Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION PDF VIEWER THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00254
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami Fla
Publication Date: February 23, 2005
Copyright Date: 2005
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subject: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00254
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Downloads

This item has the following downloads:

00002-23-2005 ( PDF )


Full Text












Haiti en Marche edition du 23 F6vrier au ler Mars 2005 Vol. XIX No. 4

HAITI-CRISE

29 Fevrier 2004 : 1 an depuis le depart d'Aristide

Bilan tres contrast : Ni Vainqueurs, ni Vaincus

En dehors d'un petit groupe

de revanchards et d'assoiff6s
ANALYSE de pouvoir dmissionremiseparM. Aristide,
"Copvrihted Material PORT- AU -de pouvoir puis contest6e par ce dernier selon


PRINCE, 21 F6vrier Un an s'est 6coul6
depuis le renversement du Pr6sident Jean-
Bertrand Aristide. Le pays reste en plein
chaos. Beaucoup de versions ont circul6 sur
les 6v6nements du 29 f6vrier 2004.
De source officielle am6ricaine,
c'est le num6ro 2 de 1'Ambassade des Etats-
Unis a Port-au-Prince, Luis Moreno, qui
avait accompagn6 le chef de l'Etat jusqu'5
l'avion i bord duquel il est parti pour l'exil.
On connait l'histoire de la lettre de


qui les extraits diffuses dans la presse auraient &t6 pris
en dehors de leur contexte. On connait aussi l'accusation
de kidnapping soulev6e par M. Aristide, en annoncant
une action en justice contre les Etats-Unis et la France,
mais dont on n'a plus reparlM depuis.
Kidnapping ou arrestation ou un cas
de force majeure? ...
Cependant au fil des mois, d'autres details ont
filtr6. Ainsi au lieu de kidnapping, ne pourrait-on pas
(voir 29 F6vrier / 4)


La faillite de I'Etat GNB

L'EVASION SPECTACULAIRE DU PENITENCIER NATIONAL

Neptune et Privert retournent en detention
EDITORIAL s'est institu6 le pouvoir qui a succ6dd en mars 2004 au Un an aprbs, le pouvoir GNB est nu. Divis6,
PORT-AU-PRINCE, 20 Fevrier GNB, c'est le regime de Jean-Bertrand Aristide qui a Wt6 renvers6 le 29 t6tanis6 par l'impuissance et la corruption, sans base ni
pas trbs ioio (ou au contraire, .lut6t ioio) sous leauel f6vrier 2004, cela fera d6ik un an dans auelaues iours. assise, l'une et l'autre ayant 6galement 6clat6 en mille


Iu'iI-'um


morceaux et sous le choc des conflits d'int&rets, et le plus souvent
mesquins.


Un agent de la prison, Om6us Guerrier, abattu lors de 1'6vasion photo Yonel Louis/HenM
MORT DE AUBELIN JOLICOEUR

Aubelin, le dernier

des temoins PARMARCUS
MIAMI, 16 Fevrier 2005 Je voudrais avoir ton courage pour
avoir ete le seul a condamner publiquement l'exil en d6cembre 1980
des principaux membres de la presse ind6pendante lors de la journee
de la presse comm6mor6e par les chantres du jean-claudisme l'annee
suivante.
"Toi qui n'as pas applaudi quand ...
Les croquantes et les croquants
Tous les gens bien intentionn6s
.l C Riaient de me voir amener ..." (voir Aubelin / 2)


Aujouru nu se joue ie derner acte,
celui du grotesque, du guignol, du carnaval des
(voir Evasion / 7)
/ Haiti en Marche "
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere au Bois Verna
Tel.: 245-1910 Fax 221-0204
Miami
173 NW 94th street
Miami, Florida 33150
Tel.: 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914-358-7559
Boston 508 941-6897
Montr6al 514 337-1286
email: pub@haitienmarche.com
J


single p


I








EN PLUS ... ENBREF...


Mercredi 23 F6vrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 4


ADIEU L'AMI!


Aubelin Jolicoeur,


le dernier des temoins
(suite de la lere page) tu es lejoli-coeur de service, ratissant tous
Je voudrais avoir ton optimisme les palaces, de Oloffson E El Rancho ou
indbranlable lorsque a l'Age de 19 ans (en Villa Creole, pour le plus grand bonheur
l'an de grace 1946), tu montas a Port-au- de tes lecteurs haitiens et strangers (ceux
Prince de ton sud-est natal, avec rien dans du "Haiti Sun" de Bernard Diederich)


les poches et pour tout bagage ton
inseparable stylo, comme un jeune


encore nostalgiques des fastes du
Bicentenaire de la ville de Port-au-Prince


Lors des fun6railles le vendredi 18 f6vrier a Sainte Th6erse (P6tionville),
le cercueil envelopp6 dans le drapeau national photo Yonel Louis/HenM
mousquetaire son ep6e et sa fiddlit6 ... qui venait d'etre comm6mord en 1950.
Tu eus ta chance d'un Marceau Cependant quand tu voulus
D6sinor dans Le Nouvelliste, tu v restas mettre la meme verve au service des belles


Jolicoeur autrefois dans son coin favori, 1'HMtel Oloffson
photo Bernard Diederich
jusqu'au dernier jour, qu'il pleuve, qu'il du gotha local, il y eut plut6t des


tonne, et ce n'est pas peu dire.
Tu fus toi aussi un grand
incompris.
D'abord trempant ta plume dans
l'eau de rose pour saluer les divas et les
divines de passage, de la Callas ou Liz
Taylor B la premiere femme de diplomate
venue ...
En complet blanc et canne
assortie, a la mode havanaise, ou a la
manibre du Fred Astaire de H8tel Imperial,


ricanements ...
Bellevue se moqua du nouveau
petit Rastignac.
Chez nous, plus que partout
ailleurs, nul n'est prophete en son pays.

"Si tu peux supporter leurs
crachats
Sans arreter ta longue et lourde
tAche
(voir Aubelin 4)


Les 6v6nements au P6nitencier National
Une fois encore le Penitencier National de Port-au-Prince, ou "grande prison", comme on
l'appelle communement, etait sur la sellette samedi apres midi.'Des coups de feu ont et e
entendus pendant l'apres midi, et on apprenait que suite a l'irruption de trois vehicles devant la
prison, des prisonniers s'etaient evades.
Les nouvelles parvenaient au compte goutte et meme les journalistes qui s'etaient rendus sur les
lieux comme nos reporters et photographes, n'arrivaient pas a retracer les evenements.
Dans la soiree, les choses se precisaient: un nombre incalculable de detenus avaient pris la
poudre d'escampette. Mais on ne parlait que de 3 personnes: Yvon Neptune, Jocelerme Privert
et Hans Allan Theophile.
Tous trois en prison pour des raisons diverses (Yvon Neptune et Jocelerme Privert accuses
d'implication dans la repression avant la chute du President Aristide en fevrier 2004 et
Theophile d'avoir commandite l'assassinat du directeur d'Air France en Haiti, Didier Mortet),
tous trois demandaient l'aide de la MINUSTAH pour les ramener en prison. Tous trois refusant
de devenir des hommes en cavale.
Vers les 11 heures du soir, le quartier de Pacot-Debussy etait en effervescence. Des unites de la
Police Nationale d'Haiti et de la MINUSTAH s'etaient transportees B la residence de Hans
Allan Theophile pour repartir avec les trois detenus vers le Penitencier qui est garden maintenant
par des troupes internationales.
Yvon Neptune menace de faire la greve de la faim contre ses conditions de detention
L'ex-Premier ministre Yvon Neptune a ete reconduit a la prison samedi soir, le jour meme des
evenements du Penitencier National.
Selon les declarations du porte-parole de la mission des Nations Unies en Haiti (MINUSTAH),
Damian Onses Cardona, les deux ex-dirigeants Lavalas, Yvon Neptune et l'ex-ministre de
1'Interieur Jocelerme Privert, qui avaient ete conduits en lieu stir par des gardiens de la prison,
ont demanded eux-memes a regagner la prison afin de montrer que ce n'est pas dans leur
intention de fuir la justice.
Mais une source bien informee nous a appris que l'ex-Premier ministre menacerait de
commencer une greve de la faim a cause des mauvaises conditions qui regnent a la prison et qui
se seraient aggravees depuis les evenements de samedi.
A egalement demanded a regagner volontairement la prison, l'homme d'affaires Allan Teophile
emprisonne dans le cadre de l'enqu&te sur l'assassinat l'annee derniere du directeur d'Air
France en Haiti, Didier Mortet.
L'ambassadeur du Chili d6ment que Neptune ait sollicit6 l'asile politique
L'ambassadeur du Chili en Haiti, Marcel Young, a explique lundi a la radio haitienne que les
deux ex-ministres Lavalas (Neptune et Privert) avaient gagne, apres l'evasion, l'ambassade
chilienne a Port-au-Prince. Ils 'ont fait avec l'aide d'un autre evade, Hans-Alain Theophile,
commanditaire presume du meurtre en juin 2004 du directeur d'Air France en Haiti, le Franqais
Didier Mortet.Theophile, ancien consul honoraire du Chili en Haiti, etait au moment du meurtre
un prestataire de services travaillant notamment avec Air France. II avait ete arr&te le 13 juillet
2004."A aucun moment, ils n'ont sollicite l'asile politique, ils ont souhaite regagner leur cellule
au penitencier", a declare Marcel Young. "J'ai personellement informed par la suite le ministre
haitien des Affaires etrangeres Herard Abraham", a ajoute l'ambassadeur chilien.Samedi soir,
une source proche de la presidence haitienne avait indique que les deux anciens ministres
s'etaient retrouves mrles 1'evasion massive un peu par hasard et qu'ils avaient cherche un
asile politique a l'etranger.
Des trafiquants de drogue et des meurtriers pr6sum6s toujours en cavale
Des trafiquants de drogue et des meurtriers presumes etaient toujours en fuite lundi en Haiti, 48
heures apres une evasion massive de detenus du penitencier de Port-au-Prince, selon des
organisations de defense des droits de l'homme.A en croire ces organisations, 481 personnes se
sont echappees de la prison samedi a la faveur de l'assaut du bitiment mene par un commando
armed. Samedi, la police n'avait parle que de 356 evades sur les 1.422 prisonniers de
1'etablissement.Parmi les personnes toujours en cavale figure Jamesley Millet (dit "Ti Lou"),
inculpe par la justice pour le meurtre en avril 2000 du journaliste vedette haitien Jean
Dominique, a indique Yolene Gilles, responsable de la Coalition pour le respect des droits des
Haitiens (NCHR).La police a appele lundi la population a l'aider a retrouver les fugitifs.A la
suite de l'evasion, au cours de laquelle un gardien a ete tue, la direction general de la police
haitienne a annonce lundi la mutation du directeur de l'administration penitentiaire, Claude
Theodat. II a ete remplace par Marc Wilkens Jean, selon des sources policieres. Selon un
gardien de prison, le commando armed 6 l'origine de l'evasion a beneficie de complicites a
l'interieur de la prison.









"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"










Le Bureau du Premier Ministre
COMMUNIQUE
Le samedi 19 fevrier 2005 aux environs de 3.15 H p.m. des individus lourdement arms ont
penetre de force dans le Penitencier National, sis a Port-au-Prince B l'angle des Rues du Centre
et du Champ de Mars. Cette attaque a provoque l'evasion de plusieurs detenus, dont Yvon
Neptune et Jocelerme Privert, respectivement ancien Premier Ministre et ancien Ministre de
l'Interieur du regime dechu, inculpes pour leur implication presumee dans le Massacre de La
Scierie qui a eu lieu le 11 fevrier de l'annee 2004. Elle a egalement cause la mort du policier
Omeus Jean Marie Guerrier ; plusieurs personnes ont requ des blessures.
La responsabilite premiere de l'Etat, c'est d'assurer la security de ses citoyens, y compris celle
des detenus. Le gouvernement de transition entend s'acquitter sans reserve de cette t6che. II a
ordonne la formation immediate d'une Commission d'enqu&te independante en vue de
determiner les responsabilites des uns et des autres dans cette affaire qui porte manifestement la
marque des ennemis de l'ordre, de la discipline, de la democratic et de l'Etat de droit.
Cet evenement represent une atteinte grave a la security de l'ordre etabli et, en ce sens, cet
acte ne restera pas impuni. Ainsi, les auteurs, les co-auteurs, les planificateurs et leurs
complices seront poursuivis et chities conformement B la loi.
Le Bureau du Premier Ministre deplore que de tels actes puissent continuer a semer le deuil
dans les familles haitiennes. Il saisit l'occasion pour envoyer ses sympathies aux parents des
victimes tout en leur assurant du soutien plein et entier du Gouvernement.
Port-au-Prince, le 20 fevrier 2005, Paul Gustave Magloire, Conseiller Special
Un agent de I'APENA trouve la mort
Il s'agit du policier Oleus Guerrier. Il se trouvait en civil et a ete tue net de deux balles dans la


dwBuis le depart d'Aristide:


(voir En bref / 18)


Page 2






Mercredi 23 F6vrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 4


EVASION SPECTACULAIRE


"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"


* -e a








.*A



CROIXD
BOSSALEj


MARTISSANT PORTAIL LEOGANE

,: W wL "%


Thor 14, Route de Carrefour

513-0703

LUN-VEN 8:30 am & 3:00 pm
SAM 8:30 am A 1:00 pm


-I--UNIBANK


"Chaque jour plus proche de vous"


www.unibankhaiti.com


/ANALYSE
Un An depuis le depart d'Aristide:
Bilan tres contrast p.1


SOMMAIRE )


L'EVENEMENT
Plus de 450 prisonniers s'6vadent du P6nitencier
Neptune et Privert choisissent de retourner en prison p.3
Neptune menace de faire la grbve de la faim p.3
EDITORIAL
La faillite de l'Etat GNB p.1
PRESSE
Mort de Aubelin Jolicoeur,
Le dernier des t6moins p.1
POLITIQUE
La transition en Haiti: Sur le fil du rasoir p.17
Valdbs etablit une nouvelle cooperation avec la CARICOM
p.17
Haiti : un peuple a la recherche d'un pays
dans la Caraibe p.10
Haiti: une Nation qui fait la fine bouche p.11
L'ACTUALITE EN MARCHE
Lancement aux Gonaives du New Horizon 2005 p.15
Le Coin de Miami p.9
Justice et Paix inquiete p.15
Une d616gation de Haitian Democracy Project p.9
Des policiers canadiens reqoivent la M6daille de 1'ONU
en Haiti p.16
SOCIETE, HISTOIRE ETC
Sciences et technologie haitienne p.10
Braves observations sur le regime constitutionnel haitien p.11
SANTE
SIDA: Suspension de deux essais vaccinaux en France p.14
Castro veut faire de Cuba un centre de r6efrence en matibre
de sant6 p.15


Neptune menace de faire

la greve de la faim contre

ses conditions de detention

CHANGEMENTS A LA TETE
DU SYSTEME PENITENCIAIRE


PORT-AU-PRINCE, 21 F6vrier -
L'ex-Premier ministre Yvon Neptune a Wte
reconduit a la prison le meme samedi soir
aprbs l'evasion massive qui a eu lieu dans
l'aprbs-midi au P6nitencier National.
Selon les declarations du porte-
parole de la mission des Nations Unies en
Haiti (MINUSTAH), Damien Onses Cardona,
les deux ex-dirigeants Lavalas, Yvon
Neptune, et l'ex-ministre de l'Int6rieur
Jocelerme Privert, qui avaient Wte conduits
en lieu stir par des gardiens de la prison, ont
demand eux-memes de regagner la prison
afin de montrer que ce c'est pas leur intention
de fuir la justice.
Emprisonn6s depuis de nombreux
mois sous des accusations de violations des
droits humains et de crimes contre l'humanit6
par le gouverement int6rimaire qui a succ6d6
au regime de Jean-Bertrand Aristide, Neptune
et Privert attendent toujours d'etre
officiellement inculp6s ou lib6r6s.
Plusieurs centaines de d6tenus ont
profit des 6v6nements de samedi pour


s'enfuir. On craint que parmi eux ne se trouvent des assassins
notoires.
Des "politiques" se sont 6chapp6s 6galement, dont
le nomm6 Jean-Claude Louis Jean, arret6 il y a plusieurs
mois par la police de P6tionville et qu'on disait proche a
l'6poque des militaires d6mobilis6s.
On a appris que le commandant du P6nitencier
national, l'inspecteur Sony Marcellus, a &t6 plac6 en
isolement et remplac6 par Spady Dominique Voltaire.
Renvoi 6galement du directeur g6n6ral de 1'APENA
(Administration P6nitenciaire Nationale), Claude Eugene
Theodate, pour etre remplac6 par Marc Wilkens Jean, qui
6tait son adjoint.
Quant aux deux ex-dirigeants Lavalas, Neptune et
Privert, ils ont 6t6 ramen6s au P6nitencier.
Mais une source bien inform6e nous a appris
dimanche que l'ex-Premier ministre menacerait de
commencer une grbve de la faim a cause des mauvaises
conditions qui rfgnent a la prison et qui se seraient aggrav6es
depuis les 6v6nements de samedi.
A 6galement demand a regagner volontairement
la prison, l'homme d'affaires Allan TUophil6 emprisonn6
dans le cadre de l'enquete sur l'assassinat l'ann6e dernibre
du directeur d'Air France en Haiti, Didier Mortet.


Confusion autour de l'origine

et des objectifs de l'evasion


(lire page 6)


Fiche d'Abonnement a Haiti en Marche


Nom


Adresse


Haiti
Etats-Unis
Canada
Europe
Am6rique Latine


Gdes 250
US $ 40.00
DC $ 42
US $ 70
US $ 70


Gdes 500 Livraison d domicile double tarif
US $ 78
DC $ 80
US $ 135
US $ 135


1 An


Page 3


THOR


6 Mois


1 An


~i--


I


I








UNE ANALYSE


Mercredi 23 F6vrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 4


HAITI-CRISE


29 Fevrier 2004 : 1 an depuis le depart d'Aristide


(29 Fevrier ... suite de la lere page)
comparer ce qui s'est pass dans la nuit du samedi 28 au
dimanche 29 f6vrier 2004 a Tabarre, lieu de residence de
l'ex-pr6sident haitien, a une arrestation.
En effet, si le second personnage de l'ambassade
am6ricaine a 6td le dernier a voir M. Aristide avant son


Abord de l'avion emmenant M. Aristide, on avait
embarqu 6 galement les membres am6ricains (ex-Marines
US) de sa s6curit6 rapproch6e et leur famille en Haiti.
I1 semble que la tache aurait Wte r6partie ainsi: les
Etats-Unis s'occupent de l'arrestation et la France de
l'internement.
Le chef du commando aurait laiss6
entendre en laissant Haiti que le Pr6sident
Aristide 6tait conduit en prison en France.
Cependant a peine d6barqu6 a
Bangui, M. Aristide remua ciel et terre,
mobilisa ses amis am6ricains. I1 n'y resta pas
trbs longtemps et partit pour la Jamaique du
Premier ministre P.J. Patterson. La
Communaut6 caraibe ou Caricom avait
condamn6 sans detour les Mvenements du 29
f6vrier en Haiti.


"Backyard" colonial ...
Cependant arretons-nous un instant
aux circonstances qui ont entour6 le depart
du premier mandataire haltien. I1 a d6nonc6
un enlbvement orchestra par les Etats-Unis et
Le President Aristide peu de temps avant le 29 Fevrier 2004 la France. Or il a d6conseill6 toute resistance.
et son Secretaire d'Etat a la communication, Mario Dupuy Ensuite, il a recu les 6v6nements avec un
photo Haiti en Marche fatalisme qui fait se demander s'il ne s'y attendait pas. Done
depart, ce ne fut pas dans des circonstances aussi ordinaires kidnapping ou arrestation?
que ce qu'on a bien voulu dire. Ou les deux? Aprbs avoir agit6 un moment la
En effet, Luis Moreno a d6barqu6 a Tabarre en menace de traduire en justice les Etats-unis et la France, le


Une des 6quipes choc du 29 Fevrier 2004: (debout) Andr6 Apaid Jr.
et Evans Paul, Marie Denise Claude et Micha Gaillard


plein milieu de la nuit et accompagn6 d'un 6norme
d6ploiement de forces de s6curite amoricaines.
La security privee (6galement nord-americaine)
du President Aristide a Wte ecartde bien entendu sans
difficulty. Le num6ro 2 de l'Ambassade des Etats-unis a
Wte tout de suite recu par M. Aristide, auquel il aurait tenu
ce langage: "C'est moi qui t'avais ramen6 en 1994.
Aujourd'hui c'est encore moi qui viens te chercher pour
partir."
Est-ce vrai ou faux? On sait que chaque
6v6nement d'une telle importance est toujours immortalis6
par un genre de discours proph6tique.
Le President Aristide n'aurait oppose aucune
resistance. II a appel6 quelques chauds partisans et des
membres du gouvernement pour leur annoncer qu'il se voit
dans 1'obligation de partir du pays.
La grande propriet6 de Tabarre avait Wte envahie
par des agents sp6ciaux am6ricains arms jusqu'aux dents.
Aucune resistance, en effet, n'6tait possible.

Conduit en prison en France? ...
On connait la suite. Luis Moreno accompagna le
couple Jean Bertrand et Mildred Aristide a l'adroport pour
un voyage vers une destination qui serait rest6e inconnue
pour les illustres voyageurs jusqu'5 leur d6barquement en
R6publique Centre-Africaine.
M. Aristide a rapport avoir Wtd d6barqu6 dans un
aeroport sous contr6le de militaires francais. En effet, la
France a une importante presence militaire dans son
ancienne colonie d'Afrique, l'ex-royaume de Bokassa ler.


president d6chu n'en parle plus dans ses declarations
publiques.
Aujourd'hui le mot cl est dialogue politique, dans
lequel les pays amis au rang desquels il faut ranger
d6sormais aussi le Br6sil et l'Afrique du Sud qui a donn6
asile au president d6chu haitien souhaitent impliquer tous
les partenaires haitiens, y compris Jean-Bertrand Aristide,
mais en quality de leader du parti Fanmi Lavalas et non de
President d'Haiti.
Le mandat de M. Aristide doit prendre
officiellement fin le 7 f6vrier 2006.
Le role de la France dans les Mvenements du 29
f6vrier 2004 s'explique ais6ment: l'agitation par le
president haitien de la question de restitution de la dette de
l'ind6pendance. D6nonciation toute symbolique, mais qui
a pu faire craindre a la France une certaine grogne dans
son ancien "backyard" colonial. Peu aprbs, la crise politique
en C6te d'Ivoire rebondissait sous une forme nationaliste
et x6nophobe: celle d'un mouvement violemment anti-
France.
La France n'a pas 16sin6 sur le choix des moyens
pour avoir la peau de ce petit president haitien qui a os6 la
defier avec tant d'insistance. Le president renvers6 devait-
il vraiment etre conduit en prison en France, comme l'aurait
indiqu6 le chef du commando.

Couper 1'herbe sous le pied a
l'alternative de De Villepin ...
(voir 29 Fevrier / 5)


Les militaires d6mobilises qui ont apport6 le dernier coup de pouce precipitant
la chute du regime Lavalas photo Thony


Aubelin, le dernier des temoins


(suite de la page 2)
Tu seras un homme, mon fils."


Je t'ai rencontr6, j'6tais tout petit crapaud, dans
un m6tier et a un moment ou tout ce qui 6tait trop jeune,
pauvre et paraissant avoir un certain avenir 6tait suspect
... de communisme. Rien que Ca.
Mais tu fus le premier a nous donner du "cher
confrere."
Je m'en souviens comme si c'6tait hier. C'6tait
un temps d6raisonnable (les annees 60-70). On prenait
les loups pour des chiens, pour r6p6ter Aragon. Tout big
star que tu sortis du roman a succbs de Graham Greeen,
"Les Com6diens" qui ajouta a ta c6l6britW ce qu'il
pouvait retirer a ta reputation, tu connais comme le fond
de ta poche les moindres recoins de la capitale. Le premier
journaliste de terrain connu. Comme de juste, Aubelin
n'avait pas de voiture mais signe particulier: il donnait
toujours un pourboire aux chauffeurs de taxi ou payait
une course a ses amis chaque fois que l'occasion se
pr6sentait.
Et nous efimes un jour cet honneur. Et ainsi de
suite ...


"Ce n'6tait rien qu'un peu de miel
Mais il m'a r6chauffM le coeur
Et dans mon ame il brfile encore


A la manibre d'un grand soleil."


Je mis trop longtemps pour te le rendre. Invit6
nous aussi enfin dans les grandes ambassades, j'eus a
d6clarer a brfile pourpoint: Aubelin est celui qui a su porter
les chiens 6cras6s a la hauteur de l'art!
Sans le savoir, j'avais mis en plein dans le mille.
En plein coeur!
Et sans meme y penser, car contrairement a toi,
je fus trop l'homme press.
Prendrais-je jamais le temps de dire a un jeune
confrere ces mots qui encouragent et peuvent sauver une
carriere de la grisaille et de cette mechancet6 bien de chez
nous!
Bien sfr, ce n'est pas assez evident dans "Les
Com6diens" de Graham Green et le personnage de "Ti
Pierre" pr6sentW comme un fouineur espionnant pour Papa
Doc dans les grands hotels de Port-au-Prince ...
Green a su profiter de "ta" couleur locale pour
trouver un leitmotiv a son roman qui deviendra aussi un
best seller a l'6cran.
Mais tu ne lui en voudras pas. D'ailleurs il n'est
pas donn6 a tout le monde de devenir un h6ros de roman
pour l'un des plus grands 6crivains du 20e sicle, et qui
sera salu6 a sa mort en 1991 d'une distinction par le
(voir Aubelin / 18)


Page 4


I







Mercredi 23 FIvrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 4


Page 5


DE L'ACTUALITE


Bilan tres contrast : Ni Vainqueurs, ni Vaincus


En dehors d'un petit group(
(29 Fevrier ... suite de la page 4) U
Mais revenons a des considerations d'ordre plus A
politique. Au lieu de parler d'enlevement ou d'arrestation, recomman
consid6rons l'hypothese d'un cas de force majeure. l'agenda d
Les Am6ricains auraient mis fin brutalement au sous ce la
mandat d'Aristide alors qu'ils s'y disaient opposes la veille Noriega d6
encore lorsqu'ils ont r6alis6 que '.
celui-ci allait perdre le contr6le de
la situation.
D'oF l'attitude r6sign6e
qu'aurait eue M. Aristide a
l'arriv6e de Luis Moreno venu
1'embarquer.
Pour d'autres observa-
teurs, l'intervention des Etats-Unis
n'aurait pas seulement vis6 la
disparition de M. Aristide de la
scene, mais 6galement a couper
l'herbe sous le pied au projet
mijot6 par la France.
Paris avait d6ji annonc6d
les couleurs cela en meme temps
que le D6partement d'Etat
am6ricain envoyait a Port-au- I
Prince son assistant-Secr6taire
d'Etat Roger Noriega avec un
projet de gouvernement de
consensus comprenant un Premier
ministre et diff6rents membres du
gouvernement qui seraient issus de
l'opposition ou/et de la sociWt|
civile.


Mais, de leur c6t6, les
m6dias francais avaient annonc6
une autre alternative consistant en
l'effacement de M. Aristide, pour
le remplacer par un president
provisoire 6manant de l'opposition
(et dont tout Port-au-Prince avait
deja le nom sur les levres).
L'agenda de la France
comprenait peut-etre aussi des


e de revanchards et d'assoiff6s de pouvoir
Jn semblant de constitutionnalit6 ... Lavalas, dont l'activiste Annette Auguste ("S6 Ann") ...
lors que pour sa part, Washington Puis c'est le Premier ministre Yvon Neptune qi
idait, du moins officiellement, de maintenir se constitua prisonnier, de crainte d'etre victime de quelqu
e gouvernement de consensus. C'est du moins balle perdue.
ibel que l'assistant-Secr6taire d'Etat Roger Le 29 f6vrier devenait done ce qu'il devait etr(
;fendit le renversement de M. Aristide lors d'une un coup d'6tat anti-Lavalas purement et simplement. Ave


ui
le

e:
ec


~tc


L'Universiti d'Etat d'Haiti merchant centre le regime Lavalas, dont le Recteur Pierre Marie Paquiot qui aura les jambes fractures
au cours d'une attaque par des partisans armi y


dispositions sp6ciales en faveur des leaders de la sociWte
civile dite organis6e, ainsi que des anciens membres des
ex-Forces armies d'Haiti dont la contribution avait Wte
capitale dans la chute de M. Aristide.
Bref, un coup de balai plus total, visant un
effacement plus d6finitif du regime qui avait ressuscit6 la
question de restitution de la dette de l'ind6pendance.
L'objectif de la France dans les Mvenements du 29 fevrier
2004 ne semble pas aller plus loin. Comme la suite va le
prouver. Toutes les promesses du ministre des Affaires
6trangeres Dominique de Villepin, et de son envoy6
special", l'universitaire Regis Debray, ont Wte jet6es aux
oubliettes.


audition trbs agit6e a la Chambre des Repr6sentants au
Congrbs am6ricain, r6pondant a une convocation urgente
des parlementaires du Black Caucus.
A Port-au-Prince, le dernier Premier ministre
d'Aristide, Yvon Neptune, assista a l'intronisation d'un
President provisoire, en la personne du president de la
Cour de cassation, Me Boniface Alexandre.
Histoire de garder un semblant de
constitutionnalit6.
Un comit6 tri-partite, comprenant un ex-ministre
d'Aristide, Leslie Voltaire, fut charge de proc6der a la
formation d'un groupe plus large, dit Conseil des sages,
et c'est ce dernier qui va proc6der au
choix du nouveau premier ministre.
Neptune 6tait conserve
son poste jusqu'a la nomination d'un
successeur, qui sera M. G6rard
Latortue, un exil6 de plus de trente
ans, ex-fonctionnaire international et
resident de Boca Raton, Floride.


Chasse aux sorcieres
anti-Lavalas ...
Mais d&s lors, tout changea.
Le nouveau gouvernement d6clencha
tout de suite une chasse aux sorcibres
anti-Lavalas. Ce ne sont qu'accu-
sations de corruption et de violations
des droits humains, arrestations sans
mandat et detentions sans motif. Etant
donn6 que le pouvoir int6rimaire ne
se soucie guere de faire la preuve de
ses accusations, impossible done de
demeler le vrai du faux.
D'autre part, les premieres
forces am6ricaines d6barqu6es
conduisirent des operations plus que
muscles dans les quartiers populaires
r6put6s pro-Aristide, comme le Bel-
air, y faisant plusieurs dizaines de
victimes.
Arrestation du ministre de
l'Int6rieur Jocelerme Privert, et de
plusieurs autres personnalit6s


tout ce que cela suppose chez nous de violences et de
rbglements de compte.

Le jeu plein d'6quivoque des Etats-Unis

Mais les Etats-Unis n'ont pas cess6 pour autant
de jouer dans l'6quivoque. Tandis qu'on laisse faire d'une
main le pouvoir int6rimaire et certains secteurs de l'ex-
opposition favorables a une politique de plus en plus
repressive, de l'autre main on continue a manifester le
souhait pour une solution plus participative et plus
inclusive.
Et en insistant nomm6ment pour une participation
de l'ex-parti au pouvoir, Fanmi Lavalas. Mais cela
n'empeche que ses dirigeants continuent a Wtre emprisonn6s
sous des accusations parfois totalement fantaisistes. Gerald
Gilles, Yvon Feuill6, Rudy HWrivaux ...
Ils ne seront relach6s qu'aprbs plusieurs semaines,
ainsi que le Pare G6rard Jean-Juste arret6 pour implication
pr6sum6e dans une campagne de violences mise au compte
de partisans arms de l'ex-pr6sident afin d'obtenir le retour
physique de leur idole ...
C'est l'Op6ration Bagdad d6clench6e le 30
septembre 2004, autre date f6tiche pour les partisans de
Fanmi Lavalas.
Des policiers et des membres d'organisations
populaires Lavalas (ainsi que de simples citoyens) ont
perdu la vie au cours des violences qui s'ensuivirent...
Comment 6tablir un bilan s6rieux des victimes?
Selon le responsable des droits humains, Jean-Claude
Bajeux (un membre du comit6 directeur du Groupe des
184), les partisans d'Aristide auraient fait un millier de
morts de septembre a aujourd'hui.
Cependant une autre organisation des droits
humains, la NCHR, pourtant peu susceptible de sympathie
pro-Lavalas, parle dans son dernier rapport d'un total de
quelque 400 victimes.

Un lit de Procuste ...
Du c6t6 du pouvoir int6rimaire et de la branche
de l'ex-opposition la plus activiste (dont le Groupe des
184 et ses affili6s), on a d6sormais l'impression d'une
course contre la montre pour nettoyer le terrain avant la
tenue des prochaines elections. (voir 29 Fvrier6)
(voir 29 Fevrier / 6)


MIAM3DI











ADVERTISEMENT FOR NEWSPAPER


Y- ~;s:

r


all u" u ll ala" u Palu Pal`1a'3 13uuF"u"x-1







UN AN APRES !


Mercredi 23 F6vrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 4


Un bilan tres contrast ...


(suite de la page 5)
Tandis que du c6t6 des Etats-unis, cela a l'air d'un
processus lentement mais sfirement pour tordre le poignet
aux uns comme aux autres. (La France ne semble plus aussi
activement impliqude qu'auparavant, sinon dans les
coulisses).
Commencons par l'ex-Pr6sident Aristide exile
depuis mai 2004 a l'autre bout de la terre, en Afrique du
Sud, grace aux bonnes graces du Pr6sident Thabo M'beki.


mandat d'arret contre l'ex-pr6sident, tandis que de l'autre
le President provisoire Boniface Alexandre l'invite a
coop6rer au retour de la stability en appelant ses partisans
a d6poser les armes.
Mais il ne s'agit pas tant d'6quivoque que d'une
politique visant a amener les diff6rentes parties haitiennes
a entrer de gr6 ou de force dans un meme agenda. Un lit de
Procuste.
Tout comme le milliard promis mais jamais remis
au pouvoir int6-
rimaire. Un jeu
perp6tuel du chat et
_de la souris.


Mais tous
6taient frappes ...
Puis, c'est la
sainte alliance entre
le Premier ministre
int6rimaire et le
secteur des affaires
(le partenariat tant
vant6 depuis le 29
f6vrier 2004 entre le
secteur public et le
secteur priv6) qui
saute 6galement ...
Les deux parties ne
cessent de s'dchanger
des petites phrases
peu amenes.


Nous avons vu que sa menace de trainer en justice
pour "kidnapping" les Etats-unis et la France avait
rapidement fait long feu ...
Et pour cause. La chute du regime Lavalas a W6t
suivie d'une kyrielle d'arrestations et d'extraditions a
Miami d'ex-responsables de la s6curit6 et de la police, tous
des proches de M. Aristide, sous l'accusation de trafic de
drogue et autres.
Lors de sa derniere visite a Port-au-Prince, le
Secrdtaire d'Etat Colin Powell reconnut que c'est Aristide
lui-meme que les autorit6s americaines cherchent a coffrer.
Le suspense est a son comble.
On revient a la question du 29 f6vrier 2004:
kidnapping ou arrestation?
Cependant dans un recent article aprbs la
condamnation d'un trafiquant haitien, le fameux "ED-One"
(Jean Eliobert Jasm6) a 20 ans de detention, le Miami
Herald note: "aucune evidence n'a encore W6t pr6sent6e au
tribunal f6d6ral impliquant Aristide dans le r6seau".
Tout comme on s'6tonnait en janvier dernier que
le gouvernement int6rimaire parle d'un c6t6 de lancer un


C'est aussi la mise en circulation d'une autre liste,
celle-ci compose de personnalit6s non Lavalas, des mem-
bres du haut commerce et d'autres secteurs de la haute,
accuses d'implication dans le blanchiment d'argent de la
drogue.
Etc, etc.
S'il n'en mourrait pas tous, mais tous 6taient
frapp6s.
Et c'est sur ce bilan mitig6, et certainement tres
contrast, que s'est termin6e l'ann6e politique 2004 ...
Autrement dit, difficile de distinguer aujourd'hui
les vainqueurs des vaincus.
Le peuple est r6duit a un 6tat plus miserable
qu'auparavant. Mais dans les quartiers populaires, la
loyaut6 envers Lavalas reste sans d6faut.
L'6ite poss6dante qui se croyait d6barrass6e une
fois pour toutes du pouvoir des masses symbolism par le
regime Aristide, ne sait plus aujourd'hui a quel saint se
vouer.
Tandis que le gouvernement int6rimaire est r6duit
a un 6tat de caricature. La semaine derniere, un chef de


gang a mis a prix la tete du chef de la police nationale. Et
samedi, une evasion spectaculaire a eu lieu au P6nitencier
National avec plus de la moiti6 des d6tenus volatilis6s dans
la nature au grand jour.
La stability du pays s'est d6t6rior6e au centuple.
Les groupes arms se sont multiplies proportionnellement,
ainsi bien entendu que les crimes, principalement les
kidnappings.
Cela 6tant dit, le pays avance officiellement vers
des elections. Celles-ci sont fixes aux mois d'octobre,
novembre et d6cembre prochains.
Fanmi Lavalas a d'ores et d6ji annonc6 qu'il n'y
participera pas, a moins de satisfaire a ses exigences, dont
la liberation de ses dirigeants emprisonn6s ... ainsi que le
retour physique du Pr6sident Aristide.
Cependant apres une r6cente rencontre a Pretoria
avec ce dernier et le Pr6sident sud-africain M'Beki, le
chairman de l'organisation de l'Union Africaine, done l'un
des h6tes de M. Aristide, M. Omar Konar6, a cru pouvoir
indiquer que ce dernier a un r6le a jouer dans la resolution
de la crise haitienne, mais qu'il ne voit pas son retour en
Haiti dans un d1lai pr6visible.
Bient6t les elections, mais il reste probablement
encore de nombreux poignets a tordre.

Haiti en Marche, 20 F6vrier 2005


( 'emfunfth autir d I't wruigi*


t1 d *jectifs d IVas


"Copyrighted Material



.Syndicated Content


Available from Commercial News Providers"


Page 6


Pat6 Plus Bakery, Inc
Natural Juice
1138I NE2rWdAwe, cof&w
Mial. FL 3310WE CA P co
-o ~~ ~ J i ;-r








Mercredi 23 F6vrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 4


L' EVENEMENT


lai falUt e e I'tFl (<;NB



%-i*niu u- nsrw,is


0 400a


60 4-.4


c- -

S"Copyrighted Material



"M- -. .Syndicated Content




Available from Commercial News


. ft
Sm O&


qu 0&

eP.~l 4P


, 4D -o -w

. __ - Q


- U -gmP o li m ir


. mn A -
-- e O --


-e~~I - 0
-r -r S


-


.a 0 nu- i o- 4m b i0n


-mw~ o


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
REQUEST FOR DESIGN-BUILD SERVICES (RDBS)
MIAMI-DADE COUNTY PARK AND RECREATION DEPARTMENT
PALMETTO MINIATURE GOLF COURSE
CICC PROJECT NO. DB04-PARK-01
PARK PROJECT NO. 502802-03-001


MIAM 3


The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Chapter 287.055, Florida Statutes, and Chapter 2, Sections
2-8.1 as amended by Ordinance 05-15, 2-10.4 of the Miami-Dade County Code, and Administrative Order 3-39, announces
that design-build services are required for the Miami-Dade Park and Recreation Department, Palmetto Miniature Golf Course.
Miami-Dade County, on behalf of the Miami-Dade Park and Recreation Department (hereinafter "Owner"), intends to enter
into a design-build contract with a responsive, qualified applicant to provide design and construction of the Palmetto
Miniature Golf Course located at 9300 SW 152nd Street, Miami, Florida. The total available budget for the design and
construction of this project is Three Hundred Thirty-two Thousand, Five Hundred dollars ($332,500.00). The Owner reserves
the right to negotiate or reject any and all proposal(s), if the price exceeds the total available funding.

Copies of the design-build criteria package may be purchased beginning on February 18, 2005 at the offices of the Owner,
from Ms. Omara Coello, located at 275 NW 2nd Street, 4th Floor, Miami, FL 33128. The phone number for the Owner is (305)
755-7809. The non-refundable fee for each design-build criteria package is $50.00, and only checks or money orders are acceptable
and shall be made payable to Miami-Dade County Board of County Commissioners.

A/E TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS


12.00 General Mechanical Engineering
13.00 General Electrical Engineering


16.00 General Civil Engineering
20.00 Landscape Architecture


To satisfy the technical certification requirements for the requested services, valid technical certification in all of the above-
specified area(s) of work must be held by a firm responding as a sole respondent, or a team of firms. Furthermore, if an individual
is providing services that require technical certification by Miami-Dade County, the individual is required to have the relevant
certification(s). Individuals who are not technically certified will not be "allowed" to perform work for those scopes of work
requiring technical certification. Additionally, firms that list other areas of work as supplements to the required technical
certifications must also be certified for those supplemental areas.

Pursuant to Administrative Order a Design-Builder is defined as a partnership or joint venture, corporation, or individual,
having at least one partner in compliance with each of the following requirements:
t
a. Is certified under Section 489.119, Florida Statutes, to engage in contracting through a certified
or registered general contractor or a certified or registered building contractor as the qualifying
agent; or
t
b. Is certified under Section 471.023, Florida Statutes, to practice engineering; certified under Section
481.219 to practice architecture; or certified under Section 481.319 to practice landscape architecture.

Those firms submitting as a joint venture must submit documentation for each entity participating in the joint venture to
include the legal name of the companies participating in the joint venture as registered with the State of Florida.

A solicitation notification will be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and
have included an e-mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-
line. Additionally, those pre-qualified firms without an e-mail address will be faxed a solicitation notification.

The Consultant Coordinator for this project is Fernando V. Ponassi who may be contacted via e-mail at FeranP@miamidade.gov,
fax: (305) 375-1083 or phone: (305) 375-5637.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

One (1) Agreement
7.00% Community Small Business Enterprise Program (CSBE) Measures (Construction Portion Only)

A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on March 2,
2005, at 10:00 A.M., in the Conference Room 18-3, 18th Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111 NW 1st Street, Miami,
Florida, 33128.While attendance IS NOT mandatory, interested parties ARE ENCOURAGED to attend.

Deadline for submission of proposals is March 25, 2005 at 11:00 A.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers
must be received at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW 1't Street, 17th Floor, Suite
202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR
CONTAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE SHALL NOT BE
CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami-Dade County
Code, as amended. Please review Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and thorough description of the
Cone of Silence.


* l *Q 4bm
__ _wb_ -110 -mmes -


~-


* --


a a


o =


- ee


--. r


Sn ,nm m-mm O


- Q u


*~ ~ ~ ~ -r .
- -r -u ~


a. W p*


- -


w i
r o

* m-* o


ft 1. o -- mw


- 0 A b- m


Ow w.- --NO


4 1b


, -
4w *


-
...No w e

So ,,,mut wmU


- -0 0 0 -


4pN 0 mD esgJ

o o Sun - a
-low -ow 1 a

0-N- --

af .0- dn
.4 4M 4. 00.o


an- W.- S-


_- o


Page 7


r
Cs r - --
- .


o -.401


O


- -0


41. 0 "


r


Or


W ****


..a mw w


o -


- 4b o o


)-


uEl, o






L'EVENEMENT


Mercredi 23 F6vrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 4


I/esasim du Penitencieral Nexp

fai blss& de I'E al G






"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"




I a F dO & 401Fiw&


LISEZ TOUS LES MERCREDIS
HAITI EN MARCHE
en vente en diaspora haitienne
(New York, Chicago, Boston,
et au Canada)
Tel. en Haiti: 245-1910 / 221-0026

SERW FINANCIAL G
GROUP
Licensed Mortgage Brokers and Lenders

Eske ou janm mande tet ou
Eske mwen ta kapab viv sa yo rele Rev Amerikin-an?
Kite ERW Financial ede ou fR rev sa-a vin-n on reyalite.
ESTIMASYON GRATIS AK REKLAM SA-A!
( yap ba ou kredi 1I ou fR closing la)
Yap prete ou kob menm si ou gen move
kredi oswa ou san kredi.
Ou pa bezwen peye pou fR aplikasyon!
Nou pap verifye sal&-ou oswa sa ou posede!
Nou ofri pi bon inter& ak anpil 16t chwa!
Nou afilye ak pi bon institisyon ki prete lajan!
Washington Mutual, Bank of America, Countrywide,
Wells Fargo
Ak anpil 16t ank6
Rele nou jody-a e ouap gen kay ou demin!
305 865-6588
305 865- 6510
www.erwfinancial.com
UNION PLANTERS BUILDING
3550 Biscayne Blvd Suite # 407
Miami, Florida 33137


Page 8


VISION OF THE CARIBBEAN






Mercredi 23 F6vrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No.5


Page 9


POLITIQUE I


alii H s w I IP il Ea Im iYs I s* t

I adi p"our to %Jur W% isl msnwrab du |Mit*


"Copyrighted Material


JSvndicated Content


imercial News Providers"


d'autre part entamer le processus de
d6sarmement des groupes arms avant de
penser aux elections.
Les fanatiques du president en
exil Jean-Bertrand Aristide r6clament de
leur c6t6 le retour pur et simple du leader
de Fanmi Lavalas comme issue a la crise.
Pour eux, les dirigeants actuels
voudraient organiser des elections


LE COIN DE MIAMI PAR EVENS HILAIRE P
Haiti-Elections:Les opinions sont artci on
S. prochaines elections
partagees sur le deroulement des prochaines proch responsalections
sections en Hai sur la crdibilit de ces derniLeres sous le MOCHResponsadieu,quitait d
elections en Haiti sur la crddibilitW de ces dernibres sous le MOCHRENA, Luc Msadieu, qui 6tait de


Le Conseil electoral provisoire
(CEP) a public la semaine 6coulde la loi
1lectorale en perspective des prochaines
competitions dlectorales en Haiti.
A l'approche de ces elections, la
communaut6 haitienne de Miami est divis6e


gouvernement de transition.
Pour certains, l'6quipe au pouvoir
n'a pas la capacity rdelle pour r6aliser des
elections cr6dibles et honnetes dans le Pays.
Le gouvernement Alexandre/Latortue
devrait r6soudre, d'une part, le probl6me
de l'ins6curit6 qui fait rage en Haiti, et


passage a Miami, a annonc6 la
participation de son parti aux scrutins de
Novembre prochain a tous les niveaux.
Le Pasteur M6sadieu dit
constater une volont6 du c6t6 du CEP et
de la communaut6 internationale pour
organiser ces competitions.


frauduleuses en vue de satisfaire cofite que
cofite la communaut6 internationale.
Par contre, les anti-Aristide ont
applaudi chaudement la rdcente publication
de la loi 6letorale par le CEP Certains
d'entre-eux ont meme fait savoir que les
elections g6ndrales peuvent etre organis6es
sans la participation de Fanmi Lavalas.


u MOCHRENA aux
Cependant pour le dirigeant du
MOCHRENA, le climat d'ins6curit6 aura
un grand impact sur le processus electoral.
Il en a profit pour faire l'dloge
de son parti qui, selon lui, se trouve dans
une bonne position pour gagner les
prochaines joutes 6lectorales.
Le Premier ministre
Gerard Latortue croit
(voir Miami / 12)


Cheche konnen si w menm ak fanmi w
kalifye pou jwenn lajan nan men IRS pou
kredi taks pou timoun yo ki rele "Earned
Income Tax and Child Tax Credits".

Kiyes ki elijib?
Moun kap travay ki touche mwens ke $30,338 epi
ki genyen yon timoun ki kalifye kapab resevwa jiska
$2,604*
Moun kap travay ki touche mwens ke $34,458 epi
ki genyen de ou plis ti moun kapab resevwa jiska
$4,300*
Moun san ti moun ki touche mwens ke $11,490 epi ki
gen laj ant 25 an a 64 an kapab resevwa jiska $390*

Konte Miami-Dade ofri ed nan ranpli taks GRATIS pou
rezidan ki genyen ti revni ekonomik oswa revni mwayen (ki pa
touche anpil kbb). Nou kapab anmenm tan tou ede aplike pou
pwogram kredi sou taks revni sa-a ak kredi taks ti moun yo ki
rele "Earned Income Tax and Child Tax Credits". Pou jwenn lis
ak adres
kote ki gen biwo kap ranpli taks gratis, tanpri rele 305-468-
5450 oswa vizite www.miamidade.gov
*Montan lajan kredi taks la varye dapre kantite lajan yon moun f6 nan yon
fanmi ak kantite ti moun ki gen nan yon fanmi

MIAMI-0DE






Page 10


IMOIS DE L'HISTOIRE DES NOIRS I


Mercredi 23 F6vrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 4


Homme de science haitien


Par Jean Erich Ren6.
16 fiv. 05
En Haiti, les hommes politiques quel que soit leur
acabit sont mieux connus que tout autre personnage. C'est
peut-etre ce qui explique cet acharnement vers les fonctions
politiques et cette multitude de candidat a la Pr6sidence.
Nos pobtes et nos 6crivains quand ils ne sont pas fusill6s
comme Massillon Coicou ou mutil6s comme Boisrond
Tonnerre, sont obliges de demander l'asile politique ou
d'accepter un exil dor6 comme attach culturel ou ministre
pl6nipotentiaire dans une quelconque ambassade comme
Louis Joseph Janvier et Solon Menos. N'efit 6t la m6moire
des 6critures, ils seraient perdus dans la nuit des temps.
Quant aux hommes de science hadtiens ils sont
complbtement ignores, m6pris6s ou traits comme des
fous. C'est pourquoi ils sont peu connus. Aussi la
g6n6ration pr6sente pense avec raison qu'il n'existe aucun
homme de science haitien, aucun chercheur 6m6rite.
Aujourd'hui nous voulons combler cette lacune en vous
pr6sentant un homme de science haitien inconnu mmee
de ses compatriotes mais dont le nom figure dans la
litt6rature scientifique universelle. Il s'agit de Tiboul
Audant.
Tiboul Audant a 6tudi6 l'agronomie a l'Ecole
Nationale d'Agriculture de Damien 6 Port-au-Prince. II a
effectu6 de savantes recherches en entomologie. Pour la
clart6 de notre presentation, nous rappelons a nos lecteurs
que l'entomologie est la science qui 6tudie les insectes.
Tiboul Audant a fait un apport appreciable a l'entomologie
c'est pourquoi son nom est inscrit dans le palmarks des
hommes de science de la litt6rature scientifique universelle.
II a identifi6 un insecte qu'on appelle ordinairement chez
nous Z6gu6 ou dans un vernaculaire profond: Roule Kaka.
Tiboul Audant est le premier a d6couvrir cet
insecte dont le nom scientifique est: Lagnosterna Hogardi.
II a pr6par6 sa fiche technique avec toutes les descriptions
r6pondant aux normes: Ordre, famille, espbce, genre.
Le nom de Audant dans sa version latine Audanti
figure dans les ouvrages scientifiques traitant
d'entomologie tropicale a c6t6 du nom scientifique de cet
insecte qu'il a identified. Le zegue ou Roule Kaka comme
son nom l'indique dans l'imaginaire populaire est un
insecte 6boueur. Partout il y a des excr6ments a l'air libre,
le zl30gu6 le transforme en de minuscules boules qu'il
roule afin de les 6vacuer. Le z6gu6 devient un veritable
agent de sanitation qui nettoie les lieux infects de matieres
f6cales. C'est un ph6nombne courant dans le milieu haitien
et surtout dans nos zones rurales oi l'on habitude de
d6f6quer a meme le sol.
L'attention de l'Agronome Tiboul Audant a Wte
particulierement marque par les d6marches insolites et
ing6nieuses de cet insecte qui en Haiti se charge de garder


MUmbQ rMI


Carte

International calls from Haiti are only 5 Gourdes per minute!
That's the same price as local calls in Haiti!
Anyone in Haiti with a Comcel No Limit Plus or Carte Blanche VIP Plus card
can call you whenever, wherever In the USA, Canada and other listed countries
for 5 Gourdes per minute.


All you have to do is call the Comcel Customer Care at
1-888-426-6235 (1-888-4COMCEL)


l'environnement propre. Tiboul Audant a longtemps v6cu
a Port-au-Prince dans sa maison sise a l'angle de la Rue
Rivibre et de la deuxibme ruelle Rivibre ou il a rendu l'ame
au d6but des ann6es 1990. Durant les derniers moments de
sa vie, Tiboul Audant travaillait a la BNDAI. II avait une
Ferronnerie en face de la Banque Centrale ou il fabriquait
principalement des instruments aratoires tels que beaches,
rateaux, pluviombtres etc. ... II a contribu6 par son g6nie a
l'6quipement de l'industrie agricole en mettant a la port6e
de nos agriculteurs aux faibles moyens certains


6chantillons de son riche repertoire. S'en est-il enrichi pour
autant ? Non, ce n'6tait pas son but. Mais il croyait en la
renaissance d'Haiti grace a l'effort national. Nous voulons
lui rendre a l'occasion du mois de l'histoire des Noirs un
hommage posthume en vous invitant tous a applaudir cet
homme de science haitien que bon nombre de vous ne
connaissent mais qui pourtant est salu6 par la litt6rature
scientifique universelle pour son apport a l'entomologie.
Nous invitons la jeunesse haitienne a marcher sur ses
brisees.


Sciences &


Technologie Haitienne


Nous sommes heureux de recevoir les pr6cisions
de Carl Denis sur l'identification de l'homme de science
haitien Andr6 Audant. Nous le f6licitons 6galement pour
l'apport suppl6mentaire a son palmares en nous gratifiant
de cette information combien precieuse sur la d6couverte
de la minuscule grenouille cautionn6e dans la litt6rature
scientifique avec son nom. Pour l'6dification de tous nous
nous contentons de faire un couper-coller a partir de Google
sur les donn6es fournies par la litt6rature scientifique a ce
sujet. C'est l'occasion pour nos jeunes compatriotes de
vaincre leur timidity afin de s'affirmer librement comme
chercheur et homme de science au lieu de patauger dans la
politique. Nous attendons les t6moignages d'autres
internautes sur les d6couvertes scientifiques et les exploits
techniques d'autres Haitiens et Haitiennes. Nous
demandons sp6cialement a Jean Junior de partager avec
nous ses experiences scientifiques non encore rvd6l6es afin
de convaincre la Jeunesse haitienne du g6nie de sa race.
Edouard Gentil PNre Inventeur haitien de la
Fontaine lumineuse a enchainement musical et Edouard
Gentil fils responsable de la conception et de l'ex6cution


du pilote automatique du Boeing 747,selon le texte de Carl
Denis, retiennent aussi notre attention. Le dossier est
d6finitivement ouvert et nous attendons vos t6moignages
avec des pr6cisions sur le Nom et le pr6nom de l'inventeur,
l'ann6e et le num6ro du brevet. En attendant voici les
pr6cisions de la litt6rature scientifique sur la petite
grenouille identifiee par Andr6 Audant:

Eleutherodactylus audanti
Cochran, 1934,
Boston Soc. Nat. Hist., 8: 164.
Holotype: MCZ 19704.
Type locality: "Peak La Selle",
DMpartement de l'Ouest, Haiti.
Class: Amphibia
Order: Anura Family: Leptodactylidae
Subfamily: Eleutherodactylinae
Genus: Eleutherodactylus
Species: Eleutherodactylus audanti Cochran, 1934
Synonym: Eleutherodactylus abbotti audanti


Haiti : un peuple a la recherche


d'un pays dans la Caraibe


par Joao Alexandre Peschanski
21 f6vrier 2005
De l'int6rieur d'Haiti, est en train de naitre un
au pays. Il n'est pas sur le point de s'imposer a
lle structure politique et sociale en vigueur sur le
ire, mais il est dans la bouche du peuple, en
ires. C'est un reflet de l'exp6rience de clandestinit6
et de repression subie par ceux qui ont
critique les gouvernements ant6rieurs -
les dictatures comme celles de Francois
et Jean-Claude Duvalier, de 1957 a 1986,
et les regimes autoritaires comme ceux
d'Emmanuel Nerette, de 1991 a 1992,
et de Jean-Bertrand Aristide, de 2001 a
2003.
On parle d'un nouveau pays,
libre et souverain, toujours en creole,
langue du peuple, par opposition au
francais, langue officielle du
gouvernement et de la presse,
absolument incomprehensible pour 90%
de la population. C'est l'Ayiti populaire
contre l'Haiti dominante.
Ce qu'est Ayiti n'est pas clair -
et c'est loin d'etre consensuel. Elle
apparait dans des petites scenes et dans
des conversations. Elle surgit du regard
r6volt6 d'un jeune garcon, une pierre a
la main, a Bel Air, quartier pauvre de la
capitale Port-au-Prince, accompagnant
le passage d'une voiture de police. Elle
pointe son nez, dans les graffitis sur les
murs de la ville de Jacmel, dans la region
sud-est.
Elle apparait dans les paroles de
la paysanne Jacqueline Augustin, de la
s* commune de Gw6mon, au nord :
"Sitiyasion politik jounen jodi a pa bon
di tou. We genyen 16t kalite sosyete",
dont la traduction, du creole, signifie : "
La situation politique n'est pas bonne. II
nous faut une alternative sociale "
Ayiti n'est pas l'expression
d'un groupe politique ou d'un courant


social, mais la r6volte du peuple haitien. Le meme type de
phenombne qui s'est empar6 de la population, en 1804,
quand elle a expuls6 les Francais d'Haiti, en proclamant la
premiere ind6pendance d'un pays latino-am6ricain.

Catastrophe sociale
Une telle r6volte a une explication. La situation
6conomique, politique et sociale est un chaos, bien loin
des affiches color6es diffuses par le gouvernement dans
les rues de la capitale, qui pr6nent paix, amour et
dialogue"". Ce que la population comprend et vit ce
sont les statistiques catastrophiques divulgu6es par les
moyens de communication officiels: 82% des 7,66 millions
d'Haitiens vivent en dessous du seuil de pauvret6.
L'analphab6tisme touche 52,9% de la population,
l'esp6rance de vie est de 51,7 ans, 280 mille personnes
(5,6% de la population) sont porteuses du VIH, le virus
qui provoque le Sida.
Le gouvernement actuel, du president Boniface
Alexandre et du premier ministre G6rard Latortue, n'a pas
de programme, de projet ou de 16gitimit6. II applique,
d6sastreusement, l'ordonnance n6olib6rale a laquelle,
d'ailleurs, beaucoup de ses membres, tel Gerard Latortue
lui-meme, haut fonctionnaire du Fond mon6taire
international (FMI) pendant dix ans, ont Wte forms. Il
planifie des privatisations (dans les secteurs des
telecommunications, de l'l6ectricit6 et de l'eau), il adopte
une politique commerciale au service des grandes
puissances (avec des taux de douane les plus bas du
continent, b6n6ficiant les grandes entreprises 6trangbres
qui exportent tous types de produits vers Haiti) et maintient
des imp6ts 6lev6s pour la population pauvre et de faibles
imp6ts pour les riches.
Un exemple de cela est la politique commerciale
par rapport au riz, base de l'alimentation des Haitiens. En
1985, le pays a produit 154 mille tonnes cubiques de riz, et
en a import 7 mille tonnes, principalement des Etats-Unis.
Dix ans plus tard, la production est tomb6e a 100 mille
tonnes cubiques, et l'importation est monte a 197 mille.
En 2004, le premier indice est de 76 mille tonnes, alors
que le second est monte 340 mille. Les consequences
directes ont Wte la croissance du ch6mage dans les
campagnes, l'exode rural et la croissance d6mesur6e des
(voir Un peuple / 12)


I







Mercrddi 23 F6vrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No.5


Page 11


I DIASPORA I


Haiti, une Nation qui fait la fine bouche


Par G6rard Bissainthe

En 1989 apres avoir concu et cr66 pour l'Etat
haltien le Commissariat des Haitiens d'Outre-Mer, qui
6tait pratiquement le Commissariat de la Diaspora
haitienne, je pris des contacts divers pour le structurer et
le consolider. Un de ces contacts fut l'Ambassadeur de
France Jean Dufour avec qui, lors d'un diner en mon
honneur au Manoir des Lauriers, je pus aborder de
nombreuses questions 6pineuses relatives a la double
nationality. M. Dufour m'avait dit &tre un des sp6cialistes
francais de cette question de la double nationality. Il devait
souligner pour moi au cours de cette soir6e des points
importants et 6clairants et entre autres que la France
accepte sans difficult la double ou multiple nationality.
Quand je lui demandai express6ment si un Francais qui
avait aussi, par exemple, la nationality am6ricaine, pouvait
devenir Pr6sident de la R6publique Francaise sa r6ponse
fut sans aucune hesitation affirmative.

Il ressort de tout cela que le Francais ("nd malin",
comme l'a 6crit Boileau) plutot que de perdre des valeurs
nationales qui s'expatrient ou qui adoptent une autre
nationality, s'arrange pour continuer a les revendiquer et,
en fait, a en profiter. Alors que nous, nous exp6dions hors
de la Cit6 haitienne, avec parfois un coup de pied au
derriere, toute une kyrielle de femmes et d'hommes dots
parfois d'immenses talents et disposant d'6normes
ressources, simplement parce que les contextes complexes
de la vie moderne les a parfois accul6s a adopter une autre
nationality ou pour mieux fonctionner ou mnme
simplement pour survivre.

Que font d'autres nations? Bien souvent les textes
de leur legislation, pris au pied de la lettre, interdirait la
double nationality. Mais leurs dirigeants pr6ferent suivre
l'esprit de la legislation plutot que sa lettre. Si bien que
dans la pratique, meme lorsque ce n'est pas stipul6


express6ment, les nations modernes dans leur grande
majority acceptent la double nationality ou, tout au moins,
"ferment les yeux" a son sujet.

C'est exactement ce que j'avais propose d6ej en
1989, lorsque j'avais mis sur pied ce Commissariat des
Haltiens d'Outre-Mer. M'inspirant de la pratique des
"grandes nations" qui quasiment toutes finalement
acceptent la double nationality, je proposais que nous ne
nous enfermions pas dans un formalisme sterile et
finalement suicidaire et que nous laissions de cot6 cette
question de la double nationality, non point d'ailleurs en
faisant de notre constitution une "constitution a la carte"
ce qu'elle est devenue, mais en nous basant sur le fait
courant qu'une loi dont l'application est impossible tombe
par elle-meme. Or il est absolument impossible dans bien
des cas d'emp&cher une personne d'avoir une nationality
6trangere en plus de la nationality haitienne. C'est le cas
des enfants n6s aux ttats-Unis de parents haitiens de
naissance: ils ont une nationality haitienne inattaquable par
le jus sanguinis (droit du sang) et ils ont une nationality
am6ricaine absolument inattaquable aussi par le "jus soli"
(le droit du sol). Il n'est pas du tout dans l'esprit de la
constitution haitienne d'exiger d'eux qu'ils aillent entamer
les d6marches tres complexes qui pourraient annuler leur
nationality am6ricaine; done ils vont continuer a vivre et a
fonctionner avec leurs deux nationalit6s inattaquables. Si
de plus, un des deux parents d'un de ces enfants est, par
exemple, francais de naissance, il aura trois nationalit6s
inattaquables.

Par ailleurs, supposons que Madame Bayard,
puisqu'il s'est agi d'elle, avait fait a l'6poque une
declaration stipulant qu'elle voulait recouvrer sa nationality
haitienne, elle aurait recouvr6 cette nationality, mais EN
FAIT SANS PERDRE SA NATIONALITY
AMERICAINE. Les Am6ricains sont trop intelligents pour


"laisser tomber" une Madame Bayard qui repr6sente un
capital intellectuel et professionnel appreciable. Alors que
nous, pauvres parmi les pauvres, nous jouons les d6licats
et les difficiles, comme le h6ron de la fable, nous faisons
la fine bouche et pratiquons le "brain and ressource
rejection", alors que les Am6ricains pratiquent royalement
le "brain and ressource drain". R6sultat: les Am6ricains
regorgent de cerveaux brillants et de ressources des plus
valables dans tous les domaines, pendant que nous, nous
passons notre temps a ramper dans les couloirs du State
Departement pour mendier un bol de riz. Et r6sultat plus
grave: aujourd'hui, nous sommes dirig6s ou par des
hommes autrefois efficients mais aujourd'hui vell6itaires
et paum6s ou meme, pire, par des m6diocres et des
incapables, qui, de surcroit, imposent leurs grossieres
combines avec une superbe arrogance, dont notre classe
politique accepte la gifle avec une non moins superbe
lachet6.

J'ai 6crit une fois que notre pays devra choisir
entre une Diaspora pleinement int6gr6e ou la tutelle
6trangere. Il n'est pas impossible que cette tutelle
6trangere utilise demain (et c'est meme d6ji vrai un peu
aujourd'hui) pour s'implanter, se maintenir et s'incruster
les 616ments memes de cette Diaspora que nous aurons
rejet6s et que les strangers auront sagement recueillis.
Refusant de les avoir comme co-nationaux, comme
concitoyens et comme freres, nous les aurons comme
maitres.

Il y a des esclaves qui sont esclaves, parce qu'ils
veulent a tout prix &tre esclaves. Vous vous 6tonnez et
vous protestez ? Ils vous r6pondront comme dans Moliere:
"Et si Ca me plait d'tre battu?"

G6rard Bissainthe
gerarbis 1612@ wanadoo.fr
15 f6vrier 2005


ETUDES

Braves observations sur le regime constitutionnel haitien


DMbat


Par Lyn Francois [1]
Soumis a AlterPresse le 12 frvrier 2004
"Il nous faut une science politique nouvelle a un
monde nouveau, mais c'est ce a quoi nous ne pensons
guere. Places au milieu du fleuve, nous ne faisons que
regarder les vieux debris du rivage alors que l'eau nous
pousse a reculons vers les abimes les plus profonds... ""

A. De Tocqueville, De la d6mocratie en
Amerique "Paris, Ed. Gallimard 1986.
Loin d'etre 6teinte, la controverse autour de la
nature du regime institu6 par la Constitution du 29 mars
1987 connait aujourd'hui un regain d'actualit6 accentu6
non seulement par l'impasse politique et institutionnelle
dans laquelle se trouve l'Etat haitien, mais aussi, par
l'6mergence d'un courant visant sinon a l'adoption d'une
nouvelle constitution, du moins, a la revision de celle
actuellement en vigueur. Si un changement de constitution
n'est pas A l'heure actuelle envisageable, l'hypothese d'une
revision constitutionnelle semble n6anmoins souhaitable
dans la mesure oh elle aboutirait a un regime 6quilibr6.
Sans doute, la grande nouveaut6 apport6e par la
Constitution de 1987 reside dans le rl1e accru du Parlement
qui, pour la premiere fois, devient la piece maitresse de
l'6chiquier politique. Il s'agit 1 d'une rupture avec la
" tradition constitutionnelle "qui faisait du Pr6sident de la
R6publique un veritable monarque ". D6sormais, selon
la Constitution, le Pr6sident exerce une sorte de
" magistrature morale : il incarne la continuity de l'Etat
et veille au bon fonctionnement des institutions, il est le
garant de l'Ind6pendance Nationale et de l'Int6grit6 du
Territoire. Cependant, la fonction pr6sidentielle
s'appr6ciera autrement dans l'hypothese oh le Chef de
l'Etat dispose de la majority parlementaire. Comme dans
le system francais, le Pr6sident de la R6publique disposera
alors de pleins pouvoirs pour d6cider de la politique de
la Nation. Le Premier Ministre se cantonnera a un rl1e d'
" ex6cutant de cette politique, de chef d'6tat major"
charge de la discipline dans les rangs des parlementaires
de la majority pr6sidentielle. Mais, ce renforcement
" ponctuel des pouvoirs du Chef de l'Etat ne permet
nullement de conclure a l'existence d'un regime
pr6sidentiel. En effet, l'institution par le texte
constitutionnel d'un ex6cutif bic6phale (Pr6sident- Premier
Ministre) et d'un gouvernement politiquement responsable
devant le Parlement est loin de correspondre aux canons
classiques de ce type de regime. Des lors, faut-il conclure,
a l'instar de la majority des politiques et auteurs haltiens, a


l'existence d'un regime parlementaire ? De prime abord,
le system pourrait faire penser a un tel regime si l'on
consider notamment la possibility pour l'une ou l'autre
Chambre du Corps l6gislatif d'exercer un contr6le sur
l'action du Gouvernement en l'interpellant et, le cas
6ch6ant, en proc6dant a sa destitution par le vote d'une
motion de censure. Mais il ne faut pas s'y tromper. En
r6alit6, le regime constitutionnel haitien n'a de
parlementaire que le nom ou l'apparence tant il est vrai
que l'omnipotence du Parlement fait plut6t penser a la
consecration d'un regime Directorial ou
"d'Assembl6e "(I) auquel il convient d'apporter quelques
corrections allant dans le sens d'un certain r66quilibrage
des Pouvoirs (II).

I) Le regime constitutionnel haitien : un
" rgime d'Assemblee ""
Il s'agit d'un regime atypique dont on retrouve
les traces dans les Constitutions francaises des IIIe et IVe
R6publique. Sans doute, le Pouvoir constituant haitien avait
6td s6duit par cette experience francaise qui r6duisait la
fonction pr6sidentielle a une sorte de magistrature
morale" tout en renforcant consid6rablement le rl1e de
l'assembl6e parlementaire. Au fond, en France comme en
Haiti, le choix de ce regime semble traduire d'une part,
une grande m6fiance a l'6gard du Pouvoir Ex6cutif qui
pousse a r6duire le rl1e de son Chef (A), d'autre part, et
presque par sym6trie, une confiance excessive dans le
Parlement au point d'en faire l'616ment cl1 du system
politique en lui attribuant des pouvoirs exorbitants (B).


A) Le role reduit du Chef de 1'Ex&cutif
L'explication de ce rl1e reside dans la m6fiance a
l'6gard de la fonction pr6sidentielle. Sans doute, l'objectif
du Pouvoir constituant 6tait de rompre d6finitivement avec
" l'absolutisme pr6sidentiel incarn6 par le regime
totalitaire des Duvalier avec son cortege de crimes. II fallait
6viter a tout prix que le pouvoir ne soit concentr6 entre les
mains d'un seul homme, en 1'occurrence le Chef de l'Etat.
Une des premieres manifestations d'un tel rejet fut la
creation d'un ex6cutif collegial (le Conseil National de
Gouvernement), une sorte de triumvirat" qui succeda,
le 7 f6vrier 1986, a Baby doc ". Aujourd'hui encore, la
"coll6gialit6 pr6sidentielle "continue de s6duire un certain
nombre d'auteurs qui y voient une parade a toute forme de
dictature. Mais, cette m6fiance politique a l'6gard de la
fonction pr6sidentielle apparait 6galement dans le texte
constitutionnel. Ainsi, influence par la disaffection
populaire de l'institution, le Pouvoir constituant s'est
efforc6 de r6duire le rl1e du Pr6sident de la R6publique
qui se resume pour l'essentiel a garantir le fonctionnement
r6gulier des institutions [2] sans toutefois en avoir les
moyens et les pouvoirs n6cessaires. Sauf dans le domaine
de la politique 6trangere, la Constitution de 1987 conduit
a un effacement du Chef de l'Etat qui ne dispose d'aucun
pouvoir lui permettant d'influer sur la politique int6rieure.

Une autre manifestation de cette m6fiance
politique r6sulte de l'article 284-2 de la Constitution qui
pr6voit que l'amendement de la constitution ne peut entrer
en vigueur qu'apres l'installation du prochain Pr6sident
(voir Constitution / 14)






Page 12


I POPULATION I


Mercredi 23 F6vrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 4


v es, en pus dune attaque direct A a
alimentaire du pays.


souveranet6


Un port miserable
Pr6vue pour 150 mille habitants, et aujourd'hui
en comptant presque 2 millions, Port-au-Prince est l'image
de la misere. Les bidonvilles dominent l'espace urbain.
Ce sont des maisons en bois, agglutin6es, soutenues par
d'autres maisons de bois, elles-memes agglutin6es et
soutenues par d'autres maisons de bois. Dans les rues,
d6pourvues de tout pavage, on vend de tout : des
chaussures, des citrouilles, de la bibre, des tableaux, des
jeux, du manioc, des livres. Sans travail, la majority de la
population s'adonne au commerce ambulant ou a la
criminality, effroyablement galopante dans la ville.
Sur les collines, il n'y a pas d'arbres. Ils ont &t6
coups, pendant les dictatures des Duvalier, pour empecher
les gu6rilleros de s'y cacher, et plus r6cemment, par des
travailleurs, pour gagner quelques gourdes (monnaie
nationale, dont l'unit 6 quivaut a 3 cents de dollar) dans
la production de charbon. Au pied des collines, tous les
6gouts sont a ciel ouvert. L'l6ectricit6 est couple pendant
des heures, tous les jours. Mais de ce c6t&-l1, les habitants
de la capitale se sentent privil6gi6s, car dans le reste du


LE COIN DE MIAMI
(Miami ... suite de la page 9)

qu'il y a une nette amelioration
et que les elections auront lieu
sans faute a la fin de cette annee
Le Premier ministre de transition G6rard Latortue
6tait de passage a Miami la semaine 6coul6e.
Au cours de son s6jour, le chef du gouvernement
de transition a rencontr6 plusieurs personnalit6s.
Mais le plus important est la rencontre qu'il a eue
le vendredi 18 F6vrier avec des 6tudiants et professeurs
haitiens au Miami Dade College (Wolfson Campus), au
centre ville de Miami.
Durant cette rencontre, G6rard Latortue a
encourage les haitiens de la diaspora a s'int6grer dans les
affaires du pays.
Le num6ro 1 de la Primature a d6clar6 que Haiti
6tait dans un 6tat lamentable lorsqu'il avait pris la tete du
gouvernement de transition.
D'aprbs G6rard Latortue, le pays 6tait presque
priv6 d'616tricit6 et a present, a-t-il poursuivi, on a environ
14 a 15 heures d'66ltricit6 par jour.
Par ailleurs, Gerard Latortue a une nouvelle fois
affirm que les elections auront lieu a la fin de l'ann6e en
cours.
EVENS HILAIRE


Des robinets, l'eau ne coule pas. Les 6viers,
inutiles, sont transforms en d6p8ts de nourriture et de
maladies. Quand il y a de l'eau, elle est si contamin6e
que, selon le savoir populaire, elle provoque la diarrh6e en
moins d'une heure. Le manque d'eau potable est l'une des
principales causes de mortality infantile dans le pays: 74,38
morts pour mille naissances. Au Br6sil, le taux est de 30,66.

Plage et soleil pour les soldats de I'ONU
Devant le tableau de catastrophe sociale, en jeeps
4x4 blinds, impeccablement propres, passent des officiers
et des soldats de l'Organisation des Nations Unies (ONU),
principalement br6siliens, qui occupent le pays depuis juin
2004. Les v6hicules ne savent pas quoi faire de leur temps
: ils font des tours sur les ronds-points, font des allers et
retours sur les grandes avenues, s'arretent quelques
instants. Et s'en vont. C'est peut-etre en essence qu'ils ont
d6pens6 les 25 millions de dollars envoys chaque mois. "
Ils sont venus pour la stabilisation d6mocratique d'Haiti,
dit-on, mais ils semblent etre en promenade, comme s'ils
6taient en vacances ", d6nonce l'6conomiste Camille
Chalmers, de la Plate-forme haitienne de plaidoyer pour
un d6veloppement alternatif (Papda).
Le 14, des dizaines de militaires de 1'ONU
participaient a une "mission" de grande responsabilit6 et
digne d'6loges : ils prenaient le soleil et un bain de mer a
Cayes Jacmel, dans le sud-est du pays. Comme ils l'ont dit
a Brasil de Fato, pour des raisons de security ils ont
empech6 l'accbs de la population locale a la plage.
Quelques habitants, cependant, ont r6ussi a aller jusqu'aux
soldats, et leur ont demand l'aum6ne. En r6ponse : le
silence. Les militaires ne regardaient meme pas les Haitiens
qui les abordaient. Pour la plupart, les soldats 6taient
br6siliens.

Une nouvelle society
Sur tout le territoire haitien se multiplient les
petites organisations. Parfois avec pas plus de 10 a 15
membres. Elles n'ont pas de ligne ideologique clairement
d6finie. Elles n'ont pas de lien avec le gouvernement, dont
elles ne comprennent pas la langue entre autres choses.
Elles n'ont pas non plus de lien avec les groupes politiques
traditionnels. Ce sont des associations d'habitants, des
groupes de ch6meurs, des syndicats, des mouvements
paysans, de femmes, d'6tudiants. Leur principale
caract6ristique est de rassembler une cat6gorie qui lutte
pour l'am6lioration des conditions sociales.
Dans de nombreuses villes, les petites
associations s'unissent, comme ce fut le cas a Cap Rouge,
dans le sud-est du pays, oi des groupes de paysans ont uni
leurs forces et cr66 l'organisation "Vive l'Espoir pour le
D6veloppement de Cap Rouge" (VEDEK). Au cours de
reunions hebdomadaires, les travailleurs discutent des


MIAMI

REQUEST FOR QUALIFICATIONS (RFQ) No. 75

Governmental Representation and Consulting Services in Tallahassee, FL

Miami-Dade County, as represented by the Office of Intergovernmental Affairs, is soliciting propo
for the professional services of an experienced and qualified law firm, governmental affairs consul
firm, business, individual, and/or a combination thereof to provide the County with govemme
representation before the executive and legislative branches of the state government.

It is the County's intention to solicit responses from interested parties, to evaluate the responses, an
award contracts with up to two selected Proposers. The County anticipates awarding contracts for a
(1) year period with three (3), one (1) year options to renew at the County's sole discretion.

The RFQ solicitation package, which will be available starting February 8, 2005, can be obtained a
cost on-line at HYPERLINK "http://www.miamidade.gov/dpm" -www.miamidade.gov/dpm.
package can also be obtained through the Vendor Assistance Unit (305/375-5773).

A Pre-Proposal Conference is scheduled for March 3, 2005 at 10:00 a.m. (local time) at 111 NI W
Street, 18th Floor, Conference Room 18-4, Miami, FL. Attendance is recommended, but not mandat
The Procurement Contracting Officer for this RFQ is Rita A. Silva at (305) 375-1081. If you need a
language interpreter or materials in accessible format for this event please call Jason Martinez, D
ADA Coordinator at (305) 375-1564 at least five days in advance.

Deadline for submission of proposals is June 3, 2005 at 2:00 p.m. (local time), at Miami-Dade County, Clerk o
Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. This RI
subject to the County's Cone of Silence Ordinance 98-106.


Un peuple a la recherche d'un pays i

(suite de la page 10) pays, a l'exception de deux autres villes, il n'y a jamais
i , . i 1. d'6nergie.


id to
one


it no
The


i 1st
story.
sign
)PM


f the
FQ is


L'ENVOYE DE L'ONU
EN HAITI ETABLIT UNE
NOUVELLE
COOPERATION AVEC
LA COMMUNAUTE
DES CARAIBES
New York, f6v. 18 2005 12:00PM
Le Repr6sentant special du Secr6taire
g6n6ral en Haiti a d6clar6 avoir ouvert la voie
a une nouvelle forme de cooperation entre la
CARICOM et Haiti aprbs avoir particip6 a la
16e rencontre des chefs d'Etat et de
Gouvernement de la Communaut6 des Caraibes
qui s'est tenue cette semaine au Suriname.
Afin de d6battre de l'6volution de la
situation en Haiti, Juan Gabriel Vald6s,
(voir Valdes / 17)


ill n I


I I


dans la Caraibe
problbmes de la communaut6, pr6sentent des solutions,
analysent la politique locale et nationale, et parlent de la
possibility d'int6grer d'autres groupes a l'organisation.
Vedek a des milliers de membres, presque tous les paysans
de la commune. Et elle espbre grandir, comme le dit
Emmanuel Joseph Sanon, de la coordination de
l'organisation : Un jour, nous pourrons avoir un
mouvement paysan regional, repr6sentant tout le sud-est
d'Haiti, et ensuite, un mouvement national ".

L'unification est un d6fi
Unir la r6volte spontan6e et la multiplicity
d'organisations, en cr6ant un projet unifi6 de nation. Tel
est le principal dofi de la sociWt6 haitienne, et sur lequel
s'accordent les membres des groupes politiques les plus
divers: les entit6s Papda et l'Institut Culturel Karl Leveque
(ICKL), les organisation paysannes Mouvement des
Paysans Papaye (MPP) et Tet Kole Ti Peyizan Ayisyen (en
creole, Tetes Colees de Petits Paysans Haitiens), en plus
de syndicats, d'associations de quartier et de mouvements
de femmes.
Selon leur analyse, le projet unifi6 est fondamental
pour empecher que les mobilisations populaires du pays
soient manipul6es par des groupes politiques traditionnels
ou des personnes qui veulent se projeter sur la scene
politique nationale. Ils craignent que les associations
locales et r6gionales ne deviennent qu'une masse
d'l6ecteurs pour l'l6ection pr6sidentielle de novembre.
Pour l'unification cependant, ils doivent vaincre
une s6rie d'ennemis d'importance. En premier lieu, la
fragmentation des luttes. En deuxibme lieu, la cooptation
des leaders sociaux par le gouvernement et les institutions
internationales. En Haiti, on manque de cadres politiques,
autrement dit, de personnes qui puissent aider les
organisations a d6velopper des strategies et des actions de
revendication et de lutte.
En troisibme lieu, il y a la misbre de la population,
qui empeche que la majority des personnes, meme celles
qui y ont un intret, puisse participer a des reunions, car
elles sont occupies a chercher de la nourriture. Et enfin, la
confusion politique qui ravage Haiti. Depuis l'6loignement
d'Aristide de la pr6sidence du pays, en 2003, aprbs la
mobilisation de centaines de milliers d'Haitiens, qui
rejetaient sa politique 6conomique, les r6f6rences politiques
traditionnelles ont disparu.
Le parti Lavalas, d'Aristide, fond6 comme une
association de defense des intr&ts du peuple, a disparu de
la scene politique et est consid6r6 comme un traitre de la
lutte sociale. Les partis de droite, aujourd'hui au
gouvernement, maintiennent une strat6gie de peu de
contact avec la population. D'autres regroupements
surgissent, plusieurs de gauche, l'un d'entre eux est finance
par le Parti des travailleurs (PT) du Br6sil, mais ils n'ont
pas de base sociale.
Face a cela, la population se voit a la
merci des organisations criminelles, de plus en
plus pr6sentes, armies par Lavalas pour
d6stabiliser le gouvernement actuel, et qui
engendrent des vagues de terreur. Les forces
de 1'ONU n'interviennent pas, et le
gouverement, faible et sans 16gitimit6, ne peut
rien faire. Le d6fi, lance par les membres des
mouvements du pays, retombe sur eux-memes.
sals De cela depend la naissance d'Ayiti.
ting Source : Brasil de Fato (http://
tntal www.brasildefato.com.br/), edition n0103 du
17 au 23 f6vrier 2005.

S, Traduction : Isabelle Dos Reis.






Mercredi 23 F6vrier 2005-- Page 13
Haiti en Marche Vol. XJX No.5 NOos petites annonces classes


Le Plaza H6tel
T616phone
(509) 224-9305
(509) 224-9307
(509) 224-9308
(509) 224-9309
(509) 225-9310
(509) 510-4594
(509) 510-4595
(509) 510-0560
Fax
509 223-9282
e-mail
hiplaza@hotmail.com
hiplaza@acn2.net
website
www.leplazahaiti.com
Adresse
10, Rue Capois
Champs de Mars
Port-au-Prince, Haiti
P.O. Box 1429

7 oiffeur


Etiquette Unisex
Barber & Beauty Salon
Jean Wood Julien
proprietaire
15455 West Dixie Highway
Suite N & O
N Miami Beach, Fl 33162
Tel.: 305 940 9070

Charlemagne
Le Coiffeur
103 S.E. 2nd Street
Delray Beach
Tel.: 243-1039
Beeper: 524-0086


Mbdecins

Miami
Dr H6nock Joseph
Obstetrique, Gynecologie
Accouchement
Operation pour fibrome
Family Planing
Ligature des trompes
Circoncision
Curetage
Tous les tests de
l'immigration
Toutes assurances acceptees
Carte Medicaid pour femmes
enceintes
5650 N.E. 2nd Avenue
Vertieres Shopping Center
Miami, Florida
301 751 6081

Port-au-Prince
Dr Camille Figaro
Sony
Gyn&cologue
Obstetrique
Chemin des Dalles # 234
Tel.: 509 245-6489
245-8930


Le Look
P6tion-Ville
Rue Panamericaine # 14
Tel.: 513-8079
257-8374
Grande vari5t8 de Lunettes
Excellents Prix
Examen gratuit
avec achat de lunettes
Specialistes
de la Vision Basse
Offre Sp&ciale
Buy One, Get One Fre


Points de Vente Haiti en Marche


~i~fD~-W


Miami Pompano Beach Orlando


Lucas Super Market
14750 N.E. 6th Avenue
305 940 9902

Maxisound
11854 West Dixie Highway
305 835 8006

B & L Supermarket &
Produce
12041 West Dixie Hgh.
305 893 0419

Eclipse Communication
9290 S. W. 150thAvenue
Suite 104
954 380 1616
Lil'Angel
Consignment Store
King's Meadow Shopping
Center
9965 S.W. 142nd Avenue
Miami, Florida 33186
T61.: 305 385 1111


Danilos Restaurant
3760 N.E. 3rd Avenue
954 781 2646

Christephanie's
581 BC East
Sample Road
Pompano Beach, Fl 33064
T61.: 954 7812500

Delray Beach

Classic Teleco
203 S.E. 2nd Avenue
Delray Beach Fl 33183

Our Lady Bakery
102 S.E. end Avenue
Delray Beach, Fl 33444
561 272 3556

Abonnez-vous a
HaYti en Marche
221-0026


Naudy Record shop
1325 W. Washington St
Orlando, Fl 32805

Boby Express
2469 South Orange
Blossom Trail
Orlando, Fl 32805


Haiti en Marche

ABONNEMENT:
Port-au-Prince
221-0026
417-0384

Miami
305 754-0705


JOB ANNOUNCEMENT
Fort-Lauderdale Check Cashing & Financial Services F/T Teller
Must Speak Eng. & Creole Cash, Computer & Cust. Serv. Experience
Excellent Wages, Benefits & Training.
Fax Resume to 954-739-4485 or
E-mail to CheckCashingJobs@yahoo.com



i anni uiW%

nI Am =M4 W -.- semes aOl WO W mm W

SW -ke gaOW SAiW m0g aMOWaw AW
















"Copyrighted Material

Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"
d- 404-04i


H6tel

Villa Ban Yen
H6tel de Montagne
dans les hauteurs du
Morne Tapion
avec vue imprenable sur
Petit goave et Grand goave.
Chambres a6rdes avec
salle de bain, nourriture
naturelle, randonndes dans
les sentiers de montagne
Tarif chambres
+ Alimentation
Chambre double :
US $ 20.00 pour 2
3 repas
$ 17.24 par personne
Cadre id6al pour
seminaires.
Week-end de 2 nuits, une
troisieme Gratuite.
Pour reservations:
# 17 Angle Rue 6 et Jos6
Marti Port-au-Prince
t6l.: 305 245-2345
420-2091
Internet:


4 Santo

ECOLE
D'INFORMATIQUE
Centre Pedagogique
Sanite Belair

Santo 20 No 69
avec un professeur
Americain, venez apprendre
tous les logiciels de base
comme le Word, l'Excel, le
Power Point, l'Access et
l'initiation a l'internet.-
programmation des ordinateurs
- Cours d'Anglais
- special week-end

Horaire des cours tres flexible:
Du lundi au vendredi entre 8h
et 6h (4 groupes: 8h-10h, 10h-
12h, 2h-4h, 4h-6h)

Cours intensifs du Samedi et
du Dimanche donn6s par le
professeur americain: 8h-12h
et 4h 6h.

Prix: 20$ frais d'inscription
250$ frais d'entree
300$ la session (3 mois)


(Tel: 401-9128).
Les dix premiers inscrits auront
droit a un rabais special!
Debut de la l1re session le
Lundi 14 f6vrier.


[







Page 14


I ETUDES I


Mercredi 23 F6vrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 4


Braves observations sur le regime constitutionnel haitien
(Constitution ... suite de la page 11)


l6u. En aucun cas, le President, sous le gouvernement de
qui [duquel] l'amendement a eu lieu ne peut b6n6ficier
des avantages qui en d6coulent". L'objectif d'une telle
disposition est d'6viter que le Pr6sident de la Republique
ne modifie le texte constitutionnel afin de s'installer
durablement au pouvoir. L'Assembl6e constituante semble
avoir &t6 marque par l'exp6rience du mandat a vie des
Duvalier. NManmoins, deux critiques majeures peuvent etre
formul6es a l'encontre d'une telle technique. D'abord, en
imposant un long d6lai pouvant aller jusqu'5 cinq ans, pour
l'entr6e en vigueur d'une revision constitutionnelle,
l'Assembl6e constituante ne semble pas avoir compris que
l'interet national, pourrait, dans certains cas, justifier
l'application rapide d'un amendement constitutionnel. On
songe notamment a la ratification d'un trait 6conomique
qui n6cessiterait une revision de la Constitution. L'entr6e
en vigueur tardive de cette revision pourrait se rvdeler
contraire aux interests de l'Etat. Ensuite, ce d6lai
d6raisonnable traduit un manque de hauteur de vue de
l'Assembl6e constituante qui semble avoir r6duit la
probl6matique de la revision de la Constitution a la seule
question de la fonction pr6sidentielle. On en veut pour
preuve l'article 284-2 in fine qui dispose qu' en aucun
cas, le Pr6sident sous le gouvernement de qui [duquel]
l'amendement a eu lieu ne peut b6n6ficier des avantages
qui en d6coulent ". Le terme avantage montre
clairement qu'il s'agit d'amendements relatifs au mandat
du President de la R6publique, (sa dur6e, son
renouvellement cons6cutif ou non) ou a ses pouvoirs. II
s'ensuit une suspicion quasi obsessionnelle a l'6gard de la
fonction pr6sidentielle qui conduit l'Assembl6e
constituante a attribuer des pouvoirs exorbitants au
Parlement.

B) L'attribution de pouvoirs exorbitants au
Parlement
Expression de nouvelles couches sociales qui
aspirent au pouvoir, le Parlement a Wte percu par
l'Assembl6e constituante comme l'organe le plus apte a
lutter contre la monarchie pr6sidentielle. D'ou l'id6e de
traiter du Pouvoir l6gislatif avant les autres [3], de lui
attribuer des comp6tences consid6rables tout en enlevant
a l'Ex6cutif les moyens de pression dont il dispose dans
un regime parlementaire classique. L'in6galit6 des armes
caract6rise les rapports entre l'Ex6cutif et le Parlement : si
le premier tire a l'arbalete, le second dispose de tout un
arsenal d'armes sophistiqu6es dont celle de la destitution
du gouvernement. Ainsi, conform6ment a l'article 129-4
de la Constitution, l'une ou l'autre des deux Chambres du
Corps l6gislatif peut, apres interpellation du Gouvernement,
decider d'un vote de censure sur une question se rapportant
au programme ou a une declaration de politique g6n6rale
du Gouvernement. Le Premier ministre doit alors remettre
au President de la R6publique la d6mission de son
Gouvernement. Aucune arme gale n'est pr6vue en faveur
de l'Ex6cutif charge d'une certaine manibre d'ex6cuter la
" politique voulue par l'Assembl6e parlementaire.
L'article 111-8 renforce meme l'autorit6 de celle-ci en
pr6voyant qu' "en aucun cas, la Chambre des d6put6s ou
le S6nat ne peut etre dissous ou ajourn6... ". Ainsi, en cas
de conflit politique avec le Parlement, le Gouvernement
se trouve plac6 devant une alternative simple : soit, il se
r6sout a ex6cuter la volont6 du Parlement, dans ce cas, sa
survie politique est assure, soit, il persiste a appliquer la
politique qu'il a d6cid6e, auquel cas, il est soumis a l'arme
foudroyante de la censure.

A c6t6 de cette arme de destitution du
Gouvernement, l'Assembl6e parlementaire en dispose
d'autres d'une efficacit6 non moins redoutable tels par
exemple l'interpellation et la censure a tout moment d'un
Ministre qui doit etre renvoy6 par l'Ex6cutif (c'est le
pouvoir de revocation du Parlement : art. 172) ;
l'exclusivit6 de toute revision constitutionnelle dans la
mesure ou le referendum constituant est formellement
interdit (art. 284-3) ; le pouvoir pour la Chambre des
d6put6s de prononcer la mise en accusation : du Pr6sident
de la R6publique pour crime de haute trahison ou toute
autre crime ou ddlit commis dans l'exercice de ses fonctions
(art. 186 a) ; du Premier Ministre, des Ministres et des
Secr6taires d'Etat pour crimes de haute trahison et de
malversations ou d'exces de pouvoir ou tous autres crimes
ou d6lits commis dans l'exercice de leurs fonctions (art.
186-b).

L'attribution de ces pouvoirs exorbitants au
Parlement cr6e un d6s6quilibre institutionnel d'autant plus
grave que la culture de radicalisation politique risque
de provoquer une situation de crise permanente [4]. Un
r66quilibrage des Pouvoirs devient alors n6cessaire tant a
l'instauration d'un veritable Etat de droit qu'5 la stability
politique du pays.

II) Le regime constitutionnel haitien : la
n6cessite d'un r66quilibrage des Pouvoirs
En France, la n6cessit6 de mettre fin a l'instabilit6
gouvernementale provoqu6e par le regime d'Assembl6e
de la IVe Republique avait conduit a l'adoption de la


Constitution du 4 octobre 1958 consacrant la naissance de
la Ve Republique. Si un changement de Constitution en
Haiti ne semble pas a l'ordre du jour, il n'en demeure pas
moins que certains amendements doivent etre apport6s au
texte constitutionnel afin d'assurer un certain 6quilibre
entre les Pouvoirs. D'une manibre g6n6rale, il convient de
contrebalancer l'h6g6monie du Parlement en autorisant sa
dissolution par le Pr6sident de la R6publique (A) et en
permettant au peuple de participer a la vie d6mocratique
par le biais du referendum (B).

A) Le droit de dissolution du Parlement par le
Chef de l'Etat
L'objectif est d'instaurer une certaine interaction
entre les Pouvoirs qui caract6rise le regime parlementaire.
Cette interaction suppose l'existence de moyens de pression
r6ciproques permettant "l'6galit6 des armes entre les
Pouvoirs. Ainsi, a l'arme parlementaire de la censure ou
de la destitution devrait correspondre l'arme pr6sidentielle
de la dissolution. Le choix de mettre une telle arme entre
les mains du President de la R6publique se justifie non
seulement parce qu'il est le Chef de l'Ex6cutif, mais aussi
parce que l'article 136 de la Constitution en fait le garant
du fonctionnement r6gulier des Pouvoirs publics. Au fond,
la Constitution institue le Pr6sident de la R6publique
"arbitre des institutions. En cas de crise ou de blocage
institutionnel, le pouvoir de dissolution lui permettrait de
trancher en provoquant des elections anticip6es. Le dernier
mot reviendrait alors au Corps electoral, autrement dit au
peuple souverain qui pourrait, le cas 6ch6ant, envoyer une
nouvelle majority politique au Parlement. Toutefois,
l'utilisation de cette arme devrait etre soigneusement
encadr6e afin d'6viter toute forme de drive. Ainsi, le
recours a la dissolution devrait etre possible seulement une
fois pendant la dur6e d'une 16gislature. Chacun peut
ais6ment comprendre qu'il n'est pas dans l'interet de la
R6publique d'organiser sans cesse des joutes 6lectorales
compte tenu du cofit financier tres important pour le budget
de l'Etat et du risque de lassitude du Corps electoral. Cette
limitation du droit de dissolution ferait 6galement 6cho a
l'article 129-6 qui pr6voit que le Corps l6gislatif ne peut
prendre plus d'un vote de censure par an sur une question
se rapportant a une declaration de politique g6n6rale du
Gouvernement. Enfin, la limitation ferait de la dissolution
une arme a double tranchant. En effet, si le President,
cherchant a disposer de la majority parlementaire venait a
dissoudre 1'Assembl6e, il existerait le risque qu'il soit
d6savou6 par le peuple m6content, ce qui aurait pour
consequence de l'affaiblir politiquement pendant la dur6e
de son mandat. Autant dire, qu'il devrait faire preuve d'une
extreme prudence dans le maniement de l'arme politique
de la dissolution.

Outre le fait que ce droit de dissolution du
President de la R6publique ferait contrepoids (c'est le
system de check and balance) au pouvoir de destitution
du Parlement, il pr6senterait 6galement l'avantage de
permettre au peuple, quasiment exclu dans le system
actuel [5], d'arbitrer les conflits politiques les plus graves
et par voie de consequence de prendre directement part
aux d6bats d6mocratiques. Le recours au peuple pourrait
etre renforc6 par l'adoption du referendum populaire, autre
technique permettant de contrebalancer les pouvoirs
exorbitants du Parlement.

B) L'adoption du r6f6rendum
Le referendum est une technique qui permet de
soumettre directement une loi ordinaire (r6f6rendum
16gislatif) ou constitutionnelle referendumm constituant) a
l'approbation de l'ensemble du Corps electoral. Loin d'etre
incompatible avec l'existence d'une assemble legislative,
cette technique en est un complement efficace dans la
mesure ou la souverainete nationale est directement exerc6e
par le peuple a c6t6 de celle exerc6e par ses repr6sentants.


La Constitution, en son article 284-3 ne traite que du
r6f6rendum constituant pour en interdire formellement
l'application. Le texte precise que toute consultation
populaire tendant a modifier la Constitution par referendum
est formellement interdite ". Le silence du texte sur le
r6f6rendum l6gislatif pourrait conduire a reconnaitre la
conformity de cette technique a la Constitution. Mais,
l'article 58 semble exclure ce type de r6f6rendum en
pr6voyant des cas limitatifs de l'exercice direct de la
souverainet6 par le peuple. Aprbs avoir rappel6 que la
souverainet6 reside dans l'universalit6 des citoyens, le texte
dispose qu'ils [les citoyens] exercent directement les
prerogatives de la souverainet6 par: a) l'l6ection du
President de la R6publique ; b)-l'l6ection des membres du
pouvoir l6gislatif ; c) l'l6ection des membres de tous autres
corps ou de toutes Assembl6es pr6vues par la loi ". Dans
ces conditions, tout recours au referendum semble etre
banni par la Constitution. Toutefois, seul le referendum
constituant est express6ment prohib6 par la Loi
fondamentale. Pourtant, l'admission de cette technique de
revision constitutionnelle dont l'initiative devrait appartenir
au President de la R6publique, aurait pour principale vertu
d'associer directement le peuple aux decisions graves
engageant l'avenir de la Nation. L'exemple topique est celui
du referendum de ratification d'un trait international
contraire a la Constitution. L'accord du peuple pour
l'adoption de la norme internationale vaudrait 6galement
pour l'amendement de la norme constitutionnelle
imm6diatement applicable. Ainsi, qu'il soit l6gislatif ou
constituant, le referendum serait un moyen de renforcer la
libre participation des citoyens aux affaires publiques
d'autant que cette libert6-participation fait de chaque
homme un animal politique (Aristote) et de la R6publique
la chose de tous.

Sans doute, l'adoption de ces r6formes
contribuerait avec la grande r6forme de l'Etat a
l'inauguration d'une ere politique nouvelle caract6ris6e par
l'6quilibre entre le Pouvoir Legislatif et le Pouvoir Ex6cutif,
disposant l'un et l'autre des moyens de pression
r6ciproques. Le Corps electoral serait alors l'instance la
plus haute, celle dont la decision s'impose aux autres
instances qui, si 6lev6es soient-elles, sont au dessous de la
Nation, comme le d6l6gataire reste subordonn6 au
dd6lguant.

Lyn FRANCOIS

PS : Texte d'une intervention au colloque
organism les 30 septembre et ler octobre 2004 a la faculty
des Lettres et des Sciences humaines de Limoges et qui
avait pour theme Haiti: 1804-2004. L'ind6pendance
d'Haiti et la construction d'un mythe culturel ".

[1] Maitre de Conferences a la faculty de droit et
des sciences 6conomiques de Limoges, Membre de
l'Observatoire des Mutations Institutionnelles et Juridiques
(OMIJ), Assesseur du Doyen et Responsable administratif
du Master 2 de Droit Priv6 Gn&6ral et Europ6en.

[2] V. art. 136 pr6cit6.

[3] Nous pensons que le choix de l'Assembl6e
constituante de traiter en priority du Pouvoir l6gislatif"
constitue une preuve de la pr66minence de l'institution.

[4] Ce risque est accentu6 par la presence de
plusieurs dizaines de partis politiques ou plut6t
" d'6curies pr6sidentielles sans troupes et souvent sans
programme."

[5] En effet, a l'heure actuelle, le rl1e du peuple
souverain se limite a l'l6ection de ses diff6rents
repr6sentants qui exercent, par d6ldgation, les prerogatives
de la souverainet6 nationale.


)Il)A: qu WnMk de dewu m





"Copyrighted Material


Syndicated Content

Available from Commercial News Providers"






Mercredi 23 Fevrier 2005 [m OTmC Page 15
Haiti en Marche Vol. XIX No.5 DROITS HUMANS Pag1

oPoC &OW h -AL- -r r p, u b toh













S"Co ig hted' Material I


Syndicated Contentt.'


Available from Commercial News Providers"













-- -- o


Le compositeur Wawa:
du compas au racine
Le compositeur Wawa, de son vrai nom Jacques
Morice Forter6, n6 le 6 Janvier 1937 au Bel- air, incarne la
musique racine haitienne. Install aujourd'hui a New- York,
il prepare un nouvel album.
II a d6but6 comme lead vocal vers la fin des annees
50 au sein du groupe Jeunesse Sentimentale, aux cot6s
de Gilbert Jean-Baptiste et de G6rard Dominique.
En 1961, Wawa a int6gr6 le groupe Compas
Direct de Nemours Jean-baptiste, au depart de Julien Paul.
Le chanteur attitr6 de cet ensemble admet que < Compas, qui n' est autre que la decomposition de
MIAM DADla musique dominicaine en deux temps, a pris
naissance le 26 juillet 1955. Et l'inventeur de cette
musique de fete que l'on retrouve dans les bals de
REQUEST FOR QUALIFICATIONS (RFQ) No. 74 salon est l'inoubliable Nemours Jean-Baptiste >>.
Vers la fin des anndes 70, une forme de
Governmental Representation and Consulting Services in Washington, DC musique r6pondant le mieux aux aspirations du peuple
haitien a fait son apparition sur la scene. Il s'agit de
Miami-Dade County, as represented by the Office of Intergovernmental Affairs, is soliciting proposals la musique racine. Pendant longtemps, cette forme
for the professional services of an experienced and qualified law firm, governmental affairs consulting de musique que 1' on qualifiait de marginale 6tait
firm, business, individual, and/or a combination thereof to provide the County with governmental surtout lide a la liturgie vodou.
Aprbs plusieurs anndes consacrdes aux
representation before the executive and legislative branches of the federal government, recherches, Jacques Morice Fort&r6 fonda en 1991
avec le c61lbre chanteur- tambourinaire Azor le groupe
It is the County's intention to solicit responses from interested parties, to evaluate the responses, and racine Kanga. Cette collaboration se termine en 1994.
to award contracts with up to three selected Proposers. The County anticipates awarding contracts for Aprbs de multiples tournds en Europe, plus
a one (1) year period with three (3), one (1) year options to renew at the County's sole discretion. prcisement en Sude, Wawa, pour des raisons de
sant6 sans doute, s'est installed a New-York.
La musique racine s'accompagne de rythmes
The RFQ solicitation package, which will be available trbs diversifies. Le tambour tient une place
starting February 8, 2005, can be obtained at no cost on-line at HYPERLINK "http:// pr6pond6rante au sein des groupes incarnant cette
www.miamidade.gov/dpm" -www.miamidade.gov/dpm. The package can also be obtained through tendance musicale haitienne. Il existe selon plus
the Vendor Assistance Unit (305/375-5773). d'un, 101 rythmes, associds aux 101 loas du pantheon
vodou. La musique racin e a-t elle 6puis6 tous ces
APre-Proposal Conference is scheduled for February 23, 2005 at 12:00 noon (local time) at 111 NW rythmes?
Si Nemours nous a laiss6 une musique
1st Street, 18th Floor, Conference Room 18-2, Miami, FL. Attendance is recommended, but not dansante, Wawa est l'un des premiers musiciens
mandatory. The Procurement Contracting Officer for this RFQ is Rita A. Silva at (305) 375-1081. If haitiens de la seconde moiti6 du 20 eme siecle a avoir
you need a sign language interpreter or materials in accessible format for this event please call Jason mis a la disposition du grand public la musique des
Martinez, DPM ADA Coordinator at (305) 375-1564 at least five days in advance. temples vodou.
La tradition racine loin d' etre une musique
mondaine, au sens compas, se rapporte a l'inconscient
Deadline for submission of proposals is March 11, 2005 at 2:00 p.m. (local time), at Miami-Dade County, Clerk of ,
C,. D _. ,,-E, .-... __- ,..-,__ -, ..... , ,-,,. c, u..= .. ,=_ = T ~_=~.- ,nn0 ,o --. c collectif haitien. Wawa l'a compris trbs tt.


Kendy Verilus


ht e Board of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17
RFQ is subject to the County's Cone of Silence Ordinance 98-106.







Page 16


I INTERNATIONAL I


Mercredi 23 Fevrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 4


rrlk d






df gm m


- 0


I

* S a-fl- -

- -
~ -
-r -a.-


0 -


* -,


w. "Copyrigh
- -~ 0 -


e from Cercl Nes Pro ers


Available from Commercial News Providers"


Svndicatec


I| Tao pr rw
am a


-.I I I V -I


- r . -n


-
~.


_- a -


- T- -n -


v

ON- f


-I ar -, , ,.,


- --


o-


- 0 o


.
I a -
0 C -


a


o o


- s 0 r -


- ~ ~ I er e a r c
0 a -


e a4 -No 0. a S

- 4 0do- A -
S


-- .~ ,


* -


- o


w nm -- .-


o - o


o -~ - n a


- a a a


S a
0I 0-r-I .r


44


-.No


CANADA-ONU-HAITI


..- Des policiers canadiens re oivent la

-. - Medaille de 1'ONU pour le maintien

S -_ 18 fevrier 2005 Ottawa Ville de Blainville, le Service de
- Le mardi 22 f6vrier 2005, les d e la paiX IH aitipolice de la Ville de Sainte-
- --- membres du plus grand Th6erse et le Service de police
-- contingent policier canadien a participer a la Mission des de la Ville de Saint-Jer6me.
- Nations Unies pour la stabilisation en Haiti (MINUSTAH) Le comm. Zaccardelli saluera non seulement le travail
recevront une M6daille des Nations Unies pour le maintien important effectu6 par les policiers canadiens a Haiti, mais
--- de la paix. M. Giuliano Zaccardelli, commissaire de la aussi l'engagement et la contribution de l'Agence
Gendarmerie royale du Canada (GRC), M. Normand canadienne de d6veloppement international (ACDI),
-- Proulx, directeur g6ndral de la Sfret6 du Qu6bec (SQ), M. d'Affaires 6trangeres Canada (AEC) et de S6curit publique
- Michel Sarrazin, directeur du Service de police de la Ville et Protection civile Canada (SPPCC) au maintien de la paix
- - de Montr6al (SPVM) et M. Daniel Langlais, directeur du international par des forces policieres civiles, en vertu de
Service de police de la Ville de Qu6bec (SPVQ), assisteront l'Arrangement sur la police civile au Canada (APCC).
.- - a la remise des m6dailles a Haiti. Le Canada est reconnu Sans l'appui soutenu du gouvernement du Canada, ces
*-- comme chef de file en matibre de maintien de la paix. De missions ne pourraient se concrdtiser ", explique-t-il.
nombreux pays reconnaissent et tiennent en haute estime La GRC gbre et coordonne les missions canadiennes de
le savoir-faire policier du Canada ", de dire le comm. maintien et de soutien de la paix pour le compte du
M l W E Zaccardelli. gouvernement du Canada depuis 1989. A ce jour, plus de
S Cette m6daille symbolise la contribution de la police 1500 policiers canadiens ont 6td d6ployds un peu partout
S* canadienne a la MINUSTAH, qui a pour mandat d'aider le dans le monde dans le cadre de 25 missions. En ce moment,
. gouvernement de transition d'Haiti a instaurer un climat 140 policiers canadiens sont affects a des missions de
stir et stable, a r6tablir l'ordre public et a reformer la Police maintien de la paix en Bosnie, en Sierra Leone, en Iraq, en
nationale d'Haiti (PNH). Afghanistan, en Jordanie, en C6te d'Ivoire et a Haiti.
- Dans son allocution aux policiers d6cords, le comm. Pour plus de renseignements sur les 140 policiers
- . Zaccardelli soulignera que le succbs de la mission repose canadiens participant a une mission de la paix l'6tranger,
-- o - entre autres sur les liens 6troits entre les services de police consultez le site :
- o --- * canadiens presents a Haiti. Ces services sont la GRC, le htp://www.rcm rc.c.capeacekeein/index f.htm
http://www.rcmp-grc.ec.ca/peacekeeping/index f.htm
Service de police de la Ville de Montr6al, la Sfret6 du
S. Qu6bec, le Service de police de la Ville de Qu6bec, le Pour voir la photo de la M6daille des Nations Unies pour
. -- Service de protection des citoyens de Laval, le Service de le maintien de la paix d6cernde aux policiers canadiens
police de la Ville de Boisbriand, le Service de police de la participant a la MINUSTAH, consultez le site :


daS
I 0Ir


- .
- -


- e. 0e


I I


IIC---Ri


I


o


rr- -


.


I


Gobr


3


r I


I --


r,
r,


. w


AD


bm"







Mercredi 23 F6vrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No.5


Page 17


I RAPPORT D'UNE ORGANISATION INTERNATIONALE I


La transition en Haiti: Sur le fil du


Prbs d'un an aprbs le depart soudain de l'ancien
President Aristide, la situation politique, s6curitaire et
socio-6conomique demeure en crise [1]. Le gouvernement
de transition est faible et lutte pour maintenir sa cr6dibilit6,
et aucun signe clair de reconciliation politique ou de
reconstruction 6conomique n'apparait a l'horizon. La
violence (politique et criminelle) est toujours extremement
1lev6e. La crise politique, les violations des Droits de
l'Homme (parfois commises par des 616ments douteux de
la Police Nationale d'Haiti, PNH) et les detentions ill6gales
de certains partisans d'Aristide entravent l'initiative de
dialogue national endoss6e conjointement par le
gouvernement de transition et la communaut6
internationale. Il est peu probable que les elections fixes
fin 2005 engendrent le gouvernement 16gitime dont le pays
a besoin sans des progrbs significatifs sur les trois
principaux fronts suivants:
S6curit6: la Mission des Nations Unies de
Stabilisation en Haiti (MINUSTAH) et le
gouvernement transitoire doivent enrayer
l'ins6curit6 permanente dans laquelle vivent les
citoyens, que ce soit dans les provinces ou les ex-
militaires operent toujours arms et dans les
bidonvilles oh des gangs arms identifies
principalement mais pas exclusivement au parti
d'Aristide, Fanmi Lavalas [2], s'affrontent pour
l'argent, le pouvoir et le contr6le du terrain..
Reconciliation: un dialogue national pluraliste
fixant des objectifs communs pour le prochain
gouvernement, ind6pendamment de qui


Co.


Nou vie gate kliyan nou yo de jou en jou pi plis.


ATLANTA
1232 Moreland Ave, Suite A
Atlanta, GA 30016
Tel: (404)622-8787

BAHAMAS
E. Street Sawyer
Studio Blvd 2nd Floor
Nassau, Bahamas
Tel: (242)322-6047

BOYTON
544 E Gateway Blvd, Suite 3
Boyton Beach, Florida
Tel: (561)742-3046

CAMBRIDGE
300 Broadway
Cambridge, Mass 02139
Tel: (617)354-6448

CHURCH
2807 Church Ave.
Brooklyn, NW 11226
Tel: (718)693-3798

CONNECTICUT
953 Washington Blvd, Suite 1
Stamford, CT 06901
Tel: (203)324-2816

DELRAY BEACH
402 West Atlantic Ave
Delray Beach, Fl 33444
Tel: (561)265-2100

FLATBUSH
1161 Flatbush Ave.
Brooklyn N.W. 11226
Tel: (718)287-5295

FORT LAUDERDALE
8 West Sunrise Blvd
Ft. Lauderdale, FI 33311
Tel: (954)524-1574

LAKE WORTH
330 S. Dixie Hwy, Suite 2
Lake Worth, FI 33460
Tel: (561)585-1077

MATTAPAN
508 River Street
Mat. Mass. 02126
Tel: (617)298-9366

MIAMI
5401 N.W. 2nd Avenue
Miami, FI 33137
Tel: (305)758-3278

NAPLES
506 11th Street
Naples, Fl 34102
Tel: (941)435-3994

NORTH MIAMI
629 NE 125th Street


N. Miami, Fl 33161
Tel: (305)892-6478


MIRAMAR N. DADE
19325 NW 2nd Avenue (441)
Miami, Fl 33169
Tel: (305)654-2800

MONTREAL
7177 Rue St Denis
Mont. QC H2R2E3
Tel: (514)270-5966

ORLANDO
2469 S. Orange Blossom Trail
Orlando, Fl 32805
Tel: (407)649-9896

POMPANO (1)
4857 N. Dixie Hwy
Pompano Bch, FI 33064
Tel: (954)429-9552

POMPANO (2)
128 N. Flager Avenue
Pompano Bch, FI 33060
Tel: (954)946-4469

QUEENS
159-35B Hillside Avenue
Jamaica N.Y. 11432
Tel: (718)523-9216

SPRING-VALLEY
South Main Street
S. Valley, NW 10977
Tel: (914)425-7747

WASHINGTON
835 Juniper Street NW
Wash D.C. 20012
Tel: (202)722-4925

WEST PALM BEACH
604 25th Street
W. Palm Beach FI 33407
Tel: (561)655-4166

NEW JERSEY
152 Jefferson Ave
Elizabeth, NJ 07201
Tel: (908)354-1411

MONTREAL NORD
3820 Henri-Bourassa Est
Montreal, Canada
Tel:(514)852-9245

TURKS & CAICOS
Downtown Providenciales
Butterfield Plaza
Tel: (649)941-4172-4173

CENTRE VILLE
59 Rue Pavee
avant la Pharmacie Ideale
223-0865-223-0839
222-2704,221-8910, 221-1632


RESUME
remportera les elections, est n6cessaire afin
d'extraire Haiti du jeu politique sterile qui semble
resurgir.
Reprise 6conomique et soulagement social: alors
que le gouvernement de transition a stabilis6 la
situation macro6conomique, 1'6crasante majority
des citoyens vit dans la pauvret6, sans travail, avec
des besoins alimentaires, sanitaires et une soif de
justice, tandis que la frustration gagne du terrain.
La situation s6curitaire demeure pr6caire car les
groupes arms sont loin d'etre d6mantel6s, quoique la
MINUSTAH ait commenced adopter une approche plus
muscle en affrontant certains gangs dans l'un des plus
gros bidonvilles de la capitale, d6logeant les ex-militaires
qui avaient occupy la residence abandonn6e d'Aristide,
ainsi qu'en r6agissant rapidement a la riposte des anciens
soldats consistant a occuper plusieurs postes de police a
travers le pays. Certes la mise en place d'un system
national de justice et d'application de la loi efficace et
impartiale constitue une priority absolue ; cependant a court
et moyen terme seule la MINUSTAH semble en mesure
de garantir la s6curit6
Le premier trimestre 2005 est d6cisif pour la
transition. Afin d'6viter de nouveaux troubles, le
gouvernement du Premier ministre Latortue doit de toute
urgence, avec le soutien international, oeuvrer a
l'6tablissement de l'Etat de droit et a l'am6lioration des
conditions socio-6conomiques. Les salaires et le
financement du r6seau 6lectrique ont absorb la
majeure partie du budget de soutien attribu6 par les
bailleurs, et le gouvernement demande l1gitimement
une accdl6ration du d6blocage des fonds promis.
Un processus inclusif de dialogue national,
destiny a parvenir a un pacte entre tous les Haitiens


rasoir
et susceptible d'6tablir les priorit6s
nationales qu'adopterait ensuite un
gouvernement 6lu, devrait etre lancd.
Il s'agit d'inclure non seulement ceux international
qui ont contraint le pr6c6dent crisis group
gouvernement a quitter le pouvoir mais aussi ceux qui, a
un moment donn6, l'ont soutenu. Par ses actions, le
President Aristide a renonc6 a son aspiration d'etre le porte-
parole des d6sh6rit6s d'Haiti; toutefois ces derniers ont
toujours besoin d'une voix, et certains croient encore en
lui. Ce qu'il reste de son mouvement Lavalas doit prendre
part a un dialogue ou les participants s'engagent a rejeter
la violence.
La mise en place de m6canismes appropri6s est
n6cessaire afin de parvenir a un processus politique inclusif
et pr6serv6 du risque d'enquetes partisanes men6es a
l'encontre des responsables Lavalas. En l'absence de garde-
fous, les elections seront probablement affect6es par la
violence et conduites dans un climat d6l1tere qui risque de
remettre en question leur 16gitimit6. Haiti a d6ji connu des
elections qui 6taient ni libres ni 6quitables. Il en a r6sult6
des ann6es d'agitation. Toutes les parties concern6es
doivent pouvoir faire campagne sans crainte et les citoyens
voter sans etre intimid6s. Avec l'aide international, il faudra
compter tous les bulletins de vote afin de rendre compte
des r6sultats avec exactitude. Seulement alors, les elections
de 2005 placeront Haiti sur de nouveaux rails prometteurs.

Port-au-Prince/Bruxelles, 8 f6vrier 2005

[1] A propos de la chute d'Aristide et des premiers mois
du gouvernement de transition, voir Rapport Crisis Group
Am6rique Latine/Caraibes N 10, Une nouvelle chancepour
Hai'i?, 18 novembre 2004.
[2] Par la suite, nous utiliserons Lavalas.
(voir Transition / 18)


L'ENVOYE DE L'ONU EN HAITI ETABLIT UNE NOUVELLE

COOPERATION AVEC LA COMMUNAUTE DES CARAIBES


(Valds ... suite de la page 12)
Repr6sentant special du Secr6taire g6n6ral et chef
de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation
en Haiti (MINUSTAH) a particip6 a la 16e
rencontre des chefs d'Etat et de Gouvernement de
la Communaut6 des Caraibes (CARICOM) qui a
eu lieu les 16 et 17 f6vrier au Suriname, indique un
communique de la Mission public aujourd'hui.
Des progrbs ont &t6 enregistr6s sur le plan
s6curitaire en Haiti ". N6anmoins, a pr6cis6
Repr6sentant special du Secr6taire g6n6ral, des
difficulties demeurent, notamment en ce qui
concerne le volet du d6sarmement ".
Au Suriname, Juan Gabriel Vald6s a eu
plusieurs entrevues avec les Premiers ministres de
la CARICOM. II a partag6 avec eux son optimisme
relatif quant aux importants efforts en cours pour
soutenir"" le dialogue national et le processus
electoral ".


Le chef de la MINUSTAH a, en outre, invite les
pays membres de la CARICOM a apporter leur soutien
aux efforts de reconstruction d6mocratique en Haiti ".
Selon Juan Gabriel Vald6s, ces diff6rentes
rencontres ont ouvert la voie a une nouvelle forme de
cooperation entre la CARICOM et Haiti ".
Pr6sentant au Conseil de security le 12 janvier
dernier, le dernier rapport du Secr6taire g6n6ral sur les
activities de la MINUSTAH, le Repr6sentant special avait
souhait6 rappelM le rl1e determinant de l'aide internationale
pour r6tablir la stability politique dans le pays (voir notre
d6peche du 12 janvier 2005).
II avait aussi explique que la fermet6 militaire et
l'action sociale 6taient les deux piliers de l'action de 1'ONU
en Haiti.
De son c6t6 le Conseil a annonc6 qu'il se rendrait
en mission dans le pays le ler juin 2005.


877"2 I E 2 eme A'verLnue

T61: 305 757 4915


FADKIKJ VARIETY STORE

LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
- Reception de paiement pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
- Connection teliphonique chez vous...


Ouvert

6 Jours

par

semaine:

8h30 am

a

7h30 pm



* Parfums
* Cellulars & Beepers
* Souliers et Sandales
* Produits pour la cuisine
* Cadeaux
* Tableaux
* Moneygram
* Mnnev Order


* CD's (compas, Racine, Evang6lique,
Zouk, Francais, Am6ricain)
* Video's (Haitiens, Am6ricains, Documentaires, Drams)
* Produits de beauty
* Prcldnits nnrr rhpvexnY


I I


- VI t-% % FI tIINjPil ,- -


I







Page 18


I Les Jeux de Bernard I


Mercredi 23 F6vrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No. 4


A l* uevenir le uernier ues sages ... ion uernier
Aubelin. le dernier des temoins moindre.


X


(suite de la page 4) gingerbread a avenue N.
premier gouvernement d6mocratiquement l6u de Tu as tout donn6 sans compter a tes amis. Et a ton
l'apres-Duvalier. Pays.
Toi qui as fait le plus pour la promotion d'Haiti
dans le monde, au point qu'on eut pu dire "Haiti est a "Ce n'etait rien qu'un peu de bois
Aubelin Jolicoeur, ce que Aubelin Jolicoeur est a Haiti", Mais il m'a r6chauff6 le corps
tu fus directeur du Tourisme, mais presqu'5 la sauvette, au Et dans mon ame, il brule encore
renversement de Duvalier en f6vrier 1986. A la maniere d'un feu de joie."
En tout cas, le temps de nous preter ta voiture de
service, a Jean-Claude Charles et moi, une Audi flambant Enfin, je voudrais avoir ta bont6 naturelle qui t'a
neuve mais qui nous lacha un bloc plus loin. Nous ne permis d'6chapper au cynisme fatal d'un Rastignac pour
savions pas le code pour la faire repartir.
Tu n'avais pas change. Je suis stir d'ailleurs que -
le lendemain matin tu h6las tout naturellement un taxi pour E n ref (suite de la page 2)
te rendre au bureau. t&te alors qu'il semblait revenir a la prison au moment oh se
Tout comme n'importe quel visiteur pouvait s'en produisaient les evenements.
aller (en oubliant de te payer) avec sous le bras un des Le cadavre de Oleus Guerrier est rested de longues heures sur
la chaussee devant la prion, soulevant la colere de ses
Saint Brice que tu avais su accumuler dans ton collogues selon qui on ne leur donne pas assez de moyens


H6las, aujourd'hui comme hier, nul n'est prophete
en notre pays.
A l'image des auteurs que tu as beaucoup aims,
entre les mythes grecs sur lesquels tu 6tais incollable, entre
Echysle et Sophocle, que tu semblais lire dans le texte;
entre Voltaire le patriarche de Ferney et Hugo'- le mage
de Guernesey, on inscrira Aubelin, l'ermite de La
Jacm6lienne!

Merci cher confrere.

Marcus Garcia


pour assurer la security du plus grand centre carceral du pays,
qui abritait prks de 1.500 detenus avant l'evasion de samedi.

Arrestation d'un ancien militaire muni de I'arme de
service d'un des policiers tu6s le 6 f6vrier dernier
Le porte-parole de la police nationale a annonc6 l'arrestation
d'un ancien militaire en possession d'une arme qui aurait
appartenu a l'un des quatre policiers tues le 6 f6vrier. Eric
Pierre Louis tentait de vendre l'arme quand il a 6t6
apprehend6. Il a affirm, selon Gessy Cameau Coicou, que
celle-ci lui avait 6t6 offerte par Rene Jean Anthony, alias
Grenn Sonnen, un chef de bande recherche par la police.

Fun6railles des 4 policiers assassins
Les funerailles des quatre policiers tues le 6 fevrier ont &t&
chant6es le mercredi 16 f6vrier A l1'glise du Christ-Roi, A
Bourdon. Le President provisoire Boniface Alexandre, le
Premier ministre G6rard Latortue et d'autres responsables
gouvemementaux ont particip6 a la c6remonie. Le chef du
gouvemement a promis justice pour les victimes en
r6it6rant sa volont6 de combattre l'ins6curit6 dans le pays.

Les membres du CEP demandent une assurance
tous risques pour leurs services au sein de
l'organisation
Plusieurs leaders politiques ont condamn6 la demande
d'une prime de risques formulae par le president et le
secr6taire g6n6ral du Conseil electoral provisoire. Selon
Evans Paul, responsable du KID, il faudrait offrir une
prime de risques A l'ensemble de la population haitienne en
raison du climat d'ins6curit6 qui r6gne dans le pays. Les
conseillers Max Mathurin et Rosemond Pradel avaient 6crit
au chef du gouvemement pour solliciter une enveloppe de
US$ 2.9 millions comme prime de risques et pour une
campagne de sensibilisation auprEs des l6ecteurs.

La CARICOM reste sur ses positions
Des pays membres de la Caricom menacent de ne pas
participer A la prochaine reunion de l'organisation
r6gionale A Cayenne en Guyane frangaise si Haiti y est
invite. Depuis le depart de l'ancien president haitien Jean
(voir En bref / 20)

La transition

en Haiti : Sur le fil

du rasoir
(Transition ... suite de la page
L'International Crisis Group est une organisation
multinationale independante et sans but lucratif de
plus de 100 employes repartis sur cinq continents.
Ceux-ci produisent des analyses faites sur le terrain
et un plaidoyer de haut niveau dans le but de prevenir
et de resoudre des conflicts.

Le rapport complet peut Wtre consult sur le site web
de Crisis Group : www.crisisgroup.org






Mercredi 23 F6vrier 2005
Haiti en Marche Vol. XIX No.5


Page 19


I Ti gout pa ti gout I






Page 20


(suite de la page 18)
Bertrand Aristide, des membres de la Caricom n'ont toujours
pas reconnu la lBgitimit& du gouvernement de transition.
L'Unit6 de lutte contre la corruption (ULCC)
communique les conclusions de son enqufte


EN BREF
Objet de l'enquete: le dossier du riz disparu a la Mairie de
Port-au-Prince. Ont &t& declares hors de cause les
fonctionnaires incrimines au niveau de la Primature: Raymond
Lafontant et Michel Joseph qui n'ont recu aucun cadeau ou pot
de vin et ont accompli un acte de leur fonction non sujet A
salaire en acheminant le riz A la mairie de Port-au-Prince.
Par contre, le rapport 6pingle le Maire adjoint Jean Philippe


Melodie
103.3FM
Port-au-Prince
Ha'ti

Avec
Melodie FM
la Vie n' est
plus la mnme





7heures:
L'Heure classique


10 heures
Textes et
Prdtextes avec
Dominique
Richez

Midi
L'heure Jazz

2 heures
La chanson
franqaise


3 heures
Le Bon vieux
Temps R6tro-
Compas avec Doc
Daniel et Captain
Bill


5 heures
Chita Tand&


6 heures
Compas


9 heures
Jazz inspired
Judy Carmichael
10 heures
Mdlodie Times

11 heures
Encore plus de
musique...


I Mercredi 23 F6vrier 2005
| Haiti en Marche Vol. XIX No. 4
stock recu, ni montr& aucune trace de l'utilisation qui en a &t&
faite. Parmi les recommandtions faites par 1'ULCC: exiger de
Sassine la justification de l'utilisation faite de la quantit& de riz
rescue de Food For the Poor; r6aliser un audit administratif A la
Mairie de Port-au-Prince pour faire le jour sur certaines
d6nonciations faites par d'autres membres de la Commission
Communale aux agents de 1'ULCC.




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - - mvs