Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00187
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: November 12, 2003
Copyright Date: 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00187
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Full Text
















Hati en Marche dition du 12 au 18 Novembire. 2003 Vol. XVII No 41


HAITLRISE a drle de paix ,>
PORT-AU-PRINCE, 8 No- a E
vembre La politique aussi a ses raisons par Washington, la seule superpuissance. Et pourtant! Que ce soit le
que la raison ne connat pas. En effet, Tandis que l'opposition ne pouvait la premiere fois qu'on verra un conseil pouvoir ou opposition, ce n'est pas la
jamais les deux camps en Hati, aussi esprer meilleur moment de se presenter lectoral aussi ouvertement partisan ce qui joie qui semble les touffer.
bien l'un que l'autre, n'avaient paru en aux lections, les prochaines lgislatives ne est thoriquement un non sens puisque en Aristide se bat depuis son retour
aussi bonne position. Le Prsident Jean- bnficieront pas seulement de la effet il a t sciemment calcul pour avoir au palais nationally 7 fvrier 2001 contre
... .au moins 6 membres sur 9 venant ceux qui contestent son election en


Manifestation de petits groups d'opposition vendredi en solidarity avec Carabe 1
contre laquelle des coups de feu avaient t rcemment tirs Thony/Photo
Bertrand Aristide dispose enfin d'une supervision international la plus
lgitimit inconteste, puisque entrine important qu' on ait jamais vu, mais c' est


FM L'Ambassadeur amricain James B. Foley prononant sa premiere
conference de press depuis son arrive photo Georges Dup
de secteurs allis l'opposition, sinon novembre 2000 et appellent jour et nuit
opposition eux-mmes. (voir Analyse / 4)


PtrTSsutinrHa'ntintreestim M.
AU-PRINCE, 5 situation en Hati trs proccupante, selonley ancient
nov. (AFP) La situation actuelle en Hati e porte-parole adjoint du dpartement
est "trs proccupante tous points de l Am bassadeur am er ca n d'Etat, un diplomat de carrire de 46 ans
vue, pauvret, sant, inscurit, form aux Etats-Unis et l'Institut
environnement", a dclar mercredi Unis James Foley. la cruise avec de bones lections et un d'Etudes Politiques de Paris.
Port-au-Prince l'ambassadeur des Etats- "Il est essential que l'on sorte de conseil lectoral vraiment indpendant", a (voir Situation / 3)


2 NOVEMBRE : FETE DES MORTS Manifestations

IloBSSSk souf fr Nous ne savons pas qui a pu
ew OO 'souffler cette ide aux diffrents
InejI protagonistes. Toujours est-il que,


EDITORIAL
PORT-AU-PRINCE, 10
Novembre Une grande premiere.
Vendredi des manifestants et contre-
manifestants se sont products les uns les
autres lors d'un sit-in devant la station
Carabe FM, et cela sans s' affronter pas
plus que dans leurs propos, leurs changes
de politesses, mais tenus distance par un
important cordon de police.
C' est la preuve que c' est possible,
qu'il y a assez de place dans le pays pour
les deux camps de crier leurs
revendications, et de le crier suffisamment
haut et fort pour tre entendus, puisqu'il y
a aussi suffisamment de radios la capital
pour en assurer une couverture total et
capable de satisfaire les uns come les
autres.
C'est une premiere parce que
jusqu'ici cela devait toujours finir dans les
ttes casses, ou pis encore. Du moins, on
le prsumait ...


(voir New look / 4)

r Hati en Marche
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinire au Bois Verna
tl.: 245-1910 Fax 221-0204
Miatmi
173 NW 94th street
Miami, Florida 33150
Tl.: 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914-358-7559
Boston 508 941-6897
Montral 514 337-1286
e-mail : eiunarchc @haitelonline.comin
URL: wvww.haitienmarche.comn


Library of Congress #ISSN 1064-3896


Miami, New York, Montreal Boston,
Washington, Chicago : $1.00
Port-au-Prince: 10 Gourdes
Une publication Elsie and Marcus n


I


Thonv/Photo








Page 2


EN PLUS...


EDITORIAL


La France et notre



Bicentenaire!


PORT-AU-PRINCE, 5 No-
vembre Aprs avoir focalis sur la
question de restitution, le dbat semble
s'tre dplac present vers un autre point,
tout aussi controversable: la France
participera-t-elle la commmoration du
Bicentenaire de notre Indpendance?
C'est la question l'ordre du jour.
Dans un article paru le 5 novembre dans
Le Nouvelliste, nous lisons: "La France
devrait-elle participer la clbration du
Bicentenaire de l'Indpendance hatienne
et sous quelles forces'?"
L'article pursuit: "Il ne fait
aucun doute que la France d'aujourd'hui
prend nettement ses distances par rapport
ce pass colonial esclavagiste qui a caus
tant de tort aux populations autochtones
d'Amrique, d'Afrique et d'Asie. A cet
gard, la decision prise par l'Assemble
national franaise de dclarer, il n' y a pas
longtemps, l'esclavage crime contre
l'humnanit est trs rvlatrice."
Et fort de cette assurance,
' auteur de conclure: "La France ne devrait
pas bouder les feutivits commmoratives
du Bicentenaire de la Proclamation de
l'Indpendance hatienne." (Le
Nouvelliste, 5 Novembre 2003)
Tandis que dans une interview
accorde agence de nouvelles hatienne
Alterpresse, 1'crivain franais Christophe
Wargny, un ancien collaborateur du
President Jean-Bertrand Aristide, mais
pass depuis, semble-t-il, de l'autre ct,
dclare premptoirement "qu'il n'y a rien
fter", et qu'"il faut profiter de
l'vnement pour s'interroger sur une
succession d' checs."
Que sait tant M. Wargny de
l'Histoire d'Hati pour affirmer ex-
cathedra que c'est "une succession
d'checs"?
Est-ce que l'Allemagne, qui a
entran le monde dans deux guerres
mondiales et perptr le massacre de six
millions de juifs et autres minorits est une
succession d'checs?
Quels sont les critres pour juger
si l'histoire d'un people est une
"succession d'checs"? Christophe
Wargny n'a pas daign prciser.
Notre ami Wargny de poursuivre,
du moins ce qu'on lit dans cette
interview: "On avait organis l'occultation
de toute l'histoire d' Haiti depuis deux
sicles et surtout de son indpendance, et
j'ai bien l'impression que les mauvaises
habitudes tant prises" etc.
Alors!
Par contre, pour Le Devoir,
quotidien de la droite montralaise: "Dans
un autre context, le Bicentenaire aurait
voqu le pass esclavagiste de nos
socits, la rvolte exemplaire de la Perle
des Antilles, son influence sur
' mancipation des peuples en Amrique,
et la ncessit de reprendre partout le
combat contre la traite d'tres humanss"


Et Le Devoir de considrer les
Hatiens si indignes du Bicentenaire de
NOTRE indpendance, que le journal
recommande (de sang froid): "Ne
voudrait-il pas mieux rtablir la population
haitiemnne en d'autres pays?"
(Article paru dans Le Devoir
sous la plume d'un certain Jean-Claude
Leclerc et repris dans notre dernire
dition).
Bref, Hati serait un si beau pays
s'il n'y avait les Hatiens!
Mais pourquoi avoir dplac
ainsi la question? C' est du bicentenaire de
l'indpendance de qui s'agit-il la fin,-
d' Hati ou de la France?
Qui a intrt poser ainsi la
question? Pourquoi faut-il tant se soucier
de savoir si la France commmorera ou
non l'indpendance d'Hati? N'est-ce pas
l une question indcente?
Est-ce le pouvoir qui souhaiterait
tellement cette participation, histoire de
s'accorder quelque brevet de lgitimit!
Ou est-ce l'opposition qui a
invent ce nouveau cheval de bataille pour
montrer combien le pouvoir Lavalas est
ostracis, un paria aux yeux de ... nos
anciens colonisateurs!
Ou est-ce nous les Hatiens qui
sommes si stupides que nous avons le don
de toujours nous laisser turner en
bourriques. Thoriquement c'est nous
l'accusateur et nous voici l'accus.
Ou encore sont-ce nos anciens
colonisateurs qui manient si habilement
l'amalgame ...
Come on a vu une daine,
ancienne hroine de la Bataille d'Alger,
l'expliquer l'autre soir au course d'une
mission de TV5 sur la Guerre d'Algrie

On leur dit vous nous avez
maintenu en esclavage pendant plusieurs
sicles ... Ils nous rpondent : vous
pratiquez l'esclavage d'enfants, les
"restavk".
On leur dit vous avez eu recours
au genocide et la guerre d' extermination
contre nos anctres ... Ils nous rpondent
: droits de l'homme.
On leur dit votre colonisation a
saccag les richesses de nos pays et
compliqu au dpart notre avenir
conomique ... Ils nous rpondent par un
course sur la bonne gouvemance.
Bref on leur dit 1803, ils nous
rpondent 2003 !
Comme quoi tout un people,
toute l'histoire d'un people, se rduirait
aux agissements d'un gouvernement!
Comme si c'est tout le people
franais qui est responsible que le
gouvernement de Vichy ait remis les juifs
franais l'Allemagne nazie avant mme
que Hitler ne l'eut demand!

(Editorial Mlodie, 103.3 FM,
Port-au-Prince)


Bicentenaire d'Halti,

restitution et conjoncture

Interview avec Christophe Wargny


Par Gotson Pierre
P-au-P.,3 nov. 03 [AlterPresse] -
-- 11 faudrait imaginer une institution neutre
pour recevoir l'argent franais, dans le cas
d'une ventuelle restitution de la ranon
paye par Haiti la France partir de 1825
pour la reconnaissance de son
indpendance, opine l'historien franais
Christophe Wargny, dans une interview


accorde AlterPresse.
Des questions lies la restitu-
tion, la clbration du bicentenaire de 1'
indpendance d'Haiti en 2004 et l'tat
actuel du rgime politique haltien sont
passes au crible lors de cette interview
effectue aprs l'audition de Cristophe
Wargny par la Commission franaise
(voir Wargny / 11)


EN BREF...


Mercredi 12 Novembre 2003
Haiti en Marche Vol. XVII No. 41


Le President Aristide se rendrait Vertires le 18 Novembre ...
Le chef de l'Etat a laiss entendre que le pays a besoin aujourd'hui de l'action de patriots et
non d'apatrides pour rendre hommage aux hros de l'Indpendance, notamment travers la
Bataille de Vertires du 18 novembre 1803, la dernire grande bataille avant l'indpendance.
Jean-Bertrand Aristide qui doit se rendre au Cap-Hatien, le 18 novembre prochain, a poursuivi
que la victoire de Vertires n'tait pas seulement celle d'Hati mais aussi de l'humanit. Le
President Aristide en a profit pour exhorter la Police Nationale d'l lati (PNH) respecter les
rgles du jeu dmocratique et appliquer la loi propos du dossier des manifestations.
Le group des 184 announce un rassemblement pour le 14 novembre
au Champ-de-Mars
Le Groupe des 184 a annonc un rassemblement pour ce vendredi 14 novembre au Champ-de-
Mars Port-au-Prince, en vue d'exprimer son indignation, a-t-il dit, face la crise politique
laquelle le pays est confront depuis plus de 3 ans. Le coordonnateur du Groupe des 184, Andr
Apaid Jr., a fait savoir que les responsables et membres de cette coalition profiteront de ce
rassemblement pour proposer la nation hatienne quelques lments pouvant, selon lui, aider
sortir le pays de l'impasse. Selon M. Apaid, au course du rassemblement du 14 novembre, le
project du nouveau contract social sera relanc. Il a estim que l'application de ce document
pourrait contribuer l'amlioration des conditions de vie de la population.

Cit Soleil: les partisans de Colobri menacent d'incendier
la central thermique de Varreux
La tension tait vive Cit Soleil la suite de l'assassinat par balles le vendredi 31 octobre du
puissant chef de bande, Wilson Lemaire, alias Colobri ". L'entre principal du plus grand
bidonville de la capital tait bloque l'aide de barricades faites de grosses pierre et de
carcasses de vhicules riges par des partisans de Colobri ayant leur tte un autre chef de
bande, Thomas Robinson dit Labany, souvent accus par son principal rival, Dread Wilner de
travailler pour l'opposition. Ils ont menac d'incendier la central thermique de Varreaux qui
contribute largement l'alimentation de la capital en nergie lectrique et de saboter les
activits lies la clbration du bicentenaire de l'indpendance au cas o un nouvel assassinate
serait perptr parmi les leurs. Toutefois, dans le mme temps, les habitants de Cit Soleil, dans
leur grande majority, vaquaient normalement leurs occupations. Contrairement aux
dclarations selon lesquelles une dizaine de personnel auraient t tues dans la Cit, un seul
dcs a pu tre confirm, il s'agit d'un petit garon d'une douzaine d'anne don't le corps gisait
devant la mairie de Cit Solei. La mre de la victim a fait savoir qu'elle n'tait pas en measure
de dire qui a tu son fils. Toutefois, elle a rclam l'aide des autorits pour l'organisation de ses
funrailles.


Le warf de Cit Soleil compltement dsaffect cause des vnements,
un irrparable manque gagner pour les petites gens photo Yonel Louis
Changements. au sein de la Police Nationale ...
Le commissaire Patrick Valcin a t nomm Directeur du Service de circulation et de la Police
routire. Il replace ce poste le commissaire Will Dimanche, estim "arrogant" par des
parlementaires Lavalas. Il avait os appliquer un ordre reu en arrachant les anciennes plaques
d'immatriculation de leurs vhicules de service!
Des Gonaves, le commissaire municipal Harold Adclas, don't le nom avait t cit dans
l'assassinat du chef de l'"Arme Cannibale", Amyot Mtayer, a t transfr Port-au-Prince et
nomm responsible du service Logistique de la PNH.

Calme apparent aux Gonaves !
La situation en effet ne semble pas encore tout fait claire dans la Cit de l'Indpendance.
Samedi soir (8 Novembre), par example, les partisans de Mtayer auraient brl la maison de
William Joseph qui aurait t un proche du disparu, mais accus aujourd'hui d'avoir livr au
pouvoir des noms ainsi que les lieux o se cache la bande Mtayer. William Joseph a t
contraint de se rfugier au commissariat de police de la ville des Gonaves pour chapper ses
assailants ...
"Dgradation de l'environnement politique et scuritaire en Hati"
Le nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Hati plaide pour la mise en branle d'un
processus lectoral libre et credible en Hati, tout en admettant la difficult de persuader les
Hatiens aller aux lections dans le climate actuel.
Selon James B. Foley, qui donnait le 5 novembre son premier point de press Port-au-Prince
depuis son arrive en Hati, il revient en priority au gouvernement et aux institutions de l'Etat
d'ouvrer au dblocage de la situation. Le diplomat amricain relve que le gouvernement a
failli une telle responsabilit en regard de la dtrioration de l'environnement politique et
scuritaire ces deux derniers mois. L'ambassadeur Foley cite l'appui la terreur que font rgner
des gangs dans les rues et mme l'intrieur d'une glise (!).
L'ambassadeur des Etats-Unis dplore galement le non-respect dans le pays du droit de
rassemblement. Divers groups pro-lavalas ont dclench depuis quelques semaines une
operation baptise Etau Bouclier pour empcher la tenue de manifestations anti-Aristide
dans le pays.
La Convergence appelle ses partisans la mobilisation en vue du
renversement des autorits constitutionnelles
La Convergence a appel une nouvelle fois lundi dans un communique ses partisans la mobilisation
en vue du renversement des autorits gouvernementales. Les responsables de cette coalition
politique qui accusent le president Aristide et le gouvernement de graves violations de droits de
l'homme dclarent suivre avec attention le positionnement de la communaut international face
ce qu'ils appellent un pouvoir dlinquant fond, ont-ils dit, sur l'intolrance, l'exclusion et la
violence. Grard Pierre-Charles, Victor Bnot, Luc Msadieu et Hubert de Ronceray qui ont
sign pour la Convergence, dclarent esprer que la communaut international finira par leur
apporter son appui non quivoque.
Dans une rcente declaration, le responsible de l'OEA en Haiti, David Lee a mis en garde contre
les manifestations violentes visant renverser les autorits constitutionnelles. Dans son communique
dat du 2 novembre, la Convergence a estim que depuis le retour au pouvoir du Prsident Aristide,
la situation des droits humans n'a cess de se dgrader. Elle a numr tout un ensemble de cas
don't les incidents survenus lors des manifestations parallles de l'opposition le 25 octobre aux
Gonafves, l'incident du 16 octobre la Cathdrale de Port-au-Prince quand des individus ont
manifest l'intrieur de l'Eglise. Selon la Convergence, 15 personnel auraient t tues a
l'occasion d'interventions de la police pour neutraliser les violents manifestations de l'opposition.
Parmi ces 15 dcs, elle inscrit le cas d'un enfant de 15 jours qui serait mort carbonis dans
l'incendie de sa maison. Toutefois, le chef de la mission spciale de l'ULA a confirm qu'au
moins 3 personnel ont trouv la mort lors des incidents des Gonaives. Et 1 'enfant carbonis n'aurait
jamais exist mais aurait t invent de toutes pieces des fins politiciennes, selon diffrentes
sources. Le Secrtaire d'Etat la Communication Mario Dupuy, a fait savoir pour sa part, que la
femme prsente comme la maman du bb en question avait fait une fausse couche, deux semaines
avant les incendies des Gonaves. (voir En bref/ 18)






Mercredi 12 Novembre 2003


Page 3


I ACTITALITEPP(MTIOIJE 1


ftien Marche Vol.XVIT No.41 1 I I L J 1- 4IL P AA_1


Situation en Haiti trs proccupante, ,

selon l'Ambassadeur amricain HA
(Situation ... suite de la 1re page) avant la fin du mandate du president Jean Bertrand LA
"Nous butons sur le plan scuritaire", a-t-il Aristide". mSit
soulign dans sa premiere conference de press depuis Douze personnel sont dcdes par balles Mam
sa prise de functions il y a deux mois, en mettant l'accent depuis le 23 septembre, date laquelle des violence Co
sur la "forte dgradation" de la scurit dans le pays. ont commenc secouer les Gonaves, ville situe TeC
N o u s -- .: US
condamnons la fois Prc
la violence contre les .. P
institutions et la Co
repression aveugle qui ._ ..
a cot la vie des Le
innocents" come La
aux Gonaives, a ., ,
indiqu le diplomat, Sc
estimant qu'il fallait L't
crer la confiance ape
pour que les chimres L'I
(les hommes de main
du pouvoir recruts BI
dans les bidonvilles) La
n'empchent pas les Bi
rassemblements".
"L'essentiel TI
ce sont des actes", a- La
t-il soulign, en
jugeant "le comnipro- Le nouvel Ambassadeur du Japon en Hati Haruo Okanimoto pholo w n 1, L1uts
mis (politique) essential la veille 171 km au nord-ouest de la capital et o avait t
du bicentenaire de l'indpendance d'Hati et deux ans proclame l'indpendance le 1er janvier 1804.


Dgradation de la situation des droits
humans selon un expert de l'ONU


PORT-AU-PRINCE, 5 nov. (AFP) La
situation des droits de l'homme en Haiti s'est
"encore dgrade" alors que la police de ce pays
affronte une "grave cruise d'identit", a estim
mercredi Louis Joinet, expert indpendant
nomm par l'ONU pour tudier la situation des
(voir Joinet / 5)


UNITRANSFER


tout moun


kontann!
Paske li pi rapid,
Li pi bon mache!


> Transfert d'Argent (LIVRAISON DOMICILE)
) Direk Transf
Produits Alimentaires
I Unifood Bokit
> Matrieaux de Construction



| UNITRANSFER
I 11111111 Asubsidiaryof UNIBANKHait

"Nou Rapid, Nou Garanti"
Effectuez galement vos Transferts Online
www.unitransfer.com
Pour plus d'information, applez nous
aux Etats-Unis au 1(877)864-8726
au Canada au (514) 852-8648


ilaiti en iviau,,-,,`' '


Fiche d'Abonnement Hati en Marche
Nom
Adresse
6 Mois Un An
Renouvellement O
Etats Unis $ 40.00 $78.00
Canada $ 42.00 $ 80.00
Europe $70.00 $ 135.00 Nouvel Abonn Q
Amri que Latine $ 70.00 $ 135.00


SOMMAIRE-
NALYSE
iti crise- La drle de paix 1
SCRISE
nation en Hati trs proccupante, selon l'Ambassadeur
ricain p. 1
nifestation new look p. 1
nfrence de press ambassadeur US James Foley p.6
xte official Bureau des Affaires publiques ambassade
d'Amrique p.6
opaganda war intensifies against Haiti p. 15
OLITIQUE
nvergence dmocratique : communique p.7
position de l'opposition p.8
s petits jeux de l'opposition p.9
Loi des milices p. 14
OCIETE
Hpital Albert Schweitzer de Deschapelles a lanc son
pel de fonds pour l'automne 2003 p. 10
University de Fondwa 2004 p. 12
CENTENAIRE
France et notre Bicentenaire p.2
centenaire d'Hati restitution et conjoncture p.2
ponse l'article du Devoir p. 12
GOUT PATI GOUT
page de Jan Mapou p. 13
________y


f








1 UNEANATYSE I


Mercredi 12 Novembre 2003
TUJ[t; oT en .r \,1 V\7TTI \.T- ,1I


raI en a iiviai vi. Av ii o. 4


HAITI-CRISE La drle de
(Analyse ... suite de la 1re page) a d r o
sa dmission. Des adversaires d'autant plus enhardis aprs septembre 1994, le temps d'organiser des lgislatives au
l'arrive la Maison blanche d'un president qu'on a cr printemps 1995, et des prsidentielles au mois de dcembre des
mme un moment nourrir quelque haine personnelle suivant. Pr
envers son homologue hatien. Ecoutons encore M. Foley: "Nous proposons donc
Cependant le 5 novembre coul, dans un message l'ide d'avoir de bones relations en passant par la bonne Me
dlivr lors de sa premiere conference de press deux mois governance et la
aprs son arrive en Haiti, le nouvel ambassadeur des Etats- tenue de bonnes
Unis, M. James B. Foley, dclare: "En ce qui concern le lections: des
gouvernement d'Hati, nous avons dit que nous sommes 1 e c t i o n s
prts avoir de bonnes relations voire des relations lgislatives et des
normales. Nos relations n'ont franchement pas t bonnes 1 e.c t i o n s
ces dernires annes, cause des lections dfectueuses prsidentielles
de l'anne 2000. Mais nous croyons qu'il serait dans pour choisir le
l'intrt de tous de se turner vers l'avenir." successeur du
Bref, on tourne la page pour repartir sur de Pr s i d e n t .
nouvelles bases, don't la reconnaissance de la lgitimit de Aristide."
l'lu du 26 novembre 2000. Et de --


"Personnage historique lu en 1990"!

"Cependant la politique n'est plus ce qu'elle tait.
Autrefois, un president hatien qui obtiendrait pareille
bndiction, comme on dit chez nous: le roi ne serait pas
son cousin. Mais ce n'est plus pareil aujourd'hui. La
reconnaissance annonce par l'ambassadeur Foley,
contrairement ce que rpte une certain opposition
dcidment passiste, n'est pas un blanc seing, ni une carte
blanche. Loin de l.
En effet, le diplomat amricain dclare sur la
mme lance: "Nous constatons en effet qu'il ne reste pas
beaucoup de temps dans le mandate de l'actuel president -
seulement deux ans environ. Il est donc urgent notre sens
d'accomplir des progrs pour le people d'Hati et ainsi de
raliser un heritage digne du personnage historique lu en
1990."
Certains ne manqueront pas de reliever que ces
trois premires annes du mandate du president hatien, il
les a passes presque entirement combattre ceux qui,
aussi bien en Hati qu' Washington et Paris, remettent
en cause sa lgitimit ...
Tout comme le coup d'tat militaire qui le fora
en 1991 passer trois annes de son premier mandate
prsidentiel en exil Washington, don't il ne reviendra qu'en


paix...

s lections prsidentielles pour choisir le successeur du
sident Aristide."
La succession est donc d'ores et dj ouverte.
esdames, messieurs, faites vos jeux!


prciser: "Nous
sommes prts
cooprer en ceh
sens." i
Ce sont .
donc l les
conditions de la
Reconnaissance de
cette lgitimit. Assistant l'investiture de 25 nouveaux membres du Peace Corps, l'Ambassadeur
Rsultat: amricain James Foley, la Premire dame Mildred Aristide, le Premier ministry Yvon
alors que l'occu- Neptune et le ministry de la Sant, M. Voltaire photo Yonel Louis
pant du palais national atteint l un de ses objectifs majeurs, Cependant si le chef d'tat Lavalas peut juger cette
voici son pouvoir en mme temps arrt sur son lan par declaration par trop prmature et probablement 'dessein,
certaines conditions don't le moins qu'on puisse dire est elle n'est pas forcment la bienvenue non plus dans l'autre
qu'elles constituent un vritable corset. camp o les prsidentiables se ramassent la pelle, et o il
va donc se rvler encore plus difficile de serrer les rangs
La succession est donc d'ores et dj face au premier affrontement venir: les lgislatives. Or
ouverte ... si la rue est un sondage, les bains de foule de M. Aristide
Par ailleurs, les propos de l'ambassadeur US lors des ftes patronales dpassent encore en ampleur les '
annoncent encore quelque chose qu'aucun chef d'tat au demonstrations mme les mieux orchestres de
monde ne peut aimer, parce que capable d'entraner certain l'opposition. Encore une fois, Lavalas est prt vendre
bouleversements, y compris dans son propre camp (et nous chrement sa peau.
pesons bien nos mots). On s'explique pourquoi l'opposition essaie encore
En effet, M. Foley n'a-t-il pas pour programme: de s'accrocher son "option zro" ou appel la dmission
non seulement les prochaines lgislatives, mais aussi pure et simple ... (voir Drle de paix / 5)


i


.,
S--, / ., ..





When you choose Comcel phones

for your family in Haiti...

All international calls they receive

are fl*L... Always !


FOI~ phones aid catds with Une Day dm;vePY.
ico 1jur Conitei aujuS ai Our agkipts or Siroply C-41
XPRESSBJY ait i1-800-898-3496
or visit www.xpressbuyshopping.toOm


EDITORIAL

Manifestations new look !


(New look ... suite
de la 1re page)
comme disent les Qubcois,
y a toujours"'moyen de
moyenner." De l dire,
comme les Hatiens, "antann
pou n antann nou", c'est une
autre histoire, c'est aller trop
vite en besogne.
Vous avez entendu
comme nous les bandes-sons
ramenes de ce sit-in -
vritable petit vnement les
deux camps, manifestants et
contre-manifestants, ne se
sont pas privs de vider leur
colre, leur bile, leur rage.
Mais cela, nous ne savons pas
pourquoi, nous rappelant
davantage le style des
brigades rouges de la Chine
de Mao, du temps de la
revolution culturelle. Tous
ces petits jeunes, tous ces
petits dragons (c'est le dragon
et non la "chimre" qui est le
symbol de la Chine), tous
dfilant en criant, vocifrant:
"Nous craserons leur tte de
chien."
Parlant bien sr de
leurs adversaires: "nous
craserons leur tte de chien."
D'abord on sursaute
devant une telle horreur. Puis
on apprend que c'est une
faon bien chinoise
d'exorciser au contraire
l'horreur, la violence par ce
dbordement de language,
cette extrapolation du
discours politique. Nous
craserons leur tte de chien,


c'est une faon de mettre en scne la violence, mais avec
tant d'expressivit, de vrit qu'on'n'a pas besoin de
l'exercer vritablement. Ou plutt quand il vous est
impossible de l'exercer vritablement, qu'il vous est interdit
de l'exercer vritablement.
Car ce n'est pas par hasard que manifestants et
contre-manifestants manifestent le mme jour, la mme
heure, au mme endroit Port-au-Prince et sans se pter la
gueule ... On sait bien que ce n'est pas tant le nombre
d'agents de police, ni l'importance du cordon de scurit
qui fait la difference. Non, il doit y avoir en dessous quelque
compromise, une sorte de modus vivendi, de gentlemen
agreement, d'accord entire gens de bien, "bon bagay."
Eh oui, il faut jamais se dcourager! "Pa
dekouraje." Mme si vous entendez les pires horreurs au
course de ce nouveau genre de manif-contre-manif, comme
qui dirait un thtre l'italienne, ct cour, ct jardin,
plan contre-plan, mais quelle horreur peut tre pire que
"nous craserons leur tte de chien." Or les chiens ont
encore aujourd'hui leur tte bien au-dessus de leurs oreilles
... Sauf ceux qui se seraient trop gars en chemin. A bon
entendeur!
Ces manifestations contre-manifestations new
style nous rappellent encore une scne inoue qu'il nous a
t donn de vivre comme journalist au course d'un
sminaire Porto-Rico. Soudain, on nous proposal, comme
illustration du dialogue dmocratique, d'assister un dbat
entire diffrentes tendances de la scne politique porto-
ricaine, pays qui est, comme vous le savez, un tat associ
des Etats-Unis, une sorte de protectorat...
En scne (je dis bien en scne) les reprsentants
de trois tendances: 1) pour une Porto-Rico indpendante;
2) pour une plus grande autonomie; 3) pour le maintien du
statu quo ...
Le dbat fut chaleureux et anim ... et trs
instructif. Mais il n'y avait pas de "nous craserons leur
tte de chien". Mais surtout, au mme moment, des
militants porto-ricains indpendantistes taient en prison
depuis de nombreuses annes aux Etats-Unis pour avoir
dfendu les mmes ides qui taient exposes dans cette
discussion.
Alors! Eh bien, la difference est que ici c'tait en
(voir New look / 6).


Page 4


/







Mercredi 12 Novembre 2003
LU.;t'; ci IM12rh V7l XWIT N 4 A 1


DE DACTLIALITE


SPage 5


Est-ce qu'on saura combler le deficit dmocratique?
(Drle de paix ... suite de la page 4) la mme chose: il faut passer par des elections par de bones soudain contre le leadership traditionnel ne soit un
Cela dbouche parfois sur certain paradoxes, ex. lections. Nous comprenons les frustrations nes en 2000; nous calcul de plus tongue haleine: en effet, l'ex-ambassadeur
la dernire position de la Convergence Dmocratique qui comprenons la mfiance et la peur qui existent de part et amricain Brian Dean Curran dnonait avant son
se dclare la fois favorable la resolution 822 de d'autre. Mais nous disons clairement que la seule voie pour le dpart un besoin pour la classes politique hatienne d'un
l'Organisation des Etats Amricains, fixant les rgles pour changement en dmocratie est la voie lectorale. Les Etats- peu se r-oxygner, ventuellement par le truchement
la tenue de nouvelles lgislatives libres et honntes et dans unis sont contre la violence, contre les coups d'tat, contre de frais moulus d'universits amricaines ..
ri- t tout changement
i 'z. .... politique qui n'est pas Une ventuelle perce de la diaspora!
pacifique."
tIut .


N~1


*tm {. .- '............ ...
Nouveaux membres du Corps de la Paix qui vont rejoindre leu
dans les 11 dpartements du pays photo Yonel L


un cadre scuritaire mettre en place par le gouvernement,
ainsi qu' une certain resolution du 15 dcembre 2002,
adopte par les parties politiques hatiens, et qui prne le
" dchouquage sans condition du pouvoir Lavalas ..

Bonnes lections oui! Mauvaises
lections non!" ...
Cependant l'ambassadeur Foley a t ici
galement on ne peut plus formel: "En ce qui concern
l'opposition et la socit civil, nous avons dit exactement


Dgradation de la

situation des droits

humans, selon Joinet
(Joinet ... suite de la page 3)
droits de l'Homme dans ce pays. La situation est "trs
grave" au sein de la police national d'Hati (PNH), a-t-il
dit a l'issue d'une mission de 12 jours et au course d'une
rencontre avec la press.
L'expert onusien a cit le cas "de cadres minents"
de la PNH qui quittaient leurs functions "scandaliss ou
dsabuss", de policies "qui croient leur mtier et
assistant impuissants des promotions fulgurantes du fait
du prince en dehors de tous critres lgaux".
M. Joinet a galement dnonc les perscutions
politique contre les militants politique traits de
terroristse" ou les dfenseurs des droits de l'homme traits
de "menteurs". Il a rappell cette occasion que les auteurs
de violence contre les droits de l'homme sont dsormais
passibles d'une "justice internationale.
L'expert onusien a dnonc l'existence des
"brigades spciales" de la police qui agissent comme une
"police parallle" et a rclam leur suppression.
Il a cependant jug de manire "positive" la
rcente creation par la PNH d'une brigade des mineurs avec
l'aide de l'UNICEF et la bonne prise en charge du sida
dans ce pays grce un comit prsid par Mildred Aristide,
l'pouse du chef de l'Etat.


mais avec
L- un contrepoids
significatif, une
Sgarantie important:
-"Les Etats-unis
,'opposent en mme
temps aux coups
d'tat et aux
mauvaises lections
( ). Nous disons oui
aux lections, mais
seulement dans de
honnes conditions."
Et afin que
nul n'en ignore:
"Notre slogan c'est:
*.Bonnes lections -
oui! Mauvaises
rs collgues dj rpartis elections non"
ouis/HenM sections non!
Autrement dit, des lections qui seraient ralises en


dehors des conditions ainsi fixes ne seront pas juges bonnes

Avec toutes les consequences prvisibles (sans oublier
les autres, a prvenu M. Foley, "des consequences tout fait
imprvisibles?"), et don't nous subissons toutes les rigueurs
depuis mai 2000.
En mme temps que c'est au gouvernement Lavalas
qu'il revient encore de mettre en place les conditions: "Depuis
mon arrive en Hati, je dois malheureusement constater que
le gouvernement n'a pas assum cette responsabilit et que le
climate politique et scuritaire s'est dgrad (...). Il faut crer
la confiance que les forces de l'ordre vont bien protger les
droits civiques et politiques, et que les 'chimres' ne vont pas
empcher les gens de se rassembler, de s'exprimer et de faire
champagne en toute libert."

Le derrire entire deux chaises! ...
Alors, forte de ces garanties, pourquoi l'opposition
continue-t-elle trainer les savates, autrement dit, pourquoi
ne peut-elle se faire une resolution entire deux resolutions? ...
Rponse: parce que aussi bien pour elle que pour
Lavalas, la situation n'est pas l'idale. Comme la tradition le
veut en Hati, les deux adversaires attendaient une victoire au
finish, c'est--dire chacun souhaitait la mort de l'adtre ...
Le president Lavalas gagne sa lgitimit et
l'opposition la garantie que l'alternance sera respecte et pas
seulement dans le cadre du rgime au pouvoir, comme un Parti
rvolutionnaire institutionnel (PRI) pendant plus de quarante
ans au Mexique ... Cependant n'est pas PRI qui veut!
Quoi qu'il en soit, l'opposition est encore plus divise
et multiple aujourd'hui qu'elle ne l'tait lors des lections
fatidiques du 26 mai 2000 ... En outre, un afflux de nouveaux
leaders, poussant comme des champignons aprs la pluie, sur
un terrain balay de vents contraires, est en train de remettre
en cause par leur simple presence et leur jeunesse ceux d'avant,
bien entendu sans avoir leur experience pour ne pas dire leur
sagesse (!), or cela compete aussi. C'est d'ailleurs sous leur
pousse que la Convergence a fini par pondre la semaine
dernire cette position cheval sur deux resolutions, autrement
dit le derrire entire deux chaises. A moins que cet assault


En effet- certain sont d'un certain ge, pour
ne pas dire d'un ge certain, tandis que la majority des
lus Lavalas et les nouveaux mousquetaires de
l'opposition appartiennent la mme gnration. Une
sorte de dnominateur commun, qui peut
ventuellement computer aussi ...
Les deux dernires annes du mandate du
President Aristide, comme le rappelle avec insistence
l'ambassadeur Foley, verront-elles aussi un plus grand
remue mnage dans la faune politique locale, y compris
une ventuelle perce de la diaspora un niveau ou
un autre, comme le laissait entendre l'ex-ambassadeur
Dean Curran!
Autant de changements en perspective qui ne
sont pas de nature rassurer les acteurs locaux, ni les
uns, ni les autres ... D'o la tendance garder le pied
sur le frein, jouer le bton. Autrement dit, le suicide
pour un pays depuis longtemps dbranch du
mcanisme de respiration artificielle.
Aussi l'ambassadeur James Foley doit-il tre
la seule personnel aujourd'hui en Hati pouvoir dire:
"C'est donc pour toutes ces raisons que je suis optimiste
quant aux possibilits de sortir de l'impasse politique

Esprons que lui au moins a les moyens de sa
politique.
Cependant ajoute-t-il: "Je dois dire que l'enjeu
est norme. Est-ce qu'on saura combler le deficit
dmocratique? Ou bien est-ce qu'on risquera de
transformer le deficit dmocratique en une crise mme
de la dmocratie, avec des consequences tout fait
imprvisibles?"

Tout un pays en punition ...
Voil une question capital. Et si le brusque
arrt enregistr dans le jeu n'tait pas seulement de
nature stratgique, mais galement d au fait que les
acteurs n'ont plus la force de changer de mthode, de
rectifier le tir. Bref, et si les hros taient simplement
trop fatigus!
Car frustrs l'un comme l'autre dans leur
attente, les deux camps peuvent adopter une dernire
stratgie dans laquelle, croit-on, les ntres sont
rellement passs matres et qui aura t finalement leur
arme de choc tout le long de ces trois annes de crise:
l'immobilisme, la stratgie de l'usure, l'puisement.
En conclusion (mais sans conclusion): une
situation de ni guerre, ni paix. Une sorte de trve par
ncessit mutuelle. Une drle de paix ...
A un mois du Bicentenaire de l'indpendance,
mais don't personnel brusquement l'avez-vous
remarqu, ne dit plus un mot!
Nous voici donc tout un pays en punition. Allez
savoir pourquoi !

Hati en Marche, 8 Novembre 2003

VOIR CONF. DE PRESS
AMB. JAMES B. FOLEY P.6


WIII 1 M Les Tarifs "long distance" les plus bas du Monde


l1015*945

Instruction
pour l'Amrique du Nord
Fonnez les numros: 10*15*945
+ 1 + code de la ville + le numro.
A L'tranger
Formez les numros: 10*15*945
+ 011 + code du pays + le numro.

Aucune ncessit de changer de transporteur Aucun
contract signer Pas besoin d'approbation de credit
Pas de frais mensuels. Pas de frais de connection


Pour d'au


seure'me~id o~vecyak


tres informations, appelez 10-15-8450
ou visitez notre site: www.yak.com


Centimes la

Haiti 29 Minute



Argentine.............15 Costa Rica ........19 ..u Salvador.............. 25.. Nicaragua.......... 29
Bresil ............15 ... Cuba................99 .- Guatemala...........27 .. Panama ............... 29 .
Chili...............15..- R. Dominicaine...15 .. Honduras ............ 39 Perou.....................29 ..
Colombie..............15 m. Equateur .........2.. .. Mexique...............15..-. Porto Rico...........13 ,.
midkm i.- s i li 1Ur guay .... ..... 2.. 9..
..=,=. ,,=,ando ...f ate pW .d~~s..=..is. Pon UVenezuela...ela .......19
caugdrns lcalesmar perIlI tabassp se"C m cargmind = ssfmUSF







Page 6


CONFERENCE

"Les Etats-Ui


d'tat qu'
PORT-AU-PRINCE, 6 Nov. L'ambassadeur des
Etats-Unis en Hati, James B. Foley, a prononc le mercredi
5 novembre coul sa premiere conference de press depuis
son arrive il y a deux mois dans le pays.
L'ambassadeur Foley a dclar qu'il n'y a pas
d'autre issue la crise politique hatienne que l'organisation
de nouvelles lections lgislatives et locales pour remplacer
celles contestes de mai 2000. Cependant, d'aprs M.
Foley, les conditions actuelles dans le pays ne conviennent
pas la tenue d'lections. Selon lui, c'est au pouvoir et au
president Jean-Bertrand Aristide de prendre l'initiative en
crant un climate scuritaire propre cela. L'ambassadeur
amricain dit que deux mois depuis son arrive dans le
pays, il n'a pas vu'le gouvernement hatien faire
suffisamment pour rtablir la scurit.

Manifestations

new look !
(New look ... suite de la page 4)
circuit ferm, en famille, entire gens de bien, "bon bagay."
C'est a le dialogue dmocratique. "Bon bagay." On peut
dire tout ce qu'on veut, s'envoyer les pires horreurs la
tte, mais comme dans les films de gangster: tout le monde
doit laisser son flingue au vestiaire ...
C'est un peu cela qu'on a assist vendredi devant
Carabe FM. Ce qu'on appelle une grande premiere.
Evidemment, certain essaieront probablement
d'en profiter les ternels petits malins et ils sont dans
tous les camps pour crier la fois "nous craserons leur
tte de chien" et en vouloir rellement leur tte, de chien
ou pas ...
Bref, refuser de dposer leurs armes en entrant.
Mais cela, vous le comprenez bien, n'est pas de
notre competence.

(Mlodie, 103.3 FM, Port-au-Prince)


1 USA HAITI POLITIOUE I


Mercredi 12 Novembre 2003
Hati en Marche Vol. XVII N -1.1


DE PRESS AMB.US JAMES FOLEY

lis sont aussi opposes aux coups

aux mauvaises elections "...
L'ambassadeur Foley plaide en faveur de la mise Evoquant les vnements des Gonaves,
en place du nouveau conseil lectoral dit de consensus, en l'ambassadeur Foley dira semblablement : Nous
.lcondamnons aussi bien la
violence (d'o qu'elle vienne)
que la repression aveugle.
Aux Gonaves, des
individus arms, qui se
rclament de l'opposition, ont
attaqu le commissariat de
police, provoquant la mort
d'une jeune fille et blessant
trois policies, don't le directeur
dpartemental de la police,
Camille Marcellus.
L'ambassadeur Foley
condamne aussi la repression
policire qui a fait plusieurs
morts dans le quarter de
Raboteau.
S.. Le diplomat
amricain a condamn
nommment les dbordements
de ce qu'il appelle les
chimres et exig le respect
James B. Foley de la liberty de manifester pacifiquement qu'il considre
prcisant cependant : oui de bones elections, non de come un signed avant-coureur d'un climate propre de
mauvaises elections. bones lections.
Les Etats-Unis sont aussi opposs aux coups Pour finir, a dclar l'ambassadeur amricain,
d'tat, a-t-il ajout, qu'aux mauvaises elections." c'est au pouvoir en place que revient l'initiative de rtablir
le climate de scurit et de redonner confiance ...

TEXTE OFFICIAL
BUREAU DES AFFAIRES PUBLIQUES

Ambassade des Etats-Unis d'Amrique
Le 5 novembre 2003 Bonjour. Permettez-moi de commencer par vous dire combien je suis recommaissant au
No. 2003/25 people Haitien pour l'accueil chaleureux que j'ai reu depuis mon arrive. En depit de
tous les problmes que connat le pays, les Haitiens restent un grand people qui est fier de
son histoire et de ses valeurs traditionelles.. ils sont d'une hospitality vraiment magnifique.
Je voudrais d'abord raffirmer le constant que j'ai fait en arrivant en Haiti: que l'tat
actuel du pays est trs proccupant de tous les points de vue: pauvret, inscurit,
dveloppement conomique, infrastructure, environnement, sant, etc. Il est donc essential
que le pays sorte de l'impasse politique pour que Haiti etles amis d'Haiti puissent travailler
ensemble pour rsoudre tous ces problmes fondamentaux.
C'est pourquoi j'ai fait un effort ces premires semaines pour encourager la formation du
CEP en vue de crer un processes electoral libre et credible, dans le cadre de la Rsolution
822 de l'OEA. Mes activits diplomatiques ont porte a la fois sur le gouvernement et les
parties politiques de l'opposition et la socit civil.
S. En ce qui concern le gouvernement d'Haiti, nous avons dit que nous sommes prts
avoir de meilleures relations voire de relations normales. Nos relations n'ont franchement
pas t bones ces dernires annes, cause des elections dfectueuses de l'anne 2000.
S Mais nous croyons qu'il serait dans l'intrt de tous de se turner vers l'avenir. Nous
t proposons donc l'ide d'avoir de bones relations en passant par l bonne governance et
-'-,- : la tenue de bones elections: des elections lgislatives et des elections prsidentielles pour
choisir le successeur du Prsident Aristide.
/ ,., Nous constatons en effect qu'il ne rest pgs beaucoup de temps dans le mandate de l'actuel
' l prsident'- seulement deux ans environ. Il est donc urgent a notre sens d'accomplir des
progrs pour le people d'Haiti et ainsi de raliser un heritage digne du personnage historique
>l -lu en 1990. Nous sommes prts cooprer dans ce sens.
Cependant, on ne peut pas raliser cette belle perspective si le gouvernement orgaise
des elections unilatrales sous l'actuel CEP, quelque chose qui n'aurait pas de lgitimit
aux yeux de la communaut international. Il y a un deficit dmocratique qui existed en
l ll Haiti depuis 2000. Ce qu'il faudrait fire, a notre sens, c'est de combler le deficit
dmocratique par la bonne governance et la tenue de bonnes lections.
En ce qui concern l'opposition et la socit civil, nous avons dit exactement la mme
chose: il faut passer par des elections par de bones lections. Nous comprenons les
frustrations nes en 2000; nous comprenons la mfiance et la peur qui existent de part et
d'autre. Mais nous disons clairement que la seule voie pour le changement en dmocratie
.est la voie lectorale. Les Etats-Unis sont contre la violence, contre les coups d'tats,
contre tout changement politique qui n'est pas pacifique.
Je dois avouer qu'il n'est pas facile de convaincre des gens d'aller aux lections dans les
S. conditions actuelles ou des gangs sment la terreur dans les rues et mme jusque dans
l'enceinte sacre d'une glise. Comment en effet convaincre des parties politiques d'aller
aux lections quand le droit de rassembler n'est pas respect en ce moment?
SCependant,je suis content du fait que des responsables politiques conmnencent a envisager
la possibility d'aller aux lections si les conditions sont bones. Ils commencement
notamment apprcier l'idee central de l'Ambassadeur Todmnan: qu'il faut dans un premnuer
temps former le CEP, et ensuite le protger pour qu'il ne subisse pas le sort du CEP de l'an
2000. Car nous croyons qu'un CEP vritablement indpendant sera en measure de dterminer
.....et d'exiger des conditions ncessaires pour la tenue de bonnes lections qu'un tel CEP
pourrait lui-mme commencer a combler le deficit dmocratique don't j'ai parle.
Je crois aussi qu'ils commencent apprcier le fait que l'Administration Bush est trs
s rieux; qu'il ne s'agit pas pour nous de cautionner des elections qui seraient demi-crdibles
ou demi-bonnes. Ce seront, aprs tout, les premires elections en Haiti durant le mandate
de l'Administration Bush. (voir Amb. Foley /7)


- - - --- -- - ---- :W--- 1 1. 1.. "'1. N Il INU. -ti






Mercredi 12 Novembre 2003
Hati en Mitarcho Vnl Y'WTT T .11


I 1q 14TA ITI DnTTT TU


I C A 4u- imi ilE1 i (>11Il I


DECLARATION DE L'AMBASSADEUR DES ETATS-UINTS EN HATTI


(Amb. Foley ... suite de la page 6)
C' est donc pour toutes ces raisons que je suis optimiste
quant aux possibilits de sortir de l'impasse politique
en Hati. Notre slogan c'est: "Bonnes lections oui!
Mauvaises lections -non!" C'est a dire queles Etats-
Unis s'opposent en mme temps aux coups d'tats et
aux mauvaises lections; on n'a pas a choisir entire
ces deux options. Nous disons oui aux lections, mais
seulement sous de bonnes conditions.

O en sommes nous donc en ce qui concern notre
initiative'?

Comme je viens d'indiquer, nous avons fait de progrs
rels en ce qui concern une acceptation de principle.
Malheureusement, nous butons toujours sur le point
de dmarrage. D'ailleurs, la situation scuritaire dans
le pays a connu une forte dgradation ces dernires
semaines, ce qui rend notre tache de trouver un
consensus politique plus difficile. Ce qui se passe
notamment aux Gonaives est a regretter de tous les
points de vue; nous condamnons a la fois la violence
contre les institutions et agents de l'Etat aussi bien
que la repression aveugle qui n'a cote la vie qu'a
des civils et des gens innocents. Je me souscrit donc
a la declaration faite le 31 octobre par le chef de la
Mission Spciale de l'OEA, l'Ambassadeur David
Lee. Et laissez-moi vous assurer que la communaut
international restera sur le terrain pour tmoigner sa
solidarity avec la dmocratie en Haiti et le droit des
Haitiens de manifester leurs opinions politiques
pacifiquement.


Mais en revenant notre initiative, je dois vous dire
qu'on a du mal a proner la solution lectorale quand
les gens ne peuvent pas manifester pacifiquement dans
les rues de Port-au-Prince, Cap Haitien ou ailleurs.
On a du mal a envisager un future climate de scurit
quand un tel climate n'existe pas aujourd'hui.

C'est pourquoi nous croyons que pour dbloquer la
situation et former le CEP, la premiere responsabilit
est celle du gouvernement et des institutions de l'Etat.
Depuis mon arrive en Haiti, je dois malheureusement
constater que le gouvernement n'a pas assume cette
responsabilit et que le climate politique et scuritaire
s'est dgrad. Nous croyons donc qu'il income au
gouvernement de changer cette situation en faisant des
pas ou des measures ncessaires pour donner confiance.
Pour nous aussi, la communaut international, nous
voulons investor dans de bonnes lections. Nous
devons donc savoir qu'il y a une volont relle de crer
des conditions ncessaires pour aller vers de bonnes
lections. Il faut crer la confiance que les forces de
l'ordre vont bien protger les droits civiques et
politiques, et que les chimres ne vont pas empcher
les gens de se rassembler, de s'exprimer, et de faire
champagne en toute libert.

Je ne suis pas l aujourd'hui pour prciser de quelles
measures il pourrait s'agir'- soit dans le domaine
scuritaire ou dans le domaine politique. L'essentiel,
ce sont des actes qui vont parler'- des actes qui vont
dans le sens d'un assainissement des institutions
scuritaires et politiques.


Pour conclure, je dois dire que l'enjeu est norme.
Est-ce qu'on saura combler le deficit dmocratique?
Ou bien est-ce qu'on risquera de transformer le deficit
dmocratique en une crise mme de la dmocratie,
avec des consequences tout fait imprvisibles? La
rponse est capital car il ne s'agit pas seulement de
prparer le terrain pour aller aux lections; il s'agit de
jeter les bases pour le dveloppement conomique du
pays. Il s'agit de l'avenir mme d'Haiti et de la
capacity du people Haitien de prendre finalement en
main son destin.

Car il faut bien que les Haitiens prennent en main leur
destin, et de ne plus attendre des solutions qui
proviendraient de 1' extrieur. Il y a tendance de tous
les cotes ici de miser sur 1' tranger'- soit comme bouc
missaire ou bien comme sauveur. Or il n'y a pas
d'embargo contre Haiti; il n'y a pas de salut politique
ou conomique en dehors d'Haiti non plus. Il relve
de la responsabilit de tous les Haitiens de bonne
volonte de chercher un terrain d'entente pour discuter
des vrais problems du pays. Car une bonne election
seule ne resoudra pas ces problems; en democratic il
faut avoir le dialogue et la bonne governance aussi.

Je peux vous affirmer que les Etats-Unis veulent faire
le maximum pour aider au redressement du pays.
Notre aide bilatral est dj considerable. Depuis 1995
notre cooperation s'lve a presque un milliard de
dollars; en 2003 elle se chiffre a plus de 70 millions
de dollars. Nous encourageons en mme temps le
rengagement des institutions financires
internationales; et je tiens en ce sens a saluer la
performance macroconomique du gouvernement
d' Haiti et le programme qu'il entreprend dans le cadre
de ses relations avec le FMI.

Il n' y a donc pas d'embargo, mais il y a effectivement
des blocages internes qui empchent le plein
engagement de la communaut international. Nous
avons appris en Haiti et partout dans le monde que la
cooperation telle qu' on l'a pratique pendant 50 ans
n'a pas donne des rsultats escomptes et a conduit
beaucoup de gaspillages. Nous comprenons
aujourd'hui qu' il y a un lien entire dveloppement et
dmocratie, entire dveloppement et transparence,
entire dveloppement et la bonne governance.

Malheureusement, selon l'organisation Transparence
International, Haiti est classes 131 parmi 133 pays en
ce qui concern des indices de corruption. Mais a ne
veut pas dire que les choses ne peuvent pas changer.
Btir un tat de droit, pratiquer la bonne governance,
tenir de bonnes lections relvent surtout de la volont
politique. Si cette volont existe, je suis convaincu
que notre partenariat n'aurait pas de limits, et que
l'on pourra notamment mobiliser le secteur prive
amricain dans le redressement conomique du pays.
Vu l'tendue des problmes en Haiti et surtout le
niveau de pauvret et des souffrances humaines, on
n'a pas de temps perdre.

Je vous remercie de votre attention.


105,
Port-
Depi
Aristide la
scurit, la sit
dgrader. Ces
escalade de v
liberts public
Le w
la tenue de dei
au Cap-Hatie
quatre jours ac
et aussi la d
La s
crmonie rel
Prince pour c
Pape Jean-Pau
du president
president vi
presents.
Aux
renforce pa
quinzaine de c
de personnel,
bb de quinz
Les r
Maxima et ses
dans un vhic
Radio Caraib
Un
fminines dev


CONVERGENCE DEMOCRATIQUE
ave Lamartinirefl 1C'oHImm un ique l'impunit est brutalement
au-Prince HAITI C oIlII U niqUe interrompu par un, group
uis l'arrive de Monsieur Jean-Bertrand d'nergumnes sous les yeux et dans l'indiffrence des
prsidence de facto du pays, le climate de agents de la Police Nationale.
tuation des droits humans n'ont cess de se Des citoyens rassembls Ption-Ville pour
derniers temps, nous assistons une vritable participer une action en vue de sensibiliser la population
violations des droits de la personnel et des sur la dgradation de l'environnement sont attaqus et
ques. brutaliss par des nervis la solde du pouvoir.
eek-end du 25 octobre dernier, pour empcher Face la politique de confrontation des dirigeants
ux colloques et d'une manifestation pacifique lavalas, face aux violations extrmement graves et rptes
en, Lavalas a pris cette ville en otage durant des droits que confre notre Constitution, face un pouvoir
onscutifs, grceunebandedevoyousarms de facto qui se refuse respecter les liberts, la
mission de fait de la Police Nationale. Convergence Dmocratique ritre son appel la
emaine prcdente, le 16 octobre, une mobilisation pacifique en vue d'obtenir la dmission de
igieuse organise la Cathdrale de Port-au- M. Jean-Bertrand Aristide.
ommmorer les 25 annes du Pontificat du Le Pays suit avec attention le positionnement de
il II a t gravement perturbe par les hommes la Communaut international face un pouvoir dlinquant
de facto criant ""Aristide Roi, Aristide fond sur l'intolrance, l'exclusion et la violence. La
ie et menaant les leaders de l'opposition Convergence Dmocratique espre qu'elle finira par
apporter son appui non quivoque aux principles
Gonaves, la Police Nationale vassalise et dmocratiques, la just lutte pacifique du people hatien
ar la milice lavalassienne massacre une contre la dictature et pour l'tablissement d'un Etat de droit.
citoyens innocents, blessent une cinquantaine Port-au-Prince, le 2 novembre 2003.
, incendient cinq maisons et brlent vif un
7e jours. Grard Pierre Charles
aenaces s'accentuent et se prcisent sur Radio Organisation du Peuple en Lutte (OPL) OPL
s journalists tandis que.des hommes months Victor Benot
ule Service de1' Etat' "tirent sur le local de Espace de Concertation
es. Luc Mesadieu
Sit-in convoqu par des organizations MOCHRENA
vant le Palais de justice pour protester contre Hubert de Ronceray
MPSN


1zr~e? ic ti us


Nous exportons vers Haitil



18 x 18 & 16 x 16
Cramiques espagnoles et italiennes
Grand choix votre disposition
.79 pied carr

G RAT tJ IT
Cramiques grises
( Maximum 8 Sacs)
avec tout achat minimum de 200 pieds carrs
Apportez ce coupon


Cramiques & Marbre


Nous exportons vers Haiti




12x 12
Cramiques espagnoles
Diffrents Styles et couleurs
69 pieds carrs

.L RA tT I iT
Cramiques grises
( Maximum 8 Sacs )
avec tout achat minimum de 200 pieds carrs
A t nnr e. S.ncolnon


Venez donc voir vous-mme



Meilleurs prix de la place

3306 N.W. 79me Avenue, Miami, Florida Tl.: 305 592 2558 Fax: 305 477 2673


Pao

POLITIQUE


-.---.......


N- %, w -L 4L J&-- j-& &







Page 8


I 'UACTIJAIITE EN MARCH I


Mercredi 12 Novembre 2003
Haiti en Marche Vol. XVII No. 41


Le 17 novembre celle de
l'Initiative Citoyenne qui ira jusqu'
Vertires.
Ces 3 manifestations prcdant
la commmoration de la bataille finale


LA POSITION DE L'OPPOSITION


Srie de manifestations test : 13,14 et 17 Novembre
Orlando, 7 novembre Concidence ou et qui fait des victims mme dans les rangs des civils. Ils de l'Indpendance, le Combat de Vertires, sont t
coordination, Louis Joinet, expert indpendant de l'ONU, dplorent le non-respect du droit de rassemblement. significatives. C'est d'abordla verification de l'affirmat
James Foley, ambassadeur des Etats-Unis et David Lee, L'opration "Etau Bouclier" organise officiellement pour de l'abolition pure et simple des brigades spciales.
chef de la mission spciale de l'OEA, font simultanment empcher les manifestations anti-Aristide dans le pays. Par ensuite la capacity des Hatiens pouvoir trouver
des constats et des dclarations trs ngatifs concernant la ailleurs le reprsentant de l'excutif dans le dpartement compromise de sortie de l'impasse. Alors que Louis Joi
situation hatienne. Le rgime lavalas affirme que les du Nord a interdit toute manifestation jusqu'au 19 a critiqu svrement le fonctionnement de l'institut
Brigades Spciales n'existent plus dans la police national. novembre 2003. judiciaire, et de la police national en particulier, en pla
Test acide pour la mobilisation, une srie de 3 Si le diplomat amricain, dans certain cas, la totalit des responsabilits et des blmes sur
manifestations prcdant la commmoration du rclame des actes concrets de la part du gouvernement en gouvernement exclusivement, James Foley a insist su
bicentenaire de la bataille finale de l'Indpendance, le ce qui a trait au climate de confiance instaurer pour non-respect du droit de rassemblement par le rgi
Combat de Vertires. permettre chacun de se sentir libre d'opiner, de se lavalas, mais blme tous les secteurs, particulirement
Louis Joinet explique que la situation des droits rassembler voire de faire champagne, dans d'autres, James l'incapacit des Hatiens pouvoir trouver un compro
humans dans le pays est trs grave ". Et cette gravit, est Foley s'attaque tous les secteurs du pays en raison de la entire eux.
constate dans le mode de fonctionnement de la police tendance selon laquelle les Hatiens, quoique libres et Ces trois manifestations ont pour mission de fa
national, institution sur laquelle l'expert a concentr indpendants, ont les yeux rivs sur l'tranger pour venir d'une pierre deux coups, taire respecter le droit
l'essentiel de son enqute. "La PNH est malade et souffre rsoudre leurs problmes eux. Le diplomat se dit rassemblement et proposer une solution de sortie de crn
d'une crise d'identit, avec notamment le cas des brigades profondment proccup, car les Hatiens n'arrivent mme La premiere, celle des universitaires et des syndicats, le
spciales, unit qui ne figure pas dans son organigramme pas trouver un compromise entire eux. Il arrive mme se novembre, exige clairement le dpart d'Aristide. Ce
" et don't Louis Joinet rclame purement et simplement la demander pourquoi parler de vide institutionnel (en janvier est aussi une solution, mais pas un compromise. La second
dissolution. Il dit avoir la preuve tangible de l'existence 2004 avec la fin du mandate du Parlement) quand on ne celle du Groupe des 184, le 14 novembre propose u
d'attachs dans certain commissariats de police, tente mme pas de grer l'urgence actuelle, savoir solution de sortie de cruise, et qui sera indubitablement
principalement Delmas 33 comme rvldans unrapport l'inscurit. L'ambassadeur amricain qui plaide en faveur compromise. Une nuance important: le point
de la NCHR. L'expert dnonce galement le cas de certain de la tenue d'lections crdibles, dit comprendre la rassemblement du Groupe des 184 c'est le commissa
CASEC qui s'rigent en fonctionnaire judiciaire. Les mfiance de l'Opposition et de la Socit civil prendre de police de Port-au-Prince adjacent au palais national
constatations'faites au course de sa visit, riment trop part au scrutiny, sige du pouvoir. La troisime, celle de l'Initiat
souvent avec la dtrioration spcialement dans le domaine On est tous d'accord sur ce point, qu'il faudra des Citoyenne le 17 novembre,'veille de la commmorat
de la lutte contre l'impunit, la dtention preventive lections crdibles, honntes et dmocratiques pour franchir du bicentenaire de la bataille de Vertires, sera plus pro
prolonge, les ordres de liberation non excuts, la le seuil de la dmocratie avec un gouvernement lgitime des exigences de la premiere que de la proposition de
perscution des magistrats et dans certaines region du pays, et constitutionnel et enfin sortir de l'ornire de la crise dans deuxime.
la justice est tout simplement asphyxie. C'est avec regret laquelle on vgte depuis trop longtemps. La question Quelles sont les probabilits de succs et
qu'il constate que la situation empire. Les droits qu'on se pose aujourd'hui, aprs ces constats et ces confrontation dans ce test de la volont du rgime
fondamentaux des citoyens continent d'tre viols. Joinet dclarations, comment Lee et Foley peuvent-ils esprer respecter le droit de rassemblement et d'accepter
dplore que L'Etat d'impunit se substitute toujours plus qu'Aristide pourra honntement organiser de telles compromise de sortie de cruise?
l'Etat de droit". lections.Aaucunmomentdel'histoiredurgimelavalas, Il nous faut assumer d'une part que le rflI
L'ambassadeur amricain James Foley, et le chef on n'a jamais tent de faire de telles lections. Les lections totalitaire lavalassien, portera le rgime affronter
de la mission spciale de l'OEA David Lee,'ont fait le de juin 1995 ont t confisques par l'OPL.'L'ONU et manifestants. On doit s'attendre, si on est raliste,
mme constantt et ont opin dans le mme sens : une l'OEA ont d annuler les elections du 6 avril 1997. Ceux confrontation violent ds la premiere tentative, le
degradation de la situation politique hatienne tous les du 21 mai et du 26 novembre 2000, sont contestes, jusqu' novembre. D'autant plus que les manifestants vont exi
niveaux, citant l'inscurit, la pauvret, l'absence de prsent. L'un des lments fondamentaux de la crise, c'est le dpart d'Aristide du pouvoir.'D'un autre ct,
dveloppement conomique, les infrastructures, l'incapacit du rgime lavalas de faire des lections capitulation consentie Joinet par le rgime, affirmant
l'environnement et la sant. Ils placent la responsabilit crdibles, honntes et dmocratiques. Certes la ces brigades spciales n'existent plus la police, est
de la dtrioration de l'environnement sur le gouvernement, responsabilit revient aux Hatiens de sortir de l'impasse. significative. Il y a l la probability qu'il soit consei
Ils experiment leurs proccupations face la persistence du Si de fait, c'est par les lections dmocratiques qu'on finira que ce soit un test du respect du droit de rassemblemr
climate de violence dans le pays. ils citent l'appui, la par sortir de l'impasse, le regime lavalas n'ani la vellit, sur lequel Foley a tant insist, que le regime peut vou
tolerance de la terreur provoque par les gangs dans les ni la capacity pour organiser de tells elections. La fire preuve de bonne volont, momentanment.
rues et mme dans les lieux saints. Ils dplorent la violence communaut international depuis plus de 3 ans ne fait Si c'est l'instinct nature du regime qui prv
qui fait rage, ainsi que la repression "aveugle" qui s'abat que grer la cruise en imposant des resolutions auxquelles on aura l'impression du dj vu et l'apparence d
sur certaines regions du pays, notamment aux Gonaves, Aristide oppose une politique d'inertie et de fait stagnation du status quo. Apparence du status quo, parce
accompli.'Certes la communaut international a ses ce test n'est pas innocent. La simultanit des press
prfrences, le compromise travers le venant lafois de l'ONU, Joinet, de l'OEA, Lee, des Et
dialogue. Les peoples pruvien et Unis, Foley, des universitaires, des syndicate, du Gro
I bolivienaont oeuvrautrementpour sortir 184 et de l'Initiative Citoyenne, ne peut pas tre
D E de leur impasse. A moins que e ne me coincidence. Aristide peut-il la lfois refuser de respe
trompe, ce ne fut ni par le compromise ni le droit de rassemblement, rejeter sans consideration
par le dialogue, mais par la mobilisation compromise pour briser l'impasse et violer les droits ci
insurrectionnelle. Et leurs solutions ont et politiques, sans aucune consequence, alors qu'il se tro
t reconnues et acceptes par la pris dans une double impasse et en position de faibles

CARGO EFFECTUANT LE TRAJET: MIAMIORT communaut international. Si c'est la second possibility qui se matna
CARGO EFFECTUANT LE TRAJET MIAMI-PORT- En reaction aux constats et sans accroc, le 13 novembre, l'effet de boule de neige
AU-PRINCE, PORT-AU-PRINCE-MIAMI OU declarations de Louis Joinet, l'inspecteur possible pour la second et aussi pour la troisiu
PARTOUT AILLEURS gnral en chef de la police national- manifestation. A ce moment l il y aura sur le tapis d
d'Haiti Evens Sainturntaffirme aunom solutions diamtraleinent opposes: la solution
Vous nous remettez vote colisaujourd'hui, du regime lavalas, que les Brigades compromise, coexistence et cohabitation, et celle d
Vous nous reete vt c is auiourd' huil mobilization vocation insurrectionnelle.
Spciales n'existent plus dans la police. mobilization vocation insurrection lle.
demain il sera livr La verification de cette affirmation pour Aristide inluctablement choisira le comnpre
la mobilisation est le test acide en une pour faire du dilatoire et s'accrocher au pouvoir jusqi

Nous transportons des voitures 4x4 et autres, des srie de 3 manifestations prcdant la 2006, sans intention de partager le pouvoir. La common
mosaques, des meubles... etc... commemoration du bicentenaire de la internati onale maintiendra son contrle 100% en vi
bataille finale de l'Indpendance, le le chambardement, et en forant le respect du droi
Combat de Vertires:rassemblement. Le droit de rassemblenient aura deux r

TRANSPORT PAR AVION Le 13 novembre celle des continuer affaiblirlergime, servir de soupape de s
universitaires et des syndicats; pour permettre l'opposition de ventiler ses frustrat
Le 14 novembre celle du et se consolider politiquement en se crant une nouv

Pour une lgre difference de prix, votre colis est assur Groupe 184 avec proposition de sortie lgitimit.
trt ut de crise Frustr par le dilatoire, le Groupe des 184
,_ .. ., ; c ,,rut de cruise ; ... l.. .. .....dela i. l a i.n e ti


renura compte d -ic e limpossiillt, ui. l ^.."""ituum" u t -
coexistence avec un rgime anarcho-populiste. La volont
politique de maintenir la dliquescence institutionnelle pour
conserver la concentration absolue du pouvoir, est
absolument incompatible avec la notion de partage du
pouvoir. Le niveau du seuil de tolerance du Groupe des
184 ce moment l sera d'une importance capital. C'est
la rapidit avec laquelle il atteindra son seuil de tolerance
qui forcera l'effondrement du compromise, et le constat
irrfutable que le rgime est totalement incapable de grer
la crise et encore moins la sortie de l'impasse.
'" Sur les questions de base il ne devrait y avoir
aucun compromise. Seulement un changement dans les
rapports de forces en faveur des dmocrates, peut assurer
avec certitude les questions de base. "


et livre sans per te de temps, sansa aucun LsoucI i ts, .,
sans dlai.


ADEAH a une grande experience avec les hommes
d'affaires et tous les autres clients d'Hati.

Notre adresse: 1970 N.W. 70 me Avenue
Miami, Florida 33126
Tl: 305-599-2959 Fax 305 599 7383
email; cargo@adeah.com

ADEAH, Se Sa Nt !


1


, 1 1 R 1 1 . '. . . 1 . X a Ra ,


rs
ion
Et
un
net
ion
ant
le
r le
me
sur
mis

aire
de
ise.
e13
qui
de,
une
un
de
riat
, le
ive
ion
che
e la

de
de
un

exe
les
une
13
iger
la
que
trs
cent
eunt,
loir

aut,
e la
que
ons
ats-
Dupe
une
cter
n un
vils
uve
se?
lise,
eest

[eux
i de
e la

imis
u'en
aut
tant
t de
les
iret
ions
'elle

se
de la







Mercredi 12 Novembre 2003
ir M h VN. l XVIIT 1I


Page 9


I 1r &TITAI.ITF.FNI4ARCHF I


ni etil e anrc vo Y o A11o.A l I N 0 411 I /.t.).t1'% II A m A I V Ivil |\ 1 ls-jud e'opin


Les petits jeux de opposition


S'il y a un president des Etats-Unis qui a laiss un
got amer la politique amricaine, c'est bien Richard
Nixon : il restera connu dans l'histoire surtout pour ses
manouvres dloyales visant tromper ses compatriotes
pendant la tragdie du Vietnam et surtout pour le rle
dterminant qu'il a jou dans l'pisode du Watergate. Et
pourtant, tout le monde s'accorde dire qu'il a t un
politician persvrant qui, aprs plusieurs checs, a eu
finalement le mrite de reporter les lections deux
reprises dans son pays.
L'impression que laisse la stratgie d'auto
sabordage de l'opposition hatienne est celle de garnements


Rele 305-375-4971 osw
miamidade.gov/distrill pou
sant kap ranmase yo ki pi pr


F Kado Yon Selil. "Di


er-~


MIAMI- DAD
- w


qui font un boucan terrible dans l'intention de se faire
rprimander et battre par leur pre pour se faire plaindre
ensuite par la mre rpute sensible qui leur donnera
srement pour les consoler, tous les bonbons qu'ils veulent
pour que cessent les interminables pleurnicheries qui
suivent la racle. C' est donc a le plan que nos garnements
ont imagine. Mais le problme c'est qu'il faut tout coup
pousser des cris beaucoup plus aigus et plus convaincants
car il parat que la mre est en train de dcouvrir le petit
jeu et alors il faut donc faire vite et s'empresser de foutre
le bordel des bordels pour que le pre, en corrigeant,
administre la fesse des fesses quitee s'administrer la
fesse soi-mme et en
accuser le pre) car ce qui
compete aprs tout c'est de
pouvoir recueillir tous les
bonbons la fois, c'est
ps dire la bote entire de
drages ... engloutir.
La fin doit-elle toujours
justifier les moyens?
S* A L'actuelle stratgie du
Plon Gay de nos
politicians vise
uniquement crer la
pagaille et semer la
panique. (Un des
principaux objectifs
actuels est de gter
irrmdiablement les
clbrations du bicen-
tenaire de l'indpendance
d' Haiti). Pour l'opposition
haitienne, tous les coups
sont permis. Mais il est
certain que le people en
2003 ne s'engagera pas
derrire des politicians
magouilleurs ou apprentis-
metteurs en scne
spcialiss en tableaux
chaotiqqu es .s
Pourvu que a nuise au
gouvernement, pourvu que
a mette du monde dehors,
tous les prtextes sont
bons. Pour 1' opposition,
bout d' arguments,
n'importe quel fait divers
tombe point nomm pour
rclamer la dmission du
president : un prvenu
mordu par un chien errant,
un bobo qu'inflige au
doigt un gendarme
demeur un journalist,
tout constitute matire pour
crier atteinte aux droits de
l'homme et exiger le
renversement du
gouvernement. On dirait
que les champions des
droits de 1' homme
pullulent en Haiti mais
qu'en sera-t-il quand ils
tiendront, leur tour, le
bon bout du bton? On se
le demand.
Les tches d'un
vrai parti d'opposition
devraient consister, entire
autres, btir un
programme politique
raliste et coherent qui
a vizite reflte le plus fidlement
possible les aspirations du
nou jwenn people quand arrive le
'e lakay nou. temps crucial du scrutiny.
Un programme politique
que le parti s'engage
al A Life". raliser et qu'il entame de
manire concrete une fois
qu'il accde au timon de
I' Etat.


Dial
A
. I.eif a


Au lieu de passer
son temps dans un
infantilisme hystrique et
frileux et de gaspiller un
temps prcieux tendre
des piges au pouvoir


i v


pourAl'avoir l'usure", l'opposition devrait profiter de
l'espace dmocratique existant pour effectivement le
renforcer en construisant son programme et en instruisant
sans dmagogie le public : c'est sa seule chance de jeter
entire elle et la population des points faits d'acier et non de
paper mch comme c'est actuellement le cas.
Diriger de manire consquente une opposition
politique ne signifie pas passer son temps imaginer et
chafauder des mises en scnes ou des scnarios
susceptibles d'acculer le pouvoir par la creation de
situations difficiles bien capable malheureusement de
dgnrer en drapages, dans le but de dnoncer ensuite
des violations de droits humans, auxquelles peut encore
succomber, sous le stress intense de la conjoncture, une
police encore sans grande experience, au matre tranger,
c'est--dire aux omnipotentes agencies internationales qui
peuvent bien accueillir sans les vrifier outre measure toutes
les informations ngatives puisque le vernis est dj jet
sur ce petit pays de ngres du tiers-monde dj coupable
de 1804 et qui a eu en outre tout rcemment encore, par le
truchement du gouvernement lavalas, l'audace incroyable
d'avoir voulu se dsaligner du grand Pivot qui veut faire
turner dans un ensemble parfait tous' les systmes satellites
qui devraient, parat-il,toujours se plier toutes les caprices
et exigences du grand Directoire Central. Sinon,
dstabilisation outrance.
Si les parties d'opposition peuvent dployer leurs
multiples projects de calomnies, de troubles et de
provocations et parvenir survive face un gouvernement
qu'ils ne cessent pourtant de qualifier de dictatorial et qu'ils
poussent continuellement intervenir cause justement
du bordel inqualifiable qu'ils produisent pour ensuite
l'accuser de brutalits (le pouvoir doit-il just laisser la
situation se dgrader et avoir les mains lies d'avance par
les dnonciations de l'opposition si des bavures policires
se produisent (ce qui arrive presque invitablement avec
une police encore en formation et dborde de toutes
parts...) Si seulement verser des larmes de crocodiles
pouvait rgler le problme. Mais non, l'affaire est plus
complex que cela.
On constate nanmoins que cette opposition a pu
a se maintenir tout d'une pice malgr les risques qu 'elle
prend harceler sans rpit le pouvoir. On ne voit alors
vraiment pas de danger ce qu' elle participe des lections
qui seraient, par ailleurs, supervises par des instances
internationales (bien rodes maintenant dans les ralits
hatiennes)... Mais la vritable intention de la Convergence
& Co est bel et bien de tout faire pour saboter toutes les
initiatives du gouvernement mme si ceci entrane une
dtrioration important de la quality de vie des citoyens
puisque l'pe ultra sensible de Damocls des sanctions
internationales pend toujours sur nos ttes. Mais puisque
l'inscurit, entire autres, se nourrit et se gave mme des
conditions socio-conomiques prcaires, refuser la
normalisation c' est ipso facto aggraver et mme encourage
l'inscurit que l'on brandit ensuite comme prtexte pour
accuser le gouvernement d'incomptence et justifier le
refus global de participer aux lections.
La triste vrit est que ds qu' on parle d'lections,
nos bonshommes ont la frousse et prouvent une peur bleue
car ils ne peuvent digrer la honte de perdre la face en
chouant comme ceci ne manquera pas d'arriver tant qu'ils
dlaisseront ou ngligeront le travail de base d'un vrai parti
d'opposition pour ne s'occuper que de chicaneries, de
chamailleries, de jouer cache-cache avec le gouvernement
ou prendre plaisir le torpiller. Si l'opposition critique de
manire constructive, sans cacophonie et sans violence le
pouvoir, sa voix sera certainement entendue. Si elle
prsente un programme valuable, tout le monde sera prt
l'tudier sans prjugs. C' est ce qu'il leur faut entreprendre
au pralable parce que aprs toutes ces annes
d'apprentissage politique, il est fort douter que le people
hatien march nouveau dans les combines concoctes
par nos beaux parleurs mme si leurs langues se sont
aiguises ces dernires annes comme des langues de
vipres. force de vouloir se spcialiser en experts de la
dsinformation, ils risquent ironiquement de s'empoisonner
par leur propre venin... S'ils persistent dans le mensonge
et vouloir contrefaire la vrit, le people se mfiera d'eux
et ne les croira plus mme si un beau matin ils crient pour
de vraiau loup!"

William Vietz, pour Nouvellakay.

VOIR RESPONSE A LE DEVOIR P.12

HAITI, LA LOI DES MILICES P.14

PROPAGANDA WAR AGAINST HAITI P.15








Page 10 OTMercredi 12 Novembre 2003
Lage 10 Hati en Marche Vol. XVII No. 41


L 'Hpital Albert Schweitzer de Deschapelles a lanc

son appel de fonds pour l'Automne 2003


Qu'est-ce qui ne va pas ?
Diagnostic et traitements sont le cour des
operations de l'hpital. Avec l'aide d'un quipement de
laboratoire moderne, les technicians de l'Hpital Albert
Schweitzer arrivent dltecter les maladies, don't la malaria,
la typhoide, l'anmie et le diabte.
Un pre emmne son petit garon tout fivreux
l'hpital. Il est sans connaissance. Quelle peut tre la cause
de ces symptmes pour le moins inquitants ? Un examen
du sang rvle une malaria crbrale. Aprs un sjour
l'hpital, le jeune garon retourne chez lui en bonne sant.
Le laboratoire de l'Hpital Albert Schweitzer ralise
environ 78.500 tests sanguins chaque animne et le cot de
chaque test est seulement de $ 58. En apportant votre
support, vous pouvez aider faire la difference, une
difference entire la vie et la mort.
Un don de $ 250.00 peut permettre de raliser 430
tests de laboratoire ; de $ 1.000,00 peut couvrir l'entretien
d'une machine 'analyser le sang ; de $ 2.500 peut
permettre de payer le salaire d' un technician de laboratoire
pendant 6 mois.

Regardons les choses de plus prs "
Environ 18.750 radiographies sont faites chaque
anne l'Hpital Albert Schweitzer et elles sont
essentielles pour diagnostiquer les ulcres, la tuberculose,
la pneumonie et toutes sortes de traumatismes. Mais
l'entretien d'un quipement de radiographie est coteux.
Votre don peut permettre cet entretien et sauver des vies.
Votre don de : $ 250.00 peut permettre de faire
133 radiographies ; de $ 1.000,00 peut permettre de faire
532 radiographies ; de $ 2.500,00 peut permettre de
supporter un technician en radiologue pendant 6 mois.

Il y a tellement de patients "
Les mdecins de l'Hpital Albert Schweitzer et
le staff examinent les nouveaux patients aussitt qu'ils ont
termin leur ronde. Un mdecin peut voir environ 45
patients par jour. Dans une salle pleine craquer que
partagent deux mdecins, une jeune femme, les yeux
baisss murmure son histoire mdicale dans le bruit
environnant.
Votre don de $ 250.00 peut permettre de recevoir
200 malades ; de $ 1.000 peut couvrir les frais d'entretien
de l'appareil d'ultrason ; de $ 5.000 peut supporter un
mdecin pour une priode de 4 mois.

"Tellement de souffrance "
Chaque anne, plus de 10.850 patients visitent
l'hpital. L'Hpital Albert Schweitzer a 190 lits toujours
occups. Un malade de typhode reoit une medication
intraveineuse, tandis que dans un lit attenant un
physiothrapeute aide un patient victim d'un infarctus
s' asseoir. De l'autre ct de la cour, des malades souffrant
de malaria ou autre se reposent.
De l'autre ct du hall, des enfants essayent de se
rtablir des consequences de la malnutrition, de la diarrhe
ou d'une pneumonia.


Les frais pour un patient vont de $ 6.24 $ 12.87
par jour. Et pourtant la plupart des families ne peuvent pas
envisager de payer pour leur malade pendant plusieurs jours
l'hpita otre don de $ 100,00 peut permettre de prendre
soin de 2 enfants pendant 7 | ,
jours ; de $ 500,00 peut |
permettre d'acheter une
machine succion ; de $
2.500,00 peut payer le
salaire d'un mdecin
pendant deux mois. ]


Il est temps que
cette femme accouche "
Une jeune femme
enceinte a march pour
arriver jusqu' l'hpital. Sa
tension artrielle est haute.
Elle a mal la tte. Elle a
les ides confuses. Un
membre de l'quipe
d' obsttrique, bien entramn,
reconnat aussitt les
symptmes d'une pr-
clampsie. Les chirurgiens


Une marchande d ge mur tait la queue devant la
pharmacie. Elle est une des dizaines de patients attendant
pour atteindre la fentre de pharmacie, en qute d'insuline.
L'homme qui est derrire elle vient chercher son


J'f


'M"b


Une intervention chirurgicale 1'


font une csarienne et la mre en bonne sant et son bb,
une petite'fille, peuvent retourner la maison aprs un court
sjour l'hpital.
Votre aide peut permettre que les futures mres et
leurs bb survivent des accouchements compliqus.
Votre aide de : $100.00 peut permettre une jeune femme
de rester de 2 5jours l'hpital ; de $ 1.000 peut permettre
de faire les frais de formation de 8 infirmires de la section
d'obsttrique ; de $ 5.000 peut supporter le salaire de 3
infirmires pendant 4 mois.

Emmenez-le la plus proche salle
d'opration !
Un paysan de 50 ans arrive l'hpital. Il souffre
et est dshydrat. Il vomit et est incapable d'aller la selle.
Une chirurgie est indispensable contre cette obstruction
intestinale. Cela peut sauver sa vie.
Dans une autre salle d'opration un vieil homme
est opr de la prostate.
Le staff de la salle d'opration ralise chaque
anne 2.900 operations chirurgicales. Avec la quantit de
traumatismes augmentant de plus en plus, dus des
accidents de toutes sortes, votre support est vital pour
maintenir trois sales d'opration compltement quipe.
Votre don de : $ 100.00 peut permettre de raliser
une operation chirurgicale avec 6 jours de coins ; de $
500.00 peut permettre l'achat d'une table d'opration ; de
$ 5.000,00 peut permettre l'achat des lumires pour une
salle d'opration.

Vous prendrez Un par Jour en mangeant" !


.- !





& i


tal Albert Schweitzer


mdicament pour sa tension artrielle.
La pharmacie stock des mdicaments mme
de sauver les vies humaines, y compris des antibiotiques
et des comprims contre la malaria, la fivre typhode et
le diabte. La pharmacie peut excuter 74.600 prescriptions
chaque anne. Votre don permettra la pharmacie de
remplir encore davantage ses rayons.
Votre don de :
$100.00 permettra d'excuter 54 prescriptions ;
de $ 500.00 permettra l'achat d'un rfrigrateur pour
pharmacie ; de $ 5.000 permettra de payer le salaire d'un
pharmacien pendant 6 mois.

Rpondez gnreusement aujourd'hui mme !
L'Hpital Albert Schweitzer a inaugur son
hpital il y a de cela 50 ans. L'Hpital avait 100 lits.
Aujourd'hui 1' Hpital Albert Schweitzer excute toutes
sortes d'oprations, est une rfrence pour des hpitaux
partenaires dans le monde et une institution mdicale de
pointe en Haiti.
Avec votre aide, l'hpital va pouvoir continue
crotre.


Pour toute information, contactez:
Hpital
Albert Schweitzer
P.O. Box 81046
Pittsburgh, PA 15217
412-361-5200 (Tl.)
412-361-5201 412-361-5400 ( Fax)
412-361-5202 info@hashaiti.o:g
412-361-5203 www.hashaiti.org


l-~in ,r^ r. 5 b? elM -TT s- o e u rg-* I-
La '~^J et" b e-s jf*'

Cher frre, 'i- -... ,' (des pantalons-sacs
Chre belle-sour, .. ,\ . , .. ..... IL :1 :.. il AlL patates !) don't la fourche


Voil bien une dizaine d'annes que vous avez
quitt la capital conomique du Qubec. J'ai pens qu'il
vous serait difiant de savoir ce quest devenue Montral
o vous avez pass de si nombreuses annes avant, pour
toi cher frre, de regagner la France, et pour vous, chre
belle-soeur, de la dcouvrir en profondeur. Je ne vous
parlerai que du centre-ville que vous avez jadis arpent
dans tous les azimuts.
Le centre-ville a bien change. De nouveaux
gratte-ciel se sont levs un peu partout, pour le meilleur
ou pour le pire. C'est toujours un panachage de grand, de
petit, de beau, de laid, de sentant bon, de sentant mauvais,
de beaux immeubles contigus des parkings... on se
croirait en zone sinistre.
Par example, cette rue Sainte-Catherine (que les
jeunes appellent present "la Sainte-Cat ou encore "la
Cat" ") a bien change, et parfois, me promenant la
brunante, de la rue Atwater jusqu' l'avenue Papineau, j' ai
bien du mal la reconnatre, moi qui l'arpente depuis
quarante ans.
Des rues ont disparu, des tracs d'artres ont t
modifis, des magasins, petits et grands, ont change de
propritaires et de vocation, et partout on entend davantage
des langues trangres (surtout 1'arabe et le russe) que le
franais (comment les experts peuvent affirmer que la
langue franaise se porte bien chez nous ?).
Les journaux de l'Hexagone vous auront appris
que le chinois est maintenant la troisime langue parle au
Canada, et que les musulmans ont dpass les juifs. C' est
dire queje ne me sens plus tout fait l'aise' chezz moi
", dans mon pays d'adoption qui, l'poque de mon arrive,


en 1963, tait francophone, Blanc et catholique.
Quant la faune qui la hante, je ne vous parlerai
que des jeunes qui affichent une dsinvolture plutt
dcadente. C'est LA mode, dit-on, et tout le monde les
excuse. Un jeune Vietnamien m'a donn rcemment son
adresse lectronique : dog generation (la gnration des
chiens !). Fini la gnration Pepsi, et cela depuis belle
lurette.
Les jeunes sont trs souvent habills comme des
as de pique. Si la longueur des cheveux le permet, ils sont
enduits d'un gel qui permet de les sculpter en stalagmites
colores.
Leur tte est trs souvent rase de prs, la boule
zro, et couvert d'un fichu color comme des vielles
mammas italiennes o encore d'un couvre-chef ressemblant
une calotte utilise dans les pays arabes ou encore d'un
bas-culotte. Parfois leur tte est somme d'une casquette
longue visire, tourne sur le ct ou vers 1' arrire. Parfois
aussi, en pleine canicule, ces jeunes portent un capuchon
de laine !
Quant aux Asiatiques, ils se dcolorent leurs
beaux et pais cheveux noirs pour devenir blonds...
Les bras sont alourdis de bracelets de cuir
clouts, les ceintures sont constitutes de cartouches et de
balles soudes entire elles desquelles pendouillent chanes
et chanettes. Il y a de quoi regretter les ceintures flches
des canadiens-franais de jadis, de 1' poque de Franoise
Gaudet-Smet !
La tenue vestimentaire n' a plus de tenue C' est
la mode dbraille o les jeunes hommes portent de vastes
pantalons de jeans dlavs, trous laissant voir leur pelage


descend jusqu'au niveau des genoux, et la ceinture au
niveau du sexe, avec 1' ternel tee-shirt et des running shoes.
Mme les plus pauvres possdent un tlphone
portatif (car tout le monde parle mais bien peu d'entre eux
coutent !), parfois un poste de radio tonitruant pour les
moins nantis ou un baladeur DC (avec le botier en main
ce qui les fait ressembler la statue du Discobole !) don't
je n'ai jamais entendu que les rythmes boum-boum, boum-
boum-boum, ad infinitum.
Les jeunes filles aux chevelures polychromes
criardes exhibent leur venture, parfois aussi volumineux que
leur poitrine, au nombril (grande varit inexplicable de la
part du Crateur !) soit orn d'une perle ou d'un anneau
soit surmont ou encore soulign d'un tatouage. Car les
tatouages sont communs chez les jeunes. Sur le front, le
visage, le cou, les bras, la poitrine, le venture, les fesses, les
mollets et je ne sais o encore...
La mode est au perage corporel et la
mutilation. Ces jeunes portent de la quincaillerie et de la
verroterie accroches aux oreilles (j'ai vu pendouiller
jusqu' cinq anneaux sur le mme lobe dform, cdant
la lourdeur de leur harnachement), lvres, sourcils, et sur
la langue... Les nombrils n'chappent pas cette mode.
On me dit que ces anneaux se retrouvent bien d'autres
endroits cachs... La vie sexuelle de ces jeunes doit tre
bien complique, quincaillerie sur quincaillerie, cela doit
faire grincer les dents, et je me demand comment
ragissent les dtecteurs de mtaux lorsqu'ils voyagent par
avion. Mais peut-tre ne voyagent-ils jamais au-del des
frontires de la Sainte-Cat' !
Le portrait serait incomplete si je mentionnais pas
(voir Lettre / 11)


e- %


Z-7-711-1,








Mercredi 12 Novembre 2003
rr"'-- Xr-h. Vl--\^ VNTIT TM Ail


Page 11


DOSSIER RESTITUTION


Bicentenaire d'Hati, restitution et conjoncture
Interview avec Christophe Wargny Srement ces intllectuels ont raison d'voquer la faon formellement ses distances avec Aristide partir de l'an
(Wargny ... suite de la page 2) don't le bicentenaire pourrait tre instrumentalist . Mais, 2000. Je pense profiter du bicentenaire, o on m'invite,
d'tude des relations franco-haitiennes, la mi-octobre pense Wargny, ils ne vont pas assez loin dans la ncessit pour dire trs franchemenit ce que je pense d'une drive
dernier, de rformes et de rflexionW J a 1


Devant cette Commission, prside par le
philosophy franais Rgis Debray, Christophe Wargny dit
avoir dfendu le point de vue de la restitution de 90 mil-
lions d'anciens Francs, verss la France par Hati au course
de la premiere moiti du 19me sicle. C'est une some
due par la France Haiti. Il faut discuter des formes de
remboursement .
Cela ne va videmment pas rsoudre les
problmes d'Hati , pursuit l'historien franais. Mais
c'est un problme de fond , dit-il, estimant cependant que
la restitution ne pourrait tre faite au gouvernement hatien
actuel. Les mthodes de gestion de cet Excutif sont telles
qu'il est videmment tout--fait exclu d'en faire le
redistributeur au niveau d'Hati .
Christophe Wargny se dit en faveur d'une insti-
tution neutre, qui disposerait de l'argent franais (.) et qui
verrait les meilleures solutions pour que l'argent aille
rellement des investissements et sans qu'il en soit soustrait
beaucoup au passage .
Interrog sur les chos en France du colloque
organis rcemment en Hati avec la participation de
quelques intellectuals trangers par le gouvernement hatien
sur restitution et dveloppement, Christophe Wargny a fait
savoir qu'aucune rsonance n'a t observe.
L'intellectuel franais a confi lui et plusieurs
autres de ses pairs ont refus de prendre part ce colloque
par peur d'tre instrumentalists par le pouvoir.
Beaucoup ont craint que cela soit prsent par les mdias
d'tat comme des intellectuals qui soutiennent le president
Aristide. Ce qui n'est pas le cas (.) .
A propos de la clbration du bicentenaire,
Christope Wargny affirme se trouver sur la mme longueur
d'ondes que les movements alternatifs hatiens qui estiment
qu'il n'y a rien fter et qu'il faut profiter de
l'vnement pour s'interroger sur une succession d'checs

Christophe Wargny dclare aussi se reconnatre
pour l'essentiel dans les critiques qui sont formules par
plus d'une cinquantaine d'intellectuels hatiens lors d'une
petition rendue publique au dbut du mois d'octobre.


Du cot de la
France, il y aura quelques
initiatives de clbration,
finalement assez peu , a
not Christophe Wargny
dans cette interview
accorde AlterPresse.
Mme la commission
officielle franaise d'tude
des relations franco-
haftiennes ne retient que
trs peu l'attention.
On avait
organis l'occultation de
toute l'histoire d'Hati
depuis 2 sicles et surtout
de son indpendance et j'ai
bien l'impression que les
mauvaises habitudes tant
prises, cette Commission
risque de travailler dans une


Le recent sminaire Port-au-Prince sous le thme "Restitution et Dveloppement"


grande indifference , comment l'historien franais.
Christophe Wargny souhaite que les conclusions
de cette Commission, qui sont prvues pour la fin janvier
2004, aient un effet dclencheur d'vnements nouveaux.
Le peu d'enthousiasme constat par rapport la
clbration en Europe du bicentenaire d'Hati est peut-tre
li galement la faon don't l'excutif se comporte en
Hati , estime Christophe Wargny, qui dsapprouve une
nouvelle fois les mthodes de l'administration du Prsident
Jean-Bertrand Aristide.
Wargny, qui a travaill aux cots d'Aristide
jusqu'en 1996, parle d'une drive de plus en plus grave
qui place le rgime sans aucun rapport avec celui que j'ai
soutenu lors de la piemire mandature d'Aristide (1991) .
Il note une tendance a un despotisme mal clair (.) in-
supportable a la fois aux Hatiens et a ceux qui ont t les
supporters d'un formidable espoir, il y a une douzaine
d'amnnes .
Christophe Wargny rappelle avoir pris


photo Georges Dup
implacable, definitive et non rparable , ajoute-t-il.
Interrog sur les caractristiques de cette drive,
l'intellectuel franais a relev que les liberts fondamentales
ne sont absolument plus respectes. Il y a peut-tre
encore une libert d'expression, mais le problme est de
grer l'aprs expression et c'est trs difficile. On a une drive
policire, une police ultra politise a laquelle s'additiomlent
des bandes armes. ceci rappelle d'autres rgimes hatiens.
La priority aux pauvres est devenue une extension
dmesure de la pauvret dans le pays .
Cela dit, Christophe Wargny affirme ne pas vouloir
exonrer la communaut international, notamment les
tats-Unis. Quand ceux qui soutiennent les rformes au
niveau de la justice et de la police multiplient les excep-
tions, font sortir de prison des coupables, violent des ar-
chives, refusent des extraditions ncessaires, ils donnent
eux-mmes une image de la dmocratie tout a fait dvoye,
dans laquelle ensuite le pouvoir peut s'engouffrer facilement
. AlterPresse


LETTRE ... Pa
(suite de la page 10)
la bouteille d'eau (ou d'aytre liquid) que chacun se doit
de tenir bout du bras. Ces jeunes s'inquitent plus de
leur dshydratation possible (que les gnrations
prcdentes ne connaissaient pas) que de la transmission
du virus du sida. Trs trange !
Plus l'Est, vous trouverez LE Village ",
constell de bars et de restaurants frquents par les gays,
lesbiennes, bisexuels, asexuels, androgynes, travels, sans-
orientation-sexuelle-connue.'.. et htrosexuels. Chacun se
cherche.

Les mauvaises habitudes deviennent des
besoins ...
Dois-je parler des mauvaises habitudes. Dans le
mtro, les jeunes (comme les adults, il est vrai) se rongent
ou se dcrassent ou se coupent les ongles, se nettoient les
narines, le doigt disparaissant jusqu' la phalangette Les
femmes se maquillent ou se dmaquillent. U'une d'elles,
l'autre jour, devant moi, s'est retrousse la jupe jusqu'aux
cuisses pour s'huiler les jambes...
Cracher est devenu la mode. Alors que
j'attendais le bus, rue Sherbrooke, prs de l'universit
McGill, un homme, un jeune, un Blanc (avec une
majuscule), a crach, ici et l, peut-tre cinquante fois...
comme s'il voulait marquer son territoire Tour comme
un animal.
Aujourd'hui, dans la foule d'un Festival, une
fille, une jeune, une Noire (avec une majuscule), presse,
sac au dos, me bouscula.
-Alors lui dis-je tonn !
Calmez-vous donc me rpond-elle, en
continuant son chemin en courant.
Hier, deux pas de chez moi, dans un bistro o
je petit-djeune, je pose poliment une question un homme,
un jeune, un Blanc (avec une majuscule), qui, tout comme
moi, attend d'tre servi au comptoir.
Le jeune au grand chapeau de feutre me
rpond par un sourire bat, la bouche entrouverte,
me montrant d doigt son oreille gauche.
J'tais sa droite. Tiens me dis-je, le
pauvre, il est sourd... Ma question resta donc sans
rponse.
Peu aprs, je l'entendis dialogue avec la
caissire. Il n' tait pas sourd, il avait simplement le conduit
auditif obstru par un couteur de baladeur.
Avant-hier, en rentrant chez moi, la porte


ir Ren le Clre TEMOIGNA
L'auteur, homme de lettres, habite Montral
depuis 1963, avec des sjours l'tranger.

d'entre principal de l'immeuble o j'habite tait bloque
par un chien qui urinait. Il faisait a just au milieu du
seuil, m'empchant d'entrer.
La fille, une jeune, une Blanche (avec une
majuscule), qui le tenait en laisse ne fit pas un seul
movement ni ne murmura l'ombre d'une excuse.
Mademoiselle..., lui dis-je tonn et sans rien
ajouter, mais en dsignant son chien du doigt.
Elle me regard, aggressive, et me dit en anglais

It's a special for you !'(C'est un special pour
vous !)
En descendant l'escalier de mon immeuble,
j'entends un bruit voquant le bruit d'une lgion de
fantassins remains en retard pour la prise d' Alsia.
C' tait une jeune fille vtue de noir, une
Blanche (avec une majuscule), de pied en cape,
chausse de bottes de quatre lieues.
En souriant, je lui glissais aimablement, en
franais :
Mademoiselle, quel bruit !

What me cria-t-elle.
Quel bruit !
Ce sont mes bottes, me rpliqua-t-elle furieuse

Bien sr que ce sont SES bottes, pas les miennes,
mais c'est bel et bien elle qui est dans SES bottes... Non ?
Et personnel dans l'immeuble n' a besoin d' entendre le bruit
drangeant de SES bottes.
Pour rentrer chez moi, je prends l'ascenseur.
Parfois la dernire fraction de second un chien en laisse
tirant son matre ou sa matresse vient s' y engouffrer. Et le
chien de venir me renifler sous toutes les coutures... Parfois
il me lche les mains (et l'hygine ?) sans que son
propritaire intervienne Je continue mon ascension,
stoque, les mains en l'air.
Alors que j'tais dj dans l'ascenseur, une
femme, une jeune, une Asiatique (avec une majuscule),
avec ses deux chiens-chiens veut y monter.
De la main je lui fais signe que non.
Pourquoi ?
Je n'aime pas les chiens. Voil !
J'aime pas vous, me rpondit-elle.
Dommage, Mademoiselle, lui rpondis-je !


kL1JL Dans un troquet de la rue Saint-Denis, pourtant
le fief de la francophonie militant, je demand poliment,
en franais, une fille, une jeune, une Blanche (avec une
majuscule), qui obstrue la circulation de bien vouloir
dplacer son tabouret. Furieuse, elle me montre son poing
et me jette en pleine figure :
Speak English /!-(Parlez anglais !).
Lorsque je travaillais dans des pays considrs
"en mergence "situs bien au-del des mers, je dnonais
ces travers. De retour Montral, je suis surprise de constater
que nos jeunes sont pires que ceux qui sont passs la
loupe des experts en dveloppement !
Bien sr, les jupes sont revenues des jupettes,
et le sous-vtement doit tre vu, et laisser voir l'amorce du
repli fessier...
Dans les rames de mtro aux voitures de plus en
plus sales, dans les bus aux parois de plus en plus
graffitises, vers les vingt-deux heures, on ne trouve plus
aucun bon chrtien ". Je -suis parfois le seul Blanc
(toujours avec une majuscule), en compagnie de jeunes
avachis, les fesses sur un sige et les godillots sur un autre
sige.
Un soir, en rentrant chez moi, dans le fond d'un
bus, un homme, un jeune, un Noir (avec une majusucle),
adipeux, anglophone, tait allong sur une banquette, avec
sur lui une fille, une jeune, une Blanche (avec une
majuscule), fil-de-ferodale, qui mimait une relation
sexuelle devant les yeux indiffrents des voyageurs...
Une autre fois, alors que je voulais m'asseoir et
qu'un homme, un jeune, un Blanc (avec une majuscule),
occupait deux siges vis--vis, je lui dis fort gentiment :
Est-ce une faon de s'asseoir ?
Vous tes juge ?, me demanda-t-il en anglais.
Il y a quelques jours, tard dans la nuit, sur un
trottoir de Wesntount, deux jeunes garons me croisent
bicyclette, toute vitesse.
Le trottoir aux pitons !, criais-je.
Mang' d'la marde !
Pas tonnant que le sympathique crivain
populiste Claude Jasmin, dans un magazine populaire, leur
donne des leons de bonne conduite.
Les jees s ne savent pas "tenir une porte "" la
personnel qui les suit.
Dans la rue, vous devez vous effacer du trottoir
et marcher sur la chausse ou changer de trottoir'si vous
rencontrez une bande de jeunes cervels accompagns de
leurs gentils chiens (la"dog generation, pour de vrai !).
(voir Lettre / 17)


I








Page 12 Mercredi 12Novembre 2003AT 1 1
iEU~ ~',I I 'il~ IE~I~ t~'" I I t IlDI~ ~nX4~-,.-~X-J ~7TXT.~ i


1? Je t' ~ hTIt'T A TT)E'O 1bi-~ :- ~rorUrTTU', .


Rponse l'article de Le Devoir


Monsieur Jean-Claude Leclerc
Journal Le Devoir
Montral, Qubec
Monsieur,
Dcidment, vous n'abandonnez pas. Vous tes
rendu quel numro dans la srie de rquisitoires que vous
avez contre le president Aristide et Haiti? Je me rappelle
vous avoir expdi une rplique sur un d'entre eux paru
dans Le Devoir, dition du 11 dcembre 2000, intitul : Le
charisme d'Aristide, l'impasse d'un people, seules la
misre et l'inscurit progressent, alors qu 'Aristide reprend
le discours xnophobe de Papa Doc, laquelle vous n'avez
pas eu la dcence et/ou l'lgance de publier alors que
l'thique journalistique en fasse une obligation.
Aujourd'hui, en voyant le tire de votre texte dans
le mme journal Le Devoir, dition du 27 octobre 2003,
dcrit comme suit : Deux centime anniversaire de
l'ancienne colonie franaise, la France doit-elle
rembourser des milliards Hati? je me laisse tenter d'aller
voir ce qui en est. J'y dcouvre que vos prjugs l'gard
du president Aristide et d'Haiti n'ont pas change. Vous
prfrez tre incohrent avec vous-mme, au lieu de faire
une analyse just et objective du problme pos. Je porte
votre connaissance que la reclamation d'Hati auprs de la
France comprend deux aspects : restitution et rparation.
Actuellement, l'Etat hatien met l'accent sur la restitution.
Bien que vous l'voquiez comme titre de votre texte en
utilisant le mot rembourser, mais, pas une seule fois, dans
le dveloppement de celui-ci, vous en faites rfrence.
C'est une incohrence flagrante. Vous choisissez plutt de
noyer les lecteurs en dveloppant le volet rparation "
qui est aussi important mais different de celui de "
restitution"". De plus, en guise d'arguments militant en
faveur ou contre la restitution et la rparation, vous vous
tes laiss attirer par des accessoires qui n'ont rien voir
avec la demand l'ordre du jour. Dans votre texte, vous
touchez beaucoup de points, en particulier, l'aide
international, un sujet intressant, qui, comme vous le
savez, est un mal pour les pays en dveloppement, mais
ncessaire, et qui mrite un dbat en profondeur. Pour


l'instant, attardons-nous sur la question ci-dessus
mentionne, et si vous voulez bien : nous la reformulons
ainsi :

La demand du gouvernement hatien
est-elle justifie?
Comme on le sait, aprs avoir men une revolution
avec succs pour aboutir son indpendance le l' janvier
1804, Hati a t mise en quarantine par les tats
colonisateurs pour empcher que se propage son example.
Elle devra attendre vingt et un ans pour que son ex-
colonisateur, par l'ordonnance de 1825 du monarque
Charles X, renonce sa conqute et reconnaisse son
indpendance. En contrepartie, l'tat hatien devait payer
la France une indemnit de 150 millions de francs repartie
en cinq trenches annuelles de 30 millions, soit le budget
franais au dbut du XIXime sicle. En outre, Charles X
exigeait une reduction de 50% des droits de douane sur les
navires et les marchandises portant pavilion franais tant
l'entre qu' la sortie des ports hatiens. Pour faire face
au premier paiement, l'tat hatien a eu recours en 1825,
un emprunt de 30 millions de francs portant un taux
d'intrt 6% l'an, cot d'es l'aime suivante la bourse
de Paris et est remboursable en 25 ans auprs des maisons
de la Haute Banque franaise qui conservait un escompte
de 20%. Ainsi 24 millions de francs sont transfrs
directement des Banques Laffite, Rotschild, Lapanousse
la Caisse de dpts et consignations Paris. En effet,
pour honorer la dette, l'tat hatien a d emprunter un
taux usuraire (taux d'intrt et escompte combin).
L'indemnit combine l'emprunt constitute ce que
l'histoire hatienne appelle la double dette qui donna
naissance la perptuelle dette extrieure.
Pour payer cette dette, l'tat hatien y affectait
les droits imposs sur les exportations. Et comme, si ce
n'tait pas assez La France nous exigeait d'appliquer le
code rural de 1826 qui imposait aux cultivateurs hatiens
de produire des denres dites coloniales. Cela avait pour
effet de diminuer la production du caf et par le fait mme,
baisser le volume d'exportation, et il en rsulte une faible
entre des droits d'exportation. Il faut signaler, en outre,


L'Universit De Fondwa 2004 ( UNIF


que l'indemnit a t fixe par le gouvernement franais,
sans tenir compete de la capacity relle du pays pour faire
face ces exigences.
En 1838, devant l'incapacit d'Hati de faire face
ses engagements financiers envers la France, les deux
pays signaient un accord rduisant la dette 60 millions
de francs. Ce qui ramenait l'indemnit 90 millions de
francs incluant l'emprunt de 30 millions pour payer la
premiere tranche. Cette dette perdure jusqu'en 1875, don't
le solde impay cette date s'levait 13 750 000 francs.
A cette poque, l'conomie d'Hati tait florissante, la
balance commercial entire les deux pays qui tait negative
du ct d'Hati de 6% en 1825 s'amliorait nettement d'une
majoration de 51% de plus que celle de la France pour
atteindre 68% de plus en 1904. Malgr cette balance
commercial favorable, les caisses de l'tat hatien taient
vides puisque la majeure parties des revenues provenant des
exportations restaient en France pour payer la dette. Ce
qui a contraint l'tat hatien contractor d'autres emprunts
pour faire face ses obligations don't un premier de 15
millions de francs, moyennant une commission de 33% et
remboursable en deux ans et un autre de 50 millions de
francs duquel une bonne parties a t utilise au service du
premier emprunt et du remboursement de 13 750 000
francs.
Comme on vient de le voir, tous les emprunts
contracts ont t mis au service du remboursement des
emprunts antrieurs pour payer l'indemnit, non pas aux
investissements dans les travaux d'infrastructures pour
dvelopper le pays En peu de mots, on petit rsumer la
situation ainsi : Haiti n'a pas su profiter de la prosprit
conomique attribue par la production du caf cause
que celle-ci a t utilise pour payer l'indemnit.
n'en pas douter, l'indemnit impose Hati
par la France pour reconnatre officiellement son
indpendance suscitait pas mal de critiques dans la
population hatienne. Antnor Firmin, un. minent
intellectual hatien, en 1905, a crit dans son livre
Roosevelt, Prsident des tats Unis et la Rpublique
d'Hati : cette lourde indemnit pesa comme une charge
(voir Rponse / 14)


2004)


Vous informed qu'elle reoit les
inscriptions du 15 Septembre au 30
Novembre 2003
1) Fondwa du Lundi au Vendredi de 9
heures 15heures.
2) l'Auditorium du Petit Sminaire
Collge St.Martial ( Rue Geffrard )
de 8 heures 17 heures

Formation en 4 Langues: Crole,
Franais, Anglais, Espagnol +
Informatique
Options: Agronomie, Mdecine-
Vtrinaire et Gestion
Professeurs: Haitiens, Cubains, Franais,
Amricains et Canadiens

Pr-requis: volont de travailler en
Province aprs graduation
Dbut Des Cours Fondwa: 12 Janvier
2004

Ede UNIF Soutni Yon


Pices soumettre au moment de
l'inscription
1-Copie d'Acte de Naissance ou Extrait
d'Archives
2-Certificat de Bonnes Vies et Moeurs
3-Certificat Mdical
4-CV + 2 Photos d'Identit Rcentes
5-Papiers Bac.I et II + Relev de Notes
Certifies
6-Remplir la Fiche Pr-inscription + Frais
$ 200.00 DH
7- Avoir un Supporteur Financier et un
Supporteur Moral
Le cout annuel du programme est de US
4,440.00 et sera la charge du Supporteur
Financier.
(ce montant couvrira: l'colage, nourriture
et hbergement, assurance mdicale,
photocopies, service internet, service des
Laboratoires et de la Bibliothque, activits


de loisirs, transport l'intrieur de Fondwa
et pour des travaux pratiques l'extrieur
de Fondwa)
8- Une lettre de recommendation signe
par 3 diffrentes organizations
communautaires.
9-Russir aux Examens d'Admission de
l'UNIF 2004
10- Copie d'un contract sign avec l'UNIF
2004 vous engageant travailler en milieu
rural sous la supervision de l'Universit
pendant vos tudes et aprs l'obtention du
diplome.

L'Universit De Fondwa 2004 est une
initiative de APF (Asosyasyon Peyizan
Fondwa) pour les 565 Sections
Communales du pays l'occasioon de la
clbration du 2me. Centenaire de notre


Indpendance. C'est la premiere
University de Montagne du pays.

Pour Informations: P.O.Box 13062 -
Delmas, Haiti
28, Impasse Chatelain (
sur Lalue cot de l'Immigration)
Tl: 245 42 30 Fax 221 75 20
Email:apf222@aol.com
ou fondwa2004@yahoo.com
ou apf@hainet.net

Websites: 1) www.haitiforever.com/
fondwa

2) www.ufondwa.org


Seksyon Kominal Nan Voye 3 Jn Vin Etidye Nan Inivsite Fondwa Pou, Ansanm,


Nou Kontinye Konstwi Ayiti !
FSIw-mi -l l va-I


KISKIEYA EXPRESS

S' il L'Esprit d'quipe avec notre communaut

Visitez nous au

7921 N.E. 2 me Avenue
MULTI TRANSFER Du Lundi au Dimanche de 9:00 AM 9:00 PM


Tlphone: (305) 751-4488 Fax : (305) 751-4002 Toll Free : 1-866-547-5393


Multi-Transferts

Argent Nourriture- et autres services Pour Port-au-Prince et toutes les Provinces


Captez Vwa Pa nou chak Samedi 10-11 A.M. sur Radio Carnivale 1020 AM


uno iviarciie VO. AV Il 1NU. 41


1


Page 12


Merciedi 12'Novembre 2003







Mercredi 12 Novembre 2003
Haiti en Marche Vol. XVII No. 41
Coiffeur -
Mdec

Etiquette Unisex Dr En
Barber Beauty Salon Obsttriq
305 940 9070 Accouchemr
15456 West Dixie Highway fibrome, I
Miami Ligatur
Jean Wood Julien Circonci
Educator, Designer, Stylist l'iou
since 1976 Toutes so
10% designercup Carte Me
First Time customer Only femnn
Reg. $ 12.50 5650 N.1
Free conditioning, Treatment Verti
with this coupon Vertir
C-


Original Barber
Charlemagne Coifeur
103 S.E. 2nd Stret
Delray Beach
Tl: 243-1039
Beeper 524-0086


^-Cz ,Restaurant

Bl Foucht
Miami
8267 North Miami Ave
(305)757-6408
Le meilleur griot
de la ville!


(305)


PETITES ANNOUNCES


in


Points de Vente de Hati en Marche.


>ck JOSEPH
ue, Gyncologie,
nent, Oprtion pour
Family Planning,
e des trompes,
sion, Curetage.
les tests pour
Inigraton.
rtes d'assurance
;dicaid pour les
es enceintes
E 2nd Avenue
es Shopping
Center
751-6081


Dr Jean-Claude
Desgranges
Polyclinique de la Rue
Grgoire
# 45
Mdecine Interne,
Griatrie
Tl: 256-3017/ 18
Du lundi au vendredi 7-9
am 17h- 19 h
Samedi 8h-16 hres

Dr Camille Figaro
(Sony)
Gyncologue
Accoucheur
Chemin des Dalles # 24
Tl.: 245-6489
245-8930


Miami


Lucas Supr Market
14759 N.E. 6th Avenue
305 940 9902


Boujolly Records
13148 West Dixie
H-lighway
305 893 8950


Etiquette
Barber Shop
154-55
West Dixie Highway
305 940 9070


B & L Supermarket
& Produce
12041 West Dixie
Highway Miami
305 893 0410

Eclipse
Connmmunication
Services Inc.
9290 S.W. 150 Ave.
Suite 104
9543801616


Pompano Beach


Danilos
Restaurant
3760 NE 3rd Ave.
Pompano Beach
954781 2646

Christephanie's
581 BC East
Sample road
Pompano Beach
H 33064
Tl. : 954-781-7424
Chiropractic
Office
910 East Atlantic Blvd.
Pompano Beach
954-781-2500
Tlco Paw
206 North flagler ave
Pompano Beach
954-941 7004

Del's Corner
Your everyday store
service, quality Low Price
1448 N. state road 7
Lauderhill
954-585-0711


Fort Lauderdale


Notre Dame
Restaurant
4859 N. Dixie Hwy
Pompano.
tl.: 954-421-4777


RADIO PAW
1108 NW 9Ave Suite 2
Ft Lauderdale, FI 33311
Tl: 954 523 0767

Island
Supermarket
Beauty Supply
8079 West Sample Road
954 345 0450
Classic Teleco
203 SE 2ND AVE.
DELRAY BEACH
FL 33483
561-279-8846

Our Lady Bakery

102 SE 2nd Ave
Delray Beach, FI
33444 Tl:
561-272 3556


Si vous dsirez vous aussi vendre votre journal, appelez le (305) 754-0705 ou 754-7543
Haitian Caribbean Market 4760 Austell Road SW Suite 4
Austell, Ga 30160
Tl.: 770-944-8545


Page 13


Vallue 5

Dcembre
Premire foire
cotouristique en milieu
montagneux hatien
La premiere foire
cotouristique de la montagne
est annonce pour le 5
dcembre prochain Vallue,
section communale de Petit-
Gove (700 mtres d'altitude)
dans l'Ouest d'Haiti.

L'initiative vient de
l'Association des Paysans de
Vallue (APV) et vise
sensibiliser le public aux
grands dfis de


Dr. Sylvan Jolibo
Le Vendredi 31 Octobre 2003 s'est
teint a Mexico City, le Docteur
Sylvan Jolibois, Sr., ag de 76 ans,
a lasuite d'une grande maladie
courageusement supporte. Le Dr.
Jolibois tait une figure de proue
dans la vie politique haitiene ou il
oeuvrait pour le respect de la
dmocratie et des droits humans d'
un people trop longtemps brim et
humili.
Un produit de la Facult de
Mdecine a Port-au-Prince, le Dr.
Jolibois passa de longues annes en
Afrique, ou il milita avec sa femme
et collgue le Dr. Rollande Jolibois,
ne Scott, au service de ses frres
de race et de couleur. Il fut
reprsentant des Nations Unies au
Zaire (Congo), en Rpublique
Centrafricaine, au Senegal, au
Burkina Faso, parmi autres pays
Africains. Il terminal sa carrire
diplomatique comme Directeur
General de l'Organization
Mondiale de la Sant (OMS) au
Zimbabwe. A la suite du
renversement de la dictature des
Duvaliers, il rentra au pays pour
faire face a la situation dplorable
d'un pays qui se morfondait dans la
misre


l'environnement, selon Abner
Septembre, responsible des
relations publiques de l'APV.

Plus d'un miller de visiteurs
sont attendus Vallue o il y
aura des expositions ventes de
products agro alimentaires,
artisanaux et agrocologiques,
dgustation de la gastronomie
paysanne, animation culturelles
et confrences-dbats.

Cet vnement devrait
contribuer rompre l'isolement
et la marginalisation


is, Sr., 1927-2003
et l'ignorance. Il ouvrit une clinique
mdicale populaire dans la rue Ption
et s'engagea dans la vie politique du
pays. Ecoeur des ralits politiques,
il s'xila volontairement au Mxique
avec son infatigable pouse, en
1998.
Le Docteur Jolibois nous laisse le
vibrant souvenir d' un patriote, d'un
leader impnitent qui n' acceptait
aucun parti pris, aucune dfaillance,
en un mot, un grand patriote. Il
mourut dans la paix du Seigneur avec
sa famille accourue a son chevet. Ses
funrailles ont t chantes le Lundi
3 Novembre, a Mexico City.
A son pouse, le Dr. Rollande Jolibois
Scott, a ses enfants, Madame
Rollande Cuvilly, ne Jolibois, et ses
enfants, Madame Myrtho Jolibois, le
Dr. Sylvan C. Jolibois, Jr. et famille,
le Dr. Maurice Jolibois et famille, a
sa soeur Corinne Jolibois
Mecklembourg et famille, aux
families Scott et Hermantin, Haiti en
Marche prsente ses plus sincres
condolances.
Que la terre de la patrie d' Emilio
Zapata, de Pancho Villa et du General
Santa Anna, le garde avec respect
pour l'ternit.


de la paysannerie hatienne,
estiment les organisateurs.
L'APV veut, par cette foire,
tester le march dans la
perspective de la
creation d'un march
touristique de montagne.
Vallue.

Paris

du 31 mai au

2 Juin 2004
Un festival de musiques
ha'itiennes Paris

L'association" Caraibes Aller
Retour ""prvoit d'organiser,
Paris, en France, les 31 mai,
ler et 2 juin 2004, un festival
de musiques hatiennes.
Cinq groups musicaux
hatiens de tendances
diffrentes, sont invits
participer ce festival. Les
groups Racine Mapou ", "
Boukman Eksperyans ", "


Wanga-Negs ", l'Orchestre
Septentrional et Brothers
Posse sjourneront en France
du 27 mai au 3 juin.

Le Festival des Musiques
Mtisses ", cr en 1976, est un
lieu de creation, de rencontres et
de dialogue de diffrents pays
du monde. Le Festival des "
Musiques Mtisses devient
dsormais le grand rendez-vous
des artistes d'Afrique
francophone et anglophone, de
l'Ocan Indien et de la
Carabe.

Miami

12 Novembre,

2003
"Miami, Latin America and
the FTAA" Conference
Wed. Nov. 12, from 8-9:30
p.m., at Hotel Sofitel, 5800
Blue Lagoon Drive.


Miami Police Chief John
Timoney will tell us about
preparations for the Free
Trade Area of the Americas
Ministerial meeting, which
will beginjust four days later,
and will discuss how the
police plan to handle both
friendly and unfriendly
visitors. Then we'll turn our
focus to'Latin America.



















Annonce de Dcs
Dcs de Lionel Mitton
Nous annonons avec peine le
dcs de Lionel Mitton survenu a
Fort Lauderdale
La veille funbre a eu lieu au
First Haitian Baptist Church 333
Hammondville Road, Pompano
Florida, le vendredi 7 novembre
de 7 heures 9 heures PM.
Les funrailles ont t chantes
le dimanche 9 novembre 2
heures PM la mme glise.
Pour tout renseignement, appelez
Patrick Barthlemy :
954-205-1227


Prenez note


Annonce de Dcs


PARK HOTEL

Un ambiance familiale et un grand confort.
Venez habiter dans une de ses magnifiques villas des
annes 30 au milieu d'un jardin de rve.
C'est a PARK Hotel !
Et pourtant, nous sommes en plein Champ de Mars,
tout just en face de la Place de la Constitution.
Nos prix sont imbattables.
Nos chambres tout confort sont au prix de US$ 38.00
US$ 53.00 plus 15% de Taxe et service.
Park Hotel 23, Rue Capois, Port-au-Prince, Haiti
Tl: 011-509-222-4406
011-509-221-8720


I


I


I







1 POLITIQUE


Mercredi 12 Novembre 2003
Haiti en Marche Vol. XVII No. 41


LeMonde Hati, la loi des m ilices Par Jean


Excutions, trafics d'armes ou de drogue... -laiti
vit nouveau dans la terreur des bandes armes, et proches
du nouveau pouvoir de Jean-Bertrand Aristide.
Samedi 6juillet 2002, tt dans la matine. Le Pre
Jean Hanssens se press pour aller dire la messe lorsqu'il

Rponse

Le Devoir
(Rponse ... suite de la page 12)
de plomb sur la pauvre petite rpublique. Comme on le
constate, le people hatien a dnonc cette injustice, par
contre, aucun de ses leaders n'a eu le courage de soumettre
le dossier devant les instances franaises. Il a fallu attendre
prs de 200 ans, soit l'arrive de Jean Bertrand Aristide
au timon des affaires de l'tat, pour veiller la conscience
du people franais et lui faire savoir que ses anciens
dirigeants ont caus des prjudices graves au people hatien
qui mritent une attention spciale. Eh bien! celle-ci se
dfinit ainsi : la restitution de 90 millions de francs la
valeur capitalise actuelle et la rparation pour nos grands
- parents maintenus dans la servitude qui constitute un crime
contre l'humanit. Cet appel est trs justifi et ne saurait
tre trait de dmagogique moins qu'on soit no-
colonisateur.


Frre Coffy


La

/r


dcouvre un cadavre brl, rue Silvio-Castor, dans un quarter
populeux de Port-au-Prince. "J'ai appel la police. Vingt-quatre
heures plus tard, le cadavre tait toujours l, les gens du quarter
avaient peur de parler", raconte le religieux belge, install depuis
plus de trente ans en Hati.
Depuis ce jour, il tient une macabre comptabilit. Avec
l'aide des sept commissions de l'association Justice et' Paix de
Port-au-Prince, il pluche la press et.recueille les tmoignages
afin d'tablir autant que possible un recensement des corps
retrouvs dans les rues de la capital. Son dernier rapport fait
tat de 59 cadavres en mars et avril. "C'est la mme moyenne
que dans nos rapports prcdents, environ un cadavre par jour. Il
y a quelques accidents, trs peu nombreux, des rglements de
comptes. Dans au moins 25 % des cas, les autorits paraissent
impliques, relve le Pre Hanssens. Et encore, nos statistiques
ne tiennent pas compete des enlvements et des disparitions."
La majority des victims, tues par balles, n'ont pu tre
identifies. Dans certain cas, des tmoins courageux ont
discrtement racont qu'ils avaient vu des policies ou des
membres des groupss tolerancee zro"(proches du pouvoir)
excuter des prisonniers. "Lorsque le cadavre porte des menottes
en plastique, il s'agit en gnral d'une execution extrajudiciaire",
indique le Pre Hanssens.
Prs du tiers des cadavres ont t retrouvs Cit Soleil,
l'interminable bidonville qui s'tend en bord de mer, la sortie
nord de la ville. Les "chimres", bandes armes lies au pouvoir
et -souvent impliques dans le traffic de drogue, contrlent les
quarters de Cit Soleil, o plus de 300.000 personnel croupissent
au milieu des ordures, sans eau potable ni gouts. En avril, 13
personnel y ont t tues lors d'affrontements entire gangs rivaux.
"Sous la dictature des Duvalier pre et fils -lapriode 1956-1986-
et pendant le coup d'tat militaire -1991-1994-, les raisons dela
violence taient plus claires. Maintenant, on ne sait plus ce qu'il
faut craindre, les coups viennent de partout. Je ne vois pas de


Ha 'ti !


Page 14


Dutch Caribbean Airlines


mir.


$ 99.00


ALLER-RETOUR + tax et surcharge


Miami/ Port-au-Prince



Deux vols par jour !


ligne arienne prfre vers


---OMM




DUTCH CARIBBEAN AIRLINES


1-800-327-7230

www.flydca.net


Le voyage doit tre achev d'ici le 30 Novembre 2003


Ft'''


(*


volont politique de lutter contre l'impunit ou
d'instaurer une vritable dmocratie. Je vois un
pouvoir qui cherche prserver ses privileges tout
prix", analyse le religieux, membre de l'ordre des
Scheut.
Cet ordre avait pourtant jou un rle
important au ct de Jean-Bertrand Aristide, dans
les annes 1980, lorsque le jeune cur de Saint-Jean-
Bosco, dans le bidonville de La Saline, commena
son ascension. A l'poque, il tait l'aptre de la
thologie de la liberation, promettait un avenir plus
just la grande masse des dshrits. Fort de son
aura de leader tiers-mondiste, il bnficiait d'un
soutien important' l'tranger, en particulier en
France. Pendant des annes, son movement, la
Famille Lavalas (avalanche en crole), allait incarner
l'espoir.
Aujourd'hui mari et pre de famille il a
renonc la prtrise en 1994 -, M. Aristide n'est
plus le "prophte des bidonvilles" et ses soutiens
d'hier ont pris leurs distances (Le Monde du 31
janvier 2002). Il vit l'abri de hauts murs dans sa
residence de Tabarre, dans la banlieue de Port-au-
Prince. Protg par des gardes du corps amricains,
il ne se dplace qu'en hlicoptre. S'est-il pour autant
convert en dictateur, comme l'affirment ses
opposants ? "Il a poignard l'espoir dmocratique
de ce people ", s'exclame Evans Paul, l'ancien
maire de la capital, qui s'est publiquement excus
d'avoir nagure soutenu Aristide.
Evans Paul fut pourtant l'un des parrains
de la candidature victorieuse de ce dernier la
prsidence, en 1990. Au pril de sa vie, il s'est
ensuite battu pour le retour au pouvoir du president
dchu durant les trois ans d'intermde du coup
d'tat militaire qui fit plusieurs milliers de
victims.
Dix ans plus tard, Evans Paul est l'un
des adversaires les plus dtermins du chef de
l'tat, rlu en 2000 lors d'une consultation
boycotte par l'opposition, la communaut
international et la grande majority des lecteurs.
Jean-Claude Bajeux, ancien ministry de
la culture, a lui aussi bataill pour le retour
d'Aristide aprs le putsch de 1991. A la tte du
Centre cumnique des droits de l'homme, il
dnonce dsormais les drives du pouvoir. "C'est
le modle mafieux, accuse-t-il, tout le pouvoir
est concentr entire les mains di "parrain", qui
utilise tour tour la sduction, la menace, l'argent
et les excutions sommaires. Il joue sur le climate
d'inscurit et d'impunit pour maintenir une
dose d'incertitude. Mais la violence est toujours
l."
Une histoire illustre bien la situation :
celle d'Amyot Mtayer. Militant du retour
l'ordre constitutionnel durant le coup d'tat,
Amyot Mtayer, surnomm "Cubain" en raison
de sa peau cuivre, est pourchass par les
militaires et contraint de s'exiler aux Etats-Unis.
A son retour aux Gonaives, ville poussireuse
situe 100 kilomtres au nord de Port-au-Prince,
il cre une "organisation populaire" (OP) avec
les jeunes laisss-pour-compte du bidonville de
Raboteau. Trafic de drogue, extorsion la douane
de cette ville portuaire don't il prend le contrle...
Son OP lavalassienne se transform en un gang ;
elle devient l'Arme cannibale.
Exhibant pistolets et armes
automatiques, les membres de cette "arme" font
la pluie et le beau temps aux Gonaives. Amyot
Mtayer dsigne mme les autorits municipales.
A la demand du Palais national, ses troupes font
aussi la chasse aux opposants. La communaut
international rclame son arrestation et son
(voir Le Monde / 15)
Suivez l'actualit au jour le jour, en lisant

Les" Touter
3' eernerer

( sur notre site:
www.haitienmarche.com





Hosati


SEA GULLTRAVEL
2621 N. Federal Highway
,,tBoca Raton, FI 33431 I
Tl: 561-394-6030 oE
1-800-696-0916 -
Cruises Airtickets Tours







Mercredi 12 Novembre 2003
H-ati on Marcher Vol YvT I NT A4


DnI TTTCIT TU


Scl'VLAil1No41 IV unI


Hafti, la loi des milices
(Le Monde ... suite de la page 14)
jugement, comme l'a rappel le diplomat amricain James
Foley, ancien porte-parole du dpartement d'Etat,' rcemment
nomm ambassadeur des tats-Unis Port-au-Prince, lors
d'un petit djeuner avec Aristide en septembre. Deux jours
plus tard, le 22 septembre, "Cubain" tait assassin.
Aristide justifiait l'abandon de Gonaives l'Annrme
cannibale par le souci "d'viter un bain de sang", que le
rtablissement de l'autorit de l'tat risquait de provoquer.
Jusqu' la dcouverte du cadavre de "Cubain" la sortie de
Saint-Marc, une petite ville au sud des Gonaves. Chacun de
ses yeux avait t transperc par une balle tire bout portant.
Une execution interprte come un message destin aux
autres chefs de gang, excuteurs, complices ou tmoins des
basses besognes lavalassimenns qui seraient tents de parler.
Selon Winter Etienne, porte-parole de l'Arme
cannibale, Amyot Mtayer aurait t limin sur ordre du
pouvoir, car il s'apprtait faire des rvlations sur
l'assassinat, le 3 avril 2000, de Jean Dominique, le journalist
le plus connu du pays, fondateur de Radio Haiti Inter. Son
engagement aux cts de Lavalas n'avait pas entam son
indpendance, et il n' hsitait pas dnoncer les mthodes du
rgime dans ses chroniques. Les magistrats qui ont tent

---


BODxEfDress C.

Kliyan Boby Express yo, koute sa!
Konpayi-an genyen yon bn nouvl pou nou:
Anplis de transf lajan ak manje ke nou kapab
voye pou fanmi nou; Depi
lendi 19 Me, nou kapab voye yon bokit chaje
manje, san fr pou fanmi nou.
Men se pa sa slman. Nan tout fen mwa, Boby
Express
ap mete yon
ti kado sipriz nan chak bokit Boby Food.
Nou vle gate kliyan nou yo de jou en jou pi plis.


ATLANTA
1232 Moreland Ave, Suite A
Atlanta, GA 30016
Tel: (404)622-8787

BAHAMAS
E. Street Sawyer
Studio Bivd 2nd Floor
Nassau, Bahamas
Tel: (242)322-6047

BOYTON
544 E Gateway Blvd, Suite 3
Boyton Beach, Florida
Tel: (561)742-3046

CAMBRIDGE
300 Broadway
Cambridge, Mass 02139
Tel: (617)354-6448

CHURCH
2807 Church Ave.
Brooklyn, NW 11226
Tel: (718)693-3798

CONNECTICUT
953 Washington Blvd, Suite 1
Stamford, CT 06901
Tel: (203)324-2816

DELRAY BEACH
402 West Atlantic Ave
Delray Beach, FI 33444
Tel: (561)265-2100

FLATBUSH
1161 Flatbush Ave.
Brooklyn N.W. 11226
Tel: (718)287-5295

FORT LAUDERDALE
8 West Sunrise Blvd
Ft. Lauderdale, FI 33311
Tel: (954)524-1574

LAKE WORTH
330 S. Dixie Hwy, Suite 2
Lake Worth, FI 33460
Tel: (561)585-1077

MATTAPAN
508 River Street
Mat. Mass. 02126
Tel: (617)298-9366

MIAMI
5401 N.W. 2nd Avenue
Miami, FI 33137
Tel: (305)758-3278

NAPLES
506 1 lth Street
Naples, Fl 34102
Tel: (941)435-3994

NORTH MIAMI
629 NE 125th Street


N. Miami, FI 33161
Tel: (305)892-6478

MIRAMAR N. DADE
19325 NW 2nd Avenue (441)
Miami, FI 33169
Tel: (305)654-2800

MONTREAL
7177 Rue St Denis
Mont. QC H2R2E3
Tel: (514)270-5966

ORLANDO
2469 S. Orange Blossom Trail
Orlando, FI 32805
Tel: (407)649-9896

POMPANO (1)
4857 N. Dixie Hwy
Pompano Bch, FI 33064
Tel: (954)429-9552

POMPANO (2)
128 N. Flager Avenue
Pompano Bch, FI 33060
Tel: (954)946-4469

QUEENS
159-35B Hillside Avenue
Jamaica N.Y. 11432
Tel: (718)523-9216

SPRING-VALLEY
South Main Street
S. Valley, NW 10977
Tel: (914)425-7747

WASHINGTON
835 Juniper Street NW
Wash D.C. 20012
Tel: (202)722-4925

WEST PAI.M BEACH
604 25th Street
W. Palm Beach FI 33407
Tel: (561)655-4166

NEW JERSEY
152 Jefferson Ave
Elizabeth, NJ 07201
Tel: (908)354-1411

MONTREAL NORD
3820 Henri-Bourassa Est
Montral, Canada
Tel:(514)852-9245

TURKS & CAICOS
Downtown Providenciales
Buttertield Plaza
Tel: (649)941-4172-4173

CENTRE VILLE
59 Rue Pave
avant la Pharmacie Idale
223-0865-223-0839
222-2704,221-8910, 221-1632


d'enquter partir des rumeurs insistantes mettant en cause
des proches du president ont t contraints de fuir Hati.
Les responsables du crime n'ont jamais t inquits.
s Les langues des policies et des juges au courant
des affaires dlicates ne se dlient qu'aprs leur mise
l'abri l'tranger, que ce soit aux Etats-Unis, au Canada
ou en France. C'est le cas, par example, de Jean-Michard
Mercier, maire adjoint de Port-au-Prince entire 1995 et 2000.
Rfugi en France, il affirme avoir vu Harold Svre, un
ancien du Palais national, aujourd'hui membre du cabinet
du directeur de la police, proximity de Radio Hati Inter,
le jour du crime.
Ces accusations suscitent la colre des partisans
du president. "Ces gens sont prts toutes les bassesses
pour avoir la possibility de vivre en France ou aux Etats-
Unis", rplique Jonas Petit, le porte-parole de la Famille
Lavalas propos des tmoignages des transfuges du rgime.
"Les mdias ne parent que des quelques cas non rsolus,
come l'assassinat de Jean Dominique, mais regardez les
Etats-Unis, personnel ne prend au srieux la thse officielle
sur l'assassinat de Kennedy", ajoute-t-il en indiquant d'un
signed de tte son garde du corps qu'il peut s'loigner.
"Les lites diabolisent les organizations
populaires, les pauvres, qu'elles traitent avec mpris de
"chimres" -surnom donn certaines bandes de jeunes
proches de Lavalas- et de gross orteils" -surnom donn
aux paysans- pour les maintenir dans l'exclusion. Bien sr
qu'il y a des voyous, mais n'oubliez pas qu' son retour,
en 1994, Jean-Bertrand Aristide avait demand l'ONU
de dsarmer la population. Non seulement a n'a pas t
fait, mais d'importants stocks d'armes des troupes
internationales se sont retrouvs entire les mains de la
population",ajoute le jeune responsible de Lavalas, plutt
vif et avenant.
"En imposant le gel de l'aide Haiti, poursuit-il,
la communaut international esprait que le people se
rvolterait contre Aristide. Nous n'avons'que 3 000
policies pour 8 millions d'habitants. Ce n'est pas la force
rpressive de Lavalas qui a maintenu Aristide au pouvoir,
mais tout simplement le soutien de la population. On
contest la lgitimit de notre president. Mais quelle est la
lgitimit de Bush ? L'OEA -Organisation des Etats
d'Amrique- s'est tue lors de la crise lectorale aux Etats-
Unis."
L'une des premires decisions du president
Aristide son retour d'exil fut de dissoudre l'arme
haLtienne. Avec l'aide d'instructeurs amricains, franais
et canadiens, une nouvelle police fut forme la hte. Trs
vite, son contrle est devenu un enjeu majeur. Aristide a
plac aux postes de commandement des hommes et des
femmes de confiance, comme Hermione Lonard. Avec le


Propaganda War Intensifies

An increasing bar- g a in st H i[i' today should be more than
rage of negative propaganda i L i. 11 L L *i *s familiar to those who follow
in the US media is softening Haiti in the news:
the ground for an eventual by Kevin Pina (Black Commentator) politicization of the Haitian police force,
power grab by the Washing- The Black Commentator Lavalas grassroots organizations cast as
ton-sponsored opposition in Haiti, the Democratic Conver- armed gangs, and government corruption.
gence. In a series of press releases and articles over the
past three months, international organizations, non-govern- NCHR and the Media Cannibals
mental organizations (NGOs), and journalists have bom- The latest press barrage began on September 2
barded the press to justify one common theme: violent re- with the National Coalition for Haitian Rights (NCHR)
gime change is acceptable, if not inevitable, in Haiti. The release of a story equating elements in Haiti' s police force
main themes of this media spin cycling through the press (See Propaganda / 16)

Attention Miami



FADKIKJ VARIETY STORE


LE MAGASIN POUR TOUTES LES OCCASIONS.
Reception de paiement pour Bell South, FPL, GAZ, CABLE TV,
BELL MOBILITY etc...etc...
Connection tlphonique chez vous...



Ouvert FAD t OR V 1
FAD j VARIETV STORE
6 Jours M '

par x.___

semaine:

8h30 am ..



7h30 pmi
Agent Aulorise UNITRANSFER .
Agent Autoris AT&T


Parfums
Cellulars & Beepers CD's (Compas, Racine, Evanglique)
Souliers et Sandales Zouk, franais, amricain
Produits pur la cuisine Video's (hatiens, amricains, documentaires
Cadeaux dramas)
Tableaux Produits de beaut
Moneygram Money Order Produits pour cheveux


Paoe 15


1 - - -


I


ministry de l'intrieur, Jocelerme Privert, et l'ancien chef
de la scurit prsidentielle, Oriel Jean, Hermione
Lonard est l'une des principles courroies de
transmission en direction des OP. Selon le tmoignage
de plusieurs repentis, les missions seraient rtribues
en liquid et donneraient parfois lieu des distributions
d'armes, gnralement des pistolets- mitrailleurs Galil.
Le responsible de la Coalition national pour
les droits des Hatiens, Pierre Esprance, dnonce cette
situation. Son engagement a failli lui coter la vie. Le 8
mars 1999, il a survcu par miracle une tentative
d'assassinat: une balle lui a fracass la rotule gauche et
deux autres se sont loges dans son paule gauche. Les
tireurs n'ont jamais t retrouvs. Quelques annes plus
tt, l'poque du coup d'Etat, Pierre Esprance risquait
pourtant sa vie pour cacher les partisans d'Aristide et
s'insurger contre les assassinats, les'bastonnades, les
tortures. Aujourd'hui, alors que la'violence ne cesse
d'empirer, il public, malgr les menaces don't il fait
l'objet, un accablant rapport sur le "retour des attaches",
avec les noms et photos de plusieurs de ces auxiliaires
de police charges des sales besognes.
Des "attachs" civils arms jouissant d'une
total impunit ont fait leur apparition aprs le coup
d'Etat de 1991. Excutions sommaires, tortures, viols,
disparitions... Ils ont pourchass les partisans du
president exil durant les trois ans du coup d'tat.
"Depuis le lancement de l'opration "zro tolerance",
le 28 juin 2001, les attachs ont refait leur apparition",
affirme Pierre Esprance. Cette fois, au ct du pouvoir
lavalassien.
Tee-shirts noirs portant l'inscription "BS"
(brigades spciales) en lettres jaunes, ils utilisent les
mmes mthodes que les "tontons macoutes" pour
terroriser les opposants, mais aussi pour racketter les
commerants ou les migrs revenant au pays avec un
pcule. Selon M. Esprance, ils svissent au Palais
national, dans les ministres et les mairies, mais aussi
dans les commissariats. Celui de Delmas 33 (un quarter
de la capital) serait ainsi devenu l'un de leurs bastions.
"Les dtenus y sont torturs et les excutions ont lieu
sur la route Batimat, entire l'aroport et Cit Soleil ou
sur la petite place Cazeau", prcise Pierre Esprance,
qui a recueilli plus de dix tmoignages concernant ce
commissariat. "Je ne comprends pas l'attitude des
Amricains et de OEA, conclut-il. Pourquoi ne font-
ils rien face un pouvoir qui encourage la violence et
l'impunit et s'appuie sur des gangs arms ? Pourtant,
ils ont les informations."

Jean-Michel Caroit








,1.--i.-- %--y--eA -^ %-'. "x 1A% _atlai ten NiarchC VOI. A NVII o. 41


IPOUVOIR OPPOSITION


Propaganda War Intensifies A


(Propaganda ... from page 15)
with Duvalier's Ton Ton Macoutes and the former death
squads, known as attachs, under the Cedras dictatorship
that overthrew President Aristide in 1991. Peppered with
the purported actual names and ranks of members of the
llaitian police, the article sought to convince tihe public that
Aristide is just another dictator using time-honored tactics
of repression to stay in power. NCHIR drove this point home
with its charge that, "The impunity that attachs enjoy and
the collusion between members of the special brigades and
officers of Ihe llaitian National Police provide incontest-
able proof that the phenomenon is part of a governmental
slra(egy."
NCHR asserted in the same piece, "Specialized
units called Special Brigades (BS), composed of anned ci-
vilians dressed in black t-shirts with the yellow inscription
'BS' on thc back, are being integrated into the police sta-
tions, at first in thc metropolitan zone and now inicreas-
ingly on a national level." In an effort to add dramna and
weight to Iheir assertions, NCIlR included several photos
of gun-toting partygocrs individually posing with weapons
and beer bottles. The photos were reportedly linked to Renc
Civil, ithe leader of Youth Political Power or JPP move-
ment, allied with President Aristide's Lavalas party. Civil,
whose protestant student movement is a vocal critic of US
foreign policy and Haiti's wealthy dlite, reinmains a favorite
target of campaigns by the righl to discredit his reputation,
and by extension, Lavalas. The easiest photos to prove their
dcaim of thec existence of this "phenomenon" namnecly
armedd civilians dressed in black t-shirts with the yellow
inscription "BS" on the back" were conspicuously absent
from the expos. The remaining "proof" could not be cor-
roborated as authentic despite a calculated effort to give
the appearance it originated from someone with access to
internal Haitian police records.
Per usual in such media attacks, the US press took
the allegations at face value while largely ignoring the Hai-
tian government's denial of the charges and demands that
NCHR provide "verifiable evidence" to back up their
claims. As one highly placed police official lamented in
private, "This is another example of a serious attempt to
destroy the morale and undermine the authority of the po-
lice who are already underpaid and understaffed. By tar-
nishing ail the hard working men and women in our force
with this, it makes our jobs even harder. The opposition has
been emboldened because now when we arrest them, for
violence or having weapons, they claim we are repressing
them while we are just doing our duty. The truth is we are
trying to be fair in applying the law and they will not help
us; we need resources, instead they tie our hands by forc-
ing us to prove our fairness by allowing the opposition to
act with impunity. This is very dangerous." Others close to
the police were less kind and readily criticized NCHR for
taking up the cause of the opposition. They counter that
NCHR completely ignores acts of violence against mem-
bers and officials of Lavalas while exaggerating claims of
political persecution by the Democratic Convergence and
the so-called civil society organizations of the business com-
munity in Haiti known as the "184." They noted that NCHR
has never called upon the Dominican government to stop
using ils territories as a base for regular armed killing sprees
into Haiti committed by former members of the disbanded
military and the dreaded Front for Advancement and


the interests of those who
would benefit from edging
Haiti doser to the brink of
outright civil war. The mur-
der further destabilized Haiti
as the opposition began
spreading the rumor that
Aristide was behind the kill-
ing. Infiltrated, confused and
demoralized, the population
of Gonaives was initially
manipulated into turning
against the very movement
they had sacrificed so much
blood and s o many lives to
build. As President Aristide
pointed out, to a near deaf in-
ternational press predisposed
to print and repeat the rumor
as a foregone conclusion, by
any objective standard there
was nothing for the govern-
ment to gain from this killing.
One Lavalas observer on the
ground concluded, "This is
part of what has always been


LEGALANNOUNCEMENT OF BIDS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA
Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of the following bid(s)
which can be obtained through the Department of Procurement Management, Vendor
Information Center (VIC), 111 NW 1st Street, Suite 112, Miami, FI 33128 (Phone
305-375-5773). There is a non-refundable dollar fee for each bid package (see cost of
each bid package below) and an additional $ 5.00 handling charge for those vendors
wishing to receive the bid package through the United States Postal Service. AIl
requests by mail must contain the bid number, title, opening date, the vendor's
complete return address and phone number and a check for the correct dollar amount
made payable to "Miami-Dade Board of County Commissioners".
Vendors may choose to download the bid package (s), free of charge, from our
Website (www.miamidade.gov/dpm/) under "Solicitations Online".

Bids/proposals must be submitted in a sealed envelope or container and will be
opened promptly at the submittal deadline. Bids/proposals received after the first bid/
proposal envelope or container has been opened will not be opened or considered.
The responsibility for submitting a bid proposal to Miami-Dade County on or before
the stated time and date, is solely and strictly the responsibility of the bidder. Miami-
Dade County is not responsible for delays caused by any mail, package or courier
service, including the U.S. mail, or caused by any other occurrence.

Bid proposals from prospective vendors must be received in the Clerk of the Board
Office located at 111 NW Ist Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, FI. 33128, by no
later than 2:00 PM on the bid opening date in order to be considered.

This bid solicitation is subject to the "Cone of Silence" in acordance with County
Ordinance No 98-106.

The following bid(s) will open at 2:00 PM on Wednesday December 10, 2003.


7490-3/07-OTR SCUBA & SKIN DIVING EQUIPMENT


7491-1/05-OTR AUTOMOTIVE PARTS WASHER
MACHINE MAINTENANCE
This contract requires Insurance


7492/04-OTR


BOBCAT EQUIPMENT OEM PARTS &
SERVICES


This contract requires Insurance.
This contract includes Bid Preference provisions
For Certified Black Enterprises (BBE's), Certified
Hispanic Business Enterprises (HBE's), and
Certified Women Business Enterprises' (WBE'S).

7493-3/08-OTR AIR COMPRESSOR OEM PARTS
SERVICES
This contract requires Insurance.

7494-4/08-OTR HEAVY EQUIPMENT WELDING
FABRICATION & MACHINE SHOPS


Cost $10.00


Cost $10.00


Cost $10.00


Cost $10.00



Cost $10.00


This contract requires Insurance.


METRO-DADE
LEGALANNOUNCEMENT OF BIDS
MIAMI-DADE COUNTY
MIAMI, FLORIDA
Miami-Dade County, Florida is announcing the availability of the following bid(s)
which can be obtained through the Department of Procurement Management,
Vendor Information Center (VIC), 111 NW Ist Street, Suite 112, Miami, FI 33128
(Phone 305-375-5773). There is a non-refundable dollar fee for each bid package
(see cost of each bid package below) and an additional $ 5.00 handling charge for
those vendors wishing to receive the bid package through the United States Postal
Service. Ail requests by mail must contain the bid number, title, opening date, the
vendor's complete retum address and phone number and a check for the correct
dollar amount made payable to "Miami-Dade Board of County Commissioners".
Vendors may choose to download the bid package (s), free of charge, from our
Website (www.mianmidade.gov/dpm/) under "Solicitations Online".

Bids/proposals must be submitted in a sealed envelope or container and will be
opened promptly at the submittal deadline. Bids/proposals received after the first
bid/proposal envelope or container has been opened will not be opened or
considered. The responsibility for submitting a bid proposal to Miami-Dade County
on or before the stated time and date, is solely and strictly the responsibility of the
bidder. Miami-Dade County is not responsible for delays caused by any mail,
package or courier service, including the U.S. mail, or caused by any other
occurrence.

Bid proposals from prospective vendors must be received in the Clerk of the Board
Office located at 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, FI. 33128, by no
later than 2:00 PM on the bid opening date in order to be considered.

This bid solicitation is subject to the "Cone of Silence" in acordance with County
Ordinance No 98-106.

The following bid(s) will open at 2:00 PM on Wednesday November 26, 2003.

4401-4/08-OTR ALLISON HELICOPTER, GAS Cost $10.00
TURBINE ENGINES AND PARTS

This contact requires Insurance.


Iage 16


Mercredi 12 Novemibre 2003


Progress in Haiti (FRAPH), created by the CIA in the last
days of the Cedras dictatorship.
Old-tiincrs in the Ilaitian police have also stated
that NCHR, which was deeply engaged in Haiti at the time,
never complained when it was revealed in February 1999
(hat the police-training program, offered by the US Justice
Department's International Criminal InvestigativeTraining
Assistance Program (ICITAP), was being used by the CIA
to secretly recruit from within the ranks of the laitian po-
lice. In an article published in the respected Washington
journal Legal Times and entitled "Separating Cops, Spies",
author Sam Skolnik exposed the CIA's hidden agenda in
Ilaiti's ncw police training program. The article lakes us a
long way towards explaining the less than enthusiastic re-
sponse of the llaitian government towards continuing the
program. Since then, Ilaiti's cops have had to go it on their
own to build a credible force capable of maintaining law
and order while under constant attack from organizations
such as NCIIR.
Another of NCHR's favorite anvils, for hiaminer-
ing out the purported links between the Hlaitian govemrn-
ment and Lavalas attachs, was Amiot Metayer and the so-
called "Cannibal Armnny" in Gonaives. Never mind that the
nanie "Cannibal Anny" was originally that of a local gang
Metayer had battled with in the past. Instead the constant
beat of the local and international press cast everyone in
the Raboteau neighborhood of Gonaives, including Metayer,
as a "Cannibal." Friends tell ofhow whenever stooda chance
in trying to convince the press of their error and finally
.gave up in exasperation. Three weeks later, cannibal or no
cannibal, NCHR's accusations of government reliance upon
attachs would serve to pre-contextualize Metayer's assas-
sination.
On the night of September 21 Amiot Metayer, one
of the popular heroes of the resistance against both thu
Duvalier and Cedras dictatorships, was pumped full of bul-
lets and thrown in a ditch. His murder apparently served


againstt Haiti...
the strategy of the CIA and the opposition, to separate the
base of Lavalas from its leadership. This was the real rea-
son behind the killing. The US wants Aristide out and a
subservient government in place before we celebrate our
bicentennial on January 1, 2004. They believe this plan is
the best way to achieve that objective. They cannot win
elections so they have decided to create conditions for a
civil war."

Foxes Guarding the Chicken Coop
Following Metayer's assassination and on the heels
of NCHR's revelations, came yet another attempt to de-
stroy the Haitian government's credibility. This time the
information would originate from an international corrup-
tion watchdog organization known as Transparency Inter-
national (TI) who would label Haiti the third most cornupt
nation in the world.
TI has been described by several British organi-
zations on the left as "a tool to destabilize Govemments for
corporate interests under the guise of exposing corruption."
They point to the fact that TI's Chainnan and Foundcr, Pe-
ter Eigen, is a trustee of Crown Agents Foundation which
is currently involved in "reconstruction and rehabilitation"
in Iraq. The London-based Independent reported on March
31: "Crown Agents, a privatized development assistance
firm, has become the first British company to win a con-
tract in the American programme to rebuild Iraq. It will be
a subcontractor to International Resources Group (IRG), a
US professional services finn providing technical assistance
for planning and management of the reconstruction and
rehabilitation activities in Iraq." According to British ac-
tivists writing about a recent protest against Crown Agents'
role in Iraq, "Privatised in March 1997, Crown Agents lurks
in that murky area between state and business that has bc-
come so central in the new age of corporate government.
Its board boasts some notable links to the worldof big busi-
(Sec Propaganda / 17)








Mercredi 12 Novembre 2003


Htfiti en Marche Vot XVII No. 41


Page 17


I S(C)rSCIFT I


QUEBEC / LETTRE ...
(suite de la page 11)
Les jeunes, videmment, ne sont pas tous comme
a, grasa Bondiye msi !, mais la plupart d'entre eux qui
jonchent la Sainte-Cat' le sont.
Convenances et bonnes manires ?
Sont-ce l les convenances en usage dans le milieu
familial ? Sont-ce l les bonnes manires enseignes dans les
tablissements scolaires ?
Ces jeunes ont de bien pitres ducateurs et des
parents qui ne se fendent pas pour montrer le bon example.
Mais peut-tre, les bonnes manires sont-elles bourgeoises ?
Comment donc instruire les jeunes sur les
convenances, les manires de notre culture qui se veut
distinct et civilise. A qui faire appel pour leur donner des
conseils, des rgles lmentaires suivre pour survive
socialement dans notre socit nord-amricaine !


PROPAGANDA WAR ..
(Propaganda ... from page 16)
ness and banking and these are just the ones actually de-
clared on its own website! Its holding entity is The Crown
Agents Foundation, whose membership includes token 'wor-
thy' organizations such as Christian Aid and British Over-
seas NGOs for Development. But the vast majority of names
of both permanent and elected members hail, once again,
from the world of business."
The pieces of the puzzle really begin to fall into
place when Eigen also lists in his resume, "Under Ford
Foundation sponsorship, he provided legal and technical
assistance to the governments of Botswana and Namibia."
In an December 15, 2001 article entitled, The Ford Foun-
dation and the CIA: A documented case of philanthropic
collaboration with the Secret Police, Janes Petras of the
respected online journal Rebelin wrote, "A U.S. Congres-
sional investigation in 1976 revealed that nearly 50% of
the 700 grants in the field of international activities by the
principal foundations were funded by the CIA (Who Paid
the Piper? The CIA and the Cultural Cold War, Frances
Stonor Saunders, Granta Books, 1999, pp. 134-135). The
CIA considers foundations such as Ford "The best and most
plausible kind of funding cover" (Ibid, p. 135). The col-
laboration of respectable and prestigious foundations, ac-
cording to one former CIA operative, allowed the Agency
to fund "a seemingly limitless range of covert action pro-
grains affecting youth groups, labor unions, universities,
publishing houses and other private institutions" (p. 135).
The latter included "human rights" groups beginning in the
1950s to the present. One of the most important "private
foundations" collaborating with the CIA over a significant
span of time in major projects in the cultural Cold War is
the Ford Foundation."
So where is the Haiti connection in all this aside
from Aristide being labeled leader of the third most corrupt
nation in the world by Peter Eigen's organization? If one
goes to the website of another organization named the Hai-
tian Resource Development Foundation, you will find they
work with a Belgium firm named Altech to build a purified
water system known as Hydopur in Haiti's Artibonite val-
ley. Altech's list of international projects is impressive and
includes countries such as Iraq, Nicaragua, South Africa,
Burundi, Democratic Republic of the Congo, and Vietnam.
Among Altech's references is that they act as a non-exclu-
sive representative of Crown Agents sponsored projects.
This is the same Crown Agents that is involved in dividing
up the spoils in Iraq and where Peter Eigen of Transpar-
ency International acts as a trustee. And who is listed as a
legal consultant for Altech? None other than Gerard
Gourgue, the appointed provisional president of the Wash-
ington-backed opposition, the Democratic Convergence in
Haiti! To recap in shorthand, Peter Eigen, the founder and
chairman of Transparency International, is a trustee of
Crown Agents, who is represented by Altech, whose legal
consultant, Gerard Gourgue, is the provisional president of
the Dmocratic Convergence in Haiti.
While nota direct link, for they rarely are in such
matters, this connection is more than enough to call into
question the objectivity ofTransparency International's so-
called Corruption Index when it comes to Haiti. As if that
weren't enough, Bolaji Abdullah of the Jamaican journal
This Day Online filed this report last July 24 from Kingston:
"A founding member of Transparency International, and
Secretary-General Jamaica, Ms Beth Aub, has resigned her
membership of the global anti-corruption body with effect
from January 31, alleging corrupt practices, among others. "
In letter dated January 11, and addressed to Chair-
man of the Board, Peter Eigen, Ms Aub said she was re-
signing in protest against some "policies and practices be-
ing pursued by the governing body of Transparency Inter-
national" and which she does not wish to be associated with.


To corne PART 2:
The Ambulance Chasers Or, How Many Jour-
nalists and Associated Press Photographers Can Dance on
the Head of a Pin?
Immediately after TI took its turn trying to beat
the Haitian government's credibility senseless, the so-called
independent voices of the press in the US stepped in to de-
liver a few more uncritical yet fatal blows ...

Kevin Pina is a documentary filmmaker and
freelance journalist who has been working and living in
Haiti for the past three years. He has been covering events
in Haiti for the past decade and produced a documentary
film entitled "Haiti: Harvest of Hope". Mr. Pina is also the
Haiti Special Correspondent for the Flashpoints radio pro-
gram on the Pacifica Network's flagship station KPFA in
Berkeley CA.


J'espre que les manques de civilit
d'aujourd'hui ne sont pas les prsages de ce que
seront les normes de demain.
Cher frre et chre belle-soeur, je ne
sais ce passe exactement en France, il se
peut que la situation soit tout aussi semblable,
mais cela m'importe peu. J'habite Montral
et ce sont les jeunes d'ici qui sont l'objet de
mes observations.
Cultivez vos radis, plantez vos choux
(" la mode de chez nous" !), taillez vos rosiers,


nourrissez vos oiseaux, allez la prche et parlez gentiment et en bon
franais) vos voisins.
Ne revenez surtout pas sur la Sainte-Cat'. Elle est encombre
d'arbres, de poubelles toujours pleines, de lampadaires, de parcomtres o
sont cadenasss des bicyclettes qui s'talent sur les trottoirs, de bancs, de
feux de signalisation, de musicians ( ?) nomades, de laveurs de vitres d'autos
aux allures inquitantes. Elle est aussi le paradise des clochards, paums,
trafiquants de drogue, trane-savates...
Quelle faune que la Sainte-Catherine, tmoin de notre nouvelle
culture du laisser-aller, de permissivit, de la surconsommation et de
l'gosme (voir Socit / 18)


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE WATER AND SEWER DEPARTMENT
BOND CONSULTING SERVICES
CICC PROJECT NO. E.03-WASD-03


The County Manager, Miami-Dade County (County), pursuant to Chapter 287.055, Florida Statutes. and Chapter 2.
Section 2-10.4 of the Miami Dade County Code as amended by Ordinance 01-105 and Administrative Office 3-39
announces, that design-build services are required for the Miami-Dade fire Rescue Department (FIRE), Port
of Miami Fire Rescue Station No. 39, located at the Port of Miami, on the center service island, east of the intersection
of Europe Way and Port Boulevard, Miami, Florida.

Copies of the design-build criteria package may be purchased beginning on October 31, 2003 at 2 :0 PM at the
offices of Brown & Brown Architects, located at 7100 SW 99 Avenue, Suite 201 Miami, FI 33173. The phone
number for Brown & Brown is (305 ) 273-7460. The non-refundable fee for each design-build criteria package is $
50.00 and only checks or money orders are acceptable and shall be made payable to Miami-Dade County Board of
County Commissioners.

The Design builder shall, at the time of proposal submittal, time of award, and throughout the duration of the
contract, meet the requirements as stated below.
Pursuant to Florida State Statutes 287.055, a Design-Builder is defined as a partnership, corporation, or other legal
entity that :
a) Is certified under Section 489.119, Florida Statutes, to engage in contracting through a certified or registered
general contractor or a certified or registered building contractor as the qualifying agent, or
b) Is certified under Section 471.023, Florida Statutes, to practice engineering ; certified under Section 481.219 to
practice architecture ; or certified under Section 481.319 to practice landscape architecture.

Those firms submitting as a Joint Venture must submit documentation for each entity participating in the Joint
Venture to include the legal name of the companies participating in the Joint Venture as registered with the State of
Florida.

In addition, ail interested proposers responding to this solicitation must
comply with all applicable federal, state and local licensing and certification
requirements.


A/E TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS


11.01 General Structural Engineering
12.00- General Mechanical Engineering
13.00- General Electrical Engineering


16.00-General Civil Engineering
18.00 Architectural Constuction Management
20.00 Landscape Architecture


To satisfy the technical certification requirements for the requested services, valid technical certification in ail of the
above-specified areas) ofwork must be heldby a firm responding as a sole respondent, or a team of firms. Furthermore,
if an individual is providing services that require technical certification by Miami-Dade County, the individual is
required to have the relevant certification(s). Individuals who are not technically certified will not be "allowed to
perform work for those scopes of work requiring technical certification. Additionally, firms that list other areas of
work as supplements to the required technical certifications must also be certified for those supplemental areas.

A solicitation notification will be forwarded electronically to all consultants who are pre-qualified with Miami-Dade
County and have included a e-mail address in their vendor registration form. Will also be e-mailed to those who
have vendor enrolled on-line. Additionally, those pre-qualified firms without an e-mal address will be faxed a
solicitation notification.

The Consultant Coordinator for this project is Faith Samuels who may be contacted via e-mail at
fty@miamidade.gov,fax : (305)375-1083 or phone (305)375-2774.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS
One (1) Agreement

100% Community Business Enterprise Program
(CBE) Measures (Set A-side Design Portion Only)
22% Community Small Business Enterprise Program (CSBE) Measures construction Portion Only)

A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on December 3,
2003, at 9:30 AM, in the Auditorium of the Miami-Dade County Fire Department
located at 93.. NW 41 Street, Miami, Florida While attendance IS NOT
mandatory, interested parties ARE ENCOURAGED to attend.

Deadline for submission of proposals is
January 30, 2004 at 12:00 PM, LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be received at Miami-Dade
County, Clerk of the Board of County Commissioners, 111 NW Ist Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida
33128-1983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS
RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE SHALL NOT BE CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(t) of the Miami
Dade County Code, as amended. Please review Miami-Dade County Administrative Order 3-27 for a complete and
thorough description of the Cone of Silence.


mmuHa
mm








Les Jeux de Bernard


Mercredi 12 Novembre 2003
Hati en Marche Vol. XVII No. 41


semaine passe A V U RE

Allez de CABINE RAGOTS, en utilisant des mots HAiTi ASURE
MASUR E
du vocabulaire franais, et ne changeant qu'une lettre M A S U R E


Solutions de la semai

5s-G x L D V I H

z T V
V E A I C

T MEY YNT I T
B E N"'I, IA'RON EE
S T C5N E R RE G T-
B 0 1 M F E Y G
L E A) S *O C//U (Z

B O M R Do N B

R S L B Y G T 1 0


I A T i i F 1


par ligne. S A TIYRL u !

S Mots Croiss ) YRE


HORIZONTAL SCRABBLE
ne passe 1. Le president y combat le Arrangez les sept lettres ci-dessous
premier ministry 2. Elment -- pour former un mot franais
-A E A I N 3. Cadmium Pronom pour former un mot franais
D P E V 4. Seigneur slave E R
C B A Y J 5. Canard Note 6. Note Oiseau- -R
SV NY P 7. Anciens habitants des Andes- -- P A S

A A L T B Pronom 8. Constituez --
G 1IA Z Ecrivain americain. S A
Y N J L U VERTICAL
HY F 1. On y prpare le poisson -
D P S N 2. Malmenent 3. Irridium Police secrte de Jean-Claude Solutions de la semaine passe

o s c o v Pronom 4. Rateras 5. Organe de press international Metal -SM L
F L F A S 6. Conjonction 7. Ville l'est de Nagasaki S 1 I 1 L 1 S
Q J J MJ R 8. Continent.


1


La Convergence dmocratique s'en prend l'OEA ...
La Convergence Dmocratique a critiqu la dernire prise de position de l'OEA relative l'usage de
la violence pour renverser le pouvoir en place. Un membre de cette coalition politique, Hubert De
Ronceray, a dclar qu'il vaudrait mieux pour l'OEA se taire au lieu de mettre sur le compete de
l'opposition les manifestations violentes enregistres dans certaines rgions du pays. "Tout le monde
sait que les manifestations de l'opposition sont toujours pacifiques, a estim le responsible de la
Convergence, contrairement, a-t-il dit, celles de Fanmi Lavalas. Selon M. De Ronceray, I'OEA a
chou dans sa mission visant trouver une issue la crise post-lectorale qui dure depuis plus de 3
ans. Il a propos une nouvelle fois que l'organisation hmisphrique transmettre le dossier d'Hati
aux Nations Unies qui est moins complaisante, a-t-il dit, dans le traitement des dossiers de ce type.

Guyler C. Delva passe un mauvais quart d'heure ...
Le Secrtaire Gnral de l'Association des Journalistes haitiens, Joseph Guyler C. Delva, aurait
connu un mauvais quart d'heure samedi dernier (8 novembre) quand, dans le cadre d'un atelier de
formation qu'il tait venu animer dans la ville du Cap-Hatien des journalists presents l'ont
fortement chahut. Ils reprochent Delva sa mauvaise gestion au sein de l'association de
journalists qui aurait perdu toute crdibilit, selon ces confrres du Cap.

Un nouveau dlgu dpartemental pour l'Artibonite
Il s'agit du Dr Willy Racine, qui replace ce poste Matre Ketelin Tlmaque, dmissionnaire!
Perquisition chez Himmler Rbu
La police a perquisitionn, le mardi 4 novembre, en presence d'un juge de paix, au local du centre
d'ducation physique (CEPEM), sis Delmas 33, et au domicile du propritaire dudit centre,
l'ancien colonel Himmler Rbu. Ces fouilles n'ont about aucun rsultat et n'ont pas t non plus
mailles d'incidents.
Selon Himmler Rbu, ces perquisitions sont motives par ses prises de position sur la conjoncture et
le fonctionnement anachronique du rgime Lavalas. Le dirigeant du Groupe de rflexion sur Halti
(GREH) a fait savoir qu'il poursuivra ses activits et ne gagnera pas le maquis. Himmler Rbu
avait, sur les ondes d'une station de radio prive, le 1er novembre, fait des dclarations
fracassantes sur la drive totalitaire du pouvoir en place et la personnel mme du president Jean-
Bertrand Aristide.

Dgradation constant de la situation des droits humans en Hati
L'expert indpendant des Nations Unies pour les Droits Humains en Hati, Mr Louis Joinet, s'est
estim trs proccup par la dgradation croissante des atteintes aux droits fondamentaux en Hati.
"L'tat d'impunit se substitute toujours plus l'tat de Droit'", a-t-il dclar le 5 novembre lors
d'un compte-rendu de sa 3me visit en Hati.
Selon Louis Joinet, cette impunit s'enracine entire autres"" dans 1' aggravation de la crise d'identit
que traverse la police et les dysfonctionnements rcurrents de la justice ". L'image de cette
institution est ternie par ce que le magistrat franais appelle des
"pseudo-policiers don't le statut plus que flou, est source de confusion aux yeux de l'opinion, voire
des policies eux-mmes"".
Louis Joinet souligne dans son rapport, l'mergence d'une police parallle compose notamment
des agents de la"" Brigade Spciale BS". Cette unit de police n'apparat pas dans l'organigramme
official de la police, a fait remarquer le juriste franais. "" Il s'agit donc, incontestablement d'une
police parallle don't je demand la dissolution"", a-t-il dit.
En dpit des dmentis des autorits lavalas, l'expert indpendant des Nations Unies a galement
soulign la rapparition des attachs "
Qualifiant la situation gnrale d'Hati de trs grave, le magistrat a lanc une mise en garde
l'endroit des commanditaires de ces violations en leur rappelant l'existence d'une justice
internationale." Les temps changent. Il existe dsormais une justice international. Qu'ils se
mfient avant qu' il ne soit trop tard ... "
La Fondation 30 septembre accuse Louis Joinet de ne vouloir
couter qu'un seul son de cloche ...
Le coordonnateur de la Fondation 30 septembre, Lovinsky Pierre Antoine, a fustig le mercredi 5
octobre la mthodologie utilise par l'expert en droits de l'homme de l'ONU, Louis Joinet, pour
enquter sur la situation des droits humans en Hati. Selon le responsible de cette organisation
travaillant dans le domaine des droits de l'homme, M. Joinet a choisi de rencontrer une seule
catgorie de personnel dans le cadre de son travail. C'est pourquoi son travail est biais la base, a
lanc M. Pierre-Antoine, dplorant que Louis Joinet se soit dmarqu de la line trace par son
prdcesseur Adama Dieng. M. Dieng trouvait au moins le courage de rencontrer les reprsentants
de tous les secteurs, ce qui lui permettait de rdiger des rapports objectifs et non partisans, a fait
savoir le responsible de la foundation 30 septembre. M. Pierre Antoine a dclar ne pas comprendre
pourquoi c'est partir des rapports fournis par la NCI IR et des autres secteurs de l'opposition que
Louis Joinet rdige ses rapports. Il a fait part de son intention de porter plainte contre Louis Joinet
par devant la commission des droits de l'homme des Nations Unies.


Grille des Programmes

Mlodie 103.3 FM 74 Bis Rue Capois Port-au-Prince, Haiti
Tl.: 221-8567 / 221-8568 Fax 221-0204
Email: en Marche@haitelonline.com
URL: www.haitienmarche.com

5H- 6H30 BON REVEIL EN MUSIQUE

6H30-7HOO AU PIPIRIT CHANTANT
Journal Crol avec Yves Paul Landre

7HOO-9H30 MELODIE MATIN avec Marcus
Informations, Interviews, Editorial
Au Quotidien avec Elsie
La Chronique Economique avec Roosevelt
L'Actualit en Bref avec Yves-Paul Landre
Les Sports avec Jacky Marc
L'Editorial de Marcus
7HOO-9HOO MELODIE MATIN du Samedi avec Fquire Raphal

10H00-Midi LE DISQUE DE L'AUDITEUR
avec Jacques Lacour

Midi Midil5 LE MIDI
Un Rsum des Informations avec Michle Kerlegrand

Midi 15 2HOO LADY BLUES
elsie
Jazz, Swing, Blues, Ragtime...

2H00-3H00 C'EST SI BON EN CHANSONS
Emission de Chansons Franaises

3HOO-5H00 LE BON VIEUX TEMPS
Avec Doc Daniel et Captain Bill

51100 NOUVEL 5
avec Villette IHerttelou

5H30 SPORT
Jacky Marc

6HOO-7HOO LES TOP TEN

7H00-8H30 AMOR Y SABOR
con Luciani

8H30-9HOO SOIR INFORMATIONS

10HOO NOTRE GRAND CONCERT
L'Heure Classique (Lundi et Mercredi)

Jazz at Ten
chaque Mardi et Jeudi

Sous le kiosque Musique
Dimanche

9HOO... x du mat CAVALIERS PRENEZ VOS DAMES
Chaque Samedi Soir l'mission de Lucien Anduze


l'universit d'Etat d'Hati
Des elections prvues de longue date au sein de
l'Universit d'Etat d'Haiti (UEII) ont finalement
eu lieu le 31 octobre, donnant un nouveau
mandate de 3 ans Pierre Marie Paquiot Wilson
LaIleau a t lu vice-recteur aux affaires
acadmiques.
" Nous avons un objectif, c'est d'aider
l'universit changer son image et contribuer a
aider le pays aller de l'avant"", a dclar Pierre
M. Paquiot, l'issue du scrutiny.
L'ancien recteur a t rlu avec 19 voix sur 32,
de mme que son assistant Wilson Lalcau.


Page 181


AS Carrefour
Aigle Noir
Baltimore
Carrioca
Cavaly
Don Bosco
FICA
RCH
Racing
Gonaives
Roulado
Tempete
Valencia
Victory
Violette
Zenith


Un nouveau conseil la tte de

SOCIETY ...
(suite de la page 17)
Ne revenez surtout pas sur la
Cat"" !", vous passeriez pour un couple de
dinosaures...
Hormis cela, vous ai-je dis que la
vie est belle !
Je vous embrasse.
Votre frre et beauf, Ren.


I


1


mal-


Eci









Mercredi 12 Novembre 2003
Hati en Marche Vol XVII No 41


Ti Gout Pa Ti Gout


ak: Jca Miapou


(DWAT-GOCH) GRARD FERRERE, FRANCK LARAQUE, MAX MANIGAT, KERN DELINCE
foto mapou


Vant Siyati : Haiti : La Lutte et L'espoir>> nan Miami Book
Fair International

PAUL LARAQUE MADE ESKIZ


Contrairement ce que mon
frre Franck et moi
esprions, mon tat de sant
ne me permet pas de
participer la vente signa-
ture de notre livre : Haiti, la
Lutte et l'Espoir Miami, et
Fort-Lauderdale le
dimanche 9 novembre en
course.
Je tiens exprimer ma
profonde gratitude aux
organisateurs de cet
evnement politico-culturel,
particuliment Max
Grard Campfort, Jan
Mapou et Sosyete Koukouy,
Camille Gauthier et
Panaca. Je les prie de
transmettre au public mes
vifs regrets et mes sincres
remerciments.
Co-auteur de l'oeuvre,
Franck Laraque sera l pour
en signer les exemplaires et
rpondre aux questions.
Nous passons la torche aux
gnrations nouvelles
porteuses de l'avenir.
A la veille de
l'indpendance d'Haiti, il
faut l'union de tous les
patriots sans distinction de


ANVANT NAN

LIBRERI

MAPOU
Paul & Franck Laraque
Haiti La lutte et
L'Espoir $20.- (ajoute
4.50 pou shipping ak 7%
tax)
=Jessica Fivre:
Les Hommes en rouge
$15.- $4.50 S&H'+ 7%
taks
Grard Ferrre (Collectif)
=Le Vodou au 3
Millnaire
$20.00(ajoute $4.50 S&H
+ 7% tax)
Mireille Sylvain David: Il
faut sauver Elizabeth
($15.00( ajoute S&H)+
7% tax


couleurs pour lutter contre l'oppression
indigne. L'Exploitation conomique et la
domination trangre. Je crois en la solidarity
rvolutionnaire des travailleurs et des peuples
pour la defense de la souverainet national et


le changement des conditions de vie
inhumaine des mass iben e peyizan tank chez
nous que dans les pays -frres.

Pacifique, si possible violent si ncessaire,
seule la revolution sauvera Haiti et le monde.
Je ne la verrai pas mais je mourrai avec la
conviction qu'elle viendra pour que rgnent
enfin sur la terre, la justice, la paix et la libte.


Paul Laraque


~tL


9


PETER FRISH AK MADANM NIAPVIZITE MIAMI BOOK FAIR INTERNATIONAL.
LIBRERI MAPOU AK MAISON DESCHAMPS SE SL ENSTITISYON KI TE
REPREZANTE PEYI-A NAN KOKENNCHENN BANBCH ESPIRITYL SA-A
NAN MIYAMI. MIAMI BOOK FAIR INTERNATIONAL SE PI GWO AKTIVITE
LITER E KILTIRL NAN PEYI ETAZINI.
Ane sa-a Libreri Mapou asosye-1 ak Maison Henri Deschamps pou reprezante peyi-a. Laverite
ske depi 10 lane ane Konsila Ayisyen-an toujo kole zepl ak nou pou nou reprezante ekriven
Ayisyen yo. Ane sa-a pwoblm ekonomik peyi-a blije otorite lokal yo pou f rezv pou lbt ane. Se
konsa, jouk nan dnye moman, se grasa Pepe Bayard, manm komite Direksyon Zaf Kiltirl ki
antame youn seri demach ki penmt Peter Frish nan Maison Henry Deschamps aksepte bann
lebra ak 6 ks liv ki soti Ayiti, rantre Miyami antrapde. Nou di Pepe Bayard ak Peter msi. Lane
pwochen ki pral 2004...Nou pap rate lokazyon reprezante Ayiti anba youn paviyopn deliks tankou
Panam,a ane sa-a....


HAITIAN
AWARENESS DAY
AK
SOSYETE KOUKOUY
MIYAMI
SOSYETE KOUKOUY
CONNECTICUT
Youn bl sware kiltirl k'ap
gen mizik ak Kiki Wain-
wright, Yolande Thomas
Montaj powm pysteyat
Libte ou Lanm
Dans folklorik:
Kongo, Nago, Ayiti-Afrika
2004
Defile md ak Sosyete
Koukouy Connecticut. Youn
bl sware Kiltirl nan youn
anbyans avangou 2004.
Samedi 15 Novanm 2003
20 Forest Street- Stamfort,
CT a 6 tapan
Antre $20.- Timounn $15.00
pou enfo rele 203-964-1517/
203-918-0453


S KONPLIMAN
MESYE-DAM
Jessica Fivre, Mireille
Sylvain David ak Grard
Ferrre, plen sal la debde
nan prezantasyon yo te f
nan Miami Book Fair Inter-
national. Konpliman Mesye
Dam! Senmenn pwochenn
n'ap pote foto pou nou


IRS NAN LIBRERI
MAPOU
IRS ap tann nou tout
espesyalman mounn k'ap f
taks nan kominote-a ak tout
mounn ki vle f taks yo
osnon ki bezwen dnye
enfbmasyon sou kozman
taks. Grard Aquino youn
reprezantan IRS ap nan Sant
Kiltirl Mapou Mkredi 19
Novanm de 6 a 9 pm pou
reponn tout kesyon nou
genyen sou taks. 305-757-
9922


Youn pati nan asistans ki te vin chita tande Franck Laraque nan prezantasyon liv Haiti, la lutte et l'espoir.
ki fenk soti nan edisyon CIDHICA. Frank te antoure ak 3 pile nan literati ayisyen-an : Grard Ferrre, Max
Manigat, Kern Delince. Max li youn lt Paul Laraque te voye pou esplike rezon ki f li rate mvy liter sa-
a...FRank pale pou tt li, li pale pou fr li


Page 19


-i


I '


ti glout pa ti gout







SPORTS


Mercredi 12 Novembre 2003
Hlati en Marche Vnl YVTII Nn A1


SSlection olympique haitienne invite
de l'EPCOT Center
Disney World le week-en dernier


I d


Le support du 12 me Homme sera d


Prix du Ticket: $ 20.00 l'avance et $ 25.00 la porte


Pour information et achat de Tickets : Maxisound (305)85

A l'achat du ticket vous recevrez un CD Gratuit.

(305)751-3434 et (954)781-7424


Plus d'un demi million de clients ont adopt CAM pour leurs transferts d'argent
et de products alimentaires sur Haiti parce que depuis prs de vingt ans CAM,
le leader incontest sur le march des transferts offre sa clientle:

4 un accueil enthousiaste plus de 10,000 nouveaux clients tous les mois
, un service professionnel, courtois, rapide, sr et unique sur le march hatien
la livraison domicile en moins de deux heures de tout transfer d'argent
Port-au-Prince et dans les villes de province.
i livraison des products alimentaires le mme jour, si le transfer se fait avant midi
*, transferts d'argent et de products alimentaires "on line" par carte de credit
. dpt d'argent sur n'importe quel compete bancaire en Haiti
k une satisfaction garantie

CAM, une tradition trs imite mais jamais gale!



Notre difference


c'est notre service!







APPELEZ NOUS GRATUITEMENT:
USA/CANADA:1-800-934-0440
HAITI: 800-256-8687
Ou faites votre transfer ONLINE:
www.camtransfert.com


SBICENTENAIRE


Mr, \lime,
Professionnels
Haltiens
Vivant en terne
trangre
Cher (s) Amis
La prsente est pour
vous proposer une
opportunity unique
de possder une
proprit au bord de
la mer sur la Cte
des Arcadins. Le
project du Club
Nautique Aquabella
S.A. est une ide
original qui ferait
de vous le
propritaire d'une
surface btissable de
1000 m2
surplombant la
mer et le lac de Bois
Neuf avec accs
votre plage
prive, dans le cadre
d'un lotissement
viabilis, scuris et
structure de 101 lots
don't 50 sont dj
vendus et 4 dj
construits.
Visiter sans tarder
notre site web
wwwHitiaquabellacam.
Tous les dtails y
sont contends.
Agissez vite car, vu
nos prix, les lots
s'enlvent.
Vous pouvez nous
crire : e-mail:
I Ltnibrddla<' \,'ydxrnrn



visiter

SInternet


Page 20


L


95-80 6,


iiaiu Un lvialLlu VUI. 111 v Il INO. +I


- 1


Tous en fouie

<'Orange Bow(

Dimanche 16 Wovembre 7:00 PM-


Slection Olympique Hatienne
VS
Selection Olympique du Honduras
de Bora Mulitinovic ..


~a~Rx~


1


-- , , q....
BICENTENAIRE


1


I


: .


f


r




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs