Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00259
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: March 30, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00259
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00003-30-2005 ( PDF )


Full Text














Haiti en Marche edition du 30 Mars au 5 Avril 2005 Vol. XIX No.9

RUMSFELD DOUTE DE LA POSSIBILITE D'ORGANISER LES PROCHAINES ELECTIONS P.3

Petit-Goave et Terre-Rouge ne sont qu'un aperlu

Qui ne veut pas des elections ... mais

Qui veut toujours des elections?


ANALYSE
PORT-AU-PRINCE, 26 Mars Selon le
commandant des casques bleus, le
G6n6ral Augusto Heleno Ribeiro, les
confrontations du dimanche 20 mars qui
ont laiss6 2 morts chez les troupes de
maintien de la paix (un 3e casque bleu
est mort par accident la meme semaine)


et 2 dans les rangs de leurs adversaires les
militaires d6mobilis6s haitiens ne sont
qu'"une tape d'une strat6gie."
"Nous n'avons pas encore fini.
Ceci est une partie de notre strat6gie" a
d6clar6 le lieutenant-g6n6ral br6silien qui
commande l'aile militaire de la Mission de
1'ONU pour la Stabilisation en Haiti


(MINUSTAH).
"Le message est clair. Nous voulons que ces
gens d6posent leurs armes et qu'ils se soumettent aux
lois" a pr&cis6 Heleno, poursuivant: "Nous aurions
pr6f6r6 y parvenir par le dialogue, mais si nous n'y
arrivons pas, nous n'h6siterons pas a passer aux actes."
L'offensive a commence le dimanche 20 mars
(voir Elections / 4)


LA TENSION CONTINUE DE GRIMPER

La police tire encore sur une manifestation

pro-Lavalas: 1 mort et des blesses


a--- -
-...I
Ii :


PORT-AU-PRINCE, 24 Mars La
police a ouvert le feu jeudi durant une
manifestation dans la capitale haitienne
pour demander le retour du president d6chu
Jean-Bertrand Aristide. Selon des t6moins,
au moins une personne a Wte tu6e.
Cette fusillade fait suite a une
semaine de violence qui a vu trois casques
bleus de 1'ONU et deux anciens soldats
trouver la mort dans des confrontations. La


violence continue de grimper a
l'approche des elections fixes en
automne prochain et plus d'une annde
apres le renversement d'Aristide, qui a
&6t emport6 le 29 f6vrier 2004 par une
insurrection arm6e accompagnde d'une
pression diplomatique conjugu6e de
Washington et Paris.
La manifestation du jeudi (24
(voir Police / 3)


ECONOMIE

Pour American Airlines,

l'Haitien est le cochon
EDITORIAL et 70 livres, lacharge
P O R T A U e a antpayer sera de USD 25.00; de
PRINCE, 29 Mars 71 livres a 100 livres, ce sera
"Bagages 50 livres au lieu de 70" titre la rondelette somme de USD 100."
Le Nouvelliste dans sa page Economie Et Le Nouvelliste d'ajouter : "C'est
(eudi 17 mars 2005). une mesure qui affecte toutes les destinations
De quoi s'agit-il? "Le poids desservies par la American Airlines a travers
autoris6 par American Airlines a W6t le monde."
r6vis6 a la baisse", indique le confrere. Or cela ne veut rien dire.
"La compagnie accepte d6sormais des Si la mesure peut etre applique
colis n'exc6dant pas 50 livres. Entre 51 partout dans le monde, mais les conditions
(voir AA / 2)


Manifestant tue le jeudi 24 mars par la police haitienne photo Haiti en Marche


Casque bleu

mort par

accident
P. 14

Manno
Charlemagne:
Lavalas n'est pas
une alternative
dans l'immediat
P. 7


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinibre au Bois Verna
T11: 221-8596 ou 245-1910
Fax 221 0204
Miami
173 NW 94h Street
Miami, Florida 33150
Tel.: 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914-358-7559
Boston 508 941 6897
Montreal 514 337 1286
e-mail:
pub (haitienmarche.com
URL: www.haitienmarche.com


Donald Rumsfeld


IL i


x~ ~~ ~ ~ rl
b~~Lp~~








EN PLUS ... ENBREF...


Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


ECONOMIE

Pour American Airlines,


l'Haitien est le cochon

(AA ... suite de la lre de payant La vache A
page) ayan traire par excel-


du passager haitien d'American Airlines
ne sont pas les memes que partout dans le
monde.
La tarification applique par
American Airlines au passager haitien
n'est pas la meme que partout dans le
monde. Tout le monde le sait. C'est une
tarification forfaitaire. Rapport distance-
tarif, le passager haitien paie peut-etre plus
que tout autre passager dans le monde.
Tout le monde le sait.
Pour la bonne raison que
American Airlines d6tient (et s'arrange
pour continuer a d6tenir) pratiquement un
monopole du tarif a6rien international en
Haiti.
En une ann6e, la DCA a pli6
bagages. Et Air France menace
constamment d'en faire autant.
DCA et Air France offrent de
meilleurs tarifs.
Dans le meme temps, American
Airlines multiplie ses vols au centuple,
pousse les autres dehors, se comporte en
pays conquis, comme un Etat dans l'Etat.
Sans jamais consentir la moindre
compensation tarifaire.

Rapport qualit6-prix, on
est 6galement baise...
DCA et Air France offrent aussi
un meilleur traitement a bord, vin et petit
gateau, et meme a volontW. American
Airlines ne nous sert que des peanuts
(quelques pistaches) au d6jeuner, diner ou
souper.
Done rapport qualit6-prix, on est
6galement bais6.
Mais qu'importe, les Haitiens
avalent tout!
Aujourd'hui, American Airlines
decide de n'accepter que des colis de 51
livres. Pardon, tous les colis sont accepts,
mais d6sormais on devra payer plus, au
centuple. Or ce n'est pas autre chose
qu'une fagon d6tourn6e de tordre le cou
encore davantage au passager haitien.
Expliquons nous. Ce n'est pas
la premiere fois qu'une ligne a6rienne
decide de ne pas accepter de colis
d6passant un certain poids. Pour 6viter de
surcharger son avion. Et cela peut se
comprendre avec un passager haitien qui
ordinairement transporte en effet
beaucoup de poids, voulant tout rapporter
a la maison, ce qui aussi se comprend.
Mais ce n'est pas le cas avec la
mesure en question. Il ne s'agit pas
v6ritablement d'une mesure sur le poids
des colis ou pour all6ger l'avion, done
d'utilit6 g6n6rale. Il s'agit pour American
Airlines de faire toujours plus d'argent et
cela sp6cialement avec le passager haitien.
Sachant en effet que par n6cessit6, le
passager haitien en question n'h6sitera pas
a d6bourser les USD 25.00
suppl6mentaires pour un colis de 71 livres
alors que cela a Wte depuis toujours le poids
autoris6. Simple compensation a une
tarification qui crbve constamment les
plafonds.


lence ...
Mais comble de cynisme, c'est
quand meme les colis de 100 livres sont
le bienvenu, a condition de casquer ...
USD 100 de plus. Des lors, le masque est
tomb6. C'est une mesure concue
sp6cialement, pourquoi ne pas le dire, pour
les Haitiens. Ce n'est sfrement pas
l'homme d'affaires voyageant de New
York a Los Angeles que cela peut
concerner. En plus, ce dernier b6n6ficie
d'une meilleure tarification et bien
entendu, pas de peanuts a bord!
Mais qui paie la difference? Le
passager haitien. Le cochon de payant, la
vache a traire par excellence.
Nous devons souligner que la
note en question est gliss6e dans Le
Nouvelliste (pardon cher confrere) au
milieu d'une quantity d'autres titres qui
se voudraient plus all6chants. Histoire,
comme on dit, de faire passer la pilule.
Oyez plut6t: "Cap-Haitien, future
destination d'American Airlines" etc, etc.
"Nouveau comptoir a l'a6roport de
Miami" etc, etc. Et aussi "Etes-vous au
courant des suggestions heureuses
d'American Airlines?" Alors 1, soyez
toutes oreilles, mesdames et messieurs.
"Savez vous qu'il est possible de faire
savoir a un etre cher en partance combien
il va vous manquer, ou de souhaiter un
joyeux anniversaire a un copain ou une
copine. D6sormais ce sera possible grace
au service"Nous pensons a vous de la
compagnie.'" Etc, etc.
Voil5 done comment American
Airlines se propose de continuer a nous
faire avaler ses peanuts a tous les repas,
mais plus encore ses tarifications ne
r6pondant a aucune norme en 6conomie
de march. Et maintenant sa mesure
scandaleuse pour taxer, car c'est bien
d'une taxe qu'il s'agit, et une taxe sur la
misbre, car c'est la seule raison pour
laquelle le passager haitien doit ramener
autant chez lui a chaque voyage.
American Airlines nous prend
toujours plus: surtarification, exiguit6 a
bord, la charge pour un changement de vol
qu'on a vu passer de gratuite d'abord, a
50 dollars puis aujourd'hui 100 dollars.
Et maintenant cette mesure sur les colis
qui n'a objectivement d'autre finality que
de continuer a renflouer ses caisses sur le
dos du pauvre passager haitien ...
Et pour continuer a nous payer
de peanuts. Ou de voeux (pieux)
d'anniversaire a bord.
American Airlines se fout de
notre gueule.
Mais qu'importe, les Haitiens
avalent tout! Ils ont une grande gueule,
oui, pour s'engueuler les uns les autres.
Pas seulement cochons de
payant, mais accepter d'etre servis des
peanuts au diner des cons, y a pas mieux.

Editorial, M6lodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


Violent incident a Delmas 33 le lundi 28 mars
Bilan: 2 policiers et leur chauffeur tu6s, leurs corps trou6s de balle avant d'etre brfil6s par
les assaillants. De sources officieuses, il s'agirait de l'action d'un chef de gang nomm6
"Grenn Sonnen" activement recherche par la police et la MINUSTAH (force de maintien
de la paix).
Des inconnus non identifies, qui ont attaqu6 un v6hicule de l'Administration Portuaire de
Port-au-Prince a bord duquel se trouvaient les policiers. Ceux-ci se rendaient au domicile
du directeur de l'APN quand ils ont 6t6 attaqu6s. II 6tait environ 7 heures a.m.
Un enqueteur a d6nombra au moins 200 douilles de balles de gros calibre. Le v6hicule a
completement brfal.
Une panique a r6gn6 dans le quartier pendant toute la journ6e du lundi 28 mars.
Cet incident porte a cinq le nombre de membres de la Police Nationale d'Haiti a avoir Wte
tu6s par balles depuis le 20 mars dernier.
Des militaires br6siliens ainsi que des membres du contingent chinois de la Police Civile
des Nations Unies (CIVIPOL) ont s6curis6 les lieux, de concert avec la PNH, tandis que
des enqueteurs s'affairaient a recueillir des indices.

American Airlines fait passer de 70 a 50 livres le poids
des bagages autorises
L'information a surpris et contrari6 les nombreux voyageurs utiisant cette compagnie,
surtout que American Airlines est pratiquement le seul transporteur sur la destination
Miami-Port-au-Prince et New York -Port-au-Prince.
Les voyageurs ont vu d6filer toutes sortes de compagnies, tant locales qu'&trangbres.
Mais les unes aprbs les autres, elles ont df arreter leurs vols n'arrivant pas financibrement
a tenir. La derniere en date, la DCA (Deutsche Caribbean Airlines), a arretW ses vols
depuis quelques mois. Quant a la Air France, elle continue tant bien que mal, mais ses
vols qui 6taient quotidiens, sont passes maintenant a trois seulement par semaine.
"La compagnie American Airlines accepte d6sormais des colis n'exc6dant pas 50 livres.
Entre 51 et 70 livres, la charge a payer sera de USD 25.00; de 71 livres a 100 livres, ce
sera la rondelette somme de USD 100."

Le local du CEP attaque
Une grenade a fragmentation aurait Wte lance sur le local du Conseil Electoral Provisoire
(CEP), le samedi 26 mars dernier.
Les assaillants n'ont pas Wte identifies. L'attaque aurait endommag6e un compteur.
Cette attaque est un tres mauvais presage, a d6clar6 un membre du CEP qui r6clame
l'instauration de mesures de s6curit6 renforc6es pour le CEP.

Reaction muscle de Juan Gabriel Valdes
Le chef de la MINUSTAH a lance une s6rieuse mise en garde contre les secteurs qui
voudraient empecher la tenue des prochaines elections dans le pays.
La classe politique haitienne a 6galement r6agi protestant contre ce genre d'agissements.
On a entendu coup sur coup les protestations de Micha Gaillard (KONAKOM) et de
Evans Paul (KID).

Levee de corps de 2 casques bleus decede
Le Bureau de la Communication et de l'Information Publique de la Mission des
Nations Unies pour la Stabilisation en Haiti, MINUSTAH a indiqu6 que la
" c6r6monie de lev6e du corps des deux casques bleus sri-lankais aura lieu le"mardi
29 mars 2005 a partir de 7 heures a I'h6pital argentin.

Nombre de Casques bleus morts en Haiti
A ce jour, 4 casques bleus ont perdu la vie en Haiti depuis que la Mission de
stabilisation des Nations Unies a commence au mois de juin 2004.
Deux d'entre eux sont morts au combat lors d'op6rations s6par6es men6es le 20
mars dernier 1'une a Petit Goave, I'autre a Terre Rouge pour deloger des militaires
d6mobilises qui s'6taient installs dans des immeuble r6serv6s a la Police Nationale.
Un troisieme casque bleu est dcede6 de mort subite en f6vrier dernier. Un quatrieme
est mort dans la region de Petit Goave suite a un accident. Ce soldat observait un
bateau suspect d'un pont en bois, qui s'est effondr6 sous son poids. Le soldat est
tomb6 dans la riviere, sa tete heurtant une grosse pierre. Il est entr6 dans un coma et
n'en est pas sorti.
La force de stabilisation des Nations Unies est forte de 7.400 hommes et est dirigee
par le Br6sil. Elle a succ6d6e la Force de Paix dirig6e par les Marines am6ricains a
la chute du gouvernement Aristide.

Mort et blesses lors d'une manifestation pacifique
a Port-au-Prince
Une personne a Wte tu6e et plusieurs autres blesses le jeudi 24 mars lors d'une
manifestation pacifique organis6e par les militants Lavalas a Cit6 Soleil pour d6noncer
leurs mauvaises conditions de vie et pour r6clamer le retour a l'ordre constitutionnel
rompu, ont-ils dit, avec le depart force d'Aristide le 29 f6vrier 2004. La manifestation qui
avait rassembl6 plusieurs milliers de personnes, 6tait a sa phase terminale quand des
hommes arms ont ouvert le feu sur les participants qui regagnaient leurs demeures. Le
porte-parole des militants du Bel-air, Samba Boukman, a accuse des agents de la Police
nationale et des partisans de l'ancienne opposition a Aristide, dont le nomm6 Labanyb,
d'avoir commis ce forfait. Selon Sanba Boukman, la police qui 6tait accompagn6e d'une
ambulance a emport6 plusieurs autres cadavres, et proc6dd6 plusieurs arrestations.

La COPAH lance un cri d'alarme.
La Conference des Pasteurs Haitiens d6nonce la situation d'injustice et de violence qui
rbgne en Haiti et appelle les Haitiens a oeuvrer a l'6tablissement d'une soci6t6 juste et
equitable. Dans un message a la population, la COPAH a rappelk le sens de cette fete qui
symbolise l'amour, le partage, la paix, le pardon, l'humilit6 et le sacrifice.
La Conference des Pasteurs Haitiens appelle tous ceux qui sont l'objet de persecutions,
de repression, ou qui croupissent ill6galement derriere les barreaux a s'armer de courage
et de force puisque, dit-elle, l'heure de la delivrance est proche.

Des doutes planent sur lapossibilit6 de r6aliser des elections
en Haiti a la date prevue
Le secretaire americain a la Defense Donald Rumsfeld, a 6mis des doutes quant a la
realisation des prochaines elections en Haiti en septembbre prochain.
(voir En bref / 18)


Page 2


Le deces de Carole Germain

Noisin (La Blonde)
Nous annoncons avec infiniment Nous pr6sentons, dans ces
de peine le d6ces de Carole Germain circonstances, nos sinceres condol6ances,
Noisin, la fille de Denise et de Loulou. a sa mere Denise Poitevien Noisin, a son
Elle a rendu l'ame le jeudi 24 mars 2005. pare le Dr. Louis Noisin, a sa fille Alpha
Les services fun6raires auront lieu le lundi Germain, a son frbre Louis Edouard, a sa
28 mars, suivis de l'incin6ration. Les sour Chantale, aux families et amis
cendres seront transport6es en Virginie. 6prouv6s par ce deuil.






Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Page 3


L'ACTUALITE EN MARCHE


Rumsfeld emet des doute sur la

possibility de realiser les elections

et conseille a la Minustah d'avoir un bon planning
BRASILIA, 23 Mars Le Secr6taire am6ricain a des reporters alors qu'il 6tait en route pour la capitale
la defense, Donald Rumsfeld, a 6mis des doutes sur les du Br6sil pour rencontrer le president Luiz Inacio Lula
projets de tenir des elections en Haiti en octobre, novembre da Silva et des officiels de la s6curit6.
et d6cembre prochains, citant l'exp6rience de Le Br6sil conduit actuellement une mission de
l'administration Bush en Afghanistan et en Iraq. casques bleus de 1'ONU en Haiti et a d6ploy6 lui-meme
"Cela demande beaucoup d'efforts et de planning plus de 1.100 militaires.
au point de vue s6curite" a d6clar6 Rumsfeld. "Vous devez Rumsfeld a salu6 la performance des soldats
tout preparer a l'avance car la situation peut vous 6chapper latino-am6ricains en Haiti mais les a avertis qu'une
rapidement et a n'importe quel moment" a-t-il poursuivi. planification remarquable est n6cessaire pour la tenue
Le chef du Pentagone parlait mercredi dernier a des prochaines elections.
La s6curit6 en Haiti 6tait tout en
haut de l'agenda de la tourn6e du Secr6taire
am6ricain i la defense qui l'a conduit en
Argentine, au Br6sil et au Guatemala.
"Je pense que c'est difficle et je
r a pense qu'ils font un excellent job" a d6clar6
Rumsfeld aprbs sa rencontre avec son
e -homologue argentin Jos6 Pampuro.
Le vote de confiance de Rumsfeld
pour la force de maintien de la paix en Haiti
fait suite 5 de nombreuses critiques
questionnant la capacity de la mission de
7.400 militaires et policiers i mater les
groupes arms qui continuent i semer la
(voir Rumsfeld / 4)


AE
CRAPOIS





, o0s8


THOR


I.
Thor 14, Route de Carrefour

513-0703

LUN-VEN 8:30 am & 3:00 pm
SAM 8:30 am A 1:00 pm


"Iu UNIBANK


"Chamtfue four plus proche de vous"


www.unibankhaiti.com


LA TENSION CONTINUE DE GRIMPER

La police tire encore

sur une manifestation pro -

Lavalas: Au moins 1 mort
(Police ... suite de la lere page) Mais peu aprbs, la police a commence tirer a
mars) avait commence pacifiquement dans le son tour alors qu'un groupe de manifestants 6tait arrive
bidonville de Cit6 Soleil, selon la d6peche de la hauteur de l'avenue conduisant a l'a6roport international,


Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


Associated Press, avec des milliers de
participants chantant "Aristide pour toujours"
et brandissant des photos du leader ren-vers6.
Soudain plusieurs coups de feu ont
retenti alors que la mani-festation approchait
du poste de police local, envoyant les mani-
festants se mettre a l'abri dans toutes les
directions.
Selon ces derniers, les tirs sont le fait
d'un gang qui s'est retourn6 contre Aristide.
Ils ne semblent cependant pas avoir fait de
bless6s.


tuant une personne,
selon des t6moins.
Des reporters de
Associated Press ont
vu la police tirer en
l'air, puis sur les
manifestants.
Charles
Christner, un
instituteur de 34 ans,
descendait d'un
autobus quand il a tW
atteint au bras. "Tout
a coup, j'ai vu la
police se mettre a
tirer et j'ai recu la
balle."


WAlors que
des douzaines de
policiers haitiens
monitoraient la
manifestation, peu de casques bleus 6taient a l'horizon -
une difference notable avec les manifestations pr6c6dentes
qui 6taient accompagn6es 6troitement par les soldats
internationaux.
Beaucoup craignent que la violence des groupes
arms, mais aussi de la police elle-meme, ne fasse capoter
les elections g6n6rales fixes a novembre et d6cembre
prochains, avec des municipales en octobre.

Morts et blesses lors d'une
manifestation pacifique P.6


Fiche d'Abonnement a Haiti en Marche


Nom


Adresse


Haiti
Etats-Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


Gdes 250
US $ 40.00
DC $ 42
US $ 70
US $ 70


Gdes 500 Livraison i domicile double tarif
US $ 78
DC $ 80
US $ 135
US $ 135


1 An


ANALYSE SOMMAIRE
Qui ne veut pas des elections ... mais qui veut toujours
des elections? p. 1
L'ACTUALITE POLITIQUE
Rumsfeld doute de la possibility d'organiser les elections
p.3
Valdes promet la fermet6 a ceux qui refusent de d6poser les
armes p.6
Et il demande a 1'ONU plus de moyens p.6
La MINUSTAH doit mater les groupes arms pour ouvrir la
voie aux elections p.7
L'ACTUALITE EN MARCHE
La police tire encore sur une manifestation Lavalas: 1 mort
et des bless6s p.1
2 policiers et leur chauffeur tu6s dans une embuscade p.14
Manifestation Lavalas a l'occasion du 29 mars p.6
Sit-in des partisans d'Aristide devant l'Ambassade du Canada
a Miami p.8
Casque bleu mort par accident p.14
REPORTAGE
Haiti, une ile a la derive p.9
ECONOMIE
Pour American Airlines, 1'Haitien est le cochon de payant
p.1
Le micro-cr6dit strangle les micro-entrepreneurs p.17
SOCIETE
Criminality: Des citoyens am6ricains d6port6s aussi en Haiti
p.8
Francophonie: Grandeur et decadence du francais en Haiti
p.10
OPINIONS
Gu6rilla a Port-au-Prince p.9
II faut stopper une nouvelle manoeuvre contre Cuba! p.14
DEVELOPPEMENT DURABLE
Survol de l'6volution de la structure foncibre p.16
SPORTS
Violette bat Racing 1-0
J'AS Mirebalais champion p.15


6 Mois


1 An


I



I








UNE ANALYSE


Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Petit-Goaive et Terre-Rouge ne sont qu'un apercu


Qui ne veut pas des electi<
(Elections ... suite de la lere page) Sur ce, plusieurs attentats ont W6t perp6tr6s coup
a Petit-GoAve (sud ouest) avec un assaut des forces de sur coup contre des membres de la Police nationale qu'on
l'ONU contre un commissariat de police occupy depuis de pourrait interpreter comme des repr6sailles de la part des
longs mois par un groupe d'anciens soldats haitiens anciens militaires, vu qu'ils considerentaussil'institution
r6clamant la reconstitution des forces armies haitiennes policiere comme ayant usurp6 la place des forces armies,
dissoutes en 1995 suite a un regime militaire sanglant leur place.
(1991-1994). Deux policiers ont 6t6 tuds, dont l'un attache la
s6curit6 du ministre de la Justice Bernard Gousse.


Bilan: 1 soldat
srilankais tu6, ainsi que deux ex-
militaires haitiens.
Le meme jour, une
patrouille de la Minustah est
attaqude dans la region de Terre
Rouge (Plateau central) par des
anciens soldats. Un soldat
ndpalais perd la vie.
Un troisieme casque
bleu est d&cd6& par accident
toujour a Petit-Goave (voir p.
14).

Le climat d'in-
s&curite "est en contra-
diction avec la tenue
d'l6ections" ...
Cette 6preuve de force
marque, selon Associated Press
(21 mars 2005), une
determination plus large a
neutraliser les "milices armies
qui menacent les civils partout
ou sont d6ploy6es les troupes de
I'ONU."
Cependant d'apres un
expert des affaires de la Caraibe
aupres de l'Inter-American


Beaucoup se refugient dans la priere; vendredi saint a Vierge Miracle (Ganth


Dialogue, un think tank de Washington, l'enjeu est encore
plus important: on craint que les groupes arms ill6gaux
n'emp&chent les prochaines elections d'avoir lieu.
Le timing de l'offensive des troupes de 1'ONU
reflete que les d6cideurs internationaux ont enfin compris
que le climat d'ins6curit6 "est en contradiction avec la tenue
d'dlections", declare Daniel Erikson.
Les elections ne sont pas possibles en Haiti, selon
Erikson, "a moins que les casques bleus acceptent de
confronter les gangs armss, tous les groupes arms.
L'objectif de cette levee de boucliers c'est done
la tenue des elections en automne prochain et tout devrait
etre vu d6sormais dans cette perspective.
D6barquant r6cemment a Port-au-Prince, le
ministre canadien des Affaires 6trangeres, Pierre Pettigrew,
le confirmait d6jai travers les deux principaux points de
son agenda: d6sarmement et elections.
Cependant le gouvernement de transition, ainsi
que la Minustah, ont pendant longtemps tourn6 autour du
pot a propos des militaires d6mobilis6s.
Le gouvernement a commence leur verser des
compensations (cofit estimatif 28 millions de dollars US)
mais sans avoir r6ussi A les convaincre de d6sarmer.

Attaque a la grenade contre le CEP...
Ceci a laiss6 le temps aux anciens des FAD'H
(Forces armies d'Haiti) de s'enraciner davantage dans la
population locale.

Rumsfeld emet des doute
sur les prochaines elections
(Rumsfeld ... suite de la page 3)
violence en Haiti, avec les ex-militaires rebelles controlant
une grande partie du pays.
Le manque de s6curit6 a aussi pr6venu les
donneurs d'aide de d6bloquer une assistance financiere de
$1.2 milliard promise au pays depuis juillet 2004.
"Une election r6ussie, comme nous l'avons
exp6riment6 en Afghanistan et en Iraq, demande
6norm6ment d'effort" a expliqu6 Donald Rumsfeld. "Et
vous devez etre en avance, sinon le contr6le peut vous
6chapper rapidement car le facteur intimidation peut jouer
aussi" a poursuivi le Secr6taire am6ricain a la defense au
plan de la s6curit6.
Rumsfeld a dit qu'il ne sait pas si la Mission de
stabilisation en Haiti (Minustah) a suffisamment de
planning mais qu'il a confiance que les Latino-Am6ricains
sont "sensibles a ce fait qu'il faut se preparer de bonne
heure et que tout doit etre pr6par6 t6t et bien."


Le chauffeur du chef de la police judiciaire
(DCPJ) a Wte grievement bless par balles.
Enfin (peut-etre afin que le message 1 aussi soit
bien clair), on rapporte que des inconnus ont attaqu6 a la
grenade dans la nuit dejeudi a vendredi le siege du Conseil
electoral provisoire (CEP), l'organisme charge des
elections.
La confrontation Minustah Militaires
d6mobilis6s n'est done point terminde et menace au
contraire de faire boule de neige, monter encore la tension
d'un cran.

Une certaine accalmie dans les
quartiers chauds ...
Du c6t6 des groupes arms qui ont fait la loi dans
les quartiers populaires, on note une certaine accalmie.
Cela suite a diff6rentes initiatives de la force internationale.
D'abord augmentation et consolidation de sa presence aux
points les plus chauds: Bel-air, Cit6 Soleil.
Les gangs arms, s'ils n'ont pas disparu, se sont
retrouv6s probablement d6stabilis6s au niveau de leur base,
qu'ils ne seraient pas encore arrives a pouvoir reconstituer
aussi solidement qu'avant.
Un autre acquis pour le contingent bresilien, qui
a la responsabilit6 de la capitale, a 6t6 la decision d'assurer
lui-meme la s6curit6 lors des manifestations organis6es
par les partisans de Fanmi Lavalas, le parti du president
d6chu Jean-Bertrand Aristide, appelant au retour


ons; mais...
"physique" de ce dernier comme condition pour leur
participation aux prochaines elections. Un geste positif qui
facilite la perc6e des troupes internationales dans les
quartiers populaires.

Le volet social ...
C'est lB qu'intervient le volet social, socio-
&conomique. Les troupes br6siliennes mettent la main a la
pate pour la collecte des ordures
dans les bidonvilles, les soins de
sant6 primaire, etc.
Puis ces centaines
d d'emplois actuellement a 1'oeuvre
dans le nettoyage des rues de la
capitale, une initiative financee par
1'USAID, et destinee exclusi-
vement aux plus d6sherit6s. Si les
rues ne sont pas encore tellement
plus propres (a cause aussi de la
carence d'autres services publics),
mais la r6ussite est 6vidente au
niveau du petit peuple. Du coup, le
nombre de gens se livrant a la
mendicit6 semble avoir
remarquablement diminu6.
Li aussi, cherchez les
61ections! "C'est la pauvret6 la
principale source de l'instabilit6"
affirmait le premier ministre
int6rimaire Gerard Latortue lors de
la rencontre 5 Cayenne (Guyane
francaise) des bailleurs de fonds
d'Haiti le 18 mars dernier.
Toutefois, les vrais projets
1 cet 6gard se font toujours attendre
car les fonds promis par les pays
ier) photo Thony "amis" nont toujours pas st
d6caiss6s plus d'un an apres ...
D'autre part, combien de temps durera le
programme de 1'USAID?

Le troisieme "rbch dife" ...
Cependant en dehors du d6sarmement et du volet
socio-6conomique qui tous les deux commencent a se
dessiner peu ou prou, il existe une troisieme exigence (le
troisieme "r6ch dife") pour 6tablir la cr6dibilit6 des
prochaines elections et pour un avenir moins lourd de
menaces. Et aussi pr6venir que le prochain gouvernement
n'en fasse lui aussi qu'a sa tete et nous ramene avant
longtemps dans les memes ornieres, la meme p6taudiere.
C'est le dialogue national, mais d'abord comment
amener les principaux secteurs autour de la meme table?
Ici c'est le n6ant total. Le d6fi le plus difficile a
relever se r6vele avoir les haitiens discuter honnetement de
leurs diff6rends, pour essayer de trouver un moyen terme.
Il n'y a pas moyen de moyenner en Haiti. Malgr6 l'6vidence
de notre fin prochaine ...
Pour l'instant, aucune formule ne semble pouvoir
amorcer un d6gel. Les d6marches se multiplient: s6minaire
de trois jours a Moulin sur Mer sous 1'6gide du
Gouvernement de Norvege; promotion t616 du Nouveau
Contrat Social du Groupe des 184; table ronde a l'initiative
de l'Organisation Internationale de la Francophonie, et sous
(voir Elections / 5)


Rumsfeld prend la defense
PORT-AU- de M inustah reconstruction en panne alors
PRINCE, 21 Mars Le U-.de ijL IL Ih que les elections approchent.


Secr6taire am6ricain a la defense, Donald Rumsfeld, a
d6fendu les operations de la Mission des Nations Unies
en Haiti, face aux critiques que la force internationale a
&t6 trop lente a agir contre les groupes arms ill6gaux.
"Je pense que les forces en Haiti ont fait d'une
maniere g6ndrale un bon travail" a d6clare Rumsfeld lundi
aux reporters alors qu'il 6tait en route pour l'Argentine,
la premiere tape d'une tournee de 4 jours en Am6rique
latine.
Le chef du Pentagone a estim6 que les efforts de
maintien de la paix en Haiti en general se d6roulent bien.
Les Etats-Unis ont soutenu cet effort comme une
opportunity pour les nations de l'Am6rique de travailler
ensemble. Cependant des officiels internationaux
craignent que les engagements pour l'aide internationale
ne se concretisent pas suffisamment, laissant l'effort de


Celles-ci sont fixes a l'automne prochain (octobre,
novembre et d6cembre).
Dimanche en Haiti, les casques bleus ont lance des
operations contre un commissariat (a Petit-Goave, sud du
pays) d6tenu depuis de longs mois par des militaires
d6mobilis6s qui ont repris les armes, et un peu plus tard
contre une base du meme groupe dans la region du Centre
(a Terre Rouge).
Deux soldats strangers ont perdu la vie, ainsi que
deux anciens militaires haitiens.
La force onusienne a repris possession de ces deux
campements.
Au cours de son s6jour en Argentine, Donald
Rumsfeld a rencontr6 ce mardi le ministre de la Defense
argentin, Jose Pampuro.
(voir Minustah / 6)


Page 4







Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Page5


DE L'ACTUALITE


qui veut toujours des elections?


(Elections ... suite de la page 4)
la pr6sidence du secr6taire g6ndral de l'organisation lui-
meme, l'ex-pr6sident s6ndgalais Abdou Diouf...
L'objectif est de signer une sorte de pacte de non
agression, mais surtout s'entendre sur un agenda complet,
allant de la gouvernance, la lutte contre la corruption, au
respect des droits humains, bref qui 6tablisse une fois pour
toutes les priorit6s nationales, aux yeux de l'haitien lui-
meme et de la communaut6 internationale, et qui soit
incontournable pour les nouveaux et futurs gouvernants,
une sorte d'6quivalent de la charte des amendements qui
fait pendant a la constitution am6ricaine. Aussi obligatoire
et qui pourrait meme etre soumis au vote du prochain
parlement aprbs une large sensibilisation du public (faute
d'une procedure officielle d'amendement qui n'est pas
(encore) reconnue par notre constitution de 1987).

Paroles, paroles! ...
Voil5 done des pr6-requis sans lesquels les
prochaines elections sont d'avance sujettes a caution. Alors
qui veut empecher les prochaines elections?
Le batiment du Conseil Electoral a bel et bien Wtd
bombard dans la nuit du jeudi au vendredi saint.
Commencons grosso modo par les deux
principaux protagonistes: le peuple et 1'dlite.
Le peuple en general ne se manifeste pas encore.
Le peuple, il a pour le moment d'autres chats a fouetter.
Tout au moins, il regarde avec amusement (ou peine) les
candidats qui ont commence d6filer, avec tambour et
trompettes, chacun se proclamant d6ji le prochain heureux
Olu ...
Paroles, paroles!
Mais au fond de leurs pens6es (s'il en est), tous
cultivent un meme d6nominateur commun: l'dlecteur
Lavalas. Les uns ouvertement, d'autres en sourdine.
Le parti Lavalas, quant a lui, est divis6 (ce qui
justifie l'observation pr6c6dente) entre ceux qui sont en
exil avec le president d6chu, et ceux qui sont rests au pays.
Et les sub-divisions se poursuivent encore a l'int6rieur de
ces deux groupes principaux.


Pour le moment, la position du Lavalas sur le
terrain (a qui finalement appartiendra d'une fagon ou d'une
autre la decision finale), c'est: pas de participation aux
elections sans le retour "physique" du president qui a 6t6
renvers6 par la force le 29 f6vrier 2004.
Done, Fanmi Lavalas n'est pas contre les
elections, il pose des conditions. Et l'une d'entre elles est,
si 1'on peut dire, en train de se r6aliser. Les anciens
militaires ne sont-ils pas chassis des postes de police et
autres batiments publics qu'ils occupent depuis la chute
d'Aristide, et qui posent un obstacle a la participation de
tous les partis et organisations politiques (donc, y compris
Lavalas) aux elections de octobre, novembre et d6cembre
prochains.
Cela de gr6 ou de force. Oyez la note de presse
du Bureau de Presse du Premier Ministre (23 mars 2005):
"Le Premier ministre deplore les incidents malheureux
survenus a Petit-Goave et a Terre-Rouge. Il souhaite que
le processus de r6cup6ration des locaux occup6s par les
militaires se poursuive comme pr6vu dans l'accord sign
avec la Commission des Militaires D6mobilis6s, sans autres
incidents malheureux qui peuvent faire des victimes tant
du c6t6 des citoyens haitiens que de celui des membres de
la communaut6 internationale qui supportent la transition."
Malgr6 les mille et une precautions de style,
l'essentiel est dit. "Le message est clair" comme dit le
G6ndral Heleno.

Pas de baguette magique...
Quant au retour "physique" de l'ex-prdsident, il
n'est pas clair si c'est pour reprendre la tete du pouvoir, ou
la tete de son parti afin de conduire celui-ci aux elections.
Quelle est l'approche du leader maximo Lavalas vis-a-vis
des incontournables que sont le d6sarmement, la creation
d'emplois pour une masse en guenilles, le dialogue national
sans lequel nous continuons de tourner en rond dans notre
mardcage? Toutes questions qui ne peuvent etre r6solues
par un coup de baguette magique.
Toujours est-il que, selon le correspondant du
journal Le Monde dans la region, un sondage r6alis6 aux


bons soins de l'Ambassade des Etats-Unis montrerait
Lavalas en tete ...
Done celui-ci n'a nulle raison d'etre contre les
prochaines elections. Sauf a 6clater lui-meme en mille
morceaux. Car dans 5 ans, la tendance peut s'inverser. La
nature a horreur du vide ...

La security d6passe toute autre
consideration ...
Quid maintenant de ce qu'on appelle
g6ndralement l'l6ite?
Apparemment, 1'l6ite n'aspire en ce moment qu'a
une chose: le retour a une certaine stability. Entre le
cauchemar quotidien de la criminality qui, pour la premiere
fois depuis la terreur papadoquienne des anndes 60, la
frappe aujourd'hui de plein fouet (assassinats en plein jour,
kidnappings, hold-ups et menaces de viol et tout cela encore
plus impundment qu'avant le 29 f6vrier 2004) d'un c6td,
et de l'autre l'impuissance totale qui frappe un mouvement
politique qu'elle avait appuy6 contre Aristide, l'l6ite est
prete a considerer qu'il y a moyen de moyenner.
Le besoin de s6curit6 surpasse toute autre
consideration.
Alors qui est contre les elections?
Il y a bel et bien eu attentat contre le siege du
conseil electoral dans la nuit du jeudi 24 mars 6coulM.

Ceux qui n'ont pas interAt a ce que le
pays revienne a la normale ...
Selon un rapport du groupe de recherche
International Crisis Group (8 f6vrier 2005), parallblement
au processus de d6sarmement et de r6insertion dans la
sociWtd des groupes arms, le gouvernement de transition
et l'international devraient travailler aussi a couper les liens
entre ces derniers et trois secteurs: certains politiciens,
certains hommes d'affaires, et le narco-trafic. Trois groupes
qui pousseraient done B la persistance de l'instabilit6, pour
leurs seuls interets. Et done qui n'ont pas interest ce que
le pays revienne a la normale si ce n'est a leurs propres
fins. (voir Elections / 6)








DESARMEMENT PROBLEMATIQUE


Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Valdes promet la fermete a ceux qui

NATIONS UNIES, 22 Mars Les gangs haitiens Lors d'une visite aux Nations Unies le
devraient accepter une offre des Nations Unies pour d6poser mardi 22 mars, Valdes a indiqu6 que la Minustah
les armes et retourner a la vie civile. Dans le cas contraire, est en train de prendre les dispositions pour
la force de maintien de la paix agira avec "fermete", a s'assurer que les milices et gangs ne fassent pas
declare le chef de la Mission de l'Onu pour la stabilisation capoter les elections fixes a la fin de l'annee.
en Haiti (Minustah), Juan Gabriel Valdes. Valdes a annonc6 que la mission


.Irilpt Iof 0 no%

or do WCI & c


-, -


refusent de desarmer
onusienne offrait aux gangs arms dans les bidonvilles la possibility
de remettre leurs armes et retourner a la vie civile. II a dit que la
Minustah travaillait dej a dans ce but avec des groupes arms, y
compris certains des anciens militaires.
"Si ces offres ne sont pas rescues, s'il n'est pas possible de
suivre la voie pacifique pour le d6sarmement de ces groupes, nous


-= 4 o *- WA .


* --
-


-- ,. .


oil _u_--.Mw -do. -.0 .


4b 40 a11a*


4w N- -m..-
-4b -
~ C O


qjs- - 4m M mNw m o


* e
~


m -
q.410.ow


0


"Copyrighted Material -

Syndicated Content


Available from Commercial News Provider

a MW


4p bow


o w -


n ...glo o 0
.h, mmin ,o o


4- N 4
.I -


0 a d


-- -
.b .o .m .


- 4 b


4m 41W 4 ib


- ~--. -


- --


*C 0 Se 0
~ .


-0 -


-.n a


,mm .n A N.


utiliserons la meme fermet6 que la semaine dernibre vis-a-vis des
anciens militaires", a dit Valdes.
Cependant les Nations Unies n'ont impose aucun d6lai a
ces groupes pour d6poser leurs armes, a-t-il soulign6.
Le dimanche 20 mars, deux casques bleus ont trouv6 la
mort alors que la force onusienne attaquait deux campements des
s anciens militaires. Deux ex-militaires ont &t6 6galement tu6s. Et
plusieurs dizaines ont Wet arretes par la Minustah.
Selon Valdas, alors que des anciens militaires ont accept
de d6sarmer, le problbme principal vient des milices affili6es a leur
mouvement et des gangs arms dans les bidonvilles. Les Nations
Unies sont en train d'offrir une chance a ceux-l1 de d6poser
volontairement leurs armes et de retourner a la vie civile.
Ces derniers peuvent cacher leur arsenal en des endroits
trbs secrets, puis se fondre dans la population civile a la premiere
b alerte.
Cependant, a reconnu le chef de la Mission de 1'ONU,
l'enjeu est des plus importants: ces groupes peuvent faire derailler
les prochaines elections destinies a combler un vide politique laiss6
par le renversement du pouvoir de Jean-Bertrand Aristide en fevrier
2004.


SCependant le porte-parole de la Minustah, Damian Onses
S. Cardona, precise qu'il ne s'agit pas d'une guerre ouverte. "I1 ne
S s'agit pas d'aller a un endroit et de se mettre a tirer sur des gens.
. -. .. Vous pouvez capturer des chefs de ces gangs et cela a un effet sur
S. tous les autres."


0 .

-nn-


Qui ne veut pas des elections?


(Elections ... suite de la page 4)
Voil5 oY l'on devrait chercher, du moins pour
commencer, ceux qui s'opposent aux prochaines elections.
Oyez plut6t: "Alors qu'un nombre significatif de
gangs seraient associ6s Lavalas, d'autres groupes arms,
surtout dans les zones de Cite Soleil et Delmas, seraient de
plus en plus lies avec les milieux d'affaires et d'autres partis
politiques (...). L'am6lioration de la situation s6curitaire
exige done de briser les liens existant entre le monde
politique, celui des affaires et les narcotrafiquants qui
appuient les gangs. Cela n6cessite une volont6 politique
(...) et une volont6 judiciaire pour s'attaquer aux affaires
de trafic de drogues tous ces 6elments ne sont pas encore
r6unis (...). S6rieusement discr6dit6e, corrompue et
impliqu6e soi-disant dans des activities criminelles
notamment d'enlbvements, la PNH (Police nationale
d'Haiti) pose un vrai problem. A un certain moment, il


faudra que toutes ces unites soient passes au crible
afin de les purger des auteurs de violations de droits
de l'homme et des 6elments impliqu6s dans
d'autres activities criminelles." ("La transition en
Haiti: sur le fil du rasoir", un rapport de
l'International Crisis Group, une organisation qui
dit travailler a pr6venir les conflits partout dans le
monde).
Security; reconciliation; reprise
economique et soulagement social, voilB le
problbme qui se pose d'emblee a nos decideurs.
Dbs lors la vraie question serait plut6t:
qui veut toujours des elections? Car combien sont
capables meme de l'effleurer a peine dans leur
pens6e!

Haiti en Marche, 26 Mars 2005


U-- -'--


& * *
O *
- o a


- .,


- -r


4 *- p b- .- .


S a


m 1S a


S- m * ----
-- =** **
***I L *r *


C--


Rumsfeld defend la Minustah
(Minustah ... suite de la page 4)
Al'ordre du jour, la mission 6trangbre en Haiti, a laquelle
1'Argentine contribue pour plus de 550 soldats.
"Nous avons une grande appreciation pour leurs efforts
en Haiti, aux c6tes des forces du Br6sil" qui a engage plus de 1.100
militaires, ainsi que du Chili et du Guatemala, a declare Rumsfeld
aux reporters.
Le Secr6taire americain a la Defense, qui poursuit son
p6riple au Br6sil et au Guatemala, doit aussi discuter avec ses
homologues latino-am6ricains d'une resolution a presenter devant
l'Organisation des Etats Am6ricains (OEA) pour contr6ler les
missiles portables sol-air en Am6rique Latine.
Le Br6sil a geld une aide militaire de $2 millions destine
au Nicaragua qui refuse de d6truire un tel arsenal de missiles obtenus
en 1980 pour combattre les rebelles Contras. Le Nicaragua accepte
de d6truire les missiles, mais pas tous.
Washington a peur que de telles armes ne tombent aux
mains de groupes terroristes internationaux.


Page 6


HAITI EN MARCHE
sort le mercredi a Miami, New York, Boston,
Montr6al et Chicago
BUREAU A PORT-AU-PRINCE
221-0026 / 245-1910
417-0384


Pat6 Plus Bakery, Inc


Nfturm Juige


11ts3 NE ind ka
Jha^L3mm0
uta 6 8afi


c-b-
~m PL m~ tlEb/~B
*xih ouauuu


- --------


-11


-r(L
rr


00


! =







Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Page 7


LE COIN DE MIAMI


C b
o de FbIm





-N .. *a.. O MPt



-"Copyrighted Material
SSyndicated Content
Available from Commercial News Providers"


0-0
- ---
. o
rit am


- -- o o
. i n
F Iu
o egm n


-o 41b
-. . ..

* .o *et e a
ow *


-- -- .
-~~ aC -
__ eq -


o- w
-W *


- .i o


PAR EVENS HILAIRE
evenshilaire() hotmail.com

L'ex-maire Manno Charlemagne declare

que Lavalas n'est pas une alternative dans

immediatet est catastrophique.


L'ancien maire de la Capitale haitienne,
Joseph Manno Charlemagne, qui s'6tait rendu
r6cemment en Haiti, a d6clar6 que le pays se trouve
actuellement dans une extreme misere et la situation


Opinant sur la crise qu tr averse Haam Ucpuis Cle part
du president en exil Jean BertrandAristide, Manno Charlemagne
croit que Lavalas n'est pas une alternative pour le moment. II
pense que le parti d'Aristide (Fanmi Lavalas) doit d'abord se
r6organiser.


Reactions de la communaute haitienne de

Miami sur le delogement des militaires

demobilises du commissariat de Petit-Goaive


L'actualit6 de la semaine dans la
communaut6 haitienne de Miami a 6t6 domin6e par
l'attaque de la Minustah au commissariat de Petit-
Goave pour d6loger les militaires d6mobilis6s qui
occupaient ce poste de police depuis plusieurs mois.
Pour certains, le gouvernement de transition
Boniface/Latortue a fait un bon travail en donnant
l'ordre a la Minustah de d6chouquer les anciens
membres des Forces Arm6es qui avaient pris en otage
le commissariat de Petit-Goave. Certains d'entre eux
ont meme demand a l'6quipe au pouvoir de surseoir


aux n6gociations en cours avec les militaires d6mobilis6s.
Les fanatiques du president en exil Jean-Bertrand
Aristide n'ont pas voulu s'immiscer dans cette affaire. Car, selon
eux, ce sont ces hommes arms qui avaient pris les armes contre
le president constitutionnellement Olu. Latortue doit se d6meler
avec ses pairs, ont-ils opin6, en demandant aux supporteurs
d'Aristide en Haiti de rester loin de cette bataille.
Ils ont point du doigt le premier ministre de transition
G6rard Latortue comme un des artisans du "kidnapping" de JB
Aristide.
(voir Sit-in Lavalas / 8)


La Minustah doit mater les groupes arms


pour ouvrir la voie aux elections


TERRE ROUGE, Haiti 21 mars Pour le g6n6ral
commandant de la force internationale en Haiti, Augusto
Heleno Ribeiro: "Le message est clair. Nous voulons que
ces gens nous remettent leurs fusils et se soumettent aux
lois."
"Nous aurions pr6f6r6 solutionner le problbme par
le dialogue, a poursuivi le chef militaire de la Minustah,
mais nous ne pouvons, nous ne devons pas h6siter a agir."
Le g6n6ral Heleno a aussi ajout6, selon la d6peche
d'Associated Press, "Nous n'avons pas encore termin6.


Ceci est une partie de notre strat6gie."
Les confrontations du dimanche 20 mars, au
cours desquelles 2 casques bleus (et deux anciens
militaires haitiens, qui gardent ill6galement leurs
armes) ont perdu la vie, marquent les premieres
confrontations majeures entre les forces de maintien
de la paix de 1'ONU et les anciens membres de l'arm6e
haitienne dissoute en 1995, et qui avaient repris les
armes l'ann6e derniere a la faveur de l'insurrection
qui a renvers6 le president Jean-Bertrand Aristide.


"Copyrighted Mataerial

Syndicated Contentr -

Available from Commercial News Providers"


dm m0- bD *m4b mme* ob0 e i -


qm- o -W

- a -
w ~ -~ S ___
-_ r~


enl do.-=Now .4b J ,900,, -=-NNW
- .. -mm-i


r~ ~ .r nrr r


.- -


.4D
-


Pendant des mois, les casques bleus, en
Haiti depuis juin 2004, ont &t6 critiques pour etre
trop passifs envers les groupes arms, dont des
partisans arms du president d6chu et les anciens
militaires r6n6gats.
Ces groupes sont accuses d'avoir fait plus
de 400 morts depuis septembre dernier, et certains
craignent qu'ils ne puissent saboter les prochaines
elections.
"C'est un moment de v6rit6 pour les
Nations Unies", selon Daniel Erikson, un expert en
affaires carib6ennes travaillant avec le Inter-
American Dialogue, un think-tank de Washington.
"Ils (les casques bleus) ont souffert leurs
premieres pertes, et maintenant la question est de


savoir s'ils vont reculer face a l'opposition ou s'ils vont aller
de l'avant."
De leur c6te, poursuit la d6peche d'Associated Press,
le commandant auto-proclam6 des anciens militaires,
Remissainthe Ravix, et certains de ses lieutenants, ont demand
aux anciens soldats de se soulever partout a travers le pays pour
lancer une guerre de guerilla.
Selon Daniel Erikson, le timing de l'op6ration de la
Minustah reflete la preoccupation des officiels internationaux
que si le climat s6curitaire n'est pas am6lior6, "il entrera en
collision avec les elections."
"Je pense que 1'ONU est arrive la meme conclusion:
que des elections en Haiti ne sont pas possibles a moins que les
casques bleus confrontent les gangs haYtiens", tous les groupes
arms, quels qu'ils soient, a conclu Erikson.



ERW FINANCIAL

GROUP
Licensed Mortgage Brokers and Lenders


Eske oujanm mande tet ou
Eske mwen ta kapab viv sa yo rele Rv Amerikin-an?
Kite ERW Financial ede ou f& rev sa-a vin-n on reyalite.

ESTIMASYON GRATIS AK REKLAM SA-A!
( yap ba ou kredi 16 ou f6 closing la)

Yap prete ou k6b menm si ou gen move
kredi oswa ou san kredi.

Ou pa bezwen peye pou f6 aplikasyon!

Nou pap verifye sal6-ou oswa sa ou posede!

Nou ofri pi bon inter ak anpil 16t chwa!

Nou afilye ak pi bon institisyon ki prete lajan!

Washington Mutual, Bank of America, Countrywide,
Wells Fargo
Ak anpil 16t ank6

Rele nou jody-a e ouap gen kay ou demin!
305 865-6588
305 865- 6510
www.erwfinancial.com

UUNION PLANTERS BUILDING
3550 Biscayne Blvd Suite # 407
Miami, Florida 33137


JA-t


O Q







HAITI-CRIMINALITE


Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Des citoyens americains deportes aussi en Haiti (!)


EDITORIAL


PORT-AU-PRINCE, 16 Mars 11 ne suffit pas de
d6biter les informations comme un flot ininterrompu,
vague, incolore et inodore, comme l'information est
devenue de nos jours; justement il faudra qu'un de ces jours
nous fassions le point a ce sujet. Pourquoi encourage-t-on
ce modNle d'informations informationn au service de la
pens6e unique pour imposer un modNle unique) !
Tenez, essayons d'y mettre ce matin un peu
d'ordre. La semaine derniere, par exemple, nous vous
communiquions une information du New York Post. C'est
a propos d'un jeune homme, 30 ans, nomm6 Reginald
Gousse. II devait etre d6port6 en Haiti aprbs quelques
ann6es de prison. Mais il a pu conclure un package deal
avec le procureur du district de Queens pour lui 6viter la
deportation. Reginald Gousse a fourni des informations
sur le suspect dans le meurtre d'un policier. En change, il
n'a pas Wtd d6port6 en Haiti.


Sit-in des partisans

d'Aristide devant

I'Ambassade du Canada

a M iam i (suite de la page 7)
Dans le cadre de leur s6rie de mouvements de
protestation a Miami, les partisans du president d6pos6 ont
organism mercredi dernier un Sit-in devant les locaux de
l'Ambassade du Canada au centre ville de Miami pour
d6noncer la crise politico-sociale qui secoue le pays depuis
le depart force pour l'exil de Jean-Bertrand Aristide qui,
rappellent les manifestants, a Wtd d6mocratiquement dlu
au cours d'l6ections g6n6rales en Novembre 2000.
Ils en ont profit pour d6noncer l'arrestation et
l'emprisonnement illegal des membres de Fanmi Lavalas.
Au cours de la demonstration, les fanatiques du
president qui est exile en Afrique du Sud, devaient remettre
un document aux officiels de l'Ambassade du Canada
contenant leurs revendications. Evens Hilaire


SAMDI 23 April
8:30 a.m.
jiska 4 p.m.
Kblkeswa Lapli
oubyen solby n;
twa kote sa yo:
Florida Internati
University
North Campus
3000 N.E. 151 Stree
Parking Lot #7
(Enter at Biscayne
and N.E. 151 Street


Mais deux mois plus tard, en janvier dernier, il
tuait de deux balles un banquier. Le New York Post
rapportait les reproches douloureux de la veuve du banquier
a l'endroit du procureur ...
Penser au meme Reginald Gousse qui aurait done
d6barqu6 en Haiti, n'6tait ce deal, ce "plea bargain" avec
le parquet du district de Queens. Ce n'est peut-ftre pas
une seule personne qu'il aurait tuee, vol6e, pill6e, et meme
viol6e ... Vu que nous n'avons aucune protection en Haiti,
alors qu'il peut d6ji faire tant de d6gats dans une ville
comme New York avec le plus grand corps policier du
monde.
Maintenant, passons a une autre information
diffuse en fin de semaine sous le titre: "Nouvelle mise en
garde des Etats-Unis contre les voyages en Haiti."
"Le DMpartement d'6tat a de nouveau mis les
citoyens am6ricains en garde contre les risques de voyager
en Haiti en raison de problbmes de s6curit6 ...".
La note du gouvernement am6ricain mentionne
les risques de manifestations spontan6es et de
confrontations violentes, les risques de pillage, la presence
de barrages routiers occasionnels, bref les mille et une
menaces poses par une atmosphere politique touours aussi
volatile et auxquelles chacun d'entre nous est expos ...
Mais administration am6ricaine met aussi ses
ressortissants en garde contre les kidnappings,
d6tournements de voitures et autres actes de banditisme
qui font rage actuellement a Port-au-Prince et dans ses
faubourgs r6sidentiels. Un vrai cauchemar quotidien.
Or si nous rapprochions cette seconde information
de la pr6c6dente, qu'en dites-vous?
Qui contribue a cr6er cette atmosphere
cauchemardesque contre laquelle il met encore en garde
ses ressortissants? De quoi pour un citoyen am6ricain qui
viendrait a en etre victime de faire un procks en rbgle a
administration am6ricaine qui diverse ses pires criminels
dans les rues de la capitale haitienne.
Et ainsi de suite. Le 19 f6vrier dernier a eu lieu
une evasion de prbs de 500 d6tenus au P6nitencier national
de Port-au-Prince. Parmi eux, des dizaines ou centaines de
criminels notoires qui avaient &t6 d6port6s des Etats-Unis


P mII Li1 I i' IE II W.I WjWJ LW I 'AI I 0_

2005, Si nou pa byen jete vye pwodwi chimik tankou penti alwil,
mineral spirits, pwodwi pou netwaye pisin, ensektisid, pwod-
wi pou touye move zeb epi 16t kalite pwodwi chimik nou sevi
lakay sa kapab polye anviwonnman nou an ki si telman deli-
ka nan Sid Florid la. Pote yo vini nan Pwogram Espesyal
an Ranmasaj Pwodwi Chimik Ki SBvi Adomisil yo. Nou kapab
ranmase pou jete oswa resikle jiska 50 liv pwodwi chimik sa
yo pou nou san danje epi gratis depi se pa pou biznis se pou
moun kay rezidansyel.


lUildl


)t,

Blvd.
t)


Permanent Home
Chemical Collection
Center
8831 N.W. 58 Street
(8:30 a.m. to 5 p.m.)
South Dade Landfill
24000 S.W. 97 Avenue
(Antre nan barye prensi-
pal la epi swiv siy yo)

MIAMI-AD
m* wl


* Kite chak pwodwi nan veso orijinal li vini an. Make yo pou
idantifye yo.
* Asire nou ke bouchon yo byen f6men. Si veso an koule,
mete yo nan yon pi gwo veso ansanm ak yon bagay pou
bw6 li tankou papye
jounal.
* Mete tout veso yo nan
yon bwat katon byen
solid epi kenbe yo Iwen
16t moun nan oto an.
* Nou pa asepte
eksplozif yo, dech6
radyoaktif oswa
enfektye.
* Penti alo gen dwa
jete nan fatra n6mal
depi Ii byen seche.
Pou f6 penti alo
seche vit, mete
sab, sab ti chat
yo oswa papye
jounal chifonnen
pou byen abs6be
tout likid la.


Nou aksepte apar y elektwonik izaje
tankou monite konpite yo, televizyon
o, konpite prive yo,
klavye yo, inite rijid
memwa, enprime yo,
ekipman videyo, selile yo
ak radyo-kominikasyon yo.


apres leur sortie de
prison.
Des la semaine
suivante, le nombre de
hold ups, kidnappings,
vols avec effraction et
viols avait culmin6 dans
les banlieues r6siden-
tielles de Port-au-Prince.
Si tant est qu'on ne peut
tous les rapporter, outre
que certains de ces
crimes sont tellement
infames que les victimes
n'osent les rapporter.
Et puis, pour
quoi faire? Les bandits
vous disent en partant:
"Fermez la, sinon gare a
vous."
Et onsait qu'ils
sont capables de revenir,
qu'il n'y a rien i pouvoir
les arreter.
En effet, le
nombre de policiers
haitiens d6passent a
peine 2.000, et dont la
formation et l'experience
dans le maniement des
armes sont loin d'6galer
celles de ces gangsters
qui nous viennent du
froid, et qui tuent tout
aussi froidement, ou pis
encore.
A peine 2.000
agents de police, quand
on apprenait il n'y a pas
longtemps qu'il y avait
encore au moins 3.000
ex-condamn6s aux Etats-
Unis programmes pour
etre d6port6s en Haiti.
Ces depor-
tations ont commence
depuis la chute de la
dictature Duvalier.


Y a-t-il un rapport? En tout cas, au moins sous
Papa Doc, on sait comment cela se serait pass. I1 aurait
laiss6 les Am6ricains d6barquer leur premier convoi. Une
fois que l'avion serait reparti, tous les passagers auraient
Wte conduits sur l'heure a Fort Dimanche et passes tous
sans exception par les armes. Et le dictateur se serait arrange
pour donner a cela le maximum de publicity.
Ainsi il aurait renvoy6 la balle dans le camp des
Am6ricains car la prochaine fois que administration
am6ricaine s'aviserait d'envoyer ces d6port6s, elle sait ce
qui les attendrait. Et ce sont les Etats-Unis qui auraient Wte
accuses de ne pas respecter les droits humains pour avoir
envoy ces gens a la mort en connaissance de cause.
Dictature ou pas, Papa Doc savait mieux s'y
prendre dans certains domaines. Quitte a glisser
subrepticement quelques "camoquen" dans la liste des
d6port6s d6barqu6s!
Aujourd'hui c'est la lachet6 qui domine chez nous,
lachet6 ou ignorance, ou les deux?
Ainsi on apprend que les Am6ricains veulent aller
encore plus loin, puisque leurs d6sirs sont des ordres.
Vous avez sans doute appris aussi le cas de cet
haitien-am6ricain de Miami qui est 6galement en passe de
deportation.
Cependant cette information fait plus de bruit que
d'ordinaire parce que c'est la premiere fois que les Etats-
Unis d6porteraient une personne naturalis6e am6ricaine,
bref un citoyen am6ricain.
C'est une grande premiere, dit-on. En effet,
jusqu'ici on pouvait d6porter un citoyen naturalist, mais
pour une autre raison: si on venait a constater que cette
personne avait menti dans son application, dans sa demande
de citoyennet6.
Le cas ici est different. Cet haitien-am6ricain
aurait Wte impliqu6 dans le trafic de drogue.
Alors pourquoi ne pas le garder dans les prisons
am6ricaines puisqu'il s'agit aujourd'hui d'un citoyen
am6ricain, qu'est-ce qu'il a a voir avec Haiti?
Et c'est 1 que cela devient le plus int6ressant. En
effet, la constitution haitienne ne reconnait pas la double
nationality. Un haitien qui prend une autre nationality n'est
plus un haitien. Point final.
Done administration am6ricaine ne peut pas nous
imposer aussi des d6port6s qui ne sont pas des haltiens.
Point final.
Or elle s'apprfte a le faire. En ce moment le camp
de Krome, a Miami, est plein de gens en passe de
deportation pour Haiti, dont certains sont des am6ricains
par naturalisation. Done qui ne sont pas haitiens.
D'abord on a commenc6d ddporter des haitiens
qui 6taient arrives tout adultes. Puis, ce fut le tour de soi-
disant haitiens, mais des individus qui 6taient arrives aux
Etats-unis avec leurs parents alors qu'ils n'avaient pas
encore 10 ans, encore mineurs.
Puis aujourd'hui, puisqu'il n'y aucune
protestation, puisque personne, aucune autorit6 n'ose ouvrir
la gueule, alors on se prepare a nous refiler des gens qui ne
sont plus haitiens, qui constitutionnellement ne sont pas
reconnus comme haitiens. Point final.
C'est un abus.
C'est un manque de respect absolu. Manque de
respect pour nous, pour notre constitution, pour nos lois.
Mais c'est d'abord nous bien stir qui n'avons
aucun respect pour nous-memes. Nous qui ne sommes
qu'une pile de ... disons KK bWf.
Et c'est encore pour les memes que nous allons
voter bient6t.
Ils crient au viol de leur souverainet6, quand ils
ne savent meme pas oh est leur souverainet6, quand ils ne
savent meme pas ce que c'est.
Les Etats-Unis n'en ont done cure. Pour employer
le mot du president Reagan: "You ain't seen nothing yet",
vous n'avez encore rien vu!

Editorial, M6lodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Grandeur et

decadence du

franpais en Haiti P. O


Haiti: une ile

a la derive P9


Page 8







Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


IMEDECINS SANS FRONTIERES


Guerilla a Port-au-Prince


21 mars 2005
MSF est intervenue H Haiti en septembre 2004, a
l'occasion de la tempete tropicale Jeanne. Une fois passe
intervention d'urgence, les 6quipes ont ouvert un
programme a Port-au-Prince, oi rbgne une trbs forte
instability politique. Elles y ont constat6 un niveau de
violence insoupconn6 jusque-l1.
AprEs avoir transperc6 le c6ot droit de son cou,
une balle est venue se loger sous la machoire de Charles.
Une balle a traverse la poitrine de Robert pour atteindre sa
cage thoracique, a c6t de l'aorte. Un projectile a explos6
dans la jambe de Pierre, 9 ans, et lui a bris6 le f6mur en
deux.
Depuis l'ouverture du projet a l'hopital de St
Joseph, fin d6cembre 2004, les 6quipes m6dicales et
chirurgicales de MSF ont trait plus de 800 patients, dont
presque 200 pour des blessures par balle.
Victimes des troubles incessants qui secouent Haiti
depuis septembre 2004, ce ne sont que quelques-uns des
bless6s pris en charge en f6vrier dans le centre traumatique
de MSF de Port-au-Prince. Depuis l'ouverture du projet a
1'hopital de St Joseph, fin d6cembre 2004, les 6quipes
m6dicales et chirurgicales de MSF ont trait plus de 800
patients, dont presque 200 pour des blessures par balle.
Par rapport aux mois pr6c6dents, le mois de f6vrier a W6t
calme, meme si les urgences continuent d'affluer dans cet
h8pital pouvant accueillir jusqu'5 42 personnes.
"Nous recevons a peu prbs trois patients blesses
par balle par jour, affirme James Smith, chirurgien irlandais
membre de l'6quipe internationale et haitienne du projet
MSF Une ou deux fractures n6cessitent une intervention
chirurgicale, et nous faisons des laparotomies [ouverture
de la paroi abdominale] environ deux fois par semaine."
Les blessures sont bien pires qu'avant, parce que
les balles modernes 6clatent des l'impact, explique un autre
m6decin de l'6quipe, qui exerce a Port-au-Prince depuis
des annees."Ce sont des munitions pour la guerre, pas pour
des combats de rue, affirme-t-il. Je n'ai jamais vu des
blessures de ce genre."

Des blessures pires qu'avant
Les blessures sont bien pires qu'avant, parce que
les balles modernes 6clatent des l'impact, explique un autre
m6decin de l'6quipe, qui exerce a Port-au-Prince depuis
des annees."Ce sont des munitions pour la guerre, pas pour
des combats de rue, affirme-t-il. Je n'ai jamais vu des
blessures de ce genre."

LA NATURE CHANGEANTE DE LA
VIOLENCE
Pendant plusieurs mois, les combats intenses
restaient confines a Cit6 Soleil et a Saline, les deux grands


quartiers pauvres et trbs peupl6s de la capitale. Des
centaines de maisons ont Wte brfiles, et beaucoup
d'habitants de ces quartiers populaires sont partis se
r6fugier dans leur famille a l'ext6rieur de la ville. Aprbs
avoir visit la morgue de Port-au-Prince, MSF estime
qu'entre septembre et d6cembre 2004, les combats de rues
- entre les bandes armies qui soutiennent le Pr6sident exile
Jean-Bertrand Aristide et celles qui s'y opposent ont fait
100 morts par mois.
Les combats sont aujourd'hui plus diffus et
sporadiques, mais ils se propagent dans d'autres quartiers
populaires comme Martissant, Village de Dieu, et Post-
Marchand. Les groupes, connus collectivement sous le nom
de rat pa kaka, semblent pour l'instant avoir renonced la
confrontation directe entre eux ou avec la police. Mais le
danger d'une nouvelle escalade du conflit est bien reel,
car les groupes arms jusqu'aux dents restent nombreux et
inspirent la crainte parmi les civils. "S'il vous plait, ne
mentionnez pas mon nom, demande un bless. Ils peuvent
exterminer toute ma famille s'ils savent que je vous parle."

INCERTITUDES
Un an aprbs le depart force du Pr6sident Jean-
Bertrand Aristide, les incertitudes sur l'6volution de la


situation politique d'Haiti restent toujours aussi vives. Les
tensions entre ceux qui ont forc6 Aristide a partir et ceux
qui veulent qu'il revienne de son exil sud-africain n'ont
pas faibli. Des explosions de violence, impr6visibles,
continuent de secouer File, sans que les 7 400 soldats des
Nations unies parviennent a y mettre un terme. La
cr6dibilit6 du gouvernement de transition s'6rode chaque
jour un peu plus. Et il n'est meme pas certain que les
elections prevues en novembre prochain parviennent a
ramener un peu de sr6nit6.
Alors qu'Haiti traverse tant bien que mal cette
crise, MSF continue d'assurer les soins chirurgicaux
d'urgence aux victimes. Aprbs de premieres operations
chirurgicales menees avec peu ou pas d'6quipement, la
mobilisation de notre 6quipe a permis de cr6er deux salles
d'op6rations ainsi que des chambres d'hospitalisation, a
proximity des zones de conflit.
Quand on demande aux habitants des quartiers
les plus touches de Port-au-Prince comment ils envisagent
l'avenir, ils r6pondent qu'ils n'ont jamais v6cu dans une
telle ins6curit6, et qu'ils ne voient pas comment la situation
pourrait s'arranger dans un futur proche. Quelles que soient
les provisions, il est certain que le chapitre de violence de
ce pays torture n'a pas fini de s'6crire.


13 mars 2005 par VALERIE THORIN


Le 29 f6vrier 2004, le president Jean-Bertrand
Aristide prenait le chemin de l'exil, laissant un pays en
plein chaos. Un an aprbs, rien n'a change. Ou si peu...

Les derniers confettis du carnaval ont Wte balayes
par le vent, et Port-au-Prince replonge dans son morne
chaos. Un an aprbs le depart force du president Jean-
Bertrand Aristide, Haiti reste en proie a une crise
multiforme: politique, s6curitaire, dconomique et sociale.
" Rien ne va plus"" commente d'un ton las soeur Rende
B., une religieuse francaise. A la Saline, a Cit6-Soleil et
dans tous les quartiers mis6rables de la capitale, elle se
d6pense sans compter pour maintenir quelques 6coles en -
relatif 6tat de marche. Sans fournitures scolaires et, trop
souvent, sans table, sans chaise et sans 6lectricit6. Parfois,
quand une 6meute 6clate a proximity, enseignants et 61eves
sont contraints de rester chez eux.
Pas un jour sans que r6sonne le claquement des
armes automatiques. Vieux tromblons charges de mitraille


ou kalachnikovs flambant
neufs, quelque trois cent mille
armes seraient en circulation.
En toute ill6galit6. Les
cadavres jonchent les rues et
pourrissent au soleil avant que
quelqu'un, souvent un
volontaire de la Croix-Rouge,
se decide a les emporter. Les
villas chic s'entourent de hauts
murs herisses de tessons de
bouteilles, derriere lesquels
patrouillent des vigiles arms.
Terrorists, les privil6gies
vivent en quasi-autarcie. C'est
la loi de la jungle, tout le
monde se m6fie de tout le
monde. Des gangs, bien sfur,
mais aussi de la police, des
irr6guliers de l'armee et meme
des Casques bleus !
En fait, rien, ou
presque, n'a change depuis le
depart d'Aristide, le 29 f6vrier
2004. Les 6quilibres macro-
6conomiques ont certes Wte
restaures, mais qui s'en
apercoit ? Sfirement pas les
pauvres hbres qui peuplent les
bidonvilles. Conduit par le
Premier ministre G6rard
Latortue, le gouvernement
int6rimaire peine a asseoir son
autorit6. Et meme sa
cr6dibilit6. Son refus de tout
dialogue et de toute critique


- exacerbe les tensions. La Chambre de commerce et les
divers groupements d'entrepreneurs priv6s, comme le trbs
puissant Groupe 184, que dirige Andrew Apaid, un ancien
allied, reclament sa d6mission et appellent a des
manifestations. Seul lui reste acquis le soutien de la
communaut6 internationale (Etats-Unis, Canada, France),
symbolism par la presence sur le terrain de la Mission des
Nations unies pour la stabilisation en Haiti (Minustah). Tres
nationalistes et tres m6fiants envers toute immixtion
ftrangbre, les Haitiens vivent mal cette situation. Les allies
et venues des gros 4x4 des responsables onusiens dans les
rues de Port-au-Prince et l'installation des membres des
ONG internationales dans les belles demeures et les hotels
des quartiers r6sidentiels suscitent, pour le moins, une
certaine irritation.
Le remaniement minist6riel du 3 fevrier a Wet jug6
"cosm6tique par les milieux politiques. Au grand dam
des groupements patronaux qui appr6ciaient son
dynamisme, Danielle Saint-Lot a di ceder son minister
de 1'Industrie et du Commerce, alors qu'il semblait promis
a Marie-Claude Bayard, lapr6sidente de l'Association des
industries d'Haiti (Adih). Mais cette dernibre a Wte
contrainte d'y renoncer, aprbs une vive pol6mique sur sa
nationality. De toute facon, cette valse des portefeuilles
n'aura qu'un effet limit sur le redressement 6conomique.
Quoique contest, le Premier ministre a conserve son poste.
Seule bonne nouvelle, la publication du calendrier
electoral. Les deux tours des elections lgislatives et
pr6sidentielle auront lieu le 13 novembre et le 18 d6cembre.
Des scrutins municipaux et locaux sont par ailleurs pr6vus
en octobre. Un accord portant sur l'octroi d'une aide globale
de 44 millions de dollars pour l'organisation de ces
consultations a Wt signed par le Conseil electoral provisoire
(CEP), la Minustah et le Programme des Nations unies pour
le developpement (Pnud). L'Organisation des Etats
am6ricains (OEA) apportera un appui technique a
l'inscription des 6lecteurs sur les listes, avec pour objectif
l'6tablissement d'un registre d'6tat civil national une
premiere a Haiti.
Jean-Bertrand Aristide est actuellement en exil a
Pretoria, en Afrique du Sud, mais il conserve le contr6le
de sa formation, le parti Lavalas, par le biais d'un Comit6
des dix-neuf qui est en contact permanent avec lui. Des
divergences sont cependant apparues, qui pourraient
conduire a un 6clatement. Certains membres du parti
refugies aux Itats-Unis ont publiquement d6savou6 leurs
camarades rests a Haiti, ceux notamment qui, autour de
l'ancien s6nateur G6rald Gilles, se sont elev6s
publiquement contre la violence. D'autres ont fait connaitre
leur intention de participer aux prochaines elections, avec
ou sans l'autorisation d'Aristide.
Un an aprbs son depart, le discours du president
d6chu n'a pas change : il s'estime victime d'un coup "
foment par les services sp6ciaux am6ricains et francais.
Aux premieres heures du 29 fevrier, alors que les forces
rebelles, relativement bien organisees, marchaient sur Port-
au-Prince, le march qui lui aurait Wte mis en main par
Luis Moreno, l'adjoint de l'ambassadeur des Etats-Unis:
(voir Une ile / 12)


Page 9


REPORTAGE


HAITI : Une ile a la derive


LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA MIAMI
I1B


Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids, which
can be obtained through the Department of Procurement Management
(DPM), from our Website: www.miamidade.gov/dpm. Vendors may
choose to download the bid package(s), free of charge, from our
Website under "Solicitations Online". Internet access is available
at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is recommended
that vendors visit our Website on a weekly basis to view newly posted
solicitations, addendums, revised bid opening dates and other
information that may be subject to change.

Interested parties may also visit or call:

Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an
additional $5.00 handling charge for those vendors wishing to receive
a paper copy of the bid package through the United States Postal
Service.


These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in
accordance with County Ordinance No. 98-106.






Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Page 10


I FRANCOPHONIE I


Grandeur et decadence de la langue francaise en Haiti


Par Gesler Jean-Gilles

Montr6al le 20 mars 2005-03-20
Alors que l'on mettait la dernibre main a la
c6l1bration de la quinzaine de la francophonie, Haiti
en Marche (Vol. XIX No. 7), dans son editorial a pos6
la question trbs pertinente du d6clin du francais en
Haiti. Les jeunes 6prouvent de plus en plus de
difficulties a s'exprimer dans cette langue. Tout


stranger, poursuit l'6ditorialiste, pour lequel
l'histoire, la langue et la culture devraient pourtant
8tre un obstacle a l'apprentissage du francais, le parle
beaucoup mieux que la plupart de nos bacheliers.
Quel exercice ardu, quelles contorsions auxquels
doivent se livrer quelques-uns de nos politiciens,
enseignants, fonctionnaires et meme certains
journalistes a exprimer clairement et avec une
certaine coherence leur pensde. L'exemple de ce


Le Premier ministre G6rard Latortue et la ministre de la Culture Magalie Comeau Denis arrivant
au festival de la Francophonie le dimanche 20 mars au Champ de Mars photo Yonel Louis/HenM


Hotel Restaurant Cyvadier Plage

Jacmel

La detente, I'dvasion mais aussi le confort dans un decor tropical.


Fa+tes vou5 mercer nu7t e+jour par (e son des
Vagu es E+t avourez nos sc7a('+c&- d4e &ru;+ d4e mer dans
no-re res+aurant avec vue ~irenab(e sur ('ocean.

Magnifique plage naturelle, piscine ( eau de source).
Salle de conference de 110 places.
Profitez des arrangements sp6ciaux et de notre Exp6rience !
On est a votre service depuis 20 ans !
Telephone: 288-3323 ou 418-8828

www. hotelcyvad ier. com
Vote hotel suisse eL Jaclrel !


On parle Frangais, Anglais et Allemand


dirigeant d'un syndicat enseignant, en plein coeur d'une manifestation
anti-Aristide, en f6vrier 2004, s'6criant au micro d'un journaliste de
Radio-Canada: Nous ne sommes pas peur, nous 6claire sur l'6tat
lamentable de la langue francaise en ce pays. Beaucoup d'entre nous
qui avaient crfi dans un premier temps a un lapsus, avaient vite compris
que ce n'6tait pas une erreur de la part du prof syndicaliste quand
celui-ci, aprbs avoir repris son souffle, sur le meme ton calme et pos6,
r6p6ta la petite phrase incorrecte.
Par ailleurs, de plus en plus de compatriotes qui d6barquent,
dipl6me en main, au Qu6bec, se trouvent en butte a des obstacles divers
lorsqu'ils doivent entreprendre des d6marches sur le plan administratif.
C'est le cas de ce policier qui disait avoir achev6 sa deuxibme annde a
la faculty de Droit de Port-au-Prince et qui parut indign6 de la decision
des fonctionnaires de l'organisme paragouvernemental, qui traitaient
son dossier, de recourir au service d'un interprbte pour pouvoir
communiquer avec lui. Le brave policier, pour relever cet affront fait
a son honneur, entreprit un exercice d'alignement de mots, mais c'6tait
pour se faire redire qu'on ne le comprenait pas. Ou encore certains
membres du personnel diplomatique qui vous donnent la chair de poule
quand ils passent dans les m6dias 1lectroniques. Peut-etre que dans ce
cas-ci, devrait-on plut6t questionner la politique partisane des divers
gouvernements qui ont pr6f6r6 placer a ces postes des fidbles ou un
membre de la famille au detriment de la competence.
Pourquoi ce blocage, pourquoi tant d'obstacles a
l'6panouissement d'une langue qui est pourtant pr6sente sur cette terre
depuis plus de 400 ans et dont l'histoire a fait jusqu'en 1987 la langue
officielle de l'Etat haitien? Pourquoi ce pays qui a fourni dbs la
deuxibme moiti6 du XIXe siecle jusqu'aux anndes 50 les meilleurs
ambassadeurs de langue francaise en dehors de la France, sombre t-il
dans cette l6thargie? Pourquoi l'6cole haitienne qui a produit les
Delorme, Firmin, les frbres Ardouin, Bellegarde, Laleau, Price-Mars,
Stephen Alexis, son fils Jacques-Stephen, Roumain et tant d'autres,
en est-elle r6duite a cette version caricaturale? Pourquoi cette langue
qui a permis a la rdpublique de briller dans le concert des nations
n'est-elle devenue qu'une langue presque morte? Pour illustrer notre
propos, nous rappelons trois faits majeurs qui t6moignent de
l'impressionnant 6tat de service d'Haiti en faveur du rayonnement
international de cette langue, et pour lesquels Haiti a recu les 6loges
des politiques et des journalistes francais:
C'est a sa diplomatie que l'on doit l'616vation du francais
comme langue officielle des nations unies en 1945?
N'est-ce pas encore le dd16gu6 d'Haiti, M. Emile Saint-Lot,
qui dirigea les travau de la commission des nations unies sur les droits
humains et qui pr6senta, a ce titre, et de si belle facon, les r6sultats au
palais de Chaillot, en France en 1947?
N'est-ce pas encore a notre pays que le francais est devenu
langue officielle a 1'OEA
En attendant que les linguistes mettent a notre disposition les
outils de comprehension d'une question aussi importante pour le pays,
nous avancons que le d6clin constat6 est la r6sultante de plusieurs
facteurs:
D'abord, le choix qu'ont fait les diff6rentes 6quipes
gouvernementales depuis bient6t 50 ans de ne pas faire de l'6ducation
une priority nationale. Quand les ressources de l'Etat sont d6tourn6es
a des fins de propagande, il ne reste pas grand-chose du budget pour
investir dans l'6ducation. Quand un chef d'OP gagne beaucoup plus
qu'un directeur de lyc6e, on peut comprendre que la notion de priority
n'a pas la meme valeur pour tout le monde. En consequence, l'Etat
haitien se trouve dans l'incapacit6 de former ses techniciens,
fonctionnaires, ses instituteurs, ses universitaires, ses cadres.
L'insuffisance marquee des 6coles de formation et le salaire de misere
font fuir les meilleurs enseignants vers des activities plus lucratives.
Ceux qui restent sont le plus souvent ceux qui, faute de pouvoir trouver
mieux ailleurs, se sont agripp6s, comme a une boude de sauvetage, a
ce secteur. DWmotiv6s, sous-payds et souvent mal forms, ces braves
enseignants ne peuvent pas fournir le travail que la soci6t6 attend d'eux.
Nous ne sommes plus au temps oi un directeur d'une cole publique
(voir Franconhonie / 12)


t o


S .f5f--.-9syg-SS'





I DIVERTISSEMENT I


Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


vision Network (HTN)

intenant disponible

sur Comcast.


HTN est la premiere chaine de television qui diffuse 24
heures de programme en Frangais et Creole.


-Le Carnaval en direct


-Sports


-Nouvelles et documentaires D'Haiti


-Feuilletons et Comedie
-Films Haitian et Franqais
-Musique et Grand Concert


Comcast vous offre en plus:
- Un service aux consommateurs ouvert
24 heures par jour.


- Pas de contrat long terme


- Programmation pour toute la famille
incluant les chaines locales
- Bonne reception meme durant tempete
- Pas d'equipement couteux a acheter


Appelez aujourd'ui et recevez le cable standard
pour uniquement $1.00 pour le premier mois.

En plus, ajoutez HTN pour seulement $9.95.

Appelez 1-888-HTN-6238 maintenant et


I'installation pour seulement $14.95.


Of mericn, nc-


comcast


Offre a duree limite. Offre valable pour tout nouveau client de Comcast Cable. Telephonez a Comcast pour des informations completes sur les services et prix. Certains services sont disponibles separement ou font partie d'autres niveaux de service et tous les services ne
pas disponibles partout. Un depot en garantie peut etre requis. Les tarifs du moment seront d'application apres la period promotionnelle. La Haitian Television Network coute 14,95 $ pour les clients de Base I et 9,95 $ pour les clients du Cable Standard. Un convertisseur
numerique est necessaire afin de souscrire a la Haitian Television Network. D'autres frais peuvent etre d'application pour d'autres installations, equipements, prises supplementaires, changements de service et acces de programmation. Des taxes de communications locales et
d'etat ainsi que d'autres frais peuvent etre d'application. Le prix le nombre de chaines et les forfaits peuvent changer. Certaines restrictions sont en vigueur.


Page 11


Hai


recevez






Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Page 12


I REPORTAGE I


Haiti : Une ile a la derive


(suite de la page 9)
rester seul et courir le risque d'etre tu6 ou partir. L'ancien
president savait pourtant que quelques marines bien 6quip6s
auraient suffi a d6fendre sa residence contre des assaillants
en guenilles. Mais les opposants, qui n6gociaient avec
Washington depuis plusieurs semaines, s'arc-boutaient a
une exigence, une seule : le depart d'Aristide.
Les Am6ricains ont done op6r6 un virage a 180
degr6s. En 1994, Bill Clinton n'avait-il pas d6clench6 une
intervention militaire pour remettre en place Aristide,
destitu6 trois ans auparavant par le coup d'Etat du g6n6ral
Raul Cedras ? I1 est vrai que, depuis dix ans, 1'ancien
president haitien a lui aussi beaucoup change. Ayant peu n
peu renonce a ses id6aux de justice sociale, il a mis en
place un pouvoir personnel, pour ne pas dire autocratique,
jusqu'5 sa r66lection, en 2000, a l'issue d'un scrutin dont
la transparence n'6tait certes pas la principale vertu. La
recrudescence de la violence, puis la d6mission et le depart
en exil de plusieurs ministres ont aggrave le
m6contentement. Le refus du parti Lavalas de mettre en
oeuvre les r6formes pr6conis6es par le Fonds mon6taire
international (FMI) a pr6cipit6 le lachage d'Aristide
par Washington et l'interruption de l'aide internationale.
En revanche, les opposants se sont vu accorder le soutien
financier et logistique qui leur faisait d6faut pour passer a
l'action.
Pour ne rien arranger, Aristide a commis, sur le
plan int6rieur, plusieurs erreurs lourdes de consequences.
Pourquoi, par exemple, s'etre ali6n6 le soutien des
6tudiants, dont beaucoup lui 6taient au depart favorables,
en lancant contre leurs manifestations les "Chimbres ", ces
gangs de jeunes issus des quartiers pauvres, pr6alablement
arms par ses soins ? En fait, seuls les plus pauvres des
Haitiens ils sont, il est vrai, nombreux continuent
aujourd'hui de soutenir l'ancien president. Comme au
temps ou il 6tait le "pretre des bidonvilles ".
Aucune enquete digne de ce nom n'a &6t diligent6e
pour faire la lumibre sur les exactions commises par les
Chimbres. Et pas davantage sur les assassinats de plusieurs
personnalit6s de premier plan comme Jean Dominique, le
directeur de Radio Haiti, abattu devant chez lui le 3 avril
2000. Le sentiment d'impunit6 attise 6videmment la
violence...


CmoDmiioE milnvililililv n




teds op


carte

International calls from Haiti are only 5 Gourdes per minute !

That's the same price as local calls in Haiti!
Anyone in Haiti with a Comcel No Limit Plus or Carte Blanche VIP Plus card
can call you whenever, wherever In the USA, Canada and other listed countries
for 5 Gourdes per minute.

mg&w"-M R


Depuis le depart d'Aristide, la situation des droits
de l'homme ne s'est pas vraiment am6lior6e, et le
gouvernement int6rimaire a Wte a plusieurs reprises mis en
cause pour des exactions commises par la police nationale
: arrestations arbitraires, executions sommaires, etc.
Comme celui d'Amnesty International, le rapport public
le 14 janvier par le Centre d'6tudes des droits humains de
l'universit6 de Miami est accablant. Photos a l'appui, il
expose les r6sultats d'une enquete men6e entre le 11 et le
21 novembre 2004. Au moins cinquante enfants des
quartiers pauvres ont 6t6 tu6s au cours d'affrontements entre
gangs rivaux. Beaucoup sont d'ailleurs enr6l1s au sein de
ces milices trEs structures qui se comportent de plus en
plus comme de petites armies autonomes. Dans les prisons,
les r6voltes sont nombreuses et sont, chaque fois, r6prim6es
dans le sang. Quatre cents personnes auraient 6t6 tuees au
cours des dix derniers mois.
AprEs la visite a Port-au-Prince, le 19 d6cembre
2004, d'Alpha Oumar Konar6, le president de la
Commission de l'Union africaine, plusieurs membres du
parti Lavalas arbitrairement maintenus en detention ont Wte
lib6r6s. C'est le cas d'Yvon Feuill6, le president du Senat,
de Rudy HWriveaux, l'ancien president de la Chambre des
d6put6s, et de Lesly Gustave, le responsable des
communaut6s eccl6siales de Saint-Jean-Bosco, l'ancienne
paroisse d'Aristide. Mais l'ancien Premier ministre Yvon


Neptune et l'ancien ministre de l'Int6rieur Jocelerme
Privert restent en prison, alors qu'aucune preuve n'est
venue 6tayer les accusations d'incitation aux troubles a
l'ordre public port6es contre eux. Huit mois apres son
d6ploiement, la Minustah ne dispose toujours pas du
personnel n6cessaire a la creation, pourtant pr6vue, de
cellules justice"" et" droits de l'homme". Par ailleurs, ni
les policiers ni les soldats onusiens ne parlent le creole, la
langue maternelle des Haitiens auxquels ils ont a faire. D'ob
incompr6hensions et m6prises.
Meme d6mocratiquement 61u, le gouvernement
qui sera mis en place aprbs les elections de la fin de l'ann6e
n'a de chance de r6ussir que si des actions concert6es sont
entreprises pour lutter contre la criminality, aussi bien dans
les provinces, oh d'anciens militaires qui ont conserve leurs
armes continuent de semer la terreur, ou dans les quartiers
pauvres de la capitale. II devra par ailleurs s'attacher a
favoriser la reconciliation nationale, en assignant, par
exemple, des objectifs communs au gouvernement et a
l'opposition. Mais rien ne sera sans doute possible sans
une relance de l'6conomie, accompagn6e d'un plan social
d'envergure. Aucun miracle n'est a attendre, mais des
am6liorations sont possibles dans de nombreux domaines
: fourniture d'eau potable et de nourriture, education, sant6
et, bien sfr, emploi. Aprbs des d6cennies d'incurie, la tache
est titanesque.


Grandeur et decadence


de la langue frangaise en Haiti


(Francophonie ... suite de la page 10)
[abel pouvait dans une langue limpide souhaiter
nue au president Florvil Hyppolite, en visite dans
une en 1894.
Ensuite l'abandon progressif de cette langue par
aux maitres de l'6conomie haitienne qui, r6alisme
se tournent vers l'anglais. Leurs enfants,
ment a ceux des anciennes familles issues
ent de l'ancienne classe des affranchis, vont a
x Etats-Unis et reviennent parfaitement bilingues
(cr6ole-anglais) et font peu de place
au francais. La mise a l'6cart de
l'ancienne bourgeoisie qui fut pour
des raisons historiques le terreau du
maintien des valeurs francaises en
Haiti, a sonn6 la fin de l'influence de
la France en Haiti. La connaissance
de la langue anglaise devient en soi
un m6tier et nos jeunes fr6quentent
les centres d'apprentissage de cette
langue comme on s'inscrit a un
programme de comptabilit6.
D'un autre c6t6, les rapports
entre la France et Haiti ont toujours
6t6 marquis par un cycle d'amour-
haine qui prend sa source dans
l'histoire. Les Haitiens, malgr6 un
penchant naturel pour la France, et
sa culture, 6prouvent quelque fois un
certain malaise en presence du
Francais qu'ils trouvent par moments
Smprisant et croient pouvoir d6celer
dans le pass colonial de la France
l'explication a un tel comportement.
Durant ces moments l'Haitien en
question peut etre gagn6 par des
sentiments anti-francais. En t6moigne
la reaction indign6e de nombreux
compatriotes lors que les premiers
616ments de la Legion 6trangbre ont
foul le sol au lendemain de la chute
rd de l'ancien president Aristide.
s Certains y avaient meme vu une
S operation de recolonisation d'Haiti en
pleine annde du bicentenaire de
l'Ind6pendance.
On doit admettre aussi que
la France a jou6 un r6le non
Sngligeable dans cette descente aux
S enfers de la langue en Haiti. Comme
le souligne Haiti en Marche, en
S dehors des installations de l'institut
francais a Port-au-Prince, quels
investissements importants la France
a t-elle consentis pour aider au
rayonnement de la culture francaise


en Haiti? La cooperation est inversement proportionnelle
aux liens profonds qui tissent l'histoire des deux pays. Que
peut attendre la France d'un pays qui n'a que sa s6bile a
tendre au premier visiteur en esp6rant que celui-ci puisse
l'aider a financer, par exemple un centre de sant6 rurale?
Notre pauvret6 extreme projette de nous l'image d'un ami,
certes, mais qu'on aurait pr6f6r6 ne pas croiser sur son
chemin, car cette rencontre est pour lui une occasion
d'6grener une litanie de problbmes dans le but de soutirer
quelques sous.
Le Quai d'Orsay prefere diriger ses efforts vers
des pays au sous-sol riche ou a potentiel commercial
considerable comme le Vietnam qui avec 80 000 locuteurs
francophones ne pbse pas vraiment lourd dans la balance
mais qui offre aux entreprises francaises de meilleures
conditions de faire des affaires. Meme situation pour le
Nig6ria, ancienne colonie anglaise d'Afrique, mais riche
en p6trole et autres atouts, malgr6 un statut d'observateur
peut avoir plus d'influence dans la francophonie que le
plus vieil Etat de langue franCaise en Am6rique.
Les Etats, dit-on, n'ont pas d'amis mais des
intrets. C'est en raison de ce dicton attribu6 a Napol6on,
que l'on observe un retour en force de la France au Qu6bec.
Ce n'est pas tant la ressemblance des Qu6b6cois sur le plan
physique et culturel qui attire Paris, que l'expansion de
l'6conomie de la province qui s'est construite en un peu
plus de 50 ans et qui prend place parmi les 20 premieres a
l'6chelle mondiale. On a vu avec quel empressement le
president francais accourait au chevet de la famille Hariri
quelques heures seulement aprbs l'assassinat de son ami,
l'ancien premier ministre du Liban, alors qu'Haiti, en deux
sikcles n'a jamais recu la visite d'un president ou d'un
premier ministre francais? Aux yeux de Paris, le Liban est
plus important que Haiti. C'est une place strat6gique pour
mieux garder et prot6ger les intr&ts francais dans cette
mouvante region qu'est le Proche-Orient. Point! Alors, pour
la langue et la culture, on devra repasser.
La langue francaise peut encore etre une des
langues officielles d'Haiti, une langue vivante, qui entre
dans la vie de tous les jours si, les autorit6s de l'6ducation
en prennent conscience et se donnent les moyens pour la
vulgariser. Seule une democratisation de cette langue, c'est-
a-dire la sortir des alc6ves de quelques habitations de Pacot
ou de Bois-Verna, pour la rendre accessible a Cit6 Soleil, a
Martissant, a Raboteau, a Cit6-Lescot, lui redonnera son
6clat de jadis. Pour y arriver, il faut que toutes les 6coles
de la r6publique soient pourvues de materiel didactique,
de bibliothbque et un personnel qualifi6 et motive.
Cependant, les maigres ressources du pays ne peuvent pas
aider a atteindre un pareil objectif. C'est ici que la
cooperation technique et financiere de la France doit etre
sollicit6e. Une aide pens6e, r6fl6chie, base sur le respect
mutuel, sans arribre-pensee, et qui se justifie par la longue
et commune histoire entre les deux pays. Ce n'est pas de
Saint-Kitts ni de Kingston que depend l'avenir du francais
en Haiti. Nous sommes le produit de l'histoire.
Gesler Jean Gilles


All you have to do is call the Comcel Customer Care at
1-888-426-6235 (1-888-4COMCEL)
to find out more about this service or to learn different ways to send


e-






Page 13 NO, Mercredi 30 Mars 2005
Nos petites annonces classes Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Le Plaza H6tel
T616phone
(509) 224-9305
(509) 224-9307
(509) 224-9308
(509) 224-9309
(509) 225-9310
(509) 510-4594
(509) 510-4595
(509) 510-0560
Fax
509 223-9282
e-mail
hiplaza@hotmail.corn
hiplaza@acn2.net
website
www.leplazahaiti.corn
Adresse
10, Rue Capois
Champs de Mars
Port-au-Prince, Haiti
P.O. Box 1429

7 oiffeur


Etiquette Unisex
Barber & Beauty Salon
Jean Wood Julien
proprietaire
15455 West Dixie Highway
Suite N & O
N Miami Beach, Fl 33162
Tel.: 305 940 9070

Charlemagne
Le Coiffeur
103 S.E. 2nd Street
Delray Beach
Tel.: 243-1039
Beeper: 524-0086


Mbdecins

Miami
Dr H6nock Joseph
Obstetrique, Gynecologie
Accouchement
Operation pour fibrome
Family Planing
Ligature des trompes
Circoncision
Curetage
Tous les tests de
l'immigration
Toutes assurances acceptees
Carte Medicaid pour femmes
enceintes
5650 N.E. 2nd Avenue
Vertieres Shopping Center
Miami, Florida
301 751 6081

Port-au-Prince
Dr Camille Figaro
Sony
Gyn&cologue
Obstetrique
Chemin des Dalles # 234
Tel.: 509 245-6489
245-8930


Le Look
P6tion-Ville
Rue Panamericaine # 14
Tel.: 513-8079
257-8374
Grande variet& de Lunettes
Excellents Prix
Examen gratuit
avec achat de lunettes
Specialistes
de la Vision Basse
Offre Sp&ciale
Buy One, Get One Fre


Points de Vente Haiti en Marche


~i~fD~-W


Miami Pompano Beach Orlando


Lucas Super Market
14750 N.E. 6th Avenue
305 940 9902

Maxisound
11854 West Dixie Highway
305 835 8006

B & L Supermarket &
Produce
12041 West Dixie Hgh.
305 893 0419

Eclipse Communication
9290 S. W. 150thAvenue
Suite 104
954 380 1616
Lil'Angel
Consignment Store
King's Meadow Shopping
Center
9965 S.W. 142nd Avenue
Miami, Florida 33186
T61.: 305 385 1111


Danilos Restaurant
3760 N.E. 3rd Avenue
954 781 2646

Christephanie's
581 BC East
Sample Road
Pompano Beach, Fl 33064
T61.: 954 7812500

Delray Beach

Classic Teleco
203 S.E. 2nd Avenue
Delray Beach Fl 33183

Our Lady Bakery
102 S.E. end Avenue
Delray Beach, Fl 33444
561 272 3556

Abonnez-vous a
HaYti en Marche
221-0026


Naudy Record shop
1325 W. Washington St
Orlando, Fl 32805

Boby Express
2469 South Orange
Blossom Trail
Orlando, Fl 32805


Haiti en Marche

ABONNEMENT:
Port-au-Prince
221-0026
417-0384

Miami
305 754-0705


______________________ J ______________


M61odie 103.3 FM
Port-au-Prince Haiti
Milodie FM
la Vie n'estplus la meme
Votre programme du Dimanche:

7heures: L'Heure classique
10 heures Textes et Pr6textes D. Richez
Midi L'heure Jazz
2 heures pm La chanson franqaise
3 heures Le Bon vieux Temps
6 heures Compas
9 heures pm Jazz inspired, J.Carmichael
10 heures Ml6odie Times
11 heures pm Encore plus de musique...


Offre d'Emploi

Now Hiring

Chinesse Restaurant
Bezwen 2 Travailleurs
Experience ou sans Experience
Bon salaire
si ou interesse
rele nou nan 305 324-4105 ou
305-324-5567
mande pou Manager Mario


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


4 Santo

iEtCOLE
D'INFORMATIQUE
Centre Pedagogique
Sanite Belair

Santo 20 No 69
avec un professeur
Americain, venez apprendre
tous les logiciels de base
comme le Word, 1'Excel, le
Power Point, l'Access et
l'initiation a l'internet.-
programmation des ordinateurs
- Cours d'Anglais
- special week-end

Horaire des cours tres flexible:
Du lundi au vendredi entre 8h
et 6h (4 groupes: 8h-10h, 10h-
12h, 2h-4h, 4h-6h)

Cours intensifs du Samedi et
du Dimanche donn6s par le
professeur americain: 8h-12h
et 4h 6h.

Prix: 20$ frais d'inscription
250$ frais d'entree
300$ la session (3 mois)


(Tel: 401-9128).
Les dix premiers inscrits auront
droit a un rabais special!
D6but de la l1re session le
Lundi 14 f6vrier.


H6tel

Villa Ban Yen
H6tel de Montagne
dans les hauteurs du
Morne Tapion
avec vue imprenable sur
Petit goave et Grand goave.
Chambres a6r6es avec
salle de bain, nourriture
naturelle, randonn6es dans
les sentiers de montagne
Tarif chambres
+ Alimentation
Chambre double :
US $ 20.00 pour 2
3 repas
$ 17.24 par personne
Cadre id6al pour
seminaires.
Week-end de 2 nuits, une
troisieme Gratuite.
Pour reservations:
# 17 Angle Rue 6 et Jos6
Marti Port-au-Prince
t6l.: 305 245-2345
420-2091
Internet:
apvall@compa.net


r


| : *440a POW
.gggin^ tp ilsmeik magg be a- Awo -






Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Page 14


I DERNIERE HEURE I


p-icnrx


tu dm uine embrcmode


S-- uCopyrighted Material

mx- "Copyrighted Material


'cia News Providers"
a _..p .


a- - -


, M .


m ft e d Wmew -0 m* 0- m-
aim o ampS w a ue ,,


Un casque bleu

mort par accident
Un malheureux accident a cofit la vie a un quatrieme
soldat de la MINUSTAH. Cela se serait passe le mardi 22
mars quand le soldat patrouillait une ville rurale. II serait mort
des suites d'une chute sur la tete.
Le soldat, un Sri Lankais, est mort apres un accident
survenu alors qu'il effectuait une patrouille a Petit Goave.
Le soldat marchait sur un pont en bois qui a c6dd sous
ses pas. II est alors tomb6 dans la rivibre, heurtant une grosse
pierre. II est tout de suite entr6 dans un coma. Transport dans un
h8pital a Petit Goave, il devait mourir sans avoir repris
connaissance, a fait savoir le lieutenant colonel Elouafi Boulbars,
un porte-parole de la MINUSTAH.
Le soldat 6tait en train d'observer un bateau suspect
quand la structure s'est effondrde'. L'identit6 du soldat n'a pas
Wtd r6vd16e. Mais il est originaire du Sri Lanka. Il est le quatribme
membre de la force de paix a mourir en Haiti depuis le d6but de
la mission en Haiti en Juin 2004.
Le dimanche 20 mars, deux autres soldats des Nations
Unies 6taient morts au combat en cherchant a ddloger des
militaires d6mobilis6s d'abord de la caserne de Petit Goave,
ensuite de la zone de Terre Rouge Il s'agissait d'un Sri Lankais
et d'un soldat nepalais.
Deux militaires d6mobilis6s avaient eux aussi trouv6 la
mort au cours de ces incidents.
En f6vrier un soldat ndpalais 6tait mort aprbs un bref
malaise a l'estomac.
Un service funebre aura lieu, le mardi 29 mars, pour les
deux soldats qui sont morts la semaine dernibre.
La force de stabilisation des Nations Unies comprend
de 7.400 hommes et est dirig6e par le Br6sil. Elle a succ6d6d la
Force de Paix dirig6e par les marines am6ricains au depart de ces
derniers en Jun 2004.

DIPLOMATIE ET DROITS DE L'HOMME

II faut stopper une

nouvelle manoeuvre

contre Cuba!
Du 14 mars au 22 avril 2005 aura lieu a Geneve la
61e~ Session de la Commission des droits de l'homme de
1'ONU, oh encore une fois le gouvernement des Etats-Unis,
en exercant de la pression sur les pays membres, tentera de
faire voter une resolution contre Cuba.
Il s'agit d'un traitement manipuld et sdlectif du sujet
afin de justifier la recrudescence de la politique de blocus et
d'agressions qui en violant le droit international exerce la
majeure puissance de la planete contre un petit pays. La
Commission doit repr6senter tous les peuples des Nations
Unies et de veiller au respect des droits de tous les hommes et
de toutes les femmes du monde entier. Cependant, il est a
remarquer que au sein de la Commission, durant les sessions
de 1'annee passee, il n'a pas Wet possible d'evaluer, meme pas
provoquer le d6bat, sur les atroces violation des droits de
l'homme dans les prisions 6tasuniennes de Abuh Ghraib et
Guantinamo.
Le Gouvernement des Etats-Unis n'a pas l'autorit6
morale pour s'6riger en jury des droits de l'homme a Cuba, oh
(voir Cuba / 18)


2


- lo


LSvndicated Content -


MIAMI-DM

Nap Ch6che Volonte pou Fondasyon
Sltwayen Endepandan pou Transpbtasyon
Sitwayen Konte Miami-Dade yo te vote pou yon taks anplis mwatye santim an Novanm 2002
pou egzekite Plan Transpotasyon Pep la. Plan Transpotasyon Pep la pral bay plis akse a
transp6 piblik pou rezidan ak vizite konte yo. Plan an ap sipevize pa yon asanble de 15 manm
- Fondasyon Sitwayen Endepandan pou Transpotasyon (CITT).
CITT pral siveye, sipevize, revize, odit ak envestige egzekisyon pwoje transpotasyon ak transp6
piblik yo ki enimere nan plan an ak 1lt pwoje ki finanse an gwo oswa an pati ak lajan taks anplis
la.
Manm CITT yo pral sevi kbm volonte sou manda de, twa, ak kat an ki pou kbmanse ak fini nan
diferan 16. Manm fondasyon an pa pral gen okenn entered, direk oswa endirek, nan okenn kontra
ak konte an oswa okenn kbporasyon, konpayi, oswa let antite ki gen kontra ak kontye an.
Gen yon Komite Deziyasyon ki gen kbm chaj pou devlope 15 dives lis pwovizwa kandidati ki gen
kat kandida chak. Se nan lis sa yo komisyone Konte yo, Majistra a ak Lig Vil Miami-Dade yo
pral chwazi moun pou nonmen nan CITT a.
Komite Deziyasyon an ap pran aplikasyon nan men tout moun ki enterese sevi kbm manm CITT
e ki se rezidan epi ki se elekte Konte Miami-Dade epi ki de ben repitasyon pou travay li nan
kominote an, entegrite, responsabilite, ak kapasite nan biznis ak/oswa pwofesyonel epi ki gen
eksperyans oubyen ki enterese nan sije amelyorasyon oswa fonksyonnman mobilite
transpotasyon, oswa planifikasyon izaj teren.
Byenke Komite Deziyasyon an ap pran aplikasyon nan men tout moun ki enterese,
Komite an ap konsidere selman aplikan ki s6ti nan Distri 1, 2, 3, 4 ak 5 Komisyon Konte
a. Kidiplis, yo pral pran an konsiderasyon syej Lig Vil Konte Miami-Dade la nan CITT a
tou. Yo va kenbe tout 1lt aplikasyon yo nan dosye yo pou yon peryod ki pou pa depase
dezan pou konsiderasyon nan lavni.
Moun ki ta renmen Komite Deziyasyon an konsidere ajoute non yo sou lis pwovizwa
kandidati ke yap tire non pou nonmen nan CITT a va soumet yon f6m aplikasyon ranpli
kbrekteman pa pita ke 4 PM 16 lokal jou kap Vandredi 8 Avril 2005 la nan adres anba la a:
Miami Dade County Clerk of the Board
Stephen P. Clark Center
111 NW 1st Street, Suite 17-202
Miami, Florida 33128
APLIKASYON KI PAT RESEVWA A LE, NAN JOU AK NAN ADRES KI ESPESIFYE ANWO
LA A, PAP KONSIDERE. FOM APLIKASYON NESESE A DISPONIB NAN
WWW.TRAFFICRELIEF.COM OSWA RELE 305-375-3481.
Manm CITT yo va sije a lalwa "Florida Open Records", "Government in the Sunshine" ak
"Financial Disclosure Laws", Konfli Entere ak Odonans Ked Etik epi pouvwa envestigatwa
Enspekte Jeneral la.


I I


r -~L
rrr


** *


F


r -


~1. c
r


,=,-mim


oI


. 0








Page 15 I LE MONDE DU FOOTBALL I


Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Haiti
26 /27 mars 2005.
ASGG-Temp&te 1-1
Baltimore-Zenith 0-1
ASCAR-Victory
0-1
FICA-Aigle Noir 1-0
Don Bosco-Racing Gonaives
2-1
ASC-ASM 0-1
Violette-Racing CH 1-0
Cavaly-Roulado 0-0

Le Classement Finale


Equipes
1-AS Mirebalais
2-Racing CH
3-Violette


RESULTATS
PARIS, 29 Mars La Suede et les Pays-Bas,
impressionnants samedi respectivement en
Bulgarie (3-0) et en Roumanie (2-0) lors des
qualifications zone Europe du Mondial-2006
de football, ont renforce leur candidature pour
un billet en Allemagne alors que l'Italie,
victorieuse de l'Ecosse (2-0), a deja pris une
option.
Deja convaincante lors de l'Euro, on savait la
Suede des Ljungberg et Ibrahimovic capable
d'un jeu attrayant. Samedi, elle a en plus fait
preuve d'une froide efficacite qui lui permet
d'oublier son faux pas a domicile contre la
Croatie.
Avec un contre assassin de Ljungberg et une
transformation de 30 minutes de superiority
numerique en deux buts, les Suedois ont
balaye la Bulgarie. Leur principal adversaire
s'appelle desormais la Croatie, invaincue et
qui n'est qu'a deux points aprks la formality
islandaise (4-0). Les Croates pourraient mime
&tre en position de force en cas de victoire
probable contre Malte mercredi.
Pour les Bulgares, en revanche, tout se
complique. "Si on gagne contre la Suede, on
ira en Allemagne", affirmait le selectionneur
et ancien Ballon d'or Hristo Stoichkov avant
la rencontre. Le contraire parait desormais
probable: la defaite contre la Suede
hypotheque largement la qualification directe
et compromet meme ses chances d'acceder a
la place de barragiste. Avec 5 cinq points de
retard sur les Suedois et 3 sur la Croatie, la
Bulgarie est desormais condamnee aux
exploits.
Dans le groupe 1, les Pavs-Bas ont marque les
esprits. Les Bataves, entraines par Marco Van
Basten, ont desormais les idees claires avec
un jeu limpide et un onze de depart oh
Makaay, Bosvelt, Van Hooijdonk ou Kluivert
n'ont pas leur place. Si le duo "britannique"
Van Nistelrooy-Robben n'a pas marque, le
capitaine Cocu et le remplagant Babel se sont


4-Victory 25
5-Racing Gonaives 24

AS Mirebalais
Vainqueur du Tournoi
d'ouverture 2004-2005

Miami
Championnat
Madame Gougousse

Vendredi 25 Mars 2005
Vasco de St Louis-American 4-5
CD Cortez- Estudiantes 3-2

Dimanche 27 Mars 2005
Miami FC -Selection Peru 3-3
Cap Haitien- Genesis FC 6-1
AS St Louis- Homestead 2-1


EUROPE
charges de placer la machine
orange sur orbite. Dejh
vainqueurs des Tcheques en
septembre (2-0), les Bataves ont
toutes les cartes en main.
Il leur faudra toutefois se mefier
des Tcheques qui restent
redoutables malgre la retraite
internationale de Pavel Nedved.
Capables du meilleur (deux buts
dans les 35 premieres minutes)
comme du pire (se faire remonter
3 3-3 a domicile), les Tcheques
ont assure l'essentiel avec un but
B la 87e minute. On attend avec
impatience le Republique
Tchque Pays-Bas d'octobre.
(AFP)
Les joueurs de l'6quipe du
Pays-Bas fetent leur victoire le
26 mars contre la Roumanie
Pour l'Italie, la route vers
l'Allemagne semble moins
problematique que le
comportement de ses supporteurs
qui se sont affronts entre eux a
San Siro, la police ayant dO
mettre fin aux affrontements entre
tifosi du Milan AC et de l'Inter
avec des charges violentes. Sur le
terrain, les Italiens ont en
revanche fait preuve d'une grande
maitrise contre l'Ecosse (2-0).
Avec le luxe de laisser Del Piero
a la maison, l'Italie a empoche les
trois points, comme il se doit, a
"1'Italienne": deux coups francs
de Pirlo et un jeu defensif
rigoureux avec un Buffon inspire.
Un autre gros bras, 1'Angleterre,
a egalement prouve que l'on
pouvait compter sur elle avec sa


Tous les Championnats


VIOLETTE RACING 1 0

Mirebalais, Champion 2005

Le 23 mars 6tait le 82e anniversaire du Racing Club Haitien. Mais les
fanatiques du Vieux Lion n'ont pas sabl6 le champagne, dimanche le Rac-
ing s'est incline par 1 0 face a son comp6titeur de toujours, le Violette. Et
c'est Mirebalais qui devient automatiquement le gagnant du championnat
2005, de premiere division.


MJ Pts
Hollande
Republique Tchbque
Roumanie
Finlande


CLASSEMENT

Angleterre
Pologne
Autriche
Irlande du Nord


MJ Pts
5 13
5 12
5 8
5 3


Coupe du Monde 2006
Europe

Groupe 1

26 Mars 2005
Macedonie-Andorre 2-1
Republique Tcheque-Finlande 4-3
Roumanie- Hollande 0-2

Prochain Match le 3/30/05
Andorre- Republique Tcheque
Macedonie- Roumanie
Hollande- Armenie

CLASSEMENT


5 13
5 12
6 10
6 9


Groupe 2

26 Mars 2005
Georgie- Grce
1-3
Turquie- Albanie 2-0
Danemark- Kazakhstan 3-0

Prochain Match le 3/30/05
Ukraine- Danemark
Georgie- Turquie
Grce- Albanie

CLASSEMENT


MJ Pts
Ukraine
Grce
Danemark
Turquie


Serbie et Montenegro
Espagne
Lituanie
Belgique


MJ Pts
4 10
4 8
4 8
4 4


Groupe 8

26 Mars 2005
Bulgarie- Suede 0-3
Croatie- Islande 4-0

Prochain Match le 3/30/2005
Croatie- Malte
Hongrie- Bulgarie


CLASSEMENT

Suede
Croatie
Bulgarie
Hongrie


6 14
6 11
6 9
6 9


Groupe 3

26 Mars 2005
Estonie- Slovaquie 1-2
Liechtenstein-Russie 1-2

Prochain Match le 3/30/2005
Estonie- Russie
Lettonie- Luxembourg
Slovaquie-Portugal

CLASSEMENT


MJ Pts
Portugal
Slovaquie
Russie
Lettonie


5 13
5 13
5 10
5 7


Groupe 4

26 Mars 2005
Israel- Irlande 1-1
France- Suisse 0-0

Prochain Match le 3/30/2005
Suisse- Chypre
Israel- France

CLASSEMENT
MJ Pts
France 5 9
Irlande 5 9
Israel 5 9
Suisse 4 6

Groupe 5

26 Mars 2005
Italie- Ecosse 2-0

Prochain Match le 3/30/2005
Republique de Moldova- Norvege
Slovenie- Bielorussie


CLASSEMENT

Italie
Norvege
Slovenie
Bielorussie


MJ Pts
5 12
4 7
4 7
4 4


Groupe 6

26 Mars 2005
Angleterre- Irlande du Nord 4-0
Pays de Galles- Autriche 0-2
Pologne- Azerbaidjan 8-0

Prochain Match le 3/30/05
Pologne- Irlande du Nord
Autriche -Pays de Galles
Angleterre- Azerbaidjan


nette victoire contre l'Irlande du Nord (4-0).
Son plus serieux rival, la Pologne, 2e a un
point, a ecrase 1'Azerbaidjan (8-0). Etant donned
la faiblesse du groupe 6, les deux equipes
devraient probablement se qualifier
directement pour le Mondial (ler du groupe,
plus une des deux places de meilleur 2e).

La situation est beaucoup moins claire pour les
Frangais dans le groupe 4. Les Champions du
monde 1998 ont concede leur troisieme nul a


MJ Pts
5 12
4 10
4 7
4 6


Am6ique du Sud

Resultats 26 Mars 2005
Bolivie-Argentine 1-2
Venezuela-Colombie 0-0
Chili-Uruguay 1-1
Bresil-Perou 1-0
Equateur-Paraguay 5-2

Prochain Match le 3/30/2005
Argentine-Colombie
Bolivie-Venezuela
Paraguay-Chili
Peru-Equateur
Uruguay-Bresil

CLASSEMENT
Pts
Argentine 25
Bresil 23
Equateur 19
Paraguay 16

CONCACAF

Resultats 26 Mars 2005
Costa Rica-Panama 2-1
Guatemala-Trinidad et Tobago 5-1
Mexique-USA 2-1

Prochain Match le 3/ 30/2005

Trinidad et Tobago-Costa Rica
USA-Guatemala
Panama-Mexique

CLASSEMENT
Pts
Mexique 6
Guatemala 4
USA 3
Panama 1


Afrique
Resultats 26 Mars 2005
Zambie-Congo 2-0
Afrique du Sud-Ouganda 2-1
Kenya-Botswana 1-0
Senegal-Liberia 6-1
Burkina-Faso-Cap Vert 1-2
Nigeria-Gabon 2-0
Tunisie-Malawi 7-0
Maroc-Guinee 1-0

Prochain Match le 3/ 30/2005
Zimbabwe-Angola 2-0
Congo RD-Ghana 1-1
Cameroun-Soudan 2-1
Cote d'Ivoire-Benin'3-0
Mali-Togo 1-2
Algerie-Rwanda 0-1
Egypte-Libye 4-1


domicile des eliminatoires contre la Suisse. S'ils restent
aux commandes du groupe avec Irlandais et Israeliens, il
leur faut desormais des resultats a 1'exterieur, a
commencer par mercredi en Israel.
La journee de mercredi devrait permettre d'y voir un peu
clair dans le groupe 3 ob Portugal et Slovaquie sont au
coude a coude ainsi que dans le groupe 7 ob la Serbie-
Montenegro accueille 1'Espagne.
Dans le groupe 2, aprks leurs debuts desastreux, Grece et
Turquie se sont quelque peu rassures mais restent
derriere l'Ukraine.


Groupe 7

26 Mars 2005
Belgique- Bosnie-Herzegovie 4-1

Prochain Match le 3/30/2005
Bosnie-Herzegovie- Lituanie
Saint Marin- Belgique
Serbie et Montenegro -Espagne

CLASSEMENT


Le br6silien Eduardo Fereira, meneur de jeu pour le Racing
photo Yonel Louis


L'AS Mirebalais, champion d'Haiti 2005


I I







Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Page 16


I DEVELOPPEMENT DURABLE I


Survol de 1'Evolution de la Structure Fonciere


IV. La Situation actuelle

Quand on parle de la situation actuelle il faut
distinguer l'aspect foncier et les rapports de production.

L'aspect foncier
Le foncier reste caract6ris6 par une situation des
plus confuses, resultant de la perp6tuelle competition pour
la possession de la terre, et qui se traduit dans l'ins6curit6
aussi bien du propri6taire que de l'exploitant.

D'une faon g&enrale, on peutdire que la question
agraire, dans le system actuel, se resume par insecurity
de la tenurefonciere, surtout dans le milieu rural. 1
Cette ins6curit6 touche toutes les categories. Le
grandon voit sa possession contested par des paysans, qui
affirment qu'il s'agit de terre de l'Etat, ou par des
comp6titeurs qui pr6sentent d'autres titres de propri6t6. Le
moyen ou petit propri6taire n'a souvent pas de titre de
propri6t6 ou occupe des terres qui sont dans l'indivision.
Les fermiers de l'Etat ne le plus souvent pas en rbgle avec
la DGI. Les sous-fermiers de l'Etat, enfin, sont a la
merci du" fermier en titre ".

Les rapports de production


La situation n'a pas beaucoup 6volu6 depuis
l'apparition de la cat6gorie des grandons absent6istes. Le
systeme des'" de moiti6 ", avec diff6rentes variantes, est
toujours en vigueur, autrement dit, les rapports de
production sur les grands domaines sont toujours de type
quasi-f6odal.

Le cas de l'Artibonite
La situation dans la plaine de l'Artibonite est un
bel exemple de ce qui se passe dans l'ensemble du pays,
avec l'avantage pour le chercheur d'offrir un champs
d'observation bien d6fini dans le temps et dans l'espace.
Du jour oh le Pr6sident Dumarsais Estim6 a pris
la decision de construire un systeme d'irrigation qui
arroserait la vaste plaine de l'Artibonite, cette region n'a
cess6 d'exciter la convoitise d'individus de tous acabits,
d6sireux de profiter de l'aubaine offerte par la decision
pr6sidentielle, en accaparant les terres dont la valeur
agricole serait plus que d6cupl6e par l'irrigation. Tous les
moyens leur 6taient bons pour arriver a leurs fins :
acquisitions entach6es de d6lit d'initi6, fabrication de faux
titres de propri6t6, et si n6cessaire, utilisation de la force.
C'est ainsi que, en d6pit du fait que le Pr6sident
Estim6 ait ordonn6 que soit fait le relev6 cadastral de la
region, elle est rest6e, pendant un demi-sibcle, le theatre


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE AVIATION DEPARTMENT MIAMDADE
AVIATION FUELING SERVICES
CICC PROJECT NO. E05-MDAD-01

The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Chapter 287.055, Florida Statutes, and Chapter 2,
10.4 of the Miami-Dade County Code as amended by Ordinance 01-105 and Administrative Order 3-39, announces t
professional engineering services will be required to provide design services and preparation of contract documents f
upgrade of the aviation fuel storage and distribution systems and proposed facilities as depicted in the updated Maste
hydraulic modeling and planning services; value appraisal of aviation fueling systems, equipment, and facilities; eme
consulting services; construction management and inspection services; environmental regulatory projects associated
fuel farm consent orders and agreements; providing recommendations and inspections for maintenance repairs of fue
facilities and reviewing proposed maintenance work and estimates. These projects include, but are not necessarily lii
the North Station Pumps Upgrade, Installation of Tank #21 Dike Area Containment, Modification of Filters at West (
Truck Loading Rack, South Station Pumps Replacement, Emergency Generators Replacement, Modification to the T
Containment Pad at the West Cargo Truck Loading Rack, Replacement of Corrugated Metal Roofs on Fuel Tanks,
Refurbishment of Dike Areas No. 1 and 2, Construction of an Inbound Filtration System, and Electrical Services
Improvements for the Fuel Facilities.

In addition to the aforementioned scope, CICC reserves the right to add other projects, similar in scope, to this PSA.
to Administrative Order 3-39, the Miami-Dade Aviation Department shall utilize Miami-Dade County's Equitable Di
Program (EDP) for work orders within the monetary thresholds established for construction costs and study activities
stipulated in Florida Statutes 287.055 (2)(g). All work assignments beyond those stated in this advertisement for this
shall be submitted to CICC.

Two (2) consultants will be retained under a non-exclusive professional services agreement (PSA) in the amount of a
$1,000,000 each with an effective term of four (4) years, or until the monies are exhausted.


TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS

4.01 Aviation Systems-Engineering Design (PRIME)


10.01
12.00
10.05
13.00
11.00


general Mechanical Ei

eneral Electrical En
General Civil En


A copy of the Notice To Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation provisions (as applic
be obtained at the Department of Procurement Management's Vendor Assistance Unit located at 111 NW 1st Street,
Miami, FL 33128. The phone number and fax respectively for the unit is (305) 375-5773 and (305) 375-5409. A s
notification will be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and hav
an e-mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-line. Ad
those pre-qualified firms without an e-mail address will be faxed a solicitation notification. The NTPC and acco
documents may be obtained on line at http://www.co.miami-dade.fl.us/dpm, at the following link "Solicitations On-I
The Consultant Coordinator for this project is Amado Gonzalez who may be contacted via e-mail at gonzaam@miam
fax: (305) 375-1083 or phone: (305) 375-1428.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

Two (2) Agreements 35% Community Business Enterprise (CBE) Goal
A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on April 8, 2005, at 3:00 P.M. in Conference Room
Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111 N.W. 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT r
interested parties ARE ENCOURAGED to attend.

Deadline for submission of proposals is April 22, 2005 at 11:00 A.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and c
must be received at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th F
202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVEL(
CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE SHALL
CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.l(t) of the Miami-Da
Code, as amended. Please review Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough descrir
Cone of Silence.


de conflits fonciers, souvent d'une extreme violence,
accompagn6s de manoeuvres de corruption en vue d'obtenir
des decisions en leur faveur de la part de l'appareil
judiciaire, ou de se faire preter main forte par les Forces
Arm6es d'Haiti.
La seule p6riode relativement calme fut celle
durant laquelle l'Artibonite vivait sous le regime de la loi
dite d'exception du 28 Juillet 1975 qui autorisait
l'Administration G6n6rale des Contribution a prendre
possession au nom de l'Etat Haitien, et sans
I'accomplissement prealable d'aucune formality, de route
etendue de terre de la Vallee de l'Artibonite, reputee etre
ou avoir ete, a I' origine, propriety de l'Etat irregulierement
sortie de son patrimoine ""2
En 1986, le gouvernement du g6n6ral Namphy
abolissait cette loi et invitait les grandons a revenir
r6cup6rer"" leurs terres, et les conflits reprirent avec
d'autant plus de violence que nous 6tions dans une p6riode
d'instabilit6 politique, or on sait que chaque changement
politique provoque des changements au niveau de la
possession des terres, les protagonistes faisant 6galement
jouer leurs relations politiques.
En Janvier 1995, devant la recrudescence des
conflits, le Pr6sident de la R6publique prit un arr&t6
s'inspirant de la loi du 28 Juillet 1975, mais cette fois-ci
c'est 1'ODVA qui 6tait autoris6 a prendre,
provisoirement, possession, et sans
I'accomplissement prealable d'aucune
formality, de route etendue de terre litigieuse
situee dans la Vallee et la Plaine de
l'Artibonite ""3.
Une semaine plus tot, le Premier
Ministre avait pris un arr&t6 cr6ant une
Section 2- Commission Gouvernementale de cinq
hat membres dont le mandat est de se pencher,
or the d'une faion particuliWre sur la situation
*r Plan; explosive qui prevaut dans certaines zones
agency de la Plaine et de la Vallee de l'Artibonite,
with the et de faire, le cas echeant, d l'Executif des
with the
recommandations en vue de l'adoption de
g promptes mesures pouvant ramener la paix
mited to et la security dans cette region ""4
argo Cette commission, a notre
ruck connaissance, n'a jamais fonctionn6 ; quant
a l'arr&t6 pr6sidentiel, il n'a connu qu'une
seule tentative de mise en application, a
l'occasion d'une recrudescence
d'affrontements sur la ferme de Bertrand St
Pursuant Ouen, dans la locality de Bocozelle, la 5me
stribution section communale de St Marc, mais
1'ODVA n'a jamais 6t6 en mesure de mettre
sas
en oeuvre les decisions prises alors et la ferme
conrac est rest6e plusieurs mois sous le coup d'une
"quarantaine ".
Entre temps, 1'INARA 6tait cr66 par
mount of arret6 du Pr6sident de la R6publique5 et son
Directeur G6n6ral nomm6 6. Dbs lors les
appels a venir mettre fin aux conflits dans
l'Artibonite se sont succ6d6s. C'est ainsi que
le DG de 1'INARA intervint dans le cas du
conflit de Trois Bornes, dans la Commune
de Desdunes, pour arriver a une solution
n6goci6e entre les repr6sentants du grandon
et les fermiers ; il donna 6galement son feu
vert aux paysans de Bocozelle qui d6siraient
ngineering reprendre le travail sur la ferme de Bertrand
St Ouen.
igineering Cependant, en absence d'une loi sur
igineering la r6forme agraire, 1'INARA ne disposait pas
des instruments l6gaux lui donnant autorit6
cable) may pour intervenir. Finalement, apres de longues
13h Floor, discussions avec le Ministre de l'Agriculture
solicitation d'alors, le DG obtint un arret6 pr6sidentiel,
e included inspire de celui du 13 Janvier 1995, mais
ditionally, autorisant 1'INARA a prendre possession
aprovisoirement et sans I'accomplissement
mpanying prealable d'aucune formality, de route
ine." etendue de terre litigieuse situee sur le
idade.gov, territoire de la Republique et reputee etre
ou avoir etd a l'origine bien vacant et/ou
propriedt de l'Etat ""7.
Bien stir, il ne s'agissait 1 que d'une
solution provisoire, en attendant le vote
d'une loi sur la r6forme agraire ; mais le
18-3, 18' pouvoir lavalas, selon sa mauvaise habitude
de ne pas mener ses actions jusqu'5 leur
mandatory,
terme, n'a jamais pris la peine de presenter
au Parlement le projet de loi cadre, pr6par6
par 1'INARA, avec le concours de juristes
:ontainers mis a notre disposition par la Mission
loor, Suite Francaise de Coop6ration, et transmis, a
OPES OR plusieurs occasions, au Ministre de
NOT BE l'Agriculture et au Premier Ministre.

Bernard Eth6art
de County ben()etheart.com
tion of the Miami, le 13/02/05
(voir Footnotes / 17)


Environmental Engineering Stormwater Drainage Design Engineering Services
GI
Environmental Engineering -Contamination Assessment and Monitoring
Ge
General Structural Engineering 16.00


I







Page 17


I SOCIETE I


Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Le micro-credit strangle les micro-entrepreneuses


23 mars 2005

(Syfia Haiti) Avec des taux d'intret quifrisent
les 50 % 'an, sans parler de penalitis de 2 % parjour de
retard, le micro-credit dispense par les banques et les
ONG strangle les petits entrepreneurs haftiens plus qu'il
ne les libere. 2005, Annie du micro-credit, vous avez dit?


(suite de la page 16)
(Footnotes)
Nicolas Jean-Baptiste, op. cit., p. 97
2 Le Moniteur, 130
eme
annde, No. 62 du Jeudi 21 Aofit 1975
3 Arrt6 du 13 Janvier 1995, public au Moniteur, 150
eme
annde, No.22 du Jeudi 16 Mars 1995
4 Arret6 du 7 Janvier 1995, public au Moniteur, 150
eme
annde, No.22 du Jeudi 16 Mars 1995
5 Arret6 du 29 Avril 1995, public au Moniteur, 150
eme
annde, No. 35 du Jeudi 4 Mai 1995
6 Arret6 du 18 Juillet 1995, public au Moniteur, 150
eme
annde, No. 58-A du 27 Juillet 1995
7 Arret6 du 23 Octobre 1996, public au Moniteur, 151
anne No.79duJeudi24Octobre1996
annee, No. 79 du Jeudi 24 Octobre 1996


Co.


Nou vie gate kliyan nou yo de jou en jou pi pli,


ATLANTA
1232 Moreland Ave, Suite A
Atlanta, GA 30016
Tel: (404)622-8787

BAHAMAS
E. Street Sawyer
Studio Blvd 2nd Floor
Nassau, Bahamas
Tel: (242)322-6047

BOYTON
544 E Gateway Blvd, Suite 3
Boyton Beach, Florida
Tel: (561)742-3046

CAMBRIDGE
300 Broadway
Cambridge, Mass 02139
Tel: (617)354-6448

CHURCH
2807 Church Ave.
Brooklyn, NW 11226
Tel: (718)693-3798

CONNECTICUT
953 Washington Blvd, Suite 1
Stamford, CT 06901
Tel: (203)324-2816

DELRAY BEACH
402 West Atlantic Ave
Delray Beach, Fl 33444
Tel: (561)265-2100

FLATBUSH
1161 Flatbush Ave.
Brooklyn N.W. 11226
Tel: (718)287-5295

FORT LAUDERDALE
8 West Sunrise Blvd
Ft. Lauderdale, FI 33311
Tel: (954)524-1574

LAKE WORTH
330 S. Dixie Hwy, Suite 2
Lake Worth, FI 33460
Tel: (561)585-1077

MATTAPAN
508 River Street
Mat. Mass. 02126
Tel: (617)298-9366

MIAMI
5401 N.W. 2nd Avenue
Miami, FI 33137
Tel: (305)758-3278

NAPLES
506 11th Street
Naples, Fl 34102
Tel: (941)435-3994

NORTH MIAMI
629 NE 125th Street


N. Miami, Fl 33161
Tel: (305)892-6478


MIRAMAR N. DADE
19325 NW 2nd Avenue (441)
Miami, Fl 33169
Tel: (305)654-2800

MONTREAL
7177 Rue St Denis
Mont. QC H2R2E3
Tel: (514)270-5966

ORLANDO
2469 S. Orange Blossom Trai
Orlando, Fl 32805
Tel: (407)649-9896

POMPANO (1)
4857 N. Dixie Hwy
Pompano Bch, Fl 33064
Tel: (954)429-9552

POMPANO (2)
128 N. Flager Avenue
Pompano Bch, FI 33060
Tel: (954)946-4469

QUEENS
159-35B Hillside Avenue
Jamaica N.Y. 11432
Tel: (718)523-9216

SPRING-VALLEY
South Main Street
S. Valley, NW 10977
Tel: (914)425-7747

WASHINGTON
835 Juniper Street NW
Wash D.C. 20012
Tel: (202)722-4925

WEST PALM BEACH
604 25th Street
W. Palm Beach FI 33407
Tel: (561)655-4166

NEW JERSEY
152 Jefferson Ave
Elizabeth, NJ 07201
Tel: (908)354-1411

MONTREAL NORD
3820 Henri-Bourassa Est
Montreal, Canada
Tel:(514)852-9245

TURKS & CAICOS
Downtown Providenciales
Butterfield Plaza
Tel: (649)941-4172-4173

CENTRE VILLE
59 Rue Pavee
avant la Pharmacie Ideale
223-0865-223-0839
222-2704,221-8910, 221-163


L'emprunt de Lydie ne sera pas reconduit cette
annde, du moins elle le craint. Petite marchande collie
a son 6tal depuis sa tendre enfance, la quinquag6naire
redoute de devoir abandonner une activity qui lui a
permis d'dlever seule ses deux garcons. "Le credit de
trois de mes collogues n'a pas et' renouvele, dit la
d6taillante de produits alimentaires du petit march du
Fort-National, a Port-au-Prince. Je sens que mon tour
estproche."
Depuis que des bandes armies r6clamant le
retour du president Aristide ranconnent ou assassinent a
l'envi dans le guepier qu'est devenu le quartier du Bel-
Air, sis a un jet de pierre du march du Fort-National,
Lydie est en proie a l'anxi6td. Tout comme ses
innombrables camarades d'infortune qui, 6 jours sur 7,
proposent leurs maigres produits aux passants. Elles
paraissent avoir moins peur des balles que de perdre
l'appui des soci6t6s de micro-cr6dit, parmi lesquelles
cinq banques commerciales haitiennes et de nombreuses
ONG internationales, qui leur fournissent les petits prets
indispensables a la poursuite de leurs activities.
"On nous dir que 'le climat conjoncturel ne
garantit plus les investissements' dans ce quarrier", se
d6sole Lydie qui explique qu'un inspecteur du Kredi
Popile un service de la Banque de l'Union haitienne
(BUH) charge de v6rifier les stocks des micro-
entrepreneuses refuse de se rendre au march : il craint
pour sa s6curit6. Ces commercantes du secteur informel,
devenu la norme dans un pays oi la politique
dconomique a longtemps consists a attendre les
projets de d6veloppement des institutions
internationales, repr6sentent les trois-quarts de la
clientele des organismes de micro-cr6dit. Elles ont
beau payer trbs cher le credit qu'on leur consent,
cela vaut mieux que de se jeter dans les bras
d'usuriers exigeant des taux d'interet d6passant les
* 200%l'an!

Prets a risques
s. Actives depuis 1997, quelque 80 soci6t6s,
banques ou ONG internationales consentent des
prets souvent aussi peu que 100 dollars US a
ces petites entrepreneuses qui, sans autres garanties
que leur pers6v6rance, seraient autrement
incapables d'obtenir un financement. Alors que le
credit a la consommation ne d6passe gubre 10 %
en Am6rique du Nord, les taux d'interet exig6s par
les maisons de micro-cr6dit vont de 24 a 60 % a
Haiti. Certaines exigent, en plus, des frais
d'ouverture de dossier et de consultation. "Les taux
sont eleves parce qu'ilfaut couvrir les risques de
l'investissement, reconnait Sanche Gabriel, agent
il financier au Kredi Popile. Mais on exige
uniquement les frais de timbres, de taxes et
d' eudes, le coit de emprunt variant enfonction
du montant accorde"
Les institutions qui pratiquent le micro-
cr6dit fixent elles-memes les rbgles du jeu et le
montant des prets. Ceux du Micro-cr6dit national,


2


par exemple, varient entre 1000 et un million de gourdes (28
a 28 000 $US). En r6alit6, les prets sont souvent
proportionnels a la taille de l'institution de micro-finance et
au fait qu'elle soit soutenue ou non par des institutions
internationales telles USAID, CARE, BID et Taiwan CDF
Loans... "Ici, nous sommes competitifs", lance Sanche Gabriel,
le banquier de la plus ancienne society de micro-finance du
pays. "Les tauxparaissentfaibles, estime Tante Dada, cliente
de la cooperative d'6pargne et de credit Cecache de Port-au-
Prince, mais le remboursement reste un casse-tere car les
affaires marchent trop lentement". Elle n'en dira pas plus de
peur de retrouver son nom sur une liste noire. "Les entreprises
de creditpartagent entre elles certaines informations", souffle
l'entrepreneuse.

Incomprehension
"Les indemnites de retard me tuent", confirme
Lucien, un client de Kredi Popile, qui estime que les p6nalit6s
de retard sont imposes de facon arbitraire. Les m6thodes de
calcul, qui different d'une maison a l'autre, ne sont en effet
pas toujours comprises par le client. Ici, une soci6td de micro-
cr6dit se contente de prdlever les p6nalit6s sur le capital non
rembours6. La, une autre exige des frais de 2 % c'est le cas
du Micro Cr6dit Capitale (MCC), une filiale de la Capitale
Banque pour chaque jour de retard... Plus les risques sont
grands, plus les taux d' interut sont eleves", fait remarquer un
responsable de la Societd financiere haitienne de
d6veloppement SA, bailleur de micro-cr6dits grace a des fonds
allouds par 1'USAID. Le fonctionnaire, qui a requis
l'anonymat, refuse de comparer les taux exorbitants pratiqu6s
en Haiti avec ceux des pays d6velopp6s. "Nous ne decidons,
ni influencons les taux en cours, dit-il. Nous sommes en Haiti
et les criteres sont definis selon les realites du pays. Ils sont
fonction des coits desfonds."
Lucien, propridtaire d'un bar assez fr6quentW,
aimerait comprendre : "J'ai contract un credit de 25000
gourdes (680 $US) sur un semestre, a un taux d'interret
mensuel de 4 %. A l' cheance,j'ai rembourse 36900 gourdes
(843 $US )". Si l'on compte les 1250 gourdes (34 $US) paydes
au pr6alable pour les frais d'ouverture de dossier, le taux
d'interet annuel reel frise les 50 %. Pas etonnant que, pour
respecter leurs dchdances, certaines micro-entrepreneuses ont
recours a ce qu'elles nomment le "sabotage", une collecte de
fonds faite en douce entre collbgues et dont le produit sert a
tour de rl1e a honorer les obligations de chacune.
Les Nations unies ont beau proclamer 2005 "Annee
de la micro-finance" et se targuer de ce que 80 millions de
personnes b6ndficient aujourd'hui de cette banque des pauvres
nde au Bangladesh, les Haitiens sont sceptiques. Cette forme
de financement, qui devait combler les lacunes du system
bancaire et favoriser la transition vers le formel, ne profite
encore, selon eux, qu'a un petit nombre.

Claude Richard Accidat

HAITI EN MARCHE
sort le mercredi a Miami, New York, Boston, Montr6al
et Chicago
BUREAU A PORT-AU-PRINCE
221-0026 / 245-1910


877"2 I E 2 eme A'verLnue

T61: 305 757 4915


FADKIKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Reception de paiement pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
- Connection teliphonique chez vous...


Ouvert

6 Jours

par

semaine:

8h30 am

a

7h30 pm



* Parfums
* Cellulars & Beepers
* Souliers et Sandales
* Produits pour la cuisine
* Cadeaux
* Tableaux
* Moneygram
* Mnnev Orrder


* CD's (compas, Racine, Evang6lique,
Zouk, Francais, Am6ricain)
* Video's (Haitiens, Am6ricains, Documentaires, Drams)
* Produits de beauty
* Pmrrinit nonr rphepvnY


.........t 5% .% 1 .t ...It........... 1% i ll. . .. . .






Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Page 18


I Les Jeux de Bernard I


GRILLE DE PROGRAMME

Melodie 103.3 fm

74 bis Rue Capois
Port-au-Prince, Haiti
Tl1: 221-8567 / 221-8568/ 221-8596 Fax: 221-0204/ 221-1323
e-mail: pub@haitienmarche.com URL: www.haitienmarche.com
Programmation
5h00 6h30 Blon Rk veil en musique

6h30- 7h00 An ipiriit chanitant
Journal creole de la journde avec Yves Paul LUandre


7h00 10h00


10h00 Midi


12h00 12h15


12h15- 2h00


IMelodie NMatin avec Marcus
Informations, Interviews, Anecdotes, Humour, Analyses
L'Editorial de Marcus
La Chronique au Quotidien avec Elsie
A Haute Voix avec Dominique Batraville
Les Sports avec Jacky Marc
Les Invit6s du Jour

Mdlodie Matin chaque samedi est animde
par RapahMl Fquiere

Le IDisque de l'A uditeur
animation: Jacques Lacour

Le Midici
Un r6sum6 des Informations Locales et Nationales

Lady Blues
Jazz, Blues, Swing, Ragtime avec Elsie


2h00-3h00 C'est si bton
en chansons...
Emission de Chansons Francaises

3h00-5h00 Le Bona Vieux Temps
Retro-Compas avec
Doc Daniel et Captain Bill


5h00
56h


7h00 8h30
8h30 9h00

10h00





9h00 et au-del5


Le Journal de 5 Hteures
Sport Actualit s
avec Gilbert Leysa,Grald Alphtonse., Mario
Barreau et Ja Ecy Marc

Amor y Sabor
Soir Informiations

1Notre Grand concert
(Lundi et Mercredi : L'heure classique)

Jazz at Tenl (Mardi, Jeudi, Dimanche)
Jazz inspired : Judy Carmichael et ses invites

Cavaliers, prenez
vos daimes (Samedi )
50 ans de Succbs Populaires Haitiens
Chaque Dimanche : 10h I Midi: Textes et Pr6textes
avec Dominique Richez


En bref... (suitedelapage2)
Donald Rumsfeld qui se trouvait en Argentine, s'est r6f6rd a l'exp6rience de
l'administration Bush en Afghanistan et en Iraq en m,atibre de s6curit6.
II faudra beaucoup d'efforts et de planifications pour mettre sur pied un systeme de s6curit6
fiable en Haiti, a declare M. Rumsfeld qui affirme avoir rencontr6 le president br6silien
Luis Ignacio Lula Da Silva et son homologue argentin Jose Pampuro, avec lesquels, ils
s'est entretenu sur le dossier d'Haiti.
De son cote, une organisation de defense des droits de l'homme base au Br6sil, le "
Global Justice ", estime que la MINUSTAH est lente dans son travail de r6tablissement
de l'ordre et de la stability en Haiti.

Recrudescence de la violence en Haiti: les militaires d6mobilises abandonnent
leurs uniformes et se fondent dans la population avec leurs armes
La police a fait savoir que des individus lourdement arms se sont attaqu6s a
Delmas 33 au v6hicule de service du commissaire responsable de la Direction Centrale
de la Police Judiciaire (DCPJ), Jude Altidor, blessant son chauffeur gribvement.
Selon la porte-parole de la PNH, Gessy Cameau Coicou, Jude Altidor ne se trouvait pas
a bord du v6hicule au moment de l'agression.
Le chauffeur, un policier, recoit des soins et serait hors de danger, a fait savoir Mme
Coicou qui a annonc6 l'ouverture d'une enquete.
D'un autre c8td, des fusillades 6clatent quotidiennement dans plusieurs quartiers de la
capitale, notamment au carrefour de l'A6roport et a Nazon, ce qui provoque constamment
une panique quasi g6ndrale sur l'autoroute de Delmas.
Selon Gessy Coicou, ces fusillades seraient l'oeuvre de bandits arms qui possederaient,
selon elle, des armes puis sophistiqudes que celles de la police nationale.

Assassinat d'un policier attache la security du ministre de la Justice
La porte-parole de la PNH confirme qu'une attaque a Wtd perp6tr6e au domicile de membres
de la famille du ministre de la justice Bernard Gousse : ce dernier se dit pret a affronter
ceux qui lui en veulent
Gessy Cameau Coicou a confirm le mercredi 23 mars qu'une attaque avait 6td mende la
veille contre la residence de membres de la famille du ministre int6rimaire de la Justice,
Bernard Gousse.
Lors d'un point de presse, Mme Coicou a inform de la mort d'un agent 4 de la PNH, lors
de ladite attaque. Elle a annonc6 l'ouverture d'une enquete pour faire le jour sur ce meurtre
Interrog6e un peu plus t6t dans la matinee sur les accusations selon lesquelles l'attaque
serait lide au conflit ouvert entre les militaires d6mobilis6s et le gouvernement int6rimaire,
Mme Coicou s'6tait refuse a se prononcer
Pour sa part, Me Bernard Gousse a fait savoir que les auteurs de 1' "attaque annonc6e ",
sont des gens qui ne sont pas contents du travail qu'il r6alise au ministbre de la Justice. Il
affirme etre pret a les affronter.
Lors de son point de presse, la porte-parole de la PNH a 6galement confirm l'assassinat
dans la banlieue de Carrefour d'un agent de 1'Administration p6nitentiaire nationale
(APENA) alors qu'il rentrait chez lui.
Un autre policier ainsi que son spouse avaient Wtd tuds dimanche soir (20 mars) a Port-
au-Prince.
Gessy Cameau Coicou a aussi fait 6tat de l'arrestation de 4 personnes a Puits Blain. Ces
(voir En bref... / 20)


Il faut stopper une nouvelle

manoeuvre contre Cuba!


(Cuba ... suite de la page 14)
il n'a pas eu un seul cas de disparition, de
torture ou d'ex6cution extrajudiciaire et
malgr6 le blocus on a atteint des taux de
sant6, d'6ducation et de culture notoires au
niveaux international. N o u s
demandons aux gouvernements des pays
repr6sent6s a la Commission de ne pas
permettre que celle-ci soit utilisee pour
16gitimer l'agressivit6 contre Cuba de
l'administration Bush, a l'heure oi l'actuelle
politique belliciste de Washington fait
pr6visible une escalade 6ventuelle dont les
consequences seraient tres graves.
En outre, nous convoquons les
journalistes, les 6crivains, les artistes, les
professeurs, les enseignants et les
enseignantes et les activistes sociaux a
s'adresser auxdits gouvernements pour


manifester par tous les moyens possibles
afin de stopper cette dangereuse
manoeuvre.

Pays membres de la 61m""
Commission des droits de I'homme.
Swaziland, Zimbabwe, Burkina
Faso, Gabon, Guinde, Soudan, Togo,
Kenya, Congo, Egypte, Erythr6e, Ethiopie,
Nigeria, Mauritanie, Afrique du Sud,
Chine, Japon, Sri Lanka, Malaisie,
Pakistan, R6publique de Corde, Arabie
saoudite, Inde, Indondsie, Nepal, Bhutan,
Qatar, Allemagne, EEUU, lande, Canada,
Australie, Finlande, Pays-Bas, Italie,
Royaume-Uni, Argentine, Br6sil,
Paraguay, Equateur, Mexique, Costa Rica,
Cuba, Guatemala, PWrou, R6publique
Dominicaine, Honduras, Ukraine,
Arm6nie, Roumanie, Hongrie, Russie.






Page 19


I Ti gout pa ti gout I


Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9






Mercredi 30 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 9


Page 20


I L'ACTUALITE EN MARCHE I


E n bref **.. (suite de la page 18)
individus seraient impliqu6es, selon elle, dans le recent
enlbvement de Mme Luisette Arnoux, propri6taire d'un club a
P6tion-Ville. Les 4 personnes arr&t6es feraient partie d'un groupe
de 14 6vad6s de prison, a pr6cis6 Mme Coicou.
Deux armes a feu et un v6hicule ont 6t6 saisis au cours de cette
operation. Elle appelle la population a collaborer avec la police
pour contrer l'action des bandits.

Le Conseil de s&curit6 visitera Haiti du 13 au 16
Avril
Le Conseil de s6curit6 de 1'ONU a fix6 la date de sa visite en
Haiti. Ce sera du 13 au 16 Avril prochain, une des rares fois que
le Conseil effectue une visite sur le terrain dans un pays en crise.
Ce qui souligne aussi la profondeur de la crise haitienne, selon
un chroniqueur du Miami Herald editionn du vendredi 18 mars).


Les membres du Conseil de s6curit6 seront rejoints pour cette visite par ceux
du Conseil Economique et Social des Nations Unies (ECOSOC), cela au milieu
des preoccupations croissantes que les efforts internationaux pour aider a la
reconstruction en Haiti sont bloqu6s et pourraient meme s'6crouler.
Les officiels de 1'ONU disent que le Conseil accomplit rarement de telles
visites sur le terrain. La dernibre fois c'6tait en novembre dernier a Nairobi
(Kenya) pour discuter de la crise dans la region de Darfour, au Soudan.
L'ambassadeur du Br6sil (qui assure la pr6sidence tournante du Conseil de
security), Ronaldo Mota Sardenberg, a indiqu6 que la visite est destine a
promouvoir la s6curit6, la stability et le respect des droits humains et ouvrir la
voie aux elections g6n6rales en Haiti fixes a la fin de l'ann6e.

Renouvellement du mandat de la Mission de I'ONU
Un renouvellement du mandat de la Mission de 1'ONU pour la Stabilisation
en Haiti (Minustah) qui comprend maintenant 7.500 hommes de troupes et
de police est attendu en mai prochain.
Aprbs avoir entendu un rapport sur Haiti la semaine dernibre, le Conseil de
sncuritl a fmis une declaration distant en substance one la force onusienne en


Haiti est mieux pr6par6e pour
r6pondre aux d6fis de l'ins6curit6
et "produire des r6sultats
remarquables." Mais, poursuit la
declaration, "la situation au
niveau s6curit6 continue d'etre
instable." Dimanche, au cours
d'une confrontation avec un
groupe d'anciens militaires
haitiens, la Minustah a perdu
deux hommes, deux casques
bleus sri lankais et n6palais. Un
troisibme gribvement bless
devait mourir par la suite.
Trois militaires d6mobilis6s ont
aussi perdu la vie au cours des
combats.

Le cas Yvon Neptune
Jusqu'5 present le dernier
premier ministre sous la
pr6sidence de Jean-Bertrand
Aristide se trouve dans un hOpital
argentin de la Minustah, oh il
continue a recevoir des soins
suite a une grbve prolong6e de la
faim. Selon les declarations du
ministre haitien de la justice, Me
Bernard Gousse, M. Yvon
Neptune est toujours en detention
et devrait &tre ramen6 au
P6nitencier natonal des que son
6tat de sant6 le permettra.
Une demande de transf6rer a
Port-au-Prince le lieu du procks
ayant 6t6 rejet6e, selon le
ministre, le proces devrait avoir
lieu a Saint Marc.
Dans ses dernibres declarations,
le Conseil de s6curit6 de 1'ONU
a appel6 le gouvernement de
transition haitien a r6gler au plut
t6t les dossiers judiciaires contre
d'anciens officiels du gou-
vernement Lavalas, tel l'ancien
premier ministre Yvon Neptune,
d6tenu depuis de longs mois sans
aucune charge formelle.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs