Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00280
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: October 12, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00280
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00010-12-2005 ( PDF )


Full Text













Haiti en Marche edition du 12 au 18 Octobre 2005 Vol. XIX No. 37


Les Elections reporters a la mi-D6cembre M iD

Et un Super-gestionnaire pour le CEP .20 RRE



Le peuple desire mieux que
EDITORIAL d Quelques
P O R T A U t deboires aussi, comme il
PRINCE, 10 Octobre Led es elect oncar. est arrive Franck
samedi 8 octobre marque le d6but de la bandes carnavalesques par 1l (Samir Baker install ses tr6teaux a la Place Romain, le candidat PAKAPALA,
campagne 6lectorale. Des estrades par Mourra a parcouru a pieds l'axe Delmas- JKr6mie) tandis que Lesly Manigat donnait emprisonnn6 dans l'6glise du Perp6tuel



Lk c -li 4BlII


Samir Mourra d6file avec ses partisans sur I'autoroute de Delmas Petionville
le samedi 8 octobre marquant l'ouverture de la campagne electoral
photo Yonel Louis/HenM
ci (Dany Toussaint, au carrefour des Petionville; Himmler R6bu a arpent6 le
"Trois mains", prbs de l'AMroport), march de P6tionville; et Charles Henry


Leslie Manigat (RDNP) ouvre sa campagne dans la ville de Croix des Bouquets AP
son coup d'envoi a la Croix des Bouquets Secours sur la butte du Bel-air.
et que le candidat de 1' Alyans, Evans Paul, Cependant rien n'est encore
avait transport sa caravane au Cap-Haitien joue.
(il est originaire du Nord). Les citoyens continuent
De son c68t, 1'Union pour Haiti, calmement de "faire leur carte", c'est-
Marc Bazin-Fanmi Lavalas, invitait a-dire a s'inscrire pour l'obtention de
dimanche a la Fondation Aristide pour la la carte d'identification nationale, qui
D6mocratie, a Tabarre. (voir Peuple / 4)


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"



POLITIQUE
Une cure de

redressement


ANALYSE
PORT-AU-PRINCE, 8
Octobre S'il y a un commun
d6nominateur dans la conjoncture
actuelle, c'est une sorte d'entreprise
de remise en ordre qui semble toucher
actuellement diff6rents secteurs de la
vie nationale. Nous citerons: la police,
les partis politiques, la presse,
l'6conomie etc.
Le nouveau directeur
g6n6ral de la Police nationale d'Haiti,
Mario Andr6sol, va par monts et par
vaux, pour dresser un bilan des
effectifs v6ritables du corps, ainsi que
ses besoins en tout genre.


I Defile du candidat Charlito Baker samedi au centre ville de P-au-P photo YL/HenM


A la suite du premier ministre
qui, en tant que president du CSPN
(voir Ordre / 5)
Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere au Bois Verna
Te1: 221-8596 ou 245-1910
Fax 221 1323
Miami
173 NW 94th Street
Miami, Florida 33150
Tl1.: 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914-358-7559
Boston 508 941 6897
Montreal 514 337 1286
e-mail:
pub( haitienmarche.com
URL: www.haitienmrarche.com


d1an% I*r. C


righted Material wrf


I ................................................................................ -


. ......................................................................................................................................................................................................................................... ,


I -


I I








EN PLUS... ENBREF...


Mercredi 12 Octobre 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 37


HAITI-PETROLE

Entre le Mexique et le Venezuela


EDITORIAL
PORT-AU-PRINCE, 7 Octobre -
On assiste a un dr6le de chass6 crois6. Au
moment meme ou le Venezuela envoie un
officiel en Haiti pour n6gocier avec Port-
au-Prince la vente de p6trole a tarifs
pr6f6rentiels, on apprend que le ministre
haitien du Commerce voyage au Mexique
pour s'enqu6rir de meilleures conditions
d'achat de carburant.
On ne peut que se r6jouir que
notre gouvernement ait commence shop
around (s'informer) pour essayer de
soulager le consommateur haitien qui n'a
plus les moyens de faire face aux nouvelles
hausses des prix du fuel.
Cependant le porte-parole
officieux au ministere du Commerce n'a
pas Wt6 en mesure de renseigner sur les
conditions proposes par le Mexique.
Par contre celles du Venezuela
sont connues de tous, et de plus se r6vblent
imbattables dans toute la region. On ne
peut done que s'6tonner de la reticence du
ministre du Commerce qui au lieu de
sauter sur l'occasion, prefbre courir vers
1'inconnue.
Non seulement les pays
b6n6ficiaires recoivent chaque jour
196.000 barils de p6trole et des produits
d6riv6s a des prix pr6f6rentiels mais aussi
un temps de grace avant de payer.
Ensuite, les dettes contracts
sont pay6es a un taux relativement bas, ne
d6passant pas 1%.
Pour finir, on peut meme payer
en nature. Par exemple, si nous avons une
production qui int6resse le Venezuela, eh
bien, on peut troquer ce bien 1 pour du
p6trole.
Donc, qui dit mieux!
Mais notre ministre du
Commerce, pourtant si pr6occup6 de nous
trouver les meilleures occasions, ne
manifeste aucun empressement vis a vis
de l'offre du Venezuela et prefbre aller voir
ailleurs.
Au point que le president Hugo
Chavez, connu pour etre un enthousiaste
qui ne peutjamais tenir en place, ait d6cid6
de d6pcher illico a Port-au-Prince le vice-
pr6sident de Petroleos de Venezuela, la
compagnie d'Etat v6n&zudlienne. Avant
meme, semble-t-il, d'avoir regu
l'invitation d'Haiti, dont il sent l'embarras,
qu'on ne saurait trop expliquer.
Oui, le Mexique, 6galement
producteur de p6trole, avait autrefois aussi
un programme pour alimenter les pays de
la region a des prix moins dlev6s que sur
le march international.
Mais le Mexique a change depuis
qu'il a sign avec les Etats-Unis et le
Canada l'accord de libre change de


l'Am6rique du Nord (1'ALENA). Voire le
Mexique du president actuel, M. Vicente
Fox, ami de M. Bush, et grand disciple de
l'6conomie n6o-lib6rale.
Or c'est aussi au nom de cette
meme 6conomie n6o-lib6rale que le
gouvernement int6rimaire haitien r6pete
continuellement qu'il ne peut
subventionner le prix de la gazoline,
malgr6 la monte de la contestation ...
Ou qu'il ne peut rien pour
contr6ler le moins du monde la hausse des
prix des produits de premiere n6cessit6.
On doit laisser faire les lois du march, le
jeu de l'offre et de la demande, le laisser
faire, eh oui.
Aussi le choix par le ministre du
Commerce de voyager au Mexique au
lendemain meme de l'offre du president
Chavez, voudrait-il dire que nous avons
choisi plut6t le laisser faire?
Dans un tel cas, il serait pour le
moins normal que les gouvernants nous
expliquent quel est l'avantage d'un tel
choix par rapport a celui propose par le
Venezuela.
D'autant plus que tous les pays
de la region, y compris nos voisins
dominicains, ont d6ji choisi l'alternative
Chavez.
Comme disait r6cemment un
fonctionnaire de 1'ONU en Haiti, dans le
cadre du processus electoral, "quand on a
choisi d'etre transparent, on doit l'etre
totalement."
Il est aussi fort possible que notre
gouvernement, ainsi que ses protecteurs,
profitent davantage de la situation
pr6sente, du regime des prix 6lev6s du
p6trole.
Comme nous l'expliquait un de
nos invites a ce micro, c'est l'Etat qui
b6n6ficie le plus de cette situation parce
que son bareme de taxation reste
immuable, ne change pas quelles que
soient les variations du prix sur le march
international.
Plus les prix sont 6lev6s, plus les
revenus de l'Etat sont importants.
Au point qu'il en oublie que son
r61e est la protection des citoyens, non
celle des prix.
Cela fait aussi l'affaire des
grandes institutions de credit qui ne
peuvent que se r6jouir d'un Etat qui ne
concede pas un sou a ses administr6s et se
contente de th6sauriser pour le paiement
des arri6r6s de la dette.
Cet Etat-lk est done au service de
qui? Est-ce des citoyens qui subissent les
prix exorbitans du carburant?

Editoral Ml6odie 103.3 FM,
Port-au-Prince


Pernier sous les intemp6ries ...
Les voitures arrivent a Petit Troupeau. Tous ceux qui habitent a Pernier ne peuvent plus
atteindre leur demeure en voiture.
La galette est descendue et beaucoup de maisons ont 6t6 ensevelies sous les pierres.
Cependant les gens disent n'avoir pas enregistr6 de morts, parce qu'ils se sont sauv6s a
temps. Cela est arrive le vendredi 30 septembre a la suite d'une grosse averse et en pleine
nuit. Miraculeusement les gens sont parvenus a se sauver.
Une deuxieme averse a eu lieu ce samedi 8 octobre, vers les 4 heures de l'aprbs midi.
Les gens de la zone sont h6berg6s chez des amis. C'est grace au bruit du torrent qui
descendait que les gens alerts se sont enfuis et qu'ils ont done eu la vie sauve.
Aujourd'hui personne ne peut atteindre la zone de Pernier en voiture. Il faut y aller a pied
et encore, en marchant pendant prbs de deux heures.
La PNH de P6tion Ville, la MINUSTAH ont donn6 un gros coup de main pour 6vacuer les
sinistr6s.

Le premier tour des elections en Haiti report de quelques semaines
PORT-AU-PRINCE, 10 Oct 2005 Le premier tour des elections pr6sidentielle et
parlementaires en Haiti, pr6vu le 20 novembre, va &re report de quelques semaines en
raison de problbmes techniques, a annonc6 lundi le Premier ministre haltien, G6rard
Latortue.
"Nous avons des problbmes, nous avons accumul6 des retards consid6rables dans la mise
en place de la logistique et dans la finalisation des listes des candidats", a expliqu6 le chef
du gouvernement provisoire haitien, en pr6cisant que des mesures de redressement allaient
&re prises.
En raison de ces retards, la date des elections sera recul6e de deux a trois semaines. "Le
premier tour de l'6lection pr6sidentielle et des 16gislatives pourrait se tenir la deuxibme
semaine du mois de d6cembre", a-t-il dit.
I1 n'a cependant pas donn6 de jour, laissant au Conseil electoral provisoire (CEP) le soin
d'annoncer la date officielle. En Haiti, les elections se d6roulent toujours un dimanche.





























"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"



m *0


Le Venezuela donnera

une aide energetique a Haiti


Le President v6n6zu6lien, Hugo
Chavez a annonc6 que son pays donnera
une aide 6nerg6tique au peuple haitien qui
vit actuellement une grave crise. II a
indiqu6 qu'Alejandro Granados, vice-
pr6sident de PDVSA, la compagnie des
p6troles du Venezuela, se rendra a Port
au Prince pour determiner les termes de
la collaboration avec le gouvernement du
premier ministre G6rard Latortue.
L'aide sera donn6e en vertu des
conditions 6tablies par l'Accord


Petrocaribe moyennant lequel plusieurs
pays carib6ens regoivent du brut et des
d6riv6s a des prix et des conditions
pr6f6rentiels.
Cette initiative a surgi au cours
d'une visite du Pr6sident Chavez a
Brasilia of le Chef de l'Etat br6silien lui
a sugg6r6 de coop6rer avec le peuple
haitien.
Haiti pourrait adh6rer e l'accord
en vertu duquel 14 pays carib6ens
recevront 196000 barils de p6trole par
jour.


Rechauds et fours dorment encore dans des conteneurs
(voir En bref / 17)


Page 2


DERNIERE HEURE
La Cour de cassation donne raison au candidat Dumarsais Sim6us et fait
injonction au CEP de l'inscrire dans la liste des candidats inscrits.


Nu .. 0 -a d ,dl






Mercredi 12 Octobre 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 37


Page 3


I L'ACTUALITE EN MARCHE


"Copyrighted Material

,SyndicatedContent

Available from Commercial News Providers"















*t -r A -

"krr -r


C'est vous qui dcidez de horaes... Partout ou vous #tes
accedez & UNIBANKOnline e vrale succursale en lgne!

> Paryniote quiay un comte la UNIBANK
Pay dR vous-mke son e mU A


> Fates vostransferts sur I'tra r
> Achtez des chques de diec t on etur ranger
> Commandezvotre attestation bancaire

Consultez la tongue liste d'autres transactions possibles
en cliquant sur le www.unibankhati.com


I I UNIBANK


"Falsons route ensemble"

www.unibankhaiti.com


ANALYSE SOMMAIRE '
Le peuple desire mieux que des elections-carnaval p.1
DERNIERE HEURE
Elections reportees mi-d6cembre p.20
La Cour de cassation donne raison au candidat Dumarsais
Simeus p.2
EDITORIAL
Une cure de redressement p.1
La double nationality n'est pas l'affaire des seuls politiciens
p.8
Les candidats promettent, mais que veut la nation haitienne?
p.ll
ACTUALITE
La campagne electorale s'ouvre dans l'incertitude p.1
Une mission internationale d'evaluaton des elections
en Haiti p.3
Des candidats haitiens font campagne en Floride p.4
8 Octobre: la campagne est lance p.6
Les USA soutiennent les partis politiques democratiques p.7
3.01 millions d'inscrits ... p.8
PETROLE
Entre le Mexique et le Venezuela p.2
Le Venezuela donnera une aide energ6tique a Haiti p.2
DROGUE
Un Jury de Floride innocente un ex-chef de police haitienne
p.3
BOAT-PEOPLE
Naufrage d'un canot avec des immigr6s clandestins haitiens
et dominiquais p.3
ARTS & CULTURE
Mort du peintre Andre Pierre p. 10
Myriam Makeba heureuse de faire escale a la Havane p.10
SOCIETE
Les agressions sexuelles seront punies conformement
h la loi p.11
Deux journalistes haitiens molests vont en justice p.11
SANTE
Problematique de la question de sant6 en Haiti p.12
DEVELOPPEMENT DURABLE
Les conflits dans l'Artibonite p.16
< y


4D4b








UNE ANALYSE


Mercredi 12 Octobre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 37


Le peuple desire mieux que

(Peuple ... suite de la lere page) prendre le mouvement en marche et a se mettre tout
leur permettra aussi de participer au vote. au moins en position de pouvoir participer aux
La grande nouvelle est l'ouverture elections ... s'il en decide ainsi.
aussi de bureaux d'inscription a Cite Soleil, Mais il y a un hic. A quand les elections?
le plus grand bidonville de la capitale Les drives du Conseil electoral provisoire (CEP)
haitienne. ont forc6 lui donner un tuteur, un Comit6 d'appui


4b A ** o ,o*4 * e oom De


Wyclef n'a pas la double
nationality ...
Le meme jour voyageait a Port-au-
Prince la superstar de musique hip hop
haitiano-am6ricaine, Wyclef Jean,
sp6cialement pour faire aussi sa carte comme
tout bon citoyen, et surtout donner l'exemple.
Non, Wyclef n'a pas la double nationality, il
1'a affirm sur les ondes de Mdlodie FM, en
liaison directe avec Radio Soleil d'Haiti a New
York.
Le peuple semble &tre enfin pret &


form de personnalit6s proches du pouvoir, et
flanqu6 de deux repr6sentants du secteur
international.
En meme temps que la Mission
internationale devaluation des elections en Haiti
se met en place. Elle est form6e de sp6cialistes
1lectoraux de diffdrents pays du continent et a pour
mission, selon son acte constitutif (r6dig6 lors d'un
forum sur Haiti en juin dernier a Montr6al)
d'"examiner en profondeur la l6gitimitW et la
cr6dibilit6 du processus electoral du d6but a la fin."


IL


0. 4 00 a d


a - C

* S -- a.r ~ -r a e- .


des elections-carnaval

Un paradoxe a solutionner ...
Cette Mission devrait done avoir du pain sur la planche a un moment
ou le CEP continue d'etre attaqu6 de toutes parts, aussi bien par des candidats
disqualifies (alors que le Miami Herald r6vble qu'un autre candidat a la
pr6sidence ayant la nationality am6ricaine, l'homme d'affaires de Miami Lakes,
Samir Mourra, a recu la b6n6diction des conseillers 6lectoraux tandis que ceux-
ci ont rejet6 pour les memes raisons la candidature du millionnaire haitiano-
am6ricain Dumarsais Sim6us, done un jugement de deux poids, deux mesures
et un paradoxe qu'il faudra solutionner d'une facon ou d'une autre) que par
des leaders retenus dans la course mais qui ne soupconnent pas moins de
favoritisme un conseil electoral comprenant dans ses rangs des repr6sentants
avou6s de partis politiques.
Tout ce charivari, en plus du retard enregistr6 quand il faut embaucher,
selon le Miami Herald, des centaines de superviseurs 6lectoraux r6gionaux,
identifier des locaux pour les bureaux de vote et recruter environ 40.000
personnes pour leur fonctionnement, sans oublier les bulletins de vote qui ne
peuvent etre imprim6s qu'aprbs que toutes les contestations introduites par
des candidats auront 6t6 r6solues (certains comme Sim6us ont d6cid6 de porter
leur cas jusque par devant la Cour de cassation, la plus haute instance judiciaire),
tout cela et plus encore fait craindre que le calendrier electoral ne pourra pas
etre ex&cut comme pr6vu.

Comme au temps de la colonie !...
Les autorit6s, aussi bien nationales qu'internationales, ne se genent
d'ailleurs pas pour admettre que la date du 20 novembre risque d'etre reported,
mais en insistant que la prestation de serment du nouveau president l6u aura
lieu cofite que cofite le 7 f6vrier 2006.
La encore beaucoup disent touchons du bois (autrement dit restent
sceptiques), et certains essaient meme d'imaginer la tournure que prendront
les choses dans le cas ou les elections seraient impossibles a tenir.
Aurons-nous un gouverneur (comme au temps de la colonie),
s'interrogent les plus audacieux.
Mais revenons a nos moutons. La masse qui repr6sente la majority de
l'61ectorat reste enferm6e dans son silence, le mystbre reste entier, mais
d6sormais elle se met aussi en position de peser davantage sur les 6v6nements
puisque ayant sa carte 6lectorale, comme si elle avait entendu le mot de la
Secr6taire d'Etat Condoleezza Rice, "le bulletin de vote est l'arme la plus
efficace au monde."
Tambours et trompettes 6taient au rendez-vous ce week-end du 8 au
9 octobre pour l'ouverture de la campagne, mais personne n'a fait succbs plus
foule. Apparemment le peuple desire mieux que des 1lections-carnaval.

Editorial, M61odie 103.3 FM, Port-au-Prince


_sw-im-
IrrrC


. -


- m -


e - .
- - -in


a -4


- "- _---__'.


4F *, w -w


o w a -t40 ii -I -




S "Copyrighted.,Material



S. -Syndicated'C intent



Available from Commercial News Pro


W46V



riders"


- 111




- C-


S o
-, -


- -.

o 0


- ,,4w 0


o4 .- -.0
4b- *a -llow


- .


-~ ~ - e f


- r- -.


- ) .


- 0 *


- -


. *.


nr a S -


- _


4m u o -4 1W .
-. -


-r _


* 0 *
4 m r .


_ -


- U t- -4W 4


o -


- -a m -


-~ ~ - --
-, -~ J-
-MEN. e-


r

-r I


0 a- D.
41-b

-I I rI


0 C rr -
-- .A
l~w.- -
4b w 4hm


Page 4


I, II -~


p ,o


I e~


-.dmbrm


~- 4w


o


- --Ab 4M


- 0


..Mww 401 4m. .







Mercredi 12 Octobre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 37


IDE L'ACTUALITE


Une campagne de redressement
(Ordre ... suite de la lere page) i .l c, d h. i


(Conseil National de la Police Nationale), faisait remarquer
il y a quelque temps que la police 6met des tas de cheques
dont personne n'a jamais vu les destinataires ou cheques
zombis, le directeur Andr6sol a renouvel6 r6cemment que
personne depuis longtemps ne sait a combien s'dlve le
nombre de policiers et de policibres.
L'Inspection g6n6rale, confine aujourd'hui a l'ex-
porte-parole, Dr Gessie Cameau Coicou, ne ch6me pas non
plus.
C'est d'abord l'arrestation du commissaire James
Bourdeau aprbs plusieurs semaines de cavale. L'ex-
responsable du commissariat de Delmas est soupconn6 dans
l'enlbvement et la disparition d'un cadre d'une banque
commerciale et de participation a des r6seaux mafieux.
Ensuite, ce sont deux policiers qui sont mis aux
arrets, dont l'un affect aux Cayes qui dirigerait a la capitale
une bande sp6cialis6e dans les kidnappings.

Machettes a initiales de la police ...
Puis la semaine dernibre, on a annonc6 la mise en
isolement d'une quinzaine de policiers qui seraient
impliqu6s dans la r6cente tuerie au bidonville de
Grand'Ravine (Martissant), of des individus arms de
machette ont fait au moins une vingtaine de morts et de
bless6s.
La premiere version officielle voulait que les
victimes soient des bandits qui auraient Wt6 surpris par des
brigades de vigilance.
Mais des t6moignages se sont mis a s'accumuler.
Les assaillants semblaient b6n6ficier de la couverture d'un
d6tachement de policiers en uniforme. Les machettes
porteraient meme les initiales de la police.
Intervention du no. 1 de la Mission internationale
de stabilisation (Minustah), Juan Gabriel Valdes, d6noncant
1'implication directe de policiers dans cette descente de
lieux inopin6e et meurtriere.

Escadrons de la mort...
Les quinze policiers arret6s la semaine dernibre
appartiennent a diverses units a la fois.
Il s'agit done de toute evidence d'un commando
special, agissant en dehors des operations normales de la


police nationale.
En un mot, il s'agit de ce qu'on appelle escadrons de
la mort.
On soupconnait depuis longtemps l'existence de ce
genre d'ex6cuteurs en mission au sein de l'institution policibre.
Depuis le massacre
d'une dizaine de jeunes
dans le quartier de Fort
National, en passant par
l'assassinat du
correspondant d'une
radio de Miami, Abdias
Jean, apres qu'il eut
d6couvert des policiers
en uniforme venant
d'abattre de sang froid
des residents du quartier
populaire nomm6
Village de Dieu (sud de
la capitale).
Puis c'est cette
r6cente h6catombe faite
a Grand'Ravine par des
individus arms de
machettes et encadr6s
d'un groupe d'agents de
la PNH.
Aux ordres de Le directeur general de la Polic
qui operent ces de la CIVP(
escadrons? Nous ne saurions le dire. Toujours est-il qu'ils ont
b6n6fici6 de la tolerance, si ce n'est plus, de l'ex-directeur
g6n6ral de la police nationale, Leon Charles, aujourd'hui en
exil diplomatique a Washington.

Au tour des partis politiques ...
La classe politique vient de signer de son c6t6 un code
de conduite suivant lequel en gros le gagnant ne peut se pr6valoir
de remporter toute la mise, le perdant de son c6t6 ne peut se
transformer ipso facto en ennemi dont le seul but est de renverser
imm6diatement son concurrent plus heureux.
C'est la conclusion d'un long processus de n6gociation
sous le patronnage du gouvernement norv6gien, et qui a vu des


Request for Applications
City of Miami
Civilian Investigative Panel


The City of Miami Civilian Investigative Panel (CIP) ap chache yon moun pou ranpli yon plas vid
sou panel la. Manm ki sbvi sou panel la fb li sou yon baz volonth enpi f6 yo pare pou bay yon
kantite tan pou CIP. Moun ki interese ka depoze yon aplikasyon ak yon notis byografik, rezime
ak l6k kalite enf6masyon.

CIP se yon panel endepandan ki gen ladan 13 manm ki sipbvize City of Miami Police Department.
Tout manm CIP fot pou se rezidan pbmanan nan City of Miami, yo dwe pwopryeth, oswa travay
oswa gen yon biznes nan City of Miami. Manm yo fbt pou gen yon repitasyon integrite ak konn fe
sbvis kominoth, e yo pa ka gen yon dosye kondanasyon pou feloni. Tout aplikan gen pou yo sibi
on background ckeck. Oken manm panel la, ni yon fanmi pw6ch yon manm (madan marye, pitit,
paran, kouzen) paka se anplwaye City of Miami, ni yon ansyen anplwaye sou sbman City of
Miami Police Department. Moun yap chwazi a pa ka nan pwose tou ak City of Miami.

Yon sou-komite CIP ap pase an revi tout aplikasyon yo, fe entbviou ak kandida yo enpi soumbt
rek6mandasyon bay tout panl la. City of Miami Commission ap angaje yon moun pou ranpli plas
la nan lis non yo ba li yo.

Nou kajwenn aplikasyon an sou sit intbnbt City of Miami, www.miamigov.com oswa mande nan
Civilian Investigative Panel, 155 S. Miami Avenue, PH 1B, Miami, FL 33130; nan biwo City
Clerk lan, 3500 Pan American Drive, Miami, FL 33133 oswa nan lokal Net Enhancement Team
(NET) Center nan vil Miami. (Pou konnen ki kote Office Net yo ye ak pou gen tout 16t kalite
inf6masyon sou CIP, nou ka rele 305-579-2444 oswa monte sou sit internet www.ci..miami.fl.us/
cip.)

Aplikasyon yo fbt pou rive pa pita ke 5e apre midi, jou ki Vandredi 28 Okt6b 2005, enpi adrese
bay Shirley E. Richardson, Executive Director, Civilian Investigative Panel, 155 South Miami
Ave. PH-1B, Miami, Florida 33130.


leaders politiques
haitiens passer
plusieurs heures
autour de la meme
table, soit Oslo, soit
en Haiti ou ailleurs.
Les memes
signaient aussi
r6cemment a Port-au-
Prince la Convention
des Partis politiques,
en compagnie du vice
ministre des affaires
6trangeres norv6gien.
Enfin la
semaine derniere,
1' ambassade
am6ricaine inaugurait
un Centre d'Appui
Logistique aux Partis
Politiques (CALPP),
pour fournir un
soutien aux partis
"d6mocratiques et
repr6sentatifs."
C e s
services seront ac-
cessibles aux partis
politiques r6pondant
aux normes d6mo-
cratiques telles que la
transparence, la non-


violence, 1e respect oes roits numains et oes ois
r6gissant le pays" indique le communique de
l'ambassade des USA.
Des services additionnels tels que temps
d'antenne et encarts publicitaires seront disponibles


ce nationale Mario Andresol et Richard Graham
OL photo Yonel Louis/HenM
pour les partis "ayant un nombre considerable de
candidats a travers le pays." Mais tous les frais seront
r6gl6s par l'agence am6ricaine elle-meme (USAID).

Puis la presse ...
La meme campagne de redressement semble
se poursuivre au niveau de la presse. A l'initiative de
l'Organisation Internationale de laFrancophonie (OIF)
se r6unissaient des patrons de m6dias et une
quarantaine de journalistes venus de toutes les regions
du pays qui ont planch6 pendant deux jours sur une
"charte des m6dias et des journalistes", document
d'une quinzaine d'articles r6gulant le fonctionnement
de la presse a la lumiere des principes universels
d'6thique et de d6ontologie.
La "charte" semble faire du chemin puisque
apres sa signature sous la pr6sidence de la ministre de
la Communication, Magalie Comeau Denis, et de
l'ambassadeur de France, Thierry Burkard, c'est son
homologue canadien, Claude Boucher, qui lui rendait
6galement hommage une semaine plus tard a l'issue
d'un s6minaire organism par le R6seau Libert6 et anim6
par l'ombudsman (m6diateur) de Radio Canada,
Renaud Gilbert.
La "Charte des m6dias et des journalistes en
p6riode 6lectorale" est appel6e, selon le mot de ce
dernier, a devenir la marque distinctive de la presse
en Haiti. C'est a prendre ou a laisser, et dans ce dernier
cas, a-t-il dit, "c'est a vos risques et perils".
Soulignons qu'un nombre 6gal de patrons de
m6dias, dont les membres de l'Association Nationale
des M6dias Haitiens (ANMH), ont refuse jusqu'5
present de la signer.

A prendre ou a laisser ...
La prochaine tape semble etre le secteur des
affaires. Le gouvernement vient d'annoncer un d6cret
pour mieux contr6ler la taxation des entreprises
priv6es, au grand dam des grandes associations
patronales. Mais c'est a prendre ou a laisser ...
On a l'impression d'etre en face d'une vaste
entreprise de clean up g6n6ral et de remise en ordre
ou de recadrage ...
Une soci6t6 plus police.
L'ennui est que la decision vient de
l'ext6rieur. On ne peut done pr6voir quelles seront les
prochaines tapes. On n'est pas assez adulte pour
qu'on nous fasse pleinement confiance.

Haiti en Marche, 8 Octobre 2005


Fiche d'Abonnement a Haiti en Marche


Nom


Adresse


Haiti
Etats-Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


6 Mois
Gdes 250
US $ 40.00
DC $ 42
US $ 70
US $ 70


1An
Gdes 500
US $ 78
DC $ 80
US $ 135
US $ 135


renouvellement


Novel Abonn
Nouvel Abonn6

I


Livraison a domicile double rif


Page5


in nt no-, 1ln;,







ICAMPAGNE ELECTORALE


Mercredi 12 Octobre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 37


8 Octobre:
Le lancement a eu lieu le Samedi 8 Octobre,
comme pr6vu dans le d6cret electoral, et les affiches ont
fait irruption a travers les rues de la ville. La plupart des
candidats ont en effet respect la planification fix6e,
attendant la date butoir pour se mettre en campagne.
A la Fondation Aristide, c'est le candidat Marc


la campagne est lancee !

Bazin qui ouvrait sa campagne ce dimanche en presence nistration publique Ma main n'a jamais tremp6 dans
d'une foule de partisans et sympathisants du Parti Fanmi des fraudes" a-t-il soulign6 devant une foule masse sur
Lavalas et du MIDH Mouvement pour l'Instauration de les trois autres places. On remarquait aussi une importante
la D6mocratie en Haiti, r6unis dans L'Union pour Haiti. presence policibre.
Plusieurs orateurs ont pris la parole, dont l'ex- Le candidat Evans Paul du Kid, sous le theme:
s6nateur Louis G6rald
Gilles, l'ex-d&putW Rudy
Hrivaux et le candidat
la prdsidence de l'Union,
Marc Bazin.
En substance,
ils ont parl6 de
similitudes de vue entree t rial
le candidat Bazin et leop ri ht d Mer
parti Fanmi Lavalas: Sy dicatd C....
Lutter aux c6t6s des plus yndicated Content
d6munis, contre les Available from Commercial News Providers"
persecutions politiques et
"surtout d&s mon arrive
au fauteuil presidentiel, je
travaillerai jusqu'au bout
pour le retour physique
du president d6mo-
cratiquement Olu Jean
Bertrand Aristide. Cette
declaration de Bazin a Wt6 .... ...


salute par un tonnerre


Marc Bazin a etc presented dimanche aux partisans
de Fanmi Lavalas lors d'un rally chaleureux a la
Fondation Aristide photo Haiti en Marche


d'applaudissements.
"Mwen menm ak Aristide, nou se pwason kraze
nan bouyon" a poursuivi un Marc Bazin d6contract6. La
salle 6tait d6cor6e avec des banderoles et des photos de
l'ancien president Aristide, avec une seule photo de Marc
Bazin au centre de quatre
Posters giants de Jean-


Bertrand Aristide.


"Angajman pou la vi miy6", se trouvait au Cap-Haitien.
Le titre de son programme est : Ayiti en avan !
Dans son discours, le candidat a expliqu6 les objectifs,
les raisons qui l'ont port presenter sa candidature:
Le r6tablissement de la souverainet6 du pays, pour ne
pas assassiner Dessalines une deuxibme fois et la defense
des int6r&ts de la population. Au Cap-Haitien, la campagne
s'est ouverte a l'angle du Centre Boulevard et de la Rue 5


L Evans Paul de l'Alyans
Le candidat
Rigaud Duplan, quant lui, A. On pouvait estimer la foule a quelque 8.000 personnes
inaugurait sa campagne sur portant maillot et casquette 5 l'effigie du candidat Evans
la "Place Miel", 'une des Paul, et agitant des petits drapeaux frapp6s aussi de la photo
4 places se trouvant a du candidat. Autres engagements pris: respecter les
4 places se trouvant au
carrefour de l'aroport. Le institutions, combattre l'impunit6 et lutter contre la
candidat pour le parti corruption. Beaucoup de gens avaent &t6 mobilis6s, et sur
Justice pour la Paix et le les voitures 6taient coll6es les photos du candidat. 32
D6veloppement National journalistes de la capitale et du reste du pays avaient Wt6
(JPDN) arborait une mine invites a couvrir la manifestation. Evans Paul a choisi de
lancer sa campagne au Cap -Haitien parce qu'il est
triomphale et a prononce un
discours dans lequel il a t originaire du Nord et ensuite parce que le 8 octobre ramene
question de changements la mort de Henry Christophe.
question de changements B
opera dans 1onomie, Ct s6curit6, tout s'est bien passe. La PNH et les
opdrer dans l'6conomie,
din-vestissements, tout en forces de la MINUSTAH 6taient sur place et aucun incident
d'in-vestissements, tout en
se f6licitant de son long n'a t enregistr6.
parcours dans admi- Deux avions de Caribinter avaient Wte affretrs pour le
parcours dans l'admi-
(voir 8 Octobre / 7)






SPat Plus Bakery, Inc
SNatural Juice
1136 W 2nd A wtv

Wal 35-756395 iw


LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA MIAM



Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids, which can be
obtained through the Department of Procurement Management (DPM), from our
Website: www.miamidade.gov/dpm. Vendors may choose to download the bid
package(s), free of charge, from our Website under "Solicitations Online". Internet
access is available at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended
that vendors visit our Website on a weekly basis to view newly posted solicitations,
addendums, revised bid opening dates and other information that may be subject to
change.

Interested parties may also visit or call:

Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00
handling charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package
through the United States Postal Service.


These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County
Ordinance No. 98-106.







REYINYON PIBLIK
Asanble Gouvenan Oganizasyon Planifikasyon Metwopoliten lan (MPO) pou Z6n iben Miami an
pral fe yon reyinyon piblik jou Jedi 17 novanm 2005 a 2:00e lapremidinan Sal Konferans
Komisyone Konte yo nan Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, Miami, Florida.
Asanble Gouvenan pral konsidere amannman sa a, ki dekri pi ba la a, pou ane fiskal FY 2006 lan
nan Pwogram Amelyorasyon Transp6tasyon):
a. Pwoje Roule- Devan yo
Amannman sa a pral ajoute de faz pwoje nan TIP 2006 la ki te deja sou ore pou TIP 2005 la pou
otorizasyon nan Ane Fiskal Eta a ki te fini nan 30 jen 2005. Pwoje sa yo enkli nan TIP aktyel ane
fiskal FY 2006-2010 lan. K6m faz sa yo pat gen obligasyon pou dat 30 jen 2005 lan, yo te oblije
woule yo pou pi devan nan nouvo ane fiskal Eta a 2005/2006 la.
Tout moun ki enterese yo envite vini patisipe. Pou kopi TIP lan ak/oubyen plis enf6masyon, tanpri
kontakte Sekretarya MPO nan Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, Suite 910, Miami,
Florida 33128, telef6n: (305) 375-4507; imel: mpo@miamidade.gov ; sitweb: www.co.miami-
dade.fl.us/mpo. Se regleman Konte Miami-Dade pou li swiv tout ekzijans nesese depoze dapre
Iwa pou enfim ki rele "Americans with Disability Act." Pou jwenn sevis yon
entepret lang siyal ak men pou moun soud, tanpri rele omwens senkjou davans. MIAMI-DE


I* WW-m






Mercredi 12 Octobre 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 37


Page 7


I ASSISTANCE ELECTORALE


"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available.from Commercial News.Providers"












8 Octobre: lancement de la campagne


(suite de la page 6)
transport des journalistes Les membres de la d6l1gation
avaient Wte transports a bord d'autres avions ou par la
route. Un diner a Wte organism pour les journalistes a l'h6tel
Montjoli, auquel ont pris part aussi plusieurs citoyens
dominicains.
Evans Paul a promis de baser son pouvoir sur
1'honnetet6, l'6thique, l'int6grit6 et la competence.
Les diverses d6l1gations ont pris la route du retour le
lendemain dimanche.
Les divers candidats de 1'Alyans aux postes de
s6nateurs et de d6put6s ont Wte pr6sent6s a l'assistance.
Le candidat Leslie Manigat ouvrait sa campagne a la
Croix des Bouquets en presence d'un public imposant et
avec dans le rl1e de MC son spouse, la candidate au Senat
Mirlande Manigat.
Charlito Baker a choisi la Place JMr6mie pour le
lancement de sa campagne. Monte sur un char g6ant
diffusant une musique entrainante qui faisait trembler les


murs des maisons, le candidat Charlito" a traverse les
rues du centre-ville.
Des bandes a pieds l'attendaient sur la Place JKr6mie
ou il s'est adress6 a la population, promettant de r6tablir
l'ordre et la s6curit6 dans tout le pays.
Franck Romain s'6tait rendu a La Saline, ou il s'est
heurt6 a des groupes menacants qui l'ont poursuivi jusqu'a
l'6glise Notre Dame du Perp6tuel Secours au haut du Bel-
air. Le candidat serait rest un bout de temps bloqu6 dans
l'6glise, et on a dfi faire venir la Minustah pour len d6gager.
Le candidat Dany Toussaint a lance sa campagne
dans le quartier r6put6 chaud de Solino.
Enfin samedi, Samir Mourra a march de Delmas a
P6tion Ville a pieds, depuis le carrefour de l'Aroport.
Entour6 d'une foule de partisans portant des maillots a son
effigie, il est arrive parcourir plusieurs kilombtres.
Samir Mourra restera-t-il candidat? Ce dimanche, des
rumeurs circulaient selon lesquelles le parti de Samir
Mourra pourrait faire alliance avec l'Alyans de Evans Paul.


ETUDES UNIVERSITAIRES
EN REPUBLIQUE DOMINICAINE

LA CASA INTERNACIONAL

Vous invite a etudier a la

UNIVERSIDAD CATOLICA TECNOLOGICA DEL CIBAO
(ucateci) a La Vega,

Republique Dominicaine

LA CASA INTERNACIONAL
Style Campus Universitaire;
Ambiance de Famille; Service Internet
pour recherches; Pension Complete

Etudiez a UCATECI;

Logez a La CASA INTERNACIONAL


Sessions acad6miques : Septembre, Janvier, Mai

INFORMATIONS
Republique Dominicaine : (809) 454-0555/(809) 573-5629
Etats-Unis : (781) 322-4463
Haiti: (509) 245-3708
E-mail: camsv78(ahotmail.com
UCATECI La Universidad que Exige Nuestro Tiempo"
Tels. : (809) 573-1020 Ext. 235
www.ucateci.edu.do


ERW FINANCIAL

GROUP
Licensed Mortgage Brokers and Lenders

Eske ou janm mande tet ou
Eske mwen ta kapab viv sa yo rele Rev Amerikin-an?
Kite ERW Financial ede ou fR rev sa-a vin-n on reyalite.
ESTIMASYON GRATIS AK REKLAM SA-A!
(yap ba ou kredi 1 ou fR closing la)
Yap prete ou kbb menm si ou gen move
kredi oswa ou san kredi.
Ou pa bezwen peye pou fR aplikasyon!
Nou pap verifye salk-ou oswa sa ou posede!
Nou ofri pi bon inter& ak anpil 16t chwa!
Nou afilye ak pi bon institisyon ki prete lajan!
Washington Mutual, Bank of America, Countrywide,
Wells Fargo
Ak anpil 16t ank6
Rele nou jody-a e ouap gen kay ou demin!
305 865-6588
305 865- 6510

www.erwfinancial.com

UNION PLANTERS BUILDING
3550 Biscayne Blvd Suite # 407
Miami, Florida 33137


- *







ACTUALITE ELECTIONS


Mercredi 12 Octobre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 37


La double nationality n'est pas

l'affaire des seuls politiciens


Zanmi nou yo nan

Biwo Jesyon Fatra

Miami-Dade vie di nou

MESI!

MESI deske w ede nou netwaye katye nou yo
apre Sikl6n Katrina le pli vit ke posib

MESI pou pasyans nou pandan ke nap kontinye
ranmase res debri nan z6n kote genyen
debri yo toujou

Nan set semen depi Sikl6n Katrina, nou deja ran-
mase de milyon yad kibik debri kat fwa sa ke nou
ranmase dabitid pandan yon ane! Nan seten z6n,
debri yo fin ranmase konpl6tman. Nan de 16t z6n,
rete travay ki pou f6t, epitou nap travay sou sa pou
nou ranmase sak rete yo.

Men kouman w kapab ede: Pou nou kapab kon-
santre sou ranmasaj debri sikl6n lan epi remete tout
sevis yo sou pye le pli vit ke posib, sevis n6mal ran-
masaj gwo pyes dech6 yo ap kanpe jiska nouv6l 6d.
Tanpri pa mete ankenn debri danjre oswa
ankenn debri ki pa f6t pa siklon lan deyo devan
lakay w. Nou pap ranmase li, epitou lap jis f6 katye
lakay w an part 16d nan je w ak nan je vwazen w
yo. M6zal6, sonje ke wap kapab kontinye mete fatra
ki kapab rantre nan bin fatra w la ke nap kontinye
ranmase jan nou abitye fW'l n6malman de fwa pa
semen epitou w kapab pote tout 16t fatra ak
debri yo nan sant Fatra ak Resiklaj ki pi pre lakay
w apati de 76 dimaten jiska 56 edmi lapremidi,
set jou sou set:



Sant Fatra ak Resiklaj Katye Yo

North Dade Norwood
21500 NW 47 Avenue 19901 NW 7 Avenue

Palm Springs North West Little River
7870 NW 178 Street 1830 NW 79 Street

Golden Glades Sunset Kendall
140 NW 160 Street 8000 SW 107 Avenue

Snapper Creek Richmond Heights
2200 SW 117 Avenue 14050 Boggs Drive

Chapman Field Eureka Drive
13600 SW 60 Avenue 9401 SW 184 Street

West Perrine Moody Drive
16651 SW 107 Ave 12970 SW 268 Street
South Miami Heights
20800 SW 117 Court


MIAMIDAD


divrri3 Fryce c every 25e


EDITORIAL
PORT-AU-PRINCE, 6 Octobre -
La question de la double nationality doit
aller plus loin que le simple d6bat electoral,
si l'on ne veut pas continuer a approfondir
le foss6 entre les haYtiens, les divisions qui
font tant de mal a notre pays.
N'oublions pas que nous sommes
un seul et meme peuple, et qu'il n'y a pas
un peuple haitien am6ricain, un peuple
franco-haitien, un peuple canadien haitien,
un peuple dominico-haitien, et que lorsque
nous utilisons ces vocables c'est une pure
question de forme.
Alors que meme des peuples
d'origines diff6rentes ont su se fondre en
un seul peuple. Sans parler des Suisses, des
Belges et des Canadiens, les chinois ont su
absorber leurs envahisseurs mongols, tout
comme les romains les Goths et les
Visigoths.
D'un c6t6 il y a les articles de la
Constitution qui continuent a traiter
l'haitien 6migr6 de la meme facon que sous
la dictature Duvalier qui l'avait forc6 fuir
son pays ...
De l'autre c6t6 il y a une decision
du conseil electoral provisoire (CEP)
d'utiliser ces articles dans une perspective
de deux poids et de deux mesures dans le
but de reconduire au pouvoir les tombeurs
d'Aristide et de barrer la route a tous les
autres ...
Done d'appliquer ces articles anti-
diaspora (oui anti-diaspora) uniquement a
l'encontre de ceux qui n'avaient pas
particip6 activement a la chute d'Aristide.
Mais en le faisant, en d6cidant
ainsi de contourner la Constitution, voire
de la prostituer, le CEP ne fait que
compliquer la question, comme on est en
train de le voir.
Cependant, si on continue sur cette


pente, nous allons cr6er de toutes pieces,
de manibre totalement artificielle, une
brutale separation entre haitiens soi-disant
d'origine, et haitiens soi-disant moins
haitiens parce que ayant dfi prendre une
nationality etrangbre.
Parce que nous savons
parfaitement que cela ne fait aucune
difference ...
Parce qu'il est difficile de trouver
aujourd'hui en Haiti meme une seule
famille ne comprenant pas des membres nds
en terre 6trangbre, et cela dans quelque
classe sociale que ce soit ...
Parce que nous faisons semblant
d'ignorer que c'est surtout dans le peuple,
dans la masse qu'il y a aujourd'hui le plus
d'haitiens ayant pris une nationality
6trangbre. Oui, ils sont dix fois plus
nombreux a Cit6 Soleil qu'5 Morne
Calvaire.
N'avez-vous jamais essay de
donner un coup de main aux nombreux
passagers de American Airlines qui ne
savent ni lire ni 6crire et qui partant sont
dans l'impossibilit6 de remplir leur fiche
de d6barquement.
Plus de 90% des ressortissants
haitiens qui ont 6migr6 en Floride a partir
des anndes 70 et 80, et qui a la
(voir Nationalit6 / 17)


LISEZ
Problematique de la
question de Sante
en Haiti
Page 12


-.

"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


.H -'mlft & -A.M&


Page 8





Mercredi 12 Octobre 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 37


S NUMBER ONE !


U U


Pour les responsables de la Soci6te du Rhum Barbancourt, le plus important restait a faire: exprimer leur reconnaissance aux joueurs.
C' est ainsi que le vendredi 30 septembre, se tenait dans les installations de Barbancourt en Plaine, une veritable fete de famille qui
reunissait outre MM. Thierry Gardere, PDG de la Societe et William Eliacin, Directeur Administratif et Financier, les 250 employes de 1'
usine. Au cours de cette rencontre des plus conviviales, des certificats et des primes ont ete remis aux 23 membres de 1' 6quipe, sous 1' oeil
rejoui de leur entraineur, Marion Leandre qu' accompagnait son spouse.
Tour A tour, ont pris la parole pour fdliciter les Stars du jour : William Eliacin, Thierry GardOre, le chef du Personnel de la soci6t6 Lesly
Anglade, l'entraineur de 1' Equipe Marion Leandre, le Capitaine Jean Joseph Calixte, 1' assistant-coach Marc Clermont et Jean Dominique
Denis, un employ de Barbancourt.



'


Page 9


14 as t ..pa ue id.. stontetidedie n auat elexlot e a ocee u hu Brbncur qi uoud'hu srtviloies
I d cttecopittin sorivegrce u aleta 1enhoulame t ladeermnaiondesa eue iuie






Mercredi 12 Octobre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 37


Page 10


ARTS ET CULTURE


MORT DU PEINTRE ANDRE PIERRE

La chute d'un Mapou
Le grand peintre de renommde internationale institutions du secteur culturel, tels que Fondation
Andr6 Pierre n'est plus. Andr6 Pierre est mort Culture et Cr6ation et FOKAL, une journe Andr6 Pierre
tranquillement dans sa petite maison de la Croix des 5 laquelle l'artiste 6tait present. Le film d'Arnold Antonin
Bouquets, le Mardi 4 octobre. Il avait 91 ans. sur Andr6 Pierre avait 6td project en divers lieux et
certains tableaux de l'artiste avaient 6td exposes.
Andr6 PIERRE s'6tait mis 5 peindre 5 l'Age de
46 ans et trbs vite avait su retenir l'attenton des
colectionneurs du monde entier.
C'est ainsi que ses oeuvre se trouvent dans les
plus grands muses du monde et font partie des
collections des grands amateurs d'art.
Nd en 1916 a Port-au-Prince, Andr6 Pierre a
d'abord 6td un simple paysan avant de devenir un fervent
du vaudou. Introduit au Centre d'Art vers les anndes
1940 par le cindaste Maya Deren, qui avait eu la chance
d'Utre introduit dans son temple et d'y admirer les
peintures murales r6alis6es par l'artiste, il a grimp6 les
echelons et est devenu en un temps record une
personnalit6 respected dans le domaine de la peinture.
En 1996, Andr6 Pierre obtenait la M6daille d'Or
5 la Cinquibme Biennale du V&n&zudla. Ses tableaux
sont inclus dans la Collection permanente du Davenport
Museum de Iowa, au Milwaukee Museum of Art, au
Wadsworth Atheneum de Hartford dans le Connecticut
et au Ramapo College de Malwah dans le New Jersey.
Ses oeuvres sont reproduites dans de nombreux
livres d'art ( Art NaYf, Art Vodou (1988), Where Art is
Joy ( Rodman 1988), Island on Fire ( Demme 1997) et
Dialogue du R661 et de l'Imaginaire (1990) .
L'artiste Andr6 Pierre a eu une relation de 20
ans avec le ndgociant d'oeuvres d'art Issa el Saieh et se
rendait chaque jour t6t le matin 5 l'atelier d'Issa pour y
peindre.


Andre Pierre
Andr6 Pierre souffrait de diabbte, ce qui
l'avait rendu aveugle. II 6tait trbs affaibli ces dernibres
anndes. Cependant sa grande soif de vivre 6tait rest6e
intacte et son caractbre enjoud faisait les d6lices de son
entourage.
Andr6 Pierre avait b6ndficid d'un hommage
special du Ministere de la Culture, le 5 aofit dernier,
qui avait organism conjointement avec d'autres


Ce qui l'a rendu c6dbre, c'est autant son oeuvre
que sa personnalit6, celle d'un Houngan h6ritier spirituel
du l1gendaire Hector Hyppolite. Les collectionneurs et
les journalistes du monde entier tenaient a venir lui
rendre visite dans sa modeste petite maison ou il aimait
a peindre les dieux du pantheon vaudou a la lumibre de
sa lampe a kerosene. Souvent ses visiteurs apportaient
avec eux une bouteille de rhum qu'il ouvrait sans jamais
oublier de verser les trois gouttes sur le sol: Pour le
(voir Arts / 17)


mq a& b H mAs


S"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


I I








LIBERTE DE LA PRESSE I


Mercredi 12 Octobre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 37


- -- - amr-


- o -


Copyrighted Material



Syndicated Content- '.


Available from Commercial News Providers"


- 4w


.,m o O emn -


a -


* ft- f-------


S dmb


- w -)


O -Ug o
-r r


- 0


- 0. b ON- .


LIBRE PENSEE

Les candidats promettent, mais que veut


La society haitienne vit un ras-le- 1
bol gnral. Toutes les s classes sociales a
confondues se plaignent a quelque nuance pres, des
memes manquements : black-out, la vi-che, ch6mage,
p6nurie d'eau ou de t6l6phone, routes d6foncees ou
inexistantes, fatras, peye tax san jwen sevis, lekol b6let,
impunity et injustice. Le dernier de ce interminable liste :
l'ins6curit6 !
Il s'agit de problems courants qui existent
depuis 50 ans, voire 2 sicles, sans avoir eu de solutions
v6ritables, sinon que pour certains des mesures de
replatrage et d'op6rations cosm6tiques. Le danger est qui
s'accumulent dans notre vie de peuple jusqu'5 former un
labyrinthe dans un plat de spaghettis. Tel pour 6teindre
un incendie menacant un quartier, il faudrait non
seulement de l'eau, mais avant cela des recipients, et
surtout des bras qui traduisent la volont6 des riverains
d'y faire face rapidement. Tout ceci pour dire qu'un
problem en Haiti, n'estjamais seul. Il est ent6 a d'autres
tout aussi pressants et formant un cortege de pr6 requis.
Aussi, clament les pessimistes, ce n'est pas demain la
veille qu'on verra le bout du tunnel !
Et si nous arretions ces j6r6miades et la tendance
aux constats st6riles, pour poser des actions plus positives
et b6ndfiques pour nous ?
Nous vivons une p6riode de fievre dlectorale
dans laquelle les candidats promettent" lalin pou fromaj ".
Quoi de plus normal!
L'anormalit6 est que la soci6td, elle, ne demande
rien, comme quoi elle n'aurait besoin de rien !!!!!


on hienne ressources et prcarit6 obligeront! Ainsi,
nation X Iai ienne commencerait pour la society le


Nous, Haitiens-nnes d'ici et d'ailleurs, des mornes
et des villes, que voulons-nous ? Pour nous, nos enfants
notre famille, nos amis, notre pays, notre avenir de peuple ?
Il y a fort a parier que ces questions laisseraient
beaucoup de gens pantois, comme surpris par le revirement
du processus.
A-t-on jamais entendu des propositions
construites et cons6quentes venant du corps social et qui
d6passent le seuil des revendications chim6riques pour
s'imposer a une 6quipe gouvernementale ?
Et dirions-nous : qu'est-ce qui a donn6 force et
16gitimit6 a la Constitution sinon le r6f6rendum citoyen !
Car en ce qui nous concerne, l'exercice est
nouveau. C'est un 6tat d'esprit positif qui demande qu'on
sacrifie le moment present pour construire l'avenir, qu'on
mette en arriere-plan les intrets personnels imm6diats pour
penser et poser des actions qui garantiront un mieux-etre
collectif au non de l'intret g6ndral.
C'est aussi un bel apprentissage de la resolution
de conflits d'intrets et de la n6gociation. Car, les memes
problems qui affectent indiff6remment toutes les classes
sociales, groupes et individus, ne sont pas envisages cot6
solution de la meme maniere, ni moins la facon de les
concrdtiser.
Que voulons nous done ? Comment et quand le
voulons-nous ?
Voil5 done un nouvel exercice sur lequel devrait
se pencher hommes et femmes avec le souci de n6gocier
les priorit6s. R6alisme oblige, puisque manque de


r6apprentissage d'un coude a coude pour le bien etre
collectif, mettant une sourdine aux clivages, les querelles
de chapelle, le laxisme des uns et l'attentisme d'un os a
croquer pour d'autres.
Mais pourquoi faire cela maintenant, objecte un
petit malin. N'avons-nous pas assez de projets, plans et
documents qui croupissent dans les tiroirs de l'Etat ?
Attendez. J'y arrive. J'opine que c'est le moment
pour le corps social de travailler sur un cahier de charges
a presenter formellement au prochain dlu de la chaise
bourrde et son gouvernement ainsi qu'aux autorit6s locales
et leurs collaborateurs.
A d6faut d'une proposition de plan national de
d6veloppement dconomique et social sur 15-20 ans, ce
sera un moyen de consacrer l'engagement des mandataires
vis-a-vis de la nation, sans avoir a s'inventer des mandats
pour masquer incompetence et corruption. A dfaut d'une
Cour des Comptes efficace, ce sera pour la soci6td un outil
d'6valuation de la gestion publique afin d'en finir avec
des fins de regne sans reddition de comptes, ni passation
de dossiers. Gageons que l'administration publique autant
que la kyrielle d'op6rateurs priv6s (ONG, associations)
gagneront plusieurs galons en matiere de continuity dans
leurs actions.
Car, trop souvent on oublie qu'Haiti n'est plus
un gateau a partager entre pairs, mais un bonbon sirop
brfil presque indigeste !

Ayisyen, Ayisyen jwet pou nou !!!!!!!!


SNM I ii M tim : I
,nIril __ .__ p..i ,m


a- EW -


4- -On- d -


.-Copyrighted Material


-- Syndicated Content- -


-
. S -


Available from Commercial News Providers"


- rr rI I w

- ~ -


_- .41 -


- I


-


- =


- . -r


or ~ -


Page 11


nm m as me dppm


o -
- 0 ~ *


- -t C' "


-4 .


HAITI EN MARCHE
SORT LE MERCREDI


I I


'low b g


- -w -9.


i


Ilrrr I r,


a 4b .


r
I ~


O 0 Q


c

rr r
r, ,I


- . d


o







Mercredi 12 Octobre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 37


Page 12


SANTE & POPULATION


Probl6matique de la question de Sante en Haiti


PISTES DE REFLEXIONS POUR UNE AMELIORATION DE LA SITUATION

DEUXIEME PARTIE : MESURES SUSCEPTIBLES D'ETRE ENVISAGEES


Dans la premiere partie de notre travail parue dans les
colonnes du quotidien Le Nouvelliste [1] et dans celles de
l'hebdomadaire Haiti en Marche [2], nous avons dressed un
tableau sombre de 1'etat de sante global de la population haitienne
et du niveau deplorable des services de sante et de soins qui lui
sont offerts par les pouvoirs publics.
Devant ce constat accablant et catastrophique, devant
ce diagnostic impitoyable, une question et une seule se pose
d'emblee : y-a-t-il encore moyen de redresser la situation ? Que
faire pour amener a un niveau plus acceptable 1'etat de sante
global de la population haitienne ? Comment redresser la
performance et l'efficience de l'ensemble des institutions de sante
et de soins du pays ? La situation est-elle irremediablement
compromise ou y-a-t-il encore quelqu'espoir ?
Ces questions nous interpellent tous- hommes
politiques aspirant a prendre le pouvoir et a conduire les destinies
de la nation, membres du pouvoir executif ayant la charge de
l'action gouvernementale, futurs parlementaires, membres du
personnel de sante haitien, membres des associations socio-
professionnelles et notamment de l'Association Medicale
Haitienne (AMH), membres du secteur prive des affaires et plus
largement membres de la Societe Civile, intellectuels,
universitaires, simples citoyens, bref tout haitien...
Pour notre part, nous voulons rester optimiste et nous
croyons qu'en depit de la situation socio-economique
extremement degradee du pays, il y a moyen quand meme de
s'attaquer avec un peu plus d'efficience aux problemes de sante
de la population et d'y apporter quelqu'amelioration ; ce d'autant
plus qu'il ne s'agit pas tant d'une affaire de gros sous que de
volonte politique, de vision et de programmes. Cet optimisme,
d'un certain point de vue a ete renforce par la lecture d'un article
paru recemment dans le Devoir, journal montrealais, sous la
plume de Gil COURTEMANCHE, repris par Haiti en Marche
[3], article par ailleurs tres severe pour nous autres haitiens et
dans lequel son auteur ecrit: Le Mali est encore plus pauvre
que la perle des Antilles. Son PIB par habitant est de 750 $, celui
de Haiti, de 1500 $, le taux d'analphabetisme est de 90%,
comparativement 5 50% en Haiti...'Etpourtantje choisirais de
vivre i Bamako plutot qu'i' Port-au-Prince.'Les h6pitaux sont
pauvres mais ils fonctionnent... ". Pourquoi done les haitiens
ne pourraient-ils pas faire ce que les maliens ont realise ?
Nous n'avons pas la pretention de presenter ici un
catalogue de mesures, d'actions gouvernementales, encore moins
un programme de gouvernement pour le secteur de la sante. Ceci
est du ressort des partis politiques qui aspirent a prendre
prochainement le pouvoir. Les idees que nous developpons ici
se veulent plut6t des pistes, des axes de discussions centres sur
les different aspects de la problematique abordes dans la
premiere partie du travail et susceptibles d'y apporter des
responses concretes. Ces pistes de solutions sont issues d'une
longue reflexion initice, avec d'autres collogues du Ministere de
la Sante et de la Population (MSPP), a l'epoque ou nous etions
le titulaire de ce ministere.


C a r t e

International calls from Haiti are only 5 Gourdes per minute

That's the same price as local calls in Haiti!
Anyone in Haiti with a Comcel No Limit Plus or Carte Blanche VIP Plus c
can call you whenever, wherever in the USA, Canada and other listed count
for 5 Gourdes per minute.


All you have to do is call the Comcel Customer Care at
1-888-426-6235 (1-888-4COMCEL)
to find out more about this service or to learn different ways to send
these cards to people you love, to people you want to talk to in Haiti.


USA -Canada
Europe Argentina Bahamas Brasil
Chile* Colombia Venezuela Dominican Republic


(ComC


Toward ixedlephones only. A o u b *
S*A13 ourdes tai will be aplled to the first minute.


Par Dr. Rudolphe Malebranche


AXE I. NECESSITE DES ETATS GENERAUX DE
TE ET D'UN PROGRAMME D'ACTIONS
RNEMENTALES AU LONG COURS
1 serait naif de croire que le prochain gouvernement,
lieux intentionne, meme le plus competent, meme le
nu par la comunaute internationale, pourra ameliorer
dat et de facon spectaculaire 1'etat de sante global de
on haitienne. Il nous faudra au moins 25 a 30 ans pour
tsortir du tunnel, a condition d'en jeter les bases d&s
t et d'avoir un plan d'action echelonne au moins sur
temps, programme que les different partis politiques
aient solennellement a suivre si un jour ils accedaient
. Nous avons applaudi recemment a la signature par la
partis politiques, certes sous 1'egide de la communaute
nale et en guise de concretisation de l'accord de
Sd'un document intitule Convention des partis
" et qui semble &tre B la fois, selon la presentation qui
aite, un code de deontologie politique et un pacte de
bilite. Dans le mrme ordre d'idees, au vu de la
de la question de sante, il serait de la plus haute
Sque soit elabore un plan d'action gouvernemental
5 30 prochaines annees avec un echeancier periodique
tes de plans biennaux par exemple) que tous les partis
s'engageraient, par la signature d'une Convention
elioration de la Sante de la Population Haitienne ",
nter s'ils accedaient au pouvoir. Comment concevoir
e la realisation de ces etats generaux de la sante et
on de cette convention ?
11 s'agirait d'une initiative a prendre soit par l'actuel
e la sante et de la population, soit mieux par le prochain
Sministere d&s son installation. A l'ouverture officielle
ux devant aboutir 5 la finalisation du texte de la
i, il serait souhaitable que les principaux chefs de partis
et leurs staffs soient presents de facon a marquer, sans
aucune, leur pleine adhesion a l'idee. Il serait alors
ed une commission nationale composee de :
cadres du MSPP en exercice,
membres des partis politiques ayant, dans la mesure
du possible, une competence dans les questions de
sante,
membres representant 1'AMH et l'Association des
Medecins et Professionnels de Sante Publique,
professionnels d'horizons divers ayant une competence
particuliere en matiere de planification, de genie,
devaluation des cofts....
representants des grandes organisations internationales
comme les Organisations Panamericaine et Mondiale
de la Sante (OPS/OMS), le Fond des Nations-Unies
pour l'Enfance (UNICEF)...,
representants des ONG ceuvrant dans le domaine de
la sante,
representants de la society civile
et personnes ressources
d'horizons divers...
Cette commission aurait
pour mandat essentiellement, dans un
delai n'excedantpas quatre a six mois,
d'elaborer le programme d'actions
gourvernementales et de finaliser le
texte de la Convention qui serait
ensuite signed par tous les partis
politiques impliques dans une telle
demarche.
Quel pourrait tre le contenu
d'un tel programme ? Sans rentrer
dans les details et sans pretendre &tre
exhaustif, disons qu'il devrait prendre
en compte :
en ce qui concerne le volet de
la prevention,
des interventions sur certains
determinants essentiels de la
sante, interessant de facon
transversale d'autres ministries
que le MSPP, telles un
programme de latrinisation
continu sur une period de dix
ans, voire plus, par exemple
(avec un echeancier de
constructions annuel) visant a
ce que l'ensemble de la
population haitienne puisse
disposer, au bout de ce laps de
temps, de latrines convenables
et fonctionnelles; telles un
1 programme,etale sur une
e! period d'une quinzaine
d'annees, d'adduction
communautaire (robinets,
card fontaines...publics) d'eau
tries* potable selon le module du
projet Pochep (adduction d'eau
par gravitation) finance pendant
des annees par la Banque Inter-
Americaine de Developpement
(BID) chaque fois que les
conditions geographiques s'y
Spretent- ou ailleurs selon
d'autres modules (puits...) ;
programme visant a la
distribution d'eau potable a
l'ensemble de la population
haitienne quelque soit sa zone
Sd'habitat. Si de tels
E programmes etaient menes a
esit&/ terme et couronnes de succes,
il ne fait aucun doute qu'ils
auraient deja un impact non
negligeable sur la sante de la


population par la reduction significative des pathologies
liees a l'eau et du peril fecal qu'ils entraineraient;
une strategie de vaccination continue, permanente de
l'ensemble des enfants haitiens, comportant non seulement
des campagnes de vaccination de masse mais egalement
une politique de vaccination systematique et complete de
chaque nouveau-ne, ce qui suppose evidemment une grande
campagne, soutenue au long cours, d'information-
education- conscientisation (IEC). Bien entendu ce
programme axe sur la vaccination devrait &tre planifie sur
un assez long terme, compte tenu des ressources limitees
de 1'etat haitien, avec adoption par exemple d'une strategie
par region ou department. Il est a souligner que c'est le
genre de programmes que les bailleurs accepteraient
certainement de financer ;
le retour du corps des officiers sanitaires, point que nous ne
pouvons malheureusement pas developer ici;
en ce qui concernne le volet curatif
l'amelioration substantielle du fonctionnement des
institutions de sante et de soins ;
la definition d'une nouvelle politique de recrutement et de
formation du personnel de sante, adaptee e la reality actuelle
du pays tous points essentiels sur lesquels nous reviendrons
en detail.
La signature d'une telle convention aurait l'avantage
de:
mettre tout futur gouvernement dans une situation
confortable pour negocier la participation financiere des
bailleurs internationaux a un tel programme et pour mettre
fin a cette pratique contre-productive qui veut que chacun
d'entre eux vienne avec son programme ou son fragment
de programme, concocted dans ses officines par des
consultants nationaux et/ou internationaux, avec mme
parfois des structures s'apparentant a un veritable minister
parallele !!!;
mettre fin a une pratique trop souvent utilisee chez nous et
extremement prejudiciable qui veut que le ministre entrant
parfois au sein du meme gouvernement gomme certains
programmes en cours ou pire fasse table rase de tout ce qui
avait ete initie par le ministre sortant.
Une question fondamentale demeure, qui conditionne
tout et B laquelle nous n'avons malheureusement pas de response :
nos partis politiques sauront-ils pour une fois mettre de c6te,
contrairement a ce a quoi ils nous ont habitues jusqu'ici, leurs
inter&ts mesquins et prendre en compte les besoins essentiels de
l'ensemble de la population ?

AXE II. AMELIORER LE FONCTIONNEMENT
DE L'EXISTANT D'ABORD
Envisager dans l'immediat ou dans un avenir pas trop
lointain, comme le promettent certains candidats ou comme le
reclament parfois certains parlementaires, de doter chaque section
communale d'un dispensaire ou d'un centre de sante est pure
demagogie. Alors que le MSPP n'estpas en mesrure actuellement
de faire fonctionner de facon efficiente la plupart de ses
institutions de sante, une telle politique aboutirait plut6t a
1'erection de coquilles vides supplementaires, ce qui
evidemment n'apporterait aucun benefice reel a la population.
La priority ici est d'abord de remettre en etat de fonctionnement
les institutions existantes, ce qui suppose :
8 une action importante sur les locaux memes, vu l'etat
de delabrement avance de la plupart d'entre eux ;
8 la mise en place d'un minimum d'equipement, de
materiel medical;
8 la mise a la disposition de ces institutions d'un
minimum de medicaments, d'ob l'imperieuse
necessity de relancer le programme de dep6ts
peripheriques de medicaments essentiels dans les
differentes regions du pays, apres une reflexion
approfondie sur une politique viable de recouvrement
des cofts ;
8 la mise a leur disposition aussi d'un budget de
fonctionnement adequat;
8 le renforcement et/ou le recrutement d'un personnel
de sante en quantity et quality adequates.
Autant dire que le MSPP n'a pas et n'aura pas pour
longtemps encore les ressources financieres necessaires a une
telle entreprise. La cooperation internationale reste done
indispensable, de meme qu'une participation financiere de la
population aux frais occasionnes par les soins dont elle aura
beneficier. (voir Sante / 14)


MOO&UA. US

Ofgk m~- I. Am


*corporat e OUR VEHICLES
funct ions *EXECUTIVE SEDANS
*Air port Service *LUXARY LIMOUSINE UP
*Social Events TO 10 PASSENGERS
*Weddings *sUv (HUMMER,
part ies EXCURSIONS)
*cit y tour
B r www.Megels.com


e a N ag [ I Iai




tegteMt 9


I






Page 13


Nos petites annonces classes I


Mercredi 12 Octobre 2005
HaYti en Marche Vol. XTX No. 37


Le Plaza H6tel
Telephone
509) 224-9305
509) 224-9307
509 224-9308
509) 224-9309
509 225-9310
509 510-4594
509 510-4595
(509) 510-0560
Fax
509 223-9282
e-mail
hiplaza@hotmail.com
hiplaza@acn2.net
website
www.leplazahaiti.com
Adresse
10, Rue Capois
Champs de Mars
Port-au-Prince, Haiti
P.O. Box 1429


____________________II______


Coiffeur
Etiquette Unisex
Barber & Beauty Salon
Jean Wood Julien
proprietaire
15455 West Dixie
Highway
Suite N & O
N Miami Beach, Fl 33162
Tel.: 305 940 9070
Charlemagne
Le Coiffeur
103 S.E. 2nd Street
Delray Beach
Tel.: 243-1039
Beeper: 524-0086


Points de Vente Haiti en Marche


~i~fD~-W


Miami Pompano Beach Orlando


M decins

Miami
Dr Henock Joseph
Obstetrique, Gynecologie
Accouchement
Operation pour fibrome
Family Planing
Ligature des trompes
Circoncision
Curetage
Tous les tests de
l'immigration
Toutes assurances acceptees
Carte Medicaid pour femmes
enceintes
5650 N.E. 2nd Avenue
Vertieres Shopping Center
Miami, Florida
301 751 6081
Port-au-Prince
Dr Camille Figaro
Sony
Gyn&cologue
Obst6trique
Chemin des Dalles # 234
Tel.: 509 245-6489
245-8930


Lucas Super Market
14750 N.E. 6th Avenue
305 940 9902

Maxisound
11854 West Dixie Highway
305 895 8006

B & L Supermarket &
Produce
12041 West Dixie Hgh.
305 893 0419

Eclipse Communication
9290 S. W. 150thAvenue
Suite 104
954 380 1616
Lil'Angel
Consignment Store
King's Meadow Shopping
Center
9965 S.W. 142nd Avenue
Miami, Florida 33186
T1l.: 305 385 1111


Danilos Restaurant
3760 N.E. 3rd Avenue
954 781 2646

Christephanie's
581 BC East
Sample Road
Pompano Beach, Fl 33064
T61.: 954 7812500

Delray Beach

Classic Teleco
203 S.E. 2nd Avenue
Delray Beach Fl 33183

Our Lady Bakery
102 S.E. end Avenue
Delray Beach, Fl 33444
561 272 3556
Abonnez-vous a
HaYti en Marche
221-0026


Un appel aux consciences !


N


Vous qui, par le pass, faisiez la fiert6 de la Caraibe et de
l'Am6rique.
Vous qui clamiez, haut et fort, d'etre la premiere
R6publique noire du monde, ayant acquis son
ind6pendance.
Une imd6pendance, qui, aujourd'hui, aboutit a ce triste
et sombre tableau expos au monde entier.

PEUPLE HAITIEN
Quand est-ce que vous cesserez de vous entre-tuer, de
vous entre-d6chirer, de vous entre-d6truire ?
Quand est-ce que votre maturity vous rendra-t-elle
accessible a votre propre prise en charge ?
Quand est-ce que vous effacerez ce sombre tableau
d'horreurs, de domination et d'occupation ?
Quand est-ce que votre histoire cessera-t-elle d'enregistrer
des 6venements et des dates st6riles ?

A RAPPELER:
1804
"Koupe tet boule kay", c'6tait pour vous lib6rer du jong
de l'esclavage des Francais.
1915 Vous avez connu les souillures d'une premiere
occupation am6ricaine.
1986 La fin du regime dictatorial duvalidriste.
1987 Votre massif d'une constitution, victime expiatoire
de flagrantes violations.
1990 Premieres elections libres et d6mocratiques
1991 Coup d'Etat sanglant contre le vote du peuple et
suspension des libert6s constitutionnelles.
1994 Retour a la d6mocratie ou a l'ordre constitutionnel
avec les bottes ferries.
2001 Elections Pr6sidentielles contest6es par des secteurs
traditionnels du pouvoir d'Etat et par les puissances
tu6laires d'Haiti.
er janviers 2004 Comm6moration dans le mdpris, la honte
et la violence du bicentenaire de l'ind6pendance.
29 F6vrier 2004 Coup d'Etat maquill6 contre le pouvoir
constitutionnel.
Toujours 2004 200ans d'ind6pendance,
d6pendance'"koupe tet boule kay", repression, execution
sommaire des pauvres damnds de la terre d'Haiti.


Pourtant, le bicentenaire de notre ind6pendance ne devrait-
il pas etre :
La fiert6 de tous les haitiens !
La fiert6 de tous les negres du monde !
La fiert6 de tous les blancs humanis6s et civilis6es !
L'ind6pendance nationale, en d6pit de la haine, du racisme
et des complots de toutes sortes, n'a- t-elle pas connu un
rayonnement indiscutable a travers le monde, exalt6e par
de nombreux hommes de culture ?
Victor Hugo n'a-t-il pas 6crit: "Votre ile magnifique et
douce, plait, a cette heure, aux ames libres. Elle vient de
donner un grand exemple, elle a bris6 le despotisme. Elle
nous aidera a briser l'esclavage, car la servitude, sous toutes
ses formes, disparaitra".
N'y a-t-il pas dans ce pays des traitres, des apatrides, des
anti-nationaux, qui, pour s'accaparer de la d6pouille de
notre chere Haiti, s'acharnent a entretenir la cruaut6,
l'injustice et le d6sespoir dans le coeur de ce vaillant peuple
issu de la vaillante 6pop6e de Vertieres ?
N'existe-t-il pas au sein de la bataille des masses populaire
haitiennes, des traitres, des vendeurs de patrie, des rendgats,
qui ont poignard6 ce pays, avili le reve du secteur paysan,
d6triut l'espoir de la classe ouvriere, qui pour jouir des
privileges socio-politiques et 6conomiques, 6tranglent des
freres, des camarades, des amis et donnent des accolades
aux ennemis !
Quand est-ce que vous, peuple haitien, cesserez d'alimenter
la haine, l'6goisme, la guerre, toujours de beaux pr6textes
pour l'occupant ?
Quand est-ce que vous 6viterez la souillure a ce sol, dont
vous vous dites le seul maitre ?
Quand est-ce que vous accepterez de communier dans
l'esprit des ancetres ? Dans nos rangs, point de traitres ?
Quand est-ce que vous retrouverez votre dignity, cette fiert6
qui vous gardera de qudmander le pain de la honte a
l'6tranger ?
Quand est-ce que vous finirez de former des fils forts et
prosperes pour l'autre bord ?
Quand est-ce que vous ouvrirez les oreilles et votre coeur
a la raison pour taire les vieilles querelles, les fausses
ambitions qui ternissent votre si glorieuse ind6pendance ?
Pourquoi ne faites-vous pas taire la voix des traitres, des
apatrides, des vautours de tous bords qui dilapident votre
precieux tr6sor : la liberty acquise au pnx de la sueur, de la


souffrance et du sang ?
Vous, les maitres, les chefs, quel honneur, quelle fiert6,
quelle gloire vous comble de dilapider ce sacro-saint
heritage l6gu6 par les ancetres !
Notre pass nous crie halte a nos betises, et nous exige
de cesser le carnage !
Non Mourir n'est pas beau dans ces conditions !
Nous tuons nos freres Nous d6truisons tous les facteurs
favorables a la croissance de la vie, pour le bonheur de
qui, pour d6fendre quoi ?
Toutes ces consultations, toutes ces questions interpellent
celles et ceux, qui, dans ce pays conservent encore un
tant soit peu de conscience.
Que faire pour relever les masses mis6rables de ce pays a
la dignity humaine ?
Les abattre comme des chiens enrag6s, refaire
l'exp6rience douloureuse du "Repartimientos", de
"l'esclavage et de la traite n6griere" !
L'histoire n'est-elle plus ce juge impartial qui condamne
sans remission tous ceux qui s'amusent a d6truire le genre
humain, a quelque race, religion, iddologie, nation, classe
sociale qu'il appartient ?
Nous sommes tous sur le meme banc des accuses, comme
coupables, complices, auteurs, co-auteurs de ce crime de
trahison contre la terre de Dessalines !
Cherchons done, a la lueur de la torche de la sagesse, des
femmes et des hommes honnetes, responsables, cultivant
l'amour de la patrie pour fixer les pas d'Haiti et la conduire
vers la voie de son salut.
Nous ne devons nous laisser vaincre par le mal, mais
soyons vainqueurs du mal par le bien !
C'est dans notre profondeur, et dans notre profondeur
seulement, que nous pouvons puiser des energies
cr6atrices pour faire le grand saut de notre abime vers la
r6g6ndration, et non dans la haine et le racisme, venin
iddologique inoculd par le colon insulteur, f6roce et
barbare, qui, depuis longtemps seme la misere, la
souffrance et la mort dans ce coin de terre.

Port-au-Prince, le 29 septmbre 2005
Ing. Roland Pierre
Specialiste en sciences de l'education
Travailleur social
Directeur-Fondateur du CUUP


Naudy Record shop
1325 W. Washington St
Orlando, Fl 32805

Boby Express
2469 South Orange
Blossom Trail
Orlando, Fl 32805


Haiti en Marche

ABONNEMENT:
Port-au-Prince
221-0026
417-0384

Miami

305 754-0705


DEUX NOUVEAUX POINTS DE VENTE
1-Notre Dame Restaurant 2-Mizik Depot
4859 N.Dixie Hwy 13055 W.Dixie Hwy
Pompano Beach, Fl 33064 N Miami, Florida 33161
tel 954-421-4777 tel.305-893-9997


O* -: --1*6 4





"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Le Look
Petion-Ville
Rue Panam&ricaine # 14
Te1.: 513-8079
257-8374
Grande variet& de Lunettes
Examen gratuit
avec achat de lunettes
Sp&cialistes de la Vision
Basse- Offres Speciales
Buy One, Get One Fre
-Apportez nous votre
prescription: Monture
Gratuite. Payez seulement
pour les verres.


PEUPLE HAITIE


r


2







Mercrbli 12 Octobre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 37


DR. RUDOLPHE MALEBRANCHE Page 14


Problematique de la question de Sante en Haiti
Scanh Qnitp f!p In d l p 12.1


uantt ... sUILte Ut ai page iL)
Autant dire 6galement qu'une priorisation 6chelonnee
dans le temps des institutions B remettre en 6tat de fonctionnement
s'impose. Pour notre part, nous pensons que les pouvoirs publics
devraient mener, en ce sens et au cours des cinq B dix prochaines
annees, une action en profondeur et soutenue au niveau d'une
part de l'h6pital de l'Universit6 d'Etat d'Haiti (HUEH) de loin
le plus important centre de formation de nos personnels de sant6
- et des hopitaux departementaux, d'autre part au niveau de
certains centres de sant6 occupant une position geographique
importante- citons, h titre d'exemple et sans etre exhaustif,
l'h6pital de Belladeres et le centre medico-social de Ouanaminthe
-de fagon a offrir aux patients qui s'y pr6sentent un accueil et
des soins de niveau acceptable. Rappelons ici qu'en 1997, h
l'epoque oh nous avions la responsabilit6 du MSPP, nous avions
pr6sent6 au Senat de la Republique un plan d'amelioration de la
prestation des services de sante et de soins dans l'aire
metropolitaine de Port-au-Prince, ax6 sur la mise en r6seau de
six institutions : 1'HUEH, le centre de sant6 de la Cath6drale, le
centre Eliazar Germain de P6tion-Ville, l'h6pital de Carrefour,
le centre de sant6 de la Croix des Missions et le Sanatorium de
Port-au-Prince qui devait &tre transform en un centre hospitalier
offrant les quatre services de base. Ces institutions, hormis celle
de la Croix des Missions flambant neuve a l'epoque, devaient
&tre r6nov6es, equip6es du materiel indispensable et dotees de
personnel suppl6mentaire de fagon a fonctionner 24 heures sur
24. Ce plan avait ete approuv6, pour financement, par le projet
MSPP-IDA, projet conjoint du ministere et de la Banque
Mondiale mais n'a pas vu le jour, faute de temps pour le
materialiser.
A c6t6 de cette reprise en mains des principales
structures hospitalieres du pays et de certains autres centres de
sant6, le MSPP devrait tout faire pour n6gocier, avec certaines
ONG et les bailleurs de fonds, des contrats de gestion et de mise
en fonctionnement de dur6e limit6e des autres centres de sant6
et des dispensaires, en attendant qu'il ait 6ventuellement les
capacit6s de les reprendre en main. Le MSPP devrait 6galement
6tudier, avec ces ONG, la possibility de delocalisation de certains
dispensaires des zones urbaines vers les zones rurales.

AXE III. RECRUTEMENT ET FORMATION DES
NOUVELLES GENERATIONS DE MEDECINS: IDEES
NOUVELLES A DEBATTRE
Nous l'avons vu dans la premiere partie de notre
travail : les mentalit6s ont beaucoup change ; les m6decins ne
veulent plus, meme pour leur annee de service social, se rendre
en province, encore moins dans les regions reculees du pays.
Quelques-uns s'installent aprks leurs 6tudes dans la Republique
de Port-au-Prince ; la plupart d'entre eux quittent le pays et ne
reviennent plus.


Une premiere question s'impose done d'emblee : l'Etat Haitien
pourra-t-il continuer ind6finiment a former, a grands frais, des
medecins pour l'exportation alors que dans le meme temps il est
oblige d'importer des m6decins strangers pour tenter de couvrir
les besoins de sant6 de sa propre population ? La population
haitienne acceptera-t-elle longtemps encore de porter sur son dos
la formation de nos futurs m6decins sans rien en recevoir en
retour ?
La formation ne saurait &tre une finality en soi ; autrement dit,
on ne saurait former pour former. Si l'Etat Haitien investit dans
la formation des cadres en sant6, c'est d'abord et avant tout pour
repondre aux besoins de la population haitienne. La formation,
tout en prenant en compte les exigences de l'universalit6 des
connaissances, doit donc tre adapt6e h ces besoins et tenir compte
des conditions et exigences du milieu ; c'est ainsi par exemple
que les m6decins devront &tre forms pour travailler dans
l'austerite.
Il nous faut maintenant formuler quelques propositions
concretes qui prennent en compte ces imperatifs :
j" idee : necessity d'une revision du curriculum de
formation des mddecins haitiens de fagon a ce qu'ils soient
mieux prepares a leur futur mission dans le pays, ceci ne
devant nullement signifier une formation au rabais. Pour
ne citer qu'un exemple, l'emphase devrait &tre mise sur
une sp6cialit6 comme la m6decine familiale (apportant des
comp6tences serieuses dans les quatre sp6cialites de base),
pratiquement inexistante en Haiti et qui nous semble
particulierement adaptee B la situation de la plupart de nos
villes de provinces ;
2 2' idde : apres une evaluation precise faite par des
sp6cialistes du coOt global de formation d'un m6decin et
une planification sur une periode de 25 a 30 ans des besoins
en nombre de m6decins, mise a la disposition des etudiants
qui se destinent a la mddecine, en fonction des besoins ainsi
repertories, d'un certain nombre
S soit de bourses completes incluant le coOt global
de la formation qui sera vers6 aux institutions
formatrices facultiess de m6decine, institutions
hospitalieres), le coOt du logement et toutes autres
charges,
S soit de demi-bourses ;
S 3 idee : en contrepartie obligation pour les beneficiaires
de ces bourses de rester a la disposition du MSPP pour
une duree de cing ans (bourse complete) ou de deux ans et
six mois (demi-bourse) aprks leur annee de service social
pour ceux qui ne souhaitentpas faire une sp6cialite ou aprks
leur r6sidanat pour les autres. Ces m6decins seront
particulierement utiles dans les h6pitaux de province et
certains centres de sante. Les b6enficiaires des bourses de


. %% so


0 0 *


"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


AVI ELEKSYON MINISIPAL JENERAL
NAN VIL MIAMI, FLORIDA '
POU NONMEN KANDIDA YO POU BIWO MAJISTRA YO AK DE KOMISYONE YO
KAP FtT LE MADI, lye NOVANM, 2005
DAPRE DEKRE NO. 05-0389



Ap genyen yon eleksyon minisipal jeneral madi, lye Novanm, 2005 apati de 7:00 e di maten jiska 7:00 e
di swa nan Vil Miami, Florid la, nan tout biwo de vit nan dive zbn eleksyon deziye pa Asanble Komisyone Konte
Miami Dade, Florid la. Nan eleksyon sa a tout vote kalifye kap patisipe ap vote pou nonminasyon kandida pou
biwo Majistra yo ansanm ak de Komisyone distri Vil Miami, Florid la epi yo va vote pou chak nan dezybm tou
eleksyon kap fbt madi, 15 novanm, 2005 amwens ke nan eleksyon minisipal jeneral la, youn nan kandida distri yo,
ta resevwa majorite v6t yo pou pis li te poze kandidati li.


(So Vil la) Priscilla A. Thompson
(#15026) Grefye Vil la




CITY OF MIAMI
Avi pou chanje tout dat Meeting Komisyon-an

Tanpri pran nit ke City Commission ft kbk chanjman nan dat pou meetings Regilye menm jan ak
meeting Planifikasyon ak Zoning pou mwa Octib, Novanm ak Desanm selon Rezolisyon Nos. 05-0584, 05-
0583 ak 05-0590. Tout meeting yo ap fbt nan City Commission Chambers ki nan City Hall 3500 Pan American
Drive, Miami, Florida.

Meeting Komisyon-an ki te gen pou fbt 13 Oktib 2005 pwal fbt Jedi 27 Oktib 2005 a 9vb nan maten. Tan
pri pran nit ke meeting Planning ak Zoning lan pral fbt Jedi 27 Oktib, 10 zb nan maten, nan City Hall.

Meeting Commission-an ki te gen pou fbt 10 Novanm (meeting Regilye) ak 24 Novanm 2005 (Planing ak
Zoning meeting) pral fbt tou le de Jedi 17 Novanm 2005 nan City Hall. Meeting Regilye-a ap kbmanse a 9%
nan maten, e Meeting Planning ak Zonintg lan ap kbmanse a 10 b.

Meeting Commission-an ki te gen pou fbt 8 Desanm (meeting Regilye) ak 22 Desaanm 2005 (Planing ak
Zoning meeting) pral fbt tou le de Jedi 15 Desanm 2005 nan City Hall. Meeting Regilye-a ap kbmanse a 9%
nan maten, e Meeting Planning ak Zonintg lan ap kbmanse a 10 b.

An ak6 ak Americans with Disabilities Act of 1990, moun ki ta bezwen akomodasyon espesyal pou patisipe nan
meeting yo ka kontakte Office of the City Clerk nan (305) 250-5360 (pou kite mesaj) pa pita ke de (2) jou
louvrab anvan dat rankont lan oswa nan (305) 250-5472 (TTY) pa pita ke twa (3) jou louvrab anvan dat la.


(City Seal) Priscilla A. Thompson
(#15023) City Clerk



URGENCE Appelez (509) 510-2563
510-3183 84 85
HAITI MINUSTAH PNH 244-3503


- n - a ~ ems -


1'6tat auront a signer avec le MSPP, avant meme le d6but
de leurs 6tudes, un contrat qui sera 6galement contresign6
par la faculty de m6decine formatrice. Ils ne pourront
recevoir leur diplome d6finitif de docteur en m6decine
qu'une fois leur engagement compl&tement respected. Il est
a noter neanmoins qu'ils seront employes par le MSPP, sit6t
leur service social ou leur r6sidanat termine, comme
medecins a part entire et pays comme tels ;
4' idee : mise en place d'une formation d deux echelons.
N'y a-t-il pas lieu en effet d'envisager de former de fagon
acceleree, pour les zones rurales, les regions eloignees de
l'arriere-pays, des agents de sant6 recrut6s de pr6efrence
parmi les jeunes de ces regions, auxquels une formation a
la fois theorique et extremement pratique apporterait les
connaissances leur permettant de reconnaitre et de prendre
soin, avec la competence suffisante, d'un certain nombre
de pathologies parmi les plus fr6quentes qui d6ciment la
population haitienne, a savoir la tuberculose, la malaria,
les infections respiratoires aigues, les gastro-enterites de
l'enfant, les parasitoses intestinales...(sorte de paquet
minimal de services ameliore). Ces agents devraient &tre a
meme d'examiner simplement un patient et de determiner
la gravity de son 6tat; ils doivent &tre 6galement en mesure
de r6aliser un accouchement physiologique dans des
conditions correctes ; ils auraient 6galement un r61e
important a jouer dans les activities de vaccination de la
population. Cette formation, d'une dur6e de trois ans (niveau
d'acces : seconde; curriculum pr6cis h laborer par le MSPP
avec l'aide eventuelle des faculties de m6decine), limitee
aux principales pathologies listees ci-dessus, pourrait &tre
assuree soit par la Facult6 de Medecine, soit directement
par le MSPP et comporterait, comme pour les 6tudiants en
medecine, des stages efficaces dans les diff6rents services
hospitaliers et aussi dans les laboratoires d'analyses
medicales. Ces agents, tout comme les m6decins, auraient
a signer d'embl6e un contrat avec le MSPP. Ils seraient
appeles i devenir de v6ritables leaders communautaires dans
leur region. A noter ici que les tradi-praticiens pourraient
6ventuellement &tre int6gr6s a ce niveau dans le systeme.
5"" idde : campasne soutenue d'information et de
sensibilisation a l'endroit des leunes des ecoles pour
impl6menter avec succes cette nouvelle politique de
recrutement de m6decins etd'agents de sant6 pour le secteur
public. Le MSPP devrait en effet mener une intense
campagne, soutenue dans le temps, d'information et de
sensibisation aupres des elves des classes terminales
(seconde, premiere, terminale) des ecoles et lyc6es tant de
la capitale que des provinces. A cette fin le MSPP pourrait
6diter une brochure rappelant dans une premiere partie
quelques notions de civisme et notamment la primaut6 de
l'intr&t general sur l'intr&t particulier, la notion de service
public et pr6sentant dans une deuxieme partie les nouvelles
conditions d'accessibilit6e la formation m6dicale et a celles
d'agent de sante.

AXE IV. LA QUESTION BUDGETAIRE
Il reviendra bien entendu aux sp6cialistes la tache
d'6valuer de fagon precise le coOt de ces diff6rents axes
programmatiques, de fagon a proposer une planification de leur
mise en application tenant compte des ressources financieres
disponibles et bien entendu des autres priorit6s de l'action
gouvernementale.
Disons simplement ici que s'il est vrai que tous les
gouvernements de la Republique, au niveau de leur declaration
d'intention, ont toujours faitjusqu'ici de la sant6 de la population
une de leurs priorit6s, cela ne s'est jamais mat6rialis6 dans les
faits. Consid6rons par exemple le budget 2004-2005 : peut-on
consid6rer la sant6 comme une priority du gouvernement de
transition lorsque l'6quivalent de plus de la moiti6 (450.000.000
de gourdes) du budget de fonctionnement du MSPP est attribu6
au bureau du President sous une rubrique extremement vague, a
savoir : "Autres depenses publiques ?
Quant au budget d'investissement du MSPP,
malheureusement finance jusqu'h present a 90% par la
communaut6 internationale, il devrait &tre n6gocie en fonction
du plan d'action gouvernemental 6tabli par la commission dont
nous avons parl6e l'axe I et non en fonction des programmes
parcellaires de l'un ou l'autre bailleur, programmes parcellaires
qui ne devraient d'ailleurs plus exister.

EN CONCLUSION : Telles sont les quelques
propositions que nous soumettons, dans le cadre des prochaines
joutes electorales, a la r6flexion critique des hommes et des
femmes qui aspirent a prendre en main, a un niveau ou n un
autre, les destinies de ce pays aujourd'hui exsangue et aussi de
tous les citoyens haitiens. Ces id6es doivent s'inscrire dans le
cadre d'une vision politique globale, mettant l'Homme Haitien
en permanence au centre des preoccupations du futur
gouvernement ; elles doivent aussi s'inserer dans un programme
gouvernemental prenant en compte aussi d'autres priorit6s au
demeurant fort nombreuses, qu'il s'agisse des problemes
d'6ducation, d'environnement, d'6nergie...
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. D' Rodolphe Malebranche. Probl6matique de la
question de sant6 en Haiti. Quelques pistes de
reflexions pour une amelioration de la situation.
Premiere partie : Analyse de la situation. In : Le
Nouvelliste, # 37239 du vendredi 23 au dimanche 25
septembre 2005.
2. D'Rodolphe Malebranche. Idem. In : Haiti en Marche.
Vol. XIX, # 34, edition du mercredi 21 septembre.
3. Gil Courtemanche. Haiti n'existe pas. L'h6pital ou
l'abandon. In : Haiti en Marche. Vol. XIX, #33, dition
du mercredi 14 septembre.






Page 15


CATASTROPHES I


Mercredi 12 Octobre 2005
Haiti en Marche Vol XIX No 37


Ix .- -I xm-
....








"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


GRIPPE AVIAIRE

Le Secretaire General appelle la


New York, Oct. 7 2005 -
Le Secr6taire g6ndral a appelM les
leaders du monde entier a redoubler


internationale a redoubler


d'efforts dans la lutte contre la grippe aviaire et a fournir
les ressources ndcessaires pour aider les pays pauvres qui
n'ont pas la capacity de mettre en place des systemes de
detection, des programmes de surveillance et des plans de
reaction rapide en cas d'6pid6mie.
Ce n'est pas qu'un problbme de sant6 publique,
une telle pand6mie pourrait atteindre la structure meme de
nos soci6t6s, d6stabiliser les moyens d'existence des
agriculteurs, affecter le commerce et saturer nos systemes
de sant6 ", a d6clare hier a Genbve le Secr6taire general, a


l'issue de sa visite au sibge de l'Organisation mondiale de
sante (OMS).
Nous voudrions voir les dirigeants du monde
entier montrer un int&ret certain face a la grippe aviaire et
faire preuve de leadership pour lutter contre une possible
pand6mie ", a-t-il pr&cise.
" On est tous dans le meme bateau ", a-t-il insist.
Les dirigeants doivent s'assurer que leur soci6t6
se prepare au pire, qu'elle prend des mesures pour g6rer
une possible 6pid6mie, qu'elle ne soit pas surprise en cas


"Copyrighted Material

Syndicated Content .

Available from Commercial News Providers"


communaute
Sd'6pid6mie, sinon il y a aura
d 'efforts beaucoupde morts",a-t-ilaverti.
II y a aussi une
question d'accbs aux m6dicaments et aux vaccins ", a fait
remarquer Kofi Annan.
Nous devrions pouvoir nous organiser de
manibre a ce que les pays riches puissent aider les pays
pauvres, soit en levant des fonds dans la communaut6 des
donateurs, soit en encourageant les entreprises
pharmaceutiques a nous aider ", a-t-il souhait6.
Ii faudrait s'assurer, a-t-il expliqu6, que la
defense de la propriet6 intellectuelle ne constitue pas une
entrave a l'accbs aux m6dicaments pour les pauvres,
permettre la possibility de produire des vaccins d'urgence
dans les pays en d6veloppement et ne pas retomber dans le
genre de d6bat auquel on a assist pour les antir6troviraux
pour le sida ".
Le Secretaire general a rencontre hier a Geneve
Lee Jong-wook, directeur general de 1'OMS, et entendu
un expos au Centre d'op6rations sanitaires strat6giques
dont l'objectif est de r6pondre aux urgences de sante
publique telles que la grippe aviaire.
David Nabarro, rdcemment nomm6
Coordonnateur principal du systeme des Nations Unies
pour les grippes aviaire et humaine, avait indiqud, le 29
septembre dernier, que la menace d'une pand6mie de grippe
frappant les humains etait quasiment certaine si l'on ne
maitrisait pas la grippe des oiseaux.
II avait affirm que le nombre de victimes pourrait
alors s'6taler entre 5 millions et 150 millions (voir notre
d6peche du 29 septembre 2005).
(voir Sante /16)


0 AAEDE3 OS!






Mercredi 12 Octobre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 37


Page 16


I DEVELOPPEMENT DURABLE


Les conflits dans 1'Artibonite


La semaine dernibre, nous avions termin6 notre
survol de la resistance paysanne (voir HEM, Vol. XIX, #
34 et 36) sur le constat que, aprbs la d6soccupation,
le monde paysan a cesse de participer a la vie
politique 1, mais que le contr6le de la terre est rest une
source de conflits qui pouvaient etre l'occasion de
d6chainements d'une violence inouYe, et nous citions le
cas de l'Artibonite. Pour illustrer cette affirmation, nous
pouvons reprendre, avec quelques mises a jour, un texte
datant de f6vrier 1998 et r6dig6 dans le cadre des activities
pilotes de r6forme agraire dans le Bas Artibonite.
Dbs que l'on parle de l'Artibonite, aussit6t le
problbme des conflits terriens est soulev6, et il y a pour
cela de bonnes raisons. En effet, on peut rencontrer des
conflits terriens un peu partout dans le pays, mais
l'Artibonite reste le zone la plus'" chaude ".

Le point de depart
Pour comprendre les raisons de cette situation
particulibre de l'Artibonite, il faut se rappeler le
changement qu'a provoqu6 la construction du system
d'irrigation a partir des ann6es 50. Jusque-lk ces terres
n'avaient pas une grande valeur agricole et les petits
paysans l'occupaient, s'adonnant a une agriculture de
subsistance, sans etre inqui6t6s par qui que ce soit. La
construction du systeme va tout changer.
D6ji avant meme que les travaux n'aient
commence, des gens de Port-au-Prince se mirent a acqu6rir
de la terre. Le cas plus c6dbre est celui de Salim Atti6.
C'est un Libanais, dir-on, vivant sur le sol d'Haiti et qui a
ete marie a une haitienne. Vivant dans la sphere des
grandes decisions gouvernementales, vers les annees 40,
il savait qu'on allait irriguer la Vallee de
l'Artibonite.. .Etant au courant, Attie s'est rendu dans
l'Artibonite pour y faire des achats de terrain. Le bruit a
couru dans route la Vallee, qu' un Blanc venait acheter des
terres qui, a I' poque, ne representaientpas grand'chose.
Les terres etaient totalement enfriche.
On peut questionner la valeur de telles
transactions, 6tant donn6 que le vendeur ne disposait pas
des memes informations que l'acheteur. Ce serait un cas
de ce que l'on appelle dans la 16gislation francaise "un d1lit
d'initi'".
Une autre manibre de s'approprier de la terre a


consists, pour certaines personnes, a tirer parti de la
proximity du pouvoir. A titre d'exemple, on peut citer
quelque noms: celui d'Arsene Magloire, frbre ainW du
Gen6ral Paul Magloire, Pr6sident de la R6publique de 1950
a 1956, celui de Luc Albert Foucard, gendre de Francois
Duvalier, et celui de Zacharie Delva, dont Francois
Duvalier avait fait une sorte de proconsul dans l'Artibonite.

Typologie des Conflits
L'existence de ces conflits a donn6 lieu a une
litt6rature relativement abondante; on peut signaler, par
exemple, que nombre d'6tudiants de l'Ecole de Droit et
des Sciences Economiques des Gonaives, eux-memes
souvent originaires des zones en conflit, ont r6dig6 leur
m6moire de sortie sur l'un ou l'autre de ces conflits ; mais
il y a eu bien d'autres travaux visant a analyser ces conflits
et a proposer des solutions.
C'est ainsi qu'un document de la Commission
Justice et Paix des Gonaives, en date du 10 Janvier 1995,
propose une classification des conflits en deux categories :
il y aurait les conflits entre paysans, comme celui
de Latapie, dans la commune de Grande Saline,
qui oppose les paysans de Anwo Lakou a ceux de
contre paysans Anba Lakou, ou celui qui oppose,
dans la commune de la Petite Rivibre de
l'Artibonite, les paysans Blain a ceux de Brizard ;
et puis les conflits opposant grands propridtaires
et petits paysans: h6ritiers Veuve TUtard contre
Salim Atti6, a Hatte Chevreau, commune de
Lestbre, h6ritiers Bricourt contre le meme Salim
Atti6, toujours dans la commune de Lestbre,
paysans contre Madame Aim6, a Trois Bornes,
commune de Desdunes, paysans contre Polinyce
Volcy a Gervais, 5"m section communale de St
Marc, paysans contre Edouard Vieux, a Bocozelle,
toujours dans la 5me section communale de St
Marc, paysans contre Olivier Nadal, a Ddlug6, 1"re
section communale de St Marc.


Mais on doit retenir que souvent, du fait que les
grands propridtaires s'ing6nient souvent a opposer paysans
et paysans, il est difficile de faire la distinction entre des
conflits grand propridtaires/paysans et des conflits paysans/
paysans. Ainsi certains conflits, classes dans une cat6gorie
dans le rapport de la Commission Justice et Paix des
GonaYves de Janvier 95, peuvent etre consid6rds aussi
comme faisant partie de l'autre cat6gorie :
le conflit de Desdunes, pr6sent6 comme opposant
les paysans a Mme Aim6, est aussi un conflit entre
"Moun nan lakou" et "Moun 16t b6 kanal";
le conflit de Gervais, pr6sent6 comme opposant
les paysans au grand propridtaire Polinyce Volcy,
est aussi un conflit entre paysans de Gervais et
paysans de Guiton;
le conflit de Piatre, pr6sent6 comme opposant les
paysans aux grands propridtaires Nadal et
D'M6za, est aussi un conflit entre paysans de
Piatre et paysans de Dl6ug6.
Aussi est-il probablement pr6f6rable, plut6t que
de s'attarder a une typologie qui risque de faire perdre de
vue une bonne partie de la r6alit6, de consider les
protagonistes en presence dans les different conflits.

Bernard Etheart
ben(a etheart.com

(Footnotes)
1 Paul Moral, Le paysan haitien, Les Editions Fardin
(reproduction), Port-au-Prince, 1978, p. 72
2 Serge Bordenave: Quelques considerations sur 1
'aspect socio-juridique des conflits terriens dans la vall6e
de 1
'Artibonite
- Cas de la commune de Desdunes, p.34. M6moire pour 1
'obtention de la licence en droit'
- Ecole de Droit et des Sciences Economiques des
Gonaives, Mars 1993


LA DECONCENTRATION EN ACTION
Inauguration du COMPLEXE ADMINISTRATIF de GANTHIER le jeudi 6 octobre 2005


Vin Pran yon


Tet Tiyo Douch.


Vin rankontre ak Depatman DIp bb akEt
Dade (WASD), ans ~oW ndo e B



Nah lorida Memorie, G
15800 NW 42
Apati 96 dimaten jisk idi

Poujwenn chans resevwa GRATISTI CHER yc ouvotet
tiyo douch ki konseve dlo le w bay asyen tt tiyo w lan!

Si w pa kapab vin nan pwogram Samdi an, pa enkyete w -
W kab toujou jwenn Tet Tiyo Douch ki konseve dlo an GRATIS!

Selman ale nan nenpot nan "Lokal pou Echanj" WASD sa yo:


Caleb Center
5400 NW 22 Ave. le Etaj
(L-V 8 AM 4:30 PM)

South Dade
Government Center
10710 SW 211 St. le Etaj
(L-V 8 AM 4:30 PM)


Oficina de LeJeune
3575 S. LeJeune Rd.
(L-V 8 AM 5 PM)

Douglas
3071 SW 38 Ave. le Etaj
(L-V 8 AM 5 PM)


Oswa vizite nou sou entenet nan
http:llwww.miamidade.gov/wasd/ oswa rele 786-552-8955
Pou plis enfomasyon sou kouman Depatman Dio Potab ak Egou
a Konte Miami-Dade Kapab
ede W ekonomize do ak lajan! .....


I ir C
JCONTzYJ -A


Les services qui y seront fournis sont les suivants: Le Tribunal de paix de la Commune
de GANTHIER, les services de la T616co, La Mairie, la Direction G6ndrale des Imp6ts,
le Service de l'Etat Civil.
Maitre d'oeuvre : Ministbre de l'Int6rieur et des Collectivit6s Territoriales avec
assistance de la R6publique de Chine (Taiwan)
GANTHIER est a 33 km de Port-au-Prince, non loin de Thomazeau, des communes
qui pourraient se transformer en de v6ritables zones de d6veloppement socio-
6conomique


Grippe aviaire: Le Secretaire

General de l'ONU appelle...


(suite de la page 15)
Il y aura une nouvelle
pand6mie de grippe et aucun
gouvernement ne peut se permettre
d'etre pris au ddpourvu ", avait d6clar6
le 27 septembre dernier Lee Jong-
Wook (voir notre d6peche du 27
septembre 2005).
Une tempete se prepare et
ce sera une 6preuve pour tous ", avait-
il insist.
La strat6gie mondiale de lutte
contre la grippe aviaire reste largement
sous finance malgr6 les contributions
importantes de quelques bailleurs de
fonds 20 millions de dollars promis


contre 100 millions n6cessaires -, avait mis
en garde l'Organisation des Nations Unies
pour l'alimentation et l'agriculture (FAO)
(voir notre d6peche du 26 septembre 2005).
Les pand6mies de grippe qui ont
tu6 des millions de personnes en 1918, 1957
et 1968 avaient commence sous la forme
de la grippe aviaire.


Elections

reporters

mi-Decembre
P. 20


I







Page 17


I ACTUALITE ELECTIONS I


Mercredi 12 Octobre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 37


La double nationality n'est pas l'affaire des seuls politiciens


(Nationalite ... suite de la page 8)
faveur des amnisties successives sont devenus residents
l6gaux, moins de 5 ans plus tard, avaient d6ji tous adopt
la nationality americaine.
Cela pour faire venir le reste de leur famille. "Nan
peyi beni an, peyi bon dye fe ak de men an", comme dit le
brave peuple.
C'est donc aussi d'eux que nous parlons lorsqu'on
6voque les articles de la Constitution qui font tant
d'obstruction aux haitiens ayant une nationality 6trangbre.
Or vous sentez-vous moins ou plus haitien
qu'eux?
Que celui qui est sans pech6 jette la premiere
pierre!
Vous sentez-vous plus patriote qu'eux?
Ces centaines de milliers d'haitiens am6ricains,
de canadiens haitiens, de dominico-haitiens qui se saignent
aux quatre veines pour tenir a flot leur pays, a bout de
bras.
Or quel est leur pays? Dites moi ...
II faut done faire attention. Ce genre de d6sordre
introduit par le CEP dans l'evaluation des candidatures peut
faire trbs mal au besoin de cohesion qui n'avait jamais W6t
aussi n6cessaire a notre nation.
Si l'on veut rester fiddle a la Constitution, eh bien
elle doit 8tre une pour tous.


Co.


Nou vie gate kliyan nou yo de jou en jou pi plis.


ATLANTA
1232 Moreland Ave, Suite A
Atlanta, GA 30016
Tel: (404)622-8787

BAHAMAS
E. Street Sawyer
Studio Blvd 2nd Floor
Nassau, Bahamas
Tel: (242)322-6047

BOYTON
544 E Gateway Blvd, Suite 3
Boyton Beach, Florida
Tel: (561)742-3046

CAMBRIDGE
300 Broadway
Cambridge, Mass 02139
Tel: (617)354-6448

CHURCH
2807 Church Ave.
Brooklyn, NW 11226
Tel: (718)693-3798

CONNECTICUT
953 Washington Blvd, Suite 1
Stamford, CT 06901
Tel: (203)324-2816

DELRAY BEACH
402 West Atlantic Ave
Delray Beach, Fl 33444
Tel: (561)265-2100

FLATBUSH
1161 Flatbush Ave.
Brooklyn N.W. 11226
Tel: (718)287-5295

FORT LAUDERDALE
8 West Sunrise Blvd
Ft. Lauderdale, FI 33311
Tel: (954)524-1574

LAKE WORTH
330 S. Dixie Hwy, Suite 2
Lake Worth, FI 33460
Tel: (561)585-1077

MATTAPAN
508 River Street
Mat. Mass. 02126
Tel: (617)298-9366

MIAMI
5401 N.W. 2nd Avenue
Miami, FI 33137
Tel: (305)758-3278

NAPLES
506 11th Street
Naples, Fl 34102
Tel: (941)435-3994

NORTH MIAMI
629 NE 125th Street


N. Miami, Fl 33161
Tel: (305)892-6478


MIRAMAR N. DADE
19325 NW 2nd Avenue (441)
Miami, Fl 33169
Tel: (305)654-2800

MONTREAL
7177 Rue St Denis
Mont. QC H2R2E3
Tel: (514)270-5966

ORLANDO
2469 S. Orange Blossom Trail
Orlando, Fl 32805
Tel: (407)649-9896

POMPANO (1)
4857 N. Dixie Hwy
Pompano Bch, FI 33064
Tel: (954)429-9552

POMPANO (2)
128 N. Flager Avenue
Pompano Bch, FI 33060
Tel: (954)946-4469

QUEENS
159-35B Hillside Avenue
Jamaica N.Y. 11432
Tel: (718)523-9216

SPRING-VALLEY
South Main Street
S. Valley, NW 10977
Tel: (914)425-7747

WASHINGTON
835 Juniper Street NW
Wash D.C. 20012
Tel: (202)722-4925

WEST PALM BEACH
604 25th Street
W. Palm Beach FI 33407
Tel: (561)655-4166

NEW JERSEY
152 Jefferson Ave
Elizabeth, NJ 07201
Tel: (908)354-1411

MONTREAL NORD
3820 Henri-Bourassa Est
Montreal, Canada
Tel:(514)852-9245

TURKS & CAICOS
Downtown Providenciales
Butterfield Plaza
Tel: (649)941-4172-4173

CENTRE VILLE
59 Rue Pavee
avant la Pharmacie Ideale
223-0865-223-0839
222-2704,221-8910, 221-1632


Mais au mieux, il faudrait des aujourd'hui ouvrir
un d6bat s6rieux autour de la question.
Pourquoi ne pas ndgocier entre diff6rents secteurs
sociaux et politiques, et a tous les niveaux de notre society,
au pays ainsi qu'en diaspora, une convention qui stipule
une prise en consideration de la question de la double
nationality des la prochaine rentr6e parlementaire!
Et pas pour offrir au prochain parlement une
occasion de passer son temps a ergoter, mais pour qu'il
passe tout de suite aux actes ...
C'est-5-dire un amendement de tous ces articles
qui ne font que 16gitimer le pibge de la dictature Duvalier
qui en meme temps qu'il envoyait en exil tous ceux qu'il
redoutait, mettait en place un instrument legal pour les
contraindre a rester loin du pays ou s'ils revenaient pour
les tenir hors de la vie nationale.
Les articles en question de l'actuelle Constitution
ne sont que les s6quelles de cet instrument diabolique
invent par Papa Doc.


En bref ...


(suite de la page 2)


Rechauds et fours dorment encore dans des
conteneurs
Le Journal de Montreal
Prbs de 100 000 $ de r6chauds et de fours destin6s aux
sinistr6s des Gonaives et pays grace aux dons des
Montr6alais lors du Radiothon de septembre 2004
dorment toujours dans des conteneurs en Haiti.
Ces 3 000 r6chauds a combustion am6lior6e et les 3
fours servant a la fabrication du charbon bloqu6s dans
le port de la capitale haitienne seraient les victimes
indirectes de l'ins6curit6 ambiante.
C'est ce qu'a confirm en entrevue au Journal de
Montr6al William Vietz, le repr6sentant en Haiti de
1'ODECH : Avec tous les kidnappings et les
meurtres, il 6tait tris difficile de se rendre a la douane
au mois de mai. Meme des employs du port ont 6t6


A preuve, les tenants du pouvoir du 29 f6vrier
2004, s'il le fallait, sont en train de nous le d6montrer en
ce moment sous le couvert de ce processus electoral.
Si l'on veut rester fiddle a la Constitution, alors il
faut qu'elle soit une pour tous.
Et si l'on ne veut pas continuer sur cette pente
qui ne fait qu'approfondir le foss6 entre les haitiens, alors
il faut r6soudre le problbme de la double nationality des
l'investiture du prochain parlement.
Et s'il y a un article de la Constitution qui interdit
le processus d'amendement, alors il faut commencer par
l'amender le premier.
Jusqu'5 present on feint de croire que la double
nationality est une affaire qui ne regarde que les politiciens.
Comme on tente toujours et en toute chose de
cacher la v&rit6.
Pire encore, de se cacher notre propre v&rit6.

Editorial, Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


enlev6s ", raconte-t-il.
Le problbme est qu'aujourd'hui, on r6clamerait prbs de 10
000 $ a 1'ODECH pour payer les frais de douane plus
l'entreposage d'un montant de 80 $ US par jour.
Mais M. Vietz dit que 1'ODECH n'a pas les moyens de
payer cette somme. L'argent qui reste en banque, explique-
t-il, doit servir a payer le transport de ces r6chauds vers les
Gonaives puis leur montage par une compagnie de soudure
locale.
William Vietz parle de scandale et accuse les autorit6s
douanibres d'immobilisme. II place ses espoirs dans le
ministare de l'Environnement d'Haiti qui aurait envoy une
lettre au ministere des Finances afin d'6tudier au moins une
exoneration de taxes pour ODECH. Il dit aussi comprendre
la frustration l6gitime des sinistr6s et celle des donateurs
qu6b6cois.
La pr6sidente de 1'ODECH, Asma Heurtelou, ne cache pas
sa frustration quant a la tournure des 6v6nements : C'est
(voir En bref / 18)


Mort du celebre peintre haitien Andre Pierre
(Arts ... suite de la page 10)


pare, le Fils et le St Esprit" aimait-il a dire d'une
voix forte. Il buvait une gorge et passait la bouteille
a ses visiteurs, avant de se mettre a peindre en
chantant et donnant toutes sortes de conseils a ses
visiteurs.
Andr6 Pierre est rest jusqu'au bout un
homme positif qui consid6rait que sa mission sur
cette terre 6tait de presenter le vaudou comme
quelque chose de positif, de respectable, comme
n'importe quelle autre religion de la terre. Ses
propos sur le vaudou et sur la vie en g6n6al 6taient
remplis de sagesse.
Au fur et e mesure de la d6t6rioration de
la situation en Haiti, les visiteurs se faisaient plus
rares et Andr6 Pierre devenait de plus en plus isolM.
Au cours des dernieres ann6es de sa vie, son diabbte


et sa c6cit6 pesque complete avaient affect s6rieusement
sa capacity de peindre et l'avait forc6 a s'arreter
completement.

Malgr6 tous les honneurs qu'il a connus, l'homme
n'avait rien perdu de sa simplicity. Vivant au milieu de son
Lakou de la Croix des Missions, Andr6 Pierre aimait a avoir
autour de lui les membres de sa famille qui s'6taient installs
dans des maisons construites dans ce meme Lakou.
Aprbs Rosanne St Fleuran de Saint Soleil, aprbs
Issa el Saieh qui a aide a faire connaitre bien des g6nies
haitiens du domaine de la peinture, Haiti vient de perdre
avec Andr6 Pierre un monstre sacr6 de sa peinture, celui
qu'on n'hesite pas a comparer a Picasso ou Salvador Dali.
La disparition d'Andr6 Pierre est salute par les
amateurs d'art du monde entier.


877"2 I E 2 eme A'verLnue

T61: 305 757 4915


FADKIKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Reception de paiement pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
- Connection teliphonique chez vous...


Ouvert

6 Jours

par

semaine:

8h30 am

a

7h30 pm



* Parfums
* Cellulars & Beepers
* Souliers et Sandales
* Produits pour la cuisine
* Cadeaux
* Tableaux
* Moneygram
* MnnPv Ordepr


* CD's (compas, Racine, Evang6lique,
Zouk, Francais, Am6ricain)
* Video's (Haitiens, Am6ricains, Documentaires, Drams)
* Produits de beauty
* PrcdnitQ nonr rhpevpnY


I I


.........It ....I.t. ..It .....I-I ...... ..ll ... .....







Mercredi 12 Octobre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 37


Page 18


Les Jeux de Bernard


C|H|UITIE|R


Allez de FOENES & CHUTER, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.

GEM^^t^ENIMM^^


Solutions de la
semaine pass6e:
C YG NE S
C AG NE S
GAG NE S
GAINES
RAI NE S
RAI D E S
RA ID I S


Solutions de la
semaine passee:

S AP A JOU


HU E EIT

C S A I S P
LIAI E P
EL ITI SME


Trouvez 20 professions ou I'on porte couramment
un uniforme dans le carr6 ci-dessus


GRILLE DE PROGRAMME

Melodie 103.3 fm
74 bis Rue Capois
Port-au-Prince, Haiti
T61: 221-8568/221-8596 Fax: 221-0204/ 221-1323
e-mail: melodiefm@hotmail.com ou pub@haitienmarche.com
URL: www.haitienmarche.com
Programmation
5h00 6h30 Beon TR veil en musique

6h30-7h00 An ipirit chanitaint
ler Journal creole de la journ6e avec Yves Paul L6andre

7h00 -10h00 I elodie IM atin avecMarcus
Informations, Interviews, Anecdotes, Humour, Analyses
8h L'Editorial de Marcus
8h15 La Chronique au Quotidien avec Elsie
8h30 Le grand Reportage avec Guyler c Delva
8h45 A Haute Voix avec Dominique Batraville
9h Les Sports avec Jacky Marc
9h15 Culture avec Claude Bernard S6ran
M1lodie Matin chaque samedi est anim6e par RapahUl Fequiere


lOhOO Midi


Le Disque de
l' Auditeur
animation: Jacques Lacour


En bref


*00


(suite de la page 17)


insens6 qu'on nous r6clame des frais de douane alors que ces dons b6n6ficient
normalement d'une franchise douanibre.'"
Ces r6v6lations sont les 6nibmes rebondissements d'une longue saga. Fin septembre 2004
et quelques jours aprbs le passage de l'ouragan Jeanne en Haiti, 1'ODECH avait organism
un Radiothon avec le soutien de la radio CPAM et de l'h6tel de ville de Montr6al.
L'initiative avait rapport 532 775 $ selon les organisateurs.
Dans les mois qui ont suivi, 1'ODECH avait 6t6 critique pour la fanon dont elle avait g6r6
ces fonds destin6s a l'origine a l'aide d'urgence.
0 _____ 0 -q **= w


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"

& S = m w44
4m= 4 0 400


12h00 12h15 Le IMidi
Un r6sum6 des Informations Locales et Nationales

12h15 -2h00 Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime avec Elsie

2h00-3h00 C'est si beon
en chansons...
Emission de Chansons Francaises

3h00-5h00 Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas avec
Doc Daniel et Captain Bill

5h00-7h00 Ielodie & Company
cheque jour un sujet diff rent, avec
des invites et la participation du
public-.Animation: IMIARCUTJS


7h00 8h30
8h30 9h00


lOhOO


Amor y Saboer
Soir Infoerreratioss

1Notre Grand Concert
( Lundi et Mercredi: L'heure classique)


Jazz at Ten (Mardi, Jeudi, Dimanche)
Jazz inspired : Judy Carmichael et ses invites

9h00 etau-deld Cavaliers, prenez
v cs dames (Samedi )
50 ans de Succbs Populaires Haitiens
Chaque Dimanche : 10h a Midi: Textes et Pr6textes
avec Dominique Richez


DAT/LL"


____________________________________________ -I


Jedi, 17/10/05
2:30 p.m.



Madi, I 1/08/05
5:00 p.m.


LOKAL


Dcpalman Elcksyon
2700 NW 87'" Ave.


Mays Middle School
11700 SW 216 "Street


AKTIVITE
Tis Lojik ak Presizyon sou
sistOm vote ianyen ekran ak
cskan Tplik ki pral sevi nan vote
pi bont biwo vit ak bhilcn an
papye


1. Anvan koni yo, tcste I.tijik ak
Presizyon ki tc scvi nan sistm
eskann optik ki sevi pou billen
an papye
2. StliJkasyon hiltLn vit pnu
moun ki pap la yo ki prezime pa
valah
3. Ouvuti ak pwoscsis hiltcn vit
pou moun ki pap la yo
4. S'il ncscst diplikata bilten v6l
yo
5. Validasyin bilten vbt
pwovizyondl yo, ouvcti ak
Dwosesis


SSCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

SH

CEA

LA


Solutions de la semaine passee
TRAVERS


AVI ELEKSYON
REYINYON PIBLIK ASANBLE STIFIKASYON KONTE MIAMI-DADE AK
5ETIFIKASYON BILTEN VOT MOUN KI PAP LA NAN ELEKSYON ESPESYAL ZON
CUTLER RIDGE LA POU 8 NOVANM 2005.


Madi, 11/08/05 Mays Middle School 1, Konte rczilta vo
7:00 p.m. I 1700 SW 216" Street 2. Apre kont yo, leste LAjik ak
Presizyon sistem eskann optik
la ki tc s~vi plu billen v6t moun
ki pap la yu ak hiltcn vwt
_pwovizyonIl yo
Lester Sola
MIAIM)CDE Sipevize Eleksyon
-FWW Knnt. Minrni-f)Rin


IFjOjEjNIEjISI


IBES HIMSSHE BENAR


1%jr





Page 19


Ti gout pa ti gout I


Mercredi 12 Octobre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 37




Mercredi 12 Octobre 2005 Page 20
Haiti en Marche Vol. XIX No. 37 DERNIERE HEURE
FJetkms rqfts mi -Imbre
1 %I 1R4. %HN%1IK l I R iP4 Io (I :P

"Copyrighted Material
... Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs