Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00095
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: January 16, 2002
Copyright Date: 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00095
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Full Text
















Haiti en Marche edition du 16 au 22 Janvier 2002 Vol. XV INo 50

PRESS / REPORTERS SANS FRONTIERES


Un croise nomme Robert Menard


PORT-AU-PRINCE, 14 Janvier
- Nous n'entrerons pas dans 1'aspect
politique, ni dans le detail des sanctions
assen6es a tort et a travers vendredi par
Robert M6nard les politicians sont assez
grands pour se defendre eux-memes.
Notre question sera pour les journalists
: vous sentez-vous mieux prot6g6s apres
le passage de Robert M6nard qu'avant ?
R6ponse: Non, sans doute.
D'abord 1'ambiance a la conference
de press du secr6taire g6ndral de Report-
ers sans Frontieres... On apprend que Le
Plaza avait des reserves pour donner la
salle. N6gociations. Finalement Guyler
C. Delva, president de l'Association des
Journalistes Haitiens (AJH), vient
annoncer 1'arriv6e de M6nard, qui
1'instant d'apres fait son entree...


Une petite tEte de cur6 des pauvres,
d'ascete. Un crois6. Des lors ni la virulence
des propos, ni le ton comminatoire,
impr6catoire ne saurait 6tonner. On a affaire
a un fanatique. Un pur et dur.
Mais quelles que soientles bonnes
intentions de Robert M6nard, ce sont les
moyens utilis6s qui laissent a desirer ...
On se demand meme si le
secr6taire g6ndral de Reporters sans
Frontihres ait jamais eu a faire face lui-
m&me aux persecutions centre la press, a
vivre personnellement la chasse aux
journalists.
Ce ne sontpas les sanctions agitees
qui font ici probleme, que la maniere don't
elles sontdistribu6es atortetatravers, d'une
fagon absolument cavalibre etindiscriminde
.. Or chaque personnalit6 touch6e ne


devient-elle pas automatique-
ment un ennemi de la press,
en tout cas est plus susceptible
d'en devenir un.
Alors que la premiere
chose apprise par un reporter
sur le terrain est de ne jamais
se faire d'ennemi gratuit. Dans
ce m6tier entour6 d'embiches,
la premiere leyon a tirer est de
savoir 6viter les coups ("pare
kou", comme on dit mieux en-
core en creole), de faqon a
pouvoir mieux fire face au
veritable adversaire, Al'ennemi
common.
Robert M6nard avait
a peine fini d'6num6rer les 24
(voir RSF / 6)


Robert Menard


Le President regoit Patrons des Medias et Chefs d'entreprise

12 JOURNALISTES GAGNENT L'EXIL P.6 Memorandum des associations patronales


En conversations avec Ives Marie Chanel de I'agence IPS


Associations patronales discutant au Palais National photo Jean-Claude Pierre Louis


La Charte Democratique


HAITI CONTINUE A JOUER SON ROLE DE


ANALYSE
PORT-AU-PRINCE, 12Janvier
- Ce mardi 15 janvier est convoquee au
siege de I'Organisation des Etats
Amdncamins, a Washington, une reunion
speiale sur la crise politique haitienne
o6 des Etats membres rudieront la
possibility d'invoquer la Charie
DMmocratique Interambricaine ", don't
1'application permettrait aux m6diateurs
internationaux de forcer les acteurs
politiques hatiens an6gocierune solution
Ala crise vieille de pres de deux ans et
qui a jet6 le pays dans un 6tat de total
delabrement, la communautd
international ayant suspend une
assistance de US$500 millions jusqu'ace
que des irr6gularites d6nonc6es aux
elections demai2000aient6t6rectifices.
Mais apres plusieurs mois de
negotiations aux bons soins de l'OEA,


LABORATOIRE
le pouvoir Lavalas et opposition ne
parviennenit loujours pas a se mettre
d'accord sur la porlte des nouvelles
elections arealiser.
Deplus, Ala suite d'uncoupd'6tat
avortd le 17 decembre dernier, des partisans
du gouvemrnement ont incendi6 sieges et
domiciles des principaux leaders de
'opposition r6unis au sein d'une coalition
denommee Convergence D6mocratique.
Depuis, ces derniers se refusent a la
poursuite des negotiations. Apres ce qui
s'est pass, que reste-t-il encore A n6gocier,
disent-ils.
Le blocage est done total.
"Des diplomats ambricains et
latino-amnricains, pr6occup6s devant
l'6rosion du gouvernement civil en Haiti,
sont en train d'explorer d'autres moyens de
pressurerlepr6sidentJean-BertrandAristide


A ntgocier une issue a la profonde cruise
politique, avani qu'elle n'empire
davantage ", 6crit le Miami Herald
(mercredi 9 janvier) dans un article date
dePort-au-Prince.

Tordre davantage le bras
a Aristide e
Par consequent, c'est dans les
milieux diplomatiques accrdites en Haiti
que la nouvelle strat6gie se met au point,
et 1'objectif n'est autre que de tordre
davantage le bras A Aristide.
D'un autre cote, on apprend que
Convergence Dmocratique fait circuler
dans les cercles diplomatiques un dossier
rigoureux sur les violence commises
contre ses dirigeants le 17 d6cembre
dernier, et qui finirait en r6clamant
I'application de la Charte Democra-
tique .(voir Charte /4)


Aristide se

rend en visit

officielle a Santo

Domingo P14

( Haiti en Marche)
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartinire
Bois Vernma
Tel: 245-1910 Fax 221-0204
Miami
173 N.W. 94th Street
Miami, Fl. 33150
Tel: 305 754-0705 / 754-7543
New York 9143587559
Boston 508 941 6897
Montreal 514337 1286
Fax: 305 756-0979 / 513-5688
e mail: enmarche@haitiworld.com
URL www.haitienmarche.com
Library of Congress #ISSN 1064-3896
Miami, New York, Montreal, Boston,
Washington, Chicago:
Port-au-







Page 2


IEN PLUS


EN BREFF


Mercredi 16 Janvier 2002
Haiti en Marche Vol. XV No. 50


HAITI-DIASPORA

Leaders Haitiens-Americains

viennent promouvoir le dialogue
MIAMI, 11 Janvier C'est ce d'6tiquette politique diff6rente, n'Etre pas
mercredi 16 janvier qu'arrive dans la du meme point de vue, et cependant
capital hatienne un ,
group de leaders
politiques haitiens-
ambricains, dans un
effort pour montrer A
leurs concitoyens au
pays natal qu'on peut
appartenir A des parties
politiques diff6rents, -
et cependant
travailler ensemble.
Ces dirige-
ants haitiens-amuri-
cains, qui ont souvent ,
mis leurs differences
politiques de c6t6 :
pour soutenir la cause
de leur pays natal,
veulent d6montrer
comment des
politicians apparte-
nant les uns au parti
r6publicain, et les
autres au parti
d6mocrate, les deux
principaux parties aux
Etiiats-UnpispuventJacques Despinosse, Commnissionnaire de North Miami
Etats-Unis, peuvent "--- l'.tt i.


cependant s'entendre.
Ce sont le Reprdsentant d'Etat
Philippe Brutus (d6mocrate de Floride), le
Maire de North-Miami Joe C61estin (un
republicain), les Commissioners
(assesseurs) de North Miami, les
d6mocrates Jacques Despinosse et Osman
D6sir, et Marc Villain (un r6publicain),
president du Haitian American Political
Action Committee.
"Le but de leur visit est
d'essayer de montrer qu'on peut etre


iravailler ensemble adeciarei attach6 deuc
press de l'Ambassade des Etats h Port-
au-Prince, Judith Trunzo.
Pendant leur presence en Haiti,
le group rencontrera des membres du
parti Lavalas au pouvoir et des membres
de groups d'opposition, ainsi que des,
responsables de groups de defense des
droits humans et de la soci6t6 civil.
Environ une centaine de
personnel participeront A ces sessions,
avec de plus petites sessions 6galement
(voir Haiti-Diaspora / 3)


Visite du President Aristide en Republique Dominicaine
Ce mercredi 16 Janvier, le President Jean-Bertrand Aristide laisse Haiti en compagnie
de son spouse, du Ministre des Affaires 6trangeres, de celui du Plan et de quelques
membres du secteur priv6 pour une visit officielle de deux jours dans la r6publique
voisine. Le president haitien r6pond A une invitation du Chef de l'6tat de la R6publique
dominicaine, Mr Hippolito Mejia. Al'agenda dela visit quine durera qu'unejournde,
les deux chefs d'etat aborderont un ensemble de dossiers relatifs notamment aux
questions migratoires, commercials et politiques. It sera 6galement question de la
relocalisation de bomrnes frontalibres et du Fonds Hispanola. Ce dernier devraitimpliquer
les autorit6s et les secteurs privds des deux pays, et vise A mettre leur dette externme
r6ciproque au service du d6veloppement de la zone frontaliere, principalement avec la
creation de zones branches.
Le President Aristide rencontrera pendant son sdjour en R6publique Dominicaine la
communaut6 haitienne vivant dans ce pays. A l'issue de la visit, les deux chefs d'etat
signeront une declaration conjointe.

Organizations de defense des droits de l'homme et la visit
du chef de 'etat en R6publique dominicaine ...
Quatre organizations travaillant dans le domaine des droits de l'homme, GARR,
NCHR, PAPDA, Centre Pont ont plaid en faveur de meilleures relations entire Haiti et
la R6publique Dominicaine. Ces relations doivent reposer sur la solidarity, la justice
et le respect" ont fait ressortir ces organizations. II faudrait r66valuer les relations entire
les deux pays, ont souhait6 les organizations.

Reunion du Conseil Permanent de POEA sur le cas d'Haiti
ce mardi 15 Janvier ...
L'Organisation des Etats americains (OEA) envisagerait d'agiter la question de la
Charte D6mocratique Interam6ricaine sur le cas d'Haiti lors d'une rencontre du Conseil
Permanent de l'OEA ce mardi 15 janvier.
Selon le Miami Herald, 1'OEA chercherait A obtenir qu'un group d'experts
intemrnationaux viennent en Haiti pour forcer les protagonistes A n6gocier une solution A
la crise n6e des elections du 21 mai 2000. Selon lejournal, qui declare citer un official
du D6partement d'6tat, les 6venements du 17 decembre ont d6montr6 que le
gouvernement haitien a de la difficultW A prot6ger les citoyens de la violence de la
populace."
La Convergence D6mocratique a transmis i l'OEA un copieux rapport pr6sentant sa
version des 6v6nements du 17 d6cembre. Selon l'Agence Haitienne de Presse, il
semblerait que les autorites gouvernementales n'avaient pr6sent6jusque li aucun
rapport sur ces incidents et que seul le document de l'opposition serait en circulation.

Declaration du Senateur republican Michael D. Wine
A l'issue de sa rencontre avec le President Aristide au Palais National le jeudi 10
Janvier, le Senateur D. Wine a pricis6 ce qui suit:
" Nous avons eu une discussion tres int6ressante et franche. Nos preoccupations sont
centres sur la n6cessit6 de la conclusion d'un accord politique car, Haiti ne peut aller
de 1'avant sans la signature d'un tel accord. Nous croyons que l'OEA peut jouer un role
(voir En Bref /17)


,pecer G. Morgan






777 Brickell Ave, Suite 1114

305-423-3800 oswa 1- 866-667-4265




1L~anmc pt aEk~sicfhLr ?

AizSjt dok1t gh?~c1
Ari sot niri rg; anmon?

Kadce j atk?


Ou pap peye senk ko'b toutotan nou pa genyen ka-a pou ou


Sitirasyon-ou ak imigrasyon pa enpotan


Konsiltasyon GRATIS

Nou ka rann ou vizit lakay ou oswa nan lopital .


Se onjes enp6tan noufa 1e nou chwazi on avoka. Pa baze nou salman sou on reklam. anvan nou deside se avoka sa-a nap
pran, made konsey, made enfbmasyon sou avoka-a, sitou sou qualifikasyon li ak eksperyans li.


I I


I ... J... I







Mercredi 16 Janvier 2002
Un~tT,;--\/h1- V XVN K 5 0n


Haiti en Marc e o. o.


I L'ACTUALITE EN MARCH I


PRESSE-MENACES

Une douzaine de journalists
po-AT OTCP Phares Duverne et Yves
PORT-AU-PRINCE, Cla* e Alexipay s Phares Duvern
11 Janvier Selonunbulletin a issen t le p ay s C s exissons s
de l'agence Associated Press des partisans du
date de Miami, au moins 12 journalists hatiens ont fui gouvemement les ont menac6s de leurs armes et forc6 h
leur pays, don't six se preparent A demander 1 'asile politique crier "Vive Aristide ."
aux Etats-Unis, au lendemain des 6v6nements du 17 "us nous ont ditquecettefois ils nous laissaient
d6cembre dernier qui ont vu 6chouer une tentative de coup partir, mais que si nous continuons a critiquer le
d'etat centre le president Jean-Bertrand Aristide, A la suite gouvernement,laprochainefoisc'estlamort"ad6clar6
de quoi des partisans du gouvernement ont incendi6 des Duvern6, qui est arrive aux Etats-Unis avec un visa de
sieges de parts politiques et brutalis6 des journalists de s6jour temporaire. II a voyage aussi avec sa femme et
plusieurs mdias de la capital. deux enfants en bas age, apris avoir cherch6 refuge dans
Selon AP, au moins 40 journalists hatiens une ambassade de la capital haltienne, mais qu'il n'a
auraient gagn6 le maquis A cause de menaces reques de la pas voulu identifier.
part de membres d'organisations populaires pro-Lavalas. Deux autres membres du group arrive aux
Parmi les journalists qui ont d6barqu6 aux Etats- Etats-Unis sont Francine Lonard (Radio M6tropole) et
Uni., figurent deux reporters de Radio Vision 2000. Ce sont (voir Journalistes / 6)


La UNIBANK, soucieuse d'etre
encore plus proche de vous,
ouvre sa 29ame succursale.


La Banque du


Angle Rues Dr. Aubry et Tiremasse


LH 0R3 am I R


LUNDI-VENDREDI 8:30 amA 3:00 pm
SAMEDI 9:00 am & 1:00 pm


TLPOE


299-2336 a 299-2338
Fax: 299-2339


.SUCCURSALE


Haitiens-Americains
viennent promouvoir
le dialogue
(Haiti-Diaspora ... suite de la page 2)
programmes, selon Judith La visit durera 4 j
Trunzo. et elle est une initiativede l'a


Marc Villain, un des
membres du group, dit qu'il ne
pense pas que leur visit
solutionnera les problmes
politiques d'Haiti, mais qu'elle
peut contribute A stimuler le dia-
logue tant recherch6.


ours,
ctuel


Ambassadeur des Etats-unis en
Haiti, Brian Dean Curran.
Celui-d a d6clari 1'annde
2002 : 'Tann6e de la HFloride", et
1'Ambassade amdricaine compete
organiser beaucoup d'&v6nements
A ce propos.


Affaire coup d'etat:

Antoine Saati et Guy

Francois toujours en
Port-au- _I A la tentative de
Prince, le 11 janv. ieten tion coup d'etat du 17
- (HPN) Les autorit6s d6cembre dernier. M. Saati
judiciairesontentenduvendredi, visiblement souffrant a Wt6
M. Antoine Saati, un home longuement requ au bureau du
d'affaires am6ricain d'origine commissaire du gouvernement
haitienne, arrWt le 20 d6cembre avant de retourner 1 hospitall oii il
dernier dans le cadre d'une est place sous surveillance
enqute ouverte par la police sur (voir Saati /12)


ERRATA


Quelques erreurs se
sont glissies dans notre dernier
num6ro (Haiti en Marche,
edition du 9 au 15 Janvier 2002,
Vo.XV, No. 49). Dans 'article
intitul6 "Un homme d'affaires de
Miami emprisonn6", priere de
lire Eddy Deeb au lieu de "Joel
Deeb"...
Le mEme article
content une autre omission tout
A fait inouie. C'est Guy Philippe
qui a Wt d6nonc6 come "auteur
intellectual" de la tentative de


* 1st Communion
* Bridal Showers
* Christening


putsch du 17 D6cembre, et non
Claudy Gassant, comme on 1'aura
compris.
Enfin, les 2 nig6riens et
1 haitien (photo de couverture)
accuses par la police de
"ddstabilisation" en jetant des
fatras dans les rues, ne sont autres
que des cordonniers qui
transportaient un chargement de
d6chets de cuir dans leur camion.
Le patron (au milieu de la photo),
Robert Uigali, est 6tabli en Haiti
depuis plus de 20 ans.


* Baby Showers
* Birthday's
* Weddings


Special Occassion Souvenirs
By Sophia


-ne: 954-757-1662 www.sosdezine.com


Page 3


AS SOMMAIRE
ANALYSE
La "Charte D6mocratique"
Haiti continue ajouer son r6le de laboratoire p.1
ACTUALITE
Visite du Pr6sident Aristide en R6publique Dominicaine p.14
ONG plaident pour un vrai accord de migration p.14
L'EVENEMENT
R.S.F. : Un crois6 nomm6 Robert M6nard p.1
Une douzaine dejoumalistes laissent le pays p.3
RSF ddnonce lIa dItrioration de la liberty de la press p.6
Manifestation contre le Secretaire G6neral de RSF p.7
AFFAIRE COUP D'ETAT
Antoine Saaty et Guy Frangois toujours en detention p.3
Autour d'un coup manque p.8
Le CRESFELD a et6 sauvagement agress6, dit Suzy Castor p.16
LAVALAS
Entre D.Toussaint et P. P.Sonson, le linge sale ne se lave
pas en famille p.15
DIASPORA
Leaders haitiens-ambricains viennent promouvoir
le dialogue p.2
Visite en Haiti de Martin Luther King Jr III p.12
POLITIQUE ET SOCIETY
Le Mal haitien p.8
SECTEUR PRIVE
Memorandum au President J.B. Aristide p.9
ECONOMIC
Haiti AlaC.L.A.A. p.10
La chute du prodige argentin p.11
GUANTANAMO
Un navire tansportant du bl amdricain arrive A Cuba p.15
Des d6tenus d'Afghanistan sur la base US de Cuba p.15
SOCIETY ET CULTURE
Des d6corations... mais pourquoi faire ? p.16







UNE ANALYSE


Mercredi 16 Janvier 2002
Haiti en Marche Vol. XV No. 50


La Charte Democratique "


que le
les cit
office
Herald

consid
comm
sur les
secteu

ferm6e
1'OEA
autres
1'Unio
que Ra

qui eci
temps
au sieg


Children'-
?BEAUTY SALON Welcome,

100 S DESIGNER CUT
Fint time customer only. RegM 12.0 r
FRE CONDITIONING
FrHEETREATMENT
With this coupon
-----o-
--"Fgd~ jffiri-*n ags N & .,- -!
9 0 7O
v ~wa SIM.N


T~tfnC C 'L zAYr-cz
18 x 18 & 16x16
C6ramiques espanoles et italiennes
Grand choix a votre disposition
.87 pied carre

G4 R -AI J I1T
Ceramiques grises
(Maximum 8 Sacs)
avec tout achat minimum de 200 pieds carries
Apvortez ce coupon


de son droit de participation a l'OEA, par le vote
affirmatif des deux tiers des Etats membres. La
suspension prend effet imm6diatement."
La Charte D6mocratique Interam6ricaine a
6t6 ratifi6e en septembre 2001 au P6rou par
l'Assembl6e G&n6rale de l'Organisation des Etats
Am6ricains. Son but: pr6munir le continent de
" toute rupture de l'ordre constitutionnel qui ne se
limited pas au traditionnel coup d'Etat."

Risque de crier un dangereux
precedent...
On a remarqu6 dans ce dernier article que
le vote des deux tiers des Etats membres est


l7-^l^^? (7i ~w I L" i i S


C6ramiques & Marbre

Tres grande salle d'exposition
D6pot Salle d'Inventaire
Accessoires
'*. C6ramiques Mu e
Marbre pour Salle de bain


n6cessaire pour decider la suspension ...
Primo, il n'est nullement garanti que ces 2/3
soient atteints dans le cas d'un vote sur Haiti, 6tant


(Charte ... suite de la lere page) pratiquement une mainmise international sur la politique
Les 6v6nements du 17 Decembre ont d6montr6 haitienne pour trancher la crise entire le gouvernement et
gouvernement haltien n' estpas en measure de prot6ger 1' opposition. Une mise en tutelle, meme temporaire.
oyens de la violence de la populace ", a d6clar6 un Les declarations faites au Miami Herald ne cachent
1 du D6partement d'Etat au correspondent du Miami pas que le but de l' operation est d' abord de mettre au pas Aristide
L, sous le covert de 1' anonymat. et son part politique Lavalas.
Selon cet official," un certain nombre de pays ont Officiellement, il s' agit de Renforcer les institutions
r6 la Charte D6mocratique Interam6ricaine de 1' OEA d6mocratiques "en Haiti.
e un moyen viable d'aller de 1'avant et de remettre La semaine derniere, notre hebdomadaire (Haiti en
rails les n6gociations entire le gouvernement et les Marche, Jdition du 9 au 15 Janvier 2002, Vol.XV, No. 49)
rs de 1' opposition." prdsentait les articles en question de la Charfe D6mocratique.
La question aurait 0t6 soulev&e durant une session En premier lieu, 1' Article 18 : Lorsqu' il se produit
e au public le mardi 8 janvier dernier au siege de dans un Etat membre des situations susceptibles d' avoir des
SA Washington. Ont particip6 A cette session entire incidences sur le d6roulement du processus politique,
les repr6sentants des Etats-Unis, du Canada, de institutionnel et d6mocratique ou sur 1'exercice 16gitime du
n Europenne, de nations latino-americaines, ainsi pouvoir, le Secr6taire g6n6ral ou le Conseil permanent peut,
iymond Valcin, ambassadeur d' Haiti aupres del OEA. avec le consentement du gouvemrnement concern, d6cider de la
On peut s' 6tonner que le reporter du Miami Herald rdalisation de visits et entreprendre d' autres demarches en vue
it son article depuis Port-au-Prince, puisse en meme de proc6der A une analyse de la situation. Le Secretaire general
savoir ce qui se passe a une session portes closes soumet un rapport au Conseil permanent qui effectuera une
;e de l' OEA, h Washington ... Mais passons. evaluation collective de la situation pour adopter, le cas 6cheant,
les measures propres A la preservation et aurenforcement de la
Une mise en tutelle ... d6mocratie institutionnelle."
Si la proposition est adoptee, cela signifierait La sanction extreme, en cas d'6chec des demarches
diplomatiques, est une
expulsion du gouver-
nement incrimin6 de
S toutes les activists de
Sp 'OEA, jusqu' A ce que
le processus d6mocra-
tique et institutionnel
ait 6t6 restaur6.

~2 1 :"Lorsq ue
l' Assembl6e g6n6rale,
r6unie en Session
extraordinaire, v6rifie
qu'il y a eu une
A interruption inconstitu-
tionnelle de 1' ordre
d6mocratique dans un
.r Etat membre et que les
d6marches diplomati-
ques se sont r6v616es
infructueuses, a la
lumiire dela Charte de
Des commandos de civils arms apparus le 17 dicembre au sein des partisans 1' OEA, elle d6cidera
du pouvoir Lavalas photo Haiti en Marche de la suspension del' exercise par cet Etat membre


13.5 x 13.5
Ceramiques espagnoles
Diff6rents Styles et couleurs
75 pieds carr6s



C3 RA- T &a:LI 11T
Crarmiques grises
(Maximum 8 Sacs)
avec tout achat minimum de 200 pieds carr&


Nous exportons vers Haiti Apportezcecoupon



Meilleurs prix de la place'

Venez done voir par vous-meme

3386 N.W. 796me Avenue, Miami, Florida T61.: 305 592 2558 Fax: 305 477 2673.
< -A


Page 4


'L'ambassadeur US Brian D. Curran
donn6 quela crise hatienne n'a plus rien de dramatique,
qu' elle dure depuis d6jiA trop longtemps pour constituer
une urgence et que tout le monde en amarre d' un conflict
qui tient plus du psychodrame que de la politique
proprement dite. Une seule v6rit6: la misere total qui
est devenue le lot pour un nombre toujours plus grand.
Au lever dujour A Port-au-Prince, les gens et les chiens
se battent pour etre les premiers A faire les poubelles.
Secundo, 1'Am6nrique latine de son c8t6 aussi
n' est pas en paix avec la crise argentine ofi des 6meutes
de la faim font 27 morts, la guerre civil en Colombie
qui rebondit avec r'arret des n6gociations entire le
gouvemement (appuy6 par les USA) et la guerilla des
Forces armies r6volutionnaires colombiennes / FARC,
et surtout le Venezuela du president Hugo Chavez qui
est dans une situation tout a fait similaire A celle d' Haiti,
en plus serieux bien sir ...
Ce n'est done pas le moment pour les pays
latino-americains d' ouvrir leur flanc, encore moins dans
le cas si peu int6ressant d' Haiti, A ce qui risque de cr6er
un dangereux precedent..

Une quelconque solution m6diane ...
I y a done fort A parier que les grands pays
amis d' Haiti vont rechercher plutot une sorte de
solution m6diane, qui permettrait 1' application de la
Charte D6mocratique mais sans arriver jusqu'au vote
final de suspension.
Car, que ce soit avant ou apr6s les 6v6nements
(voir Charte /5)


01,0 *1-4






Mercredi 16 Janvier 2002
Wairi en Marche Vnl XV n 50S


I DE L'ACTUALITE I


HAITI CONTINUE A JOUER SON ROLE DE LABORATOIRE


(Charte ... suite de la page 4)
du 17 decembre qui ont vu des partisans du pouvoir mettre
A sac les permanences des principaux parties de opposition,
incendierles domiciles deleurs dirigeants, ainsi que le centre
cultural CRESFED don't la disparition provoque tant de
regrets la situation sur le terrain demeure inchange ...
Le pouvoir Lavalas tient la rue, principalement
grace A ses OP ou organizations de la base, composees en
majority d'adolescents prets A tout pour maintenir en place


L'&quipe de mediation de 'OEA, (de la gauche) Luigi Einaudi
photo Yonel Louis/HenM 17 d6ce
leur leader, Jean-Bertrand Aristide ...
L'opposition a le concours sans faille de layperson
._ person
communaute international, qui manifeste entire autres son permettr
support sous la forme d'une champagne mediatique bien naIf.
orchestree.


La seule difference survenue le 17 decembre
dernier est I'apparition en plein jour de veritables
commandos arms au sein de ces OP qui, en moins de temps
qu'il n'en faut, ont opere une razzia sur les quarters
generaux de opposition puis ont regagne leur base ni vu
ni connu...
Ce sont ces violence, don't parle l'officiel du
D6partement d'Etat non identified opinant que le
gouvernement haltien n'est pas en measure de proteger les
citoyens de la violence de la populace ". Ce sont donec
assurement ces violence, pour avoir introduit depuis le 17
decembre un element nouveau dans la crise, qui motivent
les diplomats Arechercher denouveauxmoyeis de contr6le
de la situation avant, disent-ils, que la situation n'empire
... Alors que depuis longtemps cette situation ne saurait
Wtre pire pour les Haitiens.

Le contr6le du pouvoir politique ...
Comment alors ne pas penser que pour
l'international, aussi bien que pour le president Aristide et
opposition, la seule chose qui imported c'estle contr61e du
pouvoir politique. On avait cra contrbler la situation & travers
l'embargo sur assistance economique qui prive Aristide
de toute possibility d'accomplir ses promesses aux masses


lumtia
milliers
houlett<
deja dl6b
en sept
repartir i
plus ta
security
etat mei
qu'aval
militai
qu'elle


ou se recrute la presque totality de ses partisans, mais le 17
decembre remet en question certain aspects de cette
strategic de strangulation "...
Une application de la Charte Democratique
Interamericaine signifierait, selon de nombreux
observateurs, unemise sous tutellememne partielle dupays.
Par example, un Premier nministrenommeparl'international


Ce qui permettrait entire autres une reprise
des forces de
haitiennes, accuse
cesse d'ntre trop p
(c'est-A-dire aux m
Lavalas). Avant
d6cembre, une ca
m6diatiquefaisait
e(articles tout pr6pas
le cas de dire "
fournis ", parus c
Monde et dansU Le
Montr6al) d6criv
Shornreurs de la ca
Z6ro Tol6
applique par la pc
ordres d'Aristide.
La meme
etW accuse de pas
c n'est de con
pendant queles Con]
et Cesar Gaviria Lavalas se d6chai
mbre contre opposition.
Mais .enpHaiti,
nc ne peut se
*e aujourd'hui d'ftre
Une force
tionale de plusieurs
d'hommes, sous la
e du Pentagone, a
)arqu6 dans le pays
embre 1994, pour
quelque trois ann6es
rd en laissant la
publique dans un
me plus deplorable
nt, en dehors des
res putschistes
&tait venue chasser


Toute nouvelle
avancee de international
danslepouvoirpolitiqueen
Haiti ne saurait que servir la
meme lutte pour le pouvoir qui est en course depuis la chute
de la dictature Duvalier en fevrier 1986 pour faire rentrer
le pays dans le rang.

Un plus gros morceau : le Venezuela...
Une autre motivation de Washington A
l'application de la Charte Democratique en Haiti peut Stre


en main
police
6es sans
olitisees
ains de
le 17
mpagne


de tester la valeur de ce document, mais avec en vue un
plus gros morceau: le Venezuela du president Hugo Chavez.
D'oi le role de laboratoire assigned, selon certain, a Haiti
dans la strategic du nouvel ordre mondial.
En effet, une situation analogue se developpe A
Caracas, oa le lundi 7 janivier 6coul6 des centaines de
partisans du president Chavez ont manifesto bruyamment
devant les bureaux du grand quotidien El Nacional, accuse
peu auparavant par le chef de l'Etat de repandre des
mensonges."
Mercredi, Hugo Chavez a declare que cette
manifestation pacifique etait tout A fait justifiee. Je
suis sfir qu'ils voulaient seulement s'asseoir avec un de ces
reporters et lui dire: tenez, ce reportage est absolument
faux."


d6ejarage Cette manifestation a relance6 la polemique entire
res, c'est le pouvoir et l'opposition venezuelienne d'une part (dans
Faits-et- un editorial, lemardi 8janvier, El Nacional qualified Chavez
dans Le de dictateur sans masque "), et d'autre part entire le
Devoir, A president venezuelien et administration Bush aupres de
vant les laquelle il n'est pas en odeur de saintete.
mpagne Hugo Chavez a d6clenche un grand movement
rance populiste qui a conquis le pouvoir (ex6cutif et legislatif)
)lice aux dans un raz de maree. II a amended la constitution dans le
but, affirme-t-il, d'arriver & un partage plus equitable de la
police a fortune national.
sivite, si Chavez s'est aussi vante de son amitie avec des
plicite, leaders que Washington ne cansidere pas come ses
nmandos meilleurs amis : Fidel Castro, mais surtout Saddam Hussein.
naient le Le Departement d'Etat am6ricain a exprime ses
Spreoccupations au sujet de tentatives par les supporters


President Hugo Chavez
de Chavez d'intimider alafois les politicians de l'opposition
et la press. "
Cela ne vous fait pas comme une impression de
deja vu!
Haiti en Marche, 12 Janvier 2002


MAIRIE DE PORT-AU-PRINCE
La tres ecoutee Radjo Pp la *
"de Miami, emettant sur la frequence O h e tag e M 1 n1
WLQY, a rencontre, le Dimanche 30 1 u h ritage Municipal
D6cembre, le Maire de Port-au-Prince, Monsieur Yves d'accomplir consciencieusement et noblement leur devoir ces qui inondent la vi
Medard, qui s'activait A mettre A point le payroll final de la envers les employes. C'est la premiere fois depuis une conscience mais elle
Mairie pour 'ann6ee 2001. quinzaine d'annees, que la Mairie de Port-au-Prince arrive pas a elle d'assum
Grace a la diligence des Ministres de l'Int6rieur et A s'acquitter de tous ses arrieres. responsabilit6, elle v
des Finances, b6n6ficiant des coud6es branches du Pr6sident C'est avec une entire satisfaction que le commeleSMCRS,l
de la Republique, Monsieur Jean-Bertrand Anristide, les journalist Avenel Cesaire, dit P6 Johnny, a transmis cette egalement sur l'app
responsables de la Mainrie ont pu satisfaire les attentes de nouvelle A la communaut6 haitienne. II faut se rappeler que des groups sociocul
leurs employes qui avaient deja recu unmois de salaire des les nouveaux ediles oant pris les renes de la Mairie en pleine tendances qui doi
installation de la nouvelle commission communale. II ne periode d'audit mene par la Cour Sup6rieure des comptes ; 1'environnement dan
reste done plus d'arrihres a verser, en attendantlaregulation ce qui sous-entend que les fonds de l'Institution ont ete de toute evidence, de
des finances de l'institution pour l'annee 2002. mal g6r6s dans le passe, et qu'il faudra du temps & la course reguliers d'inst
Cet acte marque la bonne foi et la volonte nouvelle equipe pour voir clair dans les questions services A lapopulati
inebranlable des nouveaux dirigeants de la Maine financires. Nous invitons ainsi la grande press national


A voir de pres cette situation, et A \i
commenter avec toutel'objectiviti
qui caract6rise le journalism
professionnel.
Concernant les immondi
ille ces derniers temps, la Mainie en k
rappelle aux citoyens qu'il ne review
er le ramassage des fatras. Cett<
ncut la partagcr avec d'autrcs cntitc6
e CNE et les TPTC. La Mairine comptt
iort civique des comites de quarters
turels, des parts politiques de toute;
vent se soucier de la quality d(
s une ville qui leur appartient, et qu
aneure la porte d'entree du pays. De:
ruction civique rendraient d'enorme!
on.
(voir Mairine /15)


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH


NOM

ADRESSE


6 MOIS


ETATS-UNIS US $ 4
CANADA US$ 4
EUROPE US$7
AMERIQUE LATINE US$ 7C


t2.00
0.00
0.00


RENOUVELLEMENT0C


NOUVEL ABONNE
UNAN C


US$ 78.00
US$ 80.00
US$ 135.00
US$ 135.00


Page 5


jg -7






Page 6


I PRESSE-MENACES I


Mercredi 16 Janvier 2002
Haiti en Marche Vol. XV No. 50


Une douzaine de journalists laissent le pays


(Journalistes ... suite de la page 3)
Gladys Joseph, r6dactrice d'un magazine.
Quatre des 6 journalists sont en
Floride (Miami et Palm Beach), les deux
autres sont descendus A New York et dans
le New Jersey.
Selon diff6rentes sources, ils sont
au moins une douzaine de journalists
haltiens r6fugi6s aux Etats-Unis et en France


apres les troubles du 17 decembre.
Parmi eux, deux journalists de
Radio Caraibes, une station qui avait
suspend depuis ses emissions pour ne les
reprendre que lundi dernier.
"Nous sommes trds alarm6ns par la
situation A laquelle fontface les journalists
en Haiti" dit Mary Lene Smeets, directrice
dela section latino-amiricaine du "Commit-


Un croise nomme

Robert Menard
(RSF ... suite de la 1lre page) nombreuses, et qui a 0t6 annul6e, I'hotel
personnalit6s qu'il appelle A p6naliser (en craignant que les 6clats de M. M6nard ne
tate le president Aristide et son spouse) par lui crdent plus de problkmes avec les mani-
les governments de l'Union Europ6enne, festants anti-gouvernementaux.
et par le D6partement d'Etat americain RobertM6nardmetdoncpelemale
(refus devisade s6jour, gel deleurs avoirs), en danger l'h6tel qui accueille ses
qu'unemanifestation 6clataitauxportes du conferences de press, 6galement la
Plaza, conmne le redoutaient les presence frangaise en Haiti ... et pour finir,
responsables de l'hotel. par un effet de boomerang, les journalists
"Abas Robert Menard! Abas no- qu'il entend d6fendre de toutes ses forces.
colons!" scandaient les manifestants, LadetermninationdeReporters sans
membres d'organisations populaires Frontibres estvitale pour obtenir justice pour
proches du pouvoir Lavalas. les victims toujours plus nombreuses de
11 y eut aussi quelques "A bas la violations de la liberty de la press; les ef-
France !", insinuant par lA que celle-ci forts de 1'organisation pour empecher que
comploterait contre la commemoration du ne soit enterr6 un dossier comme celui de
200e anniversaire de notre Independance 1'assassinat de Jean Dominique, et plus
arrach6eAlaFrancecolonialelelerJanvier r6cemment celui de Brignol Lindor, sont
1804 par la victoire des armes. sans commune mesure...
Voici done la France elle aussi Mais Robert M6nard, quand il
victim de la strategic un peu balourde et part en croisade, ne sait pas 6viter les degats
sans management du trop bouillant collat6raux.
secretaire general de RSF. En un mot, voilA qui nous invite h
La troisimme victim de lajourn6e comprendre que rien n'est aussi grave
est une soirde que 1'Association des qu'une press sans protection ... qu'une
Journalistes Haitiens devait avoir le mEme press sur-protg6e !
vendredi au Plaza pour lancer un "Fonds"
en vue d'aider I'association A faire face a (Editorial, Melodie 103.3fin,Port-
ses responsabilit6s de plus en plus au-Prince)


tee to protect Journalists", bas6 ANew York.
"I est evident qu'ils out besoin du support
international."
La situation des journalists en
Haiti n'a cess6 de se d6t6riorer depuis
I'assassinat en avril 2000 du PDG de Radio
Haiti Inter, Jean Dominique. Le 3 d&cembre
dernier, un jeune confrere de Petit-Goave,
Brignol Lindor, a Wt tu6 h coups de
machettes par des partisans du pouvoir.
"Les evenements du mois dernier
reprdsentent un grave recul pour le proces-
sus d6mocratique en Haiti" dit Gary Pierre-
Pierre du "National Coalition for Haitian
Rights" (Coalition Nationale pour les Droits
des Haitiens), basee i New York, egalement
responsible en chef de l'hebdomadaire
"Haitian Times", distribute egalement en
Haiti.
Selon Mary Lene Smeets, le
"climat de violence" centre lapresse est tres
preoccupant, et elle reproche i Aristide de
contribuer A la situation qui affected les
journalists.
"Nous sommes prdoccupds que le
president Aristide dans certaines
declarations publiques, parait donner carte
blanche aux executions sommaires"d6clare-
t-elle, faisant allusion 1 la consigne "Z6ro
Tolerance" pr6nde par le chef de l'Etat


contrelahausse dela criminality. "1 semble
que 1'assassinat de Brignol Lindor pourrait
avoir et6 incit6 par ce genre de declarations"
ajoute cette responsible du "Committee to
Protect Journalists."
Pour Gary Pierre-Pierre, un ancient
reporter du New York Times, "Aristide ne
ditpas aux gens d'aller tuer des journalists,
mais il a cre66 un climate oi certain peuvent
se sentir autoris6s A le faire."
Selon Robert Menard, secretaire
g6n6ral de Reporters sans Frontidres, un test
majeur ce sera quand Aristide doit
reconduire le juge instruisant le dossier de
1' assassinate de Jean Dominique, Me Claudy
Gassant.
Le mandate du juge Gassant a
expire le 4 decembre dernier, et selon le
ministry de la Justice, Gary Lissade, seul le
president Aristide peut d6cider de le garder
sur le dossier.
Le juge Gassant a demanded au
s6nat d'annuler l'inmunit6 du s6nateur
Dany Toussaint, le principal suspect dans
le dossier. Le s6nat a refuse jusqu' A present
de repondre a cette requete.
Parmi les journalists qui ontlaiss6
le pays, un a trouv6 refuge en Espagne, un
autre en Guadeloupe, et 4 don'tt un autre
journalist de Vision 2000) sont parts pour
la France.


RSF denonce la

deterioration de la

liberte de press en Haiti


Poi
- (HPN) 1
deminre visi
de Reporter
ert M6nard,


rt-au-Prince, le 11 janvier 2002
Moins de deux mois apres sa
te en Haiti, le Secr6taire General
s Sans Frontidres (RSF), Rob-
, est de retour. II a accuse de
nouveau vendredi le
gouvernement du
President Aristide de
former les yeux sur les
attaques don't est victim la
press.
<< Plus personnel
ne peut se contenter des
promesses d'Aristide et de
ses proches. Aujourd'hui, il
y a des personnel qui font
tout pour que les dossiers
ne seretrouventpas devant
la Justice , a soulign6 M.
M6nard lors d'une
conference de press A
l'h8tel Plaza de Port-au-
Prince. De passage pour
quelques jours afin de faire
la lumiere sur l'assassinat
du journalist Brignol
Lindor, (3 decembre
dernier A Petit-Goave), le
Secretaire General de RSF
a egalement denonce avec
virulence le silence du
President Jean-Bertrand
Aristide dans le dossier
Jean Dominique. M.
Aristide a refuse par trois
fois de rencontrer M.
M6nard.
< promesses qui nous avaient
ete faites lors de notre
dernier voyage n'ont pas
ete respectees. On nous
avait promise d'assurer
r6ellement la security du
Juge Claudy Gassant. II a
ete a nouveau agresse , a
lance M. Menard en
prdcisant que, malgre
1' assurance du responsible
du Senat, la Commission


charge d'6tudier la levee de l'immunite
parlementaire ne s'est toujours pas r6unie
et le suspect num6ro un dans cette affaire,
le S6nateur Dany Toussaint, bendficie'en-
core de 1'immunit6. II a de plus accuse le
President Aristide d'atre responsible de la
situation puisqu'il est le seul en measure de
reconduire le mandate du Juge Gassant don't
I'6cheance a pris fin le 4janvier dernier.

Mort de Brignol Lindor
<< Pour d6crire la situation qui
pr6vaut aujourd'hui, j'h6site entire
surrdaliste et halucinante. Entre le 4 et le 6
d6cembre, 20 mandates d'arrestation ont 6t6
delivres et, a l'heure actuelle, aucun d'entre
eux n' a 6t6 mis a execution. I n' y a aucune
volonte de faire la lumiere sur la mort de
Brignol Lindor , a poursuivi M. M6nard.
II dit par ailleurs avoir de la difficulty A
concevoir que l'un des suspects dans cet
assassinate, le Maire adjoint de Petit-Goave
Dumay Bony, puisse s'expliquer deux
heures devant le Senat sans qu'il y ait un
policies pour l'arreter. << Le meurtre de
Lindor est une suite logique de la mort de
Jean Dominique, car les gens soup9onnes
sont toujours libres .
In refute 6galement les arguments
des forces policies selonlesquels les noms
sur les mandates sont souvent des surnoms,
ce qui rendrait la tAche des policies plus
difficile, ou le fait que l'on ne procdepas A
des arrestations entire 18 heures et 6 heures.
<< La e16galite devient effective lorsque cela
concern des gens proches du pouvoir >, a
conclude Secretaire Gendral de RSF. << ln'y
a pas un seul gouvemrnement dans le monde
qui peut faire ce qu'il veut A l'interieur de
ses frontidres sans rendre des comptes , a
indiqu6 M. Menard, en ajoutant que la situ-
ation actuelle d6montre un mepris contre les
gens qui ne sont pas au pouvoir.
RSF compete deposer d'ici au 3
avril prochain devant le Congres Americain,
la Communaut6 Europeenne et les
Ministkres desAffaires Exterieures des pays
strangers, une liste de 24 personnalit6s
contre lesquelles il r6clame I'adoption de
sanctions ciblees. Ainsi, parmi les noms qui
(voir RSF Menard /7)


AtL WOMEN MEKMCAL CENTER
Ob-tatri-Gynacology


Accouchement
Infection Vaginale
Tumeur-Fibrome-Hemorrhagie,
Incapacit6 d'avoir des enfants
Kyste de 1'ovaire et de 1'uterus


GmomaS EDOIAD G GEIS EDUARD
M.D. F..A.C.O.G. M.D. F..A.C.O.G.
Diplomate American Board Diplomate American Board
OB-GYN OB-GYN

Plantation Pavillon
M.D. OB/GYN CENTER
SA rn8320 W. SUNRISE
Diplomate American Board BLVD SUITE 208
OB-GYN
PLANTATION, FL
33322
All Women Medical Center 33322
11845 West Dixie Highway T1.: 954-370-9909
Miami, F 33161 Fax: 954-370-7551
T61: 305-899-0345 Office hours
Fax 305 891 7260 By appointment


I


I






I L'EVENEMENT I


poursuivre la lutte pour la liberty de press et d'expression. 11
s'est dit, de plus, heureux des declarations r6centes de M.
Aristide sur le respect des journalists, mais espere que ces
paroles ne demeurerontpas lettremorte et que des actes concrets
seront faits en ce sens. II a 6galement de la difficult h
comprendre pourquoi le President n'a pas jug6 nccessaire de
s'entretenir avec M. M6nard.
Aucours del'annee 2001,pas moins de 17journalistes
ont 6tc agress6s, 20 ont requ des menaces et plus d'une dizaine
se sont exiles ou sont en voie de le faire Ala suite des &v6nements
du 17 decembre.
HPN


nt la Noel, nous
sur une seule
inee pr6c'dente.
e a son service


enne pour sa
pui!


Page7


Manifestation centre le

Secretaire General de RSF

"'Dehors Neo-colon !"


Port-au-Prince, le 11 janvier (HPN)
- Des dizaines de personnel, membres d'OP,
ont manifesto contre le Secr6taire G6n6ral de
Reporters Sans Frontidres, actuellement en
mission A Port-au-Prince A propos de
1'assassinat de deux journalists.
Des membres d'Organisations
Populaires, avec Aleur tate Paul Raymond, ont
manifesto vendredi dans le centre de la capital
contre le Secr6taire General de Reporters Sans
Frontieres Robert M6nard, ont constat6 des
journalists. de Haiti Press Network. M.
Menard est actuellement en visit


(RSF Minard ... suite de la page 6)
se retrouveront sur cette liste, on compete le President
Aristide, le Premier Ministre Jean-Marie Ch6restal, les
ministres de la Justice, de l'lnt6rieur et de la Culture et de
la Communication (les responsables directs selon RSF),
Dany Toussaint, Yvon Neptune, les membres de la Com-
mission du S6nat et diff6rentes personnalit6s des forces
policies. Quant aux sanctions, RSF propose de refuser
1'octroi de visas pour ces derniers et les membres de leur
famille ainsi quele gel deleurs avoirs bancaires hl'6tranger.
M. M6nard 6tait accompagn6 pour l'occasion du
Secr6taire G6n6ral de 1'Association des Journalistes
Haitiens, Guyler C. Delva, qui a incit6 les journalists A


d'information en Haiti dans le cadre
d'actions entreprises par RSF pour de-
mander le jugement des auteurs de la
mort de deux journalists.
Lamanifestation s'estderoul6e
devant 1'hotel < Le Plaza >>, non loin du
Palais Pr6sidentiel, oil M. M6nard
donnait une conference de press en
presence de nombreux journalists
haltiens et strangers. Aux cris de << A bas
M6nard >>, les manifestants s'6taient
masses a l'entrd6e de l'hOtel. Toutefois,
Robert M6nard a r6ussi h quitter l'h6tel


RSF denonce la deterioration

de la liberate de press en Haiti


Mercredi 16 Janvier 2002
Haiti en Marche Vol. XV No. 50


Pour le dirigrant OP, Rend Civil, Robert
Minard devrait 6tre declare persona non grata
photo Haiti en Marche
sous la protection des agents de scuriti de l'Ambassade
de France avant qu'une poign6e parmi les manifestants,
don't M. Raymond, ne force l'entr6e de I'h6tel et fasse
irruption dans lejardin. Aucune victim n'est A d6plorer.
Les manifestants reprochent A M. M6nard d'avoir tenu
des propos irr6v6rencieux A l'6gard des responsables
du pays.
Arriv6 mercredi A Port-au-Prince, le Secr6taire
G.6nral de RSF s'est rendujeudi dans la ville de Petit-
Go&ve en compagnie du Secr6taire G6n6ral de
1'Association des Journalistes Haitiens, en vue
d'enquAter sur 1'assassinat, le 3 d6cembre 6coul6, du
journalist Brignol Lindor. Des membres d'un group
politique local affiliU A Lavalas, avaient revendiqu6 le
meurtre. Cependant, ils ne sont toujours pas poursuivis
par lajustice.
Dans une declaration faite A la press, M.
M6nard a rendu le President Jean-Bertrand Aristide
<< personnellement responsible du blocage des ac-
tions dejustice centre les presum6s auteurs de lamort
des deux journalists. 11 s'agit de Jean Dominique,
abattu en avril 2000 et de Brignol Lindor, battu a mort
en decembre 2001. I apar ailleurs denonc6 les actes
d'intimidation exerc6s ces derniers jours contre les
journalists par des proches du pouvoir qui tentent de
reduire la press au silence
HPN


RSF

Demande de

sanctions centre

vingt-quatre

officials haitiens
Liberty dela press
Communique de press
11 janvier 2002
HAM
Inquiets del'impunit6 don't b6nficient en
Haitiles auteurs d'exactions contre les journalists,
le R6seau Damocles, association de lutte contre
l'impunit6, et Reporters sans frontires demandent
Al'Unioneuropeenne etau Congres des Etats-Unis
deprendre des sanctions individuelles Al1'encontre
de vingt-quatre officials haitiens. Ceux-lA mimes
qui, par action ou par omission, entravent les
enquetes destinies A faire la lumiere sur les
assassinats de deux journalists, Jean Dominique
et Brignol Lindor. Les sanctions personnalis6es
demandees sont de deux types: refus de visa
d'entr6e et de transit dans les territoires des Etats
membres de l'Union europdenne et des Etats-Unis
pour les personnel cities et leur famille et gel de
leurs fonds detenus A 1'etranger. Ces measures
s'imposent d'autant plus que l'impunit6 qui regne
dans ces deux affaires repond A une strat6gie des
autorites pour r6primer de faron systematique les
journalists jug6s trop critiques envers le
gouvernement.
(voir RSF Sanctions /16)
LISEZ HAITI EN MARCH


Le 22 decembre 2001, 3 jours ava
avons delivre 14,374 transferts
journee, soit 23% en plus que I'ar
CAM ne fait que progresser grac
unique sur le march .


Merci a la Communaute Haiti
confiance et son ap|





de Transferts Sur client s saift
^^ug^^^^Haidi L!-^^^^^^
^^^__^^^ OMA ^^^^~m^


U


Tel. USA/Canada:1-800-934-0440

Haiti: 256-8687


----- ----~---~ --~-- ---~







I HAITI-POLITIOUE


Mercredi 16 Janvier 2002
Haiti en Marche Vol. XV No. 50


Autour d'un coup manque


Le raid sur le Palais National, le 17 Decembre
dernier, n'apas fimni de faire parler de lui. Pour les meneurs
de la Convergence, il s'agit d'un "montage", d'un "coup
d'etat auto-inflig6", bref d'une machination du President
Aristide, destinde A servir de pretexte pour une repression
"feroce" contre 1 'opposition en general, et la Convergence
en particulier.
Remarquons cependant qu'aucun des leaders de
opposition n'a 6tW tu6, blessed, battu, agresse ou mmeme
arrete. Or, toute repression qui se respect comporte, au
minimum, I'arrestation des opposants. Certes, les locaux
et maisons particulihres des opposants ont et6 incendies et
pills, ce qui est condamnable, mais celaressemble plus A
des represailles populaires qu'A une repression policibre.
Le militant Lavalas de base voit la Convergence comme
responsible du blocage du pays, par son refus de negocier
s6rieusement et d'arriver A un accord avec le
gouvernement. Lorsque maintenant le Palais National (et,
dans 1'esprit du people, Titid) est attaqu6 nuitamment,
n'est-il pas comprehensible que des lavalassiens surexcites
en rendent immediatement responsible la Convergence,
et passent aux represailles? Point n'est besoin de
"planification" pour cela. Nous sommes un people motif,
qui agit souvent impulsivement. Les incendies du 17
decembre etaient A mon avis, le fruit de l'emotion et du
ressentiment populaire accumule contre la Convergence.


ParAndre Charlier

Ceci dit, certaines questions qu'on se pose au suje.t
de ce raid manque6 m6ritent une r6ponse:
Comment le commando a-t-il pu penetrer si facilement
A 1l'interieur du Palais National ?
n y avait seulement deux policies de garde A la porte
principal. De plus, A la porte grillagee, la chaine n'etait
pas cadenassee. Le premier pick-up a simplement eu a
pousser et la porte s'est ouverte. Les deux sentinelles,
surprises et probablement a moitie endormies (il etait deux
heures dumatin) se sont replies, laissant aux agresseurs le
champ libre.
- Pourquoi le commando y. est-il rested si longtemps
Probablement parce qu'il attendait des renforts,
qui ne sontjamais arrives.
Incidemment, ceci prouve qu'il s'agissait bien d'une
tentative de coup d'etat, pas seulement d'une tentative
d'assassinat du President. C'est seulement lorsque le jour
level, les renforts promise ne se sont pas materialises, que le
commando a video les lieux pour eviter de se fait tuer sur
place.
- Comment est-il reparti ?
Je ne sais pas comment le commando a quitter le Palais
en ne laissant qu'un seul mort sur le champ de bataille.


Tout ce que je puis dire, c'est qu'il semble que les
agresseurs connaissaientparfaitementles lieux. Sans doute
e6taient-ils d'anciens soldats ayant servi au Palais sous l'un
ou l'autre de nos governments militaires.
Lorsque le commando a pris la route de la frontiere,
il a et6 suivi par unhelicoptere de la Police Nationale, qui
transmettait sa position A sa base. Les membres du
commando ont tire sur I'heaicoptere, et touched une pale
du rotor ( helice ), sans toutefois la casser. En effet, ils
tiraient avec des fusils, pas avec la mitrailleuse lourde
qu'ils avaient, car ils ne savaient pas comment la pointer
vers le ciel. Le pilote del 'helicopthre ne se doutait de rien.
C'est seulement lorsqu'il a atterri pour faire le plein
d'essence qu'il s'est aperqu que l'une des pales du rotor
e6tait endommagee. Sagement, il a pris la decision de ne
pas decoller A nouveau: la pale aurait pu casser en vol,
causant la chute de l'appareil. Bien evidemment, A partir
de ce moment, sans moyens de reconnaissance, on perd la
trace du commando.
On le voit, il n'y a 1A nulle machination du "petit
pretre ", mais simplement une tentative de coup d'etat
avort6e. L'opposition et ses allies font tant de complots
qu'ils en voient partout. Et beaucoup se demandent s'ils
n'etaient pas de meche avec les commanditaires occultes
de ce coup manque. Andre Charlier


Le Mal Haitien


Il y a quelques mois, en sortant de mon bureau vers les
cinq heures comme d'habitude, je passe h une vingtaine de metres
d'une manifestation qui a lieu devant mon immeuble. Deux
semaines plus tard, j'apprends qu'un plumitif, < la vue court malgr6 son nom, a commis un article diffamatoire A
inon sujet dans Haiti Observateur. Moi A qui d'autres reprochent
de trop aimerles U.S.A.,je suis trait de terrorist ainsi qu'Aristide
ettousceuxquimanifestaient L'ecrivaillon citantunjoumaliste,
egalement anonyme, raconte qu'onm'a vuparmiles manifestants
menagant le consul americain! Diantre!
Qu'en est-il au just ? Je travaille dans le meme
immeuble que le consul depuis des annees et en sortant le soir, je
passe forcement non loin de toutes les manifestations, qu'elles
soient juives, arabes, frangaises ou haYtiennes... La personnel
percluse de haine, qui inventa cette histoire, a agi de la sorte pour
le plaisir de faire du mal. I1 existe de ces Etres don't la vie est
tellement vide qu'ils essaient de la remplir par des crachats.
Je suis en outre trait de blanc manant, insulte racist
don't raffolent les tabloids qui s'int6ressent a moi. Est-ce parce 4
queje suis invite aux 1tats-Unis et ailleurs pour dire mes poemes
et participer A des manifestations litt6raires, queje suis hai de ces
plumitifs calomniateurs, tous 6crivains rats et qu'onn'invitenulle
part?
Multipliez mon histoire avec des variantes toutes les
semaines certain journaux inventent ce genre de fables et vous
aurez le triste tableau de la sc6ne haftienne. A un autre nivean,
mais toujours dans le registre de la haine, consid6rons la tentative
r6cente de coup d'Etat. Au lieu de protester centre ce viol de la
democratic que represente tout putsch centre un president l<<61u et
legitime dixitt Richard Boucher, porte-parole du D6partement
d'Etat), les chefs de l'opposition se ruent comme un seul homme
et denoncent un montage d'Aristide, alors que le monde entier
admet qu'ily a eu tentative de renversement. Certains vont meme
jusqu'A traiter de gangster lePr6sident qui, soit dit en passant, est
reconnu par I 'ensemble de la communaute6 international. Haiti
a la particularity d'etre le seul pays au monde A avoir deux
presidents : l'un 6lu par le people et 1'autre par opposition (un
nouveau genre de d6mocratie); il est aussi le seul oi le president
61u au suffrage universal fait un putsch contre lui-meme. It y a
des gens qui n'ont vraiment pas le sens du ridicule.
Ces deux examples montrent bien comment fonctionne
1'esprit de haine don't la strat6gie est fondue sur le character
assassination. Il faut a tout prix demolir 1'adversaire, ou celui
que l'on juge tel.
Quelle faute horrible a commnise Aristide ? II est
implement 1A oi les opposants voudraient Etre, assis dans un
fauteuil qui fait turner les t8tes on se demand pourquoi, vu que
ce n'est pas une sinecure de diriger cette moiti6 d'le qui flotte a
vau-l'eau, ce navire demate qui a perdu tous ses reperes.
Le vrai mal d'Haiti, son cancer en phase terminal, c'est
ce climate de haine aveuglant tout le monde, cette disinformation
continue alimentee par les amateurs de pires rumeurs et en rajoutent. Je me permets de proposer A la

"Le bon vieux temps"
Succes haitiens de 5 D6cennies
MELODIE 103.3 FM Port-au-Prince, Haiti


Par Gary Klang
Convergence et surtout aux amis qui en font parties
(mon cher Serge Gilles...) de mettre fin a cette lutte
fratricide qui detruit le pays et en donne une image
extramement negative. Quand comprendrez-vous
enfin que votre strategic d'opposition systematique
bloque Haiti et ne mene A rien, sinon h une
accumulation de maux telles la colkre et les maisons
incendies, actes intolerables quelles qu'en soientles
raisons ? Cessezde diviseretcritiquezplutbtle regime
de maniere constructive, en lui demandant par
example de faire avancer certain dossiers de justice
et de developpement qui trainent et me laissent un
gott amer, et j'appuierai vos revendications.
Aristide est critiquable comme vous et moi
( Aristidepourraitfaire mieux et donne une image floue.


In est egalement indigne d'une soci6ete democratique que
des journalists soient menaces on tu6es sous pretexte que
leurs propos d6plaisent A certain groups. Ce sont 1A des
proc6d6s 6minemment fascistes et les responsables doivent
etre chaties. II est grand temps de retrouver l'harmonie,
chacun devant y mettre du sien. Mais, de grace, Messieurs
les < non sur l'emotion. Soyez sereins, car le naufrage du bon
sens queje constate actuellement ne peut etre que nefaste.
L'insulte et 'iiiflation verbales sont contre-productives.
En ce debut d'anne 2002, je suggere a nos Cain
un but commun: declarer la guerre a la haine. Une guerre
total. Telle est la solution. Mais pour ce faire, il faut
changer des traditions anciennes et transformerradicalement
toutes les mentalit6s. Tache ardue s'il en est, mais possible.
Le reste n'est que combat de coqs < risible s'il n'y avait pas eu des morts et des actes de violence
(voir Le mal / 9)


Allo Miami

FADKIDJ VARIETY STORE
Le magasin pour toutes les occasions 8272 N.E. 2ndAve. Miami, H 33138

30.517 57 41 5 8 27 2 30 575-7 4%

FADKIDJ VARIETY STORE












r m s
--A-












Cadeaux Produits de beauty
*'Moneygram Money Order Produits pour cheveux
Reception de pavement pour Bell south, FPL, Gaz, Cable Ty, Bell Mobility, etc...
connection teaephonique chez vous

TOLL FREE 877 485 4428
Tel: (305) 757-4915
Fax (305) 757 6916


Ouvert 6 Jours par semaine: 8:30 am lx 7:30 pm Denis/Joujou


Page 8


I


I


I


Denis/Joujou


Ouvert 6 Jours par semaine: 8:30 am A 7:30 pm







Mercredi 16 Janvier 2002
Haiti en Marche Vol. XV No. 50


SECTEUR PRIVE


Page 9


Memorandum au President


Jean-Bertrand Ar

Les associations patronales s


Distributeurs de Produits P6troliers (ANADIPP), Fondation
Nouvelle Haiti (FNHII), HaitianAmerican Chamber of Com-
merce (HAMCHAM), Association des Industries d'Haiti
(ADIH), Association Maritime d'Haiti (AMARH), Asso-
ciation des Assureurs d'Haiti (AAH), Centre pour la Libre
Entreprise et la D6mocratie (CLED), Communaut6
Interd6partementale des Affaires (CIDAF), Association
Haitienne des Agences de Voyage (ASHAV), Association
National des Importateurs de Produits Pharmaceutiques
(ANIDPP), Chambre Franco-Haitienne de Commerce et
d'Industrie (CFHCI) ontl'honneur de vous soumnettreleurs
demands relatives aux questions de Justice, S6curit6,
Economic et Finances. La satisfaction de celles-ci permettra
d'instaurer un climate favorable a une sortie de crise et une
meilleure conviviality au sein de notre soci6t6. Nous vous
transmettons ce memorandum dans le cadre de vos
responsabilites de Chef de 1'Etat charge de veiller au bon
fonctionnement des institutions.



Le Mal Haiten
(suite de la page 8)
qui defigurent la democratic.
Le mal haitien, et sans doute le mal des hommes
en g6neral,c'estlahaine! Etjen'exclusnimoinipersonne
delan6cessit6 delutter en soi quotidiennement contre cette
lepredel'ame.
La crise a trop dur6, Messieurs les Convergistes
et du gouvernement. Vous devez faire tout ce qui est en
votrepouvoirpour arriver aune entente etleplus rapidement
possible. f y a un people qui meurt de faim et un pays qui
ne repr6sente plus rien.

Gary KIang


I-Justice
I. L'arrestation etlejugement des criminals
publiquemenit identifies, quels qu'ils
soient, dans le cadre de l'ex6cution
rigoureuse des mandates 6mis par les
autorit6s judiciaires.
II. Une procedure judiciaire prompted et
equitable pour tous les citoyens y compris
des hominmes et femmes d'affaires
6crouds, tels les cas de messieurs Tony
Saati et Robert ligali.
III. Justice et reparation pour des homines
d'affaires et des citoyens victims d'actes
de vandalism et de repr6sailles (d'origine
politique ou autre).
IV. L'l61argissement immddiat des citoyens
ayant b6n6ficide d'une decision de justice
(levee d'6crou).
V. L'ex6cution effective de toutes les
decisions de justice.
VI. La demand de l'envoi d'une mission
international permanent d'observation
du respect des droits humans.
I-Securit6
I. La demand de l'envoi d'une mission
international d'encadrement aupres de
la Police.
II. Le demantelement des groups arms
ill6gaux agissant paralllement a la po-
lice.
II. La neutralisation des bases de criminality
et de kidnapping clairement identifies
dans certain quarters connus de la
capital et de la province.
IV. L'interdiction g6n6ralisee etformelle des


lljanvier2002
Chambre de Com-
merce et d'Industrie d'Haiti
(CCIH), Association
Touristique d'Haiti (ATH),
Association Nationale des


MICHELINE LAUDUN DENIS
en concert


Danzon by Six
The First Danzon


GinaHDupervil aitiando 3
Les Plus grands succs de mon Phre Comparengue

MINI RECORDS MINI RECORDS
S13710 NE1lthAvenue 221-14 4LINDEN BOULEVARD
Miami, Florida CAMBRIA HEIGHTS, N.Y.
Phone/Fax: (305) 892-6200 Phone/Fax: (718) 276-1794
VISITEZ-NOUS AUSSI SUR www.MINIRECORDS.COM


Monsieur le Pr6sident,

Nos associations vous r6iterent qu'elles demeurent persuadees que votre impli-
cation effective, A adresser systdmatiquement les points sus-cit6s dans le respect des insti-
tutions et de leurs r8les respectifs, est un pr6 requis A une sortie de crise. Nous vous
confirmons aussi notre conviction que l'lnitiative de la SociWt6 Civile (ISC) est
l'interlocuteur que nous supportons pour la representation de notre secteur car elle comprend
aussi les secteurs syndical, social, religieux, et socioprofessionnel, afin de contribuer A une
sortie de la crise politique.
Nous nous tenons a votre disposition pour touted clarification sur ce memorandum
et pour tout suivi qui pourrait en Etre assure.
Recevez, Monsieur le President, nos salutations patriotiques.

11 janvier 2002

POLMIQUE

NOTE DE PRESS DE ALBERT

DORELIEN
I nous est parvenu la surprenante nouvelle que monsieur Jean Pierre Dumel,
garden de notre maison inachev&e sise a la rue Reimbold, Bourdon, est depuis
quelques jours incarc6r6 parce que l'immeuble aurait, plus d'une fois, servi de lieu de
reunion a des fins politiques.
Meme quand le fait se serait r6vdle pertinent et r6p6titif, comme nous
l'avons entendu dire, il reviendrait uniquement A ceux qui auraient particip6s aux
reunions de donner des informations quant A la provenance de l'autorisation relative a
cette singuliere affectation de notre residence, puisque, depuis pres de cinq (5) ans
nous vivons aux Etats Unis, et que la maison est inhabit6e.
De notre cot6, nous n'avons ni directement, ni par personnel interpose, ni
verbalement, ni par 6crit, donn6 a qui que ce soit, I'autorisation d'utiliser notre
demeure comme lieu de rencontre encore moins de rassemblement a caractere
subversif.
Nous D6clinons, A ce propos, toutes sortes de responsabilit6s et nous
reservons le droit de prendre en l'occurrence toutes les dispositions 16gales
necessaires contre ceux qui ont eu la malencontreuse idWe de se servir de notre
maison a cette fin et a notre insu.
Dans le dessein de couper court a toutes sorte de boards que ne manqueront
pas d'enfanter les esprits sp6culatifs, nous tenons A faire paraitre cette note qui
incitera tous les gens de bonne foi a rechercher et a identifier le vrai responsible de
ce fait auquel nous demeurons tout a fait strangers.

Sincerement,
Albert & Danielle Dorelien
Boston, Massachusetts USA


>"* C B"! ** ^^pour les vehicles de
Ji stide 'la PNH, que pour
ceux des elus et des
uivantes : -fonctionnaires de

V. La creation d'une brigade sp6ciale d'intervention
rapide au sein de la Police pour la protection de la
proprit6 priv6e etla s6curit dumilieu des affaires
des secteurs formel et informel, A instarr de celle
dispomble pour le secteur diplomatique.
VI. L'l61argissement du mandate des Compagnies de
S6curit6 privies pour mieux aider A combattre le
ph6nomene de l'ins6curit6.
Hi- Economie et Finances
I. La communication alapresse et aux associations
patronales du budget de la r6publique, pour avis
et opinion avant toute decision finale.
II. L'interdiction des d6penses luxuiieuses, superflues
et abusives dans le cadre du Tr6sor Public qui
devrait faire preuve d'aust6rit6 dans les
circonstances difficiles que connait le pays.
III. La fiscalit6, la budg6tisation et l'utilisation
transparent de toutes les recettes publiques,
notamment celles relatives au Fonds de
D6veloppement des Collectivitds Territoriales et
autres rentrees de fonds non pr6vues par la loi.
Ceci permettra de mieux combattre la corruption
etlafraude quirongentl'administrationpublique
et de mieux assurer envers les contribuables le
fonctionnement des services publics.
IV. Le maintien du cycle annuel pour le
renouvellement du quitus fiscal.
V. K'6tablissement de plafonds et la publication
r6gulibre des credits dela Banque Centrale al'Etat
et aux Entreprises publiques et autonomes
VI. L'interdiction de touted pratique discriminatoire
d'octroi de franchise pour des products vendus sur
le march par des particuliers.


1971. MINI RECORDS 2001


30 ans d 'Excellence
ANNOUNCE LAPARUTION DE QUATRE NOUVEAUX CD's.






PagelO


I ECONOMIC I


PORT-AU-PRINCE, 11 FOR
Janvier (RIE) La participation d'Halti
A la 256me conference de la Caribean
Latin American Action (CLAA) a 6t6
le theme d6velopp6 le mercredi 9 H U
janvier dernier par le ministry de la
Planification et de la Coop6ration Externe, Marc Louis
Bazin, dans le cadre du Forum de 1'6conomie, sessions
d'informations 6conomiques organis6es chaque semaine par
le R6seau de 1'Information Economique, agence de press
multimedia sp6cialisde dans la vulgarisation des informa-
tions 6conomiques en partenariat avec le Centre Haitien
de Presse, institution de formation des journalists
Le ministry Marc Bazin a pr6sent6 une fiche tech-
nique de la CLAA. C'est une organisation cr66e en 1980
don't le siege est A Washington et dirig6e par un Conseil
d'Administration. Elle est finance par les contributions
volontaires des membres et qui sont deductibles d'imp8ts.
Le mandate de la CLAA vise A promouvoir, selon Marc
Bazin, le commerce et les investissements priv6s dans la
region caraib6enne et latino-am6ricaine de faqon A cr6er
des emplois durables et ajeter les foundations de structures
economiques fortes et prosperes sur le long terme.
Pour executer ce mandate, la CLAA dispose de-trois
m6thodes d'intervention. Elle rassemble. Elle integre. Elle
informed.
La premiere activity sp6cifique de la CLAA est de
rassembler. Chaque ann6e, 1'organisation rassemble plus
de 500 homes d'affaires, de lead-
ers politiques et des professionnels
de la region dans sa traditionnelle
conference A Miami. Et parmi les
institutions qui participaient h la
derniere reunion, Marc Bazin
mentionne association des 4i
Chambres de Commerce de la
Caraibe qui h elle seule regroupe
plus de 10 000 soci6taires.
D'autre part, la CLAA ne
fait pas que rassembler, elle integre
6galemment. Ceci se fait par S | C
encouragement et la formation
d'ensembles regionaux et sous-
regionaux qui ont pour vocation de
travailler la lib6ralisation du com-
merce. Parmi ces institutions,
Bazin cite: le MERCOSUR ,la
CARICOM, Le CBI, LOME, le
BlocAndin. Et dans la perspective
d'int6gration, la CLAA fait de la
promotion essentiellement
aujourdhui pour le FTAA (Free
Trade Association of America)
connue sous son sigle franqais
ZLEA (Zone de Libre Echange des
Am6riques).
"Sijamais ce FTAA oula
ZLEA prend forme, nous aurons un
march qui sera le plus vaste
march du monde h 1'int6rieur
duquel il n'y aura pas de droits de
douane, aucune barrire a 1 'entree
ni a la sortie des products avec une
population de 800 millions
d'habitants et un chiffre d'affaires
de 10 trilliards de dollars", declare
le ministry Marc Bazin qui ajoute
que "les n6gociations au sein de la
FTAA, sont pour le moment dans
une p6riode difficile".
Les points d'ombre sont:
d'un ct6, les Etats-Unis etle Br6sil
qui veulent n6gocier un context
g6n6ral dans la perspective de
2005. De 1'autre, il y a des pays
comme le Br6sil et l'Argentine,
ainsi que les autres pays du
MERCOSUR, qui veulentn6gocier
d'abord des products et des tarifs
avant d'arriver A un accord global.
Et enfin, la CLAA
informed au plan regional et sur la
situation de chaque pays. Elle a
public de 1981 A 1993 un data
book, un livre qui donne des infor-
mations factuellles sur une
quarantine de pays. Au course de
ces dernires annfes, elle a public
des documents sur le profile regional
et local des pays a partir des infor-
mations economiques.


Mercredi 16 Janvier 2002
HaYti en Marche Vol. XV No. 50


UM DE L'ECON O M IE privatization a tenement couvertde
terrain, dit-il, qu'aujourd'hui les


00 0 k

titi a la CLAA

les droits de pea
Par Roosevelt Jean-Francois A ni
Auniv(
Ce qui a retenu attention cette ann6e a Wt trois domaines
l'impact des 6venements du 11 septembre sur les economies caf6, le tourism<
de la region. Selon des informations rendues publiques, la c'est "la volatile
CLAA constate qu'il y a un effondrement du tourism, la II y a des opport
faillite prononc6e d'un certain nombre de companies blue ("Haitian F
aenriennes et une monte duprotectionnisme aux Etats-Unis. en produisions c
Par example, les camionneurs mexicains ne sont plus admis Le tour
A transporter des biens al'int6rieur des Etats Unis. Ils doivent niveau del'asser
arriver Alafrontiere americano-mexicaine et d6charger, pour "La C
laisser le transport aux camionneurs amnricains. De plus, investisseurs
les Etats-Unis n'admettent pas de nuances dans lapolitique avantageuses qu
6trangere de la region. L'idee du Premier Minstre de St la CLAA ont dit
Vincent et Grenadines de recevoir une aide financihre de la Chine", declare
Lybie de Kadafi, a Wt tr6s mal reque. Le mot d'ordre est Pour H
"oubien vous &tes avec nous, oubien vous &tes contrenous". qui a des poten
Fini les non-align6s mandarines, d'ar
Marc Bazin note 6galement une baisse dans la et ananas qui cir
privatization de certain secteurs, tels 1'a6ronautique. P, sont achet6s el
Toutefois il 6voque des perspectives de privatization dans que notre pays i
1'l61ectricit6, le tl6phone, les ports et les autoroutes. La maturity rappo


Etats n'h6sitent pas c'est le cas du
Mexique a demander A une soci6t6
privee de r6aliser une route de type
P-au-P/ Cap et de lui dire de toucher
ge sur la route pendant un certain temps.
eau des politiques sectorielles, Bazin relive
qui int6ressent particulikrement Haiti : le
e et l'industie d'assemblage. Dans le cafe,
t la plus capricieuse" au niveau des prix.
unites en Europe et en Chine pour le caf6-
leu") de chez nous, A condition que nous
lavantage.
isme est en chute libre et la competition au
mblage est tres serr6e, voire mEme sauvage.
hine communist est en train d'offrir aux
americains des conditions tellement
.e la plupart des investisseurs qui 6taient i
que pour nous c'est fini la Caraibe, vive la
l'invit6 du Forum de l'Economie.
aiti, la CLAA a conclu que "c'est un pays
tiels substantiels en matiere de mangues,
ianas et depapayes" (et dire queles papayes
culent sur la tate des marchandes de P-au-
a R6publique Dominicaine !). "Mais il faut
revienne A un minimum de stability et de
rte Marc Bazin.
(voir Economie / 11)


I _






Mercredi 16 Janvier 2"
Haiti en Marche Vol XV No 50


I ECONOMIC I


BUENOS AIRES, 9 Janvier Le nouveau visage
de l'Argentine se croise la nuit, quand les "cirajas", des
hordes de pauvres, parfois des families entieres, rodent dans
les arthres A 'architecture parisienne de Buenos Aires, pour
fouillerles poubelles, larecherche de cannettes recyclables
en aluminium, d'objets en bon 6tat, voire de nourriture.
Qu'est-il arrive aladeuxieme 6conomie d'Am6fique Latine,
enfantprodige,modledelaprosperit6liberale,aujourd'hui
en ruine?
Beaucoup font porter le chapeau a la parity de un


Pour terminer, Le ministry Bazin a opin6 que notre
pays n'est pas enore pr&t pour entrer dans la competition
du marche6 mondial. Les accords de type CBI, Lome qui
permettraient A Haiti de grapiller autant que faire se peut
- quelques affaires dans la marge de l'economie global,
sont appeles h disparaitre dans la perspective de la mise en
vigueur des regles de 1'Organisation Mondiale du Com-
merce. Selon lui, notre pays est coinc6 entire l'ajustement
structure et lapauvrete. Notre economic est des6quilibree
du fait que nos recettes sont superieures A nos depenses,
nos importations depassent largement nos exportations, nos
prix sont plus chers que ceux en course chez nos voisins.


pour un unissant depuis une decennie le peso argentin au
puissant dollar. La parity avait permis d'enrayer
l'hyperinflation et apport6 une stability qui ajou6 comme
un aimant pour les investissements strangers. Mais cette
ancre est devenue un boulet quand la recession a frapp6 en
1998 et qu'un peso surevaluee arendules products argentins
beaucoup trop chers A 1'exportation et difficilement
competitifs face aux importations.
Mais le mal argentin trouve 6galement ses racines


Nous avons une politique budgetaire laxiste qui fait que
l 'Etat imprime de l'argent sans une contrepartie r6elle dans
1'economie.
"I1 nous faut ajuster notre 6conomie, c'est-h-dire
r6duire les d6s6quilibres pour pouvoir 8tre A 6galit6 avec
tous ceux qui veulent entrer en mondialisation", a conclu le
ministry Marc Louis Bazin au course de ce forum de
I'Economie, une initiative du Reseau de 1'Information
Economique en partenariat avec le Centre Haitien de Presse.


rie-ht@onebox.com
Roosevelt Jean-Francois


Forum de l'Economie ...
(suite de la page 10)


Page 11


. p? .a. ..rjh il r r|. 111.PvPiNU. .3


sLA chut du
Oilodige ag t


dans des d6penses publiques d6bridees, la corruption de la
classes politique, I'6vasion fiscal et le mepris g6n6ral pour
la monnaie national, autant de problems que la
devaluation ne r6soudra pas, observent les analysts
financiers. Le coup de grace a 6t6 port, notent-il, par la
gourmandise des investisseurs internationaux ainsi que les
exigences du Fonds mon6taire international et du Tresor
amiricain, formul6es au pire moment.
'"'L'Argentine 6tait 1'616ve chouchou de
Washington et le meilleur client de Wall Street. Une poule
aux oeufs d'or", explique Walter (Paris: 5460.PA- actuality)
Molano,d conomiste charge de 1'Amrique latine AM la firme
BCP Securities, A Greenwich dans le Connecticut.' 'Le pays
6mettait A profusion des bons du tresor, entrainant de ce
fait de grasses commissions pour toutle monde. On n'allait
pas abattre la poule".
Mais avec l'arrivee d'une administration Bush
ennemie des subventions, le Fonds mon6taire international
(FMI) decidait de couper les fils auxquels 1'Argentine
6taient suspendue, en lui refusant le 5 decembre dernier
une aide de 13 milliard de dollars. Au lieu de faire ce qui
6tait bon pour l'Argentine, "nous avons fait ce qui 6tait
bon pour nous, et nous avons pr6cipit6 sans 6tat d'ame 38
millions de personnel dans le gouffre", dit sans ambages
Walter Molano.
Quand Carlos Menem arrive au pouvoir en 1989,
il efface une inflation de 5.000%
grace h 1l'instauration de la parity
fixe peso-dollar et privatise le
secteur public, attirant pres de 90
milliards de dollars
d'investissements strangers entire
1994 et 2000. Le president
argentin promet que le pays va
rejoindre le club des economies
les plus riches du monde. 'Et
nous 'avons cru", regrette Ana
Maria Muchnik, une
S psychanaliste du quarter ais6 de
.' Recoleta A Buenos Aires. 'El
~* /:, ^'* qu'est-ce qu'il nous reste? Un
pays qui n'a rien derriere ses
belles facades, ni de foundations
pourles soutenir ".
Mais s'il privatise
1'6conomie, Carlos Menem ne
d6graisse pas la function
publique, qui continue d'enfler:
U dans la scule province de Buenos
Aires, le nombre de
fonctionnaires passe de 280.OOC
H en 1991 & plus de 400.000 em
1999.
Aprbs sa rd6lection en
1994, le president argentin perd
touted notion de prudence fiscal
Ne pouvant faire marcher If
planche A billets A cause de If
parit6 avec le dollar, il laisse le.
administrations publiquei
contractor des dizaines dt
billiards de dollars de dette poui
finance 1'6conomie. Quanc
Carlos Menem quite le pouvoii
en d6cembre 1999, il laisst
I'Argentine cras6e sons une detU
de 140 milliards de dollars. Mait
deux ans d'aust6ritd imposes pai
ses successeurs ne r6usiront pas Z
reduire suffisamment le d6ficif
budg6taire, qui atteint 11muilliard&
de dollars en 2001, le double dt
1'objectiffix6 par le FMI.
Aujourd'hui, Eduardc
Duhalde, le cinqui~me pr6siden,
aen deux semaines de tourmente
fait face A une nouvelle bataillt
alors qu'il doit g6rer des hausse:
de prix qui menacent de fair
repartir inflation. Et il rest
encore difficile de savoir sur que
capital de confiance il peut miser
les Argentins ont perdula foi dan
leurs homes politiques.
Le mauvais exempt
offert par leurs dirigeant
explique sans doute en parties le
rdticences des Argentins A paye
(voir Argentine /12)







I ROOTS! I


Mercredi 16 Janvier 2002
Haiti en Marche Vol. XV No. 50


Visite en Haiti de Martin Luther


PORT-AU-PRINCE, 9
Janvier Le mardi 8 janvier s'est
d6roul6e au Ritz Kinam II, a Aing
P6tionville, une belle soiree hl'occasion de la visit en Haiti
de Martin Luther King Jr. Ill, et sous la pr6sidence du Pre-
mier ministry Jean Marie Ch6restal.
Tout a 6t6 r6uni pour faire de cette soiree unmod1le
de 1'hospitalit6 haltienne.
Le Maitre de c6r6monie, le po6te Jean-Claude
Martineau dit Coralin, mariant blagues, po6sie, simplicity
et d6licatesse; les artistes domnnantlemeilleur d'eux-memes,
que ce soit dans le traditionnel avec la troupe Bacoulou que
dans "Meditation", une oeuvre symboliquement forte avec
une nouvelle troupe "Haitian Tchaka Dance.
Et pour couronner le tout notre grandAzor, et tout


La chute du pi
(Argentine ... suite de la page 11)
des impots, tenir un compete bancaire, ou mieme avoir
confiance dans leur monnaie national, explique Jorge
Amato, financier d'origine argentine & la firme Dresdner
Kleinwort Wasserstein A New York.
Les analysts estiment que le fisc ne pergoit que
60% des taxes et impbts potentials. Et avant que la loi du
ler d6cembre ne force les Argentins & ouvrir des comptes
bancaires, seul un cinquieme environ des 36 millions
d'habitants en poss6dait. "fl y auni manque de discipline et
de coherence du sommet jusqu'en bas", estime Jorge
Amato, qui juge les traitements des fonctionnaires


w le reste du Haitiando Volume III,
r. I I I Boulo Valcourt, Eddy Proph6te et
compagnie.
Cot6 cultural, ce fut done une fete des yeux, de 1l'esprit
et du coeur. Des mots qui semblent avoir inspire le speech du
Premier ministry Ch6restal.
"La vraie violence en Haiti, c'est celle de la misere,
de la faim et du ch6mage, tres souvent g6n6ratrice d'autres
formes de violence" a-t-il dit.
"Haiti doit mener une guerre, a-t-il poursuivi, une
guerre non contreles chaines del'esclavage,mais contre celles
de la misere et une qui ne peut Wtre gagnde que par la
comprehension et le dialogue."
"Au nom de la solidarity des Afro-Am6ricains que
vous renouvelez par votre presence parmi nous aujourd'hui,


rodige argentin
'ridiculementhaut" etlem6pris des politiques pour lamorale
"sans equivalent".
Le peso d6valu6 n'a pas encore Wt cot6 librement,
les deux jours f6ri6s de lundi et mardi ayant Wt en quelque
sorte prolongs, les banques n'ayant toujours pas le droit de
changer des devises mercredi les bureaux de change sont
ferm6s.
En attendant, 5,5 millions d'Argentins vivent en
dessous du seuil de pauvret6 et le taux de ch6mage atteint des
sommets. Mardi, devant 1'ambassade d'Espagne, ils 6taient
plusieurs centaines it faire la queue dans 1'attente de visas
europ6ens. (AP)


VOv.tuau4Prlnce, 110'ti
^p r
Le Plaza Hotel
Une oasis Creole au centre-Ville


i, I


Special Carnaval 2002
10, 11,12 fevrier, 3 nuits, 1 chambre
pour 1 ou 2 personnel US$ 525.00

Compris par personnel

* Cocktail de bienvenue dimanche 10
f6vrier
* 3 Petits Dejeuners Continental (P.P.)
(7 :30 hres-11 :00 hres A.M)
* 3 buffets du Carnaval (19 21 :30H)
* Acces au Stand + 3 T-shirts (P.P.)
* Ticket de parking gratuit

US$ 125 (P.P.) pour 3" et 4k'
personnel supplementaire dans la
chambre.
Les tarifs ordinaires de l'h6tel seront
appliques pour les jours avant ou apres
la p6riode carnavalesque.

La reservation sera garantie par un dep6t
de US$ 200 non-remboursable apres le
1I fevrier 2002. La balance sera payee A
1'enregistrement a l'h6tel.

De tres belle suites d'une ou deux
chambres sont aussi disponibles.


Special Carnival 2002
February 10, 11, 12, 3 nights US$ 525
per room (1 or2 persons in room)

Included per person

* Welcome Cocktail Sunday February
10th
* 3Continental Breakfast (P.P.)
(7:30 11 A.M.)
* 3 Carnival Buffet (7 9:30 P.M.)
* Free Entrance to stand + 3 T-shirts
(P.P.)
Free Parking Ticket

US$ 125 per person for third or fourth
person in room.
The regular hotel rate will be charged for
accommodation before or after carnival.

All reservations for this package must be
guaranteed with a minimum ofUS$
200.00 deposit non-refundable past
February 1st, 2002. Payment of balance
upon arrival at hotel.


Beautiful suites are also available one or
two rooms.


RESERVATION *1-800 CHARMS *(1-800-742-4276)
10, rue Capois Champs de Mars P.O. Box 1429
Tel.: 260-4011 / 260-4012 / 510-4594 / 510-4595 Fax: 260-4410 / 260-4409
E-mail: hiplaza(dacn2.net / hiplazaChotmail.com


Un group d'afro-americains en visit
a la Citadelle photo Hatti en Marche
je vous souhaite un bon s6jour, et je suis sir que, rentr6
chez vous, vous serez notre ambassadeur" a dit le Pre-
mier ministre.
Car cette visit entire dans le cadre des efforts
pour rallier la grande communaut6 afro-americaine a
notre celebration dans deux ans du Bicentenaire de
I'Ind6pendance d'Haiti.
Tache que mne, en se d6menant come un
beau diable, le Ministre des Hatiens vivant &
1'E Ttranger, Leslie Voltaire. C'est lui qui a invite Mar-
tin Luther King Jr. Im en Haiti.
Celui-ci fut tout aussi eloquent dans son
message. "J'ai vu la grande misere. Ce qu'il faut ce
n'est pas une main qui fasse la charity, mais une
MAIN."
"J'ai vu aussi la Citadelle. J'ai vu cette
histoire stupffiante; cette architecture d6montre que
le people haitien avait un plan d'action, et la seule
facon d'arriver quelque part avec succ6s, c'est d'avoir
un plan d'action strat6gique."
"J'ai par6i 1h'Ambassadeur des Etats-Unis
en Haiti, a poursuivi le jeune leader noir. Nous
pouvons faire plus, nous pouvons faire mieux."
Leresponsable du "Southern Christian Lead-
ership Conference" a annonc6 qu'il considerait cette
soir6e come le coup d'envoi des prochaines
c6r6monies A F'occasion de l'anniversaire de son
d6funt et glorieux pere comm6mor6 non seulement
aux Etats-Unis mais 6galement dans plus d'une
vingtaine de pays du monde.
"Pour vous dire que cette visit marquerama
vie. Et mon message aux Etats-Unis sera: Allez voir-
vous memes."
L'assistance comprenait la majority des
repr6sentants du corps diplomatique accrMdit6 en
Haiti.


Saati et Guy

Franlois toujours

en detention
(suite de la page 3)
policire, a constat6 un reporter de Haiti Press Net-
work.
Des responsables de l'Ambassade
am6ricaine 6taient intervenus aupres des autorit6s
haitiennes pour r6clamer la liberation de 1'homme
d'affaires qui vit en Horide.
D'autre part, malgr6 une ordonnance rendue
le 7janvier, le commissaire du gouvemrnement n'a pas
relach6 un autre pr6venu, Guy Frangois, 6galement
accuse par la PNH d'avoir pris part A la tentative de
coup d'etat manqu6.
M. Antoine Saati et M. Guy Frangois, un ex-
officier superieur de 1'arm6e, sont soupronn6s par les
autorit6s haitiennies d'avoir particip6 k des reunions
tenues dans lacapitale en vue derenverserle President
Aristide. M. Saati 6tait arrive dans le pays quelques
jours avant la tentative de coup d'etat. Sa soeur avait
ni6 toute implication de son frere dans un quelconque
complot politique. Elleavait indiqu r qu'il 6tait venu
en Haiti dans le cadre d'une affairejudiciaire centre
un autre homme d'affaires haitien, Eddy Deeb. Quant
A Guy Franqois, il a 6t6 interpell6 le 19 d6cembre par
une patrouille de la PNH alors qu'il se trouvait au
volant d'une voiture immnatriculde en r6publique
Dominicaine.
HPN


Page 12


k Oki


rd~-73







Mercredi 16 .anvier 2002
Haiti en Marche Vol. XV No. 50


Radi -L
Port-;u--Prince
Melodie 103.3 FM
de5:00 aminuit
Tous les jours
7jours sur7
Musique retro, Jazz,
compas, salza, hiphop,
la bonne humeur est de
mise avec nous
captez Ml61odie et votre
vie ne sera plus la m6me...

Chicago

Radio I'Union
WLTUW
88.7 FM
4:00 pm A 6:00 pm
module anglais
bulletin de nouelles
Harry Fouch6
4:20
Module franoais
bulletin de nouvelles
Lionel Chery
4:50
Module Creole
Nouvelles
Lionel Chery

New York
Radio Eclair
1240AM
WGBB
Chaque samedi
11:00 am
T61 516 333 1487
New York

Horizon 2000 Plus
WLIR
130 AM
every sunday
9:00 am
SMidi

New York
Haiti
Diaspo Inter
1330 AM
6-8 pm
dimanche
7-9 am

MWdecins

POLYCMNIQUE
de la Rue Gr6goire
45 RUE Gr6goire
PWtion-Ville
Haitio

JEAN CLAUDE
DESGRANGES,
M.D.,
M6decine Interne
G6riatrie

T61: 256-3017
256-3018
HEURES DE VISIT.
LUNDI A
VENDREDI
MATIN 7:00-9:00
SOIR 17:00 -19:00
SAMEDI 8:00-16:00


Coiffeur

ORIGINAL
BARBER
CHARLEMAGNE
COIFFEUR
103 S.E. 2nd Street
DELRAY BEACH,
FL 33444
Tel: 243-1039
BEEPER:
524-0086
OPEN
MONDAY-
SATURDAY 1-7
SUNDAY 10-3


Nos petites announces classes I


ADVERTISEMENT
REQUEST FOR PRO-
POSALS: RFP #307

Acquisition, Implementation
and Maintenance of an Auto-
mated management system for
Loan Origination and Servic-
ing at Miami-Dade Housing-
Agency

Miami-Dade County (County),
through the Miami-Dade
Housing Agency (MDHA),
helps low and moderate in-
come residents interested in
homeownership by providing
low-interest second mortgages,
loans for rehabilitation of ex-
isting properties, homebuyer
counseling, consumer credit
counseling and nonpayment
assistance through several dif-
ferent programs.

MDHA is seeking proposals to
provide software designed for
the lending institution /banking
industry specifically for all as-
pects related to loan origina-
tion, processing, servicing and
administration. MDHA prefers
the software to be as close as
possible to an off-the-shelf pro-
gram, requiring little
customization to meet specifi-
cations described in this RFP.

The selected Proposer is ex-
pected to install the software on
MDHA' s existing hardware
and to maintain it during the
warranty period. The Proposer
is expected to train MDHA
staff in order to operate the pro-
gram after installation. The
Proposer is expected to provide
maintenance and technical sup-
port services after the system
warranty expires.
Additionnally, the software
provided by the selected
Proposer should be able to in-
terface effectively with other
key county systems software
and related hardware.

MDHA is also interested in a
system that allows or will al-
low at some future date the
electronic transmission of of-
ficial loan documents between
MDHA's offices and participat-
ing lenders.

Pre-Proposal Conference
A Pre-Proposal Conference is
scheduled for January 22.
20029 at 10:00 AM (local
imel), at the Miami-Dade
County Housing Agency, 1401
NW 7th Street, New Board
Room, Miami, Fl 33125. At-
tendance is recommended but
not mandatory. The Contract-
ing Officer for this RFPis Fred
Simmons, Jr.

Deadline for Submittal
The issuing department for this
Request for Proposals is the
Department of Procurement
Management for the Miami-
Dade County Housing Agency.
The deadline for submission of
proposals is March 8 2002 at
2:00 PM (local ime) at 111
NW 1st Street, 17th Floor,
Suite 202, Miami, Fl 33128-
1983.

The RFP document, which will
be available starting August 7,
2001, can be obtained through
Vendor Information Center,
111 NW 1st Street, Suite 112,
Miami, Fl 33128-1919 atacost
of $ 20.00 for each solicitation
package and an additional $
5.00 fee for request to receive
the solicitation package
through the Postal Service. For
your convenience the county
now accepts VISA and
MasterCard. To request the so-
licitation package through the
Postal Service, mail requests
with the following info : the
RFP number and title, the name
of proposer and contact person,
complete address to be mailed
to, telephone number and fax
number, along with a $ 25.00
check or money order made
payable to: Miami-Dade Board
of County Commissioners.


M6decin
Dr Enock Joseph
Obstitrique Gynecologie
Accouchement Opdration
pour fibrome Family Plan-
ing Ligature des trompes
CirconcisionCureage Tous
les tests pourl'immigration
toutes sortes d'assurance
Carte Medicaid pour les
femmes enceintes.
5650 N.E. 2nd Avenue
Verti6res Shopping Center
(305)751-6081


Page 13


Points de Vente Haiti en Marche
Miami Pompano Beach Fort Lauderdale


Lucas SuperMarket
14759 N.E. 6th Av.
3059409902


Boujolly Records
13148 West Dixie
Highway
305 893 8950


MIAMI DADE COUNTY
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS
MIAMI-DADE TRANSIT
DOWNTOWN BUS TERMINAL DESIGN
PROJECT NO. EO1-MDT-01, E

The County Manager, Miami-Dade County, pursuant to Chap-
ter 287.055, Florida Statutes and Chapter 2, Section 2-10,4 of
the Miami-Dade County code as amended by Ordinance 01-
105, as applicable announces that professoinal services will be
required from qualified firms to provide design and preparation
of complete set of contract documents for the construction of
roadway walkways, bus bays, bus station canopies designed to
be compatible with the surrounding area, signing and pavement
marking signalization, lighting, drainage, hardscape, landscap-
ing, utility relocation and amenities. Investigate and become
familiar with concepts developed from prior studies. Design
safe and effective Traffic Control Plans to move vehicular and
pedestrian traffic during all phases of construction. Address all
of the A.D.Arequierements and regulations. Assist MDT in com-
munity involvement activities. Maintain close coordination,
throughout the design, with the different agencies involved.
These agencies consist of but are not limited to: Transportation
Aesthetic Review committee (TARC), Downtown Development
Authorithy (DDA), City of Miami, Miami-Dade County Public
Works, Bicycle Coordinators, ADA Coordinators, FDOT and
Community Organizations. Develop a detailed project budget
in a format acceptable to MDT. Develop a detailed schedule
and identify interfaces between contracts for construction by two
different contractors. Prepare a tree survey listing all trees im-
pacted, showing their disposition (remain, remove, transplant)
and new-locations for those to be transplanted. Design will be
in compliance with all applicable Miami-Dade County Public
Works Department Manuals and Guidelines and the South
Florida Building Code.
Pursuant to the Florida State Statutes, Chapter 287.055, the se-
lection committee will evaluate teams based on the following
selection criteria; the ability of professional personnel; past
performance; willingness to meet time and budget requirements,
firm's location, recent, current, and projected workloads; affir-
mative action plan; and the volume of previous work awarded
by Miami-Dade County. Each of the criteria will be evaluated
equally.

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS
16.00-General Civil engineering (PRIME)

1.01 -Transportation Planning: UrbanAreaand Regional Trans-
portation Planning
3.01 Highway Systems: Site Development and Parking Lot
Design
3.04- Highway Systems: Traffic Engineering and Operations
Studies
6.01- Water and Sanitary Sewer Systems: Water Distribution
and Sanitary Sewage Collection and Transmission Systems
8.00- Telecommnication System
9.00- Soils, Foundations and Materials Testing
10.01- Environmental Engineering- Engineering Design
11.00 General Structural Engineering
12.0 General Mechanical Engineering
13.0- General Electrical Engineering
14.00- Architecture
15.01- Surveying and Maping: Land Surveying.

ACopy of the Notice To Professional consultants (NTPC), Per-
formance Data Sheets, and the participation provisions (as ap-,
plicable) may be obtained at the Vendor Information Center
(VIC), which is located at 111 NW 1 Street, Lobby Suite 112,
Miami Fl 33128. The phone number for the VIC is (305)375-
5773 and the fax is (305)372-6184. These documents may also
be obtained online at http//www.co.miami-dade.fl.us/dpm. How-
ever, please be advised that if obtained online you are advised
to send an e-mal to Ms Rosemarie Wilson, Consultant
Cordinatoratwilsor@miamidade.gov with the project name and
number, your firm's name, address, phone and fax numbers in
order to receive future information/addendums for this solicita-
tion.


CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

One (1) Agreement- 25% Disadvantaged Business
Enterprise (DBE) Goal

A Pre-submital project briefing for interested firms will be held
on January 24, 2002 at 9:00 AM in Conference Room# 18-3,
18th Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111
NW 1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT man-
datory, interested parties ARE ENCOURAGED TO ATTEND.

Deadline for submission of proposals is February 22, 2002 at
12:00 P.M., LOCAL TIME, all sealed envelopes and contain-
ers must be received at Miami-Dade County, Clerk of the Board
of County Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite
202, Miami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANY
AND ALL SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CON-
TAINERS RECEIVED AFTER THE ABOVE SPECIFIED
RESPONSE DEADLINE SHALL NOT BE CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of
Silence Ordinance 98-106


Danilos
Restaurant
3760 NE 3rd Ave.
Pompano Beach
9547812646

Christephanie's
581 BC East
Sample road
Pompano Beach
Fl 33064
Tel. : 954-781-7424

Chiropractic
Office
910 East Atlantic Blvd.
Pompano Beach
954-781-2500


TELECO PAW
206 North Flagler Ave
Pompano Beach
Flo 330608
954-941-7004


Notre Dame
Restaurant
4859 N. Dixie Hwy
Pompano
tel.: 954421-4777
RADIO PAW
1108 NW 9Ave Suite 2
Ft Lauderdale, Fl33311
T61- 954 523 0767
Island
Supermarket -
Beauty Supply
8079 West Sample Road
9543450450
Delray Beach
Classic Teleco
203 SE 2ND AVE.
DELRAY BEACH
FL 33483
561-279-8846
OUR LADY Bakery
102 SE 2nd Ave
Delray Beach, Fl
33444 T61:
561-272 3556


MIAMI-DADE COUNTY, FLORIDA
NOTICE TO PROFESSIONAL CONSULTANTS

MIAMI-DADE TRANSIT
METRORAIL AND PHASE ONE METROMOVER
MID-LIFE VEHICLE FLEET OVERHAUL AND
MODERNIZATION PROJECT
PROJECT NO. E01-MDT-02, E

The County Manager, Miami-Dade County, pursuant to Chapter
287.055, Florida Statutes, and Chapter 2-10.4 of the Miami-Dade
County Code, as amended by Ordinance 01-105, as applicable,
announces that professional services for a project specific con-
tract will be required from qualified consultants to provide for the
preparation of comprehensive specifications bid documents for
the overhaul and modernization of the Metrorail 136 car fleet, as
well as the twelve-car Metromover Phase I fleet, including re-
quirements for component repair or replacement, systems up-
grades, and inclusion of ADA requirements. The specification
development process includes: coordination with MDT in assess-
ing fleet condition and requirements development process includes:
coordination with MDT in assessing fleet condition and require-
ments; assessment of state-of-the-art systems enhancements with
cost estimates for vehicle modernization; proposals and cost op-
tions for component rebuilding or replacement; addressing sys-
tems interface issues; and, assessing bidder qualification for the
overhaul and modernization program, including auditing of
bidder's qualifications, plant (s), facilities, and Quality Assurance
Program.

Pursuant to the Florida State Statutes, Chapter 287,055, the selec-
tion committee will evaluate teams based on the following selec-
tion criteria: the ability of professional personnel; past perfor-
mance; willingness to meet time and budget requirements, firm's
location; recent, current, and projected workloads; affirmative
action plan; and the volume of previous work awarded by Miami-
Dade County. Each of the criteria will be evaluated equally.

TECHNICAL CERTIFICATION REQUIREMENTS
2,03 Mass Transit Systems: Mass Transit Vehicle & Propulsion
Systems (Prime)
11.00 General Structural Engineering
12.00 General Mechanical Engineering
13.00 General Electrical Engineering

A copy of the Notice To Professional Consultants (NTPC), Per-
formance Data Sheets, and the participation provisions ( as appli-
cable) may be obtained at the Vendor Information Center (VIC),
which is located at 111 NW 1 Street, Lobby, Suite 112, Miami, Fl
33128. The phone number for the VIC is (305)375-5773 and the
fax is (305)372-6184. These documents may also be obtained
online at http://www.co.miami-dade.fl.us/dpm. However, please
be advised that if obtained online you are advised to send an e-
mail to in to Mr John E. Mendez, Consultant Coordinator at
mendez@miamidade.gov with the project name and number, your
firm's name, address, phone and fax numbers in order to receive
future information/ addendums for this solicitation.

CONTRACT MEASURE REQUIREMENTS

One (1) Agreement-20 % Disadvantage Business Enterprise (DBE)
Goal.

A pre-submital project briefing for interested firms will be held
on January 24, 2002, at 10:00 AM in Conference Room # 18-3,
18th Floor of the Stephen P. Clark Center, located at 111 NW
1st Street, Miami, Florida. While attendance IS NOT mandatory,
interested parties ARE ENCOURAGED to attend.

Deadline for submissin of proposals is February 22, 2002 at 12:0
PM, LOCAL TIME, all sealed envelopes and containers must be
received at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County
Commissioners, 111 NW 1st Street, 17th Floor, Suite 202, Mi-
ami, Florida 33128-1983. BE ADVISED THAT ANY AND ALL
SEALED PROPOSAL ENVELOPES OR CONTAINERS RE-
CEIVEDAFTERTHEABOVE SPECIFIED RESPONSE DEAD-
LINE SHALL NOT BE CONSIDERED.

This solicitation is subject to Miami-Dade County's Cone of Si-
lence Ordinance 98-106


--~-~ ~. ._1.__ ~_.~ _~1..1~1.. ..~ ------- --






Page 14


I HAITI-R.D. I


Visite du President Aristide en

Republique Dominicaine


Ce mercredi 16 Janvier, le President Jean-Bertrand
Aristide laisse Haiti en compagnie de son spouse, du
Ministre des Affaires 6trangeres, de celui du Plan et de
quelques membres du secteur priv6 pour une visit officielle
de deux jours dans la r6publique voisine. Le president
haitien r6pond A une invitation du Chef de 1'6tat de la
R6publique dominicaine, Mr Hippolito Mejia. A l'agenda
de la visit qui ne durera qu'une journ6e, les deux chefs
d'6tat aborderont un ensemble de dossiers relatifs
notanmment aux questions migratoires, commercials et


politiques. I1 sera 6galement question de la relocalisation
de bomes frontalibres et du Fonds Hispanola. Ce dernier
devrait impliquer les autorites et les secteurs priv6s des deux
pays, et vise A mettre leur dette extemrne r6ciproque au service
du d6veloppement de la zone frontalibre, principalement
avec la creation de zones branches.
Le President Aristide rencontrera pendant son
s6jour en R6publique Dominicaine la communaut6
haitienne vivant dans ce pays. A 1'issue de la visit, les
deux chefs d'6tat signeront une declaration conjointe.


ONG plaident pour un vrai

accord de migration entire Haiti
Port-au-Prince, le vendredi 11 veritable accord dans le domaine de la
janv. (HPN) Cinq jours avant la visit e I a JX J) gration en d6nongant celui sign en 1I
du President Jean Bertrand Aristide en R6publique Apropos du rapatriement des Haiti
. .. i 6tablis 1116galement en Republique voisine.
Dominicaine, quatre organizations non-gouvemrnementales Ctablis il ogalement en Rpubque voisine. '
travaillant sur les relations entreles deux peuples ont salu6 Ces organizations regrettentle fait qu'ees n'ai
cette tourn6e qui devrait permettre 1'6tablissement de pas t invites, ni consulties, dans le cadre de ce voy.
^ v, ., ,T -ou d'importants debats vont etre entames sur des questi
nouveaux rapports bass sur la solidarity et la Justice. ot d'importants dbats vnt6tre enta.s sur des quest
Parmi les sujets de discussion annonc6s au course o leur rapport serait considerable.
i ^ j > - tLe President Jean Bertrand Arstide, sur mvitat
de ce voyage, le Groupe d'Appui aux Rapatri6ns et aux L Pr6sident Jean Bertrand Aristide sur invite
Mugr (GARR), l Pa Pour un 1 e de son homologue Dominicain, quitterale pays lemercr
Rdfugies (GARR), le Plaidoyer Pour un Ddveloppement 16 janvier, h la tate d'une dd1gation d'une vingtaine
Alternatif (PAPDA), la National Coalition Humans Rights 16 ve la tte d e 66 dune vgtae
(NCHR) et le Centre Pont Haiti r6clament la signature d'un personnel, A destination de la R6publique voisine, pou


Boby Expr

Rapidit6 Confiance et les M


oess

eilleur


Ici c 'est pronto pronto
5401 NE 2nd ave Miami, F 33137
2807 Church ave Brooklyn NY 11226 7
1161 Flatbush ave Brooklyn NY 11226 7
300 Broadway Cambridge Ma 02139 C
159-35B Hillside ave Jamaica NY 11432
508 River street Mattapan Ma 02126
7177 rue St Denis Montreal Qu6bec H2R2E3
3820 Henri-Bourassa est Montreal Nord H1H1K4
19 South main street Spring Valley NY 10977
953 Washington blvd Suite 1 Stanford Ct 06901 202
Wulfs rd of East across Windsor park
Nassau Bahamas 2
1552 Jefferson ave Boyton beach Fl 33435 5
402 West Atlantic ave Delray Beach Fl 33444
28 West Sunrise blvd Ft lauderdale Fl 33311
30 South dixie hwy Suite 2 Lake Worth Fl 33460
19325 NW 2nd ave Miami F 33169
506 11th Street N Naples FH 34102
629 NE 125 Street North Miami Fl 33161
2469 So. Orange Blosson Trail Orlando Fl 32805
4857North Dixie Hwy Pompano Beach Fl 33064 9
128 N Flagler ave Pompano Beach Fl 33060 9
604-25 Street West Palm Beach Fl 33407
1232 Moreland ave Suite A Atlanta Ga 30316 4
Downtown Providenciales
N. Miami Beach Fl 33162
Butterfield Plaza near Scotia Bank
Turks and Cacos Islands 6


mi-
'99
ens

lent
age
ons

ion
-edi
de
un


sejour de 24 heures. 11 sera
accompagn6, entire autres,
V du Chancelier, Joseph
Philippe Antonio, du
m Ministre de l'Economie et
S Taux des Finances, Faubert
Gustave, et du nouvel
Ambassadeur d'Haiti en
305-758-3278 Republique Dominicaine,
18-693-3798 Guy Alexandre.
Guy Alexandre,
18-287-5295 don't la nomination a 6t6
17-354-6448 ratifiee cette semaine par le
718-523-9216 S6nat dela R6publique, A en
617-298-936 croirelejournal dominicain
14-27-936 f, doit
514-270-596( presenter lundi ses lettres de
514-852-9245 cr6ances au Pr6sident
914-425-7747 Hyppolito Mejia. HPN


-722-4925

42-322-6040
61-742-3046
561-265-2100
954-524-1573
561-585-1077
305-654-2800
941-435-3994
305-892-6478
407-649-9896
954-429-9552
954-946-4469
561-655-4166
04-622-8787

305-945-1390

49-941-4172


Le nombre de nos succursales augmente...
Et avec nous, c'est toujours pronto pronto!


En plus des operations de transfer a argent
Boby ExpreSS se charge de faire parvenir dans l'immediat vos
cassettes, lettres, sacs de riz, gallons d'huiile et tous autres products
alimentaires. Boby Express,

c'est 6galement une carte de t6l6phone
a is don't la ligne d'acces
IBM& n'estjamais occup6e -
: ::::M::.l::.*Boby Express
,,,s-j ~C'est tout simplement No 1!


Mercredi 16 Janvier 2002
Hati en Marche Vol. XV No. 50


Rankont chef deta

ayisyen ak dominiken
REVANDIKASYON POU YON LOT KALITE RELASYON
ANT AYITI AK REPIBLIK DOMINIKEN
Deklarasyon GARR, NCHR, PAPDA, SANT PON AYITI
11janvye2002
Depi pase syek, relasyon ant Ayiti ak Repiblik
Dominik6n pote mak mefyans ak eksplwatasyon. Kounye a, 16 a
rive pou sa change. F6k gen nouvo rap6 ki chita sou solidarite,
jistis ak respe ki ranplase pratik mefyans, abi ak eksplwatasyon
yo.
Gen anpil jefb ki fet deja, nan diferan sekt6, pou
rapwoche 2 pep yo, pou amelyore relasyon ant 2 peyi yo. Nan
dis d6nye ane ki pase yo, echanj kombsyal, transp6,
kominikasyon, aktivite nan tet ansanm ogmante. Popilasyon nan
z6n fwontye a, nan div6s okazyon, montre yo vie viv nan laph
>ak nan respe youn pou 16t. B6 kote pa yo, gouvenman 2 peyi
yo manifesto volonte pou yo f6 pwoj: ansanm ak pou rezoud
yon seri pwoblem ki afekte tout zile a.
Men dosye pikankwennan tankou anbochay an
kachet, rapatriman abitre, mank respe pou dwa moun, f6 lajan
sou tet moun, prejije, move lide young sou l6t toujou prezan. E
tanzantan, dosye sa yo gen tandans kontrarye tout jefo
rapwochman yo.
Nan okazyon rankont 2 chef deta zile a, GARR,
NCHR, PAPDA ak SANT PON AYITI, made dirijan 2 peyi yo
pran angajman pou konstwi yon 16t kalite relasyon ant Ayiti ak
Repiblik Dominik6n. Sa made rekonet sa ki pa bon jounen jodi
a nan rapo yo epi pran angajman pou nou konstwi nouvo
relasyon yo sou yon 16t baz.
Lapres dominik6n anonse gen papye 2 dirijan yo ka
siyen nan kad vizit sa a nan domehn migrasyon, komes av6k 16t
ank6. Nan sans sa a, noumenm GARR, NCHR, PAPDA ak
SANT PON AYITI, nou vie raple dirijan 2 Leta yo prensipal
revandikasyon ki toujou soti nan dives rankont ki f6t ant
bganizasyon sou zile a, yon fason pou tout ak6 k ap siyen
koresponn ak revandikasyon sa yo.
I. MIGRASYON AK MOUVMAN POPILASYON
1.1 Dosye ayisyen ki al travay an Repiblik
Dominikan oswa moun ki ap f6 ale-vini ant 2 peyi yo toujou
reprezante yon sous konfli. Pou sa fini, f6k gobv6nman yo siyen
yon bonjan ak6 migratwa ki ranmase dives kesyon tankou
fason pou sitwayen yon peyi al travay nan yon 16t peyi, fason y
ap rezoud pwoblem dokiman pou ayisyen ki ap viv an Repiblik
Dominiken depi lontan,
fason y ap rezoud pwobl6m desandan ayisyen ki f6t lt b6 a, e
ki pajwi de okenn nasyonalite.
1.2 Nou made 2 gouv6nman yo pran mezi ki
nesese pou dekouraje trafik moun ak rekritman anbachal k ap
fet toutan sou fwontye e ki ap pote plis soufrans ak tribilasyon
pou moun yo rekrite yo. Se pou yo pran sanksyon kont tout
boukonn k ap kase ponyet malere pran lajan nan men yo pou f6
yo trav6se fwontye a an kachet ak kont tout izin k ap ankouraje
trafik sa a pou yo kajwenn mendev bon mache.
1.3 Rapatriman abitre, sitou pou moun ki tabli depi
plizye lane 16t b6 a, destabilize fanmi yo, epi detwi ekonomi
moun yo. Nou denonse ak6 sou rapatriman ki te siyen an 1999
sou gouv6nman Preval ak Fernandez la ki pa f6 okenn diferans
ant imigran yo, e ki pa pran an konsiderasyon pwoblem moun
san nasyonalite yo. Noeu made pou ayisyen k ap travay an
Repiblik Dominiken gen dwa pou achte byen, san k6 sote, e si


(


Le Bureau des Affaires Publiques
de I'Ambassade des Etats-Unis d'Amdrique
est heureux d'accueillir
les personalities HaTtiano-Americaines de la Floride
dans le cadre d'une sdrie de rencontres
pour d6battre des questions relatives aux


"Fondations d'une Democratie"

M. Philip Brutus, Repr6sentant de I'Etat de la Floride
M. Joseph Celestin, Maire de la Ville de Miami Nord
M. Ossmann Desir, membre du cartel de la Ville de Miami


ARs la Paj 17)






















Nord


M. Jacques Despinosse, membre du cartel de la Ville de Miami Nord
M. Marc Villain, President/CEO du Metro-Broward Capital Group
(II est dgalement le secrdtaire-gendral du comity des actions
politiques HaTtiano-Amdricaines [the Haitian-American Political Action Committee].)


Toutes les rencontres auront lieu au
Bureau des Affaires Publiques de I'Ambassade Americaine
14, avenue Marie Jeanne, Bicentenaire


Ci-inclus vous trouverez vos invitations aux rencontres individuelles.
En raison de I'intirit porter a ces rencontres, nous vous prions de lire
attentivement les grandes lignes de chacune des invitations.


Veuillez dgalement noter que ces invitations ne peuvent 6tre passes a quelqu


i'un d'autre.


I


g

i






Mercredi 16 Janvier 2002
Haiti en Marche Vol XV No. 50


I GUANTANAMO- I


Un navire transportant du ble americain
LA HAVANE,13 Janvier Unbateau transportant rr relations americano-cubaines, declare ainsi
une cargaison de blW americain est arrive L Cuba, pour la l V C uba D'ailleurs, les rencontres enter
I-a rv'


premiere fois depuis 43 ans, dans le cadre dun programme
de livraison de nourriture conclu entire l'ile et des entreprises
americaines.
Des livraisons de volailles et de mais avaient


un avion atterrir a la base ae Guantanamo avec
vingtaine de prisonniers afghans. Les Etats-Unis ont ou
centre de detention baptism "Camp X-Ray" pour loger
talibans et de d'Al Quaeda
precd6e 1'arrivee de ce navire transportant 30.000 tonnes
de b16, achemine par les Farmland Industries. Une autre
cargaison de 220 tonnes de nourriture devrait arriver en
f6vrier.
Cuba a accepted d'acheter de la nourriture A des
entreprises americaines, A la suite du passage de l'ouragan
Michelle qui a ravage le centre de l'ile, le 4 novembre
dernier, faisant cinq morts et provoquant d'immenses degats.
C'est lapremiere fois que le president Fidel Castro
consent A passer une command a des companies
americaines, depuis qu'il a pris le pouvoir en 1959. Trois
ans apr6s, Washington imposait un embargo commercial A


I'^le communist, qui n'a toujours pas Wt leve.
Depuis un an, neanmoins, une loi soustrait les
products alimentaires et les medicaments
aux sanctions commercials americaines.
Castro
a toutefois
cl airement
pr6ecis6 que
cette vente
avait there unique et
qu'il n'en ac-
.... guecepterait pas -f o
d'autres, tant
que L'embargo
n'aura pas 't6
n'aura pas
lev6.
Cette
cargaisonamve
au lnend remain
du d barque-
A son board une ment sur 1'le,
vert a la base un dans la base Un General cu
les prisonniers am6ricaine de A
Guantanamo, des 20 premiers d6tenus islamistes. captures
en Afghanistan par les forces amcricaines.

Relations en voie d'amilioration
Le gouvernement cubain n'a pas protest contre
ce transfer de prisonniers A Guantanamo et a mbne propose
une offre de cooperation AWashington, tout en r6it6rant ses
revendications concernant sa souverainet6 sur la portion de
territoire oii se trouve la base am6ricaine.
Les diplomats occidentaux etles analysts locaux
considlrentces deux el6ments comme un signe positif pour
les relations americano-cubaines.
<

amrencains et des responsables cubamins a
augmented ces dernires semaines et sembli
plus amicales. Les deux pays n'ont pas
diplomatiques, mais maintiennent des re


un diplomat.
e diplomats
a Havane ont
ent de plus en
de relations
presentations


bain se tient devant le poste cubain directement oppose
la base americaine de Guantanamo
officieuses dans leurs capitals.
La senatrice d6mocrate Maria Cantwell doit
notamment arriver dimanche sur 1'fle et d'autres hommes
politiques americains devraientla suivre d'ici lafin dumois.
La semaine dernire, six parlementaires americains
ant decrit Castro comme conciliant, hl'issue d'une rencontre
avec le Lider Maximo.
(...) moins fondue sur 1'affrontement et plus sur la recherche
des modes de collaboration, afin de turner la page de la
Guerre froide et de r6duire la rhetorique, a notamment
declare le repr6sentant democrate William Delahunt.
(Reuters)


MAIRIE DE PORT-AU-PRINCE

Un lourd heritage Municipal


(Mainrie ... suite de la lire page) construction et qui sera garni
Les frequentes pluies diluviennes qui se sont imposantes sculptures realisees
abattues sur toute la region metropolitaine durant le mois residus solides r6cuperes, 1'interieu
de decembre denier n'a malheureusement pas favorise 6une sera egalement restaure de mani
gestion efficace des detritus. A la vilaine habitude permnnettred'accueillirles nombreux
d6veloppee par certain secteurs de la population de deverser nous attendons A bras ouverts.
leurs vidanges en pleine rue au passage des averses, s'y Ces nouvelles et bien d'a
ajoute la malice de quelques personnel mal intentionnees. rendues publiques au course du mo
C' est dans ce sens que la nouvelle commission communale 2002, A 1' occasion d'une conferern
r6itre son appel A 1' adresse de tous, pour aider A prot6ger qui sera donn6e conjointement
la sante publique I Port-au-Prince. dirigeante de la Mairie. Il y sera
Cette tAche lui sera moins lourde grace aux 22 seulement de la gestion du fatras,
cooperatives de ramassage d' ordures recemment mises sur la cooperative et de l' alphabetisatio
pied par la nouvelle commission communale. Le grand du meme coup le lancement offi
public en sera largement informed au course de la conference activities.
de press que la commission communale donnera h la fin D'heureuses initiatives vo
du mois de Janvier en course. Les maires de Miami et de Port-
La Mairie attend de tous les secteurs responsables rencontreront bient8t A Port-au
de la vie national leur fort appui dans la solution des Miami. Le Magistrat Medard aura
problemes que representent des marchands ambulants et de travail avec les autorites mu
des laveurs d'autos, qui non seulement entravent la Floride.
circulation dans les rues mais d6truisent aussi les spaces La Mairie de Port-au-F
verts nouvellement amenages. parvenir des correspondances a
La Mairie en appelle 6galement aux proprietaires Miami, Mr. DIAZ, au Maire de NS
et locataires des residences privees, de veiller a ce que des Mr Joe C61eestin, ainsi qu' aux comn
tas de fatras ne s' amoncellent dans leur entourage. Philippe Desrose, Osman Desir
En arrivant a bien gerer les spaces, nous Despinosse.
trouverons de bonnes measures d' accompagnement en faveur Nous esperons que tous le
des marchands en plein air A relocaliser et des laveurs la vie Port-au-Princienne en prenm
d'autos A mieux loger. Dans un autre ordre d'idees, nous emboiteront le pas pour changer le
parviendrons egalement A mieux gerer les entrepots dans capital et ainsi initier une nouvell
les marches publics qui fonctionnent de maniere anarchique, gerer le bien commun.
privant ainsi la Mairie de fonds substantiels necessaires a
son fonctionnement.
Dans ce novel esprit, la nouvelle Commission Eintre D any
Communale a entame 1'amenagement de 1' H6tel de Ville l l
qui doit projeter une meilleure image dans les jours qui
8," o ... s ed das ede ntui Pierre, le lin~
viennent. A part le mur d'enceinte actuellement en Pierre,

HARDWlARE/HOUS WARES & BUILDING MATERIALS SHOW
AIUfAJ M FIRE DE QUINCAILLIER
OFTHfARdBBa EN E P resent

Hardware-EXPO


ROBERTO CLEMENTE COLI
SAN JUAN, PUERTO RIC
FMVRIER 8, 9,10,200i


ISEE

2 I I


de quelques
s L partir de
rdelabatisse
iere a nous
visiteurs que
autres seront
is de Janvier
ice de press
par 1'equipe
question non
nais aussi de
on. Et ce sera
iciel de ces
nt 6tre prises.
au-Prince se
-Prince et A
des sessions
nicipales de
'rince a fait
au Maire de
rorth Miami,
missionnaires
* et Jacques
s secteurs de
dront note et
e visage de la
e maniere de


Des detenus

d'Afghanistan sur

la base US de Cuba
GUANTANAMO, 12 Janvier Vingt prisonniers au statut
flou, achemines d' Afghanistan par avion americain, ont ete incarceres
vendredi dans une base americaine L Cuba,
alors que des milliers de soldats der' Alliance duNord quittaient Kaboul
au profit de la force international Isaf.
Quatre moisjourpourjourapres les attentats du 11 septembre,
le premier avion avec 20 detenus est arrive A Guantanamo Bay, a
annonce AL Washington le chef d' etat-major interarmnnees americain, le
general Richard Myers.
Enchaines et juges dangereux par les Etats-Unis au moins
1'un d'entre eux a ete place sons s6datifs pendant les 27 heures de vol
-, les prisonniers, talibans ou membres du reseauAl-Qaida d'Oussama
ben Laden, devaient etre installs dans de petites cellules aux murs
grillages, sol en ciment avec plafond enbois, entourees de deux cultures
surplombes de barbells tranchants.
Incarceres au < les detenus, qui ont ete habilles de vetements de couleur orange, ne
sont pas considers comme des prisonniers de guerre.
Techniquement, ce sont des combatants illegaux qui n' ont
pas de droits en vertu de la Convention de Geneve (relative aux
prisonniers en temps de guerre), a ditle secretaire A laDefense Donald
Rumsfeldlors d'une conference depresse. Toutefois, < nious avons 1'intention de les traiter d'une maniere raisonnablement
conforme A la Convention de Geneve, a-t-il precise.


Toussaint et Prince Sonson

ge sale ne se lave pas en famille
Port-au-Prince, le vendredi auraient presomptueusement mis6 sur leur
U1 janvier 2002 (HPN) Depuis < capacity intellectuelle >, alors que les
1'entr6e en function de la 47' kaldkis ne compteraient imprudemment que
legislature lavalas, un grave conflict sur la force des armes pour tenir le flam-
se d6veloppe entire les medecins beau de 1'influence au Senat de la
represents par les Senateurs Louis Republique.
G6rard Gilles, Lans Clones, Prince Les trois premiers occupaient le
Pierre Sonson et le camp des anciens devant de la scene au Grand Corps pour
militaires des Forces Arm6eesd'Haiti, obtenir la levee de l'immunit6
former par leurs colleagues Dany parlementairedeleurcompagnonpolitique
Toussaint, Faurel Cel61estin et Joseph Dany .Toussaint, inculpe dans 1' affaire de
Medard. l'assassinat du journaliste Jean Leopold
I Les hommes en blanc (voir Dany Sonison /I16)


Page 15


-^----------I- ----- ------ I


I ILI N I fl hisV I I-] IL4 1191 [11]bK-(O I I







Page 16 I


HAITI-PRESSE


Mercredi 16 Janvier 2001
Haiti en Marche Vol. XV No. 46


Demande de sanctions contre
(RSF Sanctions ... suite de la page 7)* *
1 Nature des sanctions individuelles officials haIltienlS


Refus de visa
Afin d'empecher 1'entr6e et le transit, sur les territoires des
Etats membres de l'Union europeenne des personnel don't
les noms sont cites au paragraphe 2, aucun visa d'entr6e ou
de transit ne leur sera atre delivrd, ainsi qu'h leur famille.

Gel des fonds detenus A l'6tranger par les
personnel cites au paragraphe 2.

2 Personnes vis6es par la demand de sanctions
individuelles
.Jean-BertrandAristide, Prisident de la Republique d'Haiti
Jean-Marie Ch6restal, Premier ministry
Henri-Claude M6nard, Ministre de l'Intdrieur et des
collectivit6s territoriales
Jean G6rard Dubreuil, Secr6taire d'Etat h la S&curit6
publique
Gary Lissade, Ministre de la Justice
Guy Paul, Ministre de la Culture et de la communication
Yvon Neptune, Pr6sident du S6nat Membre de la com-
mission charge d'6tudier la demand delev6e d'immunit6


parlementaire de Dany Toussaint
. Jean-Marie Fourel Celestin, Vice-president du S6nat -
Membre de la commission charge d'6tudier la demand
de lev6e d'immunit6 parlementaire de Dany Toussaint
. Ary Desir, Senateur Membre de la commission charge
d'etudier la demand de lev6e d'immunit6 parlementaire
de Dany Toussaint
. Norma Fortin, Senateur Membre de la commission
charge d'6tudier la demand de lev6e d'immunit6
parlementaire de Dany Toussaint
. Myrlande Libdrus, Senateur Membre de la commission
charge d'etudier la demand de lev6e d'immunit6
parlementaire de Dany Toussaint

. Victor Magloire, Senateur Membre de la commission
charge d'6tudier la demand de levee d'immunite
parlementaire de Dany Toussaint
. Dany Toussaint, Senateur
. Jean Nesly Lucien, Directeur g6neral de la Police national
d'Haiti
Jean Dady Sim6on, Porte-parole de la Police national
d'Haiti


vingt-quatre

SJeannot Frangois Directeur de la Police judiciaire
. Victor Jean-Baptiste Harvel, Inspecteur g6n6ral en chef
de la Police national d'HaIti
. Pierre Evens Saintune, Commissaire du Service de la cir-
culation des vehicules
. Michel-Ange Jean-Baptiste, Commissaire de police de
LAogane
. AlixAlexandre, Ex-commissaire de police de Petit-Goave
. Bellande Dumerzier, Substitut du Commissaire du
gouvernement de Petit-Goave
. Emmanuel Antoine, Ex-maire de Petit-Goave
. Dumay Bony, Ex-maire adjoint de Petit-Goave
. Lise Pierre Pierre, Doyenne du Tribunal civil

Regis Bourgeat
Despacho Amtricas / Americas desk
Reporters sans fronti6res
5, rue Geoffroy-Marie
75009 Paris France

tal.: +33 (0) 144 83 84 57
fax: +33 (0)145 23 1151
e-mail: ameriques@rsf.org
americas@rsf.org


Des decorations ... mais

pourquoi faire?

Si, comme moi, vous lisez les Par Ren6 le Clre elles ne servent qu'A embellir, qu'a decorer
journaux entire les lines << ce qui parfois


repose , ecrivit un home d'esprit -, vous devez avoir
remarqu6 qu'autour de vous de plus en plus de quidams
regoivent des decorations.
Est-ce l1 un ph6nomene nouveau ? Est-ce
1'autorit6 qui desire s'assurer un attachment ? Ou est-ce
tout simplement un changement dans les mentalites qui
fait que le devouement, le courage, le sacrifice, le sang
verse, doit Otre r6compens6 par un insigne plaqant celui
qui le porte au-dessus du tout-venant, suscitant respect et
admiration (et convoitise !).
Jeparle ici des decorations << de m6rite excluant
les insignes de caste, de function et d'appartenance A une
association.
Ne nous trompons pas. Une decoration est un
signe d'honneur remis par L'autorit6 souveraine, a titre
d6finitif, a celui qui l'a m6rit6 pour une action ou pour
une s6rie d'actions.
S Ladecorationremiseen souvenir d'un 6vnement
est appele o m6daille commemorative . Parfois la
decoration affected la forme d'une 6toile on d'une croix,
mais tres souvent elle consiste en une m6daille frapp6e
soit k 1'effigie du souverain ou d'une figure hdraldique
tir6e de ses armoiries soit repr6sentant 1'all6gorie
personnifiant la Nation.
Ce matin-lA, pres de chez moi, la vendeuse de
joumrnaux arborait fibrement sur son corsage de tous les
Jours une s6rie de trois miniatures.
Jelui r6glais le journal et sortais du magasin, puis
entrais de nouveau. Cela ne me regardait pas, mais je
voulais savoir. Affichant publiquemenrit ses miniatures, je
pensais qu'elle desirait qu'oii lui en rende hommage. Je
lui posais done des questions.
Mais voyons, me r6pondit-elle candidement,


Je lui tins un petit discours, lui apprenant qu'en
d'autres pays le port des decorations ill6gales est non
seulement interditmais punissable devant les tribunaux.
Cela me rappela qu'en Angleterre, une maison
de commerce qui faisait affaires avec le grand magasin
londonien Harrod's vendait des decorations
frangaises, allemandes et africaines An'importe qui, pour
la modique some de dix-neuf dollars Les anciens
combatants anglais crierent au sacrilkge. 11 faut les
comprendre.
Le lendemain de mon discours moralisateur, ma
vendeuse de journaux me dit qu'elle avait r6fl6chi et que,
finalement, elle avait d6eidd6 de ne plus jamais porter ses
decorations ... decoratives.
Bravo. II suffisait de s'expliquer gentiment.
Ne l'oublions pas, les decorations sont
personnelles, elles ne sont pas h6r6ditaires et ne peuvent
Wtre portdes par une tierce personnel. Un fils ne peut porter
les decorations de son pere; une spouse ne peut porter les
decorations de son mari meme tomb6 au champ
d'honneur.
Montaigne ecrivit: <( Cela a 6tW une bonne in-
vention... C'est h1a v6rit6 unebonne et profitable coutume
de trouver moyen de reconnaitre la valeur des hommes
rares et excellent, et de les contenter et satisfaire par des
paiements qui ne chargent aucunement le public et qui ne
cofttent rien aux princes >.
Oui, une decoration c'estune recompense et aussi
une marque d'honneur pesonnelle.

Montreal, le vendredi 12 janvier 2002


Entre Dany Toussaint et Prince Sonson Pierre ...


(suite de la page 15)
Dominique. Prince Sonson Pierre a d6fendu avec virulence
1'idee que Monsieur Toussaint r6ponde aux accusations
porties par la Justice Haitienne contre lui dans cette af-
faire. Maintenant, c'est au tour du premier Sdnateur de
l'Ouest, apres les 6v6nements du 17 decembre, d'accuser
son confrere du Sud-Est.
Selon certaines sources, Dany Toussaint n'aurait
pas voulu monter sur le ring pour r6gler son contentieux
avec Prince Sonson Pierre. Mais ce dernier, qui se sentirait
menace, a pris la voie de la press pour se mettre plus oun
moins en s6curit6.
En effet, le S6nateur Prince Sonson Pierre denonce
les menaces don't il est l'objet de la part de son coll6gue de
Lafanmi Lavalas, Dany Toussaint. II a declar6 que ce dernier
cherchait a le faire taire sur le dossier relatif A la levee de
son immunity parlementaire. Selon le S6nateur Prince, Dany
Toussaint I'a accuse d'avoir personnellement participe a
1'incendie des locaux des parts politiques de 1'opposition.
Le S6nateur du Sud-Est a tenu A preciser qu'il 6tait
effectivementpr6sent dans les rues, le 17 decembre dernier,


pour empecher les manifestants en colere de detruire les
batiments h6bergeant les bureaux de l'opposition.
Des rafales de tirs automatiques auraient Wt tires,
aux environs de la residence du Senateur Prince, aprfs le
bras de fer verbal qui l'a oppose A son confrere Toussaint.
C'est ce qu'a confi6 un de ses proches qui requiert
l'anonymat. Toujours selon cette meme source, le
Parlementaire a dii provisoirement abandonner son domi-
cile pour se mettre h l'abri des attaques.
1 aindiqu6 qu'il 6taitplus quejamais determine a
dire la v6rit6 et rien que la v6rit. << Je ne me laisserai pas
baillonner par quiconque et je suis pret a mourir avec la
v6rit6 sur le bout de mes l6vres , a-t-il martel. Par pru-
dence, sa femme aurait deja quitt6 le pays pour se mettre
hors de danger.
Les conflicts sont nombreux au sein de la Fanmi
Lavalas. On se souvient en effet de la derniere dispute, qui
a d6g6n6r6 avec l'assassinat du Maire de Saint Raphael en
debut de semaine.


HPN


HAITI-POLITIQUE

Le Cresfed a

ete sauvagement

agresse ", dit

Suzy Castor

Le 10janvier 2002
NOTE DE PRESS
Depuis l'agression, le pillage et l'incendie don't a
6tW victim le Centre de Recherche et de Formation
Economique et Sociale pour le D6veloppement
(CRESFED) le 17decembre dernier, sa directrice, Docteur
en histoire Suzy Castor, ne decolere pas.
"C'est un acte de barbaric qui constitue un atten-
tat ala culture, aux droits humans, au droit de propriWte et
a tous les principles pron6s par la Charte Universelle des
droits de l'homme, la Constitution d'Haiti et les lois en
vigueur. C'est ala fois un attentat centre tous les organismes
de droits humans, les ONGs, toutes les associations et ef-
forts autonomes de la socid6t6 civil. "
La bibliothaque et le Centre de documentation du
CRESFED r6unissaientplus de quinzemille (15,000) livres,
feuillets et revues, ainsi qu'un volume inestimable de docu-
ments manuscrits, des dossiers de caractere 6conomique,
politique et cultural sur le XXeme siecle haitien, un fond
d'ouvrages et de documentation sur 1'Amdrique Latine et
la Caraibe, unique en Haiti. Madame Castor dit que la
creation du CRESFED, il y a de cela 15 ans, 6tait inspire
par 1'humanisme et 1'id6e de progres. Cette oeuvre que
nous voulions offrir alajeunesse d'Haiti a 6t6 sauvagement
agressde."
En plus deladestructiondes livres, les agresseurs
out pratiquement d6manteld 1'infrastructure du centre, ils
ont voI6, detnruit et/ou endommag6 tous les dquipements et
mobilier incluant deux voitures, trois motocyclettes et un
6quipement complete de radiocommunication destiny h
mettre en march une radio 6ducative avant de mettre le
feu dans plusieurs sales du centre. Madame Castor dit que
"mnme le chien de garde a Wte arrosd de gasoline et brOWl
vif"
Cette aggression est aussi l'expression du m6pris
et de la brimade centre les valeurs de e'lducation et contre
le livre, par un regime qui pale d'alphabdtisation. C'est un
attentat a la liberty. C'est une expression nette et claire du
danger totalitaire et fasciste qui s'abat sur notre pays,"
explique Madame Castor.
Le Cresfed, foundation non partisan a but non
lucratif, a Wte cr66 en 1986 par un group d'universitaires
haitiens de retour de l'exil et ses premieres activities se sont
orient6es vers la promotion des droits humans.
It est 6galement cofondateur de la Plate-forme de
9 organizations de droits humans, membre du Groupe
d'Appui aux R6fugi6s et Rapatrids (GARR) et du Centre
Regional de Recherche Economique et Sociale sidgeant a
Managua (CRIES) et du Conseil Latno Amdricain de Sci-
ences Sociales (CLASCO).
En face de cette furie destructive ", Madame
Castor et les collaborateurs du CRESFED, ont d6dd6 de
reconstruire imm diatement. Nous sommes aussi
conscients des besoins de notre pays en terms d'institutions
de ce genre pouvant contribuer a motiver, structure, encadrer
et participer A la formation d'un leadership competent, ca-
pable de raliser des teaches decaractere social, dconomique,
politique, civique et cultural au service de la communaut6. "
(voir Cresfed /17)


I I







Mercredi 16 Janvier 2002
Haiti en Marche Vnl XV No 50


I HAITI-R.D. I


Rankont chef deta ayisyen ak dominiken
*1

REVANDIKASYON POU YON LOT KALITE RELASYON
(RsPj14) ATT YU~ N apas, AsptPd
gen rapatriman k ap ft, f6k yo teni kontANT AYITI AK REPIBLIK DOMINIKEN MdanS
de kantite tan ak sitiyasyon familyal moun nan. F6k yo prevni 1.9 Nou made 2 gouv6nman yo ankouraje tout pa meite ala dwe mete kis.
Leta ayisyen davans, epi f6k yo pemet moun nan pran zaf6 li. enstitisyon ak mount k ap travay pou rapwoche 2 p6p yo ak pou kote anpil ayisyen ap viv, Leta dwe mete k
1.4 Dosye paket desandan ayisyen k ap miltipliye frennen tout f6mn enjistis ak eksplwatasyon k ap deranje bonjan epi lbayo tout mwayen pou yo fonksyone d
an Repiblik Dominiken san nasyonalite e ki pase tanzantan nan rapb moun ak moun. Nan sans sa a nou made pou jefb f6t pou v popilasyon an kmsadwa.
pil rapatriman yo merite yon solisyon. Dirijan 2 peyi yo dwe jijman Guayubin nan about, dekwa pou bon
antann yo pou pa gen okenn moun sou zile a ankb ki pa kajwi legzanp trase pou m6d aksyon sa yo pajanm ref6t ankb. Nou m. PWOJr FWONTALYE A
dwa nasyonalite yo, jan Deklarasyon Inivesel Dwa made rezilta anket ki te anonse sou dives ka lanmo sou Dr 2 PEYI YO
Moun ak Konvansyon Entenasyonal pou Eliminasyon Apatridi ayisyen ki te f6t sou fwontye a pandan lane 2000 ak 2001 la, 3.1 Nou tande anpil pwojb, gw
made tout Leta sa. tankou ka Jeannot Succbs sou fwontyb Miguel/Caniada, enstalasyon zon branch, kI ap brase nan gwo
1.5 Popilasyon k ap viv nan zbn fwonty6 a deviope Dieuseul Sim6at nan Jimani ak Elie Jean Baptiste nan Dajabon. fwonty a Men majority kpopilasyon nan zI
yon pratik bon vwazinaj depi lontan antre yo. Gen sitwayen y a ii. N p a
ayisyen ki janbe fwontye chak maten al travay epi yo retounen II.. MACHE SOU FWONTYt YO AK ECHANJ niye papaou on al po Ltk aise poua
lakay yo nan apremidi. Men yo pa alabri abi ak egzaksyon l y KOMESYAL gez6n ki k6m band onnen. Nou mande pou pw
ap janbe, paske pa gen okenn regleman ofisyel ki di kijan pou 2.1 Mache sou fwontye yo ap gwosi av6kyon chay ak patisipasyon popilasyon kikonsne yo.
sa ft. Nou made 2 Leta.yo antann yo pou tabli yon lesepase pwoblem k ap anvlimen chakjou pi plis. Se tanzantan 16bby dwe soti dapre bezwenmoun k ap viv nan
espesyal pou tout popilasyon z6n fwontye a ki, vie pa vie, bhlije pete, mounjoure, moun pran kou, moun menm rive mouri. F6k yo dwe respekte anviwonman ak posiblite z
f6 echanj youn ak 16t pou yo ka viv. 2 gouvenman yo tabli, nan tet ansanm, bon jan regleman pou 3.2 Nou dak ak prensip pouk
1.6 F6k 2 gouvenman yo pran dispozisyon pou fonksyonman mache fwontye ki desevi 2 popilasyon yo. Leta anilasyon dt ni Ayiti, ni Repiblik Dominik
bese pri viza ak fre imigrasyon ki twb wo pou sitwayen yon ayisyen dwe 6ganize 1 pou Ayiti benefisye de prezans mache yo pou sa fy6t nan denigreman peyi Dayiti, tank
peyi janbe lakay 16t Paregzanp, yon moun ki soti jous an Ewbp jan dominiken yo f6 1, Repiblik Dominikn gen tandans f sa lbyt
oswa an Azi peye 10 dola ameriken pou 1 antre an Repiblik >nan kolekte taks sou machandiz k ap antre. Yon pati nan taks Ayiti se yon pwa lou poun Repibnlik Dominik
Dominik6n, albske yon ayisyen peye pou piti 55 dola sa yo dwe sevi kolektivite thritoryal yo pou f& lapwbptay, pou vay sotie y n an anilasyon d a ale nan pwoj k
ameriken(40 pou viza plis 15 pou fre imigrasyon). Nou apiye anbeli ak pou deviope kominote ki sou fwontye yo. a sotinan y l a ale nan pj
revandikasyon chof6 Malpas yo ki ap pwoteste kont 2.2 De (2) gouvenman yo dw; tabli yon lis ki di i oufri de dt sa a
ogmantasyon 50% fre imigrasyon ak viza. Nou made pou akli ki pwodui ki kapab vann lib e lib6 ant 2 peyi yo, sou ki te ps souf de dt sa a.
chanjman nan pri viza ak nan fr[ imigrasyon toujou f6t nan tet pwodui machann yo dwe peye taks, konbyen taks, e konbyen IV. PREZANS LETAYO AK.
ansarim ant 2 gouvenman yo, epi se pou yo av6ti vwayaje yo yo dwe peye pou chita nan mache yo. Nou minande pou yo aboli ZILE A
yon mwa alavans de chanjman sa a. taks CEDOPEX f6se achte ayisyen yo peye pou janbe an Ayiti Reyalite kap deviope jounenj
1.7 Fwontye a louvri bb kote Ayiti a 86 di maten e ak yon pwodui yo fin achte an Repiblik Dominiken. Nouf6 se yon z6n yo pa fouti kontinye f6men je
li femen a 6e apremidi. Men apre 4b apremidi, epi jou samdi ak made pou Ladwkn Dajabon nan sispann fe machann yo peye dwe mete enfrastrikti ak bon jan administra
jou dimanch se vwayaje yo ki peye anplwaye imigrasyon yo taks plizy6 fwa pou yon menm machandiz l1 yo anile apre chak o m izedv n n aa. N an
siplemant6. Montan ki pou peye a change dapre kapris anplwaye 3 mache tout fich Ladwann nan te bay yo metrize devlopmanf zbn sa a an make a
imigrasyon yo. Se yon pratik Sbvis Imigrasyon tolere depi 2.3 Menm jan dominiken yo kapab vini ak pwodui ayisyen change imaj manfouben an, make pn
digdantan e ki se yon abi kont tout moun k ap frekante fwontye pa yo pou vann sou mache fwontye a, pwodikt6 ayisyen yo dwe fwontye ata vbenst on k ap bay bonji
a. Nou made Minist6 Enterye ak Sevis Imigrasyon pou korije kapab jwi de menm dwa sa a tou. Poutet sa, nou made lapwptay akosarnbeolisoan,.kap fonbay sekineb
sitiyasyon sa a, pou yo pran mezi pou biwo yo genyen sou gouvenman ayisyen pou I defann entered pwodikte li yo, pou 1 kote, korisarya polMils yo ap fonksyontre bye
fwontye a, fonksyone kbmsadwa pandan tout tan fwontye a ba yojarit, dekwa pou yo ka f6 pwodui bon kalite ki va pmt tankou sa rive nan Maigl(Savantuch). Antre
louvri, san se pa vwayaje yo ki pou peye sa. yo benefisye tou de posiblite mache fwontye yo ofri. Nou ak yon savanln albske Malpas toujou d haje
1.8 Nou made pou 2 gouvenman yo pa tolere made ankadreman espesyalman pou moun k ap f6 pwodui yo ap sikile epa gesn kowakinasyon ant dives 1
fonksyon raket k ap envante takes pou pran lajan sou moun plis made sou fwonty a tankou pentad, kabrit, poul krey6l, espasIa. Yon espektak konsa nan pt antre
sou fwontye a, sitou moun ki pa konnen e k ap vwayaje pou zaboka,, pwa kongo, mango Jan Mari eksetera. respekte ni ayisyen m irjanli yo.
premye fwa, tankou taks 100 peso yo konn f6se vwayaje 2.4 Nan zbn ki gen gwo sikilasyon moun ak gwo an. resiuA4ku ym 1e k cDomini6
ayisyen peye nan yon ti chanm sou kote nan Jimani. mache tankou Wanament/Dajabon, B6lad/Elias Pinas, Jimani / anpil resous tankou Rivy, anbouchi, sist
nasnv eksetera. Fr k 2 gouv nmann o antan


En bref

(suite de la page 2)
important dans ce processus. Par consequent j'encourage
le President A laborer une proposition novatrice et
audacieuse en vue de mettre fin a l'impasse politique. Je
pense que cela doit etre fait. J'ai 6galement exprim6 mes
profondes preoccupations sur les cas de meurtre non
elucid6s, notamment les harcelements et les meurtres
auxquels sont soumis certain journalists dans ce pays,
ce qui constitue un s6rieux problbme. Nous avons
6videmment vu ce qui s'est pass le 17 d6cembre 2001
concemrnant lamise a feu des locaux de certain parts et
de residences de leurs dirigeants. C'est intolerable. Les
auteurs de ces faits doivent 8tre traduits par devant la
justice. Aucune democratic ne peut survive aussi
longtemps que se produisent des actes de cette nature.
Nous avons eu un entretien franc et ouvert avec le
President Aristide et nous gardons l'espoir qu'il sera
possible A Haiti de r6soudre ses problems ".

Robert M6nard fait connaltre sa liste!
Le secr6taire general de Reporters Sans Frontires a an
course d'une conference de press vendredi fait connaltre
les noms figurant sur lafameuse liste don't il a 0t
question pendant la semaine, et comportant les noms de
24 personnalit6s pour lesquelles Mr M6nard demand la
suppression de visas et le gel des fonds pour "obstruction
kl'enquate sur 1'assassinat des journalistes Jean
Dominique et Brignol Lindor.
En tete de cette liste, figurent le Pr6sident Jean-Bertrand
Aristide et son spouse, Mmine Mildred Aristide.
Egalement, le Premier ministry Jean-Marie Ch6restal;
plusieurs ministres, des membres du S6nat et de la Police
National d'Hajti.
Robert Mdnard affirme avoir demand aux 15 ministries
des Affaires 6trangbres de l'Union Europ6enne d'annuler
les visas de 24 ces personnalit6s haitiennes et de bloquer
leurs comptes bancaires A l'6tranger et ceux de leurs
families. II dit aussi avoir entrepris la meme demarche du
cot6 du Congrbs americain.

La position de Guyler C. Delva
Le president de l'Association des Journalistes Hatiens,
Mr Guyler C. Delva, qui se trouvait aux c6tes de Robert
M6nard la conference de press de vendredi, a d6plor6
que le PrdsIldent Aristide n'ait pas requ le no.1 de
Reporters Sans Frontibres, une "organisation
international b6n6ficiant de beaucoup de respect a
travers le monde". Le president du s6nat, Mr Yvon
Neptune, a lui aussi refuse de recevoir Mr M6nard.


Autres reactions ia la presence de
Robert Menard
Alors que se ddroulait la conference de press A l'htel
Le Plaza, quelques manifestants pro-Lavalas, ayant a leur
tate Paul Raymond des TKL Saint Jean Bosco et
Paulette Joseph langaient des slogans contre Robert
M6nard, le traitant de "colon blanc", qui n'a aucun
respect pour le president de la R6publique et pour les
autres autoritds du pays.
De son ct6, le porte-parole de JPP Jeunesse pouvwa
popil6 Ren6 Civil, a contest la presence du secr6taire
g6n6ral de Reporters sans Frontires, Robert Menard,
dans le pays. Ren6 Civil a demand au ministry des
Affaires dtrangbres, Joseph Philippe Antonio, d'&crire au
gouvemrnement franqais pour lui demander de rappeler A
l'ordre son ressortissant.
Mr. Guy Paul, le Ministre de la Culture et de la
Communication (qui se trouve sur la liste de Robert
M6nard), a r6agi en disant que de telles declarations ne
lui font ni "chaud, ni froid et que Robert Mdnard avait
perdu le nord et ne savait pas trop ce qu'il disait.

Le mandate du Juge Claudy Gassant a
expire
Le doyen du Tribunal civil de Port-au-Prince le Juge
lise Pierre-Pierre, a annonc6jeudi attendre la decision
du President de la R6publique, Mr Jean-Bertrand
Aristide, concemrnant la reconduction ou non du mandate
dujuge instruisant le procas sur l'assassinat de Jean
Dominique.
En attendant, le juge Claudy Gassant est part pour une
semaine, aprbs avoir dli remettre les cl6s du cabinet
d'instruction. C'est 1A chose normal, a fait ressortir le
juge Lise Pierre-Pierre. Tout juge don't le mandate est
arrive A expiration subit le meme sort. "
(voir En bref / 18)


COURIER

haitienmarche.com
Subject: Analyse: "Haiti vs International"
Date: Sat, 12 Jan 2002 15:19:31 -0800
From: Suzanne Antichan
To: hem@haitienmarche.com

Elsie et Marcus,
En premier lieu, tous mes meilleurs voeux de
sant6, de prosp6rit6, de paix pour 2002!
Et "BRAVO!" pour votre analyse "Haiti vs
International". Vous avez tout dit. J'espere que tous les
Hatrdens, y compris le pouvoir, sauront en profiter afin
d'en finir avec cette mentality de dependance
6conomique et politique indigne.
Sommes-nous incapables de comprendre le jeu
politico-6conomique de l'ext6rieur envers Haiti ?


ibnal akTilori, nou
)u rezoud konfli ki
Nan z6n sa yo tou ak
nsila
ekwa pou yo kapab


K ANILASYON
o pwoje, tankou
biwo pou zbn
in sa yo pa okouran,
di ak16 ki vizyon I
zon sa a, ki rete yon
1oj6 fwontalye yo f6t
[out plan, tout pwoj
son sa yo. Pwoje sa
b6n yo ofri.
anpay fet pou jwenn
en. Men nou pa dakb
:ou kbk sektb an
ap mache tout kote di
k6n. Se pou lajan ki
i nan benefits moun


JESYON RESOUS
odi a sou fwontye a
Ssou li. De(2) Leta yo
syon ki pou pemet
a a, nou made Leta
rezans li plis sou
an sevis, k ap f6
t eksetera. Plizy6
n lwen fwontye a
Tanament la sanble
ak fatra, ak kochon k
biwo ki la yo pou jere
peyi pa ankouraje yo
en pataje ansanm
Sirigasyon, basen
n fVO ours6vi ak


VaJ eua. g Y n y YU Pa e aI
resous sa yo, yon fason pou youn pa mete l6t la an danje, ni
kraze enter l6t la, ni kreye konfli tankou sa konn rive ant pech6
ayisyen ak peche dominiken nan B6 Manseniy. Nou made pou,
2 Leta yo, espesyalman
>Leta ayisyen pran kesyon anviwonman an oserye epi tabli
program konsekan k ap p6met nou pwoteje resous yo. Nou
made Leta ayisyen pran mezi pou korije fason y ap esplwate
min sab sou wout Malpas la ki reprezante yon gwo danje pou
moun k ap vwayaje sou wout la, pou lak Azuei a ak pou bet k ap
viv ladan.
4.2 Gouvenman yo dwe pran inisyativ pou pemet
kilti 2 peyi yo jwenn plis ouveti youn sou t16 Menm jan
merengue, bachatajwe san pwoblem nan medya ak nan disko yo
an Ayiti, dominiken yo dwejwenn opbinite pou tande epi
apresye konpa ayisyen, mizik rasin ak 16t aspen nan kilti nou.
Ouv6ti kiltirel sa a ka kreye plis bon konprann ak yon lespri
tolerans nan mitan 2 pep nou yo.
4.3 F6k 2 Leta yo antann yo sou fason y ap
idantifye zile a, paske nan anpil gwo rankont ent nasyonal ak
nan laprbs yo kontinye ap rele zile a, "Hispaiiola", yon non ki
raple nou sistem kolonyal la, pep sou zile a te batay kont li.
Pou fini, GARR, NCHR, PAPDA, ak SANT PON
AYITI, swete, nan okazyon vizit ofisyel sa a an Repiblik
Dominiken, pou dyaspora ayisyen nan, ladan 1 moun batey yo
tou, jwenn tout lone ak resp6.


GARR
NCHR


PAPDA
SANTPONAYITI


CRESFED .
(suite de la page 16)
Le red6marrage a commence avec le debut du
nettoyage des lieux et 1'organisation le jeudi 17 janvier
prochain d'une Journ6me Oui ai la culture, non k l'arbitraire.
Pendant toute cette journme, le personnel du Cresfed sera
sur place pour recevoir les different dons allant de livre
aux equipements et meubles de bureau des amis haitiens et
strangers. Pour Madame Castor, l'objectif est clair :" Nous
sommes disposes a mettre en oeuvre tous les efforts pour
faire de ce centre un instrument efficace et moderne adapt
aux besoins du d6veloppement national."
######


Certains doivent nous consider comme des "d6biles,
inaptes A nous gouverner". Leur liste d'6pithates peu
6logieux A notre endroit doit 6tre interminable. Avec
raison. Car, certain d'entre nous ont une m6moire
tristement 6ph6mbre de l'histoire, et n'hasitent pas : a
museler le bon sens et leur conscience, a ramper A plat
venture, nez et yeux fermes devant I'6tranger au
detriment de leur propre patrie: HAITI. Tout Haitien se
doit de lire votre article.
Que d'ici 2004, nous sachions : rdveiller notre
orgueil paralys6, retrouver notre fiert6 de citoyens
engages, computer sur nous-memes Haitiens, en vue de
la c6l6bration des 200 ans de notre ind6pendance.
Encore Merci pour votre excellent travail!

Une compatriote,
admiratrice de longue date.


Page 17


.e v .








I Les Jeux I


Mercredi 16 Janvier 2002
Haiti en Marche Vol. XV No. 50


G LI S SA


Adrogue
Alta Gradca
Avellaneda
Bahia Blanca
Baelodhe
Buenos Ares
Burzaco
Calafate
Canpana
alacabuco
Chicoana
Cordoba
Corrientes
El Bolson
l Talar
Haedo
La Plata
Las Lajas
Lujan
Malpo
Mar del Plata
Mendoza
Mercedes
Mron
Obera
Olavarria
OCeos
Parana
Pilar
Potrerillos
Puerto Iguazu
Puerto Madryn
Rio Ceballos
Rio Grande
Saladillo
Sats
San Bernardo
San Francisco
San Juan
San Luis
San Nicolas
Santa Fe
Santa Rosa
Tres Anoyos
Ushuala
Venado Tuerto
Vila Cartos Paz
Villa Consatituclon
Villa La Angostura
Villa Martelli


R(E UGOR DR E B)CAZ RU Z'RUCQ
(NOR 0 'SA B 0 D R( C)U B A C A H C
E'S"A'N' BERNARDOLAVARRI I
FAIjOTREUTODANEV)E'Ot ICU
ANC I P I LARIFPOTRER I LL OS)
TT ACNALBAIHA )W LIOAH
N RUTSOGNAA LI V)C NU
ARGTEOS(ATA /P L)T NO H A
SO I W' NRX'N Q O/S/L 0 B L EXSAEN I
STTOEYR V EBALLOS)BI
EAL SYUR YU ,(ADENALLEV
N NANO P/ UERTOIGUAZU
DJ SOR '#I DOXSANN I CO'.'CAS)
OUCSy/C 1UPI A CALAFAT
ZAI Ey'O CSICNARFNAS BL
S,14 ETNER ILRROC AFNHLET
SO,4,A ETRAMALLIpF ARANA,


DW


I R Q.,EDNAR GOI R0fN A J U LJ
A AT,L U Q D H(0 L L I D AA Lj AA
,C AMJR A N A)1VI ERCEDE S) S ,&


Allez de GLISSA 6 POUTRE, en utilisant des mots
du vocabulaire frangais, et ne changeant qu'une
lettre par ligne.



(,"Mets. Onis6s


HORIZONTAL
1. Intelligent 2. Bonnes affaires -
3. Lettre grecque 4. Sechees -
6. Demandes 7. Vehicule
construit en Equateur -
8. Ouverts.

VERTICAL:
1. Ensemble 2. Ruisselet -
3. Peninsule europeenne -
4. Article 5. Soulagent -
6. Equid6s Salve 7. Propre Songe -
8. Souverain Piece 6tanche.


lu JE77T T77B7RMAN


-t ,,m~~r~~~~m+~mr~r.r~ .


GRILLE DES PROGRAMMES

I4et "d i 1 0_3.3 FiM T
74 bis Rue Capois
Port-au-Prince, Haiti
tel61: 221-8567 / 221-8568/ Fax 221-0204
email: enmarche @haitiworld.com
URL; www.haitienmarche.com


5h00 6h30

6h30-7h00



7h00- 9h00









lOhOO-Midi


I 12h00-12hl5


12hl5 2h00



2h00- 3h00

3h00-5h00



5h00

5h30-7h00

7h00-8h30

8h30-9h00


lOhOO


9h00 et ...


Bon Reveil en musique

Au Pipirit chantant
premier journal creole avec Yves Paul Leandre

Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interviews, Analyses
7hl5 : Au quotidien avec Elsie
7h24: La chronique Economique avec
Roosevelt Jn Frangois
7h35: L' Actualit6 en Bref avec Yves Paul Leandre
7h50 : Les sports avec Smith Griffon et Kaptenn Bill
7h 55 : 'Editorial
Le disque de 'auditeur
avec Jacques Lacour
Le Midi
Un resume des informations avec Nati Pioly
Lady blues (elsie)
Jazz, Swing, blues, Ragtime...

C'est si bon en chansons
Emission de chansons franqaises
Le Bon Vieux Temps
avec Doc Daniel et Kaptenn Bill

Nouvelles 5 Heures avec Villette Hertelou

Les Top Ten

Amor y Sabor con Lutchano

Soir Informations


Notre Grand concert
I' Heure classique (lundi et mercredi)
Dimanche soir Sous le Kiosque a Musique"
Jazz at Ten (mardi, jeudi et dimanche)

Jazz at Ten (mardi, jeudi et dimanche)
Cavaliers prenez vos dames Chaque
Samedi Tous les airs populaires d'aujourd'hui et d'hier


En Bref ... (suite de la page 17)
En Bref -17
Des leaders politiques haitiano-americains en visit en
Haiti...
Un group de leaders politiques haitiens-am6ricains sont attendus A Port-au-Prince ce
mercredi 16 janvier. Le but de leur visit en Haiti est de "montrer aux leaders
politiques haitiens qu'il y a moyen de travailler ensemble meme si on ne fait pas
parties du meme camp. Cette d6l6gation comprend le repr6sentant de l'Etat de la
Floride Philip Brutus, le maire. de la ville de North Miami Joseph C61estin, deux
membres de la commission de la ville de North Miami, Jacques Despinosse et
Ossmann D6sir, et le president du Metro-Broward Capital Group, Marc Villain.
La press haitienne est invite A deux grandes rencontres au Bureau des Affaires
Publiques de l'Ambassade des Etats-Unis A Port-au-Prince. Les themes retenus pour
ces rencontres sont: Foridations d'une D6mocratie; et Non-Violence et la R6solution
des Conflits. Cette visit entire dans le cadre d'une serie d'6v6nements programm6s -
par 1'Ambassade am6ricaine en Haiti pour l'annee 2002, qui a 6t6 d6clar6e par
l'ambassadeur Bryan Mc Currey d'Ann6e dela Floride.

Le domaine .ht bient6t une reality ...
Le ministry des Travaux Publics, Transports et Communications Ernst Laraque, a
sign vendredi au local du CONATEL Conseil National des T616communications -
un protocole d'accord ouvrant la voie l 1'exploitation du domaine ht en Haiti.
En presence du directeur g6n6ral du CONATEL, Jean Ary CUant, le Ministre Laraque
s'est f6licit6 d'un domaine interne propre A Haiti. 11I l'a pr6sent6 comme un raccourci
pour le d6veloppement durable du pays ".
Deux entit6s ont Wt charges de g6rer le project qui comporte un violet administratif et
un volet technique, selon M. C6ant. La structure administrative s'occupera de la
gestion administrative quotidienne du domaine .ht. Plus sp6cifiquement:
de 1'enregistrement de noms de domaine .ht et services associ6s ;
du maintien des relations avec les instances internationales concern6es par le
domaine .ht;
dela vieille technologique dans le domaine de la gestion des DNS.
La Faculty des sciences s'occupera de l'aspect technique du project.
Ce project a recu le support technique et financier du PNUD et de l'USAID.

Premiere audition de deux prevenus dans I'affaire du 17 decembre

C'est le vendredi 11 janvier que 1'ex-colonel Guy Francois et l'homme d'affaires
Tony Saati ont Wt entendus par lejuge Bernard Saint-Vil ... L'audition a dur6
plusieurs heures et les deux pr6venus ont Wt6 ramen6s en prison.

Note de press de Albert Dorelien ...
Dans une note de press, Albert Dor6lien, don't la maison aurait servi de base A Port-
au-Prince pour les comploteurs du 17 d6cembre, selon les declarations faites par le
garden de la demeure, Jean Dumesle, a fait part de son 6tonnement devant pareille
nouvelle.
Albert Dor6lien dit qu'il faudrait demander aux participants A ces reunions qui leur
avait donn6 le droit de participer A ces reunions dans sa maison, une maison
dasaffect6e depuis 5 ans. Albert Dorelien, qui vit actuellement A Boston, precise
n'avoir donn6 A personnel l'autorisation de se servir de sa maison pour y organiser des
reunions politiques.

Creation d'une commission d'enquete sur l'affaire
de Saint-Raphael
Une commission d'enquete charge de determiner le degr6 d'implication du d6put6 de
St-Raphael, Jocelyn St-Louis, dans l'assassinat du maire de cette ville, Femrnand
Severe, a Wt6 formie mercredi A la chambre des d6put6s.
Cette commission s'est renduejeudi A Saint Raphael pour recueillir des informations
sur cette malheureuse affaire qui s'est sold6e par la mort de Mr Severe, tu6 de 17
balles, parait-il. Des membres de la population auraient accuse le d6put6 St-Louis de
responsabilit6 dans ce meurtre.
Le Bureau de la chambre des d6put6s announce qu'il y aurait des confusions dans les
declarations parvenues au parlement concemrnant le dossier de St Raphael. Le president
par interim de la chambre de d6put6s a pr6cis6 que les declarations du directeur
general du ministere de 1'Intdrieur Bel Angelot, sont en contradiction avec celles du
d6put6 Jocelyn Saint Louis concernant l'incident de Bouyara, 3 eme section
communale de St-Raphael.


Page 18


POUTRE


Solutions de la semaine passe:


I ~


I


Solutions de la
semaine passee:

MMI^*


( SCRABBLE >
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour formnner un mot Frangais

SR

"T E T
TET

RO


Solutions de la semaine passe:
SUSPECT






Mercredi 16 Janvier 2002
T. T; L WA Vn T N 5V


I ti gout 'pa ti gout ak Jan Mapou I


Page 19


nHli taH Marche Vol. X V o. .u V A



BANK OF AMERICA REVOKE SAN REZON

SEL VIS-PREZIDAN AYISYEN


EUSTACHE FLEURANT


APRE 4 -PWOMOSYON


Rele-1 rasis, enjistis, diskriminasyon...
jan nou vie, kominote ayisyen nan Miyami-an
pran youn soufl6t marasa nan men Bank of
America. Eustache Fleurant youn Ayisyen
natif-natal, youn pwofesyonbl kalifye k'ap
travay nan bank depi 20-an revoke san rezon.
Eustache Fleurant se sl -Ayisyen ki rive nan
tet direksyon bank of America. Li derape ak
Barnett, 16 Barnett fe youn sel ak Nations Bank
li kontinye bay nouvo enstitisyon -an konesans
li. Epi Nasyons bank vin fe youn sel ak Bank
of America li Eustache pran 4 pwomosyon
nan 4 ane pou bon travay ak bon randman.

20 ANE SEVIS. KONSEYE FINANSYE
KOMINOTE AYISYEN-AN
Eustache Fleurant soti nan < agement>> -ki se komite admisnistrasyon
manman bank sa-a pou I'vin Vis-prezidan e
direkt6 youn branch. Li dirije Branch ki te sou
Biscayne nan 506m ri-a de 1997 a 2001.
Branch sa-a ki te andegraba pran fil lamenm
plis anko bon relasyon li genyen ak kbmbsan
Ayisyen-yo rale youn bann kjliyan Bank lan
te pbdi epi ede ti kbmbsan yojwenn ti kbb prete
pou derape osnon amelyore biznis. Se pa de
konpiman li pa resevwa e se bbl nbt evalyasyon
chef li mete nan dosye li. Li pa senpman youn
anplwaye, li se youn konseye pou ni senp
kliyan k'ap depoze osnon envesti ni komesan
k'ap made konsby pou devlope biznis yo.
Eustache Fleurant transfer nan branch
79th. la. Branch lan fin deplimen. Yo te bezwen
youn espesyalis pou f6-1 reprann nanm.
Eustache ki konnen se younn nan branch
enpbtan pou kliyantel Ayisyen-an aksepte san
grate tet. Eustache aksepte pozisyon-an pou li
retounen nan 796m nan pou l'al leve prestij
branch sa-a ki nan Little River-a 796m ri ak
26m Av. Northeast nan kb kominote ayisyen-
an.-

BRANCH 79em RI-A REPRANN FOS
Piti piti aktivite yo reprann. Kliyan ki
te mawon kontan aprann se Eustache ki
tounen... Branch lan ap monte. Depo ap fet.
S6vis pou kliyan koumanse amelyore.
Komesan Ayisyen tankou mwenmen nan
Libreri Mapou kote Eustache se konseye
finansye nou depi nan Ayewopb Miami kote li
t'ap travay nan branch Bamrnett la, ale nan 796m
ri; pase nan 506m ri sou Biscayne, retounen
nan 796m-lan. Se pa noumenm senpman li ede.
Se tout youn tralye komesan k'ap goumen pou
biznis yo mache nan LITTLE HAITI-a

EUSTACHE REVOKE PANDAN LI
ANVAKANS
12 Desanm 2001, Pandan Eustache
anvakans, konplo mare, konbinezon ak
mannigans vale glbt zanmi nou Eustache.
Youn fanm ti zbrey nan zile kote yo di
Boukman te soti-a, vann konsyans li, monte
youn sel konplo pou eliminen kanmarad-la.
<> pwov6b la di.
Se pa manti paske Bi madanm nan se satisfe
oun lbt konpatriybt, yo di, ki te sou lis pou


revokasyon. Madan Jennifer Johnson, ki se
senior Vis-Prezidan, kidonk chef Eustache
lonje youn dokiman ba li ki pa menm di-1 mesi
pou 20-an sevis li bay enstitisyon labank lan.
Youn kout pye nan fiftiwann, youn souflet
marasa nan machw6 kominote-a.

REVOKE SAN REZON ?
Eustache revoke san rezon. LU nouv6l


la gaye nan kominote-a, tout ofisyel ayisyen
ak youn grap lid6, prezidan osnon direkt6 pi fo
bganizasyon relijye, kominot6, kiltirel, sosyal
e politik nan kominote ayisyen-an made Bank
of America youn esplikasyon rapido-presto.
Antou, 27 ayisyen byen kravate, move fbk pa
plis, sanble nan HAFI Sant Ayisyen Ringo
Cayard ap dirije nan 5080 Biscayne Blvd. Bank
America voye Mrs Johnson, youn Afriken
Ameriken, mounn Jamayik, pou vin tande
doleyans kominote-a. Madanm Jennifer
Johnson se <> nan
bank lan kidonk premye bbs Eustache pou zon
Miyami-an. Johnson sa-a responsab 34 lbt
branch Bank of America nan Miami-Dade
County. Se Johnson sa-a ki kouri ak Eustache.
Poukirezon? Jennifer Johnson pase 26 d'tan
ap djedj6 devan manm kominote-a san janm
bay youn repons sou revokasyon Eustache. Li
vale van, li depale kon r6stavek yo kenbe k'ap
niche b6 nan pen madanm... Li tranble kon fey
siwel. Se te byen jwenn ki pa te byen kontre
apre li te fin retire trip pou mete pay.

OFISYEL AYISYEN YO NAVE MADE
ESPLIKASYON TRAPDE
Majistra Djo C61estin frape men-1 sou
tab la. Li ensiste pou Bank of America bay youn
esplikasyon vit-e-prese sou rezon revokasyon
Eustache Fleurant. Si se te pou redui estaf Bank
lan; li mande... poukizon se nan tet la yo
kbmanse. Tout konpayi k'ap koupe estaf yo
jounen jodi-a koumanse ak mounn ki anba yo,
mounn ki fenk anplwaye, ki pa gen anpil tan ni
esperyans. "Poukirezon apre Eustache fin re-
voke Jennifer Johnson ranplase-1 lamenm ak
youn 16t mounn ki pa gen ni esperyans ni


konesans ni okenn kontak ak Ayisyen nan
kominote-a, Janjan St. Armand made?
Poukirezon youn anplwaye tankou Eustache ki
resevwa 4 pwomosyon nan 4 ane ki gen 20
ane sevis nan Bank lan k'ap mennen kliyan
Ayisyen... pou Jennifer Johnson flanke-1 pa
mal de reyaksyon kominote-a pou revoke
Eustache? Ringo Cayard, Janjan St. Armand,
P6 Bazen, Marleine Bastien, Paste Jonas,
Konsil Guy Victor, Councilman Philippe
Derose, Alvarez nan USATelefbn, Ronald Co-
las, Fred St Armand, Stanley Alexis, Jan Mapou
... Tout kanpe, gade Jennifer nan de kalalouje-
1 pou mande-1 deki prevyen?

RE-ENTEGRE EUSTACHE OSNON
MANIFESTASYON KONT B ANK LAN
Jennifer bebb. Li pa ka reponn. Li
made pou lapres deplase. Li sispek kon chen
k'gobye legliz. Li menm deklare ekip mounn
ki envite-1 yo pran-1 nan pelen karabann. Li di
li pa kalifye pou li reponn gwo kesyon sa yo
albs se limenm menm ki pran gwo desizyon
revoke Eustache. Day6 Janjan St, Armand ak
majistra Joe Cl61estin bay Bank of America
younultimatum. JEDI 17JANVYE d6nyejou
pou Bank of Amerika pote youn repons pou
re-entegre Eustache Fleurant nan djbb li san
delI, san kondisyon sinon kominote-a ap pran
beton-an pou youn manisfestasyon
manchlonng. Eustache pa pitimi san gadb.
Majistra Joe C6lestin, menm menase pou City
of North Miami retire lajan-1 nan Bank lan si
"sant" li pran-an se sa. USA telefbn, Boby Ex-
press tandbt anko ap f6 menm jes la si pa gen
satisfaksyon. Li 16, li tan pou yo sispann betize
ak nou. Fok Bank of America konprann tan ye
pa tan jodi. Fbk yo respekte nou...

LOT REKLAMASYON ANKO
Labib di 16 yo ba-w youn soufl6t, lonje lbt
machw6-a pou pran youn dezyem... Men Labib pa
janm di sa pou youn mounn fe apre lb li fin pran
dezyem souflet la... Se pa ni jodi ni aye Bank sa-a
ki chita anndan nannan kominote-a ap souflete nou,
rale lajan kombsan Ayisyen yo. Se pran san bay.
Se nan rale pou jwenn youn ti monnen prete pou
louvri biznis, amelyore biznis osnon achte youn
kay... epi jamnb-jame ke non-1 te Barnett, Nations
Bank osnon Bank of America yo pa patisipe ni nan
devlopman osnon nan amelyorasyon kondisyon
mounn ak anviwonnman kominote-a. Yo pa envesti
nan ni pip ni tabak. Yo pa bay reklam nan medya
ayisyen-yo menm youn ti dekorasyon pou epbk
fet la yo pa ni bay youn penich ni mete youn ti
limye bebbl pou leve eskanp figi kominote-
a....Manje lajan-m, ban-m,bon jan pwovbb la di,
Kidonk, Bank of America lag6 aveti pa touye
kokobe! Jan Mapou

OMAJ POU LANGSTON HUGHES
POWkT-EKRIVEN, ZANMI JACQUES
ROUMAIN AK PEYI AYITI
2 FEVRIYE 2002 6-8 PM NAN LYRICS
THEATRE 819 NW 2ND AV. AK
SOSYETE KOUKOUY. KONFERANSYE:
DR. WALLIS TINNIE PWOFESk
HARLEM RENAISSANCE NAN F.I.U






I ATTENTION! I


Mercredi 16 Janvier 2002
Haiti en Marche Vol. XV No. 50


I FC GOLD CUP 2002


The best teams and brightest


stars....


The National Teams of
Haiti, Trinidad & Tobago, USA, Mexico, Costa Rica, Canada, Cuba, Guatemala, El Salvador,
Martinique, Korea and Ecuador fight for GOLD, and the championship of the North, Central America
and the Caribbean region
Miami Orange Bowl


Friday/ January 18


Martinique vs Costa Rica
Haiti vs Canada


Sunday/ January 20 Costa Rica vs Trinidad & Tobago 3:00 pm
Ecuador vs Haiti 6:00 pm
General Admission Tickets: Advance $ 21 Reserved tickets : $ 30.00 Day of Game $ 25 Premiere tickets : $ 40.00
For Information contact 1) New York (646) 210-1551 / 2) Boston (617) 825-4271/ 3) West Pam Beach (561) 315-1742
/4 Pompano Beach (954) 942-8269
For Information: Contact Sport Passion: (305) 895-8006 (954) 781-7424


LAYITE RECORDS


LAYITE RECORDS
2704 W- OA'LAND PARK BLVD
Ft. Lauderdale, Fl. 33311


7F~e~h:


954


770


3 114 9


954


739 5886


Page 20


7:00 pm
9:00 pm


--




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs