Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00269
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: July 13, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00269
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00007-13-2005 ( PDF )


Full Text













Haiti en Marche edition du 13 au 19 Juillet 2005 Vol. XIX No. 24

ETAT DE GUERRE

Minustah versus Cite Soleil


ANALYSE
PORT-AU-PRINCE, 9 Juillet -
Oui, a Cit6 Soleil, c'est la guerre. C'est


La Minustah qu'on trouve a Cit6
Soleil n'est pas la meme que celle qu'on
voit dans les rues de la capitale. Alors que


bidonville de la capitale. mitrailleuses tenant les maisonnettes et
Les chars de la mission onusienne la population de Cit6 Soleil
de maintien de la paix sont totalement constamment sur la defensive.


Dread Wilme Le cercueil suppose contenir la depouille de Dread Wilme arrive samedi lors des funerailles
la guerre totale et c'est la guerre la bonne soci6td l'accuse de laxisme et l'a symboliques celebrees A Cite Soleil photo Haiti en Marche
populaire. Le peuple luttant contre un surnomm6e Tourista ", c'est une force replies sur eux-memes dans leur blindage, Ici zone rouge. Les blinds
occupant stranger. menacante qui se d6ploie dans le grand ne laissant passer que la gueule des (voir Cite Soleil / 4)


I.* fluncraille% de DIrrad H IlmI

n*'en ,'S Copyrighted Materiali mort

S# I I i iSyndicated Content '" # '" % "'


Available from Commercial News Providers"


Le pont de Grand Goaive arrache sous le poids des eaux
de la riviere en furie, une catastrophe coupant le pays en
deux, autre consequence de la disparition de la presque
totality de la couverture forestiere


La traverse s'improvise A dos d'homme photo Haiti en Marche


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere au Bois Verna
Tel: 221-8596 ou 245-1910
Fax 221 1323
Miami
173 NW 94th Street
Miami, Florida 33150
Tel.: 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914-358-7559
Boston 508 941 6897
Montreal 514 337 1286
e-mail:
pubihaitienmarche.com
URL: www.haitienmarche.com


1ouragn I *an d vaae


et ( uh







EN PLUS ... ENBREF...


Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


"Copyrighted Material
e* Syndicated Content *,,
Available from Commercial News Providers"


Plantations d6truites A Fauch6, peu avant Grand Goive


Haiti : Un journaliste aux mains de preneurs d'otage'
Le chroniqueur culturel et poete Jacques Roche, responsable de la section Culture
et Society dujournal Le Matin, a 6et enlev6 le 10 juillet dans le quarier de Nazon
(secteur nord-est de la capitale) par des individus arms qui exigeraient une
rangon de 250.000 dollars americains en change de sa liberation. Le journaliste a
6et enlev6 au moment on il se rendait chez ses parents, a confirmed a AlterPresse
un de ses proches collaborateurs.
La redaction du journal Le Matin est sous le choc, a indiqu6 le joumaliste, qui
s'exprimait sous couvert de l'anonymat. Toutes nos activities sont paralys6es "
a-t-il ajoute.
Des n6gociations seraient en cours en vue de la liberation de Jacques Roche.
Avant d'int6grer Le Matin, Jacques Roche a offert ses services a la chaine de
television priv6e T1eemax. I1 est aussi l'auteur de plusieurs recueils de poeme
dont Le Vent de Libert6 ", en trois volumes (ensemble de textes dits par le poete
sur fond musical).
Assassinat de 1'Ing6nieur Eddy Labrousse chez lui A Peguy
Ville
L'on n'est pas sans rapprocher cet assassinat de celui du Dr Jean Michel Guerin. II
a eu lieu dans le meme quartier, celui de P6guy Ville, au courant de la nuit du
samedi 9 au dimanche 10 Juillet. Eddy Labrousse venait de rentrer des Etats-Unis.
II a 6et tue sur le coup par des individus qui se sont introduits chez lui.
L'on n'a pas de details mais ce nouvel assassinat a jet6 un climat de terreur encore
plus intense dans la capitale.

.... .......


30 gourdes par tkte, c'est le tarif exig6 par les passeurs photo HenM

* I* emtAs !f eas#4,0 !4


"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers


Page 2


raa~ ;8a~il~


- * II *>~
!' ili~
~~ ~s~1. < X~I






Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


Page 3


I L'ACTUALITE EN MARCHE


I-r v *BeS i)iw

#o." lp %** we 4%- aiisc "rf fi tvll:-^gi-a


Le Sec. Gen. de I'OEA, Jose Miguel Insulza, et le ministre haitien
des Affaires ktrangeres Herard Abraham photo Yonel Louis


Un bureau d'inscription des 6lecteurs photo YL


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Thor 14, Route de Carrefour
TELEPONE


LUN-VEN 8:30 am 3:00 pm
SAM 8:30 am A 1:00 pm


|I S UNIBANK


"Chaque jour plus proche de vous"

www.unibankhaiti.com B


11 NE 2nd A
Mir*, FL 33160
tdl. 305--75-3695


Pat4 Plus Baker
Natural Juice


ANALYSE SOMMAIRE
Etat de guerre: Minustah versus Cite Soleil p.1
L'EVENEMENT
Les funerailles de Dread Wilm6 p.1
La mort de Dread Wilm6 sera-t-elle jamais confirmee
officiellement? p.10
OURAGAN DENNIS
Haiti: 22 tuds et une centaine de disparus p.2
Infrastructures et environnement p.6
VIOLENCE POLITIQUE ET POLITIQUE
DE VIOLENCES
L'ins6curit6 grandissante contraint des families A quitter
Haiti p.5
American Airlines r6duit ses vols pour les USA en raison
de l'ins&curit6 p.4
Le Secr6taire G6ndral de 1'OEA se dit optimiste p.3
Enlkvement dujournaliste Jacques Roche p.2
FINANCES
La BID approuve un pret de US$50 millions p.8
HAITI-REPUBLIQUE DOMINICAINE
Visite du chancelier dominicain en Haiti p.8
Manoeuvres am6ricano-dominicaines A la frontibre p.8
Edwin Paraison fait le point sur la situation p.7
Changements dans la representation diplomatique
haitienne p.8
POLITIQUE ET SOCIETE CIVILE
Monsieur l'Ambassadeur p.9
Masse critique et spirale du silence p.10
Haiti et le 21e siecle ... p.12
Les Haitiens de Miami jugent diff6remment l'intervention
de la Minustah p.17
FOOTBALL
Tous les championnats p.15
DEVELOPPEMENT DURABLE
La bienveillante p6ndtration : Le cas de la figue-banane
p.15
ARTS ET SPECTACLES
Le festival du film de Jacmel: une fenetre ouverte sur le
monde p.16
Voir 100 films de 30 pays en 8 jours p.16
\_______________________


Infrastructures

et

Environnement
P.6


Y, Inc



dw ftor, Ho rnrtme
im noj~ ii=iO&O^^Mf


I~ -- i~







UNE ANALYSE


Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


ETAT DE GUERRE


Minustah versus Cite Soleil
(Cite Soleil ... suite de la lere page) resistance. Et les armes sortent de partout, diffirents calibres, D'un c6td, le haut de la ville, ou nous luttons
tiennent les artbres principales, les combattants populaires armes de poing, armes de guerre, armes crdoles, et dans toutes contre une criminality a outrance, et un taux de 5 a 6
les multiples corridors. Quant au petit peuple, s'ils ne sont les mains, beaucoup n'ont pas seize ans. kidnappings par jour, et contre un gouvernement
pas tous arms, mais tous partagent le m6me esprit de De son c6t6 aussi, la Minustah ne fait pas de difference frapp6 d'impuissance et une presence internationale


Lafue uederserfdle A 's i u e


Blinded de la Minustah surveillant A distance les activities le samedi 9 juillet


. I.l fJ I ....I. .. l .......a I I..U.....I... -l a JLJ v ....I.I..II IVIIII... entre combattants et
civils non arms quand
elle decide de
d6clencher une op6-
ration. Souvent en
pleine nuit. Sans
avertissement, ce qui
permettrait de mettre h
l'abri les enfants.

David et
Goliath ...
Guerre totale
d'un c6td, guerre
populaire de l'autre.
Une guerre sale, oii de
part et d'autre, de plus
en plus tous les coups
sont permis. Mais c'est
quand mime David et
Goliath.
Au fur et h
mesure que la situation
pourrit, et que les
critiques pleuvent
contre son retard h
Barrages improvises delimitant l'impasse oi a eu lieu samedi I'hommage populaire centre son retard
A Dread Wilme A Soleil 19 photo HenM r6tablir la stability, la
Minustah s'enfonce dans ce r6le de force de repression d'abord,
puis tout doucement aussi d'occupation, ni plus ni moins.
C'est du moins objectivement ainsi que se pr6sente la
situation, cela une fois franchie la ligne de demarcation, c'est-
a-dire la nationale ou route de la Saline, en direction de la mer.


photo HenM
qui ne le semble pas moins.
Par contre au bas de la ville, juste retour des
choses. De l'autre c6t6 de la nationale, il n'y a ni
gouvernement, ni police nationale, ni leaders
politiques, ni soci&te civile, ni establishment, m6me
les sectes protestantes ont ferm6 boutique, il n'y a plus
que le petit peuple, dont beaucoup de jeunes et trbs
jeunes en armes, mi gavroche mi bandit de grand
chemin, face aux chars de la Minustah, monstres
aveugles, froids et invincibles.
Le peuple totalement abandonn6 a lui-m6me
face a ce qu'il faut bien appeler, du moins dans cette
partie de la ville, l'occupant stranger.

Terminator ...
A Cit6 Soleil, la Minustah apparait totalement
sous un nouveau jour. En effet, oubli6e sa mission de
force d'interposition, done en principe neutre et
ind6pendante. Au fur et a mesure que la situation
pourrit et que le d6fi persiste, c'est une force
unilat6rale dont le r6le est de vaincre militairement la
population du bidonville. Et, sous entendu, en utilisant
tous les moyens n6cessaires. Une force tout a fait
d6shumanis6e. C'est la guerre totale. Et c'est ainsi
que le comprennent aussi les gens de Cit6 Soleil, qu'ils
soient combattants, ouvertement arms, ou simples
residents, femmes, enfants et vieillards. Et quand le
porte-parole militaire de la Minustah nous dit tous
nos hommes sont rentrds sains et saufs a leur base ",
normal, tous les soldats onusiens sont dissimul6s
(voir Cite Soleil / 5)


"Copy righted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Page 4


La mort de Dread Wilme
sera-t-elle jamais
confirmee officiellement?
P.10







Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


IDE L'ACTUALITE


Un autre visage de la Minustah


(Cite Soleil ... suite de la page 4)
jusqu'aux oreilles dans leurs chars compacts qui ne laissent
percer que la gueule des mitrailleuses cinquante et autres


machine de propagande. Comme les cacos de 1915, ils se
considbrent les derniers d6fenseurs de la souverainet6
nationale et de la mbre patrie.
Quand
on leur dit que
personne ne
menace de s'em-
parer du pays, leur
r6ponse semble
vouloir dire :
peut-6tre pas du
pays, mais de ce
qu'il y a de
pr6cieux dans le
pays.
Et aus-
sit6t le raison-
nement : Cit6
Soleil est pr6cieux
h cause de sa
position au bord
de la mer, dans la
plus grande baie
du pays, et h c6t6
des centres
portuaires,
administratifs et
financiers. Cit6


Lentement mais sfrement ...
Toujours est-il qu'on pourrait interpreter les
incursions souvent nocturnes de la Minustah comme
effectivement une strat6gie de harcelement pour pousser
la population a vider les lieux. Des chars se mettant a aboyer
a 3 heures du matin de toute la puissance de leurs
mitrailleuses et ouvrant le feu de manibre apparemment
indiscriminde par-dessus les toitures de maisonnettes aussi
fragiles, cela ressemble fort a de l'intimidation.
Derribre le masque de guerre totale, se cacherait
done une guerre d'occupation de terrain. Au diable la loi
du premier occupant Personne ne parle de relocation, ni
de d6dommagement.
Or samedi nous avons eu comme l'impression que
Cit6 Soleil est d6ji vid6e de prbs de la moiti6 de sa
population. La strat6gie marche. Lentement mais sirement.
Toutefois, peut-etre pas assez vite au goft de certains.
A en croire les petits jeunes de Cit6 Soleil, on se
trouverait devant une occupation qui n'ose pas dire son
nom, une occupation seulement int6ress6e a s'emparer de
ce qui vaut la peine 6conomiquement, comme la position
industrielle et commerciale strat6gique, selon eux, de Cite
Soleil.
Pour le reste, on nous laisse aux soins d'un
gouvernement inepte. Et d'une bourgeoisie qui n'a rien
compris, parce qu'elle n'aime traditionnellement que le
blanc.


Message prononc6 sur le cercueil de Dread Wilm6 photo Haiti en Marche


armes de destruction qu'on pourrait presque dire massive
6tant donn6 le peu de resistance des constructions a Cit6
Soleil.
De fait, samedi, il n'y avait aucun contact humain,
m6me pas diplomatique, entre la mission onusienne et la
foule assistant aux fundrailles symboliques de Dread
Wilm6, l'activiste politique abattu le mercredi 6 juillet
dernier a Bois Neuf, une section de la commune de Cit6
Soleil. Pas plus avec la presse venue couvrir ces fundrailles.
Pas moyen d'avoir le son de cloche des hommes de la
Minustah. La dialectique des armes a remplac6 l'arme de
la dialectique. Tout le monde sans exception plac6 sous la
menace des mitrailleuses lourdes du haut des chars qui
patrouillent souplement et sourdement la chauss6e. Silence.
Le g6ndral Heleno a pris des habits de Terminator.

Comme les cacos de 1915 ...
Il y a un temps pour les palabres et il y a un temps
pour en finir ... Du c6t6 de la Minustah, c'est donc
d6sormais la guerre totale. Au finish.
Du c6t6 de Cit6 Soleil, et de ce qu'il faut bien
appeler les partisans, comme on dit en langage de guerre
populaire (a ne pas confondre avec guerre rdvolutionnaire),
on s'enivre de la pensde de Charlemagne P6ralte, le h6ros
haitien de la guerre contre l'occupation amdricaine de 1915-
1934.
On rappelle que P6ralte et ses compagnons 6taient
traits du meme nom de bandits par l'occupant et sa


Soleil est, a les
entendre, une
zone strat6gique
pour le capita-
lisme inter-
national.
Et voilM
pourquoi on veut
les chasser de 1l.
Et c'est la
Minustah qui est
charge de faire le
sale boulot.
Mais ils
sont n6s a Cit6
Soleil, ils con-
siderent done de
leur devoir de la
d6fendre jusqu'a
leur dernier
souffle.
Est-ce
vrai ou de la pure
speculation ? Est-
ce que Cite Soleil


L'assistance


est pr6cieuse aussi pour d'autres qui n'entendent pas
davantage la perdre, tels que les trafiquants de drogue.
Nous ne saurions r6pondre.


Ssurchauff6e le samedi le 9 juillet
Fallait-il allerjusqu' Cite Soleil pour 'apprendre!


Haiti en Marche, 9 Juillet 2005


1. fnucurae xfrandfiantr contraln


"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Fiche d'Abonnement & Haiti en Marche


Nom


Adresse


Haiti
Etats-Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


Gdes 250
US $ 40.00
DC $ 42
US $ 70
US $ 70


Gdes 500 Livraison a domicile double tarif
US $ 78
DC $ 80
US $ 135
US $ 135


6 Mois



1 An


Page 5


Lul







I GOUVERNANCE


Mercredi 22 Juin 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 21


RAVAGES DE L'OURAGAN DENNIS


Infrastructures et environnement


steak de la plaine des Cayes n'atteindra pas Port-au-Prince,
ni Jacmel. Ni le riz de Miami les provinces du Grand Sud,
dont la Grande Anse et les Nippes, pourtant greniers
agricoles du pays.
D'autres ponts menacent de prendre le meme
chemin. Le prochain, avons-nous appris vendredi a Grand
Goave, pourrait 6tre celui de Miragoane.
D6ji un manque a gagner certain pour les
r6jouissances traditionnelles de lal5 Aofit a Petit Goave et
a Gelde (aux Cayes).


"Copyrighted Matenr


Syndicated Content


Available from Commercial News F


Environnement, infrastructures, dconomie, la
chaine de causes a effets est 6vidente.
Aujourd'hui que nous avons tout laiss6 s'6crouler
a la fois, par oi commencer ? D'autant plus que la
7" I


Digits consid6rables au reseau routier du Sud


rdpublique n'avait jamais
&t6 aussi pauvre,
demandez a n'importe
quel membre du
gouvernement engage
dans la navette des
6ternelles conferences
avec nos bailleurs de
fonds. Haiti au pain sec et
a l'eau. Haiti au piquet.
Num6ro un au hit parade
de la corruption. Car qui
vole un ceuf peut aussi un
jour voler un bceuf. Je ne
vois pas d'autre faqon de
le comprendre.
Haiti trop pauvre
et en meme temps pas
assez. Car la pauvret6 ne
se mesure plus en termes
de quantity de mal nourris
ou pas nourris du tout.
C'est l1 la pauvret6
ordinaire, banale.


PORT-AU-PRINCE, 8 Juillet Aprbs
l'environnement, c'est au tour des infrastructures.
L'ouragan Dennis n'a pas laiss6 tant de morts ( au moins
22 ) qu'il a d6truit l'unique axe routier avec le sud du pays.
Le pont de Grand Goave n'est plus. Emport6 par les vents
comme f6tu de paille. Le pilier principal s'est incline sous
le poids de la rivibre en furie. Le tablier se retrouve a
quelques dizaines de metres plus loin.
Tout le trafic routier et commercial est k.o. La
gazoline va connaitre des pics inconnus jusqu'alors. Le



* .. .. .j


Aujourd'hui on ne reconnait que la pauvret6 financibre,
c'est-a-dire base sur le niveau d'endettement d'une nation.
Haiti doit done augmenter son volume de dette ext6rieure
si elle veut b6ndficier unj our d'une annulation de sa dette.
Vous parlez d'humour noir. En attendant, on la punit en lui
faisant payer des arri6rds de dette remontantjusqu'a Beb6
Doc, appeal justement ainsi pour sa capacity de d6penser
et d'emprunter sans compter. On comprend pourquoi l'on
trouve le besoin d'agiter couramment son 6pouvantail,
comme ce dernier soi-disant message a la nation de la part
d'un individu qui est le
principal responsable de nos
malheurs actuels. En effet, il
a r6gn6 sur la seule et unique
d6cennie qui aurait pu
changer le cours des choses :
les anndes 70, car b6ndficiant
d'une dette publique r6duite
I zero par les anntes
d'autarcie auxquelles nous
avait contraint la dictature
mise i l'index interna-
tionalement de son plre, et
offrant la main d'ceuvre
O Ia ......... haitienne pour un morceau de
ovrassave, i put bdnnficier de
plusieurs milliards en dons et
en prets.
Mais alors qu'h la
mmme 6poque un Balaguer se
lanqait dans la conversion de
l'6conomie sucribre domi-
nicaine en infrastructures
Ma .. m touristiques et agro-
industrielles (y compris le reboisement total de la
r6publique voisine), notre jeune prince et sa cour de
flagomeurs se sp6cialisaient dans les meilleures techniques
de d6tournement des fonds publics.
Nos voisins domi-
nicains sont 1M oni ils sont
parvenus, un coffret de
verdure, et nous sommes 1i oni
on en est. Eux aussi sont
pauvres, selon les nouveaux
critbres de la Banque
mondiale, pauvret6 financibre,
done m6ritant tous les 6gards.
Nous, c'est la pauvret6 banale,
inexcusable. Z6ro de conduite.
Environnement,
infrastructures, dconomie,
politique, finances, diplomatie
etc, la chaine de causes h effets
n'a plus de limites ...
Par oni done
commencer ?
Nous devons d'abord
chaque mois payer nos arridr6s
des dettes de B6b6 Doc avant
de penser environnement ou
infrastructures, ou n nos 90
photo HenM pour cent de ch6meurs. A quoi
serviront probablement aussi les 25 dollars amdricains que
le ministre des Finances, Henri Bazin, appelle d6sormais
chaque voyageur h payer en laissant le pays, une taxe h
laquelle seuls les strangers taient depuis toujours
assujettis. Sinon, sinon quoi ? En tout cas, l'actuel
gouvernement est celui qui est le plus sensible h cette
menace que nous ayons jamais connu. Relocaliser Fonds
Verrettes, refaire le bassin versant des Gonaives ? Ouais
papa.
Cependant pour cette habitante de Fauch6
(d6partement de l'Ouest), l'une des regions les plus
affect6es par l'ouragan, fini le temps des manje sinistre ",
il faut aller h la source du mal : le drainage des rivibres qui
h la moindre averse d6bordent de leur lit pour tout emporter
vers la mer : vies et biens, bananeraies et b6tail. Et
aujourd'hui, nos quelques routes et ponts qui prennent le
mime chemin.
Tout un petit peuple, par la force des choses,
commenqant enfin r6aliser le besoin de reconstruire
l'environnement avant mime de penser a sa propre bouche.
Mais quid des d6cideurs, ou de ce qui se pretend
ainsi?
Environnement, infrastructures, dconomie etc.
Mais peut-6tre qu'il manque quelque chose h la chaine de
causes h effets, c'est un bon coup de pied au cul!
Editorial, Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


MIAMIDADEM

INVITASYON POU SOUMET PROPOZISYON POU YON
OGANIZASYON ANVIWONMAN DE BAZ KOMINOTE
Gouvenman Miami-Dade, an ak6 ak Depatman dlo Potab e DIo uze, ak Depatmen Resous
Naturel, Depatmen Deche, lanse yon apel pou foundasyon prive san profit ki edantifie pa
depatmen IRS k6m 6ganizasyon egzan de taks pou yo soumet propozisyon pou Foundasyon
Byen-et Kominote ak Edukasyon de Enviwonman.
Moun ki enterese yo va kapab jwenn yon kopi Apel D6f yo, ki va disponib di Lendi a Vandredi
apati de 11 Jiye 2005, de 8:30 a.m.-4:30 p.m. Jis vizite oswa rele:
Department of Environmental Resources Management
33 SW 2nd Avenue, 12th Floor Miami, Florida 33130
Herb Balfour (305) 372-6422
RFP an (Apel D6f yo) pral disponib tout sou entenet lan ve le 11 Jiye 2005 sou sit
www.miamidade.gov/derm.
Yon konferans anvan Apel D6f yo pral fet jou Jedi 21 Jiye 2005 a 5:30 p.m. nan dezyem etaj
bildinn Thomas Center Bldg., etaj anle Dade County Federal Credit Union nan 172 W. Flagler
anba lavil Miami, antre an se sou kote bildinn lan sou SW 2nd Aveni. Yo ankouraje epi vreman
ensiste pou moun enterese yo vini nan konferans lan.
Se pou tout kopi egzijib yo soumet bay nan Biwo Grefye Asanble Komisyone yo "Office of the
Clerk of the Board of County Commissioners", ki chita nan Stephen P. Clark Center, 111 NW First
Street, 17yem etaj (floor), Suite 202, pa pita ke Jedi 11 Dawout 2005, 1:00 p.m. le lokal.







Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


Page 7


IHAITI REPUBLIQUE DOMINICAINE


L'ex-consul ge6nral Edwin Paraison fait le point sur la situation

de nos compatriotes emigres en republique voisine


PAR EVENS HILAIRE

evenshilaire#Zhotmail.com

MIAMI, 9 Juillet Prbs d'un millier de prisonniers
haitiens dans les 31 centres de detention du pays. La prison
de Dajabon renferme le plus grand nombre. Ils ne sont pas


-
















"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


tous des condamnds. Des dizaines d'entre eux attendent
d'etre d6f6rds par devant un tribunal. Le taux de criminality,
vu le poids d6mographique de la communaut6 haitienne
en R6publique dominicaine, est reellement trbs bas, par
rapport aux ressortissants dominicains aux Etats-Unis, dont
25, 000 se trouvent derribre les barreaux.
Le Rev&rend Pbre Edwin Paraison, qui habite en
R6publique Dominicaine depuis 22ans au service pastoral
a l'ext6rieur d'Haiti, tait ces dermires annees consul a
Barahona. Ensuite, il a &te promu Consul General a Santo
Domingo, oi il a pass 9 ans.
Monsieur Paraison 6tait a la tate du consulatjusqu'au mois
de Juin 2004, aprbs le depart pour l'exil de l'ancien
president Jean Bertrand Aristide.
Edwin Paraison a accept de repondre aux
questions de notre collaborateur Evens Hilaire sur la
situation des Haitiens en R6publique Dominicaine et sur
des faits brulants de l'actualit6 nationale.

HEM : Monsieur Paraison, comment est la
situation des ill6gaux haitiens en R6publique Dominicaine?
Edwin Paraison: Environ 800.000 haitiens vivent
actuellement en RD, selon les chiffres de l'Organisation
Internationale pour les Migrations (OIM) et la Facult6
Latino Americaine de Sciences Sociales (FLASCO) qui
ont mend une 6tude l'annre dernire sur la nouvelle vague
de l'immigration haitienne dans ce pays. La presence
haitienne est maintenant remarquable partout. Notre main
d'ceuvre, quoique consid6rde comme ill6gale, est utilis6e
meme sur les chantiers de construction de l'Etat. Nos
compatriotes ont construit l'infrastructure h6telibre dans
l'est du pays, les tunnels, passages a niveau et buildings
d'appartement qui donnent a la capitale une touche
modeme.
Nos vendeurs dejus d'orange, de canne ou d'eau
de coco sont indispensables pour le petit d6jeuner du
dominicain pauvre qui, devant la factory oi il travaille,
mange rapidement un "yanique" avant de commencer sa
journme.
Malgr6 tout, la vie n'est pas rose pour les
ressortissants haitiens. Des pr6jug6s A surmonter, des
difficulties d'insertion sociale a vaincre, des problemes a
gerer.

HEM : Est-ce que vous pouvez enumerer pour
nos lecteurs ces problemes?
Edwin Paraison : La communaut6 haitienne fait
face maintenant a 6 problemes serieux:
a) Le trafic d'enfants pour
diff6rentes labeurs agricoles et
la mendicit6 dans les rues des
jL grandes villes du pays;
b) La presence haitienne dans la
prostitution a la capitale et
dans les p6les touristiques;
c) L'exclusion scolaire de prbs de
300,000 enfants et adolescents
nes sur le sol dominicain.
d) Une participation plus
in-an? fr6quente d'haitiens dans des
yalite crimes et autres d6lits;
WA! e) Notre incapacity de pousser
l'Etat dominicain a prendre
une loi d'amnistie en faveur
des centaines de milliers
d'haitiens qui se trouvent en
territoire dominicain
depuis des annees, passibles de
rapatriement, sans une revision de la
de! nouvelle loi de l'immigration vote en
Aofit de l'annre dernire, mais sans 6tre
en application jusqu'a date.
jan! f) Les rapatriements massifs qui
ne r6solvent pas le problkme
wide, migratoire et appauvrissent
nosjeunes.
Certainement la situation des
migrants haitiens aujourd'hui n'est plus
n! celle d'hier avec le travail forc6 dans
les champs de canne, mais comme hier
il reste beaucoup a faire pour preserver
les droits de nos compatriotes, tout en
1 renforcant les liens de solidarity entre
les deux peuples.

HEM : Comme on le sait, il y avait
r6cemment une vague de protestations
contre les sans papiers haitiens en


R6publique Dominicaine apres la mort d'un citoyen
dominicain. A present comment est la situation? En tant
qu'ancien consul general,. quel r6le aviez-vous jouV?
Edwin Paraison : Il s'agit de rapatriements
totalement improvises qui dans un premier temps, ont &t6
pr6sent6s comme une action pour sauvegarder la vie de
nos compatriotes menaces de represailles par certains
habitants de Hatillo Palma. Le lendemain meme, sachant
par experience que les haitiens qui vivent dans le voisinage
oi un crime a &t6 commis sont automatiquement vus
comme des "suspects naturels", conjointement avec des
organisations communautaires nous avions attire l'attention
des autorit6s comp6tentes sur la n6c6ssit6 de mener une
enquete minutieuse pour determiner la culpability reelle
des presumes assassins haitiens. De meme, vu la
d6t6rioraton dans les relations haitiano-dominicaines, nous
avions demand le lancement d'une campagne officielle
en faveur de l'amiti6 et la solidarity entre les deux peuples.
Parallblement nous avions fait voir aux responsables
dominicains la n6c6ssit6 de contr6ler les appels a la haine
et les expressions clairement anti-haitiennes qui se faisaient
par la voie des mass media.
L'assistance humanitaire 6tait assuree par le Service
J6suite pour les Rffugi6s et Solidarit6 frontalibre
principalement, avec l'assistance d'ONGs haitiennes et
dominicaines. Effectivement des personnes 16galement
6tablies avaient &te molest6es par les agents responsables
des operations de rapatriements, sp6cialement des 6tudiants
haitiens fr6quentant des universities dominicaines, tout
comme des citoyens dominicains qui ont &t6 expuls6s de
leur propre pays a cause de la couleur de leur peau (noire).
Le discours anti haitien se maintient dans certains
medias. Nous sommes dans une p6riode pr6 lectorale oi
les partis politiques sont engages a travers leurs congrbs
dans une phase de renovation de leurs cadres dirigeants.
En Mai 2006, nous aurons les elections legislatives et
municipales. Evidemment certains secteurs ont tendance a
utiliser le theme de la presence haitienne comme cheval
de bataille. Le cas de l'assassinat de la commercante
dominicaine Martiza Nunez, le 9 mai dernier, a &te utilis6
a fond. Des presumes criminels haitiens ont &te appr6hend6s
et se trouvent en prison. Cependant, des sources de la police
doutent de leur culpability et l'on accuse aujourd'hui dans
ce crime des dominicains. Aucune enquete officielle n'a
encore fait le jour de facon definitive sur cette affaire.

HEM : Aprbs le depart pour l'exil de l'ex-pr6sident
Aristide, est-ce qu'un grand nombre d'haitiens ont traverse
ill6galement la frontibre?
Edwin Paraison :Evidemment. La d6t6rioration de de
la situation socio-politique haitienne provoque une
augmentation du flux migratoire. La R6publique
Dominicaine est un pays moins pauvre qu'Haiti, mais avec
de fortes limitations qui obligentjustement les dominicains
a aller chercher eux aussi un mieux-6tre ailleurs,
particulibrement a Puerto-Rico, aux Etats-Unis et en
Espagne.

HEM : Monsieur Paraison, quelle est votre opinion
sur la crise haitienne?
Edwin Paraison: Une crise commence en l'an 2000,
qui aboutit en 2004 avec la participation d'un mouvement
armnn, au depart force d'un president Olu d6mocratiquement.
S'il faut reconnaitre qu'il y a eu de la part de "bandes
arms" se r6clamant du pouvoir Lavalas des atteintes aux
violations des droits humains et aux principes
d6mocratiques, la lutte 16gitime de l'ancienne opposition
contre Jean Bertrand Aristide a perdu sa force morale au
moment oi elle s'est alliee a des rebelles
arms, certains de reputation douteuse pour renverser par
la force des armes le pouvoir en place. D'ofi la perte de
1'autorit6 de 1'Etat a partir de installation au pouvoir du
gouverement de transition, enpartie a cause des promesses
non respectees faites par les actuels responsables haitiens
aux anciens militaires et rebelles. Nous sommes dans
une soci&te divis6e entre pro Aristide et anti Aristide. Nos
acteurs politiques ont d6montr6 leur incapacity g6rer la
crise de facon a garantir la gouvemabilit6 d6mocratique.
L'invivabilit6 d'Haiti est a l'ordre dujour, la menace d'une
occupation 6trangere prolong6e est comme une 6pde de
Damocles. Nous menons le pays vers l'abime.

HEM : Il y aura des elections en Haiti a la fin de
l'annee. Pensez vous que c'est une solution a la crise
actuelle?
Edwin Paraison : I y a des doutes sur le respect du
calendrier electoral a cause de la violence politique. Selon
(voir Paraison / 8)


ERW FINANCIAL

GROUP
Licensed Mortgage Brokers and Lenders


Eske ou janm mande tet ou
Eske mwen ta kapab viv sa yo rele Rev Ameriki
Kite ERW Financial ede ou fR rev sa-a vin-n on re

ESTIMASYON GRATIS AK REKLAM SA-
(yap ba ou kredi 1~ ou fR closing la)

Yap prete ou kob menm si ou gen move
kredi oswa ou san kredi.

Ou pa bezwen peye pou fR aplikasyon!

Nou pap verifye sal&-ou oswa sa ou pose

Nou ofri pi bon inter& ak anpil 16t chwa

Nou afilye ak pi bon institisyon ki prete la

Washington Mutual, Bank of America, Country
Wells Fargo
Ak anpil 16t ank6

Rele nou jody-a e ouap gen kay ou demin
305 865-6588
305 865- 6510

www.erwfinancial.con

UNION PLANTERS BUILDING
3550 Biscayne Blvd Suite # 407
Miami, Florida 33137







L'ACTUALITE TOUS AZIMUTS


Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


La BID approuve

un prft de 50 millions

de dollars a Haiti
La Banque Interam6ricaine de D6veloppement
approuve un pret concessionnel de 50 millions de
dollars americains, consacr6 au financement d'un
programme de remise en 6tat d'infrastructures
urbaines.

Ce pret est remboursable en 40 ans avec un taux
d'int&r&t annuel de 1% pendant les dix premieres
anndes et de 2% par la suite.

Ce pret devra permettre de rdpondre aux grandes
priorit6s des zones urbaines d'Haiti, telles que la
remise en 6tat de l'infrastructure publique, la
promotion de l'activit 6 conomique et la prestation
de services essentiels ", selon Martha Preece, chef
de projet la BID.

Il est notamment pr6vu la construction de centres
administratifs et de services Cap-Haitien (Nord),
Cayes (Sud), Fort Libert6 (Nord-est), Gonaives
(Artibonite Nord), Hinche (Plateau Central Est),
Jacmel (Sud-est), J&r6mie (Grand'Anse Sud-
ouest), Miragoane (Nippes Sud-ouest) et Port-de-
Paix (Nord-ouest).

La construction de quatre marches publics,
l'installation de cinq bornes-fontaines publiques
aliment6es par des puits artesiens et la mise en place


CHANGEMENTS
DIPLOMATIQUES EN RD
Un nouveau Charg6 d'Affaires a 6td nomm6 en
RD, Herbert Danier, fonctionnaire de carribre au MAE et
considered proche du Ministre Herard Abraham. Il remplace
Mr Jean Bertin, veuf de Mireille Durocher qui n'a pass
que 3 mois en poste. De meme Joseph Belony Mathurin a
&td rappell6. Enfin Harry Joseph vice consul est transf6rd
au consulat de Barahona.


de 3 centres culturels devront 6tre effectudes a
Carrefour, p6riph6rie sud.

D'autres prets repr6sentant un total de $150
millions sont a 1'tude et sont destin6s a financer
des operations de d6veloppement rural, de gestion
de l'environnement, de prevention des inondations
et d'acces au credit pour les petites et moyennes
entreprises, selon la BID.

A la conference des bailleurs de fonds a
Washington enjuillet 2004, la BID avait promis
de contribuer a hauteur de 263 millions en vue de
la reconstruction d'Haiti.



UN Film sur Francois

Duvalier

Les Productions du CIDIHCA annoncent la sortie du
documentaire AU NOM DU PERE, raealisase par Frantz
Voltaire.
Ce documentaire brosse UN portrait du dictateur
Franqois Duvalier.
II a xeetxee pr6sent6 le 11 Juillet dernier a l'Ecole de
Musique et le 15 Juillet au Cinaeema Concorde DANS
LE CADRE DU FESTIVAL DU FILM DE JACMEL.
Le producteur du documentaire est Jancy Bolt.


La prevention des

catastrophes

humanitaires n'est pas

du ressort de la Minustah
Aprbs plusieurs interventions absolument vaines
aupres des autorit6s haitiennes et plusieurs lettres toutes
demeurdes sans r6ponse auprbs du repr6sentant du
secr6taire g6ndral des Nations Unies en Haiti, sur le dossier
de la protection a donner a la Foret des Pins et au Parc
naturel La Visite, l'un et l'autre soumis a une deforestation
acc6lrdee, nous avons fini par recevoir une lettre d'un
certain colonel Szjener nous demandant de le rencontrer
sur ce dossier.
L'entrevue a eu lieu lejeudi 16juin 2005 au local
de la Minustah a Port au Prince.
Le docteur Large a exprim6 le d6sir que quelques-
uns uns des 200 soldats de la Minustah concentr6s a Jacmel
pour des tiches dont il est difficile de mesurer l'urgence
pour le d6partement, soient d6ployds en des points oni leur
presence serait vitale, nomm6ment les voies d'acces et de
sortie du Parc naturel La Visite et de Seguin. La presence
d'une vingtaine de soldats bien arms serait plus que
suffisante pour mettre un terme a l'assassinat du reste de
notre flore par des gangsters haitiens et dominicains.
La r6ponse fut que cette activity ne relevait pas
du mandat de la Minustah
(voir Prevention / 9)


"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


MIAMI-D

Nap Ch6che Volont6 pou Fondasyon
Sitwayen Endepandan pou Transp6tasyon
Sitwayen Konte Miami-Dade yo te vote pou yon taks diplis mwatye santim an Novanm 2002 pou
mete Plan Transp6tasyon Pep la an aksyon. Plan Transp6tasyon Pep la pral bay plis akse a
transp6 piblik pou rezidan ak vizit6 konte yo. Plan an ap sip6vize pa yon asanble de 15 manm
- Fondasyon Sitwayen Endepandan pou Transp6tasyon (CITT).
CITT pral siveye, sip6vize, revize, f6 odit ak envestige reyalizasyon pwoj6 transp6tasyon ak
transp6 piblik yo ki enimere nan plan an ak 16t pwoj6 ki finanse an gwo oswa an pati ak lajan
taks diplis la.
Manm CITT yo pral s6vi k6m volont6 sou manda dezan, twazan, ak katran ki pou k6manse ak
fini nan diferan 16. Manm fondasyon an pa pral gen okenn enter, dir6k oswa endir6k, nan
okenn kontra ak konte an oswa okenn k6porasyon, konpayi, oswa 16t antite ki gen kontra ak
konte an.
Gen yon Komite Deziyasyon ki gen k6m responsabilite pou devlope 15 div6s lis kandidati
pwovizwa ki gen kat kandida chak. Se nan lis sa yo komisyon6 Konte yo, Majistra a, ak Lig Vil
Miami-Dade yo pral chwazi moun pou nonmen nan CITT la.
Komite Deziyasyon an ap pran aplikasyon nan men tout moun ki enterese s6vi k6m manm CITT,
ki se rezidan ak elekt6 Konte Miami-Dade. Epi moun sa yo dwe de b6n repitasyon pou travay
yo nan kominote an, entegrite yo, sans de responsabilite yo, ak kapasite yo nan biznis ak/oswa
pwofesyon yo. Epi yo dwe gen eksperyans oswa enterese nan sije amelyorasyon oswa
fonksyonnman mobilite transp6tasyon, oswa planifikasyon izaj teren.
Byenke Komite Deziyasyon an ap pran aplikasyon nan men tout moun ki enterese, Komite an
ap konsidere selman aplikan ki s6ti nan Distri 1, 3, 5 ak 13 Komisyon Konte. Yo va kenbe tout
16t aplikasyon yo nan dosye pou yon pery6d ki pou pa depase dezan pou konsiderasyon nan
lavni. Moun ki te f6 aplikasyon yo nan dezan ki s6t pase yo, pa bezwen aplike ank6.
Moun ki ta renmen ke Komite Deziyasyon an ajoute non yo sou lis kandidati pwovizwa a va
soum6t yon f6m aplikasyon ranpli okonpl6 pa pita ke 46 PM 16 lokal jou kap Madi 19 Jiy6 2005
nan adr6s anba la a:
Miami Dade County
Clerk of the Board
Stephen P. Clark Center
111 NW 1st Street, Suite 17-202
Miami, Florida 33128
APLIKASYON KI PAT RESEVWA A LE, NAN JOU AK NAN ADRES KI ESPESIFYE ANWO
LA A, PAP JWENN KONSIDERASYON. FOM APLIKASYON NESESE A DISPONIB NAN
www.miamidade.gov/TRAFFICRELIEF OSWA RELE 305-375-3481.
Manm CITT yo va sij6 a lalwa "Florida Open Records", "Government in the Sunshine" ak
"Financial Disclosure Laws", Konfli Enter6 ak Odonans K6d Etik ak pouvwa envestigatwa
Enspekt6 Jeneral la.


L'ambassadeur
Am6ricain, un reprd-
sentant du Pentagone et
les plus hauts grades de
l'arm6e dominicaine
feront une visite
d'6valuation a la
frontibre haitiano-
dominicaine. Le mime
jour, une mission de


haut niveau se rdunira avec G6rard Latortue, Premier
Ministre d'Haiti, pour discuter de l'inqui6tude que suscite
la situation de violence et l'ins6curit6.
Le gouvernement dominicain a demand aux
Am6ricains de faire cette evaluation frontalibre, comme
partie d'un programme multi-sectoriel auquel participeront
la DEA (dUpartement am6ricain anti-drogue), le
Commandement Sud de l'arm6e amdricaine, la Direction
dominicaine de l'Immigration Nationale et celle de la lutte
contre la Drogue ainsi que l'arm6e dominicaine


Emigres en Republique dominicaine
(Paraison ... suite de la page 7)


certaines provisions, il
sera difficile de garantir
une participation
6lectorale importante
sans Lavalas, mais
celui-ci s'y refuse car ce
serait donner une
certaine 16gitimit6 aux
autorit6s de facto. Les
elections dans ces
conditions ne semblent
pas pouvoir apporter
une solution a la grave
crise de soci6td qui
ronge le pays. Avec le
29 Fvvrier 2004, nous
avons accept que la
conquete du pouvoir
n'est garantie que par la
force des armes. Ceux
qui ont vot6 en 2000 se
demandent maintenant
si cela vaut la peine
r6llement d'aller aux
urnes. Ils constituent
jusqu'a present un


pourcentage assez important, qui ne peut pas etre exclu
dans l'actuel processus. Comment faire pour les convaincre
de prendre part aux elections? Ily a en Haiti une course au
pouvoir de la part de nos dirigeants, mais dont
l'effervescence n'est pas encore partag6e par la population
en g6ndral, selon ma perception.


Edwin Paraison compte traduire en justice
le directeur de 1'Immigration dominicaine

L'ancien consul g6ndral d'Haiti en R6publique
dominicaine a manifesto publiquement son intention de
traduire en justice le directeur g6ndral de l'immigration
dominicain, Carlos Amarante Baret. Ce dernier a accuse
Mr Paraison de fomenter en complicity avec des organismes
internationaux qu'il n'a pas identifies, une campagne de
discredit contre la R6publique Dominicaine.
En aofit 2004, Edwin Paraison a &t6 d6cord par le
president Hipolito Mejia de l'ordre de Christophe Colomb
au grade d'officier.
En 2001, il avait recu a Londres la m6daille de 1'ONG
"Anti Slavery".

Interview r6alis6e par notre correspondant a Miami,
Evens Hilaire


Page 8


Manoeuvres Americano-

Dominicaines a la frontier







Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


I LIBRE PENSEE


Monsieur l'Ambassadeur,


Par Jean Erich Rene
Ottawa le 6 Juillet 2005
Monsieur 1'Ambassadeur,
L'examen clinique des Partis Politiques haitiens
nous emmene a ddcouvrir certaines pathologies relatives a
la violence qui sdvit actuellement au pays. Ordinairement
les agents pathogenes proliferent plus facilement au sein
d' un organisme deji affaibli. La violence et l'agressivit6
tout comme les ronces et les pines poussent
anarchiquement sur des terrains abandonn6s. Depuis
quelque temps on assiste en Haiti a un phenomene social
qui s'appelle: Kidnapping. Un sentiment d'angoisse
commence a atteindre la population haitienne et risque de
provoquer le d6membrement de notre soci6td. Plusieurs
totes sont d6ji tomb6es et personne ne sait a qui sera le
prochain tour. L'impact de la violence est tel qu'il provoque
la fuite de la population dans toutes les directions. Mr
l'Ambassadeur vous avez point du doigt les leaders
politiques haitiens comme les principaux agents de cette
violence. Nous avons l'honneur de vous inviter a recadrer
les repbres cliniques de la violence en Haiti afin de d6gager
certaines pistes.

Monsieur 1'Ambassadeur,
Sous la Transition dite D6mocratique, monte de
toutes pieces par Washington, une nouvelle carte politique
est en train d'etre dessinde de manibre informelle par des
bandits arms. II parait que rien ne peut les arreter puisqu'il
y a une absence volontaire de la prise en charge de ces
assassins qui opbrent en toute impunity. Un phenombne
socio-6conomique particulibrement grave se d6roule a Port-
au-Prince qui abrite actuellement prbs de 3 millions
d'Habitants. Non seulement il n'y a pas d'emploi mais les
fonctionnaires de l'Etat sont en ch6mage d6guis6. Avec la
monte du cofit de la vie ils n'arrivent pas a joindre les
deux bouts avec leurs maigres salaires. II leur faut un
supplement qu'ils vont chercher dans les trafics
d'influence, les pratiques corruptives, la contrebande etc.
... L'esprit de d6brouillardise occupe maintenant le centre
de l'informel et atteint les couches les plus n6cessiteuses
de la population. Le cri de guerre a &te lanc6 par Rend
Prdval qui a clairement conseill6 de :"Nager pour sortir".
Voilh la logique qui nous a conduit a toutes ces formes de
violence que vit le peuple haitien et particulibrement le
kidnapping.. Ce climat de peur et de violence n'est autre
que le produit d'une m6chante orchestration de
l'Administration Lavalas a la faveur de ce laxisme morbide
et meme suspect qu'affiche le Gouvemement de Transition.
Les bandits s'auto-16gitiment comme une n6cessit6 de
survie face a la misbre qui accable le pays. Un programme
de d6veloppement pr6pard par le CCI devrait ameliorer la
situation 6conomique particulibrement difficile de la
population haitienne mais aucun fonds n'a &t d6caiss6 pour
la mise a execution des Projets proposes par le Cadre de
Cooperation Int6rimaire ou CCI.

Monsieur 1'Ambassadeur,
Ce contexte politique particulibrement difficile
laisse merger d'autres types de violences lies aux intl6rts
des Partis Politiques. La cohabitation d'une multitude de
Partis Politiques est a l'origine de certaines frictions.
L'organisation des prochaines elections cr6e des tensions
passionnelles pour certains leaders qui ne jouissent
d'aucun leadership. Cette situation explosive a donn6
naissance a des groupes arms qui se manifestent de
manibre sporadique dans certains endroits pour troubler la
paix publique. En interiorisant ce module presque tous les


Partis Politiques ont recours a la violence pour acc6der au pouvoir. A
bien consid6rer certains leaders politiques, sans aucune formation
acad6mique, sans aucune experience professionnelle, n'ont aucune
chance de p6n6trer au Palais National sinon que par la petite porte. Le
nivellement par le bas serait leurs m6thodes privil6gi6es pour faire le
vide autour du fauteuil pr6sidentiel.
Le caractere sdlectifdu kidnapping attire aussi notre attention.
Nos commerants, nos industriels et nos cadres socioprofessionnels
sont vis6s. La violence prend une orientation anti-nationale et laisse
plut6t planer l'ombre d'une main internationale qui profite de la


confusion pour
am6nager l'espace
indispensable a
l'implantation des
structures mondia-
lisantes.. A ce compte
nous apposons notre
signature l'endos de la
lettre de change du
Ministre de la Justice et
de la Securit6 Publique
Bernard Gousse qui dans
son discours d'adieu a
d6nonc6 l'hypocrisie de
la Communaut6
Internationale et accuse
certaines instances
6trangeres d'entretenir
ce climat de violence.

Monsieur
1'Ambassadeur,
Les accusations
port6es contre nos
leaders politiques et sans
conteste contre Jean
Bertrand Aristide sont
justes. Mais elles sont
justifies par la t6merite
de la Maison Blanche qui
a 6clat6 les FAD'H et
d6mobilis6 nos soldats.
D'ofi le vide dangereux
qui s'installe en Haiti.
Parallblement, la
creation de la Milice
aristidienne a favoris6 la
circulation des armes et
la constitution de
plusieurs bandes
d'assassins, de voleurs,
de violeurs et de
kidnappeurs. En
consequence, vous
conviendrez avec moi
que le march de la
violence en Haiti n'est
pas un monopole
purement lavalassien. Le
Gouvernement
amdricain en porte une
grande part de
responsabilit6. Nous
croyons dur comme fer
que le ranconnement des
cadres sociopro-
fessionnels a la barbe de


La prevention des catastrophes

humanitaires nest pas du

ressort de la Minustah
(suite de la page 8)
A la question du Dr. Large, a savoir s'il 6tait autoris6 a dire a la presse que la
Minustah n'avait rien a voir avec la prevention de la desertification de notre territoire
et sa consequence la plus immediate, des catastrophes du genre de Fonds Verrettes, et
de Mapou, a la prochaine averse le colonel r6pondit : Je vous y autorise.
Il conseilla ensuite au Dr. Large de demander une nouvelle reunion du Conseil
de s6curit6 de 1'ONU pour que l'on red6finisse le mandat de la Minustah. II admit
pourtant que la Minustah prot6gerait les parcs naturels si le gouvemement haitien lui
en faisait la demande. A la question de savoir si une telle demande fut jamais faite, il
r6pondit :
Pas a ma connaissance"

Docteur Frantz Large
President de la Chambre de Commerce, d'Industrie et des Professions du Sud
est d'Haiti ( CCIPSEH )


l'ONU a pour but de d6courager les forces
vives de la Nation afin de leur inspirer le
dugout et les porter a fuir le pays.

Monsieur 1'Ambassadeur,
Si nous sommes noirs, nous ne
sommes pas pour autant des damn6s de
l'Enfer, c'est le Soleil qui nous abrunis. Nous
sommes dots d'une intelligence et douds de
raison.


City of Miami

HEALTH FACILITIES AUTHORITY

NOTICE OF PUBLIC MEETING
AVIS DE RENCONTRE AVEC LE PUBLIC

Une rencontre avec le public se tiendra au Health Facilities Authority,
City of Miami, une entity incorporee et constitute comme un organisme
public d'apres les Lois de l'Etat de Floride (the HFA "). Date de la
reunion : 15 Juillet 2005, a 2h30 pm au Miam Riverside Center 6eme
Etage dans la Grande Salle de Conference au 444 S.W. 2me Avenue,
Miami, Florida 33130.
But de la rencontre : (1) approuver les dispositions prises lors des
meetings precedents par le Comite drecteur de Health Facilities
Authority ; (2) foumir des informations concernant l'intention par la City
Commission de considered le 7 juillet 2005 une Resolution en vue
d'approuver les mesures prises lors de la rencontre publique de HFA du 3
Juin 2005 en vertu de la Section 147 (f) du Internal Revenue Code de
1986, tel qu'amende, et les minutes d'un tel meeting du HFA relatif au
refinancement des facilities de sante du Miami Jewish Home & Hospital
pour les Personnes Agees, une corporation non profit localisee au 5200
N.E. 2eme Avenue a Miami; (3) considered une Resolution autorisant et
approuvant le Refinancement propose, 1'emission des Health Facilities
Revenue Refunding Bonds (Miami Jewish Home and Hospital for the
Aged, Inc. Project), Series 2005 (the Bonds ")"pour le montant
precedemment rassemble ne depassant pas $ 25.800,000, assurer le
paiement des interets capitalists sur les Bonds, le paiement de certains
frais associes a l'emission de ces Bonds et l'execution et la delivrance des
documents du HBA et les certificats y relatifs ; (4) considered aussi
n'importe quel autre sujet qui sera presented devant le HFA.
Les Bonds qui seront considers a ce meeting du HFA ne devront
pas 6tre relatifs a aucune dette general, ni lies a aucune obligation vis-a-
vis de l'Etat de Floride ou a n'importe quelle entity incluant le HFA, City
of Miami, Florida, Miami, Dade County, Florida mais seront limits par
obligation special avec l'Autorite. Ni l'engagement total ni le credit ou la
taxation de l'Etat de Floride ou de n'importe quelle autre subdivision ne
pourra 6tre utilise pour le paiement du principal ou celui des interets sur
les Bonds. Le HFA n'a aucun pouvoir de taxation.
Le meeting du HFA sera conduit d'apres (1) les normes Chapter
2, Article XI du Code of City of Miami, Florida, comme amended et celles
du (2) Florida Statutes, Chapter 154, Part III & Chapter 159, Part II. Les
sujets qui seront considers a cette rencontre FHA sont dans l'Agenda
propose et qui est disponible comme document public de City of Miami.
Toute personne voulant exprimer ses opinions concernant les
sujets abordes a cette rencontre (y compris le Refinancement propose en
rapport avec les Bonds) peut se presenter a la rencontre ou pourra
soumettre ses suggestions par ecrit. Tout commentaire ecrit devra 6tre
soumis au HFA c/o 444 S.W. 2me Avenue, Miami, Florida 33130 et
devra 6tre posted suffisamment a l'avance pour 6tre recu le ou avant le 13
JUILLET 2005. Si une personne devait decider d'aller en appel contre
une quelconque decision du HFA relativement a un sujet consider a la
rencontre, elle devra s'assurer qu'elle a a sa disposition un enregistrement
verbatim de la procedure, incluant tous les temoignages et evidences sur
lesquels l'appel sera base.
En rapport avec la American With disabilities Act de 1990, les personnes
necessitant des accomodations speciales pour participer a la rencontre
pourront contacter l'Office of the City Clerk au (305) 250-5360 pas plus
tard que 2 jours ouvrables avant la date fixee pour le meeting.


Priscilla A. Thompson


City Seal

( # 14994)


Page 9


City Clerk






I CernMci 13, .ti l.at No.. 2
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


Page 10


I L'EVENEMENT I


La mort de Dread Wilme sera-t-elle


jamais confirmed officiellement ?

EDITORIAL porte-parole militaire de la Minustah (mission de qu'ils avaient et qui leur garantissaie
PORT-AU-PRINCE, 7 Juillet Vingt quatre heures apres, la maintien de la paix de l'ONU)'n'en a pas dit le plus recherche d'Haiti se trouvait
Police nationale et la Minustah n'ont toujours pas Wt6 en mesure de davantage. Mercredi l'aube, les casques bleus ont qui a t6 mitraill6e de la sorte.
confirmer officiellement la mort de Dread Wilm6, le chef des partisans lance une operation contre la base du c6lbre chef Cependant au moins deux
arms du mouvement Lavalas a Cit6 Soleil, le plus grand bidonville de de gang a Bois Neuf (Cit6 Soleil), une operation assure que Dread Wilm6 est bien m
la capitale. militaire majeure, et sur la base de renseignements porte-parole des militants Lavalas


Alors que la mort de
Emmanuel Wilm6, 29 ans,
surnomm6 Dread Wilm6, a fait la
une le mercredi 6 juillet a tous les
journaux radiophoniques du matin,
lors de son point de presse le meme
jour, la porte-parole de la Police
nationale d'Haiti (PNH), Gessy
Cameau Coicou, a d6clar6 n'avoir
pas de preuves mat6rielles,'et
qu'elle ne peut que confirmer que
le chef de bande a t6 gribvement
bless. "
Le lendemain, jeudi, le
-^ / A^I


garantissant la presence ae urea wilme dans la
propri&t6 cibl6e.


Ren6 Montplaisir, et de l ex-ma
(6galement member de Fanmi Lavala


nt que l'homme
dans la maison

personnes ont
ort. Il s'agit du
de Cit6 Soleil,
ire de Delmas
is), Ernst Erilus.


L'entree de Soleil 19 oi ont eu lieu ce qu'il faut appeler peut-etre
les pseudo-funerailles du chef de gang de Cite Soleil photo HenM


Funerailles samedi de Dread Wilme & Cite Soleil mais nul ne sait si le cercueil transportait
reellement son corps, sa mort n'yant pas etc officiellement confirmee photo Haiti en Marche
L'assaut a dur6 plusieurs minutes, un Les deux ont dit avoir vu le cadavre, mais
mitraillage du tonnerre dont on a pu avoir un apercu leurs declarations peuvent laisser a d6sirer. Selon
lors d'une diffusion en diff&r6. Cependant il fut Ren6 Montplaisir, le cadavre avait Wt6 r6cup&r6 par
impossible aux casques bleus de contr6ler combien les parents de Dread Wilm6 et le meme jour 6tait
de victimes ont 6t6 faites (5, 10, 60, c'est selon), ni d6ji en route, selon lui, pour le Cap-Haitien. Mais
l'identit6 des victimes, ni leur sexe, ni leur age. Ils le porte-parole des militants Lavalas de Cit6 Soleil
ne peuvent que se baser sur les renseignements (voir Dread / 11)


ETAT DE CHOC


Masse critique et spirale du silence


"Vendran dias en que el peso que hoy te abruma se hara liviano.
Vendran dias en que este peso no sera carga sino bagaje"
M. Garcia, Arena en los bolsillos

" Viendront des jours ou ce poids sous lequel tu succombes se fera l6ger.
Viendront des jours oh ce poids ne sera plus charge sinon bagage. "
M. Garcia, Du sable dans les poches


Peut-etre n'arriverez-vous pas a
comprendre la raison pour laquelle je
commence mon texte par une chanson. Ce
n'est qu'en l'6coutant, ce 24 juin, suite
aux 6v6nements qui se produisent
actuellement en Haiti quej'ai eu le r6flexe
de prendre mon courage a deux mains pour
essayer de contribuer a renverser la
tendance au suicide collectif qui semble
nous animer, dans ce pays, en proie a une
vraie catharsis.
Cela fait quasiment deux semaines


que je n'arrivais pas a me secouer cette
patine qui semblait vouloir enterrer ma
volont6 de travailler pour participer a la
transformation de cette soci&t6. Cet article
n'est done qu'une tentative d'exorcisme.
Une th6rapie. S'accepter, en tant
qu'individu, en tant que peuple est le
premier pas vers une vie saine. Je crois que
cela peut s'admettre sans discussion. Les
atrocities qui sont commises actuellement
en Haiti sont le reflet de notre personnalit6
de peuple. Le d6mon de l'injustice sociale


cr6e des monstres insatiables, apparemment
invincibles. Toutes classes confondues.
Cela aussi il faut l'admettre et se dire :
" Roch nan soley a p kon douce roch nan
d lo (Les pierres exposes au soleil vont
gofiter au plaisir d'etre dans de l'eau ). C'est
la seule facon de pouvoir avancer.
Ensemble. Sinon, on coule. Ensemble.
Dans cet article, je pr6tendais en
r6alit6 parler d'un concept que j'ai entendu
a deux reprises, d'un ami, ces derniers
jours, a Port-au-Prince. Il s'agit du concept
de Masse Critique ". D'apres lui, nous
avons en Haiti un probleme de masse
critique. J'y ai r6fl6chi etj'ai voulu utiliser
ce concept pour dire mon mot. Le pr6visible
et l'al6atoire sont des concepts intimement
li6s aux math6matiques et, chose
paradoxale, font partie int6grante de notre


vie. De notre quotidien. L'impr6visible, le
destin, le hasard, le manque d'emprise sur
le contr6le des parametres associ6s a ce
hasard, font, d'un c6t6 la beauty de la vie
et, de l'autre, alimentent notre spirituality.
La nuit de la Saint-Jean, coincidant
g6n6ralement avec le solstice d'Wt6 pour
l'hWmisphere nord, marque par exemple
toute une complexity 6sot6rique ax6e sur
le renouveau par le feu. On renait de ses
cendres, on se purifie par le feu. La victoire
sur les t6nebres. La nuit la plus courte. En
Haiti, dans deux jours, nous cdl6brons la
fete de Notre-Dame du Perp6tuel Secours,
Patronne d'Haiti. La Mere mis6ricordieuse.
Face a l'impr6visible en Haiti, c'est peut-
etre le seul recours, le seul secours. Sauvez
Haiti, lit-on sur des posters de Notre-Dame
(voir Choc / 11)


- U;A~ E:) I SmH :)iS=


APPAREL,SHOE &
ACCESSORIES SHOW
August 14,15,16 2005

Sunday, Monday ,Tuesday 10:00 am To 7:00 pm


TRADE SHOW
THE CARIBBEAN


GIFT & VARIETY
MERCHANDISE SHOW
September 25,26,27 2005

Sunday, Monday ,Tuesday 10:00 am To 7:00 pm


CROBERTO CLEIVIENTE CO LI SE IV SAN JUAN, FPULJRTOC FICO
Restrictions: Children under 18 and general public not admitted.Wholesale only. Trade Show of the Caribbean reserves the right of admission
For more information: Tel: (787) 781 3050 Fax: (787) 781 2022 E-Mail: tradeshow@coqui.net Web Page: www.tradeshowcaribe.com


Dread Wilme






Page 11


I L'EVENEMENT I


Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


"Dread Wilme n'est


crient les assistants at
(Dread ... suite de la page 10) jeudi a &t6 illustr6e de prises de vue du bidonville
pouvait trbs bien avoir cherch6 ainsi 6l oigner la menace. de Cit6 Soleil. Un souffle de ces blinds peut
Tandis que l'ex-maire Erilus est un ennemi de effacer d'un seul coup de la carte plusieurs blocs
Dread Wilm6 et n'aurait pu se trouver devant le cadavre de ces maisonnettes, de ces boites d'allumettes.
comme il l'affirme, alors que les casques bleus et la police Faisant des centaines de victimes, sinon deux
nationale ne pouvaient s'y aventurer.


Les assistants jurant qu'ils seront tous des "Dread Wilme" Haiti en Marche
Cependant, a'laiss6 entendre le colonel Elouafi fois plus.
Boulbar, ce n'est pas la puissance de feu qui manquait a la Ce a quoi se refuse la force onusienne,
Minustah pour aller jusqu'au bout de l'op6ration. C'est qui 6tait ce mercredi encore sous la direction
juste le contraire. En effet, la conference de presse de ce personnelle du g6n6ral Augusto Heleno.


Le camp de la Minustah a Cite Soleil HenM


pas mort!"


ix funerailles
II faut le voir pour le croire, ce r6seau 6troit de corridors et
de pit6s de maisonnettes, serr6 comme les mailles d'un filet, ou
doivent se d6placer les blinds et engins lourds utilis6s lors de ces
operations.
Mais il n'y a pas que l'environnement a faire obstacle, les
groupes arms se d6fendent aussi a leur facon. A d6faut d'avoir des
blinds, ils ont dress des pifges a blinds. Le colonel Boulbar a parl6
de multiples foss6s creus6s tout au long des chemins et corridors pour
entraver la progression des forces militaires. Outre les montagnes de
pierres, de carcasses de voitures et autres formant autant de barrages
pour empecher l'accbs aux caches des gangs. De v6ritables redoutes,
comme on dit en langage militaire.
Aussi aprbs avoir effectu6 ce mitraillage en rbgle, les hommes
de la Minustah, prbs de 350 casques bleus, dont certains forms
sp6cialement a la lutte anti-gu6rilla, se sont abstenus d'avancer plus
loin.
Pas qu'ils ne le pouvaient, pas qu'ils n'avaient les moyens a
leur disposition, mais on a compris que le principal obstacle ce ne
sont pas les armes de leurs adversaires qu'ils venaient de r6duire au
silence. C'est la population de Bois Neuf, fief de Dread Wilm6, et de
Cit6 Soleil en g6n6ral, acquise au mouvement, au phenombne Lavalas.
Aucun cadavre n'a atterri a la morgue de l'H6pital General.
Ni la Minustah, ni la police nationale n'a pu avoir accbs aux victimes
aprbs le bombardement ". Seule la population qui en a dispose.
Dread Wilm6 est-il mort ? On le croit. Cependant on risque
de n'en avoir jamais la confirmation officielle.
Ce qui laisse le champ libre a toutes les speculations. A tous
les reves. Meme, bien sfr, les plus chim6riques. "

Editorial, M6lodie 103.3 FM, Port-au-Prince



BULLETIN ONU/MINUSTAH

New York, Juillet 7 2005 12:00PM ONU
Plus de 400 casques bleus de la Mission des Nations Unies
en Haiti ont men6 hier une nouvelle operation s6curitaire a Cit6 Soleil,
un quartier de Port-au-Prince identifi6 comme la base arribre des gangs
qui operent dans la capitale. L'op6ration aurait fait cinq morts.
Les criminels qui ont essay d6sesp6r6ment de s'opposer
par des armes durant cette operation ont Wte soit tu6s soit bless6s ", a
d6clar6 le porte-parole de la force militaire de la Mission des Nations
Unies pour la Stabilisation en Haiti (MINUSTAH), le lieutenant
colonel El OuafiBoulbars, dans un communique public hier a Port-
au-Prince.
Nous sommes dores et d6ji certains qu'ils ont subi des
pertes s6rieuses ", a-t-il ajout6.
Selon les informations parues dans la presse, au moins cinq
personnes auraient &t6 tuees dans l'op6ration.
Cette operation s'inscrit" dans le cadre des efforts d6ploy6s
par les forces militaires de la MINUSTAH en vue de mettre fin a la
violence dans la capitale, Port-au-Prince ", rappelle le communique.
Nous voulons r6affirmer notre determination a faire de Port-au-
Prince une ville sire et stable ", a d6clar6 le porte-parole de la force
militaire de la MINUSTAH.
Plus de 400 casques bleus ont Wte mobilis6s pour cette
operation ainsi que 41 v6hicules transporteurs de troupes.
Aucune perte n'a Wte enregistr6e dans les rangs des casques
bleus durant cette operation, a confirm la MINUSTAH.
Suite a une operation s6curitaire men6e par les troupes du
contingent br6silien de la de la MINUSTAH le 29 juin dernier, dans
le quartier de Bel Air, a Port-au-Prince, six membres de groupes arms
avaient trouv6 la mort.


Comment atteindre la masse critique necessaire?


(Choc ... suite de la page 10)
du Perp6tuel Secours qu'on retrouve un peu partout a Port-
au-Prince.
Je ne m'l6oigne aucunement de l'objet de mon
intervention, je voulais en d6limiter les contours. De toutes
falcons, pourquoi vouloir m'excuser de ce comportement
schizophrene qui semble caract6riser l'Haitien, comment
6viter ce flou qui d6limite le logique et le symbolique
dans notre socit&6. Actuellement en Haiti, l'impr6visible,
l'al6atoire, la crainte du lendemain, l'angoisse, la peur de
l'autre, la m6fiance modulent les reactions personnelles
et interpersonnelles. Voila done pourquoi l'analyse de
modules d'interactions globales peut avoir toute son
importance. Et, les concepts de masse critique, de spirale
du silence, de seuil individuel sont done int6ressants a
savoir.
En physique nucl6aire, la masse critique
correspond, pour un volume donn6, a la masse de noyaux
fissibles suffisante pour qu'une reaction en chaine se
produise. En atteignant la masse critique, la reaction


nucl6aire est auto-entretenue. Cependant, nous allons
l'utiliser dans l'acception de quantity de comp6tences
n6cessaires afin de permettre une evolution certaine et
favorable a l'avancement d'une socit&6.
Dans la dynamique de groupes, on retrouve la
notion de masse critique dans tout mouvement, dans toute
activity qui arrive a se maintenir a travers le temps. La
masse critique doit etre atteinte pour que le phenomene
se g6n6ralise. Or, en Haiti, actuellement, aucun mouvement
permettant l'avancement de la socite6, n'a atteint sa masse
critique. Je donne done raison a cet ami.
Un second concept semblable a celui de masse
critique est celui de la spirale du silence de l'opinion
publique. Les individus, dit-on, craignent davantage
I'isolement que I'erreur, et que de la sorte ils rejoignent
les masses meme s'ils ne sont pas en accord...
.... En ce sens, I'agent economique n' exprime son
opinion que lorsqu'il se sait en accord avec suffisamment
d'autres personnes. Dans le cas contraire, il prefere se


taire, ce qui renforce la position dominante de l'opinion
adverse et encourage par un effet boule de neige, les
individus de meme opinion que lui a ne pas s'exprimer.
Ainsi, les individus qui ne craignent pas d' tre isoles ont
un role tres important dans le phenomene de propagation
d'une opinion, car ils s'expriment quel que soit
I'environnement. En effet, lorsque le nombre de ces
individus tombe sous la masse critique, la spirale de silence
s'enclenche.
Craignant moi-meme davantage l'erreur que
l'isolement, vous comprendrez pourquoi je prffbre 6crire
et dire ce que je pense mais que je dose quand meme mes
interventions.
La spirale du silence joue done un rl1e de
catalyseur pour atteindre la masse critique qui ne
s'enclenche que lorsque l'on atteint un certain seuil. Ce
seuil est fonction de la capacity des individus a etre
influences. Les individus adoptent un comportement
(voir Choc / 12)


I I







Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


Page 12


I INSERTION DEMANDEE I


Haiti et le 21e Siecle ...


Par Mario Dupuy rangon co
conquises
Il y a une vingtaine d'ann6es un expert annongait quand Jea
pompeusement au monde : le vingt-et-unibme siecle sera Complet
religieux ou ne sera pas ... "."Comprenez par"lB, face a sera honte
l'affirmation de toute autre religion non labellis6e par d'autres d
l'Occident chr6tien, ce dernier devait se preparer a fourbir lucratives
ses armes, revoir son arsenal id6ologique et tuer dans l'oeuf "."Et dir
toute vell6it6 de questionnement des rapports sociaux, l'ind6pen
culturels, politiques et/ou 6conomiques tels que distribu6s et indigbnes
consigns dans le monde aujourd'hui. En effet la recherche
mondialisation est pr6sent6e avec tant de certitudes et de main, les
dogmes que son d6veloppement imperial s'apparente a un lev6e, sur
nouvel 6vangile high-tech pour un monde futuriste hyper- sacrifient
globalis6 le vingt-e
S'en m6fier se lit et se vit comme une h6r6sie. Tant soit pas !
sur le plan individuel que collectif. Gare aux r6fractaires La (
mondialisation c'est le triomphe insolent des systbmes, des avec g6n
r6seaux, des grands ensembles et surtout des establishment... 1 'Amriq
L'individu n'existe que suivant le role qui lui est octroy6 dans et ses fil,
le r6seau. Un Etat s'affirme ou s'exprime suivant la place servitude.
dont il h6rite dans le systbme. La loi du march en est l'unique La R6pub
commandement et l'investissement social un p6ch6 capital. dans le se
Le lecteur doit certainement se demander : Que vient chercher l'6tendue
Haiti dans tout cela ? Haiti la ch6tive, la d6sargent6e mais a ouvert gi
aussi et surtout Haiti la rebelle Celle qui r6siste dans la du monde
douleur, avec le sourire fuyant l'er
Justement, a cette affirmation definitive de l'expert, ( ils taier
Haiti semble r6pondre sournoisement dans un gestuel typique etc...) ou
de" marrons"" : le"vingt-et-unieme siecle sera le siecle des r6confort
peuples ou ne sera pas LIBETE.
Aprbs avoir connu pendant trois sibcles, de 1503 a
1803, les cruaut6s et les inhumanit6s du systeme esclavagiste I
et de la traite n6gribre, le peuple haitien s'est pr6sent6 au national
banquet des nations sans y avoir 6t6 invite ou d6sir6. En effet, n
le ler janvier 1804, pour la premiere fois dans l'histoire du range. L
monde,'aprbs trois longues ann6es de combat contre une rng
guerre d'extermination men6e par l'arm6e de Napol6on, la exemple
France fut vaincue et les esclaves de Saint-Domingue exemple,
fonderent Haiti, la premire Rpublique nbgre et indpnd dante entre-tem
du monde. Dans l'hostilit6 affirm6e de la Communaut6 estuner6
internationale foncierement esclavagiste .Ce n'est pas le un pan en
Congrbs de Vienne qui, meme en y reprenant en son article une pr6se
118" La D6claration des Puissances sur l'abolition de la traite toujours s
des Nbgres du 18 f6vrier 1815 ", qui viendra changer quelque majeur, la
elle lance
chose. Au contraire, le jeune Etat est mis en quarantaine et
dix ans plus tard, la France, dans l'indiff6rence complice des
puissances de l'6poque, va sous la menace extorquer prbs de ussi
150 millions de francs-or de la jeune R6publique, en change qui ont os
de la reconnaissance de son ind6pendance. Hypoth6quant ainsi imperieux
par cet acte ignoble, toute vell6it6 d'int6gration nationale, par l'imaginai
ce fait mrme toute possibility de d6veloppement 6conomique Da
et social de la jeune nation. Pendant plus d 'un sibcle, les fils ans unei
et les filles d'anciens esclaves devenus libres ont dfi travailler locas,
dans des conditions proches de l'esclavage pour payer cette s'imagin









(teto't e1)


Corte

International calls from Haiti are only 5 Gourdes per minute

That's the same price as local calls in Haiti!
Anyone in Haiti with a Comcel No Limit Plus or Carte Blanche VIP Plus c
can call you whenever, wherever In the USA, Canada and other listed count
for 5 Gourdes per minute.


All you have to do is call the Comcel Customer Care at
1-888-426-6235 (1-888-4COMCEL)
to find out more about this service or to learn different ways to send
these cards to people you love, to people you want to talk to in Haiti.


USA Canada
[Europe Argentina Bahamas Brasil
Chile -Colombia Venezuela Dominican Republic


ComCE


Toward ixedlephones only. A%
*A13 ourds tai will be applied to theft irst minte.
[To eneit romthi series th cutomr mut b a eguar ser f oe .o thse ard


ontre la liberty et l'humanit6 que leurs pares ont
dans le fer et le sang. Etait-ce a eux qu'il pensait,
n-Baptiste SAY 6crivait en 1830 dans son Cours
d'Economie Politique : un temps viendra o6 on
eux de tant de sottises et o6 les colonies n'auront
6fenseurs que ceux a qui elles offrent des places
; donner et a recevoir, le tout aux d6pens des peuples
e qu'en 2004, l'ann6e du bi-centenaire de
dance d'Haiti, des n6o-colons et de nouveaux
( certains parlent de nbgres de service ), a la
de places lucratives, les uns massacrent en sous-
autres 6tripent et ex6cutent sommairement a visibre
cette meme terre, ceux et celles-l qui justement se
pour que, ne fut-ce que sur leur seul coin de terre :
t-unieme siecle soit le siecle des peuples ou ne

Cette dignity conquise, le peuple haitien l'a partag6e
6rosit6, sans vell6it6 imp6riale. Avec toute
ue latine. En fournissant armes, munitions, argent
s pour lib6rer l'Am6rique latine du joug de la
Simon Bolivar et Jose Marti ont s6journ6 en Haiti.
lique d'Haiti les a accueillis, prot6g6s et financ6s
eul but de voir disparaitre l'esclavage sur toute
de l'h6misphbre am6ricain. La R6publique d'Haiti
randes ses portes pour accueillir tous les pers6cut6s
SDes Noirs esclaves des Caraibes et des Etats-Unis
ifer des plantations aux d6sh6rit6s du Moyen-Orient
it originaires de la Syrie, de la Palestine, du Liban
encore de l'Asie, tous, ils ont trouv6 accueil et
au pays de la liberty .AYITI SE MANMAN


)es elites extraverties ... et anti-
les
Mais cette redefinition des rapports avec l'humain
,a R6publique devient suspecte. Ce bon- mauvais "
loit disparaitre. Comment la France peut-elle, par
refuser l'ind6pendance o ses ex-colonies devenues
ps d6partements d'outre-mer si le module haitien
ussite 6clatante ? La France perdrait du meme coup
tier de sa couverture g6ographique mondiale avec
nce privil6gi6e sur le continent am6ricain. On peut
;e poser la question : en cas de conflit militaire
base spatiale de Kourou, en Guyane frangaise, va-
r que des satellites ?
L'Am6rique s6gr6gationniste et raciste, de son c6t6
sez mal v6cu cette 6pop6e audacieuse de ces nbgres
6 d6fier l'ordre mondial 6tabli. Dbs lors, il devient
Sde prendre le contr6le a la fois du r6el et de
ire de ce peuple incontr6lable et impr6visible.
Et c'est l1 que les elites locales entrent en scene.
relation, comme le qualifie Albert Memmi de type
nces entre le colonisateur et le colonise ", les lites
qu'elles soient 6conomiques ou intellectuelles
nt comme les puissances occidentales le leur infusent
pratiquement sous forme de message
subliminal permanent, qu'elles n'ont
pas besoin des masses
populaires.'Pourquoi en auraient-
elles besoin ? Pour conqu6rir le
pouvoir politique ? Elles s'en
remettent aux ambassades des
puissances occidentales. Pour faire
face a la concurrence 6conomique ?
Grace au pouvoir politique
confisqu6, elles peuvent s'en
pr6munir par la distribution et la
repartition des monopoles. Pour
contr6ler l'acces a la terre et la
tenure foncibre, l'arm6e mise en
place par les Etats-Unis d'Am6rique
veille au grain. Pour faire tourner
leur commerce, elles peuvent
compter sur les 6chapp6s des
masses populaires qui s'imaginent
qu'ils fassent partie d'une classe
moyenne pourtant virtuelle. Alors
qu'en fait ce sont des
sociologiquement pauvres ", car au
moindre coup de vent certains
tombent automatiquement dans la
pr6carit6 absolue, tandis que pour
d'autres c'est le basculement dans
le d6nuement extreme, a moins
6videmment d'avoir profit d'un
petit tour au pouvoir pour soit piller
les caisses de l'Etat, soit se livrer a
toutes sortes de trafics illicites (
drogue, trafic d'influences,
blanchiment d'argent sale ...etc.
! Ainsi donc, le tour estjou6.
Les 6chapp6s s'accrochent aux
d6tenteurs de monopoles, parce dans
ard ce systeme, ktre pauvre c'est plus
tries* qu'une infraction. C'est un delit.
Et ce systbme fond6 sur 1'exclusion
de la majority a fonctionn6 a la
satisfaction des diff6rents
b6n6ficiaires pendant 184 ans. De
1806 a 1990. C'est ce qui explique
que de 1804 a 1990, l'Etat'haitien,
tout regime confondu, n'a construit
s en moyenne qu'une cole publique
tous les six ans. Mais qu'est-ce qui
a done change a partir de 1990 ?

Les masses popu-
EL laires font irruption sur la
o"^^ scene politique...
D6j en 1987, trompant la
vigilance de l'arm6e d'oppression et
des 61ites, le peuple haitien ratifie a


une majorit6 6crasante la nouvelle constitution haitienne qui
est pratiquement un acte de refondation de la r6publique. Les
m6canismes traditionnels de conqu&te du pouvoir politique
en Haiti sont balay6s. Le peuple devient a la fois sujet et acteur
politiques. Haiti fait son entr6e dans l'Fre des peuples. Le
peuple est vigilant et les 6lites sont inquibtes. C'est dans cette
foul6e qu'en d6pit et peut-&tre a cause de la voie trace par
les puissances occidentales pour repositionner les 6lites que
le peuple haitien encore une fois adressera un veritable
camouflet ( kal6t marasa ) aux puissances et a leurs relais
locaux, en choisissant d'6lire un pr&tre, mais pas n'importe
lequel a la pr6sidence de la R6publique. Le porte-parole des
sans-voix, le pre Jean-BertrandAristide, est 6lu a une majority
6crasante des suffrages le 16 d6cembre 1990. Le 7 f6vrier
1991, il prete serment comme Pr6sident constitutionnel de la
R6publique d'Haiti. Sept mois seulement aprbs sa prestation
de serment, finance par les monopolistes et t616command6e
par les secteurs racistes et profond6ment conservateurs des
Etats-Unis, l'arm6e d'oppression fomente et execute un coup
d'6tat sanglant qui se soldera trois ans plus tard par plus de
cinq mille morts dans la population civile. Sans compter le
pillage syst6matique des finances publiques, les vols, les viols
et les tortures atroces exerc6s sur une population d6sarm6e
par les membres d'un escadron de la mort paramilitaire, le
FRAPH,'dont le chef 6tait r6tribu6 par un bureau de
renseignements stranger. II a fallu trois longues ann6es de
r6sistance populaire tant a l'int6rieur qu'a l'ext6rieur du pays
et une forte mobilisation diplomatique pour que le peuple
haitien retrouve ses droits, sa liberty et le respect de sa
Constitution par le retour d'exil du Pr6sident Aristide et le
red6marrage du processus d6mocratique. C'est done ce
processus qui permit, pour la premiere fois dans l'histoire
politique d'Haiti, la transmission du pouvoir d'un Pr6sident
d6mocratiquement 61u, au terme de son mandat a un autre
President d6mocratiquement 61u. Le peuple semble marquer
(voir Haiti / 14)


Masse critique et

spirale du silence
(Choc ... suite de la page 11)
lorsque suffisamment d' individus I' ont galement adopted,
ce qui provoque de nouvelles adoptions et ainsi de suite.
L'effet inverse peut egalement s'envisager. Lorsqu'une
attitude est partage par un nombre de personnes juge trop
important, un agent decide de changer de conduite. Chaque
individu se caracterise alors par deux seuils. Pour un
comportement particulie le premier seuil correspond au
nombre minimum de personnes necessaire pour que agent
agisse de la meme faon et le second seuil prcise le niveau
maximum au-dessus duquel il prefere se dissocier des
autres. .
Ce comportement peut prendre pour exemple la
notoriete d' une marque de vehement. Au debut, lorsqu elle
est peu connue, seules quelques personnes achetent ces
veements. Aufur et r mesure, d'autres individus se mettent
a en acheter par effect domino. Le phenomne se
propageant, cette marque devient la mode" et les ventes
augmententfotement. Au bout d' un moment, ces poduits
sont devenus tellement communs que certain individus
souhaitent se distinguer. Le premier phenomene est
qualified" d'effet d'entrainement (bandwagon) et le
second d'effet de snobisme"" (snob ou reverse
bandwagon).
Revenons done a Haiti. La masse critique, le
seuil individuel (seuil de decision) et la spirale de silence
d6crivent une large palette de reactions individuelles et
groupales qui s'appliquent aussi bien a Haiti, actuellement
qu'a toute autre soci6td. Certains, aprbs avoir lu cet article,
vont peut-etre choisir, par effet d'entrainement ou par effet
de snobisme, de faciliter a ceux qui voulons participer a
la transformation de ce pays, d'atteindre la masse critique
necessaire.

Port-au-Prince, le 24 Juin 2005.

Oscar Germain (OG)
Professeur
germanor2005(a yahoo.fr



ALERTE !!!

En cas d'urgence appelez

MINUSTAH / PNH

510-2563

510-3183 84 85

244-3503

Suivez "Espas Minustah" jeudi, Ih 30 pm
M61odie 103.3 FM, Port-au-Prince






Page 13 N Mercredi 13 Juillet 2005
SINos petites annonces classes Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


Le Plaza H6tel
Telephone
(509) 224-9305
(509) 224-9307
(509) 224-9308
(509) 224-9309
(509) 225-9310
(509) 510-4594
(509) 510-4595
(509) 510-0560
Fax
509 223-9282
e-mail
hiplaza@hotmail.com
hiplaza@acn2.net
website
www.leplazahaiti.com
Adresse
10, Rue Capois
Champs de Mars
Port-au-Prince, Haiti
P.O. Box 1429

Coifoiffeur


Etiquette Unisex
Barber & Beauty Salon
Jean Wood Julien
proprietaire
15455 West Dixie Highway
Suite N & O
N Miami Beach, Fl 33162
Tel.: 305 940 9070

Charlemagne
Le Coiffeur
103 S.E. 2nd Street
Delray Beach
Tel.: 243-1039
Beeper: 524-0086


Mbdecins

Miami
Dr H6nock Joseph
Obstetrique, Gynecologie
Accouchement
Operation pour fibrome
Family Planing
Ligature des trompes
Circoncision
Curetage
Tous les tests de
l'immigration
Toutes assurances acceptees
Carte Medicaid pour femmes
enceintes
5650 N.E. 2nd Avenue
Vertieres Shopping Center
Miami, Florida
301 751 6081

Port-au-Prince
Dr Camille Figaro
Sony
Gyn&cologue
Obstetrique
Chemin des Dalles # 234
Tel.: 509 245-6489
245-8930


SANTE

Alka-Seltzer: importantes

informations !
L'Alka Seltzer, ce n'est pas pour la digestion. Qu'on se le dise !
L'Agence francaise de S6curit6 sanitaire des Produits de Sante
(AFSSaPS), vient en effet d'imposer le retrait de cette indication a ce
medicament qui contient... de l'aspirine.
Traditionnellement, ce produit 6tait indiqu6 dans le traitement des
affections douloureuses ou f6briles et des maux de tete associ6s a un
inconfort gastrique. Dans les faits, le grand public l'associait a tout
embarras gastrique. L'Agence y met bon ordre en supprimant cette
indication.
Pourquoi ? Parce qu'Alka Seltzer contient de l'acide ac6tylsalicylique
(aspirine), du bicarbonate de soude et de l'acide citrique. Or selon
l'AFSSaPS, "'aspirine entraine des effets ind6sirables digestifs et
pr6sente un risque de complications digestives, meme lorsqu'elle est
utilis6e a faible dose et associde a des produits protecteurs contre
l'acidit6 gastrique".
Plusieurs cas d'ulchres h6morragiques et de gastrite h6morragique
ont W6t rapport6s chez des patients traits par ce m6dicament. "Il est
fort probable que de nombreux utilisateurs de ce produit d6livr6 en
vente libre en pharmacie, ne savaient pas qu'il contenait de l'aspirine",
souligne l'AFSSaPS. La seule indication d6sormais retenue pour ce
produit est le "traitement symptomatique des douleurs d'intensit6
l6gbre a mod6rde et/ou des 6tats f6briles". Quant au conditionnement,
il devra d6sormais faire mention de la presence d'aspirine.

Sources: AFSSaPS, 7 juillet 2005

MELODIE 103.3 FM, PORT-AU-PRINCE
Suivez "Bel Pawbl Kandida"
1'6mission de RAMAK
Mardi et Jeudi a 9h AM


Points de Vente Haiti en Marche


~i~fD~-W


Miami Pompano Beach Orlando


Lucas Super Market
14750 N.E. 6th Avenue
305 940 9902

Maxisound
11854 West Dixie Highway
305 895 8006

B & L Supermarket &
Produce
12041 West Dixie Hgh.
305 893 0419

Eclipse Communication
9290 S. W. 150thAvenue
Suite 104
954 380 1616
Lil'Angel
Consignment Store
King's Meadow Shopping
Center
9965 S.W. 142nd Avenue
Miami, Florida 33186
T61.: 305 385 1111


Danilos Restaurant
3760 N.E. 3rd Avenue
954 781 2646

Christephanie's
581 BC East
Sample Road
Pompano Beach, Fl 33064
T61.: 954 7812500

Delray Beach

Classic Teleco
203 S.E. 2nd Avenue
Delray Beach Fl 33183

Our Lady Bakery
102 S.E. end Avenue
Delray Beach, Fl 33444
561 272 3556
Abonnez-vous a
HaYti en Marche
221-0026


Naudy Record shop
1325 W. Washington St
Orlando, Fl 32805

Boby Express
2469 South Orange
Blossom Trail
Orlando, Fl 32805


Haiti en Marche

ABONNEMENT:
Port-au-Prince
221-0026
417-0384

Miami
305 754-0705


LIVRE
Toxicologie: MWthodes et applications

Andr6 G. Craan pr6sente Toxicologie: m6thodes et applications". C'est le
r6sultat de plusieurs ann6es d'exp6rience internationale en recherche biom6dicale
et en enseignement, de meme que dans la pratique de la toxicologie normative et
reglementaire.
Voici done un livre a l'intention des 6tudiants, des chercheurs, de professionnels
de la toxicologie et des sciences affili6es. C'est 6galement un manuel de r6f6rence
pour les d6positaires de l'6valuation, de la r6glementation et de l'observance des
normes de sant6 et de s6curit6. Y trouvera aussi son compte le public int6ress6 aux
risques et aux b6n6fices de diverses activities qui se d6roulent a la crois6e des trois
axes maheurs de la viability et de la soutenabilit6 des civilisations: la sante,
l'environnement et l'6conomie.

$ 100.00

H6tel Villa Ban-Yen de Vallue
Je connais un enroit au fond des bois, un endroit que vous aimerez a votre arrive.
C'est Vallue ofi se touve l'H6tel Villa Ban-Yen, un h6tel de montagne perch a 700 m
d'altitude dans un paysage carte postale et un cadre berc6 de discretion et de s6curit6
pour mieux satisfaire vos besoins de travail, de repos ou de detente 6cologique. Un
programme arc-en-ciel riche en animation, couleur, vari6t6s et d6couverte de
merveilles que vous ignorez vous attend pour un tarif special. R6servez maintenant a
notre bureau de promotion i Delmas 65, # 20.
Tel : 420-2091, 287-9823 et 249-2302.










"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Petion-Ville
Rue Panam&ricaine # 14
Tel.: 513-8079
257-8374
Grande variet& de Lunettes
Examen gratuit
avec achat de lunettes
Sp&cialistes de la Vision
Basse- Offres Speciales
Buy One, Get One Fre
-Apportez nous votre
prescription: Monture
Gratuite. Payez seulement
pour les verres.


En cas d'urgence appelez
MINUSTAH / PNH
510-2563
510-3183 84 85
244-3503


r







Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


Page 14


POLITIOUE I


Haiti et le 21e Siecle...


(Harti ... suite de la page 12)
un point. L'avenir paraissait prometteur. Les masses
populaires, longtemps exclues du jeu politique et de
l'environnement 6conomique ont r6alis6 pleinement le pouvoir
que leur confere la nouvelle constitution du pays. Elles ont
int6gr6 l'incongruit6 de cette situation oi 5% de la population
d6tiennent prbs de 90% des richesses nationales et r6clament
avec insistance des r6formes sociales et 6conomiques en
profondeur. Malheureusement, les partis politiques
traditionnels, les l6ites extraverties, les forces conservatrices
6trangbres n'ont pas compris ou r6alis6 cette mutation socio-
politique profonde qui traverse la soci6t6 haitienne.
Au programme de reparation sociale, de lutte
contre l'exclusion et de la construction de l'6galit6 des
chances lanc6 par le Gouvernement du Pr6sident Jean-
Bertrand Aristide, d6mocratiquement elu suivant les prescrits
de la constitution, les forces d'inertie traditionnelles
r6pondront par une violence inouie, comme on l'a vu avec
l'implication de la France en Cote d'Ivoire ou encore des Etats-
Unis au V6n6zuela. Suivant le sch6ma op6rant dans ces deux
pays, financement de campagne syst6matique de
disinformation a travers la mise en r6seau de m6dias priv6s,
financement de pseudo organismes de droits humains
partisans, financement et inf6odation de syndicalistesjaunes,
soudoiement de jeunes universitaires en change d'avantages,
particulibrement de visas pour quitter le pays, diabolisation
du Gouvernement constitutionnel, lynchage m6diatique du
President de la R6publique, criminalisation de la population
pauvre et finalement pour donner une touche morale a
l'op6ration, cooptation de membres conservateurs de la
hi6rarchie des 6glises.
Le Gouvernement constitutionnel, tout en faisant
face a un embargo financier destructeur, produisait des
services essentiels pour la population tels que :
1)- Construction et mise en service de 350 nouveaux
6tablissements scolaires publics en dix ans, mise en place de
cantines scolaires dans les 6coles publiques et certaines 6coles
priv6es, distribution de mat6riels p6dagogiques, de mobiliers
et d'uniformes scolaires dans les 6coles publiques, subvention
de livres scolaires a hauteur de 70%, programme de bourse
d'6tudes a l'intention d'enfants issus de milieux d6favoris6s
mais fr6quentant des 6coles priv6es, mise a disposition de
transports scolaires et lancement d'une vaste campagne
d'alphab6tisation et d'6ducation des adultes a l'6chelle
nationale en consacrant un peu plus de 20% du budget
national au secteur education. Ce qui est une innovation
majeure dans la gouvernance du pays.
2)- Dans ce meme esprit, 13.7% du budget national
ont 6t6 consacr6s au secteur sant6. Construction et renovation
de 40 centres de sant6, dispensaires et h6pitaux a travers le
pays. Construction et mise en service d'une nouvelle faculty
de m6decine ouverte aux 6tudiants de diff6rentes categories
sociales accueillant 250 6tudiants ajout6s aux 400 6tudiants
engages dans un programme de formation m6dicale a Cuba
pendant que 800 professionnels cubains de la sant6 aux c6t6s
de professionnels haitiens de bonne volont6 prodiguent des
soins quotidiennement a la population dans les coins les plus
recul6s du pays. Vingt nouveaux centres de diagnostic et de
traitement du VIH SIDA informent et accompagnent la
population dans la lutte contre ce fl6au destructeur.
3 )- Sur le plan des infrastructures des efforts
consid6rables ont 6t6 consentis dans l'am6lioration du r6seau
routier national, dans la construction de nouvelles a6rogares,
de construction de places publiques, de marches publics,
d'abattoirs etc... ainsi que dans le processus d'l6ectrification
du pays.
4 )- Sur le plan politique, la liberty d'expression et
d'opinion a connu un essor sans pr6c6dent dans l'histoire du
pays. Environ 150 stations de radio sont enregistr6es et
fonctionnent a travers le pays dont une cinquantaine rien qu'a
la capitale. Lors des elections de mai 2000, par exemple, un
peu plus de 4.000.000 de votants ont 6t6 enregistr6s et 29.500
candidats ont concouru pour 7500 postes en faisant librement
campagne a travers tout le pays.


5 )- Un ensemble de mesures telles que le programme
de r6forme agraire avec assistance technique et octroi de credit
pour les paysans pauvres, l'adoption de lois sur la protection
des enfants, la lutte contre l'impunit6 par la r6alisation du
procbs du massacre de Raboteau pour juger 6quitablement
les pr6sum6s criminels qui ont assassin et massacre pendant
la p6riode du coup d'6tat de 1991 a 1994 est salute par
l'ensemble des organismes internationaux de defense des
droits humains, 1'adoption de mesures internes et la signature
d'accords internationaux dans le cadre de la lutte contre le
trafic de drogue, la corruption et le blanchiment de l'argent
sale ;
6 )- La construction de plus de 4.000 units de
logements sociaux destinies aux categories sociales les plus
vuln6rables, la reconnaissance du vaudou comme religion a
part entire, 1'l6argissement des relations internationales du
pays, la communication permanente du Gouvernement avec
la population a travers une mission hebdomadaire et en direct
oi les Ministres, les Secr6taires d'Etat, les Directeurs
G6n6raux ou tout autre Grand Commis de l'Etat sont invites
en toute transparence B r6pondre aux questions des journalistes
et a s'expliquer sur la politique et les actions
gouvernementales.
Ces mesures et ces r6alisations figurent entre autres
parmi les 616ments qui ont consolid6 la confiance de la
majority de la population traditionnellement exclue dans le
parti majoritaire Fanmi Lavalas et plus particulibrement dans
le president Jean-Bertand Aristide reconnu comme le leader
historique de cette formation politique. Le peuple haitien est
en confiance et se prepare a c6l6brer avec fiert6 une s6rie de
bicentenaires, symboles de son attachement a la liberty et de
sa confiance dans l'avenir : bicentenaire de la mort de
Toussaint Louverture au Fort-de Joux, dans le Jura suite a sa
deportation (d6ja eh !oui !) en France le 7 avril 1803 ;
bicentenaire de la creation du drapeau national le 18 mai 1803,
bicentenaire de la Bataille de Vertibres consacrant la d6faite
definitive de l'arm6e frangaise face a l'arm6e r6volutionnaire
des esclaves le 18 novembre 1803 et enfin le bicentenaire de
la proclamation de l'ind6pendance nationale le ler janvier
1804.Si le peuple haitien s'investit corps et tme dans ces
commemorations et ces devoirs de m6moire, les puissances
conservatrices 6trangbres et les l6ites extraverties s'y opposent.
Dans l'intervalle, prbs de 200 millions de dollars
am6ricains auront 6t6 investis dans le processus de
d6stabilisation du pays, a travers le financement d'ONG
diverses, de partis politiques de l'opposition, de m6dias,
d'armement'de mercenaires constituant le bras arm6 de
l'opposition politique semant le deuil et la desolation a travers
le pays. Attaques et incendies de commissariats de police,
assassinats de policiers, assassinats de fonctionnaires publics,
de juges, incendie et tentative de destruction de la principale
centrale hydro-6lectrique du pays, incendie de marches publics
et tentative de coup d'6tat le 17 d6cembre 2001 etc... Suite a
l'adoption de la R6solution 822 par l'Organisation des Etats
Am6ricains (OEA), le Gouvernement a vers6 prbs de
150millions de gourdes soit environ 3millions800mille dollars
am6ricains aux partis politiques de l'opposition afin de faciliter
une solution pacifique a la crise, la r6alisation d'l6ections
l6gislatives et territoriales de manibre a renforcer le processus
d6mocratique et 6viter l'6clatement et le chaos au pays,'surtout
a la veille de la c6l6bration du bicentenaire de son
ind6pendance. Mais rien n'y fit.'Les puissances conservatrices
et les l6ites extraverties ne veulent pas de cette c6l6bration et
s'opposent au peuple comme d6ja un sibcle auparavant en
1904.
Dans ce processus de d6stabilisation, la France aura
fait preuve d'un cynisme humiliant pour les intellectuels
haitiens qui se sont pr&6ts a son jeu contre espbces sonnantes
et tr6buchantes et dans certains cas pour du vent. Par exemple,
tel 6crivain haitien se verra d6cor6 par la France pour avoir,
avec acharnement, ridiculis6 a travers une mission
radiophonique la commemoration du bicentenaire de
l'ind6pendance nationale. Tel autre recevra un prix pour la
r6daction d'une dissertation intitul6e Ind6pendance ", alors


que l'agence de presse frangaise annongant le prix prend la
precaution d'avertir le public que le"' livre a 6t6 r6dig6 dans
l'urgence. Quelle honte Ce n'est pas fini, le comble du
d6shonneur c'est ce professeur 6m6rite, ancien ministre de
l'6ducation nationale, recevant fierement sur sa poitrine altiere,
en bombant le torse comme un frais 6moulu de Saint-Cyr, la
Croix de Napol6on des mains de l'Ambassadeur de France,
la veille de la c616bration du bicentenaire de l'ind6pendance
d'Haiti. Alors que justement, Napol6on est d6nonc6 pour avoir
men6 une guerre d'extermination a Saint-Domingue en 1802-
1803 en tentant de r6duire a nouveau en esclavage les anc&tres
de l'illustre professeur Laissons au lecteur le soin d'imaginer
le scandale plan6taire que cela aurait provoqu6 si un
intellectuel juif, descendant d'un rescap6 de l'holocauste a
Auschwitz, a Baden-Baden ou ailleurs recevait a Tel Aviv des
mains de l'Ambassadeur d'Allemagne ( tout d6mocratique
que ce pays soit aujourd'hui) la Croix Gamm6e d'Hitler en
guise de recompense honorifique !Ces situations traduisent
parfaitement le foss6 immense qui 6loigne le peuple haitien
de ses 61ites. Elles mesurent en meme temps la distance qui
spare le gouvernement constitutionnel du Pr6sident Aristide
des auteurs du coup d'6tat du 29 f6vrier 2004.


En Bosnie nettoyage ethnique ", en
Haiti nettoyage social "
En mai 2005, les establishment frangais et
hollandais, les grands groupes de presse, les patronats, les
partis politiques, les cadres sup6rieurs des grandes
multinationales ont dit oui la constitution europ6enne
consacrant la victoire du n6o-lib6ralisme. Les peuples frangais
et hollandais ont dit NON.
En Haiti, le 29 f6vrier 2004, establishment haitien,
le patronat,'les patrons de m6dia au sein de 1'ANMH, les partis
politiques traditionnels, certains intellectuels, les trafiquants
de drogue, les anciens militaires corrompus disent oui au coup
d'6tat. Le peuple haitien dit NON au coup d'etat et r6siste
en r6clamant le respect de la constitution et de la D6claration
Universelle des Droits de l'Homme et le retour du Pr6sident
qu'ils ont vot6.
La difference fondamentale entre les deux situations
c'est que les peuples frangais et hollandais ne sont ni massacres
ni ill6galement emprisonn6s ni contraints a l'exil pour avoir
adopt une position contraire a celle de leurs 61ites. Tandis
que le peuple haitien doit faire face a un veritable nettoyage
social ": plus de 11000 morts depuis le 29 f6vrier 2004, des
milliers de d6plac6s fuyant la repression syst6matique, plus
d'une centaine de cas d'ex6cutions sommaires perp6tr6es par
la Police nationale, a l'introduction d'escadrons de la mort au
sein de la Police nationale forms d'anciens militaires et de
membres du FRAPH, au pillage de ses ressources publiques,
B la dissolution du Parlement sur simple declaration du Premier
ministre de facto, a l'augmentation du budget national passant
de 14 milliards de gourdes a 34 milliards de gourdes dont
60% sont consacr6s au service de la dette externe, tout cela
sans aucun vote au Parlement, a la vie chbre et l'augmentation
arbitraire des taxes en l'absence du Parlement pendant que le
secteur priv6 des affaires beneficie de 3 ans d'exon6rations
fiscales, au kidnapping institutionnalis6, aux viols a travers
des scenes d'une rare barbarie et surtout a la perte de sa
souverainet6. La resolution 1608 du Conseil de S6curit6 des
Nations Unies amorce clairement le processus.

Quel avenir pour le peuple d'Haiti ? ....
Face a tant d'hostilit6s d6clar6es a tant de racismes
et de pr6jug6s affirms a tant de rancoeurs accumul6es contre
ce peuple 6pris de liberty, certains observateurs en arrivent a
se demander si ce peuple, le seul a ne pas jouer au base-ball
aprbs 19 ann6es d'occupation militaire am6ricaine peut
continuer a donner le change et conserver son identity sans
courir le risque de se faire exterminer ? La question est s6rieuse
quand on examine l'attitude et les demandes des 61ites
extraverties a la Mission des Nations Unies pour la
Stabilisation d 'Haiti (MINUSTHA ). Le g6n6ral br6silien
Heleno Ribero, aprbs avoir tir6 a plusieurs reprises le signal
d'alarme en d6nongant les pressions dont il 6tait l'objet de la
part a la fois de certaines chancelleries occidentales et des
monopolistes locaux pour
proc6der t un massacre des
populations civiles habitant les
quartiers pauvres, il a 6t6
contraint a demander qu'il soit
relev6 de ses fonctions Le
president de la Chambre de
commerce, repr6sentant attitr6
des monopolistes, r6clame des
armes de guerre ... pour les
hommes d'affaires Le Premier
Ministre de facto declare
publiquement qu'il achbte des
Sarmes sur le march de la
contrebande internationale. De
qui et o6 les obtient-il ? A qui les
distribue-t-il ? Personne ne sait,
ou presque !
Le peuple haitien lutte
pour la d6mocratie, r6siste pour
la libert6, meurt pour sa
way? constitution parce qu'il veut
r6affirmer encore et encore
comme au Zimbabwe, en C6te
d'Ivoire, en France, en Hollande,
en Bolivie, en Equateur, t Cuba,
au Venezuela et en Haiti comme
ailleurs le vingt-et-unieme
siecle sera le siecle des peuples
ou ne sera pas ".


) 447-8558 Festival

du Film de

Jacmel P.16


0 UK3PASB 05EBH










age 15 I FOOTBALL: TOUS LES CHAMPIONNATS I


Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


HAITI

TOURNOI DE CLOTURE
lleme Journee
Tempete-Aigle Noir 1-0
Roulado-Racing Gonaives 0-1
Victory Mirebalais 1-1
Racing CH-Zenith 2-1
ASCAR-Violette
1-1
FICA-ASC 0-1
Cavaly-Baltimore 0-1
ASGG-Don Bosco 2-0

12eme Journee
Racing Gonaives-Temp&te 0-0
Aigle Noir Roulado
2-4
ASC-Cavaly 0-1
Baltimore-FICA 1-1
Don Bosco-ASCAR 2-1
Mirebalais-Racing CH pluie
Zenith-Victory 1-0
Violettte-ASGG report


Classement
Equipes MJ Pts
Baltimore 12 26
Zenith 12 22
Cavaly 12 19
ASGG 11 17
Tempete 11 16
Racing Gonaives 11 16
Violette 11 15


Gold Cup 2005


Groupe 1
Panama
Honduras
T&T
Colombie


MJ Pts
2 4
2 4
2 2
2 0


Colombie-Panama 0-1
Trinida&Tobago-Honduras 1-1
Honduras-Colombie 2-1
Trinidad&Tobago-Panama 2-2
12 Juillet
Colombie-Trinada&Tobago
Honduras-Panama


Groupe 2
USA
Costa Rica
Canada
Cuba


USA-Cuba 5-1
Costa Rica-Canada 1-0
USA-Canada
2-0
Costa-Rica-Cuba 3-1
12 Juillet
Canada-Cuba
USA-Costa Rica


Groupe 3
Jamaique
Afrique du Sud
Mexique


MJ Pts
2 4
2 4
2 3


1 L -1 1C hO1, la pfri 4"


USA

Chicago-DC United 1-1
Kansas City-Columbus 4-3
San Jose-Colorado 1-0
Chivas USA Chicago 0-1
Columbus-DC United
0-1
Dallas-San Jose 2-2
Real Salt Lake-MetroStars 2-2
Colorado-Kansas City 2-1

Samedi 9 Juillet 2005
DC United-Kansas City 0-1
Chivas USA-Real Salt Lake 5-1
Chicago-New England 1-0
Columbus-San Jose
1-2
MetroStars-Los Angeles
2-1

MSL


Le classement
Conference Est
MJ
Chicago 19
New England 16
Kansas City 17
Metrostars 16
DC United 16
Columbus 16

Conference Ouest
MJ
Dallas 16
San Jose 17
Los Angeles 17
Colorado 17
Real Salt Lake 17
Chivas USA 18


Pts
35
32
25
24
22
14

Pts
34
28
25
17
13
9


Guatemala 2 0

Afrique du Sud-Mexique 2-1
Jamaique-Guatemala 4-3
Mexique-Guatemala 4-0
Afrique du Sud-Jamaique 3-3
13 Juillet
Guat6mala-Afrique du Sud
Mexique-Jamaique


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


I%% 1. a


p--ol0 r a -


LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS
MIAMI-DADE COUNTY MIAMID
MIAMI, FLORIDA



Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids, which
can be obtained through the Department of Procurement Management
(DPM), from our Website: www.miamidade.gov/dpm. Vendors may
choose to download the bid package(s), free of charge, from our
Website under "Solicitations Online". Internet access is available
at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended
that vendors visit our Website on a weekly basis to view newly posted
solicitations, addendums, revised bid opening dates and other
information that may be subject to change.

Interested parties may also visit or call:

Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an
additional $5.00 handling charge for those vendors wishing to receive
a paper copy of the bid package through the United States Postal
Service.


These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in
accordance with County Ordinance No. 98-106.


I I






Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


Page 16


I DEVELOPPEMENT DURABLE I


"LA BIENVEILLANTE PENETRATION "


Le cas de la figue-banane "


Le d6veloppement de la filibre figue-banane par
des capitaux strangers a connu deux episodes, l'un au debut
du siecle, l'autre juste aprbs la'" ddsoccupation ". C'est
curieusement un contrat de construction d'un r6seau
ferroviaire qui est a l'origine du premier episode. Voyons
ce qu'en dit Victor Redsons.
En 1906, une"'Compagnie Nationale des
Chemins de fer' obtient les concessions de trois voies
ferries :
Gonaives Hinche
Cap- Grande Riviere du Nord
Port-au-Prince
Cap.
C'est la premiere intervention caracterisee du
capital Nord-americain. Elle se precise en 1910 avec le
scandaleux contrat dit 'Contrat Mac Donald'. Pour une
period de 50 ans et au prix d'affermage de 1 dollar par
an le carreau cultivable, le gouvernement concede a la
Compagnie Nationale de Chemin de fer 'National Rail
Road', les terres du domaine national non occupees 'sur
le parcours du chemin de fer devant traverser les
departments de l'ouest, de l'Artibonite du Nord-ouest et
du Nord et ce, jusqu'd une distance de 20 km. de chaque
coet de la voie ferree'. La compagnie doit y etablir des
plantations bananieres. ""'
Kethly Millet est du meme avis et fournit un peu
plus de details sur le transfert de la premiere compagnie
de chemin de fer a la compagnie Mac Donald.
C'est par le biais de la Compagnie de Chemin
defer national que les interests americainsferont leur entree
enforce en Haiti. Cette society fondue en 1905 avait ete
acquise par Rodolphe Gardere. Elle devait pourvoir les
departments du Nord, du Nord-Ouest, de l'Artibonite et
de I' Ouest de voies de chemin defer et relier Port-au-Prince


au Cap Haitien. En 1910, elle echut a un Americain du
nom de James P. Mac Donald. ""2
Si on en croit Antoine Pierre Paul, cit6 par Franck
Blaise, c'est le Pr6sident Antoine Simon qui est i l'origine
de ce transfert.
L'excution du contrat de 1906, imposant des
charges trop lourdes pour l'Etat, etait dans l'opinion du
gouvernement une cause de ruine pour la nation.
Le GernralAntoine Simon proposa de modifier ce contrat
et d'imposer un autre pour la culture et l'exploitation de
la figue banane, de telle sorte que le trafic fut suffisant
pour couvrir la garantie d'interet des chemins defer. "3
Si le nouveau contrat repr6sentait moins de
charges pour l'Etat haitien, il fut tres n6faste pour les petits
paysans. Voyons ce qu'en dit Kethly Millet.
Ce triple contrat (chemin de fer, production de
bananes, monopole de l'exportation de route la figue
banane produite dans le pays) devait avoir des
consequences socio-economiques importantes pour la
paysannerie des regions concernees. II signifiait, en tout
premier lieu, la substitution de lafigue banane a la culture
soit du cafe, de la canne ou tout simplement des cultures
vivrieres sur une superficie de plus de 7.200 km2. II
entrainait egalement la disparition de la petite paysannerie
de la region, son elimination dans leprocessus de la culture
d'exportation et done de son role predominant dans
l'economie du pays, au profit d'un seul et unique
producteur et exportateur, la Compagnie Mac Donald.

Enfin, pendant les travaux de delimitation, de
defrichement, les recoltes en cours sont perdues pour la
paysan, ... Aucun n'a reCu d'indemnite ou de
compensation. ""4
On a vu, en parlant de l'h6v6a, que, pour Franck Blaise, le
contrat Mac Donald est a l'origine du depart d'Antoine


Simon du pouvoir (voir HEM, Vol. XIX, No. 23, du 06-
12/07/05); Pour Victor Redsons: Les paysans vont
protester cotre cette braderie du sol national I' etrranger
et declencher une insurrection dans le Nord. ""5 Paul
Moral est du meme avis : Ce contrat,fort louche, seme
de malentendus, va servir a ameuter, en fivrier 1911, les
paysans du Nord et a d clencher la 'deuxieme guerre
caco'. ""6 Kethly Millet va encore plus loin parlant de
l'effet de l'impopularit6 du contrat Mac Donald sur les
successeurs d'Antoine Simon :" Ces expropriations seront
d ce point impopulaires que les successeurs du President
Antoine Simon hesiteront a les poursuivre, preferant faire
face auxplaintes du president de la Compagnie Nationale
de Chemin defer qu' la perspective de perdre l'appui du
monde paysan. ""7

Bernard Eth6art
ben(a etheart.com

(Footnotes)
1 Victor Redsons, Genese des rapports sociaux en Haiti
(1492-1970), suivi de Problemes du Mouvement
Communiste Haitien (1959-1970), Editions Norman
BWthune, p. 33
2 Kethly Millet, Les paysans haitiens et 1
'occupation am6ricaine 1915-1930, Collectif Paroles,
LaSalle, 1978, p.30
3 Franck Blaise, Le probleme agraire a travers 1
'Histoire d
'Haiti, p. 95
4 Kethly Millet, op. cit., p. 31
5 Victor Redsons, op. cit., p. 33
6 Paul Moral, Le paysan haitien, Les Editions Fardin, Port-
au-Prince, 1978, p. 62
7 Kethly Millet, op. cit., pp. 31-32


ARTS & SPECTACLES CULTURE & SOCIETE


Le Festival du film a Jacmel, une fenetre
A un moment ou Haiti se trouve e s r le m haitiens et strangers, de diff6rentes
confronted a un tournant tres difficile de son O t e s e ambassades accr6dit6es en Haiti, et du
histoire, un groupe de citoyens et citoyennes minister des Haitiens vivant a l'6tranger
haitiens, avec le concours de bon nombre de mcdnes impact considerable a la fois aupres de la communaut6 des repr6sent6 par son ministre, M. Alix Baptiste, qui a pris la
strangers, dont l'ambassade de France et l'Ambassade du haitiens de Jacmel et aussi au niveau national. La fondation parole au nom du gouvernement haitien pour remercier
Mexique en Haiti, est A l'origine de la creation du premier grand festival de les organisateurs de ce mouvement. Le reve de Patrick
l'Ambassade du Br6sil et films du pays, le Festival Film Jakmel et dirige l'une des Boucard ...est de contextualiser le cinema haitien dans
l'Agencia Espagnole de tres rares 6coles d'art d'Haiti. FOSAJ consolide le discours global. Et pour ce faire, a-t-il ajoute, il leur
la Cooperation Inter- actuellement des liens avec Parsons School of Design et faut la presence et l'initiative de tout un chacun.
6 I nationale ont jug6 Florida International University. A travers ses partenariats Ainsi a c6t6 de son carnaval international et de
opportun de travailler au niveau local mais aussi avec diff6rentes institutions son artisanat tres pris6, Jacmel, a l'initiative de FOSAJ,
main dans la main, pour nationales et internationales, FOSAJ 6duque et favorise vient pour une deuxieme ann6e consecutive, ajouter a son
montrer au monde entier l'6mancipation du peuple haitien en lui permettant de palmares une autre marque de distinction.
le c6t6 culturel, artistique, d6velopper son potentiel et d'ouvrir ses horizons tout en Le festival prendra fin le samedi 16 Juillet apres
positif et humain de mettant en valeur son puissant heritage culturel. la projection de cent films dont" Le golut des Jeunes filles"
l'espace haitien. C'est Le coup d'envoi a 6t6 lanc6 le samedi 9 juillet de l'6crivain-cin6aste Haitiano-Canadien, Dany Laferriere,
une initiative de FOSAJ 2005 auquaide la villede Jacmel en presence d'unefoule "Sometimes in April" de Raoul Peck, "The
FONDASYON SANT imposante venue d'un peu partout. Agronomist ", un documentaire sur Jean Dominique par
D'A JAKMEL. Cette initiative est l'oeuvre de David Belle, un Jonathan Demme, entre autres.
La mission de stranger qui aime Haiti et de Patrick Boucard. D'aprbs M.
FOSAJ est d'offrir non Boucard, ils ont pu r6aliser cette immense manifestation Lochard Noel, Jacmel.
seulement un aces a l'6ducation mais aussi des conditions culturelle, grace a la collaboration de plusieurs artistes
propices a un d6veloppement 6conomique, a travers des
initiatives culturelles. Fond6e en mai 2003 par Patrick K AI
Narbal Boucard et Kate Tarratt Cross, FOSAJ a d6ji eu un







"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"







Page 17


I LE COIN DE MIAMI I


Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


Les opinions sont partagees dans la communaute

haitienne de Miami sur les evenements du mercredi 6


juillet a Cite Soleil ...

PAR EVENS HILAIRE
evenshilaire@hotmail.com

La nouvelle de l'attaque mende le 6 Juillet dernier,
dans le quartier populaire de Cit6 Soleil, par des membres
de la force onusienne et de la Police Nationale a soulev6
un certain 6moi dans la communaut6 haitienne de Miami,
notamment au sein des partisans du president en exil Jean
Bertrand Aristide qui ont cat6goriquement point du doigt
le PM de transition G6rard Latortue comme responsable
de ce carnage. Car selon eux, le chef de la primature avait
annonc6 pr6alablement ce massacre en revenant de New
York le mardi 5 Juillet.
Les partisans a Miami de l'ancien president ont





"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Co.


Nou vie gate kliyan nou yo de jou en jou pi plis.


ATLANTA
1232 Moreland Ave, Suite A
Atlanta, GA 30016
Tel: (404)622-8787

BAHAMAS
E. Street Sawyer
Studio Blvd 2nd Floor
Nassau, Bahamas
Tel: (242)322-6047

BOYTON
544 E Gateway Blvd, Suite 3
Boyton Beach, Florida
Tel: (561)742-3046

CAMBRIDGE
300 Broadway
Cambridge, Mass 02139
Tel: (617)354-6448

CHURCH
2807 Church Ave.
Brooklyn, NW 11226
Tel: (718)693-3798

CONNECTICUT
953 Washington Blvd, Suite 1
Stamford, CT 06901
Tel: (203)324-2816

DELRAY BEACH
402 West Atlantic Ave
Delray Beach, Fl 33444
Tel: (561)265-2100

FLATBUSH
1161 Flatbush Ave.
Brooklyn N.W. 11226
Tel: (718)287-5295

FORT LAUDERDALE
8 West Sunrise Blvd
Ft. Lauderdale, FI 33311
Tel: (954)524-1574

LAKE WORTH
330 S. Dixie Hwy, Suite 2
Lake Worth, FI 33460
Tel: (561)585-1077

MATTAPAN
508 River Street
Mat. Mass. 02126
Tel: (617)298-9366

MIAMI
5401 N.W. 2nd Avenue
Miami, FI 33137
Tel: (305)758-3278

NAPLES
506 11th Street
Naples, Fl 34102
Tel: (941)435-3994

NORTH MIAMI
629 NE 125th Street


N. Miami, Fl 33161
Tel: (305)892-6478


MIRAMAR N. DADE
19325 NW 2nd Avenue (441)
Miami, Fl 33169
Tel: (305)654-2800

MONTREAL
7177 Rue St Denis
Mont. QC H2R2E3
Tel: (514)270-5966

ORLANDO
2469 S. Orange Blossom Trail
Orlando, Fl 32805
Tel: (407)649-9896

POMPANO (1)
4857 N. Dixie Hwy
Pompano Bch, Fl 33064
Tel: (954)429-9552

POMPANO (2)
128 N. Flager Avenue
Pompano Bch, FI 33060
Tel: (954)946-4469

QUEENS
159-35B Hillside Avenue
Jamaica N.Y. 11432
Tel: (718)523-9216

SPRING-VALLEY
South Main Street
S. Valley, NW 10977
Tel: (914)425-7747

WASHINGTON
835 Juniper Street NW
Wash D.C. 20012
Tel: (202)722-4925

WEST PALM BEACH
604 25th Street
W. Palm Beach FI 33407
Tel: (561)655-4166

NEW JERSEY
152 Jefferson Ave
Elizabeth, NJ 07201
Tel: (908)354-1411

MONTREAL NORD
3820 Henri-Bourassa Est
Montreal, Canada
Tel:(514)852-9245

TURKS & CAICOS
Downtown Providenciales
Butterfield Plaza
Tel: (649)941-4172-4173

CENTRE VILLE
59 Rue Pavee
avant la Pharmacie Ideale
223-0865-223-0839
222-2704,221-8910, 221-1632


qualifi6 de genocide l'op6ration mende par la
MINUSTAH et des membres de la PNH. Ils ont r6clam6
d'une part justice pour les victimes de Cit6 Soleil, et d'autre
le depart de l'6quipe de facto.
Farah Juste, qui est la coordonnatrice de Fanmi
Lavalas et qui intervenait ce lundi sur le 1320 AM
(Emission Radio Pep), a indiqu6 que Haiti n'est en guerre
avec aucun pays alors que la force onusienne install6e en
Haiti utilise bombes, grenades et des chars de guerre contre
la population civile. Des femmes enceintes, et des nouveaux
n6s n'ont pas 6te 6pargnds.


Pour Farah Juste, le monde entier est contre le
peuple haitien.
La Reine Soleil n'a pas mach6 ses mots pour
critiquer les membres de la classe politique haitienne
comme responsables des malheureux 6v6nements du 6
Juillet a Cit6 Soleil.
Cependant, les ennemis farouches de l'ancien
president Aristide de Miami ont applaudi chaleureusement
l'action de la MINUSTAH.
Pour ceux-l, les troupes de 1'ONU doivent
continuer a op6rer dans les quartiers populaires en vue de
mettre fin aux actions"" malhonnetes des fanatiques du
leader de Fanmi Lavalas qui veulent continuer a troubler
la paix publique au profit de leur idole exild en Afrique du
Sud.


Les Duvalieristes de Miami etaient en liesse apres

l'intervention la semaine ecoulee de l'ex-president Jean

Claude Baby Doc Duvalier


L'ancien dictateur haitien Jean Claude Duvalier
intervenait la semaine 6coulde sur une station de radio de
la Floride (Radio Classique). Fiston Duvalier, qui est en
exil en France depuis la chute du regime des tontons
macoutes en 1986, a dress un sombre tableau de la


situation actuelle en Haiti.
AprEs cette intervention, les Duvalidristes de
Miami pensent que l'heure a sonn6 pour leur participation
dans la chose publique. Selon eux, tous les autres secteurs
de la vie nationale ont 6chou6.


Le Pere Gerard Jean Juste est a Miami
Le cur6 de la paroisse Sainte Claire, de Petite la situation a Cit6 Soleil.
place Cazeau (Port-au-Prince), "Jerry" Jean Juste, est Une rencontre est prdvue pour ce mardi 12 Juillet
a Miami pour montrer une s6rie de vid6o tapes sur au local de l'organisation VEYE YO, a la 54eme Rue de
les rdcents 6v6nements survenus en Haiti, notamment Miami.


Discussion au sein de la communaute haitienne de

Miami a propos d'une eventuelle levee de fonds au

profit des victimes de la tempete tropicale Dennis
Contrairement a l'annde dernibre, les n'ont pas l'intention d'organiser de lev6e de fonds, ni de
membres de la communaut6 haitienne de Miami (voir Dennis / 18)


Licensed A/C NOW Insured



24/7 Flat Rate Advanage

AIR CONDITIONING & REFRIGERATION
Service Repair Installation

JEAN MASSENA

954-497-7700 1866 49AC NOW



877"2 I E 2 "me '\veriLue

T61: 305 757 4915


FADKIKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
Reception de paiement pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
Connection teliphonique chez vous...


Ouvert

6 Jours

par

semaine:

8h30 am

a

7h30 pm



* Parfums
* Cellulars & Beepers
* Souliers et Sandales
* Produits pour la cuisine
* Cadeaux
* Tableaux
* Moneygram
* MnnPv Ordrpr


* CD's (compas, Racine, Evang6lique,
Zouk, Francais, Am6ricain)
* Video's (Haitiens, Am6ricains, Documentaires, Drams)
* Produits de beauty
* Prcdnits nonr phpvepnY


I I


.........t ..I.t ... .t ......... 11...... .. .........







Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


Page 18


I Les Jeux de Bernard I


MATI ES


P|ENISIIEE


Aichi
Akita
Aomon
Chiba
Ehime
Fukui
Fukuoka
Fukushima
Gifu
Gumma
Hiroshima
Hokkaido
Hyogo
Ibaraki
Ishikawa
Iwate
Kagawa
Kagoshima
Kanagawa
Kochi
Kumamoto
Kyoto
Mie
Miyagi
Miyazaki
Nagano
Nagasaki
Nara
Niigata
Oita
Okayama
Okinawa
Osaka
Saga
Saitama
Shiga
Shimane
Shizuoka
Tochigi
Tokushima
Tokyo
Tottori
Toyama
Wakayama
Yamagata
Yamaguchi
Yamanashi


It$414 l/LiI 4MIt'J, ff1J


Allez de MATIES a PENSEE, en utilisant des mots
frangais, et ne changeant qu'une lettre par ligne.


HORIZONTAL
1. Rdsultants d'une douleur 2. Calibre -
3. Bouge Pronom -Actinium -
4. Militaire 5. Pronom Irridium -
Calcium 6. Langage informatique -
Onomapotee 7. Compter -
8. Ouverte.
VERTICAL
1. Carcasse -


2. Antrusion En ville -
3. Gallium Service parfait -
4. Ville des Pays-Bas -
5. Quart de cercle 6. Habitude Strontium -
7. Sechee 8. Intolerant.


du du vocabulaire


Solutions de la
semaine passe:


RISEES
RAI S E E S
SA S HE E S
R A S H E S
RUSHES


BUCHER


HTF! 177/177/' IMI/ #7 8


En bref


000


(suite de la page 2)


GRILLE DE PROGRAMME

Melodie 103.3 fm

74 bis Rue Capois
Port-au-Prince, Haiti
T1l: 221-8567 / 221-8568/ 221-8596 Fax: 221-0204/ 221-1323
e-mail: pub@haitienmarche.com URL: www.haitienmarche.com
Programmation
5h00 6h30 Blon Reveil en musique

6h30- 7h00 An Pipirit cihantant
ler Journal creole de la journ6e avec Yves Paul L6andre


7h00 1h00


MN lodie INMatin avec Marcus
Informations, Interviews, Anecdotes, Humour, Analyses
L'Editorial de Marcus
La Chronique au Quotidien avec Elsie
A Haute Voix avec Dominique Batraville


Les Sports avec Jacky Marc
Culture avec Claude Bernard S6ran
Mdlodie Matin chaque samedi est animde par Rapahel FRquiere


OhOO Midi




12h00 12h15


12h15 -2h00


Le Disque de
1' Auditeur
animation: Jacques Lacour

Le MTidic
Un r6sum6 des Informations Locales et Nationales

Lady Blues
Jazz, Blues, Swing, Ragtime avec Elsie


2h00-3h00 C'est si bOon
en chansons...
Emission de Chansons Francaises

3h00-5h00 Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas avec
Doc Daniel et Captain Bill


5h00
6h


7h00 8h30
8h30- 9h00


lOhOO


9h00 et au-deli


Le Journal de 5 ITres
Sport Actualit6s
avec Gilbert Leys,G6rald Alphllonse,
Mario Barreau et Ja cky Mare

Am or y Sabor
Soir Infornmations

1NTotre Grand Concert
(Lundi et Mercredi : L'heure classique)

Jazz at Ten (Mardi, Jeudi, Dimanche)
Jazz inspired : Judy Carmichael et ses invites

Cavaliers, prenez
vos dames (Samedi )
50 ans de Succbs Populaires Haitiens
Chaque Dimanche : 10h I Midi: Textes et Pr6textes
avec Dominique Richez


Selon l'organisation qui se trouvait en Haiti pour participer au congress de la CTH, de
nombreuses maisons, une 6glise et une cole ont 6t6 atteintes. Des transformateurs de
courant ont 6galement 6t6 bris6s.
Selon le rapport du Labor Human Rights, des t6moins ont rapport que des habitants qui
tentaient de fuir, ont 6t6 abattus. D'autres ont 6t6 tu6s a l'int6rieur de leurs maisons.
Des corps auraient 6galement 6t6 emport6s par les soldats strangers, indique encore le
rapport du Labor Human Rights, qui estime que le nombre des victimes pourrait atteindre
les 50.
Les membres de la d6l6gation ont particulierement mis l'accent sur le cas de femmes et
d'enfants tu6s au cours de leur fuite, dont celui d'une femme abattue avec ses 2 enfants.
Le Labor Human Rights a fait savoir que cette maniere de conduire des operations contre la
violence dans des quartiers populeux, est r6voltante et condamnable surtout lorsqu'au bout
du compte, l'objectif officiellement vis6 pourrait ne pas avoir 6t6 atteint.
La MINUSTAH avait affirm que lors de l'op6ration, seulement 5 pr6sum6s bandits
avaient 6t6 tu6s. Toutefois dans le mame temps, un porte-parole militaire El Ouafi Boulbar
affirmait que beaucoup de bandits avaient 6t6 abattus.
La mission onusienne avait 6galement affirm avoir mis beaucoup de temps pour preparer
l'op6ration, en vue d'6viter de faire des victimes innocentes.
Toutefois, les t6moignages semblent vouloir d6mentir ces declarations. Nombreux
sont ceux qui accusent la MINUSTAH d'etre tomb6e dans le piege de ceux qui la poussent
vers la repression aveugle et a changer sa mission de paix contre celle de la guerre.

Le viol: Important d&cret...
Au cours d'une reunion tenue le mercredi 6 Juillet au Palais National, le Conseil des
Ministres a adopt un D6cret modifiant le regime des agressions sexuelles et l6iminant en
la matiere les discriminations contre la femme dans le Code P6nal. D'autre part, le Conseil
est d'avis que la peine de r6clusion pr6vue par le Code P6nal en matiere de corruption de la
jeunesse, de l'un ou de l'autre sexe au-dessous de l'Fge de dix-huit ans, sera puni d'un
emprisonnement de six mois a deux ans.
Si la prostituton ou la corruption a 6t6 excite, favoris6e ou facilit6e par leurs pere, mere,
tuteur ou autres personnes charges de leur surveillance, la peine sera d'un an a trois ans
d'emprisonnement.

Trois haitiennes nominees pour le Prix Nobel de la Paix 2005
Il s'agit de l'infirmiere et artiste Rose-Anne Auguste, de l'actrice Paula Clermont P6an et
du m6decin-gyn6cologue Nicole Magloire.
Elles figurent sur une liste de 1000 noms revue officiellement le 29 Juin dernier a Oslo.
Ces personnes ont 6t6 s6lectionn6es dans le cadre d'un projet intitul6 "1000 femmes pour le
Prix Nobel de la Paix 2005 ". Elles proviennent de 150 pays, dont 10 citoyennes de pays de
la Caraibe insulaire. A part les 3 Haitiennes, sont 6galement nominees 3 Portoricaines, 1
Cubaine, 1 Dominicaine, 1 Sainte Lucienne et 1 Barbadienne.
" Les femmes retenues comme candidates s'engagent quotidiennement pour la paix et la
justice, et cela souvent dans des circonstances extramement difficiles. Elles appellent a la
reconciliation et organisent des contacts qui favorisent la paix, elles reconstruisent dans les
villes et les villages ce qui a 6et d6truit, elles luttent contre la pauvret6 etc."


I%I4 Ill 4I PU 1I




"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


MIAMI-DENNIS ...
(suite de la page 17) Selon les m&mes, les rues de la
conteneurs de produits au profit des victimes ville des Gonaives sont toujours mal en


de la temp&te tropicale Dennis, a cause, point.
disent


Cependant une messe d'actions


-ils, de ce qui s'6tait pass l'ann6e de grace a 6td chant6e le week end could
dernibre (cyclone Jeanne). Les choses a ka m6moire des victimes de la tempfte
collect6es pour les sinistr6s de l'ouragan Dennis.
Jeanne, n'auraient pas 6td achemin6es aux
victimes. Evens Hilaire


Solutions de la semaine passe:
(K (A\N ~A G A W (A) T/A) G A M A Y)
I T JT O Y (A/MA) T I A S) G
wO S X / O S H/ )MA
I QH>EH 0 GEH OH/B/T
K \ ATS H I G AS/VS A.S A
,1UE1o .\D I/A/K O HE G
O I K FA AB I C G Y M I I
T K A I A HP 0 0 Z I
0YF/ IT N T' :^U 'A A AX I KO I IH 0 1'
A GS'I'A \M Y Y H \I\\R K U
G K 0/ A >S A U IU A 'CM K A K
A K c C K MGO A U'
N^ o1/K A R A B 1 H C I T-N F
K A G (A WA N I K O2 E H I M\ E


SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot frangais

L Y

ELS

A L


Solutions de la semaine passe
RAPSODE


II ... .. .. ..... ..... ..... ..... .... ...... .... .... ..... ..... ..... ... ..tIIit






Page 19


I Ti gout pa ti gout I


Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24





Mercredi 13 Juillet 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 24


Page 20


I DERNIERE HEURE I


Dennis frappe cruellement
les infrastructures en Haiti


Le pont de Grand Goave coup litteralement en deux morceaux


Retour aux moyens du bord, dont la traversee a dos d'homme
photos Thony Bdlizaire


50,1 Anniveralres du ComDas Direct


ADOMI
PORCHASIWG
AGENCY


Tel.: 786-457-8830
Fax: 305 754-0979
e-mail:
pasacalia@aol.com
Poor
tous

\vos

achats
= Materiels
de construction
= Pieces de voiture /
camion
= Equipement
medical
Par avion
ou par bateau
au choix




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs