Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00168
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: June 18, 2003
Copyright Date: 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00168
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Full Text















Haiti en Marche dition du 18 au 24 Juin 2003 Vol. XVII No 20 t' "-
..HA.TI-POL. ITQU ,1


Le

La vrit
ANALYSE
PORT-AU-PRINCE, 14 Juin U
amricain vient de mourir, Gregory Peck
ans. Mais un autre se rvle, c'est C


Colin
Malheureusement, on dirait un personal
de Beckett, constamment la recherche d
figure, iouijours en retard d'un spectacle.
retentissant au Conseil de scurit de l'(
dbats sur l'Irak, et impuissant cette sem
dsastre isralo-palestinien et le dchir
feuille de route, mis en minority par soi
president et surtout par les fauicons plus
l'administration qu'il reprsente, il ne re
Colin qu' se dfouler sur des crises


HAITI-POLITIQUE JUl -*


cinema americaimn s O-,oC,

sur I"'ultimatum" de Colin Powell
mineure, pour ne pas dire inexistante internationalement, d'opposition de l'intrieur et en diaspora. "Si d'ici
ni grand acteur come la cruise politique haftienne. septembre, le gouvernement hatien n'a pas tabli le
, l'ge de 87 C'est quoi resemble, notre humble avis, sa (voir Powell / 4)
olin Powell. bruyante sortie sur le dossier d'Haiti la
semaine dernire
~lors de l'Assenm-
ble gnirale de
l'Organisation des
Etats amricains,
Santiago du Chili,
car les dclarations
incandescentes du
Secrtaire d'Etat
amricain nous
semblent bien
des gards hors
context, si bien
que dans son
rsum de la
position de la
dlgation
amricaine, le
principal
Powell responsible du dossier au Dpartement
age du thtre d'Etat, l'Ambassadeur Roger Noriega,
'une uvre o mentionne seulement MI. Powell la fin
Aprs son bide de son texte, come un appendice.
ONU lors des Nous crivions la semaine
aine deviant le dernire que Washington s'est mis "aux
ement de "la abonns absents" dans la cruise haitienne,
n superstar de nous le maintenons malgr l'"ultimatum"
sl1gitiimes de que vient de lancer Colin Powell ...
-ste au pauvre La phrase a fait le tour des sales de Le nouveau Directeur Gnral de la Police Nationale d'Hati,
d'importance rdaction, la grande joie des milieux Jean.Robert Faveur photo Georges Dup


HAITI-CRISE


Prcisions sur le prt apport par


pret consent au
Gouvene lent
Hatien par les le s
banques cnm-
merciales hatiennes pour s
paiement,envers la Banc
dveloppement (BID), vois
circulent, de source non conf
Le total recherc
Rpublique d' Haiti/Gouverne
millions.


La session ordinaire de 1' Assemble gnrale du 8
au 10 juin 2003 a prsent un thme : la Gouvernance
Dmocratique dans les Amriques. Comme nous l'avons
prvu, on a adopt la fin de la session, en ajoutant un
XVIIe point l'ordre du jour, une resolution hybride, en 13
articles, supporte par 22 pays, qui est un amalgame des
resolutions 822 du Conseil permanent et 1841 de
l'Assemble gnrale. Considre isolment, cette dernire
resolution ne diffre ni dans lalettre ni dans l'esprit de celles
qui l'ont prcde et qui la composent. Elle a t introduite
aprs la declaration de Colin Powell et le discours de Roger
Noriega. La mission fondamentale de l'OEA n'tant pas
d'imposer des sanctions, mais de prvenir la degradation


des institutions et de les consolider ; la declaration de Colin
Powell tient lieu de measure exceptionnelle et coercitive, pour
briser l'impasse.
Il est vident que le draft de la resolution sur la crise
hatienne n'a pas t inclus dans la liste des projects de
resolution pour la session annuelle de l'Assemble gnrale.
On a d ajouter un XVIIIe point l'ordre du jour la fin de
la session pour l'introduire. Le texte original tant en anglais,
nous porte dduire qu'il n'a pas t rdig directement par
le gouvernement Lavalas. Etant une resolution hybride qui
est un mlange des lments des resolutions 822 et 1841,
elle n'introduit rien d nouveau. Cependant, elle sollicite dans
(voir Opposition / 3)


Tanux
d'intrt : 9%
l'an, avec 2% up-


front, c'est-a-dire
payable au mo-
banques prives l'Etat haitien m
acquitter des arrirs de suit: conclure l'affaire.
que Interamricaine de Unibank: $15 millions On estime que les banques commercials
i quelques prcisionsqui Sogebank : $12 millions raliseraient un bnfice de $600.000 au dpart.
ir qe e Capital: $1 million Puis approximativement $675.000 sur l'intrt
par la Banque de la Promobank: $1 million si la dure de l'opration ne devait pas excder, en effet,
-- .... ...U -Rt rDu i3 M;n; ,. utrois mois.


ment Haitien s
'
l ive A $30


. Le total offert par les banques commercials


ei i ri t :ii l: o, n llu i 1o s
Le prt serait pour une dure de trois mois
seulement, et consent la BRH (banque centrale, non au


Les banques prteuses demanderont-elles la
banque central de puiser directement sur leurs fonds
(voir Banques / 3)


Haiti en Marck
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinire au Bois Verna
tl.: 245-1910 Fax 221-0204
Miami
173 NW 94th street
Miani, Florida 33150
Tl.: 305 754-0705 / 754-7543
Fax 305 756-0979
New York 914-358-7559
Boston 508 941-6897
Montral 514 337-1286
email:: enmarche@haitelonline.coin
URL: www. haitiemnarche.com


le


Library of Congress /ISSN 1064-3896

Miaini, New York, Montreal Boston ,
Washington, Clicago : 1.00
Port-au-Prince: 10 Gourdes
Une publication Elsie and MAarcus IuC


Port-au-
Prince, 14 Juin
- A propos du


irait jusqu' $32 millions, qui se rpartissent comme Gouvernement Hatien.


LA POSITION DE L'OPPOSITION

Autour des rsultats de


l'Assemble Gnrale de l'OEA


-1-


- -








Page 2


EN PLUS


TEXTE OFFICIAL

Declaration de l'Ambassadeur

Roger Noriega sur la situation en

HaIti, lors de la 4me session


Il est trs appropri
que cette assemble gnrale


adopted une resolution raffirmant la
resolution 822 du Conseil Permanent
comme cadre de travail pour la solution de
l'impasse politique ayant dcoul des
elections avortes du 21 mai 2000 en Haiti.
Il est tout fait propos de ritrer notre
soutien la mission spciale de 1' OEA qui a
ralis un excellent travail en accomplissant
son mandate dans le cadre de la resolution


Pln -lIer, le secrtaire
Plrniere d'Etat Colin Powell a ritr


' engagement du gouvernement
amricain aux efforts de la mission
spciale de l'OEA en faveur d'une
amlioration du climate de scurit en
Haiti, en allouant un montant additionnel
d'un million de dollars ladite mission.
Le Gouvernement des Etats-Unis espre
que le Gouvernement d' Haiti permettra
la mission spciale d'avancer


li4s


Installation du noum eau Directeur Gnral de la Police national, le commissaire
Jean Robert Faveur, just en face de lui son prdcesseur Jean-Claude Jean
Baptiste, et autour de la table les principaux responsables du Ministre de
l'Intrieur et de la Scurit Publique, don't le Ministre Jocelerm Privert
et le Sec. d'Etat Grard Dubreuil photo Georges Dup
822 et ceci dans des conditions parfois bien promptement dans sa tche de placer des
difficiles. conseillers de police arms dans des


Cette resolution souligne
galement les points qui ont dj t
soulevs au course des assemblies gnrales
tenues antrieurement et dans des
rsoulutions soumises par le Conseil
Permanent, notamment la ncessit de crer
un climate de scurit susceptible de conduire
organisation d'lections libres, honntes
et transparentes dans le pays.
A cet gard, la nomination.comme
directeur gnral de la Police Nationale d'un
membre ayant fait carrire au sein de cette
institution et qui est respect tant par les
Hatiens que par la communaut
international peut s'avrer un pas trs
positif.
Le nouveau directeur gnral de la
Police Nationale d'Hati doit pouvoir agir
en toute indpendance, conformment la
loi hatienne, pour assurer le respect de
l'autorit de la loi. Le nouveau directeur
gnral de la Police Nationale d'Hati doit
pouvoir agir en toute indpendance,
conformment la loi hatienne, pour assurer
le respect de l'autorit de la loi. Il doit agir
de manire professionnelle, sans ingrence
politique de la part des autorits
gouvernementales hatiennes.


bureaux cl de la Police Natiaonaile
d'Haiti afin que ces derniers assistant les
membres de cette institution sur la voie
de la professionnalisation. Bien que nous
reconnaissions que des progrs n' ont pas
t accomplish dans le cadre de la
resolution 822, nous devons toutefois
tre ralistes car il-reste encore beaucoup
faire.
Sans la formation d'un CEP
credible, neutre et indpendant, la tenue
d'lections honntes, libres et
transparentes sera extrmement difficile
en Haiti. Quoique nous faisons rfrence
dans cette nouvelle resolution aux cinq
points figurant dans la resolution 822, il
income toujours au gouvernement
haitien la lourde tche d' tablir un climate
de scurit.
En conclusion, je voudrais
reprendre ici les mots prononcs hier par
le secrtaire d'tat Powell: Si d'ici
septembre, le gouvernement hatien
n'aura pas tabli le climate de scurit
propice la formation d'un CEP
credible, neutre et indpendant, nous
devrions rvaluer le rle de 1' OEA en
Haiti".


GOUVERNEMENT-OPPOSITION

La politique


de la coquille vide
Le contenu de la en dpit des dclarations
.e d'intention de ces missaires
politique htie s'eface de Par Jean Erich Ren d'intentionrableesau missaintien du
jour en jour, au point d'tre vide est favorable au maintien du
de sens maintenant. Nous frissonnons de peur atu quo. Chan un chede police, fae
pour l'avenir de note people. Le' une retouche cosmtique au niveau du
Gouvernement et l'Opposition entretiennent cabinet ministriel en y intgrant certain
respectivniment un discourse creux. On nage membres de l'Opposition ne vont pas
dans le flou. Personne ne peut prvoir sur quoi changer la nature des donnes. Ce
va dboucher une situation aussi ambigu. rafistolage politique ne va pas durer mais
La rfrence constant, comme va donner un second souffle au rgime en
balancier, l'OEA don't les dtours place.
ressemblent de prfrence des maneuvres On sent un certain flottement au sein de
dilatoires, nous inquite. Il est temps de l'Opposition qui en faisant le vide autour
comprendre que l'organisation hmisphrique de l'adversaire croit pouvoir le reculer
(voir Politique!/ 20)


Mercredi 18 Juin 2003
Haiti en Marche Vonl XVTI Nn 70


1


I


EN BREF...


I


1


Washington accuse 15 nations de ne pas lutter assez contre la
prostitution, don't Haiti ...
Les Etats-Unis ont dsign 15 Nations, don't des allis de l'OTAN (la Grce et la Turquie), de ne
pas combattre adquatement le trafficc du sexe", cela sous peine de possibles sanctions.
En plus de la Turquie et la Grce, ce sont Blize, la Bosnie, Cuba, la Rpublique Dominicaine,
la Georgie, Hati, le Kazakstan, le Libria, Myanmar, la Core du Nord, le Soudan, le Surinam
et I'Ouzbekistan.
De quoi se mlent les Etats-Unis, direz vous ?
Eh bien, attention, les pays mentionns sont susceptibles de se voir refuser l'aide humanitaire
amricaine, ainsi que certain privileges commerciaux, moins qu'ils prennent des measures
pour amliorer leur performance dans le domaine en question, autrement dit le trafficc du sexe",
cela dans un dlai qui xpire le 1er Octobre prochain ou moins d'obtenir un "waiver" (une
dispence du Dpartement d'Etat) pour ne pas tre priv d'assistance amricaine parce que cela
portrait atteinte la "scurit national" des Etats-Unis.
L'assistance que les pays peuvent se voir enlever s'tend aux diffrents domaine: militaires,
ducationnel, culturel... Mais en mme temps, Washington travaillera aider a solutionner le
problme.
Ces pays peuvent viter des sanctions en travaillant avec nous et en pregnant des actions
prompted pour amliorer leurs politiques et leurs pratiques en la matire, a dclar le Secrtaire
d'Etat Colin Powel.
Dans une note de press, l'Ambassade des Etats-Unis en Hati souligne cependant que dans le
cadre de ce problme du "Trafic des personnel", particulirement des femmes et des enfants,
le Gouvernenent hatien a pris "de nombreuses measures au course de l'anne dernire" : le
passage de la loi centre le traffic d'enfants; la conference organise pour mettre en vigueur la loi;
la publication du livre de la Premire Dame sur les enfants en domesticit ("restavk"), et la
collaboration du Gouvernement dans la publication d'une tude et de recommendations pour
lutter contre le phnomne des restavks en IHati. Cependant, pursuit l'Ambassade
amricaine, "il reste beaucoup de travail accomplir."
La Mairie de Port-au-Prince fait la chasse aux marchandes installes
sur les trottoirs ...
a suffit maintenant, ont dclar les responsables de la mairie qui ont envoy leurs inspecteurs
dans divers quarters de la capital pour en dloger les marchandes installes sur les trottoirs.-
L'opration s'est droule avec beaucoup de pleurs et de grincements de dents. Les marchandes
s'en sont plaintes amrement aux micros des stations de radio et ont manifest jeudi devant le
Palais national.
Celle-ci raconte avoir eu des dents arraches par des inspecteurs trop zls; celle-l n'a chapp
que de justesse au vhicule qui manoeuvrait pour craser son panier de tomatoes toutes fraiches
achetes le matin pour la rondelette some de 500 gourdes. Tandis que toutes dploraient la perte
sche subie, des "inspecteurs" se seraient jets sur les barques de grillot pour s'en rgaler ...

Querelle entire le Ministre de l'Intrieur et le Magistrat de Port-au-
Prince ...
Le Ministre de l'Intrieur M. Jocelerme Privert s'est prsent vendredi la Mairie de Port-au-
Prince pour "mener une enqute" sur les incidents don't auraient t victims les petites marchandes,
a-t-il dit, et don't celles-ci s'taient plaintes.avec fracas, hurlant l'abus et'demandant "Titide"
d'intervenir pour les "sauver." Selon d'autres, le ministry de l'Intrieur tait venu pour procder
l'arrestation du Magistrat Yves Mdard, alias Rassoul Labuchin. C'est en tout cas ce qu'ont rapport
les employs de la Mairie qui se sont mis en croix contre cette tentative, opinant que le Magistrat
en dguerpissant les petits commerants des rues de la capital portant les noms de hros de
l'indpendance, Bicentenaire de 2004 oblige, n'avait fait que son devoir et que les marchandes ne
peuvent pas continue vouloir transformer la capital en un dpotoir.
Bref, il s'en est suivi une vive altercation entire le Ministre de l'Intrieur et le Maire. Et sous le
coup de l'motion, M. Yves Mdard, qui balade unimportant embonpoint, aurait perdu connaissance.
Quant au Ministre, il a dmenti avoir tent d'arrter quiconque.

Le chef du Cabinet particulier du Prsident s'adresse aux marchandes

Arm d'un porte-voix, le chef du cabinet priv du Prsdient de la Rpublique, le Dr Jean-Claude
Desgranges s'est prsent devant le Palais National o manifestaient bon nombre des petits
commerants qui avaient t dguerpis pendant la semaine, et qui voulaient faire entendre leur
voix au Prsident de la Rpublique pour protester contre les abus don't ils avaient t victims.
Le Dr Desgranges a eu beaucoup de mal se faire entendre. Le Prsident vous manifeste sa
solidarity la plus entire, a-t-il dclar. Il vous promet qu' une enqute sera mene pour dterminer
les coupables dans cette affaire et il vous donne l'assurance qu' un march sera construct pour vous

L'OEA s'attend d'autres changements au sein de la direction de la
PNH ...
Le chef de la mission spciale de l'OEA en Haiti, M. David Lee, a indiqu que la communaut
international s'attendait ce que d'autres changements soient oprs au sein de la PNH.
En reaction la nomination du nouvau directeur de la police, Mr Jean-Robert Faveur, M. David
Lee a voqu nouveau la position de I'OEA exigeant d'autres modifications au sein de la direction
de la police national. Cette recommendation figure dans le document prsent par la dlgation
de haut niveau en visit au pays du 19 au 21 mars dernier.
David Lee a aussi annonc l'arrive de 15 nouveaux policies internationaux vers la fin du mois de
Juin pour aider la professionalisation de I'institution policire.
Pendant ce temps, les changements se poursuivent la tte de l'institution, avec des transfers au
niveau des directeurs dpartementaux.

David Chry aurait nouveau disparu ...
Le PDG de la cooperative Coeurs Unis, David Chry, serait en fuite et activement recherch par la
police qui a ouvert une enqute. Selon ce qu'a affirm l'un de ses proches, David Chry aurait
abandonn son domicile suite des informations lui laissant croire que les autorits auraient
l'intention de le remettre en prison. Rappelons que David Chry avait t arrt le 6 septembre
2002. Libr le 15 octobre, le patron de Coeurs Unis avait donn la garantie qu'il tait dispose
rembourser les cooprateurs lss.

"Une crise silencieuse:" ...
C' est ainsi que le secrtaire gnral adjoint aux affaires humanitaires des Nations Unies a qualifi
la situation actuelle svissant en Hati. "Ce pays n'a pas encore reu assez d'attention mdiatique"
a ajout Mr Kenzo Oshima qui souhaite que le gouvernement hatieii apporte des solutions aux
problmes, malgr les contraintes conomiques auxquelles l'quipe au pouvoir lait face.
Sur les 83 millions de dollars souhaits pour l'application du PIR (Programme Intgr de Rponses
aux besoins urgent des communauts et des populations vulnrables), les pays donateurs ont dj
fourni ou promise, en trois mois seulement, 25 millions. "Une rponse positive"estime Mr Oshima.
Cependant face l'ampleur du dfi hatien, le coordonnateur adjoint a annonc que cette demand
allait tre revue la hausse.

Les protagonistes hatiens sans distinction ragissent positivement la
nouvelle resolution adopte par l'OEA ...
L'Organisation politique Fanmi Lavalas a dclar jeudi reliever certain points de cohrence dans
la nouvelle resolution de l'Organisation des Etats-Amricains (OEA) relative la cruise haitienne.
Le coordonnateur a.i. de Fanmi Lavalas Jonas Petit, a qualifi de positif le fait que le document
renouvelle la responsabilit de tous les secteurs dans l'application (de la resolution 822. Ainsi
donc, aucun de ces secteurs (Convergence Dmocratique, socit civil, Fanmi Lavalas, secteuir.
dits non aligns) ne devraient faire fi de leurs responsabilits dans le cadre de la constitution du
nouveau CEP. Le coordonnateur a.i. de Fanmi Lavalas a salu par ailleurs l'annonce faite par le
gouvernement amricain relative l'octroi d'une aide de 1 million de dollars la mission spciale
de OEA en Haiti.
La Convergence Dmocratique trouve elle aussi quelques motifs de satisfaction dans la nouvelle
resolution. Elle se flicite, par example, du fait que tous les secteurs impliqus dans la formation
du nouveau CEP ont t appels assume leurs responsabilits, aussitt que les conditions poui
le faire seront runies. Un porte-parole de cette coalition politique, Paul Denis, a fait savoir que la
Convergence veut accorder une chance au pouvoir, sans toutefois renoncer ses exigences.
Par contre, selon des proches du pouvoir Lavalas, l'opposition et certain secteurs de la communaut
international cherchent pousser ce dernier se dmarquer de sa base. "On demand au pouvoir
de procder l'arrestation de tous les chefs d'OP Lavalas, alors que l'on entretient le plus grand
silence autour des meurtres commis par des membres de l'arme San Manman qui se rclament de
l'opposition", a dclar Flicien Jean, un membre d'OP de la Saline. Il ne peut pas comprendre
(voir En bref ... / 18)








aitiu r I1VIa ne V I. Av 11 IPNa. u I I e I 3 I 1 ' II I 1 I '


I 1 'ACTITAI ITF1 NTAARP14P I


LA POSITION DE L'OPPOSITION

Autour des rsultats de

l'Assemble Gnrale de l'OEA
latedeInUv np


(iLpposition ... suit u e a U re paCgc)

Prt apport par

les banques ...
(Banques ... suite de la lre page)
de reserves dans les coffre-forts de cette dernire?
Non, pense un conomiste. D'abord cela
compliquerait l'opration parce qu'il s'agit de plusieurs
banques ...
Ensuite, pour ne pas crer un prcdent, qui
autoriserait la banque central puiser dans leurs reserves
pour finance ses besoins.
On pense donc que les banques commercials
front le prt sur leurs stocks de dollars disponibles.
Pourquoi un communique de l'APB (Association
des Professionnels des Banques) a tenu rassurer la


P~ ~ ~ ..-I I


II-.L


The convenience of Haiti's

largest branch network:
22 branches in Port-au-Prince,
12 in the Provinces!


1I1 II 1UNIBANK


"Faisons route ensemble"

P.O. Box 46 Port-au-Prince, Hati
Tl: (509) 299-2057 299-2066
Fax: (509) 299-2069
email: info@unibankhaiti.com
www.unibankhaiti.com


son article 8, le support pour l'effort que le
gouvernement est en train de faire pour normaliser
la cooperation conomique avec le FMI travers le
Staff Monitored Program(SMP), la manifestation de
la volont de certain pays de la CARICOM aider
Haiti s'acquitter de ses arrirs envers la Banque
Interamricaine de Dveloppement, et l'annonce que
des banques commercials hatiennes se sont
engages octroyer un prt au gouvernement pour
payer ses arrirs envers la BID.
L'article 9 ritre les messages du
CARICOM, du Black Caucus et des firmes de
relations publiques embauches par Aristide dans sa
champagne pour la reprise de I'aide humanitaire.
En ce qui s'agit de l'excution des lments
des resolutions 806 et 822, le prambule manifeste
le regret du non-respect des dlais tablis, rappelle
l'urgence de la profession-
nalisation du corps de police,
la ncessit de mettre fin
l'impunit pour ceux qui sont
impliqus dans les carnages du
17 dcembre 2001, et


l'obligation d'excuter un
dsarmement gnral.
L'article 6 exhorte tous les secteurs
participer la formation du CEP aussitt que le
climate de scurit favorable la tenue d'lections
honntes, crdibles et transparentes, sera cr avec
la cooperation de la mission spciale. La question
est de savoir qui devra dcider du climate ?
Qui devra dcider de la bonne fois des
protagonists ? Julian Hunte a dj annonc qu'il
en sera le juge, la session du conseil permanent
du 30 avril 2003. Est-ce qu'on le laissera faire?
La declaration de Colin Powell concernant
la cruise hatienne a donn le ton et tabli les critres.
Alors que deux pays de la Carabe, Haiti et Cuba,
ont t cibls par Colin Powell, des pays tels que
le Brsil ont pris la defense de Cuba. Mais pour
Haiti, on a consent, niais absolument sans aucune
reaction, mme de la part des dfenseurs invtrs
du rgime lavalas, aux measures coercitives
imposes pour briser l'impasse. Mme quand Colin
Powell se propose de questioner directement le
rle de l'OEA en Haiti.
Bien sr, le ministry des affaires trangres
hatien Joseph Philippe Antonio a prononc un
discours avec quelques petites bravades, voquant
la notion de souverainet. Bien que ce soit une
notion trs chre aux pays membres de l'OEA et
particulirement de la CARICOM, cause de leur
exiguit gographique, Ce discours n'a pas
provoqu de reaction.
En Haiti de mme que dans la Diaspora,
il y a deux tendances qui dominent. L'une accordant
plus d'importance la resolution, la faon don't elle
a t introduite, le support de 22 pays, y comprise
les Etats-Unis, don't elle bnficie, et la rapidit
avec laquelle, elle a t adopte, certain pensent
que ce sera business as usual. En majority, ce sont
des gens qui avaient cru qu'on allait voquer la
charge interamricaine, appliquer l'article 21, et
expulser automatiquement Ilati de l'OEA.
L'autre tendance accordant plus
d'importance la declaration de Colin Powell, et
au discours de Roger Noriega, certain pensent que
les jeux sont faits. L'ONU va inluctablement
assumer la responsabilit du dblocage de
l'impasse, en mettant Haiti sous un rgime de
tutelle.
Il y a un petit group qui joue toujours au
pessimiste, la position du moindre risque. Si
l'impasse est brise, ils se rjouissent come tout


le monde. Sinon ils l'avaient prdit. Les
pessimistes gagnent tous les coups.
Doit-on accorder une importance
la nouvelle resolution ? Certainement oui,
mais pas de manire dmesure. La
resolution a un poids, parce qu'elle est la
dernire chance que Lavalas et ses
supporters ont pour sortir de l'impasse. En
effet, Colin Powell a donn un financement
de $1 million pour supporter la mission
spciale dans ses derniers efforts pour briser
l'impasse.
Les banques commercials
hatiennes prennent advantage de la situation
en s'engageant octroyer un prt de $30
millions taux d'intrt relativement trs
lev, pour payer les arrirs envers la BID.
La russite ne dpend pas seulement
de la performance du rgime, mais de plus
et surtout des dispositions de la socit civil
et du secteur d'opposition politique. Si
durant les prochains 45 jours, ces $31
millions flottent entire les mains du regime,
il nous faut tre raliste. Sachant que sa
politique prfrentielle est la corruption, et
que de l'autre cot de la barricade, il y a
toujours les possibilits d'une politique de
la paume ouverte et tendue, les pressions de
l'OEA et de la CARICOM qui a donn un
demi-million de dollars etc. Qui sait qui peut
et va succomber ? On ne peut pas sous-
estimer, surtout en politique haitienne, le
poids de la corruption et des espces
sonnantes et trbuchantes.
Je fais ces considerations sans
vouloir tre mchant. Nous avons tous vcus
rcemment des scnes qui nous obligent
considrer ces probabilits. Encore mieux,
peut-on rellement croire que dans un dlai
de 45 jours le rgime Lavalas peut se
transformer, faire cette mtamorphose, alors
qu'au niveau de la police national, Aristide
(voir Opposition / 6)





-


Fiche d'Abonnement Hati en Marche
Nomn


Etats Unis
Canada
Europe
A T r- n 1


6 Mois
$ 40.00
$ 42.00
$70.00
S17n nOn


Un An
$78.00
$ 80.00
S 135.00
$ 135.00


Renouvellement


Nouvel Abonn


SOMMAIRE
ANALYSE
Le Cinma amricain!
La vrit sur l'ultimatum de Colin Powel 1 p.l
HAITI-CRISE
Prcisions sur le prt apport par les banques prives
l'Etat hatien p.l 1
La position de l'opposition autour des rsultatsde l'Assemble
Gnrale de l'OEA p.l
Texte official de la Dclaration Noriega p.2
Gouvernement-Opposition: La politique de la coquille vide p.2
La Resolution adopte par l'Assemble Gnrale de l'OEA
le 10 Juin 2003 p.5
Convergence accepted d'envoyer son reprsentant au CEP,
oui mais ... p.7
EDITORIAL
Les Amricains soufflent le chaud et le froid p.6
Restitution et Rparations, pas pareil p.7
ARTS & LETTRES
Fleurs de muraille p.10
Killy l'alchimiste, rinvente nos sculptures urbaines p. 10
Couronner Franktienne et Dany Laferrire p. 11
PRESS
Les journalists sont-ils des idiots utiles ? p. 11
A DEBATTRE
Le sabotage des quipements du CNE: Un dfi anti-national
et anti-dmocratique lever p.12
POPULATION
Crise silencieuse, urgence d'agir p.12

^ J


Adresse


0

o


Ameltnq ue 1-atine > /U.tii


_;:_:::::::


Page 3


Mercredi 18 Juiin 2003
9-iti -n Vn] 'VVV\IT Na NIn


r








UNE ANALYSE


Mercredi 18 Juin 2003
Haiti en Marche Vol. XVII No. 20


HAITI-POLITIQUE



Le cinmema america !


(Powell ... suite de la 1re page)
climate de scurit propice la formation d'un conseil
lectoral credible, neutre et indpendant, nous devrions
rvaluer le rle de l'OEA en Haiti."
L'limination d'Aristide sur le march
nolitico-lectoral ...


Le President Aristide


L'opposition saute de bonheur. D'aprs elle, c'est un
pas dans la bone direction, c'est--dire vers l'limination
d'Aristide sur le march politico-lectoral. Le mot
"rvaluation" veut dire pour elle entamer une lecture
radicalement diffrente du dossier, uie revision totale-capitale,
donc reconnatre que c'est Aristide le handicap, celui par qui
tout le scandal arrive, et que rien ne saurait tre accompli tant
qu'il est au Palais National.
Mais les choses sont loin d'tre aussi simples ...
D'abord, est-ce seulement Aristide qui empche la
formation du CEP, come le laisse entendre la declaration de
Colin Powell ?
Quelle que soit la fourberie don't on peut taxer le
personnage, l'opposition et ses allis de la socit civil n'ont
cess de rpter qui veut l'entendre qu'ils n'iront pas des
lections sous la prsidence Aristide, d'o le refus de dlguer
leurs reprsentants au nouveau conseil lectoral ...
Or ces derniers totalisent 7 membres sur les 9 que
compete le nouveau CEP ... Aristide pour sa part n'en dtient
que deux : le reprsentant de son parti, Fanmi Lavalas, et celui
du judiciaire.
Pourquoi l'opposition ne saisit-elle pas une chance
aussi unique, alors que la tradition hatienne est que les
lections sont toujours manipules par le Palais National ?
Les Etats-Unis sont censs encourager 1' opposition
aller aux lections. Mais celle-ci rencle : elle n'est pas sre
de sa base ...

Fanmi Lavalas parat seul capable de
mobiliser ...
Au fond, mme rduit sa plus simple expression
par rapport ses performances des aimes historiques (1990 -
1994), Famni Lavalas parait seul capable de mobiliser quelques
milliers d'lecteurs dans les circonstances prsentes.
Et Aristide refuse de dmissionner avant la fin de son
mandate.
L'opposition a donc peur de fire pitre figure, malgr
le grand advantage numrique don't elle dispose au conseil


lectoral.
A-t-elle tout simple-ment
.peur d'tre battue aux urnes ?
Ou que, malgr toutes les
measures pouvant tre prises
(dploiement de centaines d'agents
internationaux .de scurit,
missions d' obser-vations
lectorales venant des quatre coins
de la plante, forte implication
d'organismes internationaux, y
compris l'Institut Rpublicain
International, dans 1'orgaui-sation
des elections etc), l'occupant du
Palais National ne conserve encore
une trop important marge de
manoeuvre ? Ou a-t-elle peur,
come elle le dit, des "chimres"
Lavalas, organi-sations de jeunes
militants dvous la personnel de
M. Aristide, communment
appels "OP", et qui n'hsitent pas
en cas de besoin jouer les sections
d'assaut, comme le 17 dcembre
2001 aprs une brve occupation
du palais prsidentiel par un
commando d'anciens militaires.
La rponse doit tre tout
a la fois ...
Donc plus que jamais un
jeu de rapport de forces.

Un instrument de
repression contre la grande
masse ...
L'opposition compete sur
l'administration Bush pour
vacuer Aristide par la petite porte
ou pour lui enlever toutes ses
griffes (dsarmement, oui, mais
des seuls OP; professionnalisation
de la police, mais aussi pour la
retransformer en un instrument de
repression contre la grande masse
etc) ...
Aristide compete avant
toute chose sur sa popularity,
mme trs diminue, mais d'abord
sur la position privilgie de celui
qui occupe le pouvoir, et donc


capable de ngociation avec tous les autres acteurs,
nationaux et internationaux. Et apparenuent, il ne s'en
prive pas ...
Approche de tous les secteurs locaux, en
dernier lieu le vodou et le business (n'oublions pas
qu'un project est actuellement soumis au congrs
amricain pour une reliance de l'industrie d'assemblage
en Halti) ...


Le Reprsentant special de l'OEA en Haiti,
David Lee
Est-ce une declaration pour la
galerie ?...
Si la declaration de Colin Powell a fait
l'actualit, par contre elle ne semble avoir en rien
influence la nouvelle resolution vote mardi dernier
10 juin par l'Assemble gnrale de l'OEA dans la
capital chilienne ...
Aussi force est de se demander s'il n'y a pas
anguille sous roche ...
Est-ce une declaration pour la galerie ? Pour
rconfortcr une opposition au bout du rouleau (nous
ne parlons pas de celle qui se dfoule sur l'internet,
videmment), totalement dmobilise dans tous ses
compartments politicianss, tudiants, fministes,
movement de rcupration des socitaires de
coopratives en faillite etc), tandis que Washington doit
faire comme matre jeai-jacques pour ne pas laisser
Aristide reprendre l'initiative lui tout seul sur le terrain

Car la question demeure : quels sont les atouts
de l'opposition ? La declaration de Colin Powell a t
reue come une bouffe d'oxygne par un noy, un
coup de pompe dans un pneu totalement aplati ...
De ce ct, l'administration Bush n'a aucun
souci se faire, c'est dans la poche.
Alors pourquoi dans la nouvelle resolution ne
pas donner carte blanche l'opposition, don't les uns
rclament la Charte dmocratique interamricaine, et
les autres les conclusions du conclave d'Ottawa en
janvier dernier pour mettre Hati sous tutelle des
Nations Unies ...
Puisque tout est prfrable que de laisser
Aristide finir son mandate, y compris un retour au
pouvoir de Bby Doc Duvalier ...

Tout n'est que manouvres ...
Mais il y a la politique des intentions et la
politique relle ...
C'est donc au nom de cette dernire que la
resolution du 10 juin est soigneusement balance pour
ne pas donner trop d'avance l'un, ni l'autre, et pour
satisfaire en mme temps aussi bien l'un que l'autre...
De fait, aucune des grades ambitions de
l'opposition n'a t prise en compete (Charte
dmocratique, transfer du dossier ONU, suspension
d' Hati de l'OEA etc) ...
Tout comme la dnonciation par le pouvoir
Lavalas d'une branch arme de la Convergence
(voir Powell / 5)


je- S eUn-eI


jeGlis URi


Page 4


Communication Coinpany in Haiti is seeking a:

| FIINAIICIAL APSALYST I



The purpose of this position is to analyze financial and operating trends
relative to revenue, operating costs, usage and other areas within sales,
customer care, engineering and IT that have a financial impact. Additionally,
this position will be responsible for creating, implementing and facilitating a
product development plan evaluation which will serve as the basis for
deciding whether to implement products, tariff changes and other customer
affecting plans. Further, this position will analyze marketing programs, plan
and conduct market and consumer research analysis, complete cost benefit
analysis for capital expenditures, evaluate overall market perfonnance, report
results to the organization and recommend appropriate corrective action where
required. Carry out other tasks as requested by supervisor.
Qualifications:
A primary degree in statistics, finance or other business related
discipline
Certification in Microsoft Applications (Excel, Word, Outlook and
PowerPoint)
and a:


Revenue & Supply Chain Manager



The purpose of this position is to manage the process of accounting for and
accurately reporting of revenues earned and inventory maintained by the
Company in achieving sales objectives. Maintain a procedure that ensures the
security, accurate reporting and proper valuation assets. Organize and Report
on the physical verification of Inventory at all locations. Maintain a process of
reconciling physical inventory to reports and inventory reporting system.
Control the distribution of products to all points of sales in line with
established security procedures. Continuously review process to minimize
stock ont, overstocking and risk of losses. Carry out other tasks as requested
by supervisor.
Qualifications:
A degree in Business Accounting or Finance.
Certification in Microsoft Applications (Excel, Word, Outlook and
PowerPoint)


Interested?
Sendyour Resume no later than June 30, 2003 to:
Human Resources
P.O. Box 16117
Petion-Ville, Haiti
e-mail address:
hrl..11,1 o7nt a.ho.co.m
- -- .. ...................







Mercredi 18 Juin 2003
Haiti en Marche Vol XVII No 20


DE L 7 ACTI TAL JTE


La vrit sur l"'ultimatum" de Colin Powell


(Powell ... suite de la page 4)
Dmocratique semant la mort dans le rang de ses militants
et s'attaquant aux infrastructures du pays centrale hydro-
lectrique de Pligre), n'a pas t retenue ...
Mais l'opposition gagne en ce que la resolution
considre le pouvoir Lavalas come restant toujours le
principal obstacle au dblocage, malgr que le
gouvernement maintienne que l'opposition n'a pas encore
boug le petit doigt ...
A ce sujet, la Convergence Dmocratique s'est
empresse d'crire au president du Conseil permanent


Aux funrailles civiles de l'ex-secrtaire gnral du Par
(PUCH), Ren Thodore, le lundi 9 juin 200


qu'elle est prte envoyer, si les conditions essentielles
sont tablies, son reprsentant au nouveau conseil lectoral.
Maneuvre. Depuis longtemps, le srieux n'a plus course,
tout n'est que maneuvres, aussi bien de la part des acteurs
locaux que de international.

Ragir de faon constructive ...
Voici les passages les plus sensibles de la
resolution du 10 juin ...
"D'exhorter le Gouvernement d'Hati remplir
ses obligations tablies aux terms de la resolution CP/
RES. 822 et mettre execution tous les points tirs de
cette resolution qui lui ont t prsents par la Dlgation
de haut niveau OEA/CARICOM le 20 mars 2003,
notamment les measures visant professionnaliserla Police
national d'Haiti.
"D'exhorter la socit civil et la Convergence
Dmocratique ragir de faon constructive aux dmarches
'entreprises rcemment par le Gouvernement d' Haiti pour
respecter ces points (ci-dessus mentionns) ...
"D'exhorter toutes les parties prendre part la
formation d'un Conseil lectoral provisoire credible, neutre
et indpendant" (MAIS) "au moment o sera instaur un


climate de scurit propice la tenue d'lections libres,
justes et transparentes avec la cooperation de la Mission
spciale de 1'OEA et conformment aux measures tablies
aux terms de la resolution CP/RES. 822" etc.

Les banques commercials hatiennes
s'engagent...
Cependant l'opposition ne doit pas apprcier le
support apport par la resolution aux "efforts consentis par
le Gouvernement d'Hati et les institutions internationals
de financement pour surmonter les obstacles techniques et
financiers qui
entravent la
normalisation (de
la cooperation
technique", ni
concernant
S": 1 G l'achvement de
l'accord trouv
avec le Fonds
Mon taire
International, la
disposition
manifeste par
certain pays de la
CARICOM pour
aider Hati
rgler ses arrirs
de paiements
envers la Banque
interamricaine
de dveloppe-
ment (BID),
'ainsi que l'an-
nonce faite par le
Ministre de
l'conomie et des
finances le 21 mai
ti Unifi des Communistes Hatiens 2003 selon
3 photo Thony Blizaire
laquelle les banques commercials hatiennes se sont
engages octroyer un prt consortial afin de couvrir les
arrrages du Gouvernement envers la BID."
Ainsi d'un ct, Colin Powell fait une declaration
qui remet le feu aux poudres dans l'opposition ; de l'autre
la resolution ritre que "la communaut international
n'appuiera aucun effort tendant renverser le Prsident
d' Haiti par la confrontation violent dans les rues, ou par
d'autres actions ou measures contraires au processus
dmocratique."
Alors justement que l'opposition et ses allis
(Initiative de la socit civil, organismes des droits
humans, mdias) n'ont plus qu'une seule politique :
prouver que le gouvernement hatien est sorti depuis
longtemps de la voie dmocratique et qu'il est donc
justiciable de la Charte dmocratique interamricaine.

Tout le monde y trouve son compete, sauf
la population ...
La nouvelle resolution coupe la poire en deux, et
finalement tout le monde y trouve son compete ..
Tout le monde, sauf la population qui support le
poids conomique de la crise ... Il est probable que cela ne


lui fait ni chaud ni froid d'apprendre de M. Colin Powell
que 1 million de dollars supplmentaire est attribu par les
Etats-Unis la mission de l'OEA en Haiti, idem les 70
millions verss au budget de l'USAID pour Hati car
personnel n'en voit jamais la couleur ou trs peu.
Une chose est certain, cette resolution rappelle,
s'il en tait besoin, que Washington est seul dtenir toutes
les ficelles de la crise, manoeuvrant aussi bien les acteurs
locaux qu'internationaux (OEA). Le pouvoir Lavalas finit
toujours par cder ses exigences, et l'opposition n'a
aucune carte en mains.
A notre avis, le secteur des affaires, en quoi se
rsume le Groupe des 184, ne constitute pas tant une
opposition qu'uni puissant group d'intrts (ce qui n'enllve
rien sa force, bien au contraire).
S'il y a menace pour M. Aristide, ces derniers
temps ce fut plutt dans le comportement souvent atypique
de certain de ses lieutenants, don't on ne sait trop s'il s'agit
de tentatives dlibres de brouiller les cartes (ex. la
proposition de certain parlementaires Lavalas pour
amender les dispositions constitutionnelles rglant le
mandate prsidentiel) ou d'un problme de leadership.
Alors pourquoi les Amricains continuent-ils
fire durer le plaisir ?
D'un ct, des dclarations fracassantes et trs
mdiatises pour redonner quelque espoir l'opposition

De l'autre, se battant pied pied avec Aristide
pour un partage du pouvoir rel.

Prparer en-dessous la succession ...
A quoi joue Washington ?
Laisser Aristide terminer son terme et prparer
en-dessous la succession sans se mettre personnel dos, ni
l'opposition, ni le Lavalas ... come ce fut aussi
Washington qui rgla la succession de Baby Doc bien avant
la mort de Papa Doc en 1971.
Et si le pays ne pouvait pas tenir jusque-l La
resolution de l'OEA ne reconnat-elle pas une "crise
humanitaire en Haiti, source de preoccupation grave ...".
Tout en ne voulant pas avoir la responsabilit
directed du pays Haiti n'a pas les moyens de payer sa
reconstruction comme l'Irak, Washington n'aura pas
d'excuse pour avoir volontairement laiss trainer cette cruise
et le pays descendre jusqu'au fond de l'abme, tant donn
que de toute evidence lui seul a toutes les cartes en main...
Divisez pour rgner ? Mais quelles fins ... Haiti
n'a pas de resources naturelles.
Des vises go-politiques ? Alors pourquoi se
mettre sur le dos un people don't il faudrait au contraire
travailler gagner la sympathie ...
Ne parlons pas de questions idologiques ..
Alors un boycott de notre Bicentenaire de
l'indpendance ? Non, ce n'est pas le cas, il n'y a pas
d'hritage colonial amricain en Haiti. Les Amricains ne
sont pas non plus un people aussi petit. Enfin, il y a la
communaut afro-amricaine.
Seule explication : se servir d'Hati, et des
inconsquences de notre classes politique et de nos lites,
come d'un laboratoire, une experience in vivo et par la
voie negative.

Hati en Marche, 14 Juin 2003


LA RESOLUTION ADOPTEE PAR L'ASSEMBLEE GENERAL


TRENTE-TROISIME SESSION
ORDINAIRE OEA/Ser.G
8-10 juin 2003 AG/CG/doc.3/03 rev,l
Santiago (Chili) 9 juin 2003
Original: anglais


Point XVII de l'ordre du jour
APPUI AU ENFORCEMENT DE LA
DMOCRATIE EN HATI
(Dpos par la Dlgation d'Hati et
coparrain par les Dlgations
d'Antigua-et-Barbuda, de l'Argentine,
des Bahamas, de la Barbade, du Belize,
du Chili, du Costa Rica, de la Dominique,
de la Grenade, du Guyana, du Honduras,
de la Jamaique, du Mexique, du Panama,
du Prou, de Sainte-Lucie, de Saint-
Kitts-et-Nevis, de Saint-Vincent-et-
Grenadines, du Suriname, de Trinit-et-
Tobago et des Etats-Unis, et approuv par
la Commission gnrale sa premiere
runion tenue le 9 juin 2003)


DE L'OEA LE
L'ASSEMBLE GNRALE,
Rappelant sa resolution AG/RES.
1841 (XXXII-O/02) "La situation en Haiti"
et les resolutions CP/RES. 806 (1303/02
corr. 1) "La situation en Haiti" et CP/RES.
822 (1331/02) "Appui au enforcement de
la dmocratie en Haiti" adoptes par le
Conseil permanent;
REGRETTANT que certain dlais
tablis dans la resolution CP/RES. 822
(1331/02) susmentionne n'ont pas t
respects et que certaines des dispositions
qui y sont continues n'ont pas encore t
mises en oeuvre;
ACCUEILLANT les efforts
dploys par la Dlgation de haut niveau
OEA/CARICOM qui a effectu une visit
en Haiti les 19 et 20 mars 2003 pour faire
avancer la mise en oeuvre de la resolution
CP/RES. 822, ainsi que les
recommendations dates du 30 avril 2003
adresses par la Dlgation au Conseil


10 JUIN 2003
permanent sur la situation en Haiti;
RAPPELANT que la "Dclaration
officielle du Prsident du Conseil permanent
de l'Organisation des tats Amricains
mane de la sance extraordinaire du
Conseil permanent sur la situation en Haiti"
mise le 30 avril 2003.exprime l'avis du
Conseil selon lequel "les measures soumises
le 20 mars, tires des dispositions des
resolutions 806 et 822 et prsentes au
Gouvernement d'Hati demeurent
entirement valides et requirent d'urgence
upe action de la part du Gouvernement" et
"qu'au nombre des measures d'importance
critique, citons le renouvellement et la
professionalisation de la direction de la
police en consultation avec la Mission
spciale de l'OEA, un terme l'impunit
des personnel impliques dans les actes de
violence du 17 dcembre 2001 et la mise en
ouvre des measures pralablement
convenues de dsarmement;


RAPPELANT EN OUTRE que
cette Dclaration officielle exprime aussi
l'avis du Conseil selon lequel "les points
soumis la socit civil et la
Convergence dmocratique garden leur
validit intgrale" et que "la communaut
international n'appuiera aucun effort
tendant renverser le Prsident d' Hati par
la confrontation violent dans les rues, ou
par d'autres actions ou measures contraires
aux processes dmocratiques";
NOTANT que, conformment au
voeu de la resolution CP/RES. 822, le
Gouvernement d' lHaiti a entrepris certaines
dmarches positives pour crer un climate
de scurit propice la tenue d'lections
libres, justes et transparentes et d'autres
activits connexes des parties politiques,
notamnment la nomination d'un nouveau
Directeur gnral de la Police national
d'Haiti le 6 juin 2003, la signature, avec la
Mission spciale de l'OEA, du mandate
relatif la professionalisation de la police,
la scurit des lections, au dsarmement,
(voir Rsolution / 6)


Page 5


v-








EDITORIAL


Mercredi 18 Juin 2003
Haiti en Marche Vol. XVII No. 20


Les Amricains soufflent le chaud et le froid


PORT-AU-PRINCE, 12 Juin Les Amricains
soufflent le chaud et le froid ...
A l'ouverture de l'Assemble gnrale de
l'Organisation des Etats Amricains dimanche Santiago
du Chili, le Secrtaire d'Etat Colin Powell se dchane
contre le pouvoir Lavalas. "La dmocratie et la croissance
conomique en Haiti sont menaces par l'incapacit du
gouvernement crer les conditions pour une solution
lectorale l'impasse politique" dit Colin Powell,
menaant de demander une "rvaluation du rle de
l'OEA" en Haiti si le gouvernement de Port-au-Prince
n'a pas, d'ici septembre, pris les measures ncessaires pour
qu'un Conseil lectoral credible, neutre et indpendant
puisse tre form dans un climate de scurit satisfaisant.
S'agit-il d'un ultimatum ?
Pourtant deux jours plus tard, les Etats-Unis co-
parainnent un project de resolution dpos par la dlgation
d' Hati qui reconnait (nous citons) que "le Gouvernement
d'Hati a entrepris certaines dmarches positives pour
crer un climate de scurit propice la tenue d'lections
libres, justes et transparentes; notamment la nomination
d'un nouveau Directeur gnral de la Police national
d'Hati le 6 juin dernier, la signature avec la Mission
spciale de l'OEA du mandate relatif la
professionnalisation de la Police" etc.
Donc que faut-il croire '?
C'est ce que notre crole appelle si joliment :
"Yon kout dlo cho; yon kout.dlo frt."
Ct cour. Colin Powell tire boulets rouges sur
le pouvoir Lavalas, don't l'cho est repris par le
reprsentant du State Departement en Hati,
l'Ambassadeur des Etats-Unis Brian Dean Curran ...
Ct jardin, la mme administration amricaine
accepted d'endosser une resolution qui exhorte (nous
citons) "la socit civil et la Convergence dmocratique
ragir de faon constructive aux dmarches entreprises
rcemment par le Gouvernement d'Hati pour respecter
les points tirs des resolutions 806 et 822 ...


RESOLUTION ...
(Rsolution ... suite de la page 5)
la justice et aux droits de la personnel et les rparations
aux organizations qui ont subi des dommages dcoulant
directement des actes de violence du 17 dcembre 2001;
NOTANT le Rapport du Secrtaire gnral sur
la situation en Haiti (CP/doc.3750/03 rev. 1);

CONSIDRANT que la Charte de
l'Organisation des tats Amricains reconnat que la
dmocratie representative est une condition indispensable
la stability, la paix et au dveloppement de la region,
et que l'un des objectifs essentiels de l'OEA est de
promouvoir et de consolider la dmocratie representative
dans le respect du principle de non-intervention;

RAFFIRMANT:
Que la Charte dmocratique interamricaine
proclame que: "les peuples des Amriques ont droit la
dmocratie et leurs gouvernements ont pour obligation de
la promouvoir et de la dfendre"; et que "au nombre des
composantes essentielles de la dmocratie representative
figurent, entire autres, le respect des droits de l'homme et


(Opposition ... suite de la page 3)
est en train de placer, la tte de tous les commissariats,
des gens extraits de sa scurit personnelle. Voil, pour
commencer, un handicap la professionnalisation de la
police.
Est-ce que Aristide peut forcer l'implosion de son
parti en arrtant les chefs d'OP qui l'ont mis en garde en
lui lanant personnellement un dfi, il y a peine un mois.
Est-ce qu'Aristide peut dsarmer ses "chimres" avec qui
et par qui il exprime exclusivement sa volont politique ?
L'autre question, pourquoi c'est maintenant qu'on
a approch les banques commercials, pour conclure un
march, que Marc Bazin, qui flirte continuellement avec
le rgime, condamne et pour des raisons valables. Autant
de questions que l'on doit se poser propos de la resolution.
Le dlai jusqu'au mois de septembre est d au
fait que l'Assemble gnrale de l'ONU aura lieu le 3e
mardi du mois de septembre, le 16. La declaration de Colin
Powell est en harmonie avec la conclusion de la tentative
d'Ottawa. Le retrait de la gestion de la cruise hatienne de
I'OEA pour le remettre l'ONU; la mise sous tutelle pour
briser l'impasse et pourvoir Haiti l'infusion d'aides
intensive tous les niveaux, pour lui permettre d'avoir le


et toutes les parties prendre part la formation
d'un Conseil lectoral provisoire credible, neutre et
indpendant au moment o sera instaur un climate de
scurit propice la tenue d'lections libres, justes et
transparentes, avec la cooperation de la Mission spciale
de 1' OEA et conformment aux measures tablies aux terms
de la resolution 822" etc.
D'un ct, on met des dclarations l'emporte-
pice qui font bondir de joie l'opposition, mais c'est pour
la galerie car de l'autre ct on co-signe un project de
resolution qui prend exactement le contre-pied des souhaits
de cette opposition qui rpte qui veut l'entendre qu'elle
ne veut pas aller aux lections sous la prsidence Aristide

Mais pendant combien de temps peut durer encore
ce petit jeu ?
Cela ne suffit pas que les Etats-Unis notent encore
avec la nouvelle resolution (nous citons) "que la crise
humanitaire en Hati demeure une source de preoccupation
grave et d'accueillir avec satisfaction l'assistance
humanitaire fournie par les Etats-Unis, le Canada et
d'autres membres du Groupe des amis d'Haiti...".
Car le hic, c'est que les simples propos du
Secrtaire d'Etat Colin Powell, mme lancs la
cantonnade, peuvent faire ndiatiquement plus de bruit
(et aussi plus de mal) que la resolution patiemment tudie
par les 33 pays membres de l'organisation ...
Nous vivons dans un monde unipolaire, n'est-ce
pas. O toutes les chancelleries du monde occidental, la
Communaut europenne, la France, les institutions
financires internationales prennent le "la" sur la Maison
Blanche ou le Dpartement d'Etat ...
Et non sur une quelconque resolution d'une
organisation hmisphrique ...
Aussi que peut-on attendre de l'Article 8 de la
resolution du 10 juin 2003 "accueillant avec satisfaction
les efforts consentis par le Gouvernement d'Hati et les
institutions internationales de financement pour surmonter


des liberts fondamentales, l'accs au pouvoir et son
exercise assujetti l'tat de droit, la tenue d'lections
priodiques, libres, justes et bases sur le suffrage universal
et secret, titre d'expression de la souverainet populaire,
le rgime plural de parties et d'organisations politiques, ainsi
que la separation et l'indpendance des pouvoirs publics";
Que la Charte dmocratique interamricaine
tablit aussi que "la dmocratie et le dveloppement
conomique et social sont interdpendants et se renforcent
mutuellement"et que "la promotion et l'observation des
droits conomiques, sociaux et culturels sont inhrents au
dveloppement intgr, la croissance conomique
quitable et la consolidation de la dmocratie dans les
tats du Continent amricain",
DECIDE:
1. D'appuyer la resolution CP/RES.'822 (1331/02)
"Appui au enforcement de la dmocratie en Haiti" et
d'appeler toutes les parties cities dans ladite resolution
s'acquitter d'urgence ou continue s'acquitter,
selon le cas, de leurs obligations.

2. De renouveler son appui la Mission spciale charge
de renforcer la dmocratie en Haiti (Mission).


minimum requis pour s'insrer dans le programme de
march commun qui sera lanc en 2005. Ce programme
d'infusion d'aides passera inluctablement par un
gouvernement de technocrates pour faciliter et acclrer
l'absorption de l'aide.
En toute logique, le rgime de tutelle ne devrait
pas tre impos en gardant au pouvoir le rgime qui l'a
provoqu. Or nous voyons qu'une proposition de
gouvernement technocrate suggre la cohabitation et la
coexistence avec Aristide, voquant l'indpendance
constitutionnelle de la premature. Quels types de magouilles
ces technocrates sont-ils prt accepter pour
partager et exercer le pouvoir ?
Le secteur politique n'a pas le monopole de la
magouille. Il est important de suivre de prs les jeux et les
tergiversations de toutes sortes qui peuvent venir d'un
secteur, comme dans l'autre. La course au pouvoir a
commence. Verra-t-on enfin le triomphe des principles pour
repartir du bon pied, ou le triomphe des compromissions
pour maintenir le cap dans l'ornire de
l'archasme, de la corruption et du npotisme ?

(RDNP)


les obstacles techniques et financiers qui entravent la
normalisation de la cooperation technique ... et la
disposition exprime par certain pays de la CARICOM
pour faciliter le rglement par Haiti de ses arrirs de
paiement avec la Banque Interamnricaine de
dveloppement (BID), et enfin l'annonce faite par le
Ministre des finances d' Hati le 21 mai 2003 selon laquelle
les banques commercials hatiennes se sont engages
octroyer un prt consortial afin de couvrir les arrrages
du Gouvernement envers la BID."
Personnel n'est dupe, on sait que c'est du ct de
1' administration Bush, et non de 1' OEA, que tout ce monde
attend de voir venir le feu vert ...
Et ce n'est pas l'augmentation 70 millions de
dollars de l'assistance amricaine (merci beaucoup quand
mme), mais une assistance dispense dans une sorte de
saupoudrage des ONG plus ou moins anonymes
dissmines a et l, c'est pas ce qui peut vraiment faire
face cette cruisee humanitaire" reconnue dans l'Article
9 de la resolution ...
Conclusion : si la responsabilit des parties
hatiennes est plus que criminelle, et l'impossibilit pour
les Hatiens eux-mmes de trouver une entente, come
au mme moment les Vnzuliens, proverbiale, quasi-
chromosomique, si l'irresponsabilit hatienne est le plus
grand malheur et la plus grande honte de ce pays, eh bien
il n'en reste pas moins une autre responsabilit, nous
dirions objective, et c'est celle des Etats-Unis qui ont tous
les moyens en mains, qui dtiennent toutes les ficelles,
aussi bien sur les parties hatiennes que sur l'international,
institutions financires, pays amis, mdias, mais qui se
contentent de jouer les Ponce Pilate, refusant de prendre
une decision definitive et laissant cette cruise condamner
la disparition toute une nation, un peuple'que l'on se
plait dire par ailleurs si gentil et inoffensif ...

(Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince)


3. De remercier,la Dlgation de haut niveau OEA/
CARICOM en Hati pour ses efforts en vue de faire
avancer la mise en oeuvre de la resolution CP/RES.
822, notamment sa visit en Hati qui a eu lieu du 19
au 20 mars 2003, ainsi que son rapport et ses
recommendations prsents au Conseil permanent le
30 avril 2003 sur la situation en Hati.

4. D'exhorter le Gouvernement d'Hati remplir ses
obligations tablies aux termes de la resolution CP/
RES. 822 et mettre execution tous les points tirs
de cette resolution qui lui ont t prsents par la
Dlgation de haut niveau OEA/CARICOM le 20 mars
2003, notanmnent les measures visant professionalisei
la Police national d'Hati.

5. D'exhorter la socit civil et la Convergence
dmocratique ragir de faon constructive aux
dmarches entreprises rcemment par le
Gouvernement d' Hati pour respecter ces points, tirs
des resolutions CP/RES. 806 et CP/RES. 822 et que
lui a prsent la Dlgation.

6. D'exhorter toutes les parties prendre part la
formation d'un Conseil lectorale provisoire credible,
neutre et indpendant, au moment o sera instaur un
climate de scurit propice la tenue d'lections libres,
justes et transparentes, avec la cooperation de la
Mission spciale de l'OEA et conformment aux
measures tablies aux terms de la resolution CP/RES.
822 et celles prsentes au Gouvernement d'Hati,
la socit civil et la Convergence dmocratique par
la Dlgation de haut niveau OEA/CARICOM.

7. De demander au Secrtaire gnral d'explorer les
moyens de promouvoir un dialogue accru entire le
Gouvernement d'Hati, d'une part, et la socit civil
et la Convergence dmocratique, d'autre part.

8. D'accueillir avec satisfaction les efforts consentis par
le Gouvernement d'Hati et les institutions
internationales de financement pour surmonter les
obstacles techniques et financiers qui entravent la
normalisation de la cooperation technique,
l'achvement recent du Programme suivi par les
services (SMP) mis en uvre conjointement par le
Fonds montaire international et le Gouvernement
d' Hati, la disposition exprime par certain pays de
la CARICOM pour faciliter le rglement, par Hati,
(voir Rsolution / 7)


Page 6


La position de l'opposition


_~___I _~__~







Mercredi 18 Juin 2003
Hati en Marche Vol XVII No 20


Page 7


I EDITORIAL


Restitution et Rparations, pas pareil!


PORT-AU-PRINCE, 16 Juin La propaganda est
souvent mauvaise conseillre. Celle qui a course en ce
moment dans le pays s' appelle "Restitution, rparations."
Naturellement force de rptition, on tend
automatiquement confondre les deux. Or ce sont deux
mots diffrents, qui n'ont pas la mme signification et
qu'il est-peut-tre dangereux de confondre.
On rclame la Restitution (le quelque chose ...
On rclame Rparations pour quelque chose.
Le president Aristide rclane de la France la
restitution des 90 millions de francs or que le novel Etat
d'Hati a t forc de payer son ancienne puissance
colonial en 1825 pour la reconnaissance de son
indpendance, indemnit gigantesque, inquitable, injuste
et qui fit une troue sanglante, comme une ombre porte
sur tout l'avenir conomique de la petite nation.
Tout explicable que peut paraitre une telle
demand devant la conscience universelle, c'est plutt
son aspect politique et polmique qui prime aujourd'hui
vu les circonstances actuelles de cruise politique aigue
traverse par la nation ...
Par contre, les reparations de nos jours sont une
chose tout fait courante. On pourrait presque dire qu'elles
marquent ce dbut de sicle.
En effet, l'Allemagne vient de.financer la
restauration Saint-Petersbourg, qui commmore son
troisime centenaire, de la Chambre d'ambre, une pice
du fameux Palais d'Hiver, qui avait t dvaste par les
troupes nazies pendant la terrible champagne de Russie ...
Voici que l'Egypte rclame au Muse gyptien
de Berlin le buste de Nefertiti que les autorits du Caire
considrent avoir t profane l'occasion d'une nouvelle
exposition.
L'Unesco n'avait-elle pas pris son compete la
restauration de la Valle des pharaons qui avait t mise
sac au dbut du sicle dernier par les explorateurs,
archologues et chasseurs de trsors occidentaux.
Pourquoi cependant, ds qu'il s'agit d'Hati, on
n'enregistre que des ricanements, et en premier lieu de
certain hatiens eux-mmes, et non des moindres ?
On parle de la destruction de l'environnement


RESOLUTION ...
(Rsolution ... suite de la page 6)
de ses arrirs de paiements envers la Banque
interamricaine de dveloppement (BID) ainsi que
l'annonce faite la BID par le Ministre de l'conomie
et des finances le 21 mai 2003 selon laquelle les
banques commercials hatiennes se sont engages
octroyer un prt consortialafin de couvrir les arrrages
du Gouvernement envers la BID.

9. De noter que la cruise humanitaire en Haiti demeure
une source de preoccupation grave et d'accueillir avec
satisfaction l'assistance humanitaire fournie par les
Etats-Unis, le Canada et d'autres membres du Groupe
des amis d'Hati cet gard.

10. D'appeler la communaut international continue
d'appuyer la Mission spciale de l'OEA et fournir
des fonds additionnels en urgence afin de contribuer
au financement de ses programmes de enforcement
des capacits conomiques, sociales et


hatien et du tort que nous ont fait cet gard (ajout au
ntre, bien sr) diffrents monopoles trangers, et a ne
soulve que des moqueries de notre part ...
Sommes-nous ce point acculturs, complexs ?

Dj dans la colonie de Saint Domingue,
l'exploitation du bois de campche rivalisait avec la
production sucrire pregnant le chemin de la mtropole ...
Mais sans remonter aux mines d'or de Quisqueya
pour lesquelles les Espagnols ont massacre les Indiens, ou
aux plantations esclavagistes saint-dominguoises ...
C'est sous l'occupation amricaine (1915-1934)
que l'on a vu l'un des plus grands massacres
environnementaux dans ce pays, le bois pour la compagnie
des chemins de fer Mac Donald; La Gonave qui tait encore
une reserve naturelle o pouvaient aller se cacher les
partisans de Boyer Bazelais fuyant les troupes
salomonistes, devenue en quelques annes une peau de
chagrin; et pis que tout, le dboisement gigantesque pour
l'installation des plantations de pite de la Shada qui fut le
fiasco que l'on sait conomico-social, le commencement
de la fin dernire aussi bien pour la paysannerie que pour
les petits salaries des villes ...
Tant de projects sans lendemain, amens par
l'occupant dans ses bagages, qui firent tous long feu, mais
en laissant aussi des squelles profondes dans le pays, aussi
bien dans sa flore et dans son conomie que dans la vie de
ses habitants.
Plus prs de nous, regardez quoi ressemblent
les hauteurs de Paillant (Miragoane) aprs puisement des
mines de bauxite par la Reynolds !
Ou la destruction systmatique de la Fort des Pins
par des protgs du gouvernement de Baby Doc Duvalier

Ou comment la mme dictature, qui n'avait plus
rien liquider, permit de vider le fond des mers pour en
arracher les coraux expdis Miami pour fabriquer des
colifichets pour tourists.
Tout comme la soeur du president vie pouvait
vendre les tribunes mmorables du Champ de Mars au


institutionnelles en Haiti.

11. De demander au Secrtaire gnral de demeurer
engag et de prendre une part active au processus de
enforcement de la dmocratie en Haiti; de soumettre,
d'ici septembre 2003, comme parties du rapport qu'il
prsente tous les deux mois au Conseil permanent,
une valuation de la capacity de la Mission excuter
ses mandates en vertu de la resolution CP/RES. 822
(1331/02) prcite, notamment en ce qui concern
l'appui de la Mission au processus lectoral et la
situation financire de celle-ci, de sorte que le Conseil
permanent puisse introduire les ajustements appropris
aux mandates de la Mission.
12. De demander au Conseil permanent de continue
suivre les dveloppements en Haiti, notamment les
travaux de la Mission.
13. De demander au Secrtaire gnral de soumettre un
rapport 1' Assemble gnrale lors de sa trente-
quatrime Session ordinaire sur la situation en
Hati.'


president dominicain Balaguer ...
Faut tre irrmdiablement alin, alin au
regard de l'tranger, ou totalement stupid et ignare pour
ne plus pouvoir interpreter notre pays qu' travers le
prisme de cette stupid querelle Lavalas-Convergence,
qu'on dirait d'ailleurs un pige tendu dessein pour en
finir une fois pour toutes avec Hati et les Hatiens, en
utilisant une bande de gogos qui ne voient pas plus loin
que le bout de leur nez.
Oui, il serait tout fait normal qu'Hati demand
rparations pour tous les torts qui lui ont t ainsi causes

Qui ne le ferait ? Tout le monde le fait ..
Est-ce que l'Allemagne n'a pas englouti des
fortunes pour soutenir conomiquement Israel, essayant
de soulager sa conscience aprs la disparition de millions
de juifs dans les camps hitlriens ?
Mais aprs la Premire guerre mondiale, la
France n'a-t-elle pas forc l'Allemagne lui payer des
rparations pour les lourdes pertes qu'elle avait
enregistres, allant jusqu' exercer des reprsailles quand
une Allemagne trs affaiblie conomiquement tardait
s'excuter, comme, par example, occupant le Bassin de
la Rhur, ce qui blessa profondment l'orgueil allemand,
on connait la suite ...
Par consquent, on peut se quereller autant qu'on
veut, propos de la Restitution de la dette de
l'indpendance ...
Mais l mot Rparations, c'est tout autre chose,
et qui doit rester en dehors de nos stupides querelles ...
Rparations pour les massacres de toutes sortes
faits dans ce pays au course des sicles et des annes,
commencer par les massacreurs hatiens eux-mmes
(massacreurs avec un grand M, s'entend), c'est autre
chose.
Restitution et Rparations, ne mlangeons pas.
Restitution et Rparations, ce n'est pas tout
fait pareil.

(Editorial, Mlodie 103.3 FM, Port-au-Prince)


Convergence

accepted d'envoyer

son reprsentant

au CEP, oui mais

0**
CONVERGENCE DEMOCRATIQUE
105, Ave Lamartinire, Bois Verna
Port-au-Prince, Hati (W.I.)
Tl: (509)245-4534 / 245-8534
Port-au-Prince, le 2 juin 2003.

S. E. Monsieur l'Ambassadeur ODEEN ISHMAEL
President du Conseil Permanent de 1' OEA
Washington D.C.
(voir Lettre / 8)


uF r c~ uts


Nous exportons vers Hatil

- Mo ol -- c> cci>zt
18 x 18 & 16 x 16
Cramiques espagnoles et italiennes
Grand choix votre disposition
.79 pied carr

GC RATU I Ti
Cramiques grises
(Maximum 8 Sacs)
avec tout achat minimum de 200 pieds carrs
Apportez ce coupon


Cramiques & Marbre


Nous exportons vers Hati


M oi-z oc l urac
12 x 12
Cramiques espagnoles
Diffrents Styles et couleurs
69 pieds carrs

G u _R AT U IT
Cramiques grises
( Maximum 8 Sacs)
avec tout achat minimum de 200 pieds carrs
An t e. riminon-n


Venez donc voir vous-mme



Meilleurs prix de la place


3306 N.W. 79me Avenue, Miami, Florida Tl.: 305 592 2558 Fax: 305 477 2673
- .-.-


i


1


AL .1 AL M









LETTRE A L'OEA


Mercredi 18 Juin 2003
IlHaYti en Marche Vol. XVII No. 20


CONVERGENCE
(Lettre ... suite de la page 7)


0**


Monsieur le Prsident,
A quelques jours de l'assemble gnrale annuelle de l'Organisation des Etats
Amricains (O.E.A) qui se tiendra du 8 au 10 juin 2003 au Chili, le Directoire de la
Convergence Dmocratique vous sale avec respect et souhaite un travail fructueux
cette assemble.
La situation politique du pays s' est aggrave depuis le passage de la dlgation
international de haut niveau OEA CARICOM ", en Hati les 19 et 20 mars 2003.
(voir Lettre de Convergence / 15)


Chaque semaine Lisez Ha't*( en Marche en

Vous abonnant

Appe(ez Margo: 509-21.2.1 -0026


CITY OF MIAMI, FLORIDA


Avi pou change Dat on Meeting


The City Commission change dat dezym meeting pou mwa Jin 2003 dapre
Rezolisyon 03-666. Rankont ki te gen pou ft le 26 Jin 2003 ap ft le Mkredi 25 Jin
2003 a 9:00 dimatin nan City Commission Chambers, City Hall 3500 Pan American
Drive, Miami, Florida


Tou-t piblik la invite pou-1 vinn asiste rankont lan.
(City Seal)
Priscilla A. Thompson
(#11056)
City Clerk


Capital Fundlnl-
Canfaur Supprtjive -ousini. Ir "
Movers, Inc.
Miami Beach Cormunity CevelIpment Ccrporation. Inc.
'Pcnrdioig iHoslig S Commercial Loan CommiT i e Appeovai


$ 296,492,00
.$ 43.000c.00
$ 296,491,00


1OTAL HOPWA FUNDING AMOUNT: $15, 17, 00.00.
10, Dis:ii.sin a1nd proposed resolL'tin ailocatrO $S3,5,000. of 29 Year Cmm.nlty Developrr- en B3icck
Grant (CDG Proram fund in tha Coateor.o Econ.'rnc Dcvonpenint as follows: _
AGENCY FUNDING RECOMMENEMLO-SL.


lara't:hd Bu n,.ss D ,e ,tv:c!; Sni Althf.rity, inc:.
CornieC' Lonr FJnd, Inc.
Departr;-,ent f p al EScte'. aEs o 'r.' 'o.n'nit "C'OLCt;li'nil
Du'/r c.'in V.ro rri 5F rt; crhip,. Inc
Jib;.lte Crin' .Jri ty, Ct,'iQloprr.ent Corpo'atian
r-l.'t. ,l' : 3'r: ei'hbors Aseiclatior, ln .
R-'fel H=r- .iI ir, ztyir. j E-.- i?'..-: 0t ',.- ,'N '':.. ': -'3,
Smell Bu;ii':, Oppo- t';:> Can6r, In;,
Th-e Ed;-e''. r3' i:ic r'i 'ic .C;,,'el nproo Ccrp. In1.
W.?rd of Ui!' C:;C
Reserve Fund

City of Mlaml
CommercisI Co, Compllarice Pr orarn
Cormmorcial Fade Proaram


1TOTAL ECt(f T
7- Of


$ 200,000 00
S 95,000.00
S 500.O.00.O
S 123.0 -5.00
$ 123.71S.0O
s Io.0.nus'o

5 e2,gC54 ':
3 259.5106 "7
$ 4'8,554.00

$ 325,068.00
$ 700.000.00


S3.5mu.oUo.uu


11. Discussion aid proposed resolution aelocaulng S51. ,9,800 o 2 'Year Comnmuriy Dovelopimenr Elock
Grani (CDiBGt) Prcgrarm fknds and $226,20: of progrerr inomre for a total of $1,746,300 in thc
cateqor/ of Public Services. as fcllows:


AGENCY


Action Commuriityr Center, Inc.
Allaoaltgh Ccmmun;ty Action. Inc.
Artz-N-The-Hood, Inc.
Catholic Charlitle; of the Arthdioicose pf Marri. Inc./
Centre Mater Childcare Cenler
Calholic Chariie;i Of tho Arc hdlceae of Miami, Inc.,
Centro tiispeno (;aicaloo Child Care Services
Catho'ic Charitiesr of the Archdlocese of Miaml, inc.,/
Sa.gradE Famrilia Chlld Cre Center
Cocoaul Gro e C:arcs, Inc.
De Hostol Senior Center, Inc.
FanmA/isyern Nin Mlyaml. Inc..
Fifty-Five Yearn; l Up, Inc.
Florenco Lktthcut Inner-Clty Children's Touring Dance Company. ;nc.
Florence Lillihcul Inner-City Children's Touring Dance Comoany, Inc.
Hailien ,\wtr.Cre:s & Cultural Foundal.icn, Inc.
KIDCO Child Caie, Inc.'
Lions Home for tie Blind, Inc..
Little Brothers .- iriends of tlie Elderyv. Inc.
Little Ha/ana A 'ivities 8 Nutritlln Centers of gode County, Inc.
Regis House, Inc.
Southwest Social Services Progrems. Inc.
St. Alban's Day Nurscry, Inc,
The Association for Development of the Exceptionol, Inc
The Llberty City Optimist Club of Florida, nc.
The Non-Violelce Project USA. Inc.
The Yourg rMoan' Christian Association of Greater Mlami. (Florida)
Cocrout Greov Branch
Theodc' Roo:;evelt Gibson Memoril Fund, In,.
United Haitl.n A nerican Artists, Inc.
District .3 Prlority Reserve


FUNDIN -GR1_~COMMENDATIi


$250,250.00
$3a9,200.00
$ 20,C00 00
$ 27.732.00

S11,350.00

S 28,107.00

$ 20.000.00
$112.419.00
$ 50.000.00
$ 50.000.00
$ 35.000,00
S 60,000,00
S 50,000.00
$ 45,88,.00
$ 20,000.00
S 20.000.oo
S87.691.00
$ 7.800.00
$137.000.00
$ 56,733.00
$ 25.000.00
$ 50,000.00
$ 310000.00
S 15,000.00
S 5.000.00
S 63.900,00


TOTAL PUBLIC SERVICE FUNDING AMOUNT; $1,746.00,00
12. Diasussiorn and proposed resolution allocating S804sc.0 e 26Q Year Ccmmiurniy DevelopT.ent B:,tk
Grant (CDi30) Progrrr funds for Cacital Imrovement n;n the 2"' Program as follows:,
AGENCY FUNDING RECOMMENDATION

KIDCO Child Care. in. $100.000.00
Ciry of Mlaml Capital Improvement Projects $704,500.00

TOTAL CAPITAL IMPROVEMENT FUNDING AMOUNT: .. $04,500.00
13. Discussion and proposed resolution granting an extena:;n c t:me, frcm December '4. 2022 to
December 31. 2004, to SAME Development Corporateon of South Florida, Inc. (AME), in connection
with the co)rt1ruclon and sale of forty (40) rcw single family homes for qualified low and moderae-
incorm fiamlies planned on cerainr formerly city-owned percels at Norillwet 6'" and 8"' $lSIrts
be'nvn Northwest 5" anm 6" Avenues, Miami. Flerida in the Ovcrtown neighborhoods; adid rclea.iri
obilgationE. if the City anid th Sai.itheas OvertowrjPae',. West Cnmmuniity Redeveloprr nt Agen*y
(CF:A) fIr ttie provision cf marketing for the New Hope Ovcrtown Husi;ng Project. ho'd;iig iSAME
sotrlly responsible for marir.cing he project.

14, Discussion and proposed rcsolullon authorizing a grant. in an amount nrot to exceed 5100,000, to
Neighbors end NeighbOrs A,.socialion (N.A.N.A) to assist t.;enlty snall businesses: ellorating fuijis
frorn an accuunt to be idenftied by the City Manage'.
Moun ki interest ankouraje pou yo asiste rankont la. Kote lap ft la bon tou mou moun ki infim.
(Ad No. 11559


Komisyon Miami City ap ganize yon
iankont pou diskite sou sij ki gen rap ak
Community Development Block Grant ak o6t
program HUD

JEDI 24 JEN, 2003 1:30 PM
CITY OF MIAMI COMMISSION CHAMBER
3500 PAN AMERICAN DRIVE
MIAMI, FLORIDA

Rg federal ke program CDBG City of Miami obsve ekzije ke on jiridiksyon kap patisipe
founi citoyen yo ak avi sou optinite pou f amandman nan program CDBG -a. Menm jan
piblik la avize de tout amandman ki ft yo jan sa endike pi ba:

1. Discussion ard proposed roslutior approving lh Clty cf Miami's Pb.llic Housing Agoncy (PHA) Plans
inrrclLdng the Five (5) Ycar Striatgic Plan for Fiscal Year 2300-2004 and the Anual FPan for Fisca:
Year 2~003 in connection wilt the implemenlation and adrministration cf the City's Set'on 13 Moderat
Rehabilitatiao Prcgram; authorizing the Clty Manager te submit tice PHA Plans far rcview.,aprovsl by
tile US De;t. of H'JD; furiher allocating Section 8 Mcde-tae Rchabilitation Procram Funca of
$2,642.094 ior client co'sts and $33,.292 to ihe City of Miami Departmrnt of Conmmunity Dc'celo nent
fo Ad minister utive Costs 'or a toi-l of $2.980.386.

2. Discusslon ard proposed resolutior approving 1le rev.qed Ciy of Miaimi Loc.l Housing Asitrince Plan
.(LHAP), attached and Incorporated, for Ihc period of July 1. 21031 through June 30, 2C04, for the
ccn'inued i"rtl;sation of the City in ihe Florida State Houir.9 initi.tltves (SHIP) Prograrm; uthorizin
the City Morager to submit a modilied plan for review ndi approval by the Fe:lrid Houscng Finar.ce
Cor;oration.

3 Discussion ar: proposed resolution adopting allcler'for the 2Y'' YcZ r Community DevelOtmnt Block
Grait (CDGBEGC undlng process related to the Comme-cal Faade Trieatment Program.

4, Discjsaion and proposed resolution aelicaling S40,CC0 of Fiscal Year 2003-2004 Emergency Shelter
Gra.n (ESGI Funds as folows:

ALOKASYON POU 29TH YEAR EMERGENCY SHELTER GREAT FUNDS

EMERGE ENCY SHELTER GRANT ACTIVITY; AMOUNT

Decart-'ril o Csm.Tonlty Developmrnr'Grant Administratior' 13.200
City of Mioami H'ine:ess Progra-m 42,800

TOTAL AMOUNT OF ESG PROGRAM FUNDS: 5440,000

S5 Discussir. t;nd proposed resolution' al'ocalng S10.140.000 C' thh 29" Year Co-nmunity DeIve;aoment
::Blcik Grait (COBG) Program Er.litlement funds and S5.000.000l of program incrnome fe a total of
S15,140.00 10 support City municipal sorvIces Rnd related acaOviies for the 29:" Program Year
beoirnirQ Ottoler 1.2003 as fol;ows


CDBG I:UNDIII3 ACTIVITY:

Department of Ccmmunity DevelopmentiGrEnt Administrti;on (20%)
Department of Community Development'First Sci.:eC Hi-ing Prsgram
Section 108 Lciai Guarantee
Lot Cle ring
NET Code Entlricerment
CIly of i!ami l Eulldins DcpritrenLtUnsafe Structurns
Public Services
Econnmir. Oc elopment
HO-FuinIg Dve obiment:"e
CapiIl Impro.ement Projects
"Funding lb bc a;located at e tlaer date threu !gh at RFP


TOTAL CDBGB FUNDING AMOUNT:


PROPOSED 29H YEAR
ALLOCATION
S2.328.000
C20,000
1.200.000
276.500
790,000
1,746.000
3.E00,000
4,000.000
g.a 'so'


-140,000 ___


6. Di!:cusaicn and proposed re-clutoon transfsmrrn Communily Deve'Opmez i BPiok Graint (CDBG)
Prcgram Funds from Commrunlty Redevelofasent Aeni"y/Micro Business Leoar Bisiness Prograrri il
the sBmOn' of $47'.770 to the Coirim'uniy P.R.develpment Aency/Grow Mirtnl .und for a
Co:,mercil Loan Pragrsm

TRANSFER NO FROM AMOUNT TLRAiFERRINti T R O; AMOIuNT
Agenc'Activity A;'-;;cAct..l:y
Commr-.ity Rr.idovtopment Agency/ $471,770 Comn-.ulnlty Red.',eIebpFer AEnc'c/! S/71.770
MAicro Eusines -oan Business Programr Grc'w Miavml Fund

TOTAL' AMiOUrMT: 5471,70 TOTAL. AMOUNT: ~f__ ,"f i_
7. Discussion ;ind proposed resoiLl'on transferring Comrunity Deelopmrrr.t Block Grant (CDBG)
Program Funds cf $415.000 (rom Communeity Pcdvelopment AgencyvCLUC 90 P-jecrs and Hnme
Inve!itment PBrtneiShipS (HOME) Procram funds of $6,16.192 fron the Cornmmunitv Redf/veloprnenr
AgBercy!Hornr!buyer' Pre-qL:alifiatitnl FPrgranm t :he CRA. HouS;,g Pl!ol Progrsm for heoulng r'ieds
in thO CP- are as follies:


CRANSFERrFIF FROM;
CDBG FUNDING
CRA'CLIJC 90 PROJECTS


TRANSFEP.iFFR FROM:
HOME FUNDING
CRAHCMEBUYIP.R'S
PiEOQUALIFICATION PROGRAM


AMOUNT

$415.000


AM4,192
S648.192


TANS :ERRRING TO: AMOU I
CDBG FUNDING
CRA h!C-USI1'G PILOT PROGRiAM 415.000"
"Tc be fnded at a la!er dat(, throughh an RFP


TRANSFI-ERING TO: AMOUNT
HOME FUNDING
CRA HOUSING PILOT PROGRAM 646.192"
" e t c fundedd st a lteer date fhroogh an RFP


TOTAL CDBG FINDING AMOUNT: 5415,000 TOTAL HO E FUNDING AMOUNT: $646,192
AMENDMENTS TO 28' yEAR CDEG PROGRAMS
8, DlscJssion arrd proposed resolution suthorizini the ltanrcfer of:
i HOUSING DEVELOPMENT CATEGORY
TRANSER nCR FROM: A(iOUINT TRANSFERRING TQ O:

District 2 Ho usinci Reserve Fund $178.800 Rafael Hlaemnar.r Housing and $178,300
EconOrnic Ccv0'opmient Corporation

TOTAL AMOU.Wr: $176,800 TOTAL AMOUNTi: S178,HCO
9. Discussion -in proposed resau'tion allocation S;10,61 7,0.00 cf Fiscai Yer 2003-2034 HOPWA


Progiralm uns:ls and $5,200.000 of unallcsted FiScal Yes' 2002-2003 HOPWA Prcgragm funds for a
total of $15,817,000o as followed:


AGENCY -
Long Term HouiIng Assistance
BAMlE Cevelopmrent Corporaticn of Souih Florida, Inc
Center of Inforrnition & Orientation. Inc.
City of Milami Department of Carrimunity Cevclopmenr
ComrmuiirtyAICS Resource. Inc.
Comnmunily Ca%, Management. Inc.
Dougla.s Gardenu; Community Mealr- Hc.all.h Center of MiamI Beach1, Inc.
Empowerr "U'. Inc:.
Spanish-American Basic Educ-at'on & Rehabllilatior. Inc.
The Canter for P )silive Connections, Inc.

Houslnng Infofn itlon, Referral & Advocacy
Miami Beach Coinmmunity DOc.'clopmrnt Corpora;lor,. Irc

Technital Assistance
Apple Tree Perspectivea. Inc.

Project.Based F:ental Subsidy Program
Mlami Beech Cornmunity Deviiopmcnt Corporaticn. Inc.

Special Needs FIesidential Care
Better Wayof Mia mi, Inc.
Catholic Charit e; Of th Archldloceere of Mlarri, Inc. Genesis Progoamr
Soutf F orirJa Jai Minlstrles, Inc.

Emergency Piogram
City of tMiami epr'mncril cf Crnmmuriri' Ce'e[:cpmer'

Piogrnu Insp, r .tioIs
City of Mtiami E epart-rentl f CornL.nily Dc'frlc'serit

_Program Admlnlstration 13%f\


NDING RECOMMENDATION

$ 127,500 00
S 127.500,00
$5.594.050,00
$ 127,500 00
$ 95,625.00
$2,141.150.00
$ 127,500.00
$3.180.300.00
$ 127.500.00


s 2,0,000,00


S 1030.000.00


$ 150.000.00


S 118.62S.00
S 145.267 00
$ 100.500 00


$1,500C.O,00.00


S 500.030.00


S 318 00000n


Page 8


'


I


r-


I __ I I


,i; __ ----


_ 1 ------~-77~~~~ --~---


-- --- -- -------


1 VI ML. l VjmqLLniiL, Li rvr&.%jrtvicim j ru ii Li ip# mi i : --


--


7--


i-


---


1-


AGEC'


- -1


1 ,


7-1





Mercredi 18 Juin 2003
Haiti en Marche Vol. XVII No. 20


Paog 9


1 Department of Communication


Sezon Siklon lan Komanse le 1 Jen


SKE NOU PARE?


a


Nouvo Zn Evakyasyon yo
Pwosesis evakyasyon yo pou 2003 change drastikman. Nan ane anvan yo,
rezidan Konte Miami-Dade yo te depann sou nimewo zipkd yo ak ki fs
sikln lan pou yo te konnen si pou yo evakye kay lakay yo. Kounyeyan
nouvo zn evakyasyon yo etabli dapre kalite dega ki va ft nan tanpt sa a.
Li tr enptan pou w byen gade nan ki zn w abite anvan siklin lan
pwoche.
Evakyasyon
* Tcheke si w abite nan yon zn evakyasyon. Si w rete nan youn, chche
pou w aie kay yon zanmi oswa fanmi si se pou w ta gen pou w evakye kay
lakay w.
* MDTA (transpo piblik) ap gen bis kap f traj de kote yo make kom
estasyon pou ranmase moun ki prale nan Abri Evakyasyon Kwa-Rouj yo.
* Si w abite yon kay mobil, oswa w depann sou aparay elektrik, se pou w
evakye pou nenpt kategori tanpt twopikal oswa sikln.
Pwogram Asistans Evakyasyon Anka
Dijans
Se pou rezidan ki bezwen asistans pou evakye anka dijans yo enskri
davans nan sant "Miami-Dade Answer Center" an nan 305-468-5900 TDD
305-468-5402 pou yo jwenn yon aplikasyon pou Pwogram Asistans
Evakyasyon Anka Dijans. Aplikasyon yo disponib an Angle, Espayol ak
Kreyl epi tou nou kapab enprime li de sitwb OEM lan:
www.miamidade.gov/oem.
Lis Toupare pou Tcheke
* Prepare yon pake siklin familyal ak pwovizyon ki pou dire de 3 a 14 jou.
Pake sa a ft pou li genyen ladan li tout sa ki neses pou nou debwouye
nou pou kont nou apre yon tanpt.
* Asire w epi tcheke ke asirans w an ajou, sitou asirans van ak inondasyon
an.
* Taye branch bwa yo kounyeyan pou yo pa mouri pandan vye van yo. PA
TAYE BRANCH BWA YO PANDAN SIKLN LANAP MENASE.
* Bay yon moun lakay w responsabilite pou tcheke meteyo an chak jou
pandan peryd siklon lan pou nou pa pran nan si nou te konnen.


* Etabli ki nimewo andey zn lan nap svi pou kenbe kontak ak fanmi ak
zanmi nou.
* Sant evakyasyon yo pa asepte ti bt kay yo. Planifye depi kounyeyan kote
nap mete yo.
Pou plis enfmasyon sou preparasy-
on, Konte Miami-Dade etabli resous sa
yo: Miami-Dade Answer Center nan
305-468-5900 TDD: 305-468-5402 de
8:00 a.m. to 5:00 p.m. Lendi -
Vandredi (24 sou 24 nan ka dijans)
* Sitwb "Emergency Management", www.miamidade.gov/oem, gen douzn
paj enfmasyon sou preparasyon anka dezas. Yo kenbe sit lan ajou
tanzantan lI gen yon dezas, alske tcheke la pou dnye enfmasyon
dezas aktyl.
Pwogram Enstalasyon Panno
Pwoteksyon Pou Fent Rezidansyl:
* Pwogram Enstalasyon Panno Pwoteksyon Pou Fent Rezidansyl ap ofri
gratis ti cheri de panno kont siklin an aliminym (shutters) pou fent ak
kote ki gen ouvti sou dey kay lan. Pwogram sa a te etabli pou ede vye
granmoun ki gen ti lajan/revni ekonomik pwoteje kay lakay yo de vye van
kraze-brize tanpt yo.
* Pwogam lan GRATIS pou vye granmoun ti lajan yo. Se pou kantite lajan
fanmi an f mwens ke $20,000 pa an epi se pou mt kay lan gen 65 an
ou plis.
* Li aplikab pou kay lafami slman.
* Pou nou jwenn yon aplikasyon pou yo enstale "shutters" sikln yo gratis,
tanpri rele "Community Action Agency" nan 305-438-8604 oswa "Miami-
Dade Answer Center" nan 305-468-5900. Oswa aie made youn nan biwo
Ponpye ak Sekou Miami-Dade b lakay nou.


a







Page 10


1 ARTS & LETTRES I


LIVES :
Janine Tiavenier la Bibliothque de Broward,
le dimanche 29 juin 6 h 30 p.m.

Dcidment, depuis que l'crivain Grard
Campfort, Coordonnateur des "Newcomer Programns"
la Bibliothque principal du Comt de Broward, a pris
en main les affaires culturelles de cet tablissement, la
Culture hatienne caracole. Expositions de peinture don'tt
la plus original a t je crois celle de Heza), conferences,
soires musicales, presentations de films et bien sr,
talage du livre. Cette fois-ci, sensibility particulire
oblige, Campfort, ce roi de la polyvalence, a choisi Janine
Taveniier, cette autre obsde de la creation littraire, qui
refuse de desserrer ses crocs, et qui nous revient avec son
premier roman "Fleurs de muraille."
On le sait ou on ne le sait pas, mais c'est Janine
Tavernier qui dans son germoir, fertilisait toute cette
parole dviante des annes 60 et qui avait pour nom
Roland Morisseau, Serge Legagneur, Ren Philoctte,
Villard Denis, c'est--dire la plupart de l'quipe de Hati


Mercredi 18 Juin 2003
Haliti en Marche Vol. XVII No. 20


Fleurs de muraille


Litiraire, amies drangeantes qui finiront leur vie ailleurs, dans
la mort, gnialement dtraqus ou dsormais reclus ternels.
Aprs Ombres ensoleilles, Splendeurs et Naima, la
potesse a probablement ressenti ce besoin terrible de nommer
autrement l'insupportable. La posie, conune pouvoir du signe,
dconstruit le monde en librant d'abord la parole de sa density
normative et domestique. Mais ce monde de signes, parce qu'il
est pur et dsaffect, peut tre soumis toutes les interpretations
et transcendances possibles. Avec les "Fleurs de muraille", il
ne s'agit plus de rinventer seulement la manire de nommer.
Les personnages sont l, massivement camps dans 1'ambiguit
de leur destin. Il s'agit de les suivre, de participer et comme
l'crira encore Tavernier, "d'atteindre pour aider ... d'largir
notre sphre la measure de la plante." Une tche terrible dans
cet universe si patiemment dcrit avec ses nvroses, ses prjugs
anachroniques, ses mimtismes et ses vices cachs. Tche
subtile galement avec ses flash sur des types caractriels et
sociaux qui rendent compete de l'extrme complication du tissu
social hatien. Heureusement que l'auteur sera l pour nous


aider reprer les lments qui pour elle, sont les
plus dterminants pour l'analyse et la comprehension
global de l'oeuvre.
Il nous faudra donc remercier les hauts
responsables de la Bibliothque central pour l'intrt
qu'ils ne cessent de porter la promotion de la Culture
hatienne et surtout, Florence Bastien qui, de manire
si bnvole, se tue chaque fois pour que, lors de ces
rencontres, le public puisse trouver quelques moments
de divertissement.
A ne pas oublier galement Jos Tavernier,
ce vieux routier de la chanson qui cette fois-ci, a d
tout dcommander pour apporter sa quote-part en
terme d'animation musical avec ses complices, le
pianist Ernst Jean-Louis et le guitarist Lyonel Carr.
Nostalgiques du bon vieux temps, vos marques !

Wooley Henriquez


Killy, I'alchimiste, rinv
On ne demand pas (49
nedmand p sculptures urbaine
une pierre de se dterminer sus
ses originss. ni d'expliquer sa
presence. Et c'est en cela ne sont-elles pas une continuity de ce que nous sommes
seulement que la pierre pourrait nous faire entendre son rellement et de ce que nous vivons au quotidien ?
rire et ses pleurs" Simon Njami L'Alchimiste
'


,.


Killb et une de ses oeui res
On l'appelle Kill\. 1m1,1, .on \ri- nom ['ainck
Gantlucr peut due long j .e'ialsn sur ,on parcour: En lltct.
qu'on se soul\ i'nne de c c '*ha.'euIr de pn\ Jde. concouir. de
fanal qu'ont orgmuii rie.pectu vement en I LiS. 1988 et 1')90
ec Bureau du Tourisme, le lMu,e d'art haitien et la
American Airlines. Ou encore de celui qui a valu la
selection au concours Texaco-Haiti, "Artisanat de
rcupration" au Ministre de la Culture en 1997. Il est
donc clair comme le souligne Barbara Przeau dans un texte
de presentation du plasticien que "c'est par le biais de la
production artisanale que Killy est arriv la sculpture
contemporaine". Invit pendant ces deux dernires annes
Winnipeg au Canada au Symposium International de
sculptures sur neige, Killy y prsenta ses totems-caractres,
sculptures en trois dimensions. A mentionner galement
qu'il a expos Grande-Rivire en Martinique en 2002
ses "Sculptures en plein air", aux Etats-Unis et dans les
diffrentes galleries et muses hatiens comme l'Atelier
Jrome, le Muse d'art Haitien, la Galerie Monnin.
Modeste l'exagration, soignant mticuleuse-
ment son universe pour ceux qui lui sont families, certain
parlent meme de puret de l'artiste ou mieux d'une certain
naivet chez Killy. Aujourd'hui, il expose au Centre cultural
AfricAmericA ses rcents tableaux sous le theme de
"Sculptures urbaines et Techniques mixtes" et ses
sculptures en mtal qui, mieux que tout sentiment qu'on
peut prouver ou n'importe quelle impression qu'on peut
avoir de l'homme lui-mme, pourront nous faire bien des
confidences sur son quotidien et son coeur. Nos oeuvres,
-o. 646*, ,''."'. + *


Avec ses trente sept ans et loin d'etre 1' intello qui vous
explique son art par a+b avec des terms techniques, Killy se
dfinit comme un plasticien, un peintre qui comprend la
peinture sa manire et un sculpteur qui travaille aussi bien la
pierre, le bois que les mtaux. C'est en 1990 que le got pour
la sculpture est n sous l'influence d'un ami qui, aprs lui avoir
confirm ses talents, lui offre un atelier et du matriel pour
travailler. "Je m'en doutais reconnait-il aujourd'hui, je ne
pensais pas que j'allais arriver si vite ce niveau-l". Il
commenca a rassembler des matriaux de rcupration sans
savoir ce qu'ils allaient devenir. Comment un personnage don't
certain parent de puret et de douceur dans ses manires, peut-
il modeler ces mtaux jusqu' en faire ces caractres durs
comme du roc ? L'alchimiste qui est en lui par sa magie de
creation, a su transformer tous ces mtaux, ces vieux resorts,
ces bouts de fer, des couvercles de moteurs en prcieuses
oeuvres d'art.

Une rinvention par la creation
Le peintre Guirand Hrode, lui aussi plasticien, parle
le "sa qute spirituelle sur les condiments de la vie quotidienne,
come si l'homme est quelque part habit d'une certain
complaisance, en mme temps qu 'ily a une force farouche dans
sa creation. Quant sa technique, Killy confiera lui-mme :
. ( >Y* t r, < *, -,'r.- '** **',*<


ente nos


S "Je ne dessinepas, j'utilise les pinceaux
ks sur la surface directement". Bi'en
entendu on pense Tiga. Killy affirmed
qu'il a travaill longtemps "Kay Tiga",
utilisant la mme technique en peignant par
soustraction et avec le mme phnomne que Tiga
appella "soleil brl". Le cadre reste
traditionnel, Killy replace la toile par du
hard board, du plywood ordinaire rcupr,
met de l'acrylic, accouche ses heureux
famtmes l'aide d'ingrdients comme le
chlorox, du citron, et le tour est jou. On
en vient admirer ces anges qui font penser
aux beaux chrubins clestes qui devaient
corriger les habitants d Sodome et
Gomorrhe et qui ont t eux-mmes tents.
Mais nous aussi, nous succombons
fatalement sans nous en rendre compete,
force de vouloir comprendre. Never
explain. Never coiplaiYii. s existent, c est
tout et on n'ose leur demander ni d'o ils
viennent, ni ce qu'ils font. Parfois sduit
par leur pose gracieuse, parfois fig devant
eux, face leur questiomnement: "Quoi ?"
Chers personnages, rien de plus que notre
curiosity sur votre identity. Tant d'tres
aussi mystrieux que l'artiste lui-mme,
combls de signs on pense tout de suite
aux hiroglyphes et l'art primitif des
cavernes et de vvs, voluant dans un
universe timidement provocateur afin de ne
pas tomber dans le scandal.

L'espace urbain selon Killy
La ville tale sa nudit sur ses
trottoirs dans les quarter o il y en a, sinon
sur le bitume mme de la rue Pave ou du
bas de la rue du Champ-de-Mars. Killy va
dans les dtritus quotidiens pour y puiser
son art. Les vieilles pices mtalliques ou
parties d'automobiles, trouvent une
second vie. Ainsi, des dvak, crochettes de
portes, boulons, resorts gants sont
(voir Plasticien / 11)


*^t:: po'Ul 0 vcZ


Svsiter
;: .110



Il nternet


h ~: L 111111 C V~li i;


i


i


1


1








TIL TERATURE


Couronner Franktienne et Dany Laferrire


Entre midi et minuit, je m'occupe de plein de
choses.: voir si ma mre octognaire s'est rveille avec
un large sourire aux lvres, vrifier si mon pre est parvenu
vaincre son rhumatisme, avant de me lancer dans mes
exercices d'criture et de lecture. Avec ou sans le papyrus.
Alors, ma vie de"' nomade littraire pourrait se
drouler de la terre des Indes la lune d'Amstrong, si
j'avais les fesses poses vie sur un fauteuil virtuel. En
prison, je rclamerais toujours un stylo, une machine
crire et des rames de paper. A chacun son pacte avec le
diable et le bondieu. Moi, j'avais demand ces deux-l
une chose : l'ultime pouvoir de lire Franktienne et Dany
Laferrire dfaut de Scott Fitzgrald et de Jorge Luis
Borgs que j'aime de toutes mes forces. Ceci dit, j'aimerais
que le prochain crivain noblis soit encore quelqu'un
de la Carabe.
Je me permets de faire une confidence aux
voyageurs d'avant-midi et d'aprs-midi. Mme si vous ne
faites pas parties des meilleurs lecteurs de la plante : prenez


Killy,. alchimiste...
(Plasticien ... suite de la page 10)
accolls les uns aux autres pour former ces caricatures
gantes. C'est suite aux explications du pote Batraville
que Killy ralisa la sculpture dite "le bouc de Mends".
Mont sur un pidestal, une carcasse de drum renvers, le
bouc donne face au spectateur avec ses deux pattes (deux
btons de fer) de devant releves comme un cheval qui se
care et pourvu d'une manette. Dominique Batraville lui-
mme expliquait que selon une mythologie ancienne, il y
avait une divinit fminine dote d'un phallus
disproportionn qui rendait la vie ternelle quiconque
consentirait l'exprimenter. En d'autres terms, comme
tout rcuprateur, Killy renouvelle constamment la matire,
l'empchant de se dgrader sous sa forme la plus ultime.
Peut-tre est-il comme nous la recherche d'un monde
(un space vital tout simplement) o on serait en measure
d'entendre rire et pleurer ses mtaux au regard froid ?


Giscard Bouchotte
keeven@yahoo.fr


PRESS
.. . .. ...'/ kI=, K :. v .-
e .' '1 -'r ____________
JL d i.T'.P U. Iit-
L7 -cs -?[ $ ,, Thelson FLEURIS]
-- 7"
,. ,. f i ', i .'',' Quelques considrat
La cruise post-lectorale du 21 mai 2000 a mis la Certaines entits (ONG
press dans une situation peu enviable. Les mots "' parties politiques, Socit Civile, bref l'tat) s
Indpendance et objectivity"", dirait-on, se percent dans organes de press depuis trois ans pour rg
l'intrt comme le fleuve dans la mer. Jamais la press choses. Elles se comportent come les vrita
n'aura t l'otage de tous les secteurs pour ou contre. de la dmocratie. Elles font une vritable pro
Pendant ce temps, les journalists vivent trs au-dessous la guerre civil. Une situation la Rwanda
de leurs moyens. En clair, ils mangent de la vache enrage. pays. Il se distille une vritable diffusion de


VME
ions
,Ambassade,
se servent des
gler certaines
bles ennemis
emotion pour
ise guette le
e la haine.


Grce un personnel efficace et courtois et un systme de transmission rapide
par satellite, CAM offre un service UNIQUE sur le march :

* en assurant la livraison de vos transferts d'argent en moins de 2 heures
domicile pour tous les transfertseffectus jusqu' 5 heures de ('aprs midi
aux USA et au Canada. Les products alimentaires sont livrs le lendemain,
toujours domicile;


* en dposant votre argent sur votre compete bancaire n'importe o en Haiti ;


* en mettant votre disposition un site Internet pour effectuer votre transfer online:
www.camtransfert.com

Plus d'une centaine d'agents autoriss travers les Etats-Unis et le Canada
pour vous fournir un service de quality, non-stop.


Notre Diffrence c'est notre Service!

Contactez-nous :1-800-934-0440
En Hati: 800-256-8687


l'instar de radio mille collins (Rwanda) qui
exacerbait la haine interethnique, la press locale
reproduit, quelques exceptions prs, le mme
schma : Ti dife boule entire partisans / adversaires
de Lavalas /Convergences. L'onde de choc de cet
affrontement malsain atteint des proportions
alarmantes. Le radicalisme verbal vhicul par la
press met en pril le tissue social hatien dj si
fragile. Toutes ces considerations se ramnent une,
seule question: y-a-t-il de la place pour une press
dmocratique, pluraliste dans le pays ?

tats des lieux
Ces derniers temps, une seule parole court
sur toutes les lvres : press indpendante. Par
rapport quoi ? Au risque de mcontenter certain :
la press hatienne n'est pas libre ou indpendante.
Elle est trop tributaire des couloirs des ambassades,
des responsables d'ONG et des politicians de toutes
les couleurs. Dans un context de marasme
conomique, les travailleurs de press vivent trs
mal. Ils subissent une exploitation outrance dans
le mtier. Dans la majority des cas, ils sont une
infime minority ceux qui peuvent s'acheter dans une
librairie de la place le tout dernier ouvrage de Jtrgen
Habermas, Le Monde Diplomatique ou une
"Manire de voir ". Aucun chiffre n'est disponible
quant au nombre de personnel vivant du mtier de
journalism. Il ne serait pas tonnant d'apprendre
que 98 % touchent un salaire infrieur 4,000.00
gourdes. 98 % font travailler leur imagination pour
essayer de joindre les deux bouts la fin du mois.
On les rencontre come attachs de press,
publicistes ou sous-marins dans une organisation
quelconque. Surtout, il n'est pas bon de parler de
convention collective, d'assurance. La scurit
d'emploi est une fiction, tant de trucs pas catholiques'
se droulent l'intrieur de la profession.
Certains organes de press s'amusent
recruter des stagiaires. Aprs quatre mois, ils sont
renvoys leurs tudes. On en rencontre d'autres
leur place. Ainsi de suite. Les journalists ne
jouissent pas de l'entreprise pour laquelle ils donnent
leur sueur et leur sang. Ils peuvent y travailler durant
des dcennies sans que l'on paie leur cotisation
l'ONA. Le photograph de l'AFP Thony B1lizaire
serait mort depuis belle lurette s'il travaillait pour
(voir Journalistes / 14)


Mercredi 18 Juin 2003
Hati en Marche Vol. XVII No. 20


Page 11


-~4Si-rFi~Ir--*( [titlif r~
ria3~


P


:::::::..


1-


le temps de lire deux crivains de la Carabe Franktienne,
auteur de quarante (40) ouvrages et Dany Laferrire,
architect de l'autobiographie amricaine lire en dix
(10) romans. Un auteur hatien noblis pourrait donner
un autre clat au bicentenaire de l'Indpendance hatienne.
Pourquoi ne pas penser aussi deux romanciers jacmliens
(Ren Depestre et Jean Mtellus). C' est fou de penser que
Stockholm sera dispos honorer un seul coup deux des
ntres. Il faut toujours rver.
Entre-temps, je suis invit voir la correspondence
pouvant exister entire une femme-peintre (Barbara Przeau)
et un artiste provocateur (Ronald Mevs). Cela se passe
AfricAmrica. Je revois le musicien brsilien Oswaldo. En
attendant, je me replonge dans les livres de Dany Laferrire
et de Franktienne. Histoire de bien dialogue avec deux
de mes sept oncles d'Amrique.
Ct vitrine, les jouets dangereux s'autodtruisent,
ct top secret, les uns et les autres s'entranent dj peut-
tre pour des combats singuliers. A l'crit sans doute ou
derrire un micro. BoisrondTonnere, Chanlatte et Chareron
avaient reu les dictes de l'Empereur Dessalines. Les
crivains et plasticiens hatiens ont du pain sur la planche.
Je ne sais pas si je dois lire avec le mme rythme "les
mtamorphoses spiralistes de Franktienne et
" l'autobiographie amricaine de Laferrire. Le dfi est
l sous nos yeux. Prions pour avoir temps l'lectricit,
l'inverter et lampes infaillibles. Certains lecteurs sont


noctambules. Quand on rate une soire dansante, on
s'enferme et on lit. Dieu dira : Que la lumire soit "
N en 1936 au centre d'Hati, dans l'Artibonite,
Franktienne pote, dramaturge, romancier, a public plus
d'une trentaine de titres, en franais et en crole. Enseignant
et directeur d'cole, il est galement comdien, peintre et
fondateur avec Philoctte et Jean-Claude Fignol du
movement Spiraliste.

Franck tienne public sous le nom Franktienne
depuis la publication de Ultravocal (1972),

Franketienne (orthographe hatienne) depuis
Bobomasouri (1984). Il a rcemment reu le prix Carbet
pour H'eros chimres ; Miraculeuse.

SN Port au Prince le 17 avril 1953, Dany
Laferrire a grand au village de Petit-Gove. Journaliste
au Petit Samedi soir, Radio Haiti, il verra sa vie menace
par la dictature. La mort de son ami Gaster Raymond le
dterminera l'exil, en 1976. Il est l'auteur d'une dizaine
de romans : Comment faire l'amour avec un ngre sans se
fatiguer (1985) ; roshima (1987) ; L'odeur du caf, prix
Carbet de la Carabe en 1991 ; Le got des jeunes filles,
prix Edgar-1'Esprance en 1993 ; La chair du matre.
Dominique Batraville (Collaboration spciale)









Le Sabotage des Equipements du CNE:

Un Dfi Anti-National et Anti-Dmocratique lever


A DEBATTRE


Dr Gabriel Nicolas
Au-del des apparences
L'esprit d'ouverture, la patience, le sens des
nuances, la tolrance sont des valeurs dmocratiques par
excellence; tandis que l'intolrance, la passion, l'exclusion,
le dikta, sont des attitudes qui rfrent l'autoritarisme. Il
en est de mme des ides prconues, des conclusions
htives et des jugements expditifs qui marchent de paire
avec l'arbitraire et l'obscurantisme.
Un cas d'espce: le recent sabotage des engines
lourds du Centre National d'Equipements (CNE), attels
la reconstruction du tronon de la route national No. 1,
situ entire St-Marc et Gonaves. Jusqu' present, les
responsables qui ont comment l'vnement, ont tous
argument dans le' sens du sabotage politiquement motiv.
Or, dans une affaire de cette importance, conclure
avant qu'une enqute policire ne vienne tout au moins
-dblayer le terrain pour tracer des pistes d'investigation,
n'est ni srieux, ni scientifique et encore moins
dmocratique. Autant qu'il est vrai que la recherche
frntique de rponses, ne peut apporter que des rponses
frntiques, la voie choisie par ces autorits nie les normes
les plus lmentaires de l'investigation.
Dans cet ordre d'ides, nous proposons d'avancer
pas mesurs dans la recherche de la vrit, partir de
trois hypothses. La premiere devrait certes tenir compete
de la situation du CNE par rapport l'environnement
politique global. Ensuite, la deuxime devrait placer
l'incident dans le context traditionnel spcifique de
dtournement d'engins lourds des parcs d'quipements de
l'Etat. Enfin, la troisime hypothse se doit de situer
l'institution publique CNE, en tant qu'agent conomique
ambigu sur le march de la construction.

Trois pistes objectives d'investigation
L'hypothse du sabotage politiquement motiv
doit tre retenu. La cruise larve qui oppose le pouvoir
l'opposition depuis environ trois ans, exige une exploration
objective de cette possibility. Alors, plus une force de police
agit professionnellement, plus elle obit des motivations
non partisannes, une logique d'Etat, et que ses membres
se comportent en auxiliaires rels de la justice, plus une
population, dans toutes ses composantes, lui fera confiance


et portera foi aux conclusions des investigations
conduites; y compris les plus dlicates.
Quant aux implications de la deuxime
hypothse, tous les habitus de l'industrie de la
construction sont imbus de l'existence d'changes illicites
entire institutions publiques spcialises et firmes prives.
Il arrive souvent que tel engine lourd, en parfait tat de
fonctionnement, soit totalement "cannibalis", pour
intgrer par pices dtaches le march de la construction.
Tel autre quipement est partiellement dnud, et les
pices ainsi soustraites sont mis en "lieu sr", en vue
d'une diminution substantielle de sa valeur marchande.
Dans un second temps, le vhicule lourd pingl sera en
toute quitude vendu vil prix, et reconstitu ensuite par
l'acqureur dans son tat initial. Enfin, tel quipement
endomag dessein par l'utilisateur, pourra tre
calmement dclassifi de la rubrique "biens de l'Etat",
par la Cour Suprieure des Comptes et du Contentieux
Administratif, puis cd peu de frais, au bnficiaire
de cette magouille.
Ces tractations qui sont aussi illicites que
routinires, nous obligent retenir l'hypothse du
sabotage pour fins de recel et de traffic de biens de l'Etat.
Quant la troisime hypothse, si l'on veut
pleinement apprhender le sens des contradictions qui
jalonnent le cheminement d'une institution, il faut se
rfrer sa gense. Alors, quid du CNE? Introduite sous
la prsidence de Prval, le CNE devait rpondre un
urgent besoin de contourner les lourdeurs administrative
et la rigidit budgtaire et technique, rels ou perus, qui
caractriseraient le Ministre des TPTC. Le CNE joue,
depuis, le rle d'instrument logistique privilgi
d'interventions du pouvoir sur le march de la
construction de parcs, de routes, etc.
Ds l'abord, le CNE fut, en consequence, peru
par certain oprateurs frustrs de firmes de construction,
comme un facteur de destabilization du march. En effet,
plusieurs companies en difficult, expressions d'intrts
privs lss, ont pu attribuer leur faillite une pratique
de concurrence conomique dloyable et unacceptable de
la part d'une institution publique, quelqu'ambigle que
soit sa vocation. Aussi, l'hypothse du sabotage
motivation conomique doit-elle tre retenue.
Recherche de la vrit et dmocratie


Dsirer changer l'Etat, c'est bien; comment y
parvenir est autre chose. Il faut entire autre bien apprhender
l'environnement politique, cerner les us et coutumes de
predation qui empreignent la dynamique de chacun des
divers, secteurs de l'appareil d'Etat, en plus d'identifier la
nature des interactions entire les institutions publiques et les
groups d'intrt socio-professionnels concerns. Pour
russir, il faut d'abord comprendre ce qui engendre l'chec.
L'affaire du sabotage des engines lourds du CNE est un cas
d'espce qui peut, aprs investigation, soit rvler les folles
vilainies d'une certain opposition, soit dvoiler les astuces
criminelles des fonctionnaires / prdateurs de biens publics,
ou encore clairer l'audace malsaine d'intrts privs lss.
En tout tat de cause, l'obscurantisme partisan des
affirmations tumultueuses, des jugements a prior et des
conclusions htives, demeurent solidaires du mode de
fonctionnnement traditionnel autoritaire, et ne concourent
qu' caricaturer les pauvres harmonies du dogme.
L'apprentissage de la dmocratie ncessite, qu' tous les
paliers de la socit, on se dcide cultiver une vision non
partisan, ouverte sur la recherche de la vrit et une
approche rationnelle, surtout lorsqu'il s'agit de bien
comprendre des vnements lis la march de la cite,
vers le dveloppement et la dmocratie.
Dr Gabriel Nicolas

POPULATION

Crise silencieuse,.

urgence d'agir
Port-au-Prince, 13 Juin (HPN) Une cruise se
dveloppe actuellement en Haiti, avec un volet humanitaire
qui affected une bonne frange de la population ", constate
M. Kenzo Oshima, un haut cadre du Systme des Nations
Unies, l'issue d'une visit de 24 heures Port-au-Prince.
Le secrtaire gnral adjoint aux affaires
humanitaires des Nations Unies a qualifi de crise
silencieuse la situation actuelle de ce pays de la Carabe.
Celle-ci n' a pas encore reu assez d' attention mdiatique'",
a-t-il soulign lors d'un point de press au salon
(voir Crise/ 15)


MULTI TRANSFER


20 % DISCOUNT


KI IS IEYXEL E IP PIES S

2003 ANNEE TOUSSAINT LOUVERTURE

SPECIAL< L DIS COUI NT


7921 NE 2ND AVE.


PHONE:(305) 751-4488
FAX:(305) 751-4002

TOLL FREE: 1-866-547-5393


yak
10*15*945
Instruction
pour l'Amrique du Nord
Formez les numros: 10'15*945
+1 + code de la ville + le numro.
A L'tranger
Formez les numros: 1015*9 V
+ 011 + code du pays + le numro.

Aucune ncessit de changer de transpomeur Aucun
contract signer Pas besoin d'approbation de credit
Pas de frais mensuels Pas de frais de connection


Les Tarifs "long distance" les plus bas du Monde


Pour d'autres informations, appelez 10-15-45-0
ou visitez notre site: www.yak.om


mvecya


Centimes la
i ~Minute

Haitiet us les j29

Argentine ............15- Costa Rica .........19 .. Salvador...............25.. Nicaragua...........29 .
Bresil................15 Cuba .............99- Guatemala ..........27 Panama ............29 ..
Chili .................15 R. Dominicale...15 Honduras ........39 Perou....................29 -i
Colombie.....-....15 Equateur .....S.. Mexique-........15- Porto Rico..........13 .
L.....n-m .....wk.l.==..D.aaBm ... -.. .M pC ....... ...ir,-L .=.l Umguay......... ......29 -
i i .,, "',,i*i li ",,_, 'i',a. *u 'Sr. - .;'.ci9aabk ap MPo.Vn ezp Venezuela ..19.. c
.ars. h............. . i. a


-j


1


Page 12


Mercredi-18 Juin 2003
Mifti en Marche VnI XVI177 Na 70


Seih~~iM~i~t






Mercredi 18 Juin 2003
Harii en Marche Vnl XVII Nn 70


I A NTNTC'iNTPl P A 1'1'C Q


Coiffeur


Mdecin


Points de Vente de Hati en Marche


Etiquette Unisex
Barber Beauty Salon
305 940 9070
15456 West Dixie Highway
Miami
Jean Wood Julien
Educator, Designer, Stylist
since 1976
10% desigAer cup
First Time customer Only
Reg. $ 12.50
Free conditioning, Treatment
with this coupon


Original Barber
Charlemagne Coifeur
103 S.E. 2nd Stret
Delray Beach
Tl: 243-1039
Beeper 524-0086


G L R e sesta u ra nt

Bl Foucht
Miami
8267 North Miami Ave
(305)757-6408
Le meilleur griot
de la ville!

Partout, captez:



lavoixvangelique.com
sur internet
tous les jours 24 sur 24


Dr Enock JOSEPH
Obsttrique, Gyncologie,
Accouchement, Oprtion pour
fibrome, Family Planning,
Ligature des trompes,
Circoncision, Curetage.
Tous les tests pour
l'immigraton.
Toutes sortes d'assurance
Carte Medicaid pour les
femmes enceintes
5650 N.E 2nd Avenue
Vertires Shopping
Center
(305) 751-6081

Dr Jean-Claude
Desgranges
Polyclinique de la Rue
Grgoire
# 45
Mdecine Interne,
Griatrie
Tl: 256-3017/ 18
Du lundi au vendredi 7-9
am 17h 19 h
Samedi 8h-16hes

Dr Camille Figaro
(Sony)
Gyncologue
Accoucheur
Chemin des Dalles # 24
Tl.: 245-6489
245-8930


I L


Miami


Lucas Supr Market
14759 N.E. 6th Avenue
305 940 9902


Boujolly Records
13148 West Dixie
Highway
305 893 8950

Etiquette
Barber Shop
154-55
West Dixie Highway
305 940 9070

B & L Supermarket
& Produce
12041 West Dixie
Highway Miami
305 893 0410

Eclipse
Communication
Services Inc.
9290 S.W. 150 Ave.
Suite 104
954380 1616


Pompano Beach

Danilos
Restaurant
3760 NE 3rd Ave.
Pompano Beach
954781 2646
Christephanie's
581 BC East
Sample road
Pompano Beach
F133064
Tl. : 954-781-7424
Chiropractic
Office
910 East Atlantic Blvd.
Pompano Beach
954-781-2500
Tlco Paw
206 North flagler ave
Pompano Beach
954-941 7004

Del's Corner
Your everyday store
service, quality Low Price
1448 N. state road 7
Lauderhill
954-585-0711


Fort Lauderdale


Notre Dame
Restaurant
4859 N. Dixie Hwy
Pompano
tl.: 954-421-4777


RADIO PAW
1108 NW 9Ave Suite 2
Ft Lauderdale, Fl 33311
Tl: 954 523 0767

Island
Supermarket
Beauty Supply
8079 West Sample Road
954345 0450

Classic Teleco
203 SE 2ND AVE.
DELRAY BEACH
FL 33483
561-279-8846

Our Lady Bakery

102 SE 2nd Ave
Delray Beach, Fl
33444 Tl:
561-272 3556


Si vous dsirez vous aussi vendre votre journal, appelez le (305) 754-0705 ou 754-754


J.C. Canatave
12320 NE 6th Avenue North Miami Tl: 305 899 7712
e-mail: iccantae@aol.com


Le spcialiste de
I'Income Tax


L'Information de bon matin, c'est
Mvloclie NIMatin
avec Marcus 7:00 9:30 Mlodie 103.3 FM Port-au-Prince
Tl: 221-8567 ou 68 Fax: 221-0204


-__-_--------


HAPA's (Haitian American Parents Association) annual
fundraiser is on Saturday, June 21 from 7:30 p.m. to
1:00 a.m. at the Holiday Inn in Suffern.

The price is $65.00 per person. This is HAPA's major fund raising event and as you
know, the money goes to support activities such as Sunshine After-school program,
Summer camp, Scholarship Awards, High School Acdemy, Parents workshops,
HAPA Forum (TV show) etc....

The program includes cocktail hour (cash bar), cultural entertainment, recognition
of honorees, dinner and dancing.

This year 4 people from the community are being honored:
Willy Paraison, Rudy Noisette, Chandra Shekar and Guito Dubuisson



Maisons Vendre
Deux maisons vendre DELMAS 18 # 7
don't une tage.
Acheteur intress, composez le Numro:
514-643-0548
Ou envoyer un message par courier lectronique :
pioneer45@hotmail.com

Machi-n pou vann
Nissan 300 1987 Mitsubishi Montero 1987
Buick Skylard 1994 Chevy Impala 2 pt 1966
Buick electra 73 Honda Accord 1995
Honda Accord 1989 Mustang 86 Stick Shift
Chevy Blazer 1986

Vi-n w machine yo


835 N.W. 72 Street
Miami (305) 696-4633
Pote lajan CASH...


The Satigny Summer Camp 2003

June 30th July 25th

2 Sessions

SESSION i
June 30th July llth

SESSION 2
July 14th July 25th


Location
Camp Satigny, Thomassin 36, A beautiful quiet setting with lots of green-and
play areas.
Activities for Campers 3-13 Years of Age
Soccer, Basketball, Tennis, Volleyball, Badminton, Ping Pong, Babyfoot, Target
Shooting, Archery, Arts and Crafts, Bingo- Treasure Hunt, Dance, Talent Show,
Karaoke Show, Different types of competitions with medal rewards.
Staff
A young reliable staff, Experienced teachers and counselors.
Schedule
Monday Friday, 9:00 AM 3:00 PM, Early Drop-off and Late Pick-up Available
Transportation'
Available upon request from Port-au-Prince & Ption-Ville to the camp site and
back.
Fees
H$ 675.00 per child per session (lunch, insurance and participation to ail
activities included), H$ 1,250.00 per child for two sessions (4 weeks),
Places Limited, First Corne, First Served Basis

Registration and Information Call (509) 255-9677 (509) 245-3419
(509) 255-7679 (509)401-5069 (509)401-8888
E-Mail raphaellebaker @hotmail.com
Ralph and Raphaelle Baker Directors
Camp Satigny
15 Years-of Experience
P.O. Box 1095
Port-au-Prince, Haiti


Page 13


111 1Iai1il vkjl. 1 V Il INU. '-v


1
------------- -


~Biurr
)ObYCUK~
~v~nvrrr
is~0rr/ru~h


I


r







SPRESSE I


Mercredi 18 Juin 2003
Hati en Marche Vol. XVII No. 20


Les journalists sont-ils des idiots utiles?


(Journalistes ... suite de la page 11)
la press locale. Malheur celui qui ose demander une
augmentation de salaire. Il est publiquement tanc. Le
patron vous dclare son ennemi intime ou vous ignore
superbement. Le plus gnreux peut vous fair poireauter
pendant une aime.
Pendant ce temps, le pays connat une inflation
galopante. Le salaire diminue de 40 % avec come
corollaire un pouvoir d'achat quasi-nul.
Comment ne pas mentionner les correspondents
de la province Si certain d'entre eux peroivent un salaire
de 1,500.00 gdes, c'est un grand miracle. Ds lors, on
comprend le dsir de certain confrres qui rvent d'une
vie meilleure hors des rives hatiennes. C'est vrai aussi
qu'ils sont en butte des menaces. Ce sont les risques du
mtier, dit le patron de press en guise de consolation.
Au niveau des dbats, un jeune d'aujourd'hui ne
peut rien tirer de positif. On se lance des injures sur la
place publique. Aucune perspective l'horizon. Ainsi, le
code d'thique, la dontologie sont virs par-dessus bord.
Les travailleurs de press naviguent vue. l est trs difficile
de distinguer le reportage du commentaire. Les principles
de base du reportage sont carrment mis de ct au profit
du lynchage mdiatique.
Les incohrences dominant le paysage mdiatique.
Par example, dans une dition de nouvelles, les critiques
contre la politique gouvernementale pleuvent. Quelques
heures plus tard, sur la mme station, on diffuse une


manifestation de la prsidence. Sans vergogne. Les rumeurs
remplacent les sources. Aucune verification dans la collect de
l'infonnation. Les journalists s'rigent en justiciers. Bref, la pagaille.
La corporation doit s'armer d'un mle courage pour s'attaquer aux
curies d'Augias. Sinon,
elle risque d'tre
dcrdibilise l'avenir.
Curieusement, les
ONG des droits humans
sont absents cette phase
des dbats. Elles n'ont
jamais produit aucun
rapport sur les conditions
de vie des travailleurs de
press. D'ailleurs, elles ne
le peuvent pas car elles
n'auraient plus l'occasion
de se faire entendre. Elles
doivent soigner leurs
relations avec les patrons de
press de peur d'tre mises B
l'index. Pourtant elle
recense divers cas de
manquement aux droits de
l'homme. Ce qui est. Remise d'une distinction Liliane Pit
rageant, c' est la press qui la Journe latino-amricaine de la
les maintient en vie.
L'AJH, une coquille vide ?


Dutch Caribbean Airlines






'- -









MIAMI/PORT-AU-PRINCE



Tous les jours

Deux vols parjour!



Nous offrons

Les meilleurs tariffs,

Le meilleur service

La ligne arienne prfre vers Haiti!









DUTCH CARIBBEAN AIRLINES



1-800-327-7230

www.flydca.net


- ,.s te._ -t. -


L Association des Journalistes Hatiens
fonctionne dans l'opacit la plus complete. Elle
s'occupe de tout sauf des travailleurs, des
journalists. Le responsible (de facto depuis


'fo
erre-Paul, de Radio Quisqueya, l'occasion de
press, le 7 juin dernier photo Georges Dup


quelque temps) n'a fait montre d'aucune
transparence. Les journalists ne savent pas, par
example, combien cote le dplacement du
secrtaire gnral, le prix des sminaires quand
on sait que les cotisations perues ne sont qu'une
goutte d'eau dans l'ocan des besoins. Aucun
dbat n'est organis sous les auspices de l'AJH.
Aucun lieu de rencontre n'est amnag pour
changer des ides.
C'est vrai que son patron se dmne
.comme le diable dans un bnitier pour trouver
justice pour Jean Dominique, Brignol Lindor et
les journalists victims de la soldatesque des
policies et des tracasseries des organizations
populaires. L'autre face est mise de ct : la
defense des travailleurs de press. Est-ce la
raison pour laquelle on assisted la multiplication
d'organisations de journalists ? Sans trop se
l'avouer, ils ne se reconnaissent plus dans 1' AJH.
Son mode de fonctionnement se situe mi-
chemin entire un parti politique et une
organisation populaire.
Les perspectives ne sont gure
rjouissantes. Pour reliever le dfi qui les attend,
les travailleurs de press doivent prendre leur
responsabilit. La drive est inquitante. D'o
la ncessit de se serrer les coudes et la creation
d'un syndicate des travailleurs de press charge
de dfendre ses intrts. Ils passent par la
formation permanent, creation d'une cole de
journalism, mise en place d'une convention
collective contre tous les abus. Un trs bon salaire
permettrait de crer une Maison des journalists
dote de bibliothque et des dernires
dcouvertes de la teclhologie. Il faut exiger
l'instauration d'un salaire minimum index par
rapport au cot de la vie. Les publicits sont
libelles en dollars amricains. Les salaires ne
suivent pas le movement. Aprs trente annes
de carrire, que peut esprer un journalist ? Il
faut lancer le dbat. Le 7 juin prochain ne doit
pas surprendre les travailleurs de press au milieu
des atennoiements. Ce texte n'est pas dirig
contre les patrons mais vise une prise de
conscience collective et assurer un lendemain
qui chante o tout le monde trouverait son
compete.
Thelson FLEURISME
Journaliste, Reporter, Telemax


Qum z .


IHeadquarters for
Airline Tickets to
Ha/ti i


SEA GULL TRAVEL

2621 N. Federal Highway
i,,Boca Raton, FI 33431
S"': Tl: 561-394-6030 j
.- 1-800-696-0916

Cruises Airtickets Tours


Page 14


L


1


r-









Hati en Marche Vol. XVII No. 20 1 .Lx.. I Ijx -. I-J 1 -


I 1 FTTE A T'nFA


Convergence accepted d'envoyer


reprsentant au CEP, oui mais ..


(Lettre ... suite de la page 8)
Notre Directoire tient attirer l'attention de l'Assemble
gnrale de la non application par le gouvernement des
terms de la Rsolution 822, ni des measures spcifiques
demande par la dlgation de haut niveau OEA-
CARICOM. En particulier :

1. L'arrestation d'Amyot Mtayer trane.
Mieux, suite aux pressions exerces sur des officers de
justice, le pouvoir Lavalas a arrach im non-lieu, en faveur
d'Amyot Mtayer, vad de prison et impliqu dans les
actions criminelles du 17 dcembre 2001 aux Gonaves.


MIAMI-DADE

MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE COUNTY AVIATION DEPARTMENT
MIA OFFICE TOWER LIFE AND SAFETY MASTER PLAN
CICC PROJECT NO. E03-MDAD-03
Tie County Manager, Miami Dade County, pursuant to Chapter 287.055
Florida Statutes. and Chapter 2, Section 2-1).4 ofthe Miami-Dade
County Code as amended by Ordinance 01-105 as applicable,
announces that professional services will be required from a qualified
consultant for the Miami-Dade Aviation Department Life and Safety
Master Plan (LSMP), at Miami International Airport. This solicitation is
considered to be a project specific contract. The firm will be required to
perform engineering and architectural planing to provide the MDAD
MIA Office Tower with L.SMP improvements including, but not limited
to the addition oft ire sprinklers and tire alarms to the MDAD
Administration Offices, located on the 3rd through 6th floors of said
Terminal. The 7th Floor is devoted to meeting rooms, which already meet
these requirements. The work required for LSMP improvements will be
completed in two (2) phases as follows:
.Phase I 1. Fire Sprinklers Sytem per the SLSMP for 3rd through 6th
floors;
2. Fire Alarm System per the LSMP for 3rd
through 6th floors:


3. "Hold Open" Rated doors at the 7th Floor ramp
area to the Hotel building;
4. Fire rated sealing of all pipe and duct
penetrations trough rated construction;
5. Check roof structure of FIS building tQ ensure
West stair exits meet the required Type II Fire Rated
Construction.


(East) stair.


6. Addition oftelephone outlets in the enclosed


2. Le dossier des cnmes a motivation pointque
est trait avec la plus grande lgret : tels les as de Jean
Dominique et de Brignol Lindor. De surcrot, l'opinion
publique n'est pas renseigne sur d'autres cas important
comme ceux de: Mireille Durocher Bertin, des dputs
Marc Andr Durogne, Jean Hubert Feuill, du snateur
Yvon Toussaint, de Rmy Darang...


pi
d(
ni
D


. Phase II 1. Smoke Control Systems;
2. Egress modifications.
This solicitation is intended to provide the above mentioned offices with
the necessary improvements to meet the compliance requirements set
forth in current codes as stipulated in the South Florida Building Code,
the National Fire Prevention Association, and other applicable
regulations. The aforementioned phases of the work required for these
LSMP improvements are govemed by and coincide with the Capital
Improvement Projects (CIP) Budget. Thie construction budget for this
project is $5.032,500.00.

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS
12.00 General Mechanical Engineering (PRIME) 13.000 General
Electrical
Engineering (PRIME)
17.00 Engineering Construction Management
(PRIME)
10.05 Contamination Assessment and Monitoring 11.00 General
Structural Engineering
14.00 Architecture 18.00 Architectural
Construction Management
A copy ofthe Notice To Professinal Consultants (NTPC), forms and
accompanying participation provisions (as applicable) may be obtained at
the Vendor Information Center (VIC), located at 111 NW Ist Street,
Lobby Level. Suite 112, Miami FI 33128. The phone number and fax
respectively for the VIC is (305) 375-5773 and (305) 372-6184. A
solicitation notification will be forwarded electronically to ail consultant
who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-
mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to
those who have vendor enrolled on-line. Aditionally those pre-qualified
firms without an e-mail address wil be faxed a solicitation notification.
The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http:/
/www.co.miami-dade.fl.us/dpm at the following link "Solicitations On-
Line".
The Consultant Coordinator for this project is Femando V. Ponassi wo
may be contacted via e-mail, fax or phone at FemanP2@miamidade.gov,
fax (305) 375-1083 or phone: (305) 375-5637.
CONTACT MEASURE REQUIREMENTS
One (1) Agreements 15% Coiiiunity Business Enteprise (CBE)
Goal
A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on June
27, 2003 at 1:00 PM in Conference Room 18-3, 18th Floor ofthe
Stephen P. Clark Center, located at 111 NW Ist Street, Miami, Florida.
While attendance IS NOT mandator, interested parties ARE
ENCOURAGED to attend.
Deadline for subiission of proposals is July 18, 2003 at 12:00 PM
LOCAL TIME. Ail sealed envelopes and containers must be received
at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County Coniissioners,
111 NW Ist Street, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983.
BE ADVISED THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL
ENVELOPES OR CONTAINERS RECEIVED AFTER THE
ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE SHALL NOT BE
CONSIDERED.
This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence
pursuant to Section 2-11.l(t) ofthe Miami-Dade County Code, as
amended. Please review Miami-Dade County Administrative Order 3-27
for a complete and thorough description ofthe Cone of Silence.


3. Monsieur Aristide, sans consultation
ralable avec la Mission Spciale de l'OEA, comme
emand par la dlgation de haut niveau, a nomm un
nouveau leadership la tte de la Police national don't un
irecteur gnral, Monsieur Jean Claude Jean-Baptiste,
personnalit sur laquelle pse la prsomption
d'assassinat du leader Pasteur Sylvio Claude, le 29
septembre 1991.

4. Monsieur Aristide n'a pas avanc d'un
pouce en ce qui a trait au point 4-2, des measures
sollicites concernant la professionnalisation de la
Police national hatienne" qui stipule : En vue
d'accrotre le professionnalisme et le rendement tous
les niveaux de la hirarchie, surveiller le rendement
de prs, conjointement avec la Mission spciale;
remplacer tout agent de police qui ne peut pas faire
son travail comme il faut et dans le respect de la loi "

5. Concernant le Dsarmement,
l'opration de destruction des armes saisies par la
Police Nationale, en dehors des normes de verification
effectue dans la transparence, alimente davantage la
suspicion sur la crdibilit du rgime Lavalas.
L'absence de la Mission de l'OEA lors de cette
operation est clatante. De plus aucune measure pour
confisquer les armes lourdes acquises
inconstitutionnellement qui se trouvent entire les mains
des gardes de scurit des maires, membres du
parlement et autres fonctionnaires gouvernementaux "
n'a t prise. Aucune action n'a t pose contre les
groups de bandits arms "

6. Au lieu de cesser les dclarations
inflammatoires faites par les fonctionnaires
gouvernementaux les ministres, le porte-parole de la
Police national, les mdias d'Etat accusent la
Convergence Dmocratique de disposer d'une Anne


Page 15


son clandestine qui- sme la mort et la terreur "
alors que la Convergence n' ajamais pratiqu
la violence dans sa lutte dmocratique.

7. En outre, la libert de la Presse, les droits
de 1'Homme continent tre viols systmatiquement.
Les cas d'assassinats se multiplient travers le pays,
impliquant parfois des policies ou.des civils arms la
solde du pouvoir.

8. Enfin, plusieurs parlemen-taires
contests ", influents et inconditionnels du rgime Lavalas
commencent des maneuvres pour modifier la Constitution
du pays, en vue de prenniser le pouvoir de Monsieur
Aristide en voulant changer la dure du mandate prsidentiel
et le principle de son non-renouvellement tels que prvus
par la Charte fondamentale.

Ces faits tmoignent de la dgradation de la
situation politique. Ils contribuent renforcer l'opposition
dmocratique dans l'ide que Monsieur Aristide au pouvoir
constitute un obstacle majeur la tenue de vraies lections
en Hati.
Ainsi, Monsieur le Prsident, la Convergence
Dmocratique continue croire qu'une telle politique du
pouvoir Lavalas correspond une volont d'obstruction.
Cependant, dans un esprit patriotique et aprs valuation
des measures concrtes qu'aura prises Monsieur Aristide
pour rtablir, dans le meilleur dlai, un climate de confiance
en Haiti, en application de la Rsolution 822 et des
demands spcifiques formules par la dlgation
International de haut niveau, elle est dispose remplir
les engagements qu'elle avait souscrite dans le cadre du
project d'Accord Initial en ce qui concern la formation du
Conseil Electoral Provisoire en y dlguant son
reprsentant.
Avec l'espoir que l'OEA sa prochaine session,
adoptera des dispositions susceptibles d'aider une solution
rapide et durable de la crise, le Directoire de la Convergence
Dmocratique vous renouvelle ses salutations distingues.

Pour le Directoire de la Convergence
Dmocratique :
Grard Pierre Charles
Organisation du -Peuple en Lutte
(OPL)
Victor Benot Espace de Concertation
Luc Mesadieu
Mouvement Chrtien pour une Nouvelle Haiti
(MOCHRENHA)
Hubert de Ronceray Mouvement Patriotique
Pour le Sauvetage National (MPSN)


Ecoutez tous les jours 10: 00 AM

LE DISQUE DE L'AUDITEUR

Avec Jacques Lacoursur Mlodie 103.3 FM

Port-au-Prince, Phone 221-8567/8568


ECHANTIYON BILTEN VT OFISYEL LA
ELEKSYON ES ESAL OA
M IAMDDFOI


Vil Doral


ske se pou nou asepte konstitisyon ke Komisyon Etid sou Konstitisyon Doral lan
pwopoze km Konstitisyon Minisipal pou Vil Doral lan?


WI 92


NON 93 )



Zn Doral
ut vot kaiifyei ki bite Qnar zon biw lo o sa yo nan Kovnte Miamii-D;>Id va geit dwa
vote sou kesyon sa-a:
:366 4()i1P', 450 ak 4152
(P un 'e piu iri,tfye 't l i - 1 ttis!.pe (/ km2p; i.sy'op an)
T, .. :m I WI f o4 ,CW( "l, Wv' n 'rc'-s .k. i ',-t v aJ, kt,' ddfe '; w '. (o '.".c
yo O i.) \': ' i 7 p: V .'! i )' '.','" \ vi' ;in ;!k i;": ..:; l d dl;r tljr !<: k ii n i w ,:i! 1 '..' 'i ;l ,- v
1 k v11 i c) v', v
Si *A, ,;"/, an'kenru kesyor" sou le!byvoi .-.il
a, reoe Depatman Eilksyon Miami-Dade n;-ii 305-375-4600.
Kopi amannman konstitisyon ke yo pwopoze an disponib a piblik lan an Angle, Kreyl, Espayol
nan lokal sa yo epi tou sou sitwb Depatman Eleksyon Miami-Dade lan nan:
http://elections.miamidade.gov

Miami-Dade Elections Department Miami-Dade Fire Rescue Headquarters
Stephen P. Clark Center 9300 NW 41st Street
111 NW 1st Street, Suite 1910 Miami, Florida
Miami, Flonda


Mercredi 18 Juin 2003


-i i I ibLI-


1 1








Page 16


SCRISE HUMANITAIRE


Mercredi 18 Juin 2003
Hati en Marche Vol. XVII No. 20


POPULATION Pendant sa
visit en Hati, M.
Kenzo Oshima a
Crise silencieuse,
rencontr le Premier Ministre
d Yvon Neptune, le Ministre des
u ence Affaires Etrangres Joseph
Philippe Antonio, des


(suite de la page 12)
diplomatique de l'aroport international
Toussaint Louverture.
Cinquante pour cent des
Hatiens sont sans emploi ou n'ont qu'un
emploi prcaire ", a-t-il dit, avant de citer
le fort taux dc mortality la naissance (119
dcs pour 1000 naissances en 2000, chez
les moins de 5 ans), et la prvalence du VIHI/
sida (5,4 % 7,7 % en 2001) pour illustrer
l'ampleur ce la situation alarmante que
connat Haiti.'" Les femmes et les enfants
sont les plus, vulnrables"", a-t-il
mentionn.
Le coordonnateur des secours
d'urgence du Bureau de coordination des
affaires humanitaires des Nations Unies a
rappel que le devoir du gouvernement
hatien tait d'apporter des solutions ces
problmes, exacerbs par la ralit
politique. Bien que nous soyons au
courant des contraintes conomiques
auxquelles l'quipe au pouvoir fait face ",
a-t-il ajout.
J'aimerais que le gouvernement
dploie davantage d'efforts pour apporter
des remdes aux diffrents maux que
confront Hati ", a indiqu M. Oshima. Il
estime que des solutions durables, qui
pourraient permettre la population de
connatre un meilleur sort, peuvent tre
trouves grce aux efforts des institutions
tatiques.


reprsentants d'organisations non
gouvernementales et de la socit civil
hatiemne. En synergie avec ces derniers, le
Systme des Nations Unics, que M. Oshima
reprsente, entend, selon les contacts du
Programme Intgr de Rponse aux besoins
urgents des communauts et des
populations vulnrables (PIR), coordonner
les efforts pour dboucher sur des rsultats
satisfaisants.
"Un grand nombre
d'organisations de la socit civil et non
gouvernementales sont en train d'agir'",
souligne M. Oshima qui les compliment,
prcisant toutefois que nous travaillons
et allons continue travailler avec le
gouvernement ".
Sur les 83 millions de-dollars
souhaits pour l'application du PIR, les
pays donateurs ont dj fourni ou promise,
en trois mois seulement, 25 millions. Une
rponse positive ", estime M. Oshima. Face
l'ampleur du dfi hatien, le
coordonnateur adjoint a annonc que cette
demand allait tre revue la hausse.
Contrairement aux aides ddies
au dveloppement, appui humanitaire est
inconditionnel. Dans le cas d'Hati, il
contribuera prvenir que la situation ne
se dgrade davantage. Question de garder
le malade dans un tat stationnaire et
empcher qu'il n'expire.


BOBYEsress Co.


Kliyai Bohy Express yo, koute sa!
Konpayi-an genyen yon bon nouvl pou nou:
Anplis de transf lajan ak manje ke nou kapab voye pou fanmi nou; kmanse
lendi 19 Me nap kapab voye yon bokit chaje manje, san fr pou fanmi nou.
Men se pa sa slman. Nan tout fen mwa de Me-an, Boby Express ap mete yon
ti kado sipriz nan chak bokit Boby Food.
Sa va yon okazyon pou nou voye di "Bonn Ft Manman" an Ayiti.

Nou vie gate kliyan nou yo dejou en jou pi plis.

Transfert d' agent la second


ATLANTA
1232 Moreland Ave, Suite A
Atlanta, GA 30016
Tel: (404)622-8787


LAKE WORTH
330 S. Dixie Hwy, Suite 2
Lake Worth, FI 33460
Tel: (561)585-1077


SPOMPANO(2)
128 N. Flager Avenue
Pompano Beh, FI 33060
Tel: (954)946-4469


BAHAMAS MAITAPAN -QUEENS
E. Street Sawyer 508 River Street 159-35B Hillside Avenue
Studio Blvd 2nd Floor Mat. Mass. 02126 Jamaica N.Y. 11432
Nassau. Bahamas Tel: (617)298-9366 Tel: (718)523-9216
Tel: (242)322-6047
MIAMI SPRING-VALLEY
BOYTON 5401 N.W. 2nd Avenue South Main Street
544 E Gateway Blvd, Suite 3 Miami. FI 33137 S. Valley, NW 10977
Boyton Beach, Florida Tel: (305)758-3278 Tel: (914)425-7747
Tel: (561)742-3046
NAPLES WASHINGTON
CAMBRIDGE 506 Ith Street 835 Juniper Street NW
300 Broadway Naples, FI 34102 Wash D.C. 20012
Cambridge, Mass 02139 Tel: (941)435-3994 Tel: (202)722-4925
Tel: (617)354-6448
NORTH MIAMI WEST PALM BEACII
CHURCH 629 NE 125th Street 604 25th Street
2807 Church Ave. N. Miami, FI 33161 W. Palm Beach FI 33407
Brooklyn, NW 11226 Tel: (305)892-6478 Tel: (561)655-4166
Tel: (718)693-3798
MIRAMAR N. DADE NEW JERSEY
CONNECTICUT 19325 NW 2nd Avenue (441) 152 Jefferson Ave
953 Washington Blvd, Suite 1 Miami, FI 33169 Elizabeth, NJ 07201
Stamford, CT 06901 Tel: (305)654-2800 Tel: (908)354-1411
Tel: (203)324-2816
MONTREAL MONTREAL NORD
DELRAY BEACH 7177 Rue St Denis 3820 Henri-Bourassa Est
402 West Atlantic Ave Mont. QC H2R2E3 Montral, Canada
Delray Beach, FI 33444 Tel: (514)270-5966 Tel:(514)852-9245
Tel: (561)265-2100


FLATBUSH
1161 Flatbush Ave.
Brooklyn N.W. 11226
. -_ 1. ,.71 ,


ORLANDO
2469 S. Orange Blossom Trail
Orlando. FI 32805
Tel: (407)649-9896


TURKS & CAICOS
Downtown Providenciales
Butterfield Plaga
Tel: (649)941-4172-4173


M A M IDAD MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
IAMI-DADE COUNTY AVIATION DEPARTMENT
MIAMI TRACT ONE DRAINAGE, GRADING AND PAVING
CICC PROJECT NO. A03-MDAD-04

The County Manager, Miami Dade County (County), pursuant to Chapter 287.055 Florida Statutes, and
Chapter 2, Section 2-10.4 of the Miami-Dade County Code as amended by Ordinance 01-105, as
applicable, announces that professional services will be required to include, but are not limited to, the
upgrade ofthe existing apron area located on the north side of Miami International Airport. referred to
as the Tract One Area, to improve drainage, grading and pavement conditions of the area. improve life
safety, and bring the area into compliance with the surrounding new facilities.

The Tract One Apron Area apron provides aircraft parking and ground storage equipment space lot the
Avbome, Commodore Aviation and Acrothrust facilities. The Tract One Area improvements are
necessary due to a history of flooding and ponding caused by improper grading and lack of a drainage
system, which adversely affect the working environment and tenant operations. Adjacent projects such
at the new Northside Runway and the Avbome Hangar facility are designed at higher-grade elevations
with new drainage systems and pavement conditions, leaving the Tract One Apron Area in a
deteriorating condition.

The scope of services consist of but not limited to, pavement removal, construction of a new rigid
concrete and flexible asphalt apron pavement, stormwater drainage improvements. utility relocation and
removal, water main installation, lighting, signage and pavement markings. 'Tbe approximately then (10)
acre Tract One Apron project wll provide a continuous apron and replace aircraft parking positions lost
due to the new North Runway and Northside redeVelopment. The estimated project construction budget
for this project is $ 11,843,984.00

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS
4.01 Aviation Systems Engineering Design (PRIME)
11.00 General Structural Engineering 13.00 General Electrical Engineering
16.00 General Civil Engineering


A copy of the Notice To Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation
provisions (as applicable) may be obtained at the Vendor Information Center (VIC) located at 111 NW
Ist Street, Lobby Level, Suite 112, Miami FI 33128. The phone number and fax respectively for the
VIC is (305) 375-5773 and (305) 372-6184. A solicitation notification will be forwarded electronically
to ail consultants who are pre-qualified with Miami-Dade County and have included an e-mail address
in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have vendor enrolled on-lide.
Additionally those pre-qualified firms without an e-mail address will be faxed a solicitation notification.
The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at http://www.co.miaini-dade.ll.us!
dpm at the following link "Solicitations On-Line".

The Consultant Coordinator for this project is Rosemarie M. Wilson who may be contacted via e-mail,
fax or phone at wilson@miamidade.gov, fax (305) 375-1083 or phone: (305) 375-2600

CONTACT MEASURE REQUIREMENTS
1 Agreement CBE SET-ASIDE
A pre-submital project briefing for interested firms will be held on June 19/ 2003 at 1:00 PM in
Conference Room 18-2, 18th Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111 NW Ist Street,
MIami, Florida. While attendance IS NOT mandatory, interested parties
ARE ENCOURAGED to attend.

Deadline for submiission of proposals is July 11, 2003 at 12:00 PM LOCAL TIME. Ail sealed
envelopes and containers niust be received at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County
Commissioners, 111 NW lst Street, 17ti Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. BE
ADVISED THAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS
RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE
SHALL NOT BE CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11. 1(t) of the
Miami-Dade County Code, as amended. Please review Miami-Dade County Administrative Order 3-27
for a complete and thorough description ofthe Cone of Silence.


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE COUNTY AVIATION DEPARTMENT
MIA CONCOURSE "E" LIFE AND SAFETY UPGRADES
CICC PROJECT NO. E03-MDAD-02


The County Manager. Miami Dade County (County). pursuant to Chapter 287.055 Florida Statutes.
and Chapter 2, Section 2-10.4 ofthe Miami-Dade County Code as amended by Ordinance 01-105,
as applicable, announces that professional services will be required froin a qualified consultant for-
the Miami-Dade Aviation Department (MDAD), MIA Concourse "E" Life and Safety Upgrades
project, including, but not limited to, the installation of all required Life and Safety equipment and
components to upgrade the lower level ofConcourse "E" (the lower levels are comprised ofthe Ist,
2nd and 3rd floors of Concourse "E"). The selected consultant will be responsible for surveying and
evaluating the current system (s) and modifying and or designing new systems which will render'the
facility in compliance and accordance with the Life and Safety Master Plan (LSMP) at Miam
International Airport and current codes and regulations as stipulated in the South Forida Building
Code, the National Fire Prevention Association and ail other applicable codes. The project
construction budget for this project is $ 4,707,120.00

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS
12.00 General Mechanical Engineering (PRIME) 13.000 General Electrical
Engineering (PRIME)
17.00 Engineering Construction Management (PRIME)

8.00 Telecommunication Systems 14.00 Architecture
10.05 Contaminaton Assessment and Monitoring 18.00 Architectural Construction
Management
11.00 General Structural Engineering

A copy of the Notice To Professional Consultants (NTPC), forms and accompanying participation
provisions (as applicable) may be obtained at the Vendor Information Center (VIC) located at 111
NW 1st Street, Lobby Level, Suite 112, Miami FI 33128. The phone number and fax respectively for
the VIC is (305) 375-5773 and (305) 372-6184. A solicitation notification will be forwarded
electronically to ail consultants who are pre-qualilied with Miami-Dade County and have included
an e-mail address in their vendor registration form. It will also be e-mailed to those who have
vendor enrolled on-line. Additionally those pre-qualified firms without an e-mail address wil be faxed
a solicitation notification. The NTPC and accompanying documents may be obtained on line at
http://www.co.miami-dade.fl.us/dpm at the following link "Solicitations On-Line".

The Consultant Coordinator for this project is Amelia M. Cordova who may he contacted via e-mail,
fax or phone at ameliac@miamidade.gov, fax (305) 375-1083 or phone: (305) 375-2036.

CONTACT MEASURE REQUIREMENTS
ONe (1) Agreements 20% Community Business Enterprise (CBE) Goal
A pre-submittal project briefing for interested firms will be held on June 19, 2003 at 3:00 PM in
Conference Room 18-2, 18th Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111 NW Ist Street.
Miami, Florida. While attendance IS NOT mandator, interested parties ARE ENCOURAGED to
attend.

Deadline for submission of proposals is July 11, 2003 at 12:001 PM LOCAL TIME. Ail sealed
envelopes and containers nust be received at Miami-Dade Coiinty, Clerk f the Board of
County Conmissioners, 111 NW 1st Street, 17tlh Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983.
BE ADVISED TIAT ANY AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS
RECEIVED AFTER TIIE ABOVE SPECIFIED RESPONSE DEADLINE SHALL NOT BE
CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Silence pursuant to Section 2-11.1(1) of
the Miami-Dade County Code, as amended. Please review Miami-Dade County Administrative
Order 3-27 for a complete and thorough description ofthe Cone of Silence.


Tel- i71915 M
POMPANO (1) CENTRE VILLE
FORT LAUDERDALE 4857 N. Dixie Hwy 59 Rue Pave
8 West Sunrise Blvd Pompano Beh, FI 33064 avant la Pharmacie Idale
Ft. Lauderdale, FI 33311 Tel: (954)429-9552 223-0865-223-0839
Tel: (954)524-1574 222-2704,221-8910, 221-1632





1


MIAMMMAD


:.: ;1];;::::::









Mercredi 18 Juin 2003


Page 17


I Pnou Carafalas I


Haiti en Marche Vol. XVII No. 20


Pnou Carafalas Foods Company, LLC


By Carlet J. Saint-Phard, Delva


Comme un refrain rpt a l'unisson" li-te-l 1' te tan; se sa menm". Voil comment nombre de compatriots des communauts hatiennes
en diaspora aux tats-Unis aussi bien qu'au Canada, ont donn la bienvenue la nouvelle exaltante et exhortante du project d'dification d'une
colossale compagnie (100% Hatienne) de products alimentaires en Amrique, sous la denomination de P-nou Carafalas (accent tonique sur"

Ds 1' inception du movement panouisite, il fait plus de deux ans, de bouche en bouche ils n'ont point cess de propager les essentiels
de ce project; et, aprs avoir t proprement imbus des caractristiques distinctive de cette dite compagnie, savoir: Philosophie, mission,
objectifs, modus oprandi etc. (voir texte en anglais), ils ne purent s'empcher, ils ne purent s'arrter de louer nos efforts persistants, d embrasser
coeur ouvert notre movement transcendent, et de formuler aussi leurs voeux convaincants de succs et de triomphe continues l'endroit de
Panou Carafalas. Et maintenant que l'nou Carafalas s'est finalement, officiellement et lgalement rig en: Pnou Carafalas Food Company,
LLC, selon les clauses stipules dans le: "New York State Limited Liability Company Law", et selon les rglements que nous avons dfinis
dans les Operating Agreements" de la Compagne; on peut donc esprer, comme il a t conu, que Pnou Carafalas va se rvler nous
Hatiens come tant la fiert retrouve qui mobilise. Car, jusqu' nos jours, nous les consommateurs hatiens, servons de tremplin conomique
pratiquement toutes les autres entits ethniques commercials de la classes minoritaire des tats-Unis; soit" Pangnole" (Dominicaine, Portoricaine,


Mexicaine, Cubaine, etc), soit Italienne, soit Jamacaine, soit Juive, soit Arabe, soit Indienne, soit Chinoise etc.. Et ce, avec une telle complaisance de notre part! La tte baisse et
l'orgueil endormi. C'est lamentable, mais comme dit ce proverbe crole: sot ki bay, enbesil ki pa pran". Btement nous nous sommes adonns et abonns leur business, sans aucune
disposition sonner l'alarme qu'il est maintenant temps que nous fassions de mme, ou mieux encore que ces autres immigrants en ce qui trait installation d'une industries
alimentaire propre, et 1' integration systmatique de notre march ethnique hatien en terre amricaine. Faut-il mentionner qu' cet gard, certain groups musicaux hatiens de l' re
moderne ont, quoique timidement et sans conviction relle, fait mention dj de cette vision dans leurs messages. Certains autres, fatigus de "manje diri si chinwa", de "bwjonk
mounn sa yo ", ont tout bonnement dcid de dserter la lutte pour retourner lakay ", serait-on mieux servi? C' est alors qu'intervient Pnou Carafalas ayant dbut ses operations
commercials durant le mois de mai de l'an 2003. Nous, les principaux membres intgrants de Pnou Carafalas, appartenons plutt l're exceptionnelle Compas Direct Original; et
d'une rminiscence opportune avons firement adopt pour slogan vernaculaire official de votre compagnie, ce fameux couplet nemouriste qui note: Yo fe yo voye ban nou, annou
f voye ba yo tou (in situ pourrait-on ajouter). Donc, Pnou Carafalas vient signifier que nous devons fabriquer et commercialiser des lignes de products exotiques, indignes et
originaux d'insurpassable quality, dans toutes les huit principles divisions de l'industrie alimentaire; pour nous, par nous, avec nous, entire nous, et de nous Hatiens tous les autres
Carafalas: Caribens, Africains, Amricains, Latinos, Asiatiques, etc.. En definitive, Pnou Carafalas c'est I'affaire de tout un chacun; et tous d'une manire ou d'une autre, nous
allons bnficier de sa bonne march. Alors, supportons tous les Pnou Carafalas Foods Company, LLC.
Remerciements fraternels anticips.


Pnou Carafalas Foods Company, LLC


This has been
quite a long stretch! But ,
now with Pnou Carafalas
Foods Company, LLC ,
we are about to transform
a lifetime personal dream
into a mater of Commu-
nity public patrimony; or
best of all, into a symbol
of Haitian ethnic pride like
other sizable ethnic food
business organizations (
Goya, Kosher, Italian, Ja-
maican, Mexican, Chinese
etc) have come to repre-
sent for their respective
people in diaspora.
However, for
that to really happen, it is
imperative that the rest of
us undergo a full and per-
inanent conversion, inler-
nally as well as in oui hu-
man conduct, from the
haitien ( hat-les-tiens)
generally mentally, into,
what we like to call the
amtien precept aimerr,
aider, supporter, et re-
specter-les tiens).
Why not Pnou
(tonic accent of the
letter"a", please), Pnou,
by everyone else, thou-
sands of countrymen has
been found to be very flat-
tering, very rejoicing, or
suggestive, and very cute.
We go much further than
that.
The appellation
Pnou, is quite appealing
to all the H-aitian people -
our popular masses in par-
ticular where we belong -
it' s inviting, and inclusive.
It also means collectivity,
and connotes an intimate
feeling of belonging and
wortiishared satisfaction.
Pnou instills some com-
placency to collaborate,
and subtly reminds us of
the Haitian national motto
that "L'union fait la force"
(Unity generates strenght).
But not that
kind of force that Jean-
Jacques Dessalines was
referring to: rather Pnou
generates a positive force;
the force to create, to in-
novate, to build, to
progress and to preserve.
And moreover,
Pnou contains the spirit
of competiveness. The
denigrating myth that: "
Af-panou pa janm bon",
is just that an injurious,
fifth column myth.
In the context of
our Company, Pnou will
also mean the following
requirements: "Pote-
kole," team effort, team re-
sponsibility, team risk-tak-
ing, outreach, and net-
working. With no room for
individuals with the dead-
end mentality that: "gen sa
deja wi; ou kw ng ap


kapab-non; Fbk mta w
poum kw"etc...
Let's talk now
about Pnou Carafalas Foods
Company, LLC1, per se
Born out of the
consciousness that Together
we can, and that among us
there exist countless of ca-
pable, highly qualified and
motivated subjects, with the
adequate means and moral
support to carry of any good
endeavor that we can set out
to accomplish, we then took
the initiative to locate some
of them make the appropri-
ate selection in regard to the
needs of our specialized do-
main, and unite them as
staff members- harmoni-
ously so, under the umbrella
of Pnou Carafalas Foods
Company, LLC. Such a pro-
cess took us there years ap-
proximately.
The distinctive
characteristics of Pnou
Carafalas Foods company,
LLC are expressed through
the following 14 basics ele-
ments:

I Definition
Pnou: Of us, for
us, by us, with us, ad from
us. To Them Carafalas:
Caribean, African, Ameri-
can, Latino, Asien. (or like
Phaedrus could have said:
Nos, nostrum, nobis,
nbbiscum ad ceteris).

II Philosophy:
The philosophy of
Pnou Carafalas Foods Co,
LLC is straightforward:
"Pequafar" (pronounced: pi-
qoue-for) acronym that
stands for: People first, qual-
ity matters, fairness uncom-
promising, and righteousness
a sacred requirement.
Our philosophy is
sustained, checked, and bal-
anced by what we denote as
a 7C-factor series: Character,
Competency Courage, Con-
viction Commitment Com-
passion and Confidence
(self-, and divine).
III Objectives:
The objectives set
forthin establishing Pnou
Carafalas Foods Co. are mul-
tiple, and can be summarized
as follows
1. to take advan-
tage of the very profitable
opportunities that Ethnic Food
Businesses generating in the
Food industry newly estab-
lished trend;
2. to become a dis-
tinguished food company by
providing exotic, specialty
food products, meaning
products of the highest over-
all qualities, elaborated un-
der the safest processing con-
ditions, and using th best
technological methods avail-


able;
3. to promote and
stimulate the educational
welfare of our four, focus-
ing mostly on certain disad-
vantaged student groups or
communities by establishing
Pnou Foundation and
4. To become a
movement towards eco-
nomic prosperity, individual
uplifting, social emancipa-
tion and towards reclaiming
our respect and human dig-
nity as a people in diaspora
in America.
IV Mission:
1- To bring sci-
ence and technology into the
preparation and conservation
of the wise and wondrous
IHaitian indigenous and tra-
ditional foods;
2. To educate
about the nutritional and
health benefits of those in-
digenous food products,
which are mostly being con-
sumed by our masses, peas-
ants and low-income people
particularly. Big, huge absur-
dity!
3. To process and
commercialize those indig-
enous-food based formula-
tions; and in fact introduce
them to a larger public for a
better general nutritional sta-
tus;
4- and hereby, to
preserve and safeguard our
rich ancestral heritage.
(On that we would
like to invite any brother or
sister who might still posses
the original "secrets" of :
Dous Maks, Ti-Gove-
Bey ( Carnaval) Grann'
Loise, rue des Cza = Es-
sence Vanille d'Hati ( the
best in the world)
Doukounou djambala, to col-
laborate with Pnou
Carafalas Foods company/
Legal arrangements will be
put in place to conveniently
satisfy all the engaged par-
ties. Thanks.
V. Morality
All the glory to
God, humbly before Him
and proudly before man. We
in Pnou Carafalas, we share
the absolute belief that
"grate-apa, selfishness,
personal will lead us no-
where; either as a nation, as
a people, as a group, indi-
vidually, nor as a family.
VI Status
The company is a
Limited Liability company
(LLC) which is files with the
Department of State of the
State of New York, division
of corporations, and operates
under the New York State
limited liability company
law subjected to our own in-
ternal operation agreement's
legal document.
As such Pnou


Carafalas Foods Company
LLC is entitled to conduct
a lawful business for which
limited liability companies
can be organized and to do
all things necessary or use-
ful in that connection and
having declared tie Secre-
tary of State (NWS) as its
agent upon whom process
against it may be served.
VII Member-
ship
Remaining mem-
bership certificates avail-
able to prospective inves-
tors 8 (eitht) as of 5-31-03.
Annual mem-
bership fee $ 350.00
(N.Y.STax not included
approx. $ 29.20/mo.
-Minimum in-
vestment capital : $
25.000,00
Admission sub-
ject to approval by the cor-
responding Pnou Carafalas
Organization Zone director-
ate. For example a prospec-
tive investor in Florida
should be approved by our
Florida Directorate Statt
Members) whom they
should directly contact if
interested in investing in the
company.
Honorary Mem-
bers: 62 good friends and
relatives (listing to be pub-
lished soon).
VIII Organiza-
tion:
Pnou Carafalas
Foods Company, LLC is
organized into 8 operational
or Organizational Zones
NY, Pa, NJ, Upstate New
York, Mass, CA, DC in the
US and one Operational
Zone in Canada.
IX Slogans:
La fiert
retrouve qui mobilise !
Pnou se
pounou
Chak bourik
bw dlo nan patiraj pa li .
(Ethnically busi-
ness speaking)
Together we can

X Staff mem-
bers and contact informa-
tion
(Incomplete)
Mrs Andr
Guerrier (954)835-0630
Bossuet Delva
(718)940-3875
Ronald Ducasse
(718)633-5089 or
(718)252-1298
Frantz Victor
(718)868-7957
Milo & Serge
Toussaint (954)741-2351
Belotte
Francoeur (954)832-0077
or (954)770-9097
-Dr Joseph
Fanfan Jr (954)525-4900 Or
(954)205-1747


Dr Frantz Delva
(954)614-9278
Joseph Adisson
(516)503-8958 or (973)964-
6123
Carl Anderson
(718)740-1768 or (516)297-
4133
Dr Marc Abel
Alexandre (914)667-8237
Jean Athanase
Drosna (718)703-7000 or
(347)528-9570
-Jean-Claude
Bien-Aim (973)378-8401
or (08)347-1102
Nicole Saint
Phard (909)354-4209
Dr Leclerc
Adisson (973)698-3626
Dr Ersule
Ducasse Madhre (202)882-
0549
Nelson Voltaire
(305)754-3720 or (786)487-
7870
Momeau Serge
(718)776-0160
Marise
Longuefosse (718)284-1109
-Mrs William
Bissainthe (617)666-2472
Jean Claude Bois
(954)749-1743
Emile Oss Jr
(516)868-3372
Webert & Frantz
Toussaint (718)455-9834
Drs Pierre-Paul
et Jules-Andr Cadet 561-
835-8385
Carlo Toussint
(514)582-8698 or (450_983-
3281
Marie Lourdes
Racine & Jean Balan
((514)324-7997
Marie C.
Hypollite (514)329-2095
XI. Professional
Affiliations & Member-
ships
New York Sinall
Scale Food Processors Asso-
ciation Inc.
The Center of
Food Science, University of
Vennont
The Northeast
Center for Food Entrepre-
neurship Comell University
The NYS Food
Venture Center, Cornell Uni-
versity
Institute of Food
and Agricultural Sciences
(IFAS)
University of
Florida Food Science and
Human Nutition Department
Institute of Food
Technologist (IFTO
International, national and
regional branches)
SUNY
Binghamton Small Busines
Development Center spon-
sorcd by Federal SBA (Small
Business Administration
XII Publications
1) Pnou
Carafalas Manifesto (2002)


2) Pnou
Carafalas Busines Plan
(2001- 2002)
3) Pnou
Carafalas Articles of Orga-
nization (2003)
4) Pnou
Carafalas Operating Agree-
ments (2003)
XIII Motto
Will & Pride
never Underestimate Their
Power !
XIV Logo
A very mean
magical Sagittarian lady
"laser-guiding" her merci-
less arrow as to watch over
her other half a real horned
bull (toro) always ready to
charge faultlessly in all di-
rections.
summary we
can say, as you can realize
it for yourself that Pnou
Carafalas Foods company,
LLC is not an amateur,
adventurist, fraudulent or
illegal business. Ail the
contrary Every small detail
has been thoroughly thought
out with exemplary profes-
sionalism. So that ail of us
can be assured that their
confidence, support, invest-
ments and even hope will
be well placed in this com-
pany. We do also welcome
your fervent prayers for
God's snowering blessings
over Pnou Carafalas
Foods Compay, LLC. than
you very mucli.
Finally we
should make the point that
Pnou Carafalas is 100%
Haitian and for you to
understand that it is not be-
cause a brand is named
"Madan Colo" you should
sssume it is Haitian. Since
there are many brands,
some long standing in the
Haitian Community, with
resounding very patriotic,
colorful Haitian creole
names, that are in fact of
foreign ownership. Those
have nothing to do with
Haitians. They only dupe us
and cynically suck up more
of our blood. They never
give back on lots of money
or service to our Haitian
communities. So, do our
homework, know who is
who. And remember our
formula: P.C., = Pnou
Carafalas Thta nou rho.pl
rho) (pronounced with a
mello "capois" accent
please. You get it ?


Fraternally yours
Carlet J. Saint-Phard, Delva
Chemical Engineer
Specialist in Nutrition and
Food Economics
Expert in Food Science
& Technology


I i I


1








I Les Jeux de Bernard


Mercredi 18 Juin 2003
Hati en Marche Vol. XVII No. 20


SU P ESolutions de la
semaine passe
Allez de ROUPIE SONDES, en utilisant des mots du F 0 N C E S
FORCES
vocabulaire franais, et ne changeant qu'une lettre par ligne. F A R C E S
FARDES
S0 NDES R__ARDAS

L T L RNIAHGM K TT GUBIN 0Q
TV H S S T V K CRF P H U A E T L Y
SJSTHECAOCSICNARFNAS
U P G A W N W C A A I P B O F E Y Y A R
V I A G A E R N H PHR L RD L N N MD Arrangez les sept lettres ci-dessous
P AT U RA E U T I RN R I I U E I A B I X 0 U A J N
J A P A I E E M T L G S F U N B C A O pour former un mot franais
J M L N WSC E I E K L V V A E G D T L
V A U D S A L S D E A.Z E G N P Y N P A A C A
ZZAEMAHERNJLNSTUEALB
SEO MU H E R N J L N S T U E A L BB Y D
I L U A NU N D U I L O S U E K W S K R C O G O R
CI RRLVYSGGTI EECCGFBT
S 0 U C H 0 N G NEGAKTTUNRLEVATICAN R S
ENN H N L JIVII RI ODEJANE I R O 0 AR
N M Z L A N H E O C S A R F Y M Z T Z
Z ER T A GE YV N L E M G B E E I R N T U R I S Z
Y T IE V U K K M M N RV E G E SI T Solutions de la semaine passe
U ECSO GAPALAGZ V V P ML R ABH RR
Trouvez les 35 destinations touristiques
populaires dans dans le carr ci-dessus.


ECHANTIYON BILTEN VT OFISYL LA

24JEN2003


MAJISTRA
IVClte pou ycun)

Anthony S. CULMER 14

Shirley GIBSON 15

Willie B. KELLY l 16

"Mayda" MUELA 17


MANM KONSEY ZON REZIDANSYEL LAN SYEJ 1
(Vole pou vouni


Aaron CAMPBELL, JR. 19

Charles L. EVERETT 20

Clyde PETTAWAY 21

Denys Ramiro VALENZUELA 22

MANM KONSEY ZN REZIDANSYL LAN SYJ 2
S (Volepouyoun)

Ned CARTER 24

Lanette R. JONES 25

Ted LYONS 26

Beverlyn M. MCDONALD 27

Susan M. SMITH 28

Barbara WATSON 29

- MANM KONSYZN REZIDANSYEL LAN *SYJ 3
(Voe pou yun)

RayAUXILLOU 31

Lesly BERNARD 32

MichaelT.DAMES 33

AudreyJ.KING 34

S Thomas NELSON 35 j

Edith Richardson OWENS 36

Ronda SIMS 37

Ricky THOMAS 38

David WILLIAMS JR. 39


MANM KONSY ZN REZIDANSYL LAN. SYEJ 4
(Voie pou young)

Kameelah BRADSHAW 41

Melvin L. BRATTON 42

M. Tina DUPREE 43

George E.JONES 44(

Jimmie H. PARROTT 45

Hermas REED 46

Thomas P. SPAULDING 47

SPaullette Sims WIMBERLY 48 (

MANM KONSEY POU TOUT VIL LAN SYEJ 5
SIVole pou youn)

Ulysses "Buck" HARVARD 50

Vincent (Vince) MANCUSI 51

Sharon PRITCHETT 52

Joseph Baron SILAS 53

Kevin WILLIAMS 54 )

MANM KONSEYPOU TOUT VIL LAN SYJ
'voie pou )ounl

Marcus"AMENEIRO 56

Oscar BRAYNON II 57

Oliver GILBERT 58

John "JJ" JOHNSON 59

Anselm SMITH 60


Vil Miami Gardens
Tout eleklt kalifye Vil Miami Gardens pral elijib pou vote nan eleksyon sa a.
W pral kapab vote pou Majisira a, Manm Konsy Zn Rezidansyl byen
espesifik pa w ak Manm Konsy Pou Tout Vil lan nan Syj 5 ak 6. Chche
nimewo biwo vt w an anba la a pou idantifye Syj Z6n Rezidansyl w an:
Sy1 202,203,204, 205P, 223P, 228P, 229,267,273,274,283,
290ak 291
Syij 2- 205P, 206,211P, 212P, 214,215,216 ak 256P
Syi3-212P, 213, 217,218,219,220,221,222.234P ak 269
Syi4-223P, 224, 225.226.227,228P, 233, 234P, 270 ak 276
(P reprezante yon biwo vl kapouv anpati)
Nimeo bwobo v w anakadrsbiovt w an sou katdidantle vol wan.Biwo
v6l yo ouv de 7 am a 7 pm. Vini nan biwo vbt lan ak yon kat didanite ki gen
folo w ak siyati w sou i.
Si w genyen annnkesyon sou eleksyon sila a, rele Depatman Eleksyon
Miami-Dade nan 305-375.4600.


En bref ...
(suite de la page 2)
pourquoi ces mmes secteurs s' acharnent contre Amiot Mtayer, alors qu'ils font tout pour couvrir
Jean Tatoune. Le premier, un vad de prison, est accus d'implication dans les incidents violent
ayant suivi l'attaque d'un commando contre le Palais national. Le second, galement vad de
prison, a t condamn aux travaux forcs perptuit pour sa participation au massacre de Raboteau
(avril 1994) qui avait fait plus d'une dizaine de morts pendant la priode du coup d'tat militaire
(30 septembre 1991 / 15 Octobre 1994).

La PAPDA organise du 13 au 30 juin une exposition collective d'oeuvres picturales
dans le cadre de la lutte pour obtenir l'annulation de la dette externe d'Hati ...
La Plate-forme Hatienne de Plaidoyer pour un Dveloppement Alternatif (PAPDA) a annonc
l'organisation d'une exposition collective d'oeuvres picturales autour du thme "Oui la vie, non
la dette !" dans le cadre de son programme de lutte pour l'annulation de la dette externe d'Hati.
Cette exposition qui se tient du 13 au 30juin, au local du Centre d'art, 58 Rue Roy, runit une dizaine
de toiles cres par de jeunes peintres de l'Ecole Nationale des Arts et des plasticiens bien connus,
don't Tiga et Franktienne, a indiqu le coordonnateur de la PAPDA, le professeur Camille Charlmers.
Selon M. Charlmers, l'objectif de cette activity est de fixer la position des artistes et des intellectuals
hatiens sur la problmatique de l'endettement des pays sous-dvelopps. M. Charlmers affirmed
reconnatre le bien-fond d dedmarches de reparation et de restitution entreprises parole gouvernement.
Il dit toutefois reliever une certain incohrence entire cette dmarche et l'accord-relais sign rcemment
entire les autorits et le FMI.
La marie de Port-au-Prince promet de punir les auteurs de graffiti sur les faades
des maisons.et des institutions pour exprimer leurs revendications ...
L' Administration Communale de Port-au-Prince a indiqu que des measures dratisques seront adoptes
par l'institution contre tous ceux qui utilisent les faades des maisons et des institutions pour exprimer
leurs revendications. Faisant savoir que cette situation est unacceptable, le Maire Yves Mdard a
dclar que les contrevenants seront punis conformment la loi. M. Mdard a par ailleurs dmenti
les accusations de certain petits dtaillants et talagistes selon lesquelles des agents de la Mairie les
auraient frapps de nombreuses occasions et procd la saisie de leurs marchandises. La nouvelle
measure annonce par la Mairie de la capital survient aprs celle adopte contre ceux qui jettent des
immondices dans les rues.
La Convergence Dmocratique crit au Conseil permanent de I'OEA
La Convergence Dmocratique a inform lundi (9 juin) avoir adress une correspondence au
conseil permanent de l'Organisation des tats Amricains (OEA), pour lui fire part de son
intention de designer son reprsentant au nouveau Conseil Electoral Provisoire. Dans une
interview I'AHP, un membre du directoire de cette coalition politique, Grard Pierre Charles, a
dclar cependant avoir conditionn la matrialisation de cette promesse l'application intgrale
par le gouvernement de la resolution 822 de l'OEA. M. Pierre-Charles a encore ajout que c'est
aprs l'valuation des measures concrtes qu'aura prises le Prsident Aristide pour rtablir ce qu'il
appelle un climate de confiance dans le pays, que la Convergence est dispose remplir cet
engagement auquel elle avait souscrit dans le cadre du Projet d'accord initial relatif la
formation du CEP. M. Pierre-Charles qui reprend les mmes exigences formules dans les
prcdentes lettres adresses l'OEA, a toutefois prsent cette correspondence comme une
preuve de la bonne volont de la Convergence de favoriser une sortie de cruise. "Nous sommes
arrives un carrefour o les positions du pouvoir Lavalas et de l'opposition doivent tre claires
pour tout le monde", a lanc Grard Pienre-Charles.
Le Snateur Yvon Feuill minimise le geste de la Convergence ...
Le Snateur du Sud Yvon Feuill a minimis la correspondence adresse par la Convergence
Dmocratique l'Organisation des tats Amricains (OEA), dans laquelle elle tait part de son intention
de dlguer son reprsentant au nouveau Conseil Electoral Provisoire (CEP). Dans une interview
l'AHP, M. Feuill dclare que la Convergence ne peut plus tromper personnel avec ses manoeuvres
de diversion. Il est clair pour tous que la position jusqu'auboutiste de Convergence n'a pas change
d'un iota, selon Yvon Feuill, expliquant que la chose la plus important aujourd'hui est que cette
coalition politique dsigne son reprsentant au CEP pour faciliter l'organisation des prochaines
lections et surtout qu' elle fasse la promesse formelle l'OEA de ne plus entreprendre des movements
de dstabilisation contre les intrts de la population et contre les autorits constitutionnelles. Selon
le parlementaire, la Convergence a entrepris cette dmarche dans l'espoir de dtourner l'attention de
' OEA de son inaction dans le dossier de la resolution de la cruise, puisqu elle n'a encore rien fait pour
favoriser l'application de la resolution 822.
Le leader du PPN demand au gouvernement de procder la mise en place du
nouveau CEP avec ou sans l'opposition ...
Le dirigeant du Parti Populaire National (PPN), Benjamin Dupuy, a appel le gouvernement hatien
former le nouveau Conseil Electoral Provisoire avec ou sans la participation des secteurs prvus
dans l'accord initial. Les secteurs concerns sont la Confrence Episcopale, la Fdration Protestante,
1' Eglise Episcopale, lesecteurjudiciaire, la Convergence Dmocratique, Fanmi Lavalas et les parties
dits non aligns. A part Fanmi Lavalas et le secteur jidiciaire, les autres secteurs, accuss d'avoir
des affinits avec l'opposition, n'ont pas dsign de reprsentants ou ne les ont pas autoriss prter
serment. Le responsible du PPN a fait cette declaration la suite de la dernire resolution de
l'Organisation des Etats Amricains (OEA) sur Haiti.
Le Parti Populaire National (PPN) a dnonc aussi les autorits amricaines qui cherchent, a-t-il dit,
miner le gouvernement. Selon le coordonnateur du PPN, Benjamin Dupuy, les rcentes declarations
du Secrtaire d' tat amricain Colin Powell et de l'ambassadeur amricain Brian Dean Curran selor
lesquelles le gouvernement n'aurait rien fait dans le cadre de l'application de la resolution 822, sont
de nature encourager les adeptes de 1' "option zro." M. Dupuy invite les autorits hatiennes ne
pas cder au chantage et prendre toute les dispositions ncessaires pour former le nouveau Conseil
Electoral Provisoire.


Page 18


:~::::~:11:1:::







Mercredi 18 Juin 2003
Hai'ti en Marcie Vol XVII Non 20


I ti-gout pa ti-gout


ak Jan Mapou


AYISYEN ANNAVAN

Ayisyen annavan
Annavan Ayisyen
Pou nou lemond antye
Rele mil fwa bravo.
i Nou pa bezwen kanno
Pou nou f revolisyon.
Sekr-a nan linyon
Ki te f nou vini nasyon.
Se pou nou rete soude
Pou nou f peyi nou mache.
Ayiti avantou
Sonje li se pou nou.
S" 'Se youn ti paradi
An nou swen li pou li pa mouri
Aba ladezinyon
Ansanm viv lanasyon
Zo(Thophile Salnave)


GWOUP KILTIREL H.A.Y.O. SOU DIREKSYON MIREILLE SYLVAIN DAVID AP RENMET
FRANTZ KIKI WAINWRIGHT YOUN PLAK KONPLIMAN POU KONTRIBISYON-L NAN
KILTI AYISYEN-AN. MADANM NI MIKETTE AGOCH AK OUN BOUKE FL(froompou


ON
Sanmba Kiki on-Resp
Ou pote sou zepl ou
Tout val peyi ou
Pou kilti peyi D'Ayiti
ou se youn anbasad

Sanmba Kiki tonnl kilti Ayiti
Ou dekore li ak bl fl.
Fl ki soti nan jaden Kiki
Fl ki f ou tounen grandiz.

Sanmba Kiki di krik
Anba tonl la reponn krak
Pwoche vini koute bon kont
Timounn sanmba Kiki di krik

Zonbi blanmanan wi wa
Kach kach liben
Timounn rele tizwazo pou mwen
Se yo ki konsakre Sanmba Ki ki wa.
(HAYO)

INVITATION
HAITIAN AMERICAN
SCHOLARSHIP FUNDS
Envite tout mounn ki vie ede jenn
timounn ayisyen ki pa gen
mwayen pou al nan kolj nan youn
Fund-Raising, oun Sware Gala
Samdi 21 Jen depi -7 p.m rive pou
X- nan maten nan Mariott Bay Ho-
tel ki sou Biscayne nan 17th. Street
Rele 305-893-4500 pou nou rezve
plas nou. Donasyon $75.00


KIKI WAINWRIGHT:
EKRIVEN POWT CHANT KONPOZIT
DANS- AKT
Pwovb la di: atistik byen asezonnen ak bonjan pikliz pwezi, mizik, dans. Evennman sa-a te
pase nan oditorym FIUNorth kote plis pase 200 mounn te sanble pou te vin rann
youn omaj byen merite pou youn zanmi,youn fr, youn kanmarad: Frantz KIKI
Wainwright. Oganizasyon HAYO ki sou direksyon Mireille Sylvain David te
ganize youn kandyanwou kiltirl pou salwe atis Kiki. Se te oun sware wololoy.
Atis pwofesyonl tankou Dionne Lamothe, Panthalon Guilbeau, Yolande Tho-
mas, Manno Charlemagne, Sosyete Koukouy, -
Jan Sebon!. Dans ak gwoup dans HAYO-yo resital
pwezi ak Janjan Dezire, Jeanne Grgoire-Registre,
Ak Yanouwi, KoralHAYO, Sebastien Denis,. Dokt
Bobo ak Daniel Michaud te ftemwayaj sou '*
cspcryans yo ak Kiki nan lit pou liberasyon peyiAyiti. q r
Apre Mireille ak Mari li Jocelyn David fin salwc 4f .' '
asistans e ki te f deplasman-an malgre movetan, -6:
malgre distans lan, atis pase 3 d'tan ap fe louwanj
Kiki, youn atis nan kilti
ayisyen-an. Nou retrase chemen Kiki depi Ayiti nan
koral Simid, nan twoup dans Vivianne Dennerville
Pluviose ak Bakoulou inadan OdetteWiener t'ap
dirije. San bri san kont nan epk, peyi cho Dk lage
koukouwouj dy jens la, Kiki jete-1.... repart
Nouyk nan Koukouy Nouyk, de lot gwoup flklorik ki te gen
baz yo nan Nouyk. Travse Miyami nou rankontre
Kiki nan Grenn Banbou, Nan Ayabounmbe, nan
Sosyete Koukouy Miyami. Se te youn okazyon pou
n'te di konbyen plak ak CD li pibliye depi premye
esperyans li ak Les Schleu-Schleu. Li pibliye Tap-
Tap, Wozo, Rara Liberasyon.. Kiki pibliye youn
demi-douzenn liv, Pikliz, Les Sentiers de l'Aube, Zepon File, Bonifas ak Malefis
ak Nan Tan Malouk(Tou cho, fenk defounen). Liv Kiki yo se pwezi ak istwakont.
Pwezi yo chita sou lit pp k'ap goumen poujistis ak libte e pou fr ak s nou
yo k'ap goumen pou retire karapat espwat yanki sou yo depi 1804. Kiki
renmsye HAYO nan jan pa-1. Li te seleksyone 8 bl chante men malerezman
twp atis, twp bon pawl pou di; douvanjou bare-n, nou te blije bay sal la.
HAYO depoze nan men Sanmba-a youn bouke fl ak youn plak ki felisite-1
pou kontribisyon nan edikasyon jens ak la ak pwodiksyon liter li yo. Gen 2-
an deja depi HAYO te onore atis Piquion. Ane sa-a se te Kiki. Sa fe anpil zanmi
plezi. Nou bat bravo pou HAYO! JM

HAITIAN AMERICAN
HISTORICAL SOCIETY ELECTED JAN
MAPOU : BOARD MEMBER
SFriday June 6, 2003
Mr. Jan Mapou- Libreri Mapou
S 5919 NE 2nd Avenue, Miami


Dear Mr. Mapou,:
The Haitian American Historical Society is pleased to confiin
that you have been elected as Board Member by a unanimous
vote. We take this opportunity to welcome you and look for-
ward to your input and participation in our endeavors. Con-
gratulations.
Mizik, Pwezi, Dans... Se te bl ft lafanmi nan Sincerely, Daniel Fils-Aim, Sr, Chairman
oditorym FIU. Dans Sosyete Koukouy yo:
Yanouwi, Nedgine, Nancy nan dans Afrikana fan you for electing me. accept to serve as a 'Boara
Yanouwi, Nedgine, Nancy nan dans > qMember onyrpresti8ious ora1arion andhe(_nake the
koe f ( bMember oCn our vrestious organization andaely make the
koregrafi (Robenson Clotaire) Savanna resama rea 8aty. 0 3a you
SSavanna (ream a reaPity. 3MaPou


SOLIDARITE

Si nou bay lebra
si nou maknen
younn ak lot
si nou mache
sou kadans lanmou
resp ak diyte
ansanm-ansanm
n'a f mvy


HAITIAN-AMERICAN
HISTORICAL SOCIETY
Randevou-a se te nan Sant Kiltirl
Mapou mkredi pase. Reprezantan
ganizasyon Haitian American Histori-
cal Society-a te rele laprs ak kominote-
a pou ba yo rap sou vwayaj yo sot f
nan Savannah, Georgia. Dapr majojon-
an Daniel Fils- Aim ganizasyon-an
rive nan Faz II pwoj-a ki se jwenn
lmilyon 5mil dola US pou yo realize
mvy istorik sa-a. Tout demach ofisyl
yo fin ft. Yojwenn atis eskilt ki kalifye.
Yo gen anplasman. Yo fin netwaye tout
move zenglen osnon pikankwannan lot
konpatriyt te mete pou minen wout la
epi fokop pwoj-a, Oganizasyon-an
made tout Ayisyen ki konprann
enpbtans istorik demach Savana-a nan
edikasyon nouvl jenerasyon-an pou vin
pote-kole, pote kontribisyon-yo osnon
oganize kt pou an 2004 estati-a monte
ak fyte nan Savana. Yo voye youn mesaj
bay tout kominote yo...envite tout
Ayisyen pou vin siyen non yo sou
moniman istorik la. Men nimewo kontak
la:786-621-0035 E-mail
haitianhistory @ hotmail.com


Page 19


z 2 men-m1


"


1.a


-:::::::.I











Haiti Bicentennial Luncheon for Trade, Commerce and Tourism,
PAN EI.ISTS
Date :
Thu, 5 Jun 2,L. 12 .1342 Il I
iHaitian-American C'enter For licoiiomic aundl Public Affairs, lue.

I ACEPA
12320 NE 6th Avenue, North Mliami Florida 33161
Phone: (305) S'" -7712 Fax: (305): 892-5645
Email Address: hacepa @aaol.coii
Member of ABICC & Greater Miami Chamber of Commerce
The following personalities will participate in our conference of July 26,
2003

Trade & Commerce Panel
1- Max Antoine, II from Hispaniola International Fund
2- Gabriel Zephir, Director General of the Ministry of Commerce
3- Magalie Prezeau, from FAVACA
4- Denis Arden, from World Trade Center Miami

Tourism Panel
1- Maryse P. Kedar, fonner Secretary of State for Tourism
2- Elizabeth Silvera Ducasse, President of Tourism Association
of Haiti
3- Michael Craan, Chamber of Commerce of South-East of Haiti
4- Patrick Delatour, from the Ministry of Tourism
5- Georges Belin, from the Ministry of Commerce
Keynote Speaker
Marie Claude Bayard, President Association of Haiti's Industrialists
Master of Ceremony
Dr. Roland Jean-Louis, Vice President of IIACEPA

Moderators
Dr. Sylvan Jolibois, Jr. of UNHAF
Dr. Rudolph Moise, Chainnan of Haitian Affairs Committee (GMCC)


Mercredi 18 Juin 2003
Hati en Marche Vol. XVII No. 20


La politique de la coquille vide


(Politique ... suite de la page 2)
dans son dernier retranchement et le porter ngocier
l'inacceptable. Les acteurs n'ont pas une vision global
du rel politique hatien. Ils s'adaptent au vcu
quotidien et sont puiss par la multiplicit des chocs.
Quand on est atteint de myopie, il est difficile de piloter
car on risque de se cogner contre n'importe quel
obstacle.
En janvier 2004 le Parlement hatien ne sera
plus fonctionnel par la suite du non-renouvellement
de ses membres. Selon la Constitution, il faudrait
renouveler toute la chambre basse et les 2/3 des
membres du snat. Les lections n'auront pas eu lieu
cause du refus de l'Opposition de participer la
formation du CEP. Les clauses des resolutions 806 et
822 ne sont-pas respectes. C' est un constant dj relev
par l'OEA mais la politique de la coquille vide ne
prvoit aucun remde, aucune sanction en une telle
occurrence. L'Opposition y voit peut-tre la cl de la
solution! Hlas! Que va-t-il se passer? Puisqu'il s'agit
d'une situation extra constitutionnelle, le
Gouvernement qui dtient maintenant tous les pouvoirs,
pour assurer la survive de la nation va prendre des
measures extra constitutionnelles. C'est--dire, il va
diriger par dcret. C'est la faveur d'une tell
circonstance que le Dr Franois Duvalier avait
provoque en 1964.qu'il s'est fait nommer Prsident
A Vie.
A bien suivre les vnements qui se droulent
sur la scne politique haitienne, on prouve le fcheux
sentiment que la trame est monte sur un fond
dmagogique. Nos hommes politiques refusent de tirer
des leons de l'histoire. Ce sont les mmes scnarios
qui reviennent et on est tous tomb dans la trappe du
Chili du 8-10 juin 2003. Ce sont les mmes sujets qui
rabattent nos oreilles: resolution 806, resolution 822,
resolution 1080 et tout le tchala diplomatique etc. On
se laisse toujours enivr par
les propose flatteurs de ces
arracheurs de dents. Il y a
une vritable escroquerie
intellectuelle pratiquie
partir d'une rhtorique
mielleuse.
En dpit de tout,
les problmes de base
demeurent irrsolus. La
faim, la malnutrition, les
bidonvilles trnent en
premiere loge. L'inscurit
et l'impunit se poursui-
vent. C'est la chute
vertigineuse de la gourde.
C'est l'rosion du pouvoir
d'achat du consomiumateu-.
Le dbat est ferm auteur
de ces questions qui dans
un pass recent procuraient
un certain rconfort aux
militants du changement.
Face cette catastrophe, les
partisans dus revtent
I'habit de la victim et font
preuve d'une subjectivit
.soulfirante. Ils changent de
camp et dnoncent les abus.
Le dbat
dmocratique est perverti
par la radicalisation d'un
pouvoir totalitaire. La
situation dans laquelle nous


:iv -"
( I: U 4n


nous dbattons est empreinte d'un individualism
outrancier. Une logique de plainte et de
ressentiment en dcoule. Nous avons cherch, du
haut en bas de l'chelle social, des retombes
positives. Mialheureusement, nous sommes parties
la dcouverte du dclin et de la dchance. La
socit hatienne s'affaisse et se dgrade, dejour
en jour, dans tous les domaines. Sa nouvelle
configuration rappelle plutt la posture du
clochard.
Entre-temps, la gnration des baby
boomers tire la rvrence. Comme des feuilles
mortes d'automne, nos ans tombent coup sur
coup avec la ferme determination de ne pas
assister cet hiver politique rigoureux qui
s'annonce pour Hati. En dpit de leurs
formations acadmiques trs pointues, on les a
ports se replier sur eux-mmes par un
cloisonnement social et gnrationnel dress
dessein par les architects du mensonge. Un
certain courant dviationniste a entran le
discours politique sur un terrain fangeux. Les
valeurs du pass sont relgues parmi les
poussires des archives, just pour fire briller
leur ple lampion. Ils n'ont qu'un programme de
gouvernement: l'exclusion. Ils sont prts toutes
les alliances pour les ignorer au prochain
carrefour. Ils ont battu tous les records en signant
tous les accords. L'honntet, la parole d'honneur
ne font pas parties de leur vocabulaire. Le drame
le plus triste pour la nation hatienne c'est qu'ils
ont inocul leurs venins la gnration prsente.
Le vol, le crime, le mensonge, la mdiocrit sont
les points les plus saillants de ce nouveau modle
de socit. Des cancres violent le vedettariat aux"
hommes de lettres et de sciences, aux
technocrats, aux commerants, aux industries.
On expose de mauvais patrons la vue
de cette jeunesse don't l'avenir est dj
hypothqu. Ils se sont levs avec acharnement
contre nos us et coutumes en les taxant de moeurs
bourgeoises. Ils nous ont apport quoi ? Des
projects insenss et chimriques, drives
premires de leurs frustrations Ils s'avisent de
changer les coordonnes culturelles en se
dmarquant, dit-on, de l'ordre ancien. Ils n'ont
fait que couper les plants odorifrantes de nos
parterres pour laisser un terrain dsertique,
marqu par infamie et l'iniquit. Cette in i.. ii,
configuration social hatienne pose de grands
dfis pour l'avenir. Comment rparer les pots
casss Comment amender un sol si appauvri!
Comment remember une socit si clate! Les
dgts causs par cette drive sont graves et
incalculables. Sur toutes les colonies, le c&'llage'
est abyssal.
La politique de la coquille vide,
alimente par un discours incoherent, a dplac
nos repres sociaux. La dmagogie politique a
cr une confusion idologique qui a brouill les
itinraires de dpart. Il est des questions que l'on
vite de traiter tellement la ralit nous rpugne.
C'est cette philosophie de la taupe qu'observent
bon nombre de nos compatriotes. Ils prfrent se
taire en se terrant. Cette attitude hypocrite et lche
n'est pas payante puisqu'elle nous enlise
davantage. Il faut s'armer de courage, mme iau
pril de notre vie, pour dire la vrit. Au moins,
nous aurons une raison de partir sans prouver
aucun regret. Comme le lion, nous prfrons
mourir que de recevoir le coup de pied de l'ne.
Si durant cette dernire dcade nous fantasmions
une certain ouverture
.. dmocratique, les fits
nous donnent tort.
Le mystre
de la trinit.
transparence,
militance, comp-
tence, s'est vanloui
pour luisser n .
la corruption, la
B .* .trahison et 2 Il
Smdiocrit 4a plus
-- absurden Si le
prophite siti n-. Ide
bonnes questions, il
ne nous a .a p.r'' que
de fausses rponses
Tous ceux et toutes
cells qui se sont
empresss d'entonner
l'hymne a la gloire du
progrs et de la

vie politique et socile
ha'tienne se rtractent
aujourd'hui. rescuee
tous les lecteur,
paums rejoirgent
-- maintenant les rangs
de l'Opposition Ia
politique de la
c,>oquille video a
chamniboul le pays
tout en n'y laisarnt
que rueine et
dt ulation.


Me huLpp a Em im
Dontcm* -*ib1 c4i d m
tmmcsam ko b* L-MLwV"MW" au
Jia C -l Jo L thu
hm Fm= m *0 1-r ba l Cui


Page 20


1 GOUVERNEMENT-OPPOSITION I


Jean E. Ren


1 _


1




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs