Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00270
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: July 20, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00270
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00007-20-2005 ( PDF )


Full Text

















Haiti en Marche edition du 20 au 26 Juillet 2005 Vol. XIX No. 25


Ia a t 0 a 4-^
L' "Copyrighted Material

d Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"
'*'**, ~ ~ i aI"i s" *i~


Menotte et enchainW, la peau brfile, le cou tranche, les 6paules
dejointees, et des balles au bras et au thorax photo HenM


Le Conseil des sages
demande d'enlever
leur licence aux m6dias
donnant la parole
aux" bandits" COMMUNIQUE
Depuis le d6but
de la p6riode de
Transition Politique, le
Gouvernement a adopt
une approche dite
d'inclusion de tous les
groupes socio-politi-
ques. Cette approche
entendait contribuer h
crder un climat favorable
i la tenue des elections
g6ndrales. Cependant,
force est de constater que
la violence continue h
6tre pr6nde et tol6rde par
des groupes politiques
qui se r6clament de la
mouvance du Parti
Politique Famille La-
valas, et plus parti-
culibrement de M. Jean-
Bertrand Aristide. Cette
violence caractbre
politique a cofit6 et cofite
quotidiennement la vie h
de trop nombreux
citoyens et citoyennes, ou encore cause h tant d'autres des
(voir Sages / 3)


La solution a la crise haitienne n'est pas militaire


ANALYSE
PORT-AU-PRINCE, 16 Juillet
Tout le monde est d6pass6. La population,
par la douleur et l'anxi6td. La population, dans toutes
ses composantes. Le gouvernement par son
impuissance, manifeste encore plus dans ses cris
jusqu'au-boutistes de ces derniers jours.
L'assassinat du confrere Jacques Roche ne
nous fait pas franchir un nouveau cran, comme on dit,
mais intervient juste au moment ou le gouvernement
ainsi que la Minustah 6taient en pleine auto-satisfaction
apres l'ex6cution de l'homme le plus recherche d'Haiti,
le chef de gang du bidonville de Cite Soleil, Emmanuel


Mais economique
"Dread Wilm6.
Malgr6 la presence permanente des blinds des
forces des Nations Unies a Cit6 Soleil et au Bel-air, les
deux points chauds et bastions les plus tenaces des partisans
de l'ex-president Jean-Bertrand Aristide, et l'installation
des patrouilles de police a des coins strat6giques de la
capitale haitienne, les enlkvements de citoyens continuent
et l'on a toujours aussi peur que le prochain tour ne soit le
sien.
Combien d'entre nous peuvent se permettre


d'avoir deux gardes du corps dans sa voiture, apres que
celle-ci eut Wte blind6e pour la bagatelle de 40.000
dollars US.
L'assassinat de Jacques Roche nous montre
encore, si besoin 6tait, que nul n'est exempt. Tout en
6tant un moderateur pour une mission du Groupe des
184, organisation ayant 6te a la pointe de la lutte pour
le renversement d'Aristide, il n'6tait pas typ6 comme
repr6sentant d'un secteur politique ou d'un autre, ayant
principalement exerc6 comme chroniqueur culturel (Le
Matin).
La criminality vogue maintenant de sa propre
(voir Crise / 4)


MANOEUVRES AMERICANO-DOMINICAINES SANS HAITI

La souverainete, terme demagogique et vieux jeu!
EDITORIAL r6publique d'Haiti, on parle meme de discussions et controverses dans tous les histoires, tel un soi-disant projet de
PORT-AU-PRINCE, 18 Juillet- l'installation d'une base militaire milieux (on ressort toutes les vieilles reunification de la R6publique
nanceuvres am6ricano-dominicaines am6ricaine a la dominicaine et Haiti, et dont les
ieu h la frontibre avec Haiti. Les frontibre, ce qui est dominicains ne veulent point
6s anti-drogue, terrorisme et tout de suite d6menti entendre parler) ...


immigration ill6gale des deux pays
(R6publique dominicaine et Etats-Unis)
y prennent part.
Un rapport sera dress autour
d'une preoccupation commune
l'instabilit6 actuelle en Haiti.
C'est tout ce que dit une courte
d6peche rencontrde au hasard sur
l'Intemet.
On croirait que la frontiere en
question n'a rien a voir avec Haiti. De
fait, les autorit6s haitiennes ne semblent
point du tout s'en emouvoir.
Une operation conjointe a lieu,
des decisions sont prises concernant
essentiellement le territoire de la


du c6t6 am6ricain
(selon un officiel
dominicain, il
s'agirait plut6t d'une
" cole militaire "
envisagee par les
Etats-Unis pour
servir de camp
d'entrainement pour
les armies de la
region Amerique
centrale-Caraibe) ...
Toutes ces
informations font
rage en rdpublique Gerard Lato
voisine, soulevent


irtue et le chancelier dominicain Troncoso
photo Georges Dup6/HenM


(voir Souverainet6 / 4)

Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere au Bois Verna
Tel: 221-8596 ou 245-1910
Fax 221 1323
Miami
173 NW 94th Street
Miami, Florida 33150
Tel.: 305 754-0705 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914-358-7559
Boston 508 941 6897
Montreal 514 337 1286
e-mail:
pubihaitienmarche.com
URL: www.haitienmarche.com


Desr
ont 1
unit(


==j







EN PLUS ... ENBREF ...


n m & Sd os

p ^ m


Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


LE COIN DE MIAMI

Jean Juste interpelle

a Paeroport de Miami

Les partisans Lavalas
lancent une action en justice


PAR EVENS HILAIRE
evenshilaire@Z.hotmail.com
Les partisans de l'ex-pr6sident
Aristide de Miami ont d6clenchM le
vendredi 15 Juillet une mobilisation
pacifique pour d6noncer l'arrestation de
"Jerry" Jean Juste.
Ils ont point du doigt Carine
Silvestre (opposante farouche de l'ancien
president Aristide) dans cette affaire
La communaut6 haitienne de
Miami (Little Haiti) 6tait en 6tat
d'excitation vendredi dernier apres
l'annonce de l'arrestation par la Police
haitienne du cur6 de la paroisse Sainte
Claire de Petite Place Cazeau, G6rard Jean
Juste, alors qu'il revenait de Miami.
Selon des informations
recueillies auprbs de supporteurs du parti
Fanmi Lavalas, le Pbre Jean Juste a &t6
d'abord retenu a l'A6roport International
de Miami par des agents de U.S. Customs
(police des douanes) pendant environ 45
minutes.
Ces derniers ont fouill6 de fond
en comble les valises de Pbre Jean Juste


qui est considered a l'heure actuelle comme
une figure de proue de la resistance en
Haiti pour r6clamer le retour du president
en exil Jean Bertrand Aristide.
Tout a commence le 14 Juillet
dernier, lorsque Carine Silvestre
(opposante farouche de Jean Bertrand
Aristide) qui anime une mission sur le
1020 AM, avec M6nard "Madoken", a
indiqu6 que le cur6 de la paroisse Sainte
Claire serait venu a Miami pour recevoir
une importante somme en provenance de
l'Afrique du Sud destinde a semer la
pagaille en Haiti du 15 au 17 du mois en
cours.
Les allegations de Madame
Silvestre ont soulev6 un tollk dans la
communaut6 haitienne de Miami.
Le PNre Jean Juste, intervenant
le meme jour (jeudi dernier) sur le 1320
AM missionn Radio Pep), n'avait pas
r6agi aux accusations. II a pr6f6rd parler
de ses r6alisations en Haiti, notamment la
cantine populaire de l'Eglise Sainte Claire
de Petite place Cazeau, qui donne a
manger a des centaines de personnes.
(voir Jean Juste / 17)


Six morts en Haiti a la suite de pluies torrentielles
PORT-AU-PRINCE, 17 Juillet Six personnes ont &t6 tudes vendredi soir a Saint-Marc,
dans le nord d'Haiti, dans des inondations provoqudes par des pluies torrentielles. Le
pays a d6ji t6 touch par le cyclone Dennis, qui a fait 40 morts la semaine dernire.
La pluie est tombre pendant deuxjours, jeudi et vendredi, dans cette ville. Des rues sont
inond6es et 500 families, dont les maisons sont endommag6es, sont sinistrees, a annonc6
samedi la protection civile.
Le gouvernement haitien avait d6cr&te une alerte a l'annonce du passage du cyclone
Emily, dont les effets pourraient toucher Haiti. Toute intemp6rie a souvent des
consequences dramatiques dans ce pays, le plus pauvre du continent amdricain, en raison
de la deforestation.

-down- 4 MW 0 6 A


"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


-,d m _ao AD0-


Mort A Paris de Madeleine Paillere
Madeleine Paillere, la soeur ain6e du joumaliste Jean Dominique lachement assassin le 2 Avril
2000, est morte a Paris a l'age de 88 ans.
Madeleine Paillere visitait sa soeur cadette qui vit a Paris et c'est la qu'elle a ete victime d'une
embolie pulmonaire. Transportee a l'h6pital en urgence, elle mourrait quelques jours apres son
admission.
Madeleine Paillere avait epous6 le peintre Pierre Paillere en 1938.
Educatrice de talent, elle avait fonde une cole, le College Amede Brun, qu'elle dirigea avec
success pendant de longues ann6es.
N'ayant pas eu d'enfants, elle s'etait consacree a ses nieces jouant aupres d'elles le role de
seconde mere.
S m 04 -40 e 0@w-


-* *-


Page 2


a 4D0 M


_


I ANID m pr4l a C


%ow~wb- 04 o

b www~o a owes 44 0 0 too






Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


Page 3


IL'ACTUALITE EN MARCHE


I Am p rl"at d' J mn k a wca w du







"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers









Le Conseil des sages demande
d'enlever leur licence aux medias

donnant la parole aux" bandits"


et de disqualifier Fanmi Lavalas
pour les prochaines elections


(Sages ... suite de la lere page)
traumatismes graves et souvent irreversibles. Une des
dernires victimes en date est le poete et joumaliste
Jacques Roche, enlev6, sauvagement torture et mutild,
puis assassins ce 14 juillet. Les ravisseurs et assassins
de Jacques Roche ne se sont pas priv6s pour faire savoir
la nature politique de leur motivation.
Le Conseil des Sages salue la m6moire de
Jacques Roche et pr6sente ses plus sinceres
condol6ances a sa famille, a ses proches, a ses
collaborateurs-trices et a ses camarades de combat.
Pour le Conseil des Sages, il ne fait aucun doute
que Jean-Bertrand Aristide et ses supporters rejettent
les principes et les exigences meme dujeu d6mocratique.


La soci&te haitienne ne peut tol6rer que des ennemis de la
d6mocratie soient traits et logs a la meme enseigne que
les Groupes et Partis Politiques qui rejettent clairement la
violence comme strat6gie politique.
Face a cette situation, et dans la logique meme de la
declaration du 14juillet 2005 du Gouvemement de Transition,
le Conseil des Sages r6clame instamment du Gouvemement
l'adoption des mesures suivantes:
1. Renoncer aux options retenues lors de la formation
du dernier Cabinet Minist6riel (23 juin 2005), notamment
celles qui ont port a la nomination d'un Ministre des Affaires
Sociales propose, pour les repr6senter, par des membres actifs
du Parti Lavalas. Au-dela du profil personnel de l'individu
concern, ce qui est fondamentalement ici en cause c'est
l'aDDartenance a un courant volitiaue aui est d6termind a semer


e- SOMMAIRE
L'EVENEMENT SOMMA
Assassinat dujournaliste Jacques Roche par ses ravisseurs
Les partisans d'Aristide accuses aussit6t du meurtre par le
gouvemement p. 1
Le Conseil des sages demande d'enlever leur licence a
certains m6dias p.1
Nouveau coup de semonce contre la liberty de la presse p.10
ANALYSE
La solution a la crise haitienne n'est pas militaire mais
economique p. 1
VIOLENCE POLITIQUE ET POLITIQUE DE
VIOLENCES
Experts strangers dans la lutte contre le kidnapping p.7
Les casques bleus etablissent une base au Bel-air p.6
Renvoi annonce du chef de la police p.20
Operation policiere a Quartier Morin (nord) et Solino
(ouest) p.20
POLITIQUE
Le Pere Gerard Jean-Juste interpelle a l'aeroport de Miami
p.2
Latortue menace de rechercher d'autres allies p.4
Notaires protestent contre UCREF p.8
Laideur et leaders ... p.11
ECONOMIE
Pas de processus d6mocratique sans aide financiere,
dit Lula p.2
BID debloque 5 millions de dollars p.2
Manifestation contre la vie chere p.2
Bilan 1 an du CCI ... p.9
EDITORIAL
La taxe de sortie augmentee de plus de 500/100 p.9
La souverainete n'est plus ce qu'elle 6tait p.1
DROGUE-MIAMI
Condamnation de Rudy Therassan a 15 ans de prison p.8

la mort et la desolation dans le pays. En agissant ainsi, le
Gouvemement donnera toute la cr6dibilit6 a sa prise de
position politique.
2. Prendre une decision hautement politique et
salutaire pour le pays, en disqualifiant le Parti Famille
Lavalas dans la course 6lectorale.
3. Prendre des sanctions trbs fermes, pouvant aller
jusqu'au retrait de fr6quence, a l'encontre des m6dia qui
v6hiculent un discours de haine, un double langage
pernicieux (exclusion, violence) et qui offrent leur micro a
des bandits qui annoncent leurs actes terroristes et s'en
vantent. (voir Sages / 4)







UNE ANALYSE


Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


La solution a l


(Crise ... suite de la lere page)
dynamique, celle-ci s'alimentant a la hain
oi s'enracine une crise politique d'un aut
certains acteurs qui s'en servent comme to
camp comme dans l'autre, comme trempli
Nous avons &t6 A Cite
Soleil le samedi 9 juillet dernier,
pour les fun6railles symboliques
de Dread Wilm6. Nous avons vu.
Nous avons compris. Ce n'est pas
un jeu d'enfants. Meme si
beaucoup sont des enfants, et que
cela a l'air pour eux d'unjeu. Plus
pr6cis6ment, jouant leur vie a pile
ou face, ou encore a la roulette
russe. Des enfants que la vie a
forces malgrd eux, ne l'oublions
pas, a un tel destin.
La Minustah, contrai-
rement a ce que l'on croit, reste
prudemment cache au fond de
ses blinds et ne risque que la
gueule de ses mitrailleuses 50 qui
crachent le feu et souvent de
manibre aveugle, obliga-
toirement.
Dans le cas contraire,
elle risque de commettre un
genocide, un vrai. A quoi aucune
nation aujourd'hui ne peut
consentir ouvertement, meme pas
les Etats-Unis. II faudrait d'abord d6clarer 1
(comme a l'Irak). Le personnel diplomatiqu


e et la division
re temps, outre
ujours, dans un
n.


a crise haitienne n'est pas militaire
va, ce qui limite les provocations au cas ou certains La police nationale d'Haiti est hors de question, n'ayant ni
pourraient vouloir jouer les boutefeux. Ensuite, nous l'effectif, ni la discipline, ni la force morale d'un Elliot
n'avons pas de p6trole. Ni d'armes de destruction massive. Ness.
Cependant la menace de genocide n'en demeure La ministre de la Communication rugit


pas moins ...


d'indignation a l'assassinat de
Jacques Roche, dont elle conclut
aussit6t que cela prouve l'inutilite
de tout dialogue avec les
repr6sentants d'un parti
d' "assassins et que pas question
de n6gocier avec les restes de
Lavalas ".


Comme si c'est le
gouvernement install aprbs la
chute d'Aristide qui avait lui-
mime d6cid6 de ces rencontres (et
que le gros des troupes Lavalas
n'y avait aussi d6clard son
opposition). La preuve, le mime
jour, le premier ministre
int6rimaire declare que c'est le
blanc, entendez une fois n'est pas
coutune les Etats-Unis, qui
l'avait emp&ch d'utiliser les
anciens militaires pour nettoyer la
racaille Lavalas. C'est l'aveu le
plus patent que le gouvernement
en place a moins de pouvoir qu'un
E caporal. Secundo, qu'il n'a aucun
Ii y a aussi une Haiti qui trime dur pour n'arriver mime pas A survivre photo T Bl1izaire sentiment de'l6gitimit6 puisqu'il
Quant h l'Etat haitien lui-m6me, il ne dispose 6tait pr6t h faire usage de mercenaires et qu'il l'est peut-
a guerre s Haiti aujourd'hui d'aucune force militaire capable de r6tablir la 6tre aujourd'hui encore n'ayant pas plus de moyens
e stranger s'engitime o gitime ir rise
loi et l'ordre, que ce soit de manibre legitime ou illdgitime. (voir Crise / 5)


MANOEUVRES AMERICANO-DOMINICAINES SANS HAITI

La souverainete, terme demagogique et vieux jeu!


(Souverainetd ... suite de la lere page)
Alors que les haitiens ... Eh oui, les haltiens, qu'en
pensent-ils ? On ne sait plus quoi dire aujourd'hui.
Pas un mot en tout cas du gouvernement haitien.
Les decisions une fois prises, on lui transmettra les ordres
et dispositions a ex6cuter. A vos ordres, mon g6ndral !
Puis on ira pleurer de d6pit sur les 6paules de
l'ambassadeur de France !
Des institutions trbs s6rieuses, comme la
publication Foreign Policy, posent ouvertement la
question : quel pourcentage de souverainet6 reste-il encore
H Haiti, peut-il encore rester a Haiti ?
Cinq pour cent, dix, quinze ?
Les dominicains protestent : Haiti est un failed
state ", un Etat rat6 avec lequel ils ne veulent rien avoir a
faire.
Personne ne veut plus s'asseoir avec un tel paria.
A quel moment tout cela a-t-il commence ?
Hier encore, Haiti 6tait officiellement invite par
exemple aux sommets organisms par la DEA (Drug
Enforcement Administration) pour toute la region, oiu tait
programme le lancement simultand d'op6rations coups de
poing, au m6me nom de code, contre tous les r6seaux de
trafiquants sillonnant l'Amdrique centrale et la Caraibe.


Le changement a peut-6tre commence sous le
regime Aristide, quand il apparut que dans l'6tat-major de
la police nationale et au sein de la s6curit6 pr6sidentielle
l'argent de la drogue coulait a flot.
Peut-6tre aussi parce que monsieur Aristide ne prit
pas a temps les mesures n6cessaires.
Mais Aristide parti, pourquoi les choses ne sont-
elles pas revenues a leur place ?
Est-ce la confiance qui n'a toujours pas &t6
r6tablie, ou plut6t parce que l'habitude est prise ? Au diable
le protocole. Haiti, et puis aprbs c'est quoi ?
I1 est vrai que les repr6sentants d'Haiti n'ont
jamais joud aucun r6le a ces sommets, depuis ceux du
Pentagone oi, sous le gouvemement Duvalier, nous 6tions
au moins invites sans faute ... sinon en profiter pour aller
se promener dans les grands centres d'achat.
Puis Papa Doc attendait lui-m6me le coup de fil
du commandement am6ricain des trois armes.
En quelque sorte, la banalisation a commence
depuis lors pour arriver aujourd'hui a l'exclusion complete.
Aujourd'hui on a tout simplement d6cid6 de faire
l'6conomie du couvert de la d6l1gation haitienne. Et
personne ne trouve a redire.
Normal, parce que 1i ou l'Etat perd, 1i ou notre


souverainet6 nationale est chaque jour plus brutalis6e,
ignore, bais6e, eh bien en contrepartie nos politiciens ont
depuis longtemps suivi le meme chemin que les diplomates
strangers accr6dit6s en Haiti, pour prendre eux aussi leurs
quartiers de printemps dans la belle capitale de la
rdpublique voisine.
C'est 1i que l'on se r6unissait hier pour planifier
le renversement d'Aristide. Mais comme, pour r6p6ter le
president Reagan, on n'arrlte pas quelque chose qui marche
bien, alors on continue de s'y retrouver pour des conclaves
envue de d6finir (ou faire semblant de d6finir) les grandes
lignes de l'Haiti de demain. Bien entendu, toujours entre
deux visites dans les grands centres d'achat ...
Combien de ces leaders qui ont 6mis la moindre
opinion lors de la r6cente chasse a l'homme contre
l'immigrant haitien 1-bas.
Voire pour souligner cette omission d'Haiti dans
des d6marches ou c'est le territoire haitien, le devenir
haitien qui est concern au premier chef.
Souverainet6 ? Qui ose encore soulever ce terme
d6magogique et vieux jeu, n'est-ce pas ? Bon app6tit
messieurs !

Editorial, Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


CONSEIL DES SAGES ...
(suite de la page 3)
Le Conseil des Sages r6itbre que l'heure est a est a
la responsabilit6 et au sens collectif. La p6riode de
Transition Politique doit au moins r6ussir a donner aux
populations l'espoir qu'elles ne subirontpas, dans unproche
avenir, les effets ndfastes de l'obscurantisme, de la terreur
et de la tyrannie ddcoulant de la fascination du pouvoir
absolu.'

Port-au-Prince, le 15 juillet 2005
Pour le Conseil des Sages


Danible Magloire, Porte parole


Page 4






Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


Page 5


IDE L'ACTUALITE


... MAIS ECONOMIQUE


(Crise ... suite de la page 4)
qu'avant alors que le d6fi des quartiers populaires reste
entier. Tertio, que cet aveu ait &te fait a la reception pour la
fete nationale d'une ancienne puissance coloniale ", c'est
encore plus choquant.
C'est a chacun son
imp6rialisme !
Des lors, qui a le plus
int6ret a inviter des mercenaires
dans le pays ?
Bref, ce sont autant de
declarations vides de sens,
uniquement pour la galerie et qui
nous font seulement tourner en
rond.
Cependant la question a
notre avis n'est pas l1, ne se pose
plus ainsi. 11 n'y a pas de solution
toute faite a la situation que nous
subissons aujourd'hui. 11 n'y a
aujourd'hui pas de solution
militaire au problem des quartiers
populaires. Nous avons un pays de
plus de 8 millions d'habitants et qui
6clate de toutes parts, comme une
vieille noix dess6ch6e. Ce n'est pas
en la comprimant, meme de toutes
nos forces, que nous allons en faire
couler a nouveau la bonne eau de
coco.
La guerre interne que se
font aujourd'hui les haitiens
devrait 6tre facile a comprendre, Le PM Latortue,
du moins pour nos amis se congratulent; sel
occidentaux. Ils sont passes par l1. est u
Quand l'Allemagne qui avait la plus forte
d6mographie europeenne n'en pouvait plus, ses
ressortissants partaient chercher fortune ailleurs, y compris
en Haiti. Mais la menace r6gnait surtout pour ses voisins.
Les deux premieres guerres mondiales ont &t6 entreprises
par l'Allemagne, entre autres, dans cette quete d' "espace
vital".


des centaines de milliers de chinois au fil de l'6p6e. mise a part.
C'6tait avant le nouveau miracle de La solution, la seule et unique, c'est nous doter
l'industrialisation moderne. ou plut6t qu'on nous dote des moyens de vaincre la misbre.
Quand la disette frappe, les loups par bandes Et partant, l'exclusion 6conomique et tout le reste.
Ces moyens ne peuvent
pas venir aujourd'hui d'Haiti
elle-mime, avec une classe
moyenne totalement effac6e de la
carte et une l1ite d6sempar6e.
11 faut un plan Marshall,
comme on dit, si cela signifie que
ces moyens soient mis
directement h port6e de ceux qui
en ont besoin, et non ddlivres a
un establishment, tous secteurs
politiques confondus, dont la
situation actuelle est l'image
parfaite de son 6chec sur toute la
ligne.


1'intemational (Adama Guindo/PNUD) et la soci&te civile (
on eux la premiere annee du programme du gouvernement
n succ6s A l'exception de la s6curite photo Georges Dup6/
sortent des bois.
Nous disions tant6t que la criminality actuelle en
Haiti se nourrit aux deux mamelles de la haine et de la
division. Vrai, mais par-dessus tout c'est la misere, le
ch6mage, une condamnation a mort annonc6e d&s la
naissance ou encore l'exclusionpresque par n6cessit6 dans
un monde sujet au pire malthusianisme, 1'injustice comme


ln oi natureleapaveepeetnmtpslu
Le Japon idem envahissant la Chine et passant ue


D'autre part, le plan
Marshall n'avait fait perdre sa
souverainet6 h aucun de ces pays.
Nos grands amis"
savent tres bien que c'est l1
l'unique solution p la pr6sente
situation en Haiti, tant eux-
mnmes passes par 1h.
Sinon il faut croire
qu'ils se moquent de nous, un
point c'est tout, en nous regardant
disparaitre avec une totale
inconscience dans l'ocean
(Rosny Desroches)
Rosny Desmrhes) titanesque de nos misdres et nos
interimaire ou CCI, vilenies.
/HenM vilenies.
/HenM
Mais comment nourrir un tel espoir, quand la
pauvret6 haitienne n'est mime pas reconnue comme telle ?
En effet, Haiti n'est pas class comme pays
pauvre (sa dette externe nest pas assez lev&e), mais
comme entity chaotique ingouvernable. Il y a nuance, mon
cher ...
Est-ce ironie ou cruaut6 (ou les deux), hein ?

Haiti en Marche, 16 Juillet 2005


o* -M A- J -I -vkgl:w 4& he*


"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


COMMUNIQUE MINUSTAH
La Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haiti
(MINUSTAH) condamne le brutal et vil assassinat dujoumaliste Jacques
Roche ce matin a Port-au-Prince.
L'assassinat et le kidnapping sont toujours des crimes liches et
abominables. Le meurtre d'unjoumaliste est aussi une atteinte a la liberty
d'expression et un crime contre la society toute entire.
La Mission mettra tout en oeuvre pour assister les autorit6s haitiennes
dans l'enquete et les poursuites judiciaires contre les assassins. La
MINUSTAH ne tol6rera aucune attaque contre la liberty de la presse,
616ment essentiel de toute soci6td d6mocratique.
La MINUSTAH pr6sente ses sinceres condol6ances a ses proches. Elle
s'associe au deuil des collaborateurs du journal Le Matin ", la Radio
IBO, ainsi qu'a celui de tous les journalistes haitiens.
Port-au-Prince, 14 juillet 2005


RSF condamne l'assassinat de Jacques Roche


at6 Plus Bakery, Inc
NaturaJuic


P


11SM NE2dAve


Ca Pa~ri, HuMrsOra
fair Otl Co*gonf


Fiche d'Abonnement & Haiti en Marche


Nom


Adresse


Haiti
Etats-Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


Gdes 250
US $ 40.00
DC $ 42
US $ 70
US $ 70


Gdes 500 Livraison a domicile double tarif
US $ 78
DC $ 80
US $ 135
US $ 135


6 Mois



1 An


Lul


~~";; " I"" d" ~







MISSION IMPOSSIBLE !


Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


Les Casques bleus etablissent une base au Bel Air


PORT-AU-PRINCE, 14 juillet
2005 (AFP) La Mission de stabilisation des
Nations unies en Haiti (Minustah) a 6tabli
une base permanente de Casques bleus dans
le quartier difficile de Bel Air, considered
comme une zone de non droit de la capitale
haitienne, a-t-on appris jeudi de source
militaire.
"Nous avons pris cette decision
pour s6curiser le quartier et proc6der a un
recensement de la population qui vit 1I-bas",
a expliqu6 a 1'AFP le colonel brdsilien Jorge
Smicealto, porte-parole de la brigade
brdsilienne de la Minustah. "Nous aurons
une presence permanente avec 40 a 50
militaires.
Nous patrouillerons les rues", a-t-
il pr6cis6, indiquant que les Casques bleus
se sont installs dans une maison inhabit6e.
Jeudi, 300 Casques bleus brdsiliens,
appuyds par des policiers jordaniens, ont
mend une vaste operation de fouille dans le
quartier du Bel Air, considered comme l'un
des bastions de l'ex-pr6sident Jean Bertrand
Aristide. Aucune saisie ni arrestation n'a eu
lieu et "nous n'avons trouve aucune
resistance", a-t-il dit.


Un soldat de la Minustah pose avec des enfants du Bel-air pour essayer de combattre
les accusations selon lesquelles les casques bleus ont fait des victimes innocentes dans
la population civile lors des derniEres operations, particulierement celle du 6 juillet
A Cite Soleil photo Yonel Louis


Lors d'une conference de presse,
le porte-parole militaire de la Minustah, le
colonel El Ouafi Boulbars, a indiqu6 que
les Casques bleus avaient intensifi6 leurs
patrouilles dans tous les quartiers de Port-
au-Prince.
L'objectif est "de muscler nos
actions et mettre fin aux actes criminels des
gangs" dans la capitale, a-t-il dit.
En d6pit de la presence de la
Minustah, l'ins6curit6 s'est d6velopp6e en
Haiti ces derniers mois, notamment a Port-
au-Prince. Vols et enlkvements crapuleux
se sont multiplies, poussant les Haitiens qui
le peuvent a quitter le pays

ACCUSATIONS CONTRE MINUSTAH
Note de presse de la CNPRDH
La CNPRDH a appris avec
stupefaction la mort de plusieurs dizaines
d'habitants de Bois-neuf le 6 juillet
dernier, lors d'une operation de la
MINUSTHA dans ce quartier contre le
nomm6 Emmanuel Wilm6.
Selon des sources concordantes,
des femmes enceintes et des enfants en
bas age ont &td tuds et d'autres gribvement
(voir Minustah / 7)


%I IN % M as 1040"% 1i 1 4%4sa. $%wi l oia l %r HI
.. 1440......I -w aw .









"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"

%,60 in seate o V 6 6" $%*so 4 o I a


-% R.on.S. sui .
fc .. .. .. .^, .. .. .. .p


CITY OF MIAMI

NOTICE OF PUBLIC HEARING
Avi pou yon rankont ak piblik la


Yon Rankont ak piblik la ap f&t 28 Jiye 2007, 9 vb nan maten, ak City Commission
Miami, nan City Commission Chambers, City Hall 3500 Pan American Drive,
Miami, Florida pou tande tout objeksyon moun ka genyen pou ranvouaye
anrejistreman yon remak ekri av&k City Clerk la ak aprouve vant, asiyasyon oswa
transfer privilkj City a bay FPL Termal Systems Inc ki gen nom TECO Solutions,
Inc., anba yon Agreman Franchiz ak FPL Energy Services, Inc.
Tout moun ki enterese envite pou yo vi-n nan rankont la pou fe konnen sa yo panse.
Si on moun ta deside al an apOl kont yon desizyon kUlkonk, f6 li prezante on
anrejistreman ekzak sou tou sa k te f&t la ak tout temwayaj ak evidans.
An ak6 ak American Disabilities Act 1990, moun ki ta bezwen akomodasyon
espesyal pou patisipe nan pwosedi sa-a ka kontakte Office of the City Clerk pa pi
ta ke 2 jou ouvrab anvan dat rankont la nan:
305 250 5360

(City Seal) Priscilla A. Thompson
(#14998) City Clerk


A Of
0 F






Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


Page 7


I CRIMINALITE


ftaqr dams h r cbur rk kBMata


ACCUSATIONS

CONTRE MINUSTAH
(suite de la page 6)
bless6s lors de cette operation au cours de laquelle des
militaires de la MINUSTHA ont fait usage de force
disproportionnde pour deloger, dit-on, un groupe de bandits
qui se r6fugiaient a Bois-neuf.
Au cours de cette operation, il est clair que les
droits de la population de Bois-neuf ont &t6
syst6matiquement violds. Dans sa forme et dans son
execution, cette operation s'apparente a une forme
d'op6ration exp6ditive et punitive contre les habitants de
ce vaste bidonville d6jh en proie a toutes sortes de
difficulties.
L'Etat major de la MINUSTHA se doit de fournir
des explications I l'opinion publique sur cette operation
qui laisse un arriere-gout amer chez tous ceux qui d6fendent
le principe sacr6 du droit a la vie. I1 s'agit d'une operation
tres opaque et confuse.
C'en est trop Trop de sang a could dans les
quartiers populaires oni vivent 6galement d'honn6tes
citoyens et citoyennes. Ils sont aussi des citoyens haitiens
quoique marginalis6s. II faut que la MINUSTHA sache
qu'elle est une force de paix et de stabilisation et non une
force d'escadrons de la mort La CNPRDH en profite pour
presenter ses sympathies aux victimes innocentes de
l'operation du 6 juillet.
La CNPRDH, tout en d6nonqant ces pratiques
avilissantes et honteuses pour la force d'occupation, est
en train de faire des contacts avec d'autres organismes
internationaux de defense des droits humains afin de
dep6cher en Haiti une commission d'enqu6te ind6pendante
pour faire la lumiere sur ces different cas de violation des
droits humains commis dans de nombreux quartiers
populaires de Port-au-Prince.
La CNPRDH, deplore que la justice, la society
civile et la classe politique se taisent face a la vague de
violence aveugle des forces de la MINUSTHA et de la
Police Nationale, la Justice s'est tue. Et a ce moment la, la
society devient une veritable jungle ou la loi du plus fort
triomphe. Force doit rester a la loi.

Ernst Pierre Vincent
Directeur Ex6cutif


"Copyrighted Material

Syndicated Content -

Available from Commercial News Providers"








Enlevements avec services et meurtres


LE MONDE 115.07.05
Enlev6 dimanche 10 juillet dans un quartier du
centre de Port-au-Prince, le journaliste et poete haitien
Jacques Roche a &t6 assassin par ses ravisseurs. Son
cadavre menott6 et portant des traces de tortures a 6td
retrouv jeudi 14 juillet, non loin du Bel-Air, l'un des fiefs
des gangs arms qui r6clament le retour de l'ancien
president Jean-Bertrand Aristide.
"Les ravisseurs rdclamaient 250 000 dollars. La
famille et les amis de Jacques ont pu en rdunir 10 000,
qu 'ils ont verses, mais 9a ne leur a pas suffi" raconte
Claude Moise, un responsable du quotidien Le Matin, dont
Jacques Roche dirigeait la partie culturelle.
Selon plusieurs de ses confreres, il pourrait avoir &te vis6
pour des raisons politiques, car il avait anim6 une s6rie
d'6missions de t6l6vision pour le compte du Groupe des
184, un rassemblement d'organisations de la soci6t6 civile
qui avait joud un r6le moteur dans la mobilisation contre
Jean-Bertrand Aristide avant son depart en exil en Afrique
du Sud, et collaborait avec le Papda, un groupe
altermondialiste.
Il y a moins d'un mois, Nancy Roc, journaliste
vedette de Radio M6tropole, avait df se r6fugier a Miami,
apres avoir &t6 menace d'enldvement. Cinq jours avant
son depart, Richard Widmaier, le directeur de cette station
de radio, avait 6chapp6 de justesse a une tentative de
kidnapping. Le jeudi 14 juillet, Elys6e Berlince, un
technicien de T616 Haiti, a &te enlev6 par des inconnus
arms avant d'etre lib6rd grace a l'intervention d'une
Spatrouille de la police.


BILLES DANS LE PENIS
Souvent accompagn6s de sdvices, les enlkvements
se sont multiplies depuis janvier. Plus de 200 ont &t6
d6nombr6s au cours des deux derniers mois. Plusieurs
victimes, comme l'employd de la Croix-Rouge Joel Cauvin,
le cardiologue Jean-Michel Gu6rin ou l'ing6nieur Eddy
Labrousse, ag6 de 71 ans, ont &te assassindes.
Les femmes enlev6es sont fr6quemment violdes.
Lorency Cavalier, une jeune femme lib6rde apres le
versement d'une rancon par sa famille, est morte des suites
des mauvais traitements qui lui ont &t6 inflig6s. D6but
juillet, une employee de banque s'est suicide peu apres
sa liberation apres avoir &t6 sauvagement violde par ses
ravisseurs.
Des photographies d'Emmanuel Coriolan, alias
"Dom Laj", un chef de gang tu6 en juin par la police,
confirment que certains preneurs d'otages se sont fait
incruster des petites billes m6talliques sous l'6piderme du
penis, provoquant de graves h6morragies a leurs victimes.
Face a la degradation des conditions de s6curit6, les
autorit6s britanniques ont annonc6 la fermeture de leur
ambassade a Port-au-Prince. Les familles qui en ont les
moyens fuient en direction de la R6publique dominicaine
voisine ou de la Floride.
Pour le president de la chambre de commerce,
Reginald Boulos, il ne fait pas de doute que Jean-Bertrand
Aristide est le responsable de la vague de violences qui
ensanglantent Haiti depuis le d6clenchement, en octobre
2004, de l'op6ration Bagdad, qui a fait depuis plus de 700
morts. "I/ s'agit d'un tsunami criminel planifid etfinancd
de 'exterieur ", soutient M. Boulos.
Jean-Michel Caroit


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"





Do% &"%


- & I,,


ERW FINANCIAL

GROUP
Licensed Mortgage Brokers and Lenders

Eske ou janm mande tet ou
Eske mwen ta kapab viv sa yo rele Rev Amerikin-an?
Kite ERW Financial ede ou fR rev sa-a vin-n on reyalite.

ESTIMASYON GRATIS AK REKLAM SA-A!
(yap ba ou kredi 1I ou fR closing la)
Yap prete ou kob menm si ou gen move
kredi oswa ou san kredi.

Ou pa bezwen peye pou fe aplikasyon!

Nou pap verifye sal&-ou oswa sa ou posede!

Nou ofri pi bon inter& ak anpil 16t chwa!

Nou afilye ak pi bon institisyon ki prete lajan!

Washington Mutual, Bank of America, Countrywide,
Wells Fargo
Ak anpil 16t ank6

Rele nou jody-a e ouap gen kay ou demin!
305 865-6588
305 865- 6510

www.erwfinancial.com

UNION PLANTERS BUILDING
3550 Biscayne Blvd Suite # 407
Miami, Florida 33137


~prt~


F


a O q








TRAFIC DE DROGUE


Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


I'a wilfr '"f de bIb lhalflrw
_: r~ me* -3- mdi pr -


S: -- _'- .


--r r -


-


O- 0


- 0 4D-


o --q -- .- a 0Go


-9- .- Copyrighted Material _-.
I1 0 -e


- -- Syndicated Content -


Available'from Commercial News'Providers"


. ...... ~l- 4 .0
swmommb0 wwmm M


eht 4 4


C a-


- -0 0- .4 4


*- a a


0 O a o
O o o



aO C~L


-~ a 0
-c .


--- 0


-I C


- -w


. ~- ,- - - -4
-C


- -
-I _


S -r c-


-* .t


- -


- -I -


- r 0
-


- 4w -


-N o
CI Aw


- -d a w


*1 -


-c S
al -- a-C aI
- S -I
___ -r


7


AUTRE CRISE, MEME DIAGNOSTIC


La crise bolivienne, un echec


Sde 1Ameriquela
JORGE CASTANEDA
* -- 13 Juillet 2005 La Bolivie n'est pas un pays
S- typique de 1'Amdrique latine, loin de 1a. Et si ce n'6tait les
troubles haitiens, ce serait le pays le plus pauvre de


Vin Pran yon


Tet Tiyo-Do uc-

CA__ 0


/r

Vin rankontre ak Depatman DI-i k
Dade (WASD) zi i s .

Samdi13lDa 00
N #unty Fairgrounds ant '
Apati 96 dimatenjiska
jy r' A it 9H^B lsik
i *^wa *i* tt I
P6jjwenn c ns resevwa GRATIS T
yon nouvp ttet to douch knseve dl IA w bay ansy w In

Si w pa kapab vin nan pwogram Samdi an, pa en w-
W kab toujou jwenn Tet Tiyo Douch gAIWS ki eve dlo an!

Selman ale nan nenpot nan "Lokal pou Echanj" WASD sa yo:
Caleb Center
5400 NW 22 Ave. le Etaj
(L-V 8 AM 4:30 PM)
South Dade Government Center
10710 SW 211 St. le Etaj
(L-V 8 AM 4:30 PM)

Oficina de LeJeune
3575 S. LeJeune Rd.
(L-V 8 AM 5 PM)
Douglas
3071 SW 38 Ave. le Etaj
(L-V 8 AM 5 PM)

Oswa vizite nou sou entenet nan http://www.miamidade.gov/wasd/
oswa rele 786-552-8955


Pou plis enfomasyon sou kouman Depatman
DIo Potab ak Egou Konte Miami-Dade
Kapab ede W ekonomize dlo ak lajan!


h


MIAMIDIADE


1'h misphh re
occidental : il est
meme moins stable
qu'Haiti comme le
montre son histoire et
ses deux cents coups
d'Etat depuis son
independance. Dans
une region au passe
indigene fort, mais au
present disperse et
isold, la Bolivie est
peut-6tre, avec le
Guatemala, le seul
pays d'Am6rique
latine oni les peuples
indigenes repr6sentent
la majority de la
population. Sa gdo-
graphie et sa distri-
bution ethnique
g6nbrent des forces
autonomistes et meme
s6cessionnistes qui
menacent l'unit6
nationale de manibre
bien plus provocante
que partout ailleurs. Et
c'est, bien sfr, avec le
Paraguay, le seul pays
de tout le sous-
continent priv6 d'acces
a la mer.
Ainsi serait-il
bien peu prudent
d'extrapoler la crise
que traverse actuel-
lement la Bolivie au
reste de l'Am6rique
latine. La g6ndra-
lisation serait bien trop
simpliste : ailleurs, les
institutions sont bien
plus fortes, la pauvret6,
et particulibrement la
misere, a et6 r6duite et
les luttes d'appro-
priation des ressources
naturelles ont et6
g6ndralement r6gl6es.
Meme dans des pays
tels que le Venezuela,
qui possede d'6normes
reserves de p6trole et
qui est dot6 d'un
gouvernement
nationaliste a l'esprit


tine


traditionnel, le statu quo entretenu a permis
la preservation des investissements


strangers pendant les presque huit ans de gouvernement
du president Hugo Chavez.
Meme si l'existence de mouvements indigenes est
une r6alit6 dans de nombreux pays, depuis le Chiapas
jusqu' 1l'Araucania, de l'Amazoniejusqu'a Ayacucho, ils
n'ont jamais pos6 aucune menace rdelle a l'int6grit6
nationale dans aucun pays d'Amdrique latine. Ainsi, la
Bolivie ne vit pas une crise pr6monitoire, pas plus que
l'6terelle thdorie des dominos, a laquelle Lyndon Jonhson
et Che Guevarra croyaient tous deux dans le cas de la
Bolivie, ne semble valable ni meme partiellement
raisonnable.
Pourtant, la crise actuelle en Bolivie montre du
doigt le deficit d6mocratique qui afflige l'Amdrique
latine. Les leaders Olus sont mis en 6chec pour une raison
ou pour une autre en Bolivie, en Equateur et en Haiti. La
d6mocratie est d6faillante ou absente a Cuba, au Mexique
et au Nicaragua, et se voit menace pour une raison ou une
autre au Venezuela et en Colombie. Aucun de ces cas ne
ressemble a l'autre et ils comportent tous diff6rents degrds
de danger, de destruction et de reconciliation.
Reste a savoir ce qui peut etre fait contre cet 6tat
de fait, qui contraste durement avec les perspectives
encourageantes qui ont pr6valu jusqu'a ces dernibres
anndes. Lors de la dernire reunion de l'Organisation des
Etats am6ricains qui s'est tenue a Fort Lauderdale, en
Floride, la d6l1gation des Etats-Unis a emprunt6 une bonne
idWe fournie par d'autres et l'a tout simplement coulde du
fait de son soutien.
L'histoire a commence deux ans plus t6t quand
Dante Caputo, ancien ministre des Affaires 6trangeres
argentin, et le Programme de d6veloppement des Nations
unies (PNUD) furent charges de preparer un rapport sur la
d6mocratie en Am6rique latine. Leurs conclusions
indiquaient qu'un systeme d'avertissement anticip6 des
crises d6mocratiques dans la region aiderait a g6ndrer
certaines actions avant toute perte de contr6le, comme c'est
le cas de la Bolivie aujourd'hui.
M. Caputo et l'6quipe du PNUD avaient alors
convaincu le president chilien, Ricardo Lagos, de se charger
de l'initiative et de la promouvoir avec plusieurs de ses
colleagues. Ce qu'il a fait sans que l'initiative n'aille trbs
loin. En fait, le rapport du PNUD sur la d6mocratie en
Amdrique latine, public en 2004, la mentionnait a peine.
Les Etats-Unis et le nouveau secr6taire g6ndral
de 1'OEA, Jos6 Miguel Insulza, l'ont relanc6e lors du
meeting de 1'OEA en Floride, mais elle fut bris6e par les
craintes raisonnables des Latino-Am6ricains persuades
qu'il s'agit 1i d'une action contre le Venezuela, assocides
aux craintes anachroniques des Latino-Amdricains sur la
violation du sacro-saint principe de non-intervention.
Malgr6 l'impossibilit6 pour le continent de s'accorder sur
le principe, l'id6e d'un systeme d'avertissement anticip6
m6rite d'etre 6tudide. Aujourd'hui, la communaut6 latino-
am6ricaine a probablement peu de possibilities
d'intervention dans la situation bolivienne, et pourtant elle
est dangereuse pour tout le monde. Evo Morales, le leader
de l'opposition et des planteurs de feuilles de coca, est peut-
6tre un honnete leader d6mocratique, quelque peu mal
avis6, mais ses supporters sont-ils tous d6gag6s de toute
(voir Bolivie / 9)


Page 8


_ .0 --


- Nw -0.w .-


c


r O


IQI D


- 0


low --

am







Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


fo
ai
l
1'
2
ii
q

1
h

d
d

p
u

fa

fa
e
P
p

a
o

q
a
c(


g
s(
a
p
te

e
q


Page 9


I ECONOMIE


Haiti: Le taxe de sortie augmentee de plus de 500 pour cent
EDITORIAL Mais aujourd'hui tout va comme sur des
PORT-AU-PRINCE, 14 Juillet De la mame ncie de la rpubique.Iatousles pouvoirs. Lui au roulettes avec la nouvelle 6quipe au pouvoir. En tate, notre
moins n'a pas besoin d'une Minustah.
laon que l'on s'y prend toujours dans ce pays pour a viden union d'oeil vid les bites de Et ministre des finances. Normal, c'est le ministre du Fonds
II a video en un clin d oeil video les boites de 1'Etat ,
nnoncer les plus mauvaises nouvelles, on apprend entre de les d Monetaire International.
de la majority de leurs employes, tous des lavalas, alors
es lignes d'un bulletin de presse que le ministre de Ce nest pas que l'on ne realise que le pays a
I out: Teleco, ONA, Palais national etc.
Economie et des Finances a d6cid6 de fixer d6sormais outa : eleco, NA, alaisnatinal etc. des problkmes. On est toujours les premiers a le souligner.
5 dollars amricains la taxe pay a coup les programmes sociaux: crches, Oui, l'insecuritd devaitfinirpardeveniraussiunhandicap
5 dollars amtoricains la taxes payqe Y l'agroport alphabetisation, asiles pour vieillards, tous des programmes in e i
international Toussaint Louverture par chaque voyageur, invents par Lavalas pour favoriser le dtournement des pour les finances publiques, tant donn le manque
u'il soit haitien ou stranger. fonds publics. gagner qu'elle entraine a tous les niveaux.
Jusqu'ici le voyageur haitien payait une taxe de On faith coir le government de conrnc n Ce n'est pas que l'on ne alise que tout lemonde
50 gourdes, que d'autres appellent encore 30 dollars rnce ac l aileur un t atre de doit faire des sacrifices.
conference avec les bailleurs d un bout a 1 autre de la terre,
aitiens. caiMais c'est la faqon de faire qui rdvolte. C'est
Une taxe de 30 dollars hatiens qui passe 25cochon sat atoine". Mas il n'y a de trop prendre les gens pour des imbciles.
fUne taxe de 30 dollars haitiens qui passe 25 flicitations que pour notre ministre des finances. Notre
ollars am6ricains, au taux de 40 gourdes et plus pour 1 ta s e n m stre des inatPlus de 500 pour cent d'augmentation, et d'un
ollar amdricain superstar des finances. Lui au mos sat sy prendre. seul coup. Comme si ce voyageur haitien n'est pas lui
n'y a pas d explications a donner. Pas de comptes a rendre.
Done au lieu de 150 gourdes, le voyageur haitien a a e aussi p6nalis6 par la crise.
aierait 1.000 gourdes pour franchir l'adroport, soit donc canon verba. Monsieur le ministre sait-il que ce voyageur-lI,
Et maintenant qu'il a fait totalement le vide, et
ne augmentation de prbs de 800 pour cent. qui sans doute ne voyage pas pour le plaisir, personne en
A-t-on jamais vu augmenter une taxe de cette ue sonsait patrol leFMIlul en demand toujoursalors Haiti ne peut plus se payer ce luxe, qu'il lui faut prbs de
waon? D'un seul coup, et sans la moindre explication. il regarded autour de lui sur quoi poser ecore son grappin. 3 mois pour rassembler le prix du billet, plus de 300.00
Quid des produits de luxe: alcool, bijoux, caviar?
Interrog6, le ministre a r6pondu sur un ton tout Quid de l'ipt sur la ricesse ajoux, c ? dollars US pour le ticket Port-au-Prince Miami (le
ait cavalier, genre "ne venez pas me d6ranger" : "Haiti d e l sur premier ministre qui promettait de revoir la question a
st le seul pays oiY l'on a une taxe diff6rente de sortie Quid des gr ages l M peut-etre oublid, trop preoccupe par les int6erts sup6rieurs
our le national et pour l'6tranger." Qud de de la nation, il est vrai que American Airlines est trop
les pattes.
Dans combien de pays visits par notre ministre pts, puissante) ...
D-t-ilvupayerune taxe de sipas r qui que ce soit, hainstre Par contre, le contribuable ordinaire, l'anonyme t e e e et
-t-ilvupayerune taxes de sortie par qui que c soit, hatien qui prend avion, par ici la bonne soupe. Gratis ti cheri monde nest pas haut fonctionnaire ministry, tout le
Plus de 500 pour cent d'augmentation, faire passermonde n'a pas les mmes facility pour se procurer des
N'importe quoi. Le ministre est si sir de son fait de monde n'a pas les mmes facilities pour se procurer des
u'il n'a mme pas daigne preparer une explication offrir0 gourdes dun seu coup 1.000 dollars. Au taux actuel de plus de 40 gourdes pour 1 dollar
. gourdes, cela promet des scnes inoubliables dans le hall
u contribuable. Toujours le cochon de payant, mais ici gourdes, nes inoubliables dans le hall amencam.
de l'a6roport. Sans doute que notre ministre a requ du Fonds.
ela d6passe toutes les bornes. de aror ans douteste a u dsPour finir, lorsque American Airlines avait
Cela nous rappelle lorsque l'abonnement Mondrare l'assurance q la Mnustah ne sera p tr decid r6cemment de diminuer le poids des colis autorisds,
lensuel du t6l1phone cofitait en Haiti pas plus de cinq lon la ssnde ceei menace den ever de une facon d6tourn6e de faire payer davantage encore au
ourdes. Le gouvernement de Baby Doc dut se r6signer plus en pus une de r pressing ,passager haitien, ce dernier protesta et American Airlines
Toujours sous la pressing des bailleurs, lorsque
ous forte pression des bailleurs internationaux a Duvalier sous la pression des bailleurs, lru fut force de revenir au poids ordinaire.
ugmenter le tarif. Ce ne fut pas facile, malgr6 toutes les aler l dctateur, devait u eer le tarf du Est-ce que le gouvernement comprendra lui aussi
r6cautions prises pour 6taler cette augmentation dans le telphoneil le ft en merchant sur desoeufs. suffisamment t6t pour 6viter des scenes peu souhaitables
mps. Et ellene dpassait pas 10 pourcent. JalAv devait 'aroport. Car il n'y a que la mobilisation de l'opinion
convaincre les banques priv6es et les maisons de transfert
Aujourd'hui note chancelier de l'cchiquier nous les banques proves etpublique qui peut faire comprendre au ministre du Fonds
de d6poser 40 pour cent de leurs d6p6ts a la banque centrale, Montaire International que le contribuable haitien n'est
nfonce plus de 500 pour cent dans la gorge. Et en toute Monetaire Interational que le contribuable haitien nest
ce fut la croix et la bannibre.
ui6tude ... Et stide es a s pas aussi poltron et simplet qu'il veut le faire croire a ses
Il est fort le ministre. C'est le ministre du Fonds f patrons ... Etjusqu'h present il y est arrive.
I1es frtl mnitr. 'stlemiisr d Fnd _, ....... .A.... ,1 ..... ...... d .....


Monetaire International. On l'appelle Monsieur balance
des comptes. Il est charge en quelque sorte de la repression


irrac ment accuse de vouloir conv
en dollars des clients.


Editorial, Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


"Copyrighted Material



_.. Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


La crise bolivienne, un 6chec ...
(suite de la page 8)
Avant que les
volont6 autoritaire ? Hugo Chavez ne natteignentdesextrmes, il
finance peut-6tre pas M. Morales et les bon que OEA (et non pas le
autres dissidents boliviens, mais le bonque'O tnon
s'en mile. La region cont
Venezuela et Cuba ne sont-ils pas tents de besoin de cette participation
se meler des affaires de ce pays oni Che temps, de message et de
Guevarra mourut la tate de la gudrilla prs temps, de message et de
de quarante ans plus t6t dmocratique appropriee,
de quarante ans plus tt ? intervention americaine tra
La communaute d'affaires de de l'indiff6rence habituelle d
Santa Cruz enBolivie ne donnera peut-etre latine.
pas suite a ses menaces de secession, mais
pr6f6reront-ils partager les reserves de JORGE CASTA
p6trole et de gaz naturel de leur region avec I'ancien ministre des Affair
les peuples indigenes des hautes terres du Mexique et candidat 1
plut6t qu'avec les industriels brdsiliens de u exieaine
SAo Paulo ? mexca


6v6nements
erait peut-6tre
:s Etats-Unis)
inue d'avoir
en termes de
plate-forme
distincte de
ditionnelle et
e 1'Amerique

.NEDA est
es 6trangeres
a pr6sidence


- -


On annonce le renvoi du chef
de la Police, Leon Charles
P. 20


I I






M:rcr.di 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


En Haiti, la liber
16 Juillet 2005 La capitale haitienne et sa
banlieue sont plong6es dans un climat de violence qui
affecte toutes les couches de la population. Les rapts
crapuleux se multiplient et sont accompagn6s d'exactions
sadiques. En d6pit de l'investissement de la communaut6
internationale, les autorit6s ne sont pas en mesure de
garantir le minimum de s6r6nitW indispensable au
fonctionnement d'une soci6t6 civile. Les Haitiens qui en
ont les moyens quittent la capitale ou partent en exil.
Enlev6 le 10 juillet, la d6pouille martyrisde du
joumaliste Jacques Roche a &t6 retrouv6 mercredi. Son


Page 10


I ADIEU. CONFRERE I


te de la presse demeure un vceu pieux


corps portait des traces de balles. II 6tait entrav6, pieds et
torse nus, mutil6, les membres bris6s. Sa famille et ses
proches n'avaient pas rduni les 250 000 dollars de ranqon
exig6e par ses ravisseurs. Ils n'avaient pu rassembler que
10 000 dollars, remis aux kidnappeurs qui, pour toute
r6ponse, avaient d6clar6 attendre le versement du reste
avant de mettre leur menace de mort a execution. La
disparition de Jacques Roche, chef du service Culture du
quotidien Le Matin, collaborateur de Radio Ibo et animateur
d'une mission de t6l1vision locale, a d6clench6 une vague
d'indignation relayde par la presse haitienne et


l'organisation Reporters sans
frontibres.


Le changement de regime
a Port-au-Prince avait &t6 accueilli
avec soulagement par une profession
harcel6e par les milices du parti Lavalas du chef d'Etat
d6chu en f6vrier 2004, Jean-Bertrand Aristide. Mais, dans
unpays l'administration d6labr6e, toujours profond6ment
empetr6 dans ses difficulties, sans restauration de l'6tat de
droit, la liberty de la presse demeure un vceu pieux. Haiti
(voir RFI /11)


Jacques Roche


Yo touye powet la
Menm jan ak Orphie, Jacques Roche venk lanmb. Avbk powem nan ii te afwonte
lanmb, li te nonmen non 1!
Pwoblem peyi Dayiti eklate nanje nou. Li telman eklate f6 li rann anpil moun aveg.
Pw6blem nan sosyal, li ekonomik, li politik, li ekologik, li enstitisyonel... Tout kote
w manyen nan peyi isit se yon pwoblm.
Pwoblem yo la paske gen solisyon. Se ak moun yon peyi rive rezoud pwoblIm li :
moun ki f6me, ki gen limye, ki gen kU, moun ki deside pou travay pou sa chanje :
chanje lavi, pou lavi ka miy6, pou lavi ka fleri, pou lavi ka bel, pou tout moun san
distenksyon. E si nou deside travay pou lavi ka miy6, pou lavi ka fleri, pou lavi ka
b6l, pou tout moun san distenksyon, f6k dabb, nou respekte moun. Chak moun gen
dwa pou viv, pou yo pale, pou yo di sa yo panse sou sosyete a. Men m si ou pa dak6
ak li, se pa pou sa pou maltrete 1, krabinen 1, matirize 1, asasinen 1.
LU w touye yon moun se t&t pa w ou touye tou paske w rekon&t yon 16t kretyen vivan
parAy ak ou menm, ki sangine menmjan ave w gen dwa pou li fe w sa w fe viktim ki
tombe anba men w nan.
LU w touye Jacques Roche, ou aksepte prensip Ansyen Testaman ki di oeil pour
oeil, dent pour dent ". LU w touye yon poet se r&v yon peyi w touye. LU w asasinen
yon pow&t se lanmou w asasinen.
LU w asasinen yon pow&t, ou fose moun vin pi vyolan, pi sinik, pi sadik. Ou fe plim
pouse sou do 1.
LU w touye Jacques Roche, ou touye poet k ap d6mi nan chak Ayisyen ; ou reveye
lwa bizango 1, lwa chanpwOl kay chak Ayisyen.
LU n ap tande Jacques Roche k ap fe bl pwezi ak mo krey6l, ak mo franse nou santi
yon emosyon ki transp6te n nan rev; nou vle pran chak koulk nan pwezi a pou n pen
yon 16t Ayiti. Jacques Roche te vle chak Ayisyen chita nan r&v yo pandan y ap veye.
Tout moun ki vle lavi nan peyi Dayiti chanje ap toujou gen nan kU yo bMl powem
Jacques Roche. PNsonn paka asasinen powem li te konn ekri pou nou te ka pran
konsyans eta nou. Gwo pouvwa li te genyen pou 1 te penn reyalite Ayiti ak mo,
pouvwa sa a charye : revandikasyon, rev, espwa, amoni, 16d, lanmou, emosyon, eneji,
vibrasyon, f6s yon pwezi ki pap janm mouri, k ap toujou soufle nan z&v li : "Van
libete I, II ak III". Souf Jacques Roche ap toujou gide van, pye bwa, m6n, rivye, fl&v
peyi Dayiti. CD pow&t la ap toujou grave nan kU nou.
Pwoblem peyi Dayiti eklate nanje nou. Li telman eklate f6 li rann anpil moun aveg.
Claude Bernard Serant


Nouveau coup de semonce pour la liberty de la presse


EDITORIAL
PORT-AU-PRINCE, 14 Juillet Notre confrere
Jacques Roche a &t6 retrouv6 ce jeudi. II 6tait mort.
Assassind probablement de dos. Le cadavre a &te abandonn6
du c6t6 de Delmas 3, une zone trbs affairde et qui a souvent
&te le thditre de troubles et de violences de la part de gangs
arms ces demiers temps.
Jacques Roche 6tait chroniqueur culturel au
quotidien Le Matin. II animait aussi des programmes radio
ainsi qu'une mission a la t6l1vision pour le Groupe des
184, une plate-forme d'associations de la soci&te civile qui
a mend la lutte pour le renversement du president Aristide
en f6vrier 2004.
Malgr6 tout, Jacques Roche n'6tait pas un
joumaliste proprement dit. Il est d'abord artiste et poete.
Tout en ayant appartenu au camp anti-Aristide, il n'ajamais
manifesto aucune animosity particulibre envers quiconque.


Est-ce une raison pour dire qu'il n'a pas &te enlev6
en tant que journaliste, comme on l'a lu dans un
communique de Reporters sans Frontibres paru mercredi
d6plorant son enlevement?
En tout cas, il est mort comme tel, un jeune
confrbre, calme et g6ndreux, plein de talent et qui avait
beaucoup a offrir a ce pays. Avant tout, un esprit lucide et
ind6pendant, comme on le percoit dans ses CD de poemes
recemment parus.
Peu de temps aprbs son enlevement, Jacques
Roche avait pu contacter ses proches pour leur dire que si
la rancon n'6tait pas payee, il serait probablement ex6cut6
par ses ravisseurs.
Ces derniers exigeaient 250.000 dollars pour le
relAcher.
Mercredi on a appris qu'ils avaient refuse une
proposition pour un versement de 40.000 dollars.


On n'a cependant pas souvenance, depuis le d6but
de cette vague d'enlkvements, qu'un kidnapp6 ait &te tu6
alors meme que des n6gociations sont en cours.
L'autre cas d'une victime disparue aux mains de
ses ravisseurs est celui du directeur d'un 6tablissement
scolaire, mais qui aurait plut6t succomb6 a une crise de
diabete ou d'hypertension.
Jacques Roches avait aussi rapport a ses proches
qu'il 6tait torture. Plusieurs des anciennes victimes
l'auraient et& 6galement.
Le cadavre d6couvert prbs de l'autoroute de
Delmas et conduit a la morgue de l'H6pital G6ndral montre
que le kidnapp6 a &te maintenu assis sur une chaise et ligot6
(ou menottd) les mains derribre le dos.
Il ne portait qu'un short, sans chemise et les pieds
nus. On a l'impression que Jacques Roche 6tait sur le point
(voir Presse / 11)


- U;A~ E:) mu IE H=)W


APPAREL,SHOE &
ACCESSORIES SHOW
August 14,15,16 2005

Sunday, Monday ,Tuesday 10:00 am To 7:00 pm


TRADE SHOW
TE CARIBBEAN


GIFT & VARIETY
MERCHANDISE SHOW
September 25,26,27 2005

Sunday, Monday ,Tuesday 10:00 am To 7:00 pm


CROBERTO CLEIVIENTE CO LI SE IV SAN JUAN, FPULJRTOC FICO
Restrictions: Children under 18 and general public not admitted.Wholesale only. Trade Show of the Caribbean reserves the right of admission
For more information: Tel: (787) 781 3050 Fax: (787) 781 2022 E-Mail: tradeshow@coqui.net Web Page: www.tradeshowcaribe.com


I -- -- I - ---- I






Page 11


LIBERTE DE LA PRESSE


Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


Les tueurs de Jean Dominique


courent toujours
(RFI ... suite de la page 10)
est toujours sid6r6 par la misere et profond6ment traumatis6
par une succession d'6pisodes politiques calamiteux. Si
les menaces et intimidations a l'6gard des journalistes ont
diminud, elles n'ont pas cess6. Certains s'exilent, tandis
que d'autres dchappent miraculeusement a des tentatives
d'enlkvement ou de meurtre. Et la liste n'est pas close. Ce
climat d6ltbere est entretenu par un profond climat
d'impunitd en raison d'une police trbs expose mais
apparemment impuissante, en d6pit de quelques succes, et
d'une justice manifestement incapable. Les tueurs du
c6l6bre joumaliste Jean Dominique, assassin en 2000,
courent toujours et l'enquete semble enterr6e pour
d'inavouables raisons.

6 A 10 enlevements quotidiens
La trag6die de Jacques Roche, et le climat de
violences et de contraintes en g6ndral qui enserrent la
presse, rdvble une nouvelle fois la fragility desjournalistes
haitiens. Mais elle souligne 6galement la degradation de la
situation dans ce pays oi, depuis la chute il y a dix-huit
mois de l'ancien president, la situation toume au chaos
dans la capitale et ses quartiers oF l'insecurit6 regne en
maitre absolue du pavd. Le chiffre de 6 a 10 enlkvements
quotidiens a Port-au-Prince circule. Selon l'agence
amdricaine Associated Press, plus de 700 personnes ont
&td tudes, dont 40 policiers depuis le mois de septembre


*00
2004, essentiellement par les ex-miliciens de l'ancien
regime reconvertis dans le grand banditisme, en attendant
un 6ventuel come-back de leur leader. Outre les fortes
demandes de rancon, les rapts s'accompagnent d'exactions
et de tortures. Les viols sont de plus en plus frequents,
comme en tmoignent les anciens otages. Et les enfants ne
sont pas 6pargn6s par le ph6nombne.
Les armes circulent sans entrave et la population
en paie le prix fort. Dans un entretien a 1'AFP date du 5
juillet, le chef de mission de l'organisation humanitaire
M6decins sans frontieres explique que le nombre de
blesses par balle (...) est en train d'augmenter tr1s
rapidement. De plus en plus de patients souffrent de plaies
multiples causes par des balles explosives ". Ali Besnaci
declare que plus du tiers des 3 100 patients traits depuis
d6cembre 2004 'ont &t6 pour des blessures de guerre. "
Nous soignons pour des plaies par balles des enfants qui
ont a peine 4 ans et des femmes de plus de 60 ans ". Une
organisation haitienne de defense des droits de 1'Homme
precise que la violence a caus6 la mort par balles de plus
d'un millier de personnes en Haiti entre septembre 2004 et
juin 2005.

300 000 armes A feu toujours en
circulation
L'ins6curit6 s'est 6tendue aux quartiers
p6riph6riques de la capitale et, face a cette degradation,


les mieux nantis s'envont. Ils quittent Port-au-Prince pour
la province ou prennent le chemin de l'exil en direction de
la rdpublicaine Dominicaine ou des Etats-Unis. Les vols a
destination de la Floride affichent complet, alors qu'au
retour les vols sont a moiti6 vide. Depuis quelques
semaines, les garde-c6tes am6ricains observent une
recrudescence d'embarcations qui tentent de gagner la
Floride toute proche. Le personnel des representations
diplomatiques est reclus et les ambassades invitent leur
ressortissants a ne pas aller en Haiti.
La communaut6 international manifestent une
vive inqui6tude devant ce d6rapage incontrl6k de la
situation et renforce son dispositifde soutien aux nouvelles
institutions du pays. Fin juin, le Conseil de s6curit6 de
1'ONU a vote l'unanimit6 pour l'envoi d'un millier
d'hommes suppl6mentaires, dont 750 soldats consacr6s aux
missions d'intervention rapides et 275 policiers envue des
elections qui se tiendront a partir du mois d'octobre. Le
contingent militaire de 1'ONU passera ainsi a 7 500 casques
bleus et 1 900 policiers. Et bien que l'effectif de la force
international ne soit pas d6risoire, en d6pit de quelques
succes et demonstrations de force dans la traque des
criminels, les forces de l'ordre ne sont pas en mesure de
restaurer la paix civile. Plus de 300 000 armes a feu seraient
toujours en circulation en Haiti.
L'ONU mise sur la restauration d'un ordre
constitutionnel irr6prochable, premiere tape a la
normalisation de la situation. Le calendrier politique pr6voit
des elections municipales le 9 octobre, des l1gislatives et
pr6sidentielle les 13 novembre et 18 d6cembre. La prise
de fonction du president devrait avoir lieu le 7 f6vrier. D'ici
la...


Kidnapping: une lutte qui demande beaucoup plus de discretion


(Presse ... suite de la page 10)
d'aller faire son jogging quand il a &t6 enlev6, c'6tait
d'ailleurs dimanche.
Lorsque le corps est arrive a la morgue, il n'avait
pas encore la rigidity. Ce qui veut dire que le d6ces n'avait
pas eu lieu depuis longtemps. Probablement dans la
matinee, peu de temps avant qu'il ne fut abandonn6 l1 ooi
il a &td d6couvert a Delmas.
On a rapport beaucoup de mouvements de


casques bleus des Nations U
nationale depuis t6t ce jei
populaires du nord de la cap
Des patrouilles sont
endroits, proc6dant a des foi
Les kidnappeurs de
ils sur le point d'etre d6couv
de l'ex6cuter, froidement, le:
et assis sur une chaise ou dn


nies (Minustah) et de la police
idi matin dans les quartiers
pitale.
installkes aussi dans plusieurs
uilles minutieuses.
SJacques Roche se sentaient-
erts? Auraient-ils alors d6cid6
s deux bras li6s derribre le dos
ans un coin, comme il a df le
rester longtemps, et
probablement en lui tirant
une ou plusieurs balles
dans le dos. Puis ils sont
allks se d6barrasser du
cadavre en le balancant du
c6t6 de Delmas 3, a un
endroit qui a connu tant de
violences ces derniers
temps et de toutes sortes
qu'il en sera difficile, du
moins espbrent-ils, d'en
remonter les traces.
Les deux 6paules
sont presque arrach6es du
reste du corps, tellement la
victime a df rester
attache pendant long-
temps.


Il n'est pas besoin d'autre supplice pour qui a fait
l'exp6rience des menottes aux mains de la police politique
en Haiti.
En effet, l'assassinat de Jacques Roche ne peut
ne pas nous rappeler celui d'un autre joumaliste haitien,
Gasner Raymond, enlev6 en 1976 par la police politique
(SD) de Duvalier et dont le cadavre sera abandonn6 a
Braches, prbs de Ldogane.
C'6tait le temps de l'ascension de la presse
ind6pendante en Haiti. Le regime Duvalier avait tu6 Gasner
Raymond pour tenter d'intimider ce nouveau courant de
la presse locale.
Il est difficile meme s'il y a eu demande de
rancon de ne pas lier l'assassinat de Jacques Roche aux
querelles politiques qui continuent de faire rage et de diviser
cruellement le pays plus d'un an apres le renversement de
Jean-Bertrand Aristide.
Dans ce cas-lh, ce serait un coup terrible pour la
liberty de la presse dans ce pays. A partir du moment on
les comptes entre secteurs politiques opposes peuvent se
r6gler en enlevant directement la vie a un journaliste que
l'on croit 6tre un repr6sentant de ce camp, alors c'est le
"babouket." C'est l'auto-censure absolue. Je ne parlerai
pas pour ne pas 6tre considered comme le d6fenseur de tel
camp. Ni pour faire l'dloge d'un camp, auquel casje tombe
sous la menace de l'autre. Ni pour critiquer tel camp ou tel
autre, auquel cas l'un ou l'autre m'accuse d'etre un
recupere. (voir Presse / 12)


POLITIQUE ET SOCIETE


La laideur de nos


leaders
"Nous regardons mais nous ne voyons
pas. Nous entendons mais nous nous
refusons d'ecouter. "
Al Gore, La Terre enjeu
Loin de ma pensde toute tentative
d'insulter quiconque. Et, en ce sens, je
ne voudrais que l'on prete au titre, une
quelconque intention malveillante sans
avoir lu ce texte dans son int6gralit6.
J'aurais pu intituler l'article : Grandeurs
et miseres de nos hommes politiques.
J'aurais pu aussi utiliser la petitesse
d'esprit, 1'6troitesse des horizons de nos
dirigeants ou leur manque de taille. Dans
chacun de ces cas,je crois que cela aurait
&td leur preter des intentions qu'ils n'ont
pas ni ne veulent avoir, ni pour eux-
memes, ni pour le pays. Leur pays. Avoir
de l'esprit et en faire usage, suppose un
effort 6norme. Et, l'esclavage a tu6 en


nous le goft de l'effort personnel tandis
que le Code Noir, celui du plaisir de la
recherche du beau dans notre
environnement collectif. Nous nous
limitons a singer. Arriverons-nous a le
faire de facon 616gante et intelligente ?
Adopter l'un des autres titres pr6cit6s
aurait aussi voulu dire que nos hommes
politiques ont un projet, collectif, de
soci6td, de pays. Ce serait dire d'eux
qu'ils ont une strat6gie, non seulement
pour la conquete du pouvoir mais aussi
et surtout pour diriger le pays vers la
transformation, vers la concrdtisation du
reve que nous, Haitiens, nourrissons a
notre insu, celui de voir Haiti devenir
rdellement la Perle des Antilles. Ce rlve,
apparemment irr6alisable sur ce coin de
Quisqueya, de construire une soci6t6
dans laquelle tout Individu aurait des
droits et des devoirs et dans laquelle non
seulement l'ind6cence de la misere
(voir Laideur / 12)


MIAMIDAD3

AVI RENOUVELMAN ANYEL PEMI
PWOFESYONIL
Yo avize piblik lan, ke tout biznis ki ap fonksyone nan Konte Miami-Dade fet pou yo
renouvle oswa achte yon Pemi Pwofesyonel pou Ane Fiscal 2005-2006 la nan pery6d ki
komanse le Dawout 2005 la rive 30 Septanm 2005. Tout pemi ki pa renouvle anvan 30
Septanm yo va konsidere k6m bout, epi yo va gen dwa mete yon amann de dis pousan
(10%) pou mwa Okt6b la, yon 1lt amann de senk pousan (5%) pou chak mwa apre yo
jiskaske renouvelman an peye, ak kondisyon ke tout amann pou delenkans yo pa depase
vennsenk pousan (25%) taks pemi pwofesyonel yo.
Kidiplis, nenp6t moun ki pa peye taks Pemi Pwofesyonel yo nan sansenkant (150) jou
apre ke yo te jwenn pwemye avi ke taks la bout, ak moun ki pa pran Pemi Pwofesyonel
obligatwa-a va jwenn aksyon legal sivil ak penalite pran kont yo, anplis fre tribunal, fre
avoka, ak tout 1lt fre administrativ ki fet nan ef6 pou touche lajan sa-a, epitou yon
penalite de desan senkant (250) dola.
Pou f6 peman sou entenet, tanpri ale sou:
www.miamidade.gov/taxcollector

Oubyen

W kapab fe peman nan de (2) lokal sa yo:

Downtown Miami-Dade County/Tax Collect
Main Office
140 W Flagler Street, le Etaj
Miami, FL 33130

South Dade Government Center
Branch Office
10710 SW 211TH Street, Sal 104
Miami, Florid 33189

Biwo an ouve: Lendi -Vandredi 8:00 5:00 pm, esepte jou fet leta yo.

Se responsabilite nou pou renouvle pemi yo nan dat echeyans lan pou evite penalite.

lan H. Yorty
Miami-Dade County Tax Collector






Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


Page 12


I POLITIOUE DE VIOLENCE I


15 Juillet 2005 DIX-SEPT MOIS
apris le depart forc6 d'Aristide, embarqu6 manu
militari, en f6vrier 2004, par un commando
am6ricain dans un avion vers l'Afrique, Haiti,
l'un des pays les plus pauvres du monde, s'enfonce dans


Presse: nouveau


coup de semonce
(suite de la page 11)
Gasner Raymond a &t6 tum par le regime Duvalier
pour essayer d'intimider la presse de ce temps 1. La mort
de Jacques Roche ne doit pas servir h autre chose. MWme
si le gouvernement n'a rien h y voir. Ce sont les secteurs
politiques eux-mimes qui aujourd'hui ne tol6reraient pas
une presse rdellement ind6pendante. Cependant seule une
investigation s6rieuse sur cette disparition nous permettrait
de savoir quelle en est le veritable mobile, au delh du
fanatisme politique qui a d6jh fait tant de mal.
Mais peut-on esp6rer une investigation s6rieuse,
sans attache politique, politicienne? La police haitienne
est sur les dents, elle n'a requ aucune preparation h cette
fin, jamais, au grand jamais.
Mais d'autre part, il se peut aussi que les criminels
soient aux abois, avec les dernibres operations d6clench6es
par les casques bleus et la police.
On a d6jh dit que les ravisseurs de Jacques Roche
ont pu l'avoir achev6 ce jeudi matin par peur d'6tre
d6couverts.
Par consequent, c'est le revers des operations
actuelles des forces de police, elles peuvent augmenter aussi
le danger pour les otages d'6tre ex6cut6s par leurs
ravisseurs.
C'est une lutte qui demande sans doute beaucoup
plus de discretion. Ilfaut savoir manager l'effet de surprise.
C'est un travail sans doute beaucoup plus difficile qu'on
ne pense. Car il y va de plus en plus de la vie mime des
otages. Toute information, toute reaction base sur la
rumeur, voire sur la fantaisie, voire des rumeurs fantaisistes
ou salaces, devraient 6tre 6cart6es.
Esp6rons au moins que la mort de Jacques Roche
aidera h 6pargner celle d'autres, de nombreux autres.

Editorial, Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


International calls from Haiti are only 5 Gourdes per minute !
That's the same price as local calls in Haiti!
Anyone in Haiti with a Comcel No Limit Plus or Carte Blanche VIP Plus card
can call you whenever, wherever in the USA, Canada and other listed countries*
for 5 Gourdes per minute.


All you have to do is call the Comcel Customer Care at
1-888-426-6235 (1-888-4COMCEL)
to find out more about this service or to learn different ways to send
these cards to people you love, to people you want to talk to in Haiti.
USA Canada
Europe Argentina Bahamas Brasil
Chile Colombia Venezuela. Dominican Republic COm C E
* Toward fixed telephones only. d, A ~ /
* 1 I ouardnars I will be a IIledo I the fir tminu.te.


erreur a Ha
l'anarchie et la terreur. Des zones entibres de la capitale
Port-au-Prince sont livrdes aux gangs ou aux milices de
l'ex-pr6sident d6chu. Et les quelque huit mille soldats et
policiers, en majority Sud-Amdricains, envoys par l'ONU,


Le corps trouve le jeudi 14 juillet pho
paraissent totalement incapables de maintenir l'ordre.
D'autant plus qu'ils sont confronts h une nouvelle forme
de banditisme, le kidnapping. Le week-end dernier, au
moins trois personnes ont &t enlev6es.

Washington accuse
Parmi elles, Jacques Roche, qui a ensuite &t6 tu6.
Ce porte, diseur ", 6tait responsable d'une chronique
litt6raire pour le quotidien" le Matin ", et animateur d'une
mission de t616 et de radio de d6bat politique et social. Ce
journaliste, qui militait avec des mouvements de la soci&t
civile ayant contribu6 au depart d'Aristide, avait le malheur
d'habiter un quartier contr616 par des groupes arms dont
la plupart se r6clament de l'ex-
pr6sident. Deuxjeunes ont tired sur
sa voiture et l'ont embarqu6 vers
une destination inconnue,
probablement la cit6 Soleil, ce
bidonville au coeur de la capitale,


ii i


oin ni l'ONU, ni la police haitienne n'osent s'aventurer.
Ses proches ont requ une demande de ranqon de 250 000
dollars. Ils sont parvenus h en r6unir 40 000. Insuffisant
pour les ravisseurs : Jacques Roche a &t6 d6couvert, hier
matin, dans la rue, sur une
chaise. I1 6tait menott6,
portait des traces de coups
et de brflures et l'un de ses
bras avait &t6 perform par
une balle. Sa mort s'ajoute
h la longue liste de victimes
(plus de 700) recens6es
depuis le d6ploiement de
I'ONU, il y a quinze mois.
Le climat d'ins6curit6 est
tel que G6rard Latortue, le
Premier ministre haitien, a
demand la revision du
mandat des Nations unies
dans son pays. Il1 s'en est
pris aussi vivement aux
Etats-Unis, le puissant
voisin, qu'il a accuse de
renvoyer dans son pays "
des criminels, des tueurs
professionnels haitiens "
apris qu'ils ont purg6 leur
I peine sur le sol am6ricain.
Ce n'est pas la premiere
to Yonel Louis fois que Washington est
accuse d'entretenir le chaos sur File. Longtemps, on a
soupqonn6 les Etats-Unis de fermer les yeux sur le trafic
de drogue, dont Haiti 6tait devenu une plaque tournante,
pour financer les mouvements contre-rdvolutionnaires sud-
amdricains. Aujourd'hui, la drogue circule toujours. Elle
alimente des groupes mafieux qui 6voluent h la lisibre de
la politique et du grand banditisme, dans un environnement
de trbs grande pauvret6. D6but juin, les casques bleus ont
tent6 une incursion Bel Air, le bidonville oni vivent
quelque 300 000 habitants. L'op6ration s'est sold6e par
une dizaine de morts, mais elle est rest6e sans lendemain.
Les armes sont tellement nombreuses dans le pays que la
moindre 6tincelle pourrait provoquer la guerre civile. La
communaut6 internationale semble se r6signer h une
definitive agonie du pays. Dans ce climat de terreur, on ne
voit pas comment les elections l1gislatives et pr6sidentielle,
promises en novembre et d6cembre 2005, pourraient avoir
lieu.
Philippe Duval


Leaders et laideur


(suite de la page 11)
aurait complktement disparue
mais encore qu'aucun illumind
n'aurait la possibility d'exploiter
la cr6dulit6 du peuple pour
bafouer ses aspirations.
Quelqu'un a dit, peut-6tre a-t-il
bien dit, que la somme totale
de l'intelligence des hommes
politiques du pays est une valeur
constante, et, leur nombre
augmente ind6finiment ". Je vous
laisse le soin de r6fl6chir 1I-
dessus, sivous n'6tes pas homme
politique.
" Magot coiffM de linge eut
l'audace de dire quelqu'un,
Franqais, de l'un de nos plus
"beaux et fins stratbges ". Que
dirait-il de ceux qui sont presents
sur la place actuellement ? Que
pensent de nous les nouveaux
assistants politico-technico-
militaires qui ont pour mission
d'encadrer les forces de l'ordre
dans le pays, et de r6gler pour
nous les conflits que nous-
memes avons g6ndr6s grice h nos
LEADERS et avec la complicity
de nos LAIDEURS?
Malgr6 tout ce qui pr&cWde, je
dois 6tre franc et vous dire que le
titre n'est pas de moi. Un ami qui
m'accompagnait en voiture, sur
la route de PNtion-Ville, voyant
passer un de nos hommes


politiques, vint h me dire : cher Oscar, le drame de ce pays
est la presence de trop de LAIDEURS POLITIQUES"
Croyant qu'il s'agissait d'un lapsus, j'esquissai un 16ger
sourire arrogant pour lui dire qu'il valait mieux prononcer
" LEADERS ". J'eus honte. Je compris, mais apr&s.
Le pays, notre cher petit pays s'est engouffr6 dans une
laideur profonde. Et, nous nous complaisons dans cette
d6ch6ance, entretenue par nos leaders. Si j'ai bonne
m6moire, le gofit du beau n'a &t present dans notre histoire
que sous le rbgne de Christophe, dans le Nord, le grand
Nord. C'6tait le beau, l'616gance, l'orgueil d'6tre NMgre et
Haitien.
En ces temps de bouleversement, de d6route morale, de
traumatismes sociaux, d'atrocit6s banalis6es, ne devrait-
on pas commencer par incorporer dans notre vie commune
des 616ments nouveaux, des d6fis nouveaux, des raves
individuels et un rave collectif ax6 sur la beautV?
Ne faites pas de petits projets, disait l'un des architectes
ayant particip6 h la construction de la ville de Chicago
(voir Laideur / 14)


ALERTE !!!

En cas d'urgence appelez

MINUSTAH / PNH

510-2563

510-3183 84 85

244-3503

Suivez "Espas Minustah" jeudi, lh 30 pm
M6lodie 103.3 FM, Port-au-Prince


k~I~ga We~ab


F [Obnftfothssriethcutmrutbareuausroonofteecrs


I


I


z







I Nos petites annonces classes


Mercredi 20 Juillet 2005
'+O: a A r--i V W T,1 VTV T- "


Page 13







Le Plaza H-tel
Telephone
(509) 224-9305
(509) 224-9307
(509) 224-9308
(509) 224-9309
(509) 225-9310
(509) 510-4594
(509) 510-4595
(509) 510-0560
Fax
509 223-9282
e-mail
hiplaza@hotmail.com
hiplaza@acn2.net
website
www.leplazahaiti.com
Adresse
10, Rue Capois
Champs de Mars
Port-au-Prince, Haiti
P.O. Box 1429


Coifoiffeur


Etiquette Unisex
Barber & Beauty Salon
Jean Wood Julien
propritaire
15455 West Dixie Highway
Suite N & O
N Miami Beach, Fl 33162
Tel.: 305 940 9070

Charlemagne
Le Coiffeur
103 S.E. 2nd Street
Delray Beach
Tel.: 243-1039
Beeper: 524-0086


Mbdecins

Miami
Dr Henock Joseph
Obstetrique, Gynecologie
Accouchement
Operation pour fibrome
Family Planing
Ligature des trompes
Circoncision
Curetage
Tous les tests de
l'immigration
Toutes assurances acceptees
Carte Medicaid pour femmes
enceintes
5650 N.E. 2nd Avenue
Vertieres Shopping Center
Miami, Florida
301 751 6081

Port-au-Prince
Dr Camille Figaro
Sony
Gyn&cologue
Obstetrique
Chemin des Dalles # 234
Tel.: 509 245-6489
245-8930


1B w
opw9


Points de Vente Haiti en Marche


Lucas Super Market
14750 N.E. 6th Avenue
305 940 9902

Maxisound
11854 West Dixie Highway
305 895 8006

B & L Supermarket &
Produce
12041 West Dixie Hgh.
305 893 0419

Eclipse Communication
9290 S. W. 150thAvenue
Suite 104
954 380 1616
Lil'Angel
Consignment Store
King's Meadow Shopping
Center
9965 S.W. 142nd Avenue
Miami, Florida 33186
T1l.: 305 385 1111


Danilos Restaurant
3760 N.E. 3rd Avenue
954 781 2646

Christephanie's
581 BC East
Sample Road
Pompano Beach, Fl 33064
T61.: 954 781 2500

Delray Beach

Classic Teleco
203 S.E. 2nd Avenue
Delray Beach Fl 33183

Our Lady Bakery
102 S.E. end Avenue
Delray Beach, Fl 33444
561 272 3556
Abonnez-vous a
Haiti en Marche
221-0026


~i~fD~-W


Naudy Record shop
1325 W. Washington St
Orlando, Fl 32805

Boby Express
2469 South Orange
Blossom Trail
Orlando, Fl 32805


Haiti en Marche

ABONNEMENT:
Port-au-Prince
221-0026
417-0384

Miami
305 754-0705


LIVRE
Toxicologie: M6thodes et applications

Andr6 G. Craan pr6sente Toxicologie: m6thodes et applications". C'est le
r6sultat de plusieurs ann6es d'exp6rience internationale en recherche biom6dicale
et en enseignement, de meme que dans la pratique de la toxicologie normative et
reglementaire.
Voici done un livre a l'intention des 6tudiants, des chercheurs, de professionnels
de la toxicologie et des sciences affili6es. C'est 6galement un manuel de r6f6rence
pour les d6positaires de l'6valuation, de la r6glementation et de l'observance des
normes de sant6 et de s6curit6. Y trouvera aussi son compte le public int6ress6 aux
risques et aux b6n6fices de diverses activities qui se d6roulent a la crois6e des trois
axes maheurs de la viability et de la soutenabilit6 des civilisations: la sante,
l'environnement et l'6conomie.

$ 100.00

H6tel Villa Ban-Yen de Vallue
Je connais un enroit au fond des bois, un endroit que vous aimerez a votre arrive.
C'est Vallue oAt se touve l'H6tel Villa Ban-Yen, un h6tel de montagne perch a 700 m
d'altitude dans un paysage carte postale et un cadre berc6 de discretion et de s6curit6
pour mieux satisfaire vos besoins de travail, de repos ou de detente 6cologique. Un
programme arc-en-ciel riche en animation, couleur, vari6t6s et d6couverte de
merveilles que vous ignorez vous attend pour un tarif special. R6servez maintenant a
notre bureau de promotion i Delmas 65, # 20.
Tel : 420-2091, 287-9823 et 249-2302.


"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Miami Pompano Beach Orlando


Petion-Ville
Rue Panam&ricaine # 14
Tel.: 513-8079
257-8374
Grande variet& de Lunettes
Examen gratuit
avec achat de lunettes
Sp&cialistes de la Vision
Basse- Offres Speciales
Buy One, Get One Fre
-Apportez nous votre
prescription: Monture
Gratuite. Payez seulement
pour les verres.


MELODIE 103.3 FM, PORT-AU-PRINCE
Suivez "Bel Pawol Kandida"
1'emission de RAMAK
Mardi et Jeudi a 9h AM


------ --- -------- --------- --


a


I


r






Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


Page 14


I MISERE ET CHOMAGE


Perspective de plus de 17.000 emplois

binationaux a la frontiere haitiano-dominicaine


par Jos6 Luis Soto
Santo Domingo, 17 juil. 05 [AlterPresse] -
Tandis que des secteurs officiels du gouvernement
dominicain parlent de d6shaitianiser les sources
d'emplois sur le territoire voisin d'Haiti, l'Organisation
Mondiale du Tourisme (OMT) caresse le projet de
construire le plus important complexe touristique a la
frontibre qui pourrait g6ndrer plus de 17 mille emplois
binationaux directs et indirects pendant les deux anndes a
venir, a appris AlterPresse.
Le nouveau complexe touristique, d'une capacity
de plus de 3 mille 500 chambres, sera 6tabli dans un secteur
du Parc National Jaragua, a proximity de la province
frontalibre Anses-a-Pitres / Pedernales et d'autres
Communaut6s haftiennes, ont fait savoir Rafael
Alburquerque et Felix Jimenez, respectivement titulaires
de la vice-pr6sidence et du Ministere du Tourisme
dominicains.
C'est une grande initiative qui aidera a
combattre la pauvret6 dans les regions abandonndes de ces
deux pays ", a affirmed Francesco Frangialli, secr6taire
g6ndral de 1'OMT, en visite en R6publique dominicaine
en avril 2005.
Soulignant l'importance du projet, etabli
conjointement entre les gouvemements de la Republique
dominicaine et d'Haiti, Frangialli a indiqu6 que 1'OMT et
le Programme des Nations Unies pour le Ddveloppement
planchent actuellement sur la planification du projet
binational.


Malgr6 les espoirs d'emplois suscit6s par le
d6veloppement du projet, le territoire dominicain recevra
la plus grande part en investissements, suivant les
informations parvenues a AlterPresse a Santo Domingo.
L'initiative devra toucher Bahia de Aguilas a Pedemales,
frontibre commune avec Anse-a-Pitres, dans le Parc
National Jaragua du territoire voisin d'Haiti.
C'est le plus grand projet conjoint dans les
Am6riques pour combattre la pauvret6, pour l'6tude duquel
nous avons cr66 une fondation avec des fonds
principalement de la Corde du Sud, et des contributions
d'autres pays ", a rdv616 le francais Frangialli.
Cependant, on n'a pas rdvel1 jusqu'a present la
quantity de fonds disponibles pour la construction du
complexe touristique ni les apports que rendraient les
gouvemements dominicains et haitien. I1 n'a pas &et 6tabli,
non plus, sous quelles modalit6s fonctionnera
infrastructure en sol dominicain, ni la participation
haitienne et dominicaine, a l'int6rieur de l'apport financier
global envisage pour les gouvemements strangers.
Le projet commencera au plus tard en aofit 2005,
a affirmed le ministre du Tourisme dominicain, Felix
Jim6nez, soulignant que les 6tudes en cours au sein de
l'Organisation Mondiale du Tourisme 6taient tres avanc6es.
En matibre environnementale, l'oeuvre pourrait
6tre durable.
Les entreprises h6telibres Sol Melia, Riu et
Globalia souhaitent prendre part a des appels d'offres pour
la construction d'une s6rie d'h6tels a la frontibre entre Haiti
et la R6publique dominicaine. Pour l'instant, on 6tudie


l'impact que causerait dans la zone l'6tablissement du grand
complexe d'oeuvres touristiques a la frontibre.
L'Organisation Mondiale de Tourisme assume l'6tude
d'impact environnemental, pour laquelle elle aurait recours
aux services de techniciens dominicains, haitiens et de
l'institution elle-meme.
Alors que certaines entreprises dominicaines
estiment possible une coexistence de la construction des
infrastructures envisages avec la protection du milieu
ambiant, beaucoup d'organisations decologiques
considerent comme trbs fragile la zone d'implantation de
dizaines d'h6tels et d'autres oeuvres dans le Parc National
Jaragua.
Une fois l6abord le plan g6ndral pour le
d6veloppement du projet, que 1'OMT espbre pouvoir
conclure en fevrier 2006, le texte sera soumis au secteur
priv6 dans le cadre d'une reunion a laquelle sont attendus
des responsables des principales chaines h6telibres
pr6sentes dans l'ile, parmi lesquelles figureraient plusieurs
Espagnols, comme a expliqu6 le ministre dominicain du
Tourisme Felix Jimenez au cours d'6changes avec la presse
espagnole.
Aucune information ne filtre en Haiti sur les
perspectives de l'implantation de ce projet touristique
binational, d'autant que le territoire voisin de la R6publique
Dominicaine, particulibrement la capitale Port-au-Prince,
se trouve en proie, depuis janvier 2005, a un regain sans
pr6c6dent d'actes de banditisme, dont de sequestration, qui
ont pouss6 beaucoup d'investisseurs et d'autres
ressortissants nationaux a s'expatrier.


I nIPa a h t ccahr lmr


reslushmlar totuncqm lia famil


Laideur


000


(suite de la page 12)
(D. Burham), ils n'ont pas la magie suffisante pour agiter
le sang des hommes, et, probablement ne se r6aliseront
pas. Faites de grands projets, visez haut en esp6rance et
efforts. Choisissez, pour devise, l'ordre et pour guide la
beauty.
A bon entendeur, salut!

Oscar Germain
germanor2005 @yahoo.fr


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


0IAA EDE S 0






Page 15


I FOOTBALL: TOUS LES CHAMPIONNATS I


Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


HAITI

TOURNOI DE FERMETURE
12eme Journee
Racing Gonaives-Temp6te 0-0
Aigle Noir-Roulado 2-4
ASC-Cavaly 0-1
Baltimore-FICA 1-1
Don Bosco-ASCAR 2-1
Mirebalais-Racing CH Pluie
Zenith -Victory 1-0
Violette-ASGG Reporte

13eme Journ6e 17 Juillet 2005
Temp6te-Violette 0-1
Victory-Don Bosco 3-2
Racing Gonaives-ASCAR 0-2
Racing CH-ASGG 0-0
Zenith-Cavaly 4-0
Aigle-Noir-ASC 1-0
Mirebalais-FICA 1-3
Roulado-Baltimore 0-1

14eme Journee 24 Juillet 2005
ASC-Tempete
Violette-Aigle Noir
Cavaly-Victory
Don Bosco-Zenith
ASGG-Racing Gonaives
ASCAR-Roulado
FICA-Racing CH
Baltimore-Mirebalais


Classement
Equipes
Baltimore
Zenith
Cavaly
ASGG
Violette
Roulado


MJ Pts
13 29
13 25
13 19
12 18
12 18
12 17


USA
MSL

Samedi 9 Juillet 2005
DC United-Kansas City 0-1
Chivas USA-Real Salt Lake 5-1
Chicago-New England 1-0
Columbus-San Jose 1-2
MetroStars-Los Angeles 2-1

Vendredi 15 et Samedi 16 Juillet 2005
DC United-San Jose 3-0
Chicago-Columbus 1-1
Kansas City-Real Salt Lake 3-2
Los Angeles-Chivas USA 2-0
New England-Dallas 3-2
MetroStars-Colorado 1-1


Le classement
Conference Est
MJ
Chicago 20
New England 17
Kansas City 18
Metrostars 17
DC United 17
Columbus 17

Conference Ouest
MJ
Dallas 17
San Jose 18
Los Angeles 18
Colorado 18
Real Salt Lake 18
Chivas USA 19


Meilleur Buteurs
Taylor Twellman New England 9 buts
Jeff Cunningham Colorado 9 buts


44 lm&es% I)@


Gold Cup 2005


Groupe 1
Honduras
Panama
Colombie
T&T


MJ Pts
3 7
3 4
3 3
3 2


Colombie-Panama 0-1
Trinida&Tobago-Honduras 1-1
Honduras-Colombie2-1
Trinidad&Tobago-Panama 2-2
12 Juillet
Colombie-Trinada&Tobago
2-0
Honduras-Panama 1-0
Groupe 2 MJ Pts
USA 3 7
Costa Rica 3 7
Canada 3 3
Cuba 3 0

USA-Cuba 5-1
Costa Rica-Canada 1-0
USA-Canada 2-0
Costa-Rica-Cuba 3-1
12 Juillet


Canada-Cuba 2-1
USA-Costa Rica 0-0
Groupe 3 MJ Pts
Mexique 3 6
Afrique du Sud 3 5
Jamaique 3 4
Guatemala 3 1

Afrique du Sud-Mexique 2-1
Jamaique-Guatemala 4-3
Mexique-Guatemala 4-0
Afrique du Sud-Jamaique 3-3
13 Juillet
Guatemala-Afrique du Sud 1-1
Mexique-Jamaique 1-0

Samedi 16 Juillet 2005
USA-Jamaique 3-1
Honduras-Costa Rica 3-2
Dimanche 17 Juillet 2005
Mexique-Colombie 1-2
Afrique du Sud-Panama 1-1 (3-5 penalty)

Jeudi 21 Juillet 2005
USA-Honduras
Colombie-Panama


JUSTICE

Pour application d'un verdict de justice

en faveur de 2 ouvriers de zone franche


Communique de Batay Ouvriye
concernant le jugement de 2 ouvriers du
socowa contre la codevi

FORT LIBERTY
Pour la population en g6ndral et
plus particulibrement pour tous ceux qui ont
suivi le conflit opposant le syndicat des
ouvriers de la CODEVI a Ouanaminthe
(SOCOWA), l'Intersyndicale Premier Mai-
Batay Ouvriye (ESPM-BO) et la compagnie
elle-m6me, nous faisons parvenir a la presse
copie du verdict rendu au tribunal de Fort-
Libert6 par le juge Joseph Alfred
MANIGAT. Le jugement opposait deux
ouvriers (M. Ph6licien MICHEL et
Mme Louna ELFRAUS) maltrait6s par
l'arm6e dominicaine, face au responsable
de la s6curit6 de la zone franche (M. Alex
CORONA) et la compagnie au nom de
laquelle il agissait de la sorte, la CODEVI


"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


elle-meme.
Comme indiqu6 par la pibce du
tribunal, c'est avec des coups de baton, de
pied, de crosse de fusil que le responsable
de la s6curit6 frappa les ouvriers, a leurs
heures de travail et en tant que tels,
Mme ELFRAUS se trouvant, elle, enpleine
ceinture Laiss6s par terre et baignant dans
leur sang, toujours d'apres le texte du
verdict, c'est effectivement la compagnie
qui avait sollicit6 du responsable de tels
agissements. Le verdict du juge Manigat
donne pleine et entire raison aux ouvriers.
Il exige qu'Alex Corona purge 3 ans de
prison et que la compagnie dddommage les
ouvriers avec un million de gourdes
(1,000,000.00 de gourdes) chacun.
Quand nous consid6rons la facon
dont les patrons haitiens (a l'6poque a
travers leur association d'industriels ADIH
- ), les chroniqueurs et 6conomistes qui
allaient dans le meme sens ont r6agi dans
ce conflit, defendant du bec et des ongles
les capitalistes dominicains contre les
travailleurs haitiens, meme quand 6tait
largement prouv6e une vdrit6, arguant alors
- et jusqu'a aujourd'hui que les
d6nonciations de Batay Ouvriye n'6taient
que mensonges Quand nous nous
souvenons des traitements injustes et
immondes faits a l'encontre des travailleurs
haitiens ... Nous nous rjouissons du fait
(voir Justice / 16)


tI 1t! $ 19 i AN o
4 0 aim


LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA


MIAM .
a


Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids, which can be obtained
through the Department of Procurement Management (DPM), from our Website:
www.miamidade.gov/dpm. Vendors may choose to download the bid package(s), free of
charge, from our Website under "Solicitations Online". Internet access is available at all
branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended that vendors visit our Website
on a weekly basis to view newly posted solicitations, addendums, revised bid opening dates
and other information that may be subject to change.

Interested parties may also visit or call:

Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling
charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the
United States Postal Service.


These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County
Ordinance No. 98-106.


I







Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


Page 16


I GRANDE FIGURE


"Copyrighted Material
Syndicated Content -
Available from Commercial News Providers"


Trotski, Leon.

Trotski, Leon (1879-1940), theoricien et homme politique russe,
qui fut l'un des principaux acteurs de la Revolution russe, puis
l'un des dirigeants de l'Union sovi6tique, jusqu'a son eviction
par Joseph Staline. qui le contraignit a l'exil.

Un engagement politique prdcoce
De sonvrai nom Lev Davidovitch Bronstein, Trotski naquit dans
la province de Kherson en Russie du Sud. Issu de la moyenne
bourgeoisie juive, il fit des 6tudes de math6matiques a Odessa
puis a Nikolaiev (aujourd'hui Mykolaiv), mais il ne tarda pas a
abandonner l'universit6 pour se consacrer au militantisme
r6volutionnaire. En 1896, il adh6ra a un groupe de populistes,
mais se convertit rapidement au marxisme. Aprbs unbref sdjour
a l'universit6 d'Odessa, il rentra a Nikolaiev en 1897 pour y
organiser l'Union ouvribre de la Russie m6ridionale, activity
qui lui valut d'etre arrte6, emprisonn6 et exil6.

I1 s'dvada de Sib6rie en 1902 et se r6fugia en Europe oi il adopta
le pseudonyme de Trotski. A Londres, il se lia avec Lenine,
louli Martov, Gueorgui Plekhanov et plusieurs sociaux-
d6mocrates russes, qui publiaient la revue Iskra (1"' Etincelle ").
Ecrivain surdoud, dot6 d'un sens aigu de la pol6mique et de
qualit6s oratoires exceptionnelles, il ne tarda pas a s'imposer
dans le milieu russe en exil.

Lors du second congrbs du parti ouvrier social-d6mocrate russe
en 1903, Trotski s'opposa a Lenine et aux bolcheviks, prenant
parti pour les mencheviks. En effet, bien que politiquement plus
proche de Lenine, Trotski lui reprochait son scissionnisme "
et son hypercentralisme, et s'opposait a lui sur la question de
l'organisation du parti. Toutefois, l'ind6pendance qui le
caract6risait l'empecha de former une veritable faction au sein
du parti, mais, tenu a l'6cart de ces instances dirigeantes, il
pr6f6ra retourner en Russie oi il prit une part active a la
revolution de 1905, episode qui lui permit d'acqudrir une
experience pratique en tant que president du soviet des d6l1gu6s
des travailleurs de Saint-P6tersbourg. Emprisonn6 en d6cembre
1905, puis exil6 en Sib6rie, d'ofi il s'6chappa pour gagner Vienne
en 1907, Trotski profita de cette periode d'inaction force pour
affiner son analyse de la revolution dans un pays comme la
Russie, encore faiblement industrialist. Il r6suma ses r6flexions
dans deux ouvrages, 1905 et Resultats et Perpectives. C'est a
cette 6poque qu'il labor sa thdorie de la revolution permanente.
Partant a la fois des conclusions thdoriques 6labordes par Marx
et de l'analyse des forces sociales propres a la Russie, Trotski
parvenait a des conclusions qui allaient se verifier lors de la
Revolution russe de 1917. Selon lui, la Russie, caract6ris6e
simultandment par un retard 6conomique et une intervention
massive de capitaux strangers, ne pouvait connaitre qu'une


revolution .
dirigee par le
proletariat, -
condition
que ce der-
nier par-
vienne a
entrainer la
paysannerie.
Mais le parti
du prold-
tariat, quand
il aurait
conquis le
pouvoir, ne
pourrait se
limiter a un
programme
d6mocratique
et serait L on Trotski
contraint d'entrer directement dans la voie des
mesures socialistes. Selon lui, la revolution russe ne
pouvait rdussir qu'h condition de transf6rer le pouvoir
au proletariat, qui devait transformer la revolution en
une revolution du proletariat europ6en. Cette
conception allait h l'encontre de celle des mencheviks
pour lesquels la revolution devait n6cessairement
passer par une phase bourgeoise, mais aussi a L nine
et aux bolcheviks qui crurent jusqu'en 1917 a la
possibility du r6le moteur du peuple et de la
paysannerie dans le d6veloppement capitaliste de la
Russie, pr6alable n6cessaire l'instauration d'un Etat
socialiste. Originale et radicale, la thdorie de la
revolution permanente fut ensuite approfondie au
cours des anndes d'un exil que Trotski consacra la
r6daction de la Pravda (" la V&rit6 "), journal qu'il
fonda h Vienne en 1908. Sa thdorie sous-tendait que
la revolution socialiste, qui devait imm6diatement se
transformer en revolution permanente par la dictature
du proletariat, devait se propager h l'dchelle mondiale
d&s les premiers jours. I1 en r6sultait que dans les pays
arrird6s (pr6capitalistes) la dictature du proletariat
pouvait advenir plus rapidement que dans certains
pays avanc6s ", mais que la phase d'instauration
definitive du socialisme serait plus longue dans ces
pays. Enfin, la revolution permanente continuerait au-
delh mime de l'instauration du pouvoir ouvrier.


'ULL PRleb -141 .b .MM
ams alm.nlkll-.kI
ARLLs 88 e4- lt


*corporate
functions
*Airport Service
*Social Events
*Weddings
*parties
*city tour


OUR VEHICLE.
*EXC uTIVE eSCANS
*LUXARY LIMOUsINE UP
TO 10 PASSENGERB
Suv (HUMMER,
EXCURSIONS)


i~gglE lA www.Megels.com


Pour I'application d'un verdict de justice

en faveur de 2 ouvriers de zone franche


(Justice ... suite de la page 15)
que la r6int6gration finale des ouvriers ill6galement r6voqu6s
et le contrat de travail collectif qu'ils sont actuellement en train
de n6gocier nous aient parfaitement donn6 raison, tout comme
le rapport de la d6l1gation de l'Union des M6decins Haitiens
concernant ces doses incompr6hensibles de vaccins a deux
flacons Maintenant, les diff6rents cas de justice 6clatent toute
la v6rit6 au grand jour. Comme ce fut le cas pour M. Evens
ORELUS, s6curit6 haitien ross6 d'importance par les gardes
dominicains parce qu'il avait os6 d6nonc6 des vols de cabrits a
la zone franche et, plus r6cemment donc, le cas de ces deux
ouvriers que nous mentionnons.
Malgr6 tout, malgr6 toute lav6rit6 6tal6e, des d6marches
sont en train de se faire pour que la compagnie soit 6pargn6e !
En effet, les avocats des ouvriers viennent d'apprendre que,
faisant suite a la sortie du verdict, le juge Manigat reqoit des
pressions de la part du ministbre de lajustice. Les responsables
de la CODEVI ayant demand au gouvernement Latortue
d'intervenir sur ce dossier a travers son ministre du commerce

BRAND NEW!
The fifth gospel in a trilingual, facing-page volume:

The Gospel of Thomas in English,
Haitian Creole and French

Benjamin Hebblethwaite and Jacques Pierre,
Dr. Hans-Gebhard Bethge, Dr. Michel Weber

Online: www.amazon.com, www.barnesandnoble.com
In Miami: Cervantes Book Store,
Fadkikj Variety Store, Libreri Mapou, Pierre Books and
Waldenbooks at the Aventura Mall
In Europe: www.amazon.co.uk $12.95 (paper) / $24.95
(hardback) classiceditions@bellsouth.net


et des industries, M. Fritz KENOL, en tant que
responsable de la direction des zones franches au pays.
Malgr6 done l'irr6futabilit6 des preuves pr6sent6es,
malgre les t6moignages accablants, le ministbre de la
justice a envoy une lettre aujuge Manigat lui faisant
des rdprimandes a propos du verdict rendu. Que
signifie une telle ing6rence ? Est-ce pour apeurer le
magistrat ? Est-ce dans l'intention de d6tourner le
jugement ? Serait-ce dans le but que le verdict ne
puisse 6tre applique ? Le gouvernement veut-il par 1l
intimider les ouvriers ? ... Devant toutes ces
interrogations, a Batay Ouvriye, nous avons pris la
decision de rendre PUBLIC ce cas, afin que tout le
monde puisse voir clair dans le travail que cherche a
r6aliser ce gouvernement. Parce que nous nous
demandons : Quand done les ouvriers r6ussiront-ils a
obtenir justice face aux bourgeois de ce pays ?
E Batay Ouvriye, nous avons toujours d6nonc6 les
exactions des bourgeois haitiens aux d6pens des
travailleurs dans les usines de sous-traitance, pendant
que certains de leurs responsables politiques se
gargarisent d'un soi-disant 'nouveau contrat social'.
Et nous avons, de la meme manibre, anticip6, tenant
compte des conditions pr6cises des zones franches,
que, dans cet atmosphere, la situation sera encore pire.
Les faits nous donnent raison. Ainsi, chacunjugera.
Aujourd'hui, connaissant d6ji son r6le
ant6c6dent, nous d6nongons ce gouvernement en lui
exigeant de respecter la loi et de ne pas se meler a un
jugement d6ji rendu dans l'intention non dissimul6e
de plaire a ses amis. Que cesse d6finitivement cette
meme ing6rence pernicieuse de l'ex6cutif au sein de
lajustice Et, tout en esp6rant que cette note incitera
ceux qui pensent avoir une responsabilit6 face aux
misbres et souffrances que subissent les travailleurs
haitiens a se manifester 6galement, nous confirmons :


Pour Batay Ouvriye


Yannick ETIENNE


En cas d'urgence appelez
MINUSTAH / PNH
510-2563
510-3183- 84- 85
244-3503


IWr -wr do p6WH qi a m I An I







Page 17


LE COIN DE MIAMI


Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


Reactions de la communaute ha'itienne
et de journalistes du Sud de la Floride
a l'assassinat du journaliste Jacques Roche


PAR EVENS HILAIRE

evenshilaire(Ahotmail. com

MIAMI, 15 Juillet L'annonce de
l'assassinat dujournaliste Jacques Roche qui
a travaille pour le quotidien Le Matin et la
radio Ibo, a soulev6 un toll general au sein
de diff6rents secteurs de la communaut6
haitienne de Miami.
Ceux qui avaient l'habitude de
suivre "RANDEVOU AK SOSYETE
SIVIL", une emission a caractere politique
anim6e par Jacques Roche, ont condamnm
6nergiquement cet acte barbare commis,
disent-ils, par des laches. Tout en reclamant
justice pour Jacques Roche qui, selon eux,
faisait un travail colossal a tous les niveaux
en Haiti.
Pour des ennemis farouches de l'ex-
president Jean Bertrand Aristide a Miami,
l'assassinat du journaliste Jacques Roche
entre dans le cadre des actes malhonnates
commis par les "chimbres" Lavalas sur des
paissibles citoyens.
Les anti-Aristide de Miami
demandent au PM de transition de redoubler
d'efforts pour combattre le ph6nomene
d'ins6curit6 instaur6, selon eux, par les
partisans de l'ancien president Aristide.
Paradoxalement, ils demandent aussi a


l'actuelle 6quipe au pouvoir d'ouvrir une
enquete s6rieuse afin que toute lumiere soit
faite sur l'assassinat du journaliste.
Pour eux, la MINUSTAH de concert
avec des membres de la Police Nationale,
doivent travailler ardemment pour d6manteler
les diff6rents gangs dans les quartiers
populaires.
De leur c6t6, les fervents
supporteurs du num6ro 1 de Fanmi Lavalas a
Miami ont pointe du doigt les autorit6s de
facto du pays et des membres du Groupe 184
(pour qui Jacques Roche avait travaille)
comme responsables de ce crime odieux.
Les supporteurs du president en exil
disent ne pas comprendre comment l'6quipe


de facto au pouvoir en Haiti veut culpabiliser
le "president constitutionnel" dans toutes les
sales affaires qui se passent dans le pays, alors
qu'il est en exil en Afrique du Sud.
Pour eux, cela demontre 1'echec de
l'6quipe de facto a resoudre la crise nee du
depart de l'ancien president Aristide.
Thony Jean Tenord, de
l'organisation VEYE YO, croit que les
GNBistes qui ont kidnapp6 le leader de Fanmi
Lavalas le 29 F6vrier 2004, ont leurs
empreintes dans l'assassinat de Jacques
Roche.
Pour lui, malgre les multiples appels
de Radio Ibo.et des proches de Jacques Roche,
ils n'ont pas contribute rassembler la rangon
pour obtenir la liberation de ce dernier.

La nouvelle de 1'assassinat
a indign6 bon nombre de confreres


vivant actuellement aux Etats-
Unis
Andre Fuad (journaliste culturel) se
dit choqu6 par la mort de Jacques Roche qui
6tait unjeun homme simple et plein de talents.
Andre Fuad dit avoir connu Jacques
Roche qui l'avait interview lors de la
publication de son recueil de poemes
intitul6:"BRI NAN NWIT".
"La vie est une chose sacr6e et
m&me si quelqu'un n'a pas la meme opinion
politique, vous n'avez pas le droit de lui
enlever la vie", lancait Andre Fouad.
De son c6t6, Herold Israel,
presentateur de Planet Info sur le 1700 AM, a
consider l'assassinat du joumaliste Jacques
Roche comme le point culminant d'une
dechirure au sein de la nation haitienne mais
que personne ne veut regarder en face.


Gerard Jean Juste interpelle a l'aeroport de Miami


Les partisans Lavalas introduisent une action en
(suite de la page 2) militants Lavalas de Miami auraient Cepe
Cependant ses nombreux embauch6 a cette l'avocat du president en ennemis fare
sympathisants du Sud de la Floride qui ont exil Jean Bertrand Aristide, Ira Kurzban. Aristide de M
entendu les propos de Carine Silvestre, ont Carine Sylvestre devrait comparaitre ce 21 sit in le meme
plaid en faveur d'une action en justice Juillet par devant un juge de Miami pour avec Madame
contre cette dernibre. Un groupe de diffamation.


justice
ndant, de leur c6td, les
)uches de Jean Bertrand
iami comptent organiser un
jour en guise de solidarity
Silvestre.


Co.


Nou vie gate kliyan nou yo dejou enjou pi plis.


ATLANTA
1232 Moreland Ave, Suite A
Atlanta, GA 30016
Tel: (404)622-8787

BAHAMAS
E. Street Sawyer
Studio Blvd 2nd Floor
Nassau, Bahamas
Tel: (242)322-6047

BOYTON
544 E Gateway Blvd, Suite 3
Boyton Beach, Florida
Tel: (561)742-3046

CAMBRIDGE
300 Broadway
Cambridge, Mass 02139
Tel: (617)354-6448

CHURCH
2807 Church Ave.
Brooklyn, NW 11226
Tel: (718)693-3798

CONNECTICUT
953 Washington Blvd, Suite 1
Stamford, CT 06901
Tel: (203)324-2816

DELRAY BEACH
402 West Atlantic Ave
Delray Beach, Fl 33444
Tel: (561)265-2100

FLATBUSH
1161 FlatbushAve.
Brooklyn N.W. 11226
Tel: (718)287-5295

FORT LAUDERDALE
8 West Sunrise Blvd
Ft. Lauderdale, FI 33311
Tel: (954)524-1574

LAKE WORTH
330 S. Dixie Hwy, Suite 2
Lake Worth, FI 33460
Tel: (561)585-1077

MATTAPAN
508 River Street
Mat. Mass. 02126
Tel: (617)298-9366

MIAMI
5401 N.W. 2nd Avenue
Miami, FI 33137
Tel: (305)758-3278

NAPLES
506 11th Street
Naples, Fl 34102
Tel: (941)435-3994

NORTH MIAMI
629 NE 125th Street


N. Miami, FI 33161
Tel: (305)892-6478

MIRAMAR N. DADE
19325 NW 2nd Avenue (441)
Miami, Fl 33169
Tel: (305)654-2800

MONTREAL
7177 Rue St Denis
Mont. QC H2R2E3
Tel: (514)270-5966

ORLANDO
2469 S. Orange Blossom Trail
Orlando, Fl 32805
Tel: (407)649-9896

POMPANO (1)
4857 N. Dixie Hwy
Pompano Bch, Fl 33064
Tel: (954)429-9552

POMPANO (2)
128 N. Flager Avenue
Pompano Bch, FI 33060
Tel: (954)946-4469

QUEENS
159-35B Hillside Avenue
Jamaica N.Y. 11432
Tel: (718)523-9216

SPRING-VALLEY
South Main Street
S. Valley, NW 10977
Tel: (914)425-7747

WASHINGTON
835 Juniper Street NW
Wash D.C. 20012
Tel: (202)722-4925

WEST PALM BEACH
604 25th Street
W. Palm Beach FI 33407
Tel: (561)655-4166

NEW JERSEY
152 Jefferson Ave
Elizabeth, NJ 07201
Tel: (908)354-1411

MONTREAL NORD
3820 Henri-Bourassa Est
Montreal, Canada
Tel:(514)852-9245

TURKS & CAICOS
Downtown Providenciales
Butterfield Plaza
Tel: (649)941-4172-4173

CENTRE VILLE
59 Rue Pavee
avant la Pharmacie Ideale
223-0865-223-0839
222-2704,221-8910, 221-1632


Dread Wilme,
Le chef du
Bureau de Commu-
nication de la
MINUSTAH,
Toussaint Kongo-
Doudou, 6tait de
passage a Miami la
semaine dernibre pour
faire la promotion
pour les forces
Onusiennes en Haiti.


presume chef de gang de Cite Soleil
Durant son passage dans le Sud de Toussaint Kongo-Doudou a inqu6
la Floride, Monsieur Kongo-Doudou a que toutes les personnes qui ont trouv6 la
donn6 des interviews a des missions de mort aux c6t6s de Dread Wilm6, sont des
radio et de t6l1vision haitiennes sur la pr6sum6s bandits. D'apres lui,l'objectifde
situation actuelle en Haiti. l'op6ration du 6 Juillet dernier a Cit6 Soleil
Le chef du Bureau de 6tait pour lib6rer la population de ce
Communication de la MINSTAH a qualified bidonville pris en otage par des gangs
de rumeurs les informations selon lesquelles arms.
des femmes enceintes et des nouveaux nds Pour Monsieur Doudou, la
ont 6te victimes lors de l'operation des MINUSTAH va continuer avec ce genre
troupes de 1'ONU le 6 juillet dernier a Cit6 d'op6rations dans les quartiers populaires.
Solely. EVENS HILAIRE


Ouvert

6 Jours

par

semaine:

8h30 am



7h30 pm



* Parfums
* Cellulars & Beepers
* Souliers et Sandales
* Produits pour la cuisine
* Cadeaux
* Tableaux
* Moneygram
* Mnnov Ordrlr


* CD's (compas, Racine, Evang6lique,
Zouk, Francais, Amdricain)
* Video's (Haitiens, Amdricains, Documentaires, Drams)
* Produits de beauty
* Pmrndits nnnr chPeve p


Toussaint Kongo-Doudou n'etait pas en mesure de confirmer la mort de


Licensed A/C NOW Insured



24/7 Flat Rate Advantage

AIR CONDITIONING & REFRIGERATION
Service Repair Installation

JEAN MASSENA

954-497-7700 1866 49AC NOW



877"2 NI E 2 me AlvenrLue

T61: 305 757 4915


FADKIKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Reception depaiementpour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc... etc...
- Connection telephonique chez vous...


........ p ........ ........... iI . .







Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


Page 18


I Les Jeux de Bernard I


DIEILIUIRIE


Allez de RECITS a DELURE, en utilisant des mots du du vocabulaire
frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


GENNNKNSOM^^MB^g^^^^^


Solutions de la
semaine passee:


R J Y J F M M E U Q
H E A H X F RJYJFMMEUQ
AHEAYOHXFU


EN I
ANA
M D
A B N
U UA
RRW
R R W
I UR
T N S
ADD
NIG
I GL
E B Q


UG
DA
H B
A0
I N
TK
I I
LT
AU
GO
E B
N I
E J
S D
J Z


Trouvez les noms de 33 pays francophones
du monde dans le carrd ci-dessus


Solutions de la
semaine pass6e:
MAT IES
MAN IES
MAN I ER
PA N I E R
PANSER
PENSER
PENSEE


GRILLE DE PROGRAMME

M6lodie 103.3 fm
74 bis Rue Capois
Port-au-Prince, Haiti
Tel: 221-8567 / 221-8568/221-8596 Fax: 221-0204/221-1323
e-mail: pub@haitienmarche.com URL: www.haitienmarche.com
Programmation
5h00 6h30 Bon I eveil enmusique

6h30-7h00 Au Pipirit cLha tant
ler Journal creole de lajournde avec Yves Paul LUandre


MIlelodie IMatin avec Marcus
Informations, Interviews, Anecdotes, Humour, Analyses
L'Editorial de Marcus
La Chronique au Quotidien avec Elsie
A Haute Voix avec Dominique Batraville


Les Sports avec Jacky Marc
Culture avec Claude Bernard Sran
Melodie Matin chaque samedi est animee par Rapahel Fequiere


10h00 Midi



12h00- 12h15


12h15- 2h00


Le Disque de

animation: Jacques Lacour

Le MVidi
Un r6sum6 des Informations Locales et Nationales

Lady Blues
Jazz, Blues, Swing, Ragtime avec Elsie


2h00-3h00 C'est si 1bon
iin d hansons r ...is
Emission de Chansons Frangaises


En bref ... (suitedelapage2)
Selon Serge Gilles, ce programme permettra 6galement d'inculquer aux jeunes des notions de
tolerance afin de les porter a apprendre a supporter les autres avec leurs tendances.
Pour sa part, le secretaire national a la formation du parti, Rene Miracle, a fait savoir que des
professeurs tres connus comme Michel Soucar, Victor Benoit et Arnold Antonin dispenseront
des cours dans le cadre de ce programme qui debutera le lundi 18 juillet.


e 0. -


0 arm


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Un rapport de L'UCREF fait des vagues
L'Unite Centrale de Renseignements Financiers (UCREF), chargee de lutter contre le
blanchiment de l'argent issu de transactions illicites dans different domaines, a remis au
cabinet d'instruction de Port-au-Prince, pour les suites legales, un rapport partiel de son enquete
sur la FondationAristide pour la Democratie.
Il ressort de l'investigation que la Fondation Aristide, de meme que des entites qui en dependent
telles que l'Universite de Tabarre et l'ceuvre sociale La Fanmi Se Lavi, ont ete largement
financees par le tresor public a travers une kyrielle de society ecrans, des banques commerciales
d'Etat, le secretariat prive de la Presidence et des personnalites de different secteurs ayant agi a
titre de prete-noms ou de facilitateurs dans le cadre du processus de detournement de fonds.
Au nombre des auteurs des transactions frauduleuses destinies a financer les activities de la
Fondation Aristide, le rapport identifie les fondateurs de celle-ci, en l'occurrence Jean Bertrand
Aristide, Myrlande Liberus Pavert, Yvon Neptune (qui a diffuse une note de presse pour
souligner que sa collaboration a ete toujours totalement desinteressee), Henri-Claude Menard,
etc... Le rapport identifie egalement un certain nombre de co-auteurs et de complices au sujet
desquels il demande une investigation plus poussee du Cabinet d'Instruction.





"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


3h00 -5h00 Le Buon Vieux Temps
Retro-Compas avec
Doc Daniel et Captain Bill


5h00
6h


7h00 8h30
8h30 9h00

lOhOO


10h00 et au-de


9h00 et au-del


Le Journal de 5 ILres
Sport Actualit s
avec Gilbert LeysGbrald Alpthonse,
Mario Barreau et Ja cky MNarc

Amor y Siabcr
Soir Irnformaxltions

ITotre 4iGrand Concert
(Lundi et Mercredi : L'heure classique )

Jazz at Ten (Mardi, Jeudi, Dimanche)
Jazz inspired : Judy Carmichael et ses invites

Cavaliers, prenez
vos dames (Samedi)
50 ans de Succes Populaires Haitiens
Chaque Dimanche : 10h a Midi: Textes et Pr6textes
avec Dominique Richez


Reunion Minist6rielle du CARIFORUM
La 14e reunion ministerielle du Cariforum a pris fin samedi a Santo Domingo. Le chancelier
haitien, Herard Abraham, y a pris part. Les participants ont presented diverses propositions dans
le but d'aider Haiti qui est confrontee a de graves problemes sociaux et politiques.
Il faudrait un plan binational de cooperation entre Port-au-Prince et Santo Domingo, a propose
la Republique Dominicaine avec des prets qui seraient accords a Haiti a des conditions
preferentielles, avec une certaine flexibility dans les modalites de paiement..
Les discussions ont aussi porter sur les nouveaux accordes de cooperation economique entre les
pays du groupe ACP et l'Union europeenne et sur une revision du programme regional a moyen
terme qui s'eleve a 57 millions d'euros.
Le Cariforum, cadre de cooperation regionale qui reunit Haiti, les autres pays de la
Communaute Caraibe (CARICOM), la Republique Dominicaine et Cuba, a ete cree en 1992
dans le but de faciliter l'accomplissement des procedures administratives liees a l'aide, a travers
le Fonds europeen de developpement (FED) reserve a la region caraibe.
Ce forum regional dont les travaux proprement dits se sont deroules jeudi et vendredi, avait ete
inaugure a Santo Domingo par le President dominicain Leonel Fernandez.
45 Millions de dollars pour Haiti et la Republique Dominicaine
L'Organisation panamericaine de la sante (OPS) s'apprete a accorder une aide de 45 millions de
dollars conjointement a Haiti et a la Republique Dominicaine, en vue d'aider les deux pays a
combattre certaines maladies auxquelles ils sont confronts comme le VIH/SIDA, la
tuberculose, la dingue et la malaria. Le programme qui s'echelonnera sur cinq ans mettra
l'emphase sur les bateys, la zone frontaliere (qui spare les deux pays) et les personnes vivant
avec le SIDA.

La BID approuve un pret de 5 millions de dollars pour Haiti
La Banque Interamericaine de Developpement (BID) a annonc6 l'approbation d'un pret de 5
millions de dollars a Haiti pour l'elaboration d'un programme national qui mettra en place un
systeme d'alerte rapide en cas d'inondations grace a des alarmes automatiques dans les
communautes situees dans des zones a riques eleves ", a indique la Banque dans un
communique. Au moins 40 personnes ont trouve la mort la semaine derriere en Haiti apres le
passage du cyclone Dennis.


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

U Z

PPO

ZA


Solutions de la semaine passee
S ALLYLES L


7h00 10h00


I I


IRjEjCIIITISI


mmmw&


IES EIIIN BER~NA:RD j^






Page 19


Ti gout pa ti gout,


Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25






Mercredi 20 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 25


Page 20


I DEKN IEKE HEU RE I


-0- b _i__________W_______V___


*a % &**- wrm

-ill ........ -
"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"
I .. -- 1B
* h &h
^^^ ^^^^^^^^^^V **fllil


ia4 .. 4


V~


50o" Annlveresare du ComDas Direct


ADOMI
PO RCASIWG
AGENCY


T61.: 786-457-8830
Fax: 305 754-0979
e-mail:
pasacalia@aol. com
Pour


\vos

achats
= Materiels
de construction
= Pieces de voiture /
camion
= Equipement
medical
Par avion
ou par bateau
au choix




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs