Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00278
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: September 21, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00278
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00009-21-2005 ( PDF )


Full Text















Haiti en Marche edition du 21 au 27 Septembre 2005 Vol. XIX No. 34



CANDIDATS, A VOS MARQUES!


Un premier peloton de tete


ANALYSE
PORT-AU-PRINCE, 19 Septembre II a suffi
de 48 heures pour que trois candidats prennent la tete.
Du moins au haut de l'actualit6. Ce sont Ren6 Pr6val,
Marc Bazin et Dumarsais Sim6us.
Ils sont 54 candidats a la pr6sidence inscrits,


d'aprbs le Conseil electoral provisoire
(CEP). Mais ce chiffre n'a pas fait
longtemps illusion (ou plut6t disillusion)
car la chronique dlectorale s'est rapidement
referm6e sur trois d'entre eux comme


pr6sentant les meilleures chances. Du
moins pour le moment.
Ren6 Pr6val parce qu'il
b6n6ficierait d'un point de chute dans le
monde rural, en premier lieu l'Artibonite
of il a initi6 la r6forme agraire lors de son
premier mandat (1996-2001). Le
gentleman farmer de Marmelade avait
laiss6 r6cemment le soin d'annoncer sa
candidature a une association paysanne (la
Coordination nationale des paysans
haitiens/CONPA).
Il se pr6sente cette fois sous le
label de la Plate-forme de l'Espoir, une
coalition comprenant aussi deux ex-alli6s
du parti Lavalas, le Parti Louvri Baryb
(PLB) et l'Escamp-Corega bas6 dans le
d6partement de la Grande Anse.
Marc Bazin, rival malheureux de
Jean Bertrand Aristide en 1990 et ancien
premier ministre sous le regime du coup
d'6tat militaire subsequent (1991-1994),
est celui qui paradoxalement a trouv6 grace
auprbs du parti de l'ex-pr6sident
actuellement en exil en Afrique du Sud
aprbs un second renversement par la force
en f6vrier 2004.
Bazin et Fanmi Lavalas ont former
une alliance d6nomm6e Union pour Haiti.
Le no. 1 du MIDH (Mouvement
pour l'Instauration de la D6mocratie en
Haiti) avait pu entre-temps faire ses
(voir Elections / 4)


P U


LAVALAS CONTRE LAVALAS

Cas de conscience


pour le militant Lavalas
EDITORIAL est 6cartel6 en diverses directions. L'une a fait
PORT-AU-PRINCE, 17 Septembre La alliance avec un ex-rival, Marc L. Bazin,
majority de la population qui a vot6 Lavalas pendant secr6taire g6n6ral du MIDH (Mouvement pour


PRESSE & SOCIETE

Un projet de charte

pour les medias
PORT-AU-PRINCE, 15 Septembre Le mardi 13
septembre a eu lieu a l'invitation de la ministre de la Culture et de
la Communication une rencontre pour discuter d'un "projet de
charte des m6dias d'Haiti. "
Nous n'avons pu y assister, appel6 que nous 6tions a
d'autres fonctions. Cependant nous avons recu une copie du projet,
et a premiere vue nous n'avons pas grand chose a reprocher.
Le projet, qui a b6nffici6 de la cooperation d' "experts "
de l'Organisation Internationale de la Francophonie ", traite de
principes tout a fait 6vidents a la profession de journaliste.
Nous citons : la rectification obligatoire quand une
information publi6e se r6vble fausse, de meme que le droit de
r6ponse et le droit de r6plique," et dans des conditions d'exposition
comparables (meme page, meme dimension) et dans le meme
organe qui a public information contested. "
Le respect de la vie priv6e et de la dignity humaine ...
Et comme le projet en question concerne sp6cifiquement
la p6riode 6lectorale : les organes de presse respectent les droits


ces 20 dernibres ann6es, est d6boussol6. L'6tat-major
du parti Fanmi Lavalas, dont le leader principal, Jean
Bertrand Aristide, est en exil en Afrique du Sud depuis
son brutal renversement du pouvoir en fevrier 2004,


l'Instauration de la D6mocratie en Haiti), qui
avait cependant d6ji accept un poste
minist6riel lors du deuxibme mandat 6court6
(voir Lavalas / 5)


des candidats a la vie
priv6e et a la dignity.
" La publication des
informations qui
touchent a la vie priv6e
ne peut etre justifi6e
que par l'intfret
public. "
Eviter les
provocations, l'injure,
la diffamation ... Les
accusations sans fon-
dement a l'6gard des
militants, des candidats
et des partis politiques.
(voir Presse / 2)


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere au Bois Vema
Te1: 221-8596 ou 245-1910
Fax 221 1323
Miami
173 NW 94th Street
Miami, Florida 33150
Te1.: 305 754-0705 /754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914-358-7559
Boston 508 941 6897
Montreal 514 337 1286
e-mail:
pub(dhaitienmarche.com
URL: www.haitienmarche.com


I-n_____________________


Bazin


Pr6val








IEN PLUS... ENBREF...


Mercredi 21 Septembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 34


PRESSE & SOCIETE

Un projet de charte pour les medias

pendant la periode electoral


(Presse ... suite de la lere page)
Eviter l'incitation a la haine et a
la violence ...
Le projet fait une r6f6rence
sp6ciale aux missions radiophoniques
dites libre tribune ou libre parole ",
dans lesquelles les auditeurs ou
t6l1spectateurs ont accbs directement a
l'antenne ...
Eviter de faire 1'apologie du
crime; ainsi que la violence et les
obsc6nit6s.
Comment ne pas etre d'accord !
Sur un plan encore plus
professionnel, le projet rappelle
l'obligation d'eviter 1'amalgame, s6parer
les commentaires des faits, la ligne
6ditoriale ne doit pas compromettre
l'ind6pendance et l'objectivit6 de
l'information. Ce que le projet d6finit
encore par les mots de exactitude et
d' "6quilibre"" (...) "pour donner aux
citoyens une image complete et r6aliste des
enjeux en period 1lectorale.
Le projet souligne aussi que le
journaliste lui-meme doit avoir les
aptitudes et les connaissances"
n6cessaires pour aborder les sujets
6voqu6s. En un mot, le devoir de
competence. "
N'oublions pas non plus la
confraternit6 ". Ne pas utiliser les colonnes
des journaux ou les antennes a des fins de
rbglements de compte ...
Eviter aussi bien le d6nigrement
que de faire l'apologie des partis
politiques.
Eviter de s'associer au mensonge
et B la fraude 1lectorale. Bref, assurer une
couverture honnte des campagnes
l6ectorales.
Voila l'essentiel de ce projet de
charte propose aux m6dias d'Haiti pour
les elections de 2005.
Tout cela a notre avis part du plus
grand naturel. Ce sont 1l des principes
616mentaires de notre profession. Et que,
en ce qui nous concerne, nous nous
sommes toujours 6vertu6s a respecter.
On peut aussi souligner que ce
qui a 6te propose n'est qu'un projet de
charte. Et la rencontre de mardi avait
pour but de susciter des discussions et
6couter les avis des uns et des autres autour
de la r6alisation d'une charte finale, si j'en
crois du moins la lettre rescue de la ministre
de la Communication, Magali Comeau
Denis. Celle-ci aurait dit d'ailleurs en
ouvrant la rencontre que son r6le est de
mettre les diff6rents acteurs en presence,
et pas plus.
Nous la prenons au mot.
Mais il n'empeche que le
ministbre de la Culture et de la
Communication ne peut refuser son aide


aux membres de la presse, en leur
fournissant par exemple une certaine
expertise, serait-ce dans le milieu de la
cooperation.
Des confreres pensent que ce
n'est pas le r1le du gouvernement
d'intervenir dans ce domaine, 6tant donn6
que la presse est libre et ind6pendante.
Ma foi, oui. Mais quand la presse
n'a pas le temps, ni les moyens de le faire,
je ne vois aucun mal que l'Etat fasse une
proposition ... A nous autres de la presse
d'en discuter et d'en tirer ce qui ne va pas
contre cette liberty et cette ind6pendance.
Cependant nous n'oublierons pas pour
autant que la presse n'est pas seule en
cause : il y a la soci6te qui compte encore
plus.
Cet autre confrere a attire notre
attention sur un point important. Le projet
parle d'un certain m6diateur. "
Article 20 : Collaboration avec
le M6diateur. Les journalistes, leurs
organes et les partis politiques respectent
les avis et recommandations du m6diateur
charge de veiller h l'observance des regles
et principes 6tablis dans la pr6sente
charte. "
De quel m6diateur s'agit-il ?
Pour commencer, on n'utilise
pas le mot de sanctions, mais avis et
recommandations. Ensuite, cet article
fait intervenir aussi les partis politiques,
je devine dans le cas oui un ou des partis
politiques auraient formulM une plainte
contre un journaliste ou un organe de
presse.
Toujours est-il que le projet ne
dit pas qui nomme ce
"mdiateur ".
En tout 6tat de cause, ce dernier
ne peut etre d6sign6 que par un consensus
repr6sentant l'universalit6 des travailleurs
de presse (pas une association de m6dias
quelconque, voire un club de patrons de
m6dias), et les partis politiques qui
auraient accept d'etre partie prenante au
meme projet. Et peut-etre des secteurs de
la soci6te comme t6moins ...
L'Etat, comme l'a bien soulign6
la ministre de la Communication, ne peut
avoir qu'un rl1e de facilitateur.
Nous proposons done sans
h6siter que la r6flexion suive son cours
autour de ce projet.
Mais il nous reste un dernier
point a souligner, et ce n'est pas le moins
important: s'il arrivait a des m6dias de
ne pas respecter les principes exposes dans
ce projet. Et que ces m6dias se trouvent
Wtre parmi les amis "du pouvoir, parmi
ses chouchous ", ds lors que se passera-
t-il ?

Editorial, Ml6odie 103.3 FM,
Port-au-Prince


La mort du Pere Max DOMINIQUE
Le Pere Max Dominique, de la congregation des peres du St Esprit, est mort samedi
apres-midi a l'h6pital du Canap6 Vert oh il 6tait hospitalis6 pour une cyrrhose du foie
depuis plus d'une semaine.
Pere Max, Maxi pour les intimes, est dc6d6 de complications d'une h6patite B. II
laissera le souvenir d'un homme fougueux, grand militant, combatif, toujours pret a
d6fendre ses id~es avec force mais surtout il restera dans l'esprit de tous ceux qui l'ont
connu un grand homme de lettres qui laisse de nombreux 6crits dans diverses revues
litt&raires d'Haiti, mais aussi de la Caraibes et d'ailleurs dans le monde francophone.
II aura pass de nombreuses anndes en exil aussi bien en Afrique qu'aux Etats-Unis
d'Am6rique et a 6t pendant une p6riode assez longue cur6 de la communaut6
haitienne de Freeport, se mettant totalement au service des Haitiens des Bahamas.
Pere Max, comme l'appelaient ses ouailles de retour en Haiti, n'a jamais &6t un fervent
supporter de Jean-Bertrand Aristide dont il s'est toujours m6fi6 pour le c6t6 moitrinaire
de sa personnalit6.
II fut aussi cur6 de Pont Sond6, de Furcy, Directeur du Petit S6minaire College St
Martial et Sup6rieur des peres du St Esprit en Haiti a la mort de son mentor le Pere
Antoine Adrien.
Les fun6railles de Pere Max Dominique seront chantdes ce Jeudi 22 Septembre.

Session sp6ciale sur Haiti en marge de l'Assembl6e G6n6ale des
Nations Unies
Elle a eu lieu le samedi 17 Septembre et a r6uni autour du groupe des "amis" d'Haiti la
Secr6taire d'Etat am6ricaine Condoleezza Rice, le Repr6sentant en Haiti du Secr6taire
g6n6ral des Nations Unies, Juan Gabriel Valdbs et le Premier Ministre haitien G6rard
Latortue.
Les pays "amis" d'Haiti ont exprim6 leur volont6 de poursuivre leur aide H Haiti mme
aprbs les elections de novembre et janvier prochain. Cette aide se poursuivra tant au
point de vue de la s6curit6 du pays avec l'envoi de troupes pour le maintien de la paix,
que du point de vue financier.
Le Secr6taire G6n6ral des Nations Unies, Koffi Annan, a 6galement particip6 a la
rencontre. M. Annan a reconnu qu' il y a eu des progres notables a etre accomplis du
point de vue de la s6curit6 du pays mais qu'il faut aussi rester vigilant concernant les
mesures pratiques a prendre pour que les elections se d6roulent aux dates pr6vues."
Ont particip6 aussi a la rencontre'le chancellier br6silien Celso Amorim les ministres
canadien des affaires 6trangbres Pierre Pettigrew et chilien Ignacio Walker ainsi que
Jos6 Miguel Insulza, le Secr6taire G6neral de l'Organisation des Etats Am6ricains
(OEA).
Ce dernier a eu des rencontres sur Haiti avec le commissaire europ6en aux Relations
ext6rieures Benita Ferrero, le chef de la dipomatie su6doise Laila Freivalds, le
secr6taire g6n6ral du Commonwealth Don McKinnon et le Haut repr6sentant de I'UE
pour la politique 6trangbre et s6curitaire Javier Solana. Le point le plus important sur
lequel ont roul6 les discussions: l'organisation des elections. Mr Insulza a fait part de
la volont6 de I'UE de contribuer aux efforts de r6forme constitutionnelle en Haiti.

Une aide de 7 millions de dollars promise a Haiti
Cette aide viendra de 1'OPEC (le Fonds pour le d6veloppement internatonal) et servira
a renforcer (nous devrions dire reconstruire) les infrastructures de base en Haiti,
surtout dans les zones pr6sentant un potentiel touristique. Cette aide qui s'inscrit dans
une perspective de reprise &conomique, vise a fournir aux ministeres et aux agences
sp6cialis6es les resources n6cessaires en vue de la remise en service des infrastructures.
L'OPEC pr6voit le financement simultan6 de 12 sous-projets dans les secteurs du
transport, de l'6nergie, de l'industrie, de l'eau potable, de la sant6 et du d6veloppement
rural. De la capacity des responsables a r6aliser les diff6rentes composantes du projet
d6pendra la garantie de durability des investissements, affirment les bailleurs de fonds.
L'accord de pret dont les modalit6s de remboursement n'ont pas &6t pr6cis6es, a &6t
paraph6 a Vienne par 1'ex-ministre des affaires 6trangbres Yvon Sim6on, actuellement
ambassadeur d'Haiti en Italie et Jamal Nasser Lootah, president du conseil
d'administration du Fonds de 1'OPEC.

Le Juge de Saint Marc prononce son ordonnance sur les 6v6nements
de la Scierie: Yvon Neptune et Jocelerme Privert inculp6s
Aucune indice trouv6 contre Aristide
Selon cette ordonnance, l'ex-premier ministre Yvon Neptune ainsi que 29 autres
personnes, toujours en detention preventive depuis plus d'une annee, seront traduits
par-devant un tribunal criminel.
L'ordonnance de cloture du juge d'instruction de St-Marc, Clunie Pierre Jules, en
charge du dossier de l'Affaire de La Scierie, a conclu B l'existence de charges et
indices suffisants pour poursuivre par-devant le tribunal criminel l'ancien premier
ministre Yvon Neptune et 29 autres personnes inculp6es, dont les anciens ministres
lavalas de l'int6rieur et de la justice, respectivement Jocelerme Privert et Calixte
Delatour.
L'ordonnance conclut aussi a l'inexistence de charges et indices suffisants pour
poursuivre 35 autres personnes, dont l'ancien president Jean Bertrand Aristide et son
secr6taire d'Etat a la communication, Mario Dupuy.
Dans son expos des faits, le magistrat a rejet6 les theses de genocide et d'affrontement
utilis6es par certains pour caract6riser les violences qui ont endeuill6 St-Marc du 9 au
11 f6vrier 2004. Me Clunie Pierre Jules parle plut6t de massacre, 6tablissant le fait que,
pendant les tristes journ6es du 9 au 11 f6vrier 2004, de nombreuses personnes sans
defense ont &6t lachement assassin6es par des membres de l'organisation'" Bale
Wouze dirig6e par l'ex-d6put6 contest Amanus Mayette, et par des civils arms
venus de Port-au-Prince et des policiers dont certains se trouvaient a bord d'un
h61icoptbre du Palais National qui tiraient sur des gens qui fuyaient les violences en
tentant de se r6fugier au Morne Calvaire, voisin du quartier de La Scierie.
En conclusion et en raison des charges et indices accumul6s, le juge instructeur
recommande la poursuite, par-devant le tribunal criminel, des individus dont les noms
suivent : Amanus Mayette, Biron Odig6, Roland Dauphin (alias Black Ronald), Figaro
D6sir, Ernest Pascal, Vikes Janvier, Jean Claude Jean-Baptiste dit Jean Claude D6sir,
Herv6 M6ristil, Dieubonnet Mayette, Georges Michel Valbrun, Yvon Neptune,
Jocelerme Privert, Jocelyne Pierre, Jean G6rard Dubreuil, Roody Berthomieux, Calixte
Delatour, Jean Robert Esther, Olvy Emilcar, Pierre Destinoble, Andre Louissaint,
(voir En bref / 18)


Page 2


DECES

DE PERE MAX DOMINIQUE

Nous annoncons le d6ces de Pere Max Dominique, survenu le samedi 17 septembre a
Port-au-Prince a la suite d'une longue maladie.

Pere Maxi, enseignant, a profess au Petit S6minaire College St Martial.

II a v6cu aussi de nombreuses anndes d'exil sous le regime Duvalier, qui l'ont conduit
en Europe, en Afrique, et finalement aux Bahamas oi il fut le cur6 des Haitiens de
Freeport.

Md6odie FM pr6sente ses condol6ances a la famille et a la congregation des Peres du
St Esprit a laquelle il appartenait.

La date des fun6railles de Pere Max Dominique sera communique ult6rieurement.







SACTUALITE ELECTORALE


Ah prW-v


~do b bw mdo
PE W:&
U- r


- _- --- -. .


---. -_ "Copy-rig-hted Materal- -"
-_- _
-0 .0w 4




"-Copyrighted Material Wom

mwil Syndicated.Content

Available from Commercial News Providers"


W..
-

44-


O


-- -
Am.


.-.W 0 1


C


-..w -9 W 0


-, n -
0-

o -woipo -o o 4 4 do
~~~~~~-W 4b m oOq m .d ..
~dim.- a 4
~- G
Ab--


I I UNIBANK



"Falsons route ensemble"

www.unibankhaiti.com


Mercredi 21 Septembre 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 34


54 -mlkl


Page 3


SOMMAIRE
ANALYSE
Candidats a vos marques !
Un premier peloton de tete p.1
EDITORIAL
Lavalas contre Lavalas
Un cas de conscience pour le militant Lavalas p.1
ACTUALITE POLITIQUE
54 candidats a la pr6sidence p.3
MIDH/Lavalas, une alliance imbattable et tout a
fait naturelle ", selon Marc Bazin p.3
Lancement de la Convention des Partis Politiques p.7
SAGES ET AMNISTIE
Avis sur le projet de d6cret sur l'amnistie soumis au
Conseil des ministres p.12
AIDE & IMMIGRATION
France : une aide financiere importante veut enrayer
l'afflux massif de refugies haitiens p.8
L'UE lbve les sanctions contre Haiti p.9
GonaYves : un an aprbs les inondations, des milliers
se battent ... p.9
SANTE & POPULATION
Probl6matique de la question de Sante en Haiti p.10
Plantes tropicales utiles dans le traitement du
paludisme p.13
Contrefacon : 1'OMS tire la sonnette d'alarme p.13
DEVELOPPEMENT DURABLE
La resistance paysanne p.16
PRESSE & SOCIETE
Un projet de charte pour les m6dias p. 1
11 _


Cast vous u dcide dv horae... Parout ou vous tes
accedez UNIBANKOnline un vrae succursale n gnel

> Pa zn'imortequi ayant un ompte laUNIBANK
any voumre son comptsUItBA.

> FaitsvostransfertssurFltranger
> Achete des cheques d direction e ur 'ranger
> Commander votre attestation bancaire

Consultez la longue liste d'autres transactions possibles
en cliquant sur le www.unibankhati.com


.







IUNE ANALYSE DE L'ACTUALITE


Mercredi 21 Septembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 34


CANDIDATS, A VOS MARQUES!


Un premier peloton de tete


(Elections ... suite de la lere page) Bazin espbre s6duire tout ou partie de l'dlectorat
premieres armes au sein du pouvoir Lavalas en devenant Lavalas grace 5 son programme politique qu'il exposait
ministre de la Planification et de la Coop6ration externe rdcemment, l'un des rares candidats 5 en avoir un couch
noir sur blanc.
Quant 5 Dumar-
sais Sim6us, s'il arrive 5
passer le test de la
nationality (il aurait aussi
la nationality am ricaine
alors que la Constitution
haitienne y fait objection
au candidat 5 la
pr6sidence), il peut
compter sur sa fortune
personnelle pour l'aider 5
s'approcher du but.
La campagne
6lectorale cofite cher dans
un pays ou les candidats,
particulibrement au niveau
des Mlections locales et
territoriales, doivent
satisfaire au versement de
la caution obligatoire ainsi
qu'aux exigences du fisc.
Sim6us peut se
r6v6ler un d6panneur
L'Alliance Tt Ansanm former par Dumarsais Sim6us et le Dr G6rard Blot providentiel.
photo Yonel Louis L'ex-pr6sident Pr6val ne semble pas consider
sous la deuxibme pr6sidence Aristide qui s'est achev6e qu'il prend un risque en ne se pr6sentant pas sous l'6tiquette
brutalement le 29 f6vrier 2004. A laquelle il doit sa r6ussite aux pr6sidentielles de 1995,
entendez Lavalas.


La campagne cotite cher ...


Dans les rues de la capitale et dans le petit peuple


Tous les candidats seront informs a temps des r6sultats de leur participation.


qui se r6clame du Lavalas, c'est son nom qui revient le
plus souvent aprbs celui d'Aristide.
Cependant le taux de participation lors des
pr6sidentielles de 1995 n'a pas Wtd des plus 6lev6s, particu-
librement a Port-au-Prince. Et on a toujours dit que c'est
son pr6d&cesseur et mentor Aristide qui l'avait voulu ainsi.






"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"









L'Age du troc ...
Pr6val peut-il pr6tendre aujourd'hui a l'dlectorat
Lavalas sans passer par le chef historique du parti? Sans
passer par ses fourches caudines ...
Il semble que ce soit 1 le pari qu'il fait.
Mais comme nous disions tant6t, il s'est fait aussi
sa propre niche dans certaines regions du pays.
De plus on considbre g6ndralement, ceci a
diff6rents niveaux de la soci6td, que sa pr6sidence n'a pas
Wtd la pire.
Marc Bazin est probablement le meilleur orateur
des trois. Et quand il defend son nouveau programme
politico-6conomique, il est anim6 de passion.
Il se veut proposer une approche toute particulibre
pour contouner les affres de l'dconomie neo-lib6rale sans
devoir pour cela retourner a l'age du troc, ni tomber dans
le moyen age ou la production z6ro, tel que nous le
connaissons en ce moment, ni dans le mis6rabilisme. En
un mot, il a une explication qui se veut rationnelle de la
crise traverse par le pays, et sans 6pargner aucune
cat6gorie sociale.
Sa bonne parole peut porter auprbs, non pas des
masses r6signdes ou des 6tudiants exalts, mais des ouvriers
et artisans, pares et meres qui luttent difficilement pour
joindre les deux bouts.

Operation de charme ...
Son alliance avec les mousquetaires Lavalas
(Feuill6, Herivaux qui, de leur cote, se sont battus pour
avoir un certain affranchissement auprbs du grand patron
exild en terre sud-africaine) ne devrait surprendre personne.
Des le lendemain du 29 f6vrier 2004, Marc Bazin a
commence une grande operation de charme auprbs de cet
6lectorat. "Le peuple ne nous a pas demand de renvoyer
Aristide, il aurait pu le faire lui-meme", n'a-t-il cess6 de
reprocher aux tenants du pouvoir en place.
Malgr6 tout, alliance annonc6e la semaine
dernibre a pris tout le monde par surprise, encore plus le
militant Lavalas.
Marc Bazin et ses allies, les ex-parlementaires
Lavalas, ont encore beaucoup A faire pour vendre, comme
on dit, leur initiative au peuple Lavalas.

Vers la terre promise ...
Pour sa part, Dumarsais Sim6us s'est pr6sentW,
apres avoir fait jeudi son dep6t de candidature au CEP,
comme un "gagnant", et rien d'autre. "Je suis un gagnant,
j'ai toujours gagnd." Et cette fois, il veut qu'Haiti gagne
avec lui!
M. Sim6us est sfirement descendu avec dans ses
bagages un directeur de marketing psychologique. En effet,
mine de rien, ce sont 1 des propos qui peuvent avoir un
certain impact dans un pays ou tout le monde, A commencer
par les autorit6s, ont baiss6 totalement les bras.
Alors que l'actualit6 ne r6sonne que de d6boires,
d'assassinats psychologiques et assassinats r6els de
compatriotes immigrants ill6gaux en republique voisine,
de morosit6, kidnappings, et menaces a la souverainet6
nationale, bref quand tout semble perdu, voici qu'un multi-
millionnaire haitien nous tombe du ciel et pretend nous
conduire vers la terre promise.
(voir Elections / 5)


Page 4


Republique d'Haiti
Ministere de la Sante Publique et de la Population
Programme de Reorganisation et de Rationalisation
du Systime National de Sante

Pret BID 1009/SF-HA

Avis d'appel d'offres Public International
AOI-02-05

Avis sp6cifique de passation de march pour l'acquisition de onze (11) ambulances.

Le Gouvernement de la r6publique d'Haiti repr6sent6 par le MSPP a obtenu un pret de la Banque Interam6ricaine de
D6veloppement (BID) pour financer le Programme de Rdorganisation du Systeme National de Sante. Une partie
ddes fonds de ce financement doit effectuer les paiements eligibles au titre de contrat avec des fournisseurs pour :
" 1'acquisition des 6quipements m6dicaux pour les units communales de sant6,. "

Cet appel d'offres est ouvert a tous les candidats des pays membres de la BID. L'Unit6 de Gestion et de Coordination
du Programme (UCG) invite les candidats eligibles a presenter leurs requetes sous enveloppes scell6es.

Les candidats eligibles qui sont int6ress6s pourront obtenir a partir du lundi 5 Septembre de 9h AM a 3h PM les
documents d'appel d'offres en langue francaise suite a une demande 6crite ou en se pr6sentant en personne a l'adresse
ci-dessus et moyennant le paiement d'une somme non remboursable de cent dollars (US (US# 100.00) ou la contre
valeur en gourdes au taux de r6f6rence de la Banque de la R6publique d'Haiti (BRH) ou la contre valeur en gourdes
au taux de r6f6rence de la Banque de la Republique d'Haiti (BRH) le jour de l'acquisition du document. La forme de
paiement se fera par un cheque Certifi6 ou de Direction 6mis a l'Ordre du'" Projet MSPP/BID ".

Le document d'appel d'offres pourra aussi etre envoy par service courrier, lequel devra etre pay6 par la firme
consultante ou par courriel a l'adresse 6lectronique sus indiqude. L'UGC n'endossera pas de responsabilit6 pour les
dossiers perdus ou livrds tardivement.

Les requetes devront etre remises a l'adresse ci-dessous avant ou au plus tard le Jeudi 20 Octobre 2005 a 12h PM

Adresse : Projet MSPP/BID
Ancien local Hopital Militaire
Rue Saint Honor6, # 111
Port-au-Prince, Haiti
Code Postal ou
Courriel: ugc msppbid(ayahoo.fr
Les soumissions tardives ne seront pas accept6es et seront retourndes sans avoir Wtd ouvertes. L'UGC decline toute
responsabilit6 sur les soumissions qui ne seront pas rescues a 1'adresse indiqu6e.

Les enveloppes contenant les proposition financibres seront ouvertes, en stance publique d'ouverture des offres "
en presence des soumissionnaires d6sirant y assister a l'adresse indiqude plus haut, le jeudi 20 Ooctobre 2005 Ih
PM.

Pour la comparaison des requetes des soumissions, uniquement seront utilis6s les facteurs m6thodes et critbres 6tablis
dans le document d'appel d'offres. Ces critbres d'6valuation seront en conformity avec les dispositions sp6cifiques
des instructions aux candidats. Toute question relative au present Appel d'offres devra etre soumise par 6crit a
attention du Dr Jean Andr6e l'adresse indiqude plus haut.






Mercredi 21 Septembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 34


Page 5


I LAVALAS VERSUS LAVALAS


Cas de conscien
(Lavalas ... suite de la lere page)
d'Aristide (2001-2004). Done, un homme du s6rail.
L'autre fraction, aprbs avoir cherch6 en vain a inscrire la
candidature a la pr6sidence du pare G6rard Jean Juste, maintenu
en detention depuis deux mois par le gouvernement int6rimaire et
sans raison apparente sinon pour lui barrer la route, a d6bouch6
sur un d6sarroi encore plus total.
En effet, le principal animateur de cette tendance, l'ex-
s6nateur Louis G6rald Gilles, finira en dernibre minute par
presenter sa propre candidature a la pr6sidence ... Mettant ainsi
fin lui-meme au suspense Jean Juste.
Il y a meme de fortes chances que Gilles rejoigne aussi
l'alliance avec Marc Bazin, au doux nom de l'"Union pour Haiti",
puisque ses deux alter ego, les ex-parlementaires Yvon Feuill6 et
Rudy HWrivaux, en sont d6j~ membres apart entire. Et tuti quanti.

Niet! ...
Ainsi
prend fin une
longue 6preuve de
force oft le parti
de l'ex-pr6sident
Aristide devait se
positionner par
rapport aux
c6ections apples
p remplacer la
classe dirigeante

novembre et
d 6 c em b r e
prochains.
D'abord
c'est le NIET. Pas
d'dlections sans le
S6nateur Gerald Gilles photo Yonel Louis retour "physique"
du president d6chu ...
Cela dura plus d'une annde marquee par les pires tumultes
que le pays ait connus depuis longtemps et plus d'un millier de
tuWs dans tous les camps.
I1 faut rendre hommage i l'administration am6ricaine qui
insista pendant tout ce temps que des 61ections sans la participation
du Lavalas n'auraient pas de 16gitimit6 populaire.
Paradoxalement, ce sont les Etats-Unis qui ont entrepris
ce que le peuple lavalassien appelle le "kidnapping" de son
president le 29 f6vrier 2004.
Bien entendu, les tombeurs d'Aristide (autrement dit les
tenants du regime actuel) firent tout leur possible pour prouver le
contraire. Mais mWme en jetant en prison plusieurs dirigeants du
parti, ils ne sont point parvenus i l'61iminer du jeu. Aujourd'hui,
les candidats qui se d6gagent en tfte du peloton, comptent
ouvertement sur le grand 6lectorat Lavalas pour arriver au but.

D'une position A une autre ...
Paradoxalement, le leadership Lavalas n'a pas su faire
preuve de cohesion au moment meme oi il le fallait. Aprbs avoir
sembl6 longtemps refuse de reconnaitre la nouvelle donne sur le
terrain, jusqu'e provoquer un 6clatement entre les barons qui
avaient dt forces de prendre l'exil et ceux rests au pays (mme
ceux qui sont en prison n'ont pas Wtd 6pargnds par cette sourde
lutte intestine, aussi cruelle sans doute pour ces derniers que les
tourments que leur font leurs ennemis et bourreaux), les chefs


Elections/Analyse ...
(suite de la page 4)
N'oublions pas que le PDG de Sim6us Food, base au
Texas, se pr6vaut tout naturellement aussi de ses attaches dans
l'entourage de la Maison Blanche.
Entre Pr6val ou la m6moire, Marc Bazin ou une certaine
aisance et les millions de Sim6us, notre coeur balance ...
Jusqu'a nouvel ordre.

Haiti en Marche, 19 Septembre 2005


ice pour le militant
Lavalas se mirent a errer d'une position a une autre, Aujourd'hu
tant6t opposes aux elections, tant6t au contraire leaders du parti ont c
voulant imposer un candidat a la pr6sidence sont fourvoyds, se so
impossible, parce que en detention etjustement pour soit par erreur dejugt
qu'il ne puisse pas presenter sa candidature. Un d6fi de chantage de la pa
difficile a relever quand personne ne respecte plus le aux militants de la b
moindre principe. a leur tour.
Tant6t acceptant le principe des elections I1 est peut
jusqu'a vouloir y imposer son candidat, tant6t les elections, 6tant donni
rejetant au nom de ses dirigeants emprisonn6s depuis engage ...
plus d'une annee. Puis le lendemain essayant I1 est peut-
nouveau d'effectuer une sorte de perc6e vous n'avez aucune
louverturienne 1lectorale ... W6t conclues.


Lavalas
ii que les d6s sont jets, et que les
le toute evidence fait fausse route, se
nt 6gards dans une nouvelle impasse,
ement, soit par omission, soit victimes
rt des grands de la planete, il revient
ase de se prononcer, de faire un choix

-etre trop tard pour dire non aux
6 que leur parti est d6ja officiellement

etre trop t6t aussi pour dire oui, si
connaissance sur les alliances qui ont


d Material

SCOntent

rcial News Providers"


Bref, Fanmi Lavalas a pech6 de n'avoir pas
eu une strat6gie claire et d6termin6e. Ou comme on
dit encore, par manque de vision.
II pouvait choisir de ne pas aller aux
elections. Mais cela a la suite d'une lecture precise
et 6clairee (et aussi consensuelle) de la nouvelle
situation cr6e par le "coup" du 29 f6vrier 2004 ...
On peut etre encore plus fort dans
l'opposition, d'autant plus quand le nouveau regime
est en train de patauger a tout point de vue et que
vous &tes stir de la loyaut6 de la base.

"Fe mbso, kite mbso" ...
Tout comme on peut choisir d'aller aux
elections. Soit tout seul, soit par des alliances ...
Mais c'est 1 aussi un choix qui doit etre
d6fini et d6finitif, sans hesitation ni retour en arribre,
ou l'on jette toutes ses forces, de telle fagon a forcer
l'ennemi a abattre toutes ses cartes. Mettre l'ennemi
au pied du mur. En demeure de saboter les elections
a l'avance s'il se voit sur le point de les perdre. Un


test aussi pour
international qui les
patronne. Obliger
celui-ci 6galement a
d6voiler davantage son
jeu.
Lavalas n'a
fait ni l'un, ni l'autre.
II a voulu se contenter
comme toujours de
jouer au plus malin. Ce
n'6tait ni le lieu ni
l'heure.


SP



Mimw, FL331O0
o -30-7563695


Alors nous vous conseillerons un vieux prdcepte
haitien: "fe m6so, kite m6so." Donnez 40%, et conservez
60%.
Au nom de ceux qui sont morts dans la lutte ou
qui se sont sacrifice, des milliers tombs lors des coups
d'6tat successifs et autres bouleversements, des dizaines
de milliers de victimes des dictatures depuis Papa Doc,
au nom des haitiens et haitiennes qui revent, ont rev6 et
qui continuent de croire et de s'investir pour une Haiti
meilleure, et (nous insistons) quelle que soit leur
philosophie politique:
Fe mbso, kite mbso.
Donnez aujourd'hui si vous voulez 40 pour cent.
Conservez les autres 60 pour cent. Pour Haiti ...

Editorial, Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince

Problematique de la
question de Sante en Haiti
P.10


at6 Plus Bakery, Inc
Netumf Juice


-lrl., HE. 'W
zaa aurzu


Fiche d'Abonnement a Haiti en Marche


Nom


Adresse


Haiti
Etats-Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


6 Mois
Gdes 250
US $ 40.00
DC $ 42
US $ 70
US $ 70


1An
Gdes 500
US $ 78
DC $ 80
US $ 135
US $ 135


renouvellement


Novel Abonn
Nouvel Abonn6

I


Livraison a domicile double rif





I MIAMI-DADE I


Mercredi 14 septembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 33


fe yon biznis mache
onte Miami-Dade ?

cha Renouvelman Lisans Pwofesyonel
yo fet anvan 30 septanm 2005

Ale peye nan:
Main Office
(Biwo Prensipal)
Downtown Miami
140 West Flagler Street, Ist Floor
Miami, Florida 33130
Branch Office
(Biwo Sikisal)
South Dade Government Center
10710 SW 21 I Street, Room 104
Miami, Florida 33189

Di lendi a vandredi de 8e dimaten jiska 5e lapremidi
Pou plis enf6masyon, vizite Pesepte (tax collector)
Miami-Dade la nan www.miamidade.gov/taxcollector
oswa rele 305-270-4949


pedi tan. Ale sou entenet lan.
miamidade.gov

MIMI-Al

.4ivri eox /al/fS C~kaklon






Mercredi 21 Septembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 34


Page 7


DIALOGUE POLITIQUE


Lancement de 1
La question politique est de toute evidence
fondamentale dans le fait social haYtien. Les multiples
problbmes soulev6s par les crises successives qui d6chirent
le tissu social, affaiblissent l'Etat, compromettent le projet
du peuple et retardent le d6veloppement du pays. La
resolution de ces problbmes passe n6cessairement par la
modernisation de la lutte politique.
Moderniser la lute politique, c'est le mot cle qui
explique la naissance de cette Convention des Partis
Politiques haitiens. Le lancement a eu lieu le Jeudi 15
Septembre 2005 a l'h6tel Montana, en presence d'un
repr6sentant du gouvernement Norv6gien, 1'Ambassadeur
Tom Tirihjell, d'un repr6sentant de l'6glise luth6rienne de
Norvbge, des ambassadeurs du Canada, de l'Allemagne et
du Canada ainsi que de plusieurs membres du
gouvernement int6rimaire, dont le ministre de l'Int6rieur,
Mr Paul Gustave Magloire, le ministre a la Condition
Feminine, Mme Adeline Magloire Chancy, et le ministre
de l'Education Nationale, Mr Pierre Buteau.
L'6v6nement 6tait d'importance et peut etre
consid6r6 comme la r6sultante de nombreux efforts qui ont
rassembl6 autour de l'ISPOS (Institut Sup6rieur de
Formation Politique et Sociale, une initiative du
Gouvernement haitien et de l'Eglise Luth6rienne de
Norvbge) des femmes et des hommes de notre pays, leaders
de partis politiques consicents de la n6cessit6 d'imposer
un changement dans la vie politique de chez nous.


a Convention des Partis Politiques
Ce n'est pas par hasard que la classe politique est concentrer entre ses mains et les perdants a cesser les
trbs mal percue de la population. Ou que les politiciens attaques r6p6t6es contre le gagnant, choisissant de
soient percus comme des "magouilleurs", des gens qui ne pr6f6rence de l'aider B remplir la tAche qui lui a Wt6 confine
font rien pour le peuple, ni pour
le pays et qui ne deviennent actifs
qu'au moment d'61ections,
lorsqu'il s'agit de solliciter le
vote de la population pour leur
permettre d'acc6der aux plus
hautes fonctions administratives. ...


Au cours des mois, on
a multipli6 rencontres,
s6minaires, contacts les uns avec
les autres, discussions pour
parvenir a la publication d'un
certain nombre de documents sur
lesquels nos hommes politiques
ont d6cid6 de calquer d6sormais
leur comportement.
Il s'agit du Code
d'Ethique, qui impose aux
hommes politiques du pays un
changement de ton dans leurs
relations interpersonnes; le Pacte
de Gouvernabilit6 selon lequel le
gagnant s'engage a ne plus tout


La ceremonie de


lai


............I.. ..... . ....
A ,. .. A A.A
A vai lab le ....o m iiii C o m rc a N w ... ....i BIii :: iili .D !!i iiiili .....i.... rs"iii


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


ncement de la Convention a 1'H6tel Montana: au micro
Myrlande Manigat photo HenM
par la nation.
Tout cela est tres beau, mais ne serait que lettre
morte sans la creation du dernier n6 dans ce processus de
modernisation de la vie politique. Nous voulons parler de
la Convention des Partis Politiques, qui est une r6alit6
depuis ce jeudi 15 Septembre.
Cette Convention n'est pas une fusion de partis
politiques. Ce n'est pas non plus une alliance. C'est plut6t
un instrument susceptible de travailler a la consolidation
des acquis d6mocratiques. La Convention a pour tache de
d6fendre, de garantir les droits des partis et de contribuer a
leur 6panouissement. Voici les principes cit6s dans la
Declaration de principe de la Convention des Partis
Politiques Haitiens:
Defendre collectivement les intr&ts de la Nation
et ceux des partis politiques;
Normaliser effectivement la vie politique en
Haiti;
Eduquer, informer et motiver la communaut6
sur l'importance et le r6le des partis politiques dans le
systeme d6mocratique.
La c6r6monie officielle de lancement de la
Convention des Partis Politiques Haitiens a vu d6filer tour
a tour au podium le Dr Jean H6nold Buteau, en quality de
maitre de c6r6monie, qui a qualifi6 ce lancement
(voir Dialogue / 8)


ERW FINANCIAL

GROUP
Licensed Mortgage Brokers and Lenders

Eske ou janm mande t&t ou
Eske mwen ta kapab viv sa yo rele Rev Amerikin-an?
Kite ERW Financial ede ou fR rev sa-a vin-n on reyalite.

ESTIMASYON GRATIS AK REKLAM SA-A!
(yap ba ou kredi 1I ou fR closing la)
Yap prete ou k6b menm si ou gen move
kredi oswa ou san kredi.

Ou pa bezwen peye pou fR aplikasyon!

Nou pap verifye sal&-ou oswa sa ou posede!

Nou ofri pi bon inter& ak anpil 16t chwa!

Nou afilye ak pi bon institisyon ki prete lajan!

Washington Mutual, Bank of America, Countrywide,
Wells Fargo
Ak anpil 16t ank6

Rele nou jody-a e ouap gen kay ou demin!
305 865-6588
305 865- 6510

www.erwfinancial.com

UNION PLANTERS BUILDING
3550 Biscayne Blvd Suite # 407
Miami, Florida 33137


ETUDES UNIVERSITAIRES
EN REPUBLIQUE DOMINICAINE


LA CASA INTERNACIONAL

Vous invite a etudier a la
UNIVERSIDAD CATOLICA TECNOLOGICA DEL CIBAO
(ucateci) a La Vega,

Republique Dominicaine

LA CASA INTERNACIONAL
Style Campus Universitaire;
Ambiance de Famille; Service Internet
pour recherches; Pension Complete

Etudiez a UCATECI;

Logez a La CASA INTERNACIONAL


Sessions academiques : Septembre, Janvier, Mai

INFORMATIONS
Republique Dominicaine : (809) 454-0555/(809) 573-5629
Etats-Unis : (781) 322-4463
Haiti: (509) 245-3708
E-mail: camsv78(a0hotmail.com
UCATECI La Universidad que Exige Nuestro Tiempo"
Tels. : (809) 573-1020 Ext. 235
www.ucateci.edu.do







I MMIGRATION CLANDESTINE


Une aide financiere importante veut enr

d'immigres en provenance de Port-a
L'Express, 15 Septembre 05 exceptionnelle pour la rentr6e scolaire, un demi pour la lutte contre le sida... C'est une
Un million d'euros d'aide autre pour 1'aide alimentaire, un million et visite sonnante et tr6buchante que la


(suite de la page 7)
d'6v6nement sans pr6c6dent dans la vie
politique haitienne, si important qu'on
qualifiera d6sormais, selon lui, la vie
politique haitienne de periode avant et de
periode apres la Convention.
Le Directeur de 1'ISPOS, Institut
Sup6rieur de Formation Politique et Social,
Mr Garraudy Laguerre, a voulu insister sur
le travail qui restait a faire, et d'abord la
tache incombant dans l'imm6diat aux
leaders, celle de choisir celui ou celle qui
assurera la pr6sidence de la Convention. I1
ne faut pas s'endormir sur ses lauriers et se
mettre dans l'imm6diat au travail.
Au cours des diverses
interventions qui ont suivi, on a entendu
parler de changement de langage, de
comportement, de la volont6 de garantir une
saine competition entre Partis politiques et
ceci pour mettre fin a la d6ch6ance
caract6risant la vie politique haitienne
(Edgard Leblanc), de changements
importants dans la manibre de faire de la
politique en Haiti (Ph6lito Doran).
Les partis politiques presents
n'6taient pas en grand nombre, a peine le
quart des partis existants. Aussi Himmler
R6bu a-t-il souhait6 que les absents du jour
se joignent a eux pour l'agrandissement de
la plate-forme, ceci dans le but de mettre
fin a cette atmosphere de bataille et de
guerre.
Myrlande Manigat, la seule
femme a prendre la parole, s'est pench6e
sur le rl1e de la Norvbge, tant celui du
gouvernement que celui de l'Eglise de


Norvbge, dans la resolution des conflits
d6chirant de nombreux pays: le Sri Lanka,
le Timor Oriental, le Guatemala et Haiti.
La Norvbge est impliqu6e en Haiti
depuis les ann6es 1992. A cette 6poque, il
s'agissait de rapprocher les deux entities se
partageant 1'ile d'Haiti, en organisant
p6riodiquement des rencontres entre les
deux soci6t6s civiles. Ce n'est qu'en l'ann6e
2000 que l'orientation a change, mettant la
note dominante sur les leaders politiques
haitiens, les invitant p6riodiquement a se
rencontrer pour discuter entre eux de
dialogue, de rapprochement en vue
d'arriver a une reconciliation. Ces diverses
rencontres ont eu lieu aussi bien en Haiti,
dans des hotels de plage, loin du bruit et
de la fureur de la vie politique haitienne,
qu'en Norvbge en presence de diverses
instances de la vie universitaire et politique
de ce pays, avec des observateurs venant
de la R6publique dominicaine ou du
Guatemala ou d'ailleurs pour partager leurs
experiences avec les Haitiens.
Les divers participants a la
c6r6monie de lancement entre autres
Hubert de Ronceray ou Victor Benoit, ont
pris l'engagement de respecter le code
d'Ethique et d'oeuvrer pour que l'Etat
haitien sorte du bourbier caract6risant la vie
politique.
Quand les citoyens prennent le
temps de se parler, tous les espoirs sont
permis" a indiqu6 le Ministre de l'Int6rieur,
Paul Gustave Magloire.

E.E.


ministre francaise d6l6gu6e a la
Cooperation vient d'achever H Haiti. En
marquant ainsi le coup, a une 6poque
cruciale de cette fragile r6publique les
premieres elections de l'aprbs-Aristide sont
programmees pour cet hiver Brigitte
Girardin a souhait 6 mettre un message
clair: seule l'aide au ddveloppement
permettra de consolider durablement
l'avenir du pays le plus pauvre des
Am6riques.

Juguler les appels a la haine
raciale
Un soutien francais d'autant plus
imp6rieux que la crise politique et
6conomique de Port-au-Prince a des
consequences non n6gligeables sur les trois
d6partements francais d'Am6rique (DFA).
Depuis un an, en effet, I'afflux des immigr6s
haitiens en Guyane, en Martinique et
Guadeloupe ne cesse de s'accroitre. "6 000
Haitiens d6barquent chaque ann6e aux
Antilles, explique Brigitte Girardin, par
ailleurs ministre de 1'Outre-Mer jusqu'en
juin 2005. Et les demandes d'asile se
multiplient." C'est en Guadeloupe que la


Page 8


1I I aH
mS1* vpso


K6d Florid

Sou Konstriksyon

yo pou 2004

la ap s6ti lye okt6b


1 ""Copyrighted Material
1* 0 Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"
W pw OM t


Mercredi 21 Septembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 34

ayer I'afflux

u-Prince
situation se fait la plus explosive.
Longtemps tol6r6e, la presence des Haitiens
- travaillant essentiellement, dans des
conditions mis6rables, dans les champs de
canne et les bananeraies suscite
aujourd'hui d'importants mouvements
d'humeur de la population, aliment6s par
une certaine presse x6nophobe, qui profite
du fort taux de ch6mage (environ 25%) du
d6partement pour agiter l'6pouvantail
haitien.
Pour calmer le jeu et juguler les
appels a la haine raciale, tout un arsenal
juridique a Wt6 mis en place depuis le
printemps: l6argissement des contr6les
d'identit6, destruction des embarcations des
passeurs, n6gociation avec la Dominique,
principale ile de transit, en vue d'un accord
de readmission qui oblige la Dominique a
assurer et a financer le retour des Haitiens
chez eux... Mais les autorit6s francaises le
savent bien: les moyens coercitifs ne sont
pas une fin en soi, et c'est a la source qu'il
faut enrayer l'immigration. D'oi l'idde de
lancer des projets dans les trois regions
agricoles "exportatrices" de main-d'oeuvre,
afin de fixer les Haitiens sur leur terre. Un
programme a la fois g6n6reux et int6ress6.


Convention des Partis Politiques






Mercredi 21 Septembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 34


Page 9


IGONAIVES 1 AN APRES!


Un an apres les inondations, des milliers
PORT-AU- peut plus contenir
PRINCE 15e battent encore pour reconstruire les inondations.
Septembre 05 Si MWme les pluies et
Mariale Jean Sylverin, rescapve de la temple grandes operations d'urgence du Programme Alimentaire orages peuvent engendrer des catastrophes naturelles et
tropicale Jeanne dean dernier, avait une tvisi Mondial (PAM) des Nations Unies en Hati. Deux jours occasionner de graves problbmes conomiques.
dans la masure d'une piece o r elle reside avec ses cement aprs qu les inondations aient laiss6 3 000 morts Le PAM vient actuellement en aide a prbs de 850 000
seulement apras que les inondations aient laissc 3 000 morts
quatre filles, elle aurait certainement regard av et prbs de 300 000 personnel dans le besoin, les convois du personnes en Haiti, grace a des distributions alimentaires cibl6es
fascination les efforts de sauvetage venus de partout sur les enfants souffrant de malnutrition, les femmes enceintes
et allaitantes, et les victimes du VIH/SIDA. II fournit 6galement
des repas aux enfants fr6quentant l'6cole primaire par sa
campagne d'alimentation scolaire. Cette operation permet 5
l'agence de r6server 15 pourcent de ses ressources pour r6pondre
aux nouvelles crises. Malheureusement, le PAM fait pr6sentement
face 5 une p6nurie de fonds de plus de 75 pourcent, soit 30,6
millions de dollars ambricains.
Un an aprbs le passage de Jeanne, le PAM exhorte ses
Copyrighted M atedonateurs 5 faire preuve de la meme g6ndrosit6 qu'5 l'6poque,
"Copyrighted Material ce qui permettra 5 l'agence de r6pondre avec autant
qd'empressement aux victimes de la prochaine catastrophe
S n dii i i o l r ei t n naturelle.


Ailable I IIfro I~I mercial NewVI Provd
Available from Commercial N ewProviders"


* m qPmm 4 ~o -


aux Etats-Unis pour venir en aide aux regions
d6vast6es par l'ouragan Katrina.
Grace a la vague de g6ndrosit6 qui fait suite
au d6sastre, l'assistance est maintenant en place
pour aider les victimes, et les survivants am6ricains
- certains sans ressources ou sans toit, tout comme
Sylverin sont maintenant assures de ressources
ad6quates pour reconstruire leur vie, leur maison,
leurs reves.
Pour Marie Jean Sylverin, ceci n'est que
songe. Le long d'une des routes boueuses d'Amba
Pointe, 1'un des quartiers les plus d6favoris6s de la
ville c6tibre des Gonalves, au nord du pays, Marie
Jean Sylverin vit, en compagnie de ses quatre filles,
dans son abri de fortune, construit a partir des
d&combres de maisons d6vast6es, le 18 septembre
2004, lorsque la tempete tropicale Jeanne a frapp6
les Gonalves de plein fouet, ne laissant sur son
passage que mort et desolation, dont on se ressent
encore aujourd'hui. Ce fut un coup terrible pour
Haiti, qui subissait encore les contrecoups de
d6cennies de degradation socio-6conomique, de
crises politiques et de catastrophes naturelles
periodiques.
Sylverin, 42 ans, n'a toujours pas les
moyens de construire une nouvelle maison. Elle et
ses enfants vivent encore dans leur taudis, a peine
assez grand pour accueillir le seul lit ou elles doivent
dormir toutes les cinq.
L'ampleur de la tache de reconstruction,
tant des maisons que des vies de milliers et de
milliers de personnes comme Marie Jean Sylverin,
reste encore aussi importante, un an aprbs la
catastrophe qui a Wtd a 1'origine de l'une des plus


PAM 6taient en route pour acheminer l'aide alimentaire
humanitaire aux survivants.
Pendant les six mois qu'a dur6 l'op6ration
d'urgence, prbs de 160 000 personnes, en grande partie des
femmes et des enfants, ont r6gulibrement recu du PAM, des
rations alimentaires qui leur ont permis de survivre au
d6sastre.
Comme la saison des ouragans est maintenant a son
apog6e, il est essentiel de pouvoir r6pondre rapidement et
ad6quatement aux urgences, telles que les inondations des
Gonaives, car, dans un pays comme Haiti, d'autres
catastrophes naturelles s'ensuivent in6vitablement.
Les changements climatiques ont fait doubler le
nombre d'ouragans au cours des 15 dernibres anndes. Cette
annde, les tempetes tropicales et ouragans pourraient bien
s'approprier encore plus de vies humaines dans la region,
l'une des plus gdographiquement touches au monde, car
elle n'est pas encore en
mesure d'affronter ces
catastrophes naturelles. l
Haiti, le pays le plus -Ipk
pauvre de 1'hemisphbre
occidental, est
particulibrement vulnerable
aux inondations et aux Biwo Ranf6sman K6d Lwa K
glissements de terrain a klik sourit konpite an pou w
cause de la degradation yon dosye plent/doleyan
environnementale. Une
deforestation intense a
de6forestationintense a Men konsey nap ba nou pou
dnud6 les collins et les kontrakt6 pa genyen pemi/lis
montagnes de leurs arbres et,
comme plus de 98 pourcent
du pays a Wtd d6bois6, rien ne


s r bhII
a r Irm ,lh =


d mio u -


-.... O
S-


- -."Copyrighted Material

--w -- Syndicated Content


-


Available from Commercial News Providers"





S. a 1
^


Au nombre des donateurs du PAM pour l'op6ration
d'urgence en Haiti, se retrouvent le Canada (7,4 millions $ US)
et la Suisse (800 000 $ US) ainsi que plusieurs donateurs priv6s
ayant contribu6 pour 100 000$ US.
Haiti est le pays le plus pauvre de l'h6misphbre
occidental et l'un des pays les plus d6favoris6s de tous les pays
en voie de d6veloppement. II arrive au 153Kme rang des 177
pays sur la liste de l'Indicateur de D6veloppement Humain du
PNUD (2004). La malnutrition chronique est end6mique chez
les plus vulndrables ; 42% des enfants de moins de cinq ans
souffrent de retard de croissance mod6rd ou grave. Les maladies
facilement 6vitables, comme la malnutrition et la diarrh6e, tuent
respectivement 28% et 20% des enfants ages de 0 a 5 ans.
L'approvisionnement alimentaire ne couvre que 55% de
la population et l'ins6curit6 alimentaire quotidienne touche 40%
des foyers haitiens. Haiti se retrouve, aux c6t6s de 1'Afghanistan
et de la Somalie, parmi les trois pays au monde ayant le pire
deficit calorique quotidien par habitant (460 kcal/jour) et quelques
2,4 millions d'Haitiens ne peuvent meme pas se permettre le
minimum quotidien de 2 240 calories recommand6 par 1'OMS.
Le PAM est la plus grande organisation humanitaire du monde ;
chaque annee, elle fournit une aide alimentaire a pres de 90
millions de pauvres, don't 56 millions d'enfants victimes de la
faim, dans 80 pays. PAM Pour I' alimentation mondiale.
Campagne mondiale du PAM enfaveur de alimentation
scolaire ; II suffit de 19 cents E.-U. par jour pour que des enfants
de pays pauvres puissent beneficier d' un repas nutritif a I' ecole
un don d' espoirpour un avenir plus prometteur. Consultez notre
site : www.wfp.org
Pour de plus amples informations, n'h6sitez pas a
contacter (adresses electroniques : prenom.nom@wfp.org):
Elise Benoit, Directrice adjointe, PAM/Haiti, Portable
+509 554 6443


K ti 6 0 w d0-



;onstriksyon Miami-Dade lan (BCCO) se yon ti kout fil seman oswa yon ti
Skapab verifye si kontrakte w lan kalifye ak pemi/lisans oswa si li genyen
s sou do li. Anvan w menm siyen yon kontra ak yon nouvo kontrakte sa
gen dwa ede w pa pedi de santen de dola ak anpil tet chaje.
I nou kapab fe atansyon, veye byen siy sa yo, pou nou we si petet yon
sans:
Anvan pou travay la koumanse se pou w peye yon gwo montan
lajan k6m garan.
Yo mande pou se w menm menm ki pou ale chiche pemi yo.
Yo mande w peye kach oswa fe chek la sou kach.
Machin li yo, kat biznis li yo ak menm nan reklam li yo pa genyen
nimewo pemi/lisans sou yo.
Pou nou kapab tcheke si pemi/lisans yon kontrakte bon oswa pou
nou pote yon plent/doleyans sou do li, rele 305.468.5900 oswa vizite
sitweb BCCO an nan: www.miamidade.qov/buildinqcode.
Biwo Ranf6sman K6d Lwa Konstriksyon Konte Miami-Dade lan se
yon depatman ki kontwole ak veye sou tout koze sou fason ak k6d
Iwa konstriksyon yo toupatou nan Konte Miami-Dade, li jere pib-
likasyon ak emet pemi/lisans kontrakte/boss konstriksyon yo epi
apwouve pwodwi konstriksyon yo ki sipoze s6vi pou bati nan
Konte an.

i. I rRb ^S


r~J"rt~"






Mercredi 21 Septembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 34


Page 10


SANTE & POPULATION


Problematique de la question de Sante en Haiti

QUELQUES PISTES DE REFLEXIONS POUR UNE AMELIORATION DE LA SITUATION

D' Rodolphe MALEBRANCHE L-

PREMIERE PARTIE :ANALYSE DE LA SITUATION B M


A un moment crucial de la vie politique haitienne ou
l'on serait en droit d'attendre l'organisation quotidienne
de grands colloques impliquant aussi bien les candidats a
la magistrature supreme, les partis politiques que la soci6t6
civile sur les grands problemes et d6fis auxquels est
confronted la nation haitienne, a savoir, entre autres :
la misere galopante et la paup6risation acc6l6r6e
de pratiquement toutes les couches de la society,
l'augmentation grandissante du foss6 entre les
quelques centaines de milliers de nantis de ce
pays et l'immense majority de la population, ce
qui constitue certainement'- qu'on le veuille ou
non l'une causes majeures de l'ins6curit6 qui
s6vit actuellement chez nous,
la d6sint6gration, si autant elles avaient jamais
exist, de toutes nos institutions et notamment
du system judiciaire,
la question fondamentale de la production
nationale,
l'6pineuse question de l'6nergie,
celle tout aussi fondamentale de notre
environnement d6vast6,
la probl6matique de l'6ducation a tous ses
niveaux
et bien entendu celle dramatique de la sant6...,
Il est navrant de constater la st6rilit6 et la pu6rilit6 du
d6bat politique. Les rares hommes politiques qui osent
parler vision et/ou programme de gouvernement ne se
hasardent pas au-dela de cliches st6r6otyp6s ou de lieux
communs quelconques que tout un chacun pourrait, sans
grand effort, 6noncer. Or la resolution de ces problbmes
majeurs sous-tend le d6veloppement durable de notre nation
et repr6sente la condition sine qua non de l'6rection sur
la terre d'Haiti d'un 6tat moderne, tourn6 vers la satisfaction
des besoins essentiels de l'ensemble de sa population.
I1 nous a done sembl6 int6ressant, dans un tel contexte, de
tenter au moins de susciter un veritable d6bat sur une
question au sujet de laquelle nous pensons avoir quelques


comp6tences aprbs prbs de trente ann6es de ", '
carriere professionnelle sur le terrain et pres
de deux ann6es passes a la tete du Ministbre
de la Sante Publique et de la Population
(MSPP).

I. INSTANTANE SYNOPTIQUE
DE L'ETAT DE SANTE DE LA
POPULATION HAITIENNE A L'AUBE
DU 36me MILLENAIRE
I1 n'est bien entendu pas question ici
de r6aliser une 6tude approfondie de l'6tat
de sant6 global de la population haitienne en
2005. Nous nous contenterons simplement
de rappeler que tous les indicateurs utilis6s
pour 6valuer l'6tat de sant6 global d'une
population donn6e sont au rouge. Haiti, en
ce qui concerne l'6tat de sant6 de sa
population, non seulement est class6e en
derniere position dans l'h6misphere
am6ricain mais encore fait 6tat de parametres
indicatifs nettement plus deterior6s que ceux
affich6s par des pays dont la situation socio-
6conomique g6n6rale est pourtant proche de
la sienne (Bolivie par exemple) ou qui
relevent d'une longue et sanglante guerre
civile (Nicaragua, Guatemala...). C'est ainsi
que:
l'esp6rance de vie moyenne a la
naissance d'un haitien ne d6passe
pas 55 ans, alors qu'elle avoisine
75 ans dans l'ile-soeur de Cuba et
qu'elle oscille entre 65 et 68 ans
chez nos voisins de la R6publique
Dominicaine ;
pres de 40% des citoyens haitiens
n'ont toujours pas aces aux
(voir Sante / 12) Femme accouchant en pleine rue photo Thony







Page 11


SAGES ET AMNISTIE I


Mercredi21 Septembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 34


Avis sur le Projet de Decret sur 1'Amnistie


soumis au Conseil des Ministres du 3 septembre 2005


Selon les termes de l'Accord Politique du 4 avril
2004, le Gouvernement de Transition a l'obligation expresse
de consulter le Conseil des Sages sur toutes les questions
d'interet national, et tries specifiquement lorsqu'il s'agit de
promulguer des Arretes et Decrets.
Dans le cas du Projet de Decret sur l'Amnistie,
mesure d'une extreme importance, le Conseil des Sages n'a
pas ete officiellement avise des mesures envisagees. II n'a ete
notifie que par des voies informelles.
Le Conseil des Sages a ainsi appris qu'un Projet de
Decret sur I'Amnistie etait a l'ordre du jour a la seance du
Conseil des Ministres du samedi 3 septembre 2005. Une
Commission a ete constitute a ce sujet. Cette Commission est
composee de cinq (5) membres du Gouvernement :
M. Herard ABRAHAM, Ministre des Affaires
Etrangeres et des Cultes;
M. Henri BAZIN Ministre de l'Economie et des
Finances, President de la Commission;
Mie Magali COMEAU-DENIS, Ministre de la
Culture et de la Communication;
M. Henry DORLEANS, Ministre de la Justice et de
la Securite Publique; et
M. Paul-Gustave MAGLOIRE, Ministre de
l'Interieur et des Collectivites Territoriales.
Compte tenu de l' urgence d agir en la circonstance,
le Conseil des Sages s'est rapidement reuni eta decide, dans
le cadre de ses attributions, d'emettre unAvis sur la question.

1.- Analyse du Projet de Decret
1.1.- Le Projet de Decret denature l'histoire de la
lutte contre le regime Lavalas
a) Durant l'ann6e 2003 etjusqu'en f6vrier 2004, il y
a eu de grandes mobilisations a travers le pays pour faire 6chec
a la tyrannie Lavalas. Cette mobilisation pacifique a
fondamentalement 6t6 le fait de groupes organisms de la Soci6t6
Civile, de Partis Politiques et de personnes engages.
b) L'irruption de groupes arms sur la scbne
politique, pour contrer le regime Lavalas, n'est apparue que
bien plus tard, au cours du mois de d6cembre 2003. Ces
groupes se sont surtout manifests dans des regions 6loign6es
de la capitale et proches de la frontibre dominicaine.
c) L'actuelle p6riode de Transition Politique est le
produit des luttes citoyennes et le fruit d'un large consensus
politique. La mobilisation qui a donn6 naissance a cette
Transition visait un but essentiel, se d6barrasser d'un regime
qui s'6tait singulibrement distingu6 par la violence d'Etat, le
pillage, l'extorsion, le viol et l'institutionnalisation du
mercenariat.


Le Conseil des Sages

1.2- Le Projet de Decret est sous-tendu par des
logiques inacceptables
Les logiques en question sont: l'impunit6, la
banalisation du mal et les traditions politiciennes.
a) L'6nonc6 meme des Consid6rants est parfaitement
choquant dans leur contenu et leur port6e qui sont un hymne
a l'impunit6.
L'Amnistie, qui se veut" pleine et entire ", recouvre
des infractions trbs larges d'une part, en relation avec le
mouvement arme contre le pouvoir et, d'autre part, dans le
cadre des tentatives de proteger le regime contre le
mouvement arme ". D'oi le caractbre sc616rat du Projet de
D6cret.
Ainsi par exemple, en r6f6rant aux individus qui ont
eu recours aux armes pour lutter contre le regime de M. Jean-
Bertrand Aristide et a ceux qui en ont fait de meme pour
d6fendre ledit regime, le Projet de D6cret stipule qu'ilfaut
proteger ces citoyens de toutes poursuites qui pourraient etre
exercees a leur encontre (3bme Consid6rant).
b) Le Projet de D6cret laisse entendre que les crimes
se valent.
Ce faisant, le caractbre inqualifiable des actes
commis est banalis6. Et, sous pr6texte de cl6mence (6bme
Consid6rant), le texte veut blanchir les deux groupes arm6s
qui s'affrontaient a la fin du rbgne Lavalas. Ainsi, on valorise
la violence utilis6e par des groupes, attestant certes d'une
puissance de feu mais n6anmoins marginaux et impliqu6s au
tout dernier moment dans la lutte contre le regime Lavalas,
ce au m6pris de la lutte pacifique conduite pendant plus de
deux (2) ans par diff6rentes couches des populations.
Puisqu'il s'agit de mesure de clemence ", pourquoi
des lors, au nom de cette meme logique, ne pas prot6ger tous
les criminels et perp6tuer ainsi le cycle infernal de l'impunit6
garantie?
c) Le Projet de D6cret s'inspire des pures traditions
politiciennes, selon lesquelles, en faisant l'impasse sur les
actes r6pr6hensibles d'un regime, on espbre b6n6ficier dans
le futur de la meme complaisance, tout en continuant d'afficher
un profond m6pris pour les populations au nom desquelles
ont pretend cependant agir.

1.3.- Le Projet Decret repose sur de faux constats
qui travestissent les actes evoques
a) Les crimes commis par les partisans et supporters
du regime Lavalas ont 6t6 commandit6s par le pouvoir en
place. Par consequent, ces crimes sont assimilables a des


LOST TREES DURING


THE STORM?


I Pick up FREE trees at


Florida

Memorial

College

15800 NW 42 Ave

on

Saturday,

October 15th
from
9 am 12 noon


*These are fruit (non-
citrus), flowering or shade
trees and will be given away
free courtesy of the Adopt-
a-Tree Program to all eligible
SMiami-Dade County residents
(see below for eligibility
requirements). Event time &
tree species are subject to
change.


TIp:
Bring a cart or wagon to transport trees to your car.
For more information call (305) 468-5900
[ 0or visit our web site www.mlamldade.gov/derm

Department of
MIAMI-DADE Environmental
EE Resources PLA OR THE FUTURE!
n Management

PLEASE READ THE FOLLOWING REGULATIONS TO PARTICIPATE:
"You must live in Miami-Dade County. You must be a private single family or duplex residential property owner or have
written permission and a copy of photo ID from the owner. Residents of apartments/condos/trailer parks are NOT eligible.
Bring photo ID. Meet these requirements? Then you are eligible to get up to two FREE trees per yearl Some restrictions apply.


crimes d'Etat et, a ce titre,
relbvent de la cat6gorie de
crimes contre l'humanit6.
Ces crimes ont
6t6 perp6tr6s sur un long
terme, avec un
paroxysme atteint
justement durant la
p6riode de d6cembre
2003 a mars 2004 vis6e
par le projet d'Amnistie
(Attaques contre
l'Universit6 d'Etat
d'Haiti, des stations de
radio priv6es et des
citoyens/citoyennes de
diverses categories;
Destruction, par incendie
et pillage, du centre ville
et de la zone industrielle
de la capitale; Attaque
contre la manifestation
pacifique du 7 mars 2004,
etc.).
b) Les crimes
commis par des membres
des groupes arms luttant
contre Lavalas, en
particulier dans le Plateau
Central, ne sont pas le fait
d'un regime et ne
r6pondent pas a un mot
d'ordre d6coulant d'une
structure politique
hi6rarchis6e. Ces crimes
executionss sommaires,
viols, lib6rations
inconsid6r6es de
personnes emprisonn6es,
etc.) sont de l'ordre des
crimes de Droit Commun
et des violations des
Droits de la Personne.

1.4.- Le docu-
ment de projet est
soumis A l'attention du
Conseil des Ministres
par le Ministre de la
Justice et de la Securit6
Publique, M. Henry
Dorl6ans, et par le
Ministre de l'Interieur
et des Collectivit6s
Territoriales, M. Paul-
Gustave Magloire.
a) De par leur
mission, ces deux (2)
MinistSres ont tout
particulierement vocation
d'intervenir en faveur des


populations, en veillant a satisfaire s leurs demandes 1lgitimes.
b) Depuis 1986, et plus sp6cifiquement apres la chute
du regime Lavalas pr6sid6 par M. Jean-Bertrand Aristide -
r6gime qualifi6 de Hors la Loi -, les populations haitiennes
n'ont eu de cesse de clamer leur d6sir de justice et leur refus
de l'impunit6. Ce fut encore r6cemment le cas, en juillet 2005,
a l'occasion de l'assassinat du pobte et journaliste Jacques
Roche.'
c) Dans sa declaration politique du 14 juillet 2005,
le Gouvernement de Transition s'6tait pourtant clairement
positionn6 et engage :

Les victimes du banditisme politique n'ont pas
besoin de lecon sur la democratic et la reconciliation, elles
ont besoin d' etre protegees par des actions concretes dans la
repression et la prevention du crime. [...] Nous voulons que
le monde entier le sache. C'est un acte [assassinat de Jacques
Roche] perpetrepar des monstres a la solde de Jean-Bertrand
Aristide et constituant le bras arms des restes de Lavalas.
Peut-on demander a ce gouvernement et au peuple haitien
d'accepter a une table de discussion des criminels, violeurs
et assassins qui, apres avoirpille les caisses de l'Etat, utilise
les services publics comme des instruments d'enrichissement
personnel, entendent desormais semer la terreur? Nous avons
ete tolerant envers le secteur Lavalas, nous ne le serons plus.
[...] Le pays est assiege et se donnera tous les moyens
necessaires a sa survie qui passe par la tenue des elections
avec des forces politiques democratiques ".

1.5.- Sous couvert d'une Amnistie g6enrale, le
Projet de Decret est fait sur mesure pour certaines
personnes
a) D'une part, pour l'ex Premier Ministre du
Gouvernement Lavalas, M. Yvon Neptune, incarc6r6 suite a
sa mise en accusation dans le massacre de La Scierie, a Saint-
Marc, en f6vrier 2004, et non comme prisonnier politique.
L'actuel Ministre de la Justice, M. Henry Dorl6ans,
avait pourtant promis, le jour meme de son installation (juin
2005), que des mesures seraient prises par lui, pour acc616rer
les procedures judiciaires relatives au cas Neptune et a celui
d'autres lavalassiens en attente de jugement -, de manibre a
ce que justice soit faite, et que l'affaire Neptune ne serve plus
pr6texte pour accuser le Gouvernement de Transition de
violations des Droits de la Personne.
b) D'autre part, pour certains membres de l'actuel
Front de Reconstruction Nationale et de l'ex Arm6e Cannibale
qui, au-dela du fait d'avoir pris les armes a un moment donn6
contre le regime Lavalas, se sont par ailleurs rendus coupables
de diverses exactions et de violations des Droits de la
Personne.
Ces infractions peuvent a n'importe quel moment
faire l'objet de plaintes. Les individusconcerns restent don
justiciables aux yeux de la Nation. Les droits des victimes
doivent donc &tre pr6serv6s.

1.6.- Le Projet de D6cret ignore les termes de
1'Accord Politique du 4 avril 2004 qui fonde le mandat de
1'actuel Gouvernement de Transition
a) Un des aspects essentiels du mandat du
Gouvernement de Transition porte sur les questions de Justice.

La Section A de l'Accord Politique, consacr6e a la
Mission du Gouvernement de Transition, en ses points d et f,
stipule que le Gouvernement s'engage a:
"Adopter des mesures urgentes pour combattre
l'impunite sous toutes ses formes et amorcer la reform
judiciaire (point d).
-"Mettre sur pied, une [...] Commission, pour
d'une part, enqueter sur les cas de disparitions,
d'enlevements, d'assassinats, de viols, d'executions
sommaires et de violations quelconques des Droits Humains
et de lapropriete privee, enregistres au cours de ces dernieres
annees, et d'autre part, evaluer le travail realise, a ce propos,
par 1' Office de la Protection du Citoyen (OPC) "(point f).
b) Le Gouvernement de Transition n'a jamais pris
des dispositions s6rieuses pour satisfaire a l'exigence de
Justice et au devoir de m6moire.
Comment, dbs lors, l'Ex6cutif peut-il meme songer
a envisager un quelconque projet d'Amnistie?'
(voir Sages /17)
F :


TOLL. P b 1.1bMM lm
aftb MIMM4
#Mt *4 U k^fr
DLL@ 26 M 4111
"corporate OUR VEHICLES
functions *EXECUTIVE SEDANS
*Air port Service *LUXARY LIMOUSINE UP
*Social Events TO 10 PASSENGERS
*Weddings *suv (HUMMER,
*parties EXCURSIONS)
*city tour
B A www.Megels.com







Mercredi 21 Septembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 34


Page 12


DOSSIER SANTE


Problematique de la question de Sante en Haiti


(Sante ... suite de la page 10)
soins de sant6 primaires, soit du fait de la distance qui
spare leur domicile de l'institution de sant6 la plus
proche, soit du fait du temps qu'ils doivent mettre pour
atteindre cette institution (Enquete Mortalit6, Morbidit6
et Utilisation des Services 2000 ou EMMUS III)'[1] ;
en d6pit d'une baisse assez importante au cours de ces
20 dernibres ann6es, la mortality des enfants d'Haiti est,
de loin, la plus 6lev6e de l'Am6rique Latine et des
Caraibes. Au cours de la p6riode 1995-2000, globalement
sur 1000 enfants n6s vivants, 119 sont d6c6d6s avant leur
cinquibme anniversaire [1]. Il est peu probable que les
donn6es d'EMMUS IV, en cours de preparation, soient
trbs diff6rentes de celles d'EMMUS III, au vu de la
degradation de la situation socio-6conomique et politique
du pays depuis les ann6es 2001-2002 ;
le taux de couverture vaccinale complete des enfants de
12-23 mois reste trbs bas (34%) [1] en d6pit des
campagnes de vaccination trbs m6diatis6es, r6alis6es
p6riodiquement par le MSPP avec l'aide des
Organisations Panam6ricaine et Mondiale de la Sante
(OPS/OMS) et/ou du Fond des Nations-Unies pour
l'Enfance (UNICEF);
une d6ficience de l'6tat nutritionnel de degr6 variable
est pr6sente chez prbs de 25% des enfants haitiens de
moins de cinq ans [1] ; par ailleurs prbs de deux tiers des
enfants haitiens ont une an6mie de s6v&rit6 plus ou moins
importante [1]. Tous ces 616ments bien 6videmment
hypothbquent gravement le d6veloppement physique,
psycho-moteur et encore plus de l'intellect de ces
enfants ;
le taux de mortality maternelle en Haiti a Wte estim6 dans
EMMUS III a 523 d6ces maternels pour 100.000
naissances [1], ce qui est 6norme. A titre comparatif, ce
chiffre est de l'ordre de 26 pour 100.000 naissances dans
les pays industrialists !! Cette donn6e catastrophique est
certainement a rapprocher du fait que seulement un quart
des naissances ont eu lieu avec l'assistance d'une
personne m6dicalement form6e et que prbs de quatre
accouchements sur dix ont Wte assists par des gens non
qualifies [1] ;
en ce qui concerne les conditions d'existence ayant une
influence d6terminante sur la sant6 de la population, 47%
des manages ruraux n'ont pas accbs a l'eau potable
courante (robinets ou fontaines publiques) [1] ; pour les
toilettes, 56% des manages, en milieu urbain se servent
uniquement de fosses rudimentaires, cette proportion
passant a 74% en milieu rural. Ces donn6es expliquent
la grande fr6quence en Haiti des pathologies lies a l'eau
et au p6ril oro-f6cal.
II. ORGANISATION DU SYSTEME PUBLIC DE
DISTRIBUTION DES SERVICES DE SANTE ET DE SOINS
I


Carte

International calls from Haiti are only 5 Gourdes per minute!

That's the same price as local calls in Haiti!
Anyone in Haiti with a Comcel No Limit Plus or Carte Blanche VIP Plus card
can call you whenever, wherever In the USA, Canada and other listed countries*
for 5 Gourdes per minute.


All you have to do is call the Comcel Customer Care at
1-888-426-6235 (1-888-4COMCEL)
to find out more about this service or to learn different ways to send
these cards to people you love, to people you want to talk to in Haiti.


USA Canada
Europe Argentina Bahamas Brasil
Chile* Colombia Venezuela Dominican Republic


A LA POPULATION HAITIENNE
A c6t6 de son rl1e normatif qui comprend
notamment :
l'6tablissement d'une politique nationale
de sant6 et la mise en place de structures
de contr6le efficaces permettant de
s'assurer de l'application de cette
politique par tous les intervenants ;
la definition des r6les respectifs des
diff6rents intervenants du system
(Institutions du secteur public et
Organisations non Gouvernementales
(ONG) oeuvrant dans la sant6
notamment), ceci pour une meilleure
efficacit6 du system ;
la definition de programmes et de
strategies destin6s a faire face a des
situations d'urgence (6pid6mies par
exemple) ;
le contr6le periodique des institutions de
sante priv6es...,
le MSPP, au travers de ses diff6rentes
institutions de sante, intervient dans la prestation
directe des services de sante et de soins a la
population. Nous nous int6resserons
essentiellement dans ce travail a ce deuxibme volet
fondamental du rl1e du MSPP, de loin le plus
difficile a conceptualiser et a mettre en oeuvre.

IIA. INSTITUTIONS DE SOINS DU
SECTEUR PUBLIC (MSPP) ET DU SECTEUR
PRIVE PHILANTROPIQUE (ONG): NOMBRE
ET CLASSIFICATION
Le dernier inventaire des institutions de
service de sant6 [2] r6alise en 2004 par
l'Association des ouvres priv6es de sant6 (AOPS)
a r6pertori6 un total de 633 institutions de sant6
(toutes categories et tous echelons confondus)
impliquees dans la prestation des services de sant6
et de soins a la population, institutions r6parties
sur tout le territoire national. Leur r6partition en
fonction du secteur auquel elles appartiennent est
int6ressante i consider ;
204 d'entre elles (environ un tiers)
relbvent du secteur public (MSPP) ;
187 relbvent totalement du secteur priv6
philanthropique ;
158 sont des institutions mixtes, c'est a
dire appartenant o ou g6r6es par des ONG
mais recevant un support (habituellement
prise en charge d'une partie ou de la
totality du salaire du personnel) du MSPP.
A noter que 84 institutions
S n'ont pu etre classes dans l'une


ou l'autre de ces categories par
les enqueteurs de 1'AOPS (motifs
non pr6cis6s) et figurent dans une
cat6gorie intitul6e autre "

IIB. DISPONIBILITES EN
RESSOURCES HUMAINES AU
NIVEAU DE CES INSTITU-
TIONS DE SANTE.
C'est certainement a ce
niveau que se situe l'un des
problbmes majeurs auxquels est
confront le MSPP pour la


ComC EL


* iwardxedtlelephones only. L .. I
*A13 -ourdes ta willbe a led to the firstmInute.
[Tobeeft fomths ervce te ustme mstbe rguaruse o oe f tes crd.]. ,


prestation de services efficients a la population. Pour bien
illustrer ce point fondamental, nous prendrons, a type
d'exemple, le cas d6monstratif du d6partement du Nord-
Est.
Pour desservir, en matibre de services de sant6 et de
soins, la population de ce d6partement le MSPP et les ONG
disposent de 28 institutions de sant6 dont un h6pital (celui
de Fort-Libert6). Le recensement du personnel medical et
para-m6dical effectu6 au niveau de 26 de ces centres [2]
donne les r6sultats suivants :
35 m6decins avec une majority trbs nette de
m6decins strangers (23) dont la nationality n'est
pas pr6cis6e; les enqueteurs n'ont par ailleurs
retrouv6 pour desservir tout le d6partement qu'un
chirurgien de nationalit 6 trangbre oeuvrant a
l'h6pital de Fort-Libert6 et un chirurgien haitien
travaillant au centre m6dico-social de
Ouanaminthe ;
61 infirmibres dont 42 de nationality haitienne;
52 auxiliaires, toutes de nationality haitienne;
deux dentistes !
ce sont des chiffres similaires que les enqueteurs de 1'AOPS
ont retrouv6 au niveau des autres d6partements du pays,
hormis bien entendu le d6partement de l'ouest un peu mieux
loti (en chiffres absolus). A titre d'exemple, il n'y a que 2
chirurgiens disponibles pour tout le d6partement de la
Grand'Anse, a l'exclusion bien entendu des Nippes.

IIC. DISPONIBILITES BUDGETAIRES DU
MSPP
I s'agit 1a du 2~e problime majeur auquel est
confront le MSPP pour jouer pleinement son r6le de
prestataire de services de sante et de soins.
Consid6rons en effet le budget 2004-2005 [3] de la
R6publique, encore en exercice. Les allocations de
fonctionnement du MSPP dans ce budget s'61event a
871.239.000,00 gourdes. L'Etat haitien ne consacre done
en moyenne que 108.90 gourdes par habitant aux problbmes
de sant6 de sa population, soit environ US $2.50, valeur
d6risoire, ridicule au vu de l'immensit6 des problbmes
auxquels doit faire face la population. Il est int6ressant de
noter qu'il n'est pas fait mention du budget
d'investissement du MSPP dans le budget 2004-2005,
contrairement au budget 2003-2004 [4] ; du meme fait,
l'enveloppe budg6taire allou6e au projet de sant6 Haiti-
Cuba dans le budget investissement 2003-2004 du MSPP
a disparu du budget 2004-2005, sans explication aucune et
sans qu'il soit fait mention de ces allocations ailleurs, du
moins a notre connaissance.

III. QUELQUES COMMENTAIRES
SUCCINCTS SUR CES DONNEES BRUTES
Ces donn6es appellent les quelques remarques
suivantes :
IIIA. Comme en t6moignent tous les indicateurs
de sant6 succinctement analysis au paragraphe I du present
travail, le MSPP et partant l'Etat Haitien a 6chou6 jusqu'a
present dans l'une de ses missions fondamentales, l'une
de ses obligations principales qui est de garantir, selon les
prescrits de la constitution, le droit a la sant6 de la
population, en mettant a la disposition de celle-ci des
services ad6quats de sant6 et de soins. En d6pit de ce fait,
nous restons entibrement favorable, pour un pays comme
Haiti, au maintien du rl1e de prestataire de services de
soins d6volu au MSPP, ceci contrairement a nombre de
bailleurs de fonds internationaux qui voudraient le voir
confine dans son rl1e normatif.
(voir Sante / 14)


MIAMIDADE
REQUEST FOR PROPOSALS (RFP) No. 501 WM

Investigative Services for Selected Workers Compensation & Tort Liability Claims


Miami-Dade County, as represented by the General Services Administration, is soliciting
proposals to provide for the Investigative Services for Selected Workers Compensation &
Tort Liability Claims.

It is anticipated the County will issue an agreement for a three (3) year period
plus two (2) one (1) year options to renew the term at the County's sole discretion.

This RFP has been assigned a 100% Small Business Enterprise Set Aside.

The RFP solicitation package, which will be available starting September 13, 2005, can be
obtained at no cost on-line at HYPERLINK "http://www.miamidade.gov/dpm" -
www.miamidade.gov/dpm. The package can also be obtained through the County's Vendor
Assistance Unit (305/375-5773).

A Pre-Proposal Conference is scheduled for
September 20, 2005 at 10:00 a.m. (local time) at Stephen P. Clark Center 111 NW 1st
Street, 13' Floor, Conference Room A, Miami, FL. Attendance is recommended, but not
mandatory. The Contracting Officer for this RFP is J.C. Romano who can be reached at
jromano(miamidade.gov or (305) 375-4262. If you need a sign language interpreter or
materials in accessible format for this event please call the ADA Coordinator at (305) 375-
1564 at least five days in advance.

Deadline for submission of proposals is September 29.2005, at 2:00 p.m. (local time), at
Miami-Dade County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street,
17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. This RFP is subject to the County's
Cone of Silence Ordinance 98-106.


_____________________________________JL___________________________________________


MManDO a HGE



isp 4p






Page 13


Nos petites annonces classes


Mercredi 21 Septembre 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 34


Mbdecins

Miami
Dr H6nock Joseph
Obstetrique, Gynecologie
Accouchement
Operation pour fibrome
Family Planing
Ligature des trompes
Circoncision
Curetage
Tous les tests de
l'immigration
Toutes assurances acceptees
Carte Medicaid pour femmes
enceintes
5650 N.E. 2nd Avenue
Vertieres Shopping Center
Miami, Florida
301 751 6081
Port-au-Prince
Dr Camille Figaro
Sony
Gyn&cologue
Obst6trique
Chemin des Dalles # 234
T61.: 509 245-6489
245-8930


Le Plaza H6tel
T616phone
509) 224-9305
509) 224-9307
509 224-9308
509) 224-9309
509 225-9310
509 510-4594
509 510-4595
(509) 510-0560
Fax
509 223-9282
e-mail
hiplaza@hotmail.com
hiplaza@acn2.net
website
www.leplazahaiti.com
Adresse
10, Rue Capois
Champs de Mars
Port-au-Prince, Haiti
P.O. Box 1429


biM- aA s rtm-


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Points de Vente Haiti en Marche


~i~fD~-W


Miami Pompano Beach Orlando


Lucas Super Market
14750 N.E. 6th Avenue
305 940 9902

Maxisound
11854 West Dixie Highway
305 895 8006

B & L Supermarket &
Produce
12041 West Dixie Hgh.
305 893 0419

Eclipse Communication
9290 S. W. 150thAvenue
Suite 104
954 380 1616
Lil'Angel
Consignment Store
King's Meadow Shopping
Center
9965 S.W. 142nd Avenue
Miami, Florida 33186
T1l.: 305 385 1111


Danilos Restaurant
3760 N.E. 3rd Avenue
954 781 2646

Christephanie's
581 BC East
Sample Road
Pompano Beach, Fl 33064
T61.: 954 7812500

Delray Beach

Classic Teleco
203 S.E. 2nd Avenue
Delray Beach Fl 33183

Our Lady Bakery
102 S.E. end Avenue
Delray Beach, Fl 33444
561 272 3556
Abonnez-vous a
HaYti en Marche
221-0026


DEUX NOUVEAUX POINTS DE VENTE
1-Notre Dame Restaurant 2-Mizik Depot
4859 N.Dixie Hwy 13055 W.Dixie Hwy
Pompano Beach, Fl 33064 N Miami, Florida 33161
tel 954-421-4777 tel.305-893-9997


Coiffeur
Etiquette Unisex
Barber & Beauty Salon
Jean Wood Julien
propritaire
15455 West Dixie
Highway
Suite N & 0
N Miami Beach, Fl 33162
Tel.: 305 940 9070
Charlemagne
Le Coiffeur
103 S.E. 2nd Street
Delray Beach
Tel.: 243-1039
Beeper: 524-0086


Le Look
P6tion-Ville
Rue Panam&ricaine # 14
Tel.: 513-8079
257-8374
Grande vari6t6 de Lunettes
Examen gratuit
avec achat de lunettes
Sp&cialistes de la Vision
Basse- Offres Speciales
Buy One, Get One Fre
-Apportez nous votre
prescription: Monture
Gratuite. Payez seulement
pour les verres.


Contrefagon de medicaments
La Food and Drug indique que 1'un des produits le plus
Administration (FDA)des Etats- OM S tire la sonnette d'alarme contrefaitaujourd'hui estle...Viagra,
Unis estime a 10% les contrefacons d la sonneI te dua lar un produit largement vendu par


de m6dicaments du march mondial.
Les recettes mondiales de la vente des
medicaments contrefaits et de quality
inf6rieure atteignent plus de 32 milliards de
dollars US par an, selon cette autorite sanitaire
am6ricaine.
Le procks du groupe francais Sanofi-
Aventis est fix6 pour le 5 avril 2006 par un tribunal
f6d6ral de New York, a indiqu6 r6cemment une
d6peche d'agence de presse. Objet de
l'accusation : contrefacon du Plavix, son cdlbre
antithrombolique, menace par le fabricant de
g6ndriques Apotex. En mars dernier, les soci6t6s
Aventis Pharma Inc. et Aventis Pharma S. A. du
meme groupe ont introduit une action en justice
pour contrefacon du brevet 2045433 prot6geant
le Lovenox contre Novapharm devant le tribunal
f6d6ral. Ces exemples, loin de constituer une
exception, renseignent si besoin est que d6sormais
le fl6au de la contrefagon ronge tous les secteurs
d'activit6s 6conomiques en n'6pargnant pas le
secteur du m6dicament, des plus sensibles pour
la sant6 des consommateurs. Les m6dicaments de
quality inferieure ou contrefaits sont des produits


dont la composition et les principes ne r6pondent pas
aux normes scientifiques et qui sont par consequent
inefficaces et souvent dangereux pour le patient. La
contrefacon qui touche aussi bien des produits de
marque que des produits g6ndriques se pr6sente sous
forme d'une imitation de l'emballage ou par une
absence ou une presence en quantity insuffisante de
principes actifs dans le m6dicament. Elle touche aussi
bien des pays riches ou elle concerne le plus souvent
des m6dicaments cofiteux tels que les hormones, les
corticoides et les antihistaminiques. Dans les pays en
d6veloppement, les vaccins semblent etre les plus
exposes a la contrefacon, comme ceux contre le
paludisme, la tuberculose et le VIH sida. Une enquete
effectude sur une vingtaine de pays par l'Organisation
mondiale de la sant6 (OMS) fait ressortir que 60% des
cas de contrefacon concernent les pays pauvres et 40%
les pays industrialists. La Food and Drug
Administration (FDA) des Etats-Unis estime a 10% les
contrefacons de m6dicaments du march mondial. Les
recettes mondiales de la vente des m6dicaments
contrefaits et de quality inferieure atteignent plus de
32 milliards de dollars US par an, selon cette autorit6
sanitaire americaine. Curieusement, cette meme source


internet dans les pays industrialists. Mais il semblerait que meme dans
les pays en voie de d6veloppement, le commerce de ce produit connait
une veritable d6bandade. Dans nos colonnes, il a 6t1 fait 6tat
dernibrement de la m6saventure d'un patient quadrag6naire avec le
Viagra a Bordj Bou Arr6ridj. Si l'utilisation r6gulibre de m6dicaments
de quality inf6rieure ou contrefaits entraine un 6chec th6rapeutique ou
favorise l'apparition d'une resistance, dans bien des cas elle peut etre
mortelle. Selon 1'OMS, l'6pid6mie de meningite au Niger en 1995 a
fait 2500 d6ces, sur les 50 000 personnes ayant recu des faux vaccins
(voir Medicaments / 18)

FLORIDA LOTS WITH UTILITIES ON
PAVED ROADS FROM 13K.
BUY LAND MAKE MONEY
ASK FOR KRISTEL 954-523-8118.

GA, SC, NC, TN, AR, AL, TX
LOTS FROM $5000 WILL ALL
UTILITIES. PAVED ROADS. NEW SUB-
DIVISION. CALL NOW! BY OWNER.
ASK FOR KRISTEL 954-523-8118.


Naudy Record shop
1325 W. Washington St
Orlando, Fl 32805

Boby Express
2469 South Orange
Blossom Trail
Orlando, Fl 32805


Haiti en Marche

ABONNEMENT:
Port-au-Prince
221-0026
417-0384

Miami
305 754-0705


r







Mercrtli 21 Septembre 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 34


Page 14


SANTE


QUELQUES PISTES DE REFLEXIONS POUR UNE AMELIORATION DE LA SITUATION


(Sante... suite de la page 12)
Cet 6chec d'ailleurs est 6galement celui du secteur
priv6 philanthropique qui est le principal intervenant sur
le terrain puisqu'il gbre seul ou avec l'appui du MSPP les
deux tiers des institutions de sant6 priv6es ou mixtes du
territoire national. S'il est vrai que ces centres g6r6s par
les ONG sont habituellement plus performants pour des
raisons que nous ne ferons qu'6num6rer ici sans les analyser
(meilleure gestion, discipline du personnel, meilleur
salaire...) mais qui ne sont certainement pas in6luctables -
il est tout aussi vrai que ce secteur recoit directement la
presque totality de l'aide internationale consacr6e aux
projets de sant6.
Cet 6chec enfin rejaillit sur la corporation m6dicale
dans son ensemble qui n'a pu jusqu'ici qu'assister,
indiff6rente, a la degradation de l'6tat de sant6 de la
population, n'ayant jamais su, pu ou voulu prendre ses
responsabilit6s.
L'6viction du MSPP de la prestation directe des
services de sant6 et des soins ne saurait done tre la solution
du problbme. S'il est un domaine dans lequel l'Etat doit en
Haiti rester engage sur le terrain dans la fourniture directe
de services a la population, c'est bien celui de la sant6. Un
6tat souverain et digne ne saurait remettre la sant6 de sa
population a des tiers meme bien intentionn6s. I1 nous
semble finalement qu'une 6ventuelle solution doive plut8t
passer par une recherche et une analyse approfondie des
causes de l'6chec des diff6rentes politiques de sant6
appliques jusqu'ici par le MSPP et la formulation d'un
ensemble de propositions correctives claires.
IIIB. La couverture du territoire national en
personnels de sant6 est extremement faible. Cette
couverture pour le d6partement du Nord-Est, dont la
population est estim6e, dans l'enqu&te de 1'AOPS [2]'-
r6f6rence non pr6cis6e a 239.734 habitants est de 1.46
m6decins pour 10000 habitants et ceci encore grace aux
m6decins strangers. En effet si l'on ne prend en compte
que les m6decins haitiens oeuvrant dans le d6partement,
cette couverture chute drastiquement puisqu'elle n'est plus
que de 0.50 m6decin pour 10000 habitants, soit prbs de
trois fois moins. Le personnel de sant6 de nationality
6trangerejoue done aujourd'hui un rl1e essentiel dans notre
systeme de sant6. Ecoutons a ce sujet le Directeur M6dical
de l'H6pital Saint-Antoine de J6r6mie, le D' RAPHAEL,
dont les propos ont 6t6 rapport6s r6cemment dans un article
du Nouvelliste [5] et qui nous dit que : Mdicalement,
ce sont les m6decins cubains qui maintiennent l'h6pital St
Antoine de J6r6mie en vie... Depuis 23 ans que je suis 1,
je peux affirmer que l'h6pital n'a jamais aussi bien
march ". Et le D' RAPHAEL de poursuivre: Je n'ai
jamais vu autant de rigueur et de discipline... Ils (les
m6decins cubains) sont A leur poste des 8 heures du matin
et travaillent toute la journ6e. Forms pour travailler dans
l'aust6rit6, ils utilisent deux fois moins de materiel que les
m6decins haitiens "


IIIC. Lorsqu'on regarde la r6partition des
m6decins haitiens dans le d6partement du Nord-Est, l'on
constate qu'ils se retrouvent dans leur grande majority dans
le chef-lieu du d6partement (6) ou dans deux villes de
moyenne importance, Ouanaminthe (3) et Trou du Nord
(1) Ils sont, a de rares exceptions prbs, absents des regions
recul6es du d6partement et cette constatation vaut pour tous
les d6partements du pays. Lorsqu'on a la chance de trouver
dans un dispensaire communal, comme celui de Capotille
ou de Ferrier, un m6decin il s'agit dans l'immense majority
des cas d'un stranger.
Certains dispensaires du d6partement sont sous la
responsabilit6 directe d'une infirmibre, voire d'une
auxiliaire, en principe non form6es a des teaches de gestion
ou a la prise de decisions th6rapeutiques. Certes le MSPP
a mis sur pied, avec la collaboration technique de 1'OPS/
OMS, des arbres d6cisionnels pour leur faciliter la tache,
mais ceci ne saurait etre qu'un pis-aller lorsqu'on connait
la complexity des actes diagnostique et th6rapeutique.
Deux questions s'imposent ici :
le nombre de m6decins promus chaque ann6e a la
Faculty de M6decine et de Pharmacie une
centaine environ est-il suffisant pour r6pondre
aux besoins de la population haitienne ?
oh sont passes tous ces m6decins forms pendant
de nombreuses d6cennies par la faculty ?
Si la r6ponse a la premiere question m6rite une
r6flexion approfondie devant tenir compte a la fois d'une
planification rigoureuse des besoins et des possibilities
financibres de l'Etat Haitien, la r6ponse a la deuxibme est
simple : ils se retrouvent pour la plupart d'entre eux, soit
en terre 6trangbre soit dans la R6publique de Port-au-Prince
ou ses environs imm6diats. En effet les mentalit6s ont
6volu6 au cours de ces trente a quarante dernibres ann6es ;
les jeunes m6decins font tout pour ne pas aller dans les
villes de province, encore moins dans les zones recul6es
de l'arrire-pays, ceci meme pour leur ann6e de service
social. Que dire alors d'une 6ventuelle installation dans
ces regions ? En 1995, alors que nous 6tions a la direction
de l'h6pital de l'universit6 d'6tat d'Haiti (HUEH), mon
pr6d6cesseur au MSPP, a l'occasion d'une des nombreuses
graves des residents de cette institution, avait n6goci6 avec
les gr6vistes une augmentation substantielle de leurs frais
de fonctionnement, moyennant en contrepartie
l'engagement de ces derniers a exercer leur profession et
leur sp6cialit6 dans l'un des h6pitaux d6partementaux du
pays pendant au moins deux ans, a la fin de leur r6sidanat.
Cet accord avait donn6 lieu a un protocole paraph6 et sign
par les repr6sentants des gr6vistes qui avaient recu mandat
pour le faire. Cet accord n'a jamais pu etre applique car, le
moment venu pour le d6but de son application, les residents
ont, sans scrupule aucun, reni6 leur engagement et leur
signature.
Par ailleurs meme lorsque le service existe
th6oriquement, le fonctionnement du systeme laisse


Commonwealth of Massachusetts
The Trial Court
SUFFOLK Division Probate and Family Court Department
Docket No. 05D-0807


Summons By Publication


Violette Ouetant, Plaintiff(s)

v.

Jean Bernard Altidor, Defendant(s)

To the above named Defendant(s):

A Complaint has been presented to this court by the Plaintiff, Violette Quetant,
seeking a divorce


Pursuant to Supplemental Probate Court Rule 41 1, an Automatic Restraining
Order has been entered against the above named parties, and that the said
defendant can not be found within the Commonwealth and that his present
whereabouts are unknown; that personal service on said defendant is therefore
not practicable, and that said defendant has not voluntarily appeared in this
action:

You are required to serve upon Dane M. Shulman, Esq.

Attorney for plaintiff(s) whose address is 1596 Blue Hill Avenue, Mattapan,
MA 02126


Your answer on or before November 10 ,2005. If you fail to do
so, the court will proceed to the hearing and adjudication of this action. You
are also required to file a copy of your answer in the office of the Register of
this Court at Boston


Witness, John M. Smoot
Justice of said Court at Boston
2005


, this 281-


, Esquire, First
day of July


Publication: General Circulation Port-au-Prince, Haiti


lannella

Probate Court


Richard

Register of


SUFFOLK Division
Docket No. 05D-1118


6norm6ment a d6sirer. Ce fonctionnement, notamment en
ce qui concerne les institutions de sant6 publiques, est en
effet caract6ris6 essentiellement par :
un taux l6ev6 d'absent6isme de toutes les
categories de personnel de sant6 et
particulibrement des m6decins, absent6isme
frappant les institutions de tous echelons, y
compris 1'HUEH ; dans une 6tude pr6liminaire sur
l'Universit6 d'Etat d'Haiti (UEH) en g6n6ral et
la Faculty de M6decine et de Pharmacie (FMP)
en particulier [6], r6alis6e au mois de mai dernier
par les consultants Canadiens, Roger GOSSELIN
et Pierre JEAN, ces derniers 6crivent que lors
de [leurs] visites impromptues des services
hospitaliers, [ils] n'[ont] rencontr6 qu'un seul chef
de service et aucun m6decin. Ce sont les residents
qui forment les internes et se forment entre eux ;
le m6pris avec lequel les gens d6favoris6s qui sont
les principaux utilisateurs des institutions
publiques sont habituellement traits, nonobstant
les exceptions signal6es par le D' Frantz LARGE
dans un article qu'il a public r6cemment dans le
Nouvelliste [7]. Le comportement des m6decins
haitiens est 6galement stigmatis6, avec beaucoup
de courage, par le D' RAPHAEL qui parle de leur
suffisance, de leur grandiloquence et de leur
paternalisme m6prisant ".
IID. Le budget de fonctionnement allou6 au MSPP
est, comme nous l'avons d6ji soulign6, un budget de
misbre. Ceci, entre autres facteurs, explique :
le d6labrement g6n6ral des locaux et du materiel
medical lorsqu'il existe, situation contre laquelle
s'est insurg6 avec raison, photos a l'appui, le D'
LARGE [5],
la non disponibilit6 fr6quente en m6dicaments au
niveau des centres de soins, en d6pit de l'effort
consenti, a un certain moment, par les pouvoirs
publics avec l'aide de 1'OPS/OMS et de l'Union
Europ6enne (UE) pour doter tous les
d6partements du pays de d6p6ts p6riph6riques
r6gulibrement approvisionn6s en m6dicaments
essentiels ".
I1 en r6sulte que trbs souvent, pour ne pas dire
toujours, les patients sont obliges de pallier la carence des
pouvoirs publics et de payer de leur poche materiel medical
et m6dicaments.
Manifestement, la graisse du cochon ne peut pas
cuire le cochon car il s'agit a l'6vidence d'un cochon
fam6lique, n'ayant plus le moindre gramme de graisse !!
L'aide internationale en ce domaine nous sera donc, pour
longtemps encore, indispensable. Cependant ce n'est pas
une raison pour accepter, comme nos dirigeants ont trop
souvent tendance a le faire, n'importe quoi, point que nous
aurons a d6velopper dans la deuxibme partie de notre
travail. (voir Sante / 17)


Commonwealth of Massachusetts
The Trial Court
Probate and Family Court Department


Summons By Publication


Mireille Thomassin Plaintiff(s)

v.

Jean Claude Voltaire. Defendant(s)

To the above named Defendant(s):

A Complaint has been presented to this court by the Plaintiff, Mireille
Thomassin,
seeking a divorce


Pursuant to Supplemental Probate Court Rule 41 1. an Automatic Restraining
Order has been entered against the above named parties, and that the said
defendant can not be found within the Commonwealth and that his present
whereabouts are unknown: that personal service on said defendant is therefore
not practicable, and that said defendant has not voluntarily appeared in this
action:

You are required to serve upon Dane M. Shulman, Esq.

Attorney for plaintiff(s) whose address is 1596 Blue Hill Avenue. Mattapan.
MA 02126


Your answer on or before December 1 ,2005. If you fail to do so,
the court will proceed to the hearing and adjudication of this action. You are
also required to file a copy of your answer in the office of the Register of this
Court at Boston


Witness, John M. Smoot
Justice of said Court at Boston
2005


, this 22nd


, Esquire, First
day of August


Publication: General Circulation Port-au-Prince. Haiti


Richard
lannella
Register of
Probate Court


I







Page 15


FOOTBALL: TOUS LES CHAMPIONNATS I


Mercredi 21 Septembre 2005
-
Haiti en Marche Vol XIX No 34


USA
MSL
Dallas-Chicago
1-0
Chivas USA-San Jose 1-2
Kansas City-Los Angeles 2-2
Columbus-Chicago 1-2
DC United-Colorado
2-0
MetroStars-New England 5-4
Dallas-Real Salt Lake 2-1
Conference Est
Equipes MJ Pts
New England 27 51
DC United 28 47
Kansas City 28 45
Chicago 28 45
Metrostars 27 40
Columbus 26 30


S"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Conference Ouest
Equipes MJ
San Jose 27
Dallas 26
Los Angeles 28
Colorado 26
Real Salt Lake 26
Chivas USA 26


Meilleur Buteur
Taylor Twellman 15 Buts
New England


Europe

Allemagne
5eme Journ6e 2005-2006
Arminia Bielefeld-Kaiserskautern 0-0
Bayern Munich-Hannover 96 1-0
Cologne-M'gladbach'2-1
Hambourg-Frankfurt 1-1
Mainz-Stuggart 1-2
Wolfsburg-Nurenberg 1-1
Werder Bremen-Dortmund 3-2
MSV Duisburg-Bayer Leverkusen 1-3
Schalke 04-Hertha Berlin 0-0
Classement


Equipes
1-BayernMunich
2-Bremen
3-Hambourg


Angleterre
6eme Journ6e 2005-2006
Charlton-Chelsea 0-2
Fulham-West Ham 1-2
Portsmouth-Birmingham 1-1
Sunderland-West Brom 1-1
Aston Villa-Tottenham 1-1
Liverpool-Man UTD 0-0
Blakburn-Newcastle 0-3
Wigan-Middlesbrough 1-1
Man City-Bolton 0-1
Arsenal-Everton
Classement
Equipes MJ Pts
1-Chelsea 6 18
2-Charlton 5 12
3-Man UTD 5 11

EspDane
3eme Journ6e 2005-2006
Valencia-Deport La Corogne
2-2
Mallorca-Real Sociedad 5-2
Alaves-Getafe 3-4
Athletico Bilbao-Malaga 1-2
Cadiz-Villareal 1-1
Celta Vigo-Racing Satander 0-
1
Osasuna-FC Sevilla 1-0
Real Betis-Real Zaragoza 0-0
Espagnol-Real Madrid 1-0
Athletico Madrid-Barcelone
2-1

Classement
Equipes MJ Pts
1-Getafe 3 7
2-Deportivo Corogne 3 7
3-Celta Vigo 3 6
3-Athletico Bilbao 3 5

France
7eme Journ6e 2005-2006
Bordeaux-Lyon 1-1
Nancy-Metz 1-1
Le Mans-Sochaux 2-1
Lille-Nice 4-0
Nantes-Toulouse 2-0
Auxerre-Ajaccio 2-0
Marseille-Troyes 2-1
Monaco-Rennes 0-2
Strasbourg-Lens 1-1
St Etienne-PSG 3-0


Classement


Championnat D'Argentine
Tournoi D'Ouverture 7eme Journde
Quilmes-Indepediente 1-1
Tiro Federal-Estudiantes La Plata 0-1


Equipes MJ Pts
1-Lyon 7 17
2-Le Mans 7 14
3-St Etienne 7 13
4- PSG 7 13

Hollande
5eme Journ6e 2005-2006
ADO Den Haag-Twente 0-0
RBC Roosendaal-Sparta -
Rotterdam 1-1
SC Heracles-RKC
Waalwijk 0-2
NEC Nijmegen-NAC
Breda
1-1
AZ Alkmaar-Ajax
Amsterdam 4-2
FC Utrecht-Vitesse
Arnhem 1-0
Feyenoord-Heerenveen 5-
1
FC Gronigen-PSV
Eindhoven 1-0
Roda Kerkrade-Willen II
0-2


Classement
Equipes MJ
1-AZ Alkmaar 5
2-Feyenoord 5
3-RKC Waalwijk 5


Italie
3eme Journ6e 2005-2006
Parme-Empoli 1-0
Inter Milan-Lecce 3-0
Cagliari-Messina 1-1
Fiorentina-Udinese 4-2
Juventus-Ascoli 2-1
Lazio-Treviso 3-1
Reggina-Chievo Verona
1-3
Sampdoria-AC Milan
2-1


San Lorenzo-Lanus 1-1
Racing Club-Olimpocde Bahia Blanca
2-2e
Argentinos Juniors-Rosario Central


Sienna-Palermo 1-2
Livorno-Roma 0-0


Classement
Equipes
1-Juventus
2-Livorno
3-Lazio
4-Fiorentina


MJ Pts
3 9


1-0
Banfield-Colon de Santa Fe 2-0
Instituto de Cordoba-Gimnasia de Jujuy
0-0
Newell's old Boys-Arsenal 1-3
River Plate-Velez Sarsfield 0-1
Gimnasia La Plata Boca Juniors 0-2


Classement
Equipes

1-San Lorenzo
2-Banfield
3-Indepediente
4-Boca Juniors


LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA


MJ Pts


MIAM'


Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids, which can be obtained
through the Department of Procurement Management (DPM), from our Website:
www.miamidade.gov/dpm. Vendors may choose to download the bid package(s), free of
charge, from our Website under "Solicitations Online". Internet access is available at all
branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that vendors visit our Website
on a weekly basis to view newly posted solicitations, addendums, revised bid opening dates
and other information that may be subject to change.

Interested parties may also visit or call:

Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling
charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the
United States Postal Service.


These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County
Ordinance No. 98-106.


0 APAEDE3 SU!


I. I -. ..I- I- I- -







Mercredi 21 Septembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 34


DEVELOPPEMENT DURABLE Page 16


La resistance paysanne


Tout au long de prbs d'une vingtaine d'articles,
nous nous sommes efforc6s d'apporter un 6clairage sur
l'evolution de la structure foncibre dans le monde rural
haitien avec pour objectif de comprendre les causes de
l'instabilit6 qui la caract6rise. Ces incursions dans l'histoire
agraire permettent de prendre connaissance d'une
constante : la volont6 des dirigeants du pays de battre en
brkche le d6sir des petits paysans de cultiver leur jardin
comme entrepreneurs ind6pendants au profit de grands
domaines contr6l6s par des capitalistes nationaux ou
strangers. Cette politique se heurtera 6videmment a la
resistance des paysans, resistance arm6e bien souvent, et
pendant plusieurs d6cennies l'histoire politique sera
marquee par les soulbvements arms des Piquets et des
Cacos.
La situation de dependance vis-a-vis de 'Etat,
des grants domaniers, du march tant national
qu international, I'incertitude causee par I'absence de
titres de propriete ajoutes a 'aspiration a la possession
du sol ont provoque, ds les premieres annees de
independencee, des remous important au sein de la
paysannerie hai'tienne. Les soulvements les plus
caracteistiques des problmes paysans de 'epoque ont
ete certainement ceux menes par Goman et Accaau.1
De 1807 a 1820, Goman avait essay par la lutte
armee d'ameliorer le statut economique et social des
paysans de la Grand'Anse dans e Sud du pays. Puis de
1843 a 1847, Accaau s'eant proclame "Chef des
reclamations de ses Concitoyens" prit la tete de "I'Armee
Souffrante" des paysans du Sud ou "Piquets" pour
reclamer la depossession de "certains citoyens reputes








"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


riches, le partage de leurs biens et d'une partie des biens
de l'Etat entre les proletaires" 2
La r6volte de Goman fut finalement r6prime ;
celle d'Acaau perdra son l6an dans les remous qui suivirent
le depart de Jean-Pierre Boyer du pouvoir ; celle des Cacos
par contre a tenu la population en haleine jusqu'5 la fin du
premier quart du 20e siecle et a connu diff6rentes phases
selon que la conjoncture politique fera naitre de nouvelles
revendications.
Pour commencer il y a la revendication de la terre.
Dans un premier temps, il ne semble pas que les paysans
aient voulu mener une guerre ouverte ni meme livrer de
batailles rangees. En effet, jusqu'au mois d'aout 1911, la
lutte restera localisee dans les regions traversees par les
travaux de construction de chemin defer et les actions des
groupes rebelles se resument en une sdrie d'escarmouches
contre les eablissements de la compagnie Mac-Donald.3
Ce mouvement que I'on design generalement
sous le nom de la "deuxieme guerre des Cacos" et dans
lequel certains historiens ont cru voir soit un mouvement
politique visant le renversement du regime etabli, soit une
lutte nationaliste destinee a protester contre occupation
du pays par les Americains, n'avait eu comme principal
objectif, a ses debuts, que la conservation des lopins de
terre des paysans. Cet objectif qui n'a pas etr formula
ouvertement se retrouve dans les slogans "A bas Mac
Donald ", "A bas le chemin defer qui cachent l' eernelle
lutte de la petite proprited contre la grande.
En un mot, ces paysans continuaient une lutte
commencee par leurs ancetres contre la grande proprietr
aussi bien haitienne qu' etrangre. Leur guerre n'a etd que
l'intensification des luttes antdrieures d 1915, une
resistance qui atteint son paroxysme, face a la nouvelle
poussee de la grande proprited.
Mais le mouvement va se d6voyer sous l'influence
de l'intrusion de la politique. Cependant, en cours de route,
un nouvel objectif viendra se greffer au premier, au point
de le oyer presque completement. Des politiciens s' rant
empares du movement, exploiteront habilement le
mecontentement rural afin d'obtenir l'appui des paysans
et renverser les gouvernements etablis; Cincinnatus
Leconte obtiendra leur appui pour renverser Antoine
Simon, Oreste Zamor contre Michel Oreste, Davilmar
Theodore contre ce dernier et Vilbrun Guillaume Sam
contre Theodore. La lutte pour le pouvoir a donc mis en
veilleuse les interests des paysans.6
Pour comprendre cette evolution il faut revenir
au type de relation existant entre les grands propridtaires
et leurs m6tayers. Nous avons d6ji touch a cette situation
dans un article intitul6


Le Systrme des de moitie Feodalisme a
I'haitienne (HEM, Vol. XIX, No. 5, du 02-08/03/05). Les
rapports de d6pendance font que le grand propridtaire peut
utiliser ses m6tayers comme pi6taille dans ses luttes pour
le pouvoir.
Tout grand domanier possedant une clientele
encore considerable s'intitule' general ", un complet
bleu denim, un mouchoir rouge au coup ", embrigade ses
" de moitid ", auxquels viennen s'ajouter les pauvres heres
rabattus par les chefs de bouquement ".7
A la fin du mois d'aoirt 1911, lafaction politique
menee par Cincinnatus Leconte se decide a exploiter le
mouvement pour renverser le gouvernement d'Antoine
Simon. Cette phase, la plus longue, ne connaitra un
denouement qu'en octobre 1915 avec la reddition des
principaux chefs politiques. Dans cette collusion, les
inedrets paysans passent au second plan8
Cette desaffiliation des homes politiques n'allait
pas, pour autant, arrtere la lutte paysanne. Au contraire,
en gagnant le maquis, les paysans marquaient nettement
leur divergence de vue avec les politiciens et leur intention
de continuer la guerilla.9
Avec Charlemagne Peralte, le lutte des cacos va
prendre une toute autre tournure et devenir une guerre
contre l'occupant nord-americain.'En 1918, Charlemagne
Peralte entrera en rebellion ouverte contre les forces
americaines occupant le pays. Pendant plus de deux ans,
lui et son successeur, Benoit Batraville, entraieront plus
de deux mille paysans de Hinche a Ouanaminthe et d Port-
au-Prince en passant par la Grande Riviere du Nord,
Maissade, Ranquitte, Croix-des-Bouquets, dans une lutte
sans merci contre la Gendarmerie et les Marines
ameicains. II sera finalement trahi et assassin. Son
successeur connaitra le mmem sort, sans jamais atteindre
le but politique fixe par le mouvement, a savoir: "rejeter
les envahisseurs a la mer".0

Bernard Eth6art
ben(a etheart.com

(Footnotes)
1 Kethly Millet, Les paysans haitiens et 1
'occupation am6ricaine 1915-1930, Collectif Paroles,
La Salle, Qu6bec, 1978, p. 9
2 J.C. Dorsainvil, Histoire d
'Haiti, cite par Kethly Millet, op. cit., p. 10
3 Kethly Millet, op. cit., p. 52
4 Kethly Millet, op. cit., pp. 44-45
SKethly Millet, op. cit., p. 46
6 Kethly Millet, op. cit., p. 45
7 Paul Moral, Le paysan haitien, Les Editions Fardin
(reproduction), Port-au-Prince, 1978, p. 60
8 Kethly Millet, op. cit., pp. 52-53
9 Kethly Millet, op. cit., p. 54
10 Kethly Millet, op. cit.,p. 11


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE AVIATION DEPARTMENT
FORTY (40) YEAR RECERTIFICATION & LIFE SAFETY REPAIRS TO BUILDING 896 (22)
OCI PROJECT NO. A05-MDAD-01


MIAM


The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Section 287.055, Florida Statutes, and Chapter 2, Sections 2-8.1 (as amended by Ordinance 05-15), and
2-10.4 of the Miami-Dade County Code and Administrative Order 3-39, announces that professional architectural and engineering (A/E) services will be required for the
forty (40) year recertification and life safety repairs to Building 896 (22) at Miami International Airport (MIA), for the Miami-Dade Aviation Department (MDAD).

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS


14.00 Architecture (PRIME)


General Structural Engineering
General Mechanical Engineering
General Electrical Engineering


17.00 Engineering Construction Management
18.00 Architectural Construction Management


A copy of the Notice to Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at the Office of Capital
Improvements Architectural & Engineering Unit located at 111 NW 1st Street, 21st Floor, Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for the unit is (305)
375-2307 and (305) 350-6265. A solicitation notification will be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have
included an e-mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. Additionally, those pre-qualified firms
without an e-mail address will be faxed a solicitation notification. The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http://www.co.miami-dade.fl.us/
dpm, at the following link "Solicitations On-Line."

The Consultant Coordinator for this project is Amelia M. Cordova-Jimenez who may be contacted via e-mail at ameliac@miamidade.gov, fax: (305) 350-6265, or phone:
(305) 375-2036.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

One (1) Agreement First-Tier Community Business Enterprise (CBE) Set-Aside

A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on September 20, 2005, at 10:00 A.M. in Conference Room 18-3, 18th Floor of the Stephen P. Clark
Center, located at 111 N.W. 1t Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE ENCOURAGED to attend.

Deadline for submission of proposals is October 14, 2005 at 11:00 A.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received at Miami-Dade
County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANY AND
ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE SHALL NOT BE
CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.l(t) of the Miami-Dade County Code, as amended. Please review Miami-
Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the Cone of Silence.


11.00
12.00
13.00







Page 17


CONSEIL DES SAGES I


Mercredi 21 Septembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 34


Avis sur le Projet de Decret sur 1'Amnistie


soumis au Conseil des Ministres du 3 septembre 2005
(suite de la page 11) A la veille de la fin de son mandat, comment n6fastes de l'obscurantisme, de la terreur et de la tyrannie.


c) Dans un faux souci d'6quit6, le Projet de D6cret,
mentionne des martyrs de la liberte ", en m6moire desquels
un monument devrait &tre 6rig6 et pour lesquels un fonds de
reparation devrait &tre 6tabli.
Qui sont les martyrs de la liberty? Le Projet de
D6cret se garde bien de le dire.
S'agit-il du journaliste Brignol Lindor? De la
policiere Christine Jeune? Des trois (3) fils de Viola Robert?
Des 6tudiants Eric Pierre et Maxime D6samour?
Si ces personnes sont bien les martyrs de la
liberty ", l'Ex6cutif n'a nul besoin d'un D6cret d'Amnistie
pour effectuer un r6el devoir de m6moire.
Comment l'Ex6cutif peut-il s6rieusement
envisager d'honorer les martyrs de la liberty ", alors m~me
qu'il compte amnistier les partisans et supporters d'une
" dictature ", selon les termes meme du Projet de D6cret
(article 3), qui a syst6matiquement utilis6 la violence a
l'encontre des populations?
Quel est le sens et la n6cessit6 de l'instauration
d'un fonds de reparation, alors meme que l'Accord Politique
du 4 avril 2004 a pr6vu que le Gouvernement de Transition
"Aide les victimes des forfaits des partisans du regime
Lavalas, notamment celles des evenements ayant eu lieu
autour du 29 fevrier 2004, a obtenir justice et reparation "
(Rf. Pointj, Section Arelative a la Mission du Gouvernement).

Le Gouvernement de Transition a eu a mettre en
place une Commission. II lui revient done de faire 6tat des
r6sultats du travail de cette Commission.


Co.


Nou vie gate kliyan nou yo de jou en jou pi plis


ATLANTA
1232 Moreland Ave, Suite A
Atlanta, GA 30016
Tel: (404)622-8787

BAHAMAS
E. Street Sawyer
Studio Blvd 2nd Floor
Nassau, Bahamas
Tel: (242)322-6047

BOYTON
544 E Gateway Blvd, Suite 3
Boyton Beach, Florida
Tel: (561)742-3046

CAMBRIDGE
300 Broadway
Cambridge, Mass 02139
Tel: (617)354-6448

CHURCH
2807 Church Ave.
Brooklyn, NW 11226
Tel: (718)693-3798

CONNECTICUT
953 Washington Blvd, Suite 1
Stamford, CT 06901
Tel: (203)324-2816

DELRAY BEACH
402 West Atlantic Ave
Delray Beach, Fl 33444
Tel: (561)265-2100

FLATBUSH
1161 Flatbush Ave.
Brooklyn N.W. 11226
Tel: (718)287-5295

FORT LAUDERDALE
8 West Sunrise Blvd
Ft. Lauderdale, FI 33311
Tel: (954)524-1574

LAKE WORTH
330 S. Dixie Hwy, Suite 2
Lake Worth, FI 33460
Tel: (561)585-1077

MATTAPAN
508 River Street
Mat. Mass. 02126
Tel: (617)298-9366

MIAMI
5401 N.W. 2nd Avenue
Miami, FI 33137
Tel: (305)758-3278

NAPLES
506 11th Street
Naples, Fl 34102
Tel: (941)435-3994

NORTH MIAMI
629 NE 125th Street


N. Miami, Fl 33161
Tel: (305)892-6478


MIRAMAR N. DADE
19325 NW 2nd Avenue (441)
Miami, Fl 33169
Tel: (305)654-2800

MONTREAL
7177 Rue St Denis
Mont. QC H2R2E3
Tel: (514)270-5966

ORLANDO
2469 S. Orange Blossom Trail
Orlando, Fl 32805
Tel: (407)649-9896

POMPANO (1)
4857 N. Dixie Hwy
Pompano Bch, FI 33064
Tel: (954)429-9552

POMPANO (2)
128 N. Flager Avenue
Pompano Bch, FI 33060
Tel: (954)946-4469

QUEENS
159-35B Hillside Avenue
Jamaica N.Y. 11432
Tel: (718)523-9216

SPRING-VALLEY
South Main Street
S. Valley, NW 10977
Tel: (914)425-7747

WASHINGTON
835 Juniper Street NW
Wash D.C. 20012
Tel: (202)722-4925

WEST PALM BEACH
604 25th Street
W. Palm Beach FI 33407
Tel: (561)655-4166

NEW JERSEY
152 Jefferson Ave
Elizabeth, NJ 07201
Tel: (908)354-1411

MONTREAL NORD
3820 Henri-Bourassa Est
Montreal, Canada
Tel:(514)852-9245

TURKS & CAICOS
Downtown Providenciales
Butterfield Plaza
Tel: (649)941-4172-4173

CENTRE VILLE
59 Rue Pavee
avant la Pharmacie Ideale
223-0865-223-0839
222-2704,221-8910, 221-1632


l'Ex6cutif peut-il songer a engager la Nation dans une autre
aventure de reparations financibres, sans veritable
preoccupation de justice?
Si la Justice 6tait au coeur des preoccupations, la
question de la reparation ne saurait pr6c6der celle de
1'6tablissement et de la reconnaissance formelle, par la Justice,
des torts causes. Seule une telle demarche est de nature a
v6ritablement contribuer a la construction institutionnelle et
a l'ancrage durable de la d6mocratie.


2.- Position du Conseil des Sages
2.1.- Sur le Projet de Decret sur 1'Amnistie
a) Le Conseil des Sages a rencontr6 formellement,
le 7 septembre 2005, le Premier Ministre G6rard Latortue,
autour du dossier de l'Amnistie.
Le Premier Ministre a attest de l'existence du
Projet de D6cret. Selon ses declarations, le texte 6tait en
discussion au niveau du Conseil des Ministres. Aucune
d6cision n'a 6t6 prise et le Gouvernement n'envisage pas, dans
l'imm6diat, de promulguer un tel D6cret.
Le Conseil a not6, avec stup6faction, les
d6clarations du Ministre de la Justice, M. Henry Dorl6ans,
faites le 6 septembre 2005 sur les ondes de m6dia de la capitale.
Outre le fait de contredire le Premier Ministre, en niant
l'existence meme du Projet de D6cret, le Ministre de la Justice
se plait a avancer que la circulation des rumeurs relatives au
texte peut traduire une preoccupation des populations, et le
Gouvernement se doit d'en tenir compte et de chercher a
satisfaire une telle demande.
Le Conseil a cependant pris acte de la
d6claration publique du Premier Ministre (8 septembre
2005), selon laquelle le Projet de D6cret n'est plus a
l'ordre du jour puisqu'il n'a pas fait l'unanimit6.
b) Le Conseil des Sages, pour les raisons
6voqu6es dans son analyse, se prononce contre le Projet
de D6cret qui est inacceptable, dans son esprit et dans
sa lettre.
I1 demande done aux deux (2) branches de
l'Ex6cutif (Pr6sidence et Primature) de proc6der au
retrait d6finitif du Projet de D6cret sur l'Amnistie.
c) Le Conseil des Sages estime qu'il est
important de fonder sa position sur des questions de
principe et non sur une quelconque technicit6.
Le Conseil considbre que le d6bat n'est pas
de l'ordre de la technicit6 juridique. De par sa nature,
le problbme soulev6 procbde 6minemment de l'6thique
et des grands principes de Justice et non pas des arguties
juridiques. Le Conseil des Sages ne juge done pas utile
de s'attarder sur la capacity ou non de l'Ex6cutif actuel
de promulguer un tel D6cret en l'absence de Parlement.
d) Pour le Conseil des Sages, un tel D6cret ne
peut, en aucun cas, concourir a l'apaisement social, ni
oeuvrer dans le sens d'un Dialogue National et d'une
Reconciliation Nationale et, encore moins, contribuer
a la construction des institutions d6mocratiques. La
demande des populations haitiennes concerne la justice
et non l'impunit6.
e) En raison meme de ses 6checs, le
Gouvernement de Transition a l'obligation de s'efforcer
de r6pondre a certaines exigences.


Le devoir de donner aux populations l'espoir
qu'elles ne subiront pas, dans un proche avenir, les effets


Le devoir d'6viter, par des actes inconsid6r6s et
empreints d'une grande l6gbret6, de contribuer a renforcer
l'impunit6 qui gangrene le pays.

2.2.- Sur I'affaire Yvon Neptune
a) Le Conseil r6itbre sa position affirm6e a
diff6rentes reprises, et notamment dans sa prise de position
du 10 mai 2005 :
Le Gouvernement a accuse des manquements dans
la gestion politique du dossier.
Certains partenaires strangers, en particulier la
MINUSTAH (Mission des Nations Unies pour la Stabilisation
en Haiti), font montre de drives dans leur approche du dossier,
notamment en ne respectant pas certains principes
fondamentaux qui s'appliquent bien a Haiti comme a toute
autre soci6t6. Il s'agit notamment du principe de l'6galit6 des
citoyens/citoyennes devant la Loi et de celui de l'ind6pendance
de la Justice. Ces partenaires s'accordent pourtant pour
d6clarer que l'actuelle p6riode de Transition Politique doit
participer B la construction d'un 1'Etat de Droit D6mocratique.
b) Prenant acte du fait que d'une part, M. Neptune
pitit tout comme les autres prisonniers/prisonnieres des
(voir Sages / 18)


SANTE
(suite de la page 14)
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

1. Cayemittes Michel, Placide Marie Florence,
Barrbre Bernard, Mariko Soumaila, Sevbre Blaise.
2001. Enquete Mortalit6, Morbidit6 et Utilisation
des Services, Haiti 2000. Calverton, Maryland,
USA: Ministbre de la Sante Publique et de la
Population, Institut Haitien de l'Enfance et ORC
Macro.

2. AOPS. Inventaire des Institutions de services. Mai
2004.

3. Le Moniteur. Num6ro Sp6cial. Budget 2004-2005.
Special # 2 du Mardi 26 octobre 2004.

4. Le Moniteur. Num6ro Sp6cial. Loi de Finances
2003-2004. Special # 1 du Mardi 3 Fevrier 2004.

5. Lerebours Patrice-Manuel. Le triste sort des
medecins cubains. In : Le Nouvelliste # 37212 du
mercredi 10 aofit 2005

6. Gosselin Roger, Jean Pierre. Identification des
besoins de renforcement institutionnel a
l'Universit6 d'Etat d'Haiti et en particulier a la
faculty de m6decine. Etude pr6liminaire. Rapport
de la mission effectude du 22 mai au 4 juin 2005
(Draft)

7. D' Frantz Large. Le triste sort des m6decins
haitiens. In : Le Nouvelliste # 37226 du mardi 6
septembre 2005. (A suivre ...)


877"2 I E 2 eme A'verLnue

T61: 305 757 4915


FADKIKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Reception de paiement pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
- Connection tdliphonique chez vous...


Ouvert

6 Jours

par

semaine:

8h30 am

a

7h30 pm



* Parfums
* Cellulars & Beepers
* Souliers et Sandales
* Produits pour la cuisine
* Cadeaux
* Tableaux
* Moneygram
* MnnPv Ordepr


* CD's (compas, Racine, Evang6lique,
Zouk, Francais, Am6ricain)
* Video's (Haitiens, Am6ricains, Documentaires, Drams)
* Produits de beauty
* Prcdnits nonr rhpvepnx


.........It ....I.t. ..It .....I-I ...... ..ll ... .....







Mercredi 21 Septembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 34


Page 18


Les Jeux de Bernard


BLO QU|E


TRAP US


Solutions de la semaine pass6e:


Audubon
Bayous
Crevettes
Cryptes
Digues
Huitres
Jazz
Katrina
LouisArmstrong
Mardi Gras
Marecages
Mississippi
Po boy
Tabasco
Vaudou
Vieux Carre
beignets
etoufee
gombo
jambalaya


S I ]v4lI1 y iJ;J1'jit J fI

Allez de BLOQUE a TRAPUS, en utilisant des mots du du
vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


HORIZONTAL
1. Faux-2. Gracier-
3. Pronom T6tu -
4. Irridium Sommets -
5. Pile R6alisa -
6. Indium Direction -
7. Retira Oiseau -
8. Femme noire.
VERTICAL
1. Requ6te- 2. Efficace -
3. Pronom -Argent -
4. Frousse -5. Rend ininflammable -
6. Jambieres -
7. Exclamation Conjonction Champion -
8. dieu grec Particule de negation.


Solutions de la
semaine pass6e:

FREL 0 N
GREL 0 N
GRELIN
GRED IN
GRAD IN
GRATIS
GLATIS


FI}I ]/dI Jl IRII|II [1 WIRIIIXT-[i iI


GRILLE DE PROGRAMME

Melodie 103.3 fm

74 bis Rue Capois
Port-au-Prince, Haiti
T61: 221-8568/221-8596 Fax: 221-0204/ 221-1323
e-mail: melodiefm@hotmail.com ou pub@haitienmarche.com
URL: www.haitienmarche.com
Programmation
5h00 6h30 Blon TR veil en musique

6h30-7h00 An Pipirit chantant
ler Journal creole de la journ6e avec Yves Paul L6andre

7h00 10h00 M dlodie N atin avec Marcus
Informations, Interviews, Anecdotes, Humour, Analyses
8h L'Editorial de Marcus
8h15 La Chronique au Quotidien avec Elsie
8h30 Le grand Reportage avec Guyler c Delva
8h45 A Haute Voix avec Dominique Batraville
9h Les Sports avec Jacky Marc
9h15 Culture avec Claude Bernard S6ran
Mdlodie Matin chaque samedi est animde par Rapahel FRqui&re


10h00 Midi



12h00 12h15


12h15 2h00


Le Disque de
1' Auditenr
animation: Jacques Lacour

Le MTidic
Un r6sum6 des Informations Locales et Nationales

Lady Blues avec Elsie
Jazz, Blues, Swing, Ragtime avec Elsie


2h00-3h00 C'est si bon
en chansons...
Emission de Chansons Francaises

3h00-5h00 Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas avec
Doc Daniel et Captain Bill

5h00-7h00 Melodie & Company
chaqueC jour un sujet different, avec
des invites et la participation du
public -.Atnimation: /IARlCUTJS


7h00 8h30
8h30 9h00


lOhOO


A.mor y Sab or
Soir Informnations

10Notre Grand Concert
( Lundi et Mercredi : L'heure classique)


Jazz at Ten (Mardi, Jeudi, Dimanche)
Jazz inspired: Judy Carmichael et ses invites

9h00 et au-deld Cavaliers, p renez
vos dames (Samedi)
50 ans de Succbs Populaires Haitiens
Chaque Dimanche : 10h a Midi: Textes et Pr6textes
avec Dominique Richez


En bref ...


(suite de la page 2)


F6quibre ainsi connu, Wantalks Lormejuste, Jean Baptiste Hora, Harmony Ronald,
Williams Baptiste, Mathieu Raphael, Frantz Gabriel, Baron Brandt Decker, Rony
Wayne Lusk (un am6ricain, sp6cialiste en m6canique a6ronautique), Daniel Timophy
Hovermale.
Les personnes au sujet desquelles des charges et indices suffisants n'ont pu etre etablis
et qui ne seront pas poursuivies, sont les suivantes :: Jean Bertrand Aristide, Mario
Dupuy, Jonas Petit, Evens Sainturn6, Fr6not Cajuste, Dany Fabien, Paul Joubert,
Zacharie Dalusm6, Kertus Lafleur, Marcellus Polinet, Paul Polinet, Ronald G6nescar,
Robert Valgresseau, Jeniel Marcellin, Johnny Marcellin, Pierre Jeanty, Iles Joseph,
Fafo Cajuste, Tison Destin6, Larousse Jean Gilles, Esp6rancia Pierre, Emmanuel
Ulysse, Samuel Edwing St-Eloi, Smay Clotaire, Jean Elie Bastien, Antoine Daniel,
Larousse Jean Jules, Jean Claude Honor6, Gardy Volcy, Dieulifbte Freca ou Milien
Somoza, Dieuliftte Fleury, Patrick Fleury et Amson G6d6on.

Grosse saisie de drogue a la frontiere haitiano-dominicaine
Il s'agit de 37 kilos de marijuana qui ont 6t6 saisis le jeudi 15 septembre dans un petit
village en R6publique dominicaine (Copey) a la frontiere entre les deux pays. La
drogue (de la marijuana) avait 6t6 cache sous des regimes de bananes vertes qui
6taient transports dans un camion. C'est la Direction nationale de contr6le des
drogues et les Forces Arm6es Dominicaines qui ont confisqu6 cette cargaison de 37.7
kilos de drogue. Selon les informations fournies par la police dominicaine, cette
drogue venait trbs vraisemblablement d'Haiti et 6tait destine a la capitale
Dominicaine et de 1, elle allait etre exp6dide aux Etats-Unis.
Les Etats-Unis ne cessent de d6clarer que Haiti et la R6publique Dominicaine jouent
(voir En bref / 20)


MEDICAMENTS ...


(suite de la page 13)
provenant d'un don d'un autre pays qui les
croyait stirs. La consommation de sirops
contre la toux contenant du parac6tamol
pr6par6 avec du didthylbne glycol (un
produit chimique toxique utilis6 comme
antigel) a provoqu6 89 d6ces en Haiti en
1995 et 30 d6ces de nourrissons en Inde en
1998. Alors que sur le million de d6ces
annuels par paludisme, 200 000 pourraient
8tre 6vit6s si les m6dicaments disponibles
6taient efficaces, de bonne quality et
correctement utilis6s. Une 6tude effectuee
en Asie du Sud-Est en 2001 a r6v616 que


38% des 104 antipalud6ens en vente en
pharmacie ne contenaient aucun principe
actif et avaient provoqu6 des d6ces
6vitables. Un rapport du FDA en 2004
intitul6 Combattre la contrefacon de
m6dicament indique que 64% des
m6dicaments antimalaria 6tudids au
Vietnam ne contenaient pas de principe actif
et 50% des traitements antimalaria en
Afrique seraient contrefaits. 10% a 12% des
m6dicaments vendus aujourd'hui en Russie
et en Chine sont contrefaits. Face a ces
donn6es alarmantes, qu'en est-il de ce fl6au
en Alg6rie ?


Conseil des Sages ...


(suite de la page 17)
graves dysfonctionnement de l'Appareil
Judiciaire et, d'autre part, que le concern
jouit d'un statut particulier (dossier trait avec
c6l6rit6 dans le cadre du system existant,
conditions privil6gi6es de detention), le
Conseil des Sages recommande au
Gouvernement de Transition d'agir de la
maniere suivante :
Tout en respectant l'ind6pendance
du Systeme Judiciaire, mais en tenant compte
des obligations de tout Ex6cutif par rapport i
l'Administration de la Justice, le
Gouvernement se doit de veiller au bon
fonctionnement de l'appareil de justice. Il doit
donc r6aliser les interventions qui s'imposent
pour que la Justice fasse correctement son
travail, dans les d6lais requis.
Compte tenu du fait que l'affaire
Neptune empoisonne la vie politique, le
Gouvernement doit r6clamer des juges
l'obligation de r6sultats, le respect des dates


fix6s pour la parution du r6quisitoire d6finitif
et de l'ordonnance de cloture.
Si l'ordonnance induit un process,
le Gouvernement doit r6clamer que la Justice
fixe, dans les meilleurs d6lais, une date pour
la tenue d'un proces digne de ce nom. Il devra
6galement fournir tous les appuis n6cessaires
pour que les conditions soient r6unies pour le
bon d6roulement du process.
Le fait que la Justice se prononce
sur le cas de M. Neptune rev&t, dans le
contexte de cette Transition Politique, un
caractere hautement symbolique.

Port-au-Prince, le 9 septembre 2005

Pour le Conseil des Sages

Daniele Magloire

Porte-Parole


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

RE

TNC

I A


Solutions de la semaine passee
SANIMAUX
4


. r1f=7'l


% -- IfIll(r1mir,


I


. . . . . . . . . . . . . . . . . . II I I


LL





Page 19


Ti gout pa ti gout I


Mercredi 21 Septembre 2005
HaYti en Marche Vol. XIX No. 34






Mercredi 21 Septembre 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 34


no
te
en


Page 20


DIASPORA


Un Haitien a la tete du Departement


de la Sante publique en Floride
Le Dr Rony Francois devient le
I1 s'appelle Rony Francois et a 6t aux Etats-Unis en 1979. Docteur en m6desine premier haitien-am6ricain a ce poste. "
)mm6 par le Gouverneur Jeb Bush a la de la USF University de Tampa, il a fait aussi C'est un honneur et un moment de fiert6
te du D6partement de la Sante publique un master en physiologie et une sp6cialisation pour la communaut6 haitienne", a dit
Floride. en toxicologie. l'avocate Yoilly Roberson, elle aussi
Le Dr Rony Francois est ag6 de L'un des objectifs du Docteur Rony originaire d'Haiti.


47 ans et pratiquait a Tampa, comme
assistant professeur de l'Universit6 du Sud
de la Floride.
I1 suede a ce poste au Dr John
Agwunobi et devient Secr6taire d'6tat au
D6partement de la SantW.
Le Dr Francois a Wte install I son
nouveau poste le lundi 19 septembre.
N6 a Port-au-Prince, il est arrive


Francois est de diminuer les discriminations
existant dans l'exercice de la m6decine vis-
a-vis des minorit6s.
Dr Francois se d6crit comme un
catholique "pro-life" oppose
l'avortement mais dispose aider les
parents a fournir toutes les informations
n6cessaires a leur prog6niture concernant
le contr6le de naissance.


ABONNEMENT HAITI EN MARCHE
(305) 754-0705 / (509) 221-8568


En bref


. (suite de la page 18)


un role important dans le narcotrafic. Les deux pays sont places sur la liste des pays
de transit dans l'introduction d'un important volume de drogue chaque annde aux
Etats-Unis.
Manifestations interdites sur tout le territoire haitien
Dans le but de faire r6gner un climat de stability et de calme dans le pays a la veille
des prochaines joutes 6lectorales, selon le communique officiel, le gouvernement
haitien a ordonn6 l'interdiction de toute manifestation de rue, et ceci jusqu'au 2
Octobre.
Cette decision a Wte prise en vue de cr6er un environnement favorable a
l'organisation de bonnes elections et d'6viter que des individus arms ne profitent
des mouvements de foule pour perp6trer des actes violents, precise le communique
sign du Premier ministre par interim Henri Bazin.
Celso Amorim attendu a Port-au-Prince
Le chancelier br6silien Celso Amorin sera a Port-au-Prince cette semaine. Le
chancelier br6silien participait a la rencontre d'6valuation de la situation haitienne
samedi dernier avec Mme Condoleezza Rice et M. Kofi Annan. La dur6e de la visite
en Haiti de Celso Amorin n'a pas &t6 pr6cis6e.
Arrestation du commissaire de police James Bourdeau
Recherch6 depuis prbs d'un mois par la Police Nationale d'Haiti, le commissaire
James Bourdeau a Wtd arretW a Port-Salut (sud) ou il se trouvait tranquillement,
persuade qu'on ne le retrouverait jamais en cet endroit. James Bourdeau, ex-
responsable du sous-commissariat de police de Delmas 33, 6tait activement recherche
pour implication pr6sum6e dans l'enlbvement et la disparition le 5 aofit dernier de
l'employ6 de la UNIBANK, Nathanael G&nOlus. Son enlevement serait cons6cutif a
la disparition d'une somme de 400.000 dollars americains qui lui aurait Wte remise
pour qu'il la change en grosses coupures.
Dans le cadre de cette affaire dont le
Parquet du Tribunal civil de Port-au- A
Prince a actuellement la charge, 5
policiers et l'homme d'affaires Stanley P RCHASWfG
Handal sont actuellement sous les
verrous. F ICV


Les arrestations se poursuivent
en R6publique Dominicaine
De nombreux citoyens haftiens ont
6td arretes par des policiers
dominicains. Parmi les dernieres
personnes arretees, on signale l'ex-
commissaire divisionnaire Camille
Marcellus (ex-directeur d6partemental de
l'Artibonite de la police au moment de
l'insurrection arm6e contre Jean Bertrand
Aristide, ex-responsable de la police a
Delmas). I1 est le frere de l'ex-depute
Nahoum Marcellus, activement recherche
a son tour pour son r6le presume dans de
nombreux actes de violence perp6tr6s
dans le pays.


- U;A~ E:) IE 311 C3W1


APPAREL,SHOE &
ACCESSORIES SHOW
August 14,15,16 2005

Sunday, Monday ,Tuesday 10:00 am To 7:00 pm


TRADE SHOW
THE CARIBBEAN


GIFT & VARIETY
MERCHANDISE SHOW
September 25,26,27 2005

Sunday, Monday ,Tuesday 10:00 am To 7:00 pm


ROBERTO CLEIVIENTE COLISE IVI SAN JJUAN, PUEFTO RFICO
Restrictions: Children under 18 and general public not admitted.Wholesale only. Trade Show of the Caribbean reserves the right of admission
For more information: Tel: (787) 781 3050 Fax: (787) 781 2022 E-Mail: tradeshow@coqui.net Web Page: www.tradeshowcaribe.com


HAITI

En cas d'urgence
appelez
MINUSTAH / PNH
(509)
510-2563
510-3183 84 85
244-3503


Tel.: 786-457-8830
Fax: 305 754-0979
e-mail: pasacalia@aol.com
Pour tous

Vos achats
= Materiels
de construction
= Pieces de voiture / camion
= Equipement
medical
Par avion
ou par bateau
au choix




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs