte de l'Amdrique ; et les personnages prennent
forme naturellement dans ces chroniques comme dans ce
village. On les retrouvera plus tard dans les romans de
Laferriere, avec leur c6te pragmatique et ahurissant,
nourrissant un sens du reel a toute 6preuve, des
protagonistes a qui on a appris le sens de la dignity et
l'instinct de la conquete. Comme dans "Le sourire de la
cuisinibre" ou dans""Identit6 : Mort d'homme".
Les chroniques annoncent l'ceuvre de Laferriere ;
les figures occurrentes de l'autobiographie amdricaine sont
d6ji en place. L'imagerie aussi. La part sacrde du quotidien.
Le parti pris des gens modestes. Le fou rire contre la folie.
L'art du portrait. Le pari des mots simples et des phrases
braves. La syntaxe 6conome. Le style libertaire. Le refus
du grand recit. Le refus de la tmgedie a bon march&. Comme
cette manibre de ventiler le temps, d'inscrire le r6cit dans
son present, dans l'absolu du fait. Puis, les 6tres en accord
avec les choses. Cette manibre d'etre 6crivain dans une
image familibre et familiale, de prendre la route, de
s'abandonner dans sa baignoire, de faire la fete avec ses
amis, d'avoir tort et de douter, d'etre chez son coiffeur, de
deambuler dans les rues de Montreal, de jouer avec sa
fille; cette maniere d'etre dans l'6criture comme dans son
quotidien, et d'en parler.
On a repere dans ces r6cits de vie le bourlingueur
qui, 1'cole du journalisme, a vite compris que la vie
6tait dans les images. Les images vivantes. La bicyclette
rouge. Les chauffeurs d'autobus. Les douaniers. Les camps
de r6fugids. Le soleil de Miami. Les odeurs de Petit-Goave.
Les rues de Montr6al. Il y a ici la pertinence des choses et
des etres. Voilh l'apprenti Laferribre, qui cherchait l'angle
secret de l'Amdrique qu'il confond souvent avec sa ville
natale. En ce sens, le livre pourrait s'intituler Le village
Laferribre : histoires d'amour, d'amitid, de vie. C'est
6galement le pari d'un citoyen, qui n'estjamais pris a d6faut
de lui-meme, et de sa vrit6.
Les annees 80 dans ma vieille Ford: le livre vaut
ce qu'il vaut. Un coup de rire comme un coup de rhum.
L'audace du mouvement. L'imaginaire de la d6brouille
d'une communaut6. Le recadrage de 1'ecriture migrante.
La reconquete de soi. Lisez en filigrane ces chroniques,
vous y trouverez les esquisses d'une ceuvre qui, il y a vingt
ans, a d6marr6 sans trop de bruit dans les colonnes d'un
journal. La v6rit6 est qu'encore aujourd'hui, ces textes,
6crits assur6ment sans pr6tention, parlent un langage
singulier, et aident a comprendre la migration haitienne,
ses paris, ses espoirs et ses illusions.
Rodney Saint-Eloi
Montreal, octobre 2005


Celebration : Gede Vi-yo
Pteion-Ville, le 9 Fondation Natif Natal cultural unique, a le plaisir
novembre 2005l d'informer et d'inviter le grand
La FondationNatif Natal, une organisation public et la presse parl6e et 6crite a une s6rie d'activit6s
nde le 28 f6vrier 1988 dans l'urgence et l'imp6ratif culturelles sous le theme de" GEDE VI-YO al'occasion
de sauvegarder et de p6renniser notre heritage (voir Gede /18)


8772 II 2 E-me AveLnue

T61: 305 757 4915


FADKIKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
Reception depaiementpour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc... etc...
Connection telephonique chez vous...


Ouvert

6 Jours

par

semaine:

8h30 am



7h30 pm



* Parfums
* Cellulars & Beepers
* Souliers et Sandales
* Produits pour la cuisine
* Cadeaux
* Tableaux
* Moneygram
* MnnPv Ordrlr


* CD's (compas, Racine, Evang6lique,
Zouk, Frangais, Amdricain)
* Video's (Haitiens, Amdricains, Documentaires, Drams)
* Produits de beauty
* Pmrndits nnnr chPveniv


- y plu~ ltul-r ttll







Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


Page 18


Les Jeux de Bernard


Io U Io s ICa L IE |
MUSCLE

Solutions de la semaine pass6e:


Alpha
Beta
Chi
Delta
Dzeta
Epsilon
Eta
Gamma
Iota
Kappa
Lambda
Mu
Nu
Omega
Omicron
Phi
Pi
Ps
Rho
Sigma
Tau
Theta
Upsilon
Xi


W54'$11401)4,IIIIlJt1?i


Allez de RAMERA a MUSCLE, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


HORIZONTAL
1. Remet a flot 3. Efficaces -
4. Ville sumerienne Pronom -
4. Grand chapeau -
5. ChAtie Irridium -
6. En Ville -Abstinence -
7. Pronom Erbium -
8. Dessina.
VERTICAL
1. RAle-
2. Essayes 3. Adverbe Manganese -
4. Francium Joyau 5. Aricle Ralle -
6. Un seizibme de livre -
7. Demi soeurs -
8. D6barrassera de I'eau.


Solutions de la
semaine passe:

BRANDI

B R AI NT E
BRANDE
BRANTE
BE ANTE
SEA NT E

S T A N C E
STANCE


GRILLE DE PROGRAMME

M6lodie 103.3 fm

74 bis Rue Capois
Port-au-Prince, Haiti
Tel: 221-8568/221-8596 Fax: 221-0204/221-1323
e-mail: melodiefm@hotmail.com ou pub@haitienmarche.com
URL: www.haitienmarche.com
Programmation
5h00 6h30 Bon I eveil en musique

6h30-7h00 Au Pipirit chantant
ler Journal crdole de lajoumrne avec Yves Paul LUandre


7h00- 10h00


MteIldcie MIvatin avec Marcus


Informations, Interviews, Anecdotes, Humour, Analyses
8h L'Editorial de Marcus
8h15 La Chronique au Quotidien avec Elsie
8h30 Le grand Reportage avec Guyler c Delva
8h45 A Haute Voix avec Dominique Batraville
9h Les Sports avec Jacky Marc
9h15 Culture avec Claude Bernard S6ran
Melodie Matin chaque samedi est animee par Rapahel Fequiere


10h00 Midi


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Le MVidi
Un r6sum6 des Informations Locales et Nationales

Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime avec Elsie


2h00-3h00 C'est si tbon
en chansons...
Emission de Chansons Franqaises

3h00 -5h00 Le IBon Vieux Temps
Retro-Compas avec
Doc Daniel et Captain Bill

5h00 -7h00 MOelodie S& Company
chaque j our un sujet different, avec
des invvites et la participation cdu
public -.Aniimation: MVFIFARCU S


7h00- 8h30
8h30- 9h00


10h00


9h00 et au-dela


Amor y Sabor
Soir Informations

IN otre Grand Concert
(Lundi et Mercredi : L'heure classique)

Jazz at Ten (Mardi, Jeudi, Dimanche)
Jazz inspired : Judy Carmichael et ses invites


Cavaliers, prenez
vos dames (Samedi)
50 ans de Succes Populaires Haitiens


Pour restaurer la flore et la faune
" Investir dans Galette Chambon" c'est le nom d'un projet lance le mercredi 9 novembre a
l'initiative de la cooperative du meme nom et de la Commission presidentielle pour la gestion
du fonds de d6veloppement frontalier. C'est une activity de restauration de l'environnement
naturel de Galette Chambon et Marozo (premiere section communale de Ganthier).
D'autre part, la cooperation mexicaine secondee par des instances gouvemementales haitiennes
a lance un projet pilote sur 400 hectares de terre qui va d6marrer avec la participation des
organisations d'agriculteurs'locaux.
I1 s'agit de planter le Nopal, un vegetal comestible riche en prot6ine et aminoacide et qui a la
propri6et de pousser dans des terres arides et semi arides. Le Nopal est tres utilis6 au Mexique,
aux Etats-Unis et en Asie pour ses propri6ets medicinales. Certaines varieties servent a
l'alimentaton du b6tail. Mais le Nopal surtout constitue la base de la nouriture des Mexicains et
comporte pres de 300 recettes culinaires. Il se mange grille, en sauce avec de la viande, en
legumes, hach6 en conserve dans de la vinaigrette.

Musique en Folie: succes plus foule ...
Tant de succes que, cette grande foire de la musique est envahie d6sormais par d'autres secteurs
tels le rhum Barbancourt, la COMCEL, la UNIBANK, la HAINET, la maison Michel
Chateigne, et d'autres grandes maisons de la place.
Mais Musique en Folie, c'est d'abord la Musique, avec un grand M. Et pour cette sixieme
edition de la foire, 5 discaires ont occupy le chaut du pave: Antilles Musique, Nouvelle
Generation Record, Mizikanou, M6lodisque, Boite a Musique. Les visiteurs ont pu faire
l'acquisition du Compa" de Ritchi, de Kwa Pam de Gracia Delva, du dernier CD de Belo, Dan
Junior, Farenheit, Maisigue..._mais aussi des classiques tels que Martha Jn Claude, Ti Paris,
Nemours Jn Baptiste, Jazz des Jeunes, Difficiles de P6tionville.


Ce6ebration
(Gede ... suite de la page 17)
de la fete des gedes ", du 17 au 18
novembre 2005, a Trotyl (Lakou Yvon) sis
au 117, rue Louverture, a partir de 6 heures
pm.
La tenue de ces deux evenements
majeurs s'inscrit dans le cadre d'une mise
en valeur de la culture haitienne, de la
demystification des prejuges envers les
activities vaudou, de la promotion du
developpement et de la conservation de notre
patrimoine national.
Pour ecrire cette grande page
d'histoire, la Fondation Natif Natal beneficie
de la collaboration d'une pleiade d'artistes
de grosse pointure qui ont su propulser notre


: Gede Vi-yo
art sur tous les toits du monde tels que : la
plasticienne Sergine Andre, les sculpteurs
Eugene Celeur et Killy, Samba Zao, Kopat, la
comedienne Magalie Marcelin et autres.
Le 17 novembre 2005 auront lieu une
ceremonie dite seremoni lakou et la
representation d'une choregraphie par la
Compagnie Viviane Gauthier et le 18
novembre 2005, pour cl6turer en beauty cette
serie d'activites dediees a la vie et a la mort,
Trotyl (Lakou Yvon) sera le th6etre de trois
grandes prestations avec Samba Zao et
Djakata, Aizan et Fabienne Denis et la
Compagnie de danse Bazilic.


Moussson Roux
Coordonnatrice


Chaque Dimanche: 10h a Midi: Textes et Pr6texte avec Dominique Richez


$ SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

0 I

ROH

CP


Solutions de la semaine passee
SPURISTE


Le Disque de
animation: Jacquuditeur
animation: Jacques Lacour


12h00 12h15


12h15 2h00


R IRIAIMIE RA


AElDIMMl MTI TRITlTTUIifl /FTIT I, ,/TT[tlifMImRITA ~[ilk






Page 19 Mercredi 16 Novembre 2005
11 Haiti en Marche Vol. XIX No. 42






Mercredi 16 Novembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 42


Page 20


ELECTIONS


Mourra et Simeus finalement ecartes


La liste definitive des candidats
agr66s pour participer aux prochaines
pr6sidentielles est publi6e et ceci sans tenir
compte de l'arret prononc6 en faveur du
candidat Dumarsais MWcene Sim6us par la


Dumarsais MWcene Sim6us et Samir Georges
Moura.
A la reception de cette lettre, le conseiller
Patrick FHquibre a r6agi pour attirer l'attention du
public sur deux points qu'il estime importants.


Le candidat disqualifi6 Dumarsais Simeus n'en continue pas moins de soulever une certaine
excitation dans la population photo Georges Dup6


fait remarquer qu'il n'existe aucun
616ment nouveau qui pourrait permettre
au Conseil electoral de prendre une
decision proc6durale. Des lors, Patrick
Fequibre a renvoyd laballe dans le camp
de la pr6sidence de la rdpublique qui,
dit-il a seule l'autorit6 n6cessaire,
selon la Constitution, qui fait d'elle
la garante de la bonne marche des
institutions. Le Conseiller a poursuivi
pour dire que le CEP n'est pas au-
dessus de la Cour supreme. "Si dans
le dossier du candidat Dumarsais
Sim6us, c'est une decision politique
qui doit 6tre prise, il revient au
President de la R6publique Boniface
Alexandre de prendre sa
responsabilitd", concluait Patrick
Fequiere.
Mais parallelement a cette
attitude vigilante de certains
conseillers, le Pr6sident du CEP Max
Mathurin dans une lettre portant sa
signature et celle du secr6taire g6ndral
Rosemond Pradel, informait les
candidats Sim6us et Moura qu'ils
doivent cesser toutes activities
relatives aux elections sur le territoire
national.
Sur ce, les conseillers ont 6te
convoqu6s en urgence au bureau du
Premier ministre.
A leur retour, selon les
quelques declarations recueillies, on


apprend que cette rencontre a port sur
la n6cessit6 de d6bloquer le processus
electoral: la publication de la liste des
candidats agr6ds, celle du calendrier
electoral, ainsi que les modalit6s de
financement des partis politiques
engages dans la course 6lectorale.
Dans l'apres-midi du vendredi
11 novembre, une liste de 35 candidats
agr66s pour les prochaines elections
pr6sidentielles est publi6e: Dumarsais
Sim6us et Samir Moura sont 6cartes
sous la base de double nationality, selon
les declarations du Pr6sident du CEP
Max Mathurin. Disqualifi 6 galement
le candidat Jose Nicolas pour des
raisons ayant rapport aux documents
pr6sent6s.
Le candidat a la pr6sidence du
Parti Mouvement pour le Progrbs
d'Haiti (MPH), Samir Georges Moura,
entend intenter une action en justice
contre le CEP et le gouvernement
Boniface-Latortue qui, dit-il, veulent le
priver de ses droits civiques et citoyens.
De son c6t6, le candidat du
Parti Tt Ansans" Dumarsais Sim6us
se dit en consultation avec ses
conseillers et son cabinet d'avocats pour
savoir quelle suite donner au dossier.
Puisque la Cour de cassation est
l'instance supreme, et que nul n'est au-
dessus de la loi.
Jacky Marc


Cour de Cassation qui avait fait injonction
au Conseil Electoral Provisoire de porter
sur la liste definitive des candidats a la
pr6sidence agr66s le nom de ce dernier.
Avant la publication de cette liste,
le vendredi 10 Novembre 2005, le Conseil
Electoral Provisoire avait requ de la
Commission d'Etat charge de verifier la
nationality des candidats, une lettre dans
laquelle sont mentionnis les num6ros de
passeport am6ricain des candidats


D'abord, le repr6sentant des partis
politiques non-align6s au Conseil electoral
a d6plord que celui-ci ait &t6 avise par une
simple lettre de la commission d'Etat sur
la nationality des deux candidats. Or le
president de la commission sur la
nationality, le ministre de la Justice Henri
Marge Dorl6an, avait promis aux
conseillers un dossier instruit pour chaque
cas trait, done une promesse non-tenue.
Ensuite, le conseiller Fequibre a


a* I m Im v ..04 60
* ~ ~ ~ ~'4&


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


ADOMJ PORCHASIWG AGEfCY
Tl.: 786-457-8830
Fax: 305 754-0979
e-mail: pasacalia@aol.com
Pour tous vos achat'r
= Materiels de construction
= Pieces de voiture / camion
=Equipement medical
Par avion
ou par bateau
au choix


0 0


FLORIDA LOTS WITH UTILITIES
ON PAVED ROADS FROM 13K.

BUY LAND MAKE MONEY
ASK FOR KRISTEL 954-523-8118.

GA, SC, NC, TN, AR, AL, TX
LOTS FROM $5000 WILL ALL
UTILITIES. PAVED ROADS. NEW
SUB-DIVISION. CALL NOW! BY
OWNER.
ASK FOR KRISTEL 954-523-8118.


LA SECURITE

DE NOS CLIENTS

EST PRIORITAIRE

Recevez vos transferts chez vous !
Plus besoin de risquer votre vie
en allant r~cup6rer votre argent.
CAM garantit que tout transfert effectue
A partir des Etats-Unis et du Canada
jusqu'A 5 heures PM (le soir)
sera livrd a domicile a son destinataire
en moins de deux heures
(pourvu qu'il soit present A la livraison).


Nous nous soucions de votre security
et ne demandons qu'A vous servir.
C'est pourquoi avec CAM vous utilisez
les services de la plus ancienne,
la plus efficace et la plus sOre
des compagnies de transferts sur Haiti.

Notre difference c'est notre service!


APPELEZ NOUS GRATUITEMENT
USA/CANADA: 1-800-934-0440 HAITI: 800-256-8687
Ou fates votre transfert ONLINE: www.camtransfert.com
Autoris par les d6parernenls bancais de New York. Hew Jersey, Connecicut. Rhode Island.
Massachusetts, Washington DC, Georgie al Florid




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs