Title: Haïti en marche
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00098809/00072
 Material Information
Title: Haïti en marche
Physical Description: v. : ill. ; 45 cm.
Language: French
Publisher: s.n.
Place of Publication: Miami Fla
Miami, Fla
Publication Date: August 8, 2001
Copyright Date: 2010
Frequency: weekly
regular
 Subjects
Subjects / Keywords: Haitians -- Newspapers -- United States   ( lcsh )
Newspapers -- Miami (Fla.)   ( lcsh )
Newspapers -- Miami-Dade County (Fla.)   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
Spatial Coverage: United States of America -- Florida -- Dade -- Miami
Haiti
 Notes
Language: In French.
General Note: Description based on: Vol. 3, no. 37 (7 November 1989).
 Record Information
Bibliographic ID: UF00098809
Volume ID: VID00072
Source Institution: University of Florida
Holding Location: University of Florida
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: oclc - 21271733
lccn - sn 92061416
issn - 1064-3869

Full Text
























PORT-
On se reveille
dre que les n6g


BAR NVERSITY LIBA


HAITI- C RISERRYERSITY LIBRARY

Le ton monte ... mais le pays
AU-PRINCE, 4 Ao t Central ot Fanmi Lavalas compete un
ce samedi pour appren- jj p eSd p a s *erd grand ennemi en la personnel de Cha-
ociations doivent rede- i vannes Jean-Baptiste, coordonnateur


marrer cejour meme. Rendezvous Al'ho-
tel Montana, annonce-t-on aux joumalis-
tes. Comme qa! ... Apres plus de trois se-
maines de no comment, de suspension sans
Mfir 1-..,-, .agm gle:.-.


explication.
Mais qu'importe au grand public.
La crise ne fait plus recette. C'est la plus
belle chose qui ait pu arriver A ce pays de-
puis longtemps. Vous vous
rendez corn pie! Des com-
mandos en treillis militaire
attaquent plusieurs garni-
sons de la police national,
don't I'Academie de police
ahbritant la plus important
unite de mantiendel'ordre,
c'etail le samedi precedent;
eh bien la mCmematineeles
acu i t es se droulaient Ala
capiiale come A 1'ordi-
naire. business as usual.
S Bilan des e elements: 5
morts dans les rangs de la
police, et au moins 1 chez
les assaillants ... Mais la
semaine s'esi d6roul&edans
la mrnme atmosphere de s6-
renite ExplicaLiond'unob-
sen ateur quw depuis delon-
gues anndes suitdetrs pres
la realiIe politique hai-
tienne : I'homme delarue
en a desormai s le coeur net.
0 sait qui est qui, qui s'op-
pose 5 qui, et l quoi. II sait
? quoi s'attendre. L'6qua-


tionn'aplus d'inconnue, plus de secret pour
lui. Ce qui signifierait, selon cet observa-
teur, quelacrise estjoude ... Lesjoueurs en
connaissent dejiA 1'issue, du moins theori-
quement.


Aussipoursortir
le public de son flegme, si
chhrement acquis, enfaut-
il plus queles accusations
des OP organizationss po-
pulaires) pro-Lavalas
contre la Convergence
D6mocratique (opposi-
tion) et la communaut6
international dans les
6v6nements sanglants du
samedi 28 juillet...
Pas plus quel'on
ne s'6meut outre measure
des d6nonciations de Con-
vergence et de certaines
organizations de droits
humans, r6percut6es si ce
n'est orchestras par
I'Ambassade americaine,
Apropos d'une champagne
de repression que le gou-
vernement, profitant des
circonstances, est accuse
d'avoir d6dclenchie tous
azimuts, particulihrement
dans la region du Plateau


dumouvement des paysans de Papaye. Les
locaux de cette organisation ont 6t6 incen-
dies dans la foul6e des 6v6nements du sa-
(voir Le ton / 4)


U,-
i .*;' * "; s e T |e


Mbme Hermione Leonard, directrice de la Police
Departementale de 1'Ouest, don't les declarations la
semaine derniere ont souvent paru en contradiction
avec les temoignages recueillis sur le terrain
photo Harti en Marche


ACTUALITE POLITIQUE

Aristide condamne la violence

L'Ambassade US aussi, mais des
PORT-AU-PRINCE, 3 aofit AS en Haiti. La tension a monte le
Dans lafoule d'une srie d'attaques con- ueuX Co^tes samedi 28 juillet quand des
tre des batimentsde lapolice quiontlaiss6 homes armies en uniform


Rentree des classes 2001


Les measures d'accompagnement de la
Prdsidence/ pages 10 et 11


sx i morts, le president hamtien Jean-
Bertrand Aristide a condamn6 ven-
dredi la violence dans cette nation
tourmentie de la Caralbe, dit un bul-
letin de l'agence Reuters.
Les conmmentaires d'Aris-
tide ont suivi une semaine turbulente


militaire ont attaqu6 un com-
missariat de police avant de
prendre d'assaut une academic


I I 1- '*- -
Marjorie Rivette, reporter radio, condamn6e la
semaine demiere A 5 ans de prison pour le meurtre de son
6poux survenu le ler mai 1999, dans ce qui a tout 1'air
d'un crime passionnel. La victim, Bertrand Pierre-Louis,
dtait un frCre du defunt major Fritz Pierre-Louis tu6 lors
du coup d'6tat du 30 septembre 1991 en defendant le
president Jean-Bertrand Aristide.
B6neficiant de la loi Lespinasse, il reste a Marjorie
Rivette 3 ans A passer encore derriere les barreaux.
Mais ces fers aux jambes sont-ils bien n&cessaires
dans un tel cas?


de police en laissant 2 policies et 1 cadet morts.
Les attaquants ont fui ensuite vers trois
(voir Condamnations reciproques / 3)


HAITI PARMI LES BENEFICIARIES

Le Venezuela et le

Mexique renouvellent

I'accord sur le petrole
CARACAS, 3 Aofit- Les gou- document a &t6 sign simultanement A Ca-
vernements du Venezuela et du Mexique racas par le president v6nizu6lien Hugo
ont renouvelk vendredi, pour la 210 fois, Chavez et A Mexico City par le president
1'accord pour fournirdu p6trole A 11 pays VicenteFox.
del'Amnrique central et de la Caraibe. En vertu de 1'accord, connu sous
Selon le ministry v6n6zudlien lenom del' Accord de San Jose ",les deux
des Affaires 6trangeres Luis Davila, le (voir Ptrole / 2)


r Haiti en Marche >
Port-au-Prince
100 Avenue Lamartiniere
Bois Verna
Tel: 245-1910 Fax 221-0204
Miami
173 N.W. 94th Street
Miami, Fl. 33150
T61: 305 754-0705 / 754-7543
New York 914 358 7559
Boston 508 941 6897
Montreal 514 337 1286
Fax: 305 756-0979 / 513-5688
email: enmarche@haitiworld.com
URL www.haitienmarche.com
Library of Congress #ISSN 1064-3896
Miami, New York, Montreal, Boston,
Washington, Chicago: $ 1.00
KPort-au-Prince: 10 Gourdes


Haiti en Marche edition du 8 au 14 Aofit 2001, Vol. XV, No. 27


IP&~$i~f~'


aiMG 1 0 2001n








Page 2


I ENPPLS ...


EN BREF ...I


Mercredi 8 Aotlt 2001
Haiti en Marche Vol. XV No 27


Haiti et la Caricom


PORT-AU-PRINCE, 4 Aofit -
Des question intdressantes posees Aun s6-
minaire dela CARICOM vendredi Al'hb-
tel Montana, organism & 1'initiative du Bu-
reau de Coordination et de Suivi des Ac-
cords CARICOM, OMC, ZLEA en Haiti.
C'6tait I'autre CARICOM. Nous
voici loin de la crise politique et de ses
negotiations qui n'en finissent pas de fi-
nir. Place enfin a la vraie CARICOM, i.e.
l'avenir economique et social de dizaines
de millions ; la mise en valeur et en pers-
pective de toute la region caraibe face aux
tout-puissants p6les economiques de la
plankte, d'un ct6 ; et d'un autre cte, la
vie de tous les jours de l'homme et la
femme caraibe auxquels des hasards his-
toriques et geographiques ont assigned une
identity bien particulibre, un mode de vie
tout A fait autre, cette DIFFERENCE qui
fait plus que tout sa force comme une des-
tination unique, sa valeur, sa QUALITE;
et A ce niveau Haiti n' arien a envier A per-
sonne.
Place dans ce context, replace
dans notre context, notre mare nostrum,
laperspectiven'est soudainplus lameme.
Comme par miracle, il ne s'agit plus de
"le pays le plus pauvre de l'hemisphere
occidental", car ilne s'agit plus de se com-
parer & New York, Miami ou Paris; plus
de refoulement, mais plutot d'integration ;
il ne s'agit plus de soustraction, mais d' ad-
dition, et vers une grande et solidaire mul-
tiplication. Et Mme Marie-Michbele Rey,
directrice du Bureau de Coordination et
de Suivi des Accords CARICOM et du
processus d'adh6sion d' Haiti A cette orga-
nisation, a ete on ne peut plus 6loquente A
ce sujet...
Oui, au-delh de la libre circula-
tion des biens et services (et des person-
nes) qui fait craindre que nos rares profes-
sionnels continent de nous quitter pour
des cieux plus clements ; au-dela du TEC
(Tarif externe commun) qui fait croire que
le prix du riz sur le march local pourrait
monter et qu'on ait plutot l'impression de
perdre au change (nous avons d'ailleurs
Wte rassur6s, tout cela est pris en compete
avec le plus grand soin dans les negocia-
tions pour l'adh6sion d'Haiti) ...
Mais, plus on y reflechit, pensez
A tout ce qu'on peut faire ensemble; pen-
sez A notre faiblesse actuelle, et a ce que
cela representerait si nos maigres ressour-


ces avaient 1' opportunity de se mettre avec
celles de nos voisins, qui ne sont pas parmi
les plus riches, mais qui sont motives par
une grande cause que nous leur avons en-
seigndejadis, et que nous semblons avoir
oublide : que c'est l'union qui fait la
force et que tout seul l'on est faible, ir-
remediablement faible. Et pour cause !
Et nous pensions au tourism,
l'une des plus grandes forces de la region
... et aussi & une certain perle des An-
tilles ".
Or s'il y aun domaine oilaplace
d'Haiti au sein de la CARICOM est tout
indiqude, et of le secteur priv6 haltien (qui
6tait represented au sn6minaire de vendredi,
mais qui laprochaine fois, espere-t-on, fera
mieux) a tout A gagner, c'est le tourism

inutile de dire que nos voisins
sont fort en advance ... Cuba accomplit des
pas de gdant (le tourism ne regarded plus
vers Miami Beach, ni vers la Cote d'Azur),
la dernire trouvaille cubaine est un com-
plexe touristique construit entidrement
sous les palmiers ...
Mais seule Haiti (mot don't la si-
gnification est terremontagneuse) qui a, a
l'instar d'un Monaco, la mer turquoise au
pied meme de la montagne...
Et l'on pense aux croisieres qui
sillonnent la region chaque semaine par
dizaines ; et l'on pense 1'engouement qui
continue pour un tout petit bout d'Haiti
nomme Labadie; et avec un penu d'imagi-
nation, au nombre de clubs Bois Cai-
man qui pourraient semultiplier, Al'ins-
tar du Tropicana de la Havane, repliqu6
dans toutes les grandes villes de Cuba. Et
aussi & un 6ventuel mais realisable axe
Cuba-Haiti-Saint Domingue qu'on pour-
rait baptiser le nouveau croissant fer-
tile ". Bref, A tout ce boom qui nous file
sous le nez. Et l'on se dit: Sommes nous
d6finitivement les plus betes ?
Apres avoir perdu la bataille des
telecommunications, le secteur priv6 hai-
tien ne devrait pas perdre celle du tou-
risme.
Mais la solution ne viendra plus
de Miami Beach, ni de Los Angeles, ni de
la Cute d'Azur...
La solution est la CARICOM.

editoriall de Ml61odie 103.3 FM,
Port-au-Prince, Haiti)


1 accord su
(Pitrole ... suite de la preumire page)
pays foumrniront chacun 80.000 barils de pe-
trole et autres products p6troliers chaque
jour aux 11 pays de l'Amerique central
et de la Caraibe.
Les b6n6ficiaires de cet accord
comprennentles Barbades, Belize, le Costa
Rica, Salvador, Guatemala, Haiti, Hondu-
ras, Jamaique, Nicaragua, Panama et la
Republique dominicaine.
Ces nations n' ont pas A payer en
cash pour leurs achats de ptirole. D'autre
part, elles peuvent utiliser environ 5% de
leurs budgets pour finance des projects de
developpement r6alis6s par des firmes
mexicaines ou v6n6zueliennes.
Depuis 1980, quandl'accordaete


r le peftrole
sign A San Jose, capital du Costa Rica,
145 projects pour une valour de 1.687 mil-
liards de dollars ont Wte lances, selon le
ministry Davila.
Des firmes v6nzu6liennes ex6-
cutent actuellement 9 projects pour envi-
ron 150 millions de dollars au Costa Rica,
au Honduras, A la Jamaique et la Republi-
que dominicaine ", a indiqu6 Davila.
En octobre de l'ann6e demnire,
le government venezuelien a sign des
accords de cooperation 6nergdtiques,
comme un complement de l' accord de San
Jose, avec une douzaine de pays de l'Ami-
rique central et de la Caraibe, y compris
Cuba.


Lactualite au quotidien de bon matin

103.3 FM Port-au-Prince, Haiti
Tel 221-8567 / 8568 / 8596 FAX 221-0204


Est-ce la fin des n6gociations?
Malgr6 les declarations optimistes du repr6sentant special du secr6taire g6n&ral de
1'OEA, Sergio Romeo Cuevas, les n6gociations sont bloqu6es.
Les repr6sentants de la Convergence D6nmocratique (opposition) auraient declare que
tant que leurs partisans continueront A etre harceles par le pouvoir, il n' y aura pas de
n6gociations avec des representants de ce dernier.
Samedi a 1'h8tel Montana, Mr Romeo a rencont rune de616gation de Fanmi Lavalas,
mais il n'a pas pu porter Convergence A rencontrer le part an pouvoir.
Mise "en isolement" du directeur de l'Academie Nationale de Police
Le Directeur del 'Academie Nationale de Police, le commissaire Jean Yonel Tr6cil, a 6t6
mis au secret A la Direction departementale de 1'Ouest, dans le cadre de l'enqu8te
ouverte sur les
attaques perp6tr6es le 28 juillet dernier centre 1' academic de police et des commissariats
d'autres regions di pays, principalement le Plateau Central.
Selon une source proche de 1'institution policire, Jean Yonel Tr6cil n' est pas en
detention. "n1 a t6 plut6t mis en isolement A la demand de la commission charge de
fair la lumiere sur ces attentats qui ont fait au moins 5 morts et 14 blesses dans le camp
de la police", a indiqu6 la source.

L'ancien commissaire de Police de Ption-Ville, Mario Andr6sol,
toujours en detention...
L'ancien commissaire de police de Ption-Ville, Mario Andr6sol, arret6 mardi h Port-au-
Prince, 6tait toujours ce week-end a la disposition de la commission d'enquate charge
de fare le jour sur les 6v6nements sanglants du samedi 28 juillet.
L'ancien militaire a Wt interrog6 mardi pendant plusieurs heures dans le cadre des
investigations sur les operations meurtrieres qui ont 6t6 menees par de prdsum6s anciens
militaires.

Le Conseil Sup6rieur de la PNH r6pond sans convaincre A une
convocation du Senat de la Republiqhue ...
Le Conseil Superieur de la Police Nationale d Haiti (CSPNH) a repondu vendredi h une
convocation du Senat de la R6publique autour des incidents du samedi 28 Juillet.
Dans ses premieres declarations, le Premier ministry Jean-Marie Chrestal a confirmed
que les attaques ont t6 perpe6tr6es par d'anciens militaires lourdement arms.
1 a fait savoir que la PNH n' est pas une force militaire et n' 6tait pas en measure de
donner une reponse proportionnelle A cette attaque-surprise. (A l'instar du Costa-Rica,
Haiti ne dispose plus d'armee depuis le retour d' exil du president Aristide en octobre
1994).
Le chef du gouvemrnement a toutefois fait savoir que ces incidents meurtriers vont aider
la police A mieux se preparer pour r6pondre A des attaques similaires.
"Le CSPNH attend le rapport de la commission d'enquete chargee du dossier pour en
savoir davantage sur les incidents du 28 juillet", a-t-il fait savoir.

Des organizations de defense des droits de l'homme denoncent des
abus qui auraient t6 commis centre des membres de l'opposition k la suite des attaques
du 28 juillet
Des organizations haitiennes de defense de droits de l'hliomme ont denonce vendredi ce
qu'elles appellent la repression systematique don't des anciens militaires et des partisans
de la Convergence d6mocratique seraient 1'objet dans le Plateau Central.
Selon ces organizations don't la NCHR, la POHDH et le CARLI, des personnel sont
arretees et detenues ill6galement depuis les incidents du 28 juillet.
Elles accusent des proches de Fanmi Lavalas et des agents du Swat-team d'etre
responsables d'une situation qu'elles assimilent A de la terreur dans le department du
Centre.
Les organizations de defense des droits de l'homme qui declarent avoir men6 une
enqu&te sur cette affaire, font 6tat de 1'existence d'une liste de personnel qui seraient
recherchees, selon elles, par la police dans le cadre des derniers incidents survenus dans
le Plateau central.
Des habitants du D6partement du Centre se sentent menac6s apres avoir 6t6 accuses
d'avoir inform la police sur l'identit6 des assaillant de plusieurs commissariats de
police
La population appelle les autoritds judiciaires A mener des enquetes s6rieuses et A
interpeller dans le respect de la loi, tous les suspects, pour pouvoir fixer les
responsabilit6s dans le cadre de cette affaire.
Deux policies avaient Wt tud6s dans le Plateau central, don't l'un A Hinche et I'autre &
Mirebalais.
A Hinche, un individu indentifi6 come 6tant un ancien militaire a 6t6 tud lundi soir
dans des changes de tirs avec la police.
D'autre part, le corps d'un home en uniform militaire a 6td d6couvert dans une
rivibre de la region.

Les Etats-Unis condamnent les attaques meurtrieres centre la PNH
Les Etats-Unis ont condamn6 jeudi les attaques perp6dtr6es samedi dernier centre
l'Academie Nationale de Police et des commissariats de police du pays.
Ces attaques menees par de pr6sum6s anciens militaires ont fait au moins
cinq (5) morts et quatorze (14) bless6s parmi les policies.
Dans un communique de press parvenu aux media, le gouvernement am6ricain
declare deplorer la violence et les pertes en vies humaines enregistrdes, et
demand qu'une investigation soit effectu6e "rapidement et correctement".
Toutefois, selon le bureau des affaires publiques de l'Ambassade des
Etats-Unis, ces 6evenements ne justifient pas ce qu'il appelle "les
arrestations arbitraires, les detentions ill6gales, les meurtres politiques
qui s'en suivirent.
Soulignant que toute personnel a droit A un processes judiciaire just,
equitable et human, le gouvernement americain declare appeler le
gouvemrnement d'Haiti & mettre fin, dit-il, "aux arrestations ill6gales et
arbitraires et aux tueries".
"Nous recommandons A tous les Haitiens de rechercher les moyens par lesquels
les blessures anciennes peuvent etre cicatrisdes et d'aller vers 1'avant",
conclut la note de 1' ambassade americaine qui intervient 5 jours apres les
"tueries" commises par de pr6sum6s anciens militaires.
Reaction du gouvernement haitien: le ministry de la Communication, Guy Paul, invite
1'ambassade am6ricaine A apporter les preuves des "tueries" don't parle son
communique.

La communaute haitienne de New-York condamne les evenements
de samedi
La communaut6 haitienne de New-York (Etats-Unis) a condamn6 dans sa grande
majority les attaques meurtrieres perp6tr6s par de pr6sum6s anciens militaires contre
l'acad6mie national de police et des commissariats de police du pays. Selon le
directeur g6ndral de Radio Soleil d'Haiti, Ricot Dupuy, la quasi-totalite des intervenants
dans les missions "lignes ouvertes" estiment que ces attaques avaient pour objectif la
prise du pouvoir par la force.
Les intervenants ont condamn6 le fait que certain secteurs s'obstinent A vouloir passer
A c6t6 de la voie trace par la Constitution pour arriver au timon des affaires. D'autres
estiment que ces attaques visaient dgalement a freiner l'engouement manifesto pour la
"zero tolerance" dans la lutte contre la criminality par les Haitiens de la Diaspora qui
debarquent tous les jours par centaines en Haiti. Selon Ricot Dupuy, citant des
compatriotes de New-York, les tentatives visant & dtouffer cet engouement, n'ont
(voir En Bref ... /18)


SOLIDARITE REGIONAL

Le Venezuela et le

Mexique renouvellent


I __ _______







Mercredi 8 Aoft 2001
Hati en Marche Vol. XV No.27 L'ACTUALITE EN MARCH

Aristide condamne la violence
L(

L'Ambassade US aussi, mais L
A
s d u A s litiques proches du part Lavalas au pouvoir font por-
des d eu x cok es terlaresponsabilit6 des v6nements sanglants hune coa- I
(Condamnations ... suite de la prenmire page) lition de
villes dans le centre du pays, laissant encore deux policies 1'opposi- A
morts. Plus de 10 policies ont Wte bless6s et un des as- tionnom- L
saillants a trouv6 aussi la mort, selon le gouvernement. Ce m6e Con- 1
dernier aurait Wte tud au course d'un clash avec la police vergence
dans la region de Hinche. Selon le porte-parole de la Police D 6 mo- -
nationale, Jean-Dady Simdon, il s'agit d'un ancien soldat cratique, N
bien connu r6pondant au nom de Wilner Jean-Louis. qui avait -
La police a arrWtd 35 suspects. appeal aunIx
"Nous condamnons tous les actes de violence et retour de G
les crimes perp6trds par des gens qui assassinent des gens. 1'arm6e ,i
Nous souffrons tous" a dit Aristide aux reporters au Palais dissoute S
National. aprss le S
"Nous travaillons pour 6tablir lapaix dans lepays r e tour i
et nous voulons maintenir un climate de s6curitd. J'appelle d'exil du
toutes les autorites concernues a renforcer la loi et a accel6- president D
rer 1'investigation des criminals. Mais les gens qui meu- Aristide en 1994. Aristide Q
rent, 9a nous ne pouvons pas le toldrer." En mars, un ancien officer de l'armde, Gdrard
La violence a port les officials A dire que l'atta- Davius, proche de Convergence, a conduit une manifes- R
que 6tait une tentative de coup d'6tat orchestrde par d'an- station d'un miller d'ex-soldats A travers les rues de la I
ciens militaires. capital appelant A la d6mission du president Aristide et I
Les organizations populaires petits groupes po- A la r6instauration des forces armies.


en.I. 7R E RI iR d
k-w -f7-






1067



5.01 / /


Page 3

INALYSE SOMMAIRE
e ton monte ... mais le pays ne perd pas le nord p.1

A CRISE
Aristide condamne la violence
'Ambassade US aussi, mais des deux c6tes p.1
a Police restde loyale au pouvoir p.3
LCTUALITE
e Vnezuela et le Mexique renouvellent 1' accord
ur le p6trole p. 1
Iarjone Rivette condamn6e p. 1-
[ne bonne oeuvre brisde p.9

NOTRE REGION
[aiti-Caricom p.2
a grogne social se g6ndralise en Amnrique latine p.16
olombie: La guerre s'intensifie p.16
a Bolivie s'apprete A vivre l'apres-Banzer p.17
REFLEXION
eule la R6publique sauvera Haiti p.7
Sfaut faire, agir et non subir! p.12
)IASPORA
)uand le Sud de la HFloride r6agit p.8


Des leaders de opposition ont ac-
cus6 cette semaine Lavalas de conduire une
" champagne de terreur A Hinche, ville situde
A 137 km de Port-au-Prince.
Chavannes Jean-Baptiste, dirigeant
de association paysanne MPP (Mouvement
des Paysans de Papaye), bas6 A Hinche, a d6-
nonc6 cequ'il appelle des detentions Arbitrai-
res et des abus centre les droits humans com-
mis contre les partisans de opposition.
Pour Reynold Georges, un dirigeant
dela coalition Convergence (opposition): Ils
ont cr66 tout cela afin de pouvoir arrater les
opposants et dire ensuite qu'ils ne n6gocie-
ront pas avec des terrorists. C' est du cinema
" (Reuters).
L'Ambassade americaine A Port-au-
Prince a appeal jeudi les autoritds gouverne-
mentales A mettre fin aux detentions ill6gales
et A la violence, en meme temps qu' elle a con-
damn6 les attaques contre les commissariats
de police.
Pendant ce temps, a Port-au-Prince,
des membres de la police ont t6 arrit6s, don't
1'ex-responsable de la police judiciaire, Mario
Andresol (toujours en detention).
D'autres sont gard6s depuis le d6but
de la semaine en isolement. Parmi eux,
1'ex-responsable du Centre de formation de
la police A I' Academic de Freres, le commis-
saire Jean Yonel Tr6cil.
Trecil est gard6 au secret depuis mer-
credi A la Police departementale de 1' Quest.
C'est un cadre de la police don't beaucoup de
personnel, y compris dans le Parti Lavalas,
louent l'amabilit6 et 1'entregent. Sa detention
provoque des reactions plut8t negatives, 6tant
donn6 les hesitations du gouvernement dans
son investigation qui font craindre que des cas
comme ceux de Tr6cil ne soient utilis6s
comme une sorte de bouc 6missaire.


La police

restee loyale

au pouvoir
PORT-AU-PRINCE, 1" Aofit Sc-
ion les officials du gouvernenent haiticn, les
attaques perp6trdes conutre des unites de la
police national par des inconniis arms en
uniform militaire, identifies comme des
membres de I'ancicnne arm6e d' llailti, ne de-
toumeront pas le pouvoir de sa volont6 de r6-
soudre la crises post-6lcctorale par des nego-
ciations sous 1'6gide de l'Organisation des
Etats Ain6mricains et de la Caricom (Commu-
naut6 caraibe), et pour convaincre la commu-
naut6 international de reprendre 1' assistance
6conomique, don't le pays a si cruellement
(voir police / 6)


)


Rentrde des classes 2001
es measures d'accompagnement de la Presidence p.10
laiti economie
description pour une 6conomie malade p.17


I I- 1 I -







Page 4


HAITI-CRISE


(Le ton ... suite de la premiere page)
medi 28 juillet dernier. Le communique de l'Ambassade
am6ricaine ne mache pas ses mots. Ces &v6nements, dit-
il, ne justifient pas les arrestations arbitraires, les dMten-
dtions et les meurtres politiques ", appelant le gouvernement
hadtien a ... mettre fm aux tueries. "
w. %


Mercredi 8 Aofot 2001
Haiti en Marche Vol. XV No 27


Le ton monte ...


pneus usag6s). Qu'importe. Les boites de nuit de Port-au-
Prince et des environs ont dans6 jusqu'au petit martin.
Est-ce pour marquer le coup que le nouveau re-
pr6sentant du Secr6taire general del Organisation des Etats
Am6ricains, 1'ex-ambassadeur du Mexique en Haiti, Sergio
Romeo Cuevas, convoquait samedi matin A l'hbtel Mon-
tanapourla reprise
des n6gociations.
Qu'importe, on ap-
prenait avant
meme la fin de la
matinee que la ren-
a 9 contre n'avait pas
S I dur6 trente minutes


C ',est
r a e Convergence qui a
fait volte face, ar-
guant que ses par-
e tisans ontharcel6s
par le pouvoir de-
puis les 6v6ne-
ments du 28juillet,
et que pas de re-
prise des pourpar-
lers possible tant
L'atmosphtre dans les locaux de I'Acad6mie de police quelques moments apris la fin que 'a repression
de Pattaque, on voit au fond des dizaines de cadets de la police que les responsables essaient n'aura pris fin.
de riconforter. Bilan : 3 tu6s, don't 1 cadet photo Haiti en Marche Le ton


A quoi le gouvernement, convaincu qu'il a Wte le
premier attaqud et que c'est lui la victim, r6pond par la
voix de son ministry de la Communication, M. Guy Paul,
que cette Ambassade d6passe la measure et ne respect
pas les regles dujeu en matiere diplomatique."
Mais est-ce seulement en matiere diplomatique ?

Le torchon brufile entire le gouvernement
et I'Ambassade U.S....
Le ton monte. Et dans tous les camps. Aussi bien
les OP qui d6cr6tent la fin des negotiations, 6tant donn6
que 1'ennemi est passe a la confrontation directed, d6non-
cent-elles, d6signant par 14 les attaques contre la police na-
tionale. On croirait la veille d' armes. Vendredi soir, une
semaine apres les fameux &v6nements, le commissariat de
PMtionville 6tait entourd de barricades artisanales (drums et


monte. L'Ambassade amdricaine monte au cr6neau accu-
sant le pouvoir de tueries ...
Le gouvernement s'6tait toujours gard6 jusqu' a
present de r6pondre du tac au tac a l'Ambassade amiri-
caine meme que le president Jean-Bertrand Aristide a 6t6
suspect de capitulation pour avoir sembl6 c6der lorsque,
par example, I'ambassadeur Brian D. Curran eut a deman-
der que le chef de l'Etat precise mieux sapensde dans l'af-
faire de z6ro-tolerance pour les criminals.
Mais cette fois le ministry haftien dela Commu-
nication d6nonce la violation des rgles les plus 6di-
mentaires de la democratic, et met 1' Ambassade am6ricaine
au d6fi de justifier les tueries don't elle accuse le gou-
vermement haitien.

Les fameuses conditions pour une


solution durable de la cruise ! ...
It ne reste done que le repr6sentant du Secr6taire
general de l'OEA pour parler de reprise des negotiations.
Mais de quelle force dispose M. Sergio Romeo Cuevas ?
En effet, nul n' est dupe. Quand Luigi Einaudi le
dur, assistant Secr6taire g6n6ral de 1'OEA qui a effectu6
sans sourciller plus d'une dizaine de missions en Haiti en
quelques mois, s'est 6clips6 sur la pointe des pieds ... Que
le Secr6taire g6n6ral Cesar Gaviria a mis fin a sa dernire
mission sans donner trop d'explication, ce n'est pas son
simple representant qui pourrait faire la difference. On
consider lapr6sence de M. Sergio Romeo en Haiti comme
destinde A faire passer le temps, le temps que toutes les
"conditions" de sortie de crise soient r6unies ... Car (c'est
du moins 1'opinion de l'homme de la rue) la solution A la
crise est depuis longtemps une affaire r6gl6e, ce qui ne 1'est
pas ce sont les conditions sur lesquelles il faut se mettre
d'accord avant la mise en place de cette solution. L' accord
est d6ja trouv6. C'est le protocole d'accord qui fait encore
probl6me...
Ainsi explique-t-on la suspension abrupte des der-
nieres conversations alors que 1'on 6tait en plein progres,
r6p6tait-on Al'unisson. C'est Washington qui aurait d6cid6
d'office que le processus 6tait assez avanc6 de ce c8t6, et
qu'il 6tait temps de passer aux conditions. De passer
aux choses s6rieuses. L'Union Europ6enne, tout a fait au
diapason avec les Etats-Unis en ce qui concern Haiti, a
annonc6 les couleurs : pas d'assistance tant que la crise
n' aura 6t6 entibrement r6solue ...
Le message 6tait clair pour Aristide et son gouver-
nement. Un compromise avec Convergence n'est pas la so-
lution definitive ... DMye mbn genyen mon.

Tout accord trouve avec la seule Conver-
gence n'engage pas ai grand chose ...
Mais du coup, cela n'entrame-t-il pas un change-
ment dans le statut de cette coalition de 15 parties del oppo-
sition hatienne qui, de source washingtonienne, est n6e de
la sollicitude et de l'assistance, y compris financiere, du
part R6publicain am6ricain via 1' Institut R6publicain In-
ternational (IRI).
L'un des points forts de la politique de Conver-
gence D6mocratique a jusqu'a present et6 son exigence a
(voir Le ton... / 5)


Precious

Ceramiques & Marbre



TrIs Grande Salle d'Exposition


Depot et Salle d'Inventaire

Accessoires / C6ramiques/ Marbre pour Salle de bain


Nous exportons vers Haiti


Meilleurs prix de la place


Gratuit


Uenez donc uoir par uous-meme


3306 N.W. 79eme Ruenue, Miami, Florida

Tel: (30585) 592-2558

an: 305-477-2675


Ceramiques grises
(Maximum 8 Sacs)
avec tout achat minimum
de 200 pieds carr6s
Apportez ce coupon


I UNE ANALYSE I







Mercredi8Aofit 2001
Hditi en Marche Vol XV No 27


I DE L'ACTUALITE I


iys ne perd pas le nord


Mais le p'
(Le ton ... suite de la page 4) -
atre le seul et unique adversaire d'Aristide et de son parti
Lavalas. Or maintenant, comment le pr6tendre quand tout
compromise avec Aristide n'est que secondaire ...
Et c'est de le savoir probablement que Aristide a
toujours &6i reticent A participer directement aux n6gocia-
tions avec son opposition ... Et que Fanmi Lavalas insisted
ces dernieres semaines pour que l'OEA et la CARICOM
reviennent A la table. A partir du moment que tout accord
trouv6 avec la seule Convergence n'engage pas A grand
chose...
De fil en aiguille, cela explique aussi que Conver-
gence ne se montre pas empress6e de reprendre les n6go-
ciations. ille n'a pas rdpondu samedi au rendez-vous du
repr6sentantde l'OEA, 1'Ambassadeur Sergio Romeo Cue-
vas, officiellement pour protester centre la repression don't
ses membres font 1'objet dans les provinces apres les 6v6-
nements du samedi 28 juillet.

Le facteur zero tolerance"...
Enfin voici les deux rdels protagonistes face A face
ou sur le point de 1'etre: Jean-Bertrand Aristide versus la
communaut6 international. Traduisez, Washington. L'ad-
ministration r6publicaine. L'international se cache derriere
Convergence; 1'Am6ricain se cache derrire 1'internatio-
nal. Kach kach luben, sere luben. George W. Bush, fils de
1'ancien president du meme nom sous administration du-
quel 6tait survenu le coup d' Etat du 30 septembre 1991 qui
mit fin au premier mandate d'Aristide et le forqa a passer les
3/5 de ce premier mandate en exil, en isolement ", A
Washington. Comme on se retrouve ... Nous voici enfin
done en pays connu, pense 1'homme de la rue. Meme dans
les pires situations, il peut y avoir un point d'6quilibre.
Les OP d6noncent les tueries effectu6es par les
commandos en uniform militaire contre la police natio-
nale, comme destindes A saboter la politique gouvemrnemen-
tale de zdro tolerance pour les criminals qui s'est rdv6-
IMe tres payante depuis son application tout rdcemment. En
tdmoignent les milliers de compatriotes de la diaspora qui


"The Art & Soul ofHaitian Cooking"
Published by the Haitian Institute, this beautiful hard-
cover cookbook keeps Haiti's rich culinary heritage alive

Greatly enhanced by Creole proverbs and superb repre-
sentations of paintings by some of Haiti's finest artists

The Haitian Institute
P.O. Box 65564
Washington, DC 20035


se battent aux adroports de New York et de Miami pour
trouver uneplace A bord du premier vol A destination d' Haiti.
Mais c'est aussi cette nouvelle attitude plus cool du grand
public haltien vis A vis des soubresauts de l' actuality politi-
que. Le moindre remous jusqu'ici ayant toujours 6t6 pro-
pice aux criminals pour multiplier leurs mauvais coups ...
C'est done tout I' actif du gouvemrnement d' avoir
pu maintenir ce climate de
quietude g6ndrale malgr6
les 6v6nements du samedi
28 juillet. D'autres di-
raient, d'avoir su tenir ses
"chime enlaisse ...
Mais c'est aussi
que la z6ro tolerance"
n'est pas uniquement l'af-
faire de la police, mais
aussi des cellules de base f I
du pouvoir Lavalas, ceux-
lA que les communiques de
Convergence d6nomment !&I*
vulgairement les chime
", et qui aident A garder la
paix des rues Ala capital a
et dans ses faubourgs po- "'
puleux, sachantmieux que *' 'n ,
la police qui est qui!! ;
Que les attaques K
contre la police national Suspects de hol
visent cette zdro told- Rony Moise, Mi)
rance ", I'argument pour- Au-dessous l'attir
rait tenir...
Cependant une. .
rumeur circle avec insis-
tance qui vent que les as-
saillants du samedi 28 _
juillet n'en voulaient qu'a
la drogue qu'ils pensaient
toujours stock6e en ces
lieux...

Le facteur .
droguee" ...
En effet, la dro-
gue saisie par la police hai- -- -
tienne ne serait pas entie-
rement d6truite, selon cette
rumeur, et on aurait eu
1'habitude d'en stocker
une parties dans des locaux
appartenantAlaPolicena-


tionale d'Haiti, don't I'Acad6mie de police A Freres. Mais
apparemment les assailants n'ont pas trouv6 la drogue es-
peree...
D'un autre c6t6, on trouve aussi que le gouverne-
ment n'est pas tout A fait A 1'aise dans la conduite de son
investigation. Apres toute une semaine, le Conseil sup6-
(voir Le ton... /6)


d-ups arrktis par la police, ce sont Serge Exalus,
guel Jacques, Pierre Rigobert, Luckner Varisse...
ail trouve entire leurs mains, don't des passeports ...
photo Haiti en Marche


W) Miami-Dade
COMM nTY COLLEGE
Tout klas sa-a yo, nou ka suiv yo an kreybl si nou pi pito




EEC Credit Ref. # Days Time Class Begins Ends Vocational Ref. #
16 Wks (Creole) EET1082 109664 Tues./Thurs. 5:40P 6:55P INTRO TO ELECTRONICS 8/29/01 12/22/01 EEVO821 109282
8Wks ETD1200 110398 Tues./Thurs 7:05P 9:40P TECHNICAL DRAW 1 8/29/01 10/23/96 ETD0081C 110402
8 Wks ETD1330 110399 Tues./Thurs 7.-05P 9:40P TECHNICAL DRAW 2 10/23/96 12/22/01 ETD0082C 110403
8 Wks (Creole) CETI171 110400 Mon./Wed. 7:05P 9:55P MICRO CMP SRV/MNT 1 8/29/01 10/23/96 EEVO851 110404
8 Wks (Creole) CET1172C 110401 Mon./Wed. 7.05P 9:55P MICRO CMP SRV/MNT 2 10/23/96 12/12/96 EEV0852 110405


M-DCC Entrepreneurial Education Center Fall 2001

5300 AINW.c 7th Ave.


FICHE D'ABONNEMENT A HAITI EN MARCH

NOM

ADRESSE SEOUVE
MO NOUVEL ABONNE
6i MOIS UNAN >
ETATS-UNIS US $ 40.00S7
CANADA US$S 42.00 US$ 78.00
EUROPE US$ 70.00 US$ 80.00
AMERIQUE LATINE US$ 70.00 US$ 135.00
SUS$ 135.00


Page 5


kuu R 2I







Page 6


I L'ACTUALITE EN MARCH I


Mercredi 8 Aofit 2001
Haiti en Marche Vol. XV No 27


La police restee loyale au gouvernement


(Police ... suite de la page 3)
besoin.
Le meme samedi 28juillet, le President Jean-Ber-
trand Aristide et le Premier ministry Jean-Marie Ch6restal


Le ton mon
(Le ton ... suite de la page 5)
rieur dela PNH, convoqu6 au Senat de lar6publique avec A
sa tete le Premier ministry Jean-Marie Cherestal lui-meme,
n'a pas fourni une seule information que tout le monde ne
savait dejh...
Mais qu'importe Les gens n'enperdent pas pour
autant le nord. La politique en Haiti est depuis longtemps
inseparable d'une certain atmosphere de pegre ... Ce sont
bien les commandos du major Michel Frangois, qui sera
accuse trois ans plus tard par la DEA americaine de traffic
de drogue, qui avaient donned le branle au coup d'Etat du 30
septembre 1991...

Le chantage A la pr6sidence ...
Dans le meme temps, tout le monde a Port-au-
Prince est convaincu que Washington est 6galement en train
d' affiter ses couteaux. Les fameuses conditions ", si 1' on
en croit une certain press haitienne en diaspora qui pre-
tend avoir 'oreille de administration republicaine, c'est
reprendre les negotiations lA oi elles s'etaient arretees la
demiere fois ...
Au moment de la derniere suspension, les choses
se presentaient theoriquement ainsi: Convergence accepted
de renoncer a sa contestation des presidentielles du 26 no-
vembre 2000 qui ont donn6 h Aristide son second mandate.
En change, le pouvoir accepterait de reprendre les 6lec-
tions du 21 mai 2000 h tous les niveaux (le6gislatives, muni-
cipales et locales) ...
Cependant Fanmi Lavalas n'a jamais confirm
cette version, qui n'a et6 rapportee que par les leaders de
Convergence ...
C'est que entre-temps, il devenait evident pour


ont rendu visit aux policies blesses a l'h6pital.
Tout en deplorant ces pertes et en presentant ses
sympathies aux parents des victims, le gouvernement a
salue les efforts de la police national d' Haiti pour dejouer


... mais


Aristide qu'un compromise avec la Convergence n'aurait
pas plus de valeur que le paper sur lequel il est griffonne

Le veritable enjeu est ailleurs. Reprendre les n6-
gociations au stade oi elles s'etaient arretees, cela signifie
certes reconnaitrelapresidence d'Aristide. Mais en change,
administration Bush exige de prendre le control effectif
du pays ... Un nouveau Premier ministry nomme par l'in-
ternational ; les ministries cdes en des mains choisies 6ga-
lement par international; la Police Nationale d' Haiti ainsi
que la Justice sous la coupe aussi de international ... La
reprise des elections du21 mai 2000 devient alors une ques-
tion tres secondaire, venant loin apres.
En un mot, la mise en actes dui memorandum du
fameux Georges A. Fauriol, consultant engage probable-
ment aussi par 1'IRI, et qui invite administration Bush i
mettre de ctel' OEA etla CARICOM pour prendre la ques-
tion haitienne directement en main.
Mais prendre le pays en main pour quoi faire ?
Assez d'exemples recents (Panama, Nicaragua etc) mon-
trent que Washington n'a le souci que de ses seuls inte6rets.
Tant pis pour les gogos ...
J L'arme utilisee est toujours la meme: la stran-
gulation ", ici la non reprise de I' aide economique ...
Selon beaucoup d' observateurs, Aristide aurait du
se battre davantage pour ne pas accepter la remise en ques-
tion des presidentielles, quite i accepter la reprise des elec-
tions du21 mai. C'est par le chantage lapresidence qu'on
le fait marcher...

Haiti en Marche, 4 Aoft 2001


CRISE POLITIQUE


MICL Long distance provider is offering first class long
distance rate to HAITI, U.S.A & the WORLD.


HAITI @ 0.38 (24/7)

Per Minute No Monthly Fee No Connection Fee No
Contract No Minimum Time 24/7 Customer Service -
No Hidden Charges
Argentina S 0.19 haIti $ 0.31
Balhamais S 0.16 hawaii S 0.09
Barbados S 0.43 Jamaica S 0.37
British Virgin Island S 0.33 Mexico S 0.18
Canada S 0.07 Panaman S 0.28
Cayman Island $S 0.24 Peru (Lima) S 0.17
Columbia S 0.18 Puerto Rico S 0.08
Cuba S 0.88 Trinidad & Tobago $ 0.36
Dominican Republic S 0.17 United Kingdom $ 0.07
France S 0.10 United States $ 0.06

Call us today & Get connected!


You have nothing to loose.


Rele Jodi-a e nap conecte-ou

gratis ti cheril
MICLeicom-USA can provide you with three options:
Preferred Carrier*: MICLlTexcom-USA will act as your principal carrier.
Casual Dialer*: MICLJTexcom-USA will provide you with the 10-10-093 Access Code.
Mobile Service*: MICLJTexcom-USA will provide you with a toll free number accessible anywhere from the
United States. (Additional fees apply for toll free usage)
*A PIN# can also be provided to you for each activated lines, at no additional charge.
701 lirkkll Avenust, u At@ 135. Miami,, n..l3313I.Ttl 305-379-5330 X 22 or -1400-.379-8980.
Offer Valid for Business and Residentisal Lines--'rice does not include cellular call.
Rates are subject to change without prior notice. Additional ro ur$0so.06 per minute uppiles for Mobilc Service for Domnutic and lA1g1
Dli4tsce Calls.
L


REQUEST FOR PROPOSALS
No. 258


Lease and Operation of a Cafeteria at

the Joseph Caleb Community Center

Miami-Dade ("County"), through the General Services Department, Fa-
cilities Management and Utilities Division, is soliciting proposals from
qualified interested parties to lease, operate, maintain and manage a full
service cafeteria and/or fast food service at the Joseph Caleb Community
Center (J.C.C.C.), 5400 NW 22nd Avenue.

It is anticipated the County will issue an agreement for a five (5) year
period.

Pre-Proposal Conference
A Pre-Proposal Conference is scheduled for August 20,2001 at 10:00
a.m. (local time) at the Joseph Caleb Community Center's Cafeteria,
5400 NW 22nd Avenue, Miami, FL 33142. Attendance is recommended,
but not mandatory. The contracting officer for this RFP is Oscar
Willumsen, Jr. at (305) 375-1416 or e-mail: oscwill@miainidade.gov.

Deadline for Submittal
Deadline for submission of proposals is September 7, 2001 at 2:00 PM
(local time), at Miami-Dade County, Clerk of the Board of County
Commissioners, 111 NW 11 Street, 17' Floor, Suite 202, Miami,
Florida 33128-1983. This RFP is subject to the County's Cone of Silence
Ordinance 98-106.

Contract Measures
There are no contract measures for this RFP.

To Request a Copy of the RFP Solicitation Package
The RFP document, which will be available starting August 3,2001, can
be obtained through Vendor Information Center, Department of Procure-
ment Management, 111 NW 1" Street, Suite 112, Miami, FL33128-1919
at a cost of $10.00 for each solicitation package and an additional $5.00
fee for a request to receive the solicitation package through the United
States Postal Service. For your convenience the County now accepts
VISA and MasterCard. To request the solicitation package through the
United Sates Postal Service, mail requests with the following info: the
RFP number and title, the name of proposer and contact person, complete
address to be mailed to, telephone number and fax number, along with a
$15.00 check or money order made payable to: Miami-Dade Board of
County Commissioners.


AL RW


la menace, tout en sauvegardant en meme temps la demo-
cratie et en renforqant la paix et la stability que tous les
Haitiens appellent de leurs voeux.
L' attaque vient Aun moment critique, alors que la
situation politique est bloquee, empechant le gouvernement
6lu de proc6der avec son programme de d6veloppement
social et politique.
Mardi, le Secr6taire g6n6ral de 1'OEA, Cesar
Gaviria, a ddnonc6 la violence, disant qu'" il ne sera pas
permis aux incidents (du samedi 28 juillet) de d6faire les
efforts d6jli en course pour rechercher une solution durable
aux probl6mes d'Haiti.
Toujours selonles officials gouvemementaux, cette
attaque estla dernihre tentative en date pour essayer de faire
derailler le processus de solution de la crise par lan6gocia-
tion.
Pour les organizations populaires pro-Lavalas, ces
attaques visent A d6truire le nouveau sentiment de s6curit6
(voir Police /17)

LES ETATS-UNIS CONDAMNENT LES ABUS
ENREGISTRES SUITE AUX ATTAQUES
PERPETREES CONTRE LES INSTALLATIONS
POLICIERES ET DEPLORENT LES PERTES EN VIES
HUMAINES
Les Etats-Unis condamnent les attaques perp6tries le
samedi 28 juillet centre les installations de police et
deplorent la violence et les pertes en vies humaines. Les
Etats-Unis experiment leurs condol6ances aux families
endeuill6es des victims et demandent qu'une investigation
au sujet de ces attaques soit effectu6e rapidement et
correctement. Ces dv6nements ne justifient pas les
arrestations arbitraires, les detentions et les meurtres
politiques qui ensuivirent. D'apres la Constitution
Haitienne et conform6nment A un Etat de droit, toute per-
sonne a droit A un processus judiciaire just, equitable et
human. Les Etats-Unis appellent le gouvernement d'Haiti
a cesser les arrestations illegales et arbitraires et A mettre
fin aux tueries. Nous recommandons a tous les Haitiens
de rechercher les moyens par lesquels les blessures
anciennes peuvent tre gueries et d'aller vers 1'avant.
Le2aofilt2001
2001/37


MIAM








I REFLEXIONS I


Seule la republique sauvera Haiti


De Duvalier AAristide, les.r6gimes autoritaires
ont sem6 misere et violence. Aujourd'hui, le pays a besomin
que 1'Occident l'aide A bitir de v6ritables institutions
d6mocratiques."
Par LYONEL TROUILLOT
Lyonel Trouillot est 6crivain. Dernier ouvrage paru:
"Th6rese en mille morceaux" (Actes Sud, 2000).


La police restee

loyale au pouvoir
(Police ... suite de la page 6)
cr66 depuis peu avec la doctrine z6ro tolerance pour les
criminals.
Quand l'insecurit6 est en train dereculer ; quand
un sentiment de s6curit6 est en train de prendre pied, les
anciens militaires putschistes veulent ramener le pays en
arriere dans une atmosphere de coup d'Etat"..
Dans d'autres declarations, les officials gouver-
nementaux. relevent que la Police national est rest6e
loyale au gouvenmement 61u." Le gouvemrnement a fdlicit6
en ce sens la police pour continue 1 soutenir la d6mocratie
et k renforcer la paix et la stability.
La PNH a travaill6 de concert avec la population
pour maintenir le calmne la capital pendant le reste du
week-end du 28 juillet, dit un communique du gouverne-
ment.
Alors quele quotidien dominicain" El Siglo "fait
6tatde 4 anciens militaires etunpolicierhatiens qui auraient
sollicitd l'asile politique en R6publique dominicaine, le
porte-parole de la Police Nationale d'Haiti a affirm
qu'aucun policies haYtien n'a particip6 aux agressions du
samedi 28 juillet.
Ce sontles nomm6s Charles Evens SL Milot,Alain
Alzon, Daris Joseph, Lenay Gabriel, ce dernier bless par
balls est soign6 dans unhiopital militaire.
Selon le porte-parole de la PNH, aucun des indi-
vidus citds ne figure dans les registres de la police.
Cependant 1'Ambassadeur dominicain k Port-au-
Prince aindiqu6 A l'AFP qu'aucune demand d'extradition
n' a Wt introduite aupres de sa mission.


Le lundi 23 juillet 2001
Imaginez deux pays, ouplusieurs, en un
seul. Qui s'6pient, se menacent, s'affrontent.
Imaginez, en plus, les pr6jug6s sur la couleur,
l'origine, le parler, et vous vous approchez du
drame d'un pays en situation de quasi-
segr6gation.
Imaginez un homme de 40 ans qui n' a
jamais eu un emploi, un revenue, un salaire, et qui
se 1eve tons les matins pour ruser avec la misre.
Imaginez que cet homme soit reprdsentatif de la
majority. Imaginez un bidonville avec des
maisonnettes qui s'enfoncent dans la terre A
chaque pluie, et des enfants trop vite adults
auxquels auront manque 1'ab6c6daire et 1'eau
potable. Imaginez que ces enfants soient
majoritaires. Imaginezune champagne vid6e de ses
arbres, une terre s&che et des hommes et des
femmes qui sontfatigues defairequele sang sorte
de la pierre, et qui poussent vers la ville. On vers
lamer.
Imagine, en face, ou a c6t6, dans le
mnmepays,lameme ville, des villas aunmillion
de dollars, des vacanciers qui en sont A leur
6nirme tour du monde. Imaginez ces quelques
families qui consomment le gros des richesses et
sont fires de dire que leurs enfants vont au "bac
frangais" ou A l'"Union School". Imaginez que
les enfants de ces quelques families n'ontjamais
vu ceux des bidonvilles ou de la champagne. Qui,
eux, les regardent. Imaginez l'indiff6rence d'une
elite 6conomique ali6nde et corrompue 11l' endroit
delamajorit6. Sonm6pris dela culture populaire
et du people. Imagine une elite qui vent d'une
r6publique d'ayants droit qui n'appartiendrait
qu'A elle seule. Imaginez des masses
d'analphabetes parlant crdole, dansant vaudou,
qui r6clament leur droit au pays. Et la haine qui
r6pond A l'indiff6rence. Et la violence et la
rancoeur qui frappent aux portes de l'injustice.
Imaginez un "chien mang6 chien" general et vous
commencez A avoir une idWe du climate social
haltien. Imaginez deux pays, ou plusieurs, en un


#1 DES BUREAUX DE
TRANSFERTS D'ARGENT
S UR HAITI








4W CAM donne du travail A pres de 1000 haltiens en Haiti
aux USA et au Canada. Aucun autre bureau de transfer
n'offre autant d'emploi h la communaute haltienne.

= CAM, le seul bureau qui respect les 2 heures de
livraison 5 domicile de vos transferts d'argent. C'est
une grande publicity et une grande r6alit6.

S La livraison des products alimentaires se fait le
lendemain toujours 6 domicile.


Page7


AL JL


BARBER BEAUTY SALON


MyIWs Since 1D76


r
0~~ec
I~'*.. ~ sr
-rr -. /


DESIGNER CUT!
First time customer only. Reg. 12.50
CONDITIONING
TREATMENT
With this coupon

50 5-940-9070
1545 W. DIxie Hwy. St. N & 0
N. Miami, FL 33162


l Tel6. Gratuit USA: 1-800934-0400
Tel. Gratuit Haiti: (509)256-8687


HAITI NEWS NETWORK
The Premiere source of news online about
E ] Haiti and Haitians


Us WWW.HAITI-NEWS.NET


Find the latest news and headlines about Haiti
collected from newspapers and news agencies
worldwide.
Listen to Haitian radio stations online, learn about music
and Hatian culture.


Mercredi 8 Aost 2001
HKiti en Marche Vol XV No 27


I


I


seul. Qui s'6pient, se menacent, s'affrontent. Imaginez, en plus, les
pr6jug6s sur la couleur, 1'origine, le parler, et vous vous approchez
du drame d'un pays en situation de quasi-sdgrdgation.
Imagine maintenant la politique. Celle d'hier et celle
d'aujourd'hni. Des pouvoirs A caracthre exclusiviste qui enterinent
les pr6jug6s, maintiennentles clivages, r6primentles elans populaires.
Ou des gouvernements populistes dirig6s par des "leaders
charismatiques" issues des classes moyennes qui lancent les pauvres
sur les riches, aviventles rancoeurs, ouvrentles places sans les panser,
et finissent dans la corruption, 1'ubuesque et le totalitaire. Des "lead-
ers charismatiques" aids de technocrates de second zone,
d'intellectuels fascisants et d'hommes de main sans foi ni loi qui
s'enrichissent au fil des jours, et se retrouvent en fin de parcours tout
pres de ceux qu'ils pr6tendaient combattre. Odieuse altemrnance. Du
pire. Aupire.
Et bien sir 1' Occident. Appuyant la dictature A l'heure de la
guerre froide. Et seduit aujourd'hui, mauvaise conscience aidant, par
la mdlodie populiste. L'Occident qui a oublie que "le bon docteur"
Frangois Duvalier avait beneficid6 A ses debuts de la faveur de large
secteurs populaires. Le "bon docteur" Franqois Duvalier ni le pre-
miernile demnier des populistesbhatiens qui disait"n'avoir d'ennemis
que ceux de lapatrie", qui avait A son palmarks une honnfte champagne
d' eradication du pian et qui 6tait d6test6 par les elites traditionnelles.
Le "bon docteur" Francois Duvalier qui passera le pouvoir a son fils
pour un total de trente ans de dictature duvalidriste (1957-1986),
d'appauvrissement d'un pays d6ja pauvre, d'effondrement
d'institutions d&jAbranlantes, d' aggravation des conflicts sociaux d6jai
exacerb6s.
Mais pourquoi parler de tout cela? Parce qu'en ddcembre
1990, Jean-Bertrand Aristide, ancien cure de l'eglise de Saint-Jean
Bosco, est elu president d'Haiti A une majority dcrasante des voix.
Des millions de gens voient en lui le "leader charismatique" qui leur
donnera une voix, une force, une dignity. I n' a pas de programme, il
n'a que des humeurs. Mais il est le candidate du ras-le-bol. Et les elites
ontpeur. Ennovembre 1991,1'arm6e renverseAristide. Le coup d'Etat
est anachronique, le people n'a pas seulement choisi Aristide, il a
choisi laproc6dure r6publicaine. Le coup d'Etat est sanglant, appuy6
par ces elites qui ne souhaitent pas voir les pauvres de trop pres. Mais
l'Occident ainvesti son argent dans ces elections. Les Nations unies,
l'OEA, Bill Clinton exigent son retour. L'armde tiendratrois ans dans
sa fureur anachronique. Entre-temps, Aristide aura negocid un em-
bargo contre son pays, et son gouvernement siegera A Washington,
pay6 en dollars, sur les fonds de l'Etathaitien saisis par les Am6ricains.
Trois ans, c'est long. Onne defiepas impundmentia volont6
du president des Etats-Unis. En septembre 1994, un Clinton en colre
announce qu'il a donned 61'ordre d'envahir Haiti pour r6tablir dans ses
functions le president constitutionnel. L'arm6e d'Haiti cede des qu'elle
apprend que les avions militaires amdricains sont deja dans le ciel.
En octobre 1994, Aristide rentre au pays. Sa tenue vestimentaire, son
language ont quelque peu change. Mais on y croit encore. En 1995, il
cede la place k son "marasa", son jumeau, comme il 1'appelle. Pen-
dant cinq ans, Ren6 Pr6val, ancien Premier ministry sous lapr6sidence
d'Aristide, ne s'assure que d'une chose: rendre A son prdddcesseur le
siege que celui-ci lui a pretd. Cinq ans de procedures dilatoires, de
ruses et de flagrants delits pour assurer la perennitM duparti d'Aristide.
Pour 1'ensemble de la population, la pauvret6 a empire. Et la
criminality progress.
Le- 21 mai 2000, apres force tergiversations, 'ex6cutif s'est
(voir La republique / 8)








I DIASPORA I


Mercredi 8 Aohat 2001
Haiti en Marche Vol. XV No 27


Quand le sud de la Floride reagit ...


Dans Haiti-en-Marche, nous avons public deux arti-
dcles, don't 1'un sous le titre: Le Problkme des passeports
an consulate Haitien de Miami ", et 1 autre Les Haitiens
de fr Extdrieur ignor6s. "Dans le premier, nous avions 6nu-
mdre les problems des Hatiens an Consulat de Miami pour
1'obtention&d'un passport ou sontrenouvellement.
Apres avoir sonn6 1' alarmne, d'autres membres de
la press parl6e nous ont rejoint pour exposer cette lamen-
table situation.
Cependant selon nos habitudes, nous avions pro-
pose des solutions bases sur notre conversation avec le
Consul Gndral d' alors, M. Jean Gabriel Augustin. Compete
tenu de la situation politico-6conomique, il a certainement
pris an Gouvemrement un temps raisonnable pour rdagir.
Depuis, une amelioration certain est constatde dans le pro-
cessus d'obtention ou de renouvellement du passport au
consulate de Miami.
Deplus,nous avons 6tWheureusement surprise d'en-
tendre 1'actuel consul g6n6ral M. Guy Victor au course d'une
visit 1' organisation Veye Yo, 6numerer les memes re-
commandations que nous avions sugg6r6es dans article
en question. Et la comprehensive communaut6 haitienne
du sud de la Floride a applaudi.
Dans l autre article, toujours public dans Haiti en
Marche, nous avions soulign6 en terms clairs et precis un
certain m6pris dans lequel les Haitiens de 1' ext6rieur sont
tenus non seulement par les Haitiens de Int6rieur qui ne
savent plus comment se moquer du vocable diaspora, mais
aussi par les governments qui se sont succvdes an pou-
voir depuis le depart de la monarchic duvalidriste et sans


Seule la rep

(La r6publique ... suite de la page 7)
risign6 Ala tenue des 16gislatives et des municipales. U' opposition
crie victoire. Lavalas, le part d'Aristide, crie victoire. Qui ment?
Les deux groups, sans doute. Ce qui ne ment pas, ce sont les
cameras et les magn6tophones de la press haltienne et 6trangere
qui, jusqu'ici, ont 6t6 favorables au movement Lavalas. On a
bien vules uimes dans larue,le d6compte dans les commissariats
de police. Lavalas a TOUT emport6: Senat, mairies, sieges de
deput6s. L' opposition r6clame annulation de 1' ensemble
des elections.
Le 26 novembre 2000, la pr6sidentielle a lieu apres une
s6rie d' attentats A labombe. L' opposition et 1' executif se renvoient
les accusations. Jean-BertrandAristide sepr6sente quasiment seul
A ses elections. En face de lui, quelques inconnus. L'opposition
r6elle s' est abstenue. Aristide est 6lu A 90 % des voix. Seulement,
combien de citoyens ont vot6? 5 %, dit F opposition. Entre 10 A 15
% an grand maximum, dit la press trangre. 65 % disent le ser-
vice de presse de r ex6cutif, le parti quasiment unique, et Fheureux
elu lui-mnme. Et depuis, la bataille politique sejoue autour des
1 gislatives et des municipales. Aristide a e6t6 u par 5 A 15 % de
citoyens bien en chair qui pensent encore du bien de lui ou par 65
% de malins que personnel d'autre n'aura vus, mais son 61ection
n'est pas contest6e. L'impasse politique porte sur le sort qu'ilfaut
faire aux l6gislatives et aux municipals. Et chacun rest sur ses
positions. Les n6gociations 6chouent, ridchouent, comme ces
enquetes qui se poursuivent et n' aboutissent qu' Ajeter 1' oubli sur
les victims.
Mais encore une fois, pourquoi parler de tout cela? Parce
que c'est mon pays. Parce que j'y vis. Et que, comme n'importe
quel passant, je risque d' y mourir d'une ball tire par un adoles-
cent don't la misere a fait un monstre, ou par un professionnel
engage & masquer en- crime de droit commun un assassinate
politique. Parce que cette impasse politique prive ce pays de touted
aide et le renvoie A sa pauvret6, A ses dechirures. Parce que les
carts 6conomiques s'aggravent de jour en jour et les haines
s'accumulent. Parce que j'ai peur quand j'entends un entrepre-
neur traiter le people de "ces gens-la" onu de "hordes". Parce que
je n'ai pas moins peur quand j'entends un adolescent dire A la
radio qu'il est pret, au propre comme au figure, A manger de la
chair humaine pour le triomphe de son "parti" ou de "son chef".
Parce qu'il y a des menaces tres s6rieuses qui present sur l'avenir
d' un people: 1'anomie d' un pays ingouvernable et non gouvern6,
des secteurs diffdrents y tenant chacun sa parcelle de pouvoir,
genant r'autre et tirant de son c8t6; la violence incontrblable d'un
people qui sait qu'il n' est pas n6 pour mourir de faim et patauger
dans la boue et I'analphabetisme tandis que les anciens riches de
la finance et de l'industrie maintiennent leur fortune et que les
nouveaux riches aux commands politiques se livrent A leurs
trafics; le triomphe d'un parti occupant toutes les spheres du
pouvoir malgr6 le manque de l6gitimit6 r6gnant sur les institu-
tions, ce qui entrainerait (meme quand, en cherchant loin, on lui
accorderait toutes les bonnes intentions) une derive totalitaire. Ces
menaces sont r6elles. Quand un maire contestt) tabasse unjuge
en train de singer, quand des millers de cadres laissent


exception aucune.
L'actnelle Opposition qui mene une lutte sans
merci centre le parti Fanmi Lavalas et le gouvernement
Aristide-Chdrestal, envoie ses membres en un constant pa-
lerinage A 1 stranger pour passer un message difficilement
accept et naturellement ramasser les contributions pour la
cause. Cependant elle ne s' 6tait pas montr6e plus compr6-
hensive.
Cependant nous devons mettre a'actifdel' actuel
gouvernement que repondant A une invitation du people
cubain et de son President Fidel Castro, le President Jean-
BertrandAristideaindusdans sa suite 3 journalistesdeola
press radiodiffus6e de Miami et bien connus dans la com-
munaute.
m Maintenant pour confirmer un changement d'atti-
tude de la part du Gouvernement, nous attendrons patiem-
ment un mot attention et d'encouragement officiel k
1' adresse de Veye Yo de Miami, une organisation qui mene
depuis plus de 20 ans la lutte pour installation de la
democratic en Haiti et la cause des laiss6s pour compete.
Il y a de bonnes raisons pour inclure non seule-
ment des veterans de la lutte communautaire comme
HACAD, la premiere organisation communautaire de
Miami, HAHFI, FANM VANYAN, COALITION etc... mais
aussi les autres organizations communautaires et patrioti-
ques d'un pen partout. Le paper sur lequel est 6crite une
lettre ne vaut pas grand chose. C'est le message qui en fait
toute la valour. Que le Gouvernement y pense.
La Convergence elle aussi a agi. Dans une de ses
emissions matinales, la Radio Madoken, organe d'infor-


ublique
pr6cipitamment un pays qui n'en
momins cinq mille sur ces six demrniers
capital national s' en va vers les r6pul
quand on vous tire dessus dans tel ou 1
vote niveau de vie, les riches s'ar
pauvres et les pauvres contre les ric
Mais pourquoi dire cela
justement, ce don't Haiti n' a pas besi
1'Occident, c'est de paternal
condescendance. Ce don't Haiti n' a
qu'on dise: "oui, mais" quand
republicains sont violds. Apres avoid
dant trop longtemps des mdcanismes
ont fait deux pays en un seul, il y


nation de 1' Opposition, fait appel A la communaut6 afin
de partager opinions et suggestions. Nous voulons croire
que pareille declaration doit certainement venir d'en hant
qui pense s'attirer r attention des Haitiens vivant Al' tran-
ger.
Ensuite, dans 1' article Pagaille dans le camp des
Grecs nous avions certainement exprim6 1' opinion de la
communaut6 quand nous avions predit que la Convergence
ne tarderait point A s'effriter si elle ne changeait pas sa
strat6gie politique et le contend de sa propaganda. Eile a
fait la sourde oreille.
Consequences: effitement A l'int6rieur comme A
1'exterieur.
G6rard Gourgue declare ouvertement qu'il n'est
pas Convergence mais biea lui-meme. Ensuite une affaire
de 6 millions de dollars est en train de limerles maillons
de la Convergence pr6tendus solid comme de 1'acier.
Cr6page de chignons et accusations r6dciproques dans le
camp du MOCRENA, attaques internes contre les piliers
de la Convergence etc...
Le parti PUDH ( Parti Unifi6 pour la D6mocratie
en Haiti), d'autres traduisent I'acronyme en Parti Unifie
pour D6truire Haiti n' a pas 6chapp6 non plus A la pr6dic-
tion. Certains pr6tendent qu'il a essaim6 pendant que
d' autres affirment que le rucher est plut6t envahi par le
virus dollar. Aussi reine, ouvnieres sont aux abois et cher-
chent h rallier les faux bourdons pour continue la lutte et
au moins tAcher de sauver la face et sauver ce qui encore
peut Stre sauv6. Deux reunions s6parees etpr6pardes Aforce
(voir Floride / 9)


sauvera Haiti
a pas assez (au danger des interventions de petits penseurs occidentaux
mois), quand le nourris de bones intentions qui justifient qu' on triche aux
)liques voisines, elections. Haiti n' a pas besoin qu' on lui dise qui est
tel iquartierselon populaire (6uon qui l'a tt), mais qu'on l'aide A construire
mant contre les ses institutions dans la plus strict observation des
hes ... procedures democratiques. C est par la republique qu'il faut
ici? Parce que, vaincre 1' exclusion. Ce don't Haiti abesoin, c'estqu'onexige
oin de la part de de tous les acteurs et du pouvoir politique (et dconomique,
lisme et de mais ce n' est pas forc6ment le mpme) en particulier, qu' ils
pas besoin, c' est acceptent enfin la modernit6 r6publicaine. Sinon des gens
les principles vont mourir. De pauvret6 ou de violence. Des gens, dejh,
r cautionn6 pen- sont en train de mourir
d' exclusion qui
i aujourd'hui le Lyonel Trouillot


Page 8


Allo Miami

FADKIDJ VARIETY STORE
Le magasinpour toutes les occasions 8272 N.E. 2nd Ave. Miami, F 33138

.305 757 4915 8272 305 757 A91 5

FADKIDJ VARIETY STORE













J



PCeams e* CD's (Compas, Racine, Evangilique)
SCellulars & Beepersk, frans, amricain
Souliers et Sandales Video's (ltiens, am6ricains, documentaires,
Prodnits pur Ia cuisine
Cadeaux drams)
STableaux Produits de beauty
Moneygram Money Order Produits pour cheveux
Reception de paiement pour Bell south, FPL Gaz, Cable TV, Bell Mobility, etc...
connection tadphonique chez vous
TOLL FREE 877 485 4428
Ta: (305) 757-4915
Fax (305) 757 6916


Ourert 6 Jours par seanaine: 8:30 amk 7:30 pm Den WJonjon


Oavert 6 Jours par semaine: 8:30 am a 7:30 pm


Denis/Joujou






Mercredi 8Aoft 2001
U.t en MiarceiVol.h i YXV MNo. 27


PETION-VILLE


Le 27 Juillet 2001, le local deTl'Eglise Orthodoxe
et de l' Ecole St. George A Petion-Ville a t6 1'objet d' actes
de vandalism, dit son directeur, apres une injunction
6manant d'unjuge du Palais de Justice de Port-au-Prince.
Tous les objets de l'Eglise et de l'Ecole ont 6t6
jets A la rue. U' autel a 6t6 detruit et les articles religieux et
sacres profanes, affirme le Pare Michael Graves.
L'Eglise Orthodoxe et l' Ecole St. George sont une
institution religieuse dumentenregistree, qui utilisait come
local un ancien h8tel de Petion Ville, 1' Htel Capri, localism
au coin de la Rue Oge et de la Rue M6tellus. L'Eglise et
F Ecole occupent ce local depuis 1987. Avant cela,
1 6tablissement 6tait rested ferm6 pendant une p6riode de 25
ans.
Selon les declarations de Father Michael Graves,
responsible der institution, le contract devait expirer en 20(07
et le loyer a Wte pay6 r6gulierement chaque mois .
Le propri6taire original du vieil hotel, Jean Marra,
est decade, il y a deux ans environ. A sa mort, ses enfants,
le Dr Yves Marra et le Dr Myrtha Chilosi, ont essays de
mettre institution A la porte ayant d'autres plans pour le
local.
Les diverse tentatives de mises A la porte sont


CHOC PRIVE SOCIAL !


Page 9


Une bonne oeuvre brisee ...


restees vaines etla manimre forte a tW
finalement utilisee la semaine
dernire pour deloger les occupants.
L'acte de deguerpissement
du vendredi 27 Juillet a eu lieu vers
3 heures de I'apres-midi.
Les photos tdmoignent de
la brutality de acte perp6tr6 contre
une institution etablie depuis de
nombreuses annees A cette adresse
et qui dispense le pain de
1 instruction A 600 petits enfants
venant de milieux defavorises,
deplore Father Michael Graves. Les
portes de l'institution ont ete
cadenass6es et enchainees par les
proprietaires et on pouvait voir des
pupitres brises ainsi que des objets
religieux s' 6talant A meme la
chaussee.


L'etat des lieux apris le passage des diguerpisseurs


L'Actualite a Miami...


La Communaute haitienne manifeste a Miami centre I'embargo
economique...
A Liberty Freedom Place, sur Biscayne Boulevard, au centre-ville de Miami, unimportant
group d'Haitiens accompagn6 de certain strangers, ont protest contre 1 embargo
economique applique au people haitien par la classes imperialiste international.
Cette manifestation 6tait patronnee par 1' organisation Veye Yo. U' assesseur communal de
la ville de North Miami, Jacques Despinosse, la NAACP National Administration for the
Advancement of Colored People- Fanm Vanyan, les syndicate des travailleurs de Nursing
Home, avaient envoy leurs representants A cette manifestation. A cette occasion Mr Joe
Doe, un ancien lutteur en faveur de la cause haltienne, 1' avocat Ira Kurzban,
Jacques Despinosse, Fara Juste, Viter Juste et le magistrate communal de
Marigot de passage A Miami, ont pris la parole pour d6noncer la politique
d' 6tranglement du people haitien par le gouvernement de Geoges W. Bush.
La pluie a mis fin A la manifestation vers 6 : 00 pm. |


Philippe Brutus et les problems de la communaut6
haitienne...
Le councilman Philippe Brutus a organis6e le jeudi 28 juillet une reunion de
notables haitiens de Dade County, en vue de discuter des problemes de la
communaut6 haitienne. Parmi les plus graves problemes ayant retenu
1 attention, figurent le ch6mage, la carence de logements et le manque de
d6veloppement economique;
Apres la presentation, les participants ont reru un chaleureux accueil aun
bureau de HAFI Haitian American Foundation Inc don't la directrice est
Mme LIonie Hermantin.
Lari6umiondurajusqu' A 5 heures del' apres-midi et se terminaparune tournmee
des diverse communautes haitiennes de Little Haiti.
Le but de cette initiative 6tait de recueillir des informations pour le trac6
des nouveaux districts electoraux, qui se fait chaque dix ans.
Nous felicitons le Reprdsentant Philippe Brutus de cette d6marche qui
temoigne de son sens de responsabilit6 envers ses mandants.

Mme Jeannette Reno se jettera-t-elle dans la course pour le
siege de Gouverneur de la Floride pour I'annee 2002?
C'est dans la salle de recreation de North Miami Beach et sous lepatronnage
du Councilman Jacques Despinosse et de administration de la Ville de



Quand le sud de la Floride reagit .


(Floride ... suite de la page 8)
d'annoncespublicitaires clamant la presence
de hauts personages devant prendre la pa-
role se sont sold6es en deception, desertion,
defection.
Enfin sans deshonorer la verite et
sans crainte, on peut dire: Quand le Sud de
la Floride, plaque tournante de la lutte en
Haiti, r6agit, Haiti-en-Marche public, 1'Op-
position fre6mit et le Gouvemement agit.

Dans le Sud de la Floride,
Patriotes discutent d'un emprunt
extirieur pour aider le pays ...
Dimanche 22 Juillet, nous avons
6t6 invite par un group de patriots haltiens
scrutantdes solutions pour aiderlepays dans
sa lutte centre 1' etranglement international.
Apres des changes de vue fort dif-
ferents, on arriva Ala conclusion que lapar-
ticipation patriotique des Haitiens de f int&-


rieur et de 1' exterieur & un
emprunt destine exclusive-
ment A institutionnaliser la
security et A extension du
r6seau electrique du pays,
pouraitetreunbon commen-
cement.
Dans lapensee de ce
group oii se rencontrent
meme des opposants au pou-
voir actuel, il est plus que
temps pour des Haitiens de se
mettre d'accord afin d'aider
le pays, A travers le Gouver-
nement actuel et ceux & ve-
nir, A desserrer 1' 6treinte eco-
nomique des puissances eco-
nomiques.
Nous reviendrons
sur la question.
Viter Juste


North Miami, qu' a eu lieu le samedi 4 aoftt une reunion oii cette question a 6t6 6voquee.
Nous y reviendrons dans notre prochaine edition.

Une certain foundation Jean Dominique A Miami?
U' affaire semble turner court, car les initiateurs de l' entreprise auraient pris cette decision
sans avoir reu1' autorisation des parents du d6funt Directeur de Radio Haiti Inter, assassin
le 3 avril 2000, en m8me temps que le garden de la station, Jean Claude Louissaint.
Napoleon Aubourg et Inunacula Bien-Aim6e avaient annonc6 k grand fracas sur Radio
Madokenla tenue d'une c6r6monie A lam6moire de Jean Dominique, pour lancer en quelque
sorte cette nouvelle foundation.
Cependant la c6r6monie n' a pas eu lieu, le pretre ayant appris que Mmine Michale Montas,
spouse dujournaliste assassin, se desolidarisait totalement de cette entreprise.

^^__ 1


eawe. 54 4.,,










]ivismi Tort-a -Iu-Prince NViami

Tonus les joxxurS

( M~ardi E~xcepte)




DD6part MIA 8:00 am Arriv6e PAP 8:50 am

D6part PAP 9:40 am Arriv6e MIA 12:35 pm



Les meilleurs prix
Un service de quality A bord

Un billet gratuit apres 7 voyages pendant l'ann6e




Pour informations et reservations, contactez votre agence de voyage ou la ALM
1 -SOO-^3Z'7-'7Z3o



Pour votre reservation sur internet, visitez nous au:
www.airalm.COm


HAITI EN MARCH
Pour informations ou annonces
FAX 221-0204 ou enmarche@haitiworld.com


rialu tm arunN.Z %


I








en etrceaes c1a

Nhercredi 8Aoult 2001
Haiti en Marche Vol. XV No 27


ies NIVestires


Accolmp agine:ment


de la Presidence


A chaque automne, la socidtd haitienne con-
nait des moments assez difficiles. Cette
pdriode de l'annde ramene chez nous latri-
ple rentrde fiscale,judiciaire et acaddmique,
avec toutes les pdrip6ties habituelles. Des
finances publiques mises A mal par l'absence
d'aide international, une justice se d6bat-
tant pour mettre en oeuvre des resolutions
de r6forme, et surtout des parents aux abois
esquintant pourjoindre les bouts afin d'en-
voyer leurs enfants A 1'6cole. Treve de mi-
seres. Cette annde la Presidence entend
soustraire A ce calvaire les peres et meres
de famille trop obliges A se d6doubler pour
faire l'ordinaire difficile. Car A coup s&r,
malgr6 les bonnes volontds des uns et les
sacrifices consentis par les autres, la situa-
tion ne serait pas si diff6rente en septembre
prochain. In6branlable dans sa ferme vo-
lontd de soulager nos maux par des solu-
tions durables, le Pr6sident de la Rdpubli-
que, M. Jean-Bertrand Aristide n'en de-
meure pas moins int6ress6 A apporter des
r6ponses ponctuelles aux urgentes difficul-
tds quotidiennes du people haitien. Sur les
dtag6res des grands magasins et les dtals des
d6taillants, les tissus scolaires valent leur
pesant d'or, tandis que dans les marches aux
puces, les prix des manuels usagds on d'oc-
casion d6passent de loin ceux des livres
neufs d'hier. D'oI l'angoisse des parents
d6munis, A laquelle la Prdsidence s'est pro-
pos6e de mettre unterme cette ann6e. Dans
unpass6 recent, les initiatives en ce sens ne
manquaient pas, mais cette fois-ci le paquet
y est mis avec une sdrie d'activitds visant A
aplanirles principaux obstacles d'ordre dco-
nomique dontest hdriss6e la rentree scolaire.
Subvention des manuels scolaires, distribu-
tion d'uniformes, enforcement du Pro-
gramme national de cantine scolaire (PNCS)
et reconditionnement du service scolaire de
transport en common reprdsentent les plus
important volets de la panoplie.

Ce programme d'aide aux dlves
d6munis entam6 en 1995 par l'octroi entire
autres de 90 mille bourses d'6tudes se voit
done consid6rablement renforcde avec le
retour au pouvoir du Pr6sident Jean-Ber-
trand Aristide. Cela d6montre sa constant
preoccupation face aux souffrances mat6-
rielles des families ddshdritdes et sa grande
sollicitude quant aux solutions A leur appor-
ter en temps opportun.


DES MANUELS ET DES MATERIALS
SCOLAIRES

La Prdsidence a decide de subven-
tionner les manuels scolaires A hauteur de
55%; la balance de 45% dtant A la charge
des parents. Sur un fond de partenariat en-
tre les secteurs public et priv6, des contracts
ont dt6 passes avec les imprimeries, les li-
brairies et les auteurs suivants : Henri Des-
champs, Areytos, Action Sociale, Les Li-
vrets Mdthodistes, Mme Franck Paul, Bon
Nouv&l, M. Wesner Emmanuel, etc. Entrent
en ligne de compete tous les ouvrages du
cycle fundamental (voir la liste exhaustive
en page suivante). Les b6ndficiaires en se-
ront les 61eves de la I` a la 90 ann6e fonda-
mentale des dcoles nationals (publiques)
et ceux des 6tablissements priv6s. Quant
on sait que les fonds allouds A ce programme
de subvention des manuels scolaires pro-
viennent du tr6sor public, on comprendra
alors les efforts consents par la Pr6sidence.
Soucieuse de ne point 16ser les int6rets 16gi-
times des libraires et autres opdrateurs dco-
nomiques du secteur cultural, cette dernibre
atrouv6 avec euxun arrangement quitienne
compete des impacts n6gatifs que cela pent
avoir sur leurs chiffres d'affaires.

Une bonne rentr6e scolaire et une
bonne ann6e acad6mique passent 6galement
par la resolution d'autres probl6mes con-
nexes. Cemrnant la probl6matique tradition-
nelle de la rentrde scolaire en Haiti, de sur-


croit avanc6e d'un mois, la Pr6sidence a
intdgrd dans son panier A solutions les ques-
tions d'uniformes scolaires et de transport
en communvenues s'ajouter au Programme
national de cantine scolaire (PNCS). C'est
ainsi que 150 mille uniforms seront distri-
bu6s aux 61eves de la 11 A la 6*"' annde fon-
damentale des dcoles nationals (publiques).
Cette qudte de solution aux difficult6s quo-
tidiennes de la population a motive les nom-
breuses rencontres du Chef de I'Etat avec
divers secteurs socio-professionnels de la
vie national, tels que les associations de
tailleurs, d'enseignants, les syndicats de
chauffeurs de transport en commun. Le Pr6-
sident Aristide les a tous conseill6 de se re-
grouper en cooperatives afin de mieux dd-
fendre leurs int6rets collectifs et de promou-
voir du meme coup le d6veloppement dco-
nonmique et human de notre pays que la
constitution d6finit comme 6tant une R6pu-
blique cooperative (rdf. Article premier). Le
tandem de companies de transport de pas-
sagers Dignit6 Service Plus sera recon-
verti prochainement en une cooperative de
transport. Elle sera d'autant plus forte
qu'aux flottes des deux ensembles seront
ajoutds environ cent (100) autres autobus
que la Pr6sidence compete acqudrir. Les d6-
marches y relatives ddjA entam6es devraient
aboutir, sauf imprevu, dans quelques mois;
mais dansl'unoul'autrecaslaflotted'auto-
bus de notre premiere cooperative national
de transport devrait 6tre renforc6e bient6t.
Elle sera ddploy6e dans la zone m6tropoli-
taine et de fagon plus 6tendue en province.
Unetelle demarche s'avyreplus qu'utilitaire
et n6cessaire A la dessert des dcoliers des
vacations du soir et des 6tudiants des uni-
versit6s.

UNE POLITIQUE SOCIALE EFFEC-
TIVE

Dans le cadre de son project de
socigtg intitul : "Investir dans
P'humain", la Presidence a
naturellement accord une grande im-
portance au secteur social don't
I'education repr6sente un 6lement-cd.
"Prks d'un million d'enfants ne
peuvent pas frequenter l'dcole, soit
parce queles ktablissements n'existent
pas ou sont kloign&s de leur residence,
soit encore parce que les coits de
l'ecole sont trop .lev6s. Malgri une
forte pouss6e de scolarisation entire
1980 et 1998, la couverture des soins
scolaires reste loin d'etre assure,
particulierement en milieu rural oiu la
frequentation demeure prodigieu-
sement en retard par rapport aun reste
du pays. Les indgalites sociales se
produisent done par 1'ecole et de
maniere aussi accentue qu'avant
1980", lit-on a la page 112 dans
"Investir dans 1'humain", le livre blanc
de Fanmi Lavalas prepare sous la di-
rection de Jean-Bertrand Aristide. Or,
la politique social de Fanmi Lavalas
et de la Presidence vise prioritairement
a satisfaire les besoins des plus dimunis
en matiere d'dducation de base et de
santg. Ce quipeut concourir a amiliorer
notre indice global depauvretg humaine
(IPH). Ainsi donc, la Presidence s'est
attelke a rdaliser les objectifs suivants :


1- d6mocratiser le syst6me ddu-
catifenfavorisant I'acc6s des
plus d6munis A l'6ducation
2- pallier Ala situation dconomi-
que difficile en all6geant les
bourses des parents victims
des effects n6fastes de la con-
joncture.

De ce fait, le Chef de l'Etat M.
Jean-Bertrand Aristide entend respecter le
droit A l'6ducation de l'Haitien, tel que sti-


Project uniforms scolaires pour filles


Project cantines scolaires


puld dans la Constitution du 29 mars 1987.
Article 32 : "L'Etatgarantitledroitd l'ddu-
cation. II veille d la formation physique,
intellectuelle, morale, professionnelle,
social et civique de lapopulation"; article
32-2 : "Lapremire charge del 'Etat etdes
colledivitisterritoriales estla scolarisation
massive, seule capable depermetire le de-


veloppement du pays... ". La Presidence
fait done preuve de respect de la loi-mbre
quand en plus elle decide d'ameliorer d'an-
nde en ann6e, d'institutionnaliser ce pro-
gramme social. Mieux encore, elle com-
mence avec sa mise en oeuvre assez t8t pen-
dant les vacances d'dtd, afin que tout soit
fin pret Ala rentr6e de septembre.


Page 10


dC


t I-







Mercredi 8 AolXt 2001
Haiti en Marche Vol. XV No. 27


I Rentr6e des classes 2001 I


RENTREE DES CLASSES 2001


BAISSE DE 55%


DU PRIX DE VENTE DE MANUELS SCOLAIRES


I NE SUBVENTION DE LA PRESIDENCY


ITTM EDITEUR A14CIEN PUMX
~ ~ ~ ~ m *". M UeVITow ]


STITRE RDITUR ANCIENT U
PIX sus"MwuM I


LECTURE '. ..
LA JOIE DE URE 1I
LA JOIE DE LIRE 2
LA JOIE DE LIURE 3
YOUPI I JE SAIS URE 1
YOUPI I JE SAIS LIRE 2
TI MALICE 1 I
WI, MWEN KONN LI 1
POL AK ANITA
MAPLIAKKEKONTAN.1
MAP LI AK KE KONTAN 2
MAP LI AK KE KONTAN 3
MAP LI AK KE KONTAN 4
MAPULIAKKEKONTAN 5
JEULISETJEPARLE 1
JELISETJEPARLE2
JEULISETJEPARLE 3
POUR LIRE AVEC PLAISIR 1
POUR LIRE AVEC PLAISIR 2
POUR LIRE AVEC PLAISIR 3
POUR LIRE AVEC PLAISIR #4
LIRE ET S'EXPRIMER 1
LIRE ET S'EXPRIMER 2
LIRE ET S'EXPRIMER 3
FRANCAIS 1
FRANCAIS 2
FRANQAIS 3
FRANCAIS 4
LECTURE 1" ANNEE
LECTURE 2 ANNEE
LECTURE 3 ANNtE
LECTURE 4ANNEE
LECTURE 5 ET6-ANNEE
MWEN KONN LV11 ANE
MWEN KONN LI2 ANE
LEKTIAKGRAME3k'ANE
LEKTI AK GRAME 4" ANE
LE FRANqAIS 5- ANNEE
LE FRANQAIS 68 ANNEE
RENE ET RITA 1 1- ANNIE
RENEETRITA2 1 ANNEE
LE FRANQAIS AU CP2
LE FRANQAIS AU CE1
LE FRANQAIS AU CE2
LE FRANCAIS AU CM1 et CM2

FRANQAIS ORAL
LANGUAGE EN FETE 1 1I ANNE
LANGUAGE EN FETE 2 28 ANNEE
MON LIVRE DE FRANCAIS 1IET 28ANNEE
JE PARLE FRANQAIS 48 ANNtE
MIEUX PARLER1 38ANNEE
MIEUX PARLER2 4 ANNEE
MIEUX PARLER 3 5 ANNEE
MIEUX PARLER 4 5 ANNEE


GRAMMAIRE
MA PREMIERE GRAMMAIRE
A LA RENCONTRE DE LA GRAMMAIRE 1 38 ANNEE
A LA RENCONTRE DE LA GRAMMAIRE 2 4; ANNtE
A LA RENCONTRE DE LA GRAMMAIRE 3 58 ET 68 ANNtE
GRAMMAIRE 70 ANNEE
GRAMMAIRE 8- ET 9- ANNEE
GRAMEKREYOL 3" ANE
GRAME KREYOL 4 mANE
GRAMMAIRE FRANQAISE COURSE COMPLETE 7 A 90 ANNI
EXERCICES SUR LA GRAMMAIRE 78 A 9 ANNtE

SORTHOGRAPHE. .
BIEN ECRIRE2 2* ANNtE
L'AS DE L'ORTHOGRAPHE CEl 38 ANNtE
LAS DE L'ORTHOGRAPHE CE2 48 ANNtE
L'AS DE L'ORTHOGRAPHE CM1 58 ANNEE
L'AS DE L'ORTHOGRAPHE CM2 68 ANNIE
L'A DE LA CONJUGAISON 58 A 9- ANNtE

DICTIONNAIRE
DICTIONNAIRE DE L'ECOLIER HAMTIEN

MATHEMATIQUES -
CAHIER CONTROL EVEIL 1" ANNEE
CAHIER CONTROL MATH 1W ANNEE
LIVMATEMATIK MWEN 1 I ANE
LUVMATEMATIKMWEN 2 1I ANE
REUSSIR LES MATHS 2 2 ANNE
REUSSIR LES MATHS 3 3- ANNIEE


:
: .. ,. - -'
DESCHAMPS 40.00 18.00
DESCHAMPS 68.00 31.00
DESCHAMPS 74.00 33.00
DESCHAMPS 77.00 35.00
DESCHAMPS 94.00 42.00
DESCHAMPS 29.00 13.00
DESCHAMPS 80.00 36.00
DESCHAMPS 67.00 30.00
DESCHAMPS 49.00 22.00
DESCHAMPS 57.00 26.00
DESCHAMPS 70.00 32.00
DESCHAMPS 72.00 32.00
DESCHAMPS 72.00 32.00
DESCHAMPS 60.00 27.00
DESCHAMPS 70.00 32.00
DESCHAMPS 75.00 34.00
DESCHAMPS 84.00 38.00
DESCHAMPS 95.00 43.00
DESCHAMPS 95.00 43.00
DESCHAMPS 99.00 45.00
DESCHAMPS 96.00 43.00
DESCHAMPS 112.00 50.00
DESCHAMPS 108.00 49.00
CANAPE-VERT 85.00 38.00
CANAPE-VERT 85.00 38.00
CANAPE-VERT 85.00 38.00
CANAPE.VERT 95.00 43.00
METHODISTES 60.00 27.00
METHODISTES 60.00 27.00
METHODISTES 92.00 41.00
METHODISTES 84.00 38.00
METHODISTES 85.00 38.00
BON NOUVEL 15.00 7.00
BON NOUVEL 15.00 7.00
BON NOUVEL 20.00 9.00
BONNOUVEL 20.00 9.00
BON NOUVEL 25.00 11.00
BON NOUVEL 30.00 13.00
ACTION SOCIAL 60.00 27.00
ACTION SOCIAL 60.00 27.00
ACTION SOCIAL 60.00 27:00
ACTION SOCIAL 58.00 26.00
ACTION SOCIAL 112.00 50.00
ACTION SOCIAL 112.00 50.00


DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS

DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS


DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS


90.00 41.00
90.00 41.00
65.00 29.00
20.00 9.00
51.00 23.00
51.00 23.00
59.00 27.00
60.00 27.00


96.00
97.00
104.00
132.00
125.00
126.00
55.00
90.00


ACTION SOCIAL 112.00
ACTION SOCIAL 60.00

.-
DESCHAMPS 76.00
AREYTOS 33.00
AREYTOS 33.00
AREYTOS 33.00
AREYTOS 33.00
AREYTOS 65.00


REUSSIR LES MATHS 4 40ANNtE
REUSSIR LES MATHS 5 58 ANNEE
REUSSIR LES MATHS 6 68 ANNEE
MATEMATIK21ANE
MATEMATIK 30 ANE
MATEMATIK 48 ANE
UNIVERSE MATH 1 7 ANNEE
UNIVERSE MATH 2 8 ANNtE
UNIVERSE MATH 3 9 ANNE
CALCULI I" ANNEE
CALCUL2 28ANNEE
CALCUL3 30ANNEE
CALCUL4 48 ANNIE
MON NOUVEAU LIVRE DE MATH CP1 1 ANNEE
MON NOUVEAU LIVRE DE MATH CP2 2 ANNEE
MON NOUVEAU LIVRE DE MATH CE1 3- ANNtE
MON NOUVEAU LIVRE DE MATH CE2 4 ANNEE
MON NOUVEAU LIVRE DE MATH CM1 5*ANNEE
MON NOUVEAU LIVRE DE MATH CM2 6- ANNtE
MATHEMATIQUES NOUVELLES 7- ANNtE
MATHEMATIQUES NOUVELLES 8- ANNtE
MATHEMATIQUES NOUVELLES 9- ANNIE
KALKIL1 I ANE
KALKIL 2 2* ANE
KALKIL AK SYSTEM METRIK 3" ANE
JEYOMETRI AK PWOBLEM 31 ANE
KALKIL AK SYSTEM METRIK 4* ANE
JEYOMETRI AK PWOBLEM 4oWANE
KALKIL AK SYSTEM METRIK 5" ANE
JEYOMETRI AK PWOBLEM 58ANE
KALKIL AK SYSTEM METRIK 6*" ANE
JEYOMETRI AK PWOBLEM 61, ANE

HISTOIRE
HISTOIRE DE MON PAYS 1 38 ANNEE
HISTOIRE DEMON PAYS 2 48 ANNEE
HISTOIRE DEMON PAYS 3 5 ANNEE
HISTOIRE DEMON PAYS 4 6e ANNEE
HISTOIRE DES ORIGINS A L'INDEPENDANCE
HISTOIRE DE L'INDEPENDANCE A NOS JOURS
HISTOIRE COURSE ELEMENTAIRE ET MOYEN
LE MONDE ET SON PASSE 1 7 ANNIE
LE MONDE ET SON PASSE 2 8- ANNEE
LE MONDE ET SON PASSE 3 9- ANNEE
HISTOIRE, CULTURE ET SOCIETY 4' ANNEE
HISTOIRE ET GEOGRAPHIC 78 ANNEE
SCIENCES SOCIALES 7 ANNIE
SCIENCES SOCIALES 8 ANNEE
SCIENCES SOCIALES 90 ANNEE
SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES 3' ANNEE
ISTWA AK JEYOGRAFI 3" ANE
JEYOGRAFI AKISTWA 4 ANE
JEYOGRAFI AK ISTWA 5" ANE
JEYOGRAFI, ISTWA AK SIVIK 6* ANE
AYA BONBE (FRANQAIS) 2' ANNEE
AYA BONBE (KREYOL) 2- ANE
ENDYEN AYITI 26WANE
ISPANYO.LA 3ANE
REINE DES ANTILLES 3- ANNEE
HAITI CHERIE 4-ANNEE

GEOGRAPHIC
MON LIVRE DE GEOGRAPHIC 3'ET 48ANNEE
GEOGRAPHIC ELEM. & MOYEN
GEOGRAPHIC 3- ANNIE
GEOGRAPHIC 4 ANNtE
GEOGRAPHIC 5-ANNEE
GEOGRAPHIC 7 ANNIE
GEOGRAPHIC 8- ANNIE

SINSTRUCTIONI CIVIQUE.
MOI, MES DROITS ET MES DEVOIRS 3 ANNEE
NOUS LES ENFANTS D'AUJOURD'HUI 4' ANNEE
NOUS LES CITOYENS DE DEMAIN 58 ET 6' ANNEE
J'AIME HAITI
L'HOMME SUR LA TERRE 5' & 68 ANNtE

SCIENCES .
OBSERVATION ET HYGIENE 3' ANNtE
OBSERVATION ET HYGIENE 48 ANNEE
EVEY I ANE
REVEYE OU 1VANE
REVEYEOU 28WANE
REVEYEOU 38 ANE
KONNEN BETYO 5& ANE
SYANS 6 ANE


43.00
44.00
47.00
59.00
56.00
57.00
25.00
-41.00
50.00
27.00



34.00
15.00
15.00
15.00
15.00
29.00


DESCHAMPS 90.00 41.00


DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS


68.00
68.00
- 67.00
72.00
105.00
115.00


DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
CANAPE-VERT
S CANAPE-VERT
CANAPE-VERT
CANAPE-VERT
AREYTOS
AREYTOS
AREYTOS
AREYTOS
AREYTOS
AREYTOS
AREYTOS
AREYTOS
AREYTOS
BON NOUVEL
BON NOUVEL
BON NOUVEL
BON NOUVEL
BON NOUVEL
BON NOUVEL
BON NOVEL
BON NOVEL
BON NOUVEL
BON NOVEL


DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
DESCHAMPS
. DESCHAMPS
CANAPE-VERT
CANAPE-VERT
WESNER EMMANUEL
WESNER EMMANUEL
WESNER EMMANUEL
AREYTOS
BON NOUVEL
BON NOUVEL
BON NOVEL
BON NOVEL
ACTION SOCIAL
ACTION SOCIAL
ACTION SOCIAL
ACTION SOCIAL
ACTION SOCIAL
ACTION SOCIAL



DESCHAMPS
DESCHAMPS
METHODISTES
METHODISTES
METHODISTES
DESCHAMPS
DESCHAMPS


120.00
140.00
144.00
42.00
47.00
62.00
123.00
127.00
132.00
70.00
70.00
80.00
80.00
90.00
115.00
115.00
120.00
125.00
125.00
105.00
110.00
115.00
20.00
20.00
20.00
15.00
20.00
20.00
20.00
20.00
20.00
20.00


79.00
79.00
96.00
99.00
163.00
163.00
125.00
98.00
98.00
108.00
70.00
110.00
100.00
100.00
100.00
60.00
20.00
15.00
15.00
16.00
32.00
32.00
32.00
32.00
32.00
32.00



95.00
96.00
58.00
64.00
58.00
118.00
156.00


DESCHAMPS 59.00
DESCHAMPS 59.00
DESCHAMPS 69.00
DESCHAMPS 76.00
DESCHAMPS 46.00
CANAPE.VERT 60.00


METHODISTES
METHODISTES
BONNOUVEL
BON NOUVEL
BON NOUVEL
BON NOUVEL
BON NOUVEL
BON NOUVEL


56.00
64.00
20.00
15.00
12.00
12.00
15.00
20.00


LEDIKASYON SE CHIMEN LAPE


Page 11


54.00
63.00
65.00
19.00
21.00
28.00
55.00
57.00
59.00
32.00
32.00
36.00
36.00
40.00
52.00
52.00
54.00
56.00
56.00
47.00
50.00
52.00
9.00
9.00
9.00
7.00
9.00
9.00
9.00
9.00
9.00
9.00



36.00
36.00
43.00
. 45.00
73.00
73.00
56.00
44.00
44.00
49.00
32.00
50.00
45.00
45.00
45.00
27.00
9:00
7.00
7.00
7.00
14.00
14.00
14.00
14.00
14.00
14.00



43.00
43.00
26.00
29.00
26.00
53.00
70.00



27.00
31.00
34.00
21.00
27.00



25.00
29.00
9.00
7.00
5.00
5.00
7.00
9.00


I







ICI & MAINTENANT !


Mercredi 8 Aoft 2001
Hati en Marche Vol.XV No 27


"II faut faire, agir et non subir"


Soci6te Civile: C'est lapartie du Corps Social qui
formeles diverse associations civiques (de citoyens) pour
la sauvegarde de 1' ideal dubien common, de 1' ideal du bien-
etre collectif et de l'iddal de l'int6r8t g6n6ral, sans jamais
s'immiscer dans la politique politicienne. Elle est dite
civill" par opposition Ala caste des militaires et Mla classes
politique, au pouvoir comme dans opposition.
Avec le temps, de la Rome antique A nos jours en
passant par Ciceron, Hegel, Marx, Gramsci etles autres, ce
concept some toute tres flexible de Soci6t6 Civile a
beaucoup evolu6. Aujourd'hui on en parole en faisant
r6f6rence au regroupement des diff6rentes associations de
citoyens ayant avant tout, le culte de la cit6
c' est-A-dire ayant conscience d' appartenir A la cite et
engages &A accomplir des oeuvres citoyennes.
La Soci6t6 Civile est distinct del Etat dans toutes
ses dimensions. Elle est autonome, nonpartisanne. BElle n' est
pas apolitique.
Elle est Autonome: iElle n' est pas sous la tutelle
de 'PEtat Elle vit et fonctionne grace A 1' engagement et A la
cotisation de ses membres. Elle ne rejoit pas de subvention
du pouvoir en place ou de toute autre institution national
ou international sauf celles, qui comme elles, visent
exclusivement le bien commun, la sauvegarde de l'int6ret
g6n6ral. Elle ne se prostitue pas pour un advantage
quelconque A quelque niveau que ce soit.
Elle est non partisan et sans couleur
politicienne: La socit6 civil ne fait pas de la politique
partisan. Elle est politiquement neutre; sinon elle devient
un agent d'une force politique au pouvoir ou dans
1' opposition.
Ellen'estpas apolitique: Depar son essencememe,
la Socit6 Civile ne vise pas la prise du pouvoir politique
au risque d' etre confondue avec un part politique. Elle n'est
cependantpas apolitique pour autant. Car une soci6t6 civil

Konte Miami-Dade Reyinyon Korr
Koze Bidje Enkli Taks yo ak Fre yc
Ana Fiskal 2001-02 Revinvon \


Par Dr. Michel LOMINY


qui ne fait pas delapolitique n' a pas saraisond' etre. Toute
association qui travaille A promouvoir le bien commun, A
sauvegarder l'inter&t g6n6ralfait, ipso facto, delapolitique.
Dailleurs ce serait faire 1'affaire des gouvernements
antid6emocratiques que de demander A la soci6t6 civil de
ne pas faire de la politique. Quelle aberration!. Quand une
soci6t6 civil ne fait pas de lapolitique, elle se fait hara-kiri
et cesse d'exister.
En Haiti, toute association qui voulait voir ses
status publi6s dans le journal official Le Moniteur, pour
obtenir la reconnaissance l6gale etjouir delapersonnalit6
civil, devait inscrire noir sur blanc dans ses status qu' elle
est une association "apolitique". C'est pourquoi beaucoup
d' associations n' ont pu voir le jour et etre reconnues
l6galement que pendant les p6riodes d'inter-regne oi le
pouvoir est moins chatouilleux et plus tolerant.
La Soci6t6 Civile n'est pas non plus une force
d'opposition syst6matique. Au contraire, elle doit toujours
cheminer A c6t6 de Etat dans la recherche et 1' application
de solutions propres A r6soudre les problems de la
collectivit6 national. En d'autre terms, on ne doit pas
mettre la Socidt6 Civile en relation avec F tat dans une
perspective conflictuelle. Cette relation doit exister plut6t
dans une perspective compl6mentaire. Car, cet antagonisme
s6culaire, constant et quasi irr6ductible entire 1'Etat et la
soci6t6 en Haiti, constitueun obstacle majeur a la construc-
tion d' un Etat-Nation solidaire, fort et souverain: 1 rtat 6tant
lepartenaire privil6gi6 etincontoumrnable dela Socit6 Civile
pour atteindre les objectifs nationaux.
Cependant, la Socit6 Civile peut A tout moment
s' 6riger en un contre-pouvoir capable de contrebalancer et
de faire 6chec aux 6ventuelles derives et influences n6fastes
du pouvoir en place. Autrement, la Socid6t6 Civile est tout
simplement
iinotb sou demissionnaire, pour le
pou Bidj6 plus grand malheur du
r 7.-DPM pays.


^IW UI%0 *W LUt- fcW L %Wk I^TIIIT YU 1f W I V**I
Reyinyon Konsby Kominote yo va swiv
Konte Miami-Dade pral genyen de reyinyon kominote nan z6n lakay nou pou diskite koze bidj6 Ane Fiskal
2001-02, yo va enkli de chanjman ki te pwopoze sou taks yo ozal6 fr6 yo.
Prezantasyon sou bidj& an ap k6manse a 7:00 PM(diswa) pil, pou tout div6 dat yo ak lokal yo, epi apre sa
Konsby kominote ki nonmen anba la a va reyini pou diskite sou pwopozisyon bidje Ane Fiskal 2001-02.
Konsey yo gen dwa chwazi de rek6mandasyon sou sa yo pwopoze yo sou bidj6 an, pou yo bay Asanble
Komisyonb Konte an.


8 Dawou, 2001
Konsby Kominote 7 ak 8
Phyllis Ruth Miller Elementary
School
840 NE 87 Street
13 Dawou, 2001
Konsb Kominote 9 ak 10 .
West Dade Regional Library
9445 Coral Way (SW 24 Street)


14 Dawou, 2001
Konsey Kominote 11, 12, ak 16
Kendall Branch Library
9101 SW 97 Avenue
16 Dawou, 2001
Konsey Kominote 13,14 ak 15
South Dade Govemrnment Center
10710 SW 211 Street


Plizy6 manb konsby kominotd endividydl gen dwa la nan reyinyon sa yo. Tout reyinyon sa yo gratis epi owe a piblik la. Pou plis
enfdmasyon, tanpri rele 305-375-2842. Pou sbvis entepret moun soud ak materyo nan yon lot fKm pi-aksesib, rete 305-375-2842
omwen senkjou an avans de reyinyon nou prale an. Si gen yon moun ki fa deside fd apbl a nenpbt desizyon ke yon asanble, ajans,
ozalt komisyon ta pran sou nenpbt koze ki to diskite nan reyinyon an, ap bezwen yon dosye de reyinyon an. Moun sa genyen pou
li fM si ke yon dosye mo pou moreyinyon an. ft, sa vie di de temwayaj ak prev ki te f6 I pran desizyon pou late nan apel la.



BAYCO AUTO SALES


11 n'y a pas une
Socidt Civile d' enhaut et
une Soci6t6 Civile d'en
bas. Il n' y a pas non plus
une Soci6t6 Civile
majoritaire et une Socit6
Civile minoritaire. De
telles affirmations seraient
alafoisuneparodieetune
caricature: la Soci6t6
Civile 6tant le
regroupement de.toutes
les associations de
citoyens qui travaillent a
promouvoir 1'ideal du
bien commun, du bien-
etre collectif, et A
sauvegarder 1' int6ret
general, quel que soit le
domaine dans lequel elles
interviennentet queule que
soit la position de ses
membres dans '6chelle
6conomique et social.
D'ailleurs, dans le
context actuel de
mondialisation, on
6voque deja la possibility
de voir merger un jour
une soci&t6 civil
international, global ou
mondiale, regroupant
toutes les associations de
citoyens de diff6rents
pays, riches ou pauvres,
d6velopp6s ou 'sous
developp6s, qui puisse
d6fcndre partoutles droits
humans, lutter contre les


atteintes A 1' environnement et se battre pour 1' amelioration
des conditions matdrielles de vie des humans, en un mot
travailler partout A promouvoir 1'ideal du bien-etre de
humanity .
En Haiti, la Soci6t6 Civile est namine, rachitique, et
tres peu d6veloppee. Car on pent les computer sur le bout
des doigts le nombre des associations civiques qui
fonctionnent effectivement et font entendre leur voix, avec
autorit6, quand 1'int6r8t general est menace. Les haltiens
n'ont pas dans leur culture, I'habitude ni la volont6 de
s'associer entire eux I des fins non partisannes, non
politiciennes, pour promouvoir le bien commun, le bien-
etre collectif. Ils vivent plutbt seuls on en clans, en petits
groups isols, en petits groups de families ou d'amis, et
ne defendent que leurs propres int6rets petits, mesquins et
partisans.
Ces clans divers et mal assortis du corps social
haYtien n' ont rien A mettre en commun et pour cause, ils
sont plut6t antagoniques et s'entredechirent afin de
s' accaparer le peu de profit disponible dans le pays. Au
lieu de pratiquer une saine competition qui serait porteuse
de progres et bendfique pour tout le monde, ils prdferent
concourir Al' elimination compete deleur concurrentmeme
par des moyens peu ou pas honnetes et ils s'en r6jouissent.
Aupointquecertainsn'h6sitentpas Aqualifierl'organisation
social haftienne de "tribalisme" dans le sens pejoratif et
d6favorable du terme.
Ces diff6rents clans, 6goistes A 1'extreme, se
pr6occuppent exclusivement de leurs propres interets sans
jamais se soucier de ceux des autres. ls pratiquent de main
demaitre, 1' evasion fiscal, lafraude fiscal et 1' evasion de
capitaux. Ils ne sont partenaires de l Etat que pour obtenir
un monopole, une franchise douanimre, une exoneration de
taxes, une faveur quelconque ou pis encore pour alimenter
et entretenir la corruption en collusion avec les hauts
fonctionnaires de r Etat. Ils ne sont nullement int6ressds A
investor et A s'investir dans le milieu oi ils vivent pour
promouvoir le bien common, le bien-Atre colectif. A de
rares exceptions pres, ils ne font qn' acheter et revendre
(mercantilismeprimaire). C'estpourquoi, d'aucuns disent
que lasocit civilehaitiennen'estpas encore nee ouqu'ile
est encore en gestation.
Une telle soci6et6 haYtienne aussi amorphe et peu
organis6e, aussi morcelee et 6miett6e, dontles different
morceaux ou fragments in' ontpas de denominateur commun
et ne sont nullement solidaires entire eux, ne peut
qu'enfanter, A son image bien sur, un Etat inconsistant,
debile et faible, incapable d' apporter des solutions
definitives aux problemes majeurs du pays.
Or, pour r6soudre les problemes d'un pays, il faut
d'un cot6 un Etat ayant 1' autorite n6cessaire (0' autorit6 de
ritat) pour faire respecter, appliquer les lois et crier les
conditions favorables de la cohesion sodciale et du vivree
ensemble"; et de r autre, une Soci6t6 Civile structure,
6nergique et representative pouvant, a tout moment,
questionner r action gouvernementale, revendiquer, exiger
davantage et meme imposer ce qu' elle vent, avec des
chances d' tre 6cout6e, sans n6cessairement vouloir se
substituer A 1' Atat ouprovoquer la chute du gouvernement.
Une soci6t6 aussi amorphe etmorcel6e quelan6tre,
sans la solidarity etlaconfiance entire ses membres, selaisse
facilement ignorer et 6craser par un 6tat meme debile:
Amorphe et non representative, la soci6t6 civil ne peut
pas faire face et contrer les mauvaises decisions, encore
moins de determiner on d'inflchir, de faqon significative,
le course des politiques de 1' Faat. Elle est oblig6e, elle ne
peut que se soumettre.
Trop d'haitiens pensent que pour faire avancer la
cause de leur pays, il leur faut passer necessairement par le
pouvoir politique. Autrement dit, rares sont ceux qui pensent
accomplir une oeuvre citoyenne dans 1'interet de la
collectivity toute entire s'ils ne sontpas president, ministre,
s6nateur, deputy ou maire etc.. Et pour cause, a chaque fois
que quelqu' iun s' engage A accomplir des oeuvres citoyennes
et pense faire du bien pour sa communaut6, son milieu ou
sa region on lui prete automatiquement des intentions de
devenir president, s6nateur, depute on maire etc. On r'invite
meme A se porter candidate iun poste politique electif. F en
(voir Agir / 15)


L'actualitW au quotidien de bon matin

6:30 A.M. AU PIPIRIT CHANTAN

7: 00 A.M. M6lodie Matin

103.3 FM Port-au-Prince, Haiti
Tel 221-8567 / 8568 / 8596 FAX 221-0204


Page 12


. - - - - .


I ..-- -.-- - I -I







Mercredi 8 Aott 2001.
HTT Pi <-he \h 1 WM ?7XV 2


I


Nos petites announces classes I


ti en arc e o o.
'


Radio
Port=bll-Prince
Melodie 1033 FM
de5:00 Aminuit
Tous les jours
7jours sur7
Musique retro, Jazz,
compas, salza, hiphop,
la bonne humeur est de
mise avec nous
captez Melodie et votre
vie ne sera plus la meme...
Chicago

Radio I'Union
WLUW
88.7 FM
4:00pm A6:00pm
module anglais
bulletin de nouelles
Harry Fouch6
4:20
Module frangais
bulletin de nouvelles
Lionel Chery
4:50
Module Creole
Nouvelles
Lionel Chary
New York

Radio Eclair
1240 AM
WGBB
Chaque samedi
11:00 am
T61516 333 1487
New York

Horizon 2000 Plus
WLLR.
130AM
every sunday
9:00 am
a Midi
New York
Haiti
Diaspo Inter
1330AM
6-8 pm
dimanche
7-9 am

Haiti en Marche
En vente d&s le mercredi
A Miami, Port-au-Prince,
Chicago Boston New
York Montreal
Paris Bruxelles
Berlin Geneve...
Pour etre a jour
avec I'actualit6,
abonnez vous en nous
appelant:
305754-7543
(305)754-0705


Le Centre d'entre-aide
des jeunes chretiens
6vang6liques

cajecev
INAUGURAIT
SAMEDI 28 JUILLET
IN CENTRE SIS AU
# 10DELMAS 45.

L'ouverture de ce centre
a 6t l'ocasion du
lancement d'une serie
d'activit6s A caracthre
social
clinique mobile
- distribution gratuuite de
m6dicaments
distribution de
v8tements et products de
lre n6cessite aux
d6munis de la zone de
Delmas 45.


Museum of
Contemporary Art programs


MOCA
CELEBRATES HAITIAN CULTURE
WITH
STORYTELLING AND DANCE PROGRAMS FOR
THE WHOLE FAMILY


AUGUST 11
AUGUST18
Experience Haitian
Culture through music,
-movement, and
storytelling at the
Museum of Contempo-
rary Art MOCA
celebrates Haitian
culture with two
exciting family
programs on August 11
and 18.
Back by popular
demand on Saturday,
August 11 at 2:00 pm, is
Cric Crac, a
fun-filled afternoon of
multi-cultural
storytelling in English,
French and
Creole featuring
Lucrece Louisdhon.
Well-known for her
engaging
storytelling, which elicits
enthusiastic participa-
tion by audiences of all
ages, Lucrece Louisdhon
is also a children?s
librarian, an arts
administrator and a
professional dancer.
Her unique perfor-
mances inspire


audience members to
- better understand their
own as well as other
cultures.
On Saturday, August 18
at 2:00 pm, families are
invited to discover
Haitian
Culture Through Dance
with acclaimed dancer
and choreographer
Louines
Louinis, the Artistic
Director of the Louines
Louinis Haitian Dance
Theater.
Both programs are free
with museum admis-
sion. (Admission is free
for MoCA members
North Miami residents
and children under 12;
$3 for Senior Citizens
and Students with I.D
The Museum of
Contemporary Art is
located at 770 NE
125th Street, North
Miami. Free parking is
available.
For information,
please call 305/893-6211
or visit the MOCA Web
site at
www.mocanomi.org.


Points de Vente Haiti en Marche
Miami Pomnano Beach Fort Lauderdale


Avis

Commonwealth of
Massachusetts
The Trial Court
Probate and Family Court
Department
Plymouth division
Docket No OOD1100-DVI
Divorce/ Summons by
Publication and Mailing
Roosevelt Pierre-Louis
Plaintiff
V.
Yanick Pierre-Louis
Defendant
To the above named
Defendant:
Yanick Pierre-Louis
A complaint has been
presented to this Court by
the Plaintiff
Roosevelt Pierre-Louis
seeking to dissolve the
bonds of matrimony.
An Automatic Restraining
Order has been entered in
this matter preventing you
from taking any action
which would negatively
impact the current
financial status of either
party. Please refer to
Supplemental Probate
Court Rule. You are
required to serve upon
Attorney Catherine Becket
God Attorney for Plaintiff
whose address is 1354
Hancock Street #207.
Qufincy, MA 02169
your answer on or before
October 9- 2001. If you
fall to do so, the court will
proceed to the hearing and
adjudication of this action.
You are also required to
file a copy of your answer
in the office of the Registei
of this court ad Plymouth.
Witness Catherine P.
Sabatis, Esquire, First Jus-
tice of said Court at Ply-
mouth this 16th Day of
July 2001
Register of Probate court
Robert E. Mc Carthy


Medecins
Dr Enock Joseph
Obst6trique
Gyn6cologie
Accouchement
Operation pour
fibrome Family Planing
Ligature des trompes
CirconcisionCureage
Tous les tests pour
immigration
Nous acceptons toutes
sortes d'assurance ainsi
que la carte Medicaid
pour les femmes
enceintes. Nos maladies
accouchent dans des
hopitaux priv6s
5650 N.E. 2nd Avenue
Vertieres Shopping
Center
(305)751-6081

Dr Sony Figaro
Gynicologue
accoucheur
Chemin des dalles
No 27

Musique
Haitiando Vol.3
right on schedule

Visit our website:
minirecords.com/">
www.minirecords.com A>
And get all the news
about our upcoming
releases and events.
Also listen to samples of
8 hot songs from
MIAMI LIVE 2001
"Second Edition",
including the acclaimed
hit "GWO PWEL"

Fred Paul

Art Miamij


Boujolly Records
13148 West Dixie
Highway
3058938950
Etiquette Barber
Shop
15455 West Dxie Highway
3059409070

Lucas SuperMarket
14759 N.E. 6th Av.
3059409902

B & L Supermarket
& Produce
12041 West Dixie
Highway Miami
3058930410

Eclipse
Communication
Services Inc.
9290 S.W. 150 Ave.
Suite 104
9543801616


I Delray Beach


Classic
Teleco
203 SE 2ND AVE.
DELRAY BEACH
FL 33483
561-279-8846


OUR LADY Bakery

102 SE 2nd Ave
Delray Beach, Fl
33444 T6l:
561-2723556


I Employment Offer

Investigator private. No surveillance.
Creole speaking. Computer literate.
Extensive travel throughout Florida.
Fax resume to (813)948-3900
or e-mail
joeespi@aol.com


I Immobilier I

A Vendre A Pierre Payen (Saint Marc)
UN CARREAU 1/8 de terre plant
en bananes matures
pr8tes A 8tre rdcoltdes.

Revenu annuel US $ 5 A 6.000,
Prix demand US $ 20.000

Pour informations appeler
stranger: 450-665-9077
Haiti : 509- 279-9891


Boulangerie

Boulangerie
Jean Marc


57 Avenue Muller
Port-au-Prince, Haiti
ti kabich
pain au beurre
manchette
Bagel sur command
Tel:
4092-4685
403-1958

SRestaurant |





Bel Fouchet
Restoran
8267 North Miami Av.
(305)757 6408
Le meilleur
griot de la ville!


1) Container 20 pouces
am6nage
lumiire
table
etagere
bureau
2) Compresseur
80 Gallons
5 Chevo
220 Volts simple phase
3) Articles divers pour
garage
4) Scie circulaire (Maldkita)
5) Meule
(Maldkita) H.D.
6) Appareil a souder
oxy ac6tildne
complete (Tube,
manometre)
Une bonbonne A oxygene
Deux bonbommes


ac6tilkne
Torche a souder
7) Un appareil A souder (
Mig 170 amperes)
8) Quatre Tables de travail
(Lourdes)
9) Un Inverter et 12
Batteries
10) Un appareil Stereo
- amplifier ( Fisher)
- equalizer ( Piramid)
- turntable( Technics)
- Tuner AM/ FM Technics
- Cassette Deck ( Sony)
- Deux Speakers (Pionner)
12 pouce 3 Ways
11) 3 Palm Compoters
Casio ii8 M.B.
12) Un Stereo Receiver
(Sony)


13) Un Appareil de
Telvision
20 pouces
RCA
Remote Monitor ( color
Trac Plus Stereo)
14) Un Four A Gax A 4
Foyers
15) Une Salle A manger 6
places en acajou
16) Un Lit pour deux avec
table de chevet
17)Une Mitsubishi
Montero Pickup
18) UN Rdfrig6rateur 15
pieds cube 2 Portes
avec Stabilisateur.
19) Un Fax Samsung
20) Un Automatic Transfer
Switch


Page13


Pour cause de depart- AVENDRE
appelez Philippe 257-2916


I '


I


Danilos
Restaurant
3760 NE 3rd Ave.
Pompano Beach
9547812646

Christephanie's
581 BC East
Sample road
Pompano Beach
Fl 33064
T61. : 954-781-7424

Chiropractic
Office-
910 East Atlantic Blvd.
Pompano Beach
954-781-2500

TELECO PAW
206 North Flagler Ave
Pompano Beach
Ho 330608
954-941-7004


~~1IU1ll


Notre Dame
Restaurant
4859 N. Dixie Hwy
Pompano
t6l.: 954-421-4777
RADIO PAW
1108 NW 9Ave Suite 2
Ft Lauderdale, Fl 33311
T61: 954 523 0767
Island
Supermarket
Beauty Supply
8079 West Sample Road
9543450450








I METRO-DADE I


Mercredi 8Ao1ft 2001
Haiti en Marche Vol. XV No 27


FE KONESANS AK KOMISYONE KONTE

MIAMI-DADE DR. BARBARA CAREY-SHULER


Se kiyes ekzakteman ki se Dr. Barbara Carey-Shuler?
Non li nou tande li nonmen souvan nan tout Konte Miami-
Dade lan, epi tou figu li onore plizye building, men nou tou-
jou poze tet nou menm kestyon sa a.
SenatA Bob Graham, ansyen Gouv6nA La Florid, te
nonmen pou premye fwa KomisyonA Konte Miami-Dade
Barbara Carey-Shuler an 1979. K6m li dedikase plis ke 30
an nan vi li a pep Konte Miami-Dade, nou di li se yon vre
fonksyonb piblik. Konte an toutankA te nonmen lii
Komisyone Distri Twa an 1982, epi tou yo revoye li monte
ni an 1996 ni an lane 2000.
Dr. Carey-Shuler di konsa" Li te yon onA pou mwen ke
SenatA Graham te nonmen mwen men tou li se yon pi gwo
onA pou mwen ke pbp la te chwazi eli mwen epi yo re-eli
mwen ankV."
Se n6mal ke KomisyonA Carey-Shuler genyen kapasite
pou li byen konprann tout rezidan Konte Miami-Dade-
paske li travay tet kole ak div6s moun nan kominote an. Li
te pwofes6, konseye, administratA, ak konferansye
Sinivbsite.
Nan rezolisyon li te fA pou li fA yon diferans nan la vi
zbt, li te yon fos pozitiv nan sistem edikasyon piblik la.
An 1990, yo te anplwaye Dr. Carey-Shuler kbm Asistan
Direkt6 Depatman Edikasyon Miltikiltirel pou Biwo
Edikasyon Piblik Konte Miami-Dade lan. La pli pa de nou
temwen rezilta travay li chak jou, sitou epbk lek6l, 16 avan
ak apre lek6l. Se li menm, pandan li te nan depatman
edikasyon an, ki ekri kbd lalwa sou limit vitbs 15 mil-a-1A
nan zbn lek6l yo. Se lanmb yon ti moun nan yon aksidan ki
te fet tou pre yon lek6l ki te mennen li ekri Iwa sa a.
Dr. Carey-Shuler devlope de program kle ki de vig6
toujou nan kominote an epi ki se yon f6s pozitiv pou jenes
Konte Miami-Dade. Men kelke program li yo: Peacefully
Resolving Our Unsettled Differences (P.R.O.U.D.),
Afrocentric Enhancement and Self-Esteem Opportunity
Program (A.E.S.O.P.), Ethnic Studies Promote and Nurture
Opportunities to Learn Program (E.S.P.A.N.O.L.), ak
Haitian-American Interdisciplinary Teaching Initiative
(H.A.I.TI.).
Dapre travay li kbm edikatb, Dr. Carey-Shuler, li part
byen kle nan je tout moun ke se yon gran pwomot6 sosyete
miltikiltir6l ak dwa egal-ego pou tout moun. Yo rekon&t
menm kalite sa yo ak menm kontribisyon sa yo nan li kom
Komisyone.
Regleman pou Anplwaye Moun san Diskriminasyon (an
fav6 minority) se yon preyokipasyon pou Konte Miami-
Dade, youn nan konte Zetazini ki genyen yon popilasyon ki
pli diferan ke tout 16t yo. An 1982, Dr. Carey-Shuler te
rekonet sa epi li te prezante ak dirije yon Iwa "set-
aside"(depoze akote) nan Liv Lalwa Konte an sou
Regleman pou Anplwaye Moun san Diskriminasyon.
Dr. Carey-Shuler di konsa" A tout ke Iwa sa a te deja
ekziste nan Konte Miami-Dade la ki te benefisye lWfam,
kominote enfim la, ak minority yo, ki vie di Pany6l yo, Nwa
yo, Azyatik yo, ak 16t gwoup yo, Mwen te remake yon
mache ke yon grenn gwoup etnik an patikilye tap kontwole.
K6m rezilta, res 16t yo te rete andey6 avantaj sa yo."
Yon fwa ke Dr. Carey-Shuler balanse sitiyasyon an epi
li te jwenn ke yo tap pase sou Nwa Konte Miami-Dade yo
nan koze Regleman pou Anplwaye san Diskriminasyon an,
li prezante Iwa "set-aside "la, pou garanti ke Nwa yo te
jwenn s ten optinste, ke yo ta gen dwa make nan 16t
sikonstans. Se pa san opozisyon Ii travay pou tout moun
jwenn menm chans yo.


Pendan Semenn Nasyonal Bibliyotek, Avil 2001,
Komisyone Barbara Carey-Shuler ap li pou yon
gwoup ti moun je klere nan Caleb Center.
"AtravA pwosesis 10-an pou Iwa sa a mache an, Mwen
te genyen apwi
konfrA KomisyonA mwen yo. Ak Konkou yo, mwen diri-
je Iwa sa a de Asanble Komisyone Konte an a tribinal Leta
a jiska pi gwo tribinal Zetazini an, La Kou Sipr&m. Sbl jan
pou nou change sistam lan, se, pou nou mete li an defi,"
Komisyonb Carey-Shuler di. Lwa a pat pase nan tribinal
Leta a, men sou Prezidan Ronald Reagan an 1986, li pase
nan La Kou Siprem.
Lwa sou R6gleman Anplwaye Moun san
Diskriminasyon sa a kreye plis travay, plis revni taks, epi
kreye plis op6tinite bizniz pou minority ak l fam, sitou
Afriken-Ameriken(pou tet Iwa "set-aside"la), ke tout 16t mezi
de devlopman ekonomik ke yo te pran nan Gouv6nman
Konte Miami-Dade.
Dr. Carey-Shuler di konsa "Se pa tout moun ki te dak6
avek desizyon La Kou Siprem lan. Te genyen nan opozan
mwen yo ki tap f6 pwomes bay votA yo ak rezidan Konte
Miami-Dade yo kreyasyon yon Iwa sanblab a pa mwen an,
men ki tap kraze tout ef6 mwen te finn f6 yo. LA sa a, Lwa
sa a se te misyon mwen."
MAzal, an 1996, apre retou li nan Asanble KomisyonA
Konte an, La Kou Sipr6m retounen sou desizyon liyan, li
made pou yo sispann tout Iwa "set-aside" konte an.
Dr. Carey-Shuler pa vie part tankou yon moun ki
enterese selman nan lejislasyon ak koze ki an afA ak Distri
liyan ak kominote Nwa a. "Nou tout se youn," KomisyonA
an di," epi se pou nou reyini youn ak 16t pou selebre difer-
ans nou yo."
Dr. Carey-Shuler se youn nan moun a la tet kanpay "An
Nou Selebre Diferans Nou Yo Konte Miami-Dade" ki der-
ape nan tout Konte an k6m yon kanpay ki pou ankouraje
rezidan Konte Miami-Dade yo selebre sou tem sa a" Li pa
enp6tan koulA po w' Li pa enpotan ki lang w' pale, an nou
selebre diferans nou yo." Kanpay sa a ki kouvri pa div6
seksyon lapres, va pran fen pandan wikenn Fet di Travay
la(Labour Day) avek Music Fest Miami, Yon festival kap
dire twa jou ak mizik divA atis miltikitiral.
"Music Fest Miami ap genyen an vedmt atis ki s6ti nan
tout peyi di mond.


Ki pi bon jan nou genyen pou nou ranpli abim ki sepa-
re nou an si se pa spektak sa a ki va nan yon grenn lokal.
Dabitid I1 yon spektak kiltir6l ap f6t nan Konte Miami-Dade
li f6t nan zbn kote kominote kilti sa a plis abite an. L6 yo fM
spektak sa a nan Bayfront Park, nou tout ap reyini ansanm
nan yon grenn plas santral epi nou va fete dive kilti nou yo
ansanm. Pa genyen youn nan kilti sa yo.
Ki pral rejete ozal6 evite," Dr. Carey-Shuler di, se li ki te
kle pou reyalizasyon Music Fest Miami an. "Nou pral mete
nou anIsanm menm jan ak'Nou se Lemond.' Men, nou pral
di,'Nou se Kominote an.' Music Fest Miami pral yon pwos-
esis anyel, pou favorite regilyeman tout asp6 miltikiltir6l.
Se pa jis yon festival, men plito yon selebrasyon de kilti yo."
Dr. Carey-Shuler pa pase yon jounen nan pwomouvwa
zafA miltikiltir6l selman. Li vreman angaje nan efb pou
etabli de program ki pou bay tout moun chans pou yo vini
pwopriyet6 kay, redevlopman ak revitalizasyon katye yo,
tankou program rale mennen moun tounen nan katye
abandon yo" Infill Housing Initiative" ki pase an mwa de
Mas la.
"Genyen anpil nan 16jman nan kW vil la ki genyen plizye
ipotek, sa f6 pwosesis achte yo pli difisil pou moun ki ta
kapab achte yo. Plis ipotek vie di pri yo plih wo," Dr. Carey-
Shuler te presize.
Dapre Komisyone an, se pa selman beb6l ki bi li nan
program redevlopman ak revitalizasyon katye yo. Li ta ren-
men w6 kominote yo jwenn yon benefits ekonomik tou. An
Mas 2001, li pase yon Iwa sou ekspansyon kontra pou
sevis san ijans yo a ti biznis yo.
Dr. Carey-Shuler patisipe nan plizye gwoup ak 6gani-
zasyon tankou Mayors Mosaic Initiative, Miami-Dade
County Public School System/Cultural Diversity, St.
Thomas Peace Institute, epi tou Peace Education
Foundation. Li resevwa plizy6 nominasyon de divA
Prezidan Zetazini ak Gouv6n& Leta pou li chita nan de
asanble donA, komite yo, ak gwoup de travay, li resevwa de
santen on6 ak prim pou bonjan sevis ak kontribisyon li bay
sosyete nou an.
Dr. Carey-Shuler resevwa Lisans de LWt an Diskou
Piblik de "Florida Agricultural and Mechanical University .
Apre li pran yon Metriz an Kominikasyon e Diskou Piblik de
"Ohio State University" ak yon l1t Metriz an Konsey Sosyal
de "University of Miami". Li resevwa Doktora an Edikasyon
liyan de "University of Florida.
Komisyone Carey-Shuler marye, li se manman yon
gran pitit gason, e li genyen kat pitit pitit.



MIAMIDAD

Distri Twa kouvri la plipa kominote nan Vil de
Miami: Liberty City, Little Haiti, Wynwood,
Allapattah, Morningside, Upper East Side ak
Overtown.

Music Fest Miami
Atis ved6t yo seArturoSandoval, Tito Nieves, Tiger
Tiger, Celia Cruz, Top Vice, Sweet Micky, Isaac Hayes,
Ky-Mani Marley, inner Circle, ak Jonathan Butler. Yon
variety de Mizik tankou Rhythm e Blues, Endijen
Ameriken, Panyol, Afriken, Jamayiken, epi Ayisyen.

.... ......../... ...


Se Kanpay Sevis Piblik gouvbnman Miami-Dade ki prepare Let prezantasyon sila a.


Page 14







Mercredi 8 Ao~ft 2001


Page 15


SOCIALISM ET ENTREPRISEj


Haiti en Marche Vol. XV No. 27 |..X ,--- -


Cuba serre la vis aux petits entrepreneurs
LA HAVANE, 3 Aoftt La Buick Electra 1959 priv6) de 12 converts, prbs du front de mer deLa Havane. Ramon, veilleur de nuit dans un entrep& de matdriel de
de Javi Rodriguez, bleu ciel et rutilante, se distingue des Quant les affaires 6taient bonnes, ses b6n6fices pouvaient construction, "detoumne"delapeinture. Safemnmeloneade
autres taxis d6glingu6s A cet arrat de La Havane. Achet6e attemdre 1.250 dollars mensuels. Une manne extraordinaire videos enregistrbes iloqgalement chez un voisin, qui cache
2.000 dollars, la Buick aurait d lui permnettre de s'en sortir, au regard du salaire moyen, le "cuenta propista" pouvant son antennae parabolique dans le rservoirbdXeau: dtoit..q
grAce au tourism, quand il s'est mis A son compete, se gagner en un jour ce que les salaries de '1 Etat gagnent en Leur fils Eduardo fait de la contrebande: il fabrique des
faufilantdansr'espacedelibert6 ouvertparler6gimecubain un mois... cigarettes avec le tabac, le paper et les bites dispaues
aux entrepreneurs individuals. Mais depuis, la fenetre se Mais ses impOts, hier de 150
referme, et Javi Rodriguez tire A nouveau le diable par la dollars mensuels, sont passes a 850.

Ies"cuentapropistas",commeonappelle Cuba intallant un buffet qui a Wt interdit
ceux qui travaillent pour leur propre compete et non celui de par les inspecteurs pour "raisons
1'Etat, independants et "auto-employes", repr6sentent d'hygiene"... II a ferm6 son restau- -
officiellement A peine 1% de 1' 6conomiec de l'^le caraibe. rant cette annee. '
Et ilsnes'ensortent plus. "Je faisais parties des plus
"Les gens pr6ferent monster dans mon taxi parce optimistes, mais plus maintenant",
qu'il est beau et bien entretenu", explique Javi Rodriguez, explique-t-il. Jos s'estrecycle: iloue
ancien technician naval de 34 ans. desormais des chambres aux tourists,
Mais en vertu de la nouvelle loi s'appliquant aux une des rares occupations qui se
taxis priv6s depuis un peu plus d'un an, il n'a plus le droit developpe encore, malgr une
de prendre des strangers dans sa merveille roulante. II doit pression 6tatique de plus en plus
desormais se contenter des Cubains, qui ne payment que 20 casante.
pesos (un dollar) maximum pour une course. On transporter "C' est pratiquement impos-
ill6galement des strangers pour plus cher, mais plus risque .. sible de fire toumermne affaireprive i |
Car les tourists A billets verts sont desormais ici. C'est unpuits sans fond", dit-il.
rabattus vers les officials "turitaxis" de l'Etat, flambantes Le tarif du pot-de-vinest de o100 dol- i,
japonaises av ncopteo v ncl sa dre des 6tr lars pour chaque visit d'un inspecteur Un enfant cubain attend de prendre un taxi dans la Vieja Habana,

tait vraimentunbonboo, se lamented Rodriguez qui de l'hygine, du travail, des infrastructures, ob les vieux "classiques" out tW mis dans le transport public
a debours6 2.000 dollars pour sa Buick et autant pour la dufisc ... Sinon, 1'amende peut atteindre 1.500 dollars. de l'entreprise d'Etat oil travaille son "associE6"...
reav *Les politiques cubains, adeptes du grand cart "Nous n'allons jamais devenir riches", confi
retaper. s 1' effondrement del'conomie cubaine suite ideologique, continent d' h6siter face aux "cuenta Flora, "Nous faisons just ce qu'il faut faire pour survive'
h l'implosion de l'URSS, le regime castriste avait propistas". "Ce nest pas notre politique que d 61iminer(AP)
commenc6, an debut des annies 90, A doucement tolrer 1' auto-emploi. Mais nous ne encourageons pas", resume A
Sentreprise prive. Une poige de dollars -envoys par la le ministry del' Economie Jose Luis Rodriguez.
famille exile-, le boom touistique aidant, les "cuenta Quand A Fidel Castro, il s'est plaint a l'occasion Les entreprises etrangere
propistas" 6taient environ 210.000 en 1997, exerqant les que les revenues de certain "cuenta propistas" pourraient adeptes du mutisme a Cuba
professions spcifiquement autorises. U Age d' or ... payer les salaires de la totality de ses ministres, census LA HAVANE, 31 Juillet Cuba s'ouvre de ph
Aujourd'hui, ils ne seraient plus que 160.000, gagner 50 dollars mensuels... en plus aux capitaux strangers mais continue A affirmer so
6touff6s sous les impbts, les contr8les gouvernementaux et Et l'inmense cohorte des Cubamins, contramints it credo socialist. Les entreprises 6tranghres pr6sentes s1
la surenchbere dans la paperasse administrative: selon eux, l'il6galit6 pour vivre, continue de pratiquer avec une imagi- I'^Ile communist ont elles intdret A faire profile bas pou
tout estfaitpour empecher une trop grandereussite etl'Etat, nation sans limits 1'art de la dehrouille resolverer"). 6viter d'irriter des autorit6s particulibrement susceptible
jaloux, prel6ve sa part du gateaui Dans leur minuscule maison pres de 1' aroport, ou des'exposer A d'6ventuelles sanctions amdricaines.
En 1995, Jos6 a ouvert un "paladar" (restaurant Ramon et Flora vivent avec leur deux fils, leur fille, son (voir Cuba / 16)
man etleurs deux enfants. Et 30 dollars mensuels. Du coup,


"II faut faire, agir et non subir"


(Agir ... suite de la page 12)
sais long, moi qui suis ila tate d'une organisation civique
r6gionale dans le but de doter le d6partement du Sud-Est
des infrastructures de base indispensables A tout-progris
6conomique et social, Ai travers un partenariat avec l'Itat.
C'est pourquoi, si nous voulons vraiment que les
choses changent, l'une des teaches primordiales et
essentielles auxquelles nous Haitiens, nous devrions nous
atteler est de cr6er une Soci6t6 Civile autonome, energique
et active, par l'organisation a travers le pays d' associations
civiques sans vis6es et ambitions politiciennes, don't les
objectifs dfliment inscrits dans leurs status visent, au pre-
mier chef, la promotion de 1'ideal du bien commun, de
1'iddal du bien-8tre collectif, et la sauvegarde de l'interat
general. (Si vous avez des ambitions politiques, inscrivez
vous dans un parti politique).
A ce compete, chaque haltien qui n' est pas membre
actif d'un parti politique, devrait faire parties d'une associa-
tion civique pour se m6tamorphoser en un citoyen
consequent et conscienit de ses devoirs envers la cite h
laquelle il appartient: Un citoycn qui, sans atre candidate h
un poste politique electif quelconque, est pret A agir et
participer activement au developpement de son milieu, de
sa region et non A subir passivement ce qu'On (la classes
politique en particulier) lui impose.

II faut faire, agir et non subir"
En Haiti, il y a trop d'individus 6goistes et
amorphes, etpas assez de citoyens conscients etconsequents

Capital social: Ensemble des resources humaines
don't un pays, une communaut6 ou une socid6t6 dispose A un
moment donn6. C'est en fait la some des connaissances,
la some des savoir-faire, la some des valeurs
(spirituelles, intellectuelles, technologiques, 6thiques, mo-
rales etc.) de plusieurs hommes et femmes vivant dans
une communaute qui constitute un Capital Social. Mais, at-
tention! cette some n'est faisable (possible) que si la
confiance (trust) regne entire ces hommes et ces femmes.
Plus il y a de connaissances A additionner, plus il y a de
savoir-faire et de valeurs h additionner, plus gros et plus


important serale capital social.
L'une des caractdristiques culturelles importantes
d'une soci6t6 est pr6cis6ment son capital social.
Malheureusement, cet 616ment, cette parties du capital
human, ce chromosome comme dirait I'autre, qui permet
aux membres d'une communaut6 donn6e de se faire
confiance mutuellement et de coop6rer socialement en vue
de la formation de diff6rentes associations A buts citoyens,
fait pratiquement defaut parmi les haitiens. C'est pourquoi
en Haiti, il est difficile de constituer un gros capital social.
Aucune socit6 au monde ne peut fonctionner et
s' 6panouir pleinement s'il n'y a pas un minimum de
confiance entire ses membres. Car la confiance est 1' 61ment
determinant et indispensable A toute forme de capital so-
cial. C'est pricis6ment ce Capital Social qui manque chez
nous. Ce deficit en capital social explique en grande parties
notre sous d6veloppement economique. Car si le capital
financier (argent) est n6cessaire, il ne suffit pas pour batir
une organisation economique. 1 faut lui adjoindre le capi-
tal social. Celui-ci, A cot6 du capital financier bien str, est
indispensable A toute forme d'organisations 6conomiques
(petite, moyenne ou grande). Pour bien fonctionner, ces
dernires n6cessitent unhaut degr6 de cooperation social.

Conclusion. Que faire?
1) Haiti a un urgent besoin de Directeurs d' opinion,
de Sociologues, de Politologues comp6tents et de renom,
qui prdnent avec insistence et favorisent 1' emergence d'une
Soci6t6 Civile vivante et representative, vigoureuse et
solidaire, non sectaire et non partisan. Une Soci6te Civile
responsible, consciente qu'elle a son r6le A jouer, sa mis-
sion A accomplir dans le d6veloppement du pays. Cette
mission est essentielle et indispensable car I'tat ne peut
pas tout seul r6ussir le developpement.

2) Haiti a un urgent besoin de Partis politiques et
de Governments, tous deux conseill6s par des intellectuals
non inf6odes A des int6rats partisans particuliers, qui
recommandent fortement 1' dification d'un Etat Partenaire
de la Soci6t6 Civile et du secteur priv6 des affaires, au ser-
vice de toute la population. De cc Partenariat sortira cet


indispensable Capital Social, capable de mobiliser et
d'utiliser toutes les resources et energies potentielles
disponibles afin d' accroitre la productivity national.

3) Haiti a enfin un urgent besoin de Directeurs
d' opinion, de Leaders politiques et de Gouvemements qui
pr6conisent un Partenariat conciliateur apte h r6concilier
'Itat, la soci6te civil et le secteur priv6 des affaires, les
haitiens de l'interieur et ceux de l'rext6rieur (diaspora), les
noirs et les mulatres, les riches et les pauvres, les haitiens
et les haitiennes. Cette reconciliation aura la vertu de
resoudre et de d6passer cet antagonisme seculaire entire
1'Itatet la Socidt6 d'une part, entire les diff6rentes categories
sociales haitiennes d'autre part, pour atteindre un objectif
consensuel pr6cis: le Bien Commun, denominateur commun
entire nous tous, a travers un Pacte National de lutte centre
la pauvret6, 1'infortune et 1' exclusion.
Cepacte national devra inclure entire autres un code
d'investissements etun code delois fiscales 6quitables afin
de s'assurer de la comp6titivit6 de l'6conomienationale dans
le context de la mondialisation et en meme temps de
pouvoir concilier les objectifs sociaux et les objectifs
6conomiques de la nation.

Le d6veloppement tant souhait6 passe
necessairementparla reduction de lapauvret6. Celle-ci n' est
possible et r6alisable que s'il existe vraiment une volont6
politique et un veritable esprit de Partenariat entire 1' Etat, la
Soci6t6 Civile et le Secteur Priv6 des affaires. Ce vaste
partenariat engendrera un Capital Social considerable et
permettra d'utiliser au maximum la capacity de chaque
citoyen A participer et contribuer Ala croissance, A produire
et obtenir lui-meme la quality de vie A laquelle il aspire. La
croissance ne profitera pas aux pauvres si ceux ci ne
participent pas d'une maniere ou d'une autre A 1'obtention
de cette croissance.
Le sauvetage individual "nager seul pour sortir tout
seul", lafuite etle "marronnage"n'ont plus leur place apres
200 ans d'independance. La r6ussite individuelle est
6ph6mbre et sans lendemain. Seule la r6ussite collective
est grande et definitive. Dr Michel Lominy


I


le
s
Le

I5
11


e





s
is
In
ir
ir
es






Page 16


I
1 AMERIOUE LATRINE I


Mercredi 8 Aox^xt 2001
Haiti en Marche Vol XV No 27


La grogne social se generalise


SMONTEVIDEO, 3 A La en /
grogne sociale s'est rdpandue cette e in )
semaine en Amdrique latine avec des barrages routiers en
Argentine et Colombie, et une gr6ve g6nerale 6maill6e de
violence au Guatemala, refletant 1' angoisse de la popula-
tion face a la crise 6conomique et aux measures drastiques
des gouvemements.
Des milliers de manifestants se sont empar6s des
routes en Argentine pour protester centre le plan
d' ajustementfiscal du gouvernement du president Fernando
de la Rua, qui prevoit une baisse de 13% des salaires pub-
lics et de nouveaux impots.
Dans ce pays en proie A la recession depuis trois
ans, avec un ch6mage depassant les 16% et des syndicats
puissants, les manifestations font parties du quotidien.
Mais c'est la premiere fois que la technique des
barrages routiers est utilis6e de maniere aussi massive, les
syndicats et organizations sociales se disant parts aibloquer,


Les entrepri

adeptes du mu
(Cuba... suite de la page 15)
Prises entire un Etat cubain facilement irritable et
la crainte de represailles des Etats-Unis pour violation de
l'embargo am6ricain mis en place il y a 42 ans, les
entreprises etrangeres cultivent une discretion qui semble
parfois toumrner l' obsession.
Des commentaires publics peu apprdcids duregime
cubain peuvent se traduire par des retards de paiement mais
aussi attirer attention des autorit6s americaines en charge
du contr61e des sanctions, souligne John Kavulich, directeur
du Conseil 6conomique et commercial amdricano-cubain,
un centre d' etude.
Dans ce context, interroger des entreprises
6trangeres i Cuba relive presque de la mission impossible.
"Nous ne sommes pas autorisds A donner les noms des
entreprises canadiennes travaillant ici", souligne un
fonctionnaire de 1' ambassade canadienne. "Impossible",
r6pond Alain Marinetti, directeur commercial du g6ant
franqaisdubAtimentBouygues (Paris: 12050.PA-actualite)
,lorsqu'on lui demand de parler des activities du group A
La Havane.
Je crains que personnel ici ne soit autorise A vous
parder", deplore de son cte6 le service depresse dela banque
espagnoleCajaMadrid, qui detient une part majoritaire dans
une joint venture avec la soci6ete Corporacion Financiera
Habana.
Des variations originales du traditionnel "desole,
il est en reunion" ont egalement ete entendues. Par example:
"Ellevientjuste derecevoirunappel delapolice. Samaison
a ete camnbriol6e etelle a dI sortirpour faire une deposition".


Amerique la
si necessaire, les aces aux 50 principles villes.
Luis D'Elia, repr6sentant des chomeurs au sein
de la Centrale des travailleurs argentins (CTA), a justified
les barrages en d6clarant que "s' il y avait d' autres manihres
de protester onle ferait, mais aujourd'huije n' en vois pas".
En Colombie, les paysans protestent
habituellement de faqon traditionnelle contre leurs condi-
tions miserables et leur abandon, consequence du conflict
arm6 opposant gu6rillas de gauche, para-militaires
d'extreme droite et arm6ee.
Cette semaine enrevanche, ils ont eux aussi coupe
les principles routes du pays mardi pour r6clamer
notamment une remise de leurs dettes, la fin des importa-
tions de products pouvant 6tre products sur place, 1' octroi
de credits suffisants.



ses etrangeres

tisme a Cuba
Des rendez-vous ont tout de meme 6t6 pris mais les
responsables attendus ne sont pas venus ou ont envoy
des employs subalternes n'e6tant pas autoris6s A donner
des informations dignes d'int6ret.
Passer un accord avec les autorit6s cubaines n' a
rien d'une sinecure pour les entreprises 6trangeres. La
dernire edition de "Cuba: un guide pour les entreprises
canadiennes", pr6par6e par 1' ambassade du pays de
1' rable, souligne que les n6gociatieurs cubains sont
exceptionnellement bien prdpar6s". Les n6gociations
avec les organismes de 1'Etat cubain se caract6risent par
une m6fiance profonde envers les motivations
capitalistes", souligne le document, qui precise qu' obtenir
le feu vert pour une joint venture peut prendrejusqu' a trois
ans.
Toujours est-il que tout en maintenant le cap sur
le plan ideologique, Cuba s' ouvre aux soci6t6s capitalistes
etpousse mmeme les entreprises d'Etat Aimiter les pratiques
du secteur priv6. Calos Lage, vice-pr6sident de 'ile et
gestionnaire en chef de 1'6 conomie, souligne que Cuba a
besoin des investissements strangers (3 milliards de dol-
lars en 2000) non seulement dans le secteur du tourism,
mais aussi pour moderniser lindustrie et dynamiser les
exportations. Le pays doit faire face A un deficit commer-
cial estim6 A 3,2 milliards de dollars 'an dernier.
Augmentant en moyenne de 14% par an, les
investissements strangers ont aide 1' 6conomie cubaine A
connaitre une croissance de 4,7% par an enmoyenne depuis
1995,bienau-dessus delamoyennepourl'Amdriquelatine
quis'6tablitA3%.(AP)


S Les protestations, marquees
t 1 ^par des heurts avec les forces de ordre
ti e qui ont fait unmortvendrediparmi les
manifestants, 6taient menses par les producteurs de caf6, qui
connaissentactuellementlapire crise de ces dernires annees.
Tandis que le gouvernement conditionnait
1'ouverture de n6gociations A la lev6e des barrages, le
movement a requ le soutien public des Forces armies
r6volutionnaires de Colombie (FARC, marxistes), la
principal guerilla du pays.
"Nous les FARC appuyons strictement toutes les
manifestations de notre people pour la defense de ses droits,
pour le droit A la vie, au travail A 1'independance et A la
souverainet6", a declare leur porte-parole, Raul Reyes.
Une greve g6ndrale a par ailleurs eu lieu mercredi
au Guatemala A 1'initiative des patrons mdcontents d'une
r6fonrme fiscal prdvoyant une hausse de la TVA de 10 A 12%.
Quelque 20.000 personnel ont manifesto dans la
capital au course de cette grave suivie A 90% et marquee par
des incidents violent comme des actes de vandalism, des
pillages en province, des incendies de vehicules et d' edifices.
Mais le president Alfonso Portillo, auquel le
movement des chefs d' entreprise a pourtant port un rude
coup, a annonci qu'il maintiendrait ses measures destindes A
combattre une pauvretd touchant 60% des 11 millions de
Guatemalteques.
"La situation du gouvernement est tres difficile (...)
il est sous la pression de la communaut6 international, du
deficit fiscal interne, d'une cruise 6conomique aigue et de la
majeure parties de la population, ce qui erode sa 16gitimit6",
a declar6 h l' AFP le sociologue Ren6 Poitevan.
Au P6rou, oil le president Alejandro Toledo vient a
peine deprendre ses functions samedi dernier, les travailleurs
out annonc6 qu'ils nelui donneraient pas de treve.
"Nous avons Wt marginalises etmaltraitds pendant
plus de dix ans" sous le gouvernement de 1'ex-pr6sident
Alberto Fujimori, a averti le leader syndical Juan Jose
Gorritti, demontrant une fois de plus que les classes
defavorisees d' Ameriquelatine sont de plus en plus decid6ees
A defendre leurs droits. (AFP)


COLOMBIE

La Copa America

finie, la guerre

s intensifie ...

et les negotiations

balbutient


Bobby Express
Rapidity Conflance- et les Meilleurs Taux
Ici c'est pronto pronto! -
Miami New York
.5401 N.E 2nd Avenue Tel: 758-3278 Flatbush 1161 Flatbush Ave (718)287-5295
629 N.E 125 St 892-6478 Church 2825 Church Ave (718)693-3798
19325 NW 2nd AvenueT1l 654-2800 Queens 159-35 B Hillside Ave (718)523-9216
Fort Lauderdale Spring Valley 19 South Main Street (914)425-7747
28 West Sunrise Blvd 524-1574 Washington
Wet Palm Beach 835 Juniper StreetTl61 202-722-4925
604 25th Street 655-4166 Connecticut
PLopano 953 Washington Blvd. Suite 1 (203)324-2816
4875 North Dixie Hwy 429-9552 Hat -
128 N. Flagler Ave 946-4469 Rue du Centre # 175
Orlando T6l 23-0865 / 22-7913/ 22-8855
2469 South Orange Blossoms Trail (407)265-2100 Pour toute information, appelez Toll Free
Canada n1-800-388-3875 ( Floride)
7177 Rue St Denis, Montreal (514)270-5968 1-800-427-2622 (New York)
3820 Henri Bourassa, Est (514)852-9245 Naples
Massachusetts 506 11th Ave N. (941) 435-3994
Mattapan 508 River Street (617)298-9366 Immokalee
Cambridge 300 Broadway (617)354-6448 1011 W Main Street Kemp Plaza (941) 658-9229
FortMyers
2219 Fowler St. (941) 461-0343
Quel que soit 1'endroit sur la planete oui vous voulez envoyer
une some pronto pronto, Faites conflance a
BOBBY EXPRESS
A-.
En plus des operations de transfer d'argent, nous nous chargeons de fire parvenir
immddiatement au destinataire vos cassettes, lettres, sacs de riz, gallons d'huile
et tous autres products alimentaires.

BOBBY EXPRESS,
c'est egalement une carte de telephone don't la ligne d'accAs n'estjamais occup&e.
Cest tout simplement le No.1 !


BOGOTA, 2 Aout Un bain de sang a suivi trois,
semaines de trove durant la CopaAmerica en Colombie, avec
102 morts en trois jours dans des combats entire 1 arm6e etla
guerilla, sans laisser de perspective au fragile dialogue de
paix.
La breve plage de serenite offerte aux Colombiens,
grace au tournoi continental de football remport6 par sa
selection devant le Mexique (1-0) dimanche A Bogota, aura
fait place A trois jours de combats meurtiers, avec un bilan
de 87 gu6rilleros des Forces armn6es r6volutionnaires de
Colombie (FARC,marxistes) et 15militaires tuds entrelundi
et mercredi.
Les combats les plus sanglants ont eu pour cadre la
zone frontiere entire les departements d'Antioquia et de
Cordoba (nord-onest), et ont coute la vie A 13 soldats et A au
moins 60 rebelles des FARC, selonl'Etat-major del'armn6e.
Cette nouvelle explosion de violence intervient au
moment oi une nouvelle commission colombienne de
(voir Colombie / 17)

L'actualite au quotidien
de bon matin


6:30 am An Pipirit chantan

7:00 MELODIE MATIN

Melodie 103.3 FM
221-8567 / 8568







Mercredi 8Aoit 2001'
TToti en Mafrche Vol YV MNo '27


I


Port-au-Prince le 31 juillet (HPN).
- Le tableau de l'6conomie haftienne
s'assombrit de plus en plus. De 1995 a 2000,
I'Etat a accumul6 sur l'ensemble de ses
d6penses des deficits immense, soit une
moyenne d'environ 2 milliards de gourdes
l'an. En agriculture, dans l'immobilier et
l'industriel, ainsi que dans d'autres secteurs
de lavienationale, lesaffaires ralentissent. Les
provisions, d'autres diraient les promesses,
d'investissements de l'ordre de 8 milliards de
dollars, lances depuis le discours du 7 f6vrier
du President de la R6publique, Jean-Bertrand
Aristide, semblent de moins en moins
r6alisables sur le terme des cinq ans du Plan
National de D6veloppement et Social.
D'autant que l'aide exterieure est
hypoth6qu6e, notamment, par une crise
politique a la vie dure.
Dans un discours prononc6 le mardi
24juillet AlaHAMCHAM (Chambre de Com-
merce HaiFtienne Ameriqaine en anglais), le
Ministre de la Planification et de la
Cooperation, Monsieur Marc Louis Bazin, a
appel6 aiun changement radical du course actuel
des choses. Tout en deplorant la presence
d'Haiti parmi les pays les moins avanc6s, avec
200 'ans d'independance sur le dos,
l'6conomiste a soulign6 l'urgence d'une par-
ticipation effective du secteur priv6 aux c6t6s
de l'Etat pour remettre le pays sur les rails.
Toutefois, le titulaire du Ministere de


la Planification et de la Cooperation s'est dit
conscient du paradoxe des relations entire le
secteur public et le secteur priv6. Selon Mon-
sieur Bazin, cette contradiction est provoqude
parlacrise politique, les graves des6quilibres
macro6conomiques et un environnement
institutionnel peu amical pour
l'investissement. Un constant triste qui va de
administration fiscal jugee arbitraire et
imprivisible a une politique de privatization
ambigue et incertaine, a un vaste system de
paiements non officials, en passant par des
infrastructures d'6lectricit6, d'eau, de ports et
d'a6roports d6ficients et chers.
L'instabilite de la gourde, la
libdralisation du regime financier haftien ne
font que paralyser un march local d6jA non
contrl16. Du renvoi ou recyclage de plus de
6.000 employs sur les trois dernmires ann6es
au 11 % que repr6sentent les depenses du
gouvemrnement central dans le revenue national,
les signes du disengagement du pouvoir pub-
lic sont nombreux.
<< L'Etat n'est ni dans l'agriculture, ni
dans l'assurance, ni dans le commerce de gros
et detail, ni dans les hotels et restaurants, ni
dans l'industrie d'assemblage, ni dans les
products p6troliers, ni dans les transports >, a
expliqu6 le dirigeant du MIDH. Le priv6
accueille pres de 80 % des enfants scolarises
en Haiti et les ONG assurent 70 % des ser-
(voir Economie / 20)


AVIS POUR LE PUBLIC
Avis de Revision Publique d'une Proposition pour Supporter les
Activities dans le cadre du 100-year Floodplain

Flood Plain Executive Order 11988
on Flood Plain management

A tous ceux que la question int6resse: Agences, Groupes et
Individus;

.Ceci est pour informer que le D6partement de Community Develop-
ment de City of Miami soumettra une application au HUD pour les
projects suivants-et qui sont localis6s dans la zone du 100-year Flood-
plain

. La Phase II du project Casa Grande, A la SW 10 th Street et SW 1st
Avenue au Downtown. Ce d6veloppement de residences ai prix
abordable consiste approximativement en la construction de 80
unites de condominiums de Une, Deux ou Trois chambres a coucher
ainsi qu'un space commercial de 5000 pieds carr6s, et sera
developp6 par la First Little Havana,Community Development Cor-
poration.

. Le project Fernwood Appartments, au 935 Pennsylvania Avenue,
Miami Beach. Ce project d' acquisition et de rehabilitation consistera
en 18 units permanentes a loyer mod6r6, et sera d6velopp6 par la
Miami Beach Community Development Corporation.

. Le project Habitat for Humanity Scattered Site Homeownsership,
avec des sites localis6s dans les quarters de Overtown et de Little-
Haiti. Ce project pour permettre aux petites bourses de devenir
propri6taire d'un logement, consistera approximativement en 49
units de logement pour famille et est d6velopp6 par Habitat for Hu-
manity of Greater Miami. Seulement les sites situ6s dans le quarter
d' Overtown, sont dans le 100-year Floodplain.

. Le Projet Little Haiti Housing Association Scattered Site
Homeownsership est localism dans le quarter de Little Haiti. Ce
project consiste en la construction d'approximativement une
vingtaine de maisons pour une famille et sera d6velopp6 par la Little
Haiti Housing Association. Deux des sites s6lectionnis se trouvent
dans le p6rimetre du 100-year Floodplain.


Page 17


HAITI-ECONOMIE


Prescription pour


une economic malade
PAR MARC BAZIN
MINISTRY DE LA COOPERATION EXTERNE


La Bolivie s'apprete

a vivre I'apres-Banzer
LA PAZ, 5 Juillet La Bolivie pas, compete tenu des circonstances.
s'appretait dimanche, dans un climate Le quotidien de r6f6rence d
d'expectative', A vivre l'apres Hugo Banzer Paz, La Razon, 1'a ainsi qualifi6
puisque ce dernier, vaincu par un cancer, doit "morbide",en soulignant que la Bolivie
officiellementconfirmerlundisad6mission en train de vivre des moments
apres avoir domino, pendant trente ans, la prec6dents."
vie politique de son pays. "Sa maladie, sa demission
Le president Banzer est rentr6 decision de venir au pays pour la pres
sp6cialement A cette fin samedi de Wash- ont 6mu les plus insensibles", a ajol
ington en interrompant les s6ances de Razon en soulignant que cette d6cisi
chimiotherapies auxquelles il est soumis demissionner allait contribuer A dissip
depuis le ler juillet A l'hbpital militaire parties le climate d'incertitude que conn
Walter Reed, pour vaincre une tumeur au pays"enfavorisantunretourprogressi
poumon don't les m6tatastes se sont normality" institutionnelle.
propag6es jusqu'aufoie. Ce n'est pas, semble-t-il,
Lors d'une br6ve c6r6monie A reticence que le chef del'Etat, don't la
I'a6roport de Vimu Vimru de Santa Cruz de la de caractere est 16gendaire, s'est r6sij
Sierra, une petite ville a 900 km hl 1'est de capituler devant sa maladie. Quai
La Paz oir il a sa residence priv6e, le chef gravity de celle-ci a t diagnostiqude
del Etat a affirm6n qu'il 6tait "physiquement campagnenotammentmen6e parles mi
diminu6 mais moralement solide." d'affaires s'estd6velopp6e, ceux-ci esti
Un message du president que son entetement A se mainten
am6ricain George W. Bush, dans lequel il a pouvoir const ituat un facteur d' install
notamment vant6 vantele role du president puisque son itat de sant ne lui laissai
Banzer dans la lutte contre les trafiquants despair de vivre jusqu'1'chance d
de drogue, lui a ensuite 6t6 transmis. Finalement, le 27 juil2
Le president Bolivien avait fait de Finalement, le 27 juille
LeplesidelntaBoliiuenavaitfait de president Banzer annonqait depuis Was
eradicationn total de la culture ilhiciste de ton qu'il rendait les armes.
la feuille de coca, matilre premiere de la Cette announce a provoqu
production de la cocaine, la priority de son soulagement, mais aussi des craintes
mandate et cet objectif a 6td quasiment atteint capacity de son successeur, Jorge Qui
malgr6 son cofit social et 6conomique. un technocrate de 41 ans form aux ]
I ne subsiste en effet actuellement Unis. Celui-ci devra la cohesion
que 1.700 hectares ill6gaux de cocaiers, majorit6h6t6rocliteaupouvoir, quireg
apres la destruction de 35.000 hectares, des conservateurs, des sociaux-d6moc
parfois par des m6thodes brutales. des populistes de gauche et de droite,
Dans la soiree de samedi, les par- repr6sentants de formations ethniques
tisans d'Hugo Banzer ont organis6e en son C'est la 26me fois dans sa ca
honneurunegrandefate,quis'estprolong6e de chef d'Etat que l'ex-g6ndral Banz
tard, dans le quarter de son domicile avec contraint a la d6mission. La premiere
de nombreuses vedettes de la musique c'6taiten 1978,lorsqu'ilpr6sidaitlerc
populaire bolivienne, don't le group Azul militaire,ned'unputchqu'ilavaitfon
Azul auteur du grand succes dans le monde Apres avoir dirig6 le pays avc
ib6rique de l'6t6 dernier de "La Bomba". main de fer, il avait 6t6 contrail
Cette initiative a 6t6 dimanche d6missionner sous la pression des a
matin diversementcomment6e par lapresse victim a son tour d'un coup d'Etat. (
locale, qui a estim6 qu'elle ne s'imposait


La Copa America fine,

la guerre s'intensifie et les

negotiations balbutient
(Colombie ... suite de la page 16) (12 morts et 208 blesses), une sdrie de prises
n6godiation devait se rendre jeudi dans la d'otages par les FARC ont profond6ment
zone d6militaris6e de cette guerilla, A 700 6mu la communaute international.
km au sud de la capital, pour tenter de Les rebelles ont dabord sMquestra
revigorer avec les commandants de la le 15juilletl'ex-gouvemeur du Meta (sud),
guerilla un processus de paix moribond. Alan Jara, apres 1'avoir fait sortir d'une
Si un dialogue a bien 0t6 engage voiture de 1'ONU A Lejanias, au sud de
depuis octobre 1999 entire le president Bogota. Puis un autre commando pr6sum6
Andr6s Pastrana et les rebelles, dans cette des FARC a enlev6 le 18 juillet prbs de
enclave de 42.000 km2 grande comme la Popayan, dans le sud-ouest, trois coop6rants
Suisse octroyee par le pouvoir aux FARC allemands, Ulrich Kuenzel, expert en
le 9 novembre 1998 pour en faire un d6veloppement de la Soci6t6 allemande de
"laboratoire de paix", aucun gel des coop6rationtechnique (GTZ), sonfrereTho-
hostilitds n'ajamais t signdjusqu'ici. mas, et leur ami Rainer Bruchmann.
Les dmissaires du chef de l'Etat Non seulement le secr6taire
souhaitent6tendrecet6ventuel cessez-le-feu gnral de 1'ONU, Kofi Annan, a-t-il
A la suspension des extorsions de fonds et aussit6t d6nonc6 la "violation" de
enl6vements de civils par les FARC, alors l'immunit6 diplomatique du v6hicule de
que les rebelles veulent le limiter A 1'arr&t 1'Organisation international, qui "menace
des combats. s6rieusement la capacity del'organisation A
Depuis 22 mois de dialogue, accomplir sa mission en Colombie", mais
aucune avancpe n'a W enregistrde sur 1'un cettemise en garde atW suivielundi dernier
des douze points del'ordre dujour. Seu 'un par une forte reaction del'Union europeenne
change de prisonniers, 'portant sur 350 (UE) contre l'enl6vement des Allemands,
militaires contre 14 gu6rilleras des FARC, qui "compromet s6rieusement I'appui de la
a concretis ces pourparlers en juin. communaut6 international au processus de
Les nouvelles s6ances de paix en Colombie."
negotiations ne manqueront pas d'etre La guerre civil dans le pays andin,
tendues entire le pouvoir et les gu6rileros A vieille de 37 ans, a djA fait 200.000 morts,
partir de jeudi, i double titre. provoqu6 le deplacement forc6 de plus de
En ad6pit du calmne revenue dans les deux millions de civil, et se solde par une
villes de la CopaAmerica du 11 au 29juillet, moyenne de 3.000 enl6vements de civils par
apres une vague de terrorism urbain en mai an. (AFP)


I AUTRES GRANDS TITRES I


nalu m ivi Vol. AL IN U. /. t


e La
e de
etait
sans

n, sa
anter,
ut6 la
on de
eren
nait le
if ila

sans
force
gn6 A
id la
, une
lieux
Hmant
ir au
bilite,
itpeu
e son

et le
hing-

le un
sur la
roga,
Etats-
de la
roupe
rates,
et des
I.
rriLre
er est
Sfois,
gime
ient6.
c une
at de
rmes,
AFP)








Page 18


I JOUONS I


Mercredi 8 Aoftt 2001
Haiti en Marche Vol. XV No 27


DESSUS


-BBiLiES JE 5 N1BERJNARD


Solutions de la semaine passe:


AfdlqueDuSud
Angola
Botswana
Burundi
Comores
Congo
Kenya
Madagascar
Malawi
Mauritius
Mozambique
Namibie
Ouganda
Reunion
Swaziland
Tanzanie
Zambie
Zimbabwe
Plus grand Lac:
Lac Victoria
Plus grand pays:
Soudan
Plus petit pays:


Allez de DESSUS 6 SAITES, en utilisant
des mots du vocabulaire Frangais, et ne
changeant qu'une lettre par ligne.


C' MetsjCis^s D
/AA"
HORIZONTAL:
v 1. Fourrure de loutre de Sib6rie -
i 2. Pronom 3. Derniere bataille
E) de Napoleon 4. Conseil -
S 5. Note Evavouir -
6. Amirale perse -
G 7. Vanne 8. Incorrigible.
N VERTICAL:
O0 1. Fabricant de motos -
2. Rame -
S 3. Favorise 4. Imprevu -
S 5. Avant Midi 6. Celebre bataille navale de I'antiquit6 -
7. En matiere de 8. Liquide: C5H.
8. Liuie C5 8'


Solutions de la
semaine passee:
HAiTI


K SCRABBLE >
Arrangez les sept lettres ci-dessous
pour former un mot Frangais

AL

MAF

RT


Solutions de la semaine passe:
S MAI Z ENA


Sieychelles


GRILLE DES PROGRAMMES


A4I~I c~d ie ~F


1 "3 3


Ft;-lMV


74 bis Rue Capois
Port-au-Prince, Haiti
tel: 221-8567 / 221-858/ Fax 221-0204
email: enmarche@haitiwolrd.cmURL;
www.haitienmarche.com


5h00 6h30

6h30-7h00


7h00- 9h00


lOhOO-Midi


Bon Reveil en musique

Au Pipirit chantant
premier journal crdole avec Yves Paul Leandre

Melodie Matin avec Marcus
Informations, Interviews, Analyses
7hl5 : Au quotidien avec Elsie
7h24: La chronique Economique avec
Roosevelt Jn Francois
7h35: U' Actualit6 en Bref avec Yves Paul Leandre
7h50 : Les sports avec Smith Griffon et Kaptenn Bill
7h 55: 1'Editorial
Le disque de I'auditeur
avec Jacques Lacour


12h00-12h15 Le Midi
Un r6sum6 des informations avec Villette Hertelou


12hl5 2h00


2h00-3h00

3h00-5h00


5h00

5h30-7h00

7h00-8h30

8h30-9h00


lOhOO


9h00 et ...


Lady blues (elsie)
Jazz, Swing, blues, Ragtime...

C'est si bon en chansons
Emission de chansons franqaises
Le Bon Vieux Temps
avec Doc Daniel et Kaptenn Bill

Nouvelles

Les Top Ten

Amor y Sabor con Lutchano

Soir Informations


Notre Grand concert
L' Heure classique (lundi et mercredi)
Dimanche soir Sous le Kiosque a Musique"
Jazz at Ten (mardi, jeudi et dimanche)

Jazz at Ten (mardi jeudi et dimanche)
Cavaliers prenez vos dames! Chaque
Tous les airs populaires d' aujourd' hui et d'hier


Samedi


En brief ...(suite de la page 2)
aucune chance de r6ussir. La communaut6 haitienne de New-York declare d6plorer le
fait que certain secteurs, don't ceux des droits de 1'Homme, fassent silence sur ces
6vWnements sanglants alors qu'en d'autres occasions ils n'h6sitent pas A r6agir sur la
base de simples rumeurs. "Y a-t-il deux politiques de droits de 1'homme?", se sont
interrog6s des intervenants qui appellent "les semeurs de la mort" a donner une
chance au pays. (bulletin AHP)

Mme Mildred Aristide met en doute la volont6 des pays riches
d'aider A combattre le SIDA dans les pays pauvres...
La Premiere Dame de la R6publique, Mme Mildred Trouillot Aristide, amis en doute
vendredi la volonte des pays riches et les bailleurs de fonds internationaux d'aider A
letter contre le SIDA et les maladies sexuellement transmissibles dans les pays
pauvres. Mme Aristide qui s'exprimait l'occasion d'un s6minaire de formation
organism a la clinique "La Fanmi Se La Vi" A 1'intention d'une centaine de femmes
haitiennes, a indiqu6 que la communaut6 international devrait permettre aux pays
pauvres de s'attaquer AI la base A la probl6matique du SIDA .
Selon la Premiere Dame, la communaut6 international devrait aider les
gouvernements des pays pauvres a batir des hbpitaux, des 6coles, des centres de sant6
et a construire des routes. Mme Aristide s'est 6galement interrog6e sur la decision des
pays riches de r6viser A la baisse les fonds destin6s a aider les pays les moins avanc6s
(PMA). Mildred Trouillot Aristide a qualifi6 par ailleurs d'injuste la decision de la
communaut6 international de bloquer son aide a Haiti, alors que le pays continue,
dit-elle, de payer des intdr8ts sur des prEts qui n'ont pas Wt d6bloqu6s.
Elle denonce cette situation qui, selon elle, empEche le gouvernement de mettre sur
pied des programmes destin6s A soulager la misere de la population.
3eme anniversaire de la mort du pere Jean Pierre Louis:
Justice et Paix
attire attention sur l'impunuit6 qui continue A r6gner dans le pays
La Commission Justice et Paix de Bizoton a attire jeudi attention du Ministere de la
Justice sur le climate d'impunit6 qui regne dans le pays.
Dans un message public A 1' occasion du 3eme anniversaire de l' assassinate du
pere Jean Pierre Louis, Justice et Paix de Bizoton r6itere son appel aux autoritds
judiciaires pour qu'elles s'engagent A faire le jour sur 1' assassinate de "pere Ti Jan".
Appelant A I'adoption de measures pour A combattre 1'impunit6 don't jouissent les
"semeurs de la mort", la commission dit refuser de contribuer A la construction d'un
pays sur la violence et I'assassinat. En ce sens, Justice et Paix demand au Ministere
de la Justice de nominer imm6diatement un juge d'instruction charge d'enqueter sur
1'assassinat du pere Jean Pierre-Louis perp6trd le 3 aofit 1998. Ie Ministere devra
mettre les moyens n6ccssaires A la disposition de ce juge pour qu'il puisse r6aliser son
travail en toute ind6pendance.

La Fondation Echo Vwa Jean Dominique interpelle le juge Claudy
Gassan et demand la levee de I'immunite du Senateur Danny
Toussaint...
L'un des porte-parole de cette foundation, Patrick lie, s'est adrcss6 au Juge charge de
1'enqu8te sur 1'assassinat survenu le 3 avril 2000 de Jean Dominique et Jean-Claude
Louissaint, lui demandant d'6crire au Parlement pour exiger la levee de 1'immunit6
parlementaire du sdnateur Dany Toussaint.L'enquEte pi6tine et plus d'une annee apres
cet assassinate, chacun reste sur sa soif et les coupables courent toujours. Les
personnel sous les verrous ne seraient pas les commanditaires du crime. Ic juge avait
rendu son Ordonnance qui apres examen par le Commissaire du Gouvernement, lui
aurait 6t6d retournm6ec. Depuis lors plus rien ...

La DGI se prepare A publier une liste de mauvais contribuables
Le porte-parole de la Direction G6ndrale des Impbts (DGI), Muray Listin Junior, a
indiqu6 jeudi que F'Uniht de Gestion et de Contr6le Fiscal travaille A la mise en place
d'une liste global de mauvais paycurs, dans le cadre du processus de rccouvrement
fore enclench6 par la DGI. Dans une interview A 1'AHP, le porte-parole de la DGI a
informin6 que cette liste sera publide tres bient6t. Toutefois, a-t-il indiqu6, cette publica-
tion peut &tre retarded, si les personnel concernmees manifestent la volont6 de r6pondre
a leurs obligations fiscales. Soulignant que la DGI n'exige pas des contribuables
qu'ils patient l'int6gralit6 de leurs dettes, le porte-parole a toutefois souligndque le
pavement des Taxes sur les Chiffres d'Affaires (TCA) est obligatoire.
L'Arm6e se deploye en Republique dominicaine...
Le Gouvernement de la R6publique dominicaine a envoy l'anmee dans les rues pour
tenter de mettre tin A une vague de crimes.
Les troupes ont patrouill6 la capital, Santo Domingo, et les rues des diverse autres
villes du pays, fouillant les voitures et confisquant des arms. Les soldats d6ployds
ob6issent A un ordre du president Hipolito Mejia pour contrecarer une vague de
kidnapping et de vols A main arm6e qui risque de tenir les tourists 6loign6s du pays.


I


J1ftft-6~LJ '*'> O^..; -^ PS y .*.'.2^ ^ .' A,'-..








7 Mercredi 8 Aoat 2001
Haiti en Marche Vol XV No 27


Sti gout pati gout ak Jan Mapou


11Cauvm Paul Vant-Si1yati << La Belle huridice>> nan Sant Kiltirel Mapou

DOKTE CAUVIN PAUL DEKLARE NAN MIYAMI:
LIBRERI MAPOU SE:>
Mwen toujou di Libreri Mapou se <>sa vie di
< toujou renmen youn fwa nan lavi yo fe youn vant-siyati nan Sant Kiltirel Mapou.
Nan youn langay pi katolik, sa ta vie di ekriven yo ta renmen vin batize nan Libreri
Mapou chak liv yo fin akouche...>>


LA BELLE EURIDICE /TWAZYEM
WOMAN DOKTE CAUVIN PAUL
Dimanch pase, depi nan maten,
tan-an te demwazel. V6 midi dyab tonbe
goumen ak madanm ni pou graten pitimni.
Nan apremidi v6 3-46, tan nwa kou
goudwon, youn tralye manman nwaj takte
gri ap f6 laviwonndede nan sy6l la tankou
youn twonp toubouyon. Mounn ak kouri
rantre. Timounn rantre anba wbb manman
yo.
Van sy6l la louvri. Youn gwo
lavalas lapli koumanse tonbe. Chen t'ap
bw6 dlo nan nen. Chat grenbe sou miray.
Tan sa-a te fe nou sonje Antig6n ki
te dezobeyi tonton-1, Iwa Ogoun Feray
monte-1 16 l'ale pou I'al antere fr6-1
Polinis. E 16 lar6n Euridis te tande Wa
Kreyon lakbz tout pitit li yo
mouri...dekourajman pran-1 1'ap b6
larivy6-a, li lage k6-1 tyouboum... epi dlo
monte...Li monte; larivy6 desann, li desann
outadi se delij 40 jou-40 nuit...
Enben <> D6k
Cauvin Paul-la te pote dlo, anpil dlo tankou
Lar6n Euridice nan mitoloji Gr6k la. Day6
M&t Claude Charles santi resanblans lan.
Li di se pa pou san rezon ot6-a chwazi non
sa-a. < siyifikasyon mistik ki bay woman-an youn
val6 eksepsyon6l>>, dapr6 M6t Charles.
Euridice s'oun non Gr6k, youn bote gr6k,
men Cauvin transpoze-1 sou youn non ak
youn bote karayib M&t Charles di asistans
lan.
Li raposuiv pou l'di: Istwa Gr6k la
vle OFE desann nan lanf6 pou l'al chache
Eridis, oun b6l boubout pou konpayn.
Lespri yo ba-1 Eridis, oun tizany swa, pi
b6l pase lasir6n.pou li tounen men ak
kondisyon OFE ap mache devan, ERIDIS
ap suiv li d6y. Yo pase OFE 16d pou li pa
kase tet gade d6y6 jouk tan li rive sou lat6.
Bebe-a si telman b6l, wbz, anf6m... OFE
sitelman enpasynan, li pa ka tann, k6-1 cho, 1i
vire f youn ti koudey ey, voye youn zye
dou bay bebe ERIDIS... Peche sila-a,
dezobeyisans sila-a f6 Boubout la
disparkt......)FE wonbebe.!..


Men nan woman-an Cauvin-an, M&t
Charles di Eridis tounen e se la ot6-a montre
kote revolisyon6 woman-an. < texte de rachat et un texte de choix>>. M6t
Charles ajoute...Youn t6ks ki pote anpil
espwa nan lavi nou malgre tribilasyon pasi-
pala.
L5 D6k la te pran lapawol li te pwofite
salwe tout zanmi fanmi Lat6ti ak Pbdp6 ki te
nan sal la. Li te gen youn salitasyon espesyal
pou Samuel Lauriston ki dapr6 Cauvin se
premye Ayisyen, premye boat people ki te
monte sou youn kannt6 al frape sou kbt Baha-
mas, D6k la menm di Lauriston merite youn
estati nan Little Haiti pou edikasyon nouv6l
jenerasyon-an.<< Le premier Haitien d6barqu6
sur les sables des Bahamas>>
Li di se pa premye fwa li vin nan
Libreri-a. Men chak fwa li vini Mapou toujou
byen resevwa li. < Mwen santi m'ere>>,Dbk la di asistans lan.
Li retrase trajektwa-I Ii ak le Vieux
Samuel,ki young lomeyans, young koutje
twaze kont tout ch6f ki sou pouvwa ki meprize
LATOTI, oun zile chaje ak resous natir6l. Li
menm raple asistans lan nan ane 50 yo Prezidan
Maglwa te pase papa-1 16d pou koupe tout pye
akajou ak bwadchenn nan Lat6ti epi voye bwa
yo P6toprens pou fe bbl kay nan Tijo.


Page 19


Nan <> se youn reyaksyon youn
repons nan pwoblem ki manifeste ipokritman nan klas
politik an Ayiti. Yo repliye dyaspora nan youn espas,
youn ti kwen.. ak youn definisyon negatif. Se konsa 16
youn Ayisyen sot nan peyi etranje, yo di < dyaspora>> menmjan 16 youn peyizan desann lavil yo
di <>.
La Belle Euridice, s'oun woman k'ap fete, < vertue, la beauty, le courage, d'une jeune haYtienne
vivant dans une soci6t6 de consommation a I'6poque
de la mondialisation.... _
San peditan kesyon tonbe sou Dbk Cauvin. Sou
kozman Pye Sapen yo li di Prezidan Maglwa te f6
koupe yo, Dokt6 Henriquez Poliard te made eske li
pa te twonpe-1 de prezidan. Li kw& se Divalye ki te fe
ratibwazay nan Lat6ti. Cauvin reponn, li di: < la. M'te temwen. Papa-m te anplwaye leta 16 yo te
pase papa-1 16d pou koupe sapen yo pou voye bwa yo
P6toprens>>. Men li ajoute, < l1 kamoken t'ap f6 envazyon sou envazyon, pou yo pa
Stejwenn kachkach pou fe geriya.. Dezas ekolojik sa-
a koumanse depi sou Maglwa...>> dapr6 ekriven
Cauvin Paul.
Sou kesyon eske gen resanblans ak Eridis nan
Mitoloji Grek la e poukisa li chwazi non Eridis la se
pa Maselfi osnon Anakawona... Cauvin souri anvan li
reponn. < chwazi-l>>. Epi Ot6-a di Eridis se non fiyel li. Youn
bon timounn k'ap elve nan mitan mondyalizasyon-an
Se k'ap grand ak prensip bon timounn de family. Eridis
liv sa-a s'oun model. Pa gen anyen grek nan Eridis
antan Pesonaj chwazi nan liv la... Pa gen okenn
resanblans. Si aksidantelman gen youn rap6 ak Eridis
grek la, se petet oun "Bagay Freudyen"...
Li te pret pou 9-6 16 nou envite piblik la
prezante liv yo pou 6tograf ot6-a. Malgre movetan-an
sal la te plen. Krab la pa t'meg. Chak envite te f6 yo
devwa achte youn << La belle Euridice>>.
Nou bat bravo pou piblik Miyami-an ki te fe deplasman-
an. Si gen mounn ki pa te la e ki ta renmen achte La bell
Euridice yo ka fe sa nan Libreri Mapou nan 5919 NE 2nd
Ave osnon rele nou nan 305-757-9922 osnon ale nan
www.librerimapou.com ale nan <> rale 16
<> osnon mete Paul, Cauvin nan <> epi n'ap
achte direk-direk sou konpit6-a. Pri liv la se: $20.00+ (Tx
6.50% +$3.00 S&H). FR vit, liv Cauvin pa d6mi.. Y'ap
vann kou pate cho. Jan Mapou


COMMUNITY TOUR EXPERIENCE.
Youn banb6ch Kiltirel nan lari devan Caribbean Mar-
ketplace la. Mizik, Dans, Teyat, Bwason, Manje
ayisyen, espozisyon tablo, espozisyon foto... Konsby
pou pwotewje anviwonnman... jwet kat ak domino. Tire
kont pou timounn... TOUT YOUN JOUNEN BAN
BOCH pandan zbt ap soti lavil nan gwo otobis pou vin
vizite Little Haiti.. TOUT MOUNN ENVITE>
GR ATIS ti PT-TFRTI


jenye Jocelyn David, jounalis Sony Belle-en-Forme ak Powet Lucien Anduze nan vant-
siyati <>sou CD nan Sant Kiltirel Mapou Jiye-2001


AlII &IAM vM. z v A






Page 20


I VOTRE ATTENTION !


Prescription pour une economic malade


(Economie ... suite de la page 17)
vices de sante dans les zones rurales.
pas *, a-t-il regrett6. En effect, la classes des affaires stagne et
n'arrive pas A dapasser la barre d6risoire de 4 % que valent ses
investissements, qui malheureusement privilIgient le com-
merce et les prAts individuals, dans le revenue national. D'ou
l'interet des deux parties d'enrayer cette crise de confiance et
de prendre conscience des nouvelles donnees de l'6conomie
mondiale. L'Etat ne peut plus se considerer comme le moteur
du d6veloppement et le secteur priv6 accepter l'imminence de
la competition dans l'6conomie.


Le Ministre Marc Bazin va au-delA des m6canismes
classiques de partenariat que la suspicion r6ciproque, en Haiti,
du pouvoir public et de la classes des affaires rejette,
automatiquement, comme une mauvaise greffe. < d6truire ce mur de lam6fiance car il n'est pas sain, sp6cialement
par ces temps de globalisation >, a soulign6 Monsieur le
Ministre. II propose l'6tablissement, entire les deux secteurs,
d'un contract qui aurait pour cadre ce queMonsieur MarcBazin
a appeI6 une Table Ronde de 1'6conomie et de la soci6t6, ott
1'Etat d6poserait son Plan de D6veloppement et d6crirait les
. objectifs et les contraintes. A cette Table Ronde, la classes des
affaires apporterait, en plus d'un cahier de dol6ances, une de-
scriptionchiffrie des engagements susceptibles d'etre pris dans


Mercredi 8 AofVt 2001
Haiti en Marche Vol. XV No 27


la perspective d'une lev6e des contraintes a
I'investissement priv6.


L'6conomiste a aussi soulign6 lan6cessitM d'une par-
ticipation de la communaut6 international A titre de financier
et comme garant des engagements pris d'un cot6 comme de
1'autre par les parties haitiennes. << La Table ronde aura
contribu6 Ajeter les bases de construction d'un consensus na-
tional pour un project national, auquel seraient associates a
l'avenir toutes les autres forces vives de la Nation. Voila les
principaux composantes de la prescription qu'a proposee le
Ministre Marc L. Bazin pour tenter d'operer ce changement
radical qui empecherait que, dans cents, Haiti stagne voire
r6gresse.
HPN (HAITI PRESS NETWORK)


io Rele kolek Ozetazini

24 sou 24

Fe nimewo $s-a









CLI pa pe~ye aknywn b6 jasit la4I pi

ri0


anginal. ie 1991 TOYOTACAMRY DX. 70k mi.allor.g
looks anm runs greal SM99 Down PaymenI i


Attention! Nous vous attendons.
Good credit, Bad credit ?
Laissez cela c'est notre affaire. Nous nous en occupons pour vous.
Venez choisir VOTRE voiture. Et nous nous occupons de tout le reste. Vous 6tes assure de sortir au volant de VOTRE BAGNOLE...


^ 1t '^Des occasions exceptionnellesN !!!, i =vVISA _
Good credit Bad ci t

12 MIWT NISE-BLVD .1
'(954) "52745522


m




University of Florida Home Page
© 2004 - 2010 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Last updated October 10, 2010 - Version 2.9.9 - mvs