Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00257
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: March 16, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00257
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00003-16-2005 ( PDF )


Full Text
















Haiti en Marche edition du 16 au 22 Mars 2005 Vol. XIX No.7


L'AFFAIRE YVON NEPTUNE


Jugement ou lynchage?


ANALYSE
PORT-AU-PRINCE, 12 Mars S'il y a quelqu'un
qui doit vouloir aller devant un juge, c'est Yvon Neptune. Il
en a besoin pour enlever tout doute sur son honneur et sa
carriere.
Mais pas plus que Neptune ne veut se preter a son


propre assassinat, international n'a l'intention de se faire le
complice d'un lynchage.
Or il suffit d'6couter les accusateurs de l'ex-premier
ministre pour savoir a quoi s'en tenir.
D'abord, qui sont les accusateurs? Toujours les


memes ...
Ce sont eux qui ont d6fil6e nouveau
sur le petit 6cran aprbs le transfert par la
EW.


Plusieurs centaines de militaires d6mobilisis acceptent de deposer les armes au cours d'une rencontre au Cap-Haitien
avec une delegation gouvernementale conduite par le PM G6rard Latortue et les responsables de la Mission
de stabilisation de I'ONU photo Minustah/ONU Sophia Paris


Yvon Neptune
Minustah du pr6venu en grbve de la faim du
P6nitencier national a l'h6pital de la mission
internationale prbs de l'a6roport de Port-au-
Prince.
On peut les compter sur le bout des
doigts. A croire done que la cause n'a pas
gagn6 en interet auprbs de la population.
C'est l'organisation NCHR
(Coalition Nationale pour les Droits des
Haitiens), la seule a avoir annonc6 le
(voir Neptune / 4)


Haiti: Pour une Francophonie a
PORT-AU-PRINCE, 14 no e X lS autrefois le cas?
Mars Apres les masques I on exclusivLa ministre Magalie


traditionnels du dernier carnaval, le
ministbre de la Culture marque encore
un point avec le festival de contes et
chansons francophones organism dans le
cadre de la Quinzaine de la
Francophonie.
Cette ann6e Haiti a l'honneur
d'abriter la commemoration de la
Journ6e Internationale de la
Francophonie le dimanche 20 mars.


Le Secr6taire g6n6ral de Comeau Denis l'a brillamment expliqu6 lors
1'Organisation Internationale de la d'une intervention ala t6ldvision nationale. Ce
Francophonie (OIF), l'ex-pr6sident sont deux genres populaires, d6ji bien
sen6galais Abdou Diouf, sera dans nos murs enracin6s, done a travers lesquels doit
du 19 au 22 mars, ainsi probablement que obligatoirement passer toute tentative de
de nombreux autres invites de marque. (voir Francophonie / 10)
Pourquoi un fes-
tival de contes et chansons, Le Secr6taire g6n6ral de l'Organisation Internationale
et non un concours de po6sie de la Francophonie, Abdou Diouf, sejournera en Haiti
comme cela aurait Wt6 plut6t du 19 au 23 Mars photo ci-contre


DROITS HUMAINS & POLITIQUE

NCHR-Haiti desavouee par

1'organisation mere basee aux Etats-unis


NEW YORK, 11 Mars Pierre
Esp6rance, Directeur de NCHR-Haiti, a
public aujourd'hui une declaration
critiquant la decision de 1'ONU et des
autorit6s haitiennes de fournir un
traitement medical d'urgence a l'ancien
Premier ministtre Yvon Neptune dont
1'6tat de sant6 n'a cess6 de d6cliner
depuis qu'il a commence une grbve de
la faim il y a 19 jours.


"Ni Mr. Esp6rance, ni aucun
membre du personnel de NCHR-Haiti, ne
parle au nom de la Coalition Nationale pour
les Droits des Haitiens (NCHR), son comit6
de direction ou son staff', a d6clar6 Jocelyn
McCalla, Directeur-ex6cutif de
l'organisation de protection des droits
humains base A New York.
Etablie a l'origine comme une
representation de la NCHR sur le terrain
en Haiti en 1992, NCHR-Haiti a fonctionn6


de manibre ind6pendante depuis des
ann6es, collectant ses propres fonds et
6tablissant son propre agenda et sa
propre structure de fonctionnement.
La NCHR avait lanc6 le
bureau de NCHR-Haiti en 1992, au
plus fort du regime militaire, pour
augmenter sa capacity a monitorer, a
d6crire et a d6fendre les droits humains
en Haiti. La NCHR avait fourni du
(voir NCHR / 4)


Haiti en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinibre au Bois Verna
Td1: 245-1910 Fax 221-8596
Miami
173 NW 941h Street
Miami, Florida 33150
Td1. 305-754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
e-fax: 1-928-222-1309
New York 914-358-7559
Boston 508 941 6897
Montr6al 514 337 1286
Email: pub@(haitienmarche.com
haiti en marche@direcway.com
URL www.haitienmarche.com


.1


I AXT AT X)








EN PLUS ... ENBREF...


Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


EDITORIAL
PORT-AU-PRINCE, 9 Mars
Dans un article intituld-
" Movers and Shakers ", ceux qui font
bouger les choses en Haiti, le Miami
Herald cite les noms suivants : Andy
Apaid, Charles Baker, Pierre Marie
Paquiot, Guy Philippe, Butteur M6tayer,
Yvon Neptune, Josu6 Merilien, Mario
Dupuy, Annette Auguste (" S6 Anne "),
Robenson Thomas, alias Labanyb et
"Dread Mackenzie.
Vous pouvez vous 6tonner de ne
pas trouver dans cette liste les noms du
premier ministre G6rard Latortue, ni du
ministre de la Justice, Bernard Gousse, ni
d'un grand nombre de politiciens notoires,
qui ont blanchi sous le harnois ...
Mais pour la journaliste Jane
Regan du Miami Herald, ce sont 1 les
gens qui ont fait ou qui font aujourd'hui
encore l'6v6nement en Haiti.
Le nom de l'ex-pr6sident Jean-
Bertrand Aristide n'y figure pas non plus,
comme vous l'aurez remarqu6 ... II fait
aujourd'hui partie de la diaspora.
Movers and shakers ", ceux qui
savent faire bouger les choses, selon la
r6dactrice du Miami Herald, en Haiti, ce
sont:
.Andy Apaid. Un homme
d'affaires, il est le leader du Groupe des
184, une coalition d'associations
patronales, de partis et d'organisations
politiques qui ont cr66 la mobilisation
contre Jean-Bertrand Aristide.
A present, nous apprend le
Miami Herald, M. Apaid est en train de
pousser le gouvernement interimaire a
adopter le mme Nouveau Contrat
Social une liste de changements
sociaux et dconomiques -dont le Groupe
faisait la promotion sous le regime
Aristide.
Charles Baker. Un propri6taire
de factory, vice-pr6sident de l'Association
des Industriels Haitiens et un membre du
Groupe des 184, Baker a Wtd emprisonn6
pendant deux mois sous Aristide. II
continue a etre actif au sein des 184, mais
il critique souvent le gouvernement
int6rimaire pour l'ins6curit6 et le mauvais
climat dconomique.
Pierre Marie Paquiot. Recteur
de l'Universit6 d'Etat d'Haiti, il a eu les
deux genoux bris6s lors d'une attaque par
des gangs pro-Aristide le 5 d6cembre
2003, aprbs que les 6tudiants eurent rejoint
les manifestations anti-Aristide.
Paquiot, qui a subi des
dommages permanents a ses jambes mais
peut encore marcher, est encore le recteur
de l'Universit6 mais celle-ci reste dans une
condition deplorable. Le nouveau campus
promis a l'universit6 d'Etat (apprend-t-on
dans le Miami Herald), et qui n'est autre
que celui de l'universit6 Aristide, est pour
l'instant occupy par les forces de 1'ONU
en Haiti.
.Guy Philippe. Un ancien
commissaire de police qui s'6tait enfui
d'Haiti en 2000 sous l'accusation de
comploter contre Aristide, Guy Philippe
retourna en Haiti d6but 2004 a la tete d'un
groupe d'anciens soldats qui ont aid6 au
renversement d'Aristide.
Il est a present secr6taire g6ndral
d'un parti politique, le Front National pour
la Reconstruction d'Haiti, et on s'attend
(nous dit le Miami Herald) qu'il se
pr6sente dans la course a la pr6sidence.
Butteur M6tayer. II a conduit
l'Armde Cannibale, un gang arm6 ayant
pris naissance dans la ville c6tibre des
Gonaives qui avait joint ses forces avec
celles de Guy Philippe pour renverser
Aristide.
Aujourd'hui Butteur M6tayer est
le president du Front National pour la
Reconstruction d'Haiti.
Yvon Neptune. Premier ministre


durant le second mandat d'Aristide,
Neptune est rest en Haiti et a facility la
transition apres que Aristide fut parti.
II a Wtd arret6 en juin 2004 dans
le cadre d'une investigation sur un
massacre qui a Wtd perp6tr6 contre des
opposants a Aristide en f6vrier 2004.
Neptune est toujours en prison,
quoiqu'il n'ait jamais 6td, dit le Miami
Herald, officiellement inculp6.
Josu6 Merilien. Secr6taire
g6ndral de l'Union Nationale des
Enseignants Haitiens et tres critique
envers le gouvernement Aristide, il a
fr6quemment mobilis6 professeurs et
6tudiants pour des manifestations de rue.
Aujourd'hui, Josu6 Merilien est
aussi tres critique envers le gouvernement
int6rimaire pour sa corruption pr6sum6e
et son refus d'augmenter les salaires des
professeurs et autres revendications.
Mario Dupuy. Secr6taire d'Etat
a la Communication sous Aristide, il a fui
Haiti et vit a present en exil t Miami,
si6geant comme membre d'une
commission de communication du parti
d'Aristide, Fanmi Lavalas.
II accuse fr6quemment le
gouvernement int6rimaire, entre autres
d'avoir execute des centaines de
supporters d'Aristide.
Annette Auguste. S6 Anne, une
chanteuse bien connue et supporter du
parti Lavalas, elle a Wtd arriete le 24 mai
2004 par les Marines am6ricains et jet6e
en prison en connexion avec l'attaque dont
a &td victime Paquiot. Annette Auguste dit
qu'elle est une'" prisonnibre de
conscience "et victime d'une conspiration
pour briser l'6chine dorsale du
mouvement Lavalas.
Robenson Thomas. Surnomm6
Labanyb, leader d'un gang pro-Aristide a
Port-au-Prince au bidonville de Cit6
Soleil, Labanyb a change son fusil
d'6paule, disant qu'il avait Wtd pay6 par
Aristide pour terroriser les membres de
l'opposition.
Aujourd'hi, il dirige encore'un
gang arm6 qui entre souvent en collision
avec des partisans arms d'Aristide ou
"chimbres. "
Dread Mackenzie. Chef d'un
gang pro-Aristide surnommd Dents de
fer et bas6 au quartier populaire du Bel-
air, Dread Mackenzie a Wtd tu6 le 7
D6cembre 2004 par des membres d'une
bande rivale surnommde Scie a m6taux.
Voil5 done, du moins d'apres
Jane Regan du Miami Herald, une liste
de VIP(s), de personnalit6s parmi les plus
susceptibles de faire se mouvoir les choses
en Haiti (du moins ceux qui ne sont pas
d6ji ad patres). Movers and Shakers ".
Vous aurez remarqu6 qu'on ne
trouve dans cette liste ni le premier
ministre int6rimaire G6rard Latotue,
malgr6 toute la peine qu'il se donne; ni
le ministre de la Justice, malgr6 toutes les
responsabilit6s qu'on lui donne ; ni le
president Boniface Alexandre ...
Mais ni non plus
le commandant Remissainthe Ravix.
Ni l'autre commandant des
rebelles qui ont traverse de la R6publique
dominicaine pour venir donner au
gouvernement Aristide son coup de grace,
Louis Jodel Chamblain. Qui va a la
chasse, perd sa place.
Cependant on ne voit nulle part
non plus dans cette liste le nom d'aucun
des barons de la classe politique ...
Est-ce a croire qu'aucun d'eux
n'a d'influence quelle qu'elle soit dans le
pays ?
La prochaine fois que la
journaliste Jane Regan sera de passage en
Haiti, d6brouillez-vous donc pour l'inviter
Sd6jefiner !
Editorial, Mdlodie 103.3 FM,
Port-au-Prince


PEOPLE


Les VIP du jour...


Page 2


Importante reunion de bailleurs de fonds ce 18 mars
a Cayenne
La rencontre aura lieu ce vendredi sous les auspices de la France.
Les pays donateurs, les organismes de financement seront presents pour "d6cortiquer"
le cas d'Haiti, si l'on peut dire. Objectif: envisager une acceleration du decaissement
des fonds promis au pays en juillet 2004 a Washington.
Jusqu'a present, les grands travaux d'envergure tant attendus qui contribueraient a une
reduction de la misere dans le pays, en donnant du travail a un nombre important de
personnes, n'ont pas 6t d6clench6s.
Il serait vraiment a souhaiter que Cayenne devienne un tournant pour Haiti dont la
population a d6ji tellement souffert.

La NCHR-New York d6savoue la NCHR-Haiti ...
Dans une note communique a la presse, Mr Jocelyn McCallah, Directeur Exdcutif de
l'organisation de protection des droits humains base a New York, 6crit :
"Pierre Esp6rance, directeur de NCHR-Haiti a public aujourd'hui une declaration
critiquant la d6cison de 1'ONU et des autorit6s haitiennes de fournir un traitement
medical d'urgence a l'ancien Premier ministre Yvon Neptune dont l'6tat de sant6 n'a
cess6 de d6cliner depuis qu'il a commence une grbve de la faim, il y a 19 jours. Ni Mr
Esp6rance, ni aucun membre du personnel de NCHR-Haiti ne parle au nom de la
Coalition Nationale pour les Droits des Haitiens."
Et Mr. Jocelyn McCallah va plus loin en demandant a la branche haitienne de
l'organisation de changer de nom car elle ne peut plus continuer a fonctionner sous le
chapeau de la National Coalition for Haitian Rights (NCHR)
"Je souhaite que d6sormais la NCHR-Haiti adopte un nouveau nom qui refl6tera avec
plus de precision sa position et sa mission dans la soci6td haYtienne."
La NCHR-New York souhaite la constitution d'un Tribunal Sp6cial ind6pendant qui
serait compose d'hommes de loi internationaux et nationaux pour statuer sur certains
cas, comme par exemple celui de l'assassinat du journaliste haitien Jean Ldopold
Dominique, tu6 il y aura bient6t 5 ans le 3 Avril 2000.

Mise en garde du D6partement d'etat am6ricain
Le D6partement d'6tat americain a mis en garde ses citoyens contre le danger d'un
voyage en Haiti. Les problbmes d'ins6curit6 ne sont pas encore r6solus, dit la note.
Plusieurs groupes arms s'affrontent et il est pr6f6rable de ne pas se rendre en Haiti. Le
D6partement d'6tat demande a tout visiteur ainsi qu'aux residents de se montrer
vigilants a cause du manque d'efficacit6 de la Police nationale a travers le pays, des
risques de "d6choukage", des barricades enflammdes drig6es a la moindre occasion ...
autant de comportements qui expliquent la multiplication de cas d'enlbvements, de
viols, de vols de voitures dans les divers quartiers de la capitale et de sa banlieue.

Transfert de Yvon Neptune dans un h6pital militaire
argentin'
L'ex-premier ministre Yvon Neptune, dont l'6tat de sant6 avait empire aprbs 19 Jours
de grbve de la faim, a &td transf6rd sous protection des soldats de la MINUSTAH et de
la PNH dans un h6pital militaire argentin, apres qu'un juge de paix eut status sur
l'opportunit6 de ce transfert pour sauver la vie a l'homme politique. Neptune rdcupere
petit a petit, selon le porte-parole de la Minustah.

Toll6 de commentaires apres le transfert de Neptune
C'est a qui fera le plus de commentaires sur ce transfert. Ce qui 6tonne c'est l'attitude
d'organisations pourtant pr6pos6es a la defense des droits humains dans le pays. Alors
que c'est pour sauver une vie que ce transfert a &td effectu6 car les Nations Unies
auraient pu etre accuses de non assistance a personne en danger en restant
impassibles, on entend de grands tenors de ces organisations protester contre ce
transfert, crier a l'ing6rence 6trangbre, arborant une mine d6gout6e et allant mime
jusqu'd d6clarer que Yvon Neptune qui se trouve dans cet h6pital, est comme en terre
6trangbre et n'est plus passible de la justice haitienne.

Declarations du Ministre de la Justice
Le Ministre de la Justice, Bernard Gousse, a d6clard sur les antennes de la T616vision
Nationale que l'ex-premier ministre Yvon Neptune n'etait pas en liberty. "Il reste un
prisonnier aux ordres de la justice haitienne et sous la responsabilit6 de la Police
haltienne ", a rassur6 Bernard Gousse.
Le Garde des Sceaux de la R6publique a invite les gens de Saint Marc a garder leur
calme en leur rappelant que la justice aura le dernier mot.
Yvon Neptune avait demand que son procks n'ait pas lieu a St Marc mais plut6t a
Port-au-Prince, pour lui permettre de se d6rouler dans une atmosphere sereine et loin
des passions suscitdes par les 6v6nements de Saint Marc. La Justice a refuse d'accorder
ce transfert.

G6rard Latortue tente de calmer les esprits concernant
le transfert de Neptune
Le Premier ministre int6rimaire G6rard Latortue a tenu a expliquer a la population que
la mort de Yvon Neptune serait une catastrophe pour son gouvernement. La loi pr6voit
qu'il faut porter assistance a personne en danger de mort. Or Mr Neptune 6tait B la
veille de la mort, ses fonctions urinaires ayant &td bloqudes. Done c'6tait une question
de vie ou de mort pour lui.

Fanmi Lavalas applaudit au transfert de Yvon Neptune
Fanmi Lavalas s'est estimde soulag6 devant le geste humanitaire de la communaut6
internationale Les membres du parti souhaitent que le meme geste soit adopt en
faveur de Jocelerme Privert, ex-ministre de l'int6rieur dont la sant6 commence aussi a
se d6t6riorer.

Chauffeurs ran onnes
II s'agit de ceux effectuant le trajet Cayes-Port-au-Prince qui sont sans cesse attaqu6s
sur la route natonale Num6ro 2 par des bandits.
Ils d6noncent cette situation et demandent aussi l'amdlioration de cette route, ce qui
permettrait de reduire les attaques des forcends qui profitent des moindres
ralentissements de la circulation pour detrousser chauffeurs et passagers.
(voir En bref / 18)






Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


Page 3


L'ACTUALITE EN MARCHE


%* aa 0 -#

"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


CONSULAT DES ETATS-UNIS
EN HAITI


S* a




dans la zoe d




*A



CROIX D


MARTISSANT PORTAIL LEOGANE
"WMH IYww
,: -- La"%


Le 10 mars 2005
AVIS AU PUBLIC
Depuis le 8 mars 2005, le
D6partement d'Etat americain a augment
les frais de certains services consulaires.
(1) Une nouvelle charge de US
$45.00 a Wet ajout6e au prix du
visa d'immigrant, portant le cofit
de ce visa
a US$ 380.00
(2) Un surplus de US$12.00 a Wtd
(voir Consulat US / 6)

i %I


."Co pyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


Thor 14, Route de Carrefour

513-0703

LUN-VEN 8:30 am a 3:00 pm
SAM 8:30 am A 1:00 pm


I|,, UNIBANK

"Chaque four plus proche de vous"


www.unibankhaiti.com


K1~; JI


Fiche d'Abonnement a Haiti en Marche


Nom


Adresse


Haiti
Etats-Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


Gdes 250
US $ 40.00
DC $ 42
US $ 70
US $ 70


Gdes 500 Livraison a domicile double tarif
US $ 78
DC $ 80
US $ 135
US $ 135


1 An


SNALYSOMMAIRE
ANALYSE
L'affaire Yvon Neptune: Jugement ou lynchage? p.1
L'EVENEMENT
Haiti choisie pour celebrer la Journee internationale de la
Francophonie
Le Secretaire general de 1'OIF sera en Haiti du 19 au 22 mars
Pour une Francophonie non exclusive p.1
Programme de la Semaine de la Francophonie p.11
ACTUALITE POLITIQUE
NCHR-Haiti desavouee par l'organisation mere basee aux
Etats-Unis p.1
Le chancelier canadien en Haiti ce mercredi p.17
Ottawa pressed d'enqueter en Haiti p.7
Mission accomplie pour la delegation haitienne de droits
humains en visite au Canada p.7
Des militaires demobilises acceptent le desarmement p.3
Nouvelle mise en garde de Washington contre les voyages en
Haiti p.3
Maxine Waters consider les Etats-Unis comme responsables
de l'instabilite en Haiti p.9
SANTE-POPULATION
Les USA inaugurent un centre de traitement du VIH/SIDA a
Jacmel p.6
LIBRES OPINIONS
Quand nos "amis" se moquent des institutions nationales p.6
Le General, le Diplomate et la PNH p.7
La transition entre des cenacles oligarchiques d'inter&ts et un
tsunami de scandales p.16
DIASPORA ETATS-UNIS
8 Avril: Protestation contre les deportations de sans-papiers
haitiens.
ARTS & PRODUCTION
Femmes en Production: Un grand et beau succes p.11
SPORTS
Miami: Ouverture samedi de la 5 eme edition de Madame
Gougousse Haiti Cup p.9
VOYAGE
Cuba entre Haiti et Miami p.12
DEVELOPEMENT DURABLE
Survol de l'Evolution de la Structure fonciere p.12
1J


THOR,


6 Mois


1 An


~i--


I


I







UNE ANALYSE


Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


L'AFFAIRE YVON NEPTUNE


Jugement ou lynchage?


(Neptune ... suite de la lere page)
"massacre de La Scierie", locality de Saint Marc oi aurait
eu lieu un massacre peu avant la chute du Pr6sident Jean-
Bertrand Aristide, et que Yvon Neptune (lors premier
ministre) est accuse d'avoir ordonnd. C'est aussi laNCHR
qui a engage rubis sur ongle le bureau d'avocats charge de
d6fendre les parents des victimes.


Selon Gousse, si le procks est en retard, c'est aussi
a cause de Neptune qui a entr6 une motion en r6cusation
contre le juge d'instruction de Saint Marc, mais le ministre
ne dit pas aprbs combien de mois de detention preventive.
Ne parlons pas de maints leaders politiques,
champions du bavardage inutile, qui ont appeal
ouvertement sur les ondes a laisser mourir le
pr6venu ... Mentality de lynchage.
Ou de l'avocat des victimes, Me Samuel
Madistin, disant que cette grbve de la faim ne lui dit
rien qui vaille.


Le temps de contr6ler l'information, Neptune est
d6ji boucl6 au P6nitencier national.
Le gouvernement int6rimaire l'accuse d'avoir
ordonn6 un massacre dans une locality de Saint Marc
nommde La Scierie, au cours d'une visite accomplie peu
avant le renversement du Pr6sident Aristide le 29 f6vrier
2004 sous la pression conjugude d'un mouvement
d'insurrection populaire dans certaines regions du pays,
dont Saint Marc, et de certaines grandes chancelleries
(Washington, Paris et Ottawa).


L'ex-Premier Ministre Yvon Neptune au cours de son unique comparution depuis son arrestation
en mai 2004 photo Yonel Louis


Ministre de la Justice Bernard Gousse
photo Haiti en Marche
Intervenant a la t6ldvision, le patron de la NCHR,
Pierre Esp6rance, n'a pu s'empecher de d6former
l'information, disant "la Minustah et des diplomates
strangers ont enlev6 Neptune du P6nitencier national", en
omettant de pr6ciser que c'est en presence d'un juge de
paix et avec l'assistance de la Police nationale d'Haiti.
Tel autre se caract6rise par son visage si plein de
d6gofit et de m6pris qu'on a peine a y inscrire le mot de
respect des droits humains.
Puis c'est le ministre de la Justice et de la S6curit6
publique Bernard Gousse qui, vu la difficult d'expliquer
la participation de la justice et de la police a l'op6ration
alors que la veille encore il 6tait contre cette 6ventualit6,
se met a accuser des individus imaginaires qui ne veulent
pas du proces de Neptune a cause de tout ce que ce process
peut r6v6ler!


SLes absents ont toujours tort ...
Comment l'international pourrait-il faire
confiance a des gens aussi l1gers?
Et qui ont pourtant en main l'avenir du pays, et
qu'ils gardent si jalousement!
Comment international pourrait-il se faire le
complice d'une telle mascarade annonc6e?
Pourtant nous r6p6tons: celui qui a le plus int&ret
a un vrai proces, ce ne devrait etre autre que Yvon Neptune,
car il y va de son honneur et de sa carriere politique. Les
autres n'ont, quant a eux, rien a perdre ...
Se peut-il meme que le veritable objectif de ces
derniers ce n'6tait pas le proces, mais faire prendre la fuite
a l'accus6. Car les absents ont toujours tort ...
Revenons a quelques points importants.
Un dimanche de mai 2004, on apprend que l'ex-
premier ministre Yvon Neptune, ayant appris sur les ondes
qu'un mandat d'arret avait 6td dress contre lui, a d6cid6
de lui-meme de se constituer prisonnier.


"Oi est le corps du delit?" ...
Mais, premiere surprise, personne n'a entendu
parler de ce massacre, aucune autre organisation des droits
humains, ni agence de presse, que la NCHR (et pr6cisons
la NCHR-Haiti) ...
Secundo, celle-ci elle-meme n'arrive pas a
documenter son accusation, se mettant a r6trograder en
passant au fur et a mesure de genocide en massacre, puis
enfin tuerie.
D'autre part, l'information a Wtd carr6ment
d6mentie par le haut commissaire international des droits
humains pour Haiti, le francais Louis Joinet (qu'on ne peut
accuser de sympathie pro-Lavalas), selon lequel il y a deux
groupes pro et anti-Aristide (nomm6s respectivement
Balewouze et Ramicos) qui s'affrontaient a Saint Marc, et
qu'il y a eu des victimes des deux c6t6s.
Selon un bulletin de l'agence Reuters, des
journalistes et d6fenseurs des droits humains qui ont
(voir Neptune / 5)


DROITS HUMAINS & POLITIQUE


NCHR-Haiti desavouee par

1'organisation mere basee aux Etats-unis


(NCHR ... suite de la lere page)
support aux victimes des droits humains et en 1995 lancait
un programme de formation pour l6argir l'audience pour
les droits humains en Haiti.
Mais la NCHR d6cida peu apres d'ouvrir la
possibility pour NCHR-Haiti de se d6velopper en une entity
ind6pendante, dirig6e et constitute par des haitiens forms
en defense des droits humains.
La NCHR le fit en aidant NCHR-Haiti a obtenir
des fonds que cette fondation et d'autres donateurs mirent
directement a la disposition de NCHR-Haiti.
Les deux groupes ind6pendants ont coop6rd dans
des domaines de preoccupation commune et avec l'espoir
de continuer si les opportunities existent.
Cependant, certaines positions exprim6es par
NCHR-Haiti ne repr6sentent pas les positions tenues par
la NCHR, et vice versa. "Nous esp6rons que dans un proche


avenir, NCHR-Haiti adoptera un nouveau nom qui reflete
avec plus de precision sa position et sa mission dans la
soci6td haitienne."

Le systeme judiciaire haitien n'offre
rien d'autre qu'injustice
"Nous notons avec regret que NCHR-Haiti s'est
envelopp6e dans le drapeau national pour protester contre
la decision prise par 1'ONU et les autorit6s haitiennes pour
placer Mr. Neptune dans un 6tablissement medical op6rd
par les Nations Unies, sous la garde conjointe des casques
bleus et de la police haitienne. Ce faisant, NCHR-Haiti
s'est place elle-meme dans la dangereuse position de
d6fendre un system judiciaire haitien qui n'offre rien
d'autre qu'injustice", a d6clard Mr. McCalla.
Le system judiciaire haitien a failli dans le dossier
de Mr. Neptune de plusieurs falcons. "D'abord, a notre


connaissance, il n'a jamais Wtd inculp6 officiellement vu
que le magistrat charge de l'instruction de l'affaire a mend
peu ou pas d'investigation depuis son appointement il y a
d6ji plusieurs mois. Nous avons appris il y a quelques
semaines que le gouvernement n'avait pas fourni au
magistrat les moyens ni la s6curit6 n6cessaire pour conduire
une investigation aussi importante.
Nous avons appris plus tard que le magistrat
passait au moins la moitid de son temps loin de sajuridiction
de Saint Marc.
Secundo, sur la base d'une technicality mineure,
la Cour de Cassation, la plus haute instance judiciaire en
Haiti, a rejet6 une requete de Mr. Neptune pour transfer
le proces de Saint Marc a Port-au-Prince.
Mr. Neptune n'avait pas fourni les 200 gourdes
requises par la Cour pour consider sa requete.
(voir NCHR / 5)


Page 4







Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


Page5


DE L'ACTUALITE


Tout semble avoir ete prevu, tout saul
(Neptune ... suite de la page 4) du Comte de Monte Cristo, ou l'on peut passer toute
d6barqu6 a La Scierie au lendemain du pr6sum6 sa vie en prison et meme pas par erreur judiciaire,
massacre, ont d6couvert un total de 5 cadavres sans puisque de jugement il n'est pas n6cessaire d'en avoir.
pouvoir identifier a quel camp ils appartenaient. Quel intret a done M. Neptune a ne pas
Mais B la question: "ou est le corps du d6lit?" poursuivre jusque devant le juge si, comme le pensent


1


photo Haiti en Marche
que luiposaitr6cemment la radio priv6eM6lodieFM, le responsable pour 1'ONU du respect des droits de
1'avocat Samuel Madistin a r6pondu qu'on verra au l'homme en Haiti, Louis Joinet, et autres organisations


moment du proces s'il n'en existe pas.
Et d'expliquer qu'on ne parle
pas d'un 6v6nement qui a dur6 un seul
jour, mais que le massacre s'est 6tendu
au moins du "9 au 29 f6vrier 2004."
Orjusqu'5 present l'accusation
6tait que Neptune a donn6 l'ordre de
commettre le massacre au cours de cette
visite effectu6e peu avant la chute
d'Aristide.
Done l'accusation change de
chef d'accusation en pleine instruction
de l'affaire.
Or quelle instruction?
Certains m6dias locaux, qui ne
comprennent rien en procedure
judiciaire, parlent a tort et a travers
d'inculpation et d'inculp6. "L'inculp6
Yvon Neptune ..." etc.
Or personne n'a jamais rien su
de l'instruction (ah oui, l'instruction est
secrete, mon oeil).

Comme au temps du Comte
de Monte Cristo ...


Or c'est a partir d'6vidences cr6dibles,
comme le corps du d6lit ou autres (examen ADN
comme lors du proces de Raboteau aux Gonaives),
que le juge d'instruction doit se faire une idWe du cas
qui est soumis a sa sagacity.
Dans le cas contraire, il doit prendre une
ordonnance de non lieu et remettre le pr6venu en
liberty. (Et s'il est convaincu de l'implication du
pr6venu, c'est alors et alors seulement qu'intervient
1'inculpation).
N'oublions pas que, comme dans le cas de
M. Neptune, le pr6venu en question aura d6ji
accompli une longue detention preventive (et sans la
moindre preuve de culpability) ...
Et sans possibility de liberty provisoire sous
caution, une disposition qui n'existe pas en droit
haitien. Car nous vivons toujours comme au temps


m 0 U *b-dmo


comme Amnesty Intematioal ou Human Rights Watch,
il n'a jamais exist de massacre de La Scierie?

Qui fait confiance a la justice haitienne?

Mais c'est 1 le hic. Qui fait confiance a la
justice haitienne? Personne, a commencer par les
autorit6s haitiennes elles-memes.
C'est le Premier ministre G6rard Latortue qui
pas plus tard que le mois dernier lors de l'installation
de son cabinet remani6, reprochait a la justice d'etre
bon dernier au palmarks des r6alisations de son
gouvernement.
C'est le dernier rapport du D6partement
d'Etat am6ricain sur les droits humains en Haiti, il y a
une semaine, concluant que le pays a fait des progrbs
sous le gouvernement int6rimaire, sauf dans les deux
domaines de la justice et de la police. "Le


f le proces lui-meme ...
gouvernement int6rimaire n'apas surmont6 les faiblesses du system
judiciaire et de la police dont il a herit6 et qui ont entrav6 ses efforts
en vue d'am6liorer les pratiques de droits de l'homme durant cette
importante ann6e de transition" dit un communique de presse de
l'Ambassade des Etats-Unis en Haiti, rappelant en outre que "les
doits de l'homme sont essentiels a tout moment, pour toutes personnes
et en toutes circonstances."
C'est aussi le dernier rapport du Conseil de s6curit6 de
1'ONU sur Haiti sorti la semaine dernibre oi celui-ci s'inquiete "des
accusations de violation des droits de l'homme port6es contre des
membres de la police nationale haitienne, sur lesquelles aucune
enquete s6rieuse n'avait Wte mene6e par les autorit6s."
Mais c'est le ministre de la Justice, Bernard Gousse, lui-
meme qui commentait, aprbs le toll provoqu6 l'ann6e dernibre par
l'acquittement du chef paramilitaire Louis Jodel Chamblain, qu'on
doit comprendre que la justice haitienne n'est pas encore parfaite ...
Tout semble avoir Wtc pr6vu, tout sauf le proces lui-meme

Et c'est la meme justice qui pretend, envers et contre toutes
les organisations des droits de 1'homme les plus exp6riment6es au
monde, pouvoir soudain aboutir a un proces honnete et impartial.
Autre chose: On r6pete (mais sans daigner l'expliquer) que
la cour de Cassation a rejet6 une requ&te de M. Neptune pour tenir le
proces en dehors de Saint Marc.
C'est une procedure courante toutes les fois que l'une des
deux parties peut craindre une manipulation des jur6s quand un proces
se tient dans une ville d6vor6e par la passion envers l'un ou l'autre
camp.
On a entendu a la radio les reactions des pr6sum6s parents
des victimes de Saint Marc a l'annonce que le pr6venu a Wte transf&r6
a l'h6pital de la Minustah. Cela sent le lynchage a plein nez, la Saint
Barth6lemy!
On se contente de dire que la Cour de Cassation a tranch6
contre cette requete. Mais quelle cour de cassation?
wA la v&rit6, on a l'impression
que la justice haitienne int6rimaire
s'est mise dans de beaux draps. Tout
semble avoir Wt6 pr6vu, tout sauf le
procks lui-meme.


Un grain de sable dans la
machine ...
La NCHR, 1'organisation
des droits humains la plus richement
pourvue en assistance financiere
ext6rieure, pensait r6aliser le coup du
sibcle en montant cette d6nonciation
du massacre de La Scierie.
Les autorit6s int6rimaires
comme compere Renard par l'odeur
allech6, et sans avoir la moindre
precision a ce sujet, sont tomb6es
dessus comme une occasion
inesperee.
Esp6rant que dans la bonne
tradition de chez nous, les accuses
n'allaient pas tarder a prendre la
poudre d'escampette.


Mais, coup de theatre, un certain Yvon Neptune, qui avait
d6ji d6cid6 de ne pas fuir la nuit du 29 f6vrier 2004 comme la plupart
de ses collbgues, vint se constituer prisonnier en annoncant qu'il ne
fuira pas la justice de son pays.
Des lors, c'est le grain de sable dans la machine.
Qui plus est, on lui aurait propose de sortir de prison s'il
consentait a gagner l'exil.
N6gatif.
Pas 6tonnant alors qu'on eut parl6 au moins trois fois de
tentatives d'assassinat. Ou plut6t tentatives de "kaponnay"
(d'intimidation), qui sait ...
I1 n'en reste pas moins que, alors que le ministre Gousse
jure ses grands dieux que le proces de La Scierie aura lieu, le plus a
esp6rer un vrai proces est Yvon Neptune. Pour son honneur ...
Les autres quant a eux s'en foutent. Une com6die de plus ou
de moins ...

Haiti en Marche, 12 Mars 2005


Appel a la formation d'un Tribunal special compose

de ju ges halitien s et internationaux aurait juridction est celui de 'assassinat dujournalistehaitien
de J he Jean Leopold Dominique. Mr. Dominique a ete tu6 il y aura
pour traiter de cas politiques hautement sensibles, et bient6t 5 ans, le 3 Avril 2000. Quoique les preuves rassembl6es au
(NCHR ... suite de la page 4) ds lorsilestpeu probable qu'ilpeutfonctionnerlibre cours d'investigations indiquent l'implication d'officiels du
"La somme totaled'inaction par les autorit6s de toute interference, tant a cause de pressions government et du part Lavalas, le dossier a pine dpassjusqu
gouvernement et du parti Lavalas, le dossier aa peine d6pass6 jusqu'a
judiciaires haitiennes dans ce dossier, d'inertie, l'int6rieur qu'a l'ext6rieur du gouvernement. present le stade d'investigation
d'incomp6tence et d'omission ou de mauvaise L'ann6e dernibre, la NCHR a invite le Un tribunal spialo de j s h s
Un tribunal special, compose de juges haitiens et
volont 6 quivaut a un travesti de justice", a d6clar6 gouvernement 6tablir, de concert avec 1'ONU, un internationaux de reputation irr*prochable, pourrait et devrait &re
Jocelyn McCalla. tribunal special pour traiter ces cas-1.
Le system judiciaire haitien est mal 6quip6 Parmi les cas sur lesquels un tel tribunalvor


)pyrighted Iatetria

indicated Oontent

commercial News Providers"







I ACTUALITE POLITIQUE


Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


CONSULAT DES ETATS-UNIS
EN HAITI

Nouveaux tarifs

des visas
(Consulat US ... suite de la page 3)
ajout6 au frais du passeport am6ricain, soit un total de
US$67.00 pour le passeport d'un adulte et US$52.00
pour le passeport d'un enfant.
Les visas de visiteurs cofiteront toujours
US$100.00.
Ces nouveaux frais sont pr6lev6s pour couvrir les
cofits d'augmentation de la s6curit6 des frontieres en
renforcant les procedures d'octroi de visas et l'6mission
de documents de voyage. L'am6lioration des procedures
d'6mission de visas comprend entre autres la lecture
6lectronique des documents, le papier s6curis6 des visas,
les exigences des photos num6ris6es et la saisie 6lectronique
des empreintes digitales. Le cofit additionnel du passeport
americain servira a concevoir un nouveau passeport
contenant des caract6ristiques additionnelles de security
incluant des elements d'identification biom6triques. Une
puce 6lectronique encastr6e dans la page de couverture du
passeport contiendra des informations identiques a celles
sp6cifi6es dans le passeport.
Les lois am6ricaines exigent que le cofit lev6 des
ameliorations apport6es aux services consulaires soit
r6cup&r6 a travers les frais demands aux solliciteurs des
diff6rents services. La derniere augmentation des frais
consulaires date de novembre 2002.
I1 est a noter que les frais consulaires, en plus des
paiements traditionnels en especes, peuvent etre pays
d6sormais par carte de credit Visa ou Master Card.


bl


"Copyrighted Material
Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"


NCHR ...
(suite de la page 5)
6tabli promptement en Haiti pour traiter des cas comme
ceux de Jean Dominique et d'Yvon Neptune.
Le module pour un tel tribunal existe d6ji en Sierra
Leone et il a Wt6 prouv6 qu'il peut bien fonctionner,
garantissant les droits des accuses aussi bien que des
plaignants.
"Nous renouvelons notre appel pour un Tribunal
Special et invitons les autorit6s haitiennes et onusiennes a
1'6tablir avant le 3 Avril 2005, qui marquera le 5e
anniversaire de l'assassinat politique de Mr. Jean
Dominique" a dit McCalla.
"Entre-temps, des mesures appropri6es doivent
etre prises pour assurer que Mr. Neptune ne soit pas sujet
d'aucune punition cruelle, inhumaine ou d6gradante. Peut-
etre que la seule issue qui reste aux autorit6s haitiennes
face a ce d6fi, est de le remettre en liberty promptement."


Quand nos "amis "se moquent


des institutions nationales


Par Gesler Jean-Gilles
Montr6al le 7 mars 2005

On savait que ce pays 6tait occupy. Certains
Haitiens, comme pour r6primer une certaine gene, avait
pr6f6r6 se r6fugier dans une sorte de fatalisme, en se disant
qu'apres tout ce n'6tait pas 1915 quand un conseiller
financier am6ricain retenait en guise de punition le salaire
du president Dartiguenave.
Cependant, depuis un bon bout de temps, trop
longtemps meme, nos amis, avec une arrogance qui se
d6pare de la notion de l'amiti6, dictent leurs vues.
Ambassadeurs, Charges d'affaires et meme des
humanitaires ne s'embarrassent pas de precautions
diplomatiques (la diplomatie ne s'applique pas en pays
negre) pour s'immiscer dans les affaires d'Haiti. On en a
vu qui contredisent les declarations des officiels; ou qui
annoncent des decisions importantes que seules les autorit6s
nationales 6taient habilit6es a faire. AprEs tout n'6tait-ce
pas devant un ambassadeur stranger que le president
provisoire, dans la precipitation, preta serment le 29 f6vrier
2004, coiffant ainsi au poteau la classe politique et le
groupe des 184 qui avaient combattu a leurs risques et perils
le regime lavalas? Les partis politiques ne protesteront pas
et ne sauraient le faire, parce qu'ils dependent de l'6tranger
pour fonctionner. Il est connu que beaucoup de ces leaders
misent sur l'6tranger pour pouvoir acc6der au pouvoir. Ne
dit-on pas aussi que le gagnant sera celui en qui l'6tranger
aura plac6 sa confiance!
Qu'il nous manque ces hommes de la trempe d'un
Delorme, Firmin, Edmond Paul, Boyer Bazelais, ou du
president Nord Alexis, lequel malgr6 les menaces des
consuls de recourir a leurs canonnieres, avait organism en
1904 le proces de la consolidation, l'un des plus
retentissants dans les annales judiciaires en Am6rique, dans
lequel des membres strangers de la haute direction de la
banque nationale qui avaient tremp6 dans une entreprise
d'escroquerie au detriment de l'interet national, avaient
Wt6 condamn6s.
C'est dans ce meme contexte d'un Etat en
d6liquescence que 1'on a vu une d6put6e d'arriere-ban
am6ricaine d6barquer a Port-au-Prince et se diriger au
P6nitencier national, tel un maitre sur sa plantation,
rencontrer l'ancien premier ministre Neptune. On peut
imaginer le caractere obs6quieux de l'accueil que les
dirigeants de la prison ont r6serv6 a la d6put6e de Californie
qui mene dans son pays une croisade contre les autorit6s
interimaires.
Qu'une 6trangere rende visite a un d6tenu n'est
pas en soi un problem. On notera que personne ne conteste
ce droit M Mme Waters de d6fendre avec la fougue qui la
caract6rise et une certaine hargne, le regime lavalas et son
bilan qu'elle estime sans doute positif. Elle a parfaitement
le droit de le faire et meme de combattre les adversaires de
ses amis. C'est l'arrogance qui a entour6 ses d6marches
qui indispose les Haitiens. Bien avant son depart pour Haiti,
cette d6put6e avait clairement indiqu6 qu'il 6tait hors de
question pour elle de rencontrer les dirigeants haitiens, que
d'ailleurs elle ne reconnait pas et que son objectif 6tait
d'obtenir la liberation de M. Neptune. De l'avis de la
d6put6e de Californie, un homme politique, encore moins
un ami, n'a pas a r6pondre devant la justice des accusations


qui seraient port6es contre lui. Qu'elle avait crf faire la
promotion de l'impunit6 en Haiti, la d6put6e am6ricaine
ne s'y serait pas prise autrement. Paradoxalement, on ne
peut pas compter sur la contribution de ce membre du
Congres des Itats-Unis, pour tenter d'6tablir en Haiti les
memes principes de droit et de justice qui r6gissent la
soci6t6 am6ricaine.
Il ne s'agit pas de d6fendre Neptune qui en tant
qu'ancien premier ministre et president de la commission
nationale de s6curit6 doit aux autorit6s judiciaires des
explications sur la gestion qu'il fit des 6v6nements tragiques
qui se sont produits
a Saint-Marc peu avant la d6mission force du president
Aristide. Il n'est pas non plus question de justifier son
incarceration prolong6e, sans 6gard pour sa personne ni
pour la dignity de la fonction qu'il avait occup6e. Il s'agit
plut6t de d6fendre ici ce qui reste de notre dignity. Quel
Haitien accepterait que l'on pi6tine nos institutions aussi
boiteuses qu'elles puissent l'etre en ce moment? Peut-on
se repr6senter un seul instant un d6put6 haitien ou mnme
le president d'Haiti d6barquer aux Etats-Unis avec
l'intention affich6e de clouer au pilori les repr6sentants et
les institutions am6ricains? Cet homme-lk, tout president
de la r6publique qu'il pit etre, n'aurait pas obtenu le visa
et lors meme qu'il l'aurait obtenu, serait d6clar6 persona
non grata et somm6 de quitter le pays par le vol qui l'y
avait emmen6.
Mme Waters est surtout connue pour etre une
fauve en politique et ne met pas toujours de gants dans la
defense d'id6es qu'elle estime justes. Ce sont des petites
lacunes sur le plan diplomatique qui semblent etre la
s6quelle d'un trop long s6jour en dehors de cette sphere de
l'administration ou l'a tenue (elle et sa communaut6) le
system s6gr6gationniste am6ricain. Car, elle aurait df se
figurer qu'une demarche plus souple, empreinte de
courtoisie, sans s'6carter de l'objectif recherche, aurait eu
plus de chance d'6mouvoir les autorit6s int6rimaires,
Gerard Latortue le premier, cet homme qui ob6it au simple
clignement de 1'oeil de l'Am6ricain et qui jusqu'5 la chute
d'Aristide en f6vrier 2004, avait 6t6 un resident permanent
au pays de Mme Waters. La distribution de la justice sous
ce regime n'6tant guere diff6rente de celle que du temps
ou Yvon Neptune 6tait aux responsabilit6s de l'Etat, alors
qui dit qu'un coup de fil de la Villa d'accueil, au m6pris
des prescriptions de la justice, n'aurait pas donn6
satisfaction a la d6put6e! Mais Mme Waters, aur6ol6e de
sa fonction de d6put6e de la seule super puissance du
moment a pens6 qu'il valait mieux ignorer les notions
pr6liminaires des relations internationales pour se lancer
dans un bras de fer avec un regime qu'elle consider
ill6gitime, done infr6quentable. On peut d6plorer les
conditions par lesquelles cette 6quipe a pu arriver au
pouvoir, cependant, quoi que l'on dise ou l'on fasse, on ne
doit point ignorer que le president et le chef du
gouvernement int6rimaire demeurent pour l'instant, les
seuls d6tenteurs des pouvoirs publics et de ce fait m6ritent
que tout le monde, quel que soit son rang dans la hi6rarchie
mondiale ou haitienne, accorde le respect qui est dfi la
dignity et l'honorabilit6 de ces fonctions. A c6t6 de ces
dirigeants que, pour toutes sortes de raisons, on peut
admirer ou abhorrer, il y a l'Etat d'Haiti et la p6rennit6 de
ses institutions.


Les Etats-Unis inaugurent un centre

de traitement du VIH/SIDA a Jacmel
LE NEUVIEME DES 14 CENTRES PREVUS POUR CETTE ANNEE


AMBASSADES DES ETATS-UNIS
BUREAU DES AFFAIRES PUBLIQUES
Le 11 mars 2005
Le 11 mars 2005, les Etats-Unis ont inaugure un
centre de traitement du SIDA qui servira a fournir des


services de prevention et
de soins aux patients
atteints de VIH/SIDA a
l'H6pital Saint-Michel de
Jacmel. Ce nouveau
programme est le
neuvieme des 14 centres
de traitement du VIH/
SIDA qui seront mis en
place grace au finan-
cement et assistance


technique du gouvernement am6ricain par le biais des
Centres de Contr6le et de Pr6vention des Maladies et de
l'Agence Am6ricaine pour le D6veloppement International
(USAID) au cours de l'ann6e prochaine. Ce centre
constitue le troisieme de ce genre dans un h6pital public
du pays.
Selon le Plan d'Urgence du Pr6sident Bush, les
Etats-Unis ont fait du traitement et des soins aux personnes
atteintes du VIH/SIDA une priority a travers le monde. Le
President Bush a engage 15 milliards de dollars sur une
p6riode de 5 ans en vue de combattre et de traiter le VIH/
SIDA au niveau international. En Haiti, pour l'ann6e 2004,
en plus des autres programmes d'assistance au
d6veloppement, les Etats-Unis ont accord jusqu'5 un
montant de $20 millions de dollars pour les programmes
de VIH/SIDA. Un d6caissement de $40 millions est pr6vu
(voir VIH / 7)


Page 6


i -


Pat6 Plus Bakery, Inc
SNatural Juice
11 3 8NE2ndAe ,
imt, FLa3t30 C n'SS UtrO~m
w. 3O-7 ._ ... rxm


-r


--- -- -- --- --- ----- --


s


L_ __







Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


MONOLOGUE


Le General, le Diplomate et la PNH...


Le G6n6ral Augusto Heleno Ribeiro va en prendre
pour son grade des son retour en Haiti. Le militaire
br6silien, qui vient d'etre honor par O Globo ",
prestigieux journal de son pays, peut s'attendre a etre
s6rieusement malmen6 par nos journalistes locaux de la
presse radiophonique dite'" ind6pendante ".
Depuis prbs d'une semaine en effet, et peu aprbs
la tragi-com6die du 19 f6vrier au P6nitencier National, un
nouveau scandale vient d'6clater, avec les incidents du 28
f6vrier au Bel-Air. Le G6n6ral Heleno se retrouve dans
l'oeil de cette toute r6cente tempete tropicale, tout comme
d'ailleurs son patron politique, l'ambassadeur Gabriel
Valdez. Ces deux malheureux ont en effet commis la grave
erreur de s'exprimer avec franchise sur les atrocit6s dont
un commando se r6clamant de la Police Nationale d'Haiti,
vient une fois encore de se rendre coupable contre des


Jooneed Khan, La Presse, 12 mars 2005
Le Canada doit exiger la liberation immediate des
d6tenus politiques en Haiti, comme l'a r6clam6 1'ONU, et
entreprendre le d6compte exaustif des victimes des
violences qui y d6ferlent depuis le renversement du
president Jean-Bertrand Aristide en f6vrier 2004.
Une d6l6gation ayant rencontr6 jeudi a Ottawa
Denis Coderre, conseiller special du premier ministre Paul
Martin sur Haiti, a formula ces demandes hier lors d'une
conference de presse a Montr6al.
"La situation est d'une extreme gravity aprbs les
6v6nements du ler d6cembre 2004 et du 19 f6vrier 2005
au P6nitencier national, et la vie des d6tenus d'opinion


partisans de Fanmi Lavalas. Messieurs Valdez et Heleno
feraient mieux d'engager Madame Gessie Cameau Coicou
pour un cours intensif en langue de bois ", qui semble
rapidement remplacer le Creole comme langue officielle
en Haiti.
Aprbs une p6riode d'h6sitation, analogue a celle
qui suit un s6isme, c'est un veritable tsunami d'invectives
qui se d6chaine sur nos ondes radiophoniques contre nos
deux latinos venus imprudemment tenter a leur tour
l'aventure haitienne.
Depuis hier 4 mars, nous avons en effet droit sur
nos ondes radiophoniques a un festival de fanfaronnades,
de contre-v6rit6s et de surenchbres en nationalisme de
pacotille, exercice dans lequel nos politiciens et autres
" directeurs d'opinion sont passes maitres. Pour certains,
les declarations d'Heleno proc6deraient d'un plan


incarc6r6s depuis des mois sans procks a Wte menace en
trois occasions", 6crit Ronald Saint-Jean, du Groupe de
defense des droits des prisonniers politiques (GDP) en
Haiti, dans une lettre ouverte adress6e hier au premier
ministre du Canada.
Le ler d6cembre 2004, "plusieurs douzaines" de
d6tenus ont WtW tues dans ce que le gouvernement
int6rimaire du premier ministre G6rard Latortue a d6crit
comme "une mutinerie", a rappelM Brian Concannon, de
1'Institute for Justice and Democracy in Haiti (IJD), et
membre de la d6l6gation. "Aucune enquete n'a Wte
institute", a-t-il souligne.


Mission accomplie pour la delegation

haitienne de droits humains en visite au Canada


Montreal, 13 Mars Les membres de la
dd6lgation du Groupe de Defense des Droits des Prisonniers
Politiques (GDP), de la Fondation 30 septembre et de
1'Institute for Justice and Democracy in Haiti (IJD) ont
effectu6 le jeudi 10 mars une visite a Ottawa pour rencontrer
le conseiller special du PM Paul Martin en Haiti, le d6put6
Denis Coderre. Ils ont remis une lettre adress6e au chef du
gouvernement canadien.
Premiere exigence de la d6ldgation : liberation
immediate des prisonniers politiques, dont Yvon Neptune,
Jocelerme Privert, S6 Anne ...
Deuxibme point a l'ordre du jour, le rl1e du
Canada dans la situation actuelle en Haiti au moment of
des ex-dirigeants politiques sont d6tenus sans accusation.
M. Coderre a Wte trbs r6ceptif a leurs dol6ances et
les membres de la d6l6gation ont d6clar6 que l'entretien a
Wte cordial. AprEs avoir 6cout6 leurs dol6ances, a savoir
que la situation est d'une extreme gravity en Haiti depuis
les 6v6nements du ler d6cembre 2004 et du 19 f6vrier au
P6nitencier national, M. Coderre a rejet6 l'ampleur de la
repression d6crite comme celle d6noncde en novembre
dernier par l'avocat Thomas Griffin pour l'universit6 de
Miami.
II a affirm que selon ses informations, "la
situation est meilleure aujourd'hui qu'elle ne l'6tait avant
le depart d'Aristide". II a aussi affirm que le Canada
"maintient le cap sur les elections pr6vues pour la fin de
l'ann6e 2005."
Selon le coordonnateur de la Fondation 30
septembre, Lovinsky Pierre-Antoine, "le Canada finance
la repression en Haiti. Plus de 10.000 personnes ont &t6


Les Etats-Unis inaugurent un centre
de traitement du VIH/SIDA a Jacmel
(VIH ... suite de la page 6)
pour l'ann6e 2005. Pour Haiti, ce niveau d'assistance se
traduit comme suit: 9.000 personnes souffrant du SIDA
recevront des soins gratuitement, la prevention empechera
a 85.000 autres d'etre infect6es par le VIH, des soins et un
encadrement seront aussi fournis a 50.000 personnes
infect6es et affect6es par la maladie d'ici la fin de 2005.
Les Etats-Unis, avec le gouvernement haitien, le
peuple haitien, et les autres amis d'Haiti, travaillent a
presenter un front uni dans la lutte contre cette pand6mie.
Grace a ses efforts conjoints dans la lutte contre le VIH/
SIDA les Etats-Unis croient fermement en un avenir plus
sain pour Haiti.


assassinees depuis le 29 f6vrier 2004. Le carnage doil
cesser", a-t-il affirm.
Brian Concannon de l'Institute for Justice and
Democracy in Haiti, est incapable de chiffrer les victimes
post-Aristide. Cependant il indique que les droits de
l'homme se sont d6t6rior6s sous le regime int6rimaire.
Quant a Ronald St-Jean de GDP, il a souligne
1'ampleur des violences perp6tr6es par la PNH sur les
partisans lavalas des quartiers populaires. II a remis une
lettre adress6 au PM Martin dans laquelle il demande la
liberation de l'ex-premier ministre Yvon Neptune accuse
de massacre a St-Marc.
Le lendemain, les membres de la d6l6gation
ont rencontr6 des journalistes de la presse qu6b6coise
afin de faire le point sur les discussions avec le
gouvernement canadien.
D'apres eux, celui-ci financerait le climat
d'ins6curit6 en Haiti par le biais de L'Agence
Canadienne de D6veloppement Intemaional (ACDI).
Faux, r6pond Denis Coderre qui dit que "en
ce qui concerne l'impunit6, la position du Canada
est claire: c'est la tolerance z6ro, tout comme le
Canada appelle constamment au respect des droits
de l'homme en Haiti".
De son c68t, la porte-parole du Nouveau
Parti D6mocratique du Canada (NPD) pour les
affaires 6trangbres, Alexa McDonough, a demand
l'ouverture d'une enquete sur les violations des droits
de l'homme en Haiti.
La d6put6e a soulign6 que les Canadiens
veulent etre certains que les fonds accords par
1'ACDI sont utilis6s a bon escient et comprendre le
r1le d'employ6s du gouvernement du Canada qui,
semble-t-il, travaillent au sein du gouvernement
provisoire haitien".
Avant de laisser le pays, la d6l6gation avait
convoqu6 la communaut6 haitienne au Buffet Cristina
a Montr6al, le samedi 12 mars, pour r6fl6chir sur la
situation du pays. Les membres de cette d6ldgation
qui ont s6journ6 une semaine au Canada ont fait
passer le message, mais le gouvernement de Paul
Martin a, semble-t-il, son calendrier bien programme
pour Haiti et les pressions des groupes proches de
lavalas n'arriveront pas facilement a lui faire changer
de cap.

Serge Cesar


machiav6lique qui viserait notre mise sous tutelle ou
protectorat. D'autres encore pr6nent le rembarquement pur
et simple des troupes de la MINUSTAH, estimant que le
travail pourrait etre mieux fait par une police nationale
lib6r6e de toute entrave.
Certains banges enfin proposent de placer les
forces de la MINUSTAH sous contr6le du Conseil
Sup6rieur de la Police Nationale. En somme, nous nageons
en plein d6lire et contrairement au mot fameux du Pr6sident
Pr6val, rien n'indique que cette vigoureuse natation va nous
sortir de cette mer d'imb6cillit6.
Notons pour commencer que la tutelle est d6ji un
fait accompli et que si ce n'6tait pas le cas, cela aurait Wt6
pur gaspillage que de la planifier a partir de l'6tranger, alors
que nos l6ites 6conomiques et politiques, appuy6es par nos
" directeurs d'opinion ", y travaillent depuis longtemps
avec un enthousiasme proprement exemplaire et" gratis ti
ch ri".
Signalons ensuite que la PNH a amplement prouv6
son incapacity a faire face a la moindre insurrection arm6e,
aussi bien lors des incidents du 17 d6cembre 2001 qu'au
cours de l'ann6e 2003 et depuis. Elle confirme aprbs le 29
f6vrier 2004, qu'elle est inapte a contr6ler la dissidence
politique de masse tout en respectant les droits humains.
Si monsieur Heleno, Dieu nous en garde, met a execution
sa menace de se retirer avec armes et bagages, nous nous
retrouverons rapidement avec Ravix au Palais National,
Grenn Sonnen a la Primature et notre territoire divis6 en
une foultitude de principaut6s ". HAITI REPUBLIQUE
FEDERAL!
Soulignons, pour clore ce chapitre, que le d6lire
verbal auquel nous assistons, ne tient aucun compte des
objectifs et de la mission v6ritables de la MINUSTAH. La
mission de messieurs Valdez et Heleno n'est pas de
concr6tiser les fantasmes anti-peuple de nos l6ites. Elle
est avant tout, et c'est bien normal, l'avancement de leur
propre carriere, ensuite celui des int&rets de leurs pays
respectifs et de la cr6dibilit6 de 1'ONU (qui en a bien
besoin), enfin la protection des troupes et employs places
sous leur direction. Les int&rets des diff6rents secteurs
socio-politiques locaux ne peuvent figurer que comme
objectifs collateraux dans les plans de la MINUSTAH.
Ceux qui revent d'une operation de type Faloujah au Bel-
Air et a Cit6 Soleil et qui ont concoct dans ce but la soi-
disant'" Op6ration Bagdad ", feraient mieux de se rendre
a l'6vidence : chaque coup de feu tir6 par la MINUSTAH,
chaque victime cause dans les rangs de la population
haitienne ou pire encore dans les siens, repr6sente un clou
dans le cercueil de cette mission de 1'ONU. Son but affich6
n'est pas de servir de force de frappe a un camp politique
ou a un autre mais bien de contribuer a l'6tablissement
(voir Delire / 8)


Page 7


DROITS HUMAINS

Ottawa pressed d'enqueter en Haiti


ERW FINANCIAL

GROUP
Licensed Mortgage Brokers and Lenders


Eske oujanm mande tet ou
Eske mwen ta kapab viv sa yo rele R&v Amerikin-an?
Kite ERW Financial ede ou ff rev sa-a vin-n on reyalite.

ESTIMASYON GRATIS AK REKLAM SA-A!
( yap ba ou kredi 1 ou ff closing la)

Yap prete ou kbb menm si ou gen move
kredi oswa ou san kredi.

Ou pa bezwen peye pou fR aplikasyon!

Nou pap verifye sal&-ou oswa sa ou posede!

Nou ofri pi bon inter& ak anpil 16t chwa!

Nou afilye ak pi bon institisyon ki prete lajan!

Washington Mutual, Bank of America, Countrywide,
Wells Fargo
Ak anpil 16t ank6

Rele nou jody-a e ouap gen kay ou demin!
305 865-6588
305 865- 6510
www.erwfinancial.com

UNION PLANTERS BUILDING
3550 Biscayne Blvd Suite # 407
Miami, Florida 33137


I








MONOLOGUE


Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


Le General, le Diplomate et la PNH


(D6lire ... suite de la page 7)
d'un climat de paix et d'ordre, devant permettre la tenue
d'dlections libres et d6mocratiques dans les meilleurs
ddlais.
Or, il se trouve que plusieurs des acteurs politiques
locaux s'acharnent a faire 6chouer la MINUSTAH. Au
premier rang de ces saboteurs, se trouvent les autorit6s de
facto, avec mention sp6ciale au Premier Ministre Latortue
et au Garde des Sceaux Maitre Bernard Gousse. Bien avant
le 29 fevrier, et sa designation, incroyablement mal inspiree,
par le ci-devant Conseil des Sages, Latortue s'6tait signal
par des prises de position d6nudes de toute reserve,
notamment sur les ondes d'une des radios de 1'ANMH, en
compagnie d'une des tenores du moment.
Depuis sa nomination, se trompant decid6ment
de film, il n'a cess6 de maintenir ce ton inapproprid d'ange
exterminateur. On ne compte plus les sorties intempestives
de ce monsieur, qui contribue syst6matiquement a faire
grimper la tension au sein de la communaut6 nationale
comme dans nos rapports avec nos voisins de la Caraibe.
Au d6but du mois d'octobre 2004, il s'est mme
laiss6 aller a des propos que n'aurait pas d6savouds un chef
de gang comme Dread Wilm : Yo tire sou nou, nou
tire sou yo tou, gen plizye ki tonbe.
Bernard Gousse, de son c6te, ne veut pas etre en
reste dans la logique et le discours de guerre qui
caract6risent la ligne politique de l'6quipe mise en selle
par l'intervention franco-am6ricaine du 29 fevrier 2004. II
s'est d'ailleurs oubli6 a des confidences ahurissantes sur
les ondes d'une radio de la capitale, le mercredi 2 mars
2005. Ainsi le Ministre de la Justice estimerait n'avoir de
compte a rendre qu'a ceux qui 1'ont d6sign6 a son poste :
les d6choukeurs de la cuv6e 2003-2004. Avec des
" serviteurs comme Me Gousse, la nation pourrait
facilement se passer d'ennemis.
Autres saboteurs patents de la MINUSTAH,
ceux-lk meme qui hier encore r6clamaient a cor et a cri la
presence de forces internationales pour professionnaliser
la police et garantir la s6curite et l'impartialit6 des joutes
6lectorales, face au'" totalitarisme Aristidien "




MIAMPIDE

Nap Ch6che Volont6 pou Fo
Sitwayen Endepandan pou Tra
Sitwayen Konte Miami-Dade yo te vote pou yon taks anplis mwaty
pou egzekite Plan Transp6tasyon Pep la. Plan Transpotasyon I
transp6 piblik pou rezidan ak vizite konte yo. Plan an ap sipevize p
Fondasyon Sitwayen Endepandan pou Transp6tasyon (CITT).
CITT pral siveye, sipevize, revize, odit ak envestige egzekisyon pwo
piblik yo ki enimere nan plan an ak 16t pwoje ki finanse an gwo oswa
la.
Manm CITT yo pral sevi k6m volonte sou manda de, twa, ak kat ar
diferan Ie. Manm fondasyon an pa pral gen okenn entere, direk osw
ak konte an oswa okenn k6porasyon, konpayi, oswa 16t antite ki ge
Gen yon Komite Deziyasyon ki gen k6m chaj pou devlope 15 dives I
kat kandida chak. Se nan lis sa yo komisyone Konte yo, Majistraa
pral chwazi moun pou nonmen nan CITT a.
Komite Deziyasyon an ap pran aplikasyon nan men tout moun ki en
e ki se rezidan epi ki se elekte Konte Miami-Dade epi ki de b6n I
kominote an, entegrite, responsabilite, ak kapasite nan biznis ak/o
eksperyans oubyen ki enterese nan sije amelyorasyon osw
transp6tasyon, oswa planifikasyon izaj teren.
Byenke Komite Deziyasyon an ap pran aplikasyon nan me
Komite an ap konsidere selman aplikan ki sbti nan Distri 1, 2,
a. Kidiplis, yo pral pran an konsiderasyon syej Lig Vil Konte
tou. Yo va kenbe tout 16t aplikasyon yo nan dosye yo pou yon
dezan pou konsiderasyon nan lavni.
Moun ki ta renmen Komite Deziyasyon an konsidere ajoute
kandidati ke yap tire non pou nonmen nan CITT a va soumet
kbrekteman pa pita ke 4 PM Ie lokal jou kap Vandredi 8 Avril 2(
Miami Dade County Clerk of the Boar
Stephen P. Clark Center
111 NW 1st Street, Suite 17-202
Miami, Florida 33128
APLIKASYON KI PAT RESEVWA A LE, NAN JOU AK NAN ADF
LA A, PAP KONSIDERE. FOM APLIKASYON NESES
WWW.TRAFFICRELIEF.COM OSWA RELE 305-375-3481.
Manm CITT yo va sije a lalwa "Florida Open Records", "Gover
"Financial Disclosure Laws", Konfli Entere ak Odonans K6d Etil
Enspekte Jeneral la.


Voilk aujourd'hui nos elites 6conomiques et
politiques completement paniqudes a l'id6e que ces latinos
de malheur pourraient bien prendre leur r6le au s6rieux et
garantir effectivement la security d'une election ou tous
seraient libres de s'exprimer. 0 misere, 6 d6sespoir! Ainsi,
ces gens-l qui ont vu 2 fois leur vote violemment
annuld, pourraient r6cidiver et l6ire une fois encore les
dirigeants de leur choix. Ainsi, toute cette exemplaire
operation aurait Wtd vaine, et les partisans du regime d6mis
et qui font depuis l'objet depuis le 29 f6vrier 2004 d'une
campagne de terreur d6passant en violence celle de C6dras-
Michel Francois, pourraient encore pr6tendre a la
citoyennet6. Non Vivement le retour des Marines et des
Legionnaires qui eux savent comment traiter la racaille,
dont le poids d6mographique et l'obstination a se prendre
eux aussi pour des etres humains constituent d'ailleurs le
plus grand malheur de ce pays, depuis ce temps beni ou
Haiti r6pondait encore au doux nom de Saint-Domingue.
Mais treve de ce ton sarcastique, bien qu'il ne soit
en fait que la forme pudique de l'indignation de l'auteur
de ces lignes, face a la boite a malheurs et a douleur"
ouverte par les architectes du coup d'Etat du 29 fevrier
2004.
Revenons-en a la crise ouverte entre la
MINUSTAH et la PNH, depuis l'atrocit6 du 28 fevrier de
cette annde. La mission de stabilisation de 1'ONU rue dans
les brancards et se plaint enfin ouvertement des agissements
de la Police Nationale, qui creusent un fosse d'hostilit6
entre la population d6favoris6e majority6 6crasante) et les
forces de 1'ordre (toutes nationalit6s confondues). II faut
noter tout d'abord, que ce plus recent d6rapage de la PNH
fait suite a une longue s6rie d'expeditions punitives,
d'ex6cutions sommaires, massacres av6rds et b6vues
diverses commises par cette institution charge de prot6ger
et servir la population qui l'6quipe et l'entretient. Si la
coupe de la MINUSTAH d6borde enfin avec cette dernibre
goutte de sang, celle de la masse des exclus se r6pand depuis
longtemps en ressentiments accumul6s, colere et volonte
de vengeance. Nous 1'avons d6ji signal, la responsabilite
premiere de ce d6sastreux 6tat des lieux incombe avant
tout a ceux qui pr6tendent
diriger aujourd'hui ce pays.
Car la police aprbs tout sert
toujours l'ordre 6tabli et
module son comportement au
indasyon gr6 des signaux politiques
nsp6tasyon envoys par les puissants du
moment. Si ces derniers
ye santim an Novanm 2002 s'accrochent a une logique de
Pep la pral bay plis akse a guerre, les policiers adoptent
pa yon asanble de 15 manm la meme logique. II faut
insister 15-dessus, meme si
)je transp6tasyon ak transp6 nous reconnaissons que dans
a an pati ak lajan taks anplis la plupart des pays, police et
classes d6favoris6es ne font
pas bon menage. Mais, quand
1 ki pou k6manse ak fini nan pas bon manage. Mais, quand
S r, n o k une institution policibre est
va endirek, nan okenn kontra ,
n kontra ak kontye an. lance comme c'est, semble-
:n kontra ak kontye an.
t-il, le cas de la n6tre dans une
is pwovizwa kandidati ki gen entreprise de purification
a ak Lig Vil Miami-Dade yo socio-politique ", les causes
premieres doivent en etre
terese sevi kbm manm CITT recherch6es dans la sphere
repitasyon pou travay li nan proprement politique.
swa pwofesyonel epi ki gen Mis a part ce
Ya fonksyonnman mobilite handicap fondamental dont
nous venons d'identifier la
n tout moun ki enterese, nature, notre Police
3, 4 ak 5 Komisyon Konte Nationale souffre 6galement
Miami-Dade la nan CITT a de problems plus techniques
i perybd ki pou pa depase qui contribuent 6galement a
sa derive actuelle.
Pour commencer, la
non yo sou lis pwovizwa PNH est comme le pouvoir
yon f6m aplikasyon ranpli politique actuel grev6e d'un
)05 la nan adres anba la a: manque de cohesion au
d niveau de sa direction
nationale. On avait accuse
Jean-Bertrand Aristide
d'avoir tent6 de politiser la
RES KI ESPESIFYE ANWO police, nous voile
SE A DISPONIB NAN aujourd'hui en face d'une
police gangrenee par une
politisation multic6phale, au
nment in the Sunshine" ak service d'int6rets aussi divers
k epi pouvwa envestigatwa qu'occultes. Aux architectes
du'" bond qualitatif" du 29
f6vrier de nous prouver


comment nous avons gagnd au change. Comme le regime
politique actuel, la PNH possede plusieurs centres de
gravity, r6pondant chacun aux desiderata du secteur qui
les contr6le et les alimente. Pour illustrer ce manque de
cohesion, il suffit de relever les contradictions entre
Madame Cameau-Coicou et Maitre Gousse (responsable
politique de la PNH), la premiere affirmant que la
manifestation du 28 f6vrier 2005 avait td dfiment notifide
a la Police, le second soutenant exactement le contraire,
avec la morgue qu'on lui connait.
Le Directeur G6ndral de la Police, ainsi que la
grande majority des cadres sup6rieurs de l'institution, sont
tous des militaires. Toute leur formation professionnelle
les a programmes a l'6crasement de l'ennemi plut6t
qu'5 la protection et au control de leur propre population.
En l'absence de signaux politiques clairs, on voit mal
comment ils pourraient s'adapter a la nouvelle mission qui
est la leur et infuser a leurs troupes une philosophie qui
leur est a eux-meme 6trangbre.
Le plus grand d6sordre s'est 6tabli au sein des
forces de l'ordre, notamment quant a leur composition et a
leur uniforme. Ainsi, les militaires d6mobilis6s en font-
ils partie, qui procedent a des fouilles, arrestations et autres
interventions muscles aussi bien en plein coeur de la
capitale que dans les coins reculds de nos provinces ?
L'uniforme est le plus sfir moyen d'identifier les forces de
l'ordre aux yeux du public. I1 se trouve que sans la moindre
campagne d'information pour renseigner la population sur
l'adoption 6ventuelle de nouveaux uniformes dans la
police, des individus se r6clamant de l'institution policibre
arborent le d6guisement de leur choix au cours d'op6rations
ordonndes par on ne sait qui. Le meme d6sordre est constat6
au niveau des v6hicules de la police ou r6put6s tels. Certains
sont munis de plaques d'immatriculation priv6e ",
d'autres circulent carr6ment sans aucune immatriculation.
La diversity de modules et de couleurs ferait les d6lices
d'un peintre surr6aliste mais provoque la plus grande
confusion chez les citoyens qui ne savent jamais a qui ils
ont affaire. Les policiers haitiens devraient porter un unique
uniforme (le pldonasme est ddlib6rd), Wtre clairement et
individuellement identifies et leur v6hicules devraient
arborer les memes couleurs ainsi que des num6ros
d6signant sans ambiguity l'unit6 et le commissariat
auxquels ils sont affects. Tant que ces mesures n'auront
pas Wtd adopt6es, les portes-parole de la PNH et de la
CIVPOL pourront impundment affirmer ignorer les
operations mendes par les policiers.
Le contr6le de foule est une entreprise difficile et
sp6cialis6e qui requiert un entrainement rigoureux auquel
seuls des policiers soigneusement sdlectionn6s devraient
avoir aces. Le gros bon sens indique 6galement que le
contr6le de manifestation doit se faire avec un 6quipement
approprid : matraques, boucliers, grenades lacrymogenes
et fusils de chasse charges de balles de caoutchouc ou a la
limite de petits plombs. Iquiper des policiers de fusils
d'assaut ou de fusils de guerre (T-65, M-16, FAL, M-14
etc..) et les placer en face de manifestants relieve d'une
irresponsabilit6 criminelle. Toujours en ce qui concerne
l'armement des policiers, l'observateur impartial a du mal
a r6concilier le discours officiel d'une police moins bien
armde que les bandits et les scores extraordinaires r6alis6s
par la PNH a chaque operation ou les bandits tombent"
comme des mouches.
L'incorporation au sein de la Police Nationale de
plus de 200 militaires d6mobilis6s ""s'est fait avec la plus
grande l6gbreta ou au contraire le plus grand cynisme. On
connait en effet la tradition de brutality des membres des
Fad'H, dont la population haitienne a maintes fois fait les
frais depuis que cette soi-disant" arm6e nationale a pris
le relais des Marines yankees. Le r6sultat de ce recrutement
d'anciens militaires et membres du FRAPH est qu'il existe
aujourd'hui au sein de la Police des escadrons de la mort
dont certains sont probablement pays par quelques
616ments de la Morally Repugnant Elite, pour casser du
nbgre comme au bon vieux temps de Michel Francois.
D'ailleurs, il ne serait pas surprenant que des membres de
la jeunesse dorde des beaux quartiers paient de leur
personne en participant eux-memes a ces chasses aux
pauvres, sous ces sinistres uniformes et passe-montagnes
noirs, dont ils ont lanc6 la mode au sein de l'unit6 des Ninja
de C6dras.
Mais le pire est que dans le domaine du maintien
de la s6curit6 et de l'ordre publics, exerc6 dans le respect
du droit, l'avenir s'annonce encore plus sombre que ce
present calamiteux. En effet, si le bon sens commande une
augmentation des effectifs de la Police Nationale, la
campagne de recrutement acc6ldrd a laquelle nous assistons
justifie la plus grande mdfiance. Elle s'effectue dans la plus
(voir Delire / 9)


Page 8


I







Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


Page 9


LE COIN DE MIAMI


La congresswoman Maxine Waters rend le gouvernement

americain responsable de la situation actuelle en Haiti

et se declare indignee de ce qui s'est passe en Haiti lors de son bref sejour a Port-au-Prince


PAR EVENS HILAIRE evenshilaire(5hotmail.com


Maxine Waters


Maxine Waters, proche du
president en exil Jean-Bertrand Aristide,
n'a pas mach6 ses mots pour d6noncer la
situation actuelle en Haiti ou le respect
des droits du citoyen n'est pas honor par
le gouvernement int6rimaire qui, selon
elle, mene une guerre contre les partisans
du president d6pos6 Aristide.
D'apres Maxine Waters, le
gouvernement Alexandre/Latortue
travaille ardemment dans le but
d'l6iminer la majority des leaders du parti
Fanmi Lavalas.
Maxine Waters (D6mocrate de
Californie) qui a s6journ6 a Port-au-
Prince pendant quelques heures pour
visiter l'ancien PM Lavalas, Yvon
Neptune, et l'ex-ministre de l'Int6rieur,
Jocelerme Privert, a rendu le
gouvernement americain responsable de
l'agravation de la situation en Haiti.
Intervenant le mardi 8 mars
dernier avec Herntz Phanor (Haiti


DELIRE VERBAL...


(suite de la page 8)
grande opacit6, par un gouvernement qui
d6montre une conception perverse de la
s6curit6 publique, r6duite a sa seule
dimension repressive. Rappelons pour
illustrer ce fait, les diff6rentes interventions
radiophoniques du Premier Ministre et du
Ministre de la Justice, ainsi que les
nombreuses exactions perp6tr6es sur les
habitants des quartiers d6favoris6s.
Rappelons 6galement la tentative
d'installation a la tate du Ministere de
l'Int6rieur, entretemps remilitaris6 ", d'un
individu au pass charge, et qui a d'ailleurs
r6int6gr6 tranquillement le poste cl6 de
repr6sentant de l'Exdcutif comme Ddlgu6


de l'Ouest.
Les dispositions mises en place
dans le domaine de la s6curit6 publique par
le gouvernement de facto, vont pi6ger le
prochain pouvoir qui sortira des elections
annonc6es, et auquel on peut d6ji prdvoir
une l1gitimit6 populaire cosm6tique ".
Face a ces nouveaux d6fis et
6preuves qui attendent la nation, une seule
r6ponse fait sens: la determination et la
vigilance d'une sociWte civile forte, parce
que inclusive et organisee a l'Achelle
nationale.

Sant Obsevasyon Sitwayen
12 mars 2005


Antenne Plus), Maxine Waters a d6clar6 que
la d6mocratie n'existe pas en Haiti. La force
prime le droit.
La congresswoman qui faisait le
point sur ce qui s'6tait pass a Port-au-
Prince durant sa visite, dit qu'elle avait
exig6 du gouvernement int6rimaire la
liberation de l'ancien premier ministre Yvon
Neptune et de Jocelerme Privert, ex-
ministre de l'Int6rieur du gouvernement
Lavalas.
Selon Maxine Waters, l'6tat de
sant6 de Mr. Yvon Neptune s'est d6t6rior6
au fil des jours avec sa greve de la faim.
En ce qui concerne l'avocat
am6ricain Ira Kurzban, auquel le
gouvernement int6rimaire avait refuse de
fouler le sol d'Haiti, Mme Waters indique
que le gouvernement int6rimaire n'avait
aucune raison d'empecher a Kurzban
d'entrer en Haiti. II a 6t refoul6 parce qu'il
est "un fervent supporter d'Aristide."
Maxine Waters pense que si elle
n'6tait pas un membre du Congres
Am6ricain, elle aurait subi le meme sort que
Ira Kurzban.
Maxine Waters a poursuivi en
indiquant que Jean-Bertrand Aristide a &6t
chass6 par la force du pouvoir et qu'il
(Aristide) "reste et demeure le president
d'Haiti jusqu'en 2006. "
En ce qui a trait aux elections
annonc6es par le gouvernement int6rimaire,
la Repr6sentante d6mocrate de Californie


a d6clar6 que l'6quipe au pouvoir en Haiti
va tenter d'organiser des elections
frauduleuses. En ce sens, elle demande a
tous les pays du monde de n'appuyer
aucune election en Haiti sous la houlette
du gouvernement int6rimaire qui "arrete et
intimide de paisibles citoyens."
De son c6t6, Ira Kurzban a
comment que le gouvernement int6rimaire
essaie d'empecher a ses opposants de fouler
le sol d'Haiti. Lui aussi consider l'actuelle
6quipe gouvernementale haitienne comme
inconstitutionnelle, selon la charte du pays.
L'avocat am6ricain a point du
doigt le premier ministre G6rard Latortue
qui aurait pris cette decision, d'apres lui.
Pour Ira Kurzban, proche du
president en exil, c'est pour la premiere fois
que Haiti se trouve dans une telle situation.
Kurzban a indiqu6 que les
membres du gouvernement int6rimaire
n'ont pas 6t 61lus. Ils ont &6t places au
pouvoir grace au concours de
l'Administration Am6ricaine, de la France
et du Canada.
Pour sa part, l'activiste Lucie
Tondreau, membre de la d616gation qui
avait accompagn6 Maxine Waters en Haiti,
a d6clar6 que notre pays est d6ji sous tutelle
car, selon elle, c'est l'Ambassade
Am6ricaine qui a le contr6le de tout en
Haiti. Le gouvernement de facto, d'apres
Mme Tondreau, n'a aucun pouvoir.


Immigration: Mouvement de

protestation fixed au 8 Avril prochain

pour exiger de I'US Immigration

I'arret des deportations de sans-


papiers haitiens
Pour faire suite a la manifestation
du 28 Janvier dernier devant les locaux de
l'Immigration a la 79eme Rue de Miami,
les activistes haitiens comptent organiser le
8 Avril prochain un grand rassemblement a
travers different Etats aux USA.
Jean Robert Lafortune, membre du
comit6 organisateur de la manifestation du


28 Janvier qui en a fait l'annonce, a d6clar6
que les activistes haitiens doivent redoubler
d'efforts pour faire pression sur le Service
de l'Immigration en faveur des ill6gaux
haitiens.
Malgr6 les multiples demarche des
membres de la Grassroot Coalition, les
autorit6s de l'Immigration Am6ricaine
continuent la vague de deportation des sans-
papiers haitiens.


SPORTS: Ouverture Samedi de la

5eme edition de Madame Gougousse


Haiti Cup

Les fans du ballon rond 6taient au
rendez-vous le samedi 12 mars dernier sur
le terrain de la Florida International
University (FIU), a l'occasion de
l'inauguration de la 5eme edition de
Madame Gougousse.
Pour ce d6marrage, l'6quipe
championne de la derniere edition Vasco de
St Louis du Nord 6tait face aux Gonaives.
Durant la premiere p6riode, les
gars de l'6quipe Gonaivienne ont encaiss6
2 buts. Apres une pause musicale, les deux
6quipes revenaient sur le terrain.
Score final: Vasco bat Gonaives
par 4 buts a 1.


L'entraineur de Vasco de St Louis
du Nord, dit esp6rer plusieurs victoires.
Patrick Fabre qui est
l'organisateur de Madame Gougousse Haiti
Cup, se dit satisfait de la premiere
rencontre. D'apres lui, environ une
vingtaine d'6quipes participent a la 5eme
edition de Madame Gougousse.
Le groupe Zenglen nouvelle
version, qui assurait l'animation musicale,
n'6tait pas a la hauteur de la tache. La bande
a Ritchie a du pain sur la planche. Zenglen
qui dans le pass occupait une place
importante sur le macadam musical haitien,
est en regression.
Malgr6 une maigre participation,
tout cependant s'est bien d6roulM.
Evens Hilaire


Ministere de la Sante Publique et de la Population
Programme de Reorganisation et de Rationalisation du
Systeme National de Sante


CML -02-05


AVIS


Concours de m6rite limited

Le ministere de la Sant6 Publique et de la Population dans le cadre du
Programme de R6organisation et de Rationalisation du Syst6me
National de Sant6, finance par la Banque Interam6ricaine de
D6veloppement (BID), et en vertu du contrat de pret 1009 /SFHA,
vient de lancer des invitations A un nombre limit de firmes ou de
consultants individuels en vue du recrutement d'un consultant pour
l'6laboration et l'application de standards de certification
d'6tablissements sanitaires.
Toute autre firme ou consultant individuel competent en la matiere qui
desire participer a ce concours peut presenter une requ&te par 6crit
pour solliciter le dossier et faire une offre a l'adresse suivante :

Unite de Gestion et de coordination
Projet MSPP/BID
Rue St. Honor
Ancien local H6pital Militaire

Date limite du retrait des dossiers :
14 mars 2005 a 3h pm.

Les soumissions doivent parvenir au plus tard le jeudi 31 mars 2005 d
midi. L'ouverture des offres techniques se fera le meme jour a Ih p.m.


"Femmes en Production",

le 2e salon de la production feminine haitienne
Lire Page 11






Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


Page 10


I L'EVENEMENT CULTUREL I


Haiti: Pour une


Francophonie non exclusive!


(suite de la lere page)


ressusciter le francais comme langue officielle
veritable en Haiti.
Selon la constitution, Haiti compte deux
langues officielles, dont le francais mais aujourd'hui
seulement de nom.
N'importe quel stranger dont le francais
n'est pas la langue maternelle, s'exprime mieux dans
cette langue que la plupart de nos bacheliers. C'est
choquant.
Le francais en Haiti a 6t6 victime de
nombreuses aventures. Mais paradoxalement d'abord
de la democratisation de l'6cole haitienne.
La capitale haitienne est passe en trois
d6cennies de moins d'un million a plus de deux
millions d'habitants. Cela remet beaucoup de choses
en question. Et l'usage du francais entre autres.
Ce n'est plus le temps ou les troupes de
theatre ou meme d'op6ra europ6ennes, mieux encore
parisiennes, se produisaient au Rex TheAtre, en plein
coeur de la capitale, ou convergeaient parfois
plusieurs soir6es de suite les 61ites du pays.
Lors ce sont celles-lk qui donnaient le ton.
II 6tait de bon ton de parler francais et "du bon
francais", comme on dit chez nous. Comme on dirait:
du bon vin. Dis moi si tu parles bien francais et je te
dirai qui tu es.

Wyclef a d6tr6n6 Moliere ...
Mais les temps ont bien change. Les 61ites
en question n'ont pas W6t remplac6es, Miami a pris le
pas sur Paris comme destination favorite, leurs enfants


venir l'accompagner, toutes ne voulaient chanter que "Acropolis
adieu."
On d6couvrit l'amour du petit peuple pour le francais.
Et qui continue jusqu'5 Miami ... R6cemment je tombai sur
une soiree de po6sie au restaurant haitien "Nouveau Cafe." Dans un
silence religieux, d6filent les plus beaux poemes haitiens ... en majority
6crits en francais.


H6tel Restaurant Cyvadier Plage

Jacmel

La detente, I'dvasion mais aussi le confort dans un decor tropical.


Faite. vous mercer nu-t e jour par (e son des
Vague es !Eft avourez nos sc7a(7e'&r 4 de &rut+5 de 0er d4an
no-re res+aurant avec vue i mrenab(e sur ('ocean.

Magnifique plage naturelle, piscine ( eau de source).
Salle de conference de 110 places.
Profitez des arrangements sp6ciaux et de notre Exp6rience !
On est a votre service depuis 20 ans !
Telephone: 288-3323 ou 418-8828

www. hotelcyvad ier. co m
Vote hotel suisse eL Jacl el !


On parle Frangais, Anglais et Allemand


se piquent de fortune rapide plut6t que de culture.
Et finalement Wyclef a d6tr6n6 Moliere ...
Mais les cahiers de chansons n'ont pas
disparu pour autant.
Je me souviens d'une des dernibres tourn6es
d'une grande vedette francaise en Haiti. C'6tait
Claude Francois, fin des ann6es 1970. Cloclo et ses
clodettes.
Alors qu'on
avait tout mis6 sur la
soir6e du Rex-Th6atre
comme d'habitude, eh
bien, non. C'est la
matin6e au Stade
Sylvio Cator qui fit un
malheur. Elle avait 6t6
envahie par toutes lesC
petites jeunes filles du
bas de la ville, et en S
habits du dimanche, ma
chore. Et toutes avec Available frc
sous le bras leurs
cahiers de chansons.
Le spectacle
de Claude Francois,
coup de theatre, se
changea plut6t en un
tour de chant de
Mireille Mathieu. Car
lorsque Cloclo, comme
a son habitude,
demanda au public de


Mais entre-temps, comme chante Sardou, "La France m'a
laiss6 tomber."
Haiti est le pays de la region ou la France investit le moins en
politique culturelle. Nos deux voisins, la R6publique Dominicaine et
Cuba, sont devenus aujourd'hui les chouchous de la France. Deux
pays hispanophones. Dans les ann6es 90, Fidel qui prend tout au
serieux, avait meme 6dit6 un rbglement pour que chaque havanais
apprenne le francais a ses moments perdus. Large distribution de
cassettes audio et vid6o.

Structurer le creole comme toute langue qui se
respecte ...
Qu'est-ce qui a fait fuir la France? Les troubles politiques (et
environnementaux). L'Institut Francais au Bicentenaire, dont les
reparations ont di etre abandonn6es, est significatif a cet 6gard.
Mais peut-etre aussi la g6n6ralisation du creole dans
l'enseignement haitien? Certes, les nouveaux strateges de la
francophonie prennent la peine de vous expliquer que le but n'est plus
aujourd'hui comme autrefois la defense de la langue francaise, mais
la promotion de la diversity. (Est-ce une manoeuvre contre
l'imp6rialisme culturel am6ricain?) Toujours est-il que ce n'est pas la
consecration du creole qui fait problbme, que la democratisation
sauvage de ce dernier. Au diable l'enseignement de la langue, le
proverbe dit "krey6l pale, krey6l konprann." Son usage dans la
communication (m6dias), et meme dans l'enseignement, ne r6pond
finalement a aucune rbgle. Le meme laxisme se r6percute sur tout le
reste, sur l'enseignement en g6n6ral, dont l'usage du francais qui a
connu une chute vertigineuse.
Beaucoup tardent a reconnaitre qu'on n'est plus a la phase
du combat pour imposer la langue creole, c'est une affaire r6gl6e, mais
a celle de structurer le creole comme toute langue qui se respecte.
Nous manquons de respect pour notre vernaculaire au point,
parallblement a une promotion hors du commun ces dernibres
d6cennies, de l'avoir laiss6e devenir langue de d6magogie et
d'enchainement mental, que de v6rit6 et de liberty. Bref, il faut re-
r6habiliter le creole.

Made in USA ...
Mais au-del5 des facteurs proprement haitiens, la chute du
francais est due, en Haiti comme ailleurs, a l'am6ricanisation a marches
forces de toute la plante, 61ites et peuples confondus? La nouvelle
culture mondiale est made in USA, qu'on le veuille ou non.
Mouvement active en Haiti par l'6migration massive vers la
Floride et l'ancienne Caraibe britannique. Les mauvaises langues disent
meme que les Am6ricains pourraient avoir encourage en sous-main
cette disaffection vis-a-vis du francais. N'ont-ils pas leur propre
systeme d'orthographe creole? D'autant qu'un Am6ricain parle creole
en quelques mois, tandis qu'un citoyen francais peut r6sider toute sa
vie en Haiti sans avoir jamais daign6 prononcer un mot creole.
Vingt ans plus tard, la France a fui le combat culturel en Haiti.
La preuve en est que l'ann6e dernibre oi plusieurs 6venements ont 6t6
planifi6s en France a l'occasion du bicentenaire de l'ind6pendance
(voir Francophonie / 11)







Page I ARTS & PRODUCTION I


Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


Femmes en Production: un grand et beau success


PORT-AU-PRINCE, 13 Mars -
Les 11, 12 et 13 Mars c'6tait la deuxibme
edition de Femmes en production, cette
foire annuelle qui permet aux femmes
d'exposer leurs creations, productions et
de mesurer les reactions du public.
Pour cette deuxibme annde, il
nous a sembl6 qu'il y a eu moins de
visiteurs. Il n'6tait plus impossible de
trouver une place et l'immense parking
log6e l'arribre du Karibe'Convention
Center n'6tait pas rempli jusque tard dans
la matinee du dimanche, pourtant le
dernier jour de la foire.
Ce salon annuel de la production
feminine en Haiti est un espace
d'6changes, de mise en r6seau, de vente
et de creation de richesses pour les
femmes entrepreneurs et associations de
femmes productrices qui veulent acqu6rir
des parts de march, au niveau local,
regional et international.
L'6dition Femmes en
Production 2005 a mis en valeur les
creations locales dans des secteurs aussi
vastes que l'habitat, l'ameublement, l'art
et l'artisanat, la mode : Vtements,
textiles, bijoux mais aussi l'agro-
alimentaire et les herbes aromatiques,
plantes m6dicinales, huiles essentielles.
Pour la deuxibme edition de
Femmes en Production, quelques
nouveaut6s a signaler : d'abord un
catalogue des exposantes permettant aux
visiteurs des l'entr6e de savoir qui expose


a la foire. Ce catalogue illustr6 est d'une aide
pr6cieuse, surtout qu'il fournit les adresses,
les num6ros de t6l6phone, courriel des
exposantes pour permettre de les rejoindre,
une fois la foire termin6e.
Cette annde, les groupes venus de
la province nous ont sembl6 plus nombreux
et surtout plus entreprenants. II faut
souligner que l'Union Europ6enne finance
quelques-unes de ces micro-r6alisations,
subventionnant certains projets l6abords par
des associations et des organismes non
gouvernementaux. Ces projets peuvent etre
dans le domaine de la sante, l'Mducation,
l'alimentation en eau, l'assainissement,
l'artisanat, les infrastructures. Pour etre
eligibles, ces micro r6alisations doivent
remplir un besoin prioritaire, 6maner d'une
communaut6 et lui b6ndficier directement.
C'est ainsi que 37 micro-r6alisations ont &t6
finances par le Programme PMR pour un
total de 4.76 millions d'Euros, soit prbs de
240 millions de Gourdes.
Voici quelques unes des
r6alisations a avoir Wte finances par ce
programme : la construction d'un atelier de
valises a Port-au-Prince, la production et la
transformation du manioc (3 projets dans
le d6partement du Nord), l'appui a la
modernisation de la fabrication du mamba
dans la region du Cap-Haitien, le s6chage
et la commercialisation de fruits s6ch6s a
Camp Perrin, l'appui a la production et la
transformation de lait a Verrettes,
l'encadrement d'associations artisanales a


Jacmel.
La presentation de ces produits,
qu'il s'agisse du mamba, du lait en bouteille


duction, il n'avait pas &t6 facile de retrouver
les exposantes qui avaient sembl6
s'6vanouir dans la nature. C'est done pour


FRANCOPHONIE ...
(suite de la page 10)
haitienne, les seuls invites ont &6t deux ou trois litt6raires et des groupes musicaux
choisis au hasard. C'est tout.
Tandis que les Etats-Unis ont organism coup sur coup une formidable exposition
de la peinture vodou ("Sacred Art of Haitian Vodou", L' Art sacr6 du Vodou Haitien,
1996) et en &6t 2004, Haiti 6tait l'invit6 special a la grande Foire de la Smithsonian
Institution a Washington.
Aussi est-ce avec 6tonnement mais une agr6able surprise qu'a &6t accueillie la
decision de la Francophonie de choisir cette annde Haiti comme siege de sa Journde
internationale, qui sera inaugur6e par son Secr6taire general, Son excellence Abdou
Diouf, ex-pr6sident de la R6publique du Sen6gal.
On sait que le Premier ministre int6rimaire Gerard Latortue aurait souhait6
aussi une visite du Pr6sident francais Jacques Chirac.

Premiere fille dans le Nouveau Monde ...
Mais il depend aussi des gouvernants haitiens que, si jamais la Francophonie
d6cidait de reconnaitre Haiti comme sa fille ainee dans le Nouveau Monde, que cette re-
reconnaissance ne se reume pas en quelques sp6cialisations a des cadres tries sur le
volet et qui ont d6ji en poche leur passeport pour New York ou Montr6al, ou a quelques
candidats aux prix litt6raires, si ce n'est un passage a des missions litt6raires a grande
6coute. Il est juste d'investir autant, sinon beaucoup plus, a la racine que dans les fleurs
d6ji 6panouies.
La francophonie ne se trouve plus chez les 61ites comme autrefois, mais parmi
les petits jeunes du bas de la ville qui avaient fait un triomphe a Cloclo. Oui, du c6t6 des
bouquinistes et des 6talages de cahiers de chansons, au coin du Champ de Mars.
Bravo au minister de la Culture de l'avoir compris ...
Editorial, Mdlodie 103.3 FM, Port-au-Prince


Haiti : Semaine


de la Francophonie

PROGRAMME
Diffusion du film Gouverneur de la rose "
(Haiti, Autres manifestations)
Dans le cadre de la Semaine de la Francophonie et de la celebration du 20
mars, le film "Gouverneur de la rosee" de Maurice Failevic, adapt du roman de
1'ecrivain haitien de renomm6e internationale, Jacques Roumain, sera diffuse durant
toute la journee du 20 mars 2005, par la station de Television Nationale d'Haiti.
Organisation : Bureau Caraibe, Agence universitaire de la Francophonie
Date : 20 mars 2005
Contact public (renseignement, inscription, reservation): Bureau Caraibe, Agence
universitaire de la Francophonie Pierre Dominique

Festival International du Conte et de la Chanson francophones
(Haiti, Manifestations culturelles)
Dans le cadre de la c6l6bration de la quinzaine de la Francophonie et du 20 mars,
(c616br6e cette annde sous le theme : Une Francophonie Solidaire et Diverse: Paix Jeunesse
et D6veloppement durable), le minister de la Culture et de la Communication est heureux
(voir Francophonie / 14)


(Let a Gogo), est beaucoup plus attrayante,
les 6tiquettes sont claires, donnant toutes
les specifications sur ce qui entre dans la
composition des produits, ceci pour
permettre leur exportation. C'est un grand
pas qui a W6t accompli vers le
d6senclavement de cette production qui
v6g6tait dans le milieu local, incapable
parfois d'atteindre les super-march6s de
Port-au-Prince.
Evidemment, tout cela est encore
a l'6tat artisanal. Cette production demeure
un peu comme des
6chantillons, et pour
changer quelque chose
au mode de vie des
groupes concerns par
cette production, il
faudrait pouvoir
multiplier le nombre
des produits fabriqu6s.
Aprbs la
premiere edition de C,
Femmes en pro- *=-


parer a cela que cette annde ce catalogue a
Wt distribu6. Ensuite, lors d'interviews avec
certaines d'entre elles, nous avons appris
que Femme en production se proposerait
d'ouvrir un magasin communautaire oi les
diverses exposantes pourront disposer
d'une sorte de vitrine pour leurs produits et
creations.
Ces creations sont toujours aussi
belles les unes que les autres. Qu'il s'agisse
des broderies d'une finesse analogue a celle
(voir Femmes / 12)


Un stand d'exposition a la foire Femmes en Production 2005






Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


Page 12


I VOYAGEUR! I


CUBA, ENTRE HAITI ET MIAMI


(Une suite a l'article de Guy Taillefer)

Lorsqu'en 1958, Papa Doc r6gnait sur Haiti et que
Batista en faisait tout autant sur Cuba, les populations de
ces deux pays connaissaient une classe de riches et une
classe de pauvres, analphabetes, sous-aliment6s, avec des
taux 6lev6s de mortality infantile et vivant dans des
conditions plut6t sous humaines. Il n'y avait pas beaucoup
de places pour une classe moyenne. Voisins l'un de l'autre,
tous les deux 6taient dans les bonnes graces de la Maison
Blanche. Il n'y avait ni blocus, ni condamnation pour non
respect des droits de la personne. La mafia de Miami et les
hommes d'affaires pouvaient y circuler librement.
En 2005, 48 ans plus tard, nous regardons de
nouveau ces deux pays : Haiti, toujours sous le protectorat
am6ricain et Cuba sous le leadership de Fidel Castro depuis
plus de 46 ans. Tous les deux demeurent des pays du Tiers-
monde avec de la pauvret6, de la corruption, bien qu'5 des
degr6s divers, et des bateaux de fortunes entrainant autant
de personnes qu'il est possible d'en apporter pour atteindre
des rivages 6conomiquement plus prometteurs. Je ne
connais pas beaucoup de gens de ces milieux qui ne
souhaitent pas un jour acc6der aux bienfaits de la soci6t6
de consommation. Que ce soit en Haiti, en R6publique
Dominicaine, au Salvador, en Equateur ou tout autre pays
du Tiers-monde, tous diront qu'ils changeraient en tout
temps leur situation avec celle des familles ais6es de nos
soci6t6s. Plusieurs tentent leur chance au risque de leur
vie, soit par bateau ou encore soit par terre en se dirigeant
vers les frontieres du Nord. Il n'y a done pas de quoi faire
de Cuba et des cubains en g6n6ral un cas sp6cifique. Meme
dans nos soci6t6s, bien des gens de nos bidonvilles recent
un jour de prendre des vacances dans les Iles enchanteresses
ou encore se balader avec des autos derniers modules.
Les differences entre Cuba et Haiti se manifestent
par contre et de facon sans 6quivoque dans le
d6veloppement qui s'est r6alis6 dans chacun des deux pays
depuis les 47 dernieres ann6es. Si la situation en Haiti n'a
guere progress depuis toutes ces ann6es en d6pit des aides
internationales qui n'ont cess6 d'affluer et de l'absence de
tout blocus 6conomique, celle de Cuba a fait des bonds
qualitatifs que nous ne pouvons passer sous silence a moins
d'etre de mauvaise foi. Le taux de mortality infantile est
devenu un des plus bas de l'ensemble des pays du
Continent. L'analphab6tisme a Wt6 r6duit pratiquement a
I


onm



Mi~~ d o


carte

International calls from Haiti are only 5 Gourdes per minute!

That's the same price as local calls in Haiti!
Anyone in Haiti with a Comcel No Limit Plus or Carte Blanche VIP Plus card
can call you whenever, wherever In the USA, Canada and other listed countries*
for 5 Gourdes per minute.


All you have to do is call the Comcel Customer Care at
1-888-426-6235 (1-888-4COMCEL)
to find out more about this service or to learn different ways to send


OSCAR FORTIN, Dimanche, 13/03/2005
zero alors que l'accbs aux 6tudes plus avancdes a permis
de d6velopper des sp6cialit6s dont celle de la m6decine
qui font aujourd'hui de Cuba un leader dans ce domaine.
Plus de 15000 m6decins sont d6ploy6s dans divers pays en
d6veloppement pour y apporter une aide et y donner de la
formation. Tout en respectant Haiti et un bon nombre de
pays de l'Am6rique centrale, aucun de ces derniers n'a
atteint ce niveau de d6veloppement.
Ce d6veloppement s'est r6alis6 en d6pit d'un
blocus 6conomique severe de la part de son voisin du nord,
les Etats-Unis, blocus condamn6 par les Nations Unies
ann6e apres ann6e. Meme le pape Jean-Paul II, lors de sa
visite a Cuba, a condamn6 avec force ces mesures injustes
qui vont a l'encontre du respect du droit des peuples a
disposer d'eux-memes. L'ex Pr6sident Jimmy Carter lors
d'un s6jour prolong a Cuba a l'6t6 2002 a 6galement
reconnu que c'6tait 1 une mesure qui ne pouvait plus se
justifier et qu'elle 6tait tout a fait inefficace. Loin
d'obtemp6rer a ces appels venant de haut lieu, l'actuelle
administration 6tasunienne en a rajout6 tout dernierement
en rendant encore plus difficiles les d6placements de
cubains vivant aux Etats-Unis vers leur terre (une fois tous
les trois ans) et leur interdisant l'envoie d'argent pour aider
leurs families. J'aurais appr6ci6 que le journaliste du Devoir
explicite davantage ces mesures administratives et les
contraintes qu'elles ont tant pour les cubains de Miami
que pour ceux dans 1'Ile. Il eut Wt 6galement int6ressant
que M. Guy Taillefer, discute des consequences de ces
dernieres mesures avec des 6conomistes cubains et
demande pourquoi le gouvernement cubain a 6tabli le peso
convertible. Sans doute auraient-ils apport6 un 6clairage
different de celui donn6 par le politologue am6ricain, Javier
Corales. De quoi permettre une meilleure analyse de la
situation et assurer ainsi une saine information.
J'ai personnellement v6cu dans plusieurs pays de
l'Am6rique Latine, dont le Chili et le Mexique, et j'ai
voyage dans plusieurs autres. J'ai 6galement s6journ6 a
titre de touriste a Cuba. Dans chacun de tous ces pays, je
n'aurais aucune difficult a interroger des gens pour y
retrouver a peu pres la teneur des propos que je souhaite
transmettre. Ceux qui savent des techniques de
communication et des moyens civilis6s de manipulation
peuvent en toute innocence presenter la r6alit6 sous l'angle
qui leur convient le mieux. Pour cette
raison, la v&rit6, pour autant qu'elle


puisse etre cern6e, me semble mieux


II. Periode Revolutionnaire
C'est durant cette p6riode
que vont commencer a se manifester
les contradictions mentionn6es au
debut de ce papier et qui vont se
perp6tuer, avec des connotations
diverses selon le moment, jusque de
nos jours.
A. Aspirations et
comportement des
diff6rentes categories
sociales
1. Les colons
Des le d6but de la r6volte


FEMMES EN
(suite de la page 11)
de nos grand meres, des oeuvres de
pailletage, des lampes Tiffani ou des
meubles high class, cette production
feminine decidement se porte bien
et peut egaler n'importe laquelle a
travers la region.
Nos artistes ne sont pas a
cours d'inspiration. D'ailleurs mme
les noms de leurs maisons de
commerce laisse reveurs : Les
Bougainvilliers, Kay ti Kay, IdWes
lumineuses (lampes), Calalou,
Cerabwa, pour ne citer que quelques
uns de ces noms.
Plus de 80 exposantes ont


servie lorsque les intervenants viennent des diverses
tendances. N'a-t-on pas donn6 l'occasion a plusieurs
reprises a l'ambassadeur des Etats-Unis de presenter son
point de vue sur le bouclier anti-missile et sur la guerre en
Irak ? Pourquoi n'en ferions-nous pas autant avec les
representants du gouvernement cubain ? Il me semble que
ces gens apporteraient a notre r6flexion des aspects qui
6claireraient la formation de notre opinion. Aujourd'hui
nous sommes suffisamment pr6munis pour savoir que de
part et d'autres chacun tire la couverte de son c68t. Mais
encore faut-il donner la parole aux deux parties.
J'ai eu l'occasion de visionner le documentaire
r6alis6 par Oliver Stone, El Commandante. Interdit aux
Etats-Unis par l'Administration Bush, il a Wt6 pr6sentW en
soiree et sans trop de publicity (23h00) sur le r6seau anglais
de Radio Canada. J'ai alors 6crit les commentaires que ce
documentaire m'a inspires et que j'ai transmis au journal
Le Devoir. Il n'y avait malheureusement pas suffisamment
d'espace pour qu'ils soient publi6s. Pour ceux qui
souhaiteraient en prendre connaissance je les refere au site
internet:
http://humanisme.over-blog.com/9-categorie-
35412.html?
Entre Haiti, Cuba et Miami, qui au nombre des
pauvres ne choisiraient Miami avec ses reves et sa
consommation. Par contre, entre Haiti et Cuba, beaucoup
de ces pauvres choisiraient Cuba. La pauvrete est rarement
choisie. Elle est subie. L'Administration Bush vient de
d6bloquer plus de 20 millions $ pour financer une
campagne de d6nigrement de Cuba et soutenir toute force
visant a renverser non seulement Fidel, mais surtout le
Regime qu'il sous-tend. Les techniques de propagande sont
trbs fortes, surtout si les moyens y sont. Une raison de plus
pour etre vigilants dans l'information que nous
transmettons et recevons.

Oscar Fortin, politologue
740, Ave D6sy
Qu6bec (Qu6)
G1S 2X5

T1l. 418-527-2168

Site internet: http://humanisme.over-blog.com

http://www.ledevoir.com/2005/03/12/76894.html
Soumis par oscar


des esclaves, les colons ont commence fuir la colonie of
leur vie 6tait en danger. II faut se rappeler qu'5 la meme
6poque, en m6tropole, une bonne partie de l'aristocratie
avait 6migr6 pour rallier le camp des royalistes et que ses
biens avaient 6t6 mis sous s6questre par les gouvernements
r6volutionnaires.
Beaucoup de colons avaient emigrd, laissant un
bon nombre de plantations. Ainsi, des 40.000 blancs
resident dans la colonie, en restaient seulement dix-mille
en 1800.
L'exode des colons vers la France, vers la partie
espagnole de I' ile ou vers les miles voisines, specialement a
Cuba, avait laisse a l'abandon beaucoup de plantations. 2
(voir Survol / 15)


PRODUCTION

6tali leurs produits au cours de ce salon. L'une des
organisatrices, Mme Murielle Noisy, au cours d'un bref
bilan, a qualifi6 la foire d've6nement positif qui a attire
10 mille visiteurs pour des ventes de plus de 40 mille
dollars. La majority des achats ont Wte r6alis6s par carte de
credit, a-t-elle 6galement pr6cis6.
La moyenne minimale de rentr6es pour chacun
des trois jours a &t6 de 300 dollars et la moyenne maximale
de 8.000 dollars. Madame Noisy a aussi fait remarquer
que certaines exposantes ont Wte en rupture de stock.
Tout cela est un encouragement certain et une
incitation a une r6gularit6 de ce Salon de la production
feminine. II faut surtout continuer sur cette lance et
encourager d'autres groupes de femmes a travers le pays
a se joindre a celles de l'ann6e pr6c6dente de facon a ce
que l'6v6nement grandisse d'ann6e en anne. '


DEVELOPPEMENT DURABLE


Survol de 1'Evolution


de la Structure Fonciere







Page 13 os Mercredi 16 Mars 2005
Nos petites annonces classes Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


Le Plaza H6tel
T616phone
(509) 224-9305
(509) 224-9307
(509) 224-9308
(509) 224-9309
(509) 225-9310
(509) 510-4594
(509) 510-4595
(509) 510-0560
Fax
509 223-9282
e-mail
hiplaza@hotmail.corn
hiplaza@acn2.net
website
www.leplazahaiti.corn
Adresse
10, Rue Capois
Champs de Mars
Port-au-Prince, Haiti
P.O. Box 1429

7 oiffeur


Etiquette Unisex
Barber & Beauty Salon
Jean Wood Julien
proprietaire
15455 West Dixie Highway
Suite N & O
N Miami Beach, Fl 33162
Tel.: 305 940 9070

Charlemagne
Le Coiffeur
103 S.E. 2nd Street
Delray Beach
Tel.: 243-1039
Beeper: 524-0086


Mbdecins

Miami
Dr H6nock Joseph
Obstetrique, Gynecologie
Accouchement
Operation pour fibrome
Family Planing
Ligature des trompes
Circoncision
Curetage
Tous les tests de
l'immigration
Toutes assurances acceptees
Carte Medicaid pour femmes
enceintes
5650 N.E. 2nd Avenue
Vertieres Shopping Center
Miami, Florida
301 751 6081

Port-au-Prince
Dr Camille Figaro
Sony
Gyn&cologue
Obstetrique
Chemin des Dalles # 234
Tel.: 509 245-6489
245-8930


Le Look
P6tion-Ville
Rue Panamericaine # 14
Tel.: 513-8079
257-8374
Grande variet& de Lunettes
Excellents Prix
Examen gratuit
avec achat de lunettes
Specialistes
de la Vision Basse
Offre Sp&ciale
Buy One, Get One Fre


Points de Vente Haiti en Marche


~i~fD~-W


Miami Pompano Beach Orlando


Lucas Super Market
14750 N.E. 6th Avenue
305 940 9902

Maxisound
11854 West Dixie Highway
305 835 8006

B & L Supermarket &
Produce
12041 West Dixie Hgh.
305 893 0419

Eclipse Communication
9290 S. W. 150thAvenue
Suite 104
954 380 1616
Lil'Angel
Consignment Store
King's Meadow Shopping
Center
9965 S.W. 142nd Avenue
Miami, Florida 33186
T61.: 305 385 1111


Offre d'emploi

Now Hiring-
Chinesse Restaurant
Beswen 2 Travailleurs
Experience ou sans Experience
Bon salaire
si ou interesse
rele nou nan 305 324-4105 ou
305-324-5567
mande pou Manager Mario


La Francophonie
A New York
Wednesday, March 30th
St. John, University Downtown Campus 101
Murray Street

or (718) 990-7519
This unique conceptual spectacle creates an
"Osmoses" of cultures, rhythms, movements,
languages, which combine and fuse
sophisticated movements interpreted by
performing artists which takes the music and
the choreography in a much different
direction. More than a show.... this group
through its artistic expression becomes a
positive proposition for unity, spirituality,
harmony, and the acceptance of differences; a
proposition to Universal consciousness.
"OSMOSES," is a two hour concert of Music
and Dance, consisting of original songs and
compositions in French, English and Creole.
They are interpreted by Carole Alexis that
draws from her transcontinental lifestyle as
well as talented musicians and dancers of the
Diaspora with extensive backgrounds all
driven by a disciplines and ethnic flavors.
A live concert using visual arts, music and
dance combined to create the total theatre
experience giving the audience great
exaltation, an explosion of"Joie de Vivre"
rare in these difficult times.
It's with joy that we invite you to share this
experience.
A positive journey with music, visual art,
dance
CAROLE ALEXIS LEAD VOCAL,
DANCE
JOBY MARIE-BASS
THIERRY ARPINO DRUMS
BEN TYREE- GUITAR
GARY FRITZ- PERCUSSION S
JERICHO BOURA- PERCUSSIONS
PAMELA McKELVIN-BACKGROUND,
DANCE
DOREEN SANTOS BACKGROUND,
DANCE


JEAN LEGUAY-SOUND ENGINEER
JOJO VOIGT- PHOTOGRAPHY
CONCEPTION, REALISATION,
CHOREOGRAPHIE CAROLE ALEXIS
REALISATION, CHOREOGRAPHIE -
DOREEN SANTOS
ARRANGEMENTS TED CRUZ, JOBY
MARIE, & CAROLE ALEXIS


Danilos Restaurant
3760 N.E. 3rd Avenue
954 781 2646

Christephanie's
581 BC East
Sample Road
Pompano Beach, Fl 33064
T61.: 954 7812500

Delray Beach

Classic Teleco
203 S.E. 2nd Avenue
Delray Beach Fl 33183

Our Lady Bakery
102 S.E. endAvenue
Delray Beach, Fl 33444
561 272 3556

Abonnez-vous a
Haiti en Marche
221-0026


Naudy Record shop
1325 W. Washington St
Orlando, Fl 32805

Boby Express
2469 South Orange
Blossom Trail
Orlando, Fl 32805


Haiti en Marche

ABONNEMENT:
Port-au-Prince
221-0026
417-0384

Miami
305 754-0705


J


Fayolle Jean a Paris
Communique de Presse

Le com6dien poete, Fayolle Jean sera de
passage a Paris le 14 mars au
Centre Culturel Canadien, pour un recital de
poesie en compagnie d'autres
poetes quebecois, dans le cadre du Festival
International de Poesie de Toulouse oO il s'y
produira ensuite du 15 au 20 mars prochain.
Fayolle Jean commence tres jeune en HaTti une
belle carriere a la radio
et au the6,tre. II signe d6ja des mises en scene
et adapte des textes de Beckett, de lonesco, de
Brecht et de Sixto entre autres. Arrive au
Quebec en 1979, il fonde tour a tour le Th6etre
libre d'Hafti au Quebec et Les Productions
Cimage Quebec. Poete, ses textes sont publi6s
dans plusieurs revues, magazines et journaux
de la diaspora, en recueil et sur disque.
Parolier, il produit et realise Rara Metis I et II,
deux compacts regroupant des chanteuses,
chanteurs et groupes de la communaut6 noire
francophone du Quebec. Anime 1'6mission Sun
Dance CKMF 94 (Radio ...nergie) Chroniqueur
I'Emission, Union Libre des Ameriques (T.V.5. et
Radio Canada) Fayolle a tenu des r6les de
comedien, notamment dans les t616 series
Haute
surveillance, Watatatow (Radio-Canada),
Jasmine, Sauve qui peut (TVA) a jou6
dans une dizaine de film dont; Mathusalem et
La position de I'escargot, La forteresse
suspendue. Depuis six ans, il incarne le
medecin dans le tries
populaire sitcom Km/h sur le reseau TVA. Par
ailleurs, Fayolle Jean a realis6 deux longs
metrages Le petit homme a I'6tranger et Le
poids des bottes.

-Gagnant du trophee comedien de I'annee,
Gala des trophies de Montreal, 1988;
-Temoignage d'appreciation comme artiste
engage dans la communaut6
haTtienne par le Consulat general d'Haiti i
Montreal, 1995;
-Recipiendaire du trophee Honneur et merite au
comedien et metteur en scene, Gala des Cator,
Montreal, 1998;
Comme poete, il a public Symphonie pour une
cellule (1983 Collection Poesies Demain), Tenue
de ville (1991 Editions Cimage Quebec), Fable
propos (2005), Complice des voyelles (livre-
disque de posies $avenir).
Source

Galtan Hamel

Relations Publiques

(514) 388-0243


4 Santo

NyECOLE
D'INFORMATIQUE
Centre Pedagogique
Sanite Belair


Santo 20 No 69
avec un professeur
Americain, venez apprendre
tous les logiciels de base
comme le Word, l'Excel, le
Power Point, l'Access et
l'initiation A l'internet.-
programmation des ordinateurs
- Cours d'Anglais
- special week-end

Horaire des cours tres flexible:
Du lundi au vendredi entre 8h
et 6h (4 groupes: 8h-10h, 10h-
12h, 2h-4h, 4h-6h)

Cours intensifs du Samedi et
du Dimanche donn6s par le
professeur americain: 8h-12h
et 4h 6h.

Prix: 20$ frais d'inscription
250$ frais d'entree
300$ la session (3 mois)


(Tel: 401-9128).
Les dix premiers inscrits auront
droit A un rabais special!
D6but de la l1re session le
Lundi 14 f6vrier.


H6tel

Villa Ban Yen
H6tel de Montagne
dans les hauteurs du
Morne Tapion
avec vue imprenable sur
Petit goave et Grand goave.
Chambres a6r6es avec
salle de bain, nourriture
naturelle, randonn6es dans
les sentiers de montagne
Tarif chambres
+ Alimentation
Chambre double :
US $ 20.00 pour 2
3 repas
$ 17.24 par personne
Cadre id6al pour
s6minaires.
Week-end de 2 nuits, une
troisieme Gratuite.
Pour reservations:
# 17 Angle Rue 6 et Jos6
Marti Port-au-Prince
t6l.: 305 245-2345
420-2091
Internet:

apvall@compa.net


r







Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


Page 14


I L'EVENEMENT CULTUREL I


SEMAINE HAITIENNE DE LA FRANCOPHONIE


(suite de la page 11)
d'organiser sur le territoire haitien un ensemble
d'6v6nements autour du conte et de la chanson
francophones.
Contes, theatre, concerts, lectures publiques,
expositions avec des participants de divers horizons pour
marquer la volont6 du gouvernement de transition de
rdorganiser le rapport des jeunes haitiens au francais et a
la Francophonie.
Organisation
: minister de la Culture et de la Communication
Organisateurs associ6s : Agence intergouvernementale de
la Francophonie, Ambassade du Canada, Ambassade de
France, Communaut6 Francaise de Belgique, Institut
francais d'Haiti, FOKAL, minister des Affaires 6trangbres,
Theatre National d'Haiti, Bibliothbque Nationale,
Biblitothbque haitienne des Pares du Saint-Esprit,
Bibliothbque des Freres de Saint-Louis de Gonzague, Ecole
Nationale des Arts.
Date : 10-24 mars 2005

Exposition en ligne : Caraibe
francophone
(Haiti, Cap-haitien, Manifestations culturelles)
Le Club-6cole du Cap-haitien organisera, sur
Internet, une exposition de peinture a l'occasion de la
Journde internationale de la Francophonie. Plus d'une
vingtaine des meilleures toiles des peintres haitiens seront
exposes. Puis un concours de photo de peintures sera
organism pour pouvoir choisir les trois meilleurs peintres
francophones de la Caraibe pour l'annde 2005.
Organisation : Club Ecole du cap
Lieu de l'6v6nement :Alliance francaise/internet
Date : 17-20 mars 2005
Site internet : http://site.voila.fr/clubecoleducap
Contact public (renseignement, inscription,
reservation) : Club-6cole du cap Direction Obin Abdience
1110 Cap-Haitien Haiti T616phone : (509) 431-1820
Courriel: expoobin@voila.fr

Week-end de la Francophonie
(Haiti, Petion-ville, Manifestations culturelles)
Le 20 mars prochain, a travers les 5 continents,
les nations francophones seront mobilis6es pour c6l6brer,
comme chaque annde, la Journde internationale de la
Francophonie. A cette occasion, la Fddration haitienne de


la jeunesse (FHJ) et les Jeunes de la Fondation Valcer
prdvoient d'organiser un Week-end de la Francophonie :
un programme socioculturel de 3 jours.
Au programme :
Vendredi 18 mars : Journde du Cinema
francophone (Club des Jeunes de la Fondation Valcer, 3,
impasse d6fil6e, delmas 89)
Samedi 19 mars : Conf6rences-d6bats
L'avenir d'Haiti dans la Francophonie
La probl6matique de l'enseignement bilingue en
Haiti et dans la Francophonie
(Club des Jeunes de la Fondation Valcer)
Dimanche 20 mars : Spectacles et prevention
Danses, sketches, declamation de textes, tours
de chant, animation musicale
Kiosques d'information sur le VIH et la drogue.
(Lieu : Place Boyer, PWtion-Ville).
Organisation : Fd6ration Haitienne de la Jeunesse
Organisateurs associs : Fondation Valcer pour l'Humanit6
Lieu de l'6v6nement : Club des Jeunes de la Fondation
Valcer Date : 18-20 mars 2005
Contact public (renseignement, inscription,
reservation) : Fd6ration Haitienne de la Jeunesse
Charles Valcer 3, impasse d6fil6e, delmas 89 P6tion-ville
Haiti T616phone : (509) 513-0587; 403-2402; 529-9511
Courriel: federationhaitiennejeunesse@ yahoo.fr
Coordonndes organisateur:
Fed6ration Haitienne de la Jeunesse
3, impasse d6fil6e, delmas 89 P6tion-ville Haiti
Td61phone: (509) 513-0587; 403-2402; 529-9511
Courriel: federationhaitiennejeunesse(y vahoo.fr

Le frangais et le creole pour le
developpement d'Haiti
(Haiti, Port-au-Prince, Conferences, d6bats)
Le Bureau Caraibe de l'Agence universitaire de
la Francophonie, en partenariat avec la Facult6 de
Linguistique Appliqude de l'Universit6 d'Etat d'Haiti,
organise une conf6rence-d6bat sur le theme "le creole et le
francais pour le d6veloppement d'Haiti", le Mardi 22 mars
2005 de 14h a 16h au Rectorat de l'Universit6 d'Etat d'Haiti
(UEH).
Les intervenants, Pierre Vernet de l'UEH et Pierre
Dumont de l'Universit6 des Antilles et de la Guyane,
mettront en relief les apports de ces deux langues dans le
cadre du d6veloppement d'Haiti.
Organisation : Bureau
Caraibe, Agence universitaire de la
Francophonie
Organisateurs associ6s
Rectorat de l'Universit6 d'Etat d'Haiti
Lieu de l'ev6nement: Facult6
des Sciences de l'Universit6 d'Etat
d'Haiti
liami an pral fe yon Date : 22 mars 2005
misyon6 Konte yo, Contact public (rensei-
louve: gnement, inscription, reservation) :
syon (TIP) Bureau Caraibe, Agence universitaire
de la Francophonie Pierre Dominique

"aliz Jacques Roumain
nalizTranspoPiblik aujourd'hui"
h. Amannman sa a aujourd'hui
(Haiti, Port-au-Prince,
Conferences, d6bats)
Pour renforcer la presentation
on (CM) pou mete sur les "Oeuvres completes de Jacques
n sa a nesese pou Roumain", une table ronde autour du
kouri de estasyon theme "Jacques Roumain aujourd'hui"
sa a nesese poutet aura lieu le lundi 21 mars 2005, a la
potab la. Lajan nan Facult6 des Sciences de l'Universit6
afekte, plis abri pou d'Etat d'Haiti, de 12h a 14h.
Ldon-Francois Hoffman,
) p auteur de ce livre, pr6sidera cette table
iM) pou achte nouvo
p Ia (PTP) k sa ki ronde. Des personnalit6s haitiennes
,p la (PTP) ak sa ki
ri acha ti bis ki bay prendront aussi la parole, citons: Gary
u sevi nan nbouvo Victor, Michelle Pierre-Louis, Guy
Maximilien, Guy Alexandre et
yaje Sid Florid Franketienne.
ouenfomevwayaje Organisation : Bureau
)05 nan ranje HOV Caraibe, Agence universitaire de la
Francophonie Organisateurs associ6s
0 : Rectorat de l'Universit6 d'Etat
d'Haiti Lieu de l'6evnement: Facult6
ntm 2030 la ak des Sciences de l'Universit6 d'Etat
d'Haiti Date : 21 mars 2005
reetnan pati ki rele Contact public (rensei-
gnement, inscription, reservation) :
In Florida Turnpike Bureau Caraibe, Agence universitaire
09)" ki nan LRTP a. de la Francophonie Pierre Dominique
S-1 de de (2) ranje Courriel
dominique.pierre@ auf.org
Site internet : http://
on, tanpri kontakte www.caraibe.auf.org
imi, Florida 33128,
ade.fl.us/mpo. Se Coordonndes organisateur:
pou enfim ki rele Bureau Caraibe, Agence
o universitaire de la Francophonie 38,
MIAMI.- rue Dufort Port-au-Prince Haiti
E Courriel: caraibe@auf.org


Site internet: http://www.caraibe.auf.org

De la chair au trdne ", representation
th6etrale
(Haiti, Port-au-Prince, Manifestations culturelles)
Dans le cadre de la c6ldbration du 20 mars et a
l'occasion de la Journde mondiale du theatre, la compagnie
Nife en collaboration avec la bibliothbque Araka pr6sentera,
les 25 et 26 mars au forum eldorado place Jer6mie de Port-
au-Prince, la piece d'Amadou Kond intitule : "De la chair
au trone".
Organisation : Nife
Organisateurs associ6s : Bibliotheque Araka.
Lieu de l'6v6nement : Forum eldorado, place Jer6mie
Date : 25 et 26 mars 2005
Contact public (renseignement, inscription,
reservation) : Compagnie de thditre Nife culture
Voltaire Jean Marc
25, rue 3, avenue Christophe Port-au-Prince Haiti
T66lphone : (509)557-7942
Courriel : jmvoltaire@hotmail.com
Site internet: http://www.compagnienife.com
Coordonndes organisateur:
Nife
230, rue de 1 Haiti
T66lphone : (509)222-3950
Courriel: companife@voila.fr
Site internet: http://www.compagnienife.com

Foire de livres co-6dit6s par l'Agence
universitaire de la Francophonie
(Haiti, Port-au-Prince, Manifestations culturelles)
A la demande de ses partenaires, le Bureau Caraibe
de l'Agence universitaire de la Francophonie a d6cid6
d'organiser une foire des titres co-6dit6s par l'Agence.
Seront associ6s a cette activity, les librairies
partenaires : Librairie Auguste et Librairie La Pliade. Des
titres tels : "Politiques linguistiques, mythes et r6alit6s",
"Mondialisation et Francophonie", "Assise de
l'enseignement du et en francais", "Penser la
francophonie", "Diversit6 linguistique et culturelle et
enjeux du d6veloppement", "Les transistions
d6mocratiques du Sud", "Droits fondamentaux, Droit
international public", seront disponibles a un prix
pr6f6rentiel.
Organisation : Bureau Caraibe, Agence
universitaire de la Francophonie Organisateurs associs :
Rectorat de l'Universit6 d'Etat d'Haiti
Lieu de l'6v6nement : Facult6 des Sciences de
l'Universit6 d'Etat d'Haiti
Date : 21 mars 2005
Contact public (renseignement, inscription,
reservation) : Bureau Caraibe, Agence universitaire de la
Francophonie
Leroy Fritzie
Courriel: fritzie.leroy@auf.org
Site internet : http://www.caraibe.auf.org

Presentation des Oeuvres completes
de Jacques Roumain"
(Haiti, Port-au-Prince, Manifestations culturelles)
Editdes par l'Agence universitaire de la
Francophonie, les "Oeuvres completes de Jacques
Roumain", seront pr6sent6es dans le cadre de la semaine
de la Francophonie et de la c6ldbration du 20 mars. Cette
manifestation aura lieu le Lundi 21 mars 2005, au local de
la Faculty des Sciences de l'Universit6 d'Etat d'Haiti de
9h 5 llh.
Seront presents : Mme Gendreau-Massaloux,
Rectrice de l'Agence universitaire de la Francophonie
(AUF); Jean du BOIS de Gaudusson, Pr6sident de 1'AUF,
Francois Vignaux; chef de Cabinet de la Rectrice. Sont
aussi invites des personnalit6s haitiennes et 6trangeres.
Organisation : Bureau Caraibe, Agence
universitaire de la Francophonie
Organisateurs associ6s : Rectorat de l'Universite
d'Etat d'Haiti
Lieu de l'6v6nement : Facult6 des Sciences de
l'Universit6 d'Etat d'Haiti
Date : 21 mars 2005
Contact public (renseignement, inscription,
reservation) : Bureau Caraibe, Agence universitaire de la
Francophonie Manigat Sherley

C616bration officielle de la Journ6e
internationale de la Francophonie en Haiti
(Haiti, Port-au-Prince, Manifestations culturelles)
En signe de solidarity avec Haiti qui, suite aux
bouleversements politiques de 2004, mobilise ses forces
vives pour donner toutes ses chances au processus de
transition d6mocratique, l'Organisation internationale de
la Francophonie a choisi d'organiser la c616bration officielle
de la Journde internationale de la Francophonie a Haiti. Le
Secr6taire g6ndral, M. Abdou Diouf, se rendra a Port au
Prince oi il effectuera une visite officielle du 19 au 22
mars.
En marge de la visite officielle du Secr6taire
(voir Francophonie / 15)


REYINYON PIBLIK
Asanble Gouvenan Oganizasyon Planifikasyon Metwopoliten lan (MPO) pou Zon Iben M
reyinyon piblik jou Jedi 21 Avril 2005 la a 2:00 p.m. nan Sal Reyinyon Ofisyel Ko
Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, Miami, Florida. Reyinyon sa se pou apw
1. Amannman yo sou Pwogram Amelyorasyon Transpbta
pou Ane Fiskal 2005
a. Analiz Transpb Piblik Kbt Es Sid Florid la
Amannman sa a va ajoute $2,000,000 nan fon lajan Federal Pou Alejman Sikilasyon. A
Kot Es Sid Florida la ki enkli yon pati nan Konte Miami-Dade, Broward, ak Palm Beac
va kouvri p6syon Miami-Dade la ki sou etid la (ke yo rele tou Korid6 Nodes la).
b. Wout Bis "South Miami- Dade Busway"
Amannman sa a va ajoute $19,778,500 nan fon lajan Federal Pou Alejman Sikilasyo
anplis pou wout bis "South Miami-Dade Busway" ki deja an konstriksyon. Amannma
mete sou plas lajan pou finisyon wout bis "South Miami-Dade Busway" a, wout sa a
"Dadeland-South Metrorail Station" jiska Florida City nan SW 344 Street. Lajan diplis
pri konstriksyon yo ki monte, pri dekontaminasyon asnik, epi plis regleman jesyon dlop
amannman sa a pral kouvri antretyen plan pou sikilasyon nan vil ke pwoje sa yo pral a
bis yo, ranje liy kap tounen yo ak ekstansyon pou wout bisiklet nan Florida City.
c. Achte Nouvo Bis Transp6 Piblik Pou Ekpansyon Sevis la
Amannman sa a va ajoute $5,000,000 nan fon lajan Federal Pou Alejman Sikilasyon (CM
bis transp6 piblik pou mete an sevis nan nouvo wout yo dapre Plan Transp6tasyon Pe
deja pwograme nan "Transit Development Program (TDP)". Fon lajan sa a pral kouv
sevis sou wout bis "South Miami-Dade Busway' ak acha bis transp6 piblik n6mal po
wout yo toupatou nan Konte Miami-Dade.
d. Kanpay Pliblisite Modifikasyon nan Le Operasyonel Ranje HOV 1-95 Sevis Vwa
Amannman sa a va ajoute $395,793.00 nan aktyel TIP a pou yon kanpay piblisite fet po
sou wout yo kap sevi ak 1-95 la de chanjmanoperasyonel yo kap fet apati de 1 Jiye 2(
a.
2. Amannman Plan Transpbtasyon Alontem 203
a. Pwoje SW 137th Avni
Amannman sa a va ajoute pwoje SW 137th Avni nan Plan Transp6tasyon Alo
amelyorasyon sa yo ki dekri pi ba la a:
* Finisyon de (2) ranje wout konple de SW 137th Avenue apati de US-1 jiska SW 200 St
"Priority 1 (2005-2009)" ki nan LRTP a.
*Agrandi SW 137th Avenue apati de US-1 jiska ekstansyon "Homestead Extensio
(HEFT)" de de (2) ranje wout a kat (4) ranje wout nan pati ki rele "Priority 1(2005-200
* Mete disponib pou yo agrandi plis pati 137th Avenue a apati de SW 200 Street jiska U
wout a kat (4) ranje wout nan pati ki rele" Priority 3 (2015-2020)" ki nan LRTP a.
Tout moun ki enterese yo envite vini patisipe. Pou kopi TIP lan ak/oubyen plis enf6mas)
Sekretarya MPO nan Stephen P. Clark Center, 111 NW First Street, Suite 910, Mia
telef6n: (305) 375-4507; imel: mpo@miamidade.gov ; sitweb: www.co.miami-da
regleman Konte Miami-Dade pou li swiv tout ekzijans nesese depoze dapre Iwa
"Americans with Disability Act." Pou jwenn sevis yon entepret lang siyal ak men pou
moun soud, tanpri rele omwens senk jou davans.







age 15 I DEVELOPPEMENT DURABLE I


Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


Survol de 1'Evolution de la Structure Fonciere


(Survol ... suite de la page 12)
L'6migration des colons se fit aussi vers les Etats
Unis; on connait l'essor qu'a connu l'industrie sucriere
en Louisiane grace a l'arriv6e de colons fuyant Saint
Domingue qui amenerent avec eux leurs capitaux, leur
technologie et leurs"' esclaves a talents ".

2. La nouvelle classe dominante
Elle est form6e :


FRANCOPHONIE ...
(suite de la page 14)
g6n6ral, le programme de la c616bration comprend
notamment:
le festival international du conte et de la chanson
francophones (10-24 mars) organism par le ministbre haYtien
de la Culture avec le soutien de l'Agence
intergouvernementale de la Francophonie, avec un
concours de contes et de chansons francophones ;
une table ronde sur les transitions d6mocratiques,
organis6e par la d616gation aux droits de l'Homme et a la
d6mocratie, r6unissant les repr6sentants des diff6rents
acteurs concerns dans les milieux de la politique, des
m6dias, de l'universit6 et, plus largement, de la soci6t6
civile ;
l'Agence universitaire de la Francophonie
pr6sentera a l'Universit6 de Port au Prince le premier tome
des (Euvres completes de Jacques Roumain (collection
Archives), une edition savante et annot6e de 1689 pages
qui r6unit toute la production litt6raire du romancier, poete,
journaliste et homme politique haitien (1907-1944).
Organisation : Organisation internationale de la
Francophonie
Organisateurs associ6s : Agence
intergouvernementale de la Francophonie, ministbre haitien
de la Culture, Universit6 de Port au Prince, Agence
universitaire de la Francophonie.
Lieu de l'6v6nement : Port-au-Prince
Date : 19-22 mars 2005
Coordonn6es organisateur:
Organisation internationale de la Francophonie
28, rue de Bourgogne France
T616phone: 0144 11 12 50
T616copie : 01 44 11 12 76
Courriel: oif@francophonie.org
Site internet: http://www.francophonie.org/


des affranchis ou anciens libres, qui sont soit
descendants de colons soit des esclaves
lib6r6s par leur maitre ou ayant achet6 leur
liberty, quelque fois eux-memes propri6taires
de plantations comme on l'a signal plus
haut;

de nouveaux libres, esclaves lib6r6s par
l'abolition de l'esclavage, qui ont pris la t&te
des r6volt6s.
II faut noter la formation d'une nouvelle
aristocratic terrienne composee des grands generaux amis
de Toussaint ayant recu en recompense de nombreux
hectares de terres. 3
Le mode de vie des colons, et en particulier des
colons absent6istes, 6tait un module pour les membres de
la nouvelle classe dominante et l'est rest encore
aujourd'hui. Cette propension a accaparer autant de terre
que possible n'a done pas seulement une motivation
6conomique, elle est aussi inspire par le d6sir de reproduire
le mode de vie des colons.
C'est ce qui explique la ru6e sur les terres que
l'on peut observer tout au long de notre histoire, des terres
que bien souvent ils n'exploitent mWme pas, ou, quand ils
le font, c'est plus souvent comme propri6taire
absent6iste ", qui donne des parcelles en ferme ou en
m6tayage a de petits paysans, que comme entrepreneur.
3. Le nouveau proletariat rural
Il comprend :

la masse des esclaves lib6r6s par l'abolition,

Pour eux, l'abolition signifiait qu'ils n'auraient
plus a travailler sur une plantation sous les ordres de
quelqu'un d'autre. Dans routes les societrs esclavagistes
d'Amerique, en devenant travailleur agricole, etpour bien
marquer la rupture avec son ancienne condition, I'ex-
esclave se refusa de travailler dans les plantations. 4
L'arpent vivrier est probablement a l'origine de
l'aspiration de l'ancien esclave a poss6der son "jardin "
qu'il cultive en fonction de ses propres besoins.

les anciens marrons
C'est dans l'organisation sociale des marrons qu'il
faut trouver l'origine du lakou "qui a caract6ris6 le monde


paysan durant tout le XIXe sicle.

B. La politique agraire
La politique des Commissaires Civils puis du
Gouverneur G6n6ral Toussaint Louverture avait pour
objectif le maintien du systeme de plantation qui avait fait
la richesse de la colonie.
Les diverses tentatives des commissairesfrancais,
a partir de 1793, et celles de Toussaint, a partir de 1801,
en vue d'introduire un nouveau system de production et
les consquences de cette politique agraire ont caracterise
la peiode revolutionnaiue dans cette region. Aufond, les
measures ou lois de 1793 et de 1801 etaient une tentative
visanrt satisfaire I'autorite politique, les besoins et les
inrte rs antagoniques des planteurs, d' une part, et des
masses libe1ees, d'autre part. Selon le' systme
po rionnaiue ", le producteur, c' est-d-dire ancien esclave,
avait droit une partie de la poduction (le quart), et eait
oblige de rster sur la plantation.5
Dans le but de maintenir la valeur des terres
abandonnees et mises sous sequestre, Sonthonax prit des
measures pour preserver les plantations et envisagea
I'organisation d'une administration centrale qui
controlerait I'accaparement des terres. Cependant, sous
la pression des affranchis, qui se sentaient menaces par
cette measure, on diit adopter le system de bail a des
particuliers. 6
Parmi les mesures visant a assurer le maintien de
l'int6grit6 des plantations on peut citer :
L'interdiction de transactions pour des
superficies inf6rieures a 50 carreaux,
L'interdiction de se mettre a plusieurs pour
entrer en possession d'une plantation.
Conformementd laformule Sonthonax, Toussaint
Louverture interdit par le decret du 7 mai 1801 de passer
devant notaire des acres de vente de propriete de moins de
50 carreaux.7
Mais, comme le fait remarquer Suzy Castor, il ne
suffit pas de la terre pour faire marcher une plantation.
L'organisation de la production manufacturiere a Saint-
Domingue, exigeait de grands investissements, une
nombreuse main-d'ceuvre, un developpement technologique
et l'acces a un vaste marche. Or le depart des colons
avait fait perdre une bonne partie des autres facteurs. Par
(voir Survol / 16)






Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


Page 16


I AFFAIRES PUBLIOUES I


SURVOL...
(suite de la page 15)
ailleurs, les blancs esclavagistes,fuyant la
tempete revolutionnaire, emporterent leurs
connaissances et experiences
administratives et technologiques... Durant
la premiere etape de la revolution, ils purent
demonter les ateliers, emporter leurs biens
et meme leurs esclaves. II fallut affronter
un manque de cadres economiques ". 9De
plus, a partir de la rebellion des esclaves
et la proclamation de la liberty general,
I'existence des plantations dependait du
maintien des anciens esclaves dans les
habitations ou ils pretaient leur service. 10
Pour assurer que les plantations
trouveront la main d'ouvre n6cessaire on
aura recours au systeme portionnaire :
Est etabli le system portionnaire qui
signifie qu'apres la deduction des impots
sur la totality de la production, on divise le
reste en trois portions egales, les deux tiers
reviennentau propritaire et le tiers restant
est partage entre les cultivateurs. "
Plus tard on aura le caporalisme
agraire de Toussaint

Bernard Eth6art
ben(a)etheart.com
Miami, le 13/02/05

Prochain article : PWriode nationale
(Footnotes)
I id., op. cit., p. 35
2 Suzy Castor
: Les origines de la structure agraire en
Haiti, CRESFED, Port-au-Prince, 1987, p.
11
3 Nicolas Jean-Baptiste, op. cit., p. 42
4 Suzy Castro, op. cit., p. 25
5Giovanni Caprio
: Introduction a 1
'histoire 6conomique d
'Haiti, in
: Haiti et 1
'Aprbs-Duvalier, Cary Hector/H6rard
Jadotte 6d., Port-au-Prince, 1991
6 Suzy Castor, op. cit., p. 13
Suzy Castor, op. cit., p. 17
; voir aussi Nicolas Jean-Baptiste, op. cit.,
p. 41
8 Suzy Castor, op. cit., p. 21
9 id., pp. 23-24
10 id., p. 11
"id., p. 15


LA TRANSITION ENTRE DES CENACLES OLIGARCHIQUES D'INTERETS


ET UN TSUNAMI DE SCANDALES


A. Les c6nacles d'int&rets en action
L'accord du quatre avril baptism
" consensus de transition politique ", ne
confirme pas dans son application le bien-
fond6 des vell6it6s de tous ceux qui
affirmaient, haut et fort, que ce modus
vivendi serait garant d'une sortie de crise
en bon ordre. D'ailleurs, des la conception
de cette entente, brouilles et coups months
- l'absence concoct6e en c6nacle du Dr
Delp6 a la Barbade auguraient d6ji d'un
6tat d'esprit malsain et B relent d'exclusive.
Des l'abord, des rumeurs persistantes
insinuant l'introduction des lois du march
dans l'octroi de certains postes
potentiellement lucratifs, n'ont
malheureusement pas Wtd d6menties. De
plus, l'esclandre autour d'une commande
de carburant impliquait d6ji nos grosses
legumes, a peine d6barqu6es sur
le'" plancher des vaches du pouvoir de
transition. En outre, si l'amateurisme, le
tatonnement et la l6gbretW, dus
probablement a la m6connaissance du
terrain de la part des gouvernants, ont
sembl6 ponctuer les premiers mois de cette
transition, c'est surtout la gangrene de la
corruption qui entretien la flamme du
d6saveu public a l'6gard de certains
responsables dans l'appareil d'Etat. La
perversion des normes et des procedures
administratives et financieres par des
repr6sentants de c6nacles d'int&rets s'arc-
boute au ddvoiement des espoirs
d6mocratiques de tout un peuple, pour nous
enliser davantage dans une crise de
confiance.
Aujourd'hui, les projecteurs de
l'histoire sont d6sormais braqu6s sur les
sables mouvants de cette transition. Deux
espaces retiennent particulibrement
l'attention: il y a, d'une part, un mandat
populaire a octroyer et, d'autre part, un
mandat de soci6t6 a preparer. Toutefois, au
sein de l'actuel CEP, le scandale, fiable
thermombtre de la corruption, continue
d'emprunter les pivots connus de tous. De
meme, autour de l'organisation de la
conference nationale, une'" charnibre",
issue des memes c6nacles d'interets, semble
d6ji a pied d'ouvre.
B. Le CEP sous l'empire de l'omerta


Les d6nonciations publiques et
r6gulibrement argument6es, faisant 6tat
d'irr6gularit6s administratives grossibres et
de scandales permanents au sein du CEP
n'ont guere troubl la s&renit6 apparente des
tenors du consensus de transition. Cette
confiance accord6e puis renouvel6e a des
individus, pour certains reconnus partisans,
pour d'autres au pass peu reluisant et pour
d'aucuns r6put6s allergiques a toute
transparence administrative et financiere,
est-elle bien place?
II appert en tout cas que, pour son
absence de respect vis-a-vis du culte de
l'omerta (loi du silence), la premiere
Pr6sidente de ce CEP, a di etre d6capit6e.
Par ailleurs, afin de prot6ger a nouveau
I'omerta, certains conseillers qui influent
particulibrement sur la gouverne du CEP ont
d6capit6s une quarantaine de fonctionnaires
r6gulibrement employs par l'institution
6lectorale. Aujourd'hui encore, primes de
risques obligent, le mrme collectif"
menace de d6capiter un paire conseiller
qui a os6 privil6gier la transparence aux
d6pens de l'omerta. Ce conseiller, issu de
l'accord du quatre avril, n'a-t-il pas agi
conform6ment a la lettre de l'article h "
du document de consensus de transition
politique, quant a la lutte a livrer ...contre
la corruption et le gaspillage des fonds et


biens de l'Etat... "? Peut-on pr6sumer de
l'existence d'un axe du mal l'oeuvre
au sein du CEP?
Ceux qui continuent i placer une prime
faramineuse sur la stability risquent de se
retrouver sous peu face a l'agressivit6 d'une
population dcue, ambre et en 6moi. Au
depart, il y avait une tutelle a stabiliser; peu
apres, ce fut au tour du pouvoir de transition
qu'il fallait traiter avec complaisance;
aujourd'hui, c'est la permanence du CEP,
dans sa constitution actuelle, qu'il convient
a tout prix de sauvegarder. Mais a force de
s'ing6nier a conserver en position de force
au sein d'institutions a vocation
d6mocratique, des individus aux pratiques
administratives, et meme de vie, sorties de
registres contraires, c'est finalement la
d6mocratie elle-meme qui risque bient6t
d'etre d6capit6e sous le couperet de la
guillotine des manoeuvres 6lectorales
savantes.
C. La conference nationale
souveraine hypoth6qu6e
Du d6but de la croisade/Delp6 pour la
tenue d'une conference nationale, a la mise
en perspective du cas d'espece haitien par
des analystes critiques reconnus, il n'a Wt6
question que de la tenue d'une conference
nationale. Le document de consensus du
quatre avril fait 6galement r6f6rence, en son
article n ", a la n6cessit6 pour nous
(voir Interts / 17)


REQUEST FOR PROPOSALS (RFP) No. 477 *
MIAMI'A
External Independent Audit Services



Miami-Dade County, as represented by the Finance Department, is
soliciting proposals from qualified independent certified public
accountants for the annual examination of the County's financial
statements. In accordance with Section 4.03(G) of the Dade County
Home Rule Charter, as amended, proposals will be accepted from
independent certified public accountant firms licensed to practice in
the State of Florida to be engaged separately as External Auditors for
the following discrete operations ("segment audits") of the County:

General Segment Audit
Aviation Segment Audit
Water & Sewer Segment Audit
Aviation Management Contracts
Segment Audit

The Contract period will be for annual audits for the fiscal years ending
September 30, 2005, 2006 and 2007 with options to renew for annual
audits for the fiscal years ending 2008, and 2009 on a year-to-year
basis at the discretion of the County.

The RFP solicitation package, which will be available starting March
14, 2005, can be obtained at no cost on-line at HYPERLINK "http:/
/www.miamidade.gov/dpm" -www.miamidade.gov/dpm. The
package can also be obtained through the Vendor Assistance Unit (305/
375-5773), Department of Procurement Management, 111 NW 1st
Street, Suite 1300, Miami, FL 33128-1974 at a cost of $10.00 for each
solicitation package and an additional $5.00 fee for a request to receive
the solicitation package through the United States Postal Service. For
your convenience, we now accept VISA and MasterCard.

A Pre-Proposal Conference is scheduled for March 21, 2005 at 2:00
p.m. (local time) at 111 NW 1st Street, 18th Floor, Conference Room
18-2, Miami, FL. Attendance is recommended, but not mandatory.
The Contracting Officer for this RFP is Oscar Willumsen, Jr. at (305)
375-1416. If you need a sign language interpreter or materials in
accessible format for this event please call Jason Martinez, DPM ADA
Coordinator at (305) 375-1564 at least five days in advance.

Deadline for submission of proposals is
April 8, 2005 at 2:00 p.m. (local time), at Miami-Dade County, Clerk of the
Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202,
Miami, Florida 33128-1983. This RFP is subject to the County's Cone of Silence
Ordinance 98-106.


LEGAL ANNOUNCEMENT OF BIDS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA MIAM


Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of bids,
which can be obtained through the Department of Procurement
Management (DPM), from our Website: www.miamidade.gov/dpm.
Vendors may choose to download the bid package(s), free of charge,
from our Website under "Solicitations Online". Internet access is
available at all branches of the Miami-Dade Public Library. It is
recommended that vendors visit our Website on a weekly basis to
view newly posted solicitations, addendums, revised bid opening dates
and other information that may be subject to change.

Interested parties may also visit or call:

Miami-Dade County
Department of Procurement Management
Vendor Assistance Unit
111 NW 1st Street, 13th floor,
Miami, FL 33128
Phone Number: 305-375-5773

There is a nominal non-refundable fee for each bid package and an
additional $5.00 handling charge for those vendors wishing to receive
a paper copy of the bid package through the United States Postal
Service.


These solicitations are subject to the "Cone of Silence" in
accordance with County Ordinance No. 98-106.








I CANADA-HAITI I


Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


.. "Copyrighted Material



Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"







(Intrts ... suite delapage 16) Cenacles d'interets et scandales ...


d'organiser une conference nationale. Or depuis peu, et
brusquement, donneurs et transmetteurs d'ordres et de
contre-ordres, se sont passes le mot, relatif i un glissement
s6mantique a effectuer, par lequel la notion de dialogue
s'est substitute a celle de conference. Ici, tout semble etre
bien recu, de l'identit6 impose, aux lib6ralit6s financibres
inopin6es; quant aux id6es refil6es on n'aura qu'5 les
anonner sans conviction.
Qu'on se le tienne pour dit, le glissement s6mantique
susmentionn6 ne nous parait nullement innocent. II a W6t
orchestra gaillardement" par l'une des commissions
goulags ad hoc du pouvoir de transition, si tant il est vrai


Co.


Nou vie gate kliyan nou yo de jou en jou pi pli,


ATLANTA
1232 Moreland Ave, Suite A
Atlanta, GA 30016
Tel: (404)622-8787

BAHAMAS
E. Street Sawyer
Studio Blvd 2nd Floor
Nassau, Bahamas
Tel: (242)322-6047

BOYTON
544 E Gateway Blvd, Suite 3
Boyton Beach, Florida
Tel: (561)742-3046

CAMBRIDGE
300 Broadway
Cambridge, Mass 02139
Tel: (617)354-6448

CHURCH
2807 Church Ave.
Brooklyn, NW 11226
Tel: (718)693-3798

CONNECTICUT
953 Washington Blvd, Suite 1
Stamford, CT 06901
Tel: (203)324-2816

DELRAY BEACH
402 West Atlantic Ave
Delray Beach, Fl 33444
Tel: (561)265-2100

FLATBUSH
1161 Flatbush Ave.
Brooklyn N.W. 11226
Tel: (718)287-5295

FORT LAUDERDALE
8 West Sunrise Blvd
Ft. Lauderdale, FI 33311
Tel: (954)524-1574

LAKE WORTH
330 S. Dixie Hwy, Suite 2
Lake Worth, FI 33460
Tel: (561)585-1077

MATTAPAN
508 River Street
Mat. Mass. 02126
Tel: (617)298-9366

MIAMI
5401 N.W. 2nd Avenue
Miami, FI 33137
Tel: (305)758-3278

NAPLES
506 11th Street
Naples, Fl 34102
Tel: (941)435-3994

NORTH MIAMI
629 NE 125th Street


N. Miami, Fl 33161
Tel: (305)892-6478


MIRAMAR N. DADE
19325 NW 2nd Avenue (441)
Miami, Fl 33169
Tel: (305)654-2800

MONTREAL
7177 Rue St Denis
Mont. QC H2R2E3
Tel: (514)270-5966

ORLANDO
2469 S. Orange Blossom Trai
Orlando, Fl 32805
Tel: (407)649-9896

POMPANO (1)
4857 N. Dixie Hwy
Pompano Bch, FI 33064
Tel: (954)429-9552

POMPANO (2)
128 N. Flager Avenue
Pompano Bch, FI 33060
Tel: (954)946-4469

QUEENS
159-35B Hillside Avenue
Jamaica N.Y. 11432
Tel: (718)523-9216

SPRING-VALLEY
South Main Street
S. Valley, NW 10977
Tel: (914)425-7747

WASHINGTON
835 Juniper Street NW
Wash D.C. 20012
Tel: (202)722-4925

WEST PALM BEACH
604 25th Street
W. Palm Beach FI 33407
Tel: (561)655-4166

NEW JERSEY
152 Jefferson Ave
Elizabeth, NJ 07201
Tel: (908)354-1411

MONTREAL NORD
3820 Henri-Bourassa Est
Montreal, Canada
Tel:(514)852-9245

TURKS & CAICOS
Downtown Providenciales
Butterfield Plaza
Tel: (649)941-4172-4173

CENTRE VILLE
59 Rue Pavee
avant la Pharmacie Ideale
223-0865-223-0839
222-2704,221-8910, 221-163


qu'une conference nationale devrait, en principe,
rassembler toutes les composantes de la nation en vue d'une
reprise en main nationale du cheminement collectif, tandis
que le dialogue, dans son essence, ne rassemble que deux
ou certaines parties, ou secteurs, concerns par une
question.
Mais, au- deli des nuances s6miologiques, il est surtout
question pour la collectivit6 haitienne de s'octroyer un
mandat de soci6t6, habilitant un pouvoir d6tenteur d'un
mandat populaire acquis par voie r6gulibre, a mettre le pays
sur des rails authentiques, done en porte-5-faux avec les
voies du vieux systeme social oligarchique, d6suet et en
crise. Une conference nationale souveraine peut
accorder un mandat de cette 6tendue. Le dialogue,
par contre, ne pourra que faciliter un maigre
consensus sur des am1liorations a apporter au statu
quo, relatives au contenu n6olib6rale des r6formes
socio-6conomiques a effectuer, en sus du profil d'un
a pouvoir liberal d6mocratique a raccorder a l'attelage
archaique d'un systeme social 61itaire bas6 sur
l'exclusion.
s. A propos d'exclusion (technique), l'annonce de
l'octroi de US $1,700,000 pour la tenue du dit
dialogue s'est fait (gaillardement) en l'absence du
Dr Delp6. On se souvient que cet acteur politique
jug6 parfois encombrant, manquait aussi a l'appel,
au rendez-vous de la Barbade et de l'accord du quatre
avril. Comme quoi il n'y a pas de crime ou de
complot parfait. A bien consider, tel qu'encastr6
sur un chassis de c6nacles d'int&rets, ce dialogue
national r6vNlera t6t ou tard sa vraie nature de
dialogue /soliloque.


2
























2


D- La transition submerge par
un tsunami de scandales
A l'origine de la plupart des scandales qui
6claboussent ce pouvoir de transition, se profilent
les silhouettes embusqu6es des c6nacles


oligarchiques d'int6rets. Certes, pour assurer entre autres,
sa propre survie politique, le Premier Ministre a dfi
lecher ", dans la boue d'une rizibre naus6abonde,
son directeur de cabinet et fiddle ami. Celui-ci, pour
renvoyer ce coup de pied de l'ane, a publiquement qualifi6
d'intervention routinibre, a la primature, une initiative
defiant les principes 616mentaires de la transparence
administrative et financibre dans la gestion de la chose
publique.
Dans un meme ordre d'id6es, les primes de
risques exig6es en secret par 1' axe aux commandes
du CEP, ont 6t6 qualifies par le Secr6taire g6n6ral de cette
institution d'op6ration administrative r6gulibre. S'agissant,
ce me semble, de modNle ou de pattern, on peut d&s lors se
demander s'il s'agit d'op6ration r6gulibre ou routinibre que
d'61oigner de la gestion intellectuelle, administrative et
financibre du dialogue en question, tous ceux qui
comprennent vraiment le sens r6el d'une conference
nationale, ainsi que son importance a ce carrefour d6cisif
de notre cheminement collectif? La dimension
potentiellement nationaliste d'une conference nationale
souveraine expliquerait-elle la posture des donneurs et des
transmetteurs d'ordres?
Pour nous r6sumer, la predation, les coups-mont6s,
l'exclusion, la decapitation, l'impunit6 et I'omerta,
semblent inspirer l'action des c6nacles oligarchiques
d'int6r&ts, a l'oeuvre dans un pouvoir de transition d6fini,
de plus en plus et de mieux en mieux, par un tsunami de
scandales.

Gabriel NICOLAS, Ph.D.
Dr Camille SYLAIRE


HAITI EN MARCHE
sort le mercredi a Miami, New York, Boston,
Montr6al et Chicago
BUREAU A PORT-AU-PRINCE
221-2600 / 245-1910


877"2 I 2 e"me Avernue

T6I: 305 757 4915


FADKIKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Reception de paiement pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
- Connection teliphonique chez vous...


Ouvert

6 Jours

par

semaine:

8h30 am

a

7h30 pm



* Parfums
* Cellulars & Beepers
* Souliers et Sandales
* Produits pour la cuisine
* Cadeaux
* Tableaux
* Moneygram
* MnnPv Ordepr


* CD's (compas, Racine, Evang6lique,
Zouk, Francais, Am6ricain)
* Video's (Haitiens, Am6ricains, Documentaires, Drams)
* Produits de beauty
* Prcldnits nonr rhpevepn


Page 17


- IV I% It -5% %1 t F It ItIIIIIN j1% Pill tI-V- A






Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7


Page 18


I Les Jeux de Bernard I


GRILLE DE PROGRAMME

Melodie 103.3 fm
74 bis Rue Capois
Port-au-Prince, Haiti
T61: 221-8567 / 221-8568/ 221-8596 Fax: 221-0204/ 221-1323
e-mail: pub@haitienmarche.com URL: www.haitienmarche.com
Programmation
5h00 6h30 Bon TR veil en musique

6h30- 7h00 Aun ipirit chanitant
Journal creole de la journde avec Yves Paul LUandre


7h00 10h00


lOhOO Midi


IMelodie NMatin avec Marcus
Informations, Interviews, Anecdotes, Humour, Analyses
L'Editorial de Marcus
La Chronique au Quotidien avec Elsie
A Haute Voix avec Dominique Batraville
Les Sports avec Jacky Marc
Les Invit6s du Jour

M6lodie Matin chaque samedi est animde
par RapahMl Fquiere

Le an isocque de l'A udite
animation: Jacques Lacour


12h00 12h15 Le IM idi
Un r6sum6 des Informations Locales et Nationales

12h15 2h00 Lady Blues
Jazz, Blues, Swing, Ragtime avec Elsie

2h00-3h00 C 'est si bton
en chansons...
Emission de Chansons Francaises

3h00-5h00 Le Bon Vieux Temps
Retro-Compas avec
Doc Daniel et Captain Bill


5h00
6h


7h00 8h30
8h30 9h00

lOh00


9h00 et au-del5


Le Journal de 5 Hteures
Sport Actualit s
avec Gilbert LeysaGrald mA1ptonIlse, Mario
Barreau et Ja cky Marc

Amor y Sabor
Soir Informiations

1Notre Grand concert
(Lundi et Mercredi : L'heure classique)

Jazz at Tenl (Mardi, Jeudi, Dimanche)
Jazz inspired: Judy Carmichael et ses invites

Cavaliers, prenez
vos daimes (Samedi )
50 ans de Succbs Populaires Haitiens
Chaque Dimanche : 10h I Midi: Textes et Pr6textes
avec Dominique Richez


En bref. (suite dela page2)
Incendie dans une prison dominicaine: Lourd bilan
II s'dleverait a 135 morts. Parmi eux, 19 citoyens haitiens. Une commission
gouvernementale haitienne s'est rendue en R6publique dominicaine le vendredi 11
mars pour assister aux fundrailles de ces 19 compatriotes qui ont 6td ent6rds en
R6publique dominicaine.
Il est difficile de pr6venir les parents de ces victimes parce que plusieurs d'entre elles
vivaient sous un faux nom en R6publique dominicaine, leur veritable identity
demeurant impossible a determiner.

Le Programme alimentaire mondial met fin a ses activities
aux Gonaives
Le PAM a eu sa dernibre distribution de nourriture dans la ville des GonaYves le lundi
14 Mars 2005. Le Programme a fait savoir que les problbmes de nutrition se sont
r6sorb6s dans la ville des GonaYves 6branl6e par les m6faits du cyclone Jeanne
responsables de la mort de pres de 1.900 personnes et ayant fait 900 disparus..
Les prochaines rdcoltes vont apporter de nouvelles ressources en riz et en legumes, a
fait valoir le PAM.
La note de presse precise que le Programme Alimentaire Mondial a distribu6 6.200
tonnes de riz, haricots, biscuits et mals a environ 160.000 personnes aux Gonaives et
aux alentours.
Le PAM a fait savoir qu'il poursuivrait ses distributions de nourriture dans d'autres
regions du pays dans le cadre de sa mission r6gulibre de lutte contre la malnutrition.

Reunion annuelle de 1'OPL
Elle a eu lieu les samedi et dimanche 12 et 13 mars dans les diverses representations
r6gionales du parti Organisation Peuple en Lutte. Il s'agissait pour le parti au cours de
ces diverses rencontres de d6finir la strat6gie de 1'OPL en vue des prochaines elections
de fin 2005.

Demarrage des operations de demobilisation des anciens
militaires
La d6mobilisation le dimanche 13 mars au Cap-Haitien de 325 membres de l'ancienne
armde d'Haiti marque officiellement le d6but de ce processus en Haiti. 280 anciens
militaires du Cap-Haitien et 45 provenant des autres regions du Nord ont remis leurs
armes aux autorit6s du pays. Cela au cours d'une c6drmonie solennelle en presence des
membres du gouvernement de transition, dont le premier ministre Gerard Latortue, le
ministre de la Justice Bernard Gousse et la ministre de la Communication et de la
Culture, Mme. Magali Comeau Denis.
Cette c6r6monie a 6galement vu la presence du Repr6sentant special du Secr6taire
g6ndral des Nations Unies et Chef de la Mission des Nations Unies pour la
Stabilisation en Haiti, l'ambassadeur Juan Gabriel Valdbs, du Commandant de la Force
de la MINUSTAH, le G6ndral Augusto Heleno Ribeiro Pereira ainsi que du colonel
Tulio Rojas, le commandant du bataillon chilien d6ployd au Cap Haitien.

L'H6pital Saint-Michel de Jacmel muni d'un centre de
prevention du Sida
La c6r6monie de lancement de ce service a eu lieu le vendredi 11 mars dernier en
presence du charge d'affaires americain Douglas Griffiths, du ministre de la Sant6 le
Dr Josette Bijou et du directeur du centre Gheskio le Dr Jean William Pape.
Dans son intervention le charge d'affaire am6ricain a soulign6 le d6caissement de 40
(voir En bref / 20)


I A *a "
"Copyrighted Material

Syndicated Content
Available from Commercial News Providers"






Page 19


I Ti gout na ti gout I


Mercredi 16 Mars 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7





Mercredi 16 Mars 2005 Page 20
Haiti en Marche Vol. XIX No. 7 DESARMEMENT








"Cop ightelMaterial


Sy icateed content

Available from e' m rcial News rovider






a mw a a - I- -

En bref ... (suitedelapage18)
millions de dollars, ce qui permettra la mise sous
anti-r6troviraux de 9.000 malades du Sida.
Le Dr Bijoux, de son c6t6 s'est r6jouie que
dor6navant les malades du Sida du D6partement du
Sud-Est n'auront plus besoin de se rendre a Port-au-
Prince ou dans le Plateau Central pour obtenir des
soins.
Le Dr Pape, quant a lui a insist sur le fait que
O_ a quelque 3.400 personnes ont td d6pist6es
Sa volontairement dans le Sud Est. 7 % des cas ont 6td
I s o 0 4 r6vdl6s positifs. 114 malades du Sida sont
actnullement s inn ARV




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs