Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00265
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: June 8, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00265
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00006-08-2005 ( PDF )


Full Text















Haiti en Marche edition du 8 au 14 Juin 2005 Vol. XIX No. 19


haiul: I Mrn

pour une 3e mkkitn en I0 mnm





"Copyrighted Material


yndicatedContent


Availa bl from Commercial News Providers"











Haiti entre deux radicalismes !
La France reagit avec reserve a l'assassinat de son consul honoraire Paul-Henri Mourral


ANALYSE
PORT-AU-PRINCE, 4 Juin -
Aujourd'hui on est arrive au moment de
dresser l'inventaire. Le r6sultat est une
mosaYque plus qu'6clat6e. Du haut en bas
de l'6chelle ... Oyez plut6t.
La coalition qui a remplac6
Jean-Bertrand Aristide au pouvoir en
f6vrier 2004 n'est plus ce qu'elle 6tait,
divis6e entre une l6ite 6conomique qui
s'enferme de plus en plus dans une
posture d'extreme-droite, cela sous les
coups de boutoir d'un mouvement
populaire multiforme et qui se declare
pret B rendre coup pour coup; le pouvoir
qui lui a soudain tendance a s'enfermer
dans une sorte de prudence
bureaucratique, de neutrality
technocratique comme s'il voulait 6viter
de se laisser pi6ger d'un c6t6 ou de
1'autre; les 6tudiants qui ont constitud le
fer de lance du mouvement anti-Aristide
et qui ont retrouv6 aujourd'hui le ton de
la contestation tous azimuts, c'est-5-dire
de tous les pouvoir 6tablis, aussi bien
politiques que dconomiques.


VoilB pour
l'ex-coalition anti-
Lavalas.

Le mou-
vement popu-
laire ne se limite
plus a Lavalas ...
Le mouve-
ment populaire actuel
quant a lui n'est pas
moins diversifi6.
D'abord l'opposition
Lavalas. Pendant que
les RPK (surnom
donn6 a des ado-
lescents vivant dans
les bidonvilles de la
capitale et verses tres
t6t dans la
d6linquance) atta-
quent un sous-
commissariat et
mettent le feu au
March Tete Boeuf,
(voir Radicalisme / 4)


AU MOINS 10 MORTS DANS L'INCENDIE DU MARCHE TETE BOEUF


Le March Tete Beuf, a l'entree nord de la capitale haitienne, incendi6 par les membres
d'un groupe arm6 au cours de confrontations avec la police nationale photo Yonel Louis


"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Arrivee du PM quebecois Jean Charest photo Gieorges Dupe P. 8 I


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinifre au Bois Verna
TI1: 221-8596 ou 245-1910
Fax 221 1323
Miami
173 NW 94th Street
Miami, Florida 33150
T61.: 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914-358-7559
Boston 508 941 6897
Montreal 514 337 1286
e-mail:
pub (haitienmarche.com
URL: www.haitienmarche.com


Latortue demande une revision
du mandat de la Minustah P. 4


I^ ^ I .







EN PLUS ... EN BREF...


Mercredi 8 Juin 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 19


"amh44
4D mm


Haiti pas oppose a 1'envoi de Marines dans le cadre de I'ONU "
PORT-AU-PRINCE Le gouvernement haitien n'est pas oppose a l'envoi de Marines en Haiti
dans le cadre de 1'ONU pour lutter contre l'insecurite. Mais il n'en a pas fait la demande
officiellement, a d6clar6 lundi le chef du cabinet de la pr6sidence haitienne.
"Nous n'avons pas demand au gouvernement americain d'envoyer des Marines en Haiti, mais
il n'y a pas d'opposition a ce qu'ils viennent dans le cadre des Nations unies", a indique Michel
Brunache. II a d'autre part precise qu'une force de reaction rapide composee de policiers
haitiens et onusiens etait operationnelle dans le but de lutter contre l'insecurite dans la capitale.
Lundi, avant de gagner les Etats-Unis oh il doit rencontrer a New York le secretaire general de
1'ONU Kofi Annan, le premier ministre haitien Gerard Latortue a dit qu'il comptait demander
au Conseil de security des modifications dans le mandat des 7400 Casques bleus et policiers
internationaux de la Mission de stabilisation des Nations unies en Haiti (Minustah).
"Si je dois tirer un bilan de la security, il n'est pas ce que j'esperais ni ce que j'avais promis", a
dit M. Latortue a des journalistes. "J'espere que les Nations unies pourront reconsiderer la
repartition des troupes sur le terrain pour une meilleure efficacite des forces internationales", a-
t-il ajoute.
Selon une source gouvernementale s'exprimant sous anonymat, des contacts ont ete engages
entre Haiti et les Americains pour venir a bout des violences qui ont ensanglante Port-au-Prince
au cours des dernibres semaines. Dimanche, le quotidien "Washington Post" a reveled que
l'ambassade americaine en Haiti avait demanded B administration americaine a Washington
d'envoyer quelques centaines de Marines en Haiti.


L'Ambassade am6ricaine en Haiti demande 1'envoi de Marines
L'Ambassade americaine en Haiti a demanded au president americain Georges W. Bush d'etudier
l'envoi de quelques centaines de Marines en Haiti pour lutter contre l'instabilite qui, ces
derniers jours, a atteint des proportions incroyables avec un nombre de kidnappings par jour
atteignant parfois la dizaine, avec des tirs a bout portant sur des chauffeurs de vehicles, se
soldant par des morts et avec 1'incendie du Marche Tet Bef qui a fait une vingtaine de morts.
Les Marines travailleront parallelement a la MINUSTAH ou Mission de Stabilisation des
Nations Unies en Haiti.
Le quotidien The Washington Post, qui a annonce la nouvelle, precise que la mission de
stabilisation de 1'ONU en Haiti est un echec et que le gouvernement haitien n'a pas ete en
mesure de creer les conditions favorables a la tenue des prochaines elections. "
Le journal ecrit egalement que plus vite ces quelques centaines de Marines arriveront en Haiti,
plus leur mission sera facile.



"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


4* %: 4 kgm


-v-v


a rW e


Haiti: un consul honoraire de France abattu
Paul-Henri Mourral, le consul honoraire frangais au Cap-Haitien, a Wtd tu6 par balles le
mardi 31 mai i Port-au-Prince
Le diplomate, age d'une cinquantaine d'annees, circulait en voiture pres de l'aeroport quand il a
ete atteint de plusieurs balles a l'abdomen. Transported a l'h6pital et opere, il a succombe a ses
blessures.
Le mardi 31 mai a aussi ete marque a Port-au-Prince par des tirs d'inconnus qui s'en sont pris a
un commissariat du centre-ville, faisant deux morts.
Ces individus ont utilise des cocktails molotov dont plusieurs sont tombs sur un march
proche, provoquant la destruction par incendie de la majeure partie du bitiment.
I1 n'etait pas possible mardi soir de savoir si un lien existait entre l'agression du consul
honoraire et l'attaque du commissariat.
Ces deux evenements illustrent l'insecurite qui prevaut a Port-au-Prince en depit de la presence
en Haiti de 6000 Casques bleus.
O

































-- -


o *


Page 2


I %






Mercredi 8 Juin 2005 L S R -D AR NT Page 3
Haiti en Marche Vol. XIX No. 19 LBS BLANCS RE-DEBARQUENT

L'EVENEMENT SOMMAIRE
I n6 f ol8 rV Les Marines pour une 3e mission en 10 ans p.1
Les Etats-Unis contraints d'etudier un nouvel envoi
ide Marines en Haiti p.3
hrr ur~n nuu~r ri ,ANALYSE
V. .. B Haiti entre deux radicalismes! p.1
ASSEMBLEE GENERALE DE L'OEA
"C opy righted M aterial Haiti et la democratic au menu p.1
S..Condoleezza Rice appelle 1'Amerique latine h renforcer
la democratic p.2
S "n ica e Content ... .. L'ACTUALITE EN MARCHE
Syndicated Content Gerard Latortue demande une revision du mandat de
la MINUSTAH p.4
Available from Commercial News Providers" LePMduQubecdbarquedansuneHaitienpleinchaosp.8
OAvailableui veut le dpart de Latortue? p.9


To









CROIX D
etrBos reLE


Thor 14, Route de Carrefour


513-0703
U E 8:ai30


LUN-VEN 8:30 am A 3:00 pm
SAM 8:30 am A 1:00 pm... ,


|| I JUNIBANK
llll LIRE

"Chas p e de D'ou proviennent toutes ces armes? 6
"Chaque four plus proche de vours" . .
Fw b La police intervient dans des bidonvilles: 25 morts P7
www.unibankhaiti.com Qui veut le depart de Latortue? P 9



Fiche d'Abonnement a Haiti en Marche
Nom

Adresse

Haiti Gdes 250 Gdes 500 Livraison A domicile double tarif 6 Mois
Etats-Unis US $ 40.00 US $ 78
Canada DC $ 42 DC $ 80 An
Europe US $ 70 US $ 135
Am6rique Latine US $ 70 US $ 135


Haiti replonge dans les violences meurtrieres p.14
Le consul honoraire franqais au Cap-Haitien pris dans une
fusillade a ete tue p.14
Le Coin de Miami: Le Sec. Gen. de 1'OEA pour le maintien
du calendrier electoral p.15
ECONOMIE & ASSISTANCE
Les bailleurs d'Haiti se rencontrent a Montreal les 16 et 17
juin p.9
Taiwan accuse la Chine d'interference en Haiti p.9
Le Bresil enverra 150 ingenieurs militaires en Haiti p.9
ARTS & CULTURE
L'un des grands peintres de Saint Soleil, Louisianne
Saint Fleurant, est decade p.20
CRIMINALITE
Minustah vivement critiquee p.5
La police haitienne intervient dans des bidonvilles: 25 morts
p.7
Des groupes divers qui ont inter&t a faire perdurer 1'instabilite
p.7
La serie noire des enlevements et des executions sommaires
p.7
D'ob proviennent toutes ces armes? p.6
SOCIETE
Et le Bassin General ? p.16
Centenaire de la paroisse du Sacre Coeur p.20
Sports p.15


X iX ~a

aar;,,,,, ~~ - ~~~ ;~ rr







UNE ANALYSE


Mercredi 8 Juin 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 19


Haiti entre deux radicalismes !
(Radicalisme ... suite de la lere page) milieux d'affaires dans la hausse des prix des produits veille. L'existence de ce gouvernement depend de son respect le plus
le mardi 31 mai 6coul6, faisant une dizaine de morts, de premiere n6cessit6. strict des mesures 6conomiques qui lui sont dict6es.
au meme moment plusieurs milliers de manifestants Mais encore plus significative de la largeur Et nous touchons 1k au vrai fond de la crise, le cancer sur
font des fun6railles populaires 5 un partisan de l'ex- du malaise social est la manifestation vendredi devant lequel poussent toutes les autres crises comme des m6tastases.
president tu6 au cours d'un raid de la police dans le le ministbre de l'Int6rieur des employs de la voirie de En arribre fond de toutes nos misbres actuelles se profilent
ces exigences 6conomiques dont on attend depuis deux ans d'en voir
la contrepartie: le $1,3 milliard promis au gouvernement de transition
et qui ne s'est jamais concr6tis6 (seulement 10 pour cent des fonds
ont 6t6 regus).
C'est aussi de la bouche du president de la Chambre de
commerce qu'on apprend l'existence d'un suppl6ment budg6taire (que
ce dernier a appel6 utiliser pour acheter des 6quipement et des armes
pour la force de police nationale), mais personne n'a sugg6r6 de s'en
servir pour subventionner, par exemple, les prix du carburant.
C'est 15 une revendication majeure d'un autre secteur du
mouvement populaire. En effet, nous assistons 5 la naissance d'un
autre mouvement de sociWt6 civile (en dehors du Groupe des 184 qui
avait su f6d6rer diff6rentes associations pour aboutir 5 la chute
d'Aristide). Cette nouvelle initiative est men6e par des associations
6tudiantes, des groupes altermondialistes, et des syndicats
d'enseignants. Leur principale arme est pour l'instant la lutte contre
la vie chbre. Et vu nos conditions socio-6conomiques, c'est un
argument in6puisable. Apolitique (au sens ou il ne flirte avec aucune
des tendances politiques existant sur le terrain), le mouvement
b6n6ficie de l'enthousiasme naturel des 6tudiants en humanit6s et en
sciences humaines, et de l'exp6rience des leaders de syndicats
d'enseignants et autres.


Manifestation d'employ6s de la voirie r6clamant des arrieres de salaire photo Haiti en Marche


quartier populaire de Cit6 Soleil.
Le principal officiant, le pretre catholique
G6rard Jean Juste, adresse une hom1lie fulgurante,
ou il appelle au retour de Jean-Bertrand Aristide
comme seule et unique issue a la crise.
Ce feu crois6 de "chimeres" arms d'une
part et de manifestations long playing ("san pran
souf') de l'autre, autrement dit des cocktail molotov
et du b6ton, maintient une tension constante.
Premiere consequence, de tout c6t6 le radicalisme
s'amplifie. Vendredi, le president de la Chambre de
commerce et d'industrie, M. R6ginald Boulos,
appelle le commandant de la force 6trangbre ou
Minustah, le g6n6ral Augusto Heleno, a faire comme
les troupes am6ricaines en Irak. Le g6n6ral r6pond
qu'il n'a pas l'intention d'etre traduit devant le
Tribunal p6nal international pour crimes contre
l'humanit6.
Mais quoi qu'en disent les associations
patronales, le mouvement populaire ne se limite plus
a Lavalas.

Image du pays r6el ...
Les 6tudiants ruent dans les brancarts.
Ceux de la faculty d'Ethnologie ont 6t6 emp&ch6s
de sortir vendredi quand ils ont voulu se rendre a
nouveau devant le minister du Commerce pour
protester contre la vie chere et la misbre et appeler
le gouvernement a subventionner les prix du
carburant comme autrefois.
Eux aussi ont fait r6cemment sortir de ses
gonds le president de la Chambre de commerce pour
avoir d6nonc6, aux cris de "Aba boujoua", les


Port-au-Prince. Dans une demonstration haute en
couleurs, pleine de connotations vodou, des dizaines
de peres et meres de
families, image du pays
r6el, d6ji trbs ag6s pour
la plupart, pauvres depuis
leur naissance, ayant
plusieurs enfants a leur
charge, et sans aucune
possibility de pension ou
retraite, r6clament de 8 a
10 mois d'arrirt6s de
salaire que leur devrait la
Mairie de la capitale.
Ils n'en sont pas
a leur premiere mani-
festation, mais celle de
vendredi renforce le
sentiment qu'il y a
quelque chose de pourri
dans notre royaume.
Qu'est-ce qui
empeche l'Etat de leur
verser si ce n'est des
arri6r6s de salaire
proprement dits, mais
une prime, un bonus.
Ceux qui nettoient les Prestation de segment
Prestation de serment
rues et 6gofits infests de
la capitale la plus immonde de la Caraibe, ne le
m6ritent-ils pas?

Le vrai fond de la crise ...
Mais l'Etat n'ose pas. Le Fonds Mon6taire


Le G6n. Heleno clou6 au pilori ...
Voil5 done qui amplifie consid6rablement le champ de la
lutte sociale et populaire. Cependant m6diatiquement ce sont deux
camps qui continuent de monopoliser les feux de l'actualit6. D'un
c8t6, les militants pro-Aristide, selon lesquels il ne peut y avoir
d'd6ections sans le retour de l'ex-pr6sident (dont le mandat prend fin
le 7 f6vrier 2006). De l'autre, le president de la Chambre de commerce,
Reginald Boulos, indiquant lors de la rencontre vendredi avec le


au Palais National de la Commission Pr6paratoire Ind6pendante
lu Dialogue National photo Georges Dup6
general Heleno, que c'est Aristide qui a lach6 le d6mon de la violence
de classe. Autrement dit, sans Lavalas, il n'y aurait point de mouvement
populaire!
(voir Radicalisme / 5)


a I


'' I 8


O : rard I -li4rur rm.u.rk*

Iim rr( kwm dhs miandi 4 r e kM*inuah


"Copyrighted Material


Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Page 4







Mercredi 8 Juin 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 19


IDE L'ACTUALITE


Polarisation Lavalas-elite economique


(iaadicausme ... suite e la page 4)
A quoi, le g6n6ral br6silien tente de faire
comprendre que c'est la pauvret6 qui est a la base. Il est
plus facile d'armer un jeune et de l'envoyer commettre un
acte d6lictueux quand il est pauvre et sans aucun espoir.
"Je sais que beaucoup ne sont pas d'accord avec moi,
s'ecrie Heleno, mais ce n'est pas une th6orie, c'est prouv6
par l'exp6rience: dans tous les pays ou il est permis a la
misbre d'atteindre un tel degr6, le taux de criminality est
fatalement plus l6evE."
Mais ce n'est pas fini:
le Premier ministre int6rimaire
Gerard Latortue y va aussi de ses
petites phrases, pas moins
lourdes de signification.
I1 aurait ainsi laiss6
entendre (bulletin de l'Agence
Haitienne de Presse) que
certains membres de la
Minustah (force onusienne de
maintien de la paix en Haiti)
peuvent se sentir proches des
habitants des bidonvilles,
notamment ceux du Bel-air et de
Cit6 Soleil, parce que venant Available
eux-memes de secteurs pauvres
de leur pays (r6f6rence aux
favelas br6siliennes).
Le premier ministre n'a
pas 61abor6, dit AHP.

L'61ite econo-
mique lutte aussi pour sa
survie ...
Latortue a aussi imput6
la responsabilit6 des actes de
kidnapping (une moyenne de 6 par jour a la capitale) aux
"d6port6s" des Etats-Unis. II a promis de soulever la
question lors d'une prochaine rencontre avec l'assistant
Secr6taire d'Etat am6ricain Roger Noriega.
Est-ce que la polarisation Lavalas-l6ite
6conomique empeche un rbglement des actes criminels
proprement dits, dont la vague des kidnappings et des vols
avec effraction accompagn6s de viols qui se multiplient
aussi dans des quartiers r6sidentiels situ6s dans les hauteurs
dominant la capitale?
Mais l'61ite 6conomique lutte elle aussi pour sa
survie. Des groupes arms (qui continuent de se r6clamer
de l'ex-pr6sident en exil en Afrique du Sud) occupent
depuis trois semaines presque toute la zone industrielle
(entre la nationale 1 et la route de l'AMroport international),
et aussi bien la police nationale que la force internationale
ne semble dispose ou en mesure de les d6loger.
En meme temps, le discours des partisans de
l'ancien president s'enhardit davantage. Les prochaines


elections sont d6ji compromises, l'inscription des electeurs
qui en constitue le premier test majeur n'avance pas. L'ex-
s6nateur Yvon Feuill6 indique que c'est a cause de la non
participation de Fanmi Lavalas. Meme des dirigeants
Lavalas qui avaient pris une certaine distance avec les
groupes operant sur le b ton, ont tendance a revenir au
bercail. Il n'y a pas de solution, pensent-ils aujourd'hui, si
Aristide n'est pas impliqu6 a un degr6 ou un autre dans le
processus.


from Commercial News I


Autrement dit, l'61ite 6conomique aurait tendance
a s'isoler au lieu de se cr6er des allies, alors qu'elle ne
fait d6mographiquement pas plus de dix pour cent de la
population. Les 6tudiants font bande a part, la classe
moyenne (enseignants, universitaires, professionnels,
meme la majority des cadres politiques) garde un certain
mutisme par rapport a cet aspect de la conjoncture.
Pourquoi done a-t-elle besoin de monter aussi
contre elle la force internationale?

Ou finit la dl6inquance, ou commence
la militance? ...
Mais de son c6t6 Lavalas qui croit avoir le vent
en poupe, ferait mieux de s'interroger sur la r6alit6 de sa
base actuelle. Ou finit la d1linquance, ou commence la
militance, et vice versa? Ou est la distance entre les
militants appelant au retour a l'ordre constitutionnel et a
la liberation des prisonniers politiques d'une part, et
d'autre part les d6nomm6s "chimbres" et RPK ("rat pa


kaka") qui d6valisent v6hicules et 6tablissements
commerciaux et n'h6sitent pas a se servir de leurs armes
pour tuer ou pour ruiner des innocents, comme les petits
commercants du March6 Tete Boeuf?
Qui est-ce qui sert de paravent a l'autre, qui est-
ce qui profite de l'autre ("kap pran roulib") pour faire
avancer ou son agenda ou ses calculs criminels?
Ou finit la politique et ou commence la
criminality; et vice versa ou
finit la criminality et ou
commence la politique?
Qu'est-ce qui d6finit
les rapports entre militant,
d6linquant et "d'port6"?
C'est i Fanmi
Lavalas qu'il revient d'y
r6pondre avant tout autre. Ses
.i dirigeants ne peuvent esp6rer
a aucune participation
Respectable au processus de
sortie de crise sans avoir
r6 pondu d'abord 5 ces
rO iders" questions.
Provide rs e Oui, on retrouve un
certain rapprochement avec la
Jamaique et meme avec nos
voisins dominicains ou la
p6riode 61ectorale est marque
par des violences. Mais dans
ces pays la distance n'en
demeure pas moins claire entre
la d6linquance et le leadership
politique.
Un parti Fanmi
Lavalas qui continue de
maintenir la cl6 des 61ections participation populaire donc
d6mocratiques ("one man, one vote"), mais qui tout en 6tant
l'expression des revendications principales de la majority,
charrie toutes sortes d'ingr6dients qui font craindre 5 bon
droit une institutionnalisation definitive du rbgne du grand
banditisme ...
Et une 61ite 6conomique qui face au p6ril auquel
elle est confronted, se renferme de plus en plus dans des
reflexes ultra-droite, sectaires et isolationnistes au lieu de
rechercher autant d'alli6s que possible dans le reste de la
population. Cependant on est liW par le meme sort, et son
asphyxie jusqu'5 nouvel ordre signifierait aussi la n6tre ...
C'est ce qu'on appelle la quadrature du cercle.
En effet, s'il existe une voie de sortie (il y en a toujours
une), elle est coinc6e entre ces deux radicalismes.

Haiti en Marche, 4 Juin 2005


&In v N qk bt. t o t

"Copyrighted Material



Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


S Pat Plus Bakery, Inc
SNatural Juice

Mia* FL33160 cWMPea mnitoman
tL W305-756-3695 ar a wcuctos


Page 5


vn -







I EDITORIAL


Mercredi 8 Juin 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No.19


D'oi proviennent toutes ces
PORT-AU-PRINCE, 3 Juin On au moins. d6couvert tant d'armes ici ou la, on ne voit
a entendu la mairesse de Port-au-Prince, Quel meilleur indice pour rien faire de ces armes-1, alors que c'est la
ainsi que la porte-parole de la police rechercher les auteurs de ces crimes! Rien meilleure piste pour savoir qui arme les
nationale, annoncer que des armes ont 6td ne vaut l'arme du crime pour d6couvrir le bandits.
trouv6es dans les ruines du March6 Tete ou les auteurs d'un crime ... Qui arme les bandits?
Boeuf qui a Wtd incendid mardi par des Or depuis tout le temps qu'on D'aucuns rdpondent: Aristide.
individus arms, faisant un bilan de 7 morts entend la police annoncer qu' elle a Sud. Aristide est en exil en Arique du







"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Le commandant de la Minustah, G6n. Augusto Heleno, a sa droite le commandant .
des troupes am6ricaines qui avaient d6barque juste apres le renversement
de J.B. Aristide le 29 f6vrier 2004 T. Bdlizaire




LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS MIAMIW
MIAMI-DADE COUNTY l
MIAMI, FLORIDA



Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids, which can be obtained through
the Department of Procurement Management (DPM), from our Website: www.miamidade.gov/
dpm. Vendors may choose to download the bid package(s), free of charge, from our Website
under "Solicitations Online". Internet access is available at all branches of the Miami-Dade
Public Library. It is recommended that vendors visit our Website on a weekly basis to view newly
posted solicitations, addendums, revised bid opening dates and other information that may be
subject to change.

Interested parties may also visit or call:

Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an additional $5.00 handling
charge for those vendors wishing to receive a paper copy of the bid package through the United
States Postal Service.


These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in accordance with County Ordinance
No. 98-106.


armes?
Le president sud-africain, qui n'est
pas n'importe qui Thabo Mbeki a des
engagements internationaux qui font de lui
l'une des plus importantes personnalit6s du
moment, il n'y a pas une commission de
mediation en Afrique regionn de conflits)
dont il ne fait pas partie, et souvent en
quality de president, M. Mbeki a donn6 la
garantie qu'il n'y a pas d'armes a avoir
laiss6 l'Afrique du Sud pour Haiti.
Alors qu'il est facile de savoir
d'oh viennent les armes qui pullulent en ce
moment en Haiti.
En effet, chaque arme porte un
num6ro de code, une indication qui la rend
unique, et qui permet de retracer son lieu
de naissance et tout son parcours. A partir
de ce num6ro, de ces indications, on peut
savoir d'ou provient l'arme, ou elle a Wte
fabriquee, qui elle a dtd vendue, et ainsi
de suite on peut retracer tout son parcours
de main en main jusqu'a son dernier
utilisateur.
Au cas oF l'arme a Wtd vol6e, on
peut aussi determiner a quel moment elle a
disparu. A quel moment elle est sortie par
exemple du domaine legal, pour tomber
dans celui de l'ill6galit6. Ceci est connu de
tous les sp6cialistes, y compris de
sp6cialistes haitiens.
Alors que fait-on de toutes ces
armes que la police dit prendre aux bandits
ou qu'elle retrouve sur des lieux qui ont Wtd
visits par des bandits comme ce mardi
aprbs l'incendie du March6 Tete Boeuf.
Pourquoi prffbre-t-on les
speculations a la recherche de la v6ritd?
Pourquoi cette pr6f6rence pour le blabla
incons6quent au lieu d'un travail
m6thodique qui n'est pas hors de notre
port6e?
Oui, on peut savoir d'oi
proviennent la plus grande partie de ces
armes qui nous empechent de vivre, qui font
de notre vie un enfer ... Cela a partir des
armes rdcup6rdes par la police.
Or pourquoi n'en fait-on rien?
Pourquoi pr6f6rons-nous rester dans le
vague, dans les rumeurs, qui font lejeu des
criminels, et de ceux qui les commanditent
et qui les pourvoient en armes et munitions.
Vous me direz: la police haitienne
n'est pas 6quip6e.
Peut-etre. Mais aujourd'hui il ne
s'agit pas seulement de la police haitienne.
Nous avons dans notre pays les
services de renseignements des plus grands
pays du monde. Ne soyons pas dupes.
Am6ricains, francais, canadiens, argentins,
chiliens, espagnols, br6siliens, mme russes
et chinois, ils sont venus, ils sont tous 1a.
Et au cas ou les dirigeants haitiens
le d6sireraient, ils peuvent toujours
s'adresser a l'Interpol. Aux nombreuses
agences sp6cialis6es de l'ONU, et dont c'est
la sp6cialit6.
Supposons qu'un officiel
am6ricain tombe en Haiti, la premiere
demarche est de faire venir le FBI, et quelle
est la premiere demarche du FBI: d6teminer
a partir des indices laiss6s sur le terrain
comment remonter jusqu'a l'arme du crime.
Telle arme, fabriqude dans tel
pays, ayant appartenu a telle personne, puis
telle autre, disparue a tel moment, etc, etc.
Rappelons-nous aprbs l'assassinat
de Mireille Durocher Bertin, le FBI est venu
enqueter, nous pensons qu'ils n'ont pas fait
autre chose ...
Lorsque des terroristes ont fait
sauter le building f6d6ral a Oklahoma City
(USA), l'affaire Thimoty McVeigh Terry
Nichols, les enqueteurs am6ricains n'ont
pas proc6dd autrement.
D'autant plus qu'en Haiti, nous ne
parlons pas aujourd'hui d'une seule arme
et d'un seul crime, mais d'une grande
quantity d'armes, ce qui rend la tache d'en
decouvrir l'origine encore plus facile.
(voir Armes / 7)







Mercredi 8 Juin 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 19


Page 7


SWEEK-END SANGLANT


EDITORIAL

D'ou proviennent

toutes ces armes?
(suite de la page 6)
Tenez encore, l'ann6e derniere, le gouvernement
jamaicain faisait savoir que des armes en provenance
d'Haiti sont en vente dans les rues de Kingston. Nous
sommes certains que les Jamaicains ont jug6 sur acte. A
partir de l'examen d'armes saisies par la police de Kingston,
on a d6termin6 qu'il existait d6sormais un trafic d'armes
entre Haiti et la Jamaique.
Cependant jusqu'5 present chez nous, on n'a
jamais entendu avec precision dire d'ou proviennent les
armes qui sbment la mort et tant de souffrances dans nos
foyers. Quel est le problbme avec nous les haitiens?
Haiti peut etre devenu trafiquant d'armes, mais
pas encore fabriquant d'armes au niveau industriel (nous
ne parlons de ce qu'on appelle armes cr6oles) ... Les armes
qui circulent en Haiti proviennent done de quelque part,
viennent d'ailleurs. Pourquoi vouloir a tout prix qu'elles
proviennent toutes d'Afrique du Sud, et toujours aux bons
soins d'Aristide. Ou alors si on a des preuves irr6futables,
qu'on les pr6sente. M. Mbeki serait bien oblige de s'y
soumettre. Par contre, continuer a parler en l'air, non
seulement cela ne change rien, mais aussi n'est-ce pas faire
le jeu des criminels et de ceux qui les arment.
Si des armes peuvent laisser Haiti pour la
Jamaique, il peut bien en partir d'autres pays de la region
vers Haiti. Des armes circulent aussi en toute liberty en
Colombie (pays de la drogue, de la guerilla marxiste et des
paramilitaires d'extreme-droite), au Venezuela, capitale du
kidnapping dans la region, ainsi que chez nos voisins
dominicains ...
Sans parler des Etats-Unis de l'ex-gouverneur du
Texas, royaume du Winchester, George W. Bush.
Pourquoi faisons-nous done les choses aussi
diff6remment en Haiti?
Mais si vous permettez, posons la question d'une
autre facon: qui ne veut pas savoir d'ou proviennent les
armes qui tuent en Haiti?
Puisque les moyens existent pour le savoir,
puisque nous avons aujourd'hui dans nos murs les meilleurs
sp6cialistes du monde dans ce domaine (nous pensons B la
CIVPOL), alors qui ne veut pas savoir avec exactitude d'ou
proviennent les armes qui nous tuent?
Est-ce un secret d'Etat???
Yo banm yon ti kout pye, mwen vi n tonbe la a...

Editorial, M6lodie 103.3 FM, Port-au-Prince


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"









Operation de police au Bel-air: plusieurs tues


5 Juin 2005 Plusieurs personnes deux selon
l'Onu citant la police, 18 selon des families de victimes -
ont 6t6 tuees samedi lors d'une operation de police dans le
quartier du Bel Air a Port-au-Prince, a-t-on appris de source
onusienne et auprbs de t6moins.
La police s'est refuse a tout commentaire sur
cette operation qui survient quatre jours aprbs l'attaque d'un
march et d'un commissariat du centre-ville par des
hommes arms, qui a fait dix morts.
Selon un rapport communique e 1'Onu par la
police haitienne,'"deux chimbres (partisans de l'ancien
president Jean Bertrand Aristide) ont 6t6 tu6s et 35
personnes interpell6es" samedi lors de cette operation, a
indiqu6 a 1'AFP un membre de l'6tat-major des Casques
bleus, le colonel francais Philippe Kleb.'"Nous n'en savons


pas plus", a-t-il ajout6.
A en croire des parents de victimes, interrog6s
sur place par un joumaliste de 1'AFP, au moins 18 personnes
ont &t6 tuees par balles.
Toutefois, selon une source hospitalibre contacted
par 1'AFP, quatre corps seulement ont Wte apport6s samedi
a la morgue principale de l'universit6 d'Etat de Port-au-
Prince.
Dans le quartier du Bel Air (300.000 habitants),
un journaliste de 1'AFP a constat6 qu'une dizaine de
maisons avaient brfil et que de trbs nombreuses traces de
sang 6taient visibles sur la chauss6e.
Selon des t6moins, des Casques bleus 6taient
presents avec des blinds lors de l'op6ration de la police,
mais ils ne seraient pas intervenus directement dans celle-


q


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


La serie noire des enlevements

et des executions sommaires


Le propri6taire du magasin
Elegancia, a P6tion Ville, M. Pierre
Amazan, a Wte lachement assassin en
presence de ses enfants vendredi matin
au Carrefour de l'Aviation (Nord de
la'capitale, a proximity de Cit6 Soleil).
La victime 6tait au volant de
son v6hicule quand des individus l'ont
intercepted. On ignore le mobile du
crime.
Deux femmes d'affaires
d'origine arabe (Marleine Duriac,
Margot Kawas) ont Wt6 enlev6es
vendredi matin a Port-au-Prince. 4
personnes dont l'identite n'est pas
connue et qui se trouvaient abord d'un
v6hicule ont Wte contraintes, du c6t6


de Nazon, de suivre des individus arms vers une
destination inconnue.
En fin dejourn6e de vendredi, on 6tait encore sans
nouvelle precise du directeur du Centre de Formation
Classique, Jean Gerard Gilbert, bless par balle avant d'etre
enlev6 mercredi matin devant l'entr6e de son 6tablissement
scolaire a Babiole. Vu qu'il souffre de diabete et
d'hypertension art6rielle et que des informations laissaient
croire qu'il 6tait dans le coma, des rumeurs des plus
inqui6tantes ont circul6 vendredi aprbs-midi sur son sort.
Sous le choc des derniers cas d'ex6cutions
sommaires, comme celles de l'Ing6nieur Bernard Lacarte
et du Consul honoraire de France Paul Henri Mourral, les
habitants de la capitale, particulibrement ceux des couches
ais6es, ne cachent pas leurs inqui6tudes. Une situation qui
frise meme la psychose.
(voir Enlevements / 8)


*.m sIg l-l IU


ERW FINANCIAL

GROUP
Licensed Mortgage Brokers and Lenders

Eske ou janm mande tet ou
Eske mwen ta kapab viv sa yo rele Rev Amerikin-an?
Kite ERW Financial ede ou fR rev sa-a vin-n on reyalite.

ESTIMASYON GRATIS AK REKLAM SA-A!
(yap ba ou kredi Il ou fR closing la)
Yap prete ou kbb menm si ou gen move
kredi oswa ou san kredi.

Ou pa bezwen peye pou fe aplikasyon!

Nou pap verifye sal&-ou oswa sa ou posede!

Nou ofri pi bon inter& ak anpil 16t chwa!

Nou afilye ak pi bon institisyon ki prete lajan!

Washington Mutual, Bank of America, Countrywide,
Wells Fargo
Ak anpil 16t ank6

Rele nou jody-a e ouap gen kay ou demin!
305 865-6588
305 865- 6510

www.erwfinancial.com

UNION PLANTERS BUILDING
3550 Biscayne Blvd Suite # 407
Miami, Florida 33137


pwdww


10 P O W








HAITI-QUEBEC


Mercredi 8 Juin 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 19


Ie PM du ubec dcbarque dans


-- une He i en plin chaoM


0 - 490o04m
- - 40 0 VM
ow O
r p l.wm


* -
-~ r
-


-, -


4 -0 1 O w


O


-~- in

o S .



0r 0 a,


-r a


o e. - 0
-- - -.
- ~ .- ar --


- a -


go- gm4- 0- -w 4
o o w mo 4 10 dbpaw -m 40.t --- a
40000 0 .Nm


S -.s w -


i Material---
0' mo


Content -i- -



:ial News Providers"
-


a
e~~ -~ 0.


-e


o 1 p a


r~~. -


- enl


Is ( m4' wl a u I


o ad. M. eWW 9


a -41

-- -

b 0I I 0 I


- ~ -a -
S ~ I -


O 0l 48u- '* - mp - l0
- 0.0

=-Now. -
- low -da 0
~ r a 0a -. -


@pop w 0 e
-a* a .- a
s oft -o 4 ol-w 0


- .


- O


- -a


* b a. a .


*

a


~- a - 0 0
q 0 *00 -
- -M


- e .0


a -~* a a
o40Pn 0. - -
.Oa nt- o .a .
* -40 low
et a L -m -
a A
dilbdmpo ob 480"


40- a a 44 *- -



a0- o a -- M .
0 .a0m 4b
a---) I


4w .0wa mw q a
a 0 ~0 e 0w


La serie noire des enlevements et des executions sommaires


(Enlkvements ... suite de la page 7)
Plusieurs associations de la soci6t6 civile (hommes
d'affaires, 6tudiants, intellectuels et artistes) ont organism
samedi au Parc Ste-Therbse (a Petion Ville) un
rassemblement contre l'ins6curit6 et pour l'unit6 et la tenue
de bonnes elections. Des groupes musicaux tels Boukman
Eksperyans, Mizik-Mizik, Jah Nesta animeront la partie
culturelle du rassemblement.
Samedi, au moins une personne a Wte tuee et
plusieurs maisons et v6hicules incendi6s lors de nouvelles
violences a caractere politique qui ont secou6 des quartiers
du centre de Port-au-Prince en milieu de journ6e. Une
trentaine d'hommes lourdement arms ont men6 dans le
quartier de Nazon un raid sanglant marqu6 par des tirs a
l'arme automatique dans tous les sens, le pillage de
plusieurs petites entreprises et l'incendie d'au moins deux
maisons et un v6hicule.
Un passager d'une camionnette a &t6 mortellement
atteint a la tete par un projectile. Plusieurs autres personnes,
residents du quartier et passants, auraient 6td egalement
blesses par balles selon divers t6moignages. Ce
d6ferlement de violences a provoqu6 des scenes de panique
dans la population civile et la paralysie des activities dans
ce secteur trbs frequentW de la capitale haitienne. Pris de
panique 6galement, des policiers envoys sur les lieux ont
mis un temps fou a r6tablir 1'ordre.
Des informations obtenues de sources dignes de
foi laissaient croire que les bandits auraient agi en
represailles contre une intervention policibre
particulibrement muscle dans le quartier du Bel-Air (centre


de la capitale), une des places fortes des partisans arms
de l'ancien president Jean-Bertrand Aristide.
Samedi a 1'aube, des 616ments de la compagnie
d'intervention et de maintien d'ordre (CIMO), une unit
sp6cialis6e de la Police nationale (PNH), auraient op6r6
une descente au cours de laquelle deux pr6sum6s bandits
auraient &t6 tu6s, une trentaine d'autres arret6s et des armes
de guerre confisqu6es. Toutefois, les agences de presse
(Reuters, AFP) parlent de 25 a 18 personnes tuees par la
police dans les quartiers populaires.
Les memes groupuscules arms auraient
6galement tent6 de s'attaquer a la residence du pere du
commandant de la CIMO, a Nazon, alors qu'on annoncait
un d6but d'incendie'au march Hyppolite, un des
principaux marches publics du centre de Port-au-Prince,
sous la menace constante des caids depuis l'incendie
meurtrier du March6 Tete Boeuf. Le maire de la capitale
Carline Simon a pr&cis6 que le sinistre, provoqu6 par un
court-circuit, a Wte vite maitris6 par les sapeurs-pompiers
appel6s B la rescousse.
D'autres incidents arms avaient Wtd enregistr6s dans le
quartier de Delmas 18 (est de la capitale) et non loin de 1l
sur la route de l'adroport international. En fin d'aprbs-midi,
des habitants de Delmas 4 et 6 lancaient des appels
d6sesp6r6s a la police en
vue d'une intervention M
rapide pour d6loger des
bandits qui menagaient de
bandits qui menaaient de 10 heures am Textes et Pr6texte
s'attaquer a des maisons 2 heures pm La chanson fran;
des deux quartiers apres y 6 heures pm: Varietes; 9 heur
11 1'."


11 nel


avoir incendi6 une usine a glace.
Dbs vendredi soir, des operations contre des entreprises
situ6es sur la route nationale #1 (nord de Port-au-Prince)
avaient ete signal6es. Parallblement, les assassinats et
enlbvements se multipliaient ici et 1, laissant planer de
s6rieux doutes sur l'organisation d'l6ections locales,
l6gislatives et pr6sidentielles initialement fixes aux mois
d'octobre, de novembre et de d6cembre.
Samedi matin, Maryse Gilbert, la femme de Jean-Gerard
Gilbert, un directeur d'6cole kidnapp6 mercredi, a suppli6
ses ravisseurs de le lib6rer, en raison de son 6tat de sant6
pr6caire. Madame Gilbert qui intervenait sur les ondes
d'une station priv6e de Port-au-Prince, Caraibes FM, a
rappel6 que l'otage souffrait notamment d'hypertension et
de diabbte. Au meme moment, 6taient chant6es en stricte
intimit6, les fun6railles d'une autre victime de l'ins6curit6,
le consul honoraire francais Paul-Henri Moural, abattu en
plein jour, mardi a Port-au-Prince, par des bandits arms.
Face a la degradation g6n6rale de la situation les Etats-
Unis semblaient samedi soir annoncer leur retour en force
sur le terrain alors que 1'OEA s'appretait a placer le dossier
d'Haiti au coeur de son assemble g6n6rale annuelle, a
partir de ce week-end, en Floride.
(Association Coeur Pour Haiti Toutes nos sources) ajout6e
le 2005-06-06


[ELODIE 103.3 FM Port-au-Prince
Votre programme du Dimanche:
7heures am: L'Heure classique
s Dominique Richez et Dominique Batraville; Midi Lady Blues;
raise; 3 heures Le Bon vieux Temps / Captain Bill & Doc Daniel;
es pm Jazz inspired, J.Carmichael; 10 heures Melodie Times;
ures pm Le soir la melodie s'invente ...


Page 8


S a


a inr


- o
a


- If
ant Wmo


o-


rr r ,


r~r







Mercredi 8 Juin 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 19


I POLITIQUE


Qui ve

EDITORIAL
PORT-AU-PRINCE, 6 Juin -
R6cemment une manifestation 6tudiante,
annonc6e B grand renfort de publicity, a 6td
convoqude devant la Primature pour appeler
au depart du Premier ministre int6rimaire
G6rard Latortue.
Mais une seconde mani-
festation 6tudiante convoqude par une
autre faculty s'amena sur les lieux.
Les deux manifestations se
mirent a crier leurs slogans. Les uns
conspuant le chef du gouvernement. Les
seconds a la fois le gouvernement et le
secteur priv6 des affaires, accuses tous
les deux de faire actuellement les
malheurs du pays.
De guerre lasse, les deux
groupes finirent par s'en prendre les uns
aux autres, s'accusant mutuellement A
d'avoir trahi la cause ...
Puis par retourner tous les deux
leur colbre contre les soldats de la force
internationale quand ceux-ci
s'interposerent pour leur bloquer l'acces
aux bureaux du Premier ministre.
Un porte-parole du secteur
priv6 accusa ensuite le deuxibme groupe
d'6tudiants d'avoir Wtd pay6 par le
gouvernement. En revanche, le premier


f s I7









.U fa. r... ...... 1|. .









"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


ut le depart de Latortue?


groupe a Wtd tax6 de creature du business
local.
Cet incident resume le problbme
de ceux qui considbrent aujourd'hui comme
une obligation le depart du Premier


ministre, 6tant donn6 l'impuissance
manifeste du gouvernement a affronter la
vague d6lirante de criminality qui fait rage
avec les kidnappings a la chaine (une
dizaine pour la seule journde du vendredi
couldd, les viols de citoyennes (et citoyens)
sous leur toit, les meurtres crapuleux (dont
celui du consul honoraire de France au Cap-
Haitien, Paul-Henri Mourral), des
catastrophes comme l'incendie du March6
Tete Boeuf, et enfin le passage de la zone
industrielle du bord de mer sous le contr6le
de groupes arms ill6gaux qui en interdisent
l'accbs a leurs propridtaires et qui menacent
6galement le pfrimbtre de l'adroport
international.
Cependant il y a un gros problbme
pour faire partir Latortue: le gouvernement
tient dans sa manche la plupart des secteurs
qui pourraient servir a son renversement.
Revenons au 29 f6vrier 2004 qui
a vu le depart forc6 du pays de Jean-
Bertrand Aristide.
Les Am6ricains ont gliss6 G6rard
Latortue a la tete du pouvoir comme
Premier ministre, aprbs avoir install grace
a la cooperation du Premier ministre
Lavalas encore en fonction, Yvon Neptune
- un president provisoire en la personne du
president de la Cour de cassation, Me
Boniface Alexandre.
Mais le reste fut laiss6 comme
butin de guerre aux principaux vainqueurs
du 29 f6vrier 2004. A ce qu'on dit, tout le
monde ou presque regut une quelconque
gratification.
Aussi il est bien difficile de
renverser un gouvernement quand ceux qui


le d6sirent le plus ardemment en font partie
a un degr6 ou a un autre.

Tous sont lies au pouvoir a
un degr6 quelconque ...


Des leaders politiques, passes
maitres dans le renversemement des
pouvoirs apres avoir exerc6 cet art deux
d6cennies durant depuis la chute du regime
Duvalier en 1986, sont pratiquement tous
aujourd'hui a bord, font tous partie de ce
gouvernement, soit un ministre ou un
directeur g6ndral 6manant de leur sein, soit
un poste de consultant ou autre, soit une
ambassade.
En tout cas, un partage assez
equitable des fonctions, car de ce c6t6-ci
on n'a jamais entendu aucune plainte.
Mais cela va plus loin qu'une
simple question de personne. Aristide a Wtd
renvers6 grace a la cohesion des groupes
qui ont travaill I son renversement. Ce fut
d'abord la Convergence D6mocratique, une
f6d6ration de plusieurs partis et
organisations politiques parmi les plus
notoires.
Puis le Groupe des 184, une large
coalition d'associations professionnelles,
sociales, religieuses, 6tudiantes, syndicales,
y compris les m6dias et les droits humains.
Tous, a l'exception notable des
6tudiants, sont lies aujourd'hui au pouvoir
a un degr6 quelconque.
C'est que le pouvoir ce n'est pas
seulement l'exercice effectif du pouvoir,
mais c'est tout le r6seau des relations, des
facilities, des privileges, passe-droits, bref
tout le jet set national ... et aussi
international (disons, diplomatique) vu que
les grandes ambassades ont 6td 6galement
dans le coup, c'est le cas de dire.
On n'abandonne pas facilement
tout ga.


Aussi lorsqu'une premiere
tentative fut faite pour renvoyer G6rard
Latortue il y a quelques mois, et que des
noms de premiers ministrables se mirent a
circuler en ville, soudain d'autres groupes
firent savoir que Latortue ne sera pas le
seul a partir, ou alors c'est tout le
systeme qui doit etre change.
Un avant gofit de ce qui va se
passer lors de ces deux manifestations
6tudiantes simultandment devant la
Primature.
Les memes qui veulent le
depart du Premier ministre ont aussi
leurs pions a l'int6rieur du
gouvernement et qu'ils n'entendent pas
remettre en jeu.

Peur de perdre "ni sac ni
crabes" ...
Voila le principal blocage au
renversement d'un Premier ministre de
plus en plus d6crid au fur et a mesure
que les problbmes de s6curit6 se font
plus aigus, n'dpargnant personne. Et que
le gouvernement tale une totale
impuissance.
Ni les m6dias en question, pas
plus les organisations de defense des
droits humains, si prompts a la detente en
d'autres circonstances, ne bougent.
Autrement dit, ce sont les memes
qui souhaitent son depart, qui bloquent aussi
son depart.
Ou alors presque ...
Car il y a les partisans d'Aristide
qui chauffent aussi le b ton, qui se font de
plus en plus pressants.
D6sormais il y a le risque qu'une
crise gouvernementale ne vienne a d6border
tout le monde et que les uns comme les
autres l'on perde, comme on dit chez nous,
"ni sac ni crabes."
Voilk sans doute pourquoi l'on
n'entend plus tellement parler de candidats
a la succession de G6rard Latortue. Ce n'est
pas que le fauteuil soit "trop chaud", comme
disait l'autre, il y aura toujours preneur,
c'est la seule chose pour laquelle l'haitien
se d6couvre volontiers "kamikaze".
Mais le jeu est devenu trop risqu6.
Il y a trop a perdre, et aussi bien pour les
pro-Latortue que pour les anti-Latortue.
Chaque jour, on fait le d6compte
des kidnappings et des d6bordements des
groupes arms face auxquels le
gouvernement se r6vble totalement nul.
Puis le soir venu, on s'endort
r6sign6 en esp6rant que demain "il" ne sera
plus 1b. Comme par magie ...
Ou que le blanc, "son maitre",
d6cidera enfin de le remplacer.
Un espoir bien mince pour une
cause si grave!

Editorial, Mdlodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


4 If a *%IS


Vendredi 3 juin 2005
Le ministbre des Affaires
6trangbres a condamnd hier les pressions
exerc6es par la Chine pour que ne soit pas
reconduite d'une annde suppl6mentaire la
mission de paix des Nations unies en Haiti,
ce pays maintenant des liens diplomatiques
avec Taiwan.
Michel Lu, porte-parole du
ministbre, a rappele qu'en mai dernier, le
secr6taire g6ndral de l'Organisation des
nations unies (ONU), Kofi Annan, avait
recommand6 que la mission de paix de
1'ONU en Haiti soit 6tendue d'une annde,
aprbs la fin de son mandat le ler juin.
Le 31 mai, cette mission a vu son


mandat rallong6 jusqu'au 24 juin, afin de
parer au plus press, alors que la Chine
s'oppose toujours a une prolongation d'un
an. Les raisons en sont simples : Port-au-
Prince entretient des relations
diplomatiques avec Taipei, et le president
Boniface Alexandre projette de se rendre
en visite officielle a Taipei en juillet.
Michel Lu estime que ce
deplacement ne doit pas etre meld avec le
fait que les Nations unies maintiennent une
force de paix en Haiti. La Chine n'a pas a
abuser de sa position en tant que membre
permanent du Conseil de s6curit6 de 1'ONU
pour interf6rer dans les affaires de ce pays,
a continue Michel Lu.


Le Bresil

enverra 150

ingenieurs

militaires en Haiti
xinhua
L'armde br6silienne a annonc6
jeudi qu'elle enverrait en Haiti 150
ing6nieurs militaires charges de r6parer les
infrastructures endommag6es par la
violence qui regne depuis l'an dernier.
Le groupe d'ing6nieurs travaillera
sur la construction et la restauration de
routes, ponts, pistes, dcoles et h6pitaux,
ainsi que le creusage de puits et la
purification de l'eau, a annonc6 le colonel
Americo Valdetaro, un officier de l'arm6e
br6silienne.


Page 9


Taiwan accuse la Chine

d'interf6rence en Haiti







Missing
or
Unavailable




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs