Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00103
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: March 13, 2002
Copyright Date: 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00103
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Full Text















Haiti en Marche edition du 13 au 19 Mars ZUUZ Vol. Avi Ivo. o


PORT-AU-PRINCE, 9 Mars -
Le S6nateur Jean-Robert Sabalat est mort
en Espagne le vendredi 8 mars, des suites
d'une greffe du foie qu'il avait subie
quelques semaines auparavant.
Cette intervention tres delicate
avait lieu le 22 janvier dernier et la
convalescence du malade se d6roulait de
maniere satisfaisante, selon ses m6decins.
La nouvelle de sa mort survenuele vendredi
8 mars, provoqua un choc.
Le grand public haitien faisait la
connaissance de Jean-Robert Sabalat en
l'ann6e 1987. II 6tait alors, au sein du
Conseil Electoral Provisoire (CEP),
President du BED (Bureau Electoral
D6partemental) de l'Ouest pr6parant les
premieres elections d6mocratiques de
1'apres-Duvalier.
Jean-Robert Sabalat 6tait charge
de la distribution des bulletins de vote a
(voir Dcis /2)


US VISAS

Au moins si

en cause

Senateurs
PORT- A L' 10
PRINCE, 5 Mars Les et MI
Etats-Unis ont annul lec- isas amincamins
de plusieurs officials du gouerememeni
haiien.
Parlant sous le covert de
I'anonymat. des diplomates ont conlfirmi,
selon Associated Press. que les %isas
d'en% iron six offticiels baitiens a% aient I0
anriuls
Les interessies sont soupqonncs
d'implication dans la corruption ou dan%
le traffic de la drogue, selon les memes
diplomates.
Cependant I'ambassade
americaine i Port-au-Prince s'est relfusee
A (out commentaire, disant qu'il es illegal
de divulguer de telles informations d'ordre
personnel


.BA "


Jean-Robert Sabalat


ANNULES

x personnel

don'tt les

SToussaint


edard i,


Les Edal-
conduisent


ptriodiquement une revision des visas en
acitme s'esi contentee de repondre la
porte-parole Judith Trunzo
Mlais la decision a suim de
nomnbreuses declarations d'olliciels
americains appelant a une tclle amlumliuon.
En janvier dernier, I'amba.ssadeur
Brian D Curran a critiqu les .autorits
haitienncs pour asvoir reljche I'ann~e
derruere 26 indis aidus arre- jIau cours- d'un
crackdown contre le-s trafiquanis de drogue
(operalion Ouragan "i el cette annIe
d'avoir remis en lIberie deux iralfiquants
colombiens paienies
Jusqu'au Representant denocrate
John Convers (Michigan) qui diclara le mois
(voirAnnulation visas / 3)


8 MARS : JOURNEE INTERNATIONAL DE LA FEM



Eep
1 ''" a^ *4 ^ ,'














Environ 400 manifestantes au Champ-de-Mars photo Yonel Louis/HenM


. A 1"I~ -..-- .--- -


rCEc D HAITI-CRISE


IAR 15 zoWashington


Tsale la discord
ANALYSE remontait vendredi dernier (ler mars) a
PORT-AU-PRINCE, 8 Mars Washington, "satisfait" d'un accord sign
PORT-AU-PRINCE, 8 Mars ^
avec l'ex6cutif haltien pour l'arriv6e en
Lememe tango sepoursuit sans toujours Haiti d'une mission permanent de
rie en en vue : 1 pas en avant chez l'unl l'Organisationdes EtatsAm6ricainsalors
deux en arriere chez l'autre. Alors que I que President Jean-Bertrand Aristide
que le Pnisident Jean-Bertrand Aristide
m6diateur international Luigi Einaudi (voir Discorde / 4)




~-






.0













...VL






'4P
A t



Bain de foule pour le President Aristide le lundi 4 mars
A Carrefour-Feuilles photo Yonel Louis/HenM

[ME UACIUALlE rHaiti en Marche
EN MARCHE Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinidre
ECONOMIC Bois Verna
T61l: 245-1910 Fax 221-0204
L'avant project Miami
173 N.W. 94th Street
Sloi sur leS Miami, Fl. 33150
C oop rafiveS T61: 305 754-0705/754-7543
C ooper atves ^
New York 914 358 7559
mort ne Boston 508 941 6897
P.7 Montreal 514337 1286
POLITIQUE Fax: 305 756- 0979 / 513-5688
e mail: enmiarchc@haitiworld.com
PaSseport URLwww.haitienmarche.com

de YVOn Library of Congress ;.']\ 1064-3896
Neptune ? Miami, New York, Montreal, Boston,
(voProil 1Washington, Chicago: S 1.00*
(voir Profil / 16) Port-au-Prince: 10 Gourdes








Page 2


I EN PLUS!


EN BREF I


Mercredi 13 Mars 2002
Haiti en Marche Vol. XVI No.6


Deces du Senateur

Jean-Robert Sabalat


(Dices ... suite de la lere page)
travers tout le d6partement, alors que les
evidences se multipliaient que les forces
armies, second6es par des candidates
duvali6ristes, se pr6paraient A saboter ces
elections, qui se termineront en effet dans
un bain de sang le 29 novembre 1987.
Responsable du siege principal du
CEP A Delmas, la veille des elections nos
correspondents avaient trouv6 Jean-Robert
Sabalat comme un g6ndral sur le pied de
guerre, dirigeant l'installation de sacs de
sable derriere toutes les ouvertures du
local, pour pr6venir les attaques des
commando macouto-militaires qui
n'allaientpas tarder en effet dans les heures
A venir.
I1 ne paraissait avoir aucune peur
du danger auquel il 6tait expos.
Apres le carnage, nous avions
appris comment il avait ete en colre de la
suspension des elections, estimant qu'il
aurait fall continue; A la guerre comme A
la guerre, car aussi bien A la capital que
dans tous les coins du pays le people
continuait A se presenter aux bureaux de
vote.
La revanche viendra en d6cembre
1990 avec la second tentative d' 61lections
d6mocratiques, ot 1'on retrouve cette fois
Jean-Robert Sabalat Pr6sident du CEP.
Le President l1u Jean-Bertrand
Aristide fit appel Sabalat A un poste
d'ambassadeur. Mais le Parlement, domino
par le FNCD, refusant mordicus de ratifier
le choix, le chef de 1'Etat ddsigna Sabalat
comme ministry des Affaires 6trangeres.

On etait seulement it quelques
jours du coup d' tat militaire de septembre
1991. Le ministry Jean-Robert Sabalat
venaitd'accompagnerlepr6sidentAristide
A New York, A 1'occasion de l'Assembl6e
G&n6rale des Nations Unies.
La d6l6gation retourna en Haiti le
vendredi 27 septembre. Ce fut alors le
fameux discours du Pr6sident Aristide
devant une foule venue le recevoir A
1'adroport international de Port-au-Prince
et qui le suivra dans une. tourn6e
m6morable- dans les quarters populaires
de la capital. Deux jours apres, le
dimanche 29 septembre, ce fut le sanglant


coup d' 6tat qui dura toute la nuit et se solda
par le depart du Pr6sident Aristide pour
l'exil le 30 Septembre 1991.
Jean-Robert Sabalat se sauva
clandestinement du pays, en passant la
frontiere A dos de mulet par les mornes les
plus escarp6s pour rejoindre le Pr6sident
Aristide en exil A Washington.
La gestion du pouvoir en exil ne
fut pas de tout repos. Tant bien que mal la
cohabitation se poursuivit, jusqu'au
prochain gouvernement.
Le nouveau Premier ministry,
Robert Malval, choisit Claudette Werleigh
pour remplacer Sabalat comme ministry
des Relations ext6rieures.
En 1995, apres le r6tablissement
dans ses functions du pouvoir
constitutionnel a lafaveur del' intervention
d'une force multinational sous la houlette
des Etats-unis, Jean-Robert Sabalat prit
part aux l6gislatives sous une etiquette
d'ind6pendant et fut 6lu 26me S6nateur du
D6partement de 1' Ouest.
C'est cet homme d'action et ce
patriote au grand coeur qui vient de mourir
en Espagne.
-Cela faisait longtemps que sa
sant6 6tait chancelante. Grace h
1' intervention de 1'ambassade d'Espagne
en Haiti, il sauta sur 1'opportunit6 qui lui
6tait offerte de subir cette operation, sa
seule chance de survive.
Apres la greffe du foie, les
m6decins se disaient assez optimistes. Le
patient avait bien r6cup6r6 et 6tait rentr6
dans la pension de famille qu'il occupait
avant Il'op6ration. -
Brusquement, certaines
complications' commencdrent A se
presenter. Transport de nouveau A
1'h6pital le 4 mars, Jean-Robert Sabalat put
de nouveau rentrer chez lui.
On le trouva mort dans son lit,
dans les premieres heures du vendredi 8
mars.
Nous vous renseignerons sur les
fundrailles.,
Nos sympathies A toutelafamille.
Jean-Robert Sabalat 6tait le fils de
Ernest Sabalat, un grand avocat qui avait
fait la champagne de D6joie et qui fut
assassin par les sbires de Francois "Papa
Doc" Duvalier.


HAITI-PRESSE

L'UNESCO inaugure

le prix Jean Leopold

Dominique de la Presse
Port-au-Prince, mardi 5 mars depuis ces dix deniers mois dans le pays
(HPN) L'organisation des Nations Unies etrienn'estfaitpour l'arreter. Nous devons
pour 1'Education, la Science et la Culture nous lancer dans la bataille ", a-t-il fait
(UNESCO), a officiellement inaugur6 savoir.
mardi A Port-au-Prince le prix Jean Selon le repr6sentant de
Laopold Dominique A travers le Jr6me 1'UNESCO en Haiti, Bernard A. Hadjadj,
de la liberty ". le prix Jean Leopold Dominique, le
Lors d'une rencontre avec la J6r6me de la liberty ", sera remis tous les 3
press aux ateliers de peinture Jean Ren6 mai, jour international de la press, A deux
Jrome ", les membres du jury ont fait journalists professionnels en activity.
savoir que cette initiative consistait i Voici la liste des membres du
immortaliser la m6moire du journalist jury: Guyler C. Delva, Secr6taire G6n6ral
assassin sur la cour de sa radio le 3 avril de 1' Association des Journalistes Haitiens
2000 et d6fendre les principles de la liberty (AJH), H6rold Jean-Frangois, President de
d'expressiondanslepays. Lejuryduprix 1'Association Nationale des M6dias
est form de onze membres et est dirig6 haitiens (ANMH), G6rard Guillet,
par 1'6crivain Frank Etienne. Selon M. Responsable de la Cooperation Fran9aise
Etienne, les journalists doivent en Haiti, Guy Serge Pompilus, Mireille
comprendre la n6cessit6 de mener la lutte J&6rme, Florence Jean-Louis Dupuy, Jean-
pour la liberty de la press et de la parole Claude Bajeux, Bernard A. Hadjadj,
en particulier parce que ces demrniers temps, Michele Montas, Frank Etienne et Michel
ce droit est tres menace. I1 est navrant de Pierre-Louis.
constater une acc6l6ration de 1'arbitraire


Visas americains suprim6s
L' ambassade americaine aurait averti par lettres plusieurs personnalit6s
haftiennes, fonctionnaires de haut rang de 1'Administration publique haftienne, ainsi
qu'au sein de la Police Nationale d' Haiti que leur visa d'entr6e aux Etats-Unis avait 6t6
supprim, sans toutefois preciser les raisons de cette measure. D'apres des informations
emanant d'une source digne de foi, ces personnel seraient au nombre de 6 au moins.
(Associated Press)

La semaine des Cooperatives
La semaine du 4 au 9 mars a ete celle des cooperatives. Avec toute une s6rie de
rencontres et de declarations ...
INICOOP (Initiative des Coop6ratives) a d6nonc6 en d6but de semaine une
operation de sabotage du secteur bancaire centre les caisses populaires. Dans un
communique rendu public mercredi, les responsables de INICOOP ont 6numnr6 un
certain nombre de faits (fermeture des comptes de certaines cooperatives,
dessaisissement brutal et inattendu de la BHD / Banque Haiftienne de Ddveloppement,
d6tentrice des comptes de la plupart des cooperatives comme autant de measures
prouvant la mauvaise foi du secteur bancaire.
Vendredi, c'6tait le forum 6conomique sur les cooperatives au cour duquel le
project de loi sur les cooperatives a 6t6 present A 1' 'assistance. (voir page 7)

DWces du s6nateur Jean-Robert SABALAT
Le S6nateur Jean-Robert SABALAT est mort en Espagne le vendredi 8 mars, des
suites d'une greffe du foie qu'il avait subie quelques semaines auparavant. Jean-Robert
Sabalat 6tait le fils de 1'avocat Ernest Sabalat qui avait fait la champagne de D6joie et qui
fut assassin par les sbires de Fran9ois "Papa Doc'" Duvalier. Directeur du BED de
I'Ouest en 1987, Pr6sident du CEP de 1990, Ministre des Affaires 6trangeres en 1991 et
Senateur de l'Ouest en 1995, Jean-Robert Sabalat laisse le souvenir d'un patriote au
grand coeur.

L'opposition ne participera pas au prochain gouvernement
Les principaux dirigeants de la Convergence D6mocratique ont d6clind a advance
toute invitation A participer au prochain Gouvernement. R6agissant A la nomination par
le President Aristide du S6nateur Yvon Neptune au poste de Premier Ministre, les
responsables de Convergence estiment que cette decision ne fait qu'6carter toute
perspective de solution A la crise politique.
Pour G6rard Pierre-Charles, ce qui frappe dans la designation du nouveau Premier
Ministre, "c'est le manque de comprehension du moment politique et de la gravity de la
crise. On ne peut pas fair le geste m6canique comme s'il n'y avait rien dans le pays, on
renvoie un Premier Ministre, on en nommne un autre." Selon M. Pierre-Charles, la
situation actuelle demand la concertation, la n6gociation et un accord politique.
De son ct6, 1' Initiative de la Soci6t6 Civile (ISC) a d6plor6 la nomination de
Neptune. Selon 1'organisation, Lavalas aurait dui privil6gier les n6gociations afin de
trouver un accord politique pour sortir le pays de la crise. Edouard Paultre estime
qu'avec cette decision, les rapports vont se compliquer avec le parti au pouvoir. "
Toutefois il y a des opportunities. qu'il faudra saisir avec l'arniv6e de la mission de
L'OEA", a conclu Edouard Paultre.

L'UNESCO inaugure le prix Jean Leopold Dominique de la
Presse ...
L' Organisation des Nations Unies pour 1'Education, la Science et la Culture
(UNESCO) a officiellement inaugur6 le mardi 5 mars a Port-au-Prince le prix Jean
Leopold Dominique A travers le J6r6me de la liberty ".
Lors d'une rencontre avec la press aux ateliers de peinture "Jean Ren6 J6r6me ",
les membres dujury out fait savoir que cette initiative consistait a immortaliser la
m6moire dujournaliste assassin sur la cour de sa radio le 3 avril 2000 et d6fendre les
principles de la liberty d'expression dans le pays. Le jury du prix est formnn de onze
membres et est dirig6 par 1'ecrivain Frank Etienne.Le prix Jean Leopold Dominique,"
le J6rome de la liberty ", sera remis tous les 3 mai, jour international de la press A deux
journalists professionnel en activity.
Voici la liste des membres dujury : Guyler C. Delva, Secr6taire G6ndral de
1' Association des Journalistes Haitiens (AJH), H6rold Jean-Franyois, President de
l'Association Nationale des M6dias Haitiens (ANMH), G6rard Guillet, Responsable de
la Cooperation Frangaise en Haiti, Guy Serge Pompilus, Mireille Jerome, Florence
Jean-Louis Dupuy, Jean-Claude Bajeux, Bernard A. Hadjadj, Michele Montas, Frank
Etienne et Michel Pierre-Louis.

Affaire Jean Dominique : Zro tolerance centre I'impunit6
La Fondation Eko Vwa Jean Dominique, 1'Association des Journalistes Haitiens
(AJH) et la Coalition national pour les Droits des Haitiens (NCHR) ont plaid au course
d'une rencontre avec la press, pour application de z6ro-tol6rance centre 1'impunit6

Dans un memorandum, ces organizations ont appel6 au renouvellement du mandate
du Juge Gassant, la lev6e de l'immunit6 parlementaire du S6nateur Toussaint, le
d6clenchement d'une champagne de d6sarmement ", le r6tablissement d'un climate de
tolerance.

Une Haitienne condamnee A dix ans de prison pour homicide
C'est finalement un verdict d'homicide involontaire qui a Wte prononc6 le lundi 4
mars, au Palais de justice de Qu6bec, dans le proces de Ginette Constant, une Haitienne
accuse de meurtre pr6m6dit6 de Francesca Daigle, la fille de son conjoint.
Le jury, compose de huit femmes et quatre homes, en est arrive A son verdict
apres trois jours de d6lib6rations, suite A pres d'un mois de proces. VWtue de noir,
Ginette Constant est demeur6e impassible lorsque le president du jury a prononce le
verdict, une attitude qu'elle a d'ailleurs conserve tout au long du proces. Le juge
Gaston Desjardins, de la Cour Sup6rieure, a aussit6t prononc6 une sentence
d'emprisonnement A perp6tuit6. Le jury ne s'est toutefois pas pr6valu de 1'opportunit6
que lui confere la loi de sugg6rer une sentence minimal A purger par 1' accuse avant
qu'elle ne soit admissible A une demand de liberation conditionnelle.

Designation officielle du s6nateur Yvon Neptune au poste de
Premier ministry
Le president Jean-Bertrand Aristide a d6sign6 officiellement, le lundi 4 mars, le
s6nateur Yvon Neptune au poste de Premier ministry en replacement de Jean-Marie
Ch6restal d6missionnaire.
Le chef de l'Etat a requ au Palais national, le lundi 4 mars, les membres les plus
influents de Fanmi Lavalas pour confirmer la designation de Yvon Neptune comme
futur'chef de gouvernement.
La prochain gouvernement devra etre un gouvernement d'ouverture, avons-nous
appris. Mais jusqu'a present les membres de Convergence semblent peu enclins a
accepter toute participation.
(voir En Bref / 18)


I __ _____








Mercredi 13 Mars 2002
HUatie Mr hbe V\l XVI No6


I EDITORIAL I


USA-UE-HAITI

Sanctions : deux poids
terriens avec les anciens propri6taires
deux i ensures ... blancs, mais aussi accusations de
et I eux measure UUSviolations des droits humans et de la


PORT-AU-PRINCE, 11 Mars La semaine
dernire, on apprenait par voie de press la suspension de
visas d'un certain nombre d'officiels haitiens par
1'immigration am6ricaine...
D'autre part, le principal responsible de la politique
latino-americaine et carib6enne del administration Bush, M.
Otto Reich, lance dans une interview parue dans le Wall Street
Journal: Nous allons essayer maintenant contre eux des
sanctions individuelles, par example la suspension des visas
d'entr6e aux Etats-Unis."
On retrouve ces memes measures agit6es contre les
dirigeants du Zimbabwe (ex-Rhodasie). Le president Robert
Mugabe a maille a partir avec 1' ancienne m6tropole : conflicts


libert6delapresse. Enfin demanipulation dans lecadre
des pr6sidentielles qui ont lieu ce week-end dans cette
ancienne colonie de 1'Afrique australe.
Mugabe chasse un group d'observateurs
internationaux. Aussit6t, 1'Union europ6enne, et
Washington par solidarity, d6cident d'appliquer des
sanctions individuelles contre les autorit6s
zimbabwdennes, tel suspension de visas, etl'on precise,
aussi bien A Bruxelles, capital de 1'UE, qu'au
D6partement d'Etat americain : les sanctions
individuelles, c'est pour ne pas imposer des sanctions
collectives d6nonc6es comme injustes envers les
populations, et en meme temps pas assez efficaces


Angle Rues Dr. Aubry et Tiremasse


LUNDI-VENDREDI 8:30 am A 3:00 pm
SAMEDI 9:00 am a1:00pm






299-2336 a 299-2338
Fax: 299-2339


eme




S SUCCURSALEE


contre les responsables
politiques.
Or en Haiti, voici
qu'entrent en scene des
sanctions individuelles
(suspension d'un certain
nombre de visas), alors que
demeure en place un embargo
don't on connait toutes les
miseres qu'il inflige au pays.
Politique de deux
poids et deux measures ...
Aussi bien 1'Union
europ6enne que Washington
conviennent queles sanctions
individuelles sontpr6f6rables
aux sanctions collectives
" injustes et sans effet
veritable sur la situation
politique proprement dite.
Mais tout ce monde trouve
normal de continue A
imposer aussi des sanctions
collectives A Haiti, en premier
lieu 1'embargo del' assistance
financiere, le gel de quelque
500 millions de dollars d'une
importance capital pour le


(Annulation visas ...
suite de la lire page)
dernier lors d'une visit en
Haiti : La corruption au sein
du gouvernement et de la
police est end6mique et sans
contrble. "
Dans une lettre
adress6e au Secr6taire d'Etat
am6ricain Colin Powell, les
Repr6sentants r6publicains
Mike DeWine (Ohio) et
Porter Goss (Floride) ont
requis une liste de citoyens


* 1st Communion
* Bridal Showers
* Christening


pays.
Pour les uns, Haiti a un
traitement different de la part de la
communaut6 international. Ce qui
est bon pour le Zimbabwe ou le
Kosovo, n'est pas forc6ment bon pour
nous. Haiti 6chappe A la regle. Et
parce que, tenez vous bien, Haiti serait
aujourd'hui une sorte de laboratoire
pour la communaut6 international, liA
oi s'exp6rimentent diff6rentes
politiques, diff6rents scenarios avant
de les introduire 6ventuellement
ailleurs.
Haiti-cobaye. Pour
1'experimentation des pires remedes
de cheval.
Mais une autre explication
court les rues. Ce n'est pas tant aux
dirigeants haitiens que ces puissances
en ont, qu'au people haftien ...
C'est le people hadtien (les
masses urbaines et rurales) qui reste
cibl6 en premier lieu. Leur crime:
continue A tenir tate ...

(Editorial M61odie 103.3
FM, 11 mars 2002, Port-au-Prince)


aussi appel6 a examiner le cas
d' officials du gouvemrementAristide.
Etant donn6 1'evidence
croissante de la nature hostile et anti-
d6mocratique du regime d'Aristide,
nous croyons que le D6partement
d'Etat doit avoir une claire
determination A savoir si des officials
du gouvernement Aristide doivent
banaficier de 1'accs au territoire
americain dit la lettre.
DeWine et Goss d6signent
particulierement les S6nateurs Dany
(voir Annulation / 5)


* Baby Showers
* Birthday's
* Weddings


Special Occassion Souvenirs
.By Sophia


Phone 954- "'7-i662 wwv sosdezine.com


Page 3


ANALYSE SOMMAIRE
Washington essaie la discorde... p.1
EDITORIAUX
Sanctions : deux poids et deux measures p.3
Haiti Etats-Unis: Deux nuisances, cela fait trop p.6
ACTUALITE
Ddcds du Sdnateur Jean-Robert Sabalat p. 1
Affaire Louima: un des policies blancs remis en liberty p.5
Joumre mondiale de la femme p.6
La Premiere Dame appelle au d6blocage des fonds p.9
L'un des plus gros narco-trafiquants du Mexique captured p.12
L'UNESCO inaugure le prix Jean Dominique de la press p.2
POLITIQUE
US Visas annul6s p.1
Un portrait du Premier-ministre d6signd Yvon Neptune p.16
JUSTICE ET DROITS DE L'HOMME
"Z76ro tolerance" contre l'impunit6 p.5
Les USA tres critiques sur la situation des droits de l'homme
en Haiti p.12
ECONOMIC
L'avant projet-loi sur les cooperatives mort -nd p.7
UNIVERSITY
La Renovation de la Maison des Etudiants p.8
ARTS
Valcin II: 37 ans de carrire p.10
ANTI-TERRORISME
Rapport inhabituel sur l'Etat de l'Union p.11
L'Am6rique dans le souvenir du 11 septembe p. 10
DIASPORA
Afro-amdricains, une culture tres diversifide p.12
HUMOUR POLITIQUE
Sij'6tais candidat... p.17
INTERNATIONAL
Madagascar: pays bicdphale p. 20


Au moins 6 personnel

en cause, don't les

Senateurs Toussaint
et Medar-d haYtiens poss6dant des documents
d'immigration americaine. Ils ont


a en arc e o. .







I UNE ANALYSE I


Mercredi 13 Mars 2002
Haiti en Marche Vol. XVI No.6


HAITI-CRISE Washington essaie la discorde
(Discorde ... suite de la lire page)
announce tambour battant un prochain "gouvernementl'assistance financi6re au pays encouragerait les courants Lafontantu avant m6me l'investiture 9du7 fvrier 1991, leo
d'ouverture" avee participation de l'opposition, s'il y a lieu, favorable au changement, tandis que le blocus ne conduit s d e d r 1
ainsi que des milieux d'affaires et professionnels, c'est qu'au raidissement. plus tard etc.
paradoxalement le moment que choisissent les responsables Mais bien fou prendrait les propos de M. Reich au Dresser les uns centre les autres ceux
de la politique latino-am6ricaine et carib6enne de Wall Street Journal come simple omission. Il s'agit an qui sont les plus en vue ...
'adininistration Bush pour lancer la plus forte charge A ce contraire d'une strat6gie d6termin6e pour essouffler un Mais tout doucement aussi administration Bush
jour contre le pouvoir de Port-au-Prince. adversaire et le pousser dans ses derniers retranchements,
Dans une interview au Wall T semble en train de ranger ses voiles
Street Journal, le nouveau Secr6taire l ans une autre direction mais sans
d'Etat amricain pour les affaires d l Ine changer pour autant de cap, changer
h6misph6riques, le trns anti-castriste de moyens mais pourles menes fins
Otto Reich, deplore que "le chef de (la finjustifiantles moyens), si l'on
l'Etat haltien semble minimiser les en croit un autre article plus
pressions don't il fait l'objet tant iA important que celui du Wall Street
'intdrieur qu'la 'ext rieur du pays cri t e aJournal, et sorti 6galement la semaine
il (Aristide) r6clame chaque occasion dernire cdans le Washington Post.
plus de fonds de notre gouvernemen tt En un mot, l'opposition petit Ai
sans op6rer les r6fonrmes ncessaires." petit n'a plus un r6le aussi vital
Evidemment, M. Reich (mlme si elle continue d'avoir le
caricatureun pen.Maison sait que c'est beau r6le pour les.besoins du
la marque de fabrique de la niouvelle moment) dans la strat6gie de
6quipe tres "cow-boy" qui est aux d6stabilisationd'un pouvoir reposant
commander u Washington ... sur les masses desC villes et des
Va pour d6noncer la campagnes, car c'est bien de cela
corruption et la criminality "A grande qu'il s'agit.
&chelle", ainsi que les allegations de Ou serait-ce parce que
traffic de drogue, mais c'est la m8me d6sormais elle aussi (l'opposition)
semaine que le rapport duD6partement declare ne plus appuyer 1'einbargo.
d'Etat sur la collaboration dans la lutte En tout cas, elle ne s'en r6clame plus
centre la drogue admet que Haiti a fait dans ses prestations publiques.
quelques progrIs, quoique jug6s Le PrAsident Aristide au milieu des e ilves du Lyce des Jeunes Filles A l'occasion "Nous n'avons jamais demand que
"insuffisants" communique6 de l'Ambassade de la Journie Internationale de la Femme photo Jean-Claude Pierre-Loui l'assistance 6trangbre soit suspendue, et nous
am6ricaine A Port-au-Prince). Mais le cloud c'est d'annoncer quelles qu'en soient les consequences sur l'environnement ne combattrons pas sa reprise a dit r6cemment Micha
ammricaine ortannouvellne)... Mais lecloac'estde danoncrierlocal. C'est du judo politique. On reproche A M. Aristide de Gaillard an correspondant local de Associated Press.
etomme uneopapend tnou el quei en y apa. d d m ca ne pas fire assez, mais das qu'il fait un pas en avant, vite Dilatoire?
et de d6veloppement conomique en Haiti." on fait deux on trois pas en arrixre. Quant A l'opposition I Toujours est-il que les homimes de Bush peuvent tre
Alors 1H, c'est le fou rire, quand il faudrait plutbt haltienne, elle n'a mnme pas : r6fl6chir elle-mine a son entraind'imaginerunautre stratagme :rencontrerLavalas
en pleurer. Ainsi d'aprbs ce monsieur Reich, "la d6mocratie prochain movement, M. Reich lui indiquela direction, M. sur son propre terrain : la popularity ...
et le ddveloppement dconomique"pousseraient come des Reich pense pour elle ... D'oii son refus automatique et Pas question d'61ections, Lavalas reste imbattable an
planted sauvages an board du chemin.d s radical de participer non seulement au prochain plan popularity, on est d'accord. Lavalas, "sMl kbk ki
embaron(plusmexteuntpay s pend pantplueuraemeosgouvernement mais A toute autre initiative sur le plan chante. Par contre, dresser les uns contre les autres ceux
embargo (plus exactement1depuis levddpart dungouvereinent national champagnee d'alphab6tisation, champagne anti-Sida, qui sont les plus en vue. Un terrain surlequel les politicians
delamajorit OPL en 1997), puis on revient voir tin jour si preparation du 200e anniversaire de l'Ind6pendance etc.). haYtiens sont en effet particulibrement vulndrables ...
le d6veloppement 6conomique est bien avance. C'est l'image d6solante que donne cette semaine Ainsi le Washington Post, l'un des journaux qui

Du judo politique ... encorela r6alit6 politique haitienne. Beaucoup n'en peuvent avaient le plus combattu le r6tablissement d'Aristide an
Idem pour la dumocratie. La mission Caricom plus, d'indignation et de honte ... que dire de la grande pouvoir en 1994 par le president Clinton, public le lundi 4
(communIautm caraibe) qui nous a visit sircemment ariom iajorit6 qui a tout perdu. Tout, fors l'honneur mars 6coul6 un article sous le titre de : "Un populaire
(on mneapent plus e quneuse. Soelan evieie rt cement de tD'ailleurs, A lire entire les lignes de ces articles de parlementaire haftien inquidte les Etats-Unis. Autrefois un
on ne peut plus lumineuse. Selon ellee r6tablissement de se soucie plus allied, le suspect dans l'assassinat du journalist, est aussi
presse,'administrationBushneun rival d'Aistide."
-.76W ),'r74 tellement de opposition qui ne gagne
I1 s'agit bien Air du s6nateur Dany Toussaint,
d6sormais plus rien aunpourrissement de la crise II s'agit binstrustinatetr a ssant,
car le people Lavalas, contrairement a tons les inculpd par le juge d'instruction Clandy Gassant clans
UTY SALON Ch ildren pronostics et sondages men6s par Washington l'assassinat de note confrbre Jean Dominique en avril 2000,
R/BE AUTY SALONcoe et que des officials am~ricains disent soupqonner 6galement
(les vrais sondages qui ne sont pas rendus
r$10" DESIGNER CUT publics, pas les faux qu'on nous assdne sur une d'implication cans des meurtres politiques etclans letrafic
Si ti. Rea. 12 .50 base invariablementhimuotidienne dans certain deladrogue...


F tirt tr me customer o y. neg. l.-ww
RE E CONDITIONING
r wEETREATMENT
With this coupon

3 05 <940-9070
r- uHwy..aSte. N &
..* '..l FL 3316 -


m6dias "ind6pendants"), le people Lavalas n'a
montrdlemoindrefldchissementconsid6rantque
c'est le meme calvaire qui se pursuit et qui
remote d6ja a l'l61ection de son idole le 16
d6cembre 1990, et don't les multiples tapes
s'appellent la tentative de putsch de Roger


Une rampe de lancement pour la
champagne pr6sidentielle de 2005 ....
Jusque 1A rien de nouveau. Mais cet article
d6veloppe une approche tout a fait nouvelle. D6sormais
Dany Toussaint surgit aussi comme un ex-agent de la CIA,
(voir Discorde / 5)


" ~recioN


A- 01-(2C 21lA1-Cl"
18 x 18.& 16x 16
Ceramiques espagnoles et italiennes
Grand choix a votre disposition.
.79 pied carr6e


I. S. ^ 3J X.I I T
Cramiques grises
(Maximum 8 Sacs)
avec tout achat minimum de 200 pieds carries
A- t -nin


C6ramiques & Marbre


Tres grande salle d'exposition
D6pot Salle d'Inventaire '.s
Accessoires a


- *.


C6ramiques
Marbre pour Salle de bain


t 12x 12
Ceramiques espagnoles
Diff6rents Styles et couleurs
69 pieds carries

G __A 3 1J x-I
Ceramiques gnses
(Maximumn 8 Sacs)
avec tout achat minimum de 200 pieds carr6s


App uoe cz etr opupo n
Nous exportons vers Haiti Apporitezcecoupon



Meilleurs prix de la place.

Venez done voir vous-meme

S3306 N.W. 79eme Avenue, Miami, Florida Tel.: 305 592 2558 Fax: 305 477 2673 ..


Page 4


.11.








I DE L'ACTUALITE


DISCORDE..
(suite de la page 4) occupe aucune position dans le gouvemrnement" dit un
au m8me titre, souligne le Washington Post, que Emmanuel official am6ri-cain non identified.
" Toto Constant, ainsi que les ex-commissaires Jean- Mais le but de l'article n'est pas de faire le procks
Jacques Nau et Guy Philippe (ces deux derniers sont de Dany Toussaint que de cr6er un 6tat de guerre entire le
"flushed par la meme occasion). Nau et Philippe sont "riche et s6duisant jeune s6nateur et le chef du parti, le
president Aristide.
Des a-
mis communs
dissent que les
relations entire les
deux hommes sont
bases d6sormais
sur une peur
mutuelle ... Ils ont
une quantity de
missiles dresses
F'un contre
l'autre dit l'offi-
ciel am6ricain
toujours non
identifi6.

Semtner
des clous tout
le long de la
voie ...
Si Tous-
saint rompt avec le
La Premiere dame Midred Trounillot Aristide visitant la Maternit Isale Jeanty president, celui-ci
photo Jean-Claude Pierre-Louis perdrait une grande parties de sa capacity A mobiliser
accuses par les autorit6s haitiennes d'avoir orchestra depuis les masses pauvres, pursuit le Post. Uncertain nombre de
la R6publique dominicaine l'attaque du 17 d6cembre dernier ces organizations populaires ', qui fournissent le support
centre le Palais national. de masse Aristide centre ses opposants, sont sur le payroll
A present, tenez-vous bien. Les relations de de Dany.
Toussaint avec les Etats-Unis et avec Aristide se sont Pour finir,le coup de grice: Selon des amis de
d6t&rior6es en meme temps que la popularity de l'ex-chef Dany Toussaint, celui-ci craint que Aristide ne tente.de
de la police int6rimaire grossissait en Haiti. Aux 61ections solutionner ses propres problames avec les Etats-Unis en
de Mai 2000, Toussaint a requ plus de votes que tout autre le livrant aux autorit6s am6ricaines. "
candidate, et sa base dans le dCpartement de l'Ouest, qui Evidemment, si les autorit6s amiricaines 6taient
comprend la capital de 3 millions d'Ames, lui donne une vraiment int6ress6es A mettre la main sur Dany Toussaint,
rampe de lancement pour la champagne pr6sidentielle de c'est le dernier genre d'informations qui seraient rendues
2005." nubliaues.


" Evidemment nous n'accep-terions pas qu'il


AFFAIRE LOUIMA

Un policies libere moyennant

une caution d'un million de dollars
NEW YORK, 7 Mars Un des policies blancs nouveau proces, 6tait en prison depuis pres de trois ans.
ddjA condamn6 deux fois pour avoir particip6 A la seance Ag6 de 36 ans, l'ancien policies dement avoir Wt6
de torture d'uniimmigr6 haitien dans un commissariat new- present quand Justin Volpe a sodomis6 Abner Louima avec
yorkais a 0t6 remis en liberty jeudi, moyennant une caution un balai en 1997. Volpe, qui a reconnu les faits, purge une
d'un million de dollars., peine de 30 ans de prison.
Charles Schwarz, qui a vu sa condemnation La justice a en revanche estim6 que la
infirm6e en appel la semaine demnire et va b6nificier d'un condemnation pour violation des droits civiques inflig6e A


Port-au-Prince, 5 mars (HPN) La Fondation Eko
Vwa Jean Dominique, I'Association des Journalistes
hailtiens (AJH) et la Coalition national pour les droits des
Haitiens (NCHR) ont plaid, mardi, au course d'une


Sanctions: deux
poids et deux measures
(Annulation ... suite de la page 3)
Toussaint et M6dard Joseph, disant qu'ils ont Wt6 lies de
maniere indubitable par un certain nombre d'agences
americaines au traffic de drogue en Haiti."
Les deux s6nateurs ont ni6 6nergiquement les
accusations.


Page 5


Par centre, chaque paragraphe de ce long article,
sans une exception, s'applique A verser subtilement le poison
de la discord entire les deux honmmes. Qui t'a fait prince ?
Et qui t'a fait roi ?
Et de conclure par cette mise en garde pr&te A un
quelconque membre du parti Lavalas (mais toujours non


Le major Dany Toussaint
identifi6):" Si Dany se pr6sente aux presidentielles de 2005,
il sera tres difficile A battre. "
La strategie est 6vidente: de ne pouvoir abattte le
Lavalas vules carences del'opposition, jouer sur les propres
ambitions de ces messieurs, que ce soit Titid, Dany et
d'autres a venir (" au suivant "),pour les faire sauter tous
ensemble ...
Et, malgr6 que lag6 av6ti pa touye kokobe ", cela
peut marcher, comme chacun de nous le sait trop bien ...
Et en attendant, multiplier les irritants, comme la
suspension des visas, semer des clous tout le long de la
voie...

Haiti en Marche, 8 Mars 2002


Schwarz, devait etre annulde pour cause de vices de
procedure. Schwarz avait 6t6 condamn6 A 15 ans pour avoir
tenu Louima pendant que Volpe le torturait.
Dans l'autre proces pour obstruction A la justice,
la justice a 6galement jug6 que. Schwarz et ses collogues
Thomas Wiese et Thomas Bruder, accuses d'avoir covert
leurs collogues, avaient 6t6 condamnds avec des preuves
insuffisantes. La encore, il faudra les rejuger. Abner
Louima, A Miami, a lui regrett6 la liberation sous caution
de Schwarz. "J'avais espdr6 qu'apres toutes ces annees, je
pourraitpoursuivre ma vie. Malheureusement, ce n'est pas
le cas". IH s'est ndanmoins engage A collaborer pleinement
lors du nouveau proces, afin de "d6montrer au monde que
notre system judiciaire ne fonctionne pas". (AP) .


rencontreAFFAIRE JEAN DOMINIQUE delarigueurdela
avec laJiAtous ceux qui
press, pour /violent les droits A
application Zero tolerance centre la liberty d'ex-
de z6ro- pression, de
tol rance contreimpunit ." /Cette* m -U 9 9 reunion et d'association, ont-elles
revendication figure dans un I im p u mIte indiqu6 dans leur note au President
e sl 21 i a Jean-Bertrand Aristide. Ces associations ont critique une
memorandum en six points adress6 le 21 f6vrier denier an
President de la Rupublique et rendu public mardi. fois de plus la nomination de trois nouveaux juges en
President de la Republique et rendu public mardi. v.r -
Dans cem6morandum, ces organizations ont, entire replacement du Magistrat Claudy Gassant sur l'enquate
u n d m d autour de l'assassinat de Jean Dominique. Nous avons
autres, appeal au renouvellement du mandate du Juge ,,
auu~~~ v. 'impressi on que l'instruction est revenue a la case depart",
Gassant, la levee de l'immunit6 parlementaire du Senateur impressionquel'instruction est revenue a case depart
,. i> a declare un des porte-parole de la Fondation.
Toussaint, le d6clenchement d'une champagne deaclarun des porte-parole de la Fondation.
Au course de cette rencontre avec la press, ces
dasarmement ", le r6tablissement d'un climat de tolerance.
Zero tolerance centre l'impunit6 "impliquel'application (voir Impunite / 6)


FICHE D'ABONNEMENTA HAITIENMARCHE


NOM

ADRESSE

6MO
ETATS-UNIS US $ 4
CANADA US$4
EUROPE US$ 7
AMERIQUE LATINE US$ 7


IS
40.00
42.00
70.00
0.00


RENOUVELLEMENT
0
NOUVEL ABONNE
UNAN
US$ 78.00
US$ 80.00
US$ 135.00
US$ 135.00


--- U -LI~~


Mercredi 13 Mars 2002
TT .... X -- 1 -I T- 1 IIT XT- A


Haiti en Marche Vol. XVI No.6


I


I


r----1-







EDITORIAL


Mercredi 13 Mars 2002
Haiti en Marche Vol. XVI No.6


HAITI ETATS-UNIS


Deux nuisances, cela fait trop


PORT-AU-PRINCE, 7 Mars On a la nette
impression aujourd'hui que certaines missions
diplomatiques en Haiti sont prises entire deux feux : entire
d'un c6t6, la realit6 d'une situation que ces diplomats
sont obliges departager avec les populations du pays h6te,
car aucun tre human ne saurait rester indifferent aux
multiples difficulties qui aujourd'hui nous 6treignent; et
d'un autre c6t6, les condamnations que ne finissent pas de
nous infliger, sous les lambris dor6s des chancelleries
6trangeres, des bureaucrats totalement insensibles aux
consequences de leurs dictats qu'ils distribuent h tort et A
travers, sans aucune idee des souffrances que cela peut
valoir A des centaines de milliers, des millions d'innocents,
d'enfants innocents...
Et il nous semble que l'une des missions les plus
concern6mes h ce propos, c'est la mission am6ricaine,
l'ambassade am6ricaine...
On est frapp6 de la facon don't 1'ambassade des
Etats-Unis en Haiti semble, depuis ces dernieres semaines,
oblige de swinguer entire ces deux r6alit6s : celle cruelle
que nous vivons aujourd'hui en Haiti; et la ralit6 virtuelle
qu'ont de nous les petits bureaucrats, entire autres, du
D6partement d'Etat et du Conseil national de s6curit6
(Maison Blanche).
Entre une r6alite v6cue dans le sang, dans la sueur
et les larmes; et une autre vue par le petit bout de la
lorgnette, celui des idWes rescues, des lieux communs, des
pr6jug6s. Des pr6jug6s qui restent plus forts que la raison.
On a vu le soin avec lequel l'ambassade a rendu
compete des conclusions de la visit des congressmen du
Black Caucus, Carrie Meek et John Conyers ...


Meme gymnastique pour reproduire "verbatim"
les declarations du Secr6taire d'Etat am6ricain Colin Powell
concernant 1'embargo; cela afin d'eviter sans doute toute
extrapolation, tout d6bordement...
Pareil pour les conclusions du rapport annuel du
D6partement d'Etat surla collaboration international dans
la lutte anti-drogue, etc, etc.
On croirait I'ambassade am6ricaine devenue une
sorte de journaliste ind6pendant"..
C'est que ces missions diplomatiques ont comme
nous le nez dans la meme "merdre", comme disait I'autre

Particulierement la mission am6ricaine, don't tout
haitien qui se respect voit automatiquement la main dans
la crise politique, dans toute crise g6neralement quelconque
survenant en Haiti (vrai ou faux !).
Toujours est-il que les americains sont condamnis
& ne pouvoir rests indiff6rents, le nez retrouss6, comme
beaucoup d'autres, attendant le prochain week-end pour se
r6fugier sur les plages en r6publique voisine;.
Non, la mission americaine a a voir, serait-ce au
niveau de l'immigration clandestine et de tous les facteurs
qui l'encouragent (ch6mage, misere noire, violence etc),
les amnricains et nous sommes finalement dans le meme
bateau.
Que pensent done ces diplomats, en leur ime et
conscience, quand ils reviennent d'une tourn6e dans le plus
profound du pays profound, oi ils sont toujours accueillis par
une population tout sourire, mais avec le venture qui colle
toujours un peu plus A la peau du dos ?
Comment rester indifferent devant tant


S ..


d'acharnement ?
On comprend done que ces diplomats soient
forces A toutes sortes de coups de guidon, de tours depasse-
passe, de rivaliser en trouvailles dans leurs rapports aux
petits bureaucrats de leurs chancelleries respective qui
restent malgr6 tout les oreilles bouch6es, sauf pour ce qui
concern leur advancement, or Haiti n'est pas une
destination qui pese bien lourd par les temps qui courent

On comprend tout 9a, nous devons aussi le
comprendre ... Et ce n'est pas unique & la mission
am6ricaine.
Mais c'est pour cette derniire que cela semble le
plus paradoxal, pour ne pas dire idiot.
En effet, Haiti est le pays du continent oi
influence am6ricaine est peut-6tre aujourd'hui la plus
manifeste, grace A la Diaspora.
Or c'estaussi sur Haiti que les petits bonshommes
du D6partement d'Etat et du Conseil national de s6curit6
semblent le plus s'acharner dans leur aveuglement et leur
manque de discernment.
I Conclusion: Haiti pese si peulourd que les Etats-
Unis n'ontpas Ase soucier d'avoirune politique pour Haiti.
Or en n'ayant pas une politique d6finie pour Haiti,
leur politique, ouplutbt celle qu'ils font semblant de mener
en Haiti, finit par devenir une simple nuisance.
Oui, on pretend qu'Haiti est aujourd'hui une
nuisance international. Mais deux nuisances, c'est encore
pire.
(Editorial, M6lodie 103.3 FM, 7 Mars 2002, Port-
au-Prince, Haiti)


Affaire Jean Dominique:

Zero tolerance centre

nimpunite "
(Impuniti ...suite de la page 5)
Sorganisations ont estim6 que le President Aristide ne voulait pas
renouveler le mandate du Juge Gassant. Selon elles, le magistrate
instructeur constitute une menace pour le pouvoir en place.
Pendant seize mois, le Juge Claudy Gassant a conduit
l'instruction autour du double meurtredu3 avril 2000jusqu'au4janvier
2002, date de l'expiration de son mandate comme Juge. Plusieurs
organizations des droits humans avaient appeal le Pr6sident de la
R6-publique A renouveler le mandate de Me Claudy Gassant.


Journee Mondiale des Femmes

HSG demand la revision du

process de Marjorie Rivette,

condamuee pour meurtre
A l'occasion du 8 mars, le group lechef d'accusation demeurtre surlapersonnede son mari
anglais de solidarity, Haiti Support Group, Bertrand Pierre-Louis, dans la nuit du 30 avril au ler mai
appuie le Comit6 de Solidarit6 avec Marjorie 1999.
Rivette,quidemandeunejusteapplicationdela Depuis le ler mai 1999, Marjorie Rivette,
loi dans le cas de cette femme, condamn6e sous (voir Rivette / 7)


;_DPRSENTS______L' SO U N D Is


Page 6









Mercredi 13 Mars 2002
Haiti en Marche Vol. XVI No.6


I ECONOMIC / COOPERATIVES I


FORUM DE L'ECONOMIE


L'avant project loi sur les cooperatives
PORT-AU-PRINCE, 9 Mars L'H6tel eV loi m toutes les institutions bancaires et A une
Ritz Kinam II A Pdtion Vile a 0t6 le centre de uondam.ne aIihL 1 IIrL quinzaine de socidtds cooperatives tres


r6flexion ce vendredi 8 mars 2002 sur les
cooperatives dans le systeme financier. Ce symposium qui
a connu un grand succ6s, a Wtd co-organis6 par le R6seau de
l'Information Economique et le Centre Haitien de Presse
avec le support de Excel Productions, de Inter Finance et
d'autres institutions et professionnels du milieu.
Cette rencontre visit, salon les organisateurs, A
initier la r6flexion sur le cadre- l6gal des cooperatives
d'6pargne et de credit et du mnme coup comprendre les
micanismes de fonctionnement des cooperatives d'6pargne
et de credit dans le systmne financier hailtien.
Un large public repr6sentant des dirigeants et des
soci6taires des cooperatives, des cadres des 6tablissements
bancaires, des associations patronales, des agencies de
d6veloppement, des institutions de micro-finance, des
organizations non gouvernementales ainsi que des entre-
preneurs ind6pendants ont particip6 activement a cette
rencontre qui r6pondait A une justification precise.

Justification
Traditionnellement, les banquet centrales out pris
leur essor avec le d6veloppement des marches financiers
au titre de d6positaires de la souverainet6 mon6taire et ayant
pour obligation de veiller A la stability mon6taire et aussi
financiere.
Elles doivent 61aborer une politique prudentielle
au moyen du contr6le interne et de la supervision des insti-
tutions financieres afin de pr6venir et de r6soudre des cri-
ses financieres.
La decision d'intervenir repose strat6giquement sur
la quality du diagnostic qui identified si une situation de ten-
sion pr6sente ou non un risque syst6mique constitu.
Au niveau de la surveillance des marches finan-
ciers, l'enjeu est l'organisation du processus de collect et
d'interpr6tation des donn6es en vue d'observer les proces-
sus de contagion pouvant risulter d'un assechement abrupt
de liquidity dans un segment particulier du march.
On amontr6 quelalib6ralisationfinanciereaccroit
la probability de situations oula stability financiere est, une
responsabilit6 de la politique mon6taire. Et, egalement
qu'une intervention s'appuyant h la fois sur un system
explicit et former d'assurance-d6p6ts respectant certain
crithres minimaux hors p6riode de crise syst6mique et
une supervision efficace, contribute A garantir l'int6gralit6
du systeme financier, alors qu'un systeme mal l61abor6 peut
au contraire le fragiliser.
Compte-tenu de la configuration du marched fin-
ancier haitien, particulierement la croissance r6cente des


cooperatives d'6pargne el credit, les questions a se poser
peuvent se regrouper ainsi:
1) Quel est le cadre legal appropri6 pour une
meilleure r6glementation des cooperatives d'6pargne et de
credit dans le .- tE
systeme financier 4. '
d'aujourd'hui et
de demrnain?.
2) Q u els
criteres de capi-
talisation et de no-
tation faut-il
l61aborer afin de
prot6ger les
d6posants et
preserver la pd- H -
rennit6 du sys-
tame de paie-
ments ?
3) Q uelle


m 6 th o0dologie
faut-il bitir pour
cat6goriser les
caisses d'epargne
et de credit et de
determiner leur taux de rental
du rendement-risque du marc
1'h6t6rodoxie qui les caract6ris
Pour un large de
C'est dans cette per
participatif que le R6seau de l'
partenariat avec le Centre Ha
institutions et professionnels
symposium sur le lancement
cooperatives d'6pargne et de c
sur le cadre 16gal et la m
cooperatives d'Epargne et
financier haitien.
Le Ministre de la Plan
Externe Marc Louis Bazin
circonstance, a fait le point su
duit h la mise sur pied dela con
qui a l61abor6le texte del'avantp
d'6pargne et de credit. 11 s'estd
le plus large que pos
1'institutionnalisation de ce se
que son ministere a achemin6


representatives dans ce secteur.
D'autre part, le Ministre Bazin a accueilli
positivement la tenue de ce symposium sur les cooperatives
dans le systeme financier, dans le cadre des discussions sur

U' -:* -


.1


Une vue du symposium de samedi au Ritz Kinam H photo Yonel Louis/HenM
)ilite dans la probl6matique le lancement de l'avant project loi. II a confirm avoir requ
;h6 efficient, en partant de des correspondances de l'Association Professionnelle des
e ? Banques (APB) et de la Banque Centrale invitant le
minister de la Planification et de la Coop6ration Extemrne A
bat jouer son plein r6le dans la regulation des activities des
spective et dans un cadre coopdratives.
Information Economique en C tait pour r6pondre A ces preoccupations que le
altien de Presse et d'autres m r tat p ep a ereo atosqe
dumemistreavaitmis sur pied en aoflt dernier la commission
du milieu ont-projet loi sur les interminist6rielle compose de Mr. St Fort DADAILLE
dit pour initierojet loi sur ledbats (coordonnateur), repr6sentant du Conseil National des
6dithodologie d'itier ludes debats Coop6ratives, de Me Charles CASTEL de la Banque de la
thodologie dttudes desans le sstm R6publique d'Haiti, de Mr. Jean Claude PAULVIN (con-
e Crdit danssultant) et Mr Jacques TREMBLAY (consultant).
"Notre travail n'est pas fini et ce symposium nous
ification et de la cooperation permettra de recueillir d'autres informations du secteur des
-dans son allocation de cooperatives et du milieu des affaires sur 1'avant projet-
ir la conjonctureayantcon- loi ", a d6clar6 l' agronome St Fort DADAILLE,
mi'ssioninterinstitutionnelle coordonnateur de la commission inter-institutionnelle.
projetloi sur les cooperatives Cette rencontre donnait lieu 6galement A des
Lclar en faveur d"'un d6bat changes approfondis sur 1'intermediation financiere
sible "pour favoriser
et ur Mr Bazin a annonc6 (voir Cooperatives/8)


le texte de l'avant project de


IHSG demand la

revision du process ...


(Rivette ... suite
de la page 6)
journalist de profes-
sion, est incarceree a la
prison du Fort National
A Port-au-Prince. Lors de
son proces, les ler et 2
aolt 2000, elle a soutenu
que ce qui dtait arrive
n'6tait qu'un tragique
accident. Le Jury s'est
prononc6 en d6clarant
que Rivette est coupable
d'homicide volontaire
non pr6m6dit6e centre
son mari, 6galement
journalist, avec des
circonstances
attenuantes.
Haiti Support
Group soutient que la
pein de de5 ans p
reclusion ne correspond
pas au verdict, alors que
l'avocat de Marjorie
Rivette avait r6clam6 la
peine la moins lourde,
soit 3 ans de prison.
Dans un docu-
ment accompagnant la
prise de position de Haiti
Support Group, le
Comit6 de Solidarit6
avec Marjorie Rivette


estime que "la sentence prononc6e par le
Juge n'a pas consid6r6 toutes les
composantes du verdict du Jury. Si le Juge
avait tenu compete de la non pr6m6ditation
et des circonstances att6nuantes reconnues
par le Jury, la sentence aurait Wte de trois (3)
ann6es de r6clusion".
Le Comit6 indique 6galemet que le
proces a Wte "inique et sexiste". "La socidt6
n'6tait pas vdritablement reprdsentee au
proces puisque, surl'ensemble des membres
du Jury, on ne d6nombrait qu'une seule
femme. La majority des membres du tribu-
nal amontr6 qu'ellenourrissait, Apriori, des
pr6jug6s Al'encontre de Marjorie Rivette".
Marjorie Rivette est une jeune
femme de 30 ans. Elle a travaill6 au Centre
de Recherche et d'Action pour le
D6veloppement (CRAD) ot elle 6tait
coordonnatrice du magazine f6minin Kbm6/
Commere, et 6galement A Radio Kiskeya et
HaYti Inter.
Le Comit6 de Solidarit6 avec
Marjorie Rivette est actuellement compose
de l'Amicale des Femmes Joumnalistes
(AMIFEJ), le Centre de Recherche et
d'Action pour le D6veloppement (CRAD),
la Cath6drale SainteTrinit6 responsiblee et
membres de 1' 6glise), des Parents-es et
amis-es de Marjorie Rivette ainsi que 3
organizations de f6ministes: Enfofanm,
Fanm Yo La/Les Femmes sont La et Kay
SFanm/La Maison des Femmes. [gp apr 08/
03/02 10:00]


Page 7


TV5, le Monde en




DISH Network et TV5 vous apportent le meilleur de la television
en langue frangaise!

"Lorsquo-vr e- loicvv dcle, c' Fra-vce,, TV5

coyte v ti-r uv forw" (Ma-t*ew, covw~tcct de
NYC, Dec'2001)

I. A









"J'lpprecCee dc' Zxo-' fti y warn Lvtterrupttuov
pWct&Wairev et cle4 reportcg ek conwne "Evvwoy&
SpdciaV'. TV5 ert vuvtrepcwv-ereVe' aveo votre'
pcays-c'org(r46e' (SylvLe', NJ; Oct2001)
Abonnzaez vous a TVS pour seulement $9.99/mois

S1-8772-586-9675
V-LL. s -i^
NQ 0 R K www.kbs-tv.com www.dishnetwork.com muil.N. u.ft.p..hi..
T- 4. b--pl t bouq.0 .1"- ,,I- ..1 pT *.v DIHNn p.t..n In .l. a I.. P~fbfd IS N-b f qtI
.u 1 -..d. t I t "o t"o ""t o""r".". m ""'u co"01. I."g". n .0 0. I=. b 6 5 tt O t a- IM-DI"t"oCW ,
a0o W 0.* t- -i n p Ppomo-> o d DISH N -k pI o d 00 I n. 01.0.01 DISH Nt k ,,1-d tot b 0DISH N. ',
20 I*1 tle n rnool 018H N.It-o at d. I-.c*n Mp lhWW 0Wa5tt l.. T maltut 0 mit .ticD 2002. (.4,0.0 Comntluncfloa C poqwlw* Tout, dnM fOowvu. Pflotogi,.piw ueH0.rt e r m.lit*fI ***xtifl d.1TV5


. I








I LES COOPERATIVES I


Un avant project loi sur les cooper
(Coopiratives ... suite de la page 7) au delA de la r6alit6. Le plus grand risque, c'est de ne pas
cooperative dans la pr6sente conjonture et sur la risquer, dit-il. Mais devant la certitude de la d6t6rioration
comprehension des concepts de risque et d'incertitude macro-6conomique, des agents 6conomiques pr6ferentjouer
dans le systeme financier haYtien avec les interventions au 10-15% le mois. Etjusqu'ici, ils sont gagnants.
des professeurs Vernet LAROSE et Eddy CLEMENT qui


Symposium national sur les cooperatives : une assistance
nombreuse et attentive photo Yonel Louis


enseignent respectivement 1' 6conomie social et la finance
A l'INAGHEI (Institut de Gestion et de Hautes Etudes
Intrnationales).
Le Professeur Larose a expliqu6 quele movement
des cooperatives doit intervenir dans un context de
modernisation des structures financieres et doit aller plus
en profondeur dans leur demarche que les institutions
traditionnelles qui ne se sont jamais int6gr6es dans
1'6conomie formelle et se positionner comme moteur de
d6veloppement et de croissance durables dans le pays.
De son cot6, le professeur C16ment explique le
comportement des agents 6conomiques qui ont confi6 leur
agent dans des cooperatives comme 6tant un calcul qui va


UNIVERSITY

La Renovation de la

Maison des Etudiants

de la Faculte de

Medecine d'Haiti:


Reve, Miracle,

Dette Acquitt e ?

Par Marlene Rigaud Apollon
Le vendredi 22 f6vrier could, j'avais accompagn6
des d6l6gu6s de 1'Association des Medecins Haitiens A
l'ttranger (AMHE) et de la Fondation AMHE A
l'inauguration, longuement attendue, de la Maison des
ftudiants de la Facult6 de Medecine et de Pharmacie d'Haiti.
Cette maison que plusieurs g6n6rations de diplOm6s avaient
connue avait etW "d6chouqu6e" en 1986, puis occup6e pen-
dant plusieurs ann6es par des sans-abris qui 1'avaient
transform6e en un lieu insalubre. Apres l'avoir r6cup6r6e, le
d6cannat de la Facult6 6mit le project de la r6habiliter et de la
remettre en function. Malheureusement, les fonds
manquaient. Le docteur Evelyne Moise qui avait pris le project
en charge, d6cida alors de le presenter aux membres de
l'AMHE au cours.de leur congres annuel en Floride, en Juillet
2000, et sarequate trouva des oreilles r6ceptives. Le president
de l'AMHE, le docteur Yves, lui donna son appui. Le docteur
Fritz Apollon accept de presider la Campagne de Levee de
Fonds; le president de la Fondation AMHE, le docteur
Reynold Ducasse s'engagea, au nom de la Fondation, A fournir
un apport financier et plusieurs m6decins qui avaient connu
le docteur Moise au course des ann6es qu'elleavait passe
aux Etats-Unis, promirent de l'6pauler.
Cependant les partisans du project durent faire face A
beaucoup de doutes et de critiques negatives de la part de
ceux qui pensaient que c'6tait une perte de temps ou qu'il y
avait de plus grandes priorit6s et de ceux qui avaient 6td brfl6s
par des experiences malheureuses et ne voulaient pas "perdre
leur argent" dans des projects pour Haiti. Mais ceux qui avaient
confiance tinrent bon etle project d6marra. Et grace A la t6nacit6
du Dr. Moise, au support de ceux qui l'entouraient, h la
g6ndrosit6 des m6decins de l'AMHE qui avaient envoy leurs
contributions, grace aussi au travail assidu et consciencieux
et A la g6nerosit6 de l'ing6nieur Christian Rousseau qui avait
(voir Faculte / 9)


Un avant
project loi
mort-n6
Laplupart des in-
terventions faites
au course des
d6bats ont rejet6
le texte del'avant
project loi. C'est
un travail de bas
niveau, vitebacl6
et qui ne r6pond
meme pas aux
p r e s cr i t s
primaires des
t. e x t e s
internationaux
sur la
cooperative ", a
declare un des
participants.


Eddy V. Etienne, ancien directeur de la Banque
Central, et Brismond Victor, Pr6sident du Conseil
d'Administration de la CREDI-COOP ont d6-nonc6 le tra-
vail de la commission et invite les mem-bres du secteur
coop6ratif A mieux s'organiser pour proposer un meilleur
texte parce que celui ci est tres en dessous de la moyenne.
Plusieurs ateliers sur les cooperatives come
facteurs de creation de richesse et de mobility social ont
Wte igalement organis6es.

Des ateliers animus et instructifs
Le premier atelier discutait du prix du rique. Le
risque 6tant d6fini commnne 6tant un "&v6nement incertain
don't les consequences peuvent etre favorables et
d6favorables. Tout risque a un prix. L'important c'est d'en
etre conscient," rapport cet atelier. Le ripque est
proportionnel au rendement. Plus le risque est grand, plus
le rendement sera aussi grand. C'est ainsi que les
investisseurs qui placent leur argent dans les soci6t6s
cooperatives qui offrent 10 -15% par mois courent un
risque plus 6lev6 que ceux qui sont plus conservateurs et
qui acceptent un taux 15-16% par an dans d'atitres insti-


Mercredi 13 Mars 2002
Haiti en Marche Vol. XVI No.6


ratives mort-ne
tutions de placement.
Le second atelier r6f6chissait sur la r6glementation
etl'analyse financiere dans les entreprises cooperatives. Les
participants ont fait 6tat de la capacity de faire un diagnos-
tic financier dans ces entreprises en ayant une analyse in-
terne et une analyse externe des actifs et passifs de
l'entreprise. Les donnees comptables doivent 6tre capable
d'8tre v6rifi6es et il faut la mise en place d'un syst6me
comptable fiable correspondent aux principles comptables
g6ndralement reconnus et admis en matiere de gestion et-
d'administration d'entreprises. Cet atelier a 6galement
propose l'l61aboration d'un cadre juridique et 16gal efficace
et efficient r6pondant non seulement aux r6alit6s de l'heure
mais permettant aussi aux cooperatives de fonctionner dans
le strict respect des normes 6tablies.
Un troisieme atelier traitait de la polyvalence et
de l'esprit coop6ratif. Les participants recomnaissent que
1'esprit coop6ratif c'est I'acceptation de se mettre ensemble-
dans le but de travailler A la satisfaction des besoins
communs suivant les principles coopdratifs pour le
d6veloppement complete de 1'humain. Pour le concept de
"polyvalence ", l'atelier suggerel'adoption de cooperatives
a functions multiples au lieu de cooperatives d'dpargne et
de credit. II revient au Conseil National des Cooperatives
(CNC) de determiner et de classer les cooperatives A partir
de leurs activities.
.Un autre atelier d6battait des champs
d'investissement et de la solvabilit6. Les different place-
ments des cooperatives dans different secteurs del'activite
6conomique ont 6t6 6voqu6s dans ce workshop qui a te
tres anim6 et tres instructif sur la capacity des hommes et
des femmes du pays, pour la pluspart tres jeunes, de
."brasser" del'argent.
Les participants ont requ chacun un kit
d'informations incluant les copies de l'avant project loi et
d'autres textes relatifs au.mouvement coop6ratif. Toutes
les interventions ont etW enregistr6es sur bande magn6tique.
Le forum de l'economie est 6galement en ligne sur le site
www.cybenrinedia-ht .com. Toute la documentation 6crite et
orale est disponible au R6seau de l'Information
Economique, don't la mission est de vulgariser I'information
economique pour faciliter la creation de richesse. Si vous
voulez obtenir les cassettes et textes, coutactez nous au 353,
Bourdon (apres la route de Christ Roi) ou appelez au 245-
6967.

Roosevelt JEAN-FRANCOIS
rie-ht@onebox.com


Allo Miami

FADKIDJ VARIETY STORE
Le magasin pour toutes les occasions
* Reception de paiement pour Bell south, FPL, Gaz, Cable TV, Bell Mobility, etc...
* connection t6l6phonique chez vous
TOLL FREE 877 485 4428 TO1: (305) 757-4915 Fax (305) 757 6916
8272 N.E. 2nd Ave. Miami, Fl 33138
Ouvert 6 Jours par semaine: 8:30 am A 7:30 pm Denis/Joujou


* Parfums CD's (Compas, Racine, Evangelique)
* Cellulars & Beepers Zouk, francais, americain
* Souliers et Sandales Video's (halitiens, ambricains, documentaires,
* Produits pur la cuisine dramas)
* Cadeaux Produits de beauty
* Tableaux Produits pour cheveux
* Moneygram Money Order


Page 8







Mercredi 13 Mars 2002
TT ".* t --. i U- KT1 X


Port -au- Prince 6 mars 2002 (
AHP) La preilire Dame de la R6publique,
Mme Mildred Trouillot Aristide, a de


nouveau appelM mercredi au d6blocage des
fonds destin6s A conbattre le VIH\SDA en
Haiti.


Mmine Aristide qui s'exprimait lors
d'un forum sur le SIDA organism a
1'occasion de la Journ6e Intemrnationale de
la femme a indiqu6 que plus de 300.000
persommes sont atteintes du SIDA en Haiti.


Haiti en Marche Vol. X 6 I


Faisant savoir que F'ONU avait
cr66 1 'anne derniere un fonds global de 1,7
million de dollars am6ricains dans le cadre
de la lutte centre le SIDA, la tuberculose et
la malaria, Mme Aristide a fait savoir que


PEACE CORPS


Contact: Carla Murphy
Phone: 404.562-3472
Fax: 404.562-3455
Email: cmurphy2@peacecorps.gov

Peace Corps to Celebrate 41 Years of Service
With Send-off of Volunteers to Haiti
University of Miami President to deliver keynote addi-ess at celebration
ATLANTA, March 4, 2002 The Peace Corps will celebrate 41 years of service
around the world with a ceremonial send-off of 34 new volunteers to Haiti at 9 a.m. on
Monday, March 18 at the University of Miami School of Business Administration, Storer
Auditorium.
University of Miami President and former Peace Corps Volunteer Dr. Donna t.
Shalala will deliver the keynote address at the celebration. The event also will feature
Peace Corps Deputy Director Jody Olsen. A highlight of the event will be a ceremonial
passing of the torch from returned Peace Corps Volunteers in South Florida to new
Volunteers and a performance by the Louinis Haitian Dance Theatre.
"The new Volunteers will join hundreds of others who have performed
extraordinary work in Haiti through the Peace Corps," says Peace Corps Director Gaddi
Vasquez. "We are proud that more than forty years after the first Peace Corps Volunteers
rose to the challenge of serving others overseas, Americans continue to answer the call to
serve, living and working at the grass-roots level and strengthening the personal ties with
Haiti and other countries around the world."
The new Peace Corps Volunteers will spend two years working in rural areas with
local farmers, cooperatives, small business owners and youth groups to help develop and
strengthen their business practices. Seven of the 34 will work specifically on health
education projects, partnering with Haitian community health workers and women's
groups to develop initiatives and to provide information on HIV/AIDS prevention,
nutrition, child survival, water resource protection and waste management. The 34
Americans, who represent the 13th group of Peace Corps Volunteers in Haiti, will depart
on March 19.
Once in Haiti, Volunteers will begin their service with three months of intensive
technical, language, cross-cultural and safety and security training.
Currently, about 7,300 Peace Corps Volunteers including 12 from the
University of Miami are serving in 70 countries, working to teach children, helping to
improve health and nutrition of families, bringing clean water to communities and
preventing the spread of AIDS. Since 1961, more than 165,000 Americans have joined
the Peace Corps.
###
*


La lere Dame dela

Republique appelle au

deblocage des fonds destines

a combattre le VIH


le bureau de la coordination national sur le
SIDA travaille activement avec les
partenaires du Ministere de la sant6 pour
finaliser la requate d'Haiti aupres de
l'organisation mondiale
Le 10 mars est la date limited pour
la presentation des demands d'aide. Mme
Mildred Aristide appelle A la soumnission


d'un plan qui r6ponde aux besoins du people
haitien et qui mette l'accent sur la
prevention.
Avec la creation de ce fonds, a
soulign6 Madame Aristide, Haiti pourra
trouver des moyens concrets lui permettant
Sde mettre en oeuvre des projects concrets
(voir Embargo / 10)


(Faculti ... suite de la page 8)
fait don de la mosaique et de la commission
qui revenait A sa compagnie, la Maison des
Etudiants voyait enfin le jour apres un long
labeur.
Le docteur Apollon exprima un
sentiment commun iA plusieurs des donateurs
que le project de renovation de la Maison des
Etudiants avait Wt pourlui "une opportunity
sans pr6c6dent de payer une dette de recon-
naissance A la Facult6 de Medecine et A
Haiti". Pour les docteurs Mario Alvarez,
Doyen de la Facult6 de M6decine, et Yves
Manigat, la r6alisation du project 6tait le
r6sultat de 1'6troite collaboration qui s'6tait
6tablie entire le D6cannat et 1'AMHE. Pour
le docteur Moise, elle equivalait tout
simplement A un miracle. Sur le visage des
6tudiants, je pouvais voir que cette maison,
leur maison, 6tait un reve devenu r6alit6.
Tandis quej'6coutais les discours
don't le ton variait entire la satisfaction


d'avoir triomph6 apres une longue et dure
bataille et celle d'avoir accompli un devoir
ou de s'8tre all6g6 d'une dette qui tenait A
coeur, je ne pouvais m'empecher de penser
A toutes les frustrations quelar6alisation de
ce project pourtant simple avait efigendr6es
de part et d'autre et A tous les projects qui ne
voient pas le jour A cause des obstacles que
ceux qui les avaient conqus avaient
rencontr6s. Heureusement, cette fois-ci, les
forces positives avaient triomph6. Oui, dans
le contextehaftien, la Maison des Itudiants
6tait un miracle.
II y a tant de d6fis grands et petits
A reliever a travers Haiti, que de "miracles"
on pourrait accomplir! Que de miracles on
PEUT accomplir si seulement on en trouve
les moyens. Si seulement on s'y met A
plusieurs pour d6toumrner les obstacles. Si
seulement on garde la foi...

5 mars 2002


Come and join the



Peace Corps



celebration of 32



Americans leaving



for volunteer



assignments



in Haiti!


nAm cELEB tAe

eatut.ing 32 Peace Corps.
Featurin 3 -".. for Haiti and
Volunteers leaving Hlaitian
th~e Louines LOUirnis aitian
Dance Tb-eatre .

Featured Speaker:sident
UYof Miami Pres
DnaE. Sb-jalala

tjnive1SitY Of Miami
U university Admiinstration
School ofSf 1 Bu'-pdtru
Storer A rofl gram)
(Reception to follow p
Monday, March 18
9:00 a.m.

RSVP to: (305) 284-5398


Peace Corps. I
Redefine your world.
Visit www.peacecorps.gov
or call 1-800-424-8580.


EMBARGO


Page 9


Renovation de la Maison des

Etudiants en Medecine


I


I


I


JONTEHAT EEBAIN







Page 10


PEINTURE


Valcin II


Port-au-Prince 6 mars 2002 L'un
des peintres haitiens les plus connus, Valcin
II, entire dans sa 376me ann6e de carriere.
L'oeuvre de Valcin est multiple et dense. II
a produit des centaines de tableaux en
cherchant A d6crocher le "bonnet de l'arc
en ciel", selon le mot du metteur en scene
Rassoul Labuchin, actuellement maire de
Port-au-Prince..
A 1'occassion de son 556me
anniverssaire ce 6 mars, Valcin II a retrace
pour AlterPresse son parcours jalonn6 de
d6fis et de succ6s.
N6 AJ6r6mie au Sud-Ouestd'Haiti,
Valcin II, de son vrai nom Favrange Valcin,
est fils du peintre naff Pierre Joseph Valcin.
II d6bute tres jeune dans l'ambiance
familiale: son oncle, l'artiste (6rard Valcin,
figure dans de nombreux ouvrages d'art,
consacrds a la peinture primitive haitienne
C'est en 1965 qu'il expose pour la
premiere fois au Salon des jeunes artistes,
organism par 1'intitut Haltiano Ame6ricain.


S..


Apres ses debut a succes en Haiti, Valcin II
part aux Etats-Unis ot il approfondit 1'6etude
des couleurs au Brooklyn Museum Art
School de New York. II voyage dans
plusieurs villes des Etats-Unis.
En 1972, Valcin II rentre A Port-
au-Prince et organise, au kiosque Occide
Jeanty, une exposition en pleinm air, a laquelle
participent, entire autres, Emmanuel Pierre
Charles, Ludovic Booz, Wilfrid Louis,
Rosemarie Desruisseau. Avec son exposi-
tion A l'Institut Frangais d'Haiti en 1977, il
ala consecration du public et la critique est
unanime a reconniaitre l'affirmation de son
talent.
Valcin II campe le panorama so-
cial de ces dernieres ann6s avec une tech-
nique sure et un message percutant. Son
language direct reflete la precision, la conci-
sion et lui permet "d'aller droit au but" tel
que le remarquait le professeur d'Histoire
de l'art, Michel Philippe Lerebours.
Parmi les tableau les plus


VIH : La Premiere Dame

appelle au deblocage des fonds
(Embargo ... suite de la page 9) des enfants dans la lutte contre le SIDA.
pour soulager sa population. Rappelant que la Journ6e
Elle attire 1'attention des international de la femmeestc6l6br6ecette
responsables du fonds global sur le cas annie autour du th6me "les droits de femmes
special d'Haiti, pays accuse faussement et la paix internationale, Mme Aristide
d'etre A l'origine du SIDA, pays le plus indique queles droits humans ne se limitent
affect de la Carailbe, le plus appauvri de pas uniquement aux droits civiques et
I hemispheree et frapp6, dit-elle, par un em- politiques
bargo injustifi6 Selon la Premiere dame, les
"Nous avons besoin de ces fonds femmes sont au coeur du changement so-
parce que nous sommes le people le plus cial.
appauvri de la terre", a lance la Premiere Elle les invite A jouer pleinement
dame qui d6nonce le gel de 1'aide leur r6le politique et social pour.la mise en
international qui bloque, a-t-elle dit, les place de programmes qui priorisentlasant6
financements destin6s notamment A la et 1'6ducation dans le cadre des projects
r6forme du syst6me de sant6, A l'6ducation nationaux et locaux.


Mercredi 13 Mars 2002
Haiti en Marche Vol. XVI No.6


37 ans de carrier


marquants de la carriere de Valcin II on note
" Le bidonville", "Le rouleau compresseur",
"La fuite", "L'exode", "Qu'a-t-on fait de
l'empereur?", "Coumbites", "L'histoire du
tiers monde", "La zafra" et "La rencontre
des trois mondes."
"A lafin des annds 70, la demarche
engage de Valcin II avait occasionn6 de
nombreux et passionnds dialogues qui
remettaient beaucoup de choses en question
et qui concernment le people haitien" a note


ETATS-UNIS

Dans le

souvenir du

11 septembre
WASHINGTON, 11 Mars Les
Am6ricains commn6moraient lundi avec une
emotion particulibre les attentats commis il y
a six mois, le 11 septembre 2001, les plus
terrible de leur histoire.
< six mois de chagrin. Mais ces six mois ont
aussi 6t6 ceux de notre determination dans
notre guerre contre le terrorisme>>, a affirms,
samedi, George W. Bush, lors de son
allocution hebdomadaire a la radio.
D'aucuns s'6tonnent cependant de
1'ampleur donn6e a ces commemorations,
notamment par les m6dias qui y ont consacre
ces derniers jours des pages entieres ou des
programmes t0l6vis6es. Le 7 juin 1942, six
mois apres les attaques contre Pearl Harbor,
a relev6 Walter Shapiro dans les colonnes di
quotidien USA Today, aucune c6r6monie
n'avait marqu6 1'6vnement. Des
commentateurs soulignent que le&. drapeaui-
6toil6s, qui avaient inond6 les rues et les'
facades apres les attaques, ont 0t6 trop vite


la critique Chantal Grim.
"L'artiste se veut Etre l'6cho de son
temps en traduisant dans ses tableaux la situ-
ation social de son people" consid6rait pour
sa part lejournaliste Webert Lahens. Alors,
avait-il pousuivi, "la peinture descend dans
la rue, s'insinue dans les usines, hante les
quarters ouvriers, assisted aux batailles,
prend part a la m8l1e social, monte A
l'assaut de l'avenir."


remiss au fond des placards.
Pour nombre d'Am6ricains, se
sentant coupables d'etre rapidement
(voir 11 Septembre / 11)


Les Amdricains ont
commenmore lundi en organisaht ,
plusieurs c6rimonies et lv6niements
les six mois qui ont suivi les
attentats du 11 septembre 2001


When She 9Wust Choose





THE CONTINUING SAGA
OF A HAITIAN FAMILY
OVER THREE GENERATIONS


by




AXEL JEROME



First edition by Pelican

editionspelican@hotmail.com


A vibrant, provocative novel, beautifully written with rare
social honesty and personal empathy, bursting with the
joys and pains, the hopes and fears and the secret
victories of a young woman's life.


Peinture .


"VOYAGE: Recent Works by Heza"
Broward County Main Library
March 10 March 30, 2002

In celebration of March as Women's History Month, the
Broward County Board of County Commissioners Libraries Divi-
sion and Emile Viard/Vie &
Art Collections will present the exhibition "Voyage: Recent
Works by Heza-Hernsza Barjon." An opening receptionfor the
exhibit will be held on Sunday, March 10, 2002 from 4:00-7:00pm.
At the Broward County Main Library, located at 100S Andrews
Avenue, Fort Lauderdale.

This exhibit showcases paintings by Haitian woman artist
Heza (Hernsza Barjon) who recently moved to Florida because of
increasing security problems in Haiti. Barjon decided to move to
South Florida with her husband and two children after her husband
was victimized twice in the past year.
Her paintings depict the deep violence she carries within
herself. This Haitian-born painter blends tropical expressionism
with post-modern and primitive styles in her work. A self-taught
artist who started with patchworks, painting on decorative fabrics
and craft, Barjon has exhibited at the Festival Art Gallery, Galerie
Caraibes, Galerie Marassa, and Cercle Bellevue in Port-au-Prince,
Haiti and at the Florida Museum of Art and Hispanic Art and in
private expositions in Miami.
Emile Viard/Vie & Art Collections and the Broward County
Library Foundation as part of the American Heritage Series sponsor
this free exhibit and reception.
For more information,
call Vie & Art Collections at
(305) 652-3144 or the Library at (954) 357-7464.











Mercredi 13 Mars 2002
UTvf -- Wl -l_- 1 1_-1 *VNIT X-


Haiti en Marche Vol. XVI I


I ANTI-TERRORISME ET LIBERTIES I


Un rapport inhabituel sur "I'Etat de l'Union"
ot us les droits de la defense notamment celui de prati


Le 29janvier could, le president mal dlu George
W. Bush a prdsentd devant le Congr&s le traditionnel rap-
port sur "1'etat de 1'Union". Nombre de commentateurs
expliquaient qu'ed l'occasion de ce rapport annuel, le
president Bush, apres le succ&s militaire en Afghanistan,
serait amend a recentrer sa politique par rapport aux
"problimes intirieurs" compete tenu de la recession, de la
faillite et du scandal d'Enron, etc. Tout au contraire, le
centre de son discours a dtd de ddnoncer un "axe du mal"
constitud par 17'Iran, I'Irak et le Corde du Nord.
En fait, ce qu.'a announce le president amiricain,
c'est lapoursuite et I 'extension de la "guerre total contre
le terrorisme, comme 1'asoulignd The InternationalHer-
ald Tribune du 31 janvier 2002.
The New York Times du mimejour a noted qu'"il
y a plusieurs sujets don't le president Bush n'a pas parl6. 11I
n'a pas mentionn6 le nom d'Oussama Ben Laden, le leader
d'Al-Quaida, qui n'a pu etre capture et qui est un signe
d'inachevement de la victoire americaine en Afghanistan.
II n'a pas mentioned Enron, la grande firme d'energie
qui s'est effondree et qui 6tait dirigee par son plus fiddle
soutien, Kenneth Lay (...). II n'a pas non plus mentioned
les disaccords .qui traversent son administration au sujet
du statut des prisonniers d6tenus a Guantanamo et il
n'a pas dit un mot sur la situation au Moyen-Orient"
Ce que leprdsident Bush n'a pas osd effleurer (et don't son
Ambassadeur en Haiti nejugepas opportun d'en informer
le bon people Haftien sous prdtexte d'observer
rigoureusement les consignes de Washington) est le sujet
diu present dossier compose en sept (7) fiches, don't le but
est de donner des dldments permettant de saisir la portde
dudit rapport sur l'tat du monde.
"Le spectacle que nous offrent les journaux, notait il y a
un peu plus d'un siecle la revue satirique autrichienne Die
Fackel, semble 8tre celui des millions de balais dans des
mains sales qui sont toujours pretes A s'activer devant la
porte des autres." (Jacques Bouveresse, Schmock ou le
triomphe dujournalisme, Seuil, Paris, 2001, p. 72)

I- Etat de guerre contre les liberties ddmocratiques
Ala suite du 11 septembre 2001, I'Administration
Bush a rapidement ouvert le feu contre les droits
d6mocratiques et les liberties civiles consigns dans la Con-
stitution des Etats-Unis. Quelques heures apres les attentats
contre le World Trade Center et le Pentagone, le
gouvernement organisa une rafle d'environ 1200 strangers
vivant aux Etats-Unis, sans qu'existe aucune preuve d'actes
d6lictueux commis par ceux qui 6taient ainsi empnrisonnes.


L'Amerique dans

le souvenir du 11

septembre
(11 Septenbre ... suite de la page 10)
revenue a la normal, ces c6r6monies, A 1'instar d'une
psychoth6rapie collective, viendraient done apaiser leur
conscience. La journ6e a t6 marque par une imposante
c6r6monie A la Maison-Blanche A laquelle ont 6t6 convies
tous les membres du Congres, ainsi que les ambassadeurs
de quelque cent-cinquante pays appuyant la coalition contre
le terrorism.
Un discours <> devait etre pronoinc6 par le
president am6ricain abordant les d6fis restant a reliever dans
la guerre contre le terrorism, six mois apres les attentats.
la tAche qui reste a accomplir>, a indiqu6 le porte-parole de
la Maison-Blanche, Ari Fleischer.
Au Pentagone, o4 189 personnel ont p6ri, une
gerbe a t6 d6pos6e par une d6l6gation de maires am6ricains.
Des c6r6monies se sont d6roul6es 6videmment A New York,
oil les deux premiers attentats avaient about A
l'effondrement des tours jumelles g6antes du World Trade
Center, causant la mort de pres de 2.900 personnel.
Geste particulihrement symbolique, finance par des
donateurs priv6s, les tours jumelles du World Trade Center
sont r6apparues samedi dans le ciel de Manhattan, A la
tomb6e delanuit,par lamagiedeprojecteurs giants. Deux
gigantesques colonnes de lumiere surgissant de ground
zero>> grace A 88 appareils contenant des ampoules au x6non
de 7.000 watts qui resteront allumdes pendant trente-deux
jours.
Les images de la catastrophe r6apparaitront aussi
pour l'occasion sur le petit 6cran. La chaine CBS devait en
effet diffuser dimanche soir 9/11>>, un film contenant des
images in6dites de la trag6die du World Trade Center,
tourn6es A l'6picentre du drame par deux jeunes
documentaristes franqais.
Partout dans le pays, y compris sur le site de la
chute de l'un des avions d6tourn6ms en Pennsylvanie, des
prieres ont 6t6 pronononc6es. Dans la region de Chicago,
onze 6glises ont associ6 les pompiers, h6ros de l'Amerique
depuis leur intervention sur les marines du World Trade
Center, A leurs c6r6monies. (AFP)


Par Ronald SAINT-JEAN
Ces personnel, contre lesquelles aucune accusation precise
n'6tait port6e, ont t6 priv6es de toute communication avec
leurs families, dans nombre de cas ils n'ont pu avoir aces
A un avocat et ont plusieurs fois Wt transf6r6es d'un lieu de
dMtention iA un autre.
Le ministry de la Justice, John Ashcroft, a d6clar6
que le but recherch6 6tait "d'dliminer des rues les gens
suspects de terrorism et qui violaient nos lois." IH a du
cependant admettre que le gouvernement n'avait aucune
preuve contre un seul d'entre eux de leur appartenance A
Al-Quaida, et aucun n'a 6t6 accuse de complicity dans les
attaques du 11 septembre.
Le Congres a ensuite adopt une 16gislation
d'ex&eption, appel6e le "USA Patriot Act", qui foumrnit une
nouvelle definition du "terrorismne intirieur" si large qu'elle
met pratiquement en p6ril tous ceux qui sont en disaccord
avec la politique gouvernementale.

Le "Patriot Act"
Le "Patriot Act", que nous avons mentionn6 plus
haut, donne au ministere dela Justice et au Secr6taire d'Etat
le pouvoir de designer des groups constitu6s aux Etats-
Unis comme groups terrorists. Cette loi sc6l6rate autorise
la detention illimit6e de personnel 6trangeres A partir du
simple soupyon de leur lien ou de leur appartenance A une
organisation terrorist, et donne acc6s aux dossiers finan-
ciers, m6dicaux et professionnels des citoyens sans avoir A
pr6alablement 6tablir qu'ils se livrent A une activity
criminelle.
Le "Patriot Act" est r6dig6 avec un tel flou
pr6m6dit6 que des responsables syndicaux americains
totalement innocents de tout manquement A la loi pourraient
se retrouver accuses de complicity avec le terrorism. Par
example, 'article 23-39 de la loi explique que, "qui abrite
ou cache une personnel don't il sait, ou don't il peut
raisonnablementpenser, qu'elle a commis ou va cammettre
Sun acte impliquant le'terrorisme, se rend coupable d'un
crime qui peut etre puni par dix.ans de detention dans un
pinitencier fiddral."
Envisageons l'hypothese suivante: unresponsable
syndical americain de l'AFL/CIO aide un travailleur
immigre qui n'est pas en regle A trouver un abri. Plus tard,
par le jeu des nouvelles lois arbitraires, ce travailleur est
accuse de lien avec le terrorism. A son tour, le responsible
syndical, qui n'a fait que son devoir de syndicaliste, est
inculp6, tombant sous le coup de 'article 23-39.

"D'6normes pouvoirs qui peuvent etre
utilis6s centre les citoyens americains"
Association de defense des droits de l'homme
(American Civil Liberties Union-ACLU) constate que cette
loi donne "d'inormes pouvoirs incontrOlds a l'exdcutif
pouvoirs qui peuvent etre utilises contre les citoyens
amdricains."
Deux jours plus tard, le gouvemrnement promulgua
un d6cret permettant F'6coute t6l6phonique des conversa-
tions entire ceux qui ont 6tW emprisonn6s apres le 11
septembre 2001 et leurs avocats. Mesure qui 6tait
directement contradictoire avec la protection du secret des
changes entire avocat et accuse, garantie par la Constitu-
tion am6ricaine.
Le 9 novembre 6coulk, le ministere de la Justice
annonyait qu'il entendaitlocaliser etinterroger5000jeunes
hommes, tous originaires du Moyen-Orient, et qui 6taient
rentr6s 16galement aux Etats-Unis dans les deux dernires
ann6es (et donc, sans qu'ils soient accuses ou qu'il ait Wt
6tabli de leur part quelque manquement aux lois
am6ricaines). Le seul critere, c'est qu'ils soient natifs du
Moyen-Orient. C'est une selection basee uniquement sur
des criteres ethniques et contradictoires avec tous les
principles d6mocratiques.

L'instauration des tribunaux mi-litaires
Comme si ces measures ne suffisaient pas, Bush
a pris le 13 novembre passe un decret prisidentiel lui
donnant le pouvoir de diferer devant les tribunaux
militaires les strangers resident aux Etats-Unis. Il y en
a 20 millions. Les proces jug6s par ces course militaires
pourraient se tenir en secret et en ignorant les rigles
juridiques coutumiires au pays. De tels proces
pourraient avoir lieu aux Etats-Unis, sur des baitiments
en haute mer, ou en n'importe quel lieu de la planete.
Si des personnel etaient d6tenues dans d'autres pays
que les Etats-Unis avant leur proces devant ces
jurisdictions d'exception, ce sont les lois americaines qui
s'appliqueraient, bafouant ainsi la souveraineti du pays
oil ces faits se derouleraient.
Ce sont des officers qui doivent ob6issance A
leur commandement en chef (le president des Etats-Unis),
qui serait, lui, l'accusateur qui serviraient de juges.
Un accuse pourrait tre d6clar6 coupable et ex6cut6
m8me si un tiers des officers formant le tribunal 6taient en
d6saccord. II n'y a pas d'appel possible devant un tribunal
civil. Le ministry de la Justice am6ricaine, Ashcroft, a
d6clar6 que, puisque le pays est en guerre, "les terrorists
strangers qui commettent des crimes de guerre contre les
Etats- Unis n'ont pas droit a la protection donnde par la
Constitution des Etats- Unis".
C'est I'Adnministration US qui dicidera qui est
terrorist
Le probl6me, c'est qu'on ne peut determiner qui
est un terroristt" ou qui ne l'est pas sans que cela ait 6td
6tabli par un procks loyal et public, oi 1'accus6 jouit de


uer


LOSisMMU-l uub, n qL-- L U .%
un contre-interrogatoire A l'6gard des t6moins, et oi le
jugement est prononc6 sur la base de la decision d'un jury.
Dans le nouveau systeme, ce n'est pas le cas : c'est
1'Administration US qui d6cidera qui est terrorist et qui,
du coup, relive de la "justice" sommaire des tribunaux
militaires.
Pour compl6ter ces mesures,le 14novembre 2001,
le gouvernement a d6cid6 de permettre la detention illimit6e


L'ancien PDG d'Enron Corp., Kenneth
Lay, 59 ans, s'empresse de demissionner
du group em faillite
de tout stranger don't les papers ne seraient pas en regle
s'il est consid6r6 come un terrorist potential ou si l'on
pense que sa mise en liberty pourrait avoir "de sdrieuses
consequences negatives dans la politique dtrangere des
Etats-Unis."
II- Lepremier objectifde cet assault, c'est la classes
ouvriere
II faut etre clair: le premier objectif de cet assault
contreles libert6s civiles etles libert6s d6mocratiques, c'est
la classes ouvriere. Ce n'est pas une simple coincidence si
cette remise en cause des libert6s fondamentales se produit
alors que l'6conomie est entree dans une phase de recession
profonde.
Rh6torique belliqueus? Le contenu des
declarations de Bush, h occasion du traditionnel discours
sur "'itatde l'Union"presentW, le 29 janvier 2002, devant
le congres americain, sont concentr6es dans des chiffres.
Le budget de la defense connaitra sa plus forte augmenta-
tion en deux d6cennies : il fera un bond en avant duI 15%
par rapport A 2002, atteignant le chiffre record de 48 mil-
liards de dollars. Cette some 6quivaut a cent soixante
fois la some propose par les Etats-Unis pour la recon-
struction de l'Afghanistan (300 millions de dollars).
Dans le meme temps, le budget de la "sicurite
intirieure" doublera pratiquement, passant de 19,5 A 37,7
milliards de dollars. Que signifie le doublement du budget
de la "sicurite intirieure"? Avant tout, la mise en oeuvre
de lois antid6mocratiques, menaqant les libert6s les plus
fondamentales. En ce sens, Bush a bien traits de la
"politique interieure".
Qui paiera ces fantastiques defenses? Les
travailleurs americains.
Les d6peches qui font 6tat des augmentations
consid6rables du.budget militaire et du budget de la
"sicuriti intirieure" ajoutent que "la Maison-Blanche a
ddja averti qu'en dehors de ces ddpenses, le budget 2003
serait tr&s rigoureux." Cela signifie, comme l'indique la
d6peche de l'AFP du 24janvier 2002, que le retour au deficit
budg6taire entrain6 par 1'augmentation des sommes allouees
au Pentagone et aux organes de s6curit6 "risque d'entratner
une sdvere limitation des ddpenses sociales et poussera
I'Etat, en mal d'argent, a puiser dans les caisses de la
Sdcuritd social (retraites) pour finance ses ddpenses".
Ainsi la guerre mondiale contre le terrorism, don't
la poursuite et 1'extension ont 6t6 annoncees par le president
Bush dans son rapport annuel, le mardi 29janvier 2002, est
aussi une guerre contre les salaries americains: "Notre
guerre centre le terrorism nefait que commencer", a-t-il
proclaim; poursuivant: "les Etats- Unis nepermettrontplus
que les regimes les plus dangereux du monde nous menacent
avec les armes les plus destructives, d6nonqant un "axe
du mal" constitu6 par l'Iran, l'Irak et la Coree du Nord.
Mais, en m8me temps, le nombre de ch6meurs
s'est accru de 40% en un an, passant de 5,9 millions en
janvier 2001 it 83 millions en d6cembre. Ce qui n'empEche
que, dans son plan d'&conomies, I'Administration Bush a
decide de reduire les subventions accordaes par l'Etat
f6d6ral aux plans de formation professionnelle pour adults.
C'est encore plus vrai apres les 6v6nements de
septembre 2001, contrairement aux pronostics des augures.
(voir Bush / 14)


Page 11








I DIASPORA I


Mercredi 13 Mars 2002
Haiti en Marche Vol. XVI No.6


AFRO-AMERICAINS


Une culture tres diversifiee sous l'effet
Une nouvelle communaut6 afro-americaine 1 amdricain.
est en formation, disent les sociologues, 1 Iit o C'est choquant, a dit le soci
anthropologues et dans cette communaute la culture e l' i Marvin Dunn, de la Florida International


et la nationality deviennent plus importantes quue la couleur
de la peau. On y d6nombre beaucoup d'Immigrants de la
Caraibe, des West Indies et beaucoup d'Africains.
C'est 1'essentiel d'un article r6cemment public
dans le Washington Post par Darryl Fears.
Et le journalist considere le cas de Miami oil la
population west indian constitue- 48 % de la population
NOIRE de la ville. On pense meme que dans quelques
annees, la population carib6enne d6passera la population
afro-am6ricaine dans cette ville.
A New York City, pres d'un tiers de la population
noire vient d'ailleurs, d'apres une analyse r6alis6e par le
d6mographe William Frey. Les memes statistiques valent
aussi pour Boston, d'apres une 6tude du Bureau de
recensement de la population du Massachusetts.
A Washington et dans le Maryland, la population
noire venue d'ailleurs ne cesse aussi de croitre, d'apres
1'analyse de Frey se basant sur les chiffres obtenus par le
recensement de 1970 et celui de 2001. A Washington, pres
de 8 % de la population noire est constitu6 d'immigrants,
alors qu'en. 1970 ce chiffre n'6tait que de 1 %. Dans le
Maryland plus de 5 % d'adultes noirs sont n6s en dehors
des Etats-Unis, compare a 1/2 % trois ddcennies auparavant.
La population d'immigrants noirs de Virginie demeure peun
6lev6 avec seulement 2 % actuellement, mais en 1970 elle
6tait de 1/2 %. Les afro-amdricains venus d'ailleurs et les
afro-am6ricains natif-natal deviennent de jour en jour plus
diffdrents les uns des autres, comme le sont d'ailleurs les
americains blancs venus d'autres pays et les amdricains
blancs nds aux Etats-Unis; ceci en terme de culture, de
statut social, d'aspirations et de ce qu'ils pensent d'eux-
memes.
A New York, 1'homme de couleur que 1'on
rencontre dans les rues peut aussi bien Atre Haitien,
Jamaicain, S6n6galais ou Nig6rian. A Boston, ils peut etre
du Cap Vert, A Washington d'Ethiopie, d'Erithr6e on de
Somalie.

Unite et diversity
La classification Noir / Blanc est unique aux Etats-
Unis, et constitute un fait historique qui a pris naissance
dans les annees 1700 au moment oi fleurissait 1'esclavage.
Les Black-amdricains ", qu'ils soientplus oumoins noirs,
etaient tous unis dans leurs souffrances. Dans les ann6es
1950, relevent les historians, 1' unit NOIRE a conduit A la
formation du Mouvement des Droits Civiques et a cr6d un
puissantmouvement d'unit6 noire. Dans les annees 60, cette
unite NOIRE est devenue Black Power, Black is Beautiful
etles NOIRS ont commence A se qualifier les uns les autres
de Brothers, A se saluer avec un handshake particulier et A


communiquer en slang (argot), pour que le blanc ne
comprenne pas ce qu'ils disent.
Mais cette Black Unity dans la vie de tous les jours,
et la longue histoire qui a crd6 cette Unitd des Noirs, a tW
pour ainsi dire perdue avec l'arriv6e massive de ces
strangers NOIRS qui commencerent A d6barquer par vagues
apres 1'Acte d'immigration de 1965. Les afro-amdricains
ont jou6 un r6le capital pour son adoption devant le S6nat
am6ricain.
Ala difference des Black americains des Eats-Unis,
Les West-indians et les Africains ont grand dans des pays
don't le gouvernement 6tait noir. Ils n'ont pas connu la
s6gr6gation blanche, comme ceux des Etats-Unis
d'Am6rique.
Par ailleurs, la tentative pour diviser les NOIRS
selon leur origirie, n'a pas pris. Alors que les immigrants
Haitiens, durant les ann es 1960 et 1970, se plaignaient de
leurs freres et sceurs black am6ricains, qui les traitaient avec
d6dain, ceci a complkteent disparu ajourd'hui. Les Haitiens
ont compris aussi que s'ils doivent b6ndficier d' une certain
force, ce n'est que dans l'union avec leurs freres noirs
americains. Ceci est nettement ressorti dans une 6tude
realis6e par Flore Z6phir sur les Haitiens.
Les Haitiens d'aujourd'hui tentent de s'identifier
avec les afro-americains. Ils n'ont pas d'accent, done savent
passer pour afro-am6ricain. Ils ont change la prononciation
de leurs noms. Michel devient Michael, Pierre devient Pe-
ter, Mathieu Matthew. Garry Pierre-Pierre du Haitian Times
raconte comment sa perception de 1'afro-americain est
compl6tement diffdrente de celle de sa mere.
"Souvent vous voyez des americains de race
blanche pointer du doigt un noir venu d'ailleurs, le d6signant
comme un module. Mais c'est l1 une veritable hypocrisie.
Les Haitiens sont aussi souvent tu6s ou maltrait6s par la
police que les afro-americain ".
Le chapitre new-yorkais du NAACP (National
Association for the Advancement of Colored People) s'est
joint aux Haitiens et organizations haftiennes et africaines
.pour protester centre le traitement fait A Abner Louima en
1997 on A Amadou Diallo en 1999.
Mais il ne faut pas s'empresser de conclure que
tout est rose, dans ce domaine.
Il n'y a pas si longtemps, 1'Haitien Joe Cl61estin,
candidate au poste de maire de North Miami, s'est vu
bombarder de coups de t6l6phone le traitant de tous les noms
de connotation racial et les appeals provenaient de black


amdricains. II faut dire que
son principal adversaire A ces
elections 6tait un afro-


DROGUE L'un des plus gros

M MEXICO, 10 narcotrafiquants du
Mars Benjamin
Arellano F61ix, con-
sid6rcommeel'unxdes Mexique capture
,.&siddrd. comme 1'nn des .,LVJC A U V Vd ~ / .
plus gros narcotrafiquants du
Mexique, a Wte capture samedi
matin A Puebla, villeA80 km aunsud-
est de la capital, a indiqu6 le
ministere mexicain de la defense.
Arellano F61ix, chef du
Cartel de Tijuana, ville frontiere
avec les Etats-Unis, a t6 arrWt par .,
des 616ments del'arm6e mexicaine,
en meme temps que 1'un de ses
compares Manuel Martinez, connu O
sous le sobriquet < charge, lui,.du blanchiment des
narcodollars, precise le ministere.
Le chef del'Etat mexicain,
Vicente Fox a aussitt Wt6 infornI
de ce coup de filet, ajoute le
ministbre.
Le > de Tijuana a
6t6 surprise Al' aube par les forces de
1'ordre dans une villa de Puebla dans
laquelle avait 6t6 6rig6e un petit


autel, avec cierges et photos A la
mdmoire de son frere, Ramon
(voir Drogue... / 15)


ologue
Univer-


sity, 1'animosit6 et la suspicion r6gnant entire Haitiens et
Black Am6ricains.
Que vous parliez A des Haitiens, des Baham6ens,
des Jamaicains ou a des Africains, ils vous r6petent la meme
chose concernant les africains ame6ricains:
Ils sont violent, ils ne respectent pas leurs vieux
parents, n'ont aucun sens de la famille, sont paresseux et
dependent du welfare (de assistance publique) ".
A cela les afro-americains repondent: "les west
indians, les africains viennent chez nous pour prendre nos
jobs, ils cassent les prix en acceptant de travailler pour trois
fois rien. Ils sentent mauvais, ils mangent les chiens et
pensent qu'ils nous sont sup6rieurs. "
Les vieux cliches ont la vie due. Et il faudra
beaucoup de temps pour les faire disparaitre, pour que cesse
cette g6ndralisation.
Mais d'abord, il faut commencer par le commence-
ment : I'education. L' acteur Will Smith, qui a jou6 le r6le
de Mohamed Ali dans le film ALI" raconte comment il
a 6t6 embarrass 1'an dernier lors d'un voyage au
Mozambique. Tout ce queje savais sur 1' Afrique 6tait FAUX
a 80 %, a-t-il racont6 A un reporter du Los Angeles Times.
J'ai 6t6 embarrassed de voir de grands buildings, des
Mercedes, de grandes villes et ces belles femmes vetues A
1'europdenne.
J' ai Wt induit en erreur et ma perception de cette
Afrique de Tarzan 6tait tout bonnement ridicule."
Les vieux cliches ont la vie dure certes, mais est-
ce que la volontW de changer existe-t-elle r6ellement?

US-HAITI

Les Etats-Unis tires

critiques sur la situa-

tion des droits de

Ihomme en Haiti
Port-au-Prince, le 5 mars (HPN) L'Ambassadeur
des Etats-Unis en Haiti, M. Brian Dean Curran a remis aux
Autoritds Haitiennes le rapport du D6partement d'Etat
amdricain sur la situation des droits de l'homme en Haiti,
a-t-on appris mardi aupres de 1'Ambassade.
(voir Droits humans / 15)


SUPREME COURT OF THE STATE OF NEW YORK
COUNTY OF ROCKLAND


Milia Hyppolite,
02
against
Alix Hyppolite
Defendant


Index No. 0027/


Plaintif


Summons
Basis of Jurisdiction:
(X) Plaintiff ()


Defendant (X)Resides in the county

To the above named defendant (s):
You are hereby Summoned to answer the complaint in this action and to serve a
copy of your answer, or, if the complaint is not served, with this summons, to serve a notice of
appearance on the Plaintiff's Attorney (s) within 20 days after the service of this summons,
exclusive of the day of service (or within 30 days after the service is complete if this sumons is
not personally delivered to you within the State of New York); and in case of your failure to
appear or answer, judgment will be taken against you by default for the relief demanded in the
complaint
NOTICE TO ALIX HYPPOLITE:
The foregoing Summons is served upon you by publication pursuant to an Ordre of
the Hon. William K. Nelson, an Acting Justice of the Supreme Court of the State of New York
dated January 14, 2002 and filed with the Complaint and other papers in the office of the
Clerk of the County of Rockland at New City, New York.
This action was brought for the reformation of a certain Deed daed October 17, 1994
to correct the description of the property.
Said Deed represented a transfer between Alix Hyppolite and Milia Hyppolite of the
premises located at 319 Roosevelt Avenue, Spring Valley, New York f/k/a 19 Roosevelt Av-
enue, Spring Valley, New York, Section SV, Block (s) 932, 933 & 881,
but failed to included the 100 x 20 foot piece of vacant land designated as Parcel II. Plaintiff
demands judgment directing and decreeing that the Deed be reformed to contain a description
of both Parcel I and Parcel II in the property description.
Dated: Nanuet, New York
January 16, 2002
Emily R Fabrizio, Esq. Law Offices of KD. Rothman Attorneys for Plaintiff, Milia
Hyppolite 55 Old Turnpike Road, Suite 202
Nanuet, New York 10954 Phone: 845-627-320


Benjamin Arellano Felix, derriere les barreaux








Mercredi 13 Mars 2002


NOs etites announces classes


Haiti en Marche Vol. XVI No.6 I .- 14%-J3P-- -


Radi i-
Port-'iiuPrince
Melodie 103.3 FM
de5:00 Aminuit
Tous les jours
7jours sur7
Musique retro, Jazz,
compass, salza, hiphop,
la bonne humeur est de
mise avec nous
captez M61lodie et votre
vie ne sera plus la meme...
Chicago

Radio I'Union
WLUW
88.7 FM
4:00 pm A 6:00 pm
module anglais
bulletin de nouelles
Harry Fouch6
4:20
Module franqais
bulletin de nouvelles
Lionel Ch6ry
4:50
Module Cr6ole
Nouvelles
Lionel Ch6ry

New York
Radio Eclair
1240 AM
WGBB
Chaque samedi
11:00 am
T61516 333 1487
New York

Horizon 2000 Plus
WLIR
130 AM
every sunday
9:00 am
Midi
New York
Haiti
Diaspo Inter
1330 AM
6-8 pm
dimanche
7-9 am










Haiti en Marche
En vente d6s le mercredi
a Miami, Port-au-Prince,
Chicago Boston New
York Montreal, Paris
Bruxelles Berlin,
Geneve...
Pour &tre a jour
avec I'actualit6,
abonnezvous
en nous
appelant:


Miami
305 754-7543
(305) 754-0705

Port-au-
Prince
245-1910
221-8567/68/96

New York
9143587559

Boston
508 941 6897

Montreal
514337 1286
j*'
9


S Coiffeur

ow ORIGINAL
BARBER
CHARLEMAGNE
COIFFEUR
103 S.E. 2nd Street
DELRAYBEACH,
FL 33444
Tel: 243-1039
BEEPER:
524-0086
OPEN
MONDAY-
SATURDAY 1-7
SUNDAY 10-3




Bel Fouchet
Restoran
8267 North Miami Av.
(305)757 6408
Le meilleur
griot de la ville!




Jean Marc
57 Avenue Muller
Port-au-Prince, Haiti
ti kabich pain au beurre
manchette Bagel sur
command
T61l: 4092-4685
403-1958


Chemin
des
dalles
No 27


U9( jdlp


Livre


La champagne anti-superstitieuse en
Haiti n'a pas eu lieu.
C'est le theme qui est d6velopp6 dans le roman
de 300 pages de Roger Geaniton:

%LES ENTRAILLES

DU SOLEIL
S Le livre est distribu6 par
GAMMA PRESS INTERNATIONAL
P.O. Box 4436
Hollywood, Fl 33081 USA

Envoyez votre cheque de $ 29.95
A GAMMA PRESS INTERNATIONAL


GALA du MONDE

Festival International
Nuits d'Afrique de Montreal.

jinr point de press se ieridraci le 2 acvril
au. club zcitazou.,


INTERNATIONAL
NUITS D'AFRIQUEDE
MONTREAL

16 ans de musique

plusieurs
personnalit6 culturelles et
des artistes de partout!

musicians,
chanteurs, danseurs,
humoristes.

Tous ceux pour qui
le Festival est IMPOR-
TANT !


.. du Cameroun, du
Mali, du Ghana, de
R6publique


D6mocratique du Congo,
d'Haiti, de Trinidad, du
S6n6gal, du Maroc, de
Cuba, de
R6publique
Dominicaine, d'Alg6rie,
du Br6sil, du Tchad, de
Cote d'voire, du Burkina
Faso,. et meme des tetes
d'affiche du Quebec


"GALADU
MONDE Au MEDLEY

Vendredi 19
avril 02 20h00
(ouverture des
portes 19h00)

1170 St-Denis -
Montrdal Tel:


(514) 842-6557

Billets en yente des
le 11 mars 2002

Au Kola Note -
(514) 274-9339
(guichet central)

Au Medley -
(514) 842-6557

Sur Rdseau
Admission -
(514) 790-1245


Source: Jocelyne
Porcu,
resp.communications, Tel
: (514) 499-9239


Points de Vente HaIti e


Pom ano Beach


Pagel3


Fort Lauderdale


IViami ai -----p


I Medecin

Dr Enock Joseph
Obstdtrique Gynecologie
Accouchement Opdration
pour fibrome Family Plan-
ing Ligature des trompes
CirconcisionCureage Tous
les tests pour l'immigration
toutes sortes d'assurance
Carte Medicaid pour les
femmes enceintes.
5650 N.E. 2nd Avenue
Verti6res Shopping Center
(305)751-6081
OLYCUNK UE
de la Rue Gr6goire.
45 RUE Gr6goire
P6tion-Ville
HaItio
JEAN CLAUDE
DESGRANGES,
M.D.,
Mdecine Interne
T Gdriatrie
T6l: 256-3017
256-3018
HEURES DE VISIT
LUNDI a
VENDREDI
MATIN 7:00-9:00
SOIR 17:00 19:00
SAMEDI 8:00-16:00

Dr Sony Figaro
Gynicologue
accoucheur


Lucas SuperMarket
14759 N.E. 6th Av.
305 940 9902
Boujolly Records
13148 West Dixie
Highway
305 893 8950
Etiquette
Barber Shop
154-55
West Dixie Highway
305 940 9070
B & L Supermarket
& Produce
12041 West Dixie
Highway Miami
3058930410
Eclipse
Communication
Services Inc.
9290 S.W. 150 Ave.
Suite 104
954380 1616


Danilos
Restaurant
3760 NE 3rd Ave.
Pompano Beach
9547812646

Christephanie's
581 BC East
Sample road
Pompano Beach
1 33064
T6l.: 954-781-7424

Chiropractic
Office
910 East Atlantic Blvd.
Pompano Beach
954-781-2500

TELECO PAW
206 North Flagler Ave
Pompano Beach
HFlo 330608
954-941-7004.,


I Real Estate


For sale in Haiti
Building for bank, office or supermarket, premium location, near
5 airport, Delmas 19
S second floor not yet finished.
: asking: US$ 500.000,00
In USAcall 813-744-6390 in Haiti 510-8329.

Fully Developed building lots
IN Central FLORIDA south of
WALT DISNEY WORLD
From $ 12,900 / 15 % down payment
$ 149,50 Per Month
Placid Lakes has a PGA golf course, beautiful lakes, churches
great shopping, private airstrip, and over 1600 homes.
From 75 to 125 ft above sea level.
Web placidlakesflorida.com Email placidlakesfl@yahoo.com
Lake Placid Development Corporation, Inc.
Phone 1-800-967-0324
20 SW 27 Ave, Pompano Beach, FL 33069
ask for Alice
Obtain the Property Report or its equivalent, required by Federal
and State Law and read it before signing anything. No Federal
agency has judged the merits or value, if any, of this property.


Recu par courier 6lectronique

My salut for everyone who for progress!
*
My name Fresnel, I am a student from Chub
Institute I heard about everything about Haiti and that
make me so sad, so my opinion is I hope there will be a
change on that, and continue in our job, and God will
protect everybody who work for peace and lovel wish I
can become someone who can liberate Haiti in that
such a situation that it now, so lets pray for a change.
Thank you for listennig me May God bless all of you
goodbye.In case u want to email me
back. fresnel30@hotmail.com


Sarriedi 23 rmiars
Les cotisins
Books
& Records Shop
Grande vente signature
Second disque du talentueux
musicien haitien
Victor Surpris Junior
7 heures pm.
7858 N.E 2nd. Ave
Miami Fl. 33150
Tel 305 754 8435


"- -__ -I A,'-, fg X 4 -,n XV t->-h-


Notre Dame
Restaurant
4859 N. Dixie Hwy
Pompano
tel.: 954-421-4777
RADIO PAW
1108 NW 9Ave Suite 2
Ft Lauderdale, Fl133311
T61- 954 523 0767
Island
Supermarket
Beauty Supply
8079 West Sample Road
9543450450
Delray Beach
Classic Teleco
203SE 2NDAVE.
DELRAY BEACH
FL 33483
561-279-8846
OUR LADY Bakery
102 SE 2nd Ave
Delray Beach, Fl
33444 Tel:
561-272 3556


I


-- -- --- -


Mi nmi







.Page 14


(Bush ... suite de la page 11)
Cela ne veut pas dire que la situation am6ricaine est des
plus confortables pour les travailleurs amrricains, les
Faillites d'entreprises celle frauduleuse d'Enron et de son
fonds de pension -, les restructurations industrielles
s'accompagnent de milliers de licenciements prouvant le
contraire.
Parmi ceux qui sont le plus menaces, les
'ravailleurs d'origine asiatique ou venant du Moyen-Ori-
-nt. Le movement ouvrier ne doit tol6rer aucune discrimi-
lation a leur 6gard. Les 8 millions de travailleurs sans
)apiers qui se trouvent aux Etats-Unis, quelle que soit leur
)rigine, font face A une repression accrue. Plus quejamais,
1 faut refuser la division des travailleurs sur des bases
-thniques, opposant les travailleurs strangerss" aux tra-
vail-leurs americains.
C'est au mouve-ment ouvrier qu'il revient d'etre
uin premier rang de 1'action centre la violation des droits
16mocratiques, qui menace avant tout ce movement. Des
e 24 septembre 2001, le conseil ex6cutif de l'AFL/CIO de
3an Francisco avait d6clar6 : "Nous nous opposons a toute
*entative d'utiliser cette tragediepour limiter nos liberties.
a militarisation de notre society conduit inivitablement at
'erosion des liberties ddmocratiques et des droits des
ravailleurs".
Depuis, de nom-breuses declarations
I'organisations syndicales vont dans le meme sens. Au
Congress de l'AFIJCIO, tenu du 3 au 6 d6cembre 2001 A
Las Vegas, avec la participation de 1000 d6l6gu6s, une
resolution a Wt unanimement ap-prouv6e, qui condamne
la mise en cause des libert6s fondamentales par
1'Administration Bush.
"Les measures prises ont un fort relent
d'autoritarisme (...). Notre histoire nous enseigne que les



Boby Expr

Rapidit6 Confiance et les M

Ici c 'est pronto pro
5401 NE 2nd ave Miami, Fl 33137
2807 Church ave Brooklyn NY 11226
1161 Flatbush ave Brooklyn NY 11226
300 Broadway Cambridge Ma 02139
159-35B Hillside ave Jamaica NY 11432
508 River street Mattapan Ma 02126
7177 rue St Denis Montreal Qu6bec H2R2E3
3820 Henri-Bourassa est Montreal Nord H1HI
19 South main street Spring Valley NY 10977
953 Washington blvd Suite 1 Stanford Ct 0690
Wulfs rd of East across Windsor park
Nassau Bahamas
1552 Jefferson ave Boyton beach Fl 33435
402 West Atlantic ave Delray Beach Fl 33444
28 West Sunrise blvd Ft lauderdale Fl 33311
30 South dixie hwy Suite 2 Lake Worth Fl 334
19325 NW 2nd ave Miami Fl 33169
506 11th Street N Naples Fl 34102
629 NE 125 Street North Miami Fl 33161
2469 So. Orange Blosson Trail Orlando Fl 328(
4857North Dixie Hwy Pompano Beach Fl 33(
128 N Flagler ave Pompano Beach F1 330
604-25 Street West Palm Beach Fl 33407
1232 Moreland ave Suite A Atlanta Ga 30316


menaces internes oln xturnes peuvent conduire a une
repression rapide (contre les ritovens el e I 'abus dupouvoir
(...). Notre attachemient a la liberty et ai notre pays nous
contraint a nous clever jermement contre un ensemble de
measures prises par le gouvernement, qui menacent les
libertis ddmocratiques, qui violent les droits
constitutionnels et eminent les garanties essentielles sur
lesquelles notre nation estfondee."
Cette resolution est un point d'appui pour un com-
bat plus que jamais necessaire.
La gonflette patriotarde et guerrimre de Bush ne
durera qu'un temps. L'histoire nous a d6montr6 que le
people americain n'a jamais manqu6 de resources, quand
il s'agit de mettre les pendules a l'heure. C'est d'aillcurs
ce qui fait le charnne de cette nation.

Ill- L'enfer de Guantanamo
La guerre a quitt6 la "une" des journaux. Les
m6dias semblent suivre les movements de G.W. Bush qui,
avant, parlait de "la traque de M. Ben Laden et du mnollah
Omar rdgulibrement, sans qu'on ne lui demand.
Maintenant, il lefait rarement." (The International Her-
ald Tribune, 11 janvier 2002). Et pourtant, la guerre se
pursuit et menace de s '6tendre. Donnons-en quelques traits
de l'enfer de Guantanamo.
La, sur la base amdricaine de Guantanamo (en-
clave en territoire cubain), se tient le camp X-Ray, pr6vu
pour 2000 prisonniers, qui, d'apres Sue Anne Pressley, du
Washington Post, resemblee at un decor pour camp de
prisonniers ecesurant.dufilm de guerre."
Dans son numdro du dimanche 20 janvier 2002,
The Mail on Sunday, F'un des joumrnaux A grand tirage du
Royaume-Uni, signalait les conditions inhumaines dans
lesquelles les prisonniers captures en Afghanistan et
suspectsi" d'etre
membres du r6seau Al-
Quaida avaient 6t6
transf6rds par.des C17 de
o s l'US Air Force depuis
l'a6roport de Kandahar A la
eilleurs Taux base amdricaine de
Guantanamo, a Cuba,
mto f enchain6s, la tete
ntot' recouverte d'une cagoule
305-758-3278 et vraisemblablement
-71 ^0 '^708 drogues.
718-693-3798 drogusCe sont
718-287-,5295 maintenant les conditions
61-5464 fde detention des centaines
617-354-6448 de prisonniers qui ont
718-523-9216 provoqu6 une emotion
617-298-936 considerable et un trouble
617-29-9 politique en Angleterre,
514-270-5966 qui atteint .le
[K4 514-852-9245 gouvernmement Blair.
Le ministry des
914-425-7747 Affaires 6trangeres de ce
1 202-722-4925 gouvernement s'est en
effet senti contraint de
faire connaitre le malaise
242-322-6040 croissant en Grande
561-742-3046 Bretagne au sujet du sort
61-74-30de ces prisonniers.


60




)5
064
60


51
3



9
9

45
4C


Downtown Providenciales
N. Miami Beach FI 33162 3
Buttenield Plaza near Scotia Bank
Turks and Cacos Islands 6

Le nombre de nos succursales augmente... "
Et avec nous, c'est toujours pronto pronto!

En plus des operations de transfer a argent


561-265-2100UU
954-524-1573
561-585-1077
305-654-2800
)41-435-3994
305-892-6478
407-649-9896
54-429-9552
54-946-4469
561-655-4166
04-622-8787

05-945-1390

49-941-4172


Boby ExpreSS se charge de faire parvenir dans l'imm6diat vos
cassettes, lettres, sacs de riz, gallons d'huile et tous autres products
alimentaires. Boby Express,

S c'est 6galement une carte de t6l16phone
(- D dontlaligned'acces
n'estjamais occup6e ~-

Boby Express
C'est tout simplement No 1 !I


La press
britanique a public des
photos de ces prisonniers,
les pieds et les mains
enchain6s, portant des lu-
nettes noires et bAillonn6s,
contraints de s'agenouiller
devant les "marines" qui
les garden.
Le major Eddie
Villaviencencio, de l'6tat-
major americain, a donn6
comme seule explication
que ces photos
correspondaient a A'arriv~e
de ces prisonniers et qu'ils
n'6taient pas ainsi traits
de maniere quotidienne.
Un ancien
ministry des Affaires
6trhng6res britannique,
membre du Labor Party,
Tony Lloyd, a d6clard que
ces photos prouvaient que
les prisonniers n'dtaient
pas traits conform6ment
aux coutumes et au droit
internationaux.
Les traitements
barbares don't font I'objet
ces prisonniers
s'inscrivent dans le refus
des autorites amnricaines
de se rif6rer .A une
quelconque norme de
droit. Elles refusent A ces
prisonniers le statut des
prisonniers de guerre, mais
dies leur refusent
6galement d'etre
considdrds comme des
inculpts, puisque tout
ac6s At un avocat leur est


Mercredi 13 Mars 2002
Haiti en Marche Vol. XVI No.6


Un rapport inhabituel


sur "1'Etat de 'Union"


I ANTI-TERRORISME ET LIBERTIES I


interdit. l1s out t0 transf6r6s dans cette base afin qu'ils ne
puissent sc pr6valoir d'aucun des droits constitutionnels
aminricains. Personnel ne sait qui ils sont. Les "proces"
qu'ils vont suhir n'incluent en rien ce qu'on peut appeler
une defense. "Le porte-parole de M. Bush, Ari Fleisher
(...), a signal que celui-ci etait moins intiressi par lesfi-
nesses kFgales que par le besoin pratique depermettre que
la paix domine." (The Washington Post, 10janvier 2002)
Voila done un ordre mondial pour lequel les droits
de l'honunmme deviennent des "finesses legales". Le president
actual de l'Union europeenne, M. Aznar, n'a-t-il pas d6clar6
que les Etats-Unis avaient le droit d'6tablir ces courses
martiales"?

Aucune norme de droit
Ils sont d6tenus dans des conditions d'arbitraire
total, sur une base militaire couple du monde, bien que
situde sur le territoire cubain. Le dimanche 20 janvier
dernier, The Mail on Sunday publiait en premiere page
une photo des d6tenus, avec pour ligendre : "Bush etBlair,
est-ce ainsi que vous pretendez ddfendre la civilization?"
Le quotidien am6ricain The Washington Post du
0ljanvier 2002 rappelle que "lespritendus defenseurs des
droits de l'homme, en particulier l'organisation Human
Rights Watch, (qui) avaient exprimd leurs craintes a
I'automne (...), paraissent aujourd'hui un peu moins
inquiets. Quelques unes des regles defonctionnement des
futurs tribunaux militaires sont deisormais connues, et elle
prennent en compete les arguments des defenseurs des droits
de 1'homme."
Nous en serions done aux camps de concentration
a visage human pr6nds par les ONG de defense des droits
humans? Mais oiu sont done passes nos intellectuals, nos
bien-pensants, et nos farouches d6fenseurs des droits de
1'homme toujours prompts A s'emparer d'une plume, d'un
micro ou d'une camera pour dormnner leur point de vue a
propos de tout ou rien. Bouche cousue!
IV- Pourquoi la guerre en Afghanistan?
Apres l'6clatement de l'URSS qui tirait son pdtrole
de Sib6rie, gardant celui de la mer Capsienne, parmi les
nouvelles r6publiques, celles don't les richesses en p6trole
sont prouv6es sont le Kazakhstan (10 A 25 milliards de
tonnes), qui est aussi le premier producteur mondial de
chrome, et l'Azerbaidjan (18% des richesses mondiales!).
Au Turkmenistan, qui compete 10% des reserves
mondiales de gaz, le probleme crucial reside dans
1'6vacuation vers les marches mondiaux. Le pipe-line ne
peut que passer par l'Afghanistan, les routes turques et
iraniennes 6taientrejet6es pour raisons d'instabilit6 des pays
traverses. C'est pourquoi les p6troliers am6ricains ont
appuy6 1'option talibans.
Le livre de R. Labeviere, r6dacteur en chef A Ra-
dio France Internationale (RFI), donne dans le detail les
liens entire capital financier, gouvernement amnricain,
p6trodollar et diff6rentes factions en Afghanistan... Voici
quelques extraits :
"L'ancien directeur de la CIA, Robert Gates, dans
ses memoires From the shadows, reconnatt que les services
speciaux americains sont intervenus en Afghanistan au c6te
des moudjahidines locaux six mois avant 'intervention
sovietique (...). C 'est en effet le 3juillet 1979 que Carter a
sign lapremiere directive sur 'assistance clandestine aux
opposants du regimepro-sovietique de Kaboul." (Les dol-
lars de la terreur, 435 pages, Editions Grasset, 2002)
Avec l'aide du service pakistanais Inter Service
Intelligence (ISI), les Americains arment et entrapment
diff6rentes factions, don't celles des pachtounes (meme
ethnic qui noyaute l'Administration pakistanaise), aidant
G. Hekmatyar au detriment de Massoud, tadjik...
"Pour chbaque dollar donned par la CIA, un autre
etait ajout6 par l'Arabie Saoudite. Les fonds combines,
plusieurs centaines de dollars par an, 6taient transf6r6s par
la CIA sur des comptes sp6ciaux au Pakistan sous le contr6le
del'ISI", a affirmeidans un livre le general Mohamed Yusuf
un ancien directeur de 1'ISI. Encadres par ce tandem
americano-pakistanais, les talibansferont aussi leur entrde
sur la scene afghane. Le calcul amiericain est simple : les
routes energdtiques de ce nouvel eldorado passeront par
l'Afghanistan. La seulefacturepetroliere contribute au tiers
de deficit amiricain ". (Les dollars de la terreur)
Ce livre explique aussi que l'Administration
amdricaine n'est pas un "monolithe" mais un "mille-
feudles", traverse par la dispute du pouvoir entire differentes
factions politiques du capital americain (NSC, CIA)
Le budget de la CIA, qui a eu cinq directeurs en
six ans, est de 26,8 milliards de dollars.

V- Le troisieme voisin de l'Asie Centrale
En meme temps que l'6tat-major americain faisait
savoir que les troupes resteraient en Afghanistan "au moins
jusqu'd l'iti", on apprenait que les Etats-Unis auraient
d6cid6 d'installer 3000 soldats dans une base du Kirghizstan
(le Kirghizstan est une ancienne r6publique d'Union
sovi6tique), qu'entourent le Kazakhstan, l'Ouzb6kistan, le
Tadjikistan (qui a une frontiere commune avec
1'Afghanistan) et la Chine.
A ce sujet, The Economist du 19 janvier 2002 a
inform que les effectifs rassembl6s sur cette base "seront
troisfoisplus nombreuxque ceuxstationn6s en Ouzbdkistan,
et cela se pose done la question d'un sejour plus long que
privu des militaires ameiricains dans la regionn. Yerlan
Karin, un analyst politique du Kazakhstan, explique: "Les
rdalitis gjopolitiques ont change et les Etats-Unis sont
devenus le troisieme voisin (apres la Russie et la Chine) de
I 'Asie Centrale."
Conune 1'crit un diplomat amnricain dans The
Washington Post du 19 janvier 2002, "la guerre en Af-
ghanistan a rendu possible, pour la premiere fois depuis
les anndes 1990, la construction d'uo pipe-line passsant
(voir Bush /15)







Mercredi 13 Mars 2002
TT",*f4 -- ifr-- -- I 71VV7T mTn A


Haiti en Marche Vol. X 6 : -


I ETATS-UNIS I


BUSH ...
(suite de la page 14)
par 1'Afghanistan et le Pakistan."
C'est pour cela que les p6troliers am6ricians
occupent l'Ouzb6kistan, cherchant un gouvernement
garantissant 1'acheminement du p6trole!
VI- Palestine : Un Bilan
Chaquejour, de nouvelles agressions meurtrieres,
de nouveaux bombardements, de nouvelles executions
cibl6es. Sharon pursuit et amplifi6 sa politique de terreur.
Le bilan est lourd pour le people palestinien. Depuis le
debut de l'Intifada, plus 850 Palestiniens ont 6t6 tu6s. On
compete 37 000 bless6s.
7 000 maisons otnt 6t d6truites ras6es par les bull-
dozers ou fracass6es par les bombes et les roquettes. 20
000 arbres fruitiers ont Wt6 d6racin6s.
Le blocus strangle 1' 6conomie dans les territoires,
deux millions de Palestiniens s'efforcent de survive sous
le seuil de pauvret6. Aucun contact n'est autoris6 entire la
Cisjordanie et la bande de Gaza. A Gaza, qui couvre un
territoire de 364 km2, il y a douze lignes de separation
interdisant la communication d'un point a autre.
C'est A nouveau sur Gaza que les forces armies
israfliennes ont concentr6 leurs coups, les dimanche 410 et
lundi 11 fdvrier. D'apres les dep&ches de press, plus de 80
Palestiniens ont 6tW blesses lors des bombardements. Les
raids a6riens se sont concentr6s sur la prison central de
Gaza, oil 6taientnotamment detenus des militants du Hamas,
arret6s par la Police de l'Autorit6 palestinienne. Les avions
israeliens ontl6galementpris pour cible des locaux designs
comme abritant les activities de services de renseignement
militaire de l'Autorit6 palestinienne.
Un plan centre la democratic, contre la paix
La logique de cette politique de terreur, c'est de
chasser le people palestinien de toute la Palestine, c'est la


preparation d'expulsions massive, parachevant celles par
lesquelles s'est constitu6l 'Etat d'Israel en 1948.
Le "protectorat amiricain" prend ici toute sa sig-
nification, Zbigniew Brizezinsky, qui fut le conseiller du
president Carter, l'un des artisans des Accords de Camp
David en 1979, exprime A sa maniere, dans un editorial de
1' International Herald Tribune, ce que cela veut dire. RL
se prononce pour un nouveau partage sous contr6le
amdrician. En clair, il recommande que 1'essentiel de la
Cisjordanie soit transform en un bantoustan (ces pseudo-
Etats noirs oi le regime de 1'apartheid rel6guait dans la
misure toute une parties de la population noire d'Afrique du
Sud). Etant entendu, explique-t-il, "qu'un accord
impliquerait un r6le sicuritaireprolongi des Etats- Unis",
c'est-h-dire une intervention militaire americaine. 11 pro-
pose que les zones obtles colonies israeliennes sont les plus
denses soient officiellement annexes par Israel et que ce
qu'il ose appeler un "Etatpalestinien" soit "dimilitarisd",
c'est-a-dire sous tutelle isra6lienne.
La r6alit6 d'un tel plan suppose 1'6crasement total
du people palestinien. n vise A le d6raciner de sa terre. In
nie le droit au retour des millions de Palestiniens expuls6s.
I signifie, en definitive, expulser effectivement le million
des travailleurs palestiniens qui resident encore dansles
limits pr6sentes de 1'Etat d'Israel. C'est un plan dirig6
contre tous les peuples de la region contre la d6mocratie,
contre la paix. C'est une expression claire de la barbaric
don't est porteur le "protectorat amiricain".
VII- Philippines: l'Opdration "Balikatan"
L'op6ration "Balikatan" (c'est-h-dire "Epaule
contre ipaule") est en route. Six cent cinquante soldats
am6ricians d6barquent aux Philippines, au nom de la lutte
contre les soutiens locaux du r6seau Al-Quaida. Ils sont lA
comme "conseillers". Mais comme le rappelle The New
York Times du 18 janvier 2002, ces soldats pourraient
accompagner les militaires philippins au combat, avec
autorisation d'ouvrir le feu en cas de l6gitime defense. Les
militaires am6ricains pourraient aussi intervenir dans des


~i~tee4 ea'zc66eSm54


Miami Port-au-Prince Miami


Tarif Special




$1 7500'
5 aller-retour + tax
Attention: Les places sont limit6es. Faites votre
reservation imm6diatement.
S Ces tickets ne sont pas remboursables
et ne peuvent 6tre changes.




Pour information et reservations,
contactez votre agence de voyage ou Air ALM



1-800-327-7230 (USA)


~&W 1U~ai11 Ii bIII


operations offensives A la requate du gouvemrnement de
Manille, mEme si cela est contraire A la Constitution du
pays.
Cela resemble beaucoup A d'autres operations
don't les limited 6taient floues et qui ont entrainu les Etats-
Unis dans des coftteuses interventions militaires.
En Guise de conclusion : le Monde selon
I 'administration US
Chacun a pu le constater, le discours du president
Bush sur "I'dtat de l'Union" a et6 un discours sur Pi'tat du
monde tel que le congoit le gouvemrnement ame6ricain.. La
"puissance amiricaine" 6tant la garantie des profits des
multinationales- dontles plus grandes sont americianes- du
fonctionnement de la machine speculative- le sort des
retrait6s d' Enron indiquant le d6sastre que celle-ci produit-
, les Etats-Unis s'octroient le droit de tout d6cider. C'est la
guerre du bien centre le mal:
(...) Dans une mise en garde leprdsident a declare
que les services de renseignement considerent maintenant
que des dizaines de milliers de terroristespotentiels ont ete
entratnes parAl-Quaida depuis 1996 et sont de maintenant
eparpilles dans le monde comme autant de bombes a
retardement quipeuvent exploser sans avertissement" (The
International Herald Tibune, 31 janvier 2002)
L'Administration Bush se sert del'6pouvantail Ben
Laden/Al-Quaidapour mettre en place sa strategie de guerre
masquantles vrais probl6mes. Mort, BenLadenne servirait
plus a rien. II faut done nourrir la flamme du danger
terrorist, en le supportant vivant.
Durant sa champagne 6lectorale, Bush aimait A
r6p6ter qu'une fois l61u, i veillerait a ce que les Etats-Unis
n'interviennent que lorsque leurs inter8ts vitaux 6taient en
jeu. Ce que signifie son discours, c'est qu'a cette tape de
la mondialisation decompositionn du syst6me capitalist
d'exploitation fond6 sur la propri6t6 privee des grands
moyens de production), don't l'imp6rialisme americain de-
meure le pilier mondial, les inter8ts vitaux des Etats-Unis
sont partout, et que, en consequence, le gouvernement
am6ricain se reserve le droit d'intervenir
partout oh il le veut.
C'est ce qu'on appelle le
"protectorat americain". Mais ce
protectorat n'6tablit pas un "ordre
nouveau". L, pr6cipite le chaos mondial
qu'il vise A diff6rer, et cette r6alit6
s'exprime et s'exprimera de plus en plus
aux Etats-Unis memes.
Ainsi, "la guerre mondiale contre
le terrorism don't la poursuite et
l'extension ont et6 annoncges par le
president Bush dans son rapport devant le
congres amiricain le mardi 29 janvier est
aussi une "guerre contre les salaries
am6ricains"." (The New York Times, 31
janvier 2002)
Mais nous arretons lA notre
propos, au risque de nous faire accuser
d'apologie du terrorism et du meurtre.
Ronald SAINT-JEAN
Directeur de la Publication
Bayaki
20 fWvrier 2002


DROGUE...
(suite de la page 12)
Arrellano Felix, exucut6 le 10 f6vrier
dernier lors d'un reglement de comptes
entire trafiquants.
L'arrestation de Benjamin et 1'assassinat
de son frere, constituent l'un des coups
les plus durs au Cartel de Tijuana,
principal organisation du narcotrafic du
pays et responsible, selon les autorit6s
mexicaines, de pres de 15 pour cent de la
cocaine consomme aux Etats-Unis. (AFP)


DROITS HUMAINS...
(suite de la page 12)
Selon un communique du service
des Relations Publiques del'Ambassade,
M. Brian Dean Curran, a pr6sent6 lundi
au Ministre haitien des Affaires
Etrangeres, M. Antonio Joseph, lerapport
annuel du D6partement d'Etat sur les
droits de l'homme. Ce rapport relive une
d6t6rioration en 2001 des droits humans
en Haiti.
Selon le communique, le rapport
est base sur des examples concrets v6cus
A travers le pays en l'an 2001 et cite des
abus commis par les responsables
gouvernementaux au course de 1'annie
6coul6e, y compris des meurtres
extrajudiciaires perp6tr6s par les autorit6s
policies du pays. Le rapport deplore en
particulier, le manque de progres en ce qui
concerne les d6marches des autorit6s
judiciaires et policires en vue de faire la
lumirre sur le meurtre du Journaliste Jean
Dominique et de son garden, Jean-Claude
Louissaint, perp6tr6 en avril 2000. HPN


Page 15







Page 16


I PROFILE


Mercredi 13 Mars 2002
Haiti en Marche Vol. XV No. 46


Un portrait du Premier ministry designed Yvon Neptune


Contrairement A certaines rumeurs, Yvon Neptune n' ajamais renonc6 A sa nationality haitienne. En fait, selon
un responsible du D6partement d'Etat au Service des Passeports, contact par Radio Soleil d'Haiti, le num6ro de
passport public par certain journaux haltiens 035349148 appartenait A un citoyen americain n6 aux Etats-unis et
d&6cd& depuis longtemps


A profile by Radio Soleil d'Haiti,


Lastname: Neptuine Brooklyn,I
First Name: Yvon
Date and place of birth: 8 November 1946 in
Cavaillon, a southern hamlet
located near Les Cayes, Haiti.

Matrimonial status: Married, three children.
Profession: Architectural Engineer

On March 5, 2002 Prime Minister-Designate
Yvon Neptune gave up the presidency of the 47th legisla-
ture as he is getting prepared to face his confirmation hear-
ing in the next few days.
Neptune attended catholic schools until the ninth
grade. Then he was admitted to Philippe Guerrier Lyceum
in Les Cayes for grades 10 to 12. After he earned his first
baccalaureate certificate, like most students from the prov-
inces, he went to Port-au- Prince, the capital city for his
last year at the secondary level [French: philosophic]. He
ended his secondary studies at "Lyc6e P6dtion" to spend a
preparatory year at the School of Sciences in Port-au-
Prince.
In September 1967, he left Haiti for the United
States where he studied architecture for four years. He ob-
tained his Bachelor in Science in 1974.
While attending school, he joined a community-
based organization called "Rally of Young People" which
created a very positive social environment for youths of
the Haitian Diaspora in New York
He subsequently entered the world of theatre and
music when he began his association with some of the
best drama ensembles of the Haitian community in New
York: Among his colleagues were well known writers,
playwrights and actors such as Denise Lallemand, Roland
Dussec and Otto Louis-Jacques.
Some of his stage works included "Le Roi" (The
King), an incisive play written by Michel Philippe
Lerebours as well as the role of "Tiresias", the oracle in


the Creole version of
New York Antigone adapted by Haitian
great Felix Morisseau Leroy.
Neptune also became a regular with Kwi d'Or
(Golden Calabash), a cultural group founded by Herv6 Denis
and Syto Cav6. All these cultural activities reflected socio-
political and nostalgic glances at the beloved honfeland,
which was being battered by one of the most ferocious dic-
tatorships in the Caribbean.
He opted to continue his studies.
From 1974 to 1978, he attended the Superior
School of Fine Arts in France to continue his architectural
studies.
After the overthrow of Duvalier, he entered the
country with the purpose of making a contribution to the
construction of democracy. He took part in numerous po-
litical activities in Haiti as well as abroad still within the
framework of this relentless search for a better life for the
people. Meanwhile, he had not yet given up his professional
activities.
The Activist Radio Journalist and Commentator:.
On the eve of the overthrow of dictatorial regime of Jean
Claude (Baby Doc) Duvalier, Yvon Neptune and his child-
hood friend Joseph Chery joined the cast of Perspectives
Haitiennes, a radio program founded by Raynald Louis aired
on WNYE (91.5 fm) in New York. Four years later, Nep-
tune became .the program director of the weekly show.
Meanwhile, his segment on architecture grew into open
political commentaries with the ascendance of father Jean-
BertrandAristide's to reach full fledge advocacy in the wake
of the bloody military coup d' 6tat that propelled President
Aristide into exile.
A few days following the 30 September 1991 coup,
Yvon Neptune made one of the boldest decision yet of his
life: He stopped all his work as an independent architect to
join the thousands of Haitians (and non-Haitians) campaign-
ing for the return of the Haitian president to Haiti.
Neptune was then fulfilling quadruple duties as a


radio reporter and commentator:
Every Monday on WBAI (99.5) New York on "Sa k
Pase" hosted by Michele Karshan
Every Tuesday evening on Perspective Haitiennes
Every Saturday on Radio Eclair (1240 a.m) New York
Every Saturday and Sunday, for three years, with
Radyo Neg Mawon, a radio collective produced and
co-hosted by Village Voice journalist Jean Jean-Pierre
and broadcast on short wave "Radio For Peace Inter-
national", Costa Rica
On that advocacy show heard around the world in Creole
and English, Neptune's commentaries attracted listeners
from Australia, Japan, Europe to Gonaives and Carrefour
in Haiti who would express their sentiment of approval
with tons of mail.
In 1993, Neptune became a member of Haiti's
Watch, a group created by Jean Jean-Pierre. Haiti's Watch,
with its other members Jean Leopold Dominique, Andr6
Charlier and Michele Karshan, used to respond to all ar-
ticles deemed erroneous on Haiti, engendering several cor-
rections by some major U.S. news outlets, including the
New York Times.
As representative of Haiti's Watch, Neptune ap-
peared on CNN, PBS and NBC capturing the attention of
Aristide back in Washington. The exiled Haitian presi-
dent later invited Neptune to become his spokesperson
upon his return in Haiti, a post he introduced in the coun-
try for the first time
Neptune returned to New York at the end of
Aristide term in office in 1996. By then the political bug
had already entered his system. Besides, the plan he drew
to help his brothers and sisters built a better tomorrow
had not been fulfilled. So he went back to Haiti to suc-
cessfully run for the Senate.
He won overwhelmingly and became the presi-
dent of Haiti's Parliament.

Contrary to press reports, Yvon Neptune has
never renounced his Haitian citizenship. In fact, accord-
ing to a U.S. State Department Passport Duty Officer con-
tacted by the station, the passport number published by
some Haitian newspapers 035349148 belonged to a US
born citizen who has long passed on.

Yvon Neptune who hates to be pigeonholed, de-
scribes himself as a progressive.


HAITI-POLITIQUE
Port-au-Prince, le 5 mars (HPN) Les principaux
dirigeants de opposition, membres de la Convergence
D6mocratique, ont d6clin6 A l'avance toute invitation A
participer au prochain Gouvernement.


L'opposition ne participera pas

au prochain gouvernement


SRagissant A la nor


MIAMI-DADE FIRE RESCUE DEPARTMENT
NEWS RELEASE

Miami-Dade Fire Chief appoints

Haitian-American as Division Chief

Miami-Dade County, Florida
newly appointed Miami-Dade
Fire Chief Charles U. Phillips
has announced the appointment
of a Haitian-American to his
administrative staff. Chief
Phillips promoted chief Karls
Paul-Noel to division chief and r
assigned him to oversee the
department's Special Opera-
tions Division. This division as e
manages the day-to-day opera- -, -.
tions of several vital emergency services such as air rescue, hazardous materials miti-
gation, technical rescue marine services and urban search and rescue.
Chief Paul-Noel is an 18-year veteran who previously held the position of acting divi-
sion chief of Division 3, the department's largest operation division located in theo-
south end of the county. He formerly was the training captain of that division and has
also served as a fire fighter recruit instructor. Chiel Paul-Noel is a member of the Mi-
ami-Dade Fire Rescue Urban Search and Rescue Team that has responded to both na-
tional and international disasters. In this capacity, he has been deployed to render aid in
the wake of the Mozambique floods, an earthquake in Turkey and hurricanes through-
out the Caribbean. In addition, he has coordinated training programs in disaster pre-
paredness and management for the International Program Bureau.
Chief Paul-Noel holds a bachelor of Public Administration from Barry Uni-
versity and an Associate in Science in Fire Science Technology from Miami-Dade
Community College. He is currently pursing a Master of Public Administration degree
at Florida International University.
"Chief Paul-Noel has continued to demonstrate his dedication to our depart-
ment and our community. He brings exceptional talent to my staff' said Fire Chief
Phillips, "and I am pleased to have him in such an important managerial role."
PUBLIC INFORMATION AND EDUCATION BUREAU
9300 NW 41st Street, Miami, Florida 33178


nination le lundi 4 mars par le
President Aristide du
S6nateur Yvon Neptune au
poste de Premier Ministre,
les responsables de
opposition estiment que
cette decision ne fait
qu'dcarter toute perspective
de solution h la crise
politique.
Pour Gdrard Pierre-
Charles, ce qui frappe dans
la designation du nouveau
Premier Ministre c'est le
manque de comprehension
du moment politique et de la
gravity de la crise. On ne
peut pas faire le geste
m6canique comme s'il n'y
avait rien dans le pays, on
renvoie un Premier Ministre,
on en nomme un autre. "
Selon M. Pierre-Charles, la
situation actuelle demand la
concertation, la negociation
et un accord politique.
Contact par Haiti


Press Network, un des porte-parole de la Convergence
D6mocratique, Micha Gaillard, a indiqu6 que opposition
ne participerait pas au prochain Gouvernement. II est
dommage que Lavalas persiste dans sa logique
"unilat6rale sans essayer de trouver un rdel consensus
non impose entire les divers secteurs politiques et de la
soci6t6 civil, a-t-il d6clar6.
Selon M. Gaillard, tout consensus passe d'abord
parlavdrit etlajustice surles 6v6nements du 17 d6cembre.
Court-circuiter ces tapes ne favorisera pas une avancee
dans le processus d6mocratique, a-t-il ajout6 encore. La
Convergence a parl6 de fuite en avant qui devrait longer
le pays davantage dans la crise. Cette decision ne permettra
en aucune fagon de r6soudre la crise, a fait savoir Micha
Gaillard.
De son c6td, l'Initiative de la SociWtd Civile (ISC)
qui a toujours prn6 la signature d'un accord politique entire
Lavalas et la Convergence, a d6plor6 la nomination de
Neptune. Selon l'ISC, Lavalas aurait dui privil6gier les
n6gociatidns afin de trouver un accord politique pour sortir
le pays de la crise. ldouard Paultre estime qu'avec cette
decision, les rapports vont se.compliquer davantage avec
le part au pouvoir." Toutefois il y a des opportunities qu'il
faudra saisir avec l'arrivde de la mission de 1'OEA ", a
conclu Edouard Paultre.

HPN


Mission en Haiti du responsible

des questions haitiennes au Haut

Commissariat des Droits

SHum ains de 1^ ONUT Noberto Fryman, a eu dans la soir6e
Hu l mins de ~lu v du 7 mars, au local du PNUD, un
Le responsible entretien avec plusieurs responsables d'organismes hartiens
des questions haitiennes au de defense des droits humans et d'autres entit6s du
Haut Commissariat des movement social, a appris AlterPresse de source sure.
Droits Humains del'ONU, (voir Droits Humains / 17)


- -


A--







Mercredi 13 Mars 2002
UW;ti en \/Sr-^^i. \^i XVT Nn> 6


i.t.l n IvIarc v.i. A j .


I' HUMOUR POLITIQUE I


PAR VITER JUST

Apras un court repos, mon
journalist qui ne tenait pas A me lecher me
demand: Mais comment allez-vous
border le problame de l'Administration
publique qui sera certainement l'un des
handicaps majeurs de votre administra-
tion ? "
Je commencerai, lui dis-je, par
rdorganiser 1'INAGHE pour en faire une
vraie cole d'administration capable
d'assurer non seulement au Gouvernement,
mais aussi au secteur public un personnel
administratif competent, responsible. Pour
ce, je ferai aussi appel aux jeunes Haitiens
qui vivent A 1'6tranger et qui sont d'abord
int6ress6s A un changement structure en
Haiti. Un changement qui devra se produire
dans tous les domaines.


DROITS HUMANS ...


(suite de la page 16)
Noberto Fryman, qui s6joumrne en
Haiti du4 au 10 mars, souhaite faire un 6tat
des lieux de la situation des droits humaiiis
dans le pays et explorer des modes
d'intervention et des pistes de cooperation
enmatire de droits humans, a precise notre
source.
Des responsables du Centre
Ocum6nique des Droits Humains
(COEDH), du Comit6 des Avocats pour le
Respect des Libert6s (CARLI), de la
Solidarity des Femmes Haitiennes (SOFA)
etd'Haiti Solidarit6 Internationale (HSI) ont
pris part A cette rencontre. Au course de leur
entretien avec Noberto Frymaii, ils ont
d6nonc6 la situation tras pr6caire des droits
humans en Haiti.
Les ddfenseurs de droits humans
ont 6voqu la cruise institutionnelle qui
bouleverse le pays, "livr6 al'anarchie de la
violence avec une complicity tacite du
pouvoir en place", ont-ils soulign6. Ils ont


aussi parl6 de crise mora
valeur.
Ils ont mis l'acce
et la persistence de l'inju
comme un problame stru
milliers de victims d'arb
anndes 50, 60, 70, 80 et9
core sans justice, ni r6par
Les cas des fern
viols pendant la p6riode
militaire de septembre 19
example par les militants
6voqud une certain recru
dans les quarters popular
Enfin, les mili
humans et du movement
entretenus aveclerespons
hatiennes au Haut Commi
Humains de L'ONU, ontn
grande inqui6tude a prop
de la police, reprochee
arbitraires, des pratiques d
faiblesse institutionnelle.


Sijj'el

Domaine politiq
Dans article p
ddclar6 que je me consid
employee auquel serait con]
affaires de 1'Etat pour
d6termin6 par les lois et l
certainement je suis honn
manquerai de le pr6ten
champagne, mon premier
specter les lois de 1'entre
toutes mes d6marchl
circonscrire dans leurs lin
de me faire classer com
comme ceux-lA qui m'ont

Repassons enso
examples


MIAMI-DADE COUNTY
MI AM Request for Pfoposal
RFP#341i
POLYGRAPHS FOR PRE-EMPLOYMENT FOR APPLICANTS OF
MIAMI-DADE COUNTY DEPARTMENTS OF POLICE AND.
CORRECTIONS AND REHABILITATION

Miami-Dade County, as represented by the Miami-Dade County Police Depart-
ment and the Miami-Dade County Department of Corrections and Rehabilitation,
requires the services of up to two qualified firms to provide on an as needed" basis,
pre-employment polygraph examinations, specific issues examinations, and testi-
mony as follow-up investigators. It is the County's intention to enter into en Agree-
ment with the selected Proposer (s) for a term of three (3) years.

To Request a Copy of the RFP Solicitation package
The RFP document can be obtained through the Vendor Information Center
(VIC), Department of Procurement Management, 111 NW 1st Street, Suite 112
(lobby), Miami, Fl 33128-1919 at a cost of $ 10.00 for each solicitation package and
an additional $ 5.00 fee for a request to receive the solicitation package through the
United States Postal Service. For your convenience, VISA and Master Card are now
accepted. To request the solicitation package through the United States Postal
Service, mail requests with the following info: the RFP number and title, the name of
proposer and contracting person, complete address to be mailed to, telephone number
and fax number, along with a $ 15.00 check or money order made payable to:
Miami-Dade Board of County Commissioners.

Pre-Proposal Conference/Site Visit
A Pre-Proposal Conference is scheduled for Monday, March 18. 2002 at
11:00 AM (local time) in Room 1095 / Training Room Personnel Management
Section, Miami-Dade Police Department, 9105 NW 25th Street, Miami, Florida.
Attendance is recommended, but not mandatory.

Deadline for Submittal
Deadline for submission of proposals is Friday April 5, 2002 at 2:00
PM (local time) at Miami-Dade County Clerk of the Board of County Commis-
sioners, 111 NW 1st Stret, 17th Floor, Suite 202, Miami, Florida 33128-1983. This
RFP is subject.to the County's Cone of Silence Ordinance 98-106. The contracting
officer for this RFP is Rita Fenwick at (305)375-5018


envahissent les rues.
Magloire se r6signe. Fait
ses malettes, part pour
1'exil, 6 d6cembre 1956.
R6jouissances dans les
rues. D6joie sort deprison.
Ses partisans dans
1'Armee et dans les rues
crient: Au Palais U s'y
refuse.
La G6opolitique
sous le Gouvernement
r6publicain de Eisen-
hower, avec comme Vice
President Richard Nixon,
manoeuvre. Gouverne-
ments apras gouverne-
ments se succadent pen-
dant 8 mois. Les
gouvernements se
succ6dent A un rythme
acc6l6r6. Le Pr6sident du
Tribunal de Cassation,
Nemours Pierre-Louis,
Frank Sylvain, Coll6gial,
Fignole, Junte Militaire
avec Antonio Th.
K6breau. Enfin Duvalier
est 6lu. II n'est pas
imm6ediatement r66ligible.
Pour s'attirer les graces et
la complicity de la G60o, il
se dresse en champion de
1'anti-communisme. Ref-
erendum. A I'unanimit6, il
est d6clar6 A vie. IIL
l'accepte par "patrio-
tisme ", et pour comble il
d6signe son successeur,
son unique gargon sur le
conseil de 1' Ambassadeur
amdricain d'alors.
Trujillo est mort.
Bravo Duvalier le
replace d'autorit6
come pourfendeur de
communists. U donne la
chasse A l'intellectualit6
qui part pour 1'Europe,
1'Afrique et l'Amdrique.
Au nom de la lutte anti-


ais Candidat
(suite de la prec&dente edition)
[ue Lescot est 6lu en 1941 pour 6 ans,
r6cddent, j'avais son mandate prenait fin en 1947. Mais des
6rerai comme un 1945, il commence sa champagne 6lectorale.
ifielagestiondes 1 est renvers6 le 7 janvier 1946.
un temps bien Unenouvelle Constitution estmise
a Constitution. Si en chantier. Elle fixe le mandate
ate, comme je ne constitutionnel du Pr6sident de la
dre pendant ma R6publique A 6 ans et interdit sa r66lection
devoir sera de re- immediate. Estim6 est 6lu President le 16
prisee. Ds lors, aofit 1946. 11 prete serment de respecter la
es devront se Constitution. Cependanten 1949,il organise
ites afin d' 6viter des elections 16gislatives au niveau de la
me coquins tout Chambre basse. Naturellement elles sont
pr6c6d6. officielles et tous les d6put6s estimistes sont
l61us sans manque. Meme Daniel Fignol6,
;emble quelques idole des masses, candidate A la premiere
circonscription de Port-au-Prince, n'a pas
td l61u. Tout le monde chuchote que le
President prend ses dispositions pour
amender la Constitution et s'octroyer un
nouveau mandate de 6 ans. Le S6nat avec
le et de crise de Emile St.Lot, Louis D6joie, Marceau
D6sinor et autres se cabre. Estim6 est
ent sur l'impunit6 renvers6. II part pour 1'exil. L'Arm6e prend
stice, consid6r6e le pouvoir. Jeu traditionnel depuis
cturel, vu que les l'ind6pendance.
itraires durant les IlUne nouvelle Constitution est
)0 demeurent en- proclamde, celle de 1950. Selon les
nation. connaisseurs en la matiare, 1'une des
mes victims de ineilleures. Conque et discut6e par des
du cup d'ethommes de savoir. Elle aussi fixe le mandate
)9du coup d 6 tat 6presidentiel A 6 ans et le Pr6sident ne peut
91 ont ete pris en pas se succ6der. Bobine! Magloire est 6lu
Shatiens qui ont Pr6sident et son mandate doit prendre fin en
descence de viols d6cembre 1956. Memne scenario. D6but 56,
res:. il manoeuvre pour garder le pouvoir.
tants de droits L'Opposition conduite par D6joie, Fignole
social qui se sont et Duvalier s' oppose. -Des parts politiques
able des questions cr6dibles manifestent dans les rues centre
issariat des Droits Magloire. Des leaders comme D6joie sont
manifesto la plus emprisonn6s. Le people envahit les rues.
?s de I o L Armee rdagit. La Gdopolitique qui avait
rspour des actes p conseilen dant Magornes
ou des a e signed. Rentrons cans nos Casees
le corruption et sa d6clare-t-il. Non! dit le Peuple, Rentrez
chez vous Des manifestations populaires


communist, il emprisonne dans les
cachots inhumains de Fort-Dimanche,
execute 19 officers de l'Arm6e au sus
de la Geo. Les pauvres Pille, contourne
1-Arm6e avec les tontons macoutes qui ont
carte blanche sur la vie et les biens. Ils vo-
lent, tent, violent le tout A la fois. La Geo
fait semblant de blamer, mais en fait
applaudit. Castro souleve la conscience des
pauvres au nom du communism. Comme
disait Theodore Roosevelt A l'endroit de
Somoza pare: He is a SOB but he is our
SO.B. Le people gronde, 1'6conomie qui
renaissait sous Paul Magloire, march A
reculons. Les comptes en banque des
duvali6ristes a l'6tranger s'enflent a vue
d' ceil. II n'y a pas de dons et d'emprunt, sauf
sous la table! Cambronne, un chouchou du
pouvoir declare, dit-on, qu'il a de l'argent
pour 3 g6ndrations. Nevers Constant est
assassin A Paris. II portait un magot a des-
tination de la Suisse, dit-on. Comme mar-
tyr de la R6volution, on lui fait des
fun6railles nationals. La G6o est sourde,
aveugle et muette. Tout va trds bien, Mmine.
la Marquise car il faut appauvrir Haiti pour
faciliter avec sa main-d'oeuvre A bon marched
le d6veloppement de la Dominicanie oi de
gros int6rets sont investis. Je le rdp6tais A
tue-tate, personnel n'y croyait. Mr. Blanc ne
l'avait pas dit.
Enifin Duvalier meurt. Mais la
ronde infernale continue. Son fils, un
bambino, plus tard un macho surnomm6
Baby Doc, est d6clard Pr6sident. Aubelin
Jolicoeur en fait le plus grand latiniste que
le pays aie jamais connu. Ses professeurs
d6clarent qu'il n' est pas capable de d6cliner
" rosa. I est laur6at aux examens h 1' Ecole
de Droit. Mais est incapable de bien lire la
Constitution paternelle qui le proclame
President A Vie. La ronde va continue. Vols,
Pillage, assassinate de journalistes par ses
sbires, Presse officiellement baillonn6e par
d6crets et lois etc.
Mais le dollar couple cette fois a
flots. Les banques se multiplient, les
emprunts aussi. La Paix ragne. Mais c'est
celle des tombeaux. Des politicians qui se
disent pour le changement haranguent le
people qui continue A patauger dans les
marais f6dtides de la Croix-des-Bossales. .
1976, Jimmy Carter, un d6mocrate,
est 6lu Pr6sident. 11 liAche Somoza fils au
Nicaragua. 11 prache la d6mocratie et se dit
prat A laisser tomber les dictateur's. Les
Haitiens exultent. Baby Doc Next.
L'Opposition prend corps, mais les porte-
6tandards sont des coquins d6guis6s en
honnEtes gens. Le people ne leur fait point
confiance. L' avenir lui donnera raison. Uls
voulaient tous remplacer les duvalieristes au
pouvoir mais pas pour border les-
changements qu'il r6clame: D6mocracie,
Education, lutte centre la mnisre. D6sabus6,
il les suit II se soul6ve pacifiquement.
Manifestation dans les rues centre le
gouvemrnement. Jean-Claude Duvalier est
embarqu6 pour l'exil. L'Ambassadeur
americain en Haiti assisted A
'embarquement, mais n'attend pas le
d6collage de l'avion. Son entourage le
ramane.
Le lendemain, le Pr6sident Reagan,
non au courant des 6v6nements, du haut des
airs announce sa chute. Le surlendemain,
Jean-Claude se declare Red kou yon ke
makak ". Et cette fois-ci, Reagan ordonne A
1'Arm6ee d'Haiti de 1'embarquer pour de
bon. Ce fut vitement fait dans la soirde
du 6 au7 f6vrier 1986. Depuis la G6opolique
s'allie A la coquinerie de 1'Homme haitrden
pour detruire le pays. Les gouvemements
se succadent. La CIA agit. Namphy le
Chouchou, Manigat Gros Lobo, Namphy II,
Taye B, Avril le peintre en ex.... je jette le
reste, En Marche ne le publiera pas. Ertha
Trouillot. Et miracle Jean-Bertrand
Aristide, le populaire cur6 de Saint Jean
Bosco se declare candidate A la Pr6sidence,
cajol6 par le FNCD qui a rejet6 son candidate
A la Pr6sidence, le Professeur Victor Benoit,
pour lui c6der la place.
S Depuis 1804, c'6tait la premiere
fois que le people haitien allait lui meme -
6lire son president. 11 venait de ddjouer les
plans de Washington. La pr-sidence
amiricaine est vexde. Apras un plan si bien
prepare pour mettre son candidate au pouvoir,
Aristide et sa cohorte ont ddmoli ses plans
(voir Humour / 20)


Page 17








I Les Jeux I


Mercredi 13 Mars 2002
Haiti en Marche Vol. XVI No.6


D E S A X E


Allez de DESAXE a RECELS, en utilisant des
mots du vocabulaire frangais, et ne changeant
qu'une lettre par ligne.


REC E L S


Afghani (Afghanistan)
Taka (Bangladesh)
Ngultrum (Bhoutan)
Dollar (Brunbi)
Riel (Cambodge)
Renminbi (Chine)
Won (Coree)
Roupie (Inde)
Yen (Japon)
Tengue (Kazakhstan)
Som (Kirghizstan)
Kip (Laos)
Ringgit (Malaisie)
Rufiyao (Maldives)
Tugrik (Mongolie)
Kyat (Myanmar)
Peso (Philippines)
Rouble (Russie)
Dollar (Singapour)
Bahl (Thailande)
Manat (Turkmenistan)
Dong (Vietnam)
Shekel (Israe'l)
Rial (Iran)
Dinar (Irak)
Livre (Liban)
Rival (Qatar)-


Solutions de la semaine passe:
Q W D X Y G F W(RO 0U B L E) N
L RE J G W R G R S D U H A
S RI AL B AH T) S H F A P F
X EPNRG C R L EZ F J J Q X
LP U GSUCO U C F G Q
G A OD G F K OE T S T I H
B ~ BB' GBAKPx
YF KOOR T'E NG UNEU R
E D GDAG RA SN D V
L Q N U NO V HO K I Z N
BVT A TLLLIGS J F
K X U K E A L F H X U UP
L K R F AL I YPA N N L E
Y P X S Z S MRF TH J
U CL B C 0 K 1 Q J L M J G


HORIZONTAL
1. Caduque 2. Montre Note -
3. Vall6e Modulation de
fr6quence -
4. Leader politique d'Espagne -
5. D6cilitre Note Preposition -
6. Ennui 7. Colre Possed6 -
8. Raccommoder.


ME


Lo


VERTICAL:
1.Aspe-2. Fondera -
3. Stabilisa Support du soc de charrue -
4. Pronom Organe de press frangais 5.,Immorale -
7. Nolis6e 8. Ouvrier en m6tallurgie.


Solutions de la
semaine passee:
HAiTi


K SCRABBLE
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot Frangais

LM

EGO

NO


Solutions de la semaine passe:
C 0 C K NE Y


D'iDrham (EmirtArabes Unis)


GRILLE DES PROGRAMMES


1 03.3


F;7-


74 bis Rue Capois
Port-au-Prince, Haiti
tel: 221-8567 / 221-8568/ Fax 221-0204
email: enmarche@haitiworld.com
URL; www.haitienmarche.com


5h00 6h30

6h30-7h00



7h00- 9h00









lOhOO-Midi

12h00-12hl5

12hl5 2h00



2h00-3h00

3h00-5h00



5h00

5h30-7h00

7h00-8h30

8h30-9h00


lOhOO


9h00 et ...


Bon Reveil en musique

Au Pipirit chantant
premier journal crdole avec Yves Paul Leandre

Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interviews, Analyses
7hl5 : Au quotidien avec Elsie
7h24: La chronique Economique avec
Roosevelt Jn Fran9ois
7h35: L'Actualit6 en Bref avec Yves Paul Leandre
7h50 : Les sports avec Smith Griffon et Kaptenn Bill
7h 55: 1'Editorial


Le disque de l'auditeur
avec Jacques Lacour
Le Midi
Un resume des informations avec
Lady blues (elsie)
Jazz, Swing, blues, Ragtime...


Nati Pioly


C'est si bon en chansons
Emission de chansons frangaises
Le Bon Vieux Temps
avec Doc Daniel et Kaptenn Bill

Nouvelles 5 Heures avec Villette Hertelou

Les Top Ten

Amor y Sabor con Lutchano

Soir Informations


Notre Grand concert
L'Heure classique (fundi et mercredi)
Dimanche soir "Sous le Kiosque a Musique"
Jazz at Ten (mardi jeudi et dimanche)


Jazz at Ten (mardi, jeudi et dimanche)
Cavaliers prenez vos dames! Chaque
Samedi Tous les airs populaires d'aujourd'hui et d'hier


En Bref ... (suite de la page 2)
Haiti est caract6risee par le traffic illicite de la drogue, la
corruption et la criminalite, affirme un responsible americain
Dans une declaration au < l'hMmisphere, Otto Reich, s'est montr6 trds critique vis-A-vis du pouvoir lavalas.
L'assistant secr6taire d'Etat pour les Ameriques s'en prend A l'ancienne
administration d6mocrate sur le dossier d'Haiti. Otto Reich reproche A certain grands
barons d6mocrates come Joseph Kennedy d'avoir conclu des affaires avec le
president Jean-Bertrand Aristide qui s'attaque A 1' opposition, 6crit le prestigieux
quotidien ame6ricain.
Le responsible am6ricain de la region se f6licite du changement de ton de
Washington vis-a-vis du regime Lavalas depuis l'arriv6e de George W. Bush. << Nous
essayons d'utiliser tous nos moyens pour pousser le president Aristide A operer des
rdformes dconomiques et politiques au sein de, son gouvemrnement> a-t-il declar6 au
"Wall Street Journal". Mais ces d6marches sont rest6es infructueuses. < l'Etat haitien semble minimiser les pressions don't il fait l'objet tant Al'intdrieur qu'A
1'ext6rieur du pays car il r6clame A chaque occasion plus de fonds de notre
gouvemrnement sang op6rer les r6formes n6cessaires Otto Reich rappelle que le
Secr6taire d'Etat amdricain ajou6 un r6le important pour le retour du president
Aristide en Haiti mais Colin Powell, prdcise-t-il, affiche clairement sa deception face
A la situation qui regne dans le pays.
L' assistant-Secr6taire d'Etat pour le continent affirme qu' "il n'y a pas de
d6mocratie et de d6veloppement 6conomique en Haiti." Otto Reich ajoute que ce qui
existe en Haiti c'est "la criminality A grande 6chelle, la corruption et les allegations
sur le traffic de la drogue." M Reich indique 6galement que supporter la d6mocratie
n'est pas seulement synonyme d'61ections tous les quatre ans et ne pas tenir compete
de ce qui arrive durant cette pdriode. << Nous voulons essayer de supporter le
enforcement des institutions d6mocratiques >, a laiss6 entendre Otto Reich faisant
ressortir l'importance de l'int6grit6 du gouvemrnement.
L'assistant-Secr6taire d'Etat pour les Am6riques insisted sur le fait que le
probleme de la corruption n'engendre pas seulement la dilapidation des fonds du
people mais contribute A droder la confiance de la population dans ses institutions.
Otto Reich declare que l'un des instruments que administration Bush entend utiliser
pour combattre la corruption est la revocation de visas des officials strangers
impliquds dans le d6toumrnement de fonds.

La Fanmi Lavalas et la Convergence D6mocratique
approuvent le deploiement des missions techniques de I'OEA en
Haiti
Fanmi Lavalas se dit satisfait des r6sultats de la derniere mission du Secr6taire
g6ndral adjoint del'Organisation des Etats Americains (OEA) A Port-au-Prince.
L' organisation politique du president Jean-Bertrand Aristide table sur cette mission
technique de l'OEA dans la perspective d'une reprise des n6gociations de sortie de
cruise.
La Convergence D6mocratique approve 6galement le d6ploiement prochain
des missions techniques de l'OEA en Haiti. Les responsables de la principal
coalition de opposition r6iterent leur plein soutien A la resolution du 15 janvier de
1'OEA qui pr6voit la mise sur pied de ces missions. La Convergence reclame
l'application des diffdrenites clauses de la resolution de 1'OEA en vue de la reprise
6ventuelle des n6gociations pour sortir le pays de l'impasse. Chavannes Jean Baptiste
affirme que le president Aristide ne respecterajamais un 6ventuel accord avec la
Convergence sous le parapluie de I'OEA. II souhaite une mobilisation de tous les
secteurs pour renforcer le president Aristide A restituer le pouvoir au people haitien.
Le dirigeant du Mouvement Pour la Reconstruction Nationale (MRN) assimile
plut6t le d6ploiement prochain des missions de l'OEA A une mise sous tutelle du
pouvoir lavalas. Selon Ren6 Th6odore, I'Organisation des Etats Americains a constat6
un vide institutionnel dans le pays. Le responsible du Mouvement des Paysans de
Papaye (MPP) se montre tres sceptique quant a une sortie de crise A travers des
ndgociations entire Fanmi Lavalas et la Convergence D6mocratique.

Creation d'une commission entire le Parlement et la Police
pour combattre I'insecurite
Les deux Chambres du Parlement et la Police Nationale d'Haiti (PNH) ont mis
sur pied une commission dans le cadre de la lutte centre l'ins6curit6. La Constitution
de cette commission mixte est le r6sultat d'une stance de travail tenue, le vendredi
ler mars, au Parlement entire la Commission de s6curit6 et le Haut Etat major de la
Police. Le directeur g6n6ral de la PNH, Jean Nesly Lucien, a fait l'annonce d'une
s6rie de dispositions qui seront mises en oeuvre pour rdsoudre les problmes
rencontr6s dans le recrutement des 616ves-policiers.
(sources AHP, HPN, AP et Mdlodie 103.3 FM)


Page 18


otsroisds


I


-Nm


I 'I







Mercredi 13 Mars 2002


i t out pa ti gout ak Jan Mapou


Haiti en Marche Vol. XVI No.6


MATERIEL EDIKATIF
SOU VIDEO POU PWOFESE
AK PARAN ELEV
YOUN PWODIKSYON: EDIKATE
GUILHENE W. BENJAMIN

DIMANCH 17 MAS


GUILHENE W. BENJAMIN nan
domen edikasyon depi 1980. Li te manm ekip
ki t'ap fe rechech ak evalyasyon nan Eristiti
Pedagojik Nasyonal an Ayiti.. Li te youn
konsiltan, youn gid nan pwoj < Vini>>, youn program UNICEF ak Sant
Edikasyon Espesyal. Nan Miyami, li te
konseye pou Lek6l yo ak yotun evalyat6 nan
Pwogram Bilenng. Kounye-a l'ap etidye pou
l'dekwoche youn doktora nan <<
Psychoeducational Leadership>>ki vie di youn
lid6 nan edikasyon sikoedikasyonel.
Li 6ganize anpil atelye travay ak paran
yo. Se konsa, baze sou esperyans li, li kreye
youn metbd AKOR/ ENCHOR- ak
kolaborasyon Anna Beauboeuf, Sarah Lee
Edwards, Bemold Telfort Jean ak anplwaye,
paran ak elev nan lek6l Morningside Elemen-
tary School.
Guilhene devlope materyel sou video ssa-a pou
pwofese yo, ak pou paran timounn yo. Materyel ki
penmet younn Konprann l1t e ki fasilite travay
pwofese yo. Guilhene f6 youn seleksyon bel
reyinyon, bel pawbl reyaksyon elev, pwofese ak
paran epi mete yo sou video nan 3 lanng: Kreybl,
Angle, Panybl. 3 lanng ki dominen nan lekbl Dade
County yo. Nan youn prezantasyon marasa
Guilhene ap prezante video edikatif sa-a ansanm
ak Dokte Laudin Dimanch 17 Mas depi 56 rive
pou 86 diswa. TOUT PWOFESE ak PARAN ki
renmen bon zouti edikasyon pou pitit yo
envite.Randevou-a se nan LIBRERI MAPOU/
SANT KILTIREL MAPOU 5919 NE 2nd Ave.
Miami, Rantre gratis men, Ankouraje ot6-a.

APRE CALLE OCHO, ROOTS AND CULTURE
ap prepare pou bloke North Miami. Youn kanaval
san presedan... Siveye anons yo.

CITY OF MIAMI KORE

LITTLE HAITI

SANMBA NIGHT
Nou resevwa youn lt ki soti nan City of Miami
Cultural Board. Apre bel prezansyon Carline Paul
Cadely ak Jan Mapou te f6, Board la apwouve san
rezev aktivite kiltirel n'ap planifye sou dezyem Ave
NE devan Caribbean Market Place la. ... Se ak siwo
yo pran foumi flanman...Di-m manti si m'manti!
M'a pibliye lt la senmenn pwochenn.

NOUVEL NAN BON TI GODET...
Premye Minis deziye-a s'oun atis...angaje. Li te
konn f6 teyat ak Otto Louis-Jacques, Denise
Lallemand, Roland Dussec nan Nouybk. Li jwe nan
<> youn pyesteyat Michel Philippe
Lerebours. Lijwe wol Tiresias nan Antigone an Cre-
ole adaptasyon Moriso Lewa, Sosyete Koukouy te
prezante nan Rex-Theatre nan premye de la Diaspora >ak minis G6neus, Li jwe ak Kwidb
youn gwoup teyat Sito Cave ak Herv6 Denis te
fonde... YOUN ATIS PREMYE MINIS...An nou
tann pou w6 kisa li gen nan dyakout li pou leve
eskanp atizay ak literati nan peyi Ayiti!


AYITI: ISTWAAK

JEWOGRAFI SOU

CD-ROOM

YOUN REYALIZASYON

DR. RAYMOND LAURIN

DIMANCH 17 MAS

RAYMOND LAURIN frt Kap-Ayisyen.
Apre etid prime ak segond6, li rantre nan fakilte
Agwonomi Damyen kote li soti ak youn dipl6m
agwon6m. Livwayaje. Li rantre Ozetazini. Nan
iniv6site Eta Michigan, li soti ak youn <>
plis youn <>. Li travay pandan 25 ane nan
Enstiti Rechech sou Anviwonnman nan eta
Michigan(ERIM) nan Ann Arbor kbm dokte
syantist,k'ap fe teknoloji aplike nan tout zbn Afrik
Dibn6, Afrik de Lwes, nan Lamerik Latin ak nan
Karayib la. .
K Dokte Laurin kounye-a pran retret li. Li
pase tan-1 ap vwayaje, f6 atelye travay sou
enf6masyon teknolojik. Jounen jodi-a, D6k la ap
mete konesans li ak konpetans li pou ede nan
program kominot6 nan z6n Metwop6l Detroit.
Dokte RAYMOND LAURIN envite tout
kominote-a espesyalman pwofese ak direkt6 lekol
pou vin w6 mevey sila-a. Se youn koleksyon kat
Dayiti dijital ki gen depatman yo, komin yo, vil yo,
ti bouk yo, wout yo, dlo, rivye, lanme, lak, plenn
ak montay peyi Dayiti. S'ounjewografi peyi Dayiti
vivan.. N'ap jwenn istwa vil yo ak tout chemen pou
rantre-soti. N'ap konnen konbyen mounn k'ap viv
nan youn zon, ki pwodui z6n nan bay, ki fui, ki
manje, konbyen lek6l, konbyen kay.
Dbk la pral pran enf6masyon ki nan
konpit6-a epi pwojte-1 sou gran ekran pou tout
mounn w6-1 kl1 epi poze kesyon. Youn materyel
konsa ap ede etidyan konprann pi byen jewografi
peyi-a. ede menm politisyen-yo konnen peyi-a pi
byen pou l6t y'ap prezante program pou yo pa bliye
youn senri z6n ki kache nan gran bwa peyi-a.
CD sa-a te prezante pou premye fwa an
Ayiti nan inivesite Quiskeya. Apre sa, Dbk la te
prezante-1 New York, Detroit, Montreal... Dimanch
17 Mas se pral chans pa Miyami pou yo w6 mevey
sa-a.. N'ap tann tout mounn nan SANT KILTIREL
MAPOU ki nan 5919 NE 2nd Av, 56 86 nan
Miyami, Fl. Antre Gratis. Men li ta bon si nou ta
ankouraje travay eksepsyonel sa-a.

DIMANCH 21 MAS
LEOPOLD CEDAR SENGHOR... Vi li k6m
entelektyel e politik. Youn konferans siyen:
Pwofese CLAUDE CHARLES.
Poem Senghor ak JC Exulien, Lochard Noel,
Yolande Thomas.
Konferans sa-a ak releye andirek sou Npujeze ak
Nouybk. Plis detay senmenn pwochenn.
Randevou Sant Kiltirel Mapou 56 tapan.


CARIBBEAN DANCE

CELEBRATION 2002

Ane sa-a ank6 Sosyete Koukouy ap koletet ak Ja-
maican Awareness pou prezante 46m ane Carib-
bean Dance Celebration.
Ane sa-a n'ap gen HAITI (Sosyete Koukouy ap
reprezante) Twoup Dans Nasyonal peyi Trinidad
ak Tobago ak Twoup Nasyonal Dans peyi Belize,
Youn bel sware nan North Miami Beach Perform-
ing Arts Theatre nan North Miami Beach ki nan
186m Av. dey6 Mall 163-a. Dimanch 7 Avril de 7e
a 96 diswa.
Siveye anons yo pou plis detay. Make kalandriye
nou. S'oun aktivite nou pa ka rate.


STREET young magazine Miami Herald
Publiye gen youn bel atik sou LIBRERI MAPOU .
Foto ak ilistrasyon.. Check it out!


- 1W-~-


9


Jacques Y. Duverger tout zanmi ak fanmi rele
<> mak6nen lavi li ak youn bel ti
demwazel nan peyi vwazen lakay ki rele: Judith
Diaz.. Mesye-dam yo fe seman pou yo viv ansanm
tout lavi nan lajwa tankou nan lasoufrans nan
labondans tankou nan lamiz6... Se te youn bel
seremoni kote zanmi ak fanmi te tounen youn
lakrem ochokala pou selebrasyon lavi sila-a kote
ni lemarye, ni lamarye ap kriye lakontantman. Nou
voye youn bouke fi1 konpliman bay marye yo
espesyalman manman Riko: Lina Castel-Duverger
Beauvais, s6 li yo Karine ak Clara, fre li Dady ki
te ozanj jounen samdi-a nan youn bel othl nan West
Palm Beach sou Federal Highway. Riko se pitit
defen Irek Duverger (Marchand Dessalines).

ANDAKI
Emile Celestin-Migie(TOGIRAM)

Konbyen move tan
pase sou ti pyebwa-a,
li pa bwote-1 !

Kout-tan pa Elena-a
pi red pase tout tan.
Li pa kanmarad douz Dawou,
li depase sikl6n Hazel...
Se youn delij iniv6sel.


Kayjakmel,
(12 Oktbb 1961)


-II-
Mwen reve madanm mwen,
m'reveye,
m' iwenn mwen nan haqe.n <1o

M' pran bekAn mwen,
m' pedale san pran souf,
dis kilomet pa f6 m' bouke.
Malgre labou,
s'anba galri-1 m'al repoze.

Limenm li pa konn sa,
l'ap dbmi byen pezib.
(Kayjakmbl,
23 Oktbb 1961)


-III-
Lwen ou m'ape soufri,
mwen mal pase Hipovi*...
Mwen reziye-m, se lavi!....

-IV-

Mwen pa menm Manz6 Lya*,
Mwen pa menm Segrasya*,
Mwen pa menm Koraysou,

Mwen pa menm youn mounn sou
E mwen pa menm Sb Ra*...

Mwen se youn fou ki nan ba.
Kayjakmbl
(23 Oktbb 1961)


**Hipovi : Oun fre Dominik Sanon ki te pase
pliske 50 ane ap wouke toulejou devan pbt
kay li.
**Manze Lya: Se non youn bMlfanm, mounn Ma-
rigo, ki te genyenfolidamou.
**Segrasya : Mounn Savanndibwa (Marigo) ki te
vin fl paske maria li te bandonnen li.
**Koraysou : P6v-aveg(mounn seksyon riral Ko-
raysou) ki te konn ap made lacharite toule-
jou nan lari Marigo.
**Sb Ra: Fanmftl, mounn Gran-Rivye (komin Ma-
rigo) ki te genyen folidamou.


Page 19








I HUMOUR POLITIQUE I


Mercredi 13 Mars 2002
Haiti en Marche Vol. XVI No.6


'etais Candidat...


(Hunmour ... suite de la page 17)S i j
come un chAteau de cartes. Aristide est 6lu avec une
majority de 67% des voix, battant plus d'une dizaine de
candidates. Apres Danse tambou lou, declare son
Ambasadeur Alvin Adams dit Bourik Chage. Men anpil,
chaj pa lou repond le Pr6sident l61u. Et dire qu'il a failli
reussir. Au course des 7 mois de son mandate 6court6 par
l'armee, sur ordre du Gouvemrnement Bush pare, lapaix des
rues revient, le prix des products de premiere n6cessit6
s'am6liore, la paix commence A retourner dans les rues.
Des measures sont prises pour une rentrde des classes en
beauty en octobre, la rentr6e des recettes d6passe les
d6penses publiques. L'economie s'am6liore. Gras kochon
an ap kuit kochon an Le people acclame Beni soit
1'Eternel! Nou resi jwenn prezidan nou tap chache -a..
D6finitivement Aristide, Titid pour les masses,
semble vouloir r6ussir. Washington et son President font la
chattemite, mais s'6meuvent. D'un c6t6, leur Ambassadeur
Bourik Chaje courtise les 16gislateurs, encourage la bour-
.-eoisie, sollicite les hierarchies catholique et protestante,
fait des declarations intempestives. De l'autre c6t6, ses
agents chauffentAristide ablanc etparmanque d'exp6rience
ne flairant pas le piege, il se lance dans des exces de language
regrettables. J' en fis la remarque a certain amis Aristidiens
rouges. II faut dire que mon admiration personnelle pour le
President, laquelle ne m'empechait pas pour autant de sig-
naler A mes amis ce que j'estimais Etre des erreurs de
language, car pour moi je professe que. la violence ne se
preche pas, elle se pratique. Et quand on n'est pas capable
de la pratiquer, soit par contrainte international, ou incli-
nation personnelle, 6vitez le caponage, gardez le silence.
En politique, parfois il vaut son poids d'or. 29 Septembre,
coup d'etat ou de force de l'Arm6e. 3 mille tues, homes,
femmes, vieillards, enfants. Un sombre bilan. 30
Septembre, Aristide part pour l'exil. De justesse une fois


encore, il &chappe AI la mort. D6finitivement il y a de ces
gens qui sont toujours mortels mais par centre, ils sont
"introuvables. Si vous me passez ce neologisme. De
Gaule, Napoleon, Castro. Deux sont d6jiA morts dans leur
lit. Le dernier, Dieu seul sait, et ajoutons provisoirement
mais avec certitude AI la liste Jean-Bertrand Aristide.
Nous savons le reste. Le 14 octobre, il est ramen6
triomphalement au palais sous 1'acclamation unanime du
people qui, les yeux lev6s au ciel, criait" Men la p vini. "
Ces amis et ennemis politiques qui revaient de le remplacer
aun fauteuil, y compris ceux-liquifurent ministres ou home
de confiance, virent disparaitre leurs espoirs et pour se
consoler crierent AI la trahison, pendant que la majority du
people, Al 1'encontre du d6barquement de 1915, acueillaient
les forces amiricaines en lib6rateurs.
Mais la vie continuait son course. Le Pr6sident
espdrait rattraper les 3 ans qu'il avait passes en exil. Mais
l'Administration Clinton, qui avait pris des risques
politiques 6normes pour le retourner en Haiti, aprs 1'avoir
salu6 de 21 coups de canon, exigea qu'il respectitles dictats
de la Constitution de son propre pays. Avec regrets, il dut
se courber. Son demi frere politique fut elu sans encombres,
grace au mot d'ordre prononc6 par Aristide Map vote bb
tab la. \
Depuis, faute de patriotism, les choses vont de
mal en pire pour lui, ses ennemis, opposition et le pays.
Nos ennemis traditionnels, source de nos malheurs deguis6s
en amis pour mieux s'amuser, remettent A chaque camp un
poignard effil6 et leur demand de s'entendre pour r6soudre
leurs problems.
Fatigue je demandai A mon journalist de me
pardonner ce grand detour. C'est une fayon de me
convaincre que conunmme candidate, je dois porter une c6te de
maille morale pour m'obliger A resister A cette tendance A
fouler aux pieds les lois et la Constitution du pays. Juste


apres sa prestationde serment, 1'homme haitien s'empresse
de renier par ses actes toutes les promesses fates lors de sa
champagne. Aussi pour convaincre les autres de la n6cessit6
du changement, je devrai etre en measure de me r6ferer a
mes propres examples sans pour autant m'en glorifier et
inviter mes collaborateurs et 1' homme de la rue A pratiquer
l'honnetet6, le respect des lois et des deniers publics, le
goit du travail et del'effort constant. II est temps que nous
fassions le nucessaire pour prouver que l'homme haitien
est capable de se corriger de ses erreurs pour pouvoir au
moins beneficier de ses experiences et ne point continue a
l'infini arep6ter les memes erreurs. Depuis l'Independance
jusqu' A nos jours. Ceci nous a value le titre de nation la plus
pauvre du continent amdricain. Nos Constitutions qui ont
servi de modules A plus d'une nation del'Am6rique latine,
sont pour nous matieres A derision et A force de les faire, de
les defaire et de les refaire, nos ennemis avec quelques
raisons ont fini par croire que l'homme haYtien est inca-
pable de se gouvemrner tout seul et par notre comportement,
nous sommes sur le point de confirmer tout haut ce qu'ils
pensaient tout bas. Voyons ce que pense de nous, Haitiens,
unjoumrnaliste dominicain don't les declarations peuvent se
lire sur tous les e-mails.
Et nos politicians de droite comme de gauche,
pensent que la solution A nos probl6mes se trouve encore
dans les corridors de Washington. Ils se refusent A tous ef-
forts pour comprendre que malgr6 les enseignements de
1'histoire, notre salut et notre survivance de people se
trouvent dans nos propres mains. II nous suffira de laisser
le voile de coquins traditionnels que nous pratiquons depuis
1'enfance dans nos jeux traditionnels et de commencer A
pratiquerl 'honnatet6 et I'amour partag6 pour voir diminuer
nos malheurs.

Viter Juste


MADAGASCAR, PAYS BICEPHALE, 2 PRESIDENTS, 2 CAPITALS

- Ravalomanana progress dans sa prise du pouvoir


ANTANANARIVO, 7 Mars Le "president"
autoproclam6. de Madagascar Marc Ravalonianana a
continue d'avancer jeudi dans sa conqu8te pacifique du
pouvoir face au chef de l' Etat sortant Didier Ratsiraka, sans
toutefois parvenir A fire basculer conmplatement I'arm6ee
de son c6te.
Apres avoir install la plupart de ses "ministres"
dans les ministries de la capital, le ma re d'Antananarivo
doit desormais obtenir le ralliement de ia province, ou cinq
gouvemrneurs fiddles au president sorta t Didier Ratsiraka
ont decide temporairement de transf6rer la capital A
Toamasina, principal port de la c6te est, a estim6 un
observateur occidental.
Pres de 200 officers, don't une vingtaine de
g6n6raux, ont fait publiquement et "officiellement"
all6geance A M. Ravalomanana jeudi matin en venant le
rencontrer A son h6tel de ville d'Antananarivo, rebaptis6
desormais "palais pr6sidentiel".
"De nombreux autres officers ont envoy des ad-
joints on des messages de soutien parce que nous leur avons
demanded de rester dans les camps pour parer A toute
6ventualit6", a expliqu6 AI l'AFP 1'un des 80 g6ndraux de
l'arm6e malgache.
Selon des sources diplomatiques, 80% des
militaires sont passes dans le camp de M. Ravalomanana
mais parmi les 20% restant figurent des units d'61ite come
les R6giments des Forces d'Intervention (RFI).
Detail "tres significatif" selon un observateur
'occidental, quelques officers des RFI ont particip6 iA cette
rencontre. Selon des experts strangers et les g6ndraux
presents jeudi, tous les effectifs de la gendarmerie ont
"bascul6" dans le camp Ravalomanana.


"Le Haut-commandement n'a cependant pas en-
core bascul6", souligne une source militaire, ajoutant: "le
ministre de la Defense du gouvemrnement sortant, le general
Marcel Manjeva et les chefs d'6tat-major restent pour le
moment, en tout cas en apparence, fiddles A Ratsiraka".
"M. Ravalomanana progress incontestablement
dans sa prise du pouvoir, mais ce n'est pas encore jouC",
estime un observateur stranger. "11 a pris possession des
ministries et de la machine administrative, les
fonctionnaires de base se remettent peu A peu au travail, la
t6l6vision national a repris ses programmes et il est par-.
venu A avoir avec lui un nombre significatif d'officiers",
r6sume-t-il.
"Mais il reste le point d'interrogation des prov-
inces oui, meme si leurs gouvemrneurs n'y disposent que d'un
pouvoir limit, M. Ravalomanana pourrait avoir des en-
nuis si les militaires ne se ddcidentpasrapidement", estime-
t-il.
La delegation de l' Organisation de l'unit6 africaine
(OUA), arrive la veille dans la capital, a continue ses
consultations et s'est entretenue en d6but de matinde avec
M. Ravalomanana. Elle devait rencontrer dans 1' apres-midi
d'autres protagonistes, notamment des officers sup6rieurs
del arm6e et de la gendannrmerie, selon une source diploma-
tique.
"Les repr6sentants del'OUA doivent comprendre
qu'il y a eu une altemrnance dans le pays et qu'il n'est pas
question d'une quelconque annulation des elections", a
pr6venu un proche collaborateur de M. Ravalomanana.
Comme chaque jour depuis presque deux mois,
des dizaines de milliers de partisans du "president"
autoproclam6 se sont rassembl6s place du 13 Mai, au cen-


tre de la capital.
Les "ministres" de M. Ravalomanana sont venus
"remercier le people" de les avoir accompagnes ces trois
derniers jours dans leur installation pacifique au sein de
leurs ministries.
"Nous constatons les premiers signes d'une reprise
de l'activit6 dans les ministries et d'une remise en march
dela machine administrative", a observe un responsible de
la manifestation.
Une assemble g6n6rale des fonctionnaires est
pr6vue vendredi dans un stade de la capital. "Le mot
d'ordre de gr6ve g6n6rale est toujours en vigueur jusqu'A
nouvel ordre", a n6anmoins soulign6 le directeur de
champagne de M. Ravalomanana, qui a appeal A un nouveau
rassemblement vendredi place du 13 Mai.
M. Ravalomanana s'est autoproclamn president le
22 fevrier apres avoir refuse de participer au second tour de
1'61ection pr6sidentielle qu'il estime avoir remport6e au
premier tour, en d6cembre. (AFP)

NIELODIE 103.3 FM

"Aldlodie Matin"

(7 9: 30 AM)

"Le bon vieux temps"
Succes haitiens de 5 Decennies
Port-au-Prince, Haiti
Phone 221-8568 FAX 221-0204


Sss&Vehicules d'occasion

0qISSAN, TOYOTA, MAZDA, LANDROVERS

Ages de 2 10 ans ; Toutes marques, Tout Modele

WASHINGTON / BALTIMORES Meilleurs Distributeurs de trucks
NOUACHTE SELMAN NAN "DEALERS" AK AUCTIONS

SOU DEMAND KLYAN -AN
CHWAZI SA OU VLE, SA OU BEZWEN
SELI-C)OIOlVIIZE. PLIZYE IVIIL YE ID)OL.A.
la se kbrand] po-i pwochienriA. LTLCJTL IO(-an
R-1FkE^L "rTIXIi 07J C-lFIXANTAAL^El 410 L653-416S on FAX; 410-4

,age 20




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs